(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Biodiversity Heritage Library | Children's Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Annual report of the Minister of Natural Resources of the Province of Ontario, 1988-1989"

Ontario 




Annual Report 

1988-1989 



Ministry of Natural Resources 



This paper contains 
recycled materials 



5639 

(6.5 k P.R., 89 1 1 06) 

ISSN 0383-5901 



Annual Report 



for the year ended March 31,1 989 

J L^-^ f Minister of 
^^D^ Natural Resources of 
^^ais!^ the Province of Ontario 

To his Honour 

The Lieutenant-Governor 

of the Province of Ontario 

May it please your Honour 

The undersigned begs respectfully to present 
to your Honour the Annual Report of the 
Ministry of Natural Resources for the fiscal 
year beginning April 1, 1988 and ending 
March 31, 1989. 



Lyn McLeod 
Minister 



Contents 



A Message from the Minister 


4 


A Message from the Deputy Minister 


5 


Introduction 


7 


Forest Resources 


9 


Aviation and 




Fire Management Centre 


15 


Outdoor Recreation 


19 


Fisheries 


20 


Wildlife 


22 


Conservation Officers 


24 


Recreational Boating 


25 


Paries and Recreational Areas 


25 


Lands and Waters 


27 


Administration 


33 


Organizational Charts 


36 


Statements 


38 


Agencies, Boards and Commissions 


40 



A Message from 
the Minister 

I was pleased to be appointed in August 1989 
as Minister of Natural Resources. It is an honor 
to assume a leading role in an area as vital to 
this province as the management of our forests, 
Crown lands and waters, wildlife and fisheries. 

One of my duties as Minister is to encourage 
the people of Ontario to share responsibility 
with the ministry for the careful management 
and conservation of our resources. 

As this annual report shows, MNR has a long 
history of working in partnership with the 
public, with hunting and fishing groups, with 
forest industry organizations and with 
environmentalists. 

In the future, we will be seeking even more 
public participation. We will invite additional 
groups and agencies to be our partners, and we 
will look for closer co-operation from resource 
users. Our common goal will be to ensure that 
competing uses are accommodated without 
compromising the resource base. 

The Ontario government took strong legislative 
steps in 1988 and 1989 that will help us achieve 
this goal. A new law prevents fresh water from 
being transferred within or diverted out of 
Ontario without approval of the Minister of 
Natural Resources. Changes to the Public 
Lands Act make people who pollute or defile 
public land responsible for the clean-up costs 
and subject to large fines. A tax rebate program 
reduces the tax burden for landowners who 
keep naturally or historically significant land in 
its natural state. 

As well, the government's recognition of the 
importance of sustainable development 
prompted it to establish a Round Table on the 
Environment and the Economy. I look forward 
to participating in the discussions. 




I am also pleased to have become chairman of 
the Canadian Council of Forest Ministers. The 
council, which consists of federal, provincial 
and territorial forest ministers from across 
Canada, held an investment forum in Toronto in 
March 1989 with forest industry, labor and 
special interest representatives. Conferences 
such as this help ensure that our continued 
economic prosperity through resource 
development is achieved in balance with 
environmental protection and conservation. 

The Ministry of Natural Resources has a 
commitment to enhancing resources that can be 
renewed, to protecting resources that are 
threatened, and to making sure non-renewable 
resources are used responsibly. I know the 
people of Ontario share that commitment, and I 
invite you to be part of our efforts to make it 
succeed. 



^^pC.'y^)^ 



y^ 



Lyn McLeod 



A Message from 
the Deputy 
Minister 

The resource management programs of the 
Ministry of Natural Resources are based on the 
belief that the use of natural resources for 
economic development must be compatible 
with concern for the environment. We refer to 
this as sustainable development: the integration 
of environmental protection and resource 
development so that future generations can 
benefit from the resource base as we do today. 

Our ministry mandate is to ensure that 
competing uses are accommodated, important 
natural and cultural features conserved, and the 
resource base sustained. 

This annual report presents an overview of how 
MNR manages Ontario's resources according to 
these principles. 

MNR employees have as much to gain as other 
Ontario residents from a healthy environment 
and flourishing resource industries, and as 
much to lose if our natural resources are 
destroyed or depleted by mismanagement or 
over-use. We never forget that natural resources 
are vital to the environmental, economic and 
social well-being of everyone in the province. 

To achieve our goals, we work closely with the 
people of Ontario. Public involvement in resource 
planning is helping us to chart a new vision for 
resource management in the province. Comments 
from an increasingly interested public also help 
us reconcile competing uses of natural resources. 
And public participation and co-operation help 
ensure that sustainable development will be 
achieved. 




It's an enormous responsibility. There is still 
much to do, across the resource spectrum and in 
all parts of the province, if we are to reach our 
goals. I am, however, pleased about what we 
have achieved, and very grateful to ministry 
employees who have contributed so much to 
the effort. I believe that after reading this report 
you will agree that we're on the right track. 



/^ 



C 



George Tough 



Introduction 



The Ministry of Natural Resources manages 
Ontario's huge wealth of natural resources — 
Crown lands and waters, forests, fisheries, 
wildlife, fossil fuels and aggregates. Programs 
range from operating provincial parks and 
fish hatcheries to forecasting and controlling 
floods; from managing forest resources and 
fighting forest fires to protecting wildlife and 
stocking fish; from mapping and surveying 
to designating land use. 

To administer this mandate effectively, the 
ministry has developed a strong and 
decentralized field organization. There are 
eight administrative regions, each with its 
own regional office. Within the regions there 
are 47 district offices. As well, five regional 
fire centres are co-ordinated through the 
Aviation and Fire Management Centre in 
Sault Ste. Marie. The ministry also operates 
eleven tree nurseries and fish hatcheries 
across the province. 

The Minister and the Deputy Minister set 
program direction with the assistance of the 
Corporate Policy and Planning Secretariat. 
Three program groups are located in Toronto 
— Lands and Waters, Outdoor Recreation, 
and Finance and Administration. The Forest 
Resources Group is based in Sault Ste. Marie. 
About 3,700 people work for MNR on a 
permanent basis. Throughout the year this 
figure can more than double as MNR hires 
contract staff to meet seasonal needs. 



Forest Resources 



More than 80 per cent of Ontario's forested 
land is Crown land. MNR's Forest 
Resources Group ensures these publicly 
owned forests are managed to maintain 
continuous benefits for people today and for 
future generations. Forest Resources Group 
also works with the owners of the 20 per 
cent of Ontario's forested land that is 
privately owned to ensure that these lands 
are managed to enhance natural values and 
encourage forest production. Research and 
technology development, pest control, 
regulation of commercial timber operations, 
and the monitoring of regeneration programs 
are a few of the programs conducted by the 
Forest Resources Group, in consultation 
with the public and with industry. 




9 



Annual Report 1988-89 



Êwm 



NR is working 



with otiter ministries to 

develop guidelines to 

protect areas of cultural 

heritage in timber 

management areas. As 

well, new procedures 

are being developed to 

monitor the effect of 

timber management 

activities on other 



resources. 



Moving north 

This was "moving year" for MNR's Forest 
Resources Group. About 135 forestry positions 
transferred from Toronto to Sault Ste. Marie in 
September 1988, as part of the government's 
northern relocation program. By 1990, when 
100 forest researchers move from Maple, north 
of Toronto, the entire Forest Resources Group 
will be located in the Sault. 

In joining other forestry agencies already 
situated in the Sault, including the federal 
government's Great Lakes Forestry Centre and 
MNR's Aviation and Fire Management Centre, 
MNR is helping to establish this city as a major 
forestry centre in Canada. 

Environmental Assessment 

The first year of hearings for Ontario's Class 
Environmental Assessment for Timber 
Management was completed in May 1989. At 
that time, MNR had presented more than half 
its case before a three-member Environmental 
Assessment Board, and had undergone extensive 
cross-examination by representatives of various 
forestry, environmental, industry and native 
groups. MNR submitted written evidence about 
its timber management activities, including 
access to timber, harvesting, maintenance and 
renewal and how these activities relate to other 
programs such as Fisheries and Wildlife. 

The hearings are expected to continue through 
1 990. Decisions made by the board at the end 
of the hearings will help determine future 
timber management practices in Ontario. 

Protection guidelines 

New guidelines to protect moose habitat in 
areas where timber management is being 
carried out were completed and distributed in 
1988. As well, a code of practice was 
developed for timber management operations 
near rivers and streams, and environmental 
guidelines were established to protect 
waterways near access roads and bridges. 



MNR is working with other ministries to 
develop guidelines to protect areas of cultural 
heritage in timber management areas. As well, 
new procedures are being developed to monitor 
the effect of timber management activities on 
other resources. 

Forest Resource Development 
Agreement 

The five-year Canada-Ontario Forest Resource 
Development Agreement (COFRDA) expired 
March 31, 1989. 

More than 140,000 hectares of forest on Crown 
and private land have been regenerated under 
COFRDA-funded programs since the 
$150-million agreement was signed in 1984. 
COFRDA financed 58 research and technology 
development projects valued at $6.4-million, 
and awarded more than $1.8-million to Ontario 
universities for research projects. 

COFRDA also funded projects to determine the 
effects of modified timber harvesting practices 
on moose and furbearing animals; financed joint 
forest management projects with 40 Indian bands; 
paid for the construction of 330 kilometres of 
forest access roads and 1 1 bridges; and helped 
finance tree improvement projects, forest fire 
management programs and research forums. 

As the fiscal year ended, efforts were being 
made to obtain a federal government 
commitment to provide funds for a next 
generation of forestry agreements. 

Focus on Forests 

MNR's forest education program for the 
classroom, called Focus on Forests, was 
launched as a pilot project in 95 schools across 
Ontario in September 1988. The creation of a 
forest education program is particularly timely 
as the Ministry of Education's curriculum 
guidelines have recently been revised to put 
more emphasis on science in the elementary 
grades and forestry in the intermediate and 
senior grades. Lesson plans and activities 
explaining forest ecology and forest manage- 
ment concepts will be available to teachers of 
kindergarten to Grade 12 students for the 1989- 



10 



Forest Resources 



90 school year. COFRDA provided $310,000 
over two years to finance the program. MNR 
will provide funding for implementation. 

Integrated resource 
management 

Six different projects dealing with the effects of 
modified forestry practices on moose populations, 
fisheries, and tourism continued in 1988-89. 
The studies, some of which were conducted 
over several years, cost a total of $500,000 and 
were financed under the Canada-Ontario Forest 
Resource Development Agreement. 

In Thunder Bay District, researchers examined 
the impact of the herbicide Glyphosate, used to 
control the plants and grasses that compete with 
tree seedlings. These plants also provide browse 
for moose, and habitat for small furbearing 
animals. 

Other projects included a study of the effects of 
various timber cutting practices on aquatic 
feeding areas for moose, and a review of how 
modified harvest practices affect moose and 
fish habitat five years after harvest takes place. 
MNR staff are also completing an instructional 
video about integrated resource management in 
the Boreal forest. 

Forest Management 
Agreements 

Forest Management Agreements (FMAs) 
ensure that companies harvesting timber from 
Crown forests take responsibility for regenerating 
and tending the area after it has been harvested. 
These contractual agreements between the 
province and forest companies are for a period 
of 20 years, with a mandatory review every five 
years. The first FMAs were signed in 1980, and 
agreements now cover 178,000 square 
kilometres, nearly 70 per cent of Ontario's 
licensed forest. 



Four FMAs were reviewed in 1988 — three in 
the Timmins/Cochrane area with the Quebec 
and Ontario Paper Company and one at White 
River with Domtar Inc. The review showed that 
regeneration in these forests has more than 
doubled in the five years since the FMAs were 
signed and that the area receiving tending had 
tripled. During the same time, harvesting had 
increased by only 25 per cent. 

Timber production policy 

MNR is looking ahead to the needs of the next 
century by reviewing its forest planning and 
renewal practices. 

Forestry staff are developing for public 
discussion a new timber production policy for 
Ontario, to ensure that the future supply of 
wood will be sufficient to meet demand. This 
review will be conducted in two phases. Phase 
one, to be completed in the summer of 1989, 
will provide a general overview of the province's 
future wood supply needs. The second phase 
will develop strategies to implement the new 
policy at the field level. 

Ensuring the best use 

To investigate whether harvested timber is put 
to the most efficient use, MNR asked consultant 
Arthur Herridge to head a six-member committee 
to study the issue and submit a report to the 
Minister. 

The Report of the Best End Use Committee 
recommends ways to ensure appropriate 
distribution of timber to sawmills and to veneer, 
board and pulp mills. It also encourages pulp 
and paper mills to make better use of 
byproducts such as wood chips. 

MNR staff are taking steps to incorporate the 
report's recommendations into timber 
management programs. The report's findings 
will also be considered during development of 
the new timber production policy. 



Mhe 



he review showed 

that regeneration in 

these forests has more 

than doubled in the five 

years since the FMAs 

were signed and that 

the area receiving 

tending had tripled. 

During the same time, 

harvesting had 

increased by only 

25 per cent. 



11 



Annual Report 1988-89 







ntario's Forest 



Resources Inventory 

(FRI) keeps track of 

the province's forests 

by gathering 

information about 

forest stands 

according to age, 

species, height, site 

class and volume. 



Technology for the field 

MNR's fourth Technology Development Unit 
(TDU) was officially opened at Thunder Bay in 
May 1988. TDUs are also located at Brockville, 
Timmins and North Bay. They are responsible 
for adapting technology to meet the specific 
needs of field foresters in Ontario. TDU staff 
develop computerized databases about forests, 
hold technical workshops for foresters, and 
produce publications to keep foresters up to 
date on available technology and new 
developments in forest technology. 

Research highlights 

• White pine blister rust, a serious, often fatal 
disease of Ontario white pines, is itself under 
attack. Researchers at MNR's Ontario Forest 
Research Institute (formerly Ontario Tree 
Improvement and Forest Biomass Institute) in 
Maple are using new technologies such as 
enzyme analysis, spore harvesting, controlled 
inoculation, containerized seedling production 
and greenhouse culture to learn how the genes 
for resistance are inherited. Although more 
research and breeding are required, the future 
of white pine in Ontario is getting greener. 

• Research continues on nursery stock and early 
plantation establishment, with emphasis on 
planting stock quality. OFRI researchers are 
developing overwinter storage techniques to 
extend the planting season into July, without 
entailing loss of vigor for the seedlings. 

• The impact of the spruce budworm on spruce- 
fir stands is being reassessed and it may not 
be all bad. New research by OFRI scientists 
supports the co-evolution of the spruce 
budworm and the forest, and suggests that in a 
mixed stand, budworm may play an important 
role in maintaining spruce in the stand. This 
insight could have profound implications for 
the management of mixed spruce-fir stands 
and the ministry's aerial spraying decisions. 



Taking stock 

Ontario's Forest Resources Inventory (FRI) 
keeps track of the province's forests by gathering 
information about forest stands according to 
age, species, height, site class and volume. 
Over the past few years, FRI staff have put this 
information into a computerized form using a 
Geographic Information System (GIS). This 
system integrates FRI data with topographic 
information gathered by MNR surveys and 
mapping staff. The result is a more complete 
data resource produced in an accessible 
computerized format. 

This GIS process, produced with $1 -million in 
funding from the Canada-Ontario Forest Resource 
Development Agreement, reached fruition this 
year. The Iroquois Falls Forest near Cochrane 
became the first forest management unit to be 
completely produced in digital computer form 
using the new GIS. In 1989, mapping will 
continue in northern Ontario and then shift to 
the Algonquin area. About one-twentieth of the 
province, or 38,000 sq. kilometres, is mapped 
annually. 

Forest pests 

In 1988, areas in southern Ontario, east to Ottawa 
and as far north as Sault Ste. Marie, experienced 
a return of the forest tent caterpillar. 

The cyclical infestation of these small, greyish- 
blue caterpillars, is expected to peak in 1989 
and then go into decline. This phenomenon 
occurs every 10 to 12 years, and monitoring to 
date indicates that long-term damage to the 
forests by these caterpillars is minimal. Trees 
that are stripped bare of foliage in May and 
June will put out a new set of leaves by July. 
Other forest pests are not so harmless, and 
require direct action to reduce damage. In 1988, 
MNR conducted aerial spraying programs 
against spruce budworm, jack pine budworm 
and gypsy moth, using the biological 
insecticide Bacillus Thuringiensis (Bt). The 
budworm are concentrated in northwestern 
Ontario and about 18,000 hectares in Thunder 



12 



Forest Resources 



Bay District were sprayed for these pests. 
Aerial spraying of 13,784 hectares for gypsy 
moth in southern Ontario was conducted under 
an agreement with local counties. 

Wider scope 

A provincial workshop on forest health was 
held in Toronto in March 1989. As a result of 
that workshop, MNR broadened the mandate of 
the pest management section to include explicitly 
wider responsibilities for forest health. The 
section will now also address such issues as the 
effects of acid rain, drought and climate change 
on forests. 

Private Land Forestry 

MNR's private land forestry program is 
developing a strategy to encourage partnerships 
with forest owner groups and other interested 
parties. The strategy is being developed in 
consultation with the Ministry of Agriculture 
and Food to deliver an enhanced private land 
forestry program to landowners. 

The private land forestry program provides 
advice, low-cost nursery stock, technical 
services and on-site management to rural 
landowners with non-forested lands woodlots. 
The well-managed woodlots and plantations 
which result under the program, provide many 
benefits such as rural economic stability, 
enhanced wildlife habitat, recreation, protection 
of natural values, higher wood quality and soil 
and water conservation. 



MNR Initiatives in Temagami 

Rugged, with abundant forests and scenic 
waterways, Temagami is one of the province's 
most beautiful areas. Since 1988, MNR has 
increased its efforts to manage the land use 
issues of Temagami. 

• New waterway parks were created, protecting 
more than 200 kilometres of canoe routes; 

• the wilderness values of Lady Evelyn- 
Smoothwater park were given increased 
protection; 

• model management for resource planning was 
introduced; 

• opportunities for public involvement in 
resource decisions were increased; 

• and studies into the nature of old growth 
forest were initiated. 

To enhance the ministry's initiatives, and to 
increase public involvement, the Temagami 
Advisory Council was established in July 1988. 
The council advises the government concerning 
long-term resource management programs in 
the area. 

Chaired by Laurentian University president Dr. 
John Daniel, the advisory council held five public 
meetings in 1988 to gather views on issues 
including the extension of the Red Squirrel and 
Goulard logging access roads, the future of the 
William Milne and Sons Ltd. lumber company, 
and other issues. The council presented its first 
annual report to the Minister in January 1989. 



^ 



o enhance the 



ministry's initiatives, 

and to increase public 

involvement, the 

Temagami Advisory 

Council was established 

in July 1988. The council 

advises the government 

concerning long-term 

resource management 

programs in the area. 



Canadian Council 
off Forest Ministers 

In September 1988, Ontario's then Natural 
Resources Minister Vincent G. Kerrio, was 
appointed to a one-year term as chairman of the 
Canadian Council of Forest Ministers. As 
chairman, Mr. Kerrio hosted a national forum in 
Toronto in March 1989, focusing on improving 
current and future investment opportunities in 
the Canadian forest sector. The forum involved 
senior representatives of the Canadian forest 
industry, investment communities and labor groups. 



13 



AFMC 



The Aviation and Fire Management Centre 
at Sault Ste. Marie co-ordinates provincial 
forest fire management and aviation 
operations in Ontario. The centre also 
co-ordinates non-scheduled air transport for 
Ontario government personnel. 




15 



Annual Report 1988-89 



-F- 

■ ire 



ire suppression 



is supported by an 



aviation fleet 



consisting of nine 

CL-21 5 heavy water 

bombers, five Twin 

Otter water bombers, 



Under control 

The AFMC is the nerve centre for forest fire 
control in Ontario. It audits field operations, 
and tests and evaluates new equipment and 
products. It co-ordinates manpower, fire 
equipment and aircraft; provides fire weather 
information gathered from all regional fire 
centres; and acts as a central communications 
outlet. It produces and supervises training 
programs, and maintains co-operative relations 
with other provincial, national and international 
fire agencies 



five helicopters and h^j season fuels fîres 



1 3 Turbo Beavers. 



Ontario experienced one of its worst forest fire 
seasons on record in 1988. The aviation and fire 
staff began preparations early in the season, 
spurred on by two years of less than average 
winter snowfalls combined with early dry, 
warm springs. The first major fire of the season 
broke out on April 29 in the Kenora District. 
By the end of the season, Ontario had recorded 
3,260 fires — the second highest number of 
fires on record, exceeded only by the 3,985 
recorded in 1976. More than 2,000 of these 
fires were started by lightning, an unusually 
high number. Effective initial attack held the 
loss to 394,496 hectares, of which more than 
300,000 burned in the more remote parts of 
northern Ontario. 



Field organization 

Responsibility for initial and sustained attack 
on fires rests with the five regional fire centres 
located at Huntsville, Sudbury, Timmins, 
Thunder Bay and Dryden. Regional fire control 
is further broken down to district fire operations 
headquarters and attack bases. Responsibility 
for fire prevention and control in the three 
southern regions rests with the respective regional 
directors. Hiring and training of the 207 three- 
person fire crews is done at the field level. 

Fire suppression is supported by an aviation 
fleet consisting of nine CL-21 5 heavy water 
bombers, five Twin Otter water bombers, five 
helicopters and 13 Turbo Beavers. In addition, 
the fire organization obtains the services of 
light and medium helicopters on long-and 
short-term hire from the private sector. 

Fire management research 

Fire-suppressant foam injection kits were 
evaluated on two of the ministry's heavy water 
bombers to determine the best use and cost 
effectiveness of this fu^e fighting method. Ministry 
staff were encouraged with the results and are 
planning to install kits on all nine CL-215s. 

AFMC also continued joint experiments with 
the Canadian Forestry Service to determine the 
fire behavior and impact of large-scale 
prescribed fires; conducted further weather 
impact studies; developed and assessed initial 
attack systems; and evaluated early fire 
detection programs. 



16 



Aviation and Fire Management Centre 



Fire prevention 

With about 60 per cent of forest fires caused in 
most years by human carelessness, teaching the 
public how to prevent forest fires by using fire 
wisely is vital to protecting the forest resource, 
private property and human life. 

In 1988, Ontario won an international design 
competition established to select a symbol for 
use in North America to mark areas of high 
forest fire risk. The symbol depicts a black and 
white burned forest and the remains of a 
building inside a red circle with a diagonal 
slash through the center. 

The provincial fire prevention committee, with 
representation from all regions, created a 
workbook and video which were distributed to 
more than 50,000 students across Ontario. 

China Project 

Since 1985, thirty-four Chinese fire manage- 
ment staff and technicians have received 
training in Canada and China, on forest fire 
suppression, theory, and equipment use and 
maintenance. The project, aimed at developing 
a model forest fire management system in the 
northeastern Chinese province of Heilonjiang, 
was sponsored by the Canadian International 
Development Agency, with Ontario playing the 
lead role. Instruction in both countries was 
provided by MNR, aided by staff from the 
Canadian and Alberta Forest Services. 



wmt\ 



ith about 60 per 



cent of forest fires 
caused in most years 
by human careless- 
ness, teaching the 
public how to prevent 
forest fires by using 
fire wisely is vital to 
protecting the forest 
resource, private 
property and 
human life. 



17 



Outdoor Recreation 



Ontario's lakes, streams, parks and 
wilderness areas provide enjoyment for 
hundreds of thousands of people every year. 
Canoeing, camping, hunting, fishing, 
swimming and birdwatching are just a few 
of the activities that draw residents and 
tourists alike to Ontario's great outdoors. 
The Ministry of Natural Resources manages 
the resources that make these activities 
possible. MNR's Outdoor Recreation Group 
is responsible for fisheries, wildlife, parks 
and recreational areas, as well as regulation 
enforcement and recreational boating. 





19 



Annual Report 1988-89 



Fisheries 



^1 



nder the resident 



sport fishing licence 

program, MNR is 

conducting projects to 

improve spawning 

areas, upgrade fish 

culture facilities and 

rehabilitate lakes, 

study fish habitat, 

produce education 

programs and create 

access points. 



Fishing is one of the most popular recreational 
activities in Ontario today, and with more than 
150 species found in the province's waterways 
it's easy to see why. MNR's Fisheries Branch 
protects and manages the fisheries resource to 
ensure sustained stocks of fish for Ontarians 
today and in the future. Management programs 
include assessment, research, stocking, 
education, rehabilitation of lakes and rivers and 
enforcement of fisheries regulations to ensure 
this rich resource is not overused. 

Easier reading 

The Ontario Fishery Regulations were rewritten 
to eliminate obsolete regulations and to make 
them easier to read. The revised regulations 
incorporate new laws governing fishing and 
consolidate all information about fishing 
seasons, size restrictions and catch limits into a 
single table for quick reference. The new 
format will make it easier for the public to 
determine the regulations governing a particular 
species in a certain area. The regulations also 
include changes to legislation affecting 
commercial fishing. 

Fishing licence program 

Under the resident sport fishing licence 
program, MNR is conducting projects to 
improve spawning areas, upgrade fish culture 
facilities and rehabilitate lakes, study fish 
habitat, produce education programs and create 
access points. Since the introduction of the 
licence in 1987, more than 1,000 projects have 
been funded. 

IManaging lake trout 

About 40 MNR staff across the province are 
involved in a project to improve the manage- 
ment and protection of lake trout, one of 
Ontario's most sought-after sport fish. Staff are 
preparing reports on lake trout physiology and 
ecology, and the effects of pollution and 
overfishing on lake trout populations. The 
information will be used to develop better long- 



term management strategies, leading to an 
improved fisheries program for the 
perpetuation, protection and rehabilitation of 
the lake trout in Ontario. 

Protecting spawning areas 

Fish cannot reproduce if the lakes, streams and 
rivers they spawn in are polluted or filled with 
silt and debris from development. MNR hosted 
several regional workshops across the province 
in 1988 to teach the public how to protect and 
manage fisheries habitat. MNR also signed a 
statement of intent with the Ontario Ministry of 
the Environment, and the federal departments 
of Fisheries and Oceans, and Environment, to 
work together to protect fisheries habitat. The 
document is a promise by MNR and the other 
agencies to develop an agreement to co- 
operatively manage and improve fish habitat. 

Taking care of habitat 

MNR spent $900,000 in the 1988-89 fiscal year 
on 221 projects to rehabilitate fish habitat. The 
projects included: 

• improving spawning beds for walleye, lake 
trout and rainbow trout; 

• building fishways to improve access for 
rainbow trout to spawning and nursery areas; 

• removing debris from rivers and streams; 

• planting vegetation near streams to lower 
water temperatures; 

• reducing sediment loading; 

• converting dams to bottom draw-off. 

About 36 per cent of this work was 
accomplished through the Community Fisheries 
Involvement Program. 

Fish for stocking 

MNR stocked nearly 1 2 million fish, of a dozen 
different species, in a total of 1,100 lakes in 1988. 
As well, MNR acquired 220,000 fish eggs for 
its program to re-establish the Atlantic salmon 
in Lake Ontario, and to introduce the Skamania 
strain of steelhead salmon into Lake Huron. 



20 



Outdoor Recreation 



The Aquatic Productivity Incentive Program 
gave grants totalling about $100,000 over an 
IS-month period ending in March 1989, to fish 
fanners for projects such as constructing waste- 
reducing rearing units and installing re- 
circulating systems to increase production. 

Cultured fish 

The new Tarentorus hatchery near Sault Ste. 
Marie began production in the fall of 1988. 
This $7.4-million facility is capable of rearing 
about 1 .6 million fish annually, most of which 
will be stocked in Lake Superior. 

Construction of the Blue Jay Creek fish culture 
station on Manitoulin Island began in August 
1988. This early-rearing facility will be capable 
of producing about 1 .2 million fry each year. 

Research highlights 

• The Atlantic salmon, extinct in Ontario for 
more than 100 years, was re-introduced into 
two rivers flowing into Lake Ontario — the 
Credit River, and Wilmot Creek near 
Newcastle — as part of a 10-year project to re- 
establish the species. MNR is developing 
regulations to protect the salmon during the 
study period, and is asking anglers to release 
any Atlantic salmon they may catch in the 
next few years. 

• More than 1 ,400 scientists and senior fisheries 
officials from around the worid attended the 
four-day annual meeting of the American 
Fisheries Society hosted by MNR in Toronto 
in September 1988. The 300 technical reports 
and 23 symposiums presented addressed 
major issues including the effect of acid rain 
on fish, implementation of a North American 
waterfowl management plan, and how fish 
respond to pollution, climate changes and 
altered aquatic habitat. 



Testing the theories 

MNR launched a program in 1988 to test the 
effectiveness of its fisheries management 
activities. Twelve controlled experiments were 
initiated across the province to help monitor the 
impact of such MNR programs as stocking fish, 
protecting brood fish stocks and rehabilitating 
lakes and streams. 

Fisheries in school 

Youngsters will soon be able to learn about 
fisheries management through a new Youth 
Fisheries Education Program. Activities geared 
to students from kindergarten to Grade 12 are 
currently being developed for teachers for the 
1990-91 school year. The program will help 
students learn about different fish species, 
habitat and fisheries management, with 
emphasis on integrated resource management. 

Commercial fishing 

Commercial fishermen landed their most 
valuable harvest ever in 1987 (1988 figures 
will be available in January 1990). About 
61 million pounds offish were caught, valued 
at $48.4-million before processing. Ongoing 
studies to monitor fish stocks and levels of 
incidental catch of sportfish in the Great Lakes 
resulted in some changes to the commercial 
fishery in 1988. At Long Point Bay on Lake 
Erie, commercial fishermen agreed to move 
their nets two kilometres further offshore to 
avoid incidental catch of smallmouth bass. MNR 
is continuing to monitor quota levels in the 
eastern end of Lake Erie, while fishermen in the 
western end are involved in a successful self- 
policing program. 

MNR bought out the licences of 26 commercial 
operators on eastern Lake Ontario to prevent 
over-fishing. As well, severe restrictions were 
placed on catch levels of several fish species 
including yellow perch, sunfish and bullheads. 



^ 



he Atlantic 



salmon, extinct in 
Ontario for more than 
1 00 years, was re- 
introduced into two 
rivers flowing into Lake 
Ontario— the Credit 
River, and Wilmot 
Creek near Newcastle 
— as part of a 10-year 
project to re-establish 
the species. 



21 



Annual Report 1988-89 



ÊWÊt 



NR's wildlife 



programs include 

protecting endangered 

species, saving or 

restoring wildlife 

habitat, educating the 

public about wildlife, 

and providing hunting, 

trapping and wildlife 

viewing opportunities. 



Wildlife 

MNR's wildlife programs include protecting 
endangered species, saving or restoring wildlife 
habitat, educating the public about wildlife, and 
providing hunting, trapping and wildlife viewing 
opportunities. The Wildlife Branch also operates 
research programs in areas such as rabies control, 
and white tailed deer ecology, and encourages 
public participation in wildlife management 
through community involvement programs. 

Wetlands planning policy 

About 75 per cent of southern Ontario's 
wetlands have been lost as a result of drainage 
for agriculture or development, or have been 
destroyed by erosion since the turn of the 
century. These marshes, swamps and bogs are 
vital as wildlife habitat, and essential for flood 
and pollution control. In October 1988, a policy 
statement to protect provincially significant 
wetlands was approved for public consultation. 
The policy statement, part of the provincial 
Planning Act, is designed to help planning 
agencies such as towns and municipalities 
identify and protect important wetlands within 
their jurisdictions. 

Waterfowl and wetlands 

Despite severe drought on the Prairies and 
generally low numbers of waterfowl across the 
continent, Ontario's population of ducks and 
geese remained at high levels during 1988. In 
1988, a second agreement signed with Ducks 
Unlimited Canada and MNR, will commit 
$19.3-million over five years to maintain, create 
and restore 10,000 hectares of waterfowl habitat. 

Wetlands provide important breeding grounds 
and staging areas for waterfowl, and habitat for 
many other types of wildlife. The North 
American Waterfowl Management Plan is a 
continent- wide plan endorsed in 1986 by the 
Canadian and U.S. governments to preserve 
and rehabilitate wetlands. In 1988, Ontario 



began its first project imder the plan — the preser- 
vation and rehabilitation of Matchedash Bay, at 
the southeastern tip of Georgian Bay. The 
project calls for the acquisition and rehabilitation 
of 2,157 hectares of wetlands over the next 
seven years, at a cost of more than $8-million. 

Rabies research 

Several successes in rabies research were 
achieved over the past year: 

• A rabies gene preparation developed by 
researchers at the University of Toronto and 
McMaster University in Hamilton resulted in 
an oral vaccine which can successfully 
immunize skunks. In the past, skunks have 
resisted all attempts to vaccinate them with 
oral vaccines, but tests showed the new 
preparation produced high immunity levels. 

• An experimental program by MNR 
researchers to live-trap skunks in 
Scarborough, vaccinate them by injection and 
release them, also had positive results. In the 
early summer of 1988, 60 per cent of the 
area's skunk population was treated, with the 
result that there was only one case of skunk 
rabies detected in the study area during 1988. 

• MNR's rabies research unit has also been 
reviewing the results of the 1987 field trials 
which used a bait that can be mass produced 
to vaccinate wild foxes. They found that while 
the vaccine was able to withstand extreme 
heat without losing effectiveness, if foxes just 
nibbled the bait without puncturing the plastic 
pouch, the animals were not vaccinated. 
Animals that did contact the vaccine were 
found to be nearly 100 per cent protected 
against the disease. 

Moose hunt review 

Ontario's moose population continues to grow 
and is now estimated at more than 120,000. A 
review of the selective harvest program for 
moose was completed in 1989 and resulted in 
several changes to regulations governing moose 
hunting. MNR reintroduced party hunting for 
moose in the 1988 hunt, and a group 
application system is being considered. The 



22 



Outdoor Recreation 



hunting season for moose was moved back one 
week to better protect adult moose during the 
mating season. MNR also developed and 
implemented guidelines to protect moose habitat 
in areas where timber operations are under way. 

Support for deer program 

A survey of deer hunters conducted last year 
showed that 74 per cent of hunters polled were 
either satisfied or very satisfied with the 
selective harvest program, while 18 per cent 
were to some extent dissatisfied. Ontario's deer 
population continues to increase and is 
estimated at more than a quarter of a million, 
more than double the 1980 population. MNR's 
selective harvest program is designed to keep 
deer densities at levels just below the carrying 
capacity of the range where the deer live. This 
helps ensure a healthy deer population and 
avoids the dramatic changes in deer numbers 
that result from over-population. 

Black bear management 

A new policy creating black bear management 
areas for tourist operators went into effect for 
the spring 1989 bear hunt. The policy will 
improve the management of Ontario's black 
bear population by reducing conflicts between 
operators, and establishing a system that will 
better manage bear harvests. 

Bear facts 

MNR wildlife researchers have been collating 
the results of field studies conducted over the 
past several years on black bears and polar 
bears. The studies suggest that the polar bears 
which winter on the Ontario coast of Hudson 
Bay are the most productive subspecies of polar 
bear in Canada. MNR researchers also discovered 
that Ontario's black bears reproduce very slowly. 
The average female does not have her first cub 
until her sixth summer and produces an average 
litter of 1 .7 cubs every year after that until she 
dies of old age, usually at about 18 years. 
Researchers feel these low reproduction rates 
may be due to food shortages. 



Wild turkeys 

A program to reintroduce wild turkeys to 
Ontario began in 1984 through the co-operative 
efforts of MNR, the Ontario Federation of 
Anglers and Hunters, and other conservation 
groups. The birds have since rapidly multiplied 
and now number more than 6,000. A capture 
and release program was launched last year in 
several areas to hasten the repopulation of wild 
turkeys across southern Ontario. 

The annual controlled hunt for wild turkeys was 
held in Napanee district in 1988. The 500 hunters 
involved had attended mandatory training 
sessions and were able to harvest 71 of the 
elusive birds. 

Endangered species 

For the past 13 years, MNR has been involved 
in a project to help re-establish peregrine falcons 
by breeding and releasing young falcons in the 
wild. In 1988, MNR staff happily confirmed 
that a pair of these falcons had nested in the 
wild and had fledged two offspring. As well, 
three female peregrines released in Ontario 
bred successfully in other parts of eastern North 
America and produced at least five young. 

In 1988, 29 young peregrines were released in 
southern Ontario, bringing the total number 
released since the project began to 172 birds. 
MNR's efforts to bring back this spectacular 
raptor were assisted, as in each of the previous 
years, by the efforts of several dedicated 
volunteer groups and corporations. 

MNR is also working to help other endangered 
or threatened species. The ministry joined the 
Canadian Piping Plover Recovery Team to 
develop management strategies to aid in the 
recovery of this endangered bird. As well, eight 
species or subspecies of snakes were protected 
under the Game and Fish Act. 







ntario's deer 



population continues 

to increase and is 

estimated at more than 

a quarter of a million, 

more than double the 

1980 population. 



23 



Annual Report 1988-89 



I 



n 1 988, more than 
3,000 teachers 



attended 130 workshops 

to learn techniques for 

instructing students 

about wildlife 

populations, habitat, 

use, management 

techniques and 

research programs. 



Habitat research 

A workshop sponsored by MNR and the 
Canada-Ontario Forest Resource Development 
Agreement in Thunder Bay in November 1988, 
brought together foresters, biologists, ecologists 
and representatives from the timber and tourist 
industries to study the ways timber management 
practices affect moose and fish, as well as 
tourism potential. Areas where more scientific 
research is needed were identified and specific 
areas of study were proposed. Participants 
prepared a conceptual model which will serve 
as a stepping-stone to develop interlocking 
research studies. 

Get involved 

More than 5,200 people devoted more than 
50,000 hours of work to 1 66 projects under the 
Community Wildlife Involvement Program 
(CWIP) in 1988. Each year the network of 
CWIP volunteers tackling wildlife conservation 
projects gets bigger, with participants developing 
new and more enthusiastic projects to improve 
wildlife habitat, conduct research or increase 
wildlife populations. Recent projects include 
supporting the Ontario Rare Breeding Bird 
Program, creating hedgerows to provide habitat 
for birds and animals, managing beaver ponds, 
seeding clover fields and improving deer habitat. 

Wild About WILD 

Project WILD is one of the most popular public 
education programs sponsored by MNR. In 
1988, more than 3,000 teachers attended 130 
workshops to learn techniques for instructing 
students about wildlife populations, habitat, 
use, management techniques and research 
programs. 



The fur booic 

A definitive textbook about wild furbearing 
animals and the fur trade in North America 
was published by MNR and the Ontario 
Trappers Association. The 1,168-page 
encyclopedia. Wild Furbearer Management 
and Conservation in North America, was 
written by 104 experts and took more than four 
years to produce. It focuses on the biology and 
habitat requirements of all North American 
furbearing animals, and also covers topics 
ranging from the history of the fur trade to fur 
management techniques and principles. 

The book's editors received the prestigious 
Wildlife Society annual award for the best- 
edited wildlife publication in North America. 

Bowhunting program 

A voluntary education program for bowhunters 
was launched in the fall of 1988 by MNR, in 
conjunction with bowhunter and sportsmen's 
associations. Two training sessions for instructors 
have been completed and about 90 new 
teachers were certified. 

Conservation 
Officers 

MNR's 240 conservation officers enforce federal 
and provincial laws relating to fish, wildlife and 
protected plant species, as well as the statutes 
governing provincial parks and public lands. 
They also inform the public about natural 
resource management by speaking to community 
groups, schools, clubs and public meetings. 

In 1988, conservation officers and 395 deputies 
had contact with more than 453,929 resource 
users. They issued 15,299 warnings and laid 
7,588 charges relating to fishing and hunting 
under the Game and Fish Act (Ontario), the 
Migratory Birds Convention Act (Canada), the 
Fisheries Act (Canada) and other Acts and 
regulations. Fines totalling $704,5(X) were 
collected from people convicted of violating 
these laws. 



24 



Outdoor Recreation 



Recreational 
Boating 

The Office of Recreational Boating promotes 
safe boating in conjunction with other resource 
uses. It operates an ongoing boating safety 
awareness campaign through MAST — the 
Marine Agency Safety Team. In 1988-89 the 
office also produced a new publication called 
Boating Regulations and Information which 
clarifies and consolidates information for 
boaters from various government agencies. The 
office co-ordinated a provincial review of 12 
federal harbor development projects and is 
continuing its study of recreational boating 
fatalities in Ontario. 

Parks and 
Recreational 



Ontario's provincial parks system provided 
recreational and educational enjoyment for 7.8 
million residents and tourists in 1988. A new 
parks policy emphasizing resource protection 
was announced in May 1988. The policy called 
for the addition of new parks to the existing 
system which brings the total up to 261. It also 
allows for greater protection for areas of 
cultural and natural significance. 

Better parks protection 

There are six classes within Ontario's provincial 
parks system: wilderness, nature reserve, historical, 
natural environment, waterway and recreation. 

Under the new policy, hunting is prohibited in 
wilderness and nature reserve parks. Mining, 
commercial hydroelectric development and 
logging are prohibited in all parks (except 
Algonquin and Lake Superior parks where 
logging is permitted to continue). Commercial 
fishing, trapping, wild rice harvesting and bait 
fishing will be phased out over a 21 -year period 
which began January 1, 1989. 



The policy also emphasizes the opportunities 
for public involvement in managing parks. The 
public is invited to assist in developing manage- 
ment plans that will determine the kind of uses, 
facilities and services that parks offer. 

Revitalizing parks 

MNR is gearing up for the 100th anniversary of 
the provincial parks system in 1993 with a five- 
year parks revitalization plan. About $5.4- 
million was spent on upgrading in 1988-89, the 
second year of the program. Projects included 
building comfort stations with showers in 10 
provincial parks, renovating existing facilities, 
upgrading water and sewage systems and 
improving parking lots and roadways. 

Untaxing nature 

An important step toward protecting Ontario's 
natural heritage on privately owned land was 
taken in 1988 with the implementation of the 
Conservation Land Tax Reduction Program. 
Under the program, property tax rebates of up 
to 100 per cent are available to owners of land 
that has been identified as conservation land. 
Eligible lands include class 1 , 2, or 3 wetlands, 
provincially significant Areas of Natural or 
Scientific Interest (ANSI), natural areas within 
the Niagara Escarpment Protection Area, non- 
revenue producing conservation authority 
lands, and other conservation lands owned by 
non-profit organizations. 

The purpose of the program is to recognize, 
encourage, and support the long term 
stewardship of specific classes of conservation 
land that contribute to the achievement of 
provincial conservation and natural heritage 
objectives. About 372,(X)0 hectares of land, 
mostly in southern Ontario, have been 
identified as conservation land. Eligible 
landowners have until December 31, 1990 to 
apply for tax rebates for 1987 and 1988. 



ÊwÊi 



NR is gearing up 
for the 100th 



anniversary of the 

provincial parks 

system in 1993 with a 

five-year paries 

revitalization plan. 

About $5.4-million was 

spent on upgrading in 

1 988-89, the second 

year of the program. 



25 



Lands and Waters 



About 87 per cent of all land in Ontario 
belongs to the Crown and approximately 
one-fifth of the province's surface area is 
covered by water. MNR's Lands and Waters 
Group manages these publicly owned lands 
and waters. Programs include shoreline 
management and flood forecasting; mapping, 
surveying and remote sensing; provision of 
financial and technical support to conservation 
authorities; and the marmgement of Ontario's 
petroleum, aggregate, peat and waterpower 
resources. 





27 



Annual Report 1988'89 



HVI 



NR is developing 



a Water Conservation 
Strategy to encourage 
more efficient and sus- 
tainable use of Ontario's 
water resources. The 
strategy addresses 
growing concerns over 
reduced water supplies 
in the future resulting 
from increased con- 
sumptive uses and 
global climate warming. 



Water Transfer Control Act 

Ontario took steps in 1988 to assert its authority 
to control and manage the long-term security of 
provincial water resources. The Water Transfer 
Control Act prohibits the transfer of water out 
of any of the four provincial drainage basins 
without the approval of the Minister of Natural 
Resources. Included are transfers from one 
provincial drainage basin to another within 
Ontario or to a provincial drainage basin in 
another province. In addition, transfers of water 
to another country are prohibited. The 
legislation applies to any and all proposed 
water transfers including, but not limited to, 
those by diversion, rail, pipeline, truck or ship. 

Conserving water 

The long, hot summer of 1988, one of the driest 
in recent years, underscored the need to ensure 
the continued protection and conservation of 
clean, fresh water in Ontario. MNR is developing 
a Water Conservation Strategy to encourage 
more efficient and sustainable use of Ontario's 
water resources. The strategy, together with 
other provincial initiatives, addresses growing 
concerns over reduced water supplies in the 
future resulting from increased consumptive 
uses and global climate warming. The 
conservation strategy has four thrusts: 

• to promote public awareness of water issues 
and the need for conservation; 

• to promote research and use of water 
conservation technologies and techniques; 

• to investigate ways to encourage water 
conservation; 

• to encourage better communication and co- 
operation between agencies regarding water 
management issues. 

Shoreline management 

MNR's shoreline management program is designed 
to prevent loss of life and to minimize property 
damage associated with flooding and erosion. 
Ministry staff, in conjunction with the Ministry 
of Municipal Affairs, have been working on a 



policy statement which will outline Ontario's 
position on flood and erosion hazards within 
the shoreline areas of the Great Lakes-St. 
Lawrence River system. The policy will provide 
direction to municipalities and other land use 
planning agencies in addressing shoreline 
hazards in municipal planning documents. 

As well, three technical databases of information 
for shoreline management are complete and a 
fourth is under way. One database provides 
information on wave characteristics along the 
Great Lakes shorelines; a second details where 
and how much sediment moves along Ontario's 
Great Lakes shorelines; and the third re-defines 
the 100-year flood levels for the Great Lakes 
taking into account the high water levels of the 
mid-1980s. A fourth database involves the 
ongoing monitoring of erosion recession rates 
at various representative sites throughout the 
Great Lakes. In addition, MNR staff have 
provided input and assistance to International 
Joint Commission studies on fluctuating water 
levels in the Great Lakes system. 

Canada-Ontario Flood Damage 
Reduction Program 

This joint federal/provincial program develops 
flood risk maps which are used to discourage 
development in flood-prone areas. Sixty-six 
projects were undertaken through this program 
in 1988, along with a number of other technical 
studies. 

A multi-year aerial photography and mapping 
program for the entire Great Lakes-St. 
Lawrence River system was begun in 1988. As 
well, ground controls, aerial photography and a 
mapping database were completed for the 
shoreline extending from lower Lake Huron, 
through lakes St. Clair and Erie and to nearby 
Grimsby on the Lake Ontario shoreline. 

Flood plain planning 

A new policy statement on flood plain planning 
was approved by the provincial government in 
August 1988. The statement, issued jointly by 
MNR and the Ministry of Municipal Affairs, 
gives municipalities more flexibility, increases 
opportunities for public involvement in the 



28 



Lands and Waters 



local decision-making process and offers 
increased recognition of local conditions. 
However, the basic concept of flood plain 
management remains the same — new develop- 
ment should not be permitted in areas that are 
susceptible to flooding, or where it would 
aggravate flooding of existing development. 

Improved flood forecasting 

A revamped Streamflow Liaison Committee 
was formed to provide advice on policies and 
programs for flood forecasting and emergencies 
in Ontario. MNR is also preparing standards for 
flood forecasting; developing and implementing 
a plan for a provincial water gauging network; 
and reviewing alternatives for delivering 
weather forecasts to client groups. 

In 1988, the Streamflow Forecast Centre issued 
50 flood alerts and 230 weather bulletins. 

Conservation Authorities 
Review 

Ontario's 38 conservation authorities were 
established largely in response to local water 
management and flood control needs. Today, 
after more than 40 years of operation, the 
authorities have expanded their programs to 
include recreation, forest and wildlife habitat 
management, conservation education, wetlands 
protection, and heritage preservation. A review 
of the responsibilities, structure, membership 
and funding of conservation authorities was 
conducted by an inter-ministerial committee 
representing the ministries of Namral Resources, 
Environment, Agriculture and Food, Tourism 
and Recreation, Municipal Affairs and Treasury 
and Economics. The committee's report was 
released for public review and comment in 
June 1988. 

The recommendations include amalgamating 
smaller conservation authorities in southern 
Ontario to make better use of funds and provide 
more consistent services across the province. 
The committee also suggested reducing the 
number of members on conservation authority 
boards of directors, and replacing the current 
methods of financing CAs with a system of 
standardized grant rates based on assessment 



and population levels, which would also benefit 
smaller authorities. 

Although responses to the inter-ministerial 
committee report agreed on the need for change, 
consensus was not reached on all issues. The 
Parliamentary Assistant to the Minister of Natural 
Resources was appointed to head a committee 
to resolve outstanding issues. The committee 
comprises a representative of MNR, the Assoc- 
iation of Conservation Authorities of Ontario 
and the Association of Municipalities of Ontario. 

Local CA projects 

MNR provided $42.9-million in grants to 
conservation authorities in 1988, including 
grants to capital projects of about $22.5-million. 
Flood control capital grants totalled $8.9-million 
and erosion control projects received $3.5-million. 
An additional $2-million was allocated to 
administration, and water and land management 
program operations. 

Among the key projects launched in 1988 was a 
$12-million, five-year flood control program 
undertaken by the Lower Thames Valley 
Conservation Authority to provide flood 
protection to 719 homes near Indian and 
McGregor creeks in Chatham. 

The second phase of the $7.5-million Belleville 
Ice Management Project is completed. This 
project involved building the Arthur Holgate 
Dam on the Moira River, upstream from 
Belleville, to prevent chronic ice jamming and 
related flood problems. 

Protecting public land 

Changes to the Public Lands Act were 
approved by the government in the spring of 
1988, allowing MNR to better protect and 
manage publicly owned land in Ontario. People 
who illegally dump or build on Crown land are 
now liable for the cost of cleaning up or 
rehabilitating that land. Fines for violating the 
Act have also been increased. Administrative 
changes to the Act will make things easier for 
people who work or build on Crown land. A 
single multi-purpose work permit has replaced 
the variety of approvals that had been required 



^ 



new policy 



statement on flood 

plain planning was 

approved by the 

provincial government 

in August 1 988. The 

statement gives 

municipalities more 

flexibility, increases 

opportunities for public 

involvement in the 

local decision-making 

process and offers 

increased recognition 

of local conditions. 



29 



Annual Report 1988-89 



1^. 



o provide better 



management of 



aggivgate resources, 

MNR introduced tlie 

Aggregates Resources 

Act. The new Act 

promotes rehabilitation 

of pits and quarries and 

puts greater emphasis 

on environmental 

impacts. 



in the past, streamlining the process for people 
who are working or building on Crown land. 

The Public Lands Act amendments also make 
provision for depatenting acquired lands. This 
process will allow more Crown lands to be 
made available for mineral exploration. 

Accent on aggregates 

Ontario produced 185 million tonnes of sand, 
gravel and stone in 1988, combined with 
related aggregate products such as cement, lime 
and brick to contribute a direct value of more 
than $ 1 .5-billion to the provincial economy. To 
provide better management of these aggregate 
resources, MNR introduced the Aggregates 
Resources Act, which will consolidate and 
improve all existing laws dealing with 
aggregate extraction including the Pits and 
Quarries Control Act, the Beach Protection Act 
and parts of the Mining Act. 

The new Act promotes rehabilitation of pits and 
quarries and puts greater emphasis on 
environmental impacts. It also provides 
financial remuneration to municipalities and 
gives them a greater voice in the licensing and 
review of aggregate operations. 

New publications are being prepared to help 
explain the Act to industry and the public. 
MNR has also released a report describing how 
to rehabilitate pits and quarries for forest 
production, as well as a three-volume report 
about the limestone industries in Ontario. 

Access road guidelines 

With more than 35,000 kilometres of access 
roads on Crown land, and many more new 
roads and water crossings needed each year, 
MNR is responsible for the largest road 
network in Ontario. 

To ensure these roads are constructed in ways 
that protect our natural environment, the 
ministry has published a manual entitled 
Environmental Guidelines for Access Roads 
and Water Crossings. 



The ministry also developed a policy which 
requires that all new bridges constructed on 
Crown land be designed to safely support the 
loads applied to them. All new bridges on 
Crown land must be inspected and signs posted 
to inform users of the maximum load 
capacities. 

Fuel minerals 

Oil production in Ontario increased by 
35 per cent last year, with total production 
adding about $85-million to the provincial 
economy. In southwestern Ontario there was a 
98-per-cent increase in the number of permits 
issued to drill wells, resulting in 30 new oil and 
gas pools being discovered. 

MNR's fuel minerals program embarked on a 
new initiative to expedite the processing of 
applications for spacing regulations that control 
oil and gas well locations. Eighteen new 
regulations were announced that ensure orderiy 
development and conservation of gas and oil 
pools is maintained. 

Native lands 

MNR established a Native Lands Section in 
January 1989 to deal with policies and 
programs involving Crown land and native 
people. The section provides expertise on land 
and resource issues associated with Indian land 
claims, and handles negotiations involving the 
provision of Crown land for new Indian 
reserves and additions to existing reserves. The 
section also administers programs designed to 
use natural resources for the economic benefit 
of native people, and works with the Ontario 
Native Affairs Directorate to resolve a variety 
of resource issues. 

Crown Land as a Development 
Tool 

More than 400 cottage lots on Crown land have 
been sold or leased across northern Ontario 
since 1987, under the provincial initiative to 
use Crown land to facilitate economic 
development. Other projects under the program 
include development of a peat extraction 



30 



Lands and Waters 



facility northeast of Cochrane and a 50-acre 
blueberry farm and a cage aquaculture project, 
both near Atikokan. 

A review aimed at improving the ministry's 
land disposition policies continued during 1988, 
focusing on non-resource industrial uses, 
commercial tourism, waterpower, peat and 
aquaculture. Consultations were held with 
representatives of more than 30 public interest 
groups and federal and provincial government 
agencies. 

As well, a study has been undertaken of the 
demand for and economic impact of developing 
Crown land for cottaging. The study will be 
used as a basis for determining long-term 
direction for the program. 

Water power 

In 1988/1989, MNR approved 14 waterpower 
sites, involving private sector expenditures of 
about $100-million. As well, the Minister 
approved a new policy and procedures for the 
release and development of sites. The policy 
will help ensure that development occurs in an 
orderly, environmentally sensitive manner. 

Three sites were released through a competitive 
bidding process, including a $20-million 
waterpower development on the Black River 
near Tertace Bay. The Black River development 
was awarded to a partnership which includes 
the Pic Heron Bay Indian Band. It is anticipated 
that the development will create permanent jobs 
for band members. 

Geographic information 

Public demand for information using MNR's 
Geographic Information Systems technology is 
growing, and in 1988 MNR filled more than 
900 requests from foresters, geographers and 
others for digital topographic data. GIS is a 
system which consolidates information about 
land and its natural and man-made features into 
an easy-to-use computerized form. The system 
stores, correlates and analyses information 
about everything from geographical features 
and soil conditions to storm sewers and hydro 
lines. In 1989, about 750 digital topographical 



maps were produced under contracts with the 
Ontario mapping industry. The technology is 
also proving to be a useful tool in traditional 
areas such as cartography. 

A pilot project to test the use of GIS technology 
in MNR district offices was begun in 
Cambridge and Timmins. 

Geographic names 

When the French Language Services Act takes 
effect in November 1989, all MNR publications 
intended for province-wide public distribution, 
including maps and gazeteers, will be produced 
in a bilingual format. MNR's Geographic 
Names Section was involved in providing 
support committees to help the branch meet its 
commitment in implementing the new legislation. 

This included translating place names into 
French and developing a bilingual mapping 
policy. Since 1988, a survey team has been 
visiting Ontario's francophone areas to gather 
information about contemporary Franco- 
Ontarian geographical name usage. 

Sensing forest fires 

A project to predict the spread of forest fires in 
North Central Region proved its worth in 1988, 
the second-worst fire season on record. The 
Ontario Centre for Remote Sensing (OCRS) 
also supplied digital map information on forest 
types, gathered from computer analysis of 
satellite data, to fire personnel for use in a 
computer program to predict the spread of 
forest fires. The project's success indicates that 
the method may have potential for use across 
the province. 

MNR is also working with the Ontario 
Geological Survey to develop methods for 
integrating geological data with radar images so 
that a wide range of enhancements, comparisons 
and displays can be analysed. In conjunction 
with private industry, MNR offered training 
sessions to scientists from Thailand and 
Malaysia, on analysing computer data gathered 
using remote sensing technology. 



■ubli 



ubiic demand 



for information using 
MNR's Geographic 
Information Systems 
technology is growing, 
and in 1988 MNR filled 
more than 900 requests 
from foresters, 
geographers and 
others for digital topo- 
graphic data. 



31 



Administration 



s: 



The Administration Division supports, 
facilitates and evaluates the multitude of 
programs and resource management activities 
carried out by MNR's 3,700 permanent, and 
up to 10,000 contract and casual employees. 
Branches within the division are communi- 
cations services, human resources, and legal 
services. Also within the division is the 
Finance and Administration Group which 
includes administrative management 
branch, financial resources branch, the 
internal audit services branch and systems 
services branch. 




33 



Annual Report 1988-89 



ÊwÊc 



ore than 45,000 



teenagers have 



planted seedlings, 

cleaned up parks, 

conducted wildlife 

surveys and stocked 

fish over the course of 

the 45 summers the 

Junior Ranger program 

has been in operation. 



French Language Services 

MNR's implementation plan for the French Lan- 
guage Services Act was approved in February 
1989 by the Ontario French Language Services 
Commission. The plan involved more than two 
years of preparation by staff at main office, and 
within the 35 designated field offices and 12 
agencies in MNR that are affected by the Act. 
Communication programs and fact sheets were 
also developed to inform employees and clients 
about the Act and about procedures for 
delivering French language services to the public. 

Equity for aii 

Promoting employment equity for natives, 
people with disabilities, visible minorities and 
francophones, as well as ensuring equal 
opportunities for women, is the focus of the 
Employment Equity Program. During the 1988- 
89 fiscal year, a strategy to help native people 
achieve better representation within MNR was 
developed and several new initiatives were 
implemented. As well, a pilot project was launched 
to assess the physical demands employees face 
in a number of representative jobs. The infor- 
mation will help prepare for the recruitment of 
people who are physically disabled. 

Seminars about changes in the Human Rights 
Code requirements for hiring people with 
disabilities were held for personnel specialists 
across Ontario. Two operational audits of regional 
employment equity programs were conducted. 

Junior Rangers 

More than 45,000 teenagers have planted 
seedlings, cleaned up parks, conducted wildlife 
surveys and stocked fish over the course of the 
45 summers the Junior Ranger program has 
been in operation. In 1988, 1,400 Junior Rangers 
took part in the eight-week experience at one of 
the 50 camps operated across Ontario. A bilingual 
camp was established in 1988. Junior Rangers 
who do well in their final assessments, and who 
want to specialize in a particular area of interest, 
are eligible to take part in a second-year advanced 
program called Ranger Level IL About 300 
Ranger Us were involved in the program in 1988. 



Youth programs 

In addition to the Junior Ranger program, MNR 
administers several other resource-oriented 
programs for young people. The Environmental 
Youth Corps program was established by the 
government in 1988 to provide job opportunities 
for people between 15 and 24, in the fields of 
conservation and environmental protection. 
MNR was responsible for 74 projects under this 
program and provided 423 jobs, lasting from 
two to 12 months. 

A summer experience program provided 1,641 
students with summer jobs in 1988 in the fields 
of conservation, resources and administrative 
management. 

Knowing the hazards 

The Occupational Health and Safety Section 
has been gearing up to implement the new 
federal and provincial right-to-know laws, 
which require employers to inform staff about 
hazardous or toxic materials in the workplace. 

Ontario's new Workplace Hazardous Materials 
Information System will be integrated into all 
of the ministry's general operating procedures 
during 1989. 

Staff deveiopment 

Appropriate training and skills development for 
ministry managers is vital for MNR to fulfill its 
changing role in resource management. The 
ministry's staff development section provides 
assistance to managers for staff training, and for 
developing training procedures and material. In 
1988, a management training plan was developed 
and implemented which includes orientation 
and self-assessment programs for managers. 
Training in management skills is also available 
to ministry staff. 

MNR Weeic moves north 

MNR's popular week of staff development 
activities had a northern flavor this year. After 
two years at Sir Sandford Fleming College in 
Peterborough, MNR Week moved to Sault 
College in Sault Ste. Marie. About 1,460 
people participated in various events over the 



34 



Administration 



course of the four-day program, which included 
courses on everything from writing effective 
resumes, to time management programs, to 
native awareness sessions. A highlight of the 
week was a panel discussion by senior ministry 
staff on the major issues facing MNR. 

Financial services 

The Financial Resources Branch is MNR's 
financial steward. It also provides financial 
training for ministry staff, performs necessary 
accounting procedures and works with external 
groups and agencies. 

Systems strategy 

A computer network linking every MNR executive 
office across Ontario, allowing letters, memos 
and messages to be sent electronically between 
offices and read on local computer screens, was 
launched as a pilot project in the spring of 1989. 

As well, a study to develop a cohesive, internal 
information system for the ministry is expected 
to be completed during 1989. The three-phase 
study has identified the data and computer 
needs of the various program and management 
groups within MNR and will consolidate those 
requirements. 

Keeping people informed 

The Communications Services Branch keeps 
both the public and MNR staff informed about 
ministry activities. The branch handles media 
relations and public inquiries, co-ordinates public 
education programs, and provides communications 
support to program staff throughout the Ministry. 

Communications staff produce and distribute 
news releases, publications, films, videos, 
exhibits, and the Annual Report to explain 
MNR programs, issues and initiatives. 

Public education 

A new education policy has enabled the 
ministry to develop a province-wide program to 
teach schoolchildren about resources and 
resource management in Ontario. Support 
material is provided for four teaching programs 
developed by program staff: 



• The Resource Kit for elementary school 
teachers uses lessons, activities and artifacts 
such as posters, antlers, deer jaws and beaver 
teeth to teach youngsters about the 
conservation of fish, forests, and wildlife; 

• Project WILD is an inter-disciplinary supple- 
mentary education program emphasizing 
wildlife conservation and consisting of a 252- 
page activity guide for elementary teachers; 

• Focus on Forests, available for the 1989/90 
school year, informs students from 
kindergarten to high school about forests and 
forest management in Ontario; 

• The Youth Fisheries Education Program, 
which will be available for primary and 
secondary teachers in 1990, focuses on fish 
and fisheries resource management. 

As part of its increased emphasis on public 
education, MNR participated in two Children's 
Environmental festivals held in Hamilton and 
Toronto in 1988. The ministry displayed an 
exhibit showing how natural resources and the 
environment are integrated. 

Leslie M. Frost Natural 
Resources Centre 

More people discover the Frost Centre, near 
Dorset in the Muskoka area, every year — and 
for good reason. The centre showcases MNR's 
work in resource management across the province. 

In 1988, 12,200 students and adults participated 
in the centre's interpretive education programs, 
and nearly 2,000 MNR staff made use of the 
centre's conference and training facilities. 

Several special interest groups, including the 
Field Botanists of Ontario, the Bruce Trail 
Association and the Wilderness Canoe 
Association, accepted invitations to visit the 
centre and share their opinions and concerns 
with MNR staff. Special workshops also 
attracted more than 2,000 teachers to the centre 
over the year. 

During 1988 a management agreement was 
established with the University of Toronto, 
allowing the centre to use two lots of university 
land to demonstrate integrated timber and 
wildlife management techniques. 



^ 



computer 



network linking every 

MNR executive office 

across Ontario, allowing 

letters, memos and 

messages to be sent 

electronically was 

launched as a pilot 

project in the spring 

of 1989. 



35 



Organization Chart, August 31, 1989 



a| 
I'l 

I-- 

llïJ 

lin 

II:? 
.Il 

.s â 

sf 



■S 

o 

c 

c 
o 

X 



.2 P 

'c 



Vi OU 

>> 00 

a o 

«a 

Q 




o.. -s 2 



.= 
SE 


M 

j 

< 


— 


1 


d 

QQ 






'3 

u: 













p 












«t 


« 






jrf 


1| 

2 fi 


— 


.ES 
11 


1 

< 




ae 


S 

oc 






1 

X 




11 

■1* 


< 


— 




< 
























■n 










< 










iZ 












< 


< 






< 



ï.£ 




|l 



cri sa " 











































■es 






*lP 




C 

es 


f 

1£ 




oa 


u 




t 




■Ï2" S 




1 


oc 




s 


s 
^ 




QC 




«< z 




^ 


O 




s 


< 



Executive 
Director 

J. F. Goodman 


— 


Forest Management 
Branch 

G. C. Oldford 




Forest Products & 
Marketing Branch 

T. R. Isherwood 




Ontario Forest 
Research Institute 

J. D. Walker 



Deputy 

ster 

Ontario 

urgar 




or of 
tions 
Ontario 

ouser 




3 
< 






OC 


1 




B 


c 




s 

•1 

X 


s- 
i 

n 


Assistant 

Mini 

Southern 

R.J.B 




S2E 




un 
< 




s 
ë 


t/5 
< 






d 




e 


O 



Assistant Deputy 

Minister 
Northern Ontario 

R. A. Riley 




Director of 

Operations 

Northern Ontario 

E. E. Murphy 


— 


Northwestern 
Region 

D. R. Johnston 


— 


North Central 
Region 

A/M. S. Miller 




Northern Region 

A/J.R. Kenrick 


— 


Northeastern 
Region 

M. A. Klugman 




Aviation and Fire 

Centre 

L. H. Lingenfeller 



36 



Field Organization Chart, August 31, 1989 



ca — ' 
Z c 

O 3- 





Director of Operations 
Southern Ontario 

A. M. Houser 

1 1 


II 


Assistant Deputy 

Minister 

Southern Ontario 

R. J. Burgar 






Deputy Minister 

George Tough 






Assistant Deputy 

Minister 
Northern Ontario 

R. A Riley 


1 L 




Director of Operations 
Northern Ontario 

E. E. Murphy 



s s o 

5|.i| 



Sf2 

ia 
a 



3 c 

ose 
■5 E 

.S I/; 

Sf5 



II 

.2 e 

sa 



11 



is s 

û ? S ^ 

1M5 



l.pl 

.9 f ± 



•a .s Sf =^ 



1 

•2 ,. 

as 



«z 



11 



O ,•' -2 

Is* S 






^ 



i C« o: 

•s o 
ïfZ Q 



S2 

io 

a. 



OC o 

& 



9è 







BC 1 


ï 

O 


fS 


X 


£ 





3 

■Il 

«1 






sa 



Sfl s 



s 



District Manager 
Owen Sound 

R. W. Tippeii 


District Manager 
Simcoe 

M. F. McKenzie 



c E 
^ oc 



oc £ 

•S i 

15 



- s 



il 



a. — ; 






5- 
5 a" 



Il ' 



e n 



S - 



Il I 

I < 



.2 



^ 




« = 


« 






ê^- 


3 










^£ 


* 


Q 





Il £ - 



i5< 



OC u 

S oc 






la -^ 







W 4, 


5 


?« 


J 


^? 


ad 


^ = 


? 


a 





il 

3 



S - 



e n 
12 



.a 3 









II 



Il I 



■c.s 

■£ 6 

.2 6 



g. S 



3^ 
a 



S3 
1^ 



^ i 

£2 



■2 u i 

il û 






Il I 






o - s 



oc >.. 
Ç ce 



oc *» u 
n n o 

•1= 3 



1 


t 


&s 


c 


X ^ 


u. 


nû 




iS 


Q 



.2 b 



ri = 



Mb. 

a 






















1 


§ 




^, 


<u' 




II 


ï 


B n 
















1^ 


s 




t2 


L^ 


_ 


1^ 




•F^ 






n 


^ 




■15 


d 


.3 

a 


< 




s 


UJ 




|K 


< 



37 



statement of Revenue 



Statement of Revenue 

for the year ended March 31, 1989 ($ thousands) 

Ministry Administration Program 

Reimbursement of Expenditure 

Other 222 

Sales and Rentals 1 ,325 

Fines and Penalties 252 

Recovery of Prior Year's Expenditure 247 

Other 35 



Total for Ministry Admin istration 2,081 

Lands and Waters Program 

Royalties 

Water Power 94,374 

Sand, Gravel and Sah 1,182 

Petroleum 3,240 

Fees, Licences and Permits 221 

Reimbursement of Expenditures 

Government of Canada 1 ,247 

Other 674 

Sales and Rentals 3,464 

Sale of Crown Land 2,267 

Recovery of Prior Year's Expenditure 266 

Other 479 



11,088 


22,151 


9,565 


143 


660 



Total for Lands and Waters 107,414 

Outdoor Recreation Program 

Royalties 675 

Fees, Licences and Permits 

Recreational Areas 

Fisheries 

Wildlife 
Reimbursement of Expenditures 

Government of Canada 
Sales and Rentals 
Total for Outdoor Recreation 44,282 

Resource Products Program 

Royalties 

Stumpage 78,306 

Timber Area Charges 9,484 

Forest Products 143 

Fees, Licences and Permits 45 

Reimbursement of Expenditures 

Government of Canada 35,474 

Other 38 

Sales and Rentals 2, 1 54 



Total for Resource Products 125,644 





Resource Experience Program 


Frost Centre Facilities 

Total for Resource Experience 


500 
500 




Total Revenue 


279,921 



38 



statement of Expenditure by Program and Activity 



Statement of Expenditure 
by Program and Activity 

for the year ended March 31, 1989 ($ thousands) 



Ministry Administration Program 



Main Office 5,164 

Financial Services 6,335 

Supply and Office Services 4,441 

Personnel Services 5.327 

Information Services 4. 1 80 

Systems Development Services 5.364 

Legal Services 1,507 

Audit Services 1 .086 

Field Administration 43,976 



Total for Ministry Adm inistration 77,380 

Lands and Wat ers Program 

Conservation Authorities and 

Water Management 50,871 

Aviation and Fire Management 45,492 

Extra Fire Fighting 57,061 

Land Management 22,989 

Resource Access 4,027 

Surveys and Mapping 13.701 



Total for Lands and Waters 


194,141 




Outdoor Recreation Program 


Recreational Areas 
Fisheries Management 
Wildlife Management 
Total for Outdoor Recreation 


42.359 

49,852 

18,644 

110,855 




Resource Products Program 


Forest Management 

Forest Management Agreements 

Total for Resource Products 


107,642 

79,141 

186,783 




Resource Experience Program 


Junior Rangers 

Leslie M. Frost Resource Centre 

Total for Resource Experience 


6,519 
1,666 
8,185 




ToUl Expenditure 


577,344 



39 



Annual Report 1988-89 



AgencieSf Boards 
and Commissions 

A number of agencies, boards and commissions 
are associated with the Ministry of Natural 
Resources, all of them concerned in some way 
with the management of natural resources in 
Ontario. The groups listed here are those which 
are linked administratively or financially to MNR, 
and which do not produce their own annual 
reports. The list does not include those groups 
officially linked to MNR which produce their 
own annual reports: Ontario's 38 Conservation 
Authorities, the Algonquin Forestry Authority, 
the Temagami Advisory Council, Ontario 
Fisheries Advisory Council and the Provincial 
Parks Council. 



Council of the Association off 
Ontario Land Surveyors 

This 12-member council is the board of 
directors for the Association of Ontario Land 
Surveyors (AOLS). The council includes 
Ontario's Surveyor General, two members 
appointed by the Lieutenant-Govemor-in- 
Council, one member appointed by the 
Minister of Natural Resources, a president, a 
vice-president and two new members elected 
annually. The committee's function is to 
establish policies to regulate the practice of 
professional land surveying and govern the 
profession in accordance with the Surveyors 
Act. It also establishes and maintains high 
standards of knowledge and skill among its 
members. 



Board off Examiners off tiie 
Association off Ontario Land 
Surveyors 

This eight-member board oversees the training 
and exams that lead to membership in the 
Association of Ontario Land Surveyors (AOLS). 
The board approves the course content of the 
survey science course at the University of 
Toronto's Erindale College, as well as the two- 
year apprenticeship program. The board also 
sets the professional examinations required at 
the end of this training, comprising an oral 
exam as well as a written statutes exam. Two of 
the board's members are appointed by Order-in- 
Council and six are appointed by the Council of 
the Association of Ontario Land Surveyors. 

Ontario Forestry Council 

The Ontario Forestry Council was established by 
the Ontario government in 1984 to recommend 
priorities and funding for forest research. 
Approximately $16-million is spent in Ontario 
each year on forestry research by the federal 
and provincial governments, universities, and 
industry. These efforts are being co-ordinated 
by the council, whose 10 members represent 
governments, universities and industry. 



Crown Timber Board off 
Examiners 

The Minister of Natural Resources appoints 
three senior MNR officials from the wood 
measurement field to this board. It sets the 
written and practical exams for the provincial 
scaler's licence and maintains high uniform 
standards. Scaling is the process of estimating 
the quantity and quality of cut timber so that its 
volume and stumpage value can be determined. 
Under the Crown Timber Act, all wood cut 
from Crown lands must be measured by licensed 
scalers. Up to 75 ministry staff, timber company 
employees, and university and college students 
take the four-week course each year. 

Ontario Renewable Resources 
Research Review Board 

This 1 1 -member board helps the ministry keep 
abreast of the latest developments by supporting 
relevant research at outside institutions. It reviews 
applications to the Ontario Renewable Resources 
Research Grants Program, and recommends 
appropriate projects to the Minister of Natural 
Resources. In 1988-89, the ministry awarded 
$574,416 to 33 research projects at eight Ontario 
universities and the Royal Ontario Museum. 



40 



Agencies, Boards and Commissions 



Game and Fish Hearing Board 

This board is made up of five members 
appointed by the Lieutenant-Govemor-in- 
Council. The board conducts hearings into 
cases where the ministry has turned down an 
appHcation for a trapping or commercial fishing 
licence. The board hears evidence, then delivers 
a written summary and recommendation to the 
Minister of Natural Resources, who then 
decides whether or not to issue a licence. 

The Lake of the Woods 
Control Board 

This four-member board is responsible for 
regulating the levels of the Lake of the Woods 
and Lac Seul and the Winnipeg and English 
Rivers between the lake outlets and their con- 
fluence. The Lake of the Woods and Lac Seul 
are the major storage reservoirs for generating 
stations on the Winnipeg and English Rivers. 
The board is advised by representatives from 
eight interest groups representing tourism, 
energy generation, native peoples, cottagers and 
MNR. Advice from these groups helps the 
board balance the needs of competing uses for 
water. The board consists of two members from 
Ontario, one from Manitoba, and one from the 
federal government. 

Ottawa River Regulation 
Planning Board 

This seven-member board is responsible for 
formulating policies and guidelines to ensure 
the integrated management of the 
19 principal reservoirs of the Ottawa River 
basin. The board's goal is to reduce the adverse 
impact of high and low water levels, while 
maintaining the benefits of energy generation 
from the basin's 43 generating stations. One 
board member is named by MNR, one by 
Ontario Hydro, two by Quebec, and three by 
the federal government. 



Ontario Geographic 
Names Board 

The board is Ontario's official custodian of a 
bank of records containing current and historical 
information on approximately 220,000 names 
of cultural, political and geographical features 
in Ontario. To date, about 70,000 of these 
names have been officially adopted for Ontario 
government use on maps, charts, statutes, and 
other documents. The board serves as official 
adviser to the Minister in all matters afl'ecting 
Ontario's geographical nomenclature, including 
the adoption or deletion of names and the 
development of policies affecting names in 
languages other than English. The board is 
composed of seven members, two of whom are 
from MNR, with another five appointed from 
the private sector by Order-in-Council. The 
board, established in 1971, meets quarterly and 
is supported by MNR through the Geographic 
Names Section (Surveying Services) which 
functions as the OGNB Secretariat. 

Sturgeon River/Lake 
Nipissing/French River 
Watershed Advisory Board 

The nine private citizens appointed to this 
board by the Minister of Natural Resources 
provide advice to MNR on how to manage the 
Sturgeon River/Lake Nipissing/French River 
watershed. The board reviews such things as 
the operation of the watershed's six major water 
control structures. The board provides 
information to the public during spring runoff' 
when water levels are high and at times when 
levels are low due to drought, in addition to 
providing public education on water 
management issues. 



41 



Annual Report 1988-89 



Mining and Lands 
Commissioner 

The Mining and Lands Commissioner exercises 
administrative and reporting functions under 
three statutes administered by the Ministry of 
Natural Resources. Under the Conservation 
Authorities Act, the Commissioner hears 
appeals from refusals of conservation 
authorities to issue permits under their fill and 
construction regulations. Under the Lakes and 
Rivers Improvement Act, the tribunal holds 
hearings in respect to the construction of dams 
and the diversion of waterways. The 
Commissioner also holds hearings under the 
Beach Protection Act in regard to the refusal to 
issue or renew, the suspension, and the 
revocation of licences to take sand and gravel. 
During 1988-89, the Commissioner conducted 
twenty-three hearings under the Conservation 
Authorities Act. No hearings were held in 
1988-89 under the Beach Protection Act or the 
Lakes and Rivers Improvement Act. 

Rabies Advisory Committee 

This seven-member committee, appointed by 
an Order-in-Council, co-ordinates MNR's 
rabies research program. The members, all 
chosen for their technical expertise in rabies 
research, represent the Ministry of Health, 
Ministry of Agriculture and Food, Agriculture 
Canada, and the academic community. They 
keep MNR informed of recent developments in 
rabies research, and advise the ministry how to 
allocate its rabies research funds. 



42 



Ce papier contient 
des filjres recyclées 



5639 

(6.5 k, 89 1 1 06) 

ISSN 0383-5901 



Rapport annuel 




pour l'année financière se terminant 
le 31 mars 1989 



La ministre 

des Richesses naturelles 

de l'Ontario 



À l'attention de son Honneur 
le lieutenant-gouverneur 
de la province de l'Ontario 

Votre Honneur 

J'ai le plaisir de vous soumettre 
le rapport annuel du ministère des Richesses 
naturelles pour l'année financière allant du 
1" avril 1988 au 31 mars 1989. 



La ministre 
Lyn McLeod 



Table des matières 



Message de la ministre 


4 


Message du sous-ministre 


5 


Introduction 


7 


Ressources forestières 


9 


Le centre d'aviation et de lutte 




contre les incendies 


15 


Loisirs de plein air 


19 


Pêches 


20 


Gestion de la faune 


22 


Agents de protection de la nature 


24 


Sécurité de la navigation 


25 


Parcs et loisirs de plein air 


25 


Terres et eaux 


27 


Administration 


33 


Organigrammes 


36 


États Tmanciers 


38 


Organismes, conseils et commissions 


40 



Message 

de la ministre 

Je suis heureuse d'avoir été nommée au poste de 
ministre des Richesses naturelles en août 1 989. 
C'est un honneur de tenir un rôle de premier plan 
dans un domaine aussi vital pour la province que 
la gestion des forêts, des terres et eaux de la 
Couronne, de la faune et des pêches. 

L'une de mes responsabilités, en tant que ministre, 
est d'encourager des Ontariens à partager avec le 
Ministère la responsabilité de gérer et de conserver 
soigneusement nos ressources. 

Comme le démontre le présent rapport annuel, le 
MRN travaille depuis longtemps avec le public au 
sein de groupes de chasses et pêche, ainsi que 
d'organismes forestiers et environnementaux. 

À l'avenir, nous favoriserons encore plus la 
participation du public. Nous inviterons un plus 
grand nombre de groupes et d'organismes à 
s'associer à notre oeuvre et nous demanderons 
une collaboration plus étroite de la part des usagers 
des ressources. Notre but commun sera d'assurer 
que les utilisations concurrentielles des ressources 
soient possibles sans compromettre nos richesses 
fondamentales. 

En 1988 et 1989, le gouvernement de l'Ontario a 
pris des dispositions légales qui nous aideront à 
atteindre ce but. Ainsi, une nouvelle loi vise à 
empêcher que les ressources en eau douce puissent 
être transférées ou détournées à l'extérieur de la 
province sans le consentement de la ministre des 
Richesses naturelles. Des modifications à la Loi 
sur les terres publiques prévoient que les pollueurs 
et tous ceux qui dégradent les terres publiques 
seront imputables des coûts d'assainissement et 
passibles d'amendes importantes. De plus, un 
programme de remise fiscale allégera le fardeau 
des propriétaires fonciers qui maintiennent intactes 
les terres du patrimoine naturel ou historique. 

De même, le désir du gouvernement de garantir le 
développement soutenu des ressources l'a incité à 
former une table ronde sur l'environnement et 
l'économie. C'est d'ailleurs avec enthousiasme 
que j'attends de participer à ces discussions. 




C'est également pour moi un honneur d'avoir été 
présidente du Conseil canadien des ministres des 
forêts. Ce conseil, composé de ministres 
territoriaux, fédéraux et provinciaux des forêts, a 
tenu un forum sur les investissements forestiers en 
mars 1989 avec des représentants de l'industrie 
forestière, des travailleurs et des groupes d'intérêt 
spéciaux. Ce type de conférence assure que la 
prospérité économique respecte la protection et la 
conservation des ressources. 

Le ministère des Richesses naturelles s'est engagé 
à rehausser les richesses naturelles renouvelables, 
à protéger les ressources menacées et à assurer 
l'utilisation responsables des ressources non 
renouvelables. Je sais que les Ontariens partagent 
cet objectif et c'est pourquoi je vous invite à 
participer à son atteinte. 



^^"^A^ 



Lyn McLeod 



Message 

du souS'minlstre 

Les programmes de gestion des ressources du 
ministère des Richesses naturelles reposent sur la 
conviction que l'exploitation des ressources 
naturelles à des fins économiques doit aller de pair 
avec la protection de l'environnement. C'est ce 
que nous entendons par développement soutenu. 
Le développement soutenu intègre les notions de 
protection et de mise en valeur des ressources afin 
que les générations à venir puissent compter sur la 
richesse fondamentale qui est aujourd'hui la nôtre. 

Notre ministère a pour mission de veiller à une 
utilisation avisée des ressources, à la protection 
des sites naturels et culturels et à la mise en valeur 
de la richesse fondamentale. 

Le présent rapport annuel donne un aperçu de la 
manière dont le MRN s'acquitte de ses fonctions 
en conformité avec ces principes. 

Les employés du MRN ont, comme les autres 
résidents de l'Ontario, tout à gagner d'un 
environnement sain et de l'essor des entreprises 
exploitant les ressources et tout à perdre si nos 
richesses naturelles étaient détruites ou épuisées 
par une mauvaise gestion ou par la 
surexploitation. Nous ne perdons jamais de vue 
que les richesses naturelles sont une composante 
vitale de la qualité de la vie et du bien-être 
économique et social de la province. 

Pour atteindre nos objectifs, nous travaillons de 
concert avec la population de l'Ontario. La 
participation publique à l'aménagement des 
ressources nous amène à avoir une nouvelle vision 
de la gestion des ressources dans la province. 




L'apport croissant du public nous permet de 
concilier l'exploitation concurrente de nos 
richesses tandis que sa participation et sa 
coopération contribuent grandement à promouvoir 
l'objectif du développement soutenu. 

La tâche est immense, mais c'est avec fierté que je 
prends acte du chemin parcouru et je crois sincèrement 
qu'après lecture du présent rapport, vous 
conviendrez que nous sommes sur la bonne voie. 



Jl^f^ 



George Tough 



Introduction 



Le ministère des Richesses naturelles gère les 
abondantes richesses naturelles de l'Ontario 
— terres et eaux de la Couronne, forêts, faune 
et pêches, combustibles fossiles et agrégats. 
Les programmes vont de l'exploitation et de 
l'entretien des parcs provinciaux et des 
stations piscicoles à la prévision et à la lutte 
contre les inondations: de la gestion des 
ressources forestières et de la lutte contre les 
feux de forêt à la protection de la faune et à 
i empoissonnement de nos lacs et cours d'eau; 
de la cartographie et des levés à 
l'aménagement du territoire. 

Pour s'acquitter de ce mandat important, le 
ministère s'est doté d'une structure solide 
mais décentralisée. Il compte huit régions 
administratives comprenant chacune un 
bureau régional. Quarante-sept bureaux de 
district relèvent des différents bureaux 
régionaux. Cinq centres régionaux de lutte 
contre les incendies relèvent, pour leur part, 
du Centre d'aviation et de lutte contre les 
incendies situé à Sault Ste. Marie. Sur le 
territoire provincial, te ministère exploite 
également onze pépinières et stations piscicoles. 

Les programmes ministériels sont placés sous la 
conduite du ministre et du sous-ministre, avec 
le soutien du Secrétariat à la politique et à ta 
planification ministérielles. Trois groupes de 
programmes (Terres et eaux. Loisirs de plein 
air. Finances et administration) ont leur siège 
à Toronto tandis que te Groupe des ressources 
forestières est situé à Sault Ste. Marie. Le MRN 
compte environ 3 700 employés permanents. 
En cours d'année, l' effectif peut doubler, 
lorsque le MRN recrute du personnel contractuel 
pour répondre aux besoins saisonniers. 



Ressources forestières 



Plus de 80 pour 100 des terres boisées de 
l'Ontario sont des terres de la Couronne. Le 
Groupe des ressources forestières du MRN 
assure la gestion de la forêt de la Couronne 
pour le bien des générations actuelles et 
futures. Il travaille également avec les 
propriétaires de forêts privées, qui représentent 
20 pour 100 de la superficie forestière de 
l'Ontario, afin que ces terres rehaussent les 
caractéristiques naturelles du milieu et 
favorisent la production forestière. La 
recherche et le développement technologique, la 
lutte contre les parasites, la réglementation en 
matière d' exploitation forestière à des fins 
commerciales, ainsi que la surveillance des 
programmes de régénération, sont quelques- 
unes des activités du Groupe des ressources 
forestières en consultation avec le public et le 
secteur industriel. 




9 



Rapport annuel 1988'89 



-L 



e MRN collabore 



avec d'autres ministères 

à l'élaboration de 

directives aptes à 

préserver les zones du 

patrimoine culturel 

dans les régions qui 

font l'objet d'exploitation 

forestière. De nouvelles 



modalités visant à 



Déménagement dans le Nord 

Au cours de l'année, le Groupe des ressources 
forestières du MRN a entrepris de déménager. 
Conformément au plan gouvernemental de 
relocalisation dans le Nord de la province, quelque 
135 postes ont été transférés de Toronto à Sault 
Ste. Marie en septembre 1988. D'ici à 1990, avec 
la réinstallation de 100 chercheurs provenant de 
Maple, au nord de Toronto, le Groupe des ressources 
forestières sera rassemblé à Sault Ste. Marie. 

En rejoignant d'autres organismes forestiers déjà 
installés à Sault Ste. Marie, y compris le Centre 
forestier des Grands Lacs du gouvernement 
fédéral et le Centre d'aviation et de lutte contre les 
incendies du MRN, le Ministère contribue à faire 
de Sault Ste. Marie un des grands centres de 
foresterie au Canada. 



surveiller les effets des Évaluation environnementale 



opérations de la coupe 

forestière sur d'autres 

ressources sont ainsi 

mises au point 

actuellement. 



En mai 1989 s'achevait la première année 
d'audience sur l'Évaluation environnementale de 
portée générale pour la gestion du bois des terres 
de la Couronne en Ontario. À cette date, le MRN 
avait présenté devant les trois membres de la 
Commission des évaluations environnementales 
plus de la moitié des faits, tout en étant soumis à 
un contre-interrogatoire serré de la part de 
différents intervenants du secteur forestier, de 
l'environnement et de l'industrie ainsi que de 
groupes autochtones. Le MRN a déposé des 
documents écrits touchant tous les aspects de ses 
programmes de gestion du bois, y compris ceux 
de l'accès aux ressources forestières, de la récolte, 
de l'entretien et du reboisement, et la façon dont 
ces programmes sont en interaction avec d'autres 
domaines comme les pêches et la faune. 

Les audiences devraient se poursuivre jusqu'au 
printemps de 1990. Les décisions que la Commission 
prendra au terme du processus détermineront les 
pratiques de gestion du bois qui s'appliqueront à 
l'avenir en Ontario. 

Directives de protection 

De nouvelles directives visant à protéger l'habitat 
de l'orignal dans les régions oiî s'appliquent les 
principes de gestion du bois ont été définies et 
publiées en 1988. Un code de pratiques a été égale- 
ment élaboré en ce qui a trait aux activités de 
gestion du bois près des rivières et des cours d'eau 



et des lignes de conduite ont été édictées en vue 
de protéger l'environnement, notamment les voies 
d'eau à proximité des routes d'accès et des ponts. 

Le MRN collabore avec d'autres ministères à 
l'élaboration de directives aptes à préserver les 
zones du patrimoine culturel dans les régions qui 
font l'objet d'exploitation forestière. De nouvelles 
modalités visant à surveiller de manière plus 
efficace les effets des opérations de coupe forestière 
sur d'autres ressources sont ainsi mises au point 
actuellement. 

Entente concernant la mise en 
valeur des ressources forestières 

L'Entente quinquennale Canada-Ontario concernant 
la mise en valeur des ressources forestières 
(ECOMVRF) est venue à expiration le 3 1 mars 1989. 

Depuis 1984, année de la signature de l'entente 
prévoyant un investissement de 150 000 000 $, les 
programmes financés en vertu de l'ECOMVRF ont 
permis la régénération de plus de 140 000 hectares 
de forêt, tant sur des terres de la Couronne que sur 
des terres privées. Cinquante-huit projets de recherche 
et dévelopjjement technologiques évalués à 
6 400 000 $ ont été financés en vertu de l'entente 
et les universités de l'Ontario se sont vu octroyer 
une somme de 1 800 000 $ à des fins de 
recherche. 

L'entente a permis en outre de financer des projets 
visant à établir les effets, sur l'orignal et les 
animaux à fourrure, du changement intervenu 
dans les pratiques de récolte du bois et d'autres 
projets de gestion forestière gérés conjointement 
avec 40 bandes indiennes. Elle a également financé 
la construction de 330 kilomètres de routes d'accès 
forestier et de 11 ponts et subventionné l'exécution 
de projets d'amélioration des arbres et de 
programmes de gestion des feux de forêt, ainsi 
que la tenue de colloques de chercheurs. 

Des efi"orts supplémentaires ont été déployés à la 
fin de l'année financière pour inciter le gouverne- 
ment fédéral à engager des fonds dans une 
nouvelle série d'ententes forestières. 

Objectif forêts 

Le programme éducatif Objectif forêts, un projet- 
pilote du MRN destiné aux jeunes élèves, a été 
lancé dans 95 écoles de l'Ontario en septembre 
1988. L'institution d'un programme d'éducation 
sur les forêts était particulièrement opportune, vu 
la récente réforme des programmes entreprise par 



10 



Ressources forestières 



le ministère de l'Éducation pour mettre davantage 
l'accent sur l'enseignement des sciences au niveau 
primaire et sur la foresterie aux premier et deuxième 
cycles du secondaire. Au cours de l'année scolaire 
1989-1990, les enseignants de la maternelle à la 
12^ année pourront se procurer les plans de leçons 
et les descriptions d'activités qui abordent des notions 
liées à l'écologie et à la gestion de la forêt. Une 
somme de 3 10 000 $ accordée par l'ECOMVRF 
sur une période de deux ans a permis le financement 
du programme. Sa mise en application sera 
ensuite assurée par des fonds du MRN. 

Gestion intégrée des ressources 

Six différents projets étudiant l'incidence des 
changements survenus dans les pratiques modifiées 
d'exploitation forestière sur la [)opulation 
d'orignaux, les pêches et le tourisme s'est 
poursuivie en 1988-1989. Les travaux qui, pour 
certains projets, ont duré plusieurs années, ont 
coûté ensemble 500 000 $ et ont été financés 
grâce à l'Entente Canada-Ontario concernant la 
mise en valeur des ressources forestières. 

Dans le district de Thunder Bay, les chercheurs 
ont étudié les effets du glyphosate, un herbicide 
employé pour le contrôle des plantes et des herbes 
qui font concurrence aux semis. Ces plantes 
servent aussi de pâture à l'orignal et abritent de 
petits animaux à fourrure. 

D'autres projets incluaient une étude des consé- 
quences de différentes pratiques de coupe du bois 
sur les zones aquatiques d'alimentation de l'orignal 
et un travail de recherche visant à déterminer de 
quelle manière des pratiques modifiées de récolte 
affectent l'orignal et l'habitat du poisson dans un 
délai de cinq ans après la récolte. Le personnel du 
MRN est en train de mettre au point un vidéo 
éducatif traitant de la gestion intégrée des 
ressources dans la forêt boréale. 

Ententes de gestion forestière 

Les Ententes de gestion forestière (EGF) prévoient 
que les sociétés qui exploitent le bois des forêts de 
la Couronne se chargeront, après la récolte, de la 
régénération et de l'entretien des zones de coupe. 
Ces ententes entre la province et les sociétés 
forestières ont été conclues pour une durée de 
vingt ans et sont sujettes à réexamen tous les cinq 
ans. Les premières EGF furent signées en 1980 et 
couvrent une superficie de 1 78 000 kilomètres 



carrés, soit presque 70 pour 100 de la forêt 
commerciale de l'Ontario. 

Quatre EGF ont été réévaluées en 1988 - trois 
dans la région de Timmins/Cochrane avec la 
société Quebec and Ontario Pajjer Company et 
une à White River avec Domtar Inc. On a pu ainsi 
constater que la régénération dans ces forêts a plus 
que doublé dans les cinq années consécutives à la 
signature des EGF et que la superficie entretenue 
a triplé. Au cours de la même période, la récolte a 
augmenté seulement de 25 pour 100. 



^ 



n a pu ainsi 



constater que la 

régénération dans ces 

forêts a plus que 

doublé dans les cinq 



années consécutives à 



Politique d'exploitation du bois la signature des egf et 



Dans le processus de révision de ses plans 
d'aménagement et de renouvellement forestier, le 
MRN a les yeux tournés vers l'avenir et les 
besoins du siècle prochain. 

Le personnel du secteur forestier élabore pour 
l'Ontario une nouvelle politique sur l'exploitation 
du bois, que le public sera invité à commenter, 
visant à faire en sorte que l'approvisionnement en 
bois suffira à combler les besoins des années à 
venir. L'étude sera menée en deux étapes. La 
première, devant s'achever dans le courant de 
l'été 1989, aura permis de se faire une idée 
d'ensemble de l'évolution de la demande par 
rapport à l'offre. La deuxième, en vue d'établir 
des stratégies appropriées pour appliquer la 
nouvelle politique sur le terrain. 

La meilleure utilisation finale 

Pour déterminer si la récolte de bois est utilisée 
de la manière la plus favorable, le MRN a chargé 
M. Arthur Herridge, expert-conseil, de présider un 
comité formé de six membres afin d'étudier la 
question et de soumettre un rapport au ministre. 

Le Rapport du comité sur la meilleure utilisation 
finale des produits forestiers formule des 
recommandations sur la façon de garantir une 
distribution appropriée de la matière première aux 
scieries et aux usines de placages et de pâtes et 
papiers. Il préconise également, de la part de ces 
dernières, une utilisation plus rationnelle des sous- 
produits, tels que les copeaux de bois. 

Le personnel du MRN a entrepris de tenir compte 
des recommandations du rapport pour ses 
programmes de gestion du bois. Les constatations 
du rapport seront également prises en compte au 
cours de l'élaboration de la nouvelle politique 
d'exploitation du bois. 



que la superficie 

entretenue a triplé. Au 

cours de la même 

période, la récolte a 

augmenté seulement 

de 25 pour 1 00. 



11 



Rapport annuel 1988-89 



i. 



inventaire des 



ressources forestières 

de l'Ontario (IRF) 

permet de surveiller 

l'état des forêts de la 

province par le 

rassemblement des 

données sur les 

peuplements d'arbres 

selon l'âge, l'essence, 



la taille, la 



classification du 



terrain et le cubage. 



Technologie et 
applications sur le terrain 

La quatrième Unité de développement 
technologique (UDT) a été officiellement inaugurée 
à Thunder Bay, en mai 1988. D'autres UDT sont 
également établies à Brockville, Timmins et North 
Bay. Elles ont pour tâche d'adapter les acquis de 
la technologie pour répondre aux besoins des 
forestiers ontariens. Le personnel d'une UDT crée 
des bases de données informatisées sur les forêts, 
organise des ateliers techniques à l'intention des 
forestiers et produit des publications destinées à 
mettre ces derniers au courant de la technologie 
disponible et de nouveaux développements 
survenus dans les techniques forestières. 

Recherche : faits saillants 

• La rouille vésiculeuse du pin blanc, maladie 
grave et souvent fatale des populations de pins 
blancs de l'Ontario, est attaquée à son tour. Les 
chercheurs de l'Institut de recherche forestière 
de l'Ontario (autrefois l'Institut ontarien 
d'amélioration des arbres et de la biomasse 
forestière), à Maple, ont recours à des technologies 
de pointe, comme par exemple l'analyse 
enzymatique, la récolte de spores, l'inoculation 
contrôlée, la production de semis en conteneur et 
la culture en serre pour connaître le mode 
d'héritage des gènes qui favorisent la résistance. 
Malgré la nécessité de conduire plus de 
recherches et d'essais de sélection, l'espoir 
reverdit pour le pin blanc en Ontario. 

• La recherche se poursuit sur les pépinières 
expérimentales et la création de semis hâtifs, 
avec un accent sur la qualité du matériel de 
reproduction. Les chercheurs de l'IRFO mettent 
actuellement au point des techniques 
d'entreposage hivernal aptes à prolonger la 
saison de plantation jusqu'en juillet, sans 
affaiblissement des plants. 

• Les ravages de la tordeuse de l'épinette sur les 
peuplements sont réévalués et le tableau n'est 
pas totalement noir. Des recherches plus 
poussées entreprises par les scientifiques de 
l'IRFO tendent à confirmer que la tordeuse et la 
forêt coévoluent et indiquent que dans un 
peuplement mélangé la tordeuse peut jouer un 
rôle important pour le maintien de l'épinette. 
Ces nouvelles pourraient avoir des répercussions 
profondes sur la gestion des peuplements mixtes 



et sur les décisions du ministère en matière de 
vaporisation aérienne. 

Inventaire des stocks 

L'inventaire des ressources forestières de l'Ontario 
(IRF) permet de surveiller l'état des forêts de la 
province par le rassemblement des données sur les 
peuplements d'arbres selon l'âge, l'essence, la 
taille, la classification du terrain et le cubage. Au 
cours des dernières années, le personnel préposé à 
l'IRF a mis ces données sur ordinateur grâce au 
Système d'information géographique (SIG). Ce 
système intègre les informations de l'IRF aux 
données topographiques produites par le personnel 
des levés et de la cartographie du ministère, ce qui 
permet l'accès à une source de données plus 
abondante, dans une présentation automatique. 

Ce procédé géomatique, rendu possible grâce à 
une somme de I 000 000 $ allouée en vertu de 
l'Entente Canada-Ontario concernant la mise en 
valeur des ressources forestières, a été réalisé au 
cours de l'exercice. La forêt d'Iroquois Falls, près 
de Cochrane, est devenue la première unité de 
gestion appliquant ce système entièrement 
informatisé. En 1989, la cartographie se poursuivra 
au Nord de l'Ontario pour s'étendre ensuite à la 
région d'Algonquin. Environ une vingtième partie 
de la province, couvrant une superficie de 38 000 
kilomètres carrés, est cartographiée annuellement. 

Ravageurs des forêts 

En 1988, des zones situées au Sud de l'Ontario, à 
l'est d'Ottawa puis, au nord, aussi loin que Sault 
Ste. Marie, ont connu le retour de la livrée des forêts. 

On anticipe que l'infestation cyclique de ces petites 
chenilles gris-bleu culminera en 1989, pour décliner 
par la suite. Le phénomène se répète à intervalles 
de dix ou douze ans et la surveillance exercée 
jusqu'à maintenant indique que les dommages à 
long terme provoqués par ces chenilles sont 
minimes. La défoliation survient en mai et juin et 
une nouvelle feuillaison se produit en juillet. 

D'autres ravageurs de la forêt ne sont pas aussi 
inoffensifs et exigent une intervention directe 
tendant à limiter les dommages. En 1988, le MRN 
a entrepris des programmes de vaporisation 
aérienne contre la tordeuse des bourgeons de 
l'épinette, la tordeuse des bourgeons du pin gris et 
la spongieuse, à l'aide de l'insecticide biologique 
dit Bacillus Thuringiensis (Bt). 



12 



Ressources forestières 



La tordeuse des bourgeons se concentre au Nord- 
Ouest de l'Ontario et environ 18 000 hectares de 
forêt ont été vaporisés dans le district de Thunder 
Bay. La vaporisation aérienne de 13 784 hectares 
de forêt infestée par la spongieuse au Sud de 
l'Ontario a été menée par suite d'une entente 
intervenue avec les autorités locales. 

Mandat élargi 

Un atelier provincial sur la viabilité des forêts 
s'est tenu à Toronto en mars 1989. À l'issue de 
cette réunion, le MRN a élargi le champ des 
responsabilités de la section de la gestion des 
parasites afin d'inclure les actions destinées à 
maintenir la forêt en santé. Dorénavant, la section 
s'occupera également de l'incidence sur la forêt 
des problèmes liés aux pluies acides, à la 
sécheresse et aux variations climatiques. 

Foresterie sur les 
terres privées 

Le programme de foresterie sur les terres privées 
du MRN prévoit l'établissement d'une stratégie 
visant à promouvoir la concertation avec les groupes 
de propriétaires fonciers et d'autres parties concernées. 
La stratégie est définie en collaboration avec le 
ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation 
afin d'offrir aux propriétaires un programme amélioré. 

Grâce au programme de foresterie sur les terres 
privées, les propriétaires ruraux de lots boisés sur 
des terrains non forestiers peuvent obtenir des 
conseils, des plants de pépinière à bas prix et 
bénéficier de services techniques et d'une gestion 
sur place. Les terrains boisés et les plantations 
gérés ainsi procurent de nombreux avantages et 
contribuent à la stabilité de l'économie rurale, à 
l'amélioration de l'habitat faunique, aux loisirs, à 
la protection de caractéristiques naturelles, à 
l'obtention d'un bois de plus haute qualité et à une 
meilleure protection du sol et des eaux. 



Conseil canadien 

des ministres des forêts 

En septembre 1988, l'hon. Vincent G. Kerrio, 
ministre des Richesses naturelles de l'Ontario à 
l'époque, a été nommé président du Conseil 
canadien des ministres des forêts pour une période 
d'un an. En cette qualité, M. Kerrio a tenu à 
Toronto, en mars 1989, un symposium national 
axé sur l'amélioration de possibilités actuelles et 
futures d'investissement dans le secteur forestier 
canadien. Ont participé au colloque des dirigeants 
de l'industrie forestière canadienne, des représentants 
du monde de la fmance et des groupes de travailleurs. 

initiatives du MRN à Temagami 

Sauvage, couverte de forêts luxuriantes et 
traversée de cours d'eau enchanteurs, Temagami 
est l'une des plus belles régions de la province. 
Depuis 1988 le MRN a accru ses efforts pour 
traiter les questions concernant l'utilisation du 
territoire de Temagami. 

• De nouveaux parcs ont été créés, protégeant 
ainsi un réseau de canotage de plus de 

200 kilomètres; 

• une protection accrue a été accordée aux 
caractéristiques sauvages du parc Lady Evelyn- 
Smoothwater, 

• le concept de modèle de gestion a été élaboré 
pour l'aménagement des ressources; 

• les possibilités de participation publique au 
processus décisionnel ont été augmentées; 

• et des études sur les peuplements anciens ont été 
entreprises. 

Le Conseil consultatif de Temagami a été créé en 
juillet 1988 afin de permettre au Ministère de 
mieux diriger ses efforts et au public de participer 
plus activement au processus de planification. 
L'organisme conseillera le gouvernement sur les 
programmes de gestion à long terme des ressources 
de Temagami. Présidé par le D'' John Daniel, 
recteur de l'Université Laurentienne, le Conseil 
consultatif a tenu cinq réunions publiques en 1988 
pour sonder l'opinion publique sur le projet de 
prolongement des routes d'accès Red Squirrel et 
Goulard, l'avenir de la société forestière William 
Milne and Sons Ltd. et d'autres questions d'intérêt 
public. Le Conseil a présenté son premier rapport 
annuel au ministre en janvier 1989. 



ii 



e Conseil 



consultatif de 



Temagami a été créé 

en juillet 1988 afin de 

permettre au Ministère 

de mieux diriger ses 

efforts et au public de 

participer plus 

activement au processus 

de planification. Il 

conseillera le 

gouvernement sur les 

programmes de gestion 

des ressources de 

Temagami. 



13 



CALI 



Le Centre d'aviation et de lutte contre les 
incendies, situé à Sault Ste. Marie, coordonne 
la gestion des incendies et les opérations de 
surveillance aérienne à l'échelle de l'Ontario. 
Le centre coordonne également le transport 
aérien spécial du personnel du gouvernement 
de l'Ontario. 




15 



Rapport annuel 1988-89 



-P- 

■our 



our lutter contre 



les feux de forêt, la 

province dispose d'une 

flotte aérienne 

composée de neuf 

avions-citernes CL-21 5, 

cinq avions-citernes 

Twin Otter, cinq 

hélicoptères et 1 3 

Ttirbo Beavers. 



Sous contrôle 

Le CALI est le centre nerveux de la lutte aux 
incendies de forêt en Ontario. Il contrôle les 
opérations et les essais sur le terrain; évalue le 
nouvel équipement et les produits utiles à la lutte 
contre les feux de forêt; coordonne les ressources 
disponibles — main-d'oeuvre, équipement 
spécialisé et flotte d'aéronefs; fournit les 
prévisions météorologiques et diffuse les 
informations sur les risques d'incendie qui lui 
parviennent de tous les autres centres régionaux 
de surveillance et agit en tant que pivot des 
communications. Il met en oeuvre et surveille 
également les programmes de formation et 
maintient des liens de collaboration avec d'autres 
organismes de lutte contre les incendies sur le 
plan provincial, national et international. 

Une saison chaude 

En 1988, l'Ontario a connu l'une des pires saisons 
d'incendies de son histoire. Mis en alerte par deux 
hivers plus doux qu'à l'accoutumée, suivis par 
une saison printanière précoce, chaude et sèche, le 
personnel aérien de lutte contre les incendies avait 
avancé sa préparation. Le premier feu majeur de 
la saison s'est déclaré le 29 avril dans le district de 
Kenora. À la fin de la saison, l'Ontario avait 
enregistré 3 260 feux de forêt — un nombre 
record, qui vient en second seulement derrière les 
3 985 feux enregistrés en 1976. On estime que la 
foudre a été responsable de plus de 2 000 
incendies, un chiffre exceptionnellement élevé. 

Une réaction initiale efficace a permis de 
limiter les pertes à 394 496 hectares; de ce 
nombre, 300 000 hectares de forêt ont brûlé dans 
les régions les plus éloignées du Nord de l'Ontario. 



Organisation sur le terrain 

Le déclenchement d'une attaque initiale prompte 
et soutenue contre les feux de forêt incombe aux 
cinq centres régionaux de lutte contre les incendies 
situés à Huntsville, Sudbury, Timmins, Thunder 
Bay et Dryden. Les opérations régionales de lutte 
contre les incendies se poursuivent grâce à 
l'intervention des centres de district et des bases 
d'attaque. La responsabilité de la prévention et de 
la lutte contre les incendies dans les trois régions 
du Sud de la province appartient aux directeurs 
régionaux respectifs. Le recrutement et la 
formation des 207 équipes formées de trois 
pompiers se font localement. 

Pour lutter contre les feux de forêt, la province 
dispose d'une flotte aérienne composée de neuf 
avions-citernes CL-2I5, cinq avions-citernes Twin 
Otter, cinq hélicoptères et 1 3 Turbo Beavers. En 
outre, on utilise à l'occasion des hélicoptères légers 
et de moyen tonnage que le secteur privé loue, sur 
une base contractuelle, à court ou à long terme. 

Recherche sur la 
gestion des incendies 

On a procédé à l'essai, sur deux avions-citernes 
du Ministère, de systèmes de bombardement à 
injection de mousse afin d'évaluer le meilleur 
usage et le rapport coût-efficacité de cette 
méthode de lutte contre les incendies. Estimant les 
résultats encourageants, le personnel du ministère 
prévoit installer ces systèmes sur les neuf CL-21 5. 

Le CALI a également poursuivi ses expériences 
en collaboration avec le Service canadien des 
forêts afin de déterminer le comportement du feu 
et les conséquences des brûlages dirigés sur une 
grande échelle; il a effectué des études climatiques 
en plus grand nombre, mis au point et étudié des 
systèmes d'attaque initiale et évalué des 
programmes de détection précoce des incendies. 



16 



Le Contre d'aviation st de lutte contre les incendies 



Prévention des incendies 

Si l'on considère qu'environ 60 pour 100 des feux 
de forêt sont provoqués par la négligence, il 
apparaît important de sensibiliser le public aux 
méthodes de prévention en montrant les précautions 
à prendre dans la manipulation du feu afin 
d'épargner la ressource forestière, la propriété 
privée et la vie humaine. 

En 1988, l'Ontario a remporté un concours 
international de conception visant à choisir un 
symbole d'identification des zones de risques 
d'incendies de forêt élevés en Amérique du Nord. 
Ce symbole représente une forêt brûlée en noir et 
blanc et les ruines d'un immeuble dans un cercle 
rouge traversé d'une barre diagonale. 

Le comité provincial de prévention des incendies, 
au sein duquel toutes les régions sont représentées, 
a produit un manuel et une vidéo qui ont été diffusés 
auprès de plus de 50 000 élèves en Ontario. 

Le projet chinois 

Depuis 1985, 34 techniciens et équipiers chinois 
de lutte contre les incendies ont reçu une formation 
au Canada et en Chine sur la suppression des 
incendies de forêt, l'aspect théorique des incendies, 
ainsi que l'utilisation et l'entretien de l'équipement 
de suppression. Le projet, dont le but est d'élaborer 
un modèle de gestion des incendies de forêt dans 
la province de Heilonjiang, au nord-est de la 
Chine, a été parrainé par l'Agence canadienne de 
développement international et principalement 
orchestré par l'Ontario. Les cours de formation 
dans les deux pays sont donnés par le MRN, avec 
l'aide du personnel des services forestiers 
canadiens et albertains. 



^ 



i l'on considère 



qu'environ 60 pour 1 00 

des feux de forêt sont 

provoqués par la 

négligence, il apparaît 

important de 

sensibiliser le public 

en montrant les 

précautions à prendre 

dans la manipulation 

du feu afin d'épargner 

la ressource forestière, 

la propriété privée et la 

vie humaine. 



17 



Loisirs de plein air 



Les lacs, les cours d'eau, les parcs et les aires 
de nature sauvage de l'Ontario font chaque 
année la joie de centaines de milliers de 
personnes. Le canotage, le camping, la chasse, 
la pêche, la natation et l'ornithologie ne sont 
que quelques-unes des activités qui attirent 
résidents et touristes dans les grands espaces 
de la province. Le ministère des Richesses 
naturelles est appelé à gérer les ressources qui 
rendent possibles ces loisirs. Son Groupe des 
loisirs de plein air a, notamment, la responsabilité 
des pêches, de la faune, des parcs et des zones 
récréatives, de l'application des règlements et 
de la navigation de plaisance. 





19 



Rapport annuel 1988-89 



Pêches 



€i 



race au 



permis de pêche 



sportive de résident, le 

MRN améliore des 

frayères, modernise 

des installations 

piscicoles, réhabilite 

certains lacs, étudie 

l'habitat du poisson, 



La pêche est, de nos jours, un des loisirs les plus 
populaires en Ontario et il est facile d'en connaître 
la raison si l'on pense aux 150 différentes espèces 
qui peuplent nos plans d'eau. La Direction des 
pêches du MRN assure la protection et la gestion 
des ressources de pêche afin d'assurer que nos 
eaux demeurent poissonneuses pour le plus grand 
avantage des Ontariens d'aujourd'hui et de 
demain. Les programmes de gestion s'étendent à 
l'évaluation, à la recherche, à l'éducation, aux 
stocks d'empoissonnement et à la réhabilitation 
des lacs et rivières, ainsi qu'à l'observation des 
règlements de pêche qui permettent d'éviter la 
surexploitation de cette abondante ressource. 



élabore des programmes Simplification des règlements 



éducatifs et construit 
des points d'accès. 



Les Règlements de la pêche de l'Ontario ont été 
récrits pour supprimer certaines dispositions 
désuètes et les rendre plus faciles à consulter. Les 
règlements révisés intègrent les nouvelles lois 
régissant les activités de pêche et réunissent en un 
seul tableau, de consultation aisée, tous les renseigne- 
ments utiles sur les saisons de chasse et les limites 
de taille et de possession. La nouvelle présentation 
permet aux pêcheurs de retrouver plus facilement 
les règles qui s'appliquent à une espèce de poisson 
en particulier, dans une zone donnée. Les règlements 
répertorient également les modifications de la loi 
relatives à la pêche commerciale. 

Programme des permis de pêche 

Grâce au programme de permis de pêche sportive 
de résident, le MRN poursuit des projets visant à 
améliorer les frayères, à moderniser les installations 
piscicoles à réhabiliter certains lacs, à étudier 
l'habitat du poisson, à élaborer des programmes 
éducatifs et à construire des points d'accès. 
Depuis l'introduction du permis de pêche en 1987, 
plus de 1 000 projets ont été ainsi financés. 

Gestion du touiadi 

Une quarantaine de membres du personnel du MRN 
dans toute la province sont en voie de réaliser un 
projet destiné à la gestion et à la protection du 
touiadi, un des poissons gibiers de l'Ontario les 



plus prisés. Le personnel prépare actuellement un 
rapport sur la physiologie et l'écologie du touiadi 
et sur les effets de la pollution et de la récolte 
excessive sur la reproduction de l'espèce. 
L'information sera utilisée pour établir de 
meilleures stratégies de gestion à long terme, 
aboutissant à un programme mieux étudié en vue 
de la conservation, de la protection et de la 
réhabilitation du touiadi en Ontario. 

Protection des frayères 

Le poisson ne peut se reproduire si les lacs, les 
cours d'eau et les rivières dans lesquels il fraye 
sont pollués, envasés, ou remplis de détritus 
laissés par l'intervention humaine. En 1988, le 
MRN a organisé plusieurs ateliers régionaux dans 
la province afin de sensibiliser le public en matière 
de protection et de gestion de l'habitat du poisson. 

Le MRN a en outre signé un exposé d'intention 
avec le ministère de l'Environnement de l'Ontario 
et les ministères fédéraux des Pêches et des Océans 
et de l'Environnement en vue d'une collaboration 
pour protéger l'habitat du poisson. Par ce document, 
le MRN et les autres organismes signataires 
s'engagent à conclure une entente de coopération 
dans le domaine de la gestion et de l'amélioration 
de l'habitat du poisson. 

Soins de l'habitat 

Au cours de l'exercice 1988-1989, le MRN a 
consacré une somme de 900 000 $ à la réalisation 
de 221 projets destinés à la réhabilitation de 
l'habitat du poisson. Comptons, parmi ces projets : 

• amélioration des frayères pour le doré, le touiadi 
et la truite arc-en-ciel 

• construction de passes migratoires pour 
permettre l'accès de la truite arc-en-ciel aux 
frayères et aux zones d'alevinage 

• enlèvement de détritus des rivières et des cours 
d'eau 

• nouvelles plantations à proximité des cours 
d'eau pour abaisser la température de l'eau 

• réduction de la charge sédimentaire 

• conversion de barrages en systèmes 
d'évacuation par le bas. 

Environ 36 pour 100 de ce travail a été rendu 
possible grâce au Programme de participation 
communautaire à la gestion des pêches. 



20 



Loisirs de plein air 



Empoissonnement 

En 1988, le MRN a introduit dans 1 100 lacs de la 
province quelque 12 millions de poissons d'une 
douzaine d'espèces différentes. Dans le cadre de 
son programme visant à réintroduire le saumon 
atlantique dans les eaux du lac Ontario et la variété 
Skamania de saumon steelhead dans le lac Huron, 
le MRN a acheté 220 000 oeufs de ces espèces. 

En vertu du Programme d'encouragement à la 
productivité aquicole, les pisciculteurs ont reçu 
des subventions de l'ordre de 100 000 $ sur une 
période de 18 mois se terminant en mars 1989 
pour des projets tels que la construction de bassins 
d'élevage avec réduction des déchets à la source 
et l'installation de systèmes de recyclage pour 
l'accroissement de la production. 

Poisson d'élevage 

La nouvelle frayère de Tarentorus située près de 
Sault Ste. Marie est entrée en fonction à l'automne 
de 1988. Cette installation construite au coût de 
7 400 000 $ est en mesure d'élever annuellement 
1 ,6 million de poissons destinés pour la plupart au 
lac Supérieur. 

La construction de la station piscicole de Blue Jay 
Creek sur l'île Manitoulin a débuté en août 1988. 
Cette installation d'élevage précoce aura une capacité 
de production de 1 ,2 million de fretins par an. 

Recherche : faits saillants 

• Le saumon atlantique, disparu de l'Ontario 
depuis plus d'un siècle, a été réintroduit dans 
deux affluents du lac Ontario — la rivière Credit 
et le ruisseau Wilmot près de Newcastle — dans 
le cadre d'un projet décennal visant à rétablir 
l'espèce. Le MRN a édicté des règlements pour 
la protection du saumon pendant la pha.se de 
l'étude et demande aux pêcheurs à la ligne de 
rejeter à l'eau tout saumon qu'ils pourraient 
capturer dans les quelques années à venir. 

• Plus de 1 400 chercheurs et gestionnaires des 
pêches provenant de tous les pays du monde ont 
assisté au Congrès annuel de l'American 
Fisheries Society pendant quatre jours à Toronto, 
en septembre 1988, sous l'égide du MRN. Les 
300 rapports techniques qui ont été présentés 
lors des 23 symposiums ont proposé à l'attention 
des participants des questions aussi importantes 
que l'incidence des pluies acides sur le poisson, 
la mise en oeuvre d'un plan nord-américain de 
protection des oiseaux aquatiques, la réaction du 



poisson à la pollution, au changement de climat 
et à l'altération de l'habitat aquatique. 

Les théories au banc d'essai 

En 1988, le MRN a inauguré un programme visant 
à vérifier l'efficacité de ses activités de gestion 
des pêches. Douze expériences contrôlées ont été 
entreprises dans la province pour aider à déterminer 
l'impact des programmes du MRN en matière 
d'empoissonnement, de protection des poissons 
reproducteurs et de réhabilitation des lacs et rivières. 

Les pêches à l'école 

Les jeunes pourront bientôt apprendre les notions 
de la gestion des pêches grâce à la mise en oeuvre 
du Programme d'éducation scolaire sur les pêches. 
On est en voie de mettre au point, à l'intention des 
enseignants, de l'école maternelle jusqu'à la 
douzième année, les activités qui pourront être 
mises en application dès l'année scolaire 1990- 
1 99 1 . Le programme aidera les élèves à connaître 
différentes espèces de poissons et leur habitat, ainsi 
que la gestion des pêches, avec un accent sur la 
gestion intégrée des ressources. 

Pêche commerciale 

Les pêcheurs commerciaux ont ramené leur plus 
abondante récolte en 1987 (les chiffres de 1988 
seront disponibles en janvier 1990). Les pêches 
ont été évaluées à 61 millions de livres et ont 
rapporté 48 400 000 $ avant traitement. 

Des études permanentes visant à surveiller les 
stocks de poisson et l'incidence des prises 
accidentelles de poisson gibier dans les Grands 
Lacs ont amené à introduire, en 1988, quelques 
changements dans le secteur de la pêche 
commerciale. Dans la baie de Long Point, sur le 
lac Erié, les pêcheurs commerciaux ont consenti à 
aller jeter leurs filets deux kilomètres plus au large 
afin d'éviter les prises accidentelles d'achigan à 
petite bouche. Le MRN continue de contrôler les 
niveaux de quotas à la pointe est du lac Érié, 
tandis que les pêcheurs de l'extrémité ouest se 
soumettent de bon gré à l'autoréglementation. 

Le MRN a procédé au rachat des permis de 26 
exploitants commerciaux de la partie est du lac 
Ontario afin de prévenir des récoltes excessives. 
En outre, des restrictions sévères ont été imposées 
au quota des prises de plusieurs espèces de poissons 
y compris la perchaude, le crapet-soleil et les 
poissons-chats. 



i. 



e saumon 



atlantique, disparu de 

l'Ontario depuis plus 

d'un siècle, a été 

réintroduit dans deux 

affluents du lac Ontario 

— la rivière Credit et le 

ruisseau Wilmot près 

de Newcastle — dans 

le cadre d'un projet 

décennal visant à 

rétablir l'espèce. 



21 



Rapport annuel 1988-89 



^ 



tre le maintien 



des activités de 



chasse, de piégeage et 

d'observation, les 

programmes de gestion 

de la faune du MRN 

prévoient la protection 

des espèces en voie de 

disparition, la 

sauvegarde ou la 

restauration de 

l'habitat faunique et la 

sensibilisation du 

public en la matière. 



Gestion de la faune 

Outre le maintien des activités de chasse, de 
piégeage et d'observation, les programmes de 
gestion de la faune du MRN prévoient la protection 
des espèces en voie de disparition, la sauvegarde 
ou la restauration de l'habitat faunique et la 
sensibilisation du public en la matière. La Direction 
de la faune effectue également des recherches 
portant, par exemple, sur la lutte contre la rage ou 
sur l'écologie du cerf de Virginie et encourage le 
public à prendre part aux programmes de partici- 
pation communautaire à la gestion de la faune. 

Politique de planification 
des terres marécageuses 

Environ 75 pour 100 des terres marécageuses du 
Sud de l'Ontario ont été perdues par suite du 
drainage à des fins agricoles ou urbaines, ou ont 
été détruites par l'érosion survenue depuis le 
début du siècle. Ces marécages, marais et tourbières 
représentent un habitat faunique vital et des terrains 
essentiels pour le contrôle des inondations et de la 
pollution. En octobre 1988, le gouvernement a 
approuvé un énoncé de politique visant à protéger 
les terres marécageuses qui ont une grande 
importance pour la province. 

L'énoncé de politique, intégré à \a Loi provinciale 
sur r aménagement du territoire, entend aider les 
organismes préposés à l'aménagement, les villes 
et les municipalités, à catégoriser et à protéger les 
terres marécageuses d'importance placées sous 
leur compétence. 

Oiseaux aquatiques et 
terres marécageuses 

Malgré la sécheresse qui a durement frappé les 
Prairies et le nombre généralement bas d'oiseaux 
aquatiques sur le continent, la population de canards 
et d'oies est demeurée à de hauts niveaux durant 
l'année 1988. En 1988, en vertu d'une deuxième 
entente signée entre Canards Illimités Canada et le 
MRN, 19 300 000 $ en cinq ans seront affectés à 
l'entretien, à la création et à la régénération de 
10 000 hectares constituant l'habitat des oiseaux 
aquatiques. 

Les terres marécageuses constituent pour ces 
oiseaux d'importantes zones de nidification et de 
halte et sont l'habitat d'une faune nombreuse et 
variée. Le plan nord-américain de gestion de la 



sauvagine est un projet trouvant application à 
l'échelle continentale et auquel ont souscrit en 1986 
les gouvernements canadien et américain afin de 
préserver et de réhabiliter les terres marécageuses. 
En 1988, l'Ontario mettait sur pied son premier 
projet conforme au plan, soit la protection et la 
réhabilitation de la baie Matchedash, à la pointe 
sud-est de la baie Géorgienne. Le projet prévoit 
l'acquisition et la réhabilitation de 2 157 hectares 
de terres marécageuses durant les sept prochaines 
années, au coût de plus de 8 000 000 $. 

Recherche sur la rage 

La recherche visant à enrayer la rage a connu 
beaucoup de succès au cours de l'année dernière. 

• Une préparation génique contre la rage mise au 
point par des chercheurs de l'Université de Toronto 
et de l'Université McMaster d'Hamilton a pu 
aboutir à un vaccin oral en vue d'immuniser la 
mouffette contre le virus. Dans le passé, aucun 
vaccin n'avait pu être administré par voie buccale, 
mais les essais ont démontré que la nouvelle 
préparation permettait d'atteindre un taux élevé 
d'immunité. 

• Un projet expérimental réalisé à Scarborough 
par les chercheurs du MRN sur des mouffettes 
capturées, vaccinées, puis remises en liberté a 
donné des résultats positifs. Au début de l'été, 
60 pour 100 de la population de mouffettes de la 
région a été vaccinée et seul un cas de rage de la 
mouffette s'est déclaré en 1988 dans la région 
faisant l'objet d'étude. 

• L'équipe de recherche sur la rage du MRN a 
également analysé les résultats des essais sur le 
terrain réalisés en 1987 par largage d'un appât 
pouvant être produit en grandes quantités en vue 
de l'immunisation du renard. Elle a constaté que, 
tandis que le vaccin avait bien toléré les chaleurs 
extrêmes sans perdre de son efficacité, les renards 
qui s'étaient limités à mordiller l'appât sans percer 
la poche de plastique n'avaient pas été vaccinés. 
Les animaux qui avaient pu venir en contact 
avec le vaccin avaient par contre été protégés 
presque à 100 pour 100 contre la maladie. 

Réexamen de la 
chasse à l'orignal 

La population d'orignaux de l'Ontario continue 
d'augmenter et atteint maintenant quelque 120 000 
animaux. L'étude du programme de récolte sélective 
a été achevée en 1989 et a amené plusieurs modifi- 



22 



Loisirs de plein air 



cations aux règlements régissant la chasse à l'orignal. 

Le MRN a réintroduit la chasse en groupe à 
l'orignal durant la saison de 1988 et envisage 
l'application d'un système de demande collective. 
La saison de chasse à l'orignal a été retardée 
d'une semaine pour mieux protéger l'orignal 
adulte durant la saison de l'accouplement. Le 
MRN a aussi élaboré et appliqué des directives 
destinées à protéger l'habitat de l'orignal dans les 
zones où s'effectue l'exploitation du bois. 

Soutien au programme 
sur le chevreuil 

Un sondage effectué l'année dernière auprès des 
chasseurs de chevreuil a révélé que 74 pour 100 
des chasseurs interrogés se disaient satisfaits ou 
très satisfaits du programme de récolte sélective, 
tandis que 18 pour 100 étaient dans une certaine 
mesure insatisfaits. La population de chevreuils de 
l'Ontario est en constante augmentation et est 
estimée à plus d'un quart de million, soit plus du 
double qu'en 1980. Le programme de récolte 
sélective du MRN est conçu pour garder le 
troupeau à peine en deçà du seuil de tolérance du 
territoire où le chevreuil habite. Cela contribue à 
maintenir la viabilité du troupeau et empêche les 
fluctuations radicales que la surpopulation entraîne. 

Gestion de l'ours noir 

Une nouvelle politique visant à créer des zones de 
gestion de l'ours noir à l'intention des exploitants 
touristiques est entrée en vigueur pour la saison de 
chasse du printemps 1989. Son application améliorera 
la gestion de la population d'ours noirs de l'Ontario 
en réduisant les occasions de conflit entre les 
exploitants et en établissant un système qui permettra 
d'exercer une meilleure gestion de la récolte. 

L'ours aujourd'hui 

Les chercheurs de la faune au MRN ont examiné 
les résultats des études menées sur le terrain au 
cours des quelques dernières années relativement 
à l'ours noir et à l'ours polaire. Les études indiquent 
que les ours polaires qui hibernent sur les côtes 
ontariennes de la Baie d'Hudson sont la plus 
féconde des sous-espèces d'ours polaire du Canada. 
Chez l'ours noir, cependant, la femelle ne peut, en 
général, avoir d'ourson avant le sixième été, après 
quoi elle mettra bas en moyenne 1 ,7 petit par an 
jusqu'à ce ce qu'elle meure de vieillesse, vers 
l'âge de 18 ans. Les chercheurs estiment que ces 



bas taux de reproduction sont peut-être 
attribuables au manque de nourriture. 

Le dindon sauvage 

Un programme destiné à introduire le dindon 
sauvage en Ontario a été entrepris en 1984, grâce 
à la collaboration active du MRN, de l'Ontario 
Federation of Anglers and Hunters et d'autres 
groupes de protection de la nature. Depuis, le dindon 
s'est multiplié rapidement et on en dénombre 
actuellement plus de 6 000. Un programme de 
capture et de remise en liberté a été mis en oeuvre 
l'année dernière dans plusieurs régions afin 
d'accélérer le repeuplement du dindon sauvage 
dans tout le Sud de l'Ontario. 

Une saison annuelle de chasse contrôlée annuelle 
du dindon sauvage s'est tenue dans le district de 
Napanee en 1988. Les 500 chasseurs participants 
ont préalablement suivi des séances de formation 
obligatoires et ont récolté 71 de ces oiseaux 
insaisissables. 

Espèces en voie de disparition 

Depuis 13 ans, le MRN poursuit un projet aidant à 
réintroduire le faucon pèlerin dans la nature en 
l'élevant en captivité et en le remettant en liberté. 
En 1988, le personnel du MRN a signalé avec 
satisfaction qu'un couple de faucons pèlerins élevés 
et remis en liberté avait nidifié et eu deux petits. En 
outre, trois femelles relâchées en Ontario avaient 
réussi à se reproduire dans d'autres régions de l'est 
du continent nord-américain en donnant naissance 
à au moins cinq petits. Toujours en 1988, 29 jeunes 
faucons pèlerins ont été remis en liberté dans le 
Sud de l'Ontario, ce qui porte le nombre d'oiseaux 
relâchés depuis le début du projet à 172. Les 
efforts du MRN pour sauvegarder la présence de 
ce splendide oiseau de proie ont été soutenus, 
comme par le passé, par le dévouement de 
plusieurs associations et groupes de bénévoles. 

Le MRN travaille également à protéger d'autres 
espèces menacées ou en voie de disparition. Le 
Ministère s'est associé au Programme de rétablisse- 
ment du pluvier siffleur pour élaborer des 
stratégies de gestion visant à ramener cet oiseau 
menacé. De plus, huit espèces ou sous-espèces de 
serpents ont été protégés en vertu de la Loi sur la 
chasse et la pêche. 



-L 



a population de 



chevreuils de l'Ontario 

est en constante 

augmentation et est 

estimée à plus d'un 

quart de million, soit plus 

du double qu'en 1980. 



23 



Rapport annuel 1988-89 



m 



n 1 988, plus de 



3 000 enseignants ont 

suivi 1 30 stages 

d'initiation pour 

transmettre aux élèves 

des connaissances sur 

la faune, l'aménagement 

de l'habitat, les 

techniques de gestion 

et les programmes de 

recherche. 



Recherche sur l'habitat 

Un atelier organisé en novembre 1988 à Thunder 
Bay par le MRN en vertu de l'Entente Canada- 
Ontario concernant la mise en valeur des ressources 
forestières, a réuni les forestiers, les biologistes, 
les écologistes et les représentants des industries 
forestière et touristique pour étudier les répercussions 
des pratiques existantes de gestion forestière sur 
l'orignal et le poisson, ainsi que sur le tourisme. 
On a délimité les zones qui nécessitent une recherche 
scientifique plus poussée et proposé celles où il 
sera opportun de procéder à des études. Les 
participants ont mis au point un modèle 
conceptuel devant servir de point de départ pour 
de futures recherches interdépendantes. 

Participez! 

Quelque 5 200 personnes ont consacré, en 1988, 
plus de 50 000 heures de travail à 166 projets 
réalisés dans le cadre du Programme de participation 
communautaire à la gestion de la faune (PPCGF). 
Chaque année, le réseau des volontaires associés 
au programme va croissant et les participants 
travaillent avec enthousiasme à des projets nouveaux 
et toujours plus nombreux tendant à réhabiliter 
l'habitat faunique, à entreprendre des recherches 
ou à augmenter les populations animales. Parmi 
les projets récents, signalons ceux qui consistent à 
apporter un soutien au Programme sur les oiseaux 
reproducteurs rares de l'Ontario, à dresser des haies 
servant d'abri aux oiseaux et aux animaux, à gérer 
des étangs de castors, à ensemencer des champs 
de trèfle et à améliorer l'habitat du chevreuil. 

Atout-faune, un projet emlKillant 

Le projet «Atout-faune» est un des programmes 
éducatifs mis de l'avant par le MRN qui ont 
connu le plus vif succès. En 1988, plus de 3 000 
enseignants ont suivi 130 stages d'initiation aux 
méthodes didactiques les plus aptes à transmettre 
aux élèves les connaissances sur la faune, 
l'aménagement de l'habitat, les techniques de 
gestion et les programmes de recherche. 

Un ouvrage de référence sur 
la fourrure 

Un ouvrage exhaustif sur les animaux à fourrure 
et le commerce de la fourrure en Amérique du 
Nord a été publié par le MRN et l'Ontario Trappers 
Association. Intitulée Wild Furbearer Management 
and Conservation in North America, cette encyclo- 



pédie de 1 168 pages, dont la préparation a duré 
plus de quatre ans, a été le fruit de la collaboration 
de 104 spécialistes. L'accent est mis sur la 
biologie et les caractéristiques de l'habitat de tous 
les animaux à fourrure d'Amérique du Nord et le 
livre traite de sujets aussi divers que l'histoire de 
la pelleterie, ainsi que les techniques et principes 
de gestion des fourrures. 

Les éditeurs se sont vu remettre le prestigieux prix 
annuel de la Wildlife Society pour le meilleur 
ouvrage sur la faune en Amérique du Nord. 

Programme de chasse à l'arc 

À l'automne de 1988, le MRN a inauguré, de 
concert avec les associations de sportifs et de 
chasseurs à l'arc, un programme éducatif bénévole 
s'adressant aux chasseurs à l'arc. Deux séances de 
formation à l'intention des instructeurs ont eu lieu 
et quelque 90 nouveaux instructeurs se sont vu 
décerner un certificat d'aptitude. 

Agents tie protecUon 
de la nature 

Les 240 agents de protection de la nature du MRN 
ont pour mission de faire observer les lois fédérales 
et provinciales régissant la pêche, l'habitat faunique 
et les espèces végétales protégées ainsi que les 
règlements sur les parcs provinciaux et les terres 
publiques. Ils ont également pour tâche d'informer 
le public sur la gestion des ressources naturelles 
en s'adressant aux groupes communautaires et en 
donnant des conférences dans les écoles, les clubs 
et devant de larges auditoires. 

En 1988, les agents de protection de la nature 
aidés de 395 adjoints ont rejoint quelque 453 929 
utilisateurs des ressources. Ils ont adressé 15 299 
avertissements et déposé 7 588 accusations pour 
infractions aux règlements de la pêche et de la 
chasse, en vertu de la Loi sur la chasse et la 
pêche (Ontario), de la Loi sur la Convention 
concernant les oiseaux migrateurs (Canada), de la 
Loi sur les pêcheries (Canada) et d'autres lois et 
règlements. Les personnes contrevenant à ces lois 
se sont vu infliger des amendes s'élevant à 704 500 $. 



24 



Loisirs de plein air 



Sécurité de la 
navigation 

Le Bureau de la navigation de plaisance, avec la 
collaboration d'autres utilisateurs des ressources, 
favorise la sécurité de la navigation. À cette fin, il 
mène une campagne active de sensibilisation dans 
le cadre du projet ASM, Agence de sécurité 
maritime. Au cours de l'exercice 1988-1989, le 
Bureau a publié une nouvelle version des Règlements 
de la navigation de plaisance qui illustre et regroupe 
les renseignements émanant de divers organismes 
gouvernementaux à l'adresse des plaisanciers. Le 
Bureau coordonne l'examen, sur le plan provincial, 
de 12 projets fédéraux d'expansion de ports et 
poursuit l'étude des cas de décès occasionnés par 
la navigation de plaisance en Ontario. 

Parcs et loisirs 
de plein air 

En 1988, le réseau des parcs provinciaux de 
l'Ontario a accueilli 7,8 millions de visiteurs, 
résidents et touristes. 

En mai 1988, une nouvelle politique des parcs 
axée sur la protection des ressources a été 
annoncée. Cette politique prévoit d'ajouter des 
nouveaux parcs, pour en porter le total à 26 1 , et 
préconise une protection accrue des sites ayant 
une valeur culturelle et naturelle importante. 

Protection accrue des parcs 

Les parcs provinciaux de l'Ontario sont classés 
dans six catégories : parcs sauvages, réserves 
naturelles, parcs historiques, parcs naturels, parcs 
aquatiques et parcs de loisirs. 

En vertu de la nouvelle politique, la chasse est 
interdite à l'intérieur des parcs sauvages et des 
réserves naturelles. Les activités minières, la 
construction hydro-électrique et la coupe de bois 
sont interdites dans l'ensemble du réseau (à 
l'exception du parc Algonquin et du lac Supérieur 
où la coupe forestière peut se poursuivre). La 
pêche commerciale, le piégeage, la récolte de riz 
sauvage et la pêche à l'appât seront progressivement 
éliminés sur une période de 21 ans à compter du 
1" janvier 1989. 



La politique ministérielle met également l'accent 
sur la participation du public à la gestion des parcs 
en l'invitant à seconder l'élaboration de plans de 
gestion visant à définir la vocation des parcs, ainsi 
que les installations et les services offerts. 

Revitalisation des parcs 

Le MRN s'apprête à célébrer, en 1993, le KXF 
anniversaire du réseau des parcs provinciaux et, à 
cette occasion, il a mis en oeuvre un plan quinquennal 
de revitalisation des parcs. Au cours de l'exercice 
1988-1989, deuxième année du programme, environ 
5 400 000 S ont été consacrés à l'amélioration des 
parcs. Parmi les projets réalisés, on compte la 
construction de pavillons de toilettes avec douches 
dans 10 parcs provinciaux, la rénovation 
d'installations existantes, l'amélioration de 
conduites d'eau et d'égouts ainsi que d'aires de 
stationnement et de routes. 

Aide fiscale à la nature 

Un pas important en faveur de la protection du 
patrimoine naturel de l'Ontario sur les terres 
privées a été fait en 1988 par l'introduction du 
Programme de remise fiscale sur les terres protégées. 
En vertu du programme, les propriétaires de terres 
protégées peuvent bénéficier de remises de l'impôt 
foncier allant jusqu'à 100 pour 100. Les aires 
désignées comprennent les terres marécageuses 
classées dans les catégories 1 , 2 et 3, les Zones 
d'intérêt naturel et scientifique (ZINS) du patrimoine 
provincial, les sites naturels de l'escarpement du 
Niagara, les terres non productrices appartenant 
aux offices de protection de la nature et d'autres 
terres apparienant à des organismes à but non 
lucratif. 

Le programme a pour objet de reconnaître, de 
favoriser et d'appuyer la protection à long terme 
de certaines catégories de zones protégées qui 
correspondent aux objectifs de préservation du 
patrimoine naturel de la province. 

Environ 372 000 hectares de terres, situées pour la 
plupart dans le Sud de l'Ontario, ont été désignées 
comme étant des zones protégées. Les propriétaires 
fonciers admissibles peuvent présenter leur 
demande d'ici au 31 décembre 1990 afin de se 
prévaloir du programme de remise d'impôt 
applicable aux années 1987 et 1988. 




MRN célébrera, 



en 1993, le 100« 

anniversaire du réseau 

des parcs provinciaux 

et, à cette occasion, il 



a mis en oeuvre un 



plan quinquennal de 

revitalisation des parcs. 

En 1988-1989, deuxième 

année du programme, 

environ 5 400 000 $ 

ont été consacrés à 

l'amélioration des parcs. 



Terres et eaux 



Presque 87 pour 100 des terres de l'Ontario 
appartiennent à la Couronne et un cinquième 
environ de la superficie de la province est 
recouverte d'eau. Le Groupe des terres et des 
eaux du MRN assure la gestion de ces terres et 
eaux publiques. Les programmes s'étendent à 
la gestion des rives et à la prévision des 
inondations et comprennent les services de 
cartographie, d'arpentage et de télédétection, 
le soutien financier et technique aux offices de 
protection de la nature ainsi que la gestion des 
ressources de pétrole, d'agrégats, de tourbe et 
d'énergie hydro-électrique. 





27 



Rapport annuel 1988-89 



-L 



'e MRN élabore une 

stratégie de 

conservation afin 

d'encourager 



l'utilisation efficace et 
soutenue des 



ressources en eau. 



Cette stratégie tient 

compte des inquiétudes 

exprimées quant à une 

pénurie d'eau pouvant 

résulter d'une 

consommation d'eau 

accrue et d'un 

réchauffement de la 

planète. 



Loi sur le contrôle 
du transfert de l'eau 

En 1988, l'Ontario a pris des mesures visant à 
affirmer ses pouvoirs de contrôle et de gestion sur 
la sécurité à long terme des ressources en eau de 
la province. La Loi de 1988 sur le contrôle du trans- 
fert de l'eau interdit tout transfert d'eau en dehors 
de l'un ou l'autre des quatre bassins hydrographiques 
de la province sans l'approbation de la ministre 
des Richesses naturelles, y compris les transferts 
d'un bassin hydrographique à un autre dans les 
confms de l'Ontario ou vers un bassin hydrographique 
provincial situé dans le territoire d'une autre province. 
La loi interdit en outre tout transfert d'eau vers 
d'autres pays. Elle s'applique à tout transfert 
d'eau projeté, que ce soit par dérivation ou transport 
par chemin de fer, pipeline, camion ou navire, 
sans que cette enumeration soit limitative. 

Conservation de l'eau 

L'été de 1988, plus long et chaud qu'à l'accoutumée 
et l'un des plus secs des années récentes, a mis en 
évidence la nécessité d'assurer la protection et la 
conservation d'eau potable et pure en Ontario. Le 
MRN élabore une stratégie de conservation d'eau 
afin d'encourager une utilisation plus efficace et 
soutenue des ressources en eau de la province. 
Cette stratégie, conjointement avec d'autres 
dispositions prises à l'échelle provinciale, tient 
compte des inquiétudes croissantes exprimées 
quant à une pénurie de l'approvisionnement en 
eau pouvant résulter d'une consommation plus 
importante et d'un réchauffement du climat de la 
planète. La stratégie de conservation a quatre volets : 

• sensibiliser le public en la matière et le rendre 
conscient de la nécessité des efforts de conservation; 

• favoriser la recherche et l'application de tech- 
nologies et de méthodes de conservation de l'eau; 

• rechercher les moyens aptes à encourager la 
conservation de l'eau; 

• promouvoir une communication et une 
coopération meilleures sur les questions 
touchant à la gestion de l'eau. 



Gestion des rives 

Le programme de gestion des rives du MRN est 
conçu pour prévenir la perte de vies humaines et 
minimiser les dommages matériels associés aux 
inondations et à l'érosion. 

Le personnel du Ministère, en collaboration avec 
le ministère des Affaires municipales, a procédé à 
l'élaboration d'une déclaration de principes précisant 
l'attitude de l'Ontario sur les risques d'inondation 
et d'érosion dans les zones riveraines du bassin 
des Grands Lacs et du Saint-Laurent. La politique 
donnera des directives aux municipalités et aux 
autres organismes préposés à l'aménagement du 
territoire en tenant compte des risques afférant 
aux zones littorales dans les plans de gestion 
municipale. 

À ce jour, trois bases de données spécialisées qui 
rassemblent l'information accessible en matière 
de gestion des rives sont en opération et une 
quatrième est sur le point de l'être. En outre, une 
base de données fournit l'information sur le 
déferlement des vagues le long des rives des Grands 
Lacs; la deuxième fournit des détails sur la localisation 
et la mesure du mouvement sédimentaire et la 
troisième précise les niveaux de crue à récurrence 
de 100 ans pour les Grands Lacs en prenant en 
compte les niveaux élevés atteints par les eaux au 
milieu des années 80. Une quatrième base de 
données permet la surveillance constante des taux 
récessifs d'érosion dans divers sites représentatifs 
des Grands Lacs. Le personnel du MRN a en outre 
apporté son concours aux travaux de la 
Commission mixte internationale sur les niveaux 
d'eau variables dans le bassin des Grands Lacs. 

Programme Canada-Ontario 
de réduction des dommages 
causés par les inondations 

Ce programme conjoint fédéral-provincial prévoit 
la préparation de cartes de risques de crue utilisées 
pour enrayer l'urbanisation dans les zones 
susceptibles d'être inondées. Soixante-six projets 
ont été entrepiis au cours de 1988 dans le cadre de 
ce programme, outre un certain nombre d'études 
techniques de diverse nature. 

Un programme pluriannuel de photographie 
aérienne et de cartographie de tout le bassin des 
Grands Lacs et du Saint-Laurent a commencé en 
1988. Ainsi, des projets de surveillance au sol et 
de photographie aérienne et une base de données 
cartographiques ont été réalisés pour les rives qui 



28 



Terres et eaux 



s'étendent depuis la partie méridionale du lac 
Huron en passant par les lacs Sainte-Claire et 
Érié, jusqu'à proximité de Grimsby sur les rives 
du lac Ontario. 

Planification de la 
plaine inondable 

Une nouvelle déclaration de principes sur la 
planification de la plaine inondable a reçu 
l'approbation du gouvernement de l'Ontario en 
août 1988. La déclaration, énoncée conjointement 
par le MRN et le ministère des Affaires municipales, 
donne aux municipalités une latitude et des 
possibilités accrues en matière de participation 
publique au processus local de prise de décision, 
et tient davantage compte des conditions qui 
prévalent sur le plan local. Toutefois, le concept 
sous-jacent à la gestion des plaines inondables 
demeure le même, à savoir qu'aucun nouveau 
projet de construction ne devrait être permis dans 
les zones exposées aux crues ou dans des 
conditions susceptibles d'aggraver l'inondation 
des terres habitées actuellement. 

Meilleure prévision des crues 

Un Comité de liaison du Centre de prévision des 
débits a été constitué selon des lignes nouvelles 
pour donner des conseils sur les politiques et les 
programmes de prévision des crues et d'intervention 
d'urgence en Ontario. Le MRN est également en 
voie de préparer des normes en matière de prévision 
des crues, de mettre sur pied le plan d'un réseau 
limnigraphique provincial et d'étudier la possibilité 
de fournir à la clientèle des prévisions 
météorologiques. 

En 1988, le Centre de prévision des débits a 
signalé 50 alertes d'inondation et publié 230 
bulletins météorologiques. 

Étude des offices de 
protection de la nature 

Les 38 offices de protection de la nature que compte 
l'Ontario ont été établis à l'origine essentiellement 
pour répondre aux besoins exprimés sur le plan 
local en matière de gestion des eaux et de contrôle 
des inondations. Aujourd'hui, près de 40 ans plus 
tard, les offices ont étendu leurs programmes pour 
inclure les activités de loisirs, la gestion de la forêt 
et de l'habitat faunique, l'éducation dans le domaine 
de la conservation, la protection des terres 
marécageuses et la protection du patrimoine. 



Un comité interministériel formé des représentants 
des ministères des Richesses naturelles, de 
l'Environnement, de l'Agriculture et de 
l'Alimentation, du Tourisme et des Loisirs, des 
Affaires municipales et du Trésor et de l'Économie 
a procédé à une étude des responsabilités, de la 
structure, de la composition et des mécanismes de 
financement des offices de protection de la nature. 
En juin 1988, le comité publiait son rapport 
soumis à l'examen et aux remarques du public. 

Les recommandations préconisent le regroupement 
des petits offices de protection de la nature dans le 
Sud de l'Ontario afin de faire un meilleur usage 
de leurs fonds et de fournir des services mieux 
harmonisés dans la province. Le comité a également 
conseillé de réduire le nombre des membres du 
comité d'administration et de remplacer les 
méthodes de financement des offices par un 
système uniforme de taux de subvention établis en 
fonction d'une évaluation préalable et de la 
population desservie, à l'avantage des petits 
offices de protection de la nature. 

Bien que le rapport du comité interministériel ait 
suscité des réactions unanimes en ce qui concerne 
la nécessité d'une réforme, le consensus n'a pas 
été fait sur toutes les questions. Ainsi, l'adjoint 
parlementaire au ministre des Richesses naturelles 
a été désigné pour présider un comité appelé à 
résoudre les questions en suspens. Ce comité 
comprend un représentant du MRN, de 
l'Association des offices de protection de la 
nature de l'Ontario et de l'Association of 
Municipalities of Ontario. 

Projets locaux des offices 
de protection de la nature 

En 1988, le MRN a accordé des subventions d'une 
valeur de 42 900 000 $ aux offices de protection de 
la nature, y compris des subventions de 22 500 000 $ 
destinées aux projets d'immobilisations. Les 
subventions d'équipement pour la lutte contre les 
inondations s'élevaient à8900000$et3 500000$ 
ont été consacrés aux projets de contrôle de 
l'érosion. De plus, 2 000 000 $ ont été alloués à 
l'administration des programmes et aux 
opérations de gestion des terres et des eaux. 

Parmi les projets importants inaugurés en 1988, 
signalons un programme quinquennal de contrôle 
des inondations de 12 000 000 $ entrepris par 
l'Office de protection de la nature de la vallée 



u 



ne nouvelle 



déclaration de 



principes sur la plaine 

inondable a reçu 

l'approbation du 

gouvernement en août 

1 988. La déclaration 

donne aux municipalités 

des possibilités 

accrues en matière de 

participation publique 

au processus de prise 

de décision, et tient 

davantage compte des 

conditions qui prévalent 

sur le plan local. 



29 



Rapport annuel 1988-89 



^A 



fin de permettre 



une meilleure gestion 

de cette ressource, le 

MRN a présenté la Loi 

de 1988 sur les 

agrégats. La nouvelle 

loi favorise la 

réhabilitation des puits 

et des carrières et met 

davantage l'accent sur 

l'aspect 

environnemental. 



inférieure de la Thames en vue d'assurer une 
protection contre les crues à 7 19 habitations 
situées à proximité des ruisseaux Indian et 
McGregor à Chatham. 

La deuxième étape du projet de gestion des glaces 
de Belleville, au coût de 7 500 000 $, a été terminée. 
Le projet prévoyait la construction du barrage 
Arthur Holgate sur la rivière Moira, en amont de 
Belleville, afin de prévenir les problèmes chroniques 
de l'embâcle et des inondations qui s'ensuivent. 

Protection des 
terres publiques 

Le gouvernement a approuvé, au printemps de 
1988, certaines modifications de la Loi sur les 
terres publiques permettant ainsi au MRN de 
mieux protéger et gérer les terres publiques de 
l'Ontario. Les personnes qui déversent illégalement 
des déchets ou qui érigent des constructions sur 
des terres de la Couronne sont tenues de remettre 
en état ou de réhabiliter ces terres. Les amendes 
pour infraction à la loi ont également été augmentées. 

Les changements administratifs prévus par la loi 
faciliteront la tâche des personnes qui travaillent 
ou qui construisent sur des terres de la Couronne. 
Un seul permis de travail polyvalent a remplacé 
toutes les autorisations exigées par le passé avec 
une rationalisation du processus à l'avantage de 
cette clientèle. 

Les modifications de la Loi sur les terres 
publiques prévoient également l'annulation des 
lettres patentes relatives aux bien-fonds, procédé 
qui permettra de rendre accessibles un plus grand 
nombre de terres de la Couronne à de fins de 
prospection minière. 

importance des agrégats 

L'Ontario a produit, en 1988, 185 millions de 
tonnes de sable, gravier et pierre qui, conjointement 
avec des produits dérivés tels que le ciment, la 
chaux et la brique, contribuent directement à l'essor 
de l'économie provinciale pour une valeur de 
I 500 000 000 $. Afin de permettre une meilleure 
gestion de cette ressource, le MRN a présenté la 
Loi de 1988 sur les agrégats, qui prévoit une refonte 
de toutes les lois régissant l'extraction des agrégats 
y compris la Loi sur les puits d'extraction et les 
carrières, la Loi sur l'enlèvement du sable et, en 
partie, la Loi sur les mines. 



La nouvelle loi favorise la réhabilitation des puits 
et des carrières et met davantage l'accent sur 
l'aspect environnemental. Elle prévoit également 
une rémunération financière pour les municipalités 
et une plus grande participation à la concession et 
à l'examen des exploitations d'agrégats. 

De nouvelles publications sont en cours de 
préparation pour faire connaître la loi à l'industrie 
et au public. Le MRN a en outre publié un rapport 
décrivant les méthodes de réhabilitation des puits 
et des carrières à des fins de production forestière, 
ainsi qu'un rapport en trois volumes sur les 
industries de la pierre calcaire de l'Ontario. 

Directives sur les routes d'accès 

Le MRN est appelé à gérer le plus vaste réseau de 
routes de l'Ontario, si l'on compte le réseau de 
routes d'accès sur les terres de la Couronne, long 
de 35 000 kilomètres, et les besoins de nouveaux 
ponts et routes qui chaque année se déclarent. 

Pour veiller à ce que ces routes soient construites 
dans le respect de notre milieu naturel, le ministère 
a publié un guide intitulé Directives environne- 
mentales pour la construction de routes d'accès 
et de traversées de cours d'eau. 

Le Ministère a aussi élaboré une politique exigeant 
que tous les nouveaux ponts construits sur les terres 
de la Couronne soient conçus pour soutenir en 
toute sécurité la charge utile. Ils feront, à cette fin, 
l'objet d'une inspection obligatoire et des panneaux 
portant indication de la charge nominale tolérée 
doivent être affichés pour renseigner les usagers. 

Combustibles minéraux 

L'année dernière, la production de pétrole s'est 
accrue de 35 jjour 100 en Ontario, tandis que la 
production totale contribuait pour 85 000 000 $ à 
l'économie provinciale. Dans le Sud-Ouest de 
l'Ontario, on a enregistré une augmentation de 98 
pour 100 du nombre de permis délivrés pour le 
forage de puits, ce qui a amené à la découverte de 
30 nouveaux gisements de pétrole et de gaz. 

Dans le cadre du programme des minéraux 
combustibles du MRN, signalons une nouvelle 
initiative qui tend à accélérer l'étude des demandes 
de réglementation des espacements visant à 
contrôler les emplacements des puits de pétrole et 
de gaz. On a annoncé l'application de dix-huit 
nouvelles disf)ositions qui assureront un 
développement ordonné ainsi que la conservation 
des gisements de pétrole et de gaz. 



30 



Terres et eaux 



Terres autochtones 

Le MRN a créé, en janvier 1989, une Section des 
terres autochtones chargée de mettre en oeuvre les 
politiques et les programmes afférents aux terres 
de la Couronne et aux populations autochtones. 
Cette section fournit l'expertise sur les questions 
touchant aux terres et aux ressources qui font 
l'objet de réclamations territoriales de la part des 
Indiens et est chargée des négociations qui 
aboutiront à la concession de terres de la Couronne 
pour la création de nouvelles réserves indiennes et 
à des agrandissements des réserves existantes.La 
Section gère également les programmes visant à 
l'exploitation des ressources naturelles pour le 
bienfait économique des peuples autochtones et 
travaille en collaboration avec la Direction 
générale des affaires autochtones de l'Ontario en 
vue de trouver une solution à un certain nombre 
de questions ayant trait aux ressources. 

Utilisation des terres 

de la Couronne comme outil 

d'expansion 

Plus de 400 lots pour chalets ont été vendus ou 
donnés en location sur les terres de la Couronne 
du Nord de l'Ontario depuis 1987, dans le cadre 
de l'initiative provinciale d'utilisation des terres 
de la Couronne comme outil d'expansion 
économique. D'autres projets entrepris en vertu 
du programme comprennent l'installation d'une 
tourbière au nord-est de Cochrane ainsi que 50 
acres d'une bleuetière et d'un projet de casier 
d'aquaculture, tous deux près d'Atikokan. 

L'étude destinée à l'amélioration des politiques 
ministérielles d'utilisation des terres s'est 
poursuivie au cours de 1988, avec accent sur 
l'implantation d'industries non axées sur les 
ressources, le tourisme commercial, les projets 
hydro-électriques, l'extraction de la tourbe et 
l'aquaculture. À cette fin, on a consulté les 
représentants de plus de 30 groupes d'intérêt et 
d'organismes du gouvernement fédéral et provincial. 

On a également entrepris d'étudier la demande qui 
s'exprime pour l'aménagement de chalets sur les 
terres de la Couronne et des répercussions 
économiques d'une telle initiative. L'étude servira 
de fondement pour la définition de l'orientation à 
long terme du programme. 



Projets hydro-électriques 

Au cours de l'exercice 1988-1989, le MRN a 
approuvé la construction de 14 centrales hydro- 
électriques comportant un investissement d'environ 
100 000 000 $ de la part du secteur privé. Le 
ministre a également donné son approbation à une 
nouvelle politique et à des lignes de conduite visant 
à accorder et aménager des sites aptes à favoriser 
un développement hydro-électrique ordonné et 
respectueux des exigences environnementales. 

Trois emplacements ont été accordés par voie 
d'appel d'offres, y compris pour un projet de centrale 
électrique de 20 000 000 S située sur la rivière 
Black près de Terrace Bay. L'aménagement de la 
centrale de la rivière Black a été accordé à un 
consortium auquel participe la bande indienne de 
Pic Heron Bay. On prévoit que le projet créera des 
emplois permanents pour les membres de la bande. 

Données géographiques 

La demande du public pour avoir accès aux 
données du projet de géomatique mis en oeuvre 
par le MRN va croissant et, en 1988, le Ministère 
a répondu à plus de 900 requêtes provenant de 
forestiers, de géographes et d'autres sources. La 
géomatique est un système qui rassemble 
l'information sur les terres, les caractéristiques 
naturelles et les transformations opérées par 
l'homme sous une forme informatisée facilement 
accessible. 

La géomatique permet d'emmagasiner, de mettre 
en corrélation et d'analyser des données sur tous 
les domaines, allant de la configuration géographique 
et des conditions du sol aux collecteurs pluviaux 
et aux lignes électriques. En 1989, quelque 750 
cartes topographiques numériques ont été dressées 
par passation de contrat avec le secteur carto- 
graphique ontarien. La technologie est en effet un 
outil qui s'avère aussi fructueux dans des domaines 
traditionnels comme celui de la cartographie. 

Un projet pilote visant à faire l'essai de la 
géomatique dans les bureaux de district du MRN a 
débuté à Cambridge et Timmins. 



-h 



a demande du 



public pour avoir accès 

aux données du projet 

de géomatique mis en 

oeuvre par le MRN va 

croissant et, en 1 988, 

le ministère a répondu 

à plus de 900 requêtes 

provenant de forestiers, 

de géographes et 

d'autres sources. 



31 



Rapport annuel 1988-89 



Toponymie 

Lorsque la Loi sur les services en français entrera 
en vigueur en novembre 1989, toutes les publi- 
cations du MRN destinées au public, à l'échelle de 
la province y compris les cartes et les répertoires 
géographiques, seront présentées en version bilingue. 
La Section de toponymie a participé aux travaux des 
comités visant à aider la Direction à respecter son 
engagement de mettre en application la nouvelle loi. 

Cet effort comporte la traduction de la nomenclature 
toponymique en français et la mise en oeuvre d'une 
politique de bilinguisme en matière de cartographie. 
Depuis 1988, un groupe d'étude s'est rendu dans 
les régions francophones de l'Ontario pour réunir 
l'information sur les usagés toponymiques de la 
collectivité franco-ontarienne d'aujourd'hui. 

Détection des feux de forêt 

Un projet visant à prédire la propagation des feux 
de forêt dans la région du Centre-Nord s'est avéré 
très utile en 1988, année qui vient en deuxième 
position parmi les pires saisons des incendies. Le 
Centre ontarien de télédétection (COT) a également 
mis à la disposition du personnel préposé à la lutte 
contre les incendies l'information cartographique 
sur les caractéristiques des jjeuplements recueillie 
à l'aide de l'analyse informatique des données de 
satellite pour son utilisation dans un programme 
d'ordinateur susceptible de prédire la propagation 
des feux de forêt. Le succès du projet indique que 
la même méthode pourrait trouver application 
dans les autres régions de la province. 

Le MRN collabore également avec la Commission 
géologique de l'Ontario pour élaborer des méthodes 
aptes à intégrer les données géologiques aux 
images radar de manière à rendre possible 
l'analyse de toute une gamme de rehaussements, 
de comparaisons et d'affichages. De concert avec 
l'industrie privée, le MRN a offert des sessions de 
formation à l'intention de chercheurs venant de 
Thaïlande et de Malaysie, sur l'analyse des 
données informatiques recueillies à l'aide de la 
technologie de télédétection. 



32 



Administration 



La Division de l'administration soutient, 
facilite et évalue la multitude de programmes et 
d'activités de gestion des ressources auxquels 
se consacrent les 3 700 personnes qui forment 
r effectif permanent du MRN et les quelque 
10 000 personnes employées à titre occasionnel 
ou contractuel. Elle comprend les services de 
communications, de gestion des ressources 
humaines et les services juridiques. Au sein de 
la Division, le Groupe de i administration et 
des finances regroupe les directions suivantes : 
services administratifs, ressources financières, 
vérification interne et service des systèmes. 





33 



Rapport annuel 1988-89 



■ lus 



lus de 45 000 



adolescents ont profité 

de l'été pour planter de 

jeunes arbres, nettoyer 

les parcs, mener des 

enquêtes sur la faune 

et empoissonner nos 

plans d'eau depuis que 

le Programme des 

jeunes forestiers a été 

inauguré, il y a 45 ans. 



Services en français 

La Commission des services en français de 
l'Ontario a approuvé, en février 1989, le plan du 
Ministère pour se conformer à la Loi sur les services 
en français. Le plan comporte une période de 
préparation d'une durée supérieure à deux ans au 
bureau principal et aux sièges des 35 bureaux 
locaux désignés et des 12 organismes relevant du 
MRN qui sont touchés par la Loi. Des plans de 
communications et des notes d'information ont été 
élaborés pour informer le personnel et la clientèle 
sur la portée de la Loi et sur les démarches 
permettant d'offrir les services en français au public. 

Équité pour tous 

Le Programme d'équité d'emploi s'attache à 
promouvoir la pleine égalité des autochtones, des 
personnes handicapées, des minorités visibles et 
des francophones et à assurer l'égalité des chances 
pour les femmes. Au cours de l'exercice 1988-1989, 
une stratégie visant à ce que les autochtones soient 
représentés en plus grand nombre au sein du MRN 
a été élaborée et plusieurs mesures nouvelles ont 
été adoptées à cette fin. Un projet pilote a été lancé 
pour évaluer l'énergie physique que les employés 
dans des postes déterminés doivent déployer. Les 
données recueillies permettront d'ouvrir la voie au 
recrutement de personnes handicapées. 

Des séminaires à l'intention des spécialistes en 
ressources humaines sur les modifications des 
exigences édictées dans le Code des droits de la 
personne relativement à l'emploi de personnes 
handicapées se sont tenus en Ontario. Deux vérifi- 
cations opérationnelles sur les programmes régionaux 
d'équité d'emploi ont également été entreprises. 

Jeunes forestiers 

Plus de 45 000 adolescents ont profité de l'été 
pour planter de jeunes arbres, nettoyer les parcs, 
mener des enquêtes sur la faune et empoissonner 
nos plans d'eau depuis que le Programme des 
jeunes forestiers a été inauguré, il y a 45 ans. En 
1988, 1 400 jeunes forestiers ont vécu cette 
expérience pendant huit semaines dans un des 50 
camps répartis dans tout l'Ontario. Un camp 
bilingue a également été établi en 1988. 

Les jeunes qui réussissent bien lors de l'appréciation 
finale et qui souhaitent se spécialiser dans un 
domaine particulier pourront participer, lors de la 
deuxième année, à un programme avancé appelé 
Forestiers Niveau II. Quelque 300 Forestiers II ont 
pu bénéficier du programme en 1988. 



Programmes pour les jeunes 

Outre le Programme des jeunes forestiers, le MRN 
administre plusieurs autres programmes pour les 
jeunes. Le gouvernement a institué, en 1988, la 
Brigade des jeunes environnementalistes pour 
offrir des occasions d'emploi aux jeunes âgés de 
15 à 24 ans, dans les domaines de la conservation 
et de la protection de l'environnement. En vertu 
de ce programme, le MRN a assumé la responsabilité 
de 74 projets et créé 423 emplois d'une durée 
variant de deux mois à un an. 

Toujours en 1988, un programme d'été a permis à 
1 641 élèves d'obtenir un emploi de saison dans 
les domaines de la conservation, de la gestion des 
ressources et de l'administration. 

Connaître les risques 

La Section de la santé et de la sécurité au travail 
veille à l'application des nouvelles lois fédérales 
et provinciales sur le droit de savoir, qui prescrivent 
aux employeurs d'informer leur personnel des 
risques ou des matières toxiques auxquels il 
s'expose sur le lieu de travail. Le nouveau Système 
ontarien d'information sur les matières dangereuses 
utilisées au travail sera intégré, au cours de 1989, 
à tout le cadre général du travail ministériel. 

Activités de perfectionnement 

Afin de remplir son rôle dans le contexte changeant 
de la gestion des ressources, il est essentiel que le 
Ministère mette à la disposition de ses cadres les 
moyens d'une formation et d'un perfectionnement 
appropriés. Il appartient à la Section du perfectionne- 
ment de fournir un soutien aux cadres en matière 
de formation et d'élaboration de méthodes et de 
matériel. En 1988, un plan de formation en gestion 
comprenant des programmes d'orientation et 
d'auto-évaluation à l'intention des cadres a été 
élaboré et mis en oeuvre. Le personnel du Ministère a 
également accès à des cours de formation en gestion. 

La Semaine du MRN 
se rend dans le Nord 

Cette année, la Semaine que le MRN consacre 
avec succès aux activités de perfectionnement 
avait une saveur nordique. Après deux années au 
Collège Sir Sandford Fleming de Peterborough, la 
Semaine du MRN s'est déplacée au Sault College 
de Sault Ste. Marie. À cette occasion, environ 
1 460 personnes ont assisté à des cours sur des 



34 



Administration 



sujets aussi variés que la rédaction de curriculum 
vitae, les programmes de gestion du temps, et la 
participation des autochtones. Un des moments 
culminants de la semaine a été le déroulement 
d'une tribune de hauts fonctionnaires sur les 
questions primordiales pour le Ministère. 

Services financiers 

La Direction des ressources financières est 
l'économiste du Ministère. Elle offre au personnel 
du Ministère la formation en matière financière, 
accomplit les tâches comptables indispensables et 
collabore avec les groupes externes. 

Technologie des systèmes 

Un réseau informatique reliant tous les bureaux 
administratifs de l'Ontario et permettant l'envoi 
de courrier électronique (lettres, notes de service, 
messages) a été inauguré, à titre de projet pilote, 
au printemps de 1989. 

En outre, une étude visant à élaborer un système 
d'information interne uniforme pour le Ministère 
est censée se conclure en 1989. L'étude, en trois 
étapes, aura défini les besoins en données et en 
moyens informatiques des différents programmes 
et groupes de gestion qui composent le MRN. 

Information 

La Direction des communications a pour tâche 
d'informer le public et le personnel du MRN des 
activités du Ministère. Elle maintient les relations 
avec les médias, répond aux requêtes du public, 
coordonne les programmes d'éducation et fournit 
un soutien au personnel qui s'occupe des 
programmes sur le terrain. 

Le personnel des communications réalise et diffuse 
des communiqués de presse, des publications, des 
films, des vidéos, des expositions et le Rapport 
annuel du Ministère afin d'illustrer les programmes, 
les questions d'actualité et les initiatives du MRN. 

Programmes 
d'éducation scolaire 

Une nouvelle politique d'éducation a permis au 
Ministère d'élaborer un programme à l'échelle de 
la province en vue de sensibiliser les jeunes élèves 
aux questions touchant les ressources et leur 
gestion. Du matériel de soutien est ainsi fourni 
pour quatre projets d'enseignement mis au point 
par le personnel chargé du programme : 



• La trousse documentaire destinée aux enseignants 
du cycle primaire comprend les leçons, les 
activités, les articles et les objets — affiches, 
ramures, mâchoires de cerf et dents de castor — 
qui illustreront les notions de protection de la 
forêt et de notre faune aquatique et terrestre; 

• Le projet Atout-faune, un programme inter- 
disciplinaire qui apporte un complément à 
l'enseignement et qui met l'accent sur la conser- 
vation de la faune, se compose d'un guide 
d'activités de 252 pages à l'usage des 
enseignants du primaire; 

• Objectif forêts, disponible pour l'année 1989- 
1990, informe les élèves de la maternelle au 
secondaire sur les forêts et leur gestion en Ontario; 

• Le Programme d'éducation scolaire sur les pêches 
qui pourra être utilisé dès 1990 dans les écoles 
primaires et secondaires de la province, met 
l'accent sur le poisson et sur la gestion des pêches. 

Conformément à son intérêt pour les programmes 
d'éducation, le MRN a participé à deux Festivals 
environnementaux d'enfants tenus à Hamilton et 
Toronto en 1988. Il a aussi organisé une exposition 
illustrant combien les ressources naturelles et 
l'environnement sont interdépendants. 

Centre des richesses 
naturelles Leslie M. Frost 

De plus en plus de visiteurs découvrent le Centre 
Frost, situé près de Dorset dans la région de 
Muskoka — et ajuste titre. Le Centre témoigne 
du travail que le MRN réalise dans le domaine de 
la gestion des ressources dans toute la province. 

En 1988, 12 200 élèves et participants adultes ont 
assisté aux programmes éducatifs d'interprétation 
que le Centre organise et presque 2 000 employés 
du MRN ont utilisé ses salles de conférences et 
installations de formation. 

Plusieurs groupes d'intérêts spéciaux, y compris 
la Field Botanists of Ontario, la Bruce Trail 
Association et la Wilderness Canoe Association, 
ont accepté l'invitation de se rendre au Centre et 
de faire part de leurs vues au personnel du MRN. 
Des ateliers spéciaux ont également attiré plus de 
2 000 enseignants au cours de l'année. 

En 1988, une entente de gestion a été conclue 
avec l'Université de Toronto permettant ainsi au 
Centre d'exploiter deux lots sur les terres de 
l'université pour démontrer les techniques 
intégrées de gestion du bois et de la faune. 



u 



n réseau 



informatique reliant 

tous les bureaux 

administratifs de 

l'Ontario et permettant 

l'envoi de courrier 

électronique (lettres, 

notes de service, 

messages) lisible à 

l'écran des ordinateurs 

locaux a été inauguré, 

à titre de projet pilote, 

au printemps de 1989. 



35 



Organigramme, 31 août 1989 





Organismes ministériels 

Commissaire aux Mines et aux Terres — G. H. Ferguson c.r. 

Agence de foresterie du parc Algonquin — P. 1. Roche (Président) 

W. J. Brown (Directeur général) 
















Ministre des Richesses naturelles 

L'hon. Lyn McLeod 






Sous-ministre 

George Tough 




















Adjoint parlementaire 

J. Riddell, dépulé 





— ■" c 4* S 
'« -« o = — 

-c 4> -Ë £ 



â'V 



n 



15 S 



II 



Services 
juridiques 

B. G. Jones 




Services 
en français 

F Biais 















s-= 




j_ w 


?^| 




|| o 


§-s 


— 


El < 


El 




a" ■Z 


< 





















s, 








F, F 


t 




B 

.2 ,. 


C 






F 




A 


1 


= ■■1 


OC 




SE 






1.1 


< 
■i 




il 


< 








âë 




,S;.!= 

> 






*| 


CQ 




w J 


"? 
















S 



















Jl 




,s 




leet 
on 

cki 




- 


Is 
II 


> 


— 


■8ÎB 1 




Direction de 
gestion des Ter 

F. G. Shaw 


- 











« 








le 
aï 


■5 

c 

6 
s 




Ction des par 
des zones de 

loisirs 
R. Richards 




1. 


■s 




□c; 




1' ^ 










Is I 

£.£ o 
S" u: 



= i 

.£ «S 
So 




£ 
2II I 



Sous-ministre 

adjoint 

Sud de rOntario 

R. J. Burgar 




Directeur de 

l'exploitation 

Sud de r Ontario 

A.M. Houser 




s 
^ '5 

.!§• 

.jfj, 


1 

< 






1 

< 




go 1 

5q 











2 û 



l-so 



Directeur de 

l'exploitation 

Nord de 1' Ontario 

E. E. Murphy 




Région du 
Nord-Ouest 
D. R. Johnslon 




Région du 
Centre-Nord 

Inl./M. S. Miller 




.2 e 

,8fZ 


1 

ai 
ï 






< 




Centre d'aviation 

et de lutte contre les 

incendies 

L. H. Lingenfelter 













36 



Organigramme des services régionaux, 31 août 1989 





Directeur de 

rexploilalion 

Sud de l'Onlark) 

A, M. Houser 


1 1 


1 ' 


i 


1^ 


S"' 

5 






Sous-ministre 

George Tough 






1 

: i 

1 

Z 


g. 

1 




1 L 




Directeur de 

l'exploitation 

Nord de 1 Onlario 

E. E. Mutphy 



.Sa E 

Il 5 






■r.i 
1? 

Ë 

5 



3£ 

a G 

u 



1 


C 


^ 


•^5 


1 




s;« 


Cn 


£« 


■< 


— . 


^ 


■W 


< 


= 







k o 

I? 
Ë 

5 






o E 



^îî 



i S i 

fit! 






is î 



-I 



-p 


•p 


S 


2 


s 




Si 


Le 










Ë 






3 




o 







Il § 

^■= s .2 
Ë.îf □ 



.If- ô 

1^ * 



k. O 

If 

Ë 

s 



L. O 

I? 



iî 





- 




M 


u 3 


|S 


Sf 


a: 




# 


â 


r 







If 

Ë 

o 






.■il ^ 



■Il 

V) 3 

■■5i« 













c: 


.2 X 

-^1 




y 


u: 


u 


^ 



ëE 



-ô.S 



■-.1. £ 













.ii S 


■^ 




.ii 












ïE 


Ji 




^ « 


£ 


^g 


;^ 


k 


■O * 





y S 


Z 




•SU 












-^:5 






g 


0^ 











•; 4* — 



■Si 



^ 3 



*5 I 

lï -- 
i d 



■c 
II 









.2 -g 
■Q C 

■o E 







■ït 


Ç 


.a.f: 




■ex 


1 


^^ 


od 


£S 


* 


^ 





5'» 

^ s 
■a fi. 



2i 







.a*û 






^ 


1:?? 


■o • 


^ 














51 


û£ 



5, s 



II 



ï 2 



si 
es 



T3 'v 4> 

*S Ê oi 

51 - 
















V 


n 


^ 


5-= 
5< 


t/i 


u 





Il I 

2^ ~ 



•g 



.as g 
■o a o 

J < 



lï 



u 



•ïs- 





1 




T; I 


i 


_2 


f = 


f 


■? = 


s 


If 


:^ 


■|f 




|g 


s 


Ë 


Q 


° 




a 





•■5 -s 



U 



11 r. r- 



!i 



V B 






.5. 

S" t 

■^i o 

■Ss < 



-si? 6 



a ». S 



.Si 
^■Ë 






■l?f 


^ 


l's 


>. 


ll 


o 


è^ 


a: 






.a a 

■o » 

4» M 



.s 



t 

I 



S^ -i 



•?s 


. 


"O 5 


1 






ï? 


o 


y t« 





37 



État des recettes 



État des recettes 

pour l'exercice terminé le 31 mars 1989 (en milliers de dollars) 

Programme de l'administration du Ministère 

Remboursement des dépenses 

Autres 222 
Ventes et locations 1 325 

Amendes et pénalités 252 

Recouvrement des dépenses des années précédentes 247 

Autres 35 



Programme de production des ressources 



Total des recettes pour l'administration du ministère 2 081 

Programme des terres et des eaux 



Redevances 




Énergie électrique 


94 374 


Sable, gravier et sel 


1 182 


Pétrole 


3 240 


Droits et permis 


221 


Remboursement des dépenses 




Gouvernement du Canada 


1247 


Autres 


674 


Ventes et locations 


3 464 


Ventes de terres de la Couronne 


2 267 


Recouvrement des dépenses des années précédentes 


266 


Autres 


479 


Total des recettes des terres et des eaux 


107 414 




Programme des loisirs de plein air 


Redevances 


675 


Droits et permis 




Zones de loisirs 


11088 


Pêches 


22 151 


Faune 


9 565 


Remboursement des dépenses 




Gouvernement du Canada 


143 


Ventes et locations 


660 


Total des recettes des loisirs de plein air 


44 282 



Redevances 

Bois sur pied 

Terrains forestiers 

produits forestiers 
Droits et permis 
Remboursement des dépenses 

Gouvernement du Canada 

Autres 
Ventes et locations 
Total des recettes de la production des ressources 125 644 



78 306 


9 484 


143 


45 


35 474 


38 


2 154 





Programme Expérience du Ministère 


Installations du Centre Frost 

Total pour le programme Expérience 


500 
500 




Total des recettes 


279 921 



38 



État des dépenses par programme et activité 



Etat des dépenses par 
programme et activité 

pour l'exercice terminé le 31 mars 1989 (en milliers de dollars) 



Programme de l'administration du ministère 


Bureau principal 


5 164 


Services financiers 


6 335 


Services de fournitures et de bureau 


4441 


Services du personnel 


5 327 


Services de l'information 


4 180 


Services de développement des systèmes 


5 364 


Services juridiques 


1507 


Services de vérification 


1086 


Administration des régions 


43 976 


Total des dépenses pour l'administration du ministère 


77 380 




Programme des terres et des eaux 


Offices de protection de la nature 




et de la gestion des eaux 


50 871 


Aviation et lutte contre les incendies 


45 492 


Ressources supplémentaire pour la lutte contre les incendies 


57 061 


Aménagement du territoire 


22 989 


Accès aux ressources 


4 027 


Levés et cartographie 


13 701 


Total des dépenses pour les terres et les eaux 


194 141 




Programme des loisirs de plein air 


Zone de loisirs 


42 359 


Gestion des pêches 


49 852 


Gestion de la faune 


18644 


Total des dépenses pour les loisirs de plein air 


110 855 




Programme de production des ressources 


Gestion forestière 


107 642 


Ententes de gestion forestière 


79 141 


Total des dépenses pour la production des ressources 


186 783 




Programme Expérience du Ministère 


Jeune forestiers 


6519 


Centre Frost 


1666 


Total des dépenses pour le programme Expérience 


8185 




Total des dépenses 


577 344 



Rapport annuel 1988-89 



Organismes, 
conseils et 
commissions 

Un certain nombre d'organismes, de conseils et de 
commissions sont rattachés au ministère des 
Richesses naturelles et s'occupent d'une façon ou 
d'une autre de la gestion des richesses naturelles 
de l'Ontario. 

Les groupes qui figurent ici sont rattachés 
administrativement ou financièrement au MRN, 
mais ne publient pas de rapport annuel. Les groupes 
officiellement rattachés au MRN et qui publient 
leur rapport annuel ne figurent pas au présent 
rapport, à savoir : les 38 offices de protection de 
la nature de l'Ontario, l'Agence de foresterie du 
parc Algonquin, le Conseil consultatif de Temagami, 
le Conseil consultatif sur les pêches de l'Ontario 
et le Conseil des parcs provinciaux. 

Commission d'examen de 
l'Association des arpenteurs- 
géomètres de l'Ontario 

Cette commission, composée de huit membres, 
supervise la formation et les examens qui permettent 
de devenir membre de l'Association des 
arpenteurs-géomètres de l'Ontario (AAO). Elle 
approuve le programme des cours d'arpentage 
offerts au collège Erindale de l'Université de 
Toronto ainsi que le programme d'apprentissage 
de deux ans. Elle organise également les examens 
professionnels exigés à la fin de la formation et 
qui consistent en un examen oral et un examen 
écrit sur les règlements. Deux des membres de la 
Commission sont nommés par décret, et les six 
autres sont nommés par le Conseil de l'Association 
des arpenteurs-géomètres de l'Ontario. 

Conseil forestier de l'Ontario 

Le Conseil forestier de l'Ontario, créé par le 
gouvernement de l'Ontario en 1984, est chargé de 
recommander les priorités et le financement de la 
recherche en foresterie. Les gouvernements 
fédéral et provincial, les universités et l'industrie 
consacrent environ 16 000 000 $ chaque année à 
la recherche en foresterie. Le Conseil coordonne 
ces travaux et ses dix membres représentent les 
gouvernements, les universités et l'industrie. 



Conseil de l'Association des 
arpenteurs-géomètres de 
l'Ontario 

Ce conseil, composé de 12 membres, est le conseil 
d'administration de l'Association des arpenteurs- 
géomètres de l'Ontario (AAO). Il comprend : 
l'arpenteur général de l'Ontario, deux membres 
nommés par le lieutenant-gouverneur en conseil, 
un membre nommé par le ministre des Richesses 
naturelles, un président et un vice-président, et 
deux nouveaux membres élus chaque année. Le 
Conseil a pour mandat d'établir les règles de 
conduite régissant les pratiques professionnelles 
d'arpentage et de réglementer la profession selon 
la Loi sur les arpenteurs-géomètres. De plus, il 
établit et maintient des normes élevées de 
connaissances et de compétences chez ses 
membres. 

Commission d'examen du bois 
de la Couronne 

La ministre des Richesses naturelles nomme 
trois spécialistes principaux dans le domaine du 
mesurage du bois à la Commission d'examen du 
bois de la Couronne. Cette commission élabore les 
examens écrits et pratiques pour l'obtention du 
permis provincial de mesureur du bois et maintient 
des normes uniformes élevées. Le mesurage du 
bois est le processus par lequel la qualité et la 
quantité du bois coupé sont évaluées afin d'en 
établir le cubage et de déterminer le montant des 
droits de coupe. Aux termes de la Loi sur le bois 
de la Couronne, tout le bois coupé sur les terres de 
la Couronne doit être mesuré par des mesureurs 
autorisés. Tous les ans, jusqu'à 75 membres du 
personnel du Ministère, de sociétés forestières et 
des collèges et universités suivent le cours de 
formation d'une durée de quatre semaines. 



40 



Organismes, conseils et commissions 



Conseil ontarien des 
recherches sur les ressources 
renouvelables 

Ce conseil, composé de 1 1 membres, aide le 
Ministère à se tenir à la pointe du progrès en 
finançant les recherches eflfectuées par des établisse- 
ments extérieurs. Il étudie les demandes soumises 
dans le cadre du Programme de subvention de 
recherche sur les ressources renouvelables et 
recommande les projets appropriés qui devraient 
être acceptés au ministère des Richesses naturelles. 
En 1988-1989, le Ministère a accordé 574 416 $ à 
33 projets de recherche de huit universités 
ontariennes et du Musée royal de l'Ontario. 

Commission des recours en 
matière de chasse et de pêche 

Cette commission se compose de cinq membres 
nommés par le lieutenant-gouverneur en conseil. 
Elle tient des audiences sur les cas de refus de 
permis de piégeage ou de pêche commerciale par 
le ministère. La Commission entend les témoins, 
puis soumet un résumé écrit et une recommandation 
au ministre des Richesses naturelles qui décide 
alors d'accorder ou non un permis. 

Commission de contrôle du 
lac des Bois 

Cette commission composée de quatre membres 
est chargée de la régulation du niveau d'eau du lac 
des Bois et du lac Seul, de la rivière Winnipeg et 
de la rivière English, entre les sorties des lacs et 
leurs confluents. Le lac des Bois et le lac Seul 
constituent deux importants réservoirs 
d'emmagasinage pour les centrales électriques 
situées sur la rivière Winnipeg et la rivière 
English. Dans ses fonctions, la Commission reçoit 
les conseils de porte-parole de huit groupes 
d'intérêt représentant le secteur touristique, le 
secteur hydro-électrique, les autochtones, les 
propriétaires de chalets et le MRN. Les conseils 
reçus de ces porte-parole aident la Commission à 
répartir équitablement les diverses utilisations de 
l'eau. Parmi les quatre membres de la 
Commission, deux viennent de l'Ontario, un du 
Manitoba et l'autre du gouvernement fédéral. 



Commission de toponymie de 
rOntario 

Cette commission est chargée officiellement de 
conserver des archives contenant des renseigne- 
ments courants et historiques sur quelque 220 000 
noms propres et de lieux du patrimoine culturel, 
politique et naturel de l'Ontario. À ce jour, 
environ 70 000 de ces noms ont été adoptés par le 
gouvernement de l'Ontario pour usage dans des 
publications officielles telles que les plans, les 
cartes, les statuts et règlements et autres documents. 
La Commission conseille officiellement le ministre 
sur toute question concernant la toponymie de 
l'Ontario, y compris l'adoption ou la suppression 
de noms, ainsi que l'élaboration de politiques 
touchant les noms dans des langues différentes de 
l'anglais. La Commission se compose de sept 
membres, dont deux sont des représentants du 
Ministère et cinq proviennent du secteur privé et 
sont nommés par décret. La Commission, créée en 
1971, se réunit tous les trimestres et est financée 
par le MRN, par l'intermédiaire de sa Section de 
toponymie (Services d'arpentage) qui joue le rôle 
de secrétariat de la CTO. 

Conseil consultatif pour la 
gestion du bassin de la rivière 
Sturgeon, du lac Nipissing et 
de la rivière des Français 

Les neuf représentants du public, nommés par le 
ministre des Richesses naturelles pour faire partie 
de ce conseil, font des recommandations au MRN 
en ce qui concerne la gestion du bassin de la 
rivière Sturgeon, du lac Nipissing et de la rivière 
des Français. Le Conseil étudie des questions 
telles que l'exploitation de six importants travaux 
de contrôle des eaux du bassin versant. Le Conseil 
renseigne le public durant les périodes d'écoule- 
ment du printemps lorsque le niveau d'eau est 
élevé, et en période de sécheresse lorsque le 
niveau est bas. Il sensibilise également le public 
sur les questions relatives à la gestion des eaux. 



41 



Rapport Annuel 1988-89 



Commission de planification 
de la région de la rivière des 
Outaouais 

Cette commission, composée de sept membres, a 
pour mission de formuler des politiques et des lignes 
de conduite en vue d'assurer la gestion intégrée 
des dix-neuf réservoirs principaux du bassin de la 
rivière des Outaouais. Le but de la Commission est 
de réduire l'effet négatif des niveaux d'eau faibles 
et élevés tout en maintenant les avantages tirés de 
la production d'électricité des 43 centrales électriques 
du bassin. Un membre de la Commission est nommé 
par le MRN, un par Ontario Hydro, deux par le 
Québec et trois par le gouvernement fédéral. 

Comité consultatif sur la rage 

Ce comité, composé de sept membres nommés par 
décret, coordonne le programme de recherche du 
MRN sur la rage. Les membres, qui sont tous 
choisis d'après leurs compétences techniques en 
matière de recherche sur la rage, représentent les 
ministères de la Santé, de l'Agriculture et de 
l'Alimentation, Agriculture Canada et les facultés 
universitaires. Le Comité tient le MRN au courant 
des récents progrès de recherche et fait des 
recommandations pour l'allocation de ses fonds 
de recherche sur la rage. 

Commissaire aux mines et 
aux terres 

Le commissaire aux mines et aux terres exerce des 
fonctions d'administration et de signalement en 
vertu de trois lois régies par le ministère des Richesses 
naturelles. Aux termes de la Loi sur les offices de 
protection de la nature, le commissaire entend les 
appels concernant le refus des offices de protection 
de la nature d'accorder des permis conformément 
aux règlements sur le remblayage et la construction. 
En vertu de la Loi sur l'aménagement des lacs et des 
rivières, le tribunal tient des audiences concernant 
la construction des barrages et le détournement des 
cours d'eau. Le commissaire tient aussi des audiences 
en vertu de la Loi sur l'enlèvement du sable ou de 
gravier ou à la suspension ou la révocation d'un 
tel permis. Au cours de 1988-1989, le commissaire 
a tenu vingt-trois audiences conformément à la 
Loi sur les offices de protection de la nature. 
Aucune audience n'a été tenue en vertu de la Loi 
sur l enlèvement du sable et de la Loi sur 
r aménagement des lacs et des rivières. 



42 




Ontario 




Rapport annuel 

1988-1989 



Ministère des Riciiesses naturelles