Skip to main content

Full text of "Annuaire de Madagascar et dépendances"

See other formats


Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http: //books. google .com/l 



«b, Google 



«b, Google 



«b, Google 



«b, Google 



ANNUAIRE 

DE 

MADAGASCAR 

ET DÉPENDANCES 



ANNÉE 189» 



D„.„ab, Google 



«b, Google 



LIBERTÉ. - ÉOALITË. - FRATERNITÉ 



ANNUAIRE 

DE 

MADAGASCAR 

ET DÉPENDANCES 



^V-IsriSTOËlS 1898 



TANAHARIVE 



^* r,,.„cb,Google 



«b, Google 



, & 5 2- O 

t^ \r o .'■ Tr\n-3 



/f ^^?s^? 



LB PRÉSBin ANNUAIRE 
a été éUbU et arrMé à la date du 1" JanTier 1899 



«b, Google 



.A--VIS 



Les personnes gui auraient à demander la reclificalion d'erreurs 
commises dans cet ouvrage devront adresser leurs réclamations à fEtat- 
Major (Bureau de la Presse). 



îdby Google 



SOMMAIRE 



r PARTIE (Historique) 



Calendrier et éphémériiles 11 

Listes chronologiques 25 

Historique de l'influence françaiu 4 Madagaioar 33 

2" PARTIE (Organisation) 



Présidence de la République 81 

Miaistërcs 83 

OouvememeiLt Oénèral de Ha'^agaBoar 113 

Services civils. — Notices. — Personnel 118 

Corps d'occupation de Hadagascar 161 

Services militiiires. — Notices. — Personne! 167 

Corps «le troupes 181* 

Division navale 1 93 

DîTisions territoriales de Hadagascar 'âOl 

Provinces. — Notices. - Personnel 203 

Territoires militaires. — Notices. — Personnel 273 

3" PARTIE (Administration) 



Annuaire du Personnel 375 

Renseignements divers 421 

Actes administratifs en vigueur 331 

Tables 741 



îdbyGoOglC 



D,„u„ab, Google 



1"^ PARTIE 



D„.„ab, Google 



«b, Google 



«b, Google 



«b, Google 



L 



D„.„ab, Google 



«b, Google 



— Il — 
CALENDRIER 



JAaVtSB 


wàvuusR 


""• Il 






llUercredi 13. Itcnace 


1 Mercredi 


a- Anton ine 




Lundi 


S. BaaUe 


î 


Jeudi 






Jeudi 


S. Simpiiclen 




Usrdi 












Vendredi 


rsa"" 




UOTcredi 






Samedi 


S" J- de Valoii 




Samedi 








5 


Dimaftofie 


S" Aitalhe 






s Adrien 




Vendredi 




8 


Lnndl 


S" Dorotliée 


S 


Lundi 


s<- Colette 




Samedi 


S. Lucien 


1 


Mardi 


S. Baïuuald 




Mardi 


S. T. d-Aqnin 






S" audule 




Mercredi 


S. J. de Halha 


S 


Mercredi 






Lundi 


8. Jnlien 


S 


Jeudi 


S. Cjrille 

S" Scholaitique 




Jeudi 


S" FrIïSI.1« 




Mardi 






Vendredi 




Vendredi 






Mereredl 


8" Hortenae 




Samedi 


S Adolphe 




Samedi 


s! Enloge 




Jeudi 


8. Arcade 


is 


Dimanche 


S" EQlaliB 






S. Qrteoire 




Veodredi 






Lundi 


S" Catberine 


13 


Lundi 


S" Mathllde 




Samedi 


8. flilaire 




Mardi 


8. FauiUn 




Mardi 






8. Maur 




Mercredi 








S. Zscliarie 






S. Mareel 




Jeudi 


8. bnéstme 




j^udi 


S, Hèrlbert 




Mardi 


S. Antoine 


]■; 


Vendredi 


S» Lu ce 












Ch. S. P. 






S. 81m éon 






S. oXîîi 




Jeudi 


S, Snlpicp 


II 




8. VaUlar 


19 


Dimanch* 


Pàuiok 




Vendredi 


H. sébaitlen 




Lundi 


S. Bâcher 




Lundi 


8. Jnachim 


91 


Simcdi 


S- ABOè» 




Mardi 






Mardi 


S. Bi'nult 


Si 


OlmuKlie 


S. Vinceul 


w 


Mercredi 


S" iMbeiic 


!» 


Mercredi 


s. serae Paul 


S3 


Lnndl 


S. Bajmond 




Jeudi 






Jeudi 




M 


Hudl 


S. Tlmolhée 


ai 


Vendredi 


s! Ualhias 


Si 


Vendredi 


a'. Gabriel 


S 


Mercredi 


CoDv. 8. Paul 




Samedi 


8. Félix 


as 


Samedi 


S. Pa trier- 


se 


Jeudi 
Vendredi 


i:KS"X„, 


w 


Dimanche 
Lundi 


S:.'Cffi. 


ri 


OimanofM 
Lundi 


Ha»>iaux 
s- Jean de C. 


98 


Stiuedi 


8. Charlen»«ne 




Mardi 


S. Romain 


98 




s. Eailntc 




Dimuiehe 


Peptoagéïlme 










Mcri^rdi 


s, Amédéo 


30 


Lundi 










Jeudi 


S. Joseph 
S- Daniel 


31 


Mardi 


S^' ««fine' 








iii 


Vendrai 


AVXIL 


MAI 


JUIH 1 




Ramedi 


S.Fr»ncoi«deP. 


1 Lundi isS.P.elJaeauea 


1 Jeudi IFira-Dian II 




DlmÊUKhe 


PiOlM 






S. Alhanaie 


■2 


Vendredi 


S" Emilie 




Londi 


i:œ 










Samedi 


S"Clolilde 








Jeudi 


S" MouVqu""" 




Ùimanoh» 


S. Prançol» 0. 




Merc^di 


s, Vincenl 




Vendredi 


S. Pie V^ 






S"Valérie 




Jeudi 


S, Célealln 




Samedi 


S. Jean P. L. 


S 


Mardi 


S. Norbert 




Vendredi 


ft. Clntaire 




Dimanctie 


}:. Slnniila» 




Mercredi 


S. Paul 




Samedi 


S^Albert 




Lundi 




8 


Jeudi 


S. Maximln 










Mardi 






Vendredi 


S" P^Iapie 




Lnndl 


S" Jean'iK. 










Samedi 


8" Marguerite 




Mardi 


S. Ltfon te G, 




Jeudi 






Dimanche 






Mercredi 


R. Jule< 


li 


Vendredi 


S. Déliré 




Lundi 


S.' Ouï ' 

S. Antoine deP 




Jeudi 


«"Herménenilde 




Rninedl 


3. Oi^goiredeN 


13 


M«rdi 




Vendredi 










14 


.Mercredi 




15 


Samedi 


s! Palerne 






s! Mamert 




Jeudi 


S" Ocr'maina 






S. B. J. Ubre 




Mardi 


a. Achlll'- 


18 


Vendredi 


S. J.Françol» 




Lundi 


a. Anlcel 


i: 


Mercredi 


S. Jean le 3. 


n 






18 


Mardi 


8. Appoilunioi 




Jeudi 






Dimanch» 


3N, Marc et Mari 




Uercredi 


S. LÈon 




Vendredi 


S. lui dore 


19 


Lundi 




90 


Jeadl 


9. Tliéûdore 




Samedi 






Mardi 


S. SilTère 




Vendredi 




« 


Dimanche 




B1 


Mercredi 


S.LouiideO. 


S 


Samedi 


S" w"nldl 




Lundi 


3. Paacal 




Jeudi 




33 


DImMeht 


S. aeorgea 




Mardi 




33 


Vendredi 


S'-Edellrude 


M 


Londl 


S.aa<lan 


î< 




s! Bemadln 


21 


Samedi 


8. Jean-Bapliit. 


SS 


Mardi 


8. Man 






S. Félix 




Dimancftft 


S. Quiliaume 


as 


Harcredi 


8. Ciel 


» 




a. Fauatln 


M 


Lundi 


SS.Jeauel Pant 


n 


JCDdl 


S. WréâiHc 




Samedi 






Mardi 




a» 


Vendredi 


S. Aimé 


î( 


Dimanche 


TanciT» 


98 


Mercredi 


s' Won 11 


M 


Samedi 






Lundi 


S. Bmiie 




Jeudi 


SS. Pierre elPaul' 


30 




8. LodoTic 


a 


Mardi 


a. arénire 
SoMiAe-LanlM 




Vendredi 


C. de S, P. 




,^_^ 






Mercredi 









eALENDltlER 



nriLLST 


AOOT 


•— 1 


1 


Samedi 


S. MuTllai 


1 


Mardi 


S. Pierre ea L 




Vendredi 


S. AngutUn 


s 


Dlm«neftfl 






Mercredi 


S. Alpbonae 




Samedi 


S. euenne 






S. Anatole 


3 


Jejdl 


S. GeolTroy 






S" Séraphie 




Ma?di 


S" BerUie 




Vendredi 






Lundi 


S" Roae de V. 


5 


Mercredi 


S, Cyrille ei M 




Samedi 


S- Abel. 




Mardi 


8. Laurent J. 




Jeudi 


S. Dominique 
S- Pulchéfle 






Ta. B.-a. 




Mercredi 


8. Onéaiptaore 




Vendredi 




Lundi 


8. Oaétan 




Jeudi 


S» Reine 




Srnnedl 


a. Bdg»r 




Mardi 


S. Justin 




Vendredi 


HariT. T. 






S" Vi»lDle 
S" Féircilé 




Mercredi 


S. Baudr}' 




Samedi 


S- Orner 


iO 


Lundi 


10 


Jeudi 


S. Laurent 




Dlmamfte 


S. ealTl 






S. Pie I 




Vendredi 


S" Philomïne 




Lundi 


S. Cbarlea 


lî 


Merawdi 


s. Jean Q 


19 


Samedi 


Si' Claire 




Mardi 


S. Prolall 


la 




S. AuBciel 




Olmanzhe 


8;^iSKi.^"- 




Mercredi 


S. Kuloge 




Vendredi 


P«TE NAIIONALB 










El a. cSoTX 


is 


Sunedi 


8. Henri 


1& 


Mardi 


AaaoHPTioN 




Vendredi 


S'-Calber.dBfl 




ùimtncht 


3. H^lier 




Mercredi 






Samedi 


8. Cjprien 


n 


Lundi 


S. Aleiia 


n 


Jeudi 


s! M^Lmé» 




Oimancfie 


S. Lambert 






8. Camille 




Vendredi 


i"«; 






S. Joaeph de C. 




Mercredi 


S. Vincent de P 




Samedi 




m'^1 


S. Janvier 


M 


Jeudi 


S. Jérûme 


M 


DimvKht 


s. Bernard 


îû 


Mercredi 


3. Euataclie 




Vendredi 






Lundi 




îi 






M 


Samedi 


S" Marie M. 


M 


Murdi 


s! Tiinothée 


M 


Vendredi 


si ThomaSdeV 




Oimanefte 


§:.«:;,;? 




Mercredi 




33 




S" Thëcle 




Lmjdi 




Jeudi 


s! Barlb%1mT 




Dlmanefte 


S. Andoche 


25 


Msrdi 


s. Jacque» le M, 


» 


Vendredi 


S. Louia 


Î5 


Lundi 


S.^Firmin 




Mercredi 








S. Zéphirln 




Mardi 






Jeudi 


S, H^Ve 


n 


b'jinancns 


S, Joeepb 


v 


Mercredi 


8. CSme 


S8 


Vendredi 


8. Naiaire 


98 


Lundi 


lasi" 




Jeudi 


a. vencetlai 


» 


Simedi 






Mardi 


» 


Vendredi 


8. Michel 


30 


OJmancfia 


S. Abdon 


30 


Mercredi 


S" Roae de L. 


30 


Samedi 


8, Jérôme 




Lundi 


S. Ignace 




Jeudi 










OOTOBSS 


ROVXMBBa 


DiOSlfBBS I 


1 




S. Reml 




Mercredi |TDiri>a»i;(T 




Vendredi 


8. EdmonddeC 


î 


I.undt 


89, Angea 




Jeudi 


La» MoBT- 






8« BIblane 






S. Léger 










Dlmuiohe 


S. Fraoïoia X 




Meréredi 


S. Françoia d'A, 




Samedi ' 


S. Ghadeii" 




Lundi 


S" Barbe 




Jeudi 


S. Pincide 




Dimanc/ia 


S. Emeriu 




Mardi 


8. Sabia 




Vendredi 


8. Bruno 






S. Léonard 




Mercredi 


S. Nicalia 




Samedi 


8. Foi 




Mardi 


S. Eneelherl 

S. (iodfn.ï 




Jpiidi 


S. Ambroiae 






srsï" 








Vendredi 


IMMAC. C. 




Lundi 




Jeodi 


S. Malhieii 




Samedi 


S" Léooadie 


10 


Mirdi 


s. FranîoiadeB. 




Vendredi 


». Juate 






8. Melcbiade 




Mercredi 


S. (îemialn 




Samedi 


S. Merlin 




Lundi 


S. Damaae 




Jeudi 


8, Wlifrid 




Dirnanofta 


B. Renii 




Mardi 


S" Adélaïde 




Vendredi 


S. Edouard 






S. SUninlaa 




Mercredi 


S" Lucie 




Samedi 


8, CalliW 




Mardi 


Sj_Joa«phat 




Jeudi 


i:Xïïr 






S" Tbértae 




Mercredi 






Vendredi 


16 


Lundi 
Mardi 


8. Léopoid 
S" Marguerite 




Jeudi 
Vendredi 


S. Edmond 
8. Oréçoire 




Samedi 


s. EuBèbe 
S, Laiare 




Mercredi 






Samedi 






Lundi 


S. Catien 


IB 


Jeudi 


s! pfem d'A. 




OimarHiAe 


S" KÎiMbelh 




Mardi. 


8. Kémèae 




Vendredi 


8.^Je»n de K. 




Lundi 


S. Félli de V. 








« 


Samedi 




îl 




S. Préaent V. 


îl 


Jeudi 


S. Thomaa' 


Sî 


Dlmancfta 


8. Cordiiie 




Mercredi 


S" Cécile 










Lundi 










23 


Samedi 


s! Scrvole 


!4 


Mardi 


&. Rapha'éE 


!< 


Ve"ndredi 


s! Jean de la C. 


et 




8. nelpbin 


9% 


Mercredi 






Samedi 


B" Catherine 




Lundi 


NOBI. 






S. ET^late 


« 


Dimanche 


8. I-éonard 


se 


Mardi 


S. Etienne 


•n 


Vendredi 


S. EInban 




Lundi 


8" Marguerite 




Mercredi 






Xamedl 




d 






sa 


Jeudi 




» 


aimvtaha 


s! .Narciaie 




Mercredi 


S. Saturnin 




Vendredi 


S" Eléonore 




Lundi 


S. Alpbonie 


3C 


Jeudi 


8. André 


30 


Samedi 


8. Babln 


31 


Mardi 


a. Quentin 








31 




S. Slheilre 



ÉPHÉMÉRIDES 



D,„u„ab, Google 



«b, Google 



ÉPHÉMÉRIDES 



JA-IT-V-IB» 



- 1807. — Mort du comte de Louvières, agent du Gouvernement fran- 

çais à Madagascar. 

- 1887. — Le colonel Gallieni place le Dinguiray (Soudan) sous le pro- 

tectorat de la France. 

- 1898. — Arrêté plaçant sous le régime civil le sous-gouvemcment 

d'Anasibé. 

' 1897. — Les rebelles tentent de s'emparer du convoi jourDalicr et 
de couper la ligne télégraphique sur 1« ligne d'étapes, 
entre Horemanga et Tanananve. 

~ 1897. — Une opération vigoureusement menée à l'Est d'Ambatoo- 
drazaka par le commandant Drujon amène la deslruc- 
tion d'uD camp de rebelles iniporlant. 

' 1898. — Le lieutenant Rocheron se noie en mer entre Benjavilo et 
Haintirano au cours d'un voyage entrepris pour le ravi- 
taillement du secteur de Hanambolo, 

' 1898. — Arrêté réglementant la main-d'œuvre dans le cercled'Ana- 

- 1896. — Occupation de Majunga par l'avant-garde du Corps expédi- 

tionnaire. 

- 1897. — Le lieutenant Gasaouin franchit l'Ikopti de vive force b 

Ihosy. 

- 1896. — Signature par la reine de la convention présentée par le 

Résident Général au nom du Gouvernement de la Répu- 
blique. — Les généraux Diicbesoe et de Torcy quittent 
Tananarive. 

- 1898. — 'Arrête autorisant les administrateurs et commandants di^ 

cercle, présidents de tribunaux, & tenir des audiences 
foraines de ces tribunaux. 

- IBBl. — Fort-Daupbinestattaquéparplusieuremilliersd'indigènGS. 
~ 1897. — Le lieutenant Barféty détruit, sur les hauteurs du Zadman- 

tara, un campement où s'était réfugié un groupe de 
rebellesirréductibles. 

- 1854. — Flacourt part pour Mozambique chercher des secours. 



■..CAx;)g[c 



- M- 
Fâ'VZtlSZt 



- 1817. — Lesage quitte Tananarive après avoir réussi dans la rois- 

aioD dont il était charge auprès de Radama par le 
GouvernemeQt francs. 

- 1897. — Enlèvement d'ADdraaosamoDtafcAle Ouest) parla compd- 

gnic de débarquement du Météore et des mjiicieas. 

- 1890. — Rainilaiarivony, ancien premier miaietre, quitte Tanana- 

rive pour aller résider h Alger. 
■- 1897. — La colonne du commandant Drujon enlèvelecamp fortifié 
de Nosibé. 

- 1852. — Hort du premier ministre RaDieharo (Madagascar). 

- 1665. — Pronis succède h Flacourtdans le commandement de Fort- 

Dauphin. 

- 189B. — Occupation d'Ambodimadiro (Sud de Nossi-Bc). 

- 1897. — Arrêté du Général Gallieni créant l'enseignement orSciel 

en Imerina. 

- 1822. — Proclamation de Radama 1"' interdisant la tente des ter- 

rains k des étrangers sans une autorisation royale. 

- 1895. — Débarquement à H^nnga d'un petit corps d'occupation 

venant de Diégo-^uar«E. 

- 1807. — Attaque d'Analabé par les bandes de Rabouka. 

- 1811. — Capitulation de Tamatave devant Sylvain Roux. 

- 1897. — Le lieutenant Randey détruit k l'Est de Nosibé le campe- 

ment d'une bande' importante de rebelles. 

- 1897. — Le sergent- m ai or Fauchère, b la léte de 10 tirailleurs, 

aborde à la baïonnette et met en déroute un campement 
de rebelles près d'Ambatosana. 

- 1862. — Labordc est nommé consul de France à Tananarive. 

- 1809. — La reine RsHoberina embrasse le protestantisme. 

-■ 166B. — Pronis meurt h Fort-Dauphin, laissant poursuccesseur Des 
Perriers. 



- 1897. — Un cyclone dévaste Hayotte. 

- 1897. — RanavalonalH, reine d'Emyrne, est envoyée i La Réunion. 

- 1898. — Occupalion du poste d'Amborovoky par te lieuteaant 

Baudoin, de l'infanterie de marine, b ta tète de SO Séné- 
galais. 



- 189B, — Le général Helzinger débarque b Uajungael prend le com- 

mandement deTavant-garde du Coi7>9 eipéditîonnaire. 
> 1897. — Le commandant Reynes occupe Fenoarivo. 

- 1898. — Soumisaion'deRabozaka, l'un des dernierschefsderinsur- 

reciioo. 



- 17 - 

— 1897. — Arrêté appliquant le système métrique aux poids et me- 

sures a UadagascEtr. 

— 1897. — Le lieiiteoaat Lacoste passe sur la rive gauche de I'lk0[w 

et inflige de nombreuses pertes au chef rebelle Raini- 
jirika. 

— 1897. ~ Le capitaine Clavel met en complète déroute, h Ampomoto 

(cAle Ouest), un important parti de Saliatavcs qui laisse 
entre ses mains 3 canons, 2 drapeaiii et un nombreux 
butin. 
. — 1807. — Le cmp de Hampidongy, occupé par les bandes de Rabo- 

zalia, est enlevé pur fa colonne du capitaine Lucciardi. 
. — 1896. — Loi reconnaissant aux indigènes la propriété des terrains 

sur lesquels ils avaient Mti. 
. — 1897. — Occupation de Haivarano (câte Ouest) par l'administrateur 

Troupel avec le concours de la canonnière Météore. 
. — 1898. — Le capitaine Flajelie et le lieulpnant Hontagnolc, de la 

léeiun éir.ingËre, sont tués L l'attaque du repaire de 

Voningezo. 
L — 1898. — Signature de la convention passée entre le Ministre des 

Colonies et la Compagnie coloniale de Madagascar, en 

vue de l'étabij^scment d'uii chemin de fer de Tanaaa- 

rive à la mer. 
. — 1898. — Arrêté créant 40 bourses à l'école « Le Myrc de Vilers « 

pour les enfants envoyés par les provinces. 
. — 1822. — Les princes de Sai n te- M a rie-de- Madagascar font acte da 
' D k la France et d'alliance avec elle. 



- 1889. — Ecbec de' Rainimiadana, générai hova, dans un combat 

contre Tompomanana, roi des Sakalaves de Tuléar. 

- 1822. ~ Les chefs Indigènes de la baie d'Antongil à Fénérive se 

soumettent a Sylvain Roux. 

- 1879. — Loi rendant le service militaire obligatoire chez les Bovae. 

- 1881. — Publication écrite du Code des lois et règlements malgaches. 



ATir-BJiX^ 



\. — 1868. — Mort de Rasoherina. — Avëoement de Ranavalo IL 

î. — 1828. — Mort de Sylvain Roux. 

S. — 1881. — M. Baudais, consul de France et commbsaire de ta Répu- 
blique, entre en fonctions. 

S. — 1890. -.- Enlèvement par le colonel Combes du village d'Aitiow- 
robé, occupé par les insui^. 

3. — 189B. — Premier engagement de la colonne expéditionnaire b Mia- 

dana. 

4. — 1898. — Occupation de la citadelle d'Ambohiraarina par les troupes 

du commandant Martin. 

5. — 1897. — Loi autorisant la colonie de Madagascar k convertir l'em- 

Srunt contracté en 1886 et a procéder k l'émission 
'obb'gations amortissables en 6Q ans garanties par U 
Gouvernement de la République Francadw. 

r , .CoOgIc 



- 1888* — Les troupe» hovan. sou» les ordres de RamÎBdaoa, quiltent 

TaD&n&rivi: pour aller combattre lec Sakalaves du Sud- 
Ouesl. 

- 1890. 

- 1897. 

- 1898. — Ua fort parli de Sakalaven altnquo le village hova de Ua- 

Daadaza ; il est repoussé par la garnitOD. 

- 1898. — Le lieutenant Pujos'cmpared'uQCumpeiueotsidiéen forêt, 

entre Tanifotsy et Anjiro. 

- 1897. — Décision portant création d'un service de reboisement à 

Madagascar. 

- 1897. — Le canilainc Cliiciisso, avec une compagnie malgache, 

enlève le village forlifié d'AmbohtjaDanary (cercle d'Am- 
batondrazaka). 

- 16B1. — Diaa Ramach, chef des tribus de Fort-Dauphin, fait faire 

des propositions de paix h Flacourt. 
1897. — Le lieutenant Comint surprend le campement du chef 
rebelle Ramampaojaka. 

- 1697. — Le lieutenant Level disperse avec un peloton de tirail- 

leurs malgHches une bande de rebelles pourvue de 
2 canons, venant de Tsiafabazaka. 

- 1897. — Inauguration de l'École « Le Myre de Vilers ». 

1880. — Les chefs de Hoheti (Comores) placent leur pays sou» le 
protectorat de la France. 

- 1848. — Abolition de l'esclavage dans les colonies irançaises. 

- 1688. — L'amirai Pierre, commandant en chef l'eipéditioit mari- 

lime de Madagascar, arrive à Nossi-Bé. 



- 1648. 

• 1896. — Prise de Uarovoay. 

- 1888. — Réunion sous le même gouvernement colonial des posaea- 

sions de S"-Haric, Nossi-Bé et Diégo-Siiares. 

- 1841. — Prise de possession officielle de Nossi-Bé. 

- 1896. — Débarquement b Majungadu général Ducbesne. 

- 1868. — Traité signé par M. (iarnier entre la France et Ranavalo El. 

- 1868. — Radama II est assassiné dans son palais. — Avènement de 

Rasoherina. 

- 1845. — Edit d'expulsion de Ilanavalo I" contre tous les étrangers 

établi» k Madagascar. 

- 1896. — Le lieutenant-colonel Pardes met en fuite à Ambodimooty 

un corps de S.OW Hovas. 

- 1888. — L'amiral Pierre s'empare de Majunga. 



■,:cc.;,C00gIC 



21. — 1897. 

22. — 1778. — Benyowslu s'embarque à deslioatioD de Hadagucar. 

23. — 178fl. — Hort de Benyowskî (Baie d'Antoogil). 

25. — 1B90. — L'interprète Gerbinis, aidé des coioDS eiirapéena, dérend 
ADtsinibé contre une attaque de la bande de Raini- 
betsimiaaraks. 

37. — 1897. — Arrêté instituant un comité en vue de la participation de 
la colonie à l'Exposition Univcrselte de 1000. 

29. — 1897. — Reddition du cher rebelle Rabezavana au poste d'Aotu- 

trana. 

30. — 1897. — Création d'un dousième régiment de tirailleurs malgaches. 



3. — 1898. — Mort du lieutenant Cbanaron, de l'infanterie de marine, 
tué à Andrambo. 

3. — 1896. — Assassinat du R. P. Berthieu à Ambobibcmasoandro. 

4. — 1480. — Un édit du roi de France prononce la réunion à la cou- 

ronne de nie de Madagascar, 

5. — 1898. — Réocciipation d'Ankalalobé (Betsiriry) par le capitaine 

Lucciardi. 
7. — 1898. — Une fortr bande sakalave attaque une reconnaissance 

commandée par le lieutenant Colouna aux environs 

d'Ankalalobé ; elle est repoussée avec de nombreuses 

pertes. 
7. — 1S9B. — L'avanl-gardedu Corps expéditionnaire franchit la Bet^- 

boka. 
9. — 189S. — Occupation de Hevataaana. 
9. — 1897. — Reddition du chef rebelle Rainibetsimisaraka au poste 

d'Ambohimirary. 
10. H. 1888. — Bombardement et prise de Tamatave par l'amiral Pierre. 

13. — 1897. — OccupatioD de Mainlirano par le capitaine de Curzon. 

14. — 1840. ~ Le capitaine d'infanterie de marine Passât annexe Nossi- 

Be et Sossi-Komba. 

15. ~ 1898. — Arrêté édictant diverses mesures en vue de favorisor l'ac- 

croissement de la population en Imerina. 

15. — 184S. — Les lieutenants Noël et Ducimetière-HoDod sont tués à la 
prise de Tamatave. 

17. ' 1897. — Le garde principal Philippini, de la milice, est tué dans 
une embusAde (Teivory). 

20. — 189S. — Le lieutenant Augey-Dufresse est tué à Tsarasaotra. 

21 — 1896. — Enlèvement du camp hova de Beritsoka, au Sud de Tsara- 
saotra, par les troupes françaises. 

24 — 1648. — Louis XIII concède Madagascar b la société de l'Orient, 
représentée par le capiTaine dieppois Rignult. 

M. - 1888. — Défense du posLe Aitken k Tamatave par le lieutenant 
Cutanier. 



îdby Google 



— îî - 

- 1895, — L'aTant-garde de la coloaae légère s'établit dans la plaiae 

de Haharidaxa. 

- 188S. — Arrivée de l'amiral Galiber k Tamatave. 

~ 1896. — Les bandes de la vallée de la Varahina tentent une attaque 
générale contre Anibatomanga. 

- 189B. — L'avant-garde enlève le marché de S&botsy. 

- 189A. — Proclamation de l'abulition de l'esclavage k Hadagascar. 

- 180B. — A Lazaïna, ta colonne légère se heurte à une partie de la 

garnison de Tanananve qui bat en retraite sans atten- 
dre l'attaque. 

- 1895. — Un corps de Hovas commandé par Raimanjalahy attaoue 

avec de l'artillerie le convoi de la colonne légère 
pendant la marche sur Tananarive ; i) est repoussé 
par des troupes d'infanterie de marine. 

- 1895. — L'amiral Bienaimé arrive à Tamatave pour prendre le 

commandement des opérations de la cOte Est. 

- 4895. — Prise de Tananarive. 



oo^roBxts 



■ 1897> — Le lieutenant du génie Turquois est tué à la défense du 

poste d'Ambiky contre les Sakalaves. 
- 1897. — Le capitaine Hazîllier, défendant Ambiky avec 50 Séné- 



e. — 1896. 

6. - 1897. — Convention passée par le Ministre des Colonies avec la 

compagnie française de Madagascar j>our le percement 
du canal des pangalanea de la côte Est. 

7. — 1897. — Le lieutenant Chambaud, de l'infanterie de marine, esttué 

en défendant le poste d'Aokalalobé contre les Sakalaves. 
<0. — 1897. — Le linutensnt Handey, du I" tirailleurs algériens, est tué 

en défendant le poste d'Andemba contre les Sakalaves. 
\i. — 1896. — Reddition par le Gouvernement hova à l'amiral Bienaimé 

des lignes de Farafate. 
13. — 1896. — Le colonel Combes débloque Ambatondrazaka. 

17. — 1816. — Ls goélette Ea Prospérité est saisie par la corvette Ama- 

rantke au moment oîi elle essayait de débarquer clan- 
destinement des esclaves provenant de la côte Est h 
. Bourbon. 

18. — 1816. — Le gouverneur anglai» Farquhar reçoit de son Gouverne- 

ment Tordre de remettre aux autorités françaises de 
Bourbon les points de Madagascar qu'il prétendait 
avoir été cédés à ta Grande-Bretagne. 
20. — 1896. — Après plusieurs engagements préalables, la compagnie 
Tahon enlève brulammenl à la' baïonnette la podtion 
d'Ambobimasina, fortement occupée par l'ennemi. 



.îoogic 



a. — 1890. — Uae opération du capitaino Blanc amène l'occupation de 
Fishonana. 

24. 25. lS9ft. — Des eagagemeals sérieux ont lieu Aur la rive droite de la 
Hananara entre les troupes du commandant Hougeot 
et les bandes de Raboiaka. 

as. — 1897. — Règlement sur les conditions d'admission des divers pro- 
duits au musée commercial de Tananarive. 



- 18t9. — Le^ Hovas sont mis en déroute i Foulpoînte. 

- 1897. — Le lieutenant Dejoui, de l'inranterie de marine, est tué à 

Bemena (Hénabé]. 

- 1821. — Arrivée à Sainte-Haried'une fraction de l'expédition dirigée 

par Sylvain Rou^ 



N- O '^XIlkCB SS 



- 1808. — Morl di] lieutenant Clavicr.del'infanlerie de marine, flippé 

de deux balles le 4 octobre 1898 à l'attaque de la position 
retranchée d'iaropotsv (Fiherenana).- 

- 1885. — Saîd-AIÎ place la Grande Comore sous te protectorat de la 

France. 

- 1896. — Le ca|)itaine Bou-Ayed surprend les bandes de l'Ambobi- 

miangtra et leur inflige des pertes sérieuses. 

- 1670. — L'expédition Jacob de la Haye arrive devant Madagascar. 

- 1886. — Le Ueutenant-colgnel Gallienî et le commandant Vallière 

aiiittent Saint-Louis pour ouvrir la campagne du Sou- 
an. 

- 1884. — Prise de Vobémar par le capitaine de frégate Escande et 

le capitaine Bergeolle. 

- 1884. — Occupation de Vohémar. 

- 1895. — Assassinat du pasteur anglais Johnson et de sa famille h 

Arivonimamo. 

- 1896. — Joar de la fête du Bain, un mouvement insurrectionnel 

éclate en Emyme. 

- 1670. — Prise de possession de Madagascar par l'amiral Jacob de 

la Baye avec 9 vaisseaux et 2.050 hommes. 
}. 1896. — Le bataillon Ganneval tient tête, à Antsataavola, k mi-che- 
min d'Arivonimamo, à 8.000 rebelles fanatlités. 

- 1896. — Le capitaine Hicfaelangeli détruit un groupe de rebelles 

à Andr&nomadio. 

- 1896. — Une bande de 400 insurgés quittant la forêt pour attaquer 

Ambobimalaza est repoussée ; malheureusement, elle 
reocontre dans sa retraite le lieutenant Guillet accom- 
pagné de trois soldats seulement et les massacre. 

- 1894. — La colonie française évacue Tananarive et se dirige sur 

Hsjunga et Tamatave. 



■,:cc.;,C00gIC 



- 84 — 



- 1048. — Arrivée de FUcourt à Fort-Dauphin. 

~ 1884. — ContratparlequelleComptoirNatioDald'EscompteBCCorde 
aux HovBS UD prêt perpétuel de 15 millions a 6 O/o- 

- 1897. — L'état de siège est levé en Emypne et dans le pays betsiléo. 

- 1884. — Combat d'Andriapariny. 

- 1897. — Arrêté portant création d'un jardin d'essais aRricoles à 

Ta ma ta VG. 

- 1804. — Occupation de Tamatave. 

- 189B. — Attaque d'Andevorante par une bande d insui^^ appelé» 

Voremos. 
' 1885. — Convention signée par le contre-amiral Hiot et U. Saivator 
Patrimonio, pour la France, et par H. Wiliowgby pour 
le Gouvernement de la reine de Hadagascftr. 

- 1886. — Ratification du traité de Madagascar 

- 1678. — Mort de Laborde b Taaanarive. 

- 1894. — Déclaration de l'état de siège b Dié|{o-Suare£. 

' 1688. — Déraite de Mamadoii-Lamine à Saroundiou (Soudan] par le 

lieutenant-colonel Gallteni. 
-1897. ~ Installation de la commission municipale de Tamatave. 

- 1895. — Le général Hetzinger s'embarque à Majunaa pour rentrer 

en France, avec les derniers éléments du 200' de ligne 
et du 40* bataillon de chasseurs. 



îdby Google 



CHRONOLOGIES 



«b, Google 



«b, Google 



CHRONOLOGIE 



Rigault, capitaine de la marine marchande, est autorisé en 1643 
à prendre possession, au nom du roi de France, de Madagascar et 
Dépendances. 

Pronis et Foucquembourg, agents de la société Rigault, 
débarquent à Manghada, dans la baie de S"-Luce, Pronis prend le com- 
mandement en lft44, se fait remarquer par sa dureté envers les 
indigènes et son caracttre autoritaire vis - à - vis des colons. Il est 
remplacé par Flacourt, mais k In rentrée en France de ce dernier, il 
reprend le commandffment. Le feu se déclare au fort et tous les appro- 
visionnements sont détruits. Pronis en meurt rie douleur (août 1654). 

Flacourt (de) arrive le 4 décembre 1648 à Fort-Dauphin et prend 
le commandement; intellïgentet ferme, il fait respecter notre pavillon, 
mais abandonné de la Mélropole, il rentre en France le 16 février 16SS. 

Gauche (François), explorateur, fait vers 1650 un voyage dans 
toute l'ile ; il est partout bien accueilli par les indigènes. 

Des Perriers, ancienlieutenantde Pronis, succèdeauprécédent 
dans le gouvernement de Port-Dauphin et venge la mort du capitaine 
Delaforest, tué avec cinq matelots dans un guet-apens. Rentre en 1860. 

Champmargon (de) (1660-1665), protège à Madagascar l'éta- 
blissement de la première mission catholique, fondée par les Lazaristes, 
Le père Etienne ayant été assassiné par des gens de Diam-Manang, 
il inflige une défaite à ce chef quoique n'ayant avec lui que cent 
cinquante Européens. Il remet le 14 juillet 1665 le gouvernement de 
Fort-Dauphin aux représentants de la compagnie des Indes Orientales. 

La Caze, m^jor générai de nie, homme intelligent et énei^que, 
dirige plusieurs expéditions avec le concours de tribus indigènes; le 
succès de ses armes rétablit la situation des Français qui paraissait & 
cette époque un peu compromise. Heurt à Madagascar en 1671 . 

KercadioU (de), capitaine, arri.ve dans nie en I668 avec des 
renforts et des vivres; il réconcilie La Caze et ChampmargoD. 



Coogic 



B6auSS6 (de) (1664), premier représentant île la compagnie des 
Indes Orientales, président du conseil souverain destiné à remplacer 
les anciens gouverneurs ; malade dès son arrivée, il meurt le 14 
décembre 1665. 

Montaudon (de), successeur du précédent, contenue de gou- 
verner avec un conseil et n'obtient aucun résultat (1606). 

MondevergueS (de), homme très humain et très juste, 
chercbe à réglementer nos premiers établissements dans la Grande Ile, 
& la suite de leur abandon par la compagnie des Indes Orientales, et n'y 
réussit pas. Calomnié par son successeur, il meurt au chftt«au de Sau- 
mur, où il avait été emprisonné. 

Faye (de), dlrecteumommé par la compagnie des Indes orien- 
tales, administre la société sous la haute direction de De Mondevergues. 

Caron, navigateur hollandais naturalisé français» est d'abord 
directeur d'un établissemeiit hollandais de l'Inde, puis vient en mission 
à Madagascar, Surate et Trinquemale ; la fortuae rapide qu'il fait dans 
ces régions détermine son rappel. Il meurt en 1674, sans laisser de 
regrets. 

La Haye (de), amiral, arrive à Fort-Dauphin en novembre 
1670, mais bientôt malade, il se. rend à Bourbon au mois d'avril suivant 
afin dp s'y rétablir, puis il quitte définitivement les mers malgachss et 
part aux Indes avec son escadre. 

La Bretèche (de), «ondrc de La Caze; ne peut, faute de 
moyens, lutter contre les indigènes et évacue, en 1672, notre étalîlisse- 
mcni de Fori-Dauphin, en emmenant avec lui tous les colons. 

Lablgorne, ancien soldai de la compagnie ' des Indes; 
épouse Béty, soeur de Zanhare, chef de la contrée de Foulpointe, et rend 
de réels services au commerce français sur la côte orientale (vers 1760). 

Maudave (de), gouverneur de Fort-Dauphin, propose un plan 
ayant pour but de créer un élablissement exclusivement commercial, 
mais les ressources lui manquent pour le mettre à exécution et la 
Métropole ne le soutient pas, sous prétexte que son projet est basé sur 
de faux principes. Fori-Dauphin est évacué de nouveau et de Maudavc 
r dans l'Inde, à Hazulipatam, en 1778. 



Benyowskl, Hongrois naturalisé Français, débarque le 4 
février iii-i dans la baie d'Antongil. Il élabore de vastes projets de 
colonisation auxquels la Métropole ne donne pas de suite; il démissionne 
alors, se fait reconnaître comme chef par les ind^fenes et songe à 



fonder un établissement pour son propre compte. L'Amérique lui fournit 
les tonds nécessaires pour mettre ses idées à exécution, mais le Gouver- 
nement français, décidé à empèctier cet établissement, envoie contre 
lui des troupes de l'Ile de France. Benyowski est tué dans le premier 
ei^agement (msd 1786). ' 

LeSCallCr, cbai^éenl792parlaCuuvention Nationale d'étudier 
et de choisir une position avantageuse pour la colonisation, fait un 
rapport favorable sur Madagascar. 

B. de Saint-Vincent (ISOl), envoyé par le. gouvernement 
de Maurice, déclare «pie Madagascar seul peut nous, faire une position , 
forte dans la mer des Indes. 

Sylvain Roux ust le premier agent français à Tumatave 
(1806); il est obligé de quitter .«on poste par suite de l'abandon dans 
lequel le laisse la m{?re-patrie, mais non sEms avoirlutté pendant quatre 
ans en laveur de notre établissement; parti en France pour exposer ses 
doléances au roi, il obtient de revenir îi Taraatave avec nne expédition, 
mais il meurt à la peine (1823). 

BléveC, capit^ne dugénie,ofncierdc mérite, que sacomplexion 
faible oblige presque aussitôt après son arrivée à se rendre en coi^é & 
La Réunion. Nommé commandant de Sainte-Marie à la.mort de Sylvain 
Roux, il n'a que des moyens insuRisants à sa disposition; il proteste 
contre le titre de roi de Madagascar illégalement pris par le roi des 
Hovas. 

Lambert, duc O'Emymc (4861-1864), négociant français que 
Radama II appela auprès de lui ; .fut envoyé en ambassade auprès des 
cours européennes pour notilier l'avènement de ce souverain, qui le 
cbai^ea aussi de demander au Pape des missionnaires et des religieuses 
pour fonder des hospices et des écoles dans l'île. Après avoir accompli 
sa mission, il revint à'Tananarive, faillit Hro assassiné pendant la révo- 
lution gui amena la mort de Radama et dut quitter l'ile à ce moment 
(1864). 

Laborde Jean (1862), cousu) de France à Madagascar^ Jeté 
sur la côte par un naufrage, il est amené à Tananarive ou, grâce à 
l'élévation de son caractère et à ses multiples connaissances, il ne 
tarde pas k se faire aimer et apprécier. Il installe une faljrique d'armes, 
crée de nombreuses industries et soutient toujours les intérêts français 
avec énergie etdésmtéressement; bannidel'ïte (18,^7) dans les dernières 
années du règne de Ranavalo I", il y rentre sous son successeur Radama ; 
mais pendant la période de réaction qui suit l'assassinat de ce pnuce, 
il est en butte aux hostilités du Gouvernement malgache qui, à sa mort, 
refuse de reconnaître les droits de ses héritiers. . 



■,:cc.;,C00gIC 



— 30 — 

Dupré, capit^ede vaisseau, préside la mission envoyée an 
couronnement de Radama II et signe avec lui un traité de commerce 
et d'amitié aux termes duquel nos nationaux et nos produits doivent 
jouir à Madagascar d'une situation privil'égiée. 

LoUVlèreS (de), consul plénipotentiaire envoyé par Napoléon 
m, en 1866, afln de négocier un nouveau traité pourla société Lambert; 
il meurt à Madagascar peu de temps après son arrivée sans avoir pu 
réussir dans sa t&che. 

Garnier, consul de France àTananarive^ signe, le 8 août 1868, 
avec Ranavalona II, un traité paraissant nous être favorable, mais 
dont les restrictions sont telles que les avantages accordés deviennent 
illusoires. 

Grandidier, savant français, né à Paris en 1836, est envoyé à 
Madagascar en 1865, et, pendant cinq ans, jusqu'en 1870, fait de l'île 
une exploration & peu près complète, dontil rend compte dans l'ouvrage 
le plus considérable qui ait jamais paru sur la Grande Ile, sous le titre 
de H iiloire physique, naturelle et politique de Madaffoscar (f875-76j. 

Cassas, envoyé comme consul à Tananarive (6 juin 1879), fait 
entendre d'énergiques réclamations contre les empiétements du Gou- 
vernement hova. 

MayCl'j succède à M. Cassas, avec le titre'de commissaire de la 
République (18 septembre 1880^ ses protestations n'obtiennent pas 
plus d'elTet que les réclamations de son prédécesseur. 

BaudaiS (1881-188S), consul de .France à Xananarive, présente 
des réclamations au siijet de l'héritage Laborde et proteste contre 
l'instnllation du drapeau hova sur la côte Nord-Ouest de l'île. Cette 
protestation ne produit pas de résultat; il amène alors son pavillon et 
part pour Tâmatave, ot'i après s'être entendu aVcC le commandant de 
la di\ision navale, il fait abattre Ir» drapeaux hovas par la force. 



îdby Google 



LISTE CHRONOLOGIQUE 

es Résidents (îénéraiix à Madagascar 



BIH. Le Hyre de Vilers, G. 0. #, Ambassadeur Honoraire. Député de 

riochinchine. 
Bompard, 0. #, Ministre plénipotentiaire, directeur des aflïiires 

commerciales au Ministère des Affaires 

Etrangères. 
Lacoste, 0. #, Consul Général. 
Larrouy, 0. *, Ministre plénipotentiaire. 
Ranchot, 0. ^, Ministre de France au Siam (décédé). 
Laroche, # ÂncienPrérct, 



LISTE CHRONOLOGIQUE 

des Gouverneurs Généraux de Madagascar 
et Dépendances 



s Général Ghdlieni, G. 0. ^; 0. a, 31 Juillet I 



îdby Google 



LISTE CHRONOLOGIQUE 

des Généraux commandant en chef 



MM. Duchesne, G. 0. », Général de division, commandant en chef le 

Corps expéditionnaire. — 6 Mai 1S9S — 

18 Janvier 1896. 

Voyron, G. 0. *, Général de briftadc d'infanterie de marine, 

commandant en chef le Corps d'occu- 

Sation. — <8Janviorl896 — 17 Septembre 
Ï96. 
Oallieni, G. 0, »,U- 0, Général de brigade d'infanterie de marine, 
commandant en chef le Corps d'occu- 
pation. — 18 Septembre 1896. 



LISTE CHRONOLOGIQUE 

des officiers de marine 
commandant la Division navale de l'Océan Indien 



MM. Bienaimé, C. », Contre-Amiral. — Décembre 1895— Février 1896. 
Le Do, 0. *, Capitaine de Vaisseau. — Février 1896. 
Hu^dt. 0. ». Capitaijie de Vaii?seau. — Février 1898. 
Lormier, 0. ». Capitaine de Vaisseau. — Décembre 1898. 



îdby Google 



HISTORIQUE 

L'INFLUENCE FRANÇAISE 






D„.„ab, Google 



D.,.,„eb, Google 



HISTORIQUE 

DE 

L'INFLUENCE FRANÇAISE 



CHAPITRE I" 
C à 1Ç38) 



HIBAIHE. — CosflidératioDS géograpliiques sur Madagascar. — 
Naissance et formation des royaumes betsimisaraka, saka- 
lave* hoTa, d'après la tradition. — Andrianampoinimerina. — 
Radama I". — Ranavalons I". 



L'Ile de Madagascar, située dans la mer des Indes, cnire les quarantième et 
quarante-neiiviëine degrés de longitude orientale, a environ trois cent soixante 



lieues de longueur sur une largeul" moyenne de cent lieues ; elle s'étend depuis 
le cap d'Ambre au Nord [10" S7 20" de latitude Sudl, jusqu'au cap SainlivMarie au 
Sud (2S° 45' 0" de la même latitude). Sa superficie, de 590.000 kmq, est approxi- 



mativement équivalente à celle de la France, de la Rclgiquc et de la Hollande 
réunies. Sa forme est très allongée et la direction Nord-Est Sud-Ouest de »a 
principale chaîne de montagnes la divine en deux grands versants ; sur la crête, 
on trouve des sommels atteignant 2.850 mètres (sommet de l'Ambara relevé par 
le lîeulenant Boucabetlle). 

La structure générale de l'ile se compoi^e d'une série de paliers partant de la 
cAte Est et de la côte Ouest et s'élcvant progressivement jusqu'aux hauts pla- 
teaux. L'arête principale étant beaucoup) plus rapprochée de la côte orientale 
Sue de l'autre, le terrain s'élève très rapidement de ce côté et présente certaines 
iflicultés pour la construction des voies carrossables dans le sens perpendicu- 
laire à l'axe de l'Ile ; sur le versant occidental, au contraire, le terrain s élève en 
peote assez douce jusqu'au pied des Ambohimenas (chaîne centrale). 

Les trois plus grands fleuves de l'Ile sont ; 1° la Betstboka, grossie de son 
principal irauent, llkopa; prenant tous deux leur source en Imcrina, ils se 
r^oigaeat à Harololo pour aller, d'un cours commun, se jeter dans l'Océan b 

D.g.tizecbyGoOgIC 



â 



Majunga ; 2° la Tsiribihioa, qui se jette au Nord de Horoadava ; 3° le Hangoro, 
seul Sauve important de la r.ate Est, qoi prend sa source au Nord de Fianaran- 
tsoa et se jette dans la mer au Sud de HaDanjary. 

On trouve bar le périnièb^ cOtier de Madagascar, évalué k 900 lieues, un 
certain nombre d'Iles; parmi elles, Nossi-Bé au Kor»l-Ouest et Sain le- Ha rie à 
l'Est OQt seules ouclque importance. 

Les principntes races qui habitent Madagascar sont: les Bovas, sur les hauts 

Êtatcaux; les Sakalaves, sur le versant occidental; les Betsimisarakas, sur lacàte 
st. Ce ne sont là que de granden divisions, car celles-ci se subdivisent elles- 
mêmes en une foule de groupes secondaires : Baras, Antankaras, Betsiléos, Be- 
zanozanos, Antsianakas, Antankayes, Bctanimèoes, Antayfaninos, Anianos, etc. ; 
mais ces groupes oETreut beaucoup de caractères généraux communs. H&leré 
les recherches faites jusqu'à ce jour on n'a pas de renseignements certains sur les 
habitants primitifs de l'Ile et l'on croit généralement qu'il n'en reste pas de 
représentants indemnes de tout croisement. 

Le Hova a les cheveux unis et plats, les traits droits, sa couleur est jaune 
olivâtre, ses formes sont déliées et élancées ; le trait distinctif de son caractère 
est un mélange de douceur, de ruse et de circonspection. Il appartient peut-être , 
à un groupe d'autochtones croisés d'Arabes ou de Sémites. Les races Betsimisa- 
rakas sont moins sveltes j elles paraissent provenir de croisements entre les 
primitifs et les naufragés jetés sur les cAtes de l'Elc à toutes les époques. 

Les Sakalaves de la cOte ont la peau noire, tes cheveux crépus, le visage large, 
le nez épaté, les lèvres épaisses ; ils semblent résulter du mélange d'indigènes et 
de nègres de la câte d'Afrique. Ceux de 1 intérieur ont la peau plus claire et les 
cheveux lisses. 

On croit généralement que les Betsimisarakas proviennent d'unions de Poly- 
nésiens et d'indigènes ; une remarque curieuse est que la couleur de la peau, 
assez claire dansles pays du Sud, va s'accentuanl de plus en plus vers le noir i 
mesure que l'on se rapproche' du Nord. l, e passé de toutes cet races est i peu 

frès inconnu et l'histonque suirant estcoustttné à l'iiide de renseignements 
rouvés d^ns les archives de nos anciens établissements de l'Océan Indien et par 
les histoires des traitants, des missionnaires, 'etc. 



■ETSIMIMMKAS 



Avant le XVII' siècle, la côte Est de Madagascar était habitée par de petites 
tribus indépendantes les unes des autres; quelques chefs nous soûl connus 
moins h cause de leur autorité que par suite des difficultés qu'ils curent avec 
des Européens : Dian Nong par exemple, qui est de la lignée de Dian Hahazi et 
vivait dans la région voisine du Mahanoro actuel- Dian Rahazi descendait lui- 
même de Ramini, Arabe dont le navire avait échoué dans la province de 
LamanousBi. Il se maria k la fille d'un chef et fut, de ce fait, le fondateur de U 
dynastie des Antananes et des Hatatanes. 

On connaît encore Dian Missaran et Dian Hohits, qui massacrèrent les 
Portugais Venus sur la cûte dans les environs de Manghatia, vers le XVI' siècle. 

C est en pays belsimisaraka, dans la région qui se trouve en face de S^-Marie, 
que le capitamc Laforeat, commandant un des navires de la compagnie d'Orient, 
fut massacré avec quelques-uns de ses hommes en 1655. 

De nombreux navires anglais, portugais et français vinrent pendant le 
XVi' siècle sur la côte Nord-Est, ou ils trouvaient des abris sûrs contre les 
tempêtes de l'Océan Indien ; ils v trafiquaient beaucoup, ce qui permettait aux 
habitants du Nord de se procurer des armes, de la poudre et des balles. Les 
tribus du Sud qui n'avaient pas de port, jalouses de voir leurs voisines entretenir 
des relations avec les marins de toutes nationalités, résolurent de s'unir pour 
les coinbatlre et leur en enlever un. Elles s'assemblèrent sowa l'autorité d'an 



des chefs de tribus, Ranwaaoo, qui, form&ot une troupe nombreuse, se rua sur 
ses voiùni -. Tam&tave et Fénérive furent pris et les vainqueurs s'établirent non 
loin de ce dernier port qui fut pendant deus siècles le plus fréquenlé de Hada- 
gas^r. Hais Ramanano exerça son aiitoritë sur les vaincus d'une façon brutale, 
Tolant leurs troupeaux, plllanl les villages et vendant comme esclaves les 
femmes et les eufants qu'il avait enlevés. 

C'est k ce moment que revinl d'Angleterre le chef malata Ralsimihabo, fils 
du pirate anglais Tom et d'une négresse de la côte. Son père avait voulu le faire 
élever h l'européenne ; mais «près I rois mois de séjour en Angleterre, le métis 
avait eu la nostalgie de la pairie cl élail revenu, rapportant de l'argent, des mar- 
chandises et des munitions. Ratsimihabo forma le projet de chasser Ramanano 
de Fénérive. 11 s'cnteodil avec un de ses cousins et tous deux allèrent trouver le 
chef envahisseur qu'ils sommcreat-de rentrer chez lui avec les siens. Celui-ci, qui 
n'était pas prêt ù la lutte, se retira ii l'entrée de la baie d'Antongil. 

Ce résultat produisit un grand effet sur la population et itat^imihaho fut 
considéré comme un libérateur ; profitant de l'enthousiasme produit, il engagea 
vivement le peuple à la guerre. Tout le-m«nde accepta et les diverses tribus 
décidèrent d'^'lrc inséparables, d'oi'i leur nom de Rctsimisarakas. Rendc/.-vous 
fut donné à ceux qui voulaient combattre, à Ambitsika, pour le troisième jour 
de la nouvelle lune. Ce.jour-là, deux cents jeunes gens furent armés et. Il la 
Buite de leur chef improvisé, ils allèi-eol lenler d'enlever Fénérive occupée par 
les Tsikoas. Ils ne purent y parvenir et, usant de ruse, ils simulèrent un départ : 
Ratsimihebo divisa son armée en deux ; une partie alla non loin de là attaquer 
ouvertement le fort de Vohimasiua ; les habitants de Fénérive se portèrent au 
secours de ce point ; ils curent k parcourir un terrain rougeAtre détrempé par 
les pluie», ce qui leur valut le surnom de Betanimènes. Profitant de celte division. 
l'autre fraction de la troupe assiégeante se porta par un mouvement dérobe 
contre Fénérive et s'en empara, mais Vohimasina ne put être prise. Au bout 
d'un certain temps de siège, Ramanano proposa aux assiégeants de se retirer 
vers le Sud, en ne conservant que le port de Tamatnve. Cette proposition fut 
acce|>tée malgré l'avis contraire de nombreux {letsimisarakas. Les hostilités 
terminées, Rusimihabo fut acclamé roi vers 1712 et reçut le surnom de Rama- 
ramanompo (le seigneur qui a beaucoup de serviteurs). 

Cependant Ramanano se préparait à recommencer la lotte et interdisait 
l'entrée de Tamatave aux Ambanivolos. Ceux-ci implorèrent l'aide de Ramara- 
manompo, qui envoya des ambassadeurs au roi bctanimena ; mais ce chef, non 
content de les mal recevoir, sortit de Tamatave avec ses troupes et dévasta leurs 
villages. Le chef betsimisaraka rassembla aussitdl ses guerriers et vint mettre 
le siège devant Tamatave, dont les défenseurs, menacés de manquer d'eau, 
prirent la fuite. Ramaramanompo les poursuivit et s'empara d'Andevorante et 
de Ranomainly. Les Belanimenas se retranchèrent dans un camp fortement 
installé entre la Vohilra et ta Varavaramhao, d'où leurs ennemis s'efforcèrent en 
vain de tes déloger. 

Après un an de lutte indécise, Ramaramanompo s'allia au chef antatsimo 
Kataheka, dont il épousa la fille ; il s'engagea à céder à Son beau-père, en cas 
de victoire, plusieurs places dont le port de Fénérive. 

Les Retsimist^kas, secondés par tes Antatsimos, attaquèrent !i nouveau les 
Betanimenas et Icfur infUgèrcn' une défaite sanglante. Ramanano dut abandonner 
Tamatave et payyr un tribu annuel au vaim]ueur. 

La paix conclue, Ramaramanompo signa avec ta reine Béty, le 30 juillet 
de la même annéei l'acte qui donnait h la France le droit de suzeraineté sur 
toute la côte betsimisaraka. Trois ans plus tard, le directeur à Madagascar de la 
compagnie d'Orient, Gosse, fut accusé par la reine d'avoir violé la tombe de son 
man pour y pntidre de l'or. La population se souleva et, ta veille de Noël 1754, 
rétablissement fut incendié et les colons massacrés. Un vaisseau envoyé de l'tic 
de France vint tirer vengeance de ce massacre et Béty fut envoyée sur la Grande 
Terre. Elle alla s'établir avec son frère b Foulpointe et se mana avec un ancien 
caporal de la compagnie des Indes nommé i^igorne, qui prit un grand ascen- 



dant sur les chefs de la c<(le. C'est vers cette époque que les Horu gL„ 

cdte et que l'histoire des Betsimisarakas commença à se confondre avec la leur. 

Le Betsimisartika est doux, gai, bon enfant et 1res probe; il aime ses 
enfanta et a, jusqu'à ud certain point, le senlimcnl de la famille ; de physique 
viKOureux, il est aesoi enclin à la paresse et à l'ivrogooric. Le premier de ces 
déTauls n'esl ccpendnnl pas commun à tous ; certaines régions, comme l'Ile do 
Sainte-Marie et les environs de Tamatave, ont une popiilalion laborieuse, si on 
la compare au reste de l'ile. Les Betsimisarakos ont le culte des ancêtres et 
nulle part les lombes ne sonl aussi respectées. 

La province des Betsimisarakas est l'une des plus riches de l'ile, autant par 
sa situation sur une cote qui h de nombreux ports que par la ferlililé de son 
sol où poussent toutes les productions des pays tropicaux. 



La race sakalave est, parafl-il, celle qui aurait eu la prédominance à Mada- 
gascar avant les Hovas. Le premier royaume sakalave dont la tradition fait 
mention était dirigé par un chef despotique résidant à Marovoay ; il avait une 
armée permanente recrutée parmi se^ sujets, qu'il traitai! en esclaves. Suivant 
le Père La Vaissière. le fondateur de la monarchie sakalave serait un blanc, 
Aadrianandazohala, débarqué h, la baie de Saint-Augustin ; il aurait eu un flls, 
Andriamosara, cl un pelit-fils, Andriandahifotsy, qui aurait fondé le royaume 
du Hénabé. 

Les querelles intestines perdirent les Sakalaves de même qu'elles avaient 
perdu les Betsimisarakas. Tontefois, tandis que sur le versant oriental les 
indigènes subirent l'influence européenne, sur le versant occidental de l'Ile ils 
ressentirent surtout celle des Arabes. 

En dehors des petits groupes indépendants qui ont subsisté, jusqu'à nous, 
le pays sakalave était scindé en deux grands royaumes ; on verra plus loin 
Andnanampolnimerina, puis Radama, essayant de traiter avec leurs chefs. 

D'après les documents publiés jusqu'à ce jour, la première dynastie se 
serait divisée en deux branches et l'arbre généalogique serait le suivant : 

ANDRIANDAHIFOTST 

Mémbé 
Né en 16l5rpréseiice coustatée en 1G33 p^f des inatclols de Fort>Daupliin), 

DESCENDANTS 

AndriamanihBtiharivo (1834-1718) Andriamandi9oaH*o (1712) 

A ndriandiharivo Andrianambaniarho 

Andnamandihonarivo Andriamahatlndorlm 

Andriamitonkiharho Andrianlhotsiarlvo 

Andriamahitiarivo Andrlanekenarlro 

Andrianitxoanariro {mort rn )805) Andrlaman^arakarlvo 

Hamltratra Ravahiny 

L'histoire des Sakalaies antérieure aux deux derniers rois ne nous est 
transmise que par la légende et, sons ceux-ci, cllo se mêle à l'histoire des Hovas. 



— 89 - 

Iblgré leurs efforts, les Hovse ne purent réuMir à abattre complëtemont les 
Sakalsves-, néanmoins coux-h^Î. pour avoir la paix, acceptèrent leur suprématie 
nominale, mais jamais ils ne les laissèrent prendre pied dans leur pays. 

Le Sakalave est paresseux et ivrogne, comme le Betsimisaraka, mais il a 
des vertus guerrières qui manquent k celui-ci ; moins attaché K la famille, il 

pratique cependant atissi le culte des anci^lre!<. It est fier et vigoureux et porte 

fréquemment des marques de tatouage. 

Le pavs contient d assez grandes richesses, en particulier dans l'Ambongo, 

le Hënabé et le Betsiriry ; mais, jusqu'à présent, il n'a pu être exploité, les 

indigènes s'opposant énèrgiqnement a la pénétration des étrangers. 



1 



Les Hovas sont constamment restés des étrangers pour les peuples du Nord 
et de l'Est -, on croit qu'ils sont d'origine malaise. D après la tradition, (>) ils 
seraient venus d'outre-mer, jetés à la côte par un cyclone et auraient été en 
~irtie massacrés peu de temps après par Ion habitants ; les survivants partirent 
_ la recherche d'une terre plus paisible et d'un climat pius salubre ; ils atteigni- 
rent ainsi les hauts plateaux, ou ils se Hxèrent. Très prolifiqueR, ils se multi- 
plièrent rapidement en formant une tribu longtemps fermée au contact des 
autres tribus. 

Les premiers faits connus de l'histoire des Hovas remontent au ràgue de 
Rafohy ; Rafohy était rciuc de Hcrimanjaka, petit village situé à dix kilomètres 
environ de Tananarive ; c'est ce modeste hameau qui, d'après les historiens 
locaux, serait le berceau de la dynastie' hova; Rangita, qui lui succéda, ne modifia 
rien aux étals qu'elle avait reçus de sa mère, mais son fils Andriamanelo 
épousa la Hlle du roi d'Ambohilrabihy et, ii la mort de ce dernier, réunit les 
deux fiefs sous son autorité ; il s'empara ensuite du village d'Analamanga, situé 
Biir la hauteur qu'occupe aujourd'hui Tananarive. 

La circoncision, l'art de fixer les destinées par le mois, le jour et l'heure 
de la naissance, ainsi que la divination par le sikidy [sorcier malgache) remon- 
tent, dit-on, à Andriamanelo. 

Il est possible toutefois que cette tradition soit inexacte et que le peuple 
hova ait subi lui aussi, vers cette époque, l'influence arabe et se soit adapté 
quelques-unes de ses coutumes. 

Ilalambo, fîlH et succcâseur d'Andriamanelo, hérita de ses qualités guer- 
rières ; il battit un parti.de Sakalaves venu pour l'attaquer, puis>des habitants 
des bords de l'Ilcopa qui avaient pillé un de sos villages, Ambohiboaladina, et 
chacune de ses victoires eut pour résultat un accroissement de territoire. Au 
point de vue administratif, il essaya d'organiser la noblesse en quatre classes 
et, s'il n'y réussit pas complètement, on peut du moins considérer ({ue la 
conception du système actuel de la hiérarchie des honneurs émane de lui. 

Son successeur, Andrianjanaka, se rendit sur l'emplacement d'Analamanga 
et y fixa sa résidence : » ie veux, dit-il, installer près de moi, sur cette hauteur, 

. [i] Des travaux récents tendent i détruire cette légende d'une invauon malaise et à 
faire considérer tous les Malgaches [BeLiimisarakas, Sakalaves, Hovas, etc.J comme des 
autochtones ayant sutû les modifications qui les ditTérencient aujourd'hui par suite de 
croisements avec des éléments étrangers k l'Ile, particulièrement Tes Arat>es, 

Quant à l'explication de la similitude des racines des langues malgache et malayo- 
polynésienoe, elle ne se trouve que dans l'hypothèse [d'ailleurs tous les Jours ^n 
prcwrës] de la l^muriei un vaste conliaent austral, aujourd'hui disparu et dont les 
vesUges seraient Hadagascar. les îles de la Halaisie et de la Polyoésie, aurnit existé 
postérieurement à la forraatioQ du canal de Mozambique. Son immersion presque totale 
n'aurait laissé sutisisler que les terres mentionnées plus haut et les rameaux ethniques 
eorres pondants dont s'expliquerait ainsi la parenté. 



■..CA>Ot^lc 



-t40 - 

uoe colooie de mille hommes ». Ce fut la naissance de TaDaaarive, qui devait 
devenir plus tard la capitale de l'De. 

Andriaojaaaka uoiirouivit les travaux d'eadîgueraeot de l'iliopa commencés 
par ses prédécesseurs et transforma en rizièrcs^es marais insalubres que for- 
mail celle rivière. 

Enfin, il réussit k se procurer, probablement par des échanges, une cinquan- 
taine de fusils et trois barils de poudre: cet armement assura pendant longtemps 
la supériorité des Ilovas sur leurs voisins. 

Le rëene de son successeur, Andriantsilakatandrians, ne présente rien de 
remarquable; il poursuivit la conquête pacifique des marais de la vallée de 
rikopa. I.'ainc de ses deux fils, Haïokatâitakatandriana, occupa le LrOne après 
lui, se montra dur et fut remplacé par son frère Andriamampandry, à la suite 
d'une révolution de palais; mais les luttes entre les deux compétiteurs rempli- 
rent toute leur vie et la domination hova ne fit aucun progrès pendant celte 
période. 

Le règne d'An driamasi naval ona fut pliis heureux ; sa douceur et son équité, 
l'affection dont son peuple l'entourait et la félicité dont jouissait son royaume 
lui vnlurent au dehors une telle renommée que les chefs du voisinage vinn.-nt 
d'eux-mêmes faire auprès de lui acte de vassalité. Malheureusement, il commit 
la faute de partager de son vivant ses états en quatre principautés et donna 
chacune d'elles à l'un de ses fils, ce qui amena par la suite des querelles intes- 
tines continuelles. Après sa mort, des guerres fratricides ensanglantèrent te 
royaume jiisqii'ît l'avènement d'Andrianampoinimerina, qui monta sur le trOne 
d'Ambuhidratrimo. 

Ce prince était tellement convaincu de son rAle prédestiné que le jour de 
son installation solennelle sur le Irdnc d'Ambohidratrimo, il dit à son peuple: 
« Il îaui que toute cette terre m'appartienne ; la mer doit Cire lalimite ac mon 
royaume ». Il consacra les sept premières années de son règne k organiser la 
défense de son territoire ; il établit des forts et des- villes fortifiées et désigna 
leurs garnisons dès le temps de paix; il créa aussi un conseil des grands, sorte 
de conseil des ministres composé des douze chefs qui avaient le plus contribué k 
son élévation au pouvoir. Cette période de paix cessa k la suite d'une injure que 
lui firent phisieun' rois dn voisinage ; il les battit successivement, puis cntre- 

[irit des expéditions contre les Sihanakas qu'il vainquît, contre les Betsiléos et 
es Bezanozanosdont il conquit les royaumes. Non content de ces résultats, il 
voulut atteindre la mer et adressa des envoyés aux Sakalaves du Ménabé pour 
leur faire reconnaître sa suzeraineté, mais ils n'acceptèrent pas ses ouvertures; 
Audrianampoinimerina se tourna alors vers la reine du Bcuéni auprès de laquelle 
il fit la même démarche qui, cette fois, fut couronnée de succès: elle vint k 
Tananarive où. elle fut reçue en grande solennité, remit en cadeau au roi 3 
canons, SO fusils et 7 barils de poudre, et reçut en échange de grandes quantités 
d'argent, de toile et de rii. 

Andrianampoinimerina ne porta pas seulement son activité vers les accrois- 
sements territoriaux ; il s'appliqua avec aufant de soin 'io développement de 
l'agriculture. 

Le commerce prit aussi une grande extension favonsée par des lois de 

F protection pour les vendeurs et les acheteurs. Il fixa la valeur des poids, les 
raclions de pièces d'argent destinées aux paiements, la longueur de la brasse 
servant à mesurer les étoffes ; un récipient cylindrique de dimensions déter> 
minées servit d'étalon de mesure pour le riz et les autres denrées du même 

Ce court exposé du règne d'Andrianampoinimerina montre i^ue ce prince 
avait de réelles qualités de gouvernement et portait un intérêt éclairé au dévelop^ 
pement du commerce. Plusieurs des mesures qu'il a appliquées semblent lui 
avoir été inspirées par les traitants qui commençaient k venir en Imerina. 

Les dernières années du grand roi furent troublées par des jalousies et des 
querelles entre ses flis ; il dCit faire exécuter l'un d'eux qui avait tenté de le 
faire assassiner ; pour ramener l'ordre parmi les siens, A ndrianampoi ni ""'"■■■ 



■..CA>Ot^lc 



— 4i - 

proclaina sOleDDelleineDt Radama comme son surcesaeur et désigna sa femme 
■avo pour le remplacer en cas de décès ; il mniinit en 1810, après 23 uns de 
règne, à l'&ge de 65 jos. 

I^dama I"", qui lui succéda, éloigna ou fît disparaître lotis ceux qui pou- 
\aieiit gêner son autorité ; les différents peuples soumis par son père se rèvol- 
Iferent contre lui dès son avènement, mais il tes ramena dans l'ordre avec une 
énerstc presque barbare. Pendant les huit premières tinnécs, il s'appliqua k 
développer la civilisation hova et k organiser solidemonl le pays. La conslitulion 
d'un empire UDiUire progressait peu !i peu parles armes; la législation se per- 
fectionnait; les institutions barbarâs, les préjugés cruels étaient attaqués avec 
énergie ; la traite disparaissait dans toutes les |)rovincns où s'utfermîssait l'autorité 
du roi ; des écoles s'ouvraient et une presse établie par les missionoaircs niul- 
lipliait en Imerioa les exemplaires de la Bible. 

Radama reçut de nombreux conseils d'Européens, mais on doit recoBOaltre 
que t'impulsioD civilisalricc qui marque son règne est due en grande partie à 
son génie propre. 

Parmi ces Européens, il faut citer, en première ligne, le sergent Robin, qui 
arriva à Tananarive vers 18S0. Actif, entreprenant, il ne tarda pas li devenir le 
professeur de Radama et à acquérir sur lui une grande autorité. Quoique le carac- 
lireabsolndesonélèveaitoccasioani^enlre eux certains dissentiments, le roi hova 
revint toujours le premier, ne pouvant se passer de Robin qui mettait de l'ordre duos 
ses affaires. Dans son histoire, le missionnaire Ellis rappelle que c'eU Robin qui, 
le 3 octobre 1820, le reçut à son arrivée à Andraisoro ae la part de Radama. En 
1826, Robin fut nomme grand maréchal du Palais avec le commandement en 
chef de la côte Est. 

Le charpentier Gros, qui était venu vers la même époque à Tananarive, fut 
aussi pris en amitié par le roi qui utilisa maintes fois ses connaissances indus- 
trielles. 

C'est vers l'époque de l'arrivée de Robin a Tananarive que le gouverneur 
anglais de Haurice, lord Farquhar, envoya des agents ù Madagascar pour essayer 
d'assurer à l'Angleterre l'alliance du cheides Hovas ; ù cet cfTet, il plaça auprès' de 
lui le serfcent Hastie qui s'attira la conMance du souverain et lui rendit de grands 
services. Peu de temps après, une armée de 25.000 Hovas commandée par le 
sergent anglais Brad^ se présentait devant Tamalave où ri'guait Jean René, chef 
métis, ancjen interprète ; celui-ci, effrayé, acceptait aussilât la suierainelé de 
Radamu. Des envoyés anglais remontèrent à Tananarive en même temps que 
l'armée victorieuse et réussirent h l'aire signer, le 23 octobre 1817, un traité 
fkvorabje à l'Angleterre. 

On doit à Radama de grands travaux, entre autres les palais du Traaovola 
el de Soanierana et plusieurs ponts en pierre, dont celui a'Antanjombato sur 
rikopa ; il mourut le 27 juillet 1828, laissant, conformément aux prescriptions 
d'Andrianampoinimerina, le pouvoir h son épouse Mavo, qui prit le nom de Ra- 
aavaloaa 1". 



Dni.tizc-ct.GoOglC 



CHAPITRE II 
(1638 à 1883) 



••MMAtlIE. — Premiers voyages à Madagascar. — Compagnie de 
l'Orient. — Pronia. — Flaoourt. - Compagnie des IndoB Orien- 
tales. L*Ile-de-Franoe possession française. — De la Haye. — 
Benyowski. — SyWaîn Roux et Farquhar. - De Lastelle.— 
Laborde. — Lambert. — Création à Tananarive d'un consulat 
officiel. 



Peadant que ces événeiaeDU se déroulaient au ceatrc de l'tle, la France avait 
pris pusKSsion de plusieurs poials de la cAte, dans les circonstances suivantes. 
A la auite de voyages que des navigateurs dieppois avueal entrepris pour 
«'approvisionner de bois d'ébène à la cAte Est de Madagascar et qni avaient 
parfaitement réussi, Berniyer, l'un des directeurs de la société des Iles d'Amé- 
rique, et Desmartins. banquier de la même compagnie, s'associèrent dans le 
but de traflguer et coioDiaer k Madagascar et à Maurice. 

Le 15 janvier 1638, ils firent partir de Dieppe deui navires ; l'un, La 
Marguerile (capitaine Grégoire Digartj, était chargé du trafic; l'autre, Le 
Saiiil-Alexù, devait fonder un comptoir à Maurice. C'est sur ce dernief qne 
s'embarqua Gauche, k qui l'on doit la première relation sur Madagascar. Le 
Sainl-Alexit parvint aux Hascareignes en juin 1638; le capitaine reconnut 
Diégo-RoÏE, dont îi prit possession le 20 juin, et continua sur Maurice. 

Ces voyages, dont Berruyer et Desmartins avaient tiré profit par la vente, 
sur les places de Normandie, des bois, cires et pelleteries recucillia dans les 
lies de l'Océan Indien, leur iaspirërcnt l'idée d v créer un établissement. Le 
^iear Ri(;autt, de !a marine royale, qui avait déjk navigué dans ces parages, 
leur offrit son concours; les armateurs l'acceptèrent av«c d'autant plus d'em- 
pressement qu'il avait d'excellentes relations a la i:our. 11 fonda aussitôt une 
compagnie de vingt-quatre actionnaires parmi lesquels se trouvaient le surin- 
teadant Fouquet, le maréchal duc de la Meilleraye, le surintendant Flacourt, 
l'aTchimiste beausse, etc. Dès que Rigault fut sur de ses actionnaires, il 
sollicita et obtint de Richelieu la signature de lettres patentes à la date du 24 
juin 1612 ; elles concédaient ^ la compagnie de l'Orient Madagascar et les Iles 
voisines, pour y ériger des colonies et en prendre possession au nom de sa 
Majesté Très Chrétienne. Déjb la compagnie avait envoyé, au mois de mars 164S, 
le navire le Samt-LouU, commandé par le capitaine Cocqnet et portant 40 
«ngagés ; à bord se trouvaient Pronis et Foucquembourg, tous deux commis 
de la compagnie. Grftce b la connaissance de ta route que possédaient Cocquet 
et son second Jean Régimon, le voyage se fit dans de bonnes conditions et le 
Saint-Louis parvint aux lies en septembre 1643. Pronis prit possession du pays 
oii ils abordèrent au nom du roi ; il fit de mémeàrt]eS"-Maneet à la baie d An- 
tongil, puis alla s'établir dans la baie de S'*-Luce ; mais la maladie y décima 
bientôt les colons; aussi, le 1" mai 1643, à l'arrivèedu SattU-Laurent, appor- 
tant soixante nouveaux arrivants, Pronis décida-t-il de quitter ce pays. II choisit 
alors comme établissement définitif la presqu'île de Tholangar, ou il construisit 
Fort-Dauphin. 

Nos premiers agents, Pronis et son second, Foucquembourg, ne furent pas 
très heureux dans leur administration, M l'on en croit les relations écrites jusque 



— 43 — 

nos jours. CependanI, il y a lieu de cooslaler que (aol que Pronis conserva 
le Eoyal qui lui avait été expédié de Dieppe en novembre 1642 pour le 
ravitaulement de la colonie, loul marcha bien ; mais les détails manquent sur 
les débats de notre élablissemeot. En effet, Foucquembour^, oui rentrait en 
France en te46, emportant avec lui le rapport de tout ce qui s'était fait dans 
la colonie depuis que Pronis en avait \a direction, fut malneureusement volé 
et as-sassiné aans la forêt de Dreux en se rendant de Saint-Halo k Paris, et lous 
les papiers qui lui avaient été condés par son collègue furent perdus. 

Le 4 décembre 4648, Flacoiirt vint remplacer Pronis ; s'il fiit plue énergique 
el s'il rétablit uos affaires au point de vue militaire, son caractère soupçonneux 
ne lui permit par d'apporter à ta situation des améliora tiens sensibles sous te 
rapport de la colonisation. 

D'autre part, le Gouvernement d'alors ne s'inquiétait Kuère de nos malheu- 
reux colons; après six ans d'onbli.'ils eurent pour la première fois des nouvelles 
de la mère-patrie en août 1654. Flacoiirt profita des navires qui les apportaient 
ponr rentrer en Europe et Pronis reprit le commandement. 

Le jour même de son entrée en fonctions, un incendie éclata dans le fort, 
Eoivî quatre jours plus tard d'un autre sinistre qui détruisit toutes les maisons 
de Fort-Daupbin. Frappé au cœur par ce déitastre, Pronis tomba malade et 
mourut, laissant ie commandement à Des Perriers. Celui-ci reprit la politique , 
de violence qui n'avait pourtant pas réussi à son ancien chef ; le capitaine de 
la marine française Delaforest ajant été tué avec cinq de ses matelots par des 
indiffënes, il te vengea par des représailles terribles. C'est vers cetle épsque 
que le duc de la Heillcraye, principal intéressé de la société qui avait succédé 
àcellc de Rigault, voulut frapper un grand coup pour assurer sa domination 
fc Madagascar. Il y envoya quatre navires, portant huit ceulti soldats ou mnlelols; 
mais une navigation pénible fatigua les équipages et les passagers, qui arrivèrent 
i destination dans le plus piteux état et ne furent d'aucun secours. 

II. de Chanipmargon fut alors nommé agent principal de la compagnie: le 
ravitaillement k main armée et un prosélytisme religieux dont les formes 
étaient maladroites soulevèrent un moment les indigènes. 

C csl sous le gouvernement de Champmargon que La Caïc remplit les fonc- 
tions de major général de l'ile; il eut de bonnes relations avec les nabitants el 
réussit à rétablir la réputation du nom français qui paraissait compromise. Il 
forma des troupes indigènes, gr&ce auxquelles nous remportâmes de nombreux 
avantages. Mais U. de Champmargon, jaloux de ses succès, ne rendit pas à La 
Caze la justice due à sa valeur et à son courage. Le chef de la province d'Amhoule, 
Dian Rassilate, voyant les dissentiments qui existaient entre les deux chefs, attjra 
chez lui te major général qui épousa sa fille. Pendant ce temps, la garnison de 
Fort-Danphin était dans une situation diflicile. Le capitaine de Kercadiou, arri- 
vant avec des vivres et des renforts, mit fin à l'état de détresse de la colonie et 
réconcilia Champmargon et La Gaze. 

La situation seoibtait cependant compromise lorsque mourut le duc de la 
Heilleraye; son dis, le duc de Maiarin, céda au roi la concession de Madagascar et 
Colbert imagina de créer la Compagnie de* Indes Orientales. Un courant d'opi- 
nion très puissant fut formé en province; près do quinze millions de livres furent 
souscrits; le roi les compléta et la compagnie se constitua le 27 août 1664. Fort- 
Dauphin fut assigné comme chef-lieu de Madagascar, qui reçut le nom de France 
Orientale, ainsi que le mentionne l'exergue du sceau royal: 

iMdaoici Xtv Francix tt I^avarTse régis ticillium ad tuum tupremi con~ 
sililii Gallix Orientalis. 

A l'autorité du Gouverneur, on substitua un conseil souverain dont l'alchi- 
misle Pierre de Beausse fut le premier président; ce conseil, divisé par des dis» 
sensions intérieures avant même d'avoir atteint Madagascar, n'y obtint aucun 
résultat. De Beausse. malade dès l'arrivée, mourut Je 14 décembre 1665 et de 
MoDlaudon lui succéda sans mieux réussir. Colbert se rendant compte de l'inu- 
tilité de ce conseil, le remplaça par une sorte dé vice-royauté. François de Lo* 
pis, marquis de Hondevergues, fut investi de ces hautes fonctions en 1667 avec 



îdby Google 



— 44 - 

le tilre d'amir&t el tieulenant-général des places et vaisseaux ap])artenant aux 
Fra[i<;ais au ddh de la ligne équiaoxiale. Mondevcrgucs sut se concilier les indi- 

f;ènc's, mais le gaspillage des ressources de la conipaijnie continua comme par 
e passii. En < 668, le roi lui fit don de 2 millions qui disparurent rapidemeut sans 
aucun fruit; presque loiit Tut absorbé par les dépenses du personnel; il faut dire 
que U. de Hondcve^ues oe s'occupait pas do la partie financière; il avait sous 
ses ordres deux directeurs nommés ^ar la compagnie, les sieurs de Faye et 
Caron ; le rôle douteux de ce dernier mérite une monlion particulière. 

Au moment de la formation de la société, Caron, ancien agent de la eom- 

Saguie hollandaise des Indes orientuirs, se rapprocha de Colbert el obitnt la 
ireclion de la flotle. 



Toutefois le ministre de Louis XIV, pourdiminuer son importance, lui adjoî- 

Snit un co-directeur, de Faye; malgré cela, l'influence néfaste du premier ne s'en 
( pas moins tr^^ vivement sentir. Par ses conseils, la flotle partie de La Hochelle 



met douze mois pour parvenir à Fort-Dauphin, puis, au moment où la présence 
de ce singulier directeur parait indispensable dans l'Ile, il part à Surate et 
réussit à y entraîner de Faye, qui y meurt brusquement d'un mal inexpliqué. 

Renvoyé h la disposition du roi p^r l'amiral de la Haye, Caron périt dans 
un naufrage survenu en cours de route. 

Devant les difiicultés qu'elle rencontra, la compagnie renonça k son privi- 
lège ; Madagascar fut de nouveau réuni à la couronne et l'on oésigna l'amiral 
Jacob Blanquct de la Haye comme " gouverneur de l'ile Oauphine, Bourbon et 
autres terres». Delà Haye étail un brûlai, qui n'ngtssaitque par la force : il mécon- 
tenta les indigènes et, alors que la situation éidil 1res difficile, partit à Bourbon ; 
•'hampmargon, qui avait été mainicnu dans les fonctions de lieutenant du roi, 
reprit le commandement; mais^ n'ayant presque plus d'effectif valide, il fut battu 
dans plusieurs rencontres avec les mdigenes et mourut, laissant le commande- 
ment à de la Bretëche, qui prit le parti de se retirer. 

Ce dernier était encore en vue de Fort-Dauphin lorsqu'il apprit que dans la 
nuit de Noël 1672 les indigènes avaient massacré presque tons les Français 
réunis dans la chapelle pour la messe de minuit. 

Louis XIV, alors absorbé par la politique européenne, ne répara point cet 
insuccès ; tenant cependant h montrer qu'il ne renonçait pas à la possession de 
l'Ile, il fit rendre un arrêt du conseil en date de 1686 qui la réunit solennel- 
lement au domaine de la couronne pour de roi en disposer, selon son bon 
plaisir, en toute propriété, seigneurie et justice ». 

Durant un siècle, aucun enorl'ne fut fait pour réoccuper notre possession : 
H. de Coligny fut bien chargé en 1733 d'étudier la baie d'Antongil en vue d'un 
établissement à y créer, mais son exploration d'cut aucune suite ; il en fu) de 
même du voyage fait par La Bourdonnais. Ce n'est qu'en 1767, à la suite des 
demandes adressées par le comte de Haudave, que l'on s'occupa k nouveau de 
Madagascar. 

Louis-l^aurent de Feidherbe, comte de Haudave, ancien officier des Indes, 
s'était établi à l'Ile-de-France ; il avait étudié avec soin les causes de nos échecs 
antérieurs dans la Grande lie el proposé au duc de Praslin d'y rétablir notre 
autorité sans escadres, sans troupes, par le seul emploi des moyens pacifiques 
d'une bonne administration ; son but était d'amener les Malgaches à rentrer en 
relations avec nous, par le simple attrait des échanges et du trafic. 

Bien accueilli par le ministre, Haudave reçut l'ordre de réoccuper Fort- 
Dauphin au nom du roi, on faisait dépendre cet établissement du gouverneur de 
La Réunion. Arrivé à Fort-Dauphin le 5 septembre 1768, il essaya de commercer, 
mais des rivalités mesquines 1 empêchèrent de réussir et, deux ans après son 
arrivée, nous dûmes de nouveau abandonner la colonie. 

Si Haudave avait échoué, ses idées, ses plans furent repris par de hardis 
partisans. 

On en a la prouve deux ans plus tard dans l'expédition de Benyowski, dont 
l'histoire ligure dans la notice sur Madagascar, publiée en 1889 par le Hiniatère 
des Colonies. « Maurice-Augusie, comte de Benyowski, né en 1741 k Wcrbowa 



- 48 — 

(HoQgrie), était fils d'un général autrichien. Possetseur de grands biens eil 
Pologne, il prit les armes contre la Russie, fut fait prisounier h Cracovieet 
interné à Kasan. Impliqué en 1771 <tans une conspiration contre l'impératrice 
Catherine 11, il fut déporté au Kitnitcliatka; en route pour cette destinalioil 
lointaine, il sauva du naufrage le navire qui le transportait ». 

Bcnyowski était un homme actif, d'une haute intelligence, plein d'entrain et 
de feu, d'uD esprit vaste et cultivé. Par son entregent el ses qualités d'homme 
du monde, il exerçait une véritable fascination sur tous ceux uui l'entouraienti 
Au Kamtchatka, le gouverneur le pria de donner des leçons de français f< ses 
filles; l'aînée s'éprit bientôt de lui. L'ayant obtenue en mariage, il fut à même 
de mener à bien le projet d'évasion qu'il avait formé dès le premier jour. 

Une nuit, avec plusieurs de ses compagnons d'exil, il s'empara d'un brick 
mouillé dans le port et cingla à toutes voiles, dans le but de «c rendre en 
France, après avoir contourné toutes les c4les de la Chine et de l'Indo-Cbine, 
traversé, la merdes Indes et doublé le cap de Bonne-Espérance, etc. «C'était un 
acte d'une audace et d'une intrépidité iuouTes pour l'époque, vu les moyens dont 
il. disposait et dans l'iguoTïDce oii l'on était alors des lieux par oii il fallait 
passer ». 

S'étant arrêté à Formose, Benjowski fut tellement séduit par le pays et par 
l'accueil des habilants, qu'il pressentit les avantages que retirerait une puissance 
enropéenne d'un établissement dans ces parages. Il gagna la condance des cljefs 
indigènes et conclut avec eux une convention par laquelle ils lui donnaient pou- 
voir de traiter de la souveraineté de leur Ile. 

Après des péripéties sans nombre, Benyowski s'embarqua îi Hacau sur un 
navire de la compagnie française des Indes, qui le conduisit en France après 
avoir touché à l'Ile-Se-France et à Fort-Dauphm, où il se rendit compte du parti 
que la France pourrait tirer de cette colonie. Sa renommée l'avait précédé k 
Paris; il y fut parfaitement accueilli et on lui offrit le commandement d'un 
régiment d'infanterie ; mais toujours sous l'influence de son projet de coloni- 
sation, il n'accepta qu'k la condition de servir aux colonies. 

Il fit pact de son plan au ministre et lui proposa de former une colonie 
K eu se conciliant la bienveillance, la conlîance et rattachement des naturels du 
pays. 

<' Lorsque l'on aura acquis de l'ascendant sur leur esprit, ajouta-t-il, les 
naturels se porteront d'eux-mêmes à rendre ics colons maîtres de la contrée ; 
alors il ne sera pas difficile de leur faire adopter les lois, le genre de commerce, 
etc., qu'on leur proposera ». D'après lui, >• il y avait peu de dépenses à faire ; 
seulement il fallait borner ses prétentions ii la suzeraineté, n'exiger que des 
subsides et n'avoir en vue que les avantages provenant du commerce à faire 
avec la Métropole ». 

M. de Boynes. secrétaire d'Etat au Département de la Marine, approuva ce 
projet, sous la réserve que ce serait a. Madagascar, el uon à Formose qu'il serait 
mis à exécution. Benyowski, heureux de remplir une semblable mission avec 
l'appui d'un grand pays comme la France, accepta avec empressement. Au lieu 
de 1.200 hommes qu'on lui offrait, il n'en réclama que 300, qu'il pourrait choisir 
lui-même. On devait en outre lui envover tous les ans 120 colons, hommes, 
femmes et enfants, et des marcbandises a échanger avec les indigènes. 

Arrivé k Paris le 8 août 1772, Benyowski accepta sa mission un mois après^ 
le 17 septembre j il quitta la France le 22 mai 1773 et atterrit k l'Ile-de-France le 
S3 septembre suivant. 

Les autorités et tes habitants de cette Ile ne le secondèrent malheureuse- 



traitants de Bourbon, s'embarqua avec tout son monde et aborîia 

d'Antongil en février 1774. Apres y avoir tracé les limites d'une ville h laquelle 
il donna le nom de Louisbourg, il se mit en rapport avecles tribus des environs 
et se les attacha par des traites. Une seule, ceÙe des Zaffl-Rabé, opposa de ta 



résialance ; il fll appel h l'arbitrage de ses aLiés et non seulemeat ceux-ci lui 
do nnëreni raison, mais ils lui offrirent leur concours pour refouler les ZafB-Babé. 

En quelques mois, BcDvowskt était arrivé h cet heureux ré&ultat de faire 
défendre son entreprise parles indigènes eux-mâmes; il obtenait d'eux égale- 
ment qu'ils construisissent des routes. 

Dans les trente-deux mois que dura sod séjour à Louisbourg, il exécula de 
telles choses que, cent ans après, eu 1863, les agents de la compagnie de 
Madagascar, eu exploralion dans les forêts de cette partie de l'Ile, étaient tout 
énicrveillés des traces qu'ils en tr-iuvaieot encore. 

Cependant il n'avait reçu aucun secours de la 
lenrsdel'Ue-de-FrancCj non seulement lui refusaien 
encore jk lui nuire, en incitant au gaspillage et aux malversaUoDS les employés 
qu'ils lui avaient fournis. Malgré cela, à la fin de 1779, les affaires se soldaient 
par un bénéfice de 340.000 livres. 

Les Sakalaves dominaient alors dans l'Ile. Ils prirent ombrage de l'impor- 
tance qu'avait acquise la colonie française et résolurent de la détruire. BenynwsU 
«invoqua ses allies pour la défense commune ; aucun ne manqua it l'appel et 
les Sakalaves furent réduits k implorer la paix. 

A cette époque il se produisit dans les desseins de Benyowski uo change- 
ment profond qui a été diversement apprécié par les historiens de Madagascar 
•t le plus souvent sans équité. 

Abandonné par la Métropole, journellement abreuvé de déboires par les 
adminislraleiirs de l'Ile-de-France ou leurs représentants, mais constatant le 
succès croissant de rétablissement de Louisbourg et l'efiicacité des procédés 

Îu'il avait employés avec les indigènes, Benyowski dut comprendre k quel 
egré de pro^^perité il atteindrait si, an lieu dès obstacles mis à plaisir sur sa 
route, il Hvait l'appui réel d'un grand gouvernement européen. » La cohésion 
dont sa fédération, vieille de deux années à peine, avait fail preuve contre les 
Sakalaves, certaines autres observations de même nature, lui avaient montré 
chez les tribus de Madagascar de réelles disposilions à la discipline politique et 
h toutes les autres conditions des peuples civilisés ». (Louis Pauliat). 

Bien de plus légitime donc que la pensée de ce magnat hongrois d'attein- 
dre son but en acccptanl lu proposition qui lui avait été faite, à maintes l'éprises, 
par ses confédérés de prendre le tilre d'Ampansacabé (chef suprême). On a dit 
que cette idée avait été suggérée aux chefs indigènes a la suite d'une légende 
créée par une vieille esclave malgache^ vendue autrefois en même temps qu'une 
fille de.s Bamini, famille qui avait toujours fourni les chefs suprêmes de l'île. 

Bamcnée dans son pays par Benyowski, qui lui tivait rendu sa liberté, elle 
courut de village en village, répandant partout ta nouvelle que son libérateur 
était issu du sang des Ramini. 

Qu'une semblable histoire ait pu agir sur l'esprit des indigènes, cela est fort 
possible, mais il est plus probable encore que, par son courage, sa loyauté et 
eon adresse, Benyowski avait su s'imposer aux Malgaches de la cAle Est et gagner 
leurs sympathies en mettant fin aux luttes continuelles dans lesquelles ces 
peuplades s'épuisaient mutuellement. 

Quoiqu'il en soit, le IG septembre 1776, Bafangour, héritier légitime de 
Ramini, suivi des principaux chefs, qui savaient combien les administrateurs de 
rile-dc-Francc étaient hostiles k leur ami, proclama en ces termes la souve- 
raineté de Benyowski : « Béni soit le jour qui t'a vu naître 1 Bénis soient tes 
parents qui ont pris soin de ton enfance ! Bénie soit l'heure où tu posas - 
le pied sur le sol de notre tle ! Le fervent amour des chefs malgaches 
pour toi m'obhge à te révéler le secret de ta naissance et de tes droits sacrés 
sur celte immense contrée dont tous les habitants t'adorent. Moi, Bafàngour, 
seul survivant de Bamini, je renonce au IrOne pour te déclarer son héritier 
légitime. Sois Ampansacabé ! tes sujets te défendront au péril de leur vie, contre 
la violence de nos envahisseurs! » 

Benyowski attendait à' ce moment l'arrivée de.s commissaires-conlrAleurs 



— 47^ 

qai veDsieat ctiaqae année de l'Ile-de-France, pour vérifler l'état financier et 
commerâal de rétablissement. 

Cette vérification ftt reconnaître lin bénéfice de plus de 450.000 livres, sans 
campier les marchaDdises en magasin. Benirowski demanda un certificat atiea- 
tant lâ parTaite réënlarité de sa gestioD, puis il donna sa démission de ■< gouver- 
neur pour le roi de France des établissements de la baie d'Antongil •>. 

Libre alors, il accepta les propositions des indigènes. Cn kabdry . [grande 
assembla] fut convoqué ; on y vint de toutes les parties de l'Ile, et, après les 
cérémonies traditionnelles, fienyowski fut reconnu et proclamé Ampansacabé. 

Son plan était d'élablir un Rouvernement se rapprochant de ceui d'Europe, 
de se placer soiis la suzeraineté de la France et de créer, entre les deux pays, 
un vaste courant d'échange et d'émigralion devant faire à la fois ia fortune 'de 
Van et de l'autre. 

Dans un second kabary, il fit agréer la constitulion d'un conseil supréms 
de Irente-deux membres et d'un conseil permanent de dix-huil membn?s. Dans 
l'un et l'autre conseil, une part équitable était faitt aui Européens et aux indi- 
gènes. 

Ces ba«es de gouvernement établies, il annonça son projet de se rendre eo 
Europe pour y contracter une alliance, mais cette proposition rencontra une 
vive opposition, et l'on n'y consentit h la fin que sur sa promesse formelle qu'il 
reviendrait, quelque fût le résultat de ses démarches. 

Il mit il Ta voile le IS décembre suivant. 

A son arrivée h Paris, oîi il était venu rendre hommage au roi, Benyowski 
reçut une épée d'honneur, mais on lui refusa tout moyen de retourner k Mada- 
gascar 

Après sept aoB de démarches inlructueuses, il s'adressa à la jeune Républi- 
que des Etats-Unis : une maison de Baltimore lui fournit un navire portant une 
cargaison, et te 27 octobre il quitta cette ville pour Madagascar, où il débarqua 
en 7ace de Nossi-Bé. Son voyage à travers l'ile pour rejoindre Louisbourg ne Tut 
qu'une longue ovation des populations qui le reconnaissaient ; mais la France 
ne pouvait supporter celte mainmise sur une terre placée jusque-là sous sa 
dépendance ; des troupes furent envoyées de La Réunion pour rétablir nos droits 
et Benvowski succomba dans une rencontre, le 23 mai 178S. 

A la fin de 1791 et malgré ta période troublée de politique intérieure que 
nous traversions, le Ministre envoyaLescalier étudier les causes de nos insuccès ; 
l'explorateur fit un rapport très remarquable dans lequel il s'élève contre la' 
réputation d'insalubrité Taîte à toute l'Ile. 

En 1801, le gouverneur de l'Ile-de-Francc envoya MM. Bory et S*-Viaccnt 
avec une mission analogue k celle de Lescalier ; on ne put y donner suite. En 
1804, le général Aecaen, nommé gonverneurdes Hascareignes, prenait des me- 
sures d'organisation pour les possessions françaises de Madagascar, il en décla- 
rait Tamatave le chef-lieu et y envoyait Sylvain Roux avec le titre d'agent 
général; plusieurs colons français s étaient déjà installés sur la cdte Est; 
malheureusement, après la reddition de l'Ile de France, Sylvain Roux dut 
capituler le 18 février 1811 ; cependant l'Angleterre n'occupa aucun point de la 
cAle. Au mois de juin suivant, Tamatave fut reprise par la frégate La Renott^- 
m^F (capitaine Roquebert). 

En 18H, une colonie anglaise s'établit à Port-Longuez, mais fut massacrée 
par les indigènes. Après les traités de 1815, M. Rot)ert Farquhar, nommé gou- 
verneur del'ile Maurice, voulut considérer Madagascar comme étant compris 
dans les territoires cédés à la Grande-Bretagne, sous la dénomination générale de 
dépendances de l'Ile-de-France, mais te cabinet de Londres n'admit point cettt 
interprétation et reconnut nos droits. En octobre 1818, une commission fraa- 
faise reprit possession de Sainte-Marie et de Tamatave ; Fort-Dauphin et Sf-Luce 
rentreront sous notre domination et l'on établit quelques postes militaires sur 
la cote. Nos intérêt* étaient alors entre les mains d'un homme qui devait les 
défendre avec un patriotisme ardent, Sylvain Roux. 

Sylvain Rom était né le 5 juin 179S, k l'Ile-de-France, de parents français ; 



t 



nommé ea 1S06 agent commercial du Gouvernement à HBdagasc&r, il se fixK à 
Tainalave, installa des représentants dans plusieurs ports et appela auprès de lui 
des médecins et des colons ; nous avons vu qu'en ISH il Tut obligé d'abandonner 
son poste, mais il y revint en 1818, maleréles protestations d'ailleurs peu fondées de 
Farquhar. Après avoir assis nos claDlisBemenls autant que le lui permettaient 
ses raihics moyens, Sylvain Itoux pai-tit pour la France afin de déterminer le roi 
h une expédition. Il eut à vaincre bien des résistances et n'obtint enTin que des 
moyens très insuffisanls pour l'œuvre qu'il voulait accomplir ; aussi en éprouva- 
i-il un véritable découragement. 

Pendant les deux années que dura son absence, nos inléréls, remis entre les 
mains d'un colon, M. Dayot, avaient périclité, surtout après l'affaire de la 
Protpérilé. 

Ce navire, qui appartenait au roi de Tamatave, fut saisi par ta corvette fran- 
çaise l'Amaranthe, au moment où il essayait d'introduire des noirs de traite 
aans la colonie de Bourbon, son commandant fut arrêté et le navire confisqué, 
ce qui causa ii Jean René un préjudice matériel assez sérieux et compromit nos 
relations avec lui. 

C'est B ce moment que la flotte du roi arriva a Sainte-Marie, le 30 octobre 
i92l, sous le commandement de Sylvain Houx. Pour comble de malheur, l'an- 
ien gouverneur de Bourbon, H. Ujlins, qui avait toujours prêté son appui ti 
Joux, était remplacé, et le caractère ombrageux de son successeur devait en 
maintes circonstances gêner notre agent. Le commandant décida de s'établir k 
S"-tlarie, où il n'y avait à cette époque i^ue deux colons, HU. Ca rayon et Albrand, et 
deuxsol4als: pas une maison pour servir de logement aux nouveaux venus, pas un 
magasin pour abriter les approvisionnements apportés par les vaisseaux. Il fallut 
tout créer et cela pendant la saison des pluies; aussi la petite troupe ne tartta-t- 
elle pas b élre décimée et la colonisation devint-elle très difficile. De plus, un 
autre objet attirait en ce moment l'altention de Sylvain Roux. 11 avait pu démê- 
ler, en passant k Tamatave, la vérité sur l'état de' Madagascar (21 octobre 1821). 
Le règne de tladama avait définitivement décidé de la suprématie hova dans l'Ile 
et notre agent comprit que la partie devait se jouer à Tananarive ; mais man- 
quant de moyens, il dut assister, impuissant, aa développement de la race hova. 
qui commençait à afficher des prétentions à la domination entière de l'ile. 

C'est ainsi que Radama décida une expédition contre Fort-Dauphin ; vers la 
fin de février I)t2!i, un corps de plusieurs milliers de Hovas vint demander la 
remise de la place. I-officier qui la commandail. n'ayant avec Ini pour toute gar- 
nison que six hommes, demanda un armistice de deux mois, afin d'avoir le 
temps de demander des ordres ii Bourbon. L'armistice fut consenti, mais les 
Hovas n'attendirent pas l'expiration du délai : le 14 mars suivant, ils escaladèrent 
les murs de la place et la petite garnison dut se rendre. 

Radama mourut eu 1828. Sa disparition fut le signal d'une révolution politi- 
que qui transforma la tyrannie du défunt roi en pouvoir oligarchit^ne ; lesgrands 
et les chefs du royaume envahirentlepalais sous laconduiled'Andnanambanivola 
et de Rainizaounary et proclamèrent reine Ranavaio la Vadibé ; ils lui firent 
nigner une constitution d'après laquelle les lois n'étaient valables que si elles por- 
taient la signature de sept d'entre eux. Elle dut épouser Rainizaounary et les 
princes de la famille de Radama furent extermines, sauf Ramenetaka, qui put 
s'enfuir. 

Ce changement de régime n'aida du reste en rien notre politique b Mada- 
gascar. Une expédition avait été organisée par le Ministre oe la Marine pour 
venger l'échec de Fort-Dauphin ; le corps qui devait opérer avait été envoyé 
à Bourbon. Le consul colonial de l'tle, avant d'entreprendre quoi que ce fût, fit 
des ouvertures â Ranavaio, qui se montra intraitable, et la guerre ne put être 
évitée. Elle se fit dans de mauvaises conditions pour nous. Vers la fin de 
juillet 1839, le capitaine Gourbeyre se présenta devant Tamatave et remit au 
gouverneur un ultimatum pour la cour de Tananarive; puis il alla occuper 
Tintingue, revint ensuite h Tamatave qu'il bombarda, et de là se dirigea sur 
Fotilpointe '. un échec malheureux l'y xtlcndail; nos troupes furent repousaées. 



Gourbeyre n'avait pas voulu s'appuver sur les tribus indigènes qui deman- 
daient notre protection et avait décUné les offres de Robin, ancien sous-officier 
français qui avait été le professeur, le secrétaire et le compagnon d'armes de 
Radauia. Réduit k ses seules forces, il fut impuissant; d'autre part. Je Goiiverne- 
menl ordonna de cesser les bostililés. Les Hovas, de plus en plus intraitables, 
suspendirent leurs relations avec la France et l'Angleterre. 

Nous primes cependant possession en 1640 de Mayotle cl de Nossi-B6, dont 
les cbefs sakalaves réclamèrent notre protectorat. Pendant ce lemps, Ic^ Hovas, 
voulant rester les seuls maîtres de l'Ile, firent subir aux missionnaires étrangers 
tant de vexations que ceus-ci se décidèrent à quitter Tanaoarive; le Gouverne- 
ment malgache monopolisa le commerce et il fut défendu aux naltirels, sous 
peine de mort, de trafiquer directement avec les étrangers. 

Enfin une loi spéciale de 1845 soumettait les traitants et commerçants établis 
àTamatave aux corvées de la reine, aux travaux de toutes sortes, & In juridiction 
malgache, y compris la peine du tanghin, etc. Un délai dp trois semaines riait 
accordé pour accéder ^ cette loi ; c'était mettre les Européens dans l'obligation 
de partir. Le gouverneur de Bourbon, prévenu, envoya aussitôt un navire 
commandé par H. Romain-Desfossés pour protéger nos compalriotes; une 
corvette anglaise vint également défendre les sujets brilanniaues. Le jour fixé, 
onze trailanls françiis cl douîe Anglais furent chassés et leurs biens pillOs. 
Les deux navires bombardàrent la ville, mais les compagnies de déburqucment 
ne purent enlever le fort et durent battre en retraite. 

Malgré ces événements, deux Français s'étaient tellement imposés aux Hovas 
par des servicps signalés qu'ils ne furent pas expulses; c'étaient HM. de Lustelle 
et Laborde. 

U. de Lastelle avait fondé des établissements agricoles cl fourni en deux 
fois 33.000 fusils aux Hovas. 

Jean Laborde s'était adonné à l'industrie ; il avait créé dans l'Ankova une 
fonderie de canons, des ven-eries, faïenceries, sucreries, fabriques de rhum, 
etc., et avait eu t'iiabilcté d'intéresser la reine à ses entreprises, qui dés lors 
reçurent l'appni du Gouvernement hot'a. 

Cependant les Anglais, impatients de renouer des relations commerciales 
avec le Gouveroemenl malgache, consentirent à lui payer une somme de 
75.000 francs comme indemmté pour le bombardement de Tamatave en 184S, et 
les ports furent réouverU à la France et à l'Angleterre. 

C'est alors qu'arriva a Tananarive M. Lambert, Fran^,'ais de Maurice, qai 
venait de sauver d'un désastre la garnison faova de Maiunga, binquûe par les 
Sakalaves; son succès lui avait donné beaucoup de crédit auprès de la reine. , 
HH. Laborde et de Lastelte lui exposèrent leur pian, auquel 1" prince RaKoto, futur 
successeur de Banatalona, avait donné soif asscnlimenl ; il consistai! a faire 
accorder l'exploitation de Madagascar à une grande société européenne. Comme 
garantie, la l' rance établirait son prolectorat sur le pays, moyennant la reconnais- 
sance définitive de l'aulorilé hova sur l'Ile entière. LÙmberl", déduit par celle idée, 
vint h Paris exposer le projet h l'empereur, qui commit la faute dé le divulguer. 
H. le docteur MÎItietFontarabic venait alors de faire une cure heureuse d'une 
maladie du frère du premier ministre, et le non français éliût en grande faveur 
auprès de la reine, lorsque le GouvernomenI de Ranavalo fut insiruit du projet 
Lambert ; on crul a une conspiration pour renverser la r«îne et les ministres. 
L'expulsion de MM. Laborde et Lambert fut aussitdt décidée et leurs biens confis- 
qués [juillet 185i); les décrets d'exil et de proscription en masse furent mullipliés 
contre les chrétiens hovas; beaucoup furent massacrés ouroduilsen esclavage. 
Les deux exilés français, qui mirent SO jours pour atleindre la côte, allèrent 
d'abord à La Réunion, d'où H. Lambert partit pour la France, mais la politique 
européenne ne permit pas de l'écouter. 

Rakoto cependant intervenait auprès de la reine pour qu'elle rappelât 
H. Laborde ; elle y consentit enfin et noire compatriote rentra à TananuHvé 
qneJqnes jours après la mort de Rannvalo, décédée le Ifl aoOt 18GI à l'Age 
de 8f aaa. 



îdby Google 



!ur dp. Raaavalo, fut proclamé roi sous le nom deRad&- 
niu II. Esuril libéral, gagoé à la Fronce par Labordc, ce prince souhaitait pour 
Hon peuple de rapides progrès et voulait convier lotîtes les nations européennes 
k lii tâche de civiliser son pa>'s. 

M. Lambert fut nomme son représenlaot en Europe et Napoléon III reçut le 
don de k charte de concession. A I intérieur, la corvée était abolie, les douanes 
supprimées. Les étrangers Turent autorisés à circuler librement, suns autorisa- 
tion préalable. La France et l'Angleterre envoyaient h Radama des déput«tioDg 
pour le fûlicilcr do son avènement, le rcconnatlre comme roi de Madagascar et 
assister auK fêles du couronnement, qui eurent lieu le 23 septembre. Le capitaine 
de vaisseau Dupré, notre envoyé, signa un traité d'amilié avec le roi malgache 
st rentra en France pour le soumettre k l'approbation de l'empereur. 

Mais les principes libéraux que voulait appliquer Radama ne furent pas 
compris de la nation; un parti révolulionnaire ne tarda pas à se former. Le 
roi fut assassine au bout de 21 mois de règne, par des bandits à la solde de ses 
propres ministres. 

A la suite de la mort de Radama II, il se produisit une réaction analogue & 
celle qui avait eu lieu à son avènement, mai» dans ùa sens politique diamétra- 
lement opposé. Le Premier Ministre signifia à Laborde que la cbarte n'existait 
Jlus et Rasoherina, veuve de Hadama,' fut proclamée reine. Le vieux parti tiova 
tait triomphant. Il craignait bien les représailles de la France, mais l'expé- 
dition du Mexique préoccupait il ce moment lo Gouvernement français, qui sa 
bor[ia k une rupture diDlamati<]ue et à une demande d'indemnité de 1.200.000 
francs pour l'abandon du traité Lambert. 

Le 27 juin 1S85, le Gouvernement malgache signait avec l'Angleterre idi 
traité assurant la prolecUon des missionnaires britanniques dans toute l'tle. 
Pour contrebalancer ce traité, on confia au comte de Louvières la missioQ 
ingrate de faire signer un nouveau traité; il n'arriva & Tananarive que vera Ufin 
de 1866 et y mourut à son poste le 1" janvier 1867 ; sa mort mit fin aux négo- 
ciations. Peu de lemps après, Labordc revint comme consul intérimaire. 

C'est un peu avant ces événements qu'apparaît dans l'histoire de Madagas- 
car Kainitaiarivony qui, à dater de l'avènement de Rasoherina, dirigea les des- 
tinées du pays. Raimlaiarivony, dont le père, Rainiharo^ était l'un des plus puis- 
sants favoris de Ranavalona I", avait participé à l'assassmat de Radama II, et, 
le 14 juillet 1864, s'était déclaré k la fois Premier Ministre et mari de la reine. 
De caractère fourbe et adroit, il put louvoyer jusqu'en 1883 vis-h-vis des Enro- 
pcens en évitant toute intervention armce. 

Il accepta à Tananarive des représentants des différentes puissances. M. Gar- 
nicr, rempinçani M. Labordc, fui reçu avec de grandes marques d'estime par 
la reine nasoncrina, qui malheureusement mourut quelque lemps après, le 1" 
avril 1868, au retour d'un voyage dans l'intérieur de l'tle. 

Ramano, sa cousine, fut proclamée reine sous le nom de Rauavalona II. 
Rainilaiarivony eut alors quelque peine & se maintenir premier-min istre-é poux ; 
il y réussit cependant, et, le 4 août 1868, pour complaire à la nouvelle reine, 
il signa avec H. Garnier un traité par lec^uel les Français étaient autorisés 
b acquérir des terres; ce traité ne put avoir aucun résultat, car il fut suivi 
d'un décret du Premier Ministre interdisant aux indigènes de vendre des terres 
aux étrangers so<is peine de dix ans de fers. Nos revers de 1870 ne pouvaient 
rester ignorés du Gouvernement malgache ; aussi les persécutions commen- 
cèrent-elles contre nos colons. Cependant un de nos compatriotes établi à Féhë- 
rive ayant été l'objet de voies de fait, le commandant Lagougine parla si 
haut et si ferme que les Hovas accordèrent toutes les réparations exigées. 

Le 10 août 1675, H. Soumagoe débarquait h Tamatave avec Radilifera, 
flis du Premier Ministre, dont l'éducation venait d'être faite en France; ce 
jeune prince raconta à son père ce qu'il avait vu et l'incita k se rapprocher 
de nous; mais mal renseigné et donnant trop d'importance b nos diiRcuItés 
de politique intérieure,' Rainilaiarivony maintint son orientation politique, 
pensant que de longtemps la France ne pourrait lui prAter un appui effectif. 



byGoogIc 



les 



-Ki - 

Snr ^ entrefaites mourut Laborde, qui avait mis an service de la cause 
française SOD intelligence, sa fortune, et son influence personnelle. La reine 
-larut regretter beaucoup, sa perte, mais son fiouvemement refusa de meUre 
les deux neveux de notre compatriote en possession de l'héritage ijui leur 
était éctiii. Pendant deux ans, notre représentant, H. Cassas, cssnya v.'nncment 
de leur faire rendre justice. Lnborde avait laissé h Tananarive" une fortune 
immobilière d'un million. A la suite de nonvelles réclamations, on laissa 
bien les héritiers entrer en possession de ses biens, mais on leur défendit de les 
aliéner en iovoquanl les lois du royaume qui iulerdisnient h tout Hova de 
vendre des terrains. H. Ueyer, qui remplaça U. Cassas avec le titre de com- 
missaire de la République Française, essaya en vain de faire revenir le Pre- 
mier Ministre sur cette décision : il lui opposa un refus formel. Notre nouvel 
agent, après quelques mois de séjour, fut envoyé à Singapour 

Tontes ces difficultés étaient naturellement défavorables à notre cause 
et enhardissait le Gouvernement malgache. 

M. Bandais, consul de France, qui fut appelé à remplacer H. <2assas, 
comprit dès son arrivée que la situation était dangereuse et l'exposa immé- 
diatement à U. de Freycinet, alors Président du Conseil des Ministres ; celui-ci 
envoya an commissaire de la République l'ordre de ne laisser ni directement 
Dt indirectement porter atteinte aux prérogatives de la France à Madag;iscar. Mais 
cela ne suffisait pas et H. Bandais insista sur la nécessité de réagirpromptcment 
contrôle mouvement anti-français qui se prodnisail en Imerina. 

M. Duclerc, qui venait d'arriver- au ministère, flt avertir le Gouvernement 
de la reine Ranavalona II que la France avait contre elle de sérieux griefs, 
concernant principalement le droit de propriété à Madagascar et l'empiétement 
progressif des Ilovas sur la côte Nord-Ouest, placée sous notre protectorat ; 
il ajouta qu'il entendait soutenir nos droits sur la grande île et faire appli- 
quer, dans toute leur intégrité, nos anciens traités conclus avec les Sukalaves. 

I.e Gouvernement français voulut mettre fin à cet état d'indécision entre- 
tenu par les Hovas ; l'opinion publique demandail du reste avec instance 
une action énergique. M. de Mahy, dont le nom est lié ii toute l'histoire par> 
lementaire de Madagascar, avait en effet réussi k entraîner dans cette vole 
le sentiment nationaf; connaissant les richesses de Madagascar, il avait compris 
depuis longtemps l'importance de la possession de cette fie. 

Plein de son sujet, il allait jusque dans les villes les plus reculées de la pro- 
TiDCe, parlant delà grande lie africaine, exposant ses ricnesses et l'avenir qui 
lui était assuré. Il arrivait ainsi à intéresser le public français k ce que l'on peut 
appeler, au point de vue politique, son œuvre personnelle. Avec une grande 
sagesse, H. de Mahy fil voir sous son vrai jour l'occupation de Madagascar: 
c'était une question nationale. Il fut pour M. Duclerc un appui précieux. 

Cependant, au reçu de la note du Gouvernement, Rainilaiarivony refusa 
d'enlcTcr le drapeau hova des points de la cûlc Nord-Ouest où il avait été placé ; 
d'autre part, l'attitude des habitants de Tananarive étant devenue assez mena- 

Ïinte pour décider M. Baudais h. rompre les relations officielles et à se retirer à 
amalave, il chai^ea U. Campan, son chancelier, de l'expédilion des affaires, et 
bientôt, devant tes menaces réitérées de la population, celui-ci devait \ son tour 
quitter la capitale. 

Dès lors la barbarie sauvage des Hovas ne se contint plus; le directeur de la 
maison Roux et Fraissinet, de Marseille, fut assassiné et sa tête coupée fut pro- 
menée à travers ta ville. Le capitaine de vaisseau Le Timbre, commandant la 
division navale, ayant appris ces événements en informa télé graphiquement le 
Ministre de ta Manne, qui lut prescrivit de gagner Hajunga, d'en chasser les 
Hovas et de se tenir pm à toute éventualité. Le seul navire que possédait le 
Gouvernement malgache se disposait à embarquer des troupes pour les trani- 
port«r sur la cAte Ouest ; le commandant protesta et les jiréparaiifs d'embarque- 
ment ne ceasant pas, il mil l'embargo sur ce bateau. Puis ifalla arracher de sa 
propre main le drapean hova sur deux points de la cAte uecideotale où U avait 
hétihoté. 



îdby Google 



Le GouvernemeDt hova, effrayé par ces actes énerfçiqiies, voulut gagner du 
temps; il imagina d'envoyer en Europe une ambassade chargâe de -résoudre 
toutes les difticullés pendantes. A Paris, oii ils arrivèrent en novembre 18B2, les 
ambassadeurs opposèrent à nos revendications une force d'inertie dont ripn ae 

Sut triompher. H. Duclerc i-ompit avec. les négociateurs qui se rendirent li Lon- 
rcs, oii ils obtinrent de l'Angleterre qu'elle penonçatpour ses sujets au droit de 
fosséder h Madagascar que lui concédait le traité de 1865. L'Italie, l'Amérique et 
Allemagne accédèrent avec d'autant plus de facilité k pareille reDonciation 
qu'elles n'avaient dans l'Ile aucun éublissemeat. 



îdbyGoOglC 



CHAPITRE III 
0883 à Octobre 1895) 



Campagne de 188S-1885. — Traité de décembre 
188&. — Ère du protectorat. 



M. Duclerc avait pu xe rendre compte, lo» de la réceptioQ des plënipoteo- 
tiûres malgaches, que ta force seule pouvait avoir raison de leur duplicitB. Il lit' 
partager sa maaiëre de voir ii ses collt^giies et uoe expédition rut préparée< 
peDdaat l'hiver 1882-1883. 

Le 15 février 1883, le cootre-amiral Pierre quittait Toulon, muai d'iostruc-: 
tiona du Ministre des Affaires Etrangères, alors H. Jutes Ferry ; H. Baudais 
recevait en mCme temps fordre de se ioiadre à lui k Zanzibar. L'amiral Pierre; 
avait riuleoUoD d'être ferme. Aussi dès md arrivée à Madagascar s'erapare-t-il 
de Hajaaga 116 mui] ; il se rend cusuitc à Tamalave d'où il adresse à la reioe' 
un ultimalum lui enjoignant: : 

1* De céder h la France te Nord de Madagascar au delà du 16* parallèle ; 

3" D'accorder une indemnité d'un million au» Français, y compris les héri-, 
tient Laborde ; / 

3* De subordonner sa politique extérieure au contrôle de la France. t 

Le Gouvernement de la reine, aveuglé {>ar de mauvais conseillers, ne parlait 
pas moins que de massacrer tous les Fronçais ; il rejeta l'iiltiiiiaturn. La réponse 

Ervint à Tamatave le 9 juin : le lendemain l'amiral Pierre bombardait la ville ;' 
; Hovas abandonnèrent précipitamment le roua (1) et se retirèrent sur les 
lignes deFarafute, à environ sept kilomètres du fort k vol d'oiseau. La France 
tenait ainsi les deux principaux ports de l'Ile. La marche sur Tananarivc ï>'im- 
posait à ce momentj mais te Gouvernement, obligé de fournir un grand effort 
en Indo-Chine, ne r.rnl pas devoir l'entreprendre. 

Sur on entrefaites, la reine Rana^alona 11 inourul et fut remplacée par 
Raiafindrahery, petile-niècc de Radama 1°' ; elle monla sur te trône le 22 novem- 
bre, sous le nom de nanavalona III. Ce fait ne changea rien du reste k la ligne 
de conduite du Gouvernement malgache, car, d'ajtrès l'usage, ta nouvelle reine 
épousa le premier ministre, qui, restant en fonctions, continua sa politique. ; 
Mais l'amiral Pierre, dont la santé était dcjii compromise, tomlm gravement-, 
malade etmoorui avant d'avoir revu la France. Nous perdions ainsi un chef 
éner^que et entreprenant qui avait su imposer aux Hovas une crainte salutaire. 
L'amiral Galiber, qui lui succéda, ne resta que peu de temps à la tète de la- 
division ; il occupa Vohémar. Fort-Dauphin, Foulpointe et quelques antres points 
du littoral, puis essaya d'entamer de nouvelles négociations qui ne réussirent 
pas ; il fut remplacé par l'amiral Miot. Celui-ci ht, dès son arrivée, une déclara-- 
lioD très nelLe ; malneureusement, il ne put l'appuyer d'aucune démonstration 
militaire. En France, en effet, M. Jules Ferry venait d'être renversé à propos d<»! 
allures du Tookin, et cela n'était pas fait pour encourager ses successeurs. 
Cependant, après ta signature de la paix avec la Chine, le Parlement volaf le^ 
30 juillet 1885, un crédit de 12 millions pour les affaires de Madagascar. ' j 

(1) Hova', fortin maïKartie. .■ ■ . \ n 

DigmzedbyGoOglc 



— 84 — 

H. de PreyciDet venait de succéder i U. Jules Ferry. Par §uîta d'ua malen- 
tendu, M. Batidais était rappelé pour avoir ouvert des oégociatùiDa avec les Hovas 
sans en prévenir le Gouvernement et remplacé par H. Patrimonio ; M. Baadais 
n'était cependant pour rien dans ces négociations : voici, en effet, ce qui s'était 

H. Uaigrol, consul d'Italie, qui allait k Tananarive faire ratiticr le traité 
conclu k Londres en 1SS3, avait ofTert ses bons offices à l'amiral Miot. qui le 
chargea d'éclairer le Premier Ministre sur les intentions bien arrêtées du Gou- 
vernement français. Rainilaiarivony, craignant qu'à la suite du traité passé avec 
Is Chine nous n'entreprissionsdes' opérations plus sérieuses, fit dire a l'amiral 
par le consul d'Italie qu'il était décidé i. accepter le protectorat. Mais ce fut tout ; 
cette promesse n'eut pas de suite immédiate et M. Baudais s'était borné à la 
faire connaître. 

Après le vote du crédit de 12 millions, le Ministre télégraphia l'ordre de 
faire une tentative de concilialion auprès des Hovas ou, faute d'entente, de 
reprendre les hostilités jusqu'à complète satisfaction. Les négociations D'ayant 
pas abouti, l'amiral Hiot attaqua le 10 septembre les lignes de Farafate mais ne 
put les enlever, et nous nous retrouvâmes, après cette tentative, dans la même 
situation, ag^çravée d'un échec. Le Gouvernement était las de cette tutle qui 
se prolongeait sans donner de résultat au moment où la France avait encore à 
Fournir un effort sérieux au Tonkin. Le Ministre des Affaires Etrangères demanda 
k M. Patrimonio, consul de Zanzibar, de vouloir bien servir de conseil à l'amiral 
Hiot, si les négociations pouvaipnt se rouvrir. M. Patrimonio passa le 16 octobre 
h Tamatave, mais ne s'y arrêta pas; il se rendit directement à son poste de 
Zanzibar, estimant qu'if était inutile de recommencer les pourparlers tant que 
les Hovas ne manifesteraient pas le désir réel de traiter. Rappelé trois semaines 
plus tard par nnc dépêche de l'amiral, il revint à Tamatave le 21 novembre j les. 
plénipotentiaires malgaches y étaient déjà ; c'étaient le général hova Digby 
willoughhy, sujet britannique, ancien colonel du régiment des Willoughby's 
horses au Zoulouland, et Ramizanamanga, l'un des fils au Premier Ministre. 

Les négociations furent rapidement conduites et, le 47 décembre 18B5, les 
plénipotentiaires signèrent un traité dont les bases avaient été ofUcieuscmeut 
soumises à M. de Freycincl. 

En voici le tette : 

Trùté conclu, le 17 décembre 1886, entre le QouTsrnement âe la BépubUqn* 
françûae et le OouTemement de S. M. la Beine de Uadagasoar. 

Le Gouvernement de la République Française et celui de Sa Majesté la Reine de Mada- 
gascar voulant empôclier îi jamais le renouvellement des difficulté!! qui se soiil produites 
récemment, et désireux de resserrer leurs anciennes relations d'amitié, ont résolu de 
conrUire une convention ?! cet effet et ont nommé plénipotentiairea, savoir : ^ 

Pour la Républiqv^ Française : 

M. Paul-Emile Hiot, contre-amiral, commandant en chef la diviaion navale de la mer 
des Indes; 

Et pour le Gouvernement de Sa Majesté la Reine de Kadagascar : 

M. le (ténéral Difiby Witloughbv, officier général, commandant les troupes mal- 
gaches et ministre plénipotentiaire ; 

Lesqu^, aprèfl avoir éctiangS leurs pleins pouvoirs, trouvés en bonne et due 
forme, sont convenus des articles qui suivent, sous réserve de ratification : 

Art. l". — Le Gourernemenl de la République représentera Madagascar dans toutes 
ses relations exlérieuree. Les tfalgacties à l'étranger seront placés sous la protection de 
la France. 

Aiir. a. —Un Résident, représentant le Gouveraeinrat de la République, piéaideia 
lux relations extérieures de Madagascar, sans ilminlscer dans radndolalratloa inté- 
rieur* des ttats de Si lijesté la Reine. 



D.q.tizecbvGoOglC 



AsT. 3. -~ il résidera à Tanuianve avec uoe escorte nùlibUre. Le Récent aura droit 
daudience privée el persoaoeUe auprès de Sa Majesté la Reine. 

AnT. (. — Lies autorilés dépendant de la Reine n'interviendront pas dans leB contefr 
tiboas entre Français, ou entre Français et étrangers. Les litiges eolre Français et HaK 
gaches seront jugés par le Résident, assisté d'un juge malgache. 

Aat. s. — Les Français seront râgia par la loi française pour ta répresnoQ de tous 
les crimes el délits commis par eux à Hadagascar. 

Art. 6. — Les ritoyens français pourront réMd^r, circuler el faire le commerce 
Ubtement dans toute l'étendue des Etats de la Reine. 

Ils auront le droit de louer pour une dur#e indéterminée, par bail emphytéotiiiue 
renouvelable au seul gré des parties, les terres, maisonn, mainsins et toute propriété 
ïminoliUiëre. Ils pourront choisir librement et prendre à leur service, à quelque titre 
que ce soit, tout Malgacbe libre de tout engagement antérieur. 

Les baux et contrats d'engagement de travailleurs seront passés, par acte autlien- 
tiqoe, devant le Résident Trançais et lea magistrats du pays, et leur stricte exécution sera 
garantie par le Gouvernement. 

Dans le cas où un Français devenu locataire d'une propriété immobilière viendrait à 
mourir, ses héritiers entreraient en Jouissance du bail conclu par lui, pour le temps riui 
resterait à courir, avec Taculté de renouvellement. Les Français ne seront soumis 
qu'aux taxes foncières acquittées par tes Halgacties. 

Mol ne pourra pénétrer dans les propriétés, établissements et maisons occupés par 
les Français ou par les personnes au service de Français, que sur le consenlement ou 
avec l'agrément du Résident. 

Abt. t. — Sa Haiesté la Reine de Hadagascar cooKrme expressément les garantaes 
stipulées par le traite du 7 août 1B68, en faveur de la liberté de conscience et de la 
. tolérance religieuse. 

Aar. 3.— Le Gouvernement de la Reine s'engage à payer la somme de 10 millions de 
francs, applicable tant au règlement des réclamations françaises liquidées antérieure- 
ment au conDit surveau entre les deux parties, qu'à la réparation de tous les dommages 
causés aux particuliers étrangers par le fait de ce conflit. L'examen et le règlement de 
ces indemnités sont dévolus au Gouvernement français 

An» 9. ~ Jusqu'au parfait paiement de ladite somme de iO millions de francs, 
Tamatave sera occupé par les troupes françaises. 

Akt. 10. — Aucune réclamation ne sera admise au sujet des mesures qui ont dû élre 
prises par les autorités militaires françaises. 

Aht. 11. — Le Gouvernement de la République s'engage à prêter assistance à lf| 
Reine de Madagascar pour la défense de ses Etats. 

Art. 12. — Sa Majesté la Reine de Madagascar continuera comme pai le passé de 
présider à l'admiaistralion de toute l'Ile. 

Abt. 13. — £n considération des engagements pris par Sa Majesté la Reine, le Gou- 
veraement de la République consent à se désister de toute réparation à titre d'indemnité 
de guerre. 

Art. It. — Le Gouvernement delà République, afin de seconder la marche du Goit 
vemement et du peuple malgaches dans la voie de la civilisation et du progrès, s'engage à 
mettre à la disposition de la Reine les instructeurs militaires, ingénieurs, professeurs et' 
chefs d'atelier qui lui seront demandés. 

Art. 15. — Le Gouvernement de la Reine s'engage expressément k traiter avec 
bîenvàilance les Sakalaves el les Antankares et à tenir compte des indications qui lui 
seront fournies, à cet égard, par le Gouvernement de la République. Toutefois le Gouver- 
nement de la République se réserve le droit d'occuper la t>aie de Diégo-Suorez etd'y faire 
des înatallationB i sa nonvenance. 

Art. 16. — Le Président de la République et Sa Majesté la Reine de Madagascar ac- 
cordent une amnistie générale pleine et entière avec levée de tous les séquestres mis sur 
leura iHens à ceux de leurs sujets respectifs qui, Jusqu'à conclusion du traité et aupa-, 
ravaol, se sont compromis pour le service de l'autre partie contractante. 

Art. 11- — Les traités et conventions existant actuellement entre le Gouvernement 
de la République et celui de Sa Majesté ta Reine de Madagascar sont expressément cocdr-. 



-mes dans celles de leun dispositions qui ne sont polot contraires aux présentes stipula- 

tiODS. 

Art. IS. — Le présent traité ayant été rédigé en Trançals et en malgache, et les d eu i 
-verhions ayant exactement le nCme sens, le texte français sera omciel et fera foi sou» 
tous les rapports, aussi tuen que te texte malgache. 

AaT. 19. — Le traité sera ratitlé dans le délai de trois mois, ou plus tU, si faire se 
pourra. 

Fait en double expédition à bord de la Nmatie en rade de Tamatave, le n déy:em- 
bre ISSS. 

Le Ministre pléniiMtentlairt 

de ta République Française, 

Siené : S. PATAIHOMO. 

Le Contre-amiral, commandant en chef 
de la division navale de la mer des Indes, 

Signé: E.HIOT. . ' . 

Le Ministre plénipotentiaire 
de Sa Majesté la B/iine de Madagascar, 

Officier Général. 

commandant les troupes malgaches 

Signé: DIGBY WILLOUGHBY. 

Le 27 février, la Chambre ratifia ce traité sur un rapport de M. do Lanessan, 
qui, lout en le considérant comme défectueux, proposa son acceptation, alléguant 
que ni le Gouvernement ni la Chambre ne voulaient s'exposer k de nouvelles 
bomplications. 

Un incident grave faillit cependant tes faire natlre malgré nous: le Premier 
Slinistre, à la réception du document officiel du traite, voulut savoir à quoi 
l'engageaient les articles S et 3, concernant la présence à Tananarive du Résident 
de France et de son escorte militaire, et l'article 15 qui nous donnait le droit 
d'occuper Diég<>-Suarei. 

Nos plénipotentiaires crurent devoir répondre à ses demandes par la lettre 
suivante h M. Willougbby, lettre dont Rainilaiarivony prit aete. C'esl Reniement 
kprès sa réception qu'il accepta définitivement le traité. 

Lettre cfç MM. Patrimonio et M/ol 

A horâ de la Naïade, Tamatave, te 9 Janvier tSSi. 
Monsieur le Plënipotentiaihe, 

Conformément au désir que vous avez bien voulu nous exprimer, et afin de lever 
les doutes manifcslés par le Gouvernement malgache relativement k nolerprétalion de 
certaines expressions du texte du traité du 11 décembre 13S5, nous consentons volontiers 
à vous fournir les explications suivantes: Son Excellence le Premier Ministre voua a 
eharité de préciser le paragraphe 1** de l'article 2 du trwté, ù savoir : n un Résident 
représentant le Gouvernement de la République présidera aux relations extérieures >. 

Cela veut dire que le Réaident aura ie droit de s'ingérer dans les affidrcs ayant un 
caractère politique extérieur, qu'il aura le droit de s'opposer, par exemple, à toute 
cession de territoire à une nation étrangère quelconque, à tout établissement militaire 
et naval, à ce qu'un secours quelconque, en hommes ou en bâtiments, sollicité du 
Gouvernement de la Reine de Madagascar par une nation étrangère, puisse être accordé 
sans le consentement du Gouvernement français. Aucun traité, accord ou convention 
ne pourra être fait sans l'approbation du Gouvernement français. 

Pnr l'article 3 du traité, il est stipulé qu'il (le flésident] résidera à Tananarive avec 
gne BMOcte militaire. 



byGoogIc 



- 87 — 

Le Premier Ministre désire avitàr ce que nous ditendona pu* escorte militaire. Nous 
coDScntoDs à lui déclarer que, qui dit escorte ne dit pas corps d'aimée, et, pour mieux 
préciser, nous prenons l'engafiemeat que cette escorte ne dépassern pas cinquante 
eavaliere ou fantassins. Cette escorte n'entrera pas dans l'intérieur du palais royal. 

A l'art. 6, l'expression • bail emphytéotique • siiiiiifle bail spécial d'une durée de . 
quatre-vintct' dix-neuf ans et renouvelable au gré des parties.' 

Dans le paragraphe 3 du même article, en stipulant qu'ils ' [les citoyens français] 
pourront chtHsir librement et prendre à leur service, à quelque titre [|ue ce soit, tout 
Malgache libre de tout entngement, nous avons nécessairement entendu exclure tes 
soldats et les esclaves, puisque les soldats et les esclaves oui plus que tous autres 
engaf^ë leur personne. 

Nous pensons que le Gouvernement de Sa Majesté la Reine n'a pas à se plaindre de 
cette omission. Elle a eu lieu dans un sentiment de bienveillance pour lui, car nous 
avons jugé préférable de ne pas taire llgurer ces expressions dans les textes d'un traité de 
cette importance. 

De même, par la clause en vertu de laquelle • le Gouvernement de la Reine s'engage 
à payer la somme de 10 millions de francs, applicable tant au règlement des récla- 
malinnb francises liquidées antérieurement au conlli^ survenu entre les deux parties 

Îu'à la réparation de tous les dommages causés aux parliculiera élraugers par le fait 
e PC conflit », nous avons entendu les dommages causiîs avjinl et pendant la puerre 
jusqu'au jour de la signature du traité de paix. 

Le Gouvernement de la République ne prêtera évidemment ^on assistance à la Reine 
de Madagascar pour la défeose de ses Etats que si celle assistance est sollicitée par 
8« Majesté la Reine. 

Quant au sens de l'article 15, il nous semble assez net et asseï précis pour qu'il ne 
aoit pas encore nécessaire de le commenter, L^s avantages qu'il stipule en faveur du 
Gouvernement de Sa Majesté la Reine sont évidents, ce qui sera facile à démontrer 
an Premier Ministre lors de notre voyage i Tananarive. 

En ce qui concerne le territoire nécessaire aux inslailations que le Gouvernomenl 
de la République fera, à sa convenance, dans la baie de Dii^gu-Suarcz, nous croyons 
pouvoir vous assurer qu'il ne dépassera pas un mille et demi dans tout le Sud de la 
baie, ainsi que dans le contour de l'Est à l'Ouest, de quatre milles autour du contour 
Nord de la baie, à partir du point de la dite baie le plus au I4ord. 

1t est superDu d'ajouter qu'à Diégo-Suarez les autorités françaises ne donneront pas 
asile aux sujets malgaclies en rupture de ban ou qui ne pourront exhiber un passeport 
des autorités malgaches. 

Enfln, dans l'exécutioa de l'amnistie générale pleine et enlière, avec levée de tous 
les séquestres mis sur les biens des sujets respectits des deux parties contractantes, le 
Gouvernement de- Sa Majesté la Reine s'inspirera des sentiments de loyauté et de justice 
que nous sommes en droit d'attendre de l'expérience et de l'esprit éclairé de son 
Excellence le Premier Ministre. 

Vpuillei agréer. Monsieur te plénipotentiaire, les assurances de notre haute considé- 
lation. 

Le Ministre plénipotentiaire. 
Signé : S. PATRIMONIO. 
Le Contre-amiral, eommandant en chef, 
Signé: E. MIOT. 

P. S. — Vous noue avez demandé si le Gouvernement de la Reme pourrait, comme 
par le passé, continuer à négocier^les traités de commerce avec les puissances étran- 
gères. 

Sans doute, autant que ces traités de commerce ne seront pas contraires aux Blipula- 
liODB du (railé du 11 décembre lUS, 

Le Ministre plénipotentiaire. 
Signé: PATRINONIO. 

Cette lettre avait le (ort grave de dénaturer, sur quelques points, le seos du 
tnilé, de le limiter sur d'antres. Elle fut désavouée au Parlement par H. de 
nvyeinet, Ministre des Affaires Etrangères. 



îdby Google 



En déflDittve, si la protectorat effectif n'était pas le résultat âe la campagQP, 
du moÎDS le traité final, même avec toates ses imperfections, dous réservait 
uDe situation nctiemeni privilégiée ù Madagascar et sa rédaction assez générale 
rendait possible une intervention dans l'avenir. 

Avant d'aborder l'histoire des événements qui se sont déroulés de 18S3 à 
1895, it y a lieu d'indiquer combien la sitiiulion de nos agents diplomatiques 
k Uadagascar allait être difficile. 

Armés d'un document imparfait, an contact d'un Gouvernement connu 
pour sa souplesse, et sa mauvaise foi, sans moyens propres li rehausser leur 
. autorité, ne recevant du Gouvernement que des conseils de patience, que pou- 
vaient-ils t 

L'accueil reçu par MM. Patrimonio et Hiot à Tananarive fui assez frbid 
ponr prouver que le traité n'avait été accepté que par contraiate. ■ 

Il y avait en fait pour notre premier Résident Général une situation à établir 
d'emblée et il fallait, pour y réussir, un caractère d'une fermeté absolue, car nos 
hésilations passées avaient élé plusi'<urs fois prises pour de la faiblesse par 
nos ennemis : le choix du Gouvernement se porta sur M. Le Hyre de Vilers, 
ancien lieutenant de vaisseau et ancien gouverneur de Cocbinchine ; il fut 
approu,vé d'une façon unanime par l'opinion publique. 

Le <4 mai 1886, notre Résident Général faisait son entrée solennelle h Tana- 
narive, au milieu d'une foute énorme mais silencieuse. A peine installé, î) 
dut compter avec le caractère bova, qui considérait toujours I étranger comme 
un enîiemi cl le traitait comme tel. C'est ainsi qu'à la première soirée donnée 
par notre représentant, une troupe de soldats ivres, conduite par l'un des fils 
du Premier Ministre, envahit les jardins de la résidence et enleva les musicien!. 
H. Le Hyre de Vilers exigea et obtint toute satisfaction. 

Queli|ues jours plus lard, il apprenait qu'au mépris des traités, lé Gouverne- 
ment maljitache passait avec H. Abraham Kingdom un contrat en vertu duquel 
celui-ci lui prêtait 20 million» de francs à 7 p. °/o, prêt garanti par les droits de 
douanes, le monopole de l'exploitation des mines et le privilège d'une banque 
d'EiaL Rainilaiarîvony espérait ainsi se libérer vis-à-vis de la France de l'indem- 
nité de guerre. Heureusement, notre représentant veillait ; en vertu de l'article du 
traité qui plaçait les relations extérieures de Madagascar sous le contrôle de la 
France, il déclara s'opposer formellement à l'exécution de la convention 
Eiogdom. Le Premier Ministre contesta le droit d'opposition, et cela d'autant 
plus que Kingdom était déjîi en Angleterre et y constituait un comité financier. 
Rainilaiarivony écrivit même à notre Ministre des Affaires Etrangères, pour 
essayer d'obtenir que l'on atiandonn&t cette affaire, mais le Gouvernement 
français tit connaître offîcicuiicmenl par les journaux de Paris qu'il ne recon- 
naissait aucune valeur au contrai Kingdom. Le comité rinancior se retira aus- 
»tôt ; le Premier Ministre fut déçu dans son espoir de paiement de l'indemnité 
et les troupes françaises continuèrent à occuper Tamatave ; pendant ce temps, 
sur les conseils de H. Le Hyre de Vilers, le Comptoir d'Escompte de Paris envoya 
à Tananarive deux de ses agents, HH. Dclhorbe et Blum, qui y installèrent 
une succursale. Rainilaiarivony attendit encore plusieurs mois avant de prendre 
une décision ferme; mais les fonds mangLanl au Gouvernement malgache et 
Tamatave restant toujours occupé, il se décida à entrer en pourparlers avec 
les représentants du Comptoir d Escompte. Le M décembre 1886, cet établisse- 
ment financier lui prëla IS millions de francs dont dix devaient être versés au 
Gouvernement français, conformément aux clauses du traité. L'emprunt était 
à 6 pour cent, amortissable en vingt-cinq années et garanti par les recettes doua- 
nières des six ports commerciaux de l'Ile. Tous les semestres, une somme de 
S82.S82 fr. 50 aevait être versée au Comptoir d'Escompte. Le Premier Ministre 
avait demandé l'envoi du personnel et du matériel nécessaires à la construction 
d'une ligne télégraphique de Tamatave à Tananarive ; sur Je rapport de notre 
Résident Général, satisfaction fut donnée d'urgence à ce désir al, le 15 septembre 
1887, le télégraphe était inauguré. 



byGoogIc- 



— 86 — 

Dm difficultés d'uD autre ftnnre s'élevaient en même temps an sujet de la 
diUmitatioQ de DiéKO-SuBrez;lG Premier Ministre voulait s'en (enir aux termes 
de Ift lettre Hiot-Patrimoaio, quant b la superficie de terrain à donner ; H. Le 
Hyre de V île rs prétendait quelle n'était (ùs sufHsamment affirmative pour 
pouvoir être invoquée ; des délégués des deux partis furent envoies sur les lieux 
pour essayer de s entendre et de procéder à une délimitation ; ils ne purent y 
arriver. 

M. Le Hyre de Vilers demanda alors la nomination d'un gouverneur spécial 
pour ÔiéKo^uarez : ce fonctionnaire reçut l'ordre d'étendre le plus possible la 
fOlonie dans le Sud et y réussit. 

Un incident beaucoup plus gnve allait naître b propos de l'exéqualur. 
En verta de l'article 2 du traité de 1895 qui décidait que le Résident Géné- 
rel de France présiderait aux relations extérieures du Gouvernement malguctie, 
M. Le Hyre de Vilers exprima le désir que les demandes d'exéquatur fussent 
• tnnsmisea par son intermédiaire. La question se posa à l'arrivée a Tamatave de 
H. Campbell, consul des-EtatK-Unis, et de H. Huggard, consul d'Angleterre. 
Très prudent, le représentant de la Reine attendit le résultat de la demande de 
H. Campbell, adressée directement au Premier Ministre, M. Le Myre de Vilers fit 
des observations, mais le Palais répondit que l'exéqnatur était une mesure 
d'ordre intérieur et dès lors ne tombait pas sous le coup de l'article 2 du 
traité de 1885. Notre Ministre di^s Affaires Etrangères demanda aux Gouverne' 
ments de Londres et de Washington de reconnaître notre droit; ils acceptèrent 
et H. Camnbell reçut l'ordre de passer par l'interniédiaire de notre Etésidenf 
Général; il lui adressa sa demande en avril 1887; elle fui transmise au Premier 
Ministre par H. Le Mvre de Vilers, qui le priait de la faire viser par la Reine, 
n ne reçut aucune réponse, mais il apprit que Ratnilaiarivony essayait d'inti- 
mider M. Campbell el de lui faire formuler une demande directe. Malgré une 
vive insistance de la part de notre Résident, le Premier Ministre ne vojilant 
pas entendre raison, M. Le Myre do Vilers décida d'évacuer Tunanarivc et cessa 
le$ relations diplomatiques. Cet acte de vigueur donna à ri'flérhir au Gouverne- 
ment de la Reine, qui ne se souciait pas en effet de rompre aifc la France ; les 
Dégociations furent reprises par l'intermédiaire de M. Suberbie et l'on tomba 
d'accord sur une formule mentionnant que » toutes les affaires d'ordre politique 
qui devraient Être traitées entre le Gouvernement de Madagascar et les puis- 
sances étrangères seraient présidées par le Résident Général». Cet accord verbal 
ne fut consacré par aucun protocole. Le Gouvernement du rests ne ratifia pas 
ta convention intervenue et la question resta en suspens. 

H. Le Myre de Vilers partit en congé peu de temps après : pendant son 
absence, l'intérim fut confié à M. Larrouy, réaident-odjo'ul. Junsconsnite dis- 
tingué el doué d'un caractère très doux, l'intérimaire réussit k renouer des 
relations personnelles très courtoisn» avec la cour d'Rmyrnc et en profita pour 
créer une agence résidentielle ù Morosangy. Malgré cela, dos tiraillements et des 
difGcaltés de toute nature se faisaient toujours sentir tant sur les cAtes qu'à . 
Tananarive. 

H. Le Myre de Vilers revint k Madagascar à la fin do son congé ; pendant ce 
deuiième séjour qu'il fit h Tananarive, il éblouit les Malgaches par snn'faste et 
s'abstint de rouvnr des débats politiques ; en rtrianche, il dirigea les travaux de 
son personnel vers l'Étude de toutes les questions qui pouvaient intéresser 
l'avenir de Madagascar au point de vue agricole ou commercial. 

Le seul fait historique important de cette période est l'expédition hova de 
Taléar. Nos commerçants de la cOte Ouest étant fréquemment troublés par les 
iocursions des Mahafaly, le Gouvernement malgache, sur la demande de notre 
agent, décida une expédition. Les troupes, sous les ordres de Rainemiadana, se 
rendirent de Tananarive à Horondava par Midongy et Mulaimbandy - elles mirent 
plus (le si^ mois h foire la route à travers les plateaux nus du Boueni et arrivè- 
rent à la fin d'octobre 18SS vers Morondava, réduites k environ 1.500 bomines.- 
Biles V campèrent jusqu'en février 1889, époque à laquelle ta Normandy vint 
enfin les y prendre pour les transporter k Tuléar. La lenteur de Rainemiadana 



permit au roi eakalave Tompomanana de conceDtrer un grand nombre d'hom- 
meB, el le 24 mars 1889, l'armée bova, prise de peur, se rembarqua, laissant ees 
bagages aux mainb des ennemis. 

L'impression produite par cet insucxès fut très vive b Tauanarive et nae 
nouveJlc expédilioa fut aussitât décidée. Le prince Ramabatra, IS honneurs et 
neveu de la reine, en prit le commandement ; les troupes furent concentrées à 
Fort-Dauphin, où vint les prendre la yonnandy, qui les transporta à Nossi-Vé. 
Aussitôt âàbar<{uc, Itamahatra, qui n'avait que 900 nommes, marcha sur Tuléar 
el surprit les Sakalaves par la rapidité de son mouvemeot.' Plusieurs furent 
tués et leurs lëtes, placées au bout de piques, exposées sur le rivage. Les Hova4 
nommèrent gouverneur de Fibcrenana RazaflDesalama, un des chefo de l'ex- 
pédition. 

Pendant que ces événements se déroulaient sur la cOle Ouest, H. Le Hyre de 
Vilers était rentré en France et H. Bompard, ancien collaborateur de M. famboq 
en Tunisie, l'avait remplacé. Fonctionnaire inrali(|able, plein de bon sens et 
de bienveillance, le nouveau Résident Général réussit pendant une année à vivre 
'en bonne harmonie avec Raioilaiarivony ; il en profita pour faire appeler à 
Tananarive le capitaine d'infanterie de marine Lavoisot et deux ingénieurs fran- 
çais, qui furent mis à la disposition du Gouvernement bova ; il obtint anssi 
plusieurs concessions en faveur de colons français. Enfin le Comptoir d'Escompte 
rouvrit ses succursales de Tamatave et de Tananarive, concourant ainsi k la 
prospérité commerciale de nos compatriotes dans l'Ile. 

Tout semblait donc réussir au mieux de nos intérêts, lorsqu'un incident 
grave fut provoqné par la signature de la convention du S août 1890, pour la 
délimitation des zones d'influence en Afrique. Par cet accord, l'Angleterre re- 
connaissait <' le Protectorat de la France sur l'Ile de Madagascar, avec ses consé- 
quences, notamment en ce qui touchait l'exéqualur des consuls et agents brî- 
tanniqiies, qui devait être demandé par l'intermédiaire du Résident Général 
finançai t. 

Le 17 novembre suivant, notre ambassadeur à Berlin, M. Herbette, faisait 
entrer l'Allemagne dans l'accord établi. 

Une alarme sérieuse se produisit a Madagascar lorsqu'un télégramme 
Reuter y annon<;a ta signature an la convention ; les négociants de la côte ces- 
sèrent leurs atTaires avec l'intérieur, le Gouvernement malgache accusa M. Bom- 
pard de lui avoir caché les négociations et le rendit responsable du nouvel état 
de choses. Rainilaiarivony ne paraissait pas, du reste, vouloir tenir compte dn 
traité ; il refusa de donner suite k plusieurs réclamations de négociants anglais 
transmises par l'intermédiaire de notre agent et de reconnaître H. Porter Ailken 
comme vice-consul d'Angleterre à Tananarive; néanmoins une arme nouvelle 
était entre les mains de nos diplomates et l'occasion se présenta peu après d'en 
user. 

H. Campbell, consul des Etats-Unis à Madagascar, fut remplacé au mois de 
mai 1891 par H. Wailer; celui-ci ne vint pas de suite prendre son poste, et la 

Question resta encore quelque temps en suspens ; mais H. Tappenneck ayant 
[é nommé consul d'Allemagne à Tamatave, prévint le Résident que, conformé- 
ment auK instnictions de son Gouvernement, il lui ferait parvenir sa demande 
d'exéquatur. M. Bompard pressentît le Premier Ministre au sujet de ce mode 
d'opérer, mais Rainilaiarivony lui parut bien décidé à n'accepter aucune procé- 
dure dont le peuple malgache pourrait inférer que Madagascar avait perdu son 
indépendance et était placé sous notre Protectorat. Notre plénipotentiaire essaya 
pendant vingt ioure d arriver à une conciliation, mais i) ne put y réussir et le m 
mai il télégrapLiait au Gouvernement : 

■ Tananarive, 2S Juin 4894-. 

« J'ai dû renoncer à m'enteodre à l'amiable avec te Premier Ministre, au 
■ sujet de la délivrance de l'eiéquatnr de M. Tappenbeck. 

» Rainilaiarivony se refnse, en effet, catégoriquement, à faire parvenir cet 
•< exéqnatur par mon intermédiaire. Les pourparlers sont maiotenant placés snr 



.Google 



• te lerrmin officiel ; ils n'aboutiront pu & une solution conforme A l'arrange- 
■ meol franco-anglais du S aottl 1890. Le Département doit donc s^attcndre li 

• de sérieuses complications ». 

Les négociations continuèrent cependant, et le Premier Ministre consentit 
k recevoir de la maiu de notre agent la demande d'exéquatur mais se refusa 
obsliDémonl à envoyer sa réponse par son intermédiaire. M. Bompard en rendit 
compte au Gouvernemeot et le 5 juillet il présenta officiellement la demande de 
H. l^ppenbeck au Premier Hinislrc. 

Pendant ce temps, uotre Ministre des Affaires Etrangères, 31. Ribot, ne restait 
pas inactif: il s'était adressé au Gouvernement allemand, qui avait renouvelé 
l'ordre à son agent de passer par notre intermédiaire, mais désireux de ne pas 

Erter la discussion sur' un terrain trop grave, il recommanda au Résident de 
sser la discussion ouverte, en le chargeant de rechercher un arrangement qui, 
tout en sauvegardant nos droits, ne blessât pas les susceptibilités du Gouverne- 
ment bova. 

Halbeureusement ces instructions de H. Ribot n'arrivèrent, h M. Bompard 

• que le 7 septembre : c'était trop tard ; notre ministre y répondit par les proposi- 
tions conleoues dans la lettre suivante publiée au Livre Jaune. 

Tananariae, le 1S Septembre 1191. 
(arriTée i P»rii le M Oelotlre^ 

Le télégramme du Déparlement du 3S août dernier, qui m'est parvenu le 1 de ce 
foois, était trop tardif pour quil me fit possible de mettre à profit les suifKestîDns de 
votre Excellence. Les pourparlers entre te Premier Ministre et moi, au sujet de 
rexéqoatar de H. Tappenbecb, consul d'AllemtfiDe k Madagascar, engagés le !■* 
juD, ont été clos dès le M du m£me mots. Lorsqu'il m'a paru que Rainllaiarivonf 
avail déflnilivement pris le parU de rédster, je} me suis encore attardé ta jours à des 
fcoannanications sur des questions accessoires, afin d'avoir le temps de m'assurer que 
tonlea les ehances de conciliation étaient épuisées. 

Pendant loote la période des négociations, j'ai recouru à tous les moyens dont Je 
dvpose en vue d'amener le Premier Ministre à un compromis. Malheureusement peu 
de personnes, depuis l'arrangement' du S août 1S90, osent parler au Palais en faveur 
de la n^nce, à ce point que les jeunes HalgaclieB élevés dans notre école de 
Saint-Haizent, Interrogés par Rainilaiarivony sur notre force militaire, ont Jugé pr&dent 
de répondre que l'effectif offlciel de notre année était une pure fantasmagorie et que, 
dans les revues, on ^sait dénier plusieurs fois) tes mêmes soldats, alin de tromper 
le putriic sur leur nomlire réel. Presque seul, l'oncle de la Reine, personnage de- 
mie de toute autorité, s'est permis des représentations en faveur de la conciliation, 
alors que tou? les courtisans conseillaieiil aver. passion de nous opposer une fin de 
oon-recevoir catégorique. 

Votre Excellence sait quelle réponse défloiUve m'a faite le Premier Ministre ; il 
consentait bien, disait-il, à reoevoir de ma main la demande d'exéquatur de M. Ta[^ 
penbeek, mais il exigeait que toute la procédure qu'il prétendait convenue avec M. 
Le Myre de VîJers à l'occasion de la nomination de H. Campbell fût exactement suivie. 

Il n'était pas aisé de comprendre ce que Rainilaiarivony entendait par cette pro- 
cédure, car le dossier de l'affaire Campbell ne contient pas trace d'un arrangement de 
IMineipe intervenu entre le Résident Générai et le Gouvernement malgache au sujet 
des détivrances ultérieures d'exéquatnr ; j'ai pensé tout d'abord qu'en me conformant 
t h procédora réellement suivie en ce qui concerne M. Campbell, j'entrais dans les 
Tues du Premier Ministre; mais j'ai été vite détrompé. Rainilaiarivony prétend ft tort 
que M. Le Myoe de Vllere avait consenti k ce que le Gouvernement frantais se tint 
eomptètement étranger aux questions d'exéquatnr, tellement que la dernière phrase 
(te la rbrmnle • Le Rétidtnt G^nAMl a eonnaùsanee de ceci ■ aigoiHeralt non qu'avis est 
d<moé au Résident Général de la délivrance de l'exéquatur, mais simplement que ladite 
formule a été rédigée une fois pour toutes d'accord avec le Résident Général. Lorsqull 
eonMntcit i recevoir de ma main la demande de H. Tappent>ecti, le Premier Ministre 
~' ~'"l pourtant que cette demande loi fût adressée à lui seul et directement; je 



n'srais à la lui remettre qu'en taat qu'ayant itous ma directloo un service postal ; là 
s'arrêtaient ses concessions, si bien qu'un de ses secrétaires ayant suggéré dans la 
pensée que ce serait là un terrain de transaction, que ia réponse du Premier lUnistre 
k U. Tappenbeck fûl envoyée à Tamatave par la poste t^ïncaise, Hainilaiarivony ne 
l'a pas admis, car ai les personnes qui lui écrivaient pouvaient se servir ft leur gré 
d'une poste ou d'une autre, quant à lui, i] n'envoyait ses lettres que par ses propres 



En présence des dispositions du Premier Ministre, les 'diverses suggestions de 
Votre Excellence n'auraient donc eu aucune chance d'être accueillies. Accorder nous- 
mêmes les exéquatur à Madagascar, comme je le propose, est au surplus la meilleure 
méthode à adopter dans les présentes conjonctures ; elle suscitera sans doute le 
mécontentement de Rainilaiarivonf, mais elle n'ouvrira pas de conflit et çUe aura 
pour effet de rompre tout lien entre les consuls étrangers' et le Gouvernement mal- 
gache, 

M. BOMPARI). 

Une complication nouvelle se prodaisil à ce momeot: H. Watler, consul 
amcricain nouvellement arrivé, s'adressa directement au Premier Ministre pour 
obtenir son exéquatur; celui-ci le lui accorda aussitôt. Notre Gouvernement, 
auquel le Cabinet de Washington avait donné des assurances de nature à nous 
faire croire ^ue son agent s'adresserait à la résidence, saisit aussilAt le Gouver- 
nement américain, qui exprima ses regrets à notre ambassadeur et prescrivit à 
H. Waller de faire une nouvelle demande par l'intermédiaire de notre Résident 
Général. Hais Hainilaiarivony était bieù décidé ^ ne rien accorder ; d'autre part, 
H. Bompard, engagé dans des négociations très nettes, ne pouvait sans se con- 
tredire accepter l'entente que préconisait H. Ribot. Il demanda k rentrer en 
France. 

Par un cabtogramme en date du 11 octobre 1SQI, il y fut autorisé, et M. La- 
coste fut chargé de l'expédition des affaires avec o'rdre de régler le plus tOl pos- 
sible te différend concernant i'eiéqustur du consul allemand. 

Quelques jours pins tard, la Chambre vota, sur la proposition de M. de Haby, 
un crédit de 100,000 francs destiné à favoriser l 'émigration française à Hada- 
gascar. Ce vote marquait notre désir de ne rien abandonner des droits que nous 
donnait le traité de 1885. En l'annonçant h notre agent i Tananarive, le Ministre 
des Affaires Etrangères lui conseillait de retarder autant que possible une rupture 
ouverte, tout en prévoj^ant cependant l'éventualité de l'évacuation rapide de nos 
aalionaox. Il annonçait l'envoi de deux nouveaux croiseurs dans les eaux de 
Madagascar et l'augmentation des garnisons de La Réunion et de Dié^o-Suarei. 

M. Lacosle réussit par sa douceur b éviter des difficultés et l'opinion publi- 
que crut un moment que l'on aurait enfin la paix; mais la douceur ne réussit 
pm mieux jquc la fermeté et l'énergie et il fallut se décider k donner nn succes- 
seur il M. Bompard. 

H. Ribot fit appel au patriotisme de M. Larrouv, qui occupait alors le poste 
de consul à Dublin et avait déjà exercé du temps ae H. de Vilers les fonctions 
de résident-adjoint. H. Larron^ accepta et prit comme collaborateur principal 
M. Reuchot. Ce dernier, d'un jugement a&r et d'un caractère énergique, avait 
occupe plusieurs postes importants pendant son long séjour dans file, et l'on 
pouvait être assuré qu'avec ces deux représentants, si la politique de la France 
ne faisait pas de progrès, du moins son nom serait respecté et sa dignité sauve- 
gardée. 

M. Larrouy eut vis-à-vis du Premier Ministre une altitude de réserve absolue. 
U entreprit d'établir un dossier de tous nos griefs anciens contre le Gouverne- 
ment malgacbe; personnellement, il en connaissait- beaucoup; M. Ranchot 
pouvait le renseigner sur les autres. 

C'est à cette époque que l'on créa dans l'Ile l'un des trois tribunaux fran- 
çais dont rétablissement était prévu depuis 1890; il fut placé à Tamatave et ah- 
commissariat spécial de police lui fut aojoint. 



■,:cç.;,C00gIC 



Hais l'attiliide des Hovos devint nettement agressive: il db se passa pas dn 
semsine sans que notre Résident eût b transmettre au Premier Ministre des 
plaintes de colons, qui restaient sans réponse; enfin nos compatriotes furent 
mis dans l'impossibifilé d'exploiter les cnncessions qui leur avaient -été accor- 
dées. , 

En outre, des événements plus graves se produisirent bientôt; en mai 1893, des 
débarquements d'armes eurent lieu k Vatomaodry ; presque en même temps, le 
Premier Hinisire fît connaître à notre Résident son désir de prendre la gestion 
directe de la ligne télégraphique- M. Larrouy eut dans ces deux affaires une 
attitude très ferme. Au sujet de la prise du service télégraphique, il suscita tant 
d'obstacles que le Premier Uinistre ne put réaliser son projet, et auant au dé- 
barquement d'armes, il présenta au Palais d'Argent une demande d explication, 
en mfime temps qu'il avisait le commandant de la division navale de l'Océan 
Indien d'avoir à saisir les armes, la poudre ou les munitions de guerre que l'on 
vendrait débarquer dans l'Ile. 

Nous ne saurions mieux présenter la situation politique de Madagascar k 
cette date qu'en citant la lettre de H. Larrouy au Ministre des Affaires Etrangères 
(H. Develle, qui venait de remplacer H. Ribnt), parue au Livre Jaune. 

Tananarive, A SO Juin iS9S. 
(arrivée à Puli le 1" Août) 

L«s bruits et les commentaires auxquels avuenl donoé lieu l'arrivée récente d'ar- 
mes et de munitions de guerre pour le compte du Gouvernement malgactie ont pro- 
duit A Tamala.ve et sur la cAte une vive émotion. Ou a remarqué que, d'autre part, les 
opérations du rerrutement se paursuivent actuellement dans les provinces avec une. 
rigueur telle qu'elles alfectent plutât le caractère de levées extraordinaires que de sim- 
ples mesures d'administration. 

De plus, les corvées ordonnées pour le transport des approvisionnemeats mililairee 
viennent augmenter un mouvement déjà considérable et occasionnent une agitation gé- 
nérale. C'est par milliers que l'on compte, le nombre des hommes réquisitionnés. Les 
convois de marchandises ne peuvent circuler qu'avec diftlculté sur la route de Tamatave 
à Tananarive et, reâtent souvent en détresse dans les villages, atiandonnês par les 
porteur» que les autorités hovas réquisilionnenl pour la corvée. Un de nos courriers 
postaux a même été retardé. 

Cet état de choses s'accentuera probablement encore, car les canons et les muni- 
bons détianiués à Vatomandry les 7 et 8 avril dernier ne paraissent constituer qu'un 
premier arrivage d'une commande d'approvisionnements de guerre plus importante. 

On me signale, en effet, !a formation d'un corps de corvéables de S.OOO hommes des- 
tine au transport de t.31S barils et de 193 bottes de poudre provenant du Roht et on 
annonce également comme prochaine l'arrivée d'un chargement de vingt i vingt-cinq 
mille fusils se chargeant P^ 's culasse. 

Les infonnations qui précèdent. Votre Excellence le remarquera sans doute, ue font 
que conlinner mes appréciations antérieures au sujet des dispositions du Gouvernfmenl 
bova et de l'attitude que le Premier Ministre paraît être décidé & conserver vis-à-vis de 
nous. Les préparatifs belliqueux dont il s;agit ne peuvent s'expliquer aujourd'hui que 
par cette conviction, dont les Halgacbes sont ammés, qu'une rupture entre la France et 
■adagascar, si elle n'est pas considérée comme imminente, ne saurait être évitée indé- 
tnimenL 

Nos déclarations les plus bienveillantes et les plus pacifiques, si elles ont eu pour 
effet d'aider au maintien de nos relations sur un pied de courtoisie et d'amitié apparenlesi 
n'ont point eu pour résultat de convaincre les Hovas de la droiture de nos iatentions. 
les colons français, dont les aspirations se manifestent bruyamment, ne f<mt d'ailleurs 
que confirmer les Hovas dans leurs sentiments de méfiance- Les plaintes de nos com- 
patriotes s'acci^ulent et grossissent depuis pinceurs années sans recevoir de solution; 
leurs efforts pour développer leur commerce se heurtent constamment A l'opposition 
systématique des autorités locales ; enAn l'irritation provoquée par la stagnation des 
ubires, soit commerciales, soit politiques, entretient un antagonisme qui devient tous 
Isa jours plus violent 



îdby Google 



— M — 

C'est a cet Jtat d'esprit que doit ébre attribué rempressvmenl avec lequel les bruits 
de guerre ou de rupture aoat accueillis sur la cQte ; de lA aussi les commentwres 
inquiétants qui sont mis en circulation en ce moment. 

Les faits dont je rends compte à Votre Excelleuce ne sauraient mobver des alarmes 
immédiates, mais ils méritent d'appeler toute l'attention du Gouvernement. 

L'introduction d'une quantité consIdéraMe de fiisils à Madagascar présente un sérieux 
danger pour l'avenir, et j'ai l'intention, dès le retour de l'Eure à Tamatave, d'envoyer ce 
bitimeatàZanùbarvousporter un télégramme à ce^ujet afin que le Gouvernement puisse, 
s'il le juge convenable, prendre des mesures en prévision de l'arrivée de ces armes. 
Ce n'est pas seulement au poLot de vue d'une action militaire que ces approvisioanements 
oIR'eQt des inconvénients, c'est aussi dans l'excitation que ta possesuon de ces engins 
de guerre est de nature il provoquer dans l'esprit du Premier Ministre et des indigènes 
que réside encore pour nous le péril actuel. 

En résumé, il me semble résulter des diverses manifestations que j'observe autour 
de moi que si les mesures prises par les Hovas ne vont point jusqu'à la provocation 
directe, les eftorts accomplis par eux en vue de se mettre â l'abri des conséquences 
éveotuelles de l'inexécnlioa des traités, qui constituent à leur encontre et vis-à-vis de 
l'Europe la l>asé de notre situaUon à Madagascar, deviennent tous les jours plus audncieux 
et plus puissants. 

Ce sont ces tendances hostiles dont nous devons continuer à nous préoccuper 
sérlenaement. 

P. LABROUÏ. 

Bîenldt du reste le bruit courut que le Premier Ministre avait fait de nouv<>l]es 
commandes de fusilset notre Résident Géaéral lui demanda a nouveau des 
explications le 22 juillet; Ruinilaiarivony lui anirma qu'il n'ulteadait ni annes - 
□i munitions. 

Cependant le bruit de ces commandes faites était confirmé à notre Hioistre 
des Affaires Etrangères, qui chargea H. Larrouy de voir encore une fois le Pre- 
mier Ministre et de lui demander de tenir le Gouvernemeol français au courant 
des importations d'armes. Notre Résident devait aussi lui signaler que les bAti- 
tneuts de Is division saisiraient les cargaisons douteuses et s'opposeraient aux 
importations clandestines; enfin il devait demander tju'on invitât les gouver- 
neurs hovas à modifier leur attitude agressive vis-à-vis des colons et à cesser 
leurs propos belliqueux. Recourant à un procédé qui lui était habituel, le Premier 
Ministre se prélendit ssseï gravementmaladepourne pouvoir donner audience 
k notre reprèseotant. Peu de temps après, H. Georges Huiler, chargé d'une mis- 
sion scientifique, était assassiné dans le Nord-Ouest de l'tle par des brigands. 
Quoique la situation parut tranquille à cette époque, les bruits de guerre com- 
œeoçaient à circuler parmi les populations étrangère et indigène de Tananarive 
et produisaient une certaine excitation ; le 34 octobre seulement, le Premier Ifi- 
Distre consentit à recevoir le Résident Général, qui lui fit les déclarations pres- 
crites par H. Devetle. 

Rainileiarivony lui demanda de vouloir bien lui adresser une note écrite h 
ce sujet. M. Larrouy ayant déféré à son désir, le chef du Gouvernement malga- 
che répondit que les armements ineriminës étaient provoqués par des néces- 
sités de politique intérieure et ne devaient pas être considéKs comme une me- 
sure dirigée contre nous, pas plus que 1p4 achats d'armes qui -pourraient avoir 
lieu par [a suite ; d'autre part, il se refusait à prendre l'engagement de prévenir 
«u préalable. 

Otte lettre était du 3 novembre; le S, le Bésident Général apprenait de M. 
Suberhie qu'un de ses postes avait été attaqué par les fahavalos le 21 octobre; 
un nomme Silanque, créole de La Réunion, avait été tué et de nombreux indi- 
gènes tués ou blessés. H. Larrouy protesta auprès du Premier Hinistre et de- 
manda le rappel et la punition du gouverneur général du Booénî, tout en faisant 
ses résarves quant aux indemnités à réclamer au Gouvernement malgache. 

A la réception de ces nouvelles, le ISnovembre 1893, H. Sevelle prescrivit A 
M. Larrouy de renoaveler A Rainilaiarivonjle sens des instruetionsdqh envoyées 



.Google 



— «8 — 

et de lai ngnaler la oëcessité de preodre des mesures pour assurer la sécurité 
de nosnabonauxou des ëtraD|[ers; si le Gouvernemeot hova était impuissant, 
Doos namineriODs les dîspositioas à prendre poar garantir nous-mêmes l'ordre 
et û sécurité. 

La situation se maintint encore quelques mois assez calme, mais dans la 
nuit du 19 an 20 janvier, la maisco de H. Durand, Français habitant Tananarive, 
fat attaquée par une bande de mairaiteurs ; une enquête faite par les autorités 
mal^hes ne donna pas de résultats. 

Enfîa la question de l'eiéquatur, remise sur le tapis par l'arrivée & Tamalave 
de nouveaux consuls américain et anglais, permit de constater une fois de plus 
le mauvab vouloir du Premier Ministre. 

Heureasement, en France, le Parlement et le Hinistèra s'étaient fait une 
conviction de la mauvaise foi du Gouvernement hova el de son impuissance à 
assurer la sécurité dans l'Ile. Aussi, le 26 janvier, la Chambre votait un ordre du 
jour ainsi conçu : 

H La Chambre, résolue à soutenir le Gouvernement dans ce qo'il entrepren- 
■ dra pour maintenir notre situation et nos droits à Madagascar, rétablir l'ordre, 
' protéger nos nationaux, faire respecter te drapeau, passe à l'ordre du jour ». 

Comme conséquence de ce vote, le Gouvernement faisait connaître à H. Lar« 
rony qu'il était dansrinlentioad'augmenteriesgarnisonsdeDiégo et de LaRéunion, 
ainsi que la Division navale et lui demandait son avis sur les mesures à prendre 
pour assurer la sécurité des colons et le respect des traités sans cependant 
eoniger une expédition. Le Réxident General proposa d'augmenter nos forces 
militaires à Tananarive par l'envoi d'une escorte de SOO hommes à la disposition 
dn Résident Général ; toute action sur la cAte, disait-il avec raison, compromet- 
trait la sécurité de nos nationaux dans l'intérieur âaas "voir pour résultat 
d'amener le Gouvernement hova à composition. Hais l'envoi des troupes à 
Tananarive pouvant peut-être provoquer un conflit, on pourrait, dans le but de 
l'éviter, les diriger sur Mevatanana sous un prétexte de police. 

Pendant ces échaoges de dépêches, plusieurs réunions étaient tenues au 
palais dn Premier Uinislre, autant pour prescrire des mesures en vue de déjouer 
la surveillance de nos croiseurs concernant la contrebande de guerre que pour 
décider les travaux h exécuter en vue d'une guerre prochaine. Le personnel 
de la cartoucherie de Soaniersua, dirigé par M. Hanning, était augmenté, et le 
Premier Ministre paraissait résolu à activer ses armements. Partout dans Hada- 
nscar les attentats contre les colons se multipliaient sous l'IoQuence d'excita- 
Qoiis des fonctionnaires hovas ; k Tananarive, un soldat de l'escorte était attaqué 
et blessé jgriëvement [lar le neveu de la Reine et ses aides de camp sans que 
Rainilaianvony poursuivit les coupables ; et la partie turbulente de la popula- 
tion, interprétant cette inaction comme une approbation tacite, commençait k 
s'agiter contre les Européens. 

Les consuls étrangers, les résidents et H. Suberbie se plaignaient du mauvais 
vouloir des autorités novas ; le jeune Salomon était attaqué, nlessé et dévalisé; 
on annonçait en outre l'assassinat par les esclaves du gouverneur de Hahanoro 
d'un Français de La Réunion. 

Enfin le 26 juin, les serviteurs indigènes de la résidence générale ét^cnt 
menacés par les aides de camp de Rakotomena. 

Non seulement le Premier Ministre ne donna pas de suite aux nombreuses 
plaintes que ces faits motivèrent de la part de M. Larrouy, mais pour les éviter, 
il se prépara à partir avec la Reine pour Ambohimanga. 

H. Larroujr i>arvint cependant à obtenir le 30 juin une audience dans 
laquelle Rainilaiarivony chercha h disculper Rakotomena sans j réussir. 

Les étrangers, de même que les François, commençaient & être tris 
nalmenés ; le vice-consul de S. S. Britannique à Tananarive avait déjà transmis 
ée nombreuses doléances de ses ressortissants : un de ses compatriotes, le 
iiear Victoir, appelé k Ambositra par ses affaires de commerce, fut séquestré et 
obligé ensoite ne quitter la ville sans avnir pu obtenir le recouvrement des 

, ,. -..C^.ooqIc 



Bommesqui lai étaient doe» par les débiteurs indigènes. Les chefs des deax 
principales maisons uméricaines constalatent aussi la mauvaise foi des Hovas; 
enfin le surintendant de la MissioD norvégienne eiprimait les appréhensions 
que lui causaient les agissements du parti du Palais. 

De tels faits alarmèrent à juste titre notre Résident, qui signala par lettré 
du 30 juin au Gouvernement de la République la nécessité de prendre une 
décision s'il ne voulait pas se laisser surprendre par les évéosments. 

Dans un télégramme en date du 27 juillet, arrivé à Paris le 30, il signalait 
l'éventualité d'une rupture comme inévitable et annonçait le transfert de la 
Résidence Générale fa Tamalave; par un nouveau cablogramme du 6 août, il 
signalait que l'évacuation des colons vers la cAte devait précéder toute modifi- 
cation dans notre attitude et insistait vivement pour obtenir l'autorisation de 
faire partir des provinces de l'intérieur les malades et les impotents el de donner 
k nos nationaux len moyens de se mettre en sûreté. Enfin, au commencement 
de septembre 1894, l'attitude du Premier Ministre devint menaçante et il ne 
répondit plus que par des explications dérisoires aux plaintes du Résident au 
sujet des voies de fait auxquelles on se livrait journellement sur les soldats de 
l'escorte, les fonctionnaires ou les colons. 

Après un examen approfondi de la situation, notre Ministre des Affaires 
f!trangéres prit une mesure des plus heureuses. 

Il fallait indiquer au Gouvernement malgache que nous étions résohis h des 
actes énergiques et cependant gagner par des négociations le temps nécessaire 
à l'étudp (tes voies et moyens i employer, su depAt et fa l'adoption du projet 

S>réseaté au Parlement, enfin à l'évacuation de nos nationaux. Voici quelles 
urent les instructions envoyées à notre agenl le 9 septembre : 

Il devait rentrer en France et prévenir le Premier Ministre qu'étant donnée 
llmpuifsaqce du Gouvernement hova k garantir la sécurité de nos nationaux, il 
prenait des dispositions pour l'évacuation des femmes, des enfants et nés 
malades. H. le chancelier d'Anthoûard et l'escorte resteraient fa Tananarive 
jusqu'à l'arrivée d'un agent spécial que la France envoyait en mission. 

H. Le Myre de Vilers, auquel un adjoignait H. Ranchot, était choisi par le 
tiouvemement. Il se trouvait hors de Pans, lorsque lui parvint l'appel fait à son 
patriotisme. Cinq jours après, le 14 septembre ISB4, notre plénipotentiaire partait 
pour Madagascar, accompagné de H. Hancbot, qui était en congé en France ; il 
emportait des instructions du Ministre des Affaires Etrangères lui indiquant les 
points sur lesquels la France était décidée à obtenir satisfaction. En vertu des 
articles I et II du traité du 17 décembre <8SS, nous demandions que le Résident 
Général servit d'intermédiaire entre le Gouvernement hova et les consuls 
étningcrs pour toutes les affaires qu'ils auraient à traiter, y compris les deman- 
des de concessions. L'une des conséquences de ce modu» vivendi serait de nous 
rendre responsables vis-à-vis d'eux de la liberté du commerce et de la sécurité 
de leurs compatriotes dans l'ile ; nous étions décidés fa envoyer à Tananarive 
une force capable de l'assurer. Il paraissait indispensable au Gouvernement 
français, pour readre efficace la présence de cette force fa Madagascar, d'exécuter 
certains travaux d'utilité publique (lignes télégraphiques, construction de routes, 
chemins de fer, etc.). La Gouvernement hova s^ngagerail fa ne pas gêner 
l'exécution de ces travaux et, s'il désirait les faire lui-même, nous mettrions 
à Ha disposition les agents techniques nécessaires. Enfin, au sujet deaimpo^ 
talions d'armes, la France, responsable au nom de Madagascar vis-à-vis des 

Suissances signataires de l'acte général de Bruxelles, étaH dans la néceuité 
'exercer un contrôle sur les importations qui seraient faites dans la graode 
tie. 

Tels étaient les points qui devaient être traités dans un arrangemenl officiel 
dont le texte Français ferait seul foi. 

A Hayotte, notre plénipotentiaire rencontra H. Larrouy, qui rentrait éa 
France, et il put recueillir de ce témoin autorisé le récit détaillé de tous les faits 
qui avaient été signaléa dans les rapports officinls. Le S octobre, il arrivait k 
Tunatave, où régnait une grande surexcitation. 



îdby Google 



Convaincu que seule une action rapide pourrait Gurprwdre et iotimider 
\tt MslescheH, il partit pour Tsnanarive le lendemaiu même de son débarque- 
Dent et 3 arriva en cinq jours ; il avait fail prévenir RaiQilUarivooy par talé* ' 
gramme qu'il repartirait par le courrier du mois suivant. M. Le Hyre ae Vilen 
pronvût ainsi sa coDOSissance profonde du caractère malgache ; il prévoyait 

Sue, saivant une tactique qui lui était habitaelle, le Premier Minislre essaierait 
e gagner àa temps jusqu'à ce qu'un événement inattendu vint détourner 
l'attention publiqne de Madagascar. Il fixait donc dès son arrivée une durée 
probable aux négociations pour bien marquer son intention de ue pas subir le 
procédé malgache. Mais dès aa première entrevue avec Hainilaiarivony, il put 
K rendre compte que toute enteute serait impossible: h. des lenteurs voulues 
s'ajootait l'impuissance du vieux dictateur, dont le pouvoir était menacé par 
lea querelles intestines de son pays ; aussi saisit-il la première occasion pour 
ceuer tes relations officielles, qu'il estimait puériles. 

Elle lui fut offerte le SO octobre; ce Jour-là, les plénipotentiaires devaient se 
réunir sar la demande du Premier Ministre, qui non seulement ne se rendit pas au 
lendeir-Tous, mais ne fit pas prévenir à l'avance notre représentant, qui se déran- 

S:aseal; H. Le Hyre de Viicrs prit texte de cette inconvenance et mit aussildl le 
ouvernement m*algache en demeure d'accepter dans un délai de 6 jours le pro- 
jet de traité qu'il lui aval L présenté. En même temps, il donnait l'ordre aux Fran- 
(aïs de toutes conditions de partir pour Tamatave. 

L'escorte du Résident évacuerait à son tour Tananurive te samedi matin par 
M^unga, si le traité n'était pas accepté. 

Le Premier Ministre cependant ne voulait pas d'une rupture qui gênait son 
plan; il tit demander à H. de Vilers une nouvelle entrevue; celui-ci accepta et 
essaya de faire comprendre à Rainilaiari\ony qu'il avait tout intérêt à accepter nos 

£ro positions, mais lï se montra une fois de plus l'habile procédé du Premier 
ioistre; au lieu de répondre, il présenta une longue note exposant ses griefs 
contre la Résidence Générale et concluant au maintien du ttalu quo anle. 

H. Le Hyre de Vilers sut éviter la faute de se laisser entraîner dans de nouvel- 
les discus»ons et le 26, à 6 heures du soir, les délais de la mise en demeure étant 
expirés, il en prévint le consul anglais et le superintendant des missions norwé- 
gieanes, en même qu'il adi-essail au Premier Ministre l'inventaire des biens fran- 
çais dont il lui confiait la garde. Les colons, partis le 22, étaient déjà à Beforona. 

Depuisdeuxjoars.lelieulenantPhilippe, de l'infanterie de marine, avait réuni 
k Ambohidratrimo les bœufs, les mulets et les basages de l'escorte et des fonc- 
tionnaires qui restaient h Tananarive) il n'y avait donc plus rien k craindre pour 
DOS compatriotes. 

Le lendemain 27 octobre,à6heuresdu malin, eiitlieu le départ du personnel 
diplomatique et de l'escorte. H se produisit une profonde impression sur le peu- 
ple malgache, dont une bonne partie nous était favorable. Des milliers de Hovas 
■e pressaient aux abords de la Résidence dès lu veille au soir. A six heures pré- 
cises, le détachement d'infanterie, commandé par le capitaine Lamolle, vint se 
ranger face & l'bôtel pour rendre une dernière fols les honneurs au drapeau qui 
fut ensuite amené. 

On mit les scellés sur la porte de la résidence, puis l'escorte accompagnant 
MM. Ranchot, d'Antfaoûard, Delhorbe et quelques autres personnes se mit en 
route; à a h. 20 elle avait franchi les limites de la ville. Alors seulement M. de 
Vilers, estimant qu'il avait terminé sa mission, quittait le dernier la capitale du 
royaume bova. 

Le 2 novembre, l'évacuation des colons et des missionnaires de l'intérieur était 
lermiaée par la route de Tamatave ; ceux de Valomandry et de Mahanoro s'embar- 
quaient sur le Hugùn, de la division navale, qui, apràs les avoir laissés à Tama- 
tave, repartait aussitôt pour aller chercher à Uananjary les Européens du Betsiléo. 
L'escorte arrivait d'autre part le 21 novembre à Majunga, après de grandes [fatigues 
et des difficultés nombreuses semées sur sa route. Pour avoir des bceufï, les 
soldats étaient obligés de tner des animaux kcoups de fusil, les habitants se refu- 
sant fc en vendre. Un service de garde permanent dut être organisé et l'effusion 



du »ng ae put être évitée que grAce au sang-froid de H. le capitaine Lantolle et 
de HH. Rancbot et d'AothoEiard. 

Le 15 uovemtJYe. le Gouverneuieot déposait sur le bureau de la Chambre nue 
demabde de crédits de 65 millions de francs pour l'envoi à Madagascar d'un corps 
expéditionnaire de 15.000 bommes. Il prescrivait en même temps k H. Le Hyre 
de Vilers de rester à Tamatave jusqu'à nouvel ordre et de ne considérer les 
nôgociatioDR comme absolument rompues qu'à la suite du vote des crédits par les 
deux Chambres. Le 8 décembre, le Parlement ayant donné son adhésion complète 
au projet du Gouvernement, le général Diichesne était nommé au commande- 
ment du corps expéditionnaire, ordre était câblé au commandant Bienaimé d'oc- 
cuper Tamatave avec des troupes de La Réunion et à H. de Vilers de faire un 
dernier effort auprès du Gouvernement malgache pour obtenir la signature de 
l'arrangement après cette première démonstration. 

Dans la mut du 11 au iS décembre, l'aviso le Papin, qui avait été envoyé à 
Maurice attendre le résultat du vote du Sénat, entrait en rade de Tamatave; le 
Peï-Ho, des Messageries Maritimes, portant une partie des troupesde La Réunion, 
V était arrivé le 3, & 7 heures du matin; la ville fut occupée sans résistance. 
Rainilaiarivony répondit par une fin de non-recevoir à la dernière tentative de 
H. de Vilers, qui s embarqua pour Marseille la 26 décembre, tandis que la forma- 
tion du corps expéditionnaire s'opérait en France. 



îdby Google 



CHAPITRE IV 



«■USE. — Expéditioii de 1895. — L'insurreoUon. — Répres- 
sion de l'insarreotion. — Opérations militairee 1896-1897 et 
1" semestre 1898. — Politique, administratioQ et ooloiiisation 
1896-1897 et 1" lemestre 1898. 



HajiiDga avait été occupé dès le 13 février 189S par des troupes de la rna- 
rioe; le corps eipéditionaaire comnieDÇii à y arriver il partir du 1" mars ISBâ. 
Le généra) Hetzioger, débarqué à cette date, prit le com mande me ni général des 
troupes d'avaot-garde et balaya les deux rives du fleuve jusqu'à Hahabo et Ma- 
rovoajr. Les ligues d'Ampasivola, qui défendaieat le village, furent enlevées le 
2 mai, et le 16, le commandast Pardes mettait en déroule h. Ambodimont^ ua 
corps de 2.000 Hovas descendant de l'Imenaa; le lieutenant Forestou et 1 1 tirail- 
leurs étaient blessés dans cet engagemenl. 

Le général Duchesne, arrivé à Hajunga le 9 mai, faisait reprendre dès le 
IS la marche de l'avant-garde : elle se poureuivit sans incident Jusqu'à Tsara- 
soatra où, le 20 juin, le bataillon Lentonnet fut attaqué par un parti de quatre 
ou cinq mille Bovas, qui furent repoussés avec des pertes sérieuseit; de notre 
c4té le lieutenant Augey-Dufresse était tué pendant l'action. 

Le SSjiiÏQ, les voilures pouvant circuler jusqu'à Ambato sur le chemin fait 
parle génie, le corps expéditionnaire était mis en route et le 9 juillet il était 
concentré daas cette localité. Enfin, gr&ce à des efforts inouïs la route carros- 
sable atteignait le Beritzoka à 100 kilomètres d'Andriba le 24 juillet et la brigade 
Voyron occupait ce dernier point après on brillant engagement le 21 soQt. 

La saison sèche avançant et le général en chef, comprenant qu'il lui serait 
impossible d'accomplir sa mission s'il subordonnait son mouvement à la 
construction d'une roule, décida de former une colonne légère qui sagnerail 
Tananarive. On constitua a Han^asoavina Tgrds village de la plaine d Andriba) 
tes approvisionnements nécessaires et le 14 septembre au malin la colonne, 
forte ne 4.2S0 combattants et de 1.500 conducteurs, se mettait eh route. Elle 
chassait les Hovas, le 16 de Tsinainoudry et le 17 de leurs retranchements des 
raont^ Ambohimenas; le 19 au soir le général Duchesne campait dans la plaine 
de Habaridaza, au pied Sud de ces montagnes: le 26, dès la pointe du jour, 
l'avaiit-garde enlevait le marché deSabotsy et la hauteur de Tsimahandrv; le 28, 
pendant un mouvement circulaire de la colonne pour se porter au Sud ne Tana- 
narive, l'arrière-garde était vigoureusement attaquée par un corps de 2.000 
hommes, qui ne parvintà faire aucun mal. Le 29 et le 30 au matin, I armée con- 
tinua à prendre ses positions de combat, repoussant un corps de Rainianjalahy 
qui avait ouvert le feu contre le convoi; la brigade Voyron gagna par un mouve- 
meat tournant la hauteur de l'Observatoire, iroù nous dommions la ville et le 
bombardement commença aussitût. Dès que les premiers obus tombèrent aux 
enviroDsdn Palais, le drapeau blanc fut hissé, des parlementaires furent envoyés 
et le lendemain l " octobre la paix était signée. 

Quelques jours après, Rainilaiarivony était remplacé dans ses fonctions de 
Premier Hinistre et interné à Tsarasoalra; il fut un peu plus tard dirigé sur 
l'Algérie. 

A Tamatare, suivant les ordres du général en chef, les opérations contre les 
lignes de Farafate venaient de commencer dans la nuit du 5 au 6 octobre, quand 
l'annoDce de la. signature de la paix, connue par Vatomandry, vint les arrêter. 



— 70 — 

La route de TamaUve à Tanan&rire se trouvant alors rouverte, la direction 
de Hajunga fut abandonnée et les mouvements de troupes et de matériel furent 
exclusivement exécutés par Tamatave. 

Dès le 22 novembre, uo mouvement insurrectionnel éclatait dans la région 
d'Arivonimamo, uù le pasteur Johnson et sa famille, ainsi que le gouverneur du 
village, furent massucrés: il fut réprimé par l'intervention d'un bataillon mal- 
gache. Sn même temps éclatait sur la côte Est un soulèvement provoqué par le 
maintien en fonctions des gouverneurs hovas; le colonel Gonard, qui occupait 
Andevorante, le fil bientôt cesser. 

H, Laroche, nommé Résident Général, arrivait k Tananarive au mois de 
janvier et faisait signer à la reine l'acte unilatéral qui donnait à la France la 
fluprématie définitive de Madagascar. Hais peu de temps après, des intrigues 
naissaient dans l'entourage de Ranavalo et déterminaient une insurrection des 
Hovas qui éclatait au commencement de mars 1890. 

Les gouverneurs Rabezavana et Rabozaka se mirent à la tête de fortes bandes 
armées dans les répons d'An jozorobé etd'Ankazobé, où trois de nos compatriotes, 
qui venaient de Majunga k Tananarive, furent massacrés. Dans le Sud-Est un 
autre chef, Rainibelsimisaraka, fit assassiner trois Français ; devant l'intervention 
d'une colonne dirigée par le général Oudri, il se retira mais pour aller incendier 
Antsirabé, dont la population européenne ne dût son salut qu'à l'arrivée rapide 
de cette colonne. A la même époque, la route de Tamatave était coupée par les 
fahavalos k quelques heures de Tananarive. Le Nord étant plus particulièrement 
agité, le général en chef envoya une colonne dirigée par le colonel Combes 
occuper Aniozorobé et fil jalonner de nombreux postes la route de Tamatave. 
Hais 10US 1 impulsion des chefs hovas qui favorisaient le commerce des armes, 
le mouvement s'étendit et gagna bientôt toute l'Emyroe et les territoires limi- 
trophes. Plusieurs colonnes firent chargées de dégager les abords de la capitale 
et la route de Fénérive b Ambatondraiaka fut dégagée. Malgré cela, au mois 
de septembre, la situation était toujours critique. 

Hais déjà en France l'opinion publique s'était émue et avait demandé que 
des mesures fussent prises pour modifier cet état de choses. Le Gouvernement 
confia alors la direction de la colonie au Général Gallieni et lui dévolut en même 
temps le commandement des troupes. 

Après avoir examiné la situation, dès son arrivée, le nouveau Bêsideot Gé- 
néral résolut de supprimer l'hégémonie hova, de centraliser les pouvoirs civils 
et militaires eutre les mains des autorités françaises et de réduire le centre de 
l'insurrection par une occupation mélhodiq^ue qui, partant de Tananarive, s'éten- 
dit par bonds successifs jusqu'à la périphérie de l'Imerina. Ces conditions réa- 
lisées, on pourrait sonj^er à entreprendre un système de colonisation sérieux. 
Afin de bien scinder les territoires uù se poursuivaient les opérations militaires 
de ceux qui pouvaient être immédiatement ouverts à la colonisation, le secré- 
taire général résida à Tamatave et toute la région entière de l'Est fut confiée 
k l'adrainislration civile; on y remplaça les gouverneurs hovas par des chefs 
autochtones nommés à l'élection et agréés par doub. 

La partie du pays la plus troublée, l'Emyrne, fut divisée en trois territoires 
militaires subdivisés eux-mêmes en cercles; à leur télé furent placés des officiers 
responsables des événements dans leurs circonscriptions; toute initiative leur 
était laissée pour les mesures à prendre. Celte première organisation achevée, on 
commença la répression de l'insurrection. 

Après une série de marches rapides, le colonel Combes, qui commandait le 
t" territoire, débloqua Ambalondrazaka et y créa un cercle: puis il alia chasser 
les rebelles oes vallées de la Hananara et du Hangoro; le lieutenant Guillet et 
cinq soldats furent malheureusement tués pendant ces opérsUons. 

Dans le 2* territoire, le lieutenant-colonel Borbal-Combret opérait contra 
Bainibetsimisaraka, qui avait signalé ea présence par les meurtres de HH. Vercier 
et Molineux, sujets étrangers, et de trois de nos compatriotes, MM. Duret de Brie, 
Grand et Michaud. Mats le chef fahavalo fut bientAt harcelé par nos t 



:,: C,00<^\C 



-71 - 

dot se reUrar vers Betafo, où la politique ferme et habile du capilainp. DurtDd 
l'obligea à sa soumettre. 

I^ssi-Vé, repaire de pirates, était eolevé d'assant le 6 Tévrier 1B97 et la 
régioii de Soavina fut dâfinitiTenient purgée des bandes qui l'inrestaieut dès le 
commeacpmeDt de mars. Le Jiculèoant^oloDel Sucilloo, qui succéda au 
lieuteaant-coloDel Borbal-Combret, se trouva aux prises peu après sou arrivée 
avec l'iDSurrectioQ des Taual&s qui éclata le 29 mai par l'assassinat de H. Paty 
et t'attaque du poste d'Ambohimanga; elle fut rapidement réprimée par l'action 
convei^eate vers ce poste des colonnes Deleuze veuaul de Tsinjoarivo, Lefort 
venant de Fianarantsoa et Fichon venant d'Ambohimilanja. 

Dans le cercle de Babay, le lieutenant-colonel Gonard rouvrait les commu- 
nications entre Andriba et la capitale. C'est dans cette région que Rabeuvana 
et ses bandes avaient été repoussés par les troupes opérant aux environs de 
Tananarive (secteurs d'Antsatrana et de Tsaratanana). Dans le but de les réduire 
complètement les points d'Antsatrana, de Tsaratanana, d'Ambohimaujaka et de 
Vohilena furent solidement occupés et reliés entre eux par dus postes intermé- 
diaires (avril 1897). Le capitaine Reyinond entreprit alors une série d'opérations 
gui amenèrent la reddilioo de Rabczavana. Rabezavana et Rainibetsimisaraka 
lurent envoyés à Tananarive, où ils renouvelèrent leur soumission au Général 
Gallieni devant une grande aflluence de population indigène, qui fut fortement 
impresainanée par cette cérémonie. 

Dans le Nord de l'tle, la compagnie Clavej, après avoir dégagé Befandriana où 
se trouvait le résident Fradon, mettait en déroute ta bande qui tenait le pajs et 

3ui venait de faire sa jonction avec une autre bande chassée de la côte par des 
étachements de milice; la compagnie Clavel traversa ainsi toute l'ile, de Ha- 
roantsetra & Andranolavo. 

Aux environs de Tananarive (3* territoire), l'ordre, un instant trou blé au mois 
de mars par quelques fahavulos, fut rapidement rétabli par le capitaine Brun. 

Enfin, L*occupstton du Bouéni par ta compagnie du c&pitune Jacquinot rou- 
vrit définitivement la route de Majunsa. 

Désormais l'Imerina était pacifiée et reliée h la mer par les voies sûres de 
Tamatave et Hajunga ; la fête du 14 Juillet, qui succédait k l'ancienne fête dn 
Bain, était célébrée avec éclat dans tout le pays occupé par nos troupes. 

Ud seul des chefs derinsurreclion.Rabozaka, ne s'était pas encore rendu: il 
occupait la forêt de l'Est ; le 1" territoire fut réorganisé de manière h permettre 
de mieu3t coordonner les poursuites contre ce rebelle. Des opérations et des bat- 
tues fréquentes en forêt ruinèrent ses bandes «t déterminèrent la soumission 
d'un grand nombre de ses^ partisans; lui-même se rendit au commandant 
Pourrat le 20 février 1888 ; dès lors le désarmement de la région put être eff'ec- 
tnéet, au mois d'aYril, la tranquillité générale étant rétablie, les eR'ectifs des 
trouiiâs furent diminués et plusieurs postes supprimés. 

Kaînitavy, le' dernier des lieulenanls de Ranezavana, refoulé dans le Bouéni 
vers Hasafcoaraena, y était réduit k merci et faisait sa soumission au sous-lieute- 
nant Galliache. 

Une progression vers le Nord-Ouest, commencée aussitôt par l'occupation 
méthodique du Henavary et de la Mahavavy, réussit sans effusion de sang. 

Hais si le Nord, le centre et l'Est de Madagascar pouvaient dès tors être 
ou'vertfl à la colonisation en toute sécurité, deux régions échappaient encore à 
notre influence : l'Ouest et le Sud. Les peuplades sakalavcs et les Baras qui les 
habitent ont lutté de tout temps pour leur indépendance ; en 1890 encore, les 
premiers avaient infligé une défaite aux Hovos. Ces régions comptant parmi les 

Elus fertiles de la colonie, le Gouverneur Général, désireux de mettre en valeur 
)ut le domaine de l'Ile, résolut de les occuper. Les opératinns eurent lieu sur 
deux tbéAtres bien distincts: dans les provinces de Fianarantsoa et de Fort- 
DanpbiD, au Sud, et dans le Belatriry et le Ménabé, à l'Ouest. 

Dans le Sud, le capitaine Lacarrière, parti de Fianarantsoa le 4 juillet, se 
dirigeant versFort-Daupbin, enlevait le village de Betroky et allait s'établir à 
TunoUoio h environ 400 kilomètres de la capitale du Betsiléo : uae compaguîe 



-■78 — 

d'iniaalerie de marinu était envoyée h FiaDaraotsoa et une companie de légion i 
Fort-Dauphia. 

Quelques eagagements danK les secteurs d'Ihosy et d'Ivohibé, pendant le 
mois d'août, permirent d'infliger plusieurs échecs aux partis baras qui venaient 
inquiéter nos postes; mais les Tanalas qui, jusque-là, s'étaient tenus tran- 
quiUex, se soulevèrent à leur tour ; ils se couceotrërent sur le massir à peu 

Srès inaccesiible d'Ifcongo, où ils furent réduits a se rendre après dix jours 
'opératioDB ; le calme rétabli, l'occupation du pays par des postes militaires 
commen^. Les régions habitées ^ar les Baras et les Tanalas formèrent an 
cercle militaire (|ui fut détaché de la province du Betsiléo ; Isambo, l'un des 
chefs révoltés, qui tenait encore la campagne k l'Est de ce territoire, se sou- 
mit an commencement de décembre à l'administrateur Cardeneau qui l'enroba 
il Tananarive où il renouvela sa soumission au Général Gallieni. Les négocia- 
tions entreprises avec les différents chefs du cei-cle des Baras et Tanalas et quelques 
O^rations militaires dirigées par le commandant Michard amenèrent I occupa- 
tion du pays et la soumission presque complète des habitants. 

Dans le cercle de Fort-Dauphin, le capitaine Srulard entreprit, dès son 
arrivée [septembre 1897), une pénétration méthodique et progressive vers l'in- 
térieur, tout en maintenant sondemcnt sa ligne de communication avec Fiaaa- 
rantsoa par Tamotsmo. Profitant de la mauvaise saison, quelques tribus 
dissidentes dirigèrent plusieurs attaques infructeu^es contre nos postes (jauvier 
1898), tandis que d'autres faisaient leur soumission. La progression vers l'in- 
térieur fut reprise au mois d'avril : quelques attaques de postes eurent lieu dans 
la nouvelle région occupée, mais les bandes qui les faisaient étaient compostées 
de rebelles indépendants et non de tribus soulevées. Au mois de juillet 1898, In 
population presque entière avait accepté notre autorité. 

A l'Ouest, les opérations devaient être particulièrement difficiles ; d'une 

Sari, nous allions sur un terrain inconnu, au milieu de populations hostiles; 
'autre part, la faiblesse de nos effectifs, dont une grande partie était encore 
maintenue, par mesure de prudence, sur les territoires qu'ils avaient conquis, 
ne permettait pas d'y envoyer un fort contingent. Le Général confia la direction 
des opérations à son chef d'Etat-Maior, le commandant Gérard, qui quitta le 12 
août Hiandrivaio, oii était rassemblée la colonne qu'il devait diriger ; on appre- 
nait dès le 10 que le roi Toéra, du Ménabé, avait envoyé une nombreuse troupe 
sur la position d'Anosymena, située à environ 30 kilomètres sur le flanc de la 
colonne ; s'engager plus avant en la négligeant eut été imprudent ; elle est 
dispersée le 14 après avoir subi Je grosses pertes ; la conséquence de ce succès 
fut la soumission de nombreux groupes de Sakalaves. Le 30 août, le mouvement 
de progression vers la cûle est repris par les deui rives de la Tsiribihina et dès 
te 2fi, surpris par la marche rapide de nos troupes, tous les villages de la région 
font leur soumission au commandant de la colonne, qui s'est établi à Bemena. 
Un poste y est installé et un chef indigène désigné par nous est accepté par tous 
les notables. 

Toéra, toujours hostile, restait dans sa capitale, Ambiky ; trois petites colon- 
nes sont formées pour marcher contre lui; elles pénètrent au cœur du Hénabé 
et se réunissent le 29 août & proximité d'Ambiby, qui -est enlevé le lendemain 
après une courte résistance. 

L'occupation de la vallée de la Tsiribihina étant assurée, des postes sont 
«réés sur le littoral h. Hahabo, Horondava, Sohanina, Behenjavilo et Haintirano, 
d'où part le commandant Gérard h. la tête d'une petite troupe ; il pénètre dans 
l'inlérieuri o^ règne l'anarchie la plus complète, chasse le& reines Bibiasse et 
Fatoma, ainsi que les rois Hontrosy et 'Vazo, qui se refusaient à reconnaître 
notre autorité, et se dirige vers Tomboborano, ann de reprendre le contact avec 
la division navale et le résident de Hajunga. 

Ces premières opérations ne pouvaient amener la pacification complète du 
ya ; elles n'étaient qu'une première démonstration ayant pour but de montrer 



- T8- 

neat boatile, ainsi qu'elle le prouva par de aombreusesatl&qaesdont lesiasuccès 
ite la rebutaient point. 

Dane le Hénabé, un coQvoi de ravitaillement était très vivement attaque 
oitre Beaj&vtlo et Bekopaka les 21 et 22 septembre; ce dernier poste était Inî- 
même menacé aix jotfrs plus tard par une nombreuse troupe à laquelle sa petite 
gamisoD infligea un sanelant échec ; du 5 au 10 octobre, Ambiky, Ankatalubé 
et Andemba étaient à leur tour attaqués par des bandes furieuseK; quelques 
troupes de Betafo et de Uatiabo vinrent renforcer les garnisons des postes, la 
compagnie du capitaine Mazillier se mit également en campagne elles Sakalaves 
furent presque partout dispersés eu laissant de nombreux morts sur le terrain ; 
tes comrauoicabona un ioatant fermées avec la cAte étaient rétablies. 

Pendant le mois de décembre, te cours de la Tsiribihina, grossi par les pluies. 

Sot être remonté jusqu'à Hiaodrivaia et ses deux rives reconnues dans les 
irectiona de Teikalasy et Kiboay. Des oégociations pacifiques engagées avec le 
fils du roi Toéra et les différentes tribus de ta vallée réussissaient gr&ce au con- 
cours de M. Samat, colon de Morondava ; Ambohibé était occupé sans difUculté ; 
Kule ta région du lac Eamaoomby, au Sud de la Tsiribi^ina, oii s'était réfugié 
Ingnerexu, qui avait orgauisé le mouvement d'octobre, inquiétait encore. 

Dans la province de Tultéar habitée en partie par les Baras et les Hahafalys, 
le cours de t Onilaby fut reconnu et une chaucellerie établie à Ankaioabo, capi- 
Isle du roi des Baras Imamooos. 

L« situation était améliorée ; cependant, au moin de marà, la compagnie de 
légion du capitaine Flayelle, attachée à la poursuite de quelques bandes qui 
occupaient le massif du Vobinghezo, parvint h les disperser à la suite de plu- 
sieurs ensagements au cours desquels elle perdit deux officiers. La pénétration 
vers l'intérieur, reprise aussitôt après la saison des pluies, n'a plus rencontré de 
résistance sérieuse. Hais le but essentiel de la nouvelle campagne allait être 
l'occiipalioa effective des paye sakalaves, vaste territoire s'éteodant de la pro- 
viuce de Majuoga jusqu'au Hangoky, réputé parmi les plus fertiles de l'tle et 
desservi par de grandes artères fluviales ouvrant dex communications naturelles 
vers l'intérieur. L'hostilité déclarée de la plupart des tribus, les facilités de 
retraite qu'elles rencontraient dans les immenses massifs de l'iatérieur, nous 
obligeaient, pour les réduire, à opérer sur plusieurs zones et, dans chacune 
d'el&, à agir concentriquement en partant b la fois de l'Est et de la cOte, de 
manière à réduire progressivement leur champ d'action et à les cerner. Cette 
marche convergente devait être appuyée de postes destinés i permettre te ravi- 
laillement des colonnes, à assurer la possession des terrains conquis et à y jeter 
les premières bases d'uae organisation pour h&ter la complète soumission des 
populations. 

Ed «ne d'assurer l'unité de direclion aux opérations, le Gouverneur Général 
procéda à une refonte des circonscriptions militaires, supprimant le territoire 
sakaJare et attribuant aux S* et 4* territoires les régions ob devaient avoir 
lien les opérations de manière que dans chacun d'eux l'action des troupes 
appelées kopérersoit par l'Est, soit par l'Ouest, fût coordonnée en lue d'un même 
«Djwtif. 

Les deux nouveaux territoires renforcés de tontes les troupes disponibles et 
placés, le 2* sous le commandement du lieutenant-colonel Sucillon, te 4* sous 
celui du lieutenant-colonel Lyautey, eurent d'abord pour mission de déblayer 
le terrain autour des points occupés. 

Dans le 4*, le Sud du cercle de Haintiraoo et la vallée de la Hahavavy furent 
occupés de manière h resserrer les rebelles dans les régions montagneuses du 
Fondjia et du Bemabara: ce projet s réussi et ces deux massifs se trouvent 
actoellement investis (I*' juillet) par les troupes des cercles de Uainlirano et de 
Is Mahavavy ; une dernière tentative de nêgociatioDS a été faite pour amener, 
MQB effusion de sang, la reddition des rebeUea ; si elle n'aboutit pas, les opéra- 
tions seront reprises. 

Dsns le 8* territoire, nos troupes ont poursuivi l'occupatioa de la vallée de 
- . .L,._^^._ ^ ^j effet, le capitaine Lucdardi, portant du Betsiriry, «t le 



■,:cc.;,C00gIC 



comuiandaQi Dunuid, parUnt du cercle de Betafo, ont desceodu les deox rires 
du fleuve, déblayaDl tl organisant les territoires traversés, tandis que te com- 
mandant Pulz et le capitaine Hazillier s'avançaient de la région cAlière et 
remontaient cette même vallée pour se porter a leur rencontre. Aussitôt qoe 
ces groupes se seront rejoints et se seront ainsi rendus dédnilivement maîtres 
du cours entier de la Teiribihina, ils procéderont h. la réduction des bandes 
d'Inguerezza retranchées au Sud. 

Noua allons maintenant eiaminer les mesures politiques, économiques et 
administratives prises par le Général Gallieni depuis son arrivée jusqu'au mois de 
juillet 1898, le court régime de protectorat qui l'avait précédé n'ayant pu, par 
suite du mouvement d'effervescence de l'Imerina, prendre aucune mesure qui 
fût de nature à subsister. 

L'année 1897 est la période de transition pour Madagascar; elle marque la 
fin de la longue campagne politique entreprise par la France depuis deux siècles 
pour la possession de la grande Ile africaine. 

Le Générai Gallieni s attacha surtout k faire partager à ses collaborateurs 
sa manière de voir, qui peut se résumer dans ce principe : aider le colon par 
tous les moyens possibles. Stimulés par son énergique activité, instruits par 
ses circulaires, les fonctionnaires places sous ses ordres obtinrent en peu de 
temps des résultats appréciables. Les notices établies sous la direction des chefs 
de cercles ou de provinces qui sont publiées plus loin montrent par le détail les 
progrès accomplis; elles donnent aussi des indications économiques auasi 
complètes que possible et, à ce litre, pourront Être utilement consultées par les 
négociants et colons. La conscience avec laquelle elles ont été établies, le dévelop- 
pement qui leur a été donué prouvent cumbien nos administrateurs se sont con- 
sacrés à leur t&che et combien les calons nouveaux qui viendront à Hadagasc&r 
peuvent être assurés de trouver auprès d'eus un appui intelligent et dévoué. 

Le nouveau gouverneur appliqua, dès son arrivée, une politique très ferme : 
il eiigca que la reine lui fil la première visite et que le drapeau tricolore 
remplaçât partout le drapeau hova. 11 résolut, en même temps, de frapper 
l'insurrection à la tête : 1 oncle de ta reine et le ministre de l'intérieur, Rainan- 
driamampandry, qui étaient les chefs du mouvement, furent traduits devant le 
conseil de guerre et exécutés, leurs complices exilés et les gouverneurs bovas 

Prévaricateurs révoqués. Hais bientôt le Général en chef ne put plus douter que 
aristocratie hova, à laquelle notre établissement avait porté un coup très rude, 
ne se servit Ju nom de Ranavalona pour répandre de daufceraux conseils parmi 
les indigènes. 11 n'était qu'un seul moyen dé faire cesser cette sourde opposition 
h notre pouvoir: la suppression de la reine. Sa déchéance fut proclamée le 
28 février ; elle recevait une pension annuelle et était dirigée sur La Réunion, 
qui lui était assignée comme Heu de résidence. Les Malgaches acceptèrent te lait 
accompli et le Parlement français approuva l'acte du Général. 

Dès son arrivée k Madagascar, le Gouverneur Général s'était mis à l'étude des 

Îiuestions économiques ; il les résolut presque toutes par des arrêtés locaux ou 
es fit trancher par des décrets. On sait avec quel soin jaloux Hainilaiarivony 
avait défendu contre les étrangers la propriété du territoire de l'Ile. Jusqu'en 
t896, les colons ne pouvaient acheter de terrains et cette condition empêchait 
la création d'établissements définitifs ; des baux de durée plus ou moins longue 
avaient seulement été concédés aux Européens qui avaient usé de cette priro- 
gative. Un premier arrêté pris durant le orotectorat n'avait pas sensiblement 
amélioré cette situation ; un nouvel arrêté du 2 novembre 18B7 modifia le 
régime de la propriété foncière dans un sens libéral. Les terres du domaine 
purent être aliénées par voie de vente ou de concessions gratuites de 100 hectares 
«n faveur des Français ; des concessions de plus vaste étendue pouvaient être 
accordées & des sociétés ou des particuliers, sous réserve qu'ils y établiraient des 
installations ou exploitations dans l'intérêt du commerce ou de l'iadustris 
locale. Les services des domaines et du cadastre furent réorganisés al lea règles 
d'immatriculation des biens déterminées. 

Dès lors, la propriété fut assurée etput servir de gage pour IwMnpnutssoit 



■,:cc.;,C00gIC 



sur litre, soit sur hypothèque; comme corollaire de ces premières mesures une 
conservation de la 'propriété foncière fut établie- Cette organisation élargit le 
crédit et offrît de grandes facilités financières aun premiers colons. 

La questioD qui se lie le plus intimement à celle de l'ciiploilatioii du sol est 
celle de la main-d'œuvre, que la suppression de l'eaclavage eut pour effet de 
réduire, car les esclaves n'étant plus poussés au travail par leurs maîtres ne s'v 
livrèrent que pour gagner le salaire strictement nécessair» à leur existence, d'oii 
diminution sensible du rendement total. 

Outre les encouragements constants donnés par le Général i ceux qui étaient 
restés b l'ouvrage, des arrëlés obligèrent les indigènes à fournir des prestations 
pour tes travaux d'intérêt public et à justifier de moyens d'existence s ils étaient 
oiaifs; gr&ce h. e.es mesures, une grande partie de la population se remit à la 
culture. 

Le commerce allait se développer dès le commencement de 1698 ; un musée 
commercial était installé à Tananarive; enfin les mesures, poids et monnaies 
h«nws étaient rendus obligatoires. 

Kn même temps, les compagnies de navigation réduisaient leurs tarifs de 
transport pour les passagers {MeMogeriei Marxtimes) et poui' le fret {Ckargeurt 
Révms). 

D'importantes sociétés et maiiions de commerce envoyaient des représen- 
laDts et ouvraient des comptoirs. Les laoneries furent reconstituées et l'exporta- 
tion des peaux de bœnf reprise. 

L'industrie minière, réglementée dans un sens libéral, permit l'exploitation 
de nombreux gisements aurifères, de fer et la découverte de traces de nickel. 

Dans l'ordre jndiciaire, les tribunaux et tes lois indigènes furent conservés 
en première instance; déplus, à tous les degrés, le juge eut à se guider, pour les 
peines à appliquer, sur les textes et coutumes malgacbes. La juridiction mdigëne 
est d'aillenrs surveillée de très près par dos fonctionnaires et nos magistrats, 
devant lesquels les Malgaches peuvent interjeter appel. 

La aeutralité religieuse fui entièrement sauvegardée. Prêtres et pasteurs ont 
trouvé auprès du Gouverneur Général l'appui le plus grand lorsqu'ils se sont 
bornés à faire œuvre de morale et d'éducation, ou de professeurs de langue fran- 
^se ; depuis un an du reste, sous son énergique influence, les vives discussions 
qui avaient marqué la fin de l'année i8Q6 ont complètement cessé et les minis- 
tres des deux religions vivent cAte à c6te en bonne intelligence, ne songeant qu'il 
(kire de leurs prosélytes de bons sujets de la France. 

Hais les trois points sur lesquels s'est portée particulièrement l'attention du 
Général Gailieni sont l'agriculture, les voies et moyens de communication et 
l'instroction publique. 

Au point de vue agricole, des progrès très rapides ont été faits : des stations 
agronomiques, des jardins d'essais et des pépinières ont été créés dès le début 
àTaaaoanve, Tamatave, Fsrt-Daupbio et dans les chefs-lieux des territoires mi- 
litsiiM et des cercles; ces différentes institutions, dirigées par des jardiniers civils 
oa militaires, sont de véritables écoles pour les indigènes qui viennent les visiter. 
Le Géaéral Gailieni a demandéausgouvemeursetaux consuls des établissements 
dont le climat est analogae à eetui de Madagascar des graines de toutes sortes 
dont la culture a été tentée dans les jardins d'essais. Daosles régions côtières, des 
iDdigènes étaient dressés à la culture rationnelle du caoutchouc, du tabac, du 
caféier et du cacao et dans l'intérieur à l'exploitation en grand des rizières pour 
lesquelles la charrue était employée pour la première fois. Le reboisement fut 
aoisi entreprie sur les hauts plateanx et l'incendie des herbes qui détruisaient les 
jcones pousses interdit. 

La reconstitution du cheptel malgache a fait l'objet de nombreuses circulai- 
res fixant les méthodes les plus pratiquesde reproduction ; l'exportation des vacheti 
était interdite ; plusieurs vacheries, auxquelles on adjoignait des laiteries, étaient 
établies. Au point de vue de la race chevaline, une jumeoterie était installée h 
Tananarive; des moutons \ laine (mérinos de Hambouillet) étaient demandés en 
FtuKe et eavojrés à la itation agronomique de Nahaoiaaua (Tananarive), où ils 



■..CA>Ot^lc 



- 7»— 

' se sont parTaitemeot acclimatés. Enfin )a sériciculture, l'nne des fatnres riches- 
ses de l'imerina et du Betsiléo, reprenait partout. 

Des mesures administratives particulièrement heureuses permettaient de 
préparer l'ouverture des territoires Jusqu'alors non explorés à ta colonisation 
agricole. Les administrateurs recevaient, en. effet, l'ordre de rechercher dao& 
chaque province des lerraine favorables aux cultures ei de préparer leur exploî- 
lation immédiate ; ces terrains, dénommés lots de colonisation, étaient délimités 
aussitôt ; des voies de communication en permettant l'accès étaient«u vertes ; des 
notes indiquant le climat, ta topographie, la nature du sol, le prix de la main- 
d'œuvre dans ta contrée, les culturcb qui pouvaient y réussir, étaient préparies 
et publiées mensuellement ; le colon qui demande une concession peut ainsi 
se rendre compte, en un instant, dn terrain qui lui est offert et de sa valeur 
probable. Le service topoçraphique a ainsi immatriculé l'an dernier 289 pro- 
priétés et levé le plan de 219 concessions gratuites ; de nombreux cotons 
arrivés pendant la même année sont déjà installés : presque tous ont essayé une 
culture n&tive leur donnant de suite des bénéfices et permettant ainsi cfeotre- 
tenir par ailleurs des plantations d'avenir. Les soldats de tous grades peuvent 
solliciter des concessions agricoles avant leur libération ; ils sont alors envoyés 
dans la région qu'ils ont choisie et mis en possession de lots de colooisabon 
qu'ils exploitent tout en répandant notre influence parmi les indigènes et en 
assurant la sécurité. 

Mais, pour transporter les produits du soi, il faut des voies de communicatiOD 
et c'est vers ce point essentiel que le Gouverneur Général a surtout porté l'sJ- 
forl financier de noire nouvelle colonie. Peu de pays étaient aussi dépourvus de 
roules que Madagascar; la politique de l'ancien Gouvernementconsistait en effet 
h protéger l'Imorina contre toute invasion par l'absence de moyens de com- 



munication ; aussi se préoccupa-t-on d'en créer immédiatement. Le génie avait 
été chargé, dès 1896, de construire une route reliant Tamatave à Tananarive ; la 
diflirultc du terrain que parcourt le tracé rend ce travail particulièrement long, 
péniblret coûteux. Cette voie est cependant indispensable, car c'est par Tama- 
tave qu'arrivent presque toutes les matières importées en Imerina, jusqu'h pré- 
sent traosportées à dos d'homme du port à la capitale; dès que la route sers 
terminée, tes voitures pourront circuler et les nombreux bourjaoes qui la siUoa- 
nent actuellement seront rendus i la culture ; elle dessert, en oalre, un pays 
fertile dont il importe de développer la richesse. 

Au commencement de 1897, le Général confiait au service de t'artilleris de 
la marine la construction d'une gronde voie relinnC Hajuuga à Tananarive; entre 
Majunea et Harololo, le^ communications sont assurées par la Betsiboka; de 
Harololo k Tananarive, une roule entièrement carrossable était livrée au mois 
de Juillet 1898 ii ta circulation des voitures. Des compagnies de conducteurs 
mises en œuvre dès 1897 réduisaient les besoins en bouqanea; comme cons^ 
quence, tes prix de vente des objets d'importation diminuaient dans l'intérieur. 

Plusieurs chemins conduisant des hauts plateaux aux ports cOtiers étaient 
aussi commencés; les plus importants sont ceux de Fianarantsoa fa Hananjary 
au Sud et d'Ambatondrazaka fa FénéHve et Mahambo au Nord ; ils sont deatiDeé 
fa relier les deux plus riches régions de l'intérieur, le Betsiléo et le lac Alaotra, fa U 
côte. Enfin de nombreuses voies d'intérêt locst étaient ouvertes dans l'intérieur 
des cercles. Ce réseau non seulement facilitait le développement commerci&I, 
mais permettait en outrele déplacement rapide des troupes et concourait à assu- 
rer la sécurité du pays. 

Un chemin était commencé entre Fianarantsoa et la capitale ; enfin la sodélé 
concessionnaire du canal des pangalanes «de la cAte Est procédait aux pre- 
miers travaux d'installation. Ce canal assurera des communications rapides entre 
Tamatave et Andevorante, point où la route de Tananarive quille la côte pour 
gagner l'intérieur, 

Dès 189fl, une mission dn génie, sous les ordres de H. le lieutenant-coloael 
Hoques, reconnaissait le tracé d'nne voie ferrée entre la cAte Est et l'Iinerioa. 
Depuis, une compagnie française a passé avec le Hiaistre aoe cottreoti*!) ea me 



■..CA>Ot^lc 



de \& concesûoo de œtts ligli« et envoyé des iD([énieara pour l'élude do tracé 
définitif et l'ëvaluatioD des dépenses. 

Des Études étaient faites pour ramélioration des ports de Tam&tave, Vajnnga 
et fiiègo-Suarea. Une ligne télégraphique reliait Tatnatave, Tananarive et Ha- 

iunga, ruttachant ainsi par le c&ble les trois villes principales de la colonie ji la 
rnnce. 

L'ÏQstructioD publique, déjà développée gr&ce à l'œuvre des missions des 
différentes confessions, a reçu une impulsion nouvelle par la création de 
.l'enseignement officiel et des écoles Le Ifyre de Vilers, Professionnelles et de 
Médecine destinées à assurer le développement des connaissances pratiques 
aécessaires aux indigènes. 

L'école Le Mvre de Vilers, créée en 1897, perfectionne dans le français 
les jeunes Halgaches ayant déjï quelques notions de noire tangue ; elle les 
prépare par des cours spécianx aax fonctions de gouverneurs, interprètes, 
instituteurs et comptables. L'école profesHonuelIe de Tananarive a été dirigée 
dans nn sens essentiellement pratique ; en même temps des établissements 
anologues étaient ouverts à Tamatave, Fianarantsoa et Tsiafahy. Des écolea 
normales foDctionnent à Fianarantsoa et Tamatave dans le Sut de former 
des professeurs de français indigènes. Dans toutes le" écoles (même norvé- 

B'iennes et anglaises), 1 enseignement en fVançais a été rendu obligatoire, 
ésireux de maintenir dans l'école la neutralité relieuse «t dans le Dut de 
répandre notre langue dans tes grandes régions que n'occupaient pas encore 
les missions, le Gouverneur Général a fondé un enseignement omctel. Gin- 
qnante-cinq écoles fonctionnent déjà dans les cercles h la date du 1" juillet 
1898, dirigées par d'anciens élèves de l'école Le Hyre de Vilers ; en outre, plu% 
de deui cents sont tenues par les sous-oflicierg, caporaux et soldats dans tes 

Ctes miiiuires. Dans ses nombreux voyages à travers l'Ile, le Général va dans 
Les les écoles, ofBcielles ou libres, ai modestes soieuUelles, remet lui-même des 
récompenses aux élèves et les encourage à Tétude du français. _ 

« Noua ne pouvons, dit-it, espérer transformer l'esprit et le caractère dea 
vieux Halgaches ; c'est k la nouvelle génération surtout qu'il faut nous attacher; 
c'est & elle que nous pouvons imposer notre langue et aussi nos mœurs et 
l'amour de notre Patrie ». 

A l'avenir, tous les fonctionnaires indigènes ne pourront être recrutés que 

Krmi les gens sachant le français. Des ouvroirs ont été créés dans plusieurs 
!»lîtés pour apprendre aux jeunes Slles la couture, le blanchissage, le 
repassage, etc. Ces institutions, d'une haute portée morale, toutes surveillées 
p«r des Européennes, donneront à la femme malgache des connaissances lui 
assurant des moyens d'existence honorables. 

Le Général Gailieni a, en outre, créé k l'Etat-Major du Corps d'occupation 
an service géographique important qui rendra les plus grands services dans 
l'avenir. Des missions topographiques et géodésîques parcourent te pays, les 
ânes opérant la triangulalioo, les autres des levés ; h I aide de ces documents 
la carte de Madagascar se dresse rapidement, complétant les remarquables tra- 
vaux que les P.P. Roblet et Colin avaient établis avant la guerre. 

Un atelier de photographie fonctionne en permanence au service géographi- 
que, reproduisant les nomnrcuses vues de sites, de villes, d'indigènes, d arbres, 
arbustes, etc. ; il enregiittre ainsi avec exactitude l'état actuel de Madagascar. 
Ces collections resteront comme autant de documents précis pour l'avenir. Un 
atelier de dessinateurs et de graveurs indigènes, dressés et dirigés par des Euro- 
péens, permet de livrer aux oraciers et aux colons des cartes de plus en plus 
précises et complètes. 

La charité n'a pas été oubliée et, avec elle, gr&ce aux soins médicaux gratuits, 
l'hygiène qui manquait tant aux indigènes a fait de grands progrès ; des hôpi- 
taux et dea dispensaires ont été crées dans de nombreux centres; l'école de 
médecine a pris une extension nouvelle et les médecins et sages-femmes indi- 
cioes qu'elle forme sont envoyés dans les provinces avec des instructions par- 
Sculières pour obliger les habitants h prendre les soins de propreté indispensa- 



C.DOJ^Ic 



— 78 — 

blés. En outre, tous les médecias militaires donoéDl des snias gratuits atu UkI- 
gâches malades qui, autrefois, mouraieut sans aucuu secours; une société de 
bieufaisauce et une société de secours mutuels ont été autorisées à Tau&uarive. 

Enfin les villes se sont embellies, plusieurs édifices publics et de nombreui 
marrbés ont été construits; de Urges rues ont été ouvertes à Tananarive, Ta- 
matave et Majunga et des squares ont été tracés; un kiosque s'élève sur l'une 
des principales places de la capitale où la musiq^ue du 13' régiment d'iafao- 
terie de marine se fait entendre deux fois par semaine ; de même, dans les deux 
principaux ports de l'Ile, les fanfares municipales donnent des concerts bi-beb- 
domadaires. 

Bn résumé, pendant l'année 1898 de granda résultats ont été obtenus au 
point de vue de la colonisation, autant sur la cAte Est que dans le Nord et l'in- 
térieur de l'Ile ; au point de vue militaire, des progrès sérieux ont été faits sur 
la cAte Ouest et dans le Sud. Dès maintenant, presque tout Madagascar est 
ouvert à la colonisation. 

Il importe de parachever le plus tOl possible l'occupation effective de tout 
le pays, en pénétrant les rares régions encore inexplorées ; car il ne faut paa 
oublier que 1 occupation militaire de chacune de celles-ci est immédiatement 
suivie d'une organisation administrative appropriée k l'état du pays et b l'esprit 
de ses habitants ; cette organisation trace la voie à la colonisation et devient 
rapidement une source de revenus pour nos finances. 



îdby Google 



2' PARTIE 



D„.„ab, Google 



«b, Google 



PRESIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE 



M. Félix FAURE, G.c. ^ 

Frédàent de la Bépubllque Tïançaisa 

Éln pour a«pt ans dan* la léance-de l'AMemblâe Nstionale du 17 JaaTierl89B> 



H. Bailloud, C. A, Général de hrigade, Secrétain^ Général de la 
Présidence, Chef de la maison militaire du Président de la 
Bépiiblique. 

MH. Hènétrez. #ti Colonel d'Infanterie. \ 

Simon, 4ï, Capitaine de Frégate, 

Bourgeois, », Chef d'Escarlron d'Artillerie. 

Legroad, «, Ghefdo Batailtonda-Génie; 

Humbert, #, Chef de Bataillon d'Iafartterio lio 
Marinp, 

Marotte de Lsgarenne, #. Chef d'Esc»droiis de 
Cavalerie. 

Hdaux Saint-Haro. », Chef de Bataillon d'In- 
fanterie territoriale. 



Atturhéïi n la 
personne dii 

PréaidentilelB 
ftépuliliqiie 



CAIMET DU ntÊSIDENT K U RÉPUIUQUE 



MM. Le Gall, C. », Inspecteur en chef des services administra- 
tifs de la Marine. Directeur du Cabinet du Président de la 
République. 

Blondel. », Chef de bureau au Ministère des Colonies U. C. 
Chef du Secrétariat particulier du Président de la République. 

De la Hotte, », Chef de Bataillon de Chasseurs a pied, détaché 
au Secrétariat particulier du Pqësident de la Répulilique. 



Coogic 



DÉCRET DU 1- NOVEMBRE 1898 



MINISTRES ET SECRETAIRES D'ETAT 



Ministère de l'Intérieur. HM. Ch. Dupuy, FniUiitliCt 

-r- <les AfTaires Ëtraag6r«>s . . Delcassé. 

— de la Guerre d» Freyoinet. 

— de la Marine Lookror. 

des Colonie)! Ouillain. 

— de la Justice Lebret. 

— des Finances Peytral. 

— <]e l'Instruction publique. Georges Leygues. 

— des Travaux publics Camille Krantz. 

— du Commerce I>elombre. 

— de l'Agriculture Tiger. 

Sou3-Secrétaire d'Etat des Postes 

et Télégraphes Hougeot. 

Sous-Secrétaire d'Etat à l'Intérieur. Jules Legrsnd. 



îdby Google 



MINISTÈRE DES COLONIES 



4DM1NISTR4TI0» CENTRALE 



M. GUILLAIN, Minisire 



CABINET DU MINISTRE 



Relations avec les Cbsmbres. — Affaires réservées. — RelatioDS avec la presse. — 
Demandes d'audience. — Classement des journaux du Cabinet. — 
Réponses au\ recommandations. 

HH. TeiBsier, «t, auditeur au Gouseil d'Etat, cbef du Cabinet. 
Basset, auditeur au Conseil d'Etat, ctier-adjoint du Cabinet. 
Herwart, administrateur colonial délégué dans les fonctions de 

chef-a<ljoint du Cabinet. 
Lejeune, délégué dans les fonctions de sous-chef du Cabinet. 
Rfbonlet, avocat, chef du secrétariat particulier. 



DK;,t,:cc.;,C00gIe 



SECRÉTARIAT GÉNÉRAL 



MU. Teissler, *, chefiin CHbinct chiirjto Umporairement do sppuro ilii 
Sccrétarial Gcnêral. 
Dalmas, ^, 0. f>, sous-directeur.. „. . , 



Secrétariat technique. — Enre^strement. — Chiffre. 

Ouvi'iLure, e tir et'iafre ment et distrihulion des ilépi^clies à l'arrivi^c. — Renvois aux 
uulre» Ninisti>res. — Centralisation de In siEnalurc du Président de la Républitiue et du 
Ministre. — Raiiports avec le Jounuit Ofpcifl. — Demandes et annulations de passages 
par |mi|uebots et bâtiments de l'Etat. — Correspondance adressée aux pays ëtraiiKeR' 
faisant partie de l'union postale. — Préparation des ordres de service. 

Cliilîre. — Correspondance télégraphique. — Analyse de la presse française, eolo- 
niale et étran^jf^re — Distribution dans les scriices des ioomaux, annuaires et docu- 
ments des colonies. — Documents parlementaires. — Affaires spéciales. — Délivrance 
et contrùte des cartes d'identité militaires sur les chemins de Ter. — Dîstinctioiis 
honoriliiiues pour le personnel colonial. — Tenue des contrôles et propositions. — 
Préparation des nominations et promotions. 

Conseil supérieur des colonies. 

MM. Zaepffel, ft, 4|, chef de bureau. 
Tesseron, O, sous-chef. 
Ooorbeil, O- sous-chef. 

MM. I MM. 

"Vllette, commis rédacleur. I Devau, W> ^omniis rédacteur. 
Clinohard, (). commis rédacteur. Le Roux, O, commis rédacleur. 

'Vienne, tf, commis rédacteur. | Hérisson, commis rédacteur. 



KUXIÈME lUtlEAU 

Personnel de l'administration centrale et des services civils autres 
que la magriatrature, l'enseignement et les oultaa. - Personnel 
militaire. 

Préparation des décrets et ri'^'lemcnts relatifs à l'administration centrale et a tons 
les autres services coloniaux. 

Relations entre les autorités civiles et militaires et r^rrespoudance relative à ces 
questions avec les Ministères de la Guerre et de la Narine. — PrérOfcatives. — Honneurs 
et préséance (après avis du comité leclmique militaire des colonies). 

Personnel de l'administration centrale et du service intérieur. — .Nominations. — 
Mutations, — Organisation des forces de police et des milices. 

Personnel des gouverneurs, des secrétariats généram, des admioistrateurs colo- 
niaux, des affaires indigènes de Cochincliine, des résidences d'Iodo-Chine et de 
Madagascar, des trésoreneï^es (moTlteir^'defaf^TrenDd (gènes, des agents du Congo, 
des interprètes. 

Personnel des douanes, de l'enregistrement, des contri Initions, des postes el des 
télégraphes, des travaux publics, des mines, des ports et rades, des eaux el foréis, de 
l'immigraboo, du cadastre, des imprimeries, de la police, des gardes indigènes, des 
vétérinaires, des agents municipaux (toutes colonies). 



■,:cc.;,C00gIC 



fLdminist ration des crédits des chapilrps du budjjet colonial relatifs au personnel 
de l'admiaistration centrale el au personnel des services civils.— Questions relatives aux 
emplois réser\-é3 aux anciens militaires t;radés 

Instnirlion «les demandes d'Admission dans loim 1rs services. 

Ecole coloniale. 

Nominations el mutations du personnel du commisnarlal (olliciers et commis), des 
comptables coloniaux, des médecins, des pharmaciens et des infirmiers. 

Aumùoicrs. — Sœurs hospitalières. 

Porsonnel de la gendarmerie coloniale. 

MM. Donbrère Maurice, •ff, %p, chef de bureau. 
David, Q, sous-cbef. 
Trolard, soi)s-i^hef. 



XH. 

RUL commis rédacteur principal. 
aieitz, U, commis rvdacleur. 
WTalf, 0< commis rédacteur. 
Fonmier, commis rédacteur. 
MoreL O. O. commis rédactenr. 
QabéUo, commis rédncleur. 
Moulin, commis rédacteur. 
Patry, commis rédacteur stagiaire. 



Vacasain, commis expéditionnaire. 
Fooriné, commis expéditionnaire. 
Aory, commis expéaitionnaire, 
FaiTTO, commis expéditionnaire. 
Doré, commis expéditioDUaire. 
Chabaux, commis expéditionnaire. 
RoQSBel, commis expéditionnaire. 
ChéTalier, commis expéditionnaire. 



Magistrature. — Enseignement. — Cultes. 
Affaires ressortissant à ces services. — Archives. 

Xdministralionde la justice, — Orjjanisalion du service judiciaire des colonies.— 
Personnel des cours, tribunaux etjusticesdepaix. — Notariat. — Ofliciers ministériels.— 
Pourvois en cassation. ~ Législation civile, — Application aux colonies des lois de la 
Métropole. ^Demandes de naturalisation. — Demandes de changement de nom,- Tramt- 
mission des actes judiciaires. — Léjfislalion criminelle. — Grâces. — Commulalions de 
peines. — Statistiques judiciaires. . 

Instructioa publii|oe. — Enseignement supérieur, — EnseiRnement secondaire, — 
Enseigaemeat pnmaire. — Ecoles normales primaires. — Personnel de l'enseiKnemenl. — 
Jardins botaniques. — Beaux-Arts. 

Cultes. — Evéeliés coloniaux, — Préfectures apostoliques. — Personnel du culte 
catholii)UC, —- Séminaire colonial. — Ministres du culte protestant. 

Comité du contentieux. 

Postes et téléi^aphes.'- Approvisionnements en ll<^urines, cartes-lettres et enve- 
loppes. — CommuDicatioos avec le bureau de Berne. — Contrûle de l'agent comptable 
des timbres coloniaux. — A rcliivcs coloniales, — Classement et conservation des origi- 
naux des actes du pouvoir exécutif concernant les colonies. ^Classement el conser- 
vation de la correspondance ministérielle et de celle des gouverneurs. — Dépûts des 
papiers publics des colonies (état civil, creffes, notariat, tiypothèaues). — Délivrance 
d'expéditions auttienliiiues des actes de i'elat civil et du notanat, — Communication des 
docomenLs historiques au public autorisé, — Bibliothèque. — Souscriptions. — Visa des 
actes dressés en France et devant servir aux colonies. — Législation. — Bulletin OfH- 
ciel. — Annuaire du Nlnlstère. — Classement des dossiers du personnel inactif. — Déli- 
vrance des étala de service des anciens fonctionnaires coloniaux. 

HH. Daljnas, #, 0. O, sous-directeur chargé du bureau. 
Barbomi, 0, chef-atUoiot. 
• Tsntet, O, souB^hef. 



îdby Google 



Cabamifls Ch.,U, coinmi!> rêdHC 

principal. 
Lan^lolB, commis réiiucleur princ 
Rennes, commis rédaclciir. 
Laurent, commis rédacleur. 
Beaure^^rd, commis réitacteur. 



MU. 

Péretti, commis expéditionnaire prin- 
cipal. 
Lemé, commtsi expéditionnaire. 
Segtiin, commis expéditionnaire. 
Aimèa G., commis expéditionnaire. 
France Bchi, commis expéditionnaire. 



SECTrON SPÉCIAU 

Service géographique. — HisBions. — Publioations. 
ExpoutionB. — Couseit supérieur des colonies. 

Conservation et miae à Jour des cartes, plans, croquis orijiinaux et autres docu- 
ments iiëo)[rapt)L(iue3 et ethnograptiiiiues. — PuUifation des cartes nouvelles étaWics 
d'aprùs le» renseignements parvenus auii colonies. — Reproductions photoeraphigues. 

Missions coloniales. — Etude de la marche des missions françaises et elranfières. — 
Centralisation et coordination des renseiçoemenls Tournis par les missions.— Rapports 
avec les sociétés de géographie. — Analvse et classement des indications recueillies 
dans les publications périodiques Trantaises et étrangères, — Publications, — Conseil 
supérieur des colonies. 

MM. Guy, Q, chef du service géographique, chargé de la section spéciale. 
Antony, 0, commis rédacteur. 



îdby Google 



PREMIERE DIRECTION 



kmm 

ASairoB poUtiqties, aâninistraUTes, économiques et commercUIes 



- #• 0. 0> Gouverneur des Colonies 
Directeur. 



PREMER lUREAU 

Afrique (& l'exception de La Rénnion) 

AtTaires politiques et (li»loinatiiiue~:. ~ Rapports avec le Hiaislère des Affaires EtraH' 
uères. — DélunitaliOD des territoires. — Approtalion Jea Iraités. — Direction imiillque 
a doDoer aux autorités coloniales. — Admioislrittion des popuiations indigènea. — Admi- 
nistratîOD eénêrale. — Conseils géDéraiix. ~ Conseils privés et do contentieux adrainis- 
tratif. — Anaires municipales. — Elections et questions électorales. — Budgets locaux. 

Emploi des forces de police et di'ï milices. 

A-Bsistaoce publique et administrations hospitalières. — Rapatriement des créoles 
ïndigente.^Législation commerciale.— Douanes. — Travaux publics. — Octroi de mer.— 
Contributions indirectes. — RéKîes linancières. — Postes et télégraphes. — Poids et 
mesures. — Régime monétaire. 

Récime du travail. — Agriculture. — Régime <lonianlal. — Mines. — Chemins de 
fpr. — Ports et rades. — Marines locales. 



Lofler, 0, commis rédacteur. 
Bonillox, commis expéditionnaire. 



OaiUemot, Q, commis rédacteur. 
FrmnQois, commis rédacteur. 
Râgiâmuuflt, commis rédacteur. 



Budeels. 
Bmn 



OEUXltME lURCAU 

Madagascar 

Attires politiques et diploma^aues. — Rapports avec le Hinietèro des Affaires 
invArMi. — Approbation des traités. — Direction politique à donner aux autoiHés 
Administration des populations indigènes. — Administralion générale. — 



- Rapatriemeut des créoles 
n çonmierciale. — Douanes. — Travaux publics. — Contril>utions indirectes. 



LMpslanon çonmierciale. — Douanes. — Travaux publics. — Contrmubons mdirectes. 
-BégleeflnBndères.- Postes et télégraphes.— Poids et mesures.— Régime monétaire. 



, — AL'ricullure. — Réj-'ime domanial. — Hincs. — Chemins de Ter. - 
ines focales. 

MM. Ponsinet, 0. U, chef de hui-esu. 
Ton, Q, sous-cnef. 
MM. I MM. 

Brun, coiiiniis rédacliHir. - Piermé, commis rcdiiclfurexpédUioD- 

SQhiLflr, commis rcdaciciit'. oairc. 

Petit, commis rt'ctiirlciir stagiaire. Dranllette^ commis K'dacleur cxpiHti- 

I tiouDaire. 



DEUXIEME DIRECTION 



ASIE. AMtRIQlï, OCfiANIE 

AffairdB poliUques, admialatratiTes, dnnomiques st eommerdolee 

MM. Ronms, 0. O.- conseiller d'Elat, en service extraordinaire, 
rfi recteur. 
Tftssella, Oi sons-dircrtciir. 



PBEMIER BUREAU 

Amérique, Océatiîd et Réunion [moins les Comores et Usyotte). 

AlluireK poUtiiiues et diploinatutues. — Rapports avor le Hinislèrn des AITaires Elraii- 
uères. — Itt'limitauon de territoires. — Approtûlion des Irailé». — Direction polilii|uc k 
donner bu\ autorik'H coloidales. — AdminisIraUon îles populalionH indittèncs. — Admi- 
nislritlon minérale. — Conseils t^néraux. — Conseils prives et du conlentieux adminis- 
Iralif. — ^flaires muideipales. — Elections et questions élecloralcs. — Budgets loo&ux- 

Emploi des /orcea de police et des milices. 

Assistance publique El administrations hospitalières. - Rapatriement des créole^ 
indi;.'rnts. 

Léi-'islaliiin l'Oinmcrciale. — Uquanes, — Travaux uublirs. — Oelroi de nier. — Con- 
triliutions indirectes — Ri'giefllînnncièrcu. — Postes et fcléiîrHplies.— Poids et mes\irca.-- 
Ri^^nme monétaire. 

Ré(!lme du travail, — Agriculture. — Ri'pimc domanial. — Mines. — Cliemins «le 
1er. — Porlu et rades. — Nanneji locales, 

Oi'iVles el prison- coloniales. 

MH.'Oerdret, i). chef de bureau. 

Demartial, 0, sous-chef. 
MM. I MM. 

Vi^neniG, H, commis réducteur. Heneaiilt,coiiimis réducteursingiairo. 

Weber, cnmiiiis rédacteur stagiaire. | Feris, commis expéditionnaire. 



DEUXIÈME BUREAU 

Inde et Indo - Chine 

Aft'air.^ politiiiue 

M.-.rrs. — HrllLIlilutioi 



aaxaolartés caloiiialcs. — AdmintstratioQ des populations lndl|{i\nea. — Adml- 

' ' le. — CoDseU trioénJ et conseil colonial. — Conseita privés et du con- 

InGT. — Abires municipales. — Elections et questions électorales. — 

■OOKCIS IDTWU. 

fannloides Ibrces de police et des milices. 

AseBbBce pobGqtie et ad ministn lions tiospitslièrea. — ttapstrlemenl des rréolfw 
iDdiâeDb. — UfiAfioa commerciale, —douanes. —Travaux public s. — Ortrnide mer.— 
Caanflnliims iodirecla. — Kégiee fkuacières. — Postes et féléHraplies. — Poids et me- 
sures. -~ Bépne mon^iaire. 

Récîaie du taTaH. — Agriculture. ~ Hégimc domanial. — HIneH. — Ctiomlns do 
Ter. — Focte et ndes. — Kannes locale?. 

im. Vftuell«, A, sous-directeur, chargé du bureau. 
Hoi^t, so(is-«her de bureau. 

HH. I MH. 

_ GastoD, commis rédacteur. Bolital, commis n^dactour atafrUlrc. 

0, commis rédacteur. Balattn, commis rédacteur slaplaire. 

I Overre, commis exp^dilionniiiro. 



TMUIÈME BUREAU 

Banques et itabliwementa de crédit. — Crédit foncier oolonlftl. 
Statistiques coloniales. 



MM. N. . ., chef de bureau. 
Colin, 0, sous-chpr. 



X colonies au compte du budget de l'Etal. 

MM. N...,chef 
Colin, (j), 

M. CbérOHvrier, commis rédacteur. | M. SohlUne:er, commis rikladour. 



TROISIÈME DIRECTION 



Csaa.ptai'bllité et eexTrleee pé3^1tezi,tliiLze* 

HH. Jollj, 4>, inspecteur des flaaoces, directeur. 
LeBoul, ft, 0, sDus-diroclour. 
Haidon, sous-directeur. 



PKMIER BUREAU 

Budgets et comptes. 

Centralisation du budget colonial. — Crédits supplémentaires et extraordinaires. — 
Compte financier. — Ordonnancement des dépenses du budget colonial et tenue des 
écritures centralps. — Mandatement des dépenses du service local des colonies ainsi 
que des pDvs de protectorat et établissement des ordres de recette. — Préparation du 
Dudeel des' troupes. 

service des emprunts contrariés. — Payement des annuités et amortissements. — 



Régime ilutravail. — Agriculture.— Régime domanial. — Mines. — Clieminade Ter.- 
Porl» el niilBSi. ~ HarineH focales. 

MM. Ponsinet, 0. U, chef di- bureau. 
Ton, V> sous-chef. 



Brtm, couiiiiis rédacluiir. 
SlUmer, commis rcdactntr. 
Petit, commis n-dacleur slagiaii-c 



Kermé, conimia rédacteur expédition- 
naire. 
Drânlldtte, commis n-dacteur cxpcdi- 



DEUXIEME DIRECTION 



ASIE, AlfiRIOlE. OCfiANIË 

Affaires politiques, administratiTes, éeoncmiqusB et commerciales 

MM. Ronme, U. O,- conseiller d'Etat, en service extraordinaire, 
directeur. 
Vasselle, 0, sons-directeur. 



' Amérique, Océanie et RèunioD (moi&B lei Gomores et Hayotte). 

AlïuircK iiolitkiues et ilipioinuliiiueH. — Rapporta hvl'c le Hinistère des Affaires Elrau- 

Sère!>. — Ui'Iimilafion de territoires. — ApprolrâlioD des Iraités. — Direction politii|uc » 
unner aux autorités coloniales. — Administration des populations indi^féoes. — Admi- 
nislration tténérale. — Conseils généraux. — Conseils privés el du conteulieux adminis- 
Imlif. — \ffiiireB municipales. — Elections pI questions électorales. — Budgets locaux. 

Emploi des /orces de police et des milices. 

Assistance publique et administrations hospitalières. — RapaUieoienl des crtole!^ 
indigente. 

Léyislalicm commerciale. — Douanes. — Travaux puUics. — Octroi de mer. — Con- 
Iriliutions iiidirecles — Bé{,ies linancièrcH. — Postes et félégraplics.- Poids et mesUres. — 
Régime uionétairc. 

Régime du travail. — Auricullure. — Régime domanial. — Hines. — Cliemins Mi- 
rer. — Ports et rades. — Harmes locales. 

Ceiilcs cl prison- coloniales. 

HH.'Osrdret. O, chef de bureau. 
Demartial, if, sous-chef. 
MM. [ MM. 

Vigneras, O, coiiimiii rédHClcur. H«neavilt,commisrédacteurslai;iairc. 

Weber, niuitnis rédacteur slajjiaire. i Feris, commis expéditionnaire. 



DEUXIEME lUREAU 

Inde et Indo - Chine 

iri'^ ijolitiiiue 
- iK'liuiiliitioi 



àdoimeT ftox antontés colonialeti. — AdmiDistntioa des popnlaUons indiffènes. — Admi- 
nistratioa générale. — Consul général et conseil colonial. — Conseils privés et du con- 
tentieux admioistratir. — Affaires municipales. — Elections et questions électorales. — 
BaOsete locaux. 

oiptoi des forces de police et des milices. 



Ass^tance publique et administrations hospitalières. — Rapatriement des créoles 
iDdisents. — Législation commerciale. —Itouanes. —Travaux publics. —Octroi de mer. — 
Comributions indirectes. — Régies fmaociëres. — Postes et télégraphes. ~ Poids et me- 



Régime monétaire. 

Régime du travail. — A^culture. — Aégime doinaniai. — Mines. — Chemins de 
(ei-, — T»orts et rades. — Hanaes locales. 

HM. Tauelle, 9t, sous-direcleur, chargé du bureau. 
Horgat, sons-chef de bureau. 

HH. I MU. 

Damartial Gaston, commis rédacteur. Bt^tol, commis rédacteur sla^irc. 

' — -~'->e, 0< commis rédacteur. SaUfln, commis rédacteur slagitire. 

I Qiierre, commis expéditionnaire. 



Banques et jfctablisBemânts de cr&dit. — Crédit fonoier colonial. 

StatistiqueB coloDiales. 

Qneslioas relatives aux lignes postales et de oa 
sous-marins. — Conventions avec les compagnies. • 
aux colonies au compte du budget de l'Etat. 

Mil. N. . ., chef de bureau. 
Colin, 0> sous-chef. 

31. Cbàronvrier, commis rédacteur. | H, SohUingor, commis rédacteur. 



TROISIEME DIRECTION 



Cssao.pta.'bilitâ et ■ox-Ti^wa pà]3dt«xi.tla.lxe« 

MM. Jolly, ^, inspecteur des tinauces. directeur. 
LeBottl, A, 01, sous-directeur. 
Haidon, sous-directeur. 



PREMER BUREAU 

Budgets et comptes. 

Centralisation du hnttget colonial. — Crédits supplémentaires et extraordinaires. — 
Compte financier. — Ordonnancement des dépenses du budget colonini et tenue des 
écritures central*- s. — llsndalemenl des dÉpenscs du service local des colonies ainsi 
que dos pavs de protectorat et établissement des ordres de recette. — Préparation du 
budget des'troupes. 

service des emprunts conlraelés. — Payement des annuités et amorUssemenis. — 



— 90 - 

CompUbililé des ilépeases enescéea. — Ceatralisatioa des provisions réalisées par les 
budgets locaux. -' Comptabilité des dépenses enca^ées sur ces provisions. 

A([ence coinplable cle J'admintstratioo des colonies. 

Questions gRaérales de complabUilé-matièrcs. — Préparation des décrets, rëgle- 
raenlH, instructions et nomenclatures concernant celle comptabilité. — Vérification et 
centralisation de la comptabilité des mouvements de magasin ainsi que des valeurs 
mobilières et permanentes, — Examen des procès-verbaux de receniiement. de perte, 
etc. — Complabi 11 té d'ordre et comptabilité cculral^dcs objets en cours de Irausport. — 
Etablissements et publication des comptes Rénérau.t du service des colonies. 

HH. PuthoBte, Q, cher de bureau. 
Oombert, sous-chef. 
Outrey, Q, sotis-cbef. 



Iiejevne Gaston, commis rédacteur 

principal. 
Demel, jï, commis rédacleurprincipal. 
Qig&j, commis rédacteur. 
Bortou, 0> commis rédacteur. 
Delonole, commis rédacteur. 
Laisant, ^, commis rédacteur. 
Bonjour, commis expéditionnaire prin- 
cipal . 



MH. 

Ooillemids, commis expéditioDosire 

principal. 
Scétb, commis expéditionnaire. 
Badaire, #, commis expéditionnaire. 
Voulot, commis expéditionnaire. 
Toria, commis expéditionnaire. 
Chambeurlant, ogenl comptable. 



DEUXIÈME BUREAU 

ApproTisionnementa généraux, transports et service intérieur. 

Achat des vivres, des médicaments pour les liûpitaux et du matériel destiné aux 
services civils et militaires ainsi qu'aux services locaux et municipaux. — Adjudication, 
passation dc) marchés et établissements de commande sur contrats de durée ou sur 
soumission. —Affrètements et transports. — EmlMirijucment du matériel destiné aux colo- 
nies.— 'Litjuidalion de toutes dépenses de matériel, des abonnements, des impresâons, 
des insertions dans les journaux, etc. — Emprunts contractés par les colonies, rena- 
boursemcnt des oblipations et paiement des coupons. — Demandes de ression du maté- 
riel aux différents départements ministériels. — Achats d'nrmes et de munitions. — 
Remboursements des cessions. — Loyers el ameublements des services civils. — Com- 
mission permanente des marchés et des recettes. -~HaKasin central des approvisina- 
nemenls. — Services admiolatraUrs des ports. 

Impressions diverses pour le compte de l'administralion centrale des colonies. — 
Abonnements aux journaux et recueils administra tifs. — Service intérieur du Ministère 
au point de vue matériel; entretien de l'hatel. 

MH. Le BouL ift, O, sous-directeur, charge du bureau. 
Ossian-Bonnet, ^, O. sous-ehef 
Aimés, ift, souâ-chef. 



Oelann^e, Q, commis rédacteur i 

principal. 
Qui 11 au me, O, commis rédacteur. 
Le Barrier, commis rédacteur. 
Cuer, commis rédacteur. 



Micheau, commis expéditionnaire. 
Oeiger, commis expéditionnaire. 
Lagrona, commis expéditionnaire. 
Sa&Lt-Jean, commis expéditionnaire. 



M, Jontel, chef du matériel. 



■,:cc.;,C00gIC 



tlKMSltME BUREAU 

Solde. — PenBionB. — Secours. — Administration des serrioes 
militaires. 

Exunea de toutes les que-ttions ronccrnant In solrlc et les indemniti's de toute 
nature à attribuer au personnel de l'aiiminlstratlon ceniralc ainsi tiu'ni) nersonnel 
civil '1 militaire en service en Pr ncc cl aux colonies ou en con^é, d'acnoro avec le 
iMireau ctiHi^é de t'administration de ce personnel. — Liquidation de la solde et 
des indemnités. 

Pensions eiviles et mililaifcs. -— Secours et subventions acf.ord<'s sur les fonds du 
budRel colonial. — Pensions, secours, indemnités oii allocations quelconques accordés 
«ur les Tonds des budgets locaux des colonies. 

Oéiégalions du personnel civil et militaire. 

Frais de pa-^siiee et de ropalriement. — Vérirication des relevés de mandats des 
dépenses eni>n(;ées dans les port" et dans tes colonies sur les chapitres des frais de 
¥0\ages. — Frais de voyafiea à l'étranger. — Vcriticalion des comptes d'craplo). — Rem- 
boursement des Irailcs tirées par les consuls pour Irais de vovages. 

Administration des services militaires, questions relaUves k la relève des troupes 

Rr unités ou par jjroupes constitués, à l'orèanisation des eorps militaires coloniaux, k 
mplaccment des troupes, aux mouvements des ofUciers et des troupes, k l'organisa- 
tioii du recrutement cl au service des non-dii'pnniblcs.— Troupes de dérense, v compris 
les Etals-Majors ((énéraux pt des places. — Questions relatives à l'insrription maritime. 

Vivres et médicaments en ce qui conceroc l'examen des demandes pour les hôpi- 
taux coloniaux. 

Entente avec le Itureau des budgets et comptes pour la préparation du budget des 
troupes, avec avis du comité technique militaire. — Comptabilité intérieure des corps 
de trouâtes. — Centralisation des revues de liquidation. 
Habillement des troupes. 

Bourses à accorder aux iils des oflicters du commissariat ou du corps de santé en 
activité, en retraite ou décédés. 



MM. 
LafaiUe. commis rédacteur princi|>al. 
Harcheuon, commis rédacteur pria- 

Boby, commis rédacteur principal. 
lablonski, Q, commis rédacteur prin- 
cipal. 
Duoet, commis rédacleor. 



MM. 

Paradis, commis rédacteur. 
David, commis rédacteur. 
Colmet-Dasge, commis rédacteur. 
Antoiiy, commis expédilionnairo. 
Eieffer, commis expéditionnaire. 
Oallaire, commis expéditionnaire. 



QUATRIÈME iUREAU 

Services pénitentiaires. 
Cotcmandement et administration des pénileneiera. — Relégation des récidivistes. — 
Transportation. — Colonisation pénale. — Personnel administratif et de surveillance: 
orcanisation. recrutement, avancement et mutations, après visa du Secrétariat 
Générât. — Publication- des notices sur la iransportation cl la relégation. 



MM. ; MM. 

Sonnet, commis rédacteur. i Sommerrogel, commis oxpôdition- 
Sarron. commis rédacteur. noire. 

Leveillé, eommis rédacteur. | Legoay, commis expédilionnairc. 

Doalffère, commis rédacteur. ' Haullë, commis expéditioDnaire, 
Billecooq, coinmis expédilionnairc. 



■,:cc.;,C00gIC 



— 94 — 
DIRECTION BU CONTROLE 

(Décret du 17 Août j894) 



HH. Dnbard Manrice, 0. #, 0. 0>ii>Bpecteurgénéralde i^classedescoloniea, 
directeur du coatrdie. 
Onyho Albert, 0. #, 0, inspecteur de (" classe, adjoiat au directeur du 
coutrtle. 

Examen et visa, avant décisiou, de tous rapports et projeta de décrets concernant 
les services coloniaux, de toiv rapports ou dépêches portant nominations ou ptomo- 
tions. augmentation de personne], missions en r'rance ou à l'étranger, entraînant etiRa- 
gement ou iiquidaUon de dépenses, — de toutes ordoonanccs, propositions de paie- 
ments ou répartitions de fonds, de toutes propoulions de concetuùons de traiteroents, 
d'atloc«tionB pécuniaires ou autres, de tous caiiiers des charges, marcliés, trariaactioaa, 
contrats ou engagements de toutes sorles, — de toutes quesbons relatives à l'interpré- 
tation des règlements administratifs et de toutes alTaires litigieuses ou contentieuses 
instruibts par les directions, sans exception de Juridiction, de toutes propositions rela- 
tives à la main-levée des eau lionne m en Is, à la constitution des dét>ets envers i'Ktat el 
aux exonérations à titre gracieux, ~ de tous mémoires de proposition de pensions ou 
de secours, — de toutes afTaires ressortissant à l'administraGon des colonies et tendant 
k constituer l'Etat débiteur, soit sur les Tonds du budget des colonies, soit sur ceuxd'un 
autre Déparlement. 

Vérification des documents officiels de toute nature ressortissant aux divers ser- 
vices de l'administration centrale — Assistance aux travaux des commissions char^tées 
à Paris de passer des marchés et de procéder i des recettes. — Examen des comptes 
courants tenus i la comptabilité centrale des fonds. 

Contrôle des divers services aux colonies, — Correspondance du Ministre avec les 
iQspecteui's en mission mol»le: préparntion des instructions à leur donner: examen et 
suite de leurs rapports ; centralisation des travaujc de vériflcation des services adminis- 
tratifs, mililaires, coloniaux ou locaux, ainsi C[ue des régies et services financiers ou 
comptables ; discussion contradictoire des questions que peut soulever l'inspection mo- 
bile. 

Personnel du corps de l'inspection des colonies, travail de nominations, décora- 
tions, mutations et mouvement aans ce corps; préparation des décrets et règlements 
relatifs à l'inspeclioa. 

HM. OuiUard Louis, ijt, inspecteur de {"■classe. 
Lépreux Louis, St, inspecteur de 1" classe. 
Bonofaaux Albert, ^, inspecteur de S' classe. 
M6rav Maurice, fti inspecteur de 2* classe. 
BodeUe, commis rédacteur principal. 
Cabanei Martin, commis rédacteur. 
ChUBoo, commis expéditionnaire. 



COMITÉ TECNNIOUE MILITAntE DES COLONIES 

(Décret du 8 Septembre {897; 



M. Oonllat, ift, lieutenant-colonet breveté d'infanlerie de marine, 
président du comité. 
1" Section. — Affaires générales. — Questions relatives aux troupes : 

H. N... 
2* Section. — Matériel d'armement. — Munitions. — Fortifications :, 

M. Bemardy, #, capitaine d'artillerie de marine. 



■,:cc.;,C00gIC 



3* Section. — Bâtiments et chemins de fer milUaires. — Commission 
des marchés et des recettes : 

MM. Hoodsille, ^, capiUioe àa génie. 
Xiabadie, capitaine du ^énie. 

Honnii ÎKt garde priocipal d(\ 2* classe d'artillerie de mariae. 
Mulelle, r ' " ^ -- ^ -'■"—■- -■ ■-- 



ity garde priocipal d(\ 2* classe d'artillerie de a 
t, garde de 3* classe d'artillerie de marine. 
I, garde auxiliaire de 1'* classe d'artillerie de n 



Bortïole, ^rde auxiliaire de 1'* classe d' 



MSKcnoii ttntsuAx. ou service de santé des cblomes 

ET PATS DE PROTECTHUT 

(Oëcrets des 7 Jaittibr iS90 rt 17 Août 1894. 
Arrêté himstériel du 27 Février ]897] 



H, Ksrmorgaiit Alexandre-Marie, 0. #, 0. Q, médecin- inspecteur de 1" classe, 
iospecteurgénéral. 

CentralisatJoR des renaeignements sanitaires et de la statistique médicale des 
colonies. — Direction éa service technique des liôpitaux, lazarets, rbIIps et autres 
étaMiMemenls sanitaires des services généraux ou locaux.— Préparation des instructions 
Tdatives k la police sanitaire. 

Examen de tontes les questions relatives au service technique des liApitaui, h 
ritygiëne et >n service sanitaire des colonie». 

Avis sur toutes les questions relatives su personnel et au matériel du service de 
santé ; — k la construction et i l'aménagement d^s caserDemeats et hOpitaux; — auxprojets 
de travaux intéressant rtiyttiëne publique aux colonies ; — aux congés de convalescence, 
pensions de rérorme, retraites i forme non militaire. 

Visite et eontre-visite des fonctionnaires coloniaux. 



CONSEIL SUPÉRIEUR DE SANTÉ 

Président : 
L'Infpeoteor général du service de sanlé des colonies. 

Membres : 

un. Orall, 0. ^, roédecÎD inspecteur de 2* classe. 

01«r«c, #, médecin en cher de 2* classe, suppléant. 
H..., pharmacien en chef. 

Secrétaire archiviste : 
M. Fontaine, médecin principal des colooios. 

Secrétaire rédacteur : 
H. Hwd, rédacteur principal de 1" classe de Tudministration centrale. 



— 94 — 
INSPECTIOII QÉNÉRALE DES TRAVAUX PUIUCS DES COLONIU 

(Décrets des H Août 1894 et 17 Août 1897) 



MM. Bricka Charles, 0. $ï, Q, inspecteur général des travau;[ publics des colo- 
nies. 
Bonttarille Henri, 'ft, ingénitur en chef des colonies, adjoint b l'inspec- 
teur gênerai des travaux publicn des colonies. 

Correspondance du Ministre et instructions à donner aux chefs du service des tra- 
vaux publics dans les colonies pour l'exi^cution techaii|ue des travaux. 

Eludes relatives aux travauï publics des colonies. — Correspondance du Ministre 
avec les iospecleurs des travaux publics eu mission. — Préparation des instructions ù 
leur donner ; examen et suite de leurs rapports ; centralisation des travaux de véririca- 
tioo des services de travaux publics. 

MM. Fontaneilles Marcel, jï, ingénieur-inspecteur des travaux publics des coto- 

De la Valette Henri, ingénieur-inspecteur des travaux publics des colooios. 
Harguin Victor, Q, ingénieur, chel'des études. 
ChauTelon Vic<or, conducteur principal des travaux publics. 
Iiebrun Camille, contrôleur technique des r^brications. 



COMITÉ DES TRAVAUX PUBLICS SES COLONIES 

(Déchets des 2i Novembre 4893, 20 Mai 1896 et 34 Joiuet 1897) 



Membres ■ 



MM. Uetinier, ingénieur en chef des ponls et chaussées, boulevard Raspail, 146. 

Paris. 
Bésal, iDgéntcur en chef des ponts et chaussées, rue de Furslemberg, 6, 

Paris. 
Zeiller, ingénieur en chef des mines. 
Billard, capilaine de vaisseau, rue d'Edimbourg, 10, Paris. 
Terré, ingénieur des constructions navales. Ministère de la Marine. 
Colson, conseiller d'Etal, boulevard S'-Cermain, 139, Paris. 
Boucard, maître des reuuèles au Conseil d'Etat, rue LoRolbach, 7, Pans. 
Kenaud, ingénieur hydrographe de la marine, rue de l'Université, 13, 

Pari». 
HoudaiUe, capitaine du génie, me Saint-Dominique, 101, Paris. 
Desprez, ingénieur des ponts et chaussées, rue Cardinct, 30, Paris. 
Deglane, architecte des bâlimeots civilx, me Antoine Dubois, 3, Paris. 
Fleur;, ingénieur civil, rue du Pré- aux- Clercs, 13, Paris. 
Ponteen, ingénieur civil, nie de Monceau, 66, Pans. 



■,:cc.;,C00gIC 



HX. Cftcheux, ina;^-nieur civil, quai Saint- Michel, SS, Paris. 

Conriot, ingénieur des ArU et Hanuftictures, rue Logelboeh, 3, Paris. 



H. Bontteville, ingénieu 
des travaux public: 



Secrétaire : 



MABASIN CENTRAL 



(Arrêtés ministériels des 8 Novembre 1887 et 24 Décembre 1888. 
Décret du âO Février 1896} 



DépAt et emmafEasinage des approvisionnements de toute nature provenant d'achats 
i Paris, de cessions, dons, elc. — Conservation du matériel depuis l'iotroducUon 
juaqu'aii momenl de l'expëditloD dans les porla d'embarquement. 

Etablissement des (jrocès-verijeuT de recelte, exécution des décisions des eom- 
ini>sinns des recettes, prises en cliarge, préparation des envois, lettres de voilure, avis 
d'expédition, factures d'envoi, etc. 

MM. Raynal, sons-cbef du bureau de l'administratioD centrale hors cadres, 
délégué du chef du bureau den approvisionaemnnta généraux. 
Tonlonse, agent complable. 
Vanièrs, commis rédacteur priocipal de I" classe de l'admiDisIrelion 

centrale (H. C). 
Bihel, commis expéditioDDaire de l'administration centrale (II' C). 



reBMANENn DES MARCHE ET DES RECETTES 

(Arrêtés des 8 Novembre 1887 et 6 Mai 1889. 
DÉasiOKS ministerieu.es des 10 AoL'T 1889 et 10 Mars 1896) 



Passation dea marches [conventions vertMlen, traités de gré à gré, marchés par 
adjudications publii|ues) pour l'achat des objets de matériel et des denrées nécessaires 
aux diverses colonies pour le compte du budget colonial ou dea budgets locaux, 
régionaux et munîcipauic. ^ Etude des questions intéressant le service des approvisioa- 
neinenls qui sont soumises à son examen par le Ministre. 

Examen des roumitures livrée» en vertu de murchés ou d'achats sur factures. — 
Recettes en usine à Paris et en province. 

Président : 

M. de Hai^uerle de Montfort, commissaire général des colonies. 

Membres : 

HH. Le Boni» sous-directeur, chargé du bureau des approvisionnements géné- 
raux, transports et service intérieur à l'administration centrale. 

Clarac, médecin en chef de 2' classe, membre du conseil supérieur de 
aanlé. 

RsTiiaL soiis^hef de bureau hors cadres, détaché au magasin central. 

HoadaUle, capitaine du génie, attaché au comité technique militaire. 

Walil, suus-ingénieur de 1" classe de la marine hors cadres, chargé de la 
surveillance des constructions navales coloniales. 



H. Margain, ingénieur des oolonies, chef des études à l'inspection géaér«)e 
des travaux publics. 

Secrétaire : 
M. Broohard, sous-commissaire colonial. 



COMMISIIM DE SURVEILUNCC «S lANQUES COLONIALIS 

(Loi du 24 Juin 1874, aut. 13) 



Membres : 
MM. Aubert de Tre^main, directeur du mouvement général des fonds au 

Ministère des Finances. 
AUain-Targé, conseiller maître k la Cour des comptes, I, rue Frédéric 

Bastiat. 
Baron Mallet, régent de la Banque de France, 35, nie d'Anjou-S>-Honoré. 
Heise, régent de la Banque rie France, 83, me de la Victoire. 
Conttuier, ancien gouverneur de la Guadeloupe, 79, rue de Rome. 
Billscooi], directeur bonoraire au Ministère des Colonies, 34, rue LaTlitte. 
Dnbard, mspecleur général, dire<:tcur du contrôle an Ministère des Colonies. 
Ronme, directeur bu Ministère d»s Colonies. 

Secrétaire : 
H. Colin, sous-chef de bureau au Ministère des Colonies. 

Secrétaire-adjoint : 
H. N... 



ASENCE CENTRALE DES lANQUES COUMIALES 

(Décrets des 17 Novehbre 1853 et 31 Mars 1874. — Arrêtés ninistébiels 
nES 4 Décembre 1852 et Ai Mars 1874) 



M. de XrfiTalMtère de Iiavergne, agent central, 54, rue Blanche. 



COMMISSION KRWARENTE DU RÉQIME PÉRITENTIAIK 

(Décision du IS Mai 1889) 

Président : 
Faoquin^ conseiller d'Etat, Secrétaire Général de la Légion d'honneur, 56, 
DOnfevard Resuséjour, Passy-Paris. 

Digmzetiby Google 



Vice-Président: 

B FKotM de droit de Paris, 5S, 

Membres : 
KU.DiaUrs, GooKeiller d'Etat, 10, avenae de l'Opéra. 

Petit, conseiller à U Cour de cassation, 4, rue Pierre-le-Grand. 
DnbardfiDSpecteurEéaéral, directeur du contrôle au Ministère des Colonies. 
J0U.7, directeur de fa comptabilité et des services pénitentiaires au Minis- 
tère des Colonies. 
D« lATaisiière de Lavei^^ne, directeur honoraire au Ministère des Co- 
lonies, 7, rue Payenoe. 
Dalmas, sous-directeur, chargé du bureau de la justice au Ministère des 

Colonies. 
SclimkU, chef du bureau des services pénitentiaires au Hiais(èi% des Co- 
lonies. 
Robin, cher de bureau an Ministère de l'intér^ur. 
D'AIUgiuus, chef de bureau su Ministère de la Justice. 
B«Tt, premier président honoraire en Indo-Cbioe, 7, rue fiuperré. 

Secrétaire : 
H. PanliâB, secrétaire-rédacteur & la Chambre des Députés, 9, rue Labordëre, 
k Heuilly [Seioe]. 

Secrétaire-adjoint •■ 
M. Sonnet, rédacteur au Mioistère des Colonies. 



COMTTt CONSULTATIF DU CONTENTIEUX DES COLONIES 

[Décbets des 17 JinuET 1894, 9 Mars 1896, 30 Jantter et It Mai 1897] 



Président : 
M. DiiUre Paul, conseiller d'Etat, 10, avenue deJ'Opéra. 

Vice-Président : 
M, Dubard, inspecteur général, directiur du contrdle au Ministère des Colonies. 
Membres ■■ 
MM. Lfon-Caen, professeur h ïa Faculté de droit, 13, rue Sonfflot. 
Bstoablon, professeur à la Faculté de droit, 57, rue de ReDues. 
Ttrdit, maître des requêtes au Conseil d'Etat, 99, boulevard Uatesherbes. 
D« HoSy, maître des requêtes au Conseil d'ËUt, 215, faubourg S>-Ho- 

noré. 
Qéai», maître des requêtes au Conseil d'Etat, 17, rue de Berne. 
MofoWf maître des requêtes au Conseil d'Etat, 49, me d'Anjou. 
Oéûj'mmàé, conseiller référendaire h la Cour des comptes, 10, rue Sta- 
nislas. 
P«ttt Maxime, conseiller référendaire à la Cour des comptes, 94, rue de 

Rennes. 
DaiwoiuiiiA», avocat au Conseil d'Etat et à la Cour de cassation, 4, rue du 
Général Foy. 



■,:cc.;,C00gIC 



HH.Lortat-Jacob, avoué près le tribuQ&l de commerce de la Seine, 10, rue 

Louvois. 
H«nailliod, ex-ogréé près le tribunal de commerce de la Seine, 10, rue 

Lavoisier. 
Botton Mai. avocat h la Cuur d'appel, auditeur, 7, place de la Madeleine. 
Brisard, avocat à la Cour d'appel, auditeur, 59, boulevard Ualesherbea. 
Touolurd, avocat à la Cour d'appel, auditeur, 140, faubourg S*-Hoaoré. 

Secrétaires : 

MM. DuohAne, faÎMiot fonctions de chef de bureau an Ministère des Colonies. 
TesBeron, sous-chef de bureau de 3* classe au Ministère des Colonies. 

Secrélaires-adjoinls : 



COMITÉ SUPÉRIEUR CONSULTATIF DE L'HOTRUCTIOR PUIUQUE 
D£S COLONIES 

[Décpets de<! 18 Janvier 1895 et 18 Juin 1897] 



Président : 

M. la Ministre des Colonies. 

Vice-Président :- 

M. Fonoln, inspecteur général de l'instruction publique, 1, rtie Michelet. 

Membres : 

MM.Dnbord, inspecteur ff^néral, directeur du contrôle au Ministère des Colonies. 
Roume, conseiller d Etat, directeur au Minislëre des Colonies. 
Bin^OT, directeur au Ministère des Colonies. 
VasBilière, directeur au Ministère <ie l'Agriculture. 
Uartel, inspecieur général de l'enseigaernent primaire, 3, rue des Mûries, 

k Garches [Seine-et-Oise]. 
Jaoquemard, inspecteur général de l'enseignement technique, 145, bonle- 

vard S'-Hichel. 
Dalmaa. sous-directeur au Ministère des Colonies. 
Rodler, gouverneur des colonies, 3, atenue de l'Observatoire. 
Manrel, membre de la chambre de commerce de Bordeaux. 
Ulyase-Pila. membre de la chambre de commerce de Lyon. 
Mante Théodore, négociant k Bardeiuix. 
Dubois Marcel, professeur de géographie coloniale b la Sorbonne, 76, rue 

hOtre-Dame-dcs-Champs. 
Pelet Paul, professeur de géographie coloniale à l'Ecole des sciences 

politiques, rue Saint-Giiilfaume. 
Wanl, inspecteur RÉuéral honoraire de l'inslruclion publique des colonies 

5, villa Moiarl. 
Rœbn, chef du 2< bureau de la direction de renseignement secondaire au 

Ministère de l'Instruction publique. 



■,:cc.;,C00gIC 



HH.Ftmgtoe, chef du 1" bureau de la dtrectioD de l'enseifpiement primaire 
au Hiaislère de l'IntitruGtiOD publique. 
Goy, chef du service gi^ographique au Minialëre des Colonies. 
BarbotiÂ, cbef de bureau de 3* classe au Ministère des colonies. 

Secrétaire avec voiœ consultative : 

U. TetMron, sous-cbef de bureau de 3* classe au Hiaislère des Colonies. 

Secrétaire-adjoint : 

il. Ijem«, «spédîlioDn&ire au Ministère des Colonies. 



CHHTt CMSULTATIF DE UAflmCULTURE, DU COMDIERCE ET DE 
UIRDUST8IE DES COLONIES 

(Arrêtés des 39 Août 1887, 14 Juin IStfO, 5 Novembre 1894 
ET 13 Juillet 1895] 



Président : 

M. Oodin (J.l, sénateur. 

Vice-Président : 

M. ClutbrteT, ÏDgénienr civil, adAinistrateur de la Compagnie générale trao- 

satlaoUque. 

Membres : 
MH. AmODld, ancien négociant. 

Beftuprey, deltguË de la Martinique. 

liéraud, négociunt, délégué du Dubomey. 

N..., délégué du Sénégal. 

Blam, ancien présidenl de la chambre syndicale des représentants de 

fabrique. 
Oaso, inspecteur général de la compagnie des cbcmins de fer de l'Ouesl. 
Pooel, admiaicilniieur colonial. 
Britoe, ancien résident supérieur en Indo-Chine. 
Boncard, ancien inspecteur général des l'orËls, délégué d'Obock. 
Max, administra tfiir délègue de la Compagnie française d'eiploration et 

de colonisation à Uadagatcar. 
Delavaud, ancien pbarniacien-inspecteur de la marine. 
Faucon Paui, membre delà bûcielé de géographie commerciale, délégué 

de Madagascar. 
De Faymorean, délégué de Uayotte. 
Ooillanmet Edouard, délégué du Soudan. 
Guy Camille, chef du service géographique et de« missions, au Ministère 

des Colonies. 
Heokel, délégué de la Nouvelle-Calédonie. 
HenriquA, délégué de la Guyane françaine- 
" V chimiste, directeur delà station agronomique de la Seine-lofé- 



N-.., délégué du Congo. 

Migaot, délégué de Saint-Pierre et Miquelon. 



■,:cc.;,C00gIC 



~ 100 — 

MH. Horeao, délégué de la Guadeloupe. 

Hnzet, conseiller miioicipal de Paris, président de l'Union des chambres 

syndicales. 
Thu^L président du svadicat du Soudan français. 
Puaf, industriel, délégué de ta Nouvelle-Calédonie. 
PoiSMB, naturaliste au Muséum d'histoire naturelle. 
Poulain, délégué de l'Inde Trançaise. 
Raeff, délégué de la Cochinchioe fiançaise. 
Secrétaire : 
H. Faucon, ancien chef de bureau à l'admiaistratioa centrale des colonies. 



ECOL£ COLONIALE 

i, AVENUB DE l' OBSERVATOIRE 



CONSEIL D'ADMINISTRATION 



H. Dldère Paul, G. 0. iff, 0, conspiller d'Etat, JO, aTeaiie de l'Opéra. 

Vice-Président: . 

H. B4T0ilPaul, 0. #, ministre pléDJpotenliaire, résident général adjoint de 
Tunisie, 2tS, rue du Faubourg-S^-HoDoré. 



MH. 

Dobard, 0. H, 0. 0, Inspecteur gé- 
néral, directeur du contrôle au m- 
nislëre des Colonies, vice-présidcnf 
du bureau d'administration. 

Fonoin, 0. #, 0. Q, inspecteur géné- 
ral de l'instruction punlique, I, rua 
Hicbelet. 

LevfliUA, #, 0. 0, député, proresseur 
à ta Faculté de droit, B5, rue du 
Chercbe-Hidi. 

Simon, #, Oi conseiller à la Cour 
d'appel de Paris, 38, rue de la Tré- 
moille. 

imUrd Th., 0. «, 0. U, ingénieur, 
138, bouleTard Ualesberbes. 

Vignon Louis, #, 0. p. maître des 
requêtes BU Conseil d'Etat, (52, rue 
de la Tour, Paris-Psssy. 

DAlannay-BelIeTille, 0. 9(, 0. (>, 
président de la Chambre de com- 
mercede Paris, iO<*', rue de Douai. 

Do Roany Léon, ift, 0. 0, professeur 
h l'Ecole des Langues orientales 
vivanttfs, 28, rue Mazarine. 

Pnuix Frank, #, 0, 11, avenue de 
l'Observatoire. 



Delonole, ift, 0, maître des requêtes 
au Conseil d'Etat, 30, rue Georges 
Sand. 



Faubourg-S*-Honoré. 

Challley-Bert, W, 0. Ot secrétaire 
géoeral de l'Union coloniale fran- 
çaise, tS, avenne Caroot. 

De Lavalisiire de Lavergne, 0. ^, 
O, directeur bonoraire au Uiais- 
tëre des Colonies, agent central 
des l>anques coloniales, 7, rue 
Payenne. 

Bonme, 0. -ft, directeur des affaires 
d'Asie au Hinisière des Colonies. 

JoiHj, #, directeur de la comptabilité 
et des services pénitentiaires au 
Ministère des Colonies. 

Singer, 0. !^, directeur des affaires 
d'Afrique au Uinistère des Colo- 
nies. 



■,:cc.;,C00gIC 



- 101 - 
Secrétaire : 
M. Horel, 0. if, rédacteur au Ministère des Golooies. 



ADMINISTRATION DE L'ÉCOLE 
Directeur : M, Aymonier, 0. #, 0. Oi 46, rue du Général Foy. 



SECTIONS ADMINISTRATIVES 
{Nouvelle organisation. — i" Année} 

DroUciviL—M. H... 

Expoté de la aituaUon et du régime économUnte des divenes coloniet fran- 
fat>«f. — Professeur : H. Vignon, ^, 0. 0> maître des requêtes uti CoDseil 
d'EUt. 

£(ude dei systèmes coloniaux étrangers. — Proressrtir : H.IieTeillé, ft, O-O, 
professeur k la Facul édedroit;— ctiai^ë du cours pourl'aaaée scolaire 1997-1898: 
H. OouTaignoB, agrégé de l'Université. 

Hygiène coloniale cl notion» de médecine praftfue. — Professeur: H. le 
doclenrljKTtiKnâ, ijiiï, agrégé des écoles de médeciae navale, 205^1*, boulevard 
Rsapail. 

Producliom coUmiaUs. — ProIeeteuT : H. H..., pharmacien en chef, mem- 
bre dn Conseil supérieur de sanlé des colonies, au Pavillon de Flore. 

Cotif trucfion pratique. — Professeur :' M. Suais, #, 0, ingénieur en chef 
des colonies. 

Cour» de préparation théorique et pratique au commissariat colonial. — 
Professeur : M. Jaham-DeBrÎTanx, ^, 0, commissaire des colonies. 

GéogTOpkie détaillée, histoire et institutions de l' Indo-Chine. — Professeur : 
X. H. . ., cDu^ du cours. 

Législation et administration de l' Indo-Chine. — Professeur : H. N. . . . ; — 
cbirgé du cours pour 1897-1696 : H. Masse, administrateur des affaires indigènes 
de Cochincbine. 

Langue annamite. — H. Bonnet, #, 0, professeur à l'Ecole des Langues 
orioitales virantes, 7, rue de Greffulhe. 

Géographie détaillée de V Afrique (y compris Madagascar). — Chargé du 
conra ponr 1897-1898: H. Guy Camille, ^, Ô, chef du senice géograpniquc 
an HiDiitère des Colonies. 

/ Âlgéri». — Professeur : H. Bstoublon, #, 0. O, professeur h 
la Faculté de droit de Parix. 
Orfanitaiion, lé- \ Tunaie. — Professeur : H. Recrnanlt, consul de France, an- 
^tslation et ad-\ cien Secrétaire Général dii Gouvernement tunisien; — 

nmUlration de i . cbai^éducourspourl897'1698:H.Bstoablon,#,0.0. 
nos possessions j professeur à la Faculté de droit de Paris. 

africaiiKS. I Côto oocident&led' Afrique. — }i. Delooole J.-L.ift, O, mailrr 

des requêtes au Conseil d'Etat. 
\ Matfa^car. — Profeesenr : H. N. . . 

ICdts ocoidwtalo d'Afrique. — Chargé des conférences pour 
4897-1898 : M. DaohAne, Q. sous-chef de bureau au Minis- 
tère des Colonies. 
Mada^ottr. — Chargé des conférences ponr 1897-1898 : 
H. Ton, O. sous-chef de bureau au Ministère des Colonies. 



c. 



)Oglc 



Langue arabe. — Professeur: U. Soim«ok, #, iolerprète principal au 
Ministère de la Guerre, 46, rue Uadame. 

Langue malgache. —Professeur: H. N... ; — cfaai^ du cours 1S97-18ÏS: 
M- Dupujr. 

Legûlalion pénale. — Professeur: M. IjepoitteTin, 0. O, professeur ï U 
Faculté de droit de Paris. 

Lanpue anglaûe. — Professeur: M. de U Qaetnerie, #, O, professeuraa 
lycée SaiDt-Louis, 75, rue Claude Bernard. 

Langue aliemande. — Profef'^car : M. Oxatitiot, #, 0.0, professeurs 
lycée Henri IV, 65, boulevard S''GermaiD. 

Langue etpagnole. — ProTesseur: H. Psssiix, professeur k l'Ecole des 
hautes éludes comme relaies, 17, rue Leverricr. 

Division préparatoibb . 

Cours d'économie poliliquc. — U. N... 

Court d'kisloire de ia colonùalion française el élrangére. — M. Trene;. 
professeur au lycée Janson-dc-SHlIly. 

Cour» de géographie. — H. wnthiot, ^,0. O, secrétaire général de la 
Société du (iéographie commerciale de Paris. 

Cours de topographie. — M. Pélissier, 0, répétiteur à l'iDstilul agronomi- 
que, G, rue Sainie-Beuve. 

Cour d'anglais. — M. Dacrauet, 0, professeur au lyràe Buffon. 

Cours d'allemand. — H. Oauthlot, À, 0. O, professeur au Ivcéc Henri IV, 

Cours d'espagnol. — il. Peseux, professeur a l'Ecole des naules études 
commerciales. 

Maîtres d'escrime. — HH. Brlqueler, 43, nie du Four. 

Brun-BuUaom, 4, impasse Royer-Collard. 

Maître de manège. — H. Jamiq, 25, rue Campagnc-Pre'miëro. 

Section indigène 



CONSEIL SUPÉRIEUR DES COLONIES 



Président : 

Le Hinistre des Colonies. 

Vice-Présidents: 

\ H. N... 

COMPOSITION DES SECTIONS 

Section. — Antilles, Guyane, Réunion, S^Pierre et Uiquelon. 

Président : 

M. Jules Siegfried, i^nalpur, Silï, boulevard S<-Germ«in. 



Ckiogic 



~ 103 — 

Membres : 

MU. IuA«, sénateur de la Guadeloupe, 53, me Sadi-Carnot [Vanves . 
Aliène, sénateur de la Marlinique, 125, boulevard Mont pâmasse. 
Droonet, sonaleur de La Itéunion, 63, boulevard S'-Mictiel. 
OArrille-RAache, tiéputé de la Goadclotipc, S, rui; Le Go Cf. 
Légitimiis, député de la Guadeloupe. 
N. . ., député de la Marlinique. 

De Mahy, député de La Keuaion, 37bi% rue de Itourgogne. 
Bnmet, député de La Rcunion, 82, rue de Vareune. 
Ursleur, député de la Guyane. 

Léguae, dâégité de S'-Pierre et Miquclon, à S'-l'iccrc cl Uiquelon. 
De Iiareiiity, sénateur, 31, me S'-Dominiquc. 
Riottean, député, 10, rue de Sëze. 

0«cliet, négociant k la Guyane, 139, boulevard Magenta. 
Bard, conseiller à la Cour de cassation, 72, boulov.ird S'-Michel. 
Anurald Charles, membre du comilc consiiUalir de l'agriculture, du coip- 
merce et de l'industrie des colonies, 4, passage Caroline. 

2* Section. — Colonies d'Afrique. 



M. Bonrier, ancien Ministre du Commerce et des Colonies, député, 8, rue 
Windsor, à SWanjes-Seuilly [Seine". 

Membres : 

MM. D' Agonit, député du Séne^l. 

Oaboriauâ, délégué de ta Guinée française, (6, rue de GrammoDl. 

Palaiot, délégué du Datioiney et dépendances, à Kotonou [Dahomey . 

La Hâxiaaé, délégué de ta CAle d'Ivoire, 172, rue de Grenelle. 

Onynet, député, 67, avenue d'Antin. 

N. . ., délégué du Congo fran^'ais. 

Deloncle, député, 7, boulevard Delesscrl. 

Tbonoson, député, 72, rue Ampère. 

X^avertigon, député, 28, me de Saint-Pétersbourg. 

Boreids-Desbordefl, généra! de division, ancien commandant supérieur 

du Haut Sénégal, 61, rue Scbrffer, Paris-Passv. 
Saignac-Leasepe, ancien gouverneur du Sénégal, ii Hévillc (Manche), 
Mante, de la maison Maulu et Itorclli et Hégis aîné, négociants à la Ci>te 

des Esclaves, à Ha»eille. 
Bohn, directeur de ta Compagnie française de t'ATrique Occidentale, a 

Marseille. 
Kédard'Béraad, ancien négociant à Porto-Novo et au Congo, 5, ruo de 

Maubeuge. 
Buhan, négociant an Sénégal, 2S, rue Boudcl, h Bordeaux. 
Consbi, 10, rue Taitbont. 
Pilastre, délégué du Congo b l'exposilion permanente des colonies, iO, 

place Dauphinc. 
Trélen. secrétaire général de la Société de la mer intérieure africaine, 9, rue 

Charras. 
Hanrel, négociant à la cdtc occidentale d'Afrique, à Bordeaui. 
Leraeur, secrétaire général de la Société d'économie industrielle et com- 
merciale, 4fi. rue de l'Universit:''. 



D.g.tizecbyGoOgIC 



3* Section. — Indo-Chtne française. 

Président : 

M. Constans, ancien Gouverneur Général del'Iado-Cbine, sénateur, 03, avenue 
des Champs-Elysées. 

Membres : 

HH. Le Hyr» de Vilers, député de la Cochinchine, 3, rue Cambac^rés. 
N. ... déléffué de l'Annam et du Tonkin. 
Joardan, délégué du Cambodge, 51, rue da Rocher. 
Richard 'Waddingloii. 
Reinaob, député, 6, aveoue Van Dyck. 
Bheinart, aacien résident général eo Aonam et au Tonkio, 14, rue du 

Regard. 
TiaL ancien résident supérieur au Tonkin, à Voiron (Isère). 
Cluule^-Bert, secrétaire général de l'Uoioa coloniale, ancien directeur du 

cabinet du résident général en Annam et au Tonkin. 
Aymonler, administrateur principal des aR'aires indigènes de Cochincbine, 

46, rue du Général Foy. 
BéUard, ancien directeur de l'intérieur en Cochincbine, 19, rue HalieTÏHe, 

k Ënghien. 
Sylvestre, ancien directeur des affairée civiles et politiques de l'ADDam et 

du Tonkin, 3, rue de Beaune. 
Cornu, ancien président de la chambre de commerce de Saigon, k Saigon. 
Rueff, administrateur délégué des Messageries fluviales de Cochîachioe, 23, 

nie d'Anjou. 
Pila Ulysse, négociant au Tonkin, à Lyon. 
Simon, directeur de la Banque de l'Indo-Chine, 47, rue Laffitte. 
Ijaxare-V^eiller. ingénieur, 36, rtie de la Bienfaisance. 
Ferry Cbarles, aéputë, I, rue Bayard. 

4* Section. ~ Inde française, Nouvelle-Calédonie, Taîll, Mayotte. 
Hadaiasoar, Nosai-Bé. 



H. DeBohanel Paul, député, 66, avenue Uarceau. 
Membres : 

HH.Qodln, sénateur de l'Inde, 28, rue d'Assss. 

Henriqne Louis, député de l'Inde, 83, rue Demours. 

N. . ., délégué de la Nouvelle-Calédonie. 

N..., délégué de Taïli. 

N . . . , délégué de Uavotle. 

Penant, délégué de Nossi-Bé. 

De Veminao, sénateur, 3, rue de Grenelle. 

Denormandie, sénateur, président du conseil d'administration de la société 
<> le Nickel », 80, boulevard Haussmann. 

Xioroj ArUiur, député, 72, rue de Rennes. 

Prévet, sénateur, 73, rue d'Aumale. 

BoissT-d'AngUa, député, 6S, boulevard Berthicr. 

LeTeulé, député, professeur à la Faculté- de droit de Paris, SS, rue du 
Cherche-Hidi. 

Vlnson, professeur de Umoul et d'indousiani h l'Ecole des Langues orien- 
tales vivantes, S, rue de Beaune. 



îdby Google 



- lOo — 

HH-PonlaliiL, délégué de l'Inde à rexpoâition permanente des colonies, avenue 
St*-Anne, 33t>ia, à Neuilly-PJaisance. 
Cléry. avocat, <1, rue de la Tour-4e9-Dames. 
Pr&nok.-X>iuHu:, il, avenue de l'Observaloirc. 
lyElTa, député, délégué des établissements français do l'Ocâanie. 

Membres de droit du Conseil supérieur : 

HV.le Préaideot de la section de législation au Conseil d'Etat. 

le Président de la section des nnances et' des colonies au Conseil d'Etat. 

Ualbre, conseiller d'Etat, désigné par le Conseil d'Etat. 

le Directeur Général des dotianes- 

le Directeur du mouvement général des fonds an Ministère des Finances. 

le Chef d'Etnt-Hajor général du Ministère de la Narine. 

le Chef d'Etat-Major général du Ministère de la Guerre. 

le Directeur du commerce au Ministère du Commerce. 

le Directeur de l'administration pénitentiaire au Minislére de l'Intérieur. 

le SoQS-Dirëcteur des protectorats au Ministère dfis Affaires Etrangères. 

le Directeur des affaires civiles et du sceau au Ministère de la Justice. 

le Directeur de l' agriculture, au Ministère de l'Agriculture. 

Iiinder, membre du conseil général des mines, désigné par le Ministre des 

Travaux Publics. 
N..., membre de la commission des missions scientifiques désigné par 

le Ministre de l'Instruction publique, 
le Président de la commission de surveillance des banques coloniales, 
le secrétaire général du Ministère des Colonies, 
les Directeurs du Ministèr« des Colonies. 

le Directeur général des travaux publics air Ministère des Colonies, 
le Directeur général de la taisse des dépCts et consignations, 
le Gouverneur du Crédit foncier, 
le Directeur du Comptoir d'escompte, 
le Directeur de la Banque de l'Indo-Chine. 

Délégnis des chambres de commerce au Conseil supérieur : 

MH.Sofllot, délégué de la Chambre'de commerce de Paris. 
Ullfintlial, délégué de la Chambre de commerce de Lyon, 
le Président de la Chambre de commerce de Marseille.* 
le Président de la Chambre de commerce de Bordeaux. 
'Walon, délégué de la Chambre do commerce de Rouen. 
TjtTiann d'iégué dc la Chambre de commerce du Havre. 
CnHun. délégué de la Chambre de commerce de Nantes, 
le Présioent de la Chambre de commerce de Lille. 

Délégués des sociétés de géographie, etc., au Conseil supérieur : 

Mlf.Pelet Paul, délégué de la Société de Géographie de Paris, 184, boolovard 

S'-Germain. 
Oauthiot, délégué de la Société de géographie commerciale de Paris, 8, rue 

de Tournon. 
Cerisier, délégué de la Société des Etudes coloniales et maritimes, 18j rue 

Dannou. 
Hanriqae Louis, délégué de la ^iété française de colonisation, B3, rue 

Demnurs. 
De Croixler, délégué de la Société académique indo^hinoise, ii, rue de 

Renni 



D=;;,:cc.;,C00gIC 



H. Soller, délégué de la Société africaine de France, 182, Bourse du commerce 

[I"- étage). 

Secrétaires du Conseil supérieur : 

HU. Delonole, J.-L.,. maître des requêtes au Conseil d'Etat. 
Hejer Erne»t, ^ -■■ .■". - 



RévoU, ministre plénipotentiaire, ancien chef de cabinet du sous-sccrélaire 

d'Etat des colonies. 
O19, cfaef du service géographique du Ministère des colonies. 

Secrétaires-adjoints : 

HH. Horgat» commis rédacteur principal faisant fonctions de sous-chef de 

bureau au Ministère des Colonies, secrétaire de la I" section. 
Deonartislf sous-clief de bureau an Hiniâlëre des Colonies, secrétaire He lu 

2° aectioQ. 
David, sous-chef de bureau au Ministère des Colonies, secrétaire de la 3' 

section. 
You, Bous-chef de bureau aiî Ministère des Colonies, secrétaire de ia *• 

section . 



lOH PERMANEMTE DU COPBEfL SUPÉRIEUR DES COUWIES 

(Organisée par d'i£cret nu 19 Septembre 1896} 



Président : 
Le Ministre des Colonies. 

Vice-Président ■ 
M. Oodin, sénateur, 28, rue d'Assas. 



MH. Allègre, sénateur, 135, boulevard Honlparnasse. 
Le Hyre de Vilers, député, 3, rue Canibacéros. 
De Hahy, député. Z~M>, rue de Uourgugne. 

Membres de droit : 

MM. le Président de la chambre de commerce de Paris. 
. le Président de la chambre de commerce de Lvon. 
le Président de la chambre de commerce de Marseille. 
le Président de la chambre de commerce de Bordeaux, 
le Président de la chsmbre de commerce de noiico. 
le Président de la chambre de commerce du Havre. 
le Président de la chambre de commorce de Nantes, 
le Pré^deni de la chambre de commerce de Lille, 
le Secrétaire général du Ministère des Colonies. 
le Directeur général de la caisse des dépOtset consignations, 
le Directeur général des douanes. 



;c.;,C00gIC 



— 107 — 

MM. le Directeur des ufTaires consulaires et commerciales au Ministère des Affaires 
Etrangères, 
le Directeur du commerce au Ministère du Commen:e. 
l'Inspecteur général des travaux publics des colonies, 
le Délégué du Camt>odge. 
le Délégué de la Guinée française, 
le Délégué de Nossi-Bé. 
le Délégaé de la Nonvelte-Calédonie. 

Secrétaires : 

MM. N..., 

Ot^, chef do service géographique au Ministère des Colonies. 



îdby Google 



COLONIES FRANÇAISES 



■ lillTIMSllE 

HH. aatwié, $!, 0, gouverneur. 

Jnillet dfl S'-LagMT, Becrétaire général. 

Perreaux, 0. ft, colonel, commandant xiipérieur. 

Trillard, #, procureur général, chef du service judiciaire. 

Mgr Tanoox, #, évéque de S'-Pierre et de Fort-de-France. 

IiAcourné, ^, président de la Cour d'appel. 

Dabluioq-Iiabôrde, #, commissaire-adjoint, chef du service ai 

tratif. 
Oiiès, Ht, médecin en chef des colonies, cbcf du service de santé. 
I.afroBilllàre, #, trésorier-payeor. 
AlUgre, 0. #, sénateur. 
~>enâO 



Onibert, député 
DuauesnuT, députe.- 
Caobèra, directeur de la banque. 



GMDELOlin; ET DErENDANCES 

MM. Horaoohinl, #, 0, gouverneur. 
Lanresac, 0j secrétaire général. 

Girardt #, O, procureur général, chef du service judiciaire. 
Hsr Sonlé, 9f, préfet apostolique de la Basse-Terre. 
Lefruiçou» #, (irésideat de la Cour d'appel. 
N..^ commisMire-adjoint, chef du servjce administratif. 
Kisfmr, médecin principal des colonies, chef du service de santé. 
De Colomb, trésorier- payeur. 
Vivien, directeur de la banque. 
Isaao, A., sénateur. 
OernUe-IUaohe, député. 
Iiégitimafl, dépiité. 



RtllNIOH 

MH. Beanolismp, 0. ifi, 0. 0, gouverneur. 

Petit, #, U. 0, secrétaire général. 

Hadre, 0. 'ft, 0. 0, procureur général, chef du scrvicejudiciaire. 

Me Fabre, évéque de Saint-Denis. 

Hurat, président de la Cour d'appel. 

Hartiii, commissaire, chef du service administratif. 

RcTnaud, médecin principal des colonies, chef du service de santé. 

Somoury, 0. ifts, trésorier- payeur. 

Deproge, directeur de la Banque. 

Oronliet, ^, sénateur. 

De Mahj, député. 

Bnmet, député. 



îdby Google 



mm nmiim 

XK.lIoattet,0. 'jft, gonverseaT. 
C&psit. O, secrétaire général, 
Amod, ift, procureur général. 

Vérignon, ^, directeur de l'admiDislrotion péDïtentiaire. 
nguol, supérieur eccléaiaslique. 

01eii«s, ^, coinmissaire-ac^oint, chefdu service administratif. 
Baneé, médecin en chef, chef du service de aanlé. 
Fntner, trésorier-payeur. 
a, âirectei 

y député. 



mOVEUE-CAliMinE 

l. Tefllet, %, Ot gouverneur. 
ttboBpanl, secrétaire général. 
GouTOt, cokine) commandant militaire. 
Tenrier, *, procureur général, chef du service judiciaire. 

M. . ., présideat de la Cour d'appel. 

Vérignon, directeur de l'adminiatration pénitentiaire. 

Le Fol, A, commissaire chef du service administratif. 

Primet Edoaard, #, médecin en chef de 2' classe des colonies, chef du 
service de saute. 

Z<e £07, trésorier- payeur. 

Mgr Fnjrue, vicaire apostoUqae de la Nouvelle-Calédonie. 



liTDO-CIlM 

un. Doomer, gouverneur général. 

Borgids-Desbordes, G. 0. #, général de division, commandant en 

chef les troupes de l'Indo-ChiDC. 
Frey, C. ^, géoënl de brigade, adjoint au général commandaDt cd chef 

les troupes de l'iDdo-tîhine. 
C(Him|]oll»B> C. iK, contre-amiral commandant en cbef la division navale 

de l'Extrême-Orient. 
Danel^ 0. Sk, inspecteur général de {" classe des colonies, directeur du 

contrôle Hnancier. 
Au«nd, ^, O, procureur général, chefdu service judiciaire. 
Papon, président de la Cour d'appel. 



COCHMaUHE 



HM. DneOB, lieutenant gou' 
— oubet, — '■-■ — 



Esconbet, secrétaire- général. 

Archinard, C. jR:, général de brigade, commandant la brigade de Cochin- 

cbine. 
Delord, président de la Cour d'appel h Saigon. 
DotUKUf'O. #, capitaine de vaisseau, chef de division. 
Lafarge, procureur général, cbef du service judiciaire en CocbinchiDe et 

BU Cambodge. 



-,L;itizect/G0Cl(^Ic 



-- no — 

MM, CrémftZT, président de la Coar 'd'appel. 

Met Colombert, évCque de Saniosate, vicaire apostolique. 
Tmoj, médecin en cnef des coloaies, chef du service de santé. 
Oilbnn, trésorier-paveur. 
Le My» de ViloTB, G. 0. #, 0. {f, député. 

CiMBODGE 

HU. N. ... résident supérieur. 

HP' Oroigeorges, évéque de Tripoli, vicaire apostolique 

ANIAI n TOIUH 

MM. Fourès, A;, 4>, résident supérieur au Tonkin. 

Boullooha, #, O. résident supérieur en Annam- 

Le Vaueur, délégué au conseil supérieur des coloaies- 

Lidin, 0. ^, 0. 0, commissaire Kenéraf, chef du service administratif. 

ABund, #, Q. procureur général, chef du service judiciaire, 

Serez, #, médecin en chef, ctief du service de santé. 

Mf âendrean, évOquc de Chrysopolis [^Tonkin Occidental'. 

MP" Terres, vicaire apostolique du Tonkin Oriental. 

MS^ Caspar, évéque [Annauij. 

U" Van Oamelbeoke, évéque (Cochiochine Orientale). 

BiS'UOS 

M. Totirnler, 0. ift, 0, commandant supérieur du Bas-Laos. 



eTiBlISSexmS riANCUS DANS L'INDE 

HM. Bodier, 0. a, gouverneur. 

De la Lofèria, secrétaire général. 

Delord, procureur général, chef du service judiciaire. 

SouBsin, #, médecin principal des colonies, ctief du service de santé. 

Hkt Oandy Joseph- Adolphe, archevêque de Pondichéry. 

D'Encaussea de Oanties, O' trésorier-gayeur. 

Lacaze, directeur de la Banque. 

Oodln, sénateur. 

Louis Dulao, dit Henrique, député. 



tTARLISSEIENTS FRANÇAIS DE L'OCtANIE 

MM. Oallet, #,^, eouvcrnenr. 

Coudnet, #, %t, secrétaire (général. 

Charller, procureur du la Itepubliquc, chef du service judiciaire. 

HP Teraier, évéque de Hégare. 

Labrousse, #, commissaire-adjoint, chef du service administratif. 

Simon, médecin principal, chef du service de sauté. 

Coiidon, trésoriei^payeur, 



■,:cc.;,C00gIC 



— Ml - 

«M m mmmm et iidiieioiv 

HH. Dsolin-Siboor, fi. 0. ^, gouverneur. 

Toomié, #, Gommissairc-adjoiDl, i^her du service adminislralif el du 

stirvice de l'iatérieur. 
Caperon, i^, procureur de la République. 
Camail, médecin de i." clause, chef du service de santé. 
TiMri, Riipérieur ecclésiastique des deux Iles, desservant ji Saint-Pierre. 
Demalvilafm, Irésorier-payeur. 



SÊSËeUL ET DÉPENDAKCËS 



MM. Cbandié, 0. jt, 0. O, gouverneur général de l'Afrique occidenlale 
Trançaîse, spécialement chargé du Sénégal. 
Bergëft, secrétaire (céocral. 
Poijol, C. ^, colonel, cominandaal supérieur. 
Bnmet-Dnfour, procureur générnl, chef du service judiciaire. 
Chapelynk, ||, président de la Cour d'appel. 
Mp Pascal, préfet apostolique. 

Bonel^ fts, commissaire des colonies, chef du service administratif. 
N..., chef du service de santé. 
Prappier, trêsorier-pajeur. 
Honraiii, directeur de la banque du Sénégiil. 
lyAeoalt, député. 



SOlDiN riUJI(ilS 

un. De TrentinlaD, O. #, cénéral de brigade, gouverneur. 

Pinder, it, commissaire des colonies,. chef du service administratif. 
Bannerot, mêdeciu de l"*lassedes colonies, chef du service do sanlé. 
Dallean, trésorier- payeur. 



commwis 

MM. de Lamothe, 0. ^j/i, commissaire général du gouverocmenl. 

Dolisie, #. Oi gouverneur de 3* classe des colonies, lieutenant Gouver- 
neur. 
Uotard, #, lieutenant gouverneur de l'Oubanghi. 
Merlin, O, secrétaire général. 
MiC Canie, vicaire apostolique des deux Guinécs. 
Paqnier, ft, médecin principal, chef <lu service de santé. 
Arnal, trésoriei^ payeur. 
Pierrot, chef du service judiciaire. 



îdby Google 



- H4 — 

CUNCI nUNCilSI 

UM. Bftllaf, 0. *, 0. O, KouverDeur, churgé de l'exercice du preler.torat de U 

République sur le Fouta-Djallon. 
Cousturler, secrétaire général. 
tfascUud, médecin de 2' classe des colonies. 
Thiébaud, trésorier- payeur. 



UYOTn: 

HH . MUon, 0. #, odinmistrateur en cl)ef de 2° classe. 
Robin, chef du i^rvice de l'inlérieur, 

Neiret, ift, médecin principt^l des colonies, chef- du service de santé. 
OuTien, trésorier-payeur. 



IlE D'iNJOVJU* 

I. Pelletan, résident. 



ILE DE U GRAliDC COIORE 

MM. Descazes, chef d'ËM:adroD (H. C.) administrateur en chef de 2* clas&e, 
résident (en con^é). 
Pobéguin, O. administrateur-adjoint de 1"class« des coIoDiea, rétsideat 
intérimaire. 



OBOCK ET DtfENDANCES 



De Lescbaux, administrateur de l" clasee, adjoint au gouv( 

Cor, secrétaire général. 

CazeueaTe, trésorier-paveur. 

iMwitz, docteur, médecin de résidence. 



COTE D'IVOIRE 



MM. Boberdean, fi, gouverneur. 
Bonhoure, secrétaire général. 

Bélirard, médecin de 1" classe des colonies, chef du service de santé. 
Richard, trésorier-payeur. 



DAHOIEY ET DÉPENDANCES 

HM. Ballot. C. 9t, 0. |>, gouverneur. 
Pasèsl, lecrétaire général. 

Aryaod, sous-coramissaire, chef du service administratif. 
CbauTeau, médecin de l " riasse. chef- du service de santé. 



..Coogic 



GOUVERNEMENT GÉNÉRAL 

MADAGASCAR ET DÉPENDANCES 



SmiCSS CmiS: notices, riKSOlINKlS 



■util 



CoHMf/s de la Colonio 
DInction dM AITains Cfv//es 



Contrtf/0 

Juâtiot 

TrétOP 

Travaux publias 

MinM 

Enseignement Offtoiel 

Douanes 

Postes et Télignphes 

Domaines 

Service topogr^yhlque 

Âfrloultun 

Forêts 

Imprimerie OfllcMie 

Hiiioe 



îdby Google 



«b, Google 



GOUVERNEMENT GÉNÉRAL 

MADAGASCAR ET DÉPENDANCES 



1 lieuleaanls d'inranleric de marine, officiers d'ordoonaoce. 



eOllYERNEIIl teitRil 

M. Qallie&i, G. 0. #, O. 0, Cénéral de brigade d'infiintene de mariDe, coin* 
mandant en chef le Corps d'occupation et Gouverneur général à,e 
Madagascar et dépendances. 

MM. Martm, . 
Bouo&beÛle,\ 

CONSEIL IPADMINfSTRATIim 

Le conKil d'admiDislratioo es-l ainsi composé : 
Le (lOaverneur général, président ; 
Le Commandant en chef du Corps rloccupation, \ 
L<>- »h; ré taire général du Gouvernement général, i 
I^ directeur du contrûle Unancier, / 

Le chef du sprvice judiciaire, > membres. 

Le cher des services admmistratirs, \ 

Le direcleur des travaun publics, I 

Le cher du service des domaines, ■ I 

Lecherdu cabinet du r>ouverneur général ou, à défaut, tout autre Tonction- 
nairc désigné pur lui, remplit tes fonctions d'archiviste. 



CONKIL DU CONTENTIEUX ADMINISTBATIF 

Il se compose des membres du conseil d'administration auxquels sont 
adjoints deux magistrats, nommés par arrêtés du Gouverneur Général. 

Les fonctions de ministère public sont remplies parle direclour du contrôle 
financier, qui prend le tilrc de commissaire du gouvernement. 

Le secrélairc-archiviste du conseil d'administration remplit les fonctions de 
grefRer. 

CONSEIL DE DÉFENSE 

Le Gouverneur général, pr^«ûten{ ; 

Le commandant en chcf^du Corps d'occupation ; 

Le commandant de la division navale ; 

L'ofticier supérieur commandant les troupes du territoire ou se réunit le 
<:oawil ; 

L'administrateur local ou l'officier supérieur qui en remplit les fonclions ; 

Le chef des 8er^'iceB administratifs ; 

Le chef du service de l'artillerie ; 

Le chef du service du génie ; 

Le chef d'état-major du Général commandant en chef du Corps d'occupa- 
lion, tecrétaire. 

Le chef du service de !<anté est appelé de droit au soin du conseil de défense 
pour les queslioDH qui intéressent son service. Il a voin délibérative sur ces 
'(ueslions. 



DHECTIOIH BIS ArFAItES CIYIIES 

DU 



(En raison ies procréa de la pacification et de l'organisation à Madagascar, 
les affaires civiles ont été séparées h la fin de ISQTdel'élsl-major et fonneoliiDe 
direction dépeodanl directeiiieot du Uouveraeur général). 
HH. Ifalller du Coudray, jjjj!, %), commissttire-adjoiat des colonies H. C, 
direrUur. 
Veut, U> admioistrtteur de 1" classe, xdjoint au directeur. 
Deltail, commis de résidence, secrétaire du directeur. 



Administration générale 
H. Hesling, administrateur-adjoint de I" classe, cKef. 
Affaires civiles et politiques en territoire ci-j MU. 
vil. — Budget. -Servicejudiciaire. — Service pùnt-L Carde, commis de résideoce 
lentiaire. — Postes et télégraphes. — Milices. —1 de 4" classe. 

Travaux publics. — BAtiments civils. — Secréta-j Piélat, commis de résideDcc 
riat du conseil d'administration et du conseil dur de 3* classe. 
coDteatieui. \ 



V BVBEAV 

Personnel 

M. Xjagrlffotil, administrateur^d joint de 1'* classe, chef. 

Personnel des services civils. — Naluralisa-f HH. 

tion, li'Kalisation. — Etal civil. — Administration! Laimié, commis de résideace 

des non-disponibles (recrittement). — Archives.) de 3' classe. 

— Bulletin administratif ofOciel de la colonie. ( Janbert, commis auxiliaire. 



Commerce et colonisation 
H. Ouyon, administrateur-adjoint de I" classe, ckff. 

Commerce, industrie et colonisation. - dJ ^'*°^^'a'^^^"}'^^'"^*'^- 
maiaes. - Service topographimic. - Agriculture.» nûaiwliriL comiiris de «i«i 
-Forêts. -Coocessfons. - dines. -Chambres dS^d^lClasse 

conauIUUves. —Impats. —Douanes. — Naviga-l-^^n^ -™™i. jâ _a - 

lis.'-'Sisœ'r"""""- - '•"'" "^^ sS'deTXi ^ 

»». - JumeDiene. MirUn, commis dis riûdeace 



— 117 — 
. 4* BmEAV 

Comptabilité 
M. te'mrT', garde de 1" classe d'artillerie de marioe H. C, chef. 



; MM. 



Ordona&DcemeDt et mandatements des d^- 



Liquidation des dépenses du personnel. 
Solde. 



Tenue des contrdles. 



UoavemeDts de trésorerie. - Délégations. 



RéguUrisatînn des dépenses faites en France 
pour le compte du sernce local. 



CluuBpon. adœiniatnlear-ad- 

joiDt de 2* classe. 
Reymoiid, commis de résidence 

de 1 " classe. 
Thlbera, commis de résidence 
de i" classe. 
, commi 
classe. 
~ commis de résidence 
de 3* classe. 
Dennemont, commis de rési- 
dence de 3* classe. 
Oognao, commis de résidence 

de 3* classe. 
Lnoien, commis 
de 3* classe. 
is, c 
\ Woyl. . 



»• BDBEAV 

Affaires indigènes 
U. Xj«omze, ^, administrateur-adjoint de 1" classe, chef. 

Affaires iadigèoes. — Affaires civiles et poli-f „ î*^', ._. ... . 

~ -,■ .... .„ "^ LBaytoand, admmiatrateur-ad- 

tiqnm en lerntoire militaire. ) 'ioiol de i" classe. 

„ . . „ 1, ™ j .. lAlglaTO, ■ adminititraleur sta- 

Enseignement. — Cnlles. - Traductions. - f gi&ire, 

Yaovao. \ Baron, commis auiiliaire. 

H. Basaajy, #, gouverneur principal de l'Imerina. 



îdby Google 



, DIRECTION 

Dr 

CONTROLE FINANCIER 



L'n ttécret du 7 août 1896 crée ù M.iditgasuar une direction du contrôle 
finaOGier^ placi'^ sous les ordres immédiats du Gouverneur Général. 

Le directeur du contrôle tinancier est nommé par décret sur la proDOsition 
du Uinistro-4cs Colonies. It est membre du conseil d'administration où il prend 
rang Immédiatement après le secréiairc général. 

11 est chargé do la surveillance des services financiers. En ce qui concerne 
le trésorier- payeur, sa surveillance ne s'exerce que snr les opérations de compta- 
bilité du service local. 

Il suit la complabilité des dépenses engagées et celle des ordonnateurs. 

11 reçoit mensuellement de tous les ordonnateurs un double des bordereaux 
d'émission de; mandata, et, de tous les comptables de Madagascar et Dépendan- 
ces, la situation détaillée des receltes et des dépenses cflectuécs. Il peut, en 
outre, requérir des administrations civiles, militaires et financières toutes com- 
munications et y eflectuer toutes recherches nécessaires à l'exercice de son 
"contrôle. 

Tous les projets d'arrClés ou de décisions émanant des divers services de 
Madagascar et Dépendances et intéressant, en re^etles ou en dépenses, les 
finances de la colonie, sont, avant d'être soumis à la signature du Gouvernonr 
Général, présantës h l'examen du directeur du contrôle et visés par tiiî. 



I>BI*S0 3Sr3SrBX. 



De ÔuIh, sous-chef de bureau de t" classe. 
Brondean, commis principal. 
CoUard, conlmis de 1" classe. 
Astor Charles, commis de 2* classe. 



HM. Capurro, sous-chef de bureau de 3' classe. 

Bertin, commis de 1" classe du commissariat colonial H. C, chargé ( 

fonctions de sous-chef de bureau de 2' classe. 
W&rinuum, commis principal. 



îdby Google 



SERVICE JUDICIAIRE 



Le aervice de la justice est assuré à Madagascar par une Caur d'appel, Aeax 
tribunaux de première instance et <juatre justices de pais h compéteace étendue. 
Outre ces juridictions, il exisip au siège de chaque province ou cercle, conromé- 
meot aux décrets en' vigueur ei en vertu d prretés spéciaux du Gouverneur 
Général, un tribunal de paix qui a la compétence correctionnelle des tribunaux 
de première instance et une compétence civile pUm élnndue que celle des justices 
de paix métropolitaines. Le service criminel est assuré par des cours criminelles 
instituées» Tsnanarive,Tamal&ve, HajungaclOié^o-Suarez, et le cas échéant, par 
des cours criminelles spéciales instituées par le Gouverneur Général dans d'autres 
localités, pour connaître decrimescommis par dcsindigënes contre desËuropéens. 
La justice civile indigène est rendue par des tribunaux de deux degrés. Ceux 
du degn: supérieur, qui siègent au chcr-Heu de chaque province ou cercle, sont 
toujours mixtes; ils jugent les affiiires sous le contrClë de la Cour d'appel. 

La justice criminelle indigène est rendue par des tribunaux mixtes siégeant 
au cbef-lieu de chacune province ou cercle et par des juridictions fonctionnant 
dans chaque subdivision de province ou de cercle, ces dernières ne connaissant 
que des petites inrractioos. Le^s administrateurs et commandants de cercle qui 

Î résident des tribunaux mixtes peuvent tenir des audiences foraines dans l'éten- 
De de leur circonscripUon. 

Indépendamment de leurs autres attributions, les juges présidents des tribu- 
naux de première instance, les juges de paix k compétence étendue, les adminis* 
trateurs et commandants de cercle investis des fonctions judiciaires remplissent 
la mission des juges de paix cl font les actes tutéluires k enx attribués par la loi 
française, par exemple les avis de parents, les actes de notoriété, les appositions 
et levées de scellés, etc. 

La Cour d'appel tient ses audiences au palais de justice de Tananarive les 
mercredi, jeudi et samedi; les tribunaux, les lundi et mardi, sous réserve des 
modiâcations apportées au service des audiences. 



I>BK.S01TlSrE3L, 



mi. XnibrAïUl, #, procureur général, chef du service judiciaire (en congé}. 
Dnoheme, Û procureur ëènéral, chef du service judiciaire (P. !.)■ 
Tooisaint, substitut du procureur général (P. L). 

C««r d'appel 

HM. Sourd, président de la cour d'appel (en congé). 
Oahono, président de la cour d^appel (P. I.). 
Oamon, conseiller. 
Bran, conseiller (P. L). 
Laftm, greffier-notaire. 



îdby Google 



« d'Argenoé, présideat (en congé 
„■, président (P. t.). 
procureur de la république (P. !.)■ 



HH. LefabVM d'Argenoé, présideat (en congé). 
HaéUng, préâideut(P. t.' 
LooBS, procureur i' 
Harmler, greffier. 



Trlfcanal de 1" !■•*«■•« de Taauiteve 
HH. Haaseneal, présideat au tribunal. 

HelTiUe-Benry, procureur de la république. 
Ooloims, juge suppléant. 
an«7ton, greffier-notaire. 

J«*<lee de pals à ««BipéteBce éteadHC de MaJvHsa 

HH. N....,juge. 

Ptmd, juge (P. 1.). 
Laobenal, juge snppléaol. 
FonrnUl, greffier-notaire. 

JfMtlee de paix à eempétcncc éteMdne de Bléc«4vares 

HH. Tbérr, juge. 

Conlet, greffier- notaire. 

jMstlce de paix A eempétenee éteadve de IVeaaUBé 

HH. HorriUe, juge. 

Biondel, greffier-notaire. 

Jaatlcc de paix à «•napélvaee éte»d«e de fta«ara»toMt 

HH. N...,jage. 

Forder, gremer. 

Aveeato^éfenaears 

HH. Ifouveau, Tananarive. 

Richard, #, id. doyen. 

RumMta, id. 
Gonataiu, id. 
BoDioh, Taciatave. 
Gssparin, id. 
Cavet, HajuDÇa. 
Fréiunid, id. 
iMtgvy, id. 
CUmwit, Nossi-Bé. 



i, Tananarive. 
■Ures, Hajunffa. 
BaUnconrt, Diégo-Suarez. 

Hadaslers 

HH. Bsoliot, Tananarive. 
N..., Tamatave. 
Horise. id. (P. ].). 
Staklin. Uaiiinga. 

Oaset dn Outeller, Diégo-Suarex. . 
»_i 1^ Noasi-Bé. 



îdby Google 



TRÉSOREËIE 



Lk trésorerie de HadaKascar, dirigée par ud trésorier-payeur soamis k 
l'aotorilé do Ulnistre des iJolonies et justiciable de la Cour des comptes, eOec- 
toe toutes les opérations cOQceraant les services financiers métropolilaiDH. Elle 
esteu te le service des articles d'argent daos les conditions déterminées par le 
décret du 26 juin 18~8. Le trésorier-payeur est préposé de la caisse des dépOls et 
coDsignations et trésorier des invalides de la marine. Il est chargé, eo outre, de 
)« gestion des recelles et des dépeases du service local de la colonie. Le service 
est assuré sons ses ordres et sous sa responsabilité p^r des agents de la tréso- 
rerie coloniale oo de formation locale qui peuvent remplir les Tonctions de 
RCGveurs niunici(>aux sur les demundes des municipalilés. 

Les receveurs des postes de la colonie délivrent sans frais des mandats 
[toslaui intérieurs aux officiers et fonctionnaires; ces mandats sont établis au 
nom do trésorier-payeur ou des payeurs des places. 

A la réception des mandats accompagnés de la demande des intéressés visée 
du chef direct, le trésorier-payeur ou te paveur de la place délivre en échange 
des mandats sur le trésor ou des traites qu il fait parvenir à la partie versante. 
Les mandats délivrés gratuitement sur le trésor ne doivent pas dépasser le tiers 
des émoluments des preneurs. 

Le trésorier-payeur elles payeurs des plKes de Madagascar et Dépendances 
délivrent des traites à 20 jours de vue surle trésor public à Paris, moyennant 
un droit de fr. 50 pour lOv fraaot. Ce droit o'eiiste plus pour le moment, et 
les traites sont délivrées au pair (20 juilli't 1898). Les traites sont de: 100 fr., 
SOO fr., 500 fr.. 1.000 fr., 5.000 fr., 10.000 fr. et 20.000 fr. ; elles sont négociables et 
peuvent être passées à l'ordre de tiers, suit dans la colonie, en France ou même 
dans les pays étrangers. Le premier endos du trésorier- payeur ou des payeurs ■ 
à l'ordre de la partie versante est un exemple de la forme dans laquelle les 
traites se pasMot à l'ordre. Les trésorieré-psyeurs géuéraui ne sont tenus de 
payer les mandats sur le trésor, sauf ceux émis par le; services publics, qu'après 
réception de l'avis de confirmation des dits mandats. Les personnes qui pren- 
nent, dans uoe colonie, des mandats sur le trésor, payables oans une autre colo- 
nie, s'exposent donc b un long retard dans le paiement de ces mandats, les avis 
de eonflrmation étant envoyés de Madagascar a Paris, pour être renvoyés dans 
les colonies par le Ministre des Finances. 

L'emploi des monnaies divisionnaires nationales d'argent et de bronze dans 
les paiements est admis dans les conditions suivantes : 

Entre particuliers, les pièces divisionnaires d'argent de 2 fr., 1 fr., 
flr. 50 et fr. 30 ne peuvent entrer dans chaque paiement pour une valeur 
supérieure k 50 franco, à moins que le créancier qui reçoit le paiement ne 
consente k eo accepter pour une somme plus élevée. Le» caisses publiques ne 
peuvent donner plus de 50 francs de cette monnaie dans les paiements qu'elles 
font; mais elles sont tenues d'accepter toutes les monnaies divisionnaires 
nationales qui leur soat versées. Les monnaies de bronze sont légalement 
admises comme appoint de la pièce de 5 francs et peuvent figurer dans un 
paiement jusqu'à concurrence de 4 fr. 99. 

Le service de la trésorerie délivre et paie les mandats-poste métropolitains. 
Ces mandats peuvent être délivrés sur la France, la Corse, l'Algérie, b Tuoiale, 
les colonies françaises et les bureaux français à l'étraDgar al évenluellameat les 



— i-H - 

corps d'occupalioQ on armées en campagoe pourvus d'uu service de trésorerie 
(exueplé Madagascar et Dépendances pour tesquellcs il exiitte des mandats 
intérieurs émis et payés par les bureaux de poste de la colonie). Le montant 
, maximum des mandats est de 500 francs, et il ne peut être délivré au mftme 
expéditeur pour le même destinataire une somme de mandats supérieure à 
500 francs aans le courant de la même journée. Le minimum de droit de I */a 
à percevoir est de l'r. 25; une taxe additionnelle basée sur le change peut être 
établie par le Gouverneur, ai les circonstances l'exigent. Les bons de poste créés 
par la loi du 29 juin 1SS2, adressés aux militaires, marias ou assimilés sont 
payables dans la colonie ; cette disposition a été étendue aux mandats interna- 
tionaux, métropolitains ou étrangère, mais ceux adressés ht des particuliers ne 
peuvent leur être payés. 

Les règles générales du droit commun sont applicables aux paiements 
effectués par le service du trésor; il s'ensuit que les bénéficiaires, s'ils ne touchent 
pas eux-mêmes les sommes qui peuvent leur être dues par l'état ou la colonie, 
sont tenus de remettre k leur représentant une procuration régulière sous seing- 
privé dont la signature soit légdlisêe ; celte procuration doit mentionner que Te 
tonde dp. pouvoirs .-i qualité pnnr toucher, recevoir et donner bonne et valable 

auittancc. La remise d'une procuraiion au trésor n'exclut point la productioD 
e la même pièce, pour Jes sommes b loucher de la caisse dos rl^pOts et consi- 
gnations; les procurations destinées à la dite caisse, outre les iadii;alioiis 
contenues dans la procuration ordinaire, doivent porter la mention : et nolujn- 
menl de la cause des dépôts et comi^itatioiu. Les actes de société jloivent aussi 
être produits au trésor pour les paiements qu'il peut avoir à elfectner bdes 
compagnies ou à des sociétés. Cette production est indépendante de celte i 
fournir k la caisse des dépôts, comme il est dit au sujet des procurations. En 
cas de décès d'un créancier de l'Etat, ses héritiers doivent fournir les litres et 
pièces justifiant de leurs droits et qualités. 



ï> B K, S O ITITEXj 



BUREAU CENTRAL A TANANARIVE 

KM. De Cuatlne, $;, trésorier-payeur. 

Simonâftnt, payeur particulier, bhef de comptabilité. 
Soadiet . 



Placnol (en congé).. 

Legcôidre 

Ciuit«l 1 

Bérard i 

Rou^, préposé du cadre local. 



commis de trésorerie. 



TAMATAVE 

HU. Bon^e_l^ payeura-adjoint. 

"! commis de trésorerie. 



Lapeyre, {en congé) . . 



HH. Delom, payeur-adjoint. 

DMpeot, commis de tréBorerio. 



MAJUNflA 



îdby Google 



ratT-DAUPHIN 

M. Commençais %, payeur-adjoint. 



DfEOO-SUARIZ 

H. Lasiair», payear-a^joiat. 



mssi-BÉ 

U. Tonoai, payeur-adjoint. 



nUAMHTIOA 

H. Angnet, payeur adjoint. 



EHipleyés em «•■(é 



Digmzetiby Google 



DIRECTION 

DES 

TravaBi pablics et des Bitiments eirils 



Par arrêté en date du 27 Juia 1898. la direciioa des travaux pobliCB, qui 
avait été provisoirement supprimée et divisée en plusieurs service* di-tlincts, a 
été rétablie sous l'autorité au directeur du génie, qui a le titre de directeur du 
géuie et des travaux publics. 

Cette direction s'ùtend sur les ponts et nhaussées, les b&timeots civils, les 
mines, rét:ote professionnelle, le&<;nemins de fer, et d'une manière générale, sur 
les éludes, le cobtrOtc et l'exéculioo de tous les travaux publics d'intérêt général. 

Toutefois, les agents détachés dans les provinces sunt k la disposition des 
administrateurs locaux, mais ils relèvent tous du directeur en ce qui concerne 
les travaux d'intérêt général. Tous Ips projets de travaux sont soumis au direc- 
teur, même ceux concernant la voirie urbaine en territoire communal, pour 
l'exécution desquels le concours (inancierdu budget local sera demandé et tous 
ceux concernant la voirie urbaine en territoire non communal. 



i»erso3;titbxj 



mVAlJX PUBUCS 



DIRECTION 
. Roques, 0. #, lieutenant-colonel du génie, directeur du génie et des 
travaux publics. 
Jollf Antony, ingénieur colonial de fêlasse, adjoint au directeur, détaché 
au service de l'Exposition de 1900. 



TANANAIUVE 

. (Hrardot, conducteur principal de 1" classe, chargé du service. 
Paloone^ conducteur principal de 1*^ classe (en congé de convalescence). 
Tri^aloi^ conducteur principal del"classe, détaché au tservicri des études. 
Pioaud, conducteur de 2* classe, détaché ii la voirie de Tanasarive. 
Riobet. conducteur de 2* classe. 

Tidmaa, conducteur de 3< classe, délacbé à la Handrska. 
Zuutetti, conducteur de 4* classe, détaché à la Mandrikm. 
Kleia, commis de 1" classe. 



îcbyGoOgIC 



- ISB - 

m. Anteehand, commis de 2* classe. 
PUg&y, commis de 2* classe. 
Kicolu, commis de 2* classe. 
Bernard, contre-mattre charron. 
Boordel, contre-maître appareil leur. 
Ju, contre-maître briquetier. 



un . Mareoil, conducteur de 3* classe. 
Oarnier, commis de 3* classe. 
t^mftzeTolle, commis de 3* classe (en congé!. 
VUlenenve, commis de 4* classe. 



PONTS ET CHAVSSfiGS 



TAMATAVE 

. (Ml, capitaine du génie, chef du service dès ponts et chaussées. 
Jean, commis de 8* classe. 
Andel, conducteur de 3* classe. 
CU-rerle, commis de 3* classe. 
Dnpny. commis de 4* classe. 
llBMeliji, commis de 4* classe. 
P<m«, surveillant 



UTHENTSCimS ET VOIME 

TAMATAVE 

. Pain, conducteur principal de r* classe. 
HorLo, conducteur de 3* classe. 

Clabé, commis de 3* classe, [en congé de convalescence}. 
Chat^inlet, commis de 4* classe. 
Bonrler, contre- maître menuisier. 



ANDCVIRAini 

H. Oordoiml^, conducteur de 3* classe. 



S ingénieur colonial, chargé du service. 
Leolair, conducteur de J" classe. 
Aodinssn, conducteur de 4* classe. 
Bonmel, commis de i" classe. 
Bénrd, commis de 3* classe [en congéj. 
Oomlnst, commis de 4* classe. 
Xavier, desdnateur. 

ip, contre-maître. 



byGoogIc 



nANARANTSOA 

HU- Cnmzet, cooducteur de 2* classe [en congé àe c 
Bemii, conducteur de 4* clHEsë, 



TUliAR 

commis auxiliaire. 



mvt ttmsmmu 



La vitalilé de TEcole professionnelle s'est affirmée pendant l'année I89B. 
Deui cent trente élèves ont reçu l'instruction technique dans ses différents 
ateliers. 

Les cours théoriques ont été simplifiés de façon à laisser une plus grande 
part RU travail manuel. 

Un atelier a été sup{>rimé, celui de la typographie ; il est remplacé par un 
cours de dessin indusiriel permanent dans lequel tes élèvei^ viennent succes- 
sivement prendre les différentes notions nécessaires pour traduire, en dessins 
de construction les objets qu'ils auront b exécnter plus tard. 

L'aptitude des iodlKènes s'est particulièrement révélée pour la menaîseric, 
la poterie, 1b forge et le lissage. Les travaux de recherches ont poKé sur la 
sériciculture, la production de l'indigo, lesécorces et les procédés de tannerie, et 
les différentes terres de poterie. 



Pour la soie, les essais ont démontré que les procédés de sélection pou- 
ient être appliqués avec succès dans la colonie, et ont fait prévoir la possibi' 
lité de la culture de l'araignée séricigèno de Madagascar. Les variétés d'indigo 



obtenues par l'é'colc ont |jrovoi^ué an service de 1 agriculture Is création d'u 
champ d'expériences spécial qui permettra, b la prochaine saison, de se rendre 
compte des procédés de culture susceptibles d'augmenter la matière tinctoriale 
dans la plante. Les essais de tannage k l'éeorcc de pécher ont donné de bons 
résultats qui pourront être utilisés par les colons désireux de se livrer au com- 
merce des peaux; enfin, les différentes terres t^ui ont été employées à l'atelier de 
poterie ont nettement montré que les alluvions de transport les plus Bnes 
pouvaient toutes éire employées pour la poterie. 

On en trouve dans presque toutes les riitëres, où elles prennent une qua- 
lité spéciale, quand elles ont subi une fermentation do quelques mois. 

L'Ecole professionnelle est régie par l'arrêté 224, du 17 décembre iSM, qui 

frescrit sa création et en fixe l'organisation ; l'arrêté 1.296, du 30 décembre 
697, qui la nlacesons la direction de l'architecte, chef du service des bitiments 
civils et modifie les conditions d'admission h l'école ; enfin par l'arrêté du t2 
août 1BS8, qui rattache l'institution ii la direction des travaux publics et lui 
crée un sous^i recteur. 



HH. Boqnea, lieutenant-colonel, directeur du génie et des travaux publics, 
directeur. 
NognA, sous-directeur. 
Jacques, adjffint du génie, faisant fonctions d'économe. 



.. ..Coogic 



— a- — 

Personnel Enseignant 
HH. Pnidhomme, chef du serx'ice de l'agricnlture. — CuUure. 

Df VDlette» médecin-major de 2* classe. — Hygiène et tciences naturrIUs 

ilimentairet. 
Oirardot, conducteur principal de I" classe. — Comptabilité. 
Riolittt, conducteur de 2* classe. — Mathémalù/uet. 
Haigvet, secrétaire compUble de l'Ecole. ~ Français. 
Lavargne, chef d'atelier. — Alelier de menuiserie. 
SonbiroiUf contre-mal Ire. — Atelier de forge. 
Bigot, contre-maître. — Atelier (Tajuslage. 
Vacher, contre-maltrc. — Atelier de titiage (soie). 
Oesbert, coatre-maltrc. — Atelier de iiuage (coton}. 
Bertaud, contre- maître. — Atelier de tannerie. 
Uerriel, contre-maître. — Atelier de corroierk. 
Oral, contre-mal Ire. — Atelier de poterie. 
OcospeTTÏn, contre-maître. — Atelier d'horlogerie. 
BatsfmbasKty. ancien élève de l'école dei arts cl métiers d'Aix. — Élé- 
ment â de geoloffie. 
Bandria, ancien élève de l'école des arts et métiers d'Aix, c on ti-e- maître. — 
Atelier d« ferblanterie-fonderie. 



îdby Google 



SERVICE DES MlfîES 



civils, k la Aq de l'annËe 189S ; il a été nltaché à U direction des traTsui publics 
le 6 mai 1806. 

Devenu iodépeodant à la dislocation de celte direction, !« B mars 1B97, il a 
de Douveai' été rattaché & la direction du génie et des travaux publics, le 1" 
juin 1868. 

Il était tout d'abord constitué par un seul bureau k Tananarive ; puis, par 
stiitc de l'importance au point de vue minier qu'a prise le Betsiléo, un deuxième 
bureau a été créé à FJanarsntsoa ; de même seront créés successivement d'autres 
bureaux dans les régions où les recherches ou exploitations minières auront pris 
de l'extension. 

La recherche et l'exploitation des mines h Madagascar sont régies par deux 
décrets; l'un, du 17juiltel 1896, se rapporte aux mines d'-or, de métaux précieux 
et de pierres précieuses; l'autre, du 20 juillet 1807, se rapporte aux autres 
mines. 

Une décision du Gouverneur Général, prise i la date du 3 mai 1897, et deux 
arrêtés, du 9 février 1898 et du 25 mars 1696, régissent les conditions de drcu- 
Istion et de sortie de l'or. 

Le service des mines doit, tout en veillant & l'exécntion des prescriptions 
des lois minières, garantir k ceux qui s'y conforment les droits qu'ils ont acquis 
et faciliter la tache des explorateurs et des exploitants, en leur foumissanl 
toutes les indications nécessaires. 

Le liureau central des mines k Tanananve examine, au point de vue de 
l'exécution des prescriptions des lois, les demandes ou déclarations qui lui 
parviennent directement ou qui lui sont transmises, soit par le bureau de Fia- 
n&rantsoa, soit par les administrateurs chefs de province. 

Les droits acquis par les personnes qui se sont livrées b des opérations 
minières, conformément aux lois, leur sont garantis par des titres délivrés par 
le Gouverneur Général %ar la proposition du service des mines et, dans certains 
ca^ iiar le chef d« ce service. 

Les actes du service des mines intéressant le public sont însérét au 
Journal Officiel de la colonie ; tels sont les désignations de périmètres ouverts 
h l'exploilation publique, les avis de demandes ou de délivrance de concessions. 

Outre lous les renseignements que Ton peut trouver centralisés au 
bureau de Tananarive, chaque centre adminisiratif possède et peut donner aux 
explorateurs des renseignements généraux et des indications spéciales sar la 
région dont une carte, tenue & jour, indique la situation au point de vue minier. 



I>BItSOa^TITBL 



SERVICE CENTRAL A TANANARIVE 

. ICoimeyres, capitaine du génie, chef du service. 
Breton, contrôleur de 1" classe, adjoint au chef du service. 
Clubert, contrôleur de 2< classe. 



BUREAU DE HANARAITTSU 

contrAlear principal de r* classe. 



■,:cc.;,C00gIe 



SERVICE DE L'ENSEIGNEMENT 



Ces (ternifercs ftppartîenneat h plusieare mis&ionB, les unes françaises : 
miuioa catholiqne, missioD prolestaDte ; les autres étrangères : mission anglaise, 
miuioD norwégicnne, mission lultiéripnne américaÎDC. L'enseignement du 
françaises! obligatoire dans ces écoles depuis la circulaire 621, du 11 novembre 
IftW. Elles sont 1res nombreuses, surtout en Imerina et dans la province du 
Belsiléo. 

Quant k l'enseignement officiel, bien qu'insLilué depuis moins de deux ans 
(arrêté du 13 février 1897), il a pris à Madagascar un développement considt^rable. 
Les écnles officielles sont au nombre de 250 envirnri, et. pour répondra- aux 
désirs des populations, on en crée tous les jours de nouvelles. C'est surtout en 
Inierina que ces écoles se sont multipliées; le cercle de Tsiafahj et le cercle 
d'Ankazobé en comptent chacun une cinquantaine ; il vient d'en être créé 
vingt dans le cercle d'Arivonimamo. 

11 importait en effet de multiplier rapidement dans cette région centrale 
les écoles ofBcielles pour gagner h notre influence la population hova et la 
Taire contribuer au développement économique de la colonie. 

Les instituteurs sont, pour la plupart, d tincîcns élèves de l'école normale 
Le Uyre de Vilers; mais un certain numbre d'entre eux, qui ne sortent pas de 
celle école, ont été nommés k titre provisoire par les administra'curs locaux. 
L'autorité militaire a également mis à la disposition lia service de l'enseigne- 
ment uD certain nombre de soldats. 11 y en a trois à Tansnarive, à l'école Le 
llyre de Vilers ; dans l'imerina, ils sont une trentaine. Dans le secteur de Vohi- 
lena, notamment, il n'y a que des écoles dirigées par des militaires. Ces soldats 
aont les seuls instituteurs métropolitains que le service de l'enseignement ait 
dans les cercles. La plupart d'entre eux ne reçoivent aucune rétribution; tous 
Tont preuve de b^ucoup de bonne volonté et apportent dans l'exercice de leurs 
fODCtiODs un esprit d'initiative et de décision dont on ne saurait trop les louer; 
la plupart obtiennent des résultats notables. 

Il est clair que dans toutes ces écoles, on ne peut employer ni les mêmes 

[i:-oc^ésni les mêmes livres qu'en France. Il s agit en eftet d'apprendre la 
angue française à des enfants dont le français n'est par la langue maternelle. 
La méthode employée ici a déjà fait ses preuves en Basse-Bretagne et en Tunisie. 
Bile se propose d'enseigner le français par le français lui-même et non par 
traduction, comme on étudie le latin, et le grec dans les Ivcées et collèges. 
Pendant ta première année de scolarité, les ensuis apprennenf à lire et à écrire, 
en français et en malgache ; mais en même temps, grAcc aux leçons, dites do 
langage, ils apprennent k parler le français et a le comprendre quand on le 

Sarle. A la fin de cette première année, ils possèdent wn vocabulaire ile plus 
t cinq cents mots el savent exprimer en français la plupart de^ actions qu'ils fpnt 
nn ^ieut faire. Pendant la seconde année, les exercices de langage restent la 
base de l'enseignement du français, mais déjà on y joint des exercices de traduc- 
tion qui ont pour but l'étude parallèle des deux langues : la langue française 
et la langue malgache. Un bulletin menetuel de l'enseignemenl, l'acole. Franco- 
MatgacKe, donne aux instituteurs officiels les programmes qu'ils doivent 
suivre ainsi qne des directions pédagogiques. Tn récent arrêté {12 mai IBOT) a 



t.zcc ..Google 



— 130 — 

firescrit aux instituteiirs indigènes le port de l'uniforme. Celte mesure coa- 
ribue à faire comprendre aux populations l'importaace que qoub allachons ï 
reaseisoement de la jeunesse ; de plus, elle rebausee le prestige de l'iostitutear 
et rend visibles les liens qui le rattachent au gouveruemenl. Enfin un inspec- 
teur primaire a été adjoint an directeur de l'enseignement et cbsrgè ds l'orsa- 
nigatioD et de la surveillance des écoles olflcielles de l'Imerina et des cercle» 
limitrophes. L'Ecole Le Myre de Vilers, qui pourvoit au recrutement des ins- 
tituteurs officiels, sera bientôt aidée dans sa l&cbe par les écoles normale de 
FianarBDtsoa et de Tamatave- Il a été obtenu des résultats fort appréciables dans 
l'enseignement du français. Le con<^onrs qui a eu lieu k Hanjakandriana entre 
les écoles orHciclles du cercle de Tsiafaby a montré que les élèves de ces écoles, 
ouvertes depuis moins d'un an, avaient déjà une connaifisance satisfaisante de 
notre langue. 



Ecoii mmuLi "iK im m vuers" 



L'école Le Uyre de Vilen comptait, au 1" novembre 189S, 39S élèves dans 
la section des instituteurs et 84 suivant les conrï de droit ; ces derniers soot 
destinés à remplir dans l'administration locale les fonctions de goiiveraenre, 
d'interprètes ou de comptables. A la même date, 81 de ses anciens élèves poar 
la première section et 40 pour la deuxième étaient en fonctions. 

Beonttement. — Béglme de l'Ecole, etc. — Tous les adultes qui ont acquis 
une instruction buffisanle, mais sans avoir appris le français, sont admiB 4 
l'école 1 d'autres au contraire, qui ont commence leurs études de français dans 
les autres écoles et çui désirent avoir accès aux fonctions gouvernementales, 
viennent se faire inscrire comme élèves-maUres, élèves- interprètes, élèves- 
gouverneurs. L'école est un externat ; cependant, depuis qu'elle reçoit des jeuoes 
gens de tous les points de l'Ile, lex élèves qui n'ont pas de parents à Tananarive 
sont autorisés à loger dans une maison mise & leur disposition par le service 
des domaines. 

Ceux dont la pauvreté est notoire, mais qui font preuve de bonne volonté, 
de travail et d'intelligence, reçoivent une subvention. 

Tout élève qui fréquente Técole Le Myre de Vîlers est, dès son inscrip- 
tion sur les registres, exempt de prestations, d'impôts et de service militaire ; en 
retour il signe l'engacement de servir dix ans dans l'administralion. S'il rompt 
cet engagement, il devipnt redevable des prestations et impôts arriérés, des 
sommes dont il a été gratifié, et est mis & la disposition do l'autorité militaire. 

Programme des Atadea. — L'école normale Le Hyre de'Vilers comprend 
les quatre sections suivantes : 

1* instituteurs, 2* gouverneurs, 3* interprèles, 4° comptables. Les élèves 
des différenles sections sont répartis dans quatre divisions suivant leur force 
en français; ils passent six mois dans chaque division et n'Antrent dans la 
division supérieure qu'après avoir satisfait à un eiamen de passage. 

Les matières enseignées k l'école comprennent : 

L'écriture, la langue française, les mathématiques élémentaires, rhisloire, 
la géographie, le droil, la musique, le dessin, la pédagogie, les sciences 
physiques et naturelles et la comptabilité. L'étude dn français tient naturelle- 
ment la place la plus importante dans le profçramme, car dans les diverses 
matières enseignées, on cherche surtout h enrichir le vocabulaire de l'élève 
plutôt qu'à lui inculquer des connaissances très étendues. Un cours de comp- 
tabilité commerciale vient d'être créé pour les jeunes gens qui préfèrent le 
eommerce b l'administration ; elle leur ouvrira un débouché d'autant plus graDd 
que le nombre des maisons de commerce ne cesse de s'accrottre dans l'Ile. 

t'ne section préparatoire & l'école professionnelle va incessamment s'onvrir- 



— 131 - 

Des coure de droit admiiiislratif sont profewés dans le bul de faire cod- 
nallre aux futurs gouverneurs et interprètes les termes juridiques employés 
dus DOlre IsQgue et la partie de notre juridiction élémentaire qui peut être 
appliquée sui indigènes. 

EoSo, des conférences hebdomadaires et pnbliques sont failes dans l'ain- 
pbilhétlre par des professeurs, fonctioaDaires ou colons qui ont biea voulu 
prêter leur concours compétent. 

Matée. ~ LiAboTmtoire. — Bibliothèque. — L'école a été pourvne d'an 
laboratoire. 11 ne comprend que des appareils simples ainsi que les produits 
iadispeaubics aux manipulations élémentaires. Elle possède en outre no 
embryon de musée qui s'aiigmenle peu à peu tous les jours. Une bibliotbè|ue, 
contenant des ouvrages élémentaires de français, est mise k la disposition des 
élèves. 

Bonnes de B^onr en France. — Des bourses de séjour en France ont été 
créées en faveur des anciens élèves de l'école normale Le Hjrre de Vilers qui 
moalrent des dispositions spéciales. Trois élèves ont été proposés pour l'Ecole 
coloniale. 



l'Eus 03>T3SrEI 31. 



HV. Oaathler, cbef du service de renseignement. 
Desohamps, inspecteur primaire. 



ECOLE NORMALE LE MTRE DE VILERS 

Directeur: U. LaTOtpUre. 
PROFESSEURS 
Fronçait : HH. Fft^et, Bigsnd, Anbony, BakotosuTo. 

Maihèmaliquei : H. Bigaod. 

Droit doit : H. Oahnsao, conseiller à la Cour. 

Droii adminittratif : M. Heslin^, administrateur-adjoint. 

Droit commercial: H. Dncbesne, procureur général p. i. 

Droit malgache: U. le D' Laoase, ciief du bureau des affaires indigènes. 

Pédoùooie : H. Deaohaupa, inspecteur de l'enseignement. 

Psychologie, hygiène : U. Laroipière. 

Deuin d'architecture : H. Oroléas, arcbitecle. 

Bittoire et géographie : M. Pajet. 

Com^ttbiUté commerciale: H. Olrardot, conducteur des Ponts et chaussées. 

Sciences physiguea et naturelles: H. Aobony. 

Chant : M. Rakoto. 

Profeueurt-interpriles : H. KauflharisaoïiA, Rabar^aona. 



ECOLE DEIËDECINE 

Une école de médecine a été inslituéc à Tananarive par arrêté en date du 41 
décembre I81W. 

Elle a pour but de former des raé<lccins et des sage a- femmes indigènes. Le 
directeur el le professeurs de l'énole sont désignés par le Gouverneur Géuérol- 
Les élèves se recnilenl parmi les Malgaches iges de 16 ans au moins el de 2S ans 



- 194- 

Mais les surUxes d'entrepOt et d'origine ne sont pcrçu«& en aucun cas. 

Les produits exportes de France h la déclisrge des comptes d'admission 
temporaire sont soumis, à leur arrivée dans la colonie, aux droits afférents anx 
matières premières étrangères qui les composent. Les passavants délivrés par 
les douanes métropolitaines conlienoent les indications nécessaires b celte per- 
ceplioa. 

Pour les produits étrangers expédiés des douanes de ta Métropole à la sor- 
tie d'entrepAt ou de transit, In droit au bénéfice du tarif minimum est juslifié 
au moyen d'un double du permis de réexportation. 

Les denrées ou marchandises originaires des colonies françaises, soumises 
ou non au tarif métropoliuia, sont exemptes de droits de douane à l'entrée k 
Madagascar. Quant aux produits étrangers importés d'une autre colonie, ils sont 
assujettis, s'il y s lieu, au paiement de la différence du droit spécial à cettfl co- 
lonie (il ne s'a^t ici que du droit de douane proprement dit et non des droits 
détaxes municipales ou de consommation, qui atteignent même les produits 
français) et du droit applicable k ModagaNcar. 

L'admission en franchis» du droit de douane D'est acquise aux prodoits 
originaires de France ou d'une colonie française qu'autant : 

1* Qu'ils sont transportés en droiture ; 

2* Qu'ils sont l'objet de passavants délivrés par la douane française aux 
ports d'embarquement. 

Aucune marchandise française ou étrangère ne peut être importée directe- 
ment de l'extérieur que par les divers bureaux désignés ci-dessus; mais après 
avoir acquitté les droits de douane et de consommation, lorsqu'elles en sont 
passibles, elles peuvent être dirigées, sous passavant, vers les ports où existe un 
poste de douane. 

Taxes de consommation. — Un décret du 7 mars IBBT, inséré dans la 
partie relative aux actes offlciels, a fixé k Madagascar et k ses dépendances le 
tarif des taxes de consommation. 

Droit d'ootroi de mer. —Un droit d'octroi de mer de i "/, ad valorem sur 
les marchandises de toute provenance importées directement de l'extérieur et 
déclarées en douane pour la consommation, est établi à Madagascar et perçu 
dans les ports ouverts k l'importation directe, c'est-à-dire : Diégo-Suaréx, 
Vobémar, S"-Marie, Tamateve, Vatomandry, Uananjary, Fort-Dauphio, Tuléar, 
MajuDga, Nossi-Bé. 

Exportations. — Les produits naturels nu fabriqués de la colonie sont 
assujettis, à la sortie, quel que soit le pays de destiiation, aux droits fixés par 
l'arrêté du 10 septembre ISO'7. (Voir plus loin: actes administratifs en vigueur)- 



îdby Google 



Régime ofpUcabte aux produiU imporlét dei Coloniet, pouetiioni ftançaites 
et pay$ de protectorat de Vlndo-Chine. 



Prodaib 
d'stigloe 



Sdck*, mtUwe* non dNtia^ i l> dlitlUiUon. 

Sirop* El bonboni, blKnila illMéa 

CoiiâtiiK «I traits de loDie lorte eonfits «a tncrcl 



Droila du lirlt mélropo- 



} DroiW du Urif mMropo- 



(Utno biojé 

Cboc«UI 

C>ré en rtnei, on torrtflé 

Thé 

Poivre, piment, girofle. 



NoD apteméi oi-dei 
a poweittodi 



niuGadea. macli el Ttnille 
I origtatJret dei colouleil 



Ptodoin 
d'oijfiae 



Tivoirëté ntUontlliéi pu. 
Il dsi droiU du um dei EfempU 
aHéltopole | 

I aprèi T tToii tequltu d« 
Spéciales 



■jFiDt joui d« la tranchlie en) 
I Algérie on eu arrivani par inltel 
Id'enlrepAU o 



métropolilala 
DrolU du tarif mélropo- 



loUk 



pnAiblUoiu ou reilrictlani «labliu par le taril dei doaaDei. daai un Inlérït d'ordre 

ccmiéquetice de monopolei, wat appllcablea aux Importalloni des eolooiei 

"' — '*" qu'il l'agliie de prôdulta calonlaua, loit qu'il l'agltK de produlta 



„(l) Lm prodolla dei ealonlN et poiuailona francaiiei ne lODt admli an r^me ds faTcur 
qna la oondlUoD de 11m porta tiQn directe et aur la production dei luitificauoni dorigiae 
nglniratalrei. 



t.zcc ..Google 



— i3fi — 

T» Bït S o 2sr3sr EL 



DIRECTION 
MM. Huard* inspecieur, cbef du service. 
Courtois, chef de biire&u. 
Bordes, Burnuméraire. 
Mariage, contrôleur. 
Jégo, receveur principal. 

Cogrélt vérificateur rie 1" classe, raisant fonctions de sous-iaspecleur. 
Armanet, vériflcaleur de 2* classe. 
Honoré, id. 

De Oirv, vérilicateur de 3* classe. 
Chartrel, vé rifle a teiir^^dj oint. 
Ooatier, id. 

Dara>et, id. 

Tisuer, commis attaché b la direction. 
Lorenzoïii, vériticaleur-adjoiat de l"classe. 
Bloncant, vérificaleiir-adjoint de 2' classe. 



Oaohe, brigadic 


des douanes. 


Henrlot, 


id. 




id. 


Hesnier, 


id. ■ 


PeUtzeau. 


id. 


CaaanoTa, sous-brigadier. 


Nerfl, 


id. 


Hantouz, 


id. 


Cavaillé, préposé de 2' class 


Labat, 


id. 


Clausse, 


id. 


Oudard, 


id. 


Laine, 

Pératat, 


id. 
id. 


Bouchot, 


id. 


JuUerot, 


id. 


Thomaa, 


id. 




id. 


B^on, 


id. 
id. 


Forgue, 


id. 


Leg^llard, 


id. 


BermeillT, 


id. 


Carloîn, 


id. 


Parent, 


id. 


Deb-anobi, 


id. 


Volentin, prépos 


auxiliaire. 


^Vickers, 


id. 


Bover, 

Billet, 


id. 
id. 


Duperbe, 


id. 


LaouraL 


id. 


Jouaaet, 


id. 



«b, Google 



MH. Saint-^KuTsur, préposé ftaxiliaire. 



lélugêr, 
jAunSe, 
LeBUus, 
Borvisl, 



ANDEVORARTE 

H. 0*11, sous-brigadier. 



VATOMANDRY 

MM. Oontnres, vérificateur de 3* classe. 
IfiooUs, id. 

TeaUnière, préposé de 2* dusse. 
QélU, id. 

Cre^ id. 

. Ffbaqoe, préposé auxiliaire. 



H. nraret, préposé de 2° classe. 



KM. Chéruit, vérificateur de 3* classe. 

De Hegrat de Belligny, vérificateur de 3* classe. 

Caron, origad ie r. 

Rouet, préposé de 2* classe. 

Flotta^ id. 

Hari, id. 

Bthère, préposé auxiliaire. 



FARAFAMANA 

U. Cbopfij, soDS-brigadier. 



RENAROREMAHA 

M. Venturlnl, préposé de 2* classe. 



je, vériScateur de 3* classe. 

Iabrta« préposé de ^ classe. 



ROSSt-VÉ 

M. Oankier, préposé de 2* classe. 



Digmzetiby Google 



- las - 

TWiM 

HH. Oalloni, vériOcateut^djoint de 1" daue. 
BslTMit pi^posé anxilJBire. 



H. Le KtUot, brigadier. 
H. Corvlsler, sous-brigadiei 



MAINTIIUUIO 



HH. Mayiutàt, brigadier. 

X^nrent, préposé de V classe. 



MAMVOAT 

H. Anbert, préposé auxiliaire. 



HH. Batshart, vériOcateur de 2* classe. 
OnoniMaa, id. 

Barret, vériflcateur-adjoint de 1" classe. 
Oraziiaiil, brigadier des douaoes. 
Payrot, id. 

Talion, id. 

Bnret, sous-brigadier. 
Allon^oe, préposé de 2* classe. 
Bordeaux, id. 

Hahé. id. 

Le Ban, id. 

OiiAloap, id. 

Bdlot, id. 

Jaoobo, id. 

Degnlëntf, 
Uomet, 



préposé auiiliaire. 



. Ji Charles, brigadier. 

Barrali»,. préposé de S* classe. 



îdby Google 



UN. Puly, f^rificatenr de 3* claaae- 
Artiolet, brigadier. 
BoUa Alphonse, brigadier. 
Loan, pTépoflé de 2* classe. 
Rai^âi; id. 

Bareyre, îd. 

lie Knqaer, id . 
StroUa, id. 

Aballéa, matelot des dousDes. 
MwmtCT» préposé auxiliaire. 



KH. ThomAS, brigadier. 

Teste, prépose de 2* classe. 



ANAUUVA 



MtOO-SUAREZ 

m. Favrean. TériBcaUur de 2' classe. 

PoRgioli, TériHcatetir-adjoiot de 2' classe. 
DesbroMes, sou s- brigadier. 
Perdrianz, id. 

Collomp, préposé de 1'* classe. 



Oilet Joseph, 
Lonret, préposé auxiliaire. 
Piatpl, id- 

Pasta, id. 

LOKT 

M. Frite, préposé de S* classe. 



HH. LareUire de Haabaa^, commis de 1" clas5e. 
MomeoUni, soas-bngadier. 
ïanletit, préposé de S* classe. 
Salnn, préposé autiiiaire. 

ANOONTST 

U. PmUan, préposé de S* classe. 



SAMAVA 

X- Ooomt, |»époBé de V classe. 



Digmzetiby Google 



ARTAUUU 

H. Rabat«au François, préposé de 2* classe. 



M. Drftnoonrt) brignilier. 



M. Mtlbec, préposé de 2* cluse. 



M. Pnt, préposé de 2° classe. 



MH. PoQJada, vériflcatour- adjoint de 1" classo. 
H&tt«i, préposé de. 2* classe. 



H. Jndon, préposé auxiliaire. 



MU. Hoareau, préposé auiiliairc. 
BadoB, bnmaier. 
Tara, sous-brigadier. 
Boni*, id. 



HH. Oonmad, préposé de 2* classe. 



Digmzetiby Google 



SERVICE 

DBS 

POSTES ET TÉLÉGRAPHES 



Wr r mmmm^. — Le service des postes et télégraphes est assuré à Hada- 
gaEfar Dardes fonctionnaires, des agents do la Métropolo, des agents du cadre 
focal, des télégraphistes indigènes, et dans tes localités oii il n*existe pas d'agent 
technique, par le personnel administratir, les comniandunls de cercle et les 
employés des douanes. 

En outre, pour pareraux nécessités sans nombre causées parle développement 
rapide et incessant du nerTicc, un certain nombre de soldats, choisis autant que 
pràsible panni ceux qui possédaient quelques connaissances en télégraphie, ont 
été nais par le Gouverneur Général à la disposition de l'admiDistralion des 
postes et lélégniphes. Ces agents militaires assurent la plus grande partie du 
Mrrice télégraphique k Tananarlve. Il a même été possible de confier h certains 
d'entre eux la gérance des bureaux secondaires A'Antti'romadinika, de Manja- 
kandriana, de Tnafahy, à'Ampanalokana, de Fi/iaonana et d'Ankazabé, où ils 
sont chargés de la poste et du télégraphe. 

Le recrutement des agents locaux se fait par voie de concours selon Ias 
besoins du service. Il a été institué à Tananurivc une école théorique et pratique 
des postes et télégraphes pour l'instruction des agents du cadre local et acs telé- 
grspnistes indigènes. 

C— rrtgr». — Les courriers à Madagascar, sauf la section de ligne 
Majunaa-Mamalanana, pour laquelle est employée la voie fluviale, sont trans- 
portés à dos d'hommes. 

La plupart des lignes sont pourvues de relais de porteurs chargés spéciale- 
ment du service des courriers. 

Sur la plupart d'entre elles également, le service se faisant de jour et de 
nuit sans autre arrêt que celui nécessité par le changement des porteurs aux- 
relais, les courriers marchent avec une rapidité qui, en l'état acUiel des choses, 
peut difHcilement être augmentée. C'est ainsi que les riorrespondances mettent 
trois jours et demi environ pour monter de Tamatave à Tananarive, moins de 
cinq jours pour aller de Tamatave à Hananjary et quatre jours pour franchir la 
diataocede Tananarive à Haevatanana. 

Les relais ont été créés de distance en distance et placés dans les localités 
lea plus importantes sur les lignes qu'ils desservent. Ils sont sous la surveillance 
îles receveur* dea postes et télégraphes, des commandants do poste et même en 
certains cas sous celle des gouverneurs indigènes. 

Pour s'attacher les porteurs et obtenir d'eux le maximum de résultuUs. 
radminislration a été amenée, après quelques làtounemcnts, k prendre les dis- 
pOiiliODB suivantes : ne faire que du recrutement régional qui, en ne dcpavsant 
pu les hommes, leur permet de résister parfaitement au chmat de la région k 
ugoelle ils sont affectes ; mettre dans chaque relais des cases et des terrains de 
roïlore à la disposition des porteurs, et pourvoir, après quelques mois de service. 



— *4Î - 

au remplacemeot de ceux qui sont Boiiffraotn ou qui ne désirent pu servir plus 
longtemps. 

Enfin, pour parer h l'imprévoyance de ce personnel de courriers, le service 
adA régler au mieux dea intérêts des hommes qu'il emploie le salaire alloué h 
chacun d'eux : le karoma (partie flxe] est soldé mensuellement, et le oaby 
(nonrriture) est donué chaç|ii« fois que les porteurs sont mis en route. 

TélégTApIie. — Les lignes télégraphiques ont pris, en 1898, une certaine 
extension: 750 kilomètres environ de lignus sont sur le point d'être terminés. 
Le réseau électrique atteint ainsi une longueur de plus de 1.S50 kitomèlres et 
met en relation : Majurtga, Tananarive, Tamalave, uananjary et FiatuiranUoa 
en desservant Marovoay, Maevalanana, Ankasobé, Aloramanga, Beforona, 
Andevorante, Vatoinandry, MahanoTo, AnUivabe et Amborilra. 

Le télégraphe rend â Madagascar, en raison des difTiculiés de transport rapide, 
les plus signalés services. Pour en mettre son emploi à la portée de tous, la 
taxe des télégrammes a été abaissée de fr. 25 k fr. 15 par mot, avec un 
minimum de perception de 1 fr. 50. 

Le réseau télégraphique électrique a pu, en plusieurs points, être relié au 
réseau optique et, en diminuant le nombre des postes de transit, il a été ainsi 
possible d'assurer aux télégrammes une IransmiEsloo rapide dans toutes les 
régions desservies par ces services mixtes. 

Plus que partout ailleurs, l'entretien des lignes télégrapbinues est cobleus et 
difficile à Hadagascar. Presque journellement, en eiTet, penaant la saison de 
l'hivernage, de novembre à tin avril, des poteaux sont brisés ou brûlés par les 
orages et même des sections entières de ligne sont détruites. De plus, la maa- 
vaise qualité des bois utilisés et le manque d'injection des poteaux rendent très 
fréquents le remplacement des appuis et les réfections ddigops. 

Toutes les lignes télégraphiques, sauf le fil PI* 2, delà section Andevortnte- 
Tananarive, sont en fils de bronze siliceux de 2 et de 3 millimètres. 

Les appareils de transmission et de réception sont du système Uorse. Quant 
aux piles, elles sont des modèles Lectanché et Callaud. 

Téléphones. — La réseau téléptionique de Is colonie se borne actuelle- 
ment à la seule fille de Tananarive, où trente-deux services publics sont reliée 
entre eux. 

Il n'a pas été possible jusqu'ici, faute de matériel suffisant, de créer des 
cabines publiques, ni d'installer des postes chez les particuliers. Cette lacune sera 
comblée prochainement. 

Le service a pu, toutefois, commencer, pour les besoins de l'administration, 
un réseau suburbain qui fonctionne dans d'excellentes conditions. C'est ainsi que 
Ttiafahy, Ambohimanga, Ambohidratrimo et ilafy ont été attachés au réseau 
de 1 anatiaHve. 

D'autres créations du même ordre sont imminentes. 

Enfin, dès que le matériel spécial demandé à cet effet le permettra, des essais 
. de téléphonie h longue distance seront entrepris et des abonnements seront mis 
à la disposition du public. 



I>BTtSO:N*ITBL 



DIRECTION 



MH. Ronbertle, chef du service. 
Barilloii, commis hors classe. 
Tardjr. commis de 3* classe. 



îdby Google 



TAWUUMVE 

mcOramer.commis, h. c, receveur. 
HeLu^cn», commis de 3* classe. 
Bn^mat, commis de i* classe. 
Paoxe, ><■■ 

Tiégner, id 

TAMATAVE 

m. AbsUuiiMT, commis hors clawe, recevenr. 
Landry, commis de 4* classe. 
MiqiMl, id. 

lluiitAtr*, commis local. 
Olmulet, id. 

Htrjr, id. 

HoÛMs, st^airo. 



!.. oawrw^ commis principal, receveur. 
Ooits, commis hors classe. 
Vodère, id. 

Hanrer, commis de 4* classe. 
Plmne, commis local. 
Bnf, id. 

Ttonif stagiaire. 

ANDEVBIIAint 

H.Bowtaii, commis local, receveur. 

lEFOMNU 

K. CaMtgnao, commis, de 4* classe, receveur. 



MU. Poirier, commis local, receveur. 
"■■*-"— i, commis local 



HÉW-SUABCZ 



nANARAimCA 

H. Tadroff, commis h. c, receveur. 

AMMMntA 

H- Dondél dn FtoofidiO) commis de 4* classe, receveur. 



H. QtiUat, commis de 3* classe, receveur. 

MAHANOR 

^- Bourior-Osx, commis local, racevear. 



Digmzetiby Google 



■UIISVOAY 

M. BItss, commis local, receveur. 



MAEVATANANA 

H. Atds, commis local, receveur. 



M. FUleail, commis local, receveur. 



VATOMANORT 

H. Caoria, commis local, receveur. 



SERflGE DES IKMS mtGRiirHI«l]E$ 



Barbie^ mécanicies. 

Oourtadon, cher surveillant. 

Terdonx, survptllaat cherd'éqoipe. 

Iiéger, surveillaDt niétropolitain. 
. Violette, id. 

Derèse, id. 

MartiB, id. 

Deavlgnes, id. 

Anriao, id. 

Casftbat, id. 

Flahaat, id. 

Ctoetliiat, id. 

SnnarJTii, surveillant local. 

Vtrarand, id. 

VH. les admiDÎstratenrs et leur personnel pour : Tuléar, Suinte-Marie, Hafaambo, 

Porl-Daiiphin, Haroantsera, Kossi-Bé, Vohémar, Anlalaha, Aoalalava. 
3111. les receveurs des douanes pour: Fénêrivc, Fararaogaoa. Enfin, les militaires 
pour les localités non désignées ci-dessus. 



Digmzetiby Google 



SERVICE DES DOMAINES 

ET DS LA 



Le service des domaines et de la propriété foncière créé & Madagascar dès 
le début de l'occupation françaii^e, a dans ses attribulioas : 

I* La geslion Ae& biens domaniaux ; 

2* La curatelle aux biens vacaais; 

3* La conservation de la propriété foncière, organisée dans les conditions et 
tuivanl les règles établies par le décret du id juillet 1897. 

L ConendoDi domaniales. — Concssoions gratultoa et i titre onéretiz 
(arrSté du 2 novembre 1S96) 

1" Titres provisoires. —Pour permettre aux colons français de s'installer, 
sans aucune perte dp temps, sur leurs concessioas, il est délivré des titres pro- 
visoires qui sont convertis en titres définitifs au bout de trois aus, après justinca- 
tion d'une eip>oitalion sérieuse et de rinimutriculatioii de la propriété. 

Les colons fmacais ont la faculté, en Justifianl do leur nationalité, d'obtenir 
des coDcessions gratuites de 100 hectares. 

DsDS ce but, ils doivent adresser par écrit, aux administrateurs chefs de 
province ou aux commandants de cercle, une demande spécifiant l'endroit précis 
où se trouve le territoire choisi et accompagné autant que possible d'un croquis 
du terr&in. Après une enquête rapide, s'il ne survient pas d'oppositions, un titre 
provisoire estdélivri^ au colon, qui n'a à supporter que les frais de levé du plan. 

La marche à suivre pour obtenir de suite une concession à titre onéraux est 
la mënie, à charge de consigner la sommn afférente à la concession demandée, 
5 francs l'hectare sur la côte Est et dans le haut pays, 2 francs l'heclarc sur la 
cèle Ouest el dans le Nord. 

2* Titres défluitlfs. Immatriculation des propriétés. — Les titres défini- 
tifs des concessions sont délivres après la mise en valeur dûment constatée par 
le Gouverneur Général en conseil d'administration de la colonie, et après l'im- 
roatriculation des terrains dont les frais sont à la charge des concessionnaires. 

Les titres de propriété sont établis sans frais h la cxiaservalioa foncière pour 
les concessions à titre gratuit. 

H, !&aiuformation en contrat de vents déânitive des baux empIiTtéotiquea 
contentifl par l'anden gouTemement malgaclie on par des incUgènea. 

Aux termes du décret du 9 juillet 1898, les titulaires de baux emphytéotiques 
consentis par Ih gouvernement malgache ont la faculté de demander la traosîor- 
malioa de leurs Baux en vente définitive en ce qui concerne les immeubles mis 
en valeur. Une commission évalue la somme qui représente la compensation que 
la colonie est en droit d'atteadre, en échange de l'abandon de ses droits de pro- 



■IUI0V9A1 

H. Rtves, commis local, receveur. 



MAEVATANM 

M. AUla,commislocal, receveur. 



M. Filleul], commis local, r 



VATOMAND 

M. CauTiSf commis local, receveur. 



SERVICE DES LIGNES T 



MM. Descubet-Dei^é raines, soiis-iaspectt 

Horier, commis hors classe. 

Barbie^ mécanicien. 

Conrtadon, chef surveillant. 

Verdoux, surv^iHaat chef d'équipe. 

Léeer, surveîllani métropolitain. 
. Vafiette, id. 

Derèze, id. 

HartlB, id. 

Desvigne*) id. 

Aoriao, id. 

Caxabat, id . 

Flahant, id. 

Oosslnat. id. 

Buzzarinl, surveillant local. 

Viravand^ id. 

MH. les administrateurs et leur personnel poii 

Forl-Daiiphin, Maroantsera, Nossi-Bé 

MU. les receveurs des douanes pour: Fé.iérivf 

pour les localités non désignées ci~d< 



îdby Google 



r u >ui'«»t •*• .'K» A' ■*.•■«>■** 



■cri Jiioar .V U f i\*)*nvt# ft\i»,(f .v 



— =~~ - - — — ■_; - _ e«, •o»»-('on»prv«loiir ilrï U v'" 



Dç' ..it.Goot^le 



priétaire. Après versement de celte somme, les intéressés )>euvent se r&ire déli- 
vrer un titre de propriété immatriculée. Toutefois, dans le but de Tavoriser dos 
Dalionaui, tout Français (lui justifiera d'une mise en valeur de son itnaieuble 

Courra obtenir la c«ncesi<ion déBuilive de cet immeuble, sans autre dépense que 
» frais decoBïtitutioB des plans et du titre de propriété. 

Les titulaires des baux emphytéotiques consentis par des indigènes ne pou- 
vant jusUfier de leur droit de propriété, ou par des indigènes qui ont disparu sans 
laisser d'héritiers conniisau degré successibfe, auront au^si la focallé de «e Taire 
délivrer des titres de propriété déflnitivp- ils adresseront pour cela une demande 
h l'adnilnisl ration, qui, après avoir établi q«« las biMta aftat, d'aocès la coutume 
raalgacne, tombés «A désnérenoe, accordera la eoiiceamon définitive h Tinléressé, 
soit a litre onéreux, soit k titre gratuit, selon que le demandeur est un étranger 
ou un Français. 

m. Immatilcolatloo des propriétéa (ddcret da 16 juillet 1897) 

Pour attirer et retenir les capitaux b Uadagascar, il importait de protéger 
les BCquéreurs de terre contre leur ignorance de la langue, dos lais et des usages 



friélés qu'il veut acquérir ou qu'il possède déjh, la sécurité la plus complë.. , 
immeuble immatriciilé restant libre et net de touta charges eiln m mains 
et ne pouvant faire l'objet d'aucune revendication. 

Pour obtenir l'immatriculation d'un immeuble, il suffit de transmettre à la 
conservation de la propriété roacière: 
1* Une déclaration signée contenant: 
I SesBom, prénoms, surnoms, qualités, domicile et élat«iTil; 

II. Election de domicile dans une localité du lerritolra de Hadagasear ; 

III. Description de'limmeubte portant: déclaration de sa valeur vénale et 
de sa valeur locative, indication de la situation, c'est-fa-dire de la province, de la 
ville ou du vlllwe, de la contenance, de la roc et du numéro, s'il s'agit d'un 
immeuble situé dans une ville, du nom sous lequel il sera immatriculé, de ses 
tenants et aboutissants, ainsi qae des conetructions et des plantations qui peu- 
vent s'y trouver. 

^ Tous les titres de propriété du requérant. (Les imprimés nécessaires 
pour les requêtes ou immatriculations se trouvent dans les conservations et 
aux bureaux des administrateurs). 

3* Les frais relatifs h la constitution du titre et qai se composent d'an 
droit de 1 ^o sur la valear vénale de la propriété et d'une aomme.flxe variant 
de 83 à i5 franes (sans préjudice des frais applicables aux plans et qui doivent 
être transmis au service topographique). Aprte insertion au Journal Officiel de 
la requête en immatriculation et bornage de la propriété, le tribunal oMonae 
.rimmalriculatteo au profit du roqn^vnt, auquel sont délivrés un titre de pro- 
priété et un plan de l'immeuble. 

. Le propriétaire pourra désormais emprunter avec la plus grande facilité en 
remettant son titre au préteur et l'on réalise ainsi des avances sur titres de 
propriété foncière. Si l'emprant est contracté k longue échéance et garanti par 
une hypothèque ou si la propriété doit être cédfo a une tierce personne, les 

[larties rédigeront un acte sous-seing privé ou, ptutdt, un acte notarié constatant 
a nouvelle convention; un original du sous seing privé ou de l'acte notarié 
sera transmis au coaservaleur de la propriété foncière oui fera, S&r son refiatre 
et sur le titre, les Inscriptîoos néoeesMres. (Art. ISS du aécrat précité). 

Cette orgaaisatioD élargit le crédit, elle lui doone de la souplesse et de 
grandes facilités : elle « mobuise », en quelque sorte, la propriété. 

, .. -..Cooglc 



- t47 - 



TARUAMVE 

, chef du service des domaines et coasftrvtleur de la propriété 

foncière. 
BoomI, receveur des domaines, rédacteur au biireaa du chef de serriez. 
Boujaum, receveur des domaioes. 

Gotta. conumis principal. ■ 

Dsaoottea, commis. 
Btmonta, traducteur asserweaté. 



TAMATAVI 

KM. Xiota, receveur dex domaioes et sous-couEervateur de la propriété foncière. 
Boiqaet, commis. 
BwTMtd, commis. 



M. Hag«, receveur des domaines. 

mssi-it 

H. Dnmnd, faisant fonctions de receveur des domaines, sou«-coniervateur de 
la propriété foncière. 

MtOB-SUAICZ 

H. Vil^, hisant fonctions de receveur des domaines, tous-conserv&teur de la 
propriété foncière. 



Digmzetiby Google 



•IW- 



SERVICE TOPOGRâPHIQUE 

(O A.ID A. s THE) 



L'article 1" de t'arrâté du 28 décembre 1896, organisant le service to|>ogra- 
pbiqne, fa fiie ainsi qu'il suit les attribuIioDS. 

Le service lopographique est chargé: 

I* De rétablissement des plans nécessaires h l'immBtri''ulatioQ des pro- 
priétés. 

£■ De la reconnaissance, <\a levé des plans et du lotissement des terres 
domaniales; 

3* Du service de colonisation, en ce qui concerne tous les renatigoemeoU à 
fournir aux colons et leur iastallatioa sur les terres du domaine. 



1° SwTlM de l'immatrioitlfttloii 
, (Décret du 16 juillet 1897) 

Les plans levés en vue de l'immatriculation des propriétés ont pour objet 
de compléter, par leurs indications, le procès- verbal de délimitation de ta pro- 
priété et le titre du propriétaire, en représeniant, h. une échelle convenable, une 
image du terrain qui permette de retrouver et, au besoin, de rétablir en tout 
tempx, sur les lieux, les limites Tixées lors de la délimitation. Ces plans devant 
faire foi vis-h-vis des tiers ei présenter le caractère d'un document authentique, 
il ne convient pas de laisser au requérant le soin de les faire établir sans con- 
trdlè par des agents de son choix rétribués directement par lui; il a paru, au 
contraire, in dis pensable d'en con6er l'exécution à des géomètres tenus de justi- 
fier, par des examens théoriques et pratiques, d'une capacité su^isante et d'en 
faire contrôler l'exactitude par des véritica leurs. 

Le chef du service centralise et coordonne tous les documents fournis parles 
géomètres. Le» plans élan) tous rattachés aux points trigonomélriques du ré- 
solu du service géographique du Corps d'occupation, il est possible de pour- 
suivre ainsi un travail d'ensemble qui constituera le cadastre do l'Ile entière. 



2* Ssrrica des raoonncdssancea et du loUsasment des terres domaniales 
(Circulaires du 31 avril et du 3 août 1897) 



Toutes les terres de Madagascar qui ne sont pas régulièrement aliénées ou 
déjà exploitées sont terres du domaineet peuvent, en conséquence, être mises à la 
disposition des colons. La surface des terres domaniales étant de plus de 50 mil- 
lions d'hectares, il importe, tout d'ahord, d'en opi'rer la reconnaissance afin d'en 
dresser l'invenlairc et d'en faire le classement par nature et par valr>ur. Chaque 
géomètre est chargé de ce soin pour sa circonscription, se bornant dans un pre- 
mier travail, à faire des croquis rapides dos terrain» parcourus qui suffironl à 



— U9 - 

ttonner une première indicatioD sur rélchdue et U nature de ces terr~9 et sur 
leur utilisation possible pour Is colonisation. Toute couceasion ou location doit 
être pnkédée Hc U reconnaissance àea lerriiios. Si cette opéralion n'a pas été faite 
au préaUblc, l'agent du service topographiqiie de la piovince la plus voisine 
accompagne le cotoQ sua les lieux, en dresse immediulemenl le croquis el établit 
un rapport qui complète la description physique de la propriété et rournit Ioub 
les renseignements utiles au service des domames. 

Ce rapport présente, en mgme temps, un devin des fk-ais d'immatriculation de 
la propriété. 

L'administration se réserve de choisir, sur dilTérrnts points de l'fle, de vastes 
étendues de terres propres à la culture, dans des situations saliibrea, b des altitu- 
des différentes et d'en former des territoires spécialement désignés sous le 
nom de: Terraim ouvertt à la colonûalion. Plusieurs ont été reconnus dès 
l'année IBS? dans le voisinage des points occupés: Tananarive, Tamatave, 
Hajuoga, Fort-Dauphia, Ftaaarantsoa, Uaoanjary et sur les futures voies de 
communication. 

Les reconnaissance'' ont é.té continuées en 1898 dans toutes les provinces 
et les résultats de ces travaux sont publiés an fur et k mesure de leur approba- 
bation par la Hevue Mensuelle sous le titre i< Eludei de colonitfition. •• 

Des brigades volantes sont chaînées de dresser les plans de ces terres et de 
procéder aux opérations sur le terrain esigéespour l'immatriculation. Les titres 
définitifs sont préparés & l'avance et le colon peut demander le traniifert à son 
Dom de la propriété qu'il a choisie aussitôt qu'il en a obtenu la concession. 

Les opérations ainsi exécutées par les brigades volantes permettent de fixer 
ao pins bas prix le taux du remboursement des frais de ^evé des plans des 
terrains immatriculés et d'accorder aux colons des délais de paiement (arrêté 
4189, du 3 décembre t897). 

Le nouvel arrivant peut donc choisir immédiatement le lot qui lui convient 
01 être mis aussitôt en possession définitive de sa concession. 



f Serrlce de colonisation 



ClRCULAIBES DU 21 AVRIL 1897, DU 3 AOUT 1897 ET 
DU IQ nOVEKBRE]897) 



recevoir et qu'on puisse assurer au nouvel arrivant qu'il disposera des plus 
grandes far-ilités d'installation et n'aura pas & craindre d'émietter son capital 
dans l'attente, avant qu'il lui soit permis de se mettre au travail. 

En conséquence, un géomètre a été placé dans les prinripaux centres de 
rUe; le nombre en sera augmenté au fur et h mesura des besoins; les colons ont 
donc partout la possibilité d'être mis immédiatement en possession des lots 
qu'ils auront choisis. 

Les agents du service topographiqne doivent non seulement indiquer les 
terres a coloniser dans leur circonscription et en délivrer les pl^ns, mais encore 
donner aux immigrants des renseignements sur les conditions agricoles, indus- 
trielles et commercinles de la région. Les colons peuvent alors prendre un iiarti 
en connaissance de cause et ne s installer qu'après avoir été mis u même a'ap- 
précier, d'une façon exacte, les ressources de la localité. Grâce aux renseignements 
ainsi recueillis sur tous les points de l'Ile, il sera possible d'éviter aux colons les 
mécomptes, les pertes de temps et d'argent. 

Les bureaux des ports de Haiunga et Tamatave ont une importance par- 
licnliëre et les colons peuvent, ii leur débarquement, y trouver aes renseigne' 
ments précis qui leur permettent de se diri^^er de suite ^ur telle ou telle 
localité, suivaot le genre d'entreprise qu'Us désirent tenter dans la colonie. 



L'arrtté du 9 jaDvier 1807 fixe les frais divers à ta charge des propriétaire» 
requérant t'immatricNlatioa de leure immeubles ou des cotons demandant nne 

CODG6SsiOD> 



I»BIlS03Sr3SrEIL, 



MH . Boordiar, chef de service. 
Bigot, chef de bureau. 



TMMARIVE 

un. 'ndot, géomètre principal de 3* classe. 
Iiodet, géoniètre. 
D'BmmarM. géomètre. 
Darru, j^mètre. 
De^arcmu, élève géomètre. 



nUARARTSOA 

MU. Hoffnuu), géomètre, faisant Tonctioas de géomètre principal. 
Corréard, géomètre. 
ârosfllley, géomètre. 

VHtMU 

H, Aehtrdt géomètre. 



TAMATAVE 

UM. Le OorbeUlor, géomètre principal de 1^* classe, faisant fonctions de vénA- 
cateur. 
Horean, géomètre principal. de 3* classe. 
Qodet, géomètre. 
Ohaix, géomètre. 
Talain. géomètre. 
AUn, «lève géomètre. 



MH. Bontempt, féomètre principal de 1" classe, faisant fonctions de vériO- 
caleur. 
OnmdiB, géomètre principal de 3° classe. 
Beitrtaa. géomètre principal de 3* classe. 
d« la Ho^oe, géomètre. 
Banrin, géomètre. 
Talliu, géomètre. 
Lnolaal. géomètre. 
Orot, élève géomètre. 
Orondis Jules, élève géomètre. 
Ofoa Lucien, élève géomètre. 



îdby Google 



— 431 — 

NOSSI-lt 

MU. Schmidt, gëomètre principal de 3* cl&sse. 
Ronx, géomètre. 
Demay, géomètre. 
Bouenu, géomètre. 



MANAlUMtT 

UU. Chazalmutin. géomètre priadpa! de 3* du». 
CIsnde. géomètre. 
Parrm, géomètre. 



HIC. Xienoir, géomètm principal de 3< classe. 
Blathlanx, géomètre. 
Amarauthfl, élève géomètre. 



MÉQO-SUAREZ 

Vif . VergoK, géomètre principal de 3* classe. ' 
Simonatte, gitomètre. 
de Pontlevoye, élève géomètre. 



H. Labro, géomètre. 
H. I>eoler, géomètre. 



MAMARTSnM 
H. Weber, géomètre. 



H. HaCokèl, géomètre. 

TULÉAR 

H. Jaabert, géomètre. 



byGoogIc 



SERVICE DE L'AGRICULTURE 



Le service de l'agricullure eet dirigé p&r un iaspecleur chef du service et 
compreod deui champs d'exçérieDces : le jardin d'essais de Nahaaisana, près de 
TaDBQarive, et celui de l'ivolina, près de Tamatave. 

Le chef du service effectue cies tournces dans toute l'tle pour étudier ses 
ressources agricoles et les cultures européeunes suscepiîMes d'y être introduiles. 

Le jardin d'essais de Nahanisana se livre plus particiilièrenieat à l'élude des 
plantes envoj'ées de l'extérieur et qui sont susceptibles de réussir eu Imerina, 
ainsi que des perreclîonnenients à apporter aux cultures indigènes; celui de 
Tamatave étudie de préférence les cultures tropicales appropriées à la C0t6 do 
Madagascar. 

Le jardin de Nahanisana, fondé depuis 18QG, a, en J897, livré 20.000 plants 
d'arbres divers : cette année le chiffre des cessions dépassera 100.000. 

De très importantes pépinières de café d'Arabie permettront d'étendre la 
culture de cette plante. Des introductions d'espèces diverses de mûrier 
{marier blanc ordiniiire, mi^rier du Toakin, mûrier du Turkestan, mûrier mul- 
ticaule, mûrier des Philippines, etc.] permettront d'améliorer la sériciculture, 
qui parait être une industrie d'avenir pour l'Emyrne. 

Les arbres fruitiers européens (pomer, pommier, pécher, vigne, etc.) sont 
actuellement à l'essai. 

Le cactus iuerme, importé de Tunisie, sera multiplié le plus rapidement 
possible pour que le jardin puisse en distribuer aux colons. Cette plante donne 
UD'bon fourrage dans les sols ie^ plus secs. 

Les ebsais d'ensilage d'herbes indigènes ont pleinement réussi et les ani- 
maux, au nombre d'une vingtaine, ont été nourris en stabulation avec de l'kerbe 
ensilée, durant toute la saison sèche. 

Les essais sur les néréales européennes ont démontré que la plupart d'entre 
elles pouvaient réussir dans des terrains suflisiimment améliorés. Le sarraztn, 
l'orge, l'avoine et le mafs ont donné des résultats satisfaisants. La culture en 
sera reprise sur de plus grandes étendues. 

La culture de la canuigre, plante riche en tanin, va être l'objet d'étades 
suivies. Cette plante^ originaire du Mexique et récemment signalée, contient 
jusqu'à 30°/o de tanin, c est-à-dire deux ou trois fois plus que dos bonnes 
ëeorces de cbèoe. 

L'amélioration des cultures indigènes, riz, manioc, etc., est activement 
poursuivie. 

Enlin de nombreuses introductions d'arbres divers intéres«ants, choisis dans 
des climats présentant une certaine analogie avec celui de l'Emyme, ont été 
faites et se sont continuées. Le service de l'agriculture reçoit de nouvelles plantes 
des établissements scientifiques avec lesquels 11 est en rapport et leur fait par- 
venir des semences d'échantillons de la flore malgache. 

Oe nouveaux terrains ont été défrichés, qui permettront de donner une plus 
grande place aux essais divers. 

Au jardin d'essais de Tamalave, récemment créé, on a déjà fait de très impor 
tanls semis d'eucalyptus, tllaos, caféiers Libéria, cacaoyers, etc., de telle sorte 

3ue, dans peu de temps, cet établissement sera en mesure d'approvisionner 
e plants les colons de la cOte Est. 

Le défrichement a été poussé assez rapidement pour qu'il soit possible dès 



^ 153 — 

œtifi année de eommeocer des plantatioDs modèles de la plupart des cultures 
ricbe» des tropiques. 

Dsus les âeiin établisseraente, 1& culture de différeutotespècesde caoutchouc 
n être eulreprise. Le jardin de TansDsrive possède déjh des échautillonfl de 
aouldioac ceara très vigoureux ; un pied de ficut etatlka ameoâ de France 
pânlt devoir doitaoer d'excellents résultats. 



I»EIlS03Sr3SrBL 



MH. Pmdhoixuiut, inspecteur de l'agriculture, cheTdu serriee. 
Vtaiclitoe, chef jardinier h Tananarive. 
Hartlxi, chef jarainier k Tamatave. 



îdby Google 



SERVICE DES FORÊTS 



Le personnel dn service des tôfélî, ed dehors de son rôle de surfeillance, a 
pour mission d'analyser méthodiquement les forêts confiées k sa gestion et 
d'en faire coanatlre Tes ressources. 

Depuis le commencement de t'&anée 1897, différentes queMions iatéressanl 
le domaine forestier de l'Ile ont été résolues. C'est ainsi que : 

1° Unecirrulaire du SO janvier 1697, N° 174, complétée par celle du 1*^ avril, 
!(' 212, a réservé toutes les parties boisées de l'île et les a souslraitCB au système 
des concessions ordinaires. 

f Une décision du IB avril, N* 800, a créé on service de reboisement k 
Madagascar. 

3> Un arrêté du 3 juillet, N* 762, a réglé les diapositions applicables aux 
exploitations foresliëres. 

D'autres questions sont b l'étude et, en particulier, celte de la réglemen- 
tation de l'emploi du feu, soit pour la régénération des pâturages voisins des 
forets, soit comme moyen de défrichement. Il en est de même pour les exploi- 
tations pratiquées en dehors des concessions prévues par l'arrêté 762. 

Enfin la constilution d'une collection des produits forestiers de l'Ile & la 
station d'expériences forestières de Nahanisana, k proximité de Tananarive, 
permettra d en déterminer les caractères et les qualités iodustriellea. Ce long et 
minutieux travail a reçu un commencement d'exécution en 1S98. 

La région de Maroao^setra a été étudiée et ses richesses forestières et les 
moyens de les exploiter sont aujourd'hui k peu près connits. Dans l'Emyrne^ le 
sol, actuellement déboisé et que l'on pourrait croire rebelle k toute végétation 
supérieure, n'est pas plus mauvais que dans beaucoup d'autres régions qui sont 
cependant encore fortement boisées. Ici comme ailleurs, on retrouve les mêmes 
, éléments organiques du sol et la seule chose qui manque c'est l'humus. Hais 
* cet humus est la conséquence de la forêt et il se fixera dès sa reconstitution. 

Actuellement les grandes masses forestières sont situées dans l'Est de l'île 
et plus particulièrement dans le Nord-Est ; la baie d'Antongil est le centre d'un 

Sajs essentiellement forestier. L'Ouest comporte aussi d'ass*^ vastes étendues 
e forêts, encore mal connues d'ailleurs et qui, au dire des explorateurs, se 
trouveraient entre les 13* et 15* parallèles et entre les 17* et 19*. 

tl existe encore de grandes forêts entre Fianarantsoa et Mananjary. Dans 
toute la longeur de l'Ile, une série de forêts couvrent les divers chaînons mon- 
tagneux qui en constituent l'ossature générale ; dans les parties très épanouies, 
ces couronnes de végétation constituent de grandes masses forestières. On peut 
évaluer actuellement k 13 millions d'hectares la superficie du domaine boisé, 
ce qui donnerait k Madagascar un coefficient de boisement variant entre 19 et 
W\ de la superficie totale. Ce coefficient est insuffisant et, pour être normal 
il devmit atteindre environ 30 */.. C'est pour celte raison, el aussi parce que les 
forêts existantes sont très inégalement reparties à la surface de l'Ile, qu'on a été 
conduit à créer un service de reboisement. 

Bien que tris entamées, les forêts de Madagascar possèdent encore de 
réelles richesses dont il serait désastreux de laisser tarir la source. D'ailleurs, 
dès que les voies de communication seront établies, les bois Bcquerront une 
pi us* value considérable. 

Les forêts des régions moyenne et inférieure sont géDénlement plus riches 



— 136 — 

i{ue les forêts des régions éler^ centrales. Dana les premières, ontrouTe 
SDiioot les bois dits précieui oii d'ébéDistcrie, tels que In bois de rose, les 
icajous, les palissandres, les ébëoes, dont il existe encore de nombreux et 
remarquables éctiaatilloos, puis, des bois de construction de premier chois, 
comme le hintsina, les n&to, les lalole ramv, le hois de fer, le tacamahaca, etc. ; 
des bois à sécrétions gommifères, comme les lianes à caoutchouc senre vahea 
et landolphia ; un arbre h caoutchouc, le borabanja, variété d'abotania ; les 
copalieri, dont le produit, mieux récolté, pourrait donner lieu à an commerce 
certainement lucratif. Enfin, dans les parties basses et voisines de la mer, les 
forêts de filaoK,. en bordure, pourront fournir de bon chauffage, et les forêts 
de palétuviers, donnent, outre du bois de chauffage, des écorces à tan très 
appréciées et une teintura utilisable. 

L'étude raisoonée des produits forestiers de l'Ile est commencé.e. Leur 
classification méthodique sera bien accueillie, sans aucun doute, par le com- 
merce ; mais il paraît prématuré de donner ici une liste par trop incomplète. 

Le service des forêts a entrepris cette étude enl8Q8; elle sera poursuivie 
dans le courant de 180f. 

BeboiseouAtt. — La décision 200, du 15 avril 1BST, qui a créé un service 
de reboisement, a eu pour but de faire entreprendre avec méthode la reconsti- 
tution des richesses forestières du plat^u central. 

Une pépinière a été créée au j&rdin d'essais de Nahanisana {Tananarive^, pour 
servir de champ d'expériences au service des forêts et y rechercher les essences 
indigènes ou exotiques qu'il y aurait lieu de propager pour obtenir des reboise- 
ments rapides. . 

Cette pépinière a produit plus d'un million de jeunes plants en 1808. 

D'autre part, des pépinières créées et entretenues par les commandants de 
cercle el les administrateurs des provinces dans toute l'Ile, amèneront très 
rapidement le reboUement des rëfclons avoisinanles. Citons, parmi les plus re- 
marquables, celles d'Ambohidratnmo, d'Ankatobé, deSoavlnimerinSjd'Ampaoo- 
tokana. 

Conoessioiu forestières. ~ Des concessions pour l'exploitalion des essen- 
ces forestières peuvent être attribuées dans les conditions déterminées par l'ar- 
rêté 762, du 3 juillet 1897. 

Toute personne qui désire obtenir une concession forestière adresse au chef 
de la province une demande contenant certaines indications fvoir le texte de 
l'arrête aux «acies administratifs en vigueur'»)- Au reçu de la demande, le chef 
de la province fait procéder h la reconnaissance de la forêt en présence du 
demandeur; un procès-verbal et on croquis sont dressés. 

Le chef de la provinee délivre ensuite un permis d'exploiter provisoire après 
jnttiSeation du versement de la redevance territoriale (article 30). 

Le permis définitif est délivré par te Gouverneur Général, sur la proposition 
do chef du service des foréls et après avis du conseil d'administration (pour les 
concessions dépassant 20.000 hectares). 

I.e droit d exploitation est toujours temporaire ; il peut être accordé pour 
une durée de S à 20 ans. 

Dans le délai de 18 mois à dater de la délivrance du permis provisoire 
d'exploiter, le concesrionnaire doit faire procéder, à ses frais, au levé périmétral 
de la forêt concédée. 



i»Bitso]sr3srEXi 



MH. Olrod-Oeiiet, Q, inspectenr-odjoint des eaux et forêts, ch«r du service i 
Tananarive. 
M..., garde général h Taoanarire. 

D.g.tizecbyGoOgIC 



MU. Tiguerie, gnrde général k UajuDga. 
Chapotte, garde géoéral à Uaroaatselra. 

Prépssé* 

HH. N..., brigadier faisasl fnactiooB d'adjudani à l'école des garder à 

TanaDarivc. 
N. . ., brigadier des eaus et forêts, cbargé des eiploitations. 
De U Hichellerie, garde aédenlaire, attaché su bureau du cher de service. 
Dopré. garde domaoïal, attaché à la slatioD d'expériences foreutiëres de 

Nananisana. 
N..., garde domanial & Ankeramadinika. 
H..., garde domanial àUdjunga. 



îdby Google 



IMPRIMERIE OFFICIELLE 



Ancienne imprimerie roy&te, cet établissement, aussitAt après l'occupation 
françûEie, c'est-i-aire au mois de janvier 1806, prenait le nom d'imprimerie natio- 
nale, et élût rattaché à la Résidence Générale. Un directeur fraoçais y était 
placé. 

La seule publication que permettait son matériel assez médiocre était le 
journal malgache, devenu le Journal Officiel de la colonie, et comportant une 
partie française, ainsi que quelques annonces. 

An I" jnnvier 1897, I imprimerie nationale prenait le nom d'Imprimerie 
Officielle de Tananarive et le /curnat 0/)lciet qui avait jusqu'alors conservé le 
texte indigène était remplacé par le Journal Officiel de Madagascar et Dépen- 
dances, écrit entièrement en français. 

L'a nouveau journal malgactie spécialement destiné aux indigènes était édité 
hebdomadairement et contenait une illustration lithographique. 

Enfin. BU mois de févHer I8d7, une noovelle publication mensuelle f!\olet, 
rtcomtaittancet et exploraliom) était éditée en vue de fournir aux colons les 
renseignements qui pouvaient leur être utiles. 

Un arrêté du 12 septembre 1897 a donné à l'imprimerie son organisatioa 
actuelle ; par suite de l'extensioD de sa production, son personnel fut augmenté 
et porté fc la composition suivante : l'administrateur, 15 agents européens, 100 
novriers indignes: compositeurs, imprimeurs, lîthograpnes, relieurs, menui- 
siers, journaliers, plantons, etc. 

L organisation comprend :, 

1* Le service technique ^composition, con-ectioOj impression, lithographie, 
reliure) ; 

2* Le service de la comptabilité et du départ (comptes de travaux, solde, 
caisse, magasins et approvisionnements, mouvements des journaux et publica- 
tions, etc.). 

Les productions de l'Imprimerie Officielle se composent : 

I* des imprimés divers et travaux spéciaux ; 2> des publications officielles, 

La 1" catégorie comprend les registres de tous modèles nécessaires aux 
divsrK services du centre de l'Ile : contrôle, trésor, administration, retcislres de 
l'état civil, ense gnement, etc., (l'atelier de reliure et cartonnage complète celte 
branche du service), ainsi que les imprimés dfl tous (jenres nécessaires h ces 
différentes administrations. 

La 2* catégorie comprend: le Journal 0//Icie£ de Madagascar et Dépendances; 
la Revue menruelle [nolei. rtconnaiitance» et explorationt] ; le Vaovao FranUay- 
Malagasy ; le Bulletin Officiel de Madagascar, répertoires des arrêtés et décisions 
concernant les diSTérents services de la colonie ; le Bulletin memuel de l'entei- 
ijnement ; YAlmanach Malgache ; ï Annuaire. At Madagascar. 



IMPMMCMEI DE TAMATAVE ET OE MAJUNOA 

L'Imprimerie Officielle de Tamatave, dirigée par un administrateur, public 
lin •' Supplément an/aumnf Officiel pour lacOte Est» contenant les renseigne- 
ments commerciaux et agricoles, les mercuriales, le mouvement des ports, les 
arrivées e( départs de bateaux et de convois, etc. ; en un mot tout ce qui peut 
présenter on intérêt immédiat pour les colons et commerçants de celte cAU. 



.Coogic 



Elle «Btcbai^, en outre, d'approvisioaner en registres et imprimés les 
cercles el les provinces de la cAte, ceux des Bar&s, du Betsiléo, d'Ambositrs. 
d'AmbatoDdrasaka et de Horaman^a. 

Sur la cdte Ouest, rimprimfine OrScielle de Nossi-Bé a été supprimée et 
sesatlribulions ont t'té cédées parcoDtrat à H. BriEsr<l,<lirecteur de l'imprimerie 
du Réoeil de Mqjunga. Celte imprimerie édile, sous la direction d'au adminis- 
trateur, un «Supplément au Journal Officiel pour la cAle Ouest» analogue à 
celui de la cAie Est. 

Elle approvisionne en registres et imprimés les cercles et provinces de la 
cftte, ceux dTu Betsirlry, d'Anuvandra etde Haevatanana. 



FBItSOITITBXj 



U3I. Lelffoit Félix, Garde de 2* Classe d'Artillerie de Marine H. C, 
Administrateur de l'imprimerie. 
Ballly Paul, sous-cher d'imprimerie. 
Lecomte Henri, agent de 4* classe. 
Brot Fernaod, agent de 4* classe, Taisaot fooctioDS de correctenr. 

Détaclié» 

M H . BonrhiB Jean- Baptiste, garde auxiliaire de i " classe d'artillerie de marine, 
faisant fonctions d'agent comptable. 
Hubert Charles, commis de résidence do 3* classe. 
Service du départ, du magasin etde la comptabilité. 



D.g.tizeCbv Google 



GARDE INDIGÈNE 



La garde indigène de Madagascar na compose d'unités de nombre etd'effec- 
lif réglé! suivant les besoins par arrêtée du Gou¥erD<>ur Général ; elles sont 
placées comme force de police a raison d'une compagnie par province ou cercle 
sons les ordres directs de l'administrateur de la province ou du commandant 
du cercle. 

Chaque compagnie est commandée par un inspecteur ou un garde princi- 
pal de 1" classe, assiisté par un certain nombre de gradés européens à raison de 
an pour W indigènes \ elle est recrutée autant que possible parmi les habitants 
de u province ou du cercle ofi elle est stationnée et dont elle porte le nom. 

La garde indigène de Madagascar a été organisée par un décret présidentiel 
eu date du 11 juillet 1893. 

Ce décret (voir aux actes administratifs) règle la hiérarcbic, le recrutement, 
les conditions d'avancement, la aolde du personnel européen ainsi que les peines 
(liiH:iplinaires qui lui sont applicables. 

Le délait de l'orgnaisation et de l'administration des unités, la hiérarchie, 
le recrutement, l'avancement, les effectifs, la solde et l'armement du personnel 
indigène ainsi que les peines disciplinaires qui lui sont applicables, sont réglés 
par arrêté du Gouverneur Général [voif aux acies administratifs). 

Ud inspecteur placé à Tananarive porte ie titre d'administratenr central; 
placé sous les ordres du directeur des affaires civiles, et secondé par deux gardes 
principaux, il est chargé de la comptabilité des différentes compagnies de milice 
de rtle. 



îdby Google 



«b, Google 



CORPS D'OCCUPATION 



x>s :s^.A.r>.^o-.^so.A.zi 



SBftVICES IILITillES ET COirS DE TKdlFES 



iQénértlCt en C/i«f. 
EUtt-Mt^r. 
Conaeila d« É'^^'''^- 
Ssrvioe administratif. 

' Sarvic» de tante. 
Oirëction du Génie. ' 
Direction d'Artilterie. 
Gendarmerie. 

i Service vétérinaire. 



Génie. 
\ Artillerie. 
I î3» de Marine. 
I Bataillon de Légion. 
\ Régiment colonial. 
1 1»' Mhlgaohe. 
[ 2» Kalgaohe. 
, C* des ditoiplinairea. 



Turrrau de uduaku 
DIVISION NâVALE 



îdby Google 



«b, Google 



CORPS D'OCCUPATION 



liAiA.T>J^<3^A.BC}.A.:R 



Oénéral commandant en chef 

H. oaU^KNI, g. 0. #, 0. 0, Géaérsl de brigade d'iaraoterie de marine, 
Gouveraear Général de Madagascar et Dépendances. 



HU. BAB^tln* A, lieutenant d'infanterie de marine, orocier d'ordonnance. 



DigmzedbyGoOglc 



ÉTIT'UJOI DU C0IF8 D'OCClfAntH 



un. Qénxdj ft,'0, lieutenant-colonel d'infanterie de marine, cber d'Etat- 
HBJor. 
Deboa, chef d'escadron ri'artilteri« de marine, sous-chef d'Et&t-Maj^or. 
Uioliel, lieutenant d'artillerie de marine, adjoint au chef d'Etat-Htyor. 



1" BUREAU 

H. Fandet, capitaine d'infanterie de marine, chef. 
Personnel militaire — Budget miii-iUH. Chasles, 'ft, capitaino d'infan- 
laire — Administralioudescorp&etservi-l terie de marine, 

ces -Service de santé — Recrutement— I OeofFroy, lieutenant d'iofaolerie 
Uobitisation — Réservefa — Justice mîli-i de manne, 

taire — Télégraphie optique. \ Dominé, #i id. 



2* BUREAU 
M. Hellot, it, cppitaîne du Kénie, chef. 
Opérations milïuires — TransportsiUM. Mortténil, ft, capitaine d'infan- 

— Ravitaillement — Artillerie — Géniei lerie de marine. 

— Travaux et constructions — Remontei B«gon, capitaine d'artillerie de 

— Flottille- [ marine. 



8* BUREAU (1) 

Serrfoe topogr^hiqu» g/éographiquo du Corps ^oooupatjon 
Chef de bureau . .! HM. Mârieimo-Iiiioas, capitaine d'infanterie de marine. 
Officier-adjoint. . .\ Bodez, lieutenant d'infanterie de marine. 

OfnGÎeivad]oint...[ Inng, lieutenant d'infanterie de marine. 

SECTION GÉODÉSIQUE 
Chef de section...! HH. Domedl, fi, capitaine d'artillerie. 
Officie r-adioint. . . } - Iiallemand, capitaine d'arlillerie. 

Officier-adioint.. ^ " * —■'-■-' ■'•—'■ii~~~ 

Offlcier-adjoinl.. 

Il) Ii< burean tonoRnphlqne de ]'Et«t-U*]or comprend Irais Kte11«n : 

I* Un atelier d« detiia clmrgé de la cooidlnUton et de la. leloote dn documeoti de I* orte; 
9* Un atelier de phologoptiie eh>rg< dei reproductloos et igrand lue menu ; 
3° Un atelier de iraTure chargé deitlrases et pablicationa; celui-ci se «ubdWiic lui-mtme ci 
-" — '- lilbograpble. de liacograplile et d'autMTspbie : cette demltre doit m trapirarmer ci 
pographle-lmprlmeric et ape leclioD d'Mlloira 

ippreall* indlii^net, aujnQrd'hi 



on de Ijpograptïre-lmprlnieric et ane lecUon d'MlloiraTure e>l i l'étudi 

^eperaonoel technique, formé au dïbald'un nnyau Iriitalble de militaires européena empruotét 



Cet ateliiin tont donc, en outre, de Téritsbie* écnin p cletsionnellei formant, pour plua ti 
ouTrien ■péclallilei dont la préience dana la loionie lera dex plui uiilri. 



4* BUREAU (Presse) (S) 
M. Baadoniii, ^i r^pitaioe d'infanterie de marine, chef de buresn, 

Prftue — Journal Officùl — Revae^ UM. Panooa, c&pjtaiae d'iDAnterie 
Nùtet, RecOTmaû$ttneei et^xptoratiota--) de marine. 

Aannaire de la colonie — Almaaachi Tailler, lieutenuit d'infanterie 

malgaetie. l de marine. 



ARCHIVES 

Situations péri odique<< — Coatrdle — I 



UUIlunt m trtraux de U. OriDdiditr et dïi R. P. Koblct el Colla, In cirtci ïaUrltiim da 
■errlce iCosnpblqne de ïnmit el dt Ubiimii, «le., «Inai qua le- DDmbreux llinenlre* «t nrlM 
pâtrtiellei dût aux ot^clen da Corpi d'occuimtton, le bureau topograpbique s pu établir : 

1* Udc carte au I/IOO.DOO du plateau central en S8 feutlln, compnnacl: VobilEDa, Ankuobé, 

Anloiorobéi Tananulte, \f. lac lUsj, Betafa et TalnJoariTO, «Dit une *-'- -■- ~- ~~ ..., — . 

carré*- Ce* mappe*, eoToiécs à Psrlt «u aerrlce iiéoEnphiqur de 1 
pour U mollié, èditéei rt en vente dam la couraot de l'année 18M ; 

9* Dei orles au I/IOO.OOO dei euTlruni de Diégo-Suarci, Tamatave, AndeTorante, Ambaton- 

3- û wrte (ttuérale de l'Ile an 1 
rive même. Cette carte, amplifiée ai 
de 9Q mètrea de bailleur. 

L« bureau lopagrapbiqne a publié peodanl la période 1B97-te et tleul à 1» diipoalUoa dea Mlon* 
et TOiageof» : 

I* Lsa enTirona de TanauiriTe aa l/tO.OOO, eu S reulUea tlrtet en eouleui ; 

9* Le carie dei étapea au lAOO-OOO, en IS feuilles pour la partie de Uadaiiaiear éomprlie entre 
Ilaijunga et A.niboblmandro«i, au Sud de Pianmatsoa : 

3> La Mrte de* iUnérairei tuirti dani la pravluce de Fort-Dauphin au 1/750.000 par le réildent 

t* La' carte *a l/VM.OOO dn cercle d'Ankaiobé ; 

V La carte gëoénle de l'Ile au I/^.SOO.OOO publiée en 2 feuillen tlréea en coitleun ; 
VUnecoUecliondecarleaadniinlatratlTeaaul/S.SDa.OOO.lciifeuilleaencouleurideSoaTlnandrlail*, 
ll<aondaTB et Aakarandra, de la carte générale au ilUM.OUO. des tirage* proTlaoïrea lOi papier 



ferro-prulalate delà carte adminlttratlve au l/l.DOO.CÔO, euBu uue série de cartes, cn>qnIj,dea>iDi 

-'- 're*. loli de colonlwtioa, plaa dei prlucipalet ville* qui ligureal dsn* U collection de U 

Mtntutllt et qui canitltuent dei documeuli déttiUéi pour de Bombreus polnla on régiou, 



da l'ILe. 

(S; Le bureaa de 1* pi 
Offlciel de Madagaacar i 
Sxplorationi. 

Le Journal Of/Mel parait à B ou IS pages, le mardi, le jeudi et le lamtdl. Aux acte* offlelela. 
loi*, décrpli, arrèiea, ciiculairea, inslructlona, btI* d'adjudicallou*, d'Immatriculation a d'immeublea. 
cabloirammes de la Métropole, etc.... fait sulle une partie non otacieUe contenant da*.i DOufélles 
et laiormatluna, des notices commercislea et agricoles enroyées par le* chefa de provluce ou de 
cercle, de* rapport* de TOiages ou d'opératious mllltalrea, des études aur lei traraui pablici el 
lea cum mu niellions, aur ics différentea ludualrles et caiturea eiiatautes ou i teuler dans l'Ile, sur 
l'etbnologle. 1b mloérsIoiEie, etc., émanantdet faocliopiialrea, officiera :a colooa, en un mol, tous les 
renaeignementa Jugé* utiles pour (aire couaallre les ressources de la colonie el lea moieus d'en llret 

Le journal contient en outre les mercurlaist des marché), le* moniements de convola mar- 
cbnnd), les avis relatifs atii arrivées et déparia de bïteaui. 

Endn, la dernière page rat eontocrée 'aux annonce*, offre* et demandea d'emplois, avis de 
Tente* et d 'acheta. 

! mensuelle (Sota, Rtcrmnaiaanci et Exploration*), publlcallon de IH à SOO 



page*, oTuèt d'une douzaine da gravures, cartea ou plans, coallant des artiolea i 

ttendneou plu* scienlISque. dCiaésslement sux officien et fonctlooiuklrei. BllBasurioui i>our oui 

l'élade détaillée des différenls Iota de colonisation, dea reasourcea mlniËm el foretilirea de l'Ile, 



_j géoHraphle, aon ethnographie, élc. Elle est leiminée par un bôlletln menaa*! 

.^ il les prinêlpaui événemeats du mois. 
Onir* lé* périodiques, le bur«M de la prMM a pBbUé, pou l'aoBé* ISN^ un aUusaeb malcMU 
Il la prtMiit anaiulH. 



t,:cc.;,C00gIC 



Offlden 2. 0., commandanti torritatiaui 

un. SacUlon, >jî!, colonel d'infaoterie de marine commandant le 2* lerriloire. 
Lyaatey, ^, UeuteDant-colonel de cavalerie commandant le 4* territoire. 
OouttenfegM, 0. ifit, lieutenaDt-^oloneld'infaDteriede marine commandant 

le 1" territoire, 
Hiobard, A, chefde bataillon d'infanterie de marine commandant le cercle 

des Baraa. 
Taapin, #, chefde bataillon d'infanterie commandant le cercle d'Arivoni- 

mamo. 
I<âmolle,#, cbef de bataillon d'infanterie de marine commandant le cercle 

d'Analalava. 
Pranqaet, #, chef de bataillon d'infanterie de marine commandant la 

province tl'Andevorante. 
Toâuenne, #, capitaine d'infanterie de marine commandant le cercle de 

Tuléar. 
Datrie, A, capitaine d'infanterie commandant le cercle de Fort-Dauphin. 



JUSTICE IILITAIIE 



comcn. DE KÉvaiM 

[La oonnil dt riviaion «1 lé» d«ujt oonaéila d« guern tiigMt A Tananar/v» 



un. Houry, 0. #, colonel du 13* rég. d'inf. de marine, prétidenl. 
Stnaas, 0. «•, chefde bataillon du génie, j'u^e. 
Matra, -ft, chefde bataillon, 13* rég. d'iaf. de marine, j'u^e. 
Eren, -ff, commissaire-adjoint, committaire du Gouvememenl. 
CaBlier, adjudant, 13' rég. dinf. de marine, greffier. 



V CONSEIL DE OUCME 

MM. Boqaea, 0. #. lieutenant-colonel du génie, prétidtnt. 

Serrant, A, cnef de bataillon , i 3' rég. d'iaf. de marine, juge. 



._ _ i, capitaine, artillerie de marine, juge. 
Koanlg, lieutenant, 2* régiment malgache, ju^e. 
Domarohl, adjudant, gendarmerie, jvge. 
Piolioii, capitaine H. G., commUtaire-rapporteur. 
Bonn, adjudant, 13* rég. d'inf. de marine, greffier. 



2* eONSEN. K WERK 

MM. ânuuU 0. m, lieutenant-colonel, 13* ré^. d'inf. de marine, pténdent. 
ZieUrdeox, Âj chefde bataillon, 2< régiment malgache, jutre- 
Feny, j)K, capilaine, génie, jvge. 
Benout, lieutenant, 13* rég. d'mf. de marine, Jitge. 
NoU, adjudant. S' régiment malgache, juge. 
Jaoqaot, cajiitaine H. C, commùtaire^apporteur. 
Rayiial, adjudant, 13> rig. d'inf. de marine, greffer. 



■,:cc.;,C00gIC 



SERVICES ADMINISTRATIFS 



Les services administratifs sont assurés pas des ofBciers do comnissariat 
colonial, ayant sous leura ordrex, pour le service des bureaux, des agents et 
commis du commiauriat colonial, et pour le service des magasins, des comp- 
tables coloDiaux, gardn- magasin s et ma^BBiniers. 

Ils ont dans leurs attrioutions l'administration et la comptabilité générales 
des services militaires et maritimes de la Colonie. Ces attributions sont déSnies 
dans les articles 88 à VS du décret organique du 28 décembre 188S, le décret 
financier du 20 novembre 188S et les décrets des 3 octobre 1882, 20 octobre 
1887 et 7 octobre 1889. 

A. Admlnistratioii des Serrioes ICÏltaireB 

1* Etablissement du budget des services militaires — Liquidation et ordon- 
nancement des dépenses du budget colonial [Services militaires) — Surveillance 
de l'emploi de:) crédits ouverts — Reddition des complus flnanciera. 

3° Surveillance administrative des corps de troupes — Revues — Solde ~ 
Indemnités — Fournitures en nature — Solde des orBciers sans troupes et as- 
similés, des employés militaires et des agents eotreteous — Tenue des matricu- 
les et des contrôles — Gestion des successions des militaires et fonctionnaires 
décédés dans ta colonie — Prisons militaires. 

3' Approvisionnements — Recette, garde, conservation et délivrance des 
vivres aux corps de troupes — Comptabilité du service des vivres — Prépara- 
tion et passation des marchés — Service de l'habillement, du campement, de la 
literie et du casernement des troupes — Liquidation dos dépenses de matériel — 
Etablissement des comptes généraux du matériel. 

4° Surveillance administrative des directions d'artillerie, du génie et du 
service des hûpitaux — Contrôle des travaux et entreprises, et de remploi des 
matières et de la main-d'œuvre — Adjudications pour fournitures et entrepri- 
ses — Matricules et inventaire des immeubles. 

S* Transports par terre et par mer — Liquidation des dépenses y afférentes 

— Administration et entretien des flottilles tockles. 

B. Admlniatration des Servioes Uaritlmea 

Liquidation et mandatemen t des dépenses du service Hariae dans la colonie 

— Comptabilité du matériel et des vivres de la marine en dépôt dans la 
colonie — lascriptioa maritime ~ Bris et naufrages — Police de la navigation 
et des pèches maritimes — Domaoialîté publique maritime — Peations et se- 
cours. 



Ti!<!iNAKIVS ET JUtKONMSSEUNTS 

Commiss{àres~adJoints 
HH. Nognèt, #, chef des services ailmiDistrati&. 

Erra, 4t , approrisioDoements, travaux et transports. 



■izcc./Cooglc 



- 168- 

Sous-commitsaire 

H. notais, commissaire aui revues. 

Aida-tommissaires 

HH. Rn«t, chef du «ecrétsriat, 
Fabre, commissaire des fonds. 

Agent 

H. OaMOi^reii, revues (troupes). 

Sous-agent 

H. Camonlllj, apurement. 

Commis de ï"* classe 

H. Halroilln, #, approvisi«nQemeatB, travaux et transports. 

Commis de 2' classe 

NH . F4Un«, revues (sans troupes). 
Honttet, revues (saos troupn). 
Prieur, approvisionnements, Uwaus et Iransports. 

Commis de 9* classe 
HH. Oadei, fonds. 

Baasùd, revues [troupes]. 

Llnard, approvisionnements, travaux et transports. 

Miohelot, approvisionnements, travaux et transports. 

Orenler, fonds. 

Duaé, revues (sans trouves). 

Didier, apurement. 

PonUet-Measouhalta, secrétariat. 

LMToix, revues (sans troupes]. 

Gardes-magasins de S* classe 
MM. QniUohini, babUlement. 
Daguerre, subsistances. 

Magasinier de 4* classe 
M. Martin Antoine, subsistances. 



Magasinier de -i* classe 
M. Oaudin, gérant d'ansese. 



TUUmï ET UIONDISSÏIENTS 

Commiasain-adjoint 
H. LmiiéT, 4t. chargé do service admiaistratif. 



.;,C00gIC \ 



Sous-commissaireii 
MM. Bovmiul, commissaire aux apprOTisioiiDemeats, transports «t tra- 
vaux. 
François, comnpissaire aux revues et ioscription marilime. 
AideS'C9mmissaires 
Mil. Laffiranqne, secrétariat, fonds. 

Saleine, approvisionaemeots et transports. 

Commis de î" classe 
H. Hongraville, secrétariat et fonds. 

Commis de 2» classe 
MU. Berthtd, revues et inscription maritime. 
lûohelot, revues et 'nscription marilime. 
Xjoolère, revues et inscription maritime. 
Bâillon, rernes et inscription maritime. 

Commis de 3' classe 
MU. Zasmita, revues et inscription maritime. 

DermenonvlUe, approvisionnements et transports. 
Pasteur, approvisionnements el transports. 
De BaUmann. approvisionnttnentset transports. 
Georges, revues. 

Garde-magasin principal 
M. Th^rand, habillement. 

Garde-magasin de 1" classe 
Ha BaoheUer, approvisionnements. 

Magasinier de 2* classe 
U. Boitin, vivres. 

Magasiniers de 4' classe 
MH. Binaldo, approvisionnements. 
Oaadoit, id. 



ANOEVORAUTE 

Garde-magasin de 1" classe 
M. CaveUer, gérant d'annexé. 



MAHATSAM 

Magasinier de X* classe 
M. Nordey, gérant d'annexé. 

Magasinier de .V classe 
M, Goipel, approvisionnements. 



SANTARAVT 

Magasinier de 4* classe 
U, BatUon, gérant d'annexé. 



byGoogIc 



— 170 - 

VATOMAHDRY 

Magasinier de 3° classe 
H. Trinquefort, gérant d'annexé. 



MARAIMART 

Magasinier de 4' classe 
[, gérant d'annexé. 



VlM&K et iUOKIDISSlIIEliiTS 

Commissaire-adjoint 
M. Htrtin Henn, chargé du service administratif. 

A ide~Commissaire 
U. ToniMlinr, revues. 

Commis de S'xlasse 



Commis de S' classe 
H. De^jardisa, revues. 

Magasinier de i" classe 
M. Antésor, approvisidnaemenis. 

Magasiniers de 2* classe 

MH. Marie, approvisionnements. 
Boliard, id. 

Magasinier de 3' classe 

U. Masséaux, approvisionnements. 

Magasinier de 4** classe 

i. approTiaionneinents. 



Sous-commissaire 
M. Hanin, chargé du service administratif. 

Garde-magmin de 3' classe 
M. Bogeon, approvisionnements. 



byGoogle 



~ iH — 

MEVATANANA 

A ide-commissaire 
I, charfé tlu service administratif' 

Magasinier de 4' classe 
M . Félix, approvisionoements. 

MÉ«-*SUAREZ 

. Commissaire-adjoint 
H. Oranierde CaSHgnao, A, chargé dti service admiDistratif. 

Ageru principal 
M. iMng, chef des détails administratirs. 

Commis de 1" classe 
M. Oillooet, détails admiaistrotirs. 

Commis de 3' classe 
U. Jngaant, détailfl administratifs. 

Garde-magasin de 3' classe 
M. BoQbin, approvisionnemeats. 

Magasinier de 2* classe 
H. Looien, approvisiODoeiiients. 



HOSSI-IÉ 

■ Garde-magasin de 3* classe 
M, Frsnoinfl Bassindnune, dépAt de la marine. 



îdby Google 



SERVICE DE SANTÉ 



Les fonnalioQS sanitaires du Corps d'occupalioa comprennent des bApitaux, 
desambulaoces et des iafîrinerîes de garnison. 

BdpitaïuE et ambnlanoei. — Les hôpitaux et les ambulances ont pour 
objet d'assurer le traitement des officiers, lonctionnaires, soldais, empJoycs et 
agenlR des services civils et militaires et de leur famille. Ils pourvoient étale- 
ment au traitement des colons, des marins du commerce, de leur famille, des 
iodigènes et de tonte personne qui serait de passage, en missioo ou en résidence 
dans la colonie et ne pourrait se procurer les soins nécessaire^. 

Trois bdpitaui et douze ambulances fonctionnent dans la colonie. Les hôpi- 
taux sont à Tananarive, Tamatave et Hajunga ; les ambulances à Diégo-Suarez, 
Andevoranle, Befnrona, Horamanga, Fianaranisoa, Hiarinarivo, Ankazobé, Am- 
balondraïaka, Betafo, Horondava, Tiiléar et Fort-Dauphin. 

Bdpitalde Tananarive. — Cet hôpital est établi dans des bâtiments construits 
par les Anglais avant l'occupation française et servant d'hôpital pour les Malga- 
ches. 

Les ronstruclions actuelles, insuffisantes et mal appropriées aux besoins de 
malades européens, vont âlre augmentées d'un bfttimenl ik étages qui sera livré 
au commencement de 1899. 

A cet établissement sont rattachées administrativement les ambulances de 
Betafo, Hiarinarivo, Ankazobé, et sur la ligne d'étapes celles de Moramanga et 
de BeforooB. 

Toutes ces formations, améliorées ou en voie d'amélioration, donnent leurs 
soins non seulement aux militaires, mais encore, dans des locaux spéciaux, k la 
population civile indigène, à laquelle sont distribués gcatuitement, aux frais du 
budget local, les mëdicaments nécessaire^. 

Les consultations, auxquelles la population se rend déplus en plus, complè- 
tent le service médical. 

Hôpital de Tamatave.— Antérieurement installé en plein centrede la ville, 
dans les conditions les plus défectueuses, il a été reporté aux Uangcriers. Qua- 
tre pavillons à étages en conTposent la partie principale. Des baraques provenant 
de 1 ancienne formation sont affectées a différents services. Tel quel, il est très 
supérieur h la formation qu'il a remplacée, sans pour cela réunir les conditions 
d'un hôpital type. Un projet h l'étude comporte la construction de bâtiments 
neufs à la pointe Tanio pour servir k son installation définitive. 

Les ambulances administrées par Tamalave sont celles de Fort-Dauphin, 
Fianarantsoa, Andevorante, Ambatondrazaka, Diégo-Suarez. Elles fonctionnent 
comme celles précédemment énumérées. Celle d'Andevorante, qui, aprës le per- 
cement des pangalanes, ne se trouvera plus sur la ligne d'étapes, sera très pro- 
bablement transportée à Uahatsara. Celle de Fiitnarantsoa, dans un pajrs d'ave- 
nir, est une des plun importantes. Le nombre moyen des malades qui y ^nt 
traités tendra è la faire transformer en hôpital, muni de moyens d'action plus 
grands et installé dans des t)atiments moins précaires. 

L'ambulance de Diego, primitivement au cap Diéjgo, où elle occupa les locaux 
de l'ancien hôpital, a été reportée k Antsirane, dont rhospice civil est supprimé, 
comme trop coûteux pour les services qu'il rendait. 



■,:cc.;,C00gIC 



— iia — 

L'ancien hApiUl defiendra le loËaret de la. colonie. 

Hft^tal de Ui^Jimga. — Bat actuel lemeot, h canse du mouvement de pé- 
aétretioQ dans l'Ouest, le plus important de la colonie. Malgré le parti qne 1 on 
a su tirer des restes de l'ftDcieD hûpilal de campagne de la guerre, il est, bien 
qae placé dans une excellente position, très défecCuens. 

Sa reconstruction définitive est à l'étude. Les ambulances de Morondava et 
de Tuléar, qui, elles aussi, ont pria une importance sérieuse, lui sont rattachées. 

Infirmerlfli de garnison. — En dehors des ambulances, les soins médicaux 
sont donoéft dans des formations dites infirmeries de garnison. Les infirmeries 
de g^arnison eool eiclusive.ment réservées au trailement des militaires. Ces for- 
mations sanitaires sont gérées par les conseils d'administration des corps de 
troupes ; certaines sont établie? dans les centres, tels que Tamatavc, Tananarive, 
Majunea; les antres ont été créées au fur et à mesure des besoins de l'occupa- 
lion; lODctîonnant d'après un autre sj'slème que les infirmeries-ambulances, 
elles ne peuvent être considérées que comme des formaLion« très temporaires. 

Le but à atteiodre, une fois les divisions administratives bien établies, sera 
d'sïoir une ou deux ambulances, suivant l'importance de cliaque division. Des 
médecins mobiles assureront, en outre, b visite des postes. Cette visite régu- 
lière des postes isolés devrait pouvoir Être faite partout, mais la faiblesse des 
effectifs médicaux s'y est, iusqu'ini, opposée. 

A Sainte-Marie, un médecin assure les soins h la pojiululion de l'flc. Depuis 
i>n an environ, un autre médecin a été détaché à Manaojary. Valoniaodry benc- 
Hcie depuis peu des mêmes avantages. 

Admission des malades dans les formations hospitalières. — Les 
malades sont admis dans les formations hospitalières sur la préseotation d'un 
billet d'hôpital signé par un médecin et par le commandant de l'unité on par le 
chef de l'admiolstration à lafjucHc ils appartiennent. Dans le cas d'urgence. 
les malades sont reçus sans billet ; cette pièce est ensuite réclamée à qui de 
droit par le médecin chef. 

Les particuliers doivent en entrant déposer une provision ou caution de 

Suinte journées de traitement, renouvelable si l'hnspitalisatinn se prolonge au 
elà de miinze jours ; h la sortie, te médecin chef leur remet le reliquat de la 
Komme déposée à titre de provision. En cas de décès, les frais d'inhumation 
Eoot im[)utés à la succession. 

Les indigents sont traités aux frais du budget local. Leur billet est signé du 
médecin qui les a visités et du comiqandant dn cercle ou de l'administrateur 
chargé de constater l'indigence. 

Tarif des joomAes de traitement- — Le prix de-la journée du traitement 
des malades traites à charge de remboursement dans les hôpitaux et ambulan- 
ces du Corps d'occupation est fixé ainsi qu'il suit ; 

Civils européens/ ofBciers 10 francs. 

traités com-| sous-onicierfi. 6 — 

me t soldats S — 

lodigèoeB traités comme soldats indigènes 2 — 

OonsnltationB grainites. — Dans toutes les localité.s oîi existe un hôpital, 
une ambulance ou infirmerie de garnison, des consultations gratuites sont 
données aux indigènes et aux Européens indigents dans un des locaux de la 
formation sanitaire. 

L'heure de la consultation est fixée par le médecin chef; génénlemeot, les 
malades sont examinés de 9 heures h. 10 heures du matin. Les médicaments 
leur sont délivrés à titre gratuit. 

Déllrranoe des médioameats. ~ Dans les localités oii il n'existe pas do 
pharmacien civil, les médicaments et objets de pansement sont cédés, à charge 
de remboursement, aux colons, aux ouvriers civils du génie, de l'artillerie et 
des services administratifs, aux miliciens et aux indigènes sur un bon signé de 
leur médecin traitant. 



Dm.t.zcc ..Google 



— 174 — . 

Les colons et JCB fonclioonaires doot le traitement est supérieur à 3.000 
francs paient leurs médicAinents en les recevant; le tnédecin traitant établît le 
bon, le médecMi cher ou le pharmacien le décompte d'après les prix de la 
nomenclature majorés de 30 °,',; le comptable de la formation sanitaire en reçoit 
le prix et délivre un reçu. Les fonctionnaires dont le traitement est inférieur û 
3.0CO francs touchent, ï titre gratuit, leR médir^aments dont ils ont besoin; le 
montant des bons est remboursé au service de santé par l'administration à 
laquelle ils appartiennent ; leurs bons doivent être signés du médecin traitant et 
visés par leur chef de service. 

Des médicaments sont délivrés h titre remboursable aux ouvriers civils de 
l'artillerie, du génie et des services administratifs. Le montant en est retenu 
en fin de mois. 

La valeur des médicaments délivrés aux indigènes et aux Européens indi- 
gents est imputée au budget local. 

Les cessions de médicaments ne doivent pas être inférieures à fr. 2S. 

Personnel. — Le directeur du service de santé a sous ses onires la totalité 
du personnel des divers services hospitaliers: officiers du corps de santé, 
religieuses, aumOniers, personnel administratif, infirmiers permanents et tem- 
poraires, ouvriers et gens de service, etc. etc. 

Des religieuses de l'ordre de Saint-Joseph de Cluny sont attachées aux 
hôpitaux de Tananarive, de Tamatave et de Uajiinga. Elles assurent le service 
lies malades, de la dépense, de la cuisine, de la lingerie et de ses annexes. Cn 
numAoler est attache à l'bOpital de Tananarive, un autre sera prochainement 
<lésigné pour l'hôpital de Taniatave. 

A défaut d'aumOnier titulaire, un prêtre de la localité est corn mission né pour 
assurer le service religieux à l'hdpital dcUajungaet à l'ambulance deFianarantsoa. 

Un personnel administratif, emprunté aux agents et commis du commissa- 
riat ou au corps des comptables, est cbargé, dans les h Api taux, de la comptabilité 
et des écritures sous la direction du médecin chef. 

Personnel infirmier. — Le corps des infirmîera coloniaux a été organisé 
par décret du t* février 1889. 

Ce personnel militaire d'inflrmierg permaneats est affecté aux services des 
hôpitaux et ambulances ; il forme deux catégories. 

La 1" catégorie comprend : 

Des infirmiers chefs de l" •:lasse assimilés aux pramiera maîtres de la marine. 

Des infirmiers chefs de 2' classe assimilés aux premiers maîtres de ta marine. 

Des infirmiers majors de 4" classe assimilés aux maîtres Infirmière, de la 
marine. 

Des infirmiers majors de 2* classe assimilés aux seconds maîtres infirmiers de 
la marine. 

La 2* catégorie comprend : 

Des infirmiers ordinaires de 1" classe assimilés aux matelots infirmiers de 
la marine. 

Des infirmiers de 2' classe assimilés aux matelots infirmiers de 2* classe- 
Les infirmiers coloniaux sont soumis aux dispositions des lois et règlements 
qui concernent la discipline et la police des corps militaires de la marine. 

Au point do vue de la pension, ils sont retraités par application de la loi ries 
18 avril 1831 et 6 aojll 1883, concernant les pensions de l'armée de mer. 

La solde, les accessoires de solde et les indemnités diverses à allouer aux 
infirmiers coloniaux sont réglés d'après les tarifs annexés aux décrets des 3 
juillet 1897 et 7 février 1898. 

l^es infirmiers peuvent être appelés ii concourir a la tenue des écritures du 
bureau des entrées, du bureau do médecin chef, du pharmacien chef; ils reçoi- 
vent à ce titre une allocation supplémentaire variable auivant le grade ou la 
catégorie. 

EcriToins auxiliaires. — En ^as d'insuffisance du personnel des compta- 
bles et des infirmiers, il peut être recruté sur place dos écrivains auxiliaires. Ces 



— ns - 

écrivains sont nommés, avancés, licenciés par lo Gouverneur Général sur la 
proposition du cbef du service de liante. La rétribution k leur allouer e^^t fliéc 
sur la proposition concertée du directeur du service de santé et du chef du 
service admiDistratif. 

Les écrivains auiiliaires ont droit h la gratuité Aa traitement, en cas de 
maladie pendant la durée de leur service. 

0«iiB de Borrioe. — Des cuisitiiere, ouvriers, journaliers, liugères, blan- 
chisseuses, etc., etc., sont altacbés aux divers établisscmentB hospitaliers. 

Le recrutement de ce personnel est fait directement p^r tes médecins chefs 
des hôpitaux et ambulaoccs ; les salaires à leur allouer sont fixés par le direc- 
teur du service de santé sur la proposition du médecin chef. 

Les gens de service ont droit à la gratuité du irailement en cas de maladir. 

Penonnel médioal dea corps de troupes. — Dans les corps de troupes, le 
service médical est assuré par les médecios de la marine ou de t'anncG. 



i> Eii S o nsrnsTBL 



EXÏRNE 



DIRECTION 
XM. Lidin, it, médecin en chef de 2* classe, directeur du service de santé du 
Corps d'occupation. 
Bet^eux, i^, médecin major de 3° classe, adjoint au directeur du service 
de santé. 

HOPITAL MILITAIRE 

MH. Cftsiagnou» médecin principal des colonies, médecin chef de l'h6pital. 
Bonneau, médecin de l" cfasse des colonies, médecin traitant. 
1Ç>^**i 9ft pharmacien principal des colonies, pharmacien chef. 
Bâamd,- pharmacieu de I'* classe des colonies, hOpital militaire, phar- 
macien comptable. 
Femukd, pharmacien de l " classe des colonies, hôpital militaire. 

INFIRMIERS COLONIAUX 
MH. Dreaoli, infirmier-chef de 2* classe. 
Savart, in&rmier-maior de S* classe. 
Onérin, id. 

Leduo, id. 

Plnm, intinnier-major de 1" classe. 
Hésoimler, infirmier ordinaire de 1" classe. 
Ng-Tri-ffl, id. 

N^Tan-Bing, id . 

Ng-Tan-Trang, id. - . 

RaTintHid, infirmier ordinaire ûei* classe. 
VaTasseur, infirmier stagiaire. 

SERVICE DES TROLPES 
MH . Doval, ^, médecin principal de la marine, médecin major du 13* de marine, 
infirmerie de garnison de Tananarive. 



HH. 'VUlette, médeciD de 1'° cl&as6 de U marine, médeeiocberde l'iafirmi^rie de 
gftrniflon de Soanerana. 
* ~ ~m, 4t>, médeciD de i" classe de la marine. 



AHBULANCBS 



2.0: Xt.A.X.£.A.£r 0-.A. 
XH. LlArao, médecin de S* classe de la marine, médecin cbef de l'ambulance. 
ng-V«n-OA, inllrmier de l** classe. 



MM. Lecomte, médecin de S* classe des colonies, médecin chef de l'ambulance. 
Bnrtiaoioni, infirmier major de 2' classe. 
Ng-Van-IiA, infirmier ordinaire de 2< classe. 

BSX.A.FO 
MM. Demnx, médecin de 1" cla.sse des colonies, médecin chef de l'ambu- 
lance. 
Ch«7alier, infirmier de i " classe. 



INFIRUERIBS DE GARNISON 



.A.ZTJ'OZOXlOBâ 
U. Broohet, médecin de I" classe de la marine, médecin cbet de l'infirmerie 
de garnison. 



■VOUILBUA. 
H. Trlcard, médecin de l'' classe de la marine, médecin chef de l'infirmerie 
de garnison. 

M. BMioaMnat, raédecinaide-major de I'* classe, médecin chef de l'infirmerie 
de ganiison. 



XiflJLXfcZST.A.Xfcl'T'O 
.!tl. IiAClerc, médecin auxiliaire des colonies, médecin chef de l'infirmerie de 
garnison. 



posTB h6i>ioal 



M. Hiohél, médecin a tixiliaire des colonie», médecin chargé du service médical 
des chantiers de la rente. 



■,:cc.;,C00gIC 



— 177 — 

ËÈSim K U COTE EST 



HOPITAL MILITAIRE 

un. Sallebert, mëdeciD principal des coloaies, médecin chef de l'bôpital mili- 
taire. 
OUnuxcU médecin de I" classe des colonies, médecin résident. 
Le MoBl, médecin stagiaire des colonies, médeda traitant. 
Xér<b^ pharmacien de I" classe des coloniee, chargé du magasin 

central des approvisionnements. 
I^egmnlt, phannacien amiliaire de S* classe, hôpital militaire. 

INFIRMIERS GOLONUUX 

MU'. BoiBAt, infirmiei^cherdeS'clastc. 
Qallot, infirmier- major de 2° classe. 
Oruffat, infirmier- major de 2< classe. 
Lamoor, infirmier- major de 2* classe. 
Bracy, inflrmier-major de 2* classe. 
Antomori, infirmier ordinaire de 1" cUsse. 
Cloareo, infirmier ordinaire de i" classe. 
Hérode^ infirmier ordinaire de 2° classe. 
Kuiti, mflrmier ordinaire de 2' classe. 
HArode, infirmier stagiaire. 
Hosreaa. inSrmier stagiairc- 
LebretoiL infirmier stagiaire. 
OeromimJ, infirmier stagiaire. 
Ouiohemare, inrirmier stagiaire. 

SERVICE DES TROUPES 
M. Barrème, it, médecin principal de la marine, médecin cher de l'infirmerie 
de garnison. 



AMBULANCES 

DIËtGI-0-SXJ.A.ZtSZ 
HH. Bumerot, médecin principal des colonies, médecin chef de l'ambulance. 
Huard, médecin de t" classe des coIodîch, chargé du service médical k 

Aitsirane. 
Thlré, infirmier-major de 2* classe. 
Ribea, infirmier ordinaire de 1'* classe. 
Saka, infirmier ordinaire de 1" classe. 
Fontaine, infirmier ordinaire de 1" classe. 
Parent, infirmier ordinaire de 1" classe. 



A.XTr> E'VO R.A.XTXE 

MU. Ohauvean, médecin de 1" classe des colonies, médecin chef d 
lance. 
Sommagne, infirmier de l" clubSP. 



D=;,t,:cc.;,C00gIC 



— 178 — 
FOXiar-X>.A.T73>XZX£a' 
Hlf. Rsbonl* médecin des* classe de U mariDe, médecin cbef de l'ambu- 
lance. 
Thtnnas, înfirmiei^ma^or de I* elasse. 
Orall, infirmier ordinaire de i" clasee. 



MU. Laffay, médecin de 3* cIssBâ de la marine, médecin chef de l'ambulaDce- 
Monnier, infirmier ordinaire de l" classe. 
La Qtxtt infirmier ordinaire de 3< classe. 



HH. Legendre, médecin de l'* classe de la marine, médecin chef de l'ambulance. 
Xté-Va&-Lao, infirmier-major do 2° classe. 
Ijintlnville, mfirmier ordinaire de 1" classe, 
w, infirmier ordinsire de 2» classe. 



INFIRMERIES DB aARNlSON 



T-A-^a. O rr.A.lkC O 



. Renault, médecin de 2* classe de la marine, médecin chef de l'infirmerie do 
garnison. 



i-çroxiÎBiî 

HH. Vallot, médecin de 1** classe de la marine, médecin des troupes da cercle.. 
Barillet, médecin de S* classe de la marine, médecin chef de l'infirmerie 
de garnison. 



P08TBS M&DICAmC 



médecio stagiaire des colonies, chargé du service médical. 



S .A.Z1^ T s -Xd: .A.RZS 

M. lUchel, médecin stagiaire des colonies, chargé du service médical. 



"V-A-T O 2.£.A. XTr> xt.'sr 
H. Robert, médecin auxilaire des colonies, chargé da service médical. 



^îooglc 



mm m ik mn ouest 



HOPITAL HILITAIBE ■ ^, 

MM. Onerohet, médecin de 1" classe dos colonies, médecin .^.hef de l'hApiUl. 
Lasnet, médecin de 2* clgasc des cotoniey,- m>idccin résident. 
lie Oorrs, médecin stagiaire des colonies, médecin traitant. 
Blooh, pharmacien de 2* cls&sc des coloôics, hApllal militaire. 

INFIRMIERS COtONIAUX 
HH. Horel, infirmiér-Biajbrde 2* classe. - V; _ . 

IjdOuilloit, infirraier-m^jor de 2< classe. .;^ 

Simonetti, iijRrmier-major.le 2*classe. ," ' 

Ng-Van-Thnoo, infirmier ordindre djB 1" classe- 

Oerphagnon, infirmiRr ordinaire de !'■ dusse. 

Quégaastf inllrmior ordiiisire de 2' classe. 

Sonmflt, mrirmicr ordinaire de 2* classe.. ,. 

Haiulot, infirmier stagiaire. 

SERVICE BES TROUPES 
H. Quidncheau, médecin stagiaire des coloniw, médecin chef de l'inHr- 
meric de garnison. 



AMBULANCES 



2.2 O Zl O XT 13 .A.'V^ 

MU . de U Barrière, médeciB de 2' classe deiCDlonies, médecin chef de l'ambu 
lance. 
LeRo^, infirmier-major de 1" classe. 
Ooatnrier, infirmier ordinaire de I" classe. 



H. Petit, médecin stagiaire des colonies, médecin chierde I'ainbaln)c« ■ 



INFIRMEiqES DE GARNISON 

M. Oondé, médecin dé 3* classe de la marine, médecin chef dé l'infirtneHedu 
garnison. 



Digmzetiby Google 



H. Damond, m6decia stagiaire des colonies, médecin cbef de l'iafirmerie de 
garnison. 

U. Dwona, médecin amiliaire des colonies. 



SERVICE DES TROUPES 



B.A.S-IkC.A.Xr.A.ZidISOI'O 
H. Tkbnnt, #, médecin de S* classe de la marine, chargé du service médical 
des troupes. 



OEZiaZ^Zl I^E XX7Xiâ.A.XL - 



. SaTlguâo, médecin stagiaire des colonies, chargé du service médical du 
cercle. 



. DeUbutd«, médecin de S* classe de la marine, chargé du service des 
troupes. • - 



niSONNEL ADIMISTIATIF 



HOPITAL DE TAMNAMVE 

MM. Boj, garde-magasin de 1" classe, agent comptable de l'hApital de Tanana- 
nve. 
Sarély, commis de S* classe du commissariat, commis aua entrées de 
TnApital de Tananarive. 



MOPITAL K TAMATAVE 
Mil. Morand, garde-magasin de 1" classe, agent comptable de TbApital de Ta- 
malave. 
Paatonr, commis de 3' classe, commis aux entrées. 



■,:cc.;,C00gIC 



— i9i — 

nu. Sylluis, magasinier de 3* classe, chargé de la comptaliilité du magasin 
central. 
Pontaïut, magasinier de 4* classe, chargé de la comptabilité de la pharmacie 
centrale. 

MMTAL DE MAJUNIA 

HH. Gantier, magasinier de i' classe, agent comptable de l'hApital de Hajanga. 
Adrian, commis de 3* classe du commissariat, commis anx entrées de l'nA- 
pital de Usjunga. 



SCEUBS 


HOSPITALIÈRES 


H.St^PrisqBe, Sapérieure 


Isûavinandriana [Tananarive] 


S. Alphonse 
S. Plâllppe 


id. 


id. 


S. Btteiuie 


Id. 


S. Alix 


id. 


S. Joseph 
S. Adr&mie 


id. 

id. 


M. Rom des Angea, Supérieure 


TamaUve 


S. AngosÛne 
S. Philippe 
S. Ang^e 


iS: 

a. 

id. 


S. If ftthAlie 


Id. 


S. Marie du Oarmel 


id. 


S. I>oroth«e 


id. 


X. S^Denli, SupMeure 


Ihlunga 


S. Marie 


d. 




d. 


S. Benoit 


id. 


S. OltTier 


id. 


S. Uwnle 


id. 



«b, Google 



SERVICE DU GÉNIE 



La direcUon du géaic est chargée, ea principe, du service desconstniclions 
militaires k Madaga^ar. 

Elle se compose de r^oatre chefferies dont les sièges sont & Tananarive. De- 
foroaa. Tamalavc el Diégo-Siiarez. 

Elle est dirigpe par un lieutenant-colonel, qui est en mCme temps directeur 
des travaux pubrics, ce qui p<>rniet de faire particif)er les ctiefferies du .génie 
ftux travatii publics qui s'exécutent sur leur territoire. 

C'est ainsi que la grande roule de Tam;ilavc à Tanaaarive est construite. par 
les chefferies de Tamatave. de Beforona et de Tananarive. 

C'est ainsi, également, que le ctief du génie de Tamalave est en nll^me 
temps chef du service des ponts et chaussées, et que des officiers du gi'nie ont 
établi le projet de chemin de ier de Tamalave à Tananarive, les projets de difl'é- 
rents phares, le projet du port de Tatimlave, le projet d'organisation du port 
militaire de Oiégo-Suarez, et ont étudié l'immersion d'un câble autour de l'Ile. 

C'est un capitaine du génie qui est chef du service des mines. Le comptable 
de l'école professionnelle est un adjoint du génie. 

Par contre, les chefferies du génie comprennent dans leur personnel un 
certain nombre d'agents du service des travaux publics. 

Celte organisation procède, en somme, de l'idée générale qui doininc«n ce 
moment ii Madagascar,- et qui consiste à faire participer les officiers et les 
troupes à l'administration ^ à ta mise en valeur du pavs. 



TâtGKtrHIE OPWC 



Le service de la télé^ftpbie optique est rattaché à la direction du (fénie. 
[1 est assuré par une section spéciale que commande un ofHcier de cette arme. 
Le réseau a pour but, soit de suppléer ù l'insuffisance actuelle du réseau 
électrique, soit d'assurer les communications télégraphiques dans les i-égions 
où les ligues électriques ne présenteraient pas sulUsammeut de sécurité. 
Il se compose des lignes indiquées ci-après : 
Ligne de Tananarive à Mahato. 
Ligne de Tananarive h Miandrivazo. 
Ligne d'Ankazobé à Morafenobé. 
Ligned'AnkazobéÈ Anjozorobé et Am bâton drauikn. 



I>BTtSOIT3Sr3SXj 



^îooglc 



CKFFEME DE TANANANVE 

. StraoH, 0. #, chef de bataillon, chef du génie. 
Lamboley, adjoint de I" dssse du génie. 
Pndal, Â< Bcfjointde s* classe du génie. 
Bnmet, adjoint de 3° classe du génie. 
HaUlaxâ. adjoiot de 3* classe du génie. 
FoumUl, adjoiat de 3* classe du génie. 
Bunlllon, adjoint de 3* classe du génie. 



U. VIimI, adjoint de 3* classe du génie. 



CMErFEHIE DEDEFOROM 

MM. Caloni, '^, capitaine, chef du génie. 
Femud, #, capitaine du génie. 
Plonrin, capitaiop du génie. 
Xiéry, capitaine du génie 
Oirod, capitaine du génie. 
"-— "•*!, adjoint de 3* classe du génie. 



CHEFFEME DE TAMATAVE 

MH. Odl, #, rapitaice, chef du'gé 



CHEFFEME DE DIÉM-SUAREZ 

H. Sonutrqou, adjoint de 3* classe du génie. 



SECTION DE TÉliSRAPNIE DmQUE 

M. Balltrand, capilaioe du génie, chef de la section. 



KDyiCEDEtMMS 

H. HaïauijfM, #, capitaine du génie,4étacbé comme chef du service. 



D.q.tizecbvGoOglC 



SERVICE DE L'ARTILLERIE 



La direction d'artillerio de TiinaDarive est placée sous ses ordres; elle com- 
porte des ateliere ^ bois et à fer situËR k Soanierana, ua atelier d'armurerie et de 
DOtirreieric h Ampahibë, et, enSn, un atttlier des artifices au fort Voyron. Ces 
ateliers effectuent les réparations au matériel d'artillerie, aux armes porlativet, 
au matériel roulant, assureat l'entretien de ce matériel, procèdent aux manipu- 
lations des munitions, h leur encaissement et confectionnent les ariifices. A la 
direction de Tananarive, il y a lieu de rattacher les chantiers de la route de 
l'Ouest, dirigés par un capitaine, ayant sous ses ordres un capitaine, deux lieu- 
tenants détachés des batteries ou compagnies de conducteurs et trois sous- 
ofBciers. 

Les soDs-directiooB de Tamatave, Diégo-Suarez et H^uoga fonctionnent dans 
des condiUoDs analogues, avec un personnel plus restreint, souk le commande- 
ment d'un capitaine sous-directeur. 

La direction et les sous -directions peuvent,'avec l'autorisation du Gouverneur 
Général, exécuter des travaux à titre de cessions remboursables, pour tes diffé- 
rents services, lorsque les ressources industrielles des localîtës où elles se trou- 
vent sont insuffisantes. 

Ces établissements peuvent passer des marchés de gré k gré ou par adjudica- 
tion publique pour l'exécution de certains travaux, ainsi que pour la fourniture de 
matières et objets de différente nature nécessaires h la constitution des approvi- 



I>BIlSOIT3SrBXi 



Etat-Major particulier de l'Artillerie de Marine 

DMCCTHM DE TANANAMVE 

m. ds a*sqD«t, 0. it, O, lieutenant-colonel, directeur d'artillerie. 
KilHani, capitaine en 1", adjoint au directeur. 
Solmltz, capitaine en second, chargé des ateliers des artifices et d 

l'armurerie. 
Carrier, garde principal de 2' classe d'artillerie de marine. 

comptabilité et matériel. 
Oodbllle, garde de 1" classe, ateliers à bois et à fer. 
Lmghili, garde de 2* classe, conducteur de travaux. 
OftnclhoU, gante de ^' clause, contrôleur d'armes, 
OâQthlST, id. id. 



■izcc.;, Google 



•Oder» Jéteefcéa »■> irtnmmM de la r*ate 4e ■•)■■(• 

UH. Hawriéi, capîtaioe en secood, chargé des travaux de la route de Haiuoga. 
Ménard, ca{ntaÎDeeneeGond,einployé aux travanx delà roule de Iftguoga. 



SOUS-MRECTMM DE MÉW-tUAKZ 

. Ijolontre, j)t!, chef d'escadron, sous-<]irecleurd'artiIlerie. 
FeiToad, ^, capitaioe en i", adjoint au sous-di recteur. 
Duboisset, garde de l'* classe, atelier des artifices. 
ICloohat, garde de 2' classe, conducteur de travaux. 
PaaclMTd, garde de S* classe, ateliers à bois et à fer. 
Thomas, garde de 3* classe, ateliers à bois et à fer. 



SOUS-DIRECTIOII DE TAMATAVE 

HV. Ooronff, capitaiDe en second, sous-directeur d'artillerie. 
Begrtdn, garde de &■ classe d'artillerie de marine, 

comptabilité et matériel. 
Audoye, garde de 3* classe d'artillerie de marine, 
complabtlité et matériel. 



SOUS-DIIIECTNm DE MAJUMA 

. Ducret, capitaine en second, sous-directeur d'artillerie. 



1,:cc.;,C00gIC 



GENDARMERIE 



Orgmnisatioii. — La seDdarmerie de Madagascar, qui ne comptait jusqu'au 
i mars 1897 qu'une trenlainede gi-ndarme? réunis h TansDarive, a «té renforcée ii 
lette date par l'éli^nient indigène introduit à titre auxiliaire. 

Le chiffre des gendarmes indigènes a été iiié à 47 par arrêté du22jui[Tl897. 

Le but de celte création a été de soulager te service des gendarmes euro- 
péens; dans la plupart des cas, un gendarme et 2 auxiliaires exécutent les ser- 
vices qui nécessitent en France et dans les autres colonies S gendarmes b pied 
ou à cheval. Les gradés indigènes servent d'interprètes et d'intermédiaires, les 
simples auxiliairtis fnnt le pansage et les corvées, ménageant ainsi le prestige et 
la santé de l'élément européen. 

Service de U gendarmerie. — La gendarmerie est répartie entre les di&e- 
rentes villes de l'Ile et les principaux points de la ligne d'étapes. 

Les brigades à pied et à cheval de Tanaoarive et Tamatave, la brigade à pied 
de Majnnga, les brigades mixtes de Diëgo-Suarei et de Ftanarantsoa font toutes 
le service ordinaire de la gendarmerie, c'est-à-dire, service judiciaire, civil el 
militaire, patrouilles de jour et de nuit dans la ville et la banlieue, surveillance 
des marchés, opérations du recrutement, etc. 

Celles des ports sont particulièrement chargées de renseigner, à leur débar- 
quement, nos compatriotes appartenant h. la réserve ou è l'armée territoriale, sur 
les déclarations de résidence qu'ils ont ou auront à faire [circulaires 23, 44^ iS} 
et de leur donner connaissance des instructions ou arrêtés qui peuvent les inté- 
resser. 

Les postes mixtes de gendarmerie qui jalonnent la ligne d'étapes ont plus 
spécialement pour but d'assurer le transfërement des prisonniers, d'arrêter les 
déserteurs ouïes prévenus en fuite, de veiller à la sécurité des voyageurs et des 
nombreux convois de marchandises qui alimentent la capitale. 

Le capitaine commandant la compagnie bTananarive et le lieutenant com- 
mandant celui de Tamatave placés ainsr à chaque extrémité de la ligne sont 
chargés chacun de la direction d'un certain nombre de postes et se partageai la 
l>olicedela route. 

Une brigade tient d'être créée à Hevalanana ; elle constitue avec le poste 
d'Ambohidratrimo le commencement d'une série de postes analogues sur la 
ligne Tananarive-HeiuDga. 



I» B Tt S O 1;T3>TB X. 



TANAMRIVE 

Tunuiarin. ~ i capitûne, I adjudant, S maréohaux-des-logis, 1 brigadier, 

t3 gendarmes, le auuliairea. 
Ambohidntritno. — 1 marécbal-des-logis, 1 gendarme, S auiifiains. 



- 187 — 

Ândtkam..— l brisadier, â geodarraes, 3 auiiluires. 

JimnoJra. — 2 gendiimie!), S auxiliaires. 

Ampuimbé. — 8 gendarmes, 2 auiiliaires. 

Fianaranttoa. — l inarécbal-des-logis, 5 seodarmes, 4.auiiliaires. 

Majungfi. — 1 mapèctaI-deG-Io(^B, S gendarmea, 4 auiiliaires. 

Mwmaiana. — -t brigadier, ! geDd&rines, 3 auxiliaires. ' .' 



AMIONDISSEMEKT K TAMATAVE 

Tamatavfl. — I lieulenant, l maréchal-dRs-logis-chef, 1 brigadier, B geadarmes, 

4 Bi»iliair«fl. 
Diégo^uanz. — 1 maréchal-des-logis-chef, G gendarmes, 3 saxiliaires. 
TampitM. — i gendarmes, 2 auxiliaires. 
Andevorante. — 1 brigadier, 2 geadarmes, 2 auxiliaires. 
iNanatnboftitrs. — 3 geadarmea, 2 auiiliaires. 



£>Bmso3sri^sr. 

tftnie. 
drlachement de Tamalave. 



îdby Google 



SERVICE VÉTÉRINAIRE 



1^ service vétérinaire de Madagascar esl dirigé par un vétérinaire en second, 
€hcf du service vétériuaîre, en résidence à Tanauanve. 

Placé sous les ordres directs du Général, commandaDt le Corps d'occupation, 
il assure le service vétérinaire du 3* territoire militaire et de ta ville de Tana- 
narive et est chargé de l'inspection des viandea destinées k la consommation. 

La jumenterie et le haras, rattachés au Gouvernement Général, par arrêté 
du 12 juillet 1898, sonlj>lacéR sous sa direction. 

Les autres vétérinaires sont affectés bus compagnies de conducteurs station- 
nées h Madagascar. 



MM. Rej, vétérinaire en second, cher du service vétérinaire — Tananarive. 
Graudmongin, vétérinaire en serond, 3* G" decooducteurs— Tananarive. 

Shonmaolior, do 2* G" de conducteurs— Majunga. 

Sflgiiiii. do 1* C* de conducteurs— TamMave. 

Oatnenneau,. do !■ C" de conducteurs — Hahatsara. 



îdby Google 



CORPS DE TROUPES 



13* Co/npajnfe. — Tananar/v» 

UH . Ferry, iè, cApitaioe commandant, détaché k ta chefferie de TsDftnarive- 
Rsfirâlgiisy, capitaine en second, détacbé à la chefferie de Tananarive. 
B*Utrsiiâ, capiiaine eu second, détacbé h la télégraphie optique. 
BeUturoe, capitaine en second, détaché à la cheoene de TanaDarÎTe. 
DewmJr, lieutenant. 
PArinet, lieutenant, détaché à la mission du chemin de fer. 

H' Compagni». — Âmpuimbé 

MH. Caloni, ^, capitaine commandant, détacbé à la chefferie de Beforona. 
flUhrtT, lieutenant. 
Q«j, lieutenant. 



uniLiiin 



HM. de Osfqoet, 0. ift, {|,Ueutenaiit-coIonel, commandant l'artillerie du Corps 

d'occupation ii Tananarive. 
Dootaire, jft^ chef d'escadron, commandant le groupe dea batteries et la 

compagnie de conducteurs, Tananarive. 
Stolner, #, capitaine en second, adjoint au commandant des batteries et 

la compagnie de conducteurs, Tananarive. 

4* B&tteri» A pi«d. — DIégo-Suarez 

MH. Handrillon, capitaioe en !■', commandant la i* batterie k pied. 
Hlestand, lieutenant en 1". 

Smet, lieutenanl en second, détaché dans le Betsiriry. 
BaUly-Masaon, lieutenant en second, détaché dans le Sambirano. 

5* 8atfer/e de montaine. — Tananarive 

MM. Nlwe» capitaine en l", commandant la S' batterie de montagne. 

Iilron, lieutenant un 1*', détaché aux iravaui de la route de Hsjunga. 
Robert, lieutenaot en second, détaché à Ivohihé. 
Defer, #, lieutenant en second. 
Nidol. soits-lieu tenant. 



byGoogIc 



— t90 — 

■ Compagnie <f« conducteurs. - 

„, :apJUioeea l", cou 

Gérard, lieutenant en second. 

Onsapiit, . . . , _ idi . . ^ ,. 

Peruo, - ' ■ Id. ' ' 

2* Compagnie de conducteurs. — Mevctanann 
MH. Docteur, capiUSne coramandant la 2* compagnie de conducteurs. 
Bonnienne, lieutenant en second. 
Stiiokler, id. 

3* Compagnie de conducteurs. — Tananarive 
MM. Parlsot, A, capitaine en 1*', comniandant la 3° compagnie de conduc- 
teurs. 
TMébaux, lieutenant en I", détaché aux travaux de la roule de Majunga. 
Oillot (J.-P.-F), lieutenant en second, détaché dans le cercle de Morondsvn. 
' Cbarliar, id. 

5* Compagnie d'ouvriers. — Tananarive 
MM. Miiiquère, capitaine pn t", commandant la :i'Ci* d'ouvriers. 
Benoit, lieutenant. en second, délacticà Diégo-Suarez. 
Bonnel, lieutenant en sncond, détaché ii Hahalsara. 

Médecin de 1" o/asae 
M. Brochet, détaché dans le cercle de la Mahavavy. 
Médecins de 2* classe 

MH. Srdlnger, détaché aux travaux d» la Mandraka. 

lÀBran, détaché k l'ialînnerte-ambulancG de HoramBaga. 



13' RÉGnCNT D'l»FANmiE DE lARINE 

Etat-Mt^jor et Portion centrate. — Tananarive 



MM. Honrr, 0. a, colonel. 

Grono, 0. it, lieutenant-colonel. 
Moarlot. !jft, capitaine major. 
Martel, lieutenant-trésarier. 
Benoit, lieutenant d'habillement. 
Duval, ^, médecin principal. 
Eiolangon, A, médecin de <" clabse. 
VUlette, médecin de 1" classe. 
Barillet, médecin de 2* classe. 
Calron, id. ' 



CHEFS DE BATAILLON 



îdby Google 



CAPITAINES ADJUDANTS-HAJORS 



CAPITAINES 




MM. Frey. 


.7' C" 




Prioo. 


8* — 


l.eblanc. «. 


Oranet, ». 


9* — 


Martinaad. 


Sogny. 


10" - 


LeOall. 


de auilhermy. 


11' — 


Venel. 


Br«mauâ, *. 


)2' — 


Le^agnol. 


LIEUTENANTS ET SOUS-LIEUTENANTS 


HH. 


MM. 


David. ! '• ^*' 


CabaaeB. 


„ 


Edighoffea. \ 8. 


Reitz. 


Forestier. 


Lamy. 


Bleusez. 




SerrM. 




Haniien. 
Rimbaud. 


Forestier. 




BroU. 




Marcel. 


HoBse. 




Ribea. 


Oibaolt. 


Luooiani. 



COirifiHIES D£T4CHtES DV BiTillLON DE U ItlJMeN 



. Oiamarohi, ^, capilainp. 
Hartmaan, lieutenant. 
Batsère, sons-lieutensBl. 



2* Compagnie 



MH. Dagnaux, capîtaiac. 
Laporte, lieutenant. 
Caateleln, lieutenant. 



3* Compaénie 



BATAILieK DE U LfiGION £Tlt4K(iÈRE 

La portion centrât» et l'itat-major sont stationnât k Hajunga 



MH. CusMo, », cher de bataillon. 

PirOBneam, >ft, cap itni ne-major. 
Lafon, 9t, lieutenant-trésorier. 
BeauaMoat, médecin aide-major de I 



■,:cc.;,C00gIC 



HH. Comiot. 

Delsoitt, 0. #. 



MU. BrulAF â« Tliay: 
Détris, #. 



LIEUTENANTS CT SOUS-LIEUTENANTS 



{ De^oin, «. 
( Rose. 
( Badot. #. 



HH. 

i PrtTOt. 

f - ) Met, «. 

l Joilien. 



RfiGIHENT COLONIil 

- Etst-major et portion centrale à Majunga 



MM. Heiligenmeyw, 0. ^, colooel. 
Fonqa«t, #j lîeuteo&D t-colonel. 
Bois, # capitaioe ro&jor. 
Osatérau, caDitaioe-EÙljoini. 
Bpardeaax, lieutenaDl-trésorier. 
Cnibas-Lasafllle, lieutenant d'habillement. 
Trioard, médecin de l" classe. 
DeUbaade, mëdecia de 2° classe. 
Tabtiret, «,U, ià. 

JOQTenoaan, médecin ausiliairc. 
Coudé, médecin de 2* classe. 



CHEFS DE BATAILLON 



HM. Honféura, «. 
Virgittl. ». 



HH. Morize. 

Naëgel. 

Benoit-DnportaU, ». 

Haxillier, ». 

Billsoooq. 

Vaolie. 

de Boarlé. ». 



' C>° HH. Staober. 

• — Maznrié. 

■ — Orézsl. 

■ — Clément. 

• — OalloiB, ». 

■ — <ie marcbe Laverdura, i 
' —de marebeBriand. 



■..Coogic 



LIEUTENANTS ET SOtlS-LIEI' TENANTS 



t Burniière. 

iDcnulm. 

I Ferrites. 
) Rftudot. 
I AbeL 
) ChuTU. 
] Perrot. 
/ Oruiler. 

tOagnepain. 
Oondamy- 
AUard. 
( Tronsselle. 
\ Conrad. 
( Dubnffe. 



(Onillat. 
\ CluuTin, 
(Lagraogè. 



[ Connen. 

, o, i Jonaonetead. 

'^ "" (Priacet. 
1" C" \ Sohaar. 
de marchet SanteL 
^ ^„ ( OaniM-, *, 



I" KfiSIlEXT DE TIUILLEURS UUIACBES 

Etat-¥eijor et portion centra/e. — Tam&t&ve 



UH. Vinckal-Heyer, u. ^, colonel. 
Laquerbe, A, capital ne -major. 
De uobet, liciitenanl-trcsoricr. 
Carpentier, soua-lieii tenant adjoint au trésorier. 
Rainai, lieutenant d'habillement. 
BarrAme, #, médecin principal. 

Le^ndrAj médecin de 1*^ classe, di^taché à FianaranlBOa. 
Conan, médecin de t" classe, détaché dans la Hahavavy. 
Laffay, médecin de 3* classe, détacha h A-nbalondrazaka. 
Parin, médecin de 2" classe, délaché a Tuléar. 



CHEFS DE BATAILLON 



HM. Weber. «!,Q. 
Benoit, ft. 
Bertrand, it- 



MM. Praysse. 

Dard^ne. 
Rémond. 
Cornet. 
Dubus. 



HM. Oénin, if. 

ColUn, #. 

H^ard. 
Léger, *. 
Porion. #. 



..Coogic 



LlEUTENAtlTSET SOU S^LIEf TENANTS 

BIM. MH. 

SBrOttolieTi ne. I /ChampeL 

Labat. I ., ^,, \Poith. 

Weithas. ^ ** iSai^on. 

VJâoqulOT. i iHapûi*. 

JQuiDé. i a„ iLee«ay. 

'QnlnUrd. '* ~' iDemante. 

lOailhaohe. i 

tOayoa-Tamler. \ 

jPwtni"- i {Rebel. 

IdrlTOis. iO* - Oi* Bri». 

(Oastard. ^uguet. 

Simon. ,- . 



{ 



2"°' RÉGIMENT DE TIRAILLEURS MALGACHES 

Etat-Major 9t Portion cootraio. — TamwaMire 



MM. Sduisider, 0. A,lieuteaaBt-colonel. 
Maraoneau, capitaiDe-m^or. 
Koenig, lieutenaot-trésoner- 
Bouquet, lieutenant d'hnbillement. 
Vallot. médecin-mtgor de 1" classe. 
Renault, mcdecia-major de i' classe. 
Beboul. médecin-mnior do S* rlassu. 



CHEFS DE BATAILLON 
HH. LeUrdeux, «. 

TbiéTion.#, détaché à Fîannranteoa. 



CAPITAINES 

[.Jaoob. I 7° C'< MU. 

! 8- — 
Vanwaetetmenlin. I 
Gœhring. ' 

Jondan, #. I 

De Boiflsy-Dubois. | 1S* — Bour^ron. 



..Coogic 



LIEUTENANTS ET SOUS-LIEU TENANTS 



I Amiel. 
v Couchons 



Ml). Hagnln, capitaioe. 
CMaox, lieutenant. 



COINGNIE DE DISCIPIINABÏS DE DltGOSÏiMI 

MU. Oamler, rapitaine, #, Q. 
Dayre, lieutenant. 



îdby Google 



FLOTTILLE DE MADAGASCAR 



La OoIUlle de Madagascar est divisée en trois groupes distiocls : la flotlille 
de la cAïc Ouest, celle do Tnmstave et celle de Diégo-Suaréz. 



COTE OUEST 



F s B. 8 1T2T EXi 



HU, Compagnon, ad mi nislni leur-adjoint, GommaadaDt. 

Antoni; capitaine an loag cours, commandunt en second. 

Vlé, mËcanicicn, chef des corvées. 

Le Ronx, ex- timonier, chef des corvées. 

MâTel, chaudronnier eji ciiivres. 

DumoUard, mécanicieu ajusteur. 

Lefèvre, mécanicien loiiroenr. 

DambaUe, mécanicien conducteur. 

Florent, id. 

Erneat-Harie, id. 

Etienne, id. 

Armand Charles, chaudronnier en fer. 

Joullen, rivbur. 

Loualn, forgeron. ■ 

Val ntinoia, forgeron. 

Alvarède, charpentier. 

Bemou, id. 

RoUal, apprenti mécsnicicn. 

Véron, id. 

Cnnots à vapeur. — Majunga 

Canot N» 2 \ **"■ ''*^<'*' P^^ron indigène. 
l Florent, mécanicien. 

rf No n S Badéry, patron indigène. 

'"■ " ° ^ Emeat-Harie, mécanicien. 

vn-n» A s Banwsoa, patron pilote indigène, 

Yorui.4. I DambaUe, mécanicien. 

id. B. \ Même équipage quele Voruz ^t. 

,-,;-,:cc.;,C00gIC 



EmberoAt/ons à ramas 



Un canot de 8 mètres 

id. 1 

UayouyoudeS 
Une vole de î-50 (' iodigèoes de 1. flottille. 



Sans (équipage flte, arméit selon les be- 
soins du service par les matelots 



TSIRIBIHINA, flottUle 

MH. ATBna, pilote 4e ta rivière, patron. 
Etienne, mécanicien provisoire. 
If adooll, mécanicien chauffeur suppléant. 



COTE EST 

TAMATAVE 

Le chef de la flottille de Tamstave est placé sous les ordres de l'offlcier su- 
périenr commandant les services de l'arrière et sous la gestion administrative du 
commissaire chargé du service administratif ft Tamatave. 



P SRS O ISTlSr SX. 

MH. Barre, lieutenant déport, chef de la flottille. 
Dupuj, commis. 
Onionud, chef-patron. 
Hioliel, charpenlier. 
Laolienardière, id. 



ANDEVORANTE 



HH. TsUeo, chef coutre-maltn 
Ttiefait, charpentier. 

Canots à vapeur.— r«matAve 

/^i.^i^..^^ «> I ( MM. Beausëjour, patron. 
Chaloupe .^' 1 j Desprti, m^wnicien. 



( Josae, ouvrier mécanicien. 

f^-^i 1/™.... * Léonard, patron indiKëne. 

Cami Voruz | Rtorancy, mécanicien. 



■,:cc.;,C00gIC 



— \m — 

Clulaiids et embarcatloiu 





p™™ 


Po»T 


OUEKTATIONI 


lOcbaUndi 


MoDtéi Chacun pat 9 


TBinHave 




1 Toujco de 5- 00 


ei 






l peut TODTOU 




id. 


'^aîî^eV^rii"'^ 


1 matelot 


IvoDdro 




. cbalo^PÏ-^^. v».a. 


Eiijeaol H hommci 
cboGiine pour !■ ma- 




Un wule équipe de 11 ms- 
lelali eiTnle en penut- 
Deaee et kH pour lex 

deux chaJaupea 


1 eoqae de Vorui 
[lemntdectikland] 


3 maleldU 


Id. 


1 coque de chiioupe i 




Id.' 




1 JOUJOU 




id. 




1 pirogue 




Id. 





DIEGO-SUAREZ 

La flottille de Diégo-SuaTez esl placée sous les ordres et la surveillance 
administrative du chargé du service administratif à Diégo-Susrez. 



P SB. S O XTXTSXj 



UM. OUt«, chef de la flottille. 
Peroiot, écrivain. 
Olain, charpentier. 
Camionné, chaudroanicr. 
Brandon, voiliec 
Chauvei, ajusteur. 
Ariathène, méCBnii'i(.-n. 
Hantard, id. 

Trinqueiort, id ■ 



Le nialériel comprend : 



3 chaloupes h vapeur, 
i chaloupe à voile, 
I grand canot i, voile, 

1 canot major, 

2 youvous, 

3 chalands, 
1 )>alcinièrc. 



D.q.tizecbvGoOglC 



DIVISION NAVALE DE L'OCÉAN INDIEN 



ETAT-UAJOR DU CHEF DE DIVISION 
HH. Xjormtier, 0, it, capitaine de vaisseau, chef rie la division cavale. 

Urvo; de Portzunparo, lieutenant de vaissesu, udjudant de division. 
CarpousiD, mccanicien principal de 1" ciasse, mécanicieD de division. 
AlbT, 30 II a-commissaire, commissaire de division. 
Le enua, médecin de r< classe, médecin do division. 



D'ESTAINfi 

CrofMur d9 3* c'atw. — 1.7S0 otiAvaux. — 11 canong 

MM. LormierO. jï, capitaine de vaisseau, commandant. 

De KergTohen de Kermadlo, capitaine de frégate, ofRcier en second. 
Legolc, tienlenant de vaisseau. 

Urroy de PorUamparo, lieutenant de vaisseau, adjudant de division. , 
Alby, sou s- commissaire. 
Cuvoasiii, mécanicien pr 
Le Franc, médecin de 1" 
Decoflter, enseigne de vaisseau. 
Troo, id. 

Aniauld, id. 

Haroadé, aspirant df i" classe. 
Tbirioa, id. 

Pinhède, id. 

Bimgfl, id. 

Bourges, id. 

BonelU, Id. 



F4BERT 

Crolt^ur de 3* ofaue. — t. 300 oAavaux, — f 5 OMont 
MM. Piohon, #, capitaine de frégate, commandant. 

Bertrand. *, lieutenant de vaisseau, officier en second. 
Bottcliara, enseigne de vaisseau. 
Diralson, id. 

BeDcker, id . 



Bnmel de Booneville Colomb, aspirant de 1 '■ clai 
Orognier, médecin de I '* classe. 
ChambelUuu mécanicien principal de 2* ciavffe. 
Buisson, aidp-commissnire. 



D.g.tizecbyGoOgIC 



— 800 — 

roiiRvoni» 

Aviso-transport. — 660 clievaux. — 6 cutont 
HH. Philippe, 4(i lieutenant de vaîsseBo, commandant. 
1 Bourmaux, enseigne de vaisseau, officier en second. 
De MasBon d'Autnme, enseigne de vaisseau. 
Mon, aspirant de l** classe. 
ItOugiiOii, aspirant de 1" niasse. 
DsUporte, médecin de 2* classe. 



GABtS 

Caitonnfèro. — 500 ofravaux. — 7 eanom 
un. Pinel, #, lietilenant de vaissean, commandant. 
Tliéron, enaeignc dp vaissean, ofOcier en second. 
StutE, enseigne de vaisseau. 
ViTielle, id. 

Calemard, iil. 

Chartres, médecin de2< classe, in.6decin-major. 



SCOKFIOX 

Canonnière. — 500 chenaux. — 4 canons 
MH. Ferré de Pâroox, <ft, lieutenant de vaisseau, commandant. 
Cadion, enseigne de vaissean. 
Allemaim, id . 

Jourdan, id . 

De ParaeTal, id. 
* -" it, médecin de 2* classe. 



byCdogle 



SUBDIVISIONS TERRITORIALES 

DE MADAGASCAR 



1- 

* 2' CERCLES ET TERRITOIRES MILITAIRES 

Madagascar est divisé en un certain nombre de circonscriptions 
territoriales, répondant autant que possible à des groupemeats etlini- 
ques distincts ; elles portent le nom de province ou do cercle suivant 
qu'elles sont placées sous le régime de l'administration civile ou sous 
celui de l'autorité militaire. 

Lu administrateur colonial est placé à la tête de chaque province, 
divisée elle-même en districts. 

Chaque cepcle est commandé par un officier ilu grade de chef de 
bataillon ou de capitaine et est divisé en secteurs. 

Les chefs de ces divisions, provinces ou cercles, ont une indépen- 
dance administrative leur permettant de trancher sans retard toutes 
les quesIJons urgentes intéressant les colons ou les indigènes ; il sont 
revêtus de pouvoirs judiciaires étendus à l'égard de ces derniers. 

Enlln pour éviter une centralisation excessive qui ne pourrait 
qu'entraver la soluton rapide des questions intéressant certains cercles, 
ceux-ci ont été groupés en quatre territoires militaires, placés chacun 
sons le commandement d'un ofïicicr supérieur (colonel ou lieutenant- 
colonel). 



îdby Google 



«b, Google 



PROVINCES 



Kajunga • 

No8ai-B6 

OiigoSuartz 

Vohémar 

Maroantaétra 

Fénérive 

S"-llAri9 

Tamatava 

Territoire dm Betsîmisaraltas du Sud 

Manari/ary 

Farafangana 

Âmt}OSitra 

Betsiléo 



îdby Google 



«b, Google 



u baie de la 
lu Nord-Est 
d-Est par le 
iamona, de 
.vavy et qui 

récemment 
dn Bon en i, 
des hatitefl 
large el 10 
1 120 mèlres 
l'Anjobony, 



i populfttio 
divers. ■■< 



îdbyGoOgL 




VILLE.. MAJUNGA 

EcMk au visa 



LEGENDE: 










PROraCEDEMAlNGA 



Limitas. — Le (erriloire de la prowDce de Hnjungas'éteDd do la baie de la 
Mahajamba à celle de Uiikamby. Il est bornô.au Nord par la mpr, su Nord-Est 
cl à l'Est par la Sofia, et l'arflueot de ce fleuve, le Bcmarivo, au Sud-Est parle 
cercle militaire d'Ambalondrazaka, au Sud par Jeit cercles d'Andriamcna, de 
Ucvalanana, & l'Ouest par la ligne de. crêtes située tt l'Est Je la Mahavavy et qui 
le sépare du ceri'lC'annexe de la Mdtiavavy. 

Hydrographie. — La Sofia et ses affluents, dont le cours a été récemment 
relevé à la suite des opérations militaires de 1897, dans l'Ouest du Boiiéni, 
constituent des routes i^ommorciales très fréquentées. A l'époque des hautes 
eaui, h 60 kilomètres de son embouciinre, la Sofia a 300 mètres de large et 10 . 
mètres de profondeur; le Beniarivo, aftluent de gauctic de la Sotia.a 120 mètres 
de large, 7 mètres de profondeur à lii même distance de la mer; l'Anjobony, 
affluent du Bemarivo, a 100 mètres de large et 6 mètres de profondeur. ' 

Les bâtiments d'un certain tonnage peuvent remonter ces cours d'eau 
jusqu'^une assez grande dintance. 

La Muhajamba, qui se jette ci^alement dans la baie du même nont, est 
navigable à la saison des hautes eaux jusqu'à Andranolava, village situé à une 
journée de marche de Tsaralanana. 

Le village de Tsinjomitondraka, où se trouve le sous-gouverneur indigène, 
et le village de T.''injoarivo, a la tète du delta de la Habajamba, sont les prind- 
|Mux marchés dn commerce de ta vallée de celte rivière. 

La cdtc, qui, au sortir de la baie de Mahajamba, s'infléchit vers l'Ouest, 
reçoit le Harosakoa, rivière pouvant èlre remontée en canot h. vapeur jusqu'à 
Uahavavy. Cette région, désignée sous le nom de Uarosakoa, relève du village 
d'AmbcQja, situé à l'entrée de la baie de Mahajamba et où se trouve un poste de 
douane. Au Sud, s'ouvre lu baie de Bombetoke, ^ui reçoit la Betsiboka, et à la 
pointe Nord-Est do laquelle s'élève la ville de Uajunga. 

Majunga, chef-lieu de la province, siège d'une justice de paix k compétence 
étendue, est le centre le plus important de toute la côte Ouest. Sa population 
totale, évaluée a près de 6.000 habitants, est composée d'éléments oivers. Les 
Hovas y sont peu nombreui ; l'élément indigène proprement dit est constitué 
par les apports des villages voisins, Sakalaves et Makoas; les Indiens, assez 
nombreux, détiennent une grande partie du commerce rt comprennent lu partie 
la plus riche de lu population; ils servent aussi d'intermédiaires aux commer- 
çants européens et forment leur meilleure clientèle. On y rencontre enfin des 
Arabes, des Comoriene et des Antuloatras, métis d'indigènes et d'Arabes, tous 
musulman;. Les Français et le» Européens, qui n'étaient que la minorité avant la 
prise de possession de Madagascar, tendent déplus en plus à s'établir h Hajunga 
et forment dès maintenant un groupe important de négociants, d'industriels on 
de colons. 

Hajunga est situé par 43* SS' â"' " de longitude Est et 10° 43' 24" do latitude 
Sud_, à l'embouchure de lu Betsiboka. Ce fleuve est grossi de l'Ikopa, voie fluviale 
navigable jusqu'il Uevatanana, c'est-à-dire au tiers environ de lu distance qui 
■épare la c4te de la capitale de la colonie. 

Majunga, par sa situation même, occupe un emplacement des plus favora- 
bles à l'installation d'un port maritime de premier ordre et à l'établissement 



— 200 — 

d'une grande ville coloniale. Uajunga, érigé en commune par arrélé du Gouver- 
neur Général du 45 octobre 1897, possède une commission municipale com^iosée 
de sept membres frnnçais et d'un indigëne- 

La plus grande partie de la ville est en surface horizontale, abrllée par un 
massir de 30 mètres de hauteur, où est construit l'ancien « rova " malgache, 
actuellement occupé par nos troupes et près duq^iiel sont installés les élablja- 
seroenls sanitaires de la côte Ouest. Celle dispOMlîon uerraclira ans colons de 
GODStriiire leurs maisons d'habitation sur les flancs de la colline, en face du 
magnifique panorama de la baie, tandis que les installations commerciales 
pourront se grouper le lon^ de la rive du fleuve. 

Aux grandes marées, qui dépassent trois mèiresde hauteur, MajungaTorme une 
ils triangulaire nettement séparée de la banlieue. Sa situation sur une presqu'île, 
constamment balayée par la brise, lui vaut une salubrité réelle. 

Le port est naturellement formé par le fleuve, qui baigne le plus grand cAté 
de la ville. Les foDdssont plus que surTiRaots pour i^ac les plus grands oavirea 
de commerce y trouvent un excellent mouillage a proximité des points de 
débarquement. 

Un grand phare d'une portée do trente milles va ëlre établi sur la hauteur 
de Kalsepe et deux feux élevés seront places sur la pointe du Caïman et à 
l'extrémité du port. 

Climatologie. — La tradition, qui a fait de la province et de la ville de 
Hajunga, tune des régions les moins saines de Mada{;ascar, doit être combattue. 
D'anciens colons, commerçants ou industriels, y sont établis depuis des années 
et conservent une santé excellente. 

Durant la dernière période quinquennale, la température maxima de 37" 
n'a jamais été dépassée, ni la température minima de IC°, tandis que la moyenne 
habituelle du thermomèlre se tient entre 24 et 2B degrés centigrades. 

Quant aux pluies, qui tombent du mois de novembre au mois de mars, elles 
surviennent presque toujours la nuit. 

TraTsnx publlci. — De réels progrès ont été réalisés !i Majunga au cours 
oc la dernière année et la ville même a pris un aspect tout nouveau: un 
chemin de fer Decauville la sillonne ; les rues sont éclairées et empierrées; des 
promenades se dessinent ; un jardin public y est bien entretenu ; les travaux de 
recherche des eaux potables y seront incessamment réalises, une résidence s'y 
élève. Les principales maisons de commerce, la compagnie des Hessageric*s 
Maritimes, la société des Chargeurs Réunis, la compagnie Havraisc Péninsulaire, 
ont installé leurs agences le long do la ligne dès futurs quais ; les maisons de 
commerce allemandes D. D. A. G. el Oswald, de Hambourg, ont commencé hi 
conatrucliou d'entrepôts importants. 

Dans la partie Sud de la baie de Majunga, b Amboanio, la compagnie des 
mines d'or de Suberbieville possède des ateliers. 

Enfin le territoire de la province est une des rares régions de la Grande-Ile 
où tous les matériaux de construction se trouvent réunis par la nature : 
pierres, chaux, sable, argile. Une industrie est déjà créée pour la fabrication 
des tuiles nécessaires aux constructions légëri>s, rapides et peu coûteuses. C'est 
avec ces produits que vont être édifiés, à Mdjunga, une église, les bâtiments de 
la douane, des quais, des magasins, des logements, un hôtel qui ne comprendra 
pas moins de 30 chambres avec appartements de familles, salons divers el 
restaurant. 

Commerce. — En tant que chcf-licu d'une importante province agricole, 
Hajunga est le point d'écoulement naturel des productions locales provenant 
des vastes rixières qu'arrosent la Uetsiboka, la Habsjamba, la Mahavavy et leurs 
nombreux aifluents, tels que l'ikopa, la Sofia, le Bemarivo, i'Anjobony. sur 
lesquels de nombreuses pinigucs transportent en retour les marchandises de 
notre industrie jusqu'au pied de la grande chaîne du massif central de Mada- 
gascar. 



^îooglc 



- ■307 -- 

C'est aiisït) le poinl où aboiiiisseiit les lignes de transport du versant 
occidental et celui où se concentre l'activité mercantile de la population 
indienne et des ctrungers. 

Les principaux produits qui alimentent actuellement les Iransactionn du 
marche de Majunga sont -. le riz, le caoutchouc, la cire, lea bois précieux ; ébënc, 
palissandre, rafla ; les cuirs, le liétaîl, l'or. 

En deliors de ces éléments de trafic avec la Métropole, il y en aura encore, 
et de plus considérables peut-être, avec les vastes contrées de l'Afrique Orieniale 
qui, de NatuI à Zanzibar, font face à la Graodc-llc et qui no disposent pas des 
ressources qu'offre notre colonie. 

Au point de vue agricole, de vastes concessions de lerraiuj- ont déjit été 
accordées et des compagnies de colonisation, de simples particuliers même, ont 
entrepris leur exploitation. 

Des essais fie plantation de café, de caoutchouc, de cocotiers, de palmiers k 
huile ont donné de» le début les meilleurs résultats. 

La canne à sucre dans la région de Harovnay pousse presque spontanément. 

Marovoay. ville indigènede 500 habitants environ, à 75 km. au Sud de 
Mnjnnga, est le centre commernal le plus important de l'intérieur de la province. 

C'est le véritable entrepôt des produits de ta haute Hahajamba et du Kamoro, 

Trois grandes compagnies maritimes desservent mensuellement et réguliè- 
rement le port de Majunga. 

La compagnie des Messageries Uaritiracs. 

I.a compagnie Havraise Péninsulaire. 

La Deutsche Ost Afrika Linie de Hambourg. 

1° Im compagnie des Mesaagp.ries Marilimet fait communiquer Uajunga 
avec les autres ports de Madagascar, L.a Réunion et Maurice d'une part et 
Zauzibar, l'Abyssinie, l'EgypIe, la France d'autre part. 

Les pris du fret est de '. 50 francs la tonne métrique de Majunga en France. 
Un service annexe s'effectue chaque mois sur la cOte Ouest, par le paq^uebot 
Mpanjaka. O b&timent, qui part de Nossi-EIé, dessert Hajuoga, Haintirano, 
Morondava, Ambohibé et Tnlëar. 

2° Ln compagnie Havraise Péninsulaire a oi^nisé un service direct de 
France à Majunga ; au retour, les bâtiments font escale à Diégo-Suarez, Tama- 
lave et La Rénnion. 

Le prix du fret de France ii MajuDga est de 50 francs la tonne en moyenne. 

L'agence de Majunga ne prend pas de fret pour la France ; le vide des cales 
est réservé pour Maurice et La I\eunion comme Tret de retour, généralement 
assuré par ces deux tles. 

3* La Deutsche Ost Afrika Linie de Hambourg, qui fait escale ït Marseille, 
dessert Mozambique, Beïra, Delagoa Bay, Durban. 

Le prix du fret sur cette ligne dn transport est, suivant la nature du char- 
gement : 6K k 70 francs la tonne pour l'importation de Marseille ii Majutiga et de 
70 à 80 francs la tonne (suivant les marchandises) de' Majunga à Marseille. 

La compagnie des CAarjfeursAiiunMqui, l'année dernière, desservait Majunga 
mensuellement, ne louche plus noire port depuis que son itinéraire comprend 
les escales de la cOte Est, Fort'Dauphin, Mananjary et Vatomandry, 

Des démarches sont tentées en ce moment en vue de rétablir l'ancien service 
qui assurait à Majunga des relations directes avec Natal, la Transwaal et le Cap. 

Quelques vapeurs appartenant à des maisons de commerce (Mantes et Bo- 
relli, Oswald] visitent de temps ik autre Majunga, qui est également approvisionDO 
en^marrhandises par tes boutres qui font le va-et-vient avec Zanzibar et ceux 

3 ui, chaque année, profitant de la mousson de Nord-Est, viennent directement 
e Bomhav au mois de mars, débarquent leurs marchandises et attendent pour 
rejoindre l'Inde chargés de nos produits la mousson du Sud -Ouest en août. 

Ces boutres sont généralement des bâtiments de 90 h 120 tonnes, montés par 
des équipages de S à A hommes. 



— -iOU - 

Le oombra des boittres qui VieOueat ainsi annuellemenl a Miyunga est 
d'environ 30 à 40. 

Il esl important d'ajouter que MajnDEa communique (tireclcment par câble 
avec l'Ënrape el que le Comptoir aalional d'escompte j/ a établi une succursale. 

Un grand nombre de maisons de commerce sont établies ou représentées à 
Majunga ; toutes font de l'importation et de l'exportation. 

Exportations. — Les principales esporlations sont : 
t Le ralîa, le caoutchouc, la cire, le bois d'ËbËnc, les peaux de bœufs et les 
dépouilles, la poudre d'or et quelques écailles de tortue. 

Le rafta est tr&s abondant à la côle Ouest de Madagascar et représente 
actuellement une des principales exporlalions de Uajiinga. 

11 y a Rix ans environ que l'on a commencé ce commerce it Majunga. 

Les prii du ratia, pris a Majunga, sont actuellement les suivants : 

Hafia non manipule : 45 francs les tOO hilos 

Rafla manipulé sur quai : 65 francs les 100 kilos. 

La rafia traité ii Majunga vient généralement de la baie de la Mahajamba, 
de la baie de Baly et de t'intéricnr du pays par la rivière, mais il est à remar- 
quer que, quoique très abondant sur la crtlc, au Sud de Baly, les indigènes ne 
veulent pas le récolter. 

La presque totalité du reOa traité à Majunga est expédié sur Marseille. 

Les caoutchoucs traités à Majunga viennent de Morarano, de la baie de la 
Habajamba, de Namakia, de Soalala, de Uarambitsy et principalement de Main- 
tirano et de Morondava. Ces deux derniers points fournissent, on effet, la 
moitié de la produciion totale du caoutchouc dans le district. 

Généralement, les caoutchoucs de la cAle Ouest viennent surtout des lianes 
ou vah^ que les indigènes incisent malheureusemenl sans soin, coupant même 
les racines pour obtenir plus de suc. Le plus recherché est le pinki rose, mais 
on trouve aussi dans l'Anibongo. le grand roa et le vca. 

Dnns le Nord, le rnoulchouc est géncrulçmcnt préparé par les indigènes à 
l'acide sulfurique, au citron, an sel ou an tamarin ; dans le Sud, au contraire, 
on ne le coagule qu'an sel : aussi le caoutchouc prépan^ par ce procédé, et qui 
vient surtout de Morondava et Maiotirano, a-t-il une valeur marchande inférieure 
à celui du Nord. 

Le caoutchouc, prépare à l'acide sulfurique, vaut en elfct 3"0 francs les 100 
kilos tandis que les autres caoutchoucs ne valent quu 300 francs les 100 kilos. 

La production totale du district esl d'environ 120 tonnes par an, dont 60 
fournies par Majunga et 60 par .Uaînlirano et Morondava. 

Les deux licrs environ de la production totale sont expédies sur Londres, le 
dernier tiers représente les envois sirr Marseille el Hambourg. 

Presque tonte la cire traitée à Majimga est apportée de fa Mahajamba et de 
la SoRa : la produciion du Sud est insignifiante. Antrefots, les hauts plateaux 
en fournissaient une gi-anHe quantité et un en expédiait, paralt-il, jusqu'à cent 
mille kilos pnr an ; aujourd'hui, l'exportation annuelle est réduite à six mille 
kilos environ à destinalion de Marseille et Hambourg. 

Le cours actuel de la cire k Majunga est de 3S0 francs les 100 kilos. 

Les peaux de bicufs, traitées ii Majunga, sont dirigées sur Londres, Hambourg, 
le Havre. Elles sont toujours séchées au sel marin. 

Le prix moyen des peaux séchées est de 80 francs les 100 kilos. 

Les maisons allemandes de Majunga exportent aussi une certaine quantité 
de cornes. Le prix courant est de Ir. 10 pièce. 

Le commerce des bois d'ébène est nouveau à Majunga, car sous ta domina- 
tion hova, l'exportation des bois était inlerdite. 

Les premières cxpédilions ont clé faites en 18D4 et il est certain que b^ 
commerce des bois précieux de la Grande-Ile prendra de l'extension; aetuellcmenl. 
c'est surtout sur Hambourg que les expéditions de bois d'ebèuc sont faites ; il y 
a encore peu de demandes de France. 

La sortie mensuelle à Majunga est d'environ 20 tonnes. 

Le prix en est de 250 francs la lonne. Jusqu'à ce jour, on n'a pas exploité 



-■ -HHi — 

la bois (le palissandre et les bois de roite, nombreiii dans le pays. Cependant il 
faut noter les exportations de bois de santal et de palétuviers faites par les 
Indiens. 

Hajunga eipédic peu d'écaillés do tortues. Les Indiens seuls en font un 
commerce très restreint sur Zsniibnr et snr Bombay. Il y a deui qualités d'écail- 
le, ta blonde, qui vaut 60 francs le kilogramme, la britrie, qui vaut 40 francs le 
kilogramme. 

Le principal marché de la pondre d'or est Marovoay, où se concentre toute, 
la production de la Matiajamba et de Madirovalo- Maintirano et .Uorondava en 
expédient aussi mnnsuellemenl, mais il est difficile d'apprécier avec exactitude 
cette exportation. 

Sans parler des produits de l'exploitation de la compagnie coloniale et des 
mines de Suberbii;ville, on a pu évaluer en tSUl la sortie mensuelle à 10 kilo- 
grammes pour tout le district. 

Le commerce de la poudre d'or était et est en presque totalité entre les 
mains des Indiens, qui l'expédienl à Bombav, oif elle est vendue dans des condi- 
tions très avantageuses (6 à 7*/. au-dessus des prix d'Europe). Le pnx moyen de 
la poudre d'or est de 2 fr. 70 le gramme. 

Telles sont les principales cxportHlions faites sur l'Europe ; mais il- ne faut 
pas oublier la situation spéciale de Uajunga sur le canal de Mozambique, pres- 

Su'en face du Transvaal et de Laurenço-Manjuez, qui sont actuellement des pays 
)rt ricbcs vers lesquels les capilaux européens Hemblent se porter de plus en 
plus. 

Déjà deux compagnies maritimes mettent depuis quelque temps la colonie 
en couimuuicalion avec ces r^^gions neuves, qui se fournissent de bestiaux à Ma- 
da^scar. Il peut y avoir là un imporlani débouché pour les bceufs de la cAte 
Ouest, qui valent selon la grosseur de ïO h 'iQ francs la télé. 

ImportationB. — La principale des importations 'i Madagascar par Majiingn 
est celle des [issus. La plupart de ces étoffes sont de provenance anglaise ou 
américaine ; le marché ne reçoit encore que peu de tissus d'origine rraoçaise. 
Les principaux tissus importés sont; les toiles, les madapolams variés, les 
indiennes, les mouciioirs, les tulles. 

Parmi les autres produits d'importation qui donnent lieu h un gros trafic, il 
faut citer le pétrole, les savons, les vins, les alcools, les bières, les conserves 
alimentaires, les articles de bimbeloterie, les vêtements, les allumettes et les 
charbons. 

Il faut signaler aussi les impoî-tations de Domhay on de Zanzibar ; elles 
sont effectuées par boutres qui apportent, outre le riz, des produits consommés 

Ear les Indoitsct les Zanzibaristes, tels que: farine de Bombay, dattes, épices, 
eurre de chamelle, cordages en libres, bimbeloterie indienne, meubles et 
portes sculptées de Bombay. 

Agriculture. — Jusqu'à ce jour, peu d'essais de plantations ont été faits 
autour de Majimga; cependant, il semble certain <[u'aii Nord et au Sud de la 
ville, soit surVs bords de la baie de la Mahajamba, soit du câté de Haintirano, 
on pourra cultiver avec succès la canne à sucre, le cufé, le coton, le ricin. 
Mal tieiireuse ment, la main-d'œuvre coittc encore très cher sur la câte Ouest 
et les moindres journaliers sont engagés ii Majiin^a au prix de 35 francs par mois. 
La culture la plus importante est celle du riz qui, dans la région de Maro- 
voay, le long de ta Betsiboka, et ii Amparihy, dans la vallée du Bemarivo. peut 
prendre un développement considérable ainsi que dans les vallées de la Maha- 
jamba, de t'.\.nrobonv et du tac Kinkony. Cette culture et celles du uu'is, de 
la canne à sucre, (Tu manioc et de la patate, déjà très importantes, sont 
susceptibles d'une extension limitée seulement par le petit nombre de travail- 
leurs. Il sufllrait qu'une exploitation intelligente des vastes surfaces cultivables 
et largement arrosées du bas Bouéni pi^t étit: substituée aux moyens trop pri- 
mitifs employés par les indigènes, pour que cette province arrivât à nn haut 
degré de- prospérité. L'élevage des boeufs se fait sur une grande échelle et peut 
encore se développer. 



La pënhe est friictnciioe sur la cOtPde H^iinga; mais elle ne fait pas l'objet 
d'iino exploitation réfiiilière. L'Ikopa norisilKie une route naiiii-elle des plus 
utiles entre Maitingii cl l<^ chef-lien de la colonie comme prolongement ae la 
roule de Tananarivc à Mevatanana. La navigalion praticable en toutes saisons 
ealre la baieel le posic d'Amhalo peut, k l'aide de quelques Iruvans d'aména- 
gement, devenir la voie d'accès pennunenle jusi^u'à Meva'ananu, on ubonlil la 
roule de Tananarive à Majunffa passant par Ankazobé et Andriba. Celle roule, 
sur laquelle la circulalio" des voya^ctiiN a liei) sans dinicullés pendant les 
trois quarts de rann"C, est aciuellenieni appropriée aut besoins des trans- 

Sorls de marchandises et pourra recevoir facilement «ne voie ferrée léjjèrc 
eslince a relier Tananarive au port de Majnnga. Une ligne tclcgrnpliiquc 
étabhe In long de celle roule mcl le cher-lieu de la colonie en communication 
avec la France par le cAble atterrissant it Hajunga. 



iDHI^ISTRATIO>l 



MM. Hartin, ^, adminislrateoren chef de ("classe. 
Ormlères, $!, 0, administrateur de 1'° classe. 
Oarnier- Mouton, administraleur-adjoint de 1" cl 
BénéTent, ft, administraleor-adjoinl de 1" class 
Huré, commis de résidence de i" classe. 
Defaud, commis de résidence de 3° classe. 
Franaiwlin, commis de résidence de 3" classe. 
Houcbet, commis de résidence de 3* classe. 
HoDd;, commis auxiliaire. 
Gérard, commis auxiliaire. 
Horèle, commis auxiliaire. 
Saldiuft, sous-gouverneur indigène. 

UunidpaUU 

MM. BénArent, administrateur-maire. 
Thora, I 
Rousseia, < 



adjoints. 



FrAïund, 

Sarrante, 1 

Contrôle' 
M. Capnrro, sons-chef de bureau de 2* classe. 

JostiOB 

MM. N , juge de pain i "compétence étendue. 

Présu, juge p. i. 
Lachenal, juge suppliant. 
Fouinial, greffier-nolaiie. 
Cavet, avocat défenseur. 
Frétuud. avocat défenseur. 
Largey, avocat défenseur. 
Rives, aeréé. 
Staklui, nntssier. 



îdby Google 



Trésorerie 

HU. Delon, paypur-a>i joint de 3< classe. 

Daspect, rommis de trésorerie de 4* classe. 
Brouet, secrétaire auxiliaire. 

Trav&us publies 

MM. BrIsM, ingénieur colonial dp I" classe. 
Leolair, conducteur df 1" classe. 
Andinoau, coii'loctt'ur Av 4" classe. 
Qominet, commis de 4' classe. 

wolte et enseignement 

Hiulon catholique 

Hgr. Corbet. vicaire apostolique de Madagascar septentrional [mîssiondesP, du 

S' Esprit]. 
R. P. DecTOSBo. 

H. Hiir«t,curé et aumAnier de l'hApital militaire. 
M"" Fonohard, Beraud, H*"* Fouoh&rd, institutrices. 

Douanes 

MM. Reinhart, vérificateur de 2* classe. 
Orsonnean, >d. 

Barret, verinculeur-adjnint de 1" classe. 
Orazziani, brigadier des douanes. 
FavTOt, id. 

Vallon, id. 



Buret, sous-brigadicr. ' 
Allongne, prépose de S* cla>se. 
BaiTUiS, id. 

iBordeaox, id. 
1*6 Bars, id . 

fiaelonp, id. 

BeUot. • id. 

Jaoobo, id. 

Iiaimay, id. 

Dagui^é, préposé auxiliaire. 
Momet, id. 

V» Bihan, id. 

Aubert, id. 



MH. Bmrton, commis principal. 
Coste, commis hors classe. 
Vôdère, commis hors classe. 
Haurer, commis de 4* classe. 
Rof, commis local. 
RItob, commis local. 
Piraino, commis local. 
VéroD, stagiaire. 



Postes et télégraphes 



MU. BondilloD, receveur de l'eoregistrement de 6* classe. 
Benoit, commis. 



DomaineB 

de 6* classe. 

:cc.;,C00gIe 



M. Viguerie, garde générnl. 



^ nia — 
Senrice topogriphiqoe 

MM. Bostemps, géomètre principiil de 1" classe. 
Bertrand, gëomèlre principal de 3' classe. 
Orondia t., id. 

De la Hogve, géomèlre ordinnirc. 
Sanrin, id. 

Lucciani, id. 

VaUn^ 



Imprimarie 

M. Brizard, direclttur du Réveit de Mnjunga, éditeur du supplémeal i 
■ Journal Offickl pour la côte Ouest. 

Garda indigène 

MM. Sondieux, inspculeurde t" classe. 
Vivié, inspecteur de 2' ctasse. 
Chopin, ((aide principal de 1" classe. 
HaolkecouTt, ifarde principal Ao. 3' classe. 
Létrillard. id. 

Sichel, garde principal de St* classe. 
Rebeilleu, id. 

Bergerot, iil. 

Sfilkowski. id. 

MaUoot, iti. 

Police 

MM. Benoit J., commissaire de police de 1" classe. 
FoBBat, brigadier de police. 



Port 



Chambre consoltàtiTs 



MH. Gamier, #, président. 
Suberbifl, ^ , > 
Thore, 

Lavaux, i 
Fiasse, f 

Qnilliaumèa \ membres. 
Tjaaire, \ 
Fouaimes, ] 
Sarraute, / 



et) by Google 



-ÎIS- 

iisre lES COLONS 



Aiitior, {»"■;, commerçanle. 
Âmat, t&illeur de pierres. 
AntonI, coton. 
Âguittoo, restaurateur. 

Arnal, épicier. 

AulMrt, indualriel. 

SaJauza, entrepreneur. 

Batqua, colon. 

BeaugBntfn, colon. 

BaJ/evanua, comptabie. 

Saurard, colon. 

BénarU, débit de boimons. 

Bénrd, directeur de baoï^ue. 

B«yn«t, colon. 

Blum, restaurateur. 

BoJMOt colon. 

Bojwr, id. 

SfJixrd, id. 

Brunet, id. 

Brillutd. id. 

Oarfef, commerçant. 

Oantau, colon. 

Caron, agent commercial. 

Carat, avocat. ' 

Clair, colon. 

Collât, charpentier. 

CttUigaon, cokiD. 

Conta, id. 

CoHtay, Tondeur. 

Corv/a/, mécanlden. 

Court, directmr de la glacière. 

OamaM, colon. 

D»nM, id. 

OMCote, aubergiste. 

Dh6m«, directeur de socit'lé. 

Domuty, colon. 

Oornoy, id. . 

Ducawe, commerçanL 

Duc/iamann, colon. 

Durand, menuisier. 

Fantou, employé de commerce. 

Faucillon, chef de chantier. 

Fai-ier, employé de commerce. 

Fayat, colon. 

Fayout, colon. 

Fl«ury, id. 

Foucltartl, td- 

Fouinard, avocat. 

Frinauil, id. 

Gaillard, colon. 

Garnrw, #, négociant en (ttos. 

OMpaWn, menuisier.. 



Gardais, employé (le ci 

Gérard, colon. 

Girardin, employé de c 

Gouard, colon. 

Bréfeulllo, employé de commerce. 

Guidon, colon. 

Ouiiiot, directeur de compagnie. 

Hatton, colon. 

Hanrion, id. 

Harmann, débit de boissons. 

Hoaraau, boulanger. 

Hoaraau P., colon. 

Hollaado, id. . 

Jaamin, id. 

Jaubin, cher macoiL 

Jean-Sarf, commerçant. 

Joanolalr, entrepreneur, 

Jonaau, porteur de conlrainles. 

Julllon, entrepreneur. 

Laiunan, colon. 

Lambarf, id. 

Largay, avocaL 

Laroche, colon, 

Laraux, commerçant. 

La^afra, colon. 

Lama/ra, restaurateur. 

Lerrot, colon. 

Logr», directeur de compaitnle. 

Ma^nan, «nployé aux Messafreiies H-*-. 

Ha acfix, colon. 

Malet, débit de boisBoni. 

Marcy, charcutier. 

iWaunfar, caissier. 

Mo/»ar, ingénieur, 

Moréla, colon. 

Nouflartf, entrepreneur. 

Panchon, employé de commerce. 

Pantalçan, colon. 

Parfait, id. 

Payât, déUt de boissons. 

Peytel, commerçant. 

Phltlbart, restaurateur. 

Piehof), coilTeur, 

Pothin, colon. 

ftibeil, employé de commerce. 

Riehardat, sous-directeur de compa^mie. 

ftloquebourg, crieur public. 

Riatman, ageal de société. 

BiVe», avocaL 

Rotalba, charpentier. 

ffouaaeau Frèroa, négoËiaats. 

Rouaaelot F., pholographe. 

AouMsfatiM*'), agenl d'affaires. 

Rouaas/st V., commerçant. 

Safrauta, négociant en gros. 



^îooglc 



'Olon. 
id. 



Sol, chef d'à Iclicr. 

Smith, coloD. 

Souyeux. id. 

rtcher, id. 

Thio, charpentier. 

Thiery, mine!' d'or. 

Thor«, gérant. 

Tibira, employé de li floltillp- 

Tijaux, agent de compagnie. 

Valentln. 

Val»tttinoit, 

Idot, 
d* Villaoourt, 
Wtal. 



Oêwald «t C", négociinls en nfos 



Knott et C", iK'iiocianla en (tros. 



Sattor Ivo, enircpreneur. 



■ •!■«■«■ ■■ 



Cantal, sciTÔlaire du consul. 



Amidos, dtiiil de boissons. 
Qarpathioa, IxtuUnger. 
Gàrofllakh, négociant. 
Corovesc'S, Ixiulanger. 
De Salwadot, id. 
Sfttraticn, épicier. 



Fnngopoulo*. épicier. 
QalUI». id. 

Qlataian, id. 

W/oo/afoa, colon. 
Pliidia. commerçant 
PiaWi. id. 
Rodopoulous, épicier. 
Soopelitia, fabricant de h 
Stravoi, négociant en gr 
Stallio, maître dliôtel. 
Zervot. colon. 



Dumany, commerçant 



commerçant. 



Abdul Ali, 
Abdul Kani, 
Abdul Karim, id. 

Ahmad Ibrahim, id. 

Alibay Abdul Karim, id. 

Alibay ben Ibrahim, id. 

Alibay lbrahlrt\iaa Tafory, id. 
Alibay Moustadjaa, id. 

Cotfra Adanijae, id. 

Dametjé Djiva, id. 

Oiaiy Koubyn, id. 

Ûjivondjaa Adan\iea, id. 

Djivon Homargae, id. 

Ebeyaou Veay, boucher. 
Ebrair\jaa Alibay, commcr^'anl. 
Qooaf fiagodjae, id. 

Ganda Djlta, id. 

Gofam Housén Isadjoe, id. 
Qoupar Dulap, id. 

Hachim Radjipar. négociant va ).'ros. 
Hamod Ibrahim et C^', commerçants. 
Hixaam Ali, id. 

HavdJaa. ' id. 

Hododjva Chimjaa, id. 

Ibrahim DaoudJitaDtasà!, id. 
Ibrahim JalTarbaii, id. 

Ibrahimjaa Nato, id. 

fbrahim Kasalm, id. 

fsmajr Ibratilm, id. 

JafTarJoa Istadje», négociant en gros. 
Karmali Karim, commerçant. 

Kataam Kaaiimar, iil. 

Kaaaodjaa Mamodjae, id. 

Lada Cara, id. 

Mamodje» Valattjaa, id. 

Nia Hamod Ibrahim, id. 

Mofia/'mou LataliA(t(«A épicier. 



^.klOgIC 



Hofiamady Ali Abàul Ali, commerçant. ] 

Kohamuiy bay lamaliijo». négociant pn 

gros. 
Wohamady («op. commerçant. 
MohamKl Ail Carim, irt . 
Mot» Abdul Huaan. kl. 
Mola Alading IssAdiM, id. 
Hola ibra}tiipje« Moitadgeo, commerce 

(te dëtaiJ. 
• Wora Kadirbay Alibay. négociant en gros. 
McurdjM Anttlr-adjoe, marcliand de bois, 
Patel laaop, commerçHnt. 
PHambao Taikanjee, commerçant. 
Radjabaly Bndouniine, rnarchanii de boi;;. 
Ramatola Alibay. commerçant. 



Abdallah Alana, liijoutier- 
Ali Matota. commerçant. , 
Allaou CUplf, bouclier. 
Aitiady Houata, tranaports |)ar n' 
Amady Soali. commerçant. 
Amady Ouaaem, id. 
Chaibou, marc.tiand de bois. 
Dahodo, marchand de iMBufï. 
Djamadar/, id. 

Fondy Amiaay. bijoutier. 
Hary Ousaem/, é|>icier. 
Salmon, transports par mer. 



Madou Ali, bouclier. 
' Mahalidy Bourbon, commerçant- 
I Mohamed bon Adam, boucticr. 

Hofioma, id. 

Mouohlndra Ouatiny, id. 
; «oocft/ndraSoa/y, commerçant. 
i Traaoho. bouclier. 



îdbyGoOglc 



NOni-BË 



L'île de NosKJ-Bi^ et les iles ijai en dépendaient iivanl l'annexion de Mudu- 
[,'asnir, Nossi-Comba, Nossi-Fnly, forment une circonscription administrative 
niitonome. 

l.e sol de Nossi-Ké se divise au point do vue géologique en trois parties <]iii 
rorrcspondenl sax massiTs montagneux. 

La pointe Lonconbc, formée pur des roches anciennes, découpée par de 
l)rofonds ravins, laisse voir sous le sol végétal un granit à gros grams de 
'[imrtz mflés do larges paillettes de mica. Elle est entourée d'une zone de schiii- 
tes compacts, noirs ou blenAlrcs, fortement inclinés, qui plongent de tous 
r6lés dans la mer. La pointe Lon<'onl>é est d'une extrême tertililé. 

Le deuxième massif, qui occupe la plus grande partie de l'ile, se compose 
exclusivement de roches volcaniques récentes. On pense que l'émersîon de 
.\'ossi-Bé n'est pas très- ancienne et qu'elle doit dater du commencement de la 
période tertiaire. 

Les cours d'ean de IS'ossi-Bé sont insignifiants et à peu près desséchés 
pendant lu hellc saison; quelques maigres tilcts d'eau marquent la place qu'ils 
occupent k la saison des pluies. Les trois principaux sont ; le Ujabal à l'Ouest, 
rAnrlriana au Nord-Kst i^t l'Ankarankely à Thsl. On ne manque ccpcudanl 
jamais d'euu pour la consommation. Lecliitteau d'eau d'Hellville (caoitaledc l'ile) 
est alimenté par une source ii débit assez important, captée ii trois kilouièires de 
la ville. 

Quelques-unes des montagnes de l'fle sont creusées à leur sommet par des 
cratères qui ont donné lieu ii lu formation de lacs de petite dimension as^z 
profonds. Ils sont généralement habités par des raimans Je forte taille. 

Climat. — La moyenne de la température est de 29 degrés pendant l'hiver- 
nage Ide nnvemlu-e à avril); dans la IkIIc saison, la chaleur varie de 19° J Hi". 
Lu plus grande hauteur atteinte par le baromètre est de. je')"" en juillet et 
la moins élevée 'î^iS en janvier. Les orages sont (l'es fréquents et les coups 
de tonnerre sont quelquefois d'une inlensilc effrayante. La quantité de pluie 
qui tomba annuellement est considérable. Les moussons ne se font pas directe- 
ment sentir à Nossi-Hé. He mai h noveniln-e, te.s vents sont assez réguliers; 
le matin il K-gnc généralement une petite brise venant du Nord ou du Nord-' 
Kst ; vers 10 heures celle brise mollit et il y a un moment de calme ; elle passe 
au Sud, puis au Sud-Ouest, pour s'établir" dune manière détinilivo a l'Ouest. 
Pendant l'hivernage on observe beaucoup moins de ivgularité dans les brises, 
qui manquent fort souvent. Quelquefois la brise de l'Ouest se lève vers deux 
heures, mais elle est bientôt remplacée par la bourrasque qui précède les 
grains iournalicrs de cette saison. Nossi-l)ê n'i'st pas exempt des lièvres du 
littoral, mais les maladies de foie et la dysenterie v sont rares, l'ne affection qui 
n'atiaque généralement que l'indigène et que Ion confond souvent avec la 
variole, fait quelquefois son apparition ; les indigènes l'appellent ■< moagon •■. 

ColtureB. -■ Le sol de .V»ssi-Bé se pn'-le li toute espèce de culture; il est 
il'unc fertilité remarquable et d'un travail facile ; la vègélalion y est abondante. 

Les principales cultures sont celles de la canne à sucre, du riz, du café 
et de la vanille. Celle de la vanille commence à prendre une extension coosidé- 
rahleel ne lardera |i.ts à romplnccr détiniliveuiont celle de la canne à Biicr<'. 



- 217 - 

Noui-bé a produit autrefois jusqu'il 15.000 kilos de café par an, mais les plants 
ont été atteints par VHemyûia Yattalrix, maladie qui a causé les plus grands 
préjudices à ce genre de culture. Ou recommence cependant à planter du café 
ao peu partout. 

Oomm»ro9. ~ ImportalUm : Les principaux objets importés h' Nossii^bé 
Boat : 

t* de la Grande Terre : riz, bœufs, peaus de bœufs, cire, suif, bois de cons- 
truction, caoutchouc, raHa. 

2» d'Europe et de» colonies: denrées alimentaires, boissons, faïences, 
quincaillerie, verroteries, bijouterie, li"tis, objets confectionnés, chaussures, 
armes, poudre, plomb, savon, cocos, huile de coco et pétrole. 

Exporlaliùn : 1« pour la Grande Terre : articles provenant de l'importation. 

a» pour l'Europe et les colonies : sucre, rhum, vanille, café (en très petite 
quantité), riz, cire, écaille, caoutchouc, bois, bœufs, peaui de bœufn, raHs. 

Le commerce k Nossi-Bé est représenté par deux comptoirs français et deus 
comptoirs allemands, s'or^upaut d'échaoftes avec les mdmenes et faisant surtout 
le'-^mmerce d'étoffes, de peaun, de caoutchouc et de vanille. 

En dehors de ceii quatre maisons, de nombreux Indleiu font le comme"» 
de détail. Beaucoup de ce= Aai^tiiiuca o:il iualalié de peUts comptoirs dws les 
villages do la Grande Tem.'. 

Population. — La population s'élève au chiffre de 6.271 habitants, dont 
2.000 environ habitant a Hellville, le cbef-tieu. 



iOnHilSTRATlOIll 



HH. ChaoTOt, administrateur de t" classe. 

Fioatier, commis de résidence de S° classe. 
ThonTenin, commis de résidence de 2* classe. 
LafOBM, commis de résidence de 3* classe. 

fiurOoe 

un. HorrUle, juge de paix b compétence étendue. 
RiiHtdsl, greffier-notaire. 
Olémen^ avocat défenseur. 
Z^emuuiM, huissier. 

TrâHnrls 

HH. Tooeaa, paveui^adjoinl de 3* classe. 
Horaaa, Mcrélaire auxiliaire.* 

volte et ennignnimt 

Hiiilon catholique 
HH. Walter le, sapérieur ecclésiastique. 

Hattlw, Miré. 
F.F. WwU.Leplat, HsTpe.Rioanl, instituteurs. 
5«ur: H"8telff»r, institutrice. 



■,:cc.;,C00gIC 



ira, Pâoly, vériHcateur de 3* cluse. 
Aiwftlet, brig&dier. 
Rolus A-, brigadier. 
ThôtOMM, bri^ier, 
LonjB, préposé de S* classe. 



Teste, id , 

Barctyre, id. 

Si» waqiMr> id . 
Strnlln, id. 

Abftl)te, tDttetot de douane. 
Huiaier, préposé auxiliaire- 



Serrice topographiqna 



HM. Sohmidt, eéomëlre priocipal de 3 

Il«may, géomètre ordinaire. 

Bonx J., géomètre ordinaire. 

" m, géomètre ordinaire. 



MH. fflnente;, coramiEsaire de police de 2* classe. 
Lakernuuice J., adjudant de police. 
De Rolland J., t)rigadier de police. 
FabreJ., id. 

Oliapert, id. 

(3iambn ooniultatiTa 

MH. Legrac, président. 
Kersaane, \ 
Roox, I 

Oaronn, > membres. 
DaTemaT, \ 
Olraad. / 



LISTE DES COLONS 



Oêmln, Id. 

C«t»/, id. 

Olaln. id. 

Climeat, kl. 

C/wMrf, fd. 

Crwix, id. 

OréMt, id. 

DtoQtte, kl. 

Denmi», id. 



Ouwae, colon. 
Duiwna/, id. 
FInet, restaurateur. 
Fragar, négociant en gros 
Fouquat, id. 
Hoaraau Moulaaaaux, col 
ôlraud, colo,n. 
Qro^ambart, id,' 
Kmir. htKlque de glace. 
LalTon. Hôtelier. 
taJcermanoa, colon. 
Labrateti, id . 



■,:cc.;,C00gIC 



LocJAra, colon. 

Lojru, id- 

Malllet, épicier. 

Mtrvlar. colon. 

Hsrafiar, 1d. 

thnaop; boncher. 

OUtry, colon. 

fiotivttr, id. 

Roux, rubrique de limonade. 

Rozée, colon. 

Vtllmtln, id. 

Vitlot, cuitîDler. 

Ht Vlll9oourt, colon. 



0» LatMlê Mres, colons. 
Qermoavlllm, liqueuni. 



46m«<0u aondàiMf, commerç 

AlllmrDJIvomtlJy, id. 

ÂlllMy S«llihondJy. id. 

ÂdoulouoitM lêmAtlii, kl. 

Âbd&llah OJIntUï, id. 

Xf/bAy Dtoudjy, id. 

>(r/i)Ai/e ÛAoudou Sa/a, id. 

4» Taora, id. 
Céffman4;'Mfou(«'Aa4fbar Ut. 

Onunoudra Ammndii, id. 

Daawiou Nourlmy, id. 

DMiuijy HamoutÔ", id. 

mafàrijl Ibninil, id. 

DJKtMfdii Hourbmy, id. 

I^litomdll AHb*y, id. 



OjliKmàii Ibrtunji, conunertutt. 

DotufV' (-«/(Vr, id. 

DouatiJI Oukabêy, td. 
Goufnm xJJ Kunâjy, tissus et boia. 

Qoufam «oi/fn Va;/<Vr. id. 

tbrtmjy tiQurbay, id. 

Iimaélgl Abdoulouoinê, id. 

/ssa<ff ffoufbar, id. 

fasa^t Mamondjy, id. 

KaneÛi DaoarAotfaa, id. 

KtrlttuUI Alibmy. id. 

KarlmdJI DJIfombl'i. id. 

KarfmV' Voûte W<ifan(ff, id. 

Lomani^f Oufiaùa/, id. 

Hamoudaf/ Âdâit^y, Id. 

Namoudouba)' HaniotMff/, - id. 

Himoudoabay Xtibil id- 

ManwuiV' Ooaaa((f(, id. 
MtkottJI Qoulam Âly, débit d'opium. 
Noufon Xandjy, commertutt. 

Uouuatljl Allbay, id. 

Nauor NooramoftafflKf, id. 

Nourbây Ibràtm, id. 

Hourbêy KarimdjI, id. 

Ouwanf ba/ Q/ffom^/r, id. 

Plrbay Kàrlmiijl, id. 

Pounâj» famavf, id. 

Rwtfaba/Akfin/'. id. 

Touloldu Narvl. Id. 

VairtV' '(('anVr. 'd. 

VaJf((/I MouMMtf', id. 



Outau Vano*. colon. 



îdby Google 



PiTINGE DE DIÉGO-SUABEZ 



Le leiritoire de Diëgo-Suarei eet situé, ainsi que Is baie de ce nom, au nord 
de Hsdagascar,. entre 12> el I3<> 5 de latitude sud. 

Depuis la promulgation de la loi du 6 août 1896, Diégo-Suarei, qui étaîl 
autrefois une colonie distincte ayant sous sa dépendance les lies de Nossi-Bé et 
de S"-Harie, fait partie intégrante de la colonie de Madagascar. 

Limites et divisIouB adminiatratlTee. ~ La province de Diégo-Suarez se 
divise en deux circonscriptions administratives et judiciaires. La première, celle 
de la commune de Diégo-Suarez, comprend le territoire de l'ancien étabtissemeat 
créé par le traité de 1885 et la seconde, appelée territoire annexé, comprend les 
autres régions de la province. 

Ce dernier territoire est administré par des agents des affaires indigàoes. 
plac^ sous l'aulorilé directe de l'administrateur chef de la pronnce. 

Lee limites sont les suivantes : 

1* Commune de Diégo-Suarez. ~ A l'ouest une ligne partant de l'embou- 
chure de la rivière de Hungoaka, passant par les usines d'Antongobato et le fort 
de HahalsiQio, le villaged'AatanamitaruDa; traversant la montagne des Français 
jusqu'à la rivière d'Antsoa, elle continue vers le nord en partageant en aeia 
Orangéa j usqu'à l'est de la pointe de ce nom. 

2" Territoire annext'.. — La frontière part du cap S'-Sébastien, passe au sud 
de villages de Tamtam, Bemanevikibe, Bemanevikelly, au sud des pics d'Ambre 
et suit m rivière du Rodo jusqu'à son embouchure. 

La province de DIégo-Suarez est limitrophe au sud-ouest et aa snd-est du 
cepcle-anneie de la Grande Terre et de la province de Vohémar. 

La baie de Diégo-Suarez se compose aes baies du Tonnerre, du Sépulcre, des 
Cailloux blancs, des Français, du cul-de-sac Gallois et des Amis. 

Elle offre an point de vue maritime une des plus belles situations que l'on 

Cuisse rencontrer; c'est un immense port naturel dans lequel peuvent mouiller 
•8 plus grands navires. 

Diégo-Suaréx est destiné à devenir le plus grand port militaire de nos pos- 
sessions dans l'Océan Indien; un décret récent le classe point d'appui de la flotte. 

La construction de bassins de radoub dans le cirque d'Antsirane, décidée en 
principe, va entrer en voie d'exécution. Un arsenal pour la réparation de nos 
navires va également être organisé. 

Le percement de la presqu'île d'Ambre entre la baie du Courrier et le cul- 
de-sac Gallois, sur un parcours de 6 kilomëlres environ, est à l'étude. Ce passage 
permettrait aux navires à voiles, et surtout aux boutree, d'entrer en toutes sai- 
sons dans la baie. Ces bâtiments n'auraient pas à doubler le cap d'Ambre, où 
un courant violent se fait sentir de l'est à l'ouest, à certaines époques de l'année, 
surtout entre le mois d'avril et le mois d'octobre. 

Orographie.— Les chaînons montagneux de l'ouest, sur la cime desquels 
■'élèvent d'immenses masses calcaires, sont les monts ' Andramshibo (Windsor 
Castle) el d'Andrakaka (Dower Caslle). 

La montAgne des Français à l'est, qui' domine la baie de ce nom, est un 
mmense soulèvement calcaire présentant des traces de dépâts ferruginenx. Dans 
ce même massif qui s'étend au sud, jusqu'à Ambohimarina, on a trouvéde belles 



rites de 

lateaux 
mètres, 
Tipsdes 
travaux 
et dans 
le taka- 



. douce ; 
marque 
l'admi- 
ritt, qui 
coloas, 
ipnaeat 
sur ces 
l'aspect 



nnnte k 
eau des 
! climat 
■iode, la 



tion peu 
ua viao- 
ililes de 



jes sont 
[Dëue de 
tir passé 
£.000.000 



îdby Google 



Le t 

De^ 
àntreroil 

de S'*-tt 

¥.l«i 

diriseel 

de U COI 

créé par 

aalresn 

Ced 

fdaeésM. 

Les 

*• i 

charede 

deHahal 

{'tuqn'fc I 
>raagéa 
» 1 
de tillaa 
etuiitS 
Uf 
eetele-si 

Ut 
Calllo» 

Bile 
miisu n 
les plus 

Diét 
sesdons 

Uc 
principe 
nivireB 

. ''",1 

oc-sac G 
permelt] 
90D» dar 
uscoun 
■urtout ' 
Ore 



îdby Google 



carrières de pierres meulières et dn gypse dont oa pourrait faire du plâtre. Ces 
carrières n'oal Jamais été exploitées. 

Ou cùté opposé, à Uangoaka,se trouventdcscolliaeâcoateaantdeRpyrîlAsde 
fer. 

Les massir d'Ambre que Tormeat une successioa continiip de hauts plateaux 
sont trèK boiâés. L'allitude de ces moiitannes varie entre 900 et 1. 100 mètres. 
Les forèlft lie ces massifs, sftgementaraénajfées, pourraient fournir loiiglemps des 
boi.i d'ei>sence dure pour les charpentes des maisons, des ponts et des travaux 
d'art aussi tiieo que p'iur les constructions marines. C'est dans ces forêts et dans 
celles de Sakaraniy que se rencontrent les plus beaux bois. On y trouve le taka- 
maka blanc, l'ébëne, l'arajon, le palissandre, le bois de fer et diverses essences 
de bois durs, blancs et rouges. 

Lo mont Carrnet le mnnt Renaud, haut!i de 400 mètres environ, renfcrmeot 
qiieloues fo^vsiles ; il en est de même de chaînons d'Ambohimarina [300 mèlreâ], 
oii s étaient installés les Hovas depuis la prcmiàre eipéditioa de 1884-1885, 
jusqu'au moment de la prise du Point VI en 1895. 

11 faui citer aussi les massifs de l'Arabongoabo [260 mètres], les Deux 
Mamelles [380 mèlres], entre la baie du Courrier et le cap Diego et le mont Rosi, 
près d'Andrannfnniaoa [^80 mètres]. 

Les meilleurs bois, après ceux du Sakaramy et de la montagne d'Ambr& 
sont les essences qui viennent dans les forêts d'Ambilou, d'Ambondivahibé ei 
d'Anktu^ngana, près du Itodo. 

Climatologie. — A tous les avantages naturels qoi font de Diégo-Suarez 
un des mpilleurs poiuLs de la cAt" de Madagascar, il faut ajouter son climat très sa* 
lubre, qu'on a comparé à celui de la Réunion et qui peut êire supporté pendant 

Silusieurs années consécutives par l'Européen. Les hauteurs voisines de la ville, 
erlilisées par de nombreux ruisseaux, jotiissent d'une b^uipérature assez douce ; 
sur les pentes de l'Antsatmkala [m»nt d'Ambre], le thermomètre marque 
habiluelleiucnt de II à 12* centigrades. C'est sur ces hauteurs que l'admi- 
nistration locale et l'autorité militaire ont fait installer des sanatoria, qui 
renient de grands services. Les l'ouclionnaires, tes militaires et les colons, 
fatigués par un lon^ si'gour dans la (>raviiice, ou les convalescents, viennent 
s'y rétablir; des particuliers ont suivi cet exemple et ont fait bAtir sur ces 
hauteurs des villas dont la vue duonc ii ces piirtics, jadis désertes, l'aspect 
riant d'une ville en formation. 

Une route carrossable conduit à ta montagne, qui sera bieatOt desservie 
par une voie ferré«. [)éj(> un industr ei a dem.iudi; le privilège de l'ioslallatioa 
d'un Uecauville, reliant la ville aux plateaux de l'AntsatroKaTa. 

La ville d'Antsirane, capilaic de la province, dont la création remonte à 
18SG, est bftiie sur un plateau relativement élevé au-dessus du niveau des 
eaux du port de la Nièvre et de la baie des Français qui l'enserrent. Le climat 
V est extraordinairement sec, de mai à décembre; pendant cette période, la 
brise régnante du iud est très vive et soulève des tourbillons de poussière. 
La température moyenne est de 25°. 

Elle contient de nonbreuscs maisons d'habitation d'un prix de location peu 
élevé. Il y eniste un m irchc couvert oii l'OQ trouve tous les matins des vian- 
des de boucherie, des légumt>s, des fruits, des p ûssons et des volatiles de 
toutes sortes (canards, volailles, oies, pintades, etc.). 

C'est sur le plateau d'Antsirane qu'oot été construites des casernes pouvant 
contenir. près de 2.00 < hommes. 

La population, les quartiers militaires et les fontaines publiques 80nt 
aboodamiiient pourvues d'une eau excellente qu'une canalisation amène de 
i'Alandriananana, rivière située à 12 kilomètres d Antjiiiiine. Après avoir passé 
«r un bassin de décantation, l'eau est recueillie daos un réservoir de 2.000.000 
le litres, construit en lille. 



5S' 



t.ZCCt.COOgIC 



s;i 



i* spiritueux. — Toutes les boissons alcooliques viennent du dehors. Les 
rhums ae la Réunion el de Maurice sonl vendus dans de bonnes oonditions sar 
la place; ceux de Maurice, quoique de qualité inférienre, se vendent mieux 
Krtce au bas prix auquel ils peuvent être livrés et surtout aux Bvanta{FPB faits aux 
fabricants par le bénéfice du change à Port-Louis. Les vins et liqueurs viennent 
généralement de France. 

2* Faïencerie, verrerie, poterie de tout genre. — Le» articles anglais et 
français commuas se vendent facilement. 

3* Inttntmenit de mtaûfue. — Les accordéons d'Allemagne. 

4* Tïffuf rfecotontfcrtu,t«înftef imprimai— DsnscettPbr&Dche de commerce^ 
ce sont les marchandises anglaises, américaiops et allemnodes de mauvaise 

Jualité qui sont jusqu'iri les plus demandées. Cependant, depuis l'application ' 
Il tarif doiin nier, un certain nombre de commerçants indiens commandent aux 
fabriques françaises des tissus de toutes popèces. 

Le mnnluatdesimporlHlionss'est élevé pendant l'année 1897') 8. 179. 000 francs. 

Les nroduHs exportés sont: les peaux de bœufs, le caoutchouc, récaille de 
tortues, le suif, ta cire, le sel marin, le maïs. 

L'exportation des bœufs sur pied spi fait h la îléunion, à Maurice el au 
Transwaal. D'autre pan, c'est à Diégo-Suarez que les paquebots des Messageries 
s'approvisionnent pour la nnnrriiiire de leurs passagers et i^quîpagrs, 

Lp service des correspondances et des transports est assuré par les paquebots 
de la Compagnie des Messageries iiiarilinies qui passent h Diégo-Suarpz, k l'aller 
les 3 nt 13 et, au retour, les 5 et 20 de chaque mois. Les steamers de la Corn- 
" gnie Havraisti ton! mensuellement escale à Diégo-Siiarei et la ligne-annexe 

Messageries de la cOIe de Moxambique y a son point principal d'attache. 

IndoBtrie. — Des industries importantes ont été créées dans la province. 

Les magniflqups usines d'Antongobato, qui abattent plus de HQ bœufs par 
jour, font delendaubage, du liebig, du suif et de la Itougie. 

Les peaux sont vendues sur place. Les os longs. Ifs sabots et les cornes 
sont exportés pour la coutellerie el la marqueterie et les autres broyés et n'duits 
en poudre sont expédiés à Maurice pour l'engrais des champs de canne à sucre. 
La Doyaiiderie est réservée pour la vente aux fabricants de colle. Dpji salaisons 
son! également préparées. 

Deux compHgnieE ont créé A Diégo-Snarez, ^ Anamakia, (rive Sud du cul-de- 
stc Galloi."^ el -' Béttiaïtra, (baie des Français) de belles installations de salines. 
Ëes industries fonctionnent bien et produisent un sel qui a une valeur mar- 
chande déjà très appréciée. 

L'induftrie salicole ne saurait étro mieux placée aa'k Diégo-Suarpi. Ed 
raison de la brise qui souffle d'une façon continue pendant les huit mois que dure 
la saison sèche, oti v trouve des conditions d'évaporation exceptionnelles qu'on 
ne rencontre que dfrflcilement ailleurs. 

Culturel. — La culture marsirbère réussit fort bien à Diégo-Suarei. 

A Anamakia, qui est le centrp Ip plus imporiant de colonisation de la pro- 
vince et qui forme aujourd'hui un village de 500 habitants, les jardins sont ma- 
gnifiquru, grice il l'humidité couplante du sol. Les choux, les carottes, les radis, 
les salaries, etc., y Irouveni un terrain ct'élpclion. 

A la ri>ière des Caïmans, à la baie des Amis et en ville, i) existe de beaux 
potagers. La (Valcheurde la montagne d'Ambre convient à la culture maraîchère 
et surtout '■< la cullare de la pomme de terre. 

Dans presque tons les centres, î Uahagaga. h Besokafra, à la rivière des Caï- 
mans, h Anaiiiakia, les colnns et indigènes plantent le riz, le maïs, le manioc, 
l'arachide, les patatrs el les haripots. 

La xeule culture entreprise eo grand h Diégo-Suaret est celle du cafi'ier sur 
tes hauteurs, où cet arhu>:ie est duns son milieu de prédilection. Les résullati ob* 
tenus uvpc des caféiers plantés en 1802 rani mervpillpux. 

Des essais très hetireiix de plantation de caoutchouc du Para, de vanille el 
de café Libéria ont été tenléa à Anamakia et sur différenta pointa de la côte. 



Voies de commuiioatioii. — Les voies cafTcwMbles aoot les siiivaDtes : 
f* ïloute centrale. — D'Antsirane k Antanamilarana [12 kil.) ; d'AoUnami- 
araaaau Sakaramy (<3kil.); el du Sakaramy h lamoDUgnerl'Aïubre (10 kil.). 

2* Houle de l'Est. — Cette route est la même que la route centrale ja»qu'à 
Antanamiiaraaa; de ce point elle se dirige sur Hahagaga M 2 kilomètres), traverse 
Ambilou (15 kiloiiiètres) el va jusqu'au gué du Rodo sur la front ère de la pro- 
vince en passant à l'Est de Sea<IJovaLo et du mont Renaud (35 kilomètres), soit 
d'ADlsiraoe au Rodo, 75 kilomètres. 

3' Baate de l'Ouest. — D'Antsirane ti Anamakia kil. 500; s'arrête à la 
rivière des Maqucs. — La roule de la rivière des Tortues «u villd^e d'Ambara- 
rata vient d'être tprminée celte année; le tr>nçon de route qui doit relier Ana- 
makia à Ambararata sera achevé avant peu. — De ce village une route projetée 
seraconstituée jusqu'à Irohono. 

Ecoles. ~ Il existe à Diigu-Suarez 5 écoles dont une mixte ii Anamakia. 
Les élèves qui fréquentent ces établissements sont au nombre de 303. 
Popnlation — Le dernier recensement a donné un total de 6.306 habitants 
dont 4.406 ludigènes, répartis ainsi qu'il suit sur les divers points du territoire : 

Antsirane 1.834 habitants 

Anamakia^ 497 — 

Aatongobato 43* — 

Preaqu Ile d'Ambre 264 — 

Territoire annexé 3.277 — 



ADHMSTRITION 



Terrentroy, commis de résidence de 2* classe. 
Folio, commis de résidence de 3' clase. 

Ifanioipalité 
MU, Titenx, it, administrateur-maire. 

NiooUs, I 
Robert, > membret. 
Bégvime, ) 



.MH. Tliéry, juge. 
Coolet, greffier. 
BalancooTt, agréé. 
Oazet du ChAtelier, huissier. 



MU. Lassaire, payeur-adjoint de 2* classe. 
Campittron, secrétaire auiiliaire. 
Uchenlsube, id. 



îdby Google 



Cnlte et enidgnement 

Miulon Catholique 
U. liBoomme, coré. 
R.P. Bronetti, supérieur. 
R.P. Portineau. 
FF. Rondsui, directeur ; Thel;, Projet, inRtitti leurs. 

Sœurs : M"" âtrois, supérieure ; Rose, Fleichnt, nomont, IMderine, 
insiitutrices. 



MU. FftTreau, vérificateur de 2' classe. 

Pogeloli, vérific&teur-adjoiol de 2* classe. 
Des Drosses, Bou»-brigadier. 
Perdri&ax, id. 

Collomp, préposé de l'* classe. 
Arrazeau, préposé de S* classe. 
Gilet. id. 



FoBtM et télégraphee 



Servioe topogr&phique 

MH. VergOE, géoniètre pricipal de 3* classe. 
Sinwnette, Kéomètre ordiaaire. 
de Pontlevoye, élève géomètre. 



MH. Oenoe, régisseur de ta prison. 
Dnruuli commissaire de police. 
Qrélot, iQHpscteur de police. 
Roudière, id. 

Fortr. Sadee. Flunt 

MH. Ollive, lieutenant de port. 
Ariitoèae, mécanicien rlief. 
Trinauefort, ouvrier mécanicien. 
Claudet, gardien chef du pbnre d'Orangea. 

Chambre connltatiTe 

MH. Froger, prétident. 



Oxiichard, J 
I,aoordaire,f 
Lègues, ( 
Nicolas, \ 
Robert. / 



byGoogIc 



— «5 - 

USTI DES COLONS 



Btillitt, directeur de compn^ie. 
Billancourt, agréé près les tribunaux. 
Barvt, eiilrepreneur de charroi. 
Baron, employé des Messageries Mari- 

Bedal, reDtier. 

Béiaimt, cultivateur-élaveiir. 

Ballanipr, cuUi valeur. 

Bonnomalaon, négociant 

BotvM, commerçant. 

Oo Canonrilla, emftloyé des Messageries Ka- 
ritimes. 

Cantal, ptiarmacien. 

Cànu, représentant de commerce. 

Chatoaulctf, commissionnaire. 

Chavlllot, Ik)>i langer, 

Chrluovarghl, caramertant. 

Ccnatant Gabriel, employé de commerce. 

Conttant Julien, employé de commerce 

Coridon, commerçant 

Carviay, limonadier. 

CoBloney, commerçant. 

Coûta/, agent commercial. 

Damour, ciilljvateur. 

Darviit Albert, représentant de com- 
merce. 

Darvtie Auguite, employé de commerce. 

Daaroafara, employé des Messageries Ha- 

Ditooun, employé des Kessafieries Marili- 

Oou/èra, commerçant. 

Dubidat, employé au grelTe. 

Duplais. employé de commerce. 

Etthi¥a (S^CIéj, employé de commerce. 

Esfhiva Joaeph, cultivateur. 

EatMva Henri, id. 

Faurel, directeur de salines. 

Fillx, comptable.' 

Folio, cultivateur. 

Fondaumîir«, employé de commerce. 

Fontaine Albert, charpentier. 

Fontaine RaphaSI, intlrmier. 

Florentin, maçon. 

Foiaard, macoo. 

Françoia, commerçant 

Fulinar, se Hier- bourrelier. 

9aulier, directeur d'usine. 

Qrandln Françoia, cultivateur. 

Qrandin Constant, id. 

Qrandln Léon, id. 

Quipin, tailleuf. 

Oolahard, qpmmercant. 



Hoareau Baptiaio, cultiTateur. 

Hoareau Philibert, employé de commerce. 

Hoareau Tomy, cultivateur. 

Hoareau Anthony, cjltivateur. 

Hoareau Ferdinand, entrepreneur de cliàr- 

Ismard, comptable. 

Jeanaon, négociant. 

Laoordaire, directeur de salines. 

De Lanux Pierre, cultivateur. 

De Lanux Alain, employé de commerce. 

Ds Lanux Thomy, employé de commerce. 

Os Lanux £mJJe, commerçant. 

Lapeyr», culUvatfur. 

Lebeau, culbvateur. 

Lacouflat, employé des Messageries Mariti- 
mes. 

L«cfiat, cultivateur. 

Léopold, directeur de compafrnie. 

Lique», industriel. 

Luc/on, commerçant; 

Many, tMulanger. 

Mayer, limonadier. 

Many Louit, employé de commerce.' 

Martin 5'-Ciaire, cultivateur. 

HUM, agent de la compagnie des Messa- 
geries Maritimes. 

Moinard, négociant, 

Mo^naf Pierre, cultivateur. 

Hogenat Baptiste, cultivateur. 

Mondon, commerçant. 

Moraau Fernand, commerçant. 

Moroau Kimorin, comptable. 

Morsi Cyrille, cultivateur. 

Moref Ocfava, id. 

Morel Albert, id. 

Motion, comptable. 

Mou rtson, boulanger. 

Nérant, chaudronnier. 

Nicolaa, propriétaire-éleveur. 

Panay, coiffeur. 

Paquet, propriétaire -éleveur. 

Parant, comptable. 

PatMei, employé. 

Payet, cultivateur. 

Perçoit, brigadier desdouane3(en retraite'.* 

Pinel, boulanger. 

PHt, charron. 

Paraonné, coiff'eur. 

Poncsiin, cultivateur. 

Posi, employé. 

Praxéde, mécanicien. 

ItenaiMl, charroyeur. 

ftlYltre, cultivateur. 



.. ..Google 



Sabatier Victor, mécanicien. 
Smith, cultivateur. 
Trovalet, cultivateur. 
Turpin, cultivateur. 
V^ochiino Henri, saunier, 
Vaoehimo. JVariut, saunier. 
nnant, cultivateur. 
Vlltécourt, conimertant. 
Williment, emplojé. 
Zoé, employé. 



Ah-Koii-»nd, 

Ah-Ta¥e, 

Âh-Tiuui, 

Ah-TMon, 

Chan-Lavt, 

Chaa-TI, 

Léou-TMon, 



LMu-Haon, épicier. 
MIng-Cam, id. 
TM^Kat. commerça m, épicier. 
Teng-Kang, id. 



Abdoul-HoutMn-tamaoMit, commerçant 
Âbdallah-Houtaw-Mamouhàii; uoiumer - 

Allbaye-Validjy, commer;anL 
Bataiou, cotninerçaiit. 
limail-Djaodjji-Lokate, commerçant. 
ftM-Moussa, coiniaerçaiit. 
tiaadjy-Akindjji, commerçant. 
lsta<Sjii~Bantiabay», cnmmer^nL 
¥amodB-Alii-liaadjn, commerçant. 
Mainoudbaite-Loukoumarldji4,camaierih'it. 
Miadjif-ltaurbaite, comiiieiçBQt. 
Omar Itmail, commerçiiaL 
Soili4-ban Aqa, commerçant, 
Validjii-Adamjti, commerçant 



îdby Google 



PEflVlCE DE yflBÉMAIl 



- La province cDtiëre de Vohémara potir limites: au ffoni, la 
province de Diégo-Suarcz dont fille est at'pirée par la rivière du Rodo ; à l'Oiiesl, 
une ligne de crË e bien marriiiée, dumarcaiioii enlre les province» antankares du 
NosHJ-Ke ei d'Analalava; ail Si)d, une chaîne iniaterroinpue détachée du grand 
massif central el dnnl un rameau s'étendant jusque vers le cap Maso»1a, dans la 
presqu'île de ce nom, la sépare de la province de Uaroaolselra. Ces limites sont 
comprise» entre 13<> 41' et 15° 56' de latitude el të' 40 et 48° 12' de longitude.' 

La superficie totale est d'environ 17.000 kilomèlres carrés dont le tiers ii 
peine est habité. 

Orographie. —< Le Tsimaitondrano et le Lohanimaiv&rano sont les points de 
jonction avec le plateau ceniral de ta grande chaîne qui se termine à la pointe 
Nord 3e l'Ile parle massif d'Ambre et qui sépare la province de Vohémar des 
cercles de la Grande Terre et d'Analalava ; du haut des pitons qui jalonnent celte 
areie on découvre le pays jusqu'à la mer, h l'Ouest, fa I Est et au Nord. La forêt 
tropicale avec ses essences rares, sa végétation dense, parfois impénétrable, en 
recouvre tes pentes et les sommets. 

Cette chaîne se ramifie dans la presqu'île de Uasoala par les monts Amba- 
nitazaoB. 

Hydrographie. — De nombreux cours d'eau descendent de l'intérieur vers la 
mer. La plupart ne sont pas utilisables; dans la région du Kord, en particulier, 
ce ne sont que de minces fîlcts d'eau dont quelques-uns se perdent dans tes 
marais sans aboutir à la cAle. A l'époque de l'hivernage les grandes pluies les font 
tous grossir, et, dans certaines régions il est prudent de se mettre en garde con- 
tre les crues rapides et les inondations qui en sont la conséquence. 

Les rivières du Sud, bien que plus importantes, ne sont navigables que pour 
le» pirogues. Celles dont le cours est le plus long sont, du Nord au Sud, le 
Msnambato, le Penambe, le Bémarivo, le Lokoho et la rivière d'Antalaha; toutes 
les cinq prennent leur source dans le massif central. 

Les rivières de la presqu'île de Masoala ne sont, à partl'Onibé, que des cours 
d'eau & pente peu rapide et à embouchure marécageuse et malsaine. 

Climatologie. — Comme climat et salubrité, la province de Vohémar est 
une des plus l'avorisées de t'fte. La tempérât un-, très fraîche, froide même pendant 
les si» mois de la mousson (d'avril à octobrei, est agréable pendant la période de 
l'hivernage. Les pluies sont fréquentes toute l'année, mais elles tombent principa- 
lement la nuit Elles suffisent pour entretenir l'humidité nécessaire fa la culture, 
sans être une gène ou un danger pour le colon. 

Commerce. — Le commerce, qui était autrefois entre les mains des Indiens, 
ne leur est plus exclusivement réservé. Deux maisons françaises se sont établies 
dans le pays et y trouvent un écDiiIcment facile de leurs marchandises. Elles 
approvisionnent les Indiens de nos tissus (toiles, soieries, cotonnades) avec des 
crediLs variant de 3 à R mots et leur achètent au comptant les caoutchoucs, les 
peaux et la gomme copal. Des colons de Bourbon ou de Maurice font également 
quelque commerce. 

Les articles d'eiportalion, oatre ceux mentionnés ci-nessus sont l'écaillé- et 
le cristal de roche. 



- -iS» — 

Les principaux centres de commerce sont situés sur la cote et n classcat du 
Nord au Sud comme il suit : 

Vohémar, grand commerce de breufs, dont l'exportation atteint environ 
15.000 lètes par an ; c'esl dans ce (lorl que viennent cliai^er presque esclusive- 
meot Icfi vapeurs qui approvisioiinenl Maârice et La Réunion;— Samhava, centre 
important de culture de vanille ; on y compte aclnrllemenl iSO.OOO pieds ea plein 
rapport;— Antaiaha, grand ccnlre a exportation de rii;— Angonlsy, qui fait on 
commerce de bois important. 

Le poisson, très abondant et d'eicellente qualité, le gibier et les pintades 
pourraient également donner lieu à un commerce liicralir. 

Indastrie. — La principale industrie du pays est l'élevage. On peut estimer 
à environ 80.000 le nombre des animaux adultes. La province possède d'immen- 
ses pâturages où l'on pourrait nourrir beaucoup plus de hœufs qu'il n'y en a 
actuellement. L'élevage procurera, presque sans frais, de beaux revenus, surtout 
si nos colons, perfectionnant les méthodes d'^levai^e pratiquées par les indigènes 
introduisent un cerlain nombre d'animanx reproducteurs destines ft améliorer 
la race. 

La région sakalave se prêterait en onire à rétablissement d'une usine di? 
conserves de viande, au centre même du pays de production. 

Enfin les beaux bois de construction abondent dans toute la contrée, mais 
sont encore d'une exploitation coûteuse et dilticil<'. C'est un genre d'induslrie 
à réserver pour plus tard, lorsque les voie» de communication auront étË sufRi' 
s&mmnni aévéioppées. Néanmoins, la construction des bateaux de cabotage pour- 
rait se faire sans difliculté sur certains points dt la cOte; les indigènes y tra- 
vaillaient autrefois et c'est encore de là qu'on tire aujourd'hui les grandes piro- 
gues de charge, jaugeant de six à huit tonnt-aux ou les pirogues légères et rapi- 
des dénommées acakan; celles-ci, pareilles àcellesdeNossi-Bê, servent à pécher 
la tortue pendant l'hivernage. 

Agricnlture. — Si le Nord est avant tout un pays d'élevage, le Sud est nn 
pays de culture; muis bien que le sol y soit éminemmenl fertile, la dixième par- 
tie des lerreo cultivables est àpeine exploitée; toutes les vallées, et noiamnient 
celles de l'AnlBlaha. du Loboho et dfsdeux bras de la Samba(a, sont des terrains 
d'alluvions, très riches et très productifs. 

La principale culture est celle du rix. La surproduction, très importante, laisse 
par récolte moyenne de 2 b 300 tonnes disponibles pour l'exportation, quantité qui 
pourra doubler lorsque les indigènes auront pins de débouchés pour leurs pro- 
duits. Le riz décorti()ué se vend à Antalnha ue 6 it 10 francs les 100 kilos, sui- 
vant l'anm^e, et atteint facilement S2 fr. SO à Vohémar et 25 francs au moins k 
Diego. H y a donc lit une source de revenus sérieux pour l'avenir. 

Le café est également cultivé avec succès dans tout le pays. Dans la région 
de Sambava, c''e^l ta vanille qui a surloiil attiré l'attention des nouveaux colons. 
La récolte de 1807 a porté sur tSO.OOO pieds; celles des années suivantes, où les 
plantations nouvelles entreront en rapport, seront plus considérables encore. La 
vanille récoltée à Sambava est de aualité supérieure. 

Il convient d'ajouter que le sol se prête également à la culture du cocotier, 
(]ui ne demande que peu de soins et peut Cire, au bout de cinq ans, d'un boD 
rapport. 

Enlin l'on pourrai! tenter avec succès la culture de la canne & sucre en vue 
de la fabrication de l'alcool, celles du maïs et du colon, celles du gôranium et 
du rosier pour la distillation,' 

Voies de communication.— Une route cOtière va du Nord au Sud jusqu'il 
Angonlsy; d'antres chemins permettent lapénélraliondanit l'intérieur, de la côte 
Nord a Vohémar, par Minguily, de Sambava à la ligne de crêtes, et enfin, un der- 
nier conduit d'Anlaluha vers l'Ouest. lis sont tous accessibles aux lllanzana, 
mais traversent des régions très accidentées. 

'Voies flaviales. — Les rivières ne sont navigables oue pour les pirogues. 
Parmi elles, il convient de riler, h cause des régions qu'elles aesserveat: le Be- 



.Google 



inftHvo, te Lokoho et la rivière d'ADt&l&ha, mais des rapides nombreux ne pertnel- 
teot de les remonter que jusqu'h une faible distance de lacdle. Les communicar 
lions par mer et le cabotage ne sont possibles que d'octobre k avril, par suite de 
la violence de la mouoson. 

Les porUde la province: Loky, Vohémar, Sambava, Angontsy, sont tons acces- 
sibles pendant rhivemn^je et offrent en général des mouilTages sûrs et bien abri- 
tés. Ed dehors de ceux-ci, depuis le cap Est jusqu'h Hasoala, s'étend une longue 
ligne de récifs avec deux ou trois coupures sur la haute mer ; l'intervalle ntué 
entre eux et la cOte constitue la seule voie permettant de circuler dans cette pai^ 
tie de la contrée, marécageuse et malsaine, quoique peuplée. 

PopnUtioiis, rmoei. — La population peut être évaluée à 70.000 Ames envi- 
ron, dont 20 000 Sakalaves (braDchs des Aniankares), U.ooo Betsimisarakan, 
3.000 Simihety et quelques éléments divers, tels que Hakoas, Anjouanais et Co- 
moriens. 

Mais la province ne renferme que troi» races absolument distinctes de mœurs, 
d'aplitudes el d'instincts : les Sakalaves, qui forment, au nord de la rivière du 
Bemarivo, la population des deux anciennes colonies hovas de Loky et de Vohé- 
mar; les Betsimisarakas, qui habitent le sud du Remarivo, anciennes colonies 
bovas de Sambava et d'Antalaha; enfin, les vallées plus occidentales sont occupées 
par les Simihety, race douce, craintive, et qui parait être la population la plus 
ancienne de la côte, d'où elle aurait été refoulée vera t'inténeur par l'élément 
envahisseur : Sakalaves d'abord, Hovas ensuite. 

L'agglomération la plus importante des Simihety est dans la province de 
Sambava. 



ADWIIISTL4TI0N 

HH. Paaeon, ft, administrateur de 1" classe. 

OuignaDeit, commis de résidence de 3* classe. 
Kaluantot&dro, 12 hrs., gouverneur indigène. 

ConttOa flntndsr 

U. B«tln, commît de f* classe du commissariat colonial. 

Enadgnement 

H"** Tournay, institutrice. 
Hab«n» id. 

Nloolle, id. 

Souun 

MM. LftT«Ulre de Haabm^*, commis de l'* cUtae. 
Mcnmeohlid, sons-brigadier. 
Jaulent, préposé de s* classe. 
Ooortat, îd. 

Fonblan, îd. 

Rftbatean, id. 
ftteo, id. 

SalT«B, préposé auxiliaire. 

SerrlM topognpUiu* 

M . Aehard, géomètre ordinaire. 

n,t,:cc.;,C00g[e 



— ÎSO — 

foUig 

Benurd, commissaire de police. 

Chambn coLBiiHatira 



IISTE DIS COLONS 



Aniwt (M"*], planteur, 
fia '•/, tieveor. 
Bouilly, planteur. 
Otimcur, kl. 
Dubvoanf, id. 
Fétlx, id. 
âa/fff, id. 
Qirard, id. 
Olraudùn, id. 
Qornat, représenlaDt de 
Ûrof/aau, commerçant, 
ârot, planteur. 
Qufnst HsnH, commer^aDt, 
Oalnet Edouard, planteur. 
Orma, planteur. 
Phanoé, planteur. 



Oeamanofl, comioercanl. 
Oldlar, planteur. 
tmHian Jutim, comiBerçanl. 
Florant, planteur. 
Naiffia, commerçant. 
Nlooll» friru, plinteuis; 
PlaldMU, cultivateur. 
VInvttit, planteur. 



Âbdal HautMti Talal^y, commercanl. 

Aly Bay Inadjy. id. 

Adam Hobaya, id. 

Abdol HoutBM Hiaijy. id. 

Adamjy Karlmttjy, id. 

Admjy So'omanj^, id. 

Dada lÊouisa, id. 

Daod Bati Alif Bail, id. 

Ûjlvandjl Alii Baq, id. 

DJIfandjI Taror Baïf, id. 

Haaaanafif Daod Baïf, id. 

Hasaanl Alif Vaticljq, id. 

Igmaeljti Alti Baq, id. 

lamaajjii Abdol Houtaan, id. 

fMOub Alii Oaod Baïf, id. 

Karlmtflii Rabodju, id. 

Kasaou Mourtflii, id. 

Karln\J<i ftanauâjit, id. 

Kamorwflne (aadj>if, id. 

Mouata fcmaif, id. 

Uouasadjif IbrairuHn, Id. 

Matou Baïf p/iffantVVi id- 

Horou Bay Talal^y. id. 

Tàl«t)lyAdamir- >d. 

Taflk («r Say, id. 



îdby Google 



PROVINCE DE MAfiOAlSEM- 



Xiimltei. ~ La uruvincc de Uaroantselra, situéti sur la côte nord-est de 
MadiigaBcar, comprend toute la région baignée par la baie d'Antongil <!t s'étend, 
de{)uis la rivière Anov(>, a hO kilomèlres au suit du cap Belhontme, jusqu'à la 
Tivière Anlalavia, à 10 kilomctresau nord-ouest du cap Hasoaû. 

Elle confînp au nord ut h. l'est, à la j)rovince de Vohémar, dnnt elle est 
séparée p^r lu rivière Antalavia et par la ligne des. crêtes qui se prolonge d'une 
eittrémit^ à l'autre de la presqu'île de Masoala et qui fait ensuite un crochet vers 
l'ouest, formant ta li^'nG de démarcation des deux bassins de l'Antanambalana 
et du Mananarabé: au sud. a la province de Fénérive, dont elle est séparée parla 
rivière Aoové; à j'oucsl, air cercle d'Aoalalava et au !•' territoire (cercle a'Ani- 
bâton drazaka). La ligne convenlionuellc qui lui sert de limite de ce côté suit, k 

Iieu près partout, la nsiërc intérieure de la grande forél, laissant au cercle d'Ana- 
nlava tous les territoires duversant delà baie d'AalODgil qui dépendaient aupa- 
ravant de l'ancien gouvernement de Mandritsara. 

Orographie et hydrographie. — La province de Maroantsetra est arrosée 
par UD grand nombre de cours d'eau qui se jeUent tous dans l'Océan Indien. Ce 
sODt, pour ne citer nue les principaux, en remontant d'abord la cAte ouest de la 
presqu'île de HoBoala et en redescendant ensuite du nord au aud : 

L'Antalavia, l'Ambaniiana, la Hahalevona, la Navana, l'Andranofotsy, l'Ao- 
tanamt>alana, l'Antoroka, l'Ivoloina, la Manarabia, la Raatabé, la Pamanehana, 
l'Afontanaro, le Manambolosy, le Fahambahy, la Hanaoara, l'AntaDamb^, l'Anové. 

Toutes ces rivières ont malheureusement leur embouchure complètement 
obstruée |)ar les sables, qui forment presque partout des barres infranchissables 
ou du moins en rendent Vaccës très difGciIe- 

Les deux plus importantes, l'Antanambalana et la Hananara, navigables sur 
une grande partie de leur cours, traversent les deux principaux centres d'ag- 
glomération de la population indigène. Les villages, nombreux, y sont générale- 
ment moins éloignés les uns des autres (juo dans le reste de la province. 

Au point de vui^ orograpbique, la région de Maroantsetra ne JitTère guère 
de la partie orientale de l'ile. On trouve des amas de montagnes, sans direction 
ginérale déterminée, gui, tantôt se prolongent les unes les autres, tantôt au 
contraire semblent suivre des lignes b peu près parallèles, ce qui a pmir effet 
de modifier à tout moment la direction oes différentes riviôrea et de leur imprimer 
un cours des pins sinueux. 

Ces hauteurs sont peu élevées, si l'on ne tient compte que de leur relief au- 
dessus du terrain immedialement avoisinant, mais le massif qui los conslitue 
atteint en certains points, et principalement au pied des plateaux, des hauteurs 
de 6 il 700 mètres au-dessus au niveau de la mer. 

Sauf dans ces hauts plateaux, le sol est h peu près uniquement composé de 
terres argileuses que le roc perce à des distances plus ou moins rapprochées; il 
est couvert de forèls très denses et Irèii épaisses qui s'étendent sans discontinuité 

Jusqu'au bord de la mer. Des incendies allumés par les indigènes pour faire 
eurs plantations de rii en ont fait reculer la limite le long de la cAte ou des 
vallées des rivières, mais on peut dire d'une façon générale que la province de 



MaroanUetre o'est qu'un vaste massif boisé s'éteDdaDl tout le long de la cAte, 
sur une largeur moyenae de 80 à 90 kilomètres, et formé des essences les plue 
nombreuses et les plus variées, qui Bont on résumé de toutes celles que Von 
renconlre dans l'Ile. 

• La cote, généralement basse, sablonneuse, arrosée par de nombreux cours 
d'eau, semble admirablement convenir pour toutes les cultures qui réiissUsent 
en pays chaud : café, vanille, etc. 

Les basses vallées des rivières, larges et très marécageuses, ttont presque 
(ouïes cultivées en rizières. La plus impoKaole est celle de l'An tanamoal ans, 
qui forme un véritable delta, parcouru par trois grands cours d'eau, l'Anjaha- 
nambo, l'Aodranofolsy et l'Antaaambalana, qui se partage en deux brancbes 
avant de se jeter dans la mer. 

Les environs de la Hananara semblent pourtant, près de son emboucbure, 
faire exception à la rè^le générale. Le lit de la rivière est encaissé ; de chaque 
cAté de la rive, on voit, au lieu de rizières, une oérie de manielons dénudes, 
couverts d'une herbe drue et épaisse, séparés les uns des autres par des marais 
peu étendus oii le rafla croit en abondance. La terre y parait riche, ferlile et 
devoir y convenir aussi bien à l'élevage des- bestiaux qu'b une exploitation 
agricole. 

Plus bas, la forêt recommence et s'étend jusqu'à la rivière Anovc, limite de 
la province. 

CUnutologle. — La température varie entre le minimum de 17* (mois de 
juillet) et le maximum de 35° (mois de janvier). 

It y a une saison cbaude et une saison fraîche correspondant k la mousson 
et, dami chacune de ces deux saisons, des périodes de sécneresse et de pluie. 

La saison cbaude commence vers les premiers jours du mois d'octobre 
pour se terminera la fin de mars. 

La saison froide comprend les six autres mois de l'année. Le maximum 
annuel de température, 35°, se remarque généralement vers la du de décembre 
ou te commencement de janvier ; le minimum, qui correspond h 17° ou 18°, se 
présente presque toujours dans le courant du mois de juillet. 

L'abaissement de température pendant la saison froide est dû surtout h 
l'influence de la mousson de Sud-Est, qui, sans soufrer avec autant de violence 
qu'fa Dîégo-Suarez et k Vobémar, se fait cependant sentir assez fortement sur 
toute la côte ouest de la baie d'Antonml. A Maroantsetra, en particulier, une 
foÎK que les orages et les pluies lorreouelles, qui se produisent chaque année 
aux environs de l'équinoxe, sont complètement terminés, et ijue le régime de 
la mousson est établi, lèvent de terre (vent du Nord-Est), qui s'est élevé géné- 
ralement pendant la nuit, fait place, vers neuf ou dis heures du matin, au vent 
du large. 

Tant que dure la mousson la pluie tombe fréquemment, sous forme de 
pluie Ane ou de grains, rafratchîss;inl l'almosphère au point que l'on est quel- 

auefoifl obligé de se couvrir pendant la nuit et de prendre les vétemeots de 
anelle pendant le jour. 

La température s'élève beaucoup pendant la saison chaude, mais reste 
cependant très supportable. 

On ne souffre véritablement de la chaleur qu'à la fin de l'hivernage et aux 
approches de l'équinoxe. L'air est alors surchautTé parles rayons ardents du 
soleil ; il est, en outre, saturé d'humidité par suite des orages violents et detpluies 
torrentielles qui se succèdent k intervalles très rapproches et viennent remuer 
le fond des maraiset le lit des rivières déjà h moitié desséchés qui répandent alors 
une odeur do vase infecte et nauséabonde. 

CependHOl, le climat do Maroantsetra est assez sain, par suite de sa position 
au bord de la mer. 

Commwce. A^rioulture. — La région do la baie d'Antongil a été de tout 
temps un centre commercial assez important. Ses richesses nalurellps fournis- 
saient aux habitants ample matière à des échanges avec les traitants installés 
snr les côles. 



■..CA>Ot^lc 



Ub leur apportaiflat du caoutehouc, de U cire, du rafls et surtout du rû, que 
la région produit en abondance. 

Lee trutanls leur donnaient, de leur nûté, des tissus, des iniienneH, des 
cotonnades, du rhum et de l'absinthe et quelques menus objets de quincaillerie. 

JuBqu'k l'année dernière, le commerce de ta provincn de Haraantsetra était 
gurto IL représenté par des maisons de la Héuninn et de Maurice ; leur nombre 
s'est accru et en outre, deux maisons françaises la maison Delocre et la maison 
Fontoynonl et Joucfaoux, ont créé cette année des corn pioira importants (Ihqs les 
deux centres de Uaroanlsetra et de Mananara. Les tissus iinporiés sont de pro- 
venaace française, anglaise ou américatae. 

I) est k craindre néanmoins, étant donné le nombre sans cesse croissant 
des maisnns de commerce, des comptoirs et agences qui se multiplient d'une 
façon qui peut sembler démesurée, ({iie le commerce local n'ait k subir, au 
moins pendant queliiue temps, unepénnde de crise: la qiiantiléd objets d'échange 
apportes par les indifîènes est loin, en effet, d'avoir suivi une marche croissante 
parallèle a l'augmentation du nombre des commerçants. 

Le caoutchouc, exploité h outrance pendant ces dernières années, a beau- 
coup diminué, et il faut maintenant que les.indigènet. aillent le chercher 
très loin dans la forêt, hors de portée de tout centre habité ; en outre, la seule 
concession forestière Piploitée actuellement dans la proviuce, à Aotanambé, 
ne fournit qu'un trèsfiiible aliment au commerce des bois de construction et 
d'ébénisterie, autrefois si important. 

Dans la province de Uaroanlsetra, comme sans doute en beaucoup d'autres 
points à Madagascar, l'activilé des nouveaux arrivants doit donc se porter de 

Îiréférence, non pas sur des opérations commerciales, qui no pourraient être 
orcémeni que très limitées, étant donné le grand nombre de concurrents et ta 
difficulté de réaliser des bénéfices sérieux et rapides avec une population aussi 
peti dense que celte de la plus grande partie de l'Ile, mais sur ta mise même en 
valeur du pays, en consacrant leur travail et leurs capitaux à des exploitations 
agricoles. 

Lh, ils ne peuvent manquer de réussir, s'ils ont de la constance, du courage 
et aunsi les quelques mille franrs nécessaires pour leur permettre d'eiécuter 
les premien> travaux de défrichement At de mise en culture, et de vivre pendant 
quelque temps, en attendant la vente de leurs premières récoltes. 

Leur atlente sera récon.pensëe. car s'il est une région fertile, commode À 
cultiver et oi'i tes communications rapprochées soient faciles, c'est bien celle des 
Mt ou 50 kilomètres de cAle qui s'étendent de Maroanisetra h RanUbé, oii l'on 
rencontre jusqu'à sept rivières, toutes navigables dans la partie basse de leur 
cours, et où le terrain, léger, couvert d'un humus plusieurs fois séculaire et 
fréquemment arrosé par des pluies, quoique sans excès, pendant huit ou dû 
mois dn l'aunée, est éminemment propre a toutes les ciillureti tropicales. 

L'administration locale a fait reconnaître tout dernièrement de grandes 
étendues de terrains sur plusieurs points de la côte, notamment b Rantabé et 
aux environs même de Maroantseira. sur les bords de ta rivière Anjahanambo, 
où les Hovas avaient établi autrcfoi±< le^ur ancien camp de Soaoirana. Ces terrains 
satisfont à toutes les conditions que l'on peut demander, tant au point de vno 
de la nature du sol que de la situation lopograpbique et de la facilité des 
communications pour tenter une culture avec les plus grandes chaoces de 
succès. 

Les essais déjk commencés dans la province ne peuvent d'ailleurs qu'encou- 
rager toutes tes espérances. 

Trois vanilleries ont été créées dans le courant de ces dernières années, une 
i Haroanlselra, par H, Dupavillon, créole de Maurice, une autre aux environs 
de Hanaoara, par H. Bonas, négociant français, une troisième à Nosimanasy, 



— SM — 

par H. Cannée, négociant nianricien ; tou(68 les trois se présentent daas 
a'exGPl lentes conditions. 

Quant au café, fc en juger par les nombreux échantilloas ëpars cà et U 
autour des villages indigènes, et doDuant, malgré l'état d'abandon complet dans 
lequel on Im laisse, des récoltes assez abondantes, sa culture ne pourra manquer 
d'être rémunératrice. 

Pour encourager toutes les bonnes volontés, l'admiaistration locale a fait 
créer, à Haroanteetra et dans l'Ile voisine de Nossi-Hauiatié, deux jardins d'essais, 
où les nouveaux arrivants trouveront les boutures ne vanille et les plants de 
caré, cacaoyer, giroflier ou autres essences dont ils auraient besoin pour entre- 
prendre leurs planlatioDS. 

Concurremment avec son exploitation agricole, le colon pourra se livrer à 
l'élevage des bœufs, qui sont assez nombreux dans la région. Il en existe environ 
vingt-mille, a l'heure actuelle, dans la province, mais ce nombre peut être 
facilement augmenté, étant donné la quantité de pâturages qui restent 
inutilisés. 

Industrie. - - En ce qui concerne les industries du pays, elles se réduisent 

four 1a moment k fort peu de choses. H. Meurs, ingénieur, a bien signalé, 
année dernière, quelques gii>ements aurifères en certains points de la vallée 
de l'Aotanambalana, mais aucun essai industriel n'a encore été tenté jusqu'à 
présent. 

Le coton existe dans ia région et v est de belle venue, mais les iadigënes 
ne savent pas le travailler. AjaiitpBude besoins et babilués depuis longtemps 
à s'adresser aux traitants de la cOte pour se fournir des quelques toiles et 
cotonnades qui leur sont indispensablps pour leurs vêtements, ils n'ont songé 
k utiliser que le rafia, qui croit partout en abondance et avec les fibres duquel 
les femmes fabriquent des rabanes. Quelques-unes de ces rabanes sont assez nnes 
et de jolie couleur; mais les indigènes n'en fabriquent guère que pour leur 
usage et les traitants n'ont pas cherché k en faire un objet d'eiporïatJOQ, se 
contentant de diriger sur le marché de Tamatave le rafla brut que leur appor- 
tent les indigènes. 

liais la grande richesse industrielle de la province, ce sont les forêts dont 
elle est presque entièrement couverte et qui s'étendent presque partout 
jusqu'à la mer. Plusieurs concessions avaient été accordées par le gouverne- 
ment bova. mais ne sont plus exploitées, sauf celle de U. Lecomlc à Antanambé. 
Il y a pourtant matière k protit, à la condition, toutefois, de ne pas procéder 
dans les massifs accidentés de l'Ile, où les arbres qu'il convient d abattre sont 
plutôt clairsemés au milieu de la masse des bois inexploitables. Il semble en 
effet permis de cnoclure de l'expérience du passé, que les exploitations forestières 
dans la province ne pourront se soutenir qu'autant que les concessionnaires y 
engageront le moins de capitaux possible. 

H. Uaigrot, parexemple, quiaexploitésaosdépensesdepremière installation, 
sans grands capitauic à rémunérer, paraît avoir réalisé des bénéfices importants. 
Il en est de même de H. Lecumte, a Antanambé, qui continue dans les mêmes 
conditions que M. Maigrot l'exploitation des forêts de la région. 

Bontés et Tolea fluviales. —Il faut considérer en outre que, non seulement 
la configuration du terrain, mais aussi la viabilité plutAt défrctueuse des mauvais 
sentiers, les seules voies de communication q^ui existent actuellement dans la 
forêt, ne se prêtent pas à l'installation de scienes mécaniques perfectionnées et 
de voies Decau ville. 

ivières, généralement navigables dans la partie basse de leur cours, ne 



exploitables de la forêt étant généralement plus l< 

Dans l'étal actuel, les concessionnaires ne pourraient donc utiliser que la 
route longeant le littoral qui est actuellement en construction et qui reliera 
prochainement Haroantselra k Hananara avec prolongation future d'un cAlé 
sur Antalaha, de l'autre sur Anové par Antanambé. Les ressources locales nn 



Sermeltront sans doute pas, de lon^mps eorore, d'entreprendre, dans l'intérieur 
e ta forêt, des routes de pénétralion qui seraient superuueB et dont la dépense 
«rait hors de proporLiouavec les résultats à espérer. 

EooleB. — Quatre écoles orflciellen sont en plein exercice dans la proviace 
de Maroantselra. Trois dans le sous-Kuuvernement de Haroantsetra k Andraoo- 
fatsy, [ianlabé et Haroantsetra ; une dans le KOus-gouvcroemeot de Manaûars, à 
Hananara. Elles comptent environ 450 élèves. 

Population. — La populution de la province s'élève à enviroQ 20.000 
babitanls dont 18.000 pour le sous-gouvernemeDl de Maroanlselra et 2.000 pour 
le sous-gouvernement de Hananara. 

Le fond de cette population est composé de Betsimisarakas et de Simihetys. 
Lea premiers, qui semWnt devoir s'assimiler très rapidement nos mœurs, 
deviendront pour nos cnloos d'utiles auxiliaires. 

On rencontre aussi, principalement dans les grandes agglomérai ioD s, UD 
certain nombre de Hovas el de bourjanes (métis de Hovas et des autres races 
habitant In pays). Ces Hovas et ces bourjanes sont presque tous établis comme 
commerçants, soit comme représentants ou employés de maisons européennes, 
soit même j)our leur compte personnel. Fort pru d'entre eux cultivent la terre. 

La région cûtière est afferiioonée pur les indigènes origioaires de Sainte- 
Marie; excellents marins, ils forment presque exclnsivement les équipages des 
petits voiliers qui font le commerce de la cûtc. Ceux qui ne sont pas embarqués 
se livrent à la pêche, ou exercent la profession de charpentiers, menuisiers, 
scieurs de long. 

Le sud de l'Ile fournil, comme partout ailleurs, son petit contingent d'Ân- 
taimoros, excellents Iravailtcnrs et habitués h. cultiver la terre. 

A signaler aussi quelques Zazamangas ou Uakoas, originaires de la côte 
orientale d'Afrique, qui se sont groupes dans certaines régions, où ils sont 
même arrivée à former des villages uniquement composés d'individus de leur 
race. 

Quant à l'élément européen et assimilé, à part un Français établi k Hanauara 
comme agent de la maison Delacm, el un commerçant auglais h Haroantsetra, 
il n'e«t guère représenté aue par des créoles de La Réuaion et de Haurice. 

Presque tous sont adonnés eu commerce ; quelques-uns seulement sont 
ouvriers ou s'occupent de culture. 



ADmUSTUTION 



MH. Prsdon, 0t, administrateur en chef de 2* classe. 
Oriae, administrateur stagiaire. 
Royet, commis de résidence de 1" classe. 
TyArtitajB, commis de résidence de 2* classe. 
Barrtu, id. 

1o, BOus-gouverneur indigène. 



Sooanea 



HH . Prat, préposé de 2* Hasse. 
Dnnoonrt, brigadier. 



Service topographique 

, géomètre ordinaire. 



■,:cc.;,C00gle 



H. Olupotta, garde général. 

Saràe Indlgtoe 

HH. lCor«Ui, inspectear de S* classe. 

Hartlii, garde priacipal de l" classe. 
Dagiierre, garae principal de 4* classe. 
Ouiohard, garde européen. 



irSTE DES COLONS 



Boi/sr J., agent commercial. 
Bougarla, ouvrier en soie. 
Dijoux, charpentier. 
Maf/et Q., commerçant. 
UaIM 0.. id. 

ABKIaU 

Autin Léon, représentant de 
fie/ifaman, ouvrier en POle. 
Berier Dujouet, représentant 

merce. 
Chinarti, agent commercial. 
Dénia D., ouvrier en soie. 
Dupavlllon, afiiriculteur. 
OabrM A., id. 



eiltart, ouvrier en soie. 

KIntly. id. 

Laiapie A., agent commerciti. 

Latapla E., agent commercial. 

Mailttol, commerçant. . 

Urtinaud, ouvrier en soie. 

fioid John, négodant. 

TrouohalC, représentant de commerce. - 



Malgrat Maurice, représentant de cora- 
Kaigrol Maxima, représentant de com- 



îdby Google 



PROVDiCE BE WÊM 



Limites. — Ls province â« Fénérive est comprise entre les deux provinces 

de Tamiitave et de Maroanls«trn, le c<^rcle d'Ambatondramka pt l'Océun Indien. 

Ses limites sont ; nu N.,rd, la rivière Anonivé ; un Sud la rivière Ifontay ; h 

l'Est, l'Océan Indien; à l'Uiiest, une ligne convenliooneiio traversaol la forêt & 

cent kilomètres environ de la tûtc. 

Orographie et hydrographie. — La ré^on cAriëre présente d'abord une 
large biiiidf sablonneuse preualant un terrain mamelonné dont les accidents 
s'arceninent de plus en plus jusqu'il la région montagneuse et forestière 
L'âltiinde moyenne de cette dernière est de 800 à 1.200 mètres. De nombrenx 
cours d'ean traversant le mossil' montagneux on prenant naissance à sa base 
vont se. jeter dans l'Ocoan loilieu. Les principaux sont : l'Onibe, le Maniognry, 
la Mananisatrana, la Marimboaa, la lioamiamma et les rivières de Fandrarazana 
et de Hanumpana. 

Organisatton administrative. — La province de Féûérive est divisée en 
quairc districts : t'énérive, Mabambo, Foulpointe et [vongo, dont chacun est 
administre par un chef indigène, assisté d'un sons-chef et de deux secrétaires. 
Chaque district est divisé en sons-disiricis on lapa [bureau, siège d'un chef]! 
decnnque lapa dépendent un certain nombre de villages. 

Climat. — Le climat delaprovincedeFénériveest moinsinsalubre qu'on ne 
le croit généralement; certaines régions, telles que le district d'Ivongo, sont 
parfaitement saines. 

La température dépasse rarement trente-trois degrés centigrades dans les 
heures chaudes de l'hiveruuge. 

Agriculture. — La région cAtiëre se prête admirablement Et toutes les 
cuHuresdes pays chauds ; le^ essais de plantations de calé, de girofliers, de 
cocotiers, de vanille, donnent de bons résultats. 

Le riz, la canne a sucre et le ratia, dont la production est abondante, consti- 
tuent jusqu'b présent la véritable richesse de la région. 

Les autres produits indigènes consistent en manioc, patates, maïs et tabac. 
L'élevage du gros bétail est peu répandu, mais tend à se développer ; en 
revanche, en raison de la proximité du marché de Tamalavc, l'élevage dç la 
volaille est des plus rémunérateurs. 

Les efforts de la colonisation se sont encore peu portés vers la province 
de Fénérive. Cependant, il convient de citer comme exploitations agncoles, la 
vanillerie de II. Alfred Jean, à Foulpointe et la cocoterie de la Compagnie 
marseillaise de Madagascar à Fandrarazana, au nord de la pointe à Larrée. 

Industrie. — La région montagneuse et boisée se jirétera à l'exploitation 
des produits et sous-produits de la forêt ; seuls les massifs forestiers de la côte 
ont été jusqu'ï ce jour l'objet d'une exploitation régulière. La cire et le 
caoutchouc suot des éléments importants du cnoimerce d'exportation de la 
province. 

L'industrie de la distillerie est susceptible de prendre un développement 
assez considérable en raison de l'abondance de ta matière première, riz ou canne 
à sucre. 

Oommeroe. — La province exporte principalement le riz, le rafla, le 
caontchooc, la cire et le bois de constracuon ; viennent en seconde ligne, le 



crin vé|{^tAl> ieâ cuirs et la coroe. Les imporUlious consir-leot en loiles, boiti- 
soDs alcooliques, spI et quincaillerie. Les centres commerciaux ies plus impor- 
lantfi soGt (^enorive, Mahambo, Soaniraiia et Foulpoinie. 

Voies de oommanication et ports. — Un bon chemin cdUer relie la pro- 
vince à Tamalave an Sud, h Maroanlnetra au Nord. 

Un chemin muletier est en voie de conslrnction entre Uahambo et Imeri- 
mandroso, avec embraachement venant de Féoérive. 

Un sentier a été ouvert entre Fénérive et Anteuina, permettant ans prodtiits 
de la forël d'arriver li la cdte. 

Les voies fluviales ont peu de développement en raison des rapides et de» 
chntes qui encombrent le cours des rivières ^ peu de distance de leur embou- 
chure ; il n'est pas possible de les remonter en pirogue pendant plus de huit à 
dix heures. 

Les ports principaux de la province sont, par ordre d'importance: Fénérive, 
Hahambo, Sotinirana, Fouipoinle, Manompiina, Fandrarazana. Ils ont l'aiantage 
d'être de véritables ports, assrz bien abrités et non pas seulement des rades 
foraines; le débarquement et l'embaraiiemeul des marchandises s'opèrent avec 
facilité. Ces ports sont fréquentes par les caboteurs de Tamatave et les grandes 
pirogues qui font le service de l'Ile Sainle-Marie. 

Eoolea. — Dnn.s te courant du I*' semestre 1808, il a été unvert cinq écoles 
publiques à Fénérive, Ambanza, Mahambo, Foulpoiote el Soaoiruna (chef-lieu 
du district d'Ivongoi. où sont inscrits plus de 700 élèves. 

Loi écoles de Sahaiary, Vohilruoiby, Anjahambé, Mahanoro et Anlenioa 
seront ouvertes incessamment. 

Populatton. — La population de la province, entièrement de race Retsimi- 
saraka, s'élève it environ 76.900 habitants, répartis ainsi qu'il suit dans les divers 
districts. 

District de Fénérive 24.400 habitants 

de Hahambo 16.700 — 

de Fonlpoin'e 20.200 — 

d'ivongo 13.600 — 

On compte dans ces nombres 19.600 hommes, 22.700 femmes et 34.600 
cafanls des deux sexes. 



tDMIKISTUTION 



HH. Tergnes, administrateur de 2* classe. 
Levet, commis de résidence de t" classe. 
Payet, commis de résidence de 3* classe, 
Ramenabe, sous-gouverneur indigène. 

H. Herlogi, instituteur. 
M<°* Charles Henriette, institutrice. 
M<<* Puren, inslitulrice- 



HH. Halbeo, préposé de 3* classrt. 
Judon, préposé auxiliaire. 
Hoarean, d* 



îdby Google 



1. Vwgne», garde princip»! de i" 
Banohot, garde prÎDcipal de 3* c 



Sarda indigène 



LISTE DES COLONS 



SM-imiffif, Goromercant 

BUtalon, r^résentant de commerce. 

Canton P-, commerçant. 

Canton J., id. 

Ctaal, id. 

Courwiu, conceBSioDoaire de foréla- 

CMimnt, commerça Dt 

DHouK, commerçant. 

Hai/tfsf, agriculteur. 

Hioêmp, commerçant. 

HvtMcq, commerçant. 

Jatitnm, agriculteur. 

L»iglanl, colon. 

larriau, commerçant, 

Lt VIctoir», ctiarpeutier. 

Llnttead, commerçant. 

Maf u/a, agriculteur. 

Rotin J., commerçant 

Sautron, commerçant. 

Toumui. colon. 

V»ndMinm«, commerçant. 



VIncairte., conunerçant. 



Alfraii •/., cultivateur. 
Allard, commerçant. 
Arnaud, commerçant. 
Boullneau, id. 
CaurJn, id. 

CfaFr. commerçant. 
Ûarlritra R. 
Hsftoifi, commerçant 
Haitma, coromerçanL 
Plarru; commerçant 
Puran, agriculteur. 
AoNo, commerçant. 



Abdul Bartf, cultivateur. 
Dawjaa laaop, employé de 
ltmala<iiif, commerçant. 
Kaaim, commerçant 



îdby Google 



S"-MAliIE-DE-MA]]AGASCAB 



Situatton géographiciae. — L'Ile S"-Harie (Notiy-Boraba), doot la [>ius 

fronde largeur esl « peine de qu»lre mitles, a environ trente miltett de longueur 
u nord- nurd-eal an siid-sud ouest ; elle est légèrement acciilcatée, avec àe^ 
colliDes hantes de 50 mètres au pins, couvertes d'une niagnirique végeUtioa. 
Elle est située sur la cOtc Est de Madagascar, un peu an Nora de Fénérive. 

Le canal qui sipare l'Ile de la grande terre a seize milles environ de largeur, 
sauf en son milieu, à tiauteur de la pointe k Lsrrée, où il n'a que quatre 
mitles. Sa profondeur, de 30 ù 60 mèlresj permet aux plus grands navires Je le 
traverser en toute sécurité. 

L'Ile est terminée, au nord, par la poÎDte Albrand ; au sud, par la pointe 
Blévec. L'entrée sud du détroit est signalée par un phare d'une portée de 15 
milles. 

L'Ile est entourée de récifâ de coraux qui ne laissent que quelques passes 
étroites pratirables seulement pour les pirogues. Sur la cdie Ouest cependant, 
ot eo son milieu, en face de la petite ville d'Ambodiratre, qiii constitue l'agglo- 
mération principale, un iloi de 380 mètres de longueur Torme. avei^ l'ije, un 
port naturel remarquablement abrité, oCi les bâtiments de moyen tonnage et 
DOS croiseurs de la division navale peuvent accoster Tacitement à quai et trouver 
un abri contre le mauvais temps, l/llol Madame e^t le siège de l'administration ; 
il contient, en outre, un dcpôt de charhun et des nia^as^sdapiirovisionnement. 
S'*-Marif a été érigée en commune par arrêté du 13 février iB91. 

Colonie française depuis le commencement du siècle, S**'Marie doit h soa 
cxiguité de ne posséder tja une restreinte population européenne. La majorité 
de ses colons est originaire de La Réunion el sa popiiiation indigène provient 
en très grande partie de la tribu des Hetsimisarakas de la grande terre. 

Commerça. — Les principales marchandises imporléro à S'*-Marie sont: 
drapsd'orlginesanglaiseetfrançaise. indiennes, cotonnades, chaussures, chapeaux 
de paille, accordéons^ etc., vins ronges el blancs, Champagne, absinthe, ver- 
mouth, etc., riz, légumus secs, conserves, pommes de terre, savon. 

Les exportations comprennent le bois de palissandre, les poissons secs, les 
clous de giroSe, le café, la vanille, les volailles et l«s fruits. 

Plusieurs maisons de commerce sont représentées, parmi lesquelles deux 
maisons françaises et quatre commerçants indiens. 

Elles vendent surtout des boissons, des liqueurs, des conserves, des épices, 
du riiet un peu de toilerie; les Indiens tiennent aussi ce dernier article et 
surtout du riz, du sucre et du café. 

Agrioulture. — Les produits agricoles de l'tle consistent surtout en café, 
cacao, girofle, vanille, riz, maîs, manioc, patates, canne & sucre, bananes, 
ananas, citrons, oranges, tabac, goyaves, letchies, concombres, radis, navets, 
salades et quelques autres légumes. 

Les bœufs sont en petit nombre dans le pays ; par contre les volailles s'y 
trouvent en assez grande quantité. 

Les indigènes confectionnent des nattes, des rabanes, des angades, des 
haches et quelques objets en paille tressée. Ils fabriquent aussi l'huile de coco 
et une boisson fermentée appelée « betsabctsa ". 



îdby Google 



— Ui- 

Le quv^z et le mica semblent être assez abondaDts; oq rencontre ausai 
quelques traces de fer. 

Le terrain, ^iiéralement argileux ou sablonneux, se prête admirablement 
& la culture du giroflier. 

Il D'y a, it pj-oprement parler, plus de forêts à S"-Harie. Les terrains hofsés 
ne comporlenl que quelques hautes futaies dont l'exploitalion serait difficile et 
dispendieuse en raison du manque de routes. Les bois de construction provien- 
nent de la grande terre. 

Indnatrio. — Les cases indigènes sont cODitruites en paille ou en feuilles 
de ravenala. 

Les maisons européennes sont construites en bois et couvertes en feuilles 
de ravenala ; quelque^-un^s sont en pierres ou en briques. 

On fabrique de la cbaux avec bs coraux très nombreux qui formfnL la 
ceinture des récifs de l'île cl avec des coquillages appelés v bénitiers v. 

La main-d'œuvre est rare à S"-Marie. Les journaliers employée chez les 
plan eurset les colons ^ont payé» dii franc par jour et reçoivent en outre la 
nourriture. Les travailleurs à gagea se paient iS à 25 francs par muis et sont 
également uourris. 

Les ouvriers indigènes sont payés aux tarifs suivants : 

Charpentier 2 fr. 50 b 3 fr. 00 par jour. 

Poi^>>ron 3 fr. par jour 

Uaçon 2 » 

Il n'existe actuellement aucune place pour des ouvriers d'art, artisans ou 
employés européens. 

Le meilleur emploi des capitaux est dans l'agriculture. Les plantations de 
cannes k sucre, de manioc, de vanille, de girofle, de café et de cacao réussissent 
parfaitement. 

CommunicatiotiB. — Les ebemins sont relativement bons pour les piétons 
et deviendruleat accesriibles aux cnviiliurs avec quelques améliorai lions. Ils ont, 
en général, une direction nord-sud on bien suivent les cAtes- 

L'ile éisnt 1res allongée, il s'en suit que les embarcations, pirogues ou 
autres, Wn( Ifs moyens de transport Icb plus usités. La location dune pirogue 
ost de-a fr. 50 par jour ; chaque pagayeur reçoit un franc et sa nourriture. Le 
filaniane est rarement employé. 

Population. — Le dernier recensement de la population accuse un chiffre 
de 5.343 habiunts, dont ttOO environ résidant à Ambodifalre, chef-lieu de la 
commune. 



ADIINISTUTHII 



IIH. Oeroni, administrateur-adjoint de 3* classe. 
Ffulb, commis de résidence de 3* classe. 
BUl»t, gérant de la caisse de fonds d'avance. 

HuniciFaUti 

Mil. C«raa8, adminîstraleur-maire. 

VergoB, adjoint, membre de la commission municipale. 
Luio«lls, membre de la commission municipale. 
HarlaU-Klroffo, jd. 



by Google 



H.. 

Sœurs : 



— 244 — 

Culte flt ons^gnemoat 

MinioB MtboUqiw 

^U, Le Honne, iastitutrices. 

i, inHti tuteur. 

Sooanw 

un. PoqJ^«> Tériflcsteur-adjoiDt de 1" clawe. 
HatMC, préposé de S* claBSe. 

Chambre coneultatiTe 

MH. LabatlAT, président. 
Uoyar, membre. 



usa DES CÔLONS 



Barnomt, cultivateur. 
Boulin, planteur. 
Blandlai, planteur. 
Bojw, commerçaDt 
Qeyar, commerçant. 
lMK«lln, planteur. 
Loiin, commerçant. 
Nfeofai, planteur. 
ftlgolM cultivateur. 



5aba(/ar, planteur. 
Simon, commerçant. 
Verfoz, cultiTateur. 
VoJ/M,chiroiste. 



Daouda Allbay, débitant. 

^Mane Më/nod Aly, commerçant. 

Vtll<Uy Karlmty. id. 



îdby Google 



«b, Google 



«b, Google 



PROTOEDETAMiTATE 



LimitM. — Villi' de Tamataoe. — La province de TumaUve a pour limites : 
àl'esl, l'Océan Indion ; au nord, la rivière irotsy, qui la sépare de la province 
de Fénêrive; à l'ouest, le cercle d'Ambatondrazalta (1" ternloire mililaire); au 
flud, rivonrirona, (^) qui la sépare du Lerriloire des Betsimisarakas dit Sud. 
Tamatavc, chef-lieu de la province, ;itu* parl8''l'3"delatitudesndct 47'0' 50" 
de longitude ouesl, s'étend au fond d'une jolie rade xur une presqu'île de sable 

Jui sépare la baib d'Ivondro, au sud, de celle de Tnmalave, au nord. Cette 
ernière est fermée vers la haute mer par une série de récifs qai, partant de la 
baie d'Ivondro, contourne la pointe Bastie, et se prolonge dans le nord-est 
jusqu'à l'Ile anx Prunes, sur une longueur d'environ sept milles mariDS, formant 
ainsi une rade de très bonne tenue pendant la belle saison tout au moins. C'est 
à cette rade, un des refuges le" plussOrs que peuvent trouver les navigateurs 
sur la côte est de Madagascar, et aussi à sa posilion géographiqtie qui en fait 
l'escale naturelle entre llaurice, La Réunion et l'Europe que Tamatave doit sa 
prospérité. 

Simple village betsimisaraka en I8B2, grosse bouF^ade jusqu'à la guerre 
fVanco-hova de 1885, Toamasiua est devenue par l'extentiiDn progressive de son 
commerce, le Tamatave actuel. La ville se ressent encore de l'ancienne domina- 
tion hova; les rues sont étroites, bordées de clôtures en bambous el quelques 
paillott<*s malgaches y subsistent encore. 

Le quaHier européen, avec les administrations publiques, les consulala, les 
Bgenceades grandes compagnies de navigation, les maisons de commerce, s'étend 
sur une longuciir de plus de deux kilomëlres el une largeur de 5 à 600 mètres. 
A la pointe Hastie, habite la colonie réunionnaise et mauricienne, à l'ouest de 
la ville se trouve le quartier malabar, amas de cabanes en bois qui sera traos- 
formé BOUS peu. 

Le village malgache, très important, est asses éloigné de la ville, et occupe 
la partie nord-oue«t; il porte le nom d'Aotanambao [nouveau village]. 

Ûc jour en jour, l'importance commerciale de 'Tamatave augmente: c'est là 
que délrârque la majorité des colons, négociants et industriels, c est là aussi aiie 
transitent les marchandises destinées au versant oriental de la Grande-Ile. Les 
travaux de creusement d'un port, entre la pointe Basile et le grand récif, vont 
être entrepris; la passe sers éclairée par deux feux placés à l'extrémité des 
caps qui manquent l'entrée, et un appontement en fer, dont la construction 
sera due à l'iailiative privéo, permettra une plus facile manutention des mar- 
chandises. La Compagnie française a procédé a la pose d'une voie ferrée qui, de 
Tamatave, rejoint l'Ivondrona, où un service de navigation transporte les 
marchandises Jusqu'à llal)atsara. 

Tamatave, ceAtre administratif de la province, est le siège d'un tribunal de 
première instance. Constituée en commune par arrêté du 19 octobre 1807, 
la ville comprend les services des finances, des travaux publics, des douanes, des 
doniaioes, des postes et télégraphes, du trésor et lopographique ; on y trouve 
aussi une agence du Comptoir national d'cscomj}le; un réseau téléphonique 
facilite les communications entre les services publics et les particuliers. 

H) L'arrélé du 33 novembre 1S98, qui tixe à l'Ivondrona la limite méridionale de la 
provmce de Tamatave, a été provisoiremeut suspendu et cette limite reste llaroka 
jusqu'à nouvel ordre. 



îdby Google 



- 244 - 

. Udc ligne téléRraphjqoe la relie à Tanananve el 

Hajunga d une pari, à Valomandry et Mananjar^ <te l'aiilre, des services postaux 
réguliers et fréquent» assurent les coinmuDicatioDs avec les provinces voisines. 

Les traosports marilimes sont effectuéasiirS"-Marie, Diégo-Suarei, HsyxUe, 
ZaDiibar, Djibouti, Aden, Port-Saïd et l'Europe, sur [.h Réunion et Uaurice par 
les compagnies tien Messageries Maritimes, des Chargeurs Kéunis, Havraise 
PéninsuJaire e.t Castle-Line ; le cabotage, par des vapeurs anoeies de certaines 
de ces compagnies, entre autre par le steamer VUle-de-Ripoilo et par les voiliers 
des maisons françaises établies à Uadagascar 

Comnieroe. — Les principales marciiandises d'importation sont: les toiles 
écrues et blanches, les toiles imprimées, les spiritueux, le sel, le Ter, les articles 
de Paris, la aniniïaillerie, la lingerie, la bonneterie, les conserves alimenlaire^. 

Les proauits eï))Orti''s sool : le rafia, la rire, le eaoulrhonc, la gommr-copal, 
les bois d'ébène et de rose, les peaux, les rabanes el, k deslinalion de la côte 
orienlale il'AMr^ue, les bœufs. 

Agrloulturs. — Aux environs de Tamatave. on renconlre q^Lielquet; cultures 
maraîchères; presque tous les légumes de France poussent facilement et trou- 
vent un rapide écoulement. 

Sur la rivière Ivoloine, quelques grandes plantations de canne à sucre 
donneraient de magnifiques résultats si U main-d'œuvre ne faisait as souvent 
défaut. 

Dans l'intérieur de la province, un jardin tl'essais, con6é à un horticulteur 
français, serl de champ d'expériences, et les colonx ugriculteui's peuvent trou- 
ver auprès du directeur d'uliles indications. 

La province est riche et fertile: on j rencontre de belles vallées entièrement 
cultivées en rizières, et les premiers contre forts de la i:hafnc monlagneuse qui 
traverse Madagasrar du Sud au flord sont couverts d'épaisses forëls où abondent 
les essences précieuses. 

La population Betsimisaraka ne tire pas encore du sol qu'elle occupe tout ce 
qu'on pourrait lui faire rendre; il faut cependant espérer que la tranquillité 
absolue qui règne dans la province, les conseils et l'exemple des cotons français 
nouvellement arrivés socouemnl l'apathie native des indigènes et permettront 
de faire de la province de Tamalave une des plus belles de Madagascar. 

Ecoles.— Le service de l'enseignement n'a pas encore alteint loiit son 
développement. Les éroles, au nombre dt; huit, tant & Tamatave que dans les 
principaux villages, comptent 4S0 élèves des deux sexes. 

Populatioii. — Le dernier recensement de la population européenne et 
étrangère de Tamatave donne un chiffre de 3.607 habitants, dont l.tSO Fran- 
çais ou sujets fran^Sj 2.425 Anglais ou sujets anglais et 32 étrangers. 
La population indigène de la province compte 22.510 habitants. 



ADiniSTRlTION 



HU. de Beeokmui. if. administrateur en chef de 2* c 
Berthlsr, adminislrateur-adjoinl de 1" classe. 
Demortière, administra reur-adjoint de 2' classe. 
Iftrla, commis de ré»idence de <'* classe. 
Crémault, id . 

Fftlqne, id . 

Oirard, commis de résidence de 2* classe. 
Panon, commis de résidence de 3* classe. 
I>QpuT, commis auxiliaire de résidence. 
DiiDMi, id. 



îdby Google 



- Î48 — 

KnBldpdlU 

L, adiDiniitnlent^inalra. 

BanetT, \ 

Butide, 1 

^2^^ / f**™f>r'e» de la commission municipate- 

B«Tier> ' \ 

Heurtèrent, / 

JnstlM 

MH. Muuenoal, préaident du tribuaal. 

Heilevllle Henry, procurear de ta république. 

Colonna, juge- suppléant, 

OneTton, greffier. 

Bensobe, avocat défenseur. 

Ouparln, id . 

Albert, id . 

N.... huissier. 

Horlse, huissier p. i. 



MH SonMt, payeur-adjoint de S* classe. 

Tonfflin commis de trésorerie de 4* classe. 
Pourvoi, secrétaire-suiiliatre. 

TraTauz publies 

MM. Oill, capitaine dugénie^ ctief du service (tes ponts et chaussées. 
Pain, conduclPur principal de l" classe. 
Horln, conducteur de 3* classe. 
Amiel, id . 

Oean, commis de 2* classe- 
GÛverie, commis de -1° classe. 
HksmUb, commis de 4* classe. 
DupoT, commis de 4* classe. 
Ohitugnet, commis de 4* classe. 
Posa, surveillant. 
BooTler, coatre-mattre menuiuer. 

Cultes et Ens^ement 

Hiatios oathoUque 
B, P. Xiaeoinme, supérieur, curé. 
B. P. CanaïAqus, procureur, vicaire. 
B. P. Ohenav, missionnaire, aumdnier de l'tiApilal militaire. 
F. F. Veronien, directeur; Valfcre, Rooh, Isidore et Huguet, instituteurs. 
Sœurs 8>-Iien, supérieure; Lsure nuls, Agnès, Isabelle, Maiïe da Carmel, 
Joeepb, Marie da Saint-Rédempteur, Jean, inslitutrices. 

Klsiion anglloane 



îdby Google 



Douanu 

Hy. Huard, inspecteur, chef du service. 
Courtois, chef de bureau. 
Hari&ge, coutrdleur. 
légo, receveur principal. 

Oogrel, vÉrificaieiif de 1" classe, f. P»>* de sous-iaspecteur. 
Armuiet, vériScBteur de 3* classe. 
Honoré, id. 

de Oiry, vérificateur de 3* classe. 
Lorensoni, vériHca leur-adjoint de 1" classe. 
HonoaDt, vérificaleur-sdjoiot de 2* classe. 
Chartrel, vérificateiir-adjoÎDt. 
Oontier, id. 

Darget, id. 

Tisser, commis. 
Bordes, surnuméraire. 
Oaohe, brigadier des douanes. 
Hemiot, id. 

Rousseau, id. 

Heinler, id. 

Petitseaa, id. 



Hantanx, 


id. 


Cavam«, préposé de S* classe. 


Labat, 


id. 


Olansse, 


id. 


Oudard, 


id. 


Laine, 


id. 


Pératdt, 


id. 


Bouchot, 


id. 


Jnllerot, 


id. 


Thomas, 


id. 


Booveix, 


id. 


Jigat, 


id. 


Banillon, 


id. 


Porpie, 


id. 


Lefi^ilUrd, 


id. 


BermeUly, 


id. 


Caploin, 


id. 


Pareot, 


id. 


DefranoU, 


id. 


Valentln, préposé auxiliaire. 


Wiokera, 


id. 


^^• 


d. 


d. 


Dopwbe 


d. 


Lararal, 


d. 


Salut^nveoi 


id. 
id. 


Balbine 


id. 


Bélanger, 


id. 


Haum««, 


id. 


LeBlhan, 


id. 


Boarial, 


id. 



«b, Google 



Fostefl et tâigrapliM 

HH. Abelliftiuer, commis bon classe, receveur. - 
iMadry, camiiiÎB de 4* classe. 
Nlque^ commis de 4' classe. 
LaasalTB, commis local. 
L» H«e. id. 

Hanifatr*. id. 
Oirandet, id. 

Mut, id. 

Bowrim-aUt sUgiairc. 
Ho«reaii« id. 

HH. Loto, sous-inspectear de S* classe. 
Ban-snd, commis. 
Boiqoet, commis. 

Sar^H topogiapMque 

HH. lie Oorb^ller, géomètre principal de 1" classe. 
Moreaa J., géomètre priocipal de 3* classe. 
Talsln, géomètre ordinaire. 
Cheix, id. 

Oodet. id. 

Alla* élève géomètre. 

Agricultun 

H. Hwtln, jardiaier-cher. 

Imprimerie offldelle 

' H. Barthiar, administrateur. 

Oardo indigân* 
HH. Poorrua, garde priocipal de 1'* classe. 
HontAéon, là- 

V6ÛM 
HH. PlérL commissaire de police de 3* classe. 
Porttér» inspecteur de police. 

H. Qttttùj, lieulenaat de port. 

Chamfan ooniultatlT* 

MM. BonuenutiBOii, ilt,pri*idenl. 
Booard, \ 
Ohanteple, 1 
D«loate, 
IVBpliuiy, 1 
i^î^t^} membre*. 



îdby Google 



-Î48- 


LISTE DBS GOLOPiS 




Groaaat, liquorisle. 


nMKMM 


Groaaol, colon. 




Guatnd, colporteur. 


Âiura, colon. 


Hardi,, colon. 


Bmt»l. hôtelier. 


H»rmui, reataurateur. 




llàriM, colon. 


Bario. cafetier. 


fm/JaM, id. 


SutMa, colon. 


Jou'/a, hôtelier. 


Batêlêg» Fnnç»li. 


LaoomnM, colon. 


Batêlagp Hwm. 


Lafoi/etta, commerçant 


Btttll, COiOD. 




Sauf, id. 


(.an/saa, id. 


Smf. id. 


ta Breton, id. 


Bêrtla. id. 


La earreo, imprimeur. 


aatoif. id. 


Le Oarrac, avocat. 


SoMon, nétiocianl. 


LtrouK, colon. 




Laroifar, colon. 


Bonn»*, Id. 


L/hwi, id. 


Boutt, id. 


L'OHvlar, Id. 




Longuet Vve, Id. 


Campanon, colon. 




Cute/ fujenat, id. 


Maffat, colon. 


CamI. commerçant. 


Naro, id. 


Ohabn, colon. 


Maroar/fn.ld. 


ChtlYOt. id. 


Marffn. dtBtillsteur. 


CAanfapJa, planteur. 


Maaarn «fa), colon. 




Mdrau/t, id. 


Clsr^a, colon. 


Nou fon, colon, 


Conafant, id. 


Walffaf, id. 


Cortai. négocUnL 


OIMer, id. 


Crdmazifi colon. 


OWeux, planteur. 


Cuiln, id. 


Pajnia, colon. 


Da/iiMt, id. 




06B/«rroto.W. 


Pa«af, Golon. 


OeËfai/a, hàtelier. 


Pottltr, id. 


Oa Caaanora, colon. 


poux, cordonnier. 




Prat. colon. 


Oa(f»(a, colon. 


Qu/nefoo (Vve), colon. 


Dafouta, planteur. 


Balenon, colon. 


DUoux. colon. 


fOtvlér, banquier. 


Dommii,a. 


Ravier né([Ociant. 


Doiioa, id. 


Aelwf, id. 


Dubolt, hôtelier. 


Ranartf, colon. 


Oufot, planteur. 


BaHfiao. épicier. 


EnttI, colon. 


fiJoft««*, colon. 


£vamw, id. 


ftobln Lùula, colon. 


f'aifps, id. 


Hobln Laona, id. 


Fanii, id. 


Koblnl., a. 




Ao//«mf, id. 


Oat-to, colon. 


Safory. id. 


Qmùi, id. 




Geof^etta, épicier. 


Smith, M. 


Qùulênd, colon. 


Tatfav, id. 




rarnac. id. 



■„ct,GoogIc 



Tlot, colon. 

ToMUlnt, cominertttt. 
Tr*tti. eolon. 
VollMrd, négociant. 
Virgot, coloQ- 
^fncenf'. hôtelier. 
VliM, colon. 
Zunino, hôtelier. 



ArnoMChénëii, négociant. 



ArnutptiM, épicier. 
Btffion, ctrion. 
BtiurMhkif, coloD. 
DadabfMif, Dégoclutl. 
Oamontf, colon. 
Oeb/aya, hôtelier. 
Dupri, nésocianl. 
Oufuni, colon. 
Ofcquof, négociant. 
OlnuàMu, colon. 
Juata. colon. 
LafouaM N- id. 
(.«iroa, Id. 

M/oouffi, id. 
W&èf, négociant. 
PocharU, colon. 
Procter frira, négociant. 
Porter A., n^ociant. 
Gawa/tf, €'■ de navigation. 
Trouchet, négociant 
V90krta)g»t, id. 
Wliscn, colon. 



>liran ranc* Wen, éjrider. 

Ah-CItlap, rf- 

>(h-rorti. "1- 

Ofiam-ur, id. 

Cfiam-Mfni, i<<' 

Ofiam-Soon, "l- 

Oham-Waitg, id. 

Ha-Cftaw, Id. 



>tmod-lama;;, comraerçanl. 
HtMtm Mantour, id. 
(«maff fasop, id- 

Raaamif Ramatfafa, id. 



Sotiim Oocpat, commer^ 
Copa/ San»/,' jd- 

Coopflr- Ha/ou, id. 

Courooaamvi 'd- 

ramalf Vafiamode/aaaif, id. 
Mamode Mouagé, Id. 

id. 

id. 



ISaupanitn, 
Vlruamii, 
Vlvenlin^n, 



t,:cc.;,C00gIC 



TESEITOl DES BETSISAMIAS DD SI 



Limites. — l.e territoire des BeUimisarakas du Sud est composé des quatre 
districts d'Audevorante, de Bcforopa, d'Auosibé el de Valomandiy-HshaDoro. 
Il est limité au nord par l'Ivondrona ; ii l'oiio^t par ta grande l'orët cl par U 
rivière Sakaleona ; an sud par le cours inrérit'ur de l'Ivalo. 

Les provinces limilropncs Mitil : au nord U province de Tamatave, à l'ouest 
le 1" territoire (Cercle de Horamangii cl de Tsiafahy); au sud les provioces 
d'Aoïbontra el de Maaaajary. 

Orographie.— Oii peurdistinguer deux zones osseDticllementdifférentes par 
la nature du sol et l'orographie : 

!■ La zone du littoral, tonnée, le long de la mer d'un fiol sablonneux et, plus 
à l'intérieur, de terrains d'alluvions charrias pur Ifs fleuves, est traversée par une 
série de lagunes qui forment parallèlement a. la cOte une voie d'p^u interrompue 
à peine par de minces langues de terre ou pangaianes. Très humide, cette zone 
est couverte d'herbu^jes et d'une riche végétation, palmiers, vacoas, ciras, etc., 
qui lui donnent pur endroits un aspect très pittoresque. 

2° Au delà de cette zone littorale, le pnys, d'abord ralhlemenl ondulé, devient 
de plus en plus accidenté à mesure qu'on s'éloigne du la cote jusqu'aux hautes 
montagnes qui limitent à l'est le bassin du Uangoro. A,)x pieds de celles-ci 
serpentent de nombreux cours d'eau qui lantét forment des cascades, tantôt. se 
répandent dans des bas-fonds favorables à la culture du riz et oîi des milliers de 
raflas poussent à l'état sauvage. 

Les ravenalas, ou arbres du vovageur, les bambous, forment sur los flancs des 
montagnes des forêts souvent très étendues et leurs sommets sont couverts 
d'essences précieuses encore inexploitées. 

Les parties boisées augmentent de densité b mesure qu'on se rapproche du 
grand massif forestier qui borde le versant est du plateau de l'Emyrnc et 
Bientût se confondent avec lui. 

II est difflcilede distinguer une orientation dans l'ensemble de ces mon- 
tagnes ; à proprement parler, il n'y a pus de chaînes, mais une multilude de 
collines et de chaînons souvent isolés les uns des autres et qui se succèdent sans 
interruption et sans ordre jiisqu'b l'horizon. 

Hydrographie. — Tout ce pays est particulièrement bien arrosé. Les fleuves 
tes plus importants sont l'Ivondrona, l'Iaroka, dont les affluents principaux sont 
la vohitra, grossie du Kanotahy (1\ianilu), la liongaronga, la Sakanila, formée de 
i'Ioflka et de la Riampamafana,']e Manampotsy, le Manandrv, formé du Viotaugre 
et du Vato ; le Mangoro, dont les pnncipaux affluents sontVOnive el la Nosivola, 
enfin la Mahasora et l'Ivolo. 

Dans ta haute ré(!;iou, ces fleuves forment des cascades et de nombreux 
rapides ; dans la région cdlière ils vont s'clarfjissani et ouvrent dans celte zone 
fertile et propre aux cultures tropicales des voies de communications précieuses. 
Kntre les estuaires de ces fleuves, sous faction de la barre, l'eau drainée de louto 
lu légion moniagueuse intérieure s'épand en de longues lagunes cOlières scpai^es 
par les minces pangaianes dont nous avons parlé et dont le percemeit ouvrira 
une voie fluviale continue parallèle à la cùlc, et d'autant plus précieuse que celle- 
ci, en raison de la barre, est souvent inabordable. 

OUmatologis. —La direction des vents est en général aud-esl, nord-ouest. 



- 351 — 

QuaDd, exceptioDDellenient, ils soufflent du nord, il en résulte une éléralion très 
appréciable de la température. La région est exclusivement pluvieuse et hu- 
mide. La maison sèche dure k peine trois mois, et même pendant cette période 
les pluies ne sont pas rares; elle est marquée également par un abaissement 
appréciable de la tcmpératiirv^ ; c'est le moment que doivent choisir les colons 
pour s'acclimater dans le pays sans trop de difficultés. 

Voies de communication. — Voies fluviales. —Du nord au sud, le long 
de la côte, les lagunes sont, des voies de communications faciles, interrompues 
Heulement par quelques pangalanes, dont le percement a été entrepris entre 
Tamalave et Andevorante. 

Les fleuves sont navigables pendant une faihle partie de leur cours; 
riaroka jusqu'à environ une heure en amont de Uahatsara, la Voh tra jusqu'au 
confluent de la Rianila et ce dernier cours d'eau jusqu'aux environs de Fétra- 
oniby. 

La Rongarongu est accessible aux pirogues jusqu'aux environs de son con- 
fluent avec la Sabanava. Le Silambo, dans le Sud de l'arrondissement d'Ande- 
voranle, ouvre une communication facile entre Ampirarauna et Vatomandry. 

Le Sandrononey peut Être remonté jusqu'à la propriété Delacre La Provi- 
dence et la Sakanifa, jusqu'il Ambodizarina, a environ S heures de Vatomandry. 
A partir ÉK ce point on rencontre des rapides qu'on ne peut franchir qu'avec 
des piroguiers spécialement cxcrcù^. Le Uanauipotsy n'est navigable que 
jusqu'à Ambodiviana, au commencement des rapides, à hauteur de la propriété 
Campenon. 

Le Itanandry peut être remonté en pirogue jusqu'au confluent du Vato. 

Le Hangoro est navigable jusqu'au village de Heaagisy, c'est-à-dire jus- 
qu'aux premières chutes en partant de In mer. 

La Hahosora et l'ivolo ne sont natigables que dans la partie inférieure de 
leur cours. 

Vtriet terresires. — 1" Roules carrossables. — Le réseau des routes carros- 
sables est encore peu développé en raison des diftieullés du terrain. La partie 
carrossable de la roule d'étapes comprend deux sections; la 1" suit le littoral 
et n'a nécessité que la construction de p1usi(;urs ponts, le terrain parcouru étant 
généralement plat ; la deuxième pénètre directement dans l'intérieur à travers 
un pays accidenté ; elle est parvenue actuellement au kilomètre 44, au col de 
Tsaravintana. 

La roule carrossable présente des interruptions entre Ivondro et Ambodi- 
siny el entre Andevorante et Mahatsara; le passage est assuré en ces points par 
' des canots à vapeur. 

Des gîtes d'étapes nombreux et suffisamment rapprochés assurent un abri 
aux passagers. Les villages qui n'ont pas de gites d'étapes ont l'habitude de 
réserver une case aux voyageurs. 

Les routes d'Andcvoraole à Vatomandry etde Vatomandry à Uahanoro, sui- 
vant le littoral, pourraient être considérées comme «carrossables si elles n'étaient 
interrompues par l'estuaire de nombreux fleuves ou par des lagunes, à Andevo- 
rante, Vatomandry, Maiutinandry, Marosiky et Mahanoro. 

Dans le dislrict d'Anosibé on a commencé l'exécution d'une route carros- 
sable desliuée a relier Mahanoro, Anosibé et Andakana sur le Hangoro. Actuel- 
lement cette route est terminée sur 30 kilomètres de longueur. 

2° Senliers importants. — D'IrikiIra à Vatomandry, un sentier, qui a été 
considérablement amélioré, est très suivi par les bourjanes. Les principaux vil- 
lages traversés en partant d'inkitra sont: Aharana, Sahononoko (gué sur le 
ïjaroko], Ampasimpotsy, Uangobé, Ambinanindrano, Aoalannpary, Ambodi- 
man^a, Tohoru, Vatomandry. 

De Vatomandry k Moî-aman^a, un sentier se détachant du précédent à 
Aoalampary passe par Ambodiavoio, Marafena, Ambatomanga, Lakato. 

D'Andevoranteun senlierconduità Ampirarazana parHaromandia. D'Ampi- 
rarazana la communication est assurée sur Vatomandry par la rivière Silombo- 



Un sentier franchit U lagune un peu au sud d'Analalava, rejoint le précédent 
près d'Ampirerazana et se dirige dircctenient vers l'ouest par Amboditavalo 
et Ambinanindraao. 

On B6 rend de Valomandry k Anosibé par le Hanampotsy et les villa^ 
d'Autanambao, Ranovery, Uanokano, Ambotiipena, Ambodiviavy, Ambinaoïn- 
drano, AndroronRavola, Andranomaneatsiska. Ce sentier rejoint vers HoroD- 
gieny le tracé de la route carrossable d'Anosibé à Andakana. 

De Marongieay part l'embranchement se diri|;eant sur Hahanoro; un antre 
bifurque également d'Antanambao. Les deux sentiers, réunis en un seul, abontia- 
sent h Mahaooro en passant par Sakanomby, Andofolavo, etc. 

Le Rentier d'Anosibé à Ambohimilanja rejoint le précèdent h Ambelahérana. 

Enfin Hahanoro communique avec Tsinioariva par Monagisy, le cours du 
NoBsivola, Andonabe, Ambelahérana, Ambohimilanja, Sohanava, Hanakana, 
Vatolateaka. 

Tous ces sentiers ont été améliorés et on peut facilement y pftsser en filan- 
zane. 

Outre ces divers chemins, it en existe beaucoup d'autres qui n'ont qu'une 
imporlance secondaire et qui servent b relier les villages entre eux. 

Cultures. — Le territoire produit en abondance le riz, 1rs patates, le manioc : 
le riz est cultivé dans les marais ou dans les montagnes comme da^p tout le 
pays betsimisaraka. 

Hais outre ces cultures auxquelles se livrent les indigène»^, le climat de la 
région convient admirablement aux cultures tropicales et uo assez grand nombre 
de colons s'y adonnent. 

1* Vanille. Celte culture exige des soins cont-tants et une préparation 
délicate. Le défaut de main-d'œuvre exercée est un grand obstacle a son déve- 
loppement. 

2° Café. Les deux espèces dites de La Réunion et de Libéria sont cultivées. 
Le (' petit café > ou café de La Réunion donne des produits très appréciés, mais 
malheureusement il sonfTre d'une maladie spéciale, i'hémileia tastatrix. 

Le Libéria résiste très bien au contraire et croit vigoureusement, mais il 
n'a pas une grande valeur commerciale. 

3' Cacao. Le cacao prospère, devient très ligoureiix et très robuste; des 

Etants abandonnés en maints endroits ont résisté aux envahissements de la 
rousse et sont aujourd'hui 1res beaux. 

C'est une culture d'avenir pour le pays, car cet arbuste y réussit très bien 
et donne des résultats très rémunérateurs. Il résulte des renseignements 
recueillis que chaque arbuste fournit en moyenne 2 k. 500 de cabosses qui' 
sont vendues au prix de 2 fr. le kilogramme. 

L'écorce du fruit est également vendue; on en extrait nn produit particulier 
pour la pharmacie. 

4* Canne à xucre. Cette plante pousse avec une vigueur remarquable. Une 
fois plantée, on peut faire 4 ou 5 coupes sur le même pied. Cette culture est 
faite surtout par les indigènes qui en extraient le belsabetsa. 
Quelques distilleries dont il sera parlé plus loin produisent du rhum. 

Autret cultures. — Le caoutchouc ccrea croît rapidement et avec vigueur, 
le thé prospère également et de nouveaux essais de plantation en ont été faits 
par M. Haires sur les bords du Mangoro, au pied des premiers rapides et par H. 
])ucray, dans sa propriété de Uaromandia. 

En résumé, la plupart des cultures tropicales tentées dans les riches terri- 
toires de ta province ont parfaitement réussi et offrent aux colons laborieux 
munis de capitaux sullfisants une rémunération certaine de leurs efforts. Les 
plantations sont déjà nombreuses et s'accroissent tous les jours. 

Commeroe. — Le commerce esi relativement actif dans la province. 

Les importations consistent principalement en tissus communs, cotonnades 
écrueset indiennes diverses aux dessins et couleurs variées en pièces de S mètres. 



Les cotoDuades grande largeur ou betambana oat 8S à 90 cm. ; les cotonnades 
petite largeur ou kelytambana 67 k W cm. Toutes ces étoffes étaient,' il y a encore 
peu de temps, de proveaance américaine, anglaise et allemande, mais les étof- 
fes françaÎMS imporiées actuellement ont vite conquis la faveur des consomma- 
teurs par leurs qualités. 

Les autres principaux articles d'importation sont les marmites, la quint-ail- 
lerie, les accordéons, les parapluies et ombrelles, l'article de Paris, les conserves 
et les liqueurs diverses, en particulier le rhum, l'abstathe, le vcrmoulti, le 
sel provenant de Marseille, Hambourg et Diégo-Suarez. Le sel de Hambourg k 
gros cristaux est préféré par les indigènes à cause, sans doute, de la facilité de 
sa conservation. 

Les exportations consistent principalement en cuirs, raflas, crin végétal et 
vanille ; le caoutchouc, qui existe cependant en abondance dans les forêts, est 
très peu exploité. 

Les principaux centres commerciaux sont, par ordre d'importance : 

Vatomandry, Andevorante, Hahanoro. 

Le premier port, seul, est ouvert au commerce et peut faire directement des 
importations et exportations. C'est le centre d'un tranc asseï actif avec l'inté- 
rieur par les routes d'Irihitra et d'Anostbé et son importance augmente de jour 
en jour. 

A l'intérieur, les centres de Beforona, chef-lieu de territoire, etd'Anosibé font 
un commerce local de peu d'importance, consistant principalement en alcools et 
en toiles. 

Les industries sont encore peu développées ; néanmoins quelques distilleries 
ont été créées dans le district de Valomandrv, mais elles ne fonctionnent qu'une 
partie de l'année ; ce sont les distilleries de la Providence, k M. Delacre, la 
distillerie Lousier, k Ambodiavolo, la distillerie Gentil sur la Sakanila. 

Ecoles. — On compte une dizaine d'écoles publiques dans les différents 
villages: créées sur la demande des habitants, qui ont pourvu aux premiers frais, 
ellns sont subventionnées par le Gouvernement et sont IVéquentées par un 
millier d'enfants environ. 

Les R. P. Jésuites ont une ëcole k Hahanoro; 300 élèves y reçoivent l'ins- 
truction. 

La Mission évangélique anglicane possède sur le territoire 36 écoles qui 
comptent l .730 élèves. Ces écoles sont généralement mixtes ; dans quelques-unes 
des plus importante» seulement, il y a des cours spéciaux pour filles et garçons. 

Enfin, un pensionnai payant est installé h. Andevorante. 

Popnlktton. — Le dernier recensement du territoire a donné un chiffre de 
. 'B.OBI habitants, sa répartissant ainsi qu'il suit dans les différents districts ; 

Andevorante 10.874 habitante: 

Beforona 4 .483 — 

Anosibé 35 .916 — 

Vatomandry-Uahanoro 28. 308 — 



iraniiSTiuTioj 



SU. 'Wiitokel-Hi^tr, 0. •fif, colonel d'infanterie de' marine, commandant 
le lerritoira, directeur des services de l'arriére. 
Hondon, chef de bataillon d'infanterie de marine, adjoint au commaadant 

du territoire. 
Hantena, sous-gouvemeurindigène. 



îdby Google 



— 284 — 
AmCVOlUNTE 

MK. FMnqaet, jj-, chef de bataillon d'infanterie de marine commandaDt le dis- 
trict. 
JMtnnot, lieutenant d'infanterie de marine, officier de reaseigneoents. 

Travaux pablics 
H ; Oordonnler, conducteur de 3* classe. 

DouaoH 
H. OaU, sous-brigadier. 

Postes et télégraphes 

MH. RoniUn, commis local. 

Suurinl, su rveillant des télégraphes. 

Service t^ographlque 



Amarsntbfl, élève géomètre. 

Darde indigène 
MU. Paolif inspecleiir de I" cla&se. 

Dapont, garde principal de 3' classe. 
Florioourt, garde principal de 4* classe. 

Flottillfl 
H. T«Ueo, chef contre-mallrc mécanicien. 



M. Wemel, capitaine d'infanterie de marine, commandant le district. 

TraTaux publics 



MH. Mareuil, conducteur de 3* classe. 
Ounler, commis de 3* classe. 
Villeneuve, commia de 4* classe. 



Postes et télégraphes 
de 4* classe 



Garde indigène 

I de 4< clas! 
Jftqtiet, garde principal de 4* classe. 

Digmzetiby Google 



MU. Oelleville, garde principal de 4< classe. 
' 1, garde -"-■■ '" ■■ " 



- 283 ~ 
ANOSIIÉ 



Braooanier, lieutenaat d'iDfanteric de tnariDe, faisant foocUons d'admi- 
nistraleur-adjoint. 



VATOMAHORY-MAHANORO 



MH. Duboso-Tu-et, administrateur-adjoint. 
CItesBé, administrateur-adjoint. 
Piginier, cominia de résidence de 3* classe. 

Culte 3t flilBÙgaement 

Hlasion anglicane 
Rev. Fuller, 
H"** SUnn, Witt, institutrices. 

Donanos 

HM. Coutures, vérificateur de 3< classe. 
Hioolas, id. 

T«8tani6re, préposé de 2* classe. 
Oélis, id. 

Cresp, id. ■ ' 

Fleuret, id. 

Fibaque, préposé auxiliaire. 

Postes et tèl^raphes 

M. GauTin, commis local. 

Ssmçe topographique 

MM. Labro, fféomètrc ordinaire. 
Hafickel, géomètre ordinaire. 



Chambres conBnltattvei 

ANDBVORANTE 



HH. HeuU, préfidenl. 

Hoareao, vke-préiident. 
Dnoray, ) 
Hibou, / menbrei. 
Daule^ P. ( 



VATOUAirORT 
MM. Buoquet, prétidenl. 
Danvernie, \ 
Aliud, 

Brée. f 

Darrieux, \ membre»- 

De la airod&ia, l 
Chiénot, \ 

Rodet, I 



îdby Google 



LisTi HS mm 



Abêi, commerçftiit. 

Adrian, détul- 

AlphonM, id. 

jlmÛArana, id. 

Sallly-Comto, Id. 

Sa/aneh», employé de commerce. 

Bénàrd, commerçant. 

Blaymoud, id. 

Sonn«mal(on, id. 

Boutet, employé >u iténie. 

Sontwnpi, cûmmercanl. 

Bridai, employé au génie. 

firéa. planteur. 

Buequat, rapréMaUnt de commerce. 

OtjnWê, planteur. 

OarnMui, commerçant. 

OhafM, hétalier^ 

Oitint, commerçant. 

Oofian, plinleur. 

Oanfalfi, employé au génie. 

Dan(af, négociant. 

DarhuK, représentant de commerce. 

DuirêTffn, planteor. 

Défrayé, employé au géme. 

Oo Florli <f» Itiquaboari, planteur. 

Defaora, planteur. 

dalaOlrodayi.id. 

Oaiprai, id. 

Dtimlllttn, négociant. 

Dudei, employé au génie. 

D9¥lll»ti6 Sarttallyi, planteur. 

Eaparon, négociant. 

Eymond, id. 

Fwira, commerçant. 

Ftaunt, planteur, 

Oarn/ac, employé au génie. 

Omm, conunercant. 

QtnW, planteur. 

Qrodin, id. 

ârot, employé au génie. 

âuanot, commerçant 

Jourjon, eurreillantdu génie. 

Jouritto, planteur. 

L« BIhan, id, 

Lonaau, employé au génie. 

Louilar A., planteur. 

Louilar J., id. 



Hagny, représentant. 
Harlçgt, planteur. 
HtiiU, planteur. 
Mfn«f, employé au génie. 



i Michtl, employé au génie. 
! Hooant, commercanL 
I ffoé/, commerçant. 
I Wuma La jarda, id. 
I Parant, restaurateur. 
( Payât atni, commerçuit. 

Pay^ E., , id. 

PtnoM, commerçant 

Ptràraau, id. 

Parrtftln, planteur. 

Ptilloèknê, a. 

Ploquat, furreillant BU génie. 

Bantonnal, commerçant. 

ff/ou* V«, commerçante. 

Thibault A., planteur. 

Thibault A.. Id. 

VlUonauva, emirioyé au eénie. 

Viokioni. fd. 

WtMay, commerçant. 

Zamfr, négociant. 



jlbtfu/ Karim, commerçant. 
Allartt, planteur. 
Ally, commerçant. 
AmaM, commerçant. 
BàK, commercaal. 
Banlar, planteur. 
Bernardaaa, id. 
BourtMAèna, négocianl. 
OaMroaa, commerçant. 
IfEmmanU, . planteur, 
lyEmmaraz da Charmoy, id. 
Doo'tay, négociant. 
(yunlanvlllo, id. 
Edouard, id. 
Fabra Emit», planteur. 
Fàbea Farnami, id. 
MI4, Id. 

Hardy, commerçant. 
Hoarraau, n^ocianL 
Lamarqua, commerçtnl- 
LUnard, kl. 

Uoanat, id. 

■aroeJ, Id. 

Oêwald, négociant. 
Paj«t, planteur. 
PtMpuza, commerçant. 
Parc, Id. 

Praato, id. 

Porter A., négociant. 
Proofw Srof, W. 
SibUIa, M. 



■,:cc.;,C00gIC 



Siilfimâfl, c«nmwt«iil- 

r«Jtol e., id. 

TaJbot C, là. 

VIUy-Boltin. employé de ciHiuii«rce. 

Wfnt»r, cominnfinl- 



Anàrimnlê», commerçant. 

SarbMUi, représentant. 

Sonai', planteur. 

David, commerçant 

0« la Rocha Souvttti^, ptaoleur. 

De ia ffoofta. employé de commen 

De Latour da S'-l'^eat, planteur. 

Oural, négociant. 

Harttr, commeVçant. 

Hwtal, planteur. 

Honoré, employé de C< 

J9*n-Lwii*, planteur. 

Laroque, commerçant. 

Lavfetoire, planteur. 

L»iovr, commerçant. 

Uta*e, id. 

Montaofrio, kl. 

Pugia, id. 

ftoAbM, ,id. 

f/rlaux, id. 



Âtrtn Tmé WMi.ifiiAoT 

Ah-Khouan, id. 

Ah-Tu, commerçatal. 

Ah-Hoog. employé de commerce. 

Cham Fook, commerçant. 

CAaffl-Laïf, épicier. 

GhunSo, id. 

Chtm-Têli, id. 

Chun-Wmi. id. 

Ito-Van^, commerçant. 

Qutn-YMg, id. 

Stan-Hitt, emplojé ds commerce. 

Sam-Ko, épicier. 

Sam-Ouno, employé de commerce. 

Sâm-YM, commerçant. 

Tan^-SI, employé de commerce. 



AiMé K»y, épieler. 

OadaWio/i, négociant. 

Hamod jtfe/i/a, commerçant. 

Vaniod iMop, id. 

Mamotf Kaatfm, id. 

S/tfambray, négociant 

yflhain Honet, employé de commerce. 

■VMMàmy, négociant. 



byGoogIc 



PBOyiNCI DE MANANJAKY 



Limites. — La province de Haniinjary fst située sur la cdte est de l'Ile 
entre 20* 15' et 31° 50' de latitude sud et 45° 30' et i6° 15' de loDgiliide est. 

Le» limites de la province sont : au nord, l'ivolo ; nu Bud 1 Itampolo et le 
KaraoDy ; h l'est, la mer ; k l'ouest, le cours de l'AmpoaSBry d'une façon 
générale. 

Elle se divise en deux zones, différan t'entre elles par le climat et l'altitude : 
la zone cOtière et la lone intérieure. 

La première est habitée par des Betsimisarakas au nord de Hananjary et 
dus Anlaimoros au sud. La seconde n'est habitée que par des Tanalas. 

Hydro^apbie. — La province est arrosée par un grand nombre de coars 
d'eau parmi lesquels on trouve, du nord au sud : l'ivolo, la Sakaleona, la 
ranuntura, la Mana. le Unnanjary, la Naniorona, le Paraony et l'Itampolo. 

Le Mananjary, le plus important, reçoit à droite la Saka, l'Ampasary ; à 
gauche le Faravolo, la Mauanonoka et lu Sahanofa. 

Climatologie. — Dans 1» zone cdtiëre le climat est chaud et humide; la 
saison sftche y est moins déterminée que dans le centre de Madagascar. 

Ainsi la période qui s'écoule entre la fin d'aofit et le milieu de novembre, 
quoique appartenant à U saison sèche, est souvent coupée par des ondées 
nocturnes. 

La saison chaude commence en novembre et dure jusqu'en avril. Elle est 
signalée par de violents orages se terminant par de grosses averses. C'est en 
mars qu'il tombe le plus d'eau. La température oscille pendant cette saison entre 
:24'> et 33". 

La direction des vents régnants est assez variable; les plus constants sont 
ceux du nord-est et du snd-est. 

L'intérieur de la province, région montagneuse et forestière, a un climat 
différent et des écarts de température beaucoup plus marqués. 

D'une manière générale, le climat est asseï salubre mais le paludisme est à 
redouter et les nouveaux venus n'y échappent guère. 

Les indigènes, qui n'onlMucune des notions les plus élémentaires de l'hygiène, 

E aient un lourd tribut aa\ atteclions des voies respiratoires, k la diarrhée et h 
) dysenterie. 

Commeroe. — Le commci-ce d'importation consiste en tissus, sel, eau^de-vic 
anisée, vins, rhum, articles de ménage en fer émaillé, marmites en fonte et 
machines à coudre ; celui d'exportation en peaux, cire, sacs vides et ratlas. 

L'exportation du caoutchouc a beaucoup diminué depuis quelques années ; 
cependant l'exploitation de cette l'iane commence à reprendre et peut être une 
source de gros revenus. 

Mananjary ou Masindrano, point d'aboutissement de la route du Betsiléo, est 
un des ports les plus commerçants de la côte Est. Point de transit de tout le com- 
merce du Detsileo, où la reprise des affaires est aujourd'hui complète, sa situation 
assure sa prospérité, laquelle s'accroîtra encore par le percement des pangalanes. 

Industrie. — La principale industrie est la fabrication des nattes, paniers 
et vêtements en rabane. Les indigènes emploient pour la confection de ces articles 
les feuilles de rafia, mais le travail en est assez grossier. 



■,:cc.;,C00gIC 



Enfin, le sol de la région qui borde la rive droile du MaDaojary est ai^UeuK 
et se pFélerail h la Tabricatioa des briques, qui pourrait être d'un revenu rému- 
nérateur, la pierre et le buis étant assez rares ot assez loin dea centres babités. 

Agriculture. — Le terrain de lu province est sablonneuic sur le rivogo, 
alluvionnaire sur les bords des coure d'eau et argileun dans les bas-fontls. 

Le pandanvs on vakoas et le bambou poussent presque partout; sur lo 
littoral on rencontre le bananier et l'arbre du voysf^eur ou ravenala. Les forêts 
de la zone extérieure ont pour la plupart été détruites, mais celles de l'intérieur 
renferment quelques bois précieux, tels que l'ébène, le palissandre, le nato 
rouge et le bois de rose. Elles contiennent aussi de nombreuses abeilles qui 
fournissent une cire très estimée. 

L'agriculture est appelée à prendre un ^rand développement clans la région, 
mais les frais de premier établissement août onéreux et pour réussir, il est 
nécessaire de disposer d'un capital assez sérieux. Les produits d'exporlaiion 
les plus cultivés sont : le cacao, le café, la canne à sucre, la vanille, le girofle 
et le poivre ; les autres cultures indigènes sont : le riz, le manioc, la patate 
et le maïs. 

Le ricin vient à l'étal sauvage ; on pourrait en tirer parti pour obtenir de 
l'huile. 

Voies de oommunioatitm. — Une voie carrossable sur une grande partie 
de son parcours relie d'une part Hananjary à Tamalave, par Matianoro et Ande- 
voranlc et, d'autre part, Uananjary à Farafangana. Elle longe constamment le 
bord de la mer, passant entre celle-ci et le ctiapelel de lagunes qui bnrde la cdle 
csl. L'étroite bande do terre (moins d'un kilomètre en moyenne) qui sépare les 
lagunes du rivage e^t généralement couverte de beaux bois assez épais, spécimen 
ÎDieressant de la flore des tropiques. 

Sur ta plus grande partie de son parcours, la route passe à travers ces bois, 
n'empruntant qu'exceptionnellement le sable de la plage. 

Deux sentiers accessibles aux fîlanzanes relient Mananjary & Fianarantsoa et 
h Ambohimanga du Sud. 

Le prix des bourjanes, pour le transport des voyagenrs, est de f. 80 à 
i franc par jour et par bomme et le nombre des porteurs varie de 6 à 8 suivant la 
dislance à parcourir. 

Le volume des charges est de iZ ii 40 kilos par bourjane, suivant la rapidité 
exigée. 

Voies fluviales. — La rivièi'e de Mananjary csl assez profonde pour per- 
mettre à des bateaux d'un certain tonnage de remonter k IS milles en amont, 
au village de Tsiatosika, où les commerçants ont établi leurs magasins. La 
rivière est navigable pour des piro{,'ues sur une longueur d'une soixantaine de 
kilomètres. De ce point extrême il faut 5 ou G jours de marche pour se rendre 
à Fianaranlsoa, capitale du Betsiléo. 

Si le mouillage de Mananjary était sufRsamment sûr, comme il est relié par 
la rivière à un centre de production importont, les transactions commerciales y 
prendraient un grand développement. Ce mouillage n'est malheureusement 
qu'une rade forame dépourvue d'abri, que le» vents du nord et du sud, en 
passant par l'est, battent en plein. 

Le ïar^ony, dont les rives sont garnies, de villages, est navigable jusqu'à 
Sasinaka, k 25 ou 30 kilomètres de son embouchure, main la barra y est assez 
forte à son embouchure, et le cours de la rivière est encombré de bancs qui en 
rendent la navigation difficile, même pour les pirogues. Enfin, la rade extérieure 
ne possède aucun abri et la tenue y est médiocre sur un fond do sable vaseux 
et ae corail. 

L^ transport par voie fluviale exige de 7 à 9 rameurs par pirogue. 

Les paquebots de la Compagnie havraisc péninsulaire et des Chargeurs 
réunis qui passent à Tamatave tous les mois metteçl de 2 k 3 ioura pour aller 
de ce point h Hananjarv. Le fret par tonne entre ces deux localités est de 
2.-1 k 30 francs. 



■..CA>Ot^lc 



Le débarquement s'opère ^ Hanaajary, au moyen de chalands pontés, 
appartenant it divers commerçants de la place et jaugeant de S à 6 tonnes. 

Le prix du débarquement par tonnes est 10 h 18 iVancs. 

EcMea. ~ Des écoles dirigées par des gardes de milice et des commis de rési- 
dence existent b. Sabavato, It Namorona et à Saflndrano ; elles comptent environ 
400 élèves. 

Deux écoles professionnelles catholiques, dirigées p&r les R. P. Jésuites, 
fODCtionnent à Hananjiiry et fa TsiatosiKa, alors Que les missions anglicanes 
possèdent trois écoles analogues 1> Hananj&ry, Haronetra et Namorona. 

Population. ~ La population, qui s'élève au chiffre de S7.886 habitants, 
compte 41 Français, 77 étrangers, 80 Asiatiques et 67.7S8 indigènes. 



ummsTUTioN 



MU . Consent, ift, administrateur de 3* classe. 

HwpeMUt, administrateur-adjoint de f classe. 
Babeo, commis de résidence de 1" classe. 
Arrana, id. 

Maro, commis de résidence de 2* danse. 
Oomet, commis auxiliaire de résidence. 
Lvgu, Bous-gouverneur indigène. 

Colta 

Million anflloaaa 
Re*. Smith. 

DonansB 

MU. Obénlt, vérificateur de f classe. 

De Hkigret de BdUUgn^, vérificateur de 3* classe. 

Carton, brigadier. 

Rowst, préposé de S* classe. 

Flottât, id. 

Hari, id. 

Bth*re, préposé auxiliaire. 

Postn et UUgrapliee 

U. Bouvio^Oax C, commis local. 
U. Maga, sous-inspecteur de S* classe. 

Sarrlôe top^[npUqw 

MM. Cliaaaimanin C, géomètre principal de 3* classe. 



MM. Paya, iDSpecleur de 3* classe. 

XiMoâto, garde principal de l" classe. 
Anunix, id. . de V classe. 



(hrdi indigias 

D„t,:cc.;,C00gIC 



(Hkambra eoniultattre 



MH. lMaxw,tety prétident. 
Xiacharme, \ 
BKvid, j 

Barre m, / 
De Certeaa, ) membres. 
Cbaponnièrfl, \ 

IVâlTM, ] 

Bynaad, / 



LISTE lES COLONS 



ilfMc, employé de commerce. 

Sabet. colon. 

Btdl, employé de commerre. 

Sar«n*, agent commercial. 

Bigottft, colOD. 

Bootnf, kl. 

BourafjTO, id. 

Botfif, commerçant. 

duipponniér*, colon, 

CAatanf, id. 

Crimëui, h Atelier. 

Craa. P. jéuuite. 

Cumfer, coIod. 

Dmvki, représentant de commerce. 

D» Qouatron, colon. 

Oa CartMiu, id. 

Dt I^Qirodty», id. 

Oa VilloiMndy, id. 

De Vllltftr*, id. 

Qmm, auberfcisle. 

OotMroy, employé de commerce. 

Haorriog, colon. 

Juti«, agenl commercial. 

LaoAarme, colon. 

LaforM, id. 

Lturatat, commercanl. 



lemaun/ar, colon. 
fOIllvier. id. 
■âfet, commerçant. 
Martfa/, boulanger. 
Mourtt, colon. 
Maunfep, planteur. 
Nanaa, colon. 
PaofMHMf, commerçant. 
^auM, négociant. 
Petit, colon. 
Pfoanf, planteur. 
AaAourcf/n, Id. 
fUyntHKl, id. 
Raj'moncf, planteur. 
Sauze, colon. 



Sletnl, colon. 

Vanof, commerçant. 

l^arnst. colon. 

^Jaffet, agent commercial. 



Nuflman, atienl commercial. 



Dudar, agent commercial. 



Xfbart, négociant. 

De Parlndorge, agent commercial. 

Du Pavillon, agent commercial. 

Htnderson, représentant de commerce. 

Jamin, twulanacr. 

LanjJoli, agent commercial. 

Utin, agent commercial. 

Hedtfa, Rgenl commercial. 

Rfret, négociant. 



Âh-Hang, épiciiT. 

Ah-Hï> emplové de commerce. 

Ah-Khon, ' id. 

jlai«c, id. 

Cfian-Toc, id. 

Cfi«n-X4o, épicier. 

Cfian-r/iion. id. 

Cfian-Hun, employé de commerce. 

Long-Hlût, épicier. 

Long-Thon, employé de commerce. 

Long-Tion, id. 



Cuaim, commerçant. 
C/iims-Samm/, id. 
HoMon-Amode, td. 
Vamode-Honen, id. 
Mamotfa-lfamct/ea, id- 
Mamode-Kftan, id. 
S»i»maltch, id. 



■,:cc.;,C00gle 



PfiOyiNCE DE FARAFARGANA 



Zjimitei. — La province cAtiëre de F'irafangana a pour limites : au nord, 
ritampolo et le Faraony, qui la DÙparent du territoire de Uananjary; à l'ouest ta 
province de Fiuniirautsod et te cercle des Baru>;, dont elle est séparée par la grande 
falaise forestière, dite forèl de l'E^t; au sud la rivicfc l'isandro, qui sert de 
limite au cerclc-annexe de Fort-Dauphin. 

Orographie. — L'aspect général du pays varie suivant les altitudes, et les 
ressources que cette vaste contrée offre à la colonisation ^ont diverses. De t'eslà 
l'onost on distingue trois zones ditférentcs: l°la zone câtiËrc, plate, marécageuse, 
en partie couvertede forêts, qui s'étend sur une largeur de 8 û 10 kilomètres; 2° la 
zone médiane, ayant en moyenne 50 kilomètres de largeur et 100 à SOO mètres 
d'altitude ; 3° la zone occideulale, bordant la falaise forestière et lui empruntant 
divers miissifs, notamment celui d'Uon^o;elle est de même largeur que l-i 
précédente et conslilue un 3* palier à l'altitude moyenne de 400 mètres. Certains 
endroits, tels qu'Ankitsika (1.700 mètresj et Ikongo (1.200 mètres], ont une 
altitude supérieure en leurs points culminants. 

Ces trois zones offrent à la colonisalion des champs d'opérations appropriés 
' il toutes tes êitltnres. La zone cdtiére, bien que sablonneuse, n'est pas inierlile et 
possède d'importantes forêts. La zone médiane se prAie aussi bien aux culhirçs 
européennes qu'aux cultures tropicales. La zone occideulale est celle des pAtii- 
ragcs et des exploitations forestières de l'avenir. 

Climatolo^e. — Le climat de la côte Est a une réputation malsaine non 
jnstilîéc. Divers Européens habitent depuis vingt années le pays bas et maréca- 
geux, sans être sérieusement éprouvés. De fait, les hommes vigoureux, actifs cl 
sobres peuvent rapidement s'acclimater. 

Commeroe et industrie. — Le commerce d'importation est celuidestotle». 
marmites, sel, quincaillerie, liquides divers. 

Le commerce d'exporiaiion compi-end les peaux, cornes, raflas, sacs de m- 
koa, caoutchoucs e( cires, riz el haricots malgaches. 

L'exploitation des bois précieux constituera ultérieurement une branche im- 
portante de l'industrie locale et de son cxporlation. 

Il n'y a pas d'industrie a proprement parier. Quelques fabricants de rabanes 
et de lambas possèdent seuls des métiers ii tisser. Le coton vient cependant a 
l'étiitsauvagc et le mûrier et l'ambrevadede la brousse nodrrissenlle ver nsoie- 

Les industries à recommander sont la inélullurKie cl l'exploitation du bois. 
Elles sont d'ailleurs connexes, car dans une contrée où il n'existe pas de houille, 
les issues des exploitations forestières constituent le charbon de nois nécessuirt' 
il l'alimenlation de hauts fourneaux. Minerais et bois sont à proximité en abon- 
dance et dans le voisinage des chutes d'eau. 

Agtioultare. — Les terrains de la province sont en majorité d'excellente 
qualité et uples à toutes les entreprises agricoles. 

Dos périmètres de colonisalion importants ont déjà été détermines cl n'ont 
plus qu'il être lotis par Ic service topoj^raphi que. 

Les pâturages naturels sont [considérables et les troupeaux de bœufs sont 
nombreux, aussi bien en pays antaimoro qu'en pays antaisaka ou tanala. 

Routes et voies fluTiales. — Diverses routes, ihuletières pour la plupart, 
sillonnent ic territoire. Les principales sont : 



t,:cc.;,C00gIC 



— i&l — 

1* celle (In Faraonj à l'Isandro sur le littoml; à* celle de Vohîpena à 
Fianaranlsoa par Fort-Carnot (Ikon^o); 3' celle de Farafan^Da à Fianaranlsoa 
parMahamaQinaetAnkitsika, très suivie par le uommercRgéDerel; 4° celles du Fâ- 
rafangana à Ivohibé gl Ihnsy par Mahazourivo on pur Mahabateiis; S° retic de 
Vaneaindrano à l'Itomampy par Foarano. 

Les roules fluviales sonh la Malitanaoa, la Manamhavano. la Hanampalrano, 
la Manambalo et la Hananara, que l'on peut remonlui' lin pirogue à deux jours 
de leurs embouchures. 

Le percement des pangalanes duFat-aony à laMananarafVangaidrnno) coai- 
pléterait le réseau. Cette opération est réservée par des contrats en cours à la 
Société Coloniale. 

Il existe à Manakara et à Nussy-Ke!y d'excellenls mouillages susceptibles 
d'être transformés en abris sârs. 

Population. — La province de Farafangana c^l une des plus peuplées de la 
cdtc Est; clic rcurerme une populaliou de plus de <2'i.000 habitants, constilu'ée 
pur la tribiT des Antaimoronas, ou nord, et celle des Aalaisikas, au sud. et 
répartis comme il suit dans les secteurs : 

Secteur de FarafanKana: 63.000 habitants. 

— Vangaiarano : 43.l>00 habitants. 

— Vohipeno : 18.500 habitants. 

Ces chill'res sont approximalifs et un peu inrérieurv îi la population réelle. 

La petite pecplndc des Antuirasys est parliculii'reTur'iit laborieuse : ces indi- 
gènes vont volontiers chercher du Iruvaii dans les villes du Nord de l'fte et même 
dans nos possessions voisines. 

Ces diaposilions naturelle*, assez rares chei les difFérenles peuplades de Ma- 
dagascar, sont dff nature ii atUrer i'atlention des colons sur le territoire de Fara- 
fangana où ils trouvent, en même temps qu'un sol fertile et un climat favorable, 
la main-d'œuvre nécessaire à l'établissement et à l'entretien de leurs exploitations. 



ADiniSTRATION 



HH. Cardenau, $t, administrateur-adjoint de i" classe 
Marchand, commis de résidence de 1" classe, 
de VUIèle, commis de résidcncede 2° classe. 
PbUii), commis de résidence de 3° classe. 
~ "" 'my, suus-gouveroeur indigène. 

Cultes et snseignement 

HisBioa catholique 
lUnaire lazariste, direct(--ir. 
R.P. Bluchàud, id. char,5é des écoles. 

Histion noTwôgieime 
Rev. Home, directeur de la mission, 
llev. Nottestad, Elle, Flygel. 
H*>» HoTDe, Elle. 



Douanes 



HH. VenturiiO, préposé de 2° classe. 
Choppy, sous-brigadier. 



îdby Google 



— 264 — 

Oaidfl indigéu 
un. Hii«t, inspecteur de t* cissse. 

Véplw, gsrde prindp&l de 1 " classe , 
Horat, id. de 2' cUasc. 

ColUrd, id, de 4* classe. 

Bonlanger, id. de 4< classe. 



Chambr* eonndtatiTe 



MH. Armel, prétideni. 
Bell«g«rds, \ 



LISTE DES COLONS 



AttMM, comraerçuit. 
Antitl A., id. 
Armai A., id. 
Souquât, limonadier. 
Btllagêiite, phannacieD. 
Farrlira, agriculteur. 
Mutrtni, électricien. 



Walhr, Dégoniant. 



Bé^, comraerçant 

Booqui, agrieuileur-rerbluller. 

Bouraitno, id. 

Ohanlln. commerçant. - 

OaiperfM, agriculteur. 

DaipartM, id. 

Dafad. id. 

Os^an/'ni, commerçant. 

Hautng, employé de commerce. 

Fillx, agriculteur. 

Joaon, commerçant. 

nmpall, agriculteur. 

S/tinl, commerçant 

Da Tornamwtta, id. 



îdby Google 



PEOVfflCED'AlOSm 



LimiteB< — La province d'AmbosItra est composée de deux parties bien 
«tistincleâ, au point de vue g^of^raphique comme an point de vue etbnolo^qHe. 
Le ilistrict be.lsiléo, qui comprend ta pdrtii; si^c sur le haut plateau, et le district 
lanala, placé dans la zone des altitudes movcnnes. Elle se trouve colourée: 
au nord par rimerina, à l'ouest parte cenilc de Bi^tafo, au sud par la province 
de FiaDarantsoa, à l'est par ta province dv. Mananjary. 

Les limites sont en grandi? partie artiUcietles et répondent souvent plus à-des 
grotiperocfits traditionnels des indigènes qu'à des indications topograptiiques; 
cependant vers l'est, la rivière Araponfiary; dans le nord et le nord-ouest, la 
rivière UanamboU ; dans l'ouest, la rivïËrc Mamorona; au sud, une partie du 
cours du Halsiétra et unepartii^ d'un de ses artluents, In Uanandriano, servent de 
liiDÎtes et indiquent ainsi la direction générale des fronlièrcs. 

Jusqu'il maintenant l'organisation indigène a été basée sur la division en 
centuries réunies cUes-mt^mes en groupes de 500 hommes, avec- une division 
lerritoriata en cantons. 

Orograpliie. — Au centre de la province se trouve une chaîne de mon- 
tagne de d rcction N.-S. que l'on appelle la <irande Falaise. Son altitude varie entre 
1.600 et 1.800 mètres; rtlle donne naissance au Mananjary et aux nombreux 
ruisseaux qui viimnent grossir ce fleuve. A t'est se trouve une autre chaîne 
d'altitude moindre, orientée également N.-S. Enfin les basws régions du pays 
tanala forment un véritable cbaos inetlricable dn pilons et de mamelons au 
milieu desquels serpentent des cours d'eau allant dans toutes les directions. 

Hydrographie. — La province est parcourue dans la partie betsiléo par la 
Hania et ses atÏÏuenls. Le Mananjary, qui descend de la Grande Falaise, arrose le 
pays tanala. 

La Hanla reçoit, !> droite, la Hatile-Mania et la Uanandooa, h gaucbe, le Mady 
et le Valo. 

Les «niuenls de droite du Mananjary sont : la Sandrakandra, le Sakevo, 
l'AmpoBsary et le Sandramoro ; ses affluents de gauche sont : le Sahanarv, la 
Sabamanga. le Sakavolo, le Haiatîoandry, lu Uananiriaoa, la Sahanofa, l'iva- 
oana et le Faravory. 

OUmKtologie. — Les vents sonnient généralement de l'est et du aud-est ; 
très violents et froids en février «t mars, ils sont accompagnés d'une pluie tor- 
rentielle presque continuelle. 

Les vents d'est amènent d'énoriios nuages qui s'allègent en partie au 

tassage de la première arête orientale et viennent, en se heurtant à fa Grande 
alaise, se transformer en de véritables trombes d'eau. 

La température, constamment humide, oblige & des précautions contre le 
froid. 

CoDuneroe. — Le commerce de la province se fait principalement avec 
l'Emyrne. Il porte sur les tissus de soie et t^ur les produits de l'élevage et de 
l'agriculture. La soie fait l'objet d'un important trafic; soit pour la consomma- 
tion sur place, soit pour l'exportation en Emyrne. 

Les bœufs et les porcs, qui sont très nombreux dans la partie betsiléo, 
donnent lieu fa un commerce assez suivi avec Tanunarive. Il en est de même 
itti rii. 



îdby Google 



— ■usa — 

Agrlonlture. — La partie betsiléo de )& province renferme quelques loagni- 
fiqnes riciëres et cert&îneB vallée», telles que celle d'AtBimonaraDO, à l'ouest 
d'AiDboBÎIra, foiimisseutuD rendement avantageux en rit. Le maninc, la patate, 
le haricot et le maîa viennent bien dans cette région. Des essais d'orge et de sar- 
raùn ont été faits au jardin d'essais d'Ainbositra et ont donné de boas résultats. 

Le pays lanala possède un sol plus pauvre ; néanmoins, il produit asseï de 
riz, de manioc el de patate pour suffire k la consommation des habitants. 

Produits naturels. — Le district betsiléo d'Ambositra est une des parties 
de l'Ile d'où le gouvernement malgache a le plus tiré d'or. Malgré le vicieux 
système d'eiploitation, qui a gftcbé beaucoup de gisements au point qu'il devient 
peu praliqtic pour l'induslrie européenne d'exploiter^ i! reste encore bien des 
points DÛ de petites entreprises peuvent trouver leur remuncrution. 

En dehors de l'or, il y a lieu de citer le fer. exploité par les Halgacbes, peu 
exploitable pour les Européens; le cuivre et le plomb assci abondants; l'imianle, 
le nickel en petite quantité; des calcaires divers [spaths, calcites, marbres]; des 
ardoises, malheureusement peu fissiles. C'est l'ouest de la province et notamment 
la vallée de la rivière Vato qui est la partie la plus minéralisée [canlon d'Amba- 
tofungchana] pour tout ce qui n'est pas or. 

Les gisements de nickel, plomb, cuivre, amiante, ne sont pas encore suffi- 
samment étudiés. 

D'asseinombreuses sources thermales existent de divers cdiés, généralement 
sur le bord des rivières, au fond de vallées encaissées. 

La forêt n'a pas entièrement partout disparu. Des Ilots formant use sorte 
d'éperon de la forêt de l'est s'avancent jusque vers le milieu du- pays betsiléo 
entre Ivato et Fiadanana. La lisière du plateau vers l'est est encore couverte de 
bois comme le district tenala. 

On trouve dans le nord et l'ouest un très grand nombre de boquelaux de 
tapias, l'arbre sur lequel vit le ver it soie indigène, qui donne un cocon grisécrn 
non f^usceptible de se dévider, dit-nn, el que les UalKaches filent en bourre comme 
de la laine. Ils en obtiennent un f)l irrégulier qui leur sert k tisser pne étoffe 
d'une grande solidité [soie betsiléo]. 

Voles de communication. — La province est traversée du nord au sud 
par le chemin muletier de Tenanarivc à Fiaoarantsoa. Un chemin de bourjanes 
amélioré relie Ambositra à Mananjary. En outre, tous les chefs-lieux de canton 
sont reliés par des senliers. 

Bcoles. — La province possède une école officielle, dirigée par les sœurs 
de S'-Joseph de Cluny [300 élèves], ainsi qu'un cei-tain nombre d'écoles privée.s, 
dont les plus importantes sont : I école catbolique d'AmhosiIra (ISO élèves), l'é- 
cole du dislrict d'ivato :4S0 élèves), l'école catholique de Fiadanana (150 élèves) 
et l'école norwéjgiennc (l'Ambositra, dirigée par un professeur français, U. Pécbin. 
Des écoles offlcielles vont, en outre, être ouvertes incessamment à Ambositra, 
Alarobia, Sandrandaby, Ambatofangehana, AinbatofinandnihanH, Ifandriana, 
Mahajoarivo, Sabamadio, Fcnoarivo, Fnliarivo, llaka. Anjoma et Mandibisana. 



IDIIWSTIIITIOX 



MM. Tautaln, #, administrateur de fêlasse. 

Bontempa, commis de résidence de l" classe. 
Raobellns, sons-gouverneur indigène. 

Cultei et ensstg&eiiieiit 

HiHion catholique 
Sfpurs-. M~** TemplOD, directrice : Bertbieu, Coualn, inslilutrires. 



kioglc 



— fdl — 

MlMioii protettamt» françalM 
H. Oaignain, missioPDaire. 

Hisiion norwégieime 
Rev. HoUt, directeur. 
H" Holst, iaatitutrice. 

(Hrde indigdnfl 

MU. DeroiM, iospecteur de 3* classe. 
Violet, garde principal de 1" classe. 



LISTt DES COLONS 



Aubiàit, eu tu valeur. 

B%rthitu [M»), religieuse. 

Ca/«M(/é, misBioonaire protestant. 

Couiln iH— ), religiejse. 

Of*ou in, représentant de commerce. 

Favro, missioanaire cattioligue. 

fiafjnaJfw, pasteur protestant. 

Hyrort, commerçant. 

Lm/ibux J., mécanicien. 

Leofiaux M^', sans profession. 

Ltchaux, M"", id. 

Lochaux fils, i<l. 

Qaarge* iM"'), dite Pacquet, couturière. 

Pichin, missionaairc protestant, 

Ptyrllh», missionnaire catholique. 



Tampfon (M-), reiipeusc. 



I Buiton, représentant de commerce. 
i HMef, commerçant. 
rAompaon, représentant de commerce. 

Sarwédem» 

{ pyarlneM, missionnaire. 

holst, jd. 

} Hilton. id. 

OfMn. Id. 

Smith id. 



îdby Google 



Xiimitei. — La provioce des Bet-'iléos, comprise entre ^1° et 22<> de latitude 
aud, d'une part et 43' M 45* 30 àè longitude est, d'autre part, présente une 
superficie d'fnviron 20.000 kiloruètres carrés. 

Elle est limitée: au nord, par le ncrcle de Belaro i2' territoire militaire] 
et la province d'Ainhoaitra ; a I esl, par la province de Uunanjary ; au sud, par 
la province de Fararangana et le cercle des Bara» et Taaaias ; à l'ouest, par le 
cercle de Uoronda\ii 12' terriloire mililaire). 

La (irotincc de Fianai'anisoa comprend quntre districts : l'Isaadra, l'Ava- 
radrano, rilatangina et l'AriJtdraao. Les districis sont administrés par des 
sous-gonverneiirs indigènes, qui résident respectivement à Fanjnkaoa, Ikala* 
rnavony, AmboUtnialiasoa et Amboliiniandroso. 

Chaque district ou sou^dislrict comprend un certain nombre de cantons, 
qui sontadmiiiislrés par de» chefs de mille, de cinq cents et de cent. La ville 
de Fianaraotsoa jouit de son aiilononiie administrative et financière sous la 
direction d'un adminiitrateur-niaire. Les limites de sa circunscriplion sont: 

Au nord: une ligne parlant du nord de la mission norwegienne, passant 
au nord du cimetière«t rejoignant le chemin de Kianjasoa au nord de la colline, 
puis s'infléchissent au sud-ouest pnur rejoindre la rivière Handranofotsy au 
nord-ouest de Vatosola ; 

A l'est, la rivière MaDdranofoIsy ; 

Au sud el à l'est, une ligne nuittant la Handranorotsy k 500 mètres du 
lac d'Anosv.suivHntIa crête de l'dakiana et rejoignant la route de Fianaraalsoa 
à Ikungo, qu'elle abandonne à l'embranchement situe à l'ouest d'Aïubslovory, 

Four suivre le chemin qui, se dlrige.mt au iiurd-esl, pois au nord, rejoint 
avenue (iallieni au sud-«st de la n)issioa norwégienne. 

OUmatologie. — Le climat du Betsiléo petit compter parmi les plus calu- 
bres de l'iie. Néanmoins le paludisme y sévit parfois avec intensité et par 
épidémies, surtout dans les districts de l'Isaiidru, d'Ambatofiiiandrohaiia, du 
Hahazembiiia et dans les vallueii du Uaoarnlriana, du Uananlanana et du 
Zumandao. La ^aisun sèclie est généralement froide et exige des vêlements de 
drap ; lu saison (duvieuse est plus agré.ible. Les orages, parfois très violents', 
se prodiii-cnt presque toujours t-nlre denx et cinq heures de l'après-midi ; lea 
niatinci.'s sont toujours belles ci tempérées par une brise tré^ douce, excepté en 
février. Pendant cette saison, la température la plus élevée qu'on ait ii subir est 
de 270 il 28° et te point le plus hus ^ui|ucl d.'scende le mercure en hiver est de 
;i* il 4". Kutre ces deux extrêmes, la moyenne oscille de IS" à 20° pendant l'hiver 
et de iO* k 25' penitant l'été, donnant pour l'année entière une moyenne de 20*. 

Orographie. — La province est traversée du nord au sud dans sa partie 
orientale par l'ai-ele faîtière de lile qui s'j trouve jalonnée par les pics d'Amhohi- 
trakoliolany (l.'HO mètres), de Mandolahy et d'Amttalotsinjuana (I.SIO mètres) 
au (toi-dei pur ceux d Itoiigoa [1.450 mèires), de Triino [1.810 mètres), d'Aadma- 
namio (1.310 mètres) et la chaîne d And ringitra (1.800 luèlres au sud. Il en 
résulte i|iie presque tout son .syMème hydrographique est tributaire du canal de 
Hoianiliique. 

Un certain nombre de coiilrel'cirts ruyonneul de cette chaîne principale. 
Ils ont la uuliire et lu coiiiposilion des terrains du plateau central et sA clwwenl 



parmi lea lemins cristallin» (gaeisa et micsscbistes en généni, cipolina et 
phyllades à Ambatorangehanaj. Leii lerraioR Bédimeo (aires largiles, grès, caicairee) 
n'apparaisseat au'assez loin dans l'ouest pour s'étendre delà juaqu'^ la côte, 
suivant la loi géologique qui semble présîaer à la formation de Madagaaoar. 

Hydro^aphie. — Un ^rand fleuve arrose la province dans une direction 
sud-est, nord-oiipst : la Malsiatra, qui prend plus loin le nom de Marigoka et se 
jette dans le canal de Hbiumbique, Ses principaux affluenlB de gauche sont : le 
Mandranofotsy, qui passe à Fianaranlsoa et la Sandra ; il reçoit à droite l'Anbona 
avec la Mananilnana et l'Akondromafailra. Deux grands al'tluents de gauche du 
Hançoka, la Uanantanaoa et la Tsiraandoa traversent la partie occidenlali! dn la 
province, partie encore inconnue. 

Les nvièrns arrosant la partie orientale de la province, dans leur cours 
tout à fait supérieur du reste, soot tributaires de l'Océan Indieia f la plus impor- 
tante est la Namorona. 

Gommeroe. — Le commerce encore restreint de la province ne prendra 
tout son essor que lorsque le réseau routier en construction aura été achevé. 

Importation. ~ Les impoitations, qui s'cléveotà un chifl're total d'un mil- 
lion et demi de francs par an, contiislentsurloitl entoiles de coton écrut^s. Jusqu'à 
ces derniers temps, les to<ies ami^icaines faisaient prime sur les marches ; les 
toiles anglaises et allemandes vuiialent en secund lifu etlcs toiles françaises tigu- 
raienl à peine pour mémoire. Actuel lenient, la situatinn s'est sensiblement 
modifiée a l'avaaiaKe de nos maisons de commerce, qui écoulent déjà des 
■ quantités importantes de tis:<us français : tels les Grands Magasins du BetsUéo 
et ta lÛ"" Blanc et Lecomle fréren. D'duire part, l'importaliun moyenne annuelle, 

8ui ne dépassait guère 1.000 balles avaul la guerre, s'élève ACluclIcmiul au chif- 
V de 2.&l)0 'a 3.000 balles, ayant presque Iriplt^ en moins de trois ans. 

On impurie encore au Betsiléo pour •;nvlron ."500-000 francs d'indiennes, 
d'étoffes de soie et laine, des vins, des spiritueux, des conserves alimenlaires, 
du sucre, de la quincaillerie, divers articles de Paris et du sel marin. 

Exportation. — Les exportations se réduisent à trois articles : les cuirs, le 
CBOiilchouc et la cire. Les transports sont assures par un total d'environ 3.U00 
porteurs professionnels portant generalemcnl 'i en balance ». La province peut 
encore fournir un millier de porteurs de liiantane et 2.00U porteurs de caisses, 
chiQ'res tout ù fait insultisants pour répondre aux besoins croissants de notre 
commerce. 

Lbs Betsiléos ont une tendance marquée à adopterle costume européen, ainsi 
que nos coiffures et nos chaussures. 

Industrie. — L'ioduslrie indigène, ii peu près nulle, se borne à ta confection 
de quelques rabanes en rafla, de lambas de clianvre ou d'autres plus grossiers 
appelés '< tarimbo » tissés avec l'écurce d'un arbre désigné soua le nom de kajoUca, 

Les lietsiiéos fabriquent aussi Quelques objets de sparterie : nattes, bonnets, 
chapiiaux, corbeilles, etc., le toul à l'usage exclu^f des indigènes. Sanslcndanceà 
l'exportation, aimaoL l'isolt ment de leur "vala'- (ferme), les Etetsilèos se font 
rarement artisans. On rencontre parmi eux quelques charpentiers et quelques 
tailleurs de pierre, des potiers et des forgerons asseï habiles, maij ils restent 
encore sur ce point inférieurs aux ouvriers hovas, qui constituent presque Ji eux 
seuls les corporations ouvrières de la province. 

Unes. — Le Betsiléo paraît renfermer certaines richesses minières, mais 
l'or y est trop disséminé pour donner lieu à des entreprises de grande envergure. 
Les vallées assez nombreuses où se trouve ce minerai ne peuvent titre avanta- 
geusement exploitées qu'à la battée et au sluicc. 

Agriculture. — Le pavs betsiléo se prête à loutea tes cultures de zones 
tempérées aussi bien qu^ la plupart de celles des pays cbauds. Tous les arbr«s 
fruitiers d'Europe y viennent cale à côte avec ceux des tropiques; d'impurlanles 
caféeries y sont en voie de création. - : ^. ;:. .. 



- 270 - 

Los produits indigèoea consisteat eo rii, maDioc, patates, mars, aracbîdes, 
baricols, pomme de terre, anim comestible, sorgho, tabac, canae à sucre, 
ambrevade, chanvre et coton. 

La production totale du rii, base de l'alimentation publique, peut être éralaëe 
à 3 ou 4 millions d'hectolitres, d'un prix moyen de fi fr. 50 à 3 francs l'hectolitre, 
avec une tendance de pins en plus marquée à la hausse. Un hectare de rizière 
peut produire 150 à 200 hectolitres dans les bons terrains convenablement 
fumés. 

Le manioc vient en secood lieu avec un rendement moyen de 2 millions de 
kilogrammes d'un pria moyen de 1 k 2 centimes le kilogramme. 

D'une façon générale,' l'agriculture est en progrès sensible dans toute la 
province. 

Elerage. — D'après le dernier recensement (1" juillet 1B9S), la pravince 
comprenait 132.785 bovidés, 62.499 porcs, 21.192 moutons, 52 cbevanx, £7 
mulets et 7 ines. 

Ces résultats, obtenus par les indigènes, sans soins apéciani ni réserve de 
fourrage, font présumer que l'élevage du bétail serait très rémunérateur dans le 
Ftelsiléo.LcR habitants comptent 4 hectares de pâturage pourl bœuf et i hectare 
pour un mouton. On pourrait réduire facilement ces proportions de moitié 
par des réserves de fourrage, la culture de plantes fourraf^ères et l'installation 
(lechaudcji établea. L'administration se livre k des essais dans ce sens. Les 
chevaux, mulets et Anes amenés dans le pays s'f portent très bien et tout fait 
croire que l'élevage (les bétes de somme réussirait a souhait. La jumenterie créée 
RU jardin d'essais de Fiunarantsoa légitime les plus belles espérances. 

Voies de oommunioation. — Tous les cantons et chefs-lieux de canton de 
la province son! actuel lement reliés entre eux par de bonnes routes muletières 
avec chaussées, ponts et pouceaiii aux passages des court d'ean ou marais. 

Une bonne route charretière de 5 à 6 mèlrcs de largeur relie Fianarantsoa k 
Tananarive, du côté nord, et se prolonge actuellement dans le Sud sur une éten- 
due d'environ 200 liilocnèlres jusqu'à Aosy et Betroka. Malheureusement la voie 
commerciale par laquelle s'approvisionne le Betsiléo est ta roule encore rudi- 
mcntaire et Ires difltcile de Mananjary. 

Le prix des transports k dos d'homme, de Hananjary h. Fianarantsoa, est de 
* fr. 50 à tO francs par porteur, valsy compris. 

Lot cours d'eau, par suite de la nature accidentée du pays, ne peuvent étr« 
utilisés comme moyens de transport ou de communication, si ce nest dans des 
limites extrêmement restreintes (transport de bois ou de riz par pirogue). 

Celte situation impose d'autant plus impérieusement la création immédiate 
do (oics carrossables ou ferrées. 

PopulattoD.— La population de la province, qui s'est sensiblement accrue an 
conrs des deux dernières années, par suite de l'émancipation des esclaves et de 
la répression du fahavalismc, s'élève au chitTre d'environ 30,000 Ames, soit un 
peu plus de 10 habitants par kilomètre carré. 



iDIIIPHSTRATIAN 



, ^, administrateur en chef de 2* classe. 

Bavel, commis de résidence de 2* classe. 
Duaphln, commis de résidence de 3* classe. 
Hutino, commis auiiliairo de résidence. 
RatoTonony, t4 hrs, gouverneur principal. 



t,:cc.;,C00gIC 



Jnitise 

HU. N , juge de paix h compétence éteodiie. 

Forder, greffier. 

IMsonrie 

MM. JLagaet, commis de tréBorerie de l" classe. 
Aabry, secrétaire auiilUire. 

lïaTaiiz publics 

M. Bemit, conducteur de 4* classe. 

IQnes 

H. Baaër, contrôleur principal de 1" classe. 

Cultes et eaMlgnement 

Enteigiiemoat otIloUl 
H. Henaet, direclenr de l'école normale de (larçons. 
M"*. Hermet, directrice id. de filles. 

■Eiatioit oftthoUqu« 
R. P.Boyot, supérieur. 
Bauisèqae, curé. 
Valette, vicaire. 
F. F. Darsap, Joan, Calsaalié. Alphonse, Larrn'a, missionnaires. 
F. F. HonoÂna, directeur; Vetule, Blanoiiarâ, Denis, inslitii leurs. 
S<eurs-. Basile, supérieure; Rspliaël, Harie-Angnstine, Anne, Marie, Jean- 
Baptiste, institutrice'. 

MiiBlon protestante française 
MU. Esoande, pasteur, directeur de la mission. 

Oalland, missionnaire. 

Robert, directeur de l'école normale. 
H» Bscande, institutrice. 

I.ondon Missionarr Soeietr 
Bev. Haohett, secrétaire de la mission. 
Jonhsoa, trésorier. 
D'Peake, directeur (te l'bôpilal. 
H D' Huoïiett, directeur de la léproserie. 
R. n Collins, Rees, Haile, professeurs. 
M"* Hare, institutrira. 

Kiislon norwAglenne 
R, R. SosTdsen, Undo, Jensenius, Brognard, Hee^, BJertnes, Smitli, 

Peohin , pro fesseu rs . 
M'» SosTdsen, Lindo, Jeiuenius, Ums. Bjertnes, 3mitli, îDsIitulriccs. 
>!■■••. Rosmuflsen, lî^erre, Nielsen, \(riUielmssan, iaslitulrices. 

Fostes ettélégraphH 

H. Bertrand, commis de 4* classe. 

Serrioe topograpUque 



MU. Hofllnann F,, géomètre ordinaire. 
Ot^râard, géomètre ordinaire. 
Orosâlley, id. 



îdby Google 



Sarde indigône 

HH. Lescftrret, inspecteur de 1" classe. 
Lannée, éarde principal de l'* classe. 
Bonnemaaaoïi, garde principal de 3* rlasse. 
VereoQJAume, garde principal de 4* classe. 
Oaluion, garde principal de 4* classe. 

Chambre eommltatin 

MU. Coachon, ingénieur, prétident. 
Eokman, planleur, vtce-prétident. 
de Saint-Peni, \ 
Blanc, i . 

Cattiii, 1 membres. 

8ma4i«> 



mn DES COLONS 



S/ano, négociant. 
Catttx. directeur de société. 
Catb'n, ni^gor.jnnt. 
ColM, employi^ de commerce. 
Coucfioud, jnj;énîeur et planteur. 
Dauphin, accnt commercial. 
- 0»pret, administrateur de société. 
De S'-Parn, commerçant. 
DeamytAre. coton. 
Eockrnan. propriétaire. 
Ftrizon. mineur. 
Qàuthiar, commerçant. 
Geoc^f, planteur. 
Goufournéf, commerçanL 
GmH, employé de commerce, 
âroa, comptable. 
Hu»t, agent commereial. 
Latione, planteur. 
Lazard*, itinrculier. 
Lec/ano/ie, tanneur. 
Leconte, commerçant, 
teoomta N., planteur. 
Looomla L., id. 
Lenglet V; propriétaire. 
L«ngltl £.. r.oloD. 
Leroy, fondé de pouvoirs. 
Lolligar, cmplové de commerce. 
mtllat, id. 

Uorin, menuisier. 
Pachoud, agent commercial. 
ftloquabourÉ. commerçant. 
flf/Tard, a^^ent commercial. 
So/iubsr, cullivateur. 
SerWé. a;fent de société. 
Smadis. a^'cnt de société. 



fifartdto tStChalain. propriétaire. 
Da Chalain L., planteur. 
DaChazai 0., agent commercial. 
De Chazel Chamoral. planteur. 
Duchesna, comptage. 
Foctrd R., néROCiaol. 
Focard A., commerçant. 
Ro^caon, agent commercial. 



Sofir Aobert, commerçant. 



Qablou, i^mmerçant. 



Ah-Meng, commerçant. 
Ah-riiu, id. 

MacJiarn, id. 



t,CoogIc 



TERRITOIRES MILITAIRES 



r TEIHUTMRE MIUTAIRE 



2- TaUHTOIRE MUTAIRE 



Ambatondrazaka 
Tsiafahy 
injozorobé 
Moramanga 

Betafo 

Uiarlnarivo 

Marolaka 

Betairiry 

Morondava 



Tananarive (Cercle de) 



/ 



iAnkazobé 
Andriamona 
Movatanana 
Mahavavy 
Maintirano 

I inalalava 

\ Grande Tem 

CERCLES INDÉPENDANTS Sara 

/ Fof^-Dauphfn 

V Tuléar 



îdby Google 



t.GoogIc 



r TERRITOIRE 



Le 1" Ipmtoire mililaire, dont lo cbeMieu est b Hanjakandriana, comprend 
les certies d'AmbatonJrazaka, <t'Aiijozorobi>, de Moramanga et de TUafiiliy. 



ADIliVISTIlATION 



HM. QoDttenëgre, 0. #, lieutenant-colonel (t'infantene de marine, comman- 
dant It Ifrriloire. 

Tralboux, capitaine d'infaDterie de marine, officier-adjoint. 

Ramahatra, #, IS lii-s, gouverneur principal de 1" classe, adjoint au 
commandant du territoire. 



îdby Google 



«b, Google 



GERGIMIEÎE D'MTOmm 



Umitoa — La Trontière du cercle d'Ambatondruaka eut preM|ue partout 
co avAn lie nn elle ; au E>iid, eJJe parae par le mont Ambanivato, laifse Andranorolay 
ïriDlérieuretsedingesiirrivoDokoen passantenIreDîdyet Ivondnnana; à l'eit, 
elle est coastitui'.e par la lixjère de la forêt ; a» nord xa direction est-ouesl part 
d'Ambalahary pour aller aboutir au nord de Tsarataoana; h l'ouesl, elle est 
formée par la Mahajamba. 

Le cercle d'Ambatondrazaka coofine: au nord, falaproviacedeHajuaga.au 
cercle d'Analatava el à la province de Haorantsetra; b l'ouest, aux cercle» d'An- 
driamena et d'Ankaiobé; au sud, aux cercles d'Anjozorobé et de Horani&aga; h 
l'est, aux provinces de Féaérive et de Tamatave. 

OrogrspUe. — De l'Ambavarambato se détache une chaîne ayant une 
direction eéncrale nord-sud. Elle sépare le bassin de la Mahajamba de celui du 
Sahabé. Elle a pour massifs principaux' le VohitrolooKy (l.Zl?"), le Samba, l'Am- 
mixagambo, te Karanatsara et l'Audranopanga. Klle forme ensuite le plateau du 
Tampokelsa . 

Ën're les diverses vallées Tormées par tes nombreux affluents de droite du 
SahHt)é. on trouve une succession de collines dont quelques-unes atteignent une 
asscE grande altitude. Les deux chaînes principales sont: le Uanak&rabolona, 
séparant les vallées de rAudranofotsy et de la l.akana et sur lequel est installé te 

Sosieoptiquc de rAmbohiborona(1.180*') et rAmhohimaudefika [1.250'*), séparant 
a Lakana de l'Andiliimariiininy. 

A l'est une chaîne partant du mont Tziazamboroas et passant h l'est d'Ivon- 
droiana sépare les ba^isin» de l'Ivnndro et de l'Onibé de celui du lac Alaolra. 

Elle est jalonnée par les monts Ankaroka (1.470") et Ambohitsitaadraina. 

Hydrographie. — Les principaux cours d'eau sont: 

Le SahÀbé, qui couledu sud au nord et forme le lac Alaotra; il lerpeate 
dans une plaine marécageuse k peu près impraticable; il reçoit le tribut de nom- 
breux cours d'eau guéabtes k la saison sèche, mais profonds et rapides à la saison 
des pluiea ; 

Le Snmalato, affluent du lac, qui coule de l'ouest à l'est, débitant un 
volume d'eau à peu près égal h celui du Sahabé et se jette dans le lac au nord^est 
d'Ambohijanary ; son cours inférieur n'est pas gnéable, ses rives sont très msr6- 



LaHabqjamba.orientéedusudaunord, qui est unerivière torrentueuse; son 
courant est violent et sa largeur varie entre SOO el 300 mètres vers Ampandrana; 
d'août k décembre, elle est gnéable, mais rendue dangereuse par les roches glis- 
santes du fondpt parle courant; ses affluents de droite sont des torrents dont les 
crues soudaines les rendent généralement infranchissables su moment des pluies ; 

Le Uaningory, déversoir de l'Alaotra, qui coule de l'ouest h l'est ; c'est une 
rivière large et profonde qu'on ne peut franchir qu'en pirogue ; 

Le Bemarivo, qui a une direction sud-est et nord-ouest ; il arrose la plaine de 
Hiarinarivo, passe près de Uaitsokely, s'ouvre une iâsue h travers le Tamponketsy ; 
soncours est alorsenserré par les deux failles de la coupure. Il est grossi • 
gauche parles ruisseaux: Harovalo, Ilamboio. Uaoompy. 

OUmatologle. —La saison de^ pluies donne une température élevée, oaciU 
lant entre 28 b 30* ë l'ombre ; ta pression barométrique a peu de variatioas. Cette 



- Î78 — 

saison est très dure pour les Européens. Ls saison sèctie est très fraîche et res- 
semble beaucoup \ celte de l'Einyme; le^ venU régnants ont une direction nord- 
ouest ; la moyenne de sa tempûrature est de 28 ù 24*. 

Bontés et ToiesflaTiales. — l.a principale voie decommunication est la roule 
de Tanan»rive b Uandritsara; malgré les Iraviiux qui ont été fait», elle laisse beau- 
coup k désirer; des perreciionneinents si-rieui ont été exécutés cette année d'An- 
dranorotsy à Anosimbnhangy, où elle est muletière, mai* elle ne nera carrf<ssable 
que l'année prochuine. 

Ia descente est île l'Ambavarambato va devenir sous peu muletière. 

La région d'Anosimbohangy est traversée du sud au nord parla roule d'Am- 
batoiidrazaka-Uandritsara, en voie d'amélioratioa. A Imerîmandrosa aboutit le 
cbemin venant de la côte Est. 

Les paRS.iges du Uaningory et du chenni déversoir du lac d'Anoi^inibohanKy 
se fuDt en pirogue. Aucun fieuve, aucune rivière ne sont navigables et le lac ne 
sert pas de voie de comoiunicatioa. 

OommsToe. — Le commerce eit entièrement entre les mains des Hovas, qui 
vendent un peu de tout, mais plus particulièrement des toiles et des lambas, 
quelques conserves et des objets de bimbeloti'rie. 

Les toiles et les lambas, qui ëlaient encore, il y a fort peu de temps, entiè- 
rement d'origine étrangère, (anglais ei américains], font place progressivement 
aui produits français. 

Le commerce des peaux de bœufs, de la cire et du caoutchouc (article.» 
d'eipor talion), e-^t encore peu imporlanl. Par contre, il p'expédieen Imerinaune 
grande quantité de poissons secs. 

l^s principaux marchés du cercle ae tiennent k Ambatondrauka et h Imc- 
rimanctroBO. lit, sont très fréquentés par les inaigènes. 

IndoBtrie. — Une fabrique de savon noir et une fabrique de poterie exis- 
tent h Ambatntidrazaka. 

L'industrie miiiiëie est rr-présfnté.e par la société Harrisoiî, qui exploite les 
alluviims aiirilèr>'s des hautes valKes d'Ant^ev-akely et de Marovalo dans le 
Bous-secleiir di' Uiiiriiiarito. 

Agriculture. — Les principales culUire» sont celles du riz, des patates, dti 
manioc et de nombn'ux letçumes mal};airhes ; la cnltun' du riz est de beaucoup 
la plus importante. I.e^i riȏre.s s'itendent ii perK de vue dans la partie nord et 
couvrent une su|ierGcic <i'eniiron 2.0;j4 licclurps. 

Cetle année, les habitants ont eiisemi'ncé beaucoup de maïs et chaque indi- 
gène prépare son champ de manioc cl Me patates. 

Ecoles. — La principale école est à Anihalondraiaka; elle est dirigée par 
un insliiuieur hova provenant de l'Ecole « i.e Myre de Vilers >> et est fréqueDtée 
avec assiduitc par un grand nombre d'élèves. 

D'iutres écoles foiiclioniient sous la direction de gradés on de soldats det 

euilcK. à AnosJmhohati)(y. Ampatakamoron-ny, Imt-rimandroso, Uiarinarivo, 
aro^ato, Anlsetakcly; elles coinpient environ 1.400 élèvea. 

Population. — La population, qi.i s'élève k 10.951 habitants, compte parmi 
elle: S.iW Sihanakas, ïhi Kovas, 440 Sakaiaves et 640 étrangers de races 
diverses. 



ADWItllSTIlATieFI 



HH. FraysM, capitaine d'infanterie de mirine, commandant le cercle-anitexe. 
Boiuwie, lieutenant d'infanterie de manne, ortlcier^djoint. 
^"""*^''", Q h'*, gouverceur principal. 



Chffde indigent 

. BatoUero» canie piiocipal de 1 '* clause. 
H^bort, garde principtil de 3* classe. 
Bellier de VUlentroy, garde principal de i* classe. 



Um DSS COLONS 



BolTMnl. COIOB. i *"«*"''' commerçant 

(MM M • 0>"rt'"- «mmercmil. 

Hoirm.'», eommertml. ! " "'•■•' "Priwal.Ma. >oeléU!. 
Moutin, commerçant. taJi*^ 

Cî"""'.'/!;;'™™;*'""- : «Bna»»». commerçant 

"""•• commerçant | nJSÏ^^, e„iSe,ç,nl 



i Vfrapfn, commerçant. 



«b, Google 



CERCLE DE TSIAFAHY 



XiImitM. — D'une superficie approximalive de 6.SB1 kilomètres, le cercle 
de Ttiiaf&hy & pour limiie* : au nord, le cercle d'Anjozorobé ; à l'eit, le cercle 
de Horsmanfi'a el le territoire des BelHimisarakas du sud ; au sud, la province 
d'Ambositra ; à l'ouest, le cercle de Betafo et le cercle-anuexe d'Arivonimamo. 

OrogTAphie. — L'aspect général du cercle présente des dépressions 

S refondes el nombreuses. Pas de montagnes proprement dites, mais une suite 
e tnameloDs serrés les uns contres les autres et reliés entre eus par des mas- 
sirs rocheux ; de nombreux pics dépassant 1.500 mètres d'altitude entre lesquels 
circulent des rivières au cours siuueui et encaissé. 

Dans le nord du cercle, le sol, argileux, recouvre des afOeurements de 

Ïneiss el de granit, tandis qu'au sud, vers Tsinjoarivo, c'est le basalte qui 
omiDe. On cumpreod qii'iia sol ayant une telle composition soit peu propre k 
la végétation ; aussi tes terres cultivables ne se Irouvent-eîles le plus souvent, 
que flans le Tond des vallées, que feniliseoi les dépôts alluvionnaires. 

I^s principaux points culminants sont : le Latigana [< .Vy> mètres}, au sud- 
est d'Andramasina, l'Hiaranandrina [1.750 mètres], na unrd de Bebengy, l'Am- 
bohihé d'Ambohibazaha et l'Ambohibé (blockaiis Bernhard), situés en forêt 

il. 125 mètres), le mont Amboditîakarana et les massifs de Surobaralra el d'Ambo- 
limangakely, séparant les bassins de la Sahatorendrikael de l'Anibatolampikely. 
Hydro^apbie. — Les principaux cours d'eau sont: l'Ikopa, le Sisaony, 
l'Andranomitraina, aflluenl de gauche d<i pr'kédent et l'Andromby. Aucun 
d'eux n'est navigable; cependant l'Ikopa peut, malgré ses nombreuses chutes, 
fitre utilisé pour lu transport du bois de chauffage cl de cooslruction. 

Routes. — Le cercle eM sillonné en tons sens par un nombre considé- 
rable de voies de communication et de chemins muletiera bien entretenus. 
La route carrossable de la ligne d étapes Ankeramadinika-Ambohimangakely 
est complètement terminée el empieirée. 

La route carrossable Tananurive-Fianaranlsoa est complètement terminée 
'pour le tronçon situé dans le cercle, Alarobia-Behrnjy, et ne demande plus 
qu'à être empierrée. Un pont de tj8 mètres a uté tancé sur le Sisaony, 
tandis que d'autres ponts de moindre diraention l'ont été sur l'Andromby. 

Une iroisièmn route carrossable est en construction dans le cercle, celle 
d'Aakeramadinika k Tsinjoarivo par Haotasoa. 

Les principales routes secondaires sont celles de : 
Tsiafahy à Tsinjoarivo ;. 
Andramasina à Faliarivô ; 
Manjakandriana b Aokatondandy ; 
Uanjakandrinnaà Hantasoa; 
AmbohimHlaza à Antanamalaxa ; 
Anjevu kHanlasoa; 
Tsinjoarivo à Ambodifiakarana ; 
Tsinjoa'rivo è Anjamanga-Moraraao ; 
Tsinjoarivo b Ankafoim-Ambatolampy. 
Climatologie. — Le climat est tempère et doux pendant six mois de 
l'aanéo (mai à octobre), chaud pendant les six antres mois. Il est salubre el 



l'EuropéCR se porte généralement bien. Toutefois, par eoUe du voisiiiage de la 

Ïvaàe foret ae l'Est, le secteur de TsiDJoarivo est plus humide ; celui de- 
iDtftsoa etit humide aussi et plus fruid. 

La température varie ealre T et 18* eo hiver, IS' et 30* en été. 

A^rioultnre. — Les différentes réglons du cercle se prêtent difTéremment 
à l'aenculture. 

Le sol est partout arnleui, avec soos-sol de granit ; mais dans les vallées 
et sur les pentes un peu inclinées ia quantité d'humus est suffisante pour per- 
mettre d'entreprendre des cultures variées, 

Les indif^ënes y cultivent le riz en jurande quantité, te manioc, la patate, le 
maÏH, les hancotâ, la canne à sucre, ainsi que la pomme de terre, dont fa culture 
a pris une eraniie evlensioii pendant cetto année. 

Les arbres friiiliers et les légumes d'Europe viennent pfçalrment dans de 
' bonnes condilioiis, et les essais fails dans les diflerenla Recteurs permettent 
d'espérer d'excellents i-ésultats. Les indigènes eux-mêmes, ayant compris tout 
le profit qu'ils pouvaient retirer de la culture des légumes européens par l'écou- 
lement facile tju'ils en auraient, s'y livrent sur presque tous les points situés 
à proximité des postes occupés par nous. 

Les essais de plantation de blé et d'orge, tentas en 1897 et renouvelés en 
1898 en différentes parties du cercle, ont partout donne cette année de bous 
prodirits. C'pF.t ainsi que dans les secteurs autonomes de Manjakandrlana, Tsinjua- 
rivo, Andramasina, le blé dur de Médéah, semé vers la fin de mars, a montré 
ses premiers épis au commencement de juillet et .s'est trouvé bon à moissonaer 
dans les premiers jours de novembre. 

Par contre, dans le secteur de Mantasoa, le blé barbu de Bordeaux a donné 
un meilleur rond<-menl que celui de Mr-déah. 

D'après ces premiers estais, il est donc permis d'espérer eo l'avenir de la 
eulture tic» céréales dans le cercle. 

L'emploi de la charrue pour le labour des terres du domaine Laborde, k 
Mantasoa, rend d'appr^'ciables services ; cette vnlgarisaiion, qui n'est encore 
qu'à la période d'essais, ne peut manquer de se développer. 

I&duatrie. ~ L'induslric est, comme dans la plupart des autres régions 
de l'Ile, presque exclusivement limitée aux objets communs de consommation 
indigène. 

L'industrie du fer est particulièrement développée dans le secteur de Man- 
tasoa {exploitation de M. Bouts) ; on y fabrique des angady, de la taillanderie el 
de la clouterie. 

L'orse trouve répandu un peu partout dans le cercle, mais en petite quantité. 

L'éducation des vers k soie se fait sur une as.-ez grande'échelle sur plu- 
sieurs points du cercle, dans le sccleur d'Andramasina en particulier; les 
indigènes tissent Icsciotfes de soie, lambas mortuaires et dentelles principale- 
ment, qui trouvent un ilebouché facile sur les marchés de l'Imerina et notam- 
ment il Tananarive. 

Lea industries indigènes comprennent encore la fabrication de la polerie, 
des briques et des tuiles, des produits tinctoriaux, du savon et des chandelles. 

En ce qui concerne l'industrie minière, les concessions de HH. Bouts et 
Sescau méritent une mention. 

La concession de Mil. Bonis, installée k Marorangolra, est prospère et se 
développe progressivement au furet h mesure des moyens dont ils peuvent 
disposer; les ouvriers sont installés conloriablement ; mais l'exploilalion n'a 
pas encore atteint tout son développement. 

Un grand progrès y a été réalisé : les femmes lavaient aulrefois le minerai 
avec les mains, opération difticile et douloureuse; aujourd'hui le minerai est 
lavé au rabot sur un plancher. 

D'autres modifications sont encore projetées telle que l'inslallalioa d'un 
martinet qui penne 1 1 ra ti MM. Boul s d'exploiter directement.' 

Les principaux articles fabriqués soRi : fer en barres de toutes, dimensions, 



barres ^ miae, m&Maes, marteaui, angady, socs el versoirs de cbarruet, fer- 
rements pour porles et fenêtres, etc.. ». 

De mtme, M. Sescaii es établi à l'dUPst d'UraDanrtriana. itan!» te WCleor 
d'Andrauiainii, oii il espKiite une concession aurifère qui est en boaae voie de 
rapport ; STO iiidi){ënes sont employés ^ cette exploitai ion. 

Commerce. — Le commerce du cercle est à peu près exclusivement con- 
ceatrë sur les marchés dont queitiues-uns, hebdomadaires, sont très imporlsnts. 
Us sont alimentés par ied produits de ta région et surtout par les importations 
de Tananarive. La poterie, les nattes, les instruments de culture et les outils sont 
généralement fabriqués dans te pays ; tes principaux articles d'importation 
d'Europe sont ; la quincaillerie, la chtiussure, la cnapellerie, les toiles, coton- 
nades de couleurs, etc. 

Le commerce des bœnfs, très atteint par la périnde insuirectionnelle, 
reprend peu à peu et les troupeaux sont aujourd'hui en bonne voie de recons- 
titution. 

Ensei^emeat. — L'enseittnemeat est donné dans 3tt écoles orflciellei 
dirigées chacune par un instituteur sortant de l'école normale « Le Myre de 
Vilers» de Ttinanarive et fréquentées par 4.001 élè\es, earçoQs el Qtles. En 
outre, 106 écoles libres catholiques ou protestantes, fréquentées par 13.6B4 
élËves, sont dirii^ées par des in-^tituteurs ou inatitulriccs indigènes. 

Population. — La population tôialc dn cercle de Tsiufahy accusée par le 
dernier recensement est de 1 15.277 hatiitants, se répartissant comme suit : 

Maujakandriana W.Sn 

Ao'iramasina 30. 117 

Taiiijottrivo i3.200 

Haotasoa 34.843 



ADMINISTRATION 

MH. ZjftTOisot, #, 0y chef de bataillon d'infanterie de marine, commandant le 
cercle. 
Bnmet, lieutenant d'infanterie de marine, chancelier. 
Vargoz. lieutenant d'infanterie de marine, ofQcier de renseigne me nls. 
BasaÛndrainibe, 14 hrs, gouverneur principal de 3* classe. 

Culte 6t EnsfflgnsmoDt 

Mission proteitante tnutfaiie 
liM. Iianriol, missionnaire et instiluleur. 
Delord, missionnaire el instituteur. 
H"* Bouaieâu, institutrice. 



Garde iadigàne 

_ . „ . i" classe. 

Jamiucs, génie principal de S< classe. 



MH. Segui, garde principal de 1" classe. 
MS, ganie ' ' * ■ — - 



LISTE DES COLONS 



Sout>, colon. I ' "^ ' 

n.P. Oa/pauofi, missionnaire. I -, ... -, ^ ->...*'!*''"'''** 

Mord, ftoloo. j ScM»wia. débita nt. 

QAbourlaiid, colon. * 1 nalMa 

Smmu, colon. ' NIgro. débitant. 



■,:cc.;,C00gIC 



Ziimitea. — Le cercle d'Anjozorobé. dont la superficie peut être évaluée à 
envinia 2.400 kilomètres ca^^■s, est enclave entre Ips cercles tte TsiaTnhy el de 
Horatnangii. doni il n'est séparé que par des limiles cunventionneKos el par 
ceux ^'Ambatondrazaka, d'Aiikazoné, el le territoire de TanannrJve, dont il est 
sépart' par le eoiirs de la Mananla et par une ligne jalonnée par les sommela de 
peu d'importance aboutissant h Ampouerana, la chaîne du Baku et les monts 
Langana. 

Le cercle d'Anjosorobé correspond à peu près b la division administrative de 
l'ancien gouvernement hova, connue sous le nom de pays Mandiavalo. 

Il e^t habité par les Uandiavatos el aussi par quelques Tsimahafutsy. 

Orographie. — Les j)rincipHui mouvements de terrain que l'on trouve 
dans le uercie ont une uHitude moyenne de 1.600 mètres. Les deux plus impur- 
lants sont celui formé par le Kilongy, le Franlsy, l'Ambalonosy, la Ma»oinanga 
et l'Ankazoandrano, qui sépare le liassiii de l'ikopa de celui de la Belsjboka et 
celui qui se trouve entre le bassin de la Mananara el celui >lu Jabo (In Uarianara 
et le Jabo peuvent être regardés, l'un et l'autre, comme formant les sources véri- 
tables de la Belsibuka). 

Parmi les aulres soulèvements montagneux il faut signaler: 1* ta chaîne de 
l'Amtioliit!.ilHkatra où se trouve l'Adomitra, qui est le sommet le plus élevé de 
(ouïe Ih région (I.6S0 mètres). 

2° La chaîne de l'AmpumohijanKova, qui sépare les vallées de la Hananara 
et de la Uanunia sur nn assez long parcours. 

3* La chaîne du Tsimanabi ri voira, qui sépare la Mananla de la vallée de la 
Lakazaiua. 

La ligne de crëles qui est converle par la forêt de l'Est forme ta ligne de 
partage eutre la vallée de la Uananara el celle du Uangoro. 

Hydrographie. — Le pays Mandiavalo est bien arrosé par des antuents de 
rikopa et de la Betsiboka. La Mamba, tributaire de l'Ikopa. prend niiissanoe dans 
le cercle, qu'elle quille après un parcours circulaire d'environ 20 kilomètres. La 
Hamba et ses nombreux arauents traversent un pays riche et très fertile 
dans la partie sud du secieurd'Ambohiiroloniahitsy. 

La Mananarn, qui appartient an bassin de la Betsiboka, traverse le cercle 
dans plus de la moitié de sa longueur; sa vallée ouvre de larges étendues de 
rizières et de riches Iota decoloaisatioii, mjiselle n'est pas navigable el les gués 
aont très rares. 

Les chutes de la Mananara sont nombreuses el faciliteront plus tard l'instal- 
lation d'industries diverses [minoteries, rizeries, scieries, etc., etc.). 

Ses principaux aiUttenls sont : 

l" Sur la rive droite: 

La Hananta, rivière torlueuse qui traverse el arrose des terrains propres à 
h colonisalioD dans les régions de Taoifotsy et dans celles de Morafena, d'Ambo- 
ropotsy et d'Ambohipanompo ; 

La Lukazaina, grossie ue la Misanjy, qui serpente dans un pays de pAturages. 

2" Sur lu rive gauche : 

La Soavinaky, la Sahasarolra et l'Andranobé, qui, ii sa sortie du cercle, 
pread le nom de Jabo. 



.c; 



t>OQlC 



Aspect gtaâral du payi. 
Ds la vnlIÉe du Jabo, on daoE 

Dans la première, on rencontre, corn me en Einyme, la terre srgileuse recou- 
vrant nn sol rocheux composé de schistes et rie qnarlz; beaucoup de rncbes 
émerseiit k la nurfHce du sol ; le terrain n'est cultivé que dans les baFi-fonrfs et 
près des rivières. Le pavs, très tourmenté, présente une série de petit» plaieaui k 
pentes rapides, qui rendent très diflicile la coostruclion de voies carro!>sables. 

Dans la vallée de la Mananara, le pavs est aussi difficile, maÎR le sol est 
meuble et laisse pénétrer facilement l'hum'idiJé entretenue par le voisinage de 
la forËt. La fertilité de la vallée de la Hananara a une réputalion justifléei de 
nombreux lots de colonisation ont été délimités dans cette région. 

Des bouquets d'arbres et des petits bois donnent i cette vallée une physio- 
nomie assez pittoresque, et beaucoup moins monotone que dans les autres par- 
ties de l'Emyrue. 

Olimatologie. — Au point de vue climatologique, on ppui diviser le cercle 
en deux rt-i^ons dislincies: la premiéi'C, cumprenant tout le pays situé le long 
de la Torët de l'Est ; la seconde, le pays eloisné de celte forêt. ' 

Dans la première région, celle qui borne la forêt, on constate des périodes 
humilies et sèches d'une durée de *, 6, 8 et même 15 jours qui se succètlpnt 
alternai ivemenl. Les cultures n'ont donc pas à souffrir d'une sécheresse prolon- 

Sée. La pluie et le brouillard sont dûs à la proximilé de la grande chaîne boisée 
e l'Esl. 

Malgré 1 humidité de cette région, le climat y est sain, sauf dans la forêt, 
où l'on gagne les germes de la lièvre, si l'on y fuit de longues marches et sur- 
tout si I on y paf:se la nuit. 

La deuviëine région, plus éloignée de la forël, est moins bumide; cependant, 
de lemus à autre, les vents d'csl amènent des broulKurds qui se Iransformenl en 
une pluie fine et très froide; les journées sont ordinairement belles et cbaudes, 
mais le soir la température s'abaii-se beaucoup. 

La température mo\enne de la région oscille enlre 14 et 20 degrés. 

Les Européens qui hahitent le cercle d'Anjozorobô se porlent bien ; mais les 
indigènes y l'ont quelque peu éprouves par les fièvres et aussi par uno dysenterie 
heureusement assez bénigne. 

Di-visions admlnistrfttiTeB. — Au point de vue administratif, le cercle est 
divisé eu auatre secteurs dont les chels-lieui sont; Betatso, Ankasondandy, 
Anibohitroiomahitsy, Anjozorobé. 

Le commandant du cercle administre directement le secteur d'Anjozorobé, 
qui est le plus important. 

Oonuneroe. — Le commerce est entièrement localisé sur les marchés, qui 
sont hi'bdodiadnires. ou joumnliers. Les premiers sont dc< sories de foires 
attirant un grand concours d<' population ; les seconds sont établis ii a porte des 
villages. On v trouvet l" les objets fabriqués dans la colonie (ustensiles de 
ménage, meubles, outils, bougies, savon, elc.) ; S* les objets apportés d'Europe 
(lambiis, miroirs, pxrfumerie, quincaillerie, articles de Paris, etc.); 3* les pro- 
duits fournis par la mine en valeur du sol [denrées nécessaires ë l'alimeotatiODJï 
4* des bœufs, des moulons, des porcs, des animaux de basse-cour. 

Un Européen pourrait s'installer ivec avantage dans le cercle pour y vendre 
des toiles ou y acheter des cocons de ver h soie et de ta cire. 

Une succursale de ta maison Fontoynont-Juuchoux, de Taaanarive, existe k 
Anjosorobé. 

InduBtrle. — A part la tannerie d'Alakamisy, qui est seulement en vote de 
reconstruction, il n'exisle que de petiles iudusiries locale». 

Be^iucoup de femmes savent tisser la soie et le coton et confectionnent des 
lambas. Cerlains tamhas mortuaires en soie sont d'un prix asset élevé, variant 
eotre 50 ou 1^0 francs. Le» lambas de colon servent de vêlement. 

Elles se livreul également à la confection du jabo, titoffe composée de n&a 

, ,,■... Ca>oqIc 



et de fils de cotoa tirés des pièces de toile d'importatioD, de la dentelle, de^ 
rabane», des tricots, etc. 

Ambodifahitra confectiouiie des souliers légers et à Iscets. 

La peausserie, lasparterie, la poterie, la briqueterie et la tuilerie, occupent 
«>éCTalement quelques villa^s. Les ouvrages eo 1er, outils, serrurerie, clouterie, 
(erblaTiterie, se fabriquent surtout k Anjonorobé et Amhatomainty ; le charbon de 
bois en plusieurs points. 

L'élevage des cocons de vers à soie se fait à peu prés partout. La cire et le 
miel sont la spécialité de Vaogamanitra et d'AIakamisy. Le savon indigène, mélanf^ 
de suif et de la cendre d'un arbuste appelé » foar tabac », la chandelle de suif, 
le sucre de canne non raffiné, les iastrumËnts de musique indigènes, ta fabrica- 
tion des cigares, comptent encore an nombre des industries locales prospères. 

On compte dans le cercle quelques onvricn> d'art pnrmî lesquels se trouvent: 

40 charpentiers, 40 maçons, 10 crépissiers, 20 forgerons, 6 briquetiers- 
luiliers (tous les indigènes font de la brique crue', IS tailleurs de pierre. 
tO scieurs de long, 2 peintres en bâtiment. 

Agrionltore. — La culture principale est le riz. 

Les essais faits sur les céréales (blés, avoines, sarruzîns] ont donné d'excel- 
lents résaltals. 

Les cultures secondaires sont le manioc, les patates, le maïs, les haricot», 
les pommes de terre, le tabac, la canne a sucre rt 1rs légumes de France, qui 
commencent kprendre une certaine extension. 

. Suivant les saisons on trouve les fruits ci-après: bananes, goyaves, nèfles, 
aoanas, oranges, citrons, mangues, grenades, raisins el quelques pèches. 

On trouve aussi quelques caféiers el des milriers; c'est une culture k 
encourager qui. serait, sans nul doute, une source de revenus pour la colonie. 

Des semis et des plantations d'eucalyplus et de lila^ ont été faits un peu 
partent. 

Les pépinières fondées jusqu'à ce jour renferment surtout dos essences 
horticoles et quelques essences forestières. 

Les mesures prises pour la reconstitution des troupeaux ont déjà donné des 
résultats appréciables, mais le nombre des bétes à cornPs est encore inférieur à 
ce qu'il était avant l'insurrection. Les ressources en animaux de boucherie sont 
les suivantes: 

a. 8.000 tètes de la race bovine; 

b. S.SOO tètes de la race ovine qui, croisée a^cr Ih race mérinos de Ram- 
bouillet, donnerait sûrement d'excellents produits. 

c. as.SOO tèles de la race porcine. 

Le nombre des chèvres est insignifiant. 

Les animaux de basse-cour pullulent; on trouve presque partout canards, 
poulets, oies, dindons, pigeons, lapins et quelques pintades. 

Los perdrix, cailles et canards sauvages existent en grande quantité^ mais le 
gibier à poil fait absolument défaut. On trouve quelques sangliers qui ne sont 
probablement que d'anciens porcs redevenus îi i'otal sauvage. 

II y a aus.<i quelques fines de petite taille, très vigoureux, mais peu de che- 
vaux . 

ForAts. — La grande forât de l'Est peut être exploitée industriellement et fonr- 
rin les bois de construction nécessaires aux Européens de la circODScription. 

I-es essences que l'on y rencontre sont ; le hazomcna, lu voambona, le ramv , 
le varongy, le lalona, le maraisany, le mcranu, le varongy-mainty, le vinlanina, 
le famelona, le rotra, etc. etc.. 

On y trouve aussi une espèce particulière de caoutchouc. 

Oolonlsfttion. — Les renscigoemcnts que l'on vient de lire montrent que la 
vallée de la Mananaraest, par excellence, un pays de colonisation. 

Elle comprend la majeure partie des .59 lots de colonisation qui ont été 
déterminés dans la région et se trouvent près de la roule carrossable du -Nord. 

, C.OO.;lc 



Descolons fniDçaiR ont déjà commeocé rexploitation de plusieurs de ces lois. 

MM. Souhaité, Cap, Ribière, Gassin, Aché, R.P. Crancq se sont iustallés sur 
quelques-nas d'entre eux et d'autres colons sont attendus d'ici peu de temps. 

L'piplottalion d'un des lois di^ coinnisulion a clé confiée à deux noldaU d'io- 
fantPrie de marine, les noniniésSoria cl Anton, et porte le nom de. «Colonie 
militaire d'Analatié». Les résullats acquis ont dépassé tontes les espérani-es et 
bientôt le terrain cultivé par ces dcun soldats sera l'un des lois les plus ricbes 
et les plus prodiiclifs de la vallée. 

Ils possèdent un troupean de 117 boeufs el vai^hes, uoe belle porcherie et 
une superbe basse-cour. 

Plusieurs heclams df! terrain ont été défrichés et préparés pour ta cullure 
des céréales ; celle de la pomme de terre est faite en grand à AnaJabé. 

Les fonds nnarécageux qui se trouvent dans la concession ont élê Iran»- 
formés en rizières. 

Nos colon*) militaires n'ont pas oublié le reboisement ; ils ont préparé une 
pépinière oti l'on trouve do nombreux Itius, bibassiers, mûriers, pécbers, 
cafeiiTs. etc., etc. 

A côlé cl un peu au nord de celte exploitation, s'étend sur les rivea de la 
Mananara, le domaine de la Croix-Vallon, d'une superficie de 2.500 heclares, 
dont 1. 300 hectares de forël et 1.^00 de terrains de cullure, appartenant h H. 
de Lacroix de Laval et exploité sous ta direction di- H. Souhaité. 

Son personnel européen comprend, outre le directeur : 

i caissier comptable; 3 agents d'exploitation; t conducteur de scierie; 
1 ajusteur mi^canicien ; i nialire charron carrossier ; 1 mallre menuisier ëne- 
nisle ; 1 maître forjieron maréchal : S malt res charbonniers cuiseurs; I jardinier. 

Les travaux sont commencés très acUvemeni, tant au point de vue foreslier 
qu'au point de vue affricole, depuis le mois de juiltel. 

Un important matérifl de sciprie i> vapeur sera bientôt rendu sur les lieux. 
Deux locomobiles du svstème DClaiinay-BcUevilIc actionneront deux scies circu- 
laires ou leurs aixessoures (raboteuse, toupie, machine à rainer, etc.). 

La concession l'oreslièrtt esl excessivement riche en bois de construction, de 
menuiserie et d'ébénislerie. 

Les coupes sont faites comme en France, c'est-à-dire par « vente», ce qui 
permet de laisser les petits arbres et d'empêcher la destruction de la forêt. 

Les deux maîtres charbonniers ont fait des essais de charbonnatçc qui ont 
réussi. Les bois veris comme tes autres ont pu être utilisés en raison de la 
présence d'essences résineuses. 

Les gros arbres, nombreux surtout dans le fond des ravins, varient entre 
0» 30 et i mètre de diamètre et donnent des fûts très droits atteignant jusqu'à 
fO ou 12 mètres. 

Une espèce particulière de caoutchouc se rencontre également dans la partie 
de torét enclavée dans le domaine; (tes spécimens ont été envoyés en France 
pour examen. 

Des constructions à l'européenne potir les employés ont été faites sous la 
direction d'un entrepreneur français ; les bâtiments sont en briques cuites avec 
couvertures en toiles. 

Les 150 ouvriers employés par M. Soubailé sont tous volontaires; ils ont 
construit un village régulièrement tracé et dans lequel chaque indigène a un 
carré de terrain cultivable el une part do rizière. 

Dès que la scierie à vapeur sera inâlallée, le directeur se propose de tenter 
des essais agricoles sur les plateaux voisins, dont le terrain parait oevoir se prêter 
admirablement ii la culture des céréales européennes. 

Le domaine de Croix -Vallon sera, sous peu, relié à la roule du Nord nar un 
embranchement accessible aux voitures, d'un développement d'environ 1^ kilo- 
mètres, qui franchira la Mananara sur un pont de chevalets de 42 métrés de 
longueur. 

'Voiei de oonuttunioatlon. -— Le cercle d'Anjoiorobé est traversé du sud aa 
nord par une route carrossable kilométrée. 



■,:cc.;,C00gIC 



— âS-i - 

La première partie est terminée jiiiiqu'h Anjoiorobé. 

La seconde pariie de la roule est actuellement en construction ; lorsqu'elle 
sera complètement terminée, la route totale aura ud développement approxi- 
matif ite 123 kilomètres. 

De cette grande route, se détache, à Antoitomuro, un peu an sud d'Ambo- 
hidrabiby, vers le 16* kilomètre, un tronçon de route ca^ro^Bable qui dessert 
Soavinimerina et rejoint In roule de Tananarive à Vohilena par Ambohimanga. 

La route carrossable de Tananarive it Voliilena traversera la région sur un 
développemeot de 2S kilomètres. 

b'Analabé part une route muletière, conduisant aux tanneries d'Alakamisy 
et d'Andranomodio (développement approximalir: huit kilomètres). 

Entre Analabé et Nossi-Vola, eft la nouvelle route carrossable conduisant 
à la coDcession d'Amboasary (développement approximalif : 12 kilomètres]. 

Enfin, â 10 kilomètres au nord d'Aujozorobé, une route muletière, actuel- 
lement en conslmclion et destinée b être transformée eu voie carrossable, relie 
Betstao avec la grande ruute du Nord, près du poste de Morafeno. 

Tous les points principaux de la région, grands centres, localités importantes 
et poales militaires sont reliés par de nombreux chemins accessibles aux inulels. 

Les rivières et les ruisseaux qui arrosent le cercle ne Kint ni navigables, ni 
OotlabieE. Des pooceaux ont été aménagés pour les cheuiins muletiers. 

Gommimlcations postales et télégraphiques. — Anjoiorobé est relié Ji 
Tananarive, à Manjakandriana, à Ambatondrauka, à Vohilena et aux chefs- 
lieux de secleur du cercle, par clés tsimaniloas bi -hebdomadaires. Les communi- 
cations rapides se font au moyen de la ligne optique Tananarive-Ambatondrazaka, 
qui passe par Anjozorobé. 

Population. — La populalinn dti cercle -est d'environ 60.000 habitants 
inégalement répartis sur son étendue ; dense dans la vallée du Hamba et dans 
la haute vallée de la Hananara, elle est très disséminée dans la partie nord, qui 
est la plus éloignée de Tananarive. 

Elle se compose de gens de l'ancienne caste Boble, de Hovas et d'affranchis. 



tBUniSTRtTlOii 

MH. Poumt, #, chef de bataillon d'infanterie de marine, commandant le 
cercle. 
Lefebrre, lieutenant d'infanterie de marine, chancelier. 
Haye, lieutenant d'înfaolerie de marine, officier de renseignements. 
Andrunabiby, ii hrs, gouverneur principal de 3* classe. 

Qarde Indigène 

M. gftlnt-Paul, garde priDcipal de 3* classe. 

lim DES COLONS 

j^.,^-^,, i Dtwagtmaker, conducteur de scierie. 

"~^"' ] Qlf,guil 

Barreau S., forgeron, maréchal. : Haran, menuisier ébéniste. 

SarrféL.. ctiarbonnier cuiseur. ! KvnU-OttsVllon, c(}\oa. 

Bomm^rtin, Jardinier. I Lam6«rt, charbonnier culseur. 

Cap, colon. , Hirohand. acenl. 

CAampaufiat do S»rjaa, colon. | Rittlarn, cûlon. 

OhMmoni, commerçant. Houm»i, ajui^teur mécanicien. 

R. P. Cntneq, missioaaaire apostolique. | SouhaHi. colon. 

DityMu E„ ifBnt. I Ttlllat. charron cirrossier. 



^AlOglc 



GEBLE-&1EE DE lORAIANIli 



Situé entre rimeriua à l'ouest et le pays betRimisaraka à l'est, 
|p cercle-annexe ilc MoramaDga est isolé de cesi i1ei)x régions par deux prorODdes 
forfilii- It commence à ta f^rande aréle Tafliëro de l'Ile, comprend dans le sens 
do la largeur la vallée du Manfioro, les hauteurs limitant n l'e^t le bassiu de ce 
fleuve, et s'étend d'nne manière inégale but la partie supérieure des petits 
flenves Iribulairea de la mer des Indes. Au nord, sa limtle esl im peu en de^a 
de la ligne de partage des eaux séparant l'ivondrona, la rivière dn lac Alaotra, 
du Mangoro, qui a ainsi la plupart de ses sources dans le cercle d'Ambatondra- 
zaka. 

Au sud, aucun accident géORraphioue remarquable ne sf^pare la région très 
tourmentée et très boisée de Lakala de l'arrondissenient d'Anosibé. 

Le Mangoro, coulant du nord au sud, l'arrose dans tjute sa longueur, et la 
ligne d'élapes le coupe de l'est à l'ouest, perpendiculairement à la direction de 
ce fleuve. 

Administrativement, il est entouré : à l'ouest par les cercles de Ti'iafalij et 
d'AnjoEorobc, au nord par te cercle d'Ambatondrazaka, h l'est et au sud par le 
territoire des Belsimisarakas du Sud. 

Les Bezanozanos, race inlermédiaire erilrcleR Betsiniisarakas et les Hovas, 
habitent celte région, à l'eiceplion du sousi-seclcur de Lakata, peuplé par les 
Betsiinisarakas, que (te vieui liens administratifs noissenl aux Reianoxanos. 

De prime abord, la grande plaine du Mangoro parait être une région agricole 
des plus privilégiées, tant à cause de l'heureuse disposition de ses plateaux unis, 
contrastant avec l'inextricable chaos de mamelons, de ravins et de collines, 

3u'on trouve ailleurs, au'k cause des déj)6tN alluvidonaircs et de l'épaisse couche 
'humus dont elle est recouverlc- Quoique cette couche n'atleigne pas, dans la 
vallée du Mangoro, l'épaisseur qu'on serait tenté de lui attribuer et ne dépasse 
généralement pas trente centimètres, le sol, pris dans son ensemble, est 
naturellement plus fertile que celui de l'Imerina. La région jouit en outre de 
l'inappréciable avantage d'une température moyenne, sans brusques variations, 
ne connaissant pas plus les chaleurs excessives de la zone cAtiëre que les basses 
températures de 1 Imerina. 

Dans la vallée du Mangoro, le thermomètre oscille entre 1& et SS* dans les 
diverses saisons et ne varie guère que de quelques degrés entre le jour et la 
nuit, 

Agriculture. — Les indigènes cultivent avec succès et sans grands frais le 
riz, le manioc, les patates, le tabac, dont ils exportent en Imerina une certaine 
quantité, et presque tous nos léj^umes d'Europe, qu'on a répamdus par tous les 
movens possibles dans le pays nu ils réussissent généralement bien : notamment 
les naricots, les navets et ta pomme de terre donnent d'excellents résultats. 

[xa villages voisins de la forêt, surtout de la forêt de l'Est (réeion de Oidj) 
se livrent à l'agiiculture, dont ils retirent, par des procédés primitifs, une partV 
de leur subsistance. 

Enfin les villages de la ligne d'élapes se sont adonnés à la culture du café 
et des etforts vont être faits cette année pour donner une grande extension à la 
culture de ce précieux arbuste, qui réussira dans le pays, h. en juger du moins 
par les quelques phutations qui ont été faites autrefois et qui sont très prospères. 

Mais pour le moment, le pays bezanozano est surtout «ne région d'im- 



)G, ptrUnt d'élevsffe. Sous ce npport il est excfiptionneUtiDfiBt 
s pri*iléffié, le colon européen n j étaat pas géaé par les droita 
et) iDdigëoes, qiii sool peu nombraui et groupés par villages. 



menses p&turagefi, partant d'élevas 
bien situé et très pri*iléffié, le cof 
et lés réserves des iDdigëoes, qui sont peu'nombrâui et groupes par villages. 

La ({rende forél de i'EM de Madagascar re'ïouvre lotite la partie orienLale du 
c^rcle-annese de Moi-amingi. Le« richusse^ dp celte forêt sont trop connues et 
ont élé décrites trop de r<ii> pour qu'il huji utili^ d'en parler avec déluils dans 
celle Dutice succinclc. Des scierieâ hydrauliques pourmieul facilement y être 
installées près de la ligne d'étapes dans un but d exploitation et d'eiporUUoa 
des principates essences. 

De temps immémonal, les indigènes se sont servis des plantes et des trbres 
tinctoriaux qu'on y rencontre, tels qoe le oalto (rouge) le Ulona (noir) et 
l'indigo ;bleu). 

Indottrle. Commerce. — L'industrie indigène est limitée à la fabrication 
des nattes, de^ mbanes, de' la poterie commune, du sel artificiel (sira hwo, 
oblenii |iar le lavage des cendres il'iin grand ai-bre appelle anivohd) et des 
planches débitées à la hacbe. Dl>s scîerie^s de long ont etc installées k Anala- 
mazaolra et à Horamanga. 

EnBn, une tuilerie et une briqueterie fonctionnent régulièrement h Hora- 
manga. 

Le commercé se concenlre sur la ligne d'étapes et comprend principan- 
ment les denr^s alimenlaîre^, la toilerie, le vêtement, comme importations. 

Les exportations couMi>leul suriuul eu nattes, rabanes, peaux de bceitft, 
tabac, café, eti:. 

Bontés. — La viabilité, qui est pour l'avenir du pays un gage de prospérité 
et de progrès, a élé l'objet des soins constants dn l'autorité pendant les années 
1897-9R. 

Indépendamment de la route carrossable Analamazaolra-Andakana, de 
bons cbemins muletiers relient maintenant, entre elles, les loca iti>s suivantes, 

I* Horamanga- A m bohibeladina-Amboasary-Andaingfr-Autani.iienakel; (cer- 
cle d'Ambatondrazaka) 

2* Moramanga-Bcuarasy ; 

3* HoramsnKa-Lakala ; 

4* Bt'parasy-Sahotsy-Maodial&za; 

!l*Ampasimpots.y-Analabé; 

6* Henmitalra-Murovato. 

Dans peu de mois, ta plupart de ces cbemins muletiers seront Iraaifonnés 
en routes charretières. 

Les premiers éléments d'inttruciion primaire ont été propagés avec le pins 
de rapidité possible par Ib l'coles comptant 1.065 élèves des deux œxes. 

Eu résumé, le pays be/anozano est appelé à un certain avenir, gr&ce à ses 
nombreuses ressources nsInrelleB de toutes sortes, agricoles surtout, qui sont 
de beaucoup les plus imporlaiHes; seul le manque de main-d'œuvre restera 
longltmps encore une entrave à la rapidité de son développi'ment. 

Population. — La population s'élève à 12.:i50 babitants. répartis c 
suit dans les xecteurs : 

Secteur de Horamanga T.SM habitants 

— Sabotsy 2.573 — 

— Harovato 2.0T8 — 



utunismnoii 



MU. H«lll«rd. capitaine d'infanterie de marine, commandant le cercle-uinexe* 
Talay. lieutenant d'infanterie de marine, ofdcier^joint. 
Rsssfy, gouverneur principal de la province Beiaaosaao. 



■..Google 



Travatiz pnlllos 



: travanx de la Hsodraka. 



Oarâe ia^ne 

:. Ptrtlii, inspecteur dn 3* classe. 
Saulaii, garde principal de 4* cloRse. 



LISTE BES COLONS 



I UzufMU, commerçant 
LwKtM, employé de commerce. 

Htuffiln, coramerçMit. *»!■• 

OttMvl, id. Ah-W9ni. employé de 

Rofvl, éleveur. Ah-Yune, commerçant. 

Roux, id. Cham-Sani, id. 

nibooilal», employé de commerce. Sam-Chim, id. 



îdby Google 



2* TERRITOIRE 



.Lo S* territoire, dont le cbef-lieu est à So&vinandn&na, comprend les ( 
des de Betsfo, de Miarinarivo, de Marolake, du Betsiriry et de HoroDdava. 



iOlINISTUTION 



MH. SaoUlon, #, colanel d'inTanterie de mariEte. commandant le territoire. 
Bontsloup, lieutenant d'infanterie de marine, officier- adjoint. 
(Mule, lieutenant d'infanterie, officier de renteignements. 
BuiUly, 14 honneurs, sons-geuverneur indigène. 



îdby Google 



«b, Google 



Limiter — Le cercle de Betafo compreod sii secteurs: les secteurs de 
- BeUfo, de RamaÎDandro, d'AmbatoUmpy, d'AnUirabe, de Hidongj' et d'Inta&lo- 
naiia. 

Le cercle est limité : au aord, par une ligne de crêtes séparant te buasia de 
rOnibé de celui du Kilsamby (province attenante au Norn, cercle d'Arivoni- 
mamo) ; k l'est par la forêt de la Beïtsaniisolra ; au sud par la montagne de 
VoromI ola ; vers le iiud-ouest par la rivière Mangoky. affluenl de la TairibihiDit ; 
à l'ouest par une ligne conventionnelle sensitilemenl parallèle à la montagne 
Fiboarana, sur laquelle est placé le poste optfque d'Analiudirano. 

Orographie. — 'Le pays est très inontaeneux et volcanique. Les princi- 
pales chaui es de montagnpN sont: l'AnliariiIra au nord et h l'est du cercle, 
dont le sommet, Tsiafajavona, atteint 2.600 mèrres. l'Ambohimanoaiaka, dans 
le secteur d'AmbatoIunipy ; le Valovorona et l'Iakiana, dans le set^teurd'Antsî- 
rmbé ; le V^hibé et le Lobuvohilru dans celui d'InanatonHiia. 

Ad centre liu cercle les niontaKnes tes pUi^ connues soni : l'Iavolta h l'est, 
l'Ilrilriva au sud-est. la Vohiuialaza, la Maodrailavitnt et l'Iolioisîntty ko sud, 
la Vorombola au sud-ouest, t'Ilivaà l'ouest, la Bodoba au nord, rAmbobilsan.- 
pana et la Pasina au nord-est. 

Toutes ces montagnes sont très élevées, et complètement dénudées pnur 
la plupart. Il paraîtrait qu'it une époque ancienne, ces moulagnes furpul cou- 
vertes de forêts; ce qui te prouve, c'e>t que lorsqu'on creuse leur flanc on 
rencontre souvent des raciues énormes. Les habitants auraient détruit ces 
forêts par le feu, aSn d'enlever aux nombreux ennemis qui venaient les attaquer 
les moyens de se cacber et de tomber sur eux à l'impruvisle. La plupart de 
ces mo'nt^nes sont d'origine volcanique et montrent des amoncellements de 

f rosses pierres basaltiques disséminés un peu partout. On remarque en. outre 
environ 2S kilomètres de Belafo, ie lac Ilritriva qui ee trouve dans uâ aocien 
cratère de volcan. De nombreuses sources thermales se rencontrent dân^lcs 
environs dé Betato et d'Antsirahé. . -: : ' 

A Banomafana, village silué près de Retafo, la source a une tempêràtâA 
de plus de 55*. A Anlsimbé se trouvent plusieurs sources^ la plupart soiît 
chaudes et sulfatées-soiliiiues, ou ua peu sulfureuses, ce qui indique le vrasi- 
nage de soufre ou de sulfures. 

Les cendres de certains roseaux dans Ipb environs d'Anlsirabé et de Betafo 
fournissent du sel, qui sert h la consommation des habitants. La présence de 
chlorure de sodium dans ces végétaux porte h croire que le sous-sol doit 
contenir une certnjne qiiantitr de sel gemme 

Peut-être égalomenl exisle-t-il à Anlsirnhé des gisements de pl&tre, car on 
y rencontre des sulfates de luagnésie, de soude et d<- chaux. 

L'or euste a Anianifutsy, où l'exploitent MM. Bollurd et Salomon. 

Hydrogrraphie. — Le cercle est arrosé pr.r des cours d'eau qui se trans- 
forment pour la plupart en torrents impétueux à la saison des puits ; de nom- 
breuses cascades sillonnent leur cours, mais ils sont guéahles à toutes les 
époques de l'anoée. Les principaux sonl : le Kilsamby (secteur de Ramainan- 
' dro),<lui descend d'un desconlreforlsderAokaralra, le Lobalambo. dans le scj;tciir 
de Belafo, le Hangolty, riviire non gnéable, infestée de caïmans,' qui se' trOQVfe 



daosle lecteur de Hidongy et va se jetpr daas la TsiribitiiDai l'AndransaimB- 
bamasiaiB, qui traverse te secteur d'tDunatoDana et la Hania, qui eD farine la 
limite au sud. 

CUmfttologie. —Le climat do Betafo rappelle celui des paj>s tempérés; 
la température peut baisser pendant la saison d'hiier jusque dans les environs 
de zéro et on a pu y constater de la geliie bknche. Toutefois, si la ipmpérature 
pendant les mois de juillet k novembre est relativement froide. Je matin et le 
soir, dans raprës-midi elle est assez élevée pour nécessiter de la part des Euro- 
péens le port du calque, au soleil. 

Les variations de température, très sensibles, peuvent atteindre dans la même 
journée de dix à quinze degrés. Des brises conslaotes BOufflent du cOté du oord- 
est, 01 les pliiîei sont beaucoup plus fréquentes le soir ou la nuit que le maân 
ou dans la journée. 

Certains poiots du cercle Hont réputés pour être très fiévreux : tel Inana- 
lonsna et ses environs; le reste du pays, au contraire, paraît très sain. Il sera 
possible de créer à Antsirabé un snnaCoriura pour permettre aui Européens 
fatigués de venir se reposer et reprendre des forces et la présence en cet eadroit 
de sources thermales tout II fait analogues à celles de Vichy contribuerait saus 
doute au rétablissement rapide des malades. 

Gosuneroe. — Le commerce du ci>rcle de Betafo est localisé dans les 
secteurs de Belafo. d'Antsirabé el d'Ambatolampy ; dans le» autres secteurs il 
parait Stre presque nul. Les principales marchandises vendues dans les secteurs 
de Betafo, Antsirabé et Ambatolampy sont déliillées sur les marchés et se 
bornent aux articles d'alimentation, aux vêtements indigènes ou aux ustensilns 
de ménage. 

Les bœufs se vendcal de 3S h (00 francs suivant la taille ; OQ trouve éga- 
lement le porc, le mouton t-t la chèvre. 
1% Le riz, le maïs, les haricots, l'oignon, les légumes el les fruitsdivers se 

débitent également en grande quantité. 
I Les toiles françaises et amiricuines, les indiennes, les feutres, la chaussure, 

les parasols, etc., sont les principaux art des importés. 

Industrie. — Dans le cercle, l'industrie des secieurs de namaioandro, d'Am- 
batolauipy et de Midongy n'est qu'à l'état nidimenlaire ; dans celui d'Antsirabé 
on fabrique (tu ki] [chlorure de sodium) ft de la chaux: dans celui d'Inaiiatonana, 
de la poterie et des nattes; à Belat'a, de la toile de chanvre, des lambas mortuaires, 
des nattes, des soubiqncs, do-i corbeilles, des briques, de« bois de charpente et de 
la menuiserie [bois sculpté, mortiers, plions, la<uis, cuillers et statuettes en boi:«). 

Agrioaltore. — Le secteur de Betafo semble posséder le tenain le plus 
productif au point de vue des cultures de toutes sortes, car, sauf les régions 
volcaniques, naturellement ingrates, les terrains situés à flanc des montagnes 
ou sur le bord des cours d'eau sont Kéuérdiement 1res fertiles. Les indigènes De 
\ se servent de fumier que pour les caféiers et les légumes. Le riz, le mus, le 
I manioc, la pomme de terre, la patate, l'arachide, la citrouille, poussent presque 
I sans soins. Dans la région de Belafii, les arbres fruitiers tels que : le manguier, 
le bananinr. le goyavier, le bibassicr, l'oranger, le citronnier, le caféier, lo 
pécher, croissent rapidemeul. Beaucoup d'arbi-es importi^s de France ou de 
l'étranger y réussissent très bien. L'eiicalypius v pousse avec une rapidité 
extraominaire; on peut trouver des pieds si'més ile]iiiis 1S à 16 ans seulement 
(chez lei pasteurs norvégie.ns de Helal'o), qui ont plus de 2 mètres de circonfé- 
rence, à hauteur d'hom.ne. Il y aurait certainement intérêt à reboiser les mon- 
tagnes du pavs avec de tels arbres, dont l'e-^sence est réputée comme particu- 
lièrement safubre. La canne h Micre et le blé donnent de très bons résultats. La 
fjupart des logumes de Frunce : la tomate, le radis, la saUde, la carotte, 
oignon, le navel, le cresson etc., etc., réussissent parfuiterneni. 

Dan-i les secteurs d'Antsirabé el rie Ra-u^inandro, la culture de la pnmme de 
terre se fait en grand ; dans celui d'Ambatolampy elle est encore à son début, 
mais promet d'excellents résultats. 



îdby Google 



— 2Ô5 — 

Voies de oommuniostioii. — Les routes muletières sont les lUinaUi; 

RfUro-AntsirHbc-Ambalolampv ; 

Betafo-lnanatonana par Ambohimasina; 

Relafo-lnanatonana par Soavina ; 

Belaro-Ramainaodro ; 

Tonanarive-InaDalonana par Ramainaodro ; 

Ramainandro-ADlsirabé ; 

Ramaimindro-Ainbalolampy ; 

Ambalolampj'-Ambosilra par RaDomaioty ; 

Ambatolamby-ArivoDimamo ; 

ArnÉwlolanipy-Tsinjoarivo ; 

Hidongy-Ambositre ; 

ADtsirabé-Ambosilra. 

BeUfo est en outre relié h Hidongy p^r un sentier praticable aux filaosanei. 

Ecoles. — L(ts écolrs ofncicllfs, au nombre de cinq, fonctionnent & Betafo, 
Hiandrariso, Anlsirahé, Satnbaina, Uidongy; elles comptent 400 Élèves. 

Les écul&i CHtlroliqiies, au nombre de 128, comptent 320 instituteur* et îasti- 
tutrices cl e.'OT élèves des deux sexes. 

Los écoles protestantes s'élèvent h 3S7 ; l'instruction y e<t donnée par 852 
instituteurs cL institutrices et elles sont fréquentées par environ 21.200 élèves. 
. Les écoles anglicanes, au nombre de quatre, «comptent 8S0 élèves. 

Population. — La population s'élève à 132.390 habitant» et se décompose 
ainsi qu'il suit: 

Hommes 33.B0O 

Femmes 40.605 

Enrants 52.231 



iDMINISTIATION 



MU. Rançon, #, chef de bataillon d'infanterie de marine, commnDdant le cercle. 
HonaoboÂte, lieutenant d'infanterie de marine, offlcicr de renseigne meots. 
Tlioinas, adjudant d'infanterie, chancelier. 
Rataflntsoa, 13 lirs, gouverneur principal de 3* classe. 

Coite et enseignement 

UiiBion Horwégieimfl 
R. R. Encle, Vlx, JolinBon, Lono, Pedersen, Smith, Poolurd, Kluidemd, 

Hilsen, Euirem, pastpura et insliluleurs. 
Il»* Bogie. Tig, Johnson, Ebbele, Lono, Smith, NÛsen, KInren, insliln- 

HUM Engle, Rosaoa, UeUnd, institutrices. 
Saura Poreid, Haptad, Berg, id . 

Garde Indigène 

HH. Toysonnler, earde prinnipal de 1" classe. 
01edèr«, garde principal de 3* classe. 
Eoh«a1wrd, garde principal de i* c!b*m. 

r,,„:cc.;,C00gIC 



— J96 — 

IISTC DES COLONS 



B«llu^, ineéiifeur. 
Dupuy, délHtul. 
Fànl, commerçant. 
Qiitârt. colon. 
âtor^M, conimercftnt- 

SaMmon E., colon. 
Sa/omoft L., id. 
Sa/omon G., id. 



tV«U), contre-maître. 
OMmfsMèrw, dâbilant. 



FIx. df^bitant. 
Harro/«o, débitent. 
Mentf o/) iVf fa, d ét»laol. 
Vornâhlt, détùtanL 



Cuata, commerçant. 



îdby Google 



GiCI£ DE lUMMO 



LinitoB. — Le cercle de HiariDarito a pour limites: au nord, de l'est b 
l'ouest, le Uanandriano (affluent de l'Ikopa), puis la ligne de partage des eanx 
eotre les bassins de l'Isandraaa et du Sakav, de la Hahavavy et du UanambolH; 

A l'est, du nord au suil, une lisne administrative dont la direclion gênenle 
est tmcée par rOnibéfaniuent de Tikona , puis le Uatindrano. qui Rejette dans 
le lac It«sy, la tranchfedu marais de Fitandrambo jusqu'au Kilsamby, euDo le 
massif du Dango, entre le Kitsamby et le Sahomby. 

Au sud, de t'est à l'ouest, te Sanomby, le Kitsamby, le Hajiln. 

A l'ouest, la crête du Bongo-Lava, qui coDstitue la limite de i'Emyrne. 

Cette étendue de territoire est nettement partagée en deux régions séparées 
du Dord au sud par le Sakay. La région à 1 est du Sakay formait la limite de 
l'Baiyme eo tant que pays peuplé par l'initiative des populations. Elle com- 
pread: au agrd, le U&molakazo, au sud, le Handridraao, séparée par le lacltasy 
et le Lily. 

La région h l'ouest ôa Sakay n'était habitée que par ordre et De comportait 
comme |>opulatîon que des soldats hovas répartis sur la ligne de pénétration est- 
ouest qui passe par Ambalanirana et Tsiroanomandidy. 

Les autres lignes de postes hovas, perpendiculaires à la i", avaient été suc- 
cessifem eut détruites par les incursions sakalavesqui avaient fait de cette région 
un désert complet. C'est cependant un terrain riche, très bien arrosé, cotitenànt 
les meilleurs [lûltufagcs de l'Ouest et oii vivent de nombreux troupeanx de bœufï 
sauvages. 

Orogn^e. — La région du Handridrano et celle du Hamolakazo surtout 
sont très mouvementées. A ce point de vue, il faut considérer à part la région 
ouest du tac Itasy, où les mouvements du sol sont dOs à des soulèvements \ol- 
caniques. 

Les principaux nœuds orographiques sont : 

1>. bans le Handridrano: te plateau de Soavinandriana avec les sommets 
voisins d'Ambobitrimanjaka et d'Ambobitrondry, d'oili coulent dans toutes les 
directions les eaux qui arrosent le Handridrano. 

2°. Dans le Hamolakaio: l'A mbomian gara, te point le plus élevé de l'Ouest, 

aiii sépare le basBind'ltasy de celui du Maiy; l'Ambohimanga, entre te bassin delà 
àoaDdriaoa (affluent de l'Ikopa) et celui de la Forobana (alfluent du Roloratsy- 
Oaitié}) entre la Forohanaet te Hazy, un plateau d'une hauteur moyenne de 1.300 
mètres, très bien^rrosé; au nord-est de l'Ambohimanf^a, im soulèvement d'un 
caractère très mouvementé, qui constitue l'Hiaranandriana et le Vooizongobé. 
Dans la région ouest du Sakay, deux massifs montagneux se distinguent de 
irtout. Ce sont les monta Ambohjby et Bevato et celui d'Ampananina. En outre, 
. ligne de partage des eaux entre les afilueots du Uabajilo etdu Hanambolo'se 
relève. \ partir du mont Ambohidrangory et forme une crête est-ouest par 
laquelle se fait la communication entre lEmyrne et le pays sakalave vers l'ouest. 
En dehors de ces crêtes, le pays, très arrosé, est d'un aspect presque plat et 
' des points extrêmes du Bongo-Lava, on aperçoit les hauteurs du Handridrano 
etdu Mamolakazo: Sasigé, Andranonatoa, Vioan/. 

Régiont vokaniqvia, — Le soulèvement volcanique à l'ouest d'Itaay 
commence par le sud, li l'éstile SoavinaBdriaaa, e»otonnl« h, Foueat 1« iai ' Itasy 

..Google 



■ pai 
lal 



^ 898 — 

et i>« dirige dirrtclerDADt au oord, ponr se terminer à l'ouest du marais d'ITanja 
par les monts Ambohtboroiia. La langueur du nord a'i nuà est de 40 kilomètres, 
sa longueur moyenne, de 14 kilomèli-es. 

Les principa'iix sommol:^ et le* plus caractériRitques sont: le Kasigé, (Han- 
dridrano), l'An^avo, l'AndniaODatoit. te l'AnKilofotsy, te l'Augiloby, l'Amhofai- 
mena, l'AmbohiCritaimaino, dans le Hamolakazo. 

Ce soulèvement a donné h cette région un l'araclère tout spi^cial. Traversée 
par trois rivières importantes, le Lily, déversoir dti lac Itasy, le kassy. le Kitum- 
Dola, déversoir du marais d'Jfanja, elle renferme do nombreux lacs et des 
sources cbaudes chargées d'acide carbonique et utilisées par les indigènes. 

Les principan^i lacs sont ceux de Easanga. au suil du soulèvement, le tac 
And ra no mena, les luc-s de d'Angiloby. Le sol. jimché de scories, est une tf rre noire 
très rertile et admirablemiuit arrosée par une eau très claire. Les p&turages y 
sont excellents et c'est 1^ qu'itaieol gardés les troupeaux de la reine. 

Les sources chaudes sont: l'Andranomarano du Uandridrano, au sud de 
Habalsinjo. TAndranomaranadu maraiBd'iranja. Aces deux sources, les indigènes 
vont en grand nombre se soignerdes maladies de peau. 

L'Angilofotsy prûduit, sur les bords du Masy, denombreaws sources chaudes, 
très riches en acide carhonique. Celles qui débouchent rrèa de Uahatsinjo, 
traversant un banc de calcaire, déposienl du carbonate de chaux, tandis qu'une 
véritable rivière souterraine débouche avec la rhëme température dans le lit, 

Eresqu'au niveau des eaux du Husy, au pied d'une cascade de 13 à 14 mèires de 
auteur; les eaux de cette rivière sont chaudes, mais ne déposent pas; sa source 
semble être au centre même de l'ancien voIcihi Angilolotsy. 

C'est k ce troulèvemeot volcanique qu'il faut attribuer la formation du lac 
Itasy et du marais Ifania. 

Des mouvements du sol très fréquents, accompagnés de grondements pro- 
longéR, écltlant quelquefois comme un coup de tonnerre, se fooL sentir tous 
les jours. La ligne suivant laquelle ces mouvements semblent agir avec le plus 
de force, a une direction nord-sud, passant k l'est du lac Itasy et allant vers 
l'est du marais d'irat^a par Ambalavato (Maadridraao), Angiloby, Ambobimanja- 
ka, Antambiazina. 

L'année dernière, le S novembre, et dans la nuit du S au 3 novembre, les 
principales observations ont été faites sur cette ligne; toutes les maisons en 
pisé ont été, ou fortement lézardées ou complètement détrnîtes; de grosses 
pierres se sont détachées des monts Ambobimanjaka et Angiloby, qui jusqu'alors 
tiabités, ontëté évacués parles habitants. Lps eaux d'Andronomafana, dlfanja, 
ont été chargées de boue pendant dt^ux jours. Enfin, près d'Andranovelona, h SO 
mètres au bord dcrit'anja, une fissure large de 0" 20 environ, profonde, longue 
de 15 àSO mètres, s'est produite dans te marais ; pendant deux jours, le sable est 
sorti par celte fistture et l'eau pendant deux mois. Decettvénemenl, ilrèstedeux 
sources chaudes qui u'exisUîent pas auparavant, tandis qu'une autre a été com- 
plètement tarie. 

Hydrographie. — Le territoire du cercle fait presque complètement partie 
du bassin (nve droite; du Uahaillo, dont les prinupaux affluents le traversent 
en formant des vallées trèi' ricnes dans la r<-gion plate et déserte de l'Ouest. Il 
comprend aussi le haut bassin du Uanambolo et la région ouest du bassin de 
rUoibé (alèsent de l'ikopa). 

Les principaux bassins ainsi formés sont : 

Celui du Sakay, dont les affluents de gauche, la Hanitoavitra, la Kitombola, 
le Haty, le Litr, arrosent la moitié ouest du Uumolakaio et du Mandridrano. 

La Kitombola dé>er8e dans le Sakay les eaux d'ifanja et le Lily, celtes du 
lut-ltasy. 

Le bas 
la Laoodol 
tuent dans tout lu bassin des pàlurHges peuplés de bœufs sauvages. 

Le bassin du Kitsamby, très encaissé dans la région de Uasiudray, arrose, 
par son affluent, la Sabamita, la région de pAturages de BeieziXa. 



^îooglc 



— Wi — 

Le bassin <lu Han&nibolo a relal ifeniPiit peu de largeur. Ses nfQuenU. saul' 
l'Am|iaMR<lnva. conleni dans les vall, c prol'"Ddrs et élroites, très buisée» et où 
l'on rencontre égainnent des bœiit's sauviig<'K. 

I.e bussiu (tpl'Onib', affluenl de l'ikopa, a comme principaux afQupnts 
tniversunl le cprcle lu Kalartana, rAnki?ronilrano el la Forubana. lis arrosent 
la moitié <:St dn Mamolakazo. 



Climatologie. — \.e climat du Mamolakazo el du Mandridranoeat cnlui du 
plaipan cpiiinil iilnsn l'Elit. I.a U'uipiTaïuii' de la sabon ïèchc e^t d'une moyenne 
de 16*; celle iIp la saifori des pluip» de ^^O' el ^l", iriais de nomlirenses n'^iona 



dridraoo, la fégion d'Ain balaru, celles de T^iarifarana el d'Ifttuju, danii le Mamo* 
takaio. 

La région de Tsiroanomandidy est également plus cbaude que celles du 
HamolHkBZO et du Mandridrano. 

Roates et voies fluTlalei. — Lps voies fluviales n'existent pas, à part la 
navigation sur li' lac llasy. 

La mille la plus impôrlante du crclo e»t celli deTananarive à Ankavandra; 
elle est mulelièrp, mais les principaux travaux d'amélioriiiion ne seront faits 
que l'année prochaine : elle pjsse par Uiarinarivo, Aolumbiazina, Tsiarifarana, 
Ambalanirana, Analahé. Bevatn, Tsiroanomandidy. Marolaka. 

D'HLiirps routes conduisent: dam le itamolâlciso : d'Ankazotié h Hiarina- 
rivo ; de Hiariiiarivo Ji SoBvinandrinnu, dir Miurinurivo à Fenoariio (Valalarolsy). 

D"nt le i/anitridrano : do Soavinandriam à Arivonimamo, Uiarinarivo, 
Belafo (par Voahuzaha-Miandrivaxo). T^ii-oanomandidy par Aiilanimandry ; 
enfin de Soavinandrinnaà Manamlaza, mule nouvellement créie, jalonnée d'étape 
en éiape par des postes de partisans. 

Dntu le Mcleur itn Ttiroanomandidy: de ce dernier point i Ank>vandra, 
Ambainnirana, Soavinandrianu, Uanaadaza, avec étapes fournie* par des villages 
de purlisans. 

Oommeroe. — Le commerce est asses actif dans tout le cercle, les difTérents 
marchés sont très fréquenlés par le!< io'liifënes: tes principaux articles qui font 
l'objet de Iransiiclion» as-ipz importantes sont : les loiles, dont beaucoup de 
provenHucp élraiigére et la bimbeloterie ; ces marchés sont alimentés surtout 
par les produits de la roginn. 

Aulrefois les bœufs, très. nombreux dans lu pays, donnaient lieu à un com- 
* meree trè^ actif; la diminulion du béiuil a l'ail aiiKinenter les prix de vente. 

Le cercle potsëde environ 30.000 individus de la race bovine. Les principaux 
marchés dn cet-clc sont ceux de Uiarinarivo, Soavinandriaua, AmbalomaDjaka, 
Maaoxary, Aodranomasina. 

lodnstrle. — Aucune industrie n'est k signaler dans le cercle. Les indigènes 
se bornent & la fabrication des objets nécessaires à leurs besoins. La vente se 
fait sur les marchés et consiste ea nattes, poteries, etc. 

Nattes do fr. 30 k fr. 40 lune. 

Pots en (erre de fr. 10 à fr. 50 l'un. 

Agiioultnre. — La culture du riz s'étend sur une surface d'environ 8-000 
hectares. 

Dans le Hamnlakazo. les valh'es sont en géni'ral trè$ élroites; elles sont 

S lus largfs dbtns le Uandridrano, aussi la qutntiié de riz produite par cette 
erniëre région est-elle de beauc JUp supérieure à celle récoIli:edanBla première. 
Dans le Maudriilrano, la récolte di'pasâe la consommation; elle D'e^l que auf- 
flsanle dans le Uamolakaio. 

Les principales cultures sont: Le manioc, le riz. les patules, le maïs. 
Des essais de cullurede blé, d'orge, d'avoine, de lin, ae tabac, luzerne, trèfle, 
ont été faits & Uiarinarivo en IfteS; les résultats n'out pa« été satisfuisaiits; 
seuls le lin, l'orge ot le tabac ont assez bieo réussi. 



■,:cc.;,C00gIC 



Scolet. — Le nombre d'écotea ouverte^ dans le cercle est rie 88, dool deux 
ofâciellea; l'iine k TsiarifaraoK (sous-gouvernemeDt de Hiarinarivo),. l'autre à 
AndrBaomasiDa(sous-gouvernemenr d'Ambohirrondravo). La popuialioa scolaire 
qui les fréqtieDie est deaviron 8.900 garçons et filles. 

Population. — La population du cercle est de 53.613 babîtants répartis 
aiD8i qril anit dans \ea Irois secleun : 

Secteur de Namolakaxo SO.SOi habitants. 

— de Uaadridraao 20.01S — 

— de Tsiroanomandidy 3.000 — 



imimsTiiTioN 

HM. OiUMO, #, chef de bataillon d'infanterie, commandant le cercle. 
Bécunier, lieulfosnt d'infanterie, nhuncelipr. 
Qoinet, lieutenaat d'inraaierie de marine, officier de renaeignemeatu. 
RalnJJoanwr, 15 hra, gouverneur principal de 2< classe. 

Coltea st ennignsment 

Miulon protestante française 
M. BoHillon, missionnaire. 

Frlends Foreign Klislon Association 
H. John Slou, pasteur proteslanL 
11** Slmi, M"" Oesne, Blark, institutrices. 

Garde Is^na 

un. CofTgU, garde' principal de 1" classe. 

llaUierbe de MaralmlK^, garde principal de 4* classe. 



LISTE DES COLONS 



M. s;int, pasteur protestant. 
«» Slita. 
MÊP^ Slmt. 
Sfark, 

fimaaf lta»o Vafimoucf, commerçant. 



..Cooglc 



GiCLË-AlEÎE DE IMOLm 



Xjimltas. — L« cercte-aiiDeiâ de Uarolaker est un loDg couloir de ISO kilo- 
ibèlres, silué entre le pistenii du Bemaraha, k l'ouest, el Te Boogo-Lnva, k l'eGt. 

Les limites sont k Vest et à l'ouest les crëles de ces deux chaînes, au Dord 
la ligne de partage des eaux entre le Manambao et le Uanambolo, au sud le 
cours mo^en de ce dernier jusqu'à son entrée dans le Bemaraha. 

Orographie. — Le fossé de draioage de ce coiil^iir, constitué par les vallées 
dn Manambao et de son aFFluent, le Kiromby, au nord, par celle d\i Manambolo, 
au sud, suit le pied même du Bongo-Lava, âonl les contreforts abrupts viennent 
tomber sur ces fleuves. Le Bemaraha, au conlraipc, après un brusque eacar- 
pement de ISO mètres, descend en larges gradins qui vont en s'abaissant dou- 
cément vers l'est et. dont l'aspect général, tu d'en-^haut, est celui d'une mer 
figée. 

Hydrographie. — Le Kiromby, le Manambolomaly et le Uanambolo parta- 
gent le pays en deux régions bien distinctes. 

1* A lest la bande de terrain très étroite située au pied du Bongo-Lsva est 
bien arrosée par les cours d'eau qui descendent des hauts plateaux; elle est . 
fertile et assez habitée (vallée de la Sakasnrolra, du Kiromby, de l'Angolo}. 

2" A l'ouest, jusqu'au Bemaraha le pavs est désert et inculte; le sol, formé 
de grès grossiers, ne préseole qu'une végétation très rare, et ne retrouve Un 
peu de fertilité qu'au pied même du Bumuraha. Celte région, tant à cause de sa 
stérilité que do peu de sécurité nu'elle présente, n'est ^us habitée ; l'eau y est 
du reste peu abondante pendant la saison séclie (Bemarivo, Beranoi, Les nnarais 
occupent une grande partie de la superficie habitable ou même non habitée dn 
cercle-an nexe. Les chaînons parallèles qui bordent les fleuvej sur la rive est, 
les gradins successirs du Bemaraha sur la rive ouest, forment enli-e eux des 
cuvettes sans écoulement, oii s'amasse l'eau pendant la saiaon des pluies ; beau- 
coup parmi eux se dessèchent complètement en hiver. 

Climatologie. — De la configuration topogruphique du ccrcle-annexe 
découle sa climatologie. Les vents d'est et d'ouest, les plus fréquents h Hada- 

Eascar, surtout dans tes régions basses, sont an-étés respectivement par le Bongo- 
ava et le Bemaraha. Il en résulte un calme d'atmosphère qui rend plus pénible . 
le climat cbsud de la plaine. 

La température maxima est de 37* environ pendant la saison chaude et la 
température minima de 1S< la nuit pendant l'hiver. 

Au sanatorium de Marolaka, construit sur le Bongo-Lava, la températorc 
est en moyenne inférieure de 5 degrés aux précédentes. 

La présence de nombreux marais, qui tour à tour se remplissent et se des- 
sèchent, donne naissance à de fréquents cas de fièvre, même parmi les indigènes 
depuis longtemps accoutumés à la région. 

C'est pour pallier cet inconvénient que le sanatorium de Harolaka a été 
créé afin de reposer les troupes fatiguées par le séjour dans la plaine. 

La saison des pluies dure de novembre à avril, mais elle est loin d'être 
aussi régulière que sur le plateau. Il plrut en moyenne une heure par jour 
environ (observations de 1897-1898). 

- N'ayant ni agriculture productive ni industrie, le cercle- 



- 302 — 

&Dnese de HaroUka ne ])eDl faire qa'nn commerce d'importatioD, sauf pour les 
bœufs, qui ont douné lien jusqu'en mor» 4898 h une cxportalîna conRidérable. 

L'extension eagérée tle ce dernier commerce a réduit le total des troupeajx 
existants à moins de 2.500 lëtes, chifire à peine sufnsant pour ravitailler en 
viande fralnhe les différeots po):tes : 

La vente des boeufs à l'é&téneur est aujourd'hui formellement interdite. 

Il n'exisle dans la région aucun commerçant européen ou asiHlique. Le 
commerce se fait par les nombreux marchands gui apportent dç l'Emyrne les 
étoffes et la bimbeloterie, (ju'iis vendent k des pris souvent exorbitants. 

Autrefois ils échangeaient leurs marchanuises contre des bcenfs, aujour- 
d'hui les transactions se font en argent. Des menhés périodiques ont été créés, 
mais les marchands préfèrent vendre directement dans les villages. 

' Cette situation se modifiera sensiblement lorsque les communications avec 
Haintirano et les antres points de la cOle seront redevenues sûres. C'est de ce 
côté en effpt que se trouvent et les débouchés, et les points de ravitaillemeat 
pour toute espèce de commerce dans le cercle. 

Induatrifl. — Le tissage de quelques éloffes de rafia et la distillation d'noe 
mauvaise eau-de-vie sont les seules industries du cercle-aonexe, et encore sont- 
elles limitées à la conRommalion locale. 

Les habitants se livrent presque exclusivement à l'élevage, qui demande peu 
d« soins et dont les produits s'écoulent facilement par MaJntirano. 

Agriculture. — Les procédés de culture sont des plus simples. Le riz, qui 
demande un certnin travail, est peu cultivé par les Sakalaves, sauf dans le »oi- 
(^inage des villuges hovas. 

Le manioc, les patat"», les bananes, le maïs, forment la base de leur nour- 
riture, et leur imprévoyance est telle, qu'ils sont souvent obligés de chercher 
des ressources supplémentaires dans certains tubercules qui poussent à l'état 
sauvage. 

Ceux qui cultivent le riz font simplement piétiner les rùières par un troupeau 
de bœufs. 

Cette incurie est d'autant plus regrettable que le climat et le sol de la 
région seraient favorables k toutes les cultures tropicales. 

Routes et volet flaviales. — Il n'existe pas de routes, mais seulement des 
sentiers qui relient entre eux tous les points habités. Avec l'extérieur, les direc- 
tions les plus suivies sont : 

2 sentiers sur Haintirano [par Belalitsa ou Andjia'. 

I sentier sur Hakaraingo- 

i sentier sur Bekopaka. 

1 sentier sur Hunandaza. 

1 sentier sur Tsiroanomandidy. 

Ces sentiers sont parfaitement praticables pour les piétons et les mulets, 
sauf au passa{;e des cours d'eau pendant la saison des pluies ; des cruâa subites 
peuvent alors interrompre momentanément les communications, mais des piro- 
gues ont été placées aux principaux passages. 

Les voies fluviales sont peu praticables; on trouve du reste peu de piro- 
gues dans la région, sauf quelques-unes sur le Hanambolo. 

La voie la plus importante, leMaoambolo, n'est navigable pendant la saison 
sèche que pour de petites pirogues. Pendant la saison oes pluies, il roule un 
volume d'eau considérable ; la violence du courant et les nombreux troncs qit'il 
charrie en rendent la navigation très difficile sans remorqueurs k vapeur. 

Les autres cours d'eau ne sont pas navigables. 

Boolea. — Il n'existe' qu'une seule école, celle d'Ankavandra, et elle ne 
compte encore qu'une cinquantaine d'élèves des deux sexes. 

Population. — La population totale du cercle-enneie est de 2.020 babi 
tants environ, dont i.SOOSakalaves, 379 Hovas et 141 Makoas. 

Les Bovas se tiennent groupés presque tous en trois villages : Anliavandra, 
MAnakambahiny. Andranonandriana. Reancoup d'entre eux ont rtéjh regagné 



rimerina, car ils ne s'ét&ient établis qu'h regret dans la région d'Ankavandra et 
sur l'ordre du gouvernement malgache. Le mouvement d'émigration semble 
aujourd'hui enragé, et les Hovas restants commencent à se mèlauger aux Saka- 
laves. 

Ceux-ci sont franchement BoumJH et ont Tpçu des Hovas une sorte de dres- 
sage qui leur fait accepter facilement le principe d'une administration régulière. 
Ils sont dispersés un peu partout dans la région habitable et s'établissent parti- . 
culièrenient h proximité des pàtumnes 

Les Makoas venuit de la cAte d'Afrique forment unn sorte de caste & part ; ils 
Iiabilent tantôt des vitlafçps séparés et tantôt sont mélangés aux- Sakalaves; on 
les emploie comme partisans et comme tsimandoas. 

A part les Rovas, la population est très paresseuse. Elle semble du reste 
vouée k une promple disparition, tant k cause des maladies <jue du polit nombre 
de naissances, mais il est encore difficile de donner les raisons précises de ce 
manque de progéniture chez les Sakiiavea du cercle. 



AMIlinSTSATIOK 



nu. Oallols, capitaine d'infanterie de marine, commandant le cercle-annexe. 
B4vrard, lieutenant d'infanterie de marine, ofDcier-ad joint. 
Rainlalj, il hrs, gouverneur indigène. 



byGoogIc 



CEBCLE-AME DU BETSMY 



Limites. — Le BeUiriry estd'uae manière générale, le territoire qui s'étend 
eDtre le Bemaraha et le Boneo-Lava, aux abords du conQueat de la Uuuîa et du 
HatiHJilo et sur les rives extérieures de cps deux rivières.. 

Ce torrilnire est donc très neltcmeDt délimité : n l'est, par les deroières peDleR 
de la chaîne du BongoLava ; à l'ouest, par le plateau calcaire du Bemaruha. Au 
Dord et au sud, les fronliëres :-ont plus indécises ; il semble cependant qu'oQ 
puisse rattacher au Betsiriry la ri gion de Uanandoza, qui est reliée à Midndrivazo 

§ar une vallée très peuplée el qui se trouve séparée d'Ankavamlra par deux jours 
marche, dans uu pa<|is inculte et inhabile. De même, les limites du Retsiriry 
au sud paraissent devoir être reportées jusqu'au delà d'AnkazoamlH), daus la 
movenne vallée delà Sakeny, affluent de gauche de la Mania. 

Actuellement, les limites politiques du cercle-anneie du Betsiriry ne coïacj- 
dent pas avec les limites géogrHphi<|ues qui viennent d'Aire indiquées. 

La région d'Aukazoambo est rattachée adminislraliyement au sectenr de 
Hidonev et les limites adniinislralives du rercle'annexe du Betsiriry sont recu- 
lées h l'est jusqu'à Analaidirano. 

Orogrsphie. — Le Betsiriry proprempnt dit est généralement plntavecune 
altitude moyenne de 75 mètres. La région comprise entre le Maliajilo et la Mania 
est une vaste plaine marécageuse couverte d'un fouillis impénétrable de barara- 
tros, semée de mares et traversée par de nombreux arroytis qui mettent en com- 
munication les deux rivières avant leur confluent. Sur les rives extérieures des 
deux cours d'eau, le terrain s'élève un peu; c'est un plateau d'une batiteur 
movenne d'une quinzaine de mètres constitué par un chaos de collines de sable 
aggloméré, aux parois à pic et accessibles généralement d'un seul cûté. 

Entre Analaidirano failli u<le 900 mètres) et Miandrivaio (aliilude 75 mètres] 
s'étend le plateau quarizeux du Bongo-I.ava, aux vallées profondément ravinées. 

A l'ouest, le Betsiriry est séparé du Henabê par le plateau calcaire du Bema- 
raha, d'une altitude moyenne de 500 mètres. Le Bemaraha se terminedu côté de 
l'est par une muraille a pic à travers laquelle la Tsiribihina ï. dû s'ouvrir une 
brèche pour continuer son cours vers la mer A l'ouest, au contraire, le Bemaraha 
finit en pente douce sur la plaine du Menabé. De nombreux cours d'eau, peu 
importants d'ailleurs, descendent du Bemaraha de ce cAIé. 

Des deux côtés se remarquent les deux assises du plateau dont la première 
est À une hauteur de 100 mètres au-dessus de la plaine. 

HydroRrapMe. — La Mania et le Habajilo, qui se réunissent au sud de 
Beria pour former la Tsiribihina, drainent une forte partie des eaux du plateau 
central de l'Ile. Le Mahajilo (appelé Kitsamby dans lu première partie de son 
cours) prend sa source sur lé versant nord-ouest de l'Ankaratra à peu de distance 
d'Arivonimamo; la Mania prend sa source sur le versant est du même masùf & 
peu de distance d'Antxirabé. 

Pendant ta traversée du Bongo-Lava, le Mahajilo reçoit de nombreux afSuents 
[le Dabolava, In Riranomena, la Telomita, entre Analaidirano et Miandri- 
vazo). A 2 kilomètres à l'ouest dn Uiandrivazo, il reçoit la Hanandaza, rivière 
marécageuse et peu profonde qui prend sa source h. une vingtaine de kilomètres 
au nord de Manandaza, et coule ensuite du nord au sud jusqu'à son confluent. — 
La Mapia, au confluent, e*i plus importante que le Mahajilo; sa *allée moyenne 



- 305 — 

dans la traversée du Bongo-Lava esl eacorc inconnue. Elle reçoit entre Anka- 
Irofotsy et Ankalrevo, le Sakeny, rivière symétrique do la Manandasa, qui prend 
sa source non loin duHangoky, reçoit, àAnkaioambo, le Manambolo et coule du 
Bud an nord <1bds un vaste marécage couvert de bararelros. 

En dehors de ces deux cours d'eau, la Maoia, leHabejilo «tIaTsiribihina ne 
reçoivent aucun affluent pendant leur traversée du Betsiriry. Les eaux, sans 
écoulenieut vers les fleuves, s'am?.ssentdaus les cuvettes et couvrent ainsi tout 
le pays d'une grande quantité do mares. 

A partir du Bongo-Lava jusqu'à la mer, le Mabajilo, la Mania et la Tsiribi- 
hina sont libres de tout rapide. Gomme ou trouve dans ces cours d'eau en toute 
saisoD, même aux plus basses caus, des fonds supérieurs h. 0°* 80, ils pourraient 
être remontés jusqu'à Miandrivaio et Ankatrofotsy par des bàlimenls à vapeur 
calant 0°'60 et remorquant des chalands d'un certain tonnage. Pendant la traver- 
sée du Bemaraha, mf^me le cours de la Tsiribihina est dégagé d'obslaclea et le 
courant n'est guère plus rapide qu'ailleurs. A cet endroit, le fleuve, oui coule 
entre deux berges aux talus absolument réguliers donne complètement l'illusion 
d'un canal creusé de main d'homme. 

Climatologie. — Le climat du Betsiriry est très chaud. Pendant la saison 
des pluies, c'est-à-dire de décembre à avril, les orages, qui se produiitent généra- 
lement vers S heures dn soir, rendent les soirées accablantes. La température 
moyenne du jour e^t de 35*. celle de la nuit 25*. 

Pendant la saison sèche ^de mai à novembre) les pluies sont rares. Si le 
milieu du jour est encore chaud [28"), les nuits sont fraîches. Il n'est pas rare de 
noter une température de 18° à 6 heures du matin. 

Les orages, fréqucnls et même quotidiens pendant la saison des pluies, sont 

flus rares pendant la saison sèche, lia viennent comme les vents, toujours de 
est, la chaîne du Bemaraha arrêtant ceux qui pourraient venir de l'ouest. 

Le plus grand ennemi de l'Européen au Betsiriry est le moustique. Aucnn 
travail de bureau n'est possible a partir de 5 heures dn soir. Les moustiques 
sont légion pendant la nuit, à tel pninl qu'on a dil munir de moustiquaires 
les indigènes [Sénégalais et Malgaches) qui constituent les troupes du cercle. 
Dans la journée même on est très souvent incommodé'dans les appartements 
par les piqi'ires de l'insupportable insecte. 

Pendant la saison sèche le nombre des moustiques diminue. Le mokafoliy, 
inconnu pendant la saison des pluies, fait son apparition, mais seulement par 
intervalles, ce qui le rend beaucoup moinsgënant. Malgré Ions ces inconvénients, 
le climat du lictsiriry est relativement sain. Les Européens y ont fréquemment 
des accès de fièvre, mais ces accès sont de peu de gravité. 

Les Malgaches dn plateau central y contractent souvent des plaies cancé- 
reuses d'une guérison asseï difficile, mais en résumé le climat du Betsiriry est 
plus désagréaule que malsaÎD. 

Aniculture. — Les Sakalavcs du Betsiriry, dont quelques-uns sont métis- 
sés de Hovas et de Belsiléos sont excessivement paresseux. De plus, l'état troublé 
du pays a momentanément éloigné les habitants de leurs cultures. Ls sol 
(tes nombreuses plaines marécageuses couverles de hararatros, qui existent dans 
la région, serait cependant très favorable au développement des rizières. 

Les seules cultures du Rqlsiriry consistent en quelques maigres champs de 
riz et do mais placés tout à celé des'villages. Les bananiers sont assez nombreux. 
Les bananes, le poisson et la viande de bceuf forment la presque totalité de la 
nourriture des indigènes, avec le lavolo (arrow-roat),- qui ne demande aucun 
travail. 

Dans les régions occupées pendant les premiers mois de l'année 1898, par 
des Sakalaves rebelles, les rizières ont été bien cultivées (par exemple, à Belolo, 
à l'embouchure de ta Sakeny, où il a pu être recueilli 19 tonnes de paddy pour 
la nourriture des troupes). ■ 

La région du Hanandaïa, où habite une assez nombreuse colonie de Hovas, 
' est actuellement la seule qui soit mise en rapport. Cette région est très Fertile, 
à en juger par la grande, quantité de ri7. qu'elle produit actuellement. 



^AlOglc 



Les collines de sable aggloméré qui couvrent tes 3/4 du pays ne paraissent 
■iiBceptibles d'aucuae culture. Il en est de même du Bemanara et du Bongo- 
Lava. Les pftturaKes sont assez nombreux. Leur qualité et leur étendue dimi- 
ttueat cependant tteaucoup bu momeal de la saison sècbn. Les troupeaux sont 
magnifiques. Très nombreux àii début, ils sont aciiieilement réduits de beau- 
coup ^r les grands achats qu'ont faits, dans le Betsiriry, des marcbands de 
rimenna. 

La cire et le caoutchouc existent dans le pa^s et pourraient faire l'objet 
d'exploitations relativement considérables. Ut diminution du bétail, qui a réduit 
les ressources des habitants, et le progrès de nos idées amèneront bientdt, il faut 
l'espérer, les Sakalavesà tirer un meilleur parti des richesses du pays qu'ils 
occupent. 

Commerce. ~ Le commerce est à peu près nul. Quelques marchands de 
rimerina vendent au marché, fa Hiandrivaio, de la toile, de 1 alcool, de la verro- 
terie, etc. 

Il faut espérer que cette situation va s'améliorer par suite de l'ouverture 
récente de la "TsiribihiDa k la navigation. 

lodostrie. — La seule industrie de la région esl la fabricatioD des nattes 
destinées k l'usage personnel des habitants. 

L'or n'existe pas dans le Betsiriry proprement dit. Il est par contre abondant 
dans le Bongo-Lava, où deux périmètres miniers viennent d'être ouverts k 
l'exploitation publiaue. Les régions les plus riches en or sont les vallées des 
affluents de droite au Hahajilo [Dabilava, Kiranomena, TelomitaJ. 

Routes et voies fluviales. — (Se reporter au paragraphe hydrographie en 
ce qui concerne le Hahajilo, la Uania et la Tsiribihina). 

La Saheny et la Manandara ne sont navigables que pour les pirogues du 
pays. 

Les routes du Bctsiriry sont encore de mauvais sentiers indigènes qu'il 
sera facile de transformer pour ta plupart en chemins muletiers au moins pour 
la saison sèche. La roule d'Analaidirano à Miandrivazo, route actuelle de ravi- 
taillement, a été améliorée et rendue praticable aux mulets. Quelques travaux 
d'art que les ressources du pays ne permettent pas d'exécuter sont cependant 
nécessaires pour la saison des pluies. Les seules routes de la contrée sont les 
voies navigables, qui sont excellentes comme il a été dit plus haut. La Hania, 
le Hahajilo et la Tsiribihina desservent les parties les plus riches du Betsiriry 
et il Bumrait actuellement, pour avoir un réseau de voies de communication 
complet, de rendre carrossable ta route de Hanandaza au Hahajilo. 

La transformation en route carrossable da la roule Hiandrivazo-ADalaidiraDo 
n'offrirait qu'un intérêt médiocre en raison du vaste désert traversé par cette 
route entre Hiandrivazo et loanatonana. 

io<des. — Une école laïque primaire, tenue par l'inlerprètc du poste, a été 
ouverte à Hanandaza. 

Les enfants hovas de celte localité suiveal les cours avec assiduité. 

Des écoles vont être ouvertes à Beria ot à Hiandrivaio. Il est permis d'espé- 
rer que les commandants de poste réussiront k obtenir des jeunes Sakalaves 
une asgiduilé relative qui leur coiltero beaucoup, étant donné le caractère iodé- 
pendant de cette race. 

Population. — Le recensement de la population du Betsiriry n'a pu 
encore «re fait d'une façon exacte. Le chiffre obtenu jusqu'à ce jour s'élève h 
S. 813, se décomposant comme il suil: 

Hommes 649 

Femmes 778 

Enfants 7OT 



■,:cc.;,C00gIC 



— 307 — 

iBiiNismnopi 



HH. Vkohe, #, capitaine d'infanlerie demarine, cooimandaDt lecercle-anneie. 
Otmlsr, Âi lieutenant d'iiiraDleric de m&rine, ofllcicr-adjoiat. 
BAinlkotoman^ft, Il hrs, gouverneur principal. 



LISTE BES COmS 



Btiodin, colon. 
Faitni, commerçant. 
Uâlvoiêin, commerçant. 



îdby Google 



GËBGLE DE HOROWÀ 



Limitas. — Le cercle de Morondava, situé sur la cdte Ouest de Madagascar, - 
a pour limites: 

Au nord: la rivière de Sohanina; à l'est, ta chaîne du Bemaraha ; au sud, le 
Haugoky, k l'ouest, le canal de Mozambique. 

Orograpliie- ~ L'orographie du cercle csl des plus simples. Situé sur les 
derniers gradins de la dorsale, on n'y remarque, à part la chaîne du Bemaraha et 
celle du Tsiandava, qui le limitent & t'Est, aucune arCte importante. Tous les 
mouvements de terrain qu'on rencontre ne sont que de faibles ondulations 
déterminées par des bancs de calcaire recouverts presque en entier par les 
couches épaisHes des altuviona entraînées du plateau central. Ces ondulations 
vont en s'affaiblissant vers l'ouest et s'éteignent en plages sablonneuses sur le lit- 
toral. 

HydrORTaphie. — Du nord au sud le Hanambolo, la Tsiribihina, l'Andra- 
nomena et Ta llorondava sont les seuls llcuves ofTrant une réelle importance. 

Ils coulent tous de l'est à l'ouest dans leur parcours b travers le cercle. 

Une étude de détail en est faite au paragraphe « voies fluviales». 

Climatologie. — Le régime climatérique du cercle est le même, & peu de 
chose près, que celui du reste de la région côtière de l'île. 

Durant la saison sèche, la tcmpéwlure ne dépasse guère 2S° pendant le joiir 
et descend parfois à 14°, 12° et même ii 10° pendant la nuit. 

D'après ces données, le climat, pendant cette saison, est très favorable aux 
Européens et permet un prompt établissement aux personnes épuisées par un 
séjour pénible dans l'intérieur. 

On remarque peu d'accès de fièvre durant celte saison dans la population 
européenne. 

La saison chaude est moins clémente, sans pourtant présenter les rigueurs de 
certaines contrées du versant ouest. La température attemt dans celte partie de 
l'année 40* et même plus et ne descend guère au dessous de 25* dans la nuit. 
L'atmosphère, saturée d'humidité, est lourde et la respiralion moins facile. 

La véritable saison des pluies ne comprend guère que les mois de décem- 
bre à mars; l'eau tombe par averses et orages h peu près réguliers. 

Le climat de la côte est quelque peu différent de celui de l'intérieur. 

Surlacûle, on ne remarque guère d'endroits vraiment malsains i partie 
voisinage de quelque marais formes par le tlnx. 

Les vents, soufflant dans deux directions constantes aud-nord et est-ouest, 
se traduisent par d'agréables brises^ rarement très fortes, qui tempèrent 
l'ardeur du soleil et balayent toutes les émanations du sol. Dans l'i nié rieur (région 
de Hahabo, etc.) le payi, plus couvert que la cûtc, ne jouit qu'imparfailemcnl 
del'action bienfaisante dos brises et est plus sujet aux inconvénients des pays 
IropicBui. 

Commerce. — Le commerce a lieu, en ce moment, sur un nombre assez 
restreint de produits et le courant en a été très ralenti par l'étal troublé du pays. 

Les principales matières donnant lieu à des transactions sont : les bœufs, 
les peaux, le>!aoutchouc, le jaaï$... Le riz ne peut pas être considéré comme 
denrée commerciale vu \n faiblesse de sa production. 



■,:cc.;,C00gIC 



— 30» — 

Le commerce est eu f;r&nde partie eotre les Diains des ladieDS qui, en 
édisage des m&liëres indigèoea, fouroissent aux habilaaU des étoffes et deja 
bimbdoterie. 

Les b(Rufs formeat la partie priacipale du commerce d'échanges entre 
les indigènes. Ces animaux, mal soignés et nourris dans les p&torages peu 
plantureux de la région, ne présentent pas toutes les qualités des bœufs de 
Doucherie, mais avec un peu de soios et quelques croisements judicieux, on ne 
tarderait pas à améliorer, tant en qualité qu'en quantité, cette race actuellement 
sauvage. 

Agrlonltnre. — De mâme que le commerce, l'agriculture a souffert de 
l'état troublé du pays pendant l'année 1898. 

11 n'est pas douteux qu'avec des colons ayant de sérieuses aptitudes en 
cette matière et des capitaux suffisants, elle ne prenne rapidement son essor. 
Les bords des cours d eau semblent être des endroits tout indiqués pour les 
premiers essais de culture ; la végétation abondante qui couvre le sol révèle une 
grande fertilité naturelle. 

Après les défrichages préliminaires, les premiers labours exposeront naturel- 
lement les travailleurs au paludisme, d'où la nécessité d'employer ta main- 
d'œuvre indigène, malheureusement rare, inexpérimentée et peu laborieuse 
dans ces parages. 

Les plantes cultivées actuellement sont : le riz, dont la production est 
réduite fa la quantité à peine nécessaire à l'alimentation ; dans l'mtérieur. cette 
céréale trouve un sol très favorable à son développement et produit ne très 
beaux résultats, malgré le peu de soins apportés fa sa culture par les indigènes. 
La canne fa sucre et le manioc sont ici et sans peine d'un excellent rapport. 

Le maïs pousse bien. Le coton se rencontre fréquemment dans la brousse, 
et un colon qui se donnerait, comme t&che, la culture de cet arbuste arriverait 
à en tirer de Dons profits ; il en est de même du sésame. 

Le tabac trouve, dans certains endroits, une terre propice à son exploita- 
tion. Aucune tentative sérieuse n'a encore été faite en agriculture ; tout porte à 
croire, cependant, vu les produits actuels du sol, que Ton peut y cultiver des 
plantes originaires d'Europe. 

Le Jardinage est une branche de l'agriculture qui donne ici une bonne 
rémunération, et peu de peine. Sur la cdte, il suflît de mélanger au sable, qui 
forme la base du sol, un peu de fumier, de terre végétale ou de détritus pour 
obtenir, avec un arrosage fréquent, de très beaux légumes. L'eau, dans cette 

rirtie du cercle, est abondante; en creusant dans le sable un puits de deux 
trois mètres de profondeur, dont les parois sont soutenues par des planches 
ou des barriques, on obtient de l'eau potable, et cela, à 50 mètres de la mer. 

Le cocotier, le bananier, le vanillier, l'aréquier cl le ricin poussent égale- 
ment bien. 

Ces trois derniers, cultivés par des personnes possédant les connaissances 
nécessaires & leur bon développement, donneraient vraisemblablement d'excel- 
lents résultats. 

Rontes. — Les voies d3 communication par terre, avant le mois de mai 
18B8, se réduisaient aux seuls sentiers des indigènes reliant entre eux les 
villages épars dans la brousse. Beaucoup de ces voies primitives judicieusement 
remaniées peuvent être, sans do grands sacrifices, transformées en chemins 
praticables aux voitures Lefëvre. 

Un commencement de transformation de ces sentiers a eu lieu dans le 
cercle ; cet estai a donné les meilleurs résultats : 11 s'agit de la route allant du 
chef-lieu fa Hahabo. Le sentier indigène a été transformé en une voie de trois fa 
quatre mètres de large, sur laquelle les voitures Lefèvre transportent les ravi- 
taillements fa chargement normal, avec facilité. 

Voles fluviales. — Toutes les rivières du cercle ont fa peu près le même 
ré^me : très basses eaux pendant la saison froide et courant fVéquemnient 
torreatueux pendant la saison des pluies. 11 est nécessaire, pour assurer une 



■uvigalioo relalivemeat cerUioe p«Qdanl la uison des pluies, d'employer sur 
ces dilTéreQles rivières des canots à vapeur, à fond plat, poRse(l«nt une vitesse 
■ufAsante pour vaincre le courant. 

Le Manambolo a été remonté pendant les b&utes eaui par un canot k 
vapeur jusqu'à Bekopaka. 

Pendant la saison sèche, la navigation s'effectue en mouriangues, petites 
piroKues sans balancier. 

La Tsiribihtna et la Horondava peuvent être remoDtées de cette façon assez 
loin en amoal. 

Ces fleuves, en particulier le Hanambolo et la Tsiribihina, sobI, en ce 
moment, l'objel d'études complètes dont le résultat sera sans doute des plus 
importants pour le ravitaillement de la partie ouest du plateau central de Vile 
et le développement des relations commerciales entre cette partie de Madagascar 
et la cAte. Un matériel spécial de chaloupes b vapeur est déjà réuni ou est 
attendu de France. 

Ecoles. — L'enseignement officiel est encore à l'état d'organisation dans le 
cercle, ofi il ne compte que deux écoles k Horondava et k Belo. 

Celle de Horondava possède M élèves environ et est dirigée par un insti- 
tuteur militaire. L'école de Belo est également en bonne voie. L'enseignement 
libre est représenté par UM. Aas et Ostbye, missionnaires uorwégiens, qui ODl 
des écoles a Horondava (Bétuniaet Bétel), Belo, Bosy, Mahabo. Certaines de ces 
écoles, aux environs de Hahabo et de Horondava, en particulier, fermées depuis 
1895, viennent d'être rétablies ; toutes enseignent le français. 



ADimismnoN 



HH. Pats, ^, chef d'escadron d'artillerie, commandant le cercle. 

Aabert, lieutenant d'infanterie de marine, officier de renseignements. 
Perrot, sous-lieutenant d'infanterie de marine, chancelier. 
RatOTSAoaka, sous-gouverneur indigène. 

Dooanss 

HU. Le Mallot, brigadier. 

Corrisier, sous-brigadier. 

Postes et tél^aphes 
H. FilUeul, commis local. 

Qarde ludlgAno 

HH. LsfoDd, inspecteur de 3* classe. 
X<ebon, garde principal de 3* classe. 
Berard, garde principal de 4* classe. 



■ Aai, pasteu 
Ostbya, id. 



Culte et enseigcemest 
Mission Norwégienne 



îdby Google 



— 3(( — 

IISTK DIS COIONS 



Berthier, commertant. 

Bolfochar, id. 

Bourdon, id. 

Joaoftf/n, constructeur d'embarcations. 

L»bM, uns proression. 

Rvjê» J.-B., débitant. 

Parju ]., charpentier. 

RoiintI, employé de commerce. 

Smmàt, #, agent des Messageries H" 

Sattgu; négociant. 

V»ani, commertanL 

AUeHHkBd 

Warner, commerçant. 



Ahow, commerçant. 

Am», pasteur. 

Andertoa aloé, commerçant. 
Andtnon cadet, id. 
0«tfti/«, pasteur. 



Pruili, débitant. 



Ambfênl, commerçant. 
Abdu Hutnn, commerçant. 
Albaii Atnitllah, employé de 
Allbty Kurimbif, commerçant. 



AUbay lamaldjy, commerçant. 

Xbdofosen iamkiidjy. id. 

Âdémbjy lamailcfjy, id. 

AUbay Ponja, id. 

Aimraàadjy, employé de commerce. 

Biniijy fioia, commerçant. 

pjafordi liadjy, employé de commerce. 

□ossatf/y Aklmjy, commerçant. 

Dottadjy Dratnbjy, id. 

Dtimadrambjy, id. 

Oaou AUbay, id. 

Oaoud j Kakoumtiii, employé de commerce. 

Grantfjy Douedjy, id. 

Qalamcseï^ Ja.lbjy, commerçant. 

Ibramjy Karindjy, id. 

IsmaJIdjy Aittmbjy, employé de commerce. 

Ibrahim, commerçant. 

Kaaalm, employé de commerce. 

K&ridja, id. 

Kaulm Kardano, commerçant. 

KoMîm Pon<tja, employé de commerce. 

Katrop^ianl^, commerçant, 

Koiàjq AamaU, employé de commerce. 

Kadar Norobau, commerçant. 

Mammandhi, id. 

HamadobaJ, employé de commerce. 

Mandjti Valdjii, commerçant. 

Mamandjii Ualif, id. 

Mandjiej id. 

Mafia, employé de commerce. 

Norobaii Ibrândjii, commerçant. 

Osman Mahdl, id. 

Pàranyt», . id. 

PatinI, id. 

Paltf Hameni, employé de commerce. 

Haodjy Daomadjy, commerçant. 

Radjibay, employé de commerce. 

Samblet, commerçant. 

Sandarjy Ralarnjy, commerçant. 

Sandarjy Hvridjy, id. 

Samtfjy Kamdjy, id. 

Valandjti limaldJU' id. 

Vatanâji Aan<(f'i(, id. 



îdby Google 



«b, Google 



3" TERRITOIRE 



IBIINISTUTION 



MU. Houry, 0. ^, colonel d'iofanlerie de marine, comra&ndant le Icrriloire* 
Brun, jfi!, capitaine d'infaoterie de marine, officier^djoint. 
Rafanolikraiu, gouverneur principal de I" classe. 



îdby Google 



«b, Google 



CERCLE DE TÂNÂNiBITE 



Le cercle de TaDanarive comprend les régions les plu3 peuplées de l'Ime- 
rina, les plus proches de Titnan&rive. C'est le cœur de l'aaciea pays hova, le 
ceotre d'où rayonne, depuis deux lien de siècle, t'influence civilisatrice des mis- 
sionnaires européens. 

Il a servi de ttiéatre aux seuls évcnemcnls historiques dont le peuple ait 
conservé nettement le souvenir. C'est d'Ambohiman^ qu'est parti, à ta lin du 
siècle dernier, le mouvement d'unification qui devait faire rimerina pacifiée, après 
de longues années de guerres intestines, et placer bous la dépendance d'Aadria- 
nampotnimerina et de son fils Radama la plus grande partie de l'Ile de Hada- 
guEiCBr 

Cette région possède encore aujonrd'hui toute son importance politique ; le 
cercle de Tananarive, qui a le moins souETert de la rébellion de 1696, a été le pre- 
mier réorganisé. 

II comprend actuellement six sous-gouvernements : 

!• Fcnoarivo l 

2* Ilafy 1 de l'ancienoe province hova de l'Avaradrauo. 

3* Ambohimanga ) 

4* Ambobidratnmo du Marovalans. 

j* Ambohilriaimanjaka. 

6* Alasaora du Sisaony. 

Au Voromaherv ont été rattachés les districts de l'Ambodlrano sur la rive 
droite de l'Andromba. 

Iiimltss. — Les limites du cercle suivent d'une manière générale : 

1" Au nord et au nord-ouest, une ligne de hauteurs parlant du pic de 
Langana au nord d'Amt>ohimanga pour aller finir h l'est de boavinimerina, sur 
l'ikopa. 

2* A l'ouest, le cours de l'Andromba jusqu'à hauteur d'Antsahadiota. 

3* Au sud-ouest, le cours du Sisaony jusqu'à hauteur de Bongatsara. 

4* Au sud, une ligne conventionnelle joignant le Sisaony et l'ikopa entre 
Dongatsara et Amboliimirakitra, laissant Amhounjobc dans le cercle de 'Tsiafahy. 

Q* A l'est et au nord-est, une ligne jalonnée par les villages d'Anibalaoirana, 
Ambohipeno, Ambohimangakely, Ambohitromby, Ambohipiainana, Androina- 
rivo, AntsahareiaroroEa, etc. . . rattachés ou cerele' de Tananarive. 

PopulAtlon. — Les divers éléments de la population sont des plus dispa- 
rates, réunis pur un lien commun, la langue qui est la même, avec de légères 
variantes, pour toutes les tribus de la Grande-Ile. A côté du Hova, au teint jaune 
plus ou moins clair, aux cheveux plats, vivent des individus de race noire, origi- 
naires, les uns du Retsiléo, les autres du pays betsimisaraka, de la région saka- 
lava ou des autres tribus ou peuplades de l'Ile, anciens esclaves de la race con- 
quérante. 

Ces derniers sont cultivateurs, porteurs. Les Hovas sont commerçaDts, in- 
dustriels, ouvriers d'art ; ils peuvent devenir d'cxcellenls auxiliaires pour nos 
commerçants et colons. 

Les dilTérentes castes que tend à faire disparaître notre administration éga- 



■..CA>Ot^lc 



- 31B — 

liUire sont représentées dans le cercle et réparties, ÎQégalentGDt il est vrai, sur 
toute son étendue: 

Zazamarolahy à Tananarive ; Andriamasinavalona, dont les représentants 
sont plus nombreux dans l'ouest et le sud (Anosimanjaka, Ambohimandroso, 
Fenoarivo, Ampabitrosy, Aiasora) ; Andrianamando et AndrianarabonUona, 
renommés par la beauté de leur type (Betsiiaraîaa, Ambohitromby, Ambohîtri- 
nandriana, dans le sous-gouvernement d'IIafyj; Zanandralambo, qui ne comptent 
qu'un petit nombre de représeutanla dans le cercle. 

Jusqu'à la fin du 18* siècle, les Hovas ont vécu divisés en un grand nombre 
de tribus ennemies dont on retrouve sans doute les noms des plus puissantes 
dans les appellations ci-dessous encore usitées de nos jours : 

Tsioiambolaby. région d'I la fy ; 

Tsimabafotsy, réeion d'Arabohimauga ; 

Maudiavato, est tfllafy ; 

Antehiroka, est du sous-gouvernement d'Amboliidratrimo ; 

Kanakantitra, région de Fenoarivo ; 

Tsi&sora, sous-gouvernement d'Alasors. 

HappeloDa que les Tsimabafotsy, lesHandiavatoet losAntebiroka^quijoiiifi- 
saient de certains privilèges sous l'ancien gouvernement hova, ont pns une part 
très grande il la rébellion de 1896 et que ceux des leurs, passés aux insurgés, 
n'ODt quitté les camps de ceux-ci que lorsque la partie était visiblement perdue 
pour eux. 

Aujourd'hui, tous les habitants vivent en paix dans leurs villages et four- 
nissent de bons ouvriers aux colons qui les traitent avec bonté et justice. 







DÉSIGNATION 


naaim 

Ullll 


BAIILI 

[BMH 


UlUll 


•ma 


il 


TOTiL 




10.383 

5.9Ï8 

5.Wi 
S-BW 
S.S44 


13.53S 

i«.ees 

8.6*6 

fl.TSS 

ta.u3 


i3.-na 
sa.sts 

9.B13 
7,858 
13,1»T 
9.9» 


S9.836 
90.30S 

3a.6C0 
«,495 


3.»0 

631 

m 

130 
81 
909 


».963 
90.435 

3S.«81 
9B.)M 


Sow«ouTeniement d'ilatj 


il) Sur le* 7UB8 enlaati, 37.SI5 loiit d 


55.333 


70.930 
BMUlia 


■Ii.lB8(l) 

t».tn 


199.T50 

a Mxe 


t.680 
«miDîn, 


SOi.430 



Dottription du pays 



La région qui forme le cercle de Tanauarive appartient i. la haute vallée de 
rikoiM. Ce fleuve partage le cercle eu deux régions sud et nord distinctes. 

La région sud est monlueuse ; son ossature est composée par plusieurs 
collines aux formes irrégulières, aux flancs découpés par de profonde ravins, 
déchirés |>ar des crevasses. Orientées d'une manière générale nord-sud, ces 
collines laissent entre elles de longs couloirs qui donnent passage à plusieurs 



- 347 — 

riviftreB importaotes doDl la Varahina, le Sisaony et l'Andromb». Dans un des 
couloirs moins nettement accusé que ceux où ces rivières ont creusé leur lit, 
passe la route deTananarive à Fiaaaranlsoa. 

La région nord est une grande plaine ondulée avec dépression centrale 
marquée par les marais de Laniera entre Mamehana el Ambatolampy et les 
rizières du Betsimitalra; ses IJmiteK sont nettement accusées par des collines 
élevées aui flancs abrupts et stériles. Dans la plaine se dressent les rochers de 
Tananarive au sitd cl d'Ambohimanga au nord. La rivière la plus importante de 
la région nord est la Mamba, endiguée sur la presque totalité de son parcours. 

Voisi de oommnnioatlon. — L'amélioration des voies de communication 
est une des conséquences les plus heureuses de notre occupation. 

Cinq grandes routes traversent le cercle de Tananarive, rayonnant du chef- 
lieu vers les provinces voisines ou vers la côte. 

T" Route do Tamatara: 11 kilomètres. Empierrée, entièrement terminée. 

2* Route da Hfajun^ : 2S kilomètres. Ouverte mais susceptible de perfection- 
nements. 

Un très beau pont k cinq travées permet la traversée de la Hamba et du 
canal de Lanicra h Ambohidroa. 

3° Route d'Anjozorobé : 12 kilomètres. Ouverte, ponts en pierres do taille sur 
tout son parcours; les pentes encore un pou fortes seront rectillécs après la 
saison des pluies 1898-1899 et ne dépasseront pas O^OT par mètre. 

4" Route de /'Ouest par Fenoarivo et Arivonimamo: 14 kilomètres. Celte route 
utilise les digues de l'iKopa, puis du Sisaony jusqu'à Fenoarivo. Elle ne pourra 
être ouverte à la circulation des voitures que dans le courant de l'année 1899. 
Bac sur l'Ikopa, pont de 75 mè'res k 9 travées en construction sur le Sisaony. 

5" Route de Fia/iarantsoa : 9 kilomètres. Très belle route, ouverte en 
décembre 1898; bac sur l'Ikopa à améliorer, beau pont h Tanjombeto et à 
Ankadisoa ; sera empierrée pendant la saison des pluies 1898-1899. 

Les principaux villages du cercle sont reliés entre eux par de bons chemins 
muletiers, mais l'absence de ponts en magonuerie rend encore les communications 
précaires pendant la saison des pluies, communications coupées par les fossés 
profonds que sont l'Ikopa, ta Hamba, le Sisaony, l'Andromba et de nombreux 
ruisseaux et canaux. 

Climat. — Le climat est très doux et rappelle celui du midi de la France. 
La température, les saisons, les maladies ont fait l'objet d'observations nom- 
breuses qu'il semble inulile de rappeler dans cette courte notice. L'Européan se 
Krte généralement bien dans tout le cercle; la croissance des enfants se fHit 
:ilement, presque exempte de maladies; malheureusement la réRion est peu 
propre h. la colonisation agricole, toutes les bonnes terres ayant été mises en 
valeur par l'indigène. 

Lots de oolonlsstioii- — Néanmoins vingt-cinq concessions ont été 
accordées dans le cercle depuis l'occupation française, mais elle ne sont pas toutes 
FQ valeur ; q::elqucs lots reconnus restent disponibles et d'autres seront repérés 
prochainement, surtout dans le sous-gouvernement d'Alasora. 

AgrionltoTS. Elevage. — Les principales cultures sont représentées par 
le riz. Te manioc, les patates, le maïs en petite quantité, les haricots, les légumes 
d'Europe, les ananas (sous-gouvernement d'Amhohidralrimoj, etc. 

Le café vient bien dans les parties abritées du vent d'est, dans les terres 

f profondes, fraîches sans être humides. Le mOrier pousse très bien aussi dans 
es mêmes terres ; pins rustique que le café, il réussira sans doute sur le flanc 
ouest des collines. 

Des essais de plantation de cet arbre sont faits sur une fp^ndc échelle ua 
peu partout et surtout dans le sud du cercle (sous-gouvernement d'Alasora). 



poi 
fac 



îdby Google 



Le pays ne coDvteat pas à l'élevase du bœuf, à t'eiceptioa de fjuelques 
ceQtaioes d'hectares de plaines, inondées pendant la saison des pluies, âéjfa 



I&dTistrie. — L'industrie est encore dans l'enfance. Elle est prcsqu'cntic- 
rement entre les mains des Indigènes, k l'exception de l'industrie flti fer. à la tèlc 
de laquelle se trouve une maison françusc dont l'outillage est encore incnmplet. 
L'industrie de la sole semble appelée à un grand avenir, la température douce et 
constante se prêtant par faite ment à l'élevage des versa soie, du bombyx de 
mûrier tout particulièrement. 

Les indigènes font des lambas en i^ole utilisés pour l 'en sève lisse meo t des 
morts et qui sont vcndiis un pris élevé sur tous les marchés de la région. 

Commères. — Les marchés sur lesquels se font les transactions sont 1res 
nombreux. Les principaux sont : 

Alalsinainy-Beliizaraina (llafv), k 7 kilomètres de la capitale ; 

Atalsinainy-lmerimanflrDso {kmbohhndnga). 19 kilomètres; 

AlaUinainy-Ambazaka (sud de Fenoarivot, n kilomètres ; 

Alarobia Ttarasaotra, à 5 ou 6 kilomètres au Nord ; 

Alarobia-BongaUara, sur la rente de Fianarantsoa h kilomètres; 

Atakamisy-Fenoarivo, 13 kilomètres sur la route d'Arivonimamo ; 

Alakamitji'Àmboliimara, lô h 16 kilomètres sur la route de Hajunga ; 

Zoma de Tananarwe; 

Sabolxy de Nnmehana, 8 kilomètres, important marché où s'approvisionnent 
directement de nombreux habitants de Tananarivc. 

Sabolfy-Andokaranofolsy, 4 à S kilomètres sur la route de Fianarantsoa. 

Le produit des taxes sur les marchés est d'environ 230.000 francs pour le 
cercle de Tananarive, de 300.000 francs, y compris les marchés de la ville de 
Tananarive. Si on admet que le produit (les taxes représente à peu près le 1/35 
des affaires traitées, le mouvement des affaires serait donc annuellement de 
7.50O.O0O francs. 

Le commerce d'importation et d'exportation se concentre â Tananarive (voir 
les renseignements donnés au chapitre suivant : Ville de Tananarive). 

OrMuiution administrative. — Le rercle de Tananarive est sous les ordres 
direvladu colonel commandant le 3* territoire; il comprend six sous-gouver- 
nements : 

FenoarivD— llafy— Ambohimanga— Ambohidratrimo— Ambohilrtnimanjaka 
— Alasaora. A la tète de chaque sous-gouvcrncmen test un fonctionnaire qui porte 
le titre de sous-gouverneur. Le sous-gouvernement comprend un certain nombre 
de districts li la této de chacun desquels se trouve un petit gouverneur assisté de 
un ou deux adjoints secrétaires. 

La réunion des six sous-gouvcrnemenls forme un gouveroement indigène 
sous les ordres d'un gouverneur principal relevant directement du comman- 
dant du territoire. 

Deux sous-gouvernements sont encore aujourd'hui formés en secteurs ; Am- 
bohimanga et Amhohidralrimo. Leurs chefs militaires sont responsables du 
mainlicn de la sécurité et surveillent les détails de l'administration. Grftce h 
une épuration faite avec soin du personnel indigène. In comptabilité des districts 
est bien tenue et tes impOts payés régulière m en l. 

Les principaux registi-es tenus par les gouverneurs de districts sont: re- 
gistre rdic des impôts, carnet de recettes-quittances à souche, registre du réle 
des prestataires, registre des actes de l'état civil, registre des ventes à litre dé- 
finitif, registre des ventes à titre provisoire, cahier de mensuration des riiières, 
cahier des individus du sexe mile. 



Digmzedby Google 



Boolu. — L'enHeigaeinent est très développé dans le cercle de Tananarive. 



Parmi les missions étrangères, la London Hissionnary Society compte 
790 élëTes ; la Frieads forelKn mission sssocialjoD, 908 élèves ; la Mission 
anglicane, t.3H élèves; la Hiasion norwégienne, 210 élèves; l'Itsimiankina 
(séparatistes malgaches), 63 élèves. L'enseignement ofticiel est en voie d'orga- 
nisation. 



ADIimSTUTlOI 



MH. Honry, 0. #, colonel d'infanterie de marine, commandant le territoire, 
comtnaodaDt directement le cercle. 
Huoix, liealenant dlnranterie de marine, chancelier. 



USn 1(8 COLONS 



Braut, missionnaire. 

Capsnon, missionnaire. 

Dupur, colon. 

Fêumérv, jardinier. 

Bro», liquoriste. 

einudtt, colon. 

LaAaats, prfitre. 

Lhtrminite, sermrier. 

Vané, cultivateur. 

Martin tfa Fourohambault, planteur. 

«ifttMfo, détxtanl 



PMHmu, colon. 
Poat, coramercaQl. 
SJacfwx, journaliste. 

«UeM 

Dr^yfu», colon. 

P»iH, missionnaire protestant. 
Flvrana Orvlllt, industriel. 



îdby Google 



ÎIUE DE TMANME 



Sitnatloii générais. — Ancienne capitale de l'Imerina et du royaume 
hova, TaDanarive est actuellement le cher-lieu de la colonie de Madagascar et 
bépcndances. 

B&tie Kiir le plateau intérieur et ii peu près au centre de la Grande-Ile, la 
ville 86 dresse en partie Hur un massif granitique de 3 kilomètres de longueur 
et de I kilomètre de largeur ; orientée du nord au sud, elle s'élève il t.iOO" 
d'altitude au-dessus du niveau de la mer ; sa situation est par 4S° M' 30" de 
longitude est de Paris, et IS° SS ' 2 " de latitude sud. 

La croupe de la montagne a, su maximum, SO II 80 mètres de l&rgeur. Au 
tiers environ de sa parije nord, elle se divise en deux branches qui s'infléchia- 
sent vers le nord-ouest, en descendant graduellement jusqu'aux vastes rixières 
baignées par ri kopa, qui recouvrent, dans la direction de i'ouest et du nord- 
ouest, plusieurs milliers d'hectares. 

La physionomie générale de la ville est très pittoresque. 

Tananarive est séparé de Tamatave par une distance de 300 kilomètres 
environ. 

Limitoa. — La ville de Tananarivo jouit de son antonomie administrative 
et financière. 

Sa circonscription a pour limites : 

Au nord : l" La route de Nahanisana jusqu'au nord-est du cimetière. 

S* La route joignant la précédente à la route d'Ambohimanga ; 

3* La route d'Ambohimanga, pendant 150 mètres environ au sud, puis une 
ligne se dirigeant vers l'est et contournant le mamelon de Manjakaray, en 
laissant le viTllsge de ce nom au nord ; 

4<^ La digue de Tsarasaotra, jusqu'au canal de Manjakaray; 

5° Le canal do Manjakaray rejoignant celui d'Andreranantanimena ; 

A l'ouest, le canal traversant les rizières et rejoignant l'Ikopa à Nosizato, 
en y comprenant le village jusqu'au hac ; 

Au sgd, rikopa jusqu'au lac de Mandrosoza ; 

A l'est, le lac de Handroseu et le chemin prenant la ligne des crêtes, 
passant derrière l'observatoire, le forl Duchesne, l'hOpital d'Isnavinandriana et 
rejoignant la route de Nahanisana. 

Climatologie. — Le cirmal de Tananarive est relativement sain ; h la 
condition d'observer certaines règles d'hygiène et de sobriété, l'Européen s'y 
acclimate facilement et peut y vivre plusieurs années sans interruption. 

Les épidémies contagieuses y sont inconnues, la Hèvre est béoijgne et la 
dysenterie est rare. Quoique Htuée dans la zone tropicale, Tananarive jouit d'un 
climat tempéré, agréable et favornblc h l'établissement des Européens, à cause 
de son altitude et des vents alizés, ijui rafraîchissent sensiblement l'atmosphère. 

La température varie de 70 en hiver à 27* en été. La saison froide, qui est 
en même temps la saison sèche, va d'avril h septembre ; la saison des pluies 
commence en novembre pour finir on mars, 



■,:cc.;,C00gIC 



D,„u„ab, Google 



«b, Google 



— 321 — 

' 8«rTlo«« administratif fl. — Tananarive est le siège du Gonveraernent 
(icnérni de la colonie et de tous les services centraux adminislratifs, finaooicr» 
et judiciaires, à l'exception du senice des douanes, doot la direction est 6 
Taraatave. 

Ces services sont les suivants : 

Direction du contrôle financier, parquet ^né rai et cour d'appel, tribunal 
de 1''* instance, travaux publics, mines, trésor, )>ostes et télégraptaes, domaines 
et conservation de la propriété foncière, service topograpniquc, agriciittiire, 
roréis, enseignement, service des bâtiments et transports civils. 

Tanananve est également le siège du Quartier dînerai du commandant en 
chef du corps d'occupation et de son ôtat-major, d^s services administratifs 
militaires, des directions d'artillerie, dii génie et du service de santé, des conseils 
de guerre el de révision. 

Adminîatration locale. -L'n capilaioe remplissant les fonctions d'admi- 
uiMraleur-maire est chargé de l'administration de la ville et de la gestion de son 
budget, sons l'aotorilé du Gouverneur Général. 

Voies de oommunioation urbaines. — L'amélioration des voies de com- 
municnlion dans l'intérieur de la ville s'est imposée dès l'occupation française. 
C'est le cas principalement de la capitale, oii la voirie a subi partout de remar- 
quables tranafoi'mations. 

Les habitants ne pouvaient accéder à leurs demeures qoe par d'étroits et 
lortueux sentiers, ou par de mauvais escaliers en pieri'e. Anjourd hui ces ruelles 
impraticables ont été transformées en rues larges à pentes faciles que bordent 
de chaque c4té des caniveaux en maçonnerie. 

Ces routes rendent les communications faciles à travers la ville et évitent 
de longs détours pour se rendre d'un quartier k l'antre. Il faut signaler tout 
particulièrement la route circulaire, parfaitement aménagée, qui entoura la ville 
et dont la chaussée établie un peu au-dessus des rizières environnantes suit les 
sinuosités de la base du soulëvemeat principal ; de même deux rues livrées à ta 
circulation font communiquer la partie est de la ville avec la route de Tamatave 

êui, jusqu'à ce jour, n'avait d'autres débouchés que des ruelles impraticables aux 
uropéens. 

Mais de tous les embellissements apportés dans ces derniers temps à ta 
voirie urbaine, le plus remarquable est sans aucun doute la transformation, en 
une coquette place, d'un vaste terrain de forme triangulaire situé au centre de 
la ville et auquel on a donné le nom de place Jean-Laborde. 

L'aspect malpropre qu'avait autrefois ce terrain a fait place à des pentes 
galonnées, et k des chemins qui serpentent gracieusement au milieu de massifs 
de fleurs ; des escaliers en pierre réunissent entre cUei les différentes parties du 
square. Au centre s'élève un élégant luosque joliment décoré et doot les formes 
sveltes et légères rappellent ceux de Frnace. 

Doux fois par semaine la musique du 13' régiment d'iafanteric de marine 
y donne des concerts très goûtés des colons et de la population malgache. 

Monuments. —Le palais de la reine, qui domine Tananarive sur le point le 

a lus élevé, a été primitivement construit en bois, par un de nos compatriotes, 
. Laborde, consul de France; il date de 1840. 
Le transport des immenses madriers a coAté, dit-on, la vie h tS.DOO bom- 

Ce n'est (lu'en 1868 qu'il fut modiHé par l'architecte anglais Cameron. On 
l'entoura extérieurement d'arcades en pierres de tailla, avec toura aux angles. 

L'ensemble a, de loin, des apparences monumentales. 

A gauche de ce bâtiment se trouve un petit édifice on bois, avant 13 mètres 
de longueur et dix de largeur: c'est le Palais d'arçent de Tranovola, ainsi nommé 
.i cause de quelques ornements d'argent jadis cloués sur la toiture et les 
angles de la façade. Il a été construit par le charpentier français Le Gros. Les 
murs sont couverts de grandes images d'Epinal représentant les principales 
bataillesde Napoléon l". 



■;=;,t,:cc ..Google 



— 322 — 

Au Bud du précédent est le palaie de Hananipisoa, qui coDtient les richesses 
des rois et reines <jui se sont succèdes depuis Andrianarapoinimerina. C'est là 
qu'est aujourd'hui le musée. 

Ed descendant vers le nonl, à peu près k SOO mètres du ^rand pulais de la 
reine, l'on rencontre le paisis du premier ministre, grand bAtimcnt en briques 
et pierres de 40" de longueur sur 30" de largeur, surmonté d'un dôme vitre et 
flanqué de quatre tours carrées entourées de vérandas aux trois étages. Il a Étc 
bftti par l'architecte anglais Pool ; son style est original et curieux mais d'un 
goi)t discutable. 

Il sert actuellement de caserne au 13* régimenl d'infanterie de marine. 

La magnifique cathédrale siluée au centre de la ville rappelle très eiacte- 
ment nos édifices de France. DeWmètres de longueur sur 10 mètres de largeur, la 
hanteur de ses tours atteint 30". En style gothique, avec une belle façade 
garnie de riches vitraux, solidement construite en granit, elle fait honneur à ses 
deux architectes, le frère Gonsalvien et le Père Àlph. Taïx, ainsi qu'au Pèro 
Aiiloud, qui s recueilli les fonds nécessaires à son édification. 

Enfin ^ l'extrémité N.-O. de la ville se trouve la Résidence de France. Le 
•nia oii elle est construite fut chois' 
tier le plus éloigné de la ville, entre 1< 
robitra. 

Cet édifice princier de style Louis XIII k double étage, est bâti en briques 
encadrées de pierres. Au bas du fronton de la façade, un double escalier conduit 
au vestibule. En face, le salon de réception est entrecoupé de colonnes h cha- 
piteaux assyriens. La salle à manger et ses dépendances occupent l'une des 
ailes; on y remarque une grande tapisserie des Gobelins; les boiseries des 
plafonds et des lambris colorés forment un ensemble harmonieux. Dans le 
cabinet de travail du résident, un bureau exécuté par les ouvriers malgaches 
mérite aussi l'attention. Enfin, de la véranda, soutenue par des colonnes can- 
nelées, de style dorique, le paysage qui se déroule est des plus pittoresques. 

C'est au talent de H. A. Jiilly, ancien élève de l'école des Beaux-Arts, qu'est 
dû ce monument. 

Murclié de U plaoe Pl&oourt (Analakelij). L'améiisgement du grand 
marché de la place Fiacourt a été un des principaux travaux de ISBB et assuré- 
ment un des plus avantageux pour la ville. 

De temps immémorial le marché était installé sur la butte d'Amhohitsoro- 
hitra. La conquête terminée, l'occupation frdnçaise fit raser le mamelon qui 
emprisonnait la résidence, et y (1t établir une large avenue b l'extrémité de 
laquelle fut installé le marché' 

Le bazar, comme on l'appelle encore aujourd'hui, donnait lieu à un encom- 
brement indescriptible. L'emplacement, quoique relativement assez bien amé- 
nagé, était trop restreint et se prétait très mal à un bon classement ; il ne 
permettait aucune extension du marché qui, à la saison des pluies, devenait 
absolument impraticable. Sur la première plate-forme, construite en 1B97, la 
circulation était encore possible, mais aux étages inférieurs, non encore achevés, 
Bur des terres ravinées par la pluie, se trouvaient doB buttes formées de quatre 
piquets et disposées dans un ordre impraticable ; de ce fouillis, il résultait pour 
l'acheteur une perle de temps considérable et une promiscuité des plus pénibles 
ponr les Européens. 

Le vaste terrain d'Analakely [place Fiacourt), voisin du précédent, se trouvait 
tout indiq^ué pour recevoir le nouveau marché ; son améJiagement fut immédia- 
tement mis en œuvre. 

Abandonnant le projet primitif d'établir des terrasses étagées sur l'ancien 
marché, projet qui eut entraîné à des dépenses considérables par suite de la cons- 
truction de murs de soutènement, on entreprit immédiatement les travaux de 
terrassement, de nivellement et de captage des eaux, indispensables à la con- 
servation. 

Afin de faciliter les communications avec le haut plateau, on a ouvert une 
route, partant de l'avenue de France et contournant l'ancien marché. Les dif- 



..Caioi^Ic 



féreats talus ont ité recoupés, de Taçoo s leur dooner une peotfl plus naturelle, 
gazoanés et couverts de plantations ; ils formeront par la suite des jardins ou 
squares du plue bel effet. 

Un vaste escalier proloogeant l'nvenue de France traverse également tous 
ces talus et évite aux piétons te détour par la rue. 

EaRa, un égoùt collecteur en maçonnerie de 1" 40 de largeur sur 2'^ de profon- 
deur traverse le milieu de la place Flacourt. sur une longueur de 330 métros avec 
branchements. Cet aqueduc, couvert actuellement sur une partie seulement, le 
sera complètement en 18S9, permettant ainsi d'établir h travers le marché une 
large avenue de 2S mètres, qui, plantée d'arbres, fera par la suite une promenade 
des plus agréables* 

Le marché, qui représente une superficie de plus de SOiCOO"' <] , est divisé 
en quatre grands rectangles, séparés par des rues de six mètres de largeur. 
Chacun de ces rectangles comporte sept rangées doubles de loges séparées par un 
passage de trois mètres de larse. Ces divisions, comhinécs par sections et par 
catégories de produits, rendant faciln la circulation, permettent it l'acheteur un 
accès beaucoup plus rapide. 

I,a nouvelle installation attire un chiffre coosidérable d'indigènes. De 
nombreux marchands de l'extérieur qui, jusq^u'à ce jour, n'avaient pu s'installer 
an marché, faute d'emplacement, ont apporte leurs produits. 

Les transactions ont décuple ; les approvisionnements vont chaque jour en 
augmentant et te marché du vendredi (Zoma] offre un aspect d'une animation 
inconnue jusqu'ici. 

On peut évaluer de 8 à 10.000 le nombre de personnes qui s'y pressent ce 
jour- là. 

Commerce. ~ Tissus. — Les produits importés depuis mai 1898 vien- 
nent en grande partie de France. 

Les marques étrangères ne figurent plus exclusivement sur le marché et ont 
fait une certaine place a nos tissus. 

Les manufactures françaises ont créé, dans l'île, d'importantes maisons qui 
assurent de sérieux débouchés à la Métropole. 

Nous donnons ci-après le relevé du- bulletin commercial du 4" trimestre 
1898. 

Toiles françaises et américaines : entre 16 et 17 fr. les 40 yards ou 36™ 40. 

Toiles blanches ou calicots: entre 14 el 30 fr. les 40 yards ou 36" 40. 

Ces prix s'entendent pour ta vente 1/3 gros. Les toiles grande largeur ont de 
0" BO à 0» 91 1 /2 ; celles de petite largeur, 0" 7( . 

Les patnas madapolam sont entièrement des produits anglais. 

Toutefois, quel(]ues importantes maisons de France pouvant défier toute 
concurrence étrangère ont ouvert des succursales h Tananarive et leurs produits 
trouvent un écoulement des plus faciles. 

Les indiennes sont employées surtout à confectionner les lambas; les patnas 
et madapolam en forment la doublure; sous le nom générique de « somizy ' 
tes malgaches eu font aussi des tuniques, des robes, du linge de corps. 

Les indiennes [impression 2 à 4 couleurs, 0" li de large) se vendent i 
I" qualité ( Manchester f. 80 le mètre. 
3* id. \ et SO id. 
3* id. ( Bombay 30 td. 
Qualité supérieure, France, 1 fr. k 1 fr. 10. 

La mousseline vient d'Angleterre ou des Indes; elle est vendue surtout au 
détail par les Indiens et par qnelciues détaillants européens. Cet article est assez 
goûté par les femmes iDdigèues; les prix varient entre Ofr. 75 et I fr. 25 le yard; 
elle est vendue par pièce de 33 yards valant de 6 il <3 francs suivant qualité. 

La flanelle, les draps liont des produit» français. 

La flanelle coton, blaocheet rouge, se vend0fr.601emëtro,encouleurs0fr. 53 
le mètre. 



îdbyGoOglC 



~ 324 - 

Si la moUBseliDe, la nsnelle provienneal en partie d'Angleterre et d'Améri- 
que, p«rcontre U soie, le satin, la aalinette sont des produite exclusivement 
iVançâis. Ces tissus sont fort goAtés parmi la haute classe de la société indi- 
gène ; les reflets sojenx de nos beaux produits de L.von attirent les femmes 
malgaches ; la soie est livrée aux consommateurs à des prix qui vsrieDt de 
1 fr. 15 à 9 fr. le métré. 



Bùiaideg et denrée». — Parmi les autres produits d'Importation aui 
donnent lieu à an chiffre d'affaires assez élevé, viennent en premier lieu les 
vins, les spiritueux et les liqueurs, puis les farines, les denrées et conserves 
alimentaires. 

Les vins, sauf quelques-uns italiens [Asli, muscat] sont tous d'origine 
française. Ils arrivent en dames-jeannes de la Rôle ; ce sont en général de gros 
vins du midi. La damc-jcanne de 17 i. 18 litres est vendue i. Tananarive au prix 
de 37 fr. SO b 40 francs. Le rhum vient presque tout entier de Maurice- Une 
petite quantité vient de Bourbon, marques Isautier, Archambault. 

Les spiritueux sont surtout représentés par les marques françaises les plus 
connues. 

Les conserves sont en partie d'origine anf^laise (Morton de Londres). Les 
conserves françaises, plus délicates et bien supéneures, sontimportées par Itodel, 
de Bordeaux, Amieux f"', de Nantes, Potin de Paris, Laforcst, de Férigueux et 
Louit, de Bordeaux. 

Tout le pétrole consommé dans la capitale viunt d'Amérique; les prii de 
cette bulle minérale varient de 18 à 2S fr. l'estagnon de 20 litres. 

Produit» divers. — Les articles de quincaillerie sont anglais et allemands. 
La coutellerie vient principalement de Sheflleld ; ces articles, solides d'ailleurs, 
et de bonne fabrication, sont bon marché. Les ciseaux, outils, etc., d'origine 
allemande, sont de qualité médiocre. L'article de Paris, plus élégant, atteint des 
prix plus élevés. 

La mercerie, égaJemcnt anglaise, se ti'ouve sur tous les marchés. 

La parfumerie est un produit prcsaue entièrement français. Les bonnes 
marques sont rares, les indigènes usant ne parfumerie à bon marché qu'ils se 
procurent chez tes Indiens et sur les marchés. On trouve cependant nos meit- 
leures marques françaises chez quelques détaillants européens. 

La coiffure, la chaussure, sont fournies à peu près en quantité égale par 
la France et l'Angleterre. Les casques en Uëge viennent de Marseille, la chaus- 
sure de Lyon, (^rlaines maisons reçoivent des stocks de chaussures vendues a 
bon marché. 

La faïence, la verrerie, les lampes, viennent surtout d'Allemagne. Ces 
produits sont de qualité ordinaire ; quelques lampes mieux conditiouoées 
viennent d'Angleterre. 

Les allumettes sont presque toutes d'origine étrangère ; il s'en trouve une 
infinité de variétés, dont beaucoup sont fabriquées en Suède. Il en vient 
également, mais en petite quantité, du Japon. Cet article donne lieu à un chiffre 
d importaUon assez élevé. 

Le fer-blanc vient entièrement d'Angleterre. 

Produits indigènes. Industrie. — L'industrie rudimcntaire du pays 
laissait croire que pendant longtemps encore les Malgaches seraient tributaires 
de l'Europe pour tous les articles énnmérés dans le cnapitre précédent. 

L'école profession ne lie, quoique nouvellement installée, peut fournir actuel- 
lement no important novau d'ouvriers suffisamment habiles pour Ctre employés 
très utilement dans les diverses branches de l'industrie. Tous les métiers y sont 
représentés et grAce à une méthode d'enseignement rationnelle, associant dans 
une sage mesure la théorie et les travaux pratiques, il a été possible de tirer un 
parti presque inattendu des aptitudes réelles des jeunes Malgaches. 

Les iDdigànes savent fabriquer de temps immémorial la poterie. Les croobeï, 



v^îooglc 



— 325 — 

les marmites proviennent surEout d'AmbobitrkodraiDa-ouest, et d'Amlioaiùobe 
du Bud (eaviroQB deT&nanarive). La poterie n'est généralement pas tournée, 
maie rapportée pièce par pièce et cuite Hiir un foyer en plein air. 

M. Laborde, ancien consul de France, avait appris aux Malgaches h fabriquer 
la faïence, la verrerie, les bougies. Beaucoup d'autres industries avaient été 
installées sur ses conserlâ ; mais de tous les établissements créés par notre com- 
pnlriote, il ne reste que des ruines grandioses. Les Malgaches en sont revenus 
aux ancien^ errements, et c'est k grand peine qu'ils ont retenu la fabrication 
d'un mauvais savon noir qu'ils obtiennent en mélangeant du suif de hœuf ou 
de mouton avec une sorte de potasse très impure, obtenue par l'incinération des 
jonca et plantes aquatiques. 

Les missionnaires, les Pères surtout, ont appris aux indigènes â se servir 
adroitement du fer, mais les procédés de fonte sont demeures beaucoup trop 
primitifs, et le fer, qui provient cependant d'un minerai excellent, ne peut être 
employé qn'& la confection de petits objets. 

Les saumons, qui arrivent d'Ambatolcry et de l'Amorookay (Haatasoa), sont 
très impurs, remplis de charbon et de détritus de toutes sortes. 

On trouve sur les marchés de Tananurive : des bêches (angady), dont les 
prix varient entre ï fr. 50 à 3 fr. 

L'industrie du tissage est également fort ancienne. Il semble ni4me que 
devant le bon marché des étoffes venant d'Europe, cette industrie ait subi une 
crise passagère dans l'imerina. 

ifn lamba de soie se paie de 2S à 70 francs suivant qualité. Les plus origi- 
naux viennent du Belsiléo [larindrano, Sarimbo) ; ils valent en moyenne 
50 francs sur ces marchés. 

Avec le chanvre, qui pousse fort bien dans le Voromahery, les indigènes 
fabriquent quelques lamb&s grossiers, mais assez solides, seuls vêtements, d'ail- 
leurs, de la classe pauvre de la population. 

Les rabanes, sorte de tissu fait avec les fibres du raBa, que l'on iroiive 
actuellement sur les marchés, valent 1 fr. 25, 1 fr. 50 et 2 francs la pièce. 

Si, h ces produits de l'industrie, l'on ajoute les chapeaux indigènes de plu- 
sieurs formes, très finement tressés, dont les prii varient entre fr. 85 et 6 fr. 75 
et quelques objets fabrii^ués avec la fibre de l'aloès, on aura épuisé la liste des 
objets de fabrication indigène. 

Tout récemment, il a été fait des essais de tilature et de lissage du coton; 
cette expérience a parfaitement réussi et a donné d'excellents résuUats. 

Dans un avenir très proche, l'on peut dés maintenant prévoir l'installation 
d'une usine, qui fabriquera nos tissus avec le coton de l'Ile. 

Exportation. — L'exportation des produits malgaches est actuellement 
réduite a un chiffre d'affaires assez faible. 

Quelques colporteurs indigènes envoient à la cAle des œufs, de la volaille, 
des porcs, de la graisse de porc. 

Plusieurs maisons de commerce expédient des peaux de bœuf en Europe. 
L'indigène du plateau central avait, jusûu'ii ce jour, pour habitude de débiter la 
viande avec la peau adhérente h la chair. Depuis quelque temps, on a fait 
comprendre aux Hovas l'avantage qu'il y aurait k dépouiller totalement le 
bœuf, afln de vendre séparément la viande' et ta peau. Ils ont trouvé naturel- 
lement ce dernier précédé plus rémunérateur et ils ont complètement aban- 
donné le premier. 

La peau de bœuf vaut, h Tananarivc, entre S et 6 fr. 50. La peau de mouton 
s'expédie plus facilement ; elle vaut actuellement, achetée à l'indigène, de fr. 50 
Il fr. 80. 

il s'exporte un peu de poils de porcs. II en venait autrefois beaucoup du 
VooîzoDgo. En ce moment, c'est surtout le Vakinankaratra qui fournit les soies 
de porc. A Tananarive, elles valent jusqu'à 3 francs le kilo, bien qu'elles ne 
soient pas d'vn très boa usage, étant très fioes et très courtes. 

Tels sont à peu près les produits indigènes qu'exporte la o^pilale. 



.;oogic 



PopuliitlOD. — La population indigène de Tananarive, délerminéc par 
un recensement effectuË en 1897, atteint le cliiffre approximatif de SO.OOO habi- 
tants. Elle est composée en grande majorité de Hovas et d'anciens esclaves. 
Depuis l'occupation française (octobre I8QS), k population européenne a notable- 
ment augmenté et elle tend à s'accroître de jour en jour. En dehors des officiers 
et des troupesen résidence à Tananarive, la populntron européenne atteint 700 
habitants environ. 



iDMINISTRUIOK 



BtatclTU 

M. Bartb«, commis de résidence. 



Folies munioipals 

nu. Bftitel, commissaire central. 
Véron, sec rtit aire. 

Dedian, inspecteur de police de 1" classe. 
Lépinenx, inspecteur ae police de 3' classe. 
Benoit, brigadier de police. 
A^JouUt, id. 

Cliamb» Consultative 
UU. Smo&u, it, président. 
DoArrer, colon, 

Hallot, DégocJant. ^ 

Honnium, négociant, 



FontoTBout, négociant, 
Catml, négociant, 
Bonti, colon, 



LISTE «ES COLONS 



I Alin, emplové dt> .>,.,.. 
Âb»lurd, débiUnt. Amblard. restaurateur. 

AeM, plâtrier. Aymoz, insUlutcur. 

Âlblmt, instituteur. ] Bâchai, huissier, 



t,:cc.;,C00gIC 



Bêilly, prospectear. 

Barbaza, ;da>teur. 

Bmnjrt, prêtre. 

Baron, néKocianL 

Sarrau tt, corroyeur. 

SaMon, domestique. 

Basta, débitant. 

Saufaaf, pharmacien. 

Sec, employé de c 

Ballot, agriculteur. 

Benjamin, carrier. 

Bprgar, négociant. 

Barnard. croployd. 

Bornard H., instituleur. 

Sarnuawn, instituteur. 

Bartaad R., tanneur. 

Bartaud P., inflnntère. 

Mii'at, îDBtiluteur. 

Bigot, négociant. 

Bonafoua, in ntl tutrice. 

Sonnet, Terblantier. 

Bordai, raécantcien- 

Boral, commerçant. 

Botaliar, surveillant de travaux. 

Bouquinât, coiffeur, 

Bourdal, appareilleur aux travat 

Bourguignon, débitant. 

BourMu, industriel. 

Soulsf, instituteur. 

Souta E. 'A., colon. 

Bout» L-, ingénieur. 

Bouvier, étudiant. 

Bofell, agent d'affaires. 

Brigéra, prêtre. 

Cambriali, agriculteur. 

Cannât, agent de publicité. 

Cattnova, débitant. 

Castati, missionnaire, 

Caullor, forgeron. 

Cavral, commerçant. 

Oaiaf, distillateur. 

Cftabsrl. 

Chaffanal. 

Chamtnt. 

Chambaron. 

Ohampanhtt de Sarja», colon. 

Chopintt, cuisinier. 

Coffn, missionnaire catliolique. 

Collot, commerçant. 

Contant, avocat. 

Copinot, cuiaiDÎer. 

Cornlllon, étudiant. 

Cotfe, entrepreneur. 

Coatai, négociant. 

Courtoft, négociant. 

Oamour, charcutier, 

Ûandrlau, phannacien. 

Danton/, entrepreneur. 



Datouin»/, restaurateur. 

ûalord, pasteur. 

Dennial, instituteur. 

Ofon [Sœur Marie), surveillsule de l'ou- 

vroir. 
Doirrar, colon. 
Doignon, tailleur de pierres. 
Oreaofi, infirmier. 
Dutlau, banquier. 
Ûumaa, entrepreneur, 
Dupri, ingénieur agricole. 
Oupuy, professeur d'agriculture. 
Eparonniar, maçon. 
Bttiva, agriculteur. 
Filtrat, Instituteur. 
Florand, déliitant. 
Fontoynonl, médecin. 
Fontoynont, négociant. 
Franfolt, concierge. 
Franilnl, représentant. 
Frapëit, commerçant. 
Faytta, jnstiluteur. 
Friuura, maçon. 
Bar/Te, employé. 
Qallard, liquoriste. 
Qauthiar L,, entrepreneur. 
Qiraudl., id, 

Qlraad H., commerçant. 
Qlrard, entrepreneur, 
Qirard, restaurateur. 
Bervafa, employé. 
Qircd, comptable, 
âobaf, armurier. 
Qontiar, serrurier. 
Bran jette, missionnaire. 
Qrafu'aan, pliarmacien, 
Braa, potier. 

Qroilard, cuisinier-pfttissier, 
Qroléaa, architecte. 
Guiraud, imprimeur. 
Qugtava, chaudronnier. 

Hall, prospecteur. 

Nadot, commerçant. 

Hoffmann, id. 

Hunamann (Sœur Philomène), institutrice. 

Jaullac. instituteur. 

Jay (Sœur Zénalde), religieuse. 

Jean G,, instituteur. 

Jaan, missionnaire catholique. 

Jeannèf, cultivateur. 

Jouaaeaume, id. 

Johann y, instituteur. 

Jully, architecte. 

Krottair, agriculteur. 

Lapatlt (S«eur S'-Georges), institutrice. 

Larlrltra, employé de commerce, 

Luaaqua. charcutier. 



..Google 



Duisier-ébénistc. 
Ls S»/, COkOD. 
Lo Crotnitr. exploraleur. 
Ltfobvn, représentant de 
Lamafro, tlmoDadier, 
Lamain, représenlan! de commerce. 
LwriRra, id. 

Llblin, cliBurouniier. 
Loretî/ts, agricDlleur. 
M»tot, néKociant. 
Ma/zAo, prâtrc. 
Han«(, îDfirnier. 
HarfflJ A., industriul. 
Karts/ P , id. 
Martin, losliluteur. 
Martin de Fourchambault, rolon. 
Hataau}, colon, 
de MaMM/. iogénieur. 
Haur, professeur de musiipie. 
Haiarf , instituteur. 
Mena, DégoriaDt. 
Mirigan, commerça ni. 
Marvltl, corroyé ur. 
Martial (M—), cordonnière 
Maytoniar, inilrmier. 
Mithridate, comptable. 
Moinat, surveillant aa i^ânie. 
Mollarti, entrepreneur. 
Mondain, mistionnaire protestant. 
Uontajnoux, instilutour. 
Honferran, missionnaire ratliolii|iie, 
Monniar, iniirmier, 
Mugniar, entrepreneur. 
MuHédù, commerçant. 
NoguA. ingénieur. 
Houtl-Buionnlira, colon. 
Hoyé (Sœur Olympe), institutrice. 
IVuWt. instituteur. 
OIMila, menuisier. 
OIMar [Sœur Mariel, institutrice. 
Paolatti, représentant de rommcrrc. 
Parrot, instituteur. 
Patiuiar da la Qrattière, tn^ûnieur. 
Patra {Sœur AlpaîdeV, insUtutriie. 
Pau(, emplové Je commerce. 
Pallat, inilrmier. 

Patit, frôre des école* clinUlennes. 
Patitoaux, cultivateur. 
P/card fSœùr S'-François;, directrice de 

l'ouvroir. 
Pligay, comptable. 
Pillai, entrepreneur, 
Pachard F.-H., comptable. 
Poohard F.-E., rommcrçant. 
PorMi da S'-VIdal, missionnaire proletilanl. 
Poat, prospecteur. 
Pourtou. inilrmier. 
Pradlar, instituteur. 



I Çuarri, ioeénieur cliimiste. 

Haynaud, lïomestiiiue, 

Rapicoi, employé de ci 
I RIbièra, débitent. 
1 ft/ehacdJ.-A,, entrepreneur. 
I fffc/iar-tf, #, nvonal. 
: RIau, entrepreneur, 
i Alofldel, insLtuteur. 
I Rfova' fSœur RadeRondc), instilulrice. 
I RoMrt, instituteur. 
, Roblat, ^, missionnaire catholique. 

Rolland, employé de commeree. 
I Sa'/ssofi, débilant. 
, Stiomon, boulaniier, 
' Salomon, colon. 
' Salomon, propriétaire. 

Salomon. cultivateur. 

Sauton, architecte. 
; Sautron, cuisinier. 
I Satarin, cl isl il la leur. 
, Saurjfi, menuisier. 
, Saguin, comptable. 
[ Sopta, pâtissier. 
' Sesoau, industriel. 
I Seurin, distillateur. 

«inoa, cafetier. 
I Soubiroua, forticron. 
I Soufa, missionnaire catholi<|ue. 

Siibrvbost, débitant. 
, Tannîéra, surveillant de travaux. 
I Tarafant, conducteur de travaux. 

Thomaa iSo;ur Alexandre;, in*li lu triée. 
. TUiar, entrepreneur. 
I Toucha, colon. 
; Trafiaul, sellier. 
' Tu cco, surveillant de Irav.iu\. 
I l'acfi«r Boudras. tisserand. 
■ Valantin, frère des école* chrélionnes. 
I Vacchioni, débitant. 
I Vernier, pasicui. 

Viafe, colon. 

Viau, lidlclière. 

l'tjouroux, brasseur. 

Vlllacroaa, restaurateur. 

da Vlllilt, missionnaire catholnfuc. 
I Wilda, agriculteur. 
I Wœlfin ',%'••). missionnaire. 

Bail, commerçant. 
Briggi, missionnaire. 
Camll, ingénieur des mines. 
Ooitallan. ingénieur chimiste. 

, Clafk (U"') missionnaire. 

Congna, commerçant, 

Coombei, négociant 

Couaînt, missionnaire. 
I Craran (M'";, institutrice. 



t,:cc.;,C00gIC 



), missionnaire. 



Oaan* ,ll"';, mission q aire. 
Fairbairn, professeur. 
eelié. employé de travaux. 
Gravas, commerçant. 
Buatnv», eliaudronnier. 
Herbert [W-], missionnaire. 
Jean, ni^ijociant. 
Jukei, missioanairc. 
Kastell'CornM <Ftev.: 
Kingiett, imprimeur. 

HaftJiaua, missionnaire, 

Monlmjraif, commis. 

ffayna, distillateur. 

Ollier, a;;ent commercial. 

Peai-sa (H'"], mis-tionnaire. 

Pignéguy, repréMDlanl de c< 

Prootv, négoclanl. 

Sadfair, afiTonomc. 

SeeminMen, négociant. 

Sfiarmann, pasteur. 

SIbree (Rév.), mission * 

Spiral, commerçant. 

Standing, professeur. 

Slribling (Rev.), missî 

Taltiot, représentant de (.'ommerce. 

Ts/ssier, commerçant. 

TUrner, négodanl, 

Tyàck, commerçant. 

Vlctoir, id. 

Wheatlay, missionnaire. 

Wilvlnior, prospeclenr. 

WitlB, missionnaire. 

Wllaon W., médecin. 

Wilson M., commerçant 

Wilsan R., employé de commerce. 



Aquadro, maçon, 
Bonitcontro, n'éjtorlant. 
CacnavafJ, d(.'bita!it. 
Dorajio, n^ociaot. 
Nigro, débitant. 



Biberich (Sci'urL ih-ili tutrice. 
Drochsier, ferblantier. 
Hetzer [Sœiirj. instilutrlce. 
OcMorking. commerçant. 
Terne», courtier. 



Andersen (H"-), insUtutrice. 
Borcgrevinfi, pas leur, 
Jakobsen, id. 

Jorgenaen, imprimeur. 
KJeldMth [H"'], institutrice. 
SagbrMn [N"*], infirmière. 



Ducommun, professeur 



Siaalliay-Szabo, peintre. 



Âllle-Saied Aaaam. commis. 
SaFsap làabay Sale, commerçant. 
Ojaram RotchI, employé. 
OranVee Samjee, employé. 
Qopaldaa Goolabda», commerçant. 
Hotun Amod-Mall. id. 

Ibrahim Ittnail. id. 

/saac fso/amant^'ac, id. 

Isalt Oussen Abmod, commis. 
Imall Maurode Saker, commis. 
fsaop Hauoum, commerçant. 
Karim Modine, commis, 
Mamoda Mousa^ee Bano, commerçant. 
Mamode Mantoore, id. 

Uamode Aaten Tyinol, id. 

liaitjee Amir, commis. 
Httharan Kirotrai, commerçant. 
j Miatrl Jehangir, .commis. 
Mouua Mamode, Id, 
Housa^M Ibrahim, id. 
Saminaden Pillai, coromerçai\l, 
Sanjee Mangée, id. 

Sulman lamael, id. 



■,:cc.;,C00gIC 



CMB«la 

Ctian T'y», commertant. 



Eliopouloi, commerçant. 
Ùanvêli» id. 

Ùiartnêkot, id. 

Kotioyannli, id. 
Kortez/i, prospecteur. 
Louraf/, déUtant. 
NaiToJso, id. 
Hovas, comroerçaDt. 



PitridU, débitant. 
Stmàru, id. 
SoJifim/r/*, id. 
Sparanglt, id. 



l'ornakia, 
2i(on. ' 



W»lmbtrt. débiUnl. 



îdby Google 



mM DWOMAIO 



.Limltei. — Le cercle d'Arivonimamo fait partie du 3* terriloire militaire 
dont lesiËge est àTananarive ; il est constitué par l'nncieaDe province d'Ambodi- 
rano et par le Yakindrano, qui dépendait de la province de Marovatana. Les 
limites actuelles sont : au nord et an nord-est, l'Ikopa ; k l'est, l'Andromba 
jusqu'au Saîtotsy de Sclanitra, puis la chaîne de montaenes séparant la vallée de 
l'Andromba de celle de la Katsaoka ; au sud la chaîne ne montagnes formant ta 
ceinture nord de la vallée du Kitsamby ; k l'ouest successivement laHArindrano, 
la Kalariana et l'Onibé. 



Kalariana, qui ont toutes une direction générale sud-nord; les vallées de ces 
trois derniers cours d'eau sont séparées les unes des antres par des lignes de 
hauteurs très importantes et qui rendent fort difTiciles les communications entre 
les parties est et ouest du cercle. Le sol est un terrain primitif avec des 
Tormations volcaniques nombreuses ; la nature de 1» lave semble se rapprocher 
de celle de Votvic. La décomposition des Teldspaths a donné dans certains 
endroits des arciles très pures propres à la fabrication des poteries fines. 

Il existe à Hadera (10 Kilomètres au sud d'Arivonimamo) uiugisement de 
eliaux très important. 

Climatologie. — Le climat dn cercle, comme celui de toutes les parties 
dénudées de l'imerina, est très sain ; la température varie, entre 10* et 18" l'hiver 
et entre 14° et 28* l'été. 

La saison sèche va du mois d'avril au mois d'octobre, la saison des pluies 
va du mois d'octobre au mois de mars. 

Agrloultore. — Danstoules les vallée»^ les indigènes cultivent le riz, qui 
donne un rendement tel que le cercle produit le double de ce qui lui est néces- 
saire pour sa consommation. C'est par suite une source de revenus très considé- 
rable pour la contrée. Le manioc, la patate, le maïs poussent sur toutes les pen- 
tes; la pomme de terre donne de bons résultais dans les régions voisines de 
l'Ankaratra. 

Les essais de plantations de blé, surtout de blé dur, ont donné d'excellents 
résultats. 

Le bétail est assez nombreux, mais souffre beaucoup pendant la saison sèche 
du manque de pAturages. 

L'élevage du porc et du mouton réussit très bien. 

On trouve dans presque tous les villages les volailles d'Europe. 

Industrie. — Plusieurs gisemento d'or viennent d'être mis en exploitation 
par deux grandes compagnies : la Société française des mines de l'imerina et la 
Société lyonnaise de colonisation: ces deux sociétés, qui ont à leur disposition 
des capitaux sérieux, emploient dès maintenant pins de â.OOO travailleurs ; leurs 

Erincipaux centres d'exploitation sont situés d'une part entre l'Andromba et^la 
atsaoka et d'autre part sur ta rive droite du Kitsamby. 

Les industries mdigènes comprennent la fabrication de la poterie, des 
briques, des tuiles, des produits tinctoriaux, du savon et des chandelles. L'édu- 
cation ou ver à soie est très prospère dans les sous-gouvernements d'Arivoni- 
mamo, d'Aniboniriana et d'Ambotiimandry. 



— *« — 

Conuaeroe. — Le cercle renferme 44 grands marchés hebdomadaires el 21 
pelils marchés quotidiens qui sont tous très fréqueDtës. 

Eoolsi. — Le cercle comprend 20 écoles officielles qui o'ont été onvertes 
que le l" septembre. 

Il cxisie, en outre, un grand nombre d'écoles libres. 
Les principales missions existant dans le cercle sont les suivantes: 
1° Hissions catholiques dirigées par les Pares de la Compagnie de Jésus. 
Elles comptent I&8 étioles et 12.032 élèves. 

i" Hissions évangéliques de Paris. Elles poaitëdent 43 écoles fréquentées par 
2.0"8 élèves, 

3* Secte des Quakers. Elle comprend 97 écoles et 9.513 élèves. 
4' Secte des Anglicans. Elle compte S écoles et 127 élèves. 
Fopulatios. — Le dernier recensement a donné pour les 7 sous-gou- 
vememcnts du cercieles résultats suivants: 

Hommes 32.720 

Femmes 37.653 

Garçons 83.861 

Pilles 26.869 

Soit un total de 114.399 habitants. 



iMUNISTMTMN 



U, capitaine d'infanterie, officier adjoint. 
Slbon, commis de résidence de 2* classe. 
Rminlutjalâhy, IS h", gouverneur prindpU de S' classe. 

C-ultes et «uelgaernsnt 

Mission AdcUouio 
Hev..Uao«fthon. 

' Frlonds Foreign Mission AiMClltion 
H. Wilion, professeur. 
M" WtlBon, institutrice. 



LISTE DES COLONS 



Ttrnn, planteur. 
Jully. id.. 

S«guln, id. 



byGoogIc 



4° TERRITOIRE 



Le 4* territoire militaire, doat le chcf-Iieu est à Ankatobé, comprend les 
cerclée d'Ankazobé, d'Aadriamena, de Hevatan&Da, de la Hahavavy et de 
Haintirano. 



iDUNISTIATION 



MM. Lytttta;, #, lieuteaant-coloDel de cavalerie, commandant le territoire. 
Btnrok, it, chef de bataillon d'infanterie de marine, ofTicier adjoint. 
(mi», lieutenant d'infanterie do marine, ofRcier de renseignements. 
BanéMcb, lieutenant d'inftinterie de marine, officier adjoint. 



îdby Google 



«b, Google 



Umitoi. — Le cercle d'ADkaiobé est comidosc d'une partie de l'Iincrina 
proprement ditn et de l'uncienne province hova de Vonizongo. Il est limité au 
nord par le cercle-annexe d'Andriamena, à l'est par les cercles d'Ambalondrazaka 
et d'AnjoEorobé, au sud par les 3° et 2° territoires militaires, et h l'ouest par le 
cercte-annese de Hevalanana. 

Orographie. ~ l.a plus grande partie du cercle présente, comme dans 
rimerina, cet aspect chaotique déjà décrit. 

Les montagnes ont une altitude moyenne de 1.400 à 1.600 mètres, dont il est 
difficile de donner un aperçu d'ensemble. 

Les deux grandes artères fluviales, t'Ikopa et la Betsibnka, sont séparées 
par une longue crële sinueuse, mince par endroits, allant en s'évasant largement 
dans d'autres. 

A bauleur d'Ankazobé, on voit, k l'est, le grand plateau du Hanankaco. 
d'une allitiido moyenne de 1.600 mètres, qui se continue an nord, vers Haneri- 
nerina, Ambalorakitra et Ankarabé, par une mince créle s'épanouissant en de 
nombreuses ramifications et t>e prolongeant au sud, vers Mananjary et Andram- 
bontany par la montagne du V&zobé. 

La cnalue de l'Andringitra, les montagnes de Babay, le Lohavohitra, l'Anka- 
harara au DOrd de Fihaonada, l'Angavo et les Ambonimenas au nord d'Anka- 
sobc, séparent entre eux les bassina des affluents de l'Ikopa. 

P.'db 6 l'ouest, dans la région du Valalafotsy, la chaine du Bongo-Lava 
donne naissance k plusieurs cours d'eau usseï importants. Ce pays est très 
mouvemenlé et les communications sont peu faciles, surtout pendant la saison 
des pluies. 



Pour l'ikopa, rive droite : le Horiandro, l'Anjomaka, l'Andrsnobé, l'Anlro- 
bo, le Hanankazo ; rive gauche i l'imanga, le Hahajano, i'Isandrano, formé de la 
Hanandriana, de la Uasiaka et do la Jangoana. 

Pour la Betsiboka, rive droite : le Jabo ; rive g&nche : la Lahimena, le Kisam- 
by, le Hanambolo, la Randrianlona, la Hariana ou Labohapo Ot l'Amparibc. 

Dans le secteur du Valalafotsy, cl prenant leur source dans les nombreux 
contre-forts du Bongo-L&va : la Kakondroke, la Hanamidona, le Soakely, la 
Kiranoroena, la Mah&vavy, le Hanambolo et le Manambaho. 

Le Horiandro, affluent de l'ikopa, prend sa source près d'Anibohipoloalina ; 
il a un cours de 21 kilomètres et la largeur moyenne de sa vallée est de un 
kilomètre. Cette dernière a été longlemps un des greniers de Tananarive, mais 
l'incurie du gouvernement malgache a laissé se reformer des marécages tout 
le long de son lit. Des travaux sont entrepris pour rendre à cette partie du 
cercle sa prospérité passée. 

Une légende d'insalubrité empêche les Hovas d'habiler le cirque formé au 
nord de l'Andringitra par les nombreux ruisseaux qui conatitueDt l'Amparibé. 
Le diamètre de ce cirque est de sis kilomètres. 

Un essai de repeuplement vient d'y être tenté au moyen de sujets du 
.... . f .. .. ... ^f^ (...._. 



Hozambique qui sont phis i^fraclÀires k fa fièvre. 



■,:cc.;,C00g[e 



_ 336 - 

Climatologie. — Le cercle d'Ankazobé possède à peu près le mémn climat 
que l'Ëmyrne proprement dile. 

Aakazobé est situé aux confins nord-ouest de l'Em^rne b 100 kilomëtres 
environ de Tenanarive et à 1.243 mËtrcs d'HllitiidG. Cn point jouit d'un climat 
tempéré et plus sec que celui dos autres ré^j'ions de l'Emyrne, par suite de ton 
éloigaemûnt de la zone forestière et des massifs mont&gneui élevés. Sur le 
plateau du Hanankaio, la brume est Trcqnentc pendant la saison sèche. 

La température moyenne do l'année est de 18» 5. Elle est approximative- 
ment ()e un degré supérieur h celle de Tànanarive, fait qtii concorde avec les 
alliludeR respectives de ces deux points. 

Pendant la saison sèche, du moiii d'avril -à la fin d'octobre, les vents sont 
fréquents; leur direction générale varie entre le sud et l'est; ils se maintien- 
nent par séries de 2 à 13 joum consécutif! et le ciel est le plus souvent couvert 
quand ils souIHent iivcc violence; aussi, bien que les températures minima 
soient rarement inférieures à -|- l", pendant les mois de juin, juillet et août, on 
ressent un froid très vif. Le brouillard du matin e~st rare. 

La saison des pluies commence vers la fin d'octobre et se termine vers la 
fin du mois de mars. Les orages sont fréquents cl très violents ; ils éclatent le 
plus souvent'dans la soirée ou dans la nuit. Durant celte saison, les vents sont 
irréguliers, de directions variables et de peu d'inlcnsilc ; ceux du sud-est sont 
en général suivis d'orage». 

Commerce et industrie. ~ Le mooicment commercial a sensiblement 
progressé depuis l'occnpation déllniiive d» pays, notamment sur la route de Ma- 

tLinga. Ankaiobé est un des points de passage les plus importants pour les nom- 
ireuses caravanes qui, parties de la côte Nord-Ouesl, viennent écouler leurs pro- 
duits à Tànanarive. I..CS principaux articles importés sont, par ordre d'impor- 
tance : le pétrole, les macnines h coudre et divers objets de quincaillerie et de 
mercerie. 

Les marchés hebdomadaires d'Ankazobû et de Filiaonana sont les plus 
fréquentés. Outre les produits locaux qui &'y débitent, les toiles et les indiennes 
donnent également lieu à certaines transactions. Les marques françaises qui y 
ont fait leur apparition depuis quelque temps sont les plus rculierchécs des in- 
digènes. 

les exportations consistent presque uniquement en peaux de boeufs. Le 
rafla, donl l'cxploilation aug;mente, va donner une nouvelle extension à l'indus- 
trie de la rabane, qui commence h reprendre h Amp.inotokana, Fihaonana et 
Ankazobé. 

Ag^colture. — Depuis l'année dernière, de réels progrès ont été obtenus 
en agriculture. Le sot de la contrée se prête dit reste admirablement à tons les 
genres de cultures. 

Outre les cultures indigènes, rit, maïs, manioc, patate, canne b sucre, 
piment et tabac, les légumes d'Europe viennent dans de bonnes conditions, ainsi 
que le témoignent les nombreux jardins potagers installés dans tous les postes 
et dans la plupart des villages. 

Une ferme école a élécrééeàUanankatinact les essais do plantation de vigne, 
d'oliviers et de caféiers qui s ont été tentes ont donné des résultats concluants. 
Ces expériences vont élrc renouvelées dans la ferme modèle qui vient d'être 
installée k AnkaEohé. 

Le reboisement a été commencé sur de nombreux points, mnisles pépinières 
d'Ampanotokann, d'Antsahalilo, de ManankaKina. de Mababo, d'Amhato, d'Am- 
bohihao-nord et d'imerinavaralra, quoique di'ja avamrées, sont de création trop 
récente pour que Ion pitisse juger de Itur rfirssite. Par contre, la pépinière de 
Soavimerina est de fort belle venue. Les plantations de coton, de tabac havanais, 
de milriers et de café Libéria qui y ont été faites semblent réussir. 

Une partie de ces plants a été distribuée aux indigènes imiir en vulgariser 
la culture. 

A Ankazobé, t.SOO arbres environ auront pris place à la fin de la saison 



-- ;«7 — 

des pluies et borderont les diffëi-entes avenues. Deux plaotattoiiB d'eacalyptus 
sont ea progrés, l'une k l'onest de lu ville, l'&utre près du pont de l'Andranobé. 

Elovage. — La lichesM du pays consistait autrefois dans l'élevage. Lorsque 
nos troupes ont occupé la réf^ion, on y trouvait encore de nombrfiui et superoes 
troupeaux. Uais aussitôt après la soumission de Kabezavana el de ses bandes, 
une foule de marcbands hovaa s'est abattue sur le pays et en moios de quatre 
mois a acheté et emmené en Emyrnc. environ ID.OOp têtes de bétail. 

Des mesures ont été prises peur enrayer ce mouvement eicessif, qui mena- 
\'ail d'éleindre une des principales ressource» du cercle. 

L'élevage des porcs est facile et le nombre de ces anfmaiii a augmenté 
d'une façon sensible depuis l'année dernière. 

Routes. — C'est sur la route de Tananarive à Majunga, sur les roules 
spcondaircs, ainsi que sur ]es sentiers muletiers, (|i}c se sont portas loi plus 
grands efforts cette année. 

.Pour l'achèvement complet de la route de Majunga, cinq chantiers, dirigés 
chacun par un officier, sont on pleine activité dans les cercles d'Ankacobé et de 
Mevalanaaa. La \oie est livi-ôe depuis longtemps à la circulation et les convois 
de l'artillerie vont ravitailler les ctiantiers du Mamokomita depuis le commence- 
ment de la saison sèche. On achève les modifications de tracé nécessaires aux 
atténuations de pentes et deconrbcs. 

D'autres routes carrossables irlienl li^i prinripanx centres avec le cercle 
d'.Ankazobé. Telles sont : 

t" ta route d'Antanî^nla.taua ii AoOranomasina par SOBvini- 

merina, MahiUj^ 18 k. M» 

2° La roule de Mahilsy à Mahabo 9.k. 700 

-i> La route d'Antsahafllo i Atnpontany R k. 800 

V La route d'Ampanolokana h Antanamanjaka pour être pro- 
longée sur Joâv-lkopa 19 k. 

n" La route de Horafeno k Belrandraka 120 k. 

6' La route de Fenoarivo à Ambohiianamasoandro 21 k. 

> La route de Fènoanvo k Ankazobé 71 k. 

De nombreux sentiers sont terminés dans le cercle et des ponts établis sur 
une largenrsuffisantcpermrtlront de transformer, en 1809, ces sentiers muletiers 
en routes carrossables. 

.Voles fluviales. — Le bief navigable de llkopa, en amont des chutes de 
Faratanlsana jusqu'à Onosizalo, et le Moriandro canalisé permettent le transport 
en pirogue d'Isolrv a. Hahilsv, de novembre en mai. Des travaux de curage au 
Mflrianttro rcudi-ont bientôt la navigation possible pendant toute l'année. 
Les autres cours d'eau sont inutilisables eu Emyrnc. 

Ecoles. — L'enseignement est donné par 183 écoles (16 écoles ofticiollcs, 
26 écoles libres et 141 écoles confessionnelles), <jui comptent 13.653 élèves. 

PoitobtioD. La population s't'lèvc k 79.138 habitants. Elle se décompose 
i:omnie il suit i 

Hommes i3.l28 

Femmes 29.992 

Enfants 26.038 



ADHINISTIATM» 



MM. Lyautey, #, lieulenant-r:olonel île cavalerie, commandant le cercle. 
Wacquez, lieutenant d'infanterie de marine, chancelier. 
Treslouniel, lieutenant d'infanterie de marine, officier de renseignements. 
RakotoTodiheTitra, Il h", gouverneur principal. 



_ 3;w — 

M. R«baffat, ((arde de 2* classe d'artillerie de marine. 

Cnlte 

Mission protestante françsise 
M. Vamier, missioanaire. 

(Hrde indigéns 

HM. Sabj, sarde princi[>al de i" classe. 
- PéUuier. garde principal de 3' clasise. 
Oalendlm, garde principal de 3' classe. 
ThUbaad, ^'arde principal de 4' cIhssc. 



LISTE DES mMS 



Boveil. planteur. 
Sraud jH. P.'., missionnaiie 
Bailel, Commissaire de poli 
Briat, maçon. 
Cfiafa/of. représonlant de 
Clerc, id. 

Ooorr«r, agriculteur. 
Garr-aujfi, id. 
Oasiduitnt. bûcheron. 
QrogoryfRew) missionnai 



: Knloff. 

.1 LaiiMteiH.?.), misiiionnair''. 
: Mondain, instituteur. 
! floé»mont. reprfecnlanl de commene. 
1 Savaron, planteur. 

Vsrnat, aci^^'-nlieur. 

Varnitr, pasteur. 



Hoffman. nt^Rocianl. 



îdby Google 



CËRGLE-ÀIEÎË D'ÂIRIÀIIÂ 



Limites. ■— Le ccrclc-aanexe d'ADilrianieiia est forma par l'anden secteur 
Hutooomo d'Aotsatrana, augmcQti^ tic lu vallée du Kamoro. Il a pour limites : 
aii nord, la province do Maiunga ; a l'ouesl, le cours do la Betsiboks, qui le 
sépare du cercle-annexe de Mevatanana ; au sud, le corclc d'ADkazobé ; ii l'est, 
ta Mahajaniba, ijui le sépare du cercle d'AmbHtondraïaka. 

OrograpMe. — Les principaux massifs sont : le plateau du Vombohttra (1.400 
mètres), oui roiiBlituc une véntable forteresse naturelle, présentant sur toutes 
■ses faces aesj3s(:arpea rocheuses Iri'S ahruyilcset la chaiaa montagneuse qui séoare 
les bassins de la Betsiboka cl de la Maliiijamba ; l'altitude moyunne de celle-ci 
est de 1.300 mèires, muis'elle atteint en quelques points jusqu'à 1.600 mètres. La 
rotite do Tananarivc à Tsaratanana franchit cette chaiac dans sa plus basse 
dépression (800 métros), à fi kilomètres au nord d'Andriamena. 

Hyârographie. — Un grand nombre de rivières, affluents de droite de U 
Betsiboka cl affluents de ganchû de ta Mahajambu, arrosent cette région. Les 

grincipalcs sont le Kamoro, li; Tsimaloto fl l'Audranofasika, tribulftires de la 
etsiboka, et le Itcmavo, qui se jette dans la Mabajamba. 

Climatologie' — Le climat de cette contrée lient te milieu entre celui de 
rinierina et celui de la cAtc. Les mois les plus chauds sont ceux d'octobre et de 
novembre, pendant lesquels le thermomètre atteint et dépasse même fréquem- 
ment 33° k l'ombre.' Les mois les plus froids sont ceux de juillet et d'août. Le 
thermomètre descend quelquefoi:! jusqu'à 10° pendant la nuit. 

Les pluies commencent vers la fin d'octobre par des orages très violents qui 
se continuent par intervalles jusque vers le 1" décembre. 

Commeroe. Industrie. - Le mouvement commercial a sensibleoaent 
progressé depuis l'occupation du pays. 

Trois marchés hebdomadaires se tiennent a Andriamena, Betraadraka et 
Antsatrana et sont très achalandés.- Les produits locaui de consommstion jour- 
nalière, les toiles et surtout les indieunes y donnent lieu à des transactions asseï 
importantes. L'alcool fait aussi l'objet d'un certain commerce. * 

Les exportations consistent surtout en peaux de bœufs. 

En dehors des exploitations minièies, aucune industrie n'existe encore dans 
la région. 

Les principaux centres de gisements aurifères sont : 

t* Andriamen», on la C* Suberbic a eu autrefois un poste pour l'extraction 
de l'or; 

2> Ambolomborona, exploité avant la guerre pur les Anglais ; 

:)• Manilibato (Ambatomaiuty), exploite jusqu ici par les Malgaches. 

V. Scscau possède aussi deux giscmeuls dans ces régions ; l'un à Atsahamamj 
près d'Andriamena); l'autre à Ambolomborona et y emploie environ 300 indigè- 
nes. La production lotalc de ces o\|>Ioila lions ne s'élève pas pour le moment à 
plus de 1 . 400 grammes il'or par mois. 

Apiculture. Elevage. — Les seules cultures pratiquées jusqu'à ce jour 
par les indigènes sont celles du riz, du maïs, du manioc, de la patate, du tabac 
et delacannoii sucre. Toutefois la création île jardins potagers dans les différents 



C.ooj^lc 



— aio — 

postes tond à vulgariser nos produits a([ricolFa, notamment les légumes d'Europe, 
chez les populations. 

Le sol est d'une fertilité exceptionnelle dans les environs d'Andriamena et 
dans le district de Betrandraka. La récolte du riz y donne environ cinquante fois 
le poids de semence employée. 

Le pays est également propre ù l'élevage et compte environ 4.300 têtes de 
gros bétail. 

Une tentative vient d'être faite en \uc de favoriser l'élevage du porc ; cin- 
ifuaDle decesaoimaux ont été nehelés dans le cercle d'AnKazobc et répartis 
entre les secteurs. 

"Voiei de commtmioatioii. ~ Une très bonne roule muletière de 2 mètr«s 
de large relie l'extrémité sud do cercle ù Belrandraka. sur un déveioppeaient 
de 120 kilomètres. Cette route sera prolongée incessamment jusqu'à la limite nord 
di) cerclv-annexe, entre Andriainavo et Manidabo. La construction d'un nouveau 
tronçon de Harovoa> à cette limite élabliru b communication avec la province 
de Uajtinga. 

T) autre part, la route d'Andriamena ii Mevatananu, ligne de ravitaillement 
du cercle-an nexe, va être rendue également muletière ; une voie importante sera 
ainsi ci-éce et permettra de se rendre direct4'.ment de Mevatanana a Tananarive 
p&r la rive gauche de la Betsihoka. I.e trajet différera peu, comme durée, de celui ' 
jtar Andriba. 

Il n'existe aucune voie fluviale navigable. 

Écoles. — Deux écoles fonctionnent à Andriamena et à Antsalrana; elles' 
mmplenl environ ISO élèves. 

PopulatioQB.—Le recensement de lii popuIxtiQn accuïc un chiffre de 2.'J03 
habitants répartis ainsi qu'il suit : 

District d'Andriamona Asi 

— d'Antsalrana 1.068 

— de Dctrandraka 28t 



tIMIXISTKATIOX 



MM. RAiaond, capitaine d'infanterie de marine, commandant le cercle-aonexe. 
Bteoet, sous-lieu tenant d'infanlerfe de marine, officier adjoint. 
Rtmitoarimanaïut, gouverneur indigène. 



îdby Google 



CERGLE-AIEÏE DE ITATANANA 



Ijimltea. — l^s limites du cercle-anncxc Ronl les suivantes: an sud, une 
li^oe conventionnelles c[ai part do la Betsîbnka, ^ haulour de Mndiomby, so 
dirige verrt Touest en laissant au secteur d'Ankazobé la forêt d'Ambohitaiitelyj 
le blockbaiis des Ambohimenat) et le posic d'Aniboan)o, atteint l'Tkopa, au nord 
de Manankasinn Manpva et se prolonge vers loiiesl. 

A l'est, la Trontière suit In Betsiboha, qu'elle qtiillc pour englober le 
batsin du Kamom et suivre la ligne de parlagc de3 eaux entre cette rinÈrc el la 
Maliajamba ; 

Au nord, ta frontière lon^ de près le Kamoro, laisse Ambato à la province 
de Hajunga, traverse la Botsiboka, en englobant le bassin du Sabohaio avec 
Ankirilra. 

A l'ouest, c'est la ligne de partage entre le Uenavava et la Mahavavy (plateau 
d'Ankara), jusqu'à sa rencontre avec la ligne conventionnelle qui Torme la fron- 
tière sud. 

I,e cercle-annexe a comme voisins : 

An sud el b l'est te cercle d'Ankazobé ; 

Au nord, la province de Majunga ; 

A l'ouesl, le cercle-annexe de la Mahavavy. 

Orographie. — Une série de hauts plateaux forme la ligne de partage des 
eaux entre la Belsiboka et l'Ikopa. Elle a été avantageusement utilisée pour le 
tracé de la nousclle route carrossable. Ces hauteurs à Manerinerina, Amlialora- 
kilra, Ankarabé, atteignent i.GOO mètres d'altitude. La température y est relati- 
vement basse et le froul se fait sentir vivement, surtout quand souffle la mous&on 
sud- est. 

Cette série de hauteurs s'infléchit k Mulialsinjo. Lue grande chaîne court 
sur la rive gauche de llkopa avec une direction générale nord-sud en formant 
de nombreux plissements, ce qui explique la direclion Nud-nord des cours d'eau 
et la difGcullé de se porter directement de l'est à l'oucsl. 

Les Ambohimenas au sud forment avec le massif d'Amboanjo un obstacle 
naturel. Le pic d'Andriba se dresse isolé dans la plaine de Hamokomita et ferme 
nu nord la cuvelte d'Andriba. 

Deux autres barrières se rencontrent encore : les Ambohimenakely, d'où 
tombe une belle cascade à la cOlc 730 et enfln au sud du Ponceaii s'étale le 
massif du Bcrîtxoka, qui sépare les bassins de la Ilandriantona ctde l'Ikopa. Plus 
au nord, les pentes vont s'afTaiblissant de plus en plus ; c'est une succession de 
mamelons bas et dénudés. 

De 1.Q23 mètres ii l'ancien blockhaus d'Ambalorakilra, l'on tombeltUO 
mètres it Andriba et à SO h Mevatanana. 

Hydrographie. — Deux grands fleuves, la Betsibnka et rikoj>a, traversent 
le cercle-annexe et tous les. autres cours d'eau en sont les tributaires. Malgré le 
volume d'eau qu'ils charricnl, ils ne sont pas navigables. Les rapides et les 
chutes qui barrent leur lit constituent des obstacles infranchissables aux em- 
barcations. Cependant, la basse BeLsiboka est navigable en toutes saisons pour 
des bâtiments d'un faible UranL d'eau jusq^u'à Harololo, son confluent avec 
l'Ikopa et relie dernière p>!ul être remontée jusqu'à Mevatanana pendant une 

, , Coogic 



- ;t.*â - 

bonne partie de Tannée et en tout temps par les pirogues. A partit- de c>t point 
1d ntvigatiuff devient impossible. 

Les principaux affluents de la Betsiboka dont nous avons ù nous occuper 
sont : sur la rive gauche, le Manambolo, qui arrose la vallée Tertilc de Tsarama- 
soandro et Tsinjoraao, la Randriaiilona, dont le cours infâricur est peu connu, 
qui reçoit le Harkolov (Antsiafabasîloa) et l'Ampasir^, dont les ulluvions sont 
traites par des travailleurs da Suberbie (battée) au village de ce nom. 

La Hariana ou Labobazo passe k Ankariloa. Sur la nve droite, la Betsiboka 
reçoit le Kanjoro, où nous avons établi le poste d'Anibohitromb}'. L'Ikopa est 
tras peu connue encore dans cette partie de son cours ; son lit est très encaissé. 
t. es mamelons qui la dominent sont crevasses; aussi les abords du fleiive - 
sont-ils assez difficiles. A signaler une chute d'eau d'une vingtaine de mètres 
an pied du Vobitsara, h. hauteur d'Ampotaka. Les rapides sont nombreux. 

Les amuents importants sont : 

Rive droite : le Mam»nkaKO,~dontla ba^se vallée s'élargit et où se sont installés 
les villages de Tsiafaha, Kinadjy, Kiangara, .Uiadanantsa, Tsarahonenana et 
Ambalomanga ; la Mamokomila, dont la cukctte k Andriba réunit également 

Rlusieure localités : Mangasoavina, Fanjanarivo, Tsiafakarivo, Moharara, Aœbo- 
Uromby, etc. 

Le conflueot de la Mamokomita et de l'Ikopa forme une cascade de SOO 
mètres de long avec 80 mètres de chute. 

Un affluent de droite de la Mamokomila, la Firingulavn, prend sa source au 
col de Kianfjara et vient aboutir vis-à-vis du poste d'Andrib». Le Kamolandy, 
dont le bassin contient les tillikge); de Soavinaudriana, Ambodianonlana, vient 
se jeter dans l'Ikopa prèa d'Anlsatrana et de Tsinjorano. 

La Firingalava na d'importance que parce que ses alluvions sont exploi-, 
lées par la compagnie Suberbie. 

Sur la rive gauche, il faut citer l'Isandrano, qui coule dans un pays désert 
et dont les bas-tonds sont uonveris de bosquets de raBa. 

LaHenavBva; son cours supérieur qui vient d'être reconnu est presque désert; 
quelques rares habitants sont groupés ters Antsuhoabé ; la basse vnllee est plus 
peuplée avec Ampasimbasiml)a et Ankadibé comme centres. 

toutes ces rivières ont nn cours très torrentueux cl tel ruisseau qui 
n'a qu'un filet d'eau ù la saison sëcbe est souvent impraticable (junnd viennent 
les pluies. C'est ainsi que l'on peut voir sur les rives de la Mamokomita de 
petits villages se dresser od les bourjancs trouvent un abri temporaire en allen- 
danl que le gué devienne praticable. 

Gllmatologie. — Au point de vue climat, la température, plus élevée en 
général que dans l'Emyrne, très froide sur les hauts plateaux de Manerinerina, 
devient plus chaude & Andriba, pour augmenter d'une façon sensible ii Mevala- 
nana. 

De même, l'état sanitaire, tri-s satisfAisant à Manerinerina etàAnkarabé, 
laisse à désirer à Kiangara et à Audriba, où le* accès de fièvre se font senlir 
assez fréquemment. Anlsiafabosilra est très lîèvreux et Mevalanaua, Marololo 
sont également malsains. 

Oonunerce. ~ A l'exception de Mevatanana, point terminus de la naviga- 
tion fluviale, le commerce est à peu prés nul. Il consiste en échange de produits 
du pays, riz, patates, manioc, raHa, roseaux. De petits marchanas ambulants 
vendent également des cotonnades, lambas, toiles de diUférentes couleurs. 

■ Le commerce des bœufs a Pté florissant iiu début de notre occupation. Le 
Menavava a expédié de nombreux troupeaux sur Tananarivc. Maintenant le 
mouvement s'est ralenti, le bétail devenant plus rare. 

Les peaux de bœufs s'achètent à Andriba et h Mevatanana et sont expédiées 
sur Majunga. 

Les porcs et lés animaux de basse-cour sont encore en trop petit nombre 
pour donner lieu à un commerce important. 

A HevaUnana, résident deux commerçeDts français, UD grec et trentc-buit 
indiens. 



t,:cc.;,C00gIe' 



- Hia - 

Lea Ëtiropéeni* lienneot dans leurs magasins les objets de con^Kuninalion, 
liqneiirs, vins, conserves, elc. ; l'un d'entre eux exerce le mélier de boulanger, 
l'autre installe un magasin avec chambres d'hAtel, où les passagers pourront 
trouver par la suite no logement confortable. 

Le commerce des Indiens consiste surtout en étoffes de toutes sortes, 
objets de qiÛDcaillerie et de ménage. Ils ji joignent, presque tous, le commerce 
de U poaclrc d'or, qu'ils actiëlent aux indigènes, et y trouvent double bénéfice 
en payant-ces derniers en lauibas, Andriba compte également quelques coin* 
niercauis. 

Indottiie. — L'industrie indigène se réduit ii la confectinn de soubika-ot 
de nattes ; seule la compagnie Suberbie doit ôtre mentionnée. Elle s'occupe 
principalement de l'exploitation de l'or. Dans les postes de la compagnie, ' cette 
exploitation se fait généralement par la battée ; à Suberbievilte, tes procédés plu9 
perfectionnés, drague, traitement des quartz, n'pnt pas jusqu'à présent donné 
tous les résultats attendus. 

Prés d'Ambodiroko, sur 
une bonne cliaux hydraulique avec les calcaires du Bi 

Anioulture. — Elle est restée stalionnaire. Aucun essai à la charrue n'a été 
tenté dans la région. En dehors du riz et des petites cultures indigènes, maïs, 
canne à sucre, manioc, patates, etc., rien n'est b signaler. 

Il faut cependant dire que les indigènes se mettent sérieusement an Iravail 
celle année et que tout promet une belle récolte pour la saison prochaine. 

Soutes. — La nouvelle route de l'Ouest, qui prolonge celle de la colonne, 
est complètement carrossable. Des équipes nombreuses travaillent d'arracbe- 
pied sur pliisieui-3 points à la fois: k Ambatomkitra, an HamokomilB, Oil un 
beau pout a élé jeté, à Anririba, au Kamolandy, à Anisiafabosttra et i la Cas- 
cade, où une dérivation de la route permettra dans quelque temps d'éviter les 
lacets et les pentes abruptes de là côte 750. 

Voies fluvlftlM. — Il a été dit, en parlant de l'hydrograpliie, que seules la 
basse Betsiboka et l'Ikopa de Harololo k Mevalanana étaient navigables. 

Les services Huviaux sont assurés en ce moment par la compagnie Suberbie. 
par la maison Sutleret enfin par une compagnie de hatelage par plrorues. ce qni 
permet d'atteindre Mevatanana en toute saison. 

Ecoles. — Des écoles ont élé installées dans les centres de population. 

A Kiangara et & Andriba, elles sont mixtes et dirigées par un sous-officier 
avec l'aide des interprètes. 

A Mevatanana, il existe une école de garçons et une école de filles. Ces deux 
dernières sont dirigées par un maître et une maltresse d'école. 

Population. — La population, qui s'élève au chiffre de 1.153 habitants, com- 

frend : 15 Européens, <S créoles, 410 Arabes et Soudanais, 9i2 Malgaches, 55 
ndiens, et 13 Abyssins. 



iDMKISTMTION 



MU. Dubois, #, capitaine d'artillerie, commandant le cercle-an neic. 
Valentfn, lieutenant d'infanterie de marine, officier adjoint. 
Hatnim»TO, gouverneur principal. 



Postes et ttiégrapliea 
. AtUa, commis local. 



îdbyGoogle 



— :«4 — 
LISTE DES COmS 



a/afton, colon. 

BoivM, médecin. 

CttrHey, surveillant de travaux. 

(Mltn, colon. 

Conmd, chef drsgiienr. 

6|ir> eoloQ. 

LfèvM. id. 

MonM, id- 

Piri«r d» I» AUhie, colon, 

Peywof], iagéoieur. 

pMlafrv. agent de compagnie. 

Rûuob, colon. . 

Roud7er, id. 

Subtrbi», n^ocian.l. 

r/iJ4ry, colon. 



âodemer, pharmacien. 
Tfioman/i, colon. 
Suttar, nécor.iani. 



îdby Google 



CE8CLE-A11ÏE DE U MAiyAÏÏ 



- Le ccrcle-anneie de la Mahuvtkvy a pour limites; au nord, lu 
mer; à l'eM la province de Majunga et 1g cerclc-ànnexe de Hevatanana; au sud, - 
les cercles d'AnKazobé, de Hiarlnarivo et d'Ankavandra; à l'ouest, le cercle dp 
Mainlinno- 

OrograpUe. — Le terriloire du ccrcle-anncic comprend la bande occiden- 
tale du plateau d'Ankara et le plateau du Tampoketsa, 

C'eat uu pays montueux et d'aspect sauvage, Les vallées sont étroites et par 
rooséquent peu pruprâs eux grands développements accoles. 

Une exception doit cependant Mre faite pour la plaine de Horarcnobé cl la 
vallée de laHakamba, dont Igr terrains très fertiles'onl attiré d'importantes agglo- 
mérations de village. 

Le sol de la région présente quatre caractères différents : les rAlcaires, qui 
forment la couverture supérieure des plateaux du Tampokatsa et de l'Ankara et, 
plus à l'ouest, du Bemaraha ; les grès, qui couvrent en grande partie les bassins de la 
Makamba, du Sambao, et Je») cours supérieurs du Hanambao et du Ranobé; 
les terrains primitifs, dont les types les ulus marqués sont le Bongo-I<ava 
au nord et au sud le bassin du Mahambao ; les lorrains éruptifs dont la couche 
postérieure ù l'existence du golfe ou de la mer, dénoncée par les formations 
coraliennes, a percé à plusieurs endroits les couches de grès. Ce système volcani- 
que très compliq^Lié se rattache au régime des massifs volcaniques du Tsimita- 
raka, de l'Ambohisendravc, du Foudjia-, elc. 

La couche superficielle du sol est composée, dans les lerrains jurassiques, 
Mahavavj', Hakamba et Sambao, de grès décomposés. 

Les parties basses soumises aux inondations ont élé amendées par des 
alluvions venues des parties élcvi'>c^. Elles son! en général peu étendues, mais 
leur fertilité est remarquable. 

Les régions un peu éicvées des lerrains primitifs ou éruplifs sont couvertes 
(l'une épaisse couche d'argile provenant de la décomposition des roches. Ces 
argiles fournissent la plus grande partie des alluvions cnlralnées par les petits 
torrents ou ruisseaux qui traversent ceh plateaux et les ravinent profondémeni 
en hivernage. 

Les plateaux du Tampoketsa el de l'Ankara fournissent une cliaux ((rassi? 
de bonne qualité. 

Hydrographie. — i^ Mahuiaw a donné -son nom au ccrcic-annexe ; 
clic est encore son plus beau domaine. Ce fleuve, lar(je de ta)» k Bekodia, ;est 
t^n général profond : des bancs de sable ont ^r endroits embarrassé son cours 
et créé des rapides qui nuisent quelque peu u lu navigation. Il prend sa source 
- dans le massif de i'Ankadimento (secteur du Valatafolsy) et passe ii Mahavavy. 
Am^baliha, Bekodia, Stampitsj, Ambanjabé et Hatsinjo. Les autres rivières sont: 
le Uanambao, qui finit aVest du cap Saint-André ; fa Sambnovoione. issue d'un 
l'ontrefort du Tampoketsu méridional, grossie à droite de la Sahandra et à gauche 
ilu Miako et de la Uaningoia (celle-ci est navigable Jusqii'ik ."i^i km. de la cdte) ; 
le nanobe et le Manambao, séparés par une longue zone montuense dont la 
largeur en deux endroits ne depasue pas 20 kilomètres. Ces deux fietivett ne 
peuvent être utilisés comme voies de communication. 

Oommeros. ~ Avant notre arrivée dans le pays, des marchands du Mailaka 
apportaient de la côte des marmiles en fonte, de" la poudre, des balles, de la 
verroterie, qu'ils troquaient contre dos bceufs, des peaux, des arachides, du 
caoutchouc. Actuellement, l'importation offre un champ assez vaste ii l'aclivité 
commerciale; elle peut s'étendre à tous les produits de notre industrie qui trou- 



.Cooj^l. 



— 3i« — 

vcraient f&oilcinent un écoulement immédiat. Son extension sera seulement 
limitée parla rareté des bœufs, qui sont à peu près le seul produit indigène 
ayant de la valeur. 

La contrée peut fournir trois produits d'expot-lation , les bœufs, le tabac, 
le caoutchouc. Les bœufs ont fait jusqu'à présent l'objet d'un important trafic, 
mais rimprévoyaoce des SakaUvcs, tentés par les échanges, a aujourd'hui com- 
promis relevage : les troupeaux qui restent encore sont presque exclusivement 
la propriété des chefs. 

Le tabac est exporté vers la c6te ou vendu dans le pavs. Les prit excessifs 
en argent que demandent les indigènes ne peuvent faire de cet article qu'un 
objet d'échanee. 

Le cuoutcnouc était aussi autrefois un article d'exportation, mais l'exploita- 
tion en a presque cessé depuis un an. Celte culture est à encourager, mais 
il condilion d'être réglementée sous peine de voir bientôt les lianes disparaître 
de la forêt. 

Produits miniers. — Des suintements de bitume ont été signalés dans 
plusieurs endroits entre le Haaambao cl le Sambao, mais il n'a pas encore 
été possible de faire des fouilles et de donner des renseignements sur leur 
richesse et les facilités d'exploitation. Des schistes ardoisiers très durs existent 
aux environs du moyen Ranobe ; les dilTicuIlcs de transport rendent leur utili- 
sation peu pratique. Les traces de fer sont fréquenles. Ûes battées faites sur 
les bords des rivières ont donné quelques parcelles d'or, mais en si faible quan- 
tité, qu'on peut dire qu'il n'existe pas dans la région ; du reste, Ankilabila a été 
en grande partie peupV par des anciitns ouvriers de la compagnie Siioerbie, qui, 
babiluésàl exploitation, outévidemment, dès leur arrivée, fait des recherches rea- 
lées suns résultat. 

Des explorateurs ont signalé la présence du' mercure dans la région méri- 
dionale do l'Ambongo- Des habitanis en ont parlé, mais ils n'ont pu appuyer 
4eurs di'clarations sur des renseignemeats précis. - 

Agrioulture. — Par suite du grand nombre de ruisseaux qui arrosent la 
région, les pâturages sont abondants en toute saison ; aussi, les bœufs sont-ils 
fort beaux. Le nombre de ces animaux qui erren! sur les plateaux de l'Ankara 
et du Tompoketsa peut être étalué ii 4.000; la prospérité de ces troupeaux, 
.Jivrés h leurs seuls instincts, indique la valeur des pâturages. Les Sakalaves ont 
I quelques rizières; mais ils cultivent surtout le maïs^ qu'ils sèment sur l'em- 
I placement de bois dont ils ont coupé les arbres ; lis obtiennent de magnifiques 
récoltes. Ils cultivent également la pistache, le manioc, la patate, la canne k 

D'autre part, les furets, dont le sol toujours humide est couvert d'humus, 
justifieraient des essais de vanille. Les bois sont de belle venue et y attei- 
gnent des proportions remarquables : ils pourraient être utilisés pour les cons- 
tructions. Le palissandre et lébenc soot communs, le caoutchouc, rare sur les 
bords des fleuves, est en assez grande abondance dans les ravins boisés qui 
dévalent des montagnes; enfla, à proximité des cours d'eau, les raflas abondent. 

'Voie flaviale. — La Uabavavy est navigable de Slampilsy k Ambalia [150 
kilomètres environ). 



ADIINISTKATION 

MM. de Bouvié, #, capitaine d'infanterie de marine, commandant le cercle- 
annexe. 
'Vacher, lieutenant d'infanterie de marine, oftlcier adjoint. 

Dcoanea 

Mil. HÛrtin, préposé de 2' classe. 
Herlot, id. 



îdby Google 



CERCLE SE HMIMO 



lûmiteB. — Le cercle de Mainlirano comprend les <)cux sect(;iirâ de Main- 
tirano et de Tambohorano. Il n pour limites : au nord, le Milanja, doDl il est 
séparé par l'Aodranobé, au sud, la rivière de Tmndolo-; à l'est, kchniiic boisée du 
Bemaraha ; i. l'oiicst le massif isolé du Poujiu. 

Orographie. — Le cercle se divise en trois bandes de terrain parallèles 
à la cdie Gt s^étendant A<: l'Andranobé à la rivière de Trondolo. 

La première, sablonneuse el marécageuse, est généralement peu large. Elle 
est en grande partie couverte de palétuviers et de roseaux ; les ports de Main- 
tirano Gt de Tambofaorâuo voient souvent leur accès défendu par une barre très 
forte, surtout loi-sque régnent les vents du sud-ouest. 

La deuxième, qui commence généralement à cinq ou six kilomètres de la cdle, 
est formée d'un terrain argileux très propre à la culture. . 

La troisième bande comprend les montagnes calcaires du Bemaralia, euu- 
vertes de riclies forêts. 

Climatologie . — Le climat du cercle est relativement sain ; les Européens 
sont peu sujets à la fièvre.'qui prend rarement un caractère pernicieux. 

La température, surtout 'sur la côte, soumise ii l'action rafraîchissante des 
vents du sud-ouest, est agréable ; mais les nuits sont frutcht^s et les affections 
des voies respiratoires sont communes chez les indigènes <]ni ne prennent pas 
de précautions contre tes abaissements de température. 

Agriculture. — Le sol est peu propre à la végétation dans la région ciMière. 
On peut cependant y tenter avec chance de succès la culture en grand du cocotier. 
Dans la deuxième région oro graphique, le sol, très fertile, estante h la culture 
du riz, du manioc, dn maïs, de la patate, du mil, etc. Le tabac viendra très bien 
dans tout le paya situé au nord du Manambubo et'ti trente kilomètres environ 
à l'ouest de Tombohonino ; on pourra, en outre, tenter avanlageuscinenl toutes 
les cultures mera'Iclières dans les régions d'AnIsamaka et de Keridji. La n'>^ion 
marécageuse dn Bemaralia produit dès maintenant l'ébène et la caoutchouc en 
grande quantitO ; des essais de culture de vanille pourront y être tentés, mais 
c'est là surtout un pays de p&lurages et qui se prêtera bien à l'élevage mé- 
thodique des bœufs, qui »'y trouvent déjà en très grand nombre- 

Enfin, il est possible d'utiliser pour la culture du riz, du manioc, etc., les 
vallées qui sont, en général, recouvertes d'une couche d'htimus très suffisante. 
. Commerce et industrie. — Aussitôt après la pacification complète du pays, 
une grande extension pourra être donnée à l'eiploitalion des peaux de bceui^, 
des bois d'ébène,' du caoutchouc, des arachides et de tous les autres produits 
indigènes. Le caoutchouc pourra être surtout l'objet de transactions commer- 
ciales productives. 

' L'industrie est actuGllemenl nulle. A Mainlirano seulement, quelques 
indigènes se livrent h ta construction de petits boutres. 

Celte induBlrie locale facilitera beaucoup le commerce avec les autres 
ports de la cOteEst. 

Boutes et voies fluviales. — Les routes sont co voie de construction. 
Une route canrossabie de 15 kilomètres relie Andemba à Antsamaka. L'intérieur 
n'est encoire sillonne que par des sentiers malgaches. Seuls les bras de rivières 



.Google 



— M» — 

où se fait scDlir l'indiieiiœ Ap ta marée sont navigables. Une r 
sur le Munambaho Vclona a produit à ce^ujet des rânultats négatirs. Le cours àc 
ce fleuve csl coupé de rapides qui en interdisent l'accès aunboulres; mais il 
sera peitt't^lrc possible (le le faire remonter par des pirogues jusqu'à AmbalaranO- 

Ecoles. — Dus écoles oflicielles sont onvei-ies k Haintirano, Andemba, 
Tanibotiorano, Beravina, et fonctionnent déjà régiiHërement et avec succès. Ces 
ècoleK sont dirigées par les interprètes, sons la direction des commandants àe. 
cercle ou do secteur et sous la surveillance des gradés européens, 

Populatiott. — La population côtiëre s'élève à environ 4.100 habitants. 

I.a pop'ilalion hostile de l'inlérieur, chez laquelle le recensement n'a pu Atre 
effeclué, est évaluée !i environ S.OOO habitants, 



iiMINISTUTIOSi 



UM, Dltte, 0. jjt.chef de bataillon d'infnnteriede marine, commandant lecercle. 
Hoirs, lieutenant d'infanterie de marine, ofticier de renseignement.^. 
'. lieutenant d'infanterie de marine, officier chancelier, 
a ban «iltân beu Abdallah, gouverneur principal de 3* clause. 



Rey. fil 



MM. HATiuut, brigadier. 

L&annt, préposé de 2* classe. 

Qarde indigène 

MM. Verrier, inspecteur de 1" classe. 
C&Btagné, — 2* classe, 

Layle, garde principal de 1" classe, 
Haguenin, — î* classe. 

Alianio, ~ 3- classe. 

Pitjol, — :i' classe, 

Dimier, ~ i' classe. 

Divat, faisant fonctions de jiarde principal de 4* classe. 
BoiTin, — id. 

Pirot, — id. 

EloTi -- id. 



USTI! DES COLOJIS 



Cttar/M, <lébilaat. I Abdul ot fthaman, commerçant. 
Diamantia Ttéioa, débitant, Soutfou, cooiroercaDt. 

LafosM, employé des Hessafi^riea H"**. Boum Hinloo, coramerçant. 

Mailer, débitant. | fiona Sobtliy, Id. 

Tab»M. Id. ' Foundt SouMt, id. 



■,:cc.;,C00gIC 



Mohamudi, commerçant. 
MouchIntSt Houuen, commcrtanl. 
monté. Htgni Haï, i<l. 

Otténi, jd. 

Sokli Ariri. id. 

Youmouati àen Wofiametf, commerçant. 



Boufa Baja, coromcrcanl. 



Doitid Allad»n, rommercHiil. 

Djetchan San^atffë. ii' 
I Oouna Lurka, 

ItmatI Jiva, 
I Kadra Adatnjae. 
I Karammly. 
' Mohamed bay Ismatdj 
I PrlmdjM (Calchirn, 
' Scharifou Ladjee, 



îdby Google 



bjGoogIc ■ 



«LES DÉPEDANTS 



Sous ce titre, sont compris un certain nombre de cercles qui nonl 
pas été incorporés â un territoire militaire et qui dépcmlentclirçeteinciit 
du Gouverneur Générai. 

Ce sont les cercles d'Analalava et do la Grande-Terre, le cercle des 
Baras. le ccrole-annexe de Fort-Dauphin et le cer<-le-nnnexe de Tuléar. 



îdby Google 



«b, Google 



CERCLE D'MMA 



Umites. — Le cercle d'Anatalava comprend : le cercte-annexe de la Grande- 
Terre el le cercle d'Analalava proprement dit. Ce dernier esl limité : au nord, 
par la Borond.ra et la chaîne de montagnes qui fait suite à cette rivière : à l'eit, 

fiar les montaKueB de TAokazinana, la province rie Vohémar et celle de Maroan- 
setra ; au sud, par la Sofia, la province de Najuaga et le cercle d'Ambaton- 
drazaka (I" territoire militaire) ; h. l'ouest, par la mer. 

Orographie. — Le système orograpbi^ue comprend : 1° Une grande chaîne 
de montagnes qui, se déischant du nœud où prennent leur source le Sambirano, 
la Hahavavy, ta SoUa et le Hsevarano, est coupée par le Maevarano, sépare te 
bassin de ce fleuve des bossius cùtiers du port Raduiua au nord et des oassins 
secondaires de l'Antsinjomorona au sud et se prolonge jusqu'à Befandrians, 
dans une direction générale N.-E — S.-O. 

i" Une ligne de hauteurs qui s'étend du ballon Loza à la Sofia et dont le 
point culminant esl dans le massif du Hanasamodv. 

3' Le nœud de montagnes de la presqu'île Radama, qui sépare les bassins 
GÔliers du port Radama et ceux du canal de Mozambique el de la Loia. 

Des collines peu élevées séparent les petits bassins des fleuves tributaires 
du port Radama et ceux des afQuenls de I Antsinjomorona. 

Hydrographie. — La direction (générale des eaux est vers t'ouesl. 

On peut les diviser en quatre bassins : 1* celui du port Radama, qui comprend 
la Berondra, le Sahabe, peu importanls, l'Ambahitsivokiny ; 

L'Andranomalaza, qui passe près de Beiofo, k Ambalabe^ Beiîana, Ambadi- 
maalaly et Haromandia, oii il reçoit sur sa droite le Hanonganvo et se jette dans 
te port Radama (8S lulomètres) ; 

Le Hanambaro, qui vient des environs de Bekonkona et se jette dans le port 
Radama, un peu au nord d'Andranosamonta (30 kilomètres environ). 

S° Celui des fleuves, tributaires de la Loza : l'Anjongo (SU km.), qui se jette 
dans la Lota au village du même nom ; 

LeMaevarano (180 km.], qui prend sa source dans l'Aokaizinana, reçoit 
plusieurs affluents, sur le cours duquel on voit de nombreux villages el qui se 
jette par deux branches au fond de la baie de la Loza ; 

L Anjingo [IDD km.), qui prend sa source au nord des monte de Belïndriana 
et vient mêler ses eaux à celles du Uaevarano au fond de la baie de ta Loia; 

L'Antsinjomorona ^140 km.), qui vient du sud de Befandriana, reçoit sur sa 
droite la Simboana, qni passe à Befandriana, et se jette aussi dans la baie de la 
Lou. 

Les embouchures du Haevarano, de l'Anjingo et de l' Antsinjomorona forment 
un large delta au milieu des palétuviers. 

. 3° Bassin de la presqu'île Radama, de la baie de Narenda et de la presqu'île 
Jloromony. 

Dans la presqu'île Radama, l'Andavenona, le Harovalo, l'Ambohangy, sont 
peu importants. 

Au sud d'Analalava, l'Analalava, l'Ovary et l'Andampy, qui se jettent dans' la 
mer à l'entrée de la baie de Narenda, ont un cours peu étendu, comme l'Antsatia- 
manara, qui finit au village du même nom. 

Le Mahaferinaina (40 kiIom.\ l'Ambatovak.v (30 kilom.), qui finit au village 



— 884 - 

du même Dom, le Harovato [4S kilom.), qui vient de U&nasamody, le Bemafuka 
MDt plus importaota. 

Sans la presqu'île de Horomony, assez étroite, on remarque beaucoup de 
petits cours d'eau dont le principal est l'Antatatra [20 kilom.) 

4* Le bassin de la Sofla. 

La Sofia (350 kilom.). le plus importaol des fleuves de la région, prend sa 
source à environ 30 km. an sud de celle du Haevanino, reçoit aur sa gauche 
la Usn«irahara, qui passe k Uandritsara, a de nombreux tributaires et reçoit h 
son emnouchure le plus important de ses affluents de droite, la Tsiribihina [00 
km.), qui passe b Andranouampango pour finir à Horafeno et ae jette enfin dana* 
la vaste baie de Hahajamba, à la hauteur de Morafeno et d'Ampasindava. 

La Sofia serait, par l'étendue de son cours, une voie de communication très 
importante, si, en certains endroits, des roches n'en obstruaient le lit. 

La côte est très découpée et offre de» abris nombreux. On remarque, au 
sud de la rivière Beroudra, la presqu'île de Lavaluhalika, limitée au Rud par la 
rivière Sababe, le port Radania, profonde baie qui finit a Andranosamonta et qui 
est bornée h l'ouest par la pointe et la presqu'île de Baranjomiua, puis la baie 
d'Ankabamby, en face de laquelle se trouvent le» Iles de Notty-OvV ou Berafia et 
Vosy-Valiha et les nombreuses jietites échaocnres dans lesquellea se jettent lea 
cours d'eau de la presqu'île Radama. A quelque distance de la cOte se trouvent 
l'Ile de Nosj-Saba eti^lle plus importante de Nosy-Lava. 

A la pointe d'Audronjana la c4le tourne brusquement vers l'est pour former 
la baJe de la Lou. 

A la hauteur d'Analalava, sont les Iles Faohina, Langa et Soy, assez rappro- 
chées de la câte. 

Au-dessous d'Analalava, la mer forme la vaste baie de Narenda, fermée à 
l'ouest par la presqu'île de Horomony, que termine la poinle du même nom. 

On remaroue au-dessous de cette pointe la baie de Horamba, puis la câte 
continue vers le sud-ouest pour former la baie de Hahajamba dans laquelle se 
jette la Sofia. 

Climat. — Le climat est sain, même sur la cAtP ; Aualalava, entre autres points, 
jouit d'une température très supportable qui, depuis un an, ne s'est pas élevée 
au-dessus de 33* et n'est pas descendue pendant la journée au-dessous de 23*. 

Les deux saisons sont bien tranchées dans la zone maritime ; la saison de.*' 
pluies de novembre h. avril et la saison «lëchc, pendant le restant de l'année. 

Pendant cette dernière saison, le vaharatrazy ou vent de terre, souffle souvcDt 
avec violence, brisant les jeunes arbres et abattant les cases. Il rend quelquefois 
impossible la traversée de la Lota, long corridor dans lequel il s'engouffre avec 
fune. • 

Pendant l'hivernafce, les vents sont plus réguliers ; la nuit et le matin, vent 
de terre et le soir, vent du large. 

Dans les régions élevées de l'Ankaizinana et, en général, de l'est de la pro- 
vince, les températures de juillet et d'août sont très basses. 

Il existe cependant quelques localités insalubres, comme Befotaka et 
Antonibe, entourees de palétuviers et de marais. 

L'eau est toujours limpide, sauf en quelques rares points, comme Hahamavo, 
Antsohihy, Bemampay. 

Oommeroa. — Les transactions sont encore faibles. Elles s'flxercent surtout, 
à l'exportation, sur le rii, le rafla, la cire et le caoutchouc ; ^ l'importation, sur 
lea toiles, mannitea, verroteries, iodiennes et alcools. 

La paresse des Sakalaves ne permet pas d'espérer que le commerce devienne 
important avant quelque* années. Néanmoios, il faut reconnaître que depuis 
plus de six mois tes progrès réalisés sont très sensibles. 

Les principaux points commerciaux sont: les deux entrepôts du nord etda sud, 
Andranosamonta et Aualalava, où existent des postes de douane ; puis Antonibe, 
Antsohihy, Ampasindara, Mandritsara, Befandriana et Befotaka. 

Une seule maison française, la maison Frager, est représentée dans le 

, C.ooyic 



les autres commerçants du cercle sont M&Tgacbes, Indiens on SUamo. 

AgriaultnTe. — Les habitant* de la région ne s'adonnent que très irré- 
ffuliërement à l'agriculture. Dans le nord du Maevarano, les riiières sont nom- 
breuses ; dans le sud, ce sont les champs de patates et de manioc qui dominent. 
Dans quelques localités on cultive 1a tabac. 

L'agriculture reprend cependant, grftco à la sécurité. On peut Aéjk constater 
de sérieux progrès realisés depuis l'année dernière. 

Bontet et volet âuTlaleB. ~ Quatre roules sillonnent le cercle : 

i' d'Analalsva à Ampasindava, par Antonlbe {110 km.). 

S* d'Analalava h Antsohihy, par Ankerika (40 km.). 

3° de Bealanana i Befolakk, par Amboay (HO km.). 

4< d'Ampnsindava h Mabalina, par Uabadiodioka et Antsira (85 km.). 

Des sentiers asses étroits relient en outre: Handritsara b ADtsohiby. par 
Befandriana, Ankaramy h Befotaka, Befoiuka h Anteohiby. 

Les communications fluviales existent par la Loza, »ur l'AnlsinjornorODa 
jusqu'à Antsohihy (environ frO km. d'Analalava] ; sur le Maevarano jusqu'à Be- 
fotaka [environ 40 km. d'Analalava) ; et, par la Sofla, jusqu'à Haholina. 

Eoolea> — On compte : 7 écoles installées Ji Analalava, Bealanana, Befan- 
driana, Handritsara, Uarotandiano el Anlonibe- 

Elles soni Tréquentées par environ 300 élèves. On y enseigne le français, la 
lecture, l'écriture et le calcul. 

Popolatioii. — Le cercle d'Analalava compte une population d'environ 
55.000 habilants répartis sur 30.000 kilomètres carrés, soit une moyenne de près 
de deux habitants par kilomètre carré. 

Les principaux centres de population sont: Analalava, Maromandia, An- 
dranosamenls, Uangindrano, Befandriana, Antsohihy, Ambodimadiro, Antonibe, 
Ampasindava et Handritsara. 

Le cercle compte peu de Hovas ; par contre les Betsimisarskas sont en assez 
grand nombre, notamment dans la rég;inn de Uaromandia ; les Sihanakas sont 
groupés dans l'Ankaizinana ; les Tsimihety peuplent Mandritsara et ses envi- 
rons; enfin on rencontre les Zazamangas un peu partout et en particulier qur le 
littoral. 

Les Sakalaves sont en général très paresseux ; les Zatamangas, les Sihana- 
kas et les Tsimihety, quoique d'une intelligence aussi peu développée que les 
premiers, sont en général de bons travailleurs. 

Les Hovas et les Betaimisarakas, plus Giviliaés, ont depuis longtemps le 
monopole du commerce ; ils fournissent en outre les ouvriers des divers corpsde 
métiers. Avec les Zazamangas, ce sont les seuls qui ont pu être utilisés jusqu'ici 
par tes colons de'la région. 



UtUHISTUmil 



, LunollA, #, chef de bataillon d'infanterie de marine commandant te 
cercle d'Analalava. (Analalave cl Grande-Terre). 
I>9 Frsisseyx, lieutenant d'infanterie de marine, ofHcier de renseignt- 

ments. 
Osntier, lieutenant d'infanterie de marine, chancelier. 
Ouédès, administrateni^djoint de 1" classe. 
Oilbert-Piarre, commis de résidence de 1" classe. 
Pretrsl, commis de résidence de i' classe. 



■,:cc.;,C00gIC 



lui. HoDiieti brigadier- 

' Piétilni, matelot de douaae. 

Garde indiedu 

UH. Borne, iospectear de &• classe. 

OoUn, garde principal de l'* cluse. 

Deglesne, garde principal de 2* claase. 

Houroade, id. 

Oulmbratlère, garde principal de 3* classe. 

Toyaonnier, garde pnncipal de *• classe. 

Oeudanne, id. 

T^loux, fkisant fondions de garde principal de *• classe. 



llSn DES COLORIS 



Btynat, coton. 
OuMsw, id. 
Fonarim, id. 



Addélêii ban Amyiy, commercaDt 
AMallah bên Fâky, id. 

ilnondy ban Bakary. id . 
Ha*ldy, Id. 

KouaMrf 6«n Mohamed, id . 



Âly ban Abdallah, commerçant. 
Ail batiSeny, id, 

■Amady ÂkMry, ■ ■ (d. 

Amady ban Ambar. id. 

BanftAno ban Abdallah, id. 
CharifM ban 8ouoa. id. 
Ohabany Abdar Rhaman. id. 
Hunada Aly, id. 

Hamiay ban SaJter, id, 

Hanwtlna. id. 



Hameal t 



I Ali. 



Hamady ban Ali, ' 
Hofiavora ban Soaingon, 
Hohamad AH, 
Mobamad ban Djaumn, 
Houngaban Warizy, 
Salam ban SaaII, 
Sailngy, 
Soanr iMi Ali, 
Sûanif ban Mouna, 
■Soalif Bakan/, 
rmyr ban Moliv», 
T^jifr ban Moutta, 
Taabib ban Almadt), 
Youtout ban Amadi, 



Abdallah Aatam, commerçant. 

Abdallah Adamjaa, id. 

Abdallah laaijaa. Id. 

Abdol Hoatan Karln^aa, id- 

\ Adair\/aa Mouaaadjaa, id. 

I Adamjaa Walldjaa, id. 

I. Adan\l»a Douadja». Id. 

: Ali ban Omar, id. 

Ali Kara, id. 

I Alif ban Houuan, id. 

I Amadi ban Ouuanii. M. 

Amadi ban YouiouT. id. 

Saofto Oaulamaan, id . 

j OifUtary ban Ouatamy, id. 

! Dumy Bnga, id. 

1 Oany ban Amadl. id. 



..Google 



id. 



HamtiMy (md Wndelttly, commarcanl. 
f*a<V«* Vadi^M, id. 

JaffAr PamffM, id. 

JMfA Hu^, 
jMvoutf/MÏorbhaWr 
jAAvoucf/M ÂmUtJM, ' 
Kâdtr SomatiM, ta. 

KàrimiMAIy, - - id. 

Kutan Haotitn. id. 

mamotU»» AkInJe» M. 

Manio<(/M Oo«M(ftc, id. - 

Mohamadbhar KarlujM. id. 
«oftamarf K«rJrt/M PalW, id, 
Mohamed Jlnijaa, id. 

MoAatMd Hattanaliii id. - 
«0(1^ Wa/|/M, id. 



IfOMM Xmatfj, comroerctnt 
Walo ban ParaAtmtf, Id. 
tloul^|aa bon Kariail»», H. 
Omar ban Amaé^, _ id. 
Softlii Hààhani' ' ■ 'tà.'~'., 
Talt^aa aort>a^. ' Id. 
Tâll^iaa Âmijêà, ' &. ' 
TaTIt/M Kai-lmiao. id. 

Tar»ai^ Ho^/aa, id. 



Alii ban SaJd Sllmui, commertanl. 
Nofiaintf SaMi) AkMi, Id. 
«otfndra, td. 

8onwf/(f, id. 



by Google 



GEBGLB-WIE DE U UBANDE-llfiË 



- Leeercle-aaaexe de la GraDde-Terre a pour limites: au Dord, 
la rivièrelronoDD, qui le sépare de laprovincede Dit^go-Siiarezi à l'Mt, la pro- 
vince de Vohéniar; au sud, la rivière BeroDdro, qui le sépare dn cercle d'ADala- 
lava; à l'ouest, la mer [canal de Hoiam bique). 

Orogr&phia. — La grande chatne du Galoko et du KalobeooDo, la chaîne 
de Levika, qui leur fait suite, et la mootagnf d'Ambohipireky, divisent la région 
en deux parties bien distincles. A l'ouest, entre cette chaîne et la sone des palé- 
tuviers, s'éteud une grande plaine presque lans accident de terrain. A l'est, le 
SEiys est tourmenté, parsemé de fie» et de petites chaînes jusqu'aux monts d'Ao- 
CMuimanoro, dont les plus grandes hauteurs atteignent environ t. 500 mètres. Ony 
trouve des forêts importantes aiTiBi que sur la chaîne de Levika. Au bord des 
ruisseaux, on rencontre des bosquets d'une certaine élendue avec de beaux arbrea 
et dans les parties aujourd'hui en herbages, d'énormes troncs calcinés attestent 
encore l'existence d'ancienues foréis. 

Les principales essences qu'on y rencontre sont: le takamaka, le bois de 
natte, le badauiier, l'ébénc, le lamariniur, le palissandre, le bois de rose, le bois 
de fer et le caoutchouc. 

Hydrographie. — Les principales rivières du nord.au sud sont ; l'Imnono, 
le Mananjeba, qui prend sa source au pied des chaînes qui font suite à l'Andra- 
hary et traverse une région parsemée de marais, puis les collines pierreuses d'An- 
karana ; 

La U&havavy (t), le plus grand fleuve de cette partie de la côle, qui prend sa 
source entre la chaîne a'Audohanimaro et celle a'Andrahavy; son cours peut 
être évalué à 120 kilomètres ; sa largeur varie de 200 à QOO mètres; il se jette 
dans la mer par un delta de cinq branches; la branche d'Antsoa est formée de 
quatre petites rivières de moindre importance ; 

L'Ifass'y, qui prend sasoucedansla grande chalned'Andoamanoro, et se jette 
dans la mer en tace des collines d'Amboriimanghi par deux embouchures ; celle 
du nord e.Ht presque obstruée; l'Ifassy reçoit, au pied du mont Ankotodo, ta 
rivière Hamoro. . 

Viennent ensuite les rivières d'Ambato, du Sambirano, de Zangoa et de 
Berondro. 

Climatologiie. — Le climat du cercle-annexe de la Grande-Terre offre une 
grande knalogie avec celui d'Analalava, qui lui est limitrophe- La température y 
est tempérée et ne dépasse guère 30°. 

Le varahatraiy ou vent de terre s'^ fait aussi ressentir quelque peu penduit 
la saison sèche ; mais d'une manière générale les vents de terre et du large Bont 
réguliers. 

Sur la cdte, du cap d'Ambre à la baie d'Ampanindava, le temps est générale- 
ment beau, la chaleur humide et les brises assez faibles soufflent *du nord-ouest 
au sud-ouest. 

(1^ Qu'il ne foutpss confoodreavec un autre fieuvede eenom, plus importanl que 
celui-ci et qui ae Jette dans la mer A l'ouest de Hajunga, après avoir traversé le cercle 
de la Mahavavy. 



■:. Google 



Gomm«To«> — 1.es Anlaskarcs vivent presque exclusivemeal du commerce 
des bfEufs. Us ont beaucoup exploité le caoutchouc et l'exploiteat eacore un peu, 
mais sans discernement. 

La Société française de Madagascar, qui a demandé dans cette r^ion une 
immense concession, va sans doute relever te genre de commerce. 

La Rociélë LocamuB a demandé également de arandeséleodues de terrains 
pour y Taire de l'élevage et installer une fabrique de conserves de viande. 

Le reste du commerce est entre les mains des Indiens, qui vendent aux indi- 
gènes des toiles blanches et imprimées, du sel et du sucre, des marmites, de la 
verroterie, du pétrole et leur achëlenl ou leur échangent du rii, du caoutchouc, 
de la cire et des peaux de bœufs. 

Agriouttnre. — Les indigènes cultivent le rii, le manioc, la patate, le 
tabac e' la canne & sucre. 

En général les len-ns situées le long des cours d'eau sont riches : lea meilleu- 
res se rencontrent sur les rivBs de la Mahavavy, de l'ifassy, et, en particulier, du 
Sambirano, où la plupart des colons du pays sont installés. Toute espèce de cul- 
ture peut être tentée dans celte région. Le café, la canne à sucre et la vanille y 
viennent notamment dans d'excellentes conditions. 

Routes et TOiea fluviales. — Les routes sont encore peu nombreuses. Les 
deux principales ne sont carrossables que sur une longueur de 40 à 60 kilomè- 
tres. L'une part de l'embouchure du Sambirano, remonte toute la vallée de ce 
fleuve jusqu'au pied de l'Ankisiniana. L'autre longe le bord de la mer, entre la 
rivière Ironono et celle d'Ambato. 

La Uahavavy est navigable jusqu'à Befalafa, à 60 kilomètres environ de son 
embouchure. 

Les autres rivières, l'ifassy, l'Ambato, le Sambirano, te Zangoa, sont navi- 
gables presque toute l'année pour tes embarcations de faible tonnage. 

Population. — Le cercle-anncxc de la Grande-Terre compte environ 80.000 
habitants, comprenant, en dehors de ta population française et européenne, des 
Indiens, des Chinois, des Arabes, des Sakalaves et des Anlankares. 



ADIINISTIATIOI 

MM. LaTWduT», it, capitaine d'infaDlerie de marine, commandant le cercle- 
anneie. 
N..., lieutenant, officier adjoint. 

(hrâa indigâne 

H. Néraudcau, garde principal de !■* classe. 



LISTE DES COLONS 



Diàitr, colon. 

Dusaao, planteur. 
CourloJa, colon- Qrandm»l$on, colon. 

Crttolâ, Id. Labreton, id. 

Da Vliltoourt, colon. S»gettt, commerçant. 






..Google 



Àbdillah bM tttUMMtd, cominercant. 
ÂbàMlM Mohuntd OMliTttit, id. 

Àbàûllth 8oma, id. 

AtHlmttah Horabo, id. 

Abd%nmtLn%, id. 

Amady tMit Àmity. id, 

Âmêdl 8M/Hfi, i<l. 

ÂaomMily, id. 

Ammêdt bm YMKut, id. 

BaJco AM«/f«f>, id. 

Bên An. id. 

Chef, id. 

Kombo B»kary, id. 

Xomto Ohartfou. kt. 

lÊÊbroko, id. 



itdani Omar, commercaQl. 
Abdoulowin» Atilnjy, commerçtnL 

Allbay DomiSJy. id. 

Amêby Amûllbty, id. 

Amidjy Attdln. id. 

Atunaly Kamtt/i/, id. 

Karimdjq tyivttmdjif. id. 

KarimdJu Uoula. id. 

HamoudaJif Oan*i^i/i id. 

Na/Ktmadl, id. 

Mtunoif* baïf, d. 

Howatt/v >ld«fn/4' <d' 

Plrbà^ Kmringti, id. 

ftatfjtbêlii Ak.ihi^, id. 



8a/Ia Mouaaa, 
SiJImIny, 
SâJJmon, 
S f«, 



Sopaha, coinmerftnl. 
OzaoW, id. 

Font), boucher. 
Mahafafif, commerçant. 
ftalnlkatomnro, bouclier. 
AaJnfvofiana. id. 
RatMf. id. 

Vazafia, conimercaDl. 



îdbyGoOglC 



GËRGLB DES BIMS 



Unîtes. — Les limilAs du nercle sont: 1° au nord, le Haogoky ou Ooi- 
mainty, puis le RaDOiDBÎtsoa, soa affluent de K&uehe, enfin le plateau des Lam- 
boanv et le versant nord dn massif de rAndrîagîka, qui marquent les confins 
snd dia la province betsiléa ; 

S* à lest, la dorsale des vallées de la Hiénanana, (affluent de droite de 
U Matilana) et de l'Ianlara, jusqu'à la graade foret, puis la chaîne faltiërc 
de cette forêt, jusqu'à hauteur des sources de l'itomampy ; 

3' au sud, la chaîne de partage des eaux entre l'itomampy et l'Iaoaivo au 
nord et le Handraré au sud, puis une ligne est-ouest, qui coupe le Haodranî, 
laissant à la province de Fort-Dauphin tes peuplades Antanosy et h celle de 
Tulésr les tribus Hahafaly ; 

4<> à l'ouest, une ligne encore peu définie (devant laisser au cercle toutes 
tes tribus baras moins les Imamonos) qui va rejoindre les sources du Halio, puis 
celte rivière jusqu'à son confluent avec l'Onimainty. 

Orographie. — A l'est, la grande chaîne faîtière de l'Ile se prolonge, au 
sud (lu Bctsiléo, par une énorme muraille brisée queJaloDnent les pics Ambon- 
drombé, Itomaka et Andringitra jusqu'au majestueux pic Ivohibe. La chaîne 
s'abaisse graduellement jusqu'à lu Uananara ; elle se relevé ensuite, aux sources 
deTImaivo et de l'Itomampy, pour atteindre 1.300 mètres d'altitude avec la Tsi- 
tODgakanga, massif épais, louruienté, dèi^trt et peu boisé qui forme la base du 
système orograpbique du secteur de Tamotamo ; à l'ouest ce que l'on a appelé 
le plateau central se continue par l'Borombé, vaste steppe dénudée et déserte. 

Hydrographie. — Cinq grands collecteurs conduisent leseaui du plateau 
centralà la mer. Au nord : rOnimainty, qui reçoit les eaux de la belle vallée df; 
l'Ihosy ; 

A lest : l'Iantara, réunion des trois cours d'eau le» plus importants du 
pays bara : la Hinaranaka, l'Ianaivo et l'Itomampy ; 

Au sud : le Handraré ; 

A l'ouest : l'Onilaby ou Haogoky du sud. 

De tous <'es fleuves, l'Onimainty, au lit sablonneux et au courant tranquillev 
paraît seul navigable. Dans les vallées de l'Iantara et de la Hananara s'entassent 
des encombrements de rochers, non seulement dans le lit même des rivières, 
mais aussi sur les flancs des hauteurs qui les enserrent étroitement. Les moyen- 
nes et basées vallées de l'ihosv, du Henarabaka, de l'Ianaivo ek de l'Itomampy 
sont larges, bien arrosées et fertiles. 

Olimatologiie. — Loin d'être uniforme, le climat, dans le cercle des Baras, 
varie beaucoup d'un secteur k l'autre. En général, les résultats de sa situation 
dans ta zone torride se trouvent considérablement modifiées par son altitude. 

La température est sensiblement abaissée par l'action sur l'atmosphère 
de vents alizés du sud-est, dont l'influence, il est vrai, se fait inégalement sentir. 
Dans le secteur d'ivobibé, ces vents se trouvent brusquement arrêtés dans leur 
course par l'imposante chaîne rocheuse de l'Andringiint et le versant orientât 
du pic. La dépression qui sépare ces deux massifs ouvre aux alliés une issue 
dans laquelle ils s'engoufi'rent violemment ; le phénomène rend la région d'ivo- 
bibé particulièrement fraîche et contribue certainement k en (aire l'une des 
partielles p'iissaluhres du cercle. . . .^ ., 



Diciitizcc ..Google 



La saisoD sèche y esl caractérisée par l'ab&issemeot subit de la twnpérature, 
pendant la nuit, et par des brouillards épais pendant la matinée. Le thermo- 
mètre oscille dsDB le jour entre IB° et âS"; pendant la saison pluvieuse, de 
novembre à avril, les pluies apportées par les vents d'ouest et prcsaue toujours 
mêlées d'orages, ne tombent généralement pas avant midi ; le tnermomèlre 
varie pendant celte saison de 26" à 33". 

Dans le secteur d'Ihosy, les alizés ae font sentir plus faiblement ; aussi ia 
température moyenne est-elle plus élevée qu'il Ivohibé. 

La région de Tamotamo semble la moins favorisée du cercio au point de 
vue du climat; pendant la saison des pluies, le thermomètre atteint souvent 37*, 
la chaleur est très humide et personne n'échappe h la fièvre, même parmi les 
indigènes. 

Avec la saison des pluies apparaissent partout en quantité variable selon les 
lieux, des légions de moustiques qui, dans certains enaroits, obligeât les indigè- 
nes à coucher la nuit sur des claies élevées sous lesquelles ils entretiennent 
constamment du feu. 

Le moka-fohy (petite mouche) est un insecte asset commnn dans les vallées 
marécageuses. 

Commoro*. — Le bétail a. Jusqu'à ce jour, constitué le seul élément com- 
inerciul des diverses tribus du cercle des Baras. 

Avant notre établissement & Ihosy, Ivohibé et Tamotamo, le commerce' des 
bœufs étaient surtout un commerce li'é'ihange. 

Depuis plusieurs mois il attire quelques Français, particulièrement dans le 
nord du cerdeet sur la grande voie do communication Ihosy-Tamotamo; il leur est 
toutefois diffîcile de Uitler avantageusement contre les marchands indigènes, dont 
la patience seule peut avoir raison de la méfiance et de l'eutélement des Baras. 
Les armes et la poudre faisaient également l'objet d'un important commerce. 

Aciueilement les principaux articles d'échange sont : les colonnades, les toi- 
les et JQA indicimes, les lambas lissés dans le Belsiléo, les angady, les perles, les 
marmites et la coutellerie, le sel, les allumettes et enfin l'alcool. 

Les toiles françaises ont fait leur apparition et grftce au rétablissement du 
calme, commencent k trouver un écoulement dans le pays, A Ihosy (seul 
point au sud où les Hovas ont pu prendre pied), se tient tous les samedis un 
marché qui prend une importance de plus en plus grande. 

Dans toutes les autres parties du cercle, il n'existe pas de ces grands maiv 
chés en plein vent où affluent les habitants des localités voisines, comme dans 
le Belsileo et l'Imerina ; c'est dans le village le plus rapproché du poste qUe se 
font les échanges. Les indigènes apportent du paddy, du rii, des fruits, du miel, 
des légumes, des volailles et des œufs, en échange desquels les Baras préfèrent 
encore une bouteille ou une bimbeloterie quelconque à une somme d'argent, fat- 
elle de beaucoup supérieure b, la valeur de l'objet donné. 

L'établissement de murchauds Hovas et Betsiléoa dans les villages situés 
près des postes, exerce, sous ce rapport, une heureuse influence sur les Baras. 

Chaque joor on constate davantage l'acceptation, par les femmes surtout, de 
la pièce de monnaie qui leur permettra d'acheter à leur choix des objets nou- 
veaux pour ces populations, couteaux de poche, glaces, verres, perles, pour les- 
quels les Baras ont un goût très marqué. 

Lorsque les populations encore un peu sauvages se seront familiarisées 
davantage avec nous, et surlout quand elles connaîtront la valeur de l'argent, il 
sera possible de créer des marcties au centre des plus fortes aggloméralions. 

l.e moment n'est pas venu d'apporter dans ces régions de gros capitaux ; il 
n'y a place actuellement que pour les petits commerçants, (|ui introduiront dans 
le pays les articles de pren^ière nécessité ou frappant la curiosité des indigènes, 
ainsi que les articles de consommation nécessaires aux troupes. 

Fortte. — Les forêts renferment, commedans le restede l'tle, desemeoces 
de prix, maislesdifScultés d'exploitation et d'icvuleiiMnt s'opposeroDt longtemps 
encore an commerce des bois. 



îdbyGoOglC 



Lm liaoes à caoutchouc, usez répBDdaea dans la plupart dea forêta do sud, 
ponrroDt Ikire l'objet d'uD« eiploitatioD plus sérieuse quand la sécurité sera aasu* 
rée partout. 

Knfln, i) y a lieu de remarqner que-toutes les forêts, par suite des déboise- 
ments auiquêis se livrent les iodigèaea depuis des si^es, présentent de nom- 
breuses clairières, qui se prêteront fort bien à l'établissement de plantations 
abritées. 

Indtutrie. — L'industrie se borne' & la fabrication des vases d'argile et 
autres ustensiles de cuisine, à la confection de quelques nattes ou sobikas et bla 
distillation d'un mauvais alcool de canne ou de tamarinier. 

La soie de l'Isalo et le sel d'Analavoka méritent cependant une mention 
spéciale. 

Le massif de l'Isalo, qui s'étend a l'ouest du plateau de l'Iloiombé, sur une 
longueur de 200 kilomëlres et une largeur de 30 environ, est couvert de nom- 
breuses forêts de tapias dont les feuilles nourrissent le ver à soie. Li récolte des 
' cocons V a lieu deux fois par an, en octobre et en mai, mais elle n'a jamais fait 
l'objet a'une eiploitation régulière. La soie était recueillie pur tes Baras du pays, 
qui la vendaient ou plutôt l'échangeaient contre de la toile h des marcbands 
ambaniandros et betsiléos. 

D'ajiràs les Hovae, la soie de llsalo serait une des plus belles de Madagascar; 
toutefois le tis!<nge de t^ette soie D'avant encore fait l'objet d'aucune tentative, il 
importe de connaître les résultats d une première expérience avant d'encourager 
cette industrie. 

Dnna la moyenne vallée du Mi^narahaka, auxenviroasdu poste d'Analavoka, 
les indigènes font un usage courant, pour saler leurs aliments, d'un produit qui 
a presque toutes les apparences du sel de cuisine pulvérisé. Ce produit est tiré 
d'un »ol inculte dont la couche supériRure, légèrement sablonneuse, peut être 
facilement recueillie pi>n(1ant B mois do l'année. Un échanlillon en a été récem- 
ment analysé à Tananarive. Il ne renferme aucun élément nuisible et peut par 
suite être utilisé. Toutefois, son extraction, vu le peu d'étendue des terrains t-ali- 
fères actuellement connus, ne constituera qu'une industrie des plus modestes et 

far conséquent réservée aux indigènes. Jnsqu'h ce jour, aucune mine n'a encore 
tê signalée dans le cercle des Baras. 

Agrioultnre — L'agriculture n'est pas en honneur parmi les populations 
du cercle dont les diverses tribus baras et lanalas, plus paresseuses encore que 
guerrières, éprouvent pour le travail de la terre, comme d'ailleurs pour tout ce 
qui exige le moindre enort, une répulsion générale. 

Le riz cultivé en quantité très insumsante est loin de tenir la première 
place dans l'alimentation des indigènes ; un grand nombre d'entre eux ne se 
nourrissent, pendant 7 ou 8 mois de l'année, que de manioc. Cependant les rizières 
abandonnt'es ncmanquentpaset il serait, d'autre part, facile d'en créer de nou- 
velles dans les bas-fonds marécageux et sur le bord des cours d'eau. Hais ha- 
bituées k vivre de peu, n'ayant aucun besoin et préférant à tout l'oisiveté, tes 
populations du sud ne se décideront que bien lentement k sortir de leur inertie. 
Le procédé employé pour la culture des riiières est fort défectueux: il ne 
consiste que dans le piélincment du sol par les bœufs dès que les terres ont été 
détrempées par les premières pluies. L'herbe non détruite ne repousse qu'avec 
plus de force et nuit beaucoup au développement du riz. Les rizières créées daaa 
tous les postes par tes troupes indigènes permettront de faire constater aux 
Baras le rendement qu'il est possible d'obtenir avec un peu de travail . 

Le manioc est aux Baras ce que la pomme de terre est aux paya pauvres 
d'Europe, un aliment de première nécessité. Cette plante est très estimée oee peu- 
plades du sud. d'abord parce qu'elle trouve partout un sol excellent dans lequel, 
Cendant plusieurs années consécutives, elle se développe d'une façon remarqua- 
le et surtout parce que sa culture exige peu de travail et de soins. 

La patate et le hariL-ol sont également cultivés dans te cercle. Le harient 
est de première qualité et d'une cuisson facile ; les Tanalas en sèment beaucoup 
dans les terraitis de déboisement. 



îdby Google 



Le maïs se rencoalre partout, mus en petite quantité ; il y & lieit cepandant 
de faire une exception en faveur de la vallée dii-Héharaban-et d6 celle de 
rilomampy, où le mais vient très bien et pourrait être cultivé sur uae ffnodd 
échelle. Les indigènes mangent l'épi 'de mats en le faisant griller avant u 
maliirité complète, ou le laissent sécher, puis le pilent pour en faire nae sorte de 
galette. 

La plupart des villages possèdent une petite plantation de cannes à sucre 
surtout destinée à la fabrication d'un mauvais rhum, néanmoiDS très apprécié 
des indigènes. 

Les orangers et les citronniers ne sont point rares, surtout dans la vallée de 
riantara. 

Lu coton est très répandu à l'élat sauvage : dans certaines régions, les fem- 
mes baras l'utilisent pour la confection de lambas grossiers. 

La plupart des légumes de France sont cultivés dans l»s jardins des postes; 
la pomme de terre en particulier donne de bons résultats. 

Oafé. — Un Hova installé & Ibosy a créé une petite plantation de café qui 
commence k prospérer; les premiers plants, âgés de trois ou quatre ans, sont eu 
rapport ; toutefois les résultats obtenus jusque ce jour ne permettent pas encore 
de tirer des conclusions sur l'avenir réservé à cette culture dans certaines valléen 
du cercle des Bires. 

Dans toute l'étendue du cercle, la terre est généralement plus fertile que 
dans l'Emyme et le Betsiléo ; certaines vallées ont même un sol privilégié. Ton- . 
tefoia le manque de main-d'œu tre et de débouchés seront deux sérieux obstacles 
fa la mise en valeur du pays. 

EIflTage. — Les troupeaux constituent actuellement ta seule richesse des 
populations du cercle. 

Les plus beaux et les plus nombreux se trouvent dans les vallées du Uéaa- 
rataaka, ne l'Isnaivo, del'ltomanpy, deritiotty,derOQimainty, de l'Onilaby et du 
Mandraré. Les bëtes à cornes trouvent pendant toute l'année des pAiurageR 
suffisants, surtout dans les régions montagneuses. I,e porc est presque inconnu; 
les produits du pays, manioc, patates, maïs, permettraient cependant d'en 
faire l'élevage en grand. 

Les moutons se rencontrent dans tous les villages, mais en petit nombre; 
c'est toujours la race fa large queue sans laine, dont la choir est de qualité 
médiocre. 

On trouve de la volaille partout, mais en petite (]uaatité ; celte pènoiie 
provient uniquement de ce que les iadigènes ne se soucient pas ne Is reproduc- 
tion; ils la laissent aux soins de la nature. 

Bout«a. — Le cercle des Baras est traversé du nord au sud par la graDde 
voie de communication que suivaient autrefois les voyageurs pour aller de Fia- 
oaranteoa b Fort-Dauphin par Ihoay, Betroka, Tamotamo et Tsivory. Cette route 
vient d'être aménagée; de nombreux ponceaux ont été construits, et des pirogues 
assurent en toutes saisons le passage des grands cours d'eau. Un chemin, presqus 
partout muletier, traverse le cercle de l'ouest i> l'est, reliant Feranfangana k 
Ivobibé, Ibosy, (tanobira, Uaromiàndra, Ankazobé et Tuléar. 

Une assez bonne route conduit d'ivohibé à Fianaranlsoa. Des chemins mule- 
tiers assurent des communications constantes entre les chefs-lieux de secteur et 
les divers postes. Dans certaines parties du cercle (vallées de l'Ihosy et du 
Menarabaka), il serait possible d'employer dès maintenant des voitures Lefebvre. 

Dans le secteur d'ivohibé, un pont de 103 mètres de long, construit sur lé 
haut lantsra, établit la liaison entre le chef-lieu du secteur et le poste ct'lampa- 
^ka, créé au milieu des turbulentes tribus tanalas du cercle. 

Un pont d'égale longueur en construction sur le Menarabaka permettra de 
communiquer directement entre Ivohibé et Betroka par Ranosara et la rite 
gauche de l'ianaivo. 

BooleB. — Deux écoles primaires ofSoielles récemment créées, l'une à Ivo- 
bibé et l'autre k Ihosy, donnent déjk de bons résultats. 



t.zcc ..Google 



Celle divohibé. dirigée par nn soldatd'infanterie de marine, compte M élèves, 
18 garcoDs et 32 filles. 

Celle d'Ihosy, dirigée psr l'interprète du poste, compte 54 élèves, S2 garçoDs 
el 32 filles. 

Les Baras, encore très méfiants, ne se décident que peu à peu k envoyer leurs 
enfants dans les écoles créées à proximité de tous lès postes où il y a des 
soldats européens. Les missions norwégienoes. établies dans la région depuis 
plusieurs années, ont ouvert ik Ihosy et h Ranohira des écoles assez Iréquentées. 

La plupart des enfants Baras se font remarquer par leur intelligence ouverte, 
leur esprit éveillé et de grandes facilités pour apprendre la langue française 
dont ils prononcent, presque sans accent particulier, les mots qu'ils connais- 
sent. 

. Popolatloiu. — Le recensement n'a pu être encore fait d'une façon 
exacte ; les populations très méRantes se dérobent à ce contrôle comme k tous 
les autres. Il résulte des renseignements recueillis jusqu'à ce jour (dans les 
régions soumises) que la population jieal être estimée h ; 

dans le secteur d'Ivohibé.. lô.OOO babilaoLs 

îd. d'Ihosy 45.000 

■id. de Tamotamo S. 000 

38.000 



ADmasmTioR 

XH. Mlolurcl, Sft, cbef de bataillon d'infanterie de marine, commandant le 
cercle. 
Jseqoler, lieutenant d'infanterie de marine, officier de renseignements. 
Bo1d> lieutenant d'inranterie de marine, chancelier. 
aawwiH^Mawiiy, (3 houneurs, gouverneur principal. 

' Culte at onadgnenwnt 

HtMlon Norw4gl«iuie 
R.tl. HèUng, Higrn, Thunun, professeurs. 

Qflrdft inligdne 

HH. GoonoTâ, garde principal de 1" classe. 
Deahayei, garde principal de 3* elaise. 
Moral, Id. 

Falque, garde principal de i* classe. 
Saouler, id. 

Onlal, id. 



IISTC MS COLONS 



MM. Sornartf, commerçant. 

ColM. id. - ] 

£mi/of. id. « „, ^ «hi«ta 

Sou/oumte, id. I Mac KtMnd. commer çant. 

OabouM, id. MAiMM 

RiiTàrt. id. ' Zim» fCanwfif, commerçant. 



..Coogic 



CERCLE-MÏE DE FORT-DAUPHi 



Xilmitet. — Le cercle-anneie de Fort-Dauphia est limité : au nord, par 
la rivière lavibola , la ligne de partage des eaux entre les vallées de rilonaampy 
etdel'lnévo d'uDO part, les vallées du Uanampaniby et du Uandraré d'autre 
part et la rivière Tranobe; à l'ouest, par la région antandroy, qui s'étend vers les 
■ Haharuly, région encore non délimitée, au sud et h l'eat, par l'Océan Indien. 

Au point de vue politique et administratif, le cercte-anncxe ext divisé en 
quatre secteurs, savoir; secteurs de Fort-Dauphiu, Aiitatsimo, Antanosy et An- 
taudroy. 

Chacun de ces Recteurs est commandé par;un offîcier on un gradé delà milice- 
Orographie et byâroKrapliie. — Le régime orographique du pays se résu- 
meen deu:i chaînes principales de montagnes qui sépËVcn t, l'une, la cale de la valléf 
du Hanamoanihy et s'oriente sensiblement sud-nord-est; l'autre, la vallée du 
Hauampaniny. de la vallre du Mandraré et s'oriente sensiblement sud- nord-ouest. 

Ces chaînes se ramifient de pari et d'Kutrc en légers contreforts qui encais- 
sent une inGnité de petites rivières se jetant pour la plupart dans rucéân Indien ; 
plusieurs de ces contreforts n'accentu"ilt en approchant de la cAte au point de 
donucr des pentes très rapides en arrivant k la mer. 

Il s'en suit que le pays est d'aspect tourmenté et trè^ mameloaaé dès qu'on 
a dépassé la zone cdtière. 

La cAte Est est particulièrement sablonneuse, ruais certaines parties de 
l'intérieur, telles que tes vallées du FanJHhirana et d'Ambolo et une partie du 
cours de la Uanaoara (affluent du UaodrarèJ, sont très fertiles ', ces terrains, tons 
alluvionnaires, sont propres aux cultures européennes et tropicales. Le chaos de 
montagnes qui forme l'intérieur de la province accuse un terrain volcanique et 
les parcelles encaissées ne sont fertiles qu'aux environs des rivières. 

Des sources thermales ont été découvertes à Ranomafana, Esira et Andretra. 

En général, la nature du terrain fait deviner des gisements de minéraux. 
Sur la bande monlagneusc qui part de Fcnoarivo à l'ouest et s'étend vers l'Iavi- 
bola à l'est, on peut signaler des quartz aurifères ; de l'or a, paralt-il, été trouvé 
dans cetle région. Ennn des gisements de fer ont été reconnus dans la vallée du 
Manamholo et un échantillon d'étain a été extrait de Soanierana (environs de 
Fort-Dauphin). 

Les forêts se rencontrent surtout dans les massifs montagneux ; on doit 
cependant mentionner encore la bande forestière parallèle à la cAte E^t et celle 
qui traverse la montagne du Ramsa. Enfin les régions du haut Handraré et du 
hautMandréré sont également boisées. 

OUnutologle. — le climat de la presqu'île de Fort-Dauphin est sain, mais 
celui des autres points do la cAte l'est moins en raison de nombreux marécages. 
De grands progrès ont cependant été réalisés k ce point de vue, car les cloaques 
jadis incultes ont été en partie repris et cultives avec activité ; une amélioration 
sensible se fait donc sentir et il est à croire que lorsque tous les points auront 
été mis en valeur, l'insalubrité sera de beaucoup amoindrie. Dans l'intérieur, 
l'Européen n'écbappe pas à la fièvre, mais au séjour plus ou moins prolongé à 
Fort-Dauphin stifltt parfois au rétablissement. 

Les effets débilitants du séjour dans l'inlérieur tiennent h la chaleur sufTo 
cante qui règne principalement en certains poiats ofi les hautes moDtagnes 
arrêtent la bnse de mer. 



îdby Google 



- 3OT - 

OoBuomoe. — Le commerce du cercle-sDDexe de Fort-Dauphin présente 
cbwgtie année dn grandes fluctuations; c'est ainsi que l'année de 1896 accaae 
on chiffre d'affaires de S70.0I6 fr., tandis qu'en I8S7, 1« total ne s'élève qu'il 
364.358 fr. Avant 18BI, la «ituation commerciale de Fort-Dauphin était assez 
mauvaise, mais ia découverte du caoutchouc modifia sensiblement cet élat de 
cboses. Les commerçants qui eurent l'avantaffe d'être des premiers arrivants 
réalisèrent de beaux béncticcs. Cependant les indigènes recueillaient beaucoup 
de l'AOutchoucel afin de satisfaire aux demandes des comraer^nts, Trappaient 
à la racine des lianes pour obtenir plus de suc ; aussi le produit &-t-il diminué 
dans une notable proportion. A cette époque, les cultures furent abandonnées 
pour l'eiploitalioadu lalez, plus rémunératrice que celle de la patate et du 
manioc. 

Cette situation ne se maintint pas et les querelles iRlestioes qui furent sui- 
vies, en 189S, de l'occupation française, eurent pour résultat de ralentir l'exploi* 
tation. Enfin, durant l'année lAe7, les indigènes se tinrent en eipectative, obser- 
vant les mouvements de Fort-Dauphin. 

A notre époque, où la paciflcation est forlement avancée, les gens de l'in- 
térieur reprennent leurs travaux ; le caoutchouc réapparaît sur les marchés; une 
surveillance active suffira pour protéger les arbres a caoutchouc M assurer ainsi 
à la province une source ne richesse. 

Les tissus t'ont l'objet d'un trafic asseï élevé; ceux importés actuellement 
sont tous d'origine française. Les denrées alimeniairea, conserves et autres, ont 
aussi leur écoulement parmi la population de Fort-Dauphin. Le riz, le manioc, 
la patate, le maïs, se trouvent aisément dans la province; ces produits sont 
cultivés par les indignes. 

Agrionlture. — D'une façon géni^rale et en tenant compte des saisons, tous 
les légumes d'Europe réussissent i Fort-Dauphin ; les pommes de terre y ont 
rendu 140 kilo^^rammes pour IS kilograir.mes de semence. Dans certains endroits 
tels que la vallée du Fanjahirana et la vallée d'Ambolo, où la terre est fortement 
recouverte d'humus, ils donneraient des résultats encore meilleurs. Dans le 
nord et dans l'ouest, au contraire, la chaleur et le manque d'eau seraient des 
éléments d'insuccès. 

Quelques essais ont été faits avec la vigne, mais ces essais, insnfSsants, ne 
sont pas encore consacrés par l'expérience. La mission lazariste a planté environ 
300 ceps qui sont de belle venue. 

Les cultures ioditfënes donnent: le riz de montagne, qui se sème en novem- 
bre, ta patate, le manioc, qui se plante en juillet, mais qui ne produit qu'un an 
après, le maïs, te ovemba (haricot malgacne', l'antaka ou pois du Cap, l'am- 
pimba (sorte de millet), l'oignon (petite espèce], la patole, le songe, le sorgho, etc. 
Comme fruits, la province produit : l'orange, la mangue, ta banane, la goyave, la 
prune, l'ananas et la pèche. 

La canne h sucre aurait chance do réussir sur certains points de la région. 
Le café en petite culture serait rémunérateur; la grande plantation nécessite- 
rait, à cause de la faible couche d'bumus, une trop grande quantité d'engrais. 
Le tapioca pourrait aussi être eiploilé, mais l'achat des machines nécessiterait 
uoe mise de fonds assez considérable. Le cézal ou fibre d'aloès est de qualité 
supérieure ; il se propage par rejetons et a l'avantage d'améliorer ta terre. Enfin 
il faut signaler le caoutchouc et la vanille, qui sont des produits d'avenir pour 
la province. 

H, Marchai, un cotoQ de la' première heure, a créé, il y à 85 ans, un jardin 
d'essais à Nampoa. aux environs de Fort-Dauphin ; ce jardin contient une grande 
variété d'arbres et de plantes qui peuvent être cultivées atec succès dans la pro- 
vince. Les colons désireux de s'installer pourront visiter avec profit ce jardin et 
puiser dans les essais déjà faits tous ranseigaements utiles à leurs futures exploi- 
tations. 

MM. Rocard frères ont créé à Hanantandely, environs de Fort-Dauphin, utie 
exploitation agricole pour le café, le caoutchouc et la vanille. Les plants sont 
actuellement en voie de prospérité. 



■,:cc.;,C00gle 



, d-est du cercIe-anDexe ea p&rtie et toute la 

vallée du RacofQtsy coBtieoDCot quelques besux pftturagea. 

Boutes et Tolea fluvialei.—LeE routesquicommeacenlk s'ouvrir Msurent 
lin débouché certain au commerce et l'indigène qui avait vu avec inquiétude 
entreprendre ces travaux est actuellement convaincu de leur utilité. 

La rivière Manampanihy est oavigHble k tonte époque de l'année jusqu'à 
Ampasimena ; en amont de ce point, les nombreux rapides qui s'y trouvent 
nécessiteraient de grands travaux pour rendre son coure utilisable. La rivière 
Handraré se trouve dans les mèiues conditions que le Manampanihy; de plus, 
par intervalles, l'embouchure est fermée par lea amas de sable poussés parla 

Eoolcfl. — L'instniclion est donnée en dehors des écoles ofScielies par les 
l^azaristeii, les sœura de S'- Vin cent- de-Paul et les membres de la Mission luthé- 
rienne urne d'Amérique. 

Popnlatioii. — Le chiffre de la population, telle qu'elle a pu être recensée 
jusqu' a ce jour, s'élève à 9.803 hommes, 1>,96i femmes, I3.S6B enfants des deux 
sexes, soit un total de 33.034 habitants. 



iDiimsmTioN 



MM. D4trie, ^, capitaine d'infanterie, commandant le cercle-«nnexe. 
Philip, lieutenant d'infanterie, adjoint au commandant du cercle. 
Qerbmis, #, administrateur-adjoint de 1" classe. 
B«iiiJJM>n&, 12 honneurs, gouverneur indigène- 



HH. Oommençats, pajeur-adjoinl. 
OajTAad, secrétaire auxiliaire. 

Cultes «t «u^enunt 

Misaiea ottthoUqa* 

HgT. Croiuat, vicaire apostolique de Madagascar méridional. 

H.p. OlMiiinMl, procureur, missionnaire lauriste. 

B.P. Verrault, curé. 

n.P, Pletrot Oaber, Dai^on, Vinoent, iostituteura. 

Sœure: Ob«inp«7, supérieure, Antoinette, Huie, OenevUre, <n«Ii«, 
Qabiielle, institutrices. 

HUsion luthérienne américaine 
R.R. Iwlany, pasteur. 
HalTOTMD, . id. 



Hagftad. 
Hofgsaro 



SklTT, 

'■ Itolany, institutrice. 
Halvorwn, id. 
HagiUd, id. 
Ho&a«rd, id. 
liuaert, id. 



îdby Google 



— 3(» — 

Sownu 

MU. l«mèra, vériRcatoiir de 3* classe 
Istiia, préposé de 3* classe - 

Font» et tiléigraphn 

M. OnlUet, commis de 3° classe. 

Snvln topogr&pUqtu 

H. Dedw, géomètre ordioaire. 

(ïards indigèno 

HM. Lavrant, inspecteur de i* classe- 

Ondinot, garde principal fie 3' closst'. 
Oort^gtuii. i<1' 

FoU« 
M. OoArU, commissaire de police. 



Um DIS COUMSi 



Adrien, employé de commerce- 
Annw^uin, id- 

Antelma, commerçant. 
Senn«rar J., menuisier. 
Bennevaf A-, tailleur. 
ChMot. commerçant. 
Oamoi/r, id. 

G«na«, cultivateur, 
Lebroton B., charpentier. 
Labraton, employé de Terme. 
Hareau, coinmercaat. 
MhhfK charpenUer. 
Montfouja, id. 
ffamur E., boucher. 
Wamur A., charpentier. 
Foupard, employé de o 
Kiber», commerçant. 
mooart, employé de rerme. 
Simon, cordonnier. 
Troucttei, commerçant. 



8anib«rnfoh, commerçant. 
Sarh, id. 

Bonaofier, id. 

Marquorat, ingénieur. 
Humms, employé de conunerce. 
SoAuttze. id . 



Wiitdl»», roramercant. 



Ailetuma, commerçant. 

Arlora S., id. 

Arlor», emplové de conunerce. 

Armand, commerçant. 

Aior, employé de commerce. 

AzorL.. id. 

Blonthau, commerçant 

Boitmb4tl», employé de commerce. 

Cunat, id . 

DtlonI, commerçant. 

Du bote, id. 

DupuUi <d. 

Dura', id. 

6«/H L., id. 

G«W, employé de commerce. 

Oe/M E., cultivateur. 

etrv. charpentier. 

Hit, A., commerçant. 

Hi; id. 

Juffua, charpenlier. 

Marcbaf, commerçant 

Harcbaf Eug., id. 

Haro/iaf Er., employé de commerce. 

Pajaot, commerçant. 

Roiemont, id. 

Tatfeboft, commerçant 

Jomet, employé de commerce. 

WWif-Otfpu'a, commerçant. 



^îoot^Ie 



CERCLE-A»iE DE mÈkl 



XJinIt«B. — Le cercle de Tuléar (autrefois province de Nossi-Vé) est borné 
«Il nord, par te Hangoky, limite du cercle de Horondava ; à l'est par le Ualio 
et la ligne de partage des eauï cntri t'imaloto et iet affluents ae droite de 
l'OnilaEy, qui le séparent du cercle des BaraR et Tanalas ; au sud, par le Hanam- 
bahy ; à l'ouest, par le canal de Mozambique. Mais la par'ie sud, qui i:onstitue 
le pays des Mahafalys et qui s'étend jusqu'uiii environs du csp Saiote-Mariei n'est 
encore à l'heure actublle ni occupée, m orKanisée; elle est même pr^aque tota- 
lement inconnue. Notre autorité De s'étend on réalité que jnsqu'fa l'Onilaby. 

Orographie. ~ La dernière chaîne du Bemaraha partage lo cercle du nord 
au sud, a peu près en son milieu, tombe k angle droit sur T'Onilahv et se pro- 
longe au deti de cette rivière par un plateau qui s'abaisse graduellement jus- 
qu'à ta cOte. Les indigènes lui donnent plusieurs noms : pour les Baras-Imamo- 
nos, c'est le Haodabo [grand rempart), qui devrait les garantir des incursions 
des Sakalaves ; pour ceux-ci, plus indifTérents, c'est la montagne d'Analamaha- 
veloua ou la chaîne de Tsarimpiaka, Cetle nhatne présente tous les caractères 
volcaniques relevés dans le Menabé. 

Tout le lonff de ta cûte, notamment vers le nord, des dunes de sable, dont 
le relief n'excède pas 30 ou 40 mètres, scmhtable»' à des vagtics solidifiées, 
empêchent l'écoulement des eaux vers la mer et les absorbent en partie en 
déterminant des flaques ou des cours d'eau souterrains. 11 est à remarquer qne, 
contrairemeaL à ce q^ui existe dans les cercles iW. Maintirano et de Morondava, 
la zone cOtière est ici la plus pauvre ; les premiers plateaux présentent d'araei 
riches pAturages; au delà de ceux-ci. une deuxième serin de plateaux, dominant 
les premiers, s'étend jusqu'au pays des Baras ; ils sont composés exclusivement 
de calcaires et presque entièrement dépourvus d'eau. 

A l'inlérieur des terres, on rencontre quelques forêts importantes; celles de 
Vohinghezo, de Sakarahv, de Belsako et des monts Analavelona Ihaute vallée de 
l'ilonoj. 

Hydrographie.— Les principaux cours d'eau sont : le Man^oky, le Haha- 
DOmby, le Hanambo, la Fiherenana et la rivière de Saint-Augustin ou Onilahy. 

Le plus important, le Kangoky, prend successivement les noms de Matsiatra, 
de Onimainly ou de Hangoky dans les diverses contrées qu'il arrose. 

Le Mangokyserable constituer une voie de pénétration depuis la cdte jusqu'au 
cœur du paysj mais alimenté par un vaste bassin de réception, il s'enfle, k la 
saison des pluies, d'une masse d'eau considérable pour se réduire, aux temps 
secs, à un mince ruisseau qui se fraye diflicil^ment passage ii travers les sables 
mouvants dont son large lit est obstrué. Dans ta partie supérieure de son cours, 
il roule torrentueusemenl à travers les rochers et la circulation des pirogues 
n'y est possible que sur des sections assez courtes. 

CAtoyant de 1res près les montagnes de la rive droite, le Hangoky n'a, de co 
côté, que dos affluents secondaires, tandis que ceux de gauche sont plus impor- 
tants. A droite, sans parler des nombreux torrents qui, dans la plaine d'ikalaraa- 
vona, amènent les eaux du massif de Hidongy, le Maniioky reçoit le Doty, la 
Uahasoa, te Uakaikely, le Uakay, le Harizano.'l'IanctrantO Ot laSakalava; à gau- 
che le Voninartvo et de nombreux torrents issus du Bongo-Lava, puis la Mana- 
nantanana, la Tslmandoa, le Menamaty, le .Maljo. la Sakannvaka et le Sikil.v. 



Le delta du Hangoky se compose de qualre bras d'inégale imporUnce, dont 
les plus intércssBiiU simt le Man^oky proprement dit et la rivière d'Anlons ou 
bras d'Andfilaiida. Un liolsiëme bras, le Marokalo, quille le Hangoky en face dJa 
village de Tarnbolava et se jette h la mer, à ciaq mille» dans l'efil. 

"■»u (i r 

Teurs 
vallées en certains endroils. 

La rivière de S'-Auguslin on l'Oriilahy csl, après le Hangoky.le cours d'eau 
le plus imporlant; ses ullliientsile droite, lu ânkaray, la lliheïa et l'IsakODdt^ 
arrosent le pays des Antunosys émigrés; les affluents de gauche n'ont pas été 
eiplorés. 

Climatologie. —T.p climat delà province est lempéré pendant plusieurs 
moi" de l'an nie, de mai a octobre, mais fiévreux pendant la saison desfriuies, 
qui s'rtabitt assez r^enliërement sur la c6le, du 1" décembre au 1" mars. 

Les cyclones sorit fréquents pendant l'hivernage. Les vènU soufflent ^aèra- 
Icmenl do la rôle vers l'intérieur jusqn'aiix monts du Bemaraha. Les vents dn 
sud el du sud-ouest sont sonvenl frais el soulèvent une. grosse mer; ceux du 
nord, signalés par de l'tiumidilé, annoncent la chaleur et le beau temps. ' 

Conuneroe. Indastrle. — La pacification d'une partie de cette contrée a 
donné nn certain essor au commerce. 

Les principales productiims du pays sont les (orlues, les aigrettes, lea pois du 
Ca|>', le caoulcnotic et les bceufs. 

Tuléar, chef-lieu du cercle, k l'entrée d'une immense plaine (delta de I^iher^- 
nana) dont les terrains sont très riches, sous un climat sain, ne tardera pas h 
devenir un port de premier ordre. Si l'on excepte le petit mouillage de Uaromtié, 
bon mais peu connu et sans trafic, Tuléar est le seul port sûr el digne de ce nom 
que l'on rencontre sur tonte la cOie Oncsl au sud de Majunga. 

Sa situation géoftraphique en face du Transwaal en fait le centre d'un gros 
commerce d'cxporlation de Wufs, de volaillps et de légumes; enHn c'est le point 
terminus do la ligne annexe des Messageries maritimes. 

L'tlol de TiofM-Và, un peu au sud de la haie de S'-Angnstin, dont il est dis- 
tant de deux milles environ, clHil avant la conquête de Madagascar un entrepôt 
imporlMul pour les traitants. A la suite de l'ouraftan qui l'a dévasté le 5 mare 
1B98, l'Ilot a été en partie abandonné des hahilanls, qui sont venus se réfngier h 
Tuléar. 

Quant au pays Mabafaly, quoique il nuit, à la vérité, pas encore été pénétré, 
on a rependant certains renseignements sur ses productions. Il présente deut 
. ports accessibles il des navires de plus de cent tonnenux, Longoarano et Item- 
polo, IHisant jusqu'il ces derniers temps un commerce asseï important de caout- 
chouc, d'orseille, de tortues et de bétml. Cette région produit en outre de l'ambre 
gris, substance qui, comme on te sait, titteint des prix très élevés, des aigrettes, 
du musc, Jeto/'ory, sécrété par une sorttt de civette, et un petit coquillage du 
nom de fitn, qui fournit une essence appelée /ff^, laquelle se distille a Constanti- 
iiople et donne un produit rappelant 1 odeur du santal. La contrée renfermerait 
également des ressources minières, nolan>ment de l'antimoine. Enfin l'on y 
trouve des gommes résines. Mais depuis l'incendie et le pillage d'un certain 
nombre de dépAts établis par les traitants, les échanges des produits ci-dessus 
ont presi^ne complètement cessé. 

Quelques industries sont à mentionner dans le cercle, celle da la soie 
(bombyx mdigènc), peu importante, et celle de la constructionde pi rognes, bou- 
treset goélettes, plus dcveiopiiée. A l'embouchure du Mangoky se trouvent des 
ateliers de construction de chaloupes. 

Cette branche est prospère et l'occupation de la côte, avec les transports qui 
en seront la conséquence, ne pourra que lui donner une plus grande extension. 

D'autre part Marombc est .ippelé à un certain avenircomme port d'embar- 
quement du bétail et aussi du bois provenant de l'esploitation raisonnèe de la 
forêt voisine. 



■,:cc.;,C00g[e 



Aujourd'hui les habiUals s'jr emploteDl k U pèche du poisson, du homard, 
qni se rencontre bsmi abondamineDl dans les parages des tlea voisines, et, 
enfln, de coquiltaiiea. Il y a beaucoup d'Itullres recherctiéns pour la nacre, mais 
contenant tm rarement des perles. Un colon, M. Lafont, eu Tait la récolte et les 
envoie k Marseille, où la vente s'op6re dans dos conditions avantageuses. 

A^ooltore. Èlw^gs, — Les diCTérentca cnltiireH du pays sont: le rii, 
le manioc, le maïs, ror^ille et les pois du Cap. Les résultats obtenus sans 
effort par les indigènes montrent ce qfl'uoe culture sérieuse pourrait fournir. 

•Les légumes d'Europe, le clou do girofle, les orangers et les citronniers, 
réussissent parfaitement à Marombc et it Hsnja et le cotonnier d'Amérique 
donne en certains endroits de très beauK produits. 

Tout le paya sakalavese prèle k l'élevage, depuis le lac lotry Jusqu'à Betsioka; 
. les moutons h grosso queue, les chèvres et les porcs y sont oombreui. 

De Bembotsv à Warofaty, en longeant la rive droite de la Fiherenana, le pays 
eet très fertile, irrigable et présente environ 6.000 hectares de terrains propres h 
la colonisation. Cette richesse du sol se retrouve encore dans la région d'An- 
kililvaka. 

L'élevage du cheval et du mulet pourrait être tenté avec succès et .reodrait 
de grands services dans ta contrée, oti les routes sont en général asseï bonues. 

D'autre part les frais d'immatriculation seront faibles, par suite de la 
facilité du lotissement et les frais d'établissement seront peu élevés, tous les 
matériaux se trouvant surplace. Eolio, la population est assez nombreuse pour 
fournir la main-d'œuvre nécessaire aux colons. 

Boatst. — Les voies de communication qui sillonnent le cercle peuvent se 
diviser en deux catégories : 

1* Les voies praticables en saison sèche seulement. Ce sont les seoliers oui 
suivent les vallées et le lit des rivières, d'autres sentiers transversaux venus des 
plateaux les relient entre eux cl permettent le passage d'un bassin dans un 
autre, assurant ainsi les communications entre les divers centres de population. 

2* Les voies praticables en toutes saisons. Ce sont les sentiers qui sillon- 
nent les différents plateaux, mais ils établissent des communications jiioin'< 
directes et parfois dimciles pendant l'hivernage; déplus, pendant la saison sèche, 
ils sont orainuirement dépourvus d'eau. 

De toutes ces routes, celte de Tuléar à Fianaraatsoa par Ihosy est la plus 
fréquentée. 

ToiM flnvialM. — La rivière Hangoky paraît la senle voie fluviale navi- 

Sable aux embarcalions de pelit tonnage, mais elle ne peut être utilisée que 
ans une faible partie, d'Ambohibé ii lambaho et ii partir de ce point jusqu'à 
Vaodrove, pour les transports de matcrit:! seulement. 

L'Onilahy est navigable en toutes saisons pour les pirogues jusqu'à Sarinana 
(limite du cercle), mais n'est guère utilisé que pour la descente. 
Éool«». — 11 n'existe encore aucune école officielle. 
L'enseigaernent est donné à Tuléar par les pères Lazaristes et sur différFats 
points de la cdte, par des missions norwi^giennes. 

PqniUtion. — La population s'élève à environ 40.000 habitants. Ce cbiffr« 
est approximatif, attenau que les diverses tribus de tempérament guerrier et 
belliqueux se sont toujours opposées à la pénétration des Européens sur leurs 
territoires. 



Quatre races principales se partagent le pays : les Sakalaves, qui s'étendent 
. loRK do littoral jusqu'à quatre-vingis kilomèlres environ dans l'intérieur et 
sont divisés en plusieurs familles : tes Baras Imamonos, qui occupent U réfrion 



d'Ankaioabo ; les Antanosys émigrés, établis sur la rive droite de l'Ônilahy, dans 
la vallée du Sakondry ; et enfin les Hahafalys, de l'Onilahy au cap Sainte-Marie. 



— 373 — 

ADimiSnATION 



HH. Toqueime, ^, capitftine d'infanterie de marine, commandant le cercle- 

anneie. 
Dafaore de Oitm, lieutenant d'infanterie de marine, ofHcier de reneeigae- 

mflQ(s. 
HwoOK, adminintrateur de 3* classe. 
Lanuxiera, commis de résidence de 1" Gla«s<>. 
Benmoh, id. 

Oadier, id. 

BalnandanU, IS hrs, gouverneur indigène. 

Ttxn.vx publia 

' H. Hall«o, commis auiiliaire. 

CnltM et ena^sment 

Minlon catholique 
R.P. Oattan, missionnaire latariste. 
R.P. Ange BaUero, id. 

Mlaaion iu»wd(i»tut« 
Rev. Bofdng, missionnaire i>rotestant. 
Rev. Pettenea, professeur. 
M"* Petterten, institutrice. 

Miaiion lutliAriaiuis uDârioaiae 
Rev. Xianders, pasteur. 
H" IiUtderB, inslilutrice. 

Booansfl 

HH. Osllonl, v^rificnteiir-adjoint de 1" classe. 
Chimler, préposé de 2* classe. 
SbItui, préposé auxiliaire. 

BoTTiee top^nphl^ue 

H. Jaobert Q., géomètre ordinaire. 

Qarde Indlgine 

HH. Oh&rles, inspecteur de I» classe. 
Oenot, garde principal de 8* classe. 
VlUanOTs, garde pnncipat de 3' classe. 
Deatigny, id. 

Vignobàûl, id. 

PrenToille, id. 

Bordler, id. 

Goez, id. 

Chambre oonmltBtiTe 

HH. Rodert, prétident. 
(ïmcliet, 

Boucbet de Ohaxotte, 
Thibault, 
P*yet, 
Leaoure, 
Henud, 
DaUeau, 
Batiste, 
Rou*tan, 
TaUy, 



t,:cc.;,C00gIC 



— 37« — 

USn KS CHtXS 



Âlef. eltarpentitT. 

Biberon, rom me ridant. 

Boeqain. M. 

Bonnaudtl, id. 

BoitagMU, bûrherOD. 

BoaeMdeChMiotfE., commerçant. 

Boucim dt Cfiuon* P.. id . 

Broom, romnKrçnnl. 

Brulan, cha-<Meur d'aigrettes. 

Cmdet, employa de commerce, 

Citteaut, commerçant. 

Clément, employé de commerce. 

Dubittu, commerçant. 

Darzac, id. 

ÙtfMiiitrt, ( harpe n lier de marine. 

DIJouK, ivimmercaaL 

Dominfjé, id. 

Dana Thomt/, charpentier. 

Emilie, commerçant. 

Entrepu, îil. 

Crt/iut, id. 

Fernet, id, 

FilMe. ]'d. 

Qeorgéê, id, 

Oruchet, colon. 

Hiraud, commi*rçanl, 

Himante. id. 

Lamteri. id, 
de Lanut, ul. 

Laurent, id, 

(fe Letcare, id. 

LsKu/v, colon. 

Mof^y, id. 

Italacltie, id, 

Harivier, i-linrpentier de marine. 

Martin F;,, employé do commerce. 

Martin 1.., commerçant. 

Martinique, charpentier, 

Mareai, commerçant. 

MaèoMer, id. 

fla^na, id. 

Palin. tonnelier. 

Palmont, maître de rabotage. 

Paiftt, commerçant. . 

Pepin, mnlire de cabotage. 

Pepin fllt, charpentier de marine. 

Piillibart, com merlan I. 

PInel. id. 

Poai. id. 

Booht. id, 

Romain 0., cliarpentier de marine, 

ftomalnj., id. 

nonauà, cguunercsQt. 



Aotwri E.. emp^ovédecommerre. 

fkwtm A, id. 

Rouman, tmutanger. 
. Rowttafi. emiiloj'é de commerce. 

Suitron H., charpentier. 

Sautron A.. id. 

. Simon, commerçant 
■ Taberl, charpentier de marioe. 

TarlMi, loiinelier. 
I Thibault, commerçant. 
. TItomelia. td. 

Titerné, peintr.'. 
, Tombarel, commercasl. 

Vaboii, id. 

Valinf, Torgcron. 
\ Va7if. a^enl des Messageries Maritimes. 

Vaulttert tfs Ctiantillii, commerçant. 
I Venerozif. jd. 

1 Veneroz, a. 



AaHi'j, commerçant. 

Simon, capitaine au long cours. 



I Thomaon, commerçant. 



I de Thian, commerçant. 



: Âlii Toara. négociant en gros. 
Ateam Altf Moulacti, commerçant. 

So^a KeMwdgee, id . 

Damodee Anodjee, in. 

Davoud bai/ Hamed, id. 

Oai/a Devdjae, id. 

DoBat/jM AaenBaii, id. 

OelaSaleelt, id. 

Goolam Alif, jd. 

Goa/am Haaen. id. 

Hamed Qiva, id. 

lêamaladjee Ibran^Jee, id . 

Isamalai^ee Karindjee, id. 

Moitamed ban Doaadjee, id, 

Mohamed bon Narba^, id. 

Saundargeo Djivardjee, id. 

Taiabalif Maatara, id. 

Teiabalif MoMattjee, id. 

r^/bai/, fd. 

Zina bati Vaiou, fd. 



■,:cc.;,C00gIC 



«b, Google 



«b, Google 



III' PARTIE 



Annuaire du Penonnei 
ftensaignementa divers. 
Actes adminiatreitifs. 



Digmzetiby Google 



«b, Google 



ANNUAIRE 

r>XT 

PEBSONNEL 



Adminiêtrateurs oolonlaux. 

Commtaaariat oolonial. 

Service àt aanié oolontal. 

Contrôla financier. 

Service judiciaire. 

Trésorsr/fl, 

Service daa travaux publloa. 

Service daa minea. 

Service de l'enseignement. 

Douane». 

Poatea et télégraphes. 

Service des domaines. 

Service topographique (cadastre). 

Service de l'agriculture. 

Service des forêts. 

Imprimerie offlolelle. 

Qarde indigène de Madagascar. 

Police. 



îdby Google 





- 378 - 


i é 


ï 

1 


i 
ï 


Itill-îlslllillfallf 

îiïli iiÉil.l!ls^i.lili 


s 


il 


iiilïiiiiiiiliiiiiii 
tip|3j|liiiiâitii|i 

i i j; 2 s a s „ s î =. . : a a s s =■ a 2 


^^1 


s| 


Il iisii II iisi 




! 


£.8. s 1 i 

«•S . . . -, .r . . . J . . . .« . 


■8 -s -S ^ ô 

.= .' 3 5 1 
55 5 


i 

1 


II! ;?? !!tli.iiïl 

|lî4||||^|J|1,lïïî||JÏ 

•=|i|îililiilU|i|ill 


iï 


s 
i 


lissigîsiiBiiiiiiiii 

mmnmmm 

ï : " s ^ « ï ™ ; s ^ 8 g. g s „ ° s 1 s 



l'ili^illill 



■gj'Si'l > "S'a r ^ I -c "Si-2 'Si'Si S -c 



ï H W H £ f H 












iiiiilsi^ 

" 5 .g -S 3 -2 -s. -s « 



; o c £ »: * e o £"3 < 

Ss Ssss-a-S- 



. -li *^ Il .lÉÎ^iiîlî.iîi 

âî •Hli*ltii!lïsi3|iJï|lllÉ- 

I|éI Iffil if. |si||iÉiii II f lil- 

S.|S||a|4l«l|illl|i|lî-||l|s4 



; < a S < 



5 s s .9 i ï s à 



C.DOJ^Ic 



s «■- 1 i 

F g g s î 






S -s s 



illlllillil 



' S<Ë<- 



t- f- s [- f- 



;| s|||||f| 

3ei|i!ll!i 



00 — Ï2 — ï^ — ■" — — œ — ■^'- £^s;"" 

■a s î ï ï 4J 1 1 fï i i • i i I = î 1 •§ j 



;r-ss|. 



'5 "2 Q-T- ï — — 'E £ 'C 'C ■; .— — s; 3 a-Q 



ÏTï s 






illlli llllllllllllll 









i î I « 5 ' s ;ï .« s f 



*JI«Î|5 l«SS 



? 3 I î II ? ■§ 



iiiiiiëiriiiii 






; ^ ~ E .2 -3 -^ .S .ï . ^ ^ o S ^ 5 -1 E e > 






î H.3 * 4'» "S ^ -1 = ^ 
« ê p g ■' 5 i = p 



> . a 2 3 

Se ï» -il 






d|â|ils.l||^llP 






|il|li|i^iill liîilipilltlli 



:iâi; 



j S ^ p o 

5 - S 2 £ 



rjiï42||îiii| ipriipii tr 



Sa: 






liai 



s « > ï a s J 



.-Se 



SI gï 






-ia = 



5 < = - ■^ 



es E - -- .s 

a u ï e Q cS § 



g; S i; S Bo « M 

- "C iS ? s "5 s g- 
* 3 ^ a - -» <K 



il i 

si I" 

,1 — ^ — ^ 



3 ë 

.2 -s, 



ô s s e 
.1 = 5 1 



I lî e , 



■SU .?J3s ll.ilîilliï 
iiil|l|lilirUi|lt|ll 



; Q =3 a 1 



■IMS ' 



,, ■. CA>ot^lc 



OoBuals darMMcMfl' 



lii iiir 

s il ^ s s 

s 00 00 00 £ 00 g 

2 * ■" " s "" 00 

' e £ e" -S . - 

a S S 3^'~ S'~ O 

fîiss I ; 

S 



_; .9 « s o s ■£ £ a 

l^illilll 

oospsasss 



OOBMWliwtrlM cotonl») 



•a 

-5 M ■ £ 



■î|||ï|||||-sl 

S S£ Ss^o^ S£ Sa 



i i"l 1 1 1 ■§ 1 1 

s t- ^ 3 >- P >■ 3 



s|ï i 






ilsifs'E 



= sls 




1 7 . .si. B 'i . . o ^ -15 g 

IllIlllllillJllllllli 

||iïii|ii2|||||gillll 

S2||l|iiil|lî||||S||ï 



■""cS- 



OomjnlMMrUt eoloalAl 



■c &■£ a I 5 I 5 ; -c 1= ! § 'S ■= S II -E -g ■= S ■= S 5 ■= S g 
SSgS^SSï|sgSï^Sg|SSSSS|S5|S|î 

i'î'lîSSSiis-='s|s,i3gssgSÊgsg||i-s 



iiliii i îiiïiiï ! Sp:" 

i i| 5 iS 3 .= :5 1 s T -a B.S.1 2 1 s s 2 s s s » I il j 

oon"'^.. _ m 21»., «t.-,. . :*.«£. 



e 3 .£ ts t -c " i = -a S. — ■> S "> 3 S 2 3 ."S 2 'S ï "îï S 



■il 













?rilî|iisi|iiiiilfrîi-«lliiltl ' 



,•3 Sa 



>jp 



rïlîfl-st-s .|î 



£S s>- <-'^ " '•■ 



- 15 s Ê ^'ï -à a S T 






1 Isl- 



I 



iri«8 = is^^ = i 



Q K a ' 



u K iS = ■; 



■,:cc.;,C00gIC 



1 fe * î^ ^ 






< ce h « «B ■ — 



Servie» de mbM oolealal 



l s s â S.-È s II i 









,1^ 



- i s ^ ■= .; -s i .5 



ii|s|{s 









il 



S o 3 



. 7 g-J 8 g 
e i I ^ -7 £ 









m 



=-.=ë.i 



B«rTlM d* mbM ôoloslal 



■|6|l|l|.||||i||al|||l|lil||si 
= îïsslïi3S^I>iiî°sîîsil1§iiï" 

a""»i5^fi'i-.|i-»|i-H*|^ssg,g<,|S>i 



■• » S S S 8 a * ~ ° 



UR '■ 









J -a' g jj . Ij 



! 3 -2 "S ^ '3 î '» E -S * s '» -2 ï ■?■«'' 






, -..C^.oot^lc 






9 a s -2 * 

11 



I 



Sb B V q c 
-~ Si .S eo 5 ^ 
Q Q ta. ^ ^ 



11:11= Jii îi!i fil 

ï .5 -î .2 j n ï 1 -a 3 ï 3 -s s I s = 4 s ^ 



ë •» 5 



X -"S .a -s.-- M "^ -s. -2 -a 4-6-à-6-éii-é-6 ôj 



ass^ssBss.-ï 




s s ij .1 3 jo Jd£ ? 






s ■à. s X ■* -r s £ S.^ 2 » e: .ï .2 "3 S 



— sw ■ 



B«rTlo»d» mdM ooloaUl 






l- H 



H Ç 



-S is is -i iiiii|i 
3^'JS^I3-||'S|'I|||S 

-. 2= tS ;::s SSRSSSS 



rîl-s'-iïlî13llf 



■S -S 



Il 



: "S » a .2 a T := ^ -a 'C ■S .2 ^ ; 



s 






jsB 



ï £ I. u S — u I 



"■si A i 









s 1 I 

z t S 



gssiis 



lil^ 



s o° :*"«*'* ^ ; 1- s « 2 ■♦ ^ " 



lis 



; i 



00 O Pb 






a-g|iis-ï * i S. ". "." 

„ ïfg-ëJt--gl.Tll* si S-sl S.5 Ig l.| 

i pïii fei= lit 11 lll i 

w £ M e. u m a. a. 



|u o 



bas. 



lilîiillli 



If I ts -I 



:ïiîî 



; ■£ -g 4i ■= -s 3 ■= 



5 1 1 1 2 ■ i 



! S " S -o o e: -ï 
r ™ s 5 " 2 



^ -j 'O K s 



«llî? 



O « 3 ■" 5 



s. ta 



* 5Sf-««=!^£»>»! 



« E E 
S 8 I 



II 






I 1 ^HlriHiiltlir- 
^ I lllllllltllfllll 



O K Π; 



DigitizeCbïG0Cl*^Ic 



.,..1 II... 

8 8 43 s a .| Il 

SS* SiSêg 



•2 i 



** Œ 5 5 "O . à -a 
S g -1. g î? 3 • a 2 



■...CA>Ot^lc 



■•rrlM dea tr*T»iix pabllM 



• i.lî 

: £ § s E 
g 2 s 






Ë S 

6 s I 






I .l'sflllt'g .sis ci «Il 

S ï" i « § s -s " g 1 1 1 g g g S ■=■ 

X ■XuSSaa^E,-3j>^9Q^s 4g 



I ?ssgii£is||s§i|||i 

.^ bit: L h l.h " i 



5 SE- ."S . . .*? . .T 



1 



* s- 3l:lli .« = 

I lBg2llg|g||j|ll 



jBl 



S £|; 



is! 



I fillipijiiri'^' 



, -..C^.oot^lc 



SWTi«« d*à tr«vMtx publiai 



iifflifl . .lis 



I C I î i s ,S î 3 3 
I ■" o * .2 = > « 



|||iîâ|ll~|P~3|" 



S 1 



E S 
S £ 

3 a 



■3S 
II 



: "S -3 S î » -5 S 'a 2 « ^ 



, -..C^.oot^lc 



■«rrlM<U«MI 


mm 






- 


896 - 




|. 


1 




s 


'£ 


■1 
i 


y: 




j 


1 1 


s 


i 


i 


i 




g 


si 

as 




■l 


.s 
1 


1 


1 








- 


" 


£ 


- 


' 










« 








H 


'1 




i 

.5 


.a 

a 
■S 

P 


i 
î 


s 








a 












¥ 




î 


II 




î^ 


• 1 




G ï 


1 


S 


'£ 












i-, 


=ii-; 


ji- •« 




^ 




1 


a-g 






S 






« 
































2 










































^ 






;3 
















• 


^ 


? 


1 








- 


a 


i 


1 


1 




S i 


i 


i 


i 


i 


i 




2 « 


î 




PS 


1 


1 


i 





■„ct,CoogIc 



= s à i 2 



■> -c = ;S « 

52° ■< ; 



i 

S 

w 

> 



6s « 



: ^1 ÏE 



s|g:lîlirii 

g g j g 3 iâ 3 ° 



■S 0. û ^ •". 

I II M 
Ilj I a I a 



1 I 



o ^ ■= 



Servie* dst DouAsat 



.^1 .|^|lîl|i|l 
ili^4*3iÇiiîii 






ji^ii »• S i j^ t 1 - S 5 



S wK^'a-ïaz^Egga-î -«a 






ilii-llillilÉl 
> s 2 s .1! f . n-j r 



iiiidiiii 1 t|!l 



fi aëaasgsja 



ë " 






I ■. Cîoot^lc 



Serrloe Ma Douano» 



Jse. 



lïsaâsl Jiâïsfâ .-â-îsl.sï! ïï-îîgl 



S'il?: 



i s - i| a -i-l •! Ê ~ 3 1 s 2 .s ■=• 1 -s- s b - . - 



H 3 s i -3 I î 2 3 s 5 > 3 1 






3. il' 

3sass?s3i|l-= 



.1 



Il .s 



il il 



élll'^ 




âiîlll-ilil1|i|Si,Ê||gj 



II 



IIP 



i!l!l;l||i|;°sl|;»l||aSf|| = |lî| 





— «H — 


l-j 


S 


Irli'iMîHJjHl 




is liiiiïi îi- 
lîiliîiîliî— ^ 


Sîhî 

Q ■= g ■- 1 


ii iii-iili!iiiiii|îi 
lrf|lili||ilî|i|l|| 

-81 -i----ii ----it 


1 = 1 


i k 


■s. 

î. 


il ^1 

:lî^l-=i1ll.iiiiil"fît 


%:\ 


iiiiiisiii lîifiiili 
lîîlîlîsiri|i|ill|| 



, Coogic 



SArrtoe dai Oouaaes 



g .= S 4 .|S S I .î I S = • .3. S -Il = 5 S 2 î- S 1 S S 3 .| 8 1 



I I lll lî 

î|si33l423i4 

£ « « T ;. £ : 



ïïllilsi *ë § is 



il i g s ■" f '" 2 s Q .| s s .= ,= s . 1 s 3 o I 



ï . 



•I - 
■ I î 



î 11 H = 1 6 -i È i fi-s 1 1-? Ilï-i i . ^ if -: . . 

è|iigiïïiii|i||i||iirïlîi6|li5 



1 1 î i s-fï i= l 'M i il î i I i a ^1 f î I ï 1 1 - 



SmtIm des Donanea 



4S 

SU 






I '■ i 



e s: 



L? s s 



-si; 









£ -3 I 3 à C ■= ^ I I -S t! -S ^ à-î 3 • 



if 

g L 

£ I 
H — 



.2 "« 3 a S -5 

S a i -3=8 i j . I S S S- = -ç 



•Sa- 



|ll1i|||ll|,p|îi 



ifli 



? S 'ï 1 -S 'S.x s != > -ë ■= S 5 j5 '*•«■> — "I 



SarTioe dei Dousaoi 



I^J If = s'I llfel-^ll^l 

s o P-. = .= eo B S Q S I-i 



î-'= - -S -a -S 






I !2 '" -S ■" 

II ■£ 



. i ai 1 I I J g I I 






P«atoi at TétigraplMa — 406 - _ 


S . i 


Tananarive 

id. 
Moiambique 

Majunga 

Tananarive 

id. 

id. 

Tamalnve 

Majunga 

Tananarive 

Majunp. 

Tananarive 

id. 

Fort-Daupbin 

Tananarive 

Fianarantsoa 

Majunga 

Beforona 

TainaUve 

Tananarive 

Tamatave 




t7 Juin 1898 
16 Avril 1896 
1" Avril 1879 

12 Avril 1895 
16 Dec. 1889 

16 Octobre 1898 
1" Mars 1897 
1" Avril 1892 
8 Février 1895 
15 Avril 1896 
3 Octobre 1898 
f" Février 1897 

13 Avril 1897 

id. 
7 Mars 1897 
15 Avril 1897 
7 .Mars 1897 
15 Août 1898 

id. 

id. 
6 Oclobro 1898 


DATE 
delà 


■ES 

17 Juin 1898 
I" Sept. 1898 
le Mai 1893 

1" Janvier 1898 
1"Nov. 1897 
16 Avril 1898 
1" Mars 1897 

1" Janvier 1898 
1" Sept. 1897 
16JuilleH895 

16 Octobre 1898 

1" Février 1897 

10 Juillet 1897 

1" Sept. 1898 

■d. 

16 Dec. 189B 
1" Aoftl 1896 

17 Dec. 1896 
1" Mai 189i 

1- Octobre 1891 
1" Mai 1892 


i i 


TÉLÉmAP 

e Service 
specteur 

principal 
d. 
de direclion 

principal 
d. 
d. 
d. 
d. 
d. 

nicien 
s de 3- d. 
d. 
d. 

a de 4- d. 
d. 
d. 
d. 
d. 
d. 


[TES ET 

Chefd 
Soua-i 
Commi 

Commis 
Commi 

Méc 
Corn m 

Comm 


s 
1 

i i 

3^1 


éii 6 i. É ^ î i 

iilîWiiîlljî! 1 

iîtîpiiipitiîiiii 


jïiiSiïii!^ii££ïiïsgs 
lllllilliliiîiîliliîî 



, -..C^.oot^lc 



— Mn 


- 




flffililMUl:! 






5 Avril 1886 

10 Mars 1897 

1" Octobre 1896 

13 Avril 1897 

15 Juin 1897 
10 Sept. 1897 

14 Août 1897 
23 Nov. 1895 

16 Juin 1868 
22 Sept. 1897 
1'^ Août 1897 
1" Avril 1898 

i" Janvier 1898 
* Mare 1898 
29 Avril 1898 


1 

1 




1" Juillet 1888 

10 Nov. 1896 

1" Octobre 1896 

13 Avril 1897 
22 Avril 1897 

8 Sept. 1897 

14 Août 1897 
1" Avril 1898 
9 Juillet 1898 
22 Sept. 1897 
1" Avril 1898 

id. 

id. 
4 Mars 1898 
19 Avril 1898 


i ■ 

s .5 s s 




Commis local 
id. 
id. • 
id. 
id. 
id. 
id. 
id. 
id. 
id. 
id. 
id. 
id. 
id. 
id. 
id. 


stagiaire 
id. 
id. 




i 1 1 


là 

" J Q 

ml 




2 Mai 1864 
16 Dé.:. 1860 
» Avril 1877 
10 Juin 1878 
19 Mars 1878 
26 Février 1879 
27 Mars 1870 

10 DEC. 1877 
28 Février 1886 

18 Mars 1876 
4 Dec. 1863 
22 Hov. 1873 

11 Juin 18S1 
31 Août 1875 


i 





,oogk 



e'-i 
5 BsS. . 

S - ' 2 s 



•■ysÉj-a-s'E 



a -°g 






S -"s 



8-3 763 
■S S S = i S 



g |B|- 

a 



i é II-! 

I ! g§i 






(g ft M ►j a o o 



3*8 






Cooj^lc 



S«r*la« Ti^ocrApUqus 






'? .1 Ë f s 5 ■= I s s s 3.f -g I a s -c a I s Jl 
■| I i î à S S je I -S j2 1 5 II i « 3 1 f S 



; = "ï ? 3 i 12 s •§ g ù 'E ■£ a'a 3 4 



:ll° 



&•<<'< 



: ■> -3 ■= s a -g * sj 

i I Ê ; s î ° -^ 



s s ^ 

sss 

■ç ■= i '3 3 3 



e£»^»gS„, 



s s 3 -a 



£ S 1 * '= 1 
s 1 1 i" 



I i I î 1 1 , 






=siï|sïiil3il|liiiil 



iliî! 



° I I 



■" I 



g ■» s 
2 * 3 



f^ p s £ -< a 









I 



as:=2s4.-! 



si. 



• lï S'il 



lllllllllllsllll 



- - «-g 



3 « ^ <e> n 6« IT 



;sae;s 



, -..C^.oot^lc 



■s .3 

a -o <« 

I "I 



5 'Ei 



§TT- 

g S" 






•MTMMdM VovMa 



^ -il 
'fil 



a ■= 5 -* ï 






llll. 






S S S 

lllf 



B ^^ Il 

%i ■" si 

il" ■^î 






lit 



ili 

|S2 



, Coogic 



I 

g $ S 

a» s 



I Sf. 

1 — 



is-j 



■s -c ■» 'C s ^ * * E "E "ï £ 3 ^ ^ ■* ■- Œ S 1 



j ^ S ;. 3 S 2 I ë S 5 8 § g 



Ô5 L 



8 st 

■y J 

il 



2 ."2 3 3 "5 2 S :î 



llll|l||ll|ii|||H!il 



' 41S — oude indHèaa da Mad»|ucar 



iillliiiiliilil-liili'ill^Hi^lir' 



'■ntZ sis t ïSïlî êlïi 



s: 






..Google 



Oarda Indlcèna cl« H*d»(**i>*r 



2 


Il1|liil4|il|ilî!ii-, 


1 
il! 

5 


DAfiASCAR 

15 Juillet 1897 
1" Août 1898 

1" Janvier 1898 

16 Février 1898 
H Juillet 1898 

12 Mai 1898 

19 Mars 1898 

19 Mars 1898 

1" Août 1898 

IH Novembre 1897 

16 Février 1898 

1" Janvier 1898 

10 Décembre 1898 

29 Novembre 1897 

1" Aoftt 1898 

1" AoAt 1898 

là Septembre 189H 

16 Février 1898 

14 Avril 1898 

10 Mars 1898 

1" Aviri 1898 


2; 

i 

1 


SI 1 




i ' ' 

1 1 


i 


tiliillllllltisllslll 



Ckioglc 



Qsrde ladlftne da i£»4Mttwoi 



; g 8 3 s i S S £ i s s s s .1 s :5 1 .1 1 S 1 2 I s s II 1 8 



sr| Ssï^^iiss llil siis! 

3l|:222s|çï|îSii233sl5iî:H||ïi1 



I 



ll|ïl|i|li|li ïl|| ililllil iliï 



0«wtoladl«»Md»IU<UgMow _ il8 _ 




lillliilll^ir^î'^i" 


s ^ ' 
1 


7 Mare 1898 

1" Avril 1898 

9 Avril 1898 

2 Mai 18M 

28 Mai 1898 

8 Juillet 18B8 

10 Septembre 1898 

17 Septembre 1S08 

8 Septembre 1898 

30 Septembre 1898 

1" Août 1698 

14 Octobre 1898 

20 Octobre 1898 

21 Octobre 1898 
2S Septembre 1898 

27 Octobre 1808 

28 Octobre 1898 
30 Octobre 1898 

30 Novembre 1898 
2 Décembre 1808 

22 Octobre im 


5 

1 


i 

ïl... 


E î..-2SS3SSS33SSS3.-S.-2 2S32.-a 

s ■ 


J 


.1 .1 



,t...CA10t^lc 



darda Indlcbk* da MkdBgsMar 



là < â^l 



failli 



S^i5 



.Ël«ï? 



î.S.s|S3^ï4ÔËSiSS.i.|s2S: 



gAz; KK * -<£ 



i § K <S 



g lHâa-- 



ï i i I 

J u o u 



° i: 
E 8 



3 3 
= ■35 









*4 



..Google 



bjGoogIc 



«b, Google 



RENSEIGNEMENTS DIVERS 



/ Conaulata da la mér das IndM et d» rExtréme-Oriant. 
Aganta daa puiasanoaa étrangérea i Hadagaaoar. 



„ o„,«..,.„»«».„.„H*« j«'"s îs'r. 



\¥i8sions étrangiraa. 



m Sooiétéa divanaa et oomltia (faaaistanœ. 



IV Communications posta/M et télégn^Mquea à Madagaaoar. 



V . Compainiea de navigation. 



VI Voyagfia et transporta dans l'intérieur de Madagaaoar. 
Itlnérairea de Tananarive aJSSJÎ*" 



[Notice agricole. 
VII Renseignement agricoles et commerolaux)Tableau des Importationa 
' et exportations. 



DigmzedbyGoOgle 



«b, Google 



dans la mer dei Indei et rZxtrSme-Orirat 



HU. JUttny, ijft, GODsol de Fraoce su C«p de BoQD«-IS|)éreiKe. 
Anbert. it, consul à Pretoria, Hépublique Sud-africuoe. 
DanueiDg, vice-consul ï DurbsD (NsUI). 
Droain, #, consul à Port-Loui» (Maurice). 
OIwTTon, agent consulaire k Mahé dec Sejchellea. 
N.. . ., consul k Zanzibar 
Onès, coDBul à Aden. 
De Jonx, vice-coDSQl k Suez. 
Duunu, #, consul k Port-Said. 
Pemet» consul à Bombay. 
Œelnjnr, agent consulaire à Madras. 
jonslàu, UK, consul général k Cstcutta. 
Rnlnat, agent consulaire à Colombo. 
OupAry, consul k Singapoore- 
ZiS Roua, consul k Hong-Kong. 



P«ce, ( 
DÏJard 



qwdin, $!, consul à Melbourne. 
Blwd« #, consul glanerai k Sydney. 
N.. ., cornai fa la baie de Delagos. 
N.. ,, «geot consalaîre h Mozambique. 



AGENTS DES PUISSANCE!! ÉTBiNtt! 



Cotttutal (Tamatme) 
. _ V consul. 
H«o HUfta, chancelier- 

Vicf-comulat (Tanamtrioe) 
F. W. Tdtiiw, vice-consul. 

Vice-conmlat (btnjunqa, 
Stratton Knott, i ire-conf til. 



Digmzetiby Google 



CoittuUU (TamatwH) 
U. Ti^pp«ab*ek, connil. 

ITAUE 

Cotuttlat (Tamatme) 
H. Haigrot, vice-couiil. 

ÉTAnmms vamémoue 

- - Contulat [TatruUme) 
HH. HUBlii W. Olbbt, cobsuI. 
waiiam H. HuB^ ehuMlier. 

Açenet (Maiwnga) 
M. H 

Agtnct (Andakabe) 
M. N 



îdby Google 



l-mm ET ENSEiHT UBi 



Les membres des missions catholiques et des différentes confessions du 

Protestantisme cumulent, presque partout, les rbnctions reliKieuses et celles de 
enseignement. Trois missions catholiques, syant chacune h leur léte ua vicaire 
apostolii)uP se partagent l'Ile; ce sont: 

I* Les Pères du Saint-Esprit qui évangâlisent la partie Nord, comprise eatre 
I? cap d'Ambre et le 18* parallèle et dont T'âvëque réside k Uajuoga; 

2* Les Jésuites qui occupent l'Emyrne, le Betsiléo, une partie de la cdte 
Est et, d'une façon générale, toute la zone comprise entre le li' et le iff paral- 
lèle; l'évèque de Ûadaffascar central réside K Tananarive; 

3* Les Pères Lasaristes qui ont la partie Sud, du 33* parallèle au cap 
S&inte-Harie, et dont l'évéque réside à Fort-Dauphin. 

Les protestants français ont prin la succession scolaire de la London His- 
sionarjr Society et s'occupent plus particulièrement de i'Imenna et du Betsiléo. 

La mission norwégi en ne a. outre ses élablissemeots d'instruction, plusieurs 
Institutions charitables (bApit^ux. dispensaires, léproseries, etc.), où sont 
donnés des soins gratuits aux indigènes. 



lissions FRINGUSES 



l*MlttlOIIS CATWUQUES 

OOMPAOïriB DB JÉStTS 



XdA.X>A.a-.A.SOJLXt OS]>TT'Zfc.A.3:d 



BIIVBNB 

8.O. Mgr Oasst, évéque de Sotuu, vicaire apostolique de Hadagascar central. 

Tan sna rive. 
R. P. 11. Bardon, supérieur sénéral et vicaire général, Tananarive. 
R. P. L. Oastets, supërieur Se I'Imenna, Tananarive. 
P. J. D« VUlèle, ministre, Tananarive. 
P. J. B. Banrt, curé de la eatiiédrale de TuMnarive. 



■,:cc.;,C00gIC 



t. O. Jean, procureur de !■ misnon, Tamuarive. 

f. D. Robtet, 4|>, géftgraptie, TdDaaarive. 

P. E. CoUn, directeur de l'obferT&toire, Tanaoarive. 

F. P. 0«|ilur, V^otaoax, ] 

II. SonU. Booreiar, S. Itairr, > Trères de la cathédrale de TuiaDanve. 

C. Itarry, H. Sa—rin, Suuu,/ 

P. H. Brégin, curé du quartier d'Ambobimitsimbioa, Taoaaarivc. 

P. V. Uali&o, curé du quartier de HahainasiDa, Tananarive. 

F. P:H. Onlmd, impnmenr, Tananarive. 



BBTSIHISABAHA 

K; P. 8. Laoomma, iupérieur, curé. 

P. 3. 0»BMèqiie^ procureur, vicaire. 

P. B. Olwiu^, midsioanaîre et aumOaier de t'bôpital militaire. 

F. F. Soulier, J. Bwgw. 



■AJOKOA 

R, A. Mnnt, curé et auitiAnier de TbApilal militaire. 



■HTSIUË» 



H. P. L. Royet, supérieur kFianarantsoa. 

P. P. Omsaèque, miDietre, procureur-curé, Fiaaaraotsoa. 

P. J.B. Valette, missionnaire, vicaire. FiaoaraQtsoa. 



BtabUiaamvBta d« la miasion de la Compacnia do JAatta 

COLLÈGE D'AUBOHIPO 
(lOO peiiaIoDil»lr«>) 
Directeur : P. Cadet. 

Profetteurt : PP. Teaano«, If aa, Thomaa, Batnt, Koonlng, Pougn«C, 
FF. Cluawgroa, Oruid, l.U. Anda. 

Profettevr* auxiliatret : Joa. Rawfltitlami, J.B. Rakotoiaanga. 

ECOLE ANNEXÉE AU COLLÈGE 
(iJsillD^ fc former dei loslitulcuri «t det lastltulrlccii 
Profetteurt auxiliaire! : Edouard Ranaivo, J.B. RabekotokatiT, Smll- 
Umuw lUvao, Oéolle Bakotoman^a, (M élèves luariés). 

EXTERNAT D'AHPARIRÉ 

Dtrecfeur : P. Honfwran. 
i*rofetteur: F. Orangette. 
Profetteurt auxili<aret : B«Don RakotoauTO lUphaU "BMiàauumtf. 



LOCAUTto 


MOMB 

4M 


NOyÇRE 


HOHBRS 

11 


BontdetlkopalcereledeTananarietl 


R.F. OMtotl 
Otémm 

ctacmliM- 

Ihtix 

araobT 

OkmpMum 

OMnoq 

Labsrte 

Delpancli 

RB. PP. FéUxMDway 


as 

w 

*8 

M 
16 

« 

M 

»1 
7* 
W 
U9 


i.»e 
s.s» 

l.WÏ 

a.HO 
i.ew 

S.SM 
MOÏ 

i.in 

S.9» 
1.31S 
8.804 


„ 

S.BOt 

1.1« 

s.-n 

1.17 

e« 

w 

9.N0 

S.Oll 

7.8T0 










w * 






-^ 


>r/»»rlni>iti(li«ia 


- de B( Wo, a'Anltirttb* 


Bitlrict a* FianaranUoa 


■•IMIte 

R.P.].BaTM 

Fftbr* 

koTM 
R. P. J. omuttqn* 


i.»n 

930 

nt 

3 


SÏ.TSi 

30.180 

13.E38 

88 








Dftiriet lit Tamttlavt 


t.l« 

18 


tS-MN 

1 ^ 


«>.m 

990 




















! 



ntÈBBB DBS lOOLSS OHKATXSHNBS 



Frtn OonsalTton, viBÏteur des diverses maisons de l'Ile. 

Ecole (TAmbodinandokalo (Exterost et pensiouDftt). — F. AUMd-VMls, 
directeur principal; F. Norbert, directeur des classes ; FF. Bmlle, W«pltm#I, Ol- 
raffdas, Benoit, Rlol Alphonse, Hippolyte, Btieime, Jean et 4—rf^T, profes- 
seurs, et trois adjoints indigènes. — 318 élèves. 

Ecole S*-Jean-Saplitte. — F. FéUX) chef de quartier, F. JoU» professeur, 
et aeuf a ijoints indigènes. — CSl élèves. 

d'élèves des dilHrenlM ndestons ont été fournis 



,oogk 



- 418- 

' -Etme deFMWOkUra {S"-Adb6}. - F. JFMMu, chef de quuii«r, F. Bar- 
naTdln,'profeMeur, et six kdjoiau indigènes. — 415 élèves. 

Ecole de Uakamasina. — F. Anpiste, chef de quartier, F. Plam, prorei- 
•eur, et quatre adjoints indigènes. — 397 élèves. 

Ecole tTAmbokimiltimbina. — F.Bl&iae, chef de quartier, F. Dieudonné, 
professeur, et deux achoints indigènes. — 184 élèves. 

Ecole iPAmbaoadimUafo. — F. N«r6e, chef de quartier, F. Philippe, 
professeur, et trois adjoints iadigènes. — 202 élèves. 

EcùU d' AmimtonilUa. — F. JoordftiB, chef de qaftiiier, F. Florent, prof^ 
seur, et trois adjoints indigènes. — 230 élèves. 

Cloue pour Ut enfants des fonclionnaires et colora français (Rue Angey- 
Dufretse, 18). — F. Autpioe, professeur. — 13 élèves. 



TABATAVE 



Ecole da Frères des Ecoles chrétienne» (Pensionnai et externat). — F. V*- 
ronien, directeur; FF. Talère, Roch, Itidore et Hugues, professeurs, et ua 
adjoint indigène. — 385 élèves. 



fflANAaAnTSOA 



Ecole des Frères des Ecoles chrétiennes (PeDsioDuat et cilerost). — F. Ho- 
noiini, directeur, FF. Tétule, Joseph, Bunohard et Denis, professeurs, et 
trois sdjoiats indigènes. — 379 élèves. 



SŒUBS DE 8t-J08KPH DE OLUNT 
Révérende Htoe Ztaaito, supérieure prine^le 



TAXAltAMMVK 



Ecole d'Andokalo. — Sœar Ooustanoe, directrice de l'exlernat payant; sœur 
mère Oonsagne. sœurs Ouinie, Olympe, Juliette, Alpalde, institutrices; 
sœur S<^Fniiçois, directrice de l'ouvroir; mère Marie, surveitlsate ; fiiëre 
TAlesphore, intirmière de la communauté. — Cet éUblisaement comporte un 
externat pour les enfants européens. Le oombre des élèves indigènes est de 3S0. 

Ecole de Mahamasina. —^œur Marie, directrice ; sœurs Fredulphe, Mar- 
snerite, instilutrices. — 320 élèves. 

£cole d'Ambohimitsimbina. — Sœur Véronique, directrice, sœur Denis, 
institutrice. — 170 élèves. 

EcoU aAmhoQidimatafû. — Sœnr 8>-Oeorge«, directrice, sœar Benjunia, 
institulrice. ~ 155 élèves. 

£coJe de Faravokitra. — Hère Hariaune-derJtens, directrice; scDur 



Eldagonde, institulrice. — 215 élèves. 
E^Ud'Is ■ 



d'Isotry. 



TAHATAVE 



Bcole gratuite et pensionnai (esternat payant). — «ère S'-Len, supé- 
rieure, sœur LenrenoiA, directrice de i'eiternat payant ; sœurs Agnès, Isabelle, 
Marie -dn-Cermel, Jose^ Marie -du-St^t-RAden^pteor, institutrices ; 
sœur Jean, directrice de l'ouvroir. 

DigmzedbyGoOglc 



- 4Ï9 - 

Ecole gratuite et pensionnat, externat. — Uëre BMile, supérieure ; Mtnn 
irle-AnfUBtlne, Au — **-- '- »— — «•—*)-*« inoUi-i-!— .. . .™..-».«.».-»i 
direcUice ae l'ouvroir. 



Marle-AnfUB^e, Anne, Harle, Jeon-B&ptistt, îastitulrices ; sœur Rai^uU, 
" ■ cedel'o - 



Hère a«n«TlbTe, supérieure ; 



^a:jLT>j^<3-A.a o.â.a ssx>TxiN-T>ztioi!TA.r. 



MISSION DBS PftKBS DU S>-B8PBIT 



MAJIINSA 

S. G.Mgr. Corbet,évéqued'Oblw, vicaire apostolique de HsdagaKkrsepteDtriODBl, 
R.P.D«orMM, 
R.P.M 

•IBG*-HIIABBE 



S**-IIARIE-BB-MA*A«A8CAB 

H. r&bbé DessaaTSge, curé. 



AJCJL.^Jk.a-A.eC3Ji.lEt Xf âZbZZ^ZOXT.A.Zi 



UIS8ION DES LAZARISTES 



r»BT-BAVPHIK 

5. G. Mgr. F. Grotixat, vicaire sposloliqne. 

H. P. OItantell Hiolifll, procureur général de la Mission et du vicariat. 
R. P Be^Jamla Vemult, curé de Fort-Dauphin, directeur du collège. 
R. P. Piéitot a&ber, chargé des écoles de Soanierdoa, Hanambaro et 

Raoopiiso. 
H. P. Daqjon, prêtre d'Ampaflimena (vallée d'Ambolo. secteur actanosy). 
directeur de l'éuole et P. Vinoent, frère de la missiOQ d'Ampasimeaa. 
Sis maîtres d'école iudigënes. 

Deui frèren de la Mission chargés de l'école professioDoelle. 
Deux frères chargés des travaux manuels. 

IR.P. LaBae, prêtre de la iniasion, chargé deladirectioo des 
Fiimfaii(«im< œuvres. 

(R.P. Bluohand, prêtre de la mission, chargé des écolex. 
(R.P. CMtan Joseph, charfé des œuvres de la missioa- 
Tnlé«r {R.P. Ange BoUero, chargé des écoles. 

(Un frère de la Mission. 

r;-,:cc.;,C00gIC 



— 430 — 

'SCBDB8 DB LA CHABIT& 

Ua éUbUasemeal des Filles de U charité (sœurs de Saîiit-ViDc«a(-de- 
Paul); — écoles iateroeA et externes, compranaDt un personael diiigetat et 
enseigaant de onze membres. 

SoeiirOhampey, supérieure, sœurs Antoinatta.Uaria, Ottnvrlèrs, 01ilr« 
dabriflUe. 

IV«vlcca 

MM*"" Hugueiite Haiie, Duise, Z<oaiM, Huie, Henriette. 
Deux iastitulrices indigènes. 



2* ■IStlOn PROTEnANTES nUNÇAISCS 

sOqiAté des mimions ëtahoéliqubs de pabis 



- SïifVXlXTS 



L'œuvre »colsire de la société de^ Hissioas évangéliques de Paris k Hads- 
gascar est divisée eu plusieurs rcgious qui forment en géoéral des sortes de 
Kcteurs géométriques dont Tauaaanve serait le centre. 



f * Région 5ud 

District de Tsiafsby 

District d'Ambohipotsy 

2* Bésion Oual 

District de Fenoarivo (Ouest) 

id. d'Ambobibelons 

3* Région Aord-Ouesl 

District d'Amparibé (Ambobidrotrimo) 

id . de Babaj 

id. de Voniioogo (Fihaonana, Ankazobé). .. 
4* Région du fiord 
Dialrict d'Ambatonakanga (Imerimaodroso).... 

id . d'Ambobim&aga 

id. d'Anslakely ^Ambobilrolomafaitdy, An- 

joiorobé) 

5* Région Nord-Ett 

District de Faravobilra (Ankazodandy) 

6» Région Etl 

District d'Isoavina 

id . d'Ambstoin%ngft 

id. d'Aodohaio (Ambobitromby) 

7» Ville (Ecole* supérieure») 

Ecole Normale 

id. d u Palais 

id. de Bélbanie 

id. d'Ambohipotsy 

Total Gitti»*!. 



1.217 

1.55S 


858 
l.MI 


a. 357 
980 


1.734 

en 


3.067 

1.157 

7«8 


S. SU 
089 
515 


3.411 
1.1S3 


2.510 
943 


8.737 


1.878 


f.BftS 


1.238 



,oogk 



zi. — BB7Sir.£:o 

L'œuvre se divise ed 7 districls. 
I* Ambositra, qui comprend environ BOécoleft. 
2* Isandra id. 30 id. 

3* Ambobimahuoa id. 30 id. 

4* Ilalangina id. 00 id. 

S* Iriandraao id. 60 id. 

6* Ambohimadroso (Région Hord] 50 id. 
T id. (Bégion '^nà) 40 id. 

Avec la r^on des Baras el Ivohibé, qui compreod environ 10 écoles. 
Il y a donc au Betsiléo i> peu près 3âS b 350 écoles, ayant une population 
scoUire d'environ 12.000 enfants. 

AOENTS EUROPÉENS 

MU. Mondain, directeur par intérim de la Htssion, ancien élève de l'Ëcole 
normale supérieure. 

Sncommun, directeur de l'école du Palais. 

Oroolt, professeur à l'école normale de Faravohitra. 

Chabbert. professeur à l'école du Palais. 
HHiiH videl, directrice de l'école de tilles de Béthanie. 

Krug, professeur de français. 

DaooDuniin, directrice de l'école de filles d'Ambohipotsy. 
■° Dlatrlet de In canapncne 
MM. de S' Vidal, directeur de l'orphelinat de Mahajoarivo. 

Delord, missionnaire d'Ambulomanga, résidant b Anibatomanga. 

BuBsiUon, missionnaire du district de Feooarivo, réiûdaat b Miarinarivo. 

'VenUer, missionnaire du Vonizongo, résidant ii Fihaonana. 

Zianrfol, missionnaire de T^iafahy, résidant h Tsiafahy. 
M*'" Booswaa, aide-missionnaire à Ambatomaoga. 

S- Betolléf» 
au. Eaoande, directeur de la mission du Betsiléo, résidant' à Fianarantsoa. 

Oalffudres, missionnaire d' Ambositra, résidant à Ambositra. 

aalund, missionnaire d'Ambohimandrozo. résidant à Ambobimandrozo. 

Bober^ directeur de l'Ecole normale de Fianarantsoa. 
M** Bacanae, institutrice à Fianarantsoa. 



Missions ËTRANeiRES 

SOCIÉTÉ POUR LA PROPAAATrON DE L'ÉVANOILE 

CULTE ANOUCAN 

N .évéqùe — (Poste vacant). 

Ilév. a. K. KeeteU-Cornish H. A. secrétaire. 
Rév. O. WheaUeT. 
H. Falrbairn. 
M*>" Bnokls. 



îdby Google 



(Prèsd-Ambohiinang.)..; ^ J'. £5^ * *' 

Jtamofeatu^ Rév. B. O. Mao Hshon. ' 

CétmKmt 

I Rtv. J. OoIm. 

J M'"» LaarenM. * i 

1 Réf. F. J. Fnller B. A. 
Ifahanoro 1 HH*"" siiim. 

( WIM. 

Mananjary ) Rév. A. Smith M. A. lAmtwth. 

Les membres de la misMoa flurveilleot les différentes écoles. Le lU' 
Gfégory dirige ua collège à Ambatoharanaaa, près d'Ambahimaaga. 



LOCALITÉS 


NOHBBB 
ou iLivu 


NOMBRE 
DIS tam 




l.SM 

1.608 

l.tS4 

294 

138 

7» 

gsT 

(07 


SS 

J7 
tt 
8 
6 
11 
21 
3 



















Soit UD total de 7.H9 élèves dontj |;J|5 liiS!""' 



LONDON RimiONART SOCIEn 



- IX.CZIKXN'.A. 



CoUège tMologique dirigé par le Rév. I. Sibree F. R. G. S. 25 élères. 
Ecofeiupr^rfeure dirigée par le Rév. J. Sharman [en congé). 395 élèves. 
Ecole tupérieure de fiitet dirigée par MU"** E. Cravan fen coogé),- SI 
BrigffS et Deiiaz. 376 éiè\ea. 

Ecole tupérieure de filles dirigée par U"* Mattiiews. 
Petuionnat dirigé par It" Poarso. 30 élèves. 
Imprimerie dirigée par H. S. Ashwall. 



■,:cc.;,C00gIC 



Amparibe : Rév. S. H. StribUng. 
hotry : Rév. J. Pmtm. 
Paranolàtra : M. T. Lord. 
Ampmnaritmna : Bév. B. Brlggt. 
AjiAoMpoUy : Rév. W. B. Cotulas H. A. 
AnalaMv : Rév. J. BibrM. 

ttomina- — U. 3. C. Thome. 

Am&ohimonoa. — Rév. J. P0IU. 

En congé: tlu. les Rév. P. a. P6«k«, B. Baron, F. L. S. P. 0. 8. 



-BETSIXiéO 



Flanarantawk 



HApiUl dirigé par H. le docteur G. H. Peake. 
Léproserie airigée p«r M» A. S. Hnokett. 
Ecole supérieure de filles dirieée par H°"* F. Hare. 
Ambohimandroso (Eti).—ïlev. 6. Collins. 
AmboMtaandroto (Ouest). -- Rév. D. M. Rees. 
AmbohimahôMoa. — Rév. J. H. HftUe. 
En congé. — Rév. J. BowUnds. 
En congé. ~ Rev. D. D, Oreen. 



FMENDS FOREION MISIIOII ASSOCUTHM 



X.A.XT.A.ÏT.A^BI'7 S 

Ecole de garçons d'Ambohijatovo. — M. Heiuj B. Clark, direcleur. 
Ecole de garçons d'Arivonimamo. — IL 'William Wilson, directeur. 
Ecole des earants d'Ambohilaotely. — M» Wilson, dire-^triee. 
Imprimerie F- F. U. A. — H. J. G. Kinmtt, directeur. 
Ecole des Allés de Faravobitra. — !!■■'• Clârk, directrice. 

id. H*"* Woemin, professeur de français. 



Mandridrano et Ankaratra. — H. John Sinu. 

id. H» Sims. 

Ambohimiadana. ~ H*"* Doame. 
Mandridrano. — H*"< E. M. Clark. 

En congé. — U. Herbert, F. Standing, U» Standing, H. OharlM F. A. 
Hosa, docteur, M"* Mobi, M"'< Herbert, M"'* HlBohliiTe. 



■.zcc./Cociglc 



LOCALITES 


NOHBBB 

des 
iiivEB 


NOMBRE 

des 
iKiiiiunuts 




2S0 

B40 

80 

973 

2.319 

87 

3.270 

i.099 

10.152 


iS 
14 
3 

n 
» 

1 

03 
23 

1» 


id. Ambohijaloïo).... 














ToT*i-i 


18.749 


381 



Russmi wmwtaiEMiE 



Ls oiission n'a d'écoles en Imerioa, qu'à Tananirive et ànaa l« VaUnanki- 
ratra. 

Hupérinttndani de la mission. — RÀv. Jakobteo. 

TanAnarlTr 

Hév. JakobBut, directeur de la UiBston. et U" JakobMn. 

Rêvi Brlandsen. trésorier et directeur de l'Ecole normale- 

M. Parrot, professeur de Trançais. - 

M. O.-J. Thesen, docteur en médecine, et M»* ^teseia. 
irgenaen, directeur de l'imi 
Kierten, Hoel, Sagbroen. 

Les membres de lu Mission oorwcgienneci-dessus désignés assureot le fonr- 
tionnemmenl des institutions suivantes : 

Ecole d'Ambatovinaky. — Hâpilal d'Antsinananaodobalo. — Internat à' 
jeunes filles d'Anlsahamanitra. — Imprimerie d'AIMmonimahamasîaa. — Krnk 
de langue française pour instituleur^A Ambatovinaky. 



TakI n « n kMmtra 

C'est dans le Vakinankaralra qu'nst le véritable centre de la Mission. 
Belafo. — Rév, Engh et M", W Eogh, H. Poohard. 
Masinandraina. —Rév. 'Vig et M"'. 

An/«irafre.~ Hév. Johnson et M™*, M. le docteur Ebbel cl M**,HH"' 
et Ueland; rœursM. Fœreld, A. Hafitad, J. Berg. 
Loharano. — Rév. Losnœ el M"'. 
Soavina. ~~ Rév. Pedersen. 
Ambohimatina — Rév. Smith et M'°*. 
Rtmovuionn. — M. Klaitd«rud. 
Fanilrinn». — Rév. Nllien el M"", 



îdby Google 



^HâpiUl [détruil par les Fchavaios, mais actuellement en rerons- 

Antitrah^ WîS'poir les missionnaires fatigués. , 
'Léproserie (environ 300 malades). 

Ecoles pour l'«nHigiMin»nt da fr*aç«iB 

Belafo. — Ecole supérieure pour renseignement du françHis. 
Soavina. — Ecole pour renseigoemeat au françai»:. 
Ambohimatina. id. id . 

Soarano- id. id. 

Fandriana. id. id. 

BanoveUma. — Ecole professionnelle. 

Auxquelles il faut ajouter 342 écoles de campatino, tenues par 9511 instituteurs 
indift^nes. 



sxi7sir.Ëo 

Fiaitaraiittoa. — Hév. STeadien et H"'. Rév. Undœ et M". Rèv. Jen- 
MBini et H»*, Bév. Bronrd ; HU-"" Botmauen, NjMm, Ntolten. 
WUhelmssen (nombre d'écoles, 165; iDstiluteurs,28S'. 

Soatanana.—Réy . Hew et Madame (Nombre d'écoles, 93; instituteurs, I4i" 
Fiharinann. — Rév. Q}«rtnes'ot M— f nombre d'écoles; 48, iosUlw- 
teurs, 120], , 

Ambato/ltuindrakana. - Rév. Bmithet «■', Ré»-. Peohin (nombre d'écolcF. 
62 : instituteurs, IM). „■ 

Midongi/.—Rév. Einrem et M"' (nombre d'écoles, 36 ; inslituteur», .S" 
Les membres de la Mission k Fisnaranlsoa assurent en outre le fonction- 
nement des institutions suivantes : 

Ivory. — Séminaii-c théologique, école normale, inlenial de jeune» fille»- 

Matombahoaka. — Ecole de langue français pour in-tituteurs, tcoie 

jeunes filles. . , „_i« 

Amhafnfinandrakana. — Ecole supérieure pour l'enseignement du franc»' 

AntboMtmnga du Sud. ~ Rév. Holst et M—; ,toIi- Mi|>érieure pour fon- 
segnement du français. 

Il*ra 

Ihoty. -- Rév. MeUng 

ftalo. — Rév. Hagen. 

tvùhibé. — Rév. ThniMin 
enviroD aS écoles de campagnes tenues par un nombre presque égal d'instil »» 
leurs indigènes. . , , . 

A Ihosy. il csinle une école supérieure pour 1 enseignement du français. 



OOTB EST 

Vangaindram- — Hcv. Home (dircctenr de 1» miwion i 
M"', Rév. Hottœrtad. 

Atanambondro. — lléi. KUe et N— . 

Farafangana. — Rév. Flyget 

f'n ju^minaire Ihf'nlofriqctc o«ts(p à Vangaiudraii<*- 



■.. Cocit^le 



Tuléar. -~ Rév. BoMMg (directeur de la mission de I« c4te OuMt). 

Mtmondto. — Rév. N«MtuU Rév. Nome. 

fleto. — K. . . 

AmteUM. — Rév. Pattetian et H-*. 

J*an^a. ~ Rév. (Estbeys. 

Morondam. — Rév. Aas et IP-. 



Rév. Rosau et M", Rév. Bostad, Rév. Thorliijœnueii et H-*, H*"* 
Ooâal, sœur E. CbristimiiMii. H'"* Siqaeland, Hév. D' Borohgrevlitok et 
M»«, Rév. WettOTBtad et M»', Rév. Aarnei. 



ST.A.T'Za'rZQlTT] 



SOOXiSS 



STATIONS DE LA MISSION NORWEGIEPWE 



NOHRRE 
dei 

ricOLIEBS 



iûdi gènes 



BeUfo 

UasinandraiDa . 

Antsirabe 

Ambohiin 
Soavina . 

Loharano 

AnlanaDarivo (Tananarive; . . 

PandriaDa et Ilaka 

AmbatoflnaDdrahaDa 

Fifaasinana 

Soatanana 

Fiaaarantsoa 

AmbohimaDga du Sud 

Ihoay 

AnibohimahHsoa (Salo) 

Fiadanana 

Vangaindrano 

HaQsmbondro 

Hidoagy 

Uorondava 

Tuléar 

Haaambo 

Bclo 

Bezezcke (Mahabo) 



4.SS0 
1.359 
3.505 
4.091 
2.150 
4.094 
231 
2.958 
1.702 

3.oes 

4.500 
11.000 



■..Coogic 



— «T — 
mSSNIl umÉMEME UrtMCAME 



Fort-DaupMit.—Kér. IwUsy et H"*, Rév. Bdnwteit et H>», M*"* NBMB. 
JUenarUttnna. — Rév. HKgttad et M"V 
. Manatoa. — Rév. Hoigurd et H-v 
S*-Au0u«(tn. — Rév. Landen et H-*. 
S»'-i,«ce. — Rév. Skftar, puteur. 

(La Mission possède dans l'inlérionr qiiel<iqAE «ticcnrsalei dirigées par des 
iostiioteurs mal^hês). 



îdby Google 



l-S6eifiABI?ERSES ET COITES D'ASSISTANCE 

COIITË DE MlDAGlSm 



MH. Le Générât Daohems, ancien commaDd&Dt en chef du Corps expédi lion - 
naîre de Hadagasrar. 
André Iiebon, ancien ministre des Colonies. 
H. Bonohar, ancien ministre du Commerce. 
1^ Général G«lUeni, Gouverneur Général de Madagascar. 



BVIIEAII 

Pritident d'honneur 
MU. Qrandldler, membre de l'Iastitut. 

Préfidenl 
J. Gharlss RouXt ancien député et vicc-prcsidcnt du (groupe colonial do la 
Chambre des Députés. 

Vice-prétidenlx 
D*S»toiimellea de Couatant, ministre plénipotentiaire, député de la 

Sarthe. 
J. CludU«y*Bert, publiciste, set^rétajre général de t'L'nion coloniale fran- 
çaise- 

Secrétaire Général 
0. Oelhorbe, ancien chargé de missions i> Mida^iascar. 

TYi'orier 
Le vicomte Amund. 



■EHBBES MI CONSEIL 

MM. Aremberg, (Prince d'). députe, pr/.sideal du comité de l'Afrique du Sud. 
BrindBan, député du Havre. 
Camot E., député, administrateur de In Compagnie des Hessageries Ha- 

ritimes. 
Oonnnes A., administrateur délégué de la Compagnie française d'exploi- 
tation et de colonisation à Hidagascnr. 
Dalaaa, ingénieur. 
DbUota, négociant commissionnaire. 
DslaoBay-BsUvriU», président de k ch«tuhre de commerce de Paris. 



v^îooglc 



— 489 -■ 

Dfllhbrbs L. admlDiâfrateur de la Compagnie coloniale de 'Madagascar.' "' 

Depiccé, Ferrétatre général de la Société rrançaiso des Nonvellea-^ébrides. 

Desoubes, député de la Co'rrèze. 

Daportat. ingénieur en chef des ponts et chaussées. 

Dttprat, (lirecteur de la Compagnie des Chargeurs-ltéuDiB. 

Flcury-Ravarin, diM[iuté de Lyon. 

OTosciAude £.. pubMcinte 

Qrnet, dépoté de Itordeaui- 

Hombart, député de la Seine. 

Krantz, député des Vosges. 

Iftillet, ingénieur. 

Ijamargellg (De>, Rénatcnr du Morbihan. 

Laneuan (De), ancien gouverneur général de rindo-Chioe. . 

Lassarre, député du Tarn-et-Garonne. 

Haistre C.. explorateur. 

Hante, de la maison Mante frères et Borclli, président du conseil d'sdmi- 

nistralion du la Comijagnic coloniale de Uadagam:ar. 
Mercflt, vice-président du Comptoir national d'Escompte de Paris, président 

de l'Union coloniale françmse. 
Hilne-Ed-wïkrdB, de l'Institut, directeiir du Muséum. 
Charles Pa^oud, consul de Belgique, administrateur délégué ^dç Ja 

Compdgnie Lyonnaiïie ilù Hadagaïcur, LïOQ. 
Paulîat, sénateur du Cher. 

P•otO]^^de la maison PectoreLDucout jQï, négociant-commissionnaire. 
R. P. Piolet, nncien missionnaire à Madagascar, 
Perrier F., présidentduconseil d'administration de la Compagnie havraise 

péninsulaire. 
Rigaud, ancien ingénieur delà Résidence Générale de France à Madagascar. 
Sie^Med J., ancien ininistre dû Commerce et des Colonies.-aéoàleur de la 

Seine-Inférieure. 

Suberbie, directeur de la Compagnie coloniale des mines d'or de ^Siiber- 

bievillc et de la cdte Ouest de Madagascar. • 



COMITE »E BEBAGTWN DU BVUJE'nN 

Les membres du bureau. 

HH. O Cbarlet, publicislé, Delaore, néffociant, Daportal, îhjjténiear Oroa- 
Claude, publicirle, 0uillaume drandidler, licencié as sciences, Jean 
Hess, publiciste^ Iribe, publlcJsle, KUite-Edwarda, derinslitut. 
F. PagfeB, publiciste. 

RidaeteuT en chef : H. le wiirétaire ««nézml dn «enit^, 

Secrétaire : M. Henri Dehéraln, docfeur es lettres. 



«ECTMN BV C«m¥E 

: frénideat : M. Sescau, président do la chambre de commerce., 
Vice-préiidenl: H. Hoffmann, membre du conseil d'administration 

de la colonie. 
Secrétaire: M. Mithridate, colon. 

J'i¥'sorier: M. Hallot, mcmiDre de la chambre de coiniiiei^e. 
.A^MMerift-M. Allard, courtierd'agBurancesrtMniimea: ' 

Secrétaire : H. F. PhlUpsart. * - T- ; ^ " ' 

lié UgtiA auprès rlu romtl?. cenli'nl: M, O. 04raud. 



.Google 



Màrtêilh : Prétident : H. OeoTMi Borelli, membre de U chanbre de com- 
merce, prÉRidenTde la Compuaie naUoaale de navigatioD. 
Sftrétaire-tréiorier: U. Hnbert OirAnd, sou s- directeur de la So- 
ciété générale des traasportEi maritimes. 
Délégué auprès du comilé central: H. Jacques Ltotard, Ëecréiaire 
de la Société de géographie. 



màMÉjuvÉ» mv cwairÉ 

Tamatave : H. O. Bebnt. 
Majunga : UU. Ed. Rebut, Surraute, Oamier. 
SuoerbievilU : H. OuUgot. 
Vatomandry : MU. Brée, Ane. AlUrd. 

Saint-Denis (Réunion) : H. Ed. Z<aborde. rue de La Bourdonoais. 
Belfort : U, Canet, pré.^ident du IrîhuDal de commerce. 
Epinal: MM. Armaud, Lederllnfits H.E.C., Paris. 
Lyon: H Oairal, docteur en droit. 
Aançv-' M. J. FriAcin, industriel H.E.C., Paris. 

Jtemiremont : M. Alfred Antnszewlos, industriel, adjolut H. (ïeorg«B 
Lang. 



Akt. 

Ait. s. — Pour faire partie du Comilé, il faut «tre pré«en(é par deni mem- 
bres et agréé par le conseil. 
An. 3. — Le Comilé se compose : 

I* de membres d'honoeur. — Le Utj-e de membre d'honneur e^l con- 
féré h tonte personne nyant rendn des services ciccptionbels, soit h 
la cause de Madagoecar, soit au Comité. 
2* de membres fondateurs — Est membre fondateur quicon(]iie s'ta- 
gage k payer SO francs pendant S ans, ou 250 francs une fois versés. 
3* de membres sociétaires. — Les membres sociétaires pa<renl 25 francs 

par an. 
*• de membres adhérents. — Les membres adhérents payem '" francs 

Tons les membres, indistinctement, reçoivent le Bulielin mensuel 

du comité. 
Les cotisations sont dues à partir dn I*' janvier, à quelque époque- 
qu'ait lieu l'inscription. 
Art. 4. — Le Comilé est administré par un conseil de W membres, élus 
pour un an et rééligibles. 

En CBS de vacances, le conseil pourvoit au remplacement des ses 
membres, sauf ratification par la plus prochaine assemblée générale. 
Abt. s. — Le conseil choisit, parmi ses membres, un président, trois vice- 
présidents, un secrétaire général, un secrétaire adjoint et un trésorier. 

Aai. 6. — Le comité sp réiinil nu moins une fois par an on assembla' 
générale. 



îdby Google 






AaiANGC FRANÇAISE 



La société de rAlliance Française possède ii Tananarive tin comité local ftiDSi 
composé: 
HH. Jnlly, ingéDieur colonial de ^" ciaae, préndetU. 

Oérard, # Q. lieiilGaant-colond d'iniaoteriede marioe, vice-priiident. 

Osntier, if, directeur du service de l'enBeiguemeDl, tecrilaire générait 

De OnUe, sous-chef ii la direction du coulrAle fioancier, lea-étaire-arcki- 
vùle. 

BsTillon, commis de direction des postes et télégraphes, trésorirr. 

Ds Cutniio, trésorier- payeur général - 

Xianiffotilt adroinisirateiir-adjoint i 

Hoffmuui, négociant [ membru. 

Oirardot, conducteur principal des travaux publics \ 

lUobet, condocteiir des travaux publics I 

La Société a pour but d'aider, par une propagande active et des subsides 
pécuniaires ou en matériel, à la propagation de la langue française. 



SOCIÉTt DE SECOURS RHITUEU 

STATUTH 

t* il est formé k Tananariv<^ une Société de secours entre les Français y 
résidaot. 

S" Cette société a pour but de venir en aide aux Français indigents pour 
leur fonmir les soins et médicaments en c^s de maladie. 

3° Les secours de la Société s'étendent aux membres adhérents et non 
adhérents. 

4° Après rétablissement, les membres de la Société aideront de leur mieux 
les membres secourus pour faciliter leur placement. 

5* Une cotisation mensuelle de deux francs sera perçue pour les besoins de 
la Srciété. 

6* Celte colisation sera perçue dans les premiers jours du mois eootre une 
souche signée du trésorier, qui tiendra lieu de récépissé. 

7' Les fonds seront déposés an Comptoir d'Escompte au nom de la Société, 
et seront b la disposition du trésorier pour les besoioR de la Société seulement. 

8* La Société accepte toute donation de bienfaisance appelée k grossir wn 
fonds de secours. 

9> La somme ù la disposition du trésorier ne pourra pas dépasser mille 
francs, le surplus sera place à inlérËls, suivant avis du président et ou trésorier. 

10° Le livre de compte sera h. ta disposilion de tout membre de la Société. 

It* 11 esl alloué au trésorier une somme de , comme premier frais de 

bureau. 

itr Les premiers fonds de la Société se trouvent être de cent quarante- 
quatre francs cinquante centimes provenant de la souscription faite pour l'en- 
terrement de H. t;houlet. 

13» La Société est dirigée par un prétideat, un vice-président, un trésorier, 
UD secrétaire et des administrateurs. 



— Ui — 

14* LeprébidenI, le vice-président, le (rtaoïier et le secrétaire seront nomae 
pour ail mois, et réeKgiblcs b t'e^ipi ration de Ipots niu)4>ls. 

if Les frais de [)ii;d('i:i Doseront payés mi 44Plcnr 4e.la Sociélf âii pri» * i , 
TnDC chez lui, t francs ii doniicilti et «contre prèseiilalioD de sa no)*; ita d» 
mois. — 

if Les médicaments («ront pris chez M et payables contre un i^t^ 

cala dti docteur. 

l'7* Il est accordé ati Préùdénî et aiii membres du conseil de prendre M' 
disposition pour venir en aide aux infoctunes cachées. I 

.%<MHI«»B »mx •«■«■«■ 

En cas de décès de l'un des membres, la société se fera un devoir ilc K^ 
placer la famille dans la mesure du possible. 

' Au Cas où un des membres ne paierait pas sa quotité pendant nue durêt '' 
trois mois, il sera rajé des listes de la Société et ses versemenle aBlérieoR ">■ 
Uront'-acquis h l'œuvre. 

H. le Général OaUieni, prétident d'konneur, 
ttU. Hoffinann, priiident, 
Hallot. vict-priftitUnt, 
De Onlke, tecrétaire. 
Seguin, trisorier. 



SOCIÉTÉ FRAMÇAttC OE UENFAIMNCE DE TARANAHVE 

\A but de la société est : t i> t 

)•. — De créer Ji Tananarive un centre de réunion où les mP™""^., > 
Société et los colons français nouvellemcnl arrivés à Madagascar trouveroDl '> 
loi renseignements qui penvenl les intéresser. --b,mi 

2", — De secourir, dans la mesure de ses ressources et le plus U^W 
.pMsiblC; ses compalriotcB dans l'indigcDce. 

3°. — De chercher du travail h. ceux d'entre eux qui viendraient a en n»*' 

4". — De s'occuper, en cas de décès, des funérailles dos colons néœs-'''''''' 
iiuiunndles devront assister tous les sociétaires préttents et non empfehés. 

V. — D'établir en Fiance et ii l'étranger des relations entre elle *' 
esociètés (lecblonisation. ^ 

Toutes les demandes de secours, d'aide morale ou de prolcctioQ doive"'" 
-pressées aux membres de lu commission de secours, ou tout au moin^. * 
d'entre eux. 

Présiderth (F honneur 

HU. le Général Qallieni, G. 0. «, 0. Q, commandatit en chef d» CoT 
' d'occupation et Gouverneur G^aériil de Mailiiguscar et DepeudaiiiH's, 
. . N. Ottutier, directeur de renseignement. 

Vice-Préaiiienla «Chonni'Mr 
, MM. Dachesne, 0, Procureur Génénil. 

Mgr Cazet, vicaire apostolique. 

Houry. O, £, colonel commandant le 'A' territoire. 
/ , .Oér«nl,#, U, lieutenant-colonel, chef-dEtal-.'Bajor du Corps docciip»"^ 

Nognéi, #, cnef dus services administratifs. 

IfàUerdu Oondn,;., ^, directeur des affaires civiles. 

Déliions, capitaiue-maire du Tananarive- 



Diciitizcc ..Google 



MM. OsTïel, Dcgociant, prétident. 

BMtel, corainis'RaJKbefltral, t)i(;^r((iiden/. " ■■' ''■'■ 
Blavflt, entrepreneur, tecrélaire. 
Qlrardot,coDdtictBiirdeB travaux publics, trétorier. 
Riolurd, #, Avocat 



I, *, administrateur adjoint! TMtmIfret de te comtRÙnéK'tfe^èfoMW. 



SOCIÉTÉS »'A$simiiCË mumu 



UMM K* HEMMB DE FHMfE, 



.• . .-.•-■. --,-■- ■■■::■■- 1 .i:-:.!rai 

SIÈGE CENTRAL: 39, Ht» DE w CflÂussÉEyASriy PJt^V'y.^V:"..:;'? 
M*« XhilUn est représeotante des comités à TsuaoMiTe, châ^ de' la.'i*p*- 
titioa de leun envois, présideale générale |>ourHadagaK«i;-.- -".. 



BmEAV •£ TAMâNâmiVG 



MH'ODnohsaii», prétidente. 
Ronbertis, trétonére. 
Conrtoia, K<frétaire. 
Deuhampi, tecrélaire-adjointe. 



BVBËAir »E ifUniÙUNTUi. 



MK»Thl«ron, pritidentf. 

B«MOB, < 

OKttln, 
Blaao, i 

Conotioad, / 

M&llet, [membreif.. 
Hermet, | 
de C&udi \ ^ 

M"» de Clunl, ) 



SOeiÉTt DE SECOURS AUX BLESSÉS MIUTAInb DES ARÉËES DÉ TEHK 
ETOeiWI 

SIÊCK CENTBAL: 1», JlDKllATiaMONT PaJdr *-' ■ 



t.zcc ..Google 



NGÉTt M SECMM AUX MUramt CSUMAUX 

SfËGE CE!nitAL: tSI, rmMOno S'-DlNis, P«si« 



M. S*B* 4» Cmts» pritidemt. 

Cet deux dernièrea sociétés envoient directement des dons bu Corps d'occu- 
p&tioo. 



A U suite de k canpsgse de \ S9B, t'insurrcctioii obliges l'autorité militaire 
b porter tous ses efforts en [mcrina cl la route de Majunga fut abandonnée; les 
nombreux cimetières de la région restèrent donc sans tioins. Dès son arrivée, 
M. le Général Gallieni, frappé de celte situatiop, créa fc HadagaKar une Œuvre 
des (oinbes, qui a pour mission de restaurer les anciens cimetières et de veiller 
fc l'kntreiien Msneuveaui. 

De oombrffuws souscriptions de l'Armée, de la Harinc, des Ministères et de 
la Société du •■ Souvenir français » ont prouvé que la nation entière s'associait 
aux sentiments du chef do noire colonie. Par décision en date du 15 novembre 
1897, le Générai Gallieni a ibstitué 7 commissions de l'tEnvre de!! tombes 
savoir: 

1* Tananarive: 

S* Tamatave; 

}■ Fi&D&rajitsoa ; 

4* Horoadava; 

S* MajUDga; 

4* Mevatanaaa; 

"• Diëgo-Suarci. 

Elles sont préaidées par les commandants d'anoss des ces localités et ont 
obtenu, en 1898, des résultais appréciablen dans la restauration de nos nécropo- 
le». 



KXPdSlTlIIII UNITEKSELLE DE lilOt 



MM. Pio«rd ^ Président de section nu Conseil d'Ëtat, commissaire général 
de l'Exposition. 
DislÂr«,G. ^ Conseillerd'Etat, commissaire spécial délégué du Uinittiï 

des (wonîes. 
Par décision en date du * oclsbrt 1897, le Ministrcdu Commerce, de l'Indus- 
trie, des Postes et des Télégraphes a nommé membres des comités d'admission 
de 1 Exposition UoiverMlla d« 19M, IM persAâUi dani leA noms suivent : 



.îoogic 



— *45 - 

liftOLPE XVlll 

O O X* O 2TX S.A.TZ O XO* 

CLASSE 113 
PiwcétWa de «•■•■■■««••a 

. AymonniAT. directeur de l'6cole coloDiale. 

Cerilittr, délégué de la Godclé des études coloniales el maritimes, lAembre 
da cODseil supérieur deN colonies. 

Ohftbrler, iDgénieurdes artsel manufactures, vice-président dit comité con- 
snllatif de r&griculture. du commerce et des colonies. 

Chall]07-B«rt,Becrétaire rie rinion coloniale Trançaise, membre du conseil 
supérieur des colonies. 

Onert (De), homme de lellres, président de la société de secours aux mili- 
taires GoloDisux et de l'association lonkinoiee, directeur du journal le 
Cûtonial. 

Delonole, msllre des requêtes au Conseil d'Etat, secrétaire (<u conseil 
supérieur des colonies. 

De^ncé, ancieu résident au Tonkin. 

DuDois, professeur de géographie coloniale h la Faculté des lettres de Paris- 

Oodia, sénateur de l'Inde, président du comité consultatif de l'agriculture, 
du commerce et de l'industrie dos Colonies. 

Henrique, député de l'Inde, délégué do la Guyane, membre du conseil supé- 
rieur des colonies, commissuirc spécial des colonies^ 

Hiraoh, ndministrateur de la compagnie française du nicEél. 

Iiaao, sénateur de la Guyane. 

Labbé, explorateur. 

Lmnrde, ministre plénipotentiaire, secrétaire général du Ministère des 
Colonies. 

Leoomtfl H., professeur d'histoire naturelle au lycée Saiot-Louis, rédac- 
teur en chef de la revue des cultures coloniales. 

Lecomte R., secrétaire d'ambassade, sous-directeur adjoint nu Nioistère 
des Affaires Étrangères. 

Ijeroy, député de la Côle-d'Or. 

Leaeur, professeur ù la Faculté de driiit de Paris. 

LéTeilIé, député de la Seine, profusseur !i la Faculté do droit de Paris, 
membre du conseil supérieur des colonies. 

Maby 'De), député de i.a Réunion, membre du conseil Hupérieur des 
colonies. 

Hartinière (De la), secrétaire général do la société de l'Afrique française. 

Heur (De], avocat k la Cour d'appel, chef de cabinet à la présidence du 
ronseil. 

Honteil, lieutenant-rolonel d'infanlerio de marine en retraite, explora- 
teur. 

Houy, maître des requêtes au Conseil d'Etat, membre du comité consul - 
talifdu conlentieuit des colonies. 

Oïdinaire, ancien chef du service des renseignements commerciaux au 
Minisicre des Colonies, chef du cabinet du Ministre du Commerce. 

Bt"° Pégard, sccrélaire générale de la Sociélé française d'émigration des 
femmes. 

Pelet, géographe, professeur à l'Ecole libre des sciences politiques, membre 
du conseil supérieur des colonies. 

Pensa, avocat à la Cour d'appel, ancien chef adjoint du cabinet du Ministre 
des Travaux Publics, directeur de ta revue diplomatique et coloniale. 

Puuix, pabliciste, membre du conseil supérieur des colonies. 



Puel de Lobel, anniioireR, pitbliciste. 

Begnanlt. consul giaéni, cnef «djoint du cabinet du personnel el du sccré- 

lariat au Ministère des Affaires Étrangères. 
Rheinart, liniteiiant-coloflel -d'înfanlene de- marine en retraile, ancien 

n.-sidcnt (,'énéral en Anndm el au Tonkin, membre du caoscil supérieur 

des colonies. 
Boume, conseiller d'Elat, direclciir au Hinislëre des Colonies, membre 

de ia commission de surveillance des banques coloniales. 
SUTBBtre, ancien directeur des affaires civiles de l'Annam et du Tonkin, 

membre du conseil supérieur des colonies, professeur à l'école libre des 

scipnces politiques. 
boller, explorateur. 
Turenue (D«), membre de la commission centrale de la société de géogrs- 

Dtiie. 
lOD, maître des requêtes BU Conseil d'Etat. 
Lin, conseiller municipal de Paris, publicistc. 
Vivien, avocat, directeur delà ilevuecowntâ'e, vice-président de la section 

indo^hinoise de la société de géographie commerciale, président du 

syndicat de la presse coloniale. 

Prindenl 
M. OliaUley-Bert, secrétaire général de l'Union coloniale. 

Vice-Pritident 
M. te colonel de Trentinian. 

Seerétaire 



Matériel Mioninl 

HH. Bel, ingénieur civil des mines. 

Bérand, administrateur directeur de la société du Hsut-Ogoué. 

BingOT, directeur de l'Arrioite uu Ministère des Colonies. 

Boateville, ingénieur en cnef des colonies. 

Brioka, int^énieur en chef des ponts et chaussées, professeur de chemins 

de fer à l'école nationale dfs ponts et chaussées, inspecteur général 

des travaux publics des colonies. 
Dol-Piaj^ avocat, secrétaire du syndicat maritime de France. 
Dubard, mspecleur général des colonies, ci secrétaire général du Ministère 

dus Colonie.». 
Estier, armateur, membre de la chnmbre de commerce de Uaraeilla. 
Pabre-Luce, négociant de la cAte d'Afrique (de la maison Cvprien Fabre 

et G"). 
PranoiUoQ, ancien inspecteur de la Compagnio générale transatlantique. 
Joluutoii, négociant exportateur. 
KermoTgant (.docteur), président du conseil supérieur de santé des cote- 

Leeat, directeur général des services de la compagnie des Messageries 
Maritimes, membre de la commission supérieure des expositions. 

Lorin, professeur de géographie coloniale à lUniversilë de Bordeaux. 

Hante, négociant iniporluteur et exportateur (de lu maison Maule frères 
et Borelli), membre du conseil supérieur des colonies. 

Mathârel (ÎDe), ancien secrétaire général des houillères de Kebao (Tonkin). 

Uaurel, négociant en builes de la cAte d'Afrique (de la maison Maarel 
, el H. Prom). 



t,:cc.;,C00gIC 



, né;^ianl importateur ot expôrUleiir, vice-président de la çhamhre 
de commerce de Lyon. 
' Po^en Belle-Ue |De), colnnel d'artrllcrie de marine. , 
^ KioaVphariiiaCÎen en chefdc* coioities, - 

RéoopA. ancien ingéoieur de tu marine. - 

Rudf, administrateur déléfçué dos .Messageries fluviales de Cochinehine. 
Vial, ancien résident supérieur nu Toiikin, membre du conseil supérieur 
des colonies. 

Pféiideitl 
H. Binger, directeur au Ministère des Colonies, 

Vicc-présidenI . 
M . Rueff, armateur. 

Secrétaire. 
M. FrBDoUlon. 



CLASSE m 

VrodnKN Mpéel«B& deatlBéïâ A l'espsrtatlsn dmMS le* 
«•■•nies 

. Allègre, sénateur de la Uarlinique, membre du conseil supérieur des co- 
lonies. 

Ancel-Eieitz, exploitations coloniales, 

Bilbaut, H[icten uonservuleur de l'exposition permanente des colonies. 

Bl&der, exploitations industrielles au Tookio. 

Bonvftlot, explorateur. 

Comn, aiicieti pi-esideiit de la chambre de commerce de Saïgon, membre 
du conseil supérieur des colouicis. 

Créténier, exportateur (de la maison Scbloss et Crélénier). 

Delhorbe, vice-président du comité Je Uada^ascar. 

Dorrault, secrétaire général de la société africaine de France. 

Oaohet, commissiouDuirieexportHleup (de ta maison Lemoine et Cachet), 
uieuibre du conseil supérieur de» colonies. 

Oazellp, expert du Ministère des Colonies. 

Oueugsier, ocgocianl exportateur. 

Oran£dîer, membre de l'iastitui, président du comité de HadagascAr. 

Heokel (docteur), professeur a la bacullè des sciences, directeur du Musée 
l'Oioiiiul. 

Lacarrière, exporlateur, membre de la chambre de commerce de Paris. 

Lemiie, résident liotioraire au TojiKin. 

Le tïyre de Vilers, député de la Coch 
meiribi-e du cun>eil supérieur ries co 

Lonidelet, coitiminsionouire exportateur, membre secrétaire de la chambre 
de commerce du Paris. 

Parof, tjssus de coton (de la maison Paraf frères), membre de la coni- 
luissioii supérieure île l'agriculture, du commerce et de l'industrie aux 
colonies. 

Bicbard, serrétairc de U Société pour la défense du commerce de Marseille. 

Robin, pi'Oduits pbarmaceuliaues pour les colonies. 

Schouttetan, membre de la cnumbre de commerce de Lille, aiicioa prési- 
dent du tribunal de commerce. 



D„t,zc-ct.GoogIc 



- i«t - 

Simon H>, maître des requêtes uu conseil d'Etal. 
SlmoD S., directeur de la banque de l'Iodo-Cbine. 
Tliar«l, présideot de Uk société d'ëcoDomie industrielle et commerciale. 
Waddla^D, sénateur de la Seine-iuférieure, membre de la chambre de 
commerce de Rouen. 

Président ' 
.M. Le Hyr« de VUert, député 

Vice-préndenI 
M. Lonrdelet, membre do la chambre de comment 



KMUIKNTE DU CORSEN. SUKMEUR DES C8UNNES 



Préiident 

Le Hinlstrs des Coloniet 

Vice-Prétideni 

M. Oodin, sénateur 

Membre* 

MM. Alltore, sénateur 

Le 4yre de VUert, dt'piité. 
De Bfalt7, député. 

Menuet de droit 
MM . Le Préfldent de la chambre de commeroe de Paris. 
Le Préaident de la chambre de commerce de Lyon. 
Le Prâsident de la chambre de commerce de Marseille. 
Le Président de la chambre de commerce de Bordeaux. 
Le Président de la chambre de commerce de Rouen. 
Le Président de la cliambre de commerce du Havre. 
Xjfl Président de la chambre de commerce de Nantes. 
he Président de la ch&mbre de commerce de Lillp. 
Le Secrétaire Oénéral du Ministère des Colonies. 
Le Directeur général de la caisse des dépOts et consignalions. 
- Le Directeur général des douanes. 
Le Directeur des affaires consulaires et commerciales au Ministère des 

AfTair(» Étrangères. 
t<e Directeur du commerce au Ministère du Commerce. 
L'Inspecteur général des travaux publi<;s des Colonies. 

Secrétaires 
MM. Du Vivier de Streel, chef du cabinet du Hiaistrc des Colonies. 
Ouy, chef du service géographique au Ministère des Colonies. 



^.klOgIC 



- MO - 

MIG4M!iUltl« LOCilE 



DÉLÊcuii w. t A Colonie ^ PabU : M. OroaoUud* 



Par ftirété an Gouvernear Général de Mada^&car, il est iastitné à Tanana- 
rive pour les cercles du lerriioire militaire, ù Fianaranlfloa pour le Betsil^o d 
à&ati cbacim des chers-lieux des provinces du lerriioire civil, un comité en vue 
de la participation de la colorie à t'Exposilion Universelle de 1900 

Ces comités ont pour mis»ion : 

1* de faire connaître les actes ofllcieEs concernant l'organintion de l'Ex- 
posîtioQ ; 

%' de distribuer les formules de demandes d'admission ; 

3" de provoquer la parlicipation des agriculteurs, industriels et artistcâ ; 

4* de provoquer et d'organiser, s'il y a lien, le groupement des produits si- 
milaires de la région. 

Le comité de Tananarive se constituera en comité central, pour rassembler 
tons les renscignemonls recueillis par les comités régionaux et centraliser let^ 
demandes d'arTmisaîon qui seront IransmiseH avec son avis par le Gouverne- 
ment Gémirai aux comités des colonies h l'Eiposition Universelle. 

Membres du comilé central 

M. Honry, colonel d'infanterie de marine, commandant le 3* territoire et 
la place de Tananarive, préiidenl. 

M. JnUy, ingénieur colonial do l" clause, adjoint au colonel président du 
comité centra] pour la préparation de l'exposition à Madagascar. 

Les membres de la chambre de commerce rie Tananarive) 

Riohard ' 



îdby Google 



lyrCOMMucAms postées et i^égraphips 



LISTE DES nUNCIPAUX BUREAUX OUVERTS AU PUBLIC 



Anibatondrazaka, /*. 
Ambohibc, P. 
Ambositra, P. T. 
AnalaUva, P. 
Andevorante', P. T. 
Andfiba, P. T. 
Aa([ODtsy, P. 
Anjozorobé, P. _ 
ADkavandra, P. 
Ankazobé, P. T. 
Anosibé, P. 
Ampanotokana, P. T. 
Ankeramàdinika, P. T. 
Aotalaha, P. 
ADtsirabé, /*• T. 
Arivonimamo, P. 
Beforona, P. ï'. 
Belafo, P. 
Bctroky, P. 
Diégo-Siiarez, P. 
FaraTangaDa, P. 



Fianaranlsoa, P. T. 
FéDérive, P. 
Fihaonana, P. 
Fort-DauphiD, P. 
Foiilpoinle, P. 
Ihosy, P. 
Ikpn^o, P. 
IsôavinaDdriana, P. 
Loky, P. ,. 
Mevaianadâ, P. 7. 
Mahambo, P. 
HahaDoro, P. 
Mahalsara, /', T. 
Hahela, P. 
Uiandrivazo, P. 
Biiarinanvo, P. 
Majonga. P. T. 
Uanamhondro, P. 
Uananjary, P. 7'. 
Mandritsara, P. 
Uanjakandriana, P. 1 



HainlJraDO, P. 
HaroaDUetm, P. 
Marololo, P. T. 
Hai'civoay, P. T. 
Moramaiiga. P. T. 
MorOFidava, P. 
Nossi-Bé. P. 
Nossi-Vc, P. 
Sam bava, P. 
Santaravy, P. 
Sainlc-Litce, P. 
Sainte-Marie,' P. 
Tanialave, P. ï*. ■■ 
Tananarive, P. T. 
Tpiafflhy, P. T. 
Tiïléar, P. 
Vainguodrano, P- 
VdlomaDdry, P. T. 
Vohémar, P. 



NAVIRES REUANT U COTE DE MADADASCAR AUX ILES VOISINES 



MALLKl^ ALLANT A: 



France 

id. 



Sainle-Marie, Diégo-Siiarez. 

Nossi-lté, Majunga. 
' néunioD, Maurice. 

kl. 



— j Mail ri ce 

I Casilc-Line Le Cap 

Chargeurs-Réuins I Loorciiço- M arquez Majiinga.Loiirenço-MarquOE. 

(par Mikjunga) { 
Compagnie Ha- I France R<^iinion, Haiiriri^. 

i vraiflc i (par Majuiiga] . _ 



c. 



)Ogl 



le 



- «1 - 
samcE srtciAL m la cote ouest 

_ . -(Annete de$ Mestagerùi Maritimes) 



Le paquebot-annexc des Messageries Harilimes, le Mpanjaka, dessert la c6te 
Oiiesl de Madagascar, de Nossi-Bâ à Nossi-Vcy, en passant par Majuaga, Maintt- 
rano, Morpndavn ct'AmbQhibé. , , . . 



byGoogIc 



' Wi 



lAtcHE Ms covnins rOSTACX 



de. 
COtEESFDIDAICEÎ 


DESTINATION ou HEURE 
IjOURS de DEPART' 

1 




'Le» mercredi et itmedii 
1 1 de chaque ictnajne el! ^ 
TBnauarire W.»...— i le. I3.^i, 58ei » de | 


. 30 malin 
. 30 mitln 




Tmomcto 


1 «•"«l»en>o«. j 






ellelâdecbaqaemoig. 




















1 Le» mercredi el aainedi. 


30 malin. 








30 malin. 
30 malin. 






TanaoMl've Ujeudi. Mh 










Port-DuiptUn 1 Lejeudi. Hh 


30 malin 




rort-Dwiphln 










Huanjary | l^ Jeudi. Sh 


SI matin . 
»0 malin . 












TuMiuriTe 


TvuBHlTe Le* mercredi olMuiodi. g], 


30 malin. 








30 m»Un. 
















TMummrtve 


Iio«vinMMlriMM....| J^limdi. m h 


30 malin. - 
30 muin. 










▼MoiUMdrsr TuiBiimrlTe ' U* mardi ei «iniedi. * i> 


30 malin. 
30 malm- 




TMMUve HMOMuMatra Les 6. li- n ei -s, h h 


30 malin. 
30 matin. 




AmlM>tondra(alu...'Tat>MUve Le< ). IM i "t îO- i Sh 


30 matin. 
» malin. 





lARCBE DES CdlJRNERS POSTAIS iSuUe) 



JOURS D'ARRIVÉE 



PRINCIPALES 

LOCALITÉS DESSERVIES 



. OBSERVATIONS 



Les 'dimsQCbe et mercredi de 

3 de chique molt. 

Let dimanche et mercredi de 
chaque wniBlre, lei 9 ou 10 
et ta iV ou 90 rie chaque maie. 



-■ journaux na\ 
importé par \n 
: i TsDsowiTe 






Leilandi et vend 
l.e» luadi et 



AmpanatnkaDa, 
kaiobéi Andriba. MeTstiDana, 
Ambalo et MarovoaT. 



a caurrier pnrtinl iG'lfl de Ta- 

raplde correipondiat avec la 
maJIe pour Euiope, paaiaol * 
Ma]unga Je 33. 

1 ne comporte aucune eor- 
reapoudance pour la ligne 



Loi lundi et leudi. 



TsiarahT. AnWIrnbé. 



Ln correapondancM poQr 
UIo, Inanalonana et U)M- 
drinia «ont eipédidM 
d'Anliirabé dÈi Farrlite daa 
courriers venant de Tanam- 



14 mardi, 15 joun apliile dépari . 
Le Jeudi, ISJoan aprëa le départ. 



Anjoiorobé. Ambelonrirauka, 
Iraerlro«nd'o«o, Mnndritiara, 
Befaiidriana, AnaialBTa, Am- 



La Jeudi, 15 Jours aprè* le départ. 
Le luDdi.l&joarj après le départ. 



Ihoty, Betrok;, Tamolamo. 



Lemerct«di- 
Le lundi. 



AmbobimaaRa du Sud, 



Les dimanche et mercredi. 
Les lundi et iendi. 



ADibnbltrolomahltay, Ambalo- 
nislDlf, Anjoiorobé. Uanda. 
nlvatay et Andran"fol>ï. 



Lea mardi et Jeudi. 
Les mardi et Jeudi. 



Conespondancel ponr Isoavl- 
-andriana à chacun de — 



Les correspondances pour 

rondava sont enTOfees d'L 

Tlnandriana le lendemain de 
l'arriTée du courrier de T 



Les vendredi el 
l^s dimanche et Jeudi. 



Les ib, 19. 3S 

chagi 

esU.99,S3e(; 



l le> î ou 3 
< de chaque m 



— a* - 
IIRCHK DES mimiERS FOSTAVX iSuUe) 



dei 

mmKKijm 


DESTINATION 


DATES 

JOURS DE DÉPAHT 


HEURE 








Umercrcd. et le 6 Ou 7 

elle 16 01. n. 

Le mHrdi el le» l.t el 3S 

de cbaque ...on. 


3 b. ^ malin. 
Il h. 00 malin. 










ry 






V»toin«i»dry 


AiiOBiM 


Le Jeudi. 


.":»::»: 














Umomnlarr 




Le mardi et les U ouïs 

el SI ou -fl. 
LeTendredieMes9el?4 


11 h. 00 malin. 
8 b. 30 matin. 




FUiurantBoB 










Fort-Dsnphla 


Le mardi et le< 11 ou 19 

el2l ou». 
U lundi et le» 5 et 80 


lin. 00 matin, 
e h. 30 malin. 




Port-Dauphin 




ry 






Ankotototay 


l.«lundietlei3oulelt. 
Le jeudi. 


B h. 30 mullD- 




Aakotototaj 














Le mardi. 
Le dimancbe. 


S h. matin. 
Apr*i le paasKRe du 
courrier de Nwi-Bë 
















DMbo-Shwaz 


B«le du Couprtep.. . . \ Tous le» Sjour». 


8 h. 30 matin. 




DléKO-SUUM 










^ I...9MM. 


8 h. ■» malin. 






^ 




V h«in 


Angonley Les 8 ou s et sa ou ai- 

Vohémar 1 LeaSelM. 


a h. 30 matin. 
8 b. 30 malin. 








e 








Service quolidlen. 


8 11.30 matin. 










HAndritMra 




Sb. 30maUD. 




SoaUU MaJuilE* ' LesICetSO. 1 8 h. 30 malin. 

1 1 




1 1 
FénAHTA [AnMnlaa ^ Serrlce mensuel.. 

i j 





, -..C^fOoglc 



— 4Slt — 

IHCHG DIS COilHIEItS POSTillX 



n&TBS 

JOURS D'ARRIVÉE 



PRINCIPALES 

LOCALITÉS DESSERVIES 



OBSERVATIONS 



Le lundi, le 11 ou 19 et le ! 

» de chaque mal>. 

Le dimiDuhe el lee IH, 9 ou 3 de 

chaque mois. 



Le TFudredi el lei 14 ou lï et SI 
ouK. 

Le lubdl el 1» 1! el v, 



Le mardi et les 18 ou I? el ai 

ou 39. 
Le lundi et les 12 el 37 de cliaqui 



FaraoDï, Wenaliflr», Fanfang»- 



S<-Angu«lin et lUndnki- 



Les 13 et 1" ou 9. 



Aprèi l'arrlt^e du cdnrrier de 



Par S&mbaf* et Aulalaha. 



Service pro*Uolrè. 



Serrloe provisoire. 



Serriee par boulre. 



a service bi - lie!>d 



,, ■...CA>Ot^lc 



Tuur Dts conisroNDiPicis rosmts 

1* Ponr rintérieur de HuUg&iosr 

Lettres ordinaires : Tr. 15 (»r 15 Ki^mnies on rraction de 19 grammes. 
Autres objets de correspondance : b Tr. 05 par 50 grammes, avec no maximum 
de 350 grammes pour les échantillons et de deux kilos pour les imprimés, 
journaux, papiers d'afTaires, etc. 

Les lettres non affranchies soDt taxées à l'arrivée à raison de fr. 30 par 
15 grammes ou fraction de IS grammes. Celles insuffisamment affranchies sont 
taxées au double de l'insnnisance. 

' L'affranchissement de tous les objets au tarif réduit est obligatoire. 
2° Pour iM paya faisant partis de l'union postale 

Lettrei ordinaires : fr. 25 par 15 grammes ou fraction de 15 grammes. 

Journaux et imprimét : fr. OS par 50 grammes ou fraction de 50 gram- 
mes. Poids maximum : 2 kilos. 

Papiert d'affaires : fr. 05 par 50 grammes avec un minimum de perception 
de on-. 25. Poias maximum : 2 kilos. 

Eckantilloni : fr. 05 par 50 grammes avec un minimum de perception de 
fr. 10. Poids maximum : 350 grammes. 

Objf^ls recommandét : fr. 25 en plus de t'sffranchiss.emeni ordinaire. Il 
existe dans les bureaux de poste, un tarif général indiquant les conditions d'en- 
vois des journaux, imprimés, papiers d'affaires et échantillons à destination des 
pays ne faisant pas partie de 1 union postale. 

Ce tarif e.tt tenu à la disposi'ioo du public. 

VaUurt déclarëet : Des lettres et boites contenant des valeurs déclarées 
peuvent être expédiées des bureaux de plein exercice de Madagascar à destina- 
lion des pajs de l'union postale qui admettent ces envois. 

Les chargements, lettres ou boites, valeurs déclarées, ne eont acceptés daas 
les bureaux de l'intérieur qu'aux risques et périls des expéditeurs jusqu'à leur 
arrivée aux ports d'embarquement. 

Tous les tuvois de cette nature ne ?ont considérés pendant leur parcours 
terrestre, que comme des lettres recommandées. 

Les valenrs admises à circuler par la poste sous la dénomination do valeora 
décisives sont: 

1° Pour les valeurs expédiées sous enveloppe: les billets do baoque, les 
chèques, les bons, les coupons de dividende ou d'intérêt échus, payables an 
■porteur ; 

2* Pour les valeurs expédiées daos des bottes : les bijoux ou objets pricieux 
de petite dimension, la poudre d'or. 

La déclaration des valeurs insérées doit èlm portée d'avance sur l'adrMse, 
sans ratures ni surcharges, mêmes approuvées, sous peine de refus d'admission. 

Le montant des valeure est énoncé en langue française, en toutes letlres, 
en francs et en centimes, sans indication de leur nature. 

L'adresse ne peut être écrite au crayon, ni le destinataire désigné par des 
initiales. 

Lettr«a Taleurs d6olaré«B 

Les lettres contenant des valeura déclarées doivent être mises sous envelop- 
pes BCellêos de cachets en cire fine, de même couleur, avec empreinte; les 
cachets doiv(>nt être placés de manière à retenir suffisamment tous les plis de 
l'enveloppe. L'empreinte de tous hs cacliets doit être uniforme, sans surchai^ 
apparente et reproduire un signe particulier â l'envoveur. Les empreintes 
banales, telles que celles obtenues nu moyen d'une piè^ de monnaie, d'un dé h 
coudre ou de tout autre objet semblable, ne peuvent être employées. 

La partie de cachet frappée de l'empreinte doit porter sur les plis. Le nom- 
bre des cachets doit être de deux au moins; il peut être porté jusqu'à cinq et 
même an dolk, si la forme nu la dimension de I enveloppe rend ce nombre aé- 



îdby Google 



— 457 — 

Toute déclaratioD frauduleuse de valeur supérieure ù lu v^eur réettemeot 
insérée est inlerdile. Par coatre, on peut ne déclarer qu'une partie de la valeur 
réellement insérée. 

Les taxes et droits applicables aui chargemeuls doivent toujours être 
acquittés d'avance par les expéditeurs, par l'apposition de timbres-poste qui ne 
doivent ni se toucher, ni être repliés sur les deux côtés de l'enveloppe. Les 
lettres contenant des valeurs déclarées doivent être déposées &ai guicoets des 
bureaux de poste, où il en est donné reçu k l'expéditeur. 

[| est interdit d'insérer dans tes lettres contenant des valeurs déclarées des 
pièces de monnaie, des matières d'or et d'argent, des bijoux ou autres objets 
. précieux. 

Les lettres contenaat des valeurs déclarées adressées sous des initiales ne 
sont pas admises. 

Il n'y a aucun minimum de déclaration; le maximum est 10.000 francs. 
Tarif des lettres ▼alenn déoUrAea 

Le taxe se compose de celle d'une lettre recommaDdée de même poids, puis 
d'un droit d'assurance calculé 'a raison de : 

fr. 20 par 300 francs ou fraction de 300 francs de valeurs déclarées pour : 



l,a Fraoce 

L'Algérie 

La Tunisie 

La Réunion 

Pondichëry 

La Cochincbine 

Ainsi que l'intérieur de Madagascar. 
fr. 35 par 300 francs, ponr : 

La Guadeloupe 

La Hartioiquo 

La Guyane Française 

Le Sénégal 

Le Danemark 

Les Antilles danoises 

L'Espagne 

L'Italie 

Le Luxembourg 

La Norwëge 

Les Pays-Bas 

Le PortUfjal 
fr. 4S par 300 francs, pour 
Le Groéoland. 



L'Annam 

Le Tonkin 

La Nouvelle-Calédonie 

Djibouti 

Hayotte 

L'Egypte 



L'Allemagne 

L'Autriche-Hoagric 

La Belgique 

La Bulgarie 

La Roumanie 

La Russie 

Le San-Satvador 

La Serbie 

La Suède 

La Suisse 

Le Gabon 

La ConfédératioD A^enline 



Boltea de raletin dâolaréea 

Les bijoux et objets précieux et la poudre d'or expédiés dans des bottes et 
dont la circulation est autorisée avec la France l'Algérie et les colonies 
françaises, ainsi que certains paya étrangers désignés ci-après, sont assimilés 
aux lettres contenant des valeurs déclarées, quant aux formalité de dépôt et de 
remise au destinataire. 

Le maximum de la déclaration est fixé h 10.000 francs par envoi ; il n'y • 
paidn minimum. 

Les taxes et droit» spéciaux à percevoir sur ces envois sont énoncés ci-après ■ 

Les boltea contenant des valeurs déclarées doivent être présentées closes 
davaace. 

Il est interdit aux agents des postes de prêter leur concours k la fermeture 
pe ces boites. 

Le poids de chaque envoi ne peut dépasser un kilogramme. Les dinensione 



maximades boMes sont fiiéesk SO.GeQltmëtres en longueur et lOcenlimètres en 
largeor et en hauteur. L'épaisseur des parois des bollesdoitdredeS millimëlres 
au mointf. 

Elles doivent ëire entourées d'un cmis^ de ficelle Bolide, scellée sur lea 
«luafrc faces latérales au moyen de cachets en cire Qne de même couleur et 
portant une même empreinlr'particiilJRre. Les deux nôtres faces doivent être 
garnies, sur toute leur élendue, de feuilles de papier blanc } adhérant fortement 
et destinées à recevoir, indépendamment de t'adresse lu deslinaiaire et de la 
déclunition de valeur, les différents litiibres que les auenls doivent j npposer 

En cas de perle ou de détêrioralion résullanl de la fracture des bottes dont 
les parois n'auraient pas au moins 8 millimétreH d'épaisseur, iradministration 
des postes n'est tenue à aucune indemnité. 

Il est interdit d'espédier dans des boites, comme valeurs déclarées, des 
moonaies françaises ou étrangères ajatit cours et d'y insérer des lettres. 

Il est également ioicrdit d'expédier en France des bijoui d'un titre inférieur 
su litre légal. Les objets de celle nature sool retournés aux expédileors par le 
bureau de garantie. 

Les boites ii destinalion de la France nu de l'élranger doivent être accooi- 
pngnées de déclarations en douane. Los formules de déclsralions sont mises 
graluilement k la disposiiion du public ilans les bureau» de poste. 

Les boites sont centralisées par les bureaux de Tamatate, de Dii'-gO'Suarei et 
de Hajunga, pour être soumises & la douane chargée de percevoir, s il y a lieu, 
les droits de sortie. 

L'acquiltement de ces droits est formellement prescrit avaat la réexpédition, 
sur leur deslination, des bottes soumises à la taxe. 

Tarif dea boites Taleors déclarées 

Les boites valeurs déclarées sont soumises h une taxe fixe et h un droit pro- 
portionnel calculé sur chaque 300 francs ou fraction de 300 francs de la valeur 



DESTINATION 



Diui re irtiiuil 

lar 300 francs 

ou fraction de 

301) francs 



France, Algérie, Tunisie, La Réunion, Indo- 
Chine, Pondichéry, Calédonie, Hayotle, Dji 
bouli " 



2 fr. 00 



Ofr. 



Egypte, régime intérieur de Madagascar, au- 
tres colonies françaises ne correspond» ni 
avec Madagascar que par la voie de France. . 

Allemagne 

Autriche-BoDgrie 

Bulgarie 

It»lie 

Luxembourg 

Suisse 

Turquie (voie d'Autriche) 

Erythrée 

Le port des avis de réception (facultalîf pour les expéditeurs) est di 
uniformément. 



Coo^jlc 



~ 489 — 
COWOSNNDANCES MIUTAIIICS 

Les militaires et manns aux colonies ou à l'élran^r jouissent, poitrl'ei- 
pédilton et la réception de leurs corrcs|30ndHnces, de droits à la franchiae 
coiiiplële ON bùnëficient hinipienimt iln tanl' iiiléricor métropolitain. 

Iiettres ayant droit i la ftranohise. — Ce Kont celles provenant des mili- 
t.iires et marina fJiuinl partie des Corps expédition nuirez de Madagascar, du 
Tonkin, du Soudan, du Dahomey, du Haut-Oiibanf;hi, du Corps d'occupation de 
Il Crète ou qui leur sont adressées, k la condition que le poids de ces lettres ne 
d>'passG pas 15 grammes et qu'elles ne Aoicut pas soumises à In formalité de la 
rccommandantion. 

liettres bAnAfloiant du tarif intérieur métropolitain. — Cb boiA les 
lettres ordinaires et recommandée;, qiK'l que soit leur poids, provenstil des miii- 
Idire^ ou marins en garnison duns les colonies françaises ou en station dans 
l<;s eaux coloniales ou étrangères, qui uc font pas partie d'un corps expédition- 
Ce sont, en ontre, les lettres pesant plus de 15 grammes et les lettres re- 
comniandces provenaul des militaires ou marins faisant partie d'un corps expé- 
ditionnaire. 

Lettres de 'valeurs déclarées. — Il n'est accordé aucune rrenchise aux 
militaires ou marins aux Colonies pour l'envoi de lettres valeurs déclarées. 

Les correspondances de celle nature sont soumises au tarif général pour 
tous les expéditeurs, quelle que soit leur qualité. 



COUS POSTAUX 



Le service des colis postanx simples est ouvert dans les ports de Madagascar 
Tiaités par les paquct^ols français. 

Les destinataires auront à payer: i' les droits de douane, s'il y a lieu; 
2* tr. 25 lie factage pour chaque colis, et 3°, s'il y a lieu, les frais de transport 
a l'intérieur de l'Ile, suivant le tarif ci -a près. 

Pour être reçus ^ l'expédition, les colis ne devront porter aucune déclaration 
de. valeur, ne pas dépasser le poids de S kilogramme», ni le volume de 20 déci- 
mètres cubes, ni la dimension, sur une face quelconque de 60 centimètres, ni 
contenir de matière explosible. inflnmmatile ou dangereuse, ni article prohibé 
par les lois on règlements de douane ou autres, ni lettre ou note ayant te canuN 
tère de correspondance. 

Aucun coïts ne peut plus être accepté dans les bureaux de poste situés dans 
les ports, pour le plus prochain dépari, lorsque le paquebot attendu est en vue. 
L'atTranchisseiiient au départ et le paiemeni des droits de douane à la sortie, 
s'il y a lieu, sont obligatoires. 

'Les colis postaux transportés h l'intérieur de Madagascar, seront en outre 
soumis aux taxes suivantes pour leur transport du point d'envoi aux ports d'em- 
barquement, ou de ces derniers points sur leur destination : 

De Tamalave jusqu'il Andevorante 2 fr. SO par colis 

d" au delà d'Andevorante jusqu'à Moramanga I 50 par kilo 

d» audeli» deMoramangajusqu'à TananariveetAntsirabé. 2 par kilo 

d* au delà d'Andevornnte jusqu'à Mahanoro 1 50 par kilo 

d" aiidelkde.MahMnorojusqu'kMdnanjarvetFianarantsoa. 2 par kilo 

d° au delà de Hananjary jusqu'à Fort-Dauphia S SO par kilo 

d* jusqu'à MaroantscirK et Ambatondrazaka 2 50 par colis 

De Diego -S uarez jusqu'à Anialaha, par Vohémar et Sam- 

bava 2 BO parxolis 

De MajuDga k Suberbïeville, par Marovoay ' S 50 par colis 



...Caioi^Ic 



_ 460 — 

En^D, une taxe de factage de fr. 2G est perçue Bur les destinataires pour 
toua les colis saoR cxccplioa arrivant ii Madagascar. 

Toutefois, le service postal n'enlendant point, par là, se réserver le mono- 
pole de ces transports, les destinataires peuvent, dans le» porta de débarque- 
ment, faire retirer leurs colis postaux par des fondés de pouvoirs el se les faire 
parvenir par des porteurs à leur salaire. 

Les taxes intérieures ci-dessus sont applicables h tous colis postau]i h. desti- 
nation de Uadagascar ou déposés dans un des bureaux de l'ile. 

L'affranchissement au port d'embarquement est de : 

fr. SO pour: 

Uayotte, fiossi-Ué, Sainte-Marie, Diégo-Suarei, Hajunga, Xossi-Vey, La Rén- 
nion. 

1 fr. pour: Djibouti, 
i fr. 50 pour : Maurice. 

S fr. pour: les Seycheltes, Pondichéry et Karikal. 
'i fr. pour : La France (colis livrés daas les garesi. 
3 fr. 23 pour : La France (à domicile], Algérie, Corse. 
3 fr. SO pour : l'Allemagne, l'Alsace-Lorraine, la Belgique, la Suisse. 

3 fr. 75 pour : l'Italie^ lEspague, l'Erjlbrée, Malte. 

4 fr. pour: l'Autnce-Hongrie, le Danemark, les Pays-Bas, Shang-Haï. 
i fr. 25 pour : la Norwège et le Portugal. 

4 fr. 50 pour: l'Angleterre, le Gabon, le Congo français, la Guadeloupe, la 
Uartinique. 

4 fr. 75 pour : le Uontéaégro, Madère, la Roumanie, la Serbie 

5 fr. pour : Tahiti et la Suède. 
3 fr. 25 pour : la Bulgarie. 



MANDATS-POSTE INTÉmEURS 

Un servicedc mandats-poste, cxlusivemement payables k Madagascar, fonc- 
tionne depuis le i" mai i898. 

Les mandats-cartes sont seuls utilisés à ce service. 

D'après les règlements en vigueur, les titres ne doivent par être sortis du 
service. II appartient aa\ impt:trants, ou a leurs fondés de pouvoirs, de se 
présenter aux guichets des bureaux de poste, pour en obtenir le paiement 
cootre acquit. 

Le droit perçu à l'émission, sur les mandats, a été fixé h t O/q sans qu'en 
aucun cas ce droit puisse être inférieur h fr. 25. 

Le délai de validité pour le paiement des mandats intérieurs a été fixé à 5 
mois. 

Toutes les prescriptions <iui régissent les mandats-poste intérieurs français, 
non contraires aux dispositions ci-dessus, sont applicables aux mandats inté- 
rieurs malgaches. 



TAIIF DES CUUESrONDlIlCES mEGRAPHIOUES 

Téléffrftmiiics p«ar l'extérfcMr 



Les bureaux de poste de Madagascar se chargent de recevoir du public les 
télégrammes pour t'ctranger el perçoivent le montant des taies, d'après le tarif 
de la sUtion h. laquelle ils sont adressés. 



îdby Google 



Il esl perfu.enonlrç, s'il; a lien, im droit fiie de Ofr. 30 uourfraisde pwte, 
plus la taxe de Iransmission eleclriqne à l'inlérieur, à rainoo de fr 10 par mol- 
Ces (éltigrainmes sont expédiés aux bureaux des câbles, el ceux-ci lestrans- 
meUeal »ds retard à deatiBation. 



Taxe pnr mmvt de» téléirramokc* p*ur lc« par* «nlvanta et 
par le* dlfférentcM vole* 



DESTINATIONS 



id. par Ua]Dag<-Le Cap... 
Uauunblque 



DiiboaU.-» 

norbiD 

Lourenço-JUrque* 

Indm-BriUnnlquw 

C»p-Towi] 

obock 

Bombaj 

Cocbinehlne fp» SiDgipoarj 

id. [pir UnlmelD] 

Toukln [pai Slagïpour] 

id. [par Mulmein] 

floa(-Kotig [p«r le Cap] 

New-Ywli [par MaJunga-AdenJ. . . 

Adcn 

Jobanneaburg [TrantTaal] 



Il e:)t accordé une réducLion de taxe aux correspondants dûment autorisés 
des journaux, piiblicalions périodiques et a^ncns de publicité, 

Les télégrammes de presse à taxe réduite doivent être rédigés en langage 
clair et ne pus conLenir des cours de marchés ou de boune. 



I pa«r l'Intérieur 



Tananarive est relié à Tamatave et h Hajunga par une ligne télémphiqne 
desservant, d'un calé, AnkenimadiDiaka, Moramanga, Beforona, Uanatsara el 
Andevoranlc et, de l'autre, Ankazobé, Andriba, Ucvalanana et Uarovoay (■>. 

Les bureaux de Tananarive, Tamalave, Majunga Andevoraiite, Mananjarv 
et FianaranlsOa sont ouverts sans inlerruption de Tlieures du malin k 9 heures 

(11 Les lignes télégraphiques de Taiian.irive k Fianarantsoa desservant Tsiarahy, An- 
tsirabé et Ambositra, et d'An dévora nie k Uananjary desservant Vatomaadrv, Matianoro 
et Habela i^iat sur le pc^nt d'être terminées. 



îdby Google 



- «ô — 

du soir. Les autres bureaux ouvrent de 8 à 11 heures du matin et de 2 à 7 
heures do soir. 

Tarif. — L'unité de la taxe est le mot. 

La taie est de fr. 15 par mol. suns touterois que le prix du télégramme 
puisse être inférieur a 1 Ir. 50. 

TéUgrammea secrets. — Les trlégrammes Beereta rédi^^és en tangage. nonve- 
nu, ceal-ii-dire compoiié:i de mots ayant chacun un Kcns intrinsèque, mais uc 
Tormanl, pax des plirases compréhcnsililcs, sont taxés comme les télégratiimes 
rédigé^ en langage clair. 

L<'s tcli'grammes secrcls rédigés en langage secret, c'est-à-dire composés de 
groupes de Jettres ou de chitTres, supporleiit, outre, la taxe ordinaire, une 
surtaxe fixe de 1 fr. 50. 

Télégrammes par exprès. — Il est toujours perçu des arrhespoiir te pris de 
l'exprès. 

Le règlement de ces arrhes est effectué iillérieureiiicnl, d'après les indications 
fournies au bureau de départ par te bureau d'arrivée. 

Si les arrhes excédent le salaire du porienr, J'excédent est remboursé h 
l'expédilenr ; si, au roniraire, le salaire est supérieur aux arrhes, on régularise 
par un complément de taxe perçu k I expédiieur. 

Le mention Exprès ou X P est comprisse dans te nombre des mots taxés. 

Télégrammes par poste. — La recommandation postale est obligatoire aux 
bureaux d'arrivée. 

Il est perçu au dépari une surtaxe fixée à fr. 50. 

La luenlion Poste suivie du nom du bureau destinataire est comprise dans 
lee mois taxés, 

Tétégrammts-mandats. — Il peutètro échangé des mandats télégraphiques 
entre tes bureaux de Tananarive, Tamatave, Hajuuga, Beforoaa, Audevorante et 
Me va tan a na. 

Ces mandats, en plus du droit de 1 o/q sur leur montant, supportent une 
taie téléitraphique de fr. 10 par mots. 



îdby Google 



T.-COMFiGMSLEMVIGATlûN 
mmm des iessâgeries hiritimes 



T'A.<a"a-BBOTS-I»OSTB FRA-I^ÇJ^IS 



AdminiRtralion centrale ) 

Service spi^cial des passagers | 1, rue VigDOQ. 

Renseif^nementB, rcclanmlions I 

Service npécial des marchandises j ,„ , ^ j RépnbliquB. 

Passagers (bureau auiiliaire) j >". 1"»"= = r h 

Direction (te t'euploitatioa, — 2, quai de la Jolîette. 

Service spécial des passagers j g _ cannebière 

Renseignements 1 

Service spécial des marchandises. — Traverse nord de la Jçliette. 



Agence de Tamatave 

— Nossi-Ré 

— Diégo-Suarez 

— Mayotte 



HH. E. Maurice, agent. 
DavauU, id. 

Millel, id. ' 

RandoQ de S'-Amand, agent. 



Hajunga, M. Oamler. j Maintirano, 1 

Si>-MHrie, M. Sabatier. Horondava, | 

Nossi-Bé, (Tulùar), H. VaJXj. \ Haroni lAnjouan) M. H.. 



.'.oot^lc 



LIGNES SE L'OCEiN INDIEN 

(Cdte orientale rt'Afriqiift, Madagascar, La Réunion, Haaiice) côte de Hoaam- 
biqufi)- 

mOTTE 

jBUgC Force CD CbeTKDX 

de 7S ka<n. 

Yang-Tsé, capitaine Bourdon, lieutenant dé vais- 3.802 2.900 

s«au 
DJemnaA, « ■ Bousquet, capittùoe au long 3.78S .3.900 

cours 
Iraouaddy, <• B«TiUqua,capitdQeaulong 3-784 2.900 

cours 
Gironde, » Rivière, capitaine au long 3.243 2.900 

cours 
Peï'Ho, ■' , Ndgre. capitaine au long 3. 398 2.400 

cours 
Mpanjaka, » Pellequin, capitaine au long 684 480 

cours 

Les escales touchées par ces navires au départ de Horseitle sont : 

Ligne circulaire : Port-Saïd, Suez, Djibouti, Aden, Zanzibar, Hutsamudu 

(AnjouuD) Uayotlc, Hajunga, Nossi-Bé, Diego - Suarei, Tamatave, Rénoion, 

Maurice (et vice-versa). 



Un navire-an neie, la Gironde, en station à Diego, se rend mensuellement k 
lioiambjque, Beirael Lourenço- H arquez. 

Le Mpnnjaka, correspond à Nossi-Bé avec le paquebot de la ligne principale 
de l'Océan Indien partant Ip 10 de chaque mois de MareeiUe; il dessert les ports 
de Nos8i-Bé, Majunga, Hoialirano et Horondava, Ambofalbé et Nosni-Vey. 



br Google 



«b, Google 



— 486 — 

(EN MILLES DE 



XuMllIa 


t-8*id 


BUM 


DJtbouU 


ZanxllMr 


d.lUn«iU.| ,.5,(, 


t. 510 Pc» 


Port«>]d 


Lsn 


S7 




9.m 1 


ïji 


1 


SSf 




i.TSl 3 


»i 


3 


isi 


1.880 




S.SM 3 


1» 


3 


ets 


9.3!« 


™ 




>.„. , 


» 


' 


™ 


a.,n 


«» 


71 


Hayotta 




5.»3 3 


M3 


3 


906 


Î.SiH 


719 


96f 


m 






Ï.W3 i 


m 


. 


ose 


Î.819 


639 


.« 


380 


190 




b.SX 1 


», 


' 


», 


3,909 


1.089 


.„ 


™ 


347 




e.sis 4 


» 


i 


aie 


3.3BI 


l.tBi 


1.004 


S39 


7*2 




e.eis s 


106 


■ 5 


010 


3.135 


1.S5& 


t.sn 


1.303 


1.113 




t.-m s 


ess 


5 


119 


3,865 


1.985 


1.601 


..*33 


1.943 









■,=;,t,:cc ..Google 



1.852 HÊTRES) 



'" 


DUgo-Sv 


»rez 


559 


35r. 


TMn»t»Ta 


«3 


166 


311 




,.^ 


«^ 


Ml- 


,„ |. 



LrBNES-ANNEXES 
DE L'OCÉAN INDIEN 



ei j 5T5 


I.Û53 


1.513 


Hoskinblque 


478 


838 




Beir» 


*60 



lAureiiQO-Mwrquès 



I9B ■ 


470 




851 


MajiuK* 


ra- 


ii.-i 


656 




MBlntlTUlO 


110 


381 


î 


ilorond«va 


m 



s 



1 :(■•-= 


. •:'!'Hî 


W 


t\l\i\i 


S j£ g 3-8 




5|S|g|i|l 


S 


S 


5|l!l 


g|S 3 S « 


-«T,0„, 


ii||i|6ii 


i 


g 


s|s|s 


s|i S 1 8 


1 g ™->* 


3|S|l|=|i 


e 


'S 


i|S|S 


S 


^l^l^hi 


1 .«^=* 


f |8|S|ê|I 


i 


s 


3|8lg 


? 


î| = 


- S 

53 


:s M«„.„, 


IliliUls 


i 


s 


SUIS 


«|8|S 


^ 1 aima ^ 


l|l|«|i|i 


8 


s 


i|S|l 


.|a| = 


j 


5 /aiawT>.S 


i\i\i i 


s 


§ 


§ 


8 


l|S 


3 


S 


!% 


e< ' »»T) t,i 


i i|6 8 


? 


3 


1 


S 


8 


i 


i 


s 


S 


Ij...™* 


i «Il g 


1 


1 




1 




1 


. 


1 


1 




1 ....-,.., 


8 Sis S 


5 


1 


1 


1 


1 


1 


1 


t 


i 
1 


i!-™... 


illIiU 


9 






' 


1 


. 


1 


1 


8 1...™^ 


sUjgli 


S 


5 


= 


^ 


S|S 


s 


Si 




" ) annD .g 


i|i|SlllS 


S 


S 


8 


s \s 


=* 


1 

1 


§(».....,. 


ilsislsle 


3 


l 


S 


Si? 


s 


1 Kl»™ .g 


s 3|8|8|i 


s 


& 


2 


s |a 


j 




1 ...™* 


r 3jgl8 1 


S 


g 


i 


s i 


ë 


I ittïiD „v 


6lil|S|l 


' 


§ 


8 


i 


,. 


mt<n3 .E 


i S|S|8 


'1 


S 


3 


S 


s 


: 




:| »^.^ 


î i\i\i 1 


S 


S 


g 


s 


^ 1 


' aiar» „i 


1 i|l|i < 


t 


î 


§ 


s 















D„.„ab, Google 



— 

< 

fi 

; < 


TpnsT 


s 


8 


S 


g 1 1 1 8 S. 




n 


1 n.™* 


i 


S 


î 


1 1 1 M S 




I ■«•-13 „1 




i 


5 


« 1 5 1 ^ i 1 


1 i»™.! 


^ 


S 


g 


g 1 i , 1 




1 


^ ...™. 


g 


S 


g 


1 1 ; 1 1 


i i 
' 1 ^ 


»(...,„., 


î 


S 


1 


1 1 M I 


1 ' Bsina ,Ë 




8 


8 




1 


1 


S j atsvi^ * 


s 


i 


S 


i 1 i 


S -n 


^(...™., 


S 


I 


i 


i 1 5 


al™—» 


8 


S 


i 


1 




1 


1 ■„.,,.. 


"i 




s 


8 


1 t 


a .....„.., 


g 


S 


s 




1 .■..■» .s 


! 


i 


Is 


i 


^ ...™. 


S 


5 


s 


£ 


[ sraïl3 ^t 


s 


i 


S 


s 


_ [ «m, .s 


§ 


S 


1 


1 
S 

J 
< 




J 
a 



> 




1 ■■— 


■« 


t 


S 


Jiz: 


« 1 s 1 s 1 s 




of,,,™..., 


î 


3 


i 


\i 




^ h U lij 


I ..m, .t 


"S' 


8 


s 

n 


\< 


1 ■-- 


s 


s 


,\- 


& 9 


s 


1 


'8 




8 


s 


,„...„ 


i 1 


s 


S [ ....n= .1 


s 


^ 


1 ...„.* 


§ 




"1 


S 


6 


1 


s 


a, ...™„i 


S 


.„,l 


i 


1 


1 






s 


> 


\l 


^ ..« 


S 




s 


(„...»= 


i 


' :l 


u 




£ 


i 




\ 



,oogk 



il 

liiuint 


lipi 

FOST-lilD 


[6 lailegasciii, 

V-0-Z-.A.C3-E1S 

LIGNES 
Afi 


RéiOD et M 


inrice 


uirni 




ftIVÈES A 






m. 


DlIBOim 


^™ 


liniui 


nmiim 




10 Jïnvler 


is Jantier 


16 Janvier 


ai Janvier 




».,.,„ 


30 Janvier 


31 Janvier 




as Janvier 


3ûJ.nvi„ 


31 Janvier 


5 Février 


•"•""1 • 








10 Février 


15 Février 


le Février 


ai Ftvrier 


1 3g FéTrie? 


9Man 


SMan 




» Février 


a Mare 


3M«r« 


e Mara ' Mar» 








10 M«r« 


15 U.r. 


leuan 


31 Mars i ■ ; as Ma» 


30 Mars 


SlMarf 




S Mu» 


30 Mar- 


31 Mar- 


S Avril , Avril 








10 Avril 


is Avril 


io Avril 


ai Avril - as Avril 


30 Avril 


l"M»i 




» Avril 


30 Avril 


l"M»i 


» Mai -; Mai 








10 Mai 


15 Moi 


16 Mai 


il Mal . . . as Mai 


30 Mai 


31 Mai 




»M»i' 


30 Mai 


SIU.i 


ijum 6JuiH 








: 10 Juin 


IS JllÉD 


16 Juin 


■n Juin , . W Juin 


WJuin 


f'JiiUiet 




as Jui„ 


SOJum 


fJuiil.-l 


6 Juillei 1 1 Juillet 








10 Juillet 


15 Juillet 


te Juillet 


ai Juillet ■ as Juillet 


30 Juillet 


31 Juillet 




B5 Juillet 


30 Juillet 


31 Juillet 


s Anùl fi AoOt 








; 10 AoOt 


15 AoOl 


16 Août 


ai AoOt ; . a» Auui 


nu AuOt 


31 Août 




!5An(ll 


aoAofti 


31 Ao.\t 


5 Sepl- : n Scpl- 








10 sepi. 


13 Sr,.l. 


lflS.pl . 


ai Sppi. , . «Sept. 


3uSepl- 


1-OrtobK 




as scpi. 


aosepi. 


1" Octobre 


9 Octobre] 7 Octobre ' 








10 ottsbre 


IS Orlubre 


Ifl Ortobre 


31 Octobre ■ a» Onlnlirel 30 Octobre 


aïOetobre 




as Of tobre 


30 Octobre 


31 Oclobrr 


:. Nov. 6 .Vuv. 








10 Sov. 


15 Nov. 


16 >ov. 


91 Nov. . M .Niiv. 


30 Snv. 


f'Déc. 




iîSNov. 


30 Nov. 


1"l>ér, 


6 Dec. . 1 1..,.. ^ . 








1 10 née. 


15 I»IT. 


16 Dec. 


ai IK.C. . ' iS Hct. 


»0 1>« 


31 Dk. 




39 Dec. 


30 Dec, 


3...... 


5 Janvier OJauvier i 


■ 





























LlpiIiiHailptrRéiiiiioietlan 


== 








AHRIVÉES A 








lumï 


nra-iE 


DIÉBO-ÏDAHEI 


U1ITE-UE1E 


TiliTiTB 


lÉOlIDI 


iitniix 




1" Février 


i Février 


3 Février 




s Février 


■î Février 


e Février 








■ 3 Février 


ii KéiTler 


15 Février 


n Février 


IS Février 




i Mars 


S M.» 


6 Mura 




S Mm 


10 Mars 


12 «ar. 








le Mw» 


ilMlM 


ISM&rt 


90 Mars 


!9Uari 




1" Avril 


1 ATril 


3 Avril 




5 Avril 


1 Avril 


g Avril 




■ 




13 AvTil 


U Avril 


15 Avril 


n Avril 


1<I Avril 




SM»i 


3M>> 


1U>> 




«Mal 


S Mai 


10 Mai 








UM*> 


15M»i 


la Mai 


ISUai 


90 Mai 




1" Juin 


3 Juin 


3 Juin 




5 Juin 


7 Juin 


eJnÎD 




■ 


. 


13 loin 


14 Juin 


15 JulD 


17 JUJD 


19 Juin 




s JDJIIM 


'"'"'" 


i Julllel , 


« Juillet 


e JalUel 


10 Juillet 1 






■ 


n JuUlsl i l& Juillet 


IS Julllel 


18 Juillet 


«Juillet ! 




1- Aoûl 


ÏAOÛI 


3 Août ] 
13 Août 1 U Août 


5 Août 


7A0ÛI 


19 AoAl 




f Sept. 


■î Sepi, 


3 Sept. 


5Sepi. 


7 Sept. 


9 Sept, 




■ 


- 


13 Sept. Il Sept. 


is Sept. 


n Sepl- 


19 Sept , 




S octobre 


3 Octobre 


i octobre 


6 Octobre 


8 Octobre 


10 Octobre ! 








li Octobre j 15 Octobre 


16 octobre 


18 Octobre 


90 Octobre ' 




1- NOT. " 


ï Nov. 


3 Nov, 


5 Nov, 


INov. 


9 Noï, 








I3N0V. ' liNov. 


13 Nov. 


n Nov. 


19 Nov. 




î D*>cemi>te 


3 nécembrc 


IDér. 


9 Dite, 


8 Dec. 


10 Dec. 




■ 




IIDm. ISDec. 


ta Die. 


le Mr. 


SODéc. 




l"J»nvi., 


î Janvier 


3 Janvier 


5 Janvier 


7 Janvier 


9 Janvier 






• 


13 Jaavier | li Jaiivirr 


1.' Janvier 


n Japrier 


«Janvier j 



Lie de ttiascar, Mm et Uce 




TTCTTAO-BS T)S RETOTTR 




OÊrUTS 

initH 




UONES PRINCIPALES 
ARRIVÉES A 






UEtonOR 


TilATlTE 


iw-wra 


nrâ-snuBEj 


loa-BÉ 


IlIUÏGA 




14 Jiii«l«r 


n JiDvj«r 


IB Janvier 




90 Janvier 


9î Janvier 


33 Janvier 




M liDTier 


1" Février 


S Février 


3 Février 


4 Février | 






It Février 


n Février 


18 Février 




ao Février j*I Février 


93 Février 




1" Mar. 


iUan 


5 Mart ' 9 Mar» 


TM.r. 








14 «.r. 


17Mirt 


'""" 


90 Mari 


M Mare 


93 Mars 




aOMiir* 


l"Av.il 


î Avril 1 3 Avril 


i Avril 








l* Avril 


IT Avril 


18 Avril 


90 Avril !93Airll 


93 Avril 




M Avril 


3M>i 


3 Mai i Mai 5 Mai 






li Mii 


17 Mal 


ISMsi ' - M Mai MHai 


93 Mal 




«Mai 


i'Mn 


SJuiu ' SJlliu IJlliD 






liJuJu 




18 Juin . ÎOJum .JîJuin 


93 Juin 




nlala 


S Juillet 1 3 Juill"! t Juill*^! :• Jiillicl 






14 Jolllel 


njuilifi lieJiiiilet - ^soîdiliei !îîJoil!ei 


23 Juilld 




M iallr«l 


I"Acm s Août IsAûill j4Aoni , . 






13 AoAl 


17 A0û< 


I8A».U 1 . ;îOAo,11 ;.MA(,.1I 


■23 A0.1. 




» AoAt 


l"9ept. 


SSe|)l. 


3Sc,,l. 


...„, . . 






U Sipt. 


nsepi. 


18 Sept. 




ÎOSepi. JMSepl. 


93 .■ïïpl. 




MS«pl. 


B octobre 


3 Octobre 


1 Otlobrc 


5 Oclobre ' 






It Oclobr? 


n Oclnbre 


18 Octobre 


'-M Oclobrr 3ï Octobre 


93 Octobre 




W Oclobr.' 


l"Nov. mNov. < 3.SI.V, iNov 






14N0Ï. 
30 Nov. 


HNov. l'iS-*-». - >Nov. jWKoï. 
■î Dec. 1 3 Dec j t Déi-, i SDér. i 


93 Nov. 




14 D*c. 


17 Dé.-. ilîDc.-. - iv-ODér. .M Dec. 


9LI Deiv 




mD«c. 


l*'J«nvler ] i Jsnviet 1 3 Jinvler | * Janviet 


• 


^ 



Lip ûii lailagmar, RnioD et Maorie 



T7-0-S"-A.C3-ES DE liBTOTTIi 



3 F*TTi'r 



; Mai 



[lï Avril 
3 Mai 
13U>1 
I 9 JuJn 






; 13 JuiD 

96 Juin ■ 3 Juillet 

,13 Juillet 13 Julllel 

«Juillet i ■ 3 Aoat 

|t9 Anût 19 Août 

K AoOl > 9 Sept. 

jl9 ^pl. jlïS«]tt. 

» Scpl. • 3 Octobre 

I 
113 Octobre 13 Oclobre 



lUEE 
^ F*»rler 
17 Février I 
tOMara 
90 Mira 



BM3I 
ISMii 

7 Juin 
17 jQlD 

S Juiltel 
: IB JuiUel 



i Février 
l Féïrier 
Mirt 



} Juillet 
} Juillet 
I Août 



•t Octobre 






|ia Nov. t" >""■■ 

nv. I . 3 Dec. 

[13 Dét. ji3 D*ï. 
i Dec. 1 96 Dec. I > I 3 JiDTler 

lî Janvier 19 Janvier 



1 Sept. 

n Sept. 

B Octobre 
Il Octobre 1 

7 Nov. 
n Nov. 

BDéc. 
IBDéc. 

7 Janvier I : 
17 Janvier 1 



Octobre 



I* Février 
W Février 
■7 Usr> 
97 Mar« 
Avril 
» Avril 
lïHai 

9SUB1 



i JnlIKI 

\ Juillet 



:t Sept. 
H SepL 

Octobre 






iNov, 
H Nov. 

S Dec. 
«Dec. 
U Janvier 



SI Jao 



tlCIK DE fktmm k HiniGlSClB, U RtCNION KT KilIRICE 



TuU des bOlstB â'allar et retour 

Des bilMs d'aller al retour valables pour 3, 6, 9 et 12 mois comportent 
d$s réductions considérables. 







S 
s 




3 




1 


* 


?> 


ValkbleiMui 3 moi» 1 


»0 


m 


4«D 


1 Djibouti 


^ - ' 


300 
350 


eto 


• 4W 

480 




- 18 - 1 


400 


930 


500 ! 




VtUblcpoar 4 moia t 


eis 


875 


480 






380 








- IS - 1 


440 


960 


530 ; 




Valable pour 3 moi n 1 


450 t 


015 


Pij 1 




~ ^ - 1 


(80 1 


040 
090 


530 ! 
555 






H " 1 


ez, 1 


14S 


580 




VaUblepour 3 moi) f 


4-75 1 


040 




j Huliamudu, Moroal, 


— 1 1 


510 I 


oes 


555 ' 


lUyotte 


- fl - ■ i 


590 1 


lao 


680 1 




ValBblfl pour 3 moia ' 1 


065 . t 

%ao ' 1 




=, 


MitiungM, Houl-Bé, DU- 


e - 1 1 


,M» 1 


IM 


585 . 








MA 


615 ! 




- '« - 1 ' 


715 I 


wo 


- 645 1 




Valable pour 3 mois ! 1 


WO 1 


m 


600 . 




— B _ j 1 


5t0 l 


150 


C15 : 


rmiço-HwquftB 


— 9 — ! 


m 1 


900 


015 




- IJ - 1 


800 1 


960 


680 1 




Valable pour 3 moia 1 


G40 1 


150 


CIO 


Bmlnte-Harie 


'-- l - :::::; ! 


680 . t 


175 

m 


6» 




- 1* - 1 


S50 1 


300 


685 




VuUble pour 3 moii l 


m 1 


180 


695 


TamaMM 


- S - l 


ISO 1 
800 1 


aïo 

!?70 


C40 






~ lî - l 


S90 1 


330 


700 ■ 




Valible pour 3 moîa 1 


713 1 


900 


650 


I^ ««union, Haurio« .... 


- - 1 


760 1 


!30 

300 


6«e 

700 




- " - ' 


935 1 


355 


730 



— 47S — 

Les prix de fret varient selon les eftcaleK, celui pmtitiué kabittt^Uptnent entre 
TaiTiittave et Marseille est, §elon la nature des roarnban dises, de 50 k 60 Trancs 
pur 1.000 kilogramiies ou mèirs cube. 

Le fret de cerraines marchandées dite» t< riches» est un peu plus élevé. 

Lrs marchandises et colis postaux sont toujours embarqués sur les bateaux 
partant en France le 10 de chaque mois. 

Le prix du fret de Hajunga à Marseille est en moyenne de SO francs la tonne 
pour la cire, l'ébène, les cuirs et de 55 francs la tonne, pour le caoutchouc. 



CHARGEURS RÉUNIS 



CSoaapstBTZiie Fram.9ai«a da ^TA-vi-g-aitloi^ A. ^Tapeiiz 



AGENTS A MA»A«ASCAH 



Tamatave : 



M. G. Rebut, agent chargé de rorganisalion du service sur 
la côlG E;>t de Madagascar. 
Andovoranto : M. F. Bonnet, agent. 
Vatomandry: M. L. Delacre, — 
Mananjaty: H. L. Delacre, — 
Fort-Dauphin; M. Anielme, - 
Majunga: M. F. Sarraute, — 



VAPEliRS FAISANT LE SERVICE RÉGULIER DE MADAGASCAR | 


; ' :ioiBEDï[i)uiiErnj 


VITESSE : 
Doniuls 
moieiioe 

de 

l'SDQl'e 


NOMS ' PORTS ; * C 


! 
d 


H 


1 

Paraguay 1 Dcohaillc 3.100 l» 3.80O m'| 60 

'• ! ^ i 

Uruguay.] Morice J3.400 ;3.80O ! 60 

Rio-Negrol Kichnrd 3.400 iaSOO 60 

Ville -de-' Roux |2.)00 13,000 i 60 
Maceia...\ ! 1 j 


80 
50 
90 
50 


1.000 

1.000 

1.000 

750 


12 nœutls 
et demi 

lioteuds 



— r<i — 
imm m mmiUL a m mmmiw 



:>EBTICE BCGCUEa XENSl'EL 

E>TB>- 

ajt ■ ■i n . ■ ■■J i— 1 et la r*te Km* de ■■Jaiawi ■■ 



MARCHE DU SERVICE: 



ALLER 


RETOLR 


Arrivée | Di-part 

'H«m ' . 15 

' Bordcatix ' 17 l <B 

Lùbonnc ! i< 22 


TamaUve 


Arrivée | Départ 

10 1 
10 ' 10 ' 


Valomandrï 


M 
13 
15 
18 
20 
23 


12 
U 

13 . 
18 
22 

24 ; 


Cupe-Towii 

fieira 

Fort-Dtuphin 


13 
19 
25 
30 
2 
4 


14 
23 

27 
1 
3 
5 


Fon-Uaiipbiii 

■icira 

Loureoço-Marquès . . 
Durbaa 


Valtimindry 

Andovoriinte 


Dakar 


i:i ! U 1 
20 i 20 




: " 














J 



Taril des prii des puBkgeB d'Europe à Hadsiucar st vlo*-vorBa 



I.OI'RENÇO- 
MARQl'ÈS 



3 1 = 



Lourenço-Man 



TARIF DES PBIX DBS PASSAOEI 



SDEVORANTE VATOMAM 



1"C 


aies 




1 


^ 


ï 


"s 
5 


1 


h 


80 


GO 


iO 






5 i SU I iO 



'ï 


ï 


*■# 


3 




JS) 


im 


IK 






1«0 


105 


ISO 


100 


tx, 


90 



Il logés dans des cabinet de 4, 



H.B.— Le« pMMger» de 3' classe si 
Une cabine est résenée au» damea i 
La literie et les ustensiles de table sont tournis pnr la Compagnii 

pont : la nourriture est celle adoptée pour let équiitages de la flotte nationale. 
Le rin de table est comprit dans h prit des passages pour toute* le* claecM. 



!( 10 litt. 



X pasaaÊtrs d'enlre- 



-..Coo^lc 



— 476 — 
UOK DU TRANtVAAL ET DE MAOUASCAR 



SERVICE RÉGULIEK MENSUEL 

ENTRE 

L« Havre, B«rdeanx tt la cétc Est de Madagasear 



Porto dsaMrvifl: Fart-Vanphln, HaNaalary, Vatoasandry. 
AMdeTarantc et Taaiatave 



MARCHE DU SERVICE 



ALLER 


RETOUR ' 


Havre 

Bordeanx 

Lisbonne 

Dakw 

Cape-Towii 

Loureaço -Marques. . 

Beira 

Fort-Dauphio 


Arrivée 

1" 
21 
28 
13 

to 

25 
30 

4 


Départ 
ir. 

<B 
22 
28 
14 
23 
27 

1 

3 

5 




Arrivée 

If) 
II 
13 
15 
18 
20 
23 


Départ 
10 

12 i 

15 j 
18 i 
22 1 


Aodevofnnlc 

Vatomandry 


Fori-0anpliiii 


Uurenço-Harqtiês . . 
Durban 


Vatomandry 

Andevoranle 




13 ! 14 j 

20 i 20 ; 




: " 














„j 



[ CO 40 30 
AnderoFMite 



Ml 


t 


■S 3 




5 




- 
















100 -s 1 W 


w 


15» ; ll^ 


ïjioo 


%0 


1«U 


i« 


™ «1». 


35 


110 1 es 1»; 4. 


soo 


leo 

135 


lOS 


"-"«■^ 




Manan 


.-, 



>s tfes cabJnet de 4, S ei 



BfABCBAlTDISES 1 
r«uï du fret au départ du Hnvrt, ptytibh d'avance par Ioubmu de an mètre cube ou 700 kiloa, 
1 au cltoln du navire. • 


1 TMies 

; MIBiUllltll 


**"" id». 




Loureiiço-Martiuèi.l priiuagc* 

Celiii Mff.eMOV. 

1 Forl-Dniiphln... 

¥."=i".'fc::: »"•'•«•'• 

AQdcTorante... 


1 


au denHius de 5 kil. ci jui- 

de*"» /as kiroi'V's à 
K déc, cub. W fr. 

50dcc. cub.'œ'fr.' 
de 51 i 100 kil. an de 51 i 

100 àéc. cub. 30 fr. 
Ed cas de perte d'un petil 

COlii, la CompBKnie ne 
. pourra pu fllre tenue de 

pajer une «001100 >up*- 

ricute & 10 fraow. 



1*. B. — En plus des prix ci-dDwiis, il est p^rçn 10 francs par tonneau de 
connaissement pour TrHis do d^barqucmeul a Loareuço- Marques et 12 
troncs pour débarquement s Bclira pour les colis n'excédant pas t. 000 kilos. 

Les marchandises pour C.\PE-TOWN. FORT-DAUPHIN, MANANJARV, VATO- 
MANDRY, ANDEVORANTË ET TAMATAVE sont livrables ■*■■■ pHlao. 



Le temps maximum de séjour du vapeur en rade de FORT-DAUPHIN, HA- 
NANJARY, VATOUANDRY et ANDEVOHANTE sera de 1« hearc» de jour. 

Passé ce délai, les marchandises qui n'auraient pu être débarquées, soit par 
suite de mauvais temps, soit par suite du manque on de l'insuffisance des 
moyens de débarcjuemcnt, seront emportées par le vapeur cl valablement dé- 
barquées il leurs Irais et risques à Tamntuve ; le fret restera acquis au usvire. 

L.i valeur et le poids devront être indiqués sur les co d naisse me nts. 

Les marchandises sont taxées au poids, au volume ou à la valeur, au cboii 
delà Compagnie. 

La Compafcnie ne se charge pas du transport des colis d'un poids on d'no 
volume qui lut parattraieni de nature à entraver ses opérations; à partir de 
1.000 liilos, prix k débattre. 

ColU de poNf. — Les colis de pont devront faire l'objet d'une demande ' 
spéciale, la Compagnie se réservant le droit de les refuser ou de les accepter, 
ïiuivant le cas. 

Taux du fret au départ de Tamatave et dea diverses eioalei du Sud 
pour l'Europe [*} 





POUR BORDEAUX ET I^ HAVRE 




DE TAMATAVE 






25 Fr. 




1 D'ANDEVORANTE \ 
DE VATOMAKDRY / 
DE MANANJARÏ i 
Dli FORT-DAUPHIN ^ 






05 Fr. 




Pour Marseille et Londres 
Pour Hambourg 


par 


id. 25 id. 





— 47» — 
Taux dos frets de Tamstave aux diveraes escales du Sud et vioe-versa (') 



TAMATAVE 


ANDEVORANTP. 


VATOMANDRY 


MANASJARY 


, 

FORT-DAUPHIN 


ao Fr. 


S! 


30 


33 


AHDEVORAfJTE 


■m 


23 


30 


.VATOMANDRY 


20 


23 






MANASJARY 


ÎO 



I*] Le tonneau esl calculé, tant pour l'Europe quo pour la cAte, au mètre 
cube ou aux 1.000 kilos au choix au navire, saur pour les marchandises ci- 
dessous, qui vont aux 800 kilos : 

Crin végélnl, peaux de moulom, rnbnnnei et rafia {en balles pressées), cire, 
cnotitckoHc, rii en paille, café et dearép» sèches m sacs, peaux de bceufx, 
sacs vides en ballot. 

La vanille va aux 2lîO kilos. 



mmm Mmm ft\mmm 



Le C' Havuise Péninsulaire de navigation à vapeur a créé, en 1684, un ser- 
vice mensuel el régulier den ports dn Nord de la Fmace el de Marseille sur 
Madagascar, Maurice et La Réunion. 

Celtp ligne est desservie par de grands paquebots h vapeur de l" classe el 
de marche rapide, dont les départs ont lieu chaque mois, 
dn Havre, le 1" 

de S'-Nazaire, le 5 
de Bordes ux-Psuiltac, le 8 
de Maiseille, le 20, 
directement pour Majunga, Dicgo-Suarez et Tamalave, par voie du canal de Suez. 

De Marseille h Majunga, la durée du vovage est de 20 jours. 

Les porls desservis au-deiii de Madagascar sont: Port-Lonia ;Manrice\ 
Saint-Denis (Réunion^ et le port de la Pointe des Galets. 

L'itinéraire au retour est direct de La Réunion h. Marseille avec escale fa- 
cultative à Dié^ >-Saaret. 



îdby Google 



Tarif des trait de paaaage et de fret de France à Hmdagasctf 
(Diégo-Suarez, Majnnga, Tamatave, et Lx RénnioD) 

PMHjresde 1" CUBE ; î* CUBE : ECLUSE 



rie Marseille à Majunsa 

id. Diego-Suarez... 

id. Tamatave 

id. Réunion 

id. HauricG 

de Uajiinga ii Uicgo-Siiarez.-. 

\<i. Tamatave 

id. llêiinion 

de Dii-tto-Suarez à Tamatave . , 

id. Réunion 

<lc Tamatave à Réunion 



«1 


m 


us 


«A 


lU 


no 


1 57 


30 


IK9 




1 m 




TA 


50 


1 :tit 


50 


i:t3 




1 66 


50 


-1 


4U 


1 35 


70 



t82 «« 
94 50 

Nota. — La Compagnie, n'ayant pas d'améDagemcnts pour passagers de 4* 
classe, ne pourra arl mettre ces derniers que comme passagers de pont pour lea 
petits parcours, c'est-à-dire : 

de Hajunga pour Dîégo-Suarez, Tamatave et La Réunion- 
de DiégO'ïiuiirez pour Tamatave et La Réunion, 
de Tamatave pour Lu HéunîoD. 
Le pris de ces passages de pont sera calculé h raison de 7 francs par jonr. 



FRETS 

Pour Hêjunia, Diégo-Suarez et Tamative 



duHavre, deS'-Nazairc ( iTi francs par n^^trc cube ou 700 kil. au choix de 

et de Pauillac i l'armement 

de Marseille 50 francs id. 

Ln Compagnie acciple «les marchandises avec cnnnaissements directs et 
jiar Ininsboracmeut ti DiL-go-Siiiirez, pour les points suivants : 

Fort-Duiiphin, Farafangnna, Mananjary, Malianoro, Vatomandry, Andevn- 
rante et Vohémar, moyennant une augmentation de fret de 35 francs sur les 
Inux ci' dessus. 



FRETS 

Pour Maurice et La Réunion 



lie Pauillac, pour les n»a^chandi^e^ de la rii'tjion de Bordeaux : 60 fr. et 10 O/odu 
lontiiau niurilime 

(le Mar-spille pour les tuarchundises de la plate de Marseille: 60 francs du 
tonneau maritime. 



■,:cc.;,C00gIC 



THE CASTIE lllll PICRETS COJIPAJÏ 



Service direct enlre Lonitros el Madagascar, via Capp-Town. Venant tons les 
28 joupu des divers porls ilii Cap lie BonnB-EspéranCH, les paquebots vonl direc- 
lement à T«matiive sans louclier les ports de la côie Fsl de Madagascar. 

Agtint» généraux •'! Madagascar: Tumalave. . . .n*llllBDi Oswald et C>'. 

Flotte de la Compagnie 



Xew Steamer 

IVew Steanier 

CarUbrook Caille 

Braemar Caille 

Dunoegan Caslle 

Tantallon Caslle 

Dunoltar Castle 

Tintagel Confie 

Avondale Castle 

Arundel Castle 

Roslin Caslle 

Norkam Caslle 

Hawarden Castle 

Danolly Caslle 

Raglan Castle 

Donne Caslle 

Lismore Castle 

Pembroke Castle 

Garlk Caslle 

Iliirlech Caslle 

Veiiice 



. J. C. Kobiason 

. J. W. Creaghe 

. W. Haï 

. R. Uuncan 

. J. B. Harrison 

. F. Harris 

. S. C. Brown 

. Winder 

. H. de la Conr Travers. 

. Rendait 

-Higby 

. D. Wallace 

. B. A. Bryan 

. J, L. StanisIrccI 

. Le Sueur 

. F. Marshall 

. \V. Wardcn 

. T Clinock 

. R. Walls 



10.000 
10.000 
7.500 
6.300 
S.9S8 
5.700 
5.625 
5 «00 
S. 600 
4.700 
4.487 
4.392 
4.380 
4.3S4 
4.324 
4.045 
4.045 
4.045 
3.660 
3.264 
Slt 



îdby Google 



X.rC.A.S,CXÏS 3DES PJL^^XTBBOT'S 



iS.I «J 

|n ri 




ij 

il 


S 1 


n 


1 s 

< 


il iJ 

i "lll 


il 


< 


6 Juil, 


7 Juil 


13 JuÉU 


31 Jail, 


ut 


Où. 


Il AolU 


.3 Aoai 


n Août '33 Août 


37 Aoill 


3DAoai 


3Auai 


i AoùlIlO Aoûl 


38 Août 


3 Sepl- 


g Scpl, 


10 Sept. 


Il Sept, 19 Sept. 


31 Sept. 


îTSepl. 


!3I AqOI 


l"Seiit.| 1 S«pt. 


m Sepl. 


,..0.,. 


.0.,. 


8 0C., lîoc inoc.. 


33 Oet. 


3S OcU 


» Sept, [ot Sept.! 5 Oct. 


33 0tl. 


■Î9C 


cl. ! 3 NOT, 


s Nov. 


ONov.jli MOV. 


19 NoT. 


«NOT. 


36 Oct. Iî7 Oct. 1 2 Kor. 


ÎONov. 


», 


ov. 1" Dde. 


3 Dec. 


1 Wc. Us Dec. 


note. 


»D*c- 


33 No». 3*.NoT.|30Nor, 


■a Dec. 


Si E 


éc. !î9 Dec. 


31 Dec. 


i JiOÏ. 1» JUIT. 


UJmt. 


nj»irv.t 


SO Dec. 39 D^c. 28 Dec. 


lôJanv. 


SOJ 


nT.jîSJanï. 

1 


38 Jânv. 


1" Fév.] s Fév. 


Il FéT. 


U Fëv. 



0. ^ 


il 


ri 


il- 


i 

3 


ë 1 
1° s 


T 


ri 


1 a 
" ^ g 
i 3 


1 8 Sept. 


n Sept. 


19 Sept. 


îi sepi 




.3ô(<epl, 


j»«P,. 


n Octobre 


31 Oclobra 


. 6 Oolobre 


15 OctoDre 


n Ocl..bre 


,.„0 


rt 


33 Oclobre 


1*7 Octobre 




31 >ov. 


[.«„. 


. 


UN,„- 


..... 




■ 30 N..Ï. 


lit Nov, 




10 Dec. 


'•■ "*' 


10 Hkc. 


" «' 


li 1>« 




18 n*.-. 


1 


■""■«' 


19 JauTinr 



, •. Coiiglc 



— 483 - 

Les voyageuj-s pour Ma<lagascar ont la facultiï de prendre ù Cape-To 
balcanx de grande vitesse qiiitlanl ce point ton» les 15 jours. 

Tarif des prix de pRssnice dr TuntHtmvf, A 











Sur le poni 


Sur !.■ [«iiil 






«-- 






»au9 : 










nourrit Hrc 








GOfrOl 




















303 00 


s'w 00 












3W M 




Soo ni 


110 00 




MO 00 


. i-M M 


eio m 


51U 00 


180 IM 






i.aia 30 


sn-j M 


™ "* 









«b, Google 



Si s s ^ s ^ s 

s R 8 ^ s 2 s 



S i ! 



5 I 



a I 



■. Cïtiot^lc 



SOCIÉTÉ FRAmiSE 

de commerce et de navigation 



Aminixtrateur délégué à Madagascar : M. Femand Pages 

LiiSock'lù rrHU^aisi' de commerce et de naviffatian k Madagascar a orga- 
iiii'C'. un service régulier à vapeur sur la cOIc Est. Elle a affrété \ cet effet )e va- 
peur ViUe-dfi-niposlo ,capilaiD(3 Lciasseurj, de la Compagnie Havraise Pénia- 
sulaire, lpt|iiel quille Diégo-SuHrez le 13 de chaque mois et fait escale daoe le» 
poris ci -après ; 

-«. l'Aller 

Le Ifl à Vohémar, 

Du 18 au 20 H Tamatave, 

Le 20 à AodevonDte, 

Le 21 à Vatomandry, 

Le 32 à Blahaooro, 

Ou 23 au 26 fi MaQaojary, 

Le 36 à Farafangana, 

t,e 27 à . . . .' Fort-Dauphin, 

An retoar (déparl le 28) 

Le 30 & — ManaDJary, 

Lei"4 VatomADdr)-, 

Le 8 à Tamalave, 

Le 3 à Sainle-Uarie, 

Le 4 à Vobémar, 

Le S à Diégo-Suam, 

Nota.— Les dàle^ ci-dessus ne soat qu'approiimatives et restent subor- 
rlonnt^es à l'ôtiil dn la mer et des burre». 

FRETS 

Amlevoraule 25 fr. 

Vatomandrv 25 fr. J Au mètre culie ou aux 

Mahanoro 30 fr.f 800 kilos, au choii 

Maaanjarv 30 fr.f de la Compagnie- 

Farafangana 30 fr.1 Ratia aux 50D kilos. 

Fort-Dauphin 3S fr., 



îdby Google 



Vl. - 1mm et traosiiortii flu llén de Mailaiin 



ITINÉRAIRES 
A TANANARIVE 



TRANSPOim PAR TERRE 



Les transports dans l'intérieur de l'tle f-e font i. dos d'hommes on par roita- 
res dans les parties oii les routes carrossables sont lerminées. 

Parmi les route carrossables, il faut citer lu roule <fe Majunga k Tansnsrive, 
(les tronçons de celle do Tuuanarive à Fianarantso» et quclquiis antres d'nn moin- 
lire développement qui relient la capitule aux chEfs-lieux des cercles militaires 
de rinierina. La route de Tamalave a Tananarivc est rarrossablt^entre Tamalave 
et Andevorenle sur un parcours de tOO kilomètres entre Mahatsara et le pont de 
la Mahela, entre Analamazoatra et le Mangoro et entre Ankeramadiniks et Ta- 
nanarivc. 

Le transport des marchandises par porteurs coûte environ 1 fr. le kilo 
aussi bien de Tamatave à Tutianurive que de UevalADana, point d'arrêt de la na- 
vigation !iur la BetiiibokB, à Tananarivc. Les hommes sont chargés 'à 30 kilos 
environ et mettent une quinzaine rie jours à faire l'un ou l'autre de ces trajets. 

Les prix sont un peu moins élevés en partant de Valomandry, oiil'oo débar- 
que beaucoup pour le commerce. 

Quelques agences : Pochard, Witson, Tyack, Baudin, effectuent des tram- 
ports à l'entreprise de la c6le k Tananarive, aui tarifs suivants : 

7S0 francs la tonne de Vatomandry ; 

QOO francs de Mevatanana ; 

1 .000 francs de Tamatave ; 

1 .300 francs de Uajunga. 

Les marchandises sont garanties, pourvu que l'emballage soit étanche, sauf 
dan» quelques cas de force majeure, tels que: fahavalisme, incendie dans les 
({ttos d'étapes des bourjanes. 



TRANSPORTS PAR VOIES FUIVIAUS 



Les transports par voies fluviales sont généralement limités parles rapides 
qui coupent la plupart des rivières. — Ils s'effectuent on pirognes louées h la 
journée ou k forfait, suivant le trajet à parcourir. 



t,:cc.;,C00gIC 



- 487 - 

Cependant U Betfdboka «st navjsable en tous lemps de Uajunga à Marololo 
o^ commence U roitte carrossable de Tananarive et de HajUDga h Hevalanana, 
pendant la saison des plines (novembre k mars). L'^ prix du fret de Uiyunga à 
Uarololo ou Snberbieville est d'environ 80 francs la tonne. Le service est assuré 
par des bateaux k vapeur appartenant k l'ancienne compagnie Suberbie, k la 
maison Sutter et C" et par de nombreuses pirogues. 



V0YA8ES EN HUNZANCS 



Les voyages rapides se funt en filanzana, sorte de palanquin simplifié dont 
le coût est de 30 h 40 francs. Pour un lon^ trajet, huit porteurs de Tilaoïana soni 
nécessaires; leur salaire varie suivant les régions; il est en moyenne de 1 fr. 25 
par homme et par jour. 

Le prix du transport d'un voyagenr de Tamatave à Tananarive ou de 
Mevatanana -'i Tananarive peut donc être évalué k 70 ou 80 francs, en comptant 
7 à 8 jours de mHrche. 

Les porteurs de bagages reçoivent le même salaire; ils sont chargés à raison 
de 25 kilogrammes en moyenne par homme. La marche de ces caravanes peut 
atteindre 00 kilomètres par jour 

Quelques indications utiles pour les voyages en filanzane et visant prin- 
cipalement les trajets de la côte a la capitale par Majunga ou Tamatave, sont 
résumées ci-dessous : 

VAtement. — Les vêlements légers sont sufTisanls sur la côte, mais dès que 
l'on monte, la température s'abaisse et il est bon de s'ëLre mimide vètemeatsdu 
drap. L'iie couverture on deux sont nécessaires pour la nuit. 

Pcndiint la saison des pluie* (novembre h mars), un vêtement caoutchouté 
est indispensa hlu. Le plus pratique et le plus u«ité est la puncno de caoulchottc 
qui s'adapte mieux au filanzane que la capote'ou la pèlerine. 

Un parapluie est utile en tous temps, aussi bien nourse préserver des pluies 
légères nue des fréquents coups de soleil sur le bas du visage ou sur les mains. 

Quelle que soit la saison, sur la direction de Tamatave, s ailcndre à des pluies 
pendant la Iraversce de la grande forêt- 
Matériel de oampemeut. — Se munir des objets suivants : lit avec mous- 
tiquaire, iable et chaise pliantes, matériel de table (de préférence en fer) et de 
cuisine. Ce dernier, pour une marche de 8 jours, peut être réduit à deux cas- 
seroles, une poêle et une cafetière. 

Confier le matériel et les provi.sions aux meilleurs bourjanes de façon à 
pouvoir faire pré^rer son repas dès l'arrivée a l'étape, sans être obligé d'attendre 
nés bagages. D'ailleurs, il est prudent, au moins pour le déjeuner, d'avoir un 
repas fruid dans une sacoche accrochée au nianuine, de façon a n'être pas trop h 
la merci des bourjanes dont la marche es! très irréguliëre durant toute la jour- 
née. 

Chargement des bagages. — Les porteurs à Madagascar portent sur 
l'épaule au inoven d'un bambou, soit k deux, soit en balances, difficilement sur 
la lête. Le poias des charges peut donc varier de IS kilos (S pour 1 homme] ii 
50 kilos (i pour 2 hommes). Quelque soit le procédé employé, le poids de 25 
kilos doit être considéré comme un maximum pour les bourjanes de bagages. 

Lea cantines d'ordonnance ou les malles légères en fer-blanc, chargées s 
i'.i kilos et accouplées sous un bambou, sont d'un emploi commode et répandu 
pour les véli'rnents et objets craignant l'eau. 

Les bouteilles de vin, de liquides, peuvent être calées avec dea pûllons dans 
i soubiques qui formeront nne charge e,o balances. 



■..CA>Ot^lc 



-488 - 

— Faire ou laiRMr partir les bagages le 

__ Qi-mâme ail }onr de façon H accomplir HaDs 

la matiDéela plus forti>. pari ie de l'étape q^ni est ordinairnmRnt de 50 ki1omè<r«s. 

Faire une halle d'une heure au moins pour déjeuner, laisser reposer et . 
maDgcr les bourjanes. 

Le soir, dès l'arrivée à l'étape. s'inTormer près du chef de poste ou do village 
du local réservé uiix passagers, prendre connaissance des consignes et renseigne- 
menls du gtte d'éiapcs, s'ily a lien, envoyer le cuisinier ou les bourjanes les 
plus légèrement chargés, au bois, h l'eau et aux vivres frais. 

Préparer le repas du soir et celui du réveil. 

Se raviiailler si le glle possède une gérance d'annexé ou ua commerfaot et 
s'informer du prochain point où l'on pourra reno'iveler ses provisions. 

Se faire rendre compte dans la soirée par le commandeur de l'arrivée des 
bagages, s'il a oublié de le faire, ne pas s'incfuié^er des arrivées tardives, refaire 
les charges gui n'auront pas besoin d'être dpfailes au réveil pour le repas et la 
toilette, indiquer aui bourjanes de lilanzane l'heure de son propre départ, en 
laissant les bourjanes de bagages partir avant, si bon leur semnle. 

Il est avantageux de \oyager par petits groupes de 2 ou 3, mais pas plus 
sous peine de se gêner mutuellement duns les gîtes d'étapes. 

Conduite à tenir Tis-à-vis des bonijanes. — Un convoi d'un voyageur 
avec SCS bagages, une vingtaine de bourjanes en tout, est gédéralement accom- 
pagné d'un commandeur chargé et responsable de la bonne marche des bagages 
seulement. 

Prendre au départ des renseignements sur lui si l'on peut; prendre note, en 
outre, des noms et localités d'origine des bourjanes, surtout si ce D'est pas le 
commandeur qui les a recrutés. 

Le commandeur ne devra rien porter de lourd ou mieux rien du tout. 

Ne pas s'impatienter pendant l'arrimage des bagages, toujniirs très long le 
premier jour, ne pas bousculer les bourjanes et surtout éviter de les frapper: 
ils vous abandonneraient. Mais ces dcfections sont extrêmement rares, surtout 
chez les volontaires; cette corporalioo est assez lionnéte et lorsqu'-in bourjane 
fait défaut pour cause de maladie, le commandeur fait marché et pourvoit lui- 
même au remplacement dans un village de la route. 

Ne pas donner aux boucanes tout le vatsy (à-compte) ^ la fois, mais les 
mettre en mesure de s'approvisionner dans les centres ou dans les villages où 
ils ont coutume de le faire, tous les 2 jours environ. 

Laisser aux bourjanes de bagages la plus grande indépendance et surtnul, si 
on les dépasse en roule, ne pas maintenir les bourjanes de fllanzane derribre 
eux. 

Ne pas s'étonner principalement vers la capitale de voir les bourjanes de 
bagages se f^ire suppléer par des camarades ou même par des femmes et des 
enfants. 

Dès l'arrivée, donner son adresse au commandeur ou la lui faire donner par 
les bourjanes de filanzane, car alors il marche généralement avec les derniers 
liagagcs ; ne pas s'inquiéter d'un relard même de 48 heures dans l'arrivée de 
renx-ci et ne régler détînilivemeut son personnel (filaniaoe et bagages] que 
lorsque tout est au complet. 



îdby Google 



«b, Google 



Echsila su LdAilabb 



D!l':r-!;vG00t^IC 



ITINERAIRE 

DE 

TANAWARIVE 

A 

TAMATAVE 




'.II/ '■' 

fini i I / >, I 

.Vp£yà/ÎÀJVT£ ^1 / 



«b, Google 



DE TllATiTE 1 TAMIlilUTe 



Tout voyageur qiiituat Tamstave doit, par mesure de précaution, se mu- 
nir des vivres suivants pour la durée du trajet (huit jours^: vin, pain biscuité, 
condiments: il prendra, en outre, deux jours de pain stde viande pour atteindre 
Andevorante. 11 trouvera sur la roule de nombreux marfhands européens, 
créoles ou chinois, assez bien approvitiionnés en conserves, en particulier i 
Ivondrona, Ambodisiny. Tampina, Vavony, Andevorante, Msbatsara, Ranoma- 
fana, Beforoaa, Uoramanga, Ankeramadinika. La plupart des villages possédât 
un boucher. 



DE TAHATATE A ANDEVORANTE 



De Tamalave a Andevoraiitc, la roule est absolument plaie et carrossable. 
Un chemin de Ter, dont la construction est commencée, permettra d'aller 
en peu de temps de Tamalave à Ivondro. 

Ce chemin de fer est construit par ta Compagnie Française de Madagascar, 
qui a égalemf ni l'entreprise du percement des pangalanes. En attendant que ce 
percement »oH achevé et permette d'aller en canot i vapeur d'Ivondro b Maba- 
Uara, la Compagnie se propose d'installer prochainement un service provisoire 
de navi^iion sur les lagunes, avec transburdenient des voyageurs et des mar- 
chandises aux trois pangalanes de Tanifotsy, Ampanotomaizina et Andavaka- 
raenarana. 

Ivoadro. — Ce village, situé à 12 kilomètres 100 de T&matave, sur 
rivundrona, possède une cinquantaine de paillotles et 
quelques jolies cases en bois. 
Vil canot il vapeur a été IranspoHé de Tamatave h IvoQ- 
drona. 11 est afTeclÉ au remorquage des pirogues entre 
Ivondrona et Ambodisiny, 
Prix du passage par pirogue pleine remorquée: fr. SO 

pour les troupes. 
Prix du passage par pirogue pleine non remorquée lO*. 75 
Pour les boutjanes dos services adminitratjfs et les bour- 
janes du commei-ce, le prix du passage d'un bourjane 
sans colis est de fr. 20 et avec charge de fr. 30. 
Durée de la traversée: 25 minutes pour les pirogues remor- 
quées et 45 minutes pour les pirogues non remorquées. 
Le personnel du canot à vapeur n'a droit pour le remor- 
quage à aucune rétribution des passagers. 
Poste de gendarmerie. 

Dpui restaurateurs et plusieurs commerçants chinois. 
Cases pour les officiers, les troupes et les bourjanes de 
passage. Ces cases peuvent, aiosl que dans tous les 
postes de la route, être mises Ii la disposition des voya- 
geurs européens qui en font la demande. 



— 490 — 

Ambodigiiiy. -~ 10 kilom'vtres 400. — Quatre-vingls cases sitacieuses. 

Les babitants vivoni du iiroouit de leur p^cbe denn les 

firauds Ihcs, comme d'ailleurs Ias autres habiUnls du 
itloral. 
Petit restaurant. — Quelques di^bitR. 

PoMe de conducleufs sénéealais commandi^ par ud adjudant. 
Ankarefo. — 33 kilomètres. — Village de peu d'importance ; on peut y trouver 

de la viande fraîche. 
Cases pour les officiers, les troupes et les bourjanes de 

passage. 
A 3 kilomètres de Tampina se trouve un pont de 145 mètres, 

ouvert depuis le IS novembre 1896 à la circulation de* 

voilures. 
Tampln*. — U kilomètres 400. — Une trentaine de cases spacieuses. 

A 2 kilomètres SOO, se trouve Tanifolsy. futur point de 

débarquement des remorqueurs venant d'ivondrona, en 

alteadsnt le percemeat d'un canal allant jusqu'à Andevo- 

rante. 
Poste de gendarmerie. 
Cases pour les officiers, les troupes et les bourjanes de 

passage. 
Petit restaurant. 
Andrsnokoditim. — S5 kilomètres 500. ~ Village pauvre. 

Cases pour les officiers, les troupes et les bourjaues de 

passage. 
Aiapanatomatriii*. ~ 68 kilomètres. — un traverse rembouchure de l'Irangy 

sur deux ponts, le premier de 100 mèlres, le deuxième oe 

12S mètres. 
Cases pour les officiers, les troupes et les bourjanes de 

passage. 
V»Tony. — ■'* kilomètres 40U. ~ Bonnes cases, viande fraîche, fpuils. On peut 

aller de ce point à Andavakanienarana par pirogue, 
la. — 80 kilomètres. — Sur la rive droite de llmaso, que 

l'on traverse sur un grand pont de 283 mèlres de 

longueur, inauguré par M. le général Gallieni le 8 septem- 
bre 1896. 
Village assez pauvre, quoique bien «itué. 
Cases pour les ofQcien, les troupes et les bouijanes de 

passage. 
AndsTorkute. — 90 kilomètres. — Grand village. - Bon hOtel ; nombreux 

débitants européens, créoles et chinois, 
f'hefde bataillon, faisant fonctions d'administrateur, 
"ostes de gendarmerie et de conducteurs sénégalais — 

Inllrmerie-ambulance. 
Télégraphe. 

Magasin des services administratif» où les ofUciers de 
99 klL passage peuvent toucher des vivres à titre remboursable. 



XyAHDSVOBANTE A BEPORONA 



L» traversée d'Andevorante à Mabatsara se fait en pirogue. La 
durée du trajet est de 3 h. 1 -2 ou 4 heures. Le prix est de 
2 ft-. 50 par pirogue. 



La traversée étant souvent dangereuse, k cause de la briw 
qui a'étève vers le milieu de la journée, il est nécessaire de 
sombarquer de bonne heure et de ne pas hésiter à 
séjourner a. Andevorante, si les piroguiersfontdesdif^cullés 

- pour se mettre f>ir roule. 

Le passage Rraïuil k boni du remorqueur est autorisé, k 
condition que les bagages soient chargés sur des pirogues. 

La durée de fa traversée est d'une heure avec le remorqueur. 
HftliatiArft. --Sur l'Iuroka, joli village betsiniisaraka qui augmente chaque 
jour d'importance, ^rJice à sa situation fluviale. 

Puint de concentrjlion des approvisionnements destinés 
à la capitale et aux troupes ccheloauées sur- la ligne 
d'é lapes. 

Glle d'étapes. Magasins des services administratirs oii les 
officiers de passage peuvent toucher des vivres k titre 
remboursable. 

Détachement de conducteurs sénégalais commandé par un 
officier. Ce délacliement est chargé d'assurer les transports 
par voitures sur la partie Carrossable do la route. 

Commerce de détail tenu par des Européens et des créoles. 

On trouve dans cette localité du nz, du manioc, de la 
volaille, du bétail. 

Bois de chauffage rare 
Haromby. -- 3 kilomètres 200 de Mahalsara. 

Pont de 30 mètres sur la Haromby. A perdu de son impor- 
tance au profit de Mahatsara. 
BCftlieU. — 4 kilomètres. — Villago qui semble se développer. 

Poni de 40 mètres sur la Muromby qu'on traverse pour la 
2* fois. 
Hasambonitra. — U kilomètres. — A hauteur d'Ambodimangii, à 600" au 
sud de la roule. Assez granit village. Quelques débitants. 

Pont de 40 mètres sur Ta Manambonitra. Poste de gendar- 
merie. 
AmbodimaDga. — tS kilomètres. — Petit village sans importance. 
Santarary. — 27 kilomètres. ~ Village naissant. — Glle d'éUpes. — Magasins 
des services administralifs où les officiers peuvent toucher 
des vivres ft litre remboursable. — Poste de tirailleurs. 
Banomafana. — S7 kilomètres. — Assez grand village à hauteur de Santaravy 
à 800 mètres au sud de la route. 

Source tliermale sulfureuse k un quart d'heure de marcha. 
C'est dans la région comprise entre Raoomafana et la 
Htthela que l'on trouve l'arbre du voyageur [ravioala]. 

Pool de 37 mètres sur la Ranomafana, a 3 kilomètres de Saa- 
taravy. 

Pont de 31 mètres sur la Harara, k 6 kilomètres de Santa- 
ravy. 

Pnnt de SS mètres sur la Marovolo, à7 kilomètres de Santararj, 
Antongombato. — 42 kilomètres 500. — Campement important de travailleurs 
de la roule. 

Pont de 18 mètres sur le Fanako. 
Aiahamamy. — 4S kilomètres. — Quelques cases. 

Andekateka. — 49 kilomètres 500. — Forme deux petits villages séparés par la 
Mahela qu'on traverse h gue. La Mahela est une belle 
rivière profonde, aux crues dangereuses. La route carros- 
sable la traverse à une assez grande distance en aval, dans 
un aile magnifique. Pont de 135 mètres. 



t9i - 

L'a petit village situé à quelque distance, pmod le Dom de 
la rivière, qu'an applique souvent à l'ensemble des deux 
autres et du gué. 
- S9 kilomètres. — Assez grand village. —Caféiers en exploita- 
tioD.— Flore variée. - Cite d'étapes. — Siège de la cbcfferie 
du génie. — Poste de gendarmerie. 
Benandninbo. — 62 kilomètres. — Village assez important. ~ Un commerçant 
européen. — Eu quittant Ampasimbé, on traverse trois fois 
une jolie rivière, le Beaandrambo, et on ne tarde pas à 
entrerdansJabellerorèldiiUadilo.remarquatileparsaraune 
etseseaiii vives. Au moment de franchir l'arête monta- 

Sneuse de la forêt, on peut voir au loin vers l'est, la ligne 
leii&tre de l'Océan Inaicn, et vers l'Ouest, le profil élevé et 
sombre de la grande forêt. 
Hirosero. -~ 69 kilomètres. — Village sans importance. — Pont de 20 mètres sur 

le Harozevo. 
Saluntelo. — 13 kilomètres. —Petit village de quelques cases dans une large 
vallée. 
Les bourjanes y trouvent du riz et dei bananes. 
Pont de 20 mètres sur le Sabantelo. 
Pont de 30 mètres sur la Beforoiia. 
Beforoiut,— 7B kilomètres. — Ce village a i^té en partie détruit en décembre 
1895, pui« reconstruit par les troupes du Corps d'occupation. 
Marché le mai-di et le vendredi. — Ressounies variées. 
Quelques créoles et des Chinois s'y sont établis pour faire 
le commerce de détail. Le village prendra de l'importance 
quand la nouvelle route y arrivera. — Gîte d'étapes. 
Magasins des services administrai ifs, où les ofliciers de pas- 
sage peuvent touctier des vivres à litre remboursable. — 
Ambulance. — Poste et Tdégraphe. — TPmple anglican. — 
Chef-lieu du territoire des Reli^imisBrakas du Sud. — Ecole. 
— Beforona est dans un site assez remarquable entre lu forêt 
de Mudilo et la grande forêt toute proche vers l'Ouest. 
177 UL Malheureusement, les environs sont très marécageux. 



DB BEFORONA A HORAHANGA 



LestravBuxcoDsidérables faits parnos troupes ont transformé 
comptèloment le vaste bourbier qui constituait l'ancien 
sentier des bourjanes. Ce sentirr est remplacé par un che- 
min muletier empierré. 

En quittant Beforona, on franchit un pont de 30 mètres 
sur la Beforona qu'on traverse pour la 2' fois. 

firtce an nouveau tracé, le voyageur n'a plus ii franchir 
le Harolavo que l'on traversait à gué il fois sur un par- 
cours de S kilomètres. 
Irihltrm. — 10 kilomètres de Beforona. — Village sans ressources. 

A un kilomètre d'iriliitra, on entre dans la grande forêt. 
Ambft'nBiMf . — 14 kilomètres. — Dans une clairière, sur un mamelon que le 
chemin laisse à 200 mètres au Sud. 

La plupart des bourjaoea qui viennent de Uoramanga s'arrê- 
tent à Ambavaniasy pour y coucher, de préférence a Befo- 
roDK, oâ la place manque at où la vie est chère. 



..Coogic 



AneTokft. — 30 kilomètres. — Poste de geodarmerie. — Village sans impor- 
tance, détruit, pjis recooatruit en partie par les Chinois 
qui réparaient te ctipmin. Au bord du chemin, de grands 
bangars servent d'abris aux hourjanes. A partir d'Anevoka, 
la grundé forêt s'citagc sur des croupes abniptes et le 
chemin devient difficile. 
On monte jusqu'au col d'Amboasary, limite du territoire civil 
et du cercle militaire dn Moramanga. On redescend ensuite 
dans une assez grande clairière où se trouve le village 
d'Analamazaotra. 
Aiulanusaotn. — 30 kilomètres. — Peu important pour le moment, 30 cases 
environ. — Peu d'htibitanU. — Pas de cullures. — Un 
débilant créole. 
GHe d'étapes. 
Amparafar*. — -U kilomètres. — Près de la rivière Sahantandra. — Village on 

partie détruit. 
AmpMimpotS7. — 43 kilnmâtres. — Village aulrerois très important. A élo 
détruit par les rebelles. Possède aujourd'hui 30 cases envi- 
ron. Peu de ressources. Viande de boucherie. 
AatMbatuka. — 33 kilomètres. — Village d'une vingtaine de cases. — Œufs, 

volailles. 
Horamanga. — 60 kilomètres. — (irand et beau village. Ancien rovaimporlani 
situé il la sortie de ta forél et a l'entrée de la plaine du 
Mangoro. — Nombreuses maisons en briques. 
Cbpr-lii'U du cercle-annexe de Hcramanga, commandé par un 

capitaine. 
Cinq dubitanls, dont dpux Chinois. — Marché tous les jours. 
Station postale et télégraphique. 
Ambulance. — Gîte d'étwpes. 
Magasin-annexe des services administratifs, où les officiers de 

passage peuvent loucher des vivres à titre remboursable. 
Malgré I importance de Moramanga, les passagers ne doivent 

Ras espérer y trouver de boorjanes supplémentaires, dont 
i recrutement est très long et 1res difficile dans tous les 
flST kil. postes de la ligne d'étapes de Beforona à Ankeramadinika. 



DE HORAHAHOA A TAHANARIVE 



En quittant Moramanga, la roule traverse la belle plaine du 
Hangoro jusqu'il Andakana, en passant par le village 
d'AnaranoKobaka brûlé pendant l'insurrection. 
Andakana. — l!t kilomètres de HoramaRga, sur le Mangoro. — Ueux bacs. 

Le passage du Uangorn est gratuit pour tous les ofBcicrs 
et fonctionnaires. Un tarif spécial des prix de passage est 
afllché à l'embarcadère. 

La partie du village située sur la rive droite du flenvo sert 
an logement des passagers. — Un débitant y est installé. 
Poste de gendarmerie. 

Au sortir d'Andakana, la roule contourne le Fody après 

avoir travPEsé Anifimnliplv fit Ainhitilinirrulv nii l'nn tn>. 



r traversé Anjomakely et Ambodinifody, où Ion tra- 
verse le Manambalo sur un pont en bois. La route carros- 
sable en coDstruclion part ou Mangoro eu amont d'Anda- 
kana et suit la vallée du Manambolo-Mandraka jusqu'à 2 
kilomètres à l'ouest d' Anicersmadiniiia. 



AntaataM. — 29 kilomèlres. — Village d'une treataioe de cases, pelil marché. 
Sabotty. — 34 kilomëireK. — Glle d'étapes. Village imporlant, s