(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Annuaire historique universel; ou, Histoire politique pour 1818-61"

Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http: //books. google .com/l 



n,5,t,7rjM,G00glc 



n,5,t,7rjM,G00glc 



n,5,t,7rjM,G00glc 



n,5,t,7rjM,G00glc 



n,5,t,7rjM,G00glc 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



ANNUAIRE 

BISTOIIHHIE UNIVtRSBL 

HISTOIRE POLITIQUE 



n,5,t,7rjM,G00glc 



n,5,t,7rjM,G00glc 



ANNUAIRE 

IISTOIIQDB (ffllTHSIl 
HISTOIRE POLITIQUE 

POUR 1855 

>vee on ^pp^ndice conlenui In Mtea publics, InlUi. notes diplonm- 
liqQes, tableaux statislKiiies, floinciera, admtnâlntifs el Judlciaim, 
docmnenu historiquas olDâels cl non officiels, et un article YùriéU» 
renfermant des chroniques des évéoeroents les plus remarquables, 
des travaux publics, des lettres, des sctences el desarts, et des notices 
tHbOoKraplifqae» et nécrologiques. 

■ ADieft rAR A. FOUQUIER 
C-L LESUR 



PARIS 
LEBRUN ET C", LIBRAIRE 

8, KDE Ml SUBTS rÈKEl, 8 



ri,5,t,7rjM,.G00glc 



n,5,t,7rjM,G00glc 



ANNUAIRE 

vmmm mrnim 

ou 

HISTOIRE POLITIOUE 



POUR 



1855 



Atk dd J^ttndioa contentât tes actes publies, tnIKs. notes dlplomn- 
liqaes, ubieam atatisliqaes, flunciere, admmbtraijft et judiciaires, 
docmnents hialoriqnei offlciels et non officiels, et uo article YariiUi 
renfennut des chnuiiques des évëoements les plus remarqoablcs, 
des tisTsiix publics, des lettres, des sciences et des srts, et des notices 
libGocnpliiquea el Décrologiques. 



■*i»i6* rAK A. FOUQUIER 



C-L. LESUR 



PARIS 

LEBRUN ET C». LIBRAIRE 
8, Kvz DU sitim tikUi, s 



n,5,t,7rjM,G00glc 



H io?e.lS' 



NARVARD COUEGE UKUm 

FHAMFUND 



riis.ti.rj M, Google 



TABLE eroONOIiOGKllffi 

MB 

ÉVÉNEMENTS LÉS PLUS RÉMARQDAbLES 

DE L'ANNÉE I8t(5. 



EebMifM. 691 — » 

11 jnfis, JVmm. '- CMibtt fcwriM 1l*i4 par 

lai lnM|Wi IraafaiM* duM la Maart 

«IfèrfaB, »r l'Oaad-Znbn. 4M — ■ 

IBiaaiirr. Ouim iOrtmt. — kaetmiaB da la 

SardalfoeMlnfUdalOiTHIlItt. M, «M — 13 
IS fnriar. Fram. — Part* Ja 1* Mol* •*• 

(d«rr« {• ff^^Jbmft. 41 — >■! 

I? Ehriar. Owm tPIMmI. — DHiHa 4aa SaatM 

de*Ut Eapaloria. 41 — • 

t wn. Bc^lfw. — Batnile d« «aUM da 

BnmAtxe. 4Sg — . 

1 mr*. &u>>(. — Uori da 8. M. Fan- 

ptrnir Nicvla* f*. «7, iBS — 30, IS7, 3IT 

30 nn. FrmMt. — Rmm dlaCaifar FBa»- 

parair da* traapa WKtvjtu aa 

OneaL J37 — * 

13 Man. Otum tOriêmi. — Oroda MMie dw 

BsMM rapooMéa par rarsia da 

mt^ de SéMtlofol. ttt — > 

»>aft. Aa^Jfae. - Ar^MUalda edrfMtda 

Dadur. «■• — ■ ~ 

» mn. fiaaaaurl. — Vota da l'aale d'at- 

caaadM da aùnUllra Œralad. a71 ■- 9 ' 



jM,Googlc 



VI TABLE CHRONOLOGIQUE. 

9' iTril. Omtrrt J'Oriml, — Second boahaT- 

dennil de Sinttiipal. I» — 

1 3 Mril. Dautmari. — Dtemeïiliao pu Iw 

fit>t»-DDu di tniU relatif ■■■ plaga 
duSoDiI. S79 — 

3t ttrU. France. — Htralqna défoM dn pont 
ds LBjrbariU Séofgal, par lo nrgcnt 
BraBier. 476 -- 

M aTri). FlroKce. — Loi iaïUUanl nna oSéêu de 
d«latilm de Tarnita ei c^afteaal le 
■ode da rtaplaeeaent militaire. 435 — 

39 arril. Eipaç**, — Loi de dtumonîiMnicBl. 65 1 — 

3 mai. Outm A'Oritiii. — Enllrameal de cod- 

tre-approdie* rauei par Taa génjraai 
PilUilar, de Sallaa, BaMJM, de la 
Hottetoage e( RiTst MU Sénatapol. 175 — 
t^t mai. Qtrrt iOrimt. — Orand cooiril de 

gnerre teoo ioai Sttulopol. 135 — 

14 mai. G^em d'OritiU. — Braenalioa de 

Petropaalofiki pw 1m Rouet. 191 — 

19 Mai. OKort iOrimt. — Le islaénX Pélis- 
lier anccède aa gtnéral Canrobert 
dasi le coBmandeaent de l'annie 
fraoçaÎM aoai Stfaitopel. lU ~ 

11 Mai. Oaerrt iOrimit. — EnMnmtat de 
oontre^pprocfcei raaui, par let |^ 
■trau da Sallea, Pué et LovaiHaat 
Bou Strailcifiol. 117 — 

13 mai. Oncrra d'Orintt. — BlpédllÎM d«M la 

mw d-A«>i'. 171 — 

19 mai. ÉlattSardiê, — Loi Ralusi. 634 — 

4 Jais. QmtMtioa tOrittU, — Roptore te 

eanffa«iicea de Tienoe. 100 — 

7 joii. Oatrrt iTOriml. — Priie da !!««»■ 

lon-Tett, de* Oonaiea-Blaoca et de 
l'oevrage dw CarriirM par le* ar- 
nèe* de dige dertot SéTattepal. IIS — 

li jais. Hanovri. — OaTertore de la aiMJon 

dei ChambrM. 540 — 

1 5 Join. Otittre tOrimt. — Echec du ti«npea 

fraafaiiaa tt anflaiiea deraBl Strka- 

t^, 131 — 

14 join QuMtionSOrUta.-'VkaUnài^itA.ti.l 

m fAcUr BiUlabo. 107 — 



jM,Googlc 



TABIJ; CHRONOLOGIQUE 



Frnmet. — Ownnixt de h iiilon 

mlnordiMiie d« Cbuibrw. III, Uï — S8 

ÉlmU iM Sa i atS Uf , — Eicoainui- 



Saxt-a^ml*. — CIHirc lU U MMioa 

MgiiUtiTg. &38 — ■ 

Gttrrt fOrtMl. — BoMbardMMM à» 

StmIxhi. IBS — . 



- Betailb ds U 



SmiI-SMc*. ! 

OimftM eOrim. ~ Vliilc IkiU par 
S. U. Ji IlMHd* la0nad6-BrB- 
UgM à S. H. rBapnwr dw Fru- 
$ui. I 

fr«ac«. — BcbiiflbiTte Mddilla à 

Mtutopol, priM da bMtioa Hais- 
kof par Im ImpM (raafaiiai. 1 

SMpUabn. Omtrr* d'OrUnt, — BracMliaa de 

Stf aatopol per lai Eoea. ] 

iiitfte^xv. Sanin. — OatcrUTa de la tirttiftn 

UfiaUtiire. j 

itttflemhrt.Perlutai,'-- HajoriU du roi don Pe- 
dro T, I 

iTttt»mbn.NétTland«. — Oetniura da la leitiiHi 
UfUlatiTi. 

lOMpInbre. Owm J'Orimt. — Bctec daa Bnau* 
darant Kan. 

UieiHMbniOkfir* d'Orinil. _ CcmiInU beeraui 
da Keashil, Uni par le (iotral 
d'AllooiilU. 

17 Ddobre. Onarr* if Ortmi. — Prias de Ki»- 

■ MTCMbre, Gaetra d'OrUmt,— Paotge de l'ia- 

fOBT par OoMT-Pacha. 
ii aneabre. Frame: — Cldtore da l'EipoeilioD luii- 



jM,Googlc 



TABLE CHRONOLOGIQUE 



31 ■ Wbw. QnmMm tOHtKt. — TraiU coKh 



o<àd«*W«. aa. Ut, MO - 

3t Ba««Bk«. OmÊTf d'Orûnt. — lUddiliM éà 

Km. 307 — 

3«Bin<pbn. Batt. — OaTcrton da U mmîm U^ 

gUlaiite. »47 — 

Ifliinrfliiii Pi»in — Oantlarala laïauioadM 

Chuabn*. MS, Hï - 

e déMBbn. Ptnt. — Baptan dM idXioM diplo- 

mattqMi itm U Onudt-BrattgM. dit — 
ISdécMbn. QwtiiM tfMraf. — UinonaduK 

■ItimloB vtW à Tmm» t^Mm 

l'AotrEdw, Il Fruca «t U Onada- 

39 disMdm- f muM, — Ralmu h Pui* dM rt(i> 

MNUdaCriMit. 313 — 



jM,Googlc 



ANNUAIRE 

HISTORIQUE UNIVERSEL 

POUR 1855 

PREMIÈRE PARTIE 



POLITIQUE GÉNÉRALE 



SitaètiaD génénle, InufoTiutioii da ijilèiiieeiiropAeii, rAle deliFruice; l'il- 
liiDce ingliiu , etreun el iDëcompl«i de l( Ruiiie; cirocUre) de la guerre 
orienltle, fores de l'apJQian en Europe, opériDceg de ptii; que ter* cette 
pu: impreetioni direrw» produite! pir l'innance d'une pieiSulion. — Lei 
rtnikita de 11 latte en Orient; k Rdmib, ton imbilion légitime. — Le monde 
poiïtiqtie aa point de vue dei illiucei nouveltei ; l'Union un^rinine, m ijm- 
petUe) nmei, ion etpcit d'agrewon et de coniiuAlei; U Frince, grandeur de 
Kn rtle, ion hibiletd et u modération, queli pcoGls elle tirera de la lulle; 
Il BuMJe, let deitinéei, ia mlMion véritable ; l'Allenugne, lei hétitationi, rAIe 
de r&ulTÎche, la Prune et u politique rétrograde; l'Orient, ta régénération 
iBlnre, pcrepeclivea d'avenir, le canal de Soei, l'eiprit d'eutrepriae ; la Sar. 
Ugoa, laleur al caneUrea de tan acceiaioD; lei puiratnce» Kandinavei, 
MUtnlilé do Danemark, évolution ifiopathique de la Suéde; la Belgique, la 
Néerliude, l'Espagne, le Portugal; lei Deui-Sicilei, hoitilité patente; la Grèce, 
uconpIiriU arec la Riurie. — L'indurtrie pendant la guerre. L'Erpotilion uni, 
TCnelle de Parîi, progrèiven l'uniim future du genre humain. — Souffrancea 
tt épreuvci , criae alimentaire, force de rtiiitance de la vie induitrielle. — 
L'Amirique et l'Aiie. 

Un fait généra! domine la situation politique nu déliut conimo 
à la fin de cette année si r^nplie : c'est la transformation du 
système européen, le déplacement des forces qui en consti- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



3 POLITIQUE GÉNÉRALE. 

tuaient l'équilibre, la modification profonde des alliances et des 
influences. L'édifice de 1815 a disparu tout à coup, sans qu'une 
révolution générale en ait renversé les assises. La France s'est 
placée à Ja léle d'un système nouveau, conservateur comme 
l'ancien des gouvernemeats établis, mais mieux appropné aux 
conditions nouvelles de la vie européenne. Son alliance intime 
avec TAngleteiTe, son alliance de jour en jour consolidée avec 
l'Autriche, lui ont acquis en quelques mois une prépondérance 
légitime, et l'ensemble nouveau dont elle est le centre intelli- 
gent et actif, a remplacé le menaçant ensemble créé spéciale- 
ment contre elle quarante ans auparavant. 

Le bonheur singulier de cette combinaison nouvelle est sur- 
tout , pour la France , dans ce fait que ce n'est pas elle qui l'a 
provoquée. La transformation àea rapports diplomafiques s'ac- 
complit à son profit, mais en même temps au grand bénéfice 
de la bberté du mande; et d'ailleurs, c'est à l'agression de la 
Russie qu'est db l'ordre nouveau dirigé non pas sans doute 
contre l'empire russe, mais contre son accroissement illégi- 
time. 

L'extrême modération, l'habileté loyale déployées dans toute 
cette affaire d'Orient, sont pour la politique nouvelle un gage 
d'avenir. L'intérêt particulier, l'aveugle esprit de conservation 
n'ont pas cette fois, comme en 181a, prévalu contre les intérêts 
généraux. C'est sans système préconçu, c'est par transitions 
nécessaires, sous l'empire de faits extérieurs, que la France et 
l'Angleterre eu sont arrivées à fonder la politique qui triomphe 
^1 18ââ, et qui, si elle n'a pas encore la sanction d'un traité 
solennel, a au moins celle plus puissante encore de l'opinion 
générale. 

Aux derniers jours de l'année 18S5, on comprend déjà que 
la but de la guerre est atteint. La Russie est vaincue , moins 
encore par les armes que par la coalition des esprits et des in- 
térêts. 

Ces douze mois ont présenté de grands et aussi d'affligeants 
spectacles : deux uations, autrefois rivales, unissant leurs ef- 
forts pour assurer le règne de la paix et de la civilisation dans 
l'Europe; leurs armées luttant d'énergie pour triompher à la 



n,5,t,7rjM,G00glc 



POLITIQITE GÉNÉRALE. S 

fois d'oD ennemi redoutable et d'un climat mortel ; leurs pavil- 
kms dominant sm^ U»i(es les mers et les interdisant à la Hussie; 
et, eaCa, après trois batailles rangées, qui ont été pour la 
France et pour l'Angleterre autantde victoires, Sévastopol tom- 
bant, et sa cfa)ite ouvrant à l'avenir dâS perspectives de paix 
prochaine et de longue prospérité. 

Uais aussi, que de sacrifices, que d'épreuves ! Vainqueurs et 
\-aiDcus garderont longtemps encore les cicatrices de la lutta. 
Ceux-là tuâmes qui n'en étaient que les spectateurs en ont res- 
senti les terribles effets. Que dire de l'agresseur, etquelle n'a 
pas été la punition infligée à son ambition fatale 1 L'emiùre 
nisse, avec ses vaisseaux bloqués ou brûlés da^u ses ports, ses 
côtes ravagées, son commerce anéanti, ses relaticms extérieures 
détruites, a été réduit â la moins glorieuse des résistances, & la 
résistance passive. Depuis la mer d'Azofjusqu'^àla mer Blanche, 
depuis la Baltique jusqu'au Kamtschatka, il s'est laissé empri- 
sonner dans ses ports, et, sur le seul point où il a accepté la 
htte, il a été quatre fois vaincu. Humiliée dans son oi^eil na- 
tional, la Russie a été tristement firappée dans la vie de ses en- 
fants, et c'est par centaines de mille qu'il a fallu compter les 
innocentes victimes de la faute d'un seul homme. Cet homme 
lui-même, tout à l'heure si haut placé parmi les puissants, a 
succombé sous le poids de sa déplorable erreur. 

Évidemment, quoi qu'on en ait dit, l'empereur Nicolas ne 
s'attendait pas à la guerre. U était préparé à une démonstration 
menaçante, formidable contre un ennemi impuissant, mais non 
à lutter contre l'Europe civilisée. Il s'était vu si longtemps, 
airtwit en Allemagne , ^arbitre des souverains et le représea- 
Unt de l'esprit conservateur, qu'il n'avait pu s'imaginer qu'une 
opinion indépendante pftt s'élever contre ses desseins, et qu'il 
était décidé à l'avance à ne voir dans tout obstacle dressé sur 
ses pas, que la révolution elle-même, la révolution détestée 
de toute l'Europe monarchique. L'Angleterre était, selon lui, 
trop occupée de ses intérêts matériels; la France trop divisée, 
trop affaiblie par ses récentes épreuves, trop préoccupée d'une 
expérience nouvelle, pour s'inquiéter d'un pas de plus fait par 
la Rossie vers ta domination du monde oriental. Les deux puis- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



h POLITIQUE GÉNÉRALE. 

sanccs occidentales lui avaient semblé animées l'une contre 
l'aulre d'une trop incurable défiance, d'une trop vieille hosti- 
lité pour qu'une alliance étroite et sincère fQt entre elles je ne 
dis pas durable, mais même possible. 

Ces prévisions trompées, ces espérances déçues, les nides 
leçons d'une guerre injustement provoquée, un grand prestige 
perdu par sa faute, tous ces échecs devaient briser celui qui les 
avait improdemment attirés sur sa tête. 

Nous ne sommes que le compilateur des faits d'aujourd'hui 
pour l'historien de demain ; mais pourrait-on nous interdire de 
marquer, par les paroles mêmes du principal acteur, la mora- 
lité de cette guerreî N'est-ce pas l'empereur Nicolas qui disait, 
le 41 février i8fi3, à sir Hamilton Seymour : a II y a des choses 
que je ne supporterai jamais... Je ne permettrai jamais la re- 
construction d'nn empire byzantin, ni aucune extension de la 
Grèce qui en ferait un État puissant... PlutAt que de me sou- 
mettre à aucune de ces éventualités, je ferais la guerre, et je la 
continuerais aussi longtemps qu'il me resterut un homme et 
un fusil, n 

Prétentions antisociales, antichrétiennes ! Eh quoi 1 la puis- 
sance véritable d'une nation consistc-t-elle dans l'etfacement et 
dans la servitude des autresT Ne saurait-on , quand on est le 
chef d'un grand empire, supporter d'autre prospérité que la 
sienne propre , et le véritable intérêt des peuples n'est-il pas 
plutAt dans leur force légitime d'expansion, dans leur capacité 
'^M'échanges, dans leur influence morale, dans la prospérité 
même de leurs voisins l C'est pour avoir méconnu cette vérité, 
qui est la formule même de la civilisation moderne, que l'em- 
pereur Nicolas , si grand par tant de côtés, est mort justement 
frappé; c'est pour avoir isolé la Russie dans le monde moral, 
qu'il l'a foit échouer misérablement contre l'opinion de l'Eu- 
rope. 

Aus^ a-t-on vu, pour la première fois, une alliance concliio 
entre deux grandes nations, sans but égoïste, sans misérables 
réticences. La haiile moralité de l'entreprise tentée par les 
puissances occidentales a été dans cette déclaration solennelle, 
inviolable, qu'il ne s'agira pas d'une guerre de conquêtes. Un 



n,5,t,7rjM,G00glc 



POLITIQUE GÉNÉRALE. i» 

article formel du traité d'alliance qui unit la France et l'Angle- 
terre, a repoussé expressément tout avantage particulier à tirer 
de cette guerre. H œ pouvait donc pas être question de dé- 
membrer la Russie, mais d'enrayer ses agrandûeementa tUégi- 
liniefi. 

Ce n'a pas plus été une guerre de propagande religieuse ou 
révolutionnaire qu'une guerre de conquêtes. Les puissances 
occidentales se sont attachées k conserver à leurs efforts le ca- 
ractère de nécessité politique, et toutes les tentatives faites par 
le gouveroeiDeot russe pour changer cette guerre en une giieire 
de fanatisme religieux ou de conservation monarchique , n'ont 
en pour résultat que d'inspirer contre lui en Europe de justes 
seotimenls de défiance. 

La moralité du but implique la moralité des moyens. La au- 
périorilé morale des puissances ocddentales a éclaté dans leur 
unduite diplomatique, comme leur supériorité matérielle sur 
le champ de bataille. De ce côté encore la Russie s'est trompée 
d'heure. Elle a cm qu'en plein xix* siècle la ruse pouvait en- 
core être habile, et cette habileté, qui autrefois eût été féconde 
en triomphes, n'a fait que ta discréditer. 

De jour en jour, malgré ses faux-fuyants éternels, malgré 
soQ habile tactique , la Russie a senti se resserrer autour d'elle 
le cercle de l'opinion et des résistances. Elle a , dès l'abord , 
donné son adhésion à la note de Vienne, au protocote du 
9 avril; elle a évacué ensuite les Principautés danubiennes, 
eUe a accepté les garanties du 8 noftt : quelque souplesse 
qu'elle ait déployée à expliquer ses concessions, à annuler ses 
promesses, le fait irrévocable de son adhésion première aux 
c(»iditions de U paix pèsera désormais sur sa conduite et 
dominera sa situation. Vient le traité du i décembre qui établit 
et précise l'entente entre les trois puissances alliées , et si ce 
traité n'engendre pas immédiatement toutes ses conséquences 
pratiques, il ne tes porte pas moins en germe. Dès ce jour, il 
pslbien entendu par la Russie ellc-mé.me que les traités anté- 
rieurs sont anéantis, que son protectorat sur les Principautés 
est alxtli en droit et en fait , que sa puissance sans contre- 
pnds dans la mer Noire est une menace pour l'empire otto- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



• POLItlQUE GËNfiRÀLË. 

maa. L'aBcsendant de l'Europe l'a emporté , l'avenir est assuré . 

Le reste n'est plus qu'une question de temps et de forme. 

SévBstopol, derenu par les longues pâipéties de la lutte 
une sorte de symbole de la puissance russe en Orient , Sévas- 
topol est tombé. Ce grand événement ne pouvait s'accomplir 
sons que le prestige de la puissance militaire des Russes ne 
reçût un coup décisif. Mus sa chute ne pouvait être le signal 
d'un immédiat et humiliant abandon de toute résistance par le 
gouvernement d'un grand empire. L'Allemagne elle-même , si 
longtemps cachée dans la pénombre de la Rusne , ne pouvait , 
à la pr^nière nouvelle de ce fait d'armes, en mesurer, en 
accepter les conséquences, et faire ce qui lui répugnait si fort, 
prendre un parti. Le fait brutal du succès n'eût fait que forcer 
les consoienoee : la patiente loyauté des puissances occidentales 
8 conquis l'opiotOD. 

< C'est toujours l'opinion qui remporte la dernière victoire d, 
a dit Napoléon Ul à l'Europe rassemblée à Paris pour les fSles 
pacifiques de l'Exposition universelle. Et cet appel à l'opinion 
a été entendu, elle s'est émue enfin, là même oii on avait le 
mieux réus» jusque-là à la comprimer! L'Autriche a donné 
enfin une allure énergique à son intervention ; la Suède a écrit 
dans le traité du 21 novembre ses méiîances légitimes , et pré- 
paré son accession future à la ligue armée de l'Europe ; les 
puissances second^res de l'Allemagne, s'emparant habilement 
de l'Influence que les deux grands Ëtats germaniques avaient 
trop longtemps abandonnée dans leurs dissensions jalousés, 
ont apporté dans ce congrès moral l'autorité d'intérêts et de 
besoins nombreux , identiques ; la Prusse elle-même, la Prusse, 
s'est sentie entraînée, et, par peur d'un avenir plus difficile 
encore, a pesé sur la Russie du poids de ses instances tardives. 
A demi vaincue par la guerre, la Russie a été définitivement 
vaincue par l'opinion. 

Que sera la paix , si la Russie cède enfin à la pression de 
l'opinion européenneî Que sera la guerre, fii elle s'obsline 
dans ïes prétentions? L'instinct général pressent que la poli- 
tique moderne est placée au bord d'une situation nouvelle. Si 
la guerre ee prolonge, elle s'agrandira, inévitablement, elle 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



POUTIQtlE GÉNÉRALE. 7 

changav de caractère en s'étendant. Si la pan est oonelae, il 
faot qu'eUe soit pour longtemps déflDitive, et qu'elle transforme 
les conditions vitales de plus d'un pays. 

Ce qu'on peut espérer au moins de ces luttes ^gantesques, 
de ces négociaticHis laborieuses, c'est une fixatitm noaveUe et 
pour longtemps arrêtée des destinées de l'Europe; c'est l'équi- 
lilm da monde occidental rétabli sur des bases plus solides : 
c'est la sécurité de l'Occident préludant à une régénération et 
à une «filisation définitives dn monde orienta), A ce point de 
me élevé , la guerre d'Orient n'est jAu» un différend vulgaini 
né entre certaîDs peuples, entre certains amours-propres ou 
certuns totéréta. 

L'anmMice des préliminaires de paix, qui clôt l'histoire poU- 
tiqne de l'année , a trouvé l'Europe déâonte et cependant 
ardemment éprise de la paix. L'Angleterre seule a semblé un 
moment surprise et désappointée, tandis que la France accœil- 
lait avec une joie sincère l'annonce d'un' congrès paciflquo. 
Ces impressions différentes correspondaient exactement ti l'at- 
titude des denx puissances pendant toute la durée de la lutta. 
La France s'était montrée constamment la grande nation mili- 
laire, mais elle n'avait pas été belliqueuse; l'Angleterre avùt 
Ut la guerre avec passion, sans se montrer un seul instant 
militaire. Il y avait même eu, dans l'opinion publique en 
France, plus d'indifférence et presque plus d'aversion que de 
goût pour la guerre ; et cependant la nation française s'était 
associée avec enthousiasme aux actes héroïques de son armée. 
D lui avait plu de ne pas se sentir dégénérée, mais elle avait 
hUe de rentrer dans les calmes sentiers d'une {n^spérité paci- 
Gqne. 

L'Angleterre , au contraire , avait à cœur de réparer ses pre- 
miers échecs ; les premiers moments de le lutte l'avaient trou- 
vée mal préparée, et son orgjeil avait souffert comme son 
cœur avait saigné de désastres dus à une administretioD tour- 
née tout entière vers les choses de la paix. Le peuple anglais, 
gnidé par son grand bon sens pratique , avait compris combien 
de réformes urgentes il avait à opérer, et voilà qu'au moment 
oii ces réfwmes allaient s'accomplir, au jnoment où une révo- 



jM,Googlc 



s POLITIQUE GÉNÉRALE. 

lution profonde et salutaire allait modifier son système mili- 
taire impuissant et vieilli, au moment, enGo, oii il allait se 
présenter au combat avec des forces telles que jamais il 
n'en avait déployé , la paix paraissait devoir bientôt enrayer 
ses réformes, et rendre inutiles ses gigantesques et coûteux 
efforts. 

C'est pour cela, qu'à l'heure même ot l'Europe entière 
applaudit aux espérances d'un accord paci6que, le parti de la 
guerre parle haut et presque seul dans les journaux et les 
meetings de la Grande-Bretagne. 

Le parti de la paix n'est encore et ne peut être, en Angleterre, 
qu'un parti isolé, philosophique, composé de quelques indivi 
dualités honnClfs ou intelligentes, un peu absolues, un peu chi 
mériques, ou de quelques hommes politiques voués à l'opposi 
tioii quand même, 

. Le parti de la guerre est composé de la grande majorité de 
la nation, surtout de la classe qui a le plus d'intérêt à la conti- 
nuation de la lutte; car, en Angleterre, il faut toujours cher- 
cher un intérêt sous une opinion. Or, cette classe intéressée k 
la guerre, c'est la bourgeoisie industrielle et commerciale, qui 
sent par l'expérience des deux dernières années combien les 
révélations suscitées par liv crise d'Orient ont fait pour son 
affranchissement social. 

D'ailleurs, si la guerre a été pour les classes inférieures un 
instrument puissant d'égalité, elle n'aura pas été non plus in- 
fructueuse pour le commerce de la Grande-Bretagne. L'esprit 
anglais sait admirablement tirer parti des circonstances, et le 
commerce britannique en Orient a pris en quelque temps une 
extension considérabli<. Qu'à cela on ajoute ses espérances con- 
çues au profit de l'intérêt particulier, si important, qu'a l'An- 
gleterre, dans la question orientale, c'est-à-dire celui qui tou- 
che à l'Asie et aux Indes, que l'on pense que rien n'a été fait 
encore de ce rAté qui puisse contenir ou même affaiblir 
l'influence de la Russie, et on oomprendra sans peine que la 
perspective d'une nouvelle campagne n'effraie pas l'opinion 
britannique. 

Mais les iatéréls égoïstes ne trouveraient pas d'écbo eu 



n,5,t,7rjM,G00glc 



POUnOUE GÉNÉRALE. !> 

Europe. Une senle question était de misé : la Rurae voolait- 
elle sincèrement In paix? 

La diplomatie russe comptait-elle encore sur son habileté 
traditionnelle pour reprendre en détail, dans un nouveau con- 
bTès , les concessions que lui avait arrachées l'opinion de l'Ëu- 
ropeî C'eût été méconnaître cette nonvelle puissance qui s'élève 
au-dessus des gouvernements, qui pèse plus que les armées et 
qui condamnerait sans appel le monarque assez imprudent 
pour se jouer ainsi de la vie , du repos , de la fortune de 
loas. 

Il fallait croire aussi que les puissances occidentales, de leur 
côté, sauraient se tenir dans les justes limites de leur droit et 
de l'intérêt général, n'exiger que ce que demanderaient la raison 
et la justice pour l'accomplissement de l'œuvre qu'elles ont en- 
treprise et ne pas méconnaître dans des vues égoïstes le vrai 
bal de la guerre dans le développement des propositions formu- 
lées et acceptées. 

Le but de la guerre, on ne le perdrait pas de vue sans doute, 
c'était et c'était seulement d'enlever k la Russie toute puissance 
agressive directe ou indirecte contre l'empire ottoman : ce se- 
rait là aussi le but de la paix. On se garderait bien d'aller au 
delà, d'obéir à de misérables rancunes ou de satisfaire des 
ambitions déguisées; on ne ferait pas descendre la politique 
occidentale de ia sphère élevée oii l'avaient placée ses instinct^ 
généreux, et on éviterait de compromettre le sort des négo- 
ciations futures. Désarmer la Russie, ce ne serait pas la dimi- 
nuer. 

En résumant par la pensée les résultats de cette guerre, on 
peut se demander si ia Russie n'aurait pas h s'applaudir, comme 
le reste de l'Europe, d'une conclusioa pacifique. Combien ne 
lui a pas coûté là tentative imprudente faite par l'Empereur 
NicolRs ! Ses armées ont envalii tes Principautés, mais elles ont 
été battues par tes Turcs, elles ont échoué devant une bicoque 
et elles ont dïl repasser le Pruth aprèâ des peites énormes. La 
campagne de Crimée une fois commencée, elles ont été vain- 
cues à l'Aima, vaincues à Balaclava, vauicues à Inkermano, 
vaincues à Eupatoria, vaincues à la Tchemala. Sévastopol leur 



n,5,t,7rjM,G00glc 



10 POLITIQUE GÉNÉRALE. 

s été arraché. Une Hotte ruBse a ^sparu dans les eaux, l'autre 
s'est cachée, impuissante, derrière des remparts de granit. La 
mer Noire et la mer d'Az'of ne lui appartiemient plus, elle a 
dû se retirer de la mer Baltique. Bomarsund a été rasé par nos 
soldats et les canons de Sveaborg n'ont pu protéger ses chan- 
tiers, ses arsenaux et ses magasins. Dans l'Océan Pacifique, il 
lui a fallu évacuer Petropaulovski. Dans l'Asie, elle a perdu 
toute la ligne fortifiée de la mer Noire et, à elle a battu en di- 
verses rencontres les troupes indisciplinées du Sultan, elle a 
été vaincue à l'Ingour, vaincue h Kars, dont les murailles ne sont 
tombées que devant la famine. 

Plus que toute autre puissance, la Russie s'est vue atteinte 
par la guerre dans son commerce et dans ses finances. Ses po- 
pulations <Hit cruellement payé l'ambition impatiente d'un Tsar 
et l'opiniâtreté dans une faute. 

Pourquoi donc la Busne n'accepterait-elle pas sincèrement, 
au moins dans le présent^une paix qui lui épargne des malheurs 
plus complets encore! Si elle réserve l'avenir, si elle cède 
pour recommencer la lutte à son heure, au moins peut-on pen- 
ser qn'il lui faudra de longues années do civilisation et de 
prospérité avant de se sentir prête de nouveau pour une lutte 
dont elle connaît aujourd'hui les difScultés. Et qui sait ce 
qu'elle n'a pas à gagner, ce que l'Europe ne gagnera pas elle- 
même ii cette initiation forcée de la Russie aux ressources de 
la civilisation moderne T Nul ne peut être intéressé en Europe 
à l'abaissement de la Russie, nul ne peut redouter sa grandeur 
légitime. 

L'ambition de la Russie une fois contenue, le monde oriental 
sauvé et rajeuni, ouvert à la civilisation européenne, que ne 
pourraitron pas attendre de l'accord énei^ique de deux grandes 
nations rivalisant d'efforts pour assurer au monde les bienfaits 
. de la paix et de la liberté ? Quelle admirable compagnie d'assu- 
rances pour la prospérité du genre humain ! Et combien, d'ail- 
leurs, ces deux nations qui marchaient jusqu'alors, isolées dans 
leurs voies, à la tête de la civilisation générale, n'aïu-aient-^ 
elles pas à gagner chacune par l'exemple et la pratique de 
l'autre ! 



n,5,t,7rjM,G00glc 



POLITIQUE GÉNÉRALE. 11 

Le caractère de cette alliance de la France et de l'Angleterre 
est essentiellement libéral et civilisateur, et c'est là peut-être 
ce gni en assure la durée. Née de la nécessité de résister anx 
empiétements de la Russie, elle restera sans doute comme une 
barrière opposée à toutes les usurpations. La nation dont le ca- 
nctère entreprenant, dont l'avidité inquiète et déjà immorale, 
menace l'avenir du monde occidental au moins autant que la 
politique des Tsars , l'Union américaine a compris instincli- 
vement l'espèce de solidarité établie entre elle et la Russie 
par la conformité des Tocattons et des appétits. De là ces sym- 
pathies hautement avouées de la république américaine pour 
l'empire despotique. Le rôle commun de l'Angleterre et de la 
France ne sera donc pas fini avec la guerre présente. 

En effet, quelle qu'ait été l'importance de sa posititm en 
Europe pendant la guerre d'Orient, l'Union américaine n'en a 
pas moins été d'intention l'alliée de la Russie. 

Cette disposition de l'esprit public aux États-Unis s'était déjîi 
trabie, en i8i)4, d'une façon assez mal déguisée, par un essai 
de ligue neutre. Mais ces efforts n'avaient guère abouti qu'à 
l'adhé^on intéressée de la Russie, et, d'ailleurs, cette ma- 
nœuvre peu bienveillante de la politique américaine avait le 
désavantage de venir après les déclarations libérales de la 
France et de l'Angleterre en matière de commerce des neutres 
et de franchise de pavillon. 

Cette année , les antipathies américaines se sont révélées 
par des symptdmes plus inquiétants , par des susceptibilités 
exagérées à l'égard de l'Angleterre. L'irritJilion , sans moUfs 
légitimes , a été tout entière du câté de la république améri- 
caine; mais, malgré des aigreurs de langage, malgré des me- 
naces malséantes , il n'est résulté de ces rapports difficiles 
aucune difficulté bien sérieuse. 

Toutes les fanfaronnades, toutes les violences qu'on se permet 
rolomiers aux États-Unis ne sauraient dissimuler à l'Europe 
l'extrême infériorité qu'aurait l'Union américaine dans une 
lotte aussi regrettable que celle qu'elle se montre disposée à 
eng^er. Sans doute le coton des États-Unis est indispensable 
à l'Ajogleterre , mus le marché de l'Angleterre n'est pas moins 



n,5,t,7rjM,G00glc 



13 POLITIQUE GÉNÉRALE. 

iodispensable aui Étal5-Unis. Les intérêts des deux nations 
sont réciproques et sotid^res. Et d'ailleurs quelle serait la 
durée de la résistance de l'Amérique à une attaque sérieuse de 
la Grande-Bretagne T Où est la mariae mililwre de i'UaioD 
américaine 1 Où sont ses ports fortifiés t Où est son armée ré- 
gulière? Car ici les milices indisciplinées qui ont eu si facile- 
ment raison du Mexique seraieut singulièrement insuffisantes. 
Une faiblesse aussi palpable devrait au moins inspirer la 
modération du langage et de la conduite. 

Au reste , la situation intérieure des États-Ums ne justifierait 
pas , à ce qu'il semble , des prétentions sérieuses à l'ingérence 
dans les affaires européennes. 

Jamais , peut-être , les partis n'ont été plus divisés aux États- 
Unis, jamais les passions ne s'y sont montrées plus ardentes. 
Abolitionistes et partisans de l'esclavage ; hommes du sud et 
hommes du nord; Irlandais et Allemands d'un c6lé, Améri- 
cains de l'autre; catholiques et prolestants, amis de la vieille 
et féconde tolérance et fanatiques intolérants de patrie et de 
religion : tous ces partis s'y mesurent avec de sombres dé- 
fiances, avec des haines mal contenues. Est-ce bien le moment, 
pour les États-Unis , de jeter le défi à l'Europe , et une guerre 
ne serait-elle pas pour l'Union le signal d'une dissolution pro- 
chaine? 

Continuons, pour chaque nation en particulier, cette revue 
des situations créées par la transformation inattendue de la 
vieille question d'Orient. 

Notre pays, nous l'avons dit d'une manière générale, est 
celui qui aura le plus gagné au déplacement des influences po- 
htiqucs. 

Le spectacle offert , cette année , par la France , n'est certes 
pas sans grandeur. En Crimée, c'est l'héroïsme militaire, à 
Paris , c'est l'éclat des travaux de la paix : deux rôles qui se 
relèvent et se glorifient l'un par l'autre; double aptitude qui 
montre notre pays fait pour toutes les grandeiu^. 

Ce n'est plus aujourd'hui une phrase banale et mensongère 
que de dire que la France a regagné parmi les nations la place 
qu'elle occupait mix plus beaux jours de son histoire. Si à l'in- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



POUTIQUE GÉNÉRALE. 13 

lérieur règne le calme profond qtii nivimime l'autorité încon- 
leslée, ce n'est plas peut-être , conune aux premiers jours de 
l'empire nouveau, le calme de la lassitude ou du décourage- 
ment. 

Q serait iajusti! de méconnaître la noblesse du rAle pris par 
la Fïance dans toute cette affaire d'Orient. Dès les premiers 
jours, c'est le gouvernement de Napoléon III qui, le premier, 
recondatt la portée de la querelle faite à la Turquie à propos 
des concessions accordées aux Latins de Terre-Sainte. La di- 
pkHnatie française , en réglant prudemment et rapidement ce 
procËs y force le cabinet de Saint-Pétersbourg à démasquer sa 
pensée véritable. Elle appelle la lumière sur les desseins secrets 
du Tsar, et les nations averties commencent à comprendre que 
la souveraineté même du Sultan est en jeu sous ce prétexte. 

A partir de ce moment , l'initiative française est constam- 
ment employée à éclairer le monde occidental sur son intérêt 
vcrilable , sur les dangers de l'indifférence. 

L'Angleterre, un moment trompée par les apparences reli- 
gieuses du débat, sent enfin de quelle importance il est pour 
elle d'arrêter â temps cette ambition menaçante. Les deux 
grands peuples qui représentent la civilisation de l'Occident 
s'unissent dans une féconde alliance. 

Cest l'Autriche qui comprend ensuite quel avenir lui réserve 
l'extension indéfinie d'un empire slave. La Pnisse elle-même , 
avec moins de décision toutefois et moins de sincérité peut- 
être , se place avec l'Autriche dans la solidarité des intérêts 
défendus par la France et par l'Angleterre. Mais les deux 
{jrandes puissances allemandes hésitent à se déclarer : les liens 
de déférence et de confiance qui les retiennent attachées à la 
puissance que l'Europe monarchique considérait jusqu'alors 
comme le palladium de l'autorité , ne sauraient être rompus à 
la l^ère. Il faut rassurer les gouvernements habitués à voir 
dans la France le foyer toujours ardent des révolutions et des 
conquêtes. Aussi, en ouvTsnt la session législative de 1854, 
fempereur déclare-t-îl que a la France ne tire désormais l'épée 
que û elle y est contrainte... qu'elle n'a aucune idée d'agran- 
dissement... qu'elle veut uniquement résister k des empiète- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



U POLITIQnE GËNËRALE. 

luents dangereux... que le temps des conquêtes est passé sans 
retour, et que ce n'est pas en reculant les limites de son terri- 
toire qu'une nation peut désormais être honorée et puissante , 
mais en se mettant à la tête des idées généreuses , en faisant 
prévaloir partout l'empire du droit et de la justice. » 

A cette déclaration qui fera date dans l'histoire du monde 
moderne, la France donne comme corollaire ces quatre condi- 
tions générales dé la paix future dont les formules , après tant 
de sacrifices et de victoires importantes, impliciuaieot tant de 
patience et de modération. 

Mais l'Autriche, qui s'était empressée de féliciter la France 
à la nouvelle anticipée de la prise de Sévastopol, a senti se 
refroidir ses sympathies à mesure qu'augmentaient les dilB- 
cultés et les épreuves pour les deux armées qui joudent en 
Crimée la partie de l'Europe. Elle insiste donc, même après 
l'Aima et Inkermann, même après l'aveu d'impuissance ma- 
ritime fait par la Russie, pour que les puissances occiden- 
tales n'exigent pas plus qu'au début de la guerre. L'intérêt 
d'une alliance telle que celle de l'Autriche l'emporte sur le 
droit acquis désormais à de légitimes exigences. Le traité du 
3 décembre est le résultat de cette politique iuspb'ée par la 
France. 

En somme , U guerre d'Orient a été honorable et profitable 
pour la France : guerre politique et conservatrice , elle a rompu 
ce pacte mystérieux que la France semblait avoir conclu avec 
l'esprit révolutionnaire; guerre d'influeoce, elle lui a permis 
de reprendre sa place d'honneur à la tête des nations. Les 
succès remportés par notre armée et par notre marine lui ont 
valu l'estime qui s'attache à la force homiête, au courage 
désintéressé. 

Et ce rfile si vaillamment accepte , à habilement et si hon- 
nêtement joué, la France a pu le garder au milieu de diflî- 
cullés intérieures qui eussent , en d'autres temps , sufft à l'ab- 
sorber tout entière , qui eussent peut-être déchiré son sein. 
Une crise alimentaire qui se prolonge jusqu'aux derniers jours 
de 1855 n'a pu neutraliser son action extérieure et a à peine 
réussi à arrêter l'élan de la fffospérite privée. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



POLITIQUE GÉNÉRALE. 16 

A r«]tre pAle politique , la Rusâe , quoi qu'il amve du con- 
gru qui va s'ouvrir, aura perdu l'avantage de la haute posi- 
tion que Jui avaient faite les traitéa de 1815 et de 1841. Elle 
aura perdu aussi (mais est-ce bien pour elle un mai véritable) 
les avantages et les inconvéaients du mystère calculé qui eo- 
tourait jusque-là ses ressources et sa puissance. Elle est appa- 
rue plus et moins grande qu£ ne se la représentaient la terreur, 
l'amour ou le mépris des nations. Chaque incident de cette 
guerre a âxé les idées du monde à son égard, et la Russie ne 
saurait perdre à laisser pénétrer dans son sein la lumière. Oa 
l'avait crue d'abord irrésistible, on la crut ensuite impuissante, 
et la vérité s'est trouvée entre ces deux opinions. Du même 
pour ce Sévastopol qui est devenu à juste titr« le type de la 
puissance russe dans la mer Noire : tantàl on a cru qu'il y 
avait folie à l'attaquer, tantût on s'est étonné de n'avoir pas 
vu tomber ses murailles au premier cboc. On s'est plaint des 
longueurs de la résistance. Mais quoi ! espérait-on que la Rus- 
sie ne fût que du ventt Mais alors ou se serait effrayé d'un 
fantAme. Chaque jour passé devant cette forteresse inouïe , 
chaque bataille de géants livrée sous ses murs ont prouvé qu'on 
avait vu juste et qu'il était temps d'aviser. 

Si grande qu'elle ait été dans sa défaite , la Russie a compris 
ce qui lui manque. Son jeune et intelligent empereur a vu com- 
bien est défectueuse l'organisation militaire de l'empire. Le jeune 
et énergique grand-duc qui est placé à la tête de ses institu- 
tions navales a reconnu avec douleur qu'il manque à son pays 
l'élément nouveau, caractéristique de la guerre moderne, l'al- 
liance des forces navales mues par la vapeur et des forces de terre. 

Hais ce qui manque plus encore h la Rus^ , et ceux qui 
veillent à ses desUséee l'ont compris, c'est la civilisation. Ce 
prodigieux empire n'a encore participé que par l'élite de sa 
population à ce mouvement de fusion , à ce lenl travail d'am^- 
gamation que les moyens de communication plus rajude, que 
le commerce plus libre opèrent eu Europe. De h l'iBolement 
moral de la Russie. Elle est restée en dehors d'un mouvement 
continu , irrésistible pour les autres peuples : elle a gardé les 
habitudes, la politique, l'esprit d'hier, et hier est si loin d'aujour- 



n,g,t,7rJM,GOOglC 



16 POLITIQUE GÉNÉRALE. 

d'hai ! Elle n'a connu encore, elle n'a accepté de la civilisation 
que les instruments de force oppressive et compressive : il lui 
laut aujourd'hui essayer des instruments de force expansive et 
vivifiante. Le Tsar Alexandre II semble l'avoir compris : suffira- 
t-ii à cette t&ùhe de régénération? 

Quoi qu'il arrive, n'oublions pas la grandeur du rdle destiné 
à la Russie et les services qu'elle a rendus à la civilisation fé- 
nérale, comme aussi ceux qu'elle est appelée à lui rendre en- 
core. Combien de peuples sauvages n'attire-t-elle pas invinci- 
blement à la vie morale I Sibériens du nord et du midi, Tartares, 
Samoyèdes, Chinois, Caucasiens. Nous ne connaissons encore 
bien la Russie que par sa face européenne, et, de ce cAtc, nous 
n'avons éprouvé pour elle que craintes et défiances. Mais, si 
elle s'est mcmtrée barbare et intolérante en Pologne, pour com- 
bien de peuplades gagnées par elle au chnstianisme n'a-t-clle 
pas été im instrument d'humanité et de tolérance ! 

Que l'ambition soit souvent son mobile, on ne saurait le nier. 
Mais c'est A un sentiment providentiel et légitime, quand il ne 
dépasse pas toute mesure. Ainsi, vers la Clïine, sur les bords 
de l'Amour, une pensée persévérante la pousse incessamment 
à des accroissements nouveaux, et l'intérêt parIJculier de l'An- 
gleterre la surveille de ce c6té avec une impuissante jalousie. 
Mais qu'y faireT Et d'ailleurs l'intérêt britannique est-il bien ici 
d'accord avec l'intérêt général? 

Il faut, quand on parle de la Russie, regarder au-dessus et 
au delà de cette crise d'un moment, qui n'est qu'un épisode. 
La Rusùe recommencera, ou si l'on veut, continuera ses efforts 
d'expanùon. Cela est inévitable et c'est sa voie naturelle. Que 
rOcâdent reste uni contre des empiétements qui compromet- 
traient sa pux et sa liberté, c'est son droit,* mais le droit de la 
Russie est de vivre et de s'étendre. Plaise à Dieu qu'elle n'ait 
pas la triste pensée d'attendre une occasion nouvelle de tenter 
une fois de plus l'expérience qui lui a si mal réussi ! Moins in- 
telligente, elle compterait, pour l'accomplissement de ses désirs 
illégitimes, sur la mobilité des hommes et des choses dans cet 
Occident aujourd'hui fortement uni contre elle : elle compterait 
sur cette force immense, le temps. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



POLITIQCE GÉNÉRALE. 17 

Mais plutât qu'elle ail foi daari son avenir Iionnélement réa- 
lisable, qu'elle s'assure cette puissance dont, à lort, on la croit 
incapable, l'unité dans la variété ; qu'elle accepte franchement 
les conditions nouvelles de la vie européenne, et elle n'aura pas 
à regretter son partage. 

Après la France, la nation qui pourrait gagner au déplace- 
ment de l'équilibre général la place la plus importante, ce se- 
rait sans contredit ta nation allemande. Mais, malheureusement, 
s'il y a une Confédération germanique, il n'y a pas encore d'Al- 
lemagne. Il y aune Autriche et une Prusse jalouses et divisées, 
il y a des puissances germaniques de second ordre, impuis- 
santes et défiantes. Ni les unes ni les autres n'ont compris suf- 
fisamment quelle valeur leur eût donnée l'iniiialive énergique, 
l'indépendance hautement réclamée. 

On sait les irrésolutions de la puissance la plus hardie, de 
l'Autriche. 

Un an à peu près s'est écoulé depuis la »gnature du traité 
du 2 décembre, et l'Autriche, qui s'est engagée à délibérer de 
concert avec la France et l'Angleterre « sur les moyens effi- 
caces pour obfainir l'objet de celte alliance, > n'a rien fait en- 
core. Toute son intervention militaire s'est bornée à l'occupa- 
tion des Pnocipautés, accomplie dans des conditions qui ont 
pu faire, bien qu'à tort sans doute, suspt'cter ses intentions, et 
qui ont pu donner le change sur ses sympathies véritables. 

Mécontente d'elle-même et de tous, la Prusse, au lieu'de 
choisir un rôle viril dans ce grave conflit, a dépensé son activité 
dans des chicanes sans grandeur et saus portée, dans des ja- 
lousies stériles, et il lui est arrivé le malheur de diminuer peu à 
peu l'autorité de ses actes et de ses paroles, de perdre sa place 
dans des négociations qui intéressent l'Europe tout entière. 
Ftéduire riuaction en système n'est pas le bon moyen de comp- 
ter au rang des grandes puissances. 

On comprend mieux le râle joué jusqu'au dernier moment 
par la Prusse, lorsqu'on suit du regard dans ce pays les efforts 
iocessants du parti rétrograde pour effacer toute trace de la ré- 
volution de 1 8'i8. Le parti de la Croix ne poursuit pas le retour 
des institutions féodales comme un paradoxe philosophique : 

S 



n,5,t,7rjM,G00glc 



18 POtlTIQUE GÉNÉRALE. 

c'est nue véritable lutte qu'il engage contre l'esprit moderne 
tout entier. Il ne s'en prend pas seulement aux doctrines menar 
çantes de la démagogie et du socialisme, il s'atlaquemëme 
aux plus précieuses conquêtes de la civilisatiou, à Tégalité po- 
litique et civile, à la liberté de conscience ; il veut reconstituer 
la propriété Toncière dans les conditions féodales du moyen fige. 

Comment s'étonner, en présence d'aspiriitions semblables, 
que le parti de la Croix soit en même temps le parti russe, qu'il 
cherche dans l'empire attardé des Tsars un modèle et comme 
un type de l'absolutjsme qu'il rêve et qu'il appelle, qu'il soit 
pi-êt enfin à sacrifier la dignité nationale et les inléiCls de la 
patrie prussienne à la satisfaction de son utopie monarchique. 

Ce n'est qu'au dernier moment, sous la pression d'une opi- 
nion générale et peut-être par le pressentiment de dangers 
graves pour ies situations établies en Europe, que l'Aulriclio, la 
Pnis.se et les États secondaires de la Gonftidération germanique 
se sont entin décidés fi faire entendre à Saint-Pétersbourg des 
conseils' qui, donnés plus tôt et avec quelque fermeté, eussent 
suffi à détourner de l'Europe les malheurs de la guerre. Mais, 
en ce moment encore, l'Autriche a su prendre le premier rang 
et s'assurer une place honorable dans les futures conférences : 
la Prusse n'a pas trouvé en elle-même assez de ressort pour 
une conduite décidée, et sa participation, si elle doit avoir lieu, 
au règlemimt des afiaires générales, ne pourra être que tardive 
et second we. 

Venons au principal intéressé dans cette grande afTatre, k 
l'empire ottoman. 

Sauvé par les armes de l'Occident, l'Orient turc n'en attend 
pas moins encore cette régénération que beaucoup désirent, 
que quelques-uns n'osent espérer. La tête de l'empire est ra- 
jeunie, le corps et les membres sontencore en proie à la décré- 
pitude. Les principes de la civilisation sont acceptés , mais l'ap- 
plication est difficile. L'autonomie du gouvernement turc sem- 
ble souvent aussi compromise par les amitiés imprudentes que 
par tes inimitiés perfides. Là aussi l'accord toyat de la France 
et de l'Angleterre peut seul garantir le triomphe détinitif de la 
civilisation moderne. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



POLtTIQlIE GÉNÉRALE. 19 

CTest sartmit l'Orient chrétien qui sera régénéré par la vîo- 
tCHte de nos armes et de notre politique : c'est celui-là qui , re- 
WédesoD abaissement séculaire, réveillé de sa longue torpeur, 
émergera le premier du vieux monde musulman que vont en- 
lacer nos machines à vapeur et nos télégraphes électriques. 
BioUdt même les prodiges de l'industrie occidentale vont atti- 
rer vers ces contrées longtemps oubliées le pins grand mouve- 
inent qui jamais se soit vu dlntérèls et de commerce : une issue 
vas'oiivrirsiir lamerRougeet sur la mer des Indes, et l'isthme 
de Suez , coupé par un canal , va devenir le champ d'échanges 
sans limites. Tout se réduit en chîâres désormus : disons donc 
qne, ce grand travail accompli , l'Europe aura 3,100 lieues de 
moins entre elle et les Indes, la Chine et l'Australie. Ce jour, 
ftou , l'aneien monde reportera sur son centre vital des forces 
et des richesses qu'il répand à pleines mains sur le nouveau. 
Là aussi , comoM en politique , s'annonce un déplacement d'é- 
quilibre. Des routes nouvelles s'ouvriront à l'émigration et h la 
dvilisation, et on verra avant peu d'années les courants com- 
merciaux changés, les horizons «grandis. 

En attendant la prochaine réalisation de ces merveilles , la 
guerre d'Orient aura plus fait pour le progrès du monde orien- 
tal que les notes et les traités : elle aura rapproché des popu- 
lations qui ne se connaissaient que par leurs cAtés les moins 
favorables. Elle aura mêlé profondément les hommes et les 
intérêts, et la Turquie ne pourra désormais rentrer dans son 
apatUe dissolvante et dans son isolement séculaire. I^ sang de 
DOS soldats, en coulant sur ces rivages lointains, n'aura pas été 
perdu pour la civilisation de ce vieux monde, et il lui aura 
infusé la vie nouvelle et le progrès. 

Déjà l'esprit d'entreprise s'agite et bouillonne en Orient : les 
projets de chemins de fer circulent, les banques s'organisent, 
la propriété tend à se consolider tout il la fois et à se mobiliser, 
le crédit natt, les rapports s'établissent , le Danube va prendre 
peutrétre i travers les plaines marécageuses de la Bulgarie , 
une route nouvelle plus courte et plus sûre , les fils télégra* 
pUqoes s'étendent et se croisent de la frontière autrichi«ine 
aux rives de la mer Noiie. 



jM,Googlc 



aO POLITIQUE GÉNÉRALE. 

Ce n'aura pas été , du reste , le trait le moinB significatif de 
cette guerre de Crimée que remploi, pour le triomphe des 
libertés européennes, de ces deox grandes forces de la civili- 
sation moderne, la vapenr et l'électricité. 

Des grandes nations spécialement intéressées dans la lutte , si 
nous passons aux puissances de second et de troisième ordre , 
nous trouvons au premier rang le Piémont. Cette petite mais 
énergique nation a eu le courage et l'babileté de prendre parti 
presque au début de ta lutte. Elle en a été bientAt récom- 
pensée. 

Il serait impossible de nier que, depuis le jour où la Sardai- 
gne s'est unie aux puissances occidentales contre la Russie, sa 
positioQ a été profondément modifiée en Italie. Les défiances 
plua ou moins légitimes que la monarchie piéoioataîse inspi*- 
rait aux autres princes d'Italie se sont acraues, tandis qu'elle 
est devenue pour les peuides italiens comme uoe personnifica- 
tion de la liberté et de l'unité. 

Ce D'est pas k la population , au nombre des soldats que se 
mesure le rôle d'un peuple. On n'a pas oublié l'importance de 
petites républiques comme Venise, la Hollande ou Géoes. La 
Sardaigne, en apportant son épée dans la balance , a grandi de 
toute la hauteur de l'idée qu'elle a représentée dès ce moment 
en Europe. Son accession n'a donné que 1&,000 soldats de 
plus à l'alliance anglo^françaîse, mais elle a constitué la ligue 
de l'Europe libre contre une ambition tyrannique. 

Que l'Autriche dût ou non entrer dans l'alliance européenne 
contre la Russie , la position prise par le Piémont n'en était pas 
moins habile en même temps que courageuse. Si l'Autriche 
se décidait à prendre les armes pour la cause de la civilisation 
et de la liberté, le Piémont se rencontrait en égal avec sa 
puissante voisine sur ce'terrain nouveau. Si, par impossible, 
l'Allemagne se tournait contre l'Occident, les États sardes 
devenaient l' avant-garde de la France et celle^i leur servait de 
bouclier. 

Les puissances scantUnaves étaient encore plus intéressées 
dans la question par leur position maritime et par le menaçant 
voisinage de la Rnssie. Toutefois, elles s'étueol hautement rat* 



n,5,t,7rjM,G00glc 



POUTIQUE GÉNÉRALE. SI 

bwbées, dès l'abord, sa syslème de aentralité. Bd Danemark, 
U DatioQ et le Hoî eussent peut-être laissé eatrevoir des sympa- 
Ihies sincères pour la cause des puissances occidentales. Hais 
l'admînistratirtti du royaume et ta famille royale elle-mfime 
éuient dévouées à la Russie, et il fut bientét certain qu'on ne 
pouvait rien attendre de plus de ce côté que la froideur du 
goareniement, et l'ardente mais impuissanie bienveillance de 
l'opinioD publique. Comme memtwe de la CcmCëdératioD germa- 
nique, le Danemark se [wononça également pour une neutra- 
lité absolue. 

Aa Danemarii, d'ailleurs, des difficultés intérieures d'un 
wdre assez grave paralysaient en ce moment la politique exté- 
rieure. Une constitution nouvelle, commune au royaume et aux 
duchés, avait été votée par les Chambres et sanctionnée par le 
Roi. Si elle satisfaisait {deinement les intérêts conservateurs 
dans ce qu'ils ont de Intime, l'opposition qu'elle avait rencon- 
trée dans le vieux parti féodal permettait de penser qu'elle lais- 
siit à la Uberté des garanties suffisantes. La loyauté bien connue 
du monarque et son incontestable patriotisme assuraient l'exé- 
enlion des engagements pris envers la nation; mais cet accord 
désirable ne devait pas être obtenu sans froissement. 

Ce royaume Scandinave a son parti russe, inféodé à l'ambi- 
tion du Tsar, et ce parti que contre-balance heureusement Tin- 
flnence du souverain, hautement sympathique h la politique 
ocôdentalej a pour chef avoué Théritier du trdne, le prince 
de Gludidwurg. 

Unrôle aussi effacé ne pouvaitconvenirkIaSuède. Dès 18114, 
ton attitude fut plus franche et plus décidée. Les souvenirs de 
la Fùdande perdue, les menaces de l'avenir, la triste prévi- 
EÎOD des futurs empiétements de la Russie dans la Raldque , 
tout faisait à la Suède un devoir d'applaudir avec enthousiasme 
au succès des alliés. Mais ces succès ne furent pas assez com- 
plets, assez décisifo pour engager rapidement la Suède. Absor- 
bées par les difficultés de la guerre de Crimée, les pmssances 
occidentales ne purent que balayer et dominer la Baltique. Le 
teul bit d'armes accompli è la fins par une force militaire et par 
des Inces navales fut, en 1S54, la priae de Bomarsund et la 



jM,Googlc 



9à POLITIQUE GËNfiRALB. 

^estniction de cette avant-garde delà Russie sur les câtes de la 
Suède. Ce n'était pas assez pour déterminer l'adhésion du 
royaume uni de Suède et de Norvège. Ausu, lorsque après 
l'heureuse attaque des 11^ d'Alaud, la France et l'Angleteire en 
firent proposer l'occupation au gouvernement suédois, celui>ci 
dut se renfermer dans une prudente réserve. La courte cam- 
pagne de la Baltique était close, l'hiver rendait l'action immé- 
cUate impossiMe. Que se passerait-il avant le retour de la saison 
propice? Le patriotisnie intelligent et énei^que du roi Oscar et 
du prince Charles ne pouvait laisser aucun doute sur leurs pen* 
sées secrètesi mais la prudence était nécessaire. 

Après la conclusion du traité du 3 décembre, la politique 
suédoise se dégagea lentement de ses enveloppes. L'Autriche 
tiendrait-elle cette Tois sa parole? et d'ailleurs il y avait à Taire 
oublier au Napoléon de 1854 la politique de 1812 et les diffi- 
cultés apportées, en 18^2, par le roi Oscar lui-même, & la re- 
CMinaissance du chiffre dynastique que la cour de Stockholm 
avait discuté comme celle de Saint-Péiersbourg. 

Le roi de Suède laissa donc faire au temps et il l'opinion pu- 
blique. Ce n'est qu'en mars 18aî> que des ouvertures extra* 
officielles furent faites à la France. Par une préoccupation 
bien naturelle, le gouvernement suédois réclamait d'abord une 
garantie de son intégrité matérielle. Puis, la glace rompue, il 
oArail sa coopération active et 60,000 hommes, à la coaditioo 
que les puissances alliées jetteraient en mttne temps 100,000 
hommes sur les côtes de Finlande. 

La pierre de Crimée ne permnttait pas poiu le moment une 
expédition semblable. Il fallut donc temporiser. Après la prise 
de Sévasiopol, une campagne dans le nord devenait possible. 
Après quelques t&tonnements que nous raconterons à leur 
heure, la France envoya son héroïque commandant en chef 
de l'armée de Crimée s'assurer, à Stockholm, de l'état des 
esprits, et le traité de novembre, s'il n'assura pas à l'alliance 
occidentale la coopération immédiate de la Suède, proclama 
au moins ses défiances et prépara son accession future. 

Si maintenant nous jetons un coup d'œil sur les autres puis- 
sances de second ordre, nous les verrons partagées entre les 



jM,Googlç 



POUTIQIŒ GÉNÉftALB. » 

Mdîtions de la politique de 1815 et les sympathies pour la po- 
liliqoe nouvelle. 

La Belgique eût peutrétre , sans le bon sens de son louverain, 
înclioé vers le premier cdté. 

.Le caractère des iiu|uiéludes soulevées en Belgique par la 
crise européenne fut, il faut bien le dire, peu sympathique k la 
politique des puissances occidentales, etc'est avec une certune 
inconvenance que les défenseurs de la neutralité belge parlèrent 
de la France \ la tribune belge. On déguisait à peine la pensée 
de retrancher la Belgique dans une neutralité armée, défenuve : 
heureusement le gouvernement belge fut plus sage que M. Orts 
et ses amis (Voye^ Belgique). Le ministre des affaires étrange 
res, M. Henri de Brouckère vint foire, par quelques paroles, 
disparaître toute cette fantasmagorie menaçante d'obsessions et 
et de mises en demeure adressées b la Belgique. H rappela 
que, pour toute l'Europe, ia neutralité de la Belgique n'est pas 
un fait discutable, modifiable au gré des circonstances, mais 
qu'elle est considérée comme la condition même de l'existence 
de ce pays. Chercher la sécurité dans des préparatifs belliqueux, 
c'eût été courir au-devant du danger qu'on vouhiit conjurer. 

Revenue de ses appréhensions plus ou moins sérieuses à l'é- 
gard de la France, la Belgique a, encouragée par l'accesnon 
de la Grande-Bretagne à l'alliance occidentale, donné à sa neu- 
tralité forcée des allures plus sympathiques. 

La Néerlande s'est partagée b peu près en deux camps pen- 
dant la guerre d'Orient : dans l'un, le gouvernement porté vers 
la Russie par les alliances et par les traditions de famille ; dans 
l'autre, le pays acquis de cœur à la politique occidentale. Mais 
ni ces sympathies, ni cette cordialité peu déclarée ne devaient 
influencer sérieusement la neutralité d'un petit pays qui n'existe 
que par son commerce. 

Dans le reste de l'Europe, les situations n'ont pas été beau- 
coup plus nettes où plus importantes. L'Espagne, dont l'acce»- 
sioB à été plus d'une fois annoncée, a trouvé dans ses difficultés 
inlérieures wsez d'occupations pour se borner à des sympa- 
thies JtODorables pour la cause de l'Oc«Ident. 1^ Portugal a 
témoigné, daDS la perseone de son jeune roi, une lespectueuse 



jM,Googlc 



8* . POLITIQUE GÉffÉRALE. 

et anûcale déférence au gouvernement de ia France impériale. 
C'est tout ce qu'on pouvait attendre d'une nation qui oalt à la 
vie politique. 

Les sentiments hostiles du gouvernement des Denx-Siciles 
n'ont pas été longtemps douteux : ils s'étaient déjà manifestés 
par la prohibilion d'exportation des objets destinés à la Crimée 
et surtout des denrées alimentaires. La cour de Naples ne révo- 
qua en partie ces mesures que par suite des énergiques protes- 
tations des puissances alliées. Mais bientflt elle provoqua de 
nouveau les justes colères de la Grande -Brelagne et de la 
France par des insultes préméditées. La légation britannique 
fut l'objet de procédés injurieux, et le salut fut refusé à un bâti- 
ment portant les couleurs de la France {Voyez France et 
Grande-Bretagne). L'intervention de l'Autriche n'obtint qu'à 
grand'peine des réparations iocomplèlcs q[ie voulut bien ac- 
cepter la modération des deux grandes puissances. 

Malgré les fautes commises par le gouvernement des Deux- 
Siciles, ia France a sagement refusé de donner à ses griefs 1^ 
gitimesuoe portée qui en eût dénaturé le caractère, et qui 
eût ouvert la carrière aux espérances de l'espril révolution- 
naire comme aux défiances de l'esprit conservateur. 

En Grèce, une sourde hostilité n'a cessé de poursuivre les 
ministres désignés à la haine du parti russe par les sympathies 
de la France et de l'Angleterre, et ils ont dû quitter un pouvoir 
qu'on leur rendait impossible. Par une sorte de suicide anti- 
patriotique, la camarilla athénienne est allée jusqu'à encon- 
rt^er l'anarchie parmi les troupes, le brigandage dans les po- 
pulations, afin que cette situation déplorable pût être mise sur 
le compte de l'occupation étrangère. 

En dehors de la crise politique et militaire, le plus grand 
événement de l'année, c'est l'Exposition universelle de Paris. 
Toutes les difficultés, toutes les épreuves de la guerre eX de la 
disette n'ont pu arrêter dans le monde occidental l'expansioA 
de l'hidustrie symbolisée par ce grand concours des naticMic ci- 
vilisées. Seule, la Russie a manqué ati rendez-vous, isolée do 
fEnrope h la fois par fa politique et par la civilisation. 

La France a, dans ce loumoî pacifique aussi bien que daiu 



n,5,t,7rjM,G00glc 



POLITIQUE GÉNÉRALE. 35 

la lutte sanif^te de l'Orieiit , déployé une puissance de pro- 
ductioQ , une grandeur de ressources qu'on ne lui e&t pas %tsé- 
ment accordées il y a quelques années. Elle s'est montrée 
îDcoolestablement supérieure dans les œuvres qui réclament 
sarioat l'habtleté , le talent professionnel , le goût et le choix ; 
égale du reste aux nations les plus avancées dans la plupart 
des spécialités industrielles. Une seule cause d'infériorité s'est 
révélée pour «Ile, et cette cause est toute factice : il faut la chei^ 
dter dans les entraves dont notre industrie s'est vue, depuis 
longtemps, embarrassée par une législation biiarre et mortelle- 
Dient prolectrice. Qu'ellebriseces obstacles insensés, et elle occu- 
pera de ce côté aussi , le premier rang dans la route du progrès. 

Des expositions dans le genre de celle qui a eu lieu cette 
année à Paris , sont déjà une sorte de réalisation de l'unité 
future. L'industrie européenne est évidemment ceUe d'une seule 
et même famille. Les produits des nations civilisées ont tous 
nn même caraclëre, à quelques nuances près, et on pourrait les 
prendre pour les ceuvres d'une même nation. Il existait assu- 
rément, il y a deux siècles, plus de différences essentielles 
entre un Boui^ïgnon , un Breton et un Provençal, qu'il n'en 
existe aujourd'hui entre un Anglais, un Allemand, un Barde 
et un Français. 

N'oublions pas parmi ces signes précurseurs, non d'un 
DÎTellernent et d'une uniformité sans caractères distincts, mais 
d'une unité civilisatrice , le mouvement qui se fait dans le 
BKHide , en faveur d'un système uniforme de poids, de mesures 
et de monnaies. De ce c6té encore, l'honneur de l'initiative 
appartient à la France. Plusieurs nations de l'Europe et du 
Nouveau 'Monde ont déjà adopté son système métrique et déci- 
mal : il règne en Belgique, en Espagne, en Néerlande, en 
Grèce, en Pologne , en Lombardie , en Sardâigne , k Modène. 
H ■ été accepté, en grande partie par la Suisse. Le Zollverein 
lai emprunte déjà la base de ses mesures communes. Il est en 
vigueur au Chili , dans la Colombie et dans la NouveIle-Gre> 
nade ; il le sera bienlAt dans le Mexique , et il se fait m parti 
plas puissant tous les jours en Allemagne , en Angleterre et 
aux États- Unis. 



jM,Googlc 



m POLITIQUE GÉN]^tALE. 

Le percement de l'isthme de Suez, dont]nous parlions tout 
h l'b^ure , est une de ces Dobles et rcu^s entreprises qui chan- 
gent en peu d'années les destinées d'un monde. Cette porte 
ouverte de la Méditerranée sur les Indes donnera bientAt pas- 
sage à une de ces révolutions commerciales et maritimes qui 
marquent une phase de la vie de l'humanité. 

Ces nouvelles voieB de communications auront inévitable- 
ment un caractère nouveau, comme l'idée qui les aura créées : 
elles seront le domaine contmun de tous les peuples, et nul 
n'aura le privilège d'en lenir les clefs dans ses mains. La libre 
navigation en sera assurée à tous, et ce sera le champ neutre 
de l'activité humaine. 

En attendant la réalisation de ce brillant avenir , l'Europe 
n'en a pas moins eu à souffrir, et celte souffrance dure encore 
aux premiers jours de 1856. La guerre n'a pas été ta seule 
cause de ces épreuves, la main de Dieu s'asl presque partout 
appesantie sur les récoltes. Bien que celles des diverses nations 
eussent, en ISalS, atteint généralement une moyenne satisfai- 
sante , les prix des grains n'en demeuraient pas moins très- 
élevés, et celte cherté inquiétante des céréales contribuait à 
maintenir égalnmeot élevée les prix des autres denrées de 
nécessité première. 

La France, toutefois, a eu encore à déplorer une récolte in- 
suffisante , et son déflcit, aggravé par les déficits antérieurs, a 
sourdement pesé sur ses finances. 

Heureusement la Providence a permis qu'en compensation 
du déficit éprouvé sur quelques points par l'agriculture euro- 
péenne , et comme pour suppléer à l'absence des ressources 
ordin^res foucoies par la Russie méridionale , l'abondance de 
la récolte aux États-Unis et au Canada dépassfit les prévisions 
les plus favorables, L'Espagne , qui commence enfin à entrer 
par ses produits dans la circulation générale , a été également 
assez favorisée pour alimenter les marchés du midi de la 
France. 

Co ite serait donc pas, pendant le nouvel hiver de ISriT-lSSG, 
une disette , mais une cherté regrettable. 

L'influence de La guerre d'Ocient et des récoltes io^ 



n,5,t,7rjM,G00glc 



POLifiQlIE GËNÉRALH. «7 

tv li ritottioa éocnomfque de l'Occident européen , a permis 
de constater la ftffce de résûUnG« de la vie industaielle dans 
les pays de dvilîsatîoo avancée. Ces rudes épreuves ont été 
subies par l'Angleterre, par la France, par l'Allemagne et par 
les pays de race saxonne ou Scandinave, d'une façon inespérée. 
Les irogrès réalisés par l'activité huiuaine, les ncfaesses 
créées et accumulées, l'eniemble du bien-être général, la 
productîoD, la consommation, les échanges, tout ce mouve- 
ment qui constitue la vie des sociétés modernes, a pu élre 
ralenti , mais non compromis par toutes les causes de pertur- 
bation qui l'ont attaqué simultanément , la guerre , l'épidémie, 
la crise alimentaire en permanence. 

Terminons rapidement ce tableau par quelques mots sur la 
partie du monde poUtîqne qui est placée en dehors de l'action 
immédiate de l'Europe. 

Si les États-Unis ont, comme on vient de le voir, assez mal 
dissimulé leurs sympathies pour la cause russe, c'est que la 
politique d'agrandissement par tous les moyens licites on illi- 
cites est acceptée par eux en principe. L'Union américaine 
convoite Cuba : si son gouvernement n'ose encore justifier les 
entreprises des flibustiers yankees contre la colonie espagnole , 
il avoue au moins que l'annexion de cette lie est le but de ses 
désirs et il ose parler d'acheter Violemment ce qu'il aurait 
encore quelque pudeur de prendre. Les ties Sandwich , Haitj , 
où l'Amérique entretient snigneusempnt la discorde entre les 
deux parties de l'Ile, sont encore l'otijet des convoitises amé- 
ricaines ; mais la diversion causée en Euro|)e par la crise orien- 
tale n'a pas, comme on l'avait espéré aux États-Unis, endormi 
de ces divers câtés la vigilance de la France et de l'Angle- 
terre, 

Le Brésil, presque seul dans l'Amérique du Sud continue, 
BU milieu de l'universelle mobilité des républiques hispano- 
américaines , k suivre la voie de son développctnient n'giilier 
et pacifique. Sapolitique se dessine de plus en plus par une 
ingérence législative dans les affaires de la Plata. 

En Asie , enfin , une révolution dont les causes et la portée 
sont encore inconnues , semble ouvrir à la Chine par une dis- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



28 POUTIQUE GÉNÉRALE. 

solution rapide l'ire d'une réorganisation prochaine. Lllnion 
américaine frappe aux portes du Japon qui , malgré le traité de 
Kanagawa (31 mars i854), ne s'empresse pas de les ouvrir. 

Mais, cette année, l'intérêt n'est pas dans ces contrées loin- 
taines. L'attention du inonde entier s'est concentrée sur l'Eu- 
rope et, dans l'Europe, sur un poinl de la Crimée tout k 
l'heure inconnu pour ainsi dire. C'est là qu'il nous faut étudier 
les événements les plus caractéristiques de l'année 1855. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA CAMPAGNE MILITAIRE. 

DEUXIÈME PARTIE 

LA QUESTION D'ORIENT 



CHAPITRE I" 

LA CAMPAGNE MILITAIRB 

Silntfûa d^loiHtiqBe u noamamBamaai ila l'ÉiiDéc, — SîtnatîoD miliUirt, dJf- 
ficmllèt du ûèga, aireun et faulM nnmmjitii; ApreuTM ipéculai lubisi pir 
l'uaiée inglÙM, ficM d« MD arguiiutian, ■jiUliiMisn Angl»len«,«itj<n- 
lion MlnUirM, îneonTtDieDto du itgime ptrlenwnbire , inditcrttioiu da b 
piiHu; aatlioritii»* dini U poNbon de! troupa* daùAji, forcei reapsctivei, 
«DHâ da renforli, dtpait da \l girde imptiiala ftaoçuM, p«He àe U AVmU- 
bmC* at de VHiela; amploi daa forcn nouTallai da l'iodiulria, l> iipeur et 
l'éiecIriâU deiuil Séiulopol ; BâUclivi, Kamiech e( Kutich fortiGéi et mil 
«Btlat; KiTiTia da renfoitideruilEupatom; pourquoi eqinit renonce lune 
OMptgneeDBentnbia; inquiMndai confnm p>r ■> Rwaie, difcnioii uniia» 

; atUqaa d'Eapitoria, ècbee du {[éntn] Liprandi; 

I dn prinlempi. 

On se rappelle sur quelle situation s'élait fnmée l'anoée 
ISSU. Dans l'ordre des faits diplomatiques , l'Aulriche venait 
de signer le traité du 2 décembre, et il semblait que si la Russie 
ne se décidait pas à céder, le cabinet d« Vienne devrait enfin 
quitter ses allures bésitanlea et coopérer franchement à la 
eoerre. Mise en demeure d'accepter les quatre garanties suis 
réserves, et cela avant le 1" janvier 1855, la Russie avait coD- 
icDti à ces exigences , préférant les chances de négoàatioiis 
DDavellea à une rupture déclarée qui eût irrévoo^>leaieiit en- 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



33 LA QUESTION D'ORIENT. 

terre, b Les instructions ne pouvaient deviner la résolution 
désespérée, qui Iransfornia tout à coup l'artillerie de la flotte 
russe en artillerie de défense , mais enfin on voit combieu oa 
était loin de compte avec la vérité dans ces prévisions premières. ' 
Aussi tout fut-il, pendant quelque temps, abandonné au hasard, 
et il fut heureux qui: l'ennemi ne fût pas mieux préparé et 
qu'un premier échec eût désoi^anisé ses ressources. 

Que fùt-il arrivé, par exemple, si le prince Menchikof, au 
lieu d'exécuter cette fameuse marche de tianc sur Simphéropol 
qu'il a représentée comme une grande coac«ption militaire, 
ÔAt défendu ies abords de Sévastopol, les plateaux de Cher- 
sonèse et Balaclava t Que fût devenue cette armée qui marchait 
à l'aventure, se dirigeant à la boussole dans un pays inconnu, 
sans approvisionnements , sans moyens de transport, isolée de 
sa base d'opérations! Les défilés de la Tchemala eussent été, 
sans doute , le ' théfttre. d'une seconde bataille de l'Aima après 
laquelle, désorganisée par une nouvelle victoire et par d^ 
privations de toute espèce. L'armée expéditionnaire n'eût eu 
peut-^tre autre chose à faire que de se rembarquer au plus vite. 

Heureusement la défaîte de l'Aima avait brisé, démoralisé 
l'armée russe. Au lieu de disputer le terrain, elle l'avait cédé. 
Mais enfin, le contraire eût été possible, et la suite de la guerre 
a montré que l'énergie des Russes sait survivre aux échecs les 
plus désastreux. 

a Quand vous serez k portée de la place, disaient encore les 
instructions données par le gouvernement impérial au maréchal 
de Saint-Arnaud, ne négligez pas de vous emparer de Bala- 
clava, petit port situé à quatre lieues au sud de Sévastopol, et 
au moyen duquel on peut se tenir aisément eu communication 
avec la flotte pendant la durée du siège. » 

Cette partie des instructions avait pu heureusement être sui- 
vie à la lettre. 

Une fois assurés de Balaclava, c'est-à-dire d'une base d'opé- 
rations et d'une comnmnication constante avec la Qotte, une 
fois en face des retranchements du cûlé sud, fallait-il donner 
l'assaut, avec une armée de moins de 50,000 hommes, campée 
Sur im roc, sans artillerie, sans réserve, n'ayant pas ses d^ 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



LA CAMPAGNE MILITAIRE. 33 

rières assurés ea cas d'échec, n'ayant d'autre refiige que set 

TiisteauxT Cette partie de hasard eût été, dit-on, du gofit du 
maréchal, duîs lord Ragian se refusa sagement à hasarder un 
coup de dé semblable à six cents lieues de la mère-patrie. 

Oa se coDtenta prudemment d'ouvrir la tranchée d'une fagoa 
régulière, à la distance que rendait nécessaire la portée des 
pièces de la défense (9 octohre 1S&4). Puis, aivës un bombar- 
dement sans résultat sérieux (17 octobre), on continua les tra- 
vaux d'approche. 

Tout ét^t anomtal dans cette entreprise. On assiégeait une 
forteresse sans linvestir, sans avoir battu l'armée de secours, 
«ns av(»r même ime armée en campagne. L'assiégeant, qui 
doit être cinq fois ou trois fois pour le moins supérieur en 
nomlve à l'asûégé, se trouvait de beaucoup inférieur. Les 
loayens de défense l'emportaient également sur les moyens 
d'attaque, et la garnison de Sévastopol avait plus de canons, 
des calibres plus torts et des approvisionnements plus considé- 
rables que ceux de l'ennemi. Pas même de cavalerie pour (vo> 
téper les opérations du siège ou pour inquiéter les convois de 
l'tssîégé. 

C'est dans ces conditions difficiles que les armées alliées 
anncèrent pas k pas dans leur œuvre, au milieu de ces terribles 
diversioDS, l'affaire de Balaclava (25 et 26 octobre], d'Inker- 
maan ( 5 novembre ] et l'ouragan désastreux du 11 noTeml»e. 

L'armée britannique eut à lutter contre des difficultés spé- 
ciales, nées des vices de son administration militaire. 

■ C'a été un jeu pour nous, dit aux communes M. Sidney 
Herbert, de franchir les trois mille milles qui séparent nos citéa 
d'Angleterre de celles de la Crimée, mais nous avons échoué 
nr 1^ six derniers milles de la route que nous avions & fournir 
pour ^^irovisionner convenablement nos troupes, sur les six 
milles qui s'étendent du port de Balaclava aux lignes anglaises 
devant Sévastopol. > 

Et cependant jamais, dans aucun siège, la multiplicité des 
moyens de transport, l'excellence des services n'avaient été 
plus indispensables. 

Contre-battu par des canons à énormes portées, l'assiégeant 



n,5,t,7rjM,G00glc 



ak LA QUESTION DTORIBNT. 

n'avait pu ouvrir la tnmchée qu'à neuf cents mètres de la plsce. 
An lieu de trouTer un sol facile h ereusM, il avait rencontré 
presque partout le roc ; il svaii dû recourir aux pétards pour le 
faire sauter morceau par morceau, et chenûner derrifere l'abri 
sommaire des sacs à terre. Et tous ces travaux , il les exécu- 
tait à plusieivs kilomètres de la base d'approvisionnement, et 
il lui fallait encore travailler à se garder lui-même. 

Le gouvernement français apportait une sollicitude admirable 
dans l'œuvre du ravitaillement de celte armée exposée aux ri- 
gueurs de l'hiver si loin de son pays. H ne reculait devant au- 
cune dépense pour envoyer en abondance tout ce qui pouvait 
adoudr le sort de ces pauvres soldats, si courageux et si éprou- 
vés. A cOté de l'immense flotte militaire, s'agitait une autre 
flotte de vapeurs du commerce, frétés à grands frais pour le 
service des transports. 

Bbis que dire de l'armée anglaise? Rien ne semblait avoir été 
prévu pour ses besoins les plus pressants. Le fh»d, les maladies 
décimaient cette petite armée, composée d'éléments encore 
mal assouplis. Le service des ambulances éttdt h peu près nul, 
et, chose incroyable, les vivres manquaient souvent. Laissons 
parier des témoins oculaires. 

a Tout est , écrit un Anglais, énergie et activité dans le camp 
français; dans le nôtre, tout est tristesse et deuil. Notre régi- 
ment est réduit it un effectif de trois cent soixante hommes, sur 
plus de mille que nous avons eus successivement en Crimée, 
en comptant les renforts venus d'Angleterre. La maladie et la 
mortalité continuent leurs ravages parmi nous. Les malades 
arrivent des tranchées ou des piquets è l'hôpital moribonds, et 
nous ne pouvons leur rendre ni la chaleur ni la vie , car nous 
sommes sans feu ; nous ne pouvons les coucher que sur le sol 
humide ; nous manquons des médicaments nécessaires. On l'a 
dit bien des fois déjà, mais les choses sont restées les mômes. 
Que peuvent devenir les malades? Nous manquons de bols : on 
en a distribué ces jours-ci aux troupes sons forme de ration 
quotidienne, mais je vous assure que nous n'en avons pas en 
une once pour l'hôpital. J'u le cœur navré de voir tant de souf- 
frances cl de ne pouvoir les soulager... » 



n,g,t,7l.1M,GOOglC 



LA CAMPAGNE MILITAIRE. SS 

• Vons dwei Mre bien éttuiné ie m'entendre parier de 

I» faim; rien n'est plm vrai cependant. Notre commissariat est 
si mal organisé que les faoaunes sont quelquefois viagt-quatre 
kenres sans recerotr de vivras) souvent ils n'ont qu'un peu de 
hilcuit et da cafâ, at eela encore à des be^«8 ri Ino^talaes, 
qu'Us n'ont pas Ait, je puis le dire, on repas fégullCT depuis 
que nous sommes ici > 

• n est inuUle de chercber à dissimuler ee que nos trou- 
pes ont en k soaffrù ees 'jours derniers. Nous avons eu des 
hommes qui sont littéralement presque morts de faim. Ainsi, 
pendant deux joun entiers, la ivigade de soldats de marine n'a 
pas reçu de vivres, pas nn morceau de palo ou de biscuit, et 
les jours précédents il n'avait été distribué que demi-ration. 
Nos soldats ne sont plus que de vMiables spectres, les ombres 
de ce qu'ils étaient en arrivant, et au début de nourriture, h 
l'excès de fatigue, viennent s'ajouter, par une conséquence na- 
turelle, les maladies qui se propagent d'ane manière alarmante. 
Hier, la route qui mène de notre camp à Bdaclava était entiè- 
rement couverte de mules que nous av«em prêtées les Fran- 
çais ponr traisporter ceux de nos malades qui doivent être 
embarqués ponr Scutari, Malte ou l'Angleterre. Mille deux c«it 
SX hommes ont été ainsi conduits k Balaelava • 

Il armait souvent que la proportion d'hommes de servïne 
dans les lignas an^oises représentait à peu prbs la moitié de la 
force oSiMtive de la division qui les (oumissait. C'est ainsi que 
la (dus grande partie des héros d'Iokermann av^ent déjà fait 
la«F DBÎt daoa les tranchées. U est de rtgla que la ftwoe néces- 
saire, pour garder tes trandiAea, soit h m quart près égale k 
la force de la garnison : la proportion étant ici renversée, l'a^ 
mée nuse recourait avec r^son k des sorties continuelles qui, 
si leur objet immédiat n'était pas atteint, épuisaient au moins 
l'asàégeaDt. 

Rester souvent vingt-qualre lieures de suite à la tranchée, 
dans miG alerte perpétuelle , repousser le sommeil (dtstiné qui 
ferme les paupières , chercher à deviner dans les ténèbres tout 
moovenent de l'ennemi, recu^llir les moindres bniils, in- 
terroger les lueurs qui passent dans les ouvrages, dans les 



jM,Googlc 



a$ LA QUESTION IVORIENT. 

postes avancés, se tenir venlre à terre, le fusil sans capsulo pour 
éviter les fausses alarmes, pr£^ A repousser l'ennemi à la balon- 
netie dans une lutte silencieuse el terrible, telle était la vie de 
ces pauvres soldats pendant les longues heures des nuits d'hivw. 

Le jour venu, on se rej^ait derrière latrancliée, devenue un 
abri, et les prentiers boulets du jour accompagnaient les der- 
niers rangs dans leur retraite. 

La supériorité du nombre et du calibre dans l'artillerie des 
assiégés devint tellement évidente, qu'il fallut renoncer à une 
lutte inégale. On se contenta donc, malgré les rigueurs de la 
saison, à développer les parallèles, à améliorer les comoumi- 
cations , ft construire des batteries nouveUes, batteries masquées 
et armées de calibres plus forts. 

L'exceUent service administratif, militaire, industriel, hospi- 
talier, les compagnies d'ouvriers qui assurent à notre armée 
toutes les ressources imaginables et qui loi permettent de ao 
fiuflirt! partout A elle-même , tout cela manqunit ù l'armée an- 
glaise. L'Angleterre, rudement avertie par les souffrances de 
ses soldats des lacunes et des vices de son organisation mili- 
taire , s'apprêta avec éuei^ie à se mettre à la hauteur des cir- 
constances. 

Nous sommes , disaient les principaux organes de la presse 
anglaise, sous le coup d'un désastre tel que n'en présentent pas 
de pareil les sombres annales de la guerre. Notre armée ne 
compte guère plus de 14,000 hommes. Notre cavalerie est 
anéaniie. Nous perdons 80 bomincs par jour et nous avons 
1,000 malades par semaine. Sur les 14,000 soldats qui nous 
restent, 3,000 à peine sont en état de porter leurs armes : c'est 
une tumée d'hôpital. 

Esprit honnête, officier distingué dans un poste secondaire, 
lord Raglan manquait absolument d'initiative. L'ombre du pat^ 
lement et, comme on l'a dit spirituellement, le fantôme de 
Joseph Hume , le suivaient dans la tranchée. Lord Raglan 
n'était rien , ne pouvait rien , parce qu'il n'osait pas vouloir. 
L'esprit dn contrôle constitutionnel, la terreur des rogneurs de 
budget, l'habiiiide de tout soumettre à un vote des Chambres, 
tout cela paralysait le commandant en chef. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA CAMPAGNE MaiTAIRE. 81 

Hais le ver rongeur de l'année anglaise, c'était surtout la 
fâfigoe. Par on QoMe sentiment d'émulation, le général anglais 
avait teoD k partager les travaux du siège en deux parties 
égales, et, ccHDme l'iaferiorité du nombre était énorme, les 
hommes mouraient à la peine. ( Déposition du général Evans 
devant la commission d'enquële). 

On s'exagéra naturellement en Anglelwre Tinfériorité qui se ' 
déroOah tout à conp dans l'armée de Crimée. On entendit à la 
Quunbre des communes M. Lai»g, directeur dn chemin de 
Brigbion, dire avec l'exagération du patriotisme froissé : « II est 
dfrayant de tcht la déTaite générale de notre organisation mili- 
taire. Où en senôns-noUB si au lieu de la Russie nous avions eu 
affaire à la France, si le jeune et nouvel empire s'était tourné 
contre nous, si cent mille Français avaient été jetés sur nos 
côtes, et si nous avions dû les combattre avec une pareille orga- 
nisation, avec de pareils généraux, avec un pareil état-majort 
L'orgueil de l'Angleterre est profondément blessé de la figure 
que nona avons faîte dans cette guerre. • 

L'o^pieil britannique saignait à ces révéletiCHia inouïes, 
■ Qu'aurût-4Mi dit, s'écriait M. Drummond, dans le temps où 
nous étiong les rivaux de la France, si on avait pu penser qu'un 
jour viendrait ob dis mille Anglais ptnieraient des uniformes 
français et recevraient de la charité des Français dix mille 
rations de viande? ■ 

Le JohnlmUinu blesaé allût jusqu'à maudira l'alliance qui 
avait mis & nu ce cdté d'infêriorité dans les farces nationales, 
s On nous parie à chaque instant, disait encore M. Drummond, 
de nos alliés et de notre alliance. Je déclare, quant & moi , que 
je n*en suis pas amoureux de cette alliance ; je soupçonne tort, 
que le pays ne se doute pas du tout de ce que c'est, et moi- 
même je doute beaucoup que ce soit une alliance. J'ai bien 
entendu parier d'un ccH*p8 vivant enchatné à un cadavre, et je 
ne sais pas si c'est là ce que vous appelez une alliance. Il faudra 
qu'on jour, je dise une bonne fois, et carrément, à la Chamluv 
et au pays, ce que j'en pense de cette alliance. • 

Que fât^l arrivé ri, des deux cMés du détroit, le gouvema- 
ment pwlementaire avait soulevé les mêmes passions étroites, 



jM,Googlc 



» M QUBSnOM D'OBIENT. 

suraxat les mèoiefi ambitions meiquitie*, titéé les mâi&at dlflt- 
culiés, paralysé de la même tnanièré les deux gouverneroenls? 
Il faut bien le dire , l'unité éoei^que du pouvoir exécutif eu 
France ioiprima k la guerre une direràoti que lei défaiUiuoesj 
les inti'iguest les indiaerétions parlemeotaires reodaient impos- 
sible dans la Grnnde-Bretagne. 

Les incfflivésients iohérentâ au nouvaiieoieat parteirtentilirc 
furent hardiment signaléE par le ptlltoa Albert dans im diiootii^ 
prononcé dans laréunionanOuellc de laconiuratioa de la Trinité, 

•I Ce n'est pas le moyeni dUail le [HÛice,'de réussir datis la 
guerre , si , tout en l'appuyant avec ardeur et avec eu^u- 
àasme , en même temps on embaitasse et on affiiiblit les In-as 
qui sont chargés de la conduire. 

« Nous luttons contre un erniemi puissant qui se sert, oontm 
nous, de cette puissance merveilleun qui a édos sous l'In- 
fluence bienveillante de notre liberté et de noirs civilisatioot 
Vous le reconnaitrea par la force que l'unité de but et d'action, 
le secret impénétrable, le pouvoir despotique sans oontrdle, lui 
ont. donné , tandis que nous avons à swndier confre lui sous 
une organisation créée pour la paix et pour le déreloppemont 
de la vraie civilisation , l'exploaon de la discussion pirblique, 
le frottaient des pwtis> et le contrée populaire sur le goiiver- 
Bemenl et sur l'ËÙt. 

a La reine n'a ni le pouvoir de lever des troupes , bi de les 
commander, que celles qui lui offrent volontairement leurs ser- 
vices. Le gouvernement ne peut prendre aucune mesura pour 
continuer la guerre qu'il ne l'ait d'abord expliquée devant le 
Parlement;. Bes armées tit sbs Aottes ne peuvent faire aucall 
mouvement, ni même en préparer aucun^ sans qu'ils n'aient été 
publiquement anaoneés par les journaux. 

( Aucune erreur, si légère qu'elle amt, aucun beeoin, aucUno 
faiblesse ne se font sentir, qu'ils ne soient immédiatement 
dénoncés, souvent même exagérés avec une sorte de satisfao- 
tioi) mauvaise. Un ambaasedéut- anglais ne peut entamer de 
négociaUons sans que le gouvemenimt ne développe tous les 
aigonieBls que. pour réussir, il aurait dft ranfermpr dans les 
plus profonds replis de son cceuft » 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



LA CAHPAGRE MUTMRE. 30 

Pour étic juoW, ce n'est pat au »eul gottveniMnent britanni- 
que 4|B'ii eQt fallu attribuer toutes les fautet. L'ojpînîoa, nom 
l'avons montré l'année dernière , avait eu 6es faibleeaeB et te» 
iBcontéquenceii La fnaae, avec Ms inditcrétioas lavolontaireB, 
avec ses «nsgéralioni babituellea, avait Kop souteot ou égaré 
i'opioioD. ou révélé les plans et les mojttu d'altaqua à un eo» 
nemi toiqoura eo éveil. Par suite de sa position nouvelle, la 
presse française avait évité en partie ces dangers et, li elle 
avait perdu quelque cbose en intérêt , dis avùt gagaé beto* 
eoup en dignité el en prudence. La prease britannique avait bou- 
vent manqué de mesurât suspectant lea intentiosi) d'ttoe adaù~ 
DÏBtratioQ qui n'sVait pas se< sympathies, aocusantdes tninistn^B 
qui n'en pouvaient mais des fautes de la nation elle-mAoïe, ib*- 
sultant les gouvernements étrangers dont elle dérirait l'tUiaoeé, 
rensMgnant aveo soin l'ennemi sur (oua les points délioatSj 
sur tous les c6téa faibles, sur tous les projets arrâiét. 

il fallut que, mime en Angleterre, même dans ce paya à% 
lâffe parole, une vohi autorisée, celle du respectable lord 
Luudowne, nqipelàt les journaux à la disoTéLiou et à la réserve. 

a C'est le devoir, dit-il, non-seulement de tous les membnk 
du Paricnient, mais de tous ceux qui exercent au dehors quoi- 
que infiaenoe, et particalièrement des personnes émioentes et 
distingoées par leurs talents qui appartiennent à une dea frins 
niAles institutions du p«yB, je veux dire la presse libre de ce 
pays, c'est lËur devoir de ne rien djrc, de ne rien écrire en ce nw 
meot qui ptnsse avoif pour effet d'alTaiblir la force oatiooalei..» 

Il fallait que le mal fût bien grand pour qu'un aussi sage «vis 
pût être, nous ne disons pas suivi, mais donné. 

Aussitôt qu'on avait compris la nécessité de foire biveroer 
lea troupes en Crimée, les deux fpouvuoementa anglais et tma- 
çais avalent fait construire en toute bAle, dans diverses usines 
de France et d'Angleterre, des maisons de bois toutes prêtée k 
être montées. C'étaient des mesures prises un peu tard sans 
doute. L'incapacité profonde de l'administration angleîse vint 
encore en psralyaer les eâèto. Quand les barattes anivèrent, 
il se trouva qu'on n'avait onblié en Anf^terre que les cknu et 
ka chevillée pour les mgoler. 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



iO LA QUESTION D'ORIENT. 

QuiDi à l'anoée française, elle savait sesuSre à «lle^iéiae, 
et rindustrie du s(4dat suppléait autant que possible les re»- 



C'est sous la tente-atei, ii^nieose invention Tenue d'Afrique, 
que l'année française avait passé les preraiere mauvais joars. 
La i^npart de nos soldats avaient su creoser au-dessous de ces 
tentes de petites eaves pins chaudes et moins humides que le 
sol. Leur esprit inventif et leur aciirité soutenue par une gaieté 
ioépuisahle, avaient tiré parti de tout. 

Si une tourmeote de nage venait renverser les tentes, obstruer 
les gouriMS, on voyait le lendemain les officiers doonaut 
l'exemple, s'armant de la pelle et de la pioche et aidant à dé- 
blayer les abris. Cet ensemble de dévouements, cette égalité 
devant ta aou&aDce,soulenweot les courages. 

De son cAlé, l'armée russe campée dans le voisinage de 
Bagtché-Senï et de Simphéropol souffrait beaucoup des mala- 
dies, de la rareté des vivres, des privations de toute espèce. 
Plus nombreuse que l'assiégeant, elle soa&ait plus encore du 
manque de vivres, de leur mauvaise qualité, de la difficulté des 
tr«nsports. 

Telles étaient les ùtuations militaires : ou sait de reste les 
■Hoationa maritimes. L'Angleteire regagnait , de ce cAté , son 
iacontestatrie supériorité. 

Ia France, elle ausa, se présentait au combat avec une ma- 
rine formidable et telle qu'on n'eût pas espéré de la voir créer 
ainsi conune par encbanlement. Cette marine, outre des stations 
nombreuses prudemment renforcées, outre une véritable fioUe 
de vaisseaux de guerre affectés au transport des troupes et des 
munitions, comptait trois escadres prêtes au combat, se com- 
posant de 59 bâtiments, montées par 96,000 marins et présen- 
tant 5,2S0 canons et 7,372 <dievaux-vi^>eur. 

La Russie en était réduite à voir ses vaisseaux enfermée daoa 
le port ou à laisser pounir sous les eaux leurs carcasses trans* 
fitmuées en ineries eslacades. 

Un moment, au mois de décembre 18M, l'assiégé avait ma- 
nifesté quelques velléités maritimes, armé à nouveau ses bAti- 
ments de guerre dans le port de Sévastopol et fait, en mer, une 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA CAMPAGNE MILITAIRE. 41 

ncarûoii de quelques heures. Hais, poursuivis sans retard par 
lesniTÎres de Kamiech, les bâtiments russes avaient db ren- 
trer bien vite sous la protection des forts, après avoir reconna 
les retrenchemeals élevés par les alliés sur la cAte. 

Depuis le preoiier sacrifice fait d'une partie de leur Aotte, les 
Russes avaient dû en faire d'autres. Le porl était maintenant 
(enné par trws rangs d'obstacles : huit vaisseaux de ligne 
BTiiâit diqmni soos les flots. 

lâ choses en étaient là des deux côtés quand, aux premiers 
jours de l'année, les efforts réunis des deux gouvernements de 
Ftaoee et d'Angleterre réusureot à améhorer la situation des 



Depuis la bataille d'inkermann (S novembre 1854) jusqu'au 
31 décemttfe de la même année , une activité singulière avait 
été déployée dans l'envoi des renforts aux armées alliées. En 
nwÎDS de deux mois, près de iO,000 hocnmes. Français et 
Anglais, avairat traversé le Bosphore. On lUrigeaït d'Andri- 
Dople sur CoBStantinople les régiments de cavalerie française 
qui composaient la réserve. 

L'empereur des Français avait voulu qne sa garde , élite de 
ses troupes, fbt représentée ji ce siège mémorable. 

En envoyant ces troupes choisies partager les fatigues et les 
dangers de l'armée franç«se en Crimée , l'Empereur pronoo- 
«ail ces paroles significatives : 

« Soldats, 

■ Le petifJe français, par sa souveraine volonté , a resKH- 
cité bien des i^wses qu'on croyait mortes à jamais, et aujour- 
d'hui Fempire est reconstitué. D'intimes alUances existent avec 
iH» antûens ennemis. Le drapeau de la France flotte avec hon- 
neur sur ces rives lointtûnes où le vol audacieux de nos aigles 
n'était pas encore parvenu. La garde impériale , représentation 
hén^ne de la gloire et de l'honneur militaves , est ici devant 
■uoi, entourant l'Empereur ainsi qu'autrefois, portant le même 
anitonne, le même drapeau , et ayant surtout dans le ocnir les 
lobnes seniûnents de dévouement à la patrie. Hecevez donc 
ces drapeaux , qui vous conduiront k la victoire comme ils y 



n,g,t,7l.1M,GOOglC 



M LK QUESTION D'ORIENT. 

«at Conduit vos pèrw, comnw ils viemuot d'y conduira vog 
camatudps. Allez prendra votre part de ce qui reste encore da 
dangera h sarmoater et de gloire à reoueiUir. Bientôt voua aurei 
reçu le noble baptânie que vous ambitumnei, et vous aurex 
MDoowO à ^Dter nos Higles sur las murs de Sévastopol. ■ 

Chaque Jour, pobr ainsi dire, voyait sortir du port de Toaion 
quelque navira chargé de troupas, d'approvisionnements on 
de munitions, C'étaietit d'immenses sacriSces d'argent . sans 
doute , mais quelquefois ausii des sEwrifîoea lûen plus floulou- 
feux encore. Ainsi , le 1 b février, la frégate de guerre te 8émiU 
lanle, se perdait corps et biens, vingt-quatre heures après aoD 
départ, suplllot Lavesti, près des bouches de Bonifaoio. La 
francfl perdit dans ce jour fatal, 69i marins et soldais , et 
le nom de la Sémiltante dut être inscrit à cAté de ceux du 
Henri IV et du Pluton déjà dévorés par la tempête. 

Presque à la même heure, la marine britannique perdiùt une 
de ses plus belles corvettes , t'Seela, brisée par l'ouragan près 
de Gibraltar. 

Peu k peu , Cependant, dans le camp britannique, les imper- 
fections si graves dti service des hôpitaux éttdent réparées. 
Profitant de l'exemide des Français, l'intendance anglaise 
orguiiaait , sous la direction d'une femme dévouée , madame 
Nightingale, un service de dames gardeS" mnlâdee , imitation 
honorable, mais mal réussie, de notre admirable service des 
sœurs de charité. Jusqu'alors, les seuls inflrmlers appelés à 
soigner les blessés aurais > étaient las Mddats eux-mfines 
airivés à la ooavalescmoei 

Un des traita oaractéristiques de cette guerre , ce devSif étfe 
l'«Diploi des fotcea nouvelles dont dispose l'industrie moderne. 
Dàe les derniers mois de 1864, deux cèldbres constructeurs 
d'Angleterre, MM. Peto , Brasse; et compagnie avaient o&ti 
d'aller eonstruire, sans autres t^is que le rembounement de 
leurs dépMises, un petit chemin de fer entre Sénutopol et 
Balaclava. Cette Voie devait facUiter singulièrement la distri» 
butîon et la mise en œuvre de l'énorme matériel du siège. 

Par une singultère anomalie, les nouvelles les plt» Aratcbes 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA CAMPAGNB HlUTAIM: U 

de Crimée premiom M obemki \ê Iplui long et n'uriTùetit ft 
Puis et à Londres qo'Kprè* «voir passé pir Subt* Pritenbourg. 
Les portn Btigtaise et fïwic-riie étaient fourent en reUid de huit 
on dix jours sur tes dé{>éeheB russes. 

Onrecotinut, tUw la An de faonée 18114, oe qu'il 7 avait de 
Aebenx dalts Une pareille sitnation : 11 était d'ailleurs dans la 
RHe des poiasanoea l£s plus civilisées de pMter avM elles j 
roétne à huit cents llenea de ledrs tcsaourees , les insbumeilh 
de leur civilisation. Le gouvemeoient britannique oomiitandi 
donc à des enltaprMieHrs on oftble él«ctriqus , destiné ft éla- 
Uv la tétégnpbie sona-marine entn Varna et Balaolara, 
O Al , toog de quatre «nts bûUm, aboutirait lax quanieri 
généranz des commeodants sn ohef. 

Ahut un càUe éleotriqtM de aii cents Ulomèirea , jeté ad 
travers d'arn mer, allait mettre ea quelques heures les goU' 
vememenls de FVance et d'Angleteire , en rapport avec lea 
chefs de l'année de Grimée. M. Bebinet rappwte qu'un de 
■es ctrilëgucs dfl l'Académie des floiences, M. le maréchal 
Vaillant, ministre de la guMra, disait eneore quelques jonn 
après l'inauguration de eette correspondance : 

a J'envoie ma dépêche au général Canrobert, et j'en A\ iR 
répenae plus tot qm j» ne l'aurais par lettre j d'une ville située 
à meidé ahmnn de Lyon, de Bordeaux ou de Strariwurg, sans 
être eneme nmls du l'étotioement qM tde cause un pareil 
fvodige. » 

EH même temps , bri hnvaHMtt à U ligne télégraphique 
entre Vnrnset Bucharest, de manière à ee qu'R n'y efit pM 
de lacune pour une eorMspotldattce ItKUintatiéé , entre la 
Crinde û'mû cdté, Paria et LondKs de l'autre. 

Pirallëlement ft la route de Balaclsva , les Anglais établi»- 
salent leur chemin de fer, tandis que les tVatiçalh tfiUaient pif 
«ne rouie entpieprée ledH camp» ft la bftie de Hemieoh. Des 
•ommantesttfltis plus faciles hWc lès potelé de débnrquement 
factfiiftient Mjft i'tippwvieionneiDent des troupe* et le sehfiee 
des munitions) 

Peu ft pee arrivaient (es vêtements 4' hlvei*, cBpdtcS cnhftns^ 
paletots en peau de moutofl, guettes- jamMèfeS, gant* et sabota. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



U .LA QUESTION D'ORIENT. 

Les maisuiB ea bois , si impatiemment attendues, étûent débar- 
quétis en grand nombre. On construisait des baraques avec 
des planches venues de Constantinople. L'emplacement da 
chaque régiment parussait presque ud village. 

A Balaclava, à Kamiech s'élevaient, comme par enchan- 
tement, deux villes de bois et de toile, où s'installaient des 
magasins, des ambulances, des cantines, des ateliers. L'admi- 
nfetratioD française construisait de vastes Emrs pour le service 
de la boulangerie. 

Kamieob et Kazatch, ces deux porta, dont la Russie ne soup- 
çonnait pas l'usage possible avant l'expédition de Crimée, 
devenaieut chaque jour davantage, grftce à l'habile énei^e des 
amiraux alliés, deux stations maritimes importantes, deux asiles 
pour las flottes , deux points d'appui pour les opérations mili- 
taires, déjà capables de tonir au besoin en échec le grand 
arsenal niaritime de la Crimée, avec ses inépuisables ressources. 

Ces deux baies avaient été , en effet , mises à l'abri noo-seo- 
lement d'un coup de main, mais d'une attaque en régie. Let 
marins français, excités par l'activité sans égale de l'amiral 
Bniat , y avaient élevé en peu de temps des ouvrées formi- 
dables. 

Dans ces abris créés par l'industrie occidentale, les marioes 
alliées réussirent à faire tenir sans encomlttemeDt neuf vais- 
seaux de première force, quatre frégates, deux corvettes k va- 
peur, deux corvettes de chaige et près de deux cents navires k 
YoÛBs ou à vapeur, panni leaquds des transports à vapeur da 
plus grand échantillon. 

Tandis qu'on doutait en Europe, tandis qu'on perdait patience 
à écouter sans cesse inutilement l'écho lointain de la victmre , 
cette armée sublime était seule à ne pas douter, à conswver 
mte inébranlable confiance. 

Les grandes affaires, les swties en force n'ayant pas réussi à 
l'assiégé, il avait changé de système, et, par dès swtieapea 
oomlnreuses, mais fréquentes , il s'efibrçail de harasser l'assié- 
geant. Les'soldata russes, abrités dans leurs casernes, s'élan- 
çaient tout frais contre des hommes exposés, dans les poètes 
avancés, aux intempéries de la saison. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA CAMPAGNE MILITAIRE. U 

Telle (iit U i^rysioiioinie du siège pendant les {wemiers jours 
de l'umée. Cependant ce n'était pas senlement en France et en 
Aogletem qu'on préparait de» renforts. La Turquie rassemblait 
i Vmia une année imposante. 

L'aune précédente , quelques jours après Inkermana , en 
remerciait de leurs eflorts héroïques le général Canrobert et 
rannée de CriiDée, l'Empereur des Françus annonçwt une 
difenion paissante et ^ffodiaioe en Bessarabie. Quelque dési- 
nUe que fût être une diversion semblable, l'annonce en avait 
ptniprématurée à une époque où des renforts immédiatsétaîent 
si nécessaires k l'armée de Crimée. 

Comptait-on sur une coopération effecdve et prochaine de 
l'Auuicbc* C'était là, on se l'avouait, la condiUon indispen- 
ttble d'une campagne an-ddà du Danube ou sur le Frntfa. 
Cest l'absence de cette coopération qui avait permis aux Russes 
de w retirer sans être inquiétés après leur échec sous Silislria: 
S'eagager dans un pays malsain, presque impraticable, sans 
moyens de Iranspwt suffisants , sans équipages de pont, sans 
cinlerie nombreuse , sans parcs de réserve et de siège , sans 
dépAlsde vivres, sans la hase d'opérations de la mer, c'était 
s'exposear à se heurter à une armée russe l)i(>n supérieure en 
nomlwe, combattant sur son terrain, au milieu de ses ressources; 
c'était pent-élre, situation plus périlleuse encore, chercher im 
tonemi insaisissable, qui eût disparu devant l'assaillant, ne lai»- 
siDt derrière lui que dos ruines, et attendant pour reparaître 
<pe ta fatigue et les privations Im assurassent la victoire. 

Ne se rappelait.on plus qu'une simple reconnaissance de 
deux jours dans la Dobroutscba, avait co&lé jdus d'hommes à 
U France qu'un combat meurlriert 

C'était avec l'agrément de la Porte et de ses alliés que les 
tAxq>ee autrichiennes étalent entrées dans les Principautés; 
le gouvernement autrichien avait hautement déclaré qu'il ne 
SMgeiit à aucune occupation exclusive, qu'il n'Apporterait 
aucun obstacle à la marche des Turcs, que ceux-ci pourraient 
poursuivre l'armée russe partout où ils le jugeraient conve- 
nible, cl que tous lus arrangements pour l'occupation de la 
Valftchie seraient concertés avec Omei^Pacha. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



48 LA QUESTION D'OBI ËNT. 

dément établi dans ses lignes. Le général Liprandi fut chai^ 
d'attaquer la ville. 

L'amiée russe destinée b cette opératicm se composait de )a 
8* division d'Infanterie, du premier régintent de la i^ division 
d'infanlerie, de 16 bataillons de réserve coniprenaiit des tirail- 
leurs d'élite armés de carabiues de précision, de 1,500 volon- 
taires grecs et de 100 pièces de canoa ; en tout plus de 35,000 
hommes environ. L'artillerie était excellenle et particulière- 
ment bien dirigée. La cavalerie, six régiments, était aux ordres 
da général Korf . 

C'est dans la nuit du 16 au 17 février que les Russes arrivè- 
rent iDopinément devant la place. 

La ville, nous l'avons déjà décrite dans l'annuaire précé- 
dent, est située sur le câté nord d'une assez mauvaise rade, &i 
pays plat et sablonneux. A l'ouest som les latiments du Inzaret 
et plusieurs moulins à vent, au sud, un grand lac salant 
nommé Sak, séparé de la mer par un étroit relais. Assise sur 
cette plage de sable et de marais, Eupaloria occupe le fond 
d'un vaste basâïn, très-largement ouvert, lequel monte par des 
pentes insensibles jusqu'à la distance d'environ 1,501) mètres. 
Le terrain va ensuite, en descendant, former les beiges de 
deux vallées qui enveloppent au loin la position. La ligne qui 
partage ces deux pentes opposées se développe ainsi autour de 
la ville sous la forme d'un demi-cercle, et rien n'en trouble l'u- 
niformité, si ce n'est quelques tumlilus, glorieux jalons de la 
marche conquérante des armées ottomanes d'autrefois. Quant 
au versant compris entre cette lig^ de partage et la place, il 
est entièrement nu, et on n'y voit que les lombes qui hérissent 
quatre immenses cimetières dont le plus rapproché, voisin du 
lac de l'est, est un cimetière chrétien. 

Aussitdtque la lune euldisparude l'horizon, les Kusses, à la 
faveur d'une obscurité profonde, firent un mouvement général 
et s'approchèrent de la place en silence. Ils mirent en batterie, 
k BOO mètres environ de l'enceinte, leurs pièces de campagne 
et im certain nombre de pièces de position, et ils construisirent, 
en quelques heures, des bouts de tranchée pour protéger leurs 
. canoDuiers et leurs tirailleurs. L'ensemble de ces ouvrages, 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA CAMPAGNE MILITAIRE. 40 

eiécntés avec l'adresse ra^ùde qui distingue le soldai russe, fVit 
terminé à la naissance du jour et formait une ligne circulaire 
d'environ 3,500 mètres de développement. 

Le feu commença k six heures et, pendant deux heures, les 
Russes tîreat d'énergiques tentatives sur les différentes purlïcs 
de l'eaceiote pour faire démasquer les batteries de la place, 
<fi commencëreut à répondre à mesure que l'attaque se déve- 
loppait. 

L'attaque avait d'abord appuyé à gauche; mus, trouvant 
sans doute ce côté bien préparé , elle se porta peu à peu i 
l'extrémité opposée, du côté des cimetières qui bordent le lac 
de l'est. 

Vers huit heures, cinq bataillons russes, formés en colonne, 
vinrent s'établir derrière les cimetières Israélite et chrétien, qui 
se louchent, et engagèrent, k l'abri des pierres tumulaires, un 
feu de mousqueterie très-meurtrier. Puis, deux bataillons se 
délAchèrent, portant planches, échelles et fascines, et s'ava»- 
cèrent vers l'enceinte pour l'escalader. Ils furent repoussés et 
se replièrent en bon ordre, puis revinrent k la chaîne et furent 
reçus aussi vigoureusement. Mus cette fois un bataillon turc 
sortit par une des portes que masquaient les fortitlcations de 
la place. 

En même temps, la corvette Ji vapeur française U Véloce, 
commandant de Hontlouis, mouillée sur rade k 1,800 mètres 
environ, lançait sur la colonne russe des obus bien dirigés qui 
mirent le désordre dans ses rangs. 

La colonne d'attaque repoussée deux fois laissa ceut cin- 
quante morts environ dans le cimetière. La canonnade n'en 
continua pas moins, mais surtout dans le but de masquer une 
retraite devemie nécessaire : elle s'acharna surtout, mais inuti- 
lement, contre un ouvrage armé à la hftie, et de quelques 
{Hèces seulement, la Butte ou Covronne des Moulins. 

Pendant la belle défense de la Butte des Moulins, les Russes, 

continuant leur mouvement, s'avançaient vers la caserne de 

Fouest. Là encore ils furent repoussés par le feu des batteries 

de l'enceinte et par celui des navires à vapeur. 

Au moment où l'armée russe commençait à s'ébranler, Séliin- 

V 



jM,Googlc 



èO U QUWTIÛW P-ORJPNT. 

Pacha (1 ) fut aUmnt d'pofl balle et expira 4U«s(tAt : l« oolooel 
Bou6tan-Bey et le lieirten^nl-colonel AU-B^y furent mortelie- 
ment frappés à ses cAtés. 

Ce ne fut qu'à dix heures que les assûllants te retirèrent défî- 
pitivemeot, en abandoDuant le champ de bataille aux alliés. Les 
Russes laissèrent sur le terraii) i^ tués et quelques prison- 
lûers : ils durent avoir 3,000 blessés environ. l4 (roida n0it 
qui suivit cette retraite et qui les trouva bivouaquant sur la 
route de Simph^pol fît dan» leurs rangs de nombreusai) vic- 
times, l^es Turcs et leurs alliés eurent une caniaîna de mtwts 
^t un nombre de blessés prapor^onneU 

Cette attaque vigoureusement et habilement conduite, malt 
□tal conçue , avait eu pour causet l'inquiétude que causaient 
aux Russes les grands rassemblements da fonces turques sur ce 
point important, et aussi la haine méprisante qu'ils portaient à 
l'armée turque. Voir des Ottomans fouler )e sol même de l'em- 
pire était asse? pour exciter chez les ofticiers russes des senli- 
ments de rage, mais il eût f^u au moins ne pas laisser cet 
ennemi qu'on dédaignait à tort fe renf(»cer asaez pour irnim- 
mer «ux drapeaux russes la taclie d'une défaite «ssuyée devant 
des fortificatioDS ébauchées. 

La petite garnison française , aux ordres du chef d'esoadroD 
d'état^i^or Osmont et du Ueuteaftlit de vaisseau de Im Cases, 
f onoQuriit ptii^sammept au succès de la défense. 

Dans cett^ journée, le» ^osse» avaient fait doRner un corps 
nouveau dont l'organisation bêtement annoncée n'avait pas 
répondu s.wx espérances du gouvernement impérial : c'était le 
porps des volontaires grecs, reci'Uté à grand'peine en Valachie, 
en 14Q)43Vie et en Bulgarie. Ou attachait à SaintrPétersbooi^ 
n^e grttndç importance à sa formation, afin de marquer les dis- 
pQSJtion^ des populations grecques et le caractère religieux de 
la guerre. H^is^ malgré tous les moyens employés pour le raaîn- 
temr, pe corpf, pomposé de mis^Hiblefi sans discipline et sans 

(1) C'est ce génénl, élève du coloitçl ScUes (SoUntin-P^cfaal, qu'on » sur- 
noauDt le demi» dit Mameloucki : il ivsit échippé >eul, pir uo Iriit d'au- 
(Ura iAieip«ré«, Mt DuMicrt eiAculé MMiilet jeux de Héhémct-Ali. U n'tmitque 
cinqnuUe-buU ut. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



I^ CA])a>AGNE JHIUTAIRE. 6t 

fflcwalité , sonmis à des désertions nombreuses, n'atteignait pas 
même le chiffre de 1,SOO hommes. Ces volontures portaient la 
clasdque fustanelle et avaient pour coifiure la caloUe grecque 
avec la croix blanche sur le devant. 

Après cet échec, l'année russe abandonna la campagne, oii 
elle se montrait auparavant avec audace. On n'aperçut plus 
dans la direction de Simphéropol que les vedettes russes veil- 
lant au sommet des tertres et , la nuit à travers les plaines 
silencieuses et couvées àe Qftige, lali|^ur des incendies idlumés 
dans les villages tatars par les Russes en retraite. Un corps de 
cavalerie resta seul à portée de la ville pour l'observer. 

Quant k Omei^Pacha, qui venait d'inaugurer si dignement 
son commandement en Crijnée,.il profil^ de la retraite des 
Russes pour étendre sa position et, après avoir garni Eupatoria 
de fortifications fonnidables , il poussa ses troupes à deux kilo- 
mètres en avant et s'établit ainsi dans un vaste camp retranché 
qui nécessiterait désormais pour l'attaquer une aimée consi- 
dérable. 

£n annonçant à ses troupes cet heureux début de la pro- 
chaine <v^"ip|i gT)fl ^ iq général Camvbert leur adressait ces 
paroles encourageantes : 

«Vous avez dominé depuis une année les plus dures épreuves 
anXi^ielIes puissent être soumis l'organisation et le moral des 
années avec uoe indomptable éitergie et un patriotisme qui 
portent très -haut votre renomotée devant l'Europe et vous 
assurent une place dans l'histoire. Ces épreuves touchent à leur 
fin, et celles qui nous restent & subir ne sauraient étonner votre 
courage. BienlM voua joiodres l'ennemi que vous saves 
vuncre. > 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA QUESTION D'ORIENT. 



CHAPITRE II. 



LA CAMPÀOHB DIPLOMATIQUE. 



Réiunt ie U lîtoalion di[doiiiitique, In IniU du 2 décembre e( l'interprétalion 
dei quatre girtnllei, idhéiion pure el limple de h Russie ; réiervei in ptlto ; 
\et bue de réiisttncB de [» polilii^ue roue, conduite de li Prune, nn refui 
4'>dhèrer eu tnilé du 2 décembre, elle prCcho li ueotraliutiDn armée eu 
Allemagne, elle l'oppose k U mi» lar pied de guerre do coatlugenti s«>'n>*- 
iilquei; réaolution rédérale k ce sujet, m valeur; négociatiDni particulière! de 
1aPmtn,minioiiid«llH. de Wedell et d'Ctedom. — Au^aiion de la Sar- 
daij(ne*u Irailé du iOiiril, eouveDlion militaire; motiTiet valeur de eelarte. 
— Hort de l'empereur Nieolu, imprenion produite en Europe, illuiior» pa- 
ciBquet; maDiFeile d'avènement de l'empereur Alutndn II, diKoun «dreiai 
tn eorpa diplomatiifae ; non n'eit chan^i'. — Nonieaai motifi de défiance 
contre U Ruaiie, dérailet de la Pruise, interprétât! ont meniongéru dei quatre 
gtnntist, circulaire nadërèo de la Rukïi:, motift de la mudériLlon do puis- 



La campagne diplomn^que s'était ouverte avani la campa^e 
militaire. Rappelons rapidement quelle était alors la situation. 

On se souvient que les garanties diverses à exiger de la Rus- 
sie avaient été formulées, en 1851, par les notes du 8 août, 
que l'Autriche se chai^ea de présenter à l'approbation de la 
Russie. Le cabinet de Saint-Pétersbourg ayant décliné ces con- 
ditions , l'Autriche ne voulut pas voir dans ce refhs un casut 
belU. 

Malgré cette inconséquence , l'Autriche ne s'en reconnaîsaait 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA CAMPAGNE DIPLOMATIQDE. fiS 

pis mot&s connue moralement engagée avec les paissances oc- 
cidentales, et les notes da 8 août, si elles n'étaient pu nn traita 
d'alliance , en étalent au moins la base. Loin de chercher à dé- 
cliner la solidarité qui découlait de ce premier pas fait en 
commun , le cabinet de Vienne alla , au contraire, aa-devant 
d'un traité définitif et présenta un projet qui donna liea k un 
contre-projet français. Ce dernier fut accepté. 

Le traité du 2 décembre 4851 fut un corollaire des notes da 
8 Boôt. Les qoatre garanties faisaient leur chemin politique. 

Elles avaient même déjà remporté un autre triomphe; caria 
Russie, qui , le 36 août rejetait dédaigneusement leBConditiont 
offertes, déclarant qu'elle ne pourrait les accepter que d'une 
façon passagère et après l'épiiisement d'une longue gnerre, 
Tenait, le 6 novembre, de consentir k traiter sur ces bases, 
[Dépêche de M. de Nesselrode au baron de Budberg. ) 

Hais cette concession avait été faite d'un ton si haatain , 
iTec une pitié si insultante pour l'Allemagne , et les quatre ga^ 
nnties auxquelles on se ralliait enfin étaient û étrangement 
tnresties par le ministre russe, que le seul résultat de cette 
peu habile démonstration fut de blesser la susceptibilité peu 
chatouilleuse de l'Allemagne «t d'inspirer aux puissances alliées 
on recrudescence de défiance ' . 

(1) Il cd bon de reoMUre ioib Im jmi da ledMir Iw puMa» i* ot<> <nT- 
BiUîn dn 6 Doranbn IBM, ^ï fonnnliMBt «t inleiptéuient dui 1« mu tomb 
In ^laOn guutiei : 

• 1* Gwintie commaw pu Im tlnq psùnnoai dM droil* nligini al enilt' 
ia p^ultUoa duilicoM* d« l'enpira oUoemii, un* dûUnclian da eolti; 

■ 3* Proleclorat dm ptincipuiUi, ntrci eo commun p«r lu «inj puiwuWM 
«u màmt* eondUUmt qui no* traiiéi avte la Porlt ont tUptiUu m 

° > RéTwcn da IniU de lUl. L> Rohm ne i'appoMn pu k Mm tboUllon 
it k Siilmt, principale partie înUruiée, y oonienl ; 

■ 1* Libertt de U nifigatiao *ut le Dtnube, qui mM« di 4nU, •( fw 
!■ Siati» n'a januâi m t'inlmUon d'entravtr. 

■ Cette détenaintlion ol fondée, comme de nùon, tnr lâ inppoiUian ^e lu 
r«>WBeu oeeid«nUiu rempliront ^IddtanMiU l'engigsuMil qn'dlu ont odd- 
tndt t U (iM de l'Earope, d'ewnier {'nanir du popaletion* «hrétinDM 4» 
Teapta oUomin, qoe leun draiti Taligieni leront placéi tttatmùi Mot I* 
tmOi* de tautw lu puiMocei, et qn'unu Uprintipai tôt ft** la JlM l<* « 
« cw doM ta gnirn aeluiUt aura M atteint. ■ 



jM,Googlc 



Sk LA QUESTION DORIENT. 

Letnùt^ slgàéit Vienne le S décembre s'appuyait sur tous 
les précédeots diploiçatiqueB déjà intervenus, les protocoles 
de Vienne, les notes du 8 août , les réserves faites relalivemeot 
au ànil, pour les parties c<)ntractaat^ , de proposer, selon les 
drconslancies ,- telles conditions qu'elles pourraient juger né- 
cessaires dans un intérêt euiopéen. Ce n'était pas , ou 1'^ vu 
dAis le précédent Ànm^aire, une alUance offensive ,ou' défen- 
sive, mais le traité, devait prendre ce caractère si, le 1" jan- 
vier 1855, la. Russie n'avait pas accepté sans réserve les baises 
des négociations. 

,La vejlle même du jour où fut signé le traité, te prince 
Qortcl^kof , représentant de la Russie à Vienne , averti sans 
doute de ce ^ se prépara^, déclara à M. de Buol que son gou- 
vernement était prêt à négocier sur la base des quatre ga- 
"•"(ti*?- ..... , . - ,. 

.L'alarme était générale : on tremblùt à Saint-Pétersboiii^ 
6t pluQ encore peut-être i Berlin. Af. de Manteufiel expédia à 
~H. de Buol cette étrange dépêche télégr^bique : Pour l'amour 
tk Dieu, ne lignes pas f . , . 

. Il était trop tard pour empêcher la ngnature du traité : le 
jour était pris , et ce jour, significativement choisi peut-être , 
était le jour anniversaire du couronnement des deux empereurs 
de^rance et d'AufricKé. 

En même temps qii' était signé ie traité dii 4 déceinbré , 
Vémpereur François-Joseph manifestait d'une manière écla* 
tante soïi sentiment personnel envers l'Empereur des Français 
par le dofi Se la grdnd'crfaii de J'ortlre 'de Saint-Étiënrfe dni 
figure pàriiii les pïus hautes distinctions non-sêulcmêiit de l'Au- 
triche , mais encore de l'Europe. Un pai'eil acte , émane âe la 
cour formaliste de Vienne , paraissait devoir être considéré 
coinifae tine sérieuse démonstration politique , et on dit que 
rçmpereur Nicolas vit avec doilleur et colère cet acte tjiii Im- 
pliquait un changement profond dans les rclaiioiis pblitiq'iics de 
l'Europe. L'Autriche allait donc lui échapper : elle rompait 
donc le vieux lien qui l'unissait ù la Russie par la tbrreur <ib 
l'espril révolhtidhnaire, et la Ftâncc rcrittdit ertflii dans la voffe 
des alliances continentales. 



■)„:,iP<.-jM,G00glc 



LA CAMPAGNE Dlt>tOSTATlQlIE. 55 

Lu Russie ne pouvait reUrer sa parole, et fAutriche ne pou- 
rait cacher «a démarche du i" décembre à ses alliés. Les re- 
préaeDtints des puissances occidentales, sans accorder une 
giwxje confiance aùt tioureailx sentîmento de la Russie < ila 
cnuent pas devoir se refuser à négocier; nia.]i 11$ déclarèrent 
qu'ils h'entreraient en pour|3arlers qiie siir la demande fbtitlelle 
de l'envoyé russe. La demande fut faite, ci, rîaiiiative Lien 
eoDstalée , les pourparlers commencèrent. 

Le 98 décembre, une réuttion eut lieu, à laqnelle asslstai^nl 
les ministres d'Angleterre, de France el d'Autriche, et ie ptltlch 
Gortchakof pour la Russie. Dans cette conférence, le ministre 
de France , pariant tant au nom de son gouvernement que de 
ceux de la Orande-Bretagne et de rAdtriche j exposa l'inief- 
prétatioli donnée par les trois puissances aux b&seS des négn- 
dalions futures, telle qu'elle avait éic Inscrite aii protocole 
préliminaire de la conférence , et que l'envojé russe devait 
approuver dans sa teneur expresse et sans téserve aucune^ 
atani qu'il fût passé outre aux pcUrparlcts. 

Voici le texte des quatre garanties telles qu'elles avaient éiè 
interprétées par les trois puissances signataires de l'alliance du 
i décembre : 

• Dan* la bnt de préciser le mdi que leun souvememanU ttlribuenl t chacun 
** pfincipei coDlenni dtni In quilre «rtlclea, cl on le rfienant, d'»rileur(, 
MKune îk Tobt tonjoatt fnt, h tMOtÙ de ^r brtltt «onditloTM ^IcuHêrei 
qui leur panltraietit eligéct, en ini dei qirtife gimitiei, pv l'inttMt général de 
lïiui^, pour prétenir le tq^r dei dernitret eonplicilioiu, lei reprticnUiili 
it l'Autriche, de U France el de U Grande-Brebgne décltienl que ; 

» 1" Leurs gonïoraemenis, en jugeant de comniun accord qu'il iUit nécci- 
■ure d'tliollt le prolectant eieluiir eiercd pat U Ililule lar la Moldavie, Il 
VdatUe «I U Setlie, «t de pkMr dortnefnt imu U gafanUc colleetiTe dei eln^ 
pÛMneee Im ftMégm recoonui pei le* SulUm k «e* priDcipuiUi dèpandanlee 
de leur empire, ont entendu et entendent qu'aucune de> itipuUtioni dei incieui 
Inil^ de la Raiiie aTcc la Porte, couceniint Icsditee proiincca, ne poutrait 6tre 
TCmae en rî^eur ï ta piii, et que Ih irnngcmenti k. concture k leur lujet >e- 
ninit ultèrienreoient combiTftt de fifoh k doniier une pleine et eelUre ttti«rae- 
tion ui droite de la fnuBanee iiuertiBe, k own dei Iroii piincipMtAi et m 
icléréb gtoinu de l'Europe. 

■ ^ Foui donner k la liberté do la navigation du Danube tout lo déielop- 
fcmeut dont elle ett nuceptible, il lerait conTeaabto que le cou» du bu Danube, 



jM,Googlc 



iS« LA QUESTION IVORIENT. 

Il partir dii poiitl oA il deiknt commun idi dcui ËUta riTeruni, rdt toualnit à 
Il juridictioD laniloriale eiiiUntc en terta de l'irtîclR 3 du Irailé d'Andrinople. 
En tout eu, la libre nnigilion du Dinube ne suirut être uiuiée li ell« n'Mt 
pu plae^ «OUI l« conlrAIe d'une ■ulorilé ayodicile inveitia dei pouvoin nétet- 
wirea pour détniire les olwUclea eiiituti tui emboucburei de ce Beuve on |p|i 
t'y formeraieDl pluB Urd. 

> 3° L> Tèviùoa du traité du 13 juillet IMl doit uoir pour objet de ratUeber 
plal complélemant l'eliiteDce de l'empire ottoman t l'équilibre européen, et de 
mettre En k la prépondérance de la Buasie dam U mer Koire.' Quint aux artan- 
Sementi k prendre k cet éjard, ili dépendent trop dirselement dei érénetneiitt 
de la guerre pour qu'on poûie, dèi k préunt, en arrêter le> buet. Il tuffil d'en 
indiipier le principe. 

> 4° La Ruuie, eu renonfant k la prétention de coaTTÎr d'un protcclorat 
ofEciel lea lujeb chrétien! du Sultan du rite oriental, renonce également, par 
Toie de contéquence naturelle, k faire reiirre aucun de< irticlei de mi traitéa 
antérieurs, et notamment du traité de Koulchouk-Kalnardji, dont l'interptéta- 
lioD erronée a élé la cauie principale de la guerre actuelle. En >e prtlanl leur 
mutuel coneoun pour obtenir de l'initiative du gonvernement ottoman la conaé- 
cratiun et l'obaertauee dei privilégei religieux dei diverwi communantéi chré- 
liennei, lani diitinction de eullet, et en mettant enumble k profit, dam l'înlérét 
dsiditea communautta, lei généremet inlentiona manifeatées k leur é^rd par 
S. M. le Sultan, altei attacheroot le plua grand aoin i préeerrer de loale alleinle 
U dignité da Sa Hauleaae et l'indépendance de aa 



Telle était la teneui^ du mémento du 28 décembre. 

Le représentant de la Russie ne s'altendaK pas à se trouvnr 
en préseoce de formules aussi précises, d'obligations aussi 
bien définies : it n'était pas possible de trouver un faux - fuyant, 
il se contenta d'un délai. Il demanda quinze jours pour en 
référer à l'Empereur son maître. 

Le délai n'était pas encore expiré lersque le prince Gort- 
chakof reçut de Saint-Pétersbourg la réponse attendue. 11 fit 
savoir au comte de Buol qu'il avait reçu des instructions nou- 
velles et , le 7 janvier , les ambassadeurs se réunirent de nou- 
veau. Le prince présenta un mémorandum exposant les vues 
de son gouvernement au sujet de la troisième garantie. 

Le comte de Buol , toutefois, fit observer qu'il n'avait pas 
de pouvoirs pour recevoir ce mémorandum , et qu'il devait 
demander Tacceptation par le plénipotenliaire russe, de l'in- 
terprétation qui lui avait été précédemment communiquée. 
Alors le plénipotentiaire russe retira le mémorandum dont il 



n,5,t,7rjM,.GQO<^lc 



LA CAMPAGNE DIPLOAUTIQUE. 87 

awt Aanné lectnc, et dé<^ara, au nom de son goaveraeniaat^ 
qu'il acceptait purement et simplcmi^nt comme base de oégo- 
dation l'interprétatioa qui avait été donnée. 

Le metRoroMcfun que le prJDceavail essayé d» faire accepter 
par la conférence reproduisait, avec des traits adoucis, l'in- 
twprétation des garanUes telle que l'avait donnée M. de Ne»- 
seirode dans la dépêche - circulaire du 6 novembre. Au lieu 
i^une suppression du protectorat exclusif des principstitéB 
danubiennes, c'était une garantie des privilèges accordée à ces 
provinces : au lieu d'une abolition de la prépondérance russe 
dans la mer Nftire , il n'était plus question que d'ua équilibre 
combiné de manière à n'affecter en'rien la dignité de l'enn 
pire; enfin, au lieu de l'article relatif aux cbrétiens , on trou- 
vait dans le mémorandum une extension nouvelle aux cinq 
paissauces du protectorat sur les chrétiens réclamé, au débat 
de la guerre , par le prince Meochikof. 

De la part de toute autre cour , Tadhésion enfin donnée par 
le prince Gortchakof eflt pu paraître définitive. Hais c'eltt été 
mal connaître la Russie que de croire qu'elle n'épuisera^ pas 
tous les faux - fuyants , qu'elle ne chercherait paa jusqu'à la 
dernière heure à diviser et à tromper. L'Allemagne lui offrait, 
pa«r ces manœuvi^, un thé&tre qui n'était pas à négliger. 

Aussitôt que les trote signatures eurent été apposées au 
traité du 2 décembre , les puissances signataires le portèrent à 
la connaissance de la Prusse et l'invitèrent cordialement à 
donner sa coopération à t'ohivre comaïune. La Prusse avait 
déjà, d'ailleurs, été officieusement informée par l'Autriche de 
l'alliance qui se préparait. 

Le cabinet de Berlin répondit que le traité du 2 décembre 
lui paraissait être désormais sans objet , ta Russîa ayant accepté 
les quatre conditions qu'on avait réclamées d'elle. La Prusse 
objectait, d'ailleurs, qu'elle n'avait jamais entendu se prêter 
qu'à une alliance défensive, et que le traité du % fléeembre lui 
semblait prévoir le cas prochain d'une alliance offensive. Elle 
pouvut d'autant moins , disait- elle , consentir à une extension 
éventuelle de ses obligations , que les dispositions du traité 
n'étaient k ses yeux ni clairement définies, ni limitées; une 



jM,Googlc 



âl LA QWE9H0N D'ORIENT. 

entente pré^aUe loi eOt paru nécessidre pour fixer les eoga^- 
- ic«tt5 réciproques. 

La Prusse, d'ailleurs, se refusait k voir dans lés garanties 
stipulées par oeiràité, des tnléréts allemands, flisoilsmieoic, 
des JntéMls prussieUs. Le véritable motif de Ses reftis était Ift 
jfttoeaie profonde que lui inspirait la position prise par l'Au.» 
Itlchd. M. de Matitetflfel laissait entefidrE! ^ne U Prusse ne 
serait pëtit-étre pas éloignée de sotiscrîFè àeS engagement* 
semblables k eetix du 9 décembre , poUlrU que le traité à 
imePve^ nt oti tTErité séparé. 

C'était une satisfatïtion d'amoitr-propre à donner ad cabinet 
dt) Berlin; les puissances occidentales, fmgagéés envers l'Att~ 
triche à ne rien faire sans elle, comlne l'Autriche ^it engagée 
de son cftté, obtinrent facîletrient du cabîflet de Vienne l'aoto- 
riMtion de traiter à part. On attachât un Si grand prti' il la 
conversion politique de toiflé l'Allemagne ! Et cependant n'étaH- 
11 pas If craindre que la Prusse n'eftt conçu la pensée de s'intro- 
duire dans l'alliance que potïr f jouer le jeu de la Rtissief 

âtalt'Ce tfM défiance mat fondée, quand les représentants 
de 111 Prusse à la Diète germanique fai^ént hautement 1^ ' 
propagande de la neutralité armée , s'agitaient pour obtenir 
l'armement des forteresses allemandes sur la frontière 8e 
l'ouest et s'opposaient de toutes leurs forces aux conséquences 
ntilltaires du traité dii 20 avril 1854 cxpllqaé par tin article 
additionnel II la date du 2fl novembre. 

Loft aôceifibre 1884, 'la î)iète germanique aVrft donné son 
adhésion i ces stipulations Intervenues entre la Prusse et l'Au- 
triche, et le rapport suivant avait été adopté k l'aufillmilâ / 



■ La Dièlc gennaiilqae décUr« ; 

» 1« Hat h Canfidtralidn g«raitni<|aa, comim paiii4iictt ooropMtiiw, neob- 
mII la quitre poiaU préliminiirM dîna leur contenu wentiel comme une bue 
propre i amener ,ua éUt ligil pacifique cl aiiurè en Europe, nuis qu'en parti- 
cnXcr illi f appropria et ttiainifsHt Itprttnitr tl l» deujHime point m 
titi» éêi intiriii alltmandi; 

H 9* Qm iM tentitiTM de ptu MtonI énergi^ntmeiil paanaiiiei lOr o«tto 

N 3° Que, d'un autre edté, uno attaque contre l'Autriche, MÎt contre le 
, leTiitoite ia l'empire, soit contra ut iTOvpat dam te* PrincipaùHâ dçt- 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



LA CAHI>^AGNE DtPLOMATIOlIE. 59 

MtÙRiiM, oblise r AUeiugne mUttt h le* difandfB fu Ion* In MOfaM fo^ 
Mm; 

■ 4° l^M coDiAqaçDce et se nu de t'éUt de plui en plut ntinfut du 
■fùrei europèeiiiie*, k eoDunÎMOn nititiiie ten ekirgée de prendra Im 
mwira ^cewiirei, tfiii<|iM les força miliUirei fédéniei Kiieat prèteittempi; 

B SB Qa* U MHanuuiaD politique wn clurgée de ùire )e> propoiitioni nécM- 
nires k re'ticutioa de* nemia milittïm <{ue le beMin eiigen. » 

CVst en vertu de cette adhésion qtié fft t)ièt« xMt K s'occu- 
per d'un pnjA d« nobHisaioà des contingenU (édéraux. Le 
a Aétedtbtb , le ^àineHiètiient autrichien avût , pour la pre- 
mière fois , procédé i cèite mise en deïoeure très-courtoise. 

Sa dépêche partott de cette donnée que les mesures mili- 
taires à anéter eh commun dévdierït dépendre en quëjqtfe s&rte 
de l'adhésion Se là Prusse au traité du i ibeetnbtk; (a PmsÈë 
ayant réservé ceiie adtfésîon (fa dépêche Ne disait pas refuté), If 
fallait en revenir S là èonveiitioii Mlliiaife Aix traité d'ayrtl et 
à rarticlè additionnel. , 

n sera bon de rapporter ï bos Jectéùi^ les lërmeS fie téttë 
convention militaire dont l'Àiitiîche deiçantlMt à Id Prtisse 
d'exécuter les dispositions. 

CowMiUion OiilUairt ënhéxit à la koHinmion toMlUi tntr» t'ÀUtrttSt 
li ta fraih U » avHl iBM: 

AbtiCLE I". L'Aatrîchei'crigisekijouter aux 150,000 tiommei qu'elle t en 
Hongrie, tur le Dûiutié el sut le Saur, tOO,000 hommci qui conipixeroiil u 
monde timée, el ceri, dèi i^e lé budln fth fera tènllr, et 1 des è^nqnei SMei 
d'Kcord Mec h PrdiM. Ui troupei riidbilliéei en Odllde^ ea Trant]l)Ufie, en 
Mornie, et rtonita en GiHicie comme corpi l'armée on en cOryi «éparéi, de* 
mepreroDl en rapporta intimei avec les Iroupti pruiaicnaci. 

Abt. ^. La PrusK l'enjaje, de aon câté^ k concentrer, aeloa le> circomlancea, 
100,000 hommea en trente-tii joura, aaiair ; Un titra dam 11 PHiaM drietitfle, 
et là deDT autre* tien k Poaen el k Btealn. Elle l'enjage, «If dtilre, k porter tau 
amiéesa ehifre île 900,000 hommea, ai le* «iitorialkneee l'eilgenl, el elle a'en- 
lendra, pour tout cela, aiec l'Aatiiehe. 

Akl. 3. La conicntion mililaîro de la Canféddition ^rmaniquo conaerve 
toute M ToTce relativement k l'Aulticfae el k ta Piiisit. 

Abt. i. Le ministre de U yu^rre i» Ptmi« et ié cooiinBndinl en cbef iS 
fann^ impiriele «'engtgeni mutucHemenl t w faire tdtatee Ma ctnnmutlickUont 
l'aaaairei pMr tMarer 1* BMnlien de*, umta* ta nomUe fiit ei-deaitu, pour 
ItBT orjaniHtion et leur rAuaioo k lei^ et lien convoau*. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



60 LA QUÏSTfDN D'ORIENT. 

Amr. fi. L'Autriche et la Prune iccrédilcraDl, ttcipnxtaeiaent, dei oTRcien 
Eupjriïura l'una luprji de Ttutre, dèi que la Pnilse aura mis bOD armée tut le 
pied de guerre, afin de s'entendre complètemenl lur lei metures qu'il l'aglt de 
prendre. Des ofGcieri anpérieurt leraot aceréditét, plui tard, pTèa de> deux 

&BT. G. La direction qui devra être donnée aui deui arméei, loïKfii'elle) M* 
Tont réunies, aeri établie tur ce ptiDcipe,que le but de l'appui quB'M^rlleiitlei 
deux puiuaEcei eit aimplemenl de reponner une attaque. 

Fait i Berlin, le 20 anil I8U. 

SigiU : O: Th. db HAKnoirFBL, 

Hbhm, baron m Hbus, giniral 
d'artitUrie. 

Invoquant , en consé<]ueDce, le traité du 30 avril et l'article 
additionnel du % décembre, l'Âutrit^e en réclaniaH l'exécu- 
tion; puis, se fondant sur les stipulations de la convention 
militaire anoexéeau traité) elle demandait que la Prussamobi- 
lisât 1 00,000 bommes dans le délai de trente-six jours, et qu'elle 
plaçât l(Jo,000 bommes sur les frontières onentales trois 
seipaines après la tnobilisatioB âe la première armée, déclaraflt 
qu'elle ^ait prête k envojei' immédiatement uti plénipotentiaire 
à Berlin pour s'entendre lur les détails de l'exécution. 

L'Autriche demandait aussi que la Diète, en exécution du 
même traité, ordonnât la mobilisation de la moitié des coDlJn- 
genLs fédéraux , â moins qu'il ne lui parût plus convenable de 
mettre toute l'armée fédérale sur le pied de guerre. 

La mise sur le'pied de guerre, KriegsbertiUehttft, n'est qu'une 
mesure prélimînaiFe de la mobilisationeffective. La mobîHsation 
seule aurait le caractère d'un acte réel , décisif de la Confédé- 
ration, Burtsut quf^d celle<;i aurait élu un général en chef des 
divers o«rps d'armée fédéraux. 

La Prusse s'eippressa de chercher k faire échouer les réso- 
lOlions réclamées par l'Autriche. Une note en date du 5 janvier, 
déclara que le gouvernement prussien ne considérait pas 
« comme nécessaire pour le moment de prendre l'iniliative au 
sein de la Diète gerihanique relativement à la fraction immé- 
diate de Unnisa sur pied de guore des divers contingents. ■> 

L'attitude que bisait pressentir la note prussieDoe du B jan- 



jM,Googlc . 



LA CAMPAGNE DIPLOUATIQVE. 61 

lier, où oo engageait assez clairement la majorité de la Diète 
gemmiqttsà repousser tes propositions de l'Atilriob't , et qui 
a'était pas autie chose qu'une diversion formellB eu faveur de 
la RoEsie, faisait au gouvernement autrichien un devoir d'aviser 
pour son propre compte et d'avertir ses confédérés allennifnds. 
EUelefitdans une dépêche confidentielle en data du 14 janvier. 

La dépéclw exposa clairement la situation que la Prusse 
ctaerchatt àobsciucir, et déclara que l'envoyé impécial prési- 
dant ia Diète proposerait aux comités rBupectifs qu'il îbt fait 
dans la Diète cette motion : la moitié'au raoias des contingents 
serait mobilisée, Ji moins qu'il ne parût plus convenable de 
rendre immédiatement joute l'armée fédérale <dispoDib!e pour 
les opérations. • 

La dépêche allait plus loin, elle hidiqunit comme opération 
immédiate à exécuter par la Dièta l'élection d'un génâ'al en 
chef des armées de la Confédération, tandis que dans divers 
Ëlats on prendrait les mesures convenables pour mettre les 
corps fédéraux , déjà sur le pied de guerre^ à la diaposiUon dd 
général en chef. 

la Prusse, aussitôt, raprésenla cette.tentative du gouverna 
ment impérial comme atlenlaloire à la constitution fédérale. 
Or la démande éventuelle de l'Autriche était fondée sur les 
dispositions mêmes de cette constitution , qui a prévu le cas où 
une minorité d'États fédéraux s'entendrait pour faire, en fa- 
veur d» la sûreté de la Confédération et de ses membres contre 
un danger extérieur, plus qu'une résolution de la majorité 
n'aurait prescrit. (Acte Rnal de Vienne d» 1830, art. 2.) 

Toutes ces manœuvres n'empêchèrent pas la Diète de voter, 
le H février, la Kriegsbereitschaft, mais nous avons dit la va- 
leur de cette mesure. D'ailleurs . si on examinnit les motifs 
avooés de la résolution fédérale du 8 février, et entre autres le 
rappel, comme point essentiel, de l'art. 2 de l'acln fédéral, la 
mise sur le pied de guerre tant qu'elle restait isoior; ne pouvait 
signifier qu'une chose, la neutralité armée de la Confédération. 
Le plénipotentiaire près la commission militaire de la Diète 
avait propcné (3 février] « qae la mise sur le pied de guerre 
eût en tout cas lieu au dedans des frontières du territoire de la 



n,<:,t,7rjM,G00glc 



C(w£âdératiçHi j;enD&mque , et qu'en conséquence oa prit les 
disposition; nécessaires quant aux corps de troupes se trouvant 
{4ors en dehors de ces frontières, d • 

C^tte proposiUon ne fut pas insérée dans la résolution fédé- 
rale; mais elle indïquint assez d« quel cAté se trouvaient les 
sympathie» de I9 Pmsae. 

L'activité dissolvante de la diplomatie prussienne ne se ra- 
lenUt pas après la résolution du 8 février. Sa politique spurde- 
jnent iiostile au? puissances occidentales se doesinait, au con- 
traire, tous lef jours davantage. 

Que voulait dire^ par exemple , le représentant de la Prusse 
en déclarant (séance du32 février), « que la nécessité de mettre 
à exécution les ohligations de défense' prises par la résolution 
du 9 décembre n'était pas prouvée ; mais que le devoir imposé 
à la Confédération par l' article 2 de l'acte fédéral, de sauve- 
garder la sécurité extérieure et intérieure de TAllemagne, l'in- 
dépendance et l'inviolabilité des États allemands , mettait cette 
ConTéd^atioa dans le cas de faire des préparatifs pour pouvoir 
satisfure à ces ohligations , et qu'wfin les forces qui doivent 
être tenues prêtes pour la Confédération sont censées pouvoir 
)êire employées de loufcétés. » 

Gela eût été vrai si les diveis États de la Confédération ger- 
- manique avaient conclu un traité pour le maintien de leur neu- 
tralité commune, si la mise sur pied des contingents avait été 
décrétée à cet effet. Mais l'attitude poUtiquede la Confédération 
^vait été assez clairement commeutée par le traité d'alliance 
.offensive et défensive du 20 avril 1854, auquel la Confédération 
;iivaît adhéré le 24 juillet, comme aussi par l'acte additionnel 
du ^ aovembre, auquel la Coofédération ax^t adhéré le 9 dé- 

£taît-QB là de la oeutralité , et à on insinnùt aujourd'hui que 
lesioDCss fédéralea devaient être coD»dérées comme pouvant 
être employées sur toutes les frontières, n'él^t-ce pas fai{e 
«cte d'hostilité contre les puissances alliées? 

he. coqamfflijaire palpable de ces dispositions peu équivoques 
«tait.jdaas la m^yenneat des. forces russes «ur la frontière 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA GlMPAfilî^ IHPUWATIQim. « 

£n (àce de Cncovie, sineoieamA fortifiée par l'^Uitricbe 
et convertie en un vaste cuap retranché pour le quatiièrae 
axps d'armée cantonné à Lemberg , la Russie avait éaheloooé 
des forces imposantes > composées de ses meilleures troupes, 
n en ^tait tout autrement sur les frontières pifesiennes et 
pnisBO-poIonaiMs. Là , c'çst à peine si quelques détachemeolB 
de Cosaques et de lanciers faisaient à l'active contrebande pr» 
ganisée entre les d^n piy s une guerre dénsoiie. Mais pM de 
régiments échelonnés de ce cdté : Kaliscb même n'avait qu'une 
ombre de garnison. 

Et cependant, malgré tqus ces symptûmes , la Pmwe en- 
voyait à Londrea et il Paris dfis plénipotentiaires chargée de 
conclure nne alliance séparée dans le sens du traité du 3 dé- 
cembre. SonunlHtion, sa prétentMO, c'était d'être représentée 
aux prochaines conférences, a H y a eu^ disait H. de Slânteufiiri, 
faisant 'allusion au mémento arrêté par les alliés da 9 décem- 
bre^ une conversation conâdentielle pour la détermination phis 
précise des qua^ points. Nous n'en connaissons pas le résul- 
tat; mais nous considérons que les oUigations qui naissent 
pour la Prusse du traité du 30 avril et de l'article additionnel 
dn 36 novembre sont inséparablement liées aux efforts qui 
seront faits en commun pour faire valoir ces quatre points. Et 
il est évident qu'une tdie ctHumunanté n'aura pas lieu tant 
que la Prusse ne participera pas aux délibérations qui ont pour 
but de {H^ser oes ptûnta et qu'elfe ne pourra pas ; exercer 
son influenee. Ce droit de participation , la Prusse ne le fonde 
pas seulement sur les stipulations particuDères qui ont eu la 
question orientale pour objet ; mais bien plus encore sur sa 
qualité de grande puissance eoropdenne, signature des traités 
qui ont réglé'le droit publie eurt^téen. » 

C'était, en effiat , une asseï fausse position que celle de la 
Prusse. Après avoir eu la prétention de se réserver poup une 
médiation suprême , elle voyait enfin que non-seulement il 
avait été entamé des négociations sans elle , mais encore que 
la Russie elle-même adhérait en principe à des proporitions 
qu'elle n'avfùt pas ene(»e adoptées. Elle n'était plus oonsidérée 
comme partie intéressée dans oes trantacUooi, et elle abdiquait 



n,5,t,7rjM,G00glc 



Ht LA QUESTION D'ORIENT. 

son rAle de grande puissance. Bien plus , le jour où ell« de- 
manderait ii le reprendre, sa \(n% serait, à l'avance, consi- 
dérée comnip il la disposition du pays pour lequel elle avait 
montré des sympathies compromettantes. 

Les conlérences entre les deux envoyés de S. M. le Roi de 
Prusse, MM. le (cénéral baron de Wedell et le comte de Hstz- 
feldt,etleminîstre des affaires étrangèresdeFrancç, M. Drouyn 
de Lbujs, commencèrent à Paris le 27 ^vrier. M. le baron 
d'Usedom, chargé auprès du gouvernement anglais d'une mis- 
sion semblable, partait en même temps pour Londres. 

Hais, au lieu d'accepter les propositions conciliantes de la 
France et de l'Angleterre, la Prusse, par l'organe du générai (^ 
Wedell, mettait en avant des propositions bien différentes. Elle 
demandait, par exemple, que le passage fût interdit à toute 
armée sur le sol allemand, que l'on prit des engagements Tor- 
mels relativement à la Pologne. ^ 

Qael droit avait donc la Prusse de parler au nom de l'Alle- 
magne? ou plutôt n'était-il pas bien évident qu'elle plaidait lA 
cause de la -Russie et qu'elle conTondHit dans ses terreurs et 
dans ses défiances la Pologni^ russe et le duché de Posen. 

Pendant que la Prusse et la plupart des puissances germa- 
niques méconnfûssaient ainsi leurs devoirs et leurs intérêts, une 
péUte puissance imienne, dont les ressources c{ les intérêts ne 
pouvaient se comparer à ceux de l'Allemagne, venait de dsffner 
à l'Eumpe une leçon en cdbstituant, par son accession «clive 
au traité du 10 avril 1834, la ligue européenne contre les em- 
piétements de la Russie. 

On se rappelle que les gouvemetnents de .France et d'Angle- 
terre s'étaient engagés il laisser te traité conclu entre eux, le 
10 avril, pour la défense de l'empire ottoman et*de l'équilibre 
européen, ouvert à la signature de tous ceux qui consentiraient 
ft s'associer k leurs efforts. A l'accueil fait par le cabinet de 
Turin aux premières démarches, ayant -pour but d'obtenir son 
adhésion, il fut facile de prévoir qu'elle ne se ferait pas at- 
tendre. 

L'acte d'accession fut signé le 26 janvier lS5â. Deux convco- 
lions annexes réglaient les points de détail. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



Lk CAMPAGNE DIPLOMATIQUE. <fi 

Us momeot, le gouvernemeDt sarde avait hésité , à cause de 
sa postitHi délicatevis-à-Tis de l'Autriche. Od n'a pas perdu 
de vue le différend qui s'était élevé entre les deux puissances à 
FoccasioD du séquestre placé sur les biens que possédaient dans 
la LcHiibardie des sujets lombards naturalisés sardes. Ce diffé- 
rend s'était envenimé à ce point que les deus gouvernements 
avuent rappelé leurs nÙDistres respectifs et que, depuis Iwb> 
ils n'étaient représentés que par de simples chargés d'affaires. 
Mais la signature du traité du 2 décembre fut, pour la Sar* 
daigne , un motif déterminant. Elle sut comprendre qu'il lui 
importait de ne pas rester dans un dangereux isolement. En 
accédant au traité du 10 avril, au contraire, elle assurait sa 
position i^ésente et future en Italie. 

En effet, la France et l'Angltierre , en retour de la coopéra- 
tion appMtée par la Sardaigne , lui promettûent leurs bona 
oIBces auprès du cabinet de Vienne , afin d'en obtenir lalibé- 
ralioo des biens séquestrés. Elles se portaient garantes de la 
loyauté du gouvernement sarde et repoussaient en son nom 
1» desseins ambitieux et les tendances révolutionnâmes qu'(m 
lui prêtait en Allemagne. 

Parmi les annexes du traité d'accession était une conventkm 
miUtaire dont les six articles principaux étaient aioû conçut 
en substance : 

La Sardaigne fournirait un corps d'armée de 18,000 hommea 
organisé en dnq brigades formant deux divisions, et une bri- 
gade de réserve sous le commandement d'un général sarde ; le 
Roi de Sardaigne s'engageait à maintenir ce corps k son cbiAe 
primitif par l'envoi successif et régulier des renforts nécessaires 
et à pourvcHT à la solde et à la sid»istance de ses troupes, les 
deux puissances occidentales devant, au reste, se concerter 
pour assurer et faciliter à l'année sarde l'approvisionnement 
de ses maga»ns ; LL. HM. l'Empereur des Français et la Reine 
da Royaume-Uni de la Grande-Bretagne et d'Iriande garan- 
tissaient l'intégrité des Étals de S. M. le Roi de Sardaigne , et 
s'engageaient à les défendre contre toute attaque pendant la 
durée de la guerre. 
Le corps sarde devait, ï son arrivée sur le thé&lre de la guerre^ 

K 



.. n,5,t,7rjM,G00glc 



«t LA QUESTION D'ORIENT. 

£tre placé sous le commandemefit stipérieur de lord Raglan; 
mais il serait établi dans un camp spécial , et il élait bien 
entendu que sa nationalité ne souffrirait aucune atteinte, qu'il 
na serait conf(Midu avec aucune autre troupe , les trois armées 
^Uées devant coopérer de la même manière, quoique dans des 
proportions inégales, aux entreprises que les généraux formc- 
taient après s'en être entendus. 

C'est afin de mieux conserver sa personnalité, partant sa 
voix dans les négociations futures, que le cabinet de Turin 
avait t«nu h pourvoir Ii l'entretien de ses troupes, et comme 
cette obligation lui imposait un lourd fardeau dont le poids 
aAt écrasé ses ressources ordinaires, il s'était décidé à avoir 
recours à un emprunt qui serait négocié h Londres à des con- 
ditloos avantageuses. 

L'accession de la Sardaigne k la grande alliance anti -russe 
inaugurait heureusement la participation des Ëtats du second 
ordre à l'action des grandes puissances. L'intelligente initiative 
de la maison de Savoie donnait un exemple aux nations secon- 
daires, et montrait que la défense du droit et de la civilisation 
appartient à tous, aux petits comme aux grands. Le gouvcr- 
Mment sarde proclamait le premier cette vérité, que la neutra^ 
lité c'est l'ÎBoInneDt et la faiblesse. C'était un beau rôle pour 
le cabinet de Turin, et bien fait pour rehausser la dignité, 
faut aHUi«i' l'avenir de cette monarchie, que celui qu'il prenait 
ainsi sons l'unique impulsion des grands intérêts européens. 

Ainsi, tout tournait pour la Russie en humiliations, en 
dangers. Chaque pas feit dans la voie des négociations lui 
anaofaait une concession nouvelle; le nombre de ses ennemis 
•'augmentait, ses amis ne l'appuyaient que dans l'ombre, et, 
sur le thé&lre de la guerre , tandis que les armées de l'Angle- 
terw et de la France se remettaient de leurs épreuves et se 
pr^araient, derrière des retranchements inexpugnables, à une 
attaque décisive, une armée russe supérieure en nombre se 
heurtait en vain h des fortifications ébauchées défendues par 
des Turcs. 

Ces échecs successifs avaient fini pai- abattre l'àmc énergique 
de l'empereur Nicolas, et son corps, usé par les fatigues de 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



LA CAMPAGNE MPLOUATIQUE. «T 

uMe lotte, ne pouvait plus résister aux mille détails d'une 
Ktioa qui engrossait à la fois dans un conunandement absola, 
persoQDel, la diplomatie et la guerre. Déjà frappé au cœur par 
les cmels mécomptes de ces deux années , le Tsar fut tout k 
eoup, à la suite d'un re&oidÏBsenMDt, emporté par une inHaai- 
nution pulmonaire (3 mars). 

A es moment sui^éme où londwit devant un censutn) le res< 
sentiment excité par l'agression hautaine qui venidt d'ébranler 
l'Europe , si ou ne pouvait méconnaltne la haute leçcHi donnée 
xax ebefs des nations par la ProridMice dani la personne 
de l'emperaïF Nicolas, on aimait à se raj^ler les faaatee 
qualités du puissant monarque qui avait représenté pendant 
longtemps l'esprit de conservation dans le monde. 

Ses dëmières paroles prononcées Mi français et adiesiées à 
l'Impératrice, avaient ^, disait-on, celles-ci : sDisàFritz 
(S. H. le Roi de Prusse] qu'il continué k rester fUtaché à la 
Russie, comme il fa été jusqu'ici, et qu'il n'oublie jamais le 
mot de son père. > 

Cet év^ement si grave, qui faisait disparaître à un moment 
décîwf l'auteur même du conflit, altalt-il tout tominer Gonune 
par un coup de thé&b«? 

On s'empressa, & Londres comme à Paris, de conclure que 
les chances de la paix s'étuent de beaucoup accrues : les fonds 
montèrent dans les deux capitales. On se h&tail de voir dans le 
nouvel empereur un partisan de la paix, un adversaire du vieux 
parti russe. On ne voulait pas reoonnattre que l'empereur dé- 
font lui^nAme, dont la volonté était ai tenace, la mwn si ferme, 
avait en plusieurs occasions cédé à l'entraînement de l'opinioD 
fopnlake qu'il avait surexcitée. Son fils, qui lui snecéda sans 
opposition, Alexandre U, recueillait aujourd'huifcet héritage : 
étûUl libre de l'accepter sons bénéfice d'inventaireT pouvait-il 
comBtSDcer eoa règne par une concession qui serait regardée 
comme un acte de fdblesseT Les ressources de l'empire n'é- 
taient pas épuisées, ses armées étaient battues, mais non vain- 
cues, et le siège de Sévasiopol durait toujours. La Bussie était , 
envahie, humiliée, ses flottes détruites ou paralysées, et il eût 
irûtésans tenter toutes ses diancest On ne devait pas l'espérer, 



n,5,t,7rjM,G00glc 



68 LÀ QUESTION D'ORIENT. 

Le journal ofSdel français déduisit de cet évéDementimpr^u 
les conaéquences qu'en attendait l'opinion publique, mais il fe 
fit avec la plus délicate réserve, avec le plus parfait sentimeot 
des convenances. Après avoir ni(Hitré, par l'histoire des der- 
nières années, les grandes qualités du monarque qui venait de 
disparaître, l'article ofjSciel ajoutdt : 

f Cette mort va rendre plus libres, en leur donnant plus de 
sécurité, ceux que l'habitude d'une constante déférence atta- 
chait et retenait encore, 

» L'empereur Alexandre , éclairé par les graves enseigne- 
ments de cette dernière année du r^ne de son prédécesseur, 
comprendra qu'un grand rAIe lui est réservé. En renonçant à la 
politique périlleuse de son père, il dépend de lui de rendre la 
repos à la Rusue et de mùntenîr sa place dans le monde, en 
fusant de son avènement au irAno la date d'une politique de 
réconciliation avec les intérêts généraux de la société euro- 
péenne. 

» Ainsi s'explique comment tant d'espérances se sont mêlées 
à l'émotion de cet événement si hnprévu. Ce n'est pas nne 
grande nation coimne la nôtre qui se réjouit lorsque la mort 
frappe un adversaire, qaelque puissant qu'il soit. Mais tout le 
monde a compris que la main de Dieu, en enlevant & la lutle 
le souverain qui l'avait engagée, avait fait (^paraître le prin- 
àpol obstacle à la paix du monde. » 

Le manifeste d'avènement du nouvel empereur Ait un pre- 
mier démenti donné aux espérancis de concessions immédiate» 
et complètes. S. M. Alexandre II y déclarait hautement qu'elle 
s'efforcerait d'accomplir « les vues et les désirs de nos illustres 
I»édéces8eurs nerre, Catherine, Alexandre »; elle y parlait dt 
la Pol<^e et de la Finlande, inséparablet de la Russie. Ces 
souvenirs de Pierre et de Catherine, évoqués par le nouvel em- 
pereur tandis que son père consentait à les décliner, produise 
rent l'impresùon la plus f&cheuse et donnèrent au parti de la 
guerre, déjà si puissant à Saint-Pétersboui^ , une confiance 
nouvelle. 

Dans sa premi^ réception du corps diplomatique, Alexan- 
dre II fut plus calme et }^us habile. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



lA CAMPAGNE DIPLOMATIQUE. W 

«Je dédue td solenoeUement devant vou», dit-il^ que ja 
tMte fidèle à tous les aentiments de mon pèm, et que je pené- 
Tércni dana la ligne des principes politiques qui ont serri de 
ri^ à mon cncle, l'empereur AlexaDdre, et à mon pire. 

* Cet [windpes sont ceux de la sainte aUiance. Uus ai cette 
illiaoce n'existe {dos, ce n'est certunement pas la faute de mon 
père. Ses intentions sont toi^ours restées droites et loyales, et 
0, ai dernier lieu, elles ont été méconnues par quelques-uns, 
je o'ai pas de doute que Dieu et l'histoire ne lui rendent jus- 
liee. 

■ JesnoBjwftt à tMtdre la main à une entente sur les cood»- 
lÎMU qu'il avait acceptées. Comme lui, je veux la paix, et veux 
voir n terminer les maux de la guerre ; mais si les conférences 
ipii font s'ouvrir à Vienne n'aboutissent pas à un résultat ho- 
norais pour nous, alors, messieurs, i la tête de ma fidèle EUis- 
ne, je combattrai avec la natiou tout entière, et je périrai plutôt 
que de oéd». » 

La mwt du tsar Nicolas, l'avènement du tsar Alexandre, 
ne raodiHaient donc ni les conditions politiques de l'Europe, ni 
mtnie les rapports de la Russie avec l'Allemagne. Les liens 
éinnti de âunille établis entre les souverains n'étaient pas bri- 
sés, et 9 le beau>frère du Hoi de Prusse n'était plus sur le 
Mne , son neveu y était monté. 

A mesure que s'effaçait l'impressioD profonde causée par la 
mwtde l'empereur Nicolas, il devenait chaque jour plus évi- 
dent qu'il n'avait pas seul personnifié la guerre. Avec le Tsar 
n'avaient pas disparu les questions irritantes soulevées en 
Borope. 

On disait que Sa M^eslé le Hcù de Prusse avait fait , auprès 
de l'empereur Alexandre, une démarche pressante , et lui avait 
bit KfwéseDler de la façon la plus sérieuse les difficultés de 
Il poâlicHi de l'Allemagne en général et de la Prusse en parti- 
caiia : ù on laissait aujourd'hui s'échapper l'occasion favorable 
de conclure la paix , on compromettrait chaque jour davantage 
les puissances allemandes. Ausâ le roi Frédéric-Guillaume 
coDsdllait-il la présence k Vienne de H. de Nesseirode , dont H 
sait l'écrit élevé et condliaiat. 



jM,Googlc 

JE 



tO LA QUESTION FORFBST. 

De ces dispositions en apparesce sympathiques il la èause 
de rEnrope oe sortH qn'une Beconde miseion de M. àk Wedril, 
tout aussi stérile qae )s première. Dans ce secoad voryage à 
Paris, )e gén^l de Wedell n'apporta phu qiie tes hupres^om 
trèa-TSgues, très -Indécises du roi Frédéric- Guillaume. La 
doulenr àtt cher Frits était trop vive , trop récente poof li» 
permettre d'atrèter la base d'un traité. S'il be s'agisMit qét 
d'assurer l'int^^té de l'empire crttonMn , On pourrait toir. 
A travers ces hésitations, ces réticences, On ponvail dniner 
un nouveau revirement d'opinion. 

De notfveaox motifs de défiance venaient en effet d'arrêter 
rattention des pnissances occidentales. On faisait circuler efi 
AHemRgoe mie interprétation des quatre garanties à peu près 
semblable à ceHe qtie te prince Gorlchakof avait consigiiée 
éatis le itiemorandbm décliné psr les pténipoientiaires de 
'Vtctine , et oti tffîmrail qlle la Ba«slg ne l'ét&it engagée qae 
sur cette base. Ces assertions perfides des feuilles alIfirnandeE 
i H solde de la Hutsie ne pouvaient sans doute infirmer l'ad- 
hésion puift M (Ample donnée par l'envoyé russe aux quatre 
gitrailtt^ ; maiif il } avait là une maïUeuTre qt)l réclamait des 
etpitcations , et l'attitude prise par le successeur de Nicolas I" 
ne fut pas de ftatbrè k calmer les inquiétudes. 

Le gouvernement russe sentit qu'il ne fallait pas tnetire do 
ton côté tous les torts de tft violence et de la ruée : par on jeu 
de bascule qui lui est familier, Il revint donc tout ft coup à la 
modération dans une circulaire à la date du 10 mars , adressée 
Il ses agents du dehors. 

Dans cette pièce assez habile , le nouveau souverain repré- 
sentait les difficultés suprêmes de l'hérilnge qu'il venait d'ac- 
cepter, héritage dont il accepterait et remplirait , iivec l'aide 
de Dieu , les obligations sacrées, à savoir la défense de l'inté- 
grité et do l'honneur de la Russie , et l'achèvement de l'œuvre 
de paix dont l'cmperenr défunt avait approuve les bases. 

d Fidèle k la pensée qui se manlfestiirt dans les dernières 
dispbsilions de Son auguste père, ajoutait la cirClilairc, l'Em- 
petciu- a renôutclé les pouvoirs et confirmé les ilislrucltons 
dont avment été munis les plénipotetitialrts russes depuis lt> 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA CAMPAGIVB DIPLOMATIQUE. 71 

mois de décembre , à l'époque oîi les négociations de Vienne 
deiaieat être ouvertes. De cette manière, les intentions de 
l'empereur Nicolas seront remplies consciencieusement. Son 
Lu[ était de rendre & la Russie et à l'Europe le bienfait de la 
paix, de consolider la liberté du culte et ie bien-être des po- 
pulations chrétiennes en Orient sans dis^nction du rite qu'elles 
professent, de placer les immunités des Principautés sous une 
garantie collective , d'assurer la libre navigation du Danube au 
profit du commerce de tontes les Dations, de mettre ftn aux 
rivalités des grandes puissances dans l'Orient, afm de prévenir 
le retour de nouvelles complications, enfin de s'entendre avec 
elles sur la révision du traité par letiucl elles ont reconnu le 
principe de la fermeture des détroits des Dardanelles et du 
Bosphore, et d'arriver par là à une transaction honorable pour 
toutes les parties. Une pacification fondée sur ces bases appela 
lerait, en mettant fin aux calamités de la guerre, les bénédic* 
tiont de toutes les ualioos sur le noinem gouvemeinant. 
Cependait, la RuMie le WBt profondément et l'Europe devra 
le reconnaître , l'espérance de la conclusion de la paix reste- 
rait intuctueuse , si les conditions de la transaction îi conclure 
«levaient dépasser la juste limite que le seutiment de U dignité 
de la couonne trace irrévocaMemeut anx réKtIuliona de notre 
Bugnste souverain. L'Empereur attendra tranquillement In ma- 
nifestation des vues qui guident la politique des cabinets 
i{ipelés à résoudre, de concert avec la Russie, cette question, 
qoi est d'un ûMérdt général pour toute la chrétienté. Notre 
BDgusie Bourerain portera dans celte d^ttiération uB sincère 
esprit de concorde, d 

Il y avait loin sans doute de l'esprit qui dictait ces paroles à 
Utraocbe et simple adhésion aux quatre garanties , et il était 
érident qne la pensée Traie du cabinet de Somt-Pétersbourg 
n'élut pas dans la démarche do 7 Janvier; mais, se regardant 
comme engagés envers l'Autriche , et désireux de pous.ser jus- 
qu'au bout l'esprit de conciliation , les gouvernements alliés 
wnsentirent h passer outre, et l'ouverture des nouvelles confé- 
rences de Vienne fut indiquée pour le 15 mars. ' 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA QUESTION D'ORIENT. 



CHAPITRE 111 



LES CORFÊREHCBS DE VIBHIfB 



Lm pMnipolentiÛTM t VicDiie, idci prtlîadiiiirei, diiooun d'ouTertnn deieon- 
fitancai; ^neation de limiUtian itt gttanlien, léiene de condition* iptciUet 
jax Im putiM betbgènnta; le ptemier poinl, irgntiei ramet, ibolition des 
•Dcieni \rtiUa entre li Porte et ]i Runie, protectont collectif; la Kcmd poinl, 
■Mectiont coBtrouTéea, le ijTidicat et U commiuion du Denube, neutralisitioii 
doDell*; entente facile >ur ces deui points; nleur du conceuioni oblenue.< 
pu la Rniûa ; enthouriume pour U pùi en Europe, le parti de It piii t Lon- 
drMj fuutifme puiEque de H. Brigfati diffioultéi probablei Tela^iement au 
trointme point, luueplibilitéi nuw*; U queition n'eal pu à Vienne, nuîi k 
SAtutopot; •utceptibititéi autrichienDa, pourquoi on le> ménage; la Pologne 
el la Honnie; le troiBÎème poinl, mo jena dilatoiiei, la neutraliulion ella limi- 
lalion, «ombinaiion allewande du eontre-poidi, amendement franfaii, le ilotu 
qtiQ Bottant »»-t-il la bi*e d'un tdUtnatmn, l'ourerture de* détroits pro- 
poiie par U Btinie, lord John Ruisell et M. Droujn de Lhnp faibliuenl, ilt 
•ont déiaioaéi ; intriguei raneien Ulemagne; demièrei proponliom de l'Au- 
triche ; d&ture dei confirencei. — L'Autriche tiendn-l-elle lei engasementi, 
effet produit par l'tehec de la diplomatie, a qui la faute, pentée de l'Aulricbe, 
elle n'eiieutera paa lei convention* du 2 dioembre, rAduction de l'anote an- 
triehiesM; bUme infligé t l'Autriche par le diicourt d'ouverture de> cheltt- 
hre* fraataiteti rAle MgrettaUe de la Ptumb. — C'eit au faiti & parier. 

Rien ne fut négligé pour donner aux conférences toute la 
gravité, toute la soleDDÎté que réclamait la question engagée. 
La France envoya à Vienne M. Drouyn de Lhuys , ministre des 
affairesétrangères^quidevaitassiBlerM-lebarondeBourqueney, 



■)„:,iP<.-jM,G00glc 



LES CONFÉRENCES DE VIENNE. 73 

envoyé extnadmaire et mioistre pléoipptentiaire piës la tgar 
d'Autriche. La Grande-Bretagne cbtûat pour la représenter un 
homme paiement éminent par sa naissance , par sa longue 
eipérience des affures publiques et par son influence parle- 
mentaire, lord John Russell, de conc^ avec le diplomate 
éprouvé qui depuis longtemps était chargé des iotérfits de la 
COUT de Saint -James à Vienne, le comte Westmoreland. 

De son cAté, la Sublime -Porte s'apprêtait à envoyer à 
Vienne un de ses dignitaires les plus distingués, Aali-Paèha, 
ministre des affaires étrangères , qui prendrait part aux négo- 
ciations connue plénipotentiaire spécial , à cAté de l'ambassa- 
deur ottoman près la cour impériale , Arif-EBendî. 

L'envoi comme plénipotentiaires d'hommes si éminents, 
prouvait la volonté sérieuse chez les puissances alliées de 
meEtre un terme à la guerre , pour peu qu'il fût possible de 
rendre honorablement à l'Europe une pux déûrée. 

Quant à la Russie , elle avait k Vienne le Iprince Gorlcha- 
kaf, ministre à Stuttgart et envoyé extrsOTdinaire depuis le 
npfel de H. de Heyendorf, et elle lui adjoignit M. de Titof , 
aoden ministre près la Porte-Ottomane. 

Tienne ayant été choisie pour théâtre des conférences, M. le 
comte de Âiol était naturellement appelé à les présider : il se 
Bt issister dans cette tftche par M , le baron Prokesch , pléni- 
potentiaire autiichieu près la Diète germanique. Le protocole 
fnt tenu par H. le baron de Meysenbug , conseiller aulique à 
la chancellerie d'ËUt. 

Les pouvoirs vérifiés , les représentants des trois !puiisances 
alliées limitèrent, par une sorte de manifeste concerté à l'avance, 
te champ des négociations futures. H s'agissait de poser h non- 
veau le memmto du 2g décembre auquel avait adhéré la 
Rusùe , et de ne laisser k ses représentants aucun écba[q>a- 
loire. Le président, H. de fiuoi , fut chu^ de ce discours 
préliminaire dont voici la teneur : 



m objet noiu rMnil dus ca lira, calni l'anivar à u> 
ut HDcèn pour ttain t rEurofw eaUc piii dont elle 4 bnl bMoiB. 
■M* difBcBlUi M prtwnterMil miu doute dui ts toon i» not MJbé- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



7* LA QOESTIOW D'ORIENT. 

nIioDs; dM«fiBiMH dirergoatM Knnt sifnBâa; det Mtrèti ooirirtdidomi 
tu appir«Dce Mnmt du en svut; te lonienir d«a croeU inrifioes ^He U gnette 

> déjà eiigéa pteadra place p^rmi ce< dirGcHltéi. Hiiii moins noua diuimuleroM 
Il gnrilc de ccb obalaclcs, et plus, j'en n) li conciction, ddui profcsseroni l'ea- 
prll ds cftncilIitioA qui nt lOmpaiTblc «tcc notra iDisnan rt ivec iea plcma pcio- 
Min dont nom uiatmet taunia, aSa de □« pM anéaoUr le nobk bot <}iii non 

u Si MajesU l'empciMir d'Aulriclw, su plénipotcntiiirei ont letn l'ordre de 
le déclarer, i son opinion arritl/'C au sujet des cooditioat indispensables sur lea- 
qucll^ doit M baser h paii. L'Empereur > franchement conclu avec ses «tliéi un 
■mngenwnl tnr le« btMa dwjuel eealei il hll p«ra1l possiUs d'élaUir un ordre 
de ebose* qui novs Jarantisw conin le retonr d'nne eompikalian qni ■ ai fttt- 
fondément affecté nos relilîoni internationales et les intérêts de loua les pa|s. 

n Sa Majesté, en es qui la concerna personne llemeat, a résolu de poursuivre 
UDfi ïariation la riglc de conduite qu'elle a'est tracée, et rien, pas ntéme les con- 
aétpuoces lia plu> lériensel, he poum l'empéeber d'adhérer aerupDleusement i 
l'eDjjigeiient qa'oUe ■ contraeté sont ce r^pMt avec ses allié*. 

» La natcho qoe doos aïona t luiire a dé^ été tracée. Lai baseï de poi qai 
ont été jujjées indispensables, afin de donner des garanties pour la sécurilê de 
l'iienir, et de meltre fin k un état de choses qui a placé la Russie en ho«lilité 
nec h ^us gnmde partie de l'Eunpe, sont dèsijnéa. Ce* baiea ont d^jk été 
^■ItbtementconBUDiqaésikl'entoféruNe; il en a pria note, et adéeltré qu'il 
éUit ntorlaé k adhérer k loua les principal poiéa, et qu'il ét>H prêt k lei adopter 
comme point de départ des □cgacialiana. 



D |o Le protectorat eiercé par la Rnsiio aur la Soldavie et la Vatichie ces- 
Mra, et les pririlégei conlérél par le Snllcn k ces prineipantés, ainsi quï la 
Serbie, seront pUeéa déaonnaii sou* la gtraatia eoUoetlie éa piisamcea c«d- 



B 2» La liberté de la navigation du Danube sera, eonplélemcnt assurée 
par dw mojeoa erCcoces, et sous le centrale d'nne autorité sjodicale perma- 

» 9<> LatraHédnl3jailM1841 lera revi**, dam k AmiMo bold* i*tUcher 
pins complélentenl l'eiistenoe de l'empire ottoman k Téquillbre européen, el do 
mellie 6ti k la prépondérance de la Russie dans la mer Noire; 

» 4« La Ruisie abandonne le principe de couvrir d'un protectorat ofGeicI les 
fujets chrétiens du Sultan (du rite oriental]; mais [es puissances chrétiennes se 
{rréleronl mutnellemclil «de k l'effet d'obtenir de rinftiali»e du ■[onierncmcnt 
oUonaa la conGrmatiaD de l'obnmtioa des droili religieui des communaDtâs 
chrétiennes soumises a la l'ortc, sans dklîuction de rite. 

» Le développement de ces principes formera robjel de nos négociationa. 
HclLona la main k l'œuvre avec la ferme résolution de réussir, el espérons que le 
Mccéf eouroniierB nm efforts. 

n L'importance de nw travaui et la grarité des totéréll qui s'y ntlacbcnt 
Wnt de naloro a justifier lo détir que (a marche le no» nésoriatiOM ne reçoire 



jM,Googlc 



LES CONrtNBlCBS DE TIEKNE. 15 

f« Doa pwUkilé frinitmée, 4e HMoritre 1 donner Hea k dca cmtroftno qui 
fi»miiM> BBire Mt luect* da m* effort*, la croii que lu pUiipotepliiina 
■cnMt BBmimci pont déùrer qu« cet iDcanvéDient loil, aaUat que pouible, 
nité, eu te Aiuunit leur pirale de ^rder le lecrtt sur dos discuniont com- 

■ En epu un e n c n l tm Irtnui, B'oabliooi pu d« ka piMIir mnt l«al tout h 
protectieti da k dniie ProrideoM. fume h ciel, en noMtcliinnt toui, décré- 
ter qae l'unioa de l'Eanipe, li néceieure w progrâ« de U civilMttïan, h coiuc»- 
lide plu* que jamais pu ces DégoeiatioDS i a 



Après Ift lectitn de oe document eut lieu un premier eoga- 
gemeot «ir la limite des garanties. M. de Buol avait dit que 
l'accOTd ne pouvait être cherché en d^ors des quatre bases 
de négocialions : H. de Bourqiieiiey s'associa k cette déclara- 
tioD, mais non sans rappeler que le gouvernement français 
s'était réservé d'ajouter aux garanties » en qualité de puissance 
bHUgérantft, teUm conditioDs q>éoiales que pourraiwit ex'^er 
les intérêts généraux de l'Europe. Les plénipotentiaires britan- 
niques réitérèrent pour leur compte celle réserve, et l'envoyé 
otioman s'y associa. Le prince GortcbaLof ne pouvait laisser 
passer cette occaûon de diviser ses ennemis et, après avoir 
répété son adhésion aux garanties formulées dans le mement» 
àa 38 décembre, apiès y avoir oonttalé un point de départ et un 
but commun, celui d'arriver à une paix générale, il fit obser- 
ver que cette paix ne pouvait âtre sérieuse et durable que si 
elle était honorable pour tout le monde, a Si , de quelque c6té 
qu'elles vinssent, les conditions de la paix qu'on voudrait 
imposer à la Hussie étaient incompatibles avec son honneur, 
la Russie n'y consentirait jamais , quelque sérieuses que dus- 
sent être les conséquences de son refus, s 

Et, saisi tout h coup d'une passion exdusiva pour les 
qeatre garanties, le prince déclarait qu'il ne pouvait être ques- 
tion d'aucune condition hors de leurs limites. Le comte de 
Buol , un peu embarrassé peut-être du rAle qu'il allait avoir à 
jouer, reconnut que l'Autriche n'avait pas l'intention de sortir 
(l<is quatre points , mais réserva toutefois la liberté d'action de 
son gouvemcment au sujet des conditions futures que les bel-' 
libérants pourtaienl réclamer en dehors de ces base». 



n,g,t,7l.1M,GOOglC 



76 LA QOESnON D'ORIENT. 

Cest que , il faut bien le recoooattre, si l'ioterprétalitHi du 
3S décembre était déscninais au-dessus de toute discusâoUf 
comme point de départ des négociations, elle n'était point 
définitive, elle ne pouvait pointrétre; puisque d'une part les 
trois cours s'étuent réservé la faculté d'exiger ultérieurement 
et selon les circonstances les conditions particulières que 
pourrait réclamer l'état de l'Europe, et puisqu'elles avaient 
déclaré en même temps que les arrangements relatif k la 
révision du traité du 13 juillet i&41 dépendaient trop directe- 
ment des événements de la guerre pour s qu'on pût d'avance 
en arrêter les bases. ■ On s'était donc borné à en indiquer le 
principe en disant « que cette rénuon doit avoir pour obj^ de 
rattacher plus complètement l'existence de l'emiàre ottoman à 
l'équilibre européen, et de mettre fin à la prépondérance de 
la Russie dans la mer Noire. » 

Là était évidemment le point délicat, t'écneil probable des 
négociations nouvelles. 

La discussion commença sur le premier point. Le plàiipo- 
tentiaire spédal pour la Porte-Ottomane n'était pas arrivé, 
anssi Arif-Effendi dut -il réserver pour le moment où Aali- 
Pacha serait rendu k Vienne , avec des pouvoirs plus étendus 
que les siens , l'action définitive de la l\irqute relativement k 
ce point qui l'intéressait d'une mamère toute particulière. An 
reste, il ne s'agissait que de poser les bases d'une réglementa- 
tion future. 

Le premier point de garantie abolissût le protectorat russe 
sur les Principautés danubiennes. L'objection préliminaire du 
prince Gortcbakof fut que ni le mot , ni la chrâe n'existaient. 
Quant au mot , cela pouvait être vrai , car il n'est écrit dans 
aucun traité, bien que par U suite des temps et par la force 
des choses la Rusue se soit, plus d'une fois, intitulée dans 
des actes ofQciels eour protectrice. Mais , enfin , te protectorat 
n'existait pas à la lettre , anssi H. de Bourqueney^, pour signa- 
ler la valeur de cette ai^tie, proposa-t-il de aubstitueran 
mot protectorat celui de protection. 

Quant au fut même du protectorat , nier qu'il eût existé , 
c'ét^t mer l'évidence, et le prince Gortcbakof n'arrivait par là 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



LES CONFÉRENCES DE TIENNE. ^7 

qn'fc démontrer huitement que ce protectorat ÏDJastiflé n'avait 
jamais été qu'une usurpation. 

LadécUrstionprincipaleàexigwdelaRuaûe, relativement 
k ce i»eimer point, c'était que les anciennes stipolations entre 
la Rnssie et la Porte n'existaient {dus par le fait et ne poor- 
rsient être invoquées désormais. M. de Bourquene; innila sur 
cette abolition dt fatto que le prince Gortchakof dut recon- 
naître , toot en faisant ses réserves en faveur des populations 
moldo-valaques' pour lesquelles il refffésentait les immunités et 
privilèges de la cour de Rossïe comme essentiellement toté- 
laîres. 

Ces observations préUminaires échangées, on arrêta, d'afwâs 
on plan proposé par M. Prokesch, la formule d'mi arrangemeot 
qui, tout en continuant i la Porte sa suzeraineté sur les Princi- 
pautés, Fentravait par des ingérences qui ne pourraient plus 
être exclusives, mais dont l'Autriche réservait évidemment une 
bonne part à la Rusne et à ell&méme. ( Voyet au chapitre 
Turquie, les détails de ce plan. ) 

Venait le second point : celui4j> concernait Spécialement 
FAutriche, et ses plénipotentiaires montrèrent qu'ils avaient 
particulièrement étudié tout ca qui concernait llntérét autrî- 
chieo dans la liberté du Danabe. 

Ici encore le prince Gortdiakof a'ét(»ma de voir réclamer 
une liberté qui existait de fait. La Russie n'avait-elle pas ouvert 
la mer N(»re à tous les pavillonsT Avaitrelle jamais entravé la 
Gberté du fleuveT N'était-elle pas disposée Jk tout faire pour m 
assurer au commerce européen le libre parcours 1 Ces asser- 
tions, al évidemment controuvées, n'avaient pour but que de mafr- 
qoer une retraite, et ce fut ausù l'intention qui dicta au prince 
Gortcbakof une oppo«tion assez vive conire la qualiBcation de 
tifndicat européen qu'il réussit à faire remplacer par celui de 
eommiaion européenne, pour désigner la réunion de délégués 
qni établîrùent les bases d'une législation fluviale et maritime 
sur le Danube. La prétention de la Russie était d'enlever i cette 
làuùoD tout caractère politique et de ne lui conserver qu'un 
caractère exclusivement commercial. Mais il fallut encore cé- 
der de ce côté, comme pour raboiitinii de la quarantaine nis.'ie 



n,5,t,7rjM,G00glc 



TflT lA QUESnOM D'OMENT. 

dfl la boucke de fioulisB et pour la neotrvliaatMw ea fût du 
Delta danubioi entre le point de ^éparatioD et les euboucjluiies 
des bnu de fionliiiaiet de Saiot-Geoi^, 

Tout allait bien iiiBi|ue-]à, Uen que cbaque point eût «ucore 
sei qu«eticni3 réservéee «t que la Rueûe e(it obleiiu plus qu'où 
s'eût dà lui accorder peut-dire, à savoir, le muatieu d'sn pro- 
teetorat, coUaeti/ il est mu, maie qui (ktoneratt plus tard aais- 
sBooe i des difficulté oouveUea et à la coatiouatiou d'une aou- 
verâaetà de fait aur ie icours àa Daoube. 

Cette «Dtente, ù fadJlement établie dès les premiers jours de 
la conférence , éveilla par toute l'Europe des espérances de 
paix. On emtait que lea puissaoces occidentales] placées en face 
d'un nott¥el ^ersaire qui n'avait pas fomeiUé celte querelle, 
se montaient courtoîscsoeiit prêtée à céder tout ce qui pourrait 
£tie cédé aans péril. D'aiUeurs, on était Us de la guerre et des 
éfretaes qu'elle venait ajoutw à toutes celies que la Provi- 
denoe imposait à l'Europe. L'opiolim, en France, se nuwliût 
enthousiaste à la pensée d'un arrangement honorable. En Aa- 
gWerre, ua*parti de la paix se forpiaït i. la vue de tant de mi- 
aèrea, de tant de souf&anoes, de tant de difficultés imprévues 
qat aceablaifiot le pays au début de la lutte. Un Quaker, un 
membre du congrès de la paix, rtumorable M. Bright, se laisait 
l'éeho paaùoiiDé de ces déoouragenoDtSj de ces sout&ances. Il 
pvononcait, par exemple, dans une des i^iiici paies villes ma- 
Qiiftfilunèpee du Dord, cet éloquent et virulent plaidoyer conbe 
■la goeire: 

« Je sais bien qu'il est des gens qui regardent oomue lue 
règle établie par la Providence, qu'il y ait d'un cAté des bommes 
-très-riobes, de l'autre des hommes très^pauvres. Laissait de 
cAté ces théories, je dirù seulement qu'il faudrait qu'un homme 
fbt aveugle, qu'il devrait avoir un guide quand il sort ou ne 
pas sortir du tout, s'il ne voyait pas que l'absorption par le 
gouvernement de tous les produits ou de la somme équivalMite 
aux produits de l'industrie d'une si grande population doit né- 
cessairement tendre à créer un accroissement conùdérable de 
souffirances et de paupérisme. Je suis, je dois le dire, de ceux 
flui envisagent sons irâ couleurs les [dus sombres notre posHioo 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LES CONFÉKENCEg DE VIENNE. W 

preseote et crile fc laqudlie nona marchons... Non-seulemeDt 
toutes nos sources de prospérité à l'intérieur sont taries par 
rsppauvrissement général, mais U n'y a pas un marché siir la 
surface du globe qui n'en reçoive le contre-coup. Nous sommes 
dons un étatdecoDcurrffteeefirénée, nous produisons plus que 
le monde ne consomme, et nous continuons de nous faire con- 
euneaca k mesure que nos consommations diminuent... Le 
paupérisme augmente dans des proportions effrayantes... De- 
puis deux c^ trois ans, nous n'avions plus de mendiants; nous 
en aTOOB maintenant autant qu'il y a dix ou quinze ans... Il y a 
des gens qui s'imaginent que, parce que le gouvernement fait 
des commandes, le commerce doit marcher; mais vouloir faire 
marcher le commerce avec les impôts du pays, n'est-ce pas 
vouloir oounir un chien en lui donnant sa queue à mangerT.., 
Qndle qu'en soit la cause, si le blé continue à être à 70 shillings, 
ce ne sont pas les changements de cabinets ou de premiers mi- 
nisties, ce ne sont pas les fantAmcs de gloire militaire, ce ne 
sont pas les inventions de la politique ou de l'imposture des 
hommes qui empêcheront la population de s'enronccr de plus 
en plus dans la soufiance, de passer de la soufitance au niécon- 
teidemeot, et du mécontentement à la révolte. Ma prorondf et 
solennetle conviction est que, si la guerre continue d'arrOter 
l'importation du blé dont nous avons besoin, avant deux ans, 
TOUS serez occupés à fusiller vos concitoyens dans les rues... 
Je suis convaincu que nous sommes sur le seuil de difficultés 
dont ne se doutent pas même ceux qui soutiennent k grands 
cris ia politique qui nous les apporte, et le jour où elles paraî- 
tront, ils sercmt terrifiés que nous les avons vus quand de sem- 
blables désastres ont frappé le pays... Je pourrais vous citer des 
villes ob le commerce est dans un état où il n'a pas été depuis 
bien des années; je ne vois pas de raison pour que cet état 
n'augmente pas... C'est à vous de faire comprendre à ceux 
avec lesquels vous êtes en contact les maux énormes qui nous 
menacent et dont vous pouvez déjà entendre l'approche, si vous 
voulez prêter l'oreille; c'est à vous d'encourager toute politique 
qui cherchera à arrêter des événements qui, si on les laisse ve- 
nir ,seroiit les plus désastreux que puisse voir notre géqéraUon. h 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



M LA QUESTION D'OftlENT. 

Cefi exagérations, mêlées de quelques vérités, étùent aa 
même moment appuyées par quelques manifestations mena- 
çantes d'ouvriers sans travail & Londres et à Liverpool. Aus», 
quand les conférences de Vienne furent sur le point de s'ouvrir, 
H. Brigbt supplia, dans la Chambre des communes, l'adminis- 
tration nouvelle de poursuivre sérieusement l'œuvre de la paix. 
flCe que je demande, dit-il, au gouvernement , c'est que, les 
bases des négociations une fois posées, on convienne d'un 
armistice, s Et, comme quelques voix indignées protestaient 
contre ces paroles : « Je voudrais bien voie quelqu un , s'écria 
l'orateur, se lever et oser dire que le sang de deux cent mille 
créatures humaines déjà répandu dans cette lutte fatale n'est 
pas un suffisant sacrifice. Vous ne voulez pas conquérir de 
territoire, vous proposez des conditions que je ne refuse pas 
de tenir pour raisonnables; alors où donc est l'homme daos 
cette Chambre ou dans ce pays, où est l'horame dévoré d'une 
assez insatiable soif de sang pour appeler avec bonheur un 
assaut dans lequel Anglais , tYançais , Russes, Turcs, aussi sûr 
que nous existons , vingt mille cadavres joncheront les rues de 
SévastopolT... Ce que je vous dis là, c'est ce que pensent dans 
ce pays des milliers de chrétiens, dont la voix est couverte par 
de fausses clameurs. i> 

Rien de plus chrétien, à coup sur, que ces honnêtes doléao-^ 
ces : mais rien de moins raisonnable et de moins pratique. 
Un peuple de Bright serait à la merci du premier ambitieux 
qui ne partagerait pas ses scrupules. La paix est en soi une 
bonne et désirable chose , comme aussi la guerre est un fléau 
haïssable ; mais quand on a entrepris la guerre pour une cause 
juste et nécessaire , il faut savoir faire le sacrifice de sa vie et 
de ses jouissances matérielles , si l'on veut mériter l'honneur 
d'être libres. Que deviendrait donc une nation qui, pour quelques 
milliers d'hommes tués, pour quelques souffrances industrielles 
et commerciales, abdiquerait et se déclarerait vaincue? Il est 
bon que le pain soit à bon marché , que les manufactures mar- 
chent , que les cotons se vendent , mais il y a pour les peuples 
un intérêt plus vital, c'est celui de leur honneur. Les Bright 
seraient d'excellents esclaves, religieux, doux envers leurs 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



us CONFÉRENCES DE VIENTŒ. Si 

luUres, producteurs infat^bles, mais on n'en saurait faire des 
ciiofena. 

Ce« innoœnles utopies n'étaient pas, au reste, l'expression 
de l'opiaioD publique en Angleterre. 

Là, comme èa France , on désirait la paix , mais on n'osait 
s'abandonner avec trop de conRance aux espérances des 
premiers jours. Si la JlusBie avait si facilement cédé sur les 
premiers points, sur la transformalion du protectorat d^s Prin- 
cipautés, snr la liberté de la navi^otion du Danube, c'est peiit- 
fitreque, décidée à refuser le point essentiel, elle tenait avant 
tout à désintéresser l^llemngne, et surtout l'Autriche. La dis- 
cussion du troisième point allait le montrer : là , en effet, était 
le nœud des débats. 

Un arrangement amiable sur cette question de la limitation 
de la puissance russe dans la mer Noire entraînait forcément 
l'une de ws deux alternatives : ou lever le siège de Sévastopol et 
lenoucer à le rsser ; ou détruire cette .ville avant d'évacuer la 
Crimée. Dans le premier cas, les puissances occidentales renon- 
çûent k un avantage bien chèrement poursuivi, elles cédaient : 
aux yeux des nations, elles s'avouaient vaincues ; dans \p second 
cas, la Russie était humiliée et n'avait pourtant perdu qu'une 
forteresse. Qui l'empAcherait d'en reconstruire une autre? 

De son côté, la presse semi-officielle de Saint-Pétersbourg 
commentait h l'avance avec aigreur ce troisième point et cher- 
chait à exciter en Europe la dcDance contre les puissances 
occidentales par des accusations d'ambition assez singulières 
vmant d'une telle source. 

Prétend-on, disait-elle, établir désormais comme règle qu'une 
puissance forte doiL toujours mesurer le développement de ses 
forces militaires sur celles de sa puissance voisine? Il résulterait 
d'étranges conséquences de l'application de cette règle nouvelle 
d'équilibre aux rapports do la Russie et de la Turquie. Que 
cette dernière, par exemple, arrive à une telle fait>lesse qu'elle 
ne soit plus capable d'entretenir convenablement quatre vais- 
Beaux de même rang , que ses amiraux et ses officiers soient 
incapables, ses navires vieux, de construction défectueuse et 
ne pouvant résister tous les quatre à un seul de nos bâtiments 



jM,Googlc 



88 LA QUESTION D'OKIENT. 

commandé par d'exellents officiers à la tète d'un équipage 
héroïque, la Russie devra-t-elle se conrormeràrimpoissanoe 
de la Turquie, et n'avoir que de mauvais navires, des officias 
incapables et de détestables matelolsT 

Et OQ ajoutait que si les puissauces alliées concentraient nu 
si grand nombre de troupes aux environs de Constantïoople , 
c'est que, trop sûres de l' affaiblissement définitif de L'empire 
turc et de sa chute îaévilaMe, elles voulaient détruire à l'avuice 
l'influence de toute puissance étrangère qui aurait pu leiur tenir 
tête sur ce terrain. {AbeilU du Norâ.) 

C'était oublier un peu vite d'où étaïnK partis les plans de 
partage de l'empire en décadence, et qui avait cherché à 
dominer à Constantinople à l'exclusion de tous les autres. 

Déjà le comte de BuoI , interrogé par le prince Gortchakor 
sur ta portée de cette garantie relative à la prépondérance de 
la Russie dans la mer Noire, hiî avait laissé entrevoir à l'avance 
qu'on demanderait san^ douie it la Russie la destruction de son 
grand arsenal maritime , l'éloignement de sa flotte , l'interdic- 
tion de reconstruire' sur son territoire un autre port militaire, 
ou quoi que ce fût qui rappelAt Sévastopcd ou qui pût le rem- 
placer un jour; la Russie ne pourrait posséder dans l'Euxin que 
des bftlimeots de guerre dont l'pspèce, le nombre et ta force 
ne pourraient dépasser ceux des navires qu'auraioit l'Au- 
triche, la Grande-Bretagne, la France et la Turquie. 

A ces explications, le prince Gorlcliakof avait répcmdu, 
disait-on, avec quelque ironie : « On veut détruire Sévastopol; 
qu'on le détruise, mais on ne nous forcera pas de le faire nous- 
mêmes. On veut nous empêcher d'en reconstruire un autre, mais 
n'est-oe pas là attaiter hautement à notre droit de souveraineté? 
11 serait singulier qu'une guerre qui a été entreprise pour assurer 
l'indépendance de la Turquie eût pour résultat d'abolir l'indé- 
pendance de la Russie. Que lo Sultan construise sur son teni- 
' toîre autant de ports militaires qu'il le voudra; qu'il les fortifie 
par tous les moyens possibles ; qu'il cède même, s'il le préfère, 
qu'il cède à ses alliés les points que ceux-ci voudront occuper 
et fortifier; l'Empereur ne s'y opposera point , car il désire 
sincèrement que chacun soit maître chez soi. Quant au [«îndpe 



'n,5,t,7rjM,G00glc 



LES fSHrtBEHCES DE VIENNE. 83. 

àt VèfSfiM des fbnec uvdes daiu U mer Noire, il wn dif- 
&ae qne nous toyone d'tceati u ou peniilA à l'eulBodre dans 
m aen trop eonlrain à U Oiutie et trop dangcHeux pour «oo 
umr. L'Égalité des force* 110 serah qu'une dcriiioa amère, si 
la Torquie et ses alliés pouvaient toujoun en m réimisuQt 
arair une fntx navale quailruple de cdle de la Russie, » 

■ Noos n'avons pas encore plia Sévastopol, cela est vrai , 
répondaient les puissances occidentales ' : mais qu'est-ce que 
Sévasiopol à rbeure qu'il est pour la Russie T Ce n'est plus 
one place nuuritiine , puisque sa Botte, coulée à l'eotrée de son 
port on enfermée derrière celte barricade iofnncb'usabla , s'est 
retirée de la lutte. La mer Noire est le champ de bataille que 
nous avons conqnfa , on, ■ l'on vant, que l'ennemi nous a 
abandonné. La p«vill«D russe m pounait pas s'y montrer. Mqs 
Taisseaux , ceux de l'Angleterre et de la Turquie Ja sillûmeoi 
dans tous les sens. Sa doroinatkMi est déjdaeée; elle t passé 
de Sérastopol à Conitanliaople. 

■ Qui nous oUîge i rendre ce gageT Est-ce que catla situa- 
tion n'est pas la meilleure pour nousT Et non-seulonent nous 
occupons la mer Noire , mais «^fore nous assiégeons Sévat- 
topfri; nous acmimei fortifiés à Kaoïiecfa et à Balaelava ; Orner- 
Pacha se retranche h Eiipstoria ; Odessa est sons la menace 
de ooa flottes. Que peut faire la RussieT Subirait-elle long- 
temps sans dommage pour sa puiuance morale .et sans ruine 
pour-son commerce la blocos qui va l'enfannor de tontes parts 
dans la mer Noira et dans la Baltiqae ! Pourreit-cUe vivre au 
sein de cette paralysie qui frappe an elle le principe vital des 
nations, c'est-à-dire le mouvement, l'action,!^ droit d'ex- 
porter ou d'échanger ses prodvits et qui la condamnerait à 
rHolemeat , i la Aérilité et à l'impuissance dans l'immensilé 
de son enifnret ^ 

■ Demander à la Russie de ITmiter ses forces navales ou de 
neutraliser la mer Noire, c'est-à-dire d'en eKclurelons les 
Uiiments de guerre à qndqae nation qu'ils appartiennent, 

(l| hrticfc a» JfttlKMr Hm i ^tn d i*«Wè ; EifWUoa J'»M, fw«w p>»i- 
liqu {le >Tril 1859). 



n,5,t,7rjM,G00glc 



M LA QUESTION D'ORIENT. 

c'est donc exiger d'elle beaucoup moins que ce qui nous est 
acquis pw la guerre et ce qa'W dépend de nous de ccmserver 
SRnse&brt. Pour que la Russie ne rentre jamais dans la mer 
Noire, quefaut-ilenefletî II faut quatre vaisseaux de chacune 
des trois nations maritimes , la France , l'Angleterre et la Tur- 
quie. Cette croisière suffirait pour occuper la mer Noire et 
pour transpoiter sa domiuation des rivages de la Crimée à l'en- 
trée du Bosphore. » 

On le voit . au moment où la discussion allait s'engager sur 
le point essentiel des négociations , les probabilités pacifiques 
s'amoindrissaient de plus en -çAos, et la situation vérital>le se 
dessinait plus clairement tous les jours. Moins que tout autre, 
le gouvernement français croyait à un résultat utile des confé- 
rences , mais sa loyauté et son habileté étaient intéressées à 
•■ aller jusqu'au bout. 

Était-ce, comme on l'a dit, une faiblesse que de négocier 
tout en continuant vigoureusement la lutte en Crimée? Non, 
sans doute. De deux choses l'une : ou les négociations allaient 
aboutir, qu elles devaient échouer. Si elles aboutissaient, si 
les quatre garanties étaien( acceptées , l'Europe obtenait au 
commencemdBt de l'année 1859 des conditions que , quatre 
rpois auparavant, M. de Nesselrodc déclarait ne pouvoir accep- 
ter qu'après dix années de guerre malheureuse ; échouaient- 
elles , au contraire , il semblait que l'Autriche n'eût qu'un parti 
à prendre , "celui d'entrer dans l'action année et de peser du 
pcûds de son épée sur les résolutions de la Russie. 

L'habileté de la diplomatie russe avait consisté à éloigner 
l'échéance des obligations de l'Autriche, ajournées désormais 
jusqu'à l'issue des conférences. Eh bien , on attendrait et on 
mettrait jusqu'au bout la modération et la patience de son côté. 

C'est dans cet esprit que le gouvernement français engagea 
plus d'une fois celui de la Grande-Bretagne à ménageries 
susceptibilités de l'Autriche et à désavouer les sympathies hon- 
groises el polonaises qu'on réveillait à grand bruit daos la 
presse et à la tribune parlementaire. Le cabinet anglais ne 
manqua pas à son devur , et l'oppoàtion ne tarda pas à lui en 
fournir le prétexte. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LES CONFËRENCES DE TIClIKE. 8S 

Ce fiit fc l'occa^on d'un discours prononcé par un men^tre 

dn cabinet, le jeane sir Robert Peel , à Tamworth. 
Le fils de l'illustre homme d'État avait dit que la questi*a 

(fOrient ne pourrait être résolue que par la resiauratioD de la 

Hongrie et de la Pologne. Interpellé à ce sujet, lord PalmerstOi 

répondit : 

■ Le goaTcmaiiMit MilricbiM nit dapuii kiDgteiiipi qu« le gouicrnemenl 
uglua considérerait comma un malheur pour l'Europe i]ua la Hongtie filt 
vptrm de l'empire d'Aulrlcbe, piree que le gouvememciit briUitni^uR caniidére 
TniileDce de l'empire d'Autriche eamptcle an centre de l'Europe uiniiiie on 
tlénest oMbliel de l'équilibre du pMiToir, Le gooienwnwnl sulriehieB qf 
doale pu de la politique que raiira lii-fc-Tii de lui la gOBtemeiHat de h 

a En ce qui toucbe U Pologne, je nliéiile pu k proclamer ici mon opinioii, 
\me ta pcnition actuelle du mjiume de Pologne eit une menace permanente pour 
l'AlleBajH ; c'tA lui puÎMancei d'Allemagne k dtlerminer juiqu'A qnel point 
(Ses pcmeot ptnatr qae la contlitation actuelle leur «il ou non danjereute, et 
■i,daa» let eircoDitaiice) qui les pourraient entraînera la guérie contre la RuMl*| 
dlea jugeraient de leur intérêt de l'efforcer de mettre un terme 4 cette poiilioB 
da aBaires; uiaii, lani aucun doute, aucune stipulation au lujet d'un nomel 
■Traogeioent quelconque de la Pologne ne fait partie des pointa sur leiqueli le 
jDomruenieDl de la Reine, de concert a*«o le gonvemeoient de France, eit ea 
train de négocier a Vienne. , 

■ Celte Dégociatimi roule lur la baie de) qualre pointa , que (eut le monde 
coanaitj mail le* gouveroemenli >e uial réient le droil, luiMnt let eirecni' 
■laocea et les événemenU de la guerre, d'ajouter, a l'avenir, ani quatre pojul», 
toute ulre itipulatiou qu'ils pourront juger euantielle pour la sûreté ultérieure 
de l'Europe; mai*, quant a présent, let négociations ne roulent que sur 1m 
qntre point*. Voilk U poUliqoe dn gouvernement retalivemenl aui n^goeia- 



Snr l'observation qu'il n'avait pas répondu à la question; 
tord Palmerston ajouta : 

■ J'ai dit que le gouvernement aulricbien connaissait parfaitement la polilique 
et ka inteulions du gouTemenent de la Reine; il n'y a jamais eu ni lacrat ni 
doute à cet égard. ■ (20 m*n.| 

On arrivait cependant, à Vienne, à Ce troisième point si 
fécond en tempêtes. 
Désireux de montrer qu'ils ne voulaient pas rhumilialiou de 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



W lA QUESTION ITORIERT. 

1b tttnsie, mins qu'au contraire ils etitendaîeirt màiager 8a 
dignité, '1er représentants des puiuanoes allées proposèrent 
atR rflpréseatBDts de la Russie de prendra l'initiative sut les 
moyens de réaliser le principe posé dans le troisième point de 
, garantie. MM. le prince Gortcbakof et deTlt^ reconnurent la 
courtoisie de cette façon de procéder, maïs, & la surprise géoé- 
nle , ils déclarèrent qu'ils étaient sans instructions sur ce point 
Itnptvtant, et demandèrent un délai pour en référer k leur gou- 
vernement. Ge délai fut consenti; toutefois, les représentants 
de la Prance et de la Grande-Bretagne se refusèrent 'à changer 
Kordre de diseussion et à entrer dans l'intervalle en pourpar- 
lers ^r le quatrième point. 

C'est le 27 mars que les envoyés russes demandèrent leurs 
instructions nouvelles : ce n'est que le 16 avril qu'ib les reçu- 
tmt. Il ne fallait certainement pas ce temps pour prendre un 
parti déjè pris i l'avanœ, mais on n'était pas fftché, k Saint- 
Pétersbourg , d'être à l'aise pour agir sur les puissances alle- 
mandes , peut -être même pour essayer de désunir les ennemis. 
Dès l'abord ,' en effet , la diplomalie russe , de même qu'elle 
Avait faussement cru impossible l'alliance anglo-françdise, se 
flatta à tort de trouver ettre les représentants des deux puis- 
sances occidentales des tendances disparates. 

Ce ne fut donc que le 17 avril que le prince Gortcbakof dé- 
clara k la conférence que te cabinet de Saint-Pétersbourg ne 
ferait pas usage, de l'initiative qu'on lui avait laissée. -Les 
paroles ambiguës dont cette déclaration fut accompagnée 
provoquèrent de la part de M. Drouyn de Lbuys une dennande 
d'explications. Fallait-il comprendre que la Russie croirait son 
honneur lésé par une limitation de sa marine de guerre dans 
l'Euxin. Le prince répondit que c'était là , en effet, une propo- 
rtion inadmissible. 

Dès lors, la conférence éti^t, non pas rompue, mais sus- 
pendue, et les puissances alliées n'avaient plus qu'à déb'bérer 
entre elles sur le mode de réalisation du troisième point , c'csl- 
it-dire sur les moyens de faire cesser la prépond^ance nisse 
dans la mer Noire. 

Deux systèmes furent produits : d'abord la neulratisation. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LES OONFËRENCES Iffî TIENNE. m 

Hle eût consisté à fermer la mer Noire à tout pavillon militaire, 
i qnelque nalioo qu'il appartint, écartant ainsi toute chsncs 
de guerre dans ces parages , uniquement ouverts désormais à 
la lutte pacifique des intérêts commerciaux. En second lieu , 
U limitation. Ce dernier système eût permis à la Russie de 
r^»anltre dans l'Euxin et d'y entretenir un nombre de bÂti- 
iwnts suffisant pour y faire respecter sa dignité et son terri- 
tmre, sans qae la surveillance qu'on réclamait le droit d'y 
exercer eftt un caractère agressif ou menaçant. L'Autriche ne 
foolut point admettre le système de neutralisation, et elle n'ac- 
cepta le système délimitation que sous réserves. Mats les plé- 
Dipoleatiaires russes repoussant le principe du second système 
et déeKnrat la discussioa sur le premier, il n'y avait plus qu'à 
fermer la conférence et i prendre acte de l'échéance des obli- 
gations contractées par l'Autriche. 

C'est alors que l'Autriche, alarmée de se sentir irrésistible- 
ment poussée vers l'action , mit en avant nne combinaison 
nouvelle. 

A l'issue de la quatorzième séance, M. le comte de Buol pré- 
senta, à titre officieux, à M. Drouyn de Lhuys un projet de 
bansaction émané de l'initiative du cabinet prussien. L'Au- 
triche, en le recommandant à la prise en considération des 
puissances occidentales, était principalement guidée par le 
désir de faciliter à la Prusse la rentrée dans le concert européen 
au moment oh la demande de mobiliser les contingents fédé- 
raux de l'Allemagne allait être renouvelée par le représentant 
impérial près la diète de Francfort. Si l'on réussissait enfin 
k réunir dans un faisceau compacte toutes les forces He l'Alle- 
magne, ne pouvait-on espérer de voir la Russie céder à une 
[«ession imposante? 

C'est dans cette pensée que l'Autriche consentit k a'appro- 
I«er ce projet de transaction imaginé par la Prusse, mais en 
ehcHsissant la forme verbale pour le présenter aux puissances 
occidentales. La forme verbiilc, impliquant purement un carac- 
tère confidentiel, indiquait assez aux puissances occidentales 
qae l'Autriche elle-même ne considérait ce projet comtne ac- 
ceptable qu'avec des modificatiaDH essentielles à (Uscuterdans 



jM,Googlc 



88 LA QUESTION D'dRIENT. 

des pourparlers intimes. M. le comte de Buol, après s'en être 
expliqué dans ce seiis vis-à-vis de M. Drouyq de Lhuys, laïsK 
& ce deruier le soin de préseotei' à l'Ëmpereui' des Français les 
propositianB autriphiennes dans les termes qu'il jugerait les 
plus convenables. 

Ce système nouveau consistait eo un contre-poids, en une 
balance de forces. On posait en principe la présence de deiu 
bAtiments de chacune des trois puissances alliées à titre de sla- 
tionnaires dans la mer Noire. Du moment oti la Russie eût 
ajouté à son effectif actuellement à flot dans cette mer, les trois 
puissances auraient pu y faire entrer chacune un nombre de 
bâtiments égal à la moitié de l'effectif russe. Enfin, si le carac- 
tère de ces accroissements eût été reconnu agressif, le Sultan 
aurait eu la faculté d'ouvrir les détroits à la totalité des pavillons 
Iliés. 

Le cabinet de Vienne reconnaissait si bien l'inâufiSsance de 
cette combinaison, qu'il s'offi-ait à signer avec la France et 
l'Angleterre un traité en vertu duquel les parles eussent re- 
connu comme agressif l'accroissement des forces russes le jour 
od il eût atteint l'effectif d'avant 1853. 

Ain^, k un pavillon près, la Russie pouvait, lans aucun, dan* 
ger réel, rétablir sa marine sur le pied menaçant où elle était 
avant la guerre. On ne lui demawiait aucun engagement di- 
rect et déterminé, et l'on substituait à l'idée d'obligations à liù 
imposer celle d'obligations que les trois puissances eussent 
contractées entre elles pour parei*, dans la suite, à un péril que 
l'on renonçait à prévenir. M. Drouyn de Lhuys lit subir à celte 
proposition inacceptable dans sa forme et qui eût constitué un 
échec pour la politique occidentale, des modifications qui lui 
donnèrent la teneur suivante : 

ArtiClb l". La htulei pirtiea contrtctuitM, détirint que U Sublime -Porta 
pirlicipeMU tnnUgeidu jyilènie établi par le droit public «ntre lei diiersEtat» 
de l'Europe, a'engtgent à reipecter l'indépeadaDce st rinléjrité de l'empire otto- 
man; elles garantisieiit easemble robtervation rigaureuM de cet euga^menl, el 
en eonBéqucoce, elles coniidéreront tout acte ou événement de nature t la violer 
comme queilion d'intérêt européen. 

kxt, 2. Si une méaintelligence venait t surgir entre la Porte et l'uno des 
partiel contractantes, ces deux Etats, avant de recourir k l'emploi de I* foret. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LES CONFÉRENCES DE VIENNE. 89 

Jcminl netlre la aulni pniuuicet in potîtion ie devanesT ce moien eitrtms 
fu dn mEfiim picîGquei. 

Ait. 3. Si Hijnté l'Empereur d« toulea la Runiei st St HtuloK le Snlttn, 
«Dahol TécipTopicmeDt w donner nne prcuia ie leur conSinee et illar 4U- 
knot de* KHiptntt que poumit faire ndtre le dénloppaBesl eieatnt de lenn 
fotics uisin dus l'Euxin, l'engigeiil reapcctifement fc ne pu »DÏr duu celle 
mer plui de quilm lùueiui, quatre frégitci, avec un nombre proportiooné de 
bitimenlx lijfcrs et de vaisseaux dttarnii destiné) eicliuiiement au Iraniport 

hn. 4. L'ancienne règle de U ti6bm du détroit dy Boif bore et dw Dwdf 
selle», cmuignée dani le Inilè ihi 13 juillet 1841, deDHnireri en ligueur, Muf 
(et eieepUona cï-aprèi. 

An. 5- Chacune des partiel conlractanlc» qui n'a pu d'établi iicmant dan* 
la mer Noire, sera autoriiée par un Grman de S* HaulcMC, en le nolifianl cinq 
joun k l'anncB, à aimer dani cette mer un nombie de bilimenti égal k la moitU 
dn forcée nnalei que chacune det deui puiœncei du littoral maintiendra con- 
farmément fc l'ailicie 3. 

Ajit. g. Janui* les bàlimealt de guerre des nationi étrangère!, t l'eiccplion 
des petits bllimenls dea ambaiiadea admis ju<qu'ici, ne pourront jeter l'ancte à 
la Come-d'Or; et en tempa de paii, le nombre des bitimenli de ligne des par* 
liée contractanlea qui n'oul pat d'Al^imement dani la mer Noire ne ponm 
ncéder qnilre t la fois devant ContlantiDople, dans leur paiwge dea Dardanellea 
k U mer Noire et de la mer Noire aiu DardauelJei. 

hxt. ^. Dans le cas (ce qu'à Dieu ne plaise!) où le Sultan aérait menac* 
d'une agroaion, il se réierre d'oucrïr les paisiget t toutei lei forcca maHlime* 
de KM alliés. 

Abt. 8. Lea deni pnisMne** oceapent le liUorel de la mer Noire, ain d« 
prouver aux aulrea partie* eontraclantea leur désir de maintenir entre elles lea 
idttiaoa Ica plus amicales, l'engageât a admettre dans toua lea ports situé! 
snr la mer Noire les coniuli que ce* dernière* pourraient juger utile à'j 
établir. 

An. fi. Se Hajetté l'Empereur* de ftumie et Sa Hanlaaae le Sultan , défireat 
donner une preuve dea sentiments généieni dont ils sont animés, preuseUept 
amaiilie pleine et entière à tous les habilanti et fonctionna ires publics dea pro- 
vince! qui ont été le tbéllre de la guerre. Nul ne sera inquiété ni pouiiuiri t 
rainn de >es opinion!, de aes aclea ou de la conduite qu'il pourrait avoir tenue 
pendant la guerre ou pendant l'occnpatian temporaire de cei pTovinoe* par le* 
laoupee raapectives des pniisaneei belligérantes. Le* babiteota det Ile* d'AJand 
sont admia au bénéfice de celle disposition. 

Au. 10. Sa Majcalé le Roi de Sardaigne est eooipri! dam b pTésenle 
paii. Le* relations commerciale! et autres leront létsbliet entre ce rojaume et 
l'e^îre de tontea Ici Rusilei aur le même pied qn'tvant la déclaration de 



Le plus grand début petit- être du {wojst de traMaclion 



n,5,t,7rjM,G00glc 



M LA QUESTION D'ORIENT. 

amendé par M. Drouyn de Lhuys, c'était qu'il émanait de l'œu- 
vre médiatrice des deux puissances germaniques, au lieu de 
former une proposition directe et positive de la Russie. Car 
l'Autriche et la Pnuse, bien qu'elles s'engngeassent k peser de 
tout leur poids sur la cour de Saint-Pétersboui^ pour amener 
celle-ci à accepter cet arrangement, ne possédaient pas la cer- 
titude d'une acceptation, puisque la Russie, jusqu'à lîieure pré- 
seole, n'avait pas encore admis le principe sur lequel reposaient 
les propositions allemandes. 

Il paraissait donc préférable aux puissances occidentales de 
laisser aux événements de guerre le soin de trancher le nœud 
de la question «t de garder une attitude expeotanta dans le do- 
maine des négociations. M. Drouyn de Lhuys ne a'écartaît de 
cette manière d'envisager la situation que pour obtenir qu'ans- 
sitAt que celte dernière tentative tant recommandée par la 
Prosse aurait échoué, la cour de Vienne se détachât complè- 
tement de la Prosse et adressât son tilUmatum à la Russie. 

Persuadés que tes propositions patronisées par l'Autriche 
étaient dictées par le désir sincère d'aboutir à une transaction 
qui satisfit aux justes exigences des puissances occidentales, 
si le principe i-enfermé dans ces propositions était appliqué 
d'une façon efficace et sérieuse, les plénipotentiaires .des trois 
puissances alliées consentirent à laisser discuter ce système, 
bien que l'Autriche se refusât à lui donner le caractère d'un 
«llimatum impliquant un cas de guerre. Mais ils ne firent éri- 
demmenl cette concession que ad référendum, c'est-à-dire en 
réservant l'approbation de leurs gotivernenients respectifs. 

Pendant quelques jours, le système du contre-poids délVaya 
la. discussion de la conférence. MM. de Buol et Prokescb l'ap- 
puyèrent avec une insistance qui parut donner à réfléchir aux 
plénipotentiaires russes; mais M. de Buol eut soin, tout en en 
recommandant l'adoption, de réserver le choix des moyens par 
lesquels sa cour penserait devoir appuyer le projet, 

1.68 représentants de la Grande-BreLagno ne professaient pas 
un grand enthousiasme pour le système patroné par l'Autriche. 

Le 10 avril, lord John Russell écrivnit à lord Clarendon : 

« Dans notre entrevue chez le comte Rliol, je lui ai démontré 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LES CONFÉRENCES DE VIENNE. 91 

qne te projet An contre-poids était inefficace, attendu que nous 
ne pomions pas avoir toujours une flotte considéraMe mrm la 
main ; qu'il était humiliant pour la Turquie, car elle serait sans 
cesse obligée d'attendre tout de l'appui de l'Angleterre et de la 
France; ce projet n'ofl'rirait du reste aucune sécurité pour l'Eu- 
rope, qui serait sous le coup d'une appréhension perpéturile 
de préparatifs de guerre. Nons avons examiné «Tec attention le 
plan de l'Autriche , et nous n'y avons renoncé que parce que 
nous étions convaincus qu'il était insuffisant. » 

I^rd John Rossell ajoute : a C'était, de la part du cabinet àe 
Vienne, une tentative ayant pour but de faire abandonner aux 
puissances occidentales leurs propositions relatives au troisièine 
point ; mais cette tentative a complètement échoué. ■ 

Le 12 avril, lord John Riissell écrit une dépêche, modèle ds 
fermeté, et dans laquelle il expose la conduite qu'il compte 
tenir. Lord Clarendon, par sa dépêche du 16 avril, donne une 
entière approbation au langage de lord John Russell et des 
éloges pour la fermeté et l'habileté avec lesquelles il représen- 
tait les dispositions et les tentimenis de son gouvernement. 

Le 16 avril, lord John Russell écrit à Londres que la veille 
une réunion, qui a duré quatre heures, avait eu lieu chez le 
comte BuoI, et que celui-ci avait lu aux plénipotentiaires des 
alliés un projet d'ultimatum du cabinet de Vienne, projet dans 
lequel le principe du contre-poids était clairement posé. Le 
comte de BuoI ajoutait que, dans son opinion, aune flotte russe 
de seize vaisseaux de ligne ne serait pas une chose excessive ni 
dangereuse pour la Turquie, s II est presque inutile de dire que 
Te plénipotentiaire ottoman était d'un avis tout opposé, sans 
parier des inconvénients graves qu'aurait l'entretien d'une flotte 
de force correspondante par la Porte. Un pareil armement 
serait évidemment ruineux pour ta Turquie. 

Jusqu'alors donc, les plénipotentiaires de la France et de la 
Grande-Bretagne s'étalent fermement attachés à la lettre et à 
l'esprit de leurs instructions. M. Drouyn de Ltiuys fut le pre- 
mier qui en céda quelque chose. Il mit d'at}ord en avant la 
pensée d'une entente directe «itre Ta Porte et la Russie sur la 
balance de leurs forces respectives. Puis il crut pouvoir aban- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



99 LA QUESTION D'ORIENT. 

donner U limite de quatre vaisseaux et de qoatre ftégêie» que 
les puissances alliées avaient résolu d'imposer à la Russie. U 
déclara qu'il ne verrait pas d'incoDvénieDt ï accorder à la 
Russie la faculté d'avoir daos la mer Noire une flotte égale au 
itatu ftco flotlaot. 

L'exemple enlr^na lord Jobu Russeli qui, & son tour, déclara 
que, quoiqu'il ne fût pas autorisé à donner son consentemeot à 
une proposition pareille, il prendrait néanmoins sur lui de sou- 
scrire à cette combinaiâon. D'ailleurs l'Autriche ne l'admettùt 
pas encore et tenait au chiffre de seize vaisseaux. 

Les deux ministres en référèrent à leurs gouvememenis. 

Les communications confldenttelles entre l'Autriche d'un 
c6té, ta France et la Grande-Bretagne de l'autre, marchaient 
poraltèlement avec les discussions officielles de la couférence. 
Les plénipotentiaires russes reculaient de faux-fuyants en faux- 
fuyants. Ils déclinaient successivement tous les projets, t^mbar- 
rassant le terrain de propositions inacceptables. Ainsi {voyes 
le mémorandum annexé au protocole n° 12), ils proposaient 
l'ouverture par la Porte à tous les pavillons de guerre indis- 
tiBCtement, des détroits pour aller de la Méditerranée dans la 
mer Noire et de la mer Noiredans la Méditerranée. Ce principe 
de l'ouverjLure des détroits, jeté tout à coup dans la discussion, 
alarmait l'Autriche et la jetait dans le camp des puissances 
alliées. 

Maintenons donc le jH-incipe de la fermeture des détroits, di- 
saient les envoyés russes à la séance suivante, mais réservons 
au Sultan le pouvoir de les ouvrir exceptionnellement et comme 
mesure temporaire aux flottes étrangères, lorsqu'il pourra croire 
son indépendance menacée. Cette fois, l'Autriche voyait dans 
les paroles des plénipotentiaires russes des éléinenls de solu- 
tion, mais non encore une solution immédiate et pratique. Les 
plénipotentiaires des puissances occidentales ne crurent pas 
même devoir faire connaître à leurs gouvernements le plan nou- 
veau du prince Gortchakof. 

En dehors de la conférence, le système de limitation avec ses 
modilicalions nouvelles restait la seule base possihie d'une né- 
gociation future. S'il n'eût pas été mis en avant, il n'y aurait 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LES CONFÉRENCES DE VIENNE. 93 

l^us eu qn'à prononcer )a cidiiire des conférences; mais il fal- 
lait que l'Autncbc l'appuyât se rie II semnnt et en fit le sujet d'un 
vilimntvm. C'est k quoi elle se décida lorsqu'elle vit que les 
eonf^nces allaient être brusquement interrompues.. Dès lors, 
les plénipotenliaires des puissances occidentales crurent l'Au- 
triche plus sérieusement engagée, et ce résultat leur parut mé- 
riter attention. 

Lord John Rnssell , en rendant compte à lord Clarendon du 
chemin qu'avait fait la question du contre-poids, laissa entrevoir 
clairement les motifs qui militaient pour une concession, sans 
disnmuler en même temps le peu de garanties qu'offrait le 
concours de l'Autriche. Il craignait que la Russie n'acceptât 
çasyutlimahim au^chicn. 

Je ne pourrais pourtant pas comprendre, disait-il )el6 avril, 
que la Russie préférât la guerre avec l'Autriche k une paix qui 
lui donnerait le temps et les moyens de préparer une nouvelle 
attaque contre la Turquie. » Et, quant !i la garantie de l'inté- 
grité et de l'indépendance de la Turqnie offerte par l'Aulriche, 
lord John Russell s'exprimait ainsi : a Si d'ici à cinq ans la Rus- 
sie renouvelle une Attaque contre la Turquie, pmirrons-nous 
compter sur la garantie de l'Autriche T Je crains qu'ainrs , 
comme aujourd'hui, l'Autriche n'allègue pour excuse tantdtses 
embarras financiers, tantôt ses inquiétudes du cAté de la Prusse 
et de l'Allemagne; la faiblesse d'une armée réduite au pied de 
1853 paralyserait alors l'actioi^ du cabinet de Vienne, comme 
elle l'a paralysée en 1853... Je crains,» disait en terminant tord 
John Russell, a que nous ne puissions pas compter sur l'Autriche 
pour sauver Constantinople contre l'ambition de la Russie, n 

Le diplomate anglais, on le voit, était ébranlé, mais non en- 
core convaincu. R doutait du résultat final, et cependant it ïn- 
fonnait lord Clarendon qu'une réunion allait avoir lieu , dans 
laquelle il avait l'intention de proposer un plan basé sur ce 
même principe de contre-poids qui lui présentait si peu de ga- 
ranties sérieuses. 

Lord Clarendon se hftta de répondre par la télégraphie : « I^e 
principe de limitation doit être absolu ; il ne serait que condï- 
lioonel d'après le plan que vous proposez. » 



jM,Googlc 



» LA QUESTION D'ORIENT. 

L'aTertisaenieDt était assez clair. Lord Clareodcm le fut phia 
encore : a La paix basée sur le principe du contre-poids, disait- 
il ailleurs, serait ati^ déshonorante qu'elle snait mesquiDe 
et sans sécudlé, et, quelque prix que la France et l'Angleterre 
attachent à l'alliance de l'Autriche, elles ne voudront pas, pour 
l'obtenir, faire le sacrifice de leur honneur et de la sécurité fu- 
ture de l'Europe. > Lord Clarendon dit sans détour et en face à 
l'Autriche a qu'il craint biea que l'Autriche ne proposera jamais 
rien que la Russie ne voudra accepter, et que, d'un autre cdté, 
la Russie n'acceptera rien qui mette des obstacles & la réalisa^ 
lion de ce que l'empereur Alexandre a déclara être la politique 
de Pierre le Grand et de Catherine, » 

Malgré ces instructions si nettes, le vertige semble s'emparor 
de l'esprit du plénipotentiaire britanuique. 

Le 18 avril , un changement complet s'est opéré dans l'es- 
prft de lord John Russell. 11 voit l'avenir sous les couleurs les 
plus sombres; il adjure son gouvernement de ne pas continuer 
une guerre dans laquelle on perd tant d'hommes et tant d'ar^ 
geHt. D Ce n'est plus un diplomate qui parie , c'est un memtve 
du congrès de la paix. Et il ajoute que VAutriche appréciera 
les propositions de la France et de l'Angleterre , mais que «i 
elles sont rejetées par la Russie , il en sera fait d'autres basées 
sur le principe du contre-poids. Il accompagne ces propositions 
autrichiennes, rédigées par M> Drouyn de Lhuya , de ces mots : 

a Si l'Autridie fait de ces pmposilions un vUimatuMf elles 
' devraient être acceplées par les puissances occidentales. En te 
disant ,J'ai Vair da coulridire mat apiniotu anlérieuret ; mais 
en réalité je ne les rétracte pas : je suis toujours d'avis que le 
principe de la limUation vaut mieux que celui du conlrft-poids; 
mais la question est celle du choix entre une sécunlé impar- 
faite pour la Turquie et la oootiauatkfl de la guerre. Si le gou- 
vernement de la reine , de concert avec celui de France , est 
d'avis qu'une paix conclue sur ces bases peut élre acceptée , 
il voudia bien donner des instructions à cet égard k lord West- 
iDoreland. Sànoa j'e^>èie qu'on m'accordera d'être entendu 
avant qu'on ne prenne une décision définitive. » 

C'est une véritable découte. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LES CONFÉRENCES DE VIENNE. 9â 

M. Droayn de Lbujs , de son cûté , considérait les propou- 
tioDS de l'Autriche , conune devant avoir pour efTet ou de réta- 
blir la paix si eUes Étaient acceptées par la Rusue, ou d'as- 
surer le concours effectif, immédiat de l'Autricbe si la Russie 
les déclinait. L'Autriche, en efTet, après s'être mise d'accord 
avec les puissances occideot^es, aurait formulé ses propc^ 
sitioas dans un ultimatum qu elle aurait adressé à la Russie , 
ajoutant qu'elle faisait absolument, péremptoirement , du rejel 
de cet ultimatum un ctuia belli. 

Ainsi donc, le» deux plénipotentiaires envoyés à Vienne par 
la Frau^ et par l'An^eterre, se trouvaient d'accord pour voir 
dans les propositions du comte de Buol , un terrain sur lequel 
pouvaient s'ouvnr de nouvelles discussions pour la pais. Tous 
deux prirent l'engagement de les présenter comme telles à 
leurs gouvemameots respectifs. 

N'est-il pas permis de supposer qu'après s'être tenus tous 
deux , à l'origioe^ très - fermes sur iB terrain de leurs instruo- 
tions , les deux éniinents diplomates avaient fini , sans le vou- 
loir, sans le savoir, par subir l'influence des plaidoyers très- 
sincères, au reste, de M. le comte de Buol. L'aspect des 
opérations militaires en JZriinée n'avait rien alors de bien ras- 
surant ; ou parlait avec une certaine inquiétude de projets de 
départ de l'empereur ^topoléon pour la Crimée, et, en Angle- 
terre; les luttes de partis donsaient À l'administration une 
assiette peu solide. 

Le setd mérite que M. Droujn de Lhuys et lord Jgfcn Russell 
eussent vu au plan de l'Autriche ^ c'était ^'établir une situation 
nette, qui engageait explicilemeal l'Aidriche. Maîa fallait-il 
rechercher cet avantage dans les conditions déterminées par 
les pnspositioos autrichi^n,es T Le cabinet britannique ne le 
penaa pas et l'Empereur des Français qui, lui-mfïme, De 
trouvait pas dans une paix senablahle , assez de dédommage* 
ments et de garanties pour les puissances alliées , ne crut pas 
devoir ébranler, en se rattachant aux propositions de l'Au- 
triche , l'alUance ctuienlée par tant de sang et par tant de sacri- 
tices entre la France et l'Angleterre. 
Du jour où M. Drouyn de Lhuys s'éloignait , ne fût-ce que 



n,g,t,7l.1M,GOOglC 



96 LA QCESTION D'ORIENT. 

par une nuance , de la politique qu'il était chargé de repré- 
senter, il ne pouvait conlinuer ô parler pour la France à 
Vienne. Il donna sa démission , qui ne fut pas acceptée par 
l'Empereur sïftis d'aîfectueuses instances. 

De son cAté, en apprenant le résultat de la séance du 
21 avril , lord Palmerslon envoju immédiatement k lord John 
Russell l'ordre péremptoire de quitter Vienne , le cabinet bri- 
tannique considérant pour ce moment la négociation avec la 
Russie comme étant épuisée. Lord Clarendon enjoignait en 
même temps à lord Westmoreland de ne poursuivre les con- 
férences avec les plénipotentiaires russes qu'autant que ceux- 
ci auraient à faire des propositions nouvelles et plus accep- 
tables. 

Pouvait-il, en effet, étce trouvé une base nouvelle, sar 
laquelle pût être rédigé un nouvel vllimatunft Le nouveau 
ministre des affaires étrangères de France) M. le comte 
Walewski, la chercha dans le système de limitation. Comine il 
était évident que l'Autriche ne ferait pas du système, quel 
qu'il fût, qu'on allait discuter , un cas de guerre , la démarche 
niprëmé à laquelle allaient se prêter leà plénipotentiaires alliés 
n'était qu'un moyen honorable de 'clore régulièrement les con- 
férences. 

Pendant ces derniers efforts, }a loToière se faisait chaque 
jour sur les intentions secrètes de la> Russie. Ses diplomates 
cherchaient à peser sur l'Allemagne , et adressaient à la Diète 
germanit|\ie de véritables injonctions. Laissant de cAté l'Au- 
triche, et par là onidonnait à deviner la valeur qu'on attachait 
& sa postlion d'intermédiaire dans la conférence, on s'adressait 
directement aux autres puissances allemandes et on cherchait 
à les désintéresser dans la question d'Orient par l'adhésion 
donnée aux deux premiers points de garantie. C'était là l'objet 
de la dépêche suivante , adressée au chargé d'affaires de' la 
Russie h Francfort , M. de Glinka , sous la date du 30 avril. 

H Je croii deioic lous indiquer ttini quelle liluition m trouvCTiient , dan> le 
ui d'une diBOlntion dm confirences de Vienne, lei deui queilknu qui întéret- 
*Mit famt putieuliiTccnent l'AUeiugne. 



n,5,t,7rjM,Gqoglc 



I£S CONFÉRENCES DE VIENNE. VI 

■ Li pitmitfrt w npporte u rtjimr f riiilégiè da PriDcipaaUt lUnnM— iwi , 
h Kcaode à Ii libertA de b uiigition dn Duiabe, Toute* dwi oot Ué ii»cm- 
léH et euminèea dini Icf •ëincci du 15 et du 23 uun, «1 out refu un« wlu- 
tion <(DÎ ( obtcDU l'uKUtimont do toui Ici pUnipalealiairo uiambléi en cdb- 
fimc*. Ln plénipolenliùrei nmei ont pr» part t cei déliUtalioiu dui un 
■eoi pieii^iM qui, MHir^nmt, n'a pu «lé mu BiOBaace nir U eanclnnon uti>- 
rûwilc k Uquelle k Mufénncc ntparfam» : c'ol ca qua pnMf ant lai pMto- 
Mk* !, 3, 4, S. 

a Pont doimer uii ainngement) particulten que Cia Util rappaasal una n- 
bnr Téellv Bt une force ofaligitoirF, il «cnit néccisaire de leur doonar la TonDe 
d'au traité. Si lei coaférenca tout imeatn, celle rormalilé ntcemin na pourra 
èlic rcMiplie, et la puianocei qui oui prii part k Ml arTaugenasl do août p* 
téciproquemeDl Win. 

■ ri'uiaiotni, le souvernemant impérial conlinucrk k re|]itdi:t conuDO un 
•tnltal utile qu'un accord complet ail 6W elleini, du nioini lur cei deux 
poiiria, entre le* puaaneea, ainai que le prouvent le> proloeolei ti^néi k 

• Or, comme en deni poinli loacbant aui inlirèla de l'Allemagne d'une fa- 
ton plui ou moini directe, noui avona allachâ uue double imporUncek ce ré> 
nltat et nom U lui ittribuotii encore, attendu que, plaçant lu intiriU de 
VAUmtagn* tnliènmenl «n dehort de tout» retalion avec ta qaailion 
orifNfalc, il doit néceiaairemenl lervir k confirmer le* Etala de Ta confédération 
tUemuiile dan* ta rèwlBlion de tealer éinngera k 1* lutta el d'obMrofr uni 
UHete inulratilt. 

■ Cependant Sa Ëajeilé l'Empereur ne pourrait coniid^rcr le* >TT*ngement) 
ialeRenua k Vienne, en ce qui concerne les afTairït dei Principautéi dauubiennca 
*t h rtglementation de la nafigalion du Danube, eomms obli^toirei pour la 
Rnaaie qu'au** lonjftempa que lea eoun allemandea maintiendront celte poiilion 
de Mutralilé ilricto. » 

Ainn , ni l'intégrité de la Turquie , ni le danger de la pré- 
pondérance russe en Orient et dans la mer Noire , ni U situa- 
lion de« chrétiens en Turquie , rien de tout cela iic regardait 
l'Allemagne. 

M. de BuoI, dans une dépëche-circnlaire en date du 17 mai, 
répondit indirectement à la dépêche de M. de Nesselrode rela- 
live aux deux premiers points de gamnlie et à la neutralité de 
l'Aliemagne, M. de Biiol y rappelait aux Ëtats allemands, qui 
lemLlaient l'avoir enliëremenl oublié, que la Diète s'était appro- 
prié les quatre bases, qu'elles formaient toulcs quatre un tout 
inséparable, et que, par conséquent, l'assemblée fédérale ne 
pouvait partir des déclarations contenues dans la dépêche russe 

7 



n,5,t,7rjM,G00glc 



§8 LA QUBSTIOn D'OtltËITt. 

du 30 ftvril pom prendre des résolutiana hostiles ft l'Autriche, 
OD qui seraient de nature à entraver la mission conciliatrice que 
cette puissance s'efforçait de remplir. 

Ce langage de l'Autricha manquait un peu de netteté. Ce 
n'était pas à la mission conciliatrice de l'Autriche, mais à la 
neutralité allemande que s'adressait la dépêche de M. de Nés- 



Malgré ces leçons continuelles, le cabinet de Vienne tint, aux 
derniers moments de la conférence, un étrange langage. Une 
nouvelle circulaire de M. de Nesselrode, en date du 10 mai, ve- 
nait d'écarter tout voile en renouvelant la déclaration que la 
Russie refuserait absolument toute limitation de forces. L'Au- 
triche n'en invita pas moins les puissances alliées à une der- 
nière entrevue. Le plan qiii y fut soumis, et qu'on n'examinait 
que pour la forme, stipulait que la Turquie et la Russie auraient 
i s'entendre mutuellement sur une balaîice de leur effectif dans 
la mer Noire, d'après la base des b&timants de guerre russes 
actuellement h flot. 

C'est, on se le rappelle, M. Drouyn de Lhuys qui, dans la 
séance du 21 avril, avait, pour la première fois, mis en avant 
une forme d'arrangement qui plaçait la limitation des forces 
dans la mer Noire hors de l'intervention apparente des puis- 
sances occidfflitales. « Si la Russie, disait le minisire français , 
n'a pas l'intention de donner à sa flotte dans la mer Noire un 
développement illimité, pourquoi ne cherche-t-elle pas à s'en- 
tendre avec la puissance limitrophe sur une limitation réci- 
proqueT Pourquoi dès lors les deux puissances ne font-elles pas 
connaître h la conférence l'arrangement qu'elles ont conclu 
entre elles 1 Y auraitrîl à cette conduite humiliation et déshon- 
neart s 

Cette idée fut adoptée par l'Autriche et servit de base à un 
projet que M. de BuoI proposa à la conférence dans sa séance 
du i juin, comme réunissant tous les éléments d'une solution 
satisfaisante de la troisième garantie. 

Les propositions de l'Autriche consistaient : 1° à faire régler, 
par un traité particulier entre la Turquie et la Russie, le nombre 
des navires que chacune de ces puissances pourrait posséder 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LES OONFÉHENCES MS TIENNE. Sfl 

dnu ia mw Noire, en iadiquuit toutofoit dèi i fnétrat que cb 
dooiImv ne ponmit dépasser calai des vhisaeaOx rnsaes actuel- 
lement floUauU ; 2* à maintenir le principe de la fermeture dei 
détroits, eo autorisaot Déunnoing les pulssaaceH occidentales à 
eatietsair deux navires dans l'fiuxia, et le Sultan à appeler à 
soDiecourB,encaadedaiiger,le8fiottes de sesalliés; 3* enfla 
À rattacher l'empire oltDnian à l'équilibre général de l'Europe, 
en déclarant d'intérêt «nropéen toutes les queitions de nature 
i compromettre son Indépendance ou son territoire, en otHtstl- 
tuant les grandes puissances arbitres des diffioullés que la Tur- 
quie pourrait avoir avec l'une d'elles, et en intercalant le traité 
particulier avec la Russie dans le traité généra qui devait fixer 
les résolutions du congrès. 

Ces propositioDS, les plénipotebtîairet mises offrirent de tes 
accueillir ad re/«r«n(f«in, séchant tùen qu'elles ne pouvaient pas 
même être examinées. Ce changement d'atlilnde n'avait ponr 
but que de tirer parti d'une nuance d'opinion entre les alHés at 
l'Autriche. Les propoutions furent, en effet, rejetées par les 
plénipotentiaires de France^ de Grande-Bretagne et de Tnrquie. 
Lord Weatmoreland se borna à répéter que ses instructions 
étaient épuisées; dne courte et infhielaeuse discussion s'établit 
■lors entre M, de Bourqueney, le prince Gortchokof et Aali- 
Paeha. U. de Bourqueney repoussa les propositions d'une part 
comme insuffisantes, d'autre part comme ne poovaiM Atre ao- 
cueillieB en aucun cas, même à Saint-Pétersbourg, puisqu'elles 
renfermaient le [nincipe de la limitation Contre lequel la diplo- 
matie russe avait constammeut protesté. Aali-Pacha partagea 
l'avis de H. de Bourqueney; le prince Gortchakof, bu contraire, 
s'effctfçB de concilier ses refus antérieurs et ses offres actuelles, 
en établissant une distinction entre le limitation imposée et le 
contre-poids établi par le consentement mntuel des parties 
intéressées. 

Le cwnte de Buol se donna , en ce moment , le tort gratuit 
de fournir un prétexte aux regrets affectés des envoyés de la 
Russie. Bien qu'il fût évident que la Russie n'acceptait la limi- 
tation qne ponr la forme et par cela seul que les plénipoten- 
tiaires oceidealata ae tefasaient à l'admettre , M. de Bool crut 



n,5,t,7rjM,G00glc 



(00 LA QUESTION D'ORIENT. 

dflvdr déd&rer qu'à ses yeux le refus des ministres de France 
et de Grande-Bretagne rendait la discussion impossible aux 
ministres de Russie. Et cependant il fallut bien que le pro- 
tocole constatAt la vérité, a Le prince Gortchakof , y est-il dit, 
constate itérativement que , dans les conférences et en dehors, 
et toutes les fois que la question a élé toucbée, il a constam- 
ment déclaré que toute limitation de forces que l'on cherche- 
rait à imposer k )a Rusue serait envisagée par ses plénipoten- 
tiaires comme étant une atteinte aux droits de souveraineté de 
leur maître et un obstacle insurmontable k la paix ; qu'il est 
resté invariablement fidèle à ce principe , et qu'il l'établit de 
nouveau dans cette conférence de clôture, e 

L'accord n'ayant pu s'établir , les conférences furent closes 
et l'Aniricbe se déclara prête à transmettre aux puissances 
belligéranies, surtout si ce devait être dans l'intérêt de la pait:, 
les ouvertures que les uues.ou les autres pourraient avoir à lui 
adressa. 

Cette position d'intermédiaire officieux étaifelle bien celle 
qui convenaK à l' Autriche, aux termes du traité du 3 décemhreT 

C'était donc ta diplomatie qui échouait et la guerre allait 
suivre son cours. La seconde conférence de Vienne avait été 
impuissante comme la première. Le siège allait continuer, et le 
succès, qui n'était point venu à temps aider aux efforts de la di- 
plomatie, serait le seul arbitre possible de négociations futures. 

L'ensemble de ces conférences avait révélé 4 l'Europe plus 
d'un foit curieux, donné aux diplomates pins d'une leçon 
féconde. De tous les cAtés peut-être , ici par un sentiment de 
faiblessR véritable, là par une modération honorable, mais 
excessive , on avait manqué d'énei^e. N'y avait - il pas eu , en 
effet, quelque duperie à consentir cet ajournement indéfini 
où s'était perdue la discussion , au lieu de poser clairement 
et résolument la conclusion logique , à savoir la rupture défi- 
nilîveî N'avait-on pas créé comme à plaisir des difficultés 
nouvelles T 

Quels aveux compromettants , quels transparents coinnien. 
taires de la politique russe avaient échappé aux haUles re- 
préseiitants du Tsar pendant ces inutiles conférences ! Leurs 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LES 0(»tF£R£NCES m VŒRNE. Ml 

concessions mfime, ces concessions apparentes qu'ils avaient 
biles, aTBJeot eu le caractère d'une menace pour l'avenir d« 
la Turquie. Ils s'étaient montrés iruniquement scrupuleux et 
préoccupés s l'endroit de l'indépendance ottomane', et avaient 
parlé en protecteurs de l'empire qui ne courait de dangers que 
de lenr cAl^. Us avaient déuntéressé l'AIlcnugne , mais Us 
s'étaient birai gardés de désintéresser l'Europe! 

Pour l'avenir des négociations , le rejet du troisième point 
faisait aux puissances occidentaleir une situation nouvelle : 
non responsables de la rupture des conférences, elles avaient 
le droit de se considérer désormais comme affranchies des con- 
ditions proposées. Sans doute, dans les n^ociaUons futures, 
les quatre points devraient encore être discutés. Hais, comme 
le dit tcès-neltemenl lord Clarendon (Chambre des lords, 
S6 juin ), ■ la France et l'Angleterre n'enlreraient dans ces né- 
gociations que sous la réserve d'être libérées de tous leurs 
engagements antérieurs, et pour traiter de la paix aux condi- 
tioos qu'elles jugeraient le plus favorables à leurs intérêts, en 
{Kolllant de tous les avantages de la guwre. t 

C*est~&-dire que les conditions proposées dans les Notes du 
8 août ne suffiraient [dus, et qu'on demanderait k la Russie 
des concessions plus importantes. 

L'Eure^ cependant suivait avec anxiété du regard les 
péripéties de ta lutte eu Oimée , et les négociations à Vienne, 
se demandant qui l'emporterait enfin de la paix ou de la guerre. 
Quand la nouvelle de l'échec de Vienne fut annoncée k la 
cbamtHW des communes d'Angleterre par lord Pafanerston, 
nu membre, M. Duncombe, s'écria : a Bon débarras la et 
rassemblée tout entière s'associa , par ses applaudissements 
à cette courte, maïs expressive oraison funèbre. Et c'était Ih 
le sentiment générel en Angleterre : l'opinion s'y félicitait 
ouvertement de ce dénouement négatif. Les derniers snccès 
ohtenns en Crimée avaient porté un coup décisif au parti de 
la paix. Sous ceUe [««ssion de l'opinion , le langage des ora- 
teurs se fit entraînant, énergique, et lord John Russell lui- 
même, prononça un discours belliqueux. 
Ce ne fut pas avec refret que l'on vit à Saint-Pétersbourg 



jM,Googlc 



Hi u QUESiiON Dtonmsrr. 

risana des BégooulÙMii et la dincdatioB de U ooafitomce. Od 

j était décidé, dès l'on^ne , à repousser le principe absolu de 
la limitation des forces navres. La Russie , d'ailleurs , se sen- 
tait isolée à Vienne et avait pu craindre , jusqu'au dernier 
mQmeot, qu'une résolution ne Ât prise à son détriment par les 
trois puissances signataires du traité du 1 déc«ubre. La gnem 
continuait pendant les pourparlers ; un événement de guerre 
pouvait inwasaaunenl modiâer les conditions proposées. Les 
deux partis qui se disputaient la préémin^ica en Russie , le 
parti moscosvite et le ; parti allemand, se Irouvèrent donc un 
instant réunis dans une opinion commune, et repoussèrent 
d'un commun accord cette limitation des forces navales si 
humiliante pour l'oi^eil de la nation. 

Toutafois, Busaitét après la rupture des conMrencea , lors- 
que chacun des gouvernements se bftta d'en décliner la res- 
ponsabilité (le gouvernement russe, par une circultùre de 
U. de Nesselrode, en date du 10 mai; le gouvernement fran- 
çais, par une dépécbe du comte Walewskî, en date du 93 mai ; 
e gouvernement britannique , par une circnlaire du comte de 
Glarendon , en date du 19 juin), la Russie ne fut pas la der- 
nière k déplorer l'insuccès des négociations et à en rejeter la 
faute sur des causes étrangères h sa volonté. 

Dans un article fort habile , pubhé dans le journal officiel de 
Sanit-Pétersbourg , en réponse à la circoiaire française di| 
32 mai , le gouvernement russe chercha à attribuer aux puis- 
sances alliées le résultat des conférences. 

Il y constatait d'abord avec une certaine insistance que la 
questiim des Principautés était définitivement réglée, ainsi que 
eelle de la navigation du Danube , et il s'en attribuait ptar 
wnsi dire l'initiative et le mérite , donnant à Miendre que ses 
désirs avdent de ce côté précédé les vœux de l'Europe. - 

Après un pompenx éloge des bien&its du protectorat russe 
pour la Moldo-Valacbie et une reconnaissance explicite des 
entraves apportées à la navigation du Danube, entraves si 
(^tiaéntent niées jusqu'& ce jour, it touchait le point déli- 
cat de la discussion , la troisième garantie. 

Sur l'un des deux points dont se composait cette garantie , 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LES CQWÉRFNCeS m VIENNE. |03 

lecalÙMtdeSupt-Pétflnbourg avait fait, et il ter^pelait, 
une coDcessipn importante. 11 avait reooDcé b »a prétenUoa 
séculaire de tenir l'empire ottoman en dehors du droit publio 
européen. Il se disait [wôt à souscrire un engagement par lequel 
tout différepd enlie la Porte et lui devrait être désormais 
déféré à L'arbitrage de TEiirope. 

C'était la, sans doute , une concession grave, et dont il fal- 
lait savoir gré k la Russie : mais enSu , radhésion à tx principe 
n hautentent repoussé avant la guerre ne remplissait pas entiè- 
rement l'objet de la troisième garantie , ne fusait pas cesser la 
prépondérance de la Russie dans la mer Noire. 

De son côté , après la rupture des négociations , l'Autriche 
avait promis k ses confédérés allemands de leur faire connaître 
avec détail a sa mapière de voir et de se prononcer ouverte- 
ment et coi|iplétenKnl vis-à-vis d'eux sur ce qu'exigeraient 
désormais les intérêts de l'Europe et de l'Allemagne. » 

Elle se fit en préparant pour la Diète de Francfort une sorte 
de Mémorandum, dans lequel le cabinet, de Vienne expo- 
sût c avec une eqtière frtincliise, l'ensemble de la situation 
actuelle. > 

Dans la première partie de ce document, H. de BuoI appré- 
dait la conduite eqivie ptir l'Autriche depuis le commencement 
de la guerre. 

La pensée actuelle de l'Autriche, l'opipion qui survivait chez 
elle à l'insuccès récent des négociations , était assez clairement 
ei{Mimée dans plusieurs passages de ce retnarquable rapport. 

Il y était dit, par exemple' : 

a D y a eu dife^epce entre l'Autriche et les poprs de Paris 
et de Londres sur une question d'applica tiop, mais les principes 
étabUs en commun n'ont rien perdu de leur force. Les liens de 
l'allianoe continuent k subsister, et, aux yeux du cabinet impé- 
rial, rien n'est changé dans les rapports des puissances alliées 
entre elles, d 

£t plus loin : 

• L» cour de Vienne n'a pas cru devoir s'associer à la guerre, 
pour une ipterpré**^" *i^^ '^ France et l'Angleterre dponent 
au iroisiôme point 0t t^'elle n'approuve pas. Les puissapces 



n,5,t,7rjM,G00glc 



40fc LA QUESTION D'ORIENT, 

belligéraDies usent de leur droit. Quant à l'Aatriche, elle main- 
tiendra d'une manière invariable les bases recoonues de la paix ; 
elle les soutiendra de toute son influence et de toutes ses forces 
dans la mesure des obligations qu'elle a contractées. Une paix 
qai n'assurerait pas l'exéculion des quatre conditions, telles 
qu'elles ont été posées dans la conférence, n'offrirait pas à 
l'Autriche des garanties suffisantes pour la tranquillité de l'Eu- 
rope.* 

Le rapport revenait avec une certaine persistance sur les ré- 
sultats définitif» des ententes précédentes : 

• L'Autriche considère comme un fait acqnis l'entente sur 
les deux premiers points. Elle a indiqué une voie pour le rè- 
glement du troisième point. Il importe que cette question re- 
çoive une solution claire et pi'écise, assurant la sécurité et l'in- 
térél européen, mats dont l'acceptation ne soit blessante pour 
la dignité d'aucune des puissances. L'Autriche persistera à pla- 
cer la Turquie sous une garantie générale et efficace; non- 
seulement elle respectera elle-même cette garantie, mais elle 
saura ausu, au besoin, la faire respecter. Ses troupes resteront 
dans les Principautés jusqu'à la conclusion de la paix. Quant 
au quatrième point, l'Autriche s'en rapporte aux sympathies de 
l'Europe pour les chrétiens placés sous la donùnatioD de l'etn- 
pire ottoman. » 

Ainsi l'Autriche, malgré les dissentiments survenus dans la 
question d'application, maintenait loyalement les principes 
consacrés dans l'alliance du 2 décembre, les conditions posées 
dans les Notes du 8 août et confirmées dans le protocole du 
S8 décembre ; elle y voyait les garanties de la paix future et 
les soutiendrait de toutes ses forces. 

Hais il y avait loin de ces loyales déclarations à l'action pro- 
mise, k la coopération dont l'échéance était arrivée. En limi- 
tant leurs exigences aux conditions mêmes acceptées par le 
cabinet de Vienne dans lo traité du 2 décembre, la France et 
l'Angleterre avaient cru gagner à la cause commune no allié 
effectif. Elles s'étaient imaginé qu'une fois sa parole engagée, 
l'Autriche se croirait liée à elles par une solidarité irrésis- 
tible, et que leur adhésion à une paix bonOTt^le & possible leur 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LES CONFÉRENCES DE VIENNE. 105 

nodrait le concoure de cette nation à une guêtre nécessaire et 
lAgitiiiie. 

Elles s'étaient trompées ; i] y arait déjà paru lorsque le mî- 
niUre des affaires étrangères d'Autriche fit connaître, par une 
circulaire à ses agents, sa pensée politique. 

S'il n'était pas dit en tenues formels dans ce document que 
PAulnebe entendait garder désormais une altitude expec- 
Unle, l'équivalent de celte déclaration y était au moins trè«- 
Dettemeat exprimé. La dépêche disait, en effet, que dans le cas 
on les propositions autrichiennes seraient rejetées ( et c'est m 
qui avait déjji eu lieu ), i l'Autriche ne potirraît contester aux 
poisuDces belligérantes le droit d'exigef, dans leur intérêt, des 
conditions plus étendues , mais qu'elle devrait leur- laisser le 
«Hn de se procurer, pour faire admettre leurs prétentions, le 
litre que le iHt)tocole du 28 ééeembre prévoit expressément, 
GB faisant dépendre des événements de la guerre les conditions 
de la paix.» 

Ainsi flonc, l'Autriche ne crojiait pas les puissances occiden- 
tiles autorisées, dans la situation actuelle, à demander plus 
qu'elle ne leur avait offert; que, si elles exigeaient davantage, 
Celait à elles à se le procurer à leurs risques et périls, sons que 
l'Autriche eût à s'en tnéler. € Le gouvernement impérial, ajou- 
tait H. de Buol, s'en Rendra uniquement à la base résultant 
pour lui des engagements qu'il a contractés, a 

C'était 1& on vérttatile Qéni d'eng^ements stipulés, et il y 
BTût dans ces paroles de quoi jusliBer les accusations peu me- 
Auées de la presse britannique. 

Ainsi, la question la plus importante que soulevkt l'échec des 
négociations, à savoir : L'Autriche donnera-t-elle à ses obligs- 
lioQs contractées envers la France et la Grande-Bretagne la 
plënitade de leur force! oette question était résolue, L'uHitude 
àea plénipotentiaires autrichiens pendant ces longues discu»- 
«OQE avut, au reste, dit assez qu'ils ne voudraient à aucun 
prit Toir dans la rupture du i juin l'échéance de leurs enga- 
gemeuts. 

Et pourtant, commet ne pas croire k l'exécution de la pa- 
nde donnée par l'AutrictK le 3 décemlKe 1854T N'étaitrce pas 



jM,Googlc 



m U QUEBTIQW D'OBIENT. 

Ik la vieille politique suivie entre les cours de Vîeone et de 
Paris par les K&unitz et les Choiseul? Si, par suite des fautes 
commises avant 1815 , l'Aulricbe de t'emppreur Fraii«ois II et 
de M. de Metteinich s'était trouvée réduite à cette politique de 
circonstance : l'alliance avec la Russie et la défiance constante 
de la France conquérante ou libérale, l'alliance française D'é- 
tait«lle pas pour l'Autriche eUe-méme, comme pour l'Europe 
tout entière , la combinaison |a plus conservatrice , la plus fa- 
vorable au maintien de l'équilibre actuel et au rétablissemeot 
de la paix T N'aurait-elle pas dû déjà donner des gagée sérieux! 
âevait-«lle attendre si longtemps pour appcurter à la politique 
occidentale sa cooptation active t 

Que dis^t , à la fin de l'année 1854, le très-conciliant lord 
John Russell Im-mëme, parlant de la coopération de l' Autriche 
«t du sens précis des obligation dfi 3 décembre? a Je crois, 
disait-il, que, dans cette cnse qui intéressa toute l'Europe et 
l'indépendance de l'Europe, ^'Autriche, en sa qualité de grande 
puissance européenne, aurait dû, plus t4t çtt'elle m l'a /ait, 
s'unir aux jmiuanett maritimet. Je crois eocore que l'Au- 
triche était plm vivement intéressée, et qu'elle avait plus à 
craindre que la France et l'Angleterre, d 

Mai^ord John Russell avouait que la prudente politique de 
l'Autriche avait parfaitement compris que la danger d'une 
guerre avec la Russie étut plus grand pour elle ifK pour l' An- 
gleterre et pour la France. De p)us,^on établissement militaire 
venait (|'U*e consid^ablement réduit, et il lui avait fallu aug- 
m«iter son armée. Et. ce que ne disait pas le diplomate anglais, 
elle s'était aperçue bien vite que ses ânauces ne lui pennettaient 
pas de supporter un bien lourd fardeau. 

Mais enfin, par le traité du 3 décembre, l'Autriche avait fut 
on pis de plus vers la politique des puissances occidentales. 
fille était convenue avec celles-ci que si jamais elle était en 
guerre avec la Russie, il y aurait par ce fait même une alliance 
offensive et défensive entre la France, l'Autriche et l'Angleterre. 
Elle avait dit de plus qu'avant la tin de l'année elle prendrait en 
nouvelle considération ce qu'elle avait à faire relativement aux 
iarmes de la pux à coBolure avec la Russie. Cet article, que 



ntgiti.rJMvGOOglC 



LES GOMViMaWSS TgL VISHNE. 191 

lord John Rugs^ coiutdënùt comme • ne contesoit risn que 
detrës-peu prétûs s , avait, aelon lui, œ sens que, u l'Angleterre 
et la France hJuient des propotîtions de paix rédigées en coa- 
foimité avec les quatre garafities, en accord avec ceB qnatre 
gsrandes, dans le cas ob la Ruuie lefuBerait d'accepter Mn 
traité basé snr ces oonditiona, elle Àntricbe n'héshofait (Aib 
alors, prendrait parti dans l'atliance, signenùt on traité d'al- 
Bance oflènnve et déTeiuive. 

Mais dès lors (Chambre des lords, séance du IS décem- 
Ive 1854), lord John RusieH prévoyait qnlt pourrait bien arri- 
va qu'au deniier moment l'Autriche trouvftt que les termes 
d'un traité de paix réduiraient trop la Russie, diminueraient 
trop son poids en Europe, et ne les acceptât pas. Mais lord 
John Russell n'entendait pas moins que l'Àutricbe était d'ac- 
cord avec les puissances occidentales sur les bases nécessaires 
k la sécurité de la Turquie, et que si la Russie ne consentait pas 
à un traité do paix rédigé sur ces bases, les années de l'Âu- 
tiirhe devraient, dans la proehune campagne , agir de concert 
avee celles de la France et de l'Angleterre. 

Comme on pouvait s'y attendre, ces prévisions étaient Irom- 
pëesk L'Autriche dédarait que sa coopénitioD, en exécution du 
traité du 3 décembre , ne consistertùt qu'en une continuation 
de l'occuphtion des Principautés , qu'elle défendrait au basait 
contre toute agressitm de la Russie. Et, comme pour commen- 
ter cette déclaration , le gouvernement autrichien s'empressa 
de rédsire, dans des proporticKia considérables, son effectif mi- 
htaire. 

Un ordre du jour du 94 juin annonça i l'armée autrichienne 
la décision de l'empereur François-Joseph. «Je sairis avec 
joie, dit-il, la première occasion qui ttih permet de rendre à 
leurs foyers et à leurs familles les honnnes de la réserve appe>« 
lés pour compléter la mise sur pied de gwerra de la tr«sième 
et de la quabième armée... » L'armée de Gallicie tout entière 
fat portée du pied de mobilisation au simplepied de disponi- 
bilité {Kriegibereitiehaft), 

A mesure qu'elle diminuait son effectif l'Autriche faisait en- 
core des efforts visibles pour rattaehnr ft sa- jtolitîque d'etpec- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



m LA QlTEiTION B^ftlENT. 

talire arm^* la Prusse et la ConfédéraUon germanique. Uêt 
par ses engagements antérieurs et par les actes récenta du con- 
grès de Vieune, elle s'efforçait, tout en reculant, de maintenir 
la ba<e des quatre points de garantie avec l'interprétation qu'elle 
leur avait donnée et dans leur indivisibilité. Il est inutile d'ajou- 
ter que la Prusse et les puissances allemandes refusaient plus 
que jamais d'admettre cette indivisibilité , et prétendaient que 
l'intérêt germanique était suffisamment garanti par les deux 
premiers points. 

Celait, pour l'Autriche, risquer de se trouver tût ou tard 
isolée, au lieu de s'être, comme elle le pouvait par une con- 
duite plus énei^que, placée à la tête des intérêts alleniandj. 
Hostile & la Russie par ses actes antérieurs, elle ne pouvait 
espérer qu'on les oabliàt de si tôt à Saint-Pétersbourg : elle dif- 
férait d'opinion avec le reste de l'Allemagne, et vdlà qu'elle se 
séparait en fait, sinon en principe, de l'action des puissances 
occidentales. Position embairassée, difficile, qui est le lot ba- 
'bituel des gonvemements qui veulent m^agcr tous les parti» 
et ne savent pas prendre une de ces résolutions hardies qui font 
le«alut et la grandeiu- des empires. 

Du jour Où, diminuant son effectif, elle ne menaçait {^sla 
frontière russe, du jour où elle retirait ses troupes de la Galli- 
«ie, l'Amriche rendait libre par là le mouvement rétrograde 
de nombreux et excellents régiments russes jusque-là immobi- 
lisés dus l'observation. Et, en même temps, le gouvernement 
autrichien renforçait de U,(KK) hommes son armée d'Italie. U 
parti matziniste y semait, il est vrai, les germes ^'une agitation 
nouvelle; mais comment ne pas s'inquiéter à Paris, et surtout 
à Turin, de cet accroissement des forces placées sous les ordres 
d'un homme de guerrMUustre, qui ne se donnait guère la peine 
de cacher ses sympathies pour la Russie. Et tout cela se pas- 
sait au moment pu I9 France conservait à peine 3,000 hommes 
de garnison dans Rome, où le Piémout envoyait en Crimée la 
fleur de sou armée. Il y avait de quoi réfléchir. 

Le gouvernement autrichien crut devoii* expliquer<^es me- 
sures et inforaier les gouvernements alliés que « par des con- 
ùdérations de saaté, il avait été permis aux réserves d'aller co 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LES CONFÊBENCSS VE TBBNNE. 10» 

«Higé dans leurs foyen, sauf à être rappelées soas les drapeaux 
dans le délai d'une semaine ou de quinze joum , et que , aussi 
dans l'intérêt de la sanlé des troupes , quelqueft-uns des can- 
loooemenls seraieut changés, n 

Ia réduction de l'effectif autrichien ne fut pas, au reste, un 
fait isolé en Allemagne. La plupart des gouvernements qui 
avaient été entraînés à faire des dépenses considérables dans la 
prévision d'une mohilisatjon éventuelle des contingents fédé- 
raux, revinrent successivement sur les mesures prises : la réao> 
lulioa de la diète pour la SriegtàereUtehaft fut bienlAt lettre 
nKHTte. 

Quelles que fussent les nécessités de position financière et 
politique, la conduite de l'Autriche était injustiSable, même ta 
point de vue de son intérêt pariictilier. Ne pas entrer résolu- 
ment dans l'action après te refus obstiné de la Russie, c'était 
pour elle se diminuer comme à plaisir, c'étuit avouer son Im- 
puissance à tenir des engagements pris, c'était reconnaître la 
prépondérance de l'influence russe en Allemagne. 

S'engager envers les puissances occidentales sans pourtant 
rompre avec la Hussie; accepter une interprétation commune 
des conditions de la paix sans se décidera l'imposer; être avec 
ceux-ci par ses paroles, avec ceux-là par ses actes; s'assurer 
tous les avantages de Tarbitrage sans en courir les dangers, 
c'était ik peut-être ce qu'on appelle en diplomatie une conduite 
habile; mais un tel r6ie ne saurait se prolonger sans inconvé- 
nients, et il est un moment oii l'habileté ainsi entendue prend 
UD autre ihhd dans toutes les langues. 

Ainsi, par un bonheur par trop singulier de sa situation, non- 
tealement l'Autriche n'avait eu encore dans les événements 
généraux d'autre part active que l'occupation pacifique des 
Principautés, mus encore la Russie se retirait prudemment et 
amicalement devant elle; et il arrivait ce fait assez fftoheux, 
que la présence des troupes autrichiennes n'inquiétait pas assez 
fe commandant en chef des armées russes dans le sud, pour 
qu'il ne dirigeftt pas sur la Crimée toutes ses forces disponibles. 
Pour cette politique ctHuidérée par quelques-uns comme 
très-fine , c'était ub coup de maître que d'avw su occuper 



n,5,t,7rjM,G00glc 



iM LA QnSSIION 1>'(miENT. 

les Principatatés avec le eomentemeot d'usé pvUe , sans pour 
cela se mettre en guerre avec l'autre; c'était le comble de l'a- 
dresse ({ue de laisser trois grandes pUisaaneeH s'épuiser dnis 
une lutte d'extermination, et d'acquérir nne prépondérance 
marquée dans les conseils de l'Europe sans avoir couru aocun 
danger; jouir pendant la guerre de tous les bénéfices de It 
paix, recueillir à la paix tous les fruits d'une gnerre faeareuse, 
c6 serait enfin d'une haute et profitable politique, s'il ne fallait 
pas pour cela sscritor tout ce qui fait la grandeur sérieuse d'un 
gouvernement : la nlc^alité, la bonne foi. Mais si de pareils 
avantages ne pouvaient être poursuivis que par la duplicité; 
s'il fallait, pour arriver à ces fins, flatter secrètement celui qu'on 
menace tout haut, appuyer hautement celui qu'on trompe en 
secret, c'était se préparer des mécomptes de l'on et de l'aotre 
c6té. Oublierait-on jamais à Saint-Pétersbourg les féUcitsUoos 
prématurées parties de Vienne au premier bruit de la chute de 
Bévastopoll Oublierait-on jamais à Paris et à Londres que 
500,000 Autrichiens avaient regardé , l'arme au lH*a8 , la lutte 
Inhale d'une petite et héroïque armée perdue à six cents lienes 
de ses ressources, et menacée par les înnombraUes ennemis 
que aoD indifférence laissait libres de leurs monvementst 

-On a dit cependant, et nous devons rapporter ces bruits sans 
les garantir, qu'en contractant les engagements du 2 décembre, 
qu'en insistant auprès de la Diète pour la mobilisation des con- 
tingents fédéraux, le cabinet de Vienne agissait avec les inten- 
tions les plus locales. Mais il aurait compté aosà sur des succès 
plus rapides en Crimée; et lorsqae ses efl'orts eurent ëcboné 
devant le mauvais vouloir de la Pmsse et devant les inerties 
calculées de la coalition de Bamberg, il se serait adressé à la 
France pour savoir qael contingent l'emfùre pourrait mettre à 
SB disposition en cas de lutte. 11 se aérait adressé égatementk 
la Grande-Bretagne ponr savoir sur quels subsides il pourrait 
compter. 

H lui aurait été répondu de Paris que tous les régiments dis- 
ponibles étaient et seraient expédiés en Crimée ; et de Londres, 
qoe le gouvernement et le parlement britanniques n'étaient 
pas disposés k re«oDUiienoer le s|Btàme des subàdes. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LES COfiFfihtlTnXS VE tienne. 111 

Réduite à Ses propres forces, l'Autricbe se serait trouvée im- 
puissaote 6 conserver la position prise le 3 décembre 1854. 

Q est permis de croire que ces justifications n'avaient pas ao« 
Tsleur bien sérieuse, car, en ouvrant la session extraordinaire 
descbambres françaises (t juillet J, Napoléon lU déclara hau- 
lement que l'Autriche avait reculé devant l'accomplissemetit 
d'engagements formels. 

Voici la partie du discours impérial qui expose l'état des nfr< 
gociations et les causes de la clôture des conférences : 

• Avons-nous mant^ué de modération dans le règlement des 
conditions? disait Napoléon lil aux représentants de la France; 
je ne crains pas d'examiner la question devant vous. Il j «vtit 
un au environ que la guerre avait commencé, et déjà la Frttnoe 
et l'Angleterre avaient sauvé la Turquie, gagné deux batailles, 
furcé la Russie II évacuer les Principautés et à épuiser ses forces 
pour défendre la Crimée ; enfin, nous avions en notre faveur 
l'adhésion de l'Aulriche et l'approbation morale du reste de 
l'Europe. 

* Dans cette situation, le cabinet de Vienne nous demanda 
si nous consentirions k traiter sur des bases déjb vaguement 
formulées avant nos succès. Un refus de notre part devait sem- 
bler naturel. Ne devaitK)n pas croire en effet que les exigences 
de Ir Frauce et de l'Angleterre se seraient accrues en propor- 
lioD de la grandeur de I» Inlla et des sacrifices déjà faitsî Bh 
bien ! la France et l'Angleterre ne se sont pas prévalues de leurs 
nantages ni même des droits que leur oftnient les traités an- 
térieurs, tant elles avaient à cœur de rendre la paix plus facile 
el de donner une irrécusable preuve de leur modération. 

i Nous nous sommes bornés à demander, dans l'intérêt de 
l'Allemagne, la libre navigation du Danube et une digue contre 
le flot russe qui vient sans cesse obstruer l'cmbodchure de ce 
grand fleuve ; dans l'intérêt de la Turquie et de l'Aulriche, une 
meilleure constitution des Principautés, afin qu'elles servent de 
Kmpart contre ces invasions sans cesse renaissantes du Nord; 
dans un intérêt d'humanité et de justice, les mômes garanties 
pour les chrétiens de toutes les communions, sous la protection 
exclusive du Sultan; dans Kiotérêt de la Porte comme dans ee- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



lis lA QUESTION D'ORIENT. 

lui de VEurope, nous avons demandiS que la Russie Mmilât k un 
chiffre raisonnable le nombre des vaisseaux qu'elle entretient à 
l'abri de toute attaque dans la mer Noire, et qu'elle ne peut 
entretenir que dans un but d'agression. 

» Eh bien ! toutes ces propositions que j'appellerais magna- 
nimes par leur désintéressement et qui avaient été approuvées 
en principe par l'Autriche, par la Prusse et par la Russie elle- 
même, se sont évanouies dans les conférencos. La Russie, qui 
avait consenti héroïquement à mettre fin à sa prépondéranco 
dans la mer Noire, a refusé toute limitation de ses forces na- 
vales, et nous en sommes encore à attendre que l'Autriche exé- 
cute ses engagements, qui consistaient à rendre notre traité 
d'alliance offensif et défensif, si les négociations n'aboutissaient 
pas. L'Autriche, il est \Tai, nous a proposé de garantir avec elle 
par un traité, l'indépendance de la Turquie, et de considérer à 
l'avenir comme catut belii le cas oii le nombre de vaisseaux 
de la Russie aurait dépassé celui qui existait avant la guerre. 
Accepter une semblable proposition était impossible , car elle 
ne liait en rien la Russie, et, au contraire , nous paraissions 
sanctionner su prépondérance dans la mer Noire par une con- 
vention. La guerre a dû suivre son cours, n 

Le discours d'ouvei-ture des chambres françaises provoqua 
une réponse semi-officielle du gouvernement autrichien. Après 
avoir essayé d'atténuer l'importance des paroles impériales par 
une distinction jilus subtile que fondée entre les documents in- 
ternationaux et les communications de souverain à peuple, la 
Gasetle de Vienne déclara que tes propositions autrichiennes 
répondaient entièrement au protocole du 28 décembre, et se 
prévalut, comme dit raison, de l'assentiment de lord John 
Russell et de M. Urouyn de Lhuys. Selon le journal autrichien, 
c'étaient les puissances occidentales qui avaient dépassé ce 
protocole, et l'Autriche n'était pas obligée de les suivre. 

En Angleterre, lord Clarendon n'essaya pas hi tAche impos- 
sible de justifier l'Autriche ; il se contenta de plaider les cir- 
constances atténuantes, a Sa conduite, dit-il, ne mérite pas 
d'éloges, mais ne peut donner lieu à aucune critique... Sans 
inûuer sur nos opérations militaires , cette conduite a eu un 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LES CONFÉRENCES DE VIENNE. 113 

résultat avantageux pour nous , puisqu'elle nous a laissés libres 
de faire la paix aux conditions qui seront jugées les plus avan- 
tageuses 9e reconnais que l'Autriche aurait agi (Tvnâ ma- 
nière plus conforme à 3on intérêt et à m dignité, &\ elle avait 
adopté un ton plus ferme vis-à-vis de la Russie. Je croîs 
quVIle aurait contribué par là au rùltitilissenient de la paix. 
Uais l'Aulriche est une grande pui.<sance inilépendante; si nous 
pouvons regrulEer que sa politique ait difTéi-é de la nAlre, nous 
n'avons pas le droit de la contraindre. ■ 

Miiis que dire de l'attitude de la Prusse, à la fois hostile et 
timorée ? 

La Prusse avait déjà montré sa mauvaise volonté dès la fin 
de Tannée précédente, en demandant que l'Aulriche s'engageât 
à s'opposer énergiquement à toute exigence des puissances 
occidentales dépassant les quatre points de garantie. Mais, dans 
la Note du 8 août 18a^, ces puissances s'étaient réservé expres- 
sément ode faire connaître eu temps utile les conditions purlj- 
culiëres qu'elles pourraient mettre à la conclusion de la paix 
avec la Russie, et d'apporter à l'ensemble des garanties ci- 
dessus spéciiées teile modification que la continuation des 
hostililéi rendrait nécessaire ,v réserve que l'Autriche avait 
reconnue par le fait qu'elle avait donné une déclaration ana- 
logue. 

La Russie, en rejetant calégoiiquement les quatre points de 
garantie, avait amené la continuation dos hostilités. Comment 
l'AutricIie pourrait-elle a^ir en faveur de la Russie, si les puis- 
sances occidentales, après avoir obtenu de grands succès, dé- 
passaient les quatre points de garantie T 

Lorsque s'éleva la question des contingents fédéraux à four- 
nir par les puissances allemandes, l'attitude de la Prusse r.:t 
plus uialencontreuse encore. 

Il avait paru bien évident que la décision du 8 février par la- 
quelle la Diète de Francfort avait réglé la mise en état de guerre 
des contingents fédéraux, était la conséquence de la position 
prise par la Ck»! fédération germanique dans la question d'Uricnt. 
L'Autriche avait pu, avait dû l'interpréter ainsi. Or, la Prusse 
«vaît osé prétendre donner à cette décision le sens d'un acte 



n,5,t,7rjM,G00glc 



lli LA QUESTION D'OBtENT. 

conservatoire, tendant uniquement à sauvegarder riodépen- 
dance de l'Allemagne vis-à-vis de toutes les parties. 

Une teUe interpretaUon avait un caractère d'hostilité trop 
manifeste pour que l'Autriche pût s'y associer. Les puissances 
occidentales y voyaient un démenti donné aux missions de 
M. d'Usedom et du général de Wedell. 

M. de ManteufTel renchérit encore sur l'interprétation mal- 
heureuse de la décision fédérale, en adressant au représentant 
de la Prusse à Paris une Note dans laquelle il blâmait indirec- 
tement la politique de l'Autriche, et même aussi celle de la 
France. Cette dépêche ne fiit pas, bien entendu, communiquée 
au gouvernement français. M. de Manteuffcl y dénaturait les 
positions au point de représenter la Pnisae comme l'arbitre 
dont toutes les puissances cherchaient à s'assurer le concours, 
tandis qu'en réalité, ce royaume se trouvait exclu des négo- ' 
dations , déchu par sa faute de sa part tégilime d'influence. 

Qu'avait servi à la Prusse de recommander ii la Russie, dès 
le début de la querelle, l'évacuation des Principautés? Que lui 
avait seni de soutenir d'une manière pressante l'invitation de 
l'Autriche du 3 juin par une dépêche du IS juin, celle du 
10 août par une dépêche du 13 aoôtT Ces instances, faites au 
nom des intérêts allemands, avaient été accueillies par la plus 
profonde indifi'érence ou par une mauvaise humeur mal dé- 
guisée. 

Que devait servir à la Confédération germanique d'avoir ad- 
héré au traité du ii juillet, si elle ne prenait aucune mesure 
pour mettre à exécution sa résolution d'adhésion? Cette attitude 
indécise était plutêt faite pour engager le cabinet de Saint- 
Pétersbourg à persévérer dans sa ligne de conduite. Il ne sem- 
blait pas qu'il y eût un meilleur moyen de perpétuer la guerre 
que de persister dans celte stricte et étroite interprétation du 
traité du 20 avril. 

Ce qui eut dû toucher plus vivement encore l'Allemagne, 
c'était que l'issue des conférences de Vienne allait perpétuer sa 
dépendance. Dès lors, en effet, le gouvernement russe ne son- 
gea plus qu'à reconquérir en Allemagne le peu de terrain quil 
venait d'y perdre. Il renforça et compléta son personnel dîplo- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LES CONFÉRENCES DE TIENNE. 115 

milique près les cours allemandes. Au prince Gorlchnkof, en- 
toyé de Saint-Pétersbourg à Vienne , à M. de Titof envoyé k 
Stoltgarl, il adjoignit M. le barpo de Bninnow à Francfort 
(M. de Bninnow était ministre plénipotentiaire il Londres lors 
de la déclaration de guerre), et à Hanovre M. le conseiller 
d'État de Fonton , premier conseiller d'ambassade à ^^emle. 

Ces excellents cboix indiquaient le désir de lutter avec plus 
de vigoeur encore en Allemagne contre les influences étran- 
fières. 

En apparence donc , après la clAture des conférences de 
Vienne, il semble que la Russie ait gagné du terrain et que la 
eanse de la Turquie et des puissances occidentales en ait perdu. 
Mais on va voir que le véiitfl>le théfttre de la discussion n'était 
pas en réalité à Vienne, et que, tandis que les négociations 
s'allaient dans le vide, la question iqarchait dans le domaine 
des faits à une solution rapide et satisfaisante. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA QUESTION D'ORIENT. 



CHAPITRE IV 



LA VICTOIRE 



Le not de l'énigme, k quelle euw ■Itnbiwr l'inMccAi it li diplonutie ; !■ ¥>■ 
IntioD est i Sévutopol. —Viiite de Nipoléon 111 à li reiue A'icUrii, u •igni- 
liulioD; le prince royil de Prusse t Saint-Peler!ibour<|, inquiétudes de li 
Pruue, le TiintAme évoqué du U Polo^a. — Siluition du siège, l'ilUquc de 
droite, Halakof a( U clef de li lille; chirinfa de déUil, lortîts, pri>« d'em- 
bumdei; bombu-dement du 9nril, ks eCTcts; prise d'un ouvri^c de eontrt- 
■pprocbe ; conieit de guerre, démiuian du ^éni^ral Cinroberl, nomiulion du 
Sénérd Péliuier; cbiude ifTairc d'embu.-cide des 23 el 24 mti; 7 juin, prise 
du HtmEloD-Vïrt, des Ouvra^f i-BUiics et di-i bitleriei des Carrières; uHut 
du 18 juin, échec, ki ouns, perles éprourrcs ; le lié^e mélhodique couli- 
nue; btUille de 11 Tchernili, déftite des RuttC!!, «ni de cetelTart; elTel pni- 
duit en Europe p«r la victoire; li reine d'Angleterre i Fartt; lignes précur- 
lenra, dernier bombarde menl, ditpoailions pour un uiaat général, prÎM de 
Nalaliof, iniuccéi lur 1e> autres pointi, l'vacuition de la lille; ce qu'étdil 
Sécaslopal; contre-coup de la victoire en Europe. 

Désormais la parolû était au canon. I^s conréreaces de 
Vienne nvnient ea pour résultat de prouver qtic la soltitioa dus 
diffîctiltùs soulevées ne pouvait âtre utilement cherchée que 
dans les murs de Sévastopol. 

Le mot des éternels revirements d'opinion en Allemagne, le 
mot des résistances de la Russie à un arrangement qu'elle avait 
paru d'abiird admettre, te mot enfîu de l'échec subi par la di- 
plomatie à Vienne, c'était la continuation du ûége de Sévas- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA VICTOIRE. 417 

lopnl, c'était l'état de l'année anglaise révélé à grand bruit par 
Il presse britannique, c'étaient les souf&ances endurées par 
DOS héroïques soldais. Le succès retardé retardiitt l'accomplis- 
ttioent des promesses, refntidissiiit les sympathies inipruilentes 
qui s'étaient dévoilées trop tôt. La presse allBinande laissait 
entrevoir un assez triste sentiment de joie à l'annonce des mi- 
sères et de l'abaissement supposé de la Granile-Brelacne. 

S (allait donc prendre Sévastopol. Nous avons dit avec qnclln 
admirable activité, avec quelle sollicitude àf. loua les instants 
les deux puissances occidentales préparaient, par l'envoi de 
rrnrods imposants, ce succès qui renfermait en germe toua les 
mires. 

Et d'abord, à la modération parfois excessive dont on avait 
tàx preuve pendnnt les conférences, succéda une attitude plus 
conforme à la situation nouvelle. 

Dpjà, pendant les n^ociations illusoires dont la capitale au- 
trichienne était le théâtre, In France et l'Angl^rre avaient 
doDoé à l'Europe une nouvelle preuve de la sincérité de leur 
illisDce. L'empereur Napoléon III avait été à Londres; il y avait 
été reçu avec enthousiasme: il y avait pnrlé en représentant de 
Il France, et c'est au peuple anglais qu'il avait adressa, devant le 
lord-maire et les autorilétj de la Cité, un de ces discours comme 
lui seul en sait faire, qui frappent au vif des situations. Sa ré- 
ponse à l'adresse de la municipalité de Londres avaii été ta plus 
franche et la plus haute déclaration d'amitié; il avait, avec 
l'accent des convictions profondes qui l'animent, montré dans 
l'ivenir celte alliance invincible, parce qu'elle représente le 
progrès, la civilisation, l'ordre général dans l'humanité, 

La dernière partie du discours de Napoléon III reufernait 
an solennel avertissement à l'Europe. Après avoir fait pressen- 
tir l'insuccès prochain de la tentative pacifique faite A Vienne 
pirles puissances occidentales, Sa Majesté ajoutait : 

■ Les yeux de tous ceux qui soutFrent se tournent instincliVe- 

ment vers l'Occident, parce que nos deux nations sont plus 

puissantes par les opinions qu'elles représentent que par leurs 

Bottes et leurs armées, n 

Cm paroles semUuent ère à l'Burope que les bases snr les- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



118 LA QUESTION D'ORIENT. 

quelles elle est établie ont été assez ébranlées pour qu'il de- 
Tieime déswiiuifi nécessaire de les reprendre ea Gous-œuvre. 

Cette pensée, qui évoquait lea ointves menaçantes de li 
Pologne et de l'Italie libres, on la retrouvait exprimée non sto» 
violence dans lea journaux briUoniquea. On la vit bientAt 
poindre dans la presse française , dont la situation spéciale 
donnait à de sembUbles aperçus une singulière impwtaoEe. 

Le Moniteur liu-méme ouvrit ses colonnes à l'adresse d'une 
députation des Polonais réfiigiés en France, et à une leUra 
assez signlficalive du dernier général en chef de l'armée polo- 
naise de 1831, du général Rjbincki, A travers les félicilAtiuis 
adressées à l'Empereur qui venait d'écbapper à la balle d'un 
■«[""fp, on devinait assez les espérances de r^énératioo con- 
çues par la Pologne , et qui reposaient sur le neveu du Méroi, 
sut le cb^ véritabU deFEurope, appelé à eeereer la Justice 
divine. > 

La visite faite àla reine Victinispar Napoléon Œ marqua uoe 
phase nouvelle dans la lutte engagée sur la question d'Oiient 
L'Europe attentive s'en émut et pressentît l'issue du combat 
qui se livrait soas ses yeux dans le champ-clos de la Crimée. 

N'était-ce pas en quelque sorte la personnification d'une po- 
litiqne nouvelle , cette visite d'un anpereur des Français an 
peuple d'Angleterre? Car tdk fut la «gnification véritable de 
ce voyage accompli au milieu des tranqKUls enthousiastes, àe& 
fêtas spieodides. lUuoiinatïoQS féeriques, Bp(Hitanées, transpa- 
rents ingénieux, l'ordre de la Jarretière décorant un Napoléon, 
le nom de Bonaparte uni dans les guiriandes et dans les jets de 
fiaouDe à celui de Victoria, la cité de Londres recevant à sa 
table l'aaciea fii^tif de Ham : quel qpectaole inouï I ( Yoyu 
France et Chronique.] 

L'Empereur, avec saa tact parfait, ne s'y trompa pas : c'est 
Uen au peuple anglais, nous l'avona dit, qu'il adressa cette 
phrase dans laquelle , élevant l'alliaoce nouvelle à la hauteur 
d'un fait permanent, il disait qu'il emporterait l'impression d? 
cce spectacle imposant qu'offre l'Angleterre, oii la vertu stu' 
le trAoe dirige les destinées du paya sous l'empire d'une liberté 
sans danger pour sa grandeur. • 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA VICTOIRE. «9 

Tandis que l'entrevue des deux souverains de l'Occident à 
Londres personoiGaîl, pour ainsi dire , l'alliance des deux peu- 
ples, et marquait d'une façon sensible l'étonnante transforma- 
lioD des situations politiques dans cette partie de l'Europe , la 
Prusse essayait une contre-partie de cette visite significative. Le 
prince royal de Prusse se rendait à Saînt-Pétersboui^, et cette 
démarche de l'héritier de la couronne prussienne était inter- 
prétée comme un revirement dans ses tendances personnelles, 
jusque-là Tavorables à la cause de la politique occidentale. En 
vaiti le télégraphe de Berlin se hâtait d'annoncer qu'il n'y avait 
là qu'une visite de famille, on voulut y voir une manifestation 
politique. Peut-être eût-il été plus juste d'y voir un symptôme 
des inquiétudes ressenties par la Prusse. Le roi Frédéric- 
Guilliume comprenait instinctivement quels dangers il pouvait 
y avoir pour l'Allemagne à laisser s'étendre la lutte, et il en- 
voyait à Sainl-Pétersboui^ non pas encore peut-être ses con- 
seils respectueux, mais l'expression de ses terreurs. Le Jeune 
Empereur de Russie laissait d'ailleurs dire assez haut qu'il pen- 
sait à réoi^aniser la Pologne sur des bases plus libérales, et la 
Prusse rappelait humblement à rhéritier de Nicolas quil existe 
une Pologne prussienne. 

Quel que fut l'intérêt attaché à ces démarches des grands 
souverains de l'Europe, l'intérêt le plus puissant était encore à 
Sévastopol. La diplomatie avait reconnu son impuissance : 
c'était au canon de re|yendre la parole. Le siège entrait d'ail- 
leurs dans une phase nouvelle. Tout était prêt pour une éner- 
gique reprise des attaques si longtemps inli?rrompucs. 

Dégoûté d'une attaque en forces par la défaite d'Inkermann 
et par le récent échec d'Eupatoria, le commandant en chef 
des forces russes s'était mis sur la défensive. Il avait fortifié 
par des ouvrages en terre le point de partage des eaux de la 
Katcha et du Belbeck, et de cette position il couvrait; ses com- 
muDicalions de Sévastopol avec Simphéropol. Le général 
Oslen-Sacken était chargé de maintenir les communications 
avec Pérécop et les côtes du sud-ouest de la Ciimée, taudis 
que le général Liprandi menaçait toujours d'opérer contre 
balaclava. 



jM,Googlc 



ISO LA QUESTION D'ORIENT. 

Ainsi établie, l'armée niss* se contentait de faligaer les 
assiégeants par de pelites sorties qui les tenaient constamment 
eD éveil. Tant que l'infériorité du nombre fut excessive du câté 
des alliés, et surtout tant que les Anglais restèrent seuls char- 
gés de la moitié de leur tÂche, ce système fut désastreux pour 
l'assaillant. Mais bientôt deux divisions françaises vinrent 
apporter leur actif concours 6 l'attaque de droite. Jusque-là le 
génie russe avaitk peu près négligé cette partie de la place, 
qui n'était pas sérieusement inquit^tée. Mats, du jour où les 
Français s'établirent devant les ouvrages de ce côté, les Busses 
s'empressèrent de renforcer leurs défenses. 11^ démolirent jus- 
qu'à sa base la vieille tour casematée de Malakof, déjà presque 
détruite lors du premier bombardement , et ils commencëreDt 
à en faire le centre d'un puissant ouvrage. 

Ce côté de Sévastopol, un peu négligé jusqu'alors, attirait en 
même temps l'atl«ntion du savant officier que l'Empereur ve- 
nait d'envoyer en Crimée pour examiner l'état des travaux : 
c'étdt le général du génie Niel, récemment illustra par soa 
attaque de Bomarsund. 

Le général Niel reconnut d'un coup d'œil les, fautes com- 
mises à l'origine. Dans le principe^ l'attaque principale avait 
été faite au centre, vis-à-vis l'ouvrage appelé le bastion duH&t, 
et s'était peu à peu étendue sur la gauche , vers le fort de la 
Quarantaine. De ce cdté, c'était celui» des Français, une troi- 
sième parallèle avait été poussée jusqu'à 100 mètres du rem- 
part, et l'assiégeant avait occupé le Cimetière et le Lazaret. 
Mais du cdté droit, c'est-à-dire depuis le grand ravin du port 
jusqu'à la baie du Carénage, section des travaux échue à l'ar- 
mée anglaise, l'énorme réduction de l'efTectif des assiégeants, 
le peu de goAt du soldat anglais pour les travaux de tranchée, 
la fatigue excessive que leur imposait leur petit nombre, 
h'avaient pas pennis de pousser avec assez de vigueur une 
attaque que le génét^l Nict reconnut être la principale. 

Pendant que ie génie préparait des deux côtés ses plans d'at- 
taque et de défense, les escarmouches, les sorties se renou- 
velaient presque tous les jours. Toujours repoussés, les Russes 
revenaient à la charge avec une constance remarquable . Lorsque 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA VICTOIRE. iâl 

les troupes du deuxième corps et de la diviûoo Bninet, sous 
ta direclioD du général de division Bosquet, eurent ouvert la 
tranchée devant Malakof, les chicanes se succédèrent presque 
toutes les nuits. 

La participation des Français aux travaux de l'attaque de 
droite et l'activité déployée tout à coup contre la partje la plus 
vulnérable des dRfenses, avaient tellement inquiété le génie 
ru5se, qu'il avait immédiatementilabli des contre-approches. 
H devint bientôt urgent d'arrêter le développement de ces tra- 
vaux. Cette opération fut exécutée avec vigueur par le général 
de division Mayran. 

L'ouvragt^ russe ûiait prûcédé de plusieurs embuscades pré- 
sentant, au milieu de l'obscurité de la nuit, des obstacles dont 
il était difficile d'apprécier la disposition et la Force. Les troupes 
chargées de l'atlaqne les abordèrent avec vigueur et les culbu- 
tèrent, et, pendant que les bataillons qui marchaient à gauche 
et au contre franchissaient ces obstacles, les zouaves, conduits 
par le colonel Cler, et ayant à leur tête le général de Monet, 
blessé dcjâ quatre fois, pénétraient dans l'ouvrage sous un feu 
tr^s-vif de mnusqueterie, et se jetaient sur l'infanterie russe qui 
s'y trouvait massée. Celte infanterie céda le terrain après une 
Inlte courte, mais violente. L'ouvrage russe était emporté, et il 
fat détruit en quelques instants. 

Ce résultat n'avait pu être atteint sans pertes sérieuses, les 
Français s'étant trouvés, pendant leur retraite, exposés au feu 
violent des bastions voisins et des vapeurs le Wladimir, le 
Chersonèse et le Gromonossels, embossés dans la rade. Le gé- 
néral Osten-Snckcn estimait ces perles à 600 hommes, dont 
100 morts et 24 prisonniers; il avouait, du cAté des Russes, une 
perle de 300 hommes. 

Dans la nuit du ii au IS mars, le général Bisson, avec deux 
compagnies d'élite dti 100* de ligne, enleva avec résolution dtf 
nouvelles embuscades de l'ennemi, et garda sa position malgré 
les efforts d'une masse considérable d'infanterie russe. La nuit 
suivante, le général de Failly enleva et détruisit des postes 
russes, et te colonel de Brancion, du 50* de ligne, engagea 
avec succèit un bataillon de zouaves en avant de la parallèle. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



192 LA QUESTION D'ORIENT. 

Ces petits combats avaient pour but, des deux cAtés, d'exécuter 
ou d'entraver les travaux de défense ou d'attaque chaque jour 
plus importants. 

Dans la nuit du 22 au 23 mars, une sortie faite par les Russes 
prit les proportions d'une bataille. Quinze bataillons russes, di- 
visés en deux colonnes, se ruèrent sur l'attaque de droite avec 
des hurlements sauvages, et, repoussés trois fois, trois fois 
ranoenés par leurs officiers , fiirent rejetés de place en place, 
ici par quelques compagnies de zouaves, là par les chasseurs 
à pied , plus loin par les Anglais en petit nombre. Les Russes 
se retirèrent après avoir eu plus de 2,000 hommes hors de 
combat : les pertes des alliés dépassèrent 600 hommes. 

Celle opération de l'assiégé différait complètement de toutes 
celles qu'il avait tentées jusqu'à ce jour contre les tra- 
vaux de l'assiégeant. Pour la réaliser, et malgré le chiffre déjà 
grand de la garnison, il avait fait venir du dehors deux régi- 
ments (huit bataillons) de troupes reposées (régiments de 
Dnieper et d'Ouglitch). C'était une sorte d'assaut général contre 
les cheminements, et la combinaison paraissait la mieux con- 
çue pour obtenir un résultat considérable. 

Le major anglais du génie Gordon, qui repoussa l'attaque 
de la redoute Victoria, fut grièvement blessé dans cette 
affaire. 

Malgré leurs efforts, les assiégés ne purent empêcher l'éta- 
blissement des batteries et le travail des cheminements, et le 
lundi de raques 9 avril, un nouveau bombardement s'ouvrit 
sur toute la ligne des alliés contre Sévastopol. Une tempête 
furieuse éclatait sur la ville et sur les camps, et le bruit de l'ar- 
tillerie se mêlait aux éclats de la foudre. Le feu continua pen- 
dant tout le jour, la nuit et les jours suivants. Dès le com- 
mencement il eut l'avautagc sur celui de l'assiégé , pris par 
surprise et qui, excepté à l'extrême gauchi;, ne répondit pas 
pendant quelque temps. Sur aucun point le ft'u des assiégeants 
ne fut inférieur à celui des Russes, et sur toutes les principales 
attaques il lui fut supérieur. A la gauche, le bastion Central et 
le bastion du Uât, malgré leur formidable armement, fuient 
battus énergiquemenl et sans rel&che; leur feu diminua nota- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA TICTOIIŒ. 123 

blemeot^ mus sans s'éteindre. En même temps, une mine qui 
s'engendrait sur la troisième parallèle pratiqua dans son explo- 
doD loDgitudinale un chemin couvert, devenu en cet endroit la 
quatrième parallèle, et qui conduisit l'assiégeant fc près de 
60 mètres du bastion du Mftt. 

L'artillerie anglaise, admirablement servie, fut dirigée prin- 
cipaleaient contre les batteries du Jardin et des Casernes, 
contre le Redan , la tour Malakof et le Mamelon-Vert. Mais si 
les dommages furent considérables dans les défenses de l'as- 
siégé, il sut les réparer en partie chaque nuit avec opinifitretc, 
malgré un feu vertical des mieux dirigés. Les armées alliées 
avaient ouvert le feu cette fois avec 500 pièces environ, canons 
et mortiers, supérieures comme calibre à celles employées 
précédemment dans aucun siège. D n'y avait pas encore eu 
d'exemple de batleiies aussi étendues, armées de cette ma- 
nière contre une place forte. Les perles des Russes en hommes 
furent sérieuses -, les rapports du prince Gortcbakof , qui venait 
de succéder dans le commandement en chef au prince Men- 
chUiof, les évaluèrent à près de 900 hommes; et le nouveau 
général en chef, qui fil preuve pendant le reste du siège d'une 
sincérité jusqu'alors peu habituelle aux généraux russes, ne 
chercha pas b cacher les dommages soufferts par ses ou- 
>Tages. 

Hais enfin ce bombardement n'eut pas d'autres résultats, et 
ne put être suivi d'un assaut. Qu'avait-on gagné depuis le pre- 
mier bombardement de 1854? 

Depuis le mois de février, époque où l'armée française était 
venue en aide à l'insuffisance de l'armée anglaise en parta- 
geant avec elle les travaux de l'attaque de droite, le génie fran- 
çais avût, malgré les difficultés d'un terrain rocailleux, étendu 
ses lignes en quelques semaines au delà du ravin de Karabel- 
naîa, jusqu'à 3 ou 400 mètres du Mamelon- Vert et des Ouvrages- 
filancs. Mais ces travaux n'avaient encore atteint ni la soli- 
dité, ni le développement nécessaires pour agir efficacement 
contre l'ensemble des immenses fortitîcations de l'enucmi. 
Aussi le résultat du nouveau bombardement fut- il à peu près 
nul de ce cAté. Les batteries françaises résistèrent, niais firent 



jM,Googlc 



i3k LA QUESnON D^RtENT. 

peu de mal k celles de l'assiégé. C'est à peine » le Mamelon- 
Vert, contre lequel se conceotrèrent tous les efforts, suspendit 
son feu pendant quelques heures. Quant à la tnur Malakof et 
au grand Redan, attaqués par les Anglais, leur feu ne put être 
réduit au silence. 

A la gauchi! , grflce aux énonnes moyens d'artillerie accu- 
mulés , il y eut en apparence quelque succès. TJne brèche fut 
ouverte dans la muraille crénelée , enlre la porte de la ville et 
la face gauche du bastion Central. Ce même bastion, ainsi que 
.ceux de la Quarantaine et du Mât, furent démantelés surloute 
leur face, et principalement sur leurs saillants. Leurs embra- 
sures ne pouraienl plus protéger leurs canons; mais on recon- 
nut liientAt qu'en arrière se trouvaient d'autres batteries en 
parfait état et [H^tes à recevoir les colonnes d'attaque. On ne 
put donc penser à livrer un assaut. D'aJIIeurs se fùt-on emparé 
du bastion du M&t et du bastion Central, que la position n'eAt 
pas été ténable, étant dominée par les énormes batteries dn 
grand Redan et de Malakof, qui la prenaient d'enfîlade et à 
revers, 

Ain^ se confirmait tous les jours parles faits cette opinion, 
tardivement conçue , que la véritable clef de Sévastopol était 
le vaste système de fortifications dont la tour Malakof avait été 
le point de départ. 

Les journées et les nuits qui suivirent le bombardement du 
9 avril furent encore remplies par des chicanes de toute espèce, 
par des sorties toujours malheureuses mais inquiétantes, par 
des attaques d'embuscades. Dans l'une de ces affaires, le gé- 
néral du génie Bizot, ancien commandant supérieur du génie 
en Algérie et ancien commandant de l'Ëcole polytechnique, 
fut morrellemeijt blessé (15 avril). 

Pendant ce temps, les armées alliées s'établissaient plus for- 
tement sur le terrain du siège. D'excellenis rtégiments de cava- 
lerie et d'infanterie britannique arrivaient des Indes et de 
•'Angleterre ; on commençait à faire des reconnaissances du 
cdlé de Tchorgoun, dans la vallée de la TchemaTa, et à se 
rendre compte des défenses russes, dont la ligne se trouvait sur 
les hauteurs de Mackcnsio. Omer-Pacha prenait part, avec [riu- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA VICTOIRE. 125 

sieurs bataillons turcs, è ces déiiionsl rations qui semblaient 
indiquer )a pensée d'une campagne active. 

Le mois de mai fut inauguré par de nouveaux combats. Les 
Busses avaient élevé en avant des attaques de gauche un ou- 
vrage de contre-approche établi dans des proportions con^é- 
rables. Il se composait de deux lignes brisées, séparées par un 
intervalle de 40 mètres, et dont les extrémités s'appuyaient à 
des obstacles naturels du terrain ; il était en communicatioo 
avec la lunette du bastion Central par une trftnchée profonde, 
el déjà il avait reçu un armement particulier de neuf mortiers à 
bras, dont le tir incommodait sériensement les travaux du 
âége. Cette position avancée était pour l'assiégé d'une très- 
grande importiiiicc ; de là il aurait peut-éire ruiné par son artil- 
lerie l'une des batteries récemment achevée, ainsi que les tra- 
vaux qui l'enlouraient, et il aurait battu d'enfilade les attaques 
sur le bastion du Mflt. 

Le général Canrobert dut empêcher l'assiégé de s'établir dé- 
Gnitivement dans cetlc place d'armes, cl, d'après ses ordres, le 
général Pélissier prépara les dispositionsgénéralcsd'une attaque 
qui Tut confiée aux généraux de Salles, Bazaine, de la Molterouge 
et Rivet. L'ouvrage russe fut emporté avec une. vigueur et un 
élau remarquables par trois colonnes françaises, et malgré des 
retours furieux de l'assiégé, on s'y établit dérmitivement. Le 
colonel Viénot, de la légion étrangère, trouva dons cette affaire 
une mort glorieuse. 

Le 13 mai , un grand conseil de guerre fut tenu sous Sévas- 
(opol : le général Canrobert, lord Raglan, le général sarde de 
la Marmora, Omer-Pacha, l'amiral Biitat, l'amiral Edmund 
Lyons, le général Pélissier, le général Bosquet, le général 
Fanti , le général Brown et le chef d'état-major Simpson assis- 
taieni à cette séance. On peut même dire que l'Empereur dès 
Français y assista, car le télégraphe électrique ne cessa, pendant 
celle grave discussion, de jouer sur la ligne de Paris à Kamiech. 

Il s'agissait d'arrêter le plan de campagne qu'on allait exé- 
cuter immédiatement après l'arrivée de tous les renforts. Celui 
du général en chef français ne fut pas accepté. 

C'est alors que, le 18,1e général Canrobert crut devoir don- 



jM,Googlc 



126 LA QUESTION D'ORIENT. 

ner ss démission par la voie télégraphique, et le leodemein, 
par la même voie , le commandement en chef de l'armée pas- 
sait entre les mains du général Pélissier. 

L'Empereur avait offert au général Canrobert le commait- 
dement en chef du i" corps d'armée j le général préféra re- 
prendre le commandement de son ancienne division. 

Pour nous servir des nobles expres^ons de M. le comte de 
Montaicmbert, voir un'homme placé au faite de la grandeur 
militaire , qui avait été investi par la confiance impériale de la 
plus belle mission, celle de cotbmander k 150,000 Français en 
face de l'eimemi ; le voir, par un sentinieut de modestie et de 
désintéressement, descendre de cette hauteur pour reprendre 
le commandement d'une division, c'était as^ster à un spectacle 
vraiment sublime. 

Dans l'ordre du jour par lequel il prit possession de son com- 
mandement, le général Pélissier rappela avec tact que le héros 
de l'Aima et d'inkermann avait eu « le mérite plus grand en- 
core peut-être, d'avoir conservé k notre souverain et à notre 
pays, dans une formidable campagne d'hiver, une des plus 
belles armées qu'ait eues la t^ance. C'est à lui, disùt-il à ses 
soldats , que vous devez d'être en mesure d'engager à fond la 
lutte et de triompher, s 

• A cette époque, les armées alliées atteignaient à peu de chose 
près, en Crimée, un effectif de 220,000 hommes aind répartis : 
Pour l'armée fi-ançaise, 115,000 hommes, inf^terie, cavalerie 
et artillerie; pour l'armée anglaise, 35,000 hommes valides de 
toutes armes. Avec les Piémontais, dont près de 9,000 étaient 
déjà campés au village de Karani, près Bdaclava, Jord Raglan 
pouvait disposer de 43 à 44,000 hommes , que les arrivages 
successifs porteraient rapidement à S0,000. En joignant à ces 
forces les troupes ottomanes, se montant à 35,000 hommes, 
savoir 10,000 Turcs et Tunisiens restés à Balaclava, et 25,000 
Turcs et Égyptiens arrivés le 19 mai d'Eupatoria et choisis parmi 
l'élite de l'armée ottomane, en échange de 10,000 hommes 
rembarques quelques jours avant pour Eupatoria, les années 
alliées devant Sévastopol atteignaient un effectif de 200,000 
bommes, et en Crimée de 230,000. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA VICrOIBE. 127 

La nominalion d'un nouveau général en chef français était 
Pannoncc d'une iniliative plus énergique : l'opinion publique 
■tiendait beaucoup de l'inflexible vainqueur du Dahra. Le gé- 
Déral Pélissier tint à honneur de justifier cette confiance. Une 
chaude affaire de nuit signala la prise de possesàou de soo 
comraandeme nt . 

Depuis l'enlèvement des contre- approches rasses en avant 
du bastion Central, dans la nuit du 2 mai, et l'occupation par 
les troupes assiégeantes de cet ouvrage si important, l'assiëgé, 
pour arrêter ces progrès et prendre des vues de flanc sur les 
attaques, avait songé à reporter ses efforts du c6té de la Qua- 
rantaine, et & y cooslruîre de nouvelles lignes de contre- 
approches. Il forma le projet de relier, par une gabionnade, les 
embuscades du fond (le la baie, celles du grand cAté du cime- 
tière, et de rattacher ce travail, par un long boyau de commu- 
nication, à la lunette de droite du bastion Central. Dans la nuit 
du 31 au ââ mai, par un effort de travail énorme et habilement 
dissimulé , il ébaucha celte vaste place d'armes si menaçante 
pour les attaques de gauche, et propre à lui ménager la pos- 
sibilité de grands rassemblements et de sorties considérables. 

Le danger de ce travail des Russes était évident; le général 
Pélissier en pressentit sur-le-champ l'étendue et prescrivit au 
général de Salles, commandant le 1" corps, d'enlever cette 
position, et de retourner contre l'ennemi ses nouveaux ou- 
vrages : œuvre délicate et difllcile, car il fallait s'attendre à une 
vive résistance et à un combat acharné, sous les feux de bat- 
teries formidables. 

Le général de division Pâté Ait chargé de cette opération, 
peux attaques furent organisées : l'une sur les embuscades du 
fond de la baie, l'autre sur les embuscades du cimetière, en 
débouchant par l'angle sud-est de cet enclos. Elles devaient 
être simultanées. 

Après avoir enlevé les nouvelles gabionnades de l'ennemi, il 
fallait se tenir en avant avec assez de solidité pour protéger le tra- 
vail et transformer à l'usage de l'assiégeant l'ouvrage russe. Mais 
le développement de ces lignes était inimensej il fallait s'attendre 
à deux phases successives dans l'action, celle de la bataille et 



n,5,t,7rjM,G00glc 



13S LA QUESTION D'OBIENT. 

ceHe des travaux. Le combat eut lieu pendant la unit du 23 an 
33 mai ; il s'engagea dès neuf heures du soir. 

Les colonnes françaises pénétrèreut dans les ouvrages, mais 
se trouvèrent bientôt en présence de forces énormes que les 
Russes avaient amenées dans l'intention de faire une sortie sur 
les parallèles. On prit et on perdit plusieurs fois les gabion- 
Dades; mais on ne parvint à en relier qu'une aux parallèles, en- 
core ne fut-ce qu'au prix de pertes considérables, 1 ,200 hommes 
environ mis hors de combat. De leur côté les Russes avaient 
beaucoup sou fie rt. L'artillerie française avait tiré pendant long- 
temps sur leurs masses profondes. 

Le général Pélissîer ne pouvait en rester i ce demi -succès, 
et, dans la nuit du 33 au 2^ , il fit attaquer la gabionnade tiu'il 
n'avait pas encore réunie à ses attaques. Cette fois , le général 
de division Levaillant réussit sans trop de peine et de perles : 
les ouvrages russes furent définitivement acquis à l'assié- 
geant. 

Cette action de vigueur avait pris les proportions d'une ba- 
taille. Les Français y avaient eu plus de 2,000 hommes mis 
hors de combat ; les Busses avaient fait des pertes quadruples. 

Jusque-là , les opérations de l'assiégeant avaient éié surtout 
défensives : elles prennent, à partir de ce moment, un carac- 
tère purement offensif. 

Un ouvrage russe, construit sur une émî'nence dite le 
Mamelon-Vert, tenait l'armée de siège en échec depuis quatre 
mois : il enfilait les tranchées an<;laises et paralysait leurs 
approches. Il fallait s'en emparer pour menacer sérieusemeut 
Maiakof et le Redan. Plus près de la mer , d'autres ouvrages 
dits les Ouvrages-Blancs, avaient aussi une grande iuqiortance. 
C'étaient quatre puissantes batteries construites sur des arôtes 
de collines qui poussent chacune un cap vers la rade. Si on 
les emportait, on aurait réduit encore le petit espace o(i pou- 
vaient se réfugier les vaisseaux russes à l'abri des projec- 
tiles. 

Le 6 juin, à trois heures de l'après-midi, les attaques de 
droite commencèrent un terrible feu à vulonlé, qui dura jus- 
qu'au lendemain soir à six heures, A la chute du jour, les 



n,5,t,7rjM,G00glc 



hk VICTOIRE. 189 

troupes massées reçurent le signal et s'élancèrent , renversant 
tout sur lear passage. Le Mamelon- Vert Ait emporté d'un bond. 
L'eotralneiDent des assaillants fut tel, qu'après avoir écrasé les 
irtilleors rosses sur leurs pièces, ils traversèrent les poûlions 
sans s'y arrêter, culbutant les masses russes et leurs réserves. 
Quelques soldats frasçaû, emportés par cette /vria, arrivèrent 
jusqu'au pied de la tour Halabof. 

Mus le succès même de cette course irrésistible avait dissé- 
miné les assaillants et les exposait gravement en cas d'un re- 
tour offensif. Les Russes ne manquèrent pas de l'exécuter 
hardiment. Ken conduits et lancés en masses profondes, ils 
culbutèrent les têtes de colonnes des Français, trop peu nom- 
breox pour se rallier et offrir une rénstance efficace. Ce mou- 
>-ement fit é[»wiver aux vainqueurs des pertes sensibles, et 
penmt anx Russes de reprendre leurs poùtions. Hais les Fran- 
tais, furieux de cet échec, n'attendirent pas les ordres de leurs 
officiersj ils recommencèrent leur course follement héroïque, 
et reconquirent h la baïonnette le terrain qu'ils venaient de 
perdre- 

Cette fois, il fiit définitivement acquis. Les Français possé- 
daient sans conteste le Mamelon- Vert et les Ouvrages-Blancs; 
les Anglais avaient enlevé avec beaucoup de sang-froid l'ou- 
Trage qui leur était assigné, celui dit des Carrières. (Ces ou- 
vrages, pris le 7 juin, portaient pour les Russes les noms de 
redoutes de Volhynie, Kamtchatka et SéUnghinsk.) 

La journée du 7 juin coûta des pertes sérieuses k l'assié- 
geant. Plus de 2,000 blessés, des morts en proportion, parmi 
lesquels le brave général de Lavarande, qui avait dirigé l'at- 
taque contre les Ûuvrages-Blancs, et le colonel de Brancïon, 
fri^ipé au moment où il plantait sur la redoute du Mamelon- 
Vert l'aigle du 50*, telle fut la part de l'année française. Maïs 
l'ennemi avait perdu des poùtions iinp<Htantes , 68 pièces de 
canon dont gO de gros calibre, 6 mortiers à la Cohom et 4S0 
imsonniers. 

Cette iHillante journée avait -vu enfin réparer par l'année 
française la faute d'abord commise, et qui avait été de ne pas 
étendre les tranchées primitives jusqu'à l'extrême droite. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



Ito LA QUESTiO?» DdRIENT- 

de façon à embrasser la partie du faubourg Karabeinaïa, com- 
prise entre le bassin du Hadoiib et la crique du Carénage. On 
se rappelle que, dès les premiers jours du siège, les Anglais, 
par suile de rinsufBsance de leur effectif, s'étaient contentés 
de diriger leurs attaques contre le ftont de Maldkof et cehii du 
grand Redan. Les Russes avaient habilement profité de cette 
faute poor élever au dehors ces formidables otivrsges du mont 
Sapoun, du Mamelon-Vert, des Ouvrages -Blancs et de la re- 
doute Kamtchatka, qu'ils venaient de céder etiflii k l'élan de 
nos troupes. 

A partir de ce jour seulement commença le siège ï^gulier. 
Désormais l'assiégé était chassé de ses positions extérieures et 
realtermé dans la place, ta position ainsi simplifiée , les Fran- 
çais, logés dans les ouvrages mêmes de l'emiemi, commen- 
cèrent il cheminer sUr les fortifications de Malakof , resserrées 
fenfre le ravin du Carénage et celui de Karabeinaïa. Mais la 
difficulté du terrain et la proximité des ouvrages rosses ne 
deraienl pas permettre d'avancer rapidement et sûrement. 

L'attaque française était encore à plus de 600 mètres de I* 
place de ce côté, et tin assaut ne devait peut-être pas être 
tenté ': mais le grand coup de main db 7 juin avait si bien 
réussi, rimpalience des troupes était telle, que le général 
Pélissier crut pouvoir donner quelque chose au hasard et tenter 
d'enlever Malakof, 

A ce moment, qui poutait être décisif, arrêtons-nous encore 
un instant devant l'énornie système de fortifications qui proté- 
geait la partie sttd de la ville. 

Ce système , qui s'augmentait tous les jours dé nouveaux 
otivrages, commençait, on le sait déjii, à l'entrée du ravin du 
Carénage, et se prolongeait jusqu'au ravin de Karabeinaïa. II 
se composait, à l'extrême droite, d'une baiterie demi-circulsire 
adossée à 1s mer sur le vcrsabt gauche du ravin du Carénage; 
de deux petites batteries élablies dans le pignon de deox mai- 
sons blanches, qui balayaient tous les abords du ravin jusqu'au 
dépôt de tranchée; d'une autre batterie demi-circulaire, éga- 
lement adossée à la mer, arm^e d'une trentaine de bouches à 
fen, et flanquée k droite et jt gauche d'une frégate à vapeur. 



jM,Goo<^lc 



I,A VlCtolhE. 131 

Celte domiëre batterie était reliée à la face droite de U tour 
Malakof , dont elle ét«t éloignée de plus de 800 mètres, par un 
système de batteries moins considérables, se flanquant les unes 
les autres. Au pied de l'angle de la face droite de Malakof se 
trouvaient plusieurs batteries rasantes dont l'effet avait été ter- 
rible à l'attaque du 7 juin. 

Le bastion de Malakof lui-même avait été considérablement 
augmenté dans ses moyens de défense. Un vaste fossé défendu 
par un parapet, ob étaient étages trois rangs de bouches à feu, 
serrait de première ligne de défense. A l'intérieur se trouvaient 
des places d'armes défendues par des logements à l'épreuve de la 
bombe et du boulet, et où étaient placés des tirailleurs. Ces lo- 
gements, ingénieusement établis, consistaient les uns en maçon- 
nerie recouverte de gabionnades, les autres en de ùmples trous 
creusés dans le sol et recouverts d'énormes troncs d'arbres 
non équarris , superposés et rechargés de gabions et de terre. 
Les pins gros projectiles pouvaient difficilement endommager - 
île pareils réduits. 

Des places d'armes, des chemins couverts conduisaient au 
second Redan, également défendu par un fossé et deux rangs 
de canons. Ce second Redan enveloppait la partie, culminante 
sur laquelle s'élevait autrefois la tour Malakof, aujourd'hui en 
ruines. Uais , au-dessus de ces ruines, l'assii^gé avait établi une 
vaste batterie de pièces de campagne ayant des vues sur toutes 
les places d'armes et sur tous les chemins couverts et pouvant 
les couvrir de mitraille. Les ouvrages en maçonnerie de la base 
avaient été enveloppés d'un parapet en terre percé d'embra- 
sures. Sur la face courait un fossé proibnd. 
Tous ces ouvrages se soutenaient mutuellement. 
Tel est l'ensemble do défenses que le général Pélissîer, sous 
l'impression du succès du 7 juin et surexcité par l'animation 
de ses troupes, crut pouvoir emporter sans préparation suffi- 
sante. 

Depuis la conquête des ouvrages extérieurs, l'assiégeant 
avait rapidement travaillé à en faire la base de son attaque 
contre Tenceinle même de Karabelnala, Il les avait armés 
d'une puissante artillerie; les communications et les places 



n,5,t,7rjM,G00glc 



132 lA QDE8TI0N D'ORIENT. 

d'armes russes avaient été traDsr(Htnées à son usage, et on 
s'était partagé la tâche d'une nouvelle et décisive entreprise. 
Les Anglais devaient forcer le grand Redan, et les Françjiis 
devaient emporter Malakof, le Redan du Carénage et les re- 
tranchements qui couvraient l'extrémité du faubou^. 

Le 47, la place fut inondée d'un feu écrasant, qui se concen- 
tra surtout sur les ouvrages qu'on avait résolu d'enlever. Les 
Russes ne répondirent que faiblement, et réussirent par li à 
donner le change sur leurs moyens de défense. On les crut 
épuisés : ils n'avaient fait que réseser leurs feux et mén^er 
leurs ressources. 

Quelle qu'en fftt la cause, cette supériorité de l'artillerie 
assiégeante confirma le général Pélissier dans son projet d'at- 
taque, et, dans )a nuit du 17 au 18 juin, toutes les disposi- 
tjons furent prises pour un monvement général au ptûnt du 
jour, ' 

Trois divisions françaises devaient prendre part au combat : 
les divisions Mayran et Brunet,du S^'oorps; la division d'Aate- 
marre, du 1" corps; 1s division de la garde impériale formait 
la réserve. 

La division Mayran avait la droite des attaques, et devait 
emporter les retranchements qui s'étendent de la batterie de la 
pointe au Redan du Carénage. La division Brunet devait tour- 
ner Malakof par la droite. La division d'Autemarre devait 
manœuvrer par la gauche pour enlever cet ouvrage impor- 
tant. 

La mission du général Mayran était difficile. Sa 1" brigade, 
commandée par le colonel Saurin, du 3' de zouaves, devait 
sortir du ravin du Carénage au point oii se trouve l'aqueduc, 
longer la berge gauche du ravin en se défiant autant que pos- 
sible des feux des lignes ennemies, et tourner par la gorge U 
batterie delà pointe. La 3* brigade, aux ordres du général de 
Failly, devait faire effort sur la droite du Redan du Carénage : 
elle était pourvue de tous les moyens d'escalade. La réserve 
spéciale de celte division comptait deux bataillons du 1" ri- 
ment des voltigeurs de la gu^ie. Toutes ces troupes étaient 
disposées de bonne heure à leur poste. 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



LA VIUrOlKE. 133 

La divinon Bninet avtût une de ses brigades en avant et à 
droile de U redoute BranùoD (Mamelon-Vert), l'autre dans la 
parallèle, en arrière et k droite de cette redoute. 

Une disposition analogue avait été prise pour la division 
d'Autemarre : la brigade Niol en avant eA à gaucbe de la 
redoute Brancion, la brigade Breton dans la parallèle en 
arrière. 

Deux batteries d'artillerie, pouvant se manœuvrer à la bri- 
cole, étaient placées en arrière de la redoute Brancion, pour 
être portées sur les positions de l'ennemi si l'on parvenait à 



La division de la garde impériale, formant réserve géné- 
rale des trms attaques, était massée en arrière de la redoute 
Victoria. 

Certes, les difficultés éttûent grandes, les obstacles étuent 
accumulés devant les pas des assaillants, et l'assiégé, instruit 
du projet d'attaque, était sur ses gardes. Toutefois, si l'attaque 
eût été générale et instantanée sur toute la ligne, le coup de 
main eût peut- être réussi ; mais il n'en fut pas ain». 

Trompé par une fausse apparence, le général Mayran crut 
obéir au ugnal convenu et commença son mouvement avant 
rheare : ce fût là U cause principale de l'insuccès de la 
journée. 

Le premier élan des brigades Saurin et de Faill; fut magni- 
fique ; mais k peine ces têtes de colonnes furent-elles en marche, 
qu'une pluie de balles et de mitraille vint les assullir. Cette 
mitraille accablante partait non-seulement des ouvrages que 
l'on voulait enlever, mais aussi des steamers ennemis, qui 
accoururent à toute vapeur et manœuvrèrent avec autant de 
bonheur que d'adresse. Ce feu prodigieux arrêta l'effort des 
Français ; il leur devint impossible de marcher en avant , mais 
pas un ne recula d'un pas : c'est alors que le général Mayran, 
déjà atteint deux fois, fut abattu par un coup de mitraille et 
dut quitter le commandement de sa division. 

Tout cela avait été l'œuvre d'un moment, et le général Mayran 
était déjà emporté du champ de bataille lorsque partit le véri- 
table signal d'attaque. Les autres troupes s'engagèrent alors 



n,5,t,7rjM,G00glc 



13i LA QUESTION P'ORIENT. 

pour appuyer le mouvenaeDt prématuré (Je la (livisioB ^ droite. 
Cette vaillante division , un instant désunie par la perte de son 
général , se rallia proinpt«aient à la voix du gépéral ()o Failly. 
Les troupes engagées tinrent ferme dans un pli de terrain, 
MeotAt soutenues par les voltigQurs de la garde, sous les ordres 
des généraux Mellin^t et Obrich. 

Cependant l'attaque du centre n'avait pas eu un meilleur 
sort. Le général Bninet n'étut pas prêt lors(|ue parut le sigual. 
La division s'ébranla un peu tard, bien qu'avec résolution. 
Mais, dès les premiers pas, le général Bninet tombait mortel- 
lement frappé d'une balle en pleine poilrine. Cette mprt et des 
obstacles intprévus arrêtèrent l'élan de la division Brunet, que 
le général Lafpnt de Yilliers put seulement maintenir. 

A gauche, le générai d'Autemarre n'avait pu s'engager avant 
(a division ^runet ; il qe pouvait d'ailleurs se rendre compte de 
la fusillade hâtive qu'il entendait dans la direction du CarC'- 
nage. Mais, au signal convenu pour l'assaut, il lança avec 
impétuosité le S' chasseurs à pied et le 1'^ bataillon du 10° de 
ligne, qui, en suivant la crête du ravin de Karabeinaïa, pac- 
viqrent jusqu'au retranchement qui le relie à la tour Malidior, 
ft-auchireot ce retfai^cbemenl et entrèrept ainsj dans Tanceinlc 
méfue. péj^ les sapeurs du génie disposaient les échelles pour 
le surplus du 19" et pour le 26° régiment, dont le géuérai 
d'Autetpa^ l^xçipitait le mouvement à la suite de sa valeu- 
reuse tête lie colonne. Un instant on put croire au succès. 
Les aigles françaises avaient été arborées su^ |es oqvrages 
liasses. 

Mais, tout à coup, l'artillerie russe du fledan écrasa la divi- 
«on d'Auteitiarre au moment ou elle aUait prendre pied dans 
Ifalakof. C'est que l'attaque anglaise avait été repoussée. 

Voici ce qui s'était passé de ce cAté : 

Lord Raglan avait formé trois colonnes d'attaque, qu'il 
avait placées sous le commandemeut du lieutenant-général 
Brown. Celle de droite devait attaquer le côté gauche du Redaii 
entre les deux basUons dont il était (lanqué, celle du centre 
devait s'avancer sur l'angle saillant, et celle de gauche sur 
l'angle rentrant formé par le côté droit et le flanc de l'ou- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



lA VICTOIRE. 13S 

tnge, U picoûère et la dernière précédant celle da centre. 

Les colonnes de flanc obéirent immédiatement au signal 
d'avancer, précédées et couvertes pu- des détachements de la 
brigade des tirailleurs et par des marins portant des échelles et 
des soldats portant des fascines. Mais, à peine eurent-elles 
paru an delà des tranchées, qu'elles furent assaillies par un feu 
tiès-meurtrier de mitraille et de mousqueterie. Les hommes 
qui se trouvaient en tête furent tués ou blessés, et les autres 
se trouvèrent dans l'impossibilité d'avancer, a Je n'ai jamais 
été témoin, s disait le rapport de lord Raglan, a d'un feu con- 
tinu de mitraille combiné avec la mousqueterie aussi violent 
que celui qui venait des ouvrages de l'ennemi, ouvrages qui 
parùasaient défendus par des soldats en nombre, n 

Malgré leur ténacité, les Anglais furent obligés de prononcer 
leur mouvement de retraite, rendant ainsi libres contre la divi- 
^on d'Autemarre les réserves et l'artillerie du grand Redan. Il 
fallut céder devant l'imposuble, et les colonnes fraiiçaÏBes ren- 
trèrent dans leurs tranchées. Cette opération, qui w fit avec 
ordre, ne fut pas même inquiétée par les Russes. Une portion 
des tranchées de l'assiégé resta môme occupée par quelques 
compagnies françaises, qui s'écoulèrent successivement et sans 
que les Russes osassent profiler contre elles de leurs avan- 
tages. 

Des deux côtés on expliqua, on interpréta cette affaire. 
Lord Raglan se plaignit que le général Félissier n'eût pas tenu 
compte du dé^r esprinié par lui d'une reprise du bombarde- 
ment pendant quelques heures dans la matinée du 18. Au liuu 
d'écraser plus complétero«nt l'assiégé , de gêner l'organisation 
de ses colonnes, de ruiner les ouvrages élevés par lui pendant 
la nuit I on s'était exposé à ses coups préparés en toute sé- 
curité. 

Les ordres du jour des généraux en chef français et russe 
clierchèrent à donner la mesure des résultais de cette journée. 
Le 2S juin, le général Pélisûer disait à ses troupes : 

■ Notre litiution actuelle atl celle de ]> leilte du comlMt; ma conEuice dioi 
latro udeut et dMu le «ucci* eit 1» Ptène. Le» «niftgti d« diKqt» jour ont 



jM,Googlc 



136 LA QUESTION IVORIETiT. 

■nHi et m deik à remp1u«r ccai d'entra voai qui ont tuceanbé gloHeoMnnt 
el que, dios Totra «sur, loua iiei jur4 de lenser. Nova «ma 3>goè da tm- 
iiJD, al eo Tcnemnl l'oanemi ds plui en plus, noua l'illeiadroDi d'une suDJtn 
certaine. Il ds peut aubsiilar, CDOkblei lea fidei de ms rugi, l'ipproTiaionner do 
munitigna qu'au prix d'efforti inoula, landii que, nultrei de la mer, uou* tcdou- 
velons incessamment et largcmeDt nos moyens. • 

De soD cdié , le prince Gortchakof disût à ses soldats , en les 
remerciant de e la défaite d'un ennomî &u désespoir, repoussé 
avec des pertes énormes » : 

II CnDarades , de> renfoiti considéraUea sont en marche de tous les c4U* de 
notre sainte Russie; ils seront bientAl ici. Opposer, comme rous l'arai tiît jus- 
qu'ici, vos poitrioea viriles aux ballet meurtrières de noi ennemi* in[nes, et 
■Doarea comme l'ont fait jusqu'à ce jourdea millier) de nos camarades, les trmt^ 
k la main, daiM une lutte honoiaUe, bomme contre bomme, poitrine contre 
poitrine, plutAt que de lioler le serment que voas avei fait a l'Empereur el k U 
patrie de cotuerver notre Sénstopol. 

s Soldats, l'ennemi est battu, repoussé avec des pertes énormes. Permettez k 
votre commandant de vous réitérer sa reconnaissance au nom de l'Empereur, 
notre auguste monarque, au nom de la patrie, de notre sainle et orthodoxe 
Russie. Le temps est lonu où l'orgueil de l'ennemi sera abattu , où ses armées 
seront balajèei de notre territoire comme da la paille emporta psr.le venl. n 

Le général russe, d'ailleurs, avec une loyauté digne d'éloges, 
ne put s'empêcher de reconnaître l'héroïque témérité déployée 
par les troupes françaises dans cette brillante et malheureuse 
aifaire, qu'il qualifia de terrible, et qui avait failli décider du 
sort de Sévastopol. Il la présenta comnie une victoù^ écla- 
tante; c'était son droit. Mais, après tout, le général Pélissier 
n'avait-il pas raison de dire : a La situation actuelle est celle 
de la veille du combate? C'était un échec, non une débite. Le 
succès des Russes se réduisait en définitive il s'être maintenus 
dans leurs positions ; mais ils n'avaient pas même essayé de 
reprendre celles qu'on leur avait enlevées dix jours aupa- 
ravant. 

Cet insuccès d'un jour ne fît qu'exciter plus encore l'ardeur 
des Français el leur désir de prendre une éclatante revanche. 

Les pcries avaient été énormes des deux cAtés. L'armée 
française avait eu en ofiiciers' 54 tués ou disparus, 96 blessés. 



jM,Googlc 



tA VICTOIRE. 137 

m sous-officiers et soldats, 154i tués ou dispanis, 1644 blessés : 
lu total, plus de 3,000 homaies. 

L'année anglaise accusait 1,300 faomnies enviroa tués on 
hors de combat. 

Le prince Gortcbakof évaluait ses pertes, pendant l'assaut et 
le bombardement de la veille, à 1 ofHcier supérieur, 4 ofBciers 
et S30 soldats tués; 6 officiers supérieurs, ik officiels et 3,378 
soldats blessés. 

En résumant les données fournies par les trois généraux en 
chef, OQ arrive b constater qu'il y avait eu, dans les deux 
journées du 17 et du 18, plus de 8,000 hommes hors de 
combat. 

Du côté des Russes, l'honneur de cette journée revenait sur- 
tout à l'amiral Nachimof, au contre-amiral Pantilof, au lieute- 
nant-général Chroulef, et au général-major prince Ouronssof. 

D'immenses travaux furent entrepris, à la suite de celte 
malheureuse affaire, pour en préparer la revauchc. Malgré une 
chaleur accablante, malgré le choléra qui sévissait dans ses 
rangs, l'armée de siège les poursuivit avec un entrain admi- 
rable. Elle y voyait le dernier effort de son dévouement et l'ap- 
proche d'un triomphe qui lui ferait tout oublier. Le général 
Pélisrier était infatigable. 11 se hftta de réorganiser les régi 
ments si cruellement décimés dans l'affùre du 18. Le généra 
Bosquet fut rappelé de la Tcheroala pour coopérer plus direc- 
tement au siège, et il laissa son commandement au général 
HerbilloD. 

Forcés d'en revenir au siège régulier, méthodique, du sys- 
tËme de fortificatious qui formait la clef de la ville , les alliés 
accumulèrent de ce c6té tous leurs efforts , toutes leurs res- 
sources. L'ensemble des tranchées à l'attaque de droite n'avait 
pas, lors de l'affaire du 7 juin, plus de dix-huit kilomètres : 
on la porta à près de quarante. Le nombre des batteries fut 
augmenté : quelques-unes reçurent un armement redoutable, 
entre' autres une batterie blindée et cascmatée à la pointe du 
versant droit du ravin du Carénage, armée de pièces de marine 
à la Paixhans du plus gros calibre : elle serait chargée d'élu- 
gner les vaisseaux de l'ennemi. On espérait beaucoup de la 



jM,Googlc 



138 LA QUESTION D'OBIENT. 

Bolidilé (Je 84 cfuu^uotion pour résister aux noinbreuses balle- 

ries russes que chaque jour on voyait s'élever sur la partie 

nord de Sévastopol et qui concentreraient tout leur feu pour 

l'écraser. 

De leur côté, les Busses ne s'endormaient pas. Les rcliroits 
leur arrivaient par masses , et les pertes énormes des derniËres 
affaires, celles caifsées par le cboléra, par le typhus, parles 
marches, par les privations de toute espèce, les rendaient 
bien nécessaires, {.a diKi^ulté de faire sulisister une grande 
armée était devenue extrême , surtout depuis quelqites jours, 
par suite d'une expéditiou faite par les alliés li^ns la mer 
d'Azof, et que nous raconlerans ii son heure. 

1« diplomatie présentait cependant un si triste spectacle, 
que l'idée même de son influence s'elTavait de l'esprit de:: 
nations. Si l'Autriche avait éludé ses engagements, si elle avait 
refusé de prendre part k la lutte , elle n'en persistait pas taoïm 
à se dire l'alliée des puissances occidentales , à se réclamer du 
traité du 2 décembre, à se cramponner aux quatre garanties, 
qu'elle cherchait loyalement à' faire adopter par le reste de 
l'Ailemagne. La Prusse se dérobait toujours , el les puissances 
germaniques secondaires pratiquaient à l'égard des deux puis- 
sances principales ce système de bascule qui n'aboutit en fin 
décompte qu'à l'impuissance et à l'immobilité. Tout iiitéiél 
s'était retiré de ces oscillations sans résultat pratique. 

On savait, à n'en pas douter, que cette attitude de l'Alle- 
magne ne changerait pas tant que les alliés n'auraient pas 
remporté un succès définitif. 

Or, le peu de terrain gagné par des travaux încessaDts, 
acheté par des pertes sensibles; la lenteur avec laquelle oo 
marchait vers les] bastions avancés qui couvraient les lignes 
de fortifications intérieures; l'cxisteace d'une seconde et mfine 
d'une troisième ligne de ballerics derrière la première; la 
résolution hautement proclamée par les Russes de se défendre, 
même après la perle de ces trois lignes, dans les maisons à; 
Sévastopol converties en autant de forteresses; l'arrivée inces- 
sante de renforts russes , qui rendaient l'effectif de l'armée de 
défense constamment égal, sinon mémo supérieur, à celui de 



n,5,t,7rjM,G00glc 



U VICTOIBE. 198 

faimée d'attaque) : toutes ces causes réinues empéchaieut 
qu'on espér&t emporter la place dans les Irois mois de saisoii 
bvorable qui restaient encore. Uais les puissances alliées sa 
rnootraient bien (Jétermioées à ne rien rel&clier de leurs etTorts, 
et on s'habituait dé^ à l'idée de passer un second biver sous 
les murs de Sévastopol. 

S'il le fallait, ce serait dans des conditions bien meilleures 
que l'année précédente, avec des points d'appui imprenables, 
avec des forces il peu près égales à celles de l'ennemi, avec 
des positions menaçantes sur les deux flancs, de l'assiégé , avec 
la liberté de la mer et la possibilité de concentrations rapides. 

On se borna donc, après l'affaire du t8 juin, à f»ire tui)t ce 
qu'il était bumainement possible de faire , résignés d'ailleurs à 
passer, s'il le fallût , an nouvel biyçr sous les murs do SûviCi- 
lopol. 

Diverses recoonaïssances, heureusement exécutci's ]iai; la 
cavalerie française mix ordres du générai d'Allonville, pei^ 
mirent aux Français d'aborder et de commander, sans ciiui- 
battre , les vallées de Varnoutka et de Baïdar ; ils s'établi- 
rent pendant quelques jours sur la maguirique ^p^te Yoronzof, 
dont le parcours , creusé le plus souv^qt dans le roc ou suc le 
lommet de vastes falaises granitiques, conduit de ce c&té à 
Aloupka et à Yalta. 

La nuit, des frégates anglaises et françaises allaient s'eiu- 
bosser devant les forts et dirigeaient une vive canonnade coiilre 
les parties de la ville inaccessibles au feu des batterie» de 
terre. Ces attaques inquiétaient l'assiégé et produisaient des 
diversions favorables. A ce moment, la pénurie de canonnlcrs 
était telle , que, le i8 juin, les Russes durent en envoyer cher- 
cher dans les forts de la Quarantaine pour répondre au feu ter- 
rible dirigé sur leurs redoutes. 

La vivacité du feu des batteries russes indiquait assez l'irrita- 
liou que causaient à l'assiégé ces attaques incessantes. Dans la 
pénurie de canonniers à laquelle l'avait réduit ce siOge si long 
et si meurtrier, ce n'était point un résultat insignitiant que de 
l'obliger à tenir ses batteries de mer constamment armées , de 
faire tomber des projectUes au milieu d'une ville remplie de 



n,5,t,7rjM,G00glc 



140 LA QUESTION D'ORIENT. 

troupes, de fatiguer la garnison, et surtout ces canonoiers, 
élite de l'armée et de la marioe , dont l'énergie soutenait seule 
la longue résistance de Sëvastopol. 

Pendant près d'un mois, l'assiégé ne sortit de son enceinte 
que pour s'éclairer et reconnaître les travaux d'approche. 
Dans la nuit du H au IT juillet, il essaya un coup de vigueur 
contre la gauche des travaux avancés sur Malakof; mais il ne 
réussît pas et fiit refoulé par la division de la Motterouge. 
Vingt-quatre heures après, une nouvelle sortie sur la droite fut 
brillamment repoussée par la division Canrobert sous les ordres 
du général Viaoy et du général Espinasse. 

Malgré ces efforts, le travail des approches était poursuivi 
avec intrépidité : trente-cinq h quarante mètres seulement sé- 
paraient, sur plusieurs points, l'assiégé de l'assiégeant. A cette 
proximité, le feu des Russes était très-préjudiciabie, surtout 
celui des bombes et des carabines de précision , et souvent 
chaque gabion posé coûtait un homme. Les Russes perdaient 
également beaucoup de monde. Le 12 juillet, ils avaient eu à 
regretter le brave amiral Nachimof (Paul Stépanovitcti), ami' 
rat adjoint au chef de la garnison pour la marine, gouverneur 
mîlilfûre de la ville et commandant du port de Sévastopol. 

L'assiégé , de jour en jour plus resserré , devait concevoir la 
pensée de se d^ager par un effort suprême. Les alliés atlen* 
daient , sur de nombreux indices, une nouvelle affaire d'inkei^ 
mann; ils ne furent pas surpris cette fois. 

Le camp était, on se le rappelle, bordé, depuis Inkermann 
jusqu'à Balaclava, par une ligne d'escarpements armés de re- 
doutes , ligne contre laquelle s'était brisé , l'année précédente, 
l'effort désespéré des Russes. En avant de cette ligne, entre 
elle et la rivière , est un espace que l'on nomme vallée de la 
Tcbernala. 

Cette vallée, occupée par l'armée d'observation, offrait un 
terrain accidenté par des monticules constituant des positions 
avantageuses. La route de Balaclava, au pont de TrakUr, est 
resserrée, du cdié qu'occupaient les lignes françaises, entre 
deux coteaux qui commandent le pont , et partout la rive 
gauche, tout entière à l'assiégeant, domine la rive opposée. 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



LA VICTOIRE. iU 

Ce lut le tenain d'une nouvelle bataille défensive qui offrait 
pour première ligne le pout et ses abords accidentés, pour 
seconde ligne les fonnidablea redoutes des escsrpeDienls. 

Derrière les po&ilions des alliés, que couvraient dans tout 
leur développement la Tchemaia et un canal de dérivation 
formant double obstacle, l'armée sarde occupait lagaucbe, 
TÏs-à-vis de Tcfaorgoun , et à Karlovska (le mont Hasfort) ; les 
troupes françaises gardaient le centre et la gauche , qui se 
reliaient aux plateaux d'hikermann. Le reste de la ligne de dé- 
fense était formé à l'eilréme droite par les Turcs, établis sur le 
pâté moDtueux de Balaclava, & Alsou, et par la cavalerie du géné- 
ral d'Allonville portée kla naissance de la haute vallée de Baïdar. 

L'attaque ne pouvait venir que par la Tchemaia. Cette 
rivière torrentueuse est guéable en été, et on la passait sur 
denxpoDts: l'un en aval deTcborgonn; l'autre, le pont de 
Traktir ou de l'Auberge, solidement construit en pierre. 

Le pont de Traktir (Traktir-Kam-Most) est un pont de 
pierre qui traverse la rivière Tchemaia prèç de l'aqueduc qui 
longe sa rive gauche, constmit pour amener l'eau dans les 
bassins de carénage du port militaire de Sévastopol, bassins 
intéiienrs distincts de la baie dite du Carénage, à l'extrême 
droite des attaques. Ce pont traverse la grande route de Bala- 
clava à Simphéropol par la ferme Hackensie et Bagtcbé-Seral. 

Sur Tordre venu de S«nt-Pétersbourg, il fut décidé qu'on 
tenterait de forcer les poûtions de l'assiégeant entre la Tcher- 
Dsla et le Sapoun , et de couper les travaux du corps de siège. 
C'est dans la nuit da iS au iè août que l'armée russe destinée 
i cette opéraUon s'avança sur la Tchemaia. 

C'est le c(»nœandant en chef russe en personne, le ;»ÎDce 
Gortcbakof, qui commandait les assaillants; il avait en ligne 
cinq divisions, 6,000 hommes de cavalerie et 20 batteries, et 
il avait réuni un matériel immense pour passer la Tchemaia 
snr ptu^eurs points. Les Russes avaient môme réparé, è leurs 
posilions sur les hauteurs, la grande route de la Tchemaia 
qu'ils avaient précédemment rompue pour arrêter la marche des 
alliés. Le [vince Gorlchakof, afin de prendre l'ofiouive, avait 
réuni toutes les forces qui pouvaient être empraotéee à l'ar- 



jM,Googlc 



Ué LA QTJESTtON h'OAlENT. 

mé« de défense de Sévastopol. La position des deiix armées 
était bitn différente : celle des alliés recevût tout ce qui lui était 
nécessaire par le chemin de fer de BalacUva , tandis que les 
Russes dépendaient entièrement de la marche des bœufs ras- 
semblés avec beaucoup de peine, périssant par milliers, et, 
pbur voie de transport, ayant k traverser des steppes sur un 
rayon de plusieurs centaines de milles. 

Un peu avant le jour, à la faveur d'un épais brouillard qni 
courrait la rivière et ses abords, les Russes, munis de madriers 
et de ponts volants, descendirent des hauteurs de Mackensie 
et débouchèrent par Aï-Todor : les postes avancés de l'armée 
sarde Se replièrent devant ces masses considérables , qui , en 
un clin d'œil , eurent garai de pièces de position leâ hauteurs 
de la rive dn^te. L'artillerie russe ne comptât pas moins de 
160 pièces. 

Le général Herbilion , qui Commandait les troupes françaises 
sur ce point, avait pris ses dispositions de combat. A droit!; de 
la route de Traktir , la division Fautheux , avec la troisième 
batterie du i^ d'artillerie; au centre, la division Berbillon 
avec la sixième batterie du 43'; S gauche, la division Camnii 
avec la quatrième batterie dn iT. De son cflté , !e général de 
la Marmora avait fait placer sa petite et brillante armée sur 
ses portions de combat. En môme temps, M belle division de 
chasseurs d'Afrique du gt^néral Morris , rapidement ralliée par 
la nombreuse et vaillante cavalerie anglaise du général Scar- 
lëtt, se plaçait en arrière des mamelons de Kamara et de 
Trakth-. Cette cavalerie était destinée à tomber sUr le flanc de 
l'ennemi , dans le cas où il parviendrait à faire une trouée par 
Fnn des trois débouchés de Tchovgoun, de Traktir, ou de la 
dépression existant à la gauche du général Camou. Le colonel 
Forgeot, commandant l'artillerie de ta ligne de la Tchemaïa, 
tenait prête ;à agir une réserve de ses batteries à cheval , dont 
deux de la garde impériale. Six bataillons turcs , amenés par 
Sefer-pacha, venaient appuyer U défensive, et les divisions 
Levaillant et Dulac , ainsi que la garde impériale , formaient la 
dernière réserve , réserve imposante et capable de parer aux 
accidents les plus imprévus. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA VrCtOlRE. 4M 

Ces dispositions excellentes étHÎent prises , lorsque , à l'ex- 
trême gauche des alliés, {s scptièhic division russe Tint donner 
cootie la division Camoii. 

Le prince Gortchakof avait compté écraser fseilement le 
corps piémootais, posté à la droite des positions alliées, et par 
là emporter Tchorgôun et Hasfbrt, couper les Turcs de Bala- 
dava et la division de cavalerie du ^éral Morris. Cette partie 
de l'opération était confiée ali géfléral Liprandl. Au centre et 
k ganche , les généraux flead et Duchakof devaient occuper 
chacun un des mamelons principaux des nionts Fédlouchine et 
s'y Fetrancher. Le général en chef gardait à Mackensie une 
forte réserve pour se porter ob besoitj Serait. Que si ces atta- 
ques réussissaient , sans doute ; à un signal donné, une gnmde 
sortie dirigée 'de Sévastopo) occuperait et menacerait l'amiée 
de siège et ses réserves. 

La vigoureuse défense du faible poste (lançais placé ft la 
télé du pont de Traktir et du corps piémontais lut un premier 
mëcompte pour le prince Gortchakof. Le généra Liprandi , 
contenu devant Tcborgoun , ne put s'avancer plus \mn sur la 
droHe. 

A l'attaque contre la division Camon , les forces russes , re- 
ines par le 39* de ligne, le 3* de touaves, qui les abordent It 
la baïonnette , et par le 92*, qui les attaque de flanc , sont 
forcées de faire derol-toor, de repasser le canal, et ne peuvent 
échapper aux coups de l'artillerie des alliés qu'en allant se 
rallier fort loin. Otte division ne reparut plus de la journée. 
Au centre, la luite est plus longue et plus acharnée. Les Russes 
avaient lancé deux divisions (la t2* soutenue parlai') contre le 
ponl de Traktir : plnsienrs de leurs colonnes se roent à la fois et 
snr le pont et sur des passages improvisés à l'aide d'échelles , 
de ponis volants et de madriers; elles dépassent la Tchernala, 
puis le fossé de défivatîon , et enfin s'avancent trës-braVemeOt 
SUT les positions des alliés. Mais, assaillies par un monve- 
raent offensif que dirigent le général Faucheux et le général 
de Failly, elles sont culbutées, forcées de repasser le pont qu'oc- 
cape le 9i>', et sont poursuivies au delà par le *• de louaves , 
le 91* de ligne et ane partie du 19* bataillon de chasseurs à 



n,5,t,7rjM,G00glc 



iik LA QUESTION D'ORIENT. 

fiai- Cependant, tandis que le canon continuait de tonner de 
part et d'autre, les Busses reformaient leurs colonnes d'at- 
taque. La brame s'était dissipée , et il était facile de voir leurs 
mouvements. Leur S" division renforçait la t2*, qui venait de 
donner, et la 17* s'apprêtait & descendre des hauteurs do 
Chouliou pour appuyer ces deux premières divisions. Le géné^ 
rai Herbillon fit alors renforcer le général Faucheux par la 
brigade Gler, et donjia le 73* comme réserve au général de 
Failly, £n outre, le colonel Forgeot disposait quatre batteries 
à cbeval en poâtion, ce qui lui donnait suc ce front un en- 
semble de sept batteries, dont il pouvait user contre les masses 
assaillantes. Aussi le second effort des Russes, quelque éner- 
gique qu'il mt, viut'tl se briser devant une inébranlable ré- 
sistance, et ils durent se retirer, essuyant des pertes considé- 
rables. La 17' diviùon russe, qui était descendue en répandant 
des tirailleurs en grandes bandes en avant d'elle, n'eut pas 
plus de succès. Accueillie très-résolument par la brigade du 
général Cler et par une demi-batterie [de la garde impériale, 
inquiétée sur sa gauche par les troupes de la divi»on Trotli, 
qui la serrait de près , cette division fut obligée de repasser la 
Tcheniala et de se replier derrière les batteries de portion qiû 
garnissaient les hauteurs d'où elle était partie. 

Dès neuf heures du matin , le mouvement de retraite des 
Russes se dessinaj leurs longues colonnes se replièrent rapide- 
ment souB la protection de masses considérables de cavalerie 
et d'une artillerie nombreuse. Cette retraite ne fut pas inquié- 
tée. Le général Pélissier avait, il est vrai , à sa dispositioa la 
division de chasseurs d'Afrique du général Morris, l'excelleate 
cavalerie anglaise du général Scarlett et les escadrons sardes. 
Un moment il pensa à rabattre une partie des fuyards; mais 
leur retraite était si prompte, que le général en chef ne voulut 
pas compromettre cette belle cavalerie contre les batteries 
russes encore en position pour un mince résultat. 

Peut-être le général russe avait-il espéré que les alliés se- 
raient tentés d& le suivre, peut-être avait-il l'espoir d'attirer 
leurs colonnes sous le feu de ses canons et de les faire s'en- 
gager entre les hauteurs, d'oii il aurait pu les foudroyer. La 



n,5,t,7rjM,G00glc 



La victoire. 145 

si^esK da général en chef conserva à cette joamée Bon glo- 
rieux cwaclèrc. 

Cest au point où la route traverse la Tchernaîa que fut fait 
le plus grand carnage : les masses russes , comme à Inker- 
mum, furent, pendant trois hrures, foudroyées sur ce point 
pir l'artillerie. 

Les pertes des Russes purent i>tre évaluées , sans exagéra- 
tiOQ.à 9,000 hommes, dont 3,;i>2» tués et près de 6,000 bles- 
sés. Celtes des alliés ne furent pas en rai^rt avec le résultat 
obtenu. L'armée française ne compta que iSl hommes tués, 
146 disparus et 1 ,165 blessés. 

L'armée ^arde, qui gagnwt ce jour-lk ses éperons et qui par> 
tigea les honneurs de la journée, eut environ 3S0 hommes 
hors de combat. Sa perte la plus regrettable fut celle du colo- 
oet-brigadier comte Mootevecchio, frappé glorieusement jt la 
léte de sa brigade. L'armée sarde ât freuve d'une iDlré|ùdité, 
d'un élan et d'une solidité dignes des alliés dont elle partageait 
la fortune. L'excellence de son artillerie, l'habileté de ses ber- 
tagtieri (chasseurs à pied), firent beaucoup pour le succès de 
l'affaire. Le général la Marmora avait été prêt au premier 
sgnal; il avait pris les dispositions les plus intetligeDles, et, 
■près avoir gagné sa partie à Tchorgoun, il avait sponlané- 
nient détaché une de ses brigades vers le mamelon attaqué par 
le générai Read , pris les Russes en flanc et contribué puissam- 
ment à leur défaite. 

Qu'avaJt-on attendu de cette attaque désespérée et quelle 
nécessité si pressante avait pu fnire risquer itue entreprise 
aussi périlleuse, ofirant i\ peu de chances et qui devnit codter 
ai cher au cas probable d'une défaite^ Les Russes savaient, à 
n'en pas douter, qu'ils ne seraient pas inquiétés tant qu'ils 
K^raient reb^ncbés sur les hauteurs, forteresses naturelles 
aussi difficilement attaquables que celles des alliés? Ëtait-ce 
donc, comme & Inkennann, un etfort suprême pour briser les 
mailles de plus en plus resserrées du filet qui enveloppait 5é- 
vastopol, ou n'avait-on espéré que retarder, par une action 
meurtrière l'assaut prochain dont les alliés menaçaient Ma- 
lakof, et peut-être gagner du temps jusqu'à l'hiverT 



n,5,t,7rjM,G00glc 



ii» LA QUESTION D'ORIENT. 

Poicé à'mtxaa un iosuccès , le prince Oortehakaf voidat au 
moins masquer sa défaite. H avait été si rapidement battu, qu'il 
erot pouvoir prétendre n'aTOH* tenté -qu'une r«coniHitssance 
^ur s'kâsorer des positions, de l'ennemi sur )a Tchernai'a. 
£tranf|e reconnaissance! exécutée avec deux corps d'année 
soutenus par deux divisioesde renfort, plus les miliees du gou- 
veriMsnent de Kowsk commandées par k génértd Belevtsrf ! 
C'élaib bien une opération défensive , pui&qae le général Read 
arait teça pour instructions d'occuper les monta Pédiouchine 
et de s'y retrancher (1). 

(I) LipièeBHÙiutefiitbatRéeMiTlagféDicdRetdi 

DisrosiTioNS poci LE cok^s d'ikhée dd flakc droit 
(•iniRAL AIDE sa oahf bbad]. 



CaUtpaiitlmt 4w IniÊptt. 

T> divilioh dWinterié t3 btUiiloni. 

[ Batterie ât position n* 3 12 pièces. 

Btbngtdc 1 — " léa4reit»3 6 — 

é'artilletie. \ — — Vi '.. S — 



aTi^imenlsd» U 12' divUioti d'infiDlerio t2 lulwiloii*. 

a„u,„.. j- "r;:i:::::::::::::::::::::: \ z 

3> btldllim do tinilIcDn.... I tatulloD. 

l" coaiftgaie du 2' batùllon de npeun 1/4 — 



'>^l r£giaMn( de bncin'* 8 eKidroua. 

Lm. tultecic t ctiovil 11° 26 i pièces. 

I rcgimcnl da Cosacjuei du Don a' 31 6 solnias. 

En loul : SI t/J bsUilloiu, 
8 CM>draiis\' 

63 piicci. 

Il- 
Le 3Mdt (19) 1 l&lomlrfedo tânuit, lo géotttl aide de camp Retd dettni' 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



lA VlCrotHE. 147 

C'est au reste sur ce général Bead qtie le prince Gortchakof 
fpjeia la fante de son insuccès. 8elon le prince , le général 
Rfad , commandant du troisiëme corps d'armée , devait instal- 
la devant le pont de Trektir nne nombreuse artillerie pour 
battre les monts Fêdiouchine pendant l'attaque àc. Tchorgoun, 
se déployer en bataille sons la protoclïon de cette artillerie , 
mais ne pas attaquer les positions avant d'en avoir reçu l'ordre, 
le lérité ne serait-elle pas que le général Read ne fut pas stiftl- 
sanimeot soutenn, ou phitAl que la position des alliés fitttrnp 
solidement défendue? C'est là peut-être la véritable cause qui 

in iKc toules «e> Iroupoi dei hiatettti de Hsckemie , dtni les trace* do Iku- 
tciuul géaérel Liprandi, «l formera ses deux divUions en coEoDne >ur t> btulcur 
lie 11 nouvelle redoute, pris la giindc TOUle, ajtnt t u gauche la 17< divilïoli 
commandcc par le giiiéral Liprandî. 

m. 

Il liiiscra lous lei bagag^i au camp et farmera det vageabourgi ( parci de 
ifillun* ) dans lesquela t'inranterie di'jiotera k> un. Dans ce> vagenbourgi, le 
i iDiit (t6) on aura ii réunir \m jtaDdM marmilea «I d« l'eau-de-tie. Ln 
bomoics anianl ri^nreaMmenl afee eui pour quatre jouri de viirn, une livre 
de liinde, les bidoni plein* d'eaq, et tel uileniiln de camperaent. Chaque ré^< 
oral auia un caisson do munitiam et deui loiturei d'ambulance. Les aufrca 
iTilurcs d'ambulance rcslcront saut le« ordres du général de briflade Zourof , 
^oi ni chargé du transport des blest^s. 

La catalerie et l'artillerie prerdnmt autant de fourrage qu'elles le pourronl. 
Gel (pprarifionnemnit aéra dtposl entuitB dtu un «mplaccmenl jugé con- 
toiible. 

IV. 

Le quartier généra] pour la journée du 3 (15) aodt sera sur la hauteur do 
Hirleniie. Le gétiéral Rcid, après avoir concentré te* troupes sur la hauteur de 
Hxtemie, enverra î« média tement un ofEcier au général en chef pour lui 
toBoneei ion arrivée et ses diiposilioni. 

Le 4 |lti), pendant l'attaque, le général an chef m prtara mr la pente de la 
tailleur de Hackentie, près la noineUe redoute. 



i quatre heures du malin, en même temps que sa deMiMra la mouvement de 
Il n* dicisîou tur la bantéur du tél^;grapbe, le général aide de camp Bead se 
[oilcra te avaul, foniera les 1° et i^ ditiiiont d'hiFinlerie en bataille, en 
liefi'irt de la portée do l'ennemi, el placera en réserve en arriére le régiment de 
liocTCrs, qu'il fera soutenir par ses Coiaques. Il combinera «ta mouvement avec 
alai du jéniMl Llprandi, el l'avsnceri vers la Tchcmala de manière k pouvoir 



■)„:,iP<.-jM,G00glc 



1(8 LA QUESTION D'ORIENT. 

avaiL donné à l'a&ire une tournure inallendue, seloa les ta.- 
pressions même do prince Gortchakof. 

Il est juste de dire que le prince engageait la bataille à cootre- 
cœur, et sur un ordre exprès, pressant, impératif, venu de 

Moooocr l'enDemi «ir let hantaan de Fédiouchine, prApuei le p^akS* de U 
ritière, et l'empiTer eiiSn de cet huiteun de Fédioachine ijuuid il eu recevra 
l'ordre. Duii ce but, pr^ dei '• et 12' divisiou d'infuilerie, il doit ; noir da 
JéUehementa de upeun et de* dAtuboinenti de* rAjimeati eiercéi t l'mnDce 
pour EuntenTrer lei pont* loUntt, Ira jeter promplemeat Mu- le eead, tSa 
d'offrir un peMt3« à riaTeaterie ett l'irtillerie. 

Tl. 

(iuuid l'ordre du géiiénl en cbcf pour M porter eo Utui mt lei neonti de 
Fédiouchine leri reçu, lei troupei pineront Is Tcbenult t droite et k guicbe 
du pont. Vit Ici pimgeg préparéi; le dommtjei ouiéi ptr l'irlillerie gérant 
immtdiilenwDl réparé* pu- lea npeura; le> pooli •erool jetji loui lea ordrei 
de* otGcîen Mipérieun comnuDduil le* déUchementi tdjoi&t*. 

VU. 
&pr<i t'tire eolpiré des muitagnei de ^aucbe et du cabre, le géDéral Beid 
l'j formera en bataille, ajaDl mmi frout touruA en partie nn le mont Si|Hiun. 
en partie ven l'enuemï, eu te couiranl de mhi artillerie de poaitioa dao* In drui 
directinns. Quant aux numelotw de droite, apr^ en avoir repouiié l'cDnrnni. d 
lea occuper* me dei troupea de la première ligne. 

VllI, 
Un de* priucipaui *oin* du générai Soad aéra de «eiUer a c« foe lea irriga- 
tioni de la Tchemala soient laignées par le* npeun, et ipie Ici pooti foient jeté* 
au ^ui lile pour pouvoir porter l'artillerie et la catalerie le plu* tdt poaaibie de 
l'autre cAU de la rivière. 



Apréi la priae dei hanteun de Fédiouebine, le ^néral Read j refera c( atten- 
dra lo ordre! particulien du grnéral en cbcf, dani le cas où nue atta^oe Hir la 
partie lud du mont UaaTort lerait absolument néeeuaire. 



Pour copie ccBrorme : 

La qwiTtimr-mattrt ginérat. 

Le général major, CkorsKraui. 



jM,Googlc 



LA TICrOIIŒ. iU 

SBri-PéterdNNn^. Cette fm encora, comme k Inkenoann, les 
fièees de l'échiquier militaire étuent manomirrées par im 
jowar placé trop loin du jeu pour le bien connaîtra, et on sait 
à ce soot là des conditions de succès en fait de guerre. Le 
prince GMtcfaakof reçut , comme autrefois à Inkermann, des 
misses de renforts qui n'arnient pas encore vu l'ennemi , que 
les tristes épreuves de la guerre n'avuent pas encnre habiUiés 
i plier devant les alités : il choisit pour son attaque le lende- 
main de la ftle de l'Empereur des Français, espérant trouver 
ces derniers appesantis par les plaisirs de la veille ; il prit 
lontes les [H^autions les plus minutieuses pour assurer le 
ineeès; mais il n'y croyait pas , et ce manque de foi en loi- 
mtaw dut lui enlever l'énei^e nécessaire à un général en 
chef. 

L'effet produit par cette affaire fut grand en Europe. Elle 
coïncidait presque avec l'annonce du bombardement désas- 
treux de Sveaborg (Voi/es le chapitre suivant). A Saînt-Pé- 
loriMHirg, l'opinion fut fortement frappée par ces tristes 
résultais . et l'empereur Aiesandre ordonna une enquête qui 
ne devait pas aboutir. La nouvelle de la victoire de Traktir ar- 
riva à Londres le 17 août , et la reine Victoria chargea immé- 
ifitiement le ministre de la guerre de féliciter, en son nom, 
les alliés de ce beau fait d'armes. ) 

L'enthoosiasme causé en France par ce succès d'beureii.. 
augure fut encore augmenté par une circonstance politique 
d'ooe haute importance , la visite de la reine Victoria I 

Laissons ici parler le Monitevr aniionçsnt cet événement 
sgnifieatïf : 

«La présence en France de S. M. la reine Victoria, disait 
ie journal oMciel à la date dn 17 aoAt, sera, pour les habitants 
de Paris, l'occasion de témoigner leurs sentiments d'aflFectinn 
tt de respect à la puissante alliée de l'Empereur, à cette soit- 
renine dont les vastes Étals ne comptent pas moins àr âOO 
roillîons de sujets; ils seront dans cette circonstance les inter- 
prèles de tonte la nation ; la Reine trouvera ici un accueil non 
moins cordial, non moins enlhou»asle que celui que l'Empe- 
Kv et l'Impératrice ont reçu k Londres. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



($0 LA QUB^TION p'OïtIENT. 

B Ce sera certeîaeaieQt l'un des faits les plus impûrtanis de 
notre époque, si fertile en grands événemenLG, que la visite à 
Paris de la Reine d'Angleterre sous le règne de l'empereur 
Napoléon, que cette consécration solennelle d'une alliaac« 
aujourd'hui cimentée pai des soiiffrances ec des victoires coio- 
munes, et que resserrent encore ies sympathies mutuelles des 
souverains. 

B Quelle preuve plus éclatante de son aœi^é pouvait nous 
donner l'Angleterre, que de nous confier ainsi à la fois sa sou- 
veraine bien-aimée, qui fait briller sur le trône toutes les 
vertus, et le jeune prince qui doit lui succéder? 

a La France répondra dignement à celle loyale conliance. 

D L'accueil fait à la Reine de la Grande-Brclague s'adressera 
aussi à l'auguste époux si étroitement associé à ses hautes 
destinées, et qui, par les rares qualités de sou esprit et par 
sou noble caractère, a su se concilier l'estime et l'afEectiou de 
la nation anglaise. » 

L'accueil fut en effet enthousiaste et VTaiment cordial. (V'oyes 
les détails à la chronique.) 

La Heine d'Angleterre visitant le tombeau de Napoléon 1"-, 
n'otait-ce pas un saiàssant spectacle, et n'y avait-il pas Ut 
comme une démarche solennelle attestant la réconciliation 
suprême de deux grandes nations t 

Un instant mâme on putcroireque, par une heureuse coln- 
«idence, le séjour de S. M. britannique à Paris, déjà inauguré 
par la victoire de la Tchcrnaïa, serait encore marqué par la 
Bouvelle de la prise des forlilications de Atalakof. Des dépêches 
du prince Gorlchakof et du général Simpson, qui remplaçttit 
dans le commandenient de l'armée anglaise lord Raglan, mort 
le 28 juillet , avaient en effet annoncé un bombardement ; mais 
on apprit bientôt que co feu n'était que celui de l'artillerie , ei 
qu'il ne s'agissait que de faciliter les travaux de cheminement 
dirigés contre l'ensemble des ou%TaRes de Malakof. 

Uais la victoire de la Tchernala n'en avait pas moins mar- 
qué le commencement d'une phase nouvelle et décisive dans 
ce siège sans exemple. 

Dus la lettre de félicitation écrite , le 20 août , par l'Empe- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



lA VICTOIBE. m 

renr de& FrançaîB an général PéliMec, on KiurqBa le pMsafB 
HiivaDt : 

• La nouvelle vicloire remportée sur la TcheiD&ia pcouva, 
pour la Uoisième fois dispuis le début de U guerre , U uipé- 
riorité des armées alliéei sur reonemi lorsqu'il est en raie 
campagne... Dites k eea braves soldats qui, depuis plus d'un 
iD, oDt supporté des fatigues inouïes, que le terme de leurs 
épreuves n'est pas éloigné. Sévastopoi, je l'esp^, tombera 
bientât sous leurs coups; et, l'ëvéDeiuenl fùt-il retardé, l'ia- 
mée russe , je le sus par des renseignemaots qui paraissent 
positifs, ne pourrait plus, pendant l'hiver, soutenir U liitle 
dans la Crimée. Cette gloire acquise en Orient a ému vos cona- 
pagDons d'armes en Fronce; ils brûlent u>us de partager lae 
dangers. Aussi, dans le double but de répondre à leur noble 
désir et de procurer du repos à ceux qui ont déjà tant bit, 
j'ai donné des ordres au ministre de La guerre afin que tous les 
légiments restés en France aillent, au fur et à mesure, rem- 
placer en Orient ceuK qui reatreraienl. Vous savez, général, 
combien j'ai gémi d'être relcnn loin de cette armée qui ajoutait 
encore à l'éclat de nos aigles; mais, aujoturdhui , mes regrets 
diminuent , puisque vous me faites entrevoir le succès pro- 
chain et décisif qui doit couronner tant d'héroïques efforts, d 

Le dénouement approchait : on savait quelles difficullés le 
prince Gortchakof éprouvait k nourrir son armée , à convoyer 
par la route des steppes ses renforts et ses approvisionnements, 
l^s forces russes souffraient du manque de vivres , et la mala- 
die s'ajoutait, pour y augmenter les vides, aux pertes éprou- 
vées sous Les murs de U fwteresae ^ dans les longiiaa marche» 
à travers des contrées déserte». 

Au lendemain de la victoire de la Tchemala, l'amiral Bruat 
en avait, en quelques excellentes paroles, signalé les prochaines 
conséquences. 

a L'armée de secours, disait-il (rapport du 18 août), est 
paralysée; le siège peut se poursuivre en toute sécurité. Les 
diSîcullés qu'il présente sont pea diminuées sans doute -put 
notre victoire ; c'est toujours une ceuvre de persévérance et de 
méthode i accomplir; mais l'issue ne peut p^ en être dou- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



IM LA QUESTION D'ORIENT, 

tense. La Rusûe n'aura point à »e féliciter de la réwsiance 
prolongée de Sévastopol; ses finances et ses armées s'épuisent 
à soutenir, à l'extrémité de l'empire, une lutte dont les coadi- 
tioDs sont toutes k notre avantage. Si Sévastopol éuit tombé 
apràs la bataille de l'Aima, ce n'eût été qu'une surprise; la 
Russie aurait perdu une Aotte et un arsenal marilîme , mais le 
prestige de sa puissance n'en eût point été sérieusement affaibli. 
Aujourd'hui , au contraire , ses forces se sont usées dans de 
longs et inutiles efforts; ses vieux soldats ont disparu; sur le 
champ de bataille, elle présente plus de recrues que de ba- 
taillons éprouvés; les blessés que nous recueillons, les pri- 
sonniers qui tombent en notre pouvoir paraissent affaiblis par 
les fatigues et par une nourriture insuffisante. 

B Le gouvernement russe, privé des transports qui s'effec- 
tuaient par ta mer d'Azof , ne peut plus remplir ses magasins; 
ses soldats ne reçoivent pour toute ration que du pain, du sel 
et de l'eau; l'eau-de-vie ne se distribue que les jours de ba- 
taille; la viande, presque jamais. Quand les pluies de Tau- 
tomne viendront défoncer les routes, je ne sais comment l'en- 
nemi pourra pourvoir au ravitaitlemeot de cette nombreuse 
armée. Sa situation jne parait des plus critiques , et je tms 
dans l'attaque du 16 ao&t, si mollement ii()ursuivie,.im symp- 
tàme de découragement, bien plus que d'audace. Les per- 
spectives de l'avenir comrnandaient aux Russes un effort vigou- 
reux; elles nous conseillent, au cnntraire, la prudence, s 

Le lendemain même de la victoire de la Tchemaïa, le 1 7 août, 
les Français commencèrent aux attaques de droite un feu plus 
nourri contre Malakof , le redan du Carénage , les défenses 
, voisines et la rade , atin de permettre au génie d'établir des 
logements rapprochés de la place, d'où les troupes pussent 
se Uincer promptement sur l'enceinte. Les Anglais, de leur 
côté, battaient vivement Malakof, le grand Redan et son 
réduit. 

A mesure que les lignes de l'assiégeant !!e rapprochaient dn 
U ville et qu'il profitait davantage des positions qui cmamaii- 
daient la mer aux deux extrémités des attaques, les commu- 
nications de Sévastopol avec le côté nord du port ,- dont la 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA VICTOIRE. 453 

gimiMn tirait ses approvJBionnenieats les plus impitrlants, 
derenaient pins difficiles. 

Dès les derniers jours du moisd'ao&t, on ne désesitëre plus, 
Dî eo Crimée ni en Europe, de voir tomber les murs de Sévas- 
lopol. On pressent à Paris et à Londres que le dénouement 
approche , qu'une attaque décisive se prépare. Le 31 aoAt, une 
iiQODîqae dépêche du général Pélissier l'annonce en ces ter- 
mes : « Tout va bien , tout marche , nous avançons, a Les 
nouvelles du siège se font plus rares : il ne faut pas avertir 
l'ennemi du jour oit dwt sonner l'heure suprême. 

Le 5 septembre, une bombe française incendia le vaisseau 
russe à deux ponts Marion, Les bâtiments qui jusque-là avaient 
contribué si efficacement à la défense avaient cessé d'être à 
l'abri des projectiles. Dès le 13 (34) août, le prince Gortchakof 
écrivait cette phrase signillcative : a IVos ovtrage* tou/frenl, 
lULehi verki itradaioutt, d Le 17 (^) août, il disait : « Les 
dommages graves sont réparés, autant que poaibie, quoique 
le tir incessBnt et à courte portée de l'assiégeant ralentisse con- 
sidérablement les travaux. > 

Dès que ta défaite du 16 aoât lui eot fait pressentir l'issue 
(te la lutte , le prince Gorlchakof avait résolu de renoncer à 
une luue impossible dès qu'iino nttaque victorieuse do l'f^n- 
nemi lui fournirait le prétexte de se retirer. Il flt prépartr un 
pont en travers du grand port , ouvrnge qui Ht honneur à 
l'énergie et à l'habileté des ouvriers russes. Ce fut une remar- 
quable preuve des ressources de l'arsenal qne l'étnlilissemeiit 
de cet immense pont de radeaux assez solide pour procurer k 
une armée battue , et pourvue d'un matériel énorme , un moyen 
sftr d'opérer sa retraite. C'est à ce pont seul que le prince 
Gortchakof (lut plus tard le salut de son armée. Si par accident 
une bombe l'avait déiruit, le prince efit été prnbablement 
rédoit k capituler, car les alliés eussent pu couper ses commu- 
nications avec le Uelbeck. Ce pont fut inauguré ci) piésrnce du 
prince Gortchakof, du général Ojten-Sackpii et an tontrsles auto- 
rités militaires. Ses deux points il'appni sur If^ deux cétés de 
ta rade étaient couverts par d'énormes batteries , celle de iNiro- 
laieT et celle de Michaelef , qui non-seulement se proléi^eaicut 



n,5,t,7rjM,G00glc 



JU LX question DOaiENT. 

miiUelIement, mai» dont te feu couvrait aam la BarabdiMia 
et la baie du Carénage. 33,000 hommes travailiâreat sans 
interruption k la fortification de ce point imporlant, qui devait 
devenir le point canlral de toutes les opérations, dans le cas 
où on serait forcé d'abandonner la Karabelnaia k reRnemi. Le 
général Tolleben, presque complélement rétabli de tes bles- 
sures , s'occupait constamment à l'achèvement de son système 
de fortiGcattoD. 

De nouvelles troupes étaient venues renf(H*cer la garnison ; 
mais les pertes de l'assiégé étaient incessanles, énormes. Les 
grosses pièces de siège avaient été remplacées , k rexlréuiité 
des tranchées, par une grande quantité de mortiers k la 
Cohorn , qui vomissaient sur la place un déluge de projectiles 
meurtriers. Les Russes , écrasés par ces déchaînes et par l'im- 
placable mousqiieterie des armes de précision, en étaient ré- 
duiis ou à laisser décimer leurs canonniers et leurs réserves, 
ou à se blottir dans leurs casemates. Leurs npostes n'élaienl 
plus, à beaucoup près, aussi meurtrières que par le passé. A 
la lin du mois d'aodt, les Français touchaient presque le fossé 
de l'ouvrage de Malakof : les télés de sape anglaises étaient à 
300 mètres environ de la saillie du Redan , et le général 
Simpson avait environ 200 bouches à Teu en batterie. Les 
cheminements français, protégés par près de cent batteries en 
bon état, parfailement approvisionnées et présentant un en- 
semble do 3oO bouches à feu aux attaques de gwche et de 
âiiO aux attaques de droite, n'étaient plus qu'à 30 métrus 
environ du bastion du Màt {n° Ides Russes) et du bastion 
central (o" S des Russes), À S& au plus du saillant de Mala- 
kof et du petit redan du Carénage. De leur cdté, les Russes 
élevaient du càté de Malakof une seconde enceinte qu'il im- 
portait de ne pas laisser terminer. Battus sur la Tchernaïa , ils 
n'étaient plus à craindre sur ce pcùut, qu'on venait de rendre 
encore plus inabordable. Le général Pélissier et le général 
Simpson pensèrent donc que le moment d'une attaque décisive 
était arrivé. 

Le 8 septemlire fut le jour fixé. 

L'ennemi devait étie abordé sur les points principaux de sa 



n,5,t,7rjM,G00glc 



U VICTOIRE. 16t 

taOe eDcainta, aSa de l'empôcber de diriger toutes set ré> 
sen'es contre une même attaque et de lui donner des inquié- 
tudes sur la ville où aboutissait le pont par lequel il pouvait 
laire sa retraite. Le général de Salles, avec le i" corps ren- 
forcé d'une tvigade sarde, dont le général La Marmora avait 
offert le cDDcours, devait, à gauche, attaquer la ville; au 
centre, les Anglais devaient s'emparer du grand Redan ; enfin, 
à la droite, le général Bosquet devait attaquer Malakof et le 
petit redan du Carénage |( bastion no 3 des Russes ] , points 
saillants de l'enceiole de Karabelnaî^. 

Les dispositions suivantes avaient été prises sur chacune de 
ces attaques. A la gauche, la division Levaillant (3* du i" corps, 
brigade Couslon : Q' bataillon de chasseurs à pied , comman- 
dant Rogié; 2t* de ligne, lieutenant-colonel Villenrt; i2*de 
li^ne, lieutenanl-colonel de Matlet; brigade Trochu : it)* de 
ligne, lieutenant-colonel Le Banneur; 80* de ligne, colonel 
Latcrrade ) , chaînée de l'attaque du bastion Central et de ses 
lunettes , était placée dans les parallèles les plus avancées. A 
sa droite était la divisifHi d'Aiitemarre (brigade Niol : b* b.i- 
taiUon de chasseurs à pied, commandant Garnier; lO' de 
ligne , colonel Guignard; 96< de ligne, colonel de Sorbiers; 
brigade Brelon : 39* de ligne, colonel Comignan ; 74* de ligne, 
colonel Guyot de Lespart), qui devait pénétrer sur les traces 
de la division Levaillant et s'emparer de la gorge du bastion 
du Mât et des batteries qui y avaient été élevées. La brigade sardo 
du général Cialdini, placée k cAlé de la division d'Aiitemarre, 
devait attaquer le flanc droit du mdme bastion. Enfin la divi- 
âon Bouat (i*du 1" corps, général Lefèvre : 10* chasseurs à 
pied, commandant Guiomard; iS' de ligne , colonel Dantin; 
79= de ligne, colonel Grenier; 2* brigade, général de la Ro- 
qnette; 14* de ligne, colonel de Négrier; 43* de ligne, colonel 
Broutta), et la division Pâté (3° du i" corps; brigade Beurel : 
ii' bataillon de chasseurs Ji pied, coEnmandant Frrmier de la 
Prévotais; 38* de ligne, colonel Larl^ues; 98' de ligne, colo- 
nel Couseil-Dumesail; ï«igade Bazaine : 1" régiment de la 
légion étrangère, lieutenant-colonel Martenot de Cordoue ; 3* ré- 
{^ment de la légion étrangère, colonel de Ct)f|bri^es}, $er- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



166 LA QUESTION D'ORIENT. 

vaient do réserve à la dirision Levaillant; déplus, et pour 
parer de ce cAlé aux éventualités qui pouvaient se produire, 
le général Pélissier avait fait venir de Kantiech et mis sous les 
ordres du géi)t>ral de Salles les 30* et 35* de li^e, qui avaient 
été placés à l'extréine gauche et assuraient Torlement de ce 
cAcé la possession des lignes françaises. 

Devant Karabelnala , l'attaque devait se fîiire snr trois direc- 
tions : à gauche , sur Malakof et son réduit ; à droite , sur le 
petit redan du Carénage ; et au centre , sur la courtine qui unis- 
sait ces deux ouvrages. Le système de Malakof était évidem- 
ment le point le plus important de l'enceinte; sa prise devait 
entraîner forcément la ruine successive des défenses de la 
place , et le général en chef avait ajouté aux troupes dont dis- 
posait te général Bosquet loute l'infanterie de In garde impé- 
riale. L'attaque de gauche snr Malakof était confiée nu général 
de Mac-Mahon ( Indivision du 2" corps), i" brigade, colonel 
Decaen; i"iouavPs, colonel Colinean, et 7» «le ligne, colonel 
Decaeo; 2* brigade, général Viuoyj i" bat«illoii ile chasseurs 
ft pied , commandant Gambier ; 20» de ligne , colonel Orianne ; 
2T de ligne , colonel Adam , qui avait en réserve la hrigade 
Wimpfen ( 3= de zouaves , colonel Polhès ; SO de ligne , lieule- 
nant-colone) Nicolas^ et tirailleurs algériens, colonel Rose], 
tirée de la division Camou, et les deux bataillons de zouaves de 
la garde ( colonel Jannin). 

L'attaque de droite sur le Redan éttût confiée au général 
Dulac (brigade Saint-Pol : 47* chasseurs i pied, commandant 
de Pérussac; HT de ligne, colonel Dupuis; 8S* de ligne, colo- 
nel Javel; 2< brigade; général Bisson; lO" de ligne, comman- 
dant de Lacontrie; 61' de ligne, colonel de Taxis), ayant en 
réserve la hrigade Marolles (colonel Gnérin ; 96* dt; ligne , co- 
lonel Malherbe de la division d'Anretles, et le bataillon de 
chasseurs à pied de la garde , commandant Cornulier de Luci- 
nière). Enfin, le général deLaMotteronge (hrigade du général 
fiourbaki : 4* chasseurs iï pied, commandant Clinchant; 
86° de ligne , colonel de Berthier; {00° de ligne , colonel Ma- 
thieu; 2» brigade, colonel Picard :9I' de ligne, colonel Picard; 
49* de ligne, colonel Kerguern), commandaitTaltaque du centre 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA VICTOIRE. 157 

par le milieu de la courtioe , ayant en résene 1m voltigeurs, 
coiraiels Montera et Douay, et les grenadiers, colonels Blan- 
chanl et Dalton de la garde , sous les ordres directs du général 
de division de la garde Melliaet, ayant sous lui les généraux 
de brigade de Pontevës et de Failly, 

Le général Simpaoïi avait confié les dispositions de l'attaque 
anglaise au lieutenant général William Codrington , qui en coo- 
certa les détails avec le lieutenant général Markbam. La 2*divî- 
.■iion et la division légère devaient avoir l'itonneur de l'assaut. 
Une colonne de J,000 hommes fut formée d'un nombre égal 
d'tiommes de ces deux divisions, que précéderaient 200 lirail- 
teurs, et un détachemenl de 330 homines portant des échelles. 
Le colonel Windham commandait la colonne d'attaque. Les 
higbianders, sou» les ordres du lieutenant général Colin C8m[^ 
bell, formaient la réserve, appuyés par lia 3* division, com- 
mandée parle maj)» général William Eyre. 

Pour éviter cette fols les divergences fâcheuses qui avaient 
compromis le succès dans l'attaque du 18 juin, pour ne pas 
laisser la plus petite porte ouverte à l'imprévu, on avùt inini>' 
lieusement fixé k l'avance tous les détails des divws assauts. 
Divisions d'attaque, réserves, sapeurs prêts à jeter les ponts 
moluleB, détachements du génie destinés à tourner contre l'en- 
aeini les pièces prises, cbronomètres réglés, tout était prévu, 
chaque homme, chaque chose avait sa [dace, sa fonction. 

Les dispositions les plus savantes, les plus puériles en app^ 
rence avaient été prises par les généraux en chef : tout avait 
été prévu , calculé pour le succès comme pour la défaite. Les 
officiers supérieurs avaient leurs instructions détaillées, leur 
fflardie et leur but fixé à l'avance , leurs montres réglées avec 
la précision la plus parfaite ■. mais ils avaient aussi leur part 
d'initiative et la liberté de l'inspiration. Les colonnes d'attaque 
étaient fonnées dans Ips plact^s d'armes les plus rapprochées 
des murs, les réserves se massant dans les places et dans 
les abris de la seconde ligne. Chaque homme , chaque arme 
avait sa destination spéciale, sa mission intelligente à remplir, 
tous avaient répété leur rôle à l'avance comme les acteurs de 
quelque drame gigantesque. Les canonniers des batteries de 



n,5,t,7rjM,G00glc 



1M lA QUBffnON D'ORIENT. 

siège éenêenient les remparts ju^'au d»aier moment, pi^, 
cfaangeaat leur tir, iraient broyer au loia les reseires enne- 
mies; les fantassins s'élanceraient au pas de course, précédés 
ded porteurs d'échelles; des sapeurs du ^énie les suivraient, 
prêts à ajuster des ponts mobiles pour le passage de masses 
plus profondes, et fa combler les fcrssés sous leurs pas : des auxi- 
liaires d'infanterie les accompagneraient, portant outils et ^- 
Ihods; des canonniers seraient à leurs cAlés pour retourner et 
employer contre l'ennemi tes pièces conquises. 

Tout est prêt : midi ra sonner: c'est l'heure choisie, l'heure 
qui donne les chances les plus favoraiiles pour espérer de sur- 
prendre brusquemeatrenni^mi. L'année de secours n'aura pas, 
avmt la fin du jour, le temps de prononcer un mouvement 
vigourcui pour dégager la place. 

Qu'un se représente les forcf^ en présence è ce moment su- 
prême, et on comprendra mieux la gramleur de la lutte qui Ta 
Rengager. Sous Séïasiopol, c'est une armée de siège ran-.-.-e 
en bataille dans des Ininchéps d'une circonférence de deux 
lieues; dans Sévaslnpcri , c'est une armée égale en force qui 
attend le choc derrière ses forteresses hérissées de canons des 
plus forts calibres , se flanquant mutuellement , s'élageant les 
unes derrière les autres. Le long de la Tchemaia, sur les hau- 
teurs du Sapoun, en face des ruines d'inkermann, i Balaclava, 
à la naissance de la vallée de Biildar, c'est une autre armée 
rangée surone ligne de trois lieues et demie, et, en face d'elle, 
nue armée ennemie, postée sur les hauteurs de Macfcensie, 
toute frémissante d'une récente défaîte et br&lant de l'effacer. 
Quatre armées front contre front, dans un cercle immense, 
prêles k se ruer les unes coulre les autres, eu plein soleil ! 

A ce mtMDeut, le général Bosquet adressa aux soldats du 
3* corps et de la réserve cet ordre du jour énergique : 

■ Soldat! du -^ carpi '. 
■ Le 7 ji>ii>> ^o"! tm en I haoneur de porter fièremeirt les premieri eoap* 
drujt lu caur de t irpl^t: ni»e. Le lË loùt, iwu iuilijK''i, sur li Tcbetmita, h 

de grlcr, le coup martel ipie tous ii\ei tra|>pcr de crlti- miia ferme, h codduc 
é» l'eaneai, en lai euleiuit m ti^ne de défense d« Idikof , pendant qne no* 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA TICTOIM. 199 

uBuadci de t'amfe kngliiia cl du 1« oorf* coaKBMcenwt l'tMuit •» grand 

Rcdin et au bisllon Cuntnt. 

» Cal an aHiu( jénfr»!, irnii>e eontre ïrm^e; c'est une irameiKB et mèmo- 
iMt TKlonc dont R s'mgit dr couionntr les Jennn ligles de 11 Fince. En 
mat doM, eeTuita ! A nous HaMof et SéiMlopolt ttvtv» IKmptnurtii 

Le général Mae-Mabon éleclrisait, de 9od c6té, sa colonne 
pu ces énergiques paroles : 

> SaUtbileUl«(iwUiMekiouMeBd«UgudBl 

D VoDS >]l«i enRa (|uîtter nos paTilIfTei pour attaquer l'enDCDii corpi k corpi. 
Dun <»Ue journée dteiiive, [e géutral coût a eanEé Je plui important, l'cnlt- 
WBBDt du redui da SalakoF, cler de S^natofol. Saldili ! lante l'armée a le> 
jein nir toua, et toi drapen» , planta lar le* lempart* de celle citadelle,. 
doiifnt répondre au signd donné poar l'aMtuI géutril. 30,000 Agglaii et 
ât.lKl) Fran^aû i ganche loui prêteront leur appui en te jetant lur ce ciltc de 
1> place. 

■ ZeuM«, ehiateart k pied, mM*I< les 1>, 90* et n* de figne, mire brt- 
voare répond du succès <|ûi doit immorUliier tes nninéTM de voi régimenlf. 
Dan fiieli|ue> be«rei l'Euperelir apprendra t ta France ce que peuvent faire 
If^ loldals de l'Aloaa et d'InkrrmauD. ji: cous donnerai le signai par le cri do 
riee l'Bmptreur t Kotre mol de ralliement «cra ; Honneur el PalrUt 

» L* génital d* dlvMoii etnnmanâanl 
tmttagu» it la (our Malakof, 



L'ordre dn jour dn général de Salies n'était ni moins éner- 
gique ni oioins cniratnant : 

a Soldats da 1" Corps! 

• Le jour li impatiemment demandé par vous est arriva. Dana ijueliiuei 
kcDrei'voui rranchirei lei rempaila au pied dctquels voua aici acquis tant de 
gloire; dan< quelques heures tous aborderez ces Russeï nui ont (oujaura fui 
dniut TOI baïonnette!. Aaiméa par le soutenir do los aneMrea, inspirés par la 
pande IdW de notre générai en chef, marebei donc aicc conRanee ; éleici les 
•ijlei inmorlellea que aoire glorieux Empereur toui a renduei; quu Ir Hiisie 
tremble en ooui entendant crier : Viue J'fmpersurl Que en wir la France, 

telle et hfrorque bataille 1 cAlA des noms mf norahln d'Autlerlltz, d'iéna et de 
b Suduïa ! F'ie* ('Bmptr*»r I » , 



jM,Googlc 



1«0 LA QUESTION D'ORIENT. 

Dans It matinée da 8 , l'artillerie française des attaques de 
gauche, qai, depuis le 5, avait entretenu un feu violent, avait 
cootinué d'écraser l'ennemi de ses projectiles ; aax attaques de 
droite , les tiaUeries avaient tiré vivement , mais en conservant 
soigneusement leurs allures. Vers huit hemes, le génie avait 
lancé sur te bastion Cenlral deux mines de projection cfaa^éea 
chacune de 100 kilogrammes de poudre, et à la même heure, 
il avait fait joiter en avant des cheminements , snr le front de 
Matakof, trois fonmeaos chargés ensemble de 1 ,500 kilogr. de 
poudre, afin de rompre les galeries inférieures du mineur 
nisse. 

La possession du système Malakof (bastion Komilof des 
Russes) devait décider du gain de la journée : les autres atta* 
ques furent subordonnées à ceUe-là, et tl fiit entendu que les 
Anglais ne se porteraient sur le grand Redan et que le général 
de Salles ne lancwait ses troupes qu'au signal qn'«i leur ferait 
qn'on était assuré de Malakot 

Midi sonne. Les batteries cessent de tonner pour reprendre 
un tir Iplus allongé sur les réserves de l'eaneini. Les toois co- 
lonnes du 2° corps français s'élancent des [daces d'armes avan- 
cées du front de Malakof. Les soldats fraDchissent les fossés 
avec l'afplilé de tigres bondissant sur leur pm>ie, ils montent sur 
les parapets nu cri de Vive CEmperettr, Les talus inférieurs 
franchis, ils s'arrêtent an instant, se forment, escaladent le 
parapet et sautent dans l'ouvrage. \ai Russes s'y font tuer sur 
place ; ils s'y défendent en désespérés, & coups de fusil, à coup 
de pierres, de pioches, d'écouvillons. C'est une horrible lutte 
corps à corps. Ils sont refoulés et le glorieux drapeau de la 
France flotte sur Malakof. La division Mac-Mahon a attaqué 
l'ouvrage par le front. C'est la brigade Vinoy qui, par les cré- 
neaux, est tombée eo un clin d'œil, presque sans pertes, au' 
centre de la position. 

Mais II s'agit de s'y maintenir et ce sera le plus difficile. Le 
génie se meta l'œuvre. On se couvre comme on peut, avec des 
gabions, avec des afTilts brisés, tandis que les premiers arrivés 
tombent à la baîoimette sur les Russes qui se |»ésentent en 
masses compactes. Acculés à un fort qui s'élèvederrièrelema- 



n,£,t,7rjM,G00glc 



Ul TicroiBE. 1«l 

tndao, ceux-ci reviennent à lu ciiarge avec une admirable fer- 
velé : ils sont repoussés encore sous la seconde ligne de bat- 
l'ries qui déciment nos soldats. A chaque nouvel effort, et 
malgré les explosions terribles qui détruisent sous ses pas quel- 
qnes piuiies de l'ouvrage, l'assaillant se trouve plus solide ; aux 
invaux de défense sommaire, s'ajoutent des moncpaiix de 
morlset de blessés, et les Russes commencent à être foudroyi's 
à leur tour par le feu de leurs propres, pièces qu'on retourne 
contre eux. 

EnGn, le général de Mac-Mahon écrit au général Pélis- 
sier : ■ Je suis dans Malakof, et je suis sûr de m'y maintenir. » 
A droite et au centre, le mCme élan a porté les divisions 
Dnlac et de La Molterouge sur le petit Hndan du Carénage, sur 
h cuartine et jusque sur la seconde enceinte en construction. 
Le petit Redan était une fortiFicalion passagère, plus avancée 
qne Malakof. Son fossé avait 6 mètres de profondeur sur 7 de 
largeur; son parapet était très-étevé et très-escarpé, ses abords 
extérieurs d'une difficulté peu commune ; son artillerie, très- 
puissante, était mise en batterie sur des plates-formes en terre 
(]ui recouvraient une série d'abris blindés construits dans loute - 
U longueur de l'ouvrage. Cette disposition , en exhaussant les 
pièces, donnait à leur tir un effet plus meurtrier. 

Partout, jusqu'à présent, on est on possession des ouvrages 
atlRqués. Mais le gént^ral Bosquet a été frappé d'un éclat de 
bombe au cdté droit. Le génie est ft l'œuvre, comble les fossés, 
ouvre des passages, jette des ponts. Les réserves se portent 
sur Malakof. 

C'est alors que part le signal convenu pour l'attaque du giand 
Redui. 

Ce signal est pour les Anglais, lia ont 200 mètres à franchir 
sous un terrible feu de mitraille. Leur colonne d'attaque assez 
foitile en nombre (1,000 hommes environ), a eu à peine le 
temps de s'élancer de la 5° parallèle sur le saillant du Redan , 
lorsque les batteries de flanc de cet ouvrage commencent im 
feu terrible. La plupart des officiers et un grand nombre de 
soldats restent sur la place dans le lai^e espace qu'ils ont à 
parcourir : le reste arrive avec les échelles sur l'angle saillant 

il 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



Itt LA QUESTION D'ORIENT, 

du Redao et sur le bord du fossé ; mais les échelles stml trop 
courtes ou en trop petit nombre. Les Russes placés sur ce point 
De sont pas nombreux et un mouvement éner^que de la petite 
colonne anglaise pourrait, malgré sa faiblesse, la pmler à la 
goi^e de l'ouvrage. Elle a malheureusement un moment d'in- 
décision et s'arrête à tirailler sans iffofit. On croit le Redan 
miné, les corps sont confondus, les soldats ne reconnaissent 
[dus leurs chefs. 

Pendant ce moment dont il eût fallu profiter au plus vite, des 
masses compactes de Russes se groupent derrière U goige du 
Redan, l'assiégé ou^Te ses embrasures et démasque ses batte- 
ries; la mitraille commence à pleuvoir sur le saillant encombré, 
trop étroit pour permettre aux Anglais de s'y former. Cetie 
confusion, ce massacre inutile durent plus d'une heure, et b-s 
renforts n'arrivent pas. Enfin , la colonne anglaise bâchée , 
écrasée, bal en retraite après des efforts héroïques, mais isolés. 

Cependant, à la gauche, au signal convenu , les colonnes de 
la division Levaîllant, commandées par les généraux Coustou 
et Trochu, se sont précipitées télé baissée sur le flanc gauche 
du bastion Central e1 la lunette âe gauche. Malgré une grêle 
de balles et de projectiles, la vigueur des Français triomphe 
d'abord de la résistance de l'ennemi et ils pénètrent dans les 
deux ouxTages. Mais les Russes, replies derrière des traverses 
successives, tiennent ferme partout. Lue fusillade meurtrière 
part de toutes les crêtes; des pièces déiuasquOeset des canons 
de campagne amenés sur plusieurs points vomissent la mitraille 
et déciment l'assaillant. Les généraux Coustou et Trochu sont 
blessés; les généraux Rivet et Breton sont tués; plusieurs fou- 
gasses jouent et produisent un moment d'Iiébltalion ; enfia, un 
retoiu' offensif fuit par de nombreuses colonnes russes , force 
les Français à abamlonuer les ouvrages enlevés. 

Au petit Redan, des masses nissos, soutenues par l'artUlerie 
de campagne, sont parvenues également k reprendre le terrain 
conquis cl à faire abandonner à l'assaillant la seconde enceinte; 
mais les premières colonnes d'attaque, soutenues par la garde 
impériale, restent iDébranlables derrière le talus extérieur de Ut 
première enceinte. 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



u vicroiiiB. m 

Le Join- f â tomber. Afalakof reste aux Français : ilt pecrvent 
ydéHertous les e&brts de l'ennemi. C'est asset, car, le générât 
Niel l'a bien vu, c'est la clef de Sétasiopol. Le général Pélis- 
àer arrête te général de Salles qii! va tenter nri floUTel assaut 
du bastion Central avec ta division d'Autetnarre. 

Arrêtons-nous on instant devant ce résultai décisif. Il a coûté 
bi;n cher, des régiments entiers ont poiir ainsi disparu, les gé- 
néraux de SaînI-Pol et de Marotles sont mofts, les généraux 
Hellinet, de Pontevés, BoUrbaki ont été blessés. Mais la nillt 
Tient : les vainqueurs, solidement établis dans Malakof, font 
mcntrer ailx assiégés ^ue toute défense est inutile. Dei hau- 
teurs de la position conquise , l'artillerie v2 fblldroyer & gauche 
le pçth Redan, à droite le grand ftedan, en arrière les batteries 
des Casernes et des Docks. Le faubourg de Karabelnaîa n'est 
plus tenable. Sévastopol est perdu pour la Russie. 

Que dire des mille incldeutâ terribles de cet assaut sans 
eiemple? que dire du courage, ou plutât de l'esprit sublime de 
sacrifice qui poussait tant d'officiers, tant de soldats à une 
mort glorieuse mais presque certaine t Tous avaient fait leur 
devoir, mais à quel prii I Du côté des Français , 5 généraux 
tués, 4 blessés et 6 contusionnés j 21 officiers supérieurs tués, 
10 blessés et 2 disparus; 116 officiers subalternes tués, 
S^i blessés, 8 disparus, et 1 ,489 sous-officiers et soldats tués, 
1,K9 blessés et 1,100 disparus; au total, 7,Î)j1. 

lâ g;irde impériale, digne de sa sœur aînée, à eu au feu 
5,700 combattants; elle compte environ SOO tués et 2,000 
blessés. 

Du cAlé des Anglais, le nombre total des morts, des blessés 
et des mauquants à l'appel fut de 2,i47. 

Nous n'avons pas la prétention de raconter tous les actes 
bérolqnes de cette immortelle journée. Disons -en quelques- 
uus seulement. 

Pendant que nos troupes restaient , pour un moment, mal- 
tresses de la courtine du Carénage, il se produisit un fait inouï 
dans les annales de la guerre : douze pièces attelées accouru- 
rent se mettre en batterie & demi-portée du caaon de la place 
pour Gouteoir l'assatit. C'était la piemièie fois qu'une artUleiie 



n,g,t,7l.1M,GOOglC 



16t LA QUESTION D'ORIENT. 

de campagne lutlait cootreles énormes calibres d'une artillerie 
de rempart. Canons, hommes, chevaux foreni broyés en partie 
dans cette lutte héroïque et inégale. 

Dans Malakof , l'intrépidité des vainqueurs avait affronté un 
ennemi pjus terrible cent fois que les Russes eux-mêmes. 

Prévoyant le cas où Tassiégeant parviendrait à se loger dans 
l'ouvrage, les Russes avaient établi une communication t^ler- 
trique entre le grand magasin à poudre de Malakof, qui conte- 
nait d'immenses approvisionnements, et l'intérieur de la ville. 
Le fil fut reconnu et coupé à temps. Mais déjà quelques explo- 
sions partielles avaient accrédité pamti les soldais le bruit qu<^ 
Malakof entier était miné et qu'on allait sauter. Il se passa alors 
un fait héroïque , exécuté avec une simplicité admirable. 
Comme le bruit prenait à chaque instant plus de consistance , 
les généraux, les officiers supérieurs et Ips officiers qui se trou- 
vaient en dehors de l'enceinte accoururent et vinrent se placer 
au centre de l'ouvrage, atîn de donner l'exemple et de montrer 
l'importance qu'il y avait de rester à tout prix dans cette posi- 
tion décisive pour le succès de l'opération générale. 

En somme , c'est la position la plus importante qui avnit le 
moins coitté. Les Russes ne furent pourtant pas surpris à Ma- 
lakof, comme on l'a prétendu plus tard. Le prince Gortchakof, 
il l'avoue dans son rapport , avait eu avis que l'assail ant se 
rassemblait dans ses tranchées avancées faisant face à AtalakoT, 
et il avait eu le temps d'ordonner au lieutenant-général Chroulef 
d'y perler la 9* division qui formait la réserve de ce bastion. 

Pendant qu'on faisait, dans Malakof et dans la partie de la 
courtine restée au pouvoir des Français, toutes les dispositions 
propres à résister, au besoin, à une attaque nocturne , et qu'on 
se préparait à faire évacuer le lendemain à l'assiégé le petit 
Redan du Carénage, la Maison-en-Croix et toute cette portion 
de ses défenses , le général en chef msse , désespérant de re- 
prendre Malakof, s'arrêtait à un grand parti : il évacuait la 
ville. 

' Déjit, vers la fin du jour, le général en chef des troupes fran- 
çaises avait eu le pressentiment de cette issue. Il avait vu de 
longues files de troupes et de bagages se presser sur le pont, 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA VICTOIRE. 165 

pn se rendant sur la rive nord. A trois heures) du matin, le gé* 
lierai de Marlimprey, chef d'état-major général, qui suivait 
!iv('c sa lunette les TDOuvemenls de la rade, s'assura que les 
Russes évacuaient et qu'ils passaient le pout en foule. Quelques 
coups de canon tirés par lett batteries de la seconde ligne setn- 
blai^nt diimentir cette fuite , mais ils n'avaient d'autre but que 
de cacher le mouvement des Russes. 

Bienidt il ne fut plus possible de s'y tromper. D'épouvanta- 
1>le$ détonations éclataient sur tous les points des défenses de 
la ville et de la rade. Ce n'élaient plus ces explosions de quel- 
ques dépôts de poudre ou de munitions que l'incendie attei- 
gnait, comme cela arrivait à chaque instant depuis quarante- 
huit heures. C'étaient de grands ouvrages qui sautaient. Le 
géDéral Pélissier aurait voulu pousser en avant, gagner le pont 
p| fcrine^ la retraite à l'ennemi ; mais les explosions qui se mul- 
tipliaient auraient détruit ses troupes en détail. Il fallut rester 
en posilioD et attendre que le jour se fit sur cette scène de dé- 
solalioti. 

Le soleil levant éclaira l'œuvre de destruction la plus gigan- 
tesque que puisse rêver l'imagination. Les bastions , les caser- 
nes, les magasins, les édifices pendaient en débris fumants. Les 
derniers vaisseaux russes étaient coulés ; le pont était replié : 
l'ennemi n'avait conservé que ses vapeuni, qui enlevaient les 
derniers fugitifs et les incendiaires attardés. 

Sévasiopo) était abandonné. 

les Russes avaient proclamé si hautement leur ferme réso- 
lution de défendre la place maison par maison , pierre par 
pierre, de transformer chaque obstacle en redoute, de faire, eu 
iiDiiiot, de Sévastopol une autre et plus terrible Saragosse, 
que c'est à peine si les alliés purent en croire leurs yeux lors- 
i|u'ilt virent s'accomplir cette fuite précipitée. 

Le prince Gortcbakof donna plus lard cette raison de sa réso- 
lution désespérée , que des hauteurs de Malakof les Français 
vainqueurs pouvaient détruire le pont qui seul conservait à 
l'assiégé ses communications avec la Crimée et qu'il avait voulu 
garder à la Huftsie les restes d'une armée qui venait de perdre 
30,000 hommes dans les dix-sept derniers jours du siège. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



m LA QUESTION D'OWENT. 

Ca ne Ibt pu sans une sorte d'admiration et pour ainsi dire 
de tei^eur que les alliés parcoururent la place abandonnée , 
fun)4nte encore des explosions récentes, qu'ils lîsilèrent ces 
fortifications gigantesques, à peipe entapiées sur quelques 
points , ce labyrinthe inexlricable de remparts , de batteries 
fntériepres, de fossés, de traverses, dont aucune place connue 
ne saurait donner la plus faible idée, Hs se disaient que s'il 
qvait fallu disputer ii un ennemi résolu à toutes les exirémités 
cps ouvrages sans nombre , défendus les uns par les autres, on 
Aurait pu user en détail une armée tout entière. 

Les Russes, en se retirant , n>vaient pas eu le temps de dé- 
truire tous les foits du côté sud- X<e fort Paul n'élait plus qu'un 
amas de décombres, le fort Alexandre était gravement endont- 
magé, mais le fort de la Quarantaine avait peu souffert et le 
fort Nioolaa était presque inlacl. Les cinq docks, leurs magnifi* 
ques bassina , l'ensemble de leurs machines, étaient en parfait 
état de conservation. 

Les ressources de toute espèce qui se trouvaient encore daus 
ta vjlle et dans lea forts du sud, après l'énorme consomotation 
qui en avait élé faite pendant le siège , montraient assez toute 
l'importnnoc de cet immense dépôt militaire qui venait d'échap- 
per à laftussie [IJ. 

(1) Le lecteur limen t relrouTïT ici rinianUirB des abjeti de djiene nature 

troui^ p*r les itliéa à S^ulopol, indépendamnenl des 4,000 bouche* k feu èr. 

toui ctlibrea, tant «D btanie qu'en for : 

Bouleta M1,314 

Prpjeclilei Ereui 101 ,755 

BaltM de mitraillB 34,UttQ 

poudre* X2,(a2 kilogrïmajes. 

„,,,,,, f ■■ ; .- ( J'O.OOO en bon *t»t. 

GMloMbet h btUcs, pour ruub et eanbiue*. ! ,,„ _. 

VoUarea tribu M 

Ciine d'iutrumeoti de lériCcalioB I 

llwhiuetk touniet posr fonderie ,. 2 

SaufOelsde forges 20 

Enclumes 2(i 

Meulei t uguiser i'I 

Yole* (naiGOBptar In eoibmaltoin ifmi reiteDl 

pour ht wTnte ia porl) 6 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA VICTOIRE. IQT 

Ainâ s'était tennmé ce siège mémorable sur lequel l'Europs, 
le monde entier, avaient eu les yeux fixés pendant onze mois. 

Depuis le jour où l'armée alliée avtùt touché le sol de (a 
Crimée, jusqu'au 8 septembre 1 85S, elle avait vaincu l'ennemi 
dans trois batailles rangées; elle l'avait repoussé dans vingt 
combats sanglants, elle avait conquis le terrain pouce à pouce, 
eDe avait creusé autour de la ville assiégée plus de quatre-vingts 

Billnde boude gmlie SOO 

Pièce* <ie bob ds aMnn SCO (100 mHitt tMhet). 

Pièn* ia boit poiT mtlure d'einbtrMliao) 180 

Tergaa od muirak éUt 100 



Ckonqneb 13 

incm de corpamork 400 

Ancra de différente* gmidean • 90 

Grippina et petite* mncre* 90 

HinillH pour ■Rcrei i,000 

Ctanet en fei tjinl contenu de lliuite 100 

Chilnes d'iDcm 500 nlftrea. 

Vieui cniTTe de doDUige 53,000 kilojniniDei. 

Tinu rordije* 30,000 b 

Vieux grelini. S 

CiiMMï eui 300 

Cordigci wor* de £irérenle> dJmeMiimi 3!{,000 

Htdrirra bon* à fuTe dm pUncbea 100 

Poulie* de dîfférenle* ^indenn , 400 

Eiptn W 

Outil 300 

Fer en barre *1 «ier TSO.OOO liili»jrT»"me*, 

Fil de fer.. 200 » 

Fenillea de tAle 8,000 

Feuille* de rer-bkne 7,000 

T^ faible pour boHei k bellcf 8,000 tno^mniei. 

Flaïquei eu foule 160 

Cuïei en fonte SOO 

Cuirre rouge en mi^n 60,000 tllosninm». 

Ëtiia ÏO.OOO » 

Ckin* ordînûrei 800 • 

aom t bordije '. 2,000 a 

Heno* clous S» » 

Bail deupin Tlne trèi-ijrande quaiililé. 

Goudron et bni SOO b*riTi. 

Bnib de ^iliire k peinlnra ISO 



n,5,t,7rjM,G00glc 



168 LÀ. QUESTION D'ORIENT. 

kilomètres de trancbées dans le roc , elle avait mis en bnUene 
huit cents boucbesà feu. elle avait vaincu l'hiver lui-même. 

Aussi l'annonce de la victoire fit-elle éclater dans la plu[>Mrt 
des cours étrangères des sentiiuenls jusque-là conleous. b'- 
sympathies s'expiimèreut plus librement, les antipathies ^.\ï- 
dèrent plus de réserves. 

Que Sévastopol eût été emporté par uD coup de main, (|u'i:ii' 

Oen ronge 1 mètre cube 

Ocra jiune t mèUe cabe. 

Reatorls et cbtlnettes de cuivre 300 



Pièeeide nuchinei da loulei •otIm 150 

Petïles chiudièrei pour étuver, petuil CDTiroD . 1,000 kilognmnwi. 
Rote) d'une mufaiDe à npeur de S20 cbevtui, 
tytal appirlenu k uQ npeur brdlé par lei 

Grutdea cbuidièie* ea cuine, peuni eniiroo 

M,CIOO kilognomui H 

Vieui cuivre 50,000 LilogruDB». 

Cbevillei en cuivre !>,000 ■ 

Vieui fat 80,000 . ■ 

Grotaei cloches . 6 

Petite* doche» 10 

Lit! d'bApit*! 350 

Lines, denîu, pUiu, etc COO 

forga ea kr En gnod DOBbre. 

Cdiomei pour la mtchine t miter 2 

Grandi paiaiu 12 

CharboDide tiire ep pouniére 2,000 touneaui. 

■tchines t vapeur de 30 chevaux pour )« busiui. 2 

Grandes pompei peur \e> baasiiM 3 

Chaudière! en fer pour coi machinti 3 

HachiiM de kante preMioa de 16 cboaui pour 



Grue en fer portative 

Grues en Ter dam dei miguio*. , 
Hachiiie de 12 cbevauipour une 

Hiehine de hilagc 

Hacbine a draguer, avec deux midiinH de 30 che- 
vaux ( ie* deui bon de lervice | . 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LA VICTOIRE. 169 

lictoire décisive, rapide, eût eu raison de la Russie dans cette 
partie de sa puissance, et il eût semblé que ce miraçe dont 
pariait a^rès l'Aima le maréchal Saint-Arnaud était pour beau- 
coup dans la force de renneinî. L'illusion eût été retournée 
contre l'Occident; et la Russie, qui u'eût perdu qu'un faible en^ 
jeu dans cette partie d'un instant, aurait pu déployer sur un 
aube théfttre ses ressources réelles. Et, d'ailleurs, Sévastopol 
loubant trop vite, il ne restait pas démontré pour l'Europe 
qu'il y avait là un foyer d'agression dangereux pour le repos 
de tout le monde. 



Ponpc bfdruitïqDC t auiD 

SmieUc* 

Itrhîn poar ose boulangerie. 

l'w iMchiM fc btnla prsMioD de 20 cbe*«ii, 
Ik nMCfaûw dMtiiUtoira. 

Stiliwi en nurlire 

stt" 

Gnai bu-ralÏBf ...'. 

rivret. 

Piin 11,000 Hca 

Fm«i 3,700 — 

l>rî« i» — 

Bit •oit ^ 1,300 ~ 

Aïoiae. ÏOO — 

MK HOO - 



un ^ulrteit. 

480 buili tiO loiuMui- 



jMy'Googlc 



LA QDESTION D'ORIENT. 



CHAPITRE V 



Eipédilinn de li ntr d'Aiof : Bnl, préptritifi; ibuidoo pir Im Dumi in 
dërcDM) du cip SuTit-P>ul, ibutdan doKertch, scènu do dtnrdre damcrtU 
TÏIU; atUque d'Iéni-Kileb, letraile dïi Ruues, l( mer d'Ajof nHlojfc; ill*^> 
de Ttgurog, d« Uirioupol, de CKeiik, de Teinriouk, do Betdiinili ; dnlrac- 
tion de» pAcheries de Semcitnk, àei mogiims, dea postei et cuernea de Tiou 
et de Finigorie; eltique de Yénitchi; U mei Pulnde kwccaniiih; donmis'i 

Eipédition de Kînburn : But, préparilifa, description; lei eKidres illiéM, I» 
betteriei Aolteatea; ittaque itréiUtible, reddition do It plue; laa BuiMcfnti- 
fiant MieoUief. 

L> guerre d^ni Je nord : Blocus, iiuultei ui porll el tiu lillet; BMM en éltl d( 
dtfenie de U Finlande; tttaque de Sveibors, dinetation et incendie», a 
qu'on tnit voulu, modirmlian dei Angle- Frenfali; eeciTmauchea dennt 
Bige, dtHitn» inflig«i t Viu; ^cheo deg Angiiii dennt Viborg, elTilra ia 
Cotiaek; éiicuitiou de P^tropeuloviki, 

La •perre en A>te : Situetioni respective), In Cirnnieni; entrée en eimpe;^ 
det Russeï, blwnn de lan, défense orijeniiée, pointe imprudente ia sènènl 
rvsae inr Eneroum, hicepicité de Wij-Pwh», réïoile» de* Kurdes, •«•ni 
donné h Kan uni ptépirtlion, échec dc> Russes, leun perte*, coutiuuetisu di 
blocus; diversion tentée pir Omer-Pichi, pissi^ vicloricui de llngour; 



Pendant que se poursuivait le but principal de la guerre en 
Crimée, les marines alliées ne restaient pas inactives. Elles 
frappaient de tous côtés l'ennemi dans ses ressources accumu- 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



INTESJtfÈDES. 171 

léea depuis tant d'années, dans son commerce, dans ses dé- 
fenses accessibles ; elles le harcelaient dans la mer d'Azof , sur 
les cAles d'Asie, dans la mer Noire, dans la mer Ballique, 
dans la mer Blanche et jusque dans les oiers de la Chine. 

Expédifion de la mer d'Azof. — Depuis longtemps une ex- 
pédition dans la mer d'Azof, jugée indispensable pourl'en- 
setnble des opérations , était étudiée avec soin et dans le plus 
[vofond secret. Mais peut-être s'en était-on exagéré les difil- 
callés, et il fut heureux sans doute que la résistance concen- 
trée à Sévastopol ne laissât pas à la Russie le loisir d'accumu- 
lertur ce point des forces el des obstacles plus considérables. 

U mer d'Asof, qui communique avec la mer Noire par lo dé- 
troit de Kertch ou d'Iéni-Kaleb, était, avant la guerre, un centre 
coQuoercial très-important, et, depuis les boslilités, un des 
poiats de ravitaillement de l'armée russe de Crimée. L'expcdi- 
tioD avait pour but principal d'enlever à l'ennemi les ressources 
précieuses qu'il en tirait et de détruire les établissements qu'il 
possédait sur toute l'étendue de cette partie de son littoral. 

C'est dans cette mer que s'était riîfugiôe prcsqus toute la 
marine marchande russe. C'est par la meo d'Azof quf! l'armée 
du Caucase recevait ses approvisionnements eu vivres et mu- 
niiioDs. Cette mer coupée, les alliés se trouveraient encom- 
munication avec les tribus des montagnes , et la vie se retirerait 
de toutes les Localités russes situées sur U c6te. 

Déjà, pendant les plus rudes mois d'hiver, une croisiiirt! 
anglaise avait bloqué Kertch, inquiété , entre Anapa et le lac 
Eouban, les mouvements des colonnes russes, et brisé ou dé- 
iniil des bâtiments et des approvisionnements nombreux. 

Uais on ne connaissait que très- imparfaitement l'état des 
passes, et on n'avait pu exécuter de sondages pour rccUrier les 
erreurs volontaires dont sont remplies les cartes de l'amirauté 
russe. Les croiseurs anglais s'avisèrent d'un stratagème qui 
leur fut depuis, et avec quelque droit , reproché amèrement 
par les Russes, Un de ces crtMseurs avait capturé à bord d'un 
bâtiment russe une voiture appartenant au gouverneur de 
Kertch. On lui expédia un messager pour lui offrir de lui 
rendre cette propriété privée , et , la proposition acceptée , les 



n,5,t,7rjM,G00glc 



172 LA QOESTiOH D'ORIENT. 

bateaux du croiseur entrèrent dans la baie de Kertch et tirent 
des sondages tout le long de leuF.route. 

C'est par ce moyen, peu loyal peut-être, qu'on reconnut un 
passage pour de pelils bateaux à vapeur jusqu'à une petite 
distance delà c6te. 

Malgré l'intérêt que les généraux en chef y attachaient eux- 
mêmes, ce ne fut que dans les premiers jours d'avril que l'on 
put songer sérleusemenl à mettre ce projet à exécution. Pen- 
dant ce temps, la question avait été complètement étudiée. 

Il ne fallut point laisser & l'ennemi , dont les travaux avaient 
été forcément interrompus par l'hiver, le temps de compléter 
par de nouveaux ouvrages la défense de la presqu'île. L'as- 
sistance d'un corps de débarquement était indispensable, sinon 
pour forcer les passes de Kertch et d'Iéni-Kaleti, du moins pour 
donner la certitude qu'après les avoir franchies, nos craiseurs 
ne les verraient pas se fermer derrière eux. 

Le 40 mai, il fut arrêté entre les généraux en chef et les 
amiraux qu'un corps expéditionnaire composé de 7,000 Fran- 
çais et de trois batteries sous les ordres du général d'Aute- 
marre, de 3,000 Anglais et d'une batterie sous les ordres du 
général Brown , de S,000 Turcs et d'une batterie empruntés à 
Tannée d'Omer-Pacha , s'embarquerait sur les deux escadres, 
qui le transporteraient immédiatement devant Kertch. Le 33 
BU soir, les troupes , l'artillerie et le matériel étaient à bord 
des bâtiments qui avaient été désignés pour les recevoir. 

Les troupes furent prévenues peu de temps à l'avance; mais 
tout avait été prévu par les généraux et par les amiraux avec 
un véritable Inxe de précautions. Pas un retard, pas un acci- 
dent, pas un contre-temps, ne devaient trouver place dans la 
première partie de l'opération. L'embarquement du matériel 
et du personnel eut lieu dans le plus grand ordre et avec une 
célérité inouïe, dans la nuit du 21 et dans lajournéedu32mw. 

Le 24 mai, au point du jour, les deux escadres étaient réu- 
nies au lieu du rendez-vous, k 13 milles au sud du cap Takii; 
les chalands, les embarcations elles canots-tambours furent 
mis à la mer ; les vaisseaux vinrent mouiller par six brasses de 



n,5,t,7rjM,G00glc 



INTERMÈDES. 173 

food «nviron , les antres navires à vnpeiir se. rangèrent en ligne 
de convoi, et se dirigèrent vers la baie que forme en s'avan- 
vant Tprs l'est la poinle basse de Kamish. Les avisos à vapenr 
jetèrent l'ancre à quatre ou cinq encablures de la plage, les 
correttes et les frégates aussi près que le permit le peu da 
profoodeiir delà baie. Sous la protection de cette escadrille, le 
corps de débarquement prit terre sans opposition. 

Sortie de la baie de Kami&h, la flotte expéditionnaire ren- 
contra d'abord le cap Saint-Paul , où s'élevait une batterie de 
17 pièces. A quelque dislance est le cap Ak-6ournou {cnp 
Blanc) surmonté d'un grand nombre de monticules très-propres 
à la défense , et armé de plusieurs batteries servies par la ma- 
nne russe. L'élablissemenl tout entier, créé récemment sur ce 
piointbien choisi, avait un armement de 50.' pièces de canon 
qui croisaient leur feu sur la passe étroite contenue d'un 
cùlé, entre le banc de Touzia, de l'autre entre la pointe de 
(iiW. du cap Taman. Les Russes eussent pu y soutenir une 
lutte assez vive; mais ils eussent été pris à revers par les 
'roupes de débarquement, qui marchaient parallèlement à la 
mer. Aussi firent-ils précipitamment sauter ces ouvrages. 

Ak-Boumou doublé, la flotte découvrit, à cinq milles envi- 
ron, la ville et le cnp d'Iéni-KaIeh, et entra dans la vaste baie 
de Kertch. 

Un moment rassurée à la suite d'une première démonstra- 
lion sans résultat faite le 3 mai, l'autorité militaire fit sauter 
en toute hâte, et d'une manière incomplète, les défenses de 
KeHch, abandonnant les habitants sans protection contre les 
populaticHis tatares, désaffectionnées et toujours prêtes au 
pillage. 

La population de Kertch , presque entièrement composée de 
coniinerçants , de propriétaires et d'industriels, est bonne, 
affable et paisible. Le grand faubourg, situé assez loin de la 
ville , est habité par des Talars , qui sont répandus également 
dsits tous les villages des environs. Ces Tatars sont loin de 
rappeler le caractère mftle et guerrier de leurs ancêtres; ils 
sont abâtardis par la domination et complètement dégénéri's. 
En temps ordinaire , ils restent tranquilles et ne se livrent à 
aucun excès; mais voyant la ville abandonnée par las uilo- 



n,g,t,7l.1M,GOOglC 



17* LA QUESTION D'ORIEHT. 

rites civiles qui devaient la protéger , et poussés d'iùlleurs par 
des mauvais sujets comme il s'en trouve daus tous les pays, 
ils commirent des déprédations promptemeut et énei^iqueme&t 
répriipées. 

Ces scènes de désordre auxquelles prirent part des soldats 
du détachement turc furent arrêtées spontanément par quel- 
ques détachements isolés de soldats français et par quelques 
matelots, principalement ceux du Pklégéion. Le soldat et le 
marin français, pendant toute cette campagne, se dîstinguèreul 
aussi bien par l'esprit de discipline que par le courage. L'en- 
nemi lui-même se fit un devoir de le reconnaître. 

L'abandon des ouvrages du cap Saint- Paul et de Kertcb, points 
incapables d'une résistance sérieuse, pouvait faire supposer 
que les Russes avaient choisi une autre base de défense. Le 
vieux château d'Iéni-Raleli leur offrait un réduit dont la maçon- 
nerie fort épaisse eût pu supporter assez longtemps le feu de 
rartillericdc Campagne; une longue ligne d'embossage, com- 
posée de transports armés en guerre et de batteries flottantes , 
barrait celte seconde passe, dans laquelle la profondeur de 
l'eau n'est plus -que de 13 pieds, et qui n'est, par conséquent , 
accessible qu'à des avisos ou à des canonnières. 

Cette ligne d'embossage joignait ses feux aux feux croisés 
desbatteriesd'Iéni-Kaleh et d'une batterie rasante nouvellement 
construite sur le banc Cheska, On n'avait sur celte partie du 
détroit que des renseignements incomplets, et on devait pré- 
sumer que l'on n'emporterait point une position aussi forte sans 
une hitte des plus vives. Ces derniers obstacles devaient cepeo- 
dant s'évanouir avec la même facilité que les autres. 

Aussilût après l'évacuation des batteries du cap Saint-Paul , 
un engagement eut lieu entre les défenses dTéni-Kaleb et les 
canonnières anglaises soutenues par le Pullon et par la Mégère. 
Cet engagement se prolongea jusqu'au coucher du soleil, et les 
bfttinicuts qui y Svaienl.pris pai't mouillèrent dans le golfe de 
Kertcb. Cette manœuvre précipita probablement les résolutios 
de l'ennemi ; car, vers huit heures du soir, une forte exploùoa 
annonça qu'il évacuait léni-Kaleh, comiBe il avait évacué déjà 
sa première ligne de défense. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



INTERMÈDES. J75 

le lendabain, ati poiot du jour, l'armée alliée se mettait ea 
mvcbe, et avant midi ses colonnes couronnaient les hauteurs 
(fléoi-Kaleh, où elles entraient sans coup férir. 

lue petite escadrille russe à vapeur était aDectée il la défense 
et à la surveillance de la mer d'Azof, avec plusieurs détache- 
meots de canonnières à voiles. Toai ces petits bâtiments ou 
furent pris et déiruits , ou se réfugièrent très-avant dans le 
Don. ou s'échouèrent dans les boues de la mer Putride. 

Après la prise de Kertch et d'Iéni-Raleh, les commandants 
en chef des flottes alliées firent entrer dans la mer d'Azof une 
escadrille de canonnières et d'avisos à vapeur, avec ordre de 
donner la chasse aux navires en grand nombre qui s'y trou- 
vaient encore. 

Cette première croisière eut un succès cooiiJet : plus de 
cent navires de commerce furent détruits ou capturés, tandis 
que les Busses brûlèrent, sans essayer aucune défense, leurs 
decDiers navires de guerre à vapeur. 

Ces résultats atteints, on jugea indispensable d'entrer dans le 
golfe d'Azof, «tué à l'extrémité nord-est de la mer de ce nom, 
pt de s'avancer jusqu'à l'embouchure du Don, contrée impor^ 
laate et riche, dans laquelle l'ennemi espérait que l'on ne 
pourrait jamais pénétrer. 

Le peu de profondeur de l'eau , dans toute cette région, ne 
permettait pas aux canonnières elles-mêmes de s'avancer asseï 
l'^n : les amiraux décidèrent d'y envayer les grandes embar- 
cations des vaisseaux armées eu guerre. 

Les 3, 5 et 6 juin, une escadrille alliée sous les ordres du 
dfMlaiue anglais Lyons^ conrniandaat la corvette à vapeur 
^iraada, conjointement avec celte commandée par le capitaine 
tniDCais de Sédaiges, attaqua Tagaorog, Marioupol et Gheisk. 
Ctat le pays du blé ; ces localités, situées sur ou piès remboi>- 
chiire du Don, sont célèbres par l'activité de leur commerce de 
gnins. On y détruisit d'énormes approvisionnements de muai- 
lions et de vivres. Outre le flommage matériel causé k l'arnaée 
deCriméepai ces razaïas, de semblables expédUiona avaient 
Utanlage de jeter la terreur patmî ces populations qu'on avait 
laissées dans une profonde^ignoraoce àe» péripéties de la lutte, 



n,5,t,7rjM,G00glc 



176 LA QUESTION D'ORIENT. 

et de Ifor montrer que In (gouvernement impérial étiiit împuii;- 
s&nt fi protéger ses possessions, même dans des eaux intérieures 
qui jusque-là étaient considérées à juste titre comme un lac 
russe. A en juger par le pelit nombre de troupes échelonnées 
sur ces points et par la mollesse de la défense, il ctiiit évident 
que la Russie avait jeté ailleurs toutes ses rnssourcrs et que les 
villes de la mer d'Azof étaient abandonnées à leur son. 

Taganrog , ville de 20 Ji 25,000 âmes , fondée par Pierre le 
Grand en n06 , fut détruite en 1711 en vertu du traité du 
Pruth, et reconstruite en 1769. Elle a , depuis cette époque, 
toujours progressé et acquis une importance commei'ciale très- 
considérable. Elle est située à environ 20 milles de l'embou- 
chure du Don, et reçoit tout le cabotage de ce fleuve immense, 
une des grandes artères de la Itussie. 

C'est le 3 juin, à la pointe du jour, que les vapeurs français 
et anglais du plus faible tirant d'eau quittèrent le mouillage et 
s'avancèrent sur deux colonnes vers Taganrog. L'eau dimi- 
nuant d'une manière sensible à mesure qu'on approchait de la 
ville, et ne présentant plus, après une heure de marche, qu'un 
fond de 11 à 12 pieds, plusieurs navires furent obligés de rester 
en arrière. Cinq vapeurs purent seuls continuer en naviguant à 
travers la vase et mouillèrent à bonne portée de canon devant 
la partie ouest de la ville. C'étaient, dans l'escndre française, 
le Dauphin et la IHoue/tf, et, dans l'escadre anglaise, la magni- 
fique canonnière Pfcruit qui, malgré son formidable armement 
de quatre pièces de 68 et de deux pièces de 32, ne calait que 
7 pieds d'eau, la Mina et le Danube. 

A huit heures, le Dauphin, qui portait le commandant supi'*- 
rienr français M. ^ral de Sédaiges et le BecruiC, que montait 
le commandant supérieur anglais, M. le capitaine de vaisseau 
Lyons, arborèrent le pavillon parlementaire. En mAme temps, 
deux embarcations légères se détachant de ces navires se diri- 
gèrent côte à cflle vers la terre. Elles portaient les parlemen- 
taires angio- français. 

Ces embarcations accostèrent k l'extrémité du magnîtiqiip 
môle de Taganrog. La population entière accnunit sur les hau- 
teurs qui cotironnent'la ville, tandis que quelques Cosaques i\ 



n,5,t,7rjM,G00glc 



INTERBIÈDES, 177 

chenl tùnent reconnaître le pavillon pariementaïré. BieDiAt 
uTÎn un aide de camp do gouveroeor, auquel ies officiers par- 
lementaires posèrent les conditions suivantes : 

r La ville sera ii¥rée aux mains des armées alliées, pour que 
tout ce qui appartient au gouvememwt, et surtout ce qui est 
muniliofl ou dem^ de guerre, soit détruit ; 2° La troupe se re- 
tirera à deux lieues de la ville, et les habitants devront, à leur 
gré, ou se renfermer chez eux, ou sortir de la ville; mais per- 
sonne ne pourra circuler dans les mes pendant toute la durée 
de l'occupalion; 3* Quelques officiers supérieurs accompagne- 
roDl les officiers des nations alliées chargés de l'exécution des 
conditions précédeates, et répondront, sur leur tête, de toute 
marque ou tentative de kabison ; i' A ce prix, les alliés s'enga- 
gent à épargner la ville , à protéger les hatùtants et leurs pro- 
priéiéâ particulières; S" Une heure est donnée pour rendre 
par ont ou par non. 

Au bout de SU minutes, l'aide de camp du gouverneur revint, 
portant cette rép(Hise : 

I II y a des troupes dans la viUe; elles ne peuvent pas se re- 
tirer sans combattre. • 

Les officiers parlementaires se retirèrent aussildt pour aller 
porter celle réponse i leurs chefs respectifs. 

ÀDSsildt, la longue ligne des embarcations armées en guerre 
s'ébranle et défile en colonne à portée de pistolet devant les 
magnifiques quais qui s'étendent sur une longueur de plus 
d'un mille du mdle à l'arsenal. Bientdt les chaloupes de tète 
urivent sur ce dernier point, et toute la ligne, venant à la fois 
sar la gauche, se présente de front devant la ville. Le feu 
l'ouvre , et la longue et double rangée des magasins de l'en- 
trepét est, en quelques instants, inondée d'une pluie d'obus et 
de fusées à la Con^ve. 

le tir remarquable des alliés ne tarde pas k produire son 
eSét : des colonnes de fumée partant des différents points atta- 
qués indiquent que l'incendie commence às'alluiner. Les vastes 
conslniclions de la douane sont eu flammes, et l'arsenal n'est 
plus qu'un immense bûcher. 
A ce moment, l'eimemi donne ugne de vie. Deux bataillons - 



n,5,t,7rjM,G00glc 



178 LA Ol'fcStHW ICOfilENT. 

déflteni sur les falaises ofa sont biUa les plus b^iox b6tels dp 
la Tile, et se fépaoâewt en tirtfilleofs dans les Oiirisons et dans 
les jardios, au rîsqae d'attirer sor M» propriétés prit ées, qn'ils 
De peuvent garantir, les malheurs de )« goerte. Le feo des alliés 
se dirige alors sur ce point; leurs obus et leur monsqneterie 
fouillent incessamment tous les lieux on Apparaissent quelques 
soldats bientôt mis en fcrhe. 

En même temps , les ordres les pins formels fnreirt donnés 
pour qu'on épargnftt dix ou donie grands bfttiments shoés sur 
la pointe qui domine le môle ; ils avaient toUs arboré le ptrillou 
noir, qui indique la présence des hAphaùx ou âes établissements 
de bieiïfaisaiice. Les églises forent aussi scrapuleusement 
respectées. 

L'tneendie mis mi magasins et aux établissements du gon- 
vemement nisse psr leâ obus paraissant tncoiitplet, les com- 
mandants se décidèrent à jet£r à terre deux pelotons d'attaque 
prot^a par ks chaloupes qui se rapprochèrent da quai af ec 
leurs pièces chargées à mitraille; en un instant tout Ait ter- 
miné, et leffehatoupes s'étorgnëreilt, laissant l'arsehal et tous 
les b&timents qui en dépendaient convertis en uii monceau de 
ceiMbes. Les magasins pifiriics qa'on venait de délmire conte- 
naient principalement du blé, du vin, de rhuile,des effets 
d'habillement ponr les troupes. 

A quatre betrres les erabmations se retirèrent et rejoignirent 
les canonnières y qur les prirent à la remorque pour se tendre 
au mouillage de la matinée. 

L'attaqm de Tsganrog avait éjé une mesure de guerre indis- 
pensable. Les alliés avaient épargné volontairemeill et dans un 
intérêt d'humanité les propriétés particulières ; ils n'avaient tiré 
que sur celles où les soldats en nemis s'étaient embusqués pour 
combattre. 

Le i join,- l'escadrille se pré.8enta devant Mtbionpol. 

Hariou]M>t, bien moins cAisidéraUe que Taganrog, ne 
compte pals plus de 8 à 10,€00> âmes. Elle fait un grand com- 
merce de blé. Or y voit deui rties larges et bordées de grandes 
maisons. Elle est construite su r les coteaux qui dominent la 
mer ; une rivière la toome dii côté de l'est et l'envinHine de 



ri,5,t,7rjM,GoÔglc 



INT£aiffcD88. 179 

nuiécsges. Une belle jetée conduit de la mer au bM de la ville. 
C'est là qu'on embarque les grains. La ville entière n'eit qu'un 
grenier. Outre les grands bfttimeoti destinée k recevoir le blé, 
chaque maison est eUe-^neme, en partie , pleine de grains. 11 y 
en avait une quantité kuraense accumulée, en c« moment, 
dans Marioupol. 

Le 5 au matin , les ofScien parlementaires s'étant rendus k 
terre , les habitants hissant le drapeau blanc, et affirmèrent 
que, depuis la veille, toutes les sutoritéa civiles el militaires 
avaient fui , et que K à 600 Cosaques avaient évaoué la ville et 
étaient allés camper à 10 verstee dans l'intérieur. 

La ville (nt épargnée. On ne brAla que les édifices et les ma- 
gasins «ppartenent au gouvernement russe. Une partie des bA- 
timents revînt à Kertclt ; l'autre attaqua Gbeiik et Temriouksur 
lacAte sud -est. 

Peoflant trois mois, la ton d'Aiof lut ainsi visitée , nettoyée 
d'un bout à Pautre. 

Lors d'une première vicile, Berdiansk avait été épargné t une 
attaque de tiraill^u^ russes conln les marins du commandant 
Osbome, occupés à détruire par des explosions sous-marines 
des vapeurs russes coulés bas dans la baie , valut plu tard à 
celle ville la destructon de ses faubourgs, de plusieurs maga- 
sins de céréales el deowulins à (hrine (Si juillet). 

Du 6 an 11 septembre, les avisos k vapeur MUan et Fuit»», 
réunis à une canoanjëne asglalse , détruisirent dans la mer 
d'AsoT cinq pëchmes sur lac4ie de Seinviank» soixante-buit 
dans les lacs et rivtères de la cdte voisine, brûlèrent trente et 
UD magasins contenant des filets ou des vivres, et quatre-vingt- 
dix-huit bateaux obargés de fourrages et autres approvision- 
nementa. 

Ëntîû, le 24 septembre, le commandant Bougt Ait chargé 
d'une expédition contre Tunan et Panagoria. Bile devait avoir 
pour résultat de priver l'ennemi de la base d'opéraliaiis qu'il 
snroit pu choisir peur une campagne d'hiver. Tainan pouvait 
àanaee un atiri à plusicars miHters de soldats : à Fanagoda, 
de vastes édiScee poavaient servir d'Mpitaux et de casernes. 
Les établisaetneats mMllains y ftirent détruits sans résiMance 



jM,Googlc 



1W LA QUESTION D'OtltENT. 

par un corps de débarquement, et quatre-vii^^-ime pièces 
d'artillerie y furent mises hors de service. 

On s'était promis un avantage plos direct de l'atlac|oe de 
Yénitcbi. Yénitchi (Gbenitchek ou Ghenitchi) est un petit port 
shué dans la Nouvelle-Russie; il commande le détroit du 
même nom, qui sépare la Nouvelle-Russie de l'étroite et longue 
bande de terre qu'on appelle Flëche-d'Arabat, et qui> elle- 
même, sépare la mer d'Azof de la mer Putride. 

Le gouvernement russe 7 avait réuni des magaans couadé- 
rables et quatre-vingt-dix bfttimenls chargés d'approvisionne- 
ments pour l'armée de Crimée. 

ïénitchi fut bombardé, ses magaans ftvent brûlés, ses bâti- 
ments pris, coulés ou distwrsési mais le but principal de 
l'expédition ne fut pas atteint de c« cOté. 

On avait cru par là dominer le pansage de Pérécop, et, en 
eSét, il n'y a pas une grande distance de Yénilchi à Pérécop; 
mais la mer Puiride n'est pas accessible aux b&liments même 
d'un tirant d'eau médiocre, et, sur cette mer de boue, les 
Russes avaient construit un ouvrage sur pilotis ponr relier la 
Crimée avec la terre ferme. C'est par là qu'ils continuèrent, 
k grand'peine, il est vrai, à amener en Crimée leurs renforts 
et leurs approvisionnements. Mais enfin, le succès était grand, 
ûnon décisif. Le tort matériel déjà fait à l'ennemi, les em- 
barras que ne tardoait point k lui causer la destruction d'im- 
menses approvisionnements destinés à son armée de Crimée, 
l'effet moral d'une nouvelle invaâon prolongée jusqu'aux rives 
du Don et jusqu'aux bords de la mer Putride, tout démontrait 
l'importance de cette enb^prise. 

Déjà, avant l'expédition, les pertes que l'interruption des 
relations commerciales faisait subir aux habitants du littoral 
de la mer d'Azof, étaient énormes. Le blé, en quantités im- 
motses, et tous les autres produits du sol, restaient invendus 
dans les magasins, oii ils se détérioraient en pure perte. 

Un résultat plus sensible encore, plus palpable et d'un effet 
moral plus important peut-être, fut l'évacuation de la dernière 
grande forteresse maritime possédée par les Russes sur la côte 
orientale delà mer Noire, l'abandon d'Anapa, dernière renon- 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



INTERMÈDES. 181 

cîation aux résultats de viagl-cinq ans de guerres incesBaDies. 
Ainsi échappait aus Russes la plus uUle de leurs possessiona 
sur la cdte asiatique de i'Euxin. Ce n'élah pas seulement la 
perte d'une forlnvsse, mais celle d'une province et de rtioe 
des principales lignes de communication avec les provinces 
transcaucasiennes. 

Expédition dg Kinbum. — Quelques jours après la prise 
de Sévastopol, un autre coup des plus stfbsibles fut porté à la 
puissance russe. 

Sur la pointe et à Teodroit le plus étroit d'une étroite et 
basse langue de terre formée par les atterrisgements séculaires 
du Dnieper, est assise la forteresse de Kinbum (Kilboum). 
Cette forteresse n'a pas par elle-même une haute valeur mili- 
taire; mais elle pouvait être d'une immense importance pour 
les opérations ultérieures. Deux chemins en partent et longent 
les cAtes : l'un au nord, l'autre au sud. Ils vont se réunir à la 
roule de Cherson à Pérécop. Les objectifs de la guerre future, 
Odessa à gauche , Nicolalef à droite , plus loin Cherson et 
Pérécop, ont pour clefs cette petite forteresse de Kinbum et 
sa voisine, celle d'Otchakof; mais surtout Kinburn qui domine 
la passe du golfe du Dnieper, large en cet endroit de six k sept 
kilomètres, mais navigable pour les b&timents d'un fort ton- 
nage seulement sous les canons mêmes du fort, 

Otchakof , sur la rive droite du cbenal par où s'écoulent k 
la fois dans la mer Noire les eaux du Bug et celles du Dnieper, 
n'était qu'un vieux fort génois en assez mauvais état. Une 
batterie de neuf pièces d'artillerie de gros calibre, récemment 
construite sur la falaise et prenant le chenal d'enfilade à grande 
portée, complétait cette défense assez sommaire, sans pré- 
senter des obstacles bien sérieux. 

Kinbnrn , ta véritable défense du chenal , était un ouvrage è 
cornes , en maçonnerie, avec parapets en terre , entouré d'un 
foîsé Ift où il n'est pas baigné par la mer, contenant des ca- 
sernes et autres édifices dont les toitures et cheminées appa- 
raissent au-dessus du rempart. D était armé sur toutes faces, 
offrant un étage de feux couverts casemates, surmonté d'une 
batterie à barbette, le touFpouvant présenter environ soixante 



n,5,t,7rjM,G00glc 



lis LA QUESTION D^RIEIO'. 

bouches à feu, dont la moitié batUnt en dehors sur la mer, du 
sudHïuost au nord-ouest. Rinbupn contenait une garnison de 
f ,000 hommes , sans compter les colons militaires établis en 
dehors dans un village régiiliërement bftli, au sud et à portée 
du canon de la place. Deux nouvelles batteries avaient été 
élevées récemment au nord-ouest de la forteresse. 

Le a oetobre, les escadres alliées quittèrent la rade d'Odessa 
dont le blocus n'avait pas été discontinué. Le soir même, elles 
mouillèrent devant Kinbum. Quatre chaloupes canonnières 
flrançaises et cinq anglaises Arancbirent, dans la nuit, la passe 
d'Otchakof et entrèrent dans le Dnieper. Des bombardes, des 
batteries Oottantes, nouveaux et ternbles engins de guerre 
construits sur les dessins de S. M. l'empereur Napoléon 10 (1), 
complétaient les instrumente de cette irrésistible attaque. 

Dans la nuit du 16 au 17, les broupeg dé débarquement ou- 
vrirent la tranchée fa 800 mètres des fortifications. Le 17, la 
marine appuya cette attaque de son feu puissant , et deux 
compagnies da chasseurs, embusquées à 400 métees des bat- 
teries russes, en fusillèrenl les cannoniers à leurs pièces. L'ar- 
tillerie de campagne ouvrait de son c6té un feu plus faible, 
mais adffiiraMement dirigé. 

Hais à neuf heures vingt minutes, les trois batteries flot- 
tantes, la Dévattalion, la Lave et la Tonnante, ouvrirent leur 
feu , suivi bientdt de celui des bombardes et des canonnières. 
Le rempart qu'elles battaient présenta promptement d'énormes 
brèches. La fAche ainsi commencée , neuf vaisseaux anglais 
et français s'embossèrent beaupré sur poupe, et tonnèrent de 
toute leur artillerie. 

A une heure et demie, le fort ne tirai! plus. Lee deux ami- 
raux Bmat et Lyons pensèrent qu'il convenait de req>ecter le 

(1) Li tMttnic flotUnla, dit H. Lonii BejbiBJ, est un* tortue i-rmit d'uni-. 
CMifAB* en fer el portant U faudra, [niuliiérable outpeu pr^9,eld'uD faible 
IWWt i'atu, U b^rie Oottante p«ul s'cmjrat^f toiu un fort eun«mi el le (!>' 
tiuira UDf esiuj'er lutre chose <|UC dea dammiges jijgigtiïiGaitl^. Devuil »an 
■rmure, le boulel creui éclate uns eflel, et peur cotimer le fer d'une muiitTe 
lensHile, il ne fut pu moiiM de qoinie bon1«b pleins fnpptnt *ur le mtnie 



nçjt:n-n-.;GoOg\c 



IlSiTEBilÈDES. lap 

coonge de ]vaw«KiHu accablés p«t4^s fùrfxs v mpéfjftfrn- 
Ils (jrept cp^sef le /eu, wlxwè'iew le païillqn psrkmeotatfe at 
envoyèrent & terre des embarcations. Les forts acceptèrent la 
capitulation q^i leui était offerte : )s gvwoQ sortit de la ^ace 
avec les tiQOQatirs d^ la guerre. 

Doiu# cflols priGoaniers environ, dont 40 officier^, 174 t)4)t- 
chei s feu, des njuoitioQs de ^erre et des approyisipnneni^ots 
considérables, et surtout une position ifnportante, tels fuffifft 
Jes résultai de cetle eqtreprise habile0i£nt ^t énei^qiiemeqt 
conduite. l£% Ausses les cQmpl^lèreot en faisait sautoF, le 
lendemain f6, les fbrtjBcalions d'OlchalM>f. 

C^tte victoire avait i^ndu les alliés ipajtres àif Liipap ^ 
Itaiéper, et fermait toute comniunicatiQn nfaritipie enffe Odessa, 
ChersoD et Nicolaïcf. L'excellente position qu'.occupent cas 
deux dernières places sur le Qoiéper et sur l.e Bug, deveoAÎt 
inutile pour la Crimée, du moins du cùté de la mer. 

Nicolaïef était menacé. 

Si Sévastopol était l'arsenal militaire et le centre d'attaque 
et de protection de la marine russe dans l'Euxin, Mifiolalef en 
était le grand chantier de construction maritime. C'est là qu'est 
le siège de l'amirauté ; c'est Ik que se trouvent le« immenses 
approvieioimeoieuts de bois de construction et fis matériaux 
de toute nature, qu'on ne réunit qu'à grands frais et dans l'es- 
pace de plusieurs années. Aussi, déjà le gouveriiemi^ni russe 
avait wdoqné des travaux sérieux de défense : le Bug avait été 
couvert d'iriistacleE de toute espèce; on avait élevé des batte- 
ries entières, fortifié le rempart de terre qui entoure la viMe , 
augooeaté la garnison. 

Hais ces précautions furent jugées insuffisantes. Le généra 
Totleben , le glorieux défenseur de Sévastopol fut appelé en 
toule bâte pour entourer la ville de formidables défenses, et 
l'empereur Alexandre il lui-méoie, qjji venait de ses propres 
yeux juger de l'état des choses, approuva ces plans qui lui 
huent présentés. Peut-être y avait-ît encore un peu de mirage 
dans ces iolemions hautement annoncées de créer un nouveau 
Sévastopol , plus imprenable que l'ancien. On allait même jus- 
qu' à dire qu'une floUeoouveUeaUait surgir, comme parencban- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



184 LA QUESTION D'ORIENT. 

tement, dans ce port maccessible et remplacer avec avanU^ 
cette flotte magnifique qui paiirrissait maintenant tout entière 
(tous les eaux. 

La guerre dam la nord. — L'année 18S4 n'avait pas élé 
ûgnalée par d'auLres succès que celui de Bomarsund. Les dif- 
ficultés spéciales à la navigation de la Baltique, la composition 
des flottes alliées, assez mal appropriées aux nécessités d'une 
attaque dans ces eaux peu profondes et mal connues, l'impos- 
«bilité de distraire pour une attaque importante des forces de 
débarquement considérables, toutes ces causes avaient forcé 
les puissances occidentales à se contenter d'une blessure infli- 
gée à la puissance russe dans ces parages. Dans la mer Blanche, 
OD n'avait pu que détruire quelques établissements d'impor- 
tance secondaire, et au Kamtchatka , il avait fallu se retirer 
après une attaque infructueuse contre Petropaulov^. Enfin , 
le blocus des ports russes, forcément commencé un peu tard , 
avait été incomplet et le cabotage n'avait pas été entièrement 
interrompu. 

n n'en fut pas de même cette année. Une flotte immense , 
composée en partie de b&timents légers, d'un faible tirant 
d'eau , avait été rapidement organisée pendant l'hiver. IJc:> 
canonnières, des bombardes, des batteries flottantes étaient 
sur chantier dans tous les ports de coostruciion de France et 
d'Angleterre. Ces bfttJmeots, spécialement destinés à attaquer 
les forlifications ennemies à courte distance, furent prêts un peu 
tard et ne furent pas tous prêts ; mais des résultats sérieux 
purent être atteints. 

Et d'abord, le commerce maritime dé la Russie fut radica- 
lement supprimé. La plupart des établissements , protégés 
seulement par des défenses sommaires, furent insultés : les 
casernes , les magasins , les postes , les télégraphes fmtïnt 
détruits, mais on respecta autant que possible les propriétés 
privées. 

De leur côté, les Russes, dans l'attente d'attaques décisives 
contre leurs grands arsenaux , multipliaient leurs efforts pour 
la défense de leurs cotes. Les batteries s'élevaient sur tous les 
points comme par enchantement. -Des colonnes de cavalerie 



n,5,t,7rjM,G00glc 



LYTERHËDES. 18S 

I^^ sorvollaient iocessainment U mer. Les Finlandais avaiest 
fourni SIX bataillons de tirailleurs; les bou^eois d'Abo, de 
fiJOToeborg et de Gamia-Karleby avaient fonné k leurs propres 
fiws des chasseurs libres. Abo, Helsingrors, tontes les villes 
des cAtes de la Finlande depuis Vibor^ jusqu'à Tomeo, avaient 
readu l'entrée de leurs ports impraticable et les avaient mis en 
^t de défense. 

Plusieurs mois se passèrent sans autre résultat apparent que 
celui d'humilier, de harceler, de ruiner l'ennemi. Mais, bien 
que les ressources les plus sérieuses des puissances occiden- 
tales fnssent consacrées à l'armée et aux tlottes dp Crimée, on 
■Tait résolu de frapper un grand coup contre un des arsenaux 
militaires de la Russie dans la Baltique, et, puisqu'on ne poti- 
vût songer, cette année du moins , à jeter sur les cAtes russes 
une sriDée de débarquement, de prouver à l'ennemi que les 
fortifications les plus imposâmes ne pouvaient le mettre à l'abri 
des attaques. 

Sveaborg fut choisi pour cette leçon, et une expédition fut 
[»éparée dans le plus profond secret. 

Svealxn^, le second arsenal militaire de la Russie pour l'im- 
portance dans ces parages, est construit sur im groupe d'Ilots, 
âtaés en avant et à courte distance de la ville d'Helsingfors. Ces 
Uots, reliésentre eux, et armés de canons de gros calibre, for- 
maient déjà, en 18^, un vaste ensemble de fortificaUons que 
défendaient les approches de la rade d'Helsingfors. Dans une 
reconnaissance opérée vers la Hn de juillet 185S par les contre- 
amiraux Penaud et Dundas, on put s'assurer que ces for- 
imdables moyens de dépense avaient été considérablement 
augmentés depuis la campagne précédente. Sept nouvelles 
batteries avaient été construites ou étaient en construction sur 
les lies Bacli-Holmen, Runge-Holmen et Sandham, et une 
frégate était enibossée dans U passe it l'est de Runge-Holmen. 
En outre du vaisseau à trois ponts mouillé en travers de la 
passe est de Sve^org, pour y être coulé au benoin, deux grands 
navires mis à fond dans la passe ouest , entre les Ilots Langorii 
et West-Swarto (le plus occidental de ceux qui forment le 
groupe de Sveaborg), ainsi qu'un vaisseau à deux ponts em- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



iSP LA QUESTION U'OBIENT. 

llosBé an n^lieu dp ppEt^ ménne pawe , s'opposaient atiBOlument 
i ce qifp les e^p^^s alliées pimeot pontournst la plaça et 
p^iîétfcr ftsn» la Mde d'HtlaJngfQBs, 

t^s Hussf s qv^eni d'ajlieurs donné un grand dé«el(q)peitient 
uijt fortjlioAtîops de la partie sud d'HeIsîngfore, et trois aouvetles 
haUei^ss aHpcrpDâéPB venaiept encore ajouter à la dsfenee de 
la partie ouest de la ville. L'Ile Drumsto elle-môme avait été 
récemmeot oonup^, ot une (brte battecip établie »ir sa partie 
8ud> 

Ost GQug le feu àa ces iniposantes défenses qu'on résolut 
àe détruire tout ce que pourraient atteindre dans SvBaborg la 
boinbe , la fusée et le boulet- 

Les tles de Vargo et de Stocs-Svarto, les deux plus grandes 
flu group0 qui conatiiue la forteresse, renferment '& nile de 
Sveaborg; le port; les arsenaux avec [eurs magasins et leuis 
ateliers; des casernes pour 13,000 hommes, fa plupart case- 
matées; le lazaret; des hangars de carénages; l'hAtel du gou- 
verneur avec tous Ifis b&timents et les dépendances des admi- 
nistrations militaires ou maritimes ; le casino des ofliciers de la 
garnison, qui sert au besoin pour les grandes réi^ptione du 
gouverneur et poiu- les bals ; un bagne ; une prison d'État; 
fin6n trois églises gréoo-russes, une église luthérienne, une 
synagf^ue, et même une petite mosquée pwir quelques musul- 
mans «u service de la Russie. 

La populution de la ville s'élève 6,000 âmes ; le chlfiire de la 
garnison varie de 6,000 à 10,000, auxquels il faut ajouter les 
- marins et les ouvriers de l'arsenal. L^s maisons sont construites 
en briques; elles ont presque touleanin rez-de-chaussée voùié; 
)e casinji lui-mâme est voûté; j) y a en outre autour du por 
quelques cavités creusées dans le roc pour servir de magasins. 

L'escadre anglaise arriva la première devant la place : le 
7 août, au soir, elle y fut rejointe par le gros de l'escadre 
française. 

Le contre-amiral Penaud, en quiUanI le mouillage de Nar- 
gen , avait eu la précaution d'embarquer des sacs à terre , du 
Scjble et des gabioosj aussi put- il faire construire sur un Ilot 
4istaat de 2,300 Diètt«B de Sveaborg, l'ilot Abraham, une 



n,5,t,7rjM,GoOglc 



batterie armée da six mortiers dont le tir fut ^dpûral^ 4b P*^ 
euion et de puissance. 

l£ 8, su matia, U bïtteris àa l'tlot Abrahun était ipstsUéa, 
la bombardes anglnises et fFançaises étaient emboasëes sur 
DDE teule bgoa, lovi était i^t. Les alliés pou^weat »gir aontn 
Sreabo^ avec vingt et une bombardes , portant ensembla 
fingt-iii utprtiers de gros ct^libres, pt, de plue, cinq autre» 
aortiers de U batterie Abraham, en tout trente et un mortiers. 
A qwH il faut ajouter qgjpw c^nepnières francises et qitinie 
ctDODDi^ret DQglaisai au« deux extrénoités de la ligjie de bow 
buàsB, ou iaterealées, d'aspaun ep espace, dans la ligne méma. 
Toutes ces caooQnières étaient années de canou du plus fort 
ctiibre, et pouvaient laocer d«u la plaofl, un plua liMigUM 
estantes, dea obua et des bonlela. 

L» 9, k sBpt heures vingt minutes, le «gnti d'attaque fut 
diHiDé. I^ feu commença sur toute la ligne , et au même 
inslaot vingt • neuf bombes, tant anglaises que fraDCAiies, tont- 
bèmit dans la place, l^s fbris ruiaes, sileoeieux jusque-là, 
lipotlërcnt aussîtiM. I^ combat était engagé. A neuf heures, 
let eanonnitees s'approchÂrent des bombardes et vinrant sa 
pUewdans l'espace laissé enbn chacun de oes bètiraenta. Une 
^patue bmée s'élevait d^à dans différents -sadroîts à l'est de 
l'église liluéfl surTUe Est-tivarto. 

D'heuM en heure, les désastres Ultérieurs de la forteresse se 
manifestèrent par des incendies qui éclalirent succeesivement 
KIT plusieun poiaU. Husisars magasins à poudre firent axplo- 
■ioD comme des voloans. A l'arsenal, le £au ayant gagné des 
dépMsde bouUies et d'obw tout char^, rinoendie s'occom- 
pigiM (fesplosioM comparables à cellas d'un tonnerre inces- 
»Bt. Breritorg o^t pandapt toute |a nuit suivante l'aspect 
d'uoe fournaise ardente. 

Cepeadant, au milieu da bmil formidable des explosions, 
qt'iceonipagnaient des hurrahs de joie , de colère ou de 
détresse et des cris de vive rfmpsfeur/lesbatteriivqui défen- 
<l^at Svnborg faisaieM feu de toulas leurs pièces. Les canon- 
vim françaises et Miflaiaea lançaient des obus et des boulets 
pinot; leur grand nombre et surtout U rapidité avec laf|ueUe 



jM,Googlc 



im LA QUESTION IVORIENT. 

elles changeaient de poste d'attaque devaient inquiéter l'enoeint 
et distraire son attention des bombardes, sur lesquelles il aurait 
pu concentrer son feu. Au commencement de l'action, deux 
diversions avaient été faites aux extréniilés de la ligne d'em- 
bossage : à droite, par une (régate et deux vaisseaux anglais 
sur les forts (te Back- Holmen, et, à gauche, par tnûs frégates 
de la même nation, sur l'tle Drumsio, Vers onze heures el 
dmnie, une nouvelle explosion, beaucoup plus considérable que 
les premières, eut lieu sur l'Ile Vai^n, et fut suivie d'un incendie 
très-violenl, dont les flammes ne tardèrent pas k gagner dans 
différentes direcljons. Le feu faisait des progrès rapides dans uo 
endroit formant une espèce de ravin , et l'attention des aUiés 
était vivement excitée de ce cAté, lorsqu'à midi et detni une 
autre explosion enveloppa la forteresse tout eodère dans un 
tourbillon de fiimée. Pendant quelques instants, on entendît 
des détonations successives, efflroyables. Cette dernière explo- 
sion dut surtout causer & l'ennemi des pertes énormes en 
matériel et en personnel. Elle dut jeter un grand désordre dans 
Sveaborg, car, à partir de ce moment , les défenses russes 
répondirent moins vivement au feu de l'assaillant. Plusieurs 
batteries cessèrent même complètement de tirer; les forts de 
Langom et de Back-Holmen continuèrent seuls à inquiéter les 
bâtiments d'attaque. Les incendies se multiplièrent sur diffé- 
rents points dans des magasins situés à droite de l'église, aux 
deux versants du ravin. 

Ces incendies durèrent toute la nuit, snrtout dans trms vastes 
b&timents dont lestlammes-semblaient-en communication. Les 
contre-amiraux anglais et français se contentèrent d'entretenir, 
par un feu modéré, mais incessant, les alarmes de l'eimemi. 

Au matin du 10, on put déjà juger quelques-uns des résul- 
tats du bombardement de la veille. 

Dans la crainte que les flottes combinées ne forçassent la passe 
qui conduit à la rade d'Helsingfors, tes Russes y tenaient, nous . 
l'avons dit, un vaisseau à trois ponts destiné à l'avance à être 
coulé s'il le fallait. Mais ce vaisseau, maltraité par les projec- 
tiles, avait dû quitter sa place de bataille et se réfugier, coulant 
bas d'eau, derrière les rochers. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



INTERMÈDES. 189 

Les canoimières et les bombardes recommencèrent leur feu 
dans des ponlions [rias avancées : vers midi, un nouvel incen- 
die se déclara dans un magasin à gauche de l'élise, et gagna 
des établissements considérablfs tout à fait à l'ouest de la 
place. Le fea avait pris de ce cdté une activité effrayante ; les 
Ssmmes dépassaient la coupole de l'église, et, par instants, il 
s'élevait une telle quantité de fumée de ce foyer d'incendie, que 
SveabcH^ tout entier disparaissait aux yeux des assaillants. Les 
bombes avaient atteint des matières combustibles dans la direc- 
tion de l'arsenal. La situation exacte avait d'abord échappé 
aux commandants de l'expédition, mais les flammes continuant 
k s'étendre, il devint bientfit évident qu'elles gagnaient au delà 
deTlIede Vargon, et qud beaucoup de bâtiments de l'Ile de 
Svarto étaient déjà en voie de destruction. On se contenta d'at- 
lùer le feu qui, pendant toute la nuit du 10 au 11, dévora 
l'immense brasier allumé par lea projectiles anglo-français. 

Le H, à quatre heures du matin, les deux amiraux recon- 
naissant qu'ils avaient atteint le but de leur attaque , firent 
cesser le feu. Uais ils donnèrent à chaque bfttiment l'ordre de 
conserver son poste de combat et de recommencer à tirer s'il 
partait un seul coup de canoo des batteries russes. 

On eût pu faire plus, on ne le voulut pas. Avec les pièces à 
liMigDeportéedontdispDsaientlesamiraux, ils eussent pu bom- 
barder Helsingfors même. L'amiral Peoand aurait dit, assure- 
t-on ; € S'il y a plus d'honneur pour nous à brûler Sveaborg, il 
y anrait plus d'avantage à brûler Helsingfors. d Mais un senti- 
ment d'humanité pour la population civile retint les coups 
qu'on pouvait porter et on se borna à la destruction des éta- 
bliswments militaires de Sveaborg. 

Jamais , dans aucune guerre, une force navale n'avait plus 
sdremenl limité ses effets. Les amiraux n'avaient pas prétendu 
attaquer les fortifications elles-mêmes ni forcer l'entrée du 
port. Us n'avaient pas voulu passer par les canaux qui courent 
entre les Iles, ne voyant pas que l'avantage fût proportionné aux 
risques. Ils n'avalent voulu que faire une épreuve de la force des 
bonibardesjde leur portée, de leur action, et ils avaient réussi, 
sans pertes, à csuoer aox Rohm des pertes en approvisioDiie- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



190 LA QUESTION irOÎHENT. 

mente dt en matériel qu'on ne put éTHiaet S moins de SB millions 
de francs. La perle aiionés en hommes monta & 2,000 morts. 

Le jour même oii les escadres alliées bombardaient Svea^ 
borg, quelques bâtiments détaehés paraissaielit aux bouchea de 
la Dvina, et loqUiétAient par une canonnade dirigée coûlre des 
forts aTancés, Ri^Sj capitale de la Livonie. 

En même tempB> dans le golfe dd Bothnie, la ca|»taine Ottet, 
commandant du b&timent anglais iê Ftrnjtif, se présentait 
devant Brandon, port de merde Vasa, y brûlait lee magHSlDs, 
détruisait huit bfttiments dans la passe, et se relirait sans perle 
bt sans avaries. 

Ces désastres, ces insultes imposées à toutes les c6tes de la 
Baltique, fii pr^ de la capitale de l'Ënlpiré^ montraient aux 
potlulatiolis russes l'impuisSance de leur gouvetnement & les 
protéger, malgré la belle et forte tlbtie qui donnait à l'ancre 
sous les canons de QronstadtL 

Ces opérations) rUineliseE pour la Route, ne a'Éccom]>lis- 
saietit pas toujours sans danget et sans pertes. C'est einri que, 
)e li juillet, le tsapitaine anglais ¥eWerton> ayant sous ses 
ordres la Mft§ii>ie*ne et le Hitbig, Ait eccuellli) devâOt Viboiç, 
par une batterie masquée et par un Tiolent fbu de mitraille qiù 
le força de regagner Straisund. 

L'affaire du Conadit bâtiment de l'escadre anglaise. Ait plus 
grave. Ce navire avait pris et détruit plusieurs lAtiments de ea- 
botoge en vue de Hango, et trois hommes avaient été emmenés 
comme prisoliniers, Bavoir : le capitaine de l'un de ces navites, 
8on fils et un autre marin finlandais. L'amiral Dundes, ne vou- 
lant ptrint exercer des rigueurs inutiles sur le commerce du 
pays tant que tes communications et les epprovistonnemenis 
entre le golfe de Finlande et Saint-Pétersbourg seraient inter- 
ceptés, «donna que le Coisneit t-ctoumàt à Hango, et qu'il 
rendit à Itt liberté les personnes qtil avaient été ptises, ainsi que 
quatre autres prisonniers qui avaient demandé d'élrc mis à 
terre au même endn^t. 

l^Conack retourna, en conséquence i h Hango, et, mouil- 
lante une petite distancé, y envoya son eaiiot sous le comman- 
dementilu lieutenant Oineste, avec lesflept prisomiierc russes et 



n,5,t,7rjM,G00glc 



INTEHMÈnSB. ISI 

uo équipage ordinaire de baleau. Un pavillon poriemenlaire 
(iil d^iloyé, dirent tes Anilaig, au moins une demt-heme avant 
qu'on fût parvenu à la jetée. On ne vit, du reste, t)u'un setd 
bofome qui prit la fuite. 

Les officiera et les prisonDiera dùbarquèreol ; le bafiagede 
ceux-ci fut niis sur la jetée , et les hommes rentraient dans le 
bateau, Iwsqu'uncorpsde soldats russes qui paraissait se com- 
poser de 3 ou 400 hommes , s'avança vers lajetée. L'officier fil 
lu&ailôt flotter son pavillon puiementalre , et il expliqua pour- 
quoi lai et ses hommes étaient venus à terre. 

Le ca|Htaiue finlandais prit aussi le pavillon parlementaim 
des mBins du lieutenant et tAcha d'expliquer, en anglais et en 
finlandais, pourquoi le bateau était venu sur le rivage. L'offî- 
cier qui commandait les Russes , non-seulement comprenait 
l'inglais, mais encore il le partait, s Nous ne nous soucions pas^ 
lunit-il dit , du pavillon parlementaire , nous vous montrerons 
Gomment les Busses savent et peuvent combattre. ■ 

Là-dessos, quelques centaines de soldats russes font feu sur 
l'officier et les prisonniers finlandais qui se trouvaient sur la 
jetée, en tuent quelques-uns» ldeas«it les autres et les emmè- 
nent prisonniers. 

Ce massacre exécuté de sang-froid, sur des gens qui n'oppo 
saieut aucune résistance, souleva en Angleterre de* colères 
bien justifiées. L'c^inion publique , en Europe , n e prit pas 
aussi complètement fait et cause pour les malhenreusee victi- 
mes du CoMMoekf et cela peut-être parce que les Anglais av aient 
(dus d'une fois abusé du pavillon parlementaire pour ni ener à 
boflue fin des entrejmses hardies contre les pdttes et les télé- 
^phes ennemis. 

L'aflkire du Couack donna lieu à d'énergiques représenta _ 
tùwsde la part du contre-amiral Dundas; et de ta part des au. 
loiités militaires de la -Russie, à des réeriminaiions qui ne 
pouvaient pallier le fait. 

l£ général russe, M. de Bergj ctHumandant des fortes russes 
en Finlande, réptHidit à ces accusatibns, d'abord en prétendan t 
que le pavillon pariementaire n'avait point été aperçu par les 
postes du rivi^ de Uange; puis, ce qtii atténuait la valeur 



jM,Googlc 



109 LA QUBSnON D'OMENT. 

de celte explicatioa, en rappelant certains cas où, selon lui, 
il y aurait eu abus du pavillon pariementaire de la part dps 
Anglais, et m&aie du pavillon russe. On disait enfin qu^il y 
avait des armes au fond du canot du Cotsaek, ce (]ui ne prou- 
vait pas, à beaucoup près, que les marins massacrés s'en fus- 
sent servis. 

Sans doute , )a l&che cruauté d'un officier qui cherche l'oc- 
casioD d'une récompense dans un massacre facile, ne pouvait 
être imputée à crime à la Russie tout entière; mais enfin, il est 
irisle pour une armée qu'un pareil fait puisse être imputé & un 
de ses membres, il est triste pour une civilisation qu'on ait k 
le noter, surtout quand ses représentants et ses chefs cherchent 
i justi&er l'assassinat au lieu de le punir. On se rappela , à 
cette occasion, qu'à la suile de l'affaire d'inkermann , le gou- 
vernement russe avait également nié les faits trop bien étaUis 
de férocité sauvage commis par des soldats, et même par des 
officiers, sur des ennemis blessés. On évoqua plus tard ces 
fbcheux souvenirs, lorsque, après leur défaite de la Tcbernaïa, 
les Russes continuèrent le feu de leurs canons sur les infirmiers 
des ambulances, occupés k relever sur le champ de bataille les 
blessés russes aussi bien que ceux de l'armée alliée. 

Hais, au moins, est-il juste d'ajouter que ces traits isolés ne 
sauraient faire oublier la conduite pleine d'humanité teuue, en 
plus d'une occasion, par les Russes à l'égard des blessés et 
des prisonniers ennemis , surtout des Français. 

La puissance des marines occidentaips se faisait sentir, en 
même temps, jusque sur les établissements les plus excen- 
triques de la Russie. L'année précédente, on se le rappelle, 
une première expédition contre Pelropaulovski avait échoué 
par manque de renseignements complets et de îorees suffi- 
santes. Cette année, toutes les chances de succès furent mises 
du côté de l'attaque. Les Russes cependant avaient, depuis 
l'infructeuse tentative de 1854, travaillé, sur ce point comnte 
sur tant d'autres, avec une ardeur infatigable. Ils avaient con- 
struit, avec une habileté digne d'éloges, neuf batteries de M 
canons, composées de fascines fortement liées ensemUe, de 
St5 pieds d'épaisseur, paiissadéea, remplies de terre, entourées 



n,5,t,7rjM,G00glc 



INTERMEDES. 193 

de fossés pour la plupart, avec des chemins couverts condai- 
sant de l'une à l'autre. 

Mais une escadre anglo-française d'une force imposante avait 
été, dès les premiers jpurs du printemps, dirigée vers ces 
parsges- Elle sç composait des J>fttiments anglais le Président, 
le Barraeouta, le Dido, le Pir/\-r, l'Eneoanter, leBriik, l'Àm- 
pkUrite et le Trineomalee, et ilcs frégates françaises l'Aleeste 
rt te A»rte, accompagnées du biickro&'i^atfoet-de la corvette 
f Eurydice, aux ordres des contre-:imiraux Bruce et Fourrichon. 
Déjà, depuis un mois, lesdeux vapeurs TEncoHnl^ et le Barra- 
cDiris observaient la place et le port dans It'qiiel s'étaient réfugiés 
les vûsseaux russes Avrora, de -U canons, Duina ei-Olivatsa, 
de 30 canons, ainsi que deux transports. L'f srsdre alliée rallia 
les croiseurs le 44 mai. Maisdéjit l'ordre d'é^'acuaIion était arrivé 
de Saint-Pétersboui^. Les bâtiments de' guerre russes avaient 
enlevé à la bAte les canons, les munitions de guerre, les sol- 
dats et la population civile de Petropaulovski ; à la faveur d'é- 
pais brouillards, ils passèrent au milieu des croiseurs, aban- 
donnant une place qui eût pu faire une énergique résistance. 

Les alliés durent se contenter de détruire les travaux, tout en 
respectant la ville. Puis, après avoir nettoyé la mer d'Okhotsk, 
l'escadre se partagea pour aller ou renforcer l'escadre de sir 
Jimes Stirling ii l'embouchure de l'Amour, ou visiter Sitkn en 
longeant les lies Aléoutiennes. Après s'être assurés que Silka 
ne cachait dans son port aucun navire russe, les amiraux re- 
tournèrent à San-Francisco. 

Cette courte campagne et la croisière organisée le long des 
lies Aléoutiennes avaient suffi à anéantir le commerce russe 
dans ces parages. 

La guerre en Atie. — C'est en Asie qu'était sans doute le 
point le plus vulnérable de la puissance russe, et une campagne 
e(tt suffi, de ce c6té, pour modifier profondément les frontières 
de l'empire. Mais la Crimée était un objectif trop sérieux pour 
que les puissances alliées pensassent à disséminer leurs forces. 
Ausù, en A«e, les Russes furent-Ils placés dans une situation dif- 
fiale, nais non dangereuse. Ils réussirent, au contraire, i^ l'aide 
de qiidquesv)clon«ssansportée,bfaire illusion sur leur faiblesse. 

13 



n,5,t,7rjM,G00glc 



IM LA QUESTION D'ORIENT. 

Eo 48i>4, l'armée turque d'Au&tolie avait, malgré Bu donl- 
breux éléments d'infériorilé, soutenu la lutte avec consUoce, 
sinon toujours avec bonheur. Elle avait, plus d'une fois, pré- 
senté la butaille. Sans être réellement battue , elle s'était 
fondue pour ainsi dire, comme les aniiées du moiren Age après 
une campagne, chaque pacha se retirant avec ses bandes^ s» 
divers points entre Rars et Erzeroum. H fallait réorganiser ces 
forces dispersées : ce fut la tÂcbed'un nouveau muchir^VaiEif- 
Pacha, qui reçut pour auxiliaire le colonel d'artillerie Williams, 
officier instruit et énergique, commissaire britannique près 
l'armée d'Asie , et revêtu par le divan du grade de fërik (géné- 
ral de divisioa). 

Le long hiver de ces contrées permit à ces deui généraux 
de donner quelque cobéùon à leurs forces disséminées. 

Ce ne fut que dans les premiers jours de juin que l'aimée 
russe commença son mouvement agressif. Dans les derniers 
jours de l'année 1854, elle était campée à Bayazid et s'était 
avancée im instant jusqu'à Toprak-Kaleh par les roules de 
Diadin et d'Ut«b-Kiisseh, menaçant Erzeroum. Cette ville 
n'était défendue que par 7 à 8,000 ùrégubers, soldats indisci- 
plines en qui il n'était pas permis d'avoû une sérieuse con- 
fiance. 

L'armée russe s'était recrutée d'éléments pris dans la Cir- 
cassie même, de milices indigènes commandées par des officiers 
russes. Des détachements de ces milices avaient attaqué Redout- 
Kaleh le 3 décembre. Mais la garnison turque, excitée par It 
présence de quelques officiers anglais, ivait repoussé cette 
attaque, et l'artillerie de la place avait fait subir aux assaiUants 
des pertes sensibles. Bien que celle tentative eût échoué, la 
situation de Redout-Kaleh n'en était pas moins assez précaire. 
Des renforts avaient été demandés à Batoum et étaient attendus 
avec impatience. 

On réussit à mettre ce point à l'abri des insultes, el on pensa 
sérifiusemeut à organiser une armée turque en Anetolie. De 
bonnes luoupes, bitin disciplinées, appuyant un inouvenicut 
fait dans la mvx d'Azof pour couper la Transcaucasie du reste 
(te l'empire, eussent efl'acé en quelques niois de la carte de 



■)„:,iP<.-jM,G00glc 



INTERMàM». 196 

RMse cettfl iHOTÎnoe dont la ceoqudte, bown mil inlie» r 
«o&lé tant d'eSbrta, tant de saog et d'argent. 

L'impuiiuiu» des Turcs, la déplorable adminiB^ation nàli- 
tijnqui paralysait leur* soldats, î'iaiateUif^eiice, la corruption 
Iptrfbode de leurs chefs ne permirent pas de réaliser ce plan. 
Qudkjues (^pieis eunqiéeni cherchèrent en valu à organiser 
ces éléments rét'ractaires, ils neréutùrent, B^<èsmiUe déboirel, 
qu'à l'ilhutrer par des actes isolés d'hérolme. Quand les puis- 
sances occklMitalea frappèrent enfin sur la mer d'Aiof ce eoup 
qui eût pu £lre décisif pour le sort futur de la Transcaucasie, 
il se tronf a que l'armée turque d'Asie était piat meoicée que 
l'armée russe oUe-mémei 

Un moment on avait con^ l'espoir d'assurer, à la oaatt 
«tlomaoe, le concours des tribus caucasiennes. Le DoRehir 
Mustapha - Pacha avait été- chatgé d'une Importame milsidn 
en Ckcaasie, et déjà les imaginations ardentes voyaient Bdia- 
nijl, tran^OTiné en héros civilisateur, appuyant par une attaque 
féDérale l'effort des Turcs contre la Géorgie. Uais on vit bienlAt 
qu'il y avait beaucoup k rabattre de ces rêvas. Mustapha- 
Pacha trouva les routes moins sûres, les populatiwu canct- 
seones plus divisées que jamais. 11 s'assura que de oes hordes 
de brigands. Us unes prétendaient rester neutres, les autres 
■Detiaieot & haut prÎK un concours fort douteux, toutes enfin 
étaient vivement irritées par suite de la prohibition du gwd- 
merce des esclaves, source principale de leur richeaaei Des 
pachas turcs limitrophes entretenuent ches les Caucauens eette 
iniiation contre une mesure qui les privait des bénéfices illicites 
que leur assurait ce commerce iniïlnie. 

On s'apercevait un peu tard que, là au moins, la Russie 
Tqiréseotait ta civilisation et qu'Û n'y avait rien è attendre de 
ces poétiques bandits, prêts à courir sus aux deux partis suivant 
Itt chances de gain et l'occaKoo. 

L'expédition de la mer d'Asof n'eut donc pour réstiltat que 
de compléter la destruction des forteresses maritimes de la 
%N du Caucase,'âe livrer aux Circassiena une partie des com- 
Dtoaicatioas de Û Russie , et de reculer l'œuvre de leur sou- 
"Mi io o future. Les GircissiMU s'empaièreut d'Anqta et de 



)„:,iP,.-iM,G00glc 



t»6 LA QUESTION D'ORIENT. 

SondJAk-Kaleh évacués par les Rosaes, beaucoup plus pour eit 
emporter tout ce qui avait à leurs yeux quelque prix , que pour 
les transformer en points d'appui pour leur ré^stance future. 

Ces diversions inquiétantes n'empochèrent pas le général 
Mourftvief , successeur dans le commandement de l'armée russe 
du général Beboutof, de se préparer à attaquer lui-même 
l'armée turque sur le territoire ottoman. 

Le 5 juin, le géaéral Uouravief commença son mOuvemeitt 
en avant et franchit la frontière pour se porter sur Zaïm, vil- 
lage à une étape de Kars. Pendant cette marche, une de ses 
colonnes s'empara d'Afdaghkan, que les milices ottomanes, 
MUS les ordres d'Aslan -Pacha, évacuèrent à l'approche de 
l'ennemi. Le mouvement général d'invasion se dessina bientôt 
par la marche de trois colomies principales sur les tnûs routes 
de Kars, d'Ardaghkan et de BayaZid. 

8nr un autre point plus rapproché de la mer Noire, des 
troupes réguUères et des milices de la Mingrélie, sous les ordres 
du prince Bagration, forcèrent les Turcs à lever leur camp 
près de Legva et d'Otcbomour, et à se retirer sous la protection 
de la forteresse de Tsikhediiry. 

Les objectifs de la campagne inaugurée par le général Moii- 
ravief, c'étaient Kars et Erzeroum. Le général, parfaitemnni 
instruit de toutes les ressources que lui offraient le pays et les 
hommes, croyait pouvoir facilement recommencer la campagne 
defSid. Il se trompa :lescirconsl8ttces n'étaient plus les mêmes. 
n avait encore affoire à des pacbas ignorants, présomptueux, 
Iftches ou avides; mais ces chances de succès étaient conire- 
balancées par la présence de quelques officiers intègres , 
savants, de quelques milliers de soldats prêts k sacrifier leiR 
vie au premier signal. Toutefois, les premiers pas du général 
Mouravief ne rencontrèrent pas d'obstacles sérieux : il n'eut à 
livrer que des combats partiels, et il put étendre ses opérations 
dans le pachalik de Kars , s'emparant des convois qu'on diri- 
geait sur la place potir l'approvisionner. 

Dès les premiers jours de l'année, les Russes avaient pu 
cependant juger des difficultés qui les attendaient. Victorieux 
dans quelques affaires sans importance en rase campagne, 



n,5,t,7rjM,G00glc 



INTEUMÈDES. m 

s'ib foulaient profiter de la supériorité que leur donoâieot le 
DonitRe, lascieace et ladiscipllue, s'ils se décidaient k attaquer 
les troupes ottrananes daos leurs retrauchements , ils étaient 
toujours repousses : c'est ainsi que les milices géorgiennes 
ayant, le 31 janvier, attaqué le canip de Legva, poste avancé 
de l'armée turque, 800 bachi-bozoucks les repoussèrent avec 
des pertes sensibles. 

A la première menace d'une attaque contre Kars et Ene- 
ronm , les chefs de l'armée ottomane avaient pensé è fortifier 
C8 point d'une façon plus sérieuse. 

Kars, quartier général de l'armée d'Anatolie, est le point le 
plos soaceptible de défense de toute la frontière turque. Cette 
■Ddenne résidenctt des rois d'Arménie, qui renfermait |rfusîeurs 
Tssles ^lises, aujourd'hui détruites ou converties en mosquées, 
oe compte plus que 4 ou 500 Arméniens schisniatiques, sur un 
chiffre total de 12,000 habitsnls. Comme taules les vilbs de 
ce pays, elle a une appiircnce de désolation difficile à décnre, 
et qui fait contraste avec sa situation pittoresque. Des malsons 
délabrées, courertee en terre et dépourvues pour ainu dire de 
loate ouverture extérieure ■ des rues tortueuses, sales, infectes, 
dont le vent balaie le sol en tourbillons de poussière ; une 
population clairsemée, aux traits amaigris, aux vêtements de 
baillons, tel est le spectacle qu'elle offre au voyageur. La cita- 
delle, bfttie par Amurat III, occupe un rocher dont les flancs 
escarpés dominent â une hauteur d'une cenlaine de mètres le 
lit encaissé du Kars-Tchai, torrent rapide qui t'entoure de 
deux cfttés. Elle forme un polygone allongé et très-irrégulier; 
mais, à raison des circonstances dans lesquelles elle fut con- 
struite, sa principale force est du c6té de la ville, tandis que 
du cAté des [bateaux , o(i les Russes établirent en IttSS leurs 
batteries, elle ne peut opposer qu'une moindre résistance. Ses 
mors avaient été soigneusement réparés après la retraite des 
Rosses, à la suite du traité d'Andrinople, La ville elle-nimne 
^t enveloppée à l'est et au sud d'une double enceinte. 

Vassif- Pacha, le général Williams et le colonel Lake fîi-cut 
élever tout auteur de la ville d'iniportauis travaux, prolituiit du 
DMindie pli , du moindre accident de lurruin |)uur ci-s uotivcaiix 



n,5,t,7rjM,G00glc 



Ml LA QUISTION DXMllENT. 

oOfngM éÊ dMbnu. Bs firent «oclir de U pbM toolit ta 
bouches imilHM, et le fénénl Williams t* (Aw/fti à» la 
défendre jiuqu'k U dernièn estrénûlé. 

Il 7 avait, pour le général Williams, ane héniqiia dmégatk» 
i s'eafemwr ainsi dans nne bîooqoe mal poomie; car 3 cm* 
ilsiisall miein q« tant antn rincapadté proièode, roGmor*- 
lité, la conuption ignoUe des officiers ottomans qm scnicat 
dtaigés de Im venir en aide dn dehors, il coanaiasait adssi la 
piofoatte iocurie de fadmimstratkHi tarqne. 

Hais le général Williams étah secondé par m homna éaep- 
giqae et iotelligoit, Vassif-Pacfaa, nnichir; par le géoéeal boo- 
gtois Kmétj, deremi IsmaS-Pacha; par Abdui-Kemio-BMka; 
par les ctdoaela Lake et Kluriman , ingéniems distiDgaés, et 
par {rfnaiears antres officiers de mérite. Après U bataille de 
Vdy-Keoi, en 185i, U prévoyance de Zarif-HiisU(^ia4*acha 
avait rassemblé à Ean des af^irovisioiiiiaaieats qui pennîisot 
de prokKiger la défense. 

Le 16 juin, le général Momtvief, à U tête de 30,000 ban»- 
■es «flvirao , commença l'hivestîssement de la place «t y ve- 
fimla les postée exléneurs. Ge ne fut pas sans ooe lutte assez 
vive , dans laquelle la cavderie ottomane , cocmnandée pv le 
baroD de Schwailzeid)erg, eut l'avantage sur la cavalorie mase. 
Cette «faire montra au caaoBiandant M chef des farces nKS«s 
qoe Eass ne ponvùt être oilevé par un eonp de mais. U fat 
menu oootimint d'éUMir son btocas à une assaa graode 



B prit alors une réaotutk» asseï inatiendve, celle d'observer 
Kars rt de ttler Eraenram. Laiasant la mmtié de son année 
devant Kars, sous les ordres du général Baglawrf , il prît, ^ 
juillet , la roots d'Eï»roam. A moitié chemin , il se henta 
ans retranchements de la montagne de Sogfaanli-Da^ , poia* 
escarpé qu'il lui bllait franchir. Hais, au lien de défendre cette 
excellente positioB, Vây- Pacha, gonvonenr d'EnexwHB, 
l'éracua pour se retrancher en avant d'Hassan-Kaleh , dans 
le d^é de Kopri-Keut, sur un affluent de l'Araxe. Vély-Pacha 
avait sons ses <HKlres 13,000 hommes , c'est-h-dire autant qoe 
le gésénl MouravieL Hais il s'effivya des nonromails de la 



n,5,t,7rjM,G00glc 



INTEBlAlW. IM 

cotoone da fénén) Boulof , qni se diiiseiit an Boèo» iamç» do 
Bayuid sut Tofirak-K«kh. Au lieu de recevoir l'attaque de U 
Eoloiiae Ifowavief, aveutuMe à quatre-vingts lieues de ses 
renforts et da Ml ressources, et qu'un échec eût gravement 
coapHHBise , Vély-Pacfaa rétrograda jusqu'à Hassan -Kalch, 
rut de U JQsqu'k tfois iieiMs d'Enaroum, dans le défilé for* 
tîKé de Dé(é-B(daou. 

Céta^ livrer de gaieté de cœur toute la etrapagne d'&xe> 
mun MU insultes de Teonmii : de nombreux villages furent 
ravagés et détruits pu lea cosaques , les Kurdes et les irrégu- 
lien auxiliaires. Ceci se passait aux portes méoies d'Eneroum, 
et on put croire en Europe que l'armée russe allait s'en empa- 
rer. Heureusement Vély-Pacba n'était pas le seul défenseur 
de cette place importante. Le général Williams l'avait mise 
eu bon état de défense, et la garnison, si mal conunandëe 
qu'elle pût Ctre, aurait opposé au gén^^ Mouraviefune ré- 
sistance qui l'eût fait cruellement repentir de son imprudence, 
n comprit qu'il pouvait être à chaque instant coupé de sa base 
d'opérations, et 11 l'eût été infailliblement, s'il eût rencontré en 
bce de lui un homme de guerre swieux et si l'or et les intri- 
gues du gouvernement de TiOis n'avaient pas soulevé contre 
les pacbas du Kurdistan les farouches pi^lalions des pacha- 
bks de Van , de Diarbekir, da Hossoul et de plusieurs autres. 
Cette révolte soudoyée occupa les forces ottomanes de l'Armé- 
aie nùidionale et de la Syrie. C'est , dit-on , le consul russe de 
Tauris , en Perse , qui fiit l'instigatenr secret de ce mouvement 
fl utile au général Mouravief. La politique russe avait même 
càisii à \atuxt sur les rives de l'Euphrale, et jusque dans le 
pachalik d'Alep, une puissante iribu d'Arabes însu^és, les 
Aaneiès, habitants du désert de l'Irak et de la basse Mésopotamie. 

Malgré l'appui de cesinsurreclions, bientôt comprimées, le 
général Mouravief dut rétrograder et retourner devant Kars. 
On a pensé que cette pointe aventureuse du général russe 
naît pour but d'effrayer les puissances occidentales sur le sort 
de l'Aùe turque et de les forcer k distraire du siège de Sévas- 
topol des renforts destinés à sauver Erieroum. Rien de moios 
inNivé que cette combinaison. On savait, à n'en pas douter, 



n,5,t,7rjM,G00glc 



9M LA QUESTION D'ORIENT, 

que les alliés ponrsuiTraleot leur but sias s'inquiéter de ce 
que pourraient faire en Asie trente mille Rosses. Il est donc 
pern^ de ne voir dans les mouvements bitan«s du générti 
Mouravief que des témérités sans portée militaire. 

C'est au commeDcement de septembre que le général se 
retrouvait devant Kars. Les 12,000 bommes de Vasâf-Pacht 
et du général Williams y étaient toujours bloqués. On aviit 
réussi à intercepter les convois , que des officiers pins hstûles 
et plus énergiques eussent réuss à amener aux braves défen- 
seurs de la place. U&is si on souffrait dans Kars, on ne pensait 
pas À s'y rendre, et, après plus de trois mois d'un Uocus 
rigoureux, le général Mouravief, repoussé dans différent» 
attaques dirigées contre la place, voyant d'ailleurs la mauvaise 
saison s'avancer et les puissances occidentales bientôt libres 
de leurs mouvements par suite de leurs succès en Crimée, 
résolut de tenter un effort suprême. Cet effort, ce ne pouvail 
être encore qu'un coup de main ; car le sié^n de la fortt^re^ 
n'avait pas même été entamé ; on n'avait pas construit de bat- 
teries; on n'avait pas même ouvert la tranehiie. 

Le 29 septembre, deux heures avant le lever du soleil, le 
général russe forma ses troupes en plusieurs ccdonnês pro- 
fondes, et attaqua avec un entrain et une décision rernar' 
quables les ouvrages placés sur les collines qui s'élevaient u 
nord de Kars. 

Le projet du général était de s'emparer de ces mamdoos, 
d'où il pouvait foudroyer la ville en quelques heures. Tons ses 
efforts se concentrèrent sur Tachmak-Tabia, Ingliz-Tabia et 
Arab-Tabia (redoutes tachmak, anglaise et arabe), clefs des 
autres positions. 

La première ligne de fortifications fut aisément enlevée pir 
les assaillants : trois batteries et le camp des Turcs tombèreal 
au bout de deux heures en leur pouvoir. Mais les colonws 
russes vinrent se heurter ensuite contre les trois redoutes, oa- 
vrage d'un grand relief, à fossés profonds et à remparts élerés. 
L'escalade était impossible, et l'iinillerie, la mousqueterie 
hachaient les assaillants pres-és an l^as des n-doules infraA- 
chissabies. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



INTEMfÈBES. 301 

Im hrite dura sept heures tvec uq achtmement incroyable 
des deux cAtés, avec une folle obstination Ue la part du génénl 
Toœe. Eofia, tes colonnes d'assaut, massacrées sans résultat, 
se débandi^ent, et nn feu d'artilleiie bien nourri compléta leur 
iénate. Les vaiogoeors les poursuivirent dans la plaine, leur 
Srent nue centaine de prisonniers et s'emparèrent d'une pièce 
de canon. La fatigue des sssiégés , le mapque de cavalerie 
(celte dn baron de Schwartzenbei^, eueilenl ofRcier d'origine 
belge, avait dA quitter la place faute, de fourrages], neper^ 
mirent pas aux généraux ottomans de suivre l' ennemi fuyant 
en désordre. Les Russes perdirent dans cette journée 8,000 
hommes environ, dont plus de 1,000 morts; 5,000 fusils et 
carabines restèrent dans les fosaés et sur les versants des tm- 
niel(H)s, abandonnés par les vaincus. Les T;ircs avaient perdu 
environ I ,'300 hommes. 

Tout semblait annoncer de la part des Busses, après une 
défute aussi grave, une retraite que. la 'saison peuvail faire 
croire nécessaire. Mais le général Mouravief, furieux de cet 
ùbec quil avait si biea mérité, s'entt^ta à prendre la place. U 
savait par ses espions que la disette sévissait dans ses murs, 
que te choléra y exerçait ses ravages. Ce dernier fléau n'épar* 
gnait pas non plus las Russas, inais les perles qu'il leur infli- 
^■it étaient amplement compensée^ par les défections des 
irréguliers au service de la Turquie. Les Lazes, par exemple, 
uiiliures du Caucase, désertaient en masse avec leurs chefs. 
U général Uouravief resseira donft son blocus. Et cependant 
c'était donner beaucoup au hasard. Le hasard récompensa ses 
impnidmces. 

C'était une imprudence, en effet, que- de rester devant Kars, 
à nue époque de l'année oii le précoce hiver de ces contrées 
pouvait tout à coup surprendre et compromettre l'assiégeant. Il 
fallait compter sur la complicilé d'une saison en retard. 

Et d'ailleurs un autre danger menaçait le général Mouravief. 
Une paissant» diversion s'organisait en Turquie ai eu Crimée, 
rtle seNar-ekrem, commandant en chef *les forces ollomanea 
»)U* Eupatoriii çttiévaâUi]>ol, venait, vers la fin du uiois d'aoùl, 
d'obiens l'aulorisalian <lc l^aa^wItt:r eu Asie un corps de 



n,5,t,7rjM,G00glc 



•M LA QUESTION IfOBtENT. 

tioupes et de pocte la guena sur la tenitaiw de U BuBsie 
MÎeBljiIe. 

Les luso^tibiliUs, Im aigraun d« euactèn qui wtiMit rendu 
toa Apports d'Omer-Ptcha- si diffloilei wec la gouventeineiit 
de la Porte, s'étaieitt ranouveléea eo Griioéek liais, là, 1«e pré- 
tentions du gAiésa) ottoman venaient se heurter contre une 
volonté plus pu)S|Bnle que la ^nna, contre des intérêts et des 
droits tout autrement sérieux que les siens. Omer-Pacha réusùt 
enfin k cbercfaer sa part d'action isolée, sur un ttiéJttre qui lui 
appartint, et il lui lut permis de quitter la Crimée pour ne plus 
ressortir que de lui-fl>teie. Cette résolution- allait enlever au 
liéroe du Danube l'occaùon de partager leHriompfae des alliés 
de la Porte, et elle était prise trop tard pour lui asstucear ua 
succès personnel d'une importance décisive. 

Les froissements regrettables dont nous venons de parier et 
l'ui^nte nécessité de porter un secours efficace aux possessions 
turques de l'Asie -Mineure, firent adopter une combinaison qui 
consistait à envoyer en Crimée les contingents anglais et fran- 
çais déjà rassemblés & Constantinople et ceux qu'on y attendait 
Mcore, et d'en retirer une quantité à peu prêt) égale de troupes 
turques distûplinéeset agnemes, auxquelles on pourrait joindre 
hcilemeni un autre corps ottoman de 3ft,00û homaies. Omei^ 
Pacba prendrait le o^mmandelBent de eetia année et ^trerait 
hnmédiatement en campAgne. 

Dès les premiers jours de septembre, ce pian se réalisait en 
partie. Mais des obstadee de plus d'une espèce s'opposèieat à 
la )»omptd marche du généralissinw. Dan^ ce système d'une 
pointe faite sur la Géorgie, par la route de Mingrélic «t d'Enié- 
fétia, te plus eourt élfùt de débarquer à Redout-Kaleh, de 
gagner Sugbdidi parAnaclea, sur la rive gauch« de Hn^our. 
Dmer- Pacha dut aller débarquer îi cinq jours de marche plus 
au nord, sur la plage de Soukoum-Kaleh. De là il marcha vers 
Sughdidi, sur la route de Kutaïs. Mais arriva par U rive droite 
de i'Ingour, il lui fallut forcer le passage de cette rivière, sur 
les bords de laquelle les Russes étaient asses Ibrteiuent 
retranch^. 

L'élan dw Tuics fat admiiyMe-et tas Russes, mis eontécoute, 



n,5,t,7rjM,G00glc 



iMiKUricDii. aat 

perAtnttiiBq cevte hommes «t six oaoons. Les Tares perdinnl 
bois ceot dix hommes. Les dispositions avaient été habil»- 
méat prises pw t« seidsr^«kr8in. Tandis que le gué priocipal, 
bien défendu par les Russes, était attaqué de face, le major 
SinnKHiB d'un eMé, Osman-Pacha de l'autre, passaient rto- 
goor par desgués d(» défendus et ptuiaîent les Russes à 

La TictotM da 6 novambre menùt l'armée ottcmane à 
BaghdîA, bourg d« la Mîngrélîe, et lui ouvrait la roule de 
Kntais , capitale de l'Imérélie , Sur le Rioni ( Phase des 
iDcia»)(l]. 

Hais y arnl-d vraioMot quelque chose k faire du cAté de 
Intaisl Omer-Paoha avait réussi jusqu'alors, p^t s(hi énergique 
diTefàon, à inquiéter le général Uonravief, qui avait dft dét»> 
cher de son vmée de Rars une divîàon pour l'envoyer en 
Géorgie. Hais, ce résultat acquis, c'était peut-être céder à 
ées illuiions dangereuses que de considérer comme infaillible 
b prise de Kutw et d'annoncer qu'on y prendcait «es quaitien 
iOàia. La saisi» était bien avancée pour une (sampagne, et 
(fiiHeors l'armée ottomane marchait au milieu de populations 
(MliauBes^ peu sympathiques ait Tuscs 4t disposées A ren- 

(1) U cerp* d'wMé* d'ûrnw-llMha,'*ffujuit h kw i'ofàntàvai un 
BaisoB, Btdoutltkè et aMiUuan-lUili, ts troumit, pv M^il,» poNW- 
MiiB poût 4a déçutt d'mi ieê piu> i^ortuta* «1 àm mtAitun* foiei la 
WTOWMilin», calta ^ «wduit da itadaut-JUeli diceclaowDt à Tiflu. Ella aif 
iUjià» HT laa eaites nau km* la bob 4e jnnde roitle alr«Ugù|u« de l'ini^ 
Utit Vmcj qnalqiiei dtlaili wnwaamtletpriaiiipilea tic«liMa i|u'an | raBOontai 

Ba Hadaal-fati* k Kolali, SI Immi, 4inl Im insuini oue Uovm noI im 
klanilonaieUIlBr^li^ n «Monbnlk rite droite du Bioai {Pbaatil ju» 
^ nriMiiii de TikWwa-TikhaW, ((ui lejella dau le Rioui at Mrt da froA- 
tifaïaslM bllwgrtliaalllu«rMia.C'«tkKu1M,eli«Miau de ceU« darui» 
imiac^ qu'on ImeiM le Kkmû taz un pont, m «entre méam de la iMe, t 
wnfi'iBine pitfka fimer «a SaaMkigaè, cai il aatpitaUe en ptatiann 
ndtDÎti im enTÏrani de \t Tille. De Kulali k Vakhine, village de li pûueiptutd 
dtGoiiie, lilieaaa,euranKmtant le baaiinde U rivière de Kiirilla jutqu'i ■«• 
awe u , t'eU^-diia Loul le long du lal de Vikhane, qu'elle anois. De Vaklwne à 
Sniaui, lîllage de U prîneipwiLé de Gourie, 13 lienai, d'abord en renonUnt at 
«ùlt en tmeTMDt an dtalnaii df BnnUgnei, dont la plui grande èlénlion 
•l'ait 1,000 pieda.de buteur. EUaa euapent innatenalanant le ba«in deU 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



SM f.A QUESTION D'OEIENT. 

forcer incessamiiieoL les divisions russes par des «orps de 
volontaires. 

A Kars, on :o demandait ce que faisait Otnerf acha, ce que 
faisait aussi le pacha d'Erzeroum? 

Le serdar-ekrem tentait une entreprise él(»gnée, iacet-taine, 
au lîeu d'utiliser ses forces en faveur de la ville assiégée. 
CoDcentrés à temps et réunis, k Erzeroum, aux troupes peu 
nombreuses qui y étaient déjà rassemblées, les r^uliers 
d'Omer-Pacha n'eussent-îls pas pu arriver en vue de Kars, sans 
avoir à combattre d'autre ennemi qu'un corps volant, l'armée 
du général Mouravief étant immobilisée dans le blocus. Une 
fois U, un effort supérieur, combiné avec une so^e de l'hé- 
roïque garnison , eût peut-être dégagé Kars et placé les Russes 
dans une situation dangereuse. 

Quant à Vély-Pacha, chef du détachement d'Erzerouoi} et à 
Sélim-Pacha, commandant des forces de Trébizonde, ils ten- 
tèrent plus d'une foi» de s'approcher de la place; mais ils 
furent effrayés à l'idée d'une rencontre avec le général Soulof, 
qui les menaçait par derrière et qui lui-mdme inquiétait Erze- 
roum k distance. 

Et pendant ce tamps, l'héroïque garnison de Kar9 était déci- 

STlritU et le •^pueRt'!» celni du llcuie Konr. Li roula qui coaduit au traven 
dg ce munir montugnaui gniil et detcead dei piatei douect; ella «A luge, 
bien battue et carroiuble dm toutes lei uiiaïu. Lm hiuteiwe qui te daoÛDaDt 
pcUHot être fuilemeot irnites, et eomine il eit Imposiihle do le* tounier, lei 
géntrwu niuei onttoujouri coniidért c« pun^ convie la clef de la roule 
ittitégiqne eo qoetltoa el décidant du wrt de TiBii. En effet, depuii le village 
de Souinua,-(|ui te tioun déjt aur I* rire ganche du Knit, m n'a dennt soi 
que lei lurfacei plane* «t ipacieuiea du hawiD de ee fleuve. De Soumara a la ville 
de Gourie, cbef-lten de lapriocipiaU de Gontie, 9 lieuei, e< de Gourie àTitti^ 
16 lieuu, loujouri eu deicaDdanI la rive gauche du Kour, nir du ^liBca obu- 
verbM de «ignoblei et dei chunpt cultinti, qui entourent lei nambreui villagee 
de cVUe rieba «t fertile contre, que lei indi^tnei appallent la Vallée d* 
Gmiri*. C'eel a Sonruna que la route glratigîqus d'AkbalUfk abonUl 4 celle ^ 
nmècétie. 

En T^Nimuit cei délaila, on verra que le meilleur et le plui court chemin qa 
conduit du littoral de la mer Koirct Tillia copipte 73 lieues de France, et qu'il 
traterse mecetsircmeiit lo proviiiccs de Mingrélic, d'Im^rùtie et de Gaarie, 
habittei principale meut |)ar les pu[iulali(tiis^iirélluiinu9 de t* race Urtrcl ( jvor- 
gienne). 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



mée par les maladies et surtout par la faim. Les désertions afTni- 
blissaient le cbiflre général des défeTiseiiTS de la place, s:ins 
itteindre le noyau de braves qui s'étaient dévoués à la ré* 
dstance. - 

Dans les dentiers jours, de malheureux affamés déferraient 
les chevaux morts pour se repattre de leurs restes infects : un 
cbst se vendait quatre-vingts piastres. Le choléra, le typhus, le 
scorbut et surtout la team promenaient la mort dans la ville. Les 
soldats étaient devenus, pour la plupart, si faibles, qu'on ne 
relevait plus les postes pour ne pas imposer aux hommes des 
marches au-dessus de leurs forces. Le docteur Sandwitb, témoin 
ocolaire, décrit ainsi, à la date du 10 novembre, les defensenrs 
de Kars : 

< Les joues creuses, les jambes tremblantes. Ils sont encore 
fennes dans le devoir. Je les ai vus maintes et maintes fois 
veillant aa milieu de la nuit sur leurs batteries, les uns dabout 
appuyés sur leurs armes, les autres accroupis sur le talus du 
rempart, supportant sans se plaindre un frofd aussi ngoureux 
qne celui des régions poivres, k peine capables de répondre à 
l'appel de l'ofRcier de rondr^, et cependant accueillant toujours 
avec le même refrain de loyale et d'inébranlable fidélité les 
paroles d'encouragement ou de consolation qu'on pouvait Ipur 
adresser : Padiahah tag oixoun ! longue vie au Sultan ! On 
efkt dit que l'excès de la souffrance faisait éclater chez eux des 
accents de sacriÛce et d'abnégation qu'on n'aurait peulrétre pas 
entendus dans les jours de la prospérité, » 

Omer-Pacha, cependant, était arrivé à Cham-Chira : son 
avant-garde campait sur les bords du Rioni et elle y culbuta un 
corps russe assez considérable. Le serdar-ehrem avait avec lui 
tingt-sept bataillons d'infanterie régulière , qui portaient, avec 
la cavalerie et l'artillerie, le nombre des hommes placés sous 
ses ordres au chiffre de 30,000. D'un autre cAté un corps de 
12,000 hommes, parti de Batoum, remontait la rive gauche du 
Ri(H)i en combinant ses mouvements avec ceux d'Omer-Pacha 
et menaçait de prendre les Russes k revers. 

Hais il était trop tard déjil pour sauver Kars et ses défenseurs 
abandonnés à eux-^némes. Le 1 i novembre, le général Moura- 



jM,Googlc 



M» LA QUESTION FORIENT. 

Tief envoya unpariementaire è Vassif-Pacha, comiotadant en 
chef à Kars, pour le sommer de se rendre, lui offrant du reste 
des conditions bonorables, mais le prévenant en même temps 
que si elles n'étiùent acceptées dans le délai de trois jours, il 
se montrerait ultérieurement beaucoup plus rigoureux. 

Un conseil de guêtre fut immédiatement réuni pour délibérer 
sur la réponse à faire à la sommation russe. Après uo débat 
assez vif, il fut décidé tout d'abord qu'on ne se soumettrait pas 
aux conditions que t'ennemt voulait imposer, et que surtout on 
ne rendrait pas la place dann le bref délai de trois jours. Puis 
aa continua à délibérer sur ce qu'il j avait à faire dans l'étal 
oii la gamisoD était réduite. PtiisieurS projets dése^rés furent 
alors proposés. Le bon sens du général Williams les fit rejeter, 
et il proposa de demander au génértd Mouravîef uo délai de 
dix jours pour envoyer à Ërzeroum un courrier muni d'un sauF- 
conduit russe et attendre son retour à Kars. Alors, suivant les 
instructions qu'apporterait ce courrier, oa entrerail en pour^ 
parlers pour discuter les termes de la capitulation. 

Si difficiles à obtenir du général en chef russe que parosseot 
ces propositions de la part des Turcs, elles furent accordées par 
le prince Mouravief : il savait trop bien que l'envoyé des assié- 
gés ne rapporterait à Kars aucune nouvelle de délivtanoe. En 
conséquence, le capitaine anglais Thompson partit immédiate^ 
ment pour Ërzeroum, muni d'une passe russe. Ce courrier, sur 
toute sa route jusqu'à quelques lieues d'Erzeroum, ne rencontra 
que des postes russes. Aussi plus d'une fois fut-il tenté de 
retourner sur ses pas pour annoncer h Kars qu'il était inutile 
de compter sur aucun secours de ce côté, puisque tout le pays 
était occupé par l'ennemi. 

Arrivé i Eneroum, le capitaine Thompson se rendît chez le 
consul anglais, et accompagné de ce dernier chez le pacha. Là, 
Il lui fut déclaré qu'il était de toute impossilHlité à Sélîm-Paoba 
de se porter au secours de Karsj attendu que son armée de 
S.'),000 hommes était réduite à 6jOOO à peine par suite de la 
désertion des rédifs et de toutes les milices turques. 

Le capitaine TbtHDpson repartit alors et arriva à Kars le S9 au 
soir. Le ctmseil de guerre s'étant réuni, il Ëit décidé que deu 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



mïRiilspBi. m 

lel tànoDSlncea âéaeipér^eB. tkna l'exttéiltité sb ttiA ridoile 
Il place et dans l'impocsibilllé d'être ■ecouraSt R be nstalt plui 
qu'à w Tendre. Le lendemiin donc deut officiers furent 
envojés au camp msK pour demander k entamer des pmar^ 
ptrien. Il flit convenu que le t4 les conditions de lAc^^latton 
de Kars seraient discutées. 

Le li noTembfe) on arrêta les conditions suivantes i Les 
riérenseurs 6e Kars IB rendraient prisonnier! avic louS les 
bonitenrs de la guerre. liberté pleine et ehilëre ëehilt «cratdéc 
uiiréfbgiés Pblonais et Hongrois au servlbs ds la Turquie » 
linsi qu'à tous les employés fcitils et au borps mëdicali 

Une partie de la gamisoni cortiposée des rédllb) suldats pour 
Il plupart vieux et faibles, et des miliciens ou baohl-bdzoufcks 
et iiussi desSates, fbmiËnt ensemble titi total de 6,000 hommes, 
smil tenvoyée dans ses foyers sdus la cotldltldn de ne plus 
porter les armes bohtre la Russie: Les offlcieM gardefaletit leurk 
imies. 

Moins la prise de Kars avait m due il l'habileté et k la U-a- 
vmire, plus ce succès, le Seul de la campagne ^ (lit exaltée 
L'ordre du jobr adMssë à l'armée nisse par k if/itilÈttl MoUM^ 
tief fut remakjuable par les e^titailons adtessées au fXnatismtf: 
Le général voyait dans la chute de KaM ■ le triomphe de la 
cntii rédemptrice s , et il annonçait un peu faitueusemetlt 
qu'il allait procéder à de nouvelles entreprises ■ avec l'aide du 
Tom-PniMant«. 

Ce succès fiit hautement eltploilé par Ifl Russie : il terml- 
Diit la eampagae et avait le mérite de venir apris la prise de 
SÉvastopol. L'imprudent général Mouravtef fut chaudement 
félicité , et on essaya de couvrir du bruit des cloches russes les 
derniers échos du <!anon de Malakof. 

L'n Te Deum fut chanté k Berlin, à l'vmbassade russe. 
U. de Manteuflel n'assista pas à la cérémonie , mais un grand 
Dombre de Prussiens, officiers et fonctionnaires, affectèrent de 
s'y montrer. 

A qui , parmi les officiers supérieurs de ta Porte revenait la 
Ksponsabilité de ce désastre? L'opinion, publique en accusa 
Ali(uet-Pacha,Zarif-MoustaphB-Pacha, et auasi l'indolent et 



n,5,t,7rjM,G00glc 



9M LA QUHBnOM iraRIENT. 

incapable Sélim- Pacha. La conduite des deux premien fat 
l'objet d'une longue et sévère enquête : t(His daiix furent arrêtés 
et destitués^ maè le prenrier seul fut frappé défiiûtiveiDent j le 
second 6it sauvé par le témoignage du général Guyon, qtù 
rendit bon témoignage de la bravoure de Zaïif-Houstapha- 
Pacha à la bataille de Indiiédéré. 

Kirs pris, les Russes savaient trop biep qu'ils n'avaient 
entre les mains que ses murailles. Erierouni et son f^chalik 
n'étaient pas conquis par ce succès de Msard. L'eussent— ils 
été d'ailleurs,, la Russie n'eût pu lea^garder. Mais, dès lors, 
l'erreur d'Omer-Pacha devint évidente. Sa diversion avait été 
inutile : elle faillit lui devenir dangereuse. 

Du là au 19 décembre, son corps d'armée continua-à s'a- 
vancer lentement de la rivière de Tékhor vers celte de Tskhênîs- 
TsUialeh, jetant des ponts sur les cours d'eau, et ayant k suc^ 
monter les plus grands obstacles par suite de la boue que les 
pluies torrentielles avaient occatiionnée. 

Le 29, Oiner-Pacha changea subitement son plan d'opéra- 
tions, et coqomença à faire retraite, probablement après avoir 
reçu officiellement la nouvelle de la chute de Kars , et aussi 
après s'être convaincu par une dure expérience des immenses 
difficultés d'une campagne d'hiver au milieu des boues infran- 
chissables de la Mingrélie. 

Ainsi finît par un échec imputable aux Turcs, à leur déplo- 
rable administration, & leur habituelle imprévoyance, cette 
campagne qui, sur tous tes pointç où les alliés avaient eu inté- 
rêt à porter leurs armes, avait été désastreuse pour la Russie. 



n,g,t,7l.1M,GOOglC 



L'AURORE DE LA PAIX. 



CHAPITRE VI 



L ADIOHK DE LA PAIX 



1 ea Crimte ftéi U chute d* Sénitopol, moureoienU 
iMlti nit Macteiuie et nir Snophéropol, difiite du g^ntnl Korf par le gé- 
ttni d'Allomille; U trire de lliivsr. — Appal k l'opuiioi d« l'Eurap* p4r 
l'EspanoT d«* FreDca», diiraar) de cUlim d« l'EipoMlioa uniTeneU*; 
iilerpréttlkm Dulieitlutet, esplication doonéM par M. le cgnte WtlewiU. 
■^ TraiU conclu »M li Suida, hiitoriqu* dei Ugociitiou, wni et valeur 
Ji Irailé. — Dùeoun du roi de Pnme; rtulion an AJlemagiie eanlra URumki, 
uUtmatWH ■utriehitn, môejcio de H, de Saebuh , cireuliire coneUUiile de 
I. de Henelrode^ lenlrée dei troupM de Crinte an Fnace, diteour* de 
fÎMfenm; aceeplatiMi rettrainle par la Hhmm de Vultimatvm lutrieUtii; 
■atniEtioni formeUei du conte d'E«terbu|; aceeplalian uh rattrictioni. — 
Cgmmmt k paà Ml acceptée par l'opiniOB an Europe ; le bol de la guerre 
i-(-iléléatteiiil; t fui rcvietit la meiHanrs paTt;Upaii eit^la friDcbement 



U chute de Sérastopol, les succès des alliés dans toutes les 
opérations entreprises, l'augmentatiou cotitinuelle de leurs 
ntojens d'action, tout fussit penser que la guerre allait être 
poursuivie avec vigueur, que la Crimée allait être arrachée des 
mains de la Russie, et qne la lutte dlait s'établir sur un autre 
théâtre, 

te général en chef russe avait bien essayé de potier S4 
14 



n,5,t,7rjM,G00glc 



210 LA QUESTION D'ORIENT, 

défaite, de leprésenter son année ccmime dégagée par la chute 
de la forteresse qu'elle n'avait pu défendre. Un ordre du jour 
adressé le 3H août [11 septembre) k l'année du midi et aui 
troupes de terre et de mer en Crimée, par le prince Gortcliakor, 
avait annoncé le commencement d'une nouvelle guerre , a la 
guerre de campagne, celle qui va à l'esprit du soldat russe, s 

Mais ces assertions , bonnes pour relever te moral de troupes 
battues, ne pouvaient changer U situation de l'armée rosse. 
Elle n'en était pas moins placée sans but au fond d'one pres- 
qu'île fortement occupée sur ses points mariUmes importants 
par une armée ennemie. Elle avait à pourvoir à sa subsistance 
au prix d'incroyables sacrifices et de difficultés inouïes; il lui 
fallait combler ses vides au moyen de renforts accourus de loin 
par des routes presque impraticables. Et, quand elle aurait 
réussi ft se maintenir quelques mois dans cette poution pré- 
caire, un ûmple mouvement fait à distance la délogeait sans 
combat. 

Aussi le prince Gortchakof, pour d^^ager sa responsabilité, 
crut- il devoir réclamer de l'Empereur son maître l'autorisation 
d'évacuer la Grimée si les circonstances rendaient ce sacrifice 
nécess^re. £n attendant, on faisait en Russie les derniers 
efforts pour ravitailler et renforcer l'armée du midi. Des masses 
de troupes fratcbes descendaient en Bessarabie et en Crimée : 
mais ces troupes étaient, en grande partie , composées de mi- 
lices mal équipées, mal disciplinées, mal instruites. De pareils 
soldats offi-iraient peu de résistance et seraient plutât un em- 
barras qu'un secours tant qu*ils ne seraient pas acclimatés et 
aguerris, ce qui serait long et difficile. 

Les alliés cependant étudiaient la situation faite à raimée 
ennemie. Us tfttërent d'abord l'aile gaucbe des Russes dans la 
fortepotitionoccupée par ceux-ci sur les bautenrs de Macken^e, 
entre le cdté nord de Sévastopol et la vallée de Baidar. Cette 
v^éefut occupée, et on fortifia les hauteurs qui la séparent 
des positions ftvtifiées par les Russes. Puis on pratiqua par ces 
hauteurs une route dans la direction du Belbeck supérieur. Le 
27 septembre, quelques corps descendirent sur cette rivière et 
occupèrent les villages de Foth-Sala et de Béni- Sala. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



L'AUROBE DE LA PAIX. 211 

Pfiiidant que te maréchal Pélissier ( la priae de Sévastopot lui 
ivait valu cette dîgiùté suprême) faisait reconndtre par le {re- 
lierai de Salles les passages de Baïdar, il envoyait un corps de 
débarquemeot à Ëupaloria, le 23 septembre. Le 29, le général 
d'AlloDville livrait à KoughJl, à cinq lieues nord -est d'Ëupato- 
lia, un brillant combat de cavalerie au général Korf, qui fut 
défait et laissa sur le terrain 6 pièces de canon, 13 caissons, 
IGO prisonniers, 2o0 chevaux et 50 morts. 

Ces diverses tentatives , souvent contrariées par à» mauvais 
temps précoces. Turent impuissantes à faire accepter par le 
prince Gortchakof la bataille qu'on lui offrait, soit sur le haut ' 
Belbeck, sfut sur la route d'Eupatoria à Simphéropol. Évidem- 
ment le général en chef russe pourrait garder ses positions, 
an prix de mille souffrances, jusqu'au retour du printemps et 
les alliés n'aurùent pas d'intérêt sérieux à le refouler plus i6t 
dans les steppes. Une diversion sur Cherson et Micolaief le 
forcerait plus sûrement dès l'ouverture de la campagne de 1856, 
ï évacuer la Crimée. 

Aussi, à partir de ce moment, on se contente de part <t 
d'autre de se fortifier dans les positions acquises et les forts du 
nord de Sévasiopol tirent sans profit sur la ville qui disparaît el 
s'émiette sous la pioche des vainqueurs. 

La position respective des deux armées restera la même jus- 
qu'aux derniers jours de l'année. Les alliés garderont leurs 
Tories positions sur la Tchemaïa , sur les monts Fédiouchine , 
!DT le Sapoun et sur le plateau de Sévastopol , dont ils opèrent 
la destruction sous une pluie de projectiles. Leurs flottes, soli- 
dement établies, n'ont pas plus besoin de la rade de Sévastopol 
apiès qu'avant la prise delà place. Kamiech, pourvu seu- 
lement dès l'abord de batteries cdtiëreâ , a élé entouré d'un 
fossé et de sept redoutes. Des ouvrag.es semblables s'éten- 
dent sur ta hauteur jusqu'à la baie de Stretetzka. Les ruines 
de Cherson ont été également armées et couvrent la position 
conquise depuis longtemps par les Français près du cimetière 
russe. Les fossés de ces ouvrages ont été reliés aux tranchées 
de la !• parallèle devant le basUon du Màt. Mais d'ailleurs 
aaiourd'hui, cette flotte dont on n'avait pas eu à redouter les 



n,5,t,7rjM,G00glc 



2ia LA QCESnON D'ORIE>T. 

attaques pendant le siège, n'existe plus. Avec Kamiedi, qtn 
a pris place panni les bons ports de la mer Noire , les alliés 
occupent, sur on espace d'endron sept milles à partir de l'en- 
trée de la rade de Sévoslopol jusqu'au cap Cbersonëse , cinq 
antres points de refuge, à savoir : la baie de la Quarantaine, 
celles de Cbersonëse, de Strektzka, de PescJiana et de 
Kazatcb. 

L'armée msse tient les excellentes positions de Mackraise, 
fortement retrancbées et garnies de redoutes, ainsi que Us 
li»ts du nord. 

Ce n'est pas sans soufiances que les deux armées cxxtsavt- 
raat ces positions expectantes. L'étonnante inconstance do 
climat, les |duies abondantes remplacées par des fnûds excès- 
nb et ces froids suivis de chaleurs soudaines, toutes ces Taria- 
tioos exerceront sur l'économie de graves désordres et rempli- 
ront les hôpitaux de malades. Dans une même journée de 
décembre on passera de 7 degrés de chaleur k 18 degrés de 
frcHd. Le typhus et les afTections sctH'butîques décimaoot les 
troupes. ' 

Cette trêve de l'hiver serait -elle seulement une halte pen- 
dant laquelle les parties belligérantes se retremperaient pour 
de nouveaux combats , pendant laquelle s'apprêteraient des 
complications politiques d'une nouvelle gravité? Telle était la 
question qu'on se posait en Europe. On ne se dissimulait pas 
que si la guerre devait continuer au printemps, le cercle eo 
serait étendu; la lutte, en changeant de théâtre changerait 
peut.éb:e de caractère. On allait vers un inconnu redoutable. 

C'était Ik l'Europe alarmée de dicter ses condiiions à la 
Russe. L'Empereur des Français le loi fit comprendre. L'Eo- 
rope padfique était réunie à Paris pour le concours universel 
de rindustrie et des beaux-arts. Le 15 novembre, Napoléon ID 
prononça le discours suivant pour la cldtore de cette grande 
fête du travail : 



» L'Exposition qui va finir offie au monde un grand spec- 
tacle. C'est pendant une guerre sérieuse que de tous les points 



n,5,t,7rjM,G00glc 



L'AURORE DE LA PAIX. St3 

de l'iiaîvers stuit uconrus à Paris , pour y exposer leurs tra- 
nm, les hommes les plus distingués de la science, des arts et 
de l'industrie. Ce concours dans des circonstances semblables 
est dû, j'aime h le croire, & cette conviction générale, que la 
guerre entreprise ne menaçait que ceux qui l'avaioit provo- 
qnée, qu'elle était poursuivie dans l'intérêt de tous, et que i'Eu- 
n^, loin d'y voir un danger pour l'avenir, y trouvait plutôt 
on gage d'indépendance et de sécurité. 

■ Néanmoins , k la vue de tant de merveilles étalées à nos 
feiu, la première impression est un désir de paix. — La paix 
«nie , en efiét , peut développer encore ces remarquables pro- 
Aiits de l'ioteiligeace humaine. — Vous devez donc tnus sou- 
bailer cooinie moi que cette paix soit prompte et durable. — 
Uais, pour être durable, elle doit résoudre nettement la ques- 
liOD qui a fait entreprendre la guerre. Pour être prompte, il 
&Qt que TEurope se prononce; car, sans la pression de l'opi- 
mon générale, les luttes entre grandes puissances menacent de 
se prolonger; tandis qu'au contraire, si l'Europe se décide k 
déclarer qui a tort ou qui a raison, ce sera un grand pas vers 
la solution. — A l'époque de civilisation où nous somotes, les 
succès des années, quelque brillants qu'ils soient, ne sont que 
passagers; c'est, en définitive, l'opinion publique qui renqwrte 
toajoursla dernière victoire. 

• Vous tons donc qui penses que les progrès de l'agricul- 
tore, de l'industrie, du commerce d'une nation contribuent au 
tHeo-étre de toutes les autres , et que plus les rappcHts réci- 
proques se multiplient, plus les préjugés nationaux tendent à 
s'ï&cer, dites è vos concitoyens, en retouniant dans votre 
pitrie, que la France n'a de haine contre aucun peuple, qu'elle 
a de U sympathie pour tous ceux qui veulent comme elle le 
triomphe du droit et de la justice; dites-leur que, s'ils dési- 
reot la paix, il faut qu'ouvertement ils fassent au moins des 
vœnv pour ou contre nous; car, au milieu d'un grave conflit 
enropéen, l'indifférence est unmauvaiscalcul, et le silence une 
wreor. 

■ Quanta nous, pea[desalliéspDnr le triomphe d'une grande 
i^^se, forgeons des armes sans ralentir nos usines, sans arrêter 



n,5,t,7rjM,G00glc 



%ik LA QUESTION D'ORIENT. 

nos métiers; soyons grands par les arts de la paix comme par 
ceux de la guerre; soyons forts par la concorde, et mettons 
notre confiance en Dieu pour nous faire triompher des diffi- 
cultés du jour et des chances de l'avenir, v 

Cet appel à l'opinion, était-ce une menace dirigée contre les 
tièdes ou les hostiles; indiquait-il la pensée malheureuse d'at- 
tenter à l'indépendance des nations, ou seulement d'encourager 
les timides à tirer l'épée sous l'égide de la France? Non, sans 
doute. (Tétait pins que cela, c'était une loyale mise en de- 
meure adressa à la conscience générale de l'Europe. On en 
appelait à ce sentiment universel qui chaque jour devient une 
force avec laquelle il faut compter davantage : on lui montrait 
ce que peut l'attitude de tous sur la volonté de chacun. Que la 
Russie ne trouvât plus dans le monde européen un seul point 
d'appui moral , et il faudrait bien qu'elle cédftt sous la pression 
de cette opinion publique qui fenut le vide autour d'elle. 

On chercha toutefois i dénaturer le sens des paroles impé- 
riales et à y signaler l'expression d'une menace contre les Étals 
neutres qui ne se laisseraient pas entraîner à jouer un rAIe ' 
actif dans la guerre. Mais le langage de Napoléon RI avût été 
trop net , trop loyal pour que cette interprétation pût être ac- 
ceptée. M. le comte Walewski s'empressa, au reste, dans une 
circulaire adressée aux États neutres, de repousser l'idée d'une 
pression. Ce que désirait l'Empereur, c'était que ces Ëtals 
prissent leur véritable place, exerçassent en toute indépendance 
leur influence légitime, qu'ils prononçassent, en quelque sorte, 
comme jurés naturels , leur jugement sur te conflit européen , 
afin qu'en présence de l'Europe unanime condamnant sa con- 
duite, la Russie fût contraint à U paix. 

Voici le texte de cette pièce importante : 



■ D'^rtt M qui me Terient de plaiienn pointi ds l'AHenujpiB, le dlKoun 
prononcé par l'Empereur k l'oeeuion de U clAture de l'Eipontion nniierwlle, 
> pndDil, comme il était iacile de le prévoir, une profonde impieMicn. Too- 
(«faii, il n'aunit pu été ipprécié paitoul de la même maoitTe, et il lerail 
deienu l'objet d^terprétatioai divertei. II n'en comporte cependant qu'une 



n,5,t,7rjM,G00glc 



L'AURORE DE LA PAIX. «5 

K«k, «1 Ie( £uii nenIrM m poufwent m nt^nndra in du MDtÏBanti doat 
il) l'ont énitameal quï m kMer. 

> L'EopeTBor ■ dît qn'îl dinnit imc paix prompt* •! danUs. Je s'û pM 
1 ioirtu fnr eetlB dtdwitioaj elle M compreod d'alle-ratme et n'* pu bMoin 



> En l'adraMuit un neatret ponr la ionler à faire «**e «De éet voai ea 
r> KM, S. H. i. > t^nigM lafiHaiHnt dn prix qa'eUe ittuU à len opi- 
na ■( de la put ipi'eUe (ut t lear ■?*""■" due la miTcbe dei tiéneaaati. 
Tellt 1 Mé an raria n maiiière de lOir t leur ég«d dta Ig dibut da conStt 
liplomitiqne qai a précédé le* bMtililèi. 

I L'Emperear ■ tmijaim penat qne ai dis Ion ili aTÙeot fonniiU »ee {dm 
it fotca 1* jD^amaat ija'ila pottainBt bit l'objet du litige, îb aoaaenl taâni 
lae ictioB Mlotûra bit lai létolutisBi de la pùaaiiM qui a pmSfiit la (atria. 
I^ai poâtimi n'a point tbtagt aux jeiu de S. M. I., et îb peuvent aujoui- 
dtui, pv une attitude ferme et décidée, bltar le dénouement d'une latte que, 

b de faire connaître 
» balligérantea, e( de aeltie dana la 
> de* forofa reapectiiai le p4»d* de lenl opinion. Cet appel, d'aillev» ■■ 
bicD cooqiTi* et li dulenreaiemeiit accneilli par un audiloira fornié de leprA- 
KnUnt* de tonte* le* nitioiu, n'eit donc qu'un loleanel hommage rendu l 
Itmpintance et t l'erSucité du rAIe défolu aui neutre* dani la criie actuelle. 

• Wai,swki.> 



Cet appel à ro^Hition devait être entendu. Le faisceau des 
résistances à l'ambition de la Russie s'augmentait en même 
lempi d'une adhésion importante, celle de la Suède. Le S4 no- 
Tnobre, on traité fut conclu , à Stockholm , entre la Suède , la 
France et la Grande-Bretagne. 

Ce traité ne contenait que deux articles. 

Par le premier, le roi de Suède s'engageait à ne cédera la 
Rassie, ni échanger avec elle, ni lui permettre d'occuper 
aucune partie des territoires appartenant à la couronne de 
Soèdc et de Norv^e. 

Par le second, le roi de Suède s'engageait Jt communiquer 
imnié*atement à l'Empereur des Français et à la Reine d'An- 
gleterre toutes les propositions et les demandes que la Russie 
pomrait lui faire pour obtenir soit la cession ou l'échange d'une 
partie quelconque des territoires appartenant h la Suède ou k 
It î<or*ége, soit la faculté d'occuper certains points de ces terri' 



n,5,t,7rjM,G00glc 



818 LA QUESTION D'ORIENT. 

toîns. De leur cAté, l'Empereur des Français et la IteiDe d'An- 
gleterre prenaient l'engagement de fournir au Roi de Suède 
des forces navales et militaires suffisantes pour résister aux 
prétentions et aux agressions de la Russie. 

Il y avait eu jusqu'au traité du 31 novembre, dans l'attitude 
de la Suède, une réserve facile à comprendre. Après la prise 
des lies d'AIand, les puissances occidentales en avaient pro- 
posé l'occupation par une garnison suédoise. Mais la même 
raison qui devait engager les alliés à évacuer ces lies , faisait 
à la Suède ub devoir de décliner la proposition. Comment les 
conserver, en eSet , k moins de faire de celte occnpatïDO un 
détail d'un plan général de campagne, et d'une campagne for- 
midable, dans la Baltique. 

Le Roi de Suède et ses deux fils, le prince royal et le prince 
Oscar, bien qu'accusés avec assez d'amertume de suivre les 
errements politiques de Charles-Jean XTV, réservaient leurs 
sympathies, mais ces sympathies n'en étaient pas moins vives. 
L'intérêt évident de la Suède avait déjà dicté leur choix entre 
les deux politiques qui se partageaient le monde. 

Le traité du % décembre forEi&a le Roi dans ses résolutions 
seiaèles : mais il fallait d'abord consulter l'opinion et ^r sur 
elle. Cest ce qui fut fait dès le mois de mars 18f5 (Voyex 
Suède.) 

Puis, des ouvertures extra-^^cielles furent faites k l'Empe- 
reur des Français. On demanda quelles garanties, quel appui 
la Suède trouverait dans les puissances occidentales au cas 
d'une coopération. La réponse de la Cour française fut néces- 
sairement réservée : il fallait savoir, avant de se livrer, la valeur 
de l'accession qu'on laissait espérer. Les communications 
secrètes ainsi établies , la Suède promit une armée de 
60,000 hommes, à condition que la France et l'Angleierre 
y adjoignissent 100,000 hommes, founiissent des subsides, 
assurassent, en cas de succès, le retour de la Finlande au 
Royaume-Uni et donnassent à la Suède voix délibératîve dans 
les conférences de la paix. 

La nécessité, reconnue pendant le voyage de S. M. Napo- 
léoi) m k Londres, d'en finir dans la mer Noire et de portw U 



n,5,t,7rjM,G00glc 



L'AURORE DE LA PAIX. 317 

tout l'effcHt des annes alliées, ne permit pas d'accepter ces 
o&es et de faire droit à ces demandes pendant la campagne 
de 1855. 

Hais uœ première entente était établie. La chute de Sévas- 
lopol laissa entrevoir dans un prochain avenir la réalisation 
possible des plans esquissés. Sous le couvert d'une mission 
artistique, un envoyé suédois, M. le baron Bonde, reprit les 
négociations entamées et on y apporta, cette fois, des deux 
parts, confiance e( résotutîon. Le Roi Oscar.fit offrir à l'Empe- 
reur des Français l'ordre des Séraphins et le général Canrobert 
fut envoyé & Stockholm avec la mission ostensible de remettre 
in Roi de Suède les insignes de la Légion d'honneur. 

Arrivé b Stockholm le 6 novembre, le général y fut reçu par 
les acclamations enthousiastes des populations émues. Déjà les 
villes de l'Allemagne qu'avait traversées l'ambassadeur fran- 
çais lui avaient fait une ovation véritable. A Hanau, à Ram- 
bon^, à Lubeck , le modeste héros de Sévastopol avait été 
l'objet des admirations et des sympathies les plus chaleu- 
reuses. 

Le traité du 21 novembre marqua dans la politique euro- 
péenne, une phiae nouvelle. 

Ce traité rompait la ligne de neutralité des puissances sep- 
tentrionales. S'il n'était pas une déclaration de guerre de la 
Suéde à la Russie, au moins était-il un acte de défiauce et 
d'hostilité à terme. L'annonce d'une campagne décisive dans 
la Baltique lui donnait une haute signification. 

Ledangerque la Suëdeet les puissances occidentales avaient 
eo en vue, n'était autre que celui de voir la Russie s'établir et 
■e fortifier sur la c6te nord-ouest de la Norvège, et y fonder, 
sous le prétexte d'une station de pêche à l'abri des glaces qui 
ferment si longtemps les portes de la mer Blanche et de la 
Baltique, une forteresse de première classe, un Sévastopol arc- 
tique, d'où les armes russes eussent dominé l'Europe au nord 
par l'Océan, comme elles prétendaient la dominer au sud par 
la Dier Noire. 

Ainsi, opposer une barrière aux envahissemenis de la Russie 
dans la Baltique et dans la mer du Nord , obtenu une garantie 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



ai8 LA QCESnON D'ORIENT. 

coDtre le projet que cette puissance aoumssait et poursuivait 
par tous les moyens de se créer des stations navales sur les 
cAtés de la Norvège, tel était le premier résultat, le résultat 
positif et matériel que les puissances occidentales avaient voulu 
s'assurer et qu'elles avaient atteint par le traité du 21 novem- 
bre. Les garanties stipulées par ce traité contre te danger éven- 
tuel dont l'ambition russe menaçait les trois puissances con- 
tractantes étaient réciproques. D'un côté, la Suède s'engageait 
à ne céder & la Russie aucune portion de son territoire ; de 
l'autre, les puissances occidentales garantissaient à la Suède 
l'intégrité de ses possessions actuelles. En ce sens, on peut 
dire que le traité du 21 novembre constituait entre les trois 
puissances contractantes un véritable traité d'alliance défensive. 

Une chose remarquable, c'est que les stipulations de ce 
traité n'étaient pas restreintes à un intervalle de temps déter- 
miné : la durée en était illimitée. C'est indéfiniment que ta 
Suède prenait l'engagement de résister aux prétentions de la 
Russie; c'est indéfiniment que la France et l'Angleterre s'en- 
gageaient à protéger la Suède contre les agressions de la 
Russie. 

Quelques jours après le discours ^gnificatif de l'Empereur 
des Français, quelques jours après le traité conclu entre la 
Suède et les deux grandes puissances, par un contraste qui 
donna plus d'autorité encore aux paroles descendues du trdne 
Impérial, le Roi de Prusse ouvrant la session des chambres, 
déclarait que a tout en maintenant fidèlement les déclarations 
qu'il avait déjà faites, il s'imposait le devoir de nepascon- 
b?acter des engagements dont on ne pourrait prévoir ni la portée 
politique, ni la portée militaire n (29 novembre). 

Ce malheureux discours put être considéré comme une fai- 
blesse nouvelle, comme une nouvelle abdication de la Prusse, 
comme un encouragement de plus àla politique de résstaoçe de 
la Russie.Les commentaires dont laCorrejponrJancepnwrienfie, 
feuille semi-officielle, accompagna cette manifestation, ne 
furent pas de nature à diminuer l'impression Cftcheuse qu'elle 
avait produite. La Correspfmdanee proclamait que la politique 
prussienne a refusait de se courber devant les propositions des 



n,5,t,7rjM,G00glc 



L'AURORE DE LA PAIX. 319 

Etats les plus puissants, devaiit la volonté des Dations les plus 
>ictorîeii8es. b 

Était-ce donc un défi jeté aux puissaDces occidentdesT Le 
(fiicoiirs de S4 Majesté prussienne fut jugé sévèrement en 
France, pins sévèrement encore en Angleterre. 

Mais déjà se manifeslait , en Allemagne , une réaction sé- 
tieose, en opposition avec ces dernières tvavades de neutralité. 
Nous avons raciMité les misions de HM. de Beust et Von der 
Pfordten à Paris : » ces teutalives ne témoignaient pas d'une 
rèsolutioD hostile contre la Russie, elles pouvaient au moins 
ètte interprétées comme »gnifiaut un certain désir de ne pas 
s'éloigner des puissances occidentales, une certaine velléité 
d'indiquer à la Russie la route des concessions futures. Ce 
n'était pas beaucoup , mus c'était quelque chose : il y avait là 
no symptdme nouveau, une lueur d'espérance de plus. Cette 
espérance allait devenir une réalité. 

La situation des deux grandes puissances allemandes com- 
oiençait à devenir embarrassante et dangereuse. Les actes 
échangés entre elles, dans le dédale des subtilités diplomati- 
qnes, renfermaient des stipulations qui menaçaient de devenir 
coDtradictoires. En vertu de la convention du 20 avril, l'Au- 
triche pouvait invoquer le secours de la Prusse si elle était atta- 
quée par la Russe, et la Prusse pouvait invoquer le secours de 
l'Antricbe si elle était attaquée par les puissances occiden- 
tiles. 

Et d'ailleurs nous avons dit tous les dangers que laissait en- 
lievoir la continuation de la guerre. L'Autriche avait enfin 
compris cette situation et ce qu'exigeait d'elle son avenir de 
gnnde puissance. Le 14 novembre , M. de BuoI avait présenté 
ï V. de Bourqueney un mémorandum posant clairement le 
tant belti à la suite de propositions qu'elle s'offi*ait à faire à la 
Hussie. Ce mémorandum, communiqué à l'Empereur des Fran- 
çais et au cabinet de Londres , revint bientôt avec des modifi- 
cations qui furent jugées acceptables à Vienne et la cour d'Au- 
triche s'en appropria les termes modifiés. 
Les conditions proposées ptf l'Autriche formaient cinq 

clauses ou articles distincts. Le premier de ces articles était re- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



2StO LA QUESTION D'ORIENT. 

latif aux Principautés danubiennes. Le second avait pour objet 
)r lilve navigation du Danube. Le troisième portait neutralisation 
de la mer Noire et déterminait les conséquences de celte neu- 
tralisation. Le quatrième consacrait les immunités des sujets 
rayas de la Porte ottomane. Le cinquième a réservait aux puis- 
sances belligérantes le droit qui leur appartenait de produire, 
dans un intérêt européen , des condl^ons particulières en sus 
des quatre garanties, n 
Nous les mettons sous les yeux des lecteurs : 

t» rilHClPAOTis DAHtUlKNMBa. 

Abolitioa complèle du prokectoril niue. Les PrincipMiléi duabietuief re«- 
Tront niw ar^uiinlion conrorme à Icuri ïœui, à Icura booini, t leun intcrtli, 
et cette DOUTclle oigMiiulion, pour liquelle la population kt4 elle-miD» coo- 
■ullée, MM Teconuue par lea puiBuncei eontnctinlea et luetionDée par le 
Sulltn, eomnie émuiuit de loii initUtiie «laienine. Aucun ËUt ne pourra, 
■OUI un préleile quelconque, >oui tucuae fariiMi de protectorat, l'in^rer dast 
lei quaationi d'administration itiLérieure des Principsuléi. Elles adopteroot tin 
■yalème cM6nilir, permanent, rtcUmé par leur position g^o^phique, et aoctine 
enlrtva ne pourra ttre mise t ce que, dans l'inlértt ds kui sicaritè, dk» 
forllEetil, comme elles l'entendront, leur terriloîm cootre toute ■grenion 

En échange dea places Tartes et terrltoirei occupas par let armtei «lliéca , ti 
Ruuie conienl t une rec^Gcation de sa frontiâte atec ta Turquie européenne. 
Elle partirai! des emirooi de Chotym, suiTnil la lijne des montagne* qui 
s'étend dans la direction sud-eil, et tboutinil au lac Saljik. k tncé aéra défi- 
nitiiement réglé par le traité général, et le territoire concédé relounwrait au 
PriiKipautés et à la suieraineté de la Porte. 

La liberté du Danube et de ses emboucburei sera efEcacemenl assurée par 
des rntlilulioni européennai, dans lesquellei les puisaances contractantea seronl 
également représentées, sauf In positions particulières des riveruns, qui seront 
réglées SUT les principes établis pai l'acte du congrâs de Vienne en matière de 
navigation flutiale. 

Chacune des puissances contnctantea aura le droit de faire slationnerwi 
cmboncbures du fleuTe un ou deux bttimenli légers, destinés k amirer l'eiécn- 
tion des règlements relatifs t la liberté dn Danube. 



Cette ner sera ouverlc aai bétimenls marcbands, fermée ai 
laires. Par conaéquent, il n'y sera créé ni conservé des arsenaui 



n,5,t,7rjM,G00glc 



L'AURORE DE LA PAIX. 



inUrtli 

■RI ttmi e, duM le* porU mpeclib de U mer Noire, ptr l'éUbtÎMement 
ifiotilotiona confoRna ui droit ipleinttitm*! et tui nit^ conucrt* dani 11 
Bititre. 

Let deai puiauicM riieruDa l'cDgigant matDeilBineDt k n'y eutratanir que 
h itobra de UlioMoti lAgtn, d'une foice dilenniuM, nèceiuire* lu lerTiee 
de l«u« cAte*. Celle connntion, conEluc lépartmeùt pir cm deux puiNiDcei, 
fen pirtie comae tnoeie do tniU 3«D<r»l, tfiit voir été ipproulé* ptr lea 

Celle coDTCDtioD MiparU ne ponm tin ni uniiitM ni modifiée tuu l'tMen- 
liiKal dei ligniUiiM du treilt géuéril. Li clôture dei déirotlj mdmettri l'eicep- 
lim ëf^ïcMa an •UlioDuin* mentiouaé* dini l'arlicle prtetdenl. 

<■ POPDLATIORB CBIlTIBNNIg SDJITTEB.DI LÀ POIIE. 

L« immimilii dca njeU nju de la Porte leront comacréet uni atteinte t 
fûdtpeDdaoce et t la dijnil« de la couronDB du Sultan. Dm délibèralioti* ayant 
ta lien eatr« fAntricbe, la France, la Grude-BnUgne et la Sublime-Perle, 
■fa d'aMorer aux lujelj «hi^tieni du Sultan leun dniiti religicni et politique*, 
U RnMe Mrm ionlèe, t la paîi, t l'j aH<Ki«r. 



Ln iiiiiiwiiiiii belligéranki te rtKnent le droit qui leur appartient de pro- 
dairt, daua un intértl européen, dM eondilioni particuliérel en lu* dM quatre 

(Test le 28 décembre que le mémorandum devenu par là un 
iiUtiiuitiiin fut arrêté défïnitivemeat entre les trois puissances. 
M. le comte Valentin Esterbaiy fut chargé de le remettre par 
écrit à M. le comte de Nesselrode et d'informer l'archichance- 
lier russe que ses instructions ne l'autorisaient à accepter 
aucune discussion sur cet vltimalum , oî aucune modification 
à son contenu. Si donc il recevait le 8 janvier une autre réponse 
({u'une acceptation pure et simple, il serait dans la nécessité de 
quitter Saint-Pétersbourg avec tout le personnel de sa légation. 

X^iUtimatum fut précédé d'un conseil amical. M. le baron 
de Seebach, ministre de Saxe à Paris , fut appelé à Dresde et, 
de là, partit en toute hflte pour Saint-Pétersbourg, pour ap- 
puyer, au nom de son gouvernement, les propositions que le 
comte Esterbaey éttût chargé de soumettre à l'acceptation de 
la Russie. 

Gendre de M. de Nesaelrode, personnellement attaché par 



n,5,t,7rjM,G00glc 



222 LA QUESTION D'ORIENT. 

une amitié de vingt ans à l'empereur Alexandre H , allemand 
de cœur et comprenant avec largeur les véritables intérêts de 
l'Allemagne, M. de Seebach était l'homme le mieux Tait pour 
être écouté à Saint-Pétersbourg. Accrédité auprès du gouver- 
nement français en qualité de ministre plénipotentiaire .de 
S. M. le Roi de Saxe, il savait quel accueil avut reçu à Paris 
M. de Beust, quelles idées avaient été échangées entre le mi- 
nistre de l'Empereur des Français et le ministre du Roi son 
maître. Q avait honorablement et habilement rempli à Paris la 
délicate mission de protéger les sujets russes et leurs intérêts 
privés et, à ce titre, il avait traité de l'échange des prisonniers 
de guerre. 

Tel est l'homme d'État qui allait plaider à Saint- Pétersbourg 
la cause de la paix. 

A peine le mémorandum du 28 décembre était- il connu à 
Berlin, que de son cêté le cabinet prussien, éclairé sur la gra- 
vité de cette démarche par ses intérêts parUculiers, les seuls 
qu'il eût jamais consultés dans toute cette affaire d'Orient , se 
sentît exclu des négociations futures, mis de cêté en cas d'un 
remaniement probable de l'Europe, menacé dans ses provinces 
polon^ses, dans sa situation allemande. Il n'y avait plus pour 
lui à hésiter. D appuya chaleureusement les démarches tentées 
auprès du Tsar. 

Ce dernier venait de faire lui-même une démarche insuffi- 
sante, mais significative. Une circulaire de M. de Nesselrode 
avait sondé le terrain de la paix. 

Cette circulaire en date du 23 décembre, afièctait les senti- 
ments les plus modérés, le langage le plus pacifique. La paix, 
tel était le vœu le plus cher de l'empereur Alexandre. Le Tsar 
avait donné les interprétations les plus larges des bases admises 
par son auguste père ; il avait sacrifié des traditions séculaires 
et glorieuses; aujourd'hui, puisque des dispositions pacifiques 
semblaient se manifester, it s'empressait de prendre les de- 
vants, et de a chercher franchement une solution possible au 
troi»èœe point, dans l'ordre d'idées qui avaient paru satisfai- 
santes tour à tour à toutes les parties, b 

Quelle était cette solution? On la connaissait déjà par les 



n,5,t,7rjM,G00glc 



L'ADRORE m LA PAIX. 233 

protocoles des Conférences. C'était la fermeture des détroits , 
l'exclusion de toutes les marioes militaires de la mer Noîre, à 
Texceptioii des forces que la Russie et la Porte, d'un accord 
commoD et privé, jugeraient nécessaire d'y eotretenir. Cette 
solution n'avait évidemment aucune chance de succès. On n'y 
attacha aucune importance en France, dès qu'on eut coonais- 
laoce du mtemorandum du 28 décembre. En Angleterre, on 
considéra cette proposition comme une audacieuse bravade, 
comme une insulte aux puissances occidentales, hes feuilles les 
plus paciSques se laissèrent entraîner à des duretés de langage. 
Et cependant, à y regarder de plus près, la proposition de 
H. de Nesselrode n'était pas nouvelle et n'avait pas à l'origine 
soulevé cette opposition virulente. Cette haine des demi-solu- 
tions était encore un symptAme à noter. 

En France, l'attitude du gouvernement et de l'opinion était 
plus calme, plus digne, mais pleine d'une énei^ie significative. 
Le 29 décemlMe , eut lieu & Paris la réception solennelle des 
r^imentsremplacésen Crimée. Les acclamationsenthousiastes, 
les admirations attendries ne manquèrent pas, d'un bout de la 
France à l'autre, à ces braves soldats éprouvés par tant de fa- 
tigues, décimés par tant de victoties et qui venaient de porter 
si haut le nom de la France. Le chef de l'Ëtat sut, comme 
toujours, dire ce que ressentait le pays tout entier, et quel- 
ques-unes de ses paroles furent un avertissement nouveau 
adressé à l'Earope. 

c Soldats, > dit l'Empereur en les recevant dans sa ca- 
ptale, « je viens au-devant de vous comme autrefois le Sénat 
romain allait aux partes de Rome au-devant de ses légions 
victorieuses. Je viens vous dire quevous avez tùen mérité de la 
patrie. 

• Mon émotion est grande, car au bonheur de vous revoir 
se mêlent de douloureux regrets pour ceux qui ne sont plus, et 
un profond chagrin de n'avoir pu moi-mënie vous conduire au 
cocnbat. 

» Soldats de la garde comme soldats de la ligne, soyez les 
bienvenus ! 



n,5,t,7rjM,G00glc 



224 LA QDESTION DORIENT. 

D Vous représentez tous cette armée d'Orient dont le coa- 
rage et la persévérance ont de nouveau illustré nos aigles et 
reconquis à la France le rang qui lui est db. 

■ La patrie, attentive à tout ce qui s'accomplit en Orient, 
vous accueille avec d'autant [dus d'orgueil qu'elle mesure vos 
efforts à la résistance opiniâtre de l'ennemi. 

s Je vous ai rappelés, quoique la guerre ne smt pas termi- 
née, parce qull est juste de remplacer à leur tour les régiments 
qui ont le plus souOert. Chacun pourra ainsi aller prendre sa 
part de gloire, et le pays, qui enlretlent ûx cent mille soldats, 
a intérêt à ce qu'il y ait maintenant en France une armée nom- 
breuse et aguerrie , prête à sa porter où le besoin l'exige. 

]> Gardez donc soigneusement les habitudes de la guerre; 
fortifiez-vons dans l'expérience acquise; tenei-vous prêts à ré- 
pondre, s'il le faut, à mon appel; mais, en ce jour, oubliez les 
épreuves de la vie du soldat, remerciez IMeu de vous avoir 
épargnés, et marchez fièrement au milieu de vos frères 
d'armes et de vos concitoyens, dont les acclamatî(Hi& vous 
attendent. > 

Depuis qu'une résolutioD définitive avait été prise par les 
trois puissances, il était devenu évident en quelques joars que 
cette résolution allait dénouer victorieusement les difficultés 
encore pendantes. Il nous faut ici , contrairement à nos habi- 
tudes, empiéter sur l'année 1856, pour ne pas laisser en sus- 
pens la solution sortie de l'alliance nouvelle du 28 décembre. 
L'entente sans restriction de la France, de la Grande-Bretagne 
et de l'Autriche, imposait impérieusement la paix à l'Europe. 
Cette paix , si le plan de notre livre ne nous permet pas d'en 
raconter la conclusion officielle , nous pouvons au moins en 
montrer l'eurore. 

Dès le 5 janvier i8o6, une dépêche de H. de Nesseirode au 
jinace Gortchakof fit connaître l'acceptation par la Russie des 
conditions proposées. Mais cette acceptation était encore res- 
treinte. 

Le premier article de l'uUimatUM assurait l'indépendance 
des Principautés. L'Autriche demandait, dans ce but, à la 



n,5,t,7rjM,G00glc 



L'AVROKE DE LA PAIX. S2S 

Russie de consentir nne rectiflc&tion de sa frontière, qui entrât- 
nerait pour elle la perte de la vallée du Prutb et des places 
fortes construites sur la rive gauche de cette rivière ; mais en 
échange de ce sacrîflce, la Russie renirerBÎt dans la possessioD 
des places fortes et des territoires occupés par les armées 
lUiées. Le cabinet de Saint-Pétersbourg voulait )a suppression 
de celle stipulation; il proposait la restitution à la Turquie des 
places ffHles et des territoires que les années russes occu- ' 
paient en Asie comme un équivalent de ta restitution des places 
fortes et des territoires que les armées alliées occupaient dans 
la Crimée. M. de Nesselrode offrait cependant de renvoyer aux 
conférences la solution finale de cette difficulté. 

Quant à la libre navigation du Danube, objet du second 
article de VvHimatnm, M. de Nesselrode l'acceptait purement 
et ûmpleinenl. 

Sur le troisième article , M. de Nesselrode proposait deux 
modiBcatloas. Vultimatum disait : « Il ne sera créé ni con- 
servé d'arsenaux militaires maritimes dans la mer Noire, s Le 
catùnet de Saint-Pétersbourg indiquait cette rédaction, plus 
claire selon lui et plus propre k éviter tout malentendu : « Il 
ne sera créé ni conservé d'arsenaux maritimes nir les rivti de 
la flt«r Noire, s Vvltimaivm disait encére : «Les deux puis- 
sances riveraines s'engagent nuituelleinent k n'entretenir dans 
la mer Noire que le nombre de b&timents légers, d'une force 
détaminée , nécessaire au service de leurs cAtes. > M. de 
Nesselrode demandait qu'on écrivit ; « Le nombre de bftti- 
ments... nécessaire au service et à la proteeHon des cales. » 

Le quatrième article était adopta sans observations, comme 
le second. La rédaction autrichienne était, au reste, sur ce 
point , d'une réserve facile & comprendre. 'L'ultimatum pro- 
clamait à cet égard deux principes : les immunitéi des riyas 
de la Porte, qui seraient consacrées sans porter atteinte à t'in- 
dépendance et à la dignité de la couronne det Sultans, £n 
outre , des délibérations étaient engagées entre la Porte et les 
alliés du 2 décembre pour assurer aux sujets chrétiens leurs 
droits religieux et politiques, et à 1b paix, la Russie serait in- 
vitée à s'asaocier à ces délibérations. C'était, on le voit, toote 

4S 



n,5,t,7rjM,G00glc 



m U QC^TION D'ORIBNT. 

]ft réforme du gouveroement iotériaur de U Timpiie , et la 

quBEtîon ne serait pas même discutée, si ce n'est au point de 

vue des priocipes, dans les cooCérenaes prélimiDaireB de It 

paix. 

Le cinqui^ne ariicle était éliminé par M. de Nesselrode. 
Voici par quds motife il expliquait ce refus : 

Le principe posé, disait-il, est ^p vague, U ouviirut la 
porte à une négociation toute nouvelle, même aiora qu'upe 
entente complète aurait eu lieu sur les quatre points. Ce pria- 
cipe est fait pour inspirer des incertitudes sur le résultat des 
négociations; car il enlève aux préliminaires mâme scccpt£s 
et signés le caractère de stipulations déGnitives. Pourquoi faire 
inlervenir inutilement dans une question déjà â épineuse un 
pnncipe dont l'interprétation et l'application sont du ressort 
exclusif d'un congrès européen , seul arbitre des transactions 
existantes ? M. de Buol lui-même ne se fait pas illusion sur les 
inconvénients de celte clause ; on le voit dans la dépécbe qu'il 
a adressée le 16 décembre au comte Valentin KstertiBXy pour 
lui servir d'instruolions. a Si , ainsi que noua l'espérons , nos 
propositions rencontrent un accueil favorable, dit M. de BuoL 
nous ne tarderons point à en recommander clialeureusemeDl 
l'acceptation aux cours de Paris et de Londres , en expriuiaot 
la confiance qui nous anime qu'elle n'useront du droit de pré- 
senter éventuellement aux négociaUons des conditions particu- 
lières que dans un intérêt européen et dans une mesura telle 
qu'il n'en puisse point résulter da sérieux obsiacles au rétablis- 
sement de la paix. » 

Telle était, en substance ,,1'acceptatioo de la Busâe. Ati 
reste, les protestations en faveur de la paix abondaient dans 
les communications faites à la cour de Vienne par le cabinet de 
Saint-Pétersbourg. On y lisait, par exemple ; eNoui prions la 
cour de Vienne de bien se convaincre que lea considéralions 
que nous allons développer sont inspirées par le désir ainc^ 
d'éviter les écueils qui ont fait échouer les dernières conf^ 
rencos. Rien ne nous tient plus ii cœur que de voir nos obser- 
vations accueillies avec le même sentiment d'équité qui les a 
dictées, et de concourir k nous faire atteindre le but dé«ré. . . 



n,5,t,7rjM,G00glc 



L'ADQOBp m LA PAIX. a» 

ft QtuHqoe les principes posés par le cftbipet autriçbieD ne 
(letnaïulent de garapties matérielles qu'à la Russie et n'en ré- 
clament aucune de la Porte, la Russie ne s'en prévaudra pas 
cependant pour articuler 4^& réserves ni pour éluder la discus- 
sion des détails, a 

Ou Yuitimatum était sérieux, on il ne l'était pas. Or, il 
l'était : l'acceptation restreinte de li Russie n'avait donc au- 
cune valeur et ne pouvait pas môme être discutée. Mais |es in- 
dicatioDs contenues, comme on vient de le voir, dans la forme 
même du document du â janvier laissaient comprendre aux 
cours de Vienne et de Berlin que la Russie était prête h céder 
sur tous les pfHOts plutAt que d'eocqurir la responsabilité d'une 
[ut>longation et d'une eftei)sion de la guerre. La partie était 
g^née. 

La dépêche qup M. de Cuol avait remise à M, d'Esterhaiy 
avec les propositions péremptoires , contenait ces ipots : g la 
signatorp des p^ljmiqaires sera suivie immédiatement d'un 
aimietice général et da négociaiions détînitives. » Les prélimi- 
naires acceptés par la Russie , le cabinet de Vienne se ptiarga- 
nit * d'en recfqnmaiider cbaleureuseipent l'accep^tion ai^x 
cours de Londres et de Paris, en exprimant la confiance 
qq'elles n'useront du ^rcAi de présenter éventuellement aux né- 
gociatKHU des copd>t>ons particulières que dan^ un intérêt en- 
nipéen, et dans pne mesure telle k ne pas offrir de sérieux 
obstacles au rétablissement de la paix, b 

Cette dfimita« reconmundation serait, ai) règle , une pure 
(i»roaiité, car M- f^c BuoI, avant de rédiger ses propositions et 
de les envoyer a Sajnl -Pélersbourg, avait sondé les deux cabi- 
nels, et, a tout en les trouvant imbus de l'inébranlable résolu- 
tion de ne se prêter à aucune initiative d'ouvertures pacifiques, 
il a cependant , k sa vive satisfaction, rencontré auprès de ces 
cabinets des dispositions telles, b lui faire espérer qu'ils ne sn 
refuseraient point à l'examen et ii l'acceptation de conditionn 
de nature à offrir toutes les garanties d'une paix sérieuse et 
dnrable, et à résoudre nettement la question qui a donné nais- 
sance It la guerre, n 
Ost après avoir obtenu retle assurance que le cabinet de 



n,5,t,7rjM,G00glc 



228 LA QUESTION D'ORIENT. 

Vienne, « s'élanl rendu compte de la silualion du moment, • 
s'était décidé a à présenter de nouveau les quatre principes 
déjà acceptés par la Russie, mais en les développant de ma- 
nière à les rendre conformes aux intérêts généraux de l'Europe 
et à faciliter l'accord final par une définition pins précise. » 

La dépêche annexe de M. de Ruol se terminait ainsi : a Nous 
ne nous étendrons point sur les graves conséquences qu'entrat- 
nerait le refus d'entrer dans les vc:es que nous ouvrons une se- 
conde fois pour opérer une réconciliation honorable, refus qni 
ferait retomber sur la Russie le poids d'une immense responsa- 
bililé. Nous préférons nous en remettre îi su sagesse pour en 
peser toulps les chances. Nous croyons êlrc ici rinteri)pèie des 
vœux et des véritables besoins de l'Europe. U nous reste à faire 
appel aux sentiments élevés de l'empereur Alexandre, dont U 
détermination suprême décidera du sort de tant de milliers 
d'existen«;es. a 

Tout cela faisait présager l'acceptation pure et simple de la 
Russie. Elle cm lieu le Idjanvier. L'histoire de cet acte solennel 
ne saurait être raconlée dans le présent Annnaire. Disons 
seulement comment ce grand événement fut accueilli par 
l'opinion. 

La tac^ue suivie jusqu'alors par la Russie inspira tout d'a- 
bord une défiance malheureusement trop légitime. On se rap- 
pelait que ses cepréscntanls n'avaient négocié pendant près de 
deux ans qu'avec l'intention évidente de gagner du temps, di^ 
faire tourner à leur avantage chaque phase de la lutte et de se 
dérober au dernier moment. On se rappelait la Noie de Vienne 
acceplée en pure perte, le protocole du 9 avril inutilement ' 
souscril, l'évacuation forcée des Principautés métamorphosée 
en concession, les garanties du 8 aoAl acceptées et annulées 
aussilùt après par une interprétation inadmissible , les négo- 
ciations reprises encore une fois après le traité du 3 décemlH^ 
et l'issue déplorable des conférences nouvelles. Et, aprt» 
chaque espérance donnée it l'Europe, on avait retrouvé la 
Russie retranchée dans ses prétentions pren^ières. 

La France fut la première à accepter fraDchement la paix et 
à s'en réjouir. 



jM,Googlc 



L'AUBORE DE LA PAIX. 9» 

Nous le dtsions au commencement de ce récit , Is France , 
dans tout le cours de cette lutte, s'était montrée plus militaire 
que belliqueuse. Moins que son gouvernement peut-âlre, elle 
avait été touchée de l'intérêt spécial qu'elle avait en Orient , et 
de la question de droit soulevée par l'agression de la Russie. Il 
lui avait plu surtout de se sentir toujours le cœur chaud et la 
main guerrière de la vieille France d'aulrefoisj mais de ce 
sentiment tout chevaleresque, il était résulté pour beaucoup 
de Français que la guerre d'Orient avait eu pour eux la valeur 
et les émotions d'un duel honorable. On allait s'accorder apràs 
iroir satisfait à l'honneur; on allait donner la main à un enneaii 
vaincu, mais estimable : tout était donc bien. 

Peut-être les intérêts supérieurs de la civilisation occidentale 
étaient-ils un peu oubliés dans cette appréciation, mais le 
caractère de la France s'y retrouvait dans toute sa grandeur. 

Les défiances, les regrets Turent plus tenaces en Angleterre, 

Il y avait cependant au fond plus de conformité qu'on ne 
pouvait le penser entre les attitudes diverses de l'opinion dans 
les deux pays. Derrière les résolutions belliqueuses des mechii^f 
britanniques comme sous la froideur visible de la France , se 
cacbait un sérieux dé»r de la pux. Les misères de l'biver, les 
difficultés de la vie par ces temps de cberté générale , étaient 
peat-étre plus fortement senties de ce cAté-ci de la ftlanche; 
mais toute paix qui ne serait pas une humiliation était la bien- 
venue eu Angleterre comme en France. 

Le gouvemeroent britannique ne s'nisocia pas un seul mo- 
oient aux restrictions et à la mauvaise humeur des partis. Une 
fête donnée à l'ambassade d'Angleterre & Paris pour l'investi- 
ture de l'ordre du Bain, conféré à un certain nombre d'officiers 
généraux et supérieurs de l'année française d'Orient, fut pour 
lord Cowley l'occasion d'un toast qui contrasta singulièrement 
avec le langage regrettable de la presse de Londres. Lord 
Cowlej but « à la prochaine conclusion de la pais, à la lét/Hime 
espérance que les nouvelles négociations donnaient aux allitjH, 
et en particulier au pevpie anglais, de voir terminés enfin les 
nuuix de Ja guerre, cfs maux dont les illustres soldais ici pré- 
sents ont pu apprécier toute l'étendue, parce qu'Us en ont été 



n,5,t,7rjM,G00glc 



I8D LA QUESTION b'OAlÊIST. 

les spectateurs et qiie tant de leurs glorieux csmÂ^ades eii oot 
Hé victimes ! d 

N'étwt-elle pas, en effet, bien désirable pour tbut te monde, 
bette paix achetée par tant de sacrifices : Et aussi , qiie de dif- 
ficullés, que de dangers dans la continuation de la guerre! 
Jusqu'alors, les deux puissances occidentales s'étaient trouiez 
partout d'accord, parce que le but de la guerre était parTat- 
tement défini, parce que le champ en était encore tinûté. 
Sauver la Turquie était l'intérêt commun aux deux puissances 
comme au reste de l'Europe. Mais qui pouvait répondt^ que la 
guerre ne se déplacerait pas en se prolongeant, que les intérêts 
resteraient toujours les mêmes? N'était-ce pas trop attendre 
de là nature humaine que de croire que l'action serait toujours 
commune, sans hésitations, sans froissements, U où les inlé- 
rôts commenceraient à différerl Dans le nord de l'Europe, 
l'action à exercer sur la Prusse, le réveil possible de la Vieille 
Ptolôgtie; en Asie, Tabsence d'intérêts véritables du Cdté deU 
France, toutes ces causes pouv&îent faire craindre «itie des 
divergences ne se fissent jour, que la guerre ne changeftt de 
baractère. 

Et la Rtissîe, quel intérêt n'avait- elle pas i éviter line troi- 
tàèrne campagne ! Jusqu'alors on n'avait pas un instant pensé 
à démembrer l'empire russe ; mais 11 faudrait maintenanl l'at- 
taquer de plus pi^s, envahir ses provinces ,' leur donner une 
organisation nouvelle. Où s'arrêteraient, dans cette voie, les 
tratisfbrmations de l'Europe? Les désintéressements tie sont 
pas tellement naturels aux victorieux qu'on dût s'y fier jusqu'au 
boutj et d'ailleurs les gouvernements occidentaux ne pour- 
raient-ils pas avoir, eux aussi, à compte!^ avec l'opinion 
ttubliqueT 

La campagne de 4836 eût donc été féconde en redotitables 
problèmes, en conséquences d'une gravité inouïe. 

N'avait-on pas, d'ailleurs, atteint le but de la guerre? Si 
l'on veut bien se rappeler qu'au début de la lutte, la France et 
l'Angleterre s'étaient engagées d'honneur à ne retirRr aucun 
avantage personnel de la victoire, à ne faire aucune conquête; 
si l'on considère qu'il ne s'ét^t jamais agi que d'arrtter la 



n,5,t,7rjM,G00glc 



L'AUttORE DS LA PAIX. 9U 

Bnssie dans ses env^isiements sur la rodte de CoDstantinoptd» 
d'assurer l'intégrité de la Turquie et l'ématictpation des chré^ 
liens d'Orient, il fauAfa bien avouer que le bat de la guem 
nut été atteint. 

Des deux puissances belligérantes de l'Occident, il n'en était 
pas une qui ne dût 6tre heureuse d'accepter la paix et qui ne 
fflt en position de faire une guerre terrible. Chacune d'elles 
avait eu boo rAle 6 jouer, chacune avait déployé des reaaourcM 
inouïes : conditions honorables pour cotuentir la paix. 

C'est à la France qu'était revenu , aux yeux de l'opinion pu- 
blique, le principal honneur de cette guerre. Si eUe n'avait pu 
dépensé pins d'argent que la Grande-&»tagne , si s* marine 
g'éUit trouvée inférieure par le nombre, non par le talent, à 
celte de son alliée , c'est son armée qui avait véritablement 
porté tout le poids de la guerre, c'est à oette armée que pou* 
valent être Imputées la continuation du aiége de Sévastopol <t 
le coup de vigueur qni l'avait mené à bonne fin. 

Hais la (^nde-&«tagne, pour avoir été prête un peu tard^ 
ne s'en trouvait pas moins prête, et dans queUes oonditliHu dé 
puissance! 

Yeal-ce pas chose tnervallleuse h dite, et vraiment 11 y ait 
de quoi exdter la jalousie d'un Français, si la guerre avait dCt 
se {Htilonger, si Une nouvelle campagne avait dCl s'ouvrir, la 
marine britannique se fût présentée au combat avec quatre 
cent cinquante navires à vapeur, sens compter cent autres 
biHmenta répandus sur toutes les mers du globe, et deux cents 
transports envlnui choisifl parmi les plus beaux navires du 
cimiaierce anglais I Cet armement gigantesque n'eftt pas pcvté 
moina de 7A,000 htmimes, tous demwdés à l'enrôlement 
volont^e. 

La part qui revenait au\ deux grandes puissances alliées 
dm les triomphes des deux campagnes fut faite avec une 
JDstioe pleine de cotHioisie dons l'article suivant, Inséré au 
Moniteur français à la date du i% septembre : 

s La {nise de Sévastopol a excité, en Angleteree comme en 
France, la joie la plus vive. Il était juste, en effet, qu'après 
avoir partagé les dangera et les sacnfices de Cette giiefre> les 



jM,Googlc 



SSa LA QUESTION imiUBNT. 

deax peuples prissent égalemenl port à la ^oire du triomphe. 
Depuis le commeocement de la luUe, la France ei l'ADgleterre, 
confondues dans une étroite communauté de vues et d'efforts, 
ont mis une sorte d'émulation Ji fournir, chacune selon ses 
ressources, les moyens d'assurer le succès. Si la France a pu 
mettre en ligne plus de soldats , l'Angleterre a fourni un plus 
grand nombre de vaisseaux, et n'en a pas moins envoyé suc- 
cessivement en Crimée 80,000 hommes de troupes réunies de 
tous les points de son immense empire. 

» Grftce au prodigieux armementnaval des puissances alliées, 
leurs pavillons dominent sur toutes les mers et les interdisent 
à la Russie. L'ennemi a vu ses vaisseaux bloqués ou brûlés 
dans ses ports, ses eûtes ravagées, son commerce anéanti, ses 
relations extérieures détruites. Depuis la mer d'Azof jusqu'à la 
mer Blanche, depuis la Baltique jusqu'au Kamtchatka, la 
Russie est emprisonnée par nos Qottes. Tandis qu'à force de 
courage nos soldats triomphaient de la résistance désespérée 
de l'armée russe, les marines combinées détruisaient ses appro- 
visionnements et interceptaient ses communications, en même 
temps qu'elles entretenaient l'abondance dans les armées alliées 
et leur amenaient chaque jour de nouveaux renforts. 

» Nos ressources maritimes eussent difBdlement sufO au 
transport de nos troupes et de l'énorme quantité de matérid 
qu'exigeait une pareille guerre à 800 lieues de la patrie. L'ami- 
rauté anglaise a mis à la disposition de la France KO navires 
de sa marine royale et de sa marine marchande , qui ont trans- 
porté en Crimée près de 40,000 hommes de nos troupes , avec 
2,000 chevaux et 7,000 tonnes de notre matériel. Chacun sait 
d'ailleurs que si Bomarsund est tombé sous les coups de nos 
soldats, c'est prindpalement la marine anglaise qui les y avait 
conduits. 

» Dans toutes les phases de cette guerre, à l'Aima et k 
Inkermaim comme à Bomarsund et à Sveaborg, les armées et 
les flottes de l'Angleterre et de la France ont mêlé leur sang et 
lutté de bravoure pour la cause commune. A la TcliRmaïa, nos 
alliés sont accourus pour nous soutenir, comme nous étions 
accourus près d'eux à Balaclava. Dans les derniers et vîcto- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



L'ADRORE V£ LA PAIX. 233 

lieux eSwts coDire Sévastopol , Anglus et Français ont éga- 
lement accompli leor tâche héroïqae. Si, sur plusieurs points 
attaqués, dq seul a d'abord été conquis, le triomphe n'en est 
pis moins dû k tous les corps de l'armée alliée, qui, se sou- 
tenant les uns les autres et lÙvisant la résistance de l'enneioi, 
l'ont enfin forcé d'absndonoer les murs de cette ville que son 
ilésespotr même ne pouvait plus défendre. Aussi le général en 
chef de l'armée française n'a-t-il été que juste en attribuant à 
Farmée anglaise une large part de gloire dans le succès de ce 
pmd jour. 

> Quant aux sacrifices pécuniaires que nos alliés se sont im- 
posés, ils égalent les ndtres, s'ils ne les dépassent. Sans parler 
de l'emprunt turc de 100 millions , garanti , il est vrai , par la 
France comme par l'Angleterre, mais contracté tout entier 
cbez nos voisins, ai des 50 millions avancés par eux au gouver- 
nement lùémontais poar le mettre à même de nous donner le 
concours si utile de ses braves soldats^ l'Angleterre a dépensé 
dans cette goerre, l'année dernière, près de 400 millions, et a 
pnva qu'elle pourrait y dépenser encore cette année plus d'un 
railliard. 

» Cet énorme fardeau et tous ces sacrifices, le peuple anglais 
les supporte comme le peuple français , non point avec réù- 
gnation, mais avec cette énergie qui prouve que rien ne lui 
coûtera pour arriver au but; et l'on peut dire que, chez nos 
voisios comme chez nous, la nation ne se contente pas de 
suivre et d'appuyer son gouvernement, mais qu'elle le devance, 
en quelque sorte, en lui prodiguant tous les moyens d'assurer 
le triomphe d'une cause dont les deux peuples comprennent 
également la justice et la grandeur, n 

Ces deux puissances si différentes par les moyens, si ter- 
ribles dans leur variété d'action et de ressources, avaient été 
comprises par la Ibissie, et ce serait là sans doute une des 
causes déterminantes de la sincérité de ses résolutions paci- 
fiques. Mesurer ses pertes et les forces croissantes de ses 
«menus, c'était comprendre les nécessités de sa position. 
Ans», aux déclarations officielles, le cabinet russe ajouta-t-il 
des déclarations plus précises encore, et qui ne laissèrent au- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



13» lA QUESnON DDRIENT. 

etin .dtnite dans l'ësprlt de totas les hommeB politiques qui 
Bimrait et estiment dans la Russie ube nation vigoureuBS et 
{deine d'un légitime avenir. 

Le /oumal de Saint- Péter^ourg du 6 (Vf) jaurier reconnut 
en toute fntnchiae que des Voeux Unanimes s'étaient manifestés 
en faveur d'une prompte pttoiHcation ; que l'Europe s'était ioh 
t>érieUBenient proDoucée cnnUfi la guerre. La Russie avait dû 
letiir cunpte de ce mouvement d'opînidt); mais elle ne se dlt- 
aiœulait pas en même temps qu'elle se trouvait eu face d'une 
coalition qui tendait à prendre des proportions redoutables, el 
elle avouait qu'elle avait pesé les sacHAces que lui eflt imposes 
l« pnlcMtgation de !a guerre^ 

La paix du monde et la fortune future de la Riumb étaient 
oeeurées par cet bonor^le lougage. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



SimiTION INTÉBIEIIBI, SESSION LÉGISLATIVE. 

TROISIÈME PARTIE 

. FRANCE 



CHAPITRE I" 

SITUATION INTÉKIBDRB, SESSION LÉGISLATIVE 



SFluiEÏQD morale et milériclle : éM. mEliUire, déïelo]ipCinenl dpi Farces de lem, 
l> i^nle hnpéritle; état nuritime, «réttion «t d^elo^pfltnBlil de* roMninn, 
Il Botte. — La corp* polibifaBi, rAk du Sénat. — Lt pnw. — L'i^inioa; 
aUantito cooirs U rw d« IXropaTeai, échauffouréo locblitte à Angeri, la 
MarUmnt. — ScMion lËgiilftiTE. 



L'année 1RS3 a tu la France soutenir à la Tois l'effort d'une 
guerre sérieuse et présider aux luttes pacifiques de l'industrie, 
àm beaux- arU et de l'agriculture. Hudemeot éprouvé par les 
sacrifices éiiormes nécessités par la guerre , notre pays a eu à 
supporter en même temps les conséquences d'une récolte 
insuffisante s'ajoulant à plusieurs années de cherté. Et ce- 
pendant il a pu reprendre sa place ft la tête de la politique 
niropéenne , et sa production a été & peine atteinte par tant 
dlDfluénces HtebeuBes. 



jM,Googlc 



93S FRANCE. 

Noos BTons dit la part prise par la France dans ta politiqiK 
«ientale, et l'histirire de la guerre d'Orient a été. à vrai *re, 
l'histoire de l'empire friHJçais. On a vu notre pays rentrer de 
plus en plus dans les grandes traditions de la diplomatie ; 
s'unir par une alliance intime avec l'Angleterre, mais, cette 
fois, dans des conditions d'égalité honorable; patroner dans 
le moDde les faibles et les opprimés, rallier sous son dr^iean 
les puissances de second ordre, et intervenir comme média- 
teur prépondérant, comme protecteur désintéressé dans leurs 
démêlés avec les grandes puissances. 

Il nous reste à examiner rapidement les conditions de sa vie 
intérieure. 

La guerre d'Orient a nécessairement développé l'état mili- 
taire de la France dans des proportions inusitées. Le 24 janvier, 
une loi appelait 140,000 hommes sur ta classe de 1854. Le 
10 )Dtllet, une autre loi portait qu'il serait fait, en 1856, un 
appel de 140,000 hommes sur la classe de 185S. 

En même temps l'Empereur donnait aux armes spédales, 
aux corps d'élite une extension toute nouvelle, une impwtancc 
qui rappelait les traditions du premier empire. 

Par un décreten date du 4 mai 18S4, l'Empereur avait décidé 
qu'un corps d'élite et de réserve serait organisé et prendrait le 
titre de garde impériale. Le rapport adressé à Sa Majesté par 
son excellence le maréchal Vaillant (1'' mai 1854) renfermait 
à ce sujet les coosidératioas suivantes : 

« L'importance des réserves sur le champ de bataille a été 
consacrée par les guerres de tous les temps, et je n'ai pas à la 
faire ressortir ici. C'est eux corps qui ont été appelés à joun 
ce rdte dans nos années que se rapportent les pages les plus 
glorieuses de notre histoire militaire. Elle montre que, lorsque 
ces corps n'existaient pas, nos généraux y suppléaient par des 
rétertes du moment, empruntées à l'élite des troupes sous leurs 
ordres, qu'ils désorganisaient ainsi partiellement. Mais ces ré- 
serves manquaient d'homogénéité et d'ensemble; elles n'étaient 
pas animées par le vif sentiment d'émulation et d'entrain que 
donne une supériorité anciennement acquise , sentiment qui se 
développe û rapidement chez nos soldats sous le nom A'esprU 



n,5,t,7rjM,G00glc 



SmJATION INTËRTEI^RE, SESSION LËT.ISIATIVE. S37 
de eorpi, et auquel les régiments empnaiteat use valeur et une 
solidité particulières.* 

La nouvelle garde impériale avait formé d'abord une division 
mixte de deux brigades d'infanterie ( deux régiments de grena- 
diers, deux régiments de voltigeurs, un bataillon de chasseurs 
à pied) et d'une brigade de cavalerie ( un ré^meni de cuiras* 
siers, un régiment de guides); un régiment de gendarmerie 
(deux bataillons), un régiment d'artillerie à cheval de cinq 
baltenes avec un cadre de dépôt , et enfin uue compagnie du 
génie, tel était l'ensemble des divers corps dont se composait 
la uouvelle garde impériale. 

Le service intérieur des palsis impériaux avait été réservé it 
un escadron de cavalerie d'élite , qui portait la dénomination 
ffeteadron des eent-garda à cheval. 

La guerre d'Orient réclamait la présence de ce corps d'élite ; 
l'Empereur donna it sa nouvelle garde le baptême de gloire 
qui devait lai mériter un nom si difficile ë porter. 

A la revue d'adieu, passée fe 20 mars, des différents corps 
envoyés en Orient, Sa Uajesté dit, en remettant leurs aigles & - 
ces troupes qui allaient porter sa loin et si haut l'honneur de la 
France : 

€ Soldats! 

• L'armée est la véritable noblesse de notre pays; elle con- 
serve intactes d'âge en âge les traditions de gloire et d'honneur 
national. Aussi votre arlire généalogique, te voici ( en montrant 
les drapeaux), H marque à chaque génération une nouvelle 
victoire. Prenez donc ces drapeaux ; je les confie â votre hon- 
neur, â votre courage, â votre patriotisme, » 

On sait si ce dépôt fut bien gardé. 

Depuis la fin d'avril IRSS, époque de son arrivée en Crimée, 
jasqu'k la chute de Sévastopol , la division de la garde impé- 
riale prit une part glorieuse à tous les combats qui se livrèrent 
sous les murs de la place. 

Le % mai , it la défense de nos tranchées attaquées par une 
fonmdaUe sortie de U garnison; le 22 mai, à la prise du ciioe- 



jM,Googlc 



m PRINCE. 

tito; le T Juin, an ItamelonTVert; le Itt jair), à t'attaqua àa 
Malakof ; enfin, dana la mémorable journée du 8 septembre, U 
farde impériale sut se montrer digne, à force d'héroïsme , du 
rang que la c<Hiftance de l'Empereur lui avait marqué d'avance 
dans l'armée. Le chiffi« de ses pertes attesta le rAle qu'elle 
avait joué. Elle avait eu 140 officiers et 2,471 Bous-offiders et 
soldats tués ou blessés. 

A la suite de cette glorieuse espérienoe, un décret, en date 
du 30 décembre , réorganisa la garde impériale sur des bases 
plus laides, et en fît une réserve en rapport avec la force effec- 
tive des régiments de ligne (1). 

Aux termes du nouveau décret, (a garde serait oomposée de 
deux divisions d'infanterie, d'une division de cavalerie, de deai 
régiments d'artillerie, de deux compagnies du génie et d'un 
BscatUon du train des équipages. 

IjCb nouveaux corps à créer par suite de cette meaw« étoiest, 
pour l'infanterie, un régiment de grenadiers et deux régiments 
de voltigeurs , qui seraient organisés en Orient et resteraient 
provisoirement k l'armée expéditionnaire. 

La cavalerie de la garde ne se composait jusqu'à présent 
que d'un régiment de cuirassiers et d'un régiment de guides. 

Les nouveaux corps à créer pour former la division de cava- 
lerie étaient un régiment de cuirassiers, un régiment de dra- 
gons, un réfppient de lanciers et un régiment de chasseurs, en 
tout quatre nouveaux régiments. 

Pour ne pas afi'ai))lir la cavalerie de ligpe , dans laquelle 
devraient se recruter les quatre nouveaux régiments, le décret 
portait que leur organisation n'aurait pas lieu Immédiatement 

C'est à la tête de cette admirable armée que l'Empereur 
voulait conduire en personne la guen-e d'Orient. Des considé- 
rations politiques de la plus haute importance empêchèrent la 
réalisation de ce projet. 



(I) Dini tes dcrnièrei •[uerret de l'Empire, li garde foimut deui corpl 
4'arniéc, comprenant ensemble pn^s de 100,000 hommes; toui Is ResUurdIac, 
et en pleine paix, la garde se compouit de quitre diiisions, dcui d'inruiterie 
ri deui de caralaris, d'un cfhetir de U t 40,000 ttommet. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



SITDATION INTËItlEimB. 8ES§I0N LÉGISLATIVE. Ht 
S'il h'k pas été âcmoé à l'Empeieur de le mettre lui • mAtne 
k la tète de ses troupes, su moins sa pensée a-t-elle été coa* 
stamment avec cette année qui représentait en Orient l'honneur 
el ravenir de la France. Grftce aux inslniments ai puissant» de 
communioation fournis par la science modeme, les sollicitudes- 
(Hit pu suivrs à chaque heure tes destinées de cette France 
année , de cette patrie mobile, exposée pour le bien de tous k 
toutes les fatigues, à tous les dangers. Pendant qu'on croyait 
Napoléon Dl exclusivement préoccupé de la lutte diplomatiqae 
ou absorbé par les mille détails de l'administratioa intérieum, 
son activité passionnée pour la grandeur de la France trouvait 
encore le temps d'étudier, comme l'eût pu faira sur le théitre 
ds la guerre le général le [dus expérimenté , les chances de 
EDccèi et les combinaisons victorieuses. 

Le lecteur nous saura gré de reproduire ici le document le 
plus curieux d'un livre intéressant, moins peut-être par les 
récits dramatiques et parfois romanesques de l'écrivain, H. le 
baron de Bazancourt, que par ces révélations de la pensée 
impériale : c'est le plan de campagne tracé par l'Empereur 
lui-même après l'insucoès des conférences de Vienne el pen- 
dant le nouveau txunbardement d'avril. 

nwTRrtnoTfS port^ ad gMul kh chet ni l'ibhbi n'oainre 
PAR LB comAmÀnT tAvi. 



V E mttrpÊT au aMnU CattroktH, t 



4tettrmiti'0tUia. 



> L« feu qui a commencé contre la place aura, à i'baure qu'il 
est, réusû ou échoué. Dans l'un et l'autre cas, il faut abto- 
hnnenl sortir de la position défensive dans laquelle se trouve 
l'armée depuis six mois. A eet efEet, d'accord avec le gouver- 
oeroent anglais, j'aurais divisé les troupes en trois armées, une 
vmée de siège et deux armées d'opérations. 

> La première armée est destinée à garder Kamtecb et à 
bloquer la garnison de Sévastopoi. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



210 FRANCE. 

s La deuxième armée est destinée à opérer ji une petite 
distance de Balaclava et à s'emparer, au besoin, des hauteurs 
de Mackensié. 

D La troisième armée est destinée fc faire uae diversion. 

D Si, comme je le pense, les Russes ont 35,000 hommes 
dans Sévastopol, 15,000 bommes au nord d'Eupatoria, et 
70,000 hommes entre Simphéropol, le Belbeck et la Tchemsla, 
il suffisait d'avoir 60,000 hommes de bonnes tronpes pour dé- 
truire tonte l'armée russe, qui pouvait être surprise et prise ii 
revers avant d'avoir pu réunir toutes ses forces ; et même eùl- 
elle pu se réunir, nous nous trouvions en nombre presque égal; 
car il ne faut pas oublier ce grand principe de la guerre, que 
si l'on fait une diversion à une certaine distance de sa base 
d'opération, il faut que les Iroupes employées à cette diversion 
soient en nombre suffisant pour résister à elles seules à l'ar- 
mée ennemie, qui peut réunir tous ses efforts contre elles. 

u Tout cela bien considéré , j'aurais porté dans la vallée de 
Baïdar les 40,000 hommes pris à l'armée de Sévastopol, et, 
soutenu par lord Kaglan, j'aurais occupé depuis Skélia jusqu'au 
pont de Tenlé et Tchorgoun, les quatre chemins qui traversent 
la Tchemaïa ; nous aurions eu ainsi autant de têtes de pont 
menaçant la gauche des Russes établis sur les hauteurs de 
Mackensié. 

» Après ce monvement, je laissais lord Raglan maître de 
toutes les positions sur la gauche de la TchemaÎR, depuis Skélia 
jusqu'à Tchorgoun; je réunissais, en arrière des lignes occupées 
par les Anglais, les ^,000 hommes de l'armée active avec U 
cavalerie et les moyens de transport à ma disposition, atten* 
dant dans cette situation, avec des vigies sur la falaise, du cdié 
de la mer, l'arrivée de mon corps de réserve qui , venant de 
Gonstaotinople , aurait eu l'ordre de reconnaître le cap Phoras. 

B Quelle était notre position vis-à-vis des RussesT 

Le mouvement sur Saïdar, en nous donnant les passages 
sur ta Tchernaïa, a menacé leur gauche et fait croire à noire 
intention de les déloger de front des hauteurs d'Inkermann et 
de Mackensié. Les Russes sont donc tenus en échec, et leur 
Biteiition est attirée sur Inkermaon et Pérékop. No» positions 



n,5,t,7rjM,G00glc 



âlTUATION INTËBIEURE, SESSION LÉGISLATIVE. 94< 

sont eiceUentes, dos projets inconaus, et ^ quelque chose 
Tient les déranger, rien n'est compromis. 

> Hait snppoeons que rien ne s'oppose au plan général, il se 
poarsnit de la manière suivante : 

* Dès que la flotte portant les 35,000 hommes de rannée de 
léserre a été reconnue, on lui a donné l'ordre de se porter à 
Aioacbta, sur l'endrrat de la plage qui, en secret, aura été re- 
connu favorable à un débarquement. 3,000 hommes sont dis- 
posés d'avance pour débarquer les premiers , et ite vont s'éta- 
blir k trois lieues d'Akmchta , su delà du défilé d'Ayen. Tant 
qoe des cavalien n'ont pas donné la nouvelle de l'occupation 
dadéSIé, le reste des troupes ne quitte pas les vaisseaux. Les 
rapports étant favorables, l'avant-garde prend 1& une bonne 
position au delà du défilé, s'y retranche et y attend l'armée ; 
alors ce qui reste des 26,000 hommes débarque sur la plage 
d'Aloncbta, et, de leur cdté, les 40,000 hommes réunis è 
Baïdar reçoivent l'ordre de filer par la grande route qui longe 
jt mer par Jalta. 

* En trois jours, c'est-à-dire deux jours après le^lébarque- 
nait de l'armée à Alouchta, les ^,000 htmimes de Baïdar se 
KUt réunis sous les murs de Simphéropol aux S5,000 débar- 
qués; ou s'empare de celle ville et on y laisse une garnison 
suffisante, ou tûen on occupe sur la route que nous venons de 
parcourir une bonne position qui assure les derrières de 
l'armée. 

> Hainlenant, de deux chottes l'une : ou l'armée russe qui 
est devant Sévaatopol abandonne cette formidable position 
pour venir à la rencoatre de l'armée qui s'avance du cOté de 
Bagtché-Seral , et alors la |»emière armée d'opération , sous 
la ordres de lord Raglan, la pousse l'épée dans les reins et 
s'onpaie de la poûtion d'Inkermann; ou bien les Russes 
aUeodeot dans leurs lignes l'arrivée de l'armée qui vient de 
Sn^ibéropol , et alors ceUe-(» s'avance de Bagtché-Séral sur 
Sétastopol, en appuyant toujours sa gauche aux montagnes, 
Ut sa jonction avec l'armée de lord Raglan, qui s'est avancée 
de Btddar sur Albat, repousse l'ariDée russe et la rejette dans 
Sévasiopol ou dans la mer. 

16 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



ai3 FRANCE. 

p Ce pion a d'iauieufles avantages h mes yeox : d'abord 
l'arince, jusqu'à Simphéropol qui n'est qu'à neuf lieues 
d'Alouchta , se trouve toujours ea communiualioa avec la mer; 
elle traverse 1rs pays les plus Galug , où il y a l« meilleure eau 
de la Ci'imùe; ses derrières sont toujours assurés; elle occupe 
des terraiuE accidentés, où noire infériorité en cavalerie ni 
moins sensible; eufin elle se trouve tout à coup sur la ligne 
d'opération des Russes et leur coupe tous les approvisionne- 
ments en s'emparant probabletnent de leurs parcs de résene. 
Si le tlé&lé d'Ayen , élément indispensable de la réussite du 
projet, est forlitié de manière à ne pouvoir être pris, les 
3,000 hommes qui août allés en reconnaissance pour s'en 
emparer se rembarquent aussitôt, rarroée de réserve vs 
débarquer à Balaclava, et la diversion qu'on voulait opérer it 
Simpbéropol se lait par Uaidar, mais avec beaucoup nioins 
d'avantages. 

• Quant à la marcbe des 40,000 hommes qui vont de Baidir 
b Alouchla, je la crois sans danger, puisque l'ansêe est pro- 
tégée par des montagnes presque infranchissables et qu'on est 
très-loin do l'armée russe. Notre armée peut, pendant toute la 
route au bord de la mer, être suivie de bateaux à vapeur pour 
recueillir les malades. 

» Si, au contraire, on-voulait faire une diversion parKupa- 
loria, mon avis est que rien ne serait plus dangereux et plus 
opposé auK règles de l'art comme aux conseils dn la prudence. 
Eu effet, si l'on opère d'Eupeloria pour se diriger sur Simpbi- 
ropol, on est dans un pays malsain, découvert et presque t^ans 
eau. On est sur un terrain où la cavalerie russe, qui est tK's- 
nombrcuse , a toute cliance de succès : on fait une marche de 
seize lienus devant un ennemi qui peut venir du nord oumnie 
du midi tomber sur vos colonnes et vous couper toute retraite. 
On ne peut appuyer ses ailes à aucun obstacle naturel, 

» Four aller d'Êiipatoria à Siniphéro|iol, il faut traîner avrr 
soi tous les vivres et toutes les munitions ; car, une fois l'anuiV 
partie d'I^upaloria, les i<'>,OUO Russes qui l'entourent aujour- 
d'hui et dont la plupart sont de la cavalerie, harcèleront les 
derrières et empêcheront l'arrivée de toute espèce de convois. 



■n,g,t,7l.dM,GOOglC 



SmiATTON INTÉRIEURE, BEflatON LÉGISUTtVB. 913 

Si elle trouve qoelqne rénstonee à Simphéropol, et qae pen- 
dant ce temps l'arfiiée russe, par nn changement de front, sa 
Mit mise h cheval sur la route qu'elle a parcourue, cette armée 
est anéantie et afhmée ; et, d'ailleurs, tl est un aatre principe 
absolu, c'est qu'one marche de flanc n'est possible que loin de 
de l'ennenii et à l'abri par des obstacles de terrain. 

» L'armée qui opérerait d'Eupatoria à Simphéropol n'aunilnl 
lig:ue d'opération, ni flanquement assuré, ni retraite, ni ohamp 
de bataille favorable, ni moyen de la nourrir. Enfin cette armée 
d'opération , au lieu d'être compacte , composée de soldats 
(faite même nation commandés par un seul chef serait formée 
m grande partie de Turcs, et comme on y adjoindrait quelqnea 
divisions alliées, 11 n'y aiirait ni unité , ni sécurité, ni confiance 
absolue. 

« Si, BU lien d'atler sur Simphéropol, l'année partant d'Eu- 
patoria veut se diriger tout droit sur Sévastopel, il faut qu'elle 
neommence dms de mauvaises conditions , le campagne qnt 
nous avons fblte en débarquant en Grimée t H twA qu'elle mr 
Itve les formidables positions de l'Aima, de la Rateha et da 
Belbeck. Cette entreprise est impossfttle, o» elle serait déaa»- 
ireuse. De là découle la néeesailé absolue de ne laisser jt Eup»- 
twia que le nombre de Turcs strictement indjapeasaUe pour 
fendre la place- 

> Voilà le plan que je voulais exécuter k la tête des braves 
troupes que vous avez commandées jusqu'ici, et c'est avec la 
l^us {«ofoude et la plus vive douleur que des inléiM* plus 
graves me forcent à rester en Europe. 

s NAroiioa, ■ 

L'Empereur n'a pas négligé la mttrine militaire, cet élément 
de puissance resté si longtemps en France inférieur à la situa- 
lion politique du pays. Nos escadres ont dignement pris place 
3 cdlé de celles de TAngleterre ; et l'activité d'un administrateur 
de premier ordre, le regrettable amiral Brual, a peur ainsi dire 
créé une flotte qu'on croyait impossible. 

La guerre d'Orient ■ surpris la marine militaire de la France 



n,5,t,7rjM,G00glc 



2VV FRANCE. 

an milieu d'un travail iipportant de transformalioa. L'adminis- 
Irntion s'occupait de substituer comme principal élément de 
navigation, la vapeur à la voile, sans toutefois abandonner 
cette dernièri:, appelée à rendre encore, dans des circonstances 
nombreuses, des services sérieux. Cette transformation, le zèle 
de l'amiral Bruat et la vol<Kité impériale l'ont accomplie dans 
des conditions de rapidité qui tiennent du prodige. 

A l'ouverture de la campagne, c'est-à-dire au mois d'avril, 
la marine française compte trois puissantes excadres, un nombre 
considérable de frégates ou corvettes à vapeur détachées pour 
les transports de l'armée d'Orient et des stations navales récem- 
ment renforcées dans l'archipel des Antilles, dans l'océan 
Pacifique, dans les mers de rindo-Chine, dans tous les parages 
où s'exerce l'industrie de la pêche maritime 
. Les trois escadres qu'elle pent opposer à l'ennemi ont pour 
théâtre d'action la mer Noire, la mer Baltique et l'Océan. U 
l^emière compte 1,120 canons et 4,960 chevaux; la seconde 
présente 1,S50 canons et 1,790 chevaux; la troisième %,880 
canons et Ô23 chevaux. En tout, 5,2S0 canons, 7,372 chevaux- 
vapeur (force nominale dépassée de beaucoup par la forer 
rédle) et 56,000 marins embarqués. 

Vwci U ownpoailion des trois escadres : 

tSCADRI Dl L* MBK ROtRB. 



LtFriadlwnâ niMun de l*r nug. 

Là Valmy — — 

Lay(U»-ie.ParU — — 

LêBtmiir. — 2t 

LtBayard — 3* 

ItOuirUmagiu vûmmu mikte da 3* rnig.. 

f.'léna..: nÙHM de 3* nag 

L« Jupiter — — 

I^Marmgo — 4* 

I^E^mtr frfgile fc vqwat. 

Le Itogidor — — 



n,5,t,7rjM,G00glc 



SITL'ATION IMËKlËl'KE, SESSION LËUISLATIVE. 945 

RcpoH 934 l,»SO 

U Dmmrtei ftég«la k fipwir 20 KM 



USani. 

UCaUn. 



LaSiriêuia corutta t ^ulUrda... 

ItMirctm brick da I" cIum... 

l'OfMrr — — 



U Ctrf,,.. brick-Hbo 

là Héroit niio k »p«ur... 

UMoMtU — — 



1,120 4,960 



UCtItXI Dl LA Him BALTIQUI, 



UTofi niiMMi i 

L'AtiMltrtitt — I 

LBtTeuU — 1 

Le Jtmmaprt — 

Le SrHloiB — 

U DugitaeUn — 

vimiu*au — 

Lm itaycrri — 

te TridtfU — 

La Simillanle rrégtlo di 

L'Jndrimioqtit ■ — 

La Ymgtanei — 

Li Yirginli — 

La ZinabU — 

LaPiyehi — 

UDaTlMi — t 

U FUégit^n comtt* 

U SouffUiir — 

UXilan..: Aiûo 

ULueiftr — 

VltgU — 



n,5,t,7rjM,G00glc 



FRANCE 

BaCABHX Dl L'ociAR, 



UMotMbtm fùMB» de l" TU>S 

DfJTapoUoit — k Mpcnt 

LiSuffnn. — de ^nog 

bifOn-Sart. — mille de 3* nag., 

Larnu-dt-tiaruiat. — iaftt^ 

L'Algtr — — 

La Pomom$ Mgile miite de 3* nsj. . 

£* CaffanlU — t «feor 

ttMokmd MtnHe — 

UPHmf M rm — -~ 



Cest cette flotte qui s pu, pendrai nne mde cnopagoe d'hîw 
et de printemps , Femplirime mtision toute nouvelle, qu'elle a 
accomplie avec un zèle et une intelligence admirâUes. 11 liû 
a fitliu raritailler l'armée, entretenir son efiéetif , Moqner tiHites 
les cAtes russes, surmonter, dans la Baltique comme dans la 
mer Noire, les difHcaltés d'une navigaticm encore peu connue, 
difficile anrtout dans cette saison. Elle n'a pu se mesurer avec 
an ennedù qui partout refusait ie combat; mus dMM U mer 
d'Atof , & Sveaboi^ et à Kinbum , elle a eu aussi sa part de 
f^oire et a Tait à l'ennemi des blessures qui resteront longtemps 
saignantes. Un seul mot suffira pour apprécier son rAle : sans 
son activité, sang son abnégation de tous les jours, la ouupagne 
eût été impossible. 

Un mot mùntenant sur la situation intérieure de la France 
au point de vue dvla politique, de l'admiuistraiion supérieure 
et ée l'opinion publique. 

On sait la situation faite aux grands eerps poHtiqnes. La 
volonté impériale a cbercbé à défÎDir, à diriger leur siÂion. 

Un importent article inséré dans le Moniltur du il janvier 
1866 commenta les insUtutioos de 1852, surtout en ce qui 
r^arde In devoirs du Sénat. 

Oa s'y demandait si ce c(Hps avait Inea compris « toute 



n,5,t,7rjM,G00glc 



SITCATION INTÉRIEURE, 8G8SI0N LÉGISLATIVE. JAT 

j'importance de sa hsut« mission , • et s'il ne s'étùt pas Ixàté 
donnaer par les souvenirs et les habitudes de l'uKienne pahù. 
L'esaaea des lois votées par le Corps législatif ccuistîtiiB, ajou- 
tait l'aitide, la partie la plus accessoire de ses attributions : 
f le Sénat se livrerait à un travail sans but , et par conséqasBt 
sans atf/arif^, endiscutaotcequ'iln'apas le droit de changer, 
N ce n'est pour cause d'inconstitutionDelité. ■ C'est dans d'an- 
tres attributions qu'il doit chercher son impoclanse et sa prio- 
dpale raison d'Atre : ■ Dans les temps réguliers et caknef , il 
peut suggérer toutes les grandes mesures d'utilité pubUqiie; il 
eitfeod las pétitioDs des càtoyeas; il exaraioe la situation da 
pays ; il recherche ses besoins ; il étudie les perfsetiiHiaciiMDte 
de sou oi^tanisalion ; il slgaale les réformas utiles ; il propose 
les améliorations réelles. Dans les temps ettrawdinaires , U 
peut, ccanine les anciens parlemejts, arrêter le pouvoir qsand ' 
il s'égare; il veille au salut de la patrie, à l'intégrité da terri- 
toire , aa respect du pacte national , au maintien de toos les 
principes et de tous les intérêts de la sociéb^. • 

C'ast avec intentioa que le législateur de 1852 a donné des 
loisirs au Sénat , et il dépend de lui de rendre ces loisirs plas 
otiles que ne l'étatent les travaux de 1 «swmblée dont il occupe 
la place au Luiembourg. il possède c« qù manque aux màr 
■isires, au Mwverain lui-méoie, le temps. Ot, « fa; temps, 
c'est l^émde , c'est l'tdMerratian , c'est la réflexim , c'est Vmt- 
qnéle iaoessante de tout oe que rédanent la Bonlissfîûa ^êê 
peaple, son biea-étrc, Jes iiMMis de rapricatture, lesééva- 
bppeawnts du Inrvail et du orédit, la prospérité A la aécarilé 
de la Frasoe. Le temps , pour ks bommes d'teA&t, c'est la p«is- 
sance de cberoberle bien, de le découvrir, de le préparer , de 
le propaaer , de le défendre , de l'aocompdir. 

a A oAté du govremement nége le sénat : tandis qoe tous les 
ntres pouvoirs et l'En^jerear lui-même sont absorbés parlée 
inoombraUes questions de chaque jour et par les soins îni- 
mnses de la politique inténaure et extéripuw , lui ne descend 
i son s61e d'observaliwi qne pour remonter enmte è son rMc 
de tante preteotioB de tous les întérélsde la aotaété. Modéra- 
sot %'à s'-eaqwrte , iMtigateur s'it s'sadon , 



n,5,t,7rjM,G00glc 



St8 FRANCE, 

il exerce ainsi une influence toujours active sur sa marche : 
appai et conseil dn trAne , il lui apporte , avec le tribut de son 
expérience et le résultat de ses investigations, des moyens 
toujours nouveaux de faire le bien et de mériter la recoonai»- 
sance du peuple, a 

La situation de la presse n'a pas changé. L'opinicMi et la 
passion se sont peu à peu retirées d'elle da jour où il œ lin a 
plus été pennis de toat dire. 

En France comme en Angleterre, mais avec une tout antre 
autorité, le gocivemement eut à rappeler aux or^vws de la 
publidté les devoirs impérieux de discrétion que la sécurité ti 
l'intérêt de nos armes imposaient à leur patriotisme et à leur 
impartialité (Moniteur du fO février). Mais ces recommanda- 
tions, ces conseils respectèrent la liberté de discussion dans li 
mesure des lois existantes. Ce fut un appd à l'opinion {duUx 
qu'une menace, a En temps de guerre, disait l'avis officiel, le 
silence est quelquefois un devoir sacré pour ceux qui parient 
tous les jours au public. S les journaux y perdent quelque 
chose en intérêt, ils y gagnent beaucoup en dignité. Nous m 
sommes plus au temps où la guerre è l'extérieur amenait né- 
cessairement la dictature & l'intérieur. Les gonvemeinents qui 
ont accepté l'honneur et la responstdtililé d'une grande lutte 
engagée pour l'indépendance et réqaitibre de l'Europe, n'mt 
pas eu besoin, comme d'autres régimes, de décréter des lois 
de salut public. Ds ont compté sur la sagesse de l'opinion, 
comme sur l'héroïsme, la patience et l'abnégation de leurs 
armées et du leurs flottes. Ils ne se sont trompés sur aucun 
point. Ils ne se tromperont pas non plus en demandant à U 
presse de tous les pays le patriotisme de la discrétion. • 

La sécurité publique n'a pas été troublée pendant l'année 1855, 
et cependant quelques événements déplorables ont montré tout 
à coup quelles passions subversives s'agitaient sous la fuie 
(M^anisation du pouvoir impérial. L'Empereur a été l'objet de 
plusieurs attentats que nous voudrions pouvoir passer sous 
silence, et dont, grèce à Dieu, la France n'a eu à regretter que 
les criminelles tentatives. Parmi les hommes qui ont menacé I* 
vie du chef de l'Ëtat, l'on, Bellemare, n'était hwireosemcDt 



n,5,t,7rjM,G00glc 



SUDATION INTÉRIEUHE, SESSION LÉGISLATIVE. 9t9 
qu'un mioiaque. L'autre, Piaoori, étut dq des séides de celle 
démigogie qui orgaDuait à Londres ia conspiration perma- 
nente coatre lous les gouvcroenients établis, qui prêchait à 
Josey et à Bruxelles l'assassinat politique. ( Voyei la Chronique.) 

Les faaÎDfls poliliqnes n'ont pas entièrement désarmé en 
France, ^ le travail secret des doctiines socialistes y agite 
UMijours les bas-fonds de la société. Quelque éruption inatten- 
due vient de temps à autre révéler l'existence du volcan. C'est 
ce qui est arrivé à Angers, au milieu de la tranquillité la plus 
profonde. 

C'est principalemenl à Angers que ces doctrines funestes 
■vaient trouvé de nombreux partisans, surtout dans les rangs 
des ouvriers des ardoisières. La société secrète dite la Ma- 
Tuame, qui avait survécu aux événements de décembre 1851, 
et qui venait d'élre frappée piur trois jugements successifs à 
Angers, à Paris et à Nantes, avait fait parmi ces ouvriers un 
grand nombre d'afiilîations. 

Ce travail secret éclata tout à coup par un mouvement 
iasensé, qui rappela les plus mauvais jours des temps de 
l'aaarchie. 

Dana la soirée du 26 août et dans la nuit du 27, des groupes 
nombreux éveillèrent l'attention des autorités, et une colonne 
de 3 ou 400 ouvriers, porteurs pour la plupart d'armes appa- 
rentes et chantant (a Karieiilaite, fut cernée par les soins du 
générai d'Angell , commandant la subdivision , au moment où 
die envahissait la ville d'Angers par le faubourg Bressigny. 
Quelques-uns de ces mallieureux égarés conduisaient une char- 
rette remplie de SOO kilogrammes de poudre de mine, de 
mèches, de tarières, de levicrsetde pinces dites nioiueiirneurj. 
Une brigade de gendarmerie, colle de Trélazé, avait été assiégée 
par ces révoltés el forcée de rendre ses armes, ainsi que la oom- 
pignie de pompiers de cette commune. Cette échaulTourée 
n'eut aucun autre effet sur l'opinion publique, que d'iixciter une 
indignation mêlée de surprise. ( Voi/es la Chronique.] 

La partie politique de la ses»on législative consista, cette 
innée , dans le vote des Iqis nécessaires pour la conduite éner- 
gique de la guerre d'Orient. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



ut FRANGE. 

Après le vobi pttrioliqueœot umuiine ds remptont du 
SOO niillioat, la •ewoa r^çiiliëfe s'était ou?«rts eH laa InTMi 
du Gotpa législatif avaient ooairaeDcé avec l'aDoée nouvelle. Ls 
partie purement financiers de cetta seuion et l'étudâ des quec- 
tioni qui cOoilituent rensetnble de la situation écoiXMniqu£ du 
pays, ont une si baute importance que nous devons leur donna 
le pas sur les questions adaûntstraUna M ea faire l'criiiet da 
i^apilre suivant. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRIS ÉCONOMIQUES. 



CHAPITRE II 

MÀTIÈBES ÉCONOMIQCBB 

1. Quettiotu Jlaanciira. 

SilHtiaa iiiBi^N ; Eia^iul de BOO millionf, espiuDl ie 150 lailliMi, réiBlUU 
ïnouli, leur ilgnificttit» ; éUt du nuTchè, ]» ipéculation, l> dsllc publique.— 
ImpMi el Tctcuui indirecti. — Budget jénirtl de 18^6. ^Sihutioa |t#n*rale t 
Il En de l'innie 18!Ut, nppoH de H. Iijne. — ËUbliiiementi de crédit ; 
BuqtM de France, Crédit mobilier, Crédit foncier, Comptoir d'eMomple de 
fait, CÙM ë^morUiMMah Cèâat let dépAti tt MmigniOaM. — Budget 
delaSwM. 

La Mtoation fiDiocière de la Fnuioe est , cette année , des 
plos remarquables par toutes lei causes do dépression qui U 
donÛDMit et par la force de rétsiitance que leur oppose la 
Tigueor ds la finrluoe publique. 

A l'eitérieur, une guerre iwmidabla, mus soutenue de con- 
oeit avec la plus puiwaate et la plus riche des nations mo- 
dcmes. A l'intérieur, l'ordre affermi, l'autorité inconteslée, 
populaire; le oslme fécond eo entreprises; l'industrie se 
devant en toute sécurité , les grands travaux publics exécu- 
té* avec une sorte da fougue réglée ; Vargent abondant pour 
firifier tontes les entreprises, pour répondre à trois demandas 
nccessirea d'empruote réalisés avec une facilité inouïe; la 
rentrée des impôts s'exécutant sans effort et le reodeinent ded 
tues îodîMcIflB s'aeeroiasant dans des proportions jusqu'alors 
■eomes; les eSMa de comnana sa circult^mi payés avec 



jM,Googlc 



SSS FRANCE. 

une rare exaclilude : tel est l'ensemble utUfakant de la àbut- 
tion finaocière, iodnBtrîelle et commerciale de la France pear 
dant cette année de guerre. 

Une seule ombre charge ce tableau , c'est la cb«té des ali- 
ments de nécessité première, c'est l'insuffisance de la récolte 
des céréales. lA encore il ; a des consolations à signaler. La 
récolte des pommes de terre, ce pain des peuples, est esaot- 
tiellement bonne et abondante. Le blé est cher, mais, malgré 
l'absence des marchés d'Odessa, il ne manque pas sur la plice 
et ta récolte exceptionnelte des États-Unis vient combler le 
déficit, he gouvernement impérial provoque, avec une sollici- 
lude de ions les instants, l'arrivage des subsistances alitneD- 
taires de toute nature et de toute provenance; et il a soin 
avant tout que le travail ne manque pas, afin que la déplorable 
cherlé de la vie ne pèse pas trop lourdement sur les populations. 

Voyons quelles trnces a laissées sur la fortune publique 
cette situation composée d'nspccts rassurants et de somlims 
couleurs. Et d'aburd énutiiérous les charges nouvelles impo- 
sées à la France. 

Les derniers jotirs de l'année iH&i avaient vu autorisu- l'é* 
mission d'un nouvel emprunt de 500 millions de franco. Le 
gouvernement avait, cette fuis encore, choisi la forme qui lui 
avait si bien réussi d'une souscription naiionnie. Le 31 décem- 
bre 1854, le taux de l'émission avait été fixé. La rente de 
4 1/2 p. Ora serait émise au taux de 99 francs, la rente 
3 p. 0/0 au taux de 65 fr. , 23 cent. Les combinaisons et les 
avantages offerts aux souscripteurs étaient à peu prëa les 
mêmes que pour l'emprunt précédemment émis , et les verse- 
ments étaient échelonnés en dix-huit termes, les paiements 
par anticipation restant admis de droit avec escompte. 

Nous avons dit ( Voyes le dernier annuaire) , le succès de 
cet appel à la confiance publique. Quelques mois après, les 
nécessités politiques forcèrent le gouvernement impérial à faire 
un nouvel appel plus important encore. Un emprunt de 
7S0 millions fut décrété. 

Les conditions accordées aux souscripteurs de cet emprunt 
furent , sauf quelques modifications , les mêmes que celles qui 



Dis^tiA-JMyGOOglC 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 263 

iTaient été établies pour les emprunts de 230 millions et de 
SOO millions. 

Le taux d'émisuon fut fixé, pour le 4 1 /^ p. 0/0, à 92 fr. 25, 
ei, pour le 3 p. 0/0, à 63 fr. 35. 

Le capital souscrit devrait être payé de la manière suivante : 
DD dixième au moment de la souscripiion , et le surplus de 
ntois en mois en dis -huit termes égaux, dont te premier 
ccbéant le 7 septembre suivant. La bonification qui résultait 
de cette diviuon équivalait à une diminution de 2 fr. 19 c. sur 
le 4 1 ;2 p. 0/0, et de i fr. 98 c. siu- le 3 p. 0/0. Ainsi le 3 p. 0/0 
retsorUitenréa]itéà63fr.27c.,etIe4 l/2p.0/0à89fr.46c. 

La souscription resterait ouverte du 18 au 29 juillet. Si le 
montant des sousciiptioiiB dépassait 750 millions, elles seraient 
Ecmmises à une rédaction proportionnelle jusqu'au chiffre de 
50 fr. de rentes, qui ne serait pas réductibli<. 

Les paiements par anticipation seraient admis pour toutes 
les souscriptions qui ne dépasseraient pas 1,000 fr. de rente, 
et seulement à partir du jour de la reiuise des certificats de 
l'emprunt. 

Le succès dépassa toutes les {révisions. 

Le nombre des souscriptenrs s'était élevé h 316,864, le capi- 
til souscrit à iKMS milliards six cent cinquante-deux millions 
cinq cent quatre-vingt- onte mille neuf cent quatre-vingt- 
cinq francs (3,652,691,985 fr.), savoir : 

Souscriptions de 50 fr, et au-dessous, non réductibles, 
331,920,11» fr. 

Souscriptiims de 60 fr. et au-dessus, soumises à la réduc- 
tion prc^rtioanelie, 3,420,671 ,830 fr. 

Les départements avaient fourni 236,577 souscripteurs, et 
CD souscriptions, 1,118,703,535 fr. 

Les 2,!^,888,450 fr. Bonscrits à Paris comprenaient envi- 
roa 600 millions venus de l'étranger. 

U dixième déposé k Paris et dans les déparlements , k titre 
de garantie, formait un total de 365,258,198 fr. 

C'était une année aussi, armée morale, armée d'opinion, 
pins nombreuse et fias forte cent fois que les régiments en- 
voyés en Crimée, celte masse de souscripteurs apparue à 



n,g,t,7rJM,GOOglC 



su FRANCE. 

l'tppel de l'EmpMear dM Fnmvaw, et Biftondânt k n vus dn 

sein de toutes les communes de France et presque de totu les 
coins de l'Europe. 

M. Magne put signaler avec raison , dans son rapport sor les 
rénillata de l'empranl (Moniteur du 31 jaillel), ce caractère 
important de la manifestaiion nationale, qu'un déplacement 
ausii énorme de capitaux eût pu s'effectuer dans un temps si 
court, après deux emprunts si récents, au milieu de éomplka- 
tions extérieures à graves , après les crises alimentaire et épi- 
démique traversées par la France, et cela sans causer la 
moindre perturtuition dans les affaires, sans altérer le cours 
des valeurs. 

Car, contrairement h ce qui s'était vu dans tous les em- 
prunts, celni-ci avait été salué par une hausse dans le prix de 
la rente, qui de 6S Ir. 90 c, cours de la veille, s'était élevée an 
cours de 66 fr. SO c. 

L'accueil empressA que l'emprunt recevait en France se 
reprodulnt va Angleterre. Les iHineipaies maisons de Londres 
ouvrirent des souscriptions publiques, et les capitalistes anglais 
se hâtèrent d'y répondre. 

Une question s^euse à poser, en présence de mesores de 
cette importance, est celle* oi i quels peuvent être les résultats 
d'emprunts aussi considérables, aussi nombreux sur le marché 
national, sur la dette publiqueT 

En 1836, on comptait au Grand-Livre 314,683 inscriptions; 
OD en comptait en 1854 783,213. Et, qu'on le remarque, à 
eetia énorme popiriarisaiion de la rente , ciwêspond la créa- 
tion de tout un ensemble de valeurs mobilières naguère enofHe 
forées. En 183S, il n'était pas question de chemins de kr; 
en 185S, on estimait le nombre des actions &lmiltions4T9,000, 
Mlui des obligations b S mllUons 97,S96, et le capital toUl en- 
gagé dans la construction et l'exploitation du réseau !t 1 mil- 
liards 741 millions 286,719 fr. Ln crise de 1848 a été la canse 
innocente de ce mouvement heureux : elle l'a provoqué en 
remboiviant les livrets des caisses d'épargne et les bons du 
Trésor en rente. La mesure profita aux porteurs et popularisa 
la rente par toute la France. La base du crédit s'élai^t à td 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. «M 

point ^'oB pot aa«o(r dm empRiats coniidénMef mr Im re»- 

■oaroei dei soatcriptions pabliques. Après la rente, vinrent iM 
chemins de fer, actions et obligations. Tous i«B capitaux enfoaia 
•a montrèrent u aoleil , et 1) n'y «ni pas une commune de 
Pimca où 1b eoie de la Bourie ne renconlrAt quelque iniéreuA, 
L'AngteiCTTe a depuii longtemps pris sa part de rentes, d'ae- 
liou et d'obligations sur notre marcha, dont les ramifloationi, 
irec l'aide du Crédit mobilier, s'étendent Jusqu'aax exirènwa 
limite* de rAllemagm. 

Cette extension même da marché financier a malhenrMiM- 
ment favorisé un genre d'afbirei qui fait aux affiiires séricuaea 
une déplorable eoncorrenoe , et qui eause da trop nombreux 
sinistres. Nous voulons parler du jeu sur la rente et sur lei va* 
leurs, et de ces formations hasardeuses de compagnies indus- 
trielles, qui exagèrent leur eapllal social et leurs ressources, 
«t qui apportent sur le marché une masse énorme de titres, les 
soutenant d'abord au-dessus du pair par des négociations fic- 
tives, puis bientôt les vendant avec forte perte. 

Après tout, la spéculation sérieuse, ou pour mieux dire le 
pUcemant iDr des fonds m) rentes elvaleuraMtéesàlaBourse, 
«t entré désonnais dans les habitudes de la population fran* 
çiite, Lm petites oouiHires d'actions de ohemins da (er, la 
cooEolidaUon en rentes des livrets de la caisse d'épargne ont 
nfpandu dans les classes moyennes et dans les départements 
lei plus reculés le go&t des placements. 

A la âo de l'année ItUS, le nombre total des Insortp* 
lions s'élevait h 391 ,808 pour un total de rentes insoriles de 
^.S08,965. En 18j0, par suite de la conversion des livrets de 
caisses d'épargne en rente 5 p. 0/0 et des bons du Trésor en 
reDte 3 p. 0/0, le nombre des Inscriptions atteignait un chif&e 
de tt4e.330 pour un total de rentes ifiscrites de 299,608,758, 
et en tS&l, lorsque tous ceux qui n'ont pas voulu accepter la 
conversion de leurs livrets ou de leurs bons du Trésor, ont dd 
depuis longtemps être rentrés dans leur argent par la vente de 
leurs inscriptions, nous trouvons encore 78ii,343 inscriptions, 
pour un total de renies de S33,6t(6,249 fr.; c'est-b-dlre que 
If nombre des rentiers avait augmenté de plus des deux tien 



n,5,t,7rjM,G00glc 



SS6 FRANCE, 

depuis i 847, tandis que le toUl des reoles iaseriles au Gnnd- 
Livre av&it diminué, par suite de la conversion de la rmte 
5 p. 0/0 en i, 1/2 p. 0/0. 

Ceci nous amène à nous demander à l'extenâon de la dette 
poblique présente, coount; on l'a dit, des propoilioDs alar^ 
roantee. Y a-t-it vraiment là un danger pour l'avenir! S l'on 
songe à la popularité toute nouvelle du placement en rentes. 
on peut répondre k l'avance que la dette publique , dftt-elle 
doubler en quelques aunées, ne serait pas encore un danger. 
Uais , d'ailleurs , il ne faut pas s'exagérer son extension , bien 
moÎDS considérable qu'on ne le suppose. 

La dette publique s'élevait, en 18S8, à plus de 200 millions 
de rente , divisés de ia manière suivante : 

Rente 5 p. 0/0 165,345,dU ft. 

i 4/2 p. 0/0... l,03i,7&4 
3 p. 0/0 33,970,260 

Total 200,350,9i7 fc. de rentes. 

DepoîsTorigine de la dette publique jusqu'au 1" janvier ISSi, 
le montant des rentes créées s'était élevé k 579,366,851 fr., 
représentant un capital de i 3,826,064,07i) fr. HO c. Mais peo- 
dwt la même période, les annulations de rentes s'étaient éle- 
vées à 3S6,670,60tt fr., formant nn capital de 8,156,409,067 fr. 
69 c. En sorte que le 1*' janvier 1854, la dette ne s'élevait plus 
qu'à 223,686,242 fr. de rentes, qui se décomposaient de la 
mamère suivante : 

Rente*. C^iilal DomiiuL 

4 1/2 p. 0/0 (1852)... 155,131,086 3,447,357,485 
4 1/2 p. 0/0 (1825)... 886,196 19,693,244 

4 P- 0/0 2,363,326 Û9,083,150 

3 p. 0/0 64,305,634 2,143,521,133 

222,686,242 5,669,655,012 

Depuis 1854 trois emprunts avaient été négociés, formant en- 
semble UD capital de 1,580 millions. C'était environ 76 millions 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ËCONOUIQtJES. 36T 

da rentes i ajouter à la somme ci -dessus. La dette publique 
s'élerùt doDC, en 1855, à environ 298 à 300 millionfl, aoU 
100 millions seulement de'plus qu'en 1828. 

Le poids de la dette, accru des 76 millions de rentes des 
trois derniers emfHunts, est donc facile encore à supporter 
pour le pays, surtout en présence de l'augmentation toujours 
croissante de la richesse publique. 

Là n'était pas le danger, mais bien dans ces surexcitations 
de la spéculation dont nons parlions tout à l'heure, et qui, 
cette année, avaient été augmentées encore par les difficultés 
de 11 ùtuation économique et par les brusques variations de la 
pditique générale. 

Ces perturbations fftcheases avaient encore en pour cause 
déterminante les imprudences des audacieux spéculateurs sur 
les obUgations du Crédit mobilier. Ces valeurs et toutes celles 
qui en relevaient, les chemins de fer autrichiens par exemple , 
iraient été entraînées dans le courant d'ime aveugle spécula- 
tion. Hausse soutenue, excessive, création d'obligations mobi- 
lières, annonces de dividendes anticipés, toutes ces nouveautés 
mient fait au Crédit mobilier, et assurément malgré iiii- 
mSme, une situation factice, contrastant avec U lourdeur des 
utres valeurs, avec l'insufBsance déjà constatée de la récolte, 
avec l'élévation du taux de l'escompte en Angleterre, Il fflilut 
pajer ces excès par une crise. La rente descendit, en sep- 
tembre, à 63 francs. 

Cette situation se prolongea jusqu'au moment où l'annonce 
de négociations nouvelles ouvrit à U hausse de dangereuses 
perspectives, et les espérances mêmes que firent concevoir les 
tflbrts de la diplomatie , eurent pour efilet de prolonger et 
^'SSnver la crise. 

On sentait venir la paix, mais elle ne se faisait pas. Or, la 
Bourse était surchai^ée de valeurs achetées à des prix élevés, et 
il hllait pourvoir aux Uquidations alors que les capitaux se retn 
rûeat de la circulation. 

Cest dès les derniers jours de novembre que l'espérance de 
1* paix avait fait acheter de fortes quantités de rentes. Les 
Kheteurs reportèrent har^ment leurs opérations pour fin dé- 

17 



jM,Googlc 



SM FftAKCE. 

cembre, coDVtineos qua les prélimiiuires de paix aenùot 
signés avant la Bu de l'année. La place ainsi entraînée à la 
bausse , des difficnltéa sérieuses subirent, aux dernien jours 
de l'année, pour le paieuieat des différences, et de nombreux 
acheteurs durent être liquidés. De là une baisse continue qoi, 
du 29 décembre au 3 janvier 1856, amena la rente à 63 fr. 15 c. 

Étudions maintenant à un autre point de vue la fortune 
publique. 

Impôts et revenus indireeti. — Voici le résultat définitif des 
impôts et revenus indirects pendant l'année 1835, comparés 
avec ceux des années précédentes. 

L'esercice de ISîîo ne présente pas moins de 104,07^,000 fr. 
d^ augmentation sur 1853 et de 103,619,000 sur 18^. Ainsi la 
guerre d'Orient, tout eu ralentissant le développement du com- 
merce, ne l'a pas pourtant paralysé. Il est juste d'ajouter que 
l'année 185â a été favwisée par l'Expo^tion universelle, qui a 
donné lieu forcément h un mouvement d'affaires considérable. 

Le commerce français a acheté d'abord beaucoup de ma* 
lières premières à l'étranger pour la fabrication de ses produits, 
et (dus tard, lorsque le commerce extérieur s'est ralenti, on a 
TU tes étrangers, qui avaient admiré les produits de l'Exposi- 
tion, multii^ier leurs commandes et donner de Tanimation aux 
afiaires de l'exportation. 

Outre les droits de douane, qui ont augmenté de iî millions, 
en y comprenant les droits sur les sucres coloniaux et étran- 
gers, plusieurs autres articles sont également en prc^rès. La 
vente des tabacs s'est accrue de 13 millions 1/2; la taxe des 
lettres, de 3 millions ; les droits de mutations, de 30 millions ; 
le droit de timbre, de près de 5 millions. 

Le droit de fabrication sur les sucres indigènes a dîmînuéde 
6,912,000 fr. On sfût que, dans le courant de la dernière cam- 
pagne, les importations des colonies avuent été considérables, 
et les raffineries ayant d'ailleurs quelque peine à se procun?r 
la betterave, dont une partie avait été enlevée pour les distille- 
ries d'alcool, avaient beaucoup ralenti leur fabricaliiMi. 

Mais vers le commencement de décembre, les achats simul- 
tanés ùiîls sur tous nos marchés pour le compte de spécula- 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



HATIÈBES ËGONOIOQUIS. 9E« 

teon oat nu^é partout les sucfes et détermiiié une forte 
bltttM!, qat a encouragé les rafflneuM à travailler avec une 
DoaTelle actirilé. 

L'augmentatiiui tooMllfl de 103,619,000 fr. que notu avona 
signalée, unnparatiTflnwBt k 18U, avait été de 81,055,000 fr. 
pour les trois premiera brinaestres. Elle fut de 32,S64,000 fr. 
pour le quatrième trimestre. 

U MSn Mal dea recettes atteignit 950,879,000 fr.» coiire 
U6,804,600 b. en 1853 et 847,726,000 tr. en 1854. II y ailtnl 
en outre à ajouter aui recettes déjà liquidées les restes à re- 
couvrer, BU 31 déCf^mbre 4855, sur les droits el produits de 
ladite année; ces restes étdlent évalués à 6,130,000 fr., ce qui 
élèverait la recette totale à 95f fflUtions. Les préviùoQs du 
budget, 'qui étaient seulement de 691,756.000 fr., se troiH 
viient ainsi dépassées de GS,2S3,000 fr., dans lesquels âpi- 
itieiit pour 33,330,000 fr. les nouvealia impôts étaÙii par lei 
lois des S mai et li juillet 1655 { Voye» (dus loin LégUlaiio»t 
Àimttt ittràtioa ) . 

L'admicistration des Ëuance» ât publier auau la ûtuatJwi 
des recouvrements de l'impdt direct peudaat l'aoBéa* 

n avait été recouvré 417,565,000 fr. sur la montant daa 
r6Ies, qui était de 436,007,000 fr. | ce qui laissait un solde 
de 16,54^,000 fr. Ù ne restait plus & receuvrer sur 1854 que 
430,000 fr. 

Cette somme de 417,555,000 fr. représentaii 11 dsusi^mea 
49 centièmes de douzième du montant des rdlss, et dépassait 
de 17,800,000 fr. les 1 1 douzièmes exigibles. A la même épo- 
que da 1854, les recouvrements ne s'élevaient qu'à 11 dou- 
zièmes i4 centièmes de douzième du montant des rdles) et 
l'avancé sur les termes échus n'était que de 15,913,000 ir. Les 
frais de poursuite avaient été, en 18B5, avec les recouvre- 
ments, dans la proportion de 1 fr. 80 c. p. O/Ô. L'août précé- 
deole, celte proportion était de 3 IV. 30 c. p. OfO. 

Veut-on se rendre compte de quelques détails, pendant du 
périodes de temps déterminées, voici des diiSies dignes d'une 
attention sérieuse. 

L'augmentation , pendant le second trimestre, avait été, sur 



n,5,t,7rjM,G00glc 



HM FRANCE. 

I8:;{, de 23,-J37,000 fr. Cet acvrobsemeat se répartinait 

ainsi : 

Pour le mois d'avril. . . 8,710,000 Ir. 

— de mai. . . 6,509,000 

— dejuio. . . 7,998,000 

Les receltes de ce deoxiëiiie trimestre s'aient élevées, 
savoir : 

Pour le DHHS d'avril, à 73,946,000 fr. 

— de mai, à 76.185,000 

— dejiûn.k 82.725,000 

La plupart des articles préseutaient d'importantes augœen- 
tatÏMis pour U première période de six mois. L'au^méntatioD 
était surtout remarquable comparativement à l'exercice 18&i 
snr les droits d'em«gistrement, de greflé et d'hypothèques. 
Elle avait ^ de 15,741,000 fr. «ir cet article. 

Le produit des douanes à l'importatiou avait augmenté de 
14,483,000 (r., par suite des préparatifs du commerce pour 
l'Expotition universelle. Q y avait en outre une augmentation 
de 1,446,000 ff. surle droit de timln%,de2,977,000fir. sur les 
sucres des colonies françaises, de 3,798,000 fr. sur les sucres 
étrangers, de 1,081.000 fr. sur la taxe de consonmialion des 
sels, de 2,973,000 fr. sur la vente des tabacs. 

D'un antre côté, le droit de fabrication sur les sucres indi- 
gènes avait diminué de 2,961,000 fr.; les droits sur les bois- 
sons, de 619,000 fr.} les droits sur les céréales, de 748,000 fr.; 
les droits de douane à l'exportation, de 3S,000 fr. ; le produit 
de la taxe des lettres, de 323,000 fr. Quelques antres articles 
avûent également diminué dans des proportions inàgnifiantes. 

Les recouvrements de TmipAt direct pendant ce premier se- 
mestre de 1855 s'étaient élevés ft 206 milliotts 90,000 fr, et il 
restaH è recouvrer 228 millions 86,000 francs. Ia somme re- 
couvrée représentait 5 douzièmes 6S centièmes de douzième 
du montant des rAles , et dépassait de 24 millions 785,000 fr. 
les S douzièmes exigibles. A la même époque de IRUi, les re- 



. n,g,t,7rJM,GOOglC 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 261 

courremeBls ne s'élevaient qu'à 5 douzièmes 58 centièmes de 
douziËme du montnnt des rôles , et l'avnnce sur tes tcniirs 
écbtis n'était que de 20 millions 793,000 fr. Il y ftvait donc, en 
Taveur de 1835, une différence de 10 centièmes et de 4 mil- 
lions. De même les frais de poursuite qui, l'année précédente, 
s'éleTaîent h fr. 24 c. p. 0/0 sur les recouvrements , étaient 
revenus, cette année, à 1 fi>. 13 c., suivant ainsi une progres- 
sion décroissante des plus sntisbisantes (1). 

En somme, pour les revenus et impôts indirects, le premier 
semestre de 18î>5 présentait un produit de 142,1163,000 fr., 
contre 404,184,000 l-u 18^4 et 411,80U,000 en l»oa. C'était 
une augmentation de 31 ,1 53,000 fr. sur 18u3 et de :]8,178,000 fr. 
surlKU. 

Le budget de 1853, on se le rappelle , avait été calculé en 
me de la paix , et dans les conditions d'un progrès Donna) et 
relier. On avait évalué k 39 millions environ l'accroissement 
de recettes que prcscnleraieut les impOls indirects. Or, ce 

(1) Que l'on reitte, relitiveiiiefil t I'»4i>ee lut lennej <chui, !«• Ubiciui dsi 
Kiraiu publia depuii 1846, l'année li pltu proipèrt du r^gne di Louii' 
Pbîlippe, rt l'ou irriven à cri chîlTrei lijniGciliri ; 

EiilS46, Ddii-Mulcmciil il n'y nul pud'iiincea, miit il j itait t centième* 
de nlard.Lcf recouTreniFiili du premier lemcilre a'Kcuuiml ijue i douiièBM 
96 ccDtièoiei de douiitmB. En 1B17, cette liliwlitKi l'ttiit tggrnit ; lu tetwd 
«tut de 6 cenEièmM de dauiiène. En 1848, ce ceUrd «lit ntturellement prii 
drplD* forte! proporlioDi, et tiiil ilteint 38 cenli^mei. Eu 1849, il tt*itàwn 
tp03«e: 58 ccpliéniQ:.. Iila 1850, il redocendiitk t5ceiitifmct. A diterde lli5l, 
l><|uilibre l'eil r«libli, l'irince deiienl le fiit normil, et I8S1 denne 3 dsu- 
litâm l( ccnliiaiBi. Lu tnnèe* luituitei unéliorent encore celle pmition un 
léchdle laiiuite : En 18^2, S douiiémei 32 cenli^ina; en 1853, 5,48; en 18^, 
S,JB; en 1855, enfin, 5,66, toit 10 eentiimei de douitime d'iugnenhlim 
piru. 

Li diminulion dei trii* de recDUvrement t luiii t peu pix^i U mtme progrci- 
•Mm. El 1846, eei fnii l'éUient étnti de 1 fr. 37 c. pir 1,000 trmc»; en I84T, 
ik étuest UMnbti k 1 fr. 16 c, et en 184B, à 1 fr. OB c. M»u U j >iut pour 
IU8 celle ruion ptrtiealiére, qu'on an pounuiTiit pu. En 1849, l'iulocil'' re- 
fmi toa (Ction rtguliire, lei frut l'élèient k 3 fr. M c. pour 1000 Innci; 
pDi ib dcnendent nceeMiiement, p>r le fiil de l'uitlioretiDn progcci^ive de 
l> propnél4 ronciére, en 18S0 k 3 fr. M e.,>Bl8Slï 3 fr. 40c., en IBSï k 
l(r. 09 c., on 1853 k 1 fr. B7 c., en IKM k 1 It. 34 c, en 1855, en«a,'k 
I fr. 15 c. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



ses FBANCE. 

cbiffiX} limite extrèma des évalijatioos lé^dativefi pour rso- 
née eDUëre, se Cuvait k, peu près atteint dans le premier 



Budget de i836.-' Le [H^jet de loi portant 5satioQ du ))ud- 
get général des recettes et dé[)enses de ^feserpipe \SiS6 fut 
présenté, le 22 février, ag Corps légielatif. 

Lei arUcles 7 et 8 de ce projet, comprenant les r^ultsl^ 
généraux du budget étaient ainsi cpnçus ; 

Art. t. Lm loira et mojeni da bndjct de l'eieicice IS96 «ont tnlaé* à b 
■omme toUle de 1 nillurd 603,066,973 fiua, utoît : 

Recctln d'ardre dont l'amploi au )> reititulian Gjnra an budget dct dépeuM 

pour 11 Kmm» de 178,721,393 fr. 

nMMM*KliMblM>u*u8M<Ml«d« l'Eut i,iv,»a,6n 

TotJjénértI 1,602,066^ tt. 

An. S. D'eprfa 1b fiuttaai éUUiea pu U prttealB M, !• HmMti ttattû 
ia badgat de 1886 m rtnme timi ^'il nut : 



d'otdT. de fEui. 

Lm MptMM ordi- 



/Wfnt (irt. 1«) à l,aM,flN,M> «IS.Tn,» t,ll»,(W,IB3 

IiNTaJMfitnojmi 
■idia. et estnordiB. 
Mentent (ut 1] t.. . l,B0f,e86,9n «B,n7,MS 1,113,136,819 

f^Uti-MtTMMf. t,iUi,iM(f. » 4,14Q,4a6{l. 

iMdtpMueiOTdiBUNii'tlelultkummede 1^7,304,«ST 

tt lei rMM>iue«> iir4luv|i «onleot t , 1,518,119,180 

l'eieiduil daraceltei mr te temee erdinure est de. 21,201^693 fr. 

et les df peowi pour tnim Gilnordmalre*, 

fui Mut de 40,121,989 

eoBipiTéei Mix reetonrcei Minordlnuree, 

d ,.,■■■ M,a»l,W9 

fréMaleol M ewidMt de 11,067,301 fr- iljmjm 

fW ert MunH per le* rM MWMi otHmitm du btîs^i i* 

4,1W,MI 



jM,Googlc 



MITIËRES ÉCONOMIQUES. iM 

Le bodget pour IM6 pr^ntait des chsngemenlfi notables 
par rapport à celui de l'année courante. 

Le budget des dépenses, les ^9 de la guerre laissés en 
dehars, montait à la somme de 4,K97 millions, ce qui oSrtU 
nne augmentation de 3B millions environ snr le budget de 
<8S5, 6i l'on recherche l'origine de cette différence, on trouve 
que le service ordinaire avait subi un accroissement de 73 mtl- 
tions, tandis que le service des travanx extraordinaires avait 
éprouvé , au contraire , une diminution de 36 millions. D'oti 
provenaient ces aiigmentali(His et ces dlmiunlionst 

L'accroissement du service ordinaire portait presque tout 
entier sur trois départements ministériels, savoir : pour T mil- 
lions sur le ministère de l'intérieur, pour U millions sur le 
niinblëre de la guerre , pour IB millions sur la minislèra des 
finances. Si l'on y ajoutait environ I million demandé en plus 
psr les autres ministères, ce serait en tout 77 millicHis. Mais, 
comme il y avait nne diminution de 4 millions sur la mirine, 
l'accroîsEement du service ordinaire se trouvait idnii ramené 
BQ chiffra de 73 millions. 

L'augmentation de 7 millions sur les allocations du ministère 
de l'intérienr se rapportait k un seul chapitre, celui des prisons 
départementales, et celte augnnentation, fictive en grande par- 
tie, ne repaésenlait réellement qu'une surcharge de S millinos 
pour te budget. On sait que les budgets départementaux sont 
dani nne «tuaiion anwmale , en oe sens que, les rassourees de 
la première section étant insuffisantes pour subvenir anx be- 
K»ns auxquels elles sont afl^ctées, les conseils généraux sont 
obligés de recourir anx renonrces de la deuxième section et 
notamment aux centimes extraordinaires, afin d'y pourvoir. 
.Ajoutons que quelquefois les ressources disponibles sur la se- 
conde section ne peuvent suffire à couvrir l'excédant de dé- 
penses de la première, de telle sorte que certains budgets 
déparlemenlaux se trouvent alors en déficit forcé. Pour obvier 
ï cette situation, le gouvernement avait été conduit ft examiner 
s, dans les dépanses de la première section, il n'y en avait pas 
qu'ilfCit convenablederappofter au budgetda l'État. Bon atten- 
ikn s'était pcnlée tout naturellMnent sur les prisons départe- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



WÊk FRAItCE. 

mentales. D^ l'État pourvoit aux dépenses des maisoiu cen- 
trales. Or, quelle qoe s<ût la durée de la détention, qu'il s'agisie 
de détenus condamnés i plus d'up an ou à moins d'un tn , il 
est évident que llntérét poMic est le même , qoe le canctëie 
de la dépense est le même. D'où etite concluûon logique de 
Cure passer au compte du gouTeroement les dépenses des pri- 
sons départementales comme celles des maisoas centrales. 
C'étaimt donc plus de T millions transportés au budget de 
l'Ëlat. Hais, comme la situation financière des départements 
n'exigeait pas un d^rèvement semblable, on avait en ménie 
temps attribué à l'État comme centimes généraux sans affecta- 
tion spéciale, trois des centimes additionnels, actuellement pw- 
tés aux budgets des départements, et qui représentaient plus 
de 5 millions. On voit donc quR celte mesure destinée à atté- 
nuer, sinon k faire diitparaltre les défectuosilés de l'état actuel 
des choses, n'occasionnerait qu'une surcharçe de 2 millions sur 
le budget général. 

Les 24 millions d'augmentation qui figuraient au budget de 
la guerre, provenaient, sait r quelques modifications de délnil 
et de peu d'importance, de la formation de la garde impériale, 
de la réorganisation de l'artillerie , des changements apportés 
dans les compagnies des cavaliers de remonte. Nous n'avons 
pas besoin de rappeler les motifs qui avaient motivé la rocma- 
tioD de la garde impériale. Le grave inconvénient que présen- 
tait l'organisation de rartillerie, c'est que les régimenta com- 
portaient à la fois des batteries à cheval , des batteries it pied 
et des batteries montées, et que ces différentes espèces de bat< 
\enes se gênaient réciproquement dans leur instruction , dans 
leur service et dans leurs mouvements. Pour y remédier , on 
avait constitué trois espèces de régiments d'artillerie , ceux 
d'atillerie à cheval ou légère , destinés à manœuvrer avec la 
cavalerie; ceux d'artillerie montée nu de ligne, manœuvrant 
avec les divisons; ceux d'artillerie à [»ed ou de réserve pour 
l'attaque et la défense des places ainsi que pour le service des 
parcs de l'armée. Cette organisation beaucoup plus rationnelle 
que la précédente, puisqu'elle maintiendrait l'unité dans les di- 
verses parties de l'armée, pi-ésentait des avantages tels, qu'on 



n,5,t,7rjM,G00glc 



HATIËRfS ÉCONOMIQUES. M5 

n'anût pu db recaler deruit une légère sugmenUtion de dé- 
peDse poar les réatiaer. Quant à l'ioslitution des compagnies 
des cavaliers de remonte , depilis longtemps elle ne répondait 
{dus aux besoins en vue desqnels elle avait été créée, et il était 
devenu indispensable d'accroître ie nombre des compagnies, 
soit pour assurer le service de la remonte sur tous les points, 
soit pour être utile tout à la fois à l'armée et aux intérêts hip- 
piques en général. 

C'est snr le ministère des finances que portait la plus forte 
logmenl&tion. 11 s'agissait de 15 millions. Mais, sur cette 
somme, il y en avait environ 34 qui provenaient des emprunts 
conclus pour faire face aux dépenses de la guerre d'Orient. Les 
frais de r^e, de perception et d'exploitation des impôts, récla- 
maient un excédant de 6 millions, dont plus d'un million pour 
le développement du service postal , et plus de 1 millions et 
demi pour l'achat des tabacs , par suite de l'ACcroissemeDt de 
la consommation et dtria nécessité d'augmenter les approvi- 
sîoniiements. Près de deus millions et demi étni<>nt attribués en 
sus aux reiiibourâenients, restitutions et non valeurs. Du reste, 
pour le ministère des finances comme pour celui de l'intérieur, 
une partie de l'augiueniation n'était que fictive. Ainsi, sur les 
'!i millions d'accroissement, inscrits an chiffre de la dette pu- 
blique , 10 millions représentaient l'augmentation de la dota- 
tion de la caisse d'amortissement, an^'montation purement 
nominale , puisque l'umorliseement ne fonctionne pas, et que 
les sommes qui lui sont allouées figurent en recettes comme en 
(lépeuscs. Ainsi encore les A millions et demi, employés en 
surcroît d'achats de tabacs, ne seraient pas une charge pour 
le Trésor, puisqu'ils lui rentraient accrus de tout le bénéfice de 
l'impAI. 

On a vu que , si le service oïdinaire s'était augmenté de -73 
millions, en revanche, le montant des travaux extraordinaires 
avait diminué de 36 millions, ce qui avait réduit riiiigmentalion 
définitive sur l'ensemble du budget à 35 ou 36 millions seule- 
ment. U avait été possible de réduire les allocations des tra- 
vaux extraordinaires, sans eu ralentir l'activité, sans reculer le 
terme de leur achèvement. Grâce à des traités passés avec les 



n,5,t,7rjM,G00glc 



tm nLUiCK. 

CQOipBgniM, Im âflttea eontnctées pu l'tttst pour rAabUsse- 

ment de nobre résMU de cbeminf de fer avaient été divisées eo 
annuités ralatlveBwnt pen considérables, et dont l'échéance 
était indépendante de l'exéoution des travaux. La charge, se 
trouvant répartie sur une période pins étendue , était de^enoe 
moina kHlrdfl, et l'économie générale de nos bodgets y snh 
gagné. 

Maintenant comment avait-on feit face k l'accroïsseinent de 
35 à 36 millims sur l'ensemble des dépensesT Cela pouvait 
sembler d'autant pins diffioile que , si la dépense des travatn 
extraordinaires avait été diminuée, les versements des compa- 
gnies de chemins de fer s'étaient beaucoup rédnils, et présen- 
taient une infériorité de Î9 millions sur les recettes extraordi- 
naires. C'était donc en réalité 66 millions de ressources nonvelles 
qu'il fallait trouver. Il est vrai qu'on reprenait déjk 10 milli<HS 
sur la réserve de l'amortissement et 6 millions sur les centimes 
actuellement portés aux budgets départementaux; ce qui, 
joint aux [«ogres naturels de la contribution foncière, reiwé- 
sentait 18 millions. Mais restaient encore 48 millions à trouver 
pour équilil»er les recettes et les dépenses. 

On pouvait, sans imprudence, compter sur la progression 
constante des revenus hidirects. En évaluant l'augmenution 
résultant du mouv«nent nature) des affaires et des cmisomnia- 
tlMiB, on serait plutôt resté au-dessous de l'accroissement 
réel. Il n'en fallait d'autre preuve que le produit du mois de 
janvier, qui présentait déj6, au moment ob fut arrêté ce projet 
de budget, un excédant de 8 millions sur le produit correspon- 
dant de l'Minée i»écédente. On calculait qu'en tenant compta 
des modifications apportées dans plusieurs taxes, les re>'e[iD6 
indirects donneraient une plus-value d'une trentaine de 
millions. 

Une autre augmentation de recettes s'obtiendrait par le réta- 
blissement des droils sur les oMtgations et les quittances au 
même taux qu'en 1850. Ces droits avaient été abaissée alors en 
vue de décharger la propriété foncière. Mais il ne paraissait 
pas que cette immunité, qui, d'ailleurs, aviùt réellement pro- 
fité i beaucoup i'opéniùau mobilières , ebt eu un résolut 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 267 

très-«epâble pour les contribuables. Le rétablissement dee 
droits procurerait 7 iDÎllîoii^ au trésor sai)5 gêner et sans aur- 
cha^er les transactions. 

EnfiD, par contiouatioD d'une mesure votée en I80O, on 
aliéa^rait des bois de l'État jusqu'à concurrence d'une quin- 
zaine de millions. Les bois désignés avaient été choisis , autant 
que possible, parmi ceux qui présentaient la plus faible conte- 
nance, parce que d'une part, ils sont d'une garde coûteuse et 
difficile , et parce que , d'antre part , ils sont à la portée d'un 
grand nombre d'acquéreurs. Cette aliénation ne diminuerait - 
que trè&-peu l'étendue de notre domaine forestier, qui est dVn- 
viroD douze cent mille hectares. C'était là , il est vrai , une res- 
source extraordinaire i mais n'était-elle pas justifiée par les 
sommes consacrées aux travaux publics extraordinaires T Si 
l'on veut remarquer, d'ailleurs, que les chemins de fer aux- 
quels elle serait appliquée, feraient un jour retour à l'Ëtat, on 
recoanaltra que ce n'était, en quelque sorte, qu'un écbange 
d'an domaine contre un autre plus avantageux. 

En résumé, les nouvelles ressources obtenues par ces divers 
moyens, montaient à plus de 52 millions; elles couvraient 
donc les 48 millions d'insuffisance, et elles laissaient encore un 
excédant de recettes de i millions. C'était là un budget nor- 
mal assez satisfaisant dans les circonstances actuelles. 

Situation g^néraie à la Jln del'attnée. — Le compte général 
des finances publié au mois de mai 18ft5 présentait, on l'a vu , 
la situation provisoire de l'exercice I8S4 avec un excédant 
probable de dépenses de près de 100 millions. Lorsque, selon 
l'usage , le ministre des finvnces rendit à l'Empereur le compte 
de la situation générale au commencement de l'année 1856 
(rapport de H. Magne, iS janvier 1856}, ce résultat s'était 
atténué d'une manière sensible, et le découvert de i8.'>4 n'at- 
teindnitpas 70 millions; sans le supplément de 72 millions né- 
cessaire pour compléter la dotation des grands travaux publics, 
la balance définiiive eût fait ressortir un excédant de recette^. 
Les évaluations du budget de 1853 avaient été moditiées par 
des drconstances imprévues. Les secours donnés aux com- 
munes, les arrérages des deux derniers emprunts, les escomptes 



n,5,t,7rjM,G00glc 



96t FUBiCE. 

poorversnDefli s anticipés, la oêeessxé àe ncaotàbitt ar des 
basée plus Iar,-cs les a^^trorUioiiDenirats des maaabttares de 
t^Mcs pour les mettre en nppwt arpc le progrès de la con- 
MMiiinati"n , rarcrois^miefit de*, primes à resportatîoD résal> 
laol de raciiiité de oblre ioduâine, les frûs dé rExpositioo 
DDirenelle, l'impalsiou donoée aox ttxtaux pobGes, étaient 
aDlant de causes «ccidenlelles qui anient ramioé roorertiire 
de Dombrem crédits et avaient imposé ao bodgel me charge 
supplécieotaire de 160 iriilljons. 

Le rapport de M. ïagae mettait en retief les résntUls des 
ioipûts indirects. Les nouTeaus droits avaient prodmt 33 mîl- 
lîijRS. Les anciens tarifs donnaient, an prcfil de 1855. nw 
augmenialion de 70 a.illic«s, ce qui dépassait de près de 
100 mi lions 1rs produits de Tannée 1846. 

Le budget de I8Ô6 n'était encore qu'à son début, mais od 
espérai! q-je lei faits se rapproche raif-nt davant^e des préti- 
sioDs , atte:idu que beaucoip de causes qui, en l8-"''-% , avai.nt 
enlrHiné dfs stipplemeois de crt^.t , n'tr'.aient pas de nature à 
w rt'pr. ifuiif. 

Le budget de 1857, non encore e\aniioê, se balançait par 
uu excédant de rc c*>ties de 1 5 uiilli- us. Notons que, cette fois. 
pour donner au travail d'élaboration du b<:dfet le plus grand 
caiaclère pos»bie de sinctrité . et pour diniiauer les chances 
défavorables de rimprèvu, quelqur-s changements avaient elé 
introdnilj dans la base des é\ aluadons. 

D'une part, pour la fixation des dépenses, on avait leoa un 
plus grand compte de l'expérience des précédentes aonées. On 
avait, par exemple, augmenté de 13 millions l'allocatîoD des 
primes à l'esportaiion. jusqu'alors toujours insoffisanle. 

Quant aui reci^tes, contrairement i la marche suivie anté- 
rieuremeot, elles avaient été évaluées d'après les résultats 
obtenus et d*aprfs les prév'i^ons de 18ô6, sans égard pour les 
accroissements ultérieurs. Ces augmentations de prcMluîls à 
peu près certaines seraient réservées pour faire face aux 
dépenses supplémentaires que des cas de force majeure pour- 
raient orcasionner. 

Le rapport de M. Magne se leniiÎDait par quelques expUca- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIERES ECONOMIQUES. 360 

lians sur ts situatioa du Trésor et les produits des empninls. 

L'emprunt de 350 millions était complérement soldé. Il res- 
vi, au f " janvier 1856 , 24 m'ilious h réaliser sur celui de 
300 millions. A la même époque, le Trésor avait reçu 39i mil- 
lioDs sur les 780 millions du dernier emprunt et du supplé- 
ment, savoir : 234 millitHis pour le 10" et les termes échus qui 
isaient été payés exactement, et 160 millions pour le? anti- 
[^ipatioDS. 

Les emprunts avaient fait entrer au Trésm une somma 
iotale de un milliard 120 millions , et il restait à recouvrer sur 
In deux derniers emprunts 415 millions. 

Les dépenses imputables sur les emprunts pour 1854 et 
1855, s'élevaient, le 31 décembre, à près d'un milliard, ce qui 
tiissail un excédant de ressources de 120 millions, qui, réunis 
un 415 millions à recouvrer sur les emprunts, formait on total 
disponiUe de 535 millions pour les besoins de la guerre 
de 1856. 

La dette flottante proprement dite s'était trouvée réduite à 
63! millions, c'est-à-dire à 121 millions au -dessous du chiAe 
de l'année précédente, et les bons du Trésor étaient descendus 
a 168 millions. Cette situation paraissait do nature à éloigner 
l'éveutnalité d'un nouvel emprunt. 

H. Magne terminait BiD« son résumé : 

« Ce nmple (q>er(u des principaux événements financiers de 
i'nuKe qui vient de s'écouler nous montre une activité com- 
merciale sans égale, un progrès inouï dans la consommation, 
iteDx emprunts énormes acquittés avec la plus grande régula- 
nte et en grande partie avant les échéances; en dehors des 
eoipnintB, plus de 135 millions, chiffre qui ne s'était jamais 
ra, employés en achats de renies pour le compte des dépar- 
tements; les contributions directes payées par anticipation et 
presque sans frais; un budget convenablement balancé; la 
dette flottante réduite, le tout malgré la guerre, malgré la crise 
des subsistances, malgré les dépenses » considérables que des 
circonslances accidentelles nous ont imposées. 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



270 FRANCE. 

» Quelle plus gronde preuve de la vitalité, de la ticbes» du 
pays et de tout ce que peut ta t^'raDce sous un gouvememeiit 
populaire, avec de pareilles ressources sagement employées ! 
L'exagération seule serait à craindre; Votre Majesté saura 
écarter ce danger par sa haute prudence, en résistant avec fer- 
meté ani entraînements irréfléchis de la spéculation , et ai 
ajournant, dans l'intérêt des affaires engagées, toutes celles 
qui n'tmt pas im caractère évident d'urgehcé. s 

tl noas reste à étudier 1* situation flnahciferâ âH pays dans 
cette des principaux établissements de crédit public. 

Banqw de Prûneé. — ExAtiiiflons d'abord danï MB etliefiible 
et dans ses détails le grand établissement de Crédit, tégulatear 
de tous les autres, la Banque de France. 

Au 8 fcrrier IS55, là situation de la Banque et de sèa suc- 
cursales est celle-ci : 

L'encaisse métallique a augmenté de 17 millions à Paris et 
de iQ millions dans les succursales, au total de 63 ndllions. Le 
Trésor public a versé & la Banque 30 millions , montant de 
pareille somme de botas du Trésor que la Banque avait escomptés 
et que le Trésor a réescomptés à la Banque; dé plus, son 
compte courant se trouve porté de 73 millions à 131 mltliaDs. 
G8 qui représente un accroissement de près de 49 millioDs. 
Ces deux versements suffisent à expliquer l'accroissement coa- 
ùdérable de l'encaisse métallique. 

Le portEfeuilte a augmenté de 13 tOilUona à Fariji et de 

2 millions et demi danâ les succursales. 

Les variations âes divers Chapitres âéè avances font Insi- 
gnifiantes : 1 million d'accroissement Sui" effets publics, 

3 millions sur titres industriels. 

La circulation des billets n'a pas Varié II Paris; elle a aug- 
menté de 12 millions dans les succursales. 

Le compté courant du Tiésor, on l'a vU toUt ft l'heure, s'est 
élevé de 73 millions à 121 millions et dcnii. De plus, le 
Trésor a remboursé lés 30 millions dont il vient d'être ques- 
tion. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRE9 âCOTfOMIQUES. 971 

Us onnple* «aurults des particuliers ont monlé de IIS tpil- 

iioDS à 126 millions à Paris, sans changement diDS le> suecur- 

salfi. 

Ces promien ehifflres poséS) il Auffiti de dire, pour les mdis 
mlTiDta, qa'au 12 avril l'encaisse est auchii&e de 432,614,797 Er. 
88 c. Le portefeuille. & 322,904,313 fr. 66 c. Au 10 mai, l'en-" 
caisse n'est plus que de 420,914,038 fr.; le ponefeuiiie, 
3I0,;44,92& fr. 9» Cl 

Au 14 juin, reocaisse, h 407,709,813 fr. 38 c.) a diminué 
d« 13 millions et demi. Il ■ augmenté dans lea succursales da 
IU,Sâ9,9D5 fr., taudis qu'il diminuait à Pari» de 34,24&, 169 fr. 
1i c. Les portefeuille! sont restés presque stationuaires : H 
n'j a dans renaemble qu'un demi>nl)llibn da dittiiiliitiori sur lé 
Douïcau bilan. La compte -courant du Trésor a peu varié : i) a 
subi une faible diminution de 3,196,264 fr. 97 c. En somme, 
une assez grande stagnilion dans les affaires qui se treilent, 
ea grande partie, au comptant. Il y a sur la place peu dé 
papier escomptable; aussi les bonnes signatures se négocient 
tscileinent au-dessous de 4 p. 0/0 et ne peuvent, fit oonsé^ 
qaeDt, âlre apportées à l« Banque. 

Le même ftiit exiate en Angleterre et , à celte époque , l'ac- 
coiDulaiion des ca|Htaui et la disette de papier escomptable 
viennent d'engager la Banque d'Angleterre à réduire le taux 
de 30Q escompte à 3 1/2 p. 0/0. La Banque de France persista 
malheureusement à maintenir son taux de 4 p. 0/0. 

Au 12 juillet, la situation est déjà bien changée. Le mouve- 
ment d'affaires produit par l'Exposition universelle a délw> 
miné une forte réduction de l'encaisse (82,869,199 fr.) et en 
iDêroe temps un accrolseement iniporlani dans les chiffres des 
ponpfeuilles et de la circulation des billets. L'encaiaae est 
nduilde 397 millions et demi à 3t4,(>2g,(iU fr. 13 c. La cir- 
culaiion des billets a augmenté à Paris de 26 millions, mois a 
diminué dans les succursales de 3 millions. Le chiffre des por- 
tefeuilles s'est accru de 27 millions et detni k Paris et de 
34 millions dans les succursales. Il s'est élevé dans son ensem- 
'Ht de 310,369,439 fr. 30 c. k 38l,699,2u6 fr. 08 c. 11 y a le 
^iilemment un mouvement d'affaires iousitii: mais, au fond, 



n,5,t,7rjM,G00glc 



379 FRANCE, 

U «tnation est anormale, par suite des préparatife fTna 
emprunt impcfftant. 

Au 9 août, t'encaisse métallique a augmenté de 36 millions 
à Paris et diminué de 13 millions dans les succursales. Le 
portefeuille a augmenté de S8 millions à Paris et de 2i millions 
dans les succursales, ensemble de 82 millions. Le chapim des 
avances offre, cette fois, une augmentation également remar- 
quable : les avances sur effets publics, de 13 millions et demi k 
Paris et de 9 millions 35/100 dans les succursales; les avances 
sur actions et obligations de chemins de fer, de 17 millions 1/2 
à Paris et de 5 millions dans les succursales, ensemble, de 
38 millions et demi. La circulation des billets a diminué de 
iS millions à Paris et de 6 millions dans les succursales. Le 
compte courant du Trésor a monté de 58 millions à 237 mil- 
lions, avec près de 300 millions d'augmentation. Les comptes 
courants des particuliers atteignent 129 mi'iions à Paris et 
25 millions dans les succursales. 

Augmentation des avances , augmentation du compte cou- 
rant du Trésor, augmentaUon du p(»^efeuilte, tels s<Hit les 
traits caractéristiques de ce bilan. Les deux premiers résultats 
sont la conséquence de l'emprunt, 75 à 80 millions ont été 
engagés à la Banque qui a par là facilité une souscription de 
près de 400 millions. De son côté, k mesure que le Trésor rece- 
vait les souscriptions , il les versait à la Banque , ce qui éle- 
vait le cfaiffre de son compte courant. 

L'emprunt est sans doute aussi pour beaucoup dans l'énorme 
accroissement des portefeuilles : leur chiffre se lient, depuis te 
commencement de l'année, entre 335 et 310 millions. Depuis 
juin, il a monté tout à coup à tô3 miUions, préseotaDt-un 
accroissement de près de 150 millions, soit près de 50 p. 0/0 
en deux mois. 

En résumé, an mois à'sottt, l'ensemble de l'encaisse est de 
338 millions et demi; le portefeuille, de MS millions; le cfaiffre 
des avances, de 176 millions; la circulation des billets, de 613 
nûlIioDS; les comptes courants du Trésor et des paiticuliers, de 
411 millions. Les engagements exigibles de la BÛique s'élèTe&t 
à 1 milliard 35 milli<»is contre un encaisse de 338 oùUioiis. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



UÀTltRES ÉCONOMIQUES. 978 

Ad 13 septembre, l'eDcotsae a diminué de, 15 mUlkaw h 
Puis et de 34 loillioDs dans les suceursales. L'encaÏBse total 
esl de S88 milboiis. Cest le chiffre le plus bas anqael il soit 
descendu depuis dii-huit mois (mars IftSd). Ce rétohat 
mérite attention, parce qu'il coïncide avec une diminution nen- 
sible de la réserve métalSqne de ta Banque d'Angleterre, dioû- 
ontioa qui a eu pour conséquence une élératiwi du prix de 

Le portefeuille a diminué de 29 millions à Paris, et de 
3 mîlliobs dans les succursales; mais il reste encore an cbiSira 
total de 431 millions, ee qui est un chiffre de beaucoup snpé- 
liear au chiffre des dix -huit derniers mois, à l'exception du 
mois précédeot, 

L« chapitre des avances otke peu de changements. La tota- 
lité des avances faites par la Banque, tant sur dépAts de renies 
qae sur dépôts d'actions et obligations de chemins de fer, s'é- 
lève à 168 millions et demi. Ce chapitre a rarement atteint des 
prc^Kwtions aussi élevées. 

la circulation des billets a augmenté de 34 millions. Elle est 
au total de 658 millions. C'est une des pliu considéraliles que 
!'(») ait rues. 

Le compte courant du Trésor a diminué de 126 raillions. 
Cest la conséquence des opérations nécessitées par le dernier 
anjmint. U est encore de 131 millions. 

L'ensemble des engagements exigibles, et il faut entendre 
par là les billets en circulation et les comptes courants, est de 
933 millions. 

Ainsi, au commencement d'octobre, la Banque a vu son 
encaisse métallique tomber de 433 millions à 389, par une 
(fiminution de 144 millions. En même temps, au contraire, son 
portefeuille s'est accru, et de 323 millions il est monté à 431 » 
soH 101 millions d'augmentation. 

Les demandes de numéraire ayant pris, dans les premiers 
jours d'octobre, une extension nouvelle, le conseil de la Banque 
s'effraya de celte situation et recourut à des mesures restric- 
tives. Ces mesures restrictives consistèrent : !• En une éléva- 
tion du taux de l'escompte, qui fut successivement porté de 4 

18 



n,g,t,7l.1M,GOOglC 



«4 FRANCE. 

à5etde5ii6;2'en une diraioution du maximnin d'échéance 
des billets admis k l'escompte : josqu'aloFs c'était de quatre- 
vingt-dix jours; désormais l'échéance ne pourrait plus excéder 
soixante-quinze jours; 3* en une réduction de la proporti<Hi 
que la Banque avance sur les fonds publics et sin* les actions el 
obligations des Compagnies. Elle était naguère de 60 p. 0/0; 
elle ne pourrait plus être que de 30. 

n était arrivé quelquefois , durant les dix dernières années, 
que la Banque, dans des drconstances difficiles, haussât le 
taux de l'escompte ; cependant jamais , non^seulement depuis 
dix ans, mais depuis un demi - siècle, elle n'avait mis l'escompte 
ï 6; dans la crise de 1847 et pendant les angoisses de IStô, 
elle ne l'avait pas porté au delà de S; quant au maximum 
de l'échéance des effets de commerce , il y avait près de 
quarante ans qu'on le voyait immuable à quatre-vingt-dix 
jours. 

Ces mesures si graves jetèrent par toute la France l'inquié- 
tude dans les affaires. Les rigueurs du grand établissement qui 
dispense et régularise le crédit par tout l'Empire, allaient être 
infailliblement imitées , exagérées même par les escompteurs 
particuliers, par tous les détenteurs de capitaux. L'industrie, le 
travail national étaient menacés dans leurs conditions d'exis- 
tence. La spéculation surtout élut atteinte, et c'est peut-être la 

considération qui pouvait le moins attendrir le conseil de la 

Banque. 
Au moment oii la Banque prenait ces mesures restrictives, 

voici quels étaient les versements restant à effectuer sur tes 

principales valeurs négociées à la bourse de Paris : 

Emprunt de SOO mitllona I6SS ID/M 3SO,OD0,^HM 

■ 150 » IBM 16/30 eO0,00O,0l» 

OfaUsilionideUTiUsdePârù 300 45,000,000 



Crédit fonoier 3B0 15,000,000 

Eil (noateta) aso «3,500,000 

MtdilOTruiée ISO 13,900,000 

âMpoiter 966,000.000 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES 

Report.. 
Gfin 


ÉCONOMIQUES. 


275 
886,000,000 
90,000,000 
10,000,000 










.. aoo 


















.. 250 


«,000,000 
11,000,000 
fl,O00,O0O 
iO,SOO,000 
35,000,000 
1*0,000,000 
24,000,000 

15.080,000 
4,500,000 
8,111,900 
































uril 








C«.t«3nic aéoénlB n 






,.. 350 


(ttuauiom. 












































*5,000,000 
1.363,711,900 













Cette sommR énomie ne devait, à la vérité, être versée que 
dans uo délai assez éloigné ; mais il faudrait roiimir au moinb 
75 millions par mois. Or, ces versements ne s'effectueraient 
qu'autant que la spéculation trouverait aide et secours dans les 
p^nds établissements de crédit. En restreignant ses avances, 
eo élevant son intérêt, la Banque allait donc contribuer à la 
dépression des fonds publics et à la dépréciation des valeurs 
industrielles. 

H est juste de dire que les mesures prises par l'établissement 
français ne furent pas isolées. La Banque d'Angleterre, de son 
cfité, e&ayée de la diminution rapide du numéraire dans ses 
caisses, malgré l'élévaUon du taux de l'escompte à S p. 0/0, le 
porta , dans les premiers jours d'octobre , b S et demi, La cir- 
culation et les Banques des deux pays sont solidaires dans une 
certaine mesure. Cette solidarité est devenue encore plus 
intime depuis que l'or, qui Tait le fond de la circulation métal- 
lique de l'Angleterre, est entré, dans notre propre circulation 
pour une aâsez forte part. Il était donc assez difficile que 
l'exemple donné de l'autre cAté du détroit ne f&t pas suivi en 
France, 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



S76 FRANCE. 

Mais 7 aTait-tl vraiment un danger dans la diiaiDution de 
l'encaisse, cause. principale des restrictions? A 289 millions, 
l'encaisse paraissait encore sufBre amplement h nne circulation 
de 6S0 millions de billets, La proportion du tiers est générale- 
ment admise comme normale. 11 est vrai que rencaisse derail 
diminuer encore et que la situation de la place pouvait hire 
craindre une crise financière sérieuse et, par suite, des deman- 
des énormes. La Bourse de Paris était sous le coup de graves 
inquiétudes : iine baisse considérable se déclarait sur toutes 
les valeurs. Des achats continuels avaient eu lieu depuis sii 
mois sur les acUons de chemins de fer, en même temps que le 
gouvernement avait émis successivement plusieurs emprunts. 
La plus grande partie des inscriptions provenant du dernier 
emprunt de 750 millions n'était pas classée. Beaucoup de titres 
se trouvaient entre les mains de capitalistes anglais, lorsque le 
numéraire avait commencé à sortir à la fois de la Banque 
d'Angleterre et de la Banque de France. L'état des récoltes ex- 
citait en même temps de l'inquiétude. On prévoyait une insuf- 
fisance de 7 millioBS d'hectolitres pour la consommation de 
la France, ce qui devait uécessiter de nouvelles exportations 
de nnménùre pour se procurer des grains à l'étranger. 

Ces diverses circonstances avaient fait affluer des titres de 
toute espèce à la Bourse. Les déteoteurs anglais surtout s'é- 
taient h&tés de vendre toutes Intu^ valeurs françaises, et comme 
la spéculation avait fait de nombreux achats, les cours de la 
rente et des chemins n'avaient pas pu réùster à l'imporlanoe 
des ventes. 

Au reste, au moment où la Banque prenait ses mesures res- 
trictives, on pressentait déjà la fin de cette crise. Toutes les 
positions de hausse exagérées avaient été liquidées; les ba« 
cours de la rente et des chemins avaient permis à de nouveaux 
capitalistes d'entrer dans ces valeurs à des conditïODS plus 
avantageuses, et l'on commençait à reconnaître que les crùntes 
relatives à la récolte avaient été fort exagérées. Les prix des 
orales qui s'étaient élevés outre mesure, étaient en baisse sur 
tous les marchés , et l'on attendait prochainement au Havre de 
grands arrivages de grains et de farine. 



jM,Googlc 



MATIÈRES ÉCONOHIQDES. 2n 

Dès le 15 octobre, la «taatiofi commence il s'améliorer. Les 
demandes de auméraire ont diminné, la Banque a commencé 
1 recevoir des Ungots de l'étranger. En Angleterre, l'encatsae 
de la Banque présente une augmentation légère. Il n'en eat 
pas encore ainsi en France. Au 8 novembre, l'encaisse a 
éprouvé une nouvelle diminution, mais peu sensible cette fois, 
de 21 millicms seulement II a diminué à Paris de 7 millions et 
dans les succursales de 14 millions. Mais cette sortie du nu- 
méraire est largement compensée par les chiffres des autres 
articles du Ulan. La circulation des billets a diminué de 
35 millions , dont SS millions & Paris et 10 millions dans les 
comptoirs. 

Le montant total des billets se trouve réduit à 614 millions 
pcor un encaisse de 232 millions. 

L'élévation de l'escompte à 6 p. 0/0, et la réduction à 7S 
jours des échéances des effets de commerce , ont amené une 
diminution de 24 millions et demi dans les portefeuilles, dont 
21 1/2 pour Paris seulement, et 3 millions pour les départe- 
ments. Une grande partie des efTels h l'échéance du 31 dé- 
cend)re ont sans doute été portés déjà à la Banque ; mais les 
(fiets à 90 jours n'étant pas admis, la grande échéance du 
31 janvier n'a pas encore pu être escomptée. Dès que cette 
date rentrera dans la limite des 75 jours, la Banque n'aura 
plus de motifs sérieux pour maintenir celte mesure, et il est 
probable qu'elle acceptera de nouveau les bordereaux k 90 
jours, surtout à, comme il y a lieu do le croire, le numéraire 
omlinue i rentrer de nouveau dans les caisses de la Banque. 

Les mesures prises à l'égard des avances sur valeurs ont 
amené une réduction importante sur cet article^ Non-seule- 
ment la Banque ne prête plus que 30 p. 0/0 sur les actions et 
obligations de chemins de fer, et elle a exigé des couvertures 
de ceux auxquels une proportion plus forte avait été avancée 
sir leurs titres , mais elle montre une extrême rigueur pour 
toutes les nouvelles avances. La diminution totale des avances 
a été de 39 millions 1/2, savoir : 

Sur les e&tts publics, de S millions 1/2 à Paris et de 2 mil* 
lions dans les succursales ; 



n,5,t,7rjM,G00glc 



ffS FRANGE. 

Sur les valeurs de chemin» de fer , de 20 oùlËoas à Paria & 
de S iBîUions dans les succursales. 

Le compte courant du Tréfior, qui était un mois auparavant, 
de 101,7)1,934 fr. 33 c, ligure au bilan du 8 novembre pour 
une somme de 71,121,315 Ir. 84 c. 

Les comptes couranls divers ont éprouvé dans leur ensemble 
une diminution de 17 millions, dont 14 millions pour Paiiset 
3 millions pour les comptuirs. 

A partir de ce jour, nous entrons dans une période d'amélio- 
ration décisive. La réaction favorable se desiùne, bien que la 
Banque ne revienne pas encore sur ses mesures de rigueur. 

Au bilan du 13 décembre, le mouvement de baisse qui s'é- 
tait fait remarquer depuis quelques mois dans le chifi&e de 
l'encaisse s'est arrêté; il y a même une amélioration légère: 
de 211 millions S50,218 fr., l'encaisse s'élève à 218 milUoiu 
801,684. fr. : dilTérence en plus, 7 millions 341,466 fr. Il faut 
peut-être remarquer que cette augmentation s'est fm>duile ei- 
clusivement dans l'encaisse des succursales ; de 106 millioai 
5&K,136 fr., chiffre du moisde novembre, il s'élève à 132niil- 
lions 286, 937 fr. ; au contraire, t'encaisse dans t'établissemeiU 
principal de Paris est descendu ,de 104 millions 985,062 fr. à 
86 millions 614,747 fr.. C'est la première fois qu'on obs^ve 
une différence aussi grande entre les deux encaisses à l'avan- 
tage.des succursales. 

Le portefeuUle est encwe en voie de diminnticm : de 455 oùl- 
lions 855,362 fr. qu'il représentait dans le bilan du mois de 
novembre, il descmd à 417 millions 666,946 fr. Cette situation 
est-elie le résultat de l'état général des affaires ou une consé- 
quence de la trop grande rigueur apportée par la Banque dam 



Le compte des avances sur effets pubUcs français et sur les 
actions et obligations des chemins de fer présente une nonvells 
diminution de 31 millions 677,500 fr. ; différence entre 129 mil- 
lions 4,436 fr., chifire du mois précédent, et 97 milli<His 
326,936 tr., chiffre du bilan qui a été publié le 13 décembre. 
Comme le mois précédent, c'est encore le chapitre des avances 
sur actions et obligations des chemins de fer qui supporte la plos 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. tî9 

grande partie de ccMe différence. Comparativement an dàBet 
do bilm du mcHa d'octotwe , le chapitre des avances , tant sot 
effets publics que sur actions et obligations des cbemins de 
1er, g sutH une diminutiou de presque OS millions de francs. 

l^ circolatitm des billets , qui avait déjà diminué pendant 
les mcMS précédents, est ensoie descendue de 31 millions 
tei,500 tr., différence entre 611 millions 319,800 fr., ehiffire 
du mois précédent, et 592 millions 655,300 fr., ohlf&e de la tàr- 
ctilsti(Hi actuelle. Ainsi la circulation des billets de la Banque 
I» s'élève pas à la proportitm normale du triple de son 



Le compte courant du Trésw créditeur montre un léger ac- 
crcàBsemeot : 72 millions 398,824 b. contre 71 miUioM 
121,315 te., dùttte du précédent bilan. 

Enfin le chii&e des comptes courants partictdîers, qui était 
de 157 millions 610,Ul fr., a subi une dinùnutioa lr6»-consï- 
d^d>le : il n'est plus que de 115 millions 863,U0 fr.; diffé- 
rence : U millions 777,104 fr. (Test un cbiffi« très -ccHisidé- 
nUe et qui trouve sans doute son explication dans le» expor- 
tations de numéraire auxquelles la France est obligée, soit par 
■dite de la guerre, soit pour acheter des grains à l'étrbnger; 
et à ces causes déjk très -puissantes U faut «jouter que le prix 
élevé de l'argent et l'intérêt avantageux qu'il est facile d'en 
tirer ont déterminé beaucoup de capitalistes fa retirer leun 
linds des caisses de la Banque. 

Enfin, pour nous rendre compte de la situation pendant las 
deraien jours de l'année, il nous fant pousser jusqu'au bilan do 
10 janvier 18S6. 

Les chiffres de oe bilan indiquent encore des difficultés. La 
diminution de l'encaisse n'a pas été mcnndre de 19 millions 
depuis le mois précédent. Mais cette fois elle porte plus for- 
teoient sur la province que sur Parts. Elle n'a été que de 
Snùllioas fc Paris , tandis qu'elle est, dans les succursales, de 

14 milli<His. 

En roéme temps que le numéraire continuut è sortir des 
taiiset de la Banque, la circulation des billets s'angmentdt de 

15 millions k Paris, seulement, tandis qu'U y avait une diud- 



n,g,t,7l.1M,GOOg,IC 



SM FRANCE. 

antioo à» 1 nùllïon dans les comptoirs. L'enc^sse se tronre, 

au 10 jaavier 1856, réduit un peu ao-dessons du tiers des 

billets. 

L'épuisement de l'encaisse s'explique aussi par le moure- 
ment extraordinaire qui a eu lieu sur les portefeuilles, dont les 
chiffres ont varié pendant quelques jours de 8 et 10 millions. An 
moment où le bilan a été arrêté, le chiffirs des portefeuilles s'é- 
levait à U6 millions et denû,aoit une augmentation de 39 n)3- 
lioos sur le mots précédent. 

Les comptes courants divers ont augmenté de 14 milUons, 
mais cette angmentalion a eu lieu exclusivement à Paris. Les 
chiffres sont restés tout à fait stationnaires dans les suc- 



Voici, en nombres ronds, les chiffres des principaux articles 
du nouveau bilan, comparés avec ceux du li novembre et du 
13 décembre: 

14 noTenbn. It dfcBmbn. IDJanitr. 

Eanim SlOmill. i/3 318 miU. t/S 199 niU. ijî 

Porler«uiUM U6 > 1/3 417 u 1/2 446 > Ifî 

iwwwtiirnleunpabliquef. 129 a ' 91 » 9S ■ l'a 

Cir«a)*liOD 614 ■ B93 • SQB ■ 

CMDTb eonrant daTrèMK... Tl » 12 • SI > 



En somme, il est permis de croire que la prolongaticH) des 
mesures restrictives de la Banque a été pour quelque chose 
dans la continuation de la crise, dont tout indiquait la fin. C'est 
pendant le mois de décembre qu'il avait fallu fournir au ver- 
Boneot DWDsuel du dernier emprunt, aux appels de fonds de 
phisi»irs compagnies de chemins de fer, à l'émis^tHi des ac- 
titHis de la compagnie Parisienne de l'éclairage au gai; c'était 
ausu le moment ob le commerce avait à payer ses factures ou 
aes effets, et en face de pareils besoins d'agent, on ne irouvui 
plus à la Banque les mêmes facilités qu'autrefois. 

Cependant l'échéance du 31 décembre avait fait rentrer 
beaucoup de capitaux. Jamais peut-être tm n'avait vu à la 
Banque une ^béance aussi conûdérabla. On pouvait compter 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUiS. S81 

qw la liquidation des affaires de l'année 18A5 serait compléte- 
meDl terminée après l'échéance da 31 janvier, et que la 
Banque poorrait enfin se désister de ses rigueuR). 

Aui derniers jours de l'année, les causes les plus sérieuses 
de difficultés ont disparu. Depuis la prise de Sévastopol , les 
eoTOÎs de matériel de guerre ont eessé, et les frais de la guerre 
d'Orient tfut diminué dans une très-grande proportion. La Ban- 
que a en, par conséquent, des sommes beaucoup moins coo- 
àdérables à expédier pour le compte du gouremement; or, l'on 
iiit que toutes les dépenses faites en Orient devaient être 
payées en numéraire. 

Les mois d'ociotrô et de novembre ont été signalés par des 
•chats considérables de grains effectués à l'étranger, et prin- 
cipalement aux États-Unis, pour le compte de la France. a 
fiUu également payer ces achats au complanl et en espèces. 
PlDâews pays |woducteurs, tels que les États-Unis et les Prin- 
cipautés danubJennes, préfèrent même nos pièces de S fr. en 
i^ent à nos monnaies d'w. Hais on était arrivé enfin à la pé- 
riode des arrivages de ces grains, qui affluaient dans nos ports 
de mer, et l'on avait ralenti les expéditions de numéraire desti- 
nées h faire de nouveaux aohats. 

Enfin, tandis que notre commercé d'împorl&lion s'était sen- 
ûtdeinent ralenti, l'étranger avait fût depuis quelques mois, 
de nombreux achats de marchandises dans nos fabriques, 

Examinons maintenant cette situation générale , non plus 
dans les chiCres mensuels et dans les principales portions 
de la place, mais dans le rapport annuel de la Banque de 
France. 

Du rappbrt de H. d'Argout, gouverneur de la Banque de 
France, sur les opérations de 1tlB5, il résulte que, depuis trois 
ins, la masse de» opérations de la Banque a pris un dévelt^ 
pement inusité. Les transactions se smt élevées à 3,964 mil- 
Bons en 1853, à 3,886 millions en 1854, et à 4,863 millions en 
1856. C'est une augmentation de [wès d'un milliard en 185S 
iiirl854. 

Les eseomptes se s<»t élevés k 3 milliards 76S millions contre 
i milUaids ftU miUioiu en 1854; c'est une augmentation de 



iMyGooglc 



Saa FKANCE. 

S18 millions. Jamaia ils n'avaient été plus considérables que 
dans le second semestre de 185S. En juillet, ils ont atteint 3& 
millions, et dans les quatre mois suivants, ils ont varié de 
341 à 354 millions ; enfin, en décembre , on airive i un totil 
deSlSimUiong. 

La Banque reconnaît que l'élévation de son taux d'escompte 
de 4 à 5 p. 0/0 et de S k 6 p. 0/0, et les échéances restreintes 
de 90 à 75 jours, n'ont pas été un obstacle k la progresûon dea 
escomptes, ce qui semble prouver que ces mesures restrictives 
n'ont pas atteint Je véritable but qu'on se proposait, et qu'dks 
ont seulement accru les bénéfices de la Banque. 

La Banque a réusâ du i" août an 31 janvier à réduire ses 
avances sur rentes, sur actions, obligations de chenÛDS de f», 
dei85à93œimonB. 

Depuis le 1" juillet 1865, le l>ésor a renbonrsé à la 
Banque une trusième échéance de 5 millions, ce qui réduit u 
dette de 75 millions à 60. La Banque lui a avancé 40 nnUions 
pour trois nlois sur transfert de boas du Irésw , et cette opéf»- 
tioa a été renouvelée deux fois. 

Quelques encaissements de fin de mois se sont élevés k Paris 
à des sommes considérables. Le 31 octobre, la Banque ami 
perceviur k Paris une s<Hnme de 65,417,000 francs. La Banque 
n'a été lésée, en 1855, par aucune foillite. Elle a recouvré 
343,000 francs sur des sinistres letnontant i des ^>oques asaa 
ékàgnées. 

Les succursales croissent chaque année en nombre et en im- 
porlaDce. La totalité de leurs opérations s'est élevée, en 1855, 
à 2,745 millions contre 2,161 aùliions en 1854. C'est uœ aug- 
mentation de plus d'un d^ni-milliard. Les augmentations les 
I^us marquantes portent sur les succursales de Uannlle , de 
Lyon, de Bordeaux, de lille et de Valeociennes. La succursale 
de Nevers a seule donné une perte qui s'élève à 1 10,300 £r. par 
suite des dépenses de premier établissement. De nouvelles sue- 
cnrsales ont été autorisées à Arras, à Dijon et à Dunkerque. 

Les dépenses de la Banque et de ses succursales se s(Hit éle- 
vées à9,813,000 fr. en 1855, contre 5,007,600 en 1854; c'est 
une augmentati(»i de 4,806,000 fr. Dans ce chiffre figure une 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ËCONOUIQUES. 388 

somme de 3,920,011 fr, iH c. pour primes pajée& sur métaux 
jHëcieux. 

Outre les mesures restrictives des 4 et 18 octobre, la Banque 
avait, dès le mois de juillet, acheté de J'or et de l'argeot au 
dehors. Au 31 décembre , ces achats , continués pendant six 
mois, s'élevaient à 360 millions. Le rapport annonçait que ces 
opérationa cmitiauaieut encore et n'étaient pas près de leur 
terme, Le 31 janvier 1896, les arrivages de lingots atteignaient 
le chiffre de 398 millions. 

I^ rapport affirmait que les mesures restnctives prises par la 
Banque ne l'avaient point empêchée ■ d'élai^îr son escompte 
dansdes propwtions plus étendues que jamais. > Et cependant, 
il était bien évident que le commerce avait vu entraver ses ofé- 
rations par les mesures restrictives du mois d'octobre. 

Le rfqiporl se féUcitait pour ainsi dire de la sévérité avec 
laquelle avûent été traitées les avances sur effets publics : on 
t'était efforcé d'en réduire le chiffre et on ; avait réussi , car , 
da 1" avril au Sljanvier, leur chiffre était réduit de moitié, de 
18a raillions à 93. Cette horreur pour la spéculation était-elle 
yHea dans le rMe du premier étabUssement de crédit de la 
Frujcel 

ËD r^umé , de ce trè»court rapport de M. d'Ai^out, on 
pouvait surtout conclure que la Banque de France s'était beau- 
conp phiB préoccupée, pendant œtle année de crises, de sa 
propre sécurité que des besoins de la place. Ses efforts avaient 
été dirigés surtout vers ce but : maintenir le niveau de sa réserve 
métallique. 

Une o|Hnion assez généralement adoptée , à la suite de ces 
Rpërieuces d'une mauvaise aimée financière , c'est que la 
Banque de Fïance , pour intervenir utilement dans les crises, 
nepoisëde pas un ca^utal de garantie suffisant. Ce capital, qui 
w trouvait réduit en 1848 6 67 millions, n'est encore que de 
M millions, et cependant toutes les banques départeœentfdes 
sont mainlenSDt fusionnées avec ta Banque de Francs . 

Si k Banque consentait à doubler ce capital , elle pourrait 
sus bconvéuient réduùe le chiffre de son encaisse et augmen- 
ter la cirodatioD de ses billeU. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



au FRANCE. 

Crédit mobilier. — Ol étabKsseineDt de erédit tend, de 
plus en plus chaque année , i prendre dans l'orgaiûsatioii de la 
tùrtane publique, une posJtioa souveraine. Cette oéatioo i la 
[Hétention d'organiser plus complélemeat le <védît, de le sous- 
traire k l'influence et aux intérêts b(»ués de quelques ia£n- 
daaiilés pmssanles; de commanditer les grandes eolreitfises; 
en au mot, de Taiie réagir l'esprit d'association OHitoe l'esprit 
d'isolement. Donner à loos , même aux pJos petite , le ponroir 
de participer k des avantages qui furent longtemps le mono- 
pole de quelques-uns; émanciper le commerce, rîndustne, 
les gouvernements eux-mêmes, telles seraient, dans l'e^wit 
des fondateurs de ce puissant inslmment, les conséqoaices 
prochaines de son apparition dans le monde financin. 

ËtodioDS le rapport présenté par le conseil d'adounistratioa 
dans l'assemblée génénle des actionnaires ( 93 avril i856). 

La société génénle de Crédit mobilier avait pu concourir, 
en 1855, à un grand nombre» d'opérations importâmes. Ces 
opérations sont de deux siHles : finanùères et indusoieUes. 

Parmi les grandes (^ûrations financifacs, la [dos cooàdé- 
rable fut sans doute l'émission du dernier emprunt français de 
780 millions. Le Crédit mobilier apporta , avant l'heore fixée 
pour l'ouverture des listes , la plus forte souscription qui ait 
jamais été faite par un établissement de crédit : il déposa la 
demande d'un ctUAre qui re|»ésentait à lui seul le tiers de 
remprunt total, puisqu'il montait A la somme de 250 miiU<His, 
somme qui allait être fiaa que doublée par soile de l'appd Ml 
aux ressources de la clientèle étrangère. 

LeCréditmobilierdntaugmeniercechifficdei!10,(MI0,000fr., 
et y ajouter , quelques jouta plus tard, une seconde souscrip- 
tion de 375,000,000 fr., tant ymu son compte que pour cdin 
de l'Angleterre et de plusieurs États de l'Allemagne , « pre- 
mière et grande vérification, sjoulart le rapport, des ressources 
que doit donner le crédit international. * 

Pour faire comprendre le caraotàre libàvl de la pensée qui 
avait préâdé à cet acte, le rapport signalait ce fait remarquable, 
que les profits réalisés par le Oédit mobilier sur la r^Me, pen- 
dant rexercice> ne figuraient en totalité que pour M,000 fr. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES fiamOHlQUES. MB 

ennrao dans le dàWn de 38,000,000 h. qui représentait se« 



Réduite, eomme les autres, dans la {voportion établie par le 
GoaverDement, la souscription du Crédit mobilier avait prodoit, 
CD déBnitive , i ,280,9W fr. de rente 3 p. 0/0 pour le compte 
de la Société, indépendamment de la part des administrateurs 
et de celle de la cliente étrangère. « Il suffit, ajoutait le rap- 
port, de rapprocher ce cbiffire de celni de 1,849,816 fr., qui 
formait, au 31 décenil»« 1855, te montant de la rente 
3 p. 0/Q pfMsédée à cette époque par la Bocïélé, pour montrer 
que, loin de a'empresser de n^lîser le bénéfice que lui aurait 
offert l'élévation des cours qui suivit immédiatemeut l'émission 
de i'en^Hiint, le Crédit mobilier a fait encore de nombreux 
achats, puisque, cinq mois après cette émission, le chiffre du 
3 p. 0/0 que nous avions en porlefeuille dépassut de près de 
600,000 francs de rente celui de notre souscription dans 
l'emprunt. 

* Malheureureusement , la réaction en baisse qui suivit le 
premier élan incUque que notre exemple avait trouvé peu 
dlmitateurs. 

> Notre conduite , en ces circonstances, répond d'une ma- 
ùète éclatante aux accusations intéressées des adversaires de 
BoIre institution ou de ceux qui ne se rendent pas suffisam- 
ment compte de l'esprit dans lequel un grand établissement 
doit être administré. Loin de hflter les réalisations , comme le 
fmtgénéralemmt, et ciHnme l'ont fait dans l'espèce des BOut- 
cnpteurs particuliers ; loin de suivre la spéculation dans ses 
accès d'entraînement ou de terreur, nous savons résister, dans 
les limites d'une sage prudence, aux mouvements qui, dans 
un sens ou dans l'autre, pouvaient compromettre le crédit 
public. ■ 

Pamii les principales entreprises de chemins de fer formant 
h clientèle de la Société, le rapport énumérait : !• la Com- 
pagnie des chemins de l'Ouest, formée de la réunion des an- 
ciennes Compagnies de Rouen , du Havre , de l'ancien Ouest , 
de Dieppe et Fécamp, de Saint-Germain et des deux Versailles; 
la Société avait opéré l'échange des anciennes obligations 



n,5,t,7rjM,G00glc 



986 FRANCE. 

contre les nouvelles , et garanti le placement des obligations 
restant disponibles après l'échange, se rendant ainsi acquéreor 
de 65,000 obligations représentant ensemble 18,000,000 de 
francs ; 3* la Compagnie des cbeoiins dn Midi : la Société avait 
arauré le placement total dn dernier emprunt de 100,000 obli- 
gations , soit de ^,000,000 de francs envircHi, effectués par 
cette Compagnie ; 3° Compagnie de l'Est : la Société avait Fait 
aux actionnaires de cette Compagnie ( ainsi qu'à ceux du Midi, 
de Paris à Caen, de Paris à Cherimurg, et de Dieppe,à Fécamp], 
des avances à 4 p. 0/0, et même des versements intégraux sur 
les actions nouvelles; 1° la Compagnie du chemin de Dôle à 
Sabns : la Société avait assuré l'exécution de ce cbenûa, dont 
les travaux étaient demeurés longtemps suspendus, en faisant 
à la Compagnie des avances importantes et en achetant d'elle 
16,000 obligations. 

A l'étranger, dans ce même ordre d'opérations, nous ren- 
controns l'emprunt de la Société autrichienne des diemins de 
fer de t'Ëtat. Le Crédit mobilier s'était chargé d'émettre cet 
emprunt divisé en 300,000 obligations émises au taux de 
375 fr. l'une, et représentant une somme de 83,500,000 fr. 

C'était là, disait le rapport, la première application des idées 
des éminents fondateurs du Crédit mobilier, touchant l'étabtis- 
sement d'un papier de crédit européen dont les intérêts pour- 
rnent être servis sur les principales places de fEmwpe, et cette 
tentative avait pldnement justifié toutes les espérances. Le 
succès avait été immédiat , et cet emprunt, souscrit à l'origine 
pour la partie la plus forte à l'étranger, se trouvait presque en 
entier aujourd'hui dansle portefeuille des capitalistes allemands. 

Parmi les affaires industrielles à TorgaDisation desquelles 
avait concouru la Société, le rapport plaçait en première ligne 
la constitution de la Société des chemins de fer autrichiens , 
dont le succès élargissait désormais la base ^es grandes opéra- 
tions et donnait un utile exemple de l'application des capitaux 
associés, sans distinction de nationalité, aux vastes entreprises 
d'intérêt généra). 

Puis, c'était : l' la Compagnie du chemin de Saint-Ramb^, 
dont la Société avait reconstitué le crédit sur des bases adiiei 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 997 

et asBuré la ccMifection de deux Douvelles lignes promises par 
le Gouvernement qui devraient se diriger, l'une sur Lyon, 
l'iutre vers Valence ; lignes dont rétablissement permettrait h 
la Compagnie de prendre sa part du trafic des marchandises 
et du moaTement des voyageurs qnï forment un double cou- 
nmt de Paris et de Marseille vers le Piémont et vers la Suisse. 
9° La CcHnpagnie des Ardennes, dont le patronage du Crédit 
mobilier avait régularisé et amélioré la posilion. 

3° La Compagnie du chemin de Paris à Soissons et en Bel* 
^qne : d'accord avec les administrateurs de cette Compagnie , 
la Société avait demandé la concession d'une ligne de Paris à 
ScHssons et Reims , et le prolongement de cette Ugne vers la 
Belgique, sur un point de la frontière où elle pourrait se ratta- 
cher aux plus riches bassins faouillers, et rendre ainsi les plus 
grands services aux deux pays , en donnant aux charbons de 
la Belgique, si nécessaires à l'industrie française , un nouveau 
débouché, de nouveaux moyens de transport. 

Enfin, la Société avait mis d'accord les intérêts de la Com- 
pagnie des Ardennes et de la Compagnie de l'Est; elle avait, 
par son intervention, établi un lîen entre les chemins étrangers 
de l'Ouest et du Central Suisse ; elle s'était intéressée dans la 
cinalisaUon de l'Ebre depuis Saragosse jusqu'à la mer; elle 
avait opéré la fusion des Omnibus de Paris et la constilutioD 
de la Compagnie générale maritime; soumissionné la conces- 
non des lignes transatlantiques; réuni en une seule entreprise 
toutes les Sociétés parisiennes d'éclairage par le gaz, assurant 
tin», selon l'expresse volonté de l'Empereur, au service public 
de ta ville et à celui de ses habitants , non-seulement une ré- 
duction notable du prix de l'éclairage, mais encore l'introduc- 
fioQ à bon marché de l'emploi du gaz pour les divers usages 
de rindustrie et delà vie domestique (1). 

Pour établir sur des bases définitives les ressources de son 
crédit, la Société avait procédé , au mois de septembre , à l'é- 

ft) Le <J>iffre it I* coiuommttioQ, quL «ùt été ta IBM de 33 mltllai» ds 
BHm CDba, l'eat élevt en 1^5 i celui de 3S millioDi de mèlrai, el cette 1113- 
nKDUlioo a ft^ amenée en grande partie par la seule prétition 
depHi^dcTait aïoir lieu i partir du iBjtDiiet 1806. 



n,5,t,7rjM,G00glc, 



SW FRANCE. 

ndsnon de ses obligatioi». C'était la première application dn 

système exposé dans ses statuts et dans khi premier rappwt, 
ainsi qu'on va le voir : 

< Nos obligations seront de deux espèces : les unes émises à 
courte éctiéance, devront correspondre à nos divers placemoits 
temporaires ; les autres , émises k des écbéauces éloignées bt 
remboursables par voie d'amortisseinent, correspondront aux 
placements de même nature que nous aurons faits soit ai 
renies, soit en actions, soil en obtigalions de Compagnies 
industrielles. 

> Suivant l'économie du système qui sert de base & notre 
Soùété, ces titres seront non-seulement gagés par une somme 
correspondante de valeurs acquises sous le contrôle du gou- 
vernement et dont la réunioa offrira, par l'application du prin- 
cipe de la mutualité, tes avantages de la compensation et de la ' 
dinsion des risques, mais ils auront de plus la garantie d'un 
capital que nous avons élevé dans ce but k un chiffre consi- 
dérable. B 

Et ûlleurs : 

« Nous ne pouvions songer à émettre nos obligations à longue 
échéance avant d'avoir complété notre capital ; il fallait que ces 
obligations pussent jouir de la double garantie que leur assu- 
rent nos statuts : l'existence du fonds social et la réalisation 
d'acquisitions faites sur une base assez large pour donner à nos 
placements l'importance et la stabilité nécessaires. • 

Le résultat de ces émissions était ainsi indiqué : 

« Le résultat définitif des opérations du Crédit molùlier, l<Nrs- 
qu'il aura pris tous les développements prévus par pos statuts, 
se résumera, .en dehors du revenu de notre capital, dans une 
différence d'intérêt entre la somme de sesemprunis et la somme 
de ses placements. Parvenues à ce point, les variations de 
cours nous seraient jusqu'à un certain point indiffMvntes, 
puisque nos bénéfices se trouveraient basés sur des revenus et 
non sur des oscillations dn capital, a ' 

L'opportunité de cette émission avait paru indiquée par des 
bénéfices s'élevant à plus de 2S millions, par de nouveaux 
bénéfices prévus, par une situation des plus brillantes. De là une 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ËCQNOUIQUES. 389 

JmissioD de, 240,000 obligations, sans fiulion du chiffre du 
dividende. La ^éculalion, le rapport l'avouait, donna à la 
tuasse du prix des actions provoquée par cette mesure, un 
oraclère exagéré. Mais le rapport repoussait avec indignation 
l'accusatioa de complicité dans ces manœuvres. 

Une partie très -remarquable de cet important rapport avait 
Irait aux opérations auxquelles la société avait été conviée par 
pluaeurs grands Ëtata. 

f Jusqu'ici , y élait-il dit, le crédit n'avait en qu'une orga- 
nisation fort incomplète, livré qu'il était à des individualités 
plus ou moins puissantes, et dont le point de vue était forcé- 
ment borné en d'étroites limites. 

• Longtemps les gouvernements pour leurs emprunts, l'in- 
dustrie pour ses travaux, le commerce pour ses spéculations, 
ont dû subir la loi de ces individualités dont les exigences de- 
vaient naturellement s'élever en propt^ton de la grandeur de 
risques non partagés et en l'absence complète de tout établis- 
tement régulièrement constitué pour commanditer les grandes 
enliepriges. 

■ £nc(»e était-on fort heureux d'accepter ces exigences pour 
sortir d'une immobilité qui était le plus ordinairement l'état 
général. 

1 La fondation des institutions de crédit mobilier est Vespres- 
sioo de la réaction de l'esprit d'associatian contre l'esprit d'i- 
wtement. 

• A nndécision naturelle de capitalistes agissant exclusive- 
meat pour leur compte personne), pnt succédé l'initiative et la 
iurdiesse de ces grands corps , à la vie et aux avantages des- 
quels participent des milliers d'individus. 

■ A cette fondation correspondent, d'mie part, la faculté 
donnée à tous de participer à des avantages qui furent long- 
temps le monopole de quelques-uns, d'autre part, l'émancipfr- 
lion des gouTeroements, de l'industrie et du commerce. 

■ Désormais, plus de grand développement dans le crédit 
public d'an ÈieX, plus de progrès notable dans l'indiiatrie et le 
ccmmerce, sans une organisation de crédit analogue à celle 
dfloi la France a pris l'initiative. > 

19 



jM,Googlc 



290 FRANCE. 

Parmi les États qui avaient senti le besoin d'oi^ni^er dias 
leur sein des institutions de crédit analogues ii celles dootl'Ein- 
pereur a doté la France, %uraienl en première ligne l'Aulriche 
et l'Espagne. 

L'Autriche, qui, dans un court espace de temps, apacoo- 
staler la puissance et les heureux effets du crédit largement 
appliqué aux grands travaux publics, l'Autriche, pour laquelle 
la fondation de la Société des chemins autiichiens p&r la 
Société de Crédit mobilier français était devenue le point de 
départ d'une ère nouvelle pour le développement de ses In- 
vaux publics, pour la restauration de ses finances et la fécoo- 
dation de son sol, l'Autriche avait compris tout le parti qu'elle 
pouvait tirer de l'établissement des nouvelles institutions de 
crédit. 

Elle Touhit donc être la première à créer chez elle une société 
de crédit mobilier: mais malheureusement, suivant les adœi- 
nistraleurs de la Société française , elle fonda cette institutioD 
sur des bases trop exclusives pour que la Société française pût 
y accepter la part qu'elle aurait désiré y prendre. 

La Société française s'était refusée , entre autres poitits i 
admettre le principe de l'interdiction formulée à l'égard des 
affaires étrangères à l'Autriche. 

Les choses s'étaient passées autrement en Espagne, et l'in- 
stitution nouvelle y avait été dotée des pouvoirs les plus larges 
et les plus libéraux. 

L'Espagne, longtemps livrée h toutes les agitations de la po- 
litique, à toutes les misères de la guerre civile , l'Espagne , 1 
peine remise de ses révolutions, avait compris que la meilleure 
politique du moment était celle qui, donnant une grande im- 
pulsion à son crédit et à ses travaux publics , offrirait un but 
nom'eau à l'activité, à l'énergie, au génie de la nation, et la 
rattacherait au grand mouvement qui emporte tous les peuples 
de l'Europe et les pousse à se rapprocher, à c<H)fondre et ï 
mêler leurs intérêts. 

L'Espagne , considérée à tort comme un pays pauvre et 
dénué de ressources, possède au contraire les élémetB 
\f>i ftius ftjconds dont un pays pui^e être doté. La Pro- 



n,5,t,7rjM,GoOglc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 991 

videM» loi a prodigué toutes les richesses agricoles et 
aàaétaita. Il ne but, pour les mettre ea valeur, que faire cesser 
l'isoleoieat de ses profioces ea les rdiant par la création d'un 
boa Byslâme de voies de conununicatioQ et en les unissant 
par le lieu non moins fort d'une btMine oi^uisatîoa de crédit 
L'Espagne anit donc embrassé aveceathousiasmela pensée 
d'iue organisation de son crédit et avait procédé, avec trt^ 
(feotraiDKnent même tdoa le rapport, à la fondation des 
sociétés de ce genre. Le Crédit mcÂilier de France regrettait 
ceue conconreoce qui pourrait être pleine de périls et de mé- 



Fallait-il craindre que ces créations d'afbires à l'étranger 
n'eussent des dangers pour ta mère -patrie! Le rapport répOD- 
diil avec une grande intelligence du crédit à ces terreurs sans 
fondement. 

On a représenté comme émigrant à l'étranger le capital que 
la France devait précieusement consen'er pour elle-méine;, 
et tes hommes qui se sont trouvés appelés à participer à ce 
oxHiTement d'expansion du génie français ont été en quelque 
xrte Mgnalés à l'opinion publique comme de mauvais citoyens. 

I De pareils sentiments sont trop contraires à l'esprit national, 
les craintes qu'on t&cbe de susciter sont trop dénuées de fon- 
dement pour que nous ne cherchions pas à porter dans tous 
les exista conviction profonde qui nous anime. 

* La F'raoce n'a pas le monopole du capital. H est même 
d'autres naUons chez lesquelles le travail et l'économie ont 
sccnmulé peut-être uue niasse de richesses disponibles relati* 
Kmeol plus grande que dans notre pays : telles sont, par 
exemple, l'Angleterre, la Hollande, la Suisse et une bonne 
ptrtie de l'Allemagne. Le taux de l'intérêt est un indice certain 
dn fait que nous signalons. 

1 Mais ce que la France possède au plus haut degré, c'est 
le génie de l'association, c'est un esprit d'organisation qui 
s'est révélé par ses associations finandëres et administratives, 
par U création de ses établissemeos de crédit , par la bonne 
■drainistration de ses chemins de fer; c'est le sentimeut de 
l'unité, qui lui permet d'éviter les écarts de la concurrence. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



S92 FRANCE. 

• Or, ce que l'étranger nous demande, ce n'est point notrf 
or, mais notre puissance d'association et d'organisation, le 
crédit qui s'attache & toutea les affaires que nous patronnons. 

» Longtemf» l'Angleteire a été exclusifement en possesaon 
dec« haut patronage qni nous est échu en partie, plus encon 
par la sympathie qu'insfdre le caraclère français, par dos apti- 
tudes naturelles, par la confiance que méritent à tant de titres 
les honunes soKis de nos écoles spéciales, que par les caiHlaux 
que nous pouvons affecter aux afftûres extérieures. 

* On peut dire avec vérité que les titres qui représentent le 
capital de ces affaires vieunent recevoir à Paris une scprte 
d'authenticité, une espèce de naturalisation, avant de trom'cr 
sur les principales places de l'Europe le crédit qu'ils n'auraient 
pas eu au même degré s'ils n'avaient reçu préaûblement cellp 
espèce de contre -seing. 

» Se priver de cet élément de profit et d'influence serait ikhi- 
aeulement une faute, mais encore un oubli , une méconnais- 
sance de l'esprit national, a 

Le rapport ajoutait ces remarquables paroles qui constituent 
les axiomes de la science nouvelle du crédit et qui l'élèveal » 
la grande hauteur d'une doctrine sociale et humanitaire. 

V Les liens nouveaux, créés entre les diverses places de 
l'Europe, soit à l'occasion de cette grande entreprise, soit à l'oc- 
casion des nouvelles institutions de crédit, permeltent de répartir 
désormais sur toutes ces places le poids des nouvelles affaires; 
l'appui d'abord prêté par nous va nous être rendu au dé- 
cuple par les facilités que nous trouverons désormais à rétraii- 
ger pour réaliser les op^ations nationales de la plus grandr 
importance. 

■ Les principes qui fondaient l'élévation d'nn peuple sur 
l'appauvrisseaieot des nations voisines ont fait leur temps. 
Chacun aujourd'hui, comprend qu'il y a à gagner à la pros- 
périté générale et que la richesse d'un pays ne peut atteiniiR 
toute sa valeur échangeable que par l'existence d'une richesse 
correspondante dans d'autres pays, 

B D'ailleurs en se plaçant au point de vue opposé, on s'aper- 
çoit que l'abstention n'empêcherait point le développement des 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIERES ECONOMIQUES. 398 

iSvenea natûms étrangèreB dans les voies do crédit et de l'in- 
dustrie, et l'oQ se demande alors naturellement s'il ne vaut pis 
mieiu diriger ce mouvement que le combattre , et d la solida- 
rite (Tiatéréts que créeront les rapports qui tendent à s'établir 
n'est pas préférable à un isolement stérile et peut-être bostUe. 

« Cette solidarité est d'autant plus prédense qa'^ contient 
en germe la véritable solution des difficultés qui s'opposent 
lujourd'hui au développemenl ou à l'applicatiim des principes 
d'une sage liberté commerciale. 

> D n'est pas impossible, en effet, de prévmr que l'inie des 
solulions de ce grand problème se trouvera dans l'union des 
prineipauz établissements de l'Europe; dans la fusion qu'ils 
peuvent préparer entre des intérêts en apparence opposés; 
diDs les compensations qu'on peut trouver, soit par une divî- 
»on de travail apprt^iriée au génie et aux besoins des divers 
pijs, soit par l'immeose développement que l'abaissement de 
certaines barrières produirait dans la consommation générale. ■ 

La situation flnancî^ de la Sodété, au 31 décembre i85B, 
» résomait de la manière suivante : 

Lccâpitd migUI M,000,(iaO fr. m 

Le ntdfl da coaplM owwtl «'«Uît ètMt, dapaii la 
il Mtt^n iSU, iu «USrt le M,9U,319 fr. OS & 
talnila 103,179,306 M 

L« Bonbiit dei aBeti à p>|at du créueicn el 1m 
■IkIm d'ordre l'élanH à 884,414 M 

Udiiffn da li léterre «Uil de l,89e/«3 S9 

EoGa, le dmoUdI toUl dw I>faié6eei rèiliiti iuw la 
<mn d« l'nerciM IBU, dtductioa fùkc de li MVIM 
troHu à la rétena, *UH de at,S2I,0IH 32 

Total JorMiit 19^96^,708 ft. 36 e. 

L'idir «i 31 dtoeodm ISSS m oompowil dea ar- 
Uchannaota : 

D T mit en parUfeoille : 

!•£■ mta* 40,088,364 ft. 40 c 

» Eb oUigatioM. 32,814,800 » 

^ Ra adioH de chenÛB) de 

ferattotiM B9,43I,M3 86 

133,348,458 fr. Me. 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



OmI il rdkîl dtdaite, mw 
wneBcoU DOD ipiiel^ >n 31 dé- 

cnobn 31,166,718 S2 

IM,178,139 tr. Ut. 
Lai pbBcBcab t Mtéwce m bon dn Trétor, le- 
pgfto, tnacai nr «ctioai, aUxilioai, rie., éluaal de St,3!B,3M M 

La nlmi d» l'ÎBMMHiUe at da BoiMlMr, ■4lgTd l'n- 
teuioD péiMfiire da conilnictioDi, «ut été itduitc, 
p«r hb prfliveiDeiit nu le* béai&xi da denJer eier- 

ciee, à 1 ,082^9 ÎI 

BUb k nldi diipaBUe «n cuMe et k la Buqoe, 
■char tm. 31 dtecabce 
» ; 5^1,339 % 



Total da ]'*elir. tKfiffl.imtr.Xt. 

Ëtah-ce U, disait le raport, *vmt marchandé son conconn. 
et rétablissemeot qui pr^t no sanblable ^ipiri à toutes l« 
formes du crédit, méii(&ît-il les accusatîoiu qu'on avait fth 
peser sur luiT 



La cbilTre total det renie*, actîoM el oUigatioai an poriebinlle, %â étûl u 

31 dtcBmbn taside 57,460,099 fr. N t. 

■"ttait augmenté dei laiacrîptwiu et acqnôiliont faitaa 

pendant l'eieraoe 1835 de a65,8»,907 03 



Totd 323,280,999 fr. 97 c. 

Le montist dei Téalisltioni 
aiantCtéda 2l7,O0S,d31 fr. 34 c. 

& qnw i] TalUit ajoaler le 
nwntvit daa nleun restant an 
portcfeoilla, ci 132,345,458 26 349,347,889 60 



U en rianltaitan bénéfice de 26,066,889 fr, 63c. 

Lei bénéfice* proieiiMit de cominûitoni et intérêt* 

d'iTancei l'éUwnt éleié* k 1 ,4ZTyi78 57 

Le* reperta rar nntes et adioi» aiaient prttdeil. . . . 1,338,794 74 

Lea intérêt* praieuiit de diienet «ovce* de plke»- 

nenti t'élajent éle*é* k 3,010,413 77 

Le produit de U caiMe de* dipAI* k 19,200 75 

Total de* btDétcM brali. 31,870,776 fr. 4«c. 



jM,Googlc 



hatièb:es économiques. 

DoBi il (Ukil dèduin : 

Pnar frii) géntru» , Tnii A'tà- 
■iiirtntimi et de pninieT étibln- 
Kmnt JX&fiil h. SI 

Pour ioUréU |>*jA> nr ccnpla* 
cnnab t ,M2.S16 82 

Pour jnlîGcitions, lecoun et 
rainetde bienriùanec 139,005 33 I 



ImoTtiiHiBealeilnordiuir* MT 
le couple Immeuble, ifio d'eo n- 
ncDcr la nontanl k nti prii d'ie- 
^lûiilioB B«0^ 15 

SéduetHm NT tM prli d'aeUI 
fa nieun non «oUe* à U Bqotm. B90,96T 97 

EaGn perte pftwoiée «ar !•• 
kUH da c«i«>Ui 500,000 a» 

Solde iei bto4bea u 31 décembre 1B5&. . 



28,ORt,0OI fr. 39 c. 



Eki résumé, la Société de Crédit mobilier avait assuré : 

Au crédit public , un concours qui s'était traduit , lors des 
derniers emprunts, par un chiffre de souscription sans exemple 
jusqu'alors dans des circonstances analogues; 

Aux chemins de fer, une assistance qui arait permis aux uns 
de se relever d'un discrédit qui compromettait la fortune de 
leurs actionnaires , aux autres de développer leur prospérité 
par des fusions, par des extensions avantageuses; 

Au travail national, une coopération soit directe, soit indi- 
recte pour toutes les grandes entreprises ; 

A certaines niitioas étrangères, la révélation d'un système de 
crédit qui leur avait donné le courage et la faculté d'étendre 
leurs travaux, d'améliorer leurs finances; 

A l'Europe enfin , l'exemple d'une institution dont elle con- 
saçndt aux yeux du monde l'immense utilité par l'application 
plus ou moins heureuse que sur plusieurs points elle s'apprêtait 
it en faire (!]. 

(1) L'uMmblt* 3«nénle da 33 avril i fixé k 1T8 fr. 70 e, par action le 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



996 FRANCE. 

Crédit foncier. — Cette inslitntion , moins briliaote et plus 
modeste, mais dont l'avenir dira la sérieuse utilité, doit aui 
décrets de 18U ( Vot/es l'Annuaire ) une organisation anilopie 
à celle de la Banque. Ses statuts ont dû ëire modifiés, et un 
arrêté du 10 oclobrë 1855, porté par M. le ministre des finan- 
ces, a institué une commission k cet effet. 

L'exposé des motifs des décrets de 'I&54 avait montré It 
société du Crédit fonder destinée, « aon-seulement à modifier 
les formes de la dette hypothécaire, mais k -procmeT à la pro- 
priété les fonds dont elle a besoin pour améliorer ses cultures 
et augmenter ses produits, b L'assoàatioo du Crédit foncier à 
celui de l'État parla coopération des receveurs généraux, ■ 
commencé cette organisation nou\-elle qui n'a pu rendre ^icoît 
que de modestes services. La guerre , les préventions de l'qH- 
nîon publique , une législation hypothécaire pleine de dangers, 
une crise des subtùstances, une crise des capitaux, c'étaient li 
assez de causes pour entraver, k son premier pas, une institu- 
tion qui ne présente pas , comme le Crédit mobilier, des chances 
aléatoires propres b faire illiiâon sur ses ressources. 

Malgré ces désavantages et ces difficultés, la situation finan- 
cière du Crédit foncier, au 31 décembre ISSS, était satisfaisante. 
En voici la bfdance : 



letiomiiiTM 10,8X1,750 fr. u c 

NiutAniTa an cuna 47S,186 S3 

Vilnin de portefcuillt, boM du TrAwr, «ffeli k wte»- 

nii, report* 4,813,US ^^ 

Efib en woirraïKe *ifiS3 VI 

BoitM wr l'ËbL aM,lM m 

Trfwr 898,88* S7 

lUmitan gteinm 3,38I,SS& 30 

L'Eut. Solnuition 397,470 m 



A rtforttr 27,004,318 77 

ttiét âa diiidende pour 18S5, al conGnnè l'élection d« drai tdnini<lnl«u> 



ri,5,t,7rjM,GÔ0glc 



UATiÈRES ÉGONOUIQUES. 



I,1S6,19G 73 



lioB ww tibMe. BrijOOO ■» 

PrttirtalMt* 66,903,MO •> 

hmtiUt dea prtta 1855 t 1906 I«>,653,3e2 M 

Kwi 1,319,572 30 

BMd ds U Conragni* 1,626,175 57 

laUlier 70,754 «9 

Fnii dti pnMwr «UUiwtBBat l,We,(»B S3 

bUrtb ptotiMirM 5 f. OJO tiu tcUoDaûtei «S8,612 50 



Fmd it.iéten* 

Foodi it pTéTOjiDce 

Oblij.lii)u ctMm 3 rt 4 p. 0/0 200,000,000 

OUiptioni irMn 5 p. 0/0 



Ktiitaie» k pijer. 

bUréU dM obligiHoM à faytr 

OUgitiooi k naikOBiMT aprtt ttraga. , 



ilkcatioa pan fnm i'timtMUrMtm 18B» t 1908. . . 
IV w û i oii fOTi Jiftww d'inUrtt» m lAligÉt i oM... 



413,428.02irr 


.57 6. 


30,000^000 rr 


»c 


143,121 


60 


1,288,50* 


se 


200,000,000 


■* 


H, 744,750 


M 


381,01$ 


36 


4,684,618 


35 


1,495,736 


39 


795,931 


55 


364,253 


75 


303,235 


»■ 


16.800 


■• 


1,300 


» 


70,000 


u 


62,218,931 


65 


82,303,257 


S8 


10,133,173 


51 


23,060 


25 


412,030,702 fi 


r.82c. 


1,366^19 


75 


413,426,022fr.57e. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



300 FilAKCE. 

seront demun au-dessous de la réalité. > L'escompte d'une 
semaine dépassait presque en împwtance le montant du et- 
pïlal réalisé. 

Aussi faudrait-il bientôt pourvcûr au doublement du capiol 
sodal. Une base pins large permettrait k cette institution de 
crédit d'étendre et de rendre pins efficaces les nombreux ut- 
vices qu'elle rend au commerce, à l'industrie, au travail; dk 
lui permettrait encore de ne pas réduire ses opérations su 
simples négocûations de l'escompte; elle pourrait désonoiii 
favoriser la mobilisation de la valeur marchandise , aider i li 
plus rapide circulation de cette richesse commerciale , porter le 
crédit jusque siir les lieux de production , aider au dévek^ipe- 
ment de ces grandes entreprises transatlantiques qui ont élevé 
si haut la prospérité de l'Angleterre et de la Hollande. 

Voici de quelle façon le rapport précité réaunuit le passé de 
cette institution dont son fondateur, M. Pagnerre, disait :« C'est 
une bonne action et une bonne affaire : ■ 

« 3 milliards 38 millions de valeurs admises à l'escompte ov 
en recouvrements pendant moins de huit années, avec un ca- 
pital longtemps inférieur à 7 millions. 

• Près de 9 millions de bénéfices réalisés , dont 6 milli<His 
distribués aux actionnaires, et 3 millions environ portés k la 
réserve. 

■ Un contentieux qui ne figure plus à votre actif que pour 
1 franc , et donne lieu , chaque année, à des rentrées qui vien- 
nent s'ajouter an solde de votre compte de profits et pertes. 

• Enfin, un portefeuille meublé des plus honorables signa- 
tures du commerce et de l'industrie. » 

Cause éPamortiusment. — Les résultats généraux et la situa- 
tion de cette caisse , à la fin de 1855 , comprennent d'abord les 
valeurs nominales, qui représentent fictivement le service de 
l'amortissement. 



Ln enlrtM joanialitns «a boni du Tiémr nfié- 
MoUtid de II doUtioD «l de* inlértli Achai Nu In 
r«Bt«> qui l'y «joulent pètiodiquenKDl p*T U oonioli- 
dilioo HmNtrielle de Ma iMnt tnniiloirM, te nnl <le- 
•*«•, en l8S5,à W,tlt flUtt. 33*. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ËCONOHIQUES. 30t 

L* nB^iut Je em mtmm boM «(til, m 31 dêuB- 
k«l8M,fc 4M13,M6 39 



Vande», i. , 1W,747,S38 73 

SaMMenkn m notca B'niit «lé qus ^ 84,981,902 19 

n était KM an portefoiaia DU nUe M,78tt,6M U 

i tM i Mti r m ranlM paaJiat l'anoM luhuila. . 
Ij MalîoD ie rtmorltacincBl Eiéctn l"JiiiTiar IKUl 

(j coBprii la airtnga <jet renta 3 0/0 couDlid^) 

u thifn de 89^,28-1 jtu 

mil été Kcnie lain h proportion ta i OjOiu capital 



i 1,230,000,000 de rraiici,de 
Imouoede 18,617,385 m. 

L» conolîdationi de boni dn Trétoi en nntei 3 0/0 
inienl fut inictire mit Ib grand-livre de la délie pn- 
bËipe 3,780,471 »* 

La total dei TcnraTOM de l'amotUMement ttail doM 

punBB au l*r jwiier 18» k 107,604,049 »■ 

(■«■ Eonpib l« lolde ea boni du TréMH Tertaot à conBolider k la ntme «petite 
pBiii44,7n,634rr. S3c.). 

Les seules opérations qui produisent un véritable amortisse- 
ment de la dette inscrite sont les annulations de renies acquises 
avec les fonds déposés dans la Caisse de la vieillesse et qui sont 
njées du grand-livre, en exéculion de la loi du i8 mai 1853, 
au fur et à mesure de l'inscriplion au grand-livre des pen- 
sons viagères des déposants. Celte sorte d'amortissement avait 
porté en 185S sur 39,505 fr. de rentes au capital nominal de 
919,330 fr. 56 c., et s'était déjà réalisée depuis l'institution de 
la Caisse des retraites dans les proportions ci-après : 

343,009 fr. de restei 4 1/20/0 au cap. 

nam.de., l^OSO.llirr.lIc. 
(8,343 — 4 0/0 — 498.979 ■» 

334,944 — 3010 — 11,164,880 ■• 

TotaluSldéc. 1899. 896,892 fr.de rentMMi eip. non. de 23,703,4e6rt.llr. 

On voit par les explications précédentes que la dette de l'état 
n a cessé de s'accroître sous l'empire des nécessités publiques, 
ft qu'elle n'a éprouvé qu'une diminution presque insenûble 



n,5,t,7rjM,G00gtc 



8QS FRASCE. 

depiBS la coDversicia do 5 p. 100 ai 4 1/3 p. 100. (hk s'etten 
eflet borné , pu les lois de finances subeéqueolee , à coauciei 
en principe , et seulement pour la forme, notre système d'aIno^ 
tissement dans le budget de chaque eiercice , et à confimier 
virtuellement la promesse de lui restituer une action Eérieme 
et libératoire aussitôt que le Trésor aura. retrouvé l'eicédmt 
annuel de recettes devenu chaque chaque jour plus nécessiire 
pour alléger le fardeau de dos engagements progressifs et pour 
procurer une réserve prévoyante aux besoins de l'avenir. 

Caiue àet dépiSU et conaignatiom. — Au passif de celte 
eusse, les consignations ont éprouvé, en 1855, une diminulioa 
de 10,939,747 fr. » c. {118,205,339 fr. 17 c. en i8S5 contre 
129,143,086 fr. U c. en 1854). 

Les caisses d'épargne ont éprouvé, dans les circonstances 
écwiomiques et financiërea de 1855, des fluctuations qui se 
sont âevées eu recette et en dépense à près de 50 miUioas, 
mais dont le résultat, au 31 décemlne, a été d'élero' leur 
8<dde final de 1,395,378 fr. 83 c, et de le porter (y com- 
pris les dépôts en numéraire en suspens ponr des causes liti- 
gieuses) à 306,781,296 fr. 78 c. nonobsUnt l'abaissement du 
prix de la rente et l'ouverture des emprunts de l'État, qui pou- 
vaient détourner les capitaux de ce genre de placement. 

Les achats de rentes demandés par les déposants ont été 
moins nombreux et moins importants que l'année précédente, 
où cependant les versements avaient fléchi de 19 millions. 

n a été acheté, pour 42,669 déposants, 456,612 fr. de 
renies, qui ont coûté 9,528,815 fr. 95 c, ce qui a fait ressorti! 
un taux moyen d'intérêt de 4 fr. 79 c. p. 0/0, tandis qu'il était 
resté, en 1854, dans la proportion de 4 fr. 71 c p. 0/0, et, ea 
18o3, de 4 fr. 31 c. p. 0/0. 

Les instituteurs ont été admis, par un décretdu8aoùtl8àa, 
à puticiper aux conditions stipulées pour les caisses d'épargne, 
ou à profiter de celles qui sont accordées k la caisse de 11 
vieillesse, sur les fonds qu'ils versaient jusqu'alors à leur caisse 
spéciale de retraites. L'option entre ces deux modes leur a été 
laissée dans le délai d'un mois à partir de la notification de 
leur compte individuel. 



jM,Googlc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 803 

L« viriations qui se sont manifestées sur ces dépAts n'ont 

ameDé qu'uneKliminulion de 225,000 Tr., qui a réduit le solde, 

au 31 décembre 1835, à 8,3SS,30i fr. 83 c. 

Nous douDoni seulement ici te solde du service de la caisse 
de retraite de la vieillesse : nous étudierons de plus près cette 
iottitution au dia[ûtre : Répnuion, Auitlanee, Moralitation. 

Le wlde de eelU caïNC] ïtncmcatiet ut4r*gM, Htil, aa 31 d«ecDbre \ÎSi, 

it 43,708,434 fr. 12c. 

éiiDt il cannent de dAdnire te npiltt du rentea trai>n- 
rtei k la CuMe d'u>orliaM«ieDt, an eompMMtioii dei 
imlei nagim iMcrilu mi jnad-liire 81,211,457 11, 

Resie diqKHuUe SS,490,97Tfr. 01 «. 

Notons encore au passif de la caisse des dépôts et coDsi- 
gnatioBs les pensions de retraites sur fonds spéciaux, service 
qui avait provoqué, en 1853, un mouvement de fonds de près 
de 9 millions, et dont le solde créancier était de 1,597,107 fr. 
si c; les sociétés de secours mutnels qui avaient porté leurs 
dépAla delà somme de il3,000 fr. k celle de 862,365 fr. 31 c; 
enfin les dépAts vcdontaires. Les modifications apportées aux 
coodilions de ces derniers dépôts, en verlu du décret du 
11 juin 1651, avaient offert aux capitaux qui cherchent plutôt 
la lécurité et la disponilûlité que l'élévation de l'intérêt, un 
placement sûr et commode, et les avaient appelés jusqu'à 
concurrence de 45 millions vers la fin de cette même année. 
Mais la prudence administrative ayant conseillé d'élever à 30 
jours le délai d'avertissement du retrait des fonds, qui n'était 
précédemment que de 10 jours, et de prélever, en outre, 20 
jours sur les intéréts.de 4 p. 0/0 alloués aux déposanU, a con- 
Inbué par cette double mesure, suivie, en 1855, de l'ouverture 
de deiû emprunts de l'État, de la haisse des effets publics et 
de l'élévation du prix des reports, à faire descendre le solde 
de ce compte spécial, au 31 décembre 18^3, à la somme de 
31 ,400,390 fr. 08 c. Au total, le passif de la caisse des dépôts, 
soilles ressources dont elle justifiait l'existence ou l'emploi au 
31 décembre 1831, était de 482,359,463 fr. 84 c. 

L'actif de la caisse se compose des subvenlioas qu'elle ac- 



;M,Googlc 



901 FRANCE. 

corde aux senîces publics, et qui lui [vocarent des bénéfices 

fiiisant retour au trésor. 

Les prêts faite aus départements, aux commîmes et à dncn 
établissements , avaieut été moios nombreux et moins impor- 
tants soufl l'influence des évéDements de l'anoée 1855. Cepen- 
dant, nonobstant la diminution de 900 à SOO qui s'était ma- 
nifestée, dans les subventions réclamées pour des œuvres 
d'intérêt local, le mouvement de ce service avait été entretenu, 
autant que possible, par des avances nouvelles ou par la pro- 
longation des écbéaoces fixées pour le remboursement des 
prêts antérieurs. Ces avances étaient ajnsi descendues, en 1855, 
du chiffre de 21 millions à celui de 13 millions, quoique k 
montant des sommes prêtées eût encore surpassé celui des 
restitutions opérées , de 3,190,268 fr. 66 c, et que leor toltl 

se, fût élevé, au 31 décentre, de 44 millions à 

.!'.' 47,788,383 fr. 91 c. 

Un cbapitre nouveau dans les services de l'actif, c'est celui 
des avances à la dotation de l'armée. 

Une loi du 26 avril 1865 qui avait institué la dotation de 
l'armée en avait confié la gestion financière à la caisse des 
dépôts, et lui avait imposé, en même temps, l'obligation de 
pourvoir, en 1855, aux avances de fonds nécessaires pour 
acquitter les primes et les hautes payes assurées aux militaires 
qui se rengageraient dans les conditions déterminées par cette 
loi. (Voyez plus loin le cbapitre Administration, léçitlation.) 

Ces avances, au surplus, devaient trouver plus taid un gage 
certain de remboursement dans les produits de l'exonération 
du service militaire réalisables en 1856. 

La guerre d'Qrient, qui avait fait élever à 3,300 fr. la prime 
de rengagement dont le minimum avait été évalué pour le 
temps de paix à 1,000 fr., et le grand nombre de rengage- 
ments demandés par d'anciens soldais avaient successivement 
élevé le montant des avances réclamées par ce nouveau service 
au delà drs prévisions administratives, en les portant, au 31 
décembre, à 11,382,353 fr. 04 c. 

Cette disposilion avait momentanément épuisé les ressources 
libres de la Caisse des dépêts, et l'avait obligée à prâever une 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIERES ÉCONOMIQUES. K& 

praviâion exiiwmfinaire de 10 millions sur les fonds des Caisses 
d'épargne versé» au Trésor, en transférant, pour la garantie 
de cet emprunt lemporaite, nne portion des rentes de son* 
pariereuille, représentant le' même capital. 

Au total, l'aclif de la Caisse était égal à son passif. 

Terminons par quelques considérations importanies pré- 
tnitées sor (a 8ituali(Hi des deux Caisses, dans le remarquable 
rapport fait le 23 avril 18!>6, par le président de la commis- 
wn de surveillance, M. le comte d'Argout : 

c La Caisse d'amortissement a continué i grossir Activement * 
les ressources inadîves de sa dotatîoo nominale par l'addition 
récente de l p. 0/0 calculé eut les capitaux des nouveaux 
anpmnta du gouvernement, et par la consolidation semes- 
trielle de ses revenus apparents, en attendant que le rélablis- 
Fement de l'équilibre du budget et d'une réserve prévoyante 
jid permette, après les découvots et les emprunts, de recom- 
mencer la libération graduelle de la dette de l'État. 

1 La l^aisBe des dépAts et consignations voit incessamment 
se développer la mission tutélaire qu'elle a reçue de la loi du 
Î8 avril 1816 pour gérer avec prudence et rëgularité les fonds 
Mbies des services spéciaux placés en dehors du budget, et 
pour prêter aux départementa, aux communes, aox établisse- 
ments de bienfaiaaace et k toutes les institutions particulières 
d'utilité puUique le secours de son administration vigilante et 
productive pour tons les intérêts. 

> Les nouvelles attributions qui sont ajoutées chaque an ée 
à ses travaux antérieurs, soit pour assurer l'exécution des lois ' 
técentes si» la Caisse de la vieillesse et sur la dotation de 
l'année, soit ponr satisfaire à l'accroissement naturel du mou- 
vement de ses recettes et de ses dépenses depuis les quarante* 
umées de son existence toujours plus active et plus laborieuses- 
né pomettent pas sans danger de prcrfooger plus longtemps 
un séjour dans le local provisoire et insuffisant où elle a^dejà ■ 
supporté plu^enrs années de géoe et d'embarras matériels. 
La commission de surveHlsnce, en rendant l'boovnage le mieux 
mérité au lèle et à- la capacité éprouvée du direcisur général 
de cet établissemen*!, ccoit devoir (t^clDWr qall (puiserait ^ai- 
■ . 20 ■ 



jM,Googlc 



a06 rnAKCB. 

nement les «SbrU de aoa dtvoueineiit pour surmonter 1m diffi- 
' eultés iobéreoles à sa eiluatimi settielle, et qu'il est plus qoe 
jamais urgent de lui procurer uee résidence plus eonfome 
aux convenances du public et aai nécessités de ses norabreni 
services. » 

Budget 4« la Stine. — En ouvrant la session de iMS, ï. V 
Préfet de la Seine présenta au cona«l général un exposé de k 
situation financière du département, et lui soumit eu m^ 
temps le projet de budget pour l'année 1836. 

Pour la première fois depuis dix - sept ans , le budget du 
départffluent de la Seine se balançait en recette et ta dé- 
pense. 

On se rappelle qae , l'année précédente , H. le Préfet mit . 
proposé, pour remédier à la situation anormale du défnfte- 
ment, d'accroître le produit des centimes généraux et du fonds 
commun, en étendant aux contribotions des portes et fenêtres 
et des patentes les centimes qui ne pesaient que sur les coalH- 
butions foncière , personnelle et mobilière. Cette combinùsao 
ne fut pas acceptée par le gouvernement, et le budget de 1^ 
fut encore voté avec un déficit de B78,U9 fr. 37 c. Toutefo», 
dans un Mémoire qui fut publié au mois de novembre 1851 , k 
préfet annonçait « que le minisire de l'intérieur l'avwt chai^ 
formellei^nt de donner l'assurance !t la commission dépirle- 
naentale que le gouvernemoit ne perdait pas de vue le nécestité 
de prendra un parti prompt et déd^f pour balancer les chaïf^ 
qui pèsent chaque année plus lourdement sur tous les dépa^ 
iements de l'Empire»; et le Méuxûre se terminait par cette 
phrase : a A quelque procédé que l'on s'arrête , (e budget de 

1855 sera le dernier qu'il n'aura pas été possible de préseni? 
- en équilibre, b 

Ces promesses avaient été réalisées, et la loi de finances de 

1856 avait sanctionné la reprise au compte de l'État desd^ 
■ penses ordinaires des^irisons départementales et des frai de 

translaSon des détenus et des libérés, ce qui avait supprimé le 
chapitré VI <^ budget départemental, et réJiût les dépensa 
obligatoires d'une somme de S aillions 4,991 ftanoa insoite 
au budget de 18».. ^ .'. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIËRBB ÉCOlfOHIQUES. KTI 

ToDielbiB oette réduction n^Al&ît léellemant qos de M9,<84 fr. 
39 c., paneqee : 

1° L'Eut frofii«nii dM nrmtu d«prbou,ioil... lTljl54 fr. »»c 

!• La lai de GnwieM aiut truufDnut bd ceDUiUM 
jtuéTauict ÎDieiiteii recetlestu budget del'ËUt 2 een- 
tian défattminilMut prfa mt In cebllntM fwDlUlifk 
<lDcdiBJKi,Mlt IH,I8B BS 

3° Eofio parce ^ h part dn dipirInHat d« U Seine 
dut le foDdi cooinuD étoîl dsKcndue de 1,990,000 k 
1,550,000 fr„ ce qui diminuit cette lomiiie de 440,000 »i> 

ToUl t(t) «3,634 fr. 3S e. 

Le bodgal dn 1866 doaniit doM pont l« reMtlw an 

tatd de ,....i i ., 8tn8,3M 13 

Elponr leedtpni», un chiSn da..... $,XK,m » 

tefri4UllBlHttaBaeMnrt«rH«ttal«.i I,«T7 fr. Wt. 

Rermohi «reS queltjue détsU fltf les dlv«n chapitras du 
badget départemental. ' 

La première section {Déperuei ohliffatoiret , imputAles sur 
iea centimes additionnels ordinaires laissés à la disposition du 
département et sur la pari allouée dans le fands commun), 
comprenait 2 millions 896,003 fr., et dans cette somme la part 
■Uriboée an département dans la répartition du fbnds commun 
de 7 c. était de 1 million b90,000 fe. aux termes du décret du 
31 juillet 1869. 

Quant au produit des centimes ordinaires, quF s'élevaîl t 
I million 4W,93ifr. 20 c, la loi de finances du 9mal18!t9 
les avait réduits de 10 4/10 à 9, et en mfime tem)» arafl flxé Je 
principal de la contribution foncière du département de là 
Seine, pour 1856, à 8 millions 995,548 fr., et le principal de la 
contribution personnelle et mobilière à 4 millions 348,032. fr. , 
ce qui donnait un total de 13 millions 243,580 fr.LesdépâfTses 
de la même âCetion, que ces recettes était destinées à couvrir, 
.('élevaient anasi à la somme de 2 millions 896,093 fr., balance 
obtenue par la suppression du soHS-ehapitre VI relatif aux 
priâOBs, qui Ibrmait le paragraphe 6 de l'article 12 d^ la loi du 
10inail838. . ,. * ....', 



jM,Googlc 



:M8 FRANCE. 

Cette somme de S miUiOEis 896,093 fr. se répartisMit entre 
qualre chapitres principaux : l'entretien des routes départe- 
mentales, la dépense des enfants trouvés , celle des aliénés, et 
enfin le service de l'intérêt dé la dette payé par le d^artemeDl 
aux hospices e( à la ville. 

Le chapitre des routes absorbait Àl3,l 36 A-. ; la longueur des 
routes départementales arrivées à l'état d'entretien au 31 dé- 
cembre 1854 était de 2W,094 mètres; il avait été oavnt eo 
18S5 1,369 mètres de routes neuves; la longueur des routes ï 
entretenir pendant l'année 48S6 serait donc de iH ,të3 mètres, 
ce qui mettait le prix de l'entretien du mclrc courant hift. 
8S c. pour les 41.1,136 fir. qui forment le total de ce service. 

On évaluait le chiffre de la dépense des enfants trouvés i 
raison de 84 tr. H c. par tête pour un nombre moyen de 
16,S82 enfants, savoir, 1,984 enfonts trouvés; 13,ti82 enfants 
- abandonnés et 1,016 orphelins pauvres, k 1 million 71,800 fr., 
déduction fute des pensions payées par la ville de Paris et Ips 
autres départements. Quant aux frais des aliénés, ils étaient 
portés en dépense pour 1 million 488,605 b. 50 c, , donl 
541,393 fr. 03 c. seulement étaient i. la charge de ce cha[»tre 
du budget, La pension annuelle est de 446 fi*. 29 c. par léle 
pour 3,338 alités des deux sexes. 

La demiètà dépense obligaloire était le montant pour 1856 
des intérêts des sommes avancées par la Ville et les ho^ices 
pour le paiement des dépenses des aliénés et des enfants troavés 
que la loi a mises à la charge du département. Suivant le 
compte de '1854, la dette du département se composait ainsi 
qu'il suit au 1" janvier 1855 : 

difuiU troiivil 581,79! fr. 41 c. 

Aliénft ■ Ï,902,B0 73 

ToUl égil 8,lS7,ltt3fr. 16 c. 

A cette somme il Euit ajonter celle de 875,749 fr. 37 c. qui 
formait le déficit du budget de 1855, en sorte qu'au 1» janvîpr 
' 1856 la dette a^t de 9 millions 362,771 fr. 53 c. , dont les 
intérêts, calculés à raison de S p. ."/t, par déJi|t^alion du 
a^'décembK 1848, donneraieiit un cbifte dç 468,138 fr. 37 c. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



HATIËRES ÉCONOMIQUES. Sp» 

Les ctDses de ce déficit étaient supprimées à partir de 18S6, 
et il était qoestion de combler cet arriéré par la voie d'un 
emprunt. 

La deuxième section . du budget se composait de recettes 
feeuUtttivet. Le montant de celte section s'élevait à i millioB 
21S,60S fr. 77 c. Ces recettes provenaient des centime& fscul- 
lalirs , du produit des propriété du département non affectées 
k on serrice départemental, et enfin des subventions commu- 
nales oa particuliërea pour roules ou autres travaux. Le num- 
Isnt des centimes focultatifs, réglé il 7 c, par la loi du 5 mai 

1855, était fiié i 927,491 fr. OS c, pour mi contingent s'élevant 
ea principal à 13 millions 2U,580 fr. 

Le surplus, soit 385,121 fr. 70 c., se composait du iwodait 
aonoel des locaux affermés par le département, de la revente 
des portions de terrains laissés libres par les travaux des routes, 
de celle des mat^wix, etc. Quant aux dépenses correspon- 
dantes à ces recettes, elles se divisaient en Jiuit chapitres, 
parmi lesquels figuraient une portion de l'agrandissement et 
l'isolement du Palais- de -Justice pour 96,013 fr. ; les frais 
d'inspection des carrières pour 25,900 fr. { tes dépenses d'état- 
major de la garde nationale dans les cantons ruraux pour 
59,400 fr.; celles du service de la police municipale dans les 
mêmes cantons, 30,363 fr.; le montant des subventions accor- 
dées àd^ établissements de bienfaisance, 97,680 fr,; iedépAt 
de mendicité de Villers-Cotterets, 182,958 fr.jel enRn, pour 
386,000 fr. la portion de la dépense des aliénés qui n Vait pa 
être payée par.les resaources do la première section, et que le 
conseil général laissait à la cbarge des centimes facultatifs. 

Dans cette deuxième section on ne trouvait, pour l'année 

1856, qu'un article nouveau; il s'appliquerait à une soranw 
de 100,000 fr. qui devrait être répartie entre les communes du 
département, à l'effet d'entreprendre des travaux d'utilité com- 
munale, et de distribuer des secours aux indigents. Ce nouvel 
article avait été inscrit au budget en exécution des dispositions 
du décret du 22 septembre 1855, qui, en ouvrant au ministère 
de l'intérieur un cré^Ut extraordinaire de 10 millions peur 
Tenir en aide aux familles néccsBÎteuses, avait fut en qiiBiDe 



n,5,t,7rjM,G00glc 



810 ntANGEi 

temps appel mis divMw départemenU pour I«a «agagw, pu d« 
allocations particulièret prisea but les eentiraei liv;iiltatifs,i 
augmeater ce fonds de secours. 

ha troisiëcœ section se composait des reeettat êxinorii- 
tMH'm, ^ées pour 1856 à 3 milUtffls 95,000 fr. 30 c. Dans cette 
B(»i»act.le produit des 11 e. imposés pour dépeates extraordi- 
naires d'utilité départemeDlale sur les 36 mitlions m,H6 fr., 
nuHitaDt ea pviDcipftl du coqtingeut des quatre coDtributioiu, 
s'élevait à 9 oiillions 870,f>8û fr. 66 c. ; le surplus était oomert 
par la portion réalisable l'année suivante de l'omprunt àèpat- 
lamentai autonsé par la loi du 16 novembre 184B. Les dépeosffi 
correspoudantes de ce chapitre étaient les travaux du Palua- 
dfi-JusIica (1 militons 130,332 fr. 83 o.), oeux des routes 
' (818,406 fr.), et enfin une nouvelle subvention pour uooun 
aux communes de la banlieue (106,413 fr. 61 c). 

SnSn , citons Isa trois derniers chapities du budget : !• che- 
mins vicittaut d^ grande oommunication , 850,441 fr. ^ c; 
^ dépensas de l'instniclioli primaire mises à la charge du 
dépuiament par la loi du 15 mars 1850, 160,050 fr.; 3° et 
dépenses du cadastre, 31,800 fr. pour une recette correspon- 
danie de 33,177 fr. 86 s. C'est sur ce dernier cbaptre i)» se 
tiDuvatt établi le boni de l,â77 fr. 86 c. par lequel se soldutle 
budget de 1856. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES tCOWniIQUES. 



CHAPITRE m 



NAtIÈABS ÉCONOmQUBS. 
il. Ln tubtkUmMi. 



U irtiiitMi wi ! iharW glnfcd», b rteolU, McH, d«mtiipé«iuù, tbé«- 
lio écmomiqBM du gouMiKMMl; ettiàit lUiïtfati à it» «ubnntiaiH fmm 
Iniaui d'uliltU uimiBunile et pont Kcounj eiiue de It boulangerie, apé- 
Mlion!, «ihution; Uio de It iknde de bouctierie, ditBcuIlti d'ipplicilion, 
U fTodacllim et 11 coniommitian de li flande. — Eipoilllon nniietwll* de* 
pn>dailida]'llidaitria, lIUraliHduTé^eBaDt,DDTattaTa, diicaunda prtM* 
H^wlèon, iMoBptDHi, cana^ia gintnl d« l'iipoMiJon, l'indultii btA< 
{ÙK. — Concaun uniienel dei âaimuu raptoductsun. 

L'étude des direrses siUiatioQS financières nous a moQti^, 
duu toutes les parties de U fortune publique, un ressort, une 
>ilalité r^narquables. Le produit des impAts e'aocrolt avec ubo 
ré^arité parfaite, des emprunts éuormetf se réalisent avec une 
facilité inouïe, les grandes entreprises se multiplient ; mais ce 
D'est là qu'un câté de la vie pubtiquej il nous faut étudier les 
conditions économiques du pays au point de vue de la conson»- 
mation et de la production. 

La cberté des subsislancçs , voilà le fait qui domina toute la 



jM,Googlc 



312 FRANCE. 

ntuatbn du pRyg àepiàB l'année 1893. Une récolte sdStante 
allait-elle enfin remédier à ces soufifrances de deux ans et pré- 
parer un meilleur avenir î Un printemps anormal , un été tardif 
ne permirent pas de le croire. 

Un moment toutefois les appréfaenMons firent place à l'espé- 
rance. Les chaleurs subites de la fin de juin et du commeDcfr- 
ment de juillet rétablirent l'équilibre et imprimèrent un grand 
élan & la végétation. On crut que la Téc<dte future, si elle ne 
promettait pas d'excédant pour l'exportation, assurerait au 
moins une moyenne lacement suffisante pour les bestàns du 
pays. Et cependant cette année , plus peut-être encore que 
les années précédentes, les saisons manquèrent d'ordre et 
d'uniformité. Ainsi, tandis que le reste de la France soufirail 
d'intempéries extraordinaires, certains d^urtements du Midi 
joui^ient d'un printemps superiK. D y avait eu sur quelques 
points des inondations, sur d'autres de violents orages, presque 
partout une grande mobilité de température. 

Le résultat trop bien prévu fiit un sérieux déficit dans h 
recolle. 

Même avant que des craintes sérieuses n'eussent été cwiçiies 
sur l'é&t de la récolte future , ie gouvernement prenait déjà les 
. mesures de prévoyance que lui suggérait sa sollicitude pour 
l'alimentation publique. Un décret impérial du^27 juin prorogea 
Jusqu'au 31 décembre 1S55 las modifications établies par le 
déôet du 37 oclobre précédent au tarif des douanes dans les 
colonies françaises, en ce qui conceimait les grains, farines et 
l^umes secs. 

Un autre décret, en date du 8 septembre, abaissa une fois de 
{dus, mais toujours provisoirement, les fh)ntièreB françaises de- 
vant les denrées dimenlaires des autres pays. Quelques jours 
après {20 septembre), le MoniteurnssarsA les populations en 
pn^essant les principes les plus sages et les plus libéraux. 

L'artide officiel évaluant, par à peu près, .le déficit de la 
récolte è 7 millions d'hectolitres, examinait le meilleur moyen 
de se procurer cette quantité manquante. 

« Est-ce , comme on le propose , en faisant baisser artificiel- 
lement les prix? est-ce en conlraignant les détenteurs à vendre 



n,5,t,7rjM,G00glc 



lUTIÈHBS ÉCONOMIQUES. 313 

d'une certaine manière, en certains lieux, à un certain tanx? 
esl-ce CD donnant des primes d'importationT Nous ne le croyons 
pas. Si, par un moyen factice, le gouvernement avait l'impru- 
dence de vouloir faire baisser les mercuriales en faisant vendre 
dn Ué à vil prix; s'il voulait user de mesures inquisitorieles 
«ivers les détenteurs, ces résolutions amèneraient un résultat 
opposé à ses désirs : la crainte s'emparerait de tous ceux qui ont 
du blé; il diqtaraltrait des marchés, on le cacherait pIutM que 
de le vendre, et la baisse, purement artificielle, ne pourrait se 
maintenir; le blé étranger, ne trouvant plus d'avantage sur nos 
marchés, n'entrerait plus en France; et nous en viendrions 
inévitablement h la disette , car il est aussi impossible d'impo- 
HT par la force im prix aux denrées en général que d'empfr- 
cher l'eau de prendre son niveau. La fameuse loi du maxi- 
nmnt, de fimeste mémoire, a été une preuve évidente du mal 
qoe peut [voduire Tignorance en fait d'économie politique. La 
confiance et ia liberté des transactions sont les bases invariables 
delà prospérité du commerce , et, par conséquent , les causes 
de l'abondance. 

* Qnant eux primes & TimportatiOD des blés en France, 
quelques personnes s'imaginent que le grain baisserait de tout 
le montant de la prime. L'expérience a déjk été faite en iS16 
et n'a pas réussi. En effet, ri le gouvernement déclarait t]u'il 
donne une prime k l'importation du blé, au bout de très-peu 
de temps lëlj^ producteurs et commerçants étrangers en élève- 
raient le prix de toute la valeur de cette prime , et la mesure 
n'aboutirait qu'à enrichir les étrangers au détriment des pro- 
ducteurs et des consommateurs fran^us, 

B Qu'y 8-t-il donc à faîreT C'est , ainsi que le prescrit le dé- 
cret du 8 septembre dernier, d'ouvrir pour plus d'une année 
encore nos frontières à toutes les denrées alimentaires des pays 
étrangers; c'est de défendre l'exportation hors de France; c'est 
de faciliter les transports par les chemins de fer et les canaux 
en les rendant moins coûteux, afin d'égaliser autant quepos- 
able le prix des grains sur tout le territoire ; c'est d'encourager, 
d'excàter, de seconder les achats k l'étranger; c'est de laisser 
la liberté la plus entière aux b^nsactions, tout en sévissant 



n,5,t,7rjM,G00glc 



3u nuiKs. 

avec vignsiir, selon li l«, contre les mimanies eonptUei 
ayant qudqitefois pour but de créer, par des coalitims , des 
bausses artificielles; c'est de provoquer la cbaiité publique et 
privée dam le moment où le pain est le plus dier; c'est eofifl 
d'activer par tous les moyens le (nvail inlàieur; car si l'on 
parvient à rendre la main-d'œuvre i^us recherchée, et, psi 
conséquent, plus chère, l'ouvrier obtiendra un prix rémun^ 
teur qui compensera jusqu'à un certain point l'élévation Aa 
prix des denrées alimentaires. Il faut bien le dire, la vileté ds 
prix de ces denrées n'est pas toujours une preuve de prospérité. 
U est des coDirées oii le Ûé, par exemple, est pour rien, et où 
cependant le peuple est dans une pofonde nùsère , parce que , 
laute d'activité industrielle et commeràale , il ne peut pas ache- 
ter en quantité suffisante les aliments de première nécasàlé, 
même au bible prix où ils se vendent. 

» D'ailleurs , il est une vérité incontestaUe , c'est que l'éléva- 
tion do ^x du blé permet seule de combler le défidt; car, 
sans aucun doute, les producteurs et les négociants étrangers 
ne viendront l'apporter sur nos marchés que s'ils y trouvent ua 
bénéfice raisonnable et la sécurité complète de leurs traosac- 
iions. 

* Cela est ù vrai , que déjà la hausse du blé a donné eu temps 
utile l'éveil au commerce. Elle a détnminé des ordres nom- 
breux et importants d'achats à l'étranger; et non-seulement les 
arrivages qui en saoal la conséquence auront pour résultat de 
faire baisser les prix, mais la simple conuaissance de ce bit 
concourra au même but, dès qu'il sera coimu des producteun 
français. 

s Que le pays ee lassura donc; le gouvernement veille, et, 
préoccupé surtout du bien-être de la classe la fdas noinl«ease, 
il saura tout k la fois prendre les mesures les plus pruduiles, 
les plus efficaces , et r^ter h tontes les exigences déraisonna- 
bles avec la force que donnent l'amour du bien et le sentimeot 
du devoir. > 

Une seule mesure put paraître legretlable dans cet en- 
semble démesures excellentes : c'élaitla défense d'exportation, 
liais peut-être était-elle commandée par des raiswis poIi;iqiiet. 



jM,Googlc 



UATIÈBES ACODIOHIQUES. 316 

£a laAiiM tempa, le 99 Mptombre, le gouTerBemenl bnpéiial 
aeetHilait iO millioDS de francs en subventions aux travaux 
d'utilité commanale et ea distributions de secours aux bureaux 
ds bieBfiûsance. Déjà, par un décret du 90 décembre iftM, il 
avait aecOTdé 5 Baillions dâ francs pour Je mâme objet. 

Aux diffieullés nééee par la cherté dea céréales et de toutes 
les substances abmentaires, s'ajoutait, surtout à Paris, un ren- 
chérissement permaDent de toutes les conditions de la vie. 
Sans doute, la spécuiaUon établie à l'avance et dans des pro- 
porticHis exagérées, sur les éventualités du concours d'étran- 
gers atUrés parl'Expoiitioo universeUe, entrait pour beaucoup 
dans ce pbénomÈnfl et lui doanût un caractère accideulel. 
Mais enflta, il y avait 1& un fait éooooraique qu'il devenait in- 
di^ensable de méditer. 

La gouTemement impérial avait, dès le commenoanent de 
la eberté, fait fonctionaer à Paris un instrument spérâal : la 
Caisse de la boulangerie. 

On se rappelle que la Caisse de la boulangerie avwt éH insti- 
tuée par on décret impérial, en date du S7 décembre 1853. 
Voici quel en était l'objet (1) : 

Le boulanger est tour i totif acheteur ou vendeur. CcHlune 
acheteur, il a besoin de crédit j mais pour l'cAtenir, il faut qu'il 
oBn des garanties et donne des gages. 

La Caisse lui ouvre un crédit, en acceptent pour gages le 
dépAt de garantie et le dépôt de réserve qu'est tenu d'avwr 
tout boulanger, deux valeurs réelles, mais jusqu'alors frap- 
pées de BtMlité : elle peut accepter aussi toutes autres valeurs 
qu'elle apprécie. Tout achat fait par le boulanger est payé par 
elle. Tonte déclaration d'achst lui est obligatoirement portée. 
Cet deux règles atteignant la boulanger même qui ne voudrait 
pas profiter du crédit de ta Caisse. 

Ccunme vendeur, le boulanger traverse deux situations di^ 
l&feuiea i le blé est cher; la taxe du pain est inférieure à la 



(I ) Raui empniiitotii kes déUili qui mitent k un iincllenl Ej;poii iei mo- 
\ift d'un pnijtil Je lai pt«Mnl«, le !0 mil 1898, fir UI. BobUj d* U Itcuilbt, 
BcBjoi it llwchMi4, «n Car?* l^^^. 



jM,Googlc 



816 FRANCE, 

mercuriale des faiiœs ; il vend moins cher qu'il D'kcb^ et 
la Caisse (c'était il y a peu de temps le cas) lui avance b dif- 
férencQ de inoins-vendu. Le bon marché revient; la taxe du 
pain est l^rement supérieure à la mercuriale des farines; H 
vend ua peu aunlessus du coins vrai, et la Caisse (cela s'est 
pratiqué depuis) reçoit du boulanger la différence du pttis- 
vendu. 

Elle est donc : 

4> Le bureau où sont obligatoirement déclarés et payés tous 
les achats ; 

2° Une ioBiitution de crédit pour le boulanger; 

3* Une banque de liquidation et une caisse de paiement pour 
le négociant et pour le meunier; 

i,' Enfin, elle est aussi pour l'État un agent de centralisation 
pour tout ce qui touche à l'approvisionnemeot de la ct^iiale 
et de sa banlieue, à la fixation de la mercuriale et à la pré- 
vision du prix du pain, c'est-à-dire qu'elle est un instrument 
de gouvernement et un garant de sécurité. Aussi est-elle 
instituée sous l'autorité du préfet de la SeiJM et sous la ga- 
rantie de la ville de Paris. 

Créée le 27 décembre 18S3 pour la ville de Paris, elle fiit 
rendue commuDe au département de Is Seine par le décret da 
1" novembre 1854, qui fixa la proportion du nombre desbou- 
langers relativement à la population officielle de chaque com- 
mune du département, détermina la clasàfication de ces bou- 
langers, porta à trois mois (au lieu de trente-cinq k quarante 
jours ) l'approvisionnement otriigatoire , et Arrêta la quotité dei 
dépôts à faire eh compte courant à^a Caisse de la boulan- 
gerie. 

En résumé , la Caisse de la boulangerie devint une institutioo 
municipale le 16 janvier 185i, premier jour oii elle foactîonna , 
et une institution départementale le 1°' janvier 166S , jour où 
fut mis à exécution le décret do 1" novembre précédent. Hais 
avant cette entrée en fonction, au 16 janvier 18K4, c'était la 
ville de Paris qui , depuis quatre OKPis et demi , c'est-à-dire de- 
puis le 1* septembre 1853 , a faisait à la boulangerie de Paris 
et des communes du déparlement de la Sçine les avances néces- 



jM,Googlc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. S17 

saires ponr coorrir la différence entre le prix de revient du pain 
et celui de 40 c. par kilogramme », conformément il la délibé- 
ration du 14 septembre 18S3 , et à la garantie donnée il la Caisse 
iDimicipale de la ville de Paria, au nom du département de la 
Seine, par la délibération de la commisùon départementale en 
date du 38 novembre suivant. 

La Caisse de la boulangerie , en reprenant de la ville de Pa- 
rli, le 16 janvier 18U , le service de ces avances faites BU dépar- 
tement comme à la ville, désintéressa complètement celle-ci, 
et continua, dans tou^ son étendue, le service que la Ville 
avait commencé. En sorte que, depuis le 1*' septembre ISIU, 
c'est la Caisse seule qui supportait le poids de toutes ces avances, 
iÂen qu'elle n'eût été rendue commune au département que par 
)e décret du 1" novembre 18S4, c'est-à-dire quatorze mois 
après le commencement de ce service. 

Quant aux achats , elle les payait pour les boulangers de Paria > 
depuis le 46 janvier 1851, et pour ceux de la banlieue depuis 
le 1" janvier 1855. Pendant deux ans elle avait donc fait face, 
d'abcnd aux avances, et plus tard aux achats comme aux 
avances, au milieu de cbconstaoces difficiles, sans dotation, 
au moyen des seules ressources du crédit. Au bout de trenle- 
toix mois, c'est k la somme de 52 millions qu'allait s'élever le 
service de ces avances faites par la Caisse à la boulangerie du 
département et de la Ville; par suite, c'est 52 millions qu'il 
avait fallu obtenir du crédit. 

Cette situation ne pourrait se prolonger. L'ancien approvi- 
tioilDement serait bîeniAt épuisé, Pour le rétablir selon les pres- 
criptions dn décret du 1" novembre lâ54, qui l'avait porté à 
trois mois, c'est-à-dire presque triplé, il faudrait aux boulan- 
gers des crédits extrao^inaires très-considérables, équivalant 
presque à trois fois la somme de l'ancien approvisionnement. 

Et, d'autre part, on ne ponviût se le dissimuler, commencées 
à 40 c. le kilogramme de pain de première qualité , c'est-à-dire 
ea prenant ces 40 c. pour maximum de la taxe et en indemni- 
sant le boulanger du surplus du prix de revient, ces avances, 
qui ne seraient point terminées de si lât sans doute, dépasse- 
ràeat pBobablement tout ce que la compensation pourrait rendre 



n,5,t,7rjM,G00glc 



318 FRANCE. 

durant une période de bon marché. Pv ctHKéqnant, puisqu'il 
fallait songer à Eure de très-^ros achats, puisqu'on ne pomut 
s'assurer que les 52 milliouB seraient rendus par la compensa- 
tion active, c'esl-à-dire par la taxe du pain aindessua de la va- 
leur réelle; puisque, d'autre part, le crédit avait roumitellemeDl, 
qu'il serait dangereux de lui demander encore des [«éts conô- 
dérables, il n'y avait plus qu'un parti à prendre dans l'intérei 
de la boulangerie : c'était, de la part du département ou de U 
Ville, de lui faire des avances et de lui constituer une dotation. 
Mais à qui l'obligalioa et la charget Au département ou è U 
Ville? Comment procéder? Paire rembourser par chaque com- 
mune le montant des avances que tes boulangers auraient reçues 
de la Caisse! Dans la banlieue peu de communes seraient en 
état de le payer. Pans paierait la part à sa charge, mais au 
prix d'une gêne regrettaÛe. 

Paire deux parts T à Paris l'une, aux deux airondisacmenls 
du déparlement la seconde, et faire payer celle-ci par le dépar- 
tement tout entier, en vertu de la garantie dont il s'était cha^, 
le 28 novembre IS.'iS, envers la Caisse municipale de Paris, 
rera[Jacée depuis par la Caisse de la boulangerie? 

Mais dans ce système si Paris payait deux fois, ce serait 
inique, et ce serait trop onéreux pour les arrondissements dans 
le cas contraire ; car ils étaient pour W p. °/o dans les avances, 
pour 11 p. "/, seulement dans la masse des contributions de la 
Seine: ils supporteraient donc, dans ce cas, â\ fois plus de 
cenlimes que Paris. 

Ce qui paraissait praticable et juste, c'était de prendre l'affaire 
entière au compte du département. Quant i la quotité du sacri* 
fice, le préfet (Mémoire du i décembre 18^) proposait d'al- 
louer à la Caisse de la boulangerie s une subvention de 30 mil- 
lions de francs au moins, réalisée par la voie d'un emprunt 
départemental, et affectée tan t à garantir le paiement des vdeurs 
de circulation émises par elle qu'à faire face directement aux 
besoins des services dont elle est cbfti^ée. » La commission 
départementale porta à la somme de 40 millions la quotité du 
sacrifice. Voici les termes de sa délibération ( 8 décembre 1855) : 

a Considérant que la Caisse de la boulangerie, ioetituêe 



n,5,t,7rjM,G00glc 



HATIÈREB ÉCONOMIQUES. 31» 

d'abord eunme élBbliuement munidpal de la ville de Paris 
par ie décnt du S7 décembre 1853, est devenue départetneo- 
lale depuis le décret du 1" novembre 1854, qni a »oiimis la 
boolan^rie de la banlieue k la même organisation et aux mêmes 
r^lementa que celle de Paris; qu'elle a fonctionné dès le prin- 
cipe dans l'intérêt de toutes les communes du département, en 
htsant des avances aux boulangers pour le compte de la com- 
pensatioD des jvix extrêmes du pain; que depuis le 1« janvier 
1833 elle a fait pour les boulangers de la banlieue comme pour 
ceux de Paris le paiement de leurs achats de blé ou de farines; 

■ Coandérant que la Cusse de la boulangerie a été constituée 
sans aacune dotation, et que l'importance que ses opérations 
ont prise ne permet plus de les faire reposer uniquement sur le 
crédit; 

> Considérant qu'en acceptant sans discussion la limitation 
du prix de taxe du pain à 10 centimes, la commission munici- 
pale d'abord, et après elle les conseils mnnicipaux des com- 
mDoes de la banlieue , et la commission départementale qui a 
garanti leurs engagements, se sont déterminés par le désir de 
seconder les vues du gouvernement et de s'associer k une me- 
sure favorable k la masse de la population; mais qu'il est dé- 
montré par l'expérience que, pour assurer l'efiicacité de la 
compensation , cette limite aurait db être portée dès le principe 
soit à 43 c., soit k SOc, comme elle l'a été depuis lors; 

* Qu'il j a lieu de mettre la Caisse de la boulangerie en posi- 
tion de faire face aux conséquences possibles de la dernière 
fixaUon, qui ne sauraient être appréciées exactement qu'après 
la période de bon marcbé qui suivra la cherté actuelle; 

* Considérant qne dans le double but qui vient d'être énoncé 
il convient d'allouer h la Caisse de la boulangerie une somme 
de 40 millions , savoir : 20 millions à titre de dotation perma- 
nente, et 90 millions k titre d'avance; 

a Considérant que les circonstances exigent pour l'avenir des 
mesures qui , modérant autant que possible le prix de revient 
du pmn soumis à la taxe, diminuent d'autant l'écart entre ce 
prix et le |»ù officiel , et, parlant, les avances à la charge de 
la Caisse; 



n,5,t,7rjM,G00glc 



a» raA5CE. 

> Qn^ {Mtdt poMilile de pamsBne 
tit pcr deux voies dB ë f cnle» : la réTîsioo da bues de U tue 
et réconomie des farâ de bbricaiîoD do pûn ; 

» Coosidéniit qne U sépantkxi des auribalions et des pOB- 
Toîn reUlib à la boolangerie, en dreisant la rryoBiiMilr . 
Amûme FeSicacHé de la surreîUaace et entnfake en outre de 



«Délibin: 

a n y a liea d'allonv à la Cûsse de la boulai^erie tme ssb- 
Tcntion départemeDlale de M millions, saroir: 30 oallioiis k 
titre de doûlîoa peimaoade , et iO militons d'avances, et êfuel 
levcea : 

a l' Qo^ soit pris des mesures k Teff^l de <Bminiipr aeui- 
Uement la différence qui existe enlie le prix de lenmt do pua 
et le dàlb^ de rente établi par la taxe ; 

■ !■ Que toat ce qui se raltacbe à la boolaogene, tant àe 
Paris que du département, soit placé dans les attribotiOBs de 
la même anlarilé.a 

Li en étût , k la fin de l'année , celte imporiante qnestioc 
qui ne pouvait tire résoloe qu'en l&r>6 , par voie It^gîslatÎTe. 

Cne antre mesa«, plus coniroversée , inspirée également 
par la cherté des sobsîslanGes, a été celle portant, k Paris, nae 
taxe sur la viande de boocberie. 

Des objections de plus d'ooe espèce, sérieuses on fntïles, 
pooraient être faîtes contre la noareDe mesure. On repcoehût. 
par exemple , k la taxe de ne tenir aocon compte des diflërences 
de qualité entre bétes d'an même poids; on craignait que celle 
injuste ^alilé ne décourageât l'engraissemait des races pré- 
coces et ne m tort k l'agriculture. C'étaient là, peut-être, les 
objectitHis sérieuses : ce ne fbrrat pas les pins bruyantes. l£ 
monop(rie blessé s'insurgea contre U mesore , éleva des difi- 
cnltés d'a^ilicatJoD, compromit k plaisir les habitudes du la 

L'autwité ne s'arrêta pas devant ces obstacles. Les contra- 
veotitxis furenl sévèrement , incfssammmt ponies , et une jnrîs> 
pnidence inflexible s'établit poi k pea pour assurer les pres- 
criptiaiis de Carrelé du 1" octotm. Ptnni les {«Dcipes d^ 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 321 

consacrés par c«l1e jurisprudence, nous aimons à signaler celui 
qai assimile à la vente en surtaxe le refus de vendre aux prix 
de ta taxe, et cet autre principe tutélaire que l'obligation de 
Tendre au prix de la taxe entraîne celle d'âtre approvisionné 
en qualités et en quantités sufTisantes pour les besoins journa- 
liers des consommateurs. Ces ileux principes sont désormais 
consacrés par des arrêts de la Cour de cassation. 

La corporation des bouchers comprendrait sans doute bien 
vite que le monopole dont elle jouit n'est pas si bien assis qu'une 
opposition inintelligente ne l'entraînât plus t6t encore que ne 
l'espèrent les partisans de la liberté du commerce. Déjà même 
qnelqnes bouchers, surtout ceux qui, dans le voisinage des 
Halles centrales, se trouvent le plus exposés k la concurrence 
des marchands forùns, s'étaient non-seulenient résignés de 
lionne grftce, mais même vendaient au-dessous de la taxe, 
démontrant ainsi que l'arrêté du i*' octobre laissait encore une 
large part aux bénéâces. 

L'expérience se poursuivait donc dans des conditions meil- 
lenres, et on pouvait entrevoir dans un avenir prochain deux 
lérwmes plus radicales et plus fécondes, la suppression des 
marchés inutiles, excentriques et onéreux de Sceaux et de 
Pnssy, et la liberté de la boucherie que déjà M. le ministre de 
l'inculture, du commerce et des travaux publics a sérieuse- 
ment mise à l'étude. 

■ Quelipies esprits, dit H. Rouber dans un excellent discours 
prononcé au concours de Poissy, professent l'opinion que la 
solutioa la plus favorable à tous les intérêts engagés serait la 
libmé de la boucherie. Je n'hésiterai pas , au besoin , à sou- 
■uettre à une étude nouvelle ce problème qui, comme loua cenx 
tàatàU aux denrées alimentaires de première nécessîlé , reçoit 
it solution, non pas seulement des principes de l'économie 
poHtiqiK , mais surtout de graves considérations de salubrité 
et d'ordre public, s 

Noua n'avons à rappeler ici qu'une seule chose, c'est que la 

boucherie n'est constituée en monopole qu'à Paris, que la loi 

du S mars 1791 régit partout ailleurs le commerce, et que la 

l^>erté du commerce agissant concurremment aveo une taxe 

31 



jM,Googlc 



3S3 FRANCE. 

offideJle, fonctionne sans inc<HiTéni«nt dans beaucoup de 

grandes villes de France. 

Au point de vue de l'aliment&tioo du pajs tout entier, il est 
certain qu'il y a encore beaucoup à fure pour éleva la produc- 
tion de la viande au niveau du besoin de consonunaticm. 

Si nous en croyons les statistiques de H. Blocà, il se con- 
somme en moyenne par t£te d'habitant et par année : eu France, 
6 Itiiogrammes 740 granunes de viande de bœuf ou de vacbe; 
en Angleterre, en Danemark, en Suède, dans le Wurtemberg, 
environ 13 kilogrammes; en Néerlande , à peu près 9 kilograut- 
mes. n y a 1& une infériorité r^rettable. Mais il est juste de 
Are que la France vient au second rang pour la consomoutioii 
de la viande de porc , et que la volaille , les oeufs , le poissoa s'y 
consomment en quantité plus grande que dans plusîrars det 
pays auxquels nous avons comparé le nAlre. 

Quant à Paris, ai, comme cela n'est que trop certain, la 
coosonmiation moyenne des babitants en fiût de viande de bou- 
cherie a baissé sensiblement depuis un siècle , c'est encore sàoa 
nous à l'introduction énorme d'aEments de diverses natures 
qu'il faut attribu» cette décroissance. 

Expotitiott universelle. — Le |dus grand érénement écoath 
nùqne de l'année, c'est assurément l'exposition universelle. 

Malgré les prévisions fondées sur l'état de l'Europe, en face 
des difficultés politiques et des éventualités de la guerre, le 
gouvernement impérial avait maintenu le rendez-vous assigné 
pour l'année i853 à tontes les nations de la terre. 

Ce concours des produits du monde civilisé s'ouvrit, k Paris, 
le 15 mai. 

Ces épreuves solennelles , ces concours ïnlem^raïaux ont 
un but vraiment utile, qui est de constater à certains moments 
le niveai du prc^rès accompli par l'humanité. La lutte termt* 
née, il reste poor chacune des nations qui y ont pris part, à 
voir pour quelle somme de découvertes et de perCectionnemoits 
die est entrée dans ce grand inventaire. 

On ne pouvait songer, à Paris comme à Londres, à éleva* 
une de ces serres gigantesques inventées par M. Paxlon. L'état 
spécial de l'industrie ftaoçaise, sea babitiides , l'espace tésavè , 



n,5,t,7rjM,G00glc 



HATIËBE9 ECONOMIQUES. 8M 

tout s'y ^tpoaaH. Od dot donc se conteoter d'uD palata nngni- 
Sqne, non pourtant babylonien. Mais , dès l'origlae , une faute 
gnre lirt commise. On n'avftit pas sufflsammeat calcalé le local 
el OD s'aperçut bien vite que la salle du banquet ne poumit 
cootenir que la moitié des ctmvives. U fallut donc s'y reprendre 
i pluMenrs fois et élever annexes sur onneites. De Û un déEaut 
d'imité regrettable. 

Qnoi qu'il en soit, le bfltîmrat prin(ûpal , le palais de l'Indu»- 
trie, s'éleva sous la forme d'une immeoee galerie dont le parai* 
lelogramme était coupé de pavillons «n swllie. Les dépendance* 
s'élevaient à quelque distance, soua la forme d'une longtie 
galerie qui couvrait presque toute l'étendue du Cours-la-Reiaei 

Le rè^meot élaboré par la commission fnuiçaise repro- 
duisit, m les améliorant, les excellentes dispositions prisesi 
en 1851, par la ctHomission britannique. L'elpérience de 
Londres n'avait pas été inutile. De Ih quelques diflérenoes 
etseotieiles entre les deux Tègletnents. 

Et d'abord , l'art et l'industrie avaient chacune, aux Champs 
Ëlyséei , leur département spécial. L'utile et te beau ne se 
coofondaient que dans les œuvres où le génie Industriel s'épart 
et se com|riète par les inspirations du génie artistique. 

Cette pensée vraiment française d'une Exposition des beani* 
arts jointe à celle de l'industrie appartient, on le sait, à 
S. H. l'Impératrice Eugénie. Les beaux-arts, ne sont~ils pa», 
ea effet, une des gloires les plus sériausas de la FranoeT Cette 
eibibition aurait d'ailleurs ce mérite particulier que l'art s'y 
pcésenterùt avec lo double tribut de ses reaaources actuelles 
el de ses richesses passées. On pourrait mesurer, pour chaque 
DstiaD, l'espace parcouru, comparer le présent au passé et 
préparer, en commun, l'avenir. Pour la (»emlère fois on allait 
loir plus de 1,500 ouvrages choisis des écoles d'Angleterre » 
d'.MIemagne et de Belgique, i^acés à cdté des plus remar- 
•fiables productions de l'école française. 

Le classement des produits par classes, sections et jurys fut 
fût avec plus de méthode qu'à l'Exposition de Londres, et U 
nomenclature de la commission française constitua, à elle seule, 
une admin^ statistique du travail humain. 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



8» FRANCE. 

Un aul» progrès ronustait dans l'autorisation aoctvdée lat 
exposants de joindre le prix an produit. Si c«tte iDDoratioD 
louable eût rencontré chez les producteurs plus de siDcèrité, 
elle eût donné à l'ensemble de cette exhibition un caractère de 
vérité pratique sufBsant pour mettre fin à ces roueries et à ces 
tours de force inutiles qui n'ont rien de commun avec la coiv- 
sommation usuelle. 

Il faut louer encore une disposition Ubérale, la gratuité des 
transports api^iquée, sans distinction, aux produits étrangers 
comme aux produits nationanif : les premiers seraient retour- 
nés à la frontière aux ii^ de l'Étal , et ne paieraient ni à l'en- 
trée, ni è la sortie, ni pour le parcours. De phis, les articlei 
{Hnhîbés par les tarife français pourraient être vendus, moyen- 
nant on (boit maximum de SO p. 0/0, 

Etafin , l'Angleterre s'était adjugé la moitié du nombre total 
des membres du jury international : la France ne se résem 
qu'on chîAe de jurés proportionnel au ncmbre de ses expo- 
sants. 

Plus large que le règlement de l'Expoàtion britannique de 
1861, cdui de l'Exposition française avait seulement posé le 
principe du concours, ne déterminant pas i l'avance le nombre, 
la nature ou Tordre des récompenses, et laissant tonte liberté 
ft la munificence du gouvernement. 

On a fiût, toutefois, et selon nous à juste titre, une critique 
assee vive de l'admisnon à litre d'^alité des expositions às- 
cielles et collectives k càté des expositions individuelles. Parta- 
ger les récompenses entre des manufacturiers isolés d'un cAté. 
de l'autre des comités, des administrations publiques, des 
chambres de commerce , c'était sacrifia à l'avance les unités 
aux groupes. L'industrie libre et l'industrie officielle n'ont ni 
les mêmes moyens d'exécution, ni le même but , ne produisent 
ni les mêmes prix ni les mêmes qualités. 

En revanche, on ne saurait trop louer l'excellente classifi- 
cation due an comité exécutif de la Commission française ; dans 
une excellente circulaire, en date du 15 octobre 18M, le secré- 
taire gênerai de la Commission , M. Arles Dufoiir, avait retracé 
aux juges di-piirtemcntaitx l'esprit et les conditions dans Ips^- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 395 

quels denit être réglée l'admission des produiu à «qNwer. 
Ëiiminw sévèrement tout c« qui ne se distioguerait pas par uo 
ccncUve d'utilité éridente, par une qualité essentielle d'inven- 
tion ou de perfeclioanement; se défendre avec une scnipuleuu 
énergie contre toute influence de localité ; écarter rigoiueuse- 
ment aussi tout ce qui formerait Msortiment d'une même nature 
d'articles; exclure absolumeDtenunmotl'étalage et la pacotille; 
enfin réserver au vrai producteur la place que tels commerçants 
ne sont toujours que trop enclins à revendiquer pour des objeLi 
dont ils ne sont que les entrcpositaires : telles étaient sommaï- 
lement les règles propres à faire de cette Exposition une vérité» 
à la dégager des articles parasites qui menaçaient de l'en- 
combrer. 

Une libéralité singulière brilla dans les moindres délaib 
comme dans les disposition* d'ensemble. 

Ainsi, on arbre de tranemis^on , mù par 30 machines k 
vapeur, communiqua le mouvement k une multitude de mé- 
canismes divers, fonctionnant chacun en son genre, et fabri- 
quant les produits sous les yeux même du spectateur. A LtHidres, 
la vapeur ne prétait sa force qu'aux machines anglaises; à 
Paris, on la mit au service de tous les exposants sans distinc- 
tion de nationalité. 

Même libéralité dans les facilités données aux visiteurs de 
ce cracours gigantesque. 

L'activité intelligente déployée par le prince Napoléon, pré- 
sident de la tlommission impériale, l'élan qu'il imprima à une 
admioistratioR découragée par les difficultés de l'inslallation 
première assurèrent le succès de l'entreprise. Son initiative 
libérale, l'unité d'action que représentait sa bauta intervention, 
aplanirent les difficultés, permirent de constituer régulièrement 
les services. Son Altesse Impériale se mit en rapport avec les 
éverses compagnies de chemins de fer, leur persuada d'oiga- 
Diser sur leurs lignes des trains spéciaux à prix réduit pour 
amener a Paris , de tous les points de la France et de l'Europe. 
in nombreux visiteurs auxquels l'élévation des prix de trans- 
port aurait fermé les portes de l'Exposition universelle. L'année 
lie fut pas oubliée. L'EiDpereur voulut que 1,500 militaires 



n,5,t,7rjM,G00glc 



3M FRANCB. 

Aissent admi* chM|ae jour gratuitement à vntter tontes la 
partiee de l'Exposition. 

Cette grande Aie du travail inÛTersel s'ouvrit sous la préa- 
dence de l'Empereur lui-même. L'Impératrice, les membres 
de la fomillfl impériale assïtitaient à cette soleonité. 

B. A. I. le prince Napoléon adressa à l'Ëmpenur, oomme 
iwésident de la Commission impériale, un discours remar- 
quable dam lequel étaient exposés le but à attundre, les 
iQoyena employés, les résultats obtenus. 

« Nous avons voulu, dît le prince, que l'Expositioa imiver- 
sdle ne ftit pas uniquement un c(»icours de curiosité, mais 
an grand Huetgnemeat pour l'agriculture, l'iadustrie et le 
commerce, ainsi que poor les arts du monde entier. Ca doit 
être une vaste enquête pratique, un moyoi de mettre les forces 
industrielles en contact, les matières premières à portée dn 
producteur, les produits à portée du consommateur; c'est un 
nouveau pas vers le perfectionnement, cette loi qui vient da 
Créateur, ce premier besoin de l'humanité et cette indispea- 
sable condition de l'organisation sociale. 

» Quelques esprits ont pu s'effirayer d'un pareil concours, et 
ont naguère chôcbé à le retarder; mais vous aves voulu que 
les premières années de votre r^e fussent illustrées par une 
exposition du monde entier , suivant en cela les traditions du 
premier Empereur , car l'idée d'une ^^t^jifion est éminem- 
ment françalie; elle «progressé avec le temps, et, de natio- 
nale, elle est devenue nniv^selle 

» Deux précMenIs nous ont naturellement guidés : lesexpo- 
sHloDS ft-ancaises et l'ExpositicHi universelle de iSSl. Quelque 
nradiflcations ont cependant été apportées; elles sont tontes 
dans un sens de liberté et de progrès. 

■ Nous avons établi pour l'Exposition un tarif douaniep 
exceptionnel d'ob te mot de pnhibilion a été effacé. Tous les 
produits exposables sont entrés en France avec un droit ad 
valorem de 20 p. 100. Nous avons trouvé le plus bienveillant 
c<mcours dans la direction des douanes, et j'espère que nos 
hêtes étrangers emporteront une bonne impression de leurs 
relations avec cette administration. 



* n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 3S7 

a La même libéralité a été appliquée dans les traïuporis 
dont DOBs RTons pris les frais à notre chaîne depuis la frontière. 

I EnSn, par une ÎDDovation hardie qui n'avait pas été faîte 
i Londres, les produits exposés peuvent porter l'indicalion de 
leur prix, qui devient ainsi un élément sérieux d'appréciation 
pour tes récompenses. Tons ceux qui s'occupent des que»- 
tioss industrielles comprendront combien ce principe est 
important et quelles peuvent en ébre les conséquences, malgré 
certaines difficultés d' application. 

«Dans les beaux-arts, deux systèmes se présentaient: 
rallaiuil faire une exposition pour les cmvret, sans se pré- 
occuper de savoir si les artistes étaient oMirts ou vivants, 
on pour ies artiêlei, en n'admettant que les œuvres des 
TivantsT 

1 La [veniière idée a été soutenue; elle répondait peut-être 
mieux au programme qui voulait un concours de l'art au 
m* siècle; elle n'a cependant pas été adoptée, à cause des 
difficultés d'exécution qu'elle soulevait. 

1 Nous avons accueilli sans révision toutes les oeuvres des 
irttsles étrangers admises par leurs comités; nous n'avons été 
sévères que pour nous-mêmes. La tftche d'un jury d'admission 
est difficile et ingrate, surtout dans une exposition universelle 
où ]es principes des expositions ordinaires n'étaient plus appU- 
cibfes, et ob le jury avait i choisir les armes de la France 
dans cette lutte qui s'^randissait. 

> LlnsufBsance du bâtiment nous a suscité des d'ifflcullés 
sérieuses. La construction d'un édifice spécial ayant été écar- 
tée, il a fallu nous installer dans le Palais de l'Industrie, àonl 
les inconvénients viennent de ce qu'il n'a pas été établi e « 
ne d'une exposition aussi vaste. 

■ Noos tenons k le <£re hautement à Votre Majesté ., l 
l'Europe, le concours des exposants a été tà grand _„g > 
place Aoiu a manqué, malgré les H7,8iO mètres carrés jg 
soperfide, sur lesquels S3,000 mètres carrés Ag guifacn 
etposable. 

» Obligés de recommander aux comités d'admission un» 
grande réserve, nous ne pouvions nous e-^j Répartir qu'à mç. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



898 FRANCE. 

sure qu'il nous était permis de disposer d'un pea phs 4*6111- 
placemeat. Ce défaut d'ensemble dans le commeDcement dca 
opératious a nui à la régularité el à la jusiice des admissonx, 
et a rendu encore plus difficile la tâche des comités locaux, 
auxquels je me plais à rendre hoounage pour le concoms 
qu'ils cous ont prêté, 

> Des retards f&clieuz ont eu lieu dans les travaux, malgré 
l'activité et l'intelligence de leur direction ; mais on avait \ni- 
ment trop présuroé de ce qu'il était possible de faire. Ce vaste 
el Epleodide palais a été construit en moins de deux ans et 
n'est pas encore complètement terminé; nous avons pensé 
que le meilleur moyen d'en presser l'achèvement était d'y 
installer l'Exposition, dont l'ouverture ne pouvait plus étie 
retardée.... » 

Et le prince ajoutait en terminant : 

a Dans notre pays, c'est habituellement le gouvernement 
qui se chatte de toutes les grandes entreprises; pour arrêter 
l'exagération de cette tendance, Votre Majesté a donné un 
grand essor à l'industrie privée. La compagnie à laquelle l'ex- 
ploitation du Palais de l'Industrie a été concédée devait trouver 
dans le prix d'entrée la rémunération du cnpilal employé à la 
construction; de là la nécessité d'un prix d'entrée. Noos 
avons ^cependant sauvegardé autant que possible les intérêts 
du peuple, eu obtenant que les dimanches l'entrée fût réduite 
à 20 ceniimes. 

» Nous pouvons dès à présent, gr&ce au Catalogue fait avec 
une grande activité, indiquer le nombre des exposants. Il ne 
«'élèvera pas k moins de 20,000, dont 9,500 de l'Elmpire frao- 
.THis et 40,500 environ de l'étranger. 

y La puissance que nous combattons elle-même n'a pas 
^ eiclue. Si les industriels russes s'étaient présentés en se 
soume^'^Dt aux règles établies pour toutes les nations, nous 
les BuriOL^s admis, aBn de bien fixer la démarcation à établir 
entre les peuples slaves, qui ne sont point nos ennemis, et ce 
gouvememenf dont les nations civilisés doivent combattre la 
prépondérance. * {Voyez à la Chronique, 15 mai, le compte 
rendu de cette cén^nouie imposante.) 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATlifiES ÉCONOMIQUES. 399 

L'Eipoôtian onverte, il fidiut en dasser, ea juger les 
[ffodiuts. 

On vit le premier des membre de la famille impériale, en- 
louté de savants, de chefs d'industrie, d'hommes spéciaux en 
tous genres et de toules les nations, examiner un à mi les 
moiiu^ détails de cette Exposition, s'entourer de renseigne- 
ments pratiques, interroger l'ounier comme le maître, dresser 
en un mot, jour par jour, une laborieuse enquête sor l'indus- 
trie humaine. C'était Itr pensée impériale se personnifiant pour 
aid^ dire dans ce grand concours de l'activité des peuples et 
te mêlant à la vie publique des sciences et des arts. 

Les récompenses furent distribuées le 15 novembre et la 
clôture de l'Exposition en eut lieu quinze jours après. On n'a 
pas oublié le discours que prononça, à cette occasion, l'Empe- 
reor des Français et on sait quelle influence exerça cette parole 
anguste sur les destinées de l'Europe. 

Pour apprécier le résultat des travaux du jury internalîona), 
il faut se rendre compte d'abord du nombre des exposants 
pour chacune des nations représentées au concours. EÏi voiù 
le tableau ; 

Nmtn fexpwiRii. 

Fnnea (Algérie et coloniM) 10,6St 

GnoJo-BceUgiM (et edouit*} S,US 

Vnm 1,313 

Aotricbe 1,SM 

BdgHtM «86 

BifigM S68 

Suède et NontgB.., B38 

PoitugÊL U3 

PejvBat 411 

Coofédéntion niiM «8 

Wartembery 307 



Sièee. 131 

Ëub-llDii d'Amérique 130 



À nporltr 10,90 



n,5,t,7rjM,G00glc 



FKAMCE. 



B*4* 



Fnncfort-fai-lA'McÏB 

Giwd-dncbé de IiomAaoTg. . 



Électonl de He» . . 
Nonretle-Gmudc ... 



S>u4>iboarg-G«thi. . 



Ém*' 

Stnt^UibonTg... 



CentedénUoB Argentin et e^în da Bréal . . 
C<Mti-Ric> , 



Lipp^-DetBoU.. 



Bnpire Ottoaw . . 



Kig-Lippe 1 

SEhwutzbontg-Radobtadt 1 

T«w I 

Total 30,109 

n est à remarquer, pour l'empire Ottoman, l'Egypte et 

Tunis que les gouvernements avaient directement envoyé le 
pins grand nombre des produits. 

l^s produits avaient été classés par espèce et sans distinc- 
tion d'origioe en sept groupes, divisés en vingt-sept classes 
subdivisées elles-mêmes en sections. A chaque classe avait été 
attaché un jury spécial dans lequel entrait chaque nation en 
proportion du nombre de ses exposants. De la réunion des 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. SM 

pr^wleols et Tice-pré^dents de ces Jurys de classe, se formait 
le conseil des présidents, et de la réunion de tous les jurys se 
formait le jury mixte iatematioDal. 

C'est une Gompagnie, on le sait, qnf avait coostniit le Palais 
de l'Industrie, moyennant une coneession de trente-cinq ans. 
Le droit d'entrée perça fut fixé k f fr. pour les jours onU- 
nairei, à 2 fr. pour les vendredis, à 20 centimes pour les 
dùnancbes. Le nombre des visiteurs fut de 3,626,d34 et la 
tonnoe perçue a'éleva à 2,314,605 fr. I^ moyenne des entrées 
\ fExposilkHi de Paris n'avait été que de 18,2iS par jour; k 
rCxpontion de Londres, elle avait atteint 43,Fi36. La moyenne 
des receltes avait été à Londres de 63,325 fr., k Paris de 
11,631 fr. 

Hais, en réalité, l'Exposition parisienne ftit de beaucoup la 
fim importante, et par le nombre des exposants et par le 
m^te des produits. Aussi le nombre des récompenses fut-il 
plDs grand. A Londres, le nombre des grandes médailles, des 
médailles de seconde classe et des mentions honorables, n'avait 
été que de S,186 ; à Paris, les médailles et mentions furent au 
«Hnbre de 14,969. 

Au total , l'industrie obtint dans ce concours : 

161 décorations, 

113 grandes médailles d'honnenr, 
353 iBédailles d'bonoeuri 
3,383 médailles da preoû^ classe , 
3,843 médailles de deuxième olaue, 
3;977 meationB honorablea. 
l£s Beanx-Arta obtinrent : 
40 décorations, 
16 médailles d'honneur, 
67 médailles de 1" classe, 
87 de la seconde, 
77 de ta troisième , 
^m mentions honorables. 

Us déooralMHis pour riadastrie se pép«Ftis8«ient aJnrf : 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



383 FRANGE. 

France, IIS; Angleterre, 20; Prusse, 9; Autriche, 6; Bel- 
gique, 4; Suède, S; Toscane, 1; Bavière, 1; Suisse, 2; 
Hesse, 1; Piémont, i; Canada, 1. 

On remarqua, parmi les industriels décorés, MU. Fairtiaini. 
correspondant de l'Institut; Airy, directeurdel'ObservaUMrede 
Greenwich; lord Ross, Ithumkorf, Faraday, Francbot, Kie- 
chlin, Dolfus, Brunnel, Elkington, Brett, etc. 

Dans la peinture, la France eut 25 décorations, parmi les- 
quelles M. Ingres, grand-orBder, et M. Delacroix, contntan- 
deur; l'Angleterre deux décorations, MM. Ëasllake et Hiil- 
ready; l'Allemagne, 2, MM. Bildebrandt et Kaulbach. 

Après les décorations venaient des récompenses pécuniaires 
exceptionnelles : 3,000 &. à M. Marin, ouvrière Lyon; 10,000 fr. 
au capitaine Delvigne , pour perfectionnement dans les armes 
à tir; 900 fr. de rente à M. Morel , ouvrier en bijouterie ; 300 Ir. 
de rente à MM. Demiame et Maloisel, ouvriers imprimeurs; 
10,000 fr. k M. Sudre, pour son invention de la téléphonie. 

La série des médailles d'honneur commençait par neuf mé- 
dailles hors classe distribuées ainsi : Deux k la France, minis- 
tère de In guerre et de la marine; trois à l'Angleterre, compa- 
gnie des Indes-Orientales, ministère du commerce, et docteur 
Royle; une à l'Espagne, produits de Cuba; une au Ptutugal, 
produits agricoles; une h la Toscane, Institut impérial et royal; 
ime à la Hollande, Société néerlandaise de commerce. 

Quel avait été, dans ce concours , la part de notre industrie 
nationale 1 Son caractère général, tel qu'il ressort de cette 
grande comparaison de 1B55, c'est une tendance constante i 
répandre, même dans les classes les moins fortunées, les bien- 
faits des inventions nouvelles du luxe et du comfort. L'industrie 
française , en un mot , est démocratique comme la naUon elle- 
même, et se ressent de la prédominance excessive qu'a prise 
chez nous le sentiment de l'égalité sociale sur celui de la 
liberté. 

Peut-être avait-on trop oublié & Paris que le but final de 
l'industrie et de la science n'est pas dans la fabrication plus ou 
moins artistique des objets de luxe, mais dans la fabrication à 
bas prix des objets nécessaires. Peut-être avait-on trop sacrifié 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 339 

au plaisir de produire des che&-d'œuvre exceptionnellement 
afTeclés à l'opulence. L'iDtérèt véritable était dans les produits 
sérieux , dans les étoffes accessibles à tous; dans les porce- 
laines, rerreries et poteries usuelles ; dans les ouvrages de zinc, 
ce bronze des petites fortunes; dans les machines de locomotion 
et de travail ; dans l'horiogerie k bon marché; dans l'outillage ; 
dus l'ébénisterie de bas prix; dans les applications du caoïrt- 
chouc; dans les produits chimiques. 

Un résultat immédiat de l'Exposition universelle a été, pour 
la France, de stimuler ses manufactures, d'ouvrir une voie 
plus large à sa production. Les relations créées par ce COD- 
coon ont heureusement modifié lesréstdtats de son commerce 
iolemational. Nos industries diverses ont ressenti l'aiguillon 
de la concurrence; l'esprit d'entreprise s'est réveillé h la vue de 
ce qui se fiiisait ailleurs , et le pays a pris une juste confiance 
dans ses f<»cefl et dans ses ressources en se comparant à ses 
rifaux. 

Un antre concours universel qui ne manqua pas d'importance, 
fiit celai des animaux reprodoctenrs. Il eut lieu à Paris, dans 
les premiers jours du mois de juin. L'influence féconde de pa- 
reilles solemûtés sur les destinées de l'agriculture engagea le 
gouvernement à annoncer des «mcoiirs semblaUes pour les 
années 4856 et 18B7, 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



CHAPITRE IV 

MÀTlàSES ÈCOHOMIQIFBS. 

ni. Comment txUrimir, Tari/t. 



dèUili et ensemblE. 
Tarifa. — AnMliontioDs et rtforroea; décret qui modifie 160 «rttcln; iieni 
réduinot l'entrée des fmla, fen, michînea et odtîk; décret relatif ui 
droili xnr Ici lûnei; décret rédniiuit b laie hit les peuii bmlei; dtml 
portant l'catrée libre, h litre prorâmre, poor loalei le* mUitm h l'état hnl 
^ieotrentduB la conilniclîOB des naiires et pour loauiiiea tiiiil iwiiliiiiti 
une rtfom 



Commerce extérieur. — Le mouvement des échanges de b 
FVance avec les autres puissances présente, en lB.Hu, un aspect 
satisfaisant que les éjavuTes si nomln^ases imposées au p*fs 
n'eussent pu faire espérer à Vavance. Nous avons signalé parmi 
les causes de cette prospérité inattendue l'afflnence ties \ià- 
teivs et la multiplicité des commandes pendant rExposlioo 
universelle. Hais la supériwité de Texerace de 18^ sur le 
{wécédent, en quutilés comme en valeors, ne saumt tee 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 886 

fxmàétée seulement comme un fait accidentel. D y a déjà 
longtemps que la masse de nos exportations dépasse le chifbe 
de nos importations. 

De 1810 .à 18-U , nous avions importé pour i,69& miUioOe 
de rrancs, et nos exportations ne s'élevaient qu'à S,l 36 milliooi, 
c'est -il- dire que pendant cette période la France s'était appaa- 
Trie de 539 millions} mais, de 1845 à 1849, les imporlttioiu 
se soot élevées k 5,&i4 millions et les exportations à 6^314 mil- 
lioos, et de 1850 à 1HS4, les importations ont été de 7,111 mil- 
lions pour un chiffre de 8,491 millions d'exportation, c'est-k* 
dire que pendant oes deux périodes , depuis 1845 jusqu'à II fin 
de 1854, nous avoue expédié ji l'étranger pour 1 milliard 7B0 
millions de plus de marcbaDdJseï que nous n'en avons reçUi 
La tichesse de la France et ses ressources sfl sont donc •cornes, 
pendant cette période décennale, de plus d'un milliard «t demi. 

Mais, pendant ces deux dernières années, la France a dd 
exporter son or et son argent en quantités importantes. Tout»* 
fois, la raréfaction du numéraire par suite des dépenses de la 
guêtre et des achats de céréito ne justifient peut-être pasU 
panique de 1855 et la crise monétaire qui s'en est suivie. A ; 
T^arder de plus prés , si la guerre , par exemple , a coûté un 
millisid et demi, les deux tiers an moins de cette somme sont 
retombés sur la France en spires et en adiats. Si un demt* 
milliard a été exporté en Orient, cet appmvrtisemeoit apparent 
aura provoqué dans tout le Levant un sérieux mouvement d'if- 
fsires et créé des débouchés nouveaux. 

Beadons^wus compte, par des ehi&ei, du mouvemenl com* 
tuercial de l'année dûu ses détsils et dans son ensemble. 

De mois en mois, les droits perçus à l'importation avaient 
en nn accrcnssement remarquable. Pour le seul' mois de juin^ 
comparé avec ceux de 18B4 et 1853, cet accroissement était 
de pîès d'un tiers : 17,816,989 fr. au lieu de 12,755,684 pour 
18», et de Ji,6â6,fi74 fr. pour 1853. Le total des six première 
mois présentait des résultats analogaes : il était en 1853, de 
£1,668,078 fr., et en 1854 de 67,049,329 fr.; il s'était élevé en 
l&M à 88,306,730 fr. 

Ce qui rend cette énorme diffiâreoee phn tignificUive en* 



n,5,t,7rjM,G00glc 



3M FRANCE. 

core. c'est qu'elle n'emprantait presque rien aux importations 
de céréales aéeeaghées par l'insoffisance de nos dernières ré- 
coites. La situation s*aniélîorait donc peu a peu et le marché 
s'équilibrait. On avait acheté à l'étranger, dans Jes sixprenùen 
nxris de l'année précédente, 3,193,332 qnintaux métoiques de 
céréales, qui avaient produit à l'Ëtat 1,071,821 fr. de droils 
d'entrée; cette qoaDlité s'était trouvée réduite cette année ï 
4,188,938 quintaux métriques, pour lesquels il n'avait été 
perça que S68,S81 fr.; et il était alors permis d'espérer qu'avec 
la nouvelle récolte cette source de dépaises exceptionnelles se 
trouverait Irieutdt complètement tarie. Tous les renseignement) 
conc<»daîeat encore snr ce point, que cette récolte suffirait 1 
peu près aux besoins du pays. On sait à Terreur fut grande. 

Les autres détails du tableau des importations accusaient t 
la fois une amélioration notable dans l'alimentation générale et 
une grande activité dans le travail industriel. Les bestiaux , les 
vins étrangers, les esinits, les cafés, avment profité des d^rfe- 
vements successirs dont ils avaient été l'objet pour combler les 
lacunes de notre production intérieure. Il n'était entré que 
51,520 têtes de bestiaux dans les nx premiers mois de 1853. 
Ce ciùttre était monté à 142,617 en 1854 et k 175,127 en 18!»; 
et, cependant, le prix de la viande, bien loin de baisser, n'avait 
fait que s'accroître, tant il est vrai que le décret du H septen>- 
bre 1853 était le résultat d'une connaissance parfaite de notre 
marché et des besoins bien compris des populations. 

L'importation des vins de toutes sortes, des eq[trits. des 
graines oléagineuses, des viandes salées , des sucres étrangers, 
tenait à la même cause et concourait au même but. On a re- 
marqué ce fait singulier, que l'étranger, profilant des décrets 
de septembre et d'octobre 1854, nous avait réexpédié une cer> 
tajne quantité de nos propres vins achetés à d'autres époques. 
Le total de son exportation du t*' janvier au 30 juin étwt de 
337,116 hectolitres pour les vins et de 108,389 hectolitres pour 
les esprits. L'augmentation sur les cafés était de plus d'un tiers. 
Celle des sucres de nos colonies et de l'étranger avait atteint 
47,399,880 quintaux métriques pour )a première calorie, et 
44,999,800 quintaux métriques pour la seconde, soit un quart 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATltRES ËGONOHIQUES. 3S7 

de {dus que Ytamée précédente. Celte au^eaution élut due ft 
lidistillation de la betterave qui avait pris de grandes propor- 
tioDsdaos les départements du nord. 

Relativement aux matières premières réclamées par le tm- 
Taii national, l'augmentation portait princlpajement sar lea 
cuivres, sur les aciers et les fers étirés en barres, sur les bouil- 
les, sur les laines et sur le plomb. Dans les fers étirés en barres, 
qm s'étwent élevés à 1,368,163 quintaux métriques, tandis 
qu'ils n'étaient en 1854 que de 426,033 quintaux métriques, 
ks rails figuraient pour 178,648 quintaux métriques, pour les- 
quels il avait été perçu, en droits, 1,273,187 fr. Or, dans l'état 
actuel de nos tarifs, ces rails représenldenl l'avance prise par 
DOS compagnies de chemins de fer sur la production métaliur- 
gtijue du pays. Le développement de la construction était n 
rapide, que le développement de nos forges ne pouvait plus y 
suffire. 

Le tableau des exportations n'accusait pas en général des ré- 
snltats aussi décisifs. L'augmentation s'était soutenue , mais 
dans des proportions moins considérables. C'étaient les modes, 
les garances, les peaux ouvrées, les savons, le sucre raffiné, les 
tissus et les cristaux, qui avaient maintenu le mieux leurs d^ 
bouchés extérieurs. C'est, on l'a fait remarquer avec justesse, 
nne des bonnes fortunes de notre pays qne de pouvoir se suf- 
fire i lui-même et de ne pas dépendre des oscillations du com- 
merce d'exportation. Certaines natures de marchandises ex- 
p>vtées, momentanément en baisse, telles que les céréales, les 
rias et les alcools, reprendraient leur marche ascendante le 
jour où le pays aurait retrouvé sa production agricole nor- 
male. 

En somme , il y avait prc^rès, même sur les années plus fa- 
vorisées par l'abondance des biens de la terre, même sur les 
périodes les plus heureuses d'un autre régime. Ce progrès, qui 
lieal k la vitalité intérieure de notre pays, à l'élévation du 
niveau social, à l'accession des masses au bien-être et à l'in- 
lelligence delà civilisation, ne saurait désormais s'arréler. Les 
circonstances pourront suspendre son action sur certains 
points, comme elles ont diminué, en 1853, le mouvement 



n,5,t,7rjM,G00glc 



838 FRANCE. 

de notre navigation avec l'étranger et les ctdooles; mais il m 
dépend pas d'elles d'empêcher le développement irrésistible 
du commerce et de l'induslrie. 

Doue si, durant les premiers mois, le commerce exlérienr 
a visiblement souffert, à l'exportation surtout, il se relève 
vivement en mai et en juin. Le tubleau des importalions du 
premier semestre dénonce, pour presque tous les articles, on 
progrès sérieux. Colon, laine, soie, bouille, fer, bois d'ébéni»- 
terie, denrées exotiques, etc., tout offre des augmentationi 
marquées. Quatre articles seulement font exception. La loil«, 
le sei , le nitrate de soude et les céréales. De ce dernier article, 
la France a eu mnlheurcusement encore à demander, en juia, 
370,000 hectcditres il l'étranger. 

En somme, la recette des douanes à l'importation B'élèie, 
ail 30 juin, à 88 millions 307,000 fr., c'est-à-dire k âl millions 
de plus qu'à pareille éi>oqiie de tS54, Le sucre étranger entre, 
il est vrai , dans cet excédant pour quatre millions qui ront 
retourner au commerce sous forme de prime d'exportation ; 
mais les 17 millions restants n'en constituent pas moins unsu^ 
4»olt de perception fort remarquable et qu'on peut conùdérer 
comme exceptionnel. Citons seulement deux des principini 
articles, le coton et la laine. Nos fabriques , durant le semestre, 
ont consommé, du premier, io millions al3,000 kilogrammes 
contre 36 millions 868,000 en lS34,et, du second, la milliao! 
6û8,000 contre 8 millions 636,000. II en est de même de U 
plupart des autres produits qu'emploie le travail des fabriques 
et des ateliers. 

Quant à l'exportation , elle a tellement souffert pendant les 
premiers mois de l'année, qu'à la fin du premier semestre, elle 
se trouve encore en arrière de l'importation. Quelques articles 
sont encore en déficit : ce sont surtout le bétail , les vins , les 
spiritueux , les modes, la porcelaine, les tissus légers de laiw. 
Mais les toiles, les cotonnades, les soies et soieries, les Sis de 
coton et de laine, les verreries, la librairie, les céréales, la ga- 
rance, les savons, le sel et le sucre raffiné ont été l'objet de 
ventes fort actives. Ainsi , les fabriques françaises ont livré i 
Tétranger durant le premier semestre, â millions 3)0,000 kilog. 



n,5,t,7rjM,G00gl'C 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 339 

de cotonnades écnies si bUncbeG contre 1 million fid6,000; 
les toiles françaises exportées ont donné un poids de 1 million 
154,300 kilogr. contre 733,400. 

Saaf pour le Hicre étranger et 1g café, les ealrepAts n'accu- 
sent, lu 30 juin, aucun encooilvement eKceplionael , et quant 
aux résultata du mouvement maritime, ils sont la coniéquenoe 
lies premier*. Aux arrivagea, ils montrent un fort accroisse* 
ment (433,000 tonneaux) dans lequel l'étranger a, comme 
toujours, la part la plus forte. Cependant , à la sortie, qui dans 
sou enaemMe a un peu faibli , notre marine à cette fois obtenu 
quelque avantage. 

Le mois de juillet signale un progrès remarquable dans la 
mouvement des importations : ce mois produit une recette de 
douanes de33millioDsfiir>,000fr. contre 13 millions 436,000 fl^. 
eu juillet 1851, et contre 12 millions 576,000 fr. en juillet 1B53. 
L'accroissement atteint donc de 150 à 160 pour 100. En total» 
la recelte a été pour les sept premiers mois réunis, de 121 mil- 
lions 221,000 fr. Elle n'avait donné, à pareille époque de 18M> 
que 80 millions 486,000 Ar. 

Toutes les marchandises ont participé à cet accroissement 
exceptionnel de juillet , excepté trois ou quatre : les céréales , 
le cuivre, le nitrate de potasse et la soie. II y a d'énormes ai^- 
meniationt sur les bois d'acajou et le coton, sur le linc, la fonte 
et les rails, sur la houille, la laine, les fils de lin, l'huile, et 
spécialement sur le sucre tant colonial qu'étranger : il a él4 
acquitté de ce dernier article pour IS millions 300,000 A*. 
contre 5 millioDS 96,000 fr. 

Le progrès des exportations pendant ce mois est moins grand, 
mais encore remarquable, spécialement pour les toiles, les 
cotoooades et les soieries, pour les sels et les gitAns, pour les 
machines et les verreries. La sortie des articles de mode est 
encore en perte; celle des raffinés, bien que très-importante 
encore, a fléchi; aussi l'existence des sucres bruts en entrepôt 
est à ce moment fort considérable. L'exportation des vins est 
toujours en souffrance. 11 fout noter cependant une reprise asseï 
forte SUT les alcools, dont la fabrication, alimentée par les 
mcniB, ooatinue d'être très- active. 



jM,Googlc 



8M FRANCE. 

Le mouvement maritime répond à ces accroissemenls. Oa 
n'a, il est vrai, compté, pour les sept premiers mois, qœ 
90,687 bâtiments tant entrés que sortis, contre 20,934 dunnt 
U période similaire de 185^; mais le transport a donné 3 mil- 
lions 28.000 tonneaux de jauge officielle (ce qui suppose 
3 millions 000,000 de contenance effective) , contre 2 milliiHis 
810,000. Le chargemeni a donc été plus considérable. A 
l'entrée, c'est le pavillon étranger qui a eu l'avantage; à b 
sortie, c'est le pavillon français qui l'a obtenu. 

Au mois d'août, le produit des importations s'élève i 
18,043,830 fr.; c'est une augmentation de 4,755,549 fr. sur 
18rt4 et de 5,675,893 fr. sur 1853. 

Pour les huit preuiiers mois de l'année, les produits des 
importations atleigniml déjà 139,264,031 fr., tandis que les 
droits ppFçus pendant l'aimée entière ne s'éluient élevés l'anoée 
précédente qu'à 149,337,510 fr. et en 1853 à 141 ,607,552 fr. 
Il y a, pur conséquent, pour huit mois, une augmentAlion de 
35,491,171 fr. sur 1854 et de 48,6S0,631 fr. sur 1853. 

L'augmentation sur les marchandises importées pendar)t le 
mois d'août porte h peu près sur tous les articles. 11 faut même 
remarquer un fait assez signitlcatif. Pendant plusieurs mois, 
les entrées de sucre contribuaient pour les trois quarts dans 
l'augnienlalion générale ou atténuaient la réduction sur ks 
produits des autres marchandises; mais, en août, il y a ea 
près de 1 million de diminution des droits perçus sur les succès 
de nos colonies; l'augmentation n'a porté que sur les sucres 
étrangers, qui ont produit, en août 1855, 5,0^7,683 fr., contre 
2,020,610 en 1854 et 2,346,478 en 1853. 

Les principales augmentations portent sur les entrées de 
bestiaux, les cafés, les fers étirés en barres (rails), les fils et 
toiles de lin et de chanvre, les laines eu masse, la bouille, la 
fonte brute, les soies écrues. 

De légères diminutions ont eu lieu sur les importations des 

cotons en laine., du cacao, de la cochenille, du cuivre pur de 

première fusion, des graines de lin, des viandes firalches et 

salées. 

Les importftticms de céréales s'étaient élevées, en août 1859, 



jM,Googlc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 3« 

i 457,809 qnintaux métriques , et en aofit 185i h 185,667 
qiHDtBux. Au mois d'aobt 1835 , ce chifTre a atteint 206,933 
quiotaux. Les cliifies d'importation de cette marchandise ont 
été, pour les huit premiers mois de l'année, de 2,134,591 quïn- 
tnn en 1 855, contre 4,538,754 en 1854 et 1 ,285,936 en 1853. 

S maintenant noua arrivons aux derniers mois de l'année, 
l'inDiience de l'Exposition universelle est encore sensible, au 
mois de novembre, sur le commerce d'exportation. Les droits 
poçuB à l'entrée pendant ce mois s'élèvent à 13,556,505 fr. 
contre 13,245,130 fr. en novembre 1854, et 12,133,961 fr. en 
DOveinlK^ 1853, C'est, par conséquent, une diminution de 
078,625 fr, sur 1854, et une angmentalion de 433,544 fr. sur 
1853. La diminution, assez faible d'ailleurs, laisse subsister, 
ponr les onze mois, un accroissement de 38 millions sur 1854 
et de 47 millions sur 1853. 

Le mois de novembre laisse apercevoir un accroissement 
considérable dans le commerce maritime, mais il faut en cher- 
cher la cause dans les apports 'extraordinaires en charbons 
an^ais et en céréales. 

Au détail, les articles de modes, comparativement à no- 
vembre 1854, ont presque doublé leur chiffre; il en est de 
même des toiles peintes, et mieux encore pour les tissus de 
coton écnis et blancs, dont la sortie avec prime s'est élevée, 
pour ce seul mois, de 139,000 kilogr, à 536,000. Même ac- 
croissement exceptionnel pour la verrerie et la cristallerie, 
dont l'exportation non primée a donné 1,396,000 kilogr. contre 
441,000. Les toiles, les lainages, les soieries ofirent également 
des augmentations considérables; eiifln les vins et les alcools 
se montrent pour la première fois en excédant sur l'année 
antérieure : les premiers ont eu 135,834 hectolitres contre 
t03,010, et les seconds 18,149 contre U,6eï. 

L'importation n'est pas tout k fait aussi favorable : le travail, 
pour certaines branches, semble un peu souffrir; le coton a 
perdu, la soie aussi, fa laine également ; mais d'autres articles, 
la fonte, le fer, la houille, offivnt des compensations. Les 
achats de grains ont pris en novembre du développement; 
pourtant ils sont encore fort au-dessous de ceux do l'année 



n,5,t,7rjM,G00glc 



«a FRANCE. 

préeédeaio, lott li 168 millions de Ulogrammes, ou 3,700,000 
beotolitret; on avait, fin novembre 185i, 458 millions. 

Le stocit des céréales dans les eoirepAls s'élève, le 30 no- 
T»nbre iSSfi, à l»3,i7S quinlaux métriques, contre 31,8% 
en Doventbre 1B54. ne reste plus en entrepôt que 110,403 
quintaux de sucres des colonies , et 08,766 quintaux de sucres 
étrangers. Le stock était l'année précédente, à pareille époque, 
de 153,323 quinUux. 

Pendant les preimen jours de décembre, des achats énormes 
de sucres s'effectuent sur tons nos marchés par des spéculs- 
leun anglais, ce qui détermine une hausse importante sur les 
prit, et réduit dans une très-forte proportion les existences en 
entrepAI. 

Le mouvement de la navigation indique à ce moment uo 
accroissement général daas le nombre des navires et dans leur 
tonnage, tant à l'entrée qu'à la sortie. La marine marchande 
est en voie de progrès, et elle j'occupe de tous côtés à accroître 
le namlH« de ses navires. 

Mais dès que l'influence de l'Exposition cesse de 8c faire 
sentir, les chiffres des droits à l'importation commencent ï 
décroître, et il y a eu diminution pendant les trois derniers 
mois de l'année. Ainsi, pour le mois de décembre, les droits 
à l'importation se sont élevés à 19,831,637 francs, contre 
15,37S,460 fr. en décembre 183i et 11,810,173 fr. en dé- 
cembre 18SÔ. On voit que le mois de décembre a maintenu 
•on équilibre, avec une légère supériorité relativement b 1853; 
mais la diminution n'est pas moindre de 2,433,833 fr., com- 
parativement à 1854. 

Ce ralentissement ne serait sans doute que de courte durée. 
Les arrivages de marchandises avaient été si considérables 
pendant quelques mois dans nos ports de mer, que les eotre- 
pOts avaient de forts approvisionnements- Hais déjà tes stocks 
étaient bien réduits, et les nouvelles de paix allaient donna 
un nouvel essor aux transactions de toute nature. Déjà, dans 
les derniers jours de l'année , des achats énormes en toute 
espèce de marchandises et de denrées coloniales avaient eu lieu 
■m Havre, à Nantes et à Bordeaux. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



.MATtËRES ËCUNOHIQVES. SM 

Le mois de décembre présente une dîmîmitkHi (rfes-forte daiu 
les importatioDs de coton en laine, de cafi^, de cacao, de 
graines cdéaginenses, d'huile d'olive, de laines eo masse, de 
sucres français on étrangers. 

Pvmi les articles qui présentent nne forte augmentation, 
DOUB citenHis surtout les céréales. Il en est arriré , pendant 
le mois de décembre, 609,035 quintaux mélriques, contre 
776,992 quintaux en décembre 18S4, et 1,338,U7 quintaux 
en décembre 18S3. Quoique le chiffre de cette année n'atteigne 
pas celui de 1853, il indique néanmoins une grande activité 
pour le transport de cette marchandise. La phis forte partie de 
cet céréales proviennent des États-Unis. 

L'importation des laines n'a produit en décembre que 
096,900 A-ancs contre 4,366,660 truiCi en décembre ISEUj et 
%3,805 fir. en décembre 1853. 

Lescliïffi«s d'importation se sont soutenus sur la fonte brute, 
U houille, les fils et toiles de lin et de chanvre, les rails et fers 
en barres étirés, les soies écrues, l'acier en barres. 

Les cbiffivs du mois de décembre se sont mieux tenus h 
l'exportation, quoique l'amélioratioa toit moins leosifale que 
pendant les deux mois précédents. Les modes ont maintenu 
leur supériorité, U y a une augmentation marquée sur les 
machinée. Les peaux , les porcelaines, verres et cristaux, ki 
sucre raffiné, les tissus de coton, de lin, de laine et de soie. 

Les entrepôts sont encore abondamment Eaumis de mar- 
chandises, quoique les importations aient diminué depuis 
quelques mois. Il y a cependant une réduction considérable 
dans le stock des sucres comparativement aux deux années pré- 
cédentes, ce qui s'explique par tes achats énormes faits depuis 
U fin de novembre pour le compte de spéculateurs Aoglais. 

Voilà les situatiooa nensueUes : passons i la situation 
générale. 

Pour Tensemble de l'exercice, les acquittements & l'entrée 
avaient atteint 189 millions 704,690 fr., c'est-à-dire 39 millions 
environ de plus qu'en 1 8i>4 et të de plus qu'en 1853. C'est aux 
fortes intradvctions de sacre en particatier, puis à celles des 
cafés, des colons, des laines, que le fisc était rederablc en 



n,5,t,7rjM,G00glc 



3«» FRANCE, 

grande partie de cet énorme accroissement de recette , dool 
une part asaez importante retournerait, à vrai dire, au com- 
merce sous forme de primes de sortie pour les raffinés , les lai- 
nages, les cotonnades, etc. Et cette augmentation du reveau 
avait eu lieu malgré de notables réductions apportées dans les 
tarifs de douanes, sur le bétail, les viandes, -la fonte, le fer, 
l'acier, la houille, le sucre, le vin, les alcools, les graisses, les 
graines oléagineuses. Sur tous ces articles successivement dé- 
grevés le rendement des droits avait été plus considérable que 
pendant les précédents exercices. 

Pour venir aux détails, trois ou quaU« marchandises seul^ 
ment étaient en perte : les grains, la cochenille, le poivre et le 
teA. Le premier de ces articles constituait, par le fait même de 
ce déficit, une situation plus satisfaisante. Les demandes d« 
grains faîtes par la France à l'étranger avaient été, en 1853, 
de beaucoup inférieures à la moyenne de 1853-1854. La France 
avait consommé , en céréales étrangères ( froment et farine) : 

En 1853 2SI,0ai quinUai, uit «Niron 314,000 bvcL 

Enl8S3 3,716,000 — — 4,649,000 

EnlSM 4,573,000 — — 5,716,000 

EnlS5S 3,041,000 — — 3,800,000 

Ce sont là les chiffres de la mise en consommation : les arri- 
vages généraux restaient, à la fin de l'année, fort au-dessus da 
la consommation; ils s'élevaient à S millions 130,000 hecL 

Voici les autres articles alimentnires dont l'impoilation olbt 
en 185S les plus forts accroissements. Nous avons reçu de 
l'étranger pour notre consommation intérieure : 

ISSS. 1854. 

Crot btua, Ule> 163,230 134,530 

Xouknu, — 306,983 27^595 

Tiuide, kikjr 4,133,500 1^1,100 

Sacre colDDld, — 90,768,600 82,211,400 

Sacre étriDser, — 59,633,000 36,067,600 

C*lé, — 26,725,200 21,720,000 

Huiled'oliTG, — 14,411,400 14,923.300 

TiB, badoi....... 413,015 155,178 

Etu-de-Ti«. — 302,0ea 65,131 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. Si& 

Quant aux matières industrielles, à celles qui alimenieot le 

trafail de dos uaaes, de nos ateliers et de dos fabriques, 

l'uigmentation des entrées avec acquittement de droits a'a pas 

été moins remarquable; on a, par exemple : 

18U. I8M. 

Pmu b hooffla, towM 3^11,287 3,123,389 

— rolll^ — 118,069 83.U6 

— feranbuiM, — «lfif.9 1,198 

— cdirra, — I1,»W 8,71S 

— plomb, — S3,M3 18,103 

» tnc, — 29,663 16,603 

— «olM, kiloar 1«,I38,000 1l,39t^ 

— liine, ~- 3ifiBSfiOO ' 2t,33l,(IOO 

— woit, — 3,MO,800 3,166,100 

■- sniM de lin, — 31,939,500 n,890,W0 

— El de 11», - G3T,000 U*,tOO 

~ boiid'aoJDu, — 6,103,700 5,058,300 

~- JDdigo, — I,1M,TOO 1,016,100 

Ainsi, l'année 185S a , sûiis le rapport de l'activité manufac- 
turière , sensiblement dépassé l'année précédente ; et d'ailleurs, 
MUS l'impulsion du grand mouvement produit par l'expositioD 
unjvawlle , nos exportations ne sont pas restées au-dessous de 
nos importations. Sauf le blé et le vin, dont la productiou a 
subi un déficit, presque tous nos articles d'exportation sont en 
progrès, surtout les sucres raffinés, donl la France a exporté 
près de 34 millions de kilogrammes, contre 26 millions en iSEU. 
Un autre article, les cotonnades, a atteint & la sortie le chiffre 
de 8 millions 770,000 kilogrammes, contre 6 millions 900,000 
en 1851. 

Enfin, malgré l'énorme emploi de matériel maritime exigé 
par les transports militaires, la navigation afférente au com- 
merce extérieur s'est accrue dans de belles proportions; elle a 
mis en mouvement 36,626 navires (non compris les entrées et 
sorties sur lest) dont la jauge officielle est de S millions 339,000 
tonnes, soit 745,000 de plus qu'en 1854, excédant sur lequel 
Dobc pavillon a c^tenu environ le tiers, soit 254,000 ton- 
neaux. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



3UI FRANCE. 

Le tflbleau ofSciel publié par )a direction générale des douanes 
el des contributions indirectes , porlanl comparaison Aes prio- 
cipanx résultats du commerce et de la navigation de la Fnnce 
avec ses colonies et les puissances étrangères pendant les in- 
nées 1853, lSo4 et 1855, donne les chiffres suivants, qui pi^ 
sentent pen de différences sérienses avec ceux qui précèdenl. 

Le montant des droits perças pour 1855 s'él&ve k 1 railGird 
364 millions contre 1 milliard 158 millions en 1854, el 1 mii* 
liant 103 millions ea 1833. La valeur totale de» impoitatioDS 
{commerce spécial) s présenlé, en {»«nant pour base le lan 
d'évahiatîon actuelle , une différence en plus de 134 millions, 
soit 12 p. 100 par rapport aux valeurt officielles. 

Il est à remarquer que cet excédant s'est réalisé malgré de 
nomlweusM et successives réductions opérées dana nos larib 
dedonaoea. Ainsi, le bétail, la fonte, le fer,racier, la bouille, 
le sucre, le viu et l'eau-de-vie , les graisses, les matières olét- 
^neuses, ont été notablement dégrevés, et, sur tous ces arti- 
cles, le reodement des droits se trouve, en 1853, supérieur de 
beaucoup à celui des deux années précédentes. 

La France a consommé, eu 1855, en céréales étrangères 
(froment et farines}, 3,800,000 heclolitres environ, au liou de 
5,716,000 en 1854, et 4,645,000 en 1853. Ainsi, les demandes 
de pains sont restées fort au-dessous de la moyenne de ce^ 
deux dernières années. Signalons encore comme un fait rassu- 
rant que les arrivages généraux étaient, fin décembre, très- 
supérieurs à la consommation. 

Voici maintenant le relevé des autres articles aliraenlaires 
dont l'importation offi« les plus forts accroissements : 
MU aat 

.Groi UUU, ttte* 114,070 S3,80S 

■outom et «itm, UtM MI,3S6 331,4Ï3 

Sucre colonid, quiDt met. 907,473 S22,IU 

— élriBgen <)ita 596,M9 380,676 

Càli, dilo 3B1,¥i& 21T,aM) 

Hntad'olivB, dit» 3U,562 149,333 

Vin, hectolilm 417,103 1^,178 

Eiu-de-tie, dilo a02,8aS «i,131 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ËCOnOMIQUES. 347 

Quant aux matières qui alimentent le travail de nos usines, 
l'augmentation des entrées avec acquittement de droits est égs< 
lement considérable. Nous citerons : 

tau isu 

HoDiUe, ifûat. mtl 38,171^U 31,238,M9 

Foqte dilo 1,182,096 834,160 

FcncDbârrM, dilo !U6,I(» 71,080 

Cnim quint.m^t tlT.HS 8T,1« 

PhHb dilo 139,4Ï9 191,6» 

Xnw dUa 3Se,0H 166,039 

Colon dito 7«1,S63 71S,0W 

Lvue dite 335,353 315,3 4 

Sois dilo 36,168 30,301 

Nos exportations se sont soutenues au niveau du progrès de 
noB importations. Ainsi, le commerce spécial offi-e une diffé- 
rence de 133 millions en plus, soit 19 p. 100. Sauf te blé et le 
tio que la France conserve pour elle-même , presque tous les 
autres articles ont augmenté leurs sorties, et principalement : 
)« machines et mécaniques, les verreries, les porcelaines , les 
savons, les livres, gravures et musique, et les tissus de tous 
genres. 

Le mouvement de la navigation de la France avec l'étranger, 
les colonies et la grande pèche , en 18S3 , se résume ainsi : 

A l'enlrée 22,987 navires, dont 9,r>87 français, jaugeant en- 
semble 3,302,568 tonneaux , contre 20,287 navires , dont 9,307 
fraoçais, jaugeant 2,740,309 tonneaux, en 183t. 

A la sortie, 13,770 navires, dont 3,868 français, jaugeant 
ensemble 3,030,698 tonneaux, contre 13,64:> navires, dont 
l>,72e français, jaugeant 1,846,295 tonneaux, en 1834. 

En résumé, notre commerce extérieur a mis en mouvement 
36,757 navires, non compris les entrées ou sorties sur lest, 
ilonl les chargements comprenaient 5,333,266 tonneaux, c'est- 
i^lire 746,662 de plus qu'en 1834, excédant sur lequel notre 
panlloa a obtenu le tiers environ. 

II faudrait remonter jusqu'à l'année I&16 pour trouver un 
aulre exempte de sîlualîon aussi prospère. Sans doute le grand 



n,5,t,7rjM,G00glc 



3tS FRANCE. 

moarenient d'affaires de l'Exposition a été pour bewcoop dans 
l'acUnté des transactions; mais la cause véritaUe du pn^rès 
est ailleurs : elle est dans le dévelcq^ment de noire puissance 
d'édiange et de prodncticn. 

Tarifi. — Pour aider k ce grand mouvement commercial, 
le gouvernement impérial apporta par de oombreui décrets 
des amélioratîMis importantes k nos tarifs de douanes. 

Un décret impérial, eu date du 16 juillet, modifia pour pins de 
cent soixante articles Je tarif de douanes à l'importation. Cent 
deux de ces articles seraient désormais exempts de tous dn^ts, 
quels que fussent leur provenance et leur mode d'importation, 
et vingt autres environ étaient également affranchis, mais sru- 
lement à l'importation par navires français. Sur presque toutes 
les autres marchandises, le droit d'entrée subissait , quel que 
f&( le navire importateur, des réductions plus ou moins c<Hist- 
dérables; sur quelques-unes, au contraire, comme les terresde 
pipe et le sable pour bâtisse, le droit était aggravé à l'impoitt- 
tion par navire étranger. 

Les marchandises ainsi affranchies on dégrevées étaient en 
général de la catégorie des produits végétaux ou minéraux, 
d'une importance plus ou moins secondaire, qui entrent da» 
la préparaiion ou le travail des fabrications diverses. On nj 
trouvait aucune des grandes matières premières qui font l'ali- 
ment de la manufacture : il ne s'y rencontrait non plus aucun 
arUcle fabriqué proprement dit. 

Mentionnons quelques-unes des modifications les plus im- 
portantes résultant du décret. Le camplire brut, par exemple, 
ne paierait plus, selon les origine et mode ou pavillon d'impor- 
tation, que 20 à 30 fr. par 100 kilogr. , au lieu de 50 à 7S fi-. Le 
caoutchouc brai, qui payait de 7 fir. 50 c. à 15 fr., était affran- 
chi ; les ouvrages en caoutchouc autres que les instruments de 
chirurgie n'auraient plus i payer que 50 fr. au lieu de 200 et 
912 fr. SO c. La nacre , les dents d'éléphant, l'écaille de tortue, 
affranchies quant aux provenances des Indes , étaient , pour 
toutes les autres, l'objet de réiiuctions qui variaient de Mi 60 
pour 100. Le houblon n'était plus taxé qu'àtô fr. au lieu de 60 
et 65 fr. La Aubarbe paierait 35 et 65 fr. au lieu de 75 et 



n,5,t,7rjM,G00glc 



UATIÈRES ÉCONOMIQUES. S(0 

tSDfr.; le qtien:itron, 2, 4 et 6 fr. au lieu de 4 et 7 fr. 
70 c, etc. 

Parmi les articles comi^étement affivnchts, on peut meo- 
lionner les bourres de laine, les chardons cardiëres, les 
gommes pures d'Europe, les peaux de lapin et de lièvre, le poil 
de Messine et la soie en cocons, tous articles propres à la fa- 
bricttion, qui payaient encore de 1 fr. à 1 fr. 50 c. par quinial. 
Oions aussi les meules à moudre, dont les droits variaient de 
â fr. à 7 fr. 70 c.; puis la gaude des teinturiers , les tourteaux 
de graines oléagineuses, un certain nombre d'oxydes miné- 
raux, etc. 

Ces exemptions, ces dégrévemenls n'avaient pas sans doute 
une portée économique bien grande : mais enfin l'administra- 
tioo donnait, en les prononçant, une prt^nve nouvelle de son 
désir sincère d'affranchir i)rn;,Tcssivcin€nt les inalériaux du 
Iravailinduslricl. II en sortirait, «railleurs, une simplification 
du Code des douanes franviiisiis , si singulièrement surchargé, 
et les opérations de commerce gagneraient temps et argrnt il 
celle réduction de la nomenclature. 

Un décret, en date du ^ août, upporta diverses réductions 
dans le tarif d'entrée des fontes, fers, machines et outils. 

le dernier remaniement du tarif des fers avait laissé à l'écart 
certaines spécialités de produits de ce mêlai. Le nouveau décret 
en abaissait également les droits , afin , disait l'exposé des mo- 
li&, de les mettre en rapport avec les tarifications actuelles 
sur la matière première. La fonte épurée, dite ma£^«, contiGuait 
de payer 12 fr. par quinta) métrique : le décret en réduisait le 
droit à 7 fr.; les Bis de tréfilerîe ét^aient abaissés de 60 fr. et 
70 à 40 fr. et 30 fr.; l'acier en tAle tombait de 80 fr. à 50 fr.; 
l'acier filé, de iOO fr. à 70 fr. Sur les machines à vapeur, les 
droits descendaient , savoir : Machines fixes, de 30 fr. à 25 fr. 
par 400 kilogrammes; machines pour la navigation, de të fr. 
à 35 fr.; locomotives de 65 fr. il 40 fr. Quant aux machines 
autres que celles à vapeur, applicables à la filature , au lissage, 
à rimprimerie, k l'agriculture, elles étaient l'objet de réduc- 
tions qui variaient, selon les sortes, de 20 à 40 et 45 pour 100; 
il en était de même pour les embârcatioiis de rivières comme 



n,5,t,7rjM,G00glc 



3S0 FRANCE. 

pour les wagons et lenders, gazomètres, appareils de cliaiif- 
fage, etc.; de même enfin pour les outils et instruroenls ara- 
toires : les faux et les scies, par exemple, tombaient de 1^ et 
300 fr. à 120 et 175 fr. 

Ce décret émineminent utile am intérêts de la pvdocliao 
industrielle et agricole, avait été précédé par un décrti da 
16 janvier, relatif aux droits sur les laines. 

Ces droits qui , de 1791 à 1811, s'étaient réduits à un siin{de 
droit de balance de 15 c. par 100 fr. ad valorem ou de 51 e. 
par 100 kilogrammes; qui, le 2 décembre 1811, araient ëlë 
élevés à 30 fr. pour les laines de choix et à 10 fr. pmir les laios 
commuues, étaient retombés, le 33 novembre 1811, au ample 
droit de balance , pour s'élever encore , en 1820, 1^3 et 18M 
à des taux sans cesse augmentés. Une loi du 17 mai 1836 aviil 
remplacé ces droits très-compliqués par une taie de 30 p. 100 
ad valorem, eiaob autre loi du 2 juillet 1836 avait réduit cette 
taxe à 20 p. 100. Mais les nombreux abus résultant de ce mode 
de iaxalion avaient fait revenir eufm au droit spécifique, et im 
décret du 16 janvier 1855 porta ce droit à 5 fr. par 100 kilo- 
grammes au tninitnuiR pour les laines communes en smnt, à 
37 fr. 50 c, BU maximum pour les laines fines, lavées, ûnpcv- 
tées par navires étrangers. 

Le tarif nouveao permettrait l'importation, en quaniltéa olSes, 
des laines d'Australie dont nos fabriques d'Amiens et de Ro^ 
baix font un îiiq>ortant naage. 

Citons encore un décret du 10 décembre qui remplace par 
un simple droit de balance de 10 c. par 100 kilognnuiies les 
taxes de 1 fr. et de 2 fr. SO c. sur les peaux brutes impcotées 
soos pavillon français des pays hors d'Europe, et qui abaisae 
de 1& fr. à 10 fr. la taxe sur les grandes peanx tècbes origi- 
Diiret des pays européens autres que les limitn^ibes. 

Ua décret du 17 octobre étaUit, à tilre provisoire, l'entrée 
libre pour trois ans de toutes les matières à l'état Ivul qui en- 
trent dans la construclioa des navires, et, pendant un an, de 
navires tout oonsliuits, moyennant un droit de 10 p. 100. 

Depuis longtemps cas deux mesures étaient sollicitées |Mr 
l'inlérât putdw, et on pouvait re^^ter de ne les voir appliqyf*^ 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 351 

que proTÎsoireiiient. L'industrie agricole et iDaQuracturière, 
en France , payait jusqu'alors pour toutes ses expéditions loin- 
laines un fret excessif qui paralysait ses opérations. Cette cherté 
du fret prorient, en France, de rinsuffisBnce du nombre de 
imires auxquels la navigation est réservée dans beaucoup de 
cas : elle provient aussi en partie du prix de revient trop élevé 
de ces navires. Le décret du 17 octobre libérait dans une cer- 
taine mesure la navigation française des entraves dont on s'était 
plu à l'entourer. 

Tontes ces mesures ne sont pas encore sans doute la liberté 
da conunerce, mais on peut les considérer comme une prépa- 
ration à une mesure définitivement libérale , il la réforme com. 
plète du tarif. Sans doute il faut, en pareille matière, tenir 
compte des habitudes prises, des préjugés établis, mais enfin, 
malgré les rêclamationB ardentes du privilège, Tarche sainte 
est ouverte et il est permis d'entrevoir dans uu avenir prochain 
le jour où le commerce et l'industrie' de la France seront déli- 
Ttés de ces absurdes entraves qoi ne profitent qu'il quelques 
situations exceptionnelles. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



CHAPITRE V 

MATIÉKBS ÉCONOHIQDB8 

IV. Voies de commvnicatioa , Circulation, IVatupotU. 



Cktmini dé fer. — Seclioni ourarlet, Tecelta brulei, < 
l'uiiite précédenle; eoBuuioD de lignsa el d'embraudicneiitt k U «nf*- 
gaie du Gniid-Ccntnl; cbenùai k Vtlaia ou ta cran d'iiAciiliaa; rijjk- 
■ent de> cbacgci du Trttor; «Ecid«Dta nombrcui; wIliciUidE da l'adBiiii- 

Paqtubol* traïuatlanUgtui' — Su( de !■ ^[OMtioB. 
PoKM. — Rt«a)Wi de h réforiM. 



Chemins de fer, — L'année iSS& a vu s'ouvrir pluneun 
sections représentant ensemble 890 kilomètres. Ce sont : sur 
la ligne du Nord, Bautmont à Tiquelines, 46 ki)., H «oAtj 
Saint-Quentin kHautmont, 70 kil., 21 octobre. — Sur la ligne 
de l'Est, Saint-Dizier à Donjeux, 3B kil-, 17 juillet; Vendeo- 
beim à Haguenau, SSkil., 18 juillet; Haguenau à la frontière, 
35 kil., 33 octobre, — Sur la ligne de l'Ouest, Mantes à Lisîeui, 
133 kii., l» juillet; Le Mans à Laval, 89 kilom., 14 aoAt; 
Lisieux fc Caen, 49 kil., 29 décembre. — Sur la ligne de Paris 
à Lyon, Dijon à DAle, 44 kil., 25 juin; La Roche k Auxeire, 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ËCONOMQVES. 353 

m kil., il août. — Sur la ligne de la Méditerranée, Lyon à 
Valence, 105 kil., 16 avril. — Sur le Grand-l>Dtral, Saint- 
GennaÎD à Clermont, 65 kil., 7 mai; Clermont à Issoire, 35 
kil., 2 juillet; Issoire à Brassac, id kil., 3 septembre. — Sur 
Il ligne du Midi, Dax à Bayonne, 50 kil., 26 mars; Bordeaux 
à Langon, iS kil., 31 mai; Langon à Tonoeioa, 54 kilomètres. 



La comparusoD des années 1855 et 1854 donne les résultats 
suirants : 

Ed 1854, la longueur totale exploitée est, au 31 décembre, 
de 4,649 kil. ; cette même longueur est, en 1855, de 5,539. 

En 1854, la longueur moyenne exploitée est de 4,337 kil,; 
a 1855, elle est de 5,048. 

En 1854, les recettes brutes, y compris l'impdt du dixième, 
doDoent pour chiBre 198,043,041 fr.; en 1855, ce chiffre est 
de 369,358,810. Différence en plus au profit de l'année 1855, 
71 ,216,769 fr. 

Le revenu kilométrique moyen s'est élevé en 185^, compa- 
ralivement avec celui de 1854, de 45,603 à 53,340 fr.; diffé- 
rcDce à l'avantage de 1855, 7,677 fr., soit 16.81 p. 100. 

La concession la plus importante faite en 1835 a été celle des 
lignes accordées à la compagnie du chemin de fer Grand- 
Central de France (3 février et 6 avril]. Ces lignes, désignées 
dans la convention du 30 mars 1853, étaient : 

1* La section du chemin de fer de Clermont- Ferrand à 
MoDtauban comprise entre Lempdes et la rivière du Lot; 

3° Les deux sections du chemin de fer de Bordeaux à Lyon 
comprises, l'une entre Saint-Étienne et le chemin de fer de 
Qermont-Perrrand à Montauban, l'autre entre ce dernier 
chemin et Périgueux ; 

3* Le chemin de fer de Limoges à Agen, 

La durée de la concession était fixée, tant pour les chemins 
de kr concédés par le décret du 21 avril 1853 que pour ceux 
qui disaient l'objet de la nouvelle convention, è quatre-vingt- 
dix-neuf ans, qui courraient à partir de l'époque iixée pour 
l'achèvement de ces lignes. 

La compagnie du Grand-Central recevait, en outre, conces- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



au FRA!ICE. 

sioii d'an pcoloogaKOt de reabrtncbemeDt do Lot i Ha- 

cUlae-sw-Rodez. 

ËUît approuTÉe une conrention passée te 31 janvier l^u, 
entre la compagoie du cbemin de (er Grand-Ceiitral de Fnnce 
et la compagnie <hi cbemiu de fer de Paris à Orlvans, ei pci:- 
tant ceâsioo au pr..iit de la prciuk-re de ces cnoipa^ies df li 
concession de la section de la lip-ue dj Bec-d' Allier à Qormoa!, 
comprise ^iire Sain l~Genu ai o-d es-Fossés et CJermout. 

Le chemin de fer de Cler.iiunl à M.alauhan se composerai! 
de la première partie concédée, de Clcrmoat à la luturcatiiia 
du troDC commun sur le Puy et sur Aurillac; de celle bif:l^ 
cation il se diriitL-rnil vers Massiac, passeraîl à ou près AurilU'. 
franchirait le faite qui sépare le bassin de la Gère de celui èi 
Lot, passerait à ou [k^s Figeac et aboutirait au Lot, où il se 
raccmtlerait avec la section concédée du Lot à Montaiihan. 

Le chemin de Bordi^aui à Lyon, p<)ur la partie conipnjf 
entre Perigueui et It- cbeniio de Ôennonl à Mootauban, 
passerait par ou près Terrassoo , par ou près Brives, se diri- 
gerait vers Turenne, et aboutirait à la ligne de Clermouli 
MoDtauban. 

Le mùmc chemin, pour la partie comprise entre la li^ne 
de Clermontà iionlaubao et Sajut-Ëlleone, se détacherait de 
cette dernière enire Lempdes et Brioude, passerait à ou pris 
Brioude, à ou près le Puy, ji ou près Firminy, et se raccorde- 
rait à Sainl-Êliennc avec le chemin de Kiiône et Loire en un 
point 4)ui Serait déleriuiné plus tard. 

Le chemin de fer de Limoges à Agen partirait de la gan: de 
Ijmoges, se dirigerait sur Perigueux en passant par on prèi 
ThiTierô, remonterait la vallée du Manoir, fraacbîrait le faite 
qui sépare cette vallée de celle de la Vézère^ traverserail U 
Dordogne près du Bugue, et le Lot près du Port-de-Penoe; il 
gagnerait [h^ de la Coque le faite séparalif du Lot et de la 
(îaronne, et aboutirait à Agen où il se raccorderait avec l> 
ligne de Bordeaui à Cette, en un p,iint encore indétemiiné. 

hc chemin de fer du Lot à Rodez franchirait an-dessui 
de Uarcillac le faite qui sépare ta vallée. du Lot de celle de 
l'AveyrtHi, et viendrait aboutir au'-dessous de la ville de Rodez. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈKBS ËCOMOMIQUËS. 355 

Les diSënntE travAux det Ugnos concédées devaient être 
ptracberés en trois années pour les sections de Siint-Ëtieone 
i Himiny, et de l'extrémité de la section venant de ClennoQt 
inscful Biioudfi. 

Quatre années pour les sectioRS de Limoges & Agen et do 
Lotè Périfiieux, et pour l'embranchenient sur Rodez; 

Onte années pour le surplus des lignes concédées. 

la compagnie recevrait en retour, il litre de subvention, od6 
sHiune de 76,000,000 francs, qui serait versée en dix-huit 
lannités, k partir da l" janvier 18S7; une autre somme de 
3,000,000 ft. était accordée pour l'exécution du prolongement 
mr Rodez. 

Enfto la compagnie du Gmnd-Central obtenait concession 
it quitre embranchemaits nouveaux, un sur Cahors, un sur 
Villeneuve-d'Agen, un sur Bergerac, un sur Tulle. 

U serait trop long d'énumérer les travaux en cours d'ex^ 
cation sur toutes les lignes françaises. Nous n'arrêterons notre 
atleiujon que sur quelques points importants. 

Les études définitives des lignes de Creil A Beauv^is et de 
Reims à Hésières, avec embranchement sur Sedan, furent, au 
commencement de l'année, soumises à l'approbation de l'Ad- 
mÎQistntlion centrale par la Compagnie concessionnaire. 

U chemin de Creil k Beauvais serait établi dans la vallée 
du Tli^ain , contrée riche e( industrieuse. Il aurait un déve- 
loppement de 38 kilomètres seulement, mais son prolongement 
ptocbain jusqu'à la vallée de la Seine, près de Rouen, prolon- 
ganeot par lequel il relierait les lignes du Nord et de l'Est 
avec le réseau normand, donnerait à ce chemin une véritable 
ioiportanee. 

U chemin de Reims k Méôères avec embranchement sur 
Sedan aurait 108 kilomètres de longueur. 11 traverserait les 
<l^rtemenis de la Marne et des Ardennes, riches en produits 
■gricoles et manufacturiers, et toucherait à des centres indus- 
triels, tels que Reims, Sedan, Réthei, Charieville. De cette 
dernière ville, la Compagnie aurait la faculté de se prolonger 
sur la frontière belge, dans des conditions très-favorables. 

Le chemin du Bourbonnais ae composait, ti la fin de 1855, de 



n,5,t,7rjM,G00glc 



35C FRANCE. 

denx sections en exploitation^ l'une de Nevers à Saim-GenoÙD- 
des-Fossés, Tantre de Roanne à Lyon par Saiiit-ËlicDDe; d'au 
section en construction, de Saint-Germain-des-Possés à Roune, 
et de deux sections non encore commencées : la première de 
Moret et de Corbeil à Nevers; la deuxième de Roanne à Lyon 
par Tarare. La section exploitée de Roanne à Sainl-ËtieDDe et 
à Lyon, élait, en outre, en voie de complète recoDstniction, et 
elle ne serait remise en état que vers la fin de 1857. 

Le réseau des chemins de fer pyrénéens va bientât complé- 
ter la part en voies de communication de huit départemenls, 
dont quatre, les seuls à peu près en France, sont demenrés 
jusqu'ici entièrement étrangers aux bienfaits de ces notn'etia 
moyens de transport; des routes agricoles se rattacheront, de 
distance en distance , à la portion du réseau qui trftvnse d^ 
les landes de Bordeaux à Rayonne, et, portant à bas prix)» 
engrais et les matières premières , elles vont résoudre en quel- 
ques années te problème de rassaînissement et de la fertilisa- 
tion des Landes. 

Les lignes françaises tendent, sur tous les points de la ftM- 
tière, i le rattacher au grand système européen ( Voyet HiliCi 
Piémont). C'est ainsi que les lignes de l'Ouest et du CeaMl 
suisse sont le prolongement et le complément indispensable de 
trois lignes françaises importantes : celle de l'Est par Bftle, celle 
de Lyon par le Jura, qui est traversé sur deux points, l'un pu 
les Verrières-Neuchaiel, l'autre par Jougne- Lausanne, enîn 
celle de Lyon à Genève , pour les relations du midi de la France 
avec la grande vallée formée par tes versants si riches, si ta- 
tiles et si industrieux du Jura et des Alpes. 

La situation des chemins de fer en face de l'État fut définiti- 
vement établie de manière à régulariser les charges du Trésor. 

Désormais réduites et réglées, les dépenses des chemins de 
fer ne viendraient plus, comme cela est arrivé si souvent, dénn- 
ger par des chiffres inattendus l'économie des prévisions bud- 
gétaires. Jusqu'alors, les engagements de l'État envers les cont- 
pagnies n'avaient pas d'échéance lïxe. La marche [dus ou moins 
rapide des travaux entraînait les paiements plus ou moins cw- 
sidéralilcs que le Trésor devait faire chaque année. De li l'in- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 357 

f préfinooa et les énormes crédits supplémentaires 
<fi\ Teuaient ordinatrement les accroître. A l'avenir, cet incoo- 
TënieDt n'existerait plus. Toutes les dettes de l'État résultant 
des anciens traités ou des nouvelles concessions seraient déter- 
minées, divisées en parties invariables dont l'échéance resterait 
indépeDdaote de l'exécution des travaux. L'État arriverait au 
tenne de ses sacrifices et assurerait le complet achèvement du 
Rsean des cbenûos de fer, au moyen d'annuités relativement 
peo considérables. En effet , les sommes coneacrées par le Tré- 
sor tnx chemins de fer se sont élevées dans ces derniers temps 
à une dépense moyenne d'environ 64 millions par an. Or toutes 
les charges de l'État , y compris les subventions accordées au 
Gnod-Central et aux chemins de fer bretons et normands, se 
solderaient ainsi qu'il suit : 

35 millions en 4857; 30 millions en 1858; S2 millions en 18Sd; 
17 millions dans chacune des années -suivantes jusqu'en 1865, 
elSmiUionset demi seulement en 1&66, 1867 et 1868. D'après 
loules les probabililés , les subventions qui pourraient être né- 
cessaires pour les chemins restant à concéder dans la région 
pyrénéenne, si elles changeaient ces conditions, n'y produj- 
raiem qu'ua effet très-peu sensible. 

La sollicitude publique fut douloureusement éveillée par de 
nombreux accidents arrivés coup sur coup sur la plupart des 
l^nes de fer. Le plus grave fut celui de la ligne de Lyon , près 
de Uoret {Yoyes la chronique). D'autres sinistres se succéde- 
rait rapidement. 

Le 9 septembre, un dimanche soir, une terrible catastrophe 
uriva sur le chemin de l'Ouest, à Vaugirard. Par suite d'une 
fiasse manœuvre des aiguilles, un train de voyageurs venant 
de Versailles se heurta contre un convoi de marchandises et 
occaiionoa la mort subite de neuf personnes et des blessures 
iib-graves fc vingt*neuf autres. 

Le 7 octobre, vers six heures et demie du soir, un train de 
Ittnfieue se dirigeant vers Marseille était arrêté à la station des 
Ajgalades. Les voyageurs, pins nombreux ce jour-là que de 
coutume, car c'était un dimanche, étaient montés dans les 
Toitures, et le train allait se mettre en marche, lorsqu'un con- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



318 FRANCE 

voi de mar«haaâises, en retard depuis plutneon beurea, «mtot 
à pleine vapeur sot la mâme voie et dans la mdme diiectjon, 
vint se heurter contre lui. Persqnnene périt, mus une trentwoe 
de voyageurs furent plus ou moios grièvement blefisés au ooo- 
tusionucs, plusieurs avec fractures et luxations. 

Cet accident, le premier «urvenu sur le chemin de fer de Lyoa 
k la Méditerranée depuis l'ouverture de la ligne, au raonteol 
011 les journaux apportaient tous les jours la nouvelle d« quelque 
ÙQÏfitre de ce genre, produisit une vive impression. 

I<'£mpereur s'émut de ces malheurs multipliés, et deuuadi 
immédtateipent un rapport au ministre de l'agriculluie, du 
commert» et des travaux publics. 

Par une circulaire en date du 2S octobre, le nUotatre nfpài 
aux administrateurs de chemins de fer l'impérieuse nécessits 
d'assurer, par une surveillance active et soutenue, la sécurité 
de leurs exploitations. L'administration se montrait, de soa 
c6té , fermement résolue à user avec énergie des pouvoirs qm 
lui sont conférés pour réprimer toutes les in&actions aux rè- 
glements en vigueur, comme aussi pour inUoduire dans cet 
règlements les améliorations et les compléments dont l'expé- 
rience pourrait révéler la nécessité. 

L'opinion qui s'accrédita par suite de ces sinistrei mnlii(Jiés 
fgt qu'on pouvait les attribuer en partie il l'insuffisance du 
nombre des agents d'exploitation et à l'excès de travail impose 
à chacun d'eux. Le développement considérable du trafic et de 
la circulation avait modifié les condKions antérieures, sans que 
les compagnies se crussent forcées d'augmenter leur persuinel- 
De pareilles économies sont fiinestes, et jusqu'à un certain point 
crimùielles. 

faquebots (rmuatUmtiqHet. — La orise finanoièreet la baisse 
Cfuwidérable qui eut lieu pendant les derniers jours de 4853 
et les premiers jours de 18S6 sur les fonds publics et surtootei 
les valeurs, fit malheureusement ajourner la satiiUon de i» 
question relative aux paquebots transatlantiques. Plusieon 
compagnies sérieuses se disputaient la concession de cette îuh 
portante entreprise. Les prétentions et les offres de chacooe 
d'elles furent examinées, et tout disait espérer que la Fnoce 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 
n'annît bientôt \Aas rien \ envier aux pniuanoM ^ 

Déjà cette question de paquebots transatlantiques allait entrer 
dans une voie d'exécution. Une compagnie franco-unéncaine 
prépanît un service par les deux lignes de New-Yoi^ et du 
Brésil. Les départs, mensuels d'abwd , aeniient MeolAt doublés 
sitr la ligne de New-Y<»k. La marine marefaande fcisatt de 
DCHobreux efforts pour élargir ses relatione et duuier an com- 
merce rnmçtùs le rang qui lui est dft sur tous les marehés 
ébangers. 

Les deux difficultés qui ont jusqu'à présent retardé la solution 
de celle a^ïre sont la subvention réclamée de l'État et le point 
de départ des steamers. La subvention ne saurait £tre faible, 
et l'exemple de l'Angleterre et des États-Unis prouve qu'il y au- 
rait pour le gouvernement intérêt à venir puissamment en aide 
i de pareils services. Quant au point de départ, les rivalités dn 
Havre, de Nantes, de Bordeaux et de Museille n'ont réussi 
jns^'à présent qu'à paralyser toute espèce de service. 

La question commence, au reste , à se simplifier. Les oon- 
cairences s'accroissent en nombre et eu importance. 

Lorsque fut soulevée pour la première fois la question des 
paquebots transatlantiques , il y avait encore peu de relations 
commerciales établies entre la France et les pays d'outre-mer, 
M les compagnies qui se présentaient demandaient au gouver- 
nement d'énormes subventions pour se charger des malles de 
la poste. Hais, depuis cette époque, le commerce maritime de 
la France a fait de si grands pn^^rès qu'une compagnie n'a plus 
besoin de lubventions ausù fortes pour s'engager à hire relâche 
partout où la poste française a des sacs de lettres à déposer. 

On peut donc espérer que la France ne tardera pas à être 
«levée, de ce côté, d'une infériorité regrettable. 

Poites. — La réforme postale est, on le sait, un des rares 
bieohits de la république de ISM. C'est le 14 avril 18M que 
l'AMemblée nationale remplaça la taxe par tones par une taxe 
unique à l'histar de la Grande - Bretagne. On supprimait, en 
niétne temps, le décime perçu jusqu'alors pour port de voies 
démet sur tes lettres de Fraacc poui l'Algérie et U Corse, 
et réciproquement. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



a» wnAXE. 

Le earoDnre de celte rétonne fntrintroifaetioa, «a Fian», 
dea tinARS-poste. 

Qud résolut «vait eu le système nouvean sir U omiUliai 
des convspondances? Nimb extnyons les chifires snnaats de 
l'Annmaire publié par T Administra tioo des Postes: 

Fn 4M8, le Dombte des lettres distribuées par la poste 
s'^enh à 4^,140,400. 

Kl 1849, 50DS l'empire de la Docnelle loi appliquée le i" 
janvier de ranoée, le «Hulve des lettres DMMita rafridemeoL i 
158.368,000. 

En 1854, après avoir constamment progrès, ce nombre 
eat aiTiTé an chi&e éoonne de 212,385,000 (I). 

En 1855. il est de 233,517,000. 

Le taUean doot nous exinjons ces chil&es n'est pas moins 
eodclnant i l'égard des sommes encaissées par la poste. 

En 1848, la dernière année de l'apfdication de la taxe par 
toœ, les recettes s'étaient élevées à 43,041 ,W>(i francs. 

Eo 1849, les recettes descendent à 33,186,156 francs, mai> 
elles progressent chaque année avec le nombre des lettres, 
pour arriver, en 1855, an chi&e de 45.787,701 fr. 

Comme on le voit, l'éqmlibre a été proinplement rélaUi 
dans les recettes. Quant aux dépenses, l'augmentation considé- 
rable du nombre de lettres ne les a pas affectées seosiblcmaiL 

La rédoctioo de la taxe et la création de timbres-poste ool 
amené une grande simplification dans le travail de la Poste. 
L'affianchissemenl préalable, eu faveur duquel la loi récente 
do 20 mai 1854 a créé une prime de dix centimes par lettre, 
a pris de grandes proportions. 

En 1848, sur 122,140,400 lettres, 12,214,010 i 
étaient affranchies. 

En 1855, sur 233,517,000. 198,489,450 le sonL 

Quelques esprits tn^ pmdents voyuent, outre la d 
des recettes, une antre grave conséquence dans l'affranchisse- 
meot préalalde : c l.es agents de l'adminislraliMi des postes, 

(I) Sui compter 30,919,704 Irttres >iuil cinulé ea fnwlijc pour l> «r- 
nee de rÉUI et ^ utûbiiI ea i «pportet nœ Uie totale de S!l.eE«,«e f> 
— Le chiffre de lS^>j, eucoce i; cd!;;iu. r>! ;a ni'^ini ui» tapOTlal. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ËCONOHIQtJBS. SSl 

dittieQt-Qs, n'ayant plus d'intérêt à trouver le destinataire, 
puisque la lettre est affranchie, se laisseront rebuter par la plus 
petite rechercbe k faire, et nous verrons s'augmenter rapide- 
ment le nombre des lettres perdues et des lettres tombées ea 
rebut. B Ici les chiffres sont la réponse la plus éloquente. 

En tSil, sur 126,480,000 lettres en circulation, 3,706,000, 
Mit 2,93 0/0, tombaient en rebul. 

Ed 1848, la proportion était de 3,36 0/0. 

En 1853, sur 233,517,000 lettres en circulation, 3,349,408 ' 
seulement tombent en rebut. La proportion, qui n'a cessé de 
décroître depuis 1849, est réduite à 1,43 0/0. 

Pour les lettres réclamées, soit les lettres perdues, la pro- 
portion qui, en 1847 et 1848, était de 1,29 et 1,34 par 100,000 
lettres, est, en 1853, de 1,360/0. L'augmentation est minime *, 
et cependant elle éveille toute la sollicitude de l'administration 
des Postes , dont les efforts tendent à diminuer le plus possible 
c^tte proportion. 

L'améliora lion des services a naturellement suivi le dévelop- 
pement des moyens de circulation, 

31 bureaux ambulants portent tous les jours de Paris sur 
presque toutes les lignes de fer et manipulent la presque tota- 
lité des lettres et iinprimés conliés à la poste. En 1855, ils 
ont manipulé 269,905,079 objets de correspondance. C'est à 
U. Stourm, directeur-général depuis 1833, qu'est dû, entre 
autres améUorations importantes, l'élablissement de cet utile 



(I) S«r ce noubr», fitt àe 100,000 letlrei ont dei ulreMei compUCanent 
illâiblct ou a'ta oot pu du tout. 

(3) L'Atumaira dt* Poitel fiil obterrer hm Tiiton qpe bi«p •ouvant dra 
Irttrei ditei perdua n'ont pu été mîM* t II poite ou oot Hé K 
ia pmoDne* ^tringèrei tu Kiriee. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



CHAPITRE VI 

1I*Ti6RB8 ÉC0N0HIQUI8. 
V. Itépr«siion, Auiitane«, Moraliiation. 



mpression. — Jnstice criminelle; Tribuntl de «nnincrce de It Seine; Suilt- 

liqtM et liliHtian dei éUblUsementi de rtpnniiori; Traiidition du budgrldn 

piÎMiu dtfnrleDenUlM au budget de l'Etal. 
AltUtWiCê, IHoraUlatio»- — Eafants tb*ndaDDé<, Jnrinttcidn , lUppKt le 

H. A. de WstUiville; Cruches; Stiles d'uik; l'AssiiUnce publique t riri>; 

Invalides civils; Caisse des retraites pour laiieilteise; Baini el lavoirs publia. 



Séprauim. — Jiutiee eriminaU«. — Noua ne pomons 
donner encore, pour l'administration de la justice criminelle en 
France, que les résultats de l'année 18!^1. Les retards apprirlés 
à l'élaboration de cette etatistique par les magistrats chargés 
d'en recueillir les éléments , ne nous permettent pas de la 
tenir au courant des autres, malgré son importance spéciale. 

Le compte de iS5% diffère très-peu de celui de J853 quant 
au nombre des infractions ft la loi pénale qui ont été l'objet 
des investigations de la justice. Malgré la continuation de U 
cherté des subsistances, les cours d'assises et les tribunaux 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. MS 

correctionnels n'ont pas eu h ju^er un plus grand nombre 
d'accusés et de prévenus en 1854 qu'en 1853. Il y a même 
à signaler une dûnioution sensible dffns la nombre des crimes 
et délits les plus graves. 

Un autre point de vue non moins digne d'intérêt, c'est celui 
de la répression plus ou moins ferme que trouvent devant les 
tribunaux les auteurs des actes criminels déférés à leur appré- 
ciation. Sous ce rapport, les résultats constatés pendant l'ennéft 
18»! témoignent tout à la fois, à un haut degré, et de la pru- 
dence du ministère public dans l'exercice des poursuites, et 
de la juste sérérité du jnry et des tribunaux correctionnels. 

Nous extrayons les renseignements qui suivent du compte 
général de l'administration de la justice criminelle pendant 
l'année 18Ki, présenté à l'empereuTi en avril 18S6, par M. le 
garde des sceaux. 

Les cours d'assise ont jugé S,S9S accusations contradic- 
toires en 1854. Le nombre de ces accusations avait été de 
5,4.10 en J833, de 5,340 en 18^3, et de 5,387 en 18S1 ; c'est 
donCj en trois années, une augmentation de 338, ou 4 1/2 
p. 100. La seule mauvaise récolle de 1846 avait déterminé, en 
4847, une augmentation de 780 accusations, soit IS p. 100. 

Un fait bien digne de remarque ressort d'un des tableaux de 
la statistique onicielle, où les accusations jugées durant les 
quatre dernières années sont classées d'après la nature des 
crimes. C'est la diminution graduelle, depuis 1851, du nombre 
des crimes graves, de ceux qui sont dirigés contre les personnes 
et qui intéressent plus spécialement l'ordre public. Les assassi- 
nats ont diminué de 33 p. lOO; les meurtres de 56 p. iOO; les 
coups et blessures suivis de mort, bien que portés sans inten- 
tion de la donner, de 43 p. 100; les coups et blessures graves, 
de 61 p. 100; les coups et blessures envers des ascendants, da 
35 p. 100. 

Les viols et attentats à la pudeur aur des idultea et mdnw 
sur des enfants semblent aussi avoir une tendance )i diminuer 
depuis 1851 , tandis que juiqu'alor» leur nombre croissait 
chaque année. 

Les infanticides sont les seuls parnii les crimes coptre lea 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



SM FRANCE. 

personnes qui aient èptomé de raugmentation pendant ces der- 
nières années. 

Pour les accusations de crimes contre les propriétés, le 
mouvement a été en sens inverse de celui qui vient d'être 
signalé relativement aux accusations de crimes contre les per- 
sonnes. Toutes ont été croissant depuis i8Sl. Ponr les fani, 
l'accroissement a été de IS p. 100; pour les vols qualifiés, de 
24 p. 100; pour les incendies, de 31 p. 400; pour les banque- 
roules frauduleuses, de 66 p. tOO. 

Devant la juridiction correctionnelle, on Voit aussi se pro- 
duire : d'une part, la diminution du nombre de délits contre 
les personnes et l'ordre public (les coups et blessures, les ré- 
bellions, les outrages et violences envers des fonctionnaires 
agents de la force publique, le vagabondage, la meodiciié 
même), et l'augmentation du nombre des délits contre It 
propnété. 

Faut-il voir dans ce dernier élément le signe d'un pn^rèt 
des passions cupides? Non, sans doute : une large part des 
vols commis pendant ces dernières années ne peut être attri- 
buée qu'à la misère résultant de la cherté des subsistances. 
Ce qui le prouve, c'est que le nombre des vols de blé et de 
farines déférés aux cours d'assises , qui était de 161 en 1851, 
s'est élevé à 502 en 1834. Produits de circonstances excep- 
tionnelles, les crimes et délits que le besoin a inspirés dispa- 
rattraient avec ces circonstances, et on verrait stïrement dimi- 
nuer les infractions à la loi dictées par la cupidité, comme on 
a vu décroître celles qui puisent leur source dans les passions 
violentes, sous l'influence du rétablissement de l'ordre, de 
l'apaisement des haines sociales et du raffermissement du 
principe d'autorité. Les relevés qu'il a été possible de &ire 
des travaux des cours et des tribunaux, pendant l'année (8So, 
ne permettent guère d'en douter. Ainsi tes cours d'assises ont 
jugé pendant cette dernière année un sixième d'accusations et 
d'accusés de moins qu'en 1S54. 

Le nombre des accusés jugés en 18S4 est au chiffre total de 
la population , telle qu'elle a été fixée par le dernier recense- 
ment, dans le rapport de 4,736 habitants pour un accusé. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 86& 

Ce rapport varie beaucoup d'un déparlemeat à l'aato ; aiosi 
ùo ne compte que : 

1,701 habitants ponr nu accusé dans la Seine ; 

1,9SS habitants pour un accusé dans la Corsej 

2.313 habitanU pour un accu&é dans les Bouches-du-Rhdne; 

2,821 habitants pour un accusé' dans le Finistère ; 

2,916 habitants pour un accusé dans la Marne; 

3,064 batHlanls pour un accusé dans l'Aube. 

Ce sont les stx départeoienls où l'on trouve, en 18ik4, te 
nombre proportionnel le plus élevé d'accusés jugés contradJc- 
toirement. Les six oii l'on en trouve, au contraire, le nombre 
proportionnel le plus faible, sont: 

hB Nord 13,214 habitants pour un accusé; 

Le Pas-de-Calais... 11,177 — — 

La Creuse 10,28S — — 

Le Oier 9,879 — — 

lodre-et-Loire 9,284 — — 

Saône-et- Loire. . . . 9,270 — _ 

Les départements de la Seine et de la Corse sont encore en 
18^4, comme les années précédentes, en première ligne pour 
le nombre proportionnel élevé des accusés traduits devant 
leurs cours d'asuses. Cependant l'un et l'autre en ont eu beau- 
coup moins qu'en 18S3, oîi les rapports étaient pour la Seine, 
1,S94, et pour la Corse 1,166 habitants pour un accusé. 

Il a déjà été remarqué plusieurs fois que dans le départe- 
ment de la Seine plus des quatre cinquièmes des crimes jugés 
(83 p. 100 en 18!U) partent attemte k la propriété, tandis que 
dans la Corse c'étaient, pour la plupart, jusqu'alors, des crimes 
contre les personnes. 

Hais cet état de choses tend, en Corse, fa se modifier d'une 
manière très-sensible par la réduction du nombre des crimes 
contre les personnes, grftce aux mesures sérieuses qui ont été 
prises depuis 1851 pour assurer aux habitants de ce dépar- 
lement la sécurité dont jouissent ceux du continent, au point 



jM,Googlc 



ie ne de lam personites. Ces niMBR« eOMnMI sntonl 
dans rinlerdiction du port d'aimes et la sappnBBiOD dn b«- 



Les modifications ïnlroduïies dans notre procédure oi^ii* 
Belle, par les lois des 4 et 9 juin 1853, relatÏTes, l'oDe à la 
KKination des listes de jurés, l'antre au nombre de voix nêc^ 
saire pour former la décision du jury, ont exercé une salal?„re 
influence sur la répresnon devant les cours d'assses. 

Le jury a admis eolîèrement 3,703 des 5,t>25 accQsativns 
contradictoires qui lui ont été soumises eu 18M, savoir : 3.3UT 
à l'égard du seul accusé ou de lous les accusés qu'elles com- 
prenaient, et 39tj à l'égard seulenieul d'une partie des accusés. 

n n'a admis 7ï6 accusalioDS qu'avec des modîBcations qni 
conser\'aient aux faiis le caractère de crime pour 436, et qui 
les réduisaient à de siuiples délits pour 340. 

Enfin, il a rejeté entitrement 1,046 accusations. 

Le nombre proportiunnel des accusations entièremânt ad- 
mises est de 071 sur 1,000, et celui des accusalktoa rqelées, 
de 189 sur 1,000. 

En 1853, il n'y avait en que 636 accusatitHUBor 1^000 d'ad- 
mises, et 212 avaient été rejetées. 

En 18d2, c'était SSI accasalioos admiaM et SBÉ iqetées 
»ur 1,000. 

Enfin, &4â iceunliona «doùsea M 980 lar 1,000 lejetéM 
en 1851. 

Les E(,îm6 accdaés impliqués dans les 3,EnB «ccBaBliMia 
jugées coBtradictoiremmt en i8!U ont été : 1,881 (2tt «v 
1,000) Bcquiltés; 2,813 (372 sur 1,000) coodamnéa i des 
peines afilictives el inhouates; enfin, 2,860 (379 aor 1,000) 
condamnés à des peioee coneciionDdles. 

En 1853, oo comptait en moyenne, sur 1,000 accusés, 271 
acquittés, 359 condamnés à des peines affictÎTes oo iaCl- 
■Dontes, el 3tU condamnée à des peines correctioonelles. 

En 18.S2, il y avait eu 311 acquiOés, 341 condamnés à des 
peÎDM afflîctivtta et infomantes, et 318 condamnés à des peÎMt 
conveticMUMllct. 

EaËOt m 1851, tes proportÏDas étaient 333 MMpiilté», 312 



n,5,t,7rjM,G00glc 



HATltRES ÉCONOMIQUES. 8IT 

coodamaés è dee peioM afflictîvea et isfanisnlrai rt 3tUt cod> 
damnés à des peines correctionnelles. 

Cet afiermiseement de li rëpreswoa n'est pas dû u&itjunnent 
aux lois citées plus baat des 4 et 9 juin 4863 j il est dû watà 
en partie » la circonipectioQ que les magistrats cmt apportée 
dans l'exercice des pouTBuitesi 

Un élément inléreesant de la sUtistique criminelle^ c'est la 
distribution des condamnés, eu égard à la nature dea peitic* 
prononcées. I^s S,<i73 condamnés de 1854 sa distribuent 
comme suit : 

Condamnés k mort, 79. Il n'y en avait eu que 39 m 1853v 
Ce résultat est d'autant pins digne d'attention qu'il correspwtd 
s une réduction sensible du nombre des crimes punit de la 
'peine capitale. Le jury a usé moins fréquemment, au profit 
des acouséa de ces crimes grèves, de la faculté d'accorder le 
bénéfice des circonstances alténuantcE { il s'est reposé sur la 
clémence impériale du soin de faire la part de l'indulgence 
quand les condamnés s'en trouveraienl dignes par des motift 
puisés en dehors du crime lui-mdme , et cette contiaoce du 
jury a été pleinement justifiée : 37 condamnations à mort seu» 
lement, sur les 79 prononcées par le jury, ont élé exécutées; 
Il condamnés ont obtenu de l'Empereur la commutation de la 
peine capitale. 

Le liénéfice des circonstances atténuantes a été accoidéi 
en 18M, à 3,51"> condamnés, soil fl7i sur 1,000 des accusés 
reconnus coupables de crimes. Il l'avait étèi 691 sur 1,000 
en l&'îS; à 673 et 685 sur 1,000, en tHriS et en 18S1. De 1846 
i 1850, la proportion éUît de 719 sur 1>000. 

Les cours d'assises se sont monti'ées, en 1854, plus indul- 
gentes qu'en 1853 et en 18o9 dans l'abaissement des peines 
encourues par suite de l'admission des circonstances atié- 
Huantes. 

Ainsi, elles ont réduit la peine de deux degrés & l'égard de 
410 condamnés sur 1,000, au lieu de 368 en 1833, et de 366 
en 18o2, 

Elles n'ont abaissé la peine que d'un seul degré quand 
elles pouvaient la faire descendra de deux, à l'égard de SOO, 



n,5,t,7rjM,G00glc 



368 FRANCE. 

au lieu de 339 condamoés sur 1,000 en fffil3, et de SU 

en 1852. 

Panni les départements où la répression s'est affoiblïe ea 
48M, OD remarque le départemeot de la Sàve, Le nranbn 
proportionnel des acquittements y a été de 31 sur 100, an 
lieu de 28 sur 100 en 1853; et tendis que l'on comptait 30 
condamnés à des peines afBictîves et intimantes sor 100 ic- 
cnsés en 18S3, il n'y en a plus eu que 28 en 1854. 

Les comptes rendus de 1855 attestent malheureusement qoe 
le jury de ce déparlement ne s'est pas montré plus ferme cette 
dernière année; il a encore acquitté 31 accusés sur 100, tandis 
que, pour les 8K autres départements pris ensemble, la pro- 
portion n'a été que de 2i sur 100. 

Le nombre des accusations jugées par contumace s'est 
maintenu, à 5 près en plus, le même en 1854 qu'en 1853. 11 
en.a été jugé 399, qui comprenaient 444 accusés. En 1851 et 
en 1852, le nombre de ces accusations avait été d'un quart, 
ou 25 p. 100 plus élevé qu'en 1853 et en 1854. C'est un progrès 
dont il y a lieu de s'applaudir, puisqu'il atteste que la jusiioe 
a été moins fréquemment impuissante à atteindre les anteuis 
des crimes qui lui ont été dénoncés. 

Les covirs d'assises n'ont acquitté que 2 accusés contnmas; 
elles en ont condamné 19 à mort, 22 aux travaux forcés i 
perpétuité, 258 aux travaux forcés à temps, 141 à la réclusk» 
et 3 à l'emprisonnement. 

L'impunité est trop souvent acquise aux contumax : un tien 
à peine est repris ou se représente spontanément pour purger 
l'arrêt rendu par contumace. En 1854, il en a comparu 1^ 
devant les assises; 38 avaient été jugés par contumace depuis 
moins d'une année; ^, depuis plus d'un an et mwos de cinq; 
25, depuis plus de cluq ans et moins de dix; 32, depuis plos 
de dix ans. 

Le nombre des récidivistes jugés de nouveau en 1854 a 
été de 38,417, tandis qu'il n'était que de 35,700 en 1853, de 
33,005 en 1852, et de 28,548 en 1851. 

Les premiers étaient, au nombre total des accusés, dans la 
proportion du tiera (334 sur 1,000); les seconds étaient, as 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 369 

nombre (otsl des prévenus jugés à la requête du minutère 
poUie, tes seuls dont les antécédents pussent être exactement 
constatés, dans le rapport de U9 sur 1,000 seulement ; un peu 
pins d'un cinquième. 

Le nombre proportionnel des récidivistes parmi les accusés 
était de 2S3 sur 1,000 en 1851, de 311 en 1852 et de 328 en 
1833. L'année 1854, comparée à 1851, prétente donc une 
augmentation de plus d'un vingtième (51 sur 1,000). 

un accroissement analogue se remarque dans le nombre 
proportionnel des prévenus en récidive; devant la juridictiou 
correctionnelle, mais il est moins fort. Ainsi, a)irès avoir été 
de 139 sur 1,000 en 1^1, ce nombre s'est élevé à SOO en 
4852, à 204 en 1853, et à 319 en 1854 : c'csl un accroisB*' 
mrnt de i centièmes seulement. 

L'augmentation du nombre proportionnel des récidivi^es 
pendant ces dernières années tient d'ailleurs surtout, selon 
M. le garde des sceaux, h ce que les antécédents des accusés 
et des prévenus sont plus exactement constatés depuis l'établîs- 
sement des casiers judiciaires; et le complément qu'a reça 
cette institution à la fin de l'année 18S5 ajoute beaucoup h 
ion utilité. 

Ce complément, c'est l'établissement, k la chancellerie, 
d'un casier central où viennent se classer les bulletins des 
condamnés d'origine étrangère et ceux des condamnés d'ori- 
gine ÎDconnue. 

Un pen pins des deux cinquièmes des récidivistes , 16,936, 
n'avaient subi qu'une condamnation antérieure; 7,483 ea 
avaient subi deux; 4,299, trois; 2,562, quatre; 1,792, dnq; 
1,382, ûx; 946, sept; 657, huit; 538, neuf; et 1,944, de dix 
à manquante. 

D'après les statistiques officielles, il existait, en 1865, IS 
établissements publics d'éducation pénitentiaire, et 34 établis- 
sements privés, n serait intéressant de comparer ces deux 
ordres d'établissements au point de vue de l'influence qu'ils 
exercent sur les jeunes détenus qui y sont renfermés, et pour 
j parvenir, M. le garde des sceaux fait constater avec soin les 
récidivistes parmi les libérés de chacun d'eux. Mais la plupart 
2^ 



n,g,t,^.dM,GOOglC 



m FRANCE. 

des étaldissciiieiits privés sont ouverts depuis Utq) pcaji de 
temps, el il, en est sorti trop peu d'enfants pour qu'il soit 
^core^ possible de ju^er d'une manière cerLaine par les icc>- 
divés de l'etlicacité de leur régime. 

Parmi les jeunes garçons libérés, de 1852 à IS^, des éta- 
blissements publics^ au nombre de 1,V89, il y a eu, pendant 
IeS;troi^ années, 203 récidivistes (près de 14 sur 100). 

Sur 1,SjO jeunes garçons libérés des établissements privés 
pendant les mAmes années, il y a eu 151 récidivistes (soit 10 
sur ioo seulement). , 

Mais le nombre proportionnel des réci^ves varie beaucoup 
d'un établissement à l'autre. 

. Ainsi, tandis que les jeunes détenus de Strasboui^ onl 
donné 25, et ceux de Loos 21 récidives sur 100 j ceux de 
Çlairvaux et de Gaillon nVn ont donné que 15, ceux de la 
Rochelle 11, et ceux de Fontevrault 9 sur 100. 

Parmi les établissements privés de garçons, c'est celui de 
Petit-Bourg qui présente le plus grand nombre proportionnel 
dD récidivistes : 15 sur 100; ceux de Bordeaux, de Mettray et 
(ie "Toulouse en ont donné 11 sur 100. 

Les tribunaux de simple police ont rendu 403,235 juge- 
ments en 1851. Çn 1853 , ils en avueot rendu 413,055, ou 
15,820 do pins. Mais l'année 1853 présentait une au^entation 
de près de 100,000 comparativement à- 1852, et de 180,000 
comparativement à 1851. 

Le nombre des extraditions d'accusés demandées par U 
France aux gouvernements étrangers, qui avait élé de tiO en 
1853, est descendu k i& en i%5i. Celui des extraditions accor- 
dées est également descendu de 101 à 75. 

Les të extraditions demandées l'ont été : 16 à la Belgique, 

8 à l'Espagne, 8 à la Sardaigne, 7 à la Subse, 3 k l'Aufileterre, 
3 à la Hollande, 1 à l'Autriche. 

Les 75 extraditions accordées l'ont été : 22 à la Sardai^, 

9 à la Belgique, 7 h l'Espagne, 6 au Wurtemberg, 5 au grand- 
duché de Uesse, 5 à la Prusse, 5 à la Suisse, 3 k l'Autikhe, 
3 au grand-duché de Bade, 3 à hi Bavière ctl k 'd'autres 
États. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES EtX)^'bMIQUES. 371 

Des ISI «cciRé£ dorit f'extrfidîtlofi a été deoiafidée Ob ac- 
cordée, 36 élaîent poursuivis poat vols <|ualffl^, Sd pour 
ineurtre, assassioat ou enipolsunuement,' 26 poiif bauqueroute 
ftandalensê, 31 fwur hai ou fausse monnaie,' 9 pour divers 
lubes erimes. 

Le Dombre des suicides consUtés en iSîU a é^ de 3,700; 
c'est 3SS de plus (ftt&t ifS&3, mais, cette dernière année, il 
7 en avait eu 259 de moins que l'année précédente, et tUSl 
B'iïlfiti en téa^tè, que 2l> siiîcïdès de plus qu'en J852,' et 
102 de plus qu>D IBT»! . 

Les femmes sont au nombre de 993 parmi les suicidés de 
IBS4; c'est ^s àti qnaM (ièS sur 1,000) au nombre total. 
U praportion n'était que 3S7 sur 1,000, en 18S3; de 243 
en 1852, et de 239' eu 183t. Pendant ces quatre années, lè 
DODibre des femmes qui se sont suicidées a augmenté de 1^, 
tandis que celui dee hommes est resté stalJonaaïre. 

Le départeftient de la Seine cornue à lui seul 642 suicides 
en 1854 : plus du sixième du nomb/e total. 

L'Empereur a accordé, en 18S4, à l'occasion de l'anniver- 
saire du 15 août, des remises et commutations de peine à 
tfi formats détenus' dans les bagnes de Brest et de Toulon, 
k 138 déportés de Cajen6e> à 317 détends des maisons céo- 
O'stes, et à 1% condamnés à de courtes peines d'emprisonne- 
ment qu'ils subissaient dans tes maisons départementales ou 
de correetïoD. 600 condnanés ont aiùsi obtenu de la clémence 
ioipéride : 272, la remise du reste de leur peine, et 328, la 
rédncGon de cette peine ou une commutation. En 18ô3,' il 
n'avait été accordé de gttaxs eitiëres ou réductions de peine 
qn'à adâ condaïunés. 

Ls chambre ciîminelle de la cour impériale d'Alger et fes 
(fiiBtre tribunaux de prenilËre instance de fione, de Coffatantine, 
(fOran et de Pfaîlippeville , qpii,' jusqu'au 1<" janvier 185S, 
rorniaîssaient des affaires criminelles', ont ju^ ensemble 248 
at^cusattnns et 358 acCus^s en f854. 

Les 248 accusations avaient pour objet : 70 (28 suV 100) 
(tes criméa coiltre les JVerson^s, et 178 (72 Sur lOO) des crin^ 
fMte les^ propriétés. Ces |yroportions sont absolumeot les 



n,5,t,7rjM,G00glc 



312 FRANCE. 

mtitneB que eeltea (}ue présentent les wcnsatioBB jogies n 

France pendant la même année. 

En 1853 , ii n'avait été jugé en Algérie que SI sccoutioBi 
de crimes contre les personnes et 103 accuBaiions de cxima 
contre les propriétés : ensemble 154', ou 94 de moins qu'en 
l'année 18Si. 

11 y avait ^ femmes (8 sor 100) parmi Les 358 accusés jugéi 
en 1854. 

Sous le rappcvt de la nationalité, ces 358 accusés se diviseni 
en 88 Français, 62 Européens d'autres États et 208 ind^èoes, 
dont 190 musulmans et 18 juifs. 

n y eu a eu 63 d'acquittés (18 sur 100), 93 de condamnés 
à des peines afflictiyes et infamantes (36 sur 100), et S03 de 
condamnés ft des peines correctionnelles (56 sur 100). Ces ré- 
sultats diffèrent très-peu de ceux de l'année 1 8S3. 

Les six tribunaux correctionnels d'Alger, de Blidah, de 
Bone, de Constantine, d'Oran et de Philippeville ont jngé 
ensemble 1,841 affaires correctionnelles, comprenant 2,36ï 
prévenus, en 1854. C'est 269 affaires et 375 prévenus de plus 
qu'en 1853. 

Les 2,267 prévenus de 1854 se divisent en 2,046 hommes 
. (90 sur 100] et 221 femmes (10 sur 100). 

Il n'a été possible de constater la nationalité que pour 
1,861 furévenus : 668 étaient Français, 403 Européens origi- 
naires d'eulres Étals, et 790 indigènes, dont 594 mmulaians 
et 196 juifs. 

Les tribunaux ont acquitté 406 prévenus. Ils en ont coa- 
damné 100 à un an et plus d'emprisonnement, 989 à mrâtt 
d'un an, et 758 à l'amende seulement; enfin, ils ont déclaré, 
à l'égard de 14 jeunes délinquants, qu'ils avaient agi sans 
discernement, et ils en ont rendu 9 à leors parents qui les 
réclamaient, renvoyant les 5 autres dans une maisoo d'édu- 
cation correctionnelle. Le nombre proportionnel des ac- 
quittements a été de 18 sur 100. En 1853, il avait été de 90 
sot 100. 

Les 21 tribunaux de simple police de l'Algérie ont reoda 
9,347 jugements en 1854, au lieu de 8,044 en 1853. Ils ont '' 



)„:,iP,.-iM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 373 

jngé 11,067 incalpés, dont 9,488 ont été condamnés à l'amende 
uûlenient. Les autres ont été : 3,8M condamnés à l'empri- 
soDoement, et 1,1S6 acquiltés. Il est intenenu des déclarations 
d'incompélence à l'égard de 39. 

Tribunat de commerce de la Seine (1). — Les travaux du 
tribanal de commerce sont ordin^rement résumés en temps 
Btile pour que nous puissions les exposer dans cet Annuaire. 
Nous ie disons, pour l'aniiés 1835, d'après le rapport de M. le 
préàdent Grimanlt (séance du 13 juîltet). Quelques-uns des 
résoHats se rapportent à l'exercice 18K6, l'année comptant de 
juillet à juillet. 

Le rapport commence par le compte rendu des jugements. 

h l- jnUlet IKU ui 30 juin IBM, il • «t ippeU w tribuul. . . S8^ 
ami Domellet, et il ip nwUit i jugu ie l'eisrcica pnctdeol SM 



Sor iMipdlet 113,437 : 
36^ mient éU jagéei par dtfmnt; 
10,913 iniaot éU jugée! coutndictoireineBt ; 
îffn iTUCDl été nUréei de l'appel; 
Î,8IS mianl ilé conciliéei tu iéViitit» ; 
SX recttient t juger, inscrilei lu rAIa dei diffi^rsnlej lectioni du 

tribuntl; 
S3T lUenduent l'ungnâlian en aavertuie de rapport, mi ■nient été 
coDciliiei denut l'KUtre-npparleur. 

&3,13T (Total égal.) 

Le nombre des causes, en 1854-1855, de juillet ii juillet, 
s'éUit élevé à 51,491. 

Différence en plus pour cette année , 1 ,946. 

Des causes jugées par le tribunal, 42,165 l'avaient été en 
premier ressort, et en dernier ressort 4,98S. 

5,180 affaires avaient été mises en délibéré, dont 2,815 
avtâent été conciliées. 

U nombre des appels de jugements de ce tribunal qui avaient 
été déférés à la cour pendant l'année 1855 était de 625. 

(1 ] 1^ Ttpport annuel nou) a H6 communiqua trop tard pour prendre place 
'u le chapitre IV, 3* partie dei maUèret écoramiquet, eoumerce, hiduiMc. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



Sur ^ oopjbre, 3tfi ifi^ifiçf^ avaient été çoofontét, lU 
avaient été joliimés, j^ aSaîres ayaieat été ï«yée& connue 
auraDgées. 

Le tribunal avait été saisi de 4$ appels de ^pteoces des 
oc»)seils ^e prud'hompjes. 

J3 ^vaienjt été infirmées. 

27 avaient été coD&rmées. 
b affaitbs avaient été condlîées. 
$ restajept à jifger. 

U avait été déposé ai^ ^ffe, peUe «onéç, jjiar les ar)>ilies 
rapporteurs, 3,061 rapports. 

342 resmen^ ^ o^xtit sur le (fermer ejcprcice. 

Au totaii 3,303. 

Il avait été ouvert 2,711 rapports d'a]4>itre8. 

î(92 attendaient l'assignatiolnl m ouverture. 

U avait été déposé au greiie, l'année précédente, 2,423 rap- 
ports; sur ce nombre, 2,181 avaient été ouvrais. 

La seconde partie du rapport contenait une curieuse statis- 
tique des sociétés commeroiales. 

avait été déposé au greffe : 

8t2 icl«« de KKi^lé en nom collectJf. 

551 m commindile et par ictioni lu porttar, 

ToUI I,*06 

L'uméo pr«cédeii(«. . . 1.258 iTuent été dépoit». 

Différence en ^M.... 14S 

812 uIm da dkwIulioD de MciU uûent <té publiét et idehé*. 
Le capital •ociai de* wciéKi en «owiulidile par lefione reprtnnUil ■> 
chiffre <|e ], 938,671, 000 fr. 



f,9&f,^,000 b. 

L'année précédente, le capital dea lociéléa en tovmaa- 
dite par actioTU a'^letait à 967,823,000 (r. 

Ceini dciibciélësennoaicallectirt.. 19,505,500 

Celui dei Mciété) en commandite oi^ 
dinurea k 24,2^300 



n,5,t,7rjM,G00glc 



HATIËRES ÉCONOMIQUES. 975 

Ce fjDi donnait pour cette année une différence en plut de 
un milliard passé. 

L'ordonnance d'exéquatur avait été apposée sur 247 senlpoces 
rendues en matière d'arbi^a^e forcé. 

D avait été rendu 1 ,103 prfjjqipnaiices su; reqq^te. 

795 dédarations de faiUite avaient été proooncâes par ce 
tzibnnal, savoir: 

602 mr dépit de bilan 



IJ6 bSIilw couidtréM comme ibudannét) d^^ii loDglempt tviienl iti 



917 (Emenibte.) 

L'unie précédeDhi, ISM-185S, 
TI6 Etillilei uiient Mé décUriM «V rtguTwtw. 
tT! (KBïmM «D flM p«w ceUa année.) 

Pendant l'année, 477 faillîtes avalent été terminées pa^ con- 
cordat, et l'union avait été pronocée darjs 289 faillites.' 



3M mioDi wnept éU lifuidiea. 
128 aiaicnl été elAlurëei poaT iiMiifSHiioa d'actif. 
It liaient été nppottéea. 

S«0 l&u totaj.) 

Lea dividendes piomia avaient été, dans 

9 ooDCordati, de S k 10 0/0. 



n 


a 


M k » 0/0. 


m 


» 


10»30(VO. 


)" 


» 


30140(^0. 


u 


» 


4i) t 50 0/0. 


2t 


ig 


tO i 60 0/0. 


10 


i 


60 à SO 0/0. 


3Sb 


MlMTdaU 


«ait été propiil (• eqwtal. 


6< 


> 


U «faU iU faU abatMlM d» l'acUr. 



jM,Googlc 



S3<» rHAnuK. > 

' Dans les failliles en UDion liquidées, les liquidutioiu avaient 
donné aux créaiicîfirs uae répartition de dividendes, savoir: 

Du* ICT fuUilei, d« 5 k 10 0/0. 

SO » 10 k 20 0/0. 

19 it ao k 30 0/0. 

« ■ 30 k 40 OfO. 

^ 4 » 40 k 50 0/0. 

3 » SO k 60 0/0. 

« ■> GO k 80 0/0. 

S » le upitd. 

166 ■ u'anicDt rim prodail. 

i&i faillis avaient été déclarés excus^les, 80 om excu- 
siibles. 

Le crédit des raîllites en cours s'élevait à 3,875,551 b., sur 
lesquels avaient été déposés 3,867,526 fr. à la caisse des cou- 
àgnalione. 

Reslaient entre les mains des syndics 8,025 fr. 35 c. 

C'est une moyenne de 9 fr. environ par faillite. 

268 répartitions , s'élevant ensemble à 4,623,187 fr. 66 c, 
avaient été ordonnancées par les juges-comioissairea; sur cette 
somme , 67,232 fr. 46 c. n'avaient pas été retirés par les créan- 
ciers dans les trois mois de l'ordonnancement, et avaient été 
versés à la caisse des dépôts et consignations pour le compte 
individuel de chaque créancier. 

On a pu remarquer, paria comparaison entre les deux der- 
niers exercices, que la différenco qui existe dans le nombre 
des jugements rendus est de peu d'importance; nous n'avons 
donc rien à dire à l'égard de cette partie de la statistique des 
travaux du tribunal: nous nous bornerons à signaler un ptùnt 
particulier de la marche des faillites. L'année précédente, SOI 
faillites avaient été terminées en plus sur l'exercice précédent, 
et, malgré cela, il s'était opéré depuis de nouveaux progrès. 

En effet, si pendant les deux derniers exercices le Dombie 
des déclarations de faillites avait été à peu près ie même , s'il ; 
en avait eu autant de terminées par des concordats , le chiffre 
des unions liquidées présentait un excédant de 172 en bveur 
de l'année finissant nu 30 juin ^8^i6. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



Matières économiques. ar? 

On irait mpris leg opérations de 436 très-ADciannes faillites 
eo Doioo, qui depuis longtemps étaient abandonnées par les 
s;fndic8 qui ea avaient été chargés dans l'origine. 

Le nombre des faillites restant à liquider semble encore trop 
eooàdérable ; cependant, il faut tenir compte des liquidations 
dont le cours est arrêté par des obstacles qu'il ne dépend pas 
do joge-commissaire de lever; nous voulons parler des faillites 
({ni doaneni lieu soil à des instances civiles, commerciales ou 
crimindies, ou dont les intérêts sont liés à des règlements 
d'wdre et de contribution ; 

Parmi les faillites restant à terminer au30juinl856,199ne 
pooiraient reprendre une marche normale et régulière qu'après 
la solution de : 

5 pourvois en cassation , 
66 appels devant les cours impériales, 
56 instances civiles, 
62 commerdales , 
33 criminelles, 
37 règlements d'ordre et de contribution. 

i arbitrages. 

Dans ce relevé n'étaient pas comprises les faillites dans les- 
quelles des incidents divers surgissent journellement et qui sont 
jugées en audiences sommaires , tes opérations de ces faillites 
n'étant que momentanément retardées. 

Le rapport de M. le président Grimault se terminait par une 
pbrase ^gnidciitive. Après avoir rappelé la nouvelle impulsion 
doDoée aux affaires par la paix : a S'il était une crainte fa expri- 
mer, disait l'orateur, ce serait que les nouvelles entreprises ne 
présentassent des proportions qui ne seraient plus en rapport 
avec les ressources financières du commerce. » 

Statittigue et situation des élabtisfementi de rppreiiiOn. — 
11 y a 21 maisons centrales soumises à un régimt> uniforme 
pour tous les services disciplinaires cl économiqutg; mats il 
est pourvu aux frais d'entretien des détenus de deux fagons 
différentes, soit par entreprise, :%oit par voie de régie. 

Dans le premier système, di's traités passés de gré à gré ou 



n,5,t,7rjM,G00glc 



378 FSACiCE. 

par adjiidicBtioa, asaurenl toutes les dépenses d'ei 
procurent du travail aux coodaiiuiés, laoyeanaot un pris fixe 
par journée de détenu et l'abandou des trois âtùèmes du 
produit éveatuel des travaux. 

Dans le sydème i^s régies, radnÛDÎstralion pourvoit diiec- 
temenl aux dépenses de tout genre; nuis la multipiieité det 
modes indique su^sanupent les 4ifficultés iobérentes k ce ej> 
tàjne. Ici, par exemple, radinlqjsLratioD afierme le travail à 
des fâtincants ; là, elle emploie les délepgs pour le cop:^ de 
l'Étal, à la fabricaûon d'objets destinés è la copsommatioo 
des mùsiHis pénitentiaireB et autres élatlisseokents publics. 
Dans quelques ipaisons en ré^, les deux modes d'action sont 
simultanément établis. Delà un défaut d'unité iocoptestable. 
L'État d'ailleurs est nn fabricant détestable, et le système 
des régies laisse une porte trop large ouverte aux abus et aui 
désordres. 

D ne fandrait pas, après tout, s'exagérer l'importance du 
travail accompli par les détenus. M. de Persrgny, dans son 
rapport sur les établissements pénitentiaires en j8j3, estime à 
peine à 6,000 journées de travail l'activité quotidienne des pri- 
sons. La population des maisons centrales, composée pour deux 
tiers de cultivateurs, est essentielleincnl inhabile aux iodustrin 
dont elle faJt dans les prisons un rapide apprentissage. U 
stMome de ses produits peut ttre considérée comme ioférieurc 
de deux tiers à celle du même nombre d'ouvriers libres, et 
eocore faudrait-il mettre en ligne de compte les chùmages, 
les punitions, les maladies. 

Toutefois, hfttons-nous de le dire, les lois et décrets qui ont 
rétabli le travail dans les prisons ont eu surtout un but nioral 
diHit on ne samrait méconnaître U potlée. Le travail est un 
élément de discipline intérieure, de régénération physique et 
morale, et nous n'avions pas attendu la Loi du 9 janvier 1830 
et le dé<aet impérial du IS février 18S2 pour déplorer le décret 
du a mars t8i8 qui, pour abolir une concurrence imaginaire, 
altéra profondément les conditions légales et morales de la 
peine. (Koyoz les Annuaires précédents,] 

Telle est la âtuati<Hi générale de ces maisons. Leur copte- 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



MAHÈRES ^^OMIQUES. afW 

nance ré^eoMidBire a été fixée, en J847, à 17JMÛ places, et 
l'augmeotatioD progressive de U population a produit un en- 
combrement fticheux. I) a fallu obvier provisoirement à cet 
embarras par des constructions supplémentaires, par le main- 
tien, dans tes prisons départementales, des C()if4fin)né3 au- 
dessus d'un an, ou iDéme par U réintégration, dans les éta- 
Uissements dépariementaiu, pour y subir les peines inférieures 
ion an, des détenos écroués dans les maisons ceii^les pour 
plusieurs condamnations. 

Malgré tout, l'excédant élait encore considérable- Il a fallu 
penser à créer des maisons centrales nouvelles et A centraliser 
dans une nouvejfe résidence les condamnés militaires répartis 
dans diverses focalités. 

Nous trouvons toutes les ipfonpations sérieuses sur ces éla- 
blisfementa de répression résumées dans un excdient rapport 
de H. Louis Perrot, inspecteur général, chargé de la division 
des prisons et établissements pénitentiaires. H. Louis Perrot, 
dont nous avons déjà signalé les remarquables travaux sur ie 
riante des prisons, est, au ministère de l'intérieur, le promo- 
lenr de toutes les utiles réformes relatives à ce service, et c'est 
iaon intelligente initiative qu'on doit d'avoir vu prévaloir, dans 
l'iidministration des maisons centrales, le système des entre- 
prises sur le système désastreux des régies. 

Le rai^rt de M. Louis Perrol est la statistique la plus com- 
plète qui ait encore été dressée des prisons et des élaUisse- 
ntents pémtenliaires : il porte sur l'année 1S53, 

Nous en extrayons les curieux renseignements qui suivent : 

L'effectif des maisons centrales, relevé depuis 1635 jusqu'à 
IBU, drame les chiffres suivants pour la populatf<Hi adulte 
pendant cette piriode : 

isM ie;saa 

1831 16,D1S 

IB32 15,J55 

1833 15,0« 

ISU. 15,0» 

U3S 14,M0 

im- fB,»» 



jM,Googlc 



aa» FftANC£. 

ISÏ1 ISjSM 

183S 16,314 

1839 17,080 

1840 17,097 

1841 17,686 - 

1841 17,813 

1843. ujm 

1844. 18,188 

1843 18,440 

1848 17,48ff 

1847 17,Se5 

1848 16,009 

1849 16,304 

1850. 16,178 

18M I8,4ÇS 

I8SX. 18,730 

18S3. «,643 

ISU. SM» 

Au 31 décembre i83i, les 34 msisons centrales renler- 
maietit 48;4(M adultes; les entrées s'étaient élevées, pendant 
rannée.b 10,460; les sorties, à 9,141; le nombre des joanéet 
de détention, à 7,039,660; la popnlation moyenne, à ld,S33. 

Au 34 décembre 1833, ies chiffres s'éKveat : on trouve 
19,720 détenus adultes, dont 15,873 hommes et 3,847 Temmes; 
entrées, 10,941, dont 8,893 hommes et 9,048 femmes; sor- 
ties, 10,018, dont 8,254 hommes et 4,767 femmes; jotiroécs 
de détention, 7,386,867; population moyenne, 30,333. 

Resluent, au 31 décembre 1853, 30,643 détenus adultes, 
dont 16,M5 hommes et 4,128 femmes. 

Daus le mouvement de swtie , les libérés figurent pour 
7,541; les ^aciés, pour 367; les évadés non réintégrés, pour 
10; transférés dans les bagnes, 331 ; aux colonies pénales, 47; 
dans d'autres maisons centrales, 293 ; dans les prisons dépar- 
tementales, 209; dans les hospices, 27. 

Les éléments divers de cette population, soit l'origine, l'état 
civil, l'ftge, la religion, les professions, sont analysés dans les 
rapports de M. Louis Perrot. 

Au 31 décendve 1853, les 21 maisons centrales conteoaîent 
5.838 bommei appartenant à la poptilation des villes; 10i677 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ËCONOUIQUES. SBI 

l cdie des campagnes; 9,016 célibataires on veufs sans en- 
hnla; 4,S33 mariés ayant des enfants; 1,B34 mariés sans 
enbflts; 5i4 venfo ayant des enfants. 

Pour les adultes, la population générale des campagnes 
fournit à l'efleclif des prisons un contingent à peu près pro- 
portionnel à son DomlHe. Od verra plus loin qu'il n'en est pas 
de même pour les jeunes détenus. 

Voilà pour l'origine et pour l'état civil : l'Age est de 16 à 90 
ans pour 1,671 détenus adultes; de 20 à 30, pour K,5â6; de 
30 à W, pour 4,316; de iO à 50, pour 2,874; de 50 à 60, 
pour 1,U6. 630 seulement ont plus de 60 ans. 

Sons le rapport de la religion, l'efiectif de 1853 comprend : 
49,966 catholiques, 517 protestants, 124 Israélites, 36 maho- 
métans. 

Ad point de vue des professions, celles qui donnent le plus 
sont: l'tesprofessioDsagricoles, 7,234 hommes, 1,020 femmes; 
3° les industries vestiaires, 1,930 bommos, 1,039 femmes; 
> les ouvriers en b&timenis, 1,632 hommes; 4* les gens de 
service, 1,549 hommes, 781 femmes; 5* les commerçants, 
1,114 hommes, 223 femmes. Sans profession connue, 1,818 
bomiDes, 712 femmes. — Professions libérales : littéraires, 
133 htHnmes, 3 femmes; médicales, 39 hommes, 29 femmes. 
—Hommes de loi, gens d'affaires, 106. — Militaires et marins, 
763. — Ecclésiastiques, 10. 

Le classement pénal des détenus {wésente : pour les con- 
dnuoés aux travaux forcés, 241 hommes et 1,140 femmes, 
pour les réclusionnaires , 4,237 hommes et 430 femtnes; 
pour les condamnés correctionnels, 10,458 hommes et 3,780 
feniiDes, et enfin 267 condamnés aux fera. 

Les récidivistes figurent dans l'eSieclif total pour le nombre 
de 6,075, dont 571 ayant déjà subi la peine des travaux forcés; 
935, celle de la réclusion; 4,569, celle de l'emprisonnement 
correctionnel. 

La population répartie sous le rai^Mrt de la durée de la 
peine, préaentait 490 coudanmés aux travaux forcés de 5 à 10 
us; 538, de 10 à 20 ans; 353 étaient condamnés itperpc- 
talé. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



Variai les réctnsiôhnalrés , S.ytee éWîefit conaamiïés à une 
peine de S à 7 iiié, l,3Sf , de 7 & 40 àïis; 

Panni les coirectioanels, 8,990 é'talèfit tahdattiiiés dé 1 If t 
ans d'enipriBoimèBieot; î,948, dé 2 if 3; 1,6*7, die 3 à' 4; 
ij967, de 4 à S; S,316, au-dessus dé 5 ans. 

Enfin, la peine estant èi siiîilr au ^' janvier iè34 était rte 
moins d'un au pour 7,017 indltidus dont 4,J76 femmes; d'an 
on ponr 4,4%, dont 663 femmes ; de 2 ans ponr 2,S63, dont 
420 femmes; de 3 km pour 1 .'991 , dont 3li femmes; de 4 ans 
pour i,6o2, doni ^itt femmes; éê 5 ans pour 907, dont 186 
femmes; de 6 ans pour 498, dont 98 femmes; de 7 ans ponr 
348, dont 73 femmes; de 8 ans poiré 26i, dont 74 femmes; de 
» fUa pour 236, dont 74 femmes • de ib ans pour ^3, dont 3Î 
femmes; de plus de 10 ans pour 6"i2, dont 464 femmes. 

L'état disciplinaire des détenus dans les maisons centrales 
ne présente que 9 détenus condamnés aux travaux forcés ponr 
meurtre, coups ou blessures; 1 ft In réclusion; 17 à des peines 
correctionnelles. Dans l'intérieur des maisons, il ft été infligé 
49,863 punitions, dont 23,236 encourues par des iatfividus 
déjù punis une ou plusieurs fois dans le cours de l'année. U 
nombre des infractions de tout genre, remises oii punies, a ^lé 
de 66,573, parmi lesquelles nous remarquons les sWvaotest 
vols, 1,980; actes d'immoralité, 383; refus de travail, 2.861; 
voies de fait, 2,979; fraudes de labaé, 2,794; ioTratlions i h 
règle do sHence, 3{,'K». 

Les tAeiiiieà èmutiéeè de H clémence împéri'aTe ont porté 
sur 466 in'dTvidus, dont Sfeï ont obtenif la' remise entière de 
leurs peines; <3,des coriinnitalionsj I9f , des rédmîfions. 

Un des éléments les plus rntéressants de la statïstifpie des 
miftisons cèMrates, c'est l'instruction des détenus : snr Ï0,643, 
568 avaient; avant leur entrée, une instrocliôn Supérieure 
à l'enseignement primaire; 6,813f savaient lire;' 2,389 savaient 
lire et écrire; 10,874 étaient complètement illettrés. Dans le 
eàurs de 1833, 3,609 détenus ontéfé aduifs ii l'écote: et bu 
31 décembre, parmi les illettrcs, l,f72 aVaient appris à Brf ; 
l,3r6, à lire et il écrire;- 812, à Kre, écrire et éoiî^td*; 7,2« 
étaient demeurés iitcttrcs. 



■)„:,iP<.-jM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 863 

L'^tit lamUin de 18S3 présente 18,140 malddies, dabt 
6,273 sérieuses; nombre des décès, 1,331, dans la proportion 
^nërale de 6,33 sur 100, 6,06 pour les hommes, 8,18 pour 
les femmes'. Au nombre des maladies fignrent Sa cas d'alié- 
nalion mefftale, dont 18 nvatent pris naissRDce avant l'eDtréè 
dans les établissements et 34 pendent te conrs de la détention ; 
vi, parmi les décès , suicides, et 3 morts par suite d'acci- 
dents. 

La seconde partie da rapport de M. Louis Perrot est con- 
sacrée anx institutions qui reçoivent les enfants condamnés 
bi] envoyés en correction , ou détenus par voie de correction 
pAlemelle. Ces institutions sont au nombre de 48, et consistent 
en colonies annexées aux maisons centrale^, en colonies pri- 
\ées, en établissements conventuels, en établissements dépar- 
tementaux et en sociétés de patronage. 

L'effectif généra) de la population s'élevait, au 31 décembre 
ISÔ2, à 6,502 enfants; dont 1,100 filles. En lHr;3, sont entrés 
i,370, dont 1,036 filles; sont soilis, 3,157, dont. 783 filles. La 
pc^uUtiun, au 31 décembre 1853, était donc de 7,715, dont 
1,3^1 filles. 

Sur ce nombre, 3,941 , dont 684 filEes, appartenaient à la 
population des villes; 3,774, dont 667 filles, A celle des cam- 
pi^s. Ce n'est plus là la proportion normale constatée pour 
)es adultes. 

i,306 enfants étaient privés d'un de leurs paretits; 6rk9, de 
leurs père et mère; 207 étaient élèves des hospices. 

itii appartenaient ^des familles aisées; 4.4^l''> à des parents 
vivant de leur travail et pouvant élever leurs enfants; 1,339 
il des parente sans profession et sans aveu ; 920 à des repris 
de justice; ftour 709, les parents étaient inconnus ou dis- 
[wus. 

1,626 exerçaîant avant leur détention des professions itidus- 
tnelles; 651, l'agriculture, et 5,438 n'avalent aucun métier. 

168 avaient de 7 à 9 ans, 652 de 9 à 11, 1,451 de 11 à 13, 
^.137 de 13 à 15, 2,141 de 15 b 17, 923 de 17 à 19, 243, de 
II» H 21 ans. 

La {H^sque totalité, 7,562, apparti<n3icnt il la religion ca- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



SM FRANCE. 

thoKque, 113 sa protesUotisme; 16 étaient ignSSbet et U 

mabométans. 

Parmi les motife de jugemeat, nom trouvons 40 assasàniti 
et empoisonnements, 131 meurtres et incendies, 81 coaps el 
blessures, 200 attentats et outrages à la pudeur, S97 faux oa 
vols qualifiés, 1,189 vols simples, soustractions ou escroque- 
ries, 941 actes de mendicité, 1,720 états de vagabonda^, 
446 actes de désobéissance à l'autorité paternelle. 

La nHwalisation et la régénération jouent icù un rdle pliu 
Bérieux que dans les maisons centrales. Sur l'effectif du 31 dé- 
cembre 1853, 3,821 enfants étaient appliqués à des métiers 
industriels, et 3,391 à des travaux agricoles; 523 seulement 
étaient inoccupés. On a vu plus baut qu'avant la détentioD le 
nombre des enfants ayant exercé des professions agrictdes 
n'était que de 65, celui des industriels, de 4 ,868. 

L'instruction, l'état religieux, moral et disciplinaire des oh 
fants n'est pas moins intéressant i noter. 35 possédaient, avant 
leur jugement, une instruction supérieure ^ l'instruction piî' 
maire; 1,485 saviuent lire et écrire, 1,205 savaient lire seule- 
ment, et 4,907 étaient complètement illettrés. Au 31 décembn 
1853, sur ce cbifire des illettrés, 1,363 avaient appris k lin, 
1,192 à lire et k écrire, 1,048 à lire, écrire et compter; 1,307 
étaient encore illettres; mais ce nombre représentait en grande 
partie celui des enfants nouvellement admis. De ceux qui déjà 
savaient lire, 535 avaient appris à écrire et 522 k écrire et i 
compter, et parmi ceux qui savaient précédemment lire H 
écrire, 917 avaient reçu le complément de l'instruction pii- 
maire; 714 n'avaient fait aucun progrès. 

On trouve, dans Tannée, 966 enfants ayant fait leur prenùën 
communion, et 2,090 l'ayant renouvelée; 150 ont obtenu, k 
titre de récompense, pour leur bonne conduite, leur liberté 
provisoire; 18B ont reçu des livres de la Caisse d'épargne; 
702, des livrets et outils d'honneur; 940, des récompenses 
pécuniaires; 1,848 des promotions et grades. 

19 ont été condamnés par les tribunaux pendant leur déten- 
tion, 42 ont été transférés dans d'autres établissemeuls pour 
causé disciplinaire. La peine de la cellule a -été af^liqnfe 



n,5,t,7rjM,G00glc 



Matières économiques. seà 

3,î7<t fus, la mise au pain et à Teau , S,66»^ûi. On a compté 
Jî,937 autres punitions, 

Pirmi les iafractions , nous trouvons 8,808 fûts de paresse, 
1,S08 actes d'insubordination, i,l05 vols, 921 voies de fait, 
33H actes d*ininioralité. 

L'élat sanitaire des étirants n'a pas ofièft des résultats aussi 
complètement satisfaisants que ceux de l'année 18S2. Sur une 
population moyenne de 7,073 piifants, ^,925, doht 62iï flUes, 
sont entrés à l'infirmerie dans le cours de l'année ; 253, dont 
3 lîlles . à l'hospice ; 203 , dont S9 filles , sont décédés. Ce der- 
nier chiffre donne une proportion de 28 1/2 p. 1,000. En 1853, 
elle était de SS seulement. Cet accroissement tient évidemment 
à l'encombrenient de certains lieux de déleniiun, particulière- 
ineotde ceux qui contiennent des ateliers indusiriels, à défaut 
de place dans les colonies agricoles. 

OaaconstntéSsuicides,unemortaccidentelIe, i cas d'alié- 
nation mentale, dont un préexistait à l'admission dans les éta- 
blissements. 

Si nous suivons les enfants après leur libération , nous trou- 
vons que le nombre des enfants libérés, graciés, placés en ap- 
prentissage et confiés à leur famille, s'est élevé, non compris 
536 enfants détenus par vcie de correction paternelle , à i ,328. 
Sur ce nombre, AW, savaient lire, écrire et compter; 178 st- 
vaienilire et écrire; 229 n'avuient appris que la lecture; 130 
élaient complètement illettrés; 1,167 avaient fait leur première 
communion; 161 seulement n'avaient pas reçu ce sacrement : 
434 étaient agriculteurs; 894 exerçaient des professions indus- 
trielles; I j049 élaient en étut de gagner leur vie ; 279 ne puu- 
Taient, par suite d'infirmités ou par défaut d'intelligence et 
d'instruction, subvenir fa leurs besoins; 93 étaient restés atta- 
chés aux établissements; 155 avaient été confiés à des sociétés 
de patronage ; k9 élaient occupés chez des sgricultcurs, 63 chez 
des particuliers comme domestiques de ville et de campagne; 
2t étaient enjjagés dans les armées de terre ou de nier; 969 
étaient rentrés chez leurs parents. 

991 avaient reçu des baMllements fa leur sortie; 906 avaient 
obtenu des secours de route montant en total k 11,007 fr. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



aSQ FSAtfCE, 

La Iroisiëiqe pa^ 4^ raprx^ 4e M. Perrot b pcxirdijel les 
prisons déparlemenlales, qiii sont au nombre de 8 dans le dé- 
partement de la Seipe : Hazas (maison d'arréf), le DépAt (ks 
conijaninés, les ^adelonnettfis, Sainte-Pélagie (maisoas d'anât, 
de justjce et de correclion), Saint-Lazare [miûson d'arrêt et 
de correction }, la Conciergerie (niajsoa de justice), Saiot-Deois 
(maisoD ([c répression pour les détfnijs par uiesure administra- 
tive), CJIjchy Jlprîsoa piDur dettes). 

, I^ population de ces établissements comprenait, au 31 dé- 
cembre iSoî, 4,7)8 individus, dont 1,430 femmes; les entrées, 
pendant l'aunée, s'étaient élevées )^â:>,883; les sorties, à 2à,9(iS. 
L'effectif., au 31 décembre J833>ét^t de 4^33 détenus. Le 
nombre des journées de détention avait ét^ de 1,730,158, ce 
qui donne une population moyenne de 1,726. 

En 18S2, la populption était, au 1" janvier, de ijOK^i 1' 
nombre de$ entrées dans le cours de l'année, de 97,027; iea 
sorties, de ^0,962; le sombre des journées de détention, de 
1,709,759; la population moyenne, de 1,177. 

Non compris le département de la Seine, toutes les prisons 
déparlemenlales renfermaicDl , ^u 31 décembre 1854, une 
population de 24,309 individus. La moyenne du séjomr n'excé- 
d^l guère deux mois dans ces prions; il serait inutile d'étu- 
dier les élémens diycr? de cette population ince^sanunent re- 
l^çifvelée. 

Eu somme, ai) CQmnienceqaent de l'année 1834, les établis- 
semenls pénitentiaififs et prisons de l'empire étaient au jxombie 
de 575 ' et renfermaient une population totale de 71,444 déte- 
nus. Ces ét^bliasenicots se réparlissaîent entre les trois dépar- 
lëmenls de la marine , de là guerre et de l'intérieur, dans la 
proportion de 16 pouf la marine , de 70 poui la guerre et de 
189 pour l'intérieur, 

A ce sujet , un des hommes les plus compétents en pareille 
matière, M. Paul Sucquet,iDspecteur-général des prisons, fait 



(I) Roui empTuntatu In ren*«i^ii«d«rtt qni aihent k un mutl tnmi la 
% yuii hvfifMl, îni^teur gèoénl dai prttooa, iniéié àtt» VAuHutin dt 
Véconomit foUti/lue et ie la slalittique pour Igjâ. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATtÈRES ÉCONOMIOUKS. m 

liliserver avec jusU^ raisan qu'il est regrettable (}(ie loiM kis éln- 
blissenients pénitentiaires et priaoïu aïfectét aux détenus civils 
De soient pas ptac^ bous l'autorité exclusive d'un seul départe- 
ment miDÎstériel. Oa comprend a l'avance les avantages écono- 
miqifes d'une Mule^dniîiitilration au point de vue de l'eiéco- 
lion de la loi pénale. ^ 

■ Le département de rintérieur, dit M. Paul Bucquet, qui a 
daus ses attiibulinni l'importante nâasion de veiller fc la sArelé 
générale, et est déjà chargé de. faire subir dans ses maisona 
cenLcates de force et de correction les peines des Iravans forcés 
pour les femnies , de la réclusion et de l'emprisonnement eor- 
tectionoel pour les deux sexes , et qui a , en outre , la supvell- 
laqce des condamnés libérée, semblait naturellement indii|iiâ 
pour la haute direction de tous ces établissements pélûten- 
tiaJrea. 

D L& centralisation entre les mains du ministre de l'intérieur 
des établissements de ré[U¥asion , inscrite dans les projets de 
loi présentés aux deux chambres, sous le gouvernement préc^ 
dent, n'a pu se réaliser en France, d 

Nous avons à signaler un changement de système des plus 
importants dans Tadmiaisfa-ation des «lablissements de répres- 
sion : c'est la csntralisatiou dea^épeosçs des prisons départe- 
mentales au budget âei'Ëiat. 

Déjà, en analysant le budget de l'exercice 1866, nous avons 
étndîét BU point de vue financier, la translation du budget 
départemental au budget da l'État de la dépense des prisons 
où sont détenus les c(«damnés b moins d'un an. Nous avons 
montré que cette mesure avait eu pour conséquence, sans 
accroître reneemlsle des dépmses pbrtées au budget de l'in- 
térieur, d'augmenter du moins celles de ces dépenses qui sont 
à la cbarge de l'État. 

La situation flnsncière des départements avait été le point 
de départ de la mesure. L'attention du gouvernement aroit élé 
éveillée sur les charges attna cesse croissantes de la piemiëre 
section des budgets départementaux qui dépassent de plus en 
plus les ressources aooueUes. Les conseils généraux se voyaient 
tMft souvent (diligéfl d'user de la ticuHé qui leur est ouverte 



n,5,t,7rjM,G00glc 



m CHANCE. 

par l'an. 46 de la loi du 40 mai 4838, et d'emphitita i tl 
deuxième sectioa les ressources manquant à la première (I). 

La diitaiion à^ la deuxième Bectioii ainsi diminuée, il avait 
fallu, pour pourvoir aux dépenses racullatives, avoir recoun k 
des ceniimes extraordinaires. C'était A l'administralion, pour 
faire cesser cette confusion entre des scrrices que la loi ■ 
voulu rendre distincts, d'alténuer l'insuffisance des re&sourcet 
de la première section, en recherchant de quelles dépenses 
elle pouvait être déchargée. 

Les prisons départementales s'o&aient plus Daturellement 
dans celte recherclie que l'entiytien des routes ou les services 
des enfants trouvés ou des aliénés, dépenses toutes locales 
par leur caraclëre. Déjà l'État pourvoyait aux dépenses des 
maisons centrales. Quelle que soit la durée de la détention, 
qu'il s'agisse de détenus condamués à plus d'un an ou à moins 
d'un an, l'intérêt public est le même et le caractère de U 
dépense est le mCme. La séparation de ces deux services, 
intimement counexes, ne s'exj^iqXiait par aucun motif sérieux. 
Leur ceniralisatiou au budget de l'Élat serait le seul moyea 
d'établir duns les prisons départementales l'uniformité de ré- 
gime, qui peut seule assurer l'uniformité dafts fexécution à» 
la peine, et, par conséquent, l'égalité dans l'application de U 
loi pénale. Elle permettrait d'étudier atec succès Jes questiuu 
diliQciles que présente l'introduction du travail pour les détenus 
à moins d'un an. Enfin la dépense des prisons se répartit avec 
une telle inégalité entre chacun des Sti départements, qae M 
fait seul sul&rait pour montrer qu'elle ne doit pas être labsée i 
la chaîne de leurs budgets. 

Toutefois, le projet de loi de ûnances de 4856 (S) oe proposa 

(i) Le» pi«Uveaunt> udii opéréi mr U deuiièno nciioD *'«t«iaiil tisrit : 

En ISSt, i (^4,906 

En 1882, à.. 5,039,8Sa 

EnlS53, » £.100,799 

En t8H, k B,SÏI,lia 

Ed IBM, t «,vat,m 

(2}Exj>o*é du noUh du prqjet de loi portant fiiUion do budget aéntrddM 
rwcttM «( dnd^cMudc l'giercie« ISW, piémitA tu Cor)» IitgUUil' la IS 1^ 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 389 

de faire passer à la chai^ directe de l'Eut que les dépenses 
«iliDaires des prisons départements es et les frais de trans- 
lation des détenus et des libérés, dépenses inscrites aux bud- 
gets déparienientaa:! en I85S potur une somme de 7,880,600 
ft^ncs, et maintint au compte de ces budgets les dépenses des 
travaux de grosse réparation et d'entretien des bâtiments, et 
les dépenses des travaux neufs. Déjfa les choses se passaient ainsi 
pour les tribunaux et pour le casernement de la gendarmerie. 
On ne pon%-ah procéder autrement à l'égard des prisons sans 
enlever aux départements la pr*pQété des bfltimi-nis qui leur 
appartiennent. Dans beaucoup dedàgartemenU) les prisons 
exigent des réparations considérables, et même, dans quel- 
qoes-iins, une reconstruction complète; mais les document^ 
manquaient pour déterminer avec précision et exactitude le 
chî&e de la dépense. Dans cette situation, il eût été impru- 
dent de reporter sur l'État une chnrge doiit on ne pouvait 
apprécier l'étendue. Dans d'antres départements, au contraire^ 
les prisons avaient été réceinmenl réparées ou reconstruites à 
grands frais, et les contribuables Hvairnt ?té grevés, pour cet 
oliji't, de nombreux centimes; il n'eût pas été juste, rn cen- 
tralisant rette dépense, de les faire concnurir, sur les funds 
généraux, k la reconstruction des prisons* duns les départ^;- 
menfs qui n'avaient rien fait pour elles quand elles étaient à 
leur charge. 

Les dépenses ordinaires des prisons et les frais de trausialiiA 
des détenus s'élevaient IT 7,880,000 fr. Ck>nvenBil-iI de dégrever 
de cette somme tout entière les budgets départementaux pour 
en charger le budget de l'ËtatT Cela eût été d'autant plus 
inopportun, qu'en réduisant ainsi les dépenses de fa première 
section à un chiSré inférieur à,ses recettes, on n'eût fait que 
rendre plus de Q millions' disponibles à la deuxième section, et 
donner aitx conseils généraux, aux dé^ns àg l'État, une lati- 
tude de^dépense excédant les véritables besoins des dépar- 
t»iiients. 



M,Googlc 



B80 FH<vnCE. 

U avait paru qu'en limitant à â miUions l'fivaotage faU anx 
départements, on pourvoyait à la Déces&ité la ptu6 urgente, 
en faisant disparaître le déficit qui existait dans quelques bud- 
getsj on améliorait la situation de quelques services en éut 
de souffrance. Ou n'arrêta donc à l'idée d'attribuer à l'ËUI, 
conune centimes généraux, sans affectation spéciale, trois des 
centimes actuellement portés au budget départemental. Ces 
trois centimes sur la contribution foncière et la contribution 
mobilière représentent 5,800,000 &., qui, venant accroître les 
ressources dt^Trésor^i réduiraient à 3 millions environ la charge 
nouvelle do la dépen^ des prisons mise à son compte. C'etl 
aiuki qu'où avait procédé en 1837, quand on fit passer du 
bud^i départemental au budget de l'État les dépenses des 

'préfectuws et des maisons centrales. Mais, à cette époque, las 
six cenlimes fixe» affectés à ces dépenses avaiwit été, dans 
leuc intégralité,: centralisés au proât du trésor, parce qu'alors 
on n'avait en vue qu'un intérêt administratif. Aujourd'hui, il 
s'agissajt non-seulement d'opérer une réforme utile en elle- 
même, mais de p«urvoir à la situation lioancière des départe- 
ments, et la combinajsou adoptée, en diminuant leurs dé- 
penses, leur procurerait un bénétice net de 2 millioas. 

En somme, la^translatipn des prisons du budget départe- 
mental au buffet de l'État a été une mesure prise autant (Uns 

< un intérêt administratif permanent que dans l'intérêt de U 
■situation financiers des départemenls (1). 

AssUtanee, moralisation. — L'assistance prend l'homme Mi 
berceau, et le conduit jusqu'à la tombe; elle la suit et le pro- 
^ée^ dans toutes-les situations de la vie^ elle lui donne ou lui 
rend ce qde le malheur, le -cnrae ou le vice lui avaient enlevé; 
elle lui assure, dès ses' premjers pas , la vie matérielle et la 

(1) Voici b leiwiT de lyticla in U loi d* budgvl rabtif t m tlim ew r »! 
de système _: - ' « ' 

Arl. 13. Lei dépenses ordimirei des firiaons dfpiriemenUleg et^u fraii dt 
tnnsUtion des déteiius, des vigtboud) el de: for^tU libërèi, aont miskti diiijt 
du bndsel de l'ËUt. 

Le* growe* lépuilions et l'enlretieD d«9 bUlmenli coDtlniNBt 1 4Ue mb- 
liris parmi les dtpeaies de 1> t" section dei budget* dépirt y ea t ÎB», 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



MATlÈREfi ÉCO?<UMIQUES. HHl 

direction morale; elle lui Inspire les vertuâ sadntahes, fe^rit 
d'ordre et d'épargne, et lui préparé une vieillesse libre de 
hligoes et de misères. 

Suivons donc daes toatM set formes Vàigémem espri t ié II 
Airtté moderne t elle ■ beMiooup k faire eacoK^ il est fmt; 4t 
' BOUS rencontrerons sor notre ronte de tristes détw, des cbiAes 
^geants^ mais li etnrM as! m fai jiabte, A etiaqm miibée 
voit se femer raie des-friBies ds la société, dispftsNre tmti de 
ses hontes. 

En/anti abanéonnét, — Infantieidet. — SI nous prei)ons 
l'homme à sa naissance, nous rencontrons d'abord les fnstes 
conséquences de la débauche, les naissances iftégifimes, les 
abandons. Un rapport officiel nous apprend ce qtie l'àsslsfance 
a fait pour fermer cette plaie, ce nu'il lui reste & faire. 

Ce remarqoable rapport, 96 à M. A. de Wattevlllè, directeur 
des établissements de bienfaisance, contient, sur l'enfance 
considérée an point de vue des plaies et deb nris&res sociales, 
des statistiques trop importantes pour que Aous puisions 1«8 
passer sous silence. 

Ce document ofRciel, adressé àd ministre Âe riatérienr, 
comprend: 

1* Les variations survenues dans la population ; 

1» Le Dombre des suseances légitinw et illégitimes; 

3« Le nombre des tours fermés; 

ifi Le chiffre des abandons, des secoure «us, 011e»-^m ^ 
deeiitfanttcldeB; ' 

5° Cehii des arart-nés; 

6° Les coïncidences (fù «xistent entre cei faits et la Bup*> 
presùon des tours ; 

1o La situation réelle des ^{jandons, des Jnfanliddes et .des 
mortroé*. 

Toutes ces questions sont graves, ardnes, et, partela mArté, 
ont droit à un examen sérieux. 

La période étudiée par M. de Waltevillc commence en 1836 
et se termine à 1« fin de ISS3. Le rapport élitdi» d'Aord les 
questions de population, naissance et décès. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



903 FRANCE. 

En 1836, le chiffre de UpopuIi(ioa«ttilde 31^1,Stt liM. 

En 1853, il ttaitde 35,781,638 

C« qui donne, m TÎDgt-buit M«, une susmenUlioo de.. 3,930,063 taa. 

Le nombre du niUetnee» e été peDdint cette Déme pà' 

riode, de 27,I«,S38 taML 

Et oelui dei décès de 23,1T5,!57 

L'iagmentelioii de U popoUlion >urutddélreUoTed«.. 3,970^071 tma. 
Et non pu de 3,930,063 

Celle différence de 40,088 provient du nombre d'individus 
qui onf quitté la France, et M. de 'Watteville est obligé de 
reconnaître que le nombre des Français qui émigrent est très- 
restreint. U ea meurt à peine 1,500 par an hors de France. Le 
nombre des étrangers qui meurent en France chaque anoée 
est d'environ 4,600. En ajoutant ces chiffres aux précédent;, 
on voit que le nombre des Français morts en émigration ne 
s'élève pas à plus de 3,000 par an (1). 

La population a augmenté dans 79 départements , parmi 
lestiuels on remarque te Rhdne et la Seine, dont l'angmen- 
latîon a été'de 33 p. 0/0; les Bouches-du-Rhftne, la Corse d 
la Loire, dont l'augmpntation a été de âa p. 0/0. 

Cette augmentation n'a été que de 12 p. 0/0 dans l'Orne, et 
n'a pas atteint 1 p. 0/0 dans le Jura. 

La population s diminué dans sept départements, savoir: 
Alpes (Basses-), Calvados, Cantal, Eure, Gers, Manche et 
Tam-et-Garoime.' ■ 

Le Calvadoa', l'Eure et la Manche font partie Se l'ancienne 
pro( ince de Normandie. Il est à remarquer que l'auginenlatioD 
de la population dans l'Orne n'a été que de 1/79 ou presque 
nulle; et l'on peut ajouter que si, dans la Seine-Ioférieim, U 

(1) On Hit qu'an de< moyens prèconiiéi par M. de Witleiille pour «It^jx', 
M FruKC, te rirdciu de is mittre , eit s une émigrition ennurlle bien dirigée 
el conduite pir des hommct dlanneoru. (Rapport tur l'adniinisIrMion do 
bureaux it timfaiiance et sur lu lituation du paupérûmi f^ ^^na, 
pesé 22). 

Lei cbiSrei qui précèdent ne wmblent-ilt pu déinaiitreT coodiitn l'éaiijntioa 
in orectére TrintiitT 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIEHES ÉCONOMIQUES. 398 

pcqnlaticHi n'a pas diminué, c'est par suite du nombre consi- 
dérable d'ouvriers étrangers qui viennent y travailler, ce qui 
iQDutle les vides que bit la mort. Sans cela , la population 
loait en décroîswnce dans ce département. On peut attribuer 
ce résultat à la funeste habitude prise depuis longtemps dans 
ces contrées d'élever les jeunes enfants par l'allaiiement arti- 
ficid du petit pot, selon l'expression du pays; et M. de Watte- 
vilie croit très-essentîel d'appeler l'attention des savants sur la 
mortalité qu'il signale dans ces départements. 
Venons maintenant au chiffre des naissances. 

Ht ISaSà 183S, ce chiffre ■ 4lé de <3,599,TST lac*, 

pour Boe popuhtion mojcDne de 3!,651,12B 

iMidic ^'il n'( élt, de 1S40 k 1SS3, qui de 13,549,801, 

ponnne popoUtion mojenne de 35,401,761 

S3,936 Diiiunoei ont été coniUlfei en moiDi, et k po- 

poUtioB ■ en au iccnMMiDeDt d« 2,190,633 «bm. 

La population totale de la France a augmenté de 1/8 de 
1836 k 1853, tandis que les naÏASanccs ont augmenté de plus 
de 1^6. 

Pendant celle mfime période, le chiffre des naissances illé- 
gitimes a subi peu de variations. Il a été, en 28 années, de 
1,964,205, ce qui donne une moyenne de 70,1S0 par an, ou 
I naissance illégiiime sur 13 naissances 7/10. 

L'année 1853 est celle où il y a en le plus grand nombre de 
Diissances illégitimes. Le chiffre a été de 79,897 sur 936,969 
naissances , soit 1 naissance illégitime sur 12 naissances 9/10. 

L'année 1845 est celle où il y en a eu le nioina : 62,230 
sur 992,133, ou 1 naissance illégitime sur 14 naissances 3/10. 

Dans 26 départements, le nombre des naissances illégitimes 
1 été au^escjus de la moyenne dans une proportion considé- 
nble. Voici les noms de ces départements et les chiffres qui 
s'y rapportent : 

Seine, 1 naissance illcgilimo sur 3/4 naissances; — Rhône, 
i sur 7,2; — tiirondc, 1 sm- 7,9; — Hautes- Pyrénées, 1 sur 
8,5; — Seine-Inférieure, 1 8ur9; — CaN-ados, 1 sur 9,1; — 
Haute-SaôtiP, ' sur 9,8; — Nord, 1 sur 11; — Laudes, 1 sur 



jM,Googlc 



»k FkAi4CE< 

11,2; — Bouefaes-dB-RMne, 1 mr 11,3;— Pai-de-^ldrit, 
1 sur 11,4; — Bas-Rhin, 1 sur 1t,St — BsMee-I'ïrénéM, I 
sur 11,7; — Cher, 1 sur 13,4; — Hniu>, 1 tariifi;—Em, 
1 sur 13,7;— Donbs, 1 sur 12,7; — MeoHtie, 1 sur 12,B; - 
Somme, 1 sur 12,8; — Pyrénées- Orientales, 1 sur 14,9; — 
Indre-el-Lotre, 1 snr 13; — Ldr-et-Cber, 1 tar 13,1 ;~ 
Swtbe, 1 sur 13,1 ; — Tosges, 1 sur 13,9. 

I>e3 dix dépnlêinenta qui coraplent lé inoàw de nuiBBans 
■Uégitiines sont les salranls : 

Gard, 1 naiBstmce illégHime sirr 26,8 Dafssanees; — HMe- 
Loire, 1 sur 26,9; — Tarn, 1 sur 27,2 ; — Finlstèpe, 1 sur a,i; 

— Puy-de-Ddme, 1 sur 28,7; — C6tes-du-Nord, 1 sur 32,i; 

— Morbibau, 1 aor 32,6| — Vendée, 1 sur 32,7 ; — llle-et- 
Vilailie, 1 sur 32,S; — Ardèohe, 1 sur 34. 

Eu résumé, les naissances illégîtîmos ont augmenté ànm 3i 
départements; elles ont cUminué dan» 47, et aoni restées bIa- 
tionnaires dans 5. 

n existait, en 1826, en France, 217 hospices dépositïires 
avec (oui'S, et JK6 hospices dépositahvs sans tours. 

De 1826 à 18B3, il a été supprimé 165 tours; 52 hospices 
dépositaires restaient donc seulement; mais 2 tours a^ant clé 
ouverts dans cette même période, il en résulte qu'il y a actnel- 
lement en France 54 hospices dépositaires avec tours, le 
nombre des hospices dépositaires sans tour, s'est éleré de 50 
ilOO. 

Ce n'est pa^ sans de douloureuses réflexions qu'on esamine 
les résultats officiels qui suivent : 

En 28 années, de 1826 à 1853, le nombre des abnmfons i 
été en France de 838,420 enfonts, soit 29,943 par an, ou 
i abandon sur 32 naissances 3/10. 

12 années (1826 à 1837) Sont au-dessus de cette moyMiw, 
«t 16 autres sont au-dessous {1838 à 1853). 

Les abandons ont diminué de 1826 à 1853, dans U pro- 
portion de moitiii quant aux naissances, et de 4/9 qiiRnt k U 
population. Malheureusement, si le chiffire des abandons a 
subi une décroissance, celui des infanticides, ainsi qu'on k 
verra plus loin, a beaucoup augmenté. 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



MAT1ËKE9 ÉCONOMIQUES. 305 

Le tablean suivant, dressé par M. A. de WattevUle, Mt 
connaître le nombre des abandons par année pendant vingt- 
huit ans, le rapport, de ces abandons aVec les naissances et le 
nombre de tours supprimés : 

Niwbn da unn nnrlBéi. 

1832. I ibuidoD nr »,ï mÎmidcm. I Cboltri, 
U31. I — !3,S — » 

1833. I - 26^ - t ■ 



1821. t 

18K. 1 

I834. t 

l«3S. 1 

1836. 1 

issi. I 

1810. I 

1839. 1 

(818. 1 

1847. I 
1841. I 

1549. 1 

1848. I 
1841 1 

1843. 1 

1844. 1 
1848. a 
18*5. 

1550. 
I8S2. 
1851. 



— 2B,S -• 



— 35,4 - 

— 35^ — 

— 3S.7 — 



38,0 
37,2 



» Cholén. 

» Gnerra cirile, U 



Les dix départements dans lesquels on compte le plus d'a- 
bandons sont les suivants : 

RbAQe, Seine, Indre, këre, Giroiide, tloucheà-dli-fthâne, 
Calvados , Beine-Inférieure, Maine-et-Loire et Ihdre-ct-Loire. 
Ces départements comptent 19 toOrs fermés. 

Les dix déparlements qui comptent le moins d'abandons 
sont: 

ArdenncG, Cdtcs-du-Nbrd, Ardèche, Bas4lhin, Seine-et-Oise, 



jM,Googlc 



X« FKAIiCE. I 

HaMe^aOw, Jura. Vo^BK, Hoselle el Birt^hm. b Mi^dnS 
7 hMTsFmnés. 

1836 à I8»3. mcl[iS)T«n«l . et san-am ks nmUtioas opoées 
étmt les def«ru>inrat£ à J'e^ard des lu^ûoes â<:^K)siU«S tv» 
tMT. nm cnn>piK«T cène assoûn qv la tetmtt m e é& 
tents « «streè m>e infliKsior Anvie, suit b» «sdaâfp. i« 
la dis JDOiioB àrs: tàtmàctui^ 

Les ii w M ir t 1H& iAteA-man n'aSi cotbid^kv à ttrr aoctvdrs 
ÇDM lASfv. nM^âHKlfsàntxsH&dt'part^-iD'vbderbtn 
«t dr U L,-«i*-4Li«r»ftn». *~.'eS «s !**■ irtH- oe niaàe Jasà- 
iTT a ti: frit:Tals.t : 66 dtfianRi»nu3 I na: MlsfOê, rt <tâLf 
9^mRPK-rnc*i taestm,'» pat at mat t auxat^^m. Om^'Cxot 
^Bf ()r> A:fWim»niii» «nctorànc àts «ectun aax flUct ■mi. 
lanât^ çof àC aicf» □ Tiarwinfîiil» iet i*nr iv'asrsL 

Tji qmrjg sDDftf». k n.imln àefc filHfr-ofues aeroHaa i 
rtf àf îtK.«*ft. 

« «> nr |*nin v âiaànm'ts. âi: à »- a^ut M. 4f Wi3p- 

vilif, onr « ks *-..*t**' «"-.iips jcv rue x'tvsse:* poêa f:e 
À imi;> in:\ ii;i;T~nt!"T> au ** o:'- -r:jan»fa^ pJifs aws: 
aaumD.auu hiiri- l'iiluii:^ j;i.l oi >i h.:' :it an- f^melasi- 

Ame iifH-an'. u rutsm annt'^:^ sa* é^ nùBr;^ *c «efta fodi:! 
auus t.iiun^nii» win: ru ik w r-n« paî- m» r?s leaftili 
•MRti: ài& ai nibwt. • "( iht.. u. nsu, ik' 0i3» qHOlîaL ia 

< liK ahaïuun» niu àifBiiuu ; 

I ? 7*0*» [au If» tui»unrv¥ mr danoiK £ ^ Axîcar: 

• ^ T^ t^ *»,vwsj «A. iiltïr-nl;^■s^ . 

« ^ ^f h >Miiuuini m ii'iium a-s imtï. mb ému bt 
mtMTii.a fu ni » ]v>n fK-uiittr i nu^ a- ^ 'âik maAs ^r ie 
WjMVs Mn, tilt^-nr«-« ev im :hi àuuuiusr ee jf^s At I ("■ 

» ïtwu Tïc**ne«iifc. it *■-- iiî* «is. il:i ':~all:??:^ csa «1 »-« 






n,5,t,7rjM,G00glc 



Matières ÉcoNôMiQtîEâ> dan 

vemeni, le uonibre a été de 3,671, soit 131 1/10 par an. ou 
I iobniicide sur 7,394 naissances. 

Bien que le rapport n'en parle pas, il est certain que cet 
i^if^ ne s'appliquent qu'aux infaoUcides coiistalés judiciaï- 

renieut. 

b SI uBiet (lia 1813 1 1SS3 incIsmcatMiti, il ; ■ en «n Frinw 3,002 id- 



jWuu \itmtt* 583,31 1 rofiaU. 

Soi m Bombn, il n'eD TuUit plui, w 31 dtecmbre 1893, 
deljmnti! un, qua t02,Mn 

hllISlwi «2,99S 



165,403 j 
RéduBéi pu leun pirenb, de t jonràJl >iii.. 58,330 { 



223,122 
3S»,iS» 



Soie 6S p. 0/0. Or, dnns la vie ordinaire, la nioyenne de la . 
inoruHté de 1 jour k 21 ans est de SO p. 0/0. Il n'aurait dû 
alors mourir que 391,10j enrunls, et non 3r)9,489; <Iomc, 
(18,383 malheureux ont perdu la vie par le seul fuit de l'a- 
luadOD. 

De 1826 â 1832, il y a eu l iofanlicide sur 10,174 naissances 
ou sur 336,449 hahiunls. — De 1833 à 1839, il y a eu 1 in- 
ranlicide sur 8,038 naissances, ou sur 275,534 habitants. — 
De 1840 à 1846, il y a eu 1 infanticide sur 6,949 naissances, 
eu sur 245,806 habitants. — Et de 1847 k 1853, il y a eu 1 
infanticide sur 5,718 naissances, ou sur 212,SS9 habitants. 

De ces chiffires, il résulte que le crime d'infanticide 8 con- 
tiDuelIeotent augmenté en France, dans la proportion de 1/8 
([liant aux naissances, et de 1/6 quant à la population ; c'est-ji- 
dire, fait remarquer M. A. de WatteviUe, qu'il a plus que 
doublé. 

Les dis départements qui comptent le plus d'infauticîdes 
Mot les suivants, classés proportionnellement: 

Indre-et-Loire, Creuze, Lozère, Vienne, Gers, Charente, 
Basses-Alpes, Tarn, Nièvre et Deux-Sèvres, 

I^s départementa qui comptent le moins d'infanticides sont 
les suivants: 



n,5,t,7rjM,G00glc 



398 FRANCE. 

Somme, Haut-Rhin, Oise, Pa»-$le-C^ais, Aude, Loirp, Aisw, 
Ardennes, Pyrénées-Orientales et Nord. 

Il est à remarquer que les départements qui ont dans leur 
circonscription de grands centres de population sont du nonihre 
de ceux qui comptent le moins d'iuranticides. Ainsi, le Bis- 
Rhin, les Bouches-du-RhAne, le Rhftne, la Gironde, la Seinf, 
la Sejne-Inférieure, le Pa5-4B-Ca]ajs et le Nwd sont dini cdu 
catégorift; tuidis que l«a dépcrtetnents de )t Greose, de )i 
LtMère, de la Vienne, des Deux-Sèrrea, de la (Aarente, de 
l'Indre et du Lot, dont la population est peu importante, et qui 
ne renferment qu'un petit nmibre de fabriques, sont ceaj «pi 
comptent le plus d'infanticides. 

a Le crime d'infanticide, dit enpore U. de Wattenlle, i 
malheureusement augmenté en France depuis vin^-htiil ans, 
et notainment depuis ISIS; ce fait est incontestable. Mds il 
est également inccHitestable que la fermeture des touis est 
complètement étrangère à Siyierpéiration, puisque l'augmtn- 
tation de ces crimes a eu lieu arbitrairement , et pour tiosi 
dire d'une nanière uniforme, quel que soit le nombre de lomt 
supprimés par département. Ainsi, les deux départerneou 
dans lesquels on a fermé six tours , maximum de l'esécuiioa 
de cette mesure, sont au nombre des départeineuts dans les- 
quels on compte le moins d'infanticides, d 

La naissance des enfants mort-nés n'a été régulièreiDel 
constatée pour la première fois en France qu'en 1^39. En quiou 
années (de 1839 à 1853 inclusivement), le nombre des inoits- 
néd s^est élevé à 46i,100, soit 30,940 par année ou t owHk 
sur 31 naissances 3/10. La progression a été de plus de l/â. 

L'année 1839 est celle o(i il y a eu le moins de morts-nà: 
t7,i90 sur 957,740 naissances , soit 1 mort-né sur 34 oaissi*- 
i3cs8/10. 

L'année 1853 est celle pendant laquelle on en a le ftos 
compté : 38,570 enfants mort-nés 51^957,740 naissances, (W 
I mort-né sur 34 naissances 3/10. 

Les dix départements qui comptent le plus grwu) mombre 4e 
mort-nés, sont ; 
La Seine, 1 sur 16,1 naissances; — la Meurthe^l pif 1M> 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONQMIQUES. 9W 

— les Bouches-du-Rh6n6, 1 çur 19,5; — le lUlâne, 1 sur 
19,9; —l'Aisne, 1 sur 80,5; — la Seioe-Iiiférieure, 1 but 
20,9; — les Vosges, 1 sur 22,0; — les fias^es-Alpea, 1 sur 
92,3; — le NonJ, sur 23,2. — Eo moyenne , 1 mori-né sur 20 
oaissances 4/10. 

Les dix départements qui comptent le moins grand nombre 
de nu^-nés sont les suivants : 

Lot-et-Garonne , 1 sur 72,7 naissances; — Haule-Loire, 1 sur 
87,6;— Corse, 4 sur 89,0; -Cantal, 1 sur 90,3; — Landes, 
i sur94,S; — Creuse, 1 sur 96,0; — Lozère,! sur 109,0; — 
Corrèze, 1 sur 123,2; — Ardèctie , 1 sur 133,1 ; — Pyrénées 
(Basses- ) , 1 sur 197,6. — En inoyepne , 1 iport-i)é sur 109 
naissances S/10. 

Le nombre des enftnts mort-Aés a nugmentA dans qnatie- 
vingt-trois départements el diminué dans trois seulement. 

Les départements qui renferment de grands centres de popu- 
lation.sont au nombre de ceux da]is lesquels le chiffre des en- 
Tants mortHiés est le plus considérable. Voici les noms de ces 
départements : 

Seine, Boucbes-du-Rhdne, Seii^e-Inférieure, Nord et 3aB- 
Rhin. 

Le rapport n'assigne aucune cause à ce fait. Mais le travail 
des Temmes, qui dans ces localités occupe une place trës-im- 
porlantc, la fatigue physique, l'absence d'une no^irritiire forti- 
Itante et substantielle provenant d'un salaire insuffisant, sont 
étidemnient tes causes réelles du grand nombre de mort-nés 
dans les départements que nous venons de citer- 

Les départements montagneux comptent très^eu d'enlaifla 
mort-nés. Ces départements sont les suivants : 

Pyrénées-Orrentates , Aveyion, Lot, Pyrénées (Hautes-), 
Baute-Loire, Cantal, Creuse, Lozère, Ardèche et Basses- 
Pjrénées. 

En effet, l'industHc manufacturière y est peu développée , et 
les conditions hygiéniques y sont meilleures. 

Rcsumons en quelques chiffres les résultats principaux de 
ce i-emarquablo travail. 

Dr l^B ^ 1S.''>3> la populatimi française 9 aufiivonté de 1/8. 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



M FRANCE. 

1^ ouasuiceâ ont diminué de 1,'6. 

En ces lingt-boK «aaées, rénûgratioD n't pas eaUeté S0,000 
Imes à la France. 

La population , en réalité, ne s'est accioe que par la rédnc- 
tioa des décès , c'est-k-dire par une [Jus longue durée de la ne 
humaine. 

Le chifEre des naissances illégitimes est resté à pea près sia- 
tionnaire. 

Les tours ont été réduits des 3/4. 

Les abandons ont diminué de 1/8. 

Quant aux dépenses , les secours alloués ans BUes-mèics, 
depuis 1S30, ont presque annulé leur diminution. 



Pcalut CM riogl^ul u 



»,m 



Les inranticides ont plus que doublé. 

Le chiffre des enfants mort-nés a augmenté de 1/6. 

Voitii les conclusious de ce remarquable rapport : 

a n n'est pas facile de faire connaître les causes qui ont pa 
contribuera l'augmentation considérable des infanticides j mais 
on peut certainement affirmer qu'elle provient en partie de ce 
que la constatation de ces crimes est faite plus régulièrement 
et plus sérieusement. Ainà, par exemple, le nomlH« des infio- 
ticides s'est encore accru depuis 1S48. 

B Ce n'est certainement pas la révolution qui a eu lieu à cette 
éDoque qui a contribué à la recrudescence des infanticides; 
mais, depuis lors, le nombre des brigades de gendarmerie, des 
commissaires de police, et, par conséquent des agents, a été 
singulièrement augmenté, d'oii H est résulté une surveillance 
plus incessante, qui a empêché granft nombre de ces crimes 
de rester ensevelis dans timbre. 

> De même, pour les enfants mort-nés, l'année 1839 est celle 
qui en compte le moins grand nombre , tandis qu'au contraire 
1853 (^t l'année dans laquelle on ep a constaté le plus grand 
nombre; pourquoi? Parce qu'en 1839, année où pour la pre- 
miève fois on s'est occu/ié d'enregistrer te chiffre des enbnts 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIËREâ ÉCONOMIQUES. 401 

aoTmés, ia constatatioa D'à pas encore été faite avec une greode 
eucUtude, tandis qu'en 1853, les fonctionnaires chargés de 
Taire ce déDombrement l'ont fait avec plus de certitude.... 

I Je serais heureux si, de l'étude de ce rapport, il pouvait 
Dsitre nn projet de loi utile à la société, favorahle à la classe 
si intéressante des inforiunéM gui n'entrent dant la vie que 
ponr en eonnaitre Ut doulsun , et qui tout en les protét^eant, 
soit nne digne à l'accroissement de cette classe déshéritée > . 

Crèeha. — Prenons maintenant l'enfance à ses premiers pas 
dus la vie, nous rencontrons l'insUtutioa admirable dont on 
doit II pensée à M'' la marquise de Pastoret et la réalisation 
à M. Marbeau. L'institulion des crèches est aujourd'hui classée 
pumi les plus louables créations de l'esprit d'assistance. Il y 
■ doute ans à peine que H. Marbeau fonda la première crèche 
à Cbaillot, et déjà le département de la Seine compte 30 crè- 
ches. Le nofnlve des crèches organisées en France est de 80, 
réparties entre 32 départements. 

Les crèches de la Seine ont reçu, depuis- leur fondation, plus 
de 17,000 enfants, el compté près de 1,700,000 journées de 
présence. 

Dans la seule année 1855, elles ont donné asile k plus de 
3,000 enfants, et compté 185,000 journées de présence. 

Sdies d'asiU. — En 1837, il y avait en France 261 asiles, 
répartis dans 172 communes, et admettant, chaque jour, 
19,ÎU enfaDts. En 18i0, 555 asiles recevaient, dans 353 
communes, 50,986 enfants. En 18i3, 1,469 asiles, établis 
dant 730 communes, étaient fréquentés par 96,193 enfants. 
Ed 1846, on estimait qu'il y avait en France plus de 2,000 
uilet. De 1846 à 18S5, le progrès a été encore plus notable. 
On compte aujourd'hui plus le 3,000 asiles, ouverts à 900,000 
enfinti. Le département de la Seine, qui n'avait que 6 asiies 
«a 1830 et 26 en 1846, en possède aujourd'hui 104, dont 51 
diDs la ville de Paris et 53 dans les arrondissements de Saint- 
Deois et de Sceaux. 

Mais n'oublions pas que l'on évalue en France à 3,600,000 
le nombre des enfants de deux à sis ans; que, sur ce nombre, 
plus de U moitié appartiennent aux familles qui ont apécin- 

26 



jM,Googlc 



Ufi FRANCE. 

lentenl besoin d'asâstance, et que, pour 1,800,000 enbnlG, il 

faudrait 90,000 asiles au moins, et noo pas 3,000 seolemest. 

Le 19 apCtt 1856, une instniclioD miatst^idle a recom- 
mandé des mesoree pour généraliser rétablissement des écdliK 
normales ou maùomi d'étude* propres à fonner (es directrices 
des salles d'asile. 

Le 16 mars 1854, uD décret » placé les salles d'asile laot la 
protection de S. iU. l'Impératrice, et îoatilué, près do mioistàe 
de l'instructioD publique, uu comité central de patroasge, 
notamment cba^é d'élaborer va fdan de réforme ei de fer- 
fectionuement. 

Un an après, le comité central de patronage terminait ton 
travail sous la (Hésdenca de iff le cardinal Morlot; le décnt 
du 21 mars et le règlement intérieur du 33 mars IKfô ont 
donné aux salles d'asile une nouvelle constitution. 

En résumé, le décret du 16 mars 185i avaK |dacé les 
salles d'asile de France sous la protection de S. M. l'Impé- 
ratrice et sous le patronage d'un comité centra, présidé par 
un érainent prélat; le décret impérial du il mars ISSU a coo- 
sacré les améliorations éprouvées, et fortifié l'œuvre par une 
oi^nisalion plus puissante. 

L'institution des salles d'asile, qui date en France de ISK. a 
compté dans le département de la Seine : en 1830, 6 établis- 
sements; en 1846, 27; en 1855, 104. En 1837, date de si 
constitution otËcielle, et après onze années d'existence, elle 
ne comptai! pour toute la France que 261 établissements; 
mais, après 1837, le progrès montre assez ce que [H^uit, chn 
nous, l'intenentiou de l'Ëtal dans les in^tutions privées : ea 
1840, nous possédons 555 asiles; en 1846, 1,489; entlii,en 
1855, le nombre de nos asiles peut être évalué à 3,000. 

t'assittanee publique à Parit. — On sait que, depuis 1850. 
il est dressé chaque année, avec le plus grand soin, on compte 
des malades étrangers au département de la Seine et à la nlle 
de Paris reçus dans les hôpitaux de la capitale; on a fait^- 
lement calculer la proportion dans laquelle, par la dépense 
qu'ils nous imposent, ils détournaient de leur desiinatioD des 
ressources qui devraient être réservées aux seuls in^ents de 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. 403 

la dté. Pour TaDiiée 18S2, cette conslatatiMi a donné le chiffiv 
de 16,309 malades étrangers à la ville de Paris': ils ont dé- 
pensé 726,966 h. 96 cent. E» 1853, 18,l»7 ont oocaiioiuiâ 
nue dépense de 836,745 fr. 61 cent, La proportion de cetto 
dépense à la dépense totale des hôpitaux est, en i853, de 
90 fr. SO cent. p. OfO; en 18S3, de 21 fr. 32 cent. p. 0/0. 

La gravité des faits qni ressortaient de cette coDSlalatioii, 
appuyée des justes réclamations de radminîstratioD de l'assis- 
tance, n'a pas été sans influence sur les résolutions de l'auto- 
rité supérieure, et un règlement, rendu pour l'exécation de la 
loi du 7 aoât IS31, en déterminant un nouveau mode d'nd- 
Toisston dans nos hôpitaux, a apporté la remède à une siluatioa 
qui s'aggrave de jour en jour, au grand détriment des finances 
lie l'assistance. 

On jugera de ce qu'on peut attendre de ce nouveau règle- 
ment, au point de vue financier, par la progression que donne 
le talileau suivant des recettes faites pour prix de joumnes, 
tant dans les hôpitaux qu'à la caisse de l'administration, depuis 
le 1* du mois d'août ]8.~)4, que la mesure a commencé h être 
mise en vigueur, jusqu'au 1" mai 1855. 

latte m. HOvttui. CJdwe tmlnle. 

Aodl I,SS8 fr. OS c. 43rr. 32 c. 

ScFtambre 1 ,9*17 39 lOn BH 

Octobre 3,(K>3 13 101 12 

jtamnim 2,491 M t34 S9 

IKcemIkie. 3,032 16 369 03 

9,832 72 7S0 58 



iintier 2,664 74 469 17 

r*«ier 2,704 39 400 20 

lUn 3,670 «6 385 « 

Anil 3,8*4 05 887 51 

Le total perçu jusqu'au 1" mai ISSS est de 35,60r> fr. 71 c. 

Le traitement des malades pauvres à domicile est un nou- 
veau mode d'assistance qui est entré rapidement dans les 
mœurs et dans les habitudes de la population. Dans le courent 
^ l'année 1854, le nombre des inscriptions aux registres de 



n,5,t,7rjM,G00glc 



k(A FRANCE. 

traiMment des bureaux de bienfaisance s'est élevé à 30,T1S, 
dont il faut retrancher l,05i individus jugés non malades, 
soit 39.061, Le nombre des journées de malades s'est éleré 
pour l'année, daos les douze arrondissements, à UO,638. Li 
dépense totale effectuée, en y comprenant les frais de pe^ 
sonnel, a atteint le chiffre de 476,319 fr. 61 cent. Le traitemeot 
de chaque malade a coûté, en moyenne, 16 fr. 05 cent. Le 
prix moyen de la journée a été de 1 fr. 08 cent. 
La mortalité de 1819, comparée à celle de 18S4, donne : 

l»». ItS). 

BôiHtui sènétwii 1 nr 6,13 I m 1,38 

HApitaiu •péciMU — 11^ — 10^ 

NaUon luinkipiU de Muté — i,93 — tjB3 

Ho|«iM gtDènle.... — 1,5S ~ 1,9S 

La population indigente inscrite au contrôle des bureaux de 
bienfaisance avait été ramenée par le recensement général de 
1833 à 65,264 incluàvement. Elle s'élève, au 31 décembre 
18M, à 76,728. 

L'impât connu sons le nom de droit des pauvres sur les 
spectacles, s'est élevé, en 1854, à 1,180,973 fr. 25 cent, (ikhi 
compris le produit des guinguettes extra muros), c'est-à-dire i 
66,569 fr. 15 cent, de moins qu'en 1853. 

Les dons et legs en faveur des pauvres et des hospices se 
sont élevés, savoir: 

En cafHiaux 396,349 fr. 

En rentes, à ■ . 10,mfr. 

dont 6,52S &. en nue propriété; 

Et en objets divers, comprenant des nues pro- 
priétés, à. 663,300fr. 

Dans la première catégorie figure pour 150,000 fr. le don 
fait par l'Impératrice, pour la fondation de 12 lits aux Incu- 
rables , et, dans la dernière, pour 446,000 fr. le legs en nue 
propriété, fait par M"< Couturier aux hospices de la Hatemli 
et des Enfants-Trouvés. 

Invalidât eivilt. — « L'industrie a ses blessés comme U 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉC0N0UIQUE5. VOS 

gneire. Le chantier, l'atelier, qui, pour l'oavrier, sont le vrai 
champ d'honoeur, le renvoient bien souvent malade ou mu- 
^; iliosiMce le reçoit k l'égal du soldat, et la caisse de 
secoun l'aide momentanément i soutenir sa famille. Hais 
quand il sort de l'hospice, assez rétabli pour ne plus y rester, 
trop friible cepeodani pour reprendre son travail, il traîne sa 
convalescence dans la misère; ou bien même, s'il en sort 
mutilé, pas assez vieux pour avoir conquis par ses économies 
me pension aiifBaante pour ia caisse de la vieillesse, impuissant 
cependant désormais pour tout travail qui suffise à le nourrir, 
il reste condamné au plus affreux déoftment. • 

Ces excellentes paroles d'un rappc^t de M. Billault préc^ 
dent un décret en date du S mars, portant qu'il sera établi, sur 
le domaine de la couronne, à Viaceaues et au Vésinet, deux 
ssiles pour les ouvriers convalescents ou qut auraient été mu- 
tiles dans le cours de leurs travaux. 

Ce n'est pas la première fois qu'il a été question, en France, 
d'une institution semblable; mais on sait quelles utojûes irréa- 
lisables en avaient rendu l'établissement impossible. Le décret 
dn 8 mars i8S5 a créé tout ce qu'il était possible de créer 
encore. Les deux asiles de Vincennes et du Vésinet recevront 
les ouvriers qui y viendront, soit définitivement prendre une 
tetraiteaccordée à unegraveblessure, à la perte d'un membre, 
sût, en passant, recouvrer toutes leurs forces pour mieux ren- 
trer ensuite dans la vie de travùl. 

La grande difficulté d'une création semblable, c'était, comme 
lonjours, la question des voies et moyens financiers. Mettre 
celle institution, comme les invalides de la guerre, à la charge 
du trésor, n'eût pas été possible; demander à l'ouvrier, en 
préviuon des acùdenls qui peuvent l'atteindre, an prélèvement 
sur son salaire journalier, c'eût été faire à l'excellente insti- 
tution des caisses de secours mutuels une concurrence (k- 
cheuse; la pratique de cette mesure eût offert d'ailleurs de 
grandes difficultés de détail; mais la caisse des invaliiles de la 
marine s'alimente, pour une forte part , d'un prélèvement fixe 
sur le prix des marchés qui concernent la flotte, et déjà l'on a 
essayé en faveur des ouvriers blessés ou malades le prélève- 



n,5,t,7rjM,G00gIc 



Mi FRANCE, 

ment de 1 p. 0/0 snr le i»)x des tnTanz publies Adjogés à dei 
entrepreneurs. D y avatl là un [wincipe dont oo tira parti lu 
fffofit de rinstitution nouvelle. 

Le décret aSectail à la dotation de l'aaile : i> an prélère- 
DWnt de 1 p. 0/0 snr le montant des travaux publics adjugés 
dans la ville de Paris et sa banileae; S» les obonneotents pns 
par les chefs d'usine el les sociétés de secours mutuels ; 3° ki 
subventions volontaires. 

Facile pour tous les chantiers de travaax coticédés au nom 
de l'Ëtat, des départements el des communes, la perct^itioD 
s'étendrait promptemenl à toutes les grandes usines alimentées 
par l'industrie pritée; car il n'est pas un seul de nos industriels 
qui ne s'estimât heoreui de pouvoir, en souscrivant ua abou- 
nement modéré, assurer ainsi à ses ouvriers leur part éven- 
tuelle de ce nouveau bienfait. La même facnlté pourrait Un 
accordée pour leurs membres aux sociétés de secours mutuels. 

Une commissioa administrative nommée par l'Empereur, et 
ft laquelle serait successivement adjoint on crrtaia nombre de 
tnaltrra et d'ouvriers, conduirait, sous la direction du ministre 
de l'intérieur, cette intéressante tentalive, préparerait les règle- 
tnents nécessaires, fixerait les condilious d'admission et de 
sortie, déterminerait les menus travaux auxquels pourraient 
être employés les penûonnaires , réglerait le taux de la sub- 
vention exceptionnellement accordée h l'ouvrier adimssible ou 
admis qu'il aurait paru préférable de conBo' aux soins de u 
famille, et constituerait une sorte de société de patronage, 
cbercbant, pour les pensionnaires invalides, toutes les placn 
ou f(Htct)ons auxquelles ils pourraieilt être utilement appelés. 

Si cette première é|»euve étut conromiée de Succès, l'œuvre 
serait dès lors jugée, et tous les grands centres industriels 
existant sur la surface de l'Empire pourraient successivenenl 
eo recevoir le bienfait. 

Le 14 août, M. le ministre de l'intérieur posa, à Vincennes, 
la première pierre de VoiiU impérial pour tes ouvriers eonva- 
tescenli. C'était le premier de deux établissements dont l'Em- 
pereur avait, au mois de mars, décrété U construction. Toos 
deux devaient être élevés sur les domaines de la liste civile. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



lUTIÈRES ËDONOHIQUES. HÔt 

l'un à VHieeBMs, l'autre au Véshirt. Ua tréiH ée t iniHioos 
de fraocii fut affecté à ces fondaUons. 

Cet exemple ne devait faa être perdu, et déjà, dans les dé- 
partameats, plusieurs centres industriels s'apprêtaient à te 
suivre et manifestaient le désir de contribner à U créaticm 
d'établissements analogues. 

Après les iovalides du travail, la sollicitude impériale s'est 
étendue sur les ouvriers des arsenaux militaires. 

L'arrêté du 22 septembre i81â, qui avait réglé les coDdi^ 
tions du recrutement, de l'avancement et do salaire des ou- 
vriers maritimes, était empreint des caractères de la violente 
dise de cette époque. Il renfermait plusieurs dispositions qui 
ne pouvaient fiU« conservées, parce qu'elles étaient contraires 
à la discipline, à la hiérarchie et au principe de l'autorité. 

Sous l'influence de l'ordre et de la sécurité que le ponroir 
impérial a rendus à la France, la fortune publique s'était déve- 
loppée; le bien-être de tous s'était amélioré; la plupart des 
objets de consommation Avaient subi, au grand profit du pro- 
ducteur et de l'industrie, une certaine élévation de prix. La 
journée moyenne des ouvriers, telle qu'elle avait été fixée en 
IS^iS, n'était plus aujourd'hui en harmonie avec les nécessités 
d'un temps meilleur. 

Sons ce rapport et sous divers autres qui s'y rattachent^ 
cette partie de la législation maritime appelait donc de pro- 
fondes modifications. Un nouveau règlement institué par d^ 
cret du 10 mars, y apporta toutes les améliorations possibles 
dans l'intérêt du service comme dans l'intérêt des serviteurs 
de l'Ëtat. 

Ces modifications portaient sur quatre parties principales : 
1* la composition et le recrutement du personnel ; 2* hi fixation 
des moyennes de solde et de suppléments; 3» les avancements 
et la répartition des suppléments ; 4° la manière de compter 
les services. 

On peut les résumer dans les avantages suivants : 

Création d'un nouveau grade de chef journalier qui ouvre 
un avancement nécessaire aux hommes sans professions spé- 
ùales; faculté pour les ouvriers naviguant de reprendre leurs 



n,5,t,7rjM,G00glc 



Mt FEAMCE. 

eoiplaii daa* le port « Kloarik la ner; pogsUMé pour eer- 
laÎDS sujeU de l'induçtrie piîrée tfone aptâié hors l^te ou 
d'une aptitude [KtiEesûonoeile spéciale, d'être admis dans les 
vsenaox à une solde qui se rapfvoche de celle que leur ofteM 
les alelim particnlien : dargbsement des conditïoiu d'avin- 
cemenl, Utitode (trédease pour retenir dans nos arsenaux les 
Ikkk invaiUean dê}à attirés à la marine par U disposkion 
précédente; extensk» des pooroirs attriboês anx cbefe de ser- 
vice direct des omrîors, en ce qm toocbe U répartition des 
récompenses et des peines de discipline. 

La dispositioa essentielle da décret coosaaait nue «ogmea- 
tatîoode s(4de. 

Aux termes de l'arrêté du 32 septembre 1848, le manimim 
de la solde mauicnlaire des ouvriers était de 1 fr. 70 cent., et 
la moyenne dn soi^émeDl ne ponvait dépassn M cenL, de 
sorte que la solde et le suptriément devaient être fixés immua- 
Uemeot à 2 fi-. JO cent. 

Le décret élevait ces deax termes de U solde à 2 fr. 30 cent., 
■avoir : la solde matricolaire à 1 fr. 75 cent., et le soppléntest 
owyni à 5a cent. IndépendanuDent de c^ accroisseineal de 
solde moyenDe malricnlùre , le nouveau décret réservait li 
faculté de poHer à 1 fr. 30 cent, le supplémuit maximum «les 
ouvriers et des aides, et à i fr. 50 cent, celui des contre- 
maîtres. Ce supplément n'était jusqu'alors que de i tr. in(B&- 
tinctement pour les ouvriers et ks contre-maîtres. 

La répartition plus équitable et mieux étudiée des supplé- 
ments permettrait d'accorder aux ouvriers une moyenne de 
solde qui ne serait plus altérée par des prétèvemeats auxiliaires, 
puisqu'il serait établi des moyennes spéciales de solde et du 
•upplétnent pour chaque catégorie de salariés. 

Ces modifications n'entraîneraient qu'une augmentation peu 
sensible sur l'ensenible des crédits généraux du département 
Elles trouveraient leur compensation dans une meilleure 
distribution des forces de nos ateliers, dans une plus grande 
INToduclion de travail, dans l'application d'iio nouveau système 
d'appel rapide et simple, qui détruirait toute perte de tempe et 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. UN 

procurerait de sérieuBes économies sur les innombrables jour- 
nées de travail de nos établissements militaires. 

Baint et lavoirs publict. — Nous avons plus d'ane fois 
appelé l'attention de nos lecteurs sur une des formes les plus 
ntiles de l'assstance, sur la création des bains et lavoirs en 
faveur des classes pauvres. C'est là, sans contredit, une des 
questions qui intéressent au plus haut degré la santé, et même 
tosei la mwalité publique, car les progrès de ta propreté sont 
parallèles à ceux de la moraltté. 

Jusqu'en 1850, le gouvernement avait laissé à l'intérêt privé 
et à la spéculation le soin de développer ces habitudes morali- 
lalrices; mais les excelienta résultats obtenus en Angleterre, 
grftce à l'initiative d'un comité supérieur d'hygiène institué eo 
tU8 , éveillèrent la sollicitude de l'administration, et, le 3 fé- 
vrier 1651, une loi fut votée par l'Assemblée nationale, qui 
mit k la dispoeitioo du ministre du commerce un crédit de 
GOO,(N>0 h., destiné à encourager dans la capitale et dans les 
départements la création d'usines à cette destination spéciale. 

Plus tard , l'Empereur prit sous son patronage ces établisse- 
Eements populaires, arrêta lui-même le plan d'une maison de 
bains et lavoirs modèle, et décida, le 17 décembre 18B2, qu'il 
serait créé, sur les fonds de sa cassette particulière, trois éta- 
blissements dans trois quartiers Les plus pauvres de Paris. 

L'un de ces trois établissements fut ouvert cette année près 
de la rotonde du temple. 

Quant aux départements, l'iDstitution nouvelle commençait k 
y fonctionner avec un certain succès. Déjà soixante communes 
avaient fait des demandes, et parmi elles on comptait les villes 
deLJlle, de Mulhouse, de Foix, d'Albi, d'Avignon, d'Ëpinal, 
de Montpellier, de Guéret, de Nîmes, etc. Deux demandes 
avaient été adressées par la ville de Paris. 

Caiiae des retraites pour la vieil/esse. — Cette institution 
tonte récente, puisqu'elle est due à l'initiative de l'Assemblée 
législative de 1950, n'a commencé à fonctionner régulière- 
ment que depais la [Nremière année du gouvernement impé- 
rial. Ouverte à Paris le 11 mai 18»!, c'est il pHrtir de 1853 
ijue lis vers*; n uni Is y ont pris iiuis l'Sleitsitm itmlli'nfliin. )'!■ 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



U« FRANCK. 

mouveDient & été bwonsé pu- des circtHutances etceptîao- 
nelles, notammeot par la copversioo de la rente 9 0,0 «i 4 1/3, 
qui a déddé beaucoup de petiU reotîen à profiter de ce 
moyen de conserrer l'intégralité de leur revenu. Hais cafiii 
cette affiuence des capitans à la Caisse des retraites causa 
quelque inquiélude. Od craignit d'avoir accordé des facilités 
et des avantages qui pourrajenl dereuir ooéreux pour le Tré- 
sor; on voulut surtout écarter les fonds qui ne se recommut- 
daient pas du caractère de l'épai^ne ; en conséqueuce, dod- 
seulement on abaissa le taux de l'ialérét dans le calcul des 
tarifs, mais on prit des mesures préventives centre les aboK 
qui s'étaient manifestés. 

L'expérience ne tarda pas à faire reconnaître qu'on arait 
dépassé le but. Les nouvelles dispositions étaient trop r^nt- 
reuses. Leur application coïncidait d'ailleurs avec des événe- 
ments défavorables. La guerre avait éclaté, le prix des sab- 
sislances présentait un reDchérissenient persistant, le crédit 
public fléchissait, et l' ouverture des emprunts par souscrip- 
tion attirait les petits capitaux. Il en résulta que la Cais$edes 
retraites vit ses versements subir une ^minution considéraUe. 

Bi<!0lôt, sans doute, on reconnaîtrait la nécessité de reveoii 
à des mesures moins rigoureuses que celles qui avaient arrêté 
l'essor de cette excelleute institution. Née d'une pensée de 
haute prévoyance, la Caisse des retraites pour la vieillesse 
moralise les populations laborieuses ,en assurant le bieo-élie 
au travailleur invalide. Les quatre-cinquièmes des déposants 
appartiennent, dès à présent, à la classe ouvrière, et l'institu- 
tion est comprise et accueillie par ceux à qui elle était des- 
tinée. 

Voici les chiffres officiels de situation à la fin de 18&S : 



L* Ciirae Aei retrulM ■ n^a : 

31,001 ïer«ementi mont«nl k l,413,MSfr. i 

C'est 3,563 venetnenti, et emiron 140,000 fr. d« Bkoliu 

qu'en 18M 

Etleaparfueo uT4ra3«t de reolei 916,4% ^ 

ToUl des recetlei 2,389,976 5C 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. ^11 

DodI il fut dMoire : 

Les rembonncment» de upiUui réservés. . 721,028 50 \ 

Us renibciiiTwmeDti de mnemFnti irrégu- I 736,364 M 

uimam 14,735 M / 



Raie t emploiCT en icluta de rentii 1,623,612 10 

L« actuts corresponduiti k celte ncelte ont eu lieu comme 

Reota f Ifî OfO an.. 8,937 ijul MdU I76,BS3 SO 

BentM 4 1/S OjO DOOT, 49,990 — 1,034,437 68 

Renia 4 0,0 a0,128 — 413,321 25 



79,045 l,623^tl 33 

L'intérêt commun des placemeata a été de k te. 87 c. 0/0, 
c'est-k-dire de 37 c. au-dessus du taux des tarift. H en est 
résulté un bénéfice de plus de 8 0/0 qui a excédé les frais 
[f administration de la Caisse de retrailes. 

On a déjà remarqué, eu comparant le nombre des parties 
versantes, le total des versements convertis en renies viagères 
et le montant des rentes perpétuelles amorties et annulées 
pendant les deux années ISSi et 185S, que les opérations de 
celte dernière année ont été moins importantes que celles de 
la précédente, par une conséquence naturelle des restrictions 
prononcées en vertu de la loi du 7 mai 18">3, qui a prescrit un 
délai de deux b trois ans au moins entre le versement et la 
jouissance de la rente viagère, en même temps qu'elle a fixé 
un maximum trës-réduil à la quotité des versements annuels. 

Les résultats et les renseignements déjà obtenus par quel- 
ques années d'expérience de cette bienfaisante institution per- 
mettront bientdt au gouvemement d'en perfectionner encore 
le système. 

Pour prendre une vue plus générale des opérations de la 
Caisse des retraites pour la vieillesse, résumons-les à partir du 
11 mail^l, date de lafondaUon, jusqu'au 31 décembre 1854. 
Entre ces deux dales, la Caisse a reçu 100,734 versements, 
comprenant, savoir : b9,308 versements à capiul aliéné pour 
18,ltô,7.)4 fr. 33 c, 41,426 versements à capital réservé, 
pour 23,6j9,160 fr. 65 c, ce qui élève le total des recettes à 
W,a05,914 fr. 98 c. 



iM,Googlc 



U2 FRANCE. 

La moyeoDe de chaque versement à cafHtal aliéné est de 
S06 fr. ; celle da versement i capital réservé, de &47 fr., el 
la moyenne générale, i05 fr. 

a été reçu à Paris S6,7(U versements, pour 2S,03S,99S fr. 
89 c. ; dans les départements , U,030 versements , pour 
16,7i9,9l6 fr. 9 C, ce qui donne pour moyenne à Paris 
Wi fr-, et dans les départements 3âS fr. par versement. 

Le nombre des comptes individuels ouverts jusqu'au 31 dé- 
cembre 1854 a été de 37,619, comprenant 21,119 hwnmes 
et 16,909 Temmes ainsi répartis par catégories : 20,&17 ou- 
vriers; 1,416 artisans patentés et marchands; 1,355 domes- 
tiques ; 4,062 employés ; 476 militaires et marins ; 1 ,493 infi- 
vidns appartenant au clergé et aux professions libérales; 
8,401 individus sans prcrfessions, y compris 4,273 mineuis. 

Aux versements déjà constatés de 40,8(Kl,914 fr. 98 c, U 
faut ajouter 2,582,377 fr. en arrérages de rentes, ce qui donne 
on total de 43,388,291 fr. 98 c. 

Il a été remboursé 1,1278,92 fr. 86 c. de capitaux résenés 
après décès, et 175,597 fr. 10 c. de versements irréguliers ou 
d^wssant le maximum ; total, 1,303,489 fr. 96 c. 

il reste è employa en renies 42,084,802 fr. 2 c. il a été 
acheté 1,780,9W fr. de rentes pour 42,084,748 fr. 24 c; le 
reliquat à reporter à l'année suivante est de 17 fr. 78 c. 

Depuis sa fondation, la Caisse a foit inscrire au Grand-Livre, 
an n(»n de 7,548 parties, 2,141,182 fr. de rentes viagères. 

£n compensation, elle a exonéré la dette consolidée de 
867,387 fr. de rentes perpétuelles, représentant une valeur 
d'achat de 20,546,674 fr. 98 c, et un capital nomind de 
22,784,155 fr. 54 c. 

Si maintenant nous faisons le même travail de résumé géné- 
ral entre la date de fondation et la fin de l'année 1855, nous 
trouvons qu'entre le 11 mai i%â\ et lo 31 décembre 1855, la 
Caisse a reçu une somme de plus de 42 millions , provenant de 
131,741 versements, soit, en moyenne, 320 fr. par versement. 

Ces résultats paraîtront san? doute satisfaisants si l'on pense 
& la difficulté qu'éprouve toute institution nouvelle à prend» 
sa place dans l'ensemble des éléments sociaux. 



ri,5,t,7rjM,G00glc 



MATIERES ECONOMIQI'ES. 4U 

n est vrai qu'une partie notable de la somme versée prove- 
Dait de capitaux qui, au moment de la conversion des rentes, 
avaieot trouvé dans ce placement un moyeu de conserver le 
même revenu. Mais la Caisse, en fJEicilitant celte opération, 
svait rendu un service sérieux et, tout en facilitant cette me- 
sure assez grave, dans des circonstances difficiles, en avait 
rendu l'application moins dure aux petits rentiers. D'ailleurs, 
si la Caisse avait profité, en 1852, des apports que cette op^ 
ration lui avait exceptionnellement attirés, elle avait vu, dons 
les années suivantes, le développement de sa clientèle con- 
trarié, en premier lieu , par les rigueurs de certaines dispo- 
sitions législatives; en second lieu, par les fléaux conjurés du 
choléra, de la guerre et du renchérissement des subsistances. 
De telle sorte que, si elle avait été secondée d'abord par des 
circonstances favorables, il lui avait fallu lutter ensuite contre 
des difficultés de tout genre qui tendaient à en éloigner les 
capitaux. 

Si, en effet, le nombre des versements avait été à peu près 
égal en 18o3 et 1851, il n'en avait pas été de même, on l'a vu 
tout à l'heure, de l'importance des sommes versées; les ap- 
ports, qui avaient été de 6,931,000 fr. en 1833, étaint descen- 
dns à 1,383,000 fr. en 1854. L'année 1855 avait été encore moins 
bonne. Le cbifiire des versements avait été inférieur de 3,563 à 
celui des versements opérés en 1854, et l'importance des ca- 
pitaux versés avait décru, relativement à cette dernière année 
de 144,000. 

Les causes de cet état stationnaire ou même décroissant, 
on les connaît du reste. Elles ont pesé sur l'ensemble des 
situations en France. Une maladie épidémique, une guerre 
coûteuse, une cherté persistante des denrées alimentaires, ont 
empêché la formation des économies qui peuvent seules ali- 
menter les versements opérés par les populations ouvrières à 
la Caisse des retraites pour la vieillesse. On avait d'ailleurs plus 
d'avantage, en présence de la dépréciation des fonds publics 
et des valeurs de chemins de fer, à chercher d'autres place- 
ments. Enfin les revirements de la législation de la Caisse, qui, 
après avoir été trëa-libérale et très-facile ii l'origine, était de- 



■)„:,iP<.-jM,G00glc 



&U FRANCE. 

venue trop restrictive, ont également concouru fc ces résul- 
tats. 

On peut espérer, cependant, qu'une situation générale plus 
prospère pennetlra à cette utile institution de réaliser des pro- 
grès rapides. 

Caisses d'épargne. — Les résultats suivants ressortent du 
rapport de M. François Delessert sur tes opérations des Caisses 
d'épargne! pendant l'année 18o5. 

Sur a>5,-178 livrets, cxislant en France le 31 décembre, 
639,772, soit les trois quarts environ, ne s'élevaient pas ï la 
somme de 500 fr., et la moyenne de l'avoir de chacun de ces 
639,772 livrets était de 136 fr. Si on divise le solde total Ad 
h celle époque aux 865,47tt déposants des caisses d'épai^e de 
France, on trouve une moyenne de 313 fr. par livret. 

A cette question, adressée dans les départements par M. De- 
lessert: 4 La proportion des ouvriers autres que ceox em- 
ployés aux travaux agricoles a-t-elle augmenté ou diminué 
dans votre caisse d'épargne, en 18^5T » 

Voici, dans le nombre des eusses qui ont répondu, le résul- 
tat obtenu : 

m constatent une augmentation dans le nombre àes 
ouvriers ; 

133 se maintiennent sta^onnaires à cet égard ; 

52 seulement signalent quelque diminution. 

Les réponses à la question exprimée dans les mêmes lennes, 
mais relative aux ouvriers employés aux travaux agricoles, 
présentent une proportion encore plus satisfaisante : 

lU caisses d'épargne annoncent une augmentation plus ou 
moins considérable ; 

123 continuent à être dans la même âluation qu'en 1854; 

Et 2S seulement ont vu diminuer cette classe de déposants. 

La troisième question, destinée à compléter une partie ita- 
portante de nos travaux de statistique, était ainsi conçue : 

a Quelle est l'industrie qui, dans chaque localité, présente la 
plus grande proporUon d'ouvriers déposants T » 

n est fadie de prévoir que les plus uombreux déposants 
appartiennent généralement aux ouvriers de l'industrie plus 



n,5,t,7rjM,G00glc 



MATIÈRES ÉCONOMIQUES. il6 

particulièremeDt exercée dans chaque ville de quelque impor- 
tance. 

La grande majorité des caisses d'épargne reconnaissent que 
c'est aux diverses fractions des ouvriers agricoles qu'elle 
doivent leur principale clientèle ; et ce n'est pas seulement dans 
les petites villes sans industrie proprement dite que cette 
leotarque est Taite, mais encore dans les chers-lieux de pré- 
fecture ou d'arrondissement qui renferment de grands établis- 
sements occupent de nombreux ouvriers. La population rurale 
apporte, dans les autres, un continent dont on ne saurait trop 
se féliciter. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



CHAPITRE VII 



SESSION LÉGISIATIVB. — MATIÈIIES ADMINISTBATIVBS. 



Oomitur* de li mimod ordicwiTS it 19SS, *ol« muiiime de l'aapniut ia 
SOO millioiu. — Dotation da ratinée, eionéralkn, nnstgciDent ; projet i» 
Gouiememenl, eiposè du malifa, npport ie h cominbtion, unendeBcnli, 
objection e( léponiea , M. de HontaJemberl, rote, U I(h jogtt par m dkb. 
—■ OrstniMlîon municipale , rapport de H. Langkii , vote. — Réfone de la 
prooïdaTe civile, coatralale par coTpi, vole. — Réfomie de la proc^don cri- 
minelle. — Justice! de paix , modiGcalioai apporltei i leur régime. — Tian- 
scriplion hypothécaire, portée de la loi nouvelle. — Travaux direre, taxe no- 
nleipale nir le» cbieni , etc. — ClAtare de la mmIod ordinaire. — Uuiertut 
de U Huion eitraordinaiie. 

Session légitlaiive. — Ouverte le 29 décembre 1854, la sei- 
sïoD législative de 1835 avait été inaugurée par le vote unanime 
de l'emprunt de 500 millions, couvert avec uu eulhousiasme 
que D0U3 avons raconté dans cet Annuaire et dans le pré- 
cédent. 

Dotation de f armée, Exonération , Rengaffeinent. — Le 
plus important des projets présentés au corps législatif ( S6 jan- 
vier) subsiiluait l'exonération vis-à-vis de t'Ëtat au remplace- 
ment Ulve de l'armée et développait le aystëme des renga- 
gements. Nous l'éludieroDs dans son ensemble et dans ses 
détails. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



SESSION. — MATIÈRES ADMINISTRATIVES. 417 

L'exposé des motifs, dû à M. le général Allard, préudent 
de la section de la guerre au conseil d'Ëtat , indiquait la raison 
qn'avait eue le gouvernement pour modifier l'organisation mi- 
lilaire de la France , si excellente et si justement admirée. 

Le principe fondamental de notre état militaiFe est écrit dans 
la loi de l'an vi; c'est celui-ci: Tout Français doit le leniee à 
la patrie. Confirmé par la loi de 1818, consacré par la loi du 
îi mars 1832, ce principe est devenu le fondement de tonte 
organisation militaire en France. 

Rappelons - en , avec M. Adolphe de Belleyme , rapporteur 
de la commission, les dispositions générales. Nous en emprun- 
tons le résumé & son excpUenl travail. 

En vertu de la loi de 1833, le service militaire personnel et 
gratuit est obligatoire pour tous les Français ftgés de vingt ans. 

Tous les jeunes gens ayant atteint cet Age sont soumis au 
recrutement; des listes sont dressées à cet effet dans chaque 
canton, et l'ensemble des jeunes gens portés sur ces listes 
hnae ce qu'on appelle la classe de l'année. 

Une loi votée comme l'impôt détermine le nombre d'hommes 
mis annuellement à la disposition du Gouvernement pour entrer 
dans les rangs de l'armée. Un tirage au sort fixe l'ordre dans 
lequel les jeunes gens doivent être examinés par les conseils 
de révision , pour savoir s'ils sont propres au service. Ceux qui 
sont reconnus aptes au service forment la liste du contingent 
jusqu'à concurrence du nombre fixé par la loi. Les conseils de 
révision arrêtent celte liste et proclament libérés du service 
tous ceux qui, par le bénéfice du sort, ne s'y trouvent pas 
compris. 

La loi reconnaît à tout individu faisant partie du contingent 
le droit de fournir un autre homme à sa place; c'est le droit 
de remplacement. 

La durée du service est fixée à sept ans. 

Enfin , les jeunes gens faisant partie du contingent prennent 
le titre de jeunes soldats appelés. 

La loi du recrutement , l'obligation générale du service mili- 
taire , la fixation annuelle et législative du contingent, le tirage 
au sort, tels sont les éléments principaux qui constitueal la 

37 



n,5,t,7rjM,G00glc 



HS fbauce. 

piûssêDM et la forée (Fextension de l'état tnlflt sire de la France. 
Cest an niojen de cette combinaison qae Von peat , suivant 
les circoiutaBces, faire des appels de 80,000, de 100,000, de 
IW.OOO bonnnes, qoe Pon passe dn pied de paix à la paix 
année ou au pied de guerre, et d'un effectif de 300,000 hom- 
mes i un «Actif de S00,000 et même de 900,000 hommes. 

Ces! grftee i fdasticité de notre oi^ anisation militaire qu'on 
peut , chaque année , la réduire k sa plus ample expresdon ou 
la Srrer à son plas redoutable développement, tout cela saos 
trooMe , stma difficulté , sans changement dans la loi ni dans 
la manière de procéder. Les populations , qui y sont depuis 
longtemps façonnées , n'éprouvent aucune surprise, et leurs 
habitudes sont préparées d'avance à ses exigences. 

En vertn de ce système, nous avons une armée que l'on penl 
véritablement appeler nationale, et qui répond dignement i 
tons les sentiments de la France. 

Par l'effet et le jen régulier de la loi , noire armée se recrute 
et se retrempe chaque année dans la jeunesse encore intègre 
des villes , et surtout des campagnes, dans la population calme, 
patiente , courageuse et disciplinable de noire pays. Dans ce 
milien sain et robuste , les natures ardentes , les gens plus ou 
moins déclassés, les enrAlés volontaires, ceux qui se jettent 
dans la carrière des armes pour ses chances, ses aventures et 
les perspectives qu'elle ouvre à l'ambition , peuvent trouver 
sans inconvénient leur place et leur emploi. 

Rien n'est plus favorable qu'un pareil état de choses à res{xit 
militaire ; il entretient dans les familles et chez les jeunes gens 
cette idée que tout Français naît soldat de son pays : chacun 
s'habitue d'avance à la perspective du service militaire qui 
attend indistinctement tous les hommes de iO ans, et chacun 
se fait un point d'honneur de ses devoirs et de ses dangers. 

Le principe de la loi du recrutement n'est plus discuté : cette 
égalité de tous devant la toi , scrupuleusement observée, rigou- 
reusement pratiquée , ce devoir pareil pour tous de se dévouer 
à la défense du pays, l'absence de toute distinction, de twit 
privilège, de toute faveur, fait que chacun comprend et subît 
It son (tmr la nécessité du service militaire. 



■ n,g,t,7rJM,GOOglC 



SSSSiON. — HATIÈRES ADH tNISTRATIVES. Ï19 

L'impM le pins Immi , le sacrifice le pltTs grand, celui de la 
fnDîRe, de la riberté et delaTie, se fait ainsi accepter sans 
innnnnre. 

Ausn n'est-ce pes seslement on principe écrit dans la loi , 
mais un fait pratique et une chose passée dans les mœurs, que 
Fabéisance à l'appel du recrutement. 

A 20 ans , tout le monde est prêt à porter les armes, et c'est 
Traimeiit quelque chose do merveilleux que cette faciiifé avec 
bqnelle la France se lève toot «nliëre pour la défense de l'indé- 
ptndance oti de l'honneur national. Elfe est véritablement ainsi 
un peuple de soldats, et jamais des aptitudes plus précieuses 
n'ont rencontré une organisation plus favorable. 

Ces principes généraux , on ne pouvait songer à les ébranler; 
ma» il avait para qu'il y avait lieu à modifier le régime du 
renuplacement et à organiser plus foriement l'armée et sa 
résCTre. 

Si l'organisation des cadres de l'armée est irréprochable , 
il n'pn était pas de même du corps même de Tarmée, constitué 
par I«s officiers et les soldats. Là, il ne semblait pas que les 
smices rendus fussent suffisamment reconnus. La carrière 
militaire n'existait que pour les officiers : il fallait en faire, 
pour les sous-officiers et les soldats qui s'y dévoueraient libre- 
meat, un état et un avenir. L'amélioration du sort de ces der- 
niers, leur rengagement, leur maintien durable dans tes rangs 
de l'armée, seraient à la fois une réparation et un moyen de 
constituer une armée forte, expérimentée, aguerrie, éprouvée. 
U rengagement des anciens soldats permettrait d'organiser 
facilement la réserve, en conservant des cadres toujours prêts à 
recevoir et à s'assimiler les levées nouvelles, fl y aurait là , en 
niéme temps, un moyen puissant et efficace d'arriver, en temps 
dp paix, i la réduction de l'effectif de l'armée et à des écono- 
mies EOr le budget de la guerre. 

U monopole aux mains de l'État dn rempfacement militaire 
pu le moyen d'une caisse de dotation de l'armée, ressortait 
logiquement de la nécessité d'arriver à la substitution du ren- 
gagement au remplacement. D'ailleurs, des raisons d'ordre et 

d« moralité puUique cmnmandaient cette réforme du système 



n,5,t,7rjM,G00glc 



4i0 FKAiNCE. 

de remplaoes&ent suivi jaEqa'alors. Sans parler des abus impu- 
tables aux étaMissements spéciaux de remplacemeol, l'élénienl 
fourni par le remplacement à l'année augmentait d'une facoo 
inquiétante. Chaque année, les remplaçants composaient envi- 
ron le quart du contingent et il étut impossible de nier que cet 
élément ne (ùt inférieur à l'autre. 

Ainsi , d'une statistique des condamnations prononcées par 
les tribunaux ordinaires et par la justice mililaire, il résulte 
que parmi les jeunes soldats la proporljon a été de i préreou 
80r 80, et 1 condamné sur 132; pour les rempUcaoïs, elle 
s'est élevée à i prévenu sur 44 et à 1 condamné sur 62, c'est- 
à-dire à peu près au double. Quant aux peines disciplinaires, 
un relevé fait sur les registres de punitions de 24 r^iments, 
iS d'infanterie et 12 de cavalerie, a donné les résultats suivants : 
par cent appelés servant pour eux-mêmes, 71 jours de 
prison et 310 de salle de police; par ceol remplaçants, 200 
jours de prison et 630 de saUe de police. 

Dans ces chiffres on a tenu compte aux appelés des délits 
pour insoumission. SI l'on veut en déduire cette nature de 
délits , qui n'est que le relard apporté par les appelés à rejoin- 
dre leur régiment , qui ne touche en rien à leur mortdité et ne 
peut être commis que fort rarement par les remplaçants, on 
trouve que pour les jeunes soldais il y a 1 condanmé sur 239, 
et pour les remplaçants 1 sur 62. 

Cette proportion différente augmente à mesure que l'on 
s'élève dans la gravite de l'échelle, des peines. Ainsi, pour Ifs 
condamnations capitales, ou h des peines aiflictives et infa- 
mantes , les jeunes soldats représentent 1 condamné sur 1 ,9âl: 
tandis que les remplaçants en ont 1 sur 371 ; enfin ce ne sont 
pas seulement les prisons ou les salles de police que les rem- 
plaçants sont destinés à penplcr, ce sont aussi les infirmeries, 
les hdpitaux et les ambulances, autant pour des maladies feintes 
et simulées que pour des maux que l'on ne peut pas comparer 
aux blessures reçues devant l'ennemi. ( Ces chifires et ces don- 
nées sont extraits d'un excellent rapport de M. Vivien, 1853.) 

£n conséquence de ces principes , le projet admettait d'une 
manière générale et absolue, tous les jeunes gens compris dans 



n,5,t,7rjM,G00glc 



CESSION. — MATIERES ADMINISTRATIVES. tM 

te coolmgent annuel i s'exonérer du service an moyen d'ans 
prestation en argent. Les sommes qu'ils devraient payer ft ce 
litre seruent versées soit en une seule fois, soit par à-comptes 
tnccessifs, au choix des familles, avant la formation du con- 
tiDgenl cantonal ; elles ne seraient plus reçues après ce délau 
Le conseil de révision prononcerait l'exonération sur la simple 
présentation du récépissé de versement. 

Les militaires sous les drapeaux pourraient de même, au 
moyen d'une prestation proportionnée au temps de service 
qu'ils auraient encore à faire, obtenir leur libération sous leB 
mêmes conditions auxquelles il leiu* était pernûs jusqu'alors 
de se faire remplacer. 

Le remplacement tel qu'il se pratiquait ne continuerait 
d'être autorisé qu'entre les frères et les beaux-frères. Les sub- 
stitutions de numéros, actuellement en usage, demeurertùent 
permises. 

Le produit des prestations serait versé dans une caisse qui 
prendrait le nom de dotation de l'armée. Cette institution au- 
rait le caractère de personne civile : elle pourrait recevoir des 
dons et des legs; elle pourrait recevoir également, à titre de 
ièpin, les versements volontaires qui lui seraient faits par les 
militaires de tout grade dans le cours de leur service. Elle 
serait l'objet d'un service spécial qui aurait son budget des re- 
celtes et son budget des dépenses, distincts du budget général 
(In ministère de la gnerre , dont il formerait une annexe. Elle 
serEUI gérée par l'administration de la Caissi; des dépôts et con- 
si};naiions, sous le contrôle el la surveillance d'une commis- 
sion supérieure nommée directement par l'Empereur. 

Cest sur cette commission que reposerait toute l'exécution 
de la loi nouvelle. C'est elle qui fixerait, sous la forme de pro- 
positions faites au ministre de la guerre, le taux des presta- 
tions. C'est elle qui pourvoirait, de concert et avec l'approba- 
tion du ministre, aux moyens de combler le vide produit dans 
le contingent par les exonéralions. 

Le premier et le principal de ces moyens était le rengage- 
ment des anciens soldats. Les avantages que le projet attachait 
: étaient de nature à faire espérer que le 



n,5,t,7rjM,G00glc 



(as FBANGE. 

mnbn 4» inogqgâ» s'MterDttnit dui des fropoHieoB cooa- 
dérables. Le preinier reiigsgemeiil, quand il serait de segt ans, 
dODiierait droiit : j° à une sonome de i,UOO fr., dopt 100 fr. 
|>ayables de suite, 200 fr. dans le cours du service, et 70(1 fr. 
au moment de la libération définitive; 2> à une haute paye de 
iO c. par jour. Si le rengagement élait de moins de sept ans, 
la prime consisterait eo une somme de 100 fr. par chaque 
année, payable à la Ubéralion du service, et en unie haute paye 
de iO ç. paiement. Les mêmes avantages étaient assurés aui 
anciens soldats qui, étaii:^ rentrés dans leur^ foyers liors de 
lepr lib^atiop, repread^ent di^ sarvic^ mpins d'une WM>ée 
après. 

Les seconds rengagements, bien qu'alors le soldait a'ùt pins 
Ja menu vçleiv et qu'il soit moins éloigné de l'époquË de la 
retraite, étaient encouragés par uoe baute paye de 20 c. 

Enfin la commission pourrait, quand les cicconstaoces lu 
sembleraient le comporter, proposer au ministre de la guerre 
d'augmenter ces tjifierentes allocQtJpqs wjtres que t« haute 
paye. 

En outre, ]a loi nouvelle améliorait tes coadilioDS générales 
du service militaire : elle élevait de 16a fr. le taux de U peu- 
don de retraite pour les sous-oâlciers .et soldais; elle réduisut 
de 30 à 2;> ans la durée du service qui donne droit & cette pen- 
sion. 

Tous ce? avantages réunis donnaient lieu d'espérer que la 
proportion des rçogagements se rapprocherait beaucoup du 
nombre des exofiéralions. 

En même temps, les engagés voloolaires qui pQntjnueruent 
d'être admis viendraient ^"ajouter au« rengagés. 

Néanmoins on prévoyait un déficit dans le contiuageut pen- 
dant les premières anuées. Pour ooinbler ce déficit, la coib- 
mission supérieure était investie du droit d'opérer, par voie 
adojiinistrative, des remplacements à prix d'argent. Mais elle 
ne devrait recourir à ce moyen accessoire qu'en cas d'insuffi- 
sance reconnue dans le nombre des rengagements piar rapport 
à celui de? exwéraUons. , 

Quels avantages nouveaux le projet préaentait-il avx jamiUes? 



n,5,t,7rjM,G00glc 



SESSION. — MATIERES ABBIINISTRATIVES. ^23 

Sous l'empire de li lëgiilation qv'il s'agissait de modifier, h 
ficulté de reuplaceineBt s'exerçait dans lies ocmditions aises 
peu Tavorables. Ce n'était qu'au bout d'un ma que l'euHiéraUwi 
du service était réellement acquise aux raniiUes, car ailes élaieat 
peodaal ce lape de temps respoosables du remplac*''' qu'elles 
avaient fourni. Dans beaucoup de localités le remplaçant 
D'était pas facile à trouver. Il oe suffisait pas de le trouver, il 
fallait eucore le faire agréw. Les compagnies qui serraieat 
d'iatermédiaires entre les familles et les rempUçauts faisaient 
payer assez cliÈreaient leurs services aux uns et aux aubes, he 
prii du remplaceqient était ioégal pour les jeunes gens d'une 
méma classe. I^ familles riches qui pouvaieat le payer compr 
taat obtenaient des compagnies de meilleures ooiiditionB que 
les familles peu aisées, qui étaient obligées da prendre des 
lennes. 

Arec la loi nouvelle ces incouv^nienls disparaissaient. Le 
taux de la prestation exigée comme prix de l'exoaératioa serait 
le ménie dans toute l'étendue du pays, et il ae pourraft varier 
d'tine année k l'autre qu'à raison de circonslances extraordi- 
naires conune celles où la France se trouvait en ce moment. 
Une fois la prestation versée, la libération serait immédiatement 
et déGoitivement acquise. Les familles seraient déchargées de 
toute responsabilité, de toute inquiétude. L'égalité dans les 
conditions du remplacement serait rétablie. Chacun étant ad- 
mis à payer par à-comptes le prix de sa libération, un ouvrier 
iaturieux pourrait y consa<^er ses épai^^nes de plusieurs an- 
nées. S'il tirait un mauvais numéro et qu'il n'efkt pas pu com- 
pléter Le montant de sa prestation avant la formation du con- 
tingent, on lui rembourserait les sommes versées; ces sommes 
lui seraient également restituées, dans le cas où lo sort l'au- 
nit favcffisé dans l'opération du tirage. 

La commisûoD chaigée d'examiner le projet était composée 
de HH. Monier de la Siieranne, [wésident ; le comte de Bryas, 
secrét«re: de Belleyme (Adolphe), le gén^vl Daulbevitle, 
Delapabue, Faure, Louvet, la duc d'Albuféra, le général Le- 
breton, le comte Boissy-d'Anglas, le comte de Pennautier, 
Rigandj Corta, le général Patcbappe. 



n,5,t,7rjM,G00glc 



iSk FRANCE. 

Les conseillers d'État, commissaires do gouvememenl, 
chargés de soutenir la discussion du projet de loi, étaient 
MM. le général Allard, président de section, et Petilet. 

Le rapport fut présenté, le H mars, par M. Adolpbe de Bel- 
leyme. 

Quelques amendemeiifs avaient été introduits par la com- 
mission dans le projet primitif. Le plus grave consistait à ré- 
server au corps législatif le droit que s'attribuait le Gouverne- 
ment de fixer annuellement le taux de la prestation à verser 
pour eitonération du service militaire. C'était là, selon li 
commission, une question d'inipdl. Le conseil d'I^tat ne crut 
point devoir céder sur cette question de prérc^ative, et le pro- 
jet ne subit que des modifications insignifiantes. 

La délibération s'ouvrit le H mars. 

Uoe opposition assez vive se manifesta jcontre le projet 
M. Louvet, M. le marquis d'Andelarre, M. le vicomte Lemer- 
cier, regrettèrent qu'on eût cru devoir toucher à la kn dn 
32 mars 1832, modifier aussi profondément un régime qui 
fonctionnait admirablement, et le modifier dans des circon- 
stances aussi graves que celles où se trouvait placée la Fraof e. 

On s'exposait, dirent les honorables membres, à obtenir ik 
l'argent très-facilement, non des hommes. Le prix de l'eione- 
ratioD ne pourrait être fixé que d'une façon tout à fait arbi- 
traire, à mesure qu'on s'éloignerait de la mercuriale actuelle. 
Puis, n'était-il pas injuste de fixer un prix uniforme d'exoné- 
ration pour tous les départementsT 11 en est, en eflnt, où l'on 
peut se procurer des remplaçants h meilleur marché que dus 
d'autres. 

On reprochait encore au projet d'immobiliser les bas grades, 
de mettre obstacle à l'avancement, et d'enlever un motrile s 
l'ardeur du soldat. 

Les o^anes du Gouvernement répondirent : Les bas grades 
ne pouvaient pas être l'objet d'une grande convoitise, quand 
on devait quitter l'armée et les perdre à la septième année de 
service; ils le deviendront, au contraire, quand il s'agira de les 
consener pendant une carrière de vingt^einq années. Si on 
les iitlc'iid un [•vi; ; lus, (iii los «ariicra pli'S longtemps : n'esl-ci 



n,5,t,7rjM,G00glc 



SESSION. - MATIÈRES ADMINISTRATIVES. US 

pas U plus qu'une compensation? Dans l'état actuel, on est 
souvent embarrassé des bas grades à donner: dans l'état futur, 
oa peut être convaincu qu'il y en aura encore chaque année 
une ample distribution à faire, et, en temps de guerre, c'est 
DU mobile qui ne manquera pas il l'ardeur des jeunes gens. 

Une autre objection générale élevée contre le projet était 
celle de U question àeè mojens pratiques. On reprochait à 
l'État de se faire recruteur, de se charger d'une mission qui 
compromettait sa dignité et celle de ses agents ; qui, dans les 
temps de guerre, l'exposerait, par la cherté de l'exonériitton, 
sui malédictions des familles ; enfin d'entreprendre une tfkche 
qu'il serait incapable d'accomplir. L'État, disait-on, ne pourrait 
pas et ne saurait pas trouver de remplaçants. 

Qu'y a-t'il, répondirent les commissaires, qui soit indigne 
des soins du Gouvernement dans le recrutement de l'armée, 
c'est-à-dtre dans un des plus importants de nos grands services 
pubtîcsl Les agents de l'État n'auraient à se compromettre en 
rien, car il ne s'agirait pas d'une armée soudoyée et fonruie à 
pn d'argent. L'armée n'existait- elle pas par U loi Ac 18D3? H 
s'agirait seulement de demander au pays les remplaçants qu'il 
fournît ordinairement : il suffirait pour cela de faire appel aux 
populations par l'intermédiaire des préfets, des sous-préfets et 
des maires, comme dans les emprunts on fait appel à son ar- 
gent. D n'y avait rien là d'indigne ni de compromettant. 

Hais on prétendait que cet appel ne serait pas entendu, que 
l'État serait incapable de trouver par les voies loyales les 
remplacements dont il a besoin, que les compagnies seules 
pouvaient faire cette besogne par tes moyens qu'elles em- 
ployaient et qu'elles seules peuvent employer. 

L'État ne se servirait pas, à coup sûr, des mêmes moyens que 
les compagnies, et cela suffirait pour qu'il trouv&t plus de rem- 
plaçants qu'elles n'en trouveraient. Quand on saurait qu'on ■ 
affaire à l'État, qu'il n'y a ni fraude, ni exploitation, ni faillite 
h craindre, que le contrat sera loyal, honorable, exécuté, 
pourquoi n'y anrait-il pas autant et plus de remplaçants que 
quand lous ces avantages n'existaient pas ? 

M, Des Molles insista sur ce point que l'cfl'i'l icnniôtltîit lie l;i 



n,5,t,7rjM,G00glc 



i3A FRjOiCE. 

loi serMt 4ê breer le OADTcruaimt k fl«w di 6,flM faonunes 
les cMitiDgenls aonoels afin de combler le vide laissé daas les 
eBecÙb par la défalcation des 6,000 aucieufi soldats renga^ 
qui, dans le syslèine du projet, prendraient la place d'auUnt 
d'exonérés. 

On espérait beaucoup pour la solidité de l'arniée, d'un sjt- 
lème qui retiendrai! dans ses rangs 2,000 anciens soldais de 
plus chaque année. H. Des Molles ne voyait pas dans ce 
chiffre un élément suffisant pour accroître sensiUeoieot U VH 
leur de l'ensemble. 

M. Koenigswsrter était surtout frappé du danger qu'il y ra- 
rait à placer, sans intermédiaire, devant les familles riches oa 
pauvres du pays, le Gouvernement vendant la liberté à caii 
qui auraient le moyen de l'acheter. 

Le profet, dit M. le général Lebreton, est illusoire, impa- 
ticable, et inopportun. Illusoire et impraticable, car le chiSbe 
élevé de l'exonération ne le rendra accessible qu'à de certaines 
fortunes. Combien l'ioégaUté établie par le projet ne soulève- 
rait-elle pas d'envies, de ressentiments. Inopportun , car le 
projet modifie la constitution de l'armée pendant une guerre 
difficile. 

M. le vicomte Glary, signalait l'exonéraliou comme impopu- 
laire., non-seulement aux yeux du peuple, mais aux yeux de 
l'armée. L'avancement serait paralysé par l'iomudiilisiUios des 
cadres. 

Le projet, selon H. le comte de Chasseloup-Laubal, n'éuit 
pas une nuxlification partielle de la loi de 1S33, mais rinln- 
duction dans la législation d'un grand principe nouveau. < Si 
noire armée actuelle, dit en terminant l'orateur, est si intelU- 
genleetsi belle,c'est qu'elleest la représentation complète du 
pays, une armée nationale dans toute la force du terme. Avec 
U loi nouvelle l'armée sera changée. L'Angleterre, cette grande 
puissance aristocratique qui sait ^ énergiquemenl porter remède 
à ses plaies quand elle les découvre, va peut-être réfc»niei 
son armée sur des bases plus libérales, tandis que la France 
réforme la aenne sur une base tout à fmt contraire. Quand U 
France aura fait cette expérience, ai aui>out du système nou- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



SESSION. — HATIÈRES ADMINISTRATIVES. 427 
rean die trouve des àéf^ptiom, «era trop tard pour qu'die 
reneqne sur ses pas. L'esprit militaire aura disparu sous l'epi- 
pire de la loi oouvetle. Uj a des expériences qu'il ne faut piu 
tenter, s 

L'advprsaire le ptoc véiiéfflent de U loi fut M. le comte de 
UoDiaiembert. 

Mais d'abord l'éloquent orateur mit hors de question l'anoée 
elle-niâine, dans un chaleureux él<%e adressé à celte Prauce 
rnililanle sur laquelle la guerre de Crimée appelait, en ce mo- 
ment, les regards et l'admiratJOD du monde «nlier. 

« Dans le sein de ia cfaimbre comine ailleurs, dit-il, quels 
que puissent être les regrets du passé, la confiance daus le 
présent, les espérances dans l'avenir, il y a un point sur Lsquel 
tout te monde s'euteud , c'est la gloire et la grandeur de la 
France, gloire et grandeur qui ont pour garantit^, pour instru- 
ment, pour boulevard, la force morale et matérielle de l'armée. 
Ed ce moment où uos héroïques soldats acquièrent, sur une 
plage lointaine, de nouveaux droits A la reconnaissance du 
pays, le premier besoin de toute ftme française est de leur 
rendre bommage, et, non-seulement de faire des vœux pour 
eux, mais de faire tous les sacriRcea possibles pour qu'ils sor- 
tent promptemenl, heureusement de l'entreprise pénible, mais 
si glorieuse et si légitime , oii la fleur de notre année est 
ei^agée. n 

H. de Hontalembert adhérait à quelques-unes des dîspo- 
«Uons du projet. Il approuvait sans restriction, par exemple, 
celle qui fixait au minimun d'un franc par jour la pension de 
retraite, et celle &usû qui réduisait k vingt-cinq ans le tempe 
nécessaire pour toucher la pension. Mais il déclarait ne pouvoir 
accepter de même les modifications profondes qu'on voulait 
introduire dans les institutions militaires de la France. 

Et d'abord il se sentait choqué de ce vaste système de ^>é- 
culation dont le Gouvernement serait le provocateur et l'agent 
responsable; de cette dérogation essentielle au principe si noble 
écrit dans les lois de 1818, et de 4832, a qu'aucun soldat ne 
louchera ni prime ni prix quelconque d'engagement; n de cette 
exonéiattoQ facultative pour les familles, (diligatoire pour l'État. 



jM,Googlc 



M8 FRANCB. 

Quelle nécessité y avait-il à changer des lois acceptées, po- 
polmres, h la faveur desquelles le chifire des iusomnis ^ 
devenu imperceptible? Ce cbiŒre, disait M. de Uootaiemberi, 
il était récemment de 229 hommes, tandis que, à la Bn de 
l'empire, le nombre des réfiract^res s'élevait à 250,000, qu'il 
y avait pour 320 millions d'amendes à payer par les famillrs 
et qu'il avait fallu renoncer à appliquer la loi de la consrrip- 
tion dans quatorze départements. Chose étonnante 1 dans ce 
pays où tout est contesté , où tant de révolu^ons ont tout bou- 
leversé, dans cette année i9të où tout était ébranlé, meoacé, 
le recrutement s'est opéré comme dans les années ordinaires. 

Eu ralxsence d'un sentiment populaire qui appelât la réviùon 
de la législation existante, l'orateur demande s'il y avait d'an- 
tres autorités qui imposassent cette révision. Parmi les mili- 
taires éminents , aucun n'avait été irappé de la nécessité d'une 
réforme de la loi de 4832. 

Après une brillante revue de tons les hauts faits accomplis 
par l'armée française sous le régime de celte loi , après l'avoir 
montrée résistant seule à la désastreuse mobilité des idées 
modernes, sublime de foi, de patience el de résignation, 
M. de Hontalembert rechercha la cause de ces admirables 
qualités. On ne pouvait, selon lui , les attribuer qn'à l'esprit 
moderne et à l'oi^anisation spéciale de cette année. 

Que si , ce que l'on ne pouvait nier, certaines imperfections 
pouvaient être signalées dans cette organisation , la trop courte 
durée du service, par exemple , n'y pouvait-on remédier? Oui, 
e^t années, c'était là une période insuffisante. Que n'aug- 
mentait-on la dorée? Cette extension avait toujours été deman- 
dée par les juges les plus compétents. La Chambre des députés 
avait voté huit ans. Si la Chambre des pairs ne s'étut pas asso- 
ciée h ce vote, c'est qu'elle voulait neuf ans. Dans l'Assemblée 
législative, la commission chnrgée d'examiner le projet de loi 
présenté par le pré^dent de la république était d'avis de pro- 
poser neuf ans, période préférable aux yeux de l'orateur, pui^ 
que oeuf conlingents de 6S.00U hommes constitueraient une 
armée plus solide que sept contingents de 80,000. Peut-être ; 
aurait-il quelques murmures , mus ils seraient couverts par 



n,5,t,7rjM,G00glc 



SESSION. — MATJEKëS AUUINISIRAIIVES. 4^9 

l'eipresûon de la joie des familles auxquelles on laissendt 
chaque aonée 15,000 jeunes gens réciaméti aujourd'hui par ie 
service militaire. D'ailleurs, le gouvernement impérial n'éuit-il 
pas assez fort pour faire le bienT 

On avait surtout invoqué les abus inhérents au remplace- 
ment. N'avail-oQ pas un peu exagéré? Les remplaçants fai- 
saient-ils en effet de si mauvais soldatsT Parmi ces zouaves 
tautetsijuslMnent admirés de l'armée d'Orient, n'y en avait-il 
pas un grand nombre et ne comptait-on pas également beau- 
coup d'anciens remplaçants dans le corps de la gendarmerie? 
Il ; araîl des abus : cela était incontestable. Eh bien , il fallait 
faire ce que tenta le général d'Hantpoul en 18&0, réglementer 
les compagnies , les soumettre à un régime restrictif. 

On voulait que l'Élat eût le monopole des remplacements, 
qu'il (îkl seul dépositaire des fonds versés pour l'exonération 
des jeunes soldats, unique intermédiaire de toutes les opéra- 
tions : on voulait qu'il fit passer tout le monde sous le niveau 
d'un prix abitrairement fixé. Ce qui eSrayait surtout l'orateur, 
c'était l'immense responsabilité qu'encourrait l'État, s'enga- 
geant h trouver un remplaçant pour le compte de quiconque 
lui apporterait une certaine somme d'argent. Selon M. de 
Montalembert , on se trompait en comptant sur un grand nom- 
bre de rengagements. Les mœurs du pays y répugnent. La 
France n'est plus militaire, mais industrielle et démocratique; 
la liberté, le travail et l'industrie présentent aujourd'hui trop 
d'altrails pour que le service militaire conserve son ancien 
prestige; aussi y a-t-îl peu d'engagemenla volontaû«s, peu de 
rengagements, et, quant aux remplaçants, les compagnies ne 
peuvent les attirer que par des moyens dont l'immoralité est 
connue de tous. Le soldat français part à regret, sert bien, se 
bat admirablement, mais il soupire sans cesse après l'époque 
de sa libération; comme les écoliers au collège, il compte les 
mois et les Jours qui lui restent encore k passer au régiment. 

L'orateur ne pensait pas que l'on pût vaincre cette tendance 
universellement constatée des jeunes gens, en s'adressant chez 
eux à l'esprit de spéculation et en faisant valoir à leurs yeux 
l'intérêt bien entendu de l'avenir. Pour les décider à signer un 



jM,Googlc 



430 FRANCE. 

contrat de icmpiuwniefrt , les comiMignies Msaient appH k 
Isa» pasaiona, elles hissent ImUei à lenrs yem nne sonune 
considérable et les jouiasaDces passagères qne l'argail peut 
procuitT; un certain oomtffe de jeDnes gens se laissaieDt eo- 
tnfbia; ils resterûent sourds à l'appel de FÉtat, qnî, pour 
éèfatjei teors plaiârs , ne nettnùt à leur disposition qo'utre 
scHiuiM de 100 francs, en leur promettant 1,000 francs paya- 
bles à longne échéance , plus une pension à Tige de quarante 
dnq ans. En pmvîUe matière , spéculer snr l'iolérét bien en- 
tendu des remplaçante an lien de s'Adresser à leurs passions, 
c'était, selon l'oralenr, compter sans son bâte. Les compagnies, 
d'ailleurs, avec tontes les séductions dont elles disposent, pou- 
vaient à peine trouver chaque année 5 ou 6,000 remplaçants 
snr 20,000 qui sont nécessaires pon coatçlétet l'effedir; 
croyait-on qoe l'Ëiat, qni offrirait moins, obtiendraît davan- 
tage? Devait-on compter sur l'înfioence delà baote pave promise 
aax rengagés, e'est-à^re 36 firanes par an, pas m^rae l'inté- 
rêt des 4,000 francs de prime? L'bonorahle membre ne le 
pensait pas, et il invoquait à cet ég»d une expérience récente: 
Où avait d'abord voahi composer les régiments de la garde 
^ impériale d'hommes rengagés; mais, malgré la haute pty 
des chevrom , malgré le privilège du séjour de Paris et de la 
garde da souverarn , on n'avait pu avoir un nombre suffisant de 
rengagements, et, pour compléter les cadres, on avait d6 se 
contenter de prendre l'élite des jennes soldats. 

L'bonoraMe membre convînt qu'il n'avait raisonné jnsqa'a- 
lots qne sur une hypothèse ; mais cette hypothèse du dkmds 
laissait intact no état de choses reconnu excellent, tandis que 
l'hypolhèse du gouvernement renverserait cet état de choses 
sans avoir, en cas d'insmcès, rien de certain i mettre à (a 
l^ace. Le projet se heurtait sans cesse contre Fineonnu. On 
ignorait d'abord quel serait le nombre des demandes d'exoné- 
ration; on devait croire qu'il s'élèverait à on chilfre considérit- 
bte, à raison de laconflance qu'inspirerait anx pères de famille 
la garantie de l'État, garantie bien plus solide qne celle des 
compagnies. Quant au éhiflrtt des rengagentenls, quant an 
chiffre des remplacements administratifs, on était égalemeat 



n,5,t,7rjM,G00glc 



gBSaiON. — MATIÈIIBS ADHIMISTRA-nVES. kSl 

daos riDCOûaii. H était possible toutefois que )e système réussit 
en temps de paix; insis en temps de guerre, que pourrait faire 
l'État lorsqu'il se trouverait tout à la fois le grand pourvoyeur 
et le grand consommateur d'hommes? Si ia guerre se prolon- 
geait, on garderait les contingents sous les drapeaux; donc, 
pas de rengagements; d'un autre c6té , la totalité des classes 
annuelles serait appelée à faire partie du contingent. OCi donc 
l'Ëlat trouverait-il de quoi combler les vides résultant de l'exo- 
nérationT H serait exposé à un déficit en face de l'ennemi ; il 
lui faudrait manquer ou à ses engagements ou aux devoirs que 
lui imposent l'honneur et la défense du pays; pour remplir 
son devoir, n lui faudrait manquer à sa parole. Dans tous les 
cas, en temps de guerre, il faudrait beaucoup élever le prix 
de Texonération ; les résultats de cette augmentation attein- 
draient surtout la pauvreté relative, c'est-à-dire la classe 
placée sur la limite si étroite du bien-être et du malaise , cette 
classe qui tient surtout à conserver ses enfants et qui se saigne 
à blanc, comme on dit, pour les empêcher de partir. Cette 
«tuatioa douloureuse qui serait faite à toute une catégorie 
d'individus engagerai d'une manière grave la responsabilité de 
rËial; au lieu de s'en prendre, comme aujcurd'hui , aux cir- 
constances, à la guerre, à l'empereur de Russie, c'est à l'État 
qu'on s'en prendrait. Sans doute on aurait tort, mais on est 
facilement injuste quand il s'agit de la perle d'un fils, et les amis 
du gouvernement devaient craindre de lui faire le funeste pré- 
sent qu'il réclamait. 

Ce n'était d'ailleurs pas seulement pour les classes pauvres 
et malaisées que la loi aurait de f&cheux résultats : ce serait, 
selon l'orateur, un glaive à deux tranchants qui frapperait 
également les riches en excitant contre eux les jalousies et la 
haine. L'impdtdu sang, comme on l'appelle, est bien lourd; 
œux qui seraient appelés h le payer ne raisouneraient pas 
comme des économistes, el lorsqu'ils verraient que le prix 
de l'exonération est le même pour le fils du pauvre et pour le 
Eîls du riche, ils ne comprendraient pas que l'on ne demandât 
pas davantage à ceux qui possèdent plus. Sans doute ce senti- 
ment ne se ferait pas jour dans les premiers moments; mais 



n,5,t,7rjM,G00glc 



W2 KHANCE. 

vint une époque de crise, et il ne lardoiit pas li faire expio- 
aon comme ces théories subversives qu'on a vues se produire 
CD 18i8. 

M. de Montalembert concluait que le système nouveau pro- 
duirait un danger pour l'État par le déficit de l'effectif, si le 
{H-ix de l'exonération était modique, et, s'il était élevé, par 
une souffrance universelle daus les familles. Il aurait un )d- 
convénient plus grand encore , celui de métamorphoser l'ar- 
mée. Qu'arriverait'il si , au lieu de cette armée nationale que 
la France a toujours voulue depuis 1789, elle n'avait plus qu'une 
armée sans aucun lien avec la population; à au lieu de ces 
jeunes soldais qui, au régiment, pensent toujours à leur famille 
et à leur village, et ne restent sous les drapeaux, comme les 
Romains, que le temps nécessaire pour devenirde bons soldais, 
il n'y avait plus que des hommes étrangers h la vie et aux 
sentiments du pays; à la place d'une armée régénérée sans 
cesse par l'infusion périodique de nouveaux citoyens, on n'au- 
rait plus qu'une armée nationale encore, sans doute, mais 
toute disposée à être l'instrument docile et muet de la force. 

L'honorable membre voyait dans l'application de la loi nou- 
velle un péril plus grand encore au point de vue social ; l'année 
n'est pas faite seulement pour la guerre, elle existe aussi pour 
la paix, disait admirablement M. de Montalemhcrt; il n'y a 
pas de cAté plus lumineux de notre état social que l'acUoD 
réciproque de l'armée sur la société et de la société sur l'armée; 
chaque année, le recrutement, comme une pompe puîssanle, 
aspire, pour le refouler dans l'armée, ce qu'il y a de plus pur 
dans le sang de la nation ; sept ans après , l'armée rend à la 
population ces éléments qu'elle s'est assimilés, mais eDe ]es 
rend avec des conditions d'instruction et d'honneur que rien 
ne saurait remplacer. Aux yeux de l'orateur, les avanlaf:e5 
que pourrait produire le projet seraient plus que compensés 
par les inconvénients qui en seraient le résultat. On avait sur- 
tout insisté sur l'avantage qu'il y aurai! à conserver sous les 
drapeaux un plus grand nombre de vieux soldats; o que la 
chambre , s'écriait M. de Montalembert, tourne les yeux vers 
ces jeunes gens, ouvriers et paysans hier, ouvriers et paysans 



n,5,t,7rjM,G00glc 



SESSION. — HATIËRffî ADMINISTRATIVES. iS9 

demrin , doDt se compose notre héroïque innée denut Séva»* 
lopol, quel entrain, quelle aptitude & lirer parti de touti A 
cAté de ces brillants soldats de la France , se trouve une armée 
de Tiens soldats dont l'orateur se gardera bien de faire U ccî- 
tique en [H-ésence de leur héroïsme et de leur malheur ; sona 
tous les rai^WTts , sauf le courage égal des deux parts, l'svan- 
tige n'a-t-il pas été do cftié de nos jeunes sddalsT 

•Toutes les vertus dtmt nos soldats font l'appientissage sous 
le drapeau, ils les reportent avec eux lorsqu'ils rentrent dans 
Uvie civile; la cbaunûëre la plus propre, le champ le mieux 
cultivé, sont ceux dn soldat récemment revenu de l'armée; ce 
■ont les anciens militaires qui donnent partout l'exemple de 
Tobâssance à la loi, et de l'amour de l'ordre, » L'honorable 
membre conudérait le soldat libéré comme le plus noble re- 
présentant de la démocratie française; dans son opinion, la 
démocratie firançùse n'a pas le droit d'être bien fiëre de ses 
institutions et de ses lois, car elles ont trop varié , mais ce dont 
elle paît à jnale titre s'enoi^eillir, c'est de cette armée dont 
DODs sommes redevables à l'admirable mécanisme créé par U 
loi Gouvion Saint-Cyr et perfectionné par la loi de 1832. 

• On a souvent, dît en terminant l'illustre orateur, étaUi 
DDe analogie entre le prêtre et le soldat, entre la milice guer- 
Tière et la milice sacerdotale ; je n'ai rien à dire contre cette 
analogie, pourvu que ces deux forces ne soient pas transfor- 
mées en geAlières de la société civile, employées à comprimer 
nnteQigenca, la liberté, l'industrie, toutes les gloires et toutes 
les sources de U vie moderne entre un corps de garde et nne 
lacristie. Haisonsedemande sur quoi se fonde cette analogie: 
surle désintéressement. Ni le prêtre ni le soldat ne doivrait faire 
un métier jwofitable : l'un vit de l'autel comme l'autra del'épée, 
et si le prêtre aujourd'hui est plus fort que dans l'ancienne 
société, c'est qu'il est plus pauvre, plus désintéressé et, par 
conséquent, plus pur. Il en est de même du soldat. 11 fïut leur 
lusser à tous deux cette auréole de désinléressement. 

■ Par la loi nouvelle on entre dans la voie de la décadence. 
Dans les sociétés vieillies, déebirées par les factions, comme 
I'* été la société française, quaiMl les efiorts insensés de ces 



n,5,t,7rjM,G00glc 



bctions opt amené te triomphe de l'unité enFcessire du pot»oir, 
le SDUveoir de l'eqifnre romain se présente aux espriU. Je ne 
¥eux faire aucun eapprocbemeut entre- la vieille France et la 
vieille Rome. Je me bjtte de proclamer la différence éclalanle 
4}uî existe entre les deux sociétés : Rome a péri sous les coups 
des P^rliares ; aujourd'hui c'est la France qui menace au loin 
la barbarie et la tient squs son épée. Hais toas les efiwts det 
amis du pays, des amis éclairés du pouvoir, dans une sociélé 
comme U nAtre, tpà a tant de points de rapprochement invo- 
lontaires B?ec l'empire romain, doivent tendre à chasser de 
l'imagination publique tout ce qui semble autoriser et solliciter 
ce rapprochement; et cependant on entre, par celte loi, dan^ 
la voie des analogies. Quand les Romains étaient les premiers 
soldais du monde, ils avaient précisément la même législalioo 
que nous, ils servaient pendant dis ans avec une solde mo- 
dique, puis ils rentraient dans leurs foyers; c'est ainu qu'ils 
OQt conquis le monde et ont maintenu l^ur grandeur jusqu'i 
César. Je ne veux pas parler de ces donations, d^ ces dota- 
tions, des pillages, des prodigalités de tout genre qui ont servi 
sous quelques tyrans ou quelques empereurs i gagner l'armée; 
mus je ne pepx na'^mpècher de remarquer que c'est dans les 
époques de décadence que l'on a songé à augmenter les avan- 
tages pécuoiaires accordés aux soldats. Après Constantin, ona 
persévéré dans cette voie; il suffit d'ouvrir le code théodosieD 
. pour y retrouver le même système qu'on veut établir aujou^ 
d'hui. Qn y voit des lois de Valens, d'^rcadius, d'Booorius, 
qui (Usaient alors : Donooï 36, :iO^ 20 sous d'or, selon les cir- 
constances, et vous serez dispensés du service militaire. Ce soal 
\k de triâtes anali^es. Nous ne sonunes pas les Français de U 
décadence, pourqi^oi s'inspirer des exemples de la décadence 
de Romel b 

L'opposition chaleureuse de H. de Montalembert, bien 
qu'appuyL'c par l'opinion de plusieurs orateurs des plus auto- 
risés, ne l'emporta pas dans l'esprit de U chambre. SouteDO 
avec talejt par M. le président du conseil d'Ëtat, par le pré^ 
dent de la section de la guerre, M. Allard, par le rapporteor 
de U cfHuoHssion, H. Adolphe de Belleyme, par U. Granit df 



■)„:,iP<.-jM,G00glc 



CESSION. — HATIEH^â ApHINISTRATIVES. Wi 

Cagsagnac, le projet fut voté par 30i voix contre 4fi (26 «vril). 
Ud seul article n'avait pu trouver grftce devant ie Corps légi»- ' 
ktir, l'article iO qui retirait une partie de la prime de rang»- 
gemeot aus militaires condamnas à uoe peine afOictive oa 



Il nous reste k juger la loi par s^ effets. 

Anssitàt que, par les instructions émanées du nuDJBtre ■)• 
lï guerre, furent connus, (laps l'armée et dans les populations, 
les avantages que la lai du 36 avril conférait aux rengagés 
et aux engagés après libération, ainsi qu'aux sous-ofijcien, 
caporaux, brigadiers et soldats, le but de la loi fut atteint. 
Od s'aperçut que le métier des armes devenait une carrièra 
véritable, un avenir assuré pour la vieillesse. La }oî retint ou 
ramena sous les drapeaux un grand nombre de bons et anciens 
soldats, dans la force de l'Age, prêts k rendre sur-le-champ 
tous tes services qu'on peut attendre d'hommes solides, parfat- 
lement ioslruits, d'une conduite exemplaire, offrant les gwut- 
lies d'un passé éprouvé, et rompus depuis longtemps jk touiec 
les exigences de la vie militaire. 

La question la plus importante e|i «e qui coDcernait I« r&- 
cruieuient de l'armée , celle qui sâ liait le plus intimemeat 
au succès de la loi du 26 avril, était donc résolue confonsé- 
menl aux vues et aux provisions du Gouvernement. L'armée 
n'était menacée d'aucun déficit dans sou effectif. . 

Quant à )« partie de la loi qui intéressait plus spécialenwirt 
les ailles, c'est-à-dire l'exonératioa du service au moyen 
d'une prestation pécuniaire, on pouvait d^ reconnaître que 
le taux de cette prestation resterait toujours inférieur au prix 
que coûtaient hatûtuellement les remplacements dans les 
mêmes circonstances. 

Ainsi donc, on peut dire que, dès la preoiiàre application 
de la loi du 36 avril, les prévisions du Gouvernement sur la 
dotation de l'armée se réalisèrent complètement. Non-seu- 
lement, en effet, les rengagements -atteignirent, en 1855, le 
chiffre d'environ SS.oOO, mais les exonérations s'élevèrent à 
plus de 33,400, de telle sorte que l'équilibre se maintint tout 
d'aboid entre les rengagés et les exonérés. Ainsi, les familles 






i:ltl FRANCE. 

dTiiiunt garde près d'elles aiitEint d'enfants que Ifs riir|iï 
avaient conservé d'anciens militaires sous les drapeaux, doiihle 
bienfait dont la population et l'armée étaient redevables » 
l'administraEion prévoyante du Gouverne nient. 

I) y aurait encore, sans doute, à modifier la loi dans soo 
application pratique, à compléter administrativemeat l'orga- 
nisation nouvelle de l'armée. 

La caisse de la dotalion de l'armée, instituée par la loi du 
26 avril 18^5, pourvoit au payement des allocations cl hautes- 
payes attribuées aux rengages et aux engagés volontaire 
après libération pour les corps qui se recrutent par la m\e 
des appels, ainsi qu'au surcroît de dépenses pour pensons 
des sous-officiers, caporaux, brigadiers et soldats de ces mêmes 
corps. 

Par suite de ces dispositions , il était nécessaire que la 
nomenclature des corps ou des portions de corps des armées: 
de terre et de mer qni sn rccnitcnt par la voie des appels fùl 
It^ement déterminée. C'est ce que fit pins lanl un règlemciil 
d'administration publique. 

Orffaniialion municipale. — Un autre projet important, 
soumis aux discussions du Corps législatif, fut le projet d'or- 
ganisation municipale. 

L'article 57 de la Constitution portait, on se le rappellr, 
qu'une loi déterminerait postérieurement l'organisation niuni- 
dpale. Déjà, il est vrai, une loi du 7 juillet 185i { Voyez I'.^- 
nuaire), avait statué sur la question; mais cette loi D'aviil 
qu'un caractère transitoire. 

Couformémeni aux prescriptions de la Constitution, le Gou- 
vernement présenta cette année un projet de loi sur l'orgaiû- 
sation municipale, renfermant un code déHnitif et complétée 
cette organisation. 

Le projet se composait de cinquante-deux articles, eropnin- 
lés textuellement pour ia plupart à la loi du 21 mars i83l , au 
décret du 3 juillet iai« «t à la loi du 7 juillet i8.>i2. 

Ënumérons quelques dispositions nouvelles du projet. 

l\ ajoutait aux communes oii déjà , d'après ia légisIstioD 
existante, les maires et les adjoints étaient nommés direrlr- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



SESSION. — HATIEUES ADMINISTRATIVES. i»37 

meot par le chef de l'État, tous les cbeMieux de caaiOD, 
qnelle que fût leur population. 

H portait que les maires devraient être ftgéa de viagt-cinq 
ans accomplis et être inscrits dans les communes au nMe de 
l'une des quatre contributions directes. La première de ces 
conditions était conforme à la loi de 1831. La seconde rem- 
plaçait la condition du domicile réol exigé par cette même loi, 
et dont la pratique avait démontré les inconvénients. Dans 
beaucoup de petites communes, en effet, celte condition res- 
treignait souvent, d'une manière fâcheuse, le choix de l'ad- 
ministration, en l'obligeant à confier les fondions de maire k 
ua domicilié qui manquait de la capacité voulue pour les 
remplir, à l'exclusion d'un autre citoyen qui , bien que réu- 
nissant toutes les conditions d'un bon administrateur, n'aurait 
pas eu dans la commune le domicile réel. 

La loi nouvelle, au lieu d'exiger d'une manière absolue, 
comme la loi de 1831 , un adjoint de plus par chaque excé- 
dant de 20,000 habitants, se bornait à disposer qu'il pourrait 
rtre nommé un adjoint de plus par chaque excédant de 
illlUOU habitants. Cette \éç^brf. modification était justiRéo par 
la difficulté que le gouvernement rencontre souvient à pour- 
voir convenablement k la nomination d'un nombre d'adjoints 
aussi considérable. 

En cas d'empêchement du maire et des adjoinis, le maire 
serait remplacé par un conseiller municipal désigné par le 
ptéki; ce serait seulement à défaut de cette désignation, 
c'est-à-dire dans tous les cas d'urgence, que le maire pourrait 
être remplacé, comme il l'était jusqu'alors dans tous les cas, 
par le conseiller municipal le promier disponible dans l'ordre 
dn tableau. L'exposé des motifs justiBait cette innovation en 
là présentant comme une conséquence naturelle du principe 
posé dans l'art. 57 de la Constitution, qui attribue la nomina- 
tion des maires au pouvoir exécutif. 

Le projet de loi conservait pour, les petites communes le 
minimum de dix conseillers; pour les plus grandes il abais- 
sait k trente le maximum que la loi de iS31 portait ft trente- 
^x. Entre ces deux extrêmes, le projet admettait sept classes 



n,5,t,7rjM,G00glc 



Ue FRANCE. 

ifilérniMiaîKs dans lesquelles le nombre dea conseiUers aa^ 
mentait à mesure que la population devenait plus nbmbrcuse. 

L'élection direclc des conseils municipaux par le suffhge 
universel élRit maintenue ; mais tandis que, d'après la loi de 
1831, ces conseils étaient renouvelés par moitié tous les trots 
ras, d'après la loi nouvelle ils seraient renouvelés iDtégr^ 
ment tous les cinq ans. 

Dans le cas de dissolution d'un conseil municipal, la loi 
âe 1881 filait à trois mois et la loi de 1839 à un an le délai 
pour la réélection de ce conseil. Le projet de loi contenait i ce 
ftujet nne nouvelle disposition qui donnait au Gouvernement la 
focUlté de proroger la dissolution du conseil et les pouvoirs d« 
la commission provisoire nommée pour le remplacer, jusqu'aa 
MdDUvellement quinquennal. 

Les conseils municipaux pourraient être suspendus par le 
préfet; mais Ils m pourraient être dissous que par l'Em- 
perenr. 

Les T^les de Paris et de Lyon continueraient d'être placées 
sous le réBÎme spécial établi par la législation actuelle. Ainsi 
les conseils municipaux de ces deux villes seraient nommés, 
comme ils l'étaient déjà, par l'Empereur. 

En outre, le projet de loi portait que dans les cbefs-lieux de 
département dont la population excède 40,000 ftmes, le prefft 
Kinplirait les Tonctions de préfet de police, telles qu'elles 
avalent été réglées pour la ville de Lyon par la loi du 19 juin 
1861 . Ces GtiefS'lieux de département, dont le nombre s'élèic 
à dix -sept d'après le dernier recensement, conserveraient 
l'unité municipale, l'élection des conseillers municipaux et gé- 
néralement toutes les règles du droit cotnidUh en cette ma- 
tière; seulement les pouvoirs qui tiennent à la sûreté générale 
seraient exercés par le préfet, le maire conservant, avec les 
attrlbntialis communales proprement dites, tout ce qui con- 
cerne spécialement la police municipale. 

Toutes les di^tontions des lois antérieures se trouvant linsi 
refondues dans un code unique, le pmjet de loi se terminait 
par un article qui abrogeait d'une manière ^)Sohie la loi du 
31 biars 1831, ainsi qbe les diSposMtms dti déettt db 6 inU- 



n,5,t,7rjM,G00glc 



SESSION. — MATIÈRES ADMINISTRATIVES. U9 
)et 1M8 et celles de la loi du 7 juillet IBSi, relatives à la 
cftiDpostlion des corps munîcipaui. 

Le rapport sur le projet fut présenté par M. J. LaDgiais ( de 
)■ Sarlhe], au nom de la comniission. 

H. LangUis exposa d'une façon remarquable la pensée dn 
GouremenKDt : 

t On M l'eit pu proposé, dUut-il, d'tpparter une riforoie proronda duH not 

iutilulioni municipalei. Ifi !■ CouliUitioD ni le vœu public ne U réclanuiRl. 
■lit DDt communes liient sous l'empire de U .loi Iramilaire que noua tvoni 
niUe dus le cours de notre première SMsIon, et soal celui de ItgtiUtion* inU- 
nenrei dont piuliean parties, disposées ponr d'eatrea temps et d>ni d'iulm 
mti, éteient en déticeorl nec la principe de nos institutions et sa trouvent 
lïnjjtes. De U la néoeaaité d'orsiniser en régime déGnitiT et de réunir dins un« 
unie loi toutes ces dispositions éporscB, en y ajoutant les madiGcitiaus nouvelles 
^1 le besoin ae fait sentir. 

■ Itme réduite t ces tannes, la loi soumiae i l'examen da Corpa législatif offre 
(Mon nna jraiilé incontotable. Un comprendrait mal, en effet, l'importance da 
fmHaii msnieipal, si on ne le jugeait que par le rang qu'il occupe dans U hié- 
rirctiie dei pouvoirs publics. Telle est U nature de ses Tonctiaus, qu'il entre pour 
Due part cansidénble dini l'ordre de la sociétc 

i Le pip où s'éleindiait l'eaprit local ne serait plus cette nalîDn oA lea cilojeM 
lienent, dan* dea inlértta k leur portée, un aliment naturel t l'activité, un bnt 
i limbilion, uuo école d'où quelques-uns g'élérent au maniement des grand* i»- 
Uiiltde l'Etat. La vie aurait bienlAt disjuru de ce paji, ou bien elle refluerait 
ia ntremlléi engourdies au centre comme le unj au cipur, ce ferait un peuple 
d'indifférents exilés dans l'intérêt privé, ai^is contre le Gouternemenl, se plal. 
jaul de lui MHS cesat, le rendant refpoiuable de tout; un peuple incapable de 
iMsIance et docile 1 toute révolution; nue pauNiérediaperaée au gré des orages 
isl le pouvoir serait agité. 

■ Tout suuvcTncmcDt sage se muiitrera donc jaloui de la prospérité des rom- 
nunn surtout dani un temps comme le nOtre, où les progrès de l'instruction, 
Itsbttnde de la via publique ont fait passer dîna tous les rangs de la aociéte 
Ma tir inlérèt pour lea abirei dn paja et une aorte le beaoin d'j prendre part.' 
Le neUleur nMjen do ditigat le mouvement dea esprits, n'est-ce pas d'ouvrir à 
tnir activité une carrière bouorabla oA il j ait de l'intérêt et de la gloire t 

C'est dans cet esprit que le projet de loi avait été conçu. 

Le projet était priniitivement divisé en trois sections. La 
première réglait la composition et le mode de noniinatioD dli 
pooTotr municipal. La seconde réglait le motte de eonvocititrii 
et la tenue de l'assemblée des conseils ntunicipfeu. La troi- 



n,5,t,7rjM,GpOglc 



4U) FRANGE. 

tàëme déterminait les règles reUtives ii rassemblée des élec- 
teurs municipaux et aux votes de recours contre les opémtîoiu 
électorales. 

La commission, de concert avec le conseil d'État, fcmos 
«ne quatrième et dernière section avec les dispositions rela- 
tives au ré^me spécial des municipalités , dans les villes dont 
la population est de 40,000 Ames et au-dessus. 

Après l'excellente étude faite par la commission, la discus- 
sion ne pouvait être ni longue ni difficile. Ouverte le 2 avril, 
elle se termina le même jour par le vote des cinquante et nn 
articles du projet, à la majorité de 336 voix contre 7. 

K4forme de la procédure civile. Contrainte par eorpi, — 
Un projet de loi fut soumis au Corps législatif pour étabUr pu 
toute la France une procédure uniforme, en matière de cod- 
trainte par corps. 

L'article 781 du Code de procédure civile renfermait quel- 
ques anomalies regreUables. Cet article portait que l'arresta- 
tion du débiteur ne pourrait être opérée dans une maison quel- 
conque, même dans son propre domicile, sans une ordonnance 
du juge de paix et sans l'assistance personnelle de ce ma^ 
trat, qui serait tenu de s'y transporter avec l'officier minislé- 
riel. Pour le département de la Seine, deux exceptions étaient 
établies & cette rè^e par te décret du 14 mars 180S qui avait 
reconstitué le bureau des gardes du commerce, fondé en 4779. 
D'après l'article 15 de ce décret, ces officiers n'avaient pis 
besoin de l'autorisation ni de l'assistance du juge de paix pour 
arrêter le débiteur dans son domicile, si l'accès ne leur eo 
était pas interdit. D'aub^e part, lorsque l'arrestation devait être 
faîte dans une maison tierce et que le juge de paix du lien 
éttût empêché, ou qu'il refusait son concours, ils avaient le 
droit de s'adresser au ji^e de paix d'un autre cuiton. 

Quoique les gardes du commerce n'eussent pas abusé de 
ces prérogatives, elles paraissaient d'autant plus difficiles à jus- 
tifier, qu'elles étiùent une atteinte portée aux garanties dues à 
la liberté individuelle et à l'inviol^ilité du foyer domestique. 
Rien ne motivait cette exception au droit commun dans le 
département de la Seine. 



n,5,t,7rjM,G00glc