Skip to main content

Full text of "Archives de l'art français"

See other formats




l 1 



NOUVELLES ARCHIVES 



DH 



L'ART FRANÇAIS 



TROISIEME SERIE 

TOME XIII 
ANNÉE 1897 



REVUE DE L'ART FRANÇAIS ANCIEN ET MODERNE 
QUATORZIÈME ANNÉE 




PARIS 

CHARAVAY FRÈRES 

LIBRAIRES DE LA SOCIÉTÉ DE l'hISTOIRE DE l'aRT FRANÇAIS 
3, KUF DE FURSTENBERG 



NOUVELLES ARCHIVES 

DE 

L'ART FRANÇAIS 



REVUE DE L'ART FRANÇAIS ANCIEN ET MODERNE 

(l4« ANNÉE, 1S97) 



MAÇON, PROTAT FRÈRES, IMPRIMEURS 



NOUVELLES ARCHIVES 



DE 



L'ART FRANÇAIS 



TROISIEME SERIE 

TOME XIII 
ANNÉE 1897 



REVUE DE L'ART FRANÇAIS ANCIEN ET MODERNE 
QUATORZIÈME ANNÉE 




v^- 



PARIS 

CHARAVAY FRÈRES 

LIBRAIRES DE LA SOCIÉTÉ DE l'hISTOIRE DE l'aRT FRANÇAIS 
3, RUE DE FURSTENBERG 



1 OCT 9 



N 

i.l3 



LISTE ALPHABÉTiaUE 
DES MEMBRES FONDATEURS 



DE LA SOCIETE 



DE L'HISTOIRE DE L'ART FRANÇAIS 

EN 1897 



La Bibliothèque de Copenhague. 

La Bibliothèque de Grenoble. 

La Bibliothèque de Lille. 

La Bibliothèque du Palais des Arts, à Lyon. 

La Bibliothèque de Munich. 

La Bibliothèque de la Ville de Paris. 

La Bibliothèque de Pau. 

La Bibliothèque de la préfecture de la Seine (bureau des Beaux- Arts). 

La Bibliothèque de Troyes. 

La Bibliothèque de l'École des Beaux-Arts. 

La Bibliothèque de l'École des Chartes. 

La Bibliothèque de l'École nationale des Arts décoratifs. 



VI — 



MM. 



Arnauldet (Thomas), à Paris. 

Asher, libraire, à Berlin. 

Berger (Georges), député à Paris. 

Bouvrain, architecte, à Paris. 

Chabouillet, conservateur honoraire du Cabinet des Médailles, à Paris. 

Charavay (Etienne), à Paris. 

Chennevières (le marquis de), membre de l'Institut, à Paris. 

Chevrier (Maurice), à Paris. 

Corroyer (Edouard), membre de l'Institut, à Paris. 

Decaux (G.), éditeur, à Paris. 

Delaborde (le comte Henri), membre de l'Institut, à Paris. 

Delagrave, éditeur, à Paris. 

Delisle (Léopold), membre de Tlnstitut, à Paris. 

Doucet, à Paris. 

Dulau, à Londres. 

Dumoulin (].), à Paris. 

Duplessis (Georges), membre de l'Institut à Paris. 

Fidière (Octave), à Paris. 

Gadala, agent de change, à Paris. 

Gérard, à Paris. 

Gérold, libraire, à Vienne. 

Goldschmidt, à Paris. 

Grandmaison (Charles de), à Tours. 

Grange de Surgères (le marquis de), à Nantes. 

GuifFrey Qules), administrateur de la manufacture des Gobelins, à Paris, 

Havard (Henry), inspecteur général des Beaux-Arts, à Paris. 

Hédou (Jules), à La Rue Saint-Pierre, par Cailly. 



— VII — 

Herbet, à Paris. 

Herluison (H.), libraire, à Orléans. 

Jacob, notaire à Angerville. 

Jarry (Louis), à Orléans. 

Jeancourt-Galignani (Charles), à Paris. 

Jouin (Henry), secrétaire de l'École des Beaux-Arts, à Paris. 

Laborde (le marquis de), à Paris. 

Lacombe (Paul), à Paris. 

Latenestre (Georges), membre de l'Institut, à Paris. 

Lebaigue, à Paris. 

Le Breton (Gaston), correspondant de l'Institut, à Rouen. 

Lemarié, à Paris. 

Lisch (Just), architecte du gouvernement, à Paris. 

Lopinot (Araédée), à Paris. 

Louvrier de Lajolais, directeur de l'École des Arts décoratifs, à Paris. 

Lucas (Charles), architecte, à Paris. 

Maciet (Jules), à Paris. 

Mareuse (Edgar), à Paris. 

Marmottan (Paul), à Paris. 

Marx (Roger), inspecteur des Beaux-Arts, à Paris. 

Mauban (Georges), à Paris. 

Mazerolle, archiviste de la Monnaie, à Paris. 

Mûntz (Eugène), membre de l'Institut, à Paris. 

Pécoul (Auguste), à Paris. 

Portails (le baron Roger), à Paris. 

Régnier (L.), à Evreux. 

Revilliod de Watteville, à Genève. 

Richard, archiviste du département de la Vienne, à Poitiers. 

Rondot (Natalis), à Lyon. 

Schefïer, membre de l'Institut, à Paris. 

Stein (Henri), archiviste aux Archives Nationales, à Paris. 



— VIII — 

Sully Prudhomme, de l'Académie française, à Paris. 
Tamizey de Larroque, à Gontaud (Lot-et-Garonne). 
Tempier (D.), archiviste des Côtes-du-Nord, à Saint-Brieuc. 
Tourneux (Maurice), à Paris. 
Vaillant (V.-J.), à Boulogne-sur-Mer. 
ValabrègLie (Antony), à Paris. 



ÉTAT-CIVIL 

DES TAPISSIERS DES GOBELINS 
AU DIX-SEPTIÈME ET AU DIX-HUITIEME SIECLES 

recueillis par M. A.-L. Lacordaire 
ancien Directeur de la Manufacture des Gobelins. 

Les actes d'état- civil publiés ici pour la première fois 
ont été copiés sur les registres de la paroisse de Saint-Hippo- 
lyte, par M. A. Lacordaire, alors directeur de la manufacture 
des Gobelins, entre 1851 et 1861. 

A la même époque, plusieurs curieux, à leur tête M. Fr. 
Reiset et M. le marquis de Chennevières, signalèrent le prix 
considérable, pour l'histoire de l'art français et des artistes 
parisiens, de ces actes de naissance, de mariage ou de décès 
jusque là négligés de presque tous les historiens. Au tome 
troisième des anciennes Archives de l'art français, M. Reiset 
avait placé en tête des documents par lui recueillis dans les 
archives de l'état-civil parisien, un plan de dépouillement 
systématique de tous les anciens registres des paroisses. Beau 
projet qui, comme tant d'autres, ne fut pas suivi d'exécution ! 
Peut-être, toutefois, eut-il pour résultat d'inspirer à Jal l'idée 
de son inappréciable Dictionnaire critique. 

Au moment où paraissaient dans les anciennes Archives les 
actes recueillis et commentés par M. Reiset, M. Lacordaire 
entreprenait pour son compte un travail analogue ; il se pro- 
posait d'amasser des documents authentiques pour écrire 
l'histoire exacte et détaillée de la vieille manufacture dont la 
direction venait de lui être confiée. C'est à peine si on a 
jamais soupçonné l'immense labeur auquel l'ancien directeur 
des Gobelins s'était astreint pour préparer cette Notice, pubHée 
en 1853, qu'on consulte encore avec profit et qui devait être 
suivie d'un livre bien plus explicite. Une circonstance par- 
ticulière nous ayant mis à même de contrôler le labeur 

ART FR. xni I 



LES TAPISSIERS DES GOBELINS 



que s'était imposé notre prédécesseur, nous pensons qu'il est 
équitable de lui rendre la justice tardive qui lui est due à 
divers titres. 

M. Lacordaire se trouve être le premier auteur qui se soit 
occupé d'écrire l'histoire de la tapisserie française sur des 
documents positifs. Tous les écrivains venus après lui n'ont 
fait que reprendre son œuvre, sans se douter que leur initia- 
teur avait connu et copié la plupart des pièces par eux tar- 
divement mises au jour. C'est vers la même époque 
qu'Alexandre Pinchart, dans un mémoire manuscrit présenté 
à l'Académie de Belgique, réunissait et exposait les premiers 
éléments de l'histoire de la tapisserie flamande, publiés ensuite 
et repris par d'autres écrivains. N'est-il pas juste de recon- 
naître les titres de ces précurseurs, de leur laisser le mérite 
de la priorité ? C'est un mérite qui leur appartient pleine- 
ment. 

M. Lacordaire commença donc, vers 185 1, à recueillir dans 
les bibliothèques, dans les archives, dans les dépôts de l'état- 
civil, toutes les pièces utiles à son œuvre de prédilection. Lui- 
même, il prit la peine d'aller copier les documents signalés 
à son attention ; il passa une partie de ses journées, durant 
plusieurs années, à réunir les matériaux de cette histoire qui 
ne devait pas voir le jour. Quinze portefeuilles remplis de 
documents empruntés aux suites des Archives nationales, 
notamment aux Comptes des Bâtiments, à la Correspondance 
administrative de la Maison du Roi, et aussi aux papiers de 
Colbert conservés rue de Richelieu, témoignent assez de son 
activité et de sa persévérance. C'est dans un de ces porte- 
feuilles que sont classés les actes de baptême, de mariage et 
de décès provenant du dépouillement des registres de la 
paroisse de Saint-Hippolyte; nous y reviendrons tout à 
l'heure. 

L'abondante moisson fournie par nos grands dépôts histo- 
riques expUque la sûreté d'informations maintes fois consta- 
tée dans la Notice historique de 1853 ; ^^^^ personne ne pou- 
vait soupçonner l'importance des matériaux réunis par l'au- 
teur de cette modeste monographie. Il a fallu des circon- 
stances particulièrement favorables pour faire entrer dans les 
cartons de la manufacture des Gobelins les dossiers où 



AtJX XVIie ET XVIIie SIÈCLES 3 

M. Lacordaire avait classé ses découvertes, et pour mettre 
ainsi en lumière le labeur de ce travailleur obstiné. 

Sans doute, bien des points encore obscurs il y a cinquante 
ans ont été élucidés en ces derniers temps; bien des pièces 
inédites alors sont publiées maintenant. Le dépouillement des 
Comptes de la Maison du Roi n'offre plus d'intérêt, aujour- 
d'hui que le texte même de ce document capital a été mis à la 
portée de tous les travailleurs; mais cela ne saurait diminuer 
le mérite de notre prédécesseur. Il est seulement fâcheux 
qu'il n'ait pas publié lui-même ce qu'il avait recueilli et 
qu'il ait fallu recommencer sur de nouveaux frais un travail 
achevé depuis longtemps avec beaucoup de conscience. D'ail- 
leurs, un certain nombre des documents réunis par M. Lacor- 
daire restent encore inédits, sans parler des actes d'état-civil 
dont on trouvera ci-après le texte. La seule difficulté est 
aujourd'hui de distinguer les textes déjà imprimés de ceux 
qui n'ont pas encore vu le jour. C'est un travail long et fort 
ingrat. 

Les importantes découvertes du directeur des Gobelins 
avaient été révélées au monde des travailleurs, un peu trop 
discrètement peut-être, par les communications adressées 
aux Archives de F Art français qui sont signées du nom de 
M. Lacordaire. Contentons-nous de rappeler la plus considé- 
rable, c'est-à-dire la série des brevets accordés par les rois 
Henri IV, Louis XIII, Louis XIV et Louis XV à divers artistes, 
peintres, sculpteurs, graveurs, orfèvres, provenant de la sec- 
tion administrative des Archives Nationales \ 

Comment l'immense dépouillement poursuivi avec tant de 
patience par M. Lacordaire est-il resté si longtemps ignoré du 
public et à peine soupçonné de quelques amis intimes ? Com- 
ment n'a-t-il pas cherché à s'en faire honneur ? Sans doute, les 
travailleurs d'autrefois avaient des habitudes plus modestes, 
étaient moins pressés de voir imprimer leurs noms que ceux 
d'aujourd'hui. On avait plusieurs fois sollicité le vieillard 
de faire connaître ses richessses; toujours il avait hésité, et, 
quand la mort vint récemment mettre fin à une vieillesse 

I. Tome III, p. 189-286. Nous croyons bien que les brevets de logement publiés 
dans le premier volume (p. 193-256) avec une note anonyme sont également dus à 
M. Lacordaire. 



LES TAPISSIERS DES GOBELINS 



qui s'était prolongée au delà des limites ordinaires, la plupart 
de ses documents n'avaient plus le mérite de la nouveauté 
et perdaient ainsi singulièrement de leur prix. 

Nous n'en avons pas moins considéré comme un devoir et 
aussi comme une bonne fortune pour la manufacture de 
recueillir les travaux d'un de ses administrateurs les plus 
distingués. 

Si nous examinons maintenant la série de pièces que nous 
publions ici, il faut remarquer d'abord qu'au moment où 
M. Lacordaire entreprenait le dépouillement des registres de 
la paroisse des Gobelins, bien peu de personnes avaient 
soupçonné jusque là l'intérêt de ces modestes documents. Il 
semblerait pourtant qu'on prévît dès lors la catastrophe qui 
allait anéantir ces précieux témoignages du passé, car, de plu- 
sieurs côtés à la fois, comme sur un mot d'ordre, s'organisa 
ce dépouillement de l'ancien état-civil parisien dont M. Reiset 
avait signalé le haut intérêt. Quel dommage que le travail 
n'ait pas été mené plus méthodiquement et poussé avec éner- 
gie à son terme! Mais qui pouvait prévoir, en 1855, les 
criminels incendies de 1871. 

On sait comment l'exemple donné par M. Reiset porta ses 
fruits. Jal d'abord, puis MM. Herluison et Hardouin, enfin 
M. Piot, ont mis successivement au jour le résultat de leurs 
recherches. Ce qui a été ainsi sauvé de la destruction ne nous 
console qu'imparfaitement des pertes immenses que nous 
déplorons. Aussi convient-il de ne négliger aucune occasion 
d'assurer contre de nouvelles chances de ruine les documents 
sauvés du cataclysme de 1871. Ceux qui paraissent ici ne 
constituent pas toute la récolte de M. Lacordaire dans les 
registres de l'église de Saint-Hippolyte. Si, seul parmi ses 
contemporains, il se préoccupait des tapissiers et de leur 
généalogie, la biographie des peintres, des sculpteurs et des 
autres artistes ne le laissait pas indifférent. 

Mais les actes concernant les maîtres de l'art ont déjà vu le 
jour, imprimés soit par Jal, soit par ses continuateurs. Inutile 
de les rééditer à nouveau. Une soixantaine d'extraits de bap- 
tême, de décès ou de mariage réunis par Lacordaire se 
trouvent dans ce cas; parmi eux, une quinzaine ont trait 
exclusivement à François van der Meulen et à sa famille. Par- 



AUX XVIie ET XVIIie SIÈCLES 5 

fois, Jal s'est contenté de donner une analyse succincte du 
texte dont la publication intégrale eût occupé trop de place 
dans son ouvrage. Et il est souvent arrivé que MM. Herluison 
ou Piot, tenant trop peu de compte de la publication de leur 
devancier et sans la signaler, ont reproduit intégralement des 
actes déjà connus en partie. Décidé à éviter ces répétitions, j'ai 
toutefois pensé qu'il n'était pas inutile de faire connaître la 
liste des pièces retrouvées dans les papiers de M. Lacordaire, 
mais qu'il avait fallu éliminer comme déjà imprimées. 

Voici cet état avec la mention des auteurs où l'acte signalé 
a déjà paru soit en partie, soit intégralement : 

1665, 20 juillet. — Mariage de Philippe Caffieri et de Françoise 

Renault. — J^ 
1669, 15 juillet. — Mariage de François Francart, peintre, et 

d'Anne Legeret. — J. 

1671, 14 février. — Naissance de Philippe Caffieri (fils). — J. et 

H. 

1672, 8 février. — Mariage de François Bonnemer et de Catherine 

Mosin. — J. H. P. 

— 12 juin. — Naissance de François Caffieri. — J. 

1673, 5 février. — Mariage de René-Antoine Houasse et de Marie 

LeBé. — J. H. 

— 21 novembre. — Mariage de Sébastien Le Clerc et de Char- 

lotte van den Kerchove. — J. H. 
1675, 26 février. — Mariage de Joseph Cussat, peintre, et de 
Marie Clément. — J. 

— lé août. — Naissance de René-Philippe Houasse. — J. 

1678, 24 août. — Naissance de Jacques Caffieri. — J. 

1679, 26 juillet. — Mort de René-Philippe Houasse. — J. 

1680, II avril. — Naissance de Charles-Jacques Coysevox. — J. 

— 22 septembre. — Mariage de Baptiste Tuby et de Suzanne 

Butay. — J. H. P. 

— 24 octobre. — Mort de Charles Le Mire, peintre. — P. 
léSi, lé janvier. — Mariage de Jacques Prou et de Suzanne 

Tuby. — J. H. 

— 8 mars. — Naissance de Jean-Baptiste Caffieri. — H. 

— 20 avril. — Mariage de Joseph Yvart et d'Anne Barreau. 

-J. H. 

I. J renvoie au Dictionnaire critique de Jal, H. au recueil de M. Herluison, et P. à 
celui de Piot. 



6 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

1685^, 20 février. — Mariage de François Verdier et d'Antoinette 

Butay. — H. P. 
1690, 14 décembre. — Mort de Baudrin Yvart. — J. H. 
1700, 9 août. — Mort de Jean-Baptiste Tuby. — J. H. P. 

1706, 6 mars. — Mort de Jacques Prou. — H. 

1707, 2 avril. — Mort de Gérard Edelinck. — J. H. 

1708, 18 juin. — Mort de Guillaume Anguier. — J. H. 

— 16 août. — Mort de Michel Corneille. — H. 

171 1, 8 avril. — Mort de Pierre-Léon Monmerqué, sculpteur. — 

H. P. 

17 14, 25 octobre. — Mort de Sébastien Le Clerc. — J. H. 

1717, 12 octobre. — Mort de Pierre Monmerqué, sculpt. — H. 

1728, 14 novembre. — Mort de Joseph Yvart. — J. H. 

1735, 8 octobre. — Mort de Jean-Baptiste Martin. — J. H. 

— 6 octobre. — Mort de Jean-Baptiste Tuby. — J. H. P. 

1739, II juin. — Mort de Marie Oudry, femme Boizot. — J. 

1740, 14 mars. — Mort de Gabriel Audran. — H. 
1742, 5 avril. — Mort de Pierre-Denis Martin. — J. 

1744, 23 décembre. — Mort de Pierre-Salomon Domenchin de 
Chavanne. — H. 

1748, 8 mai. — Naissance d'Antoinette-Louise Boizot. — J. 

1749, 17 mai. — Mort de Jean-Marie Ladey. — H. 
1749, 26 juillet. — Mort de Reine-Françoise Ladey. — H. 
1752, 27 mai. — Mort de Charles Parrocel. — J. H. 
175e, 17 juin. — Mort de Jean Audran. — J. P. 

1782, 9 mars. — Mort d'Antoine Boizot. — J. 
1787, 23 juin. — Mort de Pierre Lenfant. — H. 



ETAT CIVIL DE LA FAMILLE VAN DER MEULEN 

1667, 15 décembre. — Naissance de Catherine-Charlotte Van der 
Meulen. — J* 

1669, 20 mars. — Naissance de Louis V. der M. — J. 

1670, 12 janvier. — Mariage de Barbe V. der M. et d'Adrien- 

François Bauduins (Jal, art. Bauduins). 

1671, 2 août. — Naissance de Suzanne V. der M. — J. 
1674, 10 juillet. — Naissance de Marguerite V. der M. — J. 

1676, 20 septembre. — Naissance de Geneviève V. der M. — J. 

1677, 10 janvier. — Décès de Catherine Husunel ou Husewel, 

femme de François Van der Meulen. — J. et H. 
1679, 22 avril. — Mariage d'Adam-François Van der Meulen et de 
Catherine de Lobry. — J. et H. 



AUX XVIie ET XVIIie SIÈCLES 7 

Té8o, 3 octobre. Décès de Catherine Lobry, femme de Van der 

' Meulen (Adam-François). — J. et H. 
léSi, 12 janvier. — Mariage d'Adam-François Van der Meulen et 
de Marie Duby. — J. et H. 

1684, 20 mars. — Naissance de Charles V. der M. — J. et H. 

1685, 29 août. — Naissance de Nicolas V. der M. — J. 

i68é, 25 novembre. — Naissance de Marie-Louise V. der M. — J. 

1689, 19 octobre. — Naissance de Charles-François V. der M. — 

J. 

1690, 15 octobre. — Décès et inhumation de François Van der 

Meulen. — J. H. et P. 

Peut-être, et cela ne doit surprendre personne, n'avons- 
nous pas relevé tous les ouvrages où les actes déjà parus ont 
été imprimés; l'essentiel était de constater qu'ils n'étaient 
pas inédits. C'est une recherche qui devient plus longue et 
plus malaisée de jour en jour, maintenant qu'il paraît dix 
ou vingt fois plus de revues et d'ouvrages d'érudition qu'il y a 
cinquante ou soixante ans. 

Soit au total cinquante-six actes, tant de naissance ou de 
mariage que de décès, en y comprenant quinze extraits exclu- 
sivement relatifs à la famille Van der Meulen. La plupart, déjà 
connus de Jal, publiés en analyse dans le Dictionnaire cri- 
tique, se retrouvent en entier dans Herluison et parfois dans 
Piot. Les copies de M. Lacordaire n'ont donc plus aucun inté- 
rêt et il était superflu de réimprimer ces documents, bien 
qu'ils concernent des personnages d'une plus grande noto- 
riété que ceux dont il sera question ci-après. 

Les actes qui voient ici le jour se rapportent pour la plu- 
part à des tapissiers ou à leur famille. Quelques-uns toutefois 
concernent de véritables artistes ; mais c'est l'exception. Encore 
les peintres que nous rencontrons çà et là ont-ils peu fait par- 
ler d'eux, circonstance qui explique l'indifférence de Jal ou de 
ses émules. 

Quant à l'état-civil des modestes tapissiers ou de leurs 
parents, il a été laissé de côté de propos délibéré par ceux qui 
s'étaient laissés séduire par les maîtres de la peinture et de la 
sculpture, les travailleurs de la haute et de la basse lisse étant 
considérés comme de vulgaires artisans et n'ayant pas plus de 
droits que des menuisiers ou des serruriers à figurer parmi 



8 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

les privilégiés de l'art. Était-il bien juste de les traiter ainsi ? 
Nous ne le croyons pas. Les hommes habiles qui reproduisent 
avec la laine et la soie les chefs-d'œuvre de la peinture histo- 
rique, religieuse ou décorative, n'ont-ils pas les mêmes droits 
que les graveurs par exemple à être traités en artistes ? Pour 
nous, la réponse ne saurait faire de doute : le tapissier bien 
exercé à toutes les ressources de son métier est un artiste au 
même titre que le graveur sur cuivre ou sur bois, et il y a 
autant de mérite à interpréter un modèle de peinture, à le 
traduire avec de la laine et de la soie qu'à copier avec la 
pointe ou le burin les chefs-d'œuvre de l'art. Je pourrais citer 
tels panneaux de tapisserie du seizième et du dix-huitième 
siècle qui sont de purs chefs-d'œuvre. Comparées avec cer- 
taines copies en tapisserie, les peintures qui ont servi de modèles 
sont loin d'avoir l'avantage. 

C'est donc fort à tort, selon nous, qu'on s'est peu inquiété 
jusqu'ici de connaître et de mettre en évidence les noms des 
tapissiers qui ont exercé leur art avec une supériorité incon- 
testable. Bien peu de pièces, à vrai dire, nous révèlent le nom 
de leur auteur, et c'est très regrettable. Au moins conviendrait- 
il de ne jamais négliger les signatures existantes, car on peut 
admettre en principe que toutes les pièces signées sont d'une 
réelle valeur. Nos vieux maîtres tapissiers n'auraient pas inscrit 
leurs noms sur des œuvres par eux jugées peu dignes de leur 
réputation. 

Maintenant nous nous trouvons en face d'une nouvelle diffi- 
culté. Plus que dans aucun autre métier, le père a légué au 
fils les secrets et la pratique de sa profession ; ainsi, le même 
nom s'est perpétué dans l'ateUer des GobeUns pendant plu- 
sieurs générations successives. Or, bien souvent, le prénom du 
père se transmet au fils et au petit-fils; comment les distin- 
guer les uns des autres, si nous ne connaissons pas les dates 
de la naissance et du décès de chacun d'eux ? On voit un Jean 
Jans à la tête d'un atelier de haute Hsse pendant soixanté-dix 
ou quatre-vingts ans. Il faut compter trois générations au 
moins pour remplir un pareil intervalle de temps. Cette 
remarque s'applique aux Lefebvre, aux Delacroix, aux Cozette, 
à d'autres encore. Comment s'y reconnaître dans ces familles 
qui n'ont jamais quitté le lieu de leur naissance et ont d'ail- 
leurs fait si peu parler d'elles ? 



AUX XVIie ET XYIII* SIECLES 9 

Les cent trente actes que M. Lacordaire a sauvés de la 
destruction seront donc d'un réel secours pour les amateurs 
comme pour les historiens de la tapisserie. Notre seul regret 
serait qu'il n'en eût pas recueilli une plus grande quantité; car il 
a dû certainement faire un choix entre ceux qu'il rencontrait. 

Suivant leur nature, ces documents se répartissent de la 
manière suivante : trente-un actes de baptême ; vingt-deux 
de mariage et soixante-dix-huit de décès ou d'inhumation. 
Presque toutes les grandes familles des Gobelins paraissent sur 
cette liste; seulement, comme de juste, les noms illustres 
reviennent plus fréquemment que les autres. 

Nous voyons certaines familles se perpétuer pendant un 
siècle et demi dans les mêmes emplois ou s'élever progressive- 
ment des fonctions les plus modestes aux plus hautes situa- 
tions ; tel est ce Pierre-François Cozette, fils du concierge de la 
manufacture, devenu entrepreneur des ouvrages de haute lisse, 
et dont le nom se lit au bas de quelques-uns des plus parfaits 
chefs-d'œuvre inspirés par les modèles de François Boucher. 

Comme il y avait une réelle utilité à réunir les membres de 
la même famille, nous n'avons pas suivi, dans le classement de 
nos actes, l'ordre chronologique absolu ; nous avons groupé 
tous les documents concernant la même dynastie rangée 
d'après l'ordre alphabétique. De cette manière, on trouvera 
sans longues recherches ce qui concerne les Comans, les Jans, 
les Le Clere, les De la Tour, etc., etc., et on pourra établir 
la suite des entrepreneurs qui ont successivement dirigé les 
ateliers de haute ou de basse lisse. 

Comme toutes les pièces copiées par M. Lacordaire, à très 
peu d'exceptions près, ont une même origine, il a paru superflu 
de rappeler la provenance à la suite de chacune d'elles. A 
moins d'indication contraire, tous les actes de baptême, de 
mariage ou de décès reproduits ici ont été empruntés aux registres 
de l'église de Saint-Hippolyte, qui était alors la paroisse de la 
manufacture et de ses habitants. Cette église, située entre la 
rue des Gobelins et la rue Saint-Hippolyte, fut récemment 
détruite, avec la rue qui portait son nom, par le percement 
du boulevard Arago ' . 

I. Voici en quels termes Thiéry parle de Saint-Hippolyte dans son Guide des 
étrangers à Paris (ijSj, t. II, p. 207) : « Cette petite église, située au coin des rues 



10 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 



On s'étonnera peut-être de ne pas rencontrer plus de docu- 
ments sur certaines familles de tapissiers ayant occupé une 
place distinguée à la manufacture. M. Lacordaire n'a-t-il pas 
trouvé le loisir de poursuivre un dépouillement systématique 
jusqu'à son entier achèvement, ou bien encore la série des 
registres offrait-elle des lacunes ? Tout ce que nous pouvons 
affirmer c'est qu'on donne ici toutes les pièces, sans exception, 
recueillies par notre prédécesseur. 

A ces titres précieux pour la généalogie de nos anciens 
tapissiers il convient de joindre un certain nombre de docu- 
ments jadis publiés par nous et qui viennent fort à point con- 
firmer et compléter les registres de la paroisse des Gobelins. Il 
s'agit d'actes de naissance produits par des tapissiers ou par 
leurs veuves à l'appui d'une demande de pension. Ainsi, tandis 
que nous rencontrons dans les papiers de M. Lacordaire l'acte 
de mariage et l'acte de décès de l'habile Pierre-François Colette, 
son acte de baptême nous ferait défaut si Cozette n'avait été 
obligé de le produire pour obtenir la pension de retraite de 
1.200 livres qui lui fut accordée en 1785 ; nous avons recueilli 
le texte de cet acte de baptême dans les cartons de la Maison 
du Roi aux Archives Nationales'. 

Reproduire ici les dix actes de baptême ou de décès déjà 
publiés intégralement nous a semblé superflu ; mais, comme 
ils viennent compléter les renseignements découverts par 
M. Lacordaire, il y a intérêt à ne pas mettre les travailleurs 



des Gobelins et Saint-Hippolyte, est fort ancienne ; elle jouissait déjà du titre de 
paroisse en 1220. Elle est très ornée de tableaux de Boisot, Martin, Challe, Clément et 
Briard. Le Brun a donné les dessins du maître-autel et y a peint l'Apothéose de 
saint Hippolyte ; le tableau de la chapelle de la Communion est du même auteur. Il 
y a aussi deux petits tableaux de Le Sueur. » Une note de la page précédente 
apprend que M. de Julienne, qui dirigeait la manufacture de teinture en écarlare fon- 
dée par le Hollandais Gluck, sous Colbert, contribua beaucoup par ses dons à la déco- 
ration de l'église Saint-Hippolyte. Jean de Julienne^ le protecteur et ami de Watteau, 
que l'Académie de peinture avait nommé honoraire amateur et qui reçut de 
Louis XV des lettres de noblesse, mourut le 20 mars 1766, à l'âge de 80 ans. On 
trouvera son acte de décès parmi les documents réunis par M. Lacordaire. 

Notre prédécesseur avait transcrit le titre du premier des registres de la paroisse de 
Saint-Hippolyte par lui consulté. Le voici : « Livre des baptesmes de l'église 
« paroissiale M' S* Hyppolite, commençant en l'année mil VI^ quatre, qui est la 
« troisiesme année que M. Galuel (?) Coulon, chanoine dudit S' Marcel, estoit curé 
« de laditte église. 

tt Les autres baptesmes faits pendant lesdittes trois années sont au livre carré 
« commencé par feu M. Simon Bigot, pour la résignation duquel a été pourvu ledit 
« Coulon, lequel il a signé et approuvé. » 

I. Bulletin delà Société de V histoire de l'art français, 2" année, 1876, p. 56. 



AUX XVII« ET XVIIie SIÈCLES II 

s'occupant de nos anciens tapissiers dans la nécessité de recou- 
rir à une publication déjà vieille et peu répandue. En consé- 
quence, nous présentons ci-après une analyse détaillée de 
Tétat-civil des tapissiers imprimé naguère dans le Bulletin de 
la Société de V histoire de V art français . 

En rapprochant les noms énumérés dans la liste suivante 
de ceux qui figurent sur les pièces de M. Lacordaire, on verra 
qu'aucun acte ne fait double emploi. 



ACTES d'ÉTAT-CIVIL CONCERNANT DES TAPISSIERS 

publiés dans le Bulletin de la Société de l'histoire de Vart français, 

1° Marie-Agnès Chambonnet, née le 21 janvier 17 10, femme de 
Michel Audran, entrepreneur de la manufacture royale des Gobe- 
lins, reçut par décision du 21 juillet 1771, une pension de 
éoo liv. en qualité de veuve (Saint-Germain-l'Auxerrois). 

2° Acte de baptême de Pierre-François Colette, en date du 14 janvier 
17 14, fils de Édouard-Anne Cozette et de Anne-Louise Jumelet. 
Il reçoit une pension de 1200 livres le 8 novembre 1785, à titre 
de retraite et pour l'indemniser de la suppression de la concierge- 
rie de la manufacture. 

3° Acte de baptême d'Anne-Louise Jumelet, fille à' Antoine Jumelet^ 
tapissier, née le 23 décembre 1696. Elle épouse Edouard- Anne 
Colette^ concierge de la manufacture des Gobelins, et reçoit, le 
II juin 1776, une pension de iioo livres en qualité de lingère 
de la feue Reine (Saint-Roch). 

4° Acte de décès de la veuve A' Edouard- Anne Colette dont l'acte de 
naissance est donné ci-dessus, morte le 20 janvier 1780 aux Gobe- 
lins (Saint-Hippolyte). 

5° Acte de baptême de Pierre-Charles Duvivier, né le 22 juin 171^, 
fils de Nicolas Duvivier , inspecteur royal de la Savonnerie. 
Pierre-Charles Duvivier reçut, le 28 juin 1776, une pension de 
600 livres à titre de retraite, comme ancien entrepreneur de la 
Savonnerie (Saint-Roch). 

6° Acte de décès de Pierre-Charles Duvivier, ancien directeur et 
entrepreneur des ouvrages de la Couronne, décédé à la Savon- 
nerie le 25 août 1788 (Saint- Pierre-de-Chaillot). 

7° Acte de baptême de Marie-Jeanne-Colombe Gromaire, épouse 
de Pierre-Charles Duvivier^ susnommé, née le 31 décembre 1725. 
Elle reçoit une pension de 400 livres à titre de subsistance, à dater 



12 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

du 26 août 1788, en considération des services de son mari (Saint- 
Roch.) 

8° Acte de baptême de Madeleine Bouillerot, temme de Le Blond, 
entrepreneur de la manufacture des Gobelins, née le 2 mars 
17 10. — Une pension de éoo livres lui est accordée, le 14 mai 
175 1, comme veuve de Le Blond (Saint-Médard). 

90 Acte de baptême de Marie-Thérèse de la Fraye, fille de Jean de 
la Fraye, tapissier du Roi aux Gobelins, née le 23 avril 1706; elle 
épouse Mathieu Montmerqué, entrepreneur de la manufacture 
royale des Gobelins; devenue veuve, elle reçoit une pension 
de éoo livres (pas de date) (Saint-Hippolyte). 

10° Acte de baptême de Marie-Julie Chipault, née le 8 septembre 
1741, épouse de Daniel-Marie Neilson, entrepreneur de basse lice 
aux Gobelins. Elle obtient, le i" janvier 1700, une pension de 
éoo livres en qualité de veuve (Saint-Sulpice). 

La plupart des actes publiés ci-après, on Ta dit, concernent 
les familles des tapissiers; sur 129 articles, 85 rappellent des 
noms fameux dans les annales des Gobelins. Une rapide énu- 
mération donnera une idée de leur importance pour l'histoire 
de la manufacture. 

Nous avons 2 pièces sur les Audran. 



5 


— 


sur les Comans. 


7 


— 


sur les Cozette. 


6 


— 


sur les Delacroix. 


6 


— 


sur les De La Fraye. 


3 


— 


sur les De la Planche. 


3 


— 


sur les De la Tour. 


10 


— 


sur la famille Jans. 


7 


— 


sur les teinturiers qui ont porté le nom 
de Kerchove. 


2 


— . 


sur les Laurent. 


3 


— 


sur les Le Blond. 


3 


— 


sur les Le Fèvre. 


2 


— 


sur les Montmerqué ; autant sur les 
Neilson. 


I 


— 


sur la famille Mosin. 


4 


— 


sur les Ranson. 


3 


— 


sur les Tessier. 


2 


-— 


sur les Roby et les Sollier. 



AUX XVIie ET XVIIie SIÈCLES I3 

Certains tapissiers ou autres habitants des Gobelins ne 
figurent qu'une fois. Dans cette catégorie rentrent le chirur- 
gien Lunague, le brodeur Fayet, le teinturier Blondeau et les 
tapissiers Dupont, Morel Rigault et ce Bernard auquel on 
donne le singulier titre de tapissier turc. 

Pour n'oublier aucun des personnages travaillant aux Gobe- 
lins, il convient de signaler Pierre de Neufmaison, entrepre- 
neur des ouvrages de la Chine, et Jacques Dagly, son associé 
ou son prédécesseur. 

Afin de donner une idée des éclaircissements que ces docu- 
ments peuvent apporter à l'histoire de la tapisserie, nous pren- 
drons deux ou trois familles parmi les plus célèbres. 

Voici les Jans par exemple. Leur nom se trouve toujours en 
tête des ateliers depuis 1654, date à laquelle le chef de la 
famille vient de Flandres se fixer à Paris, jusqu'en 173 1. Il 
disparaît seulement en 1732. Or, pendant cette longue période 
de soixante-quinze ans, plusieurs individus se sont évidem- 
ment succédés à la tête de l'atelier de haute lisse. Mais comme 
tous ont porté le prénom de Jean, il devient fort malaisé 
de les distinguer les uns des autres, de déterminer le moment 
auquel le fils a pris la succession de son père. 

Les actes sauvés par M. Lacordaire vont nous tirer d'em- 
barras. Dix concernent la famille Jans, notamment trois 
extraits mortuaires, en laissant de côté celui de 1687, trop 
peu explicite. 

Le chef de la dynastie, celui qui est venu des Flandres en 
1654, meurt en 1668, âgé de cinquante ans seulement; son 
fils, qui s'appelle Jean comme lui, recueille sa succession bien 
qu'encore fort jeune, puisque son acte de décès, en date du 
8 mai 1723, le dit âgé de 78 ans et sept mois, ce qui le fait 
naître vers la fin de l'année 1644. Il n'avait donc pas atteint 
sa vingt-cinquième année lors du décès de son père. Sa jeu- 
nesse ne fut pas un obstacle à sa nomination; il avait sans 
doute donné de bonne heure des preuves de cette habileté qui. 
valut toujours à ses productions une rémunération supé- 
rieure à celle qui était accordée à l'atelier rival, celui des 
Lefebvre. 

D'ailleurs, lors de la mort de son père, Jans le fils était 
marié depuis trois ans. Il avait épousé, en 1665, — ^^s Fia- 



14 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

mands ont l'habitude de se marier jeunes, — Anne Le Bé 
qui ne paraît pas avoir longtemps survécu à cette union, car, 
en 1676, l'acte de naissance de Marie-Madeleine Jans, lui 
donne pour mère Marie-Madeleine de Metz. 

Ainsi, de 1668 à 1723, le premier atelier de haute lisse des 
Gobelins fut dirigé par le même tapissier, Jean Jans, fils de 
l'émigré flamand du même nom, venu en France en 1654. 

A sa mort, la direction fut reprise par son fils Jean-Jacques 
qui la conserva jusqu'à sa mort, survenue en 173 1. En effet, 
le nom de Jans disparaît des registres de fabrication en 1732; 
il est alors remplacé par celui d'Audran. 

Jean-Jacques Jans, qui ne conserva la direction de l'atelier 
que huit ans, était né vers 1671; il était probablement le fils 
d'Anne Le Bé ; son acte de naissance ne nous a pas été con- 
servé. Il est assez vraisemblable qu'avant de succéder à son 
père, il l'avait assisté dans ses fonctions pendant de longues 
années, et ainsi la transmission s'était faite sans difficulté. 

Les choses se passent à peu près de même dans la famille 
des Lefebvre, la dynastie rivale des Jans. Le tapissier florentin 
Pierre Lefebvre, appelé à Paris en 1 647, ne tarde pas à retourner 
en Italie, laissant pour le remplacer son fils Jean, né vers 
1622, et qui jusqu'au 30 octobre 1700, date de sa mort, reste 
à la tête du second atelier de haute lisse de la manufacture 
royale. Son fils, qui lui succède, porte aussi le prénom de Jean ; 
voyez quelle source de confusions ! Le second Jean Lefebvre 
conserve la direction de son atelier jusqu'en 1735 et est rem- 
placé, en 173 6, par Montmerqué, d'après les états de travail. 

Un certain nombre de familles ont fourni en même temps à 
notre manufacture des tapissiers exercés et des peintres de 
mérite. Ceux-ci ont trouvé aux Gobelins l'emploi de leurs 
talents, ne sont guère sortis de leur milieu et n'ont jamais 
prétendu aux distinctions académiques. Aussi, leur nom est-il 
aujourd'hui complètement oublié. Toutefois, ils ont laissé des 
modèles encore admirés de ceux qui les connaissent. Ils étaient 
surtout habiles à rendre les fleurs, à composer des bouquets 
et des corbeilles dont ils ont quelquefois laissé des reproduc- 
tions à l'eau-forte très recherchées des artistes et des décora- 
teurs. 

Parmi ces peintres injustement méconnus et dont les papiers 



AUX XVIie ET XVIIie SIÈCLES 15 

de M. Lacordaire ont conservé le nom, nous signalerons Mau- 
rice Jacques, peintre de fleurs, mort le 26 mars 1784, à l'âge 
de soixante-douze ans, puis Laurent-Joseph Malaine, peintre 
aux Gobelins, qui perd une fille en 1792, enfin Louis Tessier, 
peintre de fleurs des plus habiles, à en juger par les recueils de 
vases et de corbeilles qui portent sa signature. Il est bien 
regrettable que les actes conservés par M. Lacordaire ne le 
concernent qu'indirectement et ne nous renseignent pas sur 
l'époque de son mariage et de son décès. Encore saurons-nous 
désormais qu'il appartenait à une famille comptant plusieurs 
tapissiers et trois peintres au moins, Philippe, François-Arnoult 
(voir la pièce 10^) tl Louis Tessier (pièce 117). Louis et Phi- 
lippe avaient un frère, nommé Pierre, tapissier aux Gobelins, 
mort le 12 février 1767; un neveu, Charles- Achille, également 
tapissier, mort en 1777, à l'âge de 80 ans. Philippe Tessier, 
qualifié cette fois tapissier, avait 71 ans quand il mourut, le 17 
décembre 1771. Son frère Louis était sans doute un peu plus 
jeune, puisqu'il survécut à tous les membres de la famille : 
on le voit signer comme témoin à l'acte de décès du tapis- 
sier Charles- Achille, en 1777. H ne mourut donc qu'après 
cette date, à peu près vers la même époque et au même âge 
que Maurice Jacques, son rival comme peintre de fleurs. 

L'histoire des Gobelins nous réserve, on le voit, des détails 
tout nouveaux sur un certain nombre d'artistes de talent, 
voués à des besognes ingrates, mais dont l'utile collaboration 
a valu aux tapisseries du dix-huitième siècle leur éclat et leur 
réputation. Car ces peintres, associés à la vie et au travail des 
tisseurs, connaissaient bien mieux l'art de la décoration que 
les glorieux artistes logés au Louvre, et c'est à eux qu'il faut 
attribuer l'honneur de ces merv^eilleux encadrements de l'his- 
toire de Don Quichotte ou des Amours des Dieux, classés 
parmi les chefs-d'œuvre de l'art textile. 

La manufacture des Gobelins ne logeait pas seulement des 
familles de tapissiers dans le vaste ensemble de constructions 
dont quelques-unes remontaient bien au delà de Louis XIV. 
Non seulement des peintres, mais encore des sculpteurs, des 
orfèvres, des mosaïstes avaient leur atelier à la manufacture 
des Meubles de la Couronne pour y travailler à la décoration 
de Versailles et des autres résidences royales, ce qui explique le 



I^ LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

grand nombre de noms d'artistes relevés sur les registres 
paroissiaux de Saint-Hippolyte. 

Au dix-huitième siècle, cette colonie fut considéra- 
blement réduite. Les ateliers des orfèvres, des sculpteurs, 
des mosaïstes devinrent déserts; les tapissiers demeurèrent 
seuls. Toutefois, la préparation des modèles, surtout celle des 
bordures, exigeait la présence permanente de plusieurs peintres 
à la manufacture. La plupart de ces habiles décorateurs sont 
presque inconnus; leurs noms manquent à tous les diction- 
naires biographiques, et cependant ce n'étaient pas des artistes 
médiocres ceux qui ont suspendu ces exquises guirlandes de 
fleurs autour des médaillons où Coypel a retracé les aven- 
tures de don Quichotte. Sur ces oubliés dignes d'un meilleur 
traitement, les papiers de M. Lacordaire, nous venons de le 
montrer, contiennent de précieuses révélations. On a parlé 
plus haut de Jacques et des Tessier. Quant au peintre du Roi, 
Simon-Jean Le Flamand, c'est la première fois que nous rencon- 
trons son nom. Il y a bien des probabiUtés pour qu'il ait été, 
lui aussi, spécialement attaché aux travaux de la manufacture. 

Qu'est-ce que le peintre Armand Berthe, fils du sculpteur 
Tiîmand Berthe qui épouse, en 1677, la fille d'un tapissier? 
Sans doute, un de ces artisans habiles, sans originahté propre 
comme on en voit tant, à cette époque, s'employer à la réalisa- 
tion des grandes décorations de Charles Le Brun. Le peintre du 
Roi Simon Dequoy, proche parent de deux autres artistes du même 
nom, n'est guère plus renommé. Toute la famille a bien l'air de 
vivre et de se perpétuer aux Gobelins sans pouvoir sortir de 
son humble condition. 

A côté de ces oubliés paraissent d'autres maîtres un peu plus 
connus, tels sont les Belle, les Juliard, Jean Ladey, les nombreux 
descendants et parents du graveur Sébastien Le Clerc, dont la 
manufacture acquérait récemment un dessin original représen- 
tant la visite de Colbert de Villacerf à la galerie d'exposition 
des tapisseries, en 1691. N'oublions pas XtsLeMire, les sculp- 
teurs du nom de Legeret, les peintres Lenfant, issus d'une famille 
de tapissiers remontant à l'organisation de la manufacture par 
Colbert. D'autres habitants de la maison, les mosaïstes Branchy 
et Megliorini, les orfèvres de Villers, le chirurgien Lunague, les 
teinturiers Kerchove figuraient, eux aussi, sur les registres de 



AUX XVIie ET XVIIie SIÈCLES I7 

Saint-Hippolyte, car ils étaient, à des titres divers, les com- 
mensaux du Roi, comme les peintres Yvart, Verdier, Bonnemer, 
les sculpteurs Prou et Tuby, et ce sieur Pierre de Neufmaison 
qui à son titre principal de directeur des ouvrages de la Chine 
pour le Roi à la manufacture des Gobelins joint une énumé- 
ration de pompeuses distinctions, comme celles de chevalier de 
l'ordre de Saint-Jean-de-Latran et de comte Palatin. 

Toute la colonie d'artistes et d'artisans logée aux Gobelins 
se retrouve ainsi dans les pages suivantes. Si les noms les plus 
illustres font défaut, nous en avons dit plus haut la raison : 
nous avons dû nous contenter des documents négligés par les 
premiers éditeurs de l'ancien état civil parisien. 

Pour terminer ce trop long préambule, nous reproduirons 
une liste chronologique, par date de décès, des entrepreneurs 
ou chefs d'atelier qui exercèrent jadis une influence prépondé- 
rante sur la direction des Gobelins. M. Lacordaire avait établi 
cette liste à l'aide des actes par lui sauvés de la destruction. 
Elle présente, à très peu d'exceptions près, comme un abrégé 
de tous les grands noms du dix-septième et du dix-huitième 
siècle. 

TAPISSIERS DU ROY AUX GOBELINS ' 

Jean Jans, mort le 19 mai 1668, âgé de 50 ans. 

Henry Laurent, mort le 17 septembre 1669, âgé de 45 ans. 

Girard Laurent, mort le 27 octobre 1670, âgé de 82 ans. 

Jean-Baptiste Mosin, mort le 9 juin 1693. 

Lefebvre, mort le 30 octobre 1700, âgé de 78 ans. 

Jean De la Croix, mort le 12 septembre 171 2, âgé de 84 ans. 

Jean Jans, mort le 7 mai 1723, âgé de 78 ans. 

Etienne Le Blond, mort le 22 septembre 1727, âgé de 75 ans. 

Jean De la Fraye, mort le 24 avril 1730, âgé de 75 ans. 

Jean-Jacques Jans, mort le 18 mars 173 1, âgé de éo ans. 

Louis-Ovis de la Tour, mort le 26 octobre 1734, âgé de 65 ans. 

Lefebvre fils, entrepreneur de haute lice, décédé le 14 septembre 

1739, âgé de (extr. des Comptes des bâtiments du roy), 

avait été mis à la retraite, avec pension de 750 fr. par an, en 1736. 

Dominique De la Croix, mort le 11 août 1737, âgé de 67 ans. 

I. Cet état est dressé d'après les actes mortuaires extraits des registres de la 
paroisse Saint-Hippolyte et transcrits textuellement d'autre part. 

C. L. L. 
Art fr. xiii 2 



l8 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 



Mathieu Monmerqué, mort le 2 juillet 1749, âgé de 51 ans. 
Etienne-Claude Le Blond, mort le 6 mai 175 1, âgé de 50 ans. 
Michel Audran, mort le 25 mars 1771, âgé de 70 ans. 
Daniel-Marie Neilson, mort le 22 décembre 1779, âgé de 36 ans. 

J. J. G. 



LES AUDRAN 



I — MARIAGE DE MICHEL AUDRAN, TAPISSIER, 
ET DE MARIE-AGNÈS CHAMBONNET 

L'an 1732 et le 13"^^ jour d'octobre, après la publication de trois 
bans faite sans opposition par trois difFérens jours de dimanche et 
festes, scavoir, les 28, 29 septembre et le 5 du présent, les témoins 
cy après soussignés nous ayant certifiés de l'âge, la liberté et du 
domicile des parties; les fiançailles célébrées d'hyer; ont étés mariés 
par nous soussigné, prestre docteur en théologie et curé de ladite 
paroisse, et après avoir pris leur consentement mutuel, ont reçu 
de nous la bénédiction nuptialle Michel Audran, tapissier ordinaire 
du Roy en la Manufacture des Goblins, de cette paroisse, fils de 
Jean [Audran'], graveur ordinaire du Roy, demeurant aux Goblins, 
et de feue Marie Dassier, inhumée en cette paroisse, cy présent le 
père et consentant, et Marie-Agnès Chambonnet, fille d'Antoine 
Chambonnet, maistre teinturier du grand et bon teint, demeurant 
rue Goblin, de cette paroisse, et Marie-Claire Pinard, cy présents 
et consentans; et ce, en présence, du côté de l'époux, de Claude 
Audran, peintre des Bastimens du Roy, demeurant au Luxembourg, 
paroisse Saint-Sulpice, de Benoist Audran, graveur aux Goblins, de 
Jacques Pajot secrétaire du Roy, rue de Bourbon, paroisse de 
Bonne-Nouvelle; du côté de l'épouse, de Joseph Gara, maistre 
doreur, rue de la Verrerie, paroisse Saint-Jean, d'Estienne-Joseph 
Chambonnet, frère de l'épouse, demeurant aux Gobelins, de cette 
paroisse, de messire Joseph-François Guyot, prestre, demeurant 
paroisse Saint-Estienne du Mont, et autres qui ont signé avec nous. 

Michel Audran. — Marie-Agnès Chambonnet. — J. Audran. — 
Cl. Audran. — G. Audran. — B. Audran. — Marie Pinard. — 
Hélène Audran. — Pageaut. — Malaval. — Chambonnet. — 
Garât. — Guyot. 

[et un nom illisible]. 



AUX XVIie ET XYIII* SIÈCLES I9 



2 — DECES DE MICHEL AUDRAN, TAPISSIER 

L'an 1 771, le 27 mars, a été inhumé dans la cave de cette église, 
le corps de M. Michel Audran, entrepreneur des tapisseries de la 
Manufacture roj^ale des Gobelins, ancien marguillier et commissaire 
des pauvres de cette paroisse, époux de dame Marie-Agnès Cham- 
bonnet, décédé en l'hôtel des Gobelins le 25, âgé d'environ 
soixante-dix ans^; et ce, en présence de M. Joseph Audran^ entre- 
preneur des tapisseries en ladite Manufacture, et Gabriel Audran 
Conseiller au Châtelet, ses fils, et de M" Thomas Ottennique, 
marchand épicier, et Augustin-André Hecquet, Conseiller du Roy, 
contrôleur des rentes de l'Hôtel de ville, ses gendres, qui ont signé 
avec nous. 

Audran. — Audran. — B. Audran frère. — Mouton. — Pierre. 
— Hecquet. — Gromant. — Clerembour. — S. T. J. Brute, curé. 



BELLE 

3 — DÉCÈS DE ANTOINE-MARIE^JOSEPH-SAUVEUR BELLE 

L'an 176e, le 7 de juin, a été inhumé dans la cave de cette église 
le corps de Antoine-Marie- Joseph-Sauveur Belle, fils de M. CU- 
ment-Louis-Marie-Anne Belle, peintre du Roy et de son Académie 
de peinture et sculpture, professeur en ladite académie et inspec- 
teur de la Manufacture royale des Gobelins, et de demoiselle Guil- 
lemine-Éléonore-Marie-Anne-Gertrude de Rossy, décédé hier aux 
Gobelins, âgé de douze ans et demy, et ce en présence de M. 
Antoine-Alexis Belle, avocat en Parlement, Conseiller du Roy, Com- 
missaire enquêteur et examinateur au Châtelet de Paris, son oncle, 
et de M. Charles-Benoît Barreau, procureur au Parlement, aussi 
son oncle paternel, qui ont signé avec nous. 

Belle. — Barreau. — Savary, vicaire. 

BERNARD 

4 — DÉCÈS DE BERNARD, TAPISSIER TURC 

Le 5 febvrier 1670, fut enterré Bernar, Turc de nation, baptisé 
le jour d'hier, pris en la cour des Manufactures royales aux Gobe- 
lins j présents MM. Yvart et Van der Meulen, peintres du Roy. 

Blondel, curé. 

I. Sa naissance remonterait donc à 1700 ou 1702. 



20 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

BLONDEAU 

5 — DÉCÈS DE NICOLAS BLONDEAU, TEINTURIER DES GOBELINS 

L'an 1783, le 25 septembre, a été inhumé dans, le cimetière de 
cette paroisse le corps de Nicolas Blondeau, teinturier de la Manu- 
facture royale des Gobelins, décédé hier, d'environ soixante-six 
ans ï, époux de Marie-Magdeleine Dubeaux, et ce, en présence des 
sieurs Claude-Michel et Louis Blondeau, ses fils, qui ont signé 
avec nous. 

Blondeau. — Blondeau. — Blondeau. — Dubeaux. — Brute, 
curé. 

BOIZOT 

6 — DÉCÈS DE JEANNE-MARIE FLOTTES, 
FEMME DE ANTOINE BOIZOT, PEINTRE 

L'an 1762, le 26 de janvier, a été inhumée dans la cave de cette 
église le corps de damoiselle Jeanne-Marie Flottes, épouse du sieur 
Antoine Boiiot, peintre ordinaire du Roy et de son Accadémie,déced- 
dée hier en la manufacture royalle des Gobelins, de cette paroisse, 
âgée de quarante-deux ans passés, et ce en présence des sieurs Louis- 
Simon et François Boizot, son fils et beau-fils, lesquels ont signé 
avec nous. 

François -Marie -Antoine Boizot. — Louis -Simon Boizot. — 
Boizot. — Ouibert. — Mechard. — De la Fosse, curé. 

BONNEMER 

7 — NAISSANCE DE FRANÇOIS-CHARLES BONNEMER 

Le 23 mars 1686 baptême de François-Charles Bonnemer, né du 
mariage de François Bonnemer, peintre ordinaire du Roy, et de 
demoyselle Catherine Mosin. Le parrein Charles Le Brun, auditeur 
de la chambre des Comptes, et la marreine Suzanne Butay, femme 
de M. Le Brun, premier peintre du Roy. 

LES COMANS 

8 — NAISSANCE DE SUZANNE DE COMANS 

Du i^'' jour de décembre 1608, fut baptisée Suzanne, fille de 
noble homme Marc de Cornans et de damoiselle Catherine de la 



-0^ I. Né par conséquent en 1717. 



AUX XVIie ET XVIIie SIÈCLES 21 

Planche ; le parin, noble homme Jean de Fourci sieur de Checi, 
Conseiller du Roy en son Conseil d'Estat, Surintendant des Bâtimens 
de S. M 

en la paroisse de S^ Gervais; la marinne noble dame Suzanne de 
Bouchu, femme de noble homme Hierosme de Comans, Conseiller 
et ministre d'estat ordinaire du Roi, de cette paroisse. 

9 — NAISSANCE DE JEROME DE COMANS 

Du 2y jour de janvier i6io,fut baptisé Hierosme, fils de noble 
homme Marc de Comans et de Catherine de la Planche ; le parain 
noble homme Hierosme de Comans, Ministre d'estat, Conseiller du 
Roy, et de damoiselle Ehsabet de Pochot,tous de ceste paroisse. 

10 — NAISSANCE d'alexandre DE COMANS (jumeau de Jérôme) 

Le même jour et heure a esté baptisé Alexandre, du même père 
et de la même mère; le parain honorable Nicolas Gobelin, marchand 
teinturier, et damoiselle Françoise d'Astric, tous de ceste paroisse. 

II — NAISSANCE DE CATHERINE DE LA CROIX 

Du 2é« jour de septembre i6io,fut baptisée Catherinne, fille 

de Jehan de la Croix et de Jehanne de , sa femme. Le 

parain Martin Vandresse ; la maraine Catherine de la Planche, femme 
de l'honorable homme Marc de Coman et Catherine Annincard, 
(lisez : Hennecart), femme de honorable homme M. de la Planche, 
tous flamans. 

[La marraine étant Catherine de la Planche, femme de Marc de 
Comans et le baptême ayant été célébré à Saint Hippolyte, il est 
probable que Jean de la Croix, père de l'enfant, était tapissier. Son 
nom d'ailleurs est resté à la manufacture,] 

12 — DÉCÈS DE CATHERINE DE COMANS 

Le II septembre lééi, fut enterrée damoiselle Catherine de 
Comans, veufve de feu messire Jean Vandrenesse, vivant Conseiller 
maistre d'Estat ordinaire de la feue Royne mère, âgée de 72 ans, 
prise devant la grande porte de ceste église. 

COYSEVOX 

13 — NAISSANCE DE JULES- ANTOINE COYSEVOX 

Le 24® du mois de mars 1693, est né, environ à une heure trois 
quarts du soir, un fils du mariage à'Anthoine Coysevox, sculpteur 



22 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

ordinaire des bâtiments du Roy, et de damoyselle Claudine Bourdi , 
ses père et mère, lequel a este baptisé aujourd'huy 26'"^, par moy, 
prestre bachelier en théologie préposé par Monseigneur l'archevesque 
de Paris à la conduite de cette égHse, soussigné, et a esté nommé 
par Charles Coysevox et Claude Coysevox, frère et sœur du baptisé, 
lesquels l'ont nommé Jules Anthoine S au nom du sieur Jules Man- 
sar, premier architecte des bastimens du Roy et inspecteur général 
des Arts et Manufactures de France, et dame Anne d'Andrée 
Bourdi, femme du sieur Claude d'Andrée, bourgeois de la ville de 
Lyon, parrein et marreine, et ont signé les susdits sieurs Coysevox 
père et fils. 
A. Coysevox. — Ch. Coysevox. — Lefebvre. 

LES COZETTE 

14 — MARIAGE DE JEAN VAN DEN KERCHOVE 
ET DE FRANÇOISE-ANNE COZETTE 

L'an 1692, le 18^ février, après les publications, etc 

je , ay fiancé le 17"^^ dudit mois et le lendemain marié 

Jean Van der Kerchove, teinturier ordinaire du Roy, fils de defFunt 
Josse Van der Kerchove, vivant teinturier ordinaire du Roy, et de 
damoiselle Catherine Petit, ses père et mère, d'une part, et Fran- 
çoise-Anne Cozette, fille d'Anthoine Cozette, officier de la feue 
Reine et concierge de la maison royalle des Gobelins et de 
damoiselle Françoise Croisant, ses père et mère, d'autre part; tous 
deux de cette paroisse, ayant préalablement pris le consentement 
mutuel des contractans, en présence de M. Charles-Maurice Colbert 
de Villacerf, abbé, de M. Anthoine Cozette, père de la mariée, 
Sébastien Le Clerc, dessignateur et graveur ordinaire du Roy, beau- 
frère du marié, Philippe Branchy, lapidaire ordinaire du Roy, aussi 
beau-frère. 

J. V. Kerchove. — F. A. Cozette. — L'abbe Colbert de Villacerf. 
— Cozette. — S. Leclerc. — Ph. Branchy. — Cozette. — Lefebvre. 

15 — DÉCÈS DE ANTOINE COZETTE, CONCIERGE DES GOBELINS 

L'an 1734, le 18 avril, a été inhumé dans cette église le corps 
de Antoine Cozette ancien consierge aux Gobelins, décédé d'hier, 
âgé de quatre vingt-dix ans ^, en ladite maison, et en présence de 
Pierre-François Coiette, son petit-fils, de Jean-Claude Kerchove, tein- 

1. Jal, signalant sa naissance, le nomme Jean-Antoine (p. 451). 

2. Sa naissance remonterait donc à l'année 1644 environ. 



AUX XVIie ET XVIIie SIÈCLES 23 

turier de la maison des Gobelins, Jacques-Charles Kerchove, de 
Louis Fortin, garçon du garde meubles de la Couronne, tous petits- 
fils du deffunt, de messire Pierre Chevalier, chanoine de S^ Mar- 
cel, de Louis Auge, petit-gendre , et de M" les quatre marguilliers 
en charge de la présente année, qui ont signé avec nous. 

Cozette. — Auge. — Fortin. — J. Kerchove. — J. Kerchove. 
— Chastellain. — Monmerqué. — Chevalier. — Guesdon, chape- 
lain. — Bichué, prêtre. 

16 — MARIAGE DE PIERRE-FRANÇOIS COZETTE, TAPISSIER, 

ET DE MARIE -MADELEINE AUDIGER DUBREUIL 

L'an 1737, le 29 juillet, après la publication etc 

ont reçeu de nous la bénédiction nuptiale Pierre-François Coiette, 
entrepreneur des tapisseries du Roy aux Gobelins, âgé de vingt- 
quatre ans S fils de deffunt Edouard-Anne Cozette, concierge de la- 
dite Manufacture, appert pour nos registres, et de Anne-Louise Ju- 
melet, demeurant aux Gobelins, de cette paroisse, cy présente et 
consentante, et Marie-Magdeleine Audiger Dubreuil, âgée de vingt 
ans, appert par l'extrait de la paroisse de Milly, en datte du 20 
janvier 17 17, fille de défunt Antoine-François-Ovide Audiger, sieur 
Dubreuil, officier du Roy, appert par l'extrait de ladite paroisse de 
Milly, en date du 6 octobre 1732, et de Marie-Louise Remy, cy 
présente et consentante, demeurant audit Milly, la permission à 
nous accordée pour le sieur Voiret, doyen et curé dudit Milly, de 
les marier; et ce, en présence de Charles-Claude Moralis, avocat, 
paroisse S* Severin, de Jean de Courserin, avocat, paroisse S^ Jean 
en Grève, de Laurent De La Foy, inspecteur de Marly, de Gabriel 
Fortin, concierge du château de Saint Germain en Laye, de Charles 
Chastellain, inspecteur des Gobelins, et de Jean Atidran, graveur 
ordinaire du Roy aux Gobelins, qui ont signé avec nous. 

Marie-Magdeleine Audiger Dubreuil. — Cozette. — M. L. Remy, 
veuve Audiger Dubreuil. — A. L. Jumelet. — Audiger de Course- 
rin. — Moralis. — Fortin. — De La Foy. — Audran. — Chas- 
tellain. — Cozette. — Duval. 

17 — DÉCÈS DE MARIE - MADELEINE AUDIGER DU BREUIL, 

FEMME DE PIERRE-FRANÇOIS COZETTE 

L'an 1787, le 14 de juillet, a été inhumé dans la cave de cette 
église le corps de Marie-Magdeleine Audiger Du Breuil, décédée 
hier aux Gobelins, âgée de soixante-dix ans, épouse de Pierre-Fran- 

I. Voy. ci-dessus son acte de naissance, page 11. Il était né le 14 janvier 1714. 



24 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

çois Colette, entrepreneur des ouvrages de la Couronne aux Gobe- 
lins et ancien marguillier de cette paroisse ; et ce, en présence de 
Michel-Henri et de Pierre-Louis Collette, ses fils, de Louis-Gaspard 
Le Maitre et Charles-Philbert Després, ses gendres, et de Jean- 
Nicolas-Joseph Maubert, avocat au Parlement, marguillier d'hon- 
neur, Louis Maillet commissaire des pauvres, Charles Creté et 
Claude-Michel Blondeau, anciens marguilliers, qui ont signé avec 
nous. 

Brute, curé. — Cozette. — Cozette. — Maubert. — Maillet. — 
Cretté. — Blondeau. — Lemaistre. — Després. 

l8 — DÉCÈS DE PIERRE-LOUIS COZETTE 

Extrait des registres de l'état-civil du XII^ arrondissement 
(registre 23 D, du 6 mess, au 12 fruc. an VI, fol. 10 verso). 

Division du Finistère. 

Du douze messidor, l'an VI de la république française une et 
indivisible (30 juin 1798). 

Acte de décès de Pierre-Louis Colette, décédé ce jourd'hui, à midi; 
profession sous-directeur de la Maison Nationale des Gobelins, âgé 
de quarante-neuf ans^, natif de Paris, y domicilié, rue Mouffetard 
n° 13e, dite division, célibataire; fils de Pierre-François Colette, 
aussi sous-directeur des Gobelins, et défunte Marie-Madelaine Audi- 
ger Dubreuil. 

Sur la réquisition, à nous faite dans les vingt-quatre heures par 
Guillaume-François Rabier, âgé de quarante-quatre ans, profession 
employé, domicilié à Paris, cloître Marcel n° 6, division susdite, le 
déclarant a dit être étranger au défunt, et par Denis Délais, âgé de 
quarante-neuf ans, profession employé, domicilié à Paris, rue Mouf- 
fetard 35, aussi même division, le déclarant a dit être étranger du 
défunt; et ont signé avec nous. 

Constaté suivant la loi du 3 ventôse, troisième année républicaine, 
par nous soussigné. 

Dupont adj^ 

I. Né en 1749. 



AUX XVIie ET XYIII* SIÈCLES 25 



19 — DECES DE PIERRE-FRANÇOIS COZETTE 

Empire Français. 

Département de la Seine. 

Mairie du XII^ Arrondissement. 

Extrait des registres de TEtat-civili. 

Division du Finistère. 

Du premier jour du mois de germinal, an neuf de la République 
Française (22 Mars 1801). 

Acte de décès de Pierre-François Co^ette^ décédé le vingt-neut 
ventôse dernier 2, à neuf heures du soir; profession chef d'attelier 
aux GobeUns, âgé de quatre vingt-huit ans ; né à Paris, dept de la 
Seine, y demeurant, rue MoufFetard, n° 136, dite division, marié à 
Marie-Madelaine Audiger Dubreuil, decédée. 

Sur la déclaration à moi faite par le citoyen Louis Foliau, demeu- 
rant à Paris, même maison, profession artiste, qui a dit être ami du 
défunt, et par le citoyen Pierre Duruy, demeurant à Paris, susdite 
maison, profession artiste, qui a dit être ami du défunt; et ont signé 
avec nous. 

Signé Foliau. — Duruy. — Constaté par moi, maire du douzième 
arrondissement de Paris, faisant les fonctions d'ofhcier public de 
l'etat-civil soussigné. 

Signé : Collette. 

20 — DÉCÈS DE MICHEL-HENRY COZETTE 

Mairie du XII« Arrondissement. 

Extrait des registres de l'Etat civil 

(Registre 174 D, i^"" Janvier au 25 Février 1822. Fol. 52, recto). 

Du 25 janvier 1822, à dix heures du matin. 

Acte de décès de Michel-Henry Coiette, décédé hier, à huit heures 
du matin, à Paris, en son domicile, rue Mouffetard 270, quartier 
S^-Marcel, âgé de soixante-dix-neuf ans, ex-inspecteur particulier de 
la Manufacture royale des Gobelins, célibataire, né à Paris, fils de 
défunt Pierre-François Colette et de Marie-Madeleine Audiger 
Dubreuille. 

Sur la déclaration de Charles-Pierre Gonichon, opticien, âgé de 



1. Registre 37 D, du 5 ventôse au 21 germinal an 9, fol. 20. 



2. 20 mars 1801 



26 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

quarante ans, demeurant rue de laFeuillade, n° 2, quartier du Mail, 
neveu du défunt, et de Denis Duruy, artiste à la susdite Manufacture, 
y demeurant, âgé de cinquante-sept ans ; lesquels ont signé parde- 
vant nous, maire du douzième arrondissement de Paris, lecture faite 
dudit acte. 

Gonichon. — Duruy. — Cochin. 



NOTE DE M. LACORDAIRE I 

Michel-Henri Cozette avait été mis à la retraite au commence- 
ment de l'année 1821, ainsi qu'il résulte d'une lettre de M. le baron 
des Rotours,du i^^ Décembre 1820, et de celle du marquis de Lau- 
riston du 24 février 1821 (copie des lettres de la Manufacture des 
Gobelins; registre des années 1818 à 1821.) 

Dans sa lettre, M. des Rotours propose la mise à la retraite : 

a 1° de M. Cozette, ancien chef d'atelier, maintenant inspec- 
teur de haute lisse, qui est âgé de 79 ans et a 63 ans de service. 

« 2° du s"" Letourneau, ouvrier de haute lisse, âgé de 68 ans et 
ayant 52 ans de service. 

« 3° du s"" Benoit, ouvrier de basse lisse, âgé de 67 ans et ayant 
45 ans de service ; sa vue est tellement affaiblie qu'il est forcé de 
demander sa retraite. 

« 4° du sr Paris, ouvrier de basse lisse, âgé de 77 ans, 56 ans 1/2 
de service. 

Proposition de fixer au i^"" janvier 1821 le point de départ de la 
pension de retraite à accorder à ces quatres personnes ^ 

I. M. des Rotours, dans cette même lettre, dit que le 24 du mois dernier 
(novembre), il a soumis au ministre une proposition particulière tendant à employer 
le S' Cozette d'une manière plus utile pour l'établissement. 

J'ai trouvé cette dernière lettre sur le registre précité et j'en extrais ce qui suit : 

« Je ne puis qne partager l'opinion de ceux qui désirent qu'un peintre, et sur- 
tout un peintre d'histoire soit attaché à la manufacture; je pense seulement que pour 
que ce peintre fût réellement utile, il ne faudrait pas que son service se bornât, 
comme autrefois, a prendre des traits pour les ateliers de haute lisse, ce que peuvent 
faire et ce que font très bien un grand nombre d'ouvriers ; il faudrait encore et sur- 
tout, qu'il concourût à l'inspection et à la surveillance particulière du travail des 
ateliers, l'inspecteur particulier de haute lisse (le S^ Colette) est âgé de 72 ans et le service 
de ce vieillard d'ailleurs très recommandaUe est tout à fait illusoire; il est célibataire, et la 
pension de retraite à laquelle son ancienneté lui donne des droits, suffirait, avec la fortune 
dont il jouit, pour lui assurer une honnête aisance; la disponibilité de son traitement est 
d'ailleurs nécessaire pour porter à son taux primitif celui du dessinateur pour les 
traits, qui avoit été réduit pour le S'' Sollier (décédé le 23 novembre 1820) au traite- 
ment modique dont il jouissait comme ouvrier de haute lisse. » 

M. des Rotours conclut en proposant M. Mulard comme inspecteur. Une lettre du 
marquis de Lauriston, du 22 décembre 1820, fait connaître que cette proposition est 
agréée et que M. Mulard aura dans ses attributions de dessiner le trait des modèles 
pour la haute lisse et d'inspecter les travaux des ateliers de haute et de basse lisse 
avec un traitement de 3000 fr. 



AUX XVIie ET XVIIie SIÈCLES 27 

Le 24 février suivant, le marquis de Lauriston adresse à cet 
administrateur les avis des pensions que le Roi a accordées aux 
quatre personnes ci-dessus dénommées; elles devront lui faire par- 
venir leurs extraits de naissance, pour qu'il puisse ensuite leur 
adresser leurs brevets. 



DAGLY 

21 — DÉCÈS DE JACaUES DAGLY 
ENTREPRENEUR DES OUVRAGES CHINOIS DU ROI 

Lan 1728, le 21 décembre, a esté inhumé dans cette église le 
corps de Jacques Dagly, entrepreneur des ouvrages du Roy aux 
Gobelins, décédé hier, âgé de soixante et trois ans, en présence de 
M. de Neufmaison, entrepreneur des ouvrages du Royaux Gobelins, 
de M. Pierre-Antoine Pinel de la Morveliére, prieur de Notre-Dame 
de Noyon, et des soussignés. 

P. de Neumaison. — Pinel de la Morveliére, Doyen de N. D. de 
Noyon. — Decombe. — de Chavanne, prêtre. 

LES DE LA CROIX 

22 — MARIAGE d' ARMAND BERTE, PEINTRE, 
ET DE POLIXÈNE DE LA CROIX 

Le i5« février 1677, après les fiançailles et les publications des 
trois bans du futur mariage d'entre Hermant Berthe, peintre, fils 
de Tilmant Berthe, maître sculpteur, et dame Charlotte Leleu, ses 
père et mère, d'une part; et Polixène de la Croix, fille de Jean de la 
Croix, tapissier ordinaire du Roy, et Charlotte Dubois, ses père et 
mère, d'autre part, tous deux de cette paroisse; ne s'estant trouvé 
aucun empeschement, je, prestre de cette paroisse soubsigné, les ay 
mariés et leur ay donné la bénédiction nuptiale selon les formes 
prescristes par l'Eglise, en présence de M. Charles Le Brun, escuyer 
et premier peintre du Roy et de l'Académie et directeur des Manu- 
factures royales, et de Jean de la Croix père, tapissier ordinaire du 
Roy, et Tilmant Berthe, père, sculpteur, et Polixène Lecoigneux, 

femme de Henry de marquis de Nibré, et François de la 

Croix, frère. 

Armand Berte. — Polixène de la Croix. — Polixène Le Coigneux. 

— de la Croix. — François de la Croix. — Le Brun. — J. Malesette. 

— Tilmant Berte. 



28 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 



23 — DECES DE CATHERINE DE LA CROIX 

Du 27 avril léSi, par moi, prêtre et vicaire de cette paroisse 
soussigné, fut enterrée dans l'église de céans Catherine de la Croix, 
âgée de dix-sept ans trois moys, fille de Jean de la Croix, tapissier 
ordinaire du Roy et de Charlotte Dubois, en présence de son dit 
père, Armand Berte, peintre, et François de la Croix, tapissier, ont 
signé avec moy. 

De la Croix. — Armand Berte. — François de la Croix. — Souf- 
farès prestre. 

24 — DÉCÈS DE MARIE DELACROIX 

Du 28^ aoust léSi, par moi prestre et docteur de Sorbonne, 
curé de cette paroisse soussigné, fut enterrée dans l'esghse de 
céans Marie Lacroix, âgée d'environ vingt-deux ans, décédée le 
jour d'hier, fille de Jean de la Croix et de Charlotte Dubois, en 
présence de sondit père et François de la Croix, peintre et tappissier 
du Roy, frère de ladite deffunte, et Armand Berte, peintre, beau- 
frère, signés avec moi. 

De la Croix. — François de la Croix. 

25 — MARIAGE DE FRANÇOIS DELACROIX, PEINTRE ET TAPISSIER, 

ET d'anne-geneviève FREMERY. 

Le premier jour de septembre 1692 mariage de François de la 

Croix, peintre et tapissier du Roy, fils de Jean de la Croix, tapissier 
ordinaire du Roy à la Manufacture royalle des Gobelins, et d'Anne- 
Charlotte Dubois, ses père et mère, d'une part, et damoyselle Anne- 
Geneviève Frémery, fille de Nicolas Frémery, bourgeois de Paris, 
et de Charlotte Canonville, ses père et mère, d'autre part, etc. 

26 — DÉCÈS DE JEAN DE LA CROIX, TAPISSIER 

Le 13™^ jour du mois de septembre 1712, a été inhumé dans 
l'église le corps de Jean de la Croix, maître tapissier dans l'hostel 
royalle des Gobelins, décédé du jour d'hyer, aagé de quatre vingt- 
quatre ans; en présence de François La Croix, peintre du Roy, de la 
paroisse Saint- Landry, fils du deffunt, Paul Beaulion, maître chirur- 
gien, gendre du deff"unt, de la paroisse S* Martin, Jean de la Fraye, 
maître tapissier aux Gobelins, gendre du deffunt, Antoine Vallet, 
bourgeois de Paris, nepveu du deffunt, de la paroisse S^ Barthélémy; 



AUX XVIie ET XVIIie SIÈCLES 29 

messire François Lieurey, vicaire de S^ Landry et ancien gradué du 
diocèse de Paris, amy du defFunt, lesquels ont signé avec nous con- 
formément à l'ordonnance. 

F. de la Croix. — D. de la Croix. — P. Beaulion. — de la 
Fraye. — Vallet. — Lieurey. — G. D. Ravissar, curé. — Coquet, 
prestre. 

27 — DÉCÈS DE DOMINIQUE DE LA CROIX, TAPISSIER 

L'an 1737, le I2« aoust, a été inhumé dans cette église le corps 
de Dominique de la Croix, entrepreneur des ouvrages du Roy dans 
la Manufacture royalle des Gobelins, âgé de soixante et sept ans S 
décédé du jour précédent dans la maison des Gobelins, de cette 
paroisse ; et ce, en présence de François de la Croix, peintre du Roy, 
frère, de François Rufin Dubellay, de Mathieu Monmerquè, tapissier 
entrepreneur de haute lisse pour le Roy, de Charles Rousseau, sculp- 
teur des bâtiments du Roy, de Jean-Baptiste de Candalle, tous 
neveux, qui ont tous signé avec nous. 

De la Croix. — Dubellay. — Monmerqué. — Rousseau. — Can- 
dalle. — Baculard d'Arnaud. — Bellanger prêtre. 

LES DE LA FRAYE 

28 — NAISSANCE DE JEANNE-FRANÇOISE DE LA FRAYE 

Du 14 novembre 1689, par moy prestre et vicaire de cette 
paroisse soubsigné, a esté baptisée Jeanne-Françoise de la Fraye, fille 
de Jean de la Fraye, tapissier, et de Marie-Magdeleine Bouquet, sa 
femme, ses père et mère ; ont esté les parain et marine M. Fran- 
çois Vandermeulaine, fils de M. de Vendermeulaine, peintre de l'his- 
toire du Roy, et demoiselle Jeanne Jans, tapissier ordinaire de Sa 
Majesté, soubsigné avec les père et nous. 

Delzons, vicaire. — Jean de la Fraye. — Vandermeulen. — 
Jeanne Jans. 

29 — DÉCÈS DE MARIE -MADELEINE BOUQ.UET, 
FEMME DE JEAN DE LA FRAYE 

L'an 1693, le 9™- novembre, a esté enterrée Marie-Magdeleine 
Bouquet, femme de Jean de la Fraye, tapissier ordinaire du Roy dans 
l'hôtel de la Manufacture des meubles de la Couronne establie aux 
Gobelins etc.. etc.. 

I. Ct 4ui fait remonter la d.îe de sa naissance à 1670. 



JO LES TAPISSIERS DES GOBELINS 



30 — DECES DE JEAN-FRANÇOIS DE LA FRAYE FILS 

L'an 1693, et le 14"^^ novembre, a esté enterré Jean-François [de 
la Fraye], âgé de sept à huit ans, lequel étoit provenu du légitime 
mariage d'entre Jean de la Fraye, maistre tapissier ordinaire du Roy 
en la maison royalle des Gobelins, et de deffuncte Marie-Magdeleine 
Bouquet, son espouse ; le tout fait par moy vicaire soubsigné, en pré- 
sence dudit père qi^ a signé. 

Deguelphe. — De la Fraye. 

31 — DÉCÈS DE JEAN DE LA FRAYE, TAPISSIER 

L'an 1730, le 25 avril, a esté inhumé dans cette église le corps 
de Jean de la Fraye, tapissier ordinaire du Roy dans la Manufac- 
ture royale des Gobelins, décédé hier, âgé de soixante et quinze ans 
environ ; en présence de MM. François-Dominique La Croix, beau- 
frère, et de Jacques et Pierre La Fraye, cousins, qui ont signé avec 
nous. 

De la Croix. — de la Fraye. — de la Fraye. — de Chavannes, 
prêtre. 

32 — DÉCÈS DE MARGUERITE-GENEVIÈVE DE LA CROIX, 
VEUVE DE JEAN DE LA FRAYE. 

L'an 1740, le 27 avril, a été inhumé dans cette église le corps 
de Marguerite-Geneviève La Croix, veuve de Jean de la Fraye, tapis- 
sier entrepreneur en la Manufacture royalle des Gobelins, décédée 
d'hier, âgée de soixante et sept ans, demeurant en ladite maison 
royalle des Gobelins, de cette paroisse; en présence de Mathieu 
Monmerqué, tapissier entrepreneur en la dite Manufacture, de Charles 
Rousseau, sculpteur ordinaire du Roy, et de Jean-Baptiste de Can- 
dalle, chirurgien, gendre de la deffunte, qui ont signé avec nous. 

Monmerqué. — Rousseau. — Candalle. — de la Fraye. — 
Hébert. — Bichué, prêtre. 

33 — DÉCÈS DE MARIE-THÉRÈSE DE LA FRAYE 

L'an 1787, le i^r avril, a été inhumé dans le cimetière de cette 
paroisse le corps de Marie-Thérèze de la Fraie, décédée hier aux 
Gobelins, âgée d'environ quatre vingt ans, épouse en seconde 
noces de Jean-Claude Menard, horloger; et ce en présence de 
Jacques Menard, son beau-frère, et à' Abel-François Ranson, tapissier 
aux Gobelins, qui ont signé avec nous. 

Brute, curé. — Menard. — Ranson. 



AUX XVII* ET XVIIie SIÈCLES $1 



LES DE LA PLANCHE 



34 — NAISSANCE DE FRANÇOISE DE LA PLANCHE 

Du 2 5« jour de novembre, audit an (1604), fut baptisée Françoise, 
fille de noble homme François de la Planche, tapissier du Roy, et de 
damoiselle Catherine Annicart ^ ; la mareine damoiselle Elizabet de 
Picard, femme de feu noble homme Loys de la Planche ; le parin 
noble homme Marie Comans, aussi tapissier du Roy, tous de cette 
paroisse. 

35 — NAISSANCE DE PIERRE DE LA PLANCHE 

Du dimanche, septiesme mai iéo6,fut baptisé Pierre, fils de noble 
homme François de la Planche, directeur des tapisseries de France 
et de damoiselle Hannechard ; le parin noble homme Pierre Senitot, 

bourgeois eschevin de la ville de Paris ; la marine dame Suzanne 

de femme de noble homme M. de Cos.... (sic), gentilhomme 

de la Chambre du Roy. 

36 — NAISSANCE DE FRANÇOISE DE LA PLANCHE 

Du 12^ jour de février 1609, fut baptisée Françoise, fille de noble 
homme François de la Planche et de damoiselle Catherine Hanne- 
cart; le parain M. Pierre Dupré; la marinne Isabel de la Planche, 
fille de noble homme François de la Planche, tous de ceste 
paroisse. 

LES DE LA TOUR 

37 — DÉCÈS DE LOUIS OVIS DE LA TOUR, TAPISSIER 

L'an 1734, le 27 octobre, a été inhumé dans les charniers de cette 
paroisse le corps de Louis Ovis de la Tour, tapissier ordinaire du 
Roy en la Manufacture royale des Gobelins, décédé d'hier, âgé de 
soixante et cincq ans ou environ, demeurant dans la maison royale 
des Gobelins, et en présence de Dominique Ovis de la Tour, son 
fils, de Charles Chastellain, inspecteur en ladite Manufacture et 
antien marguillier de cette paroisse, de Jean Audran, graveur du 
Roy, de son Académie royaHe^et ancien marguillier de cette paroisse, 
qui ont signé avec nous. 

Ovis de la Tour. — Chastellain. — J. Audran. — Bourdon. — 
Le Blond. — Buliné prêtre. 

j Lisez : Hennecart. 



32 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

38 — MARIAGE DE FRANÇOIS OVIS LA TOUR, TAPISSIER 
ET DE MARIE-ANNE HENRY 

L'an 1749, le 20 octobre, après la publication des bans faite 
sans opposition , ont reçu de nous la bénédiction nup- 
tiale François Ovis Latour, tapissier aux Gobelins, de cette paroisse, 
fils majeur des defFunts Louis Ovis Latour, entrepreneur de haute 
lisse aux Gobelins, et de Marie Dardelle, sa majorité appert par nos 
registres, et Marie-Anne Henry, aussi de cette paroisse, fille majeure 
de deffunt Eléonor Henry, tapissier aux Gobelins, et de Marie- 
Catherine Le Sueur, cy présente et consentante ; sa majorité appert 
par nos registres; lesdits futurs époux authorisés par la présence de 
la susdite et de Dominique Ovis Latour^ tapissier aux Gobelins, de 
cette paroisse, frère de l'époux, de Etienne-Gabriel Baron, aussi 
tapissier, de la paroisse Saint-Martin, de Corneille Henry, aussi tapis- 
sier, de Claude-Eleonor Henry, tous deux frères de l'épouse, et de 
cette paroisse ; la mère de l'épouse a déclaré ne savoir signer, les 
autres ont signé avec nous. 

François Ovis Latour. — Marie-Anne Henry. — Dominique 
Ovis Latour. — Baron. — Claude-Leonor Henry. ,ç— Corneille 
Henry. — Delafosse,curé. 

39 — DÉCÈS DE DOMINIQUE OVIS DE LA TOUR, TAPISSIER 

L'an 1779, le 14 de juillet, a été inhumé dans le cimetière de 
cette paroisse le corps de Dominique Ovis de la Tour, tapissier aux 
Gobelins, décédé le 12, âgé d'environ soixante-treize ans S veuf de 
Marie Baudet; et ce, en présence de François-Thomas Letourneaux et 
Léger Letourneaux, père et fils, tapissiers aux Gobelins, qui ont signé 
avec nous. 

Letourneaux. — Letourneaux. — MagneHn, vicaire. 



LES DEQUOY 

40 — DÉCÈS DE SIMON DEQUOY, PEINTRE 

L'an 1727, le 12 septembre, a été inhumé dans cette église le 
corps de Simon Dequoy, peintre ordinaire du Roy, demeurant dans 
son hôtel royal des Gobelins, décédé hier, âgé de soixante et douze 
ans, en présence de Nicolas Dequoy, peintre ordinaire du Roy, 

I. Né par conséquent vers 1706. 



AUX XVII« ET XVlIie SIECLES 33 

demeurant même maison, son fiis, et de Pierre Dequoy, aussi 
peintre ordinaire du Roy, demeurant même maison, qui ont tous 
signé avec nous. 

Dequoy. — Dequoy. — de Chavannes, prêtre. 

41 — MARIAGE DE PIERRE-DANIEL MALIVOIRE 
ET DE CLAUDE-SUZANNE DEQUOY 

L'an 1733, le 17 octobre, après la publication etc ont été 

mariés et ont reçu de nous la bénédiction nuptiale Pierre-Daniel 
Malivoire, juré en charge de M''^ les tablettiers, veuf de Jeanne- 

Petronille Hébert et Claude -Suzanne Dequoy, fille 

majeure de deftunt Simon Dequoy, peintre ordinaire du Roy et 
de Suzanne Poley [?], cy présente et consentante, demeurant en la 
maison royalle des Gobelins, de cette paroisse, et en présence de 
Louis Saunier, M® peignier tablettier, autre juré de la commu- 
nauté, demeurant rue Saint-Denis, paroisse Saint-Sauveur, etc. . . de 
Nicolas Dequoy^ peintre ordinaire du Roy aux Gobelins, de Pierre 
Dequoy, peintre ordinaire du Roy, de la maison royalle des Gobelins, 
de cette paroisse, de Charles Chastellin, peintre ordinaire du Roy, 
inspecteur de la Manufacture royalle des Gobelins et marguillier en 
charge de cette paroisse, de Pierre-François Cozette, concierge en 
la Manufacture royalle des Gobelins, de cette paroisse ; la mère de 
la mariée a déclaré ne sçavoir signer, de ce interpellée selon l'or- 
donnance. 

P. D. Malivoire. — Dequoy. — Dequoy. — Dequoy. — 
Chastellain. — Cozette. — de Forestié. — Hervé. — Mercier. — 
Malivoire. — Savouray. — de Chavannes, vicaire. 

42 — DÉCÈS DE NICOLAS DEQUOY, PEINTRE 

L'an 1750, le 30 décembre, a été inhumé dans la cave de cette 
église Nicolas Dequoy, peintre ordinaire du Roy, décédé hier aux 
Gobelins, de cette paroisse, âgé d'environ soixante et six ans, en 
présence de Pierre-Simon Dequoy, son frère, aussy peintre ordi- 
naire du Roy aux Gobelins, de cette paroisse, de Pierre-Jacque 
Forestier, peintre de Mg"" l'Archevêque de Paris, rue Contrescarpe, 
paroisse Sainte-Marguerite, de Pierre-Daniel Malivoire, marchand 
tablettier, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, paroisse Saint-Merry, 
tous deux beaux-frères du defFunt, lesquels ont signé avec nous. 

Dequoy. — Forestier. — D. Malivoire. — Poupart, prêtre sacris- 
tain. 

Art fr. xdi. , 3 



54 



LES TAPISSIERS DES-«OBELINS 



43 — DÉCÈS DE PIERRE-SIMON DEaUOY, PEINTRE 



L'An 1765, le premier de janvier, a été inhumé dans la cave de 
cette église le corps de Pierre-Simon Dequoy, peintre ordinaire du 
Roy, de l'Académie de Saint-Luc, décédé hier en l'hôtel royal des 
Gobelins, âgé de soixante-six ans; et ce en présence de Pierre- 
Jacques Forestier, son beau-frère, et de Pierre-Noel Malivoire, 
marchand parfumeur, paroisse S* Merry, qui ont signé avec nous. 

Forestier. — Malivoire. — de la Fosse, curé. — Caron. — 
Girard. — Lapipe. — Dumele. 

LES DUPONT 

44 — DÉCÈS DE LOUIS DUPONT, TAPISSIER 

Du 22 juin 1640, fut inhumé dans l'église de Saint-Thomas du 
Louvre Monsieur Dupont, maistre tapissier en tapis de Turquie, 
de la paroisse de Saint-Germain, demeurant dans les Galeries du 
Louvre, le convoy fait par M"" le curé de Saint-Germain qui l'a con- 
duit jusqu'à la porte, et a esté retiré par M. le doyen dudit Saint- 
Thomas qui en a fait l'inhumation. 

(Paroisse de S^ Thomas du Louvre.) 

FAYET 

45 — DÉCÈS DE SIMON FAYET, BRODEUR 

Le loe apvril 1679, fut enterré Symon Fayet, brodeur de la 
Manufacture royalle des Gobelins, décédé le huit du courant, aagé 
de soixante et trois ans, dont le corps a este inhumé dans l'église 
de céans par moy curé de la paroisse, en présence de son fils aisné 
qui a signé et de Jacques Garoste, beau-frère, et Urbain-François 
Garderasse, aussy beau-frère du deffunt, brodeur. 

Jean Fayet. — Jacques Garrost. — Anthoine Garrost. — Urbain- 
François Garderasse. 

JACQUES 

46 ^- DÉCÈS DE MAURICE JACQUES, PEINTRE 

L'an 1784, le 27 de mars, a été inhumé dans la cave de cette 
église le corps de Maurice Jacques, peintre du Roy à l'hôtel royal 



AUX XVIie ET XYIII* SIÈCLES 3$ 

des Gobelins % décédé d'hier, âgé de soixante-douze ans, fils de feu 
Pierre Jacques, marchand tailleur, et de Louise-Jacqueline Roger ; et 
ce en présence de Pierre-François Colette, entrepreneur des ouvrages 
de la Couronne aux Gobelins, et de Jacques Neilson, entrepreneur 
aussi des ouvrages de la Couronne aux Gobelins, qui ont signé avec 
nous. 

Cozette. — Neilson; — Brute, curé. 



LES JANS 

47 — MARIAGE DE JEAN JANS ET d'aNNE LE BÉ 

L'an de grâce 1665, le 20 juillet, après les fiançailles et publica- 
tion de bans par trois difi"érents jours de dimanche et feste consécu- 
tifs, sans empêchement, j'ay, curé de l'église S^ Hippolyte, interrogé 
Jean Jans et Anne le Bé, tous deux de cette paroisse, et, leur 
mutuel consentement pris, les ay conjoint en mariage par parole, en 
présence de leurs parents et témoins soussignés, puis en ay dit la 
messe des épousailles, et y ont reçu la bénédiction nuptiale que je 
leur ai donnée selon la forme de notre mère sainte Église. 

Jean Jans. — Domenico Cucci. — Le Brun. — Pihault. — Blon- 
del, curé. 

(Paroisse de Saint Hippolyte.) 

48 — DÉCÈS DE JEAN JANS 

Le 19 may 1668, fut enterré honorable homme Jean Jans, tapis- 
sier du Roy, âgé de cinquante ans 2, ou environ, mary de Marie 
Bouquet, pris en la Coure des Manufactures royales; présence de 
Jean Jans, fils dudit defFunct et Francoys Francart, amy du defiunct, 
et ont signé. 

Jean Jans. — F. Francart. 

49 — MARIAGE DE JACQUES ROCHON ET DE MADELEINE JANS 

L'an de grâce 1670, le 2 juin, après les fiançailles et publication 
de bans par trois différens jours de dimanche et feste consécutifs, 
sans empêchement, j'ay, curé de l'église Saint-Hippolyte, interrogé 

1. La manufacture possède encore des modèles de sièges ornés de fleurs dont la 
composition et l'exécution sont attribués à Jacques. 

2. Né en 1618, Jans était fixé à Paris depuis 1650 environ; le brevet de tapissier 
du Roi lui avait été octroyé en date du 20 septembre 1654 (voy. GuifFrey, Histoire 
de la tapisserie, p. 338). Le nom de Jean paraît avoir été héréditaire dans la famille ; de 
là une très grande difficulté pour distinguer les différents individus qui ont exercé 
successivement et avec un talent des plus remarquables la profession de tapissier. 



36 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

Jacques Rochon, consierge de l'hôtel des Manufactures royales des 
Gobelins, et Magdeleine Jans, âgée de 21 ans, fille de feu W Jans, 
vivant tapissier ordinaire du Roy, tous deux de ceste paroisse, et, 
leur mutuel consentement pris, les ay conjoints en mariage, par 
parole de présent, en présence de noble homme Messire Charles Le 
Brun, premier peintre du Roy et directeur général des Manufactures 
royales, amy commun desd. mariés, M"" Rochon, père dud. marié, 
Jean Jans, frère, et Jean-Baptiste Bocquet, oncle maternel de lad. 
mariée; puis ont oy la messe des épousailles et y ont reçeu la 
bénédiction nuptiale selon la forme de nostre mère Sainte Eglise. 

Rochon. — Magdeleine Jans. — Rochon. — Le Brun. — Jean 
Jans. — Jean-Baptiste Bocquet. — A. Marchais. — P. Clé- 
ment. — Coulombin. — Anne Le Bé. — Marie Clément. — Marie- 
Françoise Clément. — S. Butay. — M. Charanton. — M. Belin. 
— Laurens. — Blondel, curé. 

50 — NAISSANCE DE MARIE-MADELEINE JANS 

Le 4 janvier 1676, par moy François Sauvage, docteur de Sor- 
bonne et curé de S* Hyppolite lès Paris, a esté baptisé une fille du 
mariage de M. Jean Gense [sic], tapissier ordinaire du Roy et de 
demoiselle Marie-Magdelaine de Metz ; a esté nommée Marie-Mag- 
delaine ; le parin M"" Jacque Rochon, concierge des Manufactures 
Royalles establies aux GobeUns; la marraine Madame Jeanne Lecat, 
veufve de feu Messire Jacques de Metz, conseiller du Roy et com- 
missaire ordinaire de la paroisse Saint-Eustache. 

Jeanne Lecat. — Rochon. — Sauvage. 

51 — NAISSANCE DE THOMAS JANS 

Le 28 septembre 1677, baptême de Thomas Jans, né le 27, à 
neuf heures du matin, de Jean Jans et de Magdelaine de Metz. 

52 — DÉCÈS DE JEAN JANS 

Du 20 juin 1687 
Enterrement de Jean 
[point de texte ; seulement la signature de Jans. 

53 — NAISSANCE DE LOUIS - ARMAND-JEAN JANS 

Le 12 octobre 1687, a esté baptisé Louis- Armand-Jean, né le 
dix de ce mois, du mariage d'honorable homme W Jean Jans, tapis- 



AUX XVIie ET XVIIie SIÈCLES 37 

sier ordinaire de Sa Majesté, et Demoiselle Magdeleine de Metz, 
sa femme, etc. 



54 — MARIAGE DE FRANÇOIS-FAUSTE ALLIOT 
ET DE ANNE-MARIE JANS 

Le 24 novembre 1693, mariage de M« François-Fauste Alliot, doc- 
teur en médecine de la Faculté de Paris et conseiller médecin ordi- 
naire de Sa Majesté, servant par quartier, âgé de 31 ans, fils de 
noble homme Jean-Baptiste Alliot, aussi conseiller médecin ordi- 
naire du Roy servant par quartier, et de dame Anthoinette Blondelot, 
ses père et mère d'une part; et de damoiselle Anne-Marie Jans, fille 
d'honnorable homme Jean Jans, tapissier ordinaire du Roy dans la 
Manufacture des meubles de la Couronne establie aux Gobelins, et 
de feue damoiselle Anne Le Bé, ses père et mère, d'autre part; et 
ladite damoiselle Jans aagée de 21 ans et de cette paroisse, etc. etc. 

[suivent 22 signatures.] 

55 — DÉCÈS DE JEAN JANS, TAPISSIER 

L'an 1723, le 8"^^ may, a esté inhumé dans l'église de cette 
paroisse le corps de M. Jean Jans, tapissier ordinaire du Roy en la 
Manufacture royale des Gobelins, décédé d'hier, âgé de soixante et 
dix-huit ans et sept mois, en présence de M. Jean-Jacques Jans, son 
fils aîné, tapissier ordinaire du Roy en ladite Manufacture, de 
M"" Jean-Louis Jans de Prévah, son autre fils, et du sieur René 
Février, son petit fils, qui ont signé avec nous. 

Jans. — Jans de Préval. — Febvrier. — Marchais. — De Villers. 
— Ravissan, curé. 

56 — DÉCÈS DE JEAN-JACQTJES JANS, TAPISSIER 

L'an 173 1, le 18 mars, a esté inhumé dans cette égHse le corps de 
W Jean-Jacques Jans, tapissier ordinaire du Roy dans la Manufac- 
ture royale des Gobelins, décédé hier, âgé d'environ soixante ans, 
en présence de Jean-Baptiste-Armand Jans, son fils, de Jean-Bap- 
tiste Gérard Marchais, conseiller aux eaux et forests, beau-frère, de 
M* Jean-René Février, neveu, et des soussignés. 

De Chavanne. — Febvrier. — Marchais. — Jans. — P. de Neuf- 
maison. — Henri Tollus (?) 

I. M. Jans de Préval est qualifié officier de marine dans l'acte de décès de son fils 
Jean-Marie, âgé de trois ans, mort le 30 mars 1726. Sa femme y est nommée Marie 
Thérèse de Joyeux. 

[Registre de Saint- Hyppolite, 1726, page 56.] 



38 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

JULLIARD 

57 — DÉCÈS DE NICOLAS-JACQUES JULLIARD, PEINTRE 

L'an 1790, le 20 avril, a été inhumé dans le cimetière de cette 
paroisse le corps de Nicolas -Jacques Julliard, peintre de l'Académie 
royale, décédé hier aux Gobelins, âgé de soixante et onze ans, 
époux de Françoise-Catherine-Victoire Fossé, et ce en présence de 
François-Simon Julliard, cousin, maître tailleur, paroisse Saint- 
Jacques et des Innocens, et de Etienne-Auguste Le Roy, horloger 
du Roy, paroisse Saint-Eustache et de Jacques-Prosper Le Roy, 
bourgeois, paroisse Saint-Cosme, qui ont signé avec nous. 

Julliard. — Le Roy. — Le Roy. — Brute, curé. 

JULLIENNE 

58 — DÉCÈS DE JEAN DE JULLIENNE 

L'an 1766, le 21 de mars, a été inhumé dans cette église, au pied 
de l'autel de la chapelle de Saint-Michel, lieu de sa sépulture, le 
corps de Messire Jean de Jullienne, écuyer, chevalier de l'Ordre de 
Saint-Michel, amateur honoraire de l'Académie royale de peinture et 
sculpture, marguillier d'honneur de cette paroisse, décédé hier, en 
sa maison, rue GobHn, âgé d'environ quatre vingt ans, et ce en 
présence de M. Jean-Charles Daniel et de M. Louis Pellyard, ses 
cousins-germains, et de Marie-Jean-Baptiste-François de Montullé, 
Conseiller d'État, secrétaire des commandements de la Reine, qui 
ont signé avec nous. 

Daniel. — Pelyard. — Montullé. — Savary, vicaire. 

LES KERCHOVE 

59 — MARIAGE DE PHILIPPE BRANCHY ET DE 
CATHERINE VAN DEN KERCHOVE 

Le ii« février 1676, après les fiançailles et la publication d'un 
ban avec dispense des deux autres de Monseigneur l'archevesque 
de Paris, en date du io« du présent mois et an, d'entre Philippe 
Branchy, lapidaire ordinaire du Roy, fils de Marc Branchy et d'An- 
toinette Lesprit, ses père et mère, d'une part, et Catherine Van der 



AUX XVII« ET XVIIie SIÈCLES J9 

Kerchove, fille d'honorable homme Josse Van der Kerchove, tain- 
turier ordinaire du Roy en ses Manufactures des Gobelins, et de 
Catherine Petit, ses père et mère, tous de cette paroisse de Saint- 
Hypolite lès Paris; ne s'estant trouvé aucun empeschement, je, curé 
de ladicte paroisse soussigné, les ay marié et leur ay donné la 
bénédiction nuptiale selon les formes prescrites par l'Eglise, en 
présence d'honorable homme Josse Van der Kerchove et de Cathe- 
rine Petit et de Sébastien Le Clerc, dessinateur et graveur ordinaire 
du Roy et académicien de son Académie royale de peinture et 
sculture, et de messire Charles Le Brun, escuier, premier peintre du 
Roy et directeur général des Manufactures royales et de tous les sous- 
signés. 

Philippes Branchy. — Catherine Kerchove. — J. Kerchove. — 
S. Le Clerc. — Le Brun. — Jean Lefebvre. — Ferdinando Meliorini. 
— Rochon. — Sauvage. 

éO — DÉCÈS DE LOUIS VAN DEN KERCHOVE 

Le quatrième aoust 1677, Louis Van der Kerchove, teinturier 
ordinaire [du Roy], aagé de vingt-deux ans, décéda hier, sur les 
huit heures du matin, et dont le corps a esté inhumé dans cette église 
par moy soussigné, curé de cette paroisse, en présence de monsieur 
son père et de son beau-frère M. Le Clair et de Monsieur 
Branchy. 

Philippe Branchy. — S. Le Clerc. — J. Kerchove. 

61 — NAISSANCE DE JEAN-CLAUDE KERCHOVE 

L'an 1699, le 8 d'avril, a esté baptisé par moy Michel Le Breton, 
docteur de Sorbonne et curé de cette paroisse, un fils né de ce 
jour du mariage légitime de Jacques Kerchove, teinturier ordinaire du 
roy, et dame Françoise Cozette, son épouse; il a este nommé Jean- 
Claude ; le parein a esté Jean Jans, tapissier ordinaire du Roy, et la 
mareine Claude Bourdy, femme de Monsieur Coysevox, sculpteur 
ordinaire du Roy, lesquels ont tous signé avec moy. 

J. Kerchove. — Bourdy. — Jans. — Michel Le Breton. 

62 — DÉCÈS DE JACQUES KERCHOVE, TEINTURIER 

L'an 1728, le 24 février, a été inhumé dans cette église le corps 
de Jacques Kerchove, teinturier ordinaire du Roy dans la Manufacture 
royale des Gobelins, ancien maître-juré de sa communauté, ancien 
marguillier et commissaire des pauvres de cette paroisse, décédé 
hier au soir, dans la dite Manufacture, âgé de soixante-deux ans envi- 



40 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

ron, en présence de Jean-Claude Kerchove^, de Pierre-Antoine 
Kerchove, de Jacques Kercbove, ses fils, de François Le Courbe, 
son gendre, de M. Blin, beau-frère, et de Sébastien Leclerc, neveu, 
qui ont signés avec nous. 

P. Kerchove. — J. Kerchove. — Kerchove. — Le Courbe. — 
Blin. — Le Clerc. — Cozette. — Cressent. — Cressent. — de 
Chavannes, prêtre. 

63 — MARIAGE DE DIDIER KERCHOVE, TAPISSIER, 
ET DE GENEVIÈVE CHABOT 

L'an 1737, le 19 aoust, après la publication des trois bans faite 
sans aucune opposition ont reçu de nous la bénédic- 
tion nuptialle Didier Kerchove, tapissier, fils majeur de Jacques Ker- 
chove, tapissier, rue des Trois-Couronnes, de cette paroisse, et de 
Marie-Louise Lerogneux, cy présents et consentants, et Geneviève 
Chabot, fille mineure de Jean-Baptiste Chabot, teinturier, rue de 
Loursine, de cette paroisse, cy présent et consentant, et de deffunte 
Magdeleine Longuet, appert par nos registres; et ce en présence de 
Jean-Claude Kerchove, maître teinturier aux Gobelins, de Charles 
Chastellain, inspecteur de la maison des Gobelins, de Germain Moret 
maitre tissutier, rubanier, rue de Loursine, de cette paroisse, de 
Antoine Renault, bourgeois de Paris, paroisse Saint-Eustache; 
l'époux, l'épouse, le père et la mère de l'époux ont déclaré ne 
savoir signer, de ce interpellés suivant l'ordonnance. 

Kerchove. — Chabot. — Chastellain. — Leclerc. — Gaillard. 
— Cozette. — Henry Tollus. — Kerchove. — Régnant. — de 
Chavannes, vicaire. 

64 — DÉCÈS DE JEAN-LOUIS KERCHOVE 

L'an 1738, le ^^^ jour de janvier, a été inhumé dans cette église 
le corps de Jean-Louis Kerchove, décédé d'hier, âgé de quarante- 
cinq ans, demeurant chez M"" Kerchove en la maison royalle des 
Gobelins, conseiller au conseil supérieur de l'isle de Cayenne, et 
ce en présence de Sébastien Le Clerc, peintre en la maison royalle 
des Gobelins, de Jean-Claude Kerchove, teinturier en ladite maison 
royalle des Gobelins, et des soussignés. 

Le Clerc. — Kerchove. — Kerchove. — Lallemant. — Bichué, 
prêtre. 

I. La famille Kerchove était originaire d'Audenarde ce que j'ai vu énoncé dans 
plusieurs actes de baptême, de naissance, de mariage de cette famille. A.-L. L. 



AUX XVIie ET XVIIie SIÈCLES 41 

65 — DÉCÈS DE JEAN-CLAUDE KERCHOVE, TEINTURIER 

L'an 1745, le i^*" may, a été inhumé dans la cave de cette église 
Jean-Claude Kerchove, âgé de quarante-cinq ans, maître teinturier, 
pensionnaire du Roy, ancien marguillier de cette paroisse, décédé 
hier, dans Fhôtel royal des Gobelins, en présence d'Antoine- 
Auguste Kerchove, son fils, et de Jacques-Charles Kerchove, son 
frère, soussignés. 

Benard. — Kerchove. — Kerchove. — Aug. Gaillard, prêtre 
vicaire. 

LADEY 

GG — DÉCÈS DE FRANÇOISE -CATHERINE BAILLY 
VEUVE DE JEAN LADEY, PEINTRE 

L'an 1763, le 8 de février, a été inhumé dans le cimetière de cette 
paroisse le corps de damoiselle Françoise-Catherine Bailly, veuve 
de Jean Ladey, peintre ordinaire du Roy, de son Académie royale de 
peinture et de sculpture, décédée hier rue Mouifetard, âgée de qua- 
rante-trois ans, et ce en présence de M''^ Jacques-Nicolas Guillot, 
bourgeois de Paris, paroisse Saint-Paul, et du s"^ Louis Duval, 
maître bourrelier de la paroisse de Sainte-Marie du Temple, qui ont 
signé avec nous. 

Guillot. — Duval. — de la Fosse, curé. 



LES LAURENT 

6j — DÉCÈS DE HENRY LAURENT 

Le 17 de septembre 1669 fut enterré Henry Laurent, âgé de qua- 
rante-cinq ans, un des directeurs des tapisseries de haute lisse des 
manufactures royales, mary de Marie Jourlis (?), pris en la cour 
des Manufactures royales 

[aucune autre désignation; point de signature ; l'écriture est celle 
d'un vicaire de S* Hypolite nommé Lesveillé qui a écrit et signé, le 
même jour, un autre acte de décès.] 

68 — DÉCÈS DE GIRARD LAURENT' 

Le 27 octobre 1670, fut enterré honorable homme Girard Lau- 
rent, directeur des tapisseries de haulte lisse aux Manufactures 

I. Girard Laurent, d'après cette déclaration, serait né vers 1588. Il n'aurait donc 
été âgé que de dix ans à peine quand Henri IV installa un tapissier nommé Laurent 



42 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

royales, âgé de quatre vingt-deux ans, mary, en secondes nopces, 
de damoiselle Catherine De?^prit, pris en la cour royale des Gobe- 
lins, présents 

Blondel, curé, 

LES LE BLOND 

69 — DÉcfes D*ETIENNE LE BLOND, TAPISSIER 

L'an 1727, le 23 septembre, a été inhumé dans cette église le 
corps d'Etienne Le Blond, tapissier ordinaire du Roy, demeurant dans 
l'hôtel royal des Gobelins, décédé hier, âgé de soixante-quinze ans, 
en présence d'Etienne Le Blond, tapissier ordinaire du Roy dans la 
même maison, son fils, Nicolas Peuvrier, sieur de Plainville, Direc- 
teur des Affaires du Roy, Etienne Le Blond, bourgeois de Paris ; 
Pierre-René Le Blond, bourgeois de Paris, François Petit, qui ont 
signé avec nous. 

Le Blond. — Peuvrier de Plainville. — E. Le Blond. — Le 
Blond. — François Petit. — de Chavannes, prêtre. 

70 — MARIAGE d'eTIENNE- CLAUDE LEBLOND, TAPISSIER 
ET DE MADELEINE BOUILLEROT 

L'an 1732, le 22 décembre, après qu'il nous a apparu d'une dis- 
pense pour le temps prohibé, accordée par Monseigneur Charles- 
Gaspar-Guillaume de Vintimille, archevesque de Paris, en datte du 
II du présent mois et an; de la publication de trois bans, faite en 
l'église de S» Médard et en cette paroisse, aux prosnes, par trois jours 
de festes et de dimanche, sçavoir, les 7, 8 et 14 du présent mois et 
an, sans aucune opposition, les fiançailles célébrées d'hier, ont été 
mariés par nous soussigné, prestre, docteur en théologie, curé de 
cette paroisse, et ont reçeu de nous la bénédiction nuptiale, après 
avoir pris leurs consentements mutuels, Etienne-Claude Le Blond, 
tapissier ordinaire du Roy aux Goblins, fils majeur de feu Etienne et 
de damoiselle Jeanne Gervais, ses pères et mères, inhumés en cette 
paroisse, et Magdelène Bouillerot, fille mineure de Guillaume 
Bouillerot de Saint-Ange et de Magdelène Bouillerot, ses pères et 
mères, cy présents et consentants, demeurants rue Fer à moulin, 
paroisse Saint-Médard ; en présence, du côté de l'époux, de Charles 

dans la maison professe des Jésuites. Notre Girard Laurent pourrait bien être le fils 
du tapissier de Henri IV ; il aurait occupé, après son père, l'atelier de la grande galerie 
du Louvre et y aurait exercé son métier jusqu'à l'installation des Gobelins. Il avait 
ainsi préparé la place pour son fils Henry Laurent; mais celui-ci le précéda dans le 
tombeau. 



AUX XVIie ET XVIIie SIÈCLES 43 

Chasteîain, inspecteur de la maison royale des Goblins, de Claude 
Audran, concierge du Luxembourg, d'Etienne Le Blond, cousin, de 
la paroisse Saint-André-des-arts, de Pierre René Le Blond, même 
paroisse; du côté de l'épouse, de Antoine Moinery, de Nicolas 
Bouillerot, de François Cramail, qui nous ont certifiés de l'âge, de 
la liberté et du domicile des parties, et qui ont signé. 

Le Blond. — Madeleine Bouillerot. — G. Bouillerot. — Made- 
leine Bouillerot. — veuve de Vitry. — Nicolas Bouillerot. — 
Chastelain. — Moinery. — Cl. Audran. — Lefebvre. — E. Le 
Blond. — Le Blond. — Cramail. — Ravissan, curé. 

71 — DÉCÈS d'eTIENNE-CLAUDE LE BLOND, TAPISSIER 

L'an 175 1, le 7 mai, a été inhumé Etienne-Claude Le Blond, 
entrepreneur des ouvrages de la Couronne en basse lisse dans la 
Manufacture royalle des Gobelins, de cette paroisse, ancien mar- 
guillier et commissaire des pauvres de sa paroisse, décédé hier, âgé 
de cinquante ans environ », en présence de François Bouillerot, son 
beau-frére, de Nicolas Bouillerot, aussi beau-frére, et de Pierre- 
René Le Blond, son cousin-germain, qui ont signé avec nous. 

F. Bouillerot. — F. Bouillerot. — Moinery. — Le Blond. — N. 
Bouillerot. — J. B. Foucret. — J. H. Cozette. — Poupart. — 
Pingre. — Thineau de Saint-Amand, prêtre, vicaire des convois. — 
Dumoulin, vicaire. 



LES LE CLERC 

72 — NAISSANCE DE SÉBASTIEN LE CLERC LE FILS 

Le premier jour d'octobre 1676, par moy Pierre Soudart, prestre 
et vicaire de cette parroisse, a esté baptisé un garçon, né le 29^ du 
mois dernier du mariage de Sébastien Le Clerc, dessignateur et graveur 
ordinaire du Roy, et de Charlotte Calcove ^ ; a esté nommé Sébas- 
tien. Le parrain et marraine ont esté Jacques Rochon, concierge de 
la maison royale des Gobelins, maréchal des logis de la Chancelle- 
rie, et Catherine Calcove femme de M-^ Branty 3, lapidaire 
ordinaire du Roy. 

S. le Clerc. — Rochon. — Kerchove. — P. Soudart. 

I. Sa naissance remonterait donc à 1701. 
3. Lisez : Kerchove. 
}. Branchy. 



44 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

73 — DÉCÈS DE FRANÇOIS-CELLERI LE CLERC 

Le 26 décembre 1680, enterrement de François Celleri, âgé de 
vingt et deux mois, fils de Sébastien Le Clerc, dessinateur et graveur 
ordinaire du Roy, et de Jeanne Calcove (Kerchove). — [Extrait]. 

74 — NAISSANCE DE CHARLES LE CLERC 

Du 3 juillet 1682, par moi, prêtre et vicaire de cette paroisse 
soussigné, a este baptisé un garçon du mariage de Sébastien Leclerc, 
graveur ordinaire du Roy, et de Charlotte Calcoue [Kerchove] de 
cette paroisse, né ce matin, et a esté nommé Charles ; le parrein 
Louys-Charles Kerchove, fils à Josse Kerchove, teinturier ordinaire 
du Roy; la marrine Catherine Leclerc, fille dudit s"" Leclerc, tous 
deux de cette paroisse, laquelle a dit ne sçavoir signer; le père et le 
parrin ont signé avec nous. 

S. Leclerc. — Louis-Charles Kerchove. — SoufFarés, prêtre. 

75 — NAISSANCE DE LOUIS-AUGUSTE LE CLERC 

Du 30 novembre 1682, par moy, curé de cette paroisse, a esté 
baptisé Louis-Auguste Le Clerc, né aujourd'huy matin, du mariage 
d'honorable homme M. Sébastien Le Clerc, dessignateur et graveur 
ordinaire du Roy, et demoiselle Charlotte Kerchove, sa femme; 
ont esté le parrin Charles Le Clerc, frère du baptisé, et Cathe- 
rine-Charlotte Leclerc, sa sœur aynée, soubsignée avec le père ; le 
parrin n'a pu signer. 

Catherine-Charlotte Le Clerc. — Seb. Le Clerc. — Vigier, curé. 

76 — NAISSANCE DE JEAN-BAPTISTE LE CLERC 

Le i^'' avril 1687, a esté baptisé un enfant masle, né le trentième 
du mois de mars dernier, du mariage de M.Sébastien Le Clerc, dessi- 
nateur et graveur ordinaire du Roy, et de Mademoiselle Charlotte 
Kerchove, sa femme; a este nommé Jean-Baptiste 

77 — NAISSANCE DE FRANÇOIS LE CLERC 

Le 30"iejour de juillet 1692, est né en cette paroisse un enfant, fils 
du mariage de Sébastien Le Clerc, dessinateur et graveur ordinaire 
du Roy, et de Charlotte Kerchove, et le même jour a été baptisé 
par moy prestre vicaire de cette église, et a esté nommé François 
par les parein et mareine qui ont été Laurent-Josse Le Clerc et 
Charlotte Le Clerc, frère et sœur, tous deux de cette paroisse ; le 
parein et le père ont signé ; la mareine a déclaré ne sçavoir signer. 

S. Le Clerc. — Laurent-Josse Le Clerc. 



AUX XVIie ET XYIII* SIÈCLES 45 



78 — NAISSANCE DE CLAUDE LE CLERC 

Le 2 septembre 1693, naissance de Claude Leclerc, et le 3^ sep- 
tembre, baptême dudit, fils de Sébastien Leclerc, premier graveur du 
Roy dans la maison royalle des Gobelins, et de dam^^i^ Charlotte 
Kerchove, son épouse etc. 

79 — DÉCÈS DE JEAN-BAPTISTE LE CLERC 

Le 8 janvier 1694, sépulture de Jean-Baptiste Le Clerc, âgé de 
six ans et demi, lequel estait provenu du légitime mariage entre 
honorable homme Sébastien Le Clerc, graveur ordinaire du Roy dans 
la maison royalle des Gobelins et de damoiselle Charlotte Kerchove, 
son épouse etc. 

80 — DÉCÈS DE CHARLES LE CLERC 

Le 28^ juin 1707, a été inhumé, dans notre église Charles Leclerc 
de Rouvre, fils de M^ Sebastien Le Clerc, chevalier romain, dessigna- 
teur et graveur ordinaire du Roy, ancien professeur en géométrie 
et perspective de l'Académie royalle de peinture et sculpture, et de 
Charlotte Kerchove, décédé dans l'hôtel royal des Gobelins, aagé 
d'environ vingt-trois ans, en présence de Sebastien-Louis-Auguste 
et Nicolas-Benoist Le Clerc, ses frères, et Jacques Kerchove son 
oncle, qui ont tous signé avec nous. 

Sébastien Le Clerc. — Louis-Auguste Leclerc. — Nicolas-Benoist 
Le Clerc. — J. Kerchove. 

81 — MARIAGE DE CHARLES JOULLAIN ET DE 
CATHERINE-LOUISE LE CLERC 

L'an 1757, le 26 de may, après la publication d'un ban faite sans 
opposition, ont reçu de nous la bénédiction nuptiale Charles Joullain, 
fils de François Joullain, ancien directeur de l'Académie de Saint-Luc, 
et de Marie-Marguerite Gautrot, de la paroisse Saint- Germain-l'Auxer- 
rois et Catherine Louise Le Clerc, de cette paroisse, fille de Sébas- 
tien Le Clerc, peintre ordinaire du Roy et ancien professeur de l'Aca- 
démie royale de peinture et de sculpture, et de Charlotte Gillot; 
les pères etLmères, de part et d'autre, cy présents et consentants, 
lesdits futurs époux assistés de Messire Denis Dubois, prêtre, maistre 
es arts, sacristain de cette paroisse etc.. etc. 

Joullain. — Catherine-Louise Leclerc. — Leclerc. — Joullain. 
— Gautrot. — Gillot. — Leclerc fils. — Dubois etc. 



46 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

LES LEFEBVRE 

82 — NAISSANCE DE CHARLES LEFEBVRE 

Le 20° de may lééS, par moy, Jean Blondel, curé de cette 
paroisse, a esté baptisé un fils, né le 18 du mesme mois, du mariage 
de Jean Lefehvre jX^ipissier ordinaire du Roy, et Anne-Virgile Darni- 
cho (sic), sa femme; a esté nommé Charles; le parain, noble homme 
messire Le Brun, premier peintre du Roy et Directeur général 
des Manufactures royalles, de cette paroisse; la maraine, damoi- 
selle Magdeleine Lambert, femme de Jean- Baptiste Joly, surin- 
tendant de la musique du Roy, paroisse de Saint-Germain dç 
l'Auxerrois. 

Blondel. — Merlin. — Le Brun. — Madelaine Lambert. 

83 — NAISSANCE >Ç)E JOSSE LEFEBVRE 

Le 15 aoust 1678, baptême de Josse Lefebvre, né la veille, à huit 
heures et demie du matin, du mariage de Jean Lefebvre, tapissier 
ordinaire du roy, et Anne-Virgine Damico. 

84 — DÉCÈS DE LEFÈVRE, TAPISSIER 

L'an 1700, le 31 octobre, a été inhumé dans cette église par nous 
Michel le Breton, docteur de Sorbonne et curé de cette paroisse. 
Monsieur Lefebvre, valet de chambre tapissier ordinaire du Roy de 
la Manufacture Royalle des Gobelins, âgé de 78 ans et décédé d'hier, 
en présence de M. Lefebvre, son fils, aussi tapissier ordinaire du 
Roy dans la même manufacture des Gobelins, et de plusieurs 
autres qui ont signé avec nous. 

Nivard. — Michel Le Breton. — Lefebvre. — Vosse. 

LE FLAMAND 

85 — DÉCÈS DE SIMON-JEAN LE FLAMAND, PEINTRE 

L'an 1763, le 9 de février, a été inhumé dans la cave de cette 
église le corps du s"" Simon-Jean Le Flamand, décédé hier aux Gobe- 
lins, peintre du Roy, âgé de près de soixante-douze ans, et ce en 
présence du s"" Pierre-Guillaume Ficheux, son cousin, et du 
s"" Etienne Lanier, ancien marguillier de cette paroisse, aussi son 
cousin, qui ont signé. 

Ficheux. — Lanier. — Belle. — de la Fosse, Curé. 



AUX XVIie ET XVIIie SIÈCLES 47 



86 — DECES DE MARIE-GENEVIEVE CHATELAIN, VEUVE DE 
SIMON-JEAN LE FLAMAND, PEINTRE 

L'an 1779, le 22 de janvier, a été inhumé dans la cave de cette 
église le corps de Marie-Geneviève Châtelain, veuve de Simon- Jean 
Le Flamand, peintre du Roy, décédée hier aux Gobelins, âgée de 
soixante dix-neuf ans; et ce, en présence de maître Gabriel Bidault, 
procureur au Châtelet, exécuteur testamentaire de ladite dame, 
paroisse Saint-Sulpice, et de Pierre Martin, son cousin, qui ont signé 
avec nous. 

Martin. — Sollier. — Bidault. — Brute, curé. 



LEGERET 

87 — NAISSANCE DE JOSEPH LEGERET 

Le 2o« octobre 1678, baptême de Joseph Legeret, né le 10, à dix 
heures du soir, du mariage de Jean Legeret, maître sculpteur à Paris, 
et de Elizabeth Yvart, demeurant rue Mouffetard. Le parain, Joseph 
Hyvart, peintre ordinaire au Roy aux Gobelins et Jeanne- Françoise 
Francart, femme de M. Ma\eline, sculpteur ordinaire du Roy, de 
la paroisse Saint-Sauveur. 

J. Legeret. — Jeanne Francart. — J. Yvart. — Colanson, 
prestre vicaire. 

LE MIRE 

88 — NAISSANCE DE MARIÉ-CATHERINE LE MIRE 

Le I" juin 1679, baptême de Marie-Catherine Le Mire, née le 
27 mai 1679 du mariage de Charles Le Mire, peintre du Roy et de 

Marie Berthe ; parain Guillaume Anguier, peintre ordinaire du 

Roy aux Gobelins; marraine Catherine Morin, femme de François 
Bonnemer, peintre du Roy aux Gobelins. 

[Extrait.] 

LENFANT 

89 — DÉCÈS DE JEAN-BAPTISTE LENFANT 

Du samedy, 30 novembre 1686, par moy François Vigier, curé 
de cette paroisse soussigné, a esté enterré dans le cimetière de céans 
Jean-Baptiste Lenfant, âgé de vingt ans, fils de Guillaume Lenfant, 



48 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

maître tapissier à l'hostel des Gobelins, et de Judit Le Prestre, sa 
femme, en présence du père, de Jean Lenfant, frère dudit deffunt, et 
de Jean Lenfant, autre frère, de Bonbaco, beau-frère du deffunt, de 
Michel Lefévre, tous tapissiers, de cette paroisse, soubsignez avec 
moy, et de Pierre Geuneau paroisse Saint-Martin. 

Lenfant. — Jean Lenfant. — Bonbaco. — Lefebvre. — Vigier, 
prêtre. 

90 — NAISSANCE DE CHARLES LENFANT 

Le 25'"^ jour de janvier 1693, est né en cette paroisse un fils du 
mariage de Jean Lenfant, tapissier, et de Geneviève Rondet, lequel 
a été baptisé le lendemain par moy prêtre de cette paroisse sous- 
signé, et a été nommé Charles par ses parein et mareine qui 
ont été Charles Culot, lapidaire, et Marguerite Laureau, femme de 
Nicolas Simonnet, tapissier, tous deux de cette paroisse qui ont tous 
signé. 

Lanfant. — Culot. — Marguerite Laureau. — Langlois. 

91 — DÉCÈS DE PIERRE-JOSEPH LENFANT 

L'an 1758, le 27 novembre, a été inhumé dans le cimetière de 
cette paroisse le corps du sieur Pierre- Joseph Lenfant, décédé hier 
aux Gobelins, de cette paroisse, âgé de six ans cinq mois, fils du 
sieur Pierre Lenfant, peintre ordinaire du Roy, et de Marie-Charlotte 
Lullier ' ; et ce en présence du sieur Charles Colette, peintre du Roy, 
et du s"" Louis Tessier, peintre du Roy, et du s"" Charles Tessier, aussi 
peintre du Roy, demeurant tous aux Gobelins, de cette paroisse, 
lesquels ont signé avec nous. 

C. Cozette. — Tessier. — Tessier. — Dubois. 



LOIR 

92 — MARIAGE d' ALEXIS LOIR, PEINTRE, 

ET DE MARGUERITE-THÉRÈSE BAILLY, 

VEUVE DE JACaUES ROUSSEAU, SCULPTEUR 

L'an 1746, le 8 juin, vu la commission à nous adressée par 
Monsieur de la Brue, curé de Saint-Germain l'Auxerrois, en datte du 
6 de ce mois, vu la publication... etc ont reçu de nous la béné- 
diction nuptiale le sieur Alexis Loir, peintre du Roy en son Académie 
royale de peinture et sculpture, de la paroisse de Saint-Roch, fils 

I. Sur d'autres actes, on lit Charlotte Luillier. 



AUX XVIie ET XVIIie SIÈCLES 49 

majeur des defFunts sieur Nicolas Loir, ancien officier du Roy, et de 
dame Anne Gerin ; sa majorité appert par un extrait de baptême 
délivré en la paroisse de Saint-Etienne du Mont, en datte du 12 may 
dernier, signé Brulart; et dame Marguerite-Thérèse Bailly, de la 
paroisse de Saint-Germain l'Auxerrois, veuve du sieur Jacques Rous- 
seau, sculpteur ordinaire du Roy et professeur en son Académie 
royale, dont le décès appert par un extrait mortuaire délivré en la 
paroisse du royal lieu [un mot illisible] en Espagne, déposé chez 
le sieur Billeheu, notaire, dont copie, signée Mehay et Billeheu, 
notaires, en datte du 8 juillet 1740; lesdits futurs époux authorisés 
parla présence de Pierre-Joseph Vigoureux, de Arnout Carrié, offi- 
ciers de cette église, du côté de l'époux; et du côté de l'épouse, du 
sieur Jacques Bailly, garde général des tableaux du Roy, frère, du 
sieur Claude Dubuisson, Conseiller du Roy, contrôleur au change et 
monnoye de Paris, tous deux de la paroisse de Saint-Germain 
l'Auxerrois, du sieur François-Nicolas Loir, écuyer, cousin de 
l'époux; lesquels ont tous signé avec nous. 

Loir. — Bailly. — Carrié. —Vigoureux. — Bailly. — Dubuis- 
son. — Ester Rousseau. — Dumoulin, vicaire. — V^^ Bara. — E. 
Fournier. — Billeheu. — Aviat. — Dubuisson. — de Jullienne. — 
l'abbé Grassin. — Cécile Guichon. — de Brecey de Jullienne. — 
Sévé. — Jullienne. — Delafosse, curé. ■ 

93 — DÉCÈS DE DOMINiaUE LUNAGUE, CHIRURGIEN DES GOBELINS 

L'an 1738, le 25 de janvier, a esté inhumé dans la cave de cette 
église le corps de Dominique Lunague, chirurgien juré à Paris, 
chyrurgien en la maison royale des Gobelins, y demeurant, décédé 
d'hier, âgé de quatre-vingt-trois ans ^, et ce en présence de M''^ les 
prévôt et garde en charge de la compagnie des maistres chirur- 
giens de Paris, lesquels ont signé avec nous. 

Mouton. — Blanchard. — F. Caquet. — Cabanis. — Bailly. — 
Bichué, prêtre. 

MALAINE 

94 — DÉcès DE SOPHIE-VICTOIRE MALAINE 

Le 17 août 1792, a été inhumée Sophie- Victoire, décédée hier, 
fille de Laurent-Joseph Mallaine, peintre aux Gobelins, et de Hel- 
leine-Victoire Gosey, son épouse ; présents à l'inhumation le père 

I. Un Lunague, chirurgien aux Gobelins, est nommé sur les Comptes des Bâti- 
timents dès 1688. C'est sans doute celui dont il est question dans l'acte de 1738. 

ART FR. xm 4 



50 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

de l'enfant et Léger Létourneau, tapissier aux Gobelins, lesquels ont 
signé avec nous. 
Jacquet, curé. — Letourneaux. — Malaine. 

(Paroisse S^ Martin S^ Marcel.) 



MEGLIORINI 

95 — DÉCÈS DE FERDINAND MEGLIORINI, MOSAÏSTE 

Du i6 décembre 1683, par moi, prebtre et vicaire de cette 
paroisse soussigné, fut enterré dans cette église Ferdinand Megîiorini, 
décédé le jour de hier, dans la maison et manufacture des Gobe- 
lins, âgé de quarante-neuf ans ou environ, en présence de M. Nor- 
bert Parmentier, prêtre et porte chappe dans cette église, et Jean 
Sogrin, lequel a déclaré ne sçavoir signer ; ledit sieur Parmentier 
signé avec moi. 

N. Parmentier. — Souffarès prestre. 



LES MONTMERQUÉ 

96 — NAISSANCE DE MARIE-CATHERINE MONMARQUÉ ^ 

Le 21 septembre 1683, baptême de Marie-Catherine Monmarqué, 
né le 12 septembre du mariage de Pierre Monmarqué, sculpteur 
dans les Gobelins, et de Catherine Audereau. 

97 — DÉCÈS DE MATHIEU MONMERQ.UÉ, TAPISSIER 

L'an 1749, le 3 juillet, a été inhumé dans cette église Mathieu 
Montmerqué, maître entrepreneur de la haute et basse lisse en la 
manufacture royale des Gobelins, décédé hier audit hôtel, âgé 
d'environ cinquante et un ans 2, en présence de Charles-Martin 
Monmarquet, sculpteur des Bâtiments du Roy, de cette paroisse, 
Pierre-François Monmarquet, aussi sculpteur, de Jean-Pierre Mon- 
marquet, orphêvre, de cette paroisse, qui ont signé avec nous. 

C. M. Monmerqué. — P. F. Monmerqué. — J. P. Monmerqué. 
— N. Gérard. — Pierre Buot. — Noblet. — Thineau de S^ Amand, 
prêtre vicaire des convois. 

1. Herluison cite à une date postérieure (en 1693 et plus tard) d'autres enfants de 
ce sculpteur (p. 312) ; mais le nom de la mère n'est pas le même. Dans l'intervalle, 
Montmarqué ou Montmerqué dut perdre sa première femme et se remarier. 

2. Né par conséquent vers 1698. 



AUX XVIie ET XYIII* SIECLES $1 



MOREL 



98 — DÉCÈS DE MOREL, TAPISSIER DE HAUTE LISSE 

Le 6 septembre lééi, fat enterré Moreî, m''e tapissier en haute 
lisse, âgé de quarante-six ans ou environ, pris en la grande cour 
de 

MOSIN 

99 — DÉCÈS DE JEAN-BAPTISTE MOSIN, TAPISSIER 

Le 29"^* jour de juin 1693, mourut sur cette paroisse, dans la 
maison royalle des Gobelins, et fut enterré dans cette église, le 
premier juillet, Monsieur Jean-Baptisie Mosin, tapissier ordinaire du 
Roy, de sa Manufacture royalle des meubles de la Couronne aux 
Gobelins, ancien commissaire des pauvres et ancien marguillier de 
cette paroisse. Furent tesmoins Pierre Mosin, marchand orphèvre, 
et Daniel Mozin, aussy marchand orphèvre, tous deux fils du 
defFunct, et René de Rotrou, docteur en médecine, son gendre, 
soussignés avec moy prestre, bachelier de théologie, député par Mon- 
seigneur l'archevesque de Paris au gouvernement de la paroisse de 
Saint-Hyppolite, les jours et an que dessus. 

Pierre Mosin. — Daniel Mosin. — Lefebvre. — R. de Rotrou. 



LES NEILSON 

100 — MARIAGE DE MARIE-GENEVIÈVE-DOROTHÉE NEILSON 
ET DE MICHEL CURMER 

L'an 1772, le 7 de février, après la publication d'un ban faite 
sans opposition etc., ont reçu de nous la bénédiction nuptiale 
Michel Curmer, marchand mercier de la paroisse Saint-Germain 
l'Auxerrois, né le 7 et baptisé le 9 de mars 1743 en la paroisse de 
Saint-Ouen de Pont-Audemer, fils majeur de Jean-Claude Curmer, 
cy présent et consentant, et de deffunte Marie- Catherine Aurée, 
et Marie-Geneviève-Dorothée Neilson, de cette paroisse, née le 
5 et baptisée le 7 novembre 1745 en celle de Saint-André des 
Arts, fille majeure de Jacques Neilson, entrepreneur des ouvrages de 
la Couronne aux Gobelins, et d'Anne-Geneviève Garaud, cy présents 
et consentans ; ledit époux assisté de Jean-Baptiste et François Cur- 



fZ LES TAPISSIEBS DES GOBELINS 

mer, ses frères; ladite épouse assistée de François- Vincent et Jean- 
François Garaud, ses oncles, qui ont signé avec nous. 

J. B. Curmer. — F. Curmer. — F. V. Curmer. — J. F. Garaud. 
— Curmer. — Neilson. — L. G. Curmer. — M. G. D. Neilson. — 
Bazard. — M. Curmer. — Brute, curé. 

10 1 — DÉCÈS DE DANIEL-MARIE NEILSON, 
ENTREPRENEUR DES OUVRAGES DE LA COURONNE^ 

L'an 1779, le 23 décembre, a été inhumé dans la cave de l'église 
de cette paroisse le corps de s"^ Daniel-Marie Neilson, entrepreneur 
des ouvrages de la Couronne, époux de Marie-Julie Chipault, dite 
Phlipault, décédé hier en la maison royale des Gobelins, âgé d'en- 
viron trente-un ans; et ce, en présence de Messieurs Michel Cur- 
mer, marchand mercier, et Charles-Michel Chipault, dit Phlipault, 
élève tonsuré du diocèze de Paris, chapelain de l'église collégiale 
de Saint-Benoît, ses beaux-frères, qui ont signé avec nous. 

Curmer. — Chipault, dit Phlipault. — Brute, curé. 



DE NEUFMAISON 

102 — DÉCÈS DE SUZANNE DE NEUFMAISON 

L'an 17 19, le 7"^^ avril, a été inhumée dans cette église damoi- 
selle Suzanne, morte d'hier, âgée de quatre ans et demy, fille de 
Monsieur Pierre de Neufmaison, entrepreneur des ouvrages de la 
Chine aux Gobelins, et de dame Suzanne Desjardins, ses père et 
mère, en présence de son père et de monsieur Jacques Dagly, aussy 
entrepreneur des mêmes ouvrages aux Gobelins, et de Monsieur 
Louis-Jean Glin, peintre, lesquels ont signé avec nous. 

Pierre de Neufmaison. — J. Dagly. — Louis Glin. 

103 — MARIAGE DE EMMANUEL DE BOURDICAUD 
ET DE MARIE-SUZANNE DE NEUFMAISON 

L'an 175 1, le 31 mai, après la publication d'un ban, etc 

ont reçu de nous la bénédiction nuptiale messire Emmanuel de 
Bourdicaud, seigneur de S^ Maureil, de la paroisse de Saint- Gervais, 
fils majeur de deffunt M"^* Philippe de Bourdicaud, écuier, seigneur 
de S* Priez et baron d'Auriac, et dame Marie de Lastérie de Sail- 
lant; sa majorité appert par un extrait baptistaire délivré en la 
paroisse Saint-Pierre-aux-liens d'Auriac, diocèse de Limoges, en datte 



AUX XVIie ET XVIIie SIÈCLES 53 

du 12 octobre dernier, signé de Copperie, prieur, duement léga- 
lisé, etd«"« Marie-Suzanne de Neumaison, cy-devant de la paroisse 
Saint-Médard,et à présent de cette paroisse, fille majeure de M''^ Pierre 
de Neumaison, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Latran, comte 
palatin et Directeur des ouvrages de la Chine pour le Roy à l'hôtel 
royal des Gobelins, et de defFunte dame Thérèse-Suzanne Desjardins; 
sa majorité appert par nos registres ; lesdits futurs époux authorisés 
par la présence du susdit Pierre de Neumaison, et, du côté de 
l'époux, de M''^ Pierre-Louis Thivaut de S* Amant, prêtre habitué 
de cette paroisse, de Jean-Marc Sallière, marchand mercier, paroisse 
Saint-Eustache, rue S* Denis ; et, du côté de l'épouse, de M^^^ Charles- 
André Tramblin, peintre du Roy et décorateur de la ville de Paris, 
demeurant aux Gobelins, de cette paroisse, et de M^^ Jean dejullienne, 
ecuier, chevalier de l'Ordre du Roy, rue des Gobelins, de cette 
paroisse, et ont tous signé avec nous. 

Le chevalier de S* Priez. — Baron d'Auriac. — M. S. de Neu- 
maison. — P. de Neumaison. — J. M. Sallière. — Thiveau de 
S* Amand, prêtre. — A. Tramblain. — de Jullienne. — Antoine de 
Guiraudon, — Dantremon. — Amiens. — M. J. Lefevre. — Dela- 
fosse, curé. 

104 — DÉCÈS DE PIERRE DE NEUFMAISON, 
DIRECTEUR DES OUVRAGES DE LA CHINE 

L'an 1752, le 28 avril, a été inhumé dans l'église de cette 
paroisse le corps de Pierre de Neufmaison, âgé de quatre vingt ans, 
ou environ. Directeur des ouvrages de la Chine, peintre et doreur 
pour le Roy à la manufacture des Gobelins, mort hier, et ce en 
présence de Charles-André Tremblin, peintre du Roy aux Gobelins, 
et maitre Louis Amiens, avocat au Parlement, qui ont signé avec 
nous. 

A. Tramblin. — Amiens. — Lenormant. — Turmine prêtre. 

PROU 

105 — NAISSANCE DE JACQUES PROU 

Le 23 novembre 1681, baptême de Jacques Prou, né le 15 
novembre du mariage de Jacques Prou, sculpteur ordinaire du Roy, 
et de dam^iie Suzanne Tuby [extrait]. 

106 — DècÈS DE JACaUES PROU, MENUISIER 

Du 27 décembre 1683, par moi, prebtre docteur de Sorbonne et 
curé de cette église, fut enterré dans l'église de céans Jacques Prou, 



54 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

âgé de soixante-trois ans ou plus, menuisier ordinaire du Roy, 
décédé dans la maison des Gobelins, en présence de Raymond 
Souffarés, prebtre et vicaire de cette paroisse et M. Norbert Par- ., 
mentier, signés avec moy. 
N. Parmentier. — Souffarés, prestre. 

107 — DÉCÈS DE HENRY PROU, MENUISIER 

Du 20 avril 1684, par moi, prestre docteur de Sorbonne et curé 
de cette paroisse, fut enterré dans l'église de céans Henry Prou^ 
menuisier ordinaire du Roy, fils de deffunt Georges Prou, aussi 
menuisier ordinaire du Roy, et de deffunte Marie Garau, décédé 
le jour de hier, âgé de vingt-sept ans, en présence de Jacques Prou, 
sculpteur ordinaire du Roy et de M« Raymond Souffarés qui a signé 
avec moi. 

Souffarés, prebtre. 



LES RANSON 

108 — DÉCÈS DE MARIE-GENEVIÈVE RANSON 

L*an 1732, le 5 avril, a été inhumée Marie-Geneviève Rançon, 
décédée aujourd'huy, âgée de quinze mois, en présence de Jean- 
Baptiste Ranson, tapissier, père de ladite Geneviève, de cette 
paroisse, et de Guillaume Ronde et de Abel Ranson, son grand- 
père, de la paroisse de Saint-Martin, qui ont signé avec nous, à 
l'exception de Guillaume Ronde qui a déclaré ne savoir signer. 

Jean-Baptiste Ranson. — Abel Ranson. — Leleu, prêtre. 

109 — MARIAGE DE ETIENNE FRANÇOIS RANSON, TAPISSIER, 
ET DE CATHERINE-MARIE TESSIER 

L'an 1733, ^^ 29 juin, après la publication des bans etc. . . . , ont 
été mariés par nous, Etienne- François Ranson, tapissier aux Gobelins, 
demeurant rue Mouffetard, et paroisse Saint-Martin, fils de Abel 
Ranson et de Jeanne Dautin, demeurants rue Mouffetard, de la 
paroisse Saint-Martin, cy présents et consentants, et Catherine-Marie 
Tessier, fille de feu Germain Tessier, appert par les registres mor- 
tuaires de cette paroisse, et de Catherine Verrier, cy présente et con- 
sentante, et demeurantes aux Gobelins ; et en présence de Charles 
Chastelain, inspecteur de la maison royalle des Gobelins, de Domi- 
nique La Croix, tapissier ordinaire du Roy de la Manufacture des 
Goblins, de Philippe Tessier, peintre, demeurant rue Fromenteau, 
paroisse Saint-Germain-l'Auxerrois , de François -Arnoult Tessier, 



AUX XVIie ET XVIIie SIÈCLES 55 

peintre, demeurant rue de la Ferronnerie, paroisse S*'^ Innocents, de 
Jean Audran, graveur ordinaire du Royaux Goblins,de François Mas- 
son, bourgeois de Paris, demeurant rue Neuve-des-Petits-Champs, 
paroisse Saint-Eustache, àe Jean- Baptiste Ranson, tapissier âux Goblins, 
demeurant aux Goblins, de cette paroisse ; l'épouse a déclaré ne 
scavoir signer, de ce interpellée selon l'ordonnance. 

Ranson. — Abel Ranson. — Ranson. — Catherine Verrier. — 
Ph. Tessié. — Tessier. — Audran. — De la Croix. — Jeanne 
Dotain. — J. Verrié. — Verrié. — Chastellain. — de Chavannes, 
vicaire. 

no — DÉCÈS d' ALEXANDRE RANSON 

L'an- 1733, le i^"^ septembre, a esté inhumé dans le cimetière 
Alexandre, décédé hier, âgé de dix-huit mois, fils de Jean-Baptiste 
Ranson, tapissier aux Gobelins, et de Marianne Rondet, en présence 
du père, de Jean-Baptiste Rondet et d'Abel Ranson, grand-père, 
qui ont signé. 

Ranson. — Rondet. — Abel Ranson. — de Chavannes, vicaire. 

III — DÉCÈS d'aNTOINE-FRANÇOIS RANSON, TAPISSIER 

L'an 1754, le 3 décembre, a été inhumé dans le cimetière de 
cette paroisse le corps à^ Etienne-François Ranson, tapissier aux 
Goblins, décédé aujourd'huy en ladite maison, âgé de quarante- 
sept ans% et ce, en présence d'Abel, François, Jean et Pierre Ran- 
son, ses fils, et du sieur Jean-Baptiste Ranson, son frère, lesquels 
ont signé avec nous. 

Ranson, — Ranson. — Ranson. — Ranson. — Tessier. — 
L. Tessier. — Dubois, prêtre sac. 



RIGAULT 



112 — MARJAGE DE NICOLAS GUYOT ET DE MARIE RIGAULT 

Le 26 janvier 1671, acte de mariage de Nicolas Guyot, âgé 

de , veuf de Marie Coursier, et de Marie Rigault, âgée de 

dix-neuf ans, fille de Charles Rigault, tapissier de haulte-lisse du 
Roy; présence de Charles Lebrun, premier peintre, et de Jean 
Lefebvre, tapissier ordinaire du Roy, amis, Charles Rigault, père de 
la mariée, Noël Goullon, beau-frère 

I. Il était donc né en 1707. 



jé LES TAPISSIERS DES GOBELINS 



LES ROBY 

113 — DÉCÈS DE JEAN-BAPTISTE ROBY, TAPISSIER 

L'an 1782, le 23 septembre, a été inhumé dans le cimetière de 
cette paroisse le corps de Jean-Baptiste Roby^ tapissier en la Manu- 
facture royale des Gobelins, décédé hier, âgé d'environ quarante- 
cinq ans \ veuf de Jeanne-Etiennette Lasseret; et ce, en présence 
de Jean-Pierre Roby, son fils, et de Denis Devos, son neveu, et de 
Thomas Lasseret, son beau-père, qui ont signé avec nous. 

Maquelin, vicaire. — Roby. — Devos. — Lasseret. 

114 — MARIAGE DE FRANÇOIS-JOSEPH MANGELSCHOT, TAPISSIER, 
ET DE MADELEINE-DENISE ROBY 

L'an 1786, le lundy 18 de septembre, après la publication des 
bans faite sans opposition dans cette paroisse les trois, huit et dix 
de ce mois, les témoins cy après mentionnés nous ayant certifié 
l'âge, liberté, domicile et catholicité des parties contractantes, les 
fiançailles célébrées hier, ont été mariés par nous soussigné, prêtre 
bachelier en théologie, vicaire de cette paroisse, et, après avoir pris 
leur mutuel consentement, ont reçu de nous la bénédiction nup- 
tiale. François-Joseph Mangueîchot, tapissier aux Gobelins, né et 
baptisé en celle de Saint-Médard le 19 mars 1760, fils majeur de 
défunt Gaspard-Godefroy Manguelschot et de Marie-Denise Jogues, 
et Magdeleine-Denise Roby, aussi de cette paroisse, née et baptisée 
le 21 avril 176 1, fille majeure des deffunts Jean-Baptiste Rohy, tapis- 
sier aux Gobelins, et de Jeanne-Etiennette Lasseret* ledit époux 
assisté de Dominique Daste, chirurgien, et Nicolas Delangle, selHer, 
paroisse Saint-Médard ; ladite épouse assistée de Thomas Lasseret, 
son grand-père, et Jacques Christophe Pigau, son oncle, qui ont 
signé avec nous. 

Demangelschot. — Roby. — Daste. — Delangle. — Lasseret, 
veuve Mangelschot. — Picasse. — Maguelin, vicaire. 

LES SOLLIER 

115 — DÉCÈS DE NICOLAS SOLLIER, TAPISSIER 

L'an 1759, le 6 février, a été inhumé dans le cimetière de cette 
paroisse le corps de Nicolas Sollier, tapissier aux Gobelins, de cette 

I. Né par conséquent en 1737. 



AUX XVIie ET XVIIie SIECLES 57 

paroisse, âgé de cinquante-six ans ^ ; et ce en présence de Nicolas- 
Florentin Sollier, son fils, du sieur Pierre Sollier, son frère aine, 
comis du thrésor royal, et du sieur Simon- Jean Leflamant, ptintie du 
Roy aux Gobelins, lesquels ont signé avec nous. 

Sollier. — Sollier. — S. J. Le Flamant. — Dubois, prêtre 
vicaire. 

Il6 — MARIAGE DE NICOLAS-FLORENTIN SOLLIER, TAPISSIER 

Le 7 août 1759, Simon- Jean Le Flamant, peintre du Roy aux 
Gobelins, paraît, comme témoin et signe l'acte de mariage de 
Nicolas-Florentin Sollier, tapissier aux Gobelins, fils majeur de def- 
funt Nicolas Sollier et de Marthe Hardy, présente et consentante, et 
de Agnès-Louise Hiard, fille mineure de Michel Hiard, maitre 
amidonnier, et de Louise-Madeleine Gascard, présens et consen- 
tans ; l'époux assisté de Pierre Sollier, commis du trésor royal, rue 
des Lavandières paroisse Saint-Germain-l'Auxerrois, et dudit Simon- 
Jean Le Flamant, peintre du Roy. 



LES TESSIER ' 

117 — DÉCÈS DE PIERRE TESSIER TAPISSIER 

L'an 1767, le 13 février, a été inhumé dans le cimetière de cette 
paroisse le corps de Pierre Tessier, tapissier aux Gobelins, décédé 
hier, âgé de soixante ans 3, et ce, en présence de Philippe et Louis 
Tessier, ses frères, qui ont signé avec nous. 

Tessier. — Tessier. — MagueUn. — Savary, vicaire. 

118 — DÉCÈS DE PHILIPPE TESSIER, TAPISSIER 

L'an 1771, le 18 décembre, a été inhumé dans le cimetière de 
cette paroisse le corps de Philippe Tessier, tapissier aux Gobelins, 
décédé hier en la maison des Gobelins, âgé de soixante-onze ans 4, 
et ce en présence de Louis Tessier, son frère, et d'Abel-François 
Ranson, son neveu, qui ont signé avec nous. 

Tessier. — Ranson. — Maguelin, vicaire. 



1. Né en 1703 d'après cette déclaration. 

2. Voyez ci-dessus, aun° 109, le mariage de Catherine-Marie Tessier avec Etienne- 
François Ranson. Dans cet acte figurent comme témoins les peintres Philippe et Fran- 
çois-Arnoult Tessier. 

?. Donc né vers 1707. 

*,.. Né par conséquent en 1700. 



58 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

119 — DÉCÈS DE CHARLES-ACHILLE TESSIER, TAPISSIER 

L'an 1777, le 18 août, a été inhumé dans le cimetière de cette 
paroisse le corps de Charles-Achilles Tessier, tapissier aux Gobelins, 
veuf de Marthe-Madeleine Lénard, décédé de ce jour, âgé d'environ 
quatre vingts ans ; et ce en présence de Jean-Charles Tessier, son 
fils, et de Louis Tessier, son oncle, qui ont signé avec nous. 

Tessier. — Tessier. — Maguelin, vicaire. 

TUBY 

120 — NAISSANCE DE CHARLES-JEAN-BAPTISTE TUBY 

Le 6« septembre 1682, baptême de Charles-Jean-Baptiste Tuby, 
né le 2 septembre du mariage de Jean-Baptiste Tuby et de Suzanne 
Butay. [Extrait.] 

121 — NAISSANCE DE CHARLES-LOUIS TUBY 

L'an de grâce 1689, le 8« juin, par moi, prestre vicaire soussigné 
de cette paroisse, a esté baptisé un enfant masle, né le cinquième 
de ce mois, du mariage d'honorable homme Jean-Baptiste Tuby, 
sculpteur ordinaire du Roy, et de damoiselle Suzanne Butay, ses 
père et mère, de cette paroisse, qui a esté nommé Charles-Louis ; 
ses parain et mareine : noble homme Charles Le Brun conseiller 
du Roy, auditeur des Comptes, paroisse Saint-Nicolas du Chardon- 
net, et dame Marie-Louise Quinot, femme dudit sieur Le Brun. 

122 — DÉCÈS DE FRANÇOISE TUBI 

L'an 1 781, le 9 de novembre, a été inhumé dans le cimetière de 
cette paroisse le corps de Françoise Tubi décédée hier dans la 
Manufacture royale des Gobelins, âgée d'environ quatre vingt-trois 
ans, veuve de François Jogues ; et ce, en présence de François Jogues, 
officier à l'école militaire, son fils, et de François-Joseph Mangels- 
chot, son petit- fils, de Pierre-Louis Quellemont et de Louis-Etienne 
Quellemont qui tous deux ont déclaré ne sçavoir signer. 

Jogue. — Mangelchot. — Leblanc, prêtre. 

VAN DER MEULEN 

123 — DÉCÈS d'un enfant DE VAN DER MEULEN 

Du 2 décembre 1688, par moy, vicaire de cette paroisse soussi- 
gné, a esté enterré un enfant masle, mort après avoir été ondoyé, 



AUX XVIie ET XVIIie SIECLES 59 

né du mariage de M. François Van der Meulen, peintre de l'Histoire 
du Roy, et de demoiselle Marie de By, son épouse, en présence 
dudit père soussigné avec nous. 

Van der Meulen. — Delzons, vicaire. 

LES VERDIER 

124 — DÉCÈS DE VERDIER? 

Du 21 may 1687, par moi François Vigier, curé de cette 

paroisse soussigné, a esté inhumé dans cette église Verdier... 

[Acte incomplet au registre.] 

125 — NAISSANCE DE JEAN-BAPTISTE VERDIER 

Le 12 mars 1690, fut baptisé Jean-Baptiste Verdier, né hier, sur 
les cinq heures du matin, du mariage d'honorable homme Monsieur 
François Verdier, peintre ordinaire du Roy, etc. et d'Antoinette 
Butey, son épouse. 

126 — NAISSANCE DE ANDRÉ VERDIER 

Le 30™^ jour de novembre 1692, est né un fils du mariage de 
François Verdier, peintre ordinaire du Roy en la Maison royalle des 
Gobelins, et de damoyselle Anthoinette Butay, et le landemain a 
esté baptisé par moy, prestre bachelier en théologie préposé par 
Monseigneur l'archevêque de Paris à la conduite de cette paroisse, 
et a esté nommé André par ses parein et mareine qui ont été Sau- 
veur Le Conte, peintre ordinaire du Roy en la maison royalle des 
Gobelins, et damoiselle Catherine Branchy, fille de M. Branchy, 
lapidaire ordinaire du Roy en ladite maison royalle des Gobelins, qui 
ont signé avec le père. 

Le Conte. — Catherine Branchy. — - Verdier. — Lefebvre. 



LES DE VILLERS 

127 — DÉCÈS DE CLAUDE DE VILLERS LE PÈRE, ORFÈVRE 

Le 4 septembre 1678, fut enterré Claude de Villers le père, orfèvre 
ordinaire du Roy, ancien garde de l'orfèvrerie, décédé hier sur la 
minuit, en l'hostel des Manufactures royalles des meubles de la 
Couronne aux Gobelins, dont le corps a été inhumé dans cette 
église par moy François Sauvage, docteur en théologie, curé de 
cette paroisse, en présence de Claude de Villers, fils du defFunt, et 



60 LES TAPISSIERS DES GOBELINS 

d'Honoré de Villers, aussy fils, et de François et Claude, tous fils 
dud. deffunt et de Claude de Villers, frère, qui ont signé, et de 
Louis Hinnart, marchand tapissier, qui a signé. 

Claude de Villers. — Honoré de Villers. — Claude de Villers. 

— F. de Villers. — Claude de Villers. — Hinart. 

128 — MARIAGE DE FRANÇOIS DE VILLERS, ORFEVRE, 
ET DE MARIE-ANNE LE BÉ 

Le 5 tebvrier 1679, niariage de François de Villers ^ orphévvre du 
Roy, et de Marie-Anne Le Bé, fille de defî"unt Jean Le Bé, secré- 
taire du Roy, et de damoiselle Anne-Marie, de la paroisse de Saint- 
Germain l'Auxerrois. [Extrait.] 

François de Villers. — Marianne Le Bé. — Claude de Villers. 

— Dupuis. — Claude de Villers. — Houasse. — Jans. — Yvart. 



YVART 

129 — DÉCÈS DE JOSEPH YVART 

L'an 1693, le je'' jour d'aoust, mourut et fut enterré le landemain 
en cette église Joseph Yvart, âgé de cinq mois, fils du sieur Joseph 
Yvard, peintre ordinaire du Roy de la Manufacture royalle des 
Gobelins et d'Anne Bareau son épouse, etc. 



MARCHÉ PASSÉ 
PAR 

THOMAS BOUDIN 

SCULPTEUR DU ROI 

POUR l'exécution de l'autel des corps saints 

DANS l'abbaye DE SAINT-DENIS 

29 août 1626. 

Le nom de Thomas Boudin, ainsi que celui de son fils Barthélémy, 
sculpteur comme son père, ont été récemment remis en lumière. 
La. Revue de V Art français a donné (1895, p. 361) une analyse de 
l'étude publiée dans la Revue archéologique de la même année par 
M. P. Vitry sur le tombeau du duc de Sully à Nogent-le-Rotrou, 
œuvre de Barthélémy Boudin. Reprenant et développant son premier 
travail, le même auteur vient de donner à la Galette des Beaux- 
Arts {i^^, 2^ semestre, p. 285-98 et 1897, p. 1-20 ^t 149-158) une 
étude approfondie sur deux familles de sculpteurs Parisiens, les 
Boudin et les Bourdin ; les artistes qui ont porté ces noms, bien que 
n'étant rattachés par aucun lien de parenté, ont été souvent pris les 
uns pour les autres et confondus par les anciens historiens. Ces 
méprises s'expliquent d'ailleurs facilement pour des noms presque 
identiques d'individus ayant vécu à la même époque. En outre, le 
chef de chacune des deux familles eut un fils qui embrassa la car- 
rière de son père. Nous avons ainsi quatre sculpteurs portant 
presque le même nom, ayant travaillé à des tombeaux, à des figures 
religieuses, enfin à des ouvrages à peu près semblables. Aucun d'eux 
ne paraît avoir dépassé les limites d'une honnête médiocrité. Tout 
se réunissait, on le voit, pour favoriser et excuser les confusions des 
anciens historiens. Après la consciencieuse étude de M. Vitry, il 
ne sera plus permis de confondre Boudin avec Bourdin. 

Avant d'entrer dans l'examen de la contribution que nous appor- 
tons aujourd'hui à l'œuvre de Thomas Boudin, nous voudrions rec- 
tifier une légère inexactitude échappée à M. Vitry. Il s'exprime 
(p. 16) en ces termes : « M. Guiffrey donne cette statue (celle 
d'Amador de la Porte), d'après Jal, à Barthélémy Boudin. » Or, il 
s'en faut que nous ayons été affirmatifs à ce point; nous nous 
sommes contenté de dire : « On lui devrait (à ce même Bar- 
thélémy Boudin), d'après Jal, une statue d'Amador de la Porte. » 



62 l'autel des corps saints 

La nuance est, on le voit, sensible, et nous laissions à qui de droit 
toute la responsabilité de l'attribution. Nous ne faisons au reste nulle 
difficulté de reconnaître Terreur de Jal. Sauvai dit formellement, et 
son témoignage paraît décisif, que le tombeau d'Amador de la Porte, 
aujourd'hui au Louvre, est l'œuvre de Michel Bourdin, premier du 
nom. C'est un fait définitivement acquis. 

M. Vitry n'a pas ignoré le grand travail confié à Thomas Boudin 
en 1626, dont nous nous occupons ici. Mais, après l'avoir cité, 
sur la foi de Félibien, il ajoute : « Nous n'en connaissons pas de 
traces. » Il faut donc recourir à Vhistoire de l'ahbaye de Saint-Denis 
pour avoir des explications détaillées sur cette grosse entreprise. 

Voici comment Félibien s'explique sur la reconstruction de l'autel 
dû à Thomas Boudin^. 

a An 1726. — Ce fut vers ce temps là que l'on prit à Saint- 
Denys le dessein de démolir l'ancien autel des saincts Martyrs et le 
mausolée qui renfermait leurs saintes reliques. L'un et l'autre 
estoient ruinez par le temps, et avoient esté dégarnis de leurs plus 
beaux ornemens dans les premiers troubles des Huguenots, en 
1567. Cet ancien autel, fait de porphire et d'un marbre grisâtre, 
selon la description que nous en a laissée Doublet, estoit placé dans 
la partie supérieure de l'église qu'on nomme le chevet. Il y avoit 
aux costez du même autel deux grandes armoires dans lesquelles 
estoient gardez le saint clou, le chef de saint Denys, un bras de 
saint Siméon, et plusieurs autres saintes reliques qui ont été portées 
depuis au trésor. Derrière l'autel immédiatement se voyait le mau- 
solée des saints Martyrs, élevé de cinq pieds et demi sur huit de long 
et sept de large. Il estoit composé d'un soubassement de marbre 
noir d'un pied de hauteur; et sur ce soubassement estoient huit 
massifs quarrez de marbre qui portoient une manière de table de 
marbre noir sur laquelle estoit le tombeau fait en forme de voûte 
revestue par dedans de cuivre doré. C'estoit là où reposoient les 
corps des trois saints Martyrs enfermez dans trois cercueils d'argent, 
comme on les voit aujourd'huy. Le haut de ce tombeau estoit enri- 
chi de ces sortes d'ouvrages gothiques faits à la manière des 
anciennes châsses, représentans la forme des plus belles églises 
gothiques : et sur le derrière du tombeau on y lisait ces vers : 

^^, Fecit utrumque îatus, frontem tectumque Sugerus. 

Inscription qui fait connoistre que cet ouvrage estoit un monu- 
ment de la piété de l'abbé Suger. 

I. Dom M. Félibien. Histoire de l'abbaye foyâle de Saînt-Dehis, in-fol. 1706, 
p. 447- 



DANS l'abbaye DE SAINT-DENIS 63 

« La résolution prise défaire un autre autel, on en dressa d'abord 
les modèles, avant que d'arrester les desseins de celuy que l'on voit 
aujourd'huy dans le fond du chevet. Le Prince de Joinville, frère 
aisné de l'abbé Henry de Lorraine, fut prié de mettre la première 
pierre du nouvel autel. Il vint à cet effet à Saint-Denys le seizième 
d'avril 1627. L'autel fut consacré le huitième d'avril de l'année 
suivante par Simon le Gras, évêque de Soissons. Dans l'épaisseur 
du mur, par derrière, à la hauteur d'environ six pieds, on a pratiqué 
une espèce d'armoire où sont enfermées les trois châsses des saints 
Martyrs. Mais, quoique l'autel soit presque tout de marbre et bien 
exécuté ï, il faut avouer que la vue d'un mausolée distingué de 
l'autel, comme il estoit auparavant, avoit quelque chose de bien 
plus vénérable. » 

Un autre passage du même ouvrage contient une description 
détaillée du nouvel autel. Nous allons le reproduire intégralement; 
on verra que tous les détails qu'il donne concordent avec les termes 
du marché que nous publions ci-après. L'autel de Thomas Boudin 
et les trois figures qu'il s'était chargé d'y joindre subsistèrent jus- 
qu'à la Révolution. En reste-t-il encore quelque débris ? nous l'igno- 
rons. Peut-être des recherches poursuivies avec tact et persévérance 
aboutiraient-elles à quelque découverte intéressante. 

Voici la description de l'autel des Martyrs, tel qu'il existait en 
1706, d'après le livre de Félibien (p. 531) : 

« Après le grand autel, il n'est rien dans cette basilique de plus 
vénérable que l'autel des saints martyrs, puisque c'est là que repose 
le corps de S. Denys et ceux de ses deux saints Compagnons, prin- 
cipal objet de la piété des fidèles qui viennent de toutes parts visiter 
ce saint lieu consacré à leur mémoire. L'autel est presque tout de 
marbre avec divers ornemens de bronze. Quatre colonnes corin- 
thiennes avec autant de pilastres derrière de marbre noir, deux de 
chaque costé, élevées sur des piédestaux soutiennent un entable- 
ment; et au milieu, en face de l'autel, est un grand cadre, aussi de 
marbre noir, qui enferme un tableau de saint Denys. Sur l'entable- 
ment sont posées au-dessus des colonnes qui forment l'avant-corps 
de la face, deux grandes figures, l'une qui représente S. Rustique, 
prestre, et l'autre S. Eleuthère, diacre, martyrs et compagnons de 
S. Denys. Plus haut, et comme au milieu de ces figures, se voit 
celle de saint Denys dans une ouverture cintrée qui occupe le 
milieu d'un second ordre orné <^e huit petites colonnes composites 
de marbre jaspé et terminé par un fronton brisé, au milieu duquel 
est un grand écusson des armes de France et de Navarre environné 

I. En marge d« ce passage î « Par Thomas Boudin^ sculpteuf du Roy. » 



64 l'autel des corps saints 

des colliers des Ordres de S. Michel et du S. Esprit. Derrière l'au- 
teur, dans l'épaisseur du mur à la hauteur de six pieds on a pratiqué 
une armoire où sont enfermées dans trois châsses d'argent en forme 
de petits cercueils les reliques des trois saints Martyrs. Sur l'un de 
ces cercueils, un peu plus grand que les deux autres (long de 2 
pieds et demi sur i pied 3 pouces de haut), est écrit en lettres 
majuscules fort anciennes : Hic situm est corpus beatissimi martyris 
Dionysii archiepiscopi. Sur l'autre : Hic situm est corpus beatissimi 
martyris Rustici archipresbiteri. Et sur la troisième en mêmes carac- 
tères : Hic situm est corpus beatissimi Eîeutherii archidiaconi: Le carac- 
tère de ces inscriptions aussi bien que la forme et la simplicité des 
trois châsses en marque l'antiquité. 

« Cet autel remplit toute l'arcade du milieu du rond-point ou 
chevet de l'église jusqu'à la hauteur des galeries. » 

L'ouvrage était, on le voit, d'importance. Les détails four- 
nis par les quarante-un articles .du devis dressé avec une précision 
méticuleuse par les Religieux de Saint-Denis, expliquent d'ailleurs 
le chiffre élevé de la somme promise au sculpteur-entrepreneur. 
La dépense totale s'élevait à douze mille livres, et encore les Reli- 
gieux fournissaient-ils le marbre et le fer. Tous les autres frais, de 
quelque nature qu'ils fussent, incombaient à Thomas Boudin, qui 
faisait métier d'entrepreneur de maçonnerie en même temps 
qu'œuvre de sculpteur, sans croire ainsi déroger en aucune manière. 

Bien d'autres artistes plus célèbres que Boudin acceptaient alors 
les besognes les plus modestes; il ne faut donc pas conclure de la 
nature des travaux au peu de réputation du sculpteur. Si les Reli- 
gieux de Saint-Denis se sont adressés à Thomas Boudin et lui ont 
confié une entreprise qu'ils considéraient à coup sûr comme du 
plus haut intérêt pour la décoration de leur sanctuaire, ce choix 
fait grand honneur à celui qui en fut l'objet et prouve qu'il jouis- 
sait d'une notoriété bien établie chez tous ses contemporains. Il 
devra désormais occuper une place honorable parmi les sculpteurs 
renommés du règne de Henri IV et de la minorité de Louis XIII, à 
côté des Biart, des Berthelot, des Tremblay et des Prieur. 

Jules Guiffrey. 



DANS l'abbaye DE SAINT-DENIS 6$ 

Mémoire et devis des ouvraiges d'architecture, scqulpture, maçon- 
nerye, et ensemble la calité des mathereaulx quil convient faire 
en r église Saint Denis en France et à l'autel des corps sainct:^ en 
hault et en la place où est la cuve ^ du roy Dagohert et entre les 
deux pilliers qui sont devant la chappelle Notre Dame ^ 

Premièrement. 

Il fault fouiller entre les deux pilliers cy dessus nommez et 
au devant d'iceulx pour trouver le vif de la maçonnerye de la 
voulte qui est desoubz pour faire une platte forme de maçon- 
nerye avec bon libage et moillon, chaulx et sable, de la gran- 
deur de quatorze piedz ung quart de large, ou environ, sur 
ung sans, et treize piedz de long sur l'autre, ou environ, et 
construire ung corps de mur au dessoubz de ladite voulte, de 
la longueur et largeur des bases qui sont à costé dudict autel 
de pierre de taille, qui prendra depuis la fondation jusques 
aux arcades de ladicte voulte. 

n. Plus, dessus ladicte platteforme sera trassé et planté le 
corps de l'autel, comme aussy les marches suivant et confor- 
mément le dessain qui en a esté arresté par Messeigneurs 
Relligieux de ladicte eglize Sainct Denis, et aura le corps de 
ladicte ouvraige treize piedz edemy de large ou environ, et de 
long douze piedz quatre poulces, depuis le derrière de l'autel 
jusques au devant de la dernière marche, assavoir : quatre 
piedz ung quart pour l'époisseur du corps de la fassadde au 
dehors œuvre, et dans laquelle époisseur sera compris la place 
où seront mis les sainctes chasses, qui aura de large deux piedz 
troys quartz, et de long quatre piedz, ou environ. L'autel 
aura deux piedz sept poulces de large et sept piedz de long, 
troys piedz ung poulce de hault; le paradeU aura troys piedz 
de large ou environ et sept piedz de long ou environ. Et depuis 
l'aire de terre jusques au dessus de la poincte du fronton d'en 
hault qui couronne la niche et ladicte ouvraige, aura vingt-six 
piedz de hault, ou environ. 

1. Le monument du roi Dagobert, détruit par les Normands et rétabli au xin* 
siècle, était isolé au milieu du chœur comme on le voit sur le plan indiquant la place 
des tombeaux du chœur, dans le livre de dom Michel Félibien. 

2. Le texte de ce marché nous a été communiqué par M. le vicomte de Grouchy. 

3. Voyez l'explication du mot paradel à l'article XIV de notre marché. 



ART F», xni 



66 L AUTEL DES CORPS SAINTS 

III. Plus, sur le plan et autre les deux pilliers par derrière 
sera faict une arcadde de quatre piedz de large ou environ, et 
troys piedz de hault, desoubz la clef à l'aire de terre les claviez 
auront quatorze poulces de hault ou environ, et de profon- 
deur de l'époisseur du corps de l'autel entre les deux murs, 
assavoir le mur de la fassadde et celluy de derrière dudict 
autel. Et sera ladicte arcadde taillée par vousois de la pierre 
du pays, de la millieure, et les costez et contre pilliers au 
dedans de pierre de taille du pays, de l'espoisseur d'ung pied 
ung poulce de chacun costé pour soutenir les vousois et la 
poussée d'icelle et aussy pour applicquer l'architecture et pied 
d'estail de marbre blanc qui se trouveront contre. 

IIII. Plus, sur ladicte arcadde sera mis et posé une pierre de 
liaiz qui sera taillée et poUie de la longueur de cinq piedz ou 
environ, et de large deux piedz et demy ou environ, et 
d'époisseur quatre ou cinq poulces, comme il se trouvera bon 
estre, et dessus ladicte pierre seront posées les saintes chasses 
qui seront à cinq piedz de hault de terre ou environ. 

V. Plus, dessus les corps sainctz sera mis et posé une aultre 
pierre de liaiz, de mesme grandeur et largeur que l'aultre cy 
dessus nommée, et de mesme époisseur, taillée et pollie, qui 
servira de ciel et couvrira les sainctes chasses, et aura entre 
les deux pierres, à savoir celle où seront posez les corps 
sainctz et celle de dessus, troys piedz et demy de haulteur ou 
environ. 

VI. Plus, au dessus de la pierre qui couvrira les corps 
sainctz sera faict une aultre arcadde de grandeur qu'il con- 
viendra bon estre, qui sera taillée par vousois, de mesme épois- 
seur que l'aultre de dessoubz, le tout de pierre de taille, et 
servira ladicte arcadde à porter l'architecture d'anhault, qui 
sont les huict coUonnes. 

VIL Plus, pour fermer le derrière dudict autel et les arcadde 
sera taillé ung mur de la pierre du pays, de la haulteur du 
dessus où posera les coUonnes d'en hault, et de largeur entre 
les deux pilliers, et d'espoisseur de sept ou huict poulces ou 
environ. 

Vin. Plus, dedans ledict mur de derrière sera mis et posé 
une table de marbre noir, de troys piedz et demy de hault, et 



I 



DANS l'abbaye DE SAINT-DENIS 67 

de large deux piedz, pour escrire, graver et dorer se qu'il 
plaira à mes dictz Seigneurs Relligieux me donner. 

Pour le devant de TAutel : 

IX. Plus, pour le devant de la fassade de l'autel sera faict 
ung mur de pierre de liaiz jusques au dessus des chappiteaulx 
des coUonnes, qui sera d'ung pied troys poulces ou environ 
d'eppoisseur, qui sera planté suivant et conformément le 
corps et arrière-corps de l'architecture comme le dessain où 
sera taillé et espargnié se qu'il sera bon faire, et bien exa- 
tement. 

X. Plus, en bas et au devant d'icelluy mur et au costé de 
chacun pillier sera ellevé et cofistruict troys piedz d'estaulx 
suivant le plan et dessin, assavoir : deux pour porter les col- 
lonnes et ung au mitan qui sera suivant le dessain pour poser 
se qu'il plaira à Messeigneurs Relligieux, et seront lesditz 
piedz d'estaulx de marbre blanc qu'il me fourniront, et à moy 
de les faire bien tailler les moullures et ornemens exatement, et 
bien pollir suivant l'ordre corainte. Et seront lesdictz piedz 
d'estaulx de la haulteur de la table d'autel qui sera à quatre 
piedz sept poulces de l'aire ou environ. 

XI. Plus, dans lesditz piedz d'estaulx et au retour d'iceulx 
sera mis et inclustré des marbres, tel qu'il plaira me donner, 
de la grandeur que la place le requiert. 

Xn. Plus, au devant de l'autel sera construict troys 
marches, assavoir : la premierre aura unze piedz huict poulces 
de long par le devant ou environ, à la plus grande largeur, et 
sera taillée par les coings pour ne poinct empescher le passage, 
et par les costez aura six piedz trois poulces ou environ, et 
aura de giron quatorze poulces et cinq poulces d'epoisseur. La 
segonde aura unze piedz deux poulces de long par le devant 
et de large par les costez six piedz ung poulce, et d'espoisseur 
cinq poulces. 

XIII. Plus, le paradel aura sept piedz de long, autant 
comme l'autel, et de large et de gyron trois piedz ou environ, 
et cinq poulces d'espoisseur ; toute les marches et le paradel 
sera orné et taillé une moullure d'ung demi ron, et seront de 
marbre tel qu'il plaira me donner. 



68 l'autel des corps saints 

XrV. Plus, au dessus de la marche que l'on appelle paradel 
qui est la troiziesme, sera eslevé l'autel qui aura troys piedz 
ung poulce de hault ; la table d'autel aura sept piedz de long, 
et de large deux piedz sept poulces ou environ, et d'espoisseur 
et marbre qu'il plaira à Messeigneurs Relligieux, et le tour de 
Tautel sur quoy portera la table sera de marbre blanc. 

XV. Plus, dessus les piedz d'estaulx qui porte les collonnes 
et retour d'iceulx qui sont à chacun costé de l'autel sera faict 
ung socle de marbre noir ou tel qu'il plaira me donner, de la 
haulteur de cinq poulces et au mitan et entre les deux collonnes 
qui avance; et dessus, ledict autel aura aussy un socle de marbre 
noir, de la haulteur que dessus, pour séparer la table d'autel 
qui sera de marbre, le tout bien taillé et poUy. 

XVI. Plus, sur les socles qui seront posez sur les piedz 
d'estaulx cy dessus nommez sera posé à chacun costé deux col- 
lonnes de marbre noir qui auront sept piedz edemy de tronc 
ou environ, que mesdictz Seigneurs Relligieux me doive four- 
nir, et à moy de les faire bien tailler et pollir, et seront les- 
dictes collonnes cy dessus nommées de l'ordre corainte, assa- 
voir l'une desd. collonnes, à chascun costé de l'autel, avancera 
plus que l'aultre suivant le plan. 

XVn. Plus, les quatre basses desdictes collonnes et les 
quatre chapiteaulx seront de bronze bien tournée, fondue et 
réparée. 

XVin. Plus, derrière les collonnes sera faict et inclustré 
ung pilastre de marbre blanc et noir, ou aultre marbre, de la 
haulteur et largeur du tronc des collonnes, et aura ung poulce 
de saille hors du corps. 

XIX. Plus, les quatre basses et chappiteaulx des pilastres 
cy dessus nommez seront aussy de bronze, de la grandeur et 
largeur que ceulx des collonnes, bien réparées et jestées. 

XX. Plus, dessus les chappiteaulx des collonnes et allentour 
des retours, comme aussy au costé de l'autel, sera faict et sequlpé 
une arquitrave, frize et corniche avec les modelons ^ de pierre 
de liaiz, la plus belle et la mieux taillée que faire se pourra, de 
la haulteur et grandeur que l'ordre le requiert. 

I. Modillons. 



DANS l'abbaye DE SAINT-DENIS 69 

XXI. Plus, dans la frize qui est entre la corniche et l'arqui- 
trave sera inclustré des marbres noir et de coulleur, comme 
aussy au costé et allentour des retours, où sera gravé et doré 
les chifres de sainct Denis. 

XXII. Plus, entre les coUonnes de devant et dessus Tautel, 
au mitan d'iceulx, sera espargnié et taillé une table d'attente, 
où sera inclustré une table de marbre noir, de troys piedz et 
demy de long ou environ, et de large ung pied deux poulces, 
pour graver et dorer ce qu'il plaira à Messeigneurs me donner. 

XXm. Plus, à chacun costé et desoubz ladicte table sera 
faict trois chérubins de bronze, qui auront chacun ung pied 
edemy de hault ou environ. 

XXrV. Plus, entre les deux collonnes qui avance au devant 
de l'autel sera faict ung quadre dont la bordure sera de marbre 
de coulleur qu'il plaira me donner, qui aura huict poulces 
edemy de large ou environ, et de saillie sept poulces et demy 
ou environ, et de hault neuf piedz, et de large six piedz quatre 
poulces ou environ, bien exatement taillée et pollie suivant le 
carton et proufil qui en sera montré à mesdictz Seigneurs 
Relligieux, et le dedans du quadre aura de large cinq piedz, et 
de hault sept piedz sept poulces ou environ, et sera icelluy 
quadre en crochette par en hault, comme le dessein le montre. 

XXV. Plus, dans les crochettes qui est au quadre cy dessus 
nommé et en hault sera faict à chacun costé une cartoche de 
bronze, qui auront à chacune ung pied de hault, et de large à 
preporsion suivant la place. 

XXVI. Plus, au dessus de Tarrière coUonne sera à chacun 
costé ung frontipise de pierre de liaiz de la mesme ordonnance 
que la corniche avec les modelons et moullure bien ex[ac]te- 
tement taillée. 

XXVII. Plus, au dessus des frontons qui sont sur l'arrière 
coUonne sera faict ung pied d'estail de pierre de liaiz avecq 
moullure garnie de marbre. 

XXVIII. Plus, sur les piedz d'estaulx cy dessus nommez et 
à chacun costé sera mis et posé ung vaze de bronze d'ung 
pied et demy de hault avec ornemant bien taillé et réparé. 

XXIX. Plus, sur les retours de la corniche des collonnes 



70 l'autel des corps saints 

qui avance devant sera faict à chacun costé ung pied d*estault 
de liaiz, d'ung pied de hault et de large ung pied et demy, y 
comprenant ses retours, garny de marbre mouUuré, bien tail- 
lée et polie. 

XXX. Plus, dessus les piedz d'estaulx cy dessus nommez 
sera faict et sequlpé à chacun costé une figure de pierre de 
Tonnaire de cinq piedz de hault, ou environ, qui représente- 
ront deux diacres ou autre figure qu'il plaira me commander. 

XXXI. Plus, entre lesdictz piedz d'estaulx et les frontipise 
et desus la grande corniche et l'arcadde d'an hault sera cons- 
truict et ellevé huict piedz d'estaulx de pierre de liaiz, ornez de 
moullure et basse de la haulteur d'ung pied dix poulces, bien 
proprement taillé. 

XXXII. Plus, aura des inclustremans de marbre dans les 
piedz d'estaulx cy dessus nommez. 

XXXIII. Plus, derrière les piedz d'estaulx sera faict les cors 
et arrière cors et ranfoncement des quatre costez qui seront 
de pierre de liaiz, de la haulteur de sept piedz ou environ, et 
d'eppoisseur dix poulces. 

XXXIV. Plus, dans les cors ou renfoncement sera mis et 
posé huict collonnes de marbre vert et blanc ou telle couUeur 
qu'il plaira me donner, qui auront de hault cinq piedz de 
tronc ou environ, et seront de Tordre composite, et mesd. 
Seigneurs Relligieux me fourniront les marbres. 

XXXV. Plus, les chappiteaulx et basses des huict collonnes 
seront de bronze, de la haulteur à preportion desd. collonnes, 
suivant l'ordre composite. 

XXXVI. Plus, au dessus des chapiteaulx sera faict une 
arquitrave, frize et corniche de pierre de liaiz, ornée de moul- 
lure, ornemant dantellé bien taillé avec les retours et saillie, 
couronné d'ung frontipisse, et sera lad. arquitrave et frize 
brizée en rond par le mitan pour avoir plus de haulteur pour 
loger la figure sainct Denis. 

XXXVII. Plus, entre les collonnes et au mitan aura une 
niche parcée à jour, de largeur de deux piedz edemy, et de 
haulteur six piedz ou environ, où dans icelle niche sera mis 
une figure de pierre de Tonnaire de cinq piedz troys quartz 
de hault, représantant ung saint Denis. 



DANS l'abbaye DE SAINT-DENIS 7I 

XXXVni. Plus, sur le fronton d'en hault et au mitan 
d'iceluy il y aura ung pied d'estail, et ung à chacun costé; 
celluy du mitan servira pour porter les armes du Roy qui 
seront de marbre blanc; et aura lad. arme troys piedz edemy 
de hault et de large à preporsion. 

XXXIX. Plus, sur les deux aultres piedz d'estaulx qui 
seront au costé du fronton cy dessus nommé sera mis et posé 
sur chacun ung vaze de bronze, qui auront ung pied de hault 
ou environ et de grosseur à preporsion. 

XL. Plus, desoubz la niche où sera pozé l'image sainct 
Denis, dans le renfoncement et antre les deux coUonnes d'en 
hault, desus la grande corniche, sera mis et posé des armes de 
marbre blanc, de la haulteur d'ung pied ung quart, qui seront 
les armes de Monseigneur l'abbé, et les autres armes seront 
les armes de l'abaye Sai net-Denis, le tout bien taillé et sequlpé. 

XLI. Plus, le fer qui me faudra pour lad. ouvraige, mesdictz 
Seigneurs Relligieux me le fourniront. 

Touttes et une chacune des ouvraiges cy dessus mention- 
nées seront bien et dûment faictes suivant et conformément le 
dessin et plan qui en a esté arresté par mesd. Seigneurs Relli- 
gieux es dires d'ouvriers et gens à ce cognoissans, et l'entre- 
preneur fournira de pierre de Haiz, autre pierre et mathe- 
reaulx à la réserve des marbres, assavoir : marbre blanc, 
marbre noir et marble blanc et noir, marbre de coulleur, la 
table d'autel, les grandes collonnes, assavoir les quatre de 
marbre noir et les marbres des huict collonnes d'en hault, de 
marbre blanc, vert et noir, lesquelles auront cinq piedz de tron, 
et tous les marbres qui consernent à icelle, que mesd. Sei- 
gneurs Relligieux me fourniront, et led. entrepreneur sera 
tenu de les bien tailler et sculper pour le prix et somme de 
douze mil livres tournois. 

Furent présens en leurs personnes Religieuses personnes 
frères Firmyn Pingre, grand prieur, Louis Vyon, comman- 
deur, Jehan Le Jay, trésorier, et Anne de Goussancourt \ 
cesnier, tous Religieulx de l'abbaye Sainct-Denys en France, 



I. L'épitaplie du Frère Anne Goussencourt, mort en 1650, est imprimée avec les 
Pièces Justificatives de V Histoire de Vahhaye de Saint-Denis y p. 587. 



72 L AUTEL DES CORPS SAINTS 

au nom et comme procureurs de Messieurs les vénérables 
Religieulx grand prieur et couvent de l'église et abbaye de 
Sainct-Denys, fondé de procuration specialle à l'effect des pré- 
sentes, passée devant Pierre Dedessuslemoutier, greffier et 
tabelion de Saint-Denis, le dimanche, troisiesme jour de may 
dernier passé, dont la teneur sera insérée en fin des présentes, et 
icelle demeurée es main dud. s*" grand prieur, estant de présent 
en ceste ville de Paris, d'une part, et Thomas Boudin, sculpteur 
ordinaire du Roy, demeurant à Paris rue Sainct-Anthoine, 
paroisse Sainct-Paul, d'autre part; Lesquelz, en la présence 
de Monsieur Anthoine Godefroy, sieur de Beauvilliers, Con- 
seiller du Roy en ses Conseils d'Estat et privé et Pierre Sainc- 
tot. Conseiller (?) et bourgeois de ceste ville de Paris, à ce 
présens, ont volontairement recongneu et confessé, recon- 
gnoissent et confessent avoir fait ensemble les marché et con- 
vention cy après, c'est assavoir : ledict Boudin avoir promis, 
promect et s'oblige ausdictz Religieulx, grand prieur et cou- 
vent de Sainct-Denis de faire et parfaire bien et deuement, aux 
dires d'ouvriers et gens à ce congnoissans dont lesd. parties 
conviendront, suyvant et conformément au desseing et plan 
arresté entre lesdictes parties et par elles paraphé, et des 
notaires soubsignez pour estre suyvis, tous et chacun les 
ouvrages de massonnerye, sculpture, architecture, à plain 
déclarez et speciffiez et selon qu'ilz sont déclarez es quarante 
uniesme article du mémoire et devis d'iceulx cy devant escript, 
à faire en lad. église Sainct-Denis pour Tau tel des corps 
sainctz au lieu qui a esté advisé et designé en l'église haulte 
où est placé la cuve du roy Dagobert, et entre les deux pilliers 
qui sont devant la chappelle Nostre-Dame, et ce de l'ordon- 
nance et mathéreaux que lesdictz sieurs Religieulx et led. Bou- 
din doibvent chacun fournir, ainsy qu'il est plus particulère- 
ment declairé en chascun article desd. devis et mémoire; et 
sera tenu led. Boudin, entrepreneur, de faire touttes les ouver- 
tures, descombremens nécessaires et payer les ouvriers qui 
feront et travailleront ausd. ouvrages jusques à la perfection 
d'iceulx, et rendre le tout faict et parfaict dans le dernier jour 
de septembre de Tannée prochaine mil six cens vingt sept, et 
place nette. 

Cestuy marché et promesse faictz moyennant la somme de 



DANS l'abbaye DE SAINT-DENIS 73 

douze mil livres tournois que lesd. sieurs grand prieur et Reli- 
gieulx, audict nom, ont promis, promectent et obligent de 
bailler et payer audict^owi/w pour tous lesd. ouvrages, assavoir : 
au feur et à mesure qu'il travaillera ausd. ouvrages la somme 
de dix mil cinq cens livres tournois, sur laquelle ledict Boudin 
a confessé et confesse avoir eu et reçeu desd. sieurs Religieulx 
et couvent à plusieurs et diverses fois la somme de mil livres 
tournoiz par trois recepissez présentement renduz ; et le sur- 
plus, montant quinze cens livres tournois, après que lesd. 
ouvrages auront esté parfaictz et receuz ; car ainsy a esté 
accordé entre lesd. parties, promettant, obligeant chacun en 
droict soy, lesd. sieurs grand prieur et Religieulx audit nom 
de procureur, et led. Boudin corps et biens etc. 

Faict et passé en la maison du sieur de Beauvilliers, sçize 
rue de Paradis, après midy, l'an mil six cens vingt six, le 
samedy, vingt neufiesme jour d'Aoust. 

[Signatures :] F. Pingre. — L. Vyon. — J. Le Jay. — De 
Goussencourt. — Godefroy. — Sainctot. — Boudin. 

Ensuict la teneur de ladicte procuration dont cy devant est 
faict mention. [Le texte de cet acte n'offrant aucun intérêt, il 
a paru superflu de le reproduire.] 



SIMON DE LORME 

SCULPTEUR 

xvi^ siècle. 

ÉDIFICATION d'un JUBÉ DANS l'ÉGLISE ABBATIALE DE SAINT-JEAN 
DE LAON. — RECONSTRUCTION d'uN GIBET. — FONTE DE 
CHANDELIERS EN CUIVRE. 

Communication de M. Georges Grandin. 

Ainsi que le disait fort justement M. Jules Guiffrey, dans un des der- 
niers numéros de cette publication, les documents du commencement 
du xvi= siècle sur nos vieux maîtres français sont fort rares. 



74 CONSTRUCTION d'UN JUBÉ 

Empressons-nous donc de mettre au jour le nom de Simon De Lorme, 
ce tailleur d'images, inconnu sans doute, qui travaillait dans 
l'abbaye Saint-Martin de Laon en 1529 et qui nous paraît avoir 
voyagé quelque peu. En effet, il ne dut séjourner que momentané- 
ment à Laon, envoyé vraisemblablement par l'abbé commendataire 
avec mission d'exécuter les figures d'un jubé. Simon De Lorme qui 
était religieux-lai serait-il parent de Philibert De Lorme, le grand 
architecte français qui vivait à la même époque? — C'est possible ; 
l'auteur des Tuileries n'était-il pas lui-même abbé d'une importante 
abbaye. 

G. G. 



MARCHÉ ENTRE LE PRÉVÔT DE l' ABBAYE SAINT-JEAN DE LAON ET 
JEHAN ESTIENNE, MAITRE MAÇON, POUR l'eXÉCUTION d'uN 
JUBÉ. 

19 juin 1529. 

Comparurent en leurs personnes, en Tabbaye de Sainct- 
Jehan de Laon, Religieuse personne damp Pasques Lefebure, 
Religieulx, prévost, procureur et receveur de Téglise et mona- 
stère dudict Sainct-Jehan, d'une part ; et honnorable homme 
Jehan Estienne, maistre masson, demeurant en la ville dudict 
Laon, d'autre part. Et recognurent lesdictes parties avoir con- 
venu, traicté et accordé ensemble, en la manière quy ensuict : 
C'est assavoir, que ledict Jehan Estienne, maistre masson, 
sera tenu et a promis de faire et édiffier de nouvel, de toutes 
matières et utencils quelconques, à ses frays et despens, ung 
pupitre de pierres de tailles en ladicte église de Sainct- 
Jehan les deux murailles de la nef d'icelle église, que 

ledit damp Pasques Lefebure, prévost et receveur, entend 
donner et faire faire de ses deniers particuliers pour la fer- 
vente devocion et affin d'estre du nombre des bienfaiteurs et 
participer aux prières et oroisons quy se feront cy après en 
ladicte église et monastère ; lequel pupitre aura largeur telle 
qu'il plaira audict Lefebure, prévost, et la devanture et fons 
dudict pupitre faire de tel ouvrage que le pourtrait est fait par 
ledict masson sur une peaue de velin, signé des notaires 
royaulx soubzsignez, paraphé par ledict prévost; et icelluy 
pupitre de telle haulteur contpétente, telle que celluy de la 



A SAIKT-JEAN DE LAON 75 

ithédralle Nostre Dame de Laon ou environ, au choix 
iceluy prévost; et faire audit pupitre deux montées plattes 
: largeur souffisante, selon que le lieu le desirra; et faire 
dossier des fourmes du cœur de ladicte église aussy de pierres 
; tailles de haulteur compectente, feuilles et fleurs de lis 
.r dedans le cœur. Et pour les estanfiches, ce qu'il ne se 
ult veoir par ledict pourtrait, sera tenu faire, à chacune 
tanfiche, une augive et deux fourmeretz et les faire venir de 

plain, les monter droictes jusques au traict de charge, 

et à l'autre costé, à l'endroit de Tare doubleau, se fera telle 
molure [comme au dit] plan, jusques au traict de charge, telle 
qu'il fauldra pour voulcer ledict pupitre ; et sur lesdicts traictz 
ie charge faire voulces d' augive jusques en clez, et les couvrir 
- pendentiz ; et faire à la clef ung bouillon pendant d'un pied 
ou pied et demy; et faire deux autelz et livrer les tables 
d'iceulx; devant lesquelz autelz se fera des fourmemens à 
deux menyaulx à ourbe, foumy de remplage et cornettes (?). 
Et de faire aux deux arches quy seront aux deux costez des 
murailles, à chacune une pestitte fourmes de voulsure et rem- 
plage. Et dedans les fourmemens, devant lesdictz deux autelz, 
faire deux culz de lampes pour mectre les ymaiges telles qu'il 
plaira audit Lefebure, prévost, faire faire pour y mectre. Et sera 
tenu ledit masson faire toute la devanture dudit pupitre ainsy 
que il est sur ledit pourtraict de pierres dures en neu (^sic) de 
Brancourt. Et faire les entrepiedz des estanfiches avecq les pre- 
miers corps des gros tabernacles de ladiae devanture de pierres de 
Magneux lez Fismes, se possible est audit masson en advoir et 
recouvrer; et, en faulte d'en pouvoir recouvrer, les hire de la 
meilleure et plus dure pierre convenable à ce de ce pais. Et 
faire le reste de la devanture dudit pupitre avecq les bordures 
de la clôture des fourmes vers le cœur de pierres de Bran- 
court. Et le surplus et résidu de tout Touvraige dudit pupitre, 
tant le fons d'icelluy comme ledit dossier des fourmes avecq 
les voulsures et pendentiz, faire de pierre de Coulliegies Et 
aussy de faire les marches desdictes deux montées et paremens 
de dessus ledit pupitre de pierres dures, comme dit est, 
sousfissantes ; et pareillement de faire les fondemens dudit 
pupitre jusques aux roches de pierre blocquailles et de mortier 
de chaulx; et lesdicts fondemens bons et souflissans pour et telz 



76 CONSTRUCTION d'UN JUBÉ 

que audict eddiffice appartiendra. Et tous lesdictes ouvraiges 
faire en bons [matériaux] souffissans, et le tout remis, fait et 
parfaict selon ledict pourtraict et autres devises dessus décla- 
rées dedans le jour de Sainct Remy d'octobre prochain venant 
en ung an, aux fraiz et despens dudict Estienne, masson, 
comme dessus est dict, de toutes pierres telles que dessus, 
chaulx, arraines ', et autres matières et utencilz quelconques; et 
le tout rendre par dict de gens et de maistres en ce congnois- 
sans pour lesdictes ouvraiges faire et parfaire en la manière 
que dict est; ledit Lefebure, prévost, s'est et sera tenu et a 
promis de paier, bailler audit Estienne, masson, la somme de 
quatre cens cincquante livres tournois avecq cent solz tournois 
pour ayder à avoir cent piedz de grès, à mesure que ledit 
ouvrage se fera. Si comme lesdictes parties, etc.. Fait et passé 
en ladicte abbaie, pardevant nous Anthoine Morelet et Nico- 
las Carolez, notaires royaulx au baillage de Vermandois, 
demeurans audit Laon, le dix neufviesme jour de juing l'an 
1529. 

Ce dit jour, pardevant nous notaires dessusdicts, lesdictes 
parties ont traicté et convenu enssemble en la manière quy 
enssuict : c'est assavoir que ledit Estienne, masson, sera tenu 
de remparer les formes de la voulsure de chappelle Nostre 
Dame, abbatre les murailles et relever de trois piedz plus bas 
que l'entablement aux endroictz où les murailles sont esboul- 
lées et versées ; comme de renduire et crocheter les crosses des 
pilliers quy sont aux plattes murailles et de retailler et mectre 
des entablemens, se besoing est en advoir; et aussy rempa- 
rer une grant fente à la voulsure tenant au grant pignon de 
la nef de ladicte chappelle et perser les murailles dudit pignon 
oultre à l'endroit des plattes et ventrières, et les rescoupper 
pour mectre des encres de fer quy se attaicheront aux ven- 
trières pour tenir le pignon de verser; et tout ledit ouvrage 
remis, fait et parfait, bon et souffissans par dict de gens en ce 
congnoissans dedans le jour Sainct-Remy d'octobre prochain 
venant ; pour faire lesquelles resfections ledit prévost sera tenu 
et a promis luy bailler et faire bailler et administrer toutes 
les pierres, chaulx, arraine avecq la demye douzaine de 

I, Arena, sable. 



A SAINT-JEAN DE LAON 77 

perches pour hourder pour faire lesdicts remparemens et pour 
la peine et sallaire et fasson, de paier, bailler la somme de 
quarante livres tournois, à feur et mesure qu'il fera lesdictes 
reparacions Si comme etc.. 

Archives départementales de l'Aisne, E 470, minutes de Antoine Morelet. 



n 

TRAITÉ ENTRE JEHAN ESTIENNE, MAITRE MAÇON A LAON, ET 
JEHAN JOSNEAU, MAÇON A CRANDELAIN, POUR LA RECONSTRUC- 
TION d'une JUSTICE PATIBULAIRE SUR LA MONTAGNE DE COUR- 
TECON. 

30 juin 1529. 

Comparurent en leurs personnes Jehan Estienne, maistre 
masson, demeurant à Laon, comme stipulant pour Messieurs 
les Religieux, abbé et couvent de Sainct-Jehan de Laon, d'une 
part, et Jehan Josneau, aussy masson, demeurant à Crendlain, 
d'aultre part ; et recogneurent advoir traité et convenu en la 
manière qui enssuict, c'est assavoir : que ledit Josneau a pro- 
mis de faire rediffier de nouvel une justice patibulaire à deux 
pilliers de pierres au lieu où soulloit estre la justice de bois 
dessus le village et montagne de Courtcon, appartenant à 
ladicte abbaie; et faire lesdicts deux pilliers en forme de 
deux piedz en quarrure au dessus des embrassemens, et faire 
assoere une boiste envers lesdicts deux pilliers de quatorze 
piedz de haulteur, et admortir lesdicts deux pilliers par dessus 
ladicte boiste ; et sera tenu de faire leurs fondemens bons et 
souffissans, et rendre lesdicts pilliers faitz et parfaictz de tout, 
à ses despens, dedans six sepmaines prochainement venant, 
par dict de maistres et gens en ce congnoissans ; de [fournir] la 
matière et utencilz quelconques, excepté que ledit Jehan 
Estienne sera tenu luy faire livrer la pierre de taille et aussy 
livrer et faire mectre ladicte boiste ; et pour le sallaire dudit 
ouvrage sera ledict Estienne tenu paier audit Josneau la somme 
de onze Uvres tournois, à mesure etc.. Fait à Laon, par de- 
vant nous A. Morelet et Nicolas Carolez notaires, le dernier 
jour de juing 1529. 

Archives départementales de l'Aisne, E 470, minutes de Antoine Morelet. 



78 JEAN MOURY, FONDEUR 



III 

MARCHÉ PASSÉ AVEC JEHAN MOURY, FONDEUR A LAON 

POUR l'exécution de chandeliers en cuivre. 

î6 juillet 1529. 

Comparurent en leurs personnes religieuse et dévotte 
personne damp Pasques Lefebure, prévost, procureur et rece- 
veur de l'abbaie Sainct-Jehan de Laon, d'une part; et Jehan 
Moury, fondeur, demeurant audit Laon, d'aultre part. Et 
recogneurent advoir traité, conveneu enssemble, en la ma- 
nière quy enssuict, c'est assavoir : que ledit Jehan Moury 
sera tenu de faire ou faire faire neuf grans chandeliers de 
cuivre de telle sorte et façon et haulteur que ceulx qu'il a fait 
en l'église Nostre Dame de Laon, et encores mieulx, et le meil- 
leur desdicts chandeliers plus hault et en grosseur que les 
autres huict, de bonne et belle matière de cuivre net et neuf, 
quoy qu'il soit bien et souffissans, et bien soulder; et avant que 
les soulder, sera tenu ledit Moury les monstrer et peser audit 
Lefebure, prévost; ausquelz chandeliers aura à chacun un 
escusson armoirié ainsy qu'il plaira audit prévost ; et moien- 
nant ce, iceluy prévost a baillé et délivré comptant, présens 
nous notaires roiaulx soubssignez, audit Moury fondeur, la 
quantité de six cens livres de pesant de cuyvre en espèces de 
chandeliers vielz et autre cuyvre. Ledit marché fait moiennant 
ung denier à dieu de XII deniers tournois et les [conditions] 
qui enssuivent, c'est assavoir : que ledit prévost sera tenu 
paier pour la fasson desdicts neuf chandeliers la somme de 
soixante livres tournois, à mesure qu'ilz se feront, avecq une 
asnée de bled froment à lyvrer le premier jour d'aoust pro- 
chain venant. Et sera tenu ledit Moury livrer lesdicts chande- 
liers faictz et parfaicts, telz que dessus, en ladicte église de 
Sainct-Jehan, au prix tel que le viel cuyre à luy baillé par 
ledit prévost quy est du prix de six cens livres, ou au plus 
près que possible luy sera, en dedans le premier jour d'octobre; 
et [au cas] où lesdicts chandeliers neufz peseroient moins que les- 
dictes six cens livres, ledit Moury sera tenu rendre audit prévost 



SIMON DE LORME, SCULPTEUR 79 

le prix qu'il restera en cuyvre net et pareil au cuyvre desdits 
neufz chandeliers ; et sy iceulx chandeliers poisent plus que les- 
dictes six cens livres, ledit prévost sera tenu luy paier pour 
chacune livre de poix comme pour la fasson trois sols parisis ; 
sur laquelle somme de 60 livres tournois ledit Moury a receu 
comptant, présens nous notaires, dudit Lefebure, prévost, la 
somme de 20 livres tournois. Obligeans lesdictes parties 
etc. Fait àLaon, pardevant nous A. Morelet et N. Carolez, 
notaires royaulx, le 16*= jour de juillet l'an 1529. 

Archives départementales de l'Aisne, E 470, minutes de Antoine Morelet. 

IV 

MARCHÉ PASSÉ AVEC MAITRE SIMON DE LORME, SCULPTEUR ET RELI- 
GIEUX LAI, POUR l'exécution DE FIGURES EN PIERRE POUR LE 

JUBÉ DE l'Église abbatiale de saint-jean de laon. 

20 septembre 1529. 

Comparurent personnellement relligieuse et honneste per- 
sonne damp Pasques Lefebure, prévost, procureur et receveur 
de l'abbaie de Sainct-Jehan de Laon, d'une part , et maistre 
Simon De Lorme, Relligieux-lay en ladicte abbaie, d'aultre 
part; et recongnurent avoir traicté et convenu ensemble, en 
la manière quy enssuict, c'est assavoir : que ledit De Lorme a 
marchandé et sera tenu de faire et tailler les ymayges de 
pierres quy enssuivent pour emploier au pupiltre que ledit 
Lefebure, prévost, faisoit faire et édiffier de nouvel et présente- 
ment a commencez et qu'il faisoit faire à ses despens en l'église 
de ladicte abbaye ; c'est assavoir : de faire et taillier XIIII ou XV 
ymaiges de deux piedz et demy de hault chacune ymaige, et à 
icelles ymages faire leurs pourtraictz de telz sainctz ou sainctes 
que bon semblera audit prévost recepveur, pour icelles mectre 
aux deux autelz et sur pilliers et aultres endroictz dudit 
pupitre où il sera convenable de les mectre ; comme de faire 
les ymaiges d'un crusefyx, Nostre Dame et sainct Jehan, de 
telle grandeur qu'il appartiendra, en regard à l'ouvraige dudit 
pupitre ; et soubz icelluy crucefix, ung Dieu estendu en façon 
d'un Dieu de pitié, avec les ymaiges des trois Maries et sainct 



8o SIMON DE LORME, SCULPTEUR 

Jehan et ung priant à genoulx ; chacune ymaige de telle haul- 

teur que la place le requerra; et, soubz lesdictes histoires 

de crusefix et Dieu de pitié, faire ung aultre Dieu accompai- 
gné de ses douze appostres, chacun de la haulteur de pied et 
demy ou environ; et aussy, de faire trois ymaiges de haulteur 
desdicts apostres ou plus, se le cas le requiert, pour mectre 
entre ledit crucefix et ledit Dieu de pitié. Et toutes lesdictes 
ymaiges rendre faictes et parfaictes, par dict de gens en ce 
congnoissant, dedans le jour de TAscentyon Nostre Seigneur 
prochain venant. Et pour ce faire sera ledit Lefebure, prévost, 
tenu luy paier et bailler, assavoir : pour chacune ymaige 
dessusdictes, sans toucher ausdicts XII apostres, la somme de 
LV sols parisis, et pour chacune ymaige desdicts XIII (sic) 
apostres XXX sols tournois, à paier à feur et à mesure que 
lesdictes ouvraiges se feront ; et, avec ce, sera tenu ledit prévost 
et recepveur luy luivrer les pierres propices et convenables à 
faire lesdictes ymaiges et nourir ledit Siition De Lorme seule- 
ment les jours qu'il besongnera ausdictes ouvraiges, en luy 
faisant administrer pain et pitance que l'on a accoustumé 
baillier à ung Relligieulx de ladicte abbaie. Sur les deniers 
desquels ouvraiges quy monsteront en somme quatre vingtz 
treize livres XV sols, ledit De Lorme a confessé avoir reçeu 
dudict prévost huit livres tournois qu'il luy a advancé; et pour 
seureté des choses dessusdictes ledict prévost et recepveur a 
promis de sa part de baillier caucion susfisante audict maistre 
Sirnon pour luy paier et fournir de sa part au contenu cy 
dessus. Et icelluy Simon a baillé pour caucion de fournir 
de sa part audict contenu sa pencion de Relligieux-lay à 
laquelle il a convenu et accordé avec le s"" abbé et commend 
de ladicte abbaie. Obligeans lesdictes parties tous leurs 
biens et encores ledict Lefebure, prévost, sur l'amende du Roy, 
fournir chacun de sa part et l'un envers l'aultre au contenu 
cy dessus. Fait en ladicte abbaie, pardevant nous A. Morelet 
et Nicolas Carolez, notaires royaulx demeurans audict Laon, 
le XX^ jour de septembre 1529. 

Archives départementales de l'Aisne, E 470. Minutes de Antoine Morelet. 



FEUILLET — HUBERT-ROBERT 8l 



FEUILLET 

SCULPTEUR 



1762. 

« Le dix-huit Aoust mil sept cent soixante deus, a été 
inhumé dans FEglise de cette paroisse Victoire Feuillet, morte 
hier, âgée d'environ quatre mois, fille à M""® Jean-Baptiste 
Feuillet, sculpteur, de l'Académie de Saint-Luc, demeurant à 
Paris, rue Poissonier, et à dame Antoinette-Victoire Meignen. 
Presens la nourrice et les sonneurs qui ont déclaré ne savoir 
signer. — Chirouze, curé. » 

Extrait des registres de la paroisse de Saint-Pierre de Courtenay (Loiret), 
Baptêmes, Mariages, Sépultures. 



HUBERT ROBERT 

PEINTRE ET GRAVEUR 

Le peintre d'architecture qui se plaisait à la représentation des 
ruines, des monuments de toute époque, vus à la lueur du soleil 
couchant ou même à la clarté d'une lumière artificielle, a-t-il peint 
la célèbre coupole de la Halle au blé, construite en 1782 par Legrand 
et Molinos ? Nous ne trouvons pas trace de cette représentation 
peinte ou dessinée sur les livrets des salons postérieurs à 1 781. Mais 
si Hubert Robert n'a pas donné suite à son projet de reproduire 
l'œuvre hardie des deux architectes, le projet est indéniable. La 
lettre qui suit en fait foi. Elle a fait partie du Cabinet Chambry. 

H. J. 
Le Louvre, ce mardi. 

Bonjour à Monsieur Méiiêres. Voudrait-il bien se charger 
de dire mille choses de ma part à MM. Legrand et à son ami, 
et leur dire surtout que désirant faire un dessin de leurs 
magnifiques salles de la halle, le soir de l'illumination, je me 
recommande très-chaudement à eux pour y aller avec eux et 
y être placé d'une manière avantageuse pour le point de vue. 

ART FR. XIII 6 



82 ARTISTES DES GOBELINS ET DE SÈVRES 

Je leur seray infiniment obligé. J'attendray votre réponse la 
dessus le plus tôt possible et seray pour la vie, 

Monsieur, Votre très humble et très obéissant serviteur, 

Robert. 



ARTISTES DES GOBELINS ET DE SÈVRES 

INCORPORÉS DANS LA GARDE NATIONALE EN I79O 

Communication de M. Perrot 

GOBELINS 

L'époque de l'établissement de la garde nationale parisienne 
peut être fixée au 14 juillet 1789, puisque à cette époque elle 
a remplacé toutes les troupes employées au maintien de 
l'ordre dans Paris. Elle s'est ensuite organisée progressive- 
ment sous le commandement général du marquis de Lafayette. 

En 1790, l'armée parisienne est composée d'un état-major 
général et de 6 divisions d'infanterie ; chaque division com- 
posée de 10 bataillons; chaque bataillon a reçu le nom d'un 
des 60 quartiers (districts de la ville). Il comprend 4 compa- 
gnies de volontaires, d'environ cent hommes chacune. 

Chaque bataillon a un drapeau décoré d'emblèmes avec 
devises; chaque compagnie a une flamme. 

L'uniforme est habit bleu de roi, doublure blanche ; veste 
et culotte blanches de drap; collet rouge; parements et revers 
blancs avec un liseré rouge; au retroussis de l'habit un vais- 
seau découpé en drap rouge ; boutons en cuivre sur lequel est 
empreint un vaisseau et des fleurs de lis avec le numéro de 
la division et du bataillon. 

Chapeau galonné noir, cocarde tricolore, houppe de 
3 pouces de longueur de couleur rouge pour la i""* division, 
bleu pour la 2^", blanc pour la y, bleu et rouge pour la 4% 
rouge, bleu et blanc pour la 5% bleu et blanc pour la 6*. 
Bonnet de police drap bleu, bord relevé, drap écarlate au 
devant, plaque drap blanc à vaisseau écarlate. Guêtres 
blanches l'été, noires l'hiver; les officiers en bottes. 



INCORPORÉS DANS LA GARDE NATIONALE 



83 



1790. ÉTAT NOMINATIF DES CITOYENS LOGES A LA MANUFACTURE 
DES GOBELINS, FAISANT PARTIE DE LA GARDE NATIONALE (dis- 
trict de Saint-Marcel). 

I" division, 4* bataillon. — Commandant Acloque. 
2* compagnie. 
MM. 
Capitaine : Varet, à la Manufacture des Gobelins. 
Sergent: Bertin — — 



Herny — 


— 


ires : Vavoc fils. 


Claude. 


Payon. 


Degravier. 


T,ngarde. 


Bouverot. 


Valanton. 


Létourneau. 


Monlouis. 


Baigne. 


Audrand fils. 


Lafons. 


Malaine. 


Michel. 


Drabot. 


Monneau. 


Vavoc père. 


Rousselle. 


Leucreuille. 


Grimpel. 


Langlois l'aîné. 


Sollier l'aîné. 


Langlois cadet. 


Sollier cadet. 


Claude. 


Cossard fils. 


Jaillard. 


Martin. 


Leroy e. 


Harland. 


Paraux. 


Léchaudet l'aîné. 


Cossard père. 


Léchaudet jeune. 


Lebègue Taîné. 


Duhamel. 


Cornillon Taîné. 


A^^ Langlois. 


Deroy. 


Du val. 


Colin. 


Paris jeune. 


Chabeau. 


Massis. 


DeroUe. 


Lebègue jeune. 


Sobrieux. 


Cornillon cadet. 


Colodon. 


Dubreuil fils. 


Thiers. 


Morin. 


Rançon fils. 


Rousseau. 


Coupade. 


René. 


Paris Taîné. 


Laronde. 



84 ARTISTES DES GOBELINS ET DE SÈVRES 



Benois. 


Senecal. 


Dechand. 


Rabuteau. 


Marix. 


Hecmanne. 


Martin fils. 


ChevaUer. 


Duchesne aîné 


Dumontel. 


Coleron. 


Vavoc. 


Simonnet. 


Foucaux. 


Ransson. 


Gautier. 


Vavoc. 


Terrier le jeune, 


Duchesne cadet. 


Cailloux. 


Bessin fils. 


Paraux. 


Folio. 


Gaudran. 


Duchesne le jeune. 


Léguée. 


FoUot cadet. 




Pierre Duruit 


5* compagnie : 


Devosc. 


Fufils, sergent. 


Denis Duruit. 





Drapeau du Bataillon donné par la Manufacture des Gohelins. 

Drapeau fond blanc, couronne et palmes vertes aux angles 
supérieurs et en bas ; milieu : fond de ciel encadré d*or ; figure : 
veste rouge, culotte bleue, guêtres blanches. 

La face porte : emblème, un paysan quittant son village 
venant au secours de la Bastille, les bras nus, les cheveux 
hérissés, tenant une faux à la main. 

Le revers. Même figure, tenant une fourche, allant au secours 
d'une barrière où il y a deux pièces de canon en feu. 

Inscription : Mort ou Liberté. 

HÔTEL DES MENUS-PLAISIRS (faubourg Poissonuière. 
District de Saint-Joseph). 

4« division, 19* bataillon. — Commandant de la Charvineri: 
2* compagnie. 

MM. MM. 

Sergent : Collet. Villers. 

Caporaux : Jacquemart. Latour. 

Brisson. Fromageau. 



INCORPORÉS DANS LA GARDE NATIONALE 8$ 



Sauvelle. 


Pinglier. 


Butteron. 


Herry. 


Des En telles. 


Timpfeltz. 


Cavalier. 


Cécile. 


Volontaires: Le Ch" Despinasse. 


Bessales. 


Desclaux. 


Alexandre. 


Rombault. 


Cochois. 


Calame. 


Alain. 


Janvier. 


Brayer. 


Charpentier. 




École de chant. 





Sergent Major : M. Lemire. 

Drapeau du Bataillon donné par les Menus-Plaisirs. 

Drapeau fond blanc. Légendes dans la. partie supérieure « la 
Loi — la Liberté » brodé : couronne chêne et laurier nouée 
par un ruban, écusson y attaché, aux armes de Paris, bande 
du haut bleue semée de fleurs de lis, vaisseau au centre, se 
détachant blanc sur fond rouge, flots blancs. 

MANUFACTURE DE SÈVRES 

Les troupes patriotiques de la Ville de Sèvres forment, en 
1790, un bataillon de 12 compagnies sous le commandement 
de M. l'Homme d'Albon, ancien Capitaine de cavalerie. 

Parmi le personnel de la Manufacture de porcelaine du 
Roi figurent à titre d'oflSciers. 

MM. 
État-Major : Pithon, peintre, Aide-Major. 

Nouailhier, — — 

Hettlinger, Inspecteur général, Porte-dra- 
peau. 
Roflet, peintre. Secrétaire. 
Roguet, sculpteur, Vice-Secrétaire, 
i""' Compagnie : David, employé. Capitaine. 
y Compagnie : Salmon, garde magasin général. Capitaine. 
Bizard, sculpteur ornemaniste. Lieutenant. 
Le Riche, chef d'ateUer de sculpture, Ser- 
gent-Major. 



86 ARTISTES DES GOBELINS ET DE SÈVRES 

4* Compagnie : Régnier, Directeur de la Manufacture, Che- 
valiei de Tordre de Saint-Michel, Capi- 
taine. Son fils, en exercice, pour son père. 
Delestre, employé, Sergent-Major. 
5*= Compagnie : Thion, employé, Sergent-Major. 
6' Compagnie : Huet, peintre du Roi et de son Académie 
Royale de peinture et sculpture, Capitaine. 
Bougon Taîné, employé. Lieutenant. 
Aleppé, employé, Sergent-Major. 
7* Compagnie : Le Bel, peintre. Lieutenant. 

Richard, peintre, Sergent-Major. 
8* Compagnie : Danet, employé, Sergent-Major. 
9* Compagnie : Le Vavasseur, employé. Lieutenant. 

David fils, Sergent-Major. 
10' Compagnie: Petit, graveur sur or. Capitaine. 

Castel, peintre, Sergent-Major. 
II* Compagnie: Brounaille, employé. Lieutenant. 
12* Compagnie: Chaponet, sculpteur. Capitaine. 

L'uniforme est le même que celui de la Garde Nationale de 
Paris, à l'exception de l'empreinte du bouton qui représente un 
faisceau entouré de deux branches, avec inscription : « Garde 
Nationale de Sèvres. » Les agrafes du retroussis de l'habit 
représentent un faisceau entouré de branches d'olivier. 

Le Drapeau est fond blanc, cravate rouge et violette, un 
faisceau entouré de branches d'olivier, symbole de l'union et 
de la paix; au-dessous, deux cornes d'abondance d'où se 
répandent des fruits, des épis, des fleurs et des pièces d'or 
pour marquer l'avantage qui résulte de l'union et de la paix et 
une médaille sur laquelle on a gravé une inscription rappelant 
que ce sont les dames citoyennes de Sèvres qui en ont fait 
présent à la Garde Nationale. La légende dit : « à la Nation, au 
Roi et à la Loi. » 



LISTE DES TAPISSIERS DES GOBELINS EN AOUT I794 

L'énumération des tapissiers des Gobelins enrôlés en 1790 
dans les compagnies de la garde nationale parisienne dont 



INCORPORÉS DANS LA GARDE NATIONALE ' 87 

nous devons la connaissance à l'obligeance de M. Perrot ren- 
ferme un certain nombre de noms difficiles à reconnaître à 
travers les mutilations que le copiste leur a fait subir. Nous 
sommes parvenu à rectifier l'orthographe de plusieurs de ces 
noms propres et à leur rendre à peu près leur physionomie 
exacte. Pour d'autres, la difficulté a été plus grande. Si nous 
avions eu à notre disposition la liste complète du personnel 
de la manufacture à l'époque de l'organisation de la garde 
nationale, il eût été possible de mieux faire. Comme un 
document de cette nature nous manque pour 1790, nous y 
suppléerons de notre mieux en donnant, d'après les procès- 
verbaux des séances du jury des arts et manufactures tenues 
du II au 18 fructidor de l'an II, la liste des tapissiers répartis 
en quatre catégories par le vote de la Commission, suivant 
leur mérite, après l'examen des ouvrages de chacun d'eux. 

On sait que, sous l'ancien régime, les tapissiers travaillaient 
à leurs pièces; leur salaire était en proportion de la somme 
de travail exécuté, combinée avec la difficulté de l'ouvrage. Ce 
mode de rémunération, le plus équitable de tous, avait donné 
lieu à des abus et à des protestations maintes fois répétées. 
Pour donner satisfaction aux réclamants, il fut décidé que le 
personnel occupé dans les ateliers de haute et de basse lisse 
serait divisé en quatre classes. Aux artisans de chaque classe 
était alloué un traitement fixe et uniforme, s'élevant à 32 livres 
par semaine ou 138 livres 13 sous 4 deniers pour les plus 
habiles, pour tomber à 12 livres par semaine ou 52 livres par 
mois pour les derniers. 

Sans entrer dans le détail des opérations compliquées qui 
suivirent cette décision, nous donnerons seulement le résultat 
du vote, c'est-à-dire la liste des tapissiers appartenant à cha- 
cune des classes. On a là un tableau du personnel actif de la 
Manufacture à une date précise. 

Voici ce classement : 

Première classe. 

Claude. Létourneaux fils. 

Limosin, dit Laforest. Cornillon père. 

Ostende (Guillaume). Martin père. 



88 



LISTE DES TAPISSIERS DES GOBELINS 



Fuzy 


DesroUes. 


Folliau (Louis). 


Benoist. 


Girard. 






Seconde classe. 


Monnot. 


Cossard père. 


Pinard. 


Sautrieux. 


Desgraviers. 


Massy. 


Langlois père. 


Franquet. 


Martin (François 


;). Mangelchotte. 


Lebaigue aîné. 


Paris fils. 


Duruy aîné. 


Rousseau. 


Michel fils ^ 


Duchesne cadet. 


Jullien (René). 


Desroy fils. 


Marie. 


Dubreuil. 


Veron . 


Farcy. 




Troisième classe. 


Langlois. 


Hardivillers. 


Folliau aîné 


Coupade. 


Létourneaux père. Foucault^. 


Devos (Evrard). 


Pipet 3. 


Sollier père. 


Langlois (Pierre) 


Cornillon aîné. 


Lebaigue jeune. 


Cornillon jeune. 


Dumontelle. 


Bessin. 


Clabaut. 


Chevillard. 


Joly père. 


Martin aîné. 


Paris jeune. 


Rançon fils. 


Michel père. 


Duruy (Denis). 


Ruhier. 


Henry. 


Bottin. 


Duchesne père. 


Duchesne l'aîné. 


Daigue père. 


Deschamps. 


Pillon. 


Laronde. 


Sénécal. 


SoUier aîné. 


Desroy jeune. 


Coullondon. 



4 



1. Une note au crayon porte ceci : '< Aux armées 

2. « Retiré à Bicétre ayant l'esprit aliéné. » 

3. « A l'armée, prisonnier de guerre ou mort. » 



AU MOIS d'août 1794 



89 



Daigue fils. 
Rançon (Jean). 
Ravot. 

Vavoque père. 
Vavoque fils. 
Duchesne jeune. 
Hiecman (Abel). 
Thiers. 
Sellier jeune. 
CoUeron. 



Paris père. 

Harland. 

Julien (Guillaume). 

Pommier. 

Noyai le. 

Rousselle. 

Terrier jeune. 

Morin. 

Langlois (Hippolyte). 



Quatrième classe. 

Cossard fils. 
Hiecman (Claude). 
Martin jeune. 
Gauthier. 
Demur. 
Terrier aîné. 
Devos (Firmin). 
Ostende fils. 
Chevalier. 
Simonet. 

Classement des apprentifs. 
Adam, parti à l'armée comme volontaire. 
Tourillon — — 

Rançon, fils de J" Rançon. 

Le Directeur des Gobelins était alors Alexis Belle et le chef 
d'atelier Cozette. Claude et Langlois, tapissiers, furent adjoints 
au jury des Arts par le vote de leurs collègues. 



Lecoq. 
Duhamel. 
Rubutant. 
Duval. 
Corsain. 
Grimpel. 
Ostende, cousin. 
Ostende (Pierre). 
Joly fils. 



TROIS LETTRES INEDITES 
DE 

ROBERT LEFEVRE 

Communiquées par M. Fernand Engerand. 

Deux des lettres qui suivent ont été données par moi aux Archives 
départementales du Calvados; j'ai gardé la troisième. 



90 TROIS LETTRES INÉDITES 

Je les tenais de M. Léopold Elouis, fils du second conservateur 
du musée de Caen ; elles avaient été adressées à son père par l'ar- 
tiste, qui avait été son camarade et son maître, quand il quitta, au 
début du siècle, la miniature pour la peinture à l'huile. 

Henri Elouis, le destinataire de ces lettres, fut, de 1800 à 1838, 
conservateur du musée de Caen. En 181 5, il déploya pour défendre 
et sauver cette superbe collection une habileté et une énergie dignes 
de la plus vive admiration et qui atteignirent presque à l'héroïsme. 

F. E. 

I 

J'ai vu avec plaisir tes enfans, mon cher ami, et me suis 
mis de suite à la quête pour la licence que tu désires obtenir ; 
ce qui n'est pas aisé — je t'en préviens puisqu'il y a 2000 
demandes chez le ministre, envoyées par les préfets. Je ferai 
ce que je pourrai néanmoins lorsque la véritable marche aura 
été régularisée. 

J'ai reçu ta lettre par M. Lair et je ferai ce que tu désire. 
Tu as vu le vice; — je n'ai rien à te dire sur la couleur qui 
est terne et grise. J'ai trouvé néanmoins la tête bien dessinée, 
bien dans ses plans, et la ressemblance frapante et agréable. 
Ainsi va ton chemin. Tu deviendras coloriste meilleur en 
exerçant beaucoup. Evite de te servir de bleu et de noir dans 
les demi teintes, fais les le plus possible avec le bithume et le 
blanc et de la laque de garance un peu. Va hardiment et n'ait 
pas peur. Combine bien tes fonds; celui de M. Lair est trop 
fade; du reste il est bien, il a de la noblesse et cela vient de 
la tête qui est bien sur les epeaules et bien dégagée. Tu 
devrais venir faire un tour au Salon. 

Adieu, mon ami, je suis toujours très pressé et n'ai que le 
temps de t'assurer que ma vieille amitié est toujours la même. 
Tout à toi. 

Robert Lefevre. 

Ce 12 décembre 1812. 

n 

J'ai reçu avec plaisir, mon ami, ta lettre en date du 4 
puisqu'elle m'a prouvé que tu ne me mets pas entièrement en 
oubli. J'apprends avec intérêt que malgré les circonstances 



DE ROBERT LEFEVRE 9I 

peu favorables, tu as eu quelques ouvrages et que tu les as 
faits avec plus de facilité. Après avoir étudié timidement il faut 
s'élancer et user d'audace pour franchir la voye commune 
audaces fortunajuvat. Si tu étais venu à Paris tu aurais vu à 
l'Exposition peu de choses nouvelles surtout de moi, car je n'ai 
que trois nouveaux ouvrages et 6 des anciens. J'ai le portrait 
de M"* Munster avec son enfant qu'elle sort du bain, ce qui 
fait un sujet historique. Il a le plus grand succès dans le 
public. M. Chanteraine peut t'en parler mais les journaux se 
taisent sur ce que j'expose parce qu'ils sont circonvenus par 
quelqu'un qui veut m'anéantir par la force d'inertie attendu 
que je me montre toujours avec des armes qui lui semblent 
redoutables et que, s'étant emparé du septre de la portraiture, 
il veut le conserver dans toute sa plénitude. Mon voyage à 
Caen m'a été funeste sous bien des rapports. On a profité de 
mon absence pour employer toute la tactique inimaginable 
affin de me faire oublier. Du moment que j'ai produit au 
Salon avec mes autres ouvrages le portrait du Roi dont la 
ressemblance surpasse encore aujourdhuy tout ce qui a été 
fait, on en a blâmé l'exécution avec affectation et l'on a monté 
une cabale pour le dénigrer. Je l'ai retiré parce qu'on me l'a 
conseillé affin de faire taire toute cette cUque ; on en a mis 
un d'un autre peintre qui est affreux, et on a profité de ce 
qu'on l'avait mis précisément dans la même place que j'occu- 
pais pour dire que c'était encore le mien : quoique le livret 
donne un démenti à cette calomnie, il y a tout plain de gens 
qui le croyent sur parole. 

Quoiqu'il en soit, tout cela ne me sera contraire en rien, je 
l'espère. L'intrigue a beau s'agiter, la vérité sera reconnue et 
elle perce déjà malgré le voile funèbre qu'on veut jetter sur 
moi. 

Le Ministre de la Maison du Roi qui a examiné mes 
ouvrages à l'exposition, a jugé que je devais être classé tout 
autrement et comme le portrait du Roi n'a point encore été 
exécuté d'une manière satisfaisante même par le prince rei- 
gnant, le ministre a décidé que Gros et moi serions employés 
à faire le portrait du Roi d'après nature à la première occa- 
sion. Ainsi, mon ami, j'aurai très certainement des séances du 
Roi dès que j'aurai un portrait qui me sera demandé soit par 



92 TROIS LETTRES INÉDITES 

une ville soit par une administration. Je vais écrire au maire 
de la ville de Caen en conséquence : tu pourrais lui en 
parler et le déterminer à m'écrire à ce sujet. Le ministre de 
l'intérieur dont je vais faire le portrait très incessamment 
est du même avis à cet égard. Ainsi ayant les deux ministres 
pour moi, si la ville de Caen voulait avoir le portrait du Roi, 
il est bien sure que je le ferais à sa satisfaction puisque de 
mémoire même j'ai déjà la ressemblance, à plus forte raison 
quand j'aurai des séances. 

M. le Maire pourrait toujours, s'il voulait m'obliger, me 
demander le portrait de S. M. à l'avance et il le prendrait ou 
ne le prendrait pas, cela serait égal. J'userai de sa demande 
pour obtenir des séances du Roi, nous nous arrangerons après 
ou plus tard comme il voudra. Mais cet empressement de 
posséder le portrait du Roi ne pourrait être que vu favorable- 
ment de S. M. Tu pourrais à ton tour le copier pour d'autres 
villes de moyen ordre; mais l'essentiel est que je profite des 
bonnes dispositions où l'on est de me faire avoir des séances 
de S. M. Ainsi, vois le Maire, mon ami, et négocie cette 
affaire avec lui. 

J'aurai d'autant plus d'avantages dans cette lute que celui 
qui est au salon n'est pas généralement trouvé ressemblant et 
que, sous ce rapport, le mien fait de souvenir lui est supérieur. 
M. Chanteraine te le dira. 

Entretiens-toi toujours à peindre de verve et cela ira bien; 
tu as de la santé, cela vaut de la jeunesse : je Téprduve par 
moi-même et vogue la galère. Bonjour, mon vieux. Bois à ma 
santé et je boirai à la tienne. 

Tout à toi. Robert Lefevre. 

Ce 17 janvier 181 5. 

m 

Tout s'arrange à merveille, mon ami. Je suis designé pour 
faire le portrait du Roi pour la chambre des Pairs. Le Grand 
Référendaire me l'a fait notifier officiellement avant-hier. Le 
Roi est disposé à me donner des séances, et le prix de cet 
ouvrage est porté à 10.000 f. Cette marque de confiance et 
d'honneur te fera, j'en suis sûr, autant de plaisir qu'à moi. 



DE ROBERT LEFEVRE 93 

Mais cela n'en fait pas à bien des gens de me voir faire un 
grand ouvrage pour le premier corps de l'Etat et d'être traité 
avec autant de distinction sans avoir fait de supplique pour 
cela. J'ai déjà composé et peint une esquisse de mon tableau 
et la disposition en est bien plus heureuse que celle du por- 
trait de notre cy-devant. Ce qui me donne l'espoir de réussir, 
c'est que tout est simple, riche et noble dans ma composi- 
tion. Il n'y a pas de doute que ce que je ferai pour la ville 
de Caen ne soit supérieur à ce que j'avais fait pour elle. 

Je te remercie de ton intérêt à ce qui me touche ; crois que 
je ne serai jamais indifférent sur ce qui peut assurer ton bon- 
heur et ta tranquillité. 

Tout à toi. Robert Lefevre. 

Ce 19 février 1815. 

Le général Regnault qui va commander à Caen est un 
homme très aimable. Je suis lié d'amitié avec lui et toute sa 
famille qui ira le retrouver. 

Dans une autre lettre à Elouis, en date du 9 mars 18 17, et dont 
je ne possède malheureusement qu'une partie, Robert Lefèvre écrit : 

a . ..Le Roi va me donner encore des séances pour un nou- 
veau portrait de S. M. que je fais pour le prince Régent, et 
que j'ai composé tout autrement que le premier qui a eu un 
succès des plus complets à la Cour comme à la ville ; ce qui 
n'a pas fait rire ceux qui avaient engrenné (sic) avant moi et 
qui croyaient m'avoir fermé la porte. » 



MADAME JOUBERT 

PEINTRE DE GENRE ET DE PORTRAITS 

Gabet n'a pas omis de donner place dans son Dictionnaire des 
Artistes de V École française à M™^ Joubert, née Drolling. Mais la 
lettre que nous publions ici renferme une autobiographie plus cir- 
constanciée que ne pouvait l'être la brève notice de Gabet. Nous 
avons tiré cet autographe delà Bibliothèque d'Angers. La lettre, non 
datée, est de 1828 et elle est adressée à François Grille qui prépa- 
rait alors une Biographie des artistes de son temps. 

H. J. 



94 MADAME JOUBERT 

Monsieur, 

Une indisposition et de nombreuses occupations m'ont 
empêchée de répondre plus tôt à la demande que vous me 
faites. Mon frère, M. Drôlling, m'avait promis de vous envoyer 
ma notice avec la sienne ; mais, puisqu'il ne l'a pas fait, je 
m'empresse de réparer ce retard involontaire. 

Je suis née en 97, au mois de mai, à Paris, fille de Martin 
Drôlling, peintre, et d'Elisabeth Celot, son épouse. Je me 
nomme Louise- Adéone Drôlling, mariée en 18 19, à M. Pagnierre, 
architecte, veuve en août 1822, remariée, en juin 1826, avec 
M. Joubert. J'ai perdu un enfant du premier mariage, j'en ai 
un du second qui est une fille de 4 mois. 

Mon père conçut de bonne heure des espérances sur mes 
dispositions naturelles et s'appliqua de tous ses efforts à me 
donner le goût de la peinture et des Beaux-Arts. Malheureu- 
sement, je le perdis à l'âge où ses conseils me devenaient 
indispensables puisque déjà je commençais à composer sous 
ses yeux. J'avais 18 ans. Sa perte me jeta dans le 
découragement, la carrière des arts jusqu'alors si belle à 
mes yeux me sembla remplie de dégoûts et de difficultés 
jusqu'alors inconnus avec les conseils et les exemples d'un 
si grand maître et d'un si bon père. Je crus avoir perdu 
les moyens de jamais acquérir du talent. Il me répugna 
de lutter contre des convenances que mon éducation 
m'avait apprise à respecter. Je me mariai, et bien que je 
ne laissasse pas que de travailler, ce ne fut vraiment qu'en 
1823 que je commençai à me proposer un but et à persévé- 
rer. Rentrée chez mon frère, j'ai trouvé dans les conseils et 
les affections de cet excellent ami et le père que j'avais perdu 
et la sollicitude du meilleur des frères. Je dois à ses encoura- 
gements et à ses savants conseils ce que j'ai acquis depuis. 
Mes tableaux sont peu nombreux. Quelques-uns ont fait par- 
tie de l'exposition de la société des Amis des Arts. Celui que 
j'ai mis au dernier Salon était un intérieur dans lequel une 
fille calquait à une croisée. Il m'a valu une médaille d'or et 
fait maintenant partie de la galerie de la duchesse de Berry. 
Les autres sont à l'exposition de cette année et représentent : 
1° Um religieuse regrettant le monde, 2° Une marchande de balais 



HÉBERT PEINTRE 95 

Allemande comptant son argent, Qt y La souris prise, représen- 
tant une petite fille qui montre une souricière à un chat. 

Voilà, Monsieur, tout ce j'ai à vous dire de ma vie privée, 
je désire que cela vous soit utile, tout peu intéressant que 
cela me semble. 

J'ai l'honneur d'être. Monsieur, votre servante. 

L.-A. JouBERT, née Drôlling. 



HÉBERT, PEINTRE 

Le peintre Français, mort en 1897, reçut, en 1848, de son ami 
Hébert, la lettre qui suit. Elle a fait partie du cabinet Dubrun- 

faut. 

H. J. 

21 mars 1848. 
Mon cher ami, 
D'abord, vive la République ! Quoi qu'en disent les pol- 
trons, on est heureux de vivre et d'assister à une terrible 
secousse humaine. Je ne t'en dirai pas davantage sur ce sujet, 
persuadé que tu penses comme moi et que tu n'es pas fâché 
de voir ton pays redevenir, après tant de honte, la terreur des 
absurdes et Fespoir des opprimés. Pécuniairement parlant, la 
chose est moins brillante pour tout le monde, et surtout pour 
nous, qui ne sommes que des superfluités, vivant de ce qu'il 
y a de trop dans la bourse des riches. En un clin d'œil le 
numéraire a disparu, il est enfoui ; ceux qui l'ont le gardent 
en cas d'émigration. Cette panique ridicule fait le mal de la 
situation. Les chefs d'ateliers ne savent où trouver de l'argent 
pour payer leurs ouvriers (les changeurs prennent cinquante 
francs pour mille francs) et ils les renvoient. Tout est en 
suspens, le luxe a disparu de ce pays voluptueux, les ouvriers 
sont sur le pavé, admirables de résignation et de patriotisme. 
C'est là ce qui me fait espérer que notre pays est mûr pour 
la liberté, et qu'après la crise présente nous entrerons dans 
une ère de grandeur et de prospérité. 

Hébert. 



96 LOUIS FRANÇAIS 

LOUIS FRANÇAIS 

Nous ne pouvons nommer la personne à laquelle fut adressée la 
lettre qui suit. Ce n'est point le peintre Hébert^ dont on vient de 
lire quelques lignes à son ami Français. Mais qu'importe? Nous 
voyons ici que le paysagiste a déjà du succès en 1853. Cette consta- 
tation a son prix. C'est également du cabinet Dubrunfaut que pro- 
vient l'autographe. 

H. J. 

Paris, le 10 août 1853. 
Mon cher Anastase, 

J'ai reçu ces jours derniers votre bonne lettre. Elle m'a 
fait doublement plaisir, car j'étais un peu inquiet de vous, 
sachant que vous aviez éprouvé du retard et un peu de contra- 
riété avant votre départ. Maintenant que me voilà rassuré à 
cet égard, il me reste à vous remercier de votre bon souvenir 
à l'occasion de ma décoration. Je n'en attendais pas moins de 
votre vieille amitié. 

Me voici à Paris depuis près d'un mois, mais plein de 
dérangements, d'émotions et de drames (car j'ai fini par 
envoyer le lapin en Amérique). Je n'ai jamais eu dans tout le 
cours de ma vie, je crois, un temps aussi rempli. Sans comp- 
ter que demain je dîne encore chez Napoléon, après avoir dîné 
chez l'Empereur il y a quelques jours. Vous voyez, mon cher 
ami, que me voilà dans les honneurs. 

Que je voudrais cependant bien m'en aller, car, avec 
ma nature tranquille, je ne goûte pas beaucoup ces sortes de 
bonheurs. 

Une des choses les plus agréables de tout ceci, c'est la 
bonne amitié que m'a témoignée votre ami, M. de Niewer- 
kerke ; il a été en toute occasion charmant pour moi, et je ne 
l'oublierai jamais. 

Votre ami. 
Français. 



AU LECTEUR 



L'art est l'interprétation de la nature, mais il s'en faut que 
l'artiste dispose de ressources équivalentes pour atteindre à 
l'illusion de la vie selon qu'il est peintre ou sculpteur. Les 
deux arts diffèrent essentiellement. Au peintre, les scènes his- 
toriques, le portrait, l'anecdote, l'arbre, la plante, la fleur, 
l'oiseau, la mer, les montagnes, le désert, l'aurore et le 
crépuscule. Au sculpteur, l'homme et l'animal, observés dans 
leur type bien plus que dans leur individuaUté ; l'homme et 
l'animal isolés ou groupés avec parcimonie. Une bataille, une 
chasse sont intraduisibles en sculpture. Plus étrangère encore 
au ciseau du statuaire est la représentation des sites, de la fleur 
ou de l'oiseau. Les sites ne séduisent que par l'ampleur du 
cadre, l'indécision des détails, la poésie de l'horizon. Le 
marbre et le bronze n'autorisent pas des proportions trop 
grandes; le marbre et le bronze sont tangibles, par conséquent 
rien de vague, d'indécis dans l'œuvre sculptée. La fleur et 
l'oiseau ne séduisent pas par leur forme. C'est la couleur qui 
attire vers eux. J'excepte toutefois l'aigle ou le vautour dont 
les grandes proportions prêtent à la sculpture. Mais on ne 
conçoit guère un rouge-gorge en marbre ou une mésange en 
bronze. 

Sans doute la sculpture polychrome permet à l'artiste 
d'étendre quelque peu les frontières du relief. Mais notre œil 
n'est pas familiarisé avec ce genre d'interprétation. C'est le 
marbre, le bois ou le bronze qu'il faut prévoir comme parure 
dernière de l'œuvre modelée. D'ailleurs, n'est-ce pas l'argile 
que travaille le sculpteur lorsqu'il cherche l'expression de sa 
pensée ? L'argile est monochrome. Les couleurs, si l'artiste en 



4KT FR. XUI. 



98 LA SCULPTURE 

poursuit l'effet, ne peuvent être appliquées que tardivement sur 
son œuvre initiale; elles seront en quelque sorte surajoutées au 
relief. De là, une cause d'infériorité. Le sculpteur a d'abord 
cherché la forme; c'est à travers les pleins, les saiUies, les 
dépressions méplates, les contours qu'il a vu sa pensée tra- 
duite ; la couleur ne sera donc guère qu'un vêtement d occasion 
pour son oeuvre. L'observateur ne s'y trompera pas. Le peintre 
au contraire a vu dès le premier instant les jeux de lumière, 
les gradations de tons, la gamme retentissante ou discrète qui 
convenaient à l'expression du sujet dont il est hanté. 

La sculpture, dans ses manifestations les plus célèbres, les 
plus admirées, depuis les marbres du Parthénon jusqu'à ceux 
àtSan-Loren:^o de Florence, est monochrome. 

Il s'ensuit que l'art du relief est plus conventionnel 
encore que l'art du peintre. Il exige, pour être saisi et goûté, 
une complicité de l'œil et de l'esprit que ne réclame pas la 
peinture. Celle-ci reproduit la couleur des chairs; la sculpture 
n'atteint que la forme d'une tête ou d'une main, et, par sur- 
croît, elle simplifie, elle idéalise, elle tend à l'impersonnel lors- 
qu'elle a devant elle la personne. Un buste, une statue sont- 
ils jamais ressemblants, d'une manière absolue si on les 
compare au modèle vivant ? Oui, pour le spectateur qui sait 
lire la langue des formes, et qui, par conséquent, sait à 
quelles lois précises, inéluctables, est soumise cette langue 
essentiellement simple et sévère. Non, pour celui dont l'œil 
sans expérience, sans initiation préalable se reporte avec 
exigeance sur le modèle pour s'enquérir de la vérité de l'image. 
La sculpture n'a pas pour mission de reproduire textuel- 
lement les traits, la carnation de la tête humaine, elle 
évoque, elle rappelle l'impression que la vue de l'homme de 
pensée, de la femme, de la jeune fille provoquait par l'ascen- 
dant irrésistible du génie ou de la beauté. C'est un poète du 
marbre qui a dit : « La sculpture ne peut jamais prétendre à 
nous rendre l'illusion complète de la vie. Elle est l'apparition 
de l'âme; c'est à l'âme qu'elle doit s'attacher, car il n'y a que 
l'âme qui soit immortelle. Le corps, avec ses imperfections 
maladives, doit rentrer dans la terre; l'âme, au contraire, doit 
se refléter sur la terre par une statue. » La sculpture est au 
premier chef un art fait de synthèse. Elle exprime, elle ne 



DANS LES CIMETIERES DE PARIâ 99 

doit pas traduire. Or, le langage sommaire qui lui est propre 
est en harmonie avec le souvenir qui survit en nous à l'éloi- 
gnement ou à la mort. L'être disparu ne tarde pas à nous appa- 
raître dans ses lignes essentielles, dégagé de toute trace de cadu- 
cité, de toute lacune physique, comme aussi de toute défec- 
tuosité morale. La mort embellit ceux qu'elle arrache à notre 
amour. Nous les voyons irréprochables, idéalisés, même dans ce 
qu'ils ont eu de plus fragile au temps de leur pèlerinage terrestre, 
je veux dire l'enveloppe humaine. Cette tendance généreuse de 
notre nature désignait le sculpteur pour être l'artisan des tom- 
beaux. Entre tous, d'ailleurs, n'a-t-il pas coutume de travail- 
ler la matière durable ? N'est-il pas un tailleur de marbre, un 
« pétrisseur de bronze »? — Le mot n'est pas de nous, il est de 
Victor Hugo. — Et la douleur, qui se juge éternelle, ambi- 
tionne des manifestations impérissables. C'est ce qui explique 
encore pourquoi dans les temples où la peinture est cependant 
à l'abri de l'outrage du temps, on ne conçoit guère le mauso- 
lée décoré par le peintre. Le statuaire que nous citions plus 
haut a dit aussi avec beaucoup de justesse : « La sculpture, 
plus durable et plus grave sous sa teinte monochrome que la 
peinture, parut aux Grecs un moyen de rendre avec moins de 
lacunes la majesté des dieux et des héros, le marbre étant de 
nature à faire naître dans la pensée une vague sensation 
d'éternité glorieuse. » C'est le sculpteur, l'homme du 
marbre et de la pierre, que l'on choisit pour honorer ses 
morts. 

Nous venons de parler des temples. Leur caractère sacré 
sied aux sépultures. De tous temps, les personnages illustres 
ont eu leurs tombeaux dans les églises. Florence a Santa-CrocCj 
Venise a la chapelle des Frari, Londres a Westminster, Paris a 
eu d'innombrables mausolées dans ses églises paroissiales ou 
conventuelles. Cette tradition que la Révolution a rompue en 
France revêt à l'étranger un charme particulièrement atta- 
chant. Il semble que le silence et la gravité des temples 
ajoutent au respect que commande par elle-même la mémoire 
des hommes éminents enseveUs sous les dalles. Je ne sais pour- 
quoi les monuments de Canova, de Titien à Venise, de 
Vasari, de Galilée à Florence, de Chaucer, de Milton à West- 
minster ont réveillé en moi des souvenirs d'une intensité que 



100 LA SCULPTURE 

je ne ressens pas dans les cimetières de Paris. Sans nul doute, 
la sélection des tombes dans un temple, le choix des person- 
nages, leur passé, leur valeur entrent pour une large part dans 
l'émotion dont je parle, mais le silence, l'obscurité du temple 
aident aussi aux vibrations de la pensée en face des sépul- 
tures qu'il abrite sous ses voûtes. Combien de visiteurs se 
rendent de nos jours auprès des tombeaux de Racine et de 
Pascal à Saint-Étienne-du-Mont, de Colbert à Saint-Eustache, de 
Napoléon aux Invalides, de Victor Hugo au Panthéon, et de 
quels pèlerinages perpétuels la basilique de Saint-Denis, notre 
Westminster, n'est-elle pas honorée ? Mais c'est au Louvre que 
depuis un siècle il nous faut chercher les monuments fragmen- 
tés des Poncher, des Chabot, des Birague, de Mazarin et 
mainte œuvre rare sortie de la main de Pilon, de Prieur, de 
Guillain, de Richier, de Sarazin, qui jadis étaient la parure de 
chapelles conventuelles aujourd'hui disparues. 

Avec le xix* siècle, les monuments funéraires n'ont plus 
leur place dans les temples. C'est à peine si les évèques 
ont conservé le droit d'être inhumés dans leurs cathédrales. 
Grands ou petits, illustres ou inconnus, à de rares excep- 
tions, sont appelés à dormir leur dernier sommeil dans 
la terre commune du cimetière. Seule, la superficie de la con- 
cession distinguera le riche d'avec le pauvre. Sur le terrain 
concédé, beaucoup feront construire des chapelles minuscules, 
ornées souvent avec goût; d'autres érigeront de superbes effi- 
gies, statues pédestres ou même équestres, bas-reliefs, bustes, 
médaillons. Mais de quelque mérite que soient ces ouvrages, 
ils se trouvent dispersés, perdus au milieu de tombes modestes 
et sans caractère. Supposez un instant une vaste basiUque con- 
struite sur la crête du Père-Lachaise et toutes les sépultures 
magnifiques que renferme la nécropole groupées avec goût 
dans le temple dont elles seraient l'ornement, quel ensemble 
grandiose de compositions achevées qui, du moins, seraient 
ainsi préservées, alors qu'actuellement les marbres les plus 
remarquables, sculptés depuis un demi-siècle, s'effritent sous 
l'action de la pluie et du soleil ! 

L'ordre de choses actuel est-il un progrès sur l'ordre 
ancien? Nous ne le pensons pas. En effet, les tombes, dans le 
temple, étaient l'éUte; dans la nécropole, elles sont la foule. 



DANS LES CIMETIERES DE PARIS TOI 

Le désordre, le caprice, Tincohérence, le tumulte sont insé- 
parables de Tentassement funèbre des cimetières. On dirait 
au premier aspect qu'il y a eu précipitation de la part des 
vivants à se débarrasser des dépouilles de leurs morts. Elles 
semblent déposées ici et là au hasard de la fantaisie ou de 
l'emplacement disponible. Les tombes obscures, sans orne- 
ments font obstacle à l'attrait des grandes sépultures. Elles en 
masquent la perspective, elles en détruisent l'effet. L'encom- 
brement exclut l'harmonie ; il est la négation de toute ordon- 
nance. 

Il y a plus. Le temple attire; la nécropole repousse. L'église 
est un lieu de prière et d'espérance; le cimetière évoque 
les larmes ou l'angoisse. Le silence gardé dans le temple est 
commandé par la majesté de l'édifice. Les visiteurs aphones 
de nos nécropoles cèdent sans y songer aux tortures d'un regret 
ou d'un pressentiment. Là, tout était lumière, apaisement, 
orgueil; ici tout est ténèbres, inquiétude, humiliation. C'est 
malgré nous que nous franchissons la barrière des nécropoles 
modernes, conduits dans le « champ funèbre » par nos deuils 
personnels, et, aussi souvent que nous nous sentirons sollicités 
de revoir les superbes monuments de Jean Reynaud, de Cou- 
ture, de Foy, de Vivant Denon, de Pradier, une sorte de 
malaise intérieur nous empêchera de donner Ubre cours à 
notre impulsion. Quelque souvenir amer se dressera devant 
notre désir d'admirer de belles œuvres, 



On diffère, et la vie à diflférer se passe ! 

Conclusion : les tombeaux sans cesse visités dans les temples 
sont à peine connus depuis qu'on les a relégués dans les cime- 
tières. 

Il résulte de ce fait une situation mauvaise pour le renom 
de notre école, une déperdition de gloire pour les maîtres 
du marbre. Car, ne craignons pas de l'affirmer, en réaUté, 
le vrai musée de la sculpture française en ce siècle ce 
sont les cimetières de Paris. C'est là qu'il faut chercher les 
plus belles œuvres des Bosio, des CartelHer, des David, des 
Duret, des Pradier, des Rude, des Chapu. Il n'est donc pas permis 



102 LA SCULPTURE 



d'écrire sur ces maîtres sans s'être imposé la tâche de revoir et 
d'étudier les monuments de haut style, signés par eux, que 
renferment les trois grands cimetières de Paris. Rechercher 
ces sculptures, en marquer la place, les grouper sous le nom 
de leur auteur, les mesurer, les décrire, en retracer brièvement 
l'histoire ne laissaient pas d'être chose laborieuse. Aussi me 
suis-je associé dans l'exécution de ce travail aride un ami de 
longue date, M. Chauvat, mon collaborateur discret et dévoué 
en mainte occasion, et que j'ai nommé déjà dans l'introduction 
de divers ouvrages. Nous avons donc fait ensemble le récole- 
ment des sculptures de mérite conservées dans les cimetières 
de l'Est, du Nord et du Sud, c'est-à-dire au Père-Lachaise, à 
Montmartre et à Montparnasse. Hâtons-nous de dire qu'un 
très grand nombre d'œuvres ne portent pas de signature, et 
notre tâche devenait irréalisable si MM. les Conservateurs 
des trois grandes nécropoles de Paris n'avaient mis à nous 
seconder la plus entière obligeance. C'est grâce à leur entre- 
mise, aux indications sans nombre qu'ils nous ont libérale- 
ment fournies, non sans un véritable travail de leur part, 
qu'il nous a été possible de faire la lumière sur les points 
obscurs. M. Welsch, receveur au bureau du Cimetière de 
l'Est, a également droit à l'expression de notre vive gratitude 
pour l'empressement et l'infatigable bonne grâce avec lesquels 
il n'a cessé de nous venir en aide. Ce relevé ne constitue pas 
un livre : c'est un document. Mais plus d'un historien, plus 
d'un critique verront sans doute leur travail faciHté, leurs 
heures épargnées par la publication, nécessairement mono- 
tone, que nous mettons au jour. C'est notre espoir. Et lorsque 
tant de fureteurs de ce temps s'inquiètent avant tout du profit 
monnayé de leurs moindres découvertes, il ne nous déplaît 
pas de mettre à la portée de tous, avec un entier désintéresse- 
ment, des notes nombreuses, aussi précises qu'il nous a été 
permis de les faire, et que nous n'avons pas recueillies, on 
vient de le voir, sans quelque peine. 



LA SCULPTURE 

DANS LES 

CIMETIÈRES DE PARIS 



I 

CIMETIÈRE DE l'eST 

(Le Père-Lachaise.) 



ADAM-SALOMON (Antony-Samuel). 

Dupont (Gustave-François), docteur médecin, né en 
1824, décédé en 1872. — Buste en marbre (H. 0°^ 57). 
Signé : Adam-Salmnon, 1874. (15* div.) 

Adam-Salomon. 
Marchal de Cal VI (Charles- Jacob), médecin, né à Calvi 
(Corse), le 4 juin 181 5, décédé à Paris le 27 janvier 1873. 
— Buste en bronze (H. 0™ 70). Signé : Adam-Salomon, 1874. 
Boyer et Rolland, fondeurs. (57*^ div.) 

Adam-Salomon, et Dubois -Davesnes (M"* Marguerite- 
Fanny). 

Scribe (Augustin-Eugène), auteur dramatique, membre 
de l'Académie française, né à Paris le 24 décembre 1791, 
décédé dans la même ville le 20 février 1861. — Monument 
composé d'une pyramide à base quadrangulaire. Sur la face 
antérieure est le médaillon en marbre de l'auteur dramatique, 
par Adam-Salomon ^ Sur la base sont sculptés en relief des 
masques, des flûtes, etc. Signé : Paul Lebègue inv^^. Dans 
la face postérieure est pratiqué un enfoncement formant une 
sorte de chapelle dans laquelle sont placés les médaillons de 

1. Renseignements fournis par M. Paul Lehègue (28 août 1897). 

2. Ces attributs ont été exécutés en 1879. Renseignements fournis par M. Paul 
Lebègue (28 juin 1897). 



104 l'A SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Scribe et de Marie- Julie-Clarisse Marduel, v^^ Eugène Scribe, 
née à Paris le 19 avril 1808, décédée à Paris le 20 avril 
1884. Ces médaillons, en plâtre, ont été modelés par 
^eiu j\{.p^ Dubois-Davesnes \ (35^ div.) 

Âdam-Salomon. 

Serres (Etienne -Renaud -Augustin), professeur à la 
Faculté de médecine de Paris, membre de TAcadémie de 
médecine, directeur de l'école d'anatomie des hôpitaux, 
professeur au Muséum d'histoire naturelle, membre de l'Aca- 
démie des Sciences, décédé le 24 janvier 1868, dans sa 
82^ année. — Médaillon en marbre blanc (Diam. o™ 46), par 
Adam-Salomon. La sculpture décorative du monument est de 
Paul Lebègue^. (30^ div.) 

AGIOUT (Antonino d'). 

Beauchesne (Élisa Hodgson, vicomtesse de), née le 11 
juillet 18 18, décédée le 3 avril 1882. — Statue en bronze 
(Long, i"" 85) : jeune femme couchée ayant un bouquet de 
roses dans la main gauche. Signée : V" Antonino d Agiout, 
Naples, 188). (57^ div., 2* section.) 

AIZELIN (Eugène- Antoine). 

Desforges de Vassens (Charles-Eugène- Adolphe), né en 
1820, décédé en 1871. — Demi-ronde bosse ovale, en bronze 
(H. G™ 40. L. 0*° 35). Signée : E. Aixelin, 1874. (5^ ^iv.) 

ALLAR (André- Joseph). 

MAauET (Auguste), romancier et auteur dramatique, né 
en 181 3, décédé en 1888. — Médaillon en bronze (Diam. 
o"" 60). Signé : A. Allar. Le monument de Maquet a été 
élevé sur les dessins à! Edmond Guillaume , architecte. Ce 
monument est décoré d'un entablement orné de feuilles et de 
rosaces; sur les côtés sont des initiales encadrées et des cou- 
ronnes d'immortelles ; une guirlande de fleurs est sculptée au- 
dessous du médaillon. Cette décoration est due au ciseau de 
/. Héritier"^, (54^ div.) 

1. Renseignements fournis par M. Biollay, gendre d'Eugène Scribe (15 juin 1897). 

2. Renseignements fournis par M. Paul Lehègtie (28 août 1897). 

3. Renseignements fournis par M. /. Héritier (26 juillet 1897). 



LE PÈRE-LACHAISE 10$ 

ALLIAUD (Jean-Baptiste). 

Alliaud (Jean-Baptiste), statuaire, né en 1782, décédé 
en 1865. — Bas-relief en pierre (H. i "" 65. L. o"' 83) : monu- 
ment funéraire simulé. Au centre, une urne recouverte d'un 
voile; de chaque côté, une femme debout, drapée à l'antique, 
pose d'une main une couronne d'immortelles sur une colonne 
qu'elle entoure de son bras; de l'autre main elle tient une 
palme ou une branche d'olivier. Au-dessous du bas-relief est 
gravé : « Alliaud, statuaire, ayant commencé ce tombeau peu 
de temps avant sa mort, il ne put l'achever. » (74° div.) 

ALLIER (Antoine). 

Chaussier (François), médecin, professeur à la Faculté 
de médecine de Paris et à l'École polytechnique, membre de 
l'Académie des sciences, médecin de l'hospice de la Maternité, 
né à Dijon en 1746, décédé à Paris le 9 juin 1828. — Buste 
en marbre (H. o™ 50). Signé : Allier, 1828. Le tombeau, 
élevé d'après les dessins de Baltard, architecte, a été gravé 
par L. Normand^, par Collette, d'après un dessin de Quaglia^, et 
par Marlier, d'après un dessin de Demont^. (18^ div.) 

ALLOUARD (Henri-Emile). 

Carbon (J.-A.), né en 1799, décédé en 1868. — Médail- 
lon en marbre (Diam. o"' 38). Signé : H. Allouard, 1868, 
(32* div., 2^ section.) 
Allouard. 

Lamothe (Georges), né en 1842, décédé en 1894. — 
Stèle en marbre blanc. Dans la face antérieure est sculpté un 
médaillon (Diam. 0™ 45) soutenu par un enfant. Au bas, 
fleurs et banderole sur laquelle est gravé : « A mon cher 
mari. » Signé : H. Allouard, i8pj. (44^ div.) 

ANFRIE (Charles). 

WiON-PiGALLE (M™^), maîtresse sage-femme, décédée le 

1 . Monuments funéraires choisis dans les cimetières de Taris et des principales villes de 
France, dessinés, gravés et publiés par L. Normand aîné. Paris, 1832-1847, 2 vol. in-fol., 

t. I, pi. XXII. 

2. Le Père-Lacbaise, ou Recueil de dessins au trait des principaux monuments de ce 
cimetière, dessinés, lithographies et publiés par Quaglia. Paris, s. d., in-4'', pi. ix. 

3. Recueil de divers tombeaux composés ou exécutés dans les cimetières de Paris. Vingt- 
quatre planches dessinées par Demont et gravées par Marlier. Paris, 1852, iu-4'', pi. v. 



I06 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

23 décembre 1874. — Buste en bronze (H. o°» 72). Signé ; 
C. Anfrie s. (68^ div.) 

ARNAUD (Charles- Auguste). 

DoNZEL (Marie-Charles), peintre, né le 6 février 1824, 
décédé le 20 mars 1889. — Médaillon en bronze (Diam. 
0"" 25), en exergue duquel on lit : « Charles Donzel 
A° MDCCCLx. » Signé : Aug, Arnaud se, (53^ div.) 

AUBAN (Paul). 

Blanvillain (François -Louis -Honoré), né le lé mai 
1839, décédé le 16 février 1894. — Médaillon en bronze 
(Diam. o"'22). Signé : P. Aubanyi8^4. (44^ div.) 

AUBE (Jean-Paul). 

VuiDET (Gaston), décédé le 8 juillet 1891, à l'âge de 
37 ans. — Statue en bronze (grandeur nature) : Vuidet est 
représenté assis. Signée : P. Aube, Thiébaut frères, fondeurs. 
Sur le piédestal, en marbre rose, sont fixées une lyre et une 
palme en bronze. (95^ div.) 

BAILLY(Charles-Eloy). 

Grandidier (Julie Kieffer, M""^), née à Saverne (Bas- 
Rhin) en 1805, décédée à Paris en 1887. — Buste en bronze 
(H. G™ 60). Signé : Bailly. (53*^ div.) 

BARBEZAT. 

Sagne (Constant), décédé le 27 octobre 1863, et Louise 
Sagne, née Vaucher, décédée le 29 décembre 1862. — Bas- 
relief en fonte (H. 0°* 40. L. o"" 37) : une femme ailée et 
voilée, ayant un genou en terre, entoure de ses bras une urne 
funéraire décorée d'une guirlande d'immortelles sur laquelle 
elle pose la tête. Signé : Barbe^at. Val d'Osne, (6^ div.) 

BARRE (Jean- Auguste). 

Musset (Alfred de), poète, membre de l'Académie fran- 
çaise, né à Paris le 11 décembre 18 10, décédé dans la même 
ville le 2 mai 1857. — Édicule formant abri à sa partie supé- 
rieure. Au centre est placé le buste en marbre du poète 
(H. 0"" 55). Signé : A. Barre /", 18^8, Au-dessous du buste 



LE PÈRE-LACHAISE IO7 

sont sculptées une lyre et des palmes entrelacées. Sur le sou- 
bassement on lit ce début de Lucie : 

Mes chers amis, quand je mourrai, 
Plantez un saule au cimetière. 
J'aime son feuillage éploré ; 
La pâleur m'en est douce et chère, 
Et son ombre sera légère 
A la terre où je dormirais 

Le monument, élevé sur les dessins de A.- A. Jal, architecte, a 
été gravé par Obermayer^. (4*^ div. i""^ section.) 

BARRI AS (Louis-Ernest). 

La Forge (Anatole de), défenseur de Saint-Quentin, né 
le i^*" avril 1821, décédé le 6 juillet 1892. — Statue en bronze 
(grandeur nature). De La Forge est représenté debout, en 
costume d'officier. Il brandit Tépée nue, de la main droite, 
tandis que de la main gauche il indique le point à défendre. 
Derrière lui, un poteau brisé git à terre. Sur la pancarte atte- 
nant au poteau, on lit : « Saint-Quentin. » Signée : E. Bar- 
fias y 18^), Thiébaut frères, fondeurs. Le monument a été élevé 
sur les dessins de Gerhardt, architecte. Nous relevons l'ins- 
cription gravée sur la face antérieure : « A la mémoire d'Ana- 
tole de La Forge, le vaillant défenseur de Saint-Quentin, 
le fidèle serviteur de la démocratie. Souscription nationale, 
8 octobre 1893. » (66" div.) 

Barrias. 

GuÉRiNOT (Antoine-Gaëtan), architecte du Gouverne- 
ment, né en 1830, inhumé le 5 décembre 189 1; et Jeanne- 
Amanda RoBERTS, née Guérinot, 1824-1892. — Au sommet 
du tombeau est un socle surmonté d'une colonne. Une 
jeune femme, assise sur le socle, est adossée à la colonne. 
Elle tient une couronne de fleurs dans la main droite. Cette 
statue en marbre (grandeur nature) est signée : E. Barrias, 

1. 11 a été tenu compte du désir exprimé par le poète; mais le saule, gêné jusqu'à 
ce jour, dans sa végétation, par des arbres voisins, ne parvient pas à faire d'om- 
brage au tombeau d'Alfred de Musset. 

2. Architecture funéraire contemporaine. Spécimens de tombeaux, chapelles funéraires y 
mausolées, sarcophages, etc. , choisis principalement dans les cimetières d^ Paris, par César 
Daly. Paris, 1871, iu-fol., i" section C, pi. i. 



I08 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

i8^^. Aux pieds de la femme est un plan demi-déroulé sur 
lequel on lit : « Hôtel de ville de Poitiers dessiné par l'archi- 
tecte Guérinot. » (55^ div.) 

Barrias. 

RosLiN (Emma-Adèle Blanche, M"'"), peintre, inhumée 
le 13 juillet 1883. — Médaillon en marbre blanc (Diam. 
G"" 35). Signé : Barrias. Sur le médaillon est écrit « Emma 
Roslin, 1884. » (22^ div.) 

Barrias. 

Bigot (Charles), écrivain, né en 1840, décédé en 1893. 

— Médaillon en bronze (Diam. 0™ 40). Signé : E. Barrias, 
18^4. Le monument, construit sur les dessins de /. Guadet, 
architecte, a été élevé par les amis de Charles Bigot. L'inau- 
guration a eu Heu en juillet 1894'. (44^ ^i^.) 

Barrias. Voy. Noél (Edme-Antony-Paul, dit Tony). 
BECQUET (Just). 

Vernier (Emile), peintre, né à Lons-le-Saulnier (Jura), 
le 29 novembre 1829, décédé à Paris le 23 mai 1887. — 
Médaillon ovale en bronze (H. o"" 46. L. o™ 40). Signé: 
Becquet. (90^ div.) 

BERNARD (Antoine-Louis). 

DoiSTEAU (Gabriel-Michel-René), décédé le 18 avril 
i8éo. — Buste en bronze (H. o"' 54). Signé : iSjJ, L. Ber- 
nard. (74*^ div.) 

BERTAUX (Léon). 

Gautier (Jean-François-Eugène), compositeur, profes- 
seur au Conservatoire de musique, né le 27 février 1822, 
décédé le i^' avril 1878. — Médaillon en bronze (Diam. 
G™ 60). Signé : Léon Bertaux. (i""^ div.) 

BETTANNIER (Albert). 

Cartier (le Conseiller Ch.), né en 1828, décédé en 1887. 

— Dans le fronton d'une chapelle est encastré un médaillon 
en bronze (Diam. o"' 50), par A. Bettannier^. (92^ div.) 

1. Voy. le Journal des Arts du 21 juillet 1894. 

2. Renseignements fournis par M. A. Bettannier (8 septembre 1897). 



LE PÈRE-LACHAISË IO9 

BOGINO (Frédéric-Louis-Désiré). 

Amussat (Jean-Zulima), chirurgien, membre de TAca- 
démie de médecine, né à Saint-Maixent (Deux-Sèvres) le 
21 novembre 1796, décédé à Passy le 13 mai 1856. — Mé- 
daillon ovale en bronze (H. 0™ 59. L. C" 53). Signé : 
F. Bogino. (15*= div.) 

BOISSEAU (Emile- André). 

Rossignol (Charles), fabricant de jouets d'enfants. — 
Buste en marbre (H. o"' 80 environ), placé dans un enfonce- 
ment circulaire pratiqué dans le fronton d'une chapelle. Une 
guirlande de roses entoure le bord extérieur de l'enfoncement. 
De chaque côté du buste est un petit génie, nu, accroupi, en 
pleurs; l'un tient une palme, et l'autre une branche de lau- 
rier. Ces génies sont également en marbre. Signé : E. Bois- 
seau, 18^1. Autour du buste sont gravés ces mots : « Patrio- 
tisme, Travail, Bienfaisance. » La chapelle a été construite 
d'après les dessins de Henri Parent, architecte. (64^ div.) 

BONNASSIEUX (Jean-Marie). 

Ingres (Jean-Auguste-Dominique), peintre, membre de 
l'Institut, sénateur, né à Montauban le i^' septembre 1780^ 
décédé à Paris le 14 janvier 1867. — Buste en marbre blanc 
(H. o"" 55). Signé : B.., [Bonnassieux]^ 1868. Le monument, 
qui consiste en un édicule de style grec, a été construit 
d'après les dessins de Victor Baltard, architecte'. Gravé par 
Gibert\ (23^ div.) 

Bonnassieux. 

Levaigneur (Louis-Félix), commissaire-priseur , né en 
181 5, décédé en 1889. — Buste en marbre (H. 0™ 65), par 
/.-M. Bonnassieux, 18^0^,(^16^ div.) 

BORREL (Valentin-Maurice). 

LouRMAND (A.-D.), fondateur et professeur pendant 32 
ans du cours normal gratuit pour les institutrices, né le 

1. Voy. V Artiste, année 1868, p. 283. 

2. Architecture funéraire contemporaine, 2® section D, pi. xv. 

3. Renseignements fournis par M"* Levaigneur (12 juin 1897). 



ÎIO LA SCULPTURE £)ANS LES CIMETIERES DE PARIS 

10 avril 1795, décédé le i^"" juin 1864. — Médaillon en 
bronze (Diam. o"" 20). Signé : Borrel, iSjS, Une inscription 
nous apprend que le monument élevé à la mémoire de Lour- 
mand est un « souvenir d'affection de ses élèves reconnais- 
santes. » (53' div.) 

BOSIO (François-Joseph, baron). 

Masséna (André), duc de Rivoli, prince d'Essling, maré- 
chal de France, né à Nice le 6 mai 1758, mort à Paris le 4 avril 
1817. — Buste en marbre blanc (H. o"" 40), par Bosio^. Le 
monument de Masséna, élevé sur les dessins de Méry Vincent, 
architecte, a été gravé par L. Normand ^, par Collette, d'après 
un dessin de Quaglia^, et par dejolimont^. (28^ div.) 

BOSIO (Astianax-Scévola). 

Crozatier (Charles), fondeur, né au Puy (Haute-Loire) 
en 1795, décédé à Paris le 8 février 1855. — Monument qua- 
drangulaire en marbre veiné vert, à fronton cintré, divisé au 
centre par un petit génie ailé en bronze. Le sommet est sur- 
monté d'un vase à anses, également en bronze, sur lequel sont 
assis deux enfants dos à dos, tenant dans leurs mains les 
attributs du fondeur. Le vase est en outre décoré de bas-reliefs; 
l'un représente un cippe simulé : une femme voilée s'accoude 
sur le cippe, pendant qu'une deuxième femme vient y poser 
une couronne d'immortelles; l'autre figure le médaillon de 
Crozatier. Dans la face antérieure du monument, deux niches 
dans lesquelles sont placés le buste en bronze (H. 0^56) du 
fondeur, et un buste de femme (sans doute la femme de 
Crozatier), en marbre (H. o"" 57). Au-dessus des bustes, dans 
le fronton du monument, une enfant nue, ailée, assise, tient 
dans chaque main un bouquet formé de branches de cyprès, 
de chêne, etc. Au-dessous des bustes se trouvent trois bas- 
reliefs en bronze (H. o^ 22, L. 0^ 29) ayant pour sujets des 
scènes d'atelier où l'on voit Cro:(atier donnant des ordres à ses 
ouvriers^. (49^ div., 2^ section.) 

î. C'est le graveur L. Normand aîné qui, dans son ouvrage, attribue le buste de 
Masséna à Bosio. 

2. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. xiv. 

3. Le Père-Lachaise, etc., pi. xvii. 

4. Les mausolées français. Recueil des tombeaux les plus remarquables érigés dans les 
cimetières de Paris, par T. de Joliment. Paris, Firmin-Didot, 1821, in-4''. 

5 . Aucune signature ne nous autorise à nommer Bosio neveu comme auteur de ce 



tE PèRE-LACHAISÈ III 

BOSSETTI ou ROSSETTI (A.). 

Andrianoff (Hélène), décédée le 26 octobre 1857. — 
Statue en marbre de jeune femme, couchée (Long, i"* 70). 
Signée : A. Bossetti.f. Ro7m, i86i\ (49* div., 2« section.) 

BOTTA. 

Yakowleff (Jean de), né le 15 septembre 1804, décédé 
à Paris le 12 avril 1882. — Petite chapelle en forme de basi- 
lique russe. La porte et les grilles sont en bronze doré. Dans 
le fronton de la chapelle est peint un Saint Alexis. A Tinté- 
rieur, Tautel est décoré d'un Saint Jean Chrysostome. Ces 
deux peintures sont dues au pinceau de M. Fédoroff. Le monu- 
ment, construit à Saint-Pétersbourg en 1885, a été exécuté 
sur les dessins de l'architecte Novit:(ky. M. Botta est Fauteur 
de la partie sculpturale. Ce monument a été élevé à la mémoire 
de Yakowleff par le prince Alexis Solt34off, son petit-fils. 
(82^ div.) 

BOUCHER (Alfred). 

BouYER (Louis-Charles), entrepreneur de maçonnerie, 
né le II janvier 1812, décédé le 29 novembre 1880. — Buste 
en bronze (H. o™ 45). Signé : A. 'Boucher, 1881. (35* div.) 

Boucher. 
AuDiFFRED (François-Joseph), avocat, adjoint au maire 
du iV^ arrondissement, juge au Tribunal de Commerce de la 
Seine, vice-président de la « Paternelle », président de la 
Société académique de l'Aube, né à Troyes le 24 janvier 1807, 
décédé à Paris le 18 février 1892. — Buste en marbre blanc 
(H. o'" 78). Signé : A. Boucher, 18^4. (28= div.) 

Boucher. Voy. Chapu (Henri). 

monument, mais Croiatier, décédé le 8 février 1855, par son testament en date du 
27 janvier précédent, charge Bosio, « son ami », d'exécuter, moyennant une somme 
de 40.000 francs, un tombeau de famille dans lequel sera déposée sa dépouille ainsi 
que celles de sa mère, de sa femme, de son beau-père et de sa belle-mère. Ce tombeau 
devra être placé au Père-Lachaise. Nous ne mettons pas en doute que Bosio ne se soit 
acquitté de la tâche qui lui était confiée, car le même artiste a sculpté la fontaine 
monumentale du Puy dont Croiatier, dans le testament précité, l'avait chargé, et un 
buste de Croiatier par Bosio, offert au Musée du Puy par son auteur, nous parait être 
une réplique de celui qui décore le tombeau dont nous nous occupons ici. 

I . Nous n'osons affirmer que l'initiale du nom de l'artiste soit un B plutôt <jti*un R, 



ÎÎ2 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIERES DE PARIS 

BOUGRON (Louis- Victor). 

Bourgeois (E.-G.), maire du v^ arrondissement, juge au 
tribunal, de Commerce, né le' i8 février 1780, décédé le 
6 avril 1834. — Buste en marbre (H. C" 60). Signé : L. F. 
Bougron, 18^ J. Ce monument a été érigé à Bourgeois par ses 
concitoyens du v^ arrondissement, sa veuve et ses enfants. 
(21^ div.) 

BOURET (Eutorpe). 

Bouvier (Alexis), homme de lettres, 183 6- 1892. — 
Buste en bronze (H. o"" 65). Signé : Bouret, 1892. (47^ div.) 

BOUSSARD. 

Florens(A.), 1875-1885. — Bas-relief en marbre blanc 
(H. i"" 80. L. I™ 10) : une enfant s'élevant au ciel; elle pose 
un doigt sur ses lèvres; de l'autre main elle laisse tomber des 
fleurs. Signé : Boussard, inv*. (47* div.) 

BOVERIE (Eugène- Jean). 

DuBOST (Germaine), morte à 20 ans. — Statue en pierre 
(H. I ™ 20) : jeune fille assise ayant les mains jointes et la 
tête inclinée, dans l'attitude de la rêverie. Signée : Boverie. 
(2r div.) 

BRA (Théophile-François-Marcel) et CRAUK (Gustave-Adolphe- 
Désir é). 

Béclard (Pierre- Auguste), professeur d'anatomie à la 
Faculté de médecine de Paris, chirurgien en chef de la Pitié, 
né à Angers le 12 octobre 1785, mort à Paris le 16 mars 
1825. — Buste en bronze (H. o"^ 52). Signé : Bra, 1826. 
Gravé par Collette, d'après un dessin de Quaglia^. — Béclard 
(Jules-Auguste), doyen de la Faculté de médecine de Paris, 
secrétaire perpétuel de l'Académie de médecine, né à Angers 
le 17 décembre 1817, mort à Paris le 9 février 1887. — Buste 
en bronze (H. o"" 53). Signé : Crauk. Ce monument a été 
élevé par la famille, les élèves, les collègues et les amis des 
Béclard. (8^ div., 3^ section.) 

i. Le Père-Lachaise, etc., pi. ii. 



LE PÈRE-LACHAISE 113 

Bra. 
Hautin (M"* Anne-Monique), décédée le 9 mai 1832. — 
Buste en bronze (H. o™ 55), par Th. Bra\ (36«div.) 

Bra. 

Vallestros (François), général en chef des armées 
d'Espagne, ministre de la guerre, mort en exil, à Paris, le 
28 juin 1832. — Buste en bronze (H. 0™ 70). Signé : Bra, 
sculpV, Soyer et Ingéfond'''. (28* div.) 

BRUCHON (Emile) et DESCHAMPS (Léon). 

RuEL (Louise), née en 1855, décédée en 1877. — Jeune 
fille debout ayant près d'elle une enfant qui tend la main 
pour prendre des fleurs; groupe en granit (grandeur nature). 
Signé : E. Bruchon^. Sur la face antérieure du piédestal de la 
statue est fixé un bas-relief, en marbre, de forme rectangu- 
laire (H. 0"" 55. L. G"" 30), représentant un enfant. Dans 
l'angle supérieur gauche, on lit ce simple nom : « Renée. » 
Signé : Léon Deschamps, 1890. (81^ div.) 

BRUN (Sylvestre-Joseph). 

Savart (François-Louis), fabricant de bronzes, né le 
6 juin 1780, décédé le 6 novembre 1828. — Buste en bronze 
(H. o™ 51). Derrière le piédouche est gravé : « Modèle de 
souvenir par S. J. Brun en février mdcccxxix, ciselé par 
Vuarin. » Gravé par L. Normand^ d'après un dessin de 
Boisselier^. (25* div.) 

Brun. 

GossEC (François-Joseph), compositeur, membre de l'In- 
stitut, né à Vergnies (Hainaut) le 17 janvier 1734 '^j décédé à 
Passy le 16 février 1829. — Médaillon en marbre (Diam. 
o™ 43). Signé : S. J. Brunf., 1829. (13^ div.) 

CADIOT (Noémie). Voy. VIGNON (Claude). 



1. L'original, en marbre blanc, daté de 1832, est la propriété de M"* veuve Lau- 
nay-Hautin, demeurant â Choisy-le-Roi. Renseignements fournis par M. Paul Doria 
(6 juillet 1897). 

2. Le modèle de ce groupe a figuré au Salon de 1880, sous le n° 6140. 

3. Monuments funéraires y etc., t. I, pi. xlii. 

4. Fétis fait naître Gossec en 1733. 

Akt fr. xui. 8 



114 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

CAILLOUETTE (Louis-Denis). Voy. DAVID D'ANGERS. 
CAPELLARO (Charles-Romain). 

Capellaro (Famille). — Statue en marbre (H. i"" 85) : 
jeune femme ailée, les yeux levés vers le ciel, prête à s'élever 
dans les airs. Signée : C. Capellaro, ï86^. (Si"" div.) 

Capellaro. 
Allan-Kardec (Hippolyte-Léon-Denizard Rivail, dit), 
fondateur de la philosophie spirite, né le 30 octobre 1804, 
décédé le 31 mars 1869. — Buste en bronze (H. o^ 53). 
Signé : Capellaro, 1870, F" par V"' Thiébaut. (44^ div.) 

Capellaro. 

HouEL (Charles-François), décédé le 18 juillet 1870, à 
Tâge de 45 ans, et Houel (Ferdinand), décédé le 5 avril 
1893, à l'âge de 37 ans. — Statue en pierre (H. i™ 55) : un 
ange en pied, debout, ayant les ailes ouvertes et les bras croi- 
sés. Signée : C. Capellaro. (62*= div.) 

Capellaro. 

Leclert (Emile), né en 1862, décédé en 1895 . — Médail- 
lon en marbre blanc (Diam. C" 55). Signé : C. Capellaro. 
(52* div.) 

CARLIER (Emile). 

Carlier (Marie-Anne- Adélaïde Brillet, femme de l'archi- 
tecte Ernest-Joseph-Jean-Baptiste), décédée en 1878 dans sa 
36*= année. — Groupe en bronze (H. i'" 35) : un ange, qui 
vient de terrasser Lucifer, s'élève au ciel emportant une jeune 
femme drapée. Signé : E. Carlier , sculp. J. Graux et 0% 
fondeurs. Paris, iS-j^. (63^ div.) 

C ARLES (Antonin-Jean). 

Cernuschi (Henri), homme politique et collectionneur, 
né en 182 1, décédé en 1896. Une forte stèle, de forme ronde, 
en marbre blanc, surmontée d'un dôme, est décorée d'un 
médaillon de l'amateur ayant pour fond un drapeau dont les 
plis sont fouillés dans la stèle. Signé : Antonin Cariés, iS^'j, 
Les armoiries de Rome, Milan et Paris complètent la décora- 
tion du monument. (J)G^ div.) 



LE PÈRE-LACHAISE 115 

CARLUS (Jean). 

Vallès (Jules-Louis-Joseph), journaliste, né au Puy 
(Haute-Loire) le lo juin 1832, décédé à Paris le 14 février 
1885. — Buste en bronze (H. o*" 65). Signé : Carïus, 1887, 
Griffoul et Lorge, fondeurs à Paris. Sur la face antérieure du 
tombeau sont gravés ces mots : « Ce qu'ils appellent mon 
talent n'est fait que de ma conviction. J. V. » Ç66'' div.) 

CARRIER-BELLEUSE (Albert-Ernest). 

WiTTMAN (M""^). — Dans une chapelle est placé le buste 
de M™^ Wittmann, en marbre blanc (H. 0°^ 45), exécuté en 
1869. Signé : Carrier-Belleuse \ (29^ div.) 

CARTELLIER (Pierre). 

Denon (le baron Dominique Vivant), dessinateur et gra- 
veur, archéologue, diplomate, né à Chalon-sur-Saône le 
4 janvier 1747, décédé à Paris le 27 avril 1825. — Statue en 
bronze (H. i"" 55) : Denon, assis, en costume moderne, la 
tête nue, tient un crayon dans la main droite. Signée : P. Car- 
tcllier, 1826, Gravé par Collette ^ d'après un dessin de Quaglia ^. 
(10^ div.) 

CAVELIER (Pierre-Jules). 

TiTEUx DE Fresnois (Phllippe-Auguste), architecte, 
grand-prix de Rome (1842), né à Paris le 13 septembre 18 14, 
décédé à Athènes le i" février 1846. — Médaillon en bronze 
(Diam. o"" 35). Signé: /. Cavelier, Roma, 1847. (39* div.) 

Cavelier. 
Cavelier (A.-L.-M.), architecte dessinateur, né à Paris 
le 9 janvier 1785, décédé le i^"" février 1867. — Médaillon en 
bronze (Diam. o"" 38). Signé : /. Cavelier, i86y. (8* div., i'* 
section.) 

Cavelier. 
MooRE (Edmond). Médaillon en marbre blanc (Diam. 
o"" 43). Signé : /. Cavelier, 1878. Le tombeau a été élevé à 
la mémoire de Moore par ses parents et ses amis. (65 ^ div.) 

1. Le marbre appartient à M. Wittmann. Renseignements fournis par le proprié- 
taire du buste, le lo septembre 1897. 

2. Le Père-Lachaise, etc., pi. x. 



Il6 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

CESÂRI (Colonna). 

Verdier (Paul), né en 1827, décédé en 1886. — Buste 
en terre cuite (H. o™ 55). Signé : Colonna César i, 1862, 
(96^ div.) 

CHABERT (C). 

Keller (Ferdinand-Théodore), né à Strasbourg le 3 avril 
1812, décédé à Paris le 28 février 1885. — Médaillon en 
bronze (Diam. o"' 27). Signé ; C. Chabert, 1870, (96* div.) 

CHALLI (Giuseppe). 

Besson-Bey (Dora de Steinberg, veuve de Tamiral), 
décédée le 5 janvier 1839. — Buste en marbre blanc 
(H. o™ 77). Signé : Giuseppe Chalîi. (4^ div., 2^ section.) 

CHANNEBOUX. 

Lebrun (Charles-François), duc de Plaisance,, homme 
d*État, littérateur, né à Saint-Sauveur (Manche) le 19 mars 
1739, décédé à Saint-Mesme (Seine-et-Oise) le 16 juin 1824. 
— Monument surmonté d'un fronton porté par huit colonnes. 
Au-dessous, un sarcophage rectangulaire décoré de bas-reliefs 
en marbre (H. o" 95. L. 2"» 20 et 0"" 75). Côté gauche : 
médaillon de Lebrun sculpté au centre d'une couronne de 
chêne; de chaque côté est un génie ailé accoudé sur la 
couronne. — Côté droit : Au centre, une femme ailée, 
debout, pose une couronne de chaque main sur deux stèles 
simulées supportant les bustes d'Homère et du Tasse ; deux 
génies nus, ailés, présentent chacun une tablette aux deux 
maîtres; on lit sur l'une de ces tablettes : « Traduction de la 
Jérusalem délivrée », et sur l'autre : « Traduction de Y Iliade 
d'Homère ». — Face antérieure : Femme debout, drapée, 
coiifée d'une couronne murale, s' appuyant de la main gauche 
sur une proue de vaisseau décorée d'armoiries, lions posant 
leurs pieds sur un écusson ; au bas est gravé : « G^ de la Hol- 
lande. » — Face postérieure : Femme debout, drapée, ayant 
une couronne murale sur la tête; les mains sont croisées sur la 
poitrine; le coude droit pose sur une proue de vaisseau sur 
laquelle est sculpté un lion passant. Au bas, on lit : « G" de 
Gênes. » Ces bas-reUefs ne comportent aucune signature, 
mais à la base du monument est gravé : « Channeboux, 



LE PÊRE-LACHAISE II7 

sculpteur à Volvic, dép* du Puy-de-Dôme », et « L.-T. Van 
Cléemputte, architecte* ». Gravé par L. Normand^. (5*^ div.) 

CHAPU (Henri-Michel-Antoine) et BOUCHER (Alfred). 

BARBEDiENNE(Ferdinand), fondeur, né à Saint-Martin-de- 
Fresnoy (Calvados) le 10 janvier 18 10, décédé à Paris le 
21 mars 1892. — Stèle quadrangulaire, en granit, surmontée du 
buste en bronze de Barbedienne (H. o™ 85). Signé : H. ChapuK 
A droite de la stèle, une jeune femme debout tenant d'une 
main un marteau et de l'autre une palme; à gauche une jeune 
femme coiffée d'un casque, ayant une palme dans la main droite. 
Une jeune fille, demi-nue, est assise sur la pierre tumulaire ; 
d'une main elle tient une torche renversée. Ces figures, en 
bronze (grandeur nature), sont de A. Boucher. (53* div.) 

Chapu et David (Pierre-Jean). 
Reynaud (Jean-Ernest), philosophe et homme politique, 
né à Lyon le 14 février 1806, décédé à Paris le 28 juin 1863. 
— Haut-relief en marbre blanc (H. 2"^ 95. L. i" 80) : le 
génie de V Immortalité, nu, sans ailes, monte dans l'espace 
comme la pensée, emporté vers le ciel par son propre poids. 
Les deux bras sont levés ; une flamme brille sur le front ; les 
plis tombants d'une draperie qui suit le mouvement du corps 
marquent la vitesse de l'élan. Signé : H. Chapu^. Au-dessous 
du haut-relief, se trouve le médaillon en bronze du philosophe 
(Diam. 0"» 65). Signé : David, 18^8. (63^ div.) 

Chapu. 

Agoult (Marie-Sophie-Catherine de Flavigny, comtesse 
d'), dite Daniel Stern, née à Francfort-sur-le-Mein le 
31 décembre 1805, décédée à Paris le 5 mars 1876. — Haut- 
relief en marbre (H. 2 ™ 30. L. i "45) : la Pensée est représen- 
tée par une jeune femme assise, soulevant son voile de la 



1. M. le comte de Maillé, sénateur de Maine-et-Loire, nous écrit, à la date du 
13 juillet 1897, que le monument du duc de Plaisance a été élevé à sa mémoire, en 
1851, par M»" de Chabot- Volvic et que celle-ci avait choisi Channeboux, sculpteur à 
Volvic, pour exécuter la sépulture dont elle avait pris l'initiative. 

2. Monuments funéraires, etc., t. II, pi. xx et xxi. 

3. Le marbre d'après lequel a été fondu ce bronze a figuré au Salon de 1882, sous 
le n° 4198. 

4. Le modèle de ce haut-relief a figuré au Salon de 1880, sous le n* 6177, et le 
marbre au Salon de 1882, sous le n° 4197. 



Il8 LA SCULPTUBÈ DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

main droite; à sa gauche, le buste de Goethe posé sur une 
stèle simulée ^ . Dans la partie supérieure du monument est 
encastré le médaillon en marbre (Diam. o"" 50) de la comtesse 
d'Agoult, Ce monument est signé : H. Chapu. (54*^ div.) 
Chapu. 

CoGNiET (Léon), peintre, membre de l'Institut, né à 
Paris le 29 août 1794, décédé dans la même ville le 
20 novembre 1880. — Monument en marbre formé d'un 
soubassement, de colonnes et d'un fronton. Dans la face anté- 
rieure est sculpté le médaillon du peintre (Diam. o™ éo), par 
H. Chapu, A la base du monument sont sculptés une palette, 
des pinceaux, une couronne de laurier et une palme. (15* 
div.) 

Chapu. 

Picard (Louis-Joseph-Ernest), avocat, député, membre 
du Gouvernement de la Défense nationale, ministre des 
Finances, ministre de l'Intérieur, ambassadeur, sénateur, 
né en 1821, décédé en 1877. Demi-ronde bosse en marbre 
blanc (Diam. o°* 40). Signée : H. Chapu. La sculpture orne- 
mentale a été exécutée par /. Héritier, Elle se compose d'une 
antéfixe avec fleurs de liseron retombant autour du médail- 
lon; au-dessous, une guirlande traversée par des branches de 
cyprès; à la naissance de la guirlande sont des doubles culots 
d'où partent de petites fleurs. (8* div., 2^ section.) 

Chapu. 
Bancroft (Clara E. Peabody widow of Eduard), of Bos- 
ton Mass U. S. A., décédée le 3 septembre 1882 à l'âge de 
52 ans. — Haut-relief en bronze (grandeur nature) représen- 
tant mistress Bancroft, en pied, debout, tenant un bouquet de 
fleurs. Signée : H. Chapu '^. (41^ div.) 

Chapu. Voy. Mercié (Antonin). Voy. Pech (Gabriel). 

CHAPUY (A.). 

Provost (Louis), instituteur primaire, né le 13 janvier 

1. Le modèle de ce haut-relief a figuré au Salon de 1877, sous le n" 3643. 

2. Mistress Bancroft, qui avait d'abord été inhumée à Passy, fut transportée au 
Père-Lachaise le 28 mai 1884. Une inscription gravée sur la face postérieure du 
monument nous apprend qu'il a été élevé, en témoignage d' un pieux souvenir, par 
« son gendre et ses petits-enfants pour accomplir les dernières volontés de sa fille la 
comtesse Tyszkiewicz. » 



LE PÈRE-LACHAISE II9 

181 5, décédé le 9 juillet 1865. — Médaillon en marbre blanc 
(Diam. o"" 40). Signé : A Chapuy, statuaire, 1S66, En exergue 
du médaillon est gravé : « A la mémoire de M. Provost ses 
élèves reconnaissants. » (49^ div., 2^ section.) 

CHAPUY (Jean). 

Lâchât (Jean), artiste dramatique. — Médaillon en 
bronze (Diam. o"' 40). Signé : Jean Chapiiy, i8j6. — : Dela- 
BROUSSE (Marie Lâchât, M""^), décédée le 7 janvier 1884 à 
l'âge de 50 ans. — Médaillon en bronze (Diam. 0°" 23). Non 
signé. (46^ div.) 

CH ARDIGN Y-DEMOUGE (Pierre- Joseph) . 

Gambey (Henri -Prudence), ingénieur mécanicien, 
membre du Bureau des longitudes et de l'Académie des 
sciences, né à Troyes le 8 octobre 1787, décédé à Paris le 
29 janvier 1847. — Buste en bronze (H. o™ 52). Signé : 
Chardigny-Demouge F' Paris, 184J, F^' de Eck et Durand^ 
(15^ div.) 



^yiu^v.: 



CHARNOD(A.). 

Elson (Philippe d^, né à Saint-Pétersbourg en 1785, 
décédé à Paris le 4 novembre 1867. — Buste en bronze 
(H. 0°^, 48). Signé : A. Charnod fondeur 1878. (56^ div.) 

CHARODEAU. 

PoiNAT (Gabriel), chef du 94*^ bataillon de la garde 
nationale de Paris, 1 870-1 871, maire d'Yvry-sur-Seine, né en 
181 1, décédé en 1879. —Buste en bronze (H. 0™ 55). Signé: 
Charodeau. J. Bigan, fondeur. (46* div.) 

CHARRIER (Pierre-Edouard). 

Hachin (Edouard), président d'honneur de la Lice chan- 
sonnière. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 30). Signé : 
Edouard Charrier, 18^2. Le monument d'Edouard Hachin a 
été élevé à sa mémoire par sa famille et ses amis. (71^ div., 
i'^ section.) 

I. Le modèle de ce buste a figuré au Salon de 1848, sous le n° 4661. 



120 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIERES DE PARIS 

CHATROUSSE (Emile-François). 

SoYER (Ernest), décédé le 19 octobre 1857. — Buste en 
pierre (H. 0°^ 45). Signé : E. Chatrousse, i8S2. (73* div., 
2* section.) 

CHAVÂLLIAUD (Léon- Joseph). 

Paupy (Barthélémy), industriel, né à Noaille (Creuse) 
le 6 février 1826, mort à Paris le 17 mars 1892. — Buste en 
bronze (H. o"^ 68). Signé: D'après photographie, Chavalliaud, 
1892. 0)2" àxw.) 

CHEVALIER (Jacques-Marie-Hyacinthe). 

Lefébure-Wéli (Louis-James-Alfred), organiste, compo- 
siteur, né à Paris le 13 novembre 18 17, décédé dans la même 
ville le 31 décembre 1869. — Buste en marbre (H. o'" 50), 
par H. Chevalier^. Au-dessous du buste, un bas-relief en 
marbre (H. i™ 02. L. o"" 95) : la Musique, personnifiée par 
une figure ailée, drapée, est debout; de la main droite elle 
dépose une palme sur le clavier d'un orgue dont le buffet est 
recouvert de tentures de deuil; dans la main gauche, pendante, 
est une harpe. Signé : H. Chevalier , statuaire, 187^. Le 
monument de Leféhure-Wéli a été élevé par sa famille, ses 
élèves et ses amis. La sculpture décorative est due au ciseau de 
M. Paul Lebêgue *. (4* div., 2* section.) 

Chevalier. 

Mouton (l'abbé Eugène), aumônier de la marine, décédé 
à Paris le 24 avril 1862. — Médaillon en bronze (Diam. 
o™ 30). Signé : « A mon ami A. E. Mouton, H. Chevalier, 
i8jj. » (50*^ div.) 

Chevalier. ■ '^ ' 

Lerendu (Louise), décédée le 29 mars 1882 à Tâge de 
13 ans. — Demi-ronde bosse en marbre blanc (Diam. o*" 45), 
ipa.r H. Chevalier K (60^ div.) 



1. Renseignements fournis par M. Paul Lehègue (28 juin 1897). 

2. Ibidem. 

3. Renseignements fournis par M. Justin Peytoureau, gérant de la maison 
G. Trouvain (27 juin 1897). 



LE PÈRE-LACHAISE 121 

CHOISELAT (Ambroise). 

Barillet (Jean-Pierre), jardinier en chef de la ville de 
Paris, architecte paysagiste, né à Saint-Antoine, près Tours, 
le 7 juin 1824, décédé le 12 septembre 1873. — Buste en 
bronze (H. o™ 65). Signé : Amb. Choiselat, 187 J. Le buste a 
été érigé par les amis de l'artiste. Le monument, dont la déco- 
ration sculpturale est due au ciseau de Jacomard, a été élevé 
sur les dessins de l'architecte P. Bénard. (69^ div.) 

CLÈSINGER (Jean-Baptiste-Auguste). 

SouLiÉ (Frédéric), littérateur et romancier, né le 
24 décembre 1800, décédé le 23 septembre 1847. — Demi- 
ronde bosse en bronze (Diam. o"" 44). Signé : Clésinger, sculp- 
teur. La sculpture décorative du monument a été exécutée par 
Roland. (48^ div.) 

Clésinger. 

Chopin (Frédéric), compositeur, né à Zaelozowa-Wola 
(Pologne), décédé à Paris le 17 octobre 1849. — Statue en 
marbre (H. i ™ 07) : figure allégorique de la Musique, assise, 
drapée à l'antique, et tenant une harpe; la tête, couronnée de 
verveine, est incUnée dans l'attitude d'une profonde douleur. 
Signée : /. Clésinger, 18 jo. Sur la face antérieure du piédes- 
tal de la statue est encastré le médaillon ovale en marbre de 
Chopin (H. o" 45. L. o" 32). Signé : /. Clésinger. (11^ div.) 

COMERRE-PATON (M^e Jacqueline). 

Paton (Emilie Pacini, M""^ Jules), écrivain, membre de 
la Société des gens de lettres, décédée le 19 janvier 1887, 
dans sa 67® année. — Médaillon en bronze (Diam. C" 60) 
placé dans le fronton d'une chapelle. Signé : Jacqueline Comerre, 
nà Paton. On lit en exergue du médaillon, exécuté en 1887 : 
« Jacques Rozier ». Ce nom est le pseudonyme sous lequel 
M°^ Paton, qui était officier d'académie, a publié ses romans 
et ses critiques sur les Salons \ (81^ div.) 

CORDONNIER ( Alphonse- Ame'de'e). 

Legrand (Pierre), publiciste, député de Lille, ministre, 

I. Renseignements fournis par M"" Jacqueline Comerre, fille de M"' Paton (lo sep- 
tembre 1897). 



122 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

né à Lille le 13 mai 1834, décédé à Paris le 31 mai 1895. — 
Sur l'acrotère d'une chapelle est placé le buste en marbre blanc 
de l'homme d'État (H. o"" 80), par A.-A. Cordonnier, Sur 
le socle du buste est gravé : « A Pierre Legrand, ses amis. » 
La chapelle, érigée sur les dessins de M. Alexandre Marteau^ 
architecte, est construite en granit de Montjoie (Manche). 
L'attique, formant avant-corps, est supporté par deux colonnes 
monolithes avec chapiteaux ioniques. L'acrotère est à volutes 
pour ménager l'emplacement du buste ; les volutes sont reliées 
par une guirlande de feuilles de laurier, de chêne et de rubans, 
sculptée dans le granit. Le dôme, d'un seul bloc, est évidé à 
l'intérieur pour former coupole afin de recevoir le lampadaire. 
Ce dôme, qui comprend la corniche d'entablement, est à res- 
sauts et a une hauteur de i™ 33. La croix surmontant le 
dôme est également d'un seul bloc, avec rosace' dont les 
extrémités ancrées comportent une pomme de pin. La porte 
de. la chapelle, en bronze fondu et ciselé, est à deux vantaux. 
Chaque panneau est décoré d'une branche de palmier à 
feuilles ajourées, avec une petite branche grimpante de Herre'. 
(92^ div.) 

CORTOT (Jean Pierre). 

Casimir -PÉRiER, homme d'État, né à Grenoble le 
21 octobre 1777, décédé à Paris le 16 mai 1832. — Monu- 
ment quadrangulaire surmonté de la statue en bronze (H. 
2 " 90) de l'homme d'État. Il est représenté en pied, debout, 
la main gauche posée sur la tribune dont la face antérieure 
porte : « Charte de 1830. » Signée : Cortot, iS}']. Des 
bas-reUefs en marbre (H. i "'. L. 2"") décorent trois côtés du 
monument. — Face antérieure : V Éloquence, debout, la tête 
laurée, lève la piâin droite, tandis que la main gauche serre 
un manuscrit. — Côté droit : la Justice, debout, drapée à l'an- 
tique, s'appuie d'une main sur une épée nue et, de l'autre, 
tient les balances. — Côté gauche : la Fermeté^ debout, dra- 
pée à l'antique, est coiffée d'une dépouille de Uon ; elle a un 
rameau de chêne dans la main gauche et s'accoude sur un fût 
de colonne. Ces bas-reUefs sont également dus au ciseau de 

I . Nous devons ces renseignements à Tobligeance de M. Alexandre Marteau (21 juin 
X897). 



LE PÈRE-LACHAISE I23 

Qortot. — Sur rentablement du monument on lit : « Sept 
fois élu député, président du Conseil des ministres sous le 
règne de Philippe P"", il défendit avec éloquence et courage 
l'ordre et la liberté dans l'intérieur, la paix et la dignité natio- 
nale à l'extérieur. » — Au-dessous de V Éloquence est gravé : 
« La Ville de Paris, pour consacrer la mémoire d'un deuil géné- 
ral, a donné à perpétuité la terre où repose un grand citoyen. » 
— L'inscription suivante est gravée sur la face postérieure : 
« La reconnaissance publique a érigé ce monument sous la 
direction à' Achille Leclêre architecte, de Cor tôt statuaire, et 
par les soins des commissaires. » Gravé par L. Normand^ 
et par Marlier, d'après un dessin de Demont^. (Rond-point 
Casimir-Périer?.) 

COUPON (Jean- Joseph). 

Destouches (Louis-Nicolas-Marie), né le 20 mai 1788, 
décédé le 24 janvier 185 1, et Armandine-Edmée Destouches, 
née Charton, décédée le 8 juillet 183 1. — Leurs deux por- 
traits accolés dans un médaillon en marbre (Diam. o"" 50)'. 
Signés : Coupon, i8S3 • Le tombeau des époux Destouches, 
élevé d'après les dessins de 'Caristie, architecte, a été gravé par 
I. Normand"^. (38^ div.) 

COURTE! (Xavier-Marie-Benoît- Auguste, dit Augustin). 

Baroche (Ernest), chef du 12^ bataillon des gardes mobiles 
de la Seine, tué au Bourget le 30 octobre 1870. — Buste en 
bronze (H. o"' 65). Signé : A. Courtet, 1872. (4^ div., 
2^ section.) 

Courtet. 

Uhrich (Jean-Jacques-Alexis), général de division, né 
à Phalsbourg (Meurthe) le 15 février 1802, décédé à Paris le 
9 octobre i88é. — Buste en bronze (H. o"' 75). Signé : 
A. Courtet, 1872 K($o^ div.) 

Courtet. Voy. Lequesne (Eugène-Louis). 

X. Monuments funéraires, etc., t. II, pi. XLV et xlvi. 

2. Recueil de divers tombeaux, etc., pi. x. 

3 . Ce monument, élevé au moyen d'une souscription nationale à laquelle ont pris 
part 24.000 souscripteurs, a coûté 58.639 fr. 50. 

4. Monuments Junér aires, etc., t. I, pi. xxx, 

5. Ce buste a figuré au Salon de 1872, sous le n° 1622. 



124 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

COUT AN (Jules-Félix). 

Alphand (J. -Charles-Adolphe), ingénieur, inspecteur géné- 
ral des ponts et chaussées, directeur des travaux de Paris, 
membre de l'Institut, né à Grenoble (Isère) le 26 octobre 
1817, décédé à Paris le 6 décembre 1891. — Buste en bronze 
(H. 0™ 80). Signé : Jules Coutan, 18^0. Le monument a été 
construit sur les dessins de Tarchitecte Formigé (66^ div.) 

COUT AN (Mme Laure). 

Laurent (Marcel), sous-officier, décédé à Phu-Lang- 
Thuong (Tonkin) le 2 mai 1888, à l'âge de 22 ans. — Demi- 
ronde bosse ovale en bronze (H. 0°" 40. L. C" 36). Signée : 
L. Martin Coutan. (36^ div.) 

Coutan (M™e.) 

GiLL (Louis- Alexandre Gosset de Guinnes, dit André), 
caricaturiste, né à Paris le 17 octobre 1840, décédé à Charen- 
ton le 2 mai 1885. — Buste en bronze (H. 0™ 80). Signé : 
Laure Coutan, iSSy. (95^ div.) 

Coutan (M«ae.) 
Balon (Camille-Constantin), décédé le 27 juillet 1892, 
âgé de 46 ans. — Demi-ronde bosse ovale en bronze (H. 
o™45. L. C" 35). Signé : Laure M. Coutan , 189^. (36^ div.) 

GRAUK (Gustave-Adolphe-Désiré). 

BècLARD (Léon-Philippe), ministre plénipotentiaire, né 
en 1820, décédé à Tanger le 7 mars 1864. — Tombeau en 
marbre surmonté de la Douleur, statue en bronze (H.'i™ 25) : 
jeune femme affaissée, entourant de son bras gauche un édi- 
cule sur la face antérieure duquel est sculpté le portrait de 
Béclard. Signé : Crauk, 1864, (4^ div. i""^ section.) ' 

Crauk. 

About (Edmond-François-Valentin), littérateur, membre 
de l'Académie française, né à Dieuze (Meurthe) le 14 février 
1828, décédé à Paris le 26 janvier 1885. — Statue en bronze 
(grandeur nature) : About est représenté assis dans un fau- 
teuil, tenant un livre dans la main gauche et une plume dans 

I. Voy. le Petit Moniteur universel dn lo février 1888. 



I 



LE PÈRE-LACHAISE 125 

la main droite. Signée : Crauk. Thiébaut frères fondeurs. Le 
monument d'Edmond About, élevé par souscription, a été 
exécuté sur les dessins de W.-O.-W. Bouwens, architecte. 
L'inauguration a eu lieu le 20 décembre 1887. (36^ div.) 

Crauk. Voy. Bra (Théophile-François-Marcel). 

CUGNOT (Et.) et CUGNOT (Louis-Léon). 

Lafabrègue (Pierre-Alexandre), né le 26 décembre 1795, 
décédé le 5 juin 1849. — Médaillon ovale en bronze (H. 
o" 25. L. C" 22). Signé : Et. Cugnot, 184^. — M.-L. Laper- 
LiER, veuve Lafabrègue, décédèe le 23 janvier 1880, dans sa 
68^ année. — Médaillon ovale en marbre (H. o"" 22. L. 
0° 19). Signé : Cugnot Léon, 18;^. (32^ div.) 

CUGNOT (Louis-Léon). 

Clément-Thomas (Jacques-Léonard), représentant du 
peuple, général commandant en chef la garde nationale de 
Paris en 1848 et en 1870, né à Ronzac (Gironde) le 31 dé- 
cembre 1809, et Claude-Martin Lecomte, général de brigade, 
né à Thionville (Meurthe) le 8 septembre 18 17. Ces deux 
généraux furent fusillés par les fédérés le 18 mars 1871. — 
Monument en granit très orné, sur la face antérieure duquel 
est sculptée en haut-relief (H. 2"^ 30) la figure allégorique de 
la Justice, debout, brandissant une épée de la main droite et 
ayant une couronne dans la main gauche. Signé : Cugnot. Le 
monument a été construit sur les dessins de M. Ernest-Georges 
Coquart, architecte. — L'inscription suivante est gravée sur le 
monument : « République française. L'Assemblée nationale a 
adopté, le Président du Conseil, chef du pouvoir exécutif de 
la République française, promulgue la loi dont la teneur suit : 
Art. I". L'assassinat des généraux Clément-Thomas et 
Lecomte est un deuil public auquel l'Assemblée appelle le pays 
tout entier à s'associer. — Art. 2. L'Assemblée nationale 
assistera à un service solennel qui sera célébré à cette occasion 
dans la cathédrale de Versailles. — Art. 3. Un monument 
funèbre sera élevé aux frais de l'État aux généraux Clément- 
Thomas et Lecomte. Loi du xxvi mars mdccclxxi. » (4^ div. 
I" section.) 



126 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

DAGAND (Michel). 

Al. exmo S"" D. Pedro José de Cardenas conde de Campo 
Alegre, 1786- 1854. — Tombeau quadrangulaire surmonté 
d'une statue en marbre (H. i"" 10) : jeune femme à genoux, 
voilée, les mains jointes; elle prie devant une croix placée au 
sommet du monument; la tête est inclinée dans l'attitude 
d'une profonde douleur. Signée : Dagand, 18 jj. (44^ div.) 

D ALLIER (Jules). 

Dasson (Henry), fondeur, décédé en 1896. — Buste en 
bronze (H. C" 70). Signé : /. Dallier. (82^ div.) 

DALOU (Aimé-Jules). 

BLANQ.UI (Louis- Auguste), homme politique, né à 
Puget-Théniers (Alpes-Maritimes) le 7 février 1805, inhumé 
le 5 janvier i88r. — Statue couchée en bronze (Long, i"" 75). 
Signée : Dalou. Fondu par E. Gonon. Le monument de Blan- 
qui, élevé au moyen d'une souscription populaire, a été inau- 
guré le 9 août 1885. (91'= div.) 

Dalou. 

Amouroux (Charles), ouvrier chapelier, membre de la 
Commune (1871); conseiller municipal de Paris (1875); con- 
seiller général de la Seine (1881); député de la Seine (1881) ; 
député de la Loire (1885), né à Chalabre (Aude) le 24 dé- 
cembre 1843, décédé à Paris le 23 mai 1885. — Médaillon en 
bronze (Diam. o™ 35). Signé : Dalou. Sur la face antérieure 
du monument est gravé : « Nouméa, 1872-1880. » (76^ div.) 

Dalou. 

BoussiNGAULT (Jeau-Baptiste), membre de l'Institut, né 
à Paris le 2 février 1802, décédé le 11 mai 1887. — Buste en 
bronze (H. o"" 70). Signé : Dalou, Gruet y fondeur. (95^ div.) 

Dalou. 

Noir (Y van Salmon, dit Victor), journaliste, né à Atti- 
gny (Vosges) le 27 juillet 1848, tué par le prince Pierre Bona- 
parte le 10 janvier 1870. — Statue couchée, en bronze (gran- 



LE PÈRE-LACHAISE 127 

deur nature). Signée : Dalou, i8po. Le tombeau de Victor 
Noir à été élevé au moyen d'une souscription nationale. 
L'inauguration a eu lieu le 15 juillet 1891 '. (92* div.) 

Dalou. 

WoLFF (Albert), publiciste, né à Cologne (Prusse rhé- 
nane) le 31 décembre 1835, décédé à Paris le 23 décembre 
189 1. — Buste en bronze (H. 0™ 65), par Aimé-Jules Dalou^. 
(96^ div.) 

DANTÂN (Antoine -Laurent). 

Dantan (Famille). Tombeau de forme antique sur 
lequel sont sculptés des palmes, une couronne, un buste et des 
outils de sculpteur. Derrière le tombeau se dresse un monu- 
ment avec entablement, frise et acrotères. De chaque côté du 
monument est une Cariatide. Les deux Cariatides, vêtues de 
longs voiles de deuil sur lesquels rampent des branches de 
lierre, se cachent le visage dans leurs mains. Au-dessus de 
chaque Cariatide existe un chapiteau corinthien dont les acro- 
tères sont décorés d'anges assis sonnant de la trompette. Sur 
la face antérieure du monument sont modelés quatre médail- 
lons en marbre renfermés dans des couronnes d'immortelles : 
1° Antoine-Joseph-Laurent Dantan, sculpteur, né en 1762, 
décédé en 1842; 2° Marie-Charlotte Martine, épouse Dantan, 
née à Anet en 1767, décédée en 1823; 3° Antoine-Laurent 
Dantan aîné, statuaire, né le 8 décembre 1798, décédé le 25 
mai 1878; 4° Jean-Pierre Dantan jeune, statuaire, né le 
28 décembre 1800, décédé le 6 septembre 1869. Dans la par- 
tie rentrante du tombeau est une tête d'enfant en marbre 
blanc. Les médaillons sont en outre entourés de légères guir- 
landes polychromes en lave émaillée. Signé sous la Cariatide de 
droite : Dantan aîné. (4^ div., i''^ section.) 

DANTAN (Jean-Pierre). 

Potier (G.), décédé le 19 mai 1838. — Buste en bronze 
(H. 0°^ 55). Signé : Dantan j\ i8^p, (4^ div., 2^ section.) 



1. Voy. le Journal des Arts du 17 juillet 1891. 

2. Renseignements fournis par M™* la baronne R. de Mandell (26 juin 1897). 



128 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Oantan. 

Benech, docteur médecin, 1784-1854. — Buste en bronze 
(H. 0*° 47). Signé : Dantanj% 18S4'. (15* div.) 

Dantan. 
Perrée (Louis), membre de TAssembiée constituante, 
maire du iii^ arrondissemeat, directeur du journal le Siècle, 
né le 13 mars 18 17, décédé le 16 janvier 185 1. — Médaillon 
en pierre (Diam. 0™ 40). Signé : Dantan, 1862. (22^ div.) 

Dantan. 

AuBER (Daniel-François-Esprit), compositeur, membre 
de rinstitut, né à Caen le 29 janvier 1782, décédé à Paris le 
12 mai 1871. — Buste en marbre blanc (H. o"" 80). Au- 
dessous du socle sont sculptées une lyre, des palmes et une 
couronne. Signé : Dantan jeune se. ^ (4® div., 2* section.) 

DAVID D'ANGERS (Pierre-Jean) et CAILLOUETTE (Louis-Denis). 
Roland (Philippe-Laurent), sculpteur, né à Marc-en- 
Pevele, près de Lille, le 13 août 1746, décédé à Paris le 
II juillet 181 6. — Stèle en granit, cintrée, dans la face anté- 
rieure de laquelle est sculpté le médaillon de l'artiste (Diam. 
o™ 34), par P.-/. David d'Angers. Au-dessous du médaillon est 
un bas-relief (H. o"" 65. L. o™ 34), représentant Homère chan- 
tant ses poésies d'après la statue du Musée du Louvre qui fait le 
plus d'honneur à la mémoire de Roland, par L.-D. Cail- 
louette. Le médaillon et le bas-relief ont été gravés par L. Nor- 
mand ^ Le monument de Roland a été élevé sur les dessins de 
L.-D. Cailloîiette*. (44^ div.) 

David d'Angers. 

GoBERT (J.-N.), général de division, né à la Guadeloupe 

en 1770, tué à Baylen en 1808. — Le monument se compose 

d'une statue équestre et de quatre bas-reliefs, en marbre, dus 

au ciseau de David d'Angers. Le général, frappé à mort par un 

1. Le marbre, d'après lequel a été obtenu le bronze qui nous occupe, a figuré au 
Salon de 1855, sous le n° 4309. 

2. Ce buste a figuré au Salon de 1864, sous le n° 2572. 

3. Monuments funéraires, etc., t. II, pi. xxii. 

4. Renseignements fournis par M. J. Marcel, arrière-petit-fils de Roland (15 juin 
1897). 



LE père-lacHaisë 129 

guérilla, est représenté tombant de cheval, groupe (H. 3 "^ 10). 
Les quatre bas-reliefs (mesurant 0™ 95 de haut, 2™ 30 et 
I™ 35 de large) ont pour sujets. — Face antérieure : « Le 
général Gobert déUvre à Saint-Domingue des soldats français 
renfermés dans une maison minée, et brûle la cervelle au 
nègre, leur gardien. » — Côté droit : « Le général Dampierre 
expirant remet son sabre de bataille au général Gobert. » — 
Côté gauche : « Le général Gobert, gouverneur de Bologne, 
apaise une sédition par sa seule présence. » — Face posté- 
rieure : « Napoléon Gobert, mourant en Egypte, remet son 
testament à un ami qui part pour la France. » Une inscrip- 
tion nous apprend que ce monument, où le cœur du 
général est renfermé, a été élevé par les soins de l'Académie 
française et de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 
d'après le mandat qui leur a été confié par Napoléon Gobert, 
fils du général, dans le testament où il fait ces compagnies 
dépositaires d'une grande fondation pour l'encouragement 
des travaux d'histoire nationale. (37^ div.) 

David d'Angers. 

Lefebvre (François-Joseph), duc de Dantzig, maréchal 
de France, né à Ruffach (Haut-Rhin) le 25 octobre 1755, 
décédé à Paris le 14 septembre 1820, et la maréchale, duchesse 
de Dantzig, née à Saint- Amarin (Haut-Rhin) le 2 février 1753, 
décédée à Paris le 29 décembre 1835. — Tombeau de forme 
antique, en marbre blanc, dans la face antérieure duquel est 
sculpté un bas-relief (H. i"" 23. L. i'" 50) : au centre, le 
médaillon du maréchal; de chaque côté, une Victoire ailée, 
demi-nue, pose une branche de laurier sur le front de Lefebvre. 
Une guirlande de laurier et de cyprès, suspendue aux épaules 
des Victoires, retombe et forme support au médaillon. Au- 
dessous, l'épée nue du maréchal. Ces sculptures sont dues 
au ciseau de David d'Angers, Le monument du maréchal 
Lefebvre, élevé sur les dessins de Provost, architecte, a été 
gravé par L. Normand ^^ et par Collette, d'après un dessin de 
Quaglia^. (28^ div.) 



1. Monuments funéraires , etc., t. I, pi. vu, nn. 

2. Le Père-Lacbaise, etc., pi. xn. 

Art fr. xiii 



IJO LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

David d'Angers. 

Jordan (Camille), homme politique et publiciste, né à 
Lyon le ii janvier 177 1, décédé à Paris le 19 mai 1821. — 
Médaillon en bronze (Diam. o™ 53). Signé : P. J. David 
d^ Angers y 182). Le monument de Jordan, élevé sur les dessins 
de Matois, architecte, a été gravé par L. Normand^ et par 
Collette, d'après un dessin de Quaglia^. (39^ div.) 

David d'Angers. 

FoY (Maximilien-Sébastien), général et orateur, né à 
Ham (Somme) le 3 février 1775, décédé à Paris le 28 no- 
vembre 1825. — Monument composé d'un édicule abritant la 
statue en marbre du général (H. 2^ 13), représenté debout, et 
drapé à l'antique. Cinq bas-reliefs en pierre (H. i"'05,i'" 11. 
L. G™ 73, 2"* 84) décorent le piédestal et sont disposés de la 
manière suivante. Face antérieure : le Génie de l'Éloquence 
et le Génie de la Guerre. — Face postérieure : Le général 
Foy à la Tribune. — Côté gauche : Le général F^y en 
Espagne. — Côté droit : Funérailles du général Foy. La sta- 
tue et les cinq bas-reliefs sont dus au ciseau de David dt Angers . 
Le monument, construit sur les dessins de Vaudoyer, architecte, 
a été gravé parZ. Normand'^, par Collette, d'après un dessin de 
Quaglia^, par Marlier, d'après un dessin de Demont^, et par 
l-J.Sulpis^,(^2S'àiv.) 

David d'Angers. 

BouRCKE (Comte Edmond de), conseiller intime des 
conférences de S. M. le roi de Danemark et son ministre plé- 
nipotentiaire près la Cour de France, né à Sainte-Croix (An- 
tilles danoises) le 2 novembre 176 1, décédé à Vichy le 
12 août 1821; et Maria Assunta Leonida Butini, veuve du 
comte Edmond de Bourcke, née à Sienne (Grand duché de 
Toscane) le 31 mars 1764, décédée à Paris le 13 février 1845. 
— Bas-relief en marbre (H. i" 90. L. i"* éo), représentant 
la comtesse de Bourcke assise sur un siège antique, ayant une 

1. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. xii. 

2. Le Pére-Lacbaise, etc., pi. xvi. 

3. Monuments funéraires, etc., t. II, pi. ii, m et iv. 

4. Le Père-Lachaise, etc., pi. xviii. 

5. Recueil de divers tombeaux, etc., pi. ix. 

6. Architecture funéraire contemporaine, î" section C, pi. V. 



LE PERE-LACHAlSE 13 1 

branche de cyprès dans la main gauche et levant les yeux vers 
le buste simulé de son mari qui surmonte un cippe élevé. 
Signé : P.-/. David, 1826. Le monument, élevé sur les dessins 
de Visconti, architecte, a été gravé par L, Normand^ et par 
Collette, d'après un dessin de Quaglia\ (39* div.) 

David d'Angers. 
BÉRANGER (Jean-Pierre de), poète chansonnier, né à 
Paris le 19 août 1780, décédé dans la même ville le lé juillet 
1857. — Médaillon en bronze (Diam. 0™ 60). Signé : David 
d' Angers f 18^1, et Manuel (Jacques-Antoine), homme poli- 
tique, né à Barcelonnette (Basses- Alpes) le 10 décembre 1775, 
décédé à Paris le 20 août 1827. — Médaillon en bronze 
(Diam. o™ éo), ipar David d'Angers. Ce médaillon n*est pas 
signé par son auteur, et il porte le nom de F.-G. Magnades, 
sans doute le fondeur. Le tombeau dans lequel repose le poète 
chansonnier, ami de Manuel, a été élevé à celui-ci par ses con- 
citoyens. (28^ div.) 

David d'Angers. 

Augustin (Jean-Baptiste- Jacques), peintre miniaturiste, 
né à Saint-Dié (Vosges) le 15 août 1759, décédé à Paris le 
13 avril 1832. — Médaillon en marbre (Diam. o™ 47). Signé : 
P.-J. David, 18) 2. Gravé par L, Normand'^. (27* div.) 

David d'Angers. 

Gouvion-Saint-Cyr (Laurent, comte, puis marquis), 
maréchal de France, né à Toul le 13 avril 1764, décédé à 
Hyères le 10 mars 1830. — Statue en marbre blanc (H. 2*° 03), 
représentant le maréchal debout, une main posée sur un plan 
de bataille. Signée : P.-J. David d'Angers, i8j^. Le monu- 
ment de Gouvion-Saint-Cyr, élevé sur les dessins de Fis- 
conti, architecte, a été gravé par L. Normand*. (37^ div.) 

David d'Angers. 
SucHET (Louis-Gabriel), duc d'ALBUFÉRA, maréchal de 
France, né à Lyon le 2 mars 1770, décédé au château de 



1. Monutnents funéraires, etc., t. I, pi. xir. 

2. Le Père-Lachaisej etc., pi. xvi. 

5. Monuments funéraires, etc., t. II, pi. xxxi. 
4. Monutnents funéraires, etc., t. II, pi. xxxvii. 



Î52 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Saint- Joseph, près de Marseille, le 3 janvier 1826. — Monu- 
ment quadrangulaire en marbre blanc dans la face antérieure 
duquel est un enfoncement où se trouve placé le buste en 
marbre du maréchal (H. 0°" 60). Signé : P.-J. David d'An- 
gers, 1827. Au-dessous, un bas-relief en marbre (H. 2"* 08. 
L. i"" 32) : Victoire traçant sur un canon, à l'aide d'une 
baïonnette, les victoires du maréchal. Signé : P.-J. David 
d^ Angers j 1828. Sur la face antérieure sont sculptés en relief, 
par Plantar, des trophées d'armes et l'uniforme du maréchal. 
Le monument du maréchal Suchet, élevé sur les dessins de 
Visconti, architecte, a été gravé par L. Normand^ et par 
Collette, d'après un dessin de Quaglia^. (39* div.) 

David d'Angers. 

GoHiER (Louis-Jérôme), membre du Directoire, consul 

général de France à Amsterdam, né à Semblençay en 1746, 

décédé à Paris le 29 mai 1830. — Médaillon en marbre 

(Diam. C" 52). Signé : P.-J. David d'Angers, 18 jo. (10^ div.) 

David d'Angers. 
Geoffroy Saint-Hilaire (Etienne), naturaliste, né à 
Étampes (Seine-et-Oise) le 15 juin 1772, décédé à Paris le 

19 juin 1840. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 40). Signé : 
David, 18) I. (19* div.) 

David d'Angers. 
DuLONG (Pierre-Louis), secrétaire perpétuel de l'Acadé- 
mie des Sciences, directeur des études à l'École polytechnique, 
professeur de physique et de chimie à la Faculté des sciences, 
né à Rouen le 14 février 1785, décédé à Paris le 19 juillet 
1838. — Médaillon ovale en bronze (H. o"'69. L. o™ 59). 
Signé : David, 18)6. Le monument a été élevé par les élèves 
et les amis de Dulong. (8^ div., i"^^ section.) 

David d'Angers. 
Daunou (Pierre-Claude-François), homme politique, 
historien, secrétaire perpétuel de l'Académie des Inscriptions, 
né à Boulogne-sur-Mer le 18 août 1761, décédé à Paris le 

20 juin 1840. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 50). Signé : 

I. Monuments funéraires ^ etc., t. I, pi. m et iv. 
i. Le Pére-Lachaise, etc., pi. xvm. 



LE PÈRE-LACHAISE I33 

David, 1840. F^'' de V Richard, Eck et Durand. « Augmenta- 
tion A. Collas, 1840. » (28* div.) 

David d'Angers. 
Lemercier (Louis-Jean-Népomucène), poète et auteur 
dramatique, membre de l'Académie française, né à Paris le 
22 avril 1771, décédé le 7 juin 1840. — Médaillon en marbre 
blanc (Diam. 0" 42). Signé : P.-J, David d'Angers, 1840. 
(30'= div.) 

David d'Angers. 
Bœrne (Ludwig), pseudonyme de Loeb Baruch, publi- 
ciste allemand, né à Francfort-sur-le-Mein le 22 mai 1786^, 
décédé à Paris le 12 février 1837. — Buste en bronze 
(H. 0*" 45), placé dans un enfoncement pratiqué au sommet 
d'une pierre de granit en forme de pyramide. Ce buste est dû 
au ciseau de David d'Angers. Au-dessous du buste, sur la face 
antérieure de la pyramide, est fixé un bas-relief en bronze 
(H. 0°" 40. L. G™ 60) : La France et V Allemagne unies par la 
Liberté. La Liberté debout, coiffée du bonnet phrygien, pose 
les mains sur les épaules de deux jeunes femmes personnifiant 
la France et T Allemagne. Signé : David, 1842. Fonderie de 
Richard, Eck et Durand. (19^ div.) 

David d'Angers. 
Baraguay (Thomas-Pierre), architecte, né le 24 juin 
1748, décédé le 16 août 1820. — Médaillon en marbre blanc 
(Diam. 0^40), par David d' Angers . (29^ div.) 

David d'Angers. 

WiLHEM (Guillaume-Louis Bocqxjillon, dit), composi- 
teur, né à Paris le 18 décembre 1781, décédé dans la même 
ville le 26 avril 1842. — Médaillon en bronze (Diam.o™ 51). 
Signé : David, 184). Ce monument a été élevé par les amis, 
les élèves et les admirateurs de Wilhetn. (ii* div.) 

David d'Angers. 

Nodier (Emmanuel-Charles), poète et littérateur, biblio- 
thécaire de l'Arsenal, membre de l'Académie française, né à 
Besançon en 1780, décédé à Paris le 27 janvier 1844. — 

I. Dezobry, dans son Dictionnaire, écrit « 1784 ». 



Î34 l'A SCULPTURE DANS LÉS aMETIÈRES DE PARIS 

Buste en marbre (H. o" 50). Signé : A Charles Nodier , 
David d'Angers. (49^ div., i" section.) 

David d'Angers. 
Balzac (Honoré de), auteur dramatique, né le 20 mai 
1799, décédé le 18 août 1850. — Buste en bronze (H. o™ 75). 
Signé : A son ami de BalT^ac, P.-/. David d'Angers, 1844. N. 
Quillet, fondeur. Gravé par Obermayer\ (48* div.) 

David d'Angers. 
PoiNSOT (Louis), géomètre, membre de l'Académie des 
sciences, pair de France, sénateur, né à Paris le 3 janvier 
1777) décédé dans la même ville le 5 décembre 1859. — 
Médaillon en pierre (Diam. 0"' lé). Signé : David, 184^. 
(4* div., I" section.) 

David d'Angers. 

Trélat (Ulysse), médecin, homme d'État, né à Mon- 
targis le 13 novembre 1795, décédé à Menton (Alpes-Mari- 
times) le 29 janvier 1879*. — Médaillon sculpté sur la face 
antérieure d'un monument en granit (Diam. o"" 35), d'après 
David d'Angers^. Une branche de peuplier d'Italie, fixée par 
un ruban, des décorations honorifiques et des ouvrages de 
droit sont sculptés sur la pierre tumulaire. Une intendance 
et un hôpital avec un arbre en perspective sont représentés 
aux côtés du médaillon. Au-dessus, une rosace formant le 
couronnement du mot « Patrie » gravé en creux. Cette déco- 
ration est de /. Héritier. Le monument a été élevé sur les 
dessins de MM. E. Trélat et Thierry, architectes. (69^ div.) 

David d'Angers. 

Thorè (Théophile), dit W. Burger, écrivain, né en 
1807, décédé en 1869. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 41). 
Signé : David, 184J. (48* div.) 

David d'Angers. 

Gay-Lussac (Joseph-Louis), chimiste et physicien, né à 

1. Architecture funéraire contemporaine, etc., 2" section B, pi. m. 

2. L'inhumation au cimetière du Père-Lachaise a eu lieu le 7 février 1879. 

3. Ce médaillon est la reproduction agrandie de l'œuvre modelée par P. -J. David 
d'Angers en 184$. Cet agrandissement a été exécuté par M. 7. Héritier, sculpteur. Ren- 
seignements fournis par M. Emile Trélat, député, fils d'Ulysse Trélat (50 mai 1897), 
et par M./. Héritier (26 ]uï\\Qt 1897). 



LE PÈRE-LACHAISE I35 

Saint-Léonard (Haute- Vienne) le 6 décembre 1778, décédé à 
Paris le 9 mai 1850. — Médaillon en bronze (Diam. o'" 35). 
Signé : David d'Angers. (26* div.) 

David d'Angers. 

Arago (François), astronome, membre de la Chambre 
des députés de 183 1 à 1848, né à Estagel le 26 février 1786, 
décédé à Paris le 2 octobre 1853. — Buste en bronze (H. 
0" 54). Signé : P.-/. David d'Angers. F^'" de Eck et Durand, 
iSjè, Le monument d' Arago, élevé au moyen d'une souscrip- 
tion nationale et étrangère, sur les dessins de Duhan, a été 
gravé par Soudain^. (4'' div., 2*^ section.) 

David d'Angers. 

SÉGALAS (Anaïs Ménard, dame), poète, née à Paris le 
24 septembre 18 14, décédée le 31 août 1893. — Médaillon en 
bronze (Diam. o"" 18). Signé : David d'Angers. (65^ div.) 

David d'Angers. Voy. Chapu (Henri). 

DAVID D'ANGERS (Robert). 

Ledru-Rollin (Alexandre- Auguste Ledru, dit), avocat, 
jurisconsulte et homme politique, né à Paris le 2 février 1807, 
décédé à Fontenay-aux-Roses le 31 décembre 1874. — Buste 
en bronze (H. o™ 78). Signé : Robert David d'Angers, 18 jj. 
F. Barbedienne, fondeur. Paris. Ce buste a été exécuté d'après 
celui que Joseph Garraud exiposa en 1849 (n^ 2222). Le monu- 
ment de Ledru-Rollin a été inauguré le 24 février 1878 ^, 
(4* div., 2* section.) 

DE BAY (Jean-Baptiste- Joseph). 

Gros (Antoine-Jean, baron), peintre, né à Paris le 
16 mars 1771, décédé dans la même ville le 26 juin 1835. — 
Buste en marbre (H. o"' 70). Signé : Debay, 18 j y. Gravé par 
L. Normand K (25^ div.) 

DEGE0R6E (Charles-Jean-Harie). 

Salignac-Fénelon (Comtesse de). — Bas-relief cintré, 

1. Architecture funéraire contemporaine, etc., !'• section C, pi. vi. 

2. Voy. Vapereau, Dictionnaire des contemporains, édit. de i88o, p. 1120. 

3. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. i. 



136 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

en marbre, placé dans le fronton d'une chapelle : Vierge assise 
tenant l'Enfant Jésus debout sur ses genoux ; de chaque côté 
est un ange agenouillé; Tun, en adoration, a les mains 
jointes, tandis que l'autre déploie une banderole sur laquelle 
sont inscrits ces mots : Ecce agnus Dei. Signé : C. Degeorge. 
(56* div.) 

DELABRIERRE (Paul-Édouard). 

Delabrierre (Anne-Eugénie Allèon, M""^). — Médail- 
lon en bronze (Diam. o™ 19), en exergue duquel est gravé : 
« Eugénie Delabrierre, 1878. » Signé : E. Delabrierre, 
(65^ div.) 

DELARUE (Sébastien). 

Rode (Pierre), né le 7 avril 18 16, décédé le 8 novembre 
1874. — Médaillon ovale en bronze (H. o™ 51. L. o™ 40). 
Signé : Delarue, 1868. (20^ div.) 

DELOTE (Jean-Baptiste-Gustave) et NOËL (Léon). 

Noël (Léon), artiste dramatique et sculpteur, né en 
I844^ — Édicule surmonté du buste en bronze (H. o"' 65) 
de l'artiste dramatique. Signé : G. Deloye, 8p, P. S arrêt f on- 
deur^. — Éléonore Chrétien, née en 1821, décédée en 1895. 
— Médaillon en bronze (Diam. 0™ 30). Signé : A ma mère, 
Léon Noël, 18^). Ce tombeau a été élevé sur les dessins de 
A^' Benoît, architecte. (20^ div.). 

DENÉCHEAU (Séraphin). 

Mercier Qean-Michel), peintre, ancien directeur du 
Musée d'Angers, né à Versailles le 14 décembre 1786, décédé 
à Paris le 15 décembre 1874. — Médaillon en bronze (Diam. 
G"" 52). Signé : Denécheau, 187s - Le tombeau de Mercier a 
été élevé par les élèves et les amis du peintre. (71^ div., 
i""* section.) 

DESCHAMPS (Léon). Voy. BRUCHON (Emile). 

DESEINE (Louis-Pierre). 

RÉMOND (Grégoire), né en Suisse, décédé à Paris le 

1. M. Léon Noëly qui a fait placer son buste sur le tombeau dans lequel reposent 
plusieurs membres de sa famille^ compte toujours parmi les vivants. 

2. Ce buste a figuré au Salon de 1889, sous le n" 4282. 



LE PÈRE-LACHAISE I37 

29 octobre 1818 à l'âge de 63 ans. — Bas-relief en terre 
cuite (H. C" 45. L. C" 78); au centre, la Charité^ debout, 
accueille deux mendiants; l'un, debout, s'appuie sur un long 
bâton ; l'autre, à genoux, reçoit de la Charité des pièces de 
monnaie; derrière ces vieillards, un malade, couché, est assisté 
de deux religieuses, dont l'une lui présente un breuvage. Dans 
la partie droite de la composition est un groupe de trois 
femmes ; Tune d'elles reçoit des secours de la Charité, pendant 
qu'elle allaite un enfant et qu'un deuxième enfant pose la tête 
sur son genou; près de ce groupe, un enfant est endormi 
dans son berceau. Signé : « En 1820, par De Seine. » Au- 
dessous de ce bas-relief, on lit l'inscription suivante qui 
expHque le sujet choisi par l'artiste : « Les pauvres conserve- 
ront et béniront sa mémoire. Il fonda pour eux des places à 
perpétuité dans les hospices de Paris, Chartres et Nogent-le- 
Rotrou. » (20^ div.) 

DESPREZ (Louis). 

GiRODET DE Roucy-Trioson (Anne-Louis), peintre, né à 
Montargis le 29 janvier 1767, décédé à Paris le 9 décembre 
1824'. — Buste en marbre blanc (H. 0™ 65). Signé : L. Des- 
prei^ 1826. Gravé par L. Normand^, et par Collette, d'après un 
dessin de Quaglia ^ . (^2S^ div.) 

DEVAULX (François-Théodore). 

Beaucé (Jean-Adolphe), peintre d'histoire, attaché aux 
armées françaises, né à Paris le i" août 18 18, décédé à Bou- 
logne (Seine) le 1 1 juillet 1875 . — Buste en bronze (H. o"' 75). 
Signé : « A son ami J.-A. Beaucé, 1855. Th. Devaulx. 
(49' div., i''^ section.) 

Devaulx. 

Bureau (Jean-Baptiste), né le s juin 1765, décédé le 
12 décembre 1856. — Dans la face antérieure d'un tombeau 
de grandes proportions est encastré un médaillon en bronze 
(Diam. C" 30). Signé : Th. Devaulx, iSjy. (50^ div.) 



1. Ces dates ne concordent pas avec celles données par Lalanne : 5 janvier 1767 et 
12 décembre 1824. 

2. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. i. 

3. Le Père-Lachaise, etc., pi. 11. 



138 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

DEVAULXfils(Ed.). 

Girard (Louis), inventeur du livre relieur dit : « Bi- 
blorhapte », décédé en 1873 ^ Tâge de 68 ans. — Médaillon 
en bronze (Diam. C" 62). Signé : Ed. Devaulx fils, i8y4. 
(74* div.) 

DIEUDONNÉ (Guillaume-Marius). 

Chapuis (François-Claude), né le 17 juin 1799, engagé 
volontaire le 4 août 18 16, mort général de brigade le 19 juil- 
let 1852. — Buste en marbre (H. 0" 79). Signé : M. Dieu- 
donnée (34* div.) 

DIEUDONNÉ (Jacques-Ângnstin). 

Le Roux (Claude), caissier du Ministère de l'Intérieur, 
né à Paris le 30 mars 1752, décédé le 15 novembre 1835. — 
Médaillon en marbre blanc (Diam. o"' 35), par /.-^. Dieu- 
donné^. (39^ div.). 

DORÉ (Louis-Christophe-Gustave-Paul) . 

Ozi (Alice), artiste dramatique, née en 1820, décédée en 
1893. — Statue en marbre blanc (grandeur nature), représen- 
tant une femme en pleurs. Elle est debout, drapée, voilée, 
et tient un enfant (mort ?) sur sa poitrine. Signée : G. Doré. 
Sur le piédestal circulaire, en granit, est sculpté un bas-relief 
comprenant différentes scènes. (89* div.) 

DORIER(I.). 

Demion (Constant), garde national de la 8^ légion, vic- 
time des désordres civils, décédé le 24 juin 1848, à l'âge de 
39 ans. — Médaillon en bronze (Diam. 0°* 45). Signé : 
/. DorierK (59^ div.) 

DOUBLEMÂRD (Âmédée-Donatien). 

Paillet (Alphonse -Gabriel -Victor), avocat, député 
(1846-1849), né à Soissons le 17 novembre 1796, décédé à 

1. Ce buste a figuré au Salon de 1861 sous le n° 3309. 

2. Renseignements fournis par M. C. Poussin (24 août 1897). 

■ 3. Sur le monument est gravé : « Souvenir du passage de sa sœur et de son père 
âgé de 76 ans (4 juillet 1855). Nous ne sommes pas parvenu à découvrir le nom de 
Dorier dans une publication quelconque, Il se peut, au surplus, que notre lecture ne 
soit pas exacte. 



LE PÊRE-LACHAISE I39 

Paris le lé novembre 1855. — Bas-relief en marbre blanc 
(H. o" 98. L. o™ 77) : stèle simulée avec médaillon; une 
jeune femme, debout, pose la tête sur le médaillon qu'elle 
entoure de son bras droit ; la main tient une flamme renver- 
sée; à gauche, une autre jeune femme à genoux devant 
laquelle est un enfant nu qui tend les bras vers le médaillon. 
Signé : A. Douhlemard. Roma, 18^6. Gravé par Gîbert\ 

Doublemard. 
Bazin (François-Emmanuel-Joseph), compositeur, décédé 
le 2 juillet 1878. — Buste en marbre (H. o"" 75). Signé : 
i8jp, A. Doublemard. (32* div., 2^ section.) 

Doublemard. 

RicoRD (Philippe), médecin, né à Baltimore (États-Unis) 
le 10 décembre 1800, décédé à Paris le 22 octobre 1889. — 
Dans le fronton de la chapelle, un buste en bronze (H. o "" 70) 
par Doublemard^. La chapelle est décorée de têtes de ché- 
rubins, d'un écusson sur lequel est gravée la lettre R, et de 
deux enfants ailés posés de chaque côté de Técusson. Tous œs 
ornements sont en bronze. Les enfants mesurent o™ 45 de 
hauteur et sont signés : Doublemard, 1880. Le dessus de porte 
forme double cartouche avec palme; derrière le buste, un 
encadrement orné de moulures est entouré d'une guirlande 
de laurier; les angles de la chapelle comportent des colonnes 
avec chapiteaux; dans le fronton existent des trépieds enca- 
drés par des pilastres et, au-dessus, une coupole; sur les côtés 
des fenêtres sont sculptées des couronnes d'immortelles avec 
ruban. M. ]ules Héritier est l'auteur de cette décoration ^ 
(54«div.) 

DOUDEAU (L.). 

MoNTEjA Caballero(F.-J.), de Puerto, principale île de 
Cuba, décédé à Paris, le 7 octobre 1862, à l'âge de 54 ans. 
— Bas-relief en marbre (H. o™ 96. L. o"' 68) représentant, 
à droite, une jeune femme en pleurs devant un tombeau 
simulé; à gauche, une autre jeune femme, drapée à l'antique, 

1. Architecture funéraire contemporaine, 2' section D, pi. xv. 

2. Renseignements fournis par M. Douhlemard (16 juin 1897). 

3. Renseignements fournis par M. /. Héritier (26 juillet 1897), 



140 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

soulève son voile au-dessus de la tête de sa compagne; au 
fond, un palmier. Signé : L. Doudeau, sculpf, i86j. (6iMiv.) 

DROSSIS (Léonidas). 

BoiME-SiMON (Eugénie), décédée le 3 février 1889, à 
l'âge de 77 ans. — Buste en marbre blanc (H. o™ 50). Signé : 
Léonidas Drossis. Roma, 186^. (8^ div., i'"' section.) 

DUBOIS (Paul) et MERCIÉ (Antonin). 

Baudry (Paul-Jacques-Aimé), peintre, né le 7 novembre 
1828, décédé le 15 janvier 1886. — Monument composé d'un 
sarcophage en marbre noir surmonté d'une pyramide, égale- 
ment en marbre noir, laquelle est adossée à une large stèle en 
marbre gris. Sur la pyramide est posé le buste de Baudry 
(H. G™ 56), par Paul Dubois. Sur un cartel en bronze, ser- 
vant de support au buste, est gravée l'inscription suivante : 

Pavlo Bavdry pictori 

Pavlvs Dvbois scvlptor 

Amicvs amico fecit 

Lvtetiae Parisiorvm 

anno mdccclxxxii. 

Derrière, sur Tappui du cartel, on lit : Gruet aîné, fondeur; à 
droite, une Renommée, planant dans les airs, va déposer une 
couronne de laurier sur la tête du peintre ; à gauche, à la 
base du monument, une femme debout, vêtue de longs voiles 
de deuil, s'appuie sur le sarcophage sur lequel sont fixés une 
palette, des pinceaux et une palme. Toutes ces œuvres sont 
en bronze. La Renommée est signée : A. Mercié, et la statue, 
également due au ciseau de M. Mercié, est signée E. Barhe- 
dienne, fondeur, Paris. Le monument de Paul Baudry, érigé 
sur les dessins de son frère, M. Amhroise Baudry, architecte, 
a été inauguré le 21 février 1890 ^ (4^ div.) 

Dubois. 

BizET (Alexandre-César-Léopold, dit Georges), composi- 
teur, né à Paris le 25 octobre 1838, décédé à Bougival le 

I. Ce monument se trouve reproduit dans la Gaiette des Beaux-Aris, année 1890, 
3« période, t. III, p. 42. 



LE PERE-LACHAISÊ I4I 

3 juin 1875. Buste en bronze (H. o™ 65). — Signé : Paul 
Dubois. Gruct /'"/'«^ (68^ div.) 

DUBOIS-DAVESNES (M"e Marguerite-Fanny). 

RoYER (Marie), artiste dramatique, née en 1841, décédée 
en 1873. Buste en bronze (H. "^ 48), par M^^^ M. -F, 
Dubois-Davesnes ^ (65^ div.) 

Dubois-Davesnes (M^e). Voy. Adam-Salomon (Antony- 
Samuel) . 

DUBOY (Paul). 

FoucHET (Paul), né le 6 mai 1864, décédé le 2 mai 
1873. — Médaillon en bronze (Diam. o™ 21). Signé : Paul 
Duboy sculp. 1868. (57^ div.) 

DUBRAY (Vital-Gabriel). 

Faverolles (Famille Salvage de). Chapelle de forme 
antique. De chaque côté de la porte est une statue en pierre 
(H. i"" 30) ayant un genou en terre. Ces deux statues, dra- 
pées et voilées, posent chacune une couronne d'immortelles 
sur des branches de cyprès. Elles sont signées : V. Dubray, 
se. — Sur le côté gauche est un bas-reliefen marbre (H. i'" 50. 
L. I" 10) représentant une prison au centre de laquelle est 
une jeune femme; un enfant se serre contre sa poitrine, 
pendant qu'elle jette un regard de tristesse vers un homme 
dont la chaîne vient de se briser; un vieillard accroupi tend 
les bras dans la direction de la jeune femme. — Le côté droit 
comporte un autre bas-relief en marbre de mêmes dimen- 
sions, sur lequel est sculptée une jeune femme s'élevant au 
ciel soutenue par trois anges. Ces bas-reliefs sont signés : F. 
Dubray, se. (48^ div.) 

Dubray. 

Perdonnet (Albert-Auguste), ingénieur, directeur de 
l'École centrale, administrateur de chemins de fer, né à Paris 
le 12 mars 1801, décédé à Cannes le 27 septembre 1867. 
— Tombeau surmonté d'une pyramide en granit posée sur 
un piédestal en pierre. Sur la pyramide sont sculptées une 

I. Renseignements fournis par M. le D' A. Royer, frère de l'artiste dramatique 
(25 août 1895). 



142 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

palme, une couronne d'immortelles et la croix de chevalier de 
la Légion d'honneur. Sur la face antérieure du piédestal, ornée 
d'une couronne et de palmes, est fixé le médaillon en bronze 
de l'ingénieur (Diam. o"" 53). Signé : Vital Duhray, 1868. 
— Une statue est placée de chaque côté du monument : à 
droite, une jeune femme debout, largement drapée, accoudée 
sur la corniche du piédestal, et tenant une couronne dans la 
main gauche, dirige son regard vers la pyramide; à gauche, 
une figure de femme, voilée, vêtue à l'antique ; elle pose une 
main sur le piédestal et tient une couronne de l'autre main ; 
sous son pied est un livre fermé. Ces deux statues, en pierre 
(H. 2™ 10), sont signées : Vital Duhray, i86p. Le monu- 
ment, construit sur les dessins de R. Demimuid, architecte, 
a été gravé par Chappuis \ (4^ div., 2° section.) 

DUCEL (J.-J.). 

BÉNARD (Lucile-Henriette), décédée le 9 décembre 1863 
dans sa 8^ année. — Statue couchée, en fonte (L. i'" 06) : 
jeune enfant dont la tête nue repose sur deux coussins super- 
posés ; de la main gauche, elle serre une croix sur sa poi- 
trine. Signée : /. /. Ducel et O' fondeurs, Paris. (4^ div., i''^ 
section.) 

DuceL 
HuGOT (Famille). — Chapelle surmontée d'un groupe 
en fonte (H. i™ 20) : sur un rocher, un ange ailé, un 
genou en terre, tend les bras à un enfant agenouillé à ses pieds; 
l'enfant, qui tient des fleurs dans sa main gauche, se penche, 
en souriant, sur le bord d'un précipice. Sur le socle est gravé : 
/. /. Ducel et fils à Paris. (68^ div.) 

DUCHOISEUIL. 

Gennerat(M"^), décédée à 20 ans. — Chapelle surmontée 
d'une statuette en bronze (H. o™ 70) : jeune fille à genoux 
sur un prie-Dieu. Cette œuvre a été exécutée en 1882, par 
Duchoiseuil^, (63^ div.) 



1. Architecture funéraire contemporaine, i" section C, pi. iv. 

2. Renseignements fournis par M. Gennerat, architecte. La statuette est le por- 
trait de la jeune morte (25 août 1897). 



LE PÊRE-LACHAISE I43 

DUCOMMUN DU LOCLE (Henri-Joseph, dit Daniel). 

DucoMMUN DU LocLE (Louisc-Laurence Martin de la 
Lande, M™^), née en 1784, décédée en 1830. — Buste en 
marbre blanc (H. o"" 50). Signé : Daniel Ducommun. (39^ div.) 

DUMECQ. 

MoNTVAL (Ludovic-François), né en 1735, décédé en 
1827. — Médaillon en bronze (Diam. o"^ 42). Signé : 
Dumecq'} (sr div.) 

DUMILÂTRE (Jean-Âlphonse-Edme-Âchille). 

Crocé-Spinelli et Sivel, aéronautes. — Sur un monu- 
ment rectangulaire en marbre blanc sont leurs deux statues 
couchées, en bronze (Long. i°'90. Larg. i "^ 3 5), sur lesquelles 
est jetée une draperie. Les deux aéronautes ont la main dans 
la main. Signées : A. Dumilâtre, 1878. Gruet j""', fondeur. Sur 
ce monument, élevé par souscription nationale, est gravé : 
« Catastrophe du ballon le Zénith, 15 avril 1875. — Crocé- 
SpineUi et Sivel morts à 8.600 mètres de hauteur. » M. Gas- 
ton Tissandier, qui accompagnait les deux aéronautes, échappa 
seul à la mort. (71^ div., V^ section.) 

DUMONT (Augustin- Alexandre). 

Cherubini (Marie-Louis-Charles-Zénobi-Salvador), com- 
positeur, membre de l'Académie des Beaux- Arts, directeur du 
Conservatoire de musique, surintendant de la musique des 
rois Louis XVIII et Charles X, né à Florence le 8 septembre 
1760, décédé à Paris le 15 mars 1842. — Tombeau dont la 
face antérieure est décorée d'un bas-reHef en marbre (H. 2°^. 
L. I "^ 20) : la Musique, debout, drapée à l'antique, tient de 
la main gauche une lyre renversée, et de l'autre main pose 
une couronne sur le buste simulé de Cherubini placé sur un 
socle également simulé. Signé : A'" Dumont, 1846, Le tom- 
beau, érigé d'après les dessins de A. Leclère, architecte, a été 
gravé parL. Normand^. (ii« div.) 



1. Malgré nos recherches, nous ne sommes pas parvenu à identifier cette signature 
qui est d'ailleurs très fruste et dont nous ne garantissons pas l'orthographe. 

2. Monuments funéraires f etc., 1. 1, pi. x. 



144 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

DUPUIS (Daniel-Jean-Baptiste). 

Ballu (Théodore), architecte, né à Paris le 8 juin 1817, 
décédé le 22 mai 1885 . — Médaillon en bronze (Diam. o" 45). 
Signé : Daniel Dupuis. (74^ div., 3^ section.) 

DURAND (Ludovic-Eugène). 

Bernard (Famille). — Sur un tombeau en marbre blanc 
est une statue, également en marbre blanc (H. i™ 15) : une 
jeune femme ailée, ayant un genou en terre, soulève un voile 
qui laisse lire ces deux mots : « Famille Bernard. » Signée : 
Ludovic Durand, 18^0, (65^ div.) 

DURENNE(A.). 

Beaufond et Fremaux (Familles de). — Au sommet 
d'une tombe, statue en fonte (H. i"" 07) : la Vierge, en 
pied, debout, la tête couronnée et voilée, tient sur son bras 
gauche l'Enfant Jésus qui a dans la main le globe symbo- 
lique surmonté d'une croix, tandis que de son autre main il 
bénit. Signée : A. Durenne Paris, Modèle Thenon- Meunier. 
(5« div.) 

DURET (Francisque- Joseph) et NARET (G.-L.). 

PoNCHARD (Jean-Frédéric-Auguste), chanteur, professeur 
de chant au Conservatoire, né le 3 1 août 1787, à Paris, où il 
est décédé le 6 janvier 1866. — Buste en bronze (H. o"' 47). 
Signé : F. Dur et. Broquin et Laine f". Gravé par /. Pensel\ 
Sur la face antérieure du piédestal est encastré un médaillon 
en bronze (Diam. o™ 24). En exergue du médaillon on lit : 
« Ch^Ponchard, 1 824-1 891. » Ce médaillon est signé : G. L. 
Naret. (11^ div.) 

DUSEIGNEUR (Jean-Bernard). 

BiRÉ (Louis-David-Jonas de), né à Lorient le 26 juin 
1795, décédé à Paris le 11 janvier 1859, et Augustine Nugent, 
veuve de Biré, née à Londres le 30 avril 18 18, décédée à 
Paris le 22 mars 1868. — Au fond d'une chapelle, une statue 
en marbre blanc (grandeur nature) représentant le Christ, en 
pied, debout sur le tombeau qu'il vient de quitter; il tient 

I. Architecture funéraire contemporaine, 2' section C, pi. xiii. 



LE PERE-LACHAISE Î45 

une croix de la main gauche et du doigt de la main droite, 
levée, il indique le ciel. Cette statue est due au ciseau de 
/. DuseigneurK (36* div.) 

ELSHOECHT (Jean- Jacques-Marie-Cari- Vital) . 

Berjaud-Doizi (Joseph), né le 8 juillet 1761, décédé le 
3 juillet 1823. — Buste en marbre (H. o™ 55). Signé : an, 
1824, Elshoecht f\ (10^ div.) 

Elshoecht. 
Le Sueur (Jean-François), compositeur, surintendant 
de la musique du Roi, professeur de composition au Conser- 
vatoire, membre de l'Institut, né à Drucat (Somme) le 15 
février 1760, décédé à Paris le 6 octobre 1837. — Buste en 
marbre (H. o'" 45). Signé : Elshoecht F. 18 ji. Le tombeau 
dans lequel repose Lesueur a été gravé par L. Normand avant 
la mort du compositeur, car la gravure ne comporte que 
Tinscription de sa fille, Adeline-Marguerite , décédée le 
12 novembre 1827, à Tâge de 19 ans^ (11^ div.) 

Elshoecht. 
Blandin (Philippe-Frédéric), chirurgien, né à Aubigny 
(Cher) le 3 décembre 1798, décédé à Paris le 16 avril 1849. 

— Médaillon en bronze (Diam. o"" 58). Signé : 184^, Carie 
Elshoecht, sculp, (8^ div. 2^ section.) 

Elshoecht. 

MicoL (Emile-Henri), maire du xix^ arrondissement, 
décédé à Genève (Suisse) le 28 février 1871, à l'âge de 55 ans. 

— Buste en bronze (H. o"' 48). Signé : Elshoecht, 18J4, 
(28^ div.) 

ENDERLIN (Joseph-Louis). 

FÉNON (Auxence), né en 1812, décédé en 1876. — 
Médaillon en bronze (Diam. o"" 58). Signé : Enderlin, 
iSjy^. Au-dessous du portrait sont sculptés des emblèmes et 
des outils d'horloger. (91* div.) 

1. Voy. Revue universelle des arts, t. XII, p. 368. 

2. Ce buste a figuré au Salon de 1824 sous le n° 1830. 

3. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. XLii. 

4. Ce médaillon a figuré au Salon de 1878 sous le n° 4228. 

ART FR. XIII 10 



14e LA SCULPTURE DANS LES CIMETIERES DE PARIS 

ENGRAND (Georges). 

BovERiE (Famille). — La Douleur, statue en pierre (H. 
I™ 50) : elle est représentée par une jeune femme inclinée, 
en pleurs, adossée à une colonne brisée, et tenant dans ses 
mains une couronne d'immortelles. Signée : G. Engrand, 
188 J. (41* div.) 

ÉTEX (Antoine). 

Leharivel du rocher (Catherine-Emilie de Chaboud, 
veuve de), décédée à Paris le 4 mars 1836, et Frédéric-Louis 
Leharivel du Rocher, colonel, sous-inspecteur aux revues, 
mort à Coblentz le 26 novembre 181 3. — Édicule en forme 
de chapelle avec fronton triangulaire. Le fronton ainsi que les 
pilastres simulés sont décorés de figures sculptées en relief. 
Dans le soubassement sont deux génies ailés en pleurs, éga- 
lement sculptés en relief. Ces sculptures sont dues au ciseau 
d'Antoine Étex. Le monument, construit sur les dessins de Ch. 
Fourdrin, architecte, a été gravé par L. Normand^. (36^ div.) 

Étex. 

Gèricault (Jean-Louis-André-Théodore), peintre, né à 
Rouen le 26 septembre 179 1, décédé à Paris le 18 janvier 1824. 
— Monument rectangulaire en granit surmonté de la statue 
en bronze du peintre (grandeur nature) : Gèricault est repré- 
senté demi-couché; il est accoudé du bras gauche; une main 
tient la palette, tandis qu'il a un pinceau dans Tautre main. 
Signée : Étex, sculpteur-architecte, 1840-188]. Gruet f' fondeur, 
Paris. Sur la face antérieure du piédestal est un bas-relief en 
bronze (H. o"" 81. L. i™ 25) : Reproduction de l'œuvre 
maîtresse de l'artiste, le Radeau de la Méduse. Signé : Étex, 
18]^. — Côté droit, bas-relief en bronze (H. o"" 81. L. 
G™ 60) : Un hussard chargeant. Signé : T. Gèricault, 1814. 
Étex, 1884. — Côté gauche, bas-relief en bronze (H. o™ 81. 
L. o" 60) : Cuirassier debout près de son cheval fougueux quil 
maintient par la bride. Signé : T. Gèricault, 18 14. Étex, 1884. 
Le tombeau primitif, qui était simplement décoré d'une 

I. Monuments funéraires, t. I, pi. xui. 



LE PERE-LACHAISE Î47 

couronne de laurier suspendue à une double banderole, a 
été gravé par L. Normande (12^ div.) 

Étex. 

Raspail (François- Vincent), chimiste et homme politique, 
né à Carpentras (Vaucluse) le 24 janvier 1794, décédé à 
Arcueil le 7 janvier 1878 (inhumé le 13), et Henriette- Adé- 
laïde Troussot, née à Paris le 18 avril 1799, décédée à Doul- 
lens le 8 mars 1853. — Monument rectangulaire en granit. 
Dans la surface antérieure est simulée une fenêtre garnie de 
lourds barreaux. Au-dessous, statue en marbre blanc (grandeur 
nature) de M""^ Raspail, enveloppée de son suaire ; elle s'est 
avancée jusque sous la fenêtre de la prison et lève le bras droit 
pour serrer la main de son mari à travers les barreaux de la 
fenêtre ^ Signée : Étex, 18^4, sculpteur et architecte, (18^ div.) 

Étex. 

Masson (Famille). — Piédestal en marbre blanc, sur- 
monté du buste, également en marbre (H. o"" 58) de P. -F. 
Masson. Signé : Ètex, 18 J4. Sur la face antérieure du piédes- 
tal est sculpté le médaillon (Diam. o"" 55) de Pierre Masson. 
Non signé. (32^ div.) 

Étex. 

TuRPiN DE Crissé (Lancelot-Théodore, comte), peintre 
paysagiste, écrivain, inspecteur général des musées, membre 
de l'Académie des Beaux- Arts, né à Paris en 1782, décédé le 
15 m_ai 1859. — Médaillon en bronze (Diam. o"' 25), Signé : 
Etex. (10^ div.) 

Étex. 

Martinet (Louis-François-Gabriel), imprimeur, né à 
Bagneux, près Moulins (Allier), le 6 mars 18 12, mort à 
Nomazy, près Moulins, le 28 août 1867. — Portrait sculpté 
en demi-ronde bosse sur la face antérieure d'un édicule en 

1. Monuments funéraires, t. I^ pi. xxiv. 

2. Cette composition fait allusion à la captivité de Raspail qui subissait une déten- 
tion pour délit politique au moment où mourut M°» Raspail. Au pied de la statue 
est gravé en fac-similé : « Adieu, 8 mars 1853, midi 1/2. Doullens. » M"* Raspail 
fut inhumée à Paris le 13 mars 1853. Son inscription funéraire se complète par 
les lignes suivantes : « Victime de son dévouement conjugal. 50.000 citoyens ont 
accompagné jusqu'ici sa dépouille mortelle. » 



Î48 LA SCULPTURE ÔANS LÈS CIMETIÈRES DE PARIS 

marbre blanc (H. o™ 75). Signé : Ètex, sculpteur-architecte, 
(56^ div.) 

Êtex. 
Deslys (Charles), littérateur, né en 1821, décédé en 
1885. — Médaillon en bronze (Diam. o™ 28). Signé : Êtex, 
1880. (jV div., I" section.) 

Étex. Voy. Lequesne (Eugène-Louis). 

FÂGEL(Léon). 

Cavelier (Pierre- Jules)^ statuaire, membre de l'Institut, 
né à Paris le 30 août 18 14, décédé dans la même ville le 28 
janvier 1894. — Buste en bronze (H. C" 46). Signé : FageL 
(8^ div., y section.) 

FAILLOT (Edme-Nicolas). 

CoucHERY (Victor), sculpteur, décédé le 20 novembre 
1855, dans sa 65^ année. — Médaillon en bronze (Diam. 
o"^ 45). Signé: Faillot. (16^ div.) 

FALGUIÈRE (Jean- Alexandre- Joseph) . 

Marius, photographe. — Buste en bronze (H. C" 50). 
Signé : A, Falguière. (92^ div.) 

FATH (G.). Voy. GUERSANT. 

FERRAT (Jean-Joseph-Hippolyte-Romain). Voy. LEQUESNE. 

FESSARD (Noël-Étienne). 

Parmentier (Antoine-Augustin), pharmacien, agronome, 
membre de l'Institut, membre du Conseil général des hôpitaux 
civils de Paris, l'un des inspecteurs généraux du service de 
santé des armées, né à Montdidier (Somme) le 17 août 1737, 
décédé à Paris le 13 décembre 18 13. — Médaillon en bronze 
(Diam. 0^25). Non signée Le monument du propagateur de 
la pomme de terre en France a été élevé par « les pharmaciens 
civils et militaires de France, ses élèves, ses amis et ses col- 

I. M""* veuve Parmentier, petite-nièce de l'agronome, nous écrit à la date du 
2 juillet 1897 qu'elle ignore le nom de l'artiste qui a sculpté le médaillon de Par- 
mentier, mais elle nous apprend que l'inauguration du monument a eu lieu le 28 août 
i8i6. 



i 



LE PÈRE-LACHAISE I49 

lègues. » — Sur les faces latérales du monument sont sculptés 
une charrue, du blé, du maïs, un cep, un panier de pommes 
de terre et une cornue, par Noël-Étienne Fessard\ (39^ div.) 

Fessard. 

MouROT-BouRDON. — Cippe en pierre de liais de Saint- 
Denis décoré de couronnes de cyprès enlacées de lierre avec 
rubans. La sculpture de ce monument a été exécutée en 1825 
par Noël Fessard^. (8^ div.) 

FESSARD (Pîerre-Alphonse). 

DiAz Carvalho (Abraham), né en 1796, décédé en 18 14. 
— Monument de forme antique supporté par douze colonnes. 
Au centre est un buste en marbre (H. o"" 21), engagé dans un 
enfoncement. Signé : P.- A. Fessard fecit. (Cimetière Israélite.) 

Fessard. 
GuBLiN (Justin), décédé à Nice le 12 juillet 1826, à l'âge 
de 13 ans. — Buste en marbre (H. o"'49). Signé : Fessard 
fecit. Paris, i82y.(^4^ div.) 

Fessard. 

Serré (Pierre-Louis), capitaine de cavalerie, décédé le 
21 octobre 1828, à Tâge de 57 ans. — Médaillon en marbre 
(Diam. o"" 53). Signé Fessard, Paris, 182p. Le monument a 
été érigé au capitaine Serré par sa veuve et ses enfants. (14*^ 
div.) 

Fessard. 

FouRiER (Jean-Baptiste-Joseph, baron), physicien, mathé- 
maticien, préfet de l'Isère, membre de l'Académie française 
et de l'Académie des sciences, né à Auxerre le 21 mars 1768, 
décédé à Paris le 16 mai 1830. — Buste en plâtre bronzé 
(H. G™ 50). Signé : Fessard, i8joK (18^ div.) 

Fessard. 
Dias-Santos (Famille). Sur la face antérieure d'une pyra- 

1. Renseignements fournis par M. Paul Lebègue, sculpteur, petit-neveu de Noël- 
Étienne Fessard (28 juin 1897). 

2. Renseignements fournis par M. Paul Lebègue {2% août 1897). 

3. Le marbre est à l'Institut. Renseignements fournis par M. Paul Lebégue 
(28 juin 1897). 



150 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

mide en pierre (H. 4*". L. i" 95) est sculpté un bas-relief 
représentant un ange ailé enlevant au ciel M"^ Dias-Santos, 
enveloppée de son suaire. Signé : Fessard fec\ 18^2. Ce monu- 
ment a été consacré par « Marie-Emilie Knusli, veuve Dias- 
Santos, duchesse de Duras, à la mémoire de Charlotte-Emilie 
Dias-Santos, sa fille chérie, de Gabriel Knusli et de Marie- 
Anne Macdonald Knusli, son père et sa mère, objets constants 
de sa plus respectueuse tendresse. » (48^ div.) 

Fessard. 

Desmaret (Nicolas-François-Étienne), décédé le 5 no- 
vembre 1832, avant 32 ans. — Buste en bronze (H. o™ 60), 
par P.- A. Fessard \ Sur la face antérieure du piédestal suppor- 
tant le buste est sculpté un bas-relief en marbre (H. i ™ 10. L. 
G" 65), représentant une jeune femme en deuil, assise devant 
un tombeau simulé, et tenant une couronne d'immortelles 
dans la main droite. Signé : Fessard. Paris, 18)). (20^ div.) 

Fessard. 

Porcher de Lissonay (Gilles-Charles), comte de Riche- 
bourg, conventionnel, sénateur, pair de France, né à la 
Châtre en 1753, décédé à Paris le 10 avril 1824. — Chapelle 
à fronton triangulaire dans lequel est un bas-relief en pierre 
(H. C" éo. L. I™ 55) : un homme et une femme sont assis 
dos à dos ; la femme s*accoude sur une urne placée entre eux, 
tandis que l'homme pose la main sur l'épaule de sa compagne. 
Signé : Fessard , Paris, 18^^. Gravé par L. Normand^. (30^ 
div.) 

Fessard. 

Sanegon-Vaufreland (Famille). — Au-dessus de la 
porte d'une chapelle, bas-relief en pierre (H. o™ 70. L. o" 45) : 
Assomption de la Vierge, représentée les mains croisées sur la 
poitrine, et dont les pieds posent sur des nuages. Signé : 
Fessard, Paris, 18^6. (10^ div.) 

Fessard. 

TuRPiN (Amédée), capitaine dans la garde municipale, 
né àParisle29 juin 1792, décédé le 25 juin 1832. — Médail- 

1. Renseignements fournis par M. Paul Lehègue (28 juin 1897). 

2. Monuments Junér aires, t. II, pi. xxxviii. 



LE PÈRE-LACHAISE I5I 

Ion. — Marie-Charlotte Turpin, femme Cottreau, née à 
Paris le 10 août 1780, décédée à Villeneuve-sur-Oise le 
II juillet 1832. — Médaillon, gravé par L. Normande — 
Charles-Jean Turpin, né à Paris le 2 décembre 1790, décédé 
en son château de Villetard (Loir-et-Cher) le 1 1 novembre 
1873. Médaillon. Ces trois médaillons, en marbre blanc, sont 
de forme ovale (H. 0^37. L. o™ 25); ils sont signés : Fes- 
sard. (39^ div.) 

Fessard. 

Sire de Cheminot (M"* Charlotte). — Bas-relief en 
marbre : Vierge s'élevant au ciel, par P.-A. Fessard^ (11* 
div.) 

Fessard et Lebègue (Jean-Louis-Augustin). 

Fabre (Auguste), auteur dramatique et poète, 1792- 
1839, et Fabre (Victorin), littérateur, 1785-183 1. — Bas- 
rehef, marbre (H. i ™ 10. L. C" 80). Au centre, deux femmes, 
en pied, debout, et deux bustes simulés représentant les deux 
personnages ; l'une des femmes pose une couronne d'immor- 
telles sur la face antérieure de la stèle supportant les bustes. 
Signé : Modèle fait par Fessard, statuaire. Exécuté par Louis 
Lebègue K (52^ div.) 

FEUCHÈRE (Jean-Jacques). 

Lafitte (Louis), peintre, décédé le 3 août 1828^. — Bas- 
relief en marbre (H. 0°" 65. L. o™ 70) : jeune femme affais- 
sée sur une urne funéraire et tenant une couronne de cyprès. 
Palette et pinceaux. Signé : /. /. Feuchère, 182p. Gravé par 
L. Normand^. (28^ div.) 

Feuchère. 
Provost (François -Jean -Baptiste), artiste dramatique, 
sociétaire de la Comédie-Française, né le 29 janvier 1798, 



1. Monuments funéraires y etc., t. I, pi. lvii. 

2. Renseignements fournis par M. Paul Lebègue (28 juin 1897). Le modèle du bas- 
relief a figuré au Salon de 1831 sous le n° 2218. 

3. Ce monument a été érigé en 1840. Renseignements fournis par M. Paul 
Lebègue (28 juin 1897), 

4. L'inhumation a eu lieu le surlendemain. 

5. Monuments funéraires, etc., 1. 1, pi. i. 



152 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

décédé le 26 décembre 1865. — Buste en bronze (H. 0°^ 52). 
Signé : Feuchère, 1848 \ (4^ div.) 

FLAMAND (G.). 

Martin (Joseph-Eugène), dessinateur mosaïste, né le 
10 janvier 1833, décédé le 22 septembre 1894. — Buste en 
bronze (H. C" 55). Signé : G, Flamand, ^6. (34^ div.) 

FLATTERS (Jean-Jacques). 

Raucourt (Marie-Antoinette-Françoise-Josèphe Clairien, 
dite Saucerotte, dite ^), artiste de la Comédie-Française, née 
à Dombasle le 29 novembre 1753, décédée à Paris le 15 jan- 
vier 181 5. — Buste en marbre (H. 0"' 60) : la tête est diadé- 
mée. Signé : Flatters. Gravé par Dubois'^ y et par Collette, 
d'après un dessin de Quaglia ^. (20*^ div.) 

FOYATIER (Denis). 

Gall (François-Joseph), physiologiste et philosophe, 
créateur de la phrénologie, né à Tiefenbrunn (grand-duché de 
Bade) le 9 mars 1758, décédé à Paris le 22 août 1828. — 
Buste en marbre (H. o*" 51). Signé : Foyatier, 1828^. Sur le 
piédouche du buste, à droite et à gauche ainsi que derrière, 
sont gravées trois têtes avec les divisions phrénologiques qui 
constituent le système de Gall. (18^ div.) 

FRANCESGHI (Louis- Julien, dit Jules). 

Chevalier (Jean-Joseph-Philippe), lieutenant d'artille- 
rie, né à Paris le 7 mai 1847, blessé à Champigny, mort à 
l'ambulance du Corps législatif le 3 décembre 1870. — 
Médaillon en marbre (Diam. o"^ 42). Signé : /. Franceschi. 
(44« div.) 

Franceschi. 

JoDON (Albert), décédé le lé décembre 1876. — Statue en 

1. Un buste en marbre de Provost, par Feuchère, a figuré au Salon de 1846 sous le 
n° 2165. . 

2. La comédienne avait ajouté à son prénom de « Françoise » ceux de « Marie- 
Antoinette », sans doute par adulation pour la Reine devant laquelle elle avait sou- 
vent joué avec succès. Quant au prénom de « Josèphe » elle l'avait peut-être 
adopté en souvenir de son père qui s'appelait « Joseph ». 

3. Promenade aux cimetières de Paris, par P. S' A... Paris, 5. d., in-12, p. 44. 

4. Le Père-Lachaise, etc., pi. m. 

5. Un buste du docteur Gall, par Foyatier, dont la matière n'est pas indiquée, a 
figuré au Salon de 1822 sous le n" 1423. 



LE FERE-LACHAISE I53 

pierre (H. o™ 92) : jeune femme drapée et voilée, ayant un 
genou en terre, et déposant sur le tombeau une couronne de 
cyprès et de fleurs. Signée : Jules Franceschi, statuaire, (jv 
div. i'^ section.) 

FRESSANGE. 

Fressange (A"^), décédé le 23 juillet 1820 dans sa 
71* année. — Buste en bronze (H. o™ 35). Sur la face posté- 
rieure du piédouche est gravé : « Fait et fondu par Fressange, 
son fils aîné. » (11^ div.) 

FROMANGER (Alexis-Hippolyte) et HANNAUX (Emmanuel). 

ScHŒLCHER (Victor), sénateur, « bienfaiteur de la race 
noire », né à Paris le 21 juillet 1804, décédé à Houilles (Seine- 
et-Oise) le 26 décembre 1893. — Médaillon en bronze (Diam. 
0™ 45). Signé : E. Hannavx, 1894, — Schœlcher (Marc), 
marchand de porcelaine, né à Fessenheim, près Colmar, le 
26 avril 1765, décédé à Paris le 14 octobre 1832. — Haut- 
relief en bronze (H. 2^° 25. L. i"" 10) : Schœlcher et l'un 
de ses ouvriers sont debout, appuyés d'une main sur un 
écusson décoré de fruits; Schœlcher tient un livre, et l'ou- 
vrier a des outils dans la main droite. Signé : A. -H. Froman- 
ger fecit, 1840^. (50^ div.) 

6ALLI (P. Pietro). 

DuRAND-FoRNAS (Aimé-Prosper-Félix), conseiller à la 
Cour impériale de Paris, décédé le 28 août 1866, à l'âge de 
50 ans. — Buste en marbre (H. o"" 80). Signé : P. Pietro 
Gain F. Roma, 1869. (65*^ div.) 

GAUT (L.). 

Gaut (Siméon-François-Charles), décédé le 26 juin 
1855, dans sa 69^ année. — Médaillon ovale en bronze, 
(H. o"» 32. L. C" 26). Signé : L. Gaut, 184^. — Gaut 
(Louise-Françoise Quillet, v^^), décédée le 7 juin 1874, ^^^is 
sa 80^ année. — Médaillon ovale en bronze (H. o™ 32. L. 
o"" 26). Non signé, (59' div.) 

I. Ce tombeau a été élevé à son père par « Victor Schœlcher reconnaissant ». Au 
Salon de 1840, a figuré une œuvre de Fromangerit sous le titre : « Bas-relief pour 
un monument sépulcral. » Nous supposons que c'est l'œuvre actuellement placée sur 
le tombeau de Schœlcher. 



154 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

GAUTHERIN (Jean). 

Marx (Simon), docteur en médecine, directeur de Thô- 
pital Saint- Antoine, né en 1812, décédé le 23 novembre 
1865. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 34). Signé : /. Gau- 
therin, iSéj. (4^ div.) 

6ÂTRARD (Raymond). 

Pariset (Etienne), médecin, secrétaire perpétuel de 
l'Académie de médecine, né à Grand (Vosges), le 5 août 
1770, décédé à Paris le 6 juillet 1847. — Buste en marbre 
blanc (H. C" 50), par Raytnond Gayrard\ (27* div.) 

GEGOUT-GAGNEUR (Mn^^ Marguerite), dite SYAMOUR. 

CouRNET (Frédéric), journaliste. — Buste en bronze 
(H. 0» 78). Signé : Syamour, 1886. (95* div.) 

6E0FFR0Y-DECHAUME (Adolphe-Victor). 

Daubigny (Charles-François), peintre, né à Paris le 
15 février 1817, décédé dans la même ville le 19 février 1878. 
— Buste en bronze (H. 0™ 76). Signé : A mon ami, Charles- 
François Daubigny, 18 17-1878. — 9^''^ 1879. G. D. » [Geof- 
froy-Dechaume]. (24* div.) 

GERMAIN. 

SiBON (Famille). — Une chapelle au fond de laquelle est 
un chien couché, en bronze. Signé : Germain, 1881. La cha- 
pelle est en outre décorée de trois vitraux et de cinq pein- 
tures sur émail, dont un portrait. Les émaux sont signés : 
Boyer, La chapelle a été construite sur les dessins de M. A, 
Bonnet, architecte. (57^ div.) 

GILBERT (François- Ambroise-Germain) . 

MÉNiER (Émile-Justin), industriel et économiste, député, 
né à Paris le 18 mai 1826, décédé à Noisiel-sur-Marne le 
17 février 1881. — Chapelle à quadruple fronton, terminée 
par un dôme. Une niche circulaire, pratiquée dans le fronton, 

I. Un buste d'Etienne Pariset, par R. Gayrard, est placé dans la salle des pas per- 
dus de l'Académie de Médecine, à Paris. Nous avons lieu de supposer que l'œuvre 
qui décore le tombeau de Pariset est une réplique du buste en question. 



LE PÈRE-LACHAISE 155 

renferme le buste en marbre de Ménier (H. o'" 85). De 
chaque côté de la porte est une Cariatide (H. 3 mètres envi- 
ron). A gauche, le Commerce ayant un livre dans la main 
gauche, sur lequel on lit : Travail ; le bras droit est tombant, 
la main tient des règles, une plume, etc. A droite, VIfi4iutrie, 
tenant d'une main une palme et une couronne de lierre, et 
de l'autre un parchemin demi-déroulé où sont gravés les 
mots : « Bienfaisance, instruction. » Au-dessous, un écus- 
son sur lequel est sculptée, en bas-relief, la Bienfaisance, 
représentée par un éphèbe assis sur un rocher et soigné par 
une femme debout. Sous chacun des frontons sont sculp- 
tés deux bas-reliefs : Petits génies séparés par un écusson, 
au centre est gravée la lettre M. Toutes ces œuvres, en 
pierre, ont été exécutées par François Gilbert. La chapelle 
a été construite en 1887 sur les dessins de Henri Parent, 
architecte. La porte, en bronze, est signée : Thiéhaut frères 
fondeurs. (57*^ div., 2^ section.) 

GIRARD (Noël- Jules). 

BoNOMET (Auguste-Claude), mort à Paris le 13 octobre 
1835, dans sa 60*= année. — Bas-relief en pierre (H. C" 84. 
L. o" 54) : un vieillard ayant la poitrine et les bras nus pré- 
sente un jeune garçon à un autre vieillard; celui-ci prend la 
main de l'enfant ; son autre main tient des parchemins roulés. 
Au fond, un edicule simulé est surmonté d'un buste de 
femme voilée. Signé : N.-f. Girard, 18^0. Sur le piédestal 
est gravé : « Ce que ma mère veuve eût fait, veuf tu le fis, et 
rien ne te coûta pour instruire ton fils. » (32*= div.). 

GIRARD (Casimir). 

TocHON (Marie- Adèle-Euphrasine, M"''^), née en 1836, 
inhumée le 13 novembre 1872. — Médaillon en plâtre 
teinté, sous verre (Diam. C" 21). Signé : X^'' iSjo. C Girard, 
(69* div.) 

GODEBSKI (Cyprien). 

Tamberlick (Françoise), 183 0-1884. Edwige Gale- 
zowsKA, 1882-1886. Enrico Tamberlick, 1820-1889. — 
Monument en granit surmonté d'une sorte de tombeau de 



156 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

forme antique, en marbre blanc, sur lequel est une statue en 
marbre blanc (H. 2 mètres environ) : une jeune femme 
assise, les jambes pendantes, ayant des ailes largement 
ouvertes; elle a une étoile au front et sème des fleurs de 
la main droite. Signée : Cyp. Godebski, i886\ {iV div.) 

GODIN (Eugène-Louis). Voy. LE PÈRE (Alfred-Edouard- Adolphe). 

GONDOLFI. 

Lenoir et Vavin (Familles). — Tombeau surmonté d'un 
sarcophage : une jeune femme en pleurs est affaissée sur le 
sarcophage où elle vient de déposer une couronne de fleurs. 
Statue en bronze (H. i™ 25). Signée : Gondolfi, stat. (4^ div.) 

GOSSIN. 

MussoT (Pierre), décédé en 1823, à Tâge de G6 ans. — 
Buste en terre cuite (H. C" éo). Signé : Gossin, fecit, 1824, 
(27^ div.) 

Gossin. 

Haumet (Jean-Pierre-Joseph), curé de Colombes, Mon- 
treuil-sous-Bois, Saint-Gervais et Sainte-Marguerite, évêque 
nommé de Langres, décédé en 185 1, à l'âge de 53 ans. — 
Dans une niche du fronton de la chapelle est un buste en 
pierre (H. o™ 57). Signé : Gossin f. (45' div.) 

Gossin. 

Estibal-la-Batut (Famille). Au sommet d'une chapelle 
est un groupe en pierre (H. o"" 85) : Ange ailé indiquant, du 
doigt, le ciel à une enfant debout à sa droite. Signé : Gossin f, 
(45<^ div.) 

Gossin. 

Gossin père (Jean-François-Étienne), décédé le 27 août 
1867, à l'âge de 68 ans, et Julie-Françoise Halot, veuve 
Gossin, décédée le 6 décembre 1868, dans sa GG^ année. — 
Tombeau sur lequel est placée une statue en terre cuite (H. 
I"' 50) : un Ange ailé, debout, est posé sur des nuages, par 
Gossin. (15^ div.) 

I. Ce moaument a figuré au Salon de 1886 sous le n° 3961. 



LE PiRE-LACHAISE Î57 

GRABOWSKI (Félix). 

NÉLATON (Auguste), chirurgien, professeur de clinique 
chirurgicale à la Faculté de Paris, membre de l'Académie de 
médecine et de l'Académie des sciences, sénateur, né le 17 juin 
1807, décédé à Paris le 2r septembre 1873. — Médaillon en 
marbre (Diam. 0°" 45), encastré dans la face antérieure d'un 
monument, au centre d'une couronne de chêne sculptée en 
relief; de chaque côté est une branche de laurier. Par F. Gra- 
howski^. (6* div.) 

GRAFFIN. 

CouLSON (Élisabeth-Strean), décédée à Paris le 
9 novembre 1880. — Monument quadrangulaire en marbre 
blanc surmonté de quatre statues (H. i "" 20) supportant 
une sorte de clocheton. Ces statues représentent des anges 
musiciens ailés ayant une trompette, une lyre, une flûte et 
un syrinx. La partie supérieure du monument est décorée 
d'anges adorateurs. A la base est gravé : « Graffiti, sculp- 
teur, Régent street London. (26^ div.) 

GRASS (Philippe). 

SouvESTRE (Emile), romancier, décédé le 5 juillet 1854. 

— Buste en marbre blanc (H. 0™ 54). Signé : P. Grass, 
Paris ^. Gravé par /. Penseh. (48*^ div.) 

GRUYÈRE (Théodore-Charles). Voy. TRUFFOT (Emile). 

GUERSANT (Pierre-Sébastien) et FATH (G.). 

DuPATY (Charles Mercier-), statuaire, né à Bordeaux le 
29 septembre-* I77ij décédé à Paris le 12 novembre 1825. 

— Médaillon en marbre blanc (Diam. 0^38). Non signé. Et 
Marie-Marguerite-Sophie Bauret, femme d'Emmanuel Mer- 
cier-Dupaty, née à Givet le 8 juillet 1781, décédée à Paris le 
27 décembre 1844. — Médaillon en marbre blanc (Diam. 
o'" 28). Signé : G. Fath, 184s. Le tombeau de Dupaty, élevé 
sur les dessins de Ménagé, architecte, est gravé par L, Nor- 

1. Renseignements fournis par M. Ch. Nélaton (17 juin 1897). 

2. Ce buste a figuré au Salon de 1857 sous le n° 2922. 

3. Architecture funéraire contemporaine, 2' section C, pi. xui. 

4. Lalanne se trompe en écrivant « novembre ». 



158 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

mand' et par Collette, d'après un dessin de Quaglia^. Nor- 
mand attribue le médaillon du statuaire Diipaty à Guersant. 
(27' div.) 

6UICHARD. 

Vincent (François-André), peintre d'histoire, membre 
de l'Académie des Beaux- Arts, né à Paris le 30 septembre 
1746, décédé dans la même ville le 4 août 1816. — Médail- 
lon en marbre (Diam. o*" 33). Signé : Guichard, fecit. Le 
tombeau de Vincent a été élevé par sa famille ; mais le 
médaillon est un hommage de reconnaissance des élèves du 
maître, ainsi qu'il résulte de l'inscription tracée sur la face 
postérieure. Ce monument a été gravé par L. Normand"^, Le 
médaillon a été lithographie par T. de Jolimont^. (11^ div.) 

GUILBERT (Ernest-Charles-Démosthènes) . 

LoiSEL (Marie Legrand, M™"), née le 16 décembre 1836, 
décédée le 17 septembre 1893. — Médaillon en marbre blanc 
(Diam. o™ 40). Signé : E. Guilbert, i8pj. (74^ div.) 

GUILLÂRD. 

RuTY (Charles -Etienne -François, comte), lieutenant- 
général d'artillerie, pair de France, conseiller d'État, né à 
Besançon le 4 novembre 1774, décédé à Paris le 24 avril 
1828. — Colonne en inarbre blanc, surmontée d'un buste en 
bronze (H. C" 55). Sur la base de la colonne est gravé : Fait 
par Guillard. (38^ div.) 

GUILLAUME (Jean-Baptiste-Claude-Eugéne) . 

Paccard (Alexis), architecte, né à Paris le 19 janvier 
1813, décédé à Aix-les-Bains le 18 août 1867. — Médaillon en 
marbre blanc (Diam. o"" 35). Signé : E. Guillaume, 1868. L& 
monument de l'architecte a été érigé par ses amis et ses 
élèves. (22^ div.) 

Guillaume. 

Saint-Victor (Paul-Jacques-Raymond Binsse, comte 

1. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. xviii. 

2. Le Père-Lachaise, etc., pi. v. 

3. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. vi. 

4. Les mausolées français, Paris, 1821, in-4°. 



LE pâRÉ-LACHAISË I$9 

de), critique d*art, né à Paris le ii juillet 1825% décédé 
à Paris le 9 juillet i88i\ — Buste en bronze (H. 0°" 80). 
Signé : E. GuillaumCy 1882. (9^ div.) 

Guillaume. 

BuLOZ (François), publiciste, fondateur de la Revue des 
Deux-Mondes^ né à Vulbens (Suisse) le 20 septembre 1803, 
décédé à Paris le 12 janvier 1877. — Médaillon en marbre 
blanc entouré de deux branches de laurier en bronze (Diam. 
o "" 42), par Guillaume ^ Le monument a été construit sur les 
dessins de F. Vigoureux y architecte. (52^ div.) 

Guillaume. Voy. Lequesne (Eugéne-Louis). 

GUILLEMIN (Emile). 

LucHET (Auguste), littérateur et auteur dramatique, né 
à Paris le 22 avril 1806, décédé dans la même ville le 9 mars 
1873. — Buste en bronze (H. C" 70). Signé : « A la mémoire 
d'Auguste Luchet, offert par ses amis, 1873. ^^' Guillemin, 
i8j^. F. Barbedienne, fondeur. » (49^ div., 2^ section.) 

Guillemin. 

Plouvier (Edouard), poète et auteur dramatique, né à 
Paris le 2 août 1821, décédé dans la même ville le 12 no- 
vembre 1876. — Médaillon en bronze (Diam. C" 32). Signé : 
E^' Guilleminy i8yj. (51' div.) 

GUMERY (Charles- Alphonse). 

Lepel-Cointet (Famille E.). — Dans une chapelle, au- 
dessus du vitrail du fond, est un bas-reUef en pierre (H. o"" 40. 
L. 2"") : deux femmes ailées, à demi-assises, soutiennent une 
sorte d'écusson, d'après Villeminot. Au centre de la chapelle, 
le buste en bronze d'Eric Lepel-Cointet (H. o"* 50), par 
Gumery'^. Il est posé sur une colonne en marbre, décorée 
d'une palme et d'une couronne. (26^ div.) 

HANNâUX (Emmanuel). Voy. FROMANGER (Alezis-Hippolyte). 

1. Vapereau, dans son Dictionnaire des contemporains, le fait naître en 1827. 

2. Renseignements fournis par M"' Louise Buloz, belle-fille de François Buloz 
(19 septembre 1897). 

3. Renseignements fournis par M"* Lepel-Cointet (28 juin 1897). 



l6o LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

HEBERT (Pierre-Eugène-Emile). 

HussET. — Buste en bronze (H. o"" 78). Signé : 
Emile Hébert, i88p.(Ss'diy.) 

HERCULE (Benoit-Lucien). il 

Roger (Gustave-Hippolyte), artiste lyrique, professeur 
au Conservatoire, né le 17 décembre 181 5, décédé le 12 sep- 
tembre 1879. — Buste en bronze (H. o"" 75). Signé : Hercule, 
1882. La sculpture décorative du monument a été exécutée ] 
par /. Héritier \ (34* div.) 

HÉRITIER (Jules). 

Blanchon et Ratinet (Familles). — Monument en 
marbre blanc comprenant un Christ en croix, également en 
marbre. Des corbeilles de chaque côté sont ornées à leur base 
de feuilles d'eau, tandis que les angles sont décorés de feuilles 
grecques; au centre, des cannelures garnies de fleurs de lys avec 
pistil ; sur le bord sont de petits boutons ornés ; sur le socle de 
la croix, de grandes feuilles intercalées de feuilles d'eau se 
relient avec la croix décorée de lierre sur les deux faces. Ce 
monument, de style grec, est l'œuvre de Jules Héritier. Il a 
figuré à l'exposition des arts décoratifs en 1884^. (éé^'div.) 

Héritier. 
Padoue (Le duc de). — Monument en pierre de Lor- 
raine surmonté d'une croix ; il est décoré des armoiries du duc de 
Padoue, accompagnées de grands rinceaux ; au fond, de larges 
feuilles formant le socle de la croix, par /. Héritier. Le monu- 
ment a été élevé sur les dessins de Delarue père, architecte 3. 
(26* div.) 

Héritier. 

Lelasseur (Famille). — Chapelle à fronton couronnant 
le tympan, avec rinceaux; fleuron en côté terminant le ram- 
pant. Au-dessus de la porte sont les armoiries de la famille 
avec la couronne de baron et de grands rinceaux s'harmonisant 
dans le fond; colonnes surmontées de chapiteaux avec mou- 



1. Renseignements fournis par M. /. Héritier (2 septembre 1897). 

2. Renseignements fournis par M. /. Héritier (26 juillet 1897). 

3. Ibid. 



I 



LE PÈRE-LACHAISË l6l 

lures formant double tailloir, par M. /. Héritier. La chapelle a 
été élevée sur les dessins de Delarue père, architecte ^ (18'' 
div.) 

Héritier. Voy. AUar (André-Joseph). Voy. Chapu 
(Henri), Voy. David D'Angers (Pierre-Jean). Voy. Doublemard 
(Amédée-Donatien). Voy. Hercule (Benoît-Lucien). Voy. Mercié 
(Antonin). Voy. Thomas (Gabriel- Jules). 

HIOLLE (Maximilien-Henri). 

Brandin (Louis-Philippe), décédé le 30 octobre 1892, 
dans sa éo* année. — Buste en bronze (H. o'" 45). Signé : 
M. Hiolle, i8p^. (9rdiv.) 

HioUe. 

Hiolle (Adélaïde-Augustine Baduel, M™*"), décédée le 
17 décembre 1893, à l'âge de 44 ans. — Statue en pierre 
(grandeur nature) : une femme en pleurs, ailée, debout, est 
adossée à une colonne brisée ; elle a des fleurs dans la main 
gauche ; un flambeau vient d'échapper de sa main droite et a 
roulé sur le sol. Signée: M. Hiolle, 18^4. (91® div.) 

HUGUES-ROYANNEZ (Jeanne-Clovis). 

Gatineau (F.). — Buste en bronze (H. o"" 75). Signé: 
Jeanne Clavis Hugues-Roy anne^^, 1886. (96*= div.) 

ICARD (Honoré). 

Richard (Emile), président du conseil municipal de la 
ville de Paris, écrivain politique, né à Paris le 7 avril 1843, 
décédé le 27 décembre 1890. — Buste en bronze (H. C" 55). 
Signé : Icard. Ce monument a été érigé à la mémoire de 
Richard, par sa veuve et ses enfants. (50^ div.) 

IGUEL (Auguste- Vincent). 

Pellassy des Fayolles (Docteur Nestor- Joseph), du 
Mans(Sarthe). — Médaillon ovale en bronze (H. o"' 37. L. 
0°" 32). Signé: V. Iguel. Au-dessous, un médaillon en bronze 
(Diam. o"" 37). Tête de femme vue de profil à gauche. Au 
bas du médaillon sont gravées les deux lettres S. G. (6^ div.) 

1. Renseignements fournis par M. /. Héritier (26 juillet 1897). 

ART FR. XIIl II 



l62 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

ITASSE (Adolphe). 

Belloc (Jean-Hilaire), peintre d'histoire, directeur de 
l'École impériale de dessin, né à Nantes le 27 novembre 
1783, décédé le 9 décembre 1866. — Buste en bronze (H. 
G™ 58). Signé : P. Itasse, i868\ Le tombeau de Belloc, 
élevé sur les dessins de Davioud, architecte, a été gravé par 
/. de Garron^, (52^div.) 

ITASSE (Jeanne). 

Itasse (Adolphe), statuaire, né en 1830, décédé en 1893. 
■• — Buste en plâtre (H. o"" 55). Non signéK A la base du pié- 
destal supportant le buste est un petit génie nu, ailé, en bronze 
(H. I ""), qui s'élève sur la pointe des pieds pour offrir à l'ar- 
tiste une branche de laurier; aux pieds du génie sont diffé- 
rents objets en bronze : un maillet de sculpteur, une branche 
de laurier, une couronne de cyprès dans laquelle passe une 
banderole portant gravés les mots suivants : « Vénéré père, 
regretté maître. » Signé : Jeanne Itasse. Fondu par M'' Denon- 
villiers. (31^ div.) 

JACQUES (Théodore- Joseph-Napoléon). 

Jacoues (Théodore-Joseph-Napoléon), statuaire, né en 
1804, décédé en 1876. — Bas-relief en pierre (H.o™ 78, L. 
o'"65) : jeune femme, drapée à l'antique, posant la tête sur 
une stèle simulée et tenant de la main gauche une branche de 
cyprès. Sur le cippe est gravée l'inscription suivante: « Ici 
repose Marie- Anne-Catherine Hamard, décédée femme Jacques 
le 3 mars 1827 », et au-dessous : « N. Jacques, statuaire, 
1804-1876, son fils. » (27^ div.) 

JALEY (Jean-Louis-Nicolas). 

Hautpoul (Jean- Joseph, comte d'), général de division, 
sénateur, né le 13 mai 1754 au château de Salettes en Albi- 
geois, blessé à la bataille d'Eylau, à la tète d'une division de 



1. Un marbre a figuré au Salon de 1868 sous le n° 3668, et sans doute le buste 
qui nous occupe est une répétition du buste exposé. 

2. Architecture funéraire contemporaine, i" section C, pi. 11 et m. 

3. Un buste en bronze a figuré au Salon de 1897 sous le n° 3067, et nous suppo- 
sons qu'il est destiné à remplacer le plâtre dont il est parlé ici. 



LE pèRB-LACHAÎSË 163 

cuirassiers, mort au château de Vonrinen le 14 février 1807 ^ 
— Médaillon en marbre (Diam. o" 40) placé dans une cha- 
pelle. Signé : Jaley^. (43* div.) 

JANSON (Louis-Charles). 

BoissEL (Jean-Marie-Hercule), représentant du peuple, 
maire-adjoint du xu*" arrondissement de Paris, député de la 
Seine, né à Vincennes le 17 janvier 1795, décédé à Paris le 
13 février 1861. — Buste en bronze (H. o"" 52). Signé : Ch. 
Janson, (i4Miv.) 

Janson. 

AcHARD (Amédée), romancier, né en 1814, décédé en 
1875. — Demi-ronde bosse en marbre blanc (Diam. 0™ 40). 
Signée : Ch. Janson. Le monument d' Amédée Achard a été 
élevé par la Société des gens de lettres, la Société des auteurs 
dramatiques, sa famille et ses amis. (85*= div.) 

JOUANDOT (Amédée). 

Cambacérès (Delphine de). — Buste en marbre blanc 
(H. o"^ 70). Signé : A, Jouandot, iS6p. (48* div.) 

JOUFFROY (François). 

MoNNAis (Guillaume-Édouard-Désiré), commissaire près 
le Conservatoire impérial de musique, né à Paris le 27 mai 
1798, décédé dans la même ville le 25 février 1868. — Médail- 
lon en marbre blanc (Diam. o"" 42). Signé : Jouffroy. Le 
monument de Monnais a été élevé par sa veuve et ses amis. 
(55' div.) 

JUMELIN (Ch.). 

Balmé (Adolphe), docteur-médecin, né en 185 1, décédé 
le 2 janvier 1879. — Buste en bronze (H. o" 50). Signé : 
« Son ami, Ch, Jumelin. (64^ div.) 

KAMPF (Léopold-Eugène). 

MoNNOiE (Alfred d'ApFRY de la), membre des Sociétés 

1. La dépouille mortelle du général d'Hautpoul a été rapportée au Père-Lachaise, 
par les soins de son fils, le 26 juin 1840. 

2. Renseignements fournis par le comte d'Hautpoul, petit-fils du général (li sep- 
tembre 1897). 



lé4 LA SCULPTURE DAKS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

savantes de France, né le 25 juin 181 1, décédé le 30 sep- 
tembre 1868. — Buste en bronze (H. o*" 37). Signé : V^ 
Kamp}, (68^ div.) 

LAFUMA (Charles). 

Chabert (Edme-Charles), ouvrier graveur, conseiller 
municipal de Paris, conseiller général de la Seine, l'un des 
fondateurs du parti ouvrier, né le 13 décembre 18 18, décédé 
le 24 mai 1890. — Buste en bronze (H. o™ 65) Signé : 
C Lafuma, 1888 \ Le monument de Chabert a été érigé 
par les soins et aux frais du parti ouvrier avec le produit 
d'une souscription publique et des subventions du Conseil 
municipal de Paris et du Conseil général de la Seine. (76^ 
div.) 

LAITIÉ (Charles-Rémi). 

Walterstorff (Ernest-Frédéric, comte de), lieutenant 
général des armées de S. M. le roi de Danemark, envoyé 
extraordinaire et ministre plénipotentiaire de S. M. le roi de 
Danemark près S. M. T. C, né le i" avril 1755, à Tonderen, 
en Danemark, décédé à Paris le 13 octobre 1820. — Bas-relief 
en marbre (H. o"' 65. L. 0™ 50) : l'Histoire, placée en face 
du buste de Walterstorff, posé sur un cippe simulé, trace sur 
une tablette, à l'aide d'un style, les actions accomplies par 
le guerrier et le diplomate. Signé : Laitié. Gravé par Collette, 
d'après un dessin de Quaglia % et par C.-B. Marlier, d'après 
un dessin de Demont J. (39^ div.) 

LAMBERT (Émile-Placide). 

Donnât (Léon), ingénieur et conseiller municipal de 
Paris. — Buste en bronze (H. o "^ 85). Signé : E. Lambert. 
Sur la colonne en marbre supportant le buste est gravé : « A 
Donnât, économiste, la boulangerie française, ses amis. » 
L'inauguration du monument de Donnât a eu lieu en juillet 
18944. (68^ div.) ,^ (j.1 ^5 y„cîAb hyhi 

1. Le plâtre a figuré au Salon de 1888, sous le n° 4286. 

2. Le Père-Lachaise, etc., pi. ix. 

5. Recueil de divers tombeaux, etc., pi. v. 

4. Voy. Journal des Arts du. 21 juillet 1894. , 



I 



LE PÈRE-LACHAISE 165 

LâNNO (François-Gaspard- Aimé). 

Hersent (Louis), peintre, membre de l'Institut, né à 
Paris le lo mars 1777, décédé le 2 octobre i8éo, et Louise- 
Marie-Jeanne Mauduit, sa femme, peintre, née à Paris le 
7 mars 1784, décédée le 7 janvier 1862. — Sur la face anté- 
rieure d'un tombeau, de forme antique, est encastré un 
médaillon en marbre blanc (Diam. o™ 46), renfermant les 
portraits accolés des deux artistes, par Lanno ' . — Sur les faces 
latérales du tombeau sont reproduites en bas-reliefs, en 
marbre blanc, (H. o"" 78. L. i ™ 08) les deux principales 
œuvres à' Hersent. A droite, Ruth et Boo^. Signé : Lanno; à 
gauche, Las-Casas malade, soigné par des sauvages. Signé : 
Lanno j 186^ ^. Le monument a été construit sur les dessins de 
Destailleur, architecte. (32® div.) 

LANZIROTTI (Antonio-Giovanni). 

Jenny (Auguste), commandant du 10^ bataillon de 
mobiles de la Seine, né à Schelestadt le 3 septembre 1830, 
tué à Stains (Seine) le 21 décembre 1870. — Médaillon en 
marbre blanc (Diam. o"" 35). Signé : A. -G. Lanxjrotti. (69"= 
div.) 

LATOUR (Louis-Marie-Blaise). 

LuNEL (Le commandant Adolphe-Jean-Baptiste), chef 
des Gardes du Palais de Justice et du Tribunal de Commerce, 
né en 1821, décédé en 1895. — Buste en bronze (H. o™ 88). 
Signé : L. Latour, statuaire. Paris, i8p6. Le monument de 
Lunel, élevé par les gardes et les amis du commandant, a été 
inauguré le 19 juillet 18965. (90^ div.) 

LAURENT (Eugène). 

Drin (Alexandre), né en 1823, décédé en 1889. — 
Buste en bronze (H. o™ 60). Signé : E. Laurent, iSyj. (85* 
div.) 

1. Ce médaillon a été exécuté eu 1862. Renseignements fournis par M. B. Seure 
(9 septembre 1897). 

2. Le tableau intitulé Ruth et Booi a figuré au Salon de 1822; le second ayant 
pour titre Las-Casas malade, à celui de 1817. 

}. Voy. le Petit Moniteur universel du 20 juillet 1896, et le Journal des Arts du 
25 du même mois. 



l66 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

LEBÈGUE (Célestin). Voy. LEHARIVEL-DUROCHER (Victor- 
Edmond). 

LEBÈGUE ( Jean-Louis- Augastin). 

DoRD (Claudius), décédé en 1855, à l'âge de 40 ans. — 
Deux statues en marbre blanc (H. o "" 78) sont posées sur des 
piédestaux de chaque côté d'une chapelle. Celle de droite, 
ailée, debout, a les bras croisés sur la poitrine; celle de 
gauche, également ailée et debout, a le bras droit levé; la 
main gauche tient une fleur. Cette dernière statue est signée : 
jL. LebêguCy 18^7. (19^ div.) 

Lebègue. 

Fessard (Noël-Étienne), sculpteur, né en octobre 1765, 
décédé en mars 1839. — Médaillon en marbre (Diam. 
C" 35). Signé : L. Lebègue, i86y\ — Lebègue (Jean-Louis- 
Augustin), sculpteur, né à Caply-Vendeuil (Oise) le 
4 décembre 1797, décédé à Paris le 27 octobre 1887. — 
Médaillon en marbre (Diam 0"" 37). Signé : L. Lebègue, i86j, 
(56* div.) 

Lebègue. 

Lhèritier de Chezelle (Gabrielle Martin de Vaux- 
MORET, baronne), veuve en premières noces de Alphonse 
Godefroy de Marguerye, comte de Vassy, décédée le 
2 juin 1859. — Bas-relief en marbre blanc (H. o"" 92. 
L. 0™ 58) : un génie nu ailé, debout, entourant de son bras 
gauche une urne sur laquelle il pose la tête; il tient de sa 
main droite un flambeau . renversé. Signé : L. Lebègue, 
sculpteur^. (25* div.) 

Lebègue. 

Manvilles (Alexandre de), décédé en 1878 à l'âge de 
32 ans. — De chaque côté delà porte d'une chapelle, de style 
ogival, est placé un ange ailé, en pied, debout. Celui de gauche 
lève le bras droit; l'autre bras retombe le long du corps, la 
main tient une couronne d'immortelles ; celui de droite a les 
bras abaissés; les mains sont posées l'une sur l'autre; dans 

1. Renseignements fournis par M. Paul Leiègue, fils de J.-L.-A. Lebègue (2S 
juin 1897). 

2. Sur le monument est gravé : « Hommage d'un fils à sa mère. » 



LE PÈRE-LACHAISE 167 

la main droite est un livre. Ces deux statues, en pierre, 
(H. o™ 80) sont signées : L. Lebègue, sculpteur. La chapelle 
est en outre richement décorée : une branche de lierre 
grimpe le long de chaque pilastre et une branche de cyprès 
entoure la porte, etc. Cette décoration a été exécutée par 
Louis et Paul Lebègue en 1852'. La chapelle est construite 
d'après les dessins de Darru et de Berthelin, architectes. 
(6^ div.) 

Lebègue. Voy. Fessard (Pierre- Alphonse). 

LEBÈGUE (Paul). 

Pepoli (Achille-Francesco-Luigi-Carlo, comte), né à 
Bologne le 17 février 1824, décédé à Paris le 10 octobre 1867, 
et Maria-Anna Marzia, comtesse Alboni, puis M'"^ Zieger, 
cantatrice, née à Città di Castello (Italie) le 6 mars 1826, 
décédée à la villa Cenerentolo, à Ville-d'Avray, le 23 juin 
1894. — Tombeau rectangulaire en granit surmonté d'un 
sarcophage en marbre blanc. Dans la face antérieure du sar- 
cophage sont sculptées en relief une \yrt et une palme, puis, 
au-dessus, les armoiries de la famille Pepoli. Paul Lebègue a 
exécuté cette décoration en 1867^. Sur une plaque fixée sur 
la face antérieure du tombeau, on a reproduit textuellement 
le discours prononcé le 26 juin 1894, ^^^ obsèques de la 
cantatrice, par M. Poubelle, alors préfet de la Seine. 
(66^ div.) 

Lebègue. 
Bernard-Mallet (Famille). — Cippe en marbre blanc 
dont la partie supérieure est décorée de branches de saule 
pleureur emmêlées de volubilis et d'épis de blé ; sur les côtés 
du cippe sont sculptées des branches de cyprès. Cette décora- 
tion, par P. Lebègue, date de 1867?. (26^ div^ 

Lebègue. 

RoELOFSON (William), né le 14 mai 1826, décédé le 
31 décembre 187 1. — Au centre d'un cippe, en marbre blanc, 
est sculpté en relief un saule pleureur avec volubilis, fleurs 
emblématiques de la famille Roelofson ; un lierre grimpe le 

1. Renseignements fournis par M. Paul Lebègue (28 août 1897). 

2. Renseignements fournis par M. Paul Lebègue (28 août 1897). 

3. Renseignements fournis par M. Paul Lebègue (28 août 1897). 



l68 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

long de Tarbre ; au pied du saule sont des plantes marines. 
Ce bas-relief a été exécuté par P. Lebêgue en 1871 '. (53^ div.) 

Lebègue. 
Poisson (Louis-René), décédé le 17 décembre 1888 à 
Tâge de 72 ans, et Victorine Tessier, femme Poisson, décédée 
le 29 juin 1879, à l'âge de 53 ans. — Une Cariatide est placée 
de chaque côté de la porte d'une chapelle. Ces Cariatides, 
dont la tête est couronnée de cyprès, ont la face voilée. Dans 
le fronton de la chapelle sont sculptés un hibou et un écus- 
son entouré de fleurs et d'épis de blé avec les lettres P. T. 
en monogramme. Les Cariatides, en pierre, mesurent i "^ 90 
de hauteur. L'une d'elles est signée : Paul Lebègue, iSjj, 
sculpteur. (70= div.) 
Lebègue. 

RossiNi (Joachim), compositeur, né à Pesaro le 29 février 
1792, décédé à Paris le 13 novembre 1868. — Chapelle avec 
antéfixe et couronnes; au-dessus de la porte est sculptée une 
couronne de laurier avec rubans. Cette décoration a été exé- 
cutée en 1875 par P. Lebègue^. (4^ div.) 

Lebègue. 

Morand (Famille du comte). — Chapelle en pierre dont 
le tympan est décoré du médaillon de la comtesse Morand 
(Diam. o" 18). Au-dessous du médaillon sont sculptés en 
creux des crabes et des crustacés ; d'autres crabes et des crus- 
tacés, emblèmes symboliques, sont également sculptés en 
creux aux abords des baies des faces latérales et postérieure de 
la chapelle dans laquelle ils cherchent à pénétrer. Le médail- 
lon et la décoration de la chapelle furent exécutés par 
P. Lebègue en 1875 î. (26^ div.) 

Lebègue. 

Desjardins-Lieux (Charles-Désiré), né le 10 oc- 
tobre 18 14, décédé le 7 janvier 1876. — Médaillon en 
bronze (Diam. o"' 40). Signée : Paul Lebègue, 18 j8, (62^ 
div.) 

I. Renseignements fournis par M. Paul Lebègue (28 août 1897). 
3. Renseignements fournis par M. Paul Lebègue (28 août 1897). 
3. Renseignements fournis par M. Paul Lebègue (28 août 1877). 






LE PÈRE-LACHAISE 169 

Lebègue. 

Lenormant de Villeneuve (M""* Edler). — Médaillon 
en marbre (Diam. o "^ 45). Signé : Paul Lebègue, i88}\ 
(42^ div.) 

Lebègue. 

FoucHÉ (le comte). — Au-dessus de la porte d'une 
chapelle sont sculptées l'épée du comte avec des branches 
de laurier et d'olivier; le fronton comporte deux anges en 
prière. Cette décoration, en marbre, a été exécutée en 1887, 
par Paul Lebègue^ (34^ div.) 

Lebègue. 

Cheronnet (Adolphe). — Chapelle avec porte en bronze 
sur laquelle sont sculptés une palme, du lierre et des fleurs. 
Signée : Paul Lebègue, sciilp. La sculpture décorative de la cha- 
pelle a été également exécutée par M. Paul Lebègue en 1889 ^' 
Au fond de la chapelle, un vitrail représentant saint Jean- 
Baptiste. (71^ div., i""^ section.) 

Lebègue. 
CoRVi (Jacques). 18 14- 1890. — Médaillon en bronze 
(Diam. o"" 45). Signé : Paul Lebègue, 18^0, (92^ div.) 

Lebègue. 

Wasiliewitch de Satine (Nicolas), décédé le 14 dé- 
cembre 1877. — Un Ange ailé, ayant un genou en terre, vient 
de tracer la date du « 14 x^""^ 1877. » Statue en marbre blanc 
(H. I "" 20). Cette statue, non signée, est due au ciseau de 
Paul Lebègue. L'esquisse du dessin qui a servi à l'artiste pour 
l'exécution de sa composition fait partie de la collection de 
M. Georges Trouvain, marbrier + . (49^ div., 2® section.) 

Lebègue. 

Palasmes de Champeaux. — De chaque côté de la porte 
d'une chapelle est sculpté en relief un rosier montant jus- 

1. Ce médaillon, dont le modèle est toujours vivant, a figuré au Salon de 1883 
sous le n* 3843. 

2. Renseignements fournis par M. Paul Lebègue (28 août 1897). 

3. Renseignements fournis par M. Paul Lebègue (28 juin 1897). 

4. Renseignements fournis par M. Justin Peytoureau, gérant de la maison G. 
Trouvain. 



170 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

qu'au sommet de Tédifice; dans le fronton, couronne et 
branches de rosier se terminant en antéfixes aux angles. Cette 
décoration est due au ciseau de M. Paul Lebègue\ (95''div.) 

Lebègue. 
Segaud (Victor), décédé le 23 octobre 1865. — Tom- 
beau en pierre de Volvie, ayant la forme d'un rocher rus- 
tique, surmonté d'une croix, par Paul Lebègue^. (19^ div.) 

Lebègue. Voy. Dubois-Davesnes (Marguerite-Fanny). 
Voy. Legrain (Emile). 

LEBOURG (Charles- Auguste). 

Barrault (Emile), avocat, publiciste, membre de l'As- 
semblée législative (1850), né à Paris en 1799, décédé le 2 
juillet 1869. — Buste en bronze (H. o"" 70). Signé : Lebourg, 
186^. Victor Thiébaut, fondeur. (28^ div.) 

LEGER (E.). 

AiGON (Antoine), sculpteur, décédé le 3 décembre 1884, 
à l'âge de 48 ans. — Médaillon en bronze (Diam. o™ 45). 
Signé : E. Lecer. (95* div.) 

LE GOINTE(Léon-Aimé-Joachim). 

Mazet (Louis), Heutenant aux volontaires de Seine-et- 
Oise (armée de Versailles). Il fut blessé mortellement le 23 
mai 187 1. — Médaillon en granit (Diam. o"" 57). Mazet 
est représenté coiffé d'un képi. A droite et à gauche du por- 
trait sont sculptées la médaille militaire et la croix de cheva- 
lier de la Légion d'honneur. Signé : L. Le Cointe. (20^ div.) ' 

LEFÈVRE (Gamille). POWER (J.-B.-G.-E.) et SGHRŒDER (Louis). 

Monument élevé par l'État à la mémoire des soldats 
morts pendant le siège de Paris (1870-187 1) sur les dessins 
de A. Rivière, architecte '^. — Une statue en fonte est pla- 
cée à chacun des angles du monument. Les quatre statues 

1. Renseignements fournis par M. Paul Lebègue (28 août 1897). 

2. Renseignements fournis par M. Paul Lebègue (28 août 1897). 

3. Ce monument a été élevé à Mazet a et aux volontaires tombés avec lui, par 
leurs compagnons d'armes ». 

4. Loi du 4 avril 1873. 



LE PERE-LACHAISE I7I 

(grandeur nature) représentent des soldats de différentes 
armes en faction. Le « Garde mobile » a été modelé par 
Lefêvre, « l'Artilleur » par Power, le « Fusilier marin » et le 
a Soldat de la ligne » par Schrœder. Ces quatre statues ont été 
fondues ipar DenonvilHers\(64^ div.) 

LEGRAIN (Emile) et LOISON (Pierre). 

Hautoy (Famille). — De chaque côté de la porte d'une 
chapelle est une figure allégorique en pierre (H. 2""). A 
gauche, Y Étude ayant un livre dans la main droite. A droite, 
le Travail tenant un maillet. Ces deux statues sont accou- 
dées sur le fronton de la chapelle. Sur le côté gauche de la 
chapelle est gravé le nom de Legrain^. Sur les faces laté- 
rales sont placés deux bas-reliefs en marbre (H. i "^ 40. 
L. 1°' 30): celui de gauche représente la Vie de famille; celui 
de droite le Chantier. Ces deux bas-reliefs sont signés : 
P. Loison, 1880. La chapelle, construite sur les dessins de 
P. Mangtiin, architecte, a été gravée par /. Huguenet et Bor- 
detK (58^ div.) 

LEHARIVEL-DUROCHER (Victor-Edmond). 

ViscoNTi (Louis-TuUius-Joachim), architecte, membre de 
l'Institut, né à Rome le 11 février 179 1, décédé à Paris le 29 
décembre 1853, et Visconti (Ennius-Quirinus), archéologue, 
membre de l'Institut, né à Rome le i^"* novembre 175 1, 
décédé à Paris le 7 février 18 18. — Le monument est divisé 
en deux parties. La partie antérieure comprend le tombeau 
de l'architecte. Statue en marbre (Long, i "" 75): Visconti, à 
demi couché, en costume d'académicien, est accoudé du bras 
gauche sur un fût de colonne ; la main droite tient un style ; 
sous la main, le plan du Louvre. Signée sur le fût de la 
colonne : Leharivel-Durocher , i8j^. Sur la face antérieure du 
piédestal de la statue sont sculptées, en relief, des vues pers- 
pectives du Louvre et des Tuileries. Ce plan, en bronze, est 
signé : L. Villeminot, i8S9- ^ droite de la statue de l'archi- 
tecte est un édicule élevé ; au centre est pratiqué un enfonce- 

1. Les quatre statues ont été exposées en plâtre au Salon de 1879 sous les n°' 5169, 
529} et 5^62. Renseignements fournis par M. C. Lejèvre (5 octobre 1897). 

2. M. Paul Lebègue, sculpteur, nous apprend, par sa lettre du 28 juin 1897, qu'il 
a collaboré à l'exécution de ces œuvres. 

3. Architecture funéraire contemjroraine, i" section A, pi. xxvn, xxviii, xxis. 



172 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

ment où se trouve placé le buste en marbre de l'antiquaire. 
Gravé par L. Normand^, Au-dessous du buste, une guirlande 
de fleurs et de fruits et un sphinx sont sculptés en relief. Le 
sculpteur Sitnart aurait composé la statue de Fisconti, et Leha- 
rivel l'aurait exécutée après la mort de Simart. (4^ div., v^ 
section.) 

Leharivel-Durocher. 
Casariera (Le marquis de). — Chapelle en forme de 
dôme, décorée de hiboux, de guirlandes de cyprès, etc., et 
surmontée d'une couronne de marquis. Dans la crypte de la 
chapelle est placé le tombeau du marquis sur lequel est posée 
sa statue couchée, en marbre blanc. Cette statue, modelée par 
Leharivel-Durocher a été exécutée par Célestin Lebègue, en 
1858. La chapelle est construite sur les dessins d'A'' Lave- 
nanty architecte. La sculpture ornementale est due au ciseau 
de Paul Lebègue ^. (44*^ div.) 

LEMÂIRE (Philippe- Joseph-Henri). 

DucHESNOis (Catherine-Joséphine Rafin, dite Mademoi- 
selle), née à Saint-Saulve, près Valenciennes, le 5 juin 1777, 
décédée à Paris le 8 janvier 1835. — Haut-relief en marbre 
blanc (H. i™ 95. L. i™ 05), représentant la Tragédie debout, 
la tête laurée, un style dans la main gauche ; de son bras droit 
elle entoure un cippe simulé sur lequel elle pose une branche 
de cyprès. Signé : Lemaire, sculp., 18 jj. Gravé par L. Nor- 
mand K (30 div.) 

LEMAIRE (Hector). 

GoRECKi (L. -Henri), né le 9 septembre 1848, décédé le 
4 janvier 1877. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 28). 
Signé : Hector ternaire , 1878. (31^ div.) 

LENOIR (Alfred). 

BizET (Adolphe-Maurice-Marie), architecte, grand prix 
de Rome, décédé le 28 janvier 1873, à l'âge de 28 ans. — 
Médaillon en bronze (Diam. o"' 34). Signé : Alfred Lenoir , 
18']}. (22* div.) 

1. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. vi. 

2. Renseignements fournis par M. Justin Peytoureau, gendre de Célestin Lebègue, 
gérant de la maison G. Trouvain, et par M. Paul Lebègue. 

3. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. i. 



i 



Le père-lachaisë 173 

Lenoir. 

Terry y Adam (Thomas), né le 25 février 1808, 
décédé le 5 juillet 1886. Eduardo S. Terry y Darticos, né 
le 9 septembre 1848, décédé le 4 avril 1886. — Monument 
décoré de quatre statues en marbre blanc (grandeur nature). 
Sur la face antérieure : 1° la Douleur : jeune femme, les mains 
jointes, dans l'attitude de l'abattement. Signée Alf Lenoir^ 
18^2; 2° Y Amitié: jeune femme, demi-assise à terre, tressant 
des couronnes avec des branches de lierre, par A. Lenoir. Sur 
la face postérieure : 1° la Prière : femme à genoux, vêtue d'un 
ample manteau et ayant les mains croisées. Signée : Alfred 
Lenoir, 18^2 ; 2° le Souvenir : femme âgée, enveloppée d'un 
long voile de deuil, un genou en terre, dessine, à l'aide d'un 
style, le profil de l'être aimé. Signée : Alfred Lenoir, i8py. 
Le monument, construit sur les dessins de M. F. Boudin, 
architecte, a été élevé par les soins de M""^ Thomas Terry à 
la mémoire de son mari, banquier et grand propriétaire à 
Cuba; ce monument comprend un soubassement carré, en 
granit de Normandie, avec porte en bronze. Au-dessus est 
un sarcophage en marbre rouge du Languedoc. Ce sarcophage 
est protégé par un grand dais de forme octogonale, percé de 
baies cintrées, géminées, et terminé par une pyramide en 
pierre d'Euville. La corniche est décorée par un rinceau pas- 
sant derrière des colonnes en marbre noir de Flandre. La pyra- 
mide est surmontée d'une croix également en marbre. Le pas- 
sage du plan carré au plan octogonal est obtenu par des 
colonnes, en marbre noir, qui supportent les statues et qui 
sont abritées par de petits dais en pierre. La sculpture ornemen- 
tale a été exécutée par M. /. Corbel^. (92^ div.) 

LE PÈRE (Alfred- Adolphe) et GODIN (Eugéne-Louis-Edouard). 

GoDiN (Eugène-Louis), statuaire, né en 1823, décédé en 
1887. — Médaillon en bronze (Diam. o"' 43). Signé : (.<• A. 
Le Père, sculp., juin 1887, à la mémoire de son vieil ami. » — 
GoDiN (Auguste), ébéniste, vice-président de la chambre syn- 
dicale de l'ameublement, né à Melun le 6 mai 1816, décédé 



1. Les statues de la Prière et de la Douleur ont figuré au Salon du Champ de Mars 
en 1892, sous les n°» 1533 et 1534, et V Amitié au Salon de 1893, sous le n° 83. 

2. Renseignements fournis par MM. A. Lenoir et F. Boudin (10 et 28 juin 1897). 



174 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

à Paris le 24 mars 1883. — Buste en bronze (H. o™ 50). 
Signé: E.Godin, 1884. (32® div., i""^ section.) 

LEQUESNE (Eugène-Louis). 

Panseron (Auguste), compositeur, né à Paris le 26 avril 
1795, décédé le 29 juillet 1859. — Médaillon en granit (Diam. 
G™ 40), par E.-L. Leqiiesne'. (ly div.) 

Lequesne. 

Pradier (Jacques, dit James), statuaire, membre de Tln- 
stitut, né à Genève en 1794, décédé à Bougival le 5 juin 
1852. — Dans la face antérieure du monument de Tartiste est 
pratiqué un enfoncement formant niche, dans laquelle est 
placé le buste de Pradier par Lequesne. Autour du monument 
ont été ménagés des rectangles bordés de moulures très 
méplates, décorés de copies des œuvres du maître, exécutées 
en bas-relief par ses élèves. C'est ainsi que se trouvent repro- 
duites : Cyparisse, par Ferrât ; le Niobide, par Maillet ; Psyché, 
par Guillaume ; Nyssia, par Courtet ; Phryné, par Etex ; la Poé- 
sie légère, par Rouhaud ; Pélion, par Moreau ; Sapho, par 
Simart. Une place réservée sur Tune des faces latérales pour 
recevoir un bas-relief est restée vide. Ce monument, élevé 
sur les dessins de Antoine-Martin Garnaud, architecte, a été 
gravé par Jean-Joseph Sulpis et par Martel ^. (24^ div.) 

Lequesne et Guillaume (Eugène). 
DuRET (François-Joseph, dit Francisque), statuaire, 
membre de l'Institut, né à Paris le 19 octobre 1804^, décédé 
dans la même ville le 26 mai 1865. — Edicule en marbre 
blanc (H. 2"* 40. L. o™ 90). Dans la partie supérieure est 
sculpté le médaillon de l'artiste, par Lequesne. Au-dessous, le 
génie de la sculpture, représenté par une jeune femme planant 
dans les airs et ayant une palme dans la main droite, soulève 
son voile. Un maillet et un ébauchoir complètent cette déco- 
ration due au ciseau de Eugène Guillaume'^. Sur la tombe est 
une couronne de laurier en bronze, « hommage des élèves 

1. Renseignements fournis par M°» veuve Panseron (ii juin 1897). 

2. Architecture funéraire contemporaine, 2' section C, pi. v et vi. 

3. C'est à tort qu'on a inscrit sur le tombeau la date de « 1802 ». 

4. Renseignements fournis par M™' Juliette Cot, fille du statuaire et veuve du 
peintre Pierre-Auguste Cot, qui repose dans le tombeau de Duret (19 juin 1897). 



LE PERE-LACHAISE 175 

de Dureté) y portant la signature de A. Thahard et la date de 
1870. Le monument de Duret, élevé sur les dessins de G,-J.-A. 
Davioud, architecte, a été gravé par /.-/• Sulpis et par 
Bessy \ (19^ div.) 

LÈQUIEN (Alexandre-Victor). 

Lambert et Ducellier (Familles). — Sur le fronton 
d'une chapelle est un buste d'homme, en bronze (H. o"' 65 
environ). Signé : Al. Leqtiien, 1866, (59'' div.) 

Lequien. 

PiHET (Eugène-Léger-Benoît), président de la Société 
d'encouragement pour l'industrie nationale, décédé le 21 
décembre 1868, à l'âge de 81 ans. — Médaillon en marbre 
blanc (Diam. o'"4o). Signé : A¥'' Lequien, 186^. En exergue 
du médaillon est gravé : « A Eugène Pihet, ses amis de la 
Société d'encouragement pour l'industrie nationale. » (14^ 
div.) 

Lequien. 

ViLLEMAiN (Abel-François), écrivain et homme politique, 
secrétaire perpétuel de l'Académie française, né à Paris le 
II juin 1790, décédé dans la même ville le 8 mai 1870. — 
Médaillon en bronze (Diam. o"" 37). Signé : Al^" Lequien, 
1880. (6o« div.) 

Lequien. 
LEauiEN (Justin), sculpteur, décédé le 2 juin 1882, à 
l'âge de 55 ans. — Stèle surmontée d'un buste en bronze 
(H. o™ 70). Signé : Al^'' Lequien, i88j, à mon cousin et ami. 
Thiéhaut, fondeur. (47^ div.) 

Lequien. 

Marguerin (Emile), né en 1820, décédé en 1884, direc- 
teur de l'École Turgot (185 3 -1869), administrateur des 
écoles supérieures municipales (1869-1879). — Médaillon en 
bronze (Diam. o"'4o). Signé : A. Leq.,. ÇLequien^). Le 
monument de Marguerin a été élevé à sa mémoire, par sa 
famille, ses amis et ses élèves, en 1888. (49*^ div., i""* section.) 

1. Architecture funéraire contemporaine, 2® section C, pi. ix et x. 

2. Renseignements fournis par M. Porcher, directeur honoraire de l'ËcoIe Turgot, 
gendre de Marguerin (12 juillet 1897). 



176 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS M 

LEROUX (Frédéric-Etienne). 

Crespin (Famille). — Monument en marbre et granit 
avec piédestal surmonté d'un buste d'homme en bronze (H. 
C" 80 environ). Signé : 188^, E. Leroux. Sur des socles en 
retrait à la base du piédestal sont deux femmes assises tenant 
un caducée et une urne ; de la main restée libre, elles offrent 
au personnage une couronne recouverte d'un voile de deuil. 
Ces deux statues (grandeur nature) sont en bronze, ainsi 
que la couronne. Elles ne sont pas signées, mais derrière celle 
de gauche on lit, gravé sur le monument : E. Leroux, sculp- 
teur, et derrière celle de droite : S. Lebègue, arch^'. (3é*div.) 

LE SUEUR (Jacques- Philippe). 

Brezin (Michel), mécanicien fondeur, né à Paris le 27 
novembre 1768, décédédans la même ville le 2 1 janvier 1828 ^ 

— Tombeau de forme antique, en granit, sur la face anté- 
rieure duquel est sculpté un bas-relief (H. o™ 95. L. i *" 50): 
une jeune femme assise, voilée, appuie la tête sur une urne 
funéraire placée devant elle; sur l'urne sont deux portraits 
accolés, en stuc (Diam. o™ 11), d'un homme et d'une femme. 
Sur le cippe simulé supportant l'urne est gravé : « L'amitié les 
pleurera toujours. » Le bas-rehefest signé : Le Sueur. Gravé 
par Collette, d'après un dessin de Quaglia^. (32* div.) 

LE VASSEUR (Henri-Louis). 

Delaplanche (Eugène), statuaire, né à Belleville 
(Seine) le 28 février 1836, décédé à Paris le 10 janvier 1891. 

— Buste en bronze (H. 0^70). Signé H. Le Vasseur. Dela- 
planche avait d'abord été inhumé au cimetière Montpar- 
nasse le 12 janvier 1891. Il fut exhumé le 5 mai 1893 et 
réinhumé le même jour au Père-Lachaise. Le monument, 
élevé par les amis de l'artiste sur un terrain concédé parla ville 
de Paris, a été inauguré le 7 mai 1893. (9^^ àiw.) 

LEVEEL (Armand). 

FuGÈRE (Joseph-Henri-François), né en juillet 1801, 

1. Brezin a légué à la ville de Paris sa fortune, qui était considérable, à la charge 
par l'Administration de « fonder sous le titre d'hospice de la reconnaissance un éta- 
blissement consacré à la retraite des pauvres ouvriers de sa profession » . 

2. Le Père-Lachaise, etc., pi. iv. 



LE PERE-LACHAISË Î77 

décédé en juillet 1854. — Médaillon en bronze (Diam. o™ 37). 
Signé :A. Levéel, 18 Ji. (68« div.) 

LEVÊQUE (Edmond). 

Deslandes (Léopold), docteur médecin, né en 1796, 
décédé en 1842. — Buste en bronze (H. o™65). Signé : 
E. Levêque, 184^. (57* div.) 

LEVILLAIN (Ferdinand) et TRUFFOT (Emile-Louis). 

Truffot (Georges), décédé en 1863^. — Petite stèle 
surmontée du buste en bronze (H. o™ 35) de Georges 
Truffot. Sur le socle est gravé : « A mon frère, Emile Truffot, 
1863 ». — Truffot (Émile-Louis), sculpteur, né à Valen- 
ciennes (Nord*) le 26 juillet 1843, décédé à Paris le 26 octobre 
1895. Sur la face antérieure de la stèle est encastré le médail- 
lon en bronze d'Emile Truffot (Diam. o™ 19). A droite on 
lit : « Truffot, statuaire, 1883 ». Signé : E. Levillain. (15^ div.) 

LOISON (Pierre). Voy. LEGRAIN. 
LOMBARD (Henry-Edouard). 

Moine (Élisa Rouch, M"'^), décédée en 1879, à l'âge de 
33 ans. — Bas-relief en granit (H. i"" 10. L. o*" 57) : Jeune 
femme ailée, accoudée du bras droit sur une colonne brisée ; 
la tête pose sur la main droite ; elle tient une couronne de 
fleurs dans la main gauche. Signé : Lombard, se. (91^ div.) 

LORMIER (Edouard). 

Carbajal (Famille). — Chapelle dans laquelle sont pla- 
cés deux médaillons en marbre blanc (Diam. o"'4o) : 1° Grego- 
rio de Jésus-Maria José Marcos Ramos y Carbajal, né à La 
Havane (Ile de Cuba) le 25 avril 1853, décédé à Paris le 15 mars 
1887 y 2° Gregorio Francisco Maria del Carmen Ramos y Cade- 
bera, né en Espagne, décédé à La Havane, où il est inhumé, le 
18 novembre 1856. Ces deux médaillons sont signés : E. Lor- 
rnier, i88p. Deux vitraux : l'un représente Jésus-Christ, en 
pied, montrant son cœur ; au bas on lit : « Je suis la résur- 
rection et la vie. » Signé : « E. Bastard, pinxit ». L'autre 
représente la Vierge debout, tenant dans sa main un cœur 

I. Renseignements fournis par M"' Marie Truffot, fille de l'artiste (24 -septembre 
1897). 

ART FR. Xni 12 



îyâ t-A SCULPTURE DANS LES CIMETIERES t)E PARiS 

enflammé traversé par une épée; au bas est éciit : « Fais que 
je pleure avec toi. » Non signé. La chapelle a été construite 
sur les dessins de M. P. Humhrt, architecte. (96' div.) 

LOUIS-NOEL (Hubert). 

Berthélemy (Félix-Charles), professeur au Conservatoire 
de musique, né à Saint-Omer le 6 novembre 1829, décédé le 
13 février 1868. — Buste en bronze (H. o™ 53). Signé : 
H, Noël-Louis, 1868. Le monument, construit sur les dessins 
de M. A. Beigmt, architecte, a été élevé par la famille, les 
amis et les concitoyens de Berthélemy (56* div.). 

Louis-Noël. 

DuGOUjoN (Jeanne-Simonne), née en 1833, décédée en 
1875. — Médaillon en marbre blanc (Diam. o™ 41). Signé : 
Louis-Noël, iSjy, (71' div., i" section.) 

Louis-NoêL 
Clairon (Claire-Josèphe-Hippolyte Legris Clairon de 
Latude, dite M"^), artiste dramatique, née à Saint -Wasnon- 
de-Condé (Nord) le 25 janvier 1723, décédée le 18 janvier 
1803. — Médaillon ovale en pierre (H. 0"' 60. L. o"" 40), 
^2ixH, Louis'NoëU i8po. (20' div.) 

MACÉ (Emile-Louis). 

Tranchant (Augusta), née le 3 avril 1887, décédée le 
2 novembre 1889. — Demi-ronde bosse en marbre blanc 
(Diam. o"" 35). Signée : Macé. (91*= div.) 

MAILLET (Jacques-Léonard). 

Christofle (Charles), orfèvre, né à Paris le 25 oc- 
tobre 1805, décédé le 13 décembre 1863. — Buste en bronze 
(H. 0™ 65). Signé : /.-L. Maillet, 1864. (4^ div.) 

Maillet. 

Anjubault (Auguste), constructeur-mécanicien, né en 
1820 à Ternay (Loir-et-Cher), décédé en 1868. — Tombeau 
rectangulaire surmonté d'une statue en marbre blanc (H. 
I" 50) : Pleureuse agenouillée et ayant les mains jointes. 
Signée : J.-L. Maillet, statuaire. Sur la face antérieure est un 
bas-relief en marbre (H. o"" 36. L. o"'56), représentant la 



Le père-lachaisé 179 

Foi, TEspérance et la Charité. Sur les faces latérales du 
tombeau sont gravées au trait deux locomobiles. (65^ div.) 

Maillet. Voy. Lequesne (Eugène-Louis). 

MAINDRON (Etienne-Hippolyte). 

Durand (Pierre), fondeur, décédé le 26 janvier 1880, 
dans sa Se*" année. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 22). 
Signé : H. Maindron, 1840.. (72^ div.) 

Maindron. 

EcK (Jean-Georges), fondeur, membre du conseil muni- 
cipal de Paris, décédé le 15 novembre 1863, à l'âge de 68 ans. 
— Médaillon en bronze (Diam. o"" 43). Signé : H. Maindron, 
184^. (69^ div.) 

Maindron. 

Bruat (Armand-Joseph), amiral, né à Colmar le 
26 mai 1796, décédé le 19 novembre 1855. — Groupe en 
marbre comprenant une proue de vaisseau sur laquelle est un 
canon debout, décoré d'attributs se rattachant à la marine. Au 
sommet est le médaillon de l'amiral (Diam. o™ 40). A la 
base du monument, une femme ailée, assise, en pleurs, lève 
la tête vers le portrait de l'amiral; la main droite, posée sur 
le genou, tient une couronne de laurier. La statue, qui 
mesure i "" 40 de hauteur, est signée : H. Maindron, 18 ^'j. 
Gravé par Chappuis^. (27^ div.) 

Maindron. 

Delpech (Jean-Baptiste), ingénieur, né à Saint-Antonin 
(Tarn-et-Garonne) en 181 5, décédé à Paris en 1863. — 
Buste en bronze (H. o*" 75). Signé : H*' Maindron. Une 
inscription tracée sur le monument de Delpech nous apprend 
que 8.000 souscripteurs ont contribué à son érection. Ce 
monument, construit sur les dessins de H. Fèvre, architecte, 
a été gravé par Ch. Bury et par Lebel ^. 

MALFATTI (Andréa). 

Verazzi (Joséphine Faniel, M"'*), décédée en 1879. — 

I. Architecture funéraire contemporaine, V* section C, pi. vi. 

a. Architecture funéraire contemporaine, 2* section D, pi. iv et v. 



iSo La sculpture Dans les cimetières de i^aris 

Tombeau en marbre blanc sur lequel est une statue égale- 
ment en marbre (Long, i "" 50) : jeune femme couchée; à 
la gauche de la morte, un enfant, à genoux, se penche vers 
sa mère pour lui dire un éternel adieu. Signée : Andréa Mal- 
fattiy st", (44^ div.) 

MARCHI(A.). 

Perrelli (Gennero), pianiste, né à Palerme, décédé à 
Paris le 26 janvier 1871, à l'âge de 36 ans. — Buste en bronze 
(H. G"" 85). Signé : A. Marchi, iSji, Perrelli, qui comman- 
dait les Carabiniers parisiens pendant la guerre franco-alle- 
mande, fut blessé à Montretout le 19 janvier 1871. (56* 
div.) 

MAROCHETTI (Charles, baron). 

Bellini (Vincenzo), compositeur dramatique, né à Catane 
le 3 novembre 1802, décédé à Puteaux, près de Paris, le 
24 septembre 1835. — Médaillon en marbre (Diam-C" 35) par 
Marocheîti. Bellini, on le sait, ne repose plus au Père-Lachaise. 
Ses restes ont été transportés, en 1876, à Catane (Italie), 
patrie de l'illustre compositeur. Les membres de la Commis- 
sion italienne, chargés de venir chercher en France et d'ac- 
compagner à Catane les restes de Bellini, ont fait placer sur 
son tombeau une plaque en marbre sur laquelle on lit : 
« Catane, en réclamant des cendres illustres, a gravé sur cette 
pierre le témoignage de sa reconnaissance envers la France, 
le 15 septembre 1876. » Avant le transfert des restes de 
Bellini en Italie, le monument de l'artiste comportait, en 
outre du médaillon, une statue de femme ailée, assise, serrant 
une lyre sur son cœur. Le monument, érigé sur les dessins 
de G.-^. Blouet, a été gravé par L. Normand'. 

Marochetti. 

ToMMASO (Alessandro Carone figlio di Teodoro, mar- 
chese di san), décédé en 18 16, à l'âge de 37 ans. — Tombeau 
surmonté d'une statue en pierre (H.i ™ 10) : Jeune femme ailée, 
assise, drapée, ayant une couronne de feuillage sur les tempes; 
la main gauche est tendue, tandis que le doigt de la main 

l. Monuments funéraires, etc., t. II, pi. uv. 



LE PÈRE-LACHAISE l8l 

droite est posé sur les lèvres comme pour imposer silence. 
Signée : Marochetti. Le tombeau, érigé sur les dessins de 
G,- A. Blouet, architecte, a été gravé par L. Normand'. (45'' 
div.) 

MARQUE! DE VASSELOT (Anatole). 

PoucHET (Georges), professeur au Muséum, né en 
1833, décédé en 1894. — Médaillon en bronze (Diam. o"'36). 
Signé : Vasselot, i8pj, Paris. (36*^ div.) 

MARTIN (Auguste). 

Debussy (Famille). — Bas-relief en bronze (H. 0°* 55. 
L. I "" 05) représentant, au centre, un monument surmonté 
d'une urne funéraire sur laquelle sont gravées, dans une cou- 
ronne de cyprès, les lettres D B; à gauche, V Espérance, 
assise sur les degrés du monument, a la main gauche posée 
sur une ancre; l'autre main est levée vers le ciel; à droite, 
la Religion, voilée, également assise, a la main droite sur le 
cœur et tient une croix de l'autre main. Signé : A. Martin. 
Quesnel fondeur à Taris. (24^ div.) 

MATHIEU-MEUSNIER (Mathieu-Roland, dit). 

Errazu (Joachim-Maria). — Mausolée décoré aux quatre 
angles de statues de femmes assises, en marbre (H. i "" 65) : V 
la Résignation, les yeux levés vers le ciel, a dans ses mains 
une banderole sur laquelle est écrit : Fiat volvntas tua', 2° 
VAnie, ayant une flamme au front, pose la main droite sur 
son cœur et tient de la main gauche un flambeau renversé ; 
3° la Charité, voilée, s'apprête à laisser tomber une pièce de 
monnaie dans un tronc placé près d'elle ; 4° la Religion asur 
son genou un livre posé verticalement qu'elle désigne de la 
main droite; une croix est modelée sur ce livre. Mathieu- 
Meusnier qui a sculpté les quatre figures allégoriques est éga- 
lement l'architecte du mausolée^. (68^ div.) 

Mathieu-Meusnier. 

Vallou de Villeneuve (JuHen), peintre, né à Boissy- 
Saint-Léger (Seine-et-Oise) le 12 décembre 1795, décédé à 

T. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. xlviii. 

2. Renseignements particuliers fournis par l'artiste. 



l82 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Paris le 4 mai 1866. — Médaillon en bronze (Diam. C" 35). 
Signé : i866 Mathieu-Meu<nier P — post rnortem, (31*^ div.) 

Mathieu-Meusnier. 
Geoffroy (Jean-Marie-Joseph), artiste dramatique, né 
en 181 3, décédé le 6 septembre 1883. — Buste en marbre 
(H. o™ 56). Signé : Mathieu-Meusnier, 18S4. (56* div.) 

Mathieu-Meusnier. 
BossELET (Hippolyte), publici^te, né à Paris le 19 juil- 
let 1824, décédé dans la même ville le 17 avril 1890. — 
Médaillon en marbre blanc (Diam. o *" 40). Signé : Mathieu- 
Meusnier. (95* div.) 

MATTE (F.). 

Vincent (Charles-François), décédé en 1825 dans sa 
48* année. — Médaillon en bronze (Diam. g"" 22). Signé : 
F. Matte, 1824. (24* div.) 

MATTE (Nicolas- Augustin). 

Sturler (Famille). — Bas-relief en marbre (H. 0^45. 
L. o"" 55) : Deux génies nus, ailés, en pleurs, sont accoudés 
sur une urne funéraire. Signé : Matte S. (26* div.) 

MAXANT. 

HÉMON (Marguerite- Angélique, dame), né le 27 dé- 
cembre 1775, décédée le 17 septembre 1818. — Médaillon 
en plâtre (Diam. o^" 25). Signé : Maxant. (43* div.) 

MENN (Charles-Louis). 

MouTON-LuNEL (Famille). — Bas-relief en marbre blanc 
cintré (H. o"" 85. L. 0"" 80) : Au fond, un ange ailé, debout, 
tient une palme de la main gauche et entoure de son bras 
droit une jeune enfant dont les pieds ne touchent plus le sol; 
près de cette jeune fille sont deux autres enfants dont l'un 
vient de laisser tomber ses jouets et lui tend les bras. Ce 
groupe semble faire effort pour s'élever avec l'ange. Il est 
dû au ciseau de Ch.-L. Menn \ (4^ div., 2' section.) 

I. Le sujet représenté par ce bas-relief est une allusion au malheur de la famille 
Mouton-Lunel qui avait à pleurer la mort de trois de ses enfants enlevés en 15 jours, 
au cours de l'année 1856. Renseignements fournis par M~' E. Mouton, née Barry. 
(27 juillet 1897.) 



LE PÊRE-LACHAISE 183 

MERCIÊ (Antonin) et CHAPD (Henri). 

Thiers (Louis- Adolphe), président de la République 
française, né à Marseille le i6 avril 1797, décédé à Saint- 
Germain-en-Laye le 3 septembre 1877. — Dans le fronton 
d'une chapelle, un haut relief cintré, en marbre blanc (H. 
I "^ 50. L. 2™ 50) représentant le Patriotisme : un génie, 
ayant Tépée nue à la main, défend le drapeau national que 
tient la France assise. Signé : H. Chapu. Au-dessus de ce haut- 
relief sont sculptés deux petits génies, très méplats, au centre 
de couronnes de chêne et de cyprès; l'un tient un flambeau 
et l'autre une palme. Ces bas-reliefs portent également la 
signature de H. Chapu. A l'intérieur de la chapelle, au centre, 
existe une crypte où se trouve placé le tombeau, en marbre, 
du Président. Au fond, un sarcophage très élevé est dominé 
par la statue couchée de Thiers; sur les degrés du sarcophage, 
la France, dans l'attitude de l'abattement, est assise sur le 
fût d'un canon brisé; elle tient un drapeau dont les plis 
cachent en partie le sarcophage. Aux pieds de la France, sont 
sculptés un masque, un parchemin et une plume. Toute 
cette partie est en marbre blanc. Le génie de \ Immortalité, en 
bronze, les ailes ouvertes, plane au-dessus de la tête de 
Thiers. Signé : A. Mercié. Aux retombées de la coupole, sont 
de petits génies ailés exécutés par A. Mercié. Les parois laté- 
rales de la chapelle comportent deux hauts-reliefs en marbre 
blanc (H. 2 "^ 50. L. 3™ 40 environ). A gauche : la Libération 
du territoire : au centre, une table chargée de sacs d'argent que 
viennent de déposer les villes de France, représentées par de 
jeunes filles placées à droite. Sur la face antérieure de la table, 
on lit : « Souscription nationale, 43 milliards. » Près de la 
table, Thiers, debout, indique à la France, voilée, assise sur un 
plan plus élevé, le produit de la souscription; d'une main, 
la France écarte son voile, et elle pose l'autre main sur 
l'épaule de Thiers; au-dessous, un jeune enfant mort est 
étendu sur un drapeau posé à terre; au fond, une femme 
ailée déploie de ses deux mains une banderole où sont tracés 
ces mots : « Thiers a bien mérité de la Patrie. Assemblée 
nationale, 17 mars 1873.» Signé : H. Chapu. A droite : l'His- 
toire, la Philosophie et l'Éloquence. Au centre, l'Histoire vient 
de tracer, à l'aide d'un style, dans la partie supérieure de la 



l84 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

composition, le nom de « A. Thiers »; à droite et à gauche, 
figures assises ou debout; la Philosophie debout tient un par- 
chemin où sont écrits les noms d'Aristote et de Léonard de 
Vinci; sur un autre parchemin est gravé le nom de Platon; 
l'Éloquence pose la main sur le bord d'une tribune où on lit : 
« Démosthène, Cicéron »; au premier plan, un jeune enfant 
renverse une corne d'abondance sur les genoux d'une femme 
assise à terre. Signé : H. Chapu. La chapelle a été construite 
en 1886 sur les dessins de A. Jldrophe, architecte. La porte, 
en bronze, est à deux vantaux décorés des lettres T. D., en 
monogramme, dans des couronnes formées de deux branches 
de laurier. Signée : F. Barbedienne, fondeur, 1886. (55' div.) 

Mercié. 

Laurent-Pichat (Léon), littérateur et homme poH- 
tique, né à Paris le 12 juillet 1823, décédé dans la même 
ville, le 12 juin 1886. — Médaillon en bronze (Diam. 0*° 48). 
Signé : A. Mercié, i8Sj. Le monument, en granit, sur la face 
antérieure duquel est fixé le médaillon du littérateur, est 
décoré, dans la partie supérieure, d'un chapiteau dont la tête 
est garnie de feuilles de chardon; cartouche avec lyre tra- 
versée par une branche de laurier. Au-dessous du médaillon 
est sculptée une seconde branche de laurier ^ (8* div., i" 
section.) 

Mercié. 

MiCHELET (Jules), philosophe et historien, profes- 
seur au Collège de France, membre de l'Académie fran- 
çaise, né à Paris le 21 août 1798, décédé àHyères le 9 février 
1874. — Bas-relief en marbre blanc (H. 2™ 25. L. 2^") : 
Michelet est étendu sur son Ht de mort, une femme drapée 
indique du doigt l'inscription gravée dans la partie supé- 
rieure du bas-relief : « L'histoire est une résurrection. » 
Dans la partie inférieure du monument est sculpté un médail- 
lon en marbre blanc (Diam. o"" 30) figurant la tête d'un 
jeune enfant mort, entourée d'étoiles, avec cette inscrip- 
tion ; « Lazare Michelet, 1830. » Le bas-relief est signé : 



I. Le monument de Laurent-Pichat a été élevé sur les dessins de J.-C. Fonnigé, 
architecte. La sculpture décorative est due au ciseau de /. Héritier. 



LE PÈRE-LACHAISE 185 

Mercié, sculp. Le monument a été construit sur les dessins de 
J.-L. Pascal, architecte ^ (54" div.) 

Mercié. 

SÉRÉ DE Rivières (Le général), décédé le lé février 1895. 
— Médaillon en bronze (Diam. o™ 40). Signé : « Au géné- 
ral de Rivières, souvenir de notre amitié d'un demi-siècle, 
Mercié. » (95^ div.) 

Mercié. 

Carvalho-Miolan (Marie-Caroline Félix, M"^ Car- 
VAiLLE, dite), cantatrice, née à Marseille le 3 1 décembre 1827, 
décédée à Puys, près Dieppe, le 10 juillet 1895. — Bas-relief 
en marbre blanc : l'artiste (grandeur nature), couverte d'une 
légère draperie, a les mains jointes et s'élève au ciel; dans 
la partie inférieure est sculptée une lyre parmi des fleurs ; une 
fauvette est posée sur la lyre. Signé : A. Mercié. (65^ div.) 

Mercié. Voy. Dubois (Paul). 

MERCIER (Michel-Louis-Victor). 

Rousseau (J.-J.), pair de France, maire du m* arron- 
dissement, décédé le 3 juillet 1837, à l'âge de 89 ans. — 
Buste en bronze (H. o™ 61). Signé : Mercier. L. Richard, 
fondeur *. (28^ div.) 

Mercier. 
Mercier (M™^), née Gaudier, décédée en 1873, à l'âge de 
65 ans. — Buste en bronze (H. 0^58). Signé : Mercier, 18^0. 
Sur le socle de la face antérieure du buste est gravé : « A 
22 ans, 1830. » (48'' div.) 

MERLEY (Louis). 

Tetaz (Jacques-Martin), architecte, né à Paris le 
6 mars 18 18, décédé à Rueil le 16 octobre 1865. — Médail- 
lon en marbre (Diam. o"" 47). Signé : L. Merley. Le monu- 
ment de Teta:!^, élevé sur les dessins de Duhuisson, architecte, 
a été gravé par/. Huguenet^. (60^ div.) 

1. Ce bas-relief a figuré au Salon de 1897, sous le n° 3202. 

2. Sur la face antérieure du socle on lit : « A ]n.]h Rousseau, le III* arron- 
dissement MDCCCXXXVII. » 

3. Architecture funéraire contemporaine, 2* section D, pi. i çt ti, 



l86 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

MERLIEUX (Loais-Parfait). 

Latreille (Pierre-André), naturaliste, professeur au 
Muséum, membre de TAcadémie des sciences, né à Brives 
(Corrèze) le 29 novembre 1762, décédé à Paris le 6 fé- 
vrier 1833. — Buste en bronze (H. o™ 50). Signé : P. Mer- 
lieux, 18)3. (39* div.) 

Merlieux. 

Blainville (Henry-Marie Ducrotay de), naturaliste, 
membre de Tlnstitut, né à Arques le 12 septembre 1777, 
décédé a Paris le i*^'' mai 1850. — ^ Buste en pierre (H. o" 53). 
Signé : P, Merlieux mdcccl. (54*^ div.) 

MEZZARA (Joseph). 

Cauchois-Lemaire (Louis-François- Auguste), publiciste, 
né à Paris le 28 août 1789, décédé dans la même ville le 
9 août 1861. — Buste en bronze (H. 0™ 55). Signé : /. M^l- 
:^aray 1847. (28* div.) 

MILLET (Aimé). 

Sarazin (Louis-Charles), inspecteur des écoles commu- 
nales de la ville de Paris, né le i" mars 1797, décédé le 
8 octobre 1865. — Médaillon en pierre (Diam. 0°^ 55). 
Signé ; Aimé Millet, se. Le monument de Sarazin a été élevé 
par « ses amis et les instituteurs laïques et congréganistes 
communaux reconnaissants. » (49* div., i" section.) 

Millet. 

Massol (Marie-Alexandre), journaliste et philosophe 
saint-simonien, né à Béziers (Hérault) le 18 mars 1805, 
décédé à Paris le 20 avril 1875. — Médaillon en bronze 
(Diam. 0™ 36), par A. Millet \ Au-dessous sont sculptés 
dans le granit deux branches de laurier en sautoir, un com- 
pas et une équerre. L'inscription suivante est gravée sur le 
monument : « Justice, morale indépendante, liberté. Ces 
mots résument sa foi, son œuvre, sa vie. » Le monument, 
construit sur les dessins de L. Dupré, architecte, a été érigé à 

I. Ce médaillon a été exécuté d'après le masque pris sur nature le 22 avril 1875. 
Renseignements fournis par M. A. Vacherie (29 juillet 1897.) 



LE PÈRE-LACHAISB 187 

la mémoire du philosophe par « ses F. F., ses amis et ses 
disciples. » (75^ div.) 

Millet. 
Enfantin (Barthélemy-Prosper, dit le Père), écrivain, 
chef de l'école saint-simonienne, directeur de la Caisse hypo- 
thécaire, né à Paris en 1796, décédé dans la même ville le 
31 août 1864. — Buste en pierre (H. o™ 85). Signé : Aimé 
Millet, se. MDCCCLXViii. Le tombeau, élevé sur les dessins de 
Léon Dupré, architecte, a été gravé par J.Pensel\ (39*^ div.) 

Millet. 

DoRiAN (Pierre-Frédéric), manufacturier, président du 
Conseil général de la Loire, député, ministre des Travaux 
publics pendant le siège de Paris, membre du Gouvernement 
de la Défense nationale, né à Montbéliard le 24 janvier 18 14, 
décédé à Paris le 14 avril 1873. — Statue en bronze (H. 1 "" 60) : 
Dorian est représenté debout, tête nue, appuyé sur des tra- 
vaux de défense ; la main gauche sur le cœur et la droite sur 
le plan demi- déroulé des fortifications de Paris, sur lequel on 
lit : « Défense de Paris, 1870-71. » Sous ses pieds, un fût de 
canon et une roue d'engrenage. Signée : Aimé Millet, se, 
MDCCCLXxv, O" Matifat, fondeur à Paris, iSjS- Le monument 
de Dorian a été élevé à sa mémoire par ses concitoyens, ses 
collaborateurs et ses amis. L'inauguration a eu lieu le 26 juin 
1875. (70^ div.) 

Millet. 
Reny (Jean-Bâptiste-Charles) , décédé le 30 dé- 
cembre 1876. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 40). Signé: 
Aimé Millet, se, mdccclxvii. Une inscription nous apprend 
que ce monument a été élevé à la mémoire de Reny par 
« ses élèves reconnaissantes. » (65^ div.) 

Millet. 
Adam (Antoine-Edmond), homme poUtique, sénateur, 
né au Bec-Hellouin (Eure) le 19 novembre i8ié, décédé à 
Paris le 14 juin 1877. — Buste en bronze (H. o™ 68). Signé : 
Aimé Millet. Fondu par Thiébaut et fils . (54^ div.) 

I. Architecture funéraire contemporaine, 2* section C, pi. xiii. 



X68 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

MILLET DE MARCILLY (Edouard-François). 

Thomas (Louis), docteur en médecine, bibliothécaire de 
la Faculté de médecine de Paris, membre fondateur et profes- 
seur à l'école dentaire de Paris, né en 1846, décédé en 1893. 
— Buste en bronze (H. 0"' 55). Signé : Millet de Marcilly, 
iS^j. Thiébaut frères, fondeurs. Le tombeau a été élevé par les 
élèves et les amis du docteur Thomas. (74* div., i" section.) 

MIRANDE(J.). 

Darjou (Jean), officier de l'Université, né à Saint- Vin- 
cent (Landes) le 18 octobre 1757, décédé à Paris le 9 no- 
vembre 1843. — Médaillon en bronze (Diam. o™ 45). 
Signé : « A Jean Darjou, mon parrain et mon bienfaiteur, 
/. Mirande, 1844. E. Quesnel, fondeur ». (27* div.) 

MIROY (A.-B.). 

Bertaut (Marie-Lazare), décédé à Choisy-le-Roy le 
17 janvier 1852, âgé de 64 ans. — Médaillon en marbre blanc 
(Diam. o" 40). Signé : A.-B. Miroy, i8s2. (13* div.) 

MOLCHNETH (Dominique). 

Reicha (Antoine-Joseph), compositeur, professeur de 
contrepoint, membre de l'Institut, né à Prague le 27 février 
1770, décédé à Paris le 23 mai 1836. — Haut relief en marbre 
(H. i" 75. L. C" 80) : Au centre, le buste de Reicha posé sur 
stèle simulée; à gauche, un petit génie, nu, ailé, joue de la 
lyre ; à droite, une Muse debout, appuyée sur la stèle, tient 
une flûte dans chaque main; elle retourne la tête pour fixer 
le buste du musicien. Signé : Molchuthy 18 jj. Ce monu- 
ment a été élevé à Reicha par ses amis et ses élèves, sous la 
direction de Thiollet, architecte. La commission de souscrip- 
tion était composée de Paër, Lesueur, Baillot, Adam, Pillet- 
Will, Bertin, Dauprat, Bouffil, Elwart et Delaire. (7^ div.) 

MOMBUR (Jean-Ossaye). 

Rault (Ch.), vice-président honoraire des chambres 
syndicales du commerce et de l'industrie. — Buste en bronze 
(H. o'" 67). Signé : f.-O. Mombur, 1886. (90^ div.) 

Moreau (François-Clément). Voy. Lequesne (Eugène- 
Louis). 



LE pèRE-LACHAlSE 189 

MOREAU-VAUTHIER (Augustin). 

Moreau-Vauthier (Famille du sculpteur Augustin- Jean). 
— Tombe surmontée d'une statue en bronze (H. i*" 60) : 
Femme en pied, debout, voilée, ayant la figure cachée dans 
sa main droite. Signée : A, Moreau-Fauthier, Thiébaut frères, 
fondeurs. (14*= div.) 

MORICE(Léopold). 

MoRis (Adélaïde - Louise - Jeanne - Victoire Herbemont, 
M""^), née à Jonchery-sur-Vesle le 18 avril 1802, décédée en 
son château de l'Étape (Chennevières) le 18 juin 1875. — 
Groupe en bronze (Long, i ™ 80), représentant une femme 
étendue sur un cercueil simulé; à sa gauche, une jeune fille 
en pleurs, à genoux, s'apprête à poser une couronne de cyprès 
sur la tête de sa mère; à droite du cadavre est une gerbe 
de fleurs. Signée : L. Marice, iSyj. Henry Dasson, bron:(îer. 
(70^ div.) 

Morice. 

Hervé (Germain), décédé le 11 février 1878, à l'âge de 
85 ans. — Buste en marbre blanc (H. o"' 67). Signé : L. 
Morice. (8* div., 2^ section.) 

MORIS (Louis-Marie). 

Moris (Famille). — Au sommet d'un cippe, un médaillon 
d'homme en marbre (Diam.o"" 3 5). Au-dessous de ce portrait, 
un bas-relief en marbre (H. o"" 70. L. o™ 70), au sommet 
duquel on lit : « A Agathe Moris. » Une femme vue à mi- 
corps, accoudée sur un cippe, prie devant une croix qu'elle 
tient dans ses mains. L'inscription suivante est tracée sur un 
parchemin déroulé, en marbre, retenu au-dessus du bas- 
relief par deux petits génies ailés : « Je suis né en 18 18. Ma 
bonne tante, d'une pauvreté extrême, me prit, m'éleva jus- 
qu'à sa mort en 1825. Ombre chère, du haut de l'éternelle 
lumière, crois-moi ton neveu reconnaissant, 1884. Moris 
aîné. » Sur la partie antérieure de la tombe est placée une sta- 
tue d'homme debout, en bronze (grandeur nature). Signée : 
Morts aîné f*\ Sur le monument est gravé : « Moris aîné, 
architecte statuaire. » (41^ div.) 

I, Cette statue est celle de Louis-Marie Moris, statuaire, par lui-môme, dont le 
plâtre a figuré au Salon de 1882, sous le n° 4689. 



190 tA SCULPTURE DANS LES CIMETIERES DE PARIS 

MOUCHERON (J. de). 

SÈRE DE Gaston (Hippolyte), lieutenant-colonel de 
cavalerie, décédé le i*"" octobre 1874, dans sa 54* année. — 
Médaillon en bronze (Diam. o"" 33). Signé obliquement, au 
bas, en fac-similé : « Camp de Vincennes, 20 8^" 1870, 
souvenir d'amitié P de Moucheron. » (36^ div.) 

MOULIN (Julien-Hippolyte). 

Cadet de Chambine (Anne-Anastase-Alfred), né le 
9 mai 1808, décédé le 26 juin 1870. — Buste en bronze (H. 
o^ 55), placé dans une chapelle. Ce buste est dû à J.-H. 
Moulin^. (26* div.) 

Moulin. 
— ^ Barye (Antoine-Louis), sculpteur, membre de Tlnsti- 
tut, né le 25 septembre 1796, décédé le 25 juin 1875. — 
Buste en bronze (H. o"" 65). Signé : « A la mémoire de mon 
maître vénéré. H, Moulin. Barbedienne, fondeur, Paris. » (49^ 
div., I" section.) 

MOULT (François- Jean- Joseph). 

GuiLLOU (Antonia Laffont, M™^), décédé le 18 jan- 
vier 1884, à l'âge de 25 ans. — Demi-ronde bosse en marbre 
(Diam. o" 30). Signée : F. Mouly. Au-dessous du portrait 
sont deux peintures sur faïence. L'une, mesurant o™ 36 de 
H. sur 0"" 28 de L., représente une jeune femme s'élevantau 
ciel; elle est entourée d'amours semant des fleurs. L'autre, 
qui a 0°" 30 dç H. et o"" 20 de L., renferme un bouquet 
de fleurs. Ces deux peintures sont signées : Farge. (41* div.) 

MURGEY (François-Théophile). 

Demimuid (René), architecte, né en 1835, décédé le 
4 juin 1881. — Médaillon en marbre (Diam. o"" 25). 
Signé : Murgey. (57* div.) 

NAINER. 

MuLLER (Philippe-Mathieu), décédé le 7 novembre 1857, 
à Tâge de 49 ans. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 11), 

I. Renseignements fournis par M. G. de Chambine, fils du modèle (9 juin 1897). 



Le pere-laChaisê 191 

par Nainer\ Au bas on lit : « Souvenir d'amitié. » Daté à la 
section du cou : « 7 novembre 1857. » (49^ ^i^-» 2* section). 

NARET (G.-L.). Voy. DURET (Francisque-Joseph). 

NOËL (Edme-Ântony-Paul, dit Tony) et BARRI AS (Louis-Ernest). 

Couture (Thomas), peintre, né à Senlis le 21 dé- 
cembre 181 5* décédé à Villiers-le-Bel le 31 mars 1879. — 
Monument en marbre blanc. Dans la face antérieure est pra- 
tiquée une niche où se trouve placé le buste, en bronze, du 
peintre (H. o™ 78). Signé : Tony Noël, Barbedienne, fondeur, 
Paris. Sur la face antérieure du socle sont fixés une palette et 
des pinceaux, en bronze, sur lesquels est jeté un voile. De 
chaque côté du monument est un génie nu, ailé, assis, tenant 
une banderole où sont inscrits les noms des principales 
œuvres du peintre. Ces deux figures, en bronze (0™ 40), sont 
signées : E. Barrias, (4^ div., 2* section.) 

Noël. 

Reber (Napoléon-Henry), compositeur, membre de l'In- 
stitut, né à Mulhouse le 21 octobre 1807, décédé le 24 
novembre 1880. — Haut relief en marbre, représentant une 
jeune femme s'élevant dans les airs ; elle tient une lyre brisée 
dans la main gauche et une branche de laurier dans la main 
droite. Signé : Tony Noël. Le monument^ construit sur les 
dessins de A. Jal, architecte, a été inauguré le 26 mai 1883. 
(55^ div.) 

Noël. 

SÉviN (Constant), peintre, né en 1 82 1 , inhumé le 8 no- 
vembre 1888. — Buste en bronze (H. o"' 55). Signé : Tony 
Noël. (85^ div.) 

Noël. 

Eudes (Emile), Fédéré (Commune de 1871), inhumé le 
8 août 1888. — Buste en bronze (H. 0°^ 50). Signé : Tony 
Noël, 189). Thiébaut frères, fondeurs. (91* div.) 

1. Renseignements fournis par M. H. Legros, neveu de Ph.-M. Muller (12 sep- 
tembre 1897). 

2. C'est par inadvertance qu'on a gravé sur la tombe da peintre la date de « 1816 ». 



Î92 tA SCULPTURE DANS LÉS CIMETIÈRES DE PARIS 

OLESZCZYNSKI (Ladislas). 

Singer (David), décédé le 19 janvier 1846, et Adèle Lan, 
épouse Singer, décédée le 5 septembre 1827. — Édifice de 
forme antique, présentant sur sa façade quatre pilastres à cha- 
piteaux composites. Au centre est placée une table d'inscrip- 
tion. Dans l'entrecolonnement de gauche, un bas-reUef en 
marbre (H. o'" 72. L. o™ 25) :1a CW/fe' représentée par une 
femme debout, drapée et voilée, la main gauche sur le cœur, 
de l'autre main attire à elle un enfant debout, qui a les mains 
croisées sur la poitrine et lève les yeux vers sa bienfaitrice. 
Au-dessus sont les tables de la Loi. Dans l'entrecolonnement 
de droite, bas-relief en marbre (H. C" 72. L. o"" 25) : Vln- 
dustrie debout, drapée, s'appuie sur une ancre posée sur des 
balances. La main gauche tient un caducée, la droite est 
relevée à la hauteur de l'épaule. Au-dessus, une ruche. 
Signé : Ladislas Olesxfzjnski. (Cimetière Israélite.) 

Oleszczynski. 

CiCHOWSKi (Adolphe), né à Varsovie en 1794, décédé à 
Paris en 1854. — Médaillon en bronze (Diam. o™ 35). 
Signé : Ladislas Oles^c:(ynski F. Paris, 184). (54^ div.) 

Oleszczynski. 
Tyszkiewicz (Thadée, comte), général et sénateur polo- 
nais, né en 1774, décédé le 12 avril 1852. — Buste en bronze 
(H. G" 78). Signé : Lad. Oles:(c:(ynski fe* Paris, 18;^. F' de 
Eck et Durand. Ce monument a été élevé par les enfants et les 
compatriotes proscrits du général. (54^ div.) 

Oleszczynski. 

Galezowski (Gaspard-Séverin), professeur à l'Université 
de Vilna, médecin en chef de l'armée polonaise en 183 1, pré- 
sident de l'école polonaise des Batignolles, né en i8of, 
décédé en 1878. — Buste en bronze (H. o'" 65). Signé : 
Oles:(c^ynski. (68*'div.) 

OSBACH (Joseph). 

RuMiLLY (Louis-Marie-Clair-Hippolyte Gaultier de), 
homme poUtique, né à Paris le 8 décembre 1792, décédé à 



I 



LE PÈRE-LACHAISE I95 

Passy le 30 janvier 1884. — Médaillon ovale en marbre blanc 
(H. G™ 40. L. G'" 35), par /. Oshach\ (49^ div., 2^ section.) 

OUDINÉ (Eugène- André). 

Flandrin (Jean-Hippolyte), peintre d'histoire, membre 
de l'Institut, né à Lyon le 23 mars 1809, décédé à Rome le 
21 mars 1864. — Buste en marbre (H. g"" 50). Signé : 
Oudiné. (57^ div.) 

PALLEZ (Lucien). 

Leys (M""* Henriette), décédée le 11 décembre 1886. — 
Médaillon en marbre blanc (Diam. o "^ 40), par L, Palle^^. 
(54^ div.) 

PASQUET (M.). 

Chaussy (Élisa-Eugénie), dite Adrienne Gérard, décédée 
le 22 février 1879, à l'âge de 25 ans. — Buste en bronze 
(H. G"^ 6g). Signé : M. Pasquet. (62^ div.) 

PATOU (Edouard). 

Boursier (Famille). — De chaque côté de la porte d'une 
chapelle est placée une statue en pied, debout. A gauche, 
l'ange Gabriel ayant la tête inclinée sur la poitrine et tenant 
une fleur dans ses mains. A droite, sainte Léocadie dans les 
mains de laquelle sont une croix et une palme. Ces deux sta- 
tues, en pierre, portent la signature : E. Patou, (v^ div.) 

PECH (Gabriel) et CHAPU (Henri). 

YcAZA (Juan-Martin de), né à Paris le 22 juin 1875, 
décédé le 25 mai 1890. — Chapelle monumentale décorée aux 
quatre angles de têtes d'anges. Au côté gauche de la chapelle 
est encastré un bas-reliefen bronze (H. i"' 40. L. i"" 14), repré- 
sentant une jeune femme en deuil affaissée sur un tombeau 



I. M. G. René Goblet, député, exécuteur testamentaire de Gaultier de Rumilly, 
à qui nous nous étions adressé pour connaître l'artiste qui avait sculpté le médaillon 
placé dans le fronton de la chapelle, a bien voulu nous répondre que ce médaillon 
était l'oeuvre à'Osbacb, qui, en outre, a modelé un buste de Gaultier de Rumilly dont 
le bronze a figuré au Salon de 1884, sous le n° 3789. Deux exemplaires de ce buste 
ont été offerts par M. Goblet, l'un au Sénat, et l'autre à la ville d'Amiens. (Lettres 
des 16 et 21 juin 1897.) 

Renseignements fournis par M. G. Leys (4 octobre 1897). 

ART FR. Xni. Il 



194 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

simulé sur lequel sont déposées des fleurs. Signé : G. Pech, 
1893. Thiébaut frères, fondeurs. A Vinténeur delà chapelle est 
placé un groupe en marbre blanc (grandeur nature) : le jeune 
de Ycaza, assis, ayant une sphère à sa gauche, a la main 
droite sur un livre ouvert. Près du personnage, un génie ailé, 
debout, interrompt les études du jeune homme, et se penche 
vers lui pour poser ses lèvres sur son front. Ce groupe, dont 
Chapu avait exécuté la maquette en cire, a été sculpté par 
Gabriel Pech. Signé : G. Pech et H. Chapu. Il existe en 
outre dans la chapelle un médaillon en marbre blanc (Diam. 
o"" 40) de Juan Martin de Ycaza, décédé à Paris, à l'âge de 
48 ans; un autre médaillon en marbre blanc (Diam. C" 40) 
représente M"''' de Ycaza. Ces deux médaillons sont signés : 
G. Pech. La chapelle a été élevée par M™^ de Ycaza, sur les 
dessins de G. Marbeau, architecte. (92^ div.) 

PÉCOU (William-Henri). 

EuDE (Jean-Louis-Adolphe), statuaire, né à Ares 
(Gironde) le 26 novembre 18 18, décédé à Paris le 8 avril 1889. 
— Médaillon en bronze (Diam. 0^45). Signé: IV. H. 
Pécou.iSSp. (47" div.) 

PEIFFER (Auguste-Joseph). 

Grosset (J.), né en 18 13, décédé en 1879. — Buste en 
bronze (H. o'" 77). Signé : Peiffer (68" div.) 

PETER (V.). 

FoRNERON (Henri-Lazare), né le 10 novembre 1834, 
décédé le 26 mars 1886. — Médaillon en marbre (Diam. 
0"" 32). Signé : F. Peter. (53^ div.) 

PETIT (Jean-Claude). 

DupoRT (Louis), maître de ballets, né le 2 janvier 1783, 
décédé le 19 octobre 1853. — ^^ sommet d'un monument, 
de forme horizontale, est un buste en bronze (H. 0"' 80), 
mn signé, posé sur une petite stèle. A droite de cette stèle, 
une figure de femme ailée, le torse nu, le bras gauche passé 
sur la tête soutient une draperie ; à gauche, un génie funèbre, 
nu, ailé, tient une couronne de fleurs dans la main droite. 



LE PÊRE-LACHAISE 195 

Ces deux statuettes appuyées contre la stèle sont en marbre 
(H. o "" 86). Elles sont signées : Jean Petit, i8jy. (lo^ div.) 

PETITOT (Louis-Messidor-Lebon). 

Cartellier (Pierre), statuaire, membre de Tlnstitut, 
né à Paris le 2 décembre 1757, décédé dans la même ville le 
12 juin 183 1. — Tombeau quadrangulaire surmonté d'un 
monument en marbre, de forme antique, à fronton cintré, 
décoré de colonnes entre lesquelles est placée une statuette. 
Dans la face antérieure, buste en marbre de l'artiste (H. o"' 35). 
Signé : Petitot. Au-dessus du buste, dans le fronton, un 
bas-relief cintré (H. o"" 25. L. C" 60) : une jeune femme, 
en deuil, est assise devant un monument funéraire. Signé : 
Petitot. Les statuettes, mesurant o "" 75 de hauteur, repré- 
sentent : la Gloire, par Lemaire; le Talent, par E. Seurre ; la 
Modestie, par Seurre aîné-, V Amitié, par Petitot ; la Sagesse, 
par Diimont ; la Bonté, par Rude. Le monument de Cartellier, 
élevé sur les dessins de J.-B. Lesueur, a été gravé par L. Nor- 
mand 2. A droite du tombeau de Cartellier est la tombe 
d'Alexandrine-Françoise-Charlotte Cartellier, femme de 
F.-J. Heim, née le 30 mai i8oé, décédée le 27 décembre 
1825. Bas-relief cintré en marbre (H. i™ 10. L. 0^65) : un 
jeune homme soutient une tige de rosier pendant qu'une 
jeune femme verse le contenu d'une buire au pied de l'arbuste 
qu'une faux a déjà tranché à demi. Signé : Petitot. Gravé 
par L. Normand^ et par Collette, d'après un dessin de Quaglia^. 
A gauche du tombeau de Cartellier se trouve la tombe 
d'Angélique-Geneviève Richard, femme de Pierre Cartellier. 
Bas-relief en marbre : un groupe de trois jeunes femmes 
drapées et voilées s'élevant au ciel. Signé : E. Seurre^'^yàiw.') 

PEZIEUX (Jean- Alexandre). 

Habay (M""^), née Déclat. — Demi-ronde bosse en bronze 
(Diam. o"" 40). Signée avee cette mention : « à mon ami Habay, 
Pe:(ieux, 18^1. Fondu chez Charpentier C. deFrano:^. » (36^ div.) 

1. Le buste, non signé, serait également de /. P^/»7«. Renseignements fournis par 
M. Garreau, marbrier. (20 juin 1897,) 

2. Monuments Junéraires, etc., t. I, pL xxiii, et t. II, pL un. C'est à tort que Nor- 
mand a inscrit au bas de sa planche les mots Cartellier fecit. 

}. Idem, t. I, pi. XXIII. 

4. Le Père-Lacbaise, etc., pi. v. 



Iq6 la sculpture dans les cimetières de paris 

PIRON (Lucien). 

MuRAT (André), né le lo juin 1833, décédé le 11 juillet 
1893. — Buste en bronze (H. o™ 53). Signé : Lticien Piron. 
Une inscription gravée sur le tombeau de Murât nous apprend 
que (V ses F .*. et ses amis lui ont élevé ce modeste monu- 
ment en mémoire de services que durant toute sa vie il a 
rendus à la démocratie socialiste. » (71^ div., 2^ section.) 

PISTRUCCI (Benedetto). 

Pozzo Di BoRGO (Charles-André, comte), diplomate, 
ambassadeur de Russie, décédé le 15 février 1842. — Buste 
en bronze (H. o "" 95). Signé : Benedetto Pistrucci royal Mint. 
(57« div.) 

PLANTAR (Jean-Baptiste-Louis). 

Kellermann (Famille du maréchal). — Monument orné 
d'armoiries, de trophées, de guirlandes et de hiboux, décoré 
par Plantar. Ce monument a été élevé sur les dessins de 
L. Van Cléemputte, architecte. Gravé pari,. Normand^ et par 
Collette^ d'après un dessin de Quaglia^. (18^ div.) 

Plantar. 

PÉRIGNON (Dominique-Catherine, comte, puis marquis 
de), maréchal de France, né à Grenade (Haute-Garonne) le 
31 mai 1754, décédé à Paris le 25 décembre 1818. — Tro- 
phées d'armes, bas-relief en marbre. Le monument de Péri- 
gnon a été élevé sur les dessins de H. Godde, architecte. La 
partie sculpturale est due au ciseau de Plantar. Gravé par L. 
Normaîtd ^ et par Collette, d'après un dessin de Quaglia 4. 
(24^ div.) 

Plantar. 

Victimes de Juin. — Monument érigé par la Ville de 
Paris aux gardes nationaux tués pour la défense de l'ordre 
pendant l'insurrection de juin 1848. Sur les faces antérieure 
et postérieure est sculpté un coq, les ailes ouvertes, posé sur 

1. Monuments funéraires, etc., t. II, pi. Lix. C'est Normand qui nous apprend que 
la sculpture décorative a été exécutée par Plantar. 

2. Le Pére-Lachaise, etc., pi. m. 

3. Monuments fumr aires, etc., t. I, pi. xxiii. 

4. Le Père-Lachaise, etc., pi. vi. 



LE PÈRE-LACHAISE I97 

une épaisse guirlande de chêne. Au-dessous est gravé : 
« Liberté, ordre public, aux victimes de Juin la Ville de Paris 
reconnaissante. » De chaque côté est sculpté un papillon 
entouré d'un serpent se mordant la queue. Au-dessous du 
papillon de gauche, on lit : « Avril 1834. — Juillet 1835 . Du 
côté opposé, une inscription analogue est illisible. Les dates 
1834 et 1835, gravées ici, nous avertissent que ce rombeau 
renferme des restes de victimes de l'insurrection des 13 et 

14 avril 1834, ainsi que de l'explosion de la machine infer- 
nale de Fieschi, le 28 juillet 1835. Le monument est con- 
struit sur les dessins de H. Godde, architecte. La partie 
décorative a été exécutée par Plantar. Gravé par L. Nor- 
mand'. (6^ div.) 

Plantar. 
BooDE (Famille). — Chapelle de forme circulaire, avec 
portique, surmontée d'une sorte de dôme terminé par un 
vase d'où s'échappent des flammes. La sculpture décorative a 
été exécutée par Plantar. La chapelle, construite sur les dessins 
de Santy, architecte, a été gravée par L. Normand^. (39^ div.) 

Plantar. Voy. Raggi (Nicolas-Bernard). 

POLLET (Joseph-Michel- Ange). 

A principe ettore Arrgona pignatelli cortez dei duchi di 
Monteleone e terranova i nipoti. — Antonio Marianna e figli 
riconoscenti, i8é8. — Buste en marbre (H. o'"' 65). Signé : 
Follet, 186^.(61' d'iY.) 

PONS (Pierre). 

BiÉTRY fils (Louis), né le 10 février 1824, décédé le 

15 juin 1854. — Buste en bronze (H. o™ 73). Signé : « P. 
Pons, 1856. Fonderie de Eck et Durand. » (7^ div.) 

PONSCARME (François-Joseph-Hubert). 

Lavallêe (Alphonse), fondateur de l'École centrale des 
arts et manufactures (1829). — Médaillon en bronze (Diam. 
o"" 35). Signé : H. Ponscarme. (43^ div.) 

1. Monuments funéraires, etc , t. II, pi. xxxvi. 

2. Idem, t. I, pi. XXV, 



19$ LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

POWER (Jean-Baptiste-Charles-Émile). Voy. LEFÈVRE (Camille). 

PRADIER (Jacques, dit James). 

Darcet (Jean-Pierre-Joseph), chimiste, membre de 
l'Académie des sciences, né à Paris le 31 août 1777, décédé 
dans la même ville le 2 août 1844. — Buste en bronze 
(H. C" 46), par /. Pradier\ Signé : F""" de Eck et Durand , 
1S47. (34^ div.) 

PRÈAULT (Auguste). 

Desnoyers (Louis), écrivain, fondateur de la Société des 
gens de lettres, décédé en 1869. — Médaillon en bronze (Diam. 
o'"4o). Signé : 186^, fecit A. Préault. Derrière la tête est 
gravée la date de 1837. Le monument de Desnoyers a été 
élevé par la Société des gens de lettres. (55= div.) 

Préault. 

RoBLES (Jacob), né au Port-au-Prince le 15 avril 1782, 
décédé à Paris le 10 mars 1842. — Au sommet d'un tombeau 
est placée dans un enfoncement une figure en demi-ronde 
bosse, en marbre (Diam. o"" 50), représentant le Silence. Le 
personnage, le front couvert d'un voile, pose sur ses lèvres 
l'index de la main droite. Signé : Aug^' Préault. (Cimetière 
israélite.) 

Préault. 

Meurice (M™^ Paul). — Médaillon en bronze (Diam. 
G'" 50). Signé : A. Préault, 18 j6. (26^ div.) 

Préault. 

MoRiN (Ernest), historien, né à Gisors le 14 mars 1826, 
mort à Paris le 22 octobre 1872. — Médaillon en bronze 
(Diam. o"" 45) : la tête est enveloppée d'une draperie et 
couchée. Signé : Auguste Préault, i8j^\ (61^ div.) 

Préault. 

Tullie Blum, née en 1805.. décédée en 1875. — Portrait 



1. Renseignements tournis par M. Francis Pradier, petit-fils de James Pradier et 
arrière-petit-fils de Darcet (28 juin 1897). 

2. Nous avons lieu de penser que ce médaillon est celui qui a figuré au Salon de 
1874, sous le n° 3102. 



à 



LE PERE-LACHAISE I99 

de femme, médaillon en bronze (Diam. o™ 42). Signé : 
Au^^uste Préault, iSjS'y ^^ Mayeur (Maximilien), médaillon 
en bronze (Diam. 0^14), daté de 1875, mais non signé : 
(90^ div.) 

Préault. 
RoBLES (Liure-Sara), décédée le 12 décembre 1874. — 
Médaillon en bronze (Diam. o"' 40). Signé : Auguste Préault , 
iSj). (Cimetière israélite.) 

PREVOT (L.). 

Depardon. — Tombeau en granit. Parchemin demi- 
déroulé sur lequel est une équerre et un bras dont la main 
tient un compas; un hibou est posé sur le bras. Le tout est 
en bronze. Signé : L. Prévôt. (Gv div.) 

PROTAT (Hugues). 

SÉGALAS (Pierre-Salomon), docteur en médecine, membre 
de l'Académie de médecine, conseiller municipal de Paris, 
conseiller général delà Seine, né en 1793, décédé en 1876. — 
Buste en bronze (H. C" 55). Signé : Hugues Protat, sculp. 
Martin, fondeur. (70^ div.) 

PROUHA (Pierre-Bernard). 

PiOGEY (Gérard), médecin, né en 1820, décédé en 1894. 
— Buste en bronze (H. o™ 74), par P.-B. Prouha ^ Signé : 
F. Barhedienne, fondeur . (éo*^ div.) 

PUECH (Denis). 

Chaplin (Charles), peintre, né le 8 juin 1825, décédé 
le 30 janvier 189 1. — Bas-relief en marbre blanc (H. 2"^ 70. 
L. I "" 10) : jeune fille nue, debout, tenant dans ses mains une 
palette, des pinceaux et des roses ; elle lève le regard vers le 
médaillon de l'artiste sculpté dans la partie supérieure. Signé : 
Puech, 1896 \ (52^ div.) 



1. Le marbre d'après lequel a été obtenu le bronze qui nous occupe a figuré au 
Salon de i88r, sous le n° 4218. — Renseignement fourni par M"* veuve Piogey 
(10 septembre 1897). 

2. Ce bas-relief a figuré au Salon de 1896, sous le n° 3773. 



200 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

PUTEAUX (P.). 

Chauveau (P.-E.), lié à Blois en 1808. — Buste en 
marbre blanc (H. o"' 65). Signé : P. Puteaux, 1876. (15^ 
div.) 

RAGGI (Nicolas-Bernard). 

Frochot (Nicolas-Thérèse-Benoist, comte), administra- 
teur, député aux États généraux, préfet de la Seine, puis des 
Bouches-du-Rhône, né à Ainay-le-Duc en 1757, décédé le 
29 juillet 1828. — De chaque côté de la porte d'une cha- 
pelle est un bas-relief en marbre (H. i "' 80. L. i""). Celui 
de droite représente une jeune femme en pleurs, assise en 
face d'un édicule simulé; elle a les mains jointes et la tête 
laurée. Celui de gauche a pour sujet un homme ayant le 
torse nu, la tête couronnée d'une branche de cyprès; il est 
également assis devant un cippe simulé; la jambe droite 
est relevée; les mains sont posées sur le genou. Ces deux bas- 
reliefs sont signés : Raggi, 182^. La sculpture décorative a 
été exécutée par PJantar. La chapelle, construite en 1841, 
d'après les dessins de H. Godde^ architecte, a été gravée par 
L. Normand^ et par Collette, d'après un dessin àtQuaglia^. 
(37^ div.) 

Raggi. 

Lanneau (Pierre-Antoine- Victor de), Uttérateur, fon- 
dateur du collège Sainte-Barbe (1798), né à Bard (Côte- 
d'Or) le 25 décembre 1758, décédé à Paris le 31 mars 1830. 
— Buste en marbre blanc (H. o "^ 55). Non signé. Ce buste 
est une copie d'un marbre sculpté par Raggi. C'est L.-P. Hau- 
debourt, architecte, ancien élève de Sainte-Barbe, qui a des- 
siné et fait élever le monument. Le même artiste s'est 
chargé d'obtenir la répétition du buste original de Raggi. On 
ne sait à quel sculpteur est due cette copie 5. (39^ div.) 

RAMUS (Joseph-Marius). 

P1Q.UELIÈRE DE Messemè (M"'^ de la), née Ann Holmes, 

1. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. xxvi. 

2. Le Père-Tjachaise, etc., pi. xi. 

3. Renseignements fournis par M. Servois, petit-fils, par alliance, de Lanneau, 
par M. J. Favre, directeur de Sainte-Barbe (ii et 29 septembre 1897). 



LE PÈRE-LACHAISE 201 

auteur de poésies dramatiques et autres en langue anglaise. 
— Bas-relief en marbre blanc (H. o"' 38. L. o"" 32), repré- 
sentant une femme assise tenant une lyre dans la main gauche 
et un livre dans la main droite. Signé : Ramus, iSj6, 
(2V div.) 

Ramus. 
Aguado (Alexandre-Marie, marquis de Las Marismas del 
Guadalquivir), colonel, banquier, protecteur des artistes, né 
à Séville le 28 juin 1785, décédé à Guon (Asturies) le 
12 avril 1842. — Monument surmonté de deux statues en 
marbre : à gauche, les Arts : une jeune femme, le torse demi- 
nu, tient dans sa main droite relevée un maillet de sculp- 
teur; à droite, la Bienfaisance : une jeune femme drapée, 
tenant un oiseau de la main gauche, et ayant des épis de blé 
dans Tautre main. Ces deux statues sont signées : M"' Raniiis, 
1844. Le monument, construit d'après les dessins de Pelle- 
chet, architecte, est en outre décoré de génies sculptés en 
relief. Il est gravé par L. Normand '. (45^ div.) 

Ramus. 

Seguin (Famille). — Chapelle sur les pilastres desquels 
sont placées deux statues : à gauche, la Science appuie la main 
sur le globe; adroite, l'Industrie est accoudée sur un marteau 
posé sur une enclume. Ces deux œuvres sont dues au ciseau 
de Ramus, et datent de 1857. Sur la face latérale gauche, 
un bas-relief représentant des génies dessinant et mesurant; la 
face latérale droite est également occupée par des génies. Ces 
bas-reliefs, ainsi que l'ensemble de la décoration extérieure 
et intérieure, sont dus au ciseau de M. Fourdrin. La chapelle 
a été construite sur les dessins de MM. Fourdrin frères et 
Nourrigat, architectes ^ Gravé par Guillaumot et BoudrotK 
(36^ div.) 

Ramus. 

Blanchard (P. F. E. Gabriel), né en 1832, décédé en 
1853. — Buste en bronze (H. o"' 26). Signé : Ramus. 
(5r div.) 

1. Monuments funéraires, etc., t. II, pi. lxxi. 

2. Renseignements fournis par M. Seguin (26 juin 1897). 

3. Architecture funéraire contemporaine, 2* section A, pi. vu et viii. 



202 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

REDELSPERGER (Louise BELLOC, M'^e). 

Redelsperger (Jean Jacques), né en 1815, décédé en 
1882. — Médaillon ovale en bronze (H. o™ 40. L. o"'3o). 
Signé : Louise Redelsperger, née Belloc. (20^ div.) 

RICCI (Etienne). 

Desbassyns (Joseph Panon, baron), né à l'île Bourbon le 
23 février 1780, décédé à Paris le 17 avril 1850, Elisabeth 
Pajot, baronne Desbassyns, née à l'île Bourbon le 26 sep- 
tembre 1783, y décédée le 3 mai 1844, inhumée à Paris le 
21 avril 1855, et Marie-Antoinette Pajot, veuve Dumont, 
née à l'île Bourbon le 14 octobre 1781, décédée à Paris le 
28 octobre 1861. — Statue en marbre (H. o"" 70) : Femme 
voilée, assise à terre; les mains sont jointes et la tête est incli- 
née sur la poitrine dans l'attitude d'une profonde douleur. 
A sa droite est une colonne surmontée d'une urne funéraire 
en partie recouverte d'une draperie retombant le long de la 
colonne. Signée à la base de la colonne : Etienne Ricci de Flo- 
rence F. (6^ div.) 

RICHARD (F.). 

Wimpffen (Emmanuel-Félix de), général de division, né 
à Laon le 13 septembre 181 1, décédé à Paris le 25 février 
1884. — Buste en bronze (H. o™ 90) Signé : F, Richard, de 
Vannes. Thiébaut frères fondeurs. (47^ div.) 

RINGEL D'ILLZACH (Jean). 

Weiss (Jean -Jacques -Auguste), conseiller d*État, 
ministre plénipotentiaire, né en 1827, décédé en 189 1. — 
Buste en marbre (H. 0°" 70), par Ringel \ L'inscription sui- 
vante est gravée sur une pierre verticale : « Jean-Jacques- 
Auguste Weiss, fils de Rose et de Jacques. 1827-1891. Il fut 
successivement enfant de troupe, professeur, conseiller d'État, 
ministre plénipotentiaire. Il écrivit pour la défense des liber- 
tés publiques, de bonnes maximes de gouvernement et de bon 
goût. Il resta bon, pauvre et sans intrigue. Honneur à sa 
mémoire. » (6^ div.) 

I . Ce buste n'est pas signé, mais il résulte de renseignements qui nous ont été 
fournis par M. Jouvensel, marbrier, qu'il est dû au sculpteur Ringel d'Illiac 
(7 juin 1897). 



LE PÈRE-LACHAISE 20 3 

ROBERT (J.). 

Drache (Fénelon-Étnile), docteur-médecin, inhumé le 
24 avril 1877, à l'âge de 62 ans. — Buste en marbre 
(H. o"^ 45). Signé : 1862, J. Robert. (86^ div.) 

ROBINET (Pierre-Alfred). 

Gay (Edmond-Adolphe), lieutenant de cavalerie, décédé 
en Afrique le 11 mai 1842. — Tombeau en marbre (H. 
2"" 15) simulant un rocher et un tronc d'arbre. Au pied de 
l'arbre, la tunique de l'officier et des couronnes d'immor- 
telles; au-dessus sont disposés en pyramide, dans les branches 
de l'arbre, une cuirasse, un casque, des épaulettes, une épée, 
des gants, un revolver, etc. Signé : P. Robinet, 1844, Ce tom- 
beau, de forme bizarre, élevé sur les dessins de Marcel, archi- 
tecte, a été gravé par L. Normande (32^ div.) 

ROGUIER (Henri- Victor). 

Bellanger (François-Joseph), architecte, né le 12 avril 
1744, décédé le i^^ mai 18 18. — Médaillon en marbre 
(Diam. 0^36). Signé : Roguier f. Gravé par L. Normand^. 
(11^ div.) 

ROLARD (François-Laurent). 

Robinet (Gabriel), membre du Conseil municipal de 
Paris, né le 15 mars 1849, décédé le 26 juillet 1887. — 
Buste en bronze (H. o™ 65). Signé : F. Rolard, 1888. Aug. 
Gouge, fondeur, Paris. Le monument a été élevé par souscrip- 
tion publique. L'inauguration a eu lieu le 29 juillet 1888. 
C'est également \Rolard qui a exécuté la sculpture décorative 
du monument. (20^ div.) 

ROMAGNESI (Joseph- Antoine). 

Ravrio (Antoine- André), ciseleur, poète, vaudevilliste, 
né à Paris le 23 octobre 1759, décédé dans la même ville le 
4 décembre 1814, — Buste en bronze (H. o"' 47). Signé : 
Romagnesi, sculpteur. Gravé par Collette d'après un dessin de 
Quaglia^, et par Obermayer'i. (10^ div.) 

1. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. xxi. 

2. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. vi. 

3. Le Père-Lachaise, etc., pi. iv. 

4. Architecture funéraire contemporaine, 2* section B, pi. m. 



i6| LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

ROSSEL (Edouard). 

LÈGLiSE (Henri), décédé en 1888. — Statue en bronze 
(grandeur nature). Signée : Rossel, sculpteur, i8p2. Thiéhaut 
frères, fondeurs. Léglise, représenté à demi couché sur son 
tombeau, tient à la main un livre ouvert sur les feuillets 
duquel on lit : « Industrie. Commerce. » (90^ div.) 

Rossel. 
DuTHEiL (Pierre), membre du Syndicat des inventeurs 
de France et de l'Association des artistes industriels, de l'Aca- 
démie nationale manufacturière de l'hygiène de l'enfance, 
décédé le 19 mai 1891, à l'âge de 51 ans. — Dans le fronton 
d'une chapelle, buste en marbre blanc (H. C" éo), par Ros- 
sel \ (62^ div.) 
ROSSETTI. Voy. BOSSETTI. 

ROUBAUD (Louis- Auguste). 

PiROU (L'-A^). — Buste en marbre blanc (H. o"' 50). 
Signé : Rotibaud jeune, statuaire, iS6j. Le monument de Pirou 
a été élevé sur les dessins de A. Dussourd, architecte. 

Roubaud. 

LÉCHELLE (Philippe), membre de sociétés savantes et 
philanthropiques, né en 18 12, décédé en 1875. — Buste en 
marbre blanc (H. o™ 80). Signé : Paris, iSy^, Roubaud 
jeune ^. (86^ div.) 

Roubaud. Voy. Lequesne (Eugène-Louis). 
ROUGELET (Benedict). 

Berthelier (J.-M.), peintre, né en 1834, décédé en 
1881. — Buste en bronze (H. o"' 77). Signé : A mon ami 
Berthelier, Rougelet, 1882. Sur la face antérieure de la stèle 
supportant le buste sont fixés une palette et des pinceaux en 
bronze (9^ div.) 

ROULLEAU (Jules- Pierre). 

Bouzou (Georges), décédé le 24 août 1894, ^ ^'^^^ ^^ 

I Renseignements fournis par M. Boiton^ dit Latour, marbrier, qui a construit la 
chapelle (26 juin 1897). 

2. Ce buste a figuré au Salon de 1881, sous le n° 4266. 



LE PÈRE-LACHAISE 205 

58 ans. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 40). Signé : 
/. Roulleau. (69^ div.) 

Roulleau. 

RELiauET (Emile), docteur-médecin, né en 1837, décédé 
en 1894. — Buste en bronze (H. 0"^ 67). Signé : /. Roul- 
leau, iSpj. (96^ div.) 

ROUSSEAU (Jean-Charles). 

Roussel (Henri-François-Michel), né le 30 juin 1799, 
décédé le 6 août 1854. — Buste en bronze (H. o'" 73). Signé : 
Rousseau. J. C. 18 J4. Fonderie de Eck et Durand. Sur la face 
antérieure du socle du buste est gravé : « F°'' H" M^'^' Rous- 
sel. Ses ouvriers reconnaissants. » (48^ div.) 

RUDE (François). Voy. PETITOT (Louis-Messidor). 

RUTXHIEL (Henri- Joseph). 

MoNGE (Gaspard), comte de Peluze, géomètre, 
membre de l'Institut, né à Beaune (Côte-d'Or) le 10 mai 
1746, décédé à Paris le 28 juillet 1818. — Buste en marbré 
(H. o" 48), par H. ]. Rutxhiel. Un exemplaire du buste de 
Gaspard Monge décore l'une des salles de l'École polytech- 
nique. Un deuxième exemplaire existe à la Société d'encoura- 
gement du travail national, rue Bonaparte, à Paris ^ Sur cha- 
cune des faces latérales du monument de Monge est gravé : 
« Les élèves de l'École Polytechnique à G. Monge, comte de 
Peluze, » et sur la face postérieure : « an mdcccxx. » Le 
monument, élevé sur les dessins de P. Clochar, architecte, est 
gravé par L. Nornmfui^ et par Collette d'après un dessin de 
QuagliaK (18^ div.) 

S AINT-M ARCEAUX (René de). 

Degeorge (Charles), sculpteur, né à Lyon le 31 mars 
1837, décédé à Paris le 2 novembre 1888., — Buste en bronze 
(H. o"" éo). Signé: Saint-Marceaux, à son ami. (92^ div.) 
Saint-Marceaux. 

TiRARD (Pierre), maire du 2^ arrondissement, député de 
Paris, sénateur, ministre des Finances, président du Conseil 

1. Renseignements fournis par M. le comte Armand (12 juin 1897). 

2. Monuments funéraires y etc., t. I. pi. Lii. 

3. Le Père-Lacbaise, etc., pi. xv. 



206 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

des ministres, né à Genève le 27 septembre 1827, décédé à 
Paris le 4 novembre 1893, et Adèle Hébert, veuve Tirard, 
décédée le 6\ juillet 1895. — Le Devoir, statue en marbre 
(grandeur nature), représentant un homme assis dans l'atti- 
tude de la fermeté. Signée : 5' Marceaux. Sur la face anté- 
rieure du tombeau est sculpté le médaillon de Tirard (Diam. 
0"" 20), dû également au ciseau de Saint- Marceaux. Ce 
monument, élevé par souscription à la mémoire de Tirard, a 
été inauguré le 24 juin 1896, sous la présidence de MM. 
Le Royer et Méline '. ($V div.) 

SCHRŒDER (Louis). Voy. LEFÈVRE (Camille). 

SERRES (Provin). 

Sautreau (Jean), né à Billy (Nièvre) le 3 février 1824, 
décédé à Paris le 19 mars 1875. — Buste en bronze (H. 
C" 48). Signé : P. Serres, sculpteur. Boyer et Rolland fondeurs. 
(SéMiv.) 

SEURRE (Bernard-Gabriel). 

Delavigne (Jean- François-Casimir), poète et auteur dra- 
matique, membre de TAcadémie française, né au Havre le 
4 avril 1793, décédé à Lyon le 11 décembre 1843. — ^^^' 
tue en pierre (H. i "' 50), représentant la Poésie en pied, 
debout, ayant un long voile de deuil rejeté sur l'épaule. Elle 
tient une lyre de la main gauche, et une couronne de laurier 
de la main droite. Signée : G. Seùrre aîné. Le monument de 
Casimir Delavigne, construit en 1845 sur les dessins de 
A. Blouet, architecte, a été gravé par L. Normand^ et par 
/. HuguenetK (49^ div., i'"'' section.) 

SEURRE (Charles-Emile-Marie). Voy. PETITOT (Louis-Messidor). 

SICARD (François). 

MoNTAiGLON (Anatole de Courde de), professeur à l'École 
des Chartes, critique d'art, décédé à Tours le i'^'' septembre 
1895, à ^'%^ de 71 ans. — Buste en bronze (H. o™ 28), par 
Sicard. Le monument de Montaiglon a été élevé à sa 

1. Voy. Journal des Arts du 24 juin 1896. 

2. Monuments funéraires , etc., t. II, pl- lxvi. 

3. Architecture funéraire contemporaine, 2" section D, pi. vi et vu. 



LE PÈRE-LACHAISE 20'J 

mémoire par ses amis, sur les dessins de Ed. Corroyer, archi- 
tecte. L'inauguration a eu lieu le 9 novembre 1896. (25*-^ div.) 

SIMART (Pierre-Charles). Voy. LEQUESNE (Eugène Louis). 
SOITOUX (Jean- François). 

Mariotte (Jean-François), ingénieur-mécanicien, né à 
Cuvier (Jura), décédé à Paris le 7 août 1848, cà l'âge de 
57 ans. — Statuette en bronze (H. C" 55) : Mariotte, en cos- 
tume d'ouvrier, est debout ; il examine attentivement une 
pièce de mécanique qu'il a dans sa main. A sa gauche est une 
enclume. Cette statuette a été exécutée par Soitoux, vers 1846 
ou 1848 ^ (4^ div.) ' 

SOLDINI (Antonio). 

GiovANETTi (César), né à Aurigeno, canton du Tessin 
(Suisse) le 15 août 1847, décédé à Paris le 9 novembre 1895. 
— Médaillon en marbre blanc (Diam. o"' 48), par Antonio 
Soîdini^. (9 2 '^ div.) 

SORNET (Edme-Jean-Louis). 

Genlis (Stéphanie-Félicité Ducrest, duchesse de Saint- 
Aubin, comtesse de), femme de lettres, gouvernante des 
Enfants de France, née le 25 janvier 1746, décédée à Paris le 
31 décembre 1830 ^. — Médaillon en bronze (Diam. C" 30). 
Signé : Sormt,i84). (24^ div.) 

SUCHETET (Auguste). 

JoFFRiN (Jules), ouvrier mécanicien, vice-président du 
Conseil municipal de Paris, conseiller général de la Seine, 
député de Paris, né en 1846, décédé en 1890. — Monument 
en granit. Dans la face antérieure d'une pyramide quadrangu- 
laire est encastré le médaillon de JofFrin, en bronze (Diam. 
o"" 55). Signé : A. Suchetet, 1891. Sur le tombeau sont 
fixés une couronne de chêne et une palme de houx, égale- 
ment en bronze. La palme, qui couvre en partie le tombeau, 
s'élève le long de la pyramide dans la direction du médaillon. 

1. Renseignements fournis par M"' veuve Tholin (27 août 1897). 

2. Renseignements fournis par M. Giovanetti fils (11 juin 1897). 

5. Les restes de la comtesse de Genlis qui avaient été inhumés au cimetière du 
Mont-Valérien, furent transférés au Père-Lachaise le 21 décembre 1842. (Renseigne- 
ments fournis par le bureau du cimetière le 21 juin 1897.) 



^09 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Ce monument a été érigé au moyen d'une souscription 
publique. (95^div.) 

SYAMOUR. Voy. GEGOUT-GAGNEUR (M'"« Marguerite). 

TALUET (Ferdinand). 

Lachambeaudie (Pierre), poète fabuliste, né à Sarlat 
(Dordogne) le 15 septembre 1806, décédé à Brunoy (Seine- 
et-Oise) le 6 juillet 1872. — Buste en bronze (H. C" 87). 
Signé : P^ Taluet, i8j2. Boyer aîné et Rolland fondeurs. 
(48^ div.) 

Taluet. 

Godet (Rosalie-Célestine Davoult, M'"'^), née en 1824, 
décédée en 1876. — Bas-relief en bronze (H. o "^ 45. L. 
0"" 55) : Tête de femme morte couchée sur un oreiller; la 
main gauche apparaît, tenant des roses. Signé : P"^ Taluet , 
1877. Rolland F' . (20^ div.) 

Taluet. 

Cléray (Eugène), ancien adjoint au maire du iii'^ arron- 
dissement pendant le siège de Paris, ancien membre du Con- 
seil général de la Seine. — Buste en bronze (o"' 75). Signé : 
P"^ Taluet y 1S8), F. Bar bedienne, fondeur, Paris. Le monument 
de Cléray a été érigé par sa veuve, ses amis et ses concitoyens. 
(71^ div., 2^= section.) 

TANNRATH (Richard). 

Savalle (Pierre-Désiré-Amand), ingénieur, né à Can- 
ville le i*^"" mars 1793, décédé à Lille le 17 avril 1864. — 
Médaillon en marbre blanc (H.o"' 70). Signé : Richard Tann- 
rath sadp\ (49^^ div., 2" section.) 

THABARD (Adolphe-Martial). Voy. LEQUESNE (Eugène-Louis). 

THIÉBAULT (Alfred). 

Cail (Jean-François), ingénieur-mécanicien, construc- 
teur de machines, décédé en 1854. — Chapelle dans le 
fronton de laquelle est sculpté un bas-relief représentant deux 
anges ailés, planant dans l'espace et tenant une draperie, 
une branche de laurier et une épée. Sous le fronton de la 
chapelle formant portique sont deux statues en pierre 



LE PÈRE-LACHAISE 209 

(H. 2 "' 20). L'une représente une femme en pied, debout, 
tenant une palme dans la main gauche levée. L'autre représente 
également une femme debout dirigeant son regard vers une 
couronne de laurier qu'elle a dans la main droite. La main 
gauche s'appuie sur un marteau posé sur une enclume, près 
de laquelle est une roue d'engrenage. Signées : A. Thiébault, 
iSy2. (69^ div.) 

THIÉBAUT. 

PoNSAT (Famille). — Une chapelle dont la porte en 
bronze est décorée de palmes. Signée : Thiébaut frères fondeurs. 
De chaque côté de la porte est une cariatide, également en 
bronze (H. i "" 75). Non signée. Ces deux figures, drapées et 
voilées, se couvrent la face d'une de leurs mains. La chapelle 
a été construite sur les dessins de Georges Michel, architecte. 
(Si'^div.) 

THOMAS (Gabriel-Jules). 

Merle (Hugues), peintre, né à Saint-Marcellin (Isère) le 
I" mars 1832, décédé à Paris le 16 mars 1881. — Médaillon 
en bronze (Diam. o" 42). Signé : G. /. Thomas. (64^ div.) 

Thomas. 
Taylor (Isidore-Séverin-Justin, baron), amateur, dessi- 
nateur, voyageur et littérateur, membre de l'Institut, né à 
Bruxelles le 15 août 1789, décédé à Paris le 6 septembre 
1879. — Monument en pierre, en forme d'hémicycle avec 
piédestal supportant la statue en marbre blanc du baron Tay- 
lor (grandeur nature). Signée : G. /. Thomas, 1884 ^ Au- 
dessous sont sculptées des couronnes et des rubans; dans la 
frise sont des initiales au centre d'ornements. Sous les pilastres 
sont les armoiries de Taylor. Le monument a été élevé sur les 
dessins à' Edmond Guillaume, architecte. La sculpture déco- 
rative est due au ciseau de /. Héritier "-. (55^ div.) 

TOUSSAINT (François-Christophe- Armand) . 

Forestier (P. -A.), né le 25 septembre 1755, décédé le 
3 février 1838. — Statue en marbre blanc (H. i ™) : une 

1. Le modèle de cette statue a figuré au Salon de 1883, sous le n° 4234. 

2. Renseignements fournis par M. /. Hérilier (26 juillet 1897). 
Art fr. xm. i^ 



2IO LA SCULPTURE DANS LES CIMETIERES DE PARIS 

jeune femme assise sur un siège antique, vêtue d'une légère 
draperie et ayant la tête couronnée de cyprès, s'appuie sur un 
sarcophage placé à sa gauche ; elle tient une branche de cyprès 
dans la main droite. Signée : A. Toussaint, i8)^. Sur le tom- 
beau est gravée l'inscription suivante : « A son bienfaiteur 
Scholastique Descharmes. » (43^ div.) 

Toussaint. 

David d'Angers (Pierre-Jean), statuaire, membre de 
l'Institut, né à Angers le 12 mars 1788, décédé à Paris le 
5 janvier 1856. — Tombeau décoré d'une couronne de lau- 
rier en bronze (Diam. o "" 45), avec une banderole sur laquelle 
est gravé : « David d'Angers — ses élèves — 1856. » Signée : 
A. Toussaint, in* sculpK Fondu par E. Gonon. Ce tombeau, 
érigé sur les dessins àtCh.-Ed. Isabelle, architecte, a été gravé 
par /. Huguenet \ (39^ div.) 

TRÉGAIN (M"»'^ de) 

Trégain (Emile de), né à Rennes, décédé à Bagnères- 
de-Bigorre le 2 septembre 1868, à l'âge de 21 ans. — Médail- 
lon en marbre (Diam. o™ 43), par M'^^de Trégain^. (56^ div.) 

TRIQDETI (Henri-Joseph-François, baron de). 

Triqueti (Henry-Joseph-François, baron de), statuaire, 
né à Conflans (Loiret) le 24 octobre 1804, décédé le 11 mai 
1874, et Edouard Henry de Triqueti, né le 14 juillet 1840, 
décédé le 23 août i8éi. — Résurrection de La'^are, bas-relief en 
bronze (H. i °' 60. L. o "^ 80). Signé : H. de Triqueti. Août 
1862.(^2' div.) 

TRUFFOT (Emile-Louis). 

Collet (Charles), président fondateur de la société de 
secours mutuels de Saint- Avoye, décédé le 2 novembre 1871, 
à l'âge de 62 ans. — Buste en bronze (H. o"' 65). Signé : E. 
Truffot, 1869. (j[^ div., V^ section. 

1. Architecture funéraire contemporaine, 2" section C, pi, viii. 

2. M"' de Trégain, mère d'Emile de Trégain, est élève du sculpteur italien Adam 
Tadolini et de J.-M. Pigalle. — Renseignements fournis par M"* de Trégain (20 août 
1897X 



LE PÈRE-LACHAISE . 211 

Truffot et Gruyère (Th.). 
Laurent (Victor- Alexandre), décédé le ii juin 1888, à 
Tâge de 67 ans. — Buste en bronze (H. 0°" 45). Signé : 
E^ Truffot, 1864. — Laurent (Louise-Joséphine), décédée le 
I" septembre 1861, à l'âge de 3 ans et 3 mois. — Médaillon 
en bronze (Diam. C" 15). Signé : Th. Gruyère, 1862. (57^ 
div.) 

Truffot (Emile-Louis). Voy. Levillain (Ferdinand). 

VALLÉE-POUSSIN (Emma). 

Vallée-Poussin (Le major Guillaume Tell de La), ingé- 
nieur, aide de camp du général du génie Bernard, et ministre 
plénipotentiaire de France aux États-Unis, décédé le 7 
novembre 1876, dans sa 83^ année. — Médaillon ovale en 
plâtre, placé sous verre (H. o "" 47. L. o"" 40). Signé : Emma 
Vallée-Poussin, 1880, (20^ div.) 

VALOIS (Achille-Joseph-Etienne). 

Argenteuil (Hippolyte-Louis-René-Charles Le Bascle, 
marquis d'), né à Paris le 25 novembre 1780, décédé dans la 
même ville en 1854, « fondateur d'institutions pieuses et cha- 
ritables à Paris et à Thoires (Côte-d'Or). » — La face antérieure 
du tombeau est décorée de trois bas-reliefs en marbre mesurant : 
celui du centre, C" 85 de hauteur sur i"" 55 de largeur, et les 
deux autres o"" 85 sur o™ 40. Le bas-relief central représente 
l'intérieur d'un « Asile de la vieillesse » : la Charité soignant 
les vieillards. Dans celui de droite est Esculape. En tête 
est gravé : « Fondation de prix pour la médecine ». L'autre 
bas-relief a pour sujet une jeune femme debout tenant une 
couronne à la main ; on aperçoit à terre, près d'elle, les 
emblèmes de l'industrie. En tête de ce sujet on lit : « Fonda- 
tion de prix pour l'industrie. » La partie supérieure du tom- 
beau est décorée d'un écusson et de couronnes de fleurs. Le 
bas-relief central est signé : A. Valois. (50^ div.) 

VENOT (Cyprien-François). 

Vénot (Adélaïde-Françoise Binet, M'*^), née en 1787, 
décédée en 1840. — Statue en marbre (H. i "^ 25) : une 



212 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

femme voilée, affaissée, dans l'attitude de la douleur. Signée : 
Cyp. Vénot. (52^ div.) 

VERCY (Camille de). 

ViTRAC (Jean-Baptiste), décédé le 28 avril 1877, à l'âge 
de 51 ans. — Médaillon en bronze (Diam. o™ 40). Signé : 
Camille de Vercy, 1878. (86^ div.) 

VERNIER (Emile-Séraphine). 

Greppo (Louis), ancien député, décédé le 27 août 1888, 
dans sa 79^ année. — Médaillon en bronze (Diam. o"' 45). 
Signé : S. E. Vernier, 1890. (jV div., 2^ section.) 

VIGNON (Noémie CONSTANT, M^"e Claude). 

Cadiot (Alexandrine-Zoé de Montbarbon, veuve), née 
le 10 février 1803, décédé le 15 juillet 1877. — Médaillon 
ovale en pierre (H. o"' 30. L. o™ 25), par Noémie Cadiot, dite 
Claude Vignon^. (^S6^ div.) 

Vignon (M"^^). 

ViGNON (M"'^ Claude), sculpteur, inhumée le 14 avril 
1888. — Buste en bronze (H. C" 80). Signé : Claude Vignon, 
188^. Le monument de l'artiste, exécuté sur les dessins de l'ar- 
chitecte Xavier Girard, est en outre décoré d'une palme, d'une 
guirlande de fleurs, et des attributs du sculpteur et de l'écri- 
vain. Ces ornements sont en bronze. L'inauguration du monu- 
ment a eu lieu le 10 octobre 1888 ^ (46^ div.) 

VILAIN (Nicolas- Victor). 

Etienne (Charles-Guillaume), auteur comique, écrivain 
politique, censeur général de la police des journaux sous l'Em- 
pire, membre de l'Académie française, pair de France, né à 
Chamouilley (Haute-Marne) le 6 janvier 1778, décédé à Paris le 
13 mars 1845. — Médaillon en marbre (Diam. o™ 40). Signé: 
F. Vilain, 184;. (26^ div.) 

VILLEMINOT (L). Voy. LEHARIVEL-DUROCHER (Victor- Edmond) . 

1. M"" Cadiot était la mère de l'artiste. Renseignements fournis par M. E. H. 
Cadiot, frère de Claude Vignon. (ii juin 1897.) 

2. Voy. Journal des Arts du 19 octobre 1888. 



LE PÈRE-LACHAISE 213 



SCULPTURES ANONYMES 



I. — STATUES 



AviLÈs (Famille de). — Tombeau surmonté d'une statue 
en bronze (grandeur nature) : une Pleureuse, debout, entoure 
de son bras gauche une urne funéraire ; à gauche du tombeau 
est un hibou également en bronze. (71^ div., 2' section.) 

Bail (Famille). — Stèle surmontée d'une statue en marbre 
blanc (H. i ™ 35) : une jeune femme debout, drapée et voilée, 
est accoudée du bras droit sur une urne funéraire ; la tête, 
rejetée en arrière, est appuyée sur la main. De la main 
gauche elle dépose sur la stèle une couronne d'immortelles. 
(16^ div.) 

BiLLOUT (Jean-Simon), décédé le 28 juin 1828, et Marie- 
Virginie FoucHER, sa femme, décédée le 29 juillet 1873. — 
Statue en marbre (H. i ™ 10) : Vierge assise tenant l'Enfant 
Jésus debout sur ses genoux \ (28^ div.) 

Blondeau (Famille). — Cippe en granit. De chaque côté, 
un génie ailé, en pleurs : l'un tient une branche de cyprès et 
l'autre une lyre. Ces deux génies, en bronze, mesurent i "' 35 
de hauteur. (81° div.) 

Chapal (Famille). — Georges, 16 mai 1871 "t" 10 juin 
1871. Antoine, 7 mars 1802 -f 8 février 1873. Clotilde 
Chapal, née Aujogue, 22 février 1823 f 27 janvier 1891. — 
Tombeau surmonté d'une statue en fonte (H. i'"05) : une 
jeune femme voilée, la tête inclinée dans l'attitude de la dou- 
leur, pose la main gauche sur une table de marbre sur laquelle 

I. Une inscription gravée sur la face antérieure du monument nous apprend qu'il 
« a été restauré » et que « la Vierge a été donnée par M™' la comtesse veuve 
E, Foucher à son oncle et à sa tante en souvenir de reconnaissance. 1895. » 



a 14 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

sont fixées des plaques en bronze où on lit les noms et les 
dates ci-dessus mentionnés. Dans la main droite est une 
couronne d'immortelles en bronze ; à la gauche de la figure, 
une urne funéraire, recouverte d'un voile, est décorée d'une 
tête d'ange ^' Le tombeau a été érigé d'après les dessins de 
/. Ixcreux, architecte. ( 4^ div.) 

CiBEiNS (Christine-Henriette-Louise de), née le 9 
octobre 1826, décédée le i" juin 1844. — Statue en terre 
cuite (H. i"" 50) : Vierge debout ayant les bras croisés sur la 
poitrine. (27* div.) 

Contour (Famille Frédéric). — Au fond d'une chapelle, 
est un Christ en croix, statue en bronze (grandeur nature) 
(92'div.) 

CouRLOT (Louis-Sébastien), décédé le i" avril 18 16, à 
l'âge de 38 ans. — Statue en pierre (H. 1^75) : une jeune 
femme vêtue du costume de l'Empire et ayant un voile de 
deuil sur les épaules, s'accoude du bras droit sur un édicule ; 
la tête pose sur la main ^ (11' div.) 

Cudey-Lamblin et Dupont-Lamblin (Familles). — Statue 
en terre cuite (H. 0^72) : femme en pied, debout, voilée, 
accoudée du bras droit sur une urne funéraire posée sur une 
colonne quadrangulaire. (éi^ div.) 

Desplachs, Bruyère et Van de Vin (Familles). — Statue 
en marbre (H. o"'98) : jeune femme en pied, voilée, debout 
sur des nuages; de ses deux mains elle presse une colombe 
sur sa poitrine ; une deuxième colombe placée sur son épaule 
droite tient dans le bec une branche de cyprès. (47^ div.) 

Didier (Famille). — Dans l'intérieur d'une chapelle, le 
Christ au tombeau, statue couchée, en marbre blanc (grandeur 
nature). (41^ div.) 

Elizalde (Familles Salvador et Federico). — Dans une 



1. M. p. Chapal, fondeur, nous écrit à la date du 9 septembre 1897 qu'il ne se 
souvient plus du nom du sculpteur qui a exécuté le modèle d'après lequel a été 
fondue la statue placée sur le tombeau de sa famille. 

2. L'inscription funéraire nous apprend que la statue placée sur le tombeau de 
Courlot représente la Douleur sous les traits de sa femme. 



LE PÈRE-LACHAISE 215 

chapelle, la Prière, statue en marbre blanc (H. i*" 35), repré- 
sentée par une femme debout joignant les mains. (92^ div.) 

Gareau (Pierre), négociant, décédé le 30 août 18 15, à 
Tâge de 49 ans, et Françoise-Sophie Boucheseiche, sa veuve, 
décédée le 5 janvier 1852. — Statue en marbre (H. 1^35) : 
une jeune femme est assise sur un siège en marbre; elle est 
largement drapée et se cache la figure dans ses deux mains ; 
les bras sont accoudés sur les genoux'. Gravée par Collette^ 
d'après un dessin de Quaglia^. (10* div.) 

Gravet (Famille). — Statue en terre cuite (H. 0^70) : 
une jeune femme, en pleurs, est voilée et accoudée du bras 
droit sur une urne funéraire. (5* div.) 

HÉLOïsE, abbesse du Paraclet, née à Paris en iioi, 
décédée à l'abbaye du Paraclet le lé mai 11 64, et Abélard 
(Pierre), philosophe et théologien, né au Palet (Loire-Infé- 
rieure) en 1079, décédé à Saint- Marcel (Saône-et-Loire) le 21 
avril 1142. — Monument composé par Alexandre Lenoîr 
avec des fragments provenant d'une chapelle de l'abbaye du 
Paraclet et du tombeau du prieuré de Saint-Marcel. L'en- 
semble comprend un catafalque et une chapelle sépulcrale dans 
laquelle ont été déposés les restes d'Héloïse et d' Abélard. La 
chapelle, haute de 7 mètres environ, est ornée de colonnes, 
d'ogives et d'un clocher percé à jour, de bas-reliefs, des deux 
statues en pierre d'Héloïse et d' Abélard, et de leurs médail- 
lons. Le tout date du xii^ siècle. Le transport de ce monu- 
ment au cimetière du Père-Lachaise a eu lieu en mai et en 
juin 18 17 5. Gravé par Collette, d'après un dessin de Quaglia^, 
(7^ div.) 

Kaulek (Alexandrine-Éléonore Duchêne, M™^ A.-L.), 
décédée le 15 juin 1838, à l'âge de 25 ans. — Statue en fonte 
(H. I "^ 22) : une jeune femme en pied, debout, semant des 

1. Une descendante de Pierre Gareau, M"* veuve Gareau, nous écrit, à la date du 
4 août 1897, que la statue placée sur le tombeau de sa famille a dû être exécutée 
vers 181 5 ou 1816, mais qu'elle ne connaît pas le nom de l'artiste. 

2. Le Père-Lachaise, etc., pi. iv. 

3. Voy. Archives du Musée des monuments français. Paris, 1883-1897, 3 vol. in-8 
(t. III, p. 209). 

4. Le Père-Lachaise, etc., pi. xix. 



2l6 LA SCULPTURE DANS LES. CIMETIÈRES DE PARIS 

fleurs. Sur le socle est gravé : « A ma mère A K » (en mono- 
gramme) avec la date de i8é6. (45' div.) 

Le Roy et G. Mailand (Familles). — Monument sur- 
monté d'une statue en marbre (grandeur nature) : une jeune 
femme couchée, légèrement drapée, s'appuie de la main 
gauche sur une torche renversée ; la tête pose sur la main ; la 
bras droit est ramené sur la tête, la main tient des pavots. 
Cette sculpture est une reproduction avec quelques variantes 
de V Ariane antique du Vatican. (25' div.) 

Malet (Christophe-Édouard-François, comte de), « offi- 
cier de cavalerie, veuf, en 18 16, d'Athénaïs de Jumilhac, et 
depuis prêtre de la Sainte Église romaine, né à Paris le 25 
juin 1784, décédé dans la même ville le 26 août 1843'; » 
et Marie-Louise-Charlotte-Athénaïs Chapelle de Jumilhac, 
décédée le 5 janvier 18 16. — Chapelle surmontée d'une 
statue en pierre (plus grande que nature) : Vierge assise 
tenant sur ses genoux l'Enfant Jésus debout. Gravée par 
Collette, d'après un dessin de Quaglia^. (18^ div.) 

Lebroc (Jean-Baptiste), statuaire, né à Paris le 17 
novembre 1825, décédé en 1878. — Groupe en bronze 
(H. G™ 60) : un génie funèbre est accoudé du bras gauche sur 
un motif décoratif composé d'amours et de fleurs; le génie 
indique de la main droite des couronnes qu'il vient de tresser; 
au centre est ménagé un cartel avec l'inscription : « A Lebroc, 
statuaire, 1825 -1878. » (65^ div.) 

NuNES (Mercedes), décédée en 1890. — Statue en 
marbre (H. i"'25) : Ange ailé posé sur des nuages et ayant 
une étoile au front. (91^ div.) 

PiNEYRO (Famille F.). — Tombeau en marbre blanc sur 
lequel est sculptée une croix couchée. Au sommet du tom- 
beau, un piédestal rectangulaire surmonté d'une statue en 
marbre (H. i"'5o) : V Espérance représentée par une jeune 
fille en pied, debout, joignant les mains sur sa poitrine; elle 
a une étoile au front et lève les yeux au ciel ; à sa droite, une 

1. L'inscription funéraire nous apprend que le comte Malet est le fondateur de la 
congrégation de Sainte-Marie de Lorette et qu'il fut réuni à sa femme le 28 août 
1843, jour anniversaire de leur mariage. 

2. Le Pére-Lachaise, etc., pi. xi. 



LE PÈRE-LACHAISE 217 

ancre dont elle tient la chaîne; à ses pieds, un livre sur 
lequel on lit : Angelo^. (l'^div.) 

Revillon (Lise Thomassin, M™^), décédée le 27 décembre 
i8éi, à Tâge de 25 ans, et Henri Revillon, son fils, décédé le 
5 mars 1869, à l'âge de 11 ans. — Tombeau surmonté d'une 
statue en marbre (H. i " 50) : une jeune femme ailée, en pied, 
debout, adossée à une croix, lève les yeux au ciel et croise 
les mains sur sa poitrine. (73^ div., i^^ section.) 

ScHiCKLER (Famille). — De chaque côté de la porte d'une 
chapelle est une Cariatide voilée. Celle placée à droite tient 
une branche de cyprès d'une main et de l'autre laisse tomber 
des pièces de monnaie ; celle de gauche tient une branche de 
cyprès et une torche renversée. Au-dessus de la porte est 
sculpté un écusson, de chaque côté duquel est un génie; les 
deux génies soutiennent une guirlande de fruits, de cyprès, etc., 
servant de support à Técusson. La chapelle a été construite 
en 1844 sur les dessins de Marcheheus, architecte^. (36^ div.) 

VoLPiNi (Ambroglio), né à Crém.one, décédé à Paris le 
13 septembre 187 1, à l'âge de 45 ans. — Statue en terre cuite. 
(Long. I "75) : Volpini est représenté couché sur son tombeau ; 
la tête tournée vers l'épaule droite est posée sur un coussin. 
(67^ div.) 

Whitcomb (Adolphus Carter), né le 26 février 1827, 
décédé le 5 octobre 1888, et Félicité-Denise Lesueur, veuve 
ViON, née le 10 juillet 1818, décédée le 19 janvier 1891. — 
Sur la paroi du fond d'une chapelle est placé un médaillon 
d'homme, en plâtre (Diam. o"'48). Dans l'angle droit de la 
chapelle est une statue de femme, debout, en marbre blanc 
(grandeur nature). Elle a le bras droit levé; la main tient 
une fleur qu'elle semble offrir au personnage représenté sur 
le médaillon. La chapelle a été construite sur les dessin de 
M. Salvan, architecte. (91^ div.) 



1. M. Pineyro, propriétaire du monument, en réponse à notre lettre du 21 juin 
1897, "°"s informe que cette statue a été exécutée en Italie, mais qu'il ne se sou- 
vient plus du nom de l'artiste (23 juin 1897). 

2. Renseignements fournis par M. le baron de Schickler (15 juin 1897). 



2l8 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 



IL — Bustes 

4ngot (Catherine- Adélaïde CAGNON,femme d'Alexandre), 
née le 24 juin 1797, décédée à Paris le 11 février 1830. — 
Buste en bronze (H. o"" 40)'. (9^ div.) 

Becker (Famille). — Dans une chapelle, est un buste de 
femme, en plâtre. (H. o"'4o). (23^ div.) 

Bertrand (Jean-Amable-Vincent, baron), général de 
division, né à Bonifacio le 15 juillet 1790, décédé à Paris le 
15 décembre 1876. — Buste en marbre (H. o™ 65) surmon- 
tant une stèle. (19^ div.) 

BoRDiN. — Un buste d'homme, en plâtre (H. o™ 5 5) est 
placé dans une chapelle (44^ div.) 

BouRGOiN (Jean-Baptiste-Théodore), décédé en 1824, à 
l'âge de 36 ans. — Buste en bronze (H. o"" 68). 

Boy (J.-B.), fabricant de bronzes, décédé à Paris le 22 
mars 1870, à l'âge de 52 ans. — Buste en bronze (H. o"'8o) 
surmontant une stèle. (53^ div.) 

Bréguet (Abraham-Louis), horloger et mécanicien, 
membre de l'Académie des sciences, né à Neuchâtel (Suisse), 
le 10 janvier 1747, décédé à Paris le 17 septembre 1823. — 
Buste en bronze (H. 0^50)^ (11^ div.) 

Brion (Hippolyte-Isidore-Nicolas), statuaire, né à Paris, 
décédé le 24 octobre 1863, dans sa 6y année. — Buste en 
marbre (H. o"'45). La partie supérieure du tombeau de 
l'artiste est décorée d'un groupe en bronze composé de deux 
génies nus, assis, adossés à une urne qui les sépare. Dans 
la partie inférieure est encastré un bas-relief en marbre blanc 
(H. o"^45. L. o"'4o) : Ephèbe nu, debout, ayant dans la 
main droite une bille qu'il s'apprête à lancer au pied d'un 

1. M-"* Angot, belle-fille du personnage représenté, nous écrit, à la date du 9 juin 
1897, qu'il lui a été impossible de se procurer le nom de l'artiste qui a sculpté le 
buste de sa belle-mère. 

2. M. L. Halév5% membre de l'Institut, arrière-petit-fils de Bréguet, nous écrit à 
la date du 20 juin 1897, qu'il ignore le nom de Tartiste qui a exécuté le buste d'Abra- 
ham Bréguet. 



LE PÈRE-LACHAISE 219 

arbre placé devant lui. Le monument de Brion, élevé sur les 
dessins d'Alphonse Girard, architecte, a été gravé par Ober- 
mayer\ (39^ div.) 

Cadiat (Nicolas), ingénieur civil, décédé à Toulon le 
12 décembre 1856. — Buste en bronze (H. o"'45). (52^ div.) 

Calliat (Charles-Philippe), inhumé le 25 novembre 
1836, à Tâge de 65 ans. — Buste en terre cuite (H. o"" 55). 
(51^ div.) 

Cercou (Marin), né à Azé (Mayenne), décédé à Paris le 
24 avril 1822, à l'âge de 64 ans. — Buste en bronze (H. 
o™45), placé à Tintérieur d'une chapelle. (22^ div.) 

Chagot (P'^'.-J.-B^^), né à Paris le 14 juillet 1759, 
décédé le 19 mars 1826. — Au sommet d'un tombeau est une 
niche dans laquelle est placé le buste en plâtre (H. o"" 35) de 
Chagot. Le monument de Chagot a été élevé par les soins de 
sa fille. (41*' div.) 

Chère AU (Pierre-Charles), fabricant de billards, né à 
Vendôme (Loir-et-Cher) le 7 décembre 1794, décédé le 30 
janvier 1855. — Buste en bronze (H. o"'55)^(39^ div.) 

CouTARD (Louis-François, comte de), général de divi- 
sion, né en 1769, décédé en 1852. — Buste en marbre (H. 
0-55). (37'= div.) 

Desbonne (Charles). — Buste en plâtre (H. o" 70) placé 
à l'intérieur d'une chapelle. (43*^ div.) 

Desclée (Aimée), artiste dramatique, née à Paris le 16 
novembre 1836, décédée à Paris le 9 mars 1874^ — Buste 
en bronze (H. ©'"70) surmontant une stèle (70^ div.) 

Fattet (Jean-Pierre), décédé à Torcy (Seine-et-Marne) 
le 15 juin 1857, âgé de 66 ans, et Jean-Georges Fattet, 
décédé à Paris le 5 novembre 1874, %^ <^^ 54 ^^^' — Monu- 
ment surmonté d'un buste en marbre (H. o'" 50). De chaque 



1. Architecture funéraire contemporaine y 2" section D, pi. ix. 

2. M. Coquilla, petit-fils de Chereau, nous écrit, à la date du 20 août 1897, 1^'il 
ignore le nom de l'artiste qui a sculpté le buste de son grand-père. 

3. Vapereau, dans le Dictionnaire des contemporains, écrit : « 29 mars 1874. » 



2ÎO LA SCULPTURE DANS LES CIMETIERES DE PARIS 

côté du socle supportant le buste est un ange ailé à genoux ; 
l'un des anges tient un flambeau renversé. (28^ div.) 

FouLD (Adèle Brull, femme Louis), née à Brambourg 
en Franconie, décédée aux Eaux-Bonnes le 6 août 1839, âgé 
de 30 ans. — Buste en pierre (H. 0^49), engagé dans Togive 
médiane d'un monument vertical très orné et divisé en trois 
baies ; le tout surmonté de chouettes. Le monument de la 
famille Fould, élevé sur les dessins d'Hector Moreau, architecte, 
a été gravé par L. Normand^. (Cimetière israélite.) 

FouRCROY (Antoine-François, comte), chimiste, membre 
de la Convention et du Comité de Salut public; directeur 
général de l'Instruction publique, membre de l'Académie des 
sciences, née à Paris le 15 janvier 1755, décédé dans la même 
ville le lé décembre 1809. — Buste en marbre (H. ©"'52). 
(ir div.) 

Garât (Pierre-Jean), chanteur et compositeur, né à 
Ustaritz le 25 avril 1764, décédé à Paris le i" mars 1823. — 
Buste en bronze (H. o"" éo). Sur la face antérieure de la stèle 
supportant le buste est sculpté un bas-relief cintré en marbre 
blanc (H. i "' 20. L. o'^éo) : Allégorie de la musique repré- 
sentée par une femme posée sur des nuages et touchant de la 
lyre. Dans la partie supérieure de la composition, une cou- 
ronne de cyprès et des palmes en sautoir. (11^ div.) 

GiRARDiN (Jeanne-Henriette- Victoire de Na vailles, com- 
tesse Louis de), née à Pau (Basses-Pyrénées) le 5 mai 177c, 
décédée le 7 juin 18 18. — Buste en marbre blanc (H. 0^62). 
Le tombeau de la comtesse de Girardin, élevé sur les dessins 
de Chanles Percier, architecte, a été gravé par L. Normand^, 
(S^ div.) 

GoBLET (Hylaire-Charles), potier de terre, né le 14 mars 
1780, décédé le 20 avril 1825. — Buste en plâtre (H. ©"'40) 
placé dans une niche. (22^ div.) 

Grégoire (Louis), statuaire, né en 1840, inhumé le 6 
janvier 1890. — Buste en bronze (H. C" 55). (92* div.) 

1. Monuments funéraires, etc., 1. 1, pi. xxxvi. 

2. Monuments funéraires, etc., t. I. pi. xi. 



LE PÈRE-LACHAISE 221 

GaèTRY (André-Ernest-Modeste), compositeur, membre 
de l'Institut, né à Liège le ii février 1741, décédé à l'Hermi- 
tage d'Emile (Montmenrency, Seine-et-Oise) le 24 septembre 
1813. — Buste en terre cuite bronzée (H. C" 63). Le monu- 
ment a été élevé par les neveux et les nièces de Grétry. 
(il' div.) 

Herz (Henri), pianiste allemand, naturalisé français, né 
à Vienne le 6 janvier 1804, décédé à Paris le 5 janvier 1888. 
— Buste en plâtre (H. o™ éo), placé à l'intérieur d'une cha- 
pelle. (27^ div.) 

HoFFMAN (Clémentine Tanska), femme de lettres, née à 
Varsovie le 23 novembre 1798, décédé à Passy le 21 
septembre 1845. — Stèle surmontée du buste de Técrivain 
(H. G"' 45); à gauche de la stèle, une jeune fille ayant dans 
une main une corbeille de fleurs et dans l'autre une couronne 
de marguerites; à droite, une autre jeune fille, à genoux sur 
des livres, fait la lecture. Ces deux statues sont en bronze et 
mesurent 0^90 et i'"i5 de hauteur. Sur la face antérieure 
de la stèle, on Ht : « Klementine Z. Tanskich Hoffmanowey 
Ziomkowie 1848, » Sur le côté gauche du monument est 
gravé : « morte en exil où l'avaient conduite son patriotisme 
et son dévouement d'épouse. Monument élevé par la recon- 
naissance de ses compatriotes. » (26^ div.) 

HoRNE (Françoise Husset, M™'^), décédée en 1870, à 
l'âge de 49 ans. — Buste en bronze (H. o™ 30). (69^ div.) 

Jecker (François- Antoine), mécanicien, né en 1765, 
décédé en 1834. — Buste en bronze (H. C" 50). (6' div.) 

Labenette-Corsse (Jean-Baptiste), artiste dramatique, 
décédé le 20 décembre 181 5, à l'âge de 56 ans. — Buste en 
marbre (H. o"" 38) placé dans un enfoncement pratiqué dans 
la face antérieure du tombeau \ (20^ div.) 

Lacressonnière (Marguerite Gériniere, femme Lesot 
Delapenneterie, dite), artiste dramatique, décédée le 2éjan- 

I. M. J. Rondeau, petit-fils àe Labenette-Corsse , nous écrit, à la date du ij juin 
1897, qu'il lui a été impossible de se procurer le nom de l'artiste qui a sculpté le 
buste de son grand-père. 



222 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

vier 1859, à ^'^g^ ^^ 4^ ans. — Buste en bronze (H. o™ 55) : 
elle est représentée tenant un masque de la main droite. Le 
monument de l'artiste a été élevé par ses amis^ (12* div.) 

Lavalette (Antoine-Marie Chamans, comte de), aide 
de camp de Bonaparte, directeur général des Postes sous 
l'Empire, conseiller d'État, né à Paris en 1769, décédé dans 
la même ville le 15 février 1830, et la comtesse de Lava- 
lette, née de Beauharnais, décédée le 18 juin 1855. — 
Buste en bronze (H. 0™ 45) du comte de Lavalette. Dans la face 
antérieure du monument est encastré un bas-relief en marbre 
blanc (H. C" 40. L. C" 95) : une cellule de prison; au centre, 
la comtesse de Lavalette suppliant son mari de lui laisser 
prendre sa place; dans l'angle gauche, un lit. Une jeune fille 
écoute au guichet. (36^ div.) 

Leblanc (César-Nicolas-Louis), professeur de dessin au 
Conservatoire des arts et métiers, né le 8 juillet 1787, décédé 
le 25 novembre 1835. — Buste en bronze (H. o™ 47) 
surmontant une stèle, (ii*^ div.) 

Lenormand (Marie-Anne- Adélaïde), cartomancienne, 
née à Alençon le 27 mai 1772, décédée à Paris, « me de la 
Santé, n° 11 », le 23 juin 1843. — Buste en plâtre (H. o"' 50), 
placé dans une chapelle^. (3* div.) 

Louis (M""^ Pierre-Thomas), née Duc, née à Évricourt 
(Oise), décédée à Paris le 31 août 1842, à l'âge de 57 ans. 
— Buste en terre cuite (H. o'"58). Dans le fronton du 
monument sous lequel est placé le buste, on lit : « A M""^ 
Louis, née Duc, les doreurs sur bois et ses amis. » Et sur la 
face postérieure : « Son bonheur était de travailler et de 
faire travailler son prochain. » (2^ div., 2^ section.) 

Manget (Louis-Joël), docteur médecin, né à Genève 
(Suisse) le i^"" mars 1817, décédé à Paris le 22 novembre 
1867 ^ — Buste enterre cuite (H. o"" 52). {G6^ div.) 

1. L'acteur Lacressonnière s'étant remarié, sa veuve nous écrit, à la date du 21 sep- 
tembre 1897, qu'elle ne connaît pas le nom de l'artiste qui a sculpté le buste de 
Marguerite Gèrinière. 

2. A la date du 20 juin 1897, M. A. Buron, propriétaire de cette tombe, nous écrit 
que, malgré les recherchej qu'il a faites, il lui a été impossible de découvrir le 
nom de l'artiste qui a modelé le buste de M"' Lenormand. 

3. Manget fut, pendant vingt ans, médecin du bureau de bienfaisance du X' arron- 
dissement. 



LE PÈRE-LACHAISE 223 

Martignon (Famille). — Buste de femme, en marbre 
(grandeur nature) placé dans une chapelle. (5^ div.) 

Melzessard (C.-T.). — Stèle surmontée d'un buste en 
bronze (H. o" 70). Sur le piédouche est gravé : « C. T. Mel- 
zessard. i^ (^66^ div.) 

MusiAS (Famille). — Buste de femme, en plâtre (H. o"' 30), 
placé dans l'intérieur d'une chapelle. (45^ div.) 

Naveau (Louis), décédé le 29 mars 1887, à l'âge de 82 
ans. — Buste en pierre (H. o™ 50) surmontant une stèle 
également en pierre. (34^ div.) 

Perras (François), décédé le 15 décembre 1870, dans sa 
46^ année. — Buste en marbre (H. o™ 6^). (éi^ div.) 

Paterson (Gilles-Jean), directeur de la comptabilité de 
l'ancienne Caisse d'amortissement, né en 1745, décédé en 
1825. — Buste en terre cuite (H. o'"47), placé dans un 
enfoncement pratiqué dans la face antérieure d'une stèle en 
pierre. (17^ div.) 

Plaisir, décédé le 4 mars 1829, à l'âge de 44 ans. — 
Buste en marbre (H. o"^58). (9^ div.) 

Prin (J. C), né le i^'' août 1803, décédé le 11 novembre 
1836. — Dans la face antérieure d'une stèle est encastré un 
médaillon en bronze (Diam. o"' 12) : à droite est gravé en 
exergue, « IB. C. Prin », et à gauche horizontalement « ano 
MDCCCXxxiii. » Un buste en terre cuite est placé sur la pierre 
tumulaire. (H. o"^ 45). (32^ div., i'''^ section.) 

Roman (Jean-Baptiste-Louis), sculpteur, membre de l'In- 
stitut, né à Paris le 31 octobre 1792, décédé dans la même 
ville le II février 1835. — Buste en marbre (H. o"'55)^ La 
colonne circulaire supportant le buste est gravée par L. Nor- 
mand''. (53'' div.) 



1. Par sa lettre du 27 octobrei897, M"* Veuve A. Beugnier, petite-nièce de Roman, 
incline à croire que le buste de son grand-oncle a été exécuté eu 1835 P^r P- Rude; 
mais en l'absence d'un document certain nous n'osons inscrire le buste en question 
sous le nom de Rude. 

2. Monuments funéraires, etc., t. II, pi. xliv. 



224 LA SCULPTURE DANS LES aMETIÈRES DE PARIS 

RouTHiER (Michel-Ferdinand), « avocat à la Cour royale 
de Paris, auteur de plusieurs ouvrages sur le droit français 
et sur le droit romain, décédé le 20 décembre 1823, avant 
sa 25^ année. » — Buste en marbre (H. o "" 40), placé dans une 
niche vitrée. (13^ div.) 

RuMFORD (Marie-Anne-Pierrette Paulze Lavoisier, com- 
tesse de), née à Montbrison le 20 janvier 1758, décédée le 10 
février 1836. — Buste en pierre (H. o™ 50). Le monument, 
décoré du buste de la comtesse de Rumford, « lui a été élevé 
par la reconnaissance de sa petite-nièce M™^ L. de Chazelles, 
née de Sugny. » (13® div.) 

Salcedo (Famille de). — Buste de femme, en marbre 
(H. G™ 50), placé dans une chapelle. (19^ div.) 

Salles (Alphée-Marie Laveissière, M""^), décédée le V' 
septembre 1861, à l'âge de 32 ans. — Buste de femme, en 
marbre (H. o"'28), placé dans une chapelle. (18^ div.) 

Sanfourche (Daniel), décédé le 2 mars 1865, dans sa 
69*^ année. — Buste en bronze (H. o"' 55), portant la date 
de 1862, et une signature illisible. (60^ div.) 

ScHLOSS (Henri), né en 1796, décédé en 1840. — Buste 
en marbre (H. o'"é5). Sur la plinthe, on lit : « Buste offert 
par ses ouvriers reconnaissants'. » (Cimetière Israélite.) 

Secondât (Jean), né le 30 avril 1793, décédé le 13 
février 1830. — Buste en bronze (H. o"" 49). (6^ div.) 

Senonnes (Alexandre de Lamote Baracé, vicomte de), 
« lieutenant de cavalerie, secrétaire de la Chambre du Roi, 
secrétaire général des musées royaux, secrétaire général du 
ministère de la Maison du Roi, conseiller d'État, membre de 
l'Institut, né le 3 juillet 1781, décédé le 21 mars 1840. » — Au 
fond d'une chapelle, au-dessus de l'autel, est le médaillon 
en marbre blanc (Diam. C^éo) de Marie-Geneviève Marcoz^ 
vicomtesse de Senonnes, décédée le 25 avril 1828. Sur le 
devant d'autel est placé un bas-relief en marbre blanc (H. 
I "". L. G™ 80) : un génie, nu, est accoudé du bras droit sur 

I. A la date du 22 juin 1897, M""» Schloss nous écrit qu'elle ne se souvient pas 
du nom de l'artiste qui a sculpté le buste de Henri Schloss. 



LE PÈRE-LACHAISE 22$ 

une urne funéraire ; il tient de la main gauche un flambeau 
renversé. Le bas-relief, seulement, est gravé par L. Normande 
(45^ div.) 

TouvoYE (Auguste), né à Savignies en 1774, décédé le 
26 février 1831. — Buste en bronze (H. o"" 57). (9^ div.) 

Zborowski (Isabelle, femme de Martin) de la Nouvelle 
Jersey, fille de Peyton Randolphe Key, de Kentucky, décédée 
à Paris le 30 janvier 1873. — Buste en marbre blanc 
(H. 0-55). (54^ div.) 



in. — BAS-RELIEFS 

BicauELiN (Charles), botaniste, décédé le 4 juillet 1828, 
à l'âge de 52 ans. — Bas-relief en marbre (H. o"' 44. L. C" 55) : 
jeune femme assise traçant, à l'aide d'un style, sur un monu- 
ment funéraire simulé : « Je te suis, homme vertueux, époux 
chréti... » (28^ div.) 

BoRSA, dite Mazzetty (Mélanie-Josèphe Dequesne, 
femme de Charles-François-Jean-Baptiste), née à Beaumont 
en Hainaut le 18 janvier 177 1, décédée à Paris le 25 janvier 
181 5. — Haut relief sculpté dans la partie inférieure d'une 
table verticale en marbre. Deux génies funèbres dont l'un, 
drapé, debout, s'accoude sur un monument simulé, et se 
voile tandis que le deuxième génie, nu, assis, tient d'une main 
un flambeau renversé et de l'autre un écusson sur lequel sont 
gravées les lettres D et B en monogramme. (13^ div.) 

Brongniart (Alexandre-Théodore), architecte, né à 
Paris en 1739, décédé le 6 juin 181 3. — Bas-reUef en pierre 
(H. I™. L. o"" 90) représentant, dans la partie supérieure, le 
palais de la Bourse ; au-dessous, une allégorie de V Architecture, 
sous les traits d'une jeune femme en pleurs, voilée, assise à 
terre, et accoudée du bras gauche sur un chapiteau simulé ; 
d'une main elle tient un compas, et de l'autre soulève son 
voile. Gravé par L, Normand, d'après un dessin de Boisse- 

I. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. xxiu. 

ART FR. XIII i; 



226 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIERES DE PARIS 

lier\ et par Collette, d'après un dessin de Quaglia^. (i i* div.) 

Brongniart (Alexandre), chimiste et géologue, ingénieur 
des mines, professeur d'histoire naturelle et de minéralogie, 
directeur de la manufacture de Sèvres, membre de l'Académie 
des sciences, né à Paris le 5 février 1770, décédé le 7 octobre 
1847. — Vase en bronze (H. o"' 80. Diam. o™ 36), à anses 
relevées, décoré, en relief, de nombreux personnages dont la 
plupart sont drapés à l'antique. Au centre, la Nature, d'après 
une figure de Diane d'Éphèse. Sur le col du vase, entre des 
enroulements de fleurs et de feuillage, est le portrait de 
Brongniart, entouré d'une guirlande de chêne. (11^ div.) 

BuRGÈs (Charlotte-Éliza), fille de feu David Burgès, de 
la Compagnie des Indes Orientales, décédée à Paris le 
18 janvier 1823, à l'âge de 21 ans. — Bas-relief en marbre 
(H. G"" 57. L. o"* 48) : un petit génie nu, ailé, s'appuie de 
la main droite sur une lyre, pendant que de l'autre main il 
dépose une couronne d'immortelles sur une urne funéraire; 
du pied gauche il renverse une sphère; dans la partie infé- 
rieure sont des livres, une palette et des pinceaux. Gravé par 
L. Normande (10^ div.) 

CoLLOT (Famille). — De chaque côté de la porte d'une 
chapelle, à fronton triangulaire, est un bas-relief sculpté dans 
la pierre (H. i'"23. L. 0"' 52). Dans celui de gauche : un 
éphèbe debout, nu, ailé, couronné d'une branche de cyprès, est 
accoudé du bras gauche sur un monument simulé placé devant 
lui; de la main droite, il pose une couronne de fleurs et de 
cyprès sur le monument. Dans celui de droite : un éphèbe 
debout, nu, ailé, couronné d'une branche de chêne, s'accoude 
du bras droit sur un édicule simulé sur lequel il pose une 
branche de cyprès +. La chapelle de la famille Collot, élevée 
sur les dessins de Visconti, architecte, a été gravée par L. Nor- 
mand K (6^ div.) 

1. Monuments funéraires f etc., t. I, pi. lxi. 

2. Les cimetières de Paris, etc., pi. v. 

3. Monuments fnmr air es, etc., 1. 1, pi. xviii. 

4. M. le marquis de Lillers, propriétaire actuel de la chapelle, veut bien nous 
écrire^ à la date du 25 juin 1897, qu'il ne connaît pas le nom de l'artiste qui a sculpté 
les deux bas-reliefs, et que la chapelle a dû être construite pendant la période comprise 
entre 1820 et 1850. 

5. Monuments funéraires, etc., t. II, pi. xiv et xv. 



LE PÈRE-LACHAISE 227 

Crussol d'Uzès (Alexandre-Emmanuel Bailli de), 
général, pair de France, capitaine des gardes du corps du comte 
d'Artois, décédé le 27 décembre 181 5. — Monument dont 
les faces latérales sont décorées de deux bas-reliefs en marbre 
(H. i'"" 50. L. i"" 30). Celui de droite représente une femme 
assise au pied d'un saule pleureur et posant la tête sur une 
urne funéraire placée devant elle. Gravé par Collette, d'après 
un dessin de Quaglia\ Celui de gauche : jeune femme dra- 
pée à l'antique, assise, la tête couronnée d'épines; elle est 
accoudée sur la Bible et l'Évangile, et tient une croix de la 
main droite; de l'autre main elle remet une couronne de 
laurier à un génie ailé qui s'apprête à la déposer sur un buste 
d'homme simulé. Ce monument a été élevé par M"'^ la mar- 
quise de GroUier, tante du général^. (18^ div.) 

Degrés (Denis, duc), amiral, ministre de la guerre, 
décédé le 7 décembre 1821. — Monument rectangulaire, en 
pierre. Aux quatre angles, des génies ailés, debout, soutiennent 
d'énormes guirlandes de laurier. Les quatre faces sont déco- 
rées de bas-reliefs. Face antérieure : Blason avec une décora- 
tion. Face postérieure : Ancre entourée d'un triton, d'un tri- 
dent et d'un caducée. Les deux autres faces représentent des 
épisodes de la vie de l'amiral. Côté droit : Combat du Guillaume- 
Tell devant Malte le ^0 mars 1800. Côté gauche : Remorque 
portée au Glorieux. Combat du 12 avril 1J82. Les bas-reliefs 
mesurent i™ 60 et 2 '''70 de largeur et i ™ 50 de hauteur. 
Gravé par Collette, d'après un dessin de QuagliaK (39'= div.) 

Durant (Susan D.), statuaire, décédée le i^"" janvier 
1873. — Bas-relief circulaire en bronze (Diam. o™ 48) : 
chœur de jeunes filles chantant; deux anges ailés tiennent 
un livre ouvert. Signé H. T. en monogramme, 1872. 
(56^ div.) 

Gavet (J.), « propriétaire du domaine de Monceau, près 
Tournon (Seine-et-Marne), maire de sa commune, décédé au 

1. Le Père-Lachaise, etc., pi. xii. 

2. M. Thuault nous écrit, le 21 juillet 1897, que, malgré maintes recherches, il lui 
a été impossible de découvrir le nom de l'artiste qui a exécuté la sculpture décorative 
du tombeau de la famille Bailli de Crussol. 

3. Les cimetières de Paris, etc., pi. xvii. 



228 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

château de Montceau le 6 décembre 1836, dans sa 81^ année. » 
— Demi-ronde bosse en marbre blanc (H. o"'65) : un petit 
génie nu, en pleurs, s'essuie les yeux d'une main, pendant 
que de l'autre main il tient une torche renversée. (43^ div.) 

JuiGNÉ (Famille). — Chapelle en pierre. Dans la face 
antérieure sont sculptées en haut-reliefs (H. o"' 40) la Foi, 
V Espérance et la Charité. M. Rocle, marbrier, possède le 
modèle d'une de ces figures. La chapelle a été construite sur 
les dessins àUsahey, architecte. (29^ div.) 

Labédoyère (César-Raphaël Huchet, comte de), sénateur, 
né le 2 octobre 18 14, décédé le 9 août 1867. — Bas-relief en 
marbre (H. C" 27. L. o™ 40) : une jeune femme voilée est 
agenouillée près d'une urne funéraire ; elle attire à elle un 
jeune enfant nu qui lui tend les bras; des cyprès s'élèvent de 
chaque côté. Gravé par Collette, d'après un dessin de Qua- 
glia\ (16^ div.) 

La Fontaine (Jean de), fabuliste, né à Château-Thierry, 
le 8 j uillet 1 62 1 , décédé à Paris le 1 3 avril 1695. — Sarcophage 
en pierre surmonté d'un Renard en bronze (H. o™ 25). Les 
faces latérales sont décorées de deux bas-reliefs en bronze repro- 
duisant les scènes de deux des fables de La Fontaine : Le Loup 
et r Agneau et Le Loup et la Cigogne. Le sarcophage de La Fon- 
taine, qui a fait partie du Musée des Monuments français, a 
été transporté au Père-Lachaise le 6 mars 1817^. Gravé par 
Guyot\ par L. Normand, d'après un dessin de Boisselier "^ , 
et par Collette, d'après un à^ssm à^ Quaglia K (25^ div.) 

MoLZ (Famille Henry). — Chapelle dont la partie supérieure 
est entièrement composée de bronze et surmontée d'une croix. 
Dans le fronton de la chapelle est un bas-relief méplat, égale- 
ment en bronze, représentant une allégorie de la Mort, sous 
les traits d'une jeune femme vue à mi-corps, couverte d'un 
voile transparent, et coupant des fleurs à l'aide d'une faucille. 



1. Le Père-Lachaise, etc., pi. ii. 

2. Voy. Archives du Musée des Monuments français, t. III, p. 236-240, 

3. Musê^ des Monuments français, etc.. par Alexandre Lenoir. Paris, i8co-i8o6, 
S vol. in-8 ( t. V, pi. 200). 

4. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. XLii. 

5. Le Père-Lachaise, etc., pi. iv. 



LE PÈRE-LACHAISE 229 

Perrolle (Antoine), décédé à Paris le ii mai 1827, à 
l'âge de 63 ans. — Une chapelle dans laquelle est placé un 
bas-relief en marbre blanc (H. o™ 80. L. o"' 45) : une jeune 
femme en pleurs, debout, est voilée; elle pose la main droite 
sur une urne funéraire surmontant une colonne circulaire. La 
chapelle a été construite sur les dessins de A. Sauvage, archi- 
tecte. (13^ div.) 

RoBERTSON (Etienne-Gaspard), « physicien, aéronaute, 
perfectionna le miroir d'Archimède, » né à Liège en 1763 ', 
décédé aux BatignoUes le 2 juillet 1837. — Monument rectan- 
gulaire en granit surmonté d'un sarcophage, de forme antique. 
L'entablement de ce monument est décoré de têtes de femmes 
et de crânes ailés, de guirlandes, de serpents enroulés sur des 
branches de cyprès, etc. Les faces latérales sont décorées de 
deux bas-reliefs en pierre (H. o'"90. L. i'" 55). Dans celui de 
gauche : une foule est attentive à suivre du regard un ballon 
qui s'élève dans les airs. Dans celui de droite : \q Jugement dernier : 
un squelette, couvert de son suaire, plane dans les airs et sonne 
de la trompette; une foule paraît effrayée à la vue de' deux 
squelettes, enveloppés de leurs suaires, qui sortent d'une 
caverne et s'avancent vers elle; un dragon rugissant s'avance 
également dans la direction de la foule. Le monument est en 
outre décoré aux quatre angles de têtes de mort à ailes de 
chauve-souris. (8^ div.) 

RouxEL (Famille). — Chapelle dont le fronton est décoré 
d'un haut-relief en pierre (H. o"^6o. L. 0™ 70) : Trois anges 
ailés sont posés sur des nuages; celui qui est placé au centre 
a dans ses mains une banderole dont les extrémités sont 
tenues par les deux autres anges. On lit sur la banderole : Spes 
illorum immortali. . . La chapelle est surmontée d'une statue en 
pierre (H. r'^- 25) : un ange a un genou en terre et les bras 
croisés sur la poitrine; il lève les yeux au ciel dans l'attitude 
de la prière. (14^ div.) 

Tenret (Jean-Joseph), décédé le 19 janvier 1834, à l'âge 
de 80 ans, et Marie-Thérèse Mosset, femme Tenret, décédée 
le 7 juillet 1809, à l'âge de 48 ans. — Haut-relief en marbre 

I. Desobry écrit 1762. 



230 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

blanc (H. i'"i2.L. o 54) :ungénie nu, ailé, debout, en pleurs, 
s'appuie des deux bras sur une table de marbre placée verti- 
calement, sur laquelle sont gravées les inscriptions ^ (4^ div., 
2^ section.) 

Vicier (Famille du comte Achille). — Monument 
décoré d'un bas-relief cintré, en marbre (H. 0™ 80. L. 2™) : 
deux petits anges sont en adoration devant une croix qui les 
sépare. Le monument a été construit sur les dessins de 
/. Ixcomte, architecte, et gravé par L. Normand^, par Marlier, 
d'après un dessin de Demont ^, et par Collette, d'après un dessin 
de Quaglia^. (39^ div.) 



IV. — MÉDAILLONS. 

Aboville (François-Marie, comte d'), pair de France, 
lieutenant général, né à Brest le 23 janvier 1730, décédé à 
Paris le i" novembre 18 17 5. — Chapelle dont les angles de 
la face antérieure comportent deux canons en bronze, debout^ 
formant pilastres et où sont gravés les noms de batailles aux- 
quelles a pris part le Heutenant général. Dans le fronton de la 
chapelle est placé le médaillon en marbre (Diam. o"" 40) dm 
comte d' Aboville^. Gravé par Collette, d'après un dessin de 
QuagliaT. (25^ div.) 

Beauvisage (Antoine-Jean), manufacturier, né à Paris le 
6 mai 1786, décédé le 25 mai 1836. — Demi-ronde bosse en 
bronze (Diam. o"' 37); au-dessous du médaillon est gravé : 
« A.-J. Beauvisage, par ses ouvriers reconnaissants. » (4^ div., 
2^ section). 

Boieldieu (François-Adrien), compositeur, membre de 

1. Nous relevons ces mots : «Leurs enfants pour perpétuer leur mémoire leur ont 
consacré ce monument. » 

2. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. XL. 
3 Recueil de divers tombeaux, etc., pi. vill. 

4. Le Père- Lâcha ise, etc., pi. xiv. 

5. Lalanne écrit par inadvertance « 1819 ». 

6. M. le vicomte d'Aboville, petit-fils du pair de France, nous écrit, à la date du 
15 septembre 1897, 1^^» ni^lgré ses recherches, il lui a été impossible de se procurer 
le nom de l'artiste qui a sculpté le médaillon de son grand-père, 

7. Le Père-Lachaise, etc., pi. xiii. 



LE PERE-LACHAISE 23 I 

l'Institut, né à Rouen le 15 décembre 1775, décédé à Jarcy, 
près Grosbois, le 8 octobre 1834. — Tombeau de forme 
antique. Sur la face antérieure, un médaillon ovale, en 
marbre (H. 0^95. L. o"" 65), renfermant le profil du 
compositeur, une lyre dont les cordes sont fixées, des manu- 
scrits et deux branches de laurier. Au fronton du monument 
est sculptée la tête de Minerve dans un médaillon. Le monu- 
ment de Boieldieu a été élevé au moyen d'une souscription 
nationale. (11^ div.) 

BoYER (Marguerite-Louise Pioche, veuve), née en 1767, 
décédée à Paris le 10 janvier 1842. — Médaillon en bronze 
(Diam. o™ 35). (26* div.) 

Brossard (Pierre-Augustin), décédé le 30 juin 1875, à 
l'âge de 75 ans. — Médaillon en bronze (Diam. o"' 21). — 
Brossard (Marie-Marguerite-Adélaïde),décédée le 29 décembre 
1866, dans sa 74^ année. — Médaillon en bronze (Diam. 
0™ 21). (6r div.) 

Cartier de Vey (M^'^). — Médaillon en marbre blanc 
(Diam. o*" 35 environ), encastré dans le fronton d'une cha- 
pelle ^ (60^ div.) 

Cellerier (Jacques), architecte et ingénieur en chef de 
la généralité des bâtiments civils au ministère de l'Intérieur, 
né le II novembre 1742, décédé le 28 mars 1814. — Médail- 
lon en bronze (Diam. C' 30). (24^ div.) 

CoMPANS (Louise-Octavie Lecocq, comtesse), femme de 
Jean-Dominique, comte Compans, pair de France, lieutenant 
général des armées du Roi, née le 8 septembre 1792, décédée 
le 13 juin 18 16. — Monument en marbre blanc composé 
d'un cippe surmonté d'une urne dans la face antérieure de 
laquelle est sculpté un médaillon ovale (H. o™ 25. L. o™ 20) 
représentant une figure de femme voilée. Sur la face antérieure 
du cippe est sculpté un bas-relief (H. o"" 27. L. o"' 35) ayant 
pour sujet un nid de colombes; la mère meurt percée d'une 
flèche. (38^= div.) 

I. A la date du 22 juillet 1897, M. Cartier de Vey nous écrit qu'il ne se souvient 
plus du nom de l'artiste qui a sculpté le médaillon de' sa fille. 



232 LA SCULPTURE DAîrê LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Couder (A.-L.-F.-Cornélie Stouf, femme d'Auguste), 
décédée en 1823, à l'âge de 26 ans. — Médaillon en marbre 
blanc (Diam. o™ 28). (27^ div.) 

David (Jacques-Louis), peintre, né le 31 août 1748, 
décédé le 29 décembre 1825. — Médaillon en bronze (Diam. 
o™ 47)' gravé par L. Normand'' et par Collette, d'après un 
dessin de QuagliaK (56® div.) 

DÉSAUGiERS (Marc-Antoine-Madeleine), chansonnier et 
vaudevilliste, né à Fréjus le 17 novembre 1772, décédé à Paris 
le 9 août 1827. — Médaillon en marbre (Diam. o™ 35). Le 
monument de Désaugiers a été élevé à sa mémoire par ses 
amis. A la base du monument est gravé : « Dubuc, sculpteur- 
marbrier du roi. w-^ (22^ div.) 

Desnoyers (François), décédé le 14 juillet 1848, à l'âge 
de 74 ans. — Médaillon en fonte (Diam. C" 30). Signé : 
P. D. — Desnoyers (Pierre), décédé le 16 décembre 1849, à 
l'âge de 75 ans. — Médaillon en fonte (Diam. o" 30). 
Signé : P. D. (39«div.) 

Deurbergue (Louis), ciseleur, né le 23 décembre 181 5, 
décédé le 4 février 1868. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 20) 
encastré dans la ^ce antérieure d'une stèle 5. (55^ div.) 

Gallot (Jean-Léopold), né en 1820, décédé en 1882. — 
Médaillon en bronze (Diam. 0"' 20). (36^ div.) 

GÉMOND (Cornélie), née le 27 août 1796, décédée le 
19 avril 1822. — Médaillon en bronze (Diam. o™ 80), placé 
sur l'une des faces d'une haute pyramide en pierre. (24^ div.) 

Gerbellot (Caroline-Hyacinthe Meignen, M"'^), dite 
Barillot, décédée le 20 octobre 1846, dans sa 28*" année. — 
Médaillon ovale en bronze (H. o"" 25 . L. o'" 19). (61^ div.) 

1. A la date du 27 juillet 1897, M. LéonBrey, architecte, nous informe que malgré, 
ses recherches, il lui a été impossible de découvrir le nom du sculpteur qui a modelé 
le médaillon de Louis David. 

2. Moniimeuts funéraires y etc., t. I, pi. i. 

3. Le Père-Lacbaise, etc., pi. 11. 

4. M™^ E. Désaugiers nous écrit, à la date du 27 juin 1897, qu'elle ignore le nom 
de l'artiste qui a sculpté le médaillon. 

$. M. G. Latapie, beau-père du fils de Louis Deurbergue, nous écrit le 17 octobre 
1897 que, malgré ses recherches^ il n'a pu découvrir le nom de l'artiste qui a 
modelé le médaillon de Louis Deurbergue. 



LE PÈRE-LACHAISE 233 

Geslin (René), négociant à Nantes, né dans cette ville 
le 3 mai 1739, décédé à Paris le 20 juin 1818. — Médaillon 
en marbre (Diam. C" 40). (20^= div.) 

GoDOY (Don Manuel), « principe de la Paz, duque de la 
Alcudia», né à Badajoz le 12 mai 1767, décédé à Paris le 
4 octobre 185 1. — Médaillon ovale, en marbre (H. 0"' 45. 
L. o™ 40). (45^ div.) 

Goujon aîné (Famille). — Deux médaillons ovales en 
marbre (H. o"'i8. L. o" 13) sont encastrés dans la face anté- 
rieure d'un tombeau de forme antique. (71^ div., i""^ section.) 

GouRDON (Joseph), statuaire, décédé le 10 novembre 
1860, à l'âge de 29 ans. — Médaillon en marbre blanc 
(Diam. o"^ 37). (28^ div.) 

Grisar (Albert), compositeur, né à Anvers le 25 décembre 
1808, décédé le 15 juin 1869. — Médaillon en marbre blanc 
(Diam. o™ 45). (71^ div., i*"^ section.) 

JoBERT (J.-B.), né à Beaune le 9 janvier 1767, décédé à 
Paris le 15 avril 1840. — Médaillon en bronze (Diam. o"'4o). 
Signé illisiblement. (45^ div.) 

JoLLivET (André), décédé le 16 juin 1864, à l'âge de 
46 ans. — Demi-ronde bosse en marbre (H. 0"" 35). 
(58^ div.) 

Jomart (Edme-François), géographe, orientaliste, membre 
de l'Institut, né à Versailles le 22 novembre 1777, décédé le 
23 septembre 1862. — Médaillon en marbre blanc (Diam. 
o"^ 26). (49^ div., 2^ section.) 

Legendre (Rose), décédée en 1820, à l'âge de 24 ans. — 
Médaillon en bronze (Diam. o"' 31) (25^ div.) 

Lemoine (Alexandre-André-Joseph), décédé le 5 mars 
1830, âgé de 24 ans. — Médaillon en bronze (Diam. o'" 30). 
(18^ div.) 

Maurice (Louis-Joseph), peintre, né à Nancy le 4 juin 
173 1, décédé à Paris le 21 mai 1820. — Médaillon en marbre 
(Diam. o"" 40), gravé par L. Normande (ij" div.) 

I. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. lxvi. 



234 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

MoNGROLLE (Victor), décédé le 3 septembre 1847. — 
Médaillon en bronze (Diam. o™ 3$), daté de 1847. (2' div.) 

Nainer (François-Claude), né en 1813, décédé en 1864. 

— Médaillon en bronze (Diam. o"' 19). (61^ div.) 

Odiot (Jean-Baptiste-Claude), orfèvre, né à Paris le 
8 juin 1763, décédé dans la même ville le 23 mai 1850. — 
Médaillon en marbre blanc (Diam. o"" 67) ^ (4* div., 2^ 
section.) 

Oliveira Arruda (le chevalier Dominiciakd de), né le 
8 mars 1808, décédé le 18 juin 1849. — Médaillon en marbre 
blanc (Diam. o"' 40). (29* div.) 

Payen (Jean-François), docteur en médecine, né en 
1800, décédé en 1870. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 25). 

— Payen (Marie-Clémence Maillard, femme), née en 1806, 
décédé en 1866. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 25). Ces 
deux médaillons sont encastrés dans la face antérieure d'un 
cippe vertical. (44^ div.) 

Pertat (Jean-Baptiste-Étienne), « greffier du tribunal du 
département de la Seine, décédé en 1857. » — Médaillon en 
bronze (Diam. o"' 35). (51^ div.) 

Philippi (Carl-Léopold), né en 1842, décédé en 187 1. 

— Médaillon en bronze (Diam. o"' 22). Daté de 1879. 
(66*^ div.) 

PiTHOu (Nicolas-Pierre), peintre, né le 16 juin 1750, 
décédé le 7 février 1818. — Médaillon ovale, en stuc, 
(H. o'" 37. L. G™ 28). (11^ div.) 

Poux (Famille). — Médaillon d'homme, en bronze 
(Diam. g°'27). (42^ div.) 

Prazmowski (Adam), savant, auteur d'instruments d'op- 
tique, directeur de l'Observatoire de Varsovie, né le 15 mars 
1821, décédé le 5 février 1885^. — Médaillon en bronze 
(Diam. G"' 35). Signé illisiblement. (41^ div.) 

1. M. -G. Odiot, petit-fils de l'orfèvre, nous écrit, à la date du 30 juin 1897, qu'il 
ne connaît pas le nom de l'artiste qui a sculpté ce médaillon. 

2. Renseignements fournis par M. le docteur Lewenhard (17 octobre 1897). 



LE PÈRE-LACHAISE 23$ 

Prévôt (Jean-Pierre), président de la société des « Bons 
humains », né en 1811, décédé en 1878. — Médaillon en 
bronze (Diam. 0"" 15). (86^ div.) 

Smith (Sir William Sidney), amiral, né le 21 juin 1764, 
décédé le 26 mai 1840. — Médaillon en marbre blanc (Diani. 
o"' 40)'. (43^ div.) 

Target (Gui-Jean-Baptiste), avocat au Parlement, 
membre de l'Académie française, député aux États généraux, 
juge en la cour de cassation, né à Paris le 6 décembre 1733, 
décédé aux Molières (Seine-et-Oise) le 9 septembre 1806. — 
Médaillon en marbre blanc. (Diam. o"'45)^. (11^ div.) 

Vandenbergue (Eugénie Pellegrini, M""^), décédée le 
24 juillet 1889, à l'âge de 36 ans. — Médaillon en terre cuite 
(Diam. 0™ 35). (44^ div.) 

V1ROLET (Jean-Baptiste), né en 1821, décédé en 1891. — 
Médaillon en marbre (Diam. o™ 45)5. (91^ div.) 

Zacharezuk (Pauline), née le 31 mai 1850, décédée le 
28 avril 1870. — Médaillon en marbre (Diam. o"' 31). 
(54^ div.) 

V. — DIVERS. 

BÉGUIN (Famille). — Édicule surmonté d'une levrette 
couchée, en bronze. (59^ div.) 

BiLLON (André), commandant d'armes, décédé à Paris 
le 5 mars 1820, et Sophie-Rosalie Ganneron, sa femme, décé- 
dée en 1818. — Monument en granit au centre duquel est 
sculptée une flamme renversée. Au sommet, un coq en 
bronze (H. o'"45). (10^ div.) 

1. David d'Angers a modelé, en 1834, le médaillon de ce personnage. Le bronze 
mesure o" 16 de diamètre. Il se peut que le marbre anonyme du tombeau soit une 
copie agrandie de l'œuvre de David. 

2. M. Pli. Target, petit-fils du député aux États Généraux, nous écrit, à la date 
du 10 octobre 1897 qu'il ne connaît pas le nom de l'artiste qui a sculpté le médaillon 
de son grand-père. 

5. A la date du 16 septembre 1897, M Léon Virolet, fils du personnage repré- 
senté, nous écrit que le médaillon fut modelé par un artiste italien (dont il ignore 
le nom), lors d'un voyage de son père à Florence, au cours de l'année 1869. 



236 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

BouRGOiN(Thérèse-Étiennette), sociétaire de la Comédie- 
Française, née à Paris en 1785, décédée à Paris le 11 août 
1833. — Urne funéraire en marbre, rapportée, dit-on, de 
Pompéi (H. C" 35), dont les anses sont formées de deux têtes 
de bucranes ; elle est décorée de têtes de harpies, de fleurs et 
d'épis de blé ^ (12'= div.) 

Chenavard (Claude-Aimé), peintre ornemaniste, décédé 
en juin 1838. — Mausolée sur lequel est placé un vase en 
bronze. (H. i™25), décoré de deux bas-reliefs représentant : 
1° Léonard de Vinci peignant le portrait de lajoconde. François P*" 
et un groupe de musiciens assistent à la scène. 2° Jean 
Goujon sculptant la statue de Diane de Poitiers. Henri II et Diane 
sont dans Tatelier de l'artiste. (49^ div., i'^*' section.) 

Dabadie (Jean-Melchior, baron), inspecteur général du 
génie, né à Castelnau de Magnoac, décédé à Paris le 8 mars 
1820. — Pyramide tronquée, en granit, surmontée d'une cui- 
rasse, d'un casque et de différents autres attributs militaires, 
en bronze. Gravé par Collette d'après un dessin de Quaglia^. 
(35^ div,) 

Demidoff (Comtesse Marie). — Riche monument en 
marbre décoré de nombreux motifs de sculptures. Ce monu- 
ment, exécuté à Carrare, a été construit sur les dessins de 
Jaunet, architecte, et placé par Chatillon, aussi architecte. Gravé 
par L. Normand \ par Collette, d'après un dessin de Quaglia"^, 
et par Bordet'\ (19^ div.) 

Halanzier (Famille). — Sur le fronton d'une chapelle est 
assis un petit génie ailé, en bronze (H. C^yo), ayant une cou- 
ronne d'immortelles dans chaque main. (69^ div.) 

HÉROLD (Louis-Joseph-Ferdinand), compositeur, né à 
Paris le 28 janvier 1791, décédé dans la même ville le 19 jan- 
vier 1833. — Au sommet d'un tombeau, une stèle rectangulaire 
en pierre sur la face antérieure de laquelle est sculptée une lyre 



1. C'est sur le désir exprimé par l'artiste que cette urne a été placée sur sa tombe. 

2. Le Père-Lachaise, etc., pi. ix. 

3. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. xxxix. 

4. Les cimetières de Paris, etc., pi. xv. 

5. Architecture funéraire contemporaine, 2* section D, pi. xii et xiii. 



LE PÈRE-LACHAISE 237 

traversée par une branche de cyprès en sautoir. (H. 0^91. 
L. 0^63). Gravé par L. Normand', (ly div.) 

HuRTAULT (Maximilien-Joseph), architecte, membre de 
l'Institut, inspecteur général des bâtiments civils, né à 
Huningue (Haut-Rhin) le 8 juin 1765, décédé à Paris le 2 
mai 1824. — Monument de forme antique avec acrotères; 
aux quatre angles, des torches renversées ; sur la face antérieure, 
une épaisse guirlande de cyprès, au-dessus de laquelle est 
sculpté, en bas-relief, un hibou dans une couronne. Ce monu- 
ment, élevé d'après les dessins d'Hurtault, a été gravé par 
L. Normand^. (11^ div.) 

Maillard (Louis-Gaspard), géographe, né le 29 octobre 
1814, décédé le 23 janvier 1865. — Bas-relief bronze 
(H. o'"45. L. G"" 50). Dans l'angle inférieur gauche est 
gravé : « Relief de l'Ile de la Réunion 13^. » (39*^ div.) 

Molière (Jean-Baptiste Poquelin, dit), poète comique, 
né à Paris le 15 janvier 1622, décédé à Paris le 17 février 
1673. — Sarcophage en pierre supporté par quatre pilastres ; 
il est surmonté d'une coupe en bronze. Le sarcophage de 
Molière qui a fait partie du Musée des monuments français a 
été transporté au cimetière du Père-Lachaise le 6 mars 18 17 5. 
Gravé par Guyof^ct par Colette d'après un dessin de QuagliaK 
(25^ div.) 

Pacthod (Michel-Marie, comte), général, né à Saint- 
Julien (Savoie) le 16 janvier 1764, décédé à Paris le 24 mars 
1830. — Tombeau surmonté d'une pyramide, à basequadran- 
gulaire, sur la face antérieure de laquelle sont sculptés l'uni- 
forme du général et des trophées d'armes. (40^ div.) 

Pezon (Famille). — Groupe en bronze représentant le 
dompteur Pezon à cheval sur son lion Brutus, et ayant une 
cravache dans la main droite^. (86^ div.) 

1. Monuments funéraires, etc., t. II, pL xvi. 

2. Monuments funéraires, t. I, pi. lui. 

3. Archives du Musée des Monuments français, l. III, p. 256-240. 

4. Musée des monuments français, t. V, pi. 199. 

5. Le Père-Lachaise, etc., pi. iv. 

6. Ce groupe a été posé sur la tombe de la famille Pezon le 14 août 1885. 



238 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Prud'hon (Pierre), peintre, né à Cluny (Saône-et-Loire) 
le 4 avril 1758, décédé à Paris le 16 février 1823, et Marie- 
Françoise-Constance Mayer Lamartinière, peintre, née à 
Paris en 1778, décédée dans la même ville le 26 mai 1821. — 
Tombeau surmonté d'un sarcophage ; les faces latérales sont 
décorées de deux couronnes de chêne et de laurier entrela- 
cées, et d'une torche renversée de chaque côté des couronnes; 
entre les frontons sont sculptées des palmettes d'angle; sur les 
frontons latéraux, un sablier entre deux ailes couronne les 
frontons principaux. Un petit chien en bronze, gémissant, est 
placé sur le sarcophage. Gravé par Alfred Taiée \ (39'' div.) 

RiCHETON (Famille). — Tombeau quadrangulaire sur 
lequel est assis un chien caniche, en bronze (H. 0^55). 
(20= div.) 



n 

CIMETIÈRE DU NORD 

(Montmartre) 



ADAM-SALOMON (Antony-Samuel). 

Levasseur (Nicolas-Prosper), artiste lyrique, professeur 
au Conservatoire, né à Bresle (Oise) le 9 mars 1791, décédé 
le 7 décembre 177 1. — Médaillon en bronze (Diam. o™ 55). 
Signé : Adam-Salomon, iSjj. Le tombeau de Levasseur a été 
érigé « par sa veuve et ses amis. » (25^ div.) 

ALLASSEUR (Jean- Jules). 

Allasseur (Adélaïde-Thérèse), décédée en 1843, à l'âge 
de 23 ans. — Médaillon en bronze (Diam. o"'37). Signé : 
Allasseur, 184^. (14^ div.) 

ASTRUC (Astruc). 

PuGET (Jacques-Marius), artiste lyrique, né à Marseille 

I. Galette des Beaux-Arts, année 1879, 2' période, t. XX, p. 530. 



MONTMARTRE 239 

en 1820, décédé à Paris en 1887. — Médaillon en bronze 
(Diam. o"' 45). Signé : Zacharie Astruc, 1888. (24= div.) 

AUBRY (Alexandre-Pierre-Victor). 

Garnier (M"° Fanny), décédée le 12 août i86r. — 
Médaillon en pierre. (Diam. o"' 25) Signé : A. P. V. Aubry, 
1861. (18^= div.) 

BALDINI. 

Vannetelle (Suzanne), inhumée le 10 mai 189 [, à 

l'âge de 22 ans. — Sur l'autel d'une chapelle est placé le buste 

plâtre de Suzanne Vannetelle (H. C" 70), par Baldini\ 

.a chapelle, élevée sur les dessins de Théodore Cruchet, archi- 

I, est construite en pierre d'Euville. Cette chapelle, de 

)rme rectangulaire, avec avant-corps décoré de deux colonnes 

porphyre des Vosges, est surmontée d'un dôme que 

)mine une croix; le dôme est supporté par quatre colon- 

;ttes en granit rouge. (18^ div.) 

lRRIAS (Louis-Ernest). 

Blanchard (Edouard-Théophile), peintre, né à Paris le 
avril 1844, décédé dans la même ville le 24 octobre 1879. 
Médaillon en pierre (Diam. 0^65). Signé : E. Barrias. 
div.) 

Barrias. 

Garnier (Joseph-Clément), économiste, fondateur et 
sectaire perpétuel de la Société d'économie politique, 
me|j)re de l'Institut, sénateur, né à Beuil (Alpes-Maritimes) 
)ctobre 18 13, décédé à Paris le 25 septembre 1881. — 
■ronde bosse en bronze (Diam. o" 50). Signée : E. 
^rias sculpt. Le tombeau de l'économiste a été élevé « par 
famille, ses amis, ses confrères, ses disciples. » (8<= div.) 

Barrias. 

GuiLLAUMET (Gustave-AchiUe), peintre, né à Paris le 26 
mars 1840, décédé dans la même ville le 14 mars 1887. — Sur 
le tombeau du peintre est placée une statue en bronze (gran- 

I. Par sa lettre du ii novembre 1897, M™' veuve Vannetelle nous informe que le 
buste de sa fille, exécuté par Baldini, sera remplacé à sa mort par un buste en 
marbre blanc qu'elle possède et qui est l'œuvre de Francis de Saint- Vidal. 



240 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

deur nature) : une jeune fille de Bou-Saada; elle est assise 
et effeuille des pétales de jasmin ^ Signée : E. Barrias 
18^0. Aux pieds de la jeune fille se trouve le médail- 
lon de l'artiste (Diam. o"'4o), également en bronze. Signé : 
E. Barrias. Il est posé obliquement sur une palette et des 
pinceaux, une couronne d'immortelles, et un album ayant 
pour titre : « Gustave Guillaumet. Tableaux algériens. » 
Une écritoire est près de l'album. (21^ div.) 

BARTHOLDI (Frédéric- Auguste). 

Nefftzer. — Statue en bronze (H. o'^yS) : un génie 
funèbre voilé, est assis à terre; le corps est replié sur lui-même 
et la tête pose sur les genoux dans l'attitude d'une profonde 
douleur. Signée : A. Bartholdi, 1866. Fondu par V'"' Thiéhaut^. 
(28^ div.) 

Bartholdi. 

RoBBERECHTS (André), violouiste, né en 1798 î, décédé le 
23 mai 1860. — Médaillon ovale en bronze (H. 0^33. L. 
o"'28). Signé : Atig. Bartholdi, 1860. Le tombeau de Robbe- 
re-chts a été élevé par les élèves et les amis du violoniste. 
(18^ div.) 

BECKER (Trochmé). 

Massart (Lambert-Joseph), né à Liège le 17 juillet 181 1, 
décédé à Paris le 13 février 1892, et Louise- Aglaé Masson, 
dame Massart, née en 1827, décédée en 1887. — Leurs por- 
traits accolés dans un médaillon en bronze. (Diam. o™ 50). 
Signés : Trochmé Becker iSp6. F. Barbebienne fondeur. 
(22^ div.) 

BOUTARD(Ch.). 

François (Berthe), née le 3 mai 1846, décédée le 4 
décembre 1869. — Médaillon ovale en bronze (H. o'"50. L. 
o'°4o). Signé : Ch. Boutard, 1869-1870. (28' div.) 

1. Le modèle, en cire, a figuré au Salon de 1890 sous le n" 3490. 

2. Le modèle de cette statue a figuré au Salon de 1866 sous le n" 2626. 

3. Fétis, dans la Biographie universelle des musiciens, le fait naître à Bruxelles le 16 
décembre 1797. 



MONTMARTRE 24 1 

BRACONY (Léopold). 

DupoTET DE Sennevoy (Dcnis-Julcs, baron), chef de 
l'école magnétique moderne, né à Chapelle (Yonne) le 12 
avril 1796, décédé à Paris le i" février 1881. — Stèle sur- 
montée du buste en marbre (H. o"' 65) de Dupotet. Signé : 
Bracony. Sur le tombeau sont sculptés, en bronze, un flam- 
beau, des couronnes, des branches de chêne et de cyprès. Ce 
monument a été élevé au magnétiseur par « ses élèves et ses 
admirateurs reconnaissants. » (^ly div.) 

BRIAN (Joseph). 

Zeuner (Charles-Traugott), pianiste et compositeur, né 
à Dresde le 28 avril 1775, décédé à Paris le 23 janvier 1841. 
— Médaillon ovale en pierre (H. o"'43. L. o"'37). Signé : 
P Brian. Les lignes suivantes sont gravées sur la face pos- 
térieure du monument de Zeuner : « Ce monument lui a été 
érigé par la reconnaissance de sa fille adoptive, Emilie Schenck 
Zeuner. » (22^ div.) 

BRUYER (Antoine-Léon). 

Evrard, Bruyer et Raydon (Familles). — Stèle sur- 
montée d'un buste en marbre blanc (H. g"" 90) représentant le 
Christ couronné (T épines . Signé : L. Bruyer, iSj^. (lé^ div.) 

CANIEZ (Barthe'lemy). 

MoRET (Henry), décédé le 25 août 1889. — Stèle surmon- 
tée du buste en bronze (H. o"'55) de Moret. Signé : B. 
Canie^. Des branches de rosier et des pavots sont déposés 
sur la pierre tumulaire; de chaque côté de la stèle est un 
porte-bouquets; ces ornements sont en bronze. La décoration 
du monument a été exécutée d'après les dessins (ï André Doré, 
bronzier, beau-frère de Moret'. (18^ div.) 

CARNIELO (R.). 

ScHOUVALOFF (Pierre), inhumé le 5 novembre 1857, à 
l'âge de 3 ans, et Paul- André wich, comte Schouvaloff, prince 



I. André Doré, mort le 9 juin 1895, repose dans le même tombeau que Moret, son 
beau-frère. — Renseignements fournis par M™' veuve Moret (26 septembre 1897). 
Art fr xiu 16 



24^ LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

WoRONZOFF, inhumé le 22 avril 1885, à Tâge de 37 ans. — 
Statue en marbre (H. 2"' 15) : un Ange vêtu d'une tunique 
sans manches est adossé à une croix en marbre ; de ses deux 
mains il retient ses ailes repliées. Signée : R. Carnielo,Firenie. 
(5^ div.) 

CARRIER-BELLEUSE (Albert-Ernest). 

Petit (J.-B. Vincent), chef d'institution, décédé à Paris 
le 21 avril 1858. — Dans un enfoncement pratiqué dans la 
face antérieure d'une stèle est placé le buste en marbre 
(H. G'" 57) du chef d'institution. Signé : A. Carrier, iSjS. 
(30"' div.) 

CARRIER-BELLEUSE (Louis). 

Ball (Benjamin), médecin aliéniste, membre de l'Aca- 
démie de médecine, né i\ Naples le 28 janvier 1834, décédé à 
Paris le 23 février 1893. — Buste en bronze (H. o"'45). 
Signé: Louis Carrier- Belleuse 18^4. (9^ div.) 

CAVELIER (Pierre- Jules). 

Thouret (Louise), décédée le 16 octobre 1858, dans sa 
seizième année. — Tombeau surmonté d'une statue couchée 
en marbre blanc (Long, i ™ 60) : la jeune morte a la main droite 
posée sur la poitrine; le bras gauche est allongé, et la main 
serre un cahier de musique. Signée : Cavelier, i8y2. Sur la 
face antérieure du tombeau sont gravées les lignes suivantes : 
« Le père a élevé ce monument selon le vœu de la mère, à 
Louise Thouret, l'amour, la joie, l'orgueil de la maison. » Le 
monument a été érigé d'après les dessins de H. Labrouste, 
architecte. (5^ div.) 

CHABAUD (Louis-Félix). 

IsAMBERT (François-André), jurisconsulte et homme 
pohtique, né à Aunay (Eure-et-Loir) le 30 novembre 1792, 
décédé à Paris le 13 avril 1857. — Buste en marbre blanc 
(H. 0"" 65), par F. Chahaud\ Sur la face latérale droite du 
monument, bas-relief en marbre blanc (H. o"'52. L. o'"8o): 

I. Par sa lettre du 12 octobre 1897, M, Gaston Isambert, petit-fils du juris- 
consulte, nous informe qu'il possède une réplique en marbre de ce buste portant la 
signature de F. Cbabaud. 



MONTMARTRE 243 

Groupes de nègres dont l'un porte encore sa chaîne; un 
jeune enfant vient baiser la robe du défenseur de la race 
noire, pendant que d'autres nègres manifestent leur joie par 
des gestes d'allégresse. Isambert, debout, vêtu d'une robe de 
magistrat, tend un parchemin sur lequel on lit : « Abolition 
de l'esclavage. » Signé : F. Chabaud\ Le monument 
d'Isambert lui a été élevé par « les mulâtres et nègres recon- 
naissants » dont il s'était constitué le défenseur, (ii^ div.) 

CHAPLAIN (Jules-Clément). 

Trélat (Ulysse), docteur-médecin, né à Paris le 13 
août 1828, décédé dans la même ville le 28 mars 1890 — 
Dans le fronton d'une chapelle est encastré le médaillon en 
marbre blanc (Diam. o"" 50) du docteur Trélat. Signé : /. 
C. Chaplain 18^2. (23^ div.) 

Chaplain. 

Delibes (Clément-Philibert-Léo), compositeur, membre 
de l'Institut, né à Saint-Germain-du-Val (Sarthe) le 21 
février 1836, décédé le 16 janvier 1891. — Stèle en granit 
dans la partie supérieure de laquelle est encastré un médaillon 
en marbre blanc (Diam. o"' 60). Signé/. C. Chaplain i8pj. 
A la base de la stèle sont sculptés dans le granit, une lyre, 
des partitions de musique, des roses, un myosotis et des 
oiseaux. Le monument a été élevé sur les dessins de Jean 
Girette, architecte. (9^ div.) 

CHAPD (Henri-Michel-Antoine). 

Duc (Joseph-Louis), architecte, né à Paris le 25 octobre 
1802, décédé dans la même ville le 22 janvier 1879. — 
Médaillon en pierre (Diam. o"" 53), par H. Chapu^. Le tom- 
beau est en outre décoré d'une épaisse guirlande de fleurs et 
des attributs de l'architecte. (21'' div.) 

CHRISTOPHE (Ernest). Voy. RUDE (François). 



1. Ce bas-relief a été exposé au Salon de 1864 sous le n° 2539. Le plâtre avait 
figuré au Salon précédent sous le n° 2282. 

2. Renseignements fournis par M. E. Lovioi, architecte, gendre dc/.-L. Duc (13 
octobre 1897). 



244 l'A SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

CRAUK (Gustave-Adolphe-Désiré). 

Samson (Joseph-Isidore), artiste dramatique, né à Saint- 
Denis le 2 juillet 1793, décédé à Paris le 28 mars 1871. — 
Stèle surmontée du buste en bronze (H. i"") du comédien. 
Samson est vêtu d'un ample manteau rejeté sur l'épaule. Sous 
l'épaule droite, et à demi caché par le manteau, on aperçoit 
un masque et un parchemin demi-déroulé sur lequel on lit : 
« Comédie-Française, 1826- 1863. » Signé avec cette men- 
tion : A Samson, souvenir de sympathie et d'admiration, Crauk, 
i8jj. Un livre ouvert, une couronne, des fleurs et une palme 
en bronze décorent la face antérieure de la stèle. Les lignes 
suivantes sont gravées au-dessous du buste : « A Samson de 
la Comédie-Française, chevalier de la Légion d'honneur, ses 
admirateurs, ses amis, ses élèves. » (22^ div.) 

CUSCO (D.). 

Cucco (Germain), né en 1776, décédé en 1840. — 
Médaillon en marbre blanc (Diam. C" 40). Signé : D. Cusco 
(20* div.) 

DANTAN aîné (Antoine -Laurent). 

Cart (Harriet Savage, femme de B. A. A.), née à Over- 
bury (Angleterre), décédée le 25 septembre 1844, et Marie- 
Louise Dantan aîné, née Cart, née en 181 1, décédée en 
1890. — Bas-relief cintré en marbre blanc (H. o™ 60. L. 
G"' 45) : une femme ailée, ayant un genou en terre, a les 
mains croisées sur la poitrine; elle fixe attentivement un 
papillon qui est venu se poser sur ses mains. Signé : Dantan 
aîné, 1844. (22^ div.) 

DANTAN jeune (Jean-Pierre). 

Travot (Jean-Pierre, baron), général, né à Poligny 
(Jura) le 7 janvier 1767, décédé à Paris le 7 janvier 1836. — 
Tombeau surmonté du buste en marbre blanc (H. o" 50) 
du général. Signé : Dantan jeune, 18 j6. Sur la face antérieure 
du tombeau est gravé un extrait du testament de Napoléon 
à Saint-Hélène : « Je lègue aux enfants du brave et vertueux 
général Travot... » (12^ div.) 



MONTMARTRE 243 

Dan tan. 

Barroilhet (Paul-Bernard), artiste lyrique, né le 
20 décembre 1805, décédé le 17 avril 1871. — Buste en 
pierre (H. 0"' 55). Ce buste, non signé, est une reproduction 
de celui en bronze, exécuté en 1842, par /. Danîan, et qui 
décore la bibliothèque de l'Opéra ^ (28^ div.) 

Dantan. 

Heudier (Mélanie), décédée à Saint-Eloy le 14 sep- 
tembre 1841. — Buste en marbre blanc (H. o^'éo). Signé : 
Dantan f 18 41. (16^ div.) 

DAVID D'ANGERS (Pierre- Jean). 

Abrantès (Laure-Adélaïde-Constance de Permon Com- 
MÈNE, femme du général Junot, duc d'), écrivain, née à Mont- 
pellier le 6 novembre 1784, décédée cà Paris le 7 juin 1838. — 
Médaillon en marbre (Diam. o™ 44) dans la face antérieure 
d'une stèle. Signé : P. /. David d'Angers, 1840. La stèle est 
surmontée d'une couronne de duc, d'une plume, de branches 
de laurier et de feuillets sur lesquels sont gravés les titres des 
principales publications de l'écrivain. Le monument a été 
« érigé à la mémoire de la duchesse d' Abrantès, par une dame 
russe, le 8 janvier 1841. » (22^ div.) 

David d'Angers. 
Beyle (Marie-Henri), connu sous le pseudonyme de 
Stendhal, littérateur, né à Grenoble le 23 janvier 1783, 
décédé à Paris le 23 mars 1842. — Médaillon en bronze 
(Diam. 0"^ 43) sur lequel on lit : D'après David d'Angers, 
182^, par son fils, 18^2. (18^ div.) 

David d'Angers et Poitevin (Auguste). 
BuoNAROTTi (Filippo), homme politique, né à Pise le 
II novembre 1761, décédé à Paris le 17 septembre 1837 \ — 
Médaillon en bronze (Diam. C" 16). Signé : P. J. David. — 
Teste (Charles-Antoine), né à Bagnols (Gard), décédé le 
30 août 1848. — Médaillon en bronze (Diam. o'" 25). Signé : 
Poitevin, s. 184s. (12'-" div.) 

1. Renseignements fournis par M. Tarelli, gendre de Barroilhet (9 octobre 1897). 

2. L'inscription funéraire nous apprend que Buonarotti fut naturalisé Français par 
décret de la Convention en date du 27 mai 1793. 



246 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

DEBUT (Didier). 

Palmier (le docteur), né en 1797, décédé en 1864. — 
Buste en pierre (IJ. o'" 58). Signé : Début. Le tombeau du 
docteur Palmier a été élevé par ses parents et ses amis. Gravé 
par Ohermayer\(i<)^ div.) 

Début. 
Roger (Napoléon-Alexandre), architecte de la ville de 
Paris, né en 1806, décédé en 1883. — Buste en bronze 
(H. C" 55). Signé : Debut\ (19'^ div.) 

DEHODENCQ (Edmond) 3. 

DEHODENca (Alfred), peintre d'histoire, né le 23 avril 
1822, décédé le 2 janvier 1882. — Buste en bronze 
(H. C" 70). Signé : Edmond Dehodencq, 1880"^. Gruet, fondeur, 
Paris. (22^ div.) 

DELâPLâNGHE (Eugène). 

MoMBiNNE (Théodore-Nicolas-Marie), décédé le 21 mars 
1876, à l'âge de 72 ans. — Médaillon en bronze (Diam. 0"' 42). 
Signé : E. Delaplanche, 18'] 6. (9*= div.) 

DENÉCHEAU (Séraphin). 

SoNGEON (Jacques-Nestor-Lucien), président du Conseil 
municipal de Paris (1882), sénateur de la Seine (1885), né à 
Bourgoin (Isère) le 3 septembre 18 18, décédé en 1889. — 
Médaillon en bronze (Diam. o"' 40). Signé : 5^'''" Denicheau, 
18^0. (17^ div). 

DESPREZ (Louis). 

Artot (Alexandre-Joseph Montagny, dit), compositeur 
et violoniste, né à Bruxelles le 4 février 1815, décédé à Ville- 
d'Avray, près de Paris, le 20 juillet 1845. — Stèle surmontée 
du buste en marbre (H. o'" 42), par L. Desprei"^. Dans la face 

1. Architecture funéraire contemporaine, 2' section B, pi. i. 

2. Le modèle en plâtre a figuré au Salon de 1868, sous le n° 3521. 

3. Edmond Dehodencq. fils à' Alfred, est décédé le 27 avril 1887, à l'âge de 24 ans, 
et repose dans le tombeau où est inhumé son père. 

4. Le modèle en plâtre a figuré au Salon de 1880 sous le n° 6248. 

5. Ce buste a figuré au Salon de 1846 sous le n° 2153. — Renseignements fournis 
par M™* Cinti-Damoreau (25 octobre 1897). 



MONTMARTRE 24? 

antérieure de la stèle sont sculptés, en relief, un violon et un 
archet posés sur des partitions de musique. Gravé par L. Nor-- 
niand\ (19^ div.) 



DESTREEZ (Jules- Constant). 

Pauwels (L. -Antoine), ingénieur, député, membre du 
Conseil général de la Haute-Marne et du Conseil supérieur des 
manufactures, décédé le 27 juillet 1852, à l'âge de 56 ans. — 
Bas-relief en pierre (H. i"' 05. L. i"^ 20), placé dans le fron- 
ton d'une chapelle : une jeune femme, nue, ailée, assise, ayant 
une flamme au front, pose à terre une couronne de laurier; de 
la main gauche elle tient un flambeau renversé. Des roues 
d'engrenage et autres attributs de l'industrie complètent la 
composition. Signé : /. C. Destrée:(^. (v^ div.) 

DOUBLEMARD (Amédée-Donatien) et SOLLIER (Emile). 

Garcin (Jules-Auguste Salomon, dit), compositeur et 
violoniste, né à Bourges le 11 juillet 1830, décédé à Paris le 
10 octobre 1896. — Stèle en pierre d'Euville surmontée du 
buste en marbre (H. o"' 70) du musicien. Signé : Douhlemard, 
înv\ 1886. E. Sollier, sculp\ 18^6. Sur la face antérieure de la 
stèle est sculptée une double palme et la croix de chevalier de 
la Légion d'honneur. Un trophée décore la face postérieure : 
il comprend un violon et son archet, un bâton de chef d'or- 
chestre, et une branche de laurier. La sculpture décorative est 
due au ciseau de E. Sollier. Le monument a été élevé sur les 
dessins de E. Navarre, architecte î. (7^ div.) 

DUBOIS (Alphe'e). 

LÉVY (Gustave), graveur, né à Toul le 21 juin 18 19, 
décédé en 1894. — Médaillon en bronze (Diam. o"' éo). 
Signé : Alphée Dubois. Le médaillon est entouré d'une double 
branche de laurier 4. Une planche en cuivre, gravée p^r Lévy, 
est encastrée dans le côté gauche de son monument. Cette 

1. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. xxx. 

2. Dans le caveau de la même chapelle reposent les restes d' « Antoine Pauwels, 
chirurgien-major des armées, décédé à Gentilly le i" novembre 1852, à l'âge de 
91 ans. » 

3. Renseignements fournis par M"* C. Garcin, fille du musicien, et par Emile 
Sollier (18 et 19 octobre 1897). * 

4. Ce médaillon a figuré au Salon de 1895 sous le n* 3048. 



248 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

planche, la dernière gravée par l'artiste, représente la Belle 
Jardinière, d'après Raphaël. Le monument de G. Lévy a été 
élevé par souscription. (Cimetière Israélite.) 

DUBOIS d'AVESNES (MH^ Marguerite-Fanny). 

Desbœufs (Antoine), graveur en médailles et sur pierres 
fines, et sculpteur, né à Paris le 13 octobre 1793, décédé à 
Passy le II juillet 1862. — Tombeau horizontal en marbre 
blanc sur lequel est sculpté le médaillon (Diam. C^' 41) du 
sculpteur. Signé : Fanny Dubois d'Avesnes. (^V div.) 

DUMILATRE (Jean- Alphonse-Edme- Achille) . 

Charbonnier (J.), né en 1844, décédé en 1882. — 
Médaillon en marbre (Diam. o"' 35). Signé : A. J. Dnmilatre. 
(26^ div.) 

DUMONT (Augustin- Alexandre). 

Nourrit (Adolphe), artiste lyrique, né le 3 mars 1802, 
décédé le 8 mars 1839. — Médaillon en marbre (Diam. 
o"'45). Signé : A. Dumont, 18 41. Le monument de Nourrit 
a été élevé par ses amis sur les dessins de Léon Vaudoyer, 
architecte. Gravé par L. Normand^ et par Obcrmayer^, 
(22^^ div.) 

DUPUIS (Daniel-Jean-Baptiste). 

Deraismes (Maria), journaliste, conférencière, présidente 
de la Société pour l'amélioration du sort de la femme et la 
revendication de ses droits, née à Paris en 1836, décédée dans 
la même ville le 6 février 1894. — Médaillon en bronze 
(Diam. o"' 40), ^àv Daniel Dupuis. (31^ div.) 

DURAND (Ludovic-Eugène). 

MÉRY (Joseph), poète, auteur dramatique et romancier, 
né aux Aygalades (Bouches-du-Rhône) le 20 janvier 1797, 
décédé à Paris le 17 juin 1867. — Au sommet d'un tombeau est 
une stèle surmontée d'une statue en bronze (H. i "' 95) : une 
jeune femme, en pied, debout, voilée et drapée, a les bras nus; 



1. Monuments funéraires, etc., t. II, pi. lx, 

2. Architecture funéraire contemporaine, etc., 2' section B, pi. m. 



MONTMARTRE 249 

elle tient une lyre sur le bras gauche et, de la main droite, pose 
une couronne d'immortelles sur un fût de colonne portant des 
livres; sur le fût de cette colonne est gravé : « Napoléon en 
Egypte, Héva, la Floride, la guerre du Nizam. » La face anté- 
rieure de la stèle est décorée du médaillon en bronze (Diam. 
o'^' 60) de Méry. Signé : Ludovic Durand, iSêj. Ch. Matifat, 
fondeur à Paris, iSéy. Sur le tombeau, un parchemin demi- 
déroulé sur lequel sont une plume et une croix. Sur la face 
antérieure de la stèle on lit : « A Méry, ses amis ont élevé ce 
monument, 1867. » (28^ div.) 

DURET (Francisque- Joseph). 

Adam (Adolphe-Charles), compositeur, membre de l'In- 
stitut, né à Paris le 24 juillet 1803, décédé dans la même ville 
le 3 mai 1856. — Stèle surmontée du buste en bronze du 
compositeur (H. o"' 50). Signé : F. Dur et (5^ div.) 

Duret et M«ie Halévy. 
Halévy (Jacques-François-Fromental-Élie), compositeur, 
secrétaire perpétuel de l'Académie des Beaux-Arts, professeur 
au Conservatoire impérial de musique, membre du Consistoire 
central des Israélites de France, né à Paris le 27 mars 1799, 
décédé cà Nice le 17 mars 1862. — Chapelle surmontée de la 
statue à' Halévy, en marbre (H. 2™ environ). Signée : Duret 
1864. Le compositeur, en costume d'académicien, est en pied, 
debout ; il a dans la main gauche une partition de musique, 
et dans l'autre main une plume; à ses pieds, un masque et une 
lyre. Le buste en marbre du secrétaire perpétuel, par M'"^ 
Halévy^, est placé à l'intérieur de la chapelle. Sur la face 
postérieure de la chapelle est gravé : « Ce monument, érigé 
par souscription à la mémoire de Fromental Halévy a été inau- 
guré le 17 mars 1864, H. Lebas, architecte, Durd, statuaire. » 
Gravé par Bury père^ (Cimetière Israélite,) 

Duret. 

Fleurac (Élisabeth-Léontine Bonniot de), décédée le 
26 février 1860, à l'âge de 29 ans. — Son buste en plâtre 

1. Ce buste a été sculpté par M""^ Halévy en 1862 ou 1863. — Renseignements 
fournis par M™'^ Halévy Strauss, fille de M"' Halévy (4 novembre 1897). 

2. Architecture funéraire contemporaine^ etc., 3* section B, pi. 11. 



250 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIERES DE PARIS 

(H. 0"^ 28) est placé dans une niche vitrée. Signé : F. Duret. 
(9^ div.) 

DUSEIGNEUR (Jean-Bernard). 

Lacroix (Paul), dit le bibliophile Jacob, littérateur, né 
à Paris le 27 février 1806, décédé dans la même ville le 
16 octobre 1884. — Stèle surmontée du buste en bronze 
du littérateur (H. o™ 60), posé sur livres également en 
bronze. Signé : Jehan Duseigneur, 1832'. Fondu par Delafon- 
taine 1884. Sur la face antérieure de la stèle est gravé : « Je 
souhaite que mon buste par Jean Duseigneur soit placé sur la 
tombe de mes parents. P. L. Bibliophile Jacob. » (20^ div.) 

ELSHOECHT (Jean-Jacques-Marie-Carl- Vital) . 

Fougère (Louis-Gustave), avocat, décédé le 11 octobre 
1833 à Tâge de 24 ans. — Médaillon en marbre (Diam.o'" 50). 
Signé: Carie Elshoecht f. 18^4. (13^ div.) 

ETEX (Antoine). 

MoziN (Désiré-Théodore), compositeur, professeur au 
conservatoire de musique, né à Paris le 25 janvier 18 18, 
décédé dans la même ville le lé novembre 1850. — Médaillon 
en marbre blanc(Diam. o"" 45) placé dans une chapelle. Signé : 
Etex, 18 SI. Au-dessous du médaillon on lit : « A Théodore 
Mo^in, ses amis, ses élèves. 

Emporte nos regrets, ami tant regrettable! 
Laisse à nous, qui t'aimons, le deuil et la douleur. 
Nous pleurons ta jeunesse et ton talent aimable. 
Nous pleurons aussi ton bon cœur. 

(4^ div.) 

Etex. 
Alexandre (Adélaïde), décédée le 3 mai 1860, à l'âge 
de 64 ans. — Buste en marbre (H. o™ 45). Signé : Etex. 
(Cimetière israéUte.) 

EUDE (Louis-Adolphe). 

Bernard (Paul), compositeur, né à Poitiers le 4 octobre 

I. Un buste de Paul Lacroix, ^zx Jean Duseigneur, a figuré au Salon de 1833 sous 
le n° 2528. 



MONTMARTRE 2$I 

1827, décédé à Paris le 24 février 1879. — Le médaillon en 
bronze (Diam. o"' 40) du compositeur est encastré dans la 
face antérieure d'une stèle en granit. Signé : Ad. Eude. Au- 
dessous du médaillon sont sculptés dans la stèle une lyre, une 
palme entremêlée de lierre et des partitions de musique, 
(ii^div.) 

F ALGUIÈRE (Jean- Alexandre- Joseph) . 

BoNNEHÉE (Marc), musicien, né à Moumours (Basses- 
Pyrénées) le 2 avril 1828, décédé à Paris le 28 février 1886. 
— Au fond d'une chapelle, sur une sorte d'autel, Tarcisius, 
martyr chrétien, statue couchée, en plâtre stéarine, d'après le 
marbre de Falguière exposé au Musée du Luxembourg (33^ div.) 

FAUGINET (Jacques- Auguste). 

Simon (Aristide-Marie). — Buste en marbre (H. C" 67). 
Signé : Fauginet, 18^ y, (27^ div.) 

FERRAT (Jean-Joseph-Hippolyte-Romain). 

CoLET (Hippolyte-Raimond), compositeur, décédé le 
29 avril 185 1. — Demi-ronde bosse en bronze (Diam. o"" 45). 
Signée : H*' Ferrât, i8ji. Le monument de Colet a été élevé 
« par sa veuve, sa fille, ses collègues et ses élèves. » (33^ div.) 

FERRU (Félix). 

Ricard (Louis-Gustave), peintre, né à Marseille le 
i^"" septembre 1823, décédé à Paris le 23 janvier 1873. — 
Édicule à fronton triangulaire. Dans la face antérieure existe 
une niche où se trouve placé le buste en marbre blanc 
(H. G™ 80) du peintre. Signé : Ferru^. Au-dessous sont 
sculptés une palette, des pinceaux, une branche de chêne et 
une palme. Sur la face antérieure on lit : 

Venise en le perdant aurait porté le deuil. 

(Autran.) 

Ce monument a été élevé sur les dessins de Léon Dupré, archi- 
tecte. (23^ div.) 

1. Ce buste a figuré au Salon de 1833 ^^^^ ^^ "" 2544. 

2. Ce buste a figuré au Salon de 1874 sous le n° 2850. 



252 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

FLOSI. 

AcHARD (Pierre-Frédéric), artiste dramatique du Palais- 
Royal et du Gymnase, né à Lyon le 4 novembre 1808, 
décédé le 14 août 1856. — Buste en bronze (H. o'" 55), 
placé dans une chapelle. Ce buste a été exécuté par Flosi en 
1838 \ (9'^div.) 

FRANCESCHI (Jules) et MIGLIORETTI (P.). 

Kamienski (Miécislas), jeune Polonais, soldat volontaire 
français, tué à Magenta le 4 juin 1859^. — Tombeau sur- 
monté d'une statue en bronze^grandeur nature) : Kamienski, 
en costume militaire, blessé, est assis à terre; sa giberne lui 
sert d'appui ; il essaye de se soutenir de la main gauche ; les 
armes du jeune soldat gisent à ses côtés. Sur la face antérieure 
du socle est gravé : « Je meurs, calme. Polonais et chrétien. 
Magenta, 4 juin 1859, Kamienski, légion étrangère. Adieu, 
rêves, illusions, vanités!!! (ses derniers mots). » Sur la face 
postérieure du socle on lit : « Fils unique de parents exilés. » 
Signée : Jules Franceschi, 5^^', 1861. F'''' de Eck et Durand'^. A 
droite du tombeau est une stèle peu élevée recouverte d'un 
coussin en marbre sur lequel repose la tête du jeune soldat; il 
est représenté mort, en demi-bosse, également en marbre 
(Diam. 0™ 40). Signée : P. Miglioretti, Milano. La stèle est 
adossée à une croix en pierre entre les bras de laquelle est pla- 
cée une tête de Christ, en bronze. (5^ div.) 

Franceschi. 
RouvENAT (François-Pierre-Léon), né le 6 juillet 1809, 
décédé le 7 septembre 1874. — Buste en bronze (H. o"" 69). 
Signé : Jules Franceschi. Boyer et Rolland fondeurs. (32'' div.) 

Franceschi. 

Offenbach (Jacques), compositeur, né à Cologne le 21 juin 

1819, décédé à Paris le 5 octobre 1880. — Stèle en marbre 

rose surmontée du buste en bronze du compositeur (H. o "" 70). 

Signé : Jules Franceschi 1881. Rolland f\ La fiice antérieure 

1. Renseignements fournis par M. Victor Achard, fils de l'acteur (14 octobre 

1897)- 

2. Il était fils de Nicolas Kamienski, colonel polonais, décédé à Paris le 5 février 
1875. 

3. Cette statue a figuré au Salon de 1861 sous le n° 3351. 



MONTMARTRE 2$ 3 

de la stèle est en outre décorée d'une lyre et d'une palme 
en bronze. Le monument à'Offenbach a été élevé par la 
famille aidée d'une souscription. (9^ div.) 

Franceschi. 

Rivière (Henri-Laurent), capitaine de vaisseau, comman- 
dant en chef de l'expédition du Tonkin, né à Paris le 12 juil- 
let 1827, tué à Hanoï le 19 mai 1883'. — Stèle surmontée 
du buste en bronze (H. C" 75) du commandant. Signé : 
Jules Franceschi. A. Rolland f. Le monument d'Henri Rivière 
a été élevé, au moyen d'une souscription, par la Société des 
gens de lettres et l'Association des auteurs et compositeurs 
dramatiques. (13^ div.) 
Franceschi. 

Franceschi (Pierre), décédé en 1873. — Médaillon d'en- 
fant, en stuc (Diam. o"" r6). En exergue du médaillon est 
gravé : « Pierre Franceschi, 1873 ». Ce médaillon, qui ne 
porte aucune signature, a sans nul doute été exécuté par le 
père de l'enfant, Jules Franceschi^ mort en 1893, 4^^ repose 
dans le même tombeau. (12^ div.) 

FULCONIS (Victor-Louis-Pierre). Voy. MARQUET DE VASSELOT 
(Anatole). 

GARNIER (Gustave-Alexandre). 

Foucault (Bernard-Léon), « membre de l'Académie des 
sciences, de l'Académie de Berlin, de la société royale de 
Londres, honoré de la médaille de Copley en 1864, physicien 
de l'Observatoire de Paris, membre du Bureau des longitudes 
et du Comité consultatif des arts et manufactures, né en 1819, 
décédé en 1868. » — Pyramide en granit à base quadrangu- 
laire. Sur le socle en retrait est placé le buste en marbre du 
physicien (H. o'" 65). Signé : Garnier^. (7^ div.) 

GATTI (Geraldo). 

PiGNY (Berthe), décédée le 12 février 1882, à l'âge de 



1. Les restes du commandant Rivière ont été ramenés en France en janvier 1885. 
(Voy. le Journal des Arts du 30 janvier 1885.) 

2. Un buste en marbre du physicien, par Garnier, a figuré au Salon de 1874 
sous le n" 2878. Ce buste était destiné à l'École normale supérieure de Paris. 



254 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

dix ans'. — Buste en plâtre (H. o'"3o) placé dans une cha- 
pelle. Signé : Gatti, 1884''. (9^ div.) 

GAUTHERIN{Jean). 

GuMERY (Charles-Alphonse), sculpteur, né à Paris le 
14 juin 1827, décédé dans la même ville le 19 janvier 1871. 

— Buste en marbre blanc (H. 0™ 55). Signé : /. Gautherin, 
1868^. (S' div.) 

Gautherin. 

GRANDjACQ.UET(Georgette),néeen 183 6, décédée en 1887. 

— Médaillon en bronze (Diam. o"" 25). Signé: Jean Gauthe- 
rin 18S7. — Grandjacquet (Alfred), né en 1834, décédé en 
1890. — Médaillon en bronze (Diam. o"' 25). Non signé. 
(8* div.) 

Gautherin. 
Obin (Louis-Henry), chanteur de l'Opéra, professeur au 
Conservatoire (1869-1889), pensionnaire de l'Opéra (1844- 
1872), né à Ascq (Nord) le 4 août 1820, décédé à Paris le 
9 novembre 1895. — Dans une chapelle est placé le buste en 
bronze (H. 0"' 75) (ÏObin. Signé: Jean Gautherin^. (33^ div.) 

GÉROME (Jean-Léon). 

GÉRÔME (Jean), fils du peintre-statuaire, né en 1864, 
décédé en 1891. — La Douleur, statue en bronze (H. i ™ 20) : 
Femme voilée, assise, courbée sur ses genoux et ayant la 
tête posée sur la main droite dans l'attitude d'une profonde 
douleur. Signée : /. L. Gérôme. (18^ div.) 

GIRARD (Noél- Jules). 

GozLAN (Léon), romancier et auteur dramatique, né à 
Marseille le i^'' septembre 1803, décédé à Paris le 14 septembre 
i86é. — Médaillon en marbre blanc (Diam. 0™ 60). Signé : 
Girard, 1866. Le tombeau de Gozlan a été érigé « par sa famille, 

1. Renseignements fournis par M. Piquet (lo novembre 1897). 

2. Ce buste a figuré au Salon de 1884 (n" 3535) sous le nom de « Blanche » 
Pigny. 

3. Ce buste a figuré au Salon de 1868 sous le n° 3618. 

4. Ce buste est une réplique de celui qui décore la Bibliothèque de l'Opéra, et qui 
a été offert à cet établissement par L.-H. Obin. — Renseignements fournis par 
M. Ch. Nuitter. archiviste de l'Opéra (7 décembre 1897). 



MONTMARTRE 255 

les sociétés des auteurs compositeurs dramatiques et gens de 
lettres, » sur les dessins de Ch. Duval fils, architecte. Gravé 
par Chappuis\ (21^ div.) 

GODEBSKI (Cyprien). 

Gautier (Théophile),poète, romancier, critique, bibliothé- 
caire de la princesse Mathilde, né à Tarbes le 31 août rSii, 
décédé à Neuilly le 23 octobre 1872. — Tombeau surmonté 
de la muse Calliopc, statue en marbre (H. i"" 25). Signée : 
Cyp. Godebski iSyj. CalUope, assise, tient une palme et une 
lyre, et s'accoude du bras droit sur le médaillon du poète posé 
sur des livres; l'un de ces livres a pour titre : Émaux et 
Camées. Les inscriptions suivantes sont gravées sur le tombeau. 
Face antérieure : « A Théophile Gautier, ses amis. » Côté 
gauche : 

Priez Dieu pour son âme, et par des fleurs nouvelles 
Remplacez en pleurant les pâles immortelles 
Et les bouquets anciens. 
Côté droit : 

L'oiseau s'en va, la feuille tombe, 
L'amour s'éteint, car c'est l'hiver 
Petit oiseau viens sur ma tombe 
Chanter quand l'arbre sera vert. 

Face postérieure : 

Où retrouverez-vous le temps sacrifié 

Et ce qu'a de votre âme emporté sur son aile 

Des révolutions la tempête éternelle ! 

Le tombeau de Théophile Gautier a été élevé sur les dessins 
de /. Brevet, architecte. (3^ div.) 

Godebski 
Berlioz (Hector), compositeur, né à la Côte-Saint-André 
(Isère) le 18 décembre 1803, décédé cà Paris le 8 mars 1869. 
— Monument décoré du médaillon en bronze du compositeur 
(Diam. o™ 60). Signé : Cyp. Godebski, 1884. Hu s set fondeur , 
Paris. Une lyre et une plume, également en bronze, com- 

I. Architecture funéraire contempot aitie , etc., 2^ section C, pi. xii. 



256 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

plètent la décoration. Le monument a été élevé sur les dessins 
de l'architecte /(?Mi/m. (7^ div.) 

GODIN (Eugène-Louis). 

CoLLARD (Charles-André), né à Paris le 18 février 1819, 
décédé à Samois le 15 septembre 1882. — Médaillon en 
marbre (Diam. C" 35), par E.-L. Godin. Le monument de 
Collard a été érigé en 1883 sur les dessins de A.-L. Joigny, 
architecte ^ (26^ div.) 

GOSSIN (Etienne). 

Dupont (Paul-Ernest-Alfred), décédé le 2 mars 189 1, à 
Tâge de 75 ans^ — Médaillon ovale en bronze (H. 0"' 42. 
L. G"' 37). Signé : E, Gossin, (27* div.) 

GREBER (Henri). 

Lecomte (Gustave), ingénieur, né le 28 novembre 1853, 
décédé à Panama le 21 juin 1886. — Buste en marbre 
(H.o'" 70). Signé : H. Greber. (25^ div.) 

GUILBERT (Ernest-Charles-Démosthène). 

Feyen (Augustin-François), dit Perrin, peintre, né à 
Bey-sur-Seille (Meurthe) le 12 avril 1826, décédé à Paris le 
14 octobre 1888. — Stèle en granit surmontée du buste en 
bronze (H. C" 85) de Feyen-Perrin. Adossée à la stèle, une 
statue en bronze (H. i"'5o) représente une jeune paysanne 
debout, les pieds nus, vêtue d'une robe courte, et semant des 
fleurs sur le tombeau. Ces deux œuvres sont signées : E. 
Gtiilhert 18^2. Le monument a été érigé « parles amis et les 
admirateurs du peintre, » sur les dessins de Laurent Farge, 
architecte. (18^ div.) 

Guilbert. 

Deslandes (Raimond), auteur dramatique, directeur du 
Vaudeville, né à Yvetot le 12 juillet 1825, décédé à Nice le 
21 mars 1890. — Buste en marbre (H. C" 80). Signé : 
E. Guilbert, i8q2. Le monument de Deslandes a été élevé. 



1. Renseignements fournis par M""' Collard (14 octobre 1897). 

2. Renseignements fournis par M. Dupont et E. Gossin (10 et 11 novembre 1897). 



MONTMARTRE 257 

en 1892, par « ses amis, son théâtre, » d'après les dessins de 
Paul Blondel, architecte. (28^ div.) 

GUMERY (Charles- Alphonse). 

Toussaint (François-Christophe-Armand), statuaire, né 
à Paris le 7 avril 1806, décédé dans la même ville le 24 mai 
1862. — Médaillon en bronze (Diam. o™ 43). Signé : 
J. Guniery, i<?/o. (23 « div.) 

Gumery. 

Salvador-Tuffet (Louis-Georges), décédé le 17 avril 
1858, à l'âge de 20 ans. Médaillon en marbre (Diam. o"' 38). 
Signé : A. Gumery, 18)8. (iV div.) 

Gumery. 

Ampère (André-Marie), physicien, inspecteur général de 
l'Université, membre de l'Académie des sciences, né à Lyon 
le 21 juin' 1775? décédé à Marseille le 10 juin 1836. — Médail- 
lon en bronze (Diam. o™ 30). Signé : A. Gumery 1864. — 
Ampère (Jean-Jacques-Antoine), littérateur, membre de 
l'Académie française et de l'Académie des Liscriptions et 
belles-lettres, né à Lyon le 12 août 1800, décédé à Pau le 
27 mars 1864. — Médaillon en bronze (Diam. o"' 30). 
Signé : A. Gumery^. (30* div.) 

HUSSON (Honoré-Jean- Aristide). 

BÉNARD. — Buste en marbre blanc (H. o"'5é). Sur le 
socle est gravé : « 15 septembre 1837. w Signé : A. Husson, 
18^8. (19^ div.) 

JOUFFROY (François). 

Masse (Famille). — • Stèle circulaire surmontée d'un 
groupe en marbre (H. o"" 60) : trois enfants nus, debout, 
ayant les yeux et les bras levés au ciel. Signé : F. Jouffroy, 
1864. (29'= div.) 

Jouffroy. 
Clapisson (Antoine-Louis), compositeur, membre de 

1. Lalanne le fait naître le 20 janvier. 

2. Le modèle en plâtre de ce médaillon a figuré au Salon de 1861 sous le n" 3593. 

ART FR. xni 17 



258 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

l'Institut, né à Naples le lé septembre 1808, décédé à Paris 
le 19 mars 1866. — Médaillon en marbre blanc (Diam. 
o'" 40), par F. }ouffroy\ Gravé par /.-/• Sulpis^. (28^ div.) 

LAVIGNE (Jules). 

França Leite (le Docteur Childéric), jeune Brésilien, 
décédé le 26 décembre 1857, ^ 1'%^ ^^ ^3 ^^^s. — Bas-relief 
en marbre (H. o"" 53. L. o"' 50) : Ephèbe nu, ailé, s'élevant 
au ciel. Signé : Jules Lavigne. (11^ div.) 

LEFEBVRE. 

Pluyette Gioanelli (Famille). — Bas-relief en bronze 
(H. G "'75. L. G'" 48) : une jeune femme voilée, assise dans 
Tattitude de la douleur, tient des fleurs dans ses mains. 
Ce bas-relief est de LefebvreK Dans l'angle inférieur est 
écrit : E. Gruet jeum fondeur (28^ div.) 

LENOIR (Alfred). 

GoNCOURT (Jules-Alfred Huot de), littérateur, né à Paris 
le 17 décembre 1830, décédé à Auteuil le 20 juin 1870. — 
Médaillon ovale en bronze (H. C" 35. L. g"" 25), fixé sur 
un tombeau horizontal en marbre. Signé : A. Lenoir i8po. 

— GoNCOURT (Edmond-Louis-Antoine Huot de), littérateur, 
né à Nancy le 26 mai 1822, décédé à Champrosay le 16 juil- 
let 1896. — iMédaillon ovale en bronze (H.g"'35.L.g"'25), 
placé à côté de celui de son frère. Signé : A. Lenoir iS^j. 
(13^ div.) 

LOISON (Pierre.) 

Billard (Marie), née Haas, décédée le 6 décembre 1864. 

— Médaillon en bronze (Diam. o™ 21). Signé : P. Loison 186^. 
(9^ div.) 

LORMIER (Edouard). 

Patti (Carlotta), mariée en premières noces au musicien 
Strakosch, puis au violoncelliste de Munck, cantatrice, née à 
Florence en 1840, décédée à Paris le 27 juin 1889. — Médail- 

1. Renseignements fournis par M™" Clapisson (7 octobre 1897). 

2. Architecture funéraire contemporaine, etc., 2* section D, pi. xiv. 

3. Renseignements fournis par M. E. Gruet jeune (22 septembre 1897). 



MONTMARTRE 259 

lon en bronze (Diam. o™ 45), encastré dans la face antérieure 
d'une stèle. Signé : H. Lormier, 18^0. (28^ div.) 

MARJOLIN (M™«). Voy. SCHEFFER (Ary). 

MAROCHETTI (le baron Charles). 

Darnay (Gustave), décédé à 23 ans. — Tombeau sur- 
monté d'une statue en pierre (grandeur nature) : Ange ailé, 
agenouillé, et ayant les bras croisés sur la poitrine dans l'atti- 
tude de l'adoration; une croix est dans sa main droite. Cette 
statue est due au ciseau de Marochetti, Gravée par L. Normand^, 
(21^ div.) 

MARQUET DE VASSELOT (Anatole). 

GoNZALÈs (Louis-Jean-Emmanuel), romancier, président 
honoraire et délégué de la Société des gens de lettres, né à 
Saintes le 25 octobre 181 5, décédé à Paris le 17 octobre 1887. 
— Buste en bronze (H. o"" 55), par Marquet de Fasselot. Sur 
la face antérieure de la stèle supportant le buste est gravé : 
« A Emmanuel Gonzalès, la Société des gens- de lettres. » 
(21^ div.) 

Marquet de Vasselot. 
Dash (Gabrielle de Cisterne de Courtiras, vicomtesse 
de Saint-Mars, connue sous le nom de comtesse), femme de 
lettres, née à Poitiers le i" août 1804, décédée à Paris le 9 
septembre 1872. — Médaillon en marbre blanc (Diam. C" 40). 
Signé : A. Fasselot. Le monument de la comtesse Dash a été 
élevé à sa mémoire par « ses meilleurs amis ». (23^ div.) 

Marquet de Vasselot et Fulconis (Victor-Louis-Pierre). 
Meyer (H.), mécanicien constructeur, décédé en 189 1. — 
Dans le fronton d'une chapelle est encastré un médaillon en 
bronze (Diam. C" 40), par Marquet de Vasselot. Sur la porte 
en bronze est sculpté un bas-relief méplat (H. 0^35. L. 
o"'5o). Signé : F. Fulconis iS8p. Ce bas-relief représente 
V Arrivée du « Saint-Pierre » dans la rade de Saint-Pierre de la 



I. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. xxiv. — C'est L. Normand qui nous fait 
connaître que cette œuvre a été exécutée par Marochetti. 



26o LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Martinique. Au bas est gravé : « Hommage de périlleuse tra- 
versée du plus petit vapeur de S. Pierre de France à la 
Martinique du 5 y'^'^au 5 X^'^ 1850'. » A l'intérieur de la cha- 
pelle se trouvent les bustes en marbre de M. et M™^ Meyer, 
sculptés par F. Fulconis. (33^ div.) 

MATHIEU-MEUSNIER (Mathieu-Roland dit). 

Thiboust (Lambert), auteur dramatique, né à Paris en 
1827, décédé à Passy le 10 juillet 1867. — Bas-relief en 
marbre blanc (H. i"'90. L. i"'45) : Au centre, dans un 
enfoncement, est placé le médaillon (Diam. C" 40) de l'auteur 
dramatique; à gauche, une jeune femme accoudée sur le 
portrait tient dans sa main un parchemin déroulé sur lequel 
est gravé: « Comédies, vaudevilles de 1850 à 1867; à ses 
pieds, un masque, et une Folie qui vient de s'échapper de 
sa main ; à droite, une jeune femme drapée, ayant une branche 
de lierre dans sa chevelure, pose la main gauche sur son 
cœur, et de l'autre main grave, à l'aide d'un style, au-dessus 
de la tête du dramaturge les mots suivants : « A notre 
cher Lambert Thiboust. » Signé : Mathieu-Meusnier, F''. 
(27» div.). 

Mathieu-Meusnier 

Bernard (Martin), représentant du peuple, né à Mont- 
brison en 1808, décédé à Paris en 1883. — Médaillon en 
bronze (Diam. o*" 35), encastré dans la face antérieure d'une 
stèle en granit. Signé: 1884^ Mathieu-Meusnier s*. Au-dessous 
du médaillon, sont sculptées dans la stèle une palme, des 
branches de laurier et de chêne. Le monument de Bernard a 
été érigé par souscription d'après les dessins de Léon Dupré, 
architecte. (27^ div.) 



I. Il est fait allusion, dans ces lignes, aux dangers courus par Meyer pendant sa 
traversée de France à la Martinique qui fut des plus périlleuses. Le hardi mécanicien 
avait entrepris de se rendre à la Martinique sur le petit vapeur à aubes le « Saint- 
Pierre », premier navire à vapeur qui ait fait ce voyage. Le capitaine et le second 
furent enlevés par une lame. Meyer resta seul avec trois nègres pour diriger son 
navire. Enfin, après trois mois de navigation, ils arrivèrent, manquant de vivres, et 
presque mourants, à la Martinique. Meyer fonda une usine à Saint-Pierre et installa 
des ateliers de fonte. Son industrie ayant prospéré il amassa une fortune. Le méca- 
nicien revint en France où, vers 1889, il dirigea lui-même les travaux de construc- 
tion de la chapelle dans laquelle il repose. — Renseignements fournis par V. Fulconis 
(25 novembre 1895). 



MONTMARTRE 26 1 

MERCIÉ (Antonin). 

OsiRis (Sépulture). — Moïse assis, statue en marbre, de 
grande dimension. Sur le socle antérieur est gravé : « Au 
plus grand législateur. » 

« Osiris. » 
Sur la base du siège, à gauche, on lit : « D'après Michel- 
Ange. » Cette copie a été exécutée par les soins de A, Mercié. 
{y div.) 

MIGLIORETTI (P.). Voy. FRANCESCHI (Jules). 

MILLET (Aimé). 

Baudin (Alphonse), docteur médecin, représentant du 
peuple, « mort en défendant le Droit et la Loi, le 3 décembre 
185 1. » — Tombeau en marbre et en granit surmonté de la 
statue en bronze (Long. 2"" 10) de Baudin. Il est représenté 
couché sur son tombeau, le front troué par une balle ; la main 
droite est posée sur une table verticale en marbre où sont 
gravés les deux mots : « La Loi ». Signée : Aimé Millet, 
sculp, Ch, Matifat, fondeur. Sur le côté droit du tombeau on 
lit : « Ses concitoyens, 1872. » Ce tombeau a été élevé par 
souscription, sur les dessins de Léon Dupré, architecte. 
(27^ div.) 

Millet. 

MuRGER (Henry), Httérateur, poète et auteur dramatique, 
né à Paris le 24 mars 1822, décédé dans la même ville le 28 
janvier i8éi. — Stèle quadrangulaire en granit surmontée 
d'une statue en pierre (H. i™ 40) : une femme en pied, 
debout, drapée, symbolisant la Jeunesse; dans ses mains, des 
fleurs qu'elle sème sur la tombe. Signée : Aimé Millet sc^. Le 
médaillon du poète (Diam. o"" 35) est sculpté sur la base de 
la stèle ; au-dessous du médaillon, une plume, des feuillets et 
la croix de la Légion d'honneur. Le monument de Murger a 
été construit sur les dessins de Léon Z)w/?r^' architecte. Gravé 
par Léon Gaucher el et Hugtienet\ (5^ div.) 



1. Le modèle en bronze, à moitié d'exécution, a figuré au Salon de 1863 sous le 
n° 2487. 

2. Architecture funéraire contemporaine y etc., 2* section C, pi. r et ri. 



262 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Millet. 

NoRiAC (Claude- Antoine- Jules Cairon, dit), littérateur, 
né à Limoges en 1826 ^ décédé à Paris le i^"" octobre 1882. 
— Le médaillon en bronze (Diam. o"" 40) du romancier est 
encastré dans une stèle en granit. Signé : Aimé Millet se. Sur 
la face antérieure de la stèle sont sculptés un livre, une plume 
et des feuillets sur lesquels on lit : Le Figaro, le Monde illustré, 
le 101^'"% la Bêtise humaine. (8^ div.) 

Millet. 
AuDÊouD (Jules), décédé le 2 avril 1885, à l'âge de 45 
ans. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 40), placé dans le 
fronton d'une chapelle. Signé : Aimé Millet 1886. En exergue 
du médaillon on lit : « A Jules Audéoud, ses amis. » 
(20^ div.) 

MONTAGNY (Etienne). 

FouRNEYRON (Benoît), ingénieur, né à Saint-Étienne, le 
2 novembre 1802^, décédé à Paris le 8 juillet 1867. — Buste 
en bronze (H. o™ 60 environ) placé à l'intérieur d'une cha- 
pelle, par E. Montagny. Dans le fronton de la chapelle est 
encastré le médaillon en bronze (Diam. o'"55) de l'ingénieur. 
Signé : E. Montagny^. Le buste date de 1855 et le médaillon 
de 1868 seulement. La chapelle a été érigée sur les dessins 
de Le Royer, architecte. (26^ div.) 

MON Y (Adolphe-Stéphane). 

Flachat (Eugène), ingénieur, président et l'un des fon- 
dateurs de la Société des ingénieurs civils, né à Paris le 16 
avril 1802, décédé à Arcachon le lé juillet 1873. — Buste 
en bronze (H. o"» 85). Signé : A. Mony, 18^). (29^ div.) 

MORICE(Léopold). 

Portier (Adolphe), né le 29 août 1835, décédé le 24 
novembre 1890. — Statue en bronze (H. i™ 80) : femme 
debout, voilée, semant des fleurs de la main droite. Signée 

1. Vapereau, dans le Dictionnaire des Contemporains, le fait naître en 1827. 

2. Vapereau le fait naître le 31 octobre 1802. 

3. Renseignements fournis par M. Crozet-Fourneyron, sénateur de la Loire, 
neveu de Benoît Fourneyron (i" octobre 1897). 



MONTMARTRE 263 

sur un livre ouvert posé au pied de la statue : L. Morîce sK 
A. Durenne fondeur \ (2^div.) 

OLESZCZYNSKI (Ladislas). 

Slowacki (Jules), poète polonais, né le 25 août 1809, 
décédé le 3 avril 1849. — Médaillon en bronze. (Diam. 
0^40), par Olesxçzinski^ . (7* div.) 

PAUFARD (Jean-Baptiste-Auguste). 

GuiLMiN (Charles-Marie-Adrien), mathématicien, né à 
Brest le i" mars 18 12, décédé à Paris le 20 février 1884. — 
Médaillon en marbre (Diam. o"" 45). Signé : A. Paufard, 
(13^ div.) 

PETIT (P.). 

Petit (Marie-Louise), .musicienne, née le 10 novembre 
1845, décédée le i" septembre 1864. — Édicule supporté par 
quatre colonnettes. Sous cet édicule est placé le buste en 
marbre blanc (H. C" 50) de Marie-Louise Petit. Signé : P. 
Petit. (29^ div.) 

PÊTRE (Charles). 

Prudent (Racine Gaultier, dit Emile), pianiste et com- 
positeur, né à Angoulême le 3 février 18 17, décédé à Paris 
le 14 mai 1863. — Médaillon en bronze (Diam. o'"3i) 
encastré dans la face antérieure d'un cippe. Signé : Ch. 
Pêtre. Au-dessous du médaillon est sculptée dans le cippe une 
portée de musique avec ces mots : u Les trois rêves », et 
deux branches de laurier. Le tombeau du musicien a été élevé 
sur les dessins de P. Manguin, architecte. Gravé par A. Guil- 
launwt^. (22^ div.) 

POITEVIN (Auguste). Voy. DAVID D'ANGERS (Pierre- Jean) . 

POLLET (Joseph-Michel-Ange). 

CoTTREAU (Pierre-Félix), peintre, inspecteur général des 

1. Cette statue a figuré au Salon de 1893, sous le n° 3223. 

2. Lors de la restauration du tombeau du poète, eu 1894, le médaillon en pierre 
qui commençait à s'effriter fut coulé en bronze. C'est ce bronze qui, aujourd'hui, 
est placé sur le tombeau de Slowacki. Le médaillon en pierre fait actuellement 
partie du musée polonais de Rapperswyl en Suisse. — Renseignements fournis par 
le docteur Lewenhard (17 octobre 1897). 

3. Architecture funéraire contemporaine, 2® section D, pi. viii. 



264 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Beaux-Arts, né le 6 mars 1799, décédé le 19 décembre 1852. 

— Buste en marbre blanc (H. o'^éj). Signé : Pollet, 
(16^ div.) 

PRÉ AULT (Auguste). 

RouviÈRE (Philibert), peintre et artiste dramatique, né à 
Nîmes le 19 mars 1806, décédé à Paris le 19 octobre 1865. 

— Demi-ronde bosse en bronze (Diam. 0*^40), encastrée 
dans la partie supérieure d'une stèle : Rouvière est représenté 
mort ayant un masque à sa gauche. Signé : 1S66, A. Préault 
fecit. Au-dessous, un bas-relief en bronze (H. o"'52. L. 
©'"ér) : L'acteur est représenté dans le rôle à'Hamlet qu'il 
a créé au Théâtre-Historique en 1847 dans le drame en vers 
d'Alexandre Dumas et Paul Meurice. La scène reproduite en 
sculpture est celle où Hamlet, sur la plate-forme du château 
d'Elseneur, est en colloque avec le fantôme. (Deuxième 
partie, scène première). Rouvière debout, le corps rejeté en 
arrière dans un mouvement d'effroi porte vivement la main 
droite à son front. Le bras gauche est rejeté en arrière et la 
main tient une épée, la pointe en terre. Signé : A. Préault, 
1866. (26' div.) 

Préault. 

Didier (Aglaé), décédée le 27 mai 1863 \ — Stèle sur- 
montée d'un buste de femme en marbre blanc (H. C" 97). 
Signé : Auguste Préautt, statuaire, 186 J. Un médaillon ovale 
en marbre blanc (H. o"' 50. L. C" 38) est placé au-dessous du 
buste 2. Gravé par/. Huguenef^. (27^ div.) 

REN AUDOT (Jules-François-Gabriel) . 

Chaudey (Ange-Gustave), avocat et journaliste, né à 
Vesoul (Haute-Saône) le 5 octobre 18 17, fusillé à Paris par 
les insurgés le 23 mai 187 1. — Dans la face antérieure d'un 
monument est encastré une demi-ronde bosse en bronze. 
(Diam. o'"4o). Signée : /. Renaudot sr% i8y]. F. Barhedienne, 



1. M™^ Didier est la femme de Charles Didier, auteur de Rome souterraine. 

2. Un dessin à l'encre de Chine du premier projet du tombeau de M""* Didier, 
par Préault, fait partie du Musée d'Orléans. (Voy. Catalogue du Musée d'Orléans, 
édition de 1876, n° 865.) 

5. Architecture funéraire contemporaine, 2" section C, pi. m. 



MONTMARTRE 265 

fondeur. Au-dessous, on lit l'inscription suivante gravée sur 
un cartel en bronze : « Si quelque balle récriminatrice nous 
est réservée, nous n'avons qu'à tomber en faisant des vœux 
pour la République. » (Chaudey, Siècle du 24 mai 1871). 
(29'' div.) 

ROBINET (Pierre- Alfred). 

Malinet (Marie-Éliza-Camille), décédée le 5 juillet 185 1, 
à l'âge de 9 ans. — Médaillon ovale en marbre (H. o™ éo. 
L. o"^ 45). Signé : P. Robinet f, 18S4. (33^ div.) 

RODIN (Auguste). 

Castagnary (Jules-Antoine), journaliste, critique d'art, 
président du Conseil municipal de Paris (1879), conseiller 
d'État (1879), directeur des Cultes (1881), directeur des 
Beaux-Arts (1887), né à Saintes (Charente-Inférieure) le 11 
avril 1830, décédé à Paris le 11 mai 1888. — Buste en bronze 
muni de bras (H. o"'75) : La main droite, posée sur la poi- 
trine, tient une plume. Signé : Rodin. Le monument de Casta- 
gnary a été élevé par souscription. (17^ div.) 

RUDE .(François) et CHRISTOPHE (Ernest). 

Cavaignac (Eléonore-Louis-Godefroy). polémiste, né à 
Paris en 1801, mort dans la même ville le 5 mai 1845. — Sta- 
tue en bronze (Long. 2""). L'écrivain est représenté drapé et 
couché sur son tombeau; il a la main droite posée sur un 
sabre et sur une plume. Le sabre est ici un attribut du combat- 
tant de Juillet. Signée : « Rude et Christophe son jeune élève. F'' 
de Eck et Durand, 184J. » Gravée par Gihert\ (31^ div.) 

S AINT-M ARCEAUX (René de). 

Dumas fils (Alexandre), littérateur et auteur dramatique, 
membre de l'Académie française, né à Paris le 28 juillet 
1824, décédé le 30 novembre 1895. — Statue en marbre 
blanc (Long. 2™), pari?. deSaint-Marceaux''. Alexandre Dumas 
est représenté couché et ayant les mains jointes sur la poi- 
trine ; une forte couronne de laurier posée au sommet de la 



1. Architecture funéraire contemporaine, 1'^'= section B, pi. vi. 

2. Cette statue a figuré au Salon du Champ-de-Mars en 1897 sous le n° 131. 



266 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

pierre tumulaire vient effleurer la tête de l'écrivain. La 
statue est placée sous une sorte de sarcophage en granit porté 
par quatre colonnes romaines. (2i^div.) 

SAINT-VIDAL (Francis de). 

Neuville (Alphonse-Marie-Adolphe de), peintre, né à 
Saint-Omer le 31 mai 1836, décédé à Paris le 19 mai 1885. 
— Édicule formant fronton coupé par une croix. Dans la face 
antérieure est un enfoncement où se trouve placé le buste de 
l'artiste (H. o" 50). Sur le tombeau, une femme affaissée 
(grandeur nature) symbolisant la France en deuil. Elle pose 
les mains sur une palette et des pinceaux. A terre, un képi et 
des débris d'armure. Ce monument, en marbre blanc, est signé ; 
Francis de Saint-Vidal, 1894. (23^ div.) 

SALMSON (Jean- Jules). 

Salmson (Jean-Eugène-Denis), décédé le 20 juin 1848, à 
l'âge de lé ans et demi. Cippe en pierre dans la face anté- 
rieure duquel est sculpté un médaillon ovale (H. o"" 45. L. 
0°" 35), par/. Salmson^. En exergue on lit : « L'amitié fra- 
ternelle. » (22*^ div.) 

SGALLIET (L.). 

Doré (Philippe), chimiste, décédé le 21 avril 1870, à 
l'âge de 39 ans. « Pendant quinze ans il a fait gratuitement, 
dans son amphithéâtre de la cité Doré, un cours de physique 
et de chimie aux ouvriers du 13^ arrondissement de Paris. » — 
Médaillon en bronze (Diam. o'"i9). Signé : L. Scalliet 
i8s8. (9« div.) 

SCHEFFER (Ary) et MARJOLIN (M"^^), ne'e SCHEFFER. 

ScHEFFER (Cornélia Lamme, M""^), née à Dordrecht le 23 
avril 1771, décédée à Rueil le 4 juillet 1839. — Statue en 
pierre (grandeur nature), d'après Ary Scheffer. La mère du 
peintre est représentée couchée sur un tombeau. Cette sta- 
tue, placée dans une chapelle, est la reproduction de celle en 
marbre due au ciseau à' Ary Scheffer. Les parois de la chapelle 
sont en outre décorées de peintures sur lave exécutées par 

I. Renseignements fournis par /. Salmson (22 octobre 1897). 



MONTMARTRE 267 

M""*" C. MarjoUn, d'après des œuvres de son père : i° paroi du 
fond : fragment du tableau du Christ consolateur ; 2° paroi de 
droite : Les douleurs de la terre qui se transforment en espérance 
en s' élevant vers le ciel ; 3 ° paroi de gauche : l'Ange annonçant 
la résurrection aux saintes femmes. Cette composition est la 
reproduction de la dernière œuvre (inachevée) à'Ary Scheffer. 
Le fronton de la chapelle comporte un bas-relief en marbre 
(H. 0^50. L. o"" 90) : un Ange pleurant sur un tombeau. 
L'inscription suivante se lit sur le tombeau simulé : « Heu- 
reux ceux qui pleurent, ils seront consolés. » Ce bas-relief a 
été exécuté par M""^ C. Marjolin d'après une œuvre peinte par 
son père^ (22^ div.) 

SCHROEDER (Louis). 

RosTAN (Louis-Léon), médecin des hôpitaux, professeur 
à la Faculté, membre de l'Académie de médecine, né à Saint- 
Maximin (Var) le 15 mars 1790, décédé à Paris le 4 octobre 
1866^. — Haut-relief en marbre blanc (H. i ™ 90. L. C" 80) : 
Rostan, en pied, debout, vêtu de la robe universitaire, tient 
un parchemin dans la main gauche ; il est dans l'attitude du 
professeur qui fait son cours. Signée : Schroeder. (26^ div.) 

TAIÉE (Jean- Alfred). 

Lachaud (Noël-Ernest), décédé à Vire (Calvados) le 8 
septembre 1867, à l'âge de 52 ans, inhumé à Vire le 10 sep- 
tembre 1867. — Le cénotaphe est décoré d'un médaillon 
en bronze (Diam. 0^22). Signé : A. Taiée. (29^ div.) 

THABARD (Martial- Adolphe). 

Simon (L.-E. Fortuné), curé de Saint-Eustache, décédé 
à Paris le 26 avril 1873. — Médaillon en bronze (Diam. 
o"" 39). Signé : A. Thabard. Le tombeau de l'abbé Simon a été 
élevé « par sa famille, ses vicaires, etc. » (23^ div.) 

THOMAS (Gabriel-Jules). 

DuPRATO (Jules-Laurent-Anacharsis), compositeur, né à 
Nîmes le 20 août 1827, décédé à Paris le 20 mai 1892. — 



1. Renseignements fournis par M"" Marjolin, fille d^Ary Scheffer (i2 octobre 1897). 

2. Vapereau écrit : 16 mars 1796 et 3 octobre 1866? 



268 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Médaillon en bronze (Diam. 0^40), encastré dans la face 
antérieure d'une stèle. Signé : G. /. Thomas, 189^. Au- 
dessous du médaillon, une lyre, également en bronze, com- 
plète la décoration du monument. (17^ div.) 

THOMIRE (Pierre-Philippe). 

Thomire (Pierre-Philippe), sculpteur et ciseleur, né à 
Paris le 6 décembre 175 1, décédé dans la même ville le 9 
juin 1843. — Stèle surmontée du buste en bronze du sculp- 
teur (H. 0^58). Signé : P. P. Thomire sculp', 181^. F" de 
Eck et Durand. Sur la face antérieure de la stèle est gravée 
Tinscription suivante : a Les ouvriers réunis de la fabrication 
du bronze ont fait élever ce monument pour honorer le 
talent et perpétuer la mémoire d'un bienfaiteur qui fut leur 
ami. » (9* div.) 

TORRELLI. 

CozETTE père, décédé le 16 octobre 1848. — Chapelle 
dans laquelle est placé son buste en stuc (H. o"'5 5). — 
CozETTE fils. — Buste en stuc (H. o"'45). Ces deux bustes 
ont été exécutés par Torelli\ (32*^ div.) 

TOUSSAINT (François-Christophe- Armand) . 

Toussaint (Jean-Jacques-Alexandre), professeur au col- 
lège Rollin, né le 26 février 1772, décédé le 31 octobre 1836. 

— Médaillon en marbre blanc (Diam. o'"3o). Signé : 
A^ Toussaint, 18}-]. (22^ div.) 

TRENTACOSTE (Domenico). 

Herbillon (le colonel A.), né en 1825, décédé en 1893. 

— Tombeau en marbre sur lequel est une statue en bronze 
(Long. I ""15) : une jeune femme, légèrement drapée, le torse 
nu, est affaissée sur le tombeau, la face contre terre; les 
mains jointes, sont posées en avant. Signée : iy° Trentacoste, 
i8p2. Thiébaut frères fondeurs, Paris. (5^ div). 

I. Renseignements fournis par M"* veuve Leclerc (14 octobre 1897). 



MONTMARTRE 269 



SCULPTURES ANONYMES 



I. — GROUPES 



Bailly-Perrin (Famille). — Pyramide en bronze; dans 
la face antérieure est un enfoncement où se trouve placé un 
groupe en bronze (H. o™ 33) : un ange ailé, debout, montre 
du doigt le ciel à un jeune enfant agenouillé à ses pieds. Au- 
dessus, un médaillon en bronze (Diam. C' 15). Sous ce 
médaillon est gravée l'inscription suivante : « Érigé en 1876 
par Alphonse-Pierre Perrin à la mémoire de sa famille. » 
(3^ div.) 

Calluaud (Famille). — Dans une chapelle, sur un 
autel, est placé un groupe en marbre (H. 0"' 40) représen- 
tant une Mater dolorosa. (23^ div.) 

IL — STATUES 

Denise (Joseph-Amand-Augustin), homme de lettres, 
né à Rouen, décédé à Paris le 17 janvier 1861, à l'âge de 
89 ans. — Statuette en pierre (H. o"" 80) : Denise, en pied, 
debout, la tête nue, tient une plume dans la main droite et un 
livre dans Fautre main ; à ses pieds, sont des livres. (2* div.) 

Lejeune (Marc). — Chapelle en pierre surmontée d'un 
sarcophage. Devant le sarcophage, sont deux femmes voilées, 
en pied, debout, légèrement inclinées dans l'attitude de la 
prière, en face d'un trépied que surmonte une flamme. Der- 
rière le sarcophage, deux autres statues de femme dans la 
même attitude. Ces statues, en pierre, sont de grandeur 
nature'. (29' div.) 

I. M°" Lejeune, propriétaire du monument, consultée, nous a dit ne pas con- 
naître le nom de l'artiste qui a exécuté ces quatre statues (5 novembre 1897). 



270 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

RoHART (Famille). — Statue en fonte (H. r" 35) : une 
jeune fille ailée, vêtue d'une tunique sans manches, a un 
genou en terre et tient un flambeau renversé ; du doigt de la 
main droite elle indique le ciel. La statue a été fondue au 
Val d'Osne. (5^ div.) 

SoLTiKOFF (la comtesse Potocka, princesse), née à Saint- 
Pétersbourg le 4 février 1807, décédée à Paris le 21 janvier 
1845. — Chapelle gothique décorée de trois clochetons dans 
lesquels est pratiqué un enfoncement où se trouvent placées 
les statuettes, en pierre, de la Charité, de l'Espérance et de la 
Foi. Une statue de la Vierge, debout, tenant l'Enfant Jésus, 
existe à l'intérieur de la chapelle, sur l'autel ; le rétable com- 
prend un bas-relief en marbre représentant une Tête de 
Christ et les quatre Évangélistes. La chapelle a été construite 
en 1845 sur les dessins de /. Hittorff, architecte. Gravée par 
L. Normand^. (4^ div.) 

Ward (Famille). — Statue en bronze (H. i*" 25) : 
Christ en croix, (26^ div.) 

EL — HAUT-RELIEFS 

Blasini et Court (Familles). — Une chapelle dont la 
façade est décorée de deux médaillons en marbre (Diam. o "" 35). 
A l'intérieur est un haut-relief en marbre représentant la 
Vierge assise tenant l'Enfant Jésus dans ses bras. (19' div.) 

Larmoyer (Famille). — Haut-relief en pierre (H. i "'. 
L. 1°" 90) : un homme est étendu sur son Ut de mort; près 
de lui est une femme en pleurs entourée de ses quatre enfants; 
au pied du lit, un Génie ailé tient d'une main un flambeau 
renversé et de l'autre tend au moribond une couronne de 
roses ^. (29^ div.) 

1. Monuments funéraires, etc., t. I, pl.XLVi et xlvii. Normand attribue la sculp- 
ture de la chapelle de la princesse SoltikofF au ciseau de F. Duret. Mais comme nous 
n'avions aucun document à l'appui de l'assertion de Normand, nous nous sommes 
adressé à M"* Cot, fille de Duret, et à A. Tbahard, élève du statuaire. L'un et l'autre 
nous ont répondu qu'ils n'avaient jamais entendu dire que la sculpture de cette cha- 
pelle eût été exécutée par Duret. Nous avons donc lieu de supposer que Normand a 
été mal informé. (Renseignements obtenus les 27 octobre et 7 novembre 1897.) 

2. M. Larmoyer nous écrit, à la date du 14 octobre 1897, qu'il ne connaît pas le 
nom de l'artiste qui a sculpté le haut-relief décorant le tombeau de sa famille. 



MONTMARTRE 27 î 

PoRÉE (Famille Henri). — Dans le tympan d'une cha- 
pelle est un haut-relief cintré en marbre blanc (H. o"' 60. 
L. o "" 70) : saint Jean-Baptiste enfant est assis sur des nuages ; 
il tient une croix dans sa main gauche et indique le ciel du 
doigt de la main droite. (5^ div.) 

IV. — BUSTES 

Bailly (le Docteur), de Blois, décédé à l'âge de 42 ans. 
— Stèle surmontée d'un buste en bronze (H. o" éo) du doc- 
teur. L'inscription suivante est gravée sur le monument : « la 
Grèce reconnaissante de ses soins et de son dévouement l'avait 
placé au rang de ses sauveurs et de ses enfants. » Ce monu- 
ment a été élevé par la famille et les amis de Bailly. (32'' div.) 

Braux d'Anglure (François-Nicolas de), décédé le 4 août 
1849, cl l'âge de 45 ans. — Stèle surmontée d'un buste en 
bronze (H. o"" 45). Au-dessous, bas-relief en bronze 
(H. G"' 72. L. C" 43) : un petit Génie, debout, en pleurs, 
se cache la figure avec un pan de draperie'. (21^ div.) 

Delion (Famille). — Buste d'homme, enplâtre (H.o™ 80) 
placé dans une chapelle. (10^ div.) 

FouRiER (François-Marie-Charles), chef de l'école pha- 
lanstérienne, né à Besançon le 7 avril 1772, décédé à Paris le 
10 octobre 1837. — Buste en marbre (H. o"" 75). (23^ div.) 

Hesse (Aaron-Arthur), né le 8 mai 18 12, décédé le 9 mai 
1883. — Buste en terre cuite (H. o""' 40). (Cimetière 
israéUte.) 

JuLLiEN (Famille). — Buste d'enfant, en plâtre 
(H. G"' 35), placé dans une chapelle. (6* div.) 

Laval (Famille). — Buste de femme, en marbre 
(H. G™ 50), placé dans une chapelle. (25*^ div.) 

LuNARDi (Pietro) di Lucca (Italie), décédé le 10 janvier 

r. M"° de Braux d'Anglure nous écrit, à la date du 13 octobre 1897, que le buste 
et le médaillon ont dû être exécutés vers 1850, mais qu'elle ignore le nom de l'artiste 
qui les a modelés. 



272 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIERES DE PARIS 

1867. — Buste en plâtre teinté (H. 0"" 75), placé dans une 
chapelle. (6* div.) 

MoNTENA (Famille). — Buste d'homme, en marbre blanc 
(H. o" 60), placé dans une chapelle. Le fronton de la cha- 
pelle est décoré d'un bas-relief en pierre (H. o'" 30. L. 0™ 90) : 
Au centre, une ruche; de chaque côté, une femme assise 
dépose au pied de la ruche une branche de cyprès et une cou- 
ronne d'immortelles. (22' div.) 

Rey (François), décédé le 1 1 août 1864, à l'âge de 50 ans. 

— Buste en marbre (H. 0"^ 50), placé dans une chapelle. — 
(10* div.) 

RoussET (Claude), marbrier, né en 1838, décédé en 
1895. — Buste en bronze (H. 0" 55), surmontant une stèle 
en pierre. (21^ div.) 

Sabattier (Antoine-Joseph), chet d'institution, décédé 
le 21 février 1837. — Buste en marbre (H. o™ éo). Le 
tombeau de Sabattier a été élevé par « ses élèves reconnais- 
sants. » (21'' div.) 

Sanrey (Philippe-Auguste), né en i8ro, décédé en 1860. m 

— Buste en plâtre (H. o"" 40), placé dans une chapelle. 
(9« div.) 

Vanony (Famille). — Buste d'homme, en marbre 
(H. o"" 28), placé dans une chapelle. (9' div.) 

V. — MÉDAILLONS 

Amaury-Duval, membre de l'Académie des Liscriptions 
et Belles-Lettres, né à Rennes le 28 février 1760, décédé à 
Paris le 12 novembre 1838. — Médaillon en pierre (Diam. 
o™ 33). (13^ div.) 

Batton (Désiré-Alexandre), compositeur, né à Paris le 
2 janvier 1798, décédé à Versailles le 15 octobre 1855. — 
Médaillon en bronze (Diam. 0'° 45). (19^ div.) 

Bellemare (Marie-Zoé Ferry de), décédée en 1868. — 
Médaillon en marbre blanc (Diam. o"' 35). (12^ div.) 






MONTMARTRE 273 

Berthault et Koller (Familles). — Médaillon en 
marbre (Diam. o*" 25), placé dans une chapelle. (22* div.) 

Bruzzesi (Hélène), décédée à Paris le 5 février 1857. — 
Médaillon ovale en marbre (H. o" 40. L. 0™ 35), encastré 
dans la face antérieure d'un tombeau. (22^ div.) 

Cailleux (Famille). — Dans une chapelle est placé un 
médaillon ovale en marbre (H. C" 50. L. o™ 45) : Femme 
voilée tenant un jeune enfant dans ses bras. (4*^ div.) 

Chevalier (Charles), né à Paris le 18 novembre 1804, 
décédé dans la même ville le 21 novembre 1859. — Médaillon 
en pierre (Diam. o'" 40). Le monument de Chevalier, élevé 
sur les dessins de Cheviron, architecte, a été gravé par/.-/. Sul- 
pis\ (5*= div.) 

Clarac (Charles -Othon- Frédéric -Jean -Baptiste, comte 
de), archéologue, conservateur des antiques au Musée du 
Louvre, membre de l'Institut, né à Paris le 16 juin 1777, 
décédé le 20 janvier 1847. — Médaillon en marbre 
(Diam. G"" 25) \ (9^ div.) 

Courtois (Pierre-Félix), décédé le 18 janvier 1867, à 
l'âge de 56 ans. — Médaillon en marbre (Diam. o"" 40). 
(7^ div.) 

Danjoy (Jean-Charles-Léon), architecte, né à Avensac 
(Gers) le 31 mai 1806, décédé à Paris le 4 septembre 1862. 
— Médaillon en marbre (Diam. o™ 32) représentant Minerve 
casquée, une lampe romaine allumée, un temple antique et 
un épi de blé symboUsant le génie se développant par la science, 
le travail et la tradition'. Gravé par H.-E. Giberf^. (21*^ div.) 

Decamps (M""^), mère du peintre Alexandre-Gabriel 
Decamps. — Médaillon en marbre (Diam. 0^35), encastré 
dans la face antérieure d'un cippe. (17= div.) 

1. Architectut e pinéraire contemporaine, 2* section D, pi. xiv. 

2. M. A. Héron de Villefosse, neveu de Clarac, nous écrite le 18 novembre 
1897, qu'il possède un moulage du médaillon de Clarac dont nous nous occupons 
ici, mais qu'il lui a été impossible, malgré ses recherches, de parvenir à découvrir le 
nom de l'artiste qui a modelé cette œuvre. 

3. lA.E. Danjoy, architecte, fils de lion Danjoy, nous écrite à la date du 30 octobre 
1897, qu'il ne connaît pas le nom de l'artiste qui a sculpté le médaillon décorant 
le tombeau de son père. 

4. Architecture funéraire contemporaine, etc., i" section B, pi. vi. 

Akt f&. xdi. iS 



274 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Faureau (Louis), président fondateur de la Société la 
« Méridienne », décédé le 30 mars 1884, à l'âge de 78 ans. — 
Médaillon en bronze (Diam. 0™ 30). Le tombeau de Faureau 
lui a été érigé par la Société de secours la « Méridienne. » 
(10' div.) 

Lagriffe (J.-B.), décédé le 11 janvier 1865, à l'âge de 
45 ans. — Médaillon en terre cuite (Diam. C" lé). (27^= div.) 

Lethière (Pierre-Guillon), procureur du Roi en l'île 
Grande-Terre, Guadeloupe, né à la Martinique en 1725, 
décédé à Paris en 18... ^ — Médaillon en marbre (Diam. 
o"" 29), décorant la face antérieure d'une stèle. Le monument 
de Lethière lui a été élevé par son fils, Guillaume-Guillon 
LethièrCy peintre, inhumé dans ce tombeau le 24 avril 1832. 
(16^ div.) 

Storks (Henry), magistrat d'Ely et de Cambridge, né 
le 25 juillet 1779, décédé le 4 novembre 1866. — Stèle en 
marbre blanc, au sommet d'un tombeau, dans laquelle est 
sculpté le médaillon de Storks (Diam. o™ 40). Gravé par 
Chappuis\ (28^= div.) 

Terrasse (Philippe), décédé le 30 décembre 1892, dans 
sa 82* année. — Médaillon en bronze (Diam. o" 35). — Cla- 
risse FouRNiER, femme Terrasse, née le 23 décembre 18 18, 
décédée le 6 février 1882. — Buste en bronze (H. o™ 28). 
Un petit chien couché, en bronze, est posé sur la pierre tumu- 
laire. (12* div.) 

Troyon (Constant), peintre paysagiste, né à Sèvres 
(Seine-et-Oise) le 25 août 18 10, décédé à Paris le 21 mars 
1865. — Édicule décoré d'acrotères, d'une guirlande et de 
palmes. Le médaillon, en marbre blanc (Diam. C" 40), de 
l'artiste est placé dans la partie supérieure de l'édicule. Le 
monument de Troyon a été érigé sur les dessins de G. Dié- 
terle, architecte. La sculpture décorative est due au ciseau de 
L, Dotideau. Çij^ div. ^ 



1. Millésime effacé. — Pierre-Guillon Lethière ne repose pas sous ce monument 
commémoratif. 

2. Architecture funéraire contemporaine, etc., 2* section C, pi. xii. 



MONTMARTRE 27$ 



VI. DIVERS 

Adhémar (Alphonse- Joseph), mathématicien, né en 1795, 
décédé en 1862. — Pyramide à base quadrangulaire en granit. 
Dans la face antérieure est sculptée une sphère en relief. Le 
monument d' Adhémar, élevé sur les dessins de P. Lorain, 
architecte, a été gravé par Mercier^. (22^ div.) 

Baudin (Charles), amiral, né le 21 juillet 1784, décédé 
le 7 juin 1854. — Sur la face antérieure d'un tombeau sont 
sculptés en relief deux branches de laurier enlacées avec deux 
bâtons de commandement et une ancre. (18^ div.) 

Delagarde (Victor Paschal, dit Pascal), né en 1845, 
décédé en 1892. — Au sommet d'un tombeau est une stèle 
en pierre surmontée d'un vase en bronze; sur la face antérieure 
de la stèle sont fixées une lyre traversée par une épée, et des 
branches de laurier et de chêne; ces attributs sont en bronze. 
Au-dessous, sont sculptés dans la pierre : une partition de 
musique, des instruments de musique, un masque, etc., et 
plus bas une plume. Sur une palme en bronze, placée sur le 
tombeau, est gravé : « 3^ anniversaire. » (23^ div.) 

Jadin (Louis-Emmanuel), compositeur, né le 22 sep- 
tembre 1768, décédé le 11 avril 1853; et Jadin (Louis-Gode- 
froy)^ peintre, né le 30 juin 1805, décédé le 24 juin 1882. 
— Tombeau sur lequel est couché un lévrier en marbre. 
(13'^div.) 

Massé (Félix-Marie-Victor), compositeur, membre de 
l'Institut, né à Lorient le 7 mars 1822, décédé à Paris le 
5 juillet 1884. — Une stèle circulaire, en marbre rouge veiné, 
est surmontée d'une urne funéraire, et décorée d'attributs en 
bronze : une lyre, une palme, une couronne de roses et de 
lierre. (26^ div.) 

MoziN (Charles-Louis), peintre, né à Paris en 1806, 
décédé à Trouville le 7 novembre 1862. — Tombeau hori- 

I. Architecture funéraire contemporaine, etc., 2" section A, pi. xii. 



276 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

zontal, en marbre blanc; sur la face est sculptée une branche 
de laurier qui disparaît en partie sous une palette et des pin- 
ceaux. (5^ div.) 

Neustedt Bennett (Famille). — Tombeau en marbre 
sur lequel est un vase en bronze ; un oiseau ayant le bec et 
les ailes ouverts est posé sur le socle ; en avant du vase est une 
gerbe de fleurs, également en bronze. Sur le ruban liant la 
gerbe est gravé en relief le nom de « Marthe ». (18^ div.) 

VoGEL (Adolphe), compositeur, né à Lille le 6 mai 1808, 
décédé à Paris le 27 septembre 1892. — Sur la face antérieure 
d'un cippe en pierre sont sculptées une lyre, une couronne 
et une palme. (24*^ div.) 



III 

aMETiÈRE DU SUD 

(Montparnasse) 



ADAM (Lucie-Sébastienne). 

LoisoN (Pierre), statuaire, né à Mer (Loir-et-Cher) en 
18 16, décédé à Cannes le 3 février 1886. — Stèle surmontée 
d'un buste en bronze (H. o™ 48). Signé avec cette mention : 
A Madame Loison, S. L. Adam, 1874. (10^ div.) 

ADAM-SALOMON (Antony-Samuel). 

Mallefille (Jean-Pierre-Félicien), auteur dramatique, 
né à l'Ile-de-France le 3 mai 18 13, décédé à Bougival le 
24 novembre i8é8. — Tombeau en granit dont la face anté- 
rieure est décorée du médaillon en bronze de Mallefille 
(Diam. o™ 43). Signé avec cette mention : m A la mémoire 
de Félicien Mallefille, Adam-Salomon. » (3^ div., i" section.) 

Adam-Salomon. 

Niepce de Saint- Victor (Claude-Félix-Abel), chimiste. 



MONTPARNASSE 277 

né à Saint-Cyr (Saône-et-Loire) le iG juillet 1805, décédé à 
Paris le 6 avril 1870. — Médaillon en bronze (Diam. o'"45). 
Signé : Adam-Salomon, i8j2. Le tombeau de Niepce de 
Saint- Victor lui a été élevé « par ses amis ». (ii"" div.) 

AIZELIN (Eugène- Antoine). 

Boisseaux (Claude-Nicolas-Henri), homme de lettres, 
né à Dijon le 14 octobre 182 1, décédé à Paris le 20 novembre 
1863. — Médaillon en marbre (Diam. o™ 32). Signé : 
E. Aiielin, 1864. (iV div.) 

ALLIER (Antoine). 

Tribalet (Amédée-Louis-Félix), « inspecteur des 
finances, membre du Conseil général du département de 
l'Aisne », né à Coucy-le-Château (Aisne) le 25 août 1767, 
décédé à Paris le 11 avril 1840. — Médaillon en marbre 
(Diam. o™ 45) encastré dans la face antérieure d'une stèle. 
Signé : Allier, à son ami. (6^ div.) , 

Allier. 

Allier (Antoine-Jean-François), député des Hautes- 
Alpes, né à Embrun le 5 mai 1768, décédé à Paris le 7 avril 
1838. — Médaillon en marbre (Diam. o"' 48). Signé : Allier 
fils. (13^ div.) 

ALLOUARD (Henri-Emile). 

BoiviN (Arsène-Désiré), président de la Chambre syndi- 
cale des constructeurs électriciens, membre de la société des 
sauveteurs de la Seine, décédé le 4 juillet 1892, dans sa 
52= année. — Buste en bronze (H. o™ 70). Signé : H. 
Allouard. (18*^ div.) 

BAOIOU DE LA TRONCHÈRE (Jacques-Joseph-Émile). 

Clair (Alexandre), membre de la société des ingénieurs 
civils de France, décédé le 13 janvier 1886, à Tâge de 34 ans. 
— Médaillon en bronze (Diam. o" 35). Signé : Badiou de 
Latronchère, iSSj. (26*= div.) 

BAILLY (Charles-Éloy). 

Daumas (Jean-Barthélemy), sculpteur, né à Toulon 



278 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

en 181 5, décédé à Paris le 9 août 1879. — Stèle en marbrç 
blanc dans la face antérieure de laquelle est sculpté le médail- 
lon (Diam. o"" 32). Signé : E. Bailly, L'inscription suivante 
est gravée au-dessous du médaillon : « La société de secours 
mutuels des sculpteurs praticiens et ornemanistes a acheté ce 
terrain et élevé ce monument à la mémoire de J.-B. DaumaSy 
un de ses fondateurs, son président pendant 25 ans, comme 
témoignage d'estime et de reconnaissance. » (18* div.) 

Bailly. 
Pagniez (Aimé-Félix-Joseph), né le 25 septembre 18 18, 
décédé le 17 octobre 1885. — Stèle en pierre dont la face 
antérieure est décorée du médaillon en bronze (Diam. o™ 38) 
de Pagniez. Signé : JE". Bailly, 1885. — Bailly (Charles- 
Eloy), statuaire, né à Remenoville (Meurthe-et-Moselle) le 
7 janvier 1830, décédé à Paris le 6 août 1895. — Buste en 
bronze (H. o"" 57), placé sur un socle posé sur la pierre 
tumulaire. Signé : E. Bailly, iSSj. L'inscription suivante a 
été gravée sur la face antérieure du socle, par les soins de la 
famille Pagniez : « A notre ami C-E, Bailly, statuaire. » 
(26* div.) 

BARRE (Jean- Auguste). 

Fontaine (Joseph-Dominique), décédé le 27 janvier 
1871, dans sa 70* année. — Médaillon ovale en terre cuite 
(H. G"" 25. L. C" 20). Signé : A. Barre, F* i8)i. (11* div.) 

Barre. 
Duval (Alexandre-Vincent Pineu), auteur dramatique, 
administrateur de la Bibliothèque de l'Arsenal, membre de 
l'Académie française, né à Rennes le 6 avril 1767, décédé à 
Paris en janvier 1842. — Médaillon en marbre (Diam. o"" 40) , 
attribué à Auguste Barre ^. Le monument de Pineu Duval lui 
a été élevé par « la Société des auteurs dramatiques et ses 
amis ». (9* div.) 



I. M. André Vincent, notaire à Paris, nous écrit que les héritiers d'Alexandre 
Duval possèdent un buste de ce dernier sculpté par Auguste Barre, et qu'ils pré- 
sument que cet artiste a dû également exécuter le médaillon qui décore le monument 
de l'auteur dramatique (25 novembre 1897). 



MONTPARNASSE 279 

BARRIÂS (Louis-Ernest). 

Mazerolle (Alexis-Joseph), peintre, né à Paris le 29 juin 
1826, décédé dans la même ville le 29 mai 1889. — Sur la 
face antérieure d'une stèle est encastré le médaillon en bronze 
(Diam. o"' 40) de Mazerolle. Signé avec cette mention : Maze- 
rolle, peintre, 1826-188^. E. Barrias, sculp. Thiébaut frères, 
fondeurs. Une palette et des pinceaux, en bronze, sont posés 
sur la pierre tumulaire. (7* div.) 

Barrias. 
Barboux (Marie-Laure Simon, M™'), inhumée le 18 dé- 
cembre 1893, à l'âg^ de 56 ans. — Une chapelle dont la face 
postérieure comporte un portique avec fronton, porté par 
quatre colonnettes. Sous ce portique est placé un groupe en 
marbre (H. i"" éo) représentant V Éducation maternelle : une 
jeune femme assise dans un fauteuil a dans la main gauche 
un livre posé sur son genou; un jeune garçon debout près 
d'elle se montre attentif à son enseignement. Signé : E. Bar- 
rias, 18^6 \ Sur le socle de la statue est gravée l'inscription 
suivante : « L'homme a deux ailes pour s'élever de la terre : 
la simpUcité et la pureté. La simplicité cherche Dieu, la 
pureté le trouve et le goûte. » Le monument a été construit 
sur les dessins de Henri Rauline, architecte. (28^ div.) 

BÂRTHEZ (Alphonse-Barthélémy). 

FouASSiER (Hélène Vimont, M""^), née le 29 décembre 
1840, décédée le 19 mars 1872. — Médaillon en bronze 
(Diam. 0™ 40) attribué k A.-B. Barthe^^^. (7^ div.) 

BARTHOLDI (Frédéric- Auguste). 

JuNDT (Gustave), peintre, né en 1830, décédé en 1884. 
— Stèle en pierre surmontée du buste en bronze (H. o™ 70) 
de l'artiste. Signé : Bartholdi, 188^. Thiébaut frères, fondeurs. A 
la base de la stèle est une statue en bronze (H. i" 35) : une 
jeune Alsacienne debout sur la pierre tumulaire vient de 
cueilUr des fleurs dont elle couvre la palette du peintre fixée 



1. Ce groupe a figuré au Salon de 1896 sous le n° 3198. 

2. M. Achille Estival, architecte de la famille Fouassier, nous écrit, le 22 novembre 
1897, que le médaillon de M"' Fouassier a dû être exécuté par A.-B. Barihei. 



280 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

dans la face antérieure de la stèle. Cette statue a été égale- 
ment modelée par Bartholdi.\ (17^ div.) 

BARTHOLOMÉ (Albert). 

Mabel de la Croix (M™'=), née en i8éo, décédée en 
1889. — Tombeau en pierre dans la face antérieure duquel 
est encastrée une tête d'enfant, demi-ronde bosse en bronze 
(H. o"^ 30). Signée : A. Bartholomé\ (8= div.) 

BEAUVAIS (Jean-Baptiste). 

Beauvais (Marie-Rose Bussière, veuve), née en 1825, 
décédée en 1892. — Buste en terre cuite (H. o" 56). Signé : 
/. B. Beauvais^ Paris. (18'' div.) 

BÉGUINE (Michel-Léonard). 

RoussELLE (Georges et Hippolyte), fils du président du 
Conseil municipal de Paris ^ Georges, né en 1869, décédé en 
1875 ; Hippolyte, né en 1872, décédé en 1894. — Leurs deux 
médaillons accolés sont sculptés dans un bloc de marbre en 
forme de rocher (Diam. o "" 30). Signé : Béguine. (29* div.) 

BELLOC (Jean-Baptiste). 

RiEDER (Frédéric), né en 1828, décédé en 1896. — Stèle 
en marbre décorée du médaillon en bronze de Rieder (Diam. 
o"" 33). Signé : /. B. Belloc, A droite du médaillon, sur la 
stèle, est gravé : « Offert par l'Association des anciens élèves 
de l'école alsacienne. » (9^ div.) 

BEYLARD (Charles). 

CoLFAVRU (Jean-Claude), « avocat, représentant de Saône- 
et-Loire à l'Assemblée législative de 1849, chef du 85^ batail- 
lon de marche de la garde nationale de Paris en 1870, député 
de Seine-et-Oise en 1885, président du conseil de l'Ordre du 
Grand-Orient de France, fondateur de la loge la Constante 
Amitié », né à Lyon le i^'" décembre 1820, décédé à Paris le 



1. Ce monument a figuré au Salon de 1885 sous le n° 3330. 

2. M""* Mabel de la Croix est morte en donnant le jour à l'enfant dont le portrait 
décore ce tombeau. 

3. Ernest Roussel, président du conseil municipal de Paris, décédé en 1896, 
repose dans le même tombeau que ses deux fils. 



MONTPARNASSE 28 1 

18 mai 1891. — Buste en bronze (H. o™ 73). Signé : 
C. Beylard, iS^j. Au-dessous du buste est gravé : « La loge 
la Constante Amitié et la franc-maçonnerie française ont élevé 
ce monument. » (20^ div.) 

BIGOT (M"^e Amélie). 

Mathieu-Meusnier (Mathieu-Roland, dit), statuaire, né 
à Paris le i" avril 1824, décédé dans la même ville le 
31 janvier 1896. — Une stèle s'élève au sommet d'un tom- 
beau en pierre. Le médaillon en bronze (Diam. o™ 47) de 
Mathieu-Meusnier est encastré dans la face antérieure de la stèle. 
Signé : A. Bigot ^ (6^ div.) 

BLANCHARD (Jules). 

Parlo Martinez DEL Rio, né le 20 juin 1838, décédé le 
18 mai 1878. — Médaillon en bronze (Diam. o" 38). Signé : 
/. Blanchard. (13* div.) 

Blanchard. 

Gauthier (Charles), statuaire, né à Chauvirey-le-Châtel 
(Haute-Saône) le 7 décembre 183 1, décédé à Paris le 5 janvier 
1891. — Stèle au sommet d'un tombeau surmontée du buste 
en bronze de Charles Gauthier (H. o"" éo), par Blanchard^. 
Ce monument a été élevé à Gauthier « par ses amis et ses 
élèves. » (10* div.) 

BOGINO (Frédéric-Louis-Désiré). 

Moulin (Pierre-Jules), consul de France à Salonique. Il 
fut assassiné dans cette ville pendant une émeute le 6 mai 
1876, à l'âge de 39 ans. L'inscription funéraire dit qu' « il 
est mort en faisant son devoir ». — Tombeau avec pyramide 
quadrangulaire tronquée. Dans la face antérieure de la pyra- 
mide, sur un socle formant saillie, est placé le buste en bronze 
de Moulin (H. 0™ 45). Signé : F. Bogino, i8jy. A. Charnod, 
fondeur. (17^ div.) 

BOISSEAU (Emile- André). 

LoMON (Aristide), poète, « mort à 28 ans, le 15 février 

1. M"* Amélie Bigot est l'élève de Matbieu-Metisnitr. Renseignements fournis 
par M. Georges Meusnier, fils du statuaire (6 décembre 1897), 

2. Renseignements fournis par M. H. Louis-Noël, statuaire (22 novembre 1892). 



282 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

1871, des suites de ses blessures reçues le 19 janvier à Buzen- 
val. » — Médaillon en bronze (Diam. o"' 40). Signé : E, 
Boisseau. (9^ div.) 

BOITEL (Isidore-Romain). 

Petit (Jean-Martin, baron), général de division, né à 
Paris le 28 juillet 1772, décédé le 8 juin 1856. — Colonne 
circulaire surmontée du buste en bronze (H. 0™ 65) du géné- 
ral. Signé : /. R. Boitel, 18 s 6 ^ (14*^ div.) 

BORREL (Alfred). 

Boulanger (Auguste), né en 1823, décédé le 12 juillet 
1867. — Médaillon en bronze (Diam. o™ 21). Signé : « A 
M. Boulanger, hommage affectueux, A. Borrel, 1861, — 
Hyacinthe Canon-Pagès, veuve Boulanger, née le i" août 
18 18, décédée le 7 octobre 1891. — Médaillon en bronze 
(Diam. o™ 20). Signé : « Souvenir d'Aulnay, A. Borrel, 
1864. » (3^ div., i*"* section.) 

Borrel. 

Desjardins (Louis-Joseph Isnard), né en 18 14, inhumé 
le 14 novembre 1894. — Médaillon en bronze (Diam. 
o "^ 40). Signé : A, Borrel. (6* div.) 

BOURGEOIS (Loais-Maximilien). 

SoiTOUX (Jean-François), sculpteur, né à Besançon le 
5 septembre 1816, décédé à Paris le 21 mai 1891. — Monu- 
ment composé d'une pierre tumulaire à l'extrémité de laquelle 
se dresse une stèle de style grec dont la partie droite forme 
une colonne avec base et chapiteau. Sur la colonne est placée 
une réduction en bronze de la statue de la République par 
Soitoux qui décore la place de l'Institut. Au sommet de la 
stèle, dans sa partie centrale, est encastré le médaillon en 
bronze (Diam. o"" 32) exécuté par Maximilien Bourgeois et 
représentant Soitoux vu de profil. Dans l'angle de la stèle 
opposé à la colonne qui supporte la République, une branche 
de laurier en bronze. Au-dessous du médaillon est gravé : 

I. Le marbre du buste du baron Petit est au musée de Versailles. Il a été exposé 
au Salon de 1853 sous le n° 1239. — Le général baron Edmond Petit, décédé en 1894, 
repose dans le même tombeau. 



MONTPARNASSE 283 

« A notre ami, /. Soitoux, statuaire, chevalier de la Légion 
d'honneur, 1816-1891 », et plus bas : « Concession perpé- 
tuelle donnée par la Ville de Paris » . La partie décorative du 
monument, élevé par les amis et les élèves de Soitoux, est 
due au ciseau de L. Villeminot. L'inauguration du monument 
a eu lieu le 21 mai 1892 ^ (29'' div.) 

BRIAN (Jean-Louis). 

Dargaud (Jean-Marie), littérateur, né à Paray-le-Monial 
le 22 février 1800, décédé le 6 janvier 1866. — Stèle circu- 
laire surmontée du buste en bronze de Dargaud (H. o"" 55). 
Signé : L. Brian, 184^. Sur le piédouche est gravé : « Jane 
Gray, Marie Stuart, Elisabeth, la Famille, la Liberté reli- 
gieuse, Cromwel. » (10^ div.) 

BRUN (Henri). 

Veyne (F.-A.), docteur-médecin. — Médaillon en granit 
(Diam. o"" 40) sculpté dans la face antérieure d'une stèle. 
Signé : H. Brun^. (12* div.) 

BULIO (Jean). 

Peignât (François-Paul), décédé le 5 novembre 1889, 
dans sa 17^ année. — Christ couronné d'épines, buste en bronze 
(H. G'" 38). Signé : Bulîo, 1874. (10* div.) 

BULLIER (Alexandre-Âugustin-Célestin). 

EsPANET (Nicolas-Jules), décédé le 11 mars 1865, à l'âge 
de 55 ans. — Médaillon en bronze (Diam. o'"37). Signé : 
Bullier, iSSj. (20^ div.) 

BuUier. 

Nargeot (Michel), inhumé le 17 octobre 1874, à l'âge 
de 57 ans. — Demi-ronde bosse en bronze (Diam. 0°* 35) 
représentant une Tête de Christ. Signée : A. Bullier. (6^ div.) 

Bullier. 
Bullier (Guy-Pierre), né le 9 janvier 1795, décédé le 

1. J.-F. Soitoux avait d'abord été inhumé au cimetière de Bagneux. Ses restes ont 
été rapportés au cimetière Montparnasse le 12 mai 1892. 

2. Le modèle en plâtre de ce médaillon a été exposé au Salon de 1876 sous le 
n» 3109. 



284 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

9 février 1862. — Stèle avec enfoncement dans la face 
antérieure de laquelle se trouve placé le buste en marbre blanc 
de BuUier (H. o"^ 55). Signé à la section de l'épaule : « A 
mon père... ». — Bullier (Alexandrine-Françoise), née le 
5 juillet 1858, décédée le 20 août 1863. — Médaillon en 
bronze (Diam. : o"" 31) encastré dans la stèle au-dessous du 
buste. Signé avec cette mention : A ma fille, A^'' Bullier, 
(18'^div.) 

Ballier. 

PiLLiER (Famille). — Bas-relief en terre cuite (H. C" 75. 
L. G™ 65) : une jeune femme voilée, assise, est accoudée du 
bras droit sur son genou ; la tête pose sur la main ; elle tient 
une couronne d'immortelles dans la main gauche. Signé : 
Bullier. {1%' div.) 

Bullier. Voy. Desprey (Louis- Antoine-Prudent). 

CABET (Jean-Baptiste-Paul). 

Rude (François), statuaire, né à Dijon le 4 janvier 1784, 
décédé à Paris le 3 novembre 1855. — Au sommet d'une 
pierre tumulaire est une stèle en pierre dont les angles sont 
décorés de torches renversées. La stèle est surmontée du buste 
en bronze de i?wJ^ (H. o™ 72). Signé: P. Cahet, 18^6 sept. 
F'^'" de Eck et Durand, 18 j 6^. Dans la face antérieure de la 
stèle est encastrée une plaque en bronze (H.o™65.L. o™ 42) 
sur laquelle est gravé au trait le haut-relief de l'arc de l'Étoile : 
Le Départ des volontaires. Sur la pierre tumulaire est une cou- 
ronne de laurier en bronze, posée sur un coussin, avec cette 
inscription : « A F. Rude, ses élèves. » (i" div., i*^^ section.) 

Cabet. 

Cabet (Martine Vanderhaert, femme de Paul), née en 
1833, décédée en 1865. — Au sommet d'un tombeau, stèle 
en marbre surmontée du buste en bronze (H. C" 68) de 
M*"^ Cabet. Signé : P. Cabet, 1866. Au-dessous du buste est 
encastré dans la stèle un bas-relief en bronze (H. o"' 70. 
L. G™ 52) : une jeune femme, voilée, en pleurs, est assise 
sur une borne devant une simple croix de bois fixée en terre 

1. Le buste de Rude a été exposé au Salon de 1857 sous le n° 2762. 



I 



MONTPARNASSE 285 

au pied d'un saule pleureur; elle est accoudée du bras droit 
sur le genou et se voile la face; la croix est décorée d'une 
couronne d'immortelles. Signé : P. Cabety 1866 \ (i'^ div., 
2* section). 

CAPELLARO (Charles-Romain). 

DussouBS (Denis-Gaston), né à Saint-Léonard (Haute- 
Vienne) en 1820, « tué à la barricade de la rue du Petit-Car- 
reau le 4 décembre 185 1, à l'âge de 31 ans ». — Stèle en gra- 
nit surmontée du buste en bronze de Dussoubs (H. o "^ 60). 
Signé : C. Capellaro, 1880. A. Rolland, F''^ Dans la face anté- 
rieure de la stèle est encastré un bas-relief en bronze (H. 
o™ 37. L. o™ éo) : au centre, une barricade; à droite, Dus- 
soubs, debout, étend la main droite dans la direction d'un 
peloton de soldats qui le mettent en joue ; à gauche, un 
officier, le sabre levé, commande l'exécution ; au second plan, 
près de Dussoubs, un soldat, muni d'une lanterne, éclaire la 
figure du combattant afin qu'on le puisse viser sûrement. Cette 
clarté permet de lire le nom de la rue « Mauconseil » . Signé : 
C. Capellaro. Une couronne de laurier et une palme en bronze 
sont fixées dans la stèle au-dessus du bas-relief. Sur la face 
postérieure du monument, ces mots : « Je meurs avec la Répu- 
blique, ce fut sa dernière parole (Victor Hugo, Histoire d'un 
crime, vol. II, p. 152). » Le monument de Dussoubs a été 
élevé au moyen (^ d'une souscription démocratique » en 
1880. (8= div.) 

CARION (Louis). 

Charles (Louis), né le 3 janvier 1833, décédé le 21 sep- 
tembre 1886. — Buste en bronze. Signé : Z. Carion, i88j, 
(28^ div.) 

CARPE AUX (Jean-Baptiste). 

Carpezat (Claude -François), né en 1793, inhumé le 
19 février 1879. — Médaillon en bronze (Diam. 0™ 40) 
encastré dans la ' face antérieure d'une stèle. Signé avec cette 
mention : Carpeaux, à son ami Carpe:(at, 18 jj. (6* div.) 

1. Le modèle de ce bas-relief a été exposé au Salon de 1866 sous le n" 2659. 

2. Le buste de Dussoubs a été exposé au Salon de 1880 sous le n*> 6159. 



286 LA SCULPTURE DANS LES aMETiÈRES DE PARIS 

CARPEZAT (François-Louis). 

EsPARON (Jean-Claude), graveur sur métaux, né en 1823, 
décédé le 28 novembre 1886. — Médaillon en bronze (Diam. 
o"" 32) encastré dans la face antérieure d'une stèle. Signé : 
Carpe^al, iS6^\ Au-dessous, deux branches de chêne et de 
rosier, également en bronze, sont fixées sur la stèle ; les mots 
suivants sont gravés sur le ruban qui lie les deux branches : 
« A mon mari ». (27^ div.) 

GAUNOIS (François- Augustin). 

GiRAUD (Marie-Jeanne-Madeleine Guérard, veuve), née 
en 1773, décédé en 18582. — Médaillon en stuc (Diam. 
0°" 15). Signé : Cannois, 1846. (12* div.) 

CELLIER (Aloys). 

Laussel (Adam), né le 30 juillet 1845, décédé le 28 février 
1893. — '^\.^\t en marbre rose dont la face antérieure est 
décorée du médaillon en bronze (Diam. 0™ 40) de Laussel. 
Signé : Cellier. Au-dessous du médaillon, une lyre brisée, 
une palme et un cahier de musique. Cette décoration est éga- 
lement en bronze. (9^ div.) 

CHABAUD (Louis-Félix). 

Gaimard (Paul), décédé le 10 décembre 1858, à l'âge de 
G(> ans. — Stèle surmontée du buste en marbre (H. o™ éo) 
de Gaimard. Signé : F. Chahaud. Sur le monument est gravé : 
« Ses amis, souscripteurs. » Gravé par ].-]. SulpisK (6^ div.) 

Chabaud. 

Janson (Louis-Charles), statuaire, né à Arcis-sur-Aube le 
4 novembre 1823, décédé le 26 mars i88r. — Médaillon en 
bronze (Diam. o"" 12). Signé : F. Chabaud, iSjj. (10^ div.) 

CHAMPEIL (Jean-Baptiste). 

LoNGEPiED (Léon-Eugène), sculpteur, « capitaine de Tar- 

1. La terre cuite, qui a servi à l'exécution de ce médaillon, propriété de M"' veuve 
Esparon, a été retouchée par J.-B. Car peaux ^ ami d'Esparon et de Carpe^at. — Ren- 
seignements fournis par M"" veuve Esparon (23 novembre 1897). 

2. M"* Giraud est la mère du littérateur Denis-Auguste Giraud, chef de bureau à 
l'Assemblée nationale, décédé le 20 mai 1872, à l'âge de 59 ans. 

3. Architecture funéraire contemporaine, etc., i" section D, pi. xiv. 



MONTPARNASSE 287 

mée territoriale », né à Paris le lo août 1849, décédé le 13 oc- 
tobre 1888. Bas-relief en bronze (H. o" 65. L. o"" 65) : la 
figure allégorique de la Sculpture est représentée par une 
jeune femme en pleurs, voilée et légèrement drapée, assise 
en face d'un monument funéraire ; elle a un maillet dans la 
main gauche et une épée dans la main droite. Sur un parche- 
min demi-déroulé on lit : Hôtel de Ville, Pêcheur trouvant la tête 
d'Orphée, Immortalité. Dans la partie supérieure du bas-relief 
est gravé : « A LéonLongepied, 10 août 1849-13 octobre 1888, 
ses amis. » Signé : J.-B. Champeil. (29* div.) 

Ghampeil. 
Champeil (Jean), né le 8 septembre 1837, décédé le 
9 mai 1892. — Médaillon en bronze (Diam. C" 35) encastré 
dans la face antérieure d'une stèle en pierre. Signé : ].-B. 
Champeil. Au-dessous du médaillon est sculpté dans la stèle 
un bas-relief (H. i"' 35. L. o'" 85) : la Douleur, sous les 
traits d'une jeune femme voilée, assise, tient une gerbe de 
fleurs qu'elle sème sur le tombeau ^ (18'' div.) 

CHAPLAIN (Jules-Clément). 

DuMONT (Charles-Albert-Auguste-Eugène), helléniste, 
membre de l'Institut, né à Scey -sur-Saône le 21 janvier 1842, 
décédé à Queue-les-Yvélines (Seine-et-Oise) le 11 août 1884. 
— Buste en marbre (H. C" 80), par Chaplain. (18* div.) 

Chaplain. 

Wey (Francis-Alphonse), littérateur, né à Besançon le 
12 août 18 12, décédé à Paris le 19 mars 1882. — Tombeau 
horizontal en marbre blanc sur lequel est sculpté en relief le 
médaillon de Francis Wey (Diam.o"' 40). Signé : /. C. Cha- 
plain. Le médaillon est entouré d'une double branche de lau- 
rier. (13^ div.) 

Chaplain. 

Mayer (le capitaine Joseph- Armand), né en 1857, tué en 
duel par de Mores, en 1892^. — Stèle en pierre; sur la face anté- 
rieure est pratiqué un enfoncement circulaire dans lequel est 

1. Les modèles de ces deux œuvres ont figuré aux Salons de 1892 et de 1893 sous 
les n°' 2404 et 2685. 

2. L'inhumation du capitaine Mayer a eu lieu le 26 juin 1892. 



288 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

placé le médaillon en bronze (Diam. o"' 45) de Mayer. Signé : 
/. C Chaplain. Une palme, dont le pied est passé dans une 
couronne de cyprès, couvre en partie la stèle ; au-dessous est 
l'épée de capitaine posée horizontalement. Cette décoration 
est en bronze. (25^ div.) 

CHAPU (Henri-Michel- Antoine). 

Guillaume (Edmond-Jean-Baptiste), architecte, né à 
Valenciennes le 24 juin 1826, décédé le 20 juillet 1894. — 
Médaillon en bronze (Diam. o*" 30), décorant la face anté- 
rieure d'une stèle. Signé : RomCj 186 r, Chapu. Le monument 
a été érigé sur les dessins à! Henri Guillaume, architecte, fils 
à' Edmond. L'inauguration a eu Ueu le 20 juin 1895. Trois 
discours ont été prononcés par MM. Moyaux, Jacques Her- 
mant et Gautier, architectes. (9* div.) 

Chapu. 

AxENFELD (Alexandre), médecin des hôpitaux, profes- 
seur à la Faculté de médecine de Paris, né en 1827, décédé 
le 25 août 1876. — Médaillon en bronze (Diam. 0™ 46). 
Signé : H. Chapu, iSyS. (lo*^ div.) 

CHARDIGNY(Jules). 

JoLY (Alfred), artiste du Vaudeville, né en 1839, inhumé 
le 10 mai 1891. — Buste en bronze (H. o"' 69) surmontant 
une stèle en granit. Signé : /. Chardigny. A. Arnaulif. La face 
antérieure de la stèle est en outre décorée d'une palme en 
bronze. (18* div.) 

CHEDEVILLE (Léon). 

Chedeville (Jean-Baptiste), né en 179 1, décédé le 
i^*" octobre 1874. — Médaillon en bronze (Diam. o" 20). 
Signé avec la mention : A mon grand-père, L. Chedeville 
8^'' 1874. (2^ div., V' section.) 

CHEVALIER (Jacques-Marie-Hyacinthe) . 

Martin-Magron (le docteur C), né le 16 janvier 1809, 
décédé le 9 décembre 1870. — Médaillon en bronze (Diam. 
o"' 35). Signé : H. Chevalier. (2^ div., i""^ section.) 



MONTPARNASSE 289 

CHRISTOPHE (Ernest). 

Despois (Eugène), professeur de rhétorique au lycée 
Louis-le-Grand, « démissionnaire au 2 décembre, » né en 
18 18, décédé en 1876. — Pyramide en marbre avec base 
quadrangulaire en granit. Dans la face antérieure est encastré 
le médaillon ovale en bronze de Despois (H. o"" 60. L. 0^43). 
Signé : E. Christophe, iSSj. Le monument de Despois a été 
érigé par « ses amis ». L'inauguration a eu lieu le 14 juin 
1885. (ly div.) 

CLAUSADE (Louis). 

GoviGNON (Henry), ingénieur des arts et manufactures, 
né en 183 1, décédé en 1896. — Médaillon en bronze (Diam. 
0"" 40). Signé : L. Clausade. (29^ div.) 

CLÊSINGER (Jean-Baptiste-Auguste). 

Leclère (Edmond), notaire honoraire à Paris, décédé le 
27 août 1891, dans sa éo^ année. — Monument en forme de 
chapelle supporté par des colonnes et ouvert de trois côtés. 
Une stèle adossée à la paroi du fond est surmontée d'une Tête 
de Christ, en bronze (H. C" 60). Signée : Clésinger, Rome 
18 j8. Le monument a été érigé sur les dessins de A. Hubaine, 
architecte. (25^ div.) 

Clésinger. 

Roger (Maurice-Antoine), « ancien élève de l'École nor- 
male supérieure », décédé le 12 juillet 1895, à l'âge de 26 ans. 

— Monument en forme de chapelle supporté par quatre 
colonnettes avec fronton. Au fond, une Tête de Christ, en 
bronze (H. C" 35). Signée : Clésinger (^iV div.) 

Clésinger. 
JoRET (Henri), ingénieur, né en 1825, décédé en 1883. 

— Tête de Christ, en bronze (H. o"' 60). Signée : Clésinger, 
Rome, 18 s8. (18^ div.) 

COLONNA CESARI (Don Joseph). 

Gaspari (Simon-Jean, comte de), consul général des 
États-Unis de la république de Venezuela, né en Corse en 

ART FR. Xm 19 



290 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIERES DE PARIS 

1806, décédé à Paris en 1879. — Buste en bronze (H. o'" 75). 
Signé : Colonna CesariF., Paris, 1880. (18^ div.) 
Colonna Cesari. 
Landier (Antoine-Alphonse), avocat à la Cour d'appel 
de Paris, décédé le- i^"" février 1889, à l'âge de 59 ans. — 
Buste en plâtre (H. o™ 65). Signé : Colonna Cesari, 186 p. 
(13^ div.) 

CORBEL (Jacques- Ange). 

CoRBEL (Victor), sculpteur ornemaniste, né en 18 14, 
décédé en 1874. — Médaillon en marbre blanc encastré dans 
une stèle en granit (Diam. o" 35), par /.-^. Corbel. Au-des- 
sous du médaillon sont sculptés dans la stèle un maillet, un 
compas, un ébauchoir et un crayon. Le monument de Fictor 
Corbel a été érigé sur les dessins de E,-L. Millet j architecte '. 
(9*^ div.) 

COUGNY (Louis-Edmond). 

Egger (Emile), helléniste, professeur à la Faculté des 
lettres, membre de l'Institut, né à Paris le 18 juillet 18 13, 
décédé à Royat le 31 août 1885. — Stèle quadrangulaire en 
granit surmontée du buste en bronze (H. C" éo) d'Egger. 
Signé : L, E. Cougny. Ce monument a été érigé par « l'Asso- 
ciation pour l'encouragement des études grecques en France. 
Souscription particulière. » (6*^ div.) 

COURTE! (Xavier-Marie-Benoît- Auguste, dit Augustin). 

Deloustal (Héloïse-Théophile- Justine Jourdain, M'"^), 
« née à Paris le 7 mars 1827, mariée le 25 juin 1844 à 
M. Deloustal, morte à Bade le 7 juillet 1855. » — Tombeau 
rectangulaire en marbre surmonté d'une statue également en 
marbre (grandeur nature) : une jeune femme, voilée, assise, 
est accoudée du bras gauche sur une stèle sur laquelle sont 
déposés des roses, des branches de cyprès et des livres; la 
main droite tient un chapelet et une rose ; à ses pieds est un 
petit chien couché. Signée : A. Courtet, 18 Jp. Sur la face 
postérieure de la stèle, on lit : « A ma fille unique... (les 
noms et dates ci-dessus). Sa mère, V''^ Jourdain de Sainte- 
Preuve. » (13^ div.) 

I. Renseignements fournis par M. J.-A. Corbel, fils de V. Corbel (^o novembre 
1897). 



( 



MONTPARNASSE 29 1 

Courtet. 
Delaleu de Sainte-Preuve (Marie-Justine Leret, veuve), 
décédée le 5 février 1820, dans sa 43^ année. Au-dessous de 
l'inscription funéraire de M™^ Delaleu, gravée sur la paroi du 
fond d'une chapelle, on lit : « Héloïse Deloustal, née Jour- 
dain, mariée le 25 juin 1844!!! » Cette dernière inscription 
se rapporte à l'article précédent. — Buste en marbre (H. 
G'" 72) : jeune femme ayant le tête couronnée -de lierre. Ce 
buste, placé à l'intérieur de la chapelle, est signé : Courtet, 
iSjj ^ (13^ div.) 

COUTAN (Jules-Félix), LONGEPIED (Léon) et ROTY (Louis-Oscar). 

Herbette (Sépulture Louis). — Édicule dont la partie 
supérieure est supportée par deux colonnes ; un vase en 
bronze d'où sortent des flammes est placé entre les colonnes. 
Sur le tombeau, et adossée à l'édicule, est une statue en marbre 
(grandeur nature) : une jeune femme voilée, affaissée sur un 
chêne déraciné, s'accoude du bras gauche sur une branche de 
l'arbre. Un bas-relief en marbre décore la face postérieure : 
une jeune femme agenouillée lève les yeux au ciel ; elle tient 
une rose dans la main droite. Dans la partie supérieure du 
bas-reUef on lit : « S'endormir près de ceux qu'on aime, 
revivre et reposer comme on a vécu dans leur amour. » Sur 
la face antérieure du monument est gravé : « De tout cœur 
à cette œuvre se sont associés Coutan et Longepied, Roty, Pous- 
sin, architecte, 1 88 5- 1890 » ^. (28^ div.) 

CRAUK (Gustave- Adolphe-Désiré). 

BouLEY (Henri-Marie), membre de l'Académie des 
sciences, né en 18 14, décédé en 1885. — Buste en bronze 
(H. 0^ 65). Signé : Crauk. (6^ div.) 

Crauk. 

Cardaillac (Jacques-Etienne, comte de), directeur des 
bâtiments civils, membre de l'Institut, né en 18 18, décédé en 
1879. — Médaillon en bronze (Diam. C" 40). Signé avec 
cette mention : Souvenir de fidèle amitié, Crauk. (18^ div.) 

1. La chapelle renfermant ce buste est séparée par quelques mètres seulement du 
tombeau Deloustal. 

2. Il n'a encore été fait aucune inhumation dans ce tombeau. 



292 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Crauk. 

Lanneau (Régulus-Adolphe de), maire du xii^ arrondis- 
sement de Paris, directeur du collège Sainte-Barbe et de l'in- 
stitution des Sourds-Muets, décédé à Paris où il a été inhumé 
le 8 septembre 1881, à l'âge de 85 ans. — Buste en marbre 
(H. G " 60), placé dans une niche pratiquée dans le fronton 
d'une chapelle. Signé : Crauky iSjS^. (18' div.) 

CUGNOT (Louis-Léon). 

Mylius (Henri de), général de brigade, né à Louisbourg 
le 6 février 1784, décédé à Paris le 23 avril i86é. — Buste 
en bronze (H. o™ 75) placé dans une niche circulaire pra- 
tiquée dans la face antérieure d'un stèle en pierre. Signé : 
Léon Cugnot. L'inscription suivante est gravée sur le monu- 
ment : « Il dota la ville de Paris d'une rente perpétuelle 
appliquable à l'enseignement gratuit des enfants de trois 
arrondissements. » Le monument de Mylius a été élevé à sa 
mémoire par l'intendant miUtaire A. Orville. (26^ div.) 

DANTAN (Antoine-Laurent). 

GÉRARD (François-Pascal-Simon, baron), peintre d'his- 
toire, né à Rome le 12 mars 1770, décédé à Paris le 11 jan- 
vier 1837. — Pyramide rectangulaire en pierre dont la face 
est décorée du médaillon en bronze (Diam. o "" 50) du peintre. 
Signé : Dantan aîné 1S48. Deux bas-reliefs en bronze 
(H. o"" 49. L. o" 30) sont encastrés dans la base de la pyra- 
mide : à gauche, Bélisaire, signé : Dantan aîné, d'après Gérard; 
à droite, le Christ, signé : U après Gérard, Dantan aîné, 184^. 
(i" div., i""^ section.) 

Dantan. 

DuMONT d'Urville (Jules-Sébastieii-César), amiral, né à « 
Condé-sur-Noireau le 23 mai 1790, décédé àMeudon le 8 mai m 
1842, dans la catastrophe du chemin de fer de Versailles. — 
Monument polychrome à base quadrangulaire dont la face anté- 
rieure simule une proue de vaisseau, surmontée d'une pyramide 
circulaire. Une stèle formant saillie sur la face antérieure de 
la pyramide supporte le buste en pierre de l'amiral (o"" éo). 

I. Ce buste a été exposé au Salon de 1859 ^^^^ ^^ "° 3164. 



MONTPARNASSE 295 

Signé : Dantan aîné, sculpteur. Au-desssus du buste est sculp- 
tée en bas-relief une sorte d'apothéose de l'amiral qui est 
représenté entre sa femme et son fils dominant la vapeur 
fumante d'une locomotive. Autour de la pyramide sont 
sculptés en creux les différents épisodes de son voyage dans 
les mers du Levant et de ses trois voyages autour du monde. 
Il est vu naviguant sur la Chevrette, la Coquille et Y Astro- 
labe. On a également reproduit la Vénus de Milo qu'il rap- 
porta en France, ainsi que le monument de Lapérouse dont il 
avait pris l'initiative, le 14 mars 1828, à Vanikoro. Le tombeau 
de Dumontd'Urville, érigé sur les dessins de Constant- Duf eux, 
a été gravé par L- Normande (15^ div.) 

DARAGON (Charles-Laurent). 

Leroux (Jean-Marie), graveur d'histoire, né à Paris le 
6 janvier 1788, décédé dans la même ville le 31 décembre 
1870. — Médaillon en bronze (Diam. o'" 40) encastré dans 
la face antérieure d'une stèle. Signé : C. L* Daragon, 1871, 
(10^ div.) 

DAVID (Adolphe). 

Lejay (Famille). — Médaillon en bronze (Diam. o™ 30), 

représentant deux femmes : l'une est assise à terre à l'ombre 
d'un saule pleureur; elle tend la main vers l'autre femme, 
debout, qui a près d'elle deux enfants jumeaux. Signé : 
A. David. (lé* div.) 

DAVID D'ANGERS (Pierre- Jean). 

PouauEViLLE (François-Charles-Hugues-Laurent), voya- 
geur et littérateur, « consul général de France en Grèce, 
membre de l'Académie de médecine », membre de l'Académie 
des inscriptions et belles-lettres, né au Merlerault (Orne) le 
4 novembre 1770, décédé à Paris le 20 décembre 1838^. — 
Stèle en marbre blanc dans la face antérieure de laquelle est 
sculpté le médaillon de Pouqueville (Diam. o"" 47). Signé : 
P.-/. David d'Angers, i8j^. L'inscription funéraire du littéra- 
teur se termine ainsi : « Par ses écrits il contribua puissam- 

1. Monuments funéraires, etc., 1. 1, pi. i. 

2. Lalanne écrit : « 28 décembre 1838, » 



294 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIERES DE PARIS 

ment à rendre aux Grecs asservis leur antique nationalité. » 
(2* div., 2^ section.) 

David d'Angers. 

EsPERCiEUx (Jean-Joseph), statuaire, né à Marseille le 
2 juillet 1757, décédé à Paris le 19 mars 1840. — Médaillon 
en bronze (Diam. C" 42) encastré dans la face antérieure 
d'une stèle. Signé avec cette mention : A son ami Espercieux, 
statuaire, P.-J. David, 1840. Fonderie de Richard, Eck et Durand. 
(6<= div.) 

David d'Angers. 

HuLLiN (Pierre-Augustin, comte), général, né à Paris le 
6 septembre 1758, décédé dans la même ville le 9 janvier 
1841. — Édicule dans la face antérieure duquel est pratiqué 
un enfoncement où se trouve placé le buste en marbre du 
général (H. 0™ 40), par David d'Angers^. Gravé par L. Nor- 
mand^. (15' div.) 

David d'Angers. 
Besnard (François-Yves), prêtre constitutionnel, agro- 
nome, écrivain, né aux Alleuds (Maine-et-Loire) le 18 octobre 
1752, décédé à Paris le 20 novembre 1842. — Médaillon en 
bronze (Diam. o™ 43). Signé : P.-J. David, 184). (11^ div.) 

David d'Angers. 

Boula Y de la Meurthe (Antoine- Jacques-Claude, comte), 
homme politique, né à Chaumousey (Vosges) le 19 février 
1761, décédé à Paris le 4 février 1840. — Dans la face anté- 
rieure d'un édicule est pratiqué un enfoncement formant 
niche où se trouve placé le buste en marbre de Boulay 
(H. G"" 70). Signé : P. /. David, 18 41, Au-dessous du buste 
on lit : « Boulay est certainement un brave et honnête 
homme. » — Paroles de Napoléon, Mémorial de Sainte- 
Hélène. Le monument de Boulay de la Meurthe a été érigé 
sur les dessins de Visconti. Gravé par L. Normand"^ et par 
Soudain^. (27* div.) 

1. Voy. Inventaire général des richesses d'art de la France. Province, monuments 
civils, t. III, p. 157, 354. 

2. Monuments funéraires, etc.^ t. II, pi. Lxv. 

3. Monuments funéraires, etc., t. I, pi. ix. 

4. Architecture funéraire contemporaine, etc., i" section C, pi. vr. — César Daly se 
trompe en indiquant ce monument comme étant situé au cimetière de l'Est. 



MONTPARNASSE 295 

David d'Angers. 
HouDON (Jean-Antoine), statuaire, membre de l'Institut, 
né à Versailles le 20 mars 1741, décédé à Paris le 7 juillet 
1828. — Médaillon en bronze (Diam. o™ 17). Signé : P. /. 
David. — RocHETTE (Désiré-Raoul), antiquaire, né à Saint- 
Amand (Cher) le 9 mars 1790, décédé à Paris le 3 juillet 
1854. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 16). Signé : David 
1840. (i'^ div., i''* section.) 

DEBAT (Jean-Baptiste- Joseph). 

Championnière (Anne-Marie Debay, femme de Paul- 
Lucas), née à Nantes le 10 novembre 1805, décédée à Paris 
le 25 avril 1836. — Médaillon en marbre (Diam. o*" 36), par 
J.-B.-J. Debay, son père'. (2^ div., i»"^ section.) 

DEKEYSER (Michel). 

Bain (Nicolas), né le 12 avril 1805, décédé le 9 janvier 
1876. — Médaillon en marbre blanc (Diam. g"" 30). Signé : 
Dekeyser Michel, 1876^. ( 1 3 * div . ) 

Dekeyser. 

Galouzeau de Villepin (Louis-Télesphore), sculpteur, 
né à Paris le 4 mai 1822, décédé dans la même ville le 
31 décembre 1888. — Buste en bronze (H. o™ 55), surmon- 
tant une stèle. Signé : Keyser Michel, 1881. Sur la face anté- 
rieure de la stèle est gravée l'inscription suivante : « La Société 
de secours mutuels des sculpteurs praticiens et ornemanistes a 
édifié ce monument à la mémoire de son bienfaiteur Loiiis" 
Télesphore Galouzeau de Villepin. » (6^ div.) 

DELHOMME (Léon- Alexandre). 

LucciONi (Jacques), inhumé le 24 juin 1885, à Tâge de 
49 ans. — Médaillon en bronze (Diam. 0™ 28). Signé : 
L.Delhomme, 1886. (14* div.) 

Delhomme. 
H^MET (Henri), fondateur de la société centrale d'apicul- 



1. Renseignements fournis par M. le docteur Championnière, et par M. Cham- 
pionnière, fils de Anne-Marie Debay (17 et 23 novembre 1897). 

2. Ce médaillon a figuré au Salon de 1876 sous le n°320i. 



296 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

ture et d'insectologie, né en 18 15, décédé en 1889. — Médail- 
lon en bronze (Diam. 0^35) encastré dans la face antérieure 
d'une stèle. Signé : 18^1, Delhomme. Une ruche est sculptée 
en relief sur la stèle, au-dessous du médaillon. Les faces laté- 
rales sont décorées d'une abeille. Sur le côté gauche est gravé : 
« Élevé par souscription à Henry Hamet, professeur d'apicul- 
ture au Luxembourg. » (11^ div.) 

DELORME (Jean- André). 

Verick (Constant), officier d'Académie, né en 1829, 
décédé en 1892. — Buste en bronze (H. o'" 60). Signé : A. De- 
lormCy 18^1. (17^ div.) 

DELOYE (Jean-Baptiste-Gustave). 

DuARTE SiLVA (Robert), né en 1837, inhumé le 
II février 1889. — Demi-ronde bosse ovale en bronze 
(H. o"" 60. L. o"" 45). Signée : Deloye, 18^0. Le monument 
de Duarte Silva lui a été élevé par « ses élèves, ses collègues, 
ses amis et la société chimique de Paris. » (26*^ div.) 

DELPECH (Jean-Marie). 

HiOLLE (Julia), née le 26 juillet 1876, décédée le 
5 décembre 1892. — Médaillon en bronze (Diam. g"" 40). 
Signé : /. Delpech. (17^ div.) 

DEMAILLE (Louis). 

Démaille (Marie-Louise), décédée en 1874, dans sa 
8* année. — Buste en bronze (H. o'" 52). Signé : L. De- 
maille, 187). (10^ div.) 

DES60IS (Jules). 

Fleury (Nancy), née à La Châtre (Indre) le 13 décembre 
1834, décédée à Paris le 9 avril 1890'. — Stèle fruste en 
pierre de Lorraine. Sur la face antérieure est sculpté un haut- 
relief (H. 2"". L. G™ 90) : une jeune fille, vue de dos, ayant 
le torse nu, grave, à l'aide d'un style, une pensée, dans la 
partie supérieure de la stèle, et tient une palme et une gerbe 
de fleurs qui s'effeuillent à ses pieds. Signé : Desbois, sculpteur. 

I. Louis-Maurice Engelhard, préfet de Maine-et-Loire, puis conseiller municipal de 
Paris, né en 18x9, décédé en 1891, repose dans le même tombeau que M"* Fleury. 



MONTPARNASSE 297 

Le monument a été érigé à la mémoire de M"^ Fleury, par 
« ses amies et ses élèves », sur les dessins de l'architecte Bou- 
vard. L'inauguration a eu lieu le 29 février 1892 '. (27*^ div.) 

DESCHAMPS (Léon). 

DelhOiMME (Léon- Alexandre), statuaire, conseiller muni- 
cipal de Paris, conseiller général de la Seine, né à Tournon 
(Ardèche) le 20 juillet 1841, décédé à Paris le 16 mars 1895 ^. 
— Médaillon ovale en bronze (H. o"" 48. L. o"" 37) encastré 
dans la face antérieure d'une stèle en granit, de forme pyra- 
midale. Signé avec cette mention : Hommage de l'auteur, Léon 
Deschamps, 18^6. L'inscription suivante est gravée au-dessous 
du médaillon : « Le conseil municipal, le conseil général, ses 
« amis, artistes et politiques, par souscription. » (3^ div., 
i""^ section.) 

DESPREY (Louis-Antonin-Prudent) et BULLIER (Alexandre-Augus- 
tin- Célestin). 

BuLLiER (Famille). — Dans un enfoncement pratiqué au 
fronton d'une chapelle est un buste d'homme, en marbre 
(H. G™ 42). Signé : A. Desprey, i8yo. Sur le côté droit de la 
chapelle sont encastrés deux médaillons de femme, en marbre 
blanc (Diam. 0^36). Signés : A. Bullier. (20^ div.) 

Desprey. 

Do (Dominique), né en 1825, décédé en 1891. — Stèle 
en pierre de chaque côté de laquelle est un socle en saillie. 
Sur le socle de droite est le buste en marbre (H. C" 70) de 
Dominique Do. Signé : A. Desprey, i8y2. Celui de gauche est 
surmonté du buste en marbre (H. C" 76) de Madeleine-Thé- 
rèse Bertrand, veuve Do, née en 1793, décédée en 1872. 
Signé : A. Desprey, i8jp. (15^ div.) 

DESPREZ (Louis). 

Serrurier (Jean-Baptiste-Toussaint), docteur en méde- 
cine, né cl Orléans le r"" novembre 1776, décédé à Paris le 

1. Voy. Journal des Arts an 4 mars 1892. 

2. Delhomme a d'abord été transporté au cimetière du Père-Lachaise pour y être 
incinéré. Ses cendres furent rapportées à Montparnasse le 11 avril 1896. 

5. Ces deux bustes ont figure aux Salons de 1872 et de 1873 sous les n"' 1649 et 
1616. 



298 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

23 août 1853. — Médaillon en bronze (Diam. 0" 50). 
Signé : L. DesprcT^, iSj] (6« div.) 

DUBOIS (Alphée). 

Patin (Henri), secrétaire perpétuel de l'Académie fran- 
çaise, doyen de la Faculté des Lettres de Paris, né le 2 1 août 
1793, décédé le 18 février 1876. — Médaillon en bronze 
(Diam. C" 29) renfermant une reproduction modelée des 
Bergers cHArcadiey de Poussin. Signé : Alphée Dubois, d'après 
N. Poussin. Au bas on lit : Et ament meminisse periti. (12^ div.) 

Dubois. 
DuMAY (Apolline-Claudine-Geneviève), née Moyen, insti- 
tutrice, décédée le i" janvier 1879, à l'âge de 86 ans. — 
Médaillon en bronze (Diam. o™ 45). Signé : Alphée Dubois. 
En exergue du médaillon est gravé : « A Madame Dumay, 
ses élèves. » (11^ div.) 

DUBOIS. 

Gallais (Jean-Hyacinthe), juge au Tribunal de Com- 
merce, décédé le 5 juin 1859, à l'âge de 67 ans. — Médaillon 
en pierre (Diam. 0™ 37). Signé : Dubois f^. (10^ div.) 

DUCHEZ(E.). 

Bigot (Etienne), né en 1847, décédé en 1896. — Au 
sommet d'un tombeau est un édicule composé d'un fronton 
avec une colonnette de chaque côté. Le médaillon en bronze 
(Diam. o™ 35) de Bigot est encastré dans la face antérieure 
del'édicule. Signé : E. Dîiche:^. (25^ div.) 

DUMONT (Augustin- Alexandre). 

Le Bas (Louis-Hippolyte), architecte, membre de l'Insti- 
tut, né à Paris le 31 mars 1782, décédé dans la même ville le 
12 juin 1867. — Dans le fronton d'une chapelle est placé le 
médaillon en marbre de H. Le Bas (Diam. 0™ 60). Signé : 
A'' Dumont, 1868. (27^ div.) 

DUSEIGNEUR (Jean-Bernard). 

DusEiGNEUR (Charlotte-Éléonore), née Biffe, décédée le 
8 septembre 1855. — Demi-ronde bosse en pierre (Diam. 



MONTPARNASSE 299 

0™ 40) : un Ange, ailé, joignant les mains. Nous présumons 
que cette œuvre est due au ciseau de /. Duseigneur dont les 
restes reposent dans ce tombeau. (13^ div.) 

ECHERAC (Auguste -Arthur d'). 

AssELiNE (Louis), « philosophe matérialiste, publiciste 
radical », né en 1829, décédé en 1878. — Médaillon en 
bronze (Diam. o"" 37). Signé : A. d'Echerac, 1880. Au-des- 
sous du médaillon est gravé : « La libre pensée; la pensée 
nouvelle. » Le monument d'Asseline lui a été érigé par « ses 
amis et ses F.*. » (6^ div.) 

Echerac (d'). 
MôRiNG (Michel), directeur général de l'Assistance 
publique, décédé le 16 avril 1880. — Buste en bronze 
(H. C" 75). Signé : d'Echérac. Rudier & Griffoid et C'% fon- 
deurs. (15*= div.) 

Echerac (d'). 

CouDEREAU (Auguste), docteur en médecine, philosophe 
matérialiste, fondateur de la société d'autopsie, né en 1832, 
décédé le 19 janvier 1882. — Médaillon en bronze (Diam. 
G™ 40) encastré dans la face antérieure d'une stèle, par d' Eche- 
rac'. Ce monument a été érigé à la mémoire de Coudereau 
par « ses amis ». (19*^ div.) 

ELSHOECHT (Jean- Jacques-Marie-Carl-Vital) . 

Carey (Henri-Ferdinand-Chrétien-Édouard), interprète, 
traducteur-juré près les tribunaux, décédé le 24 mars 1866, à 
l'âge de 74 ans. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 17). 
Signé : Carie Elshoecht, sculp. et fond. 1840. (7^ div.) 

Elshoecht. 
Ottavi (Joseph), orateur, parent de Napoléon, né à Ajac- 
cio le 4 juillet 1809, décédé à Paris le 9 décembre 1841, « en 
descendant de la tribune enseignante, publique et gratuite. » 
— Buste en pierre (H. o"" 75). Signé : Carie Elshoecht sculp. 
1842. Le monument d'Ottavi a été érigé par « ses amis et ses 
admirateurs. » (12* div.) 

I. Renseignements fournis par M. Labatie, marbrier (21 novembre 1897). 



300 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Elshoecht. 

LiSFRANC (Jacques), chirurgien, membre de l'Académie 
de médecine, né à Saint-Paul-en-Jarret (Loire) le 2 avril 1790, 
décédé à Paris le 12 mai 1847. — Tombeau rectangulaire en 
marbre surmonté du buste en bronze de Lisfranc (H. o"" 75). 
Signé : Carie Elshoecht, sculp. 1848. Fonderie de Eck et Durand. 
Les faces latérales du tombeau sont décorées de deux haut- 
reliefs en bronze (H. C" éo. L. i "'). Celui de gauche a pour 
titre : Leçons de clinique chirurgicale à r hôpital de la Pitié ^ : 
Lisfranc est assis à son bureau sur lequel est posé un pied ; les 
élèves, placés devant le professeur, sont attentifs à sa leçon; 
rélève qui est au premier plan prend des notes. Signé : Carie 
Elshoecht de Dunkerque sculp. 1848. P^'"' de Eck et Durand. 
Celui de droite s'intitule : Dernière campagne de Saxe. Leipsick, 
181^. Un officier supérieur, étendu sur un brancard, est 
entouré de nombreux soldats dont la douleur est exprimée 
par l'attitude et l'expression ; Lisfranc, debout, tient le pouls 
du blessé comme pour s'assurer s'il est encore vivant. Signé : 
Carie Elshoecht ^ sculp . i848.(iydïy.) 

ENGRAND (Georges). 

ViALAY (Félix-Claude-Marie-Antoine), professeur de ma- 
thématiques, né à Château-Chinon le 9 juillet 1818, décédé à 
Paris le 24 octobre 1886. — Médaillon en bronze (Diam. 
0" 30). Signé : G. Engrand, i88y. Le monument de Vialay 
a été élevé par l'Association philotechnique. (25* div.) 

ESCOULA (Jean). 

Genvrain (Victorine Guillaume, veuve), née en 1853, 
décédée en 1894. — ^^^^^ ^^ marbre au sommet d'un tombeau 
en granit. Dans la face antérieure de la stèle est un enfonce- 
ment où se trouve placé le buste en bronze (H. o"" 64) de 
M""* Genvrain. Signé : /. Escoula 189;. Un bouquet de roses 
et de marguerites, en bronze, est fixé sur le tombeau, à la 
base de la stèle. (21'' div.) 

ÉTEX (Antoine). 

DoRNÈs (Auguste), représentant du peuple, décédé le 

I. Lisfranc fut chirurgien en chef de la Pitié depuis 1825 jusqu'à sa mort. 



MONTPARNASSE 3OI 

20 juillet 1848. — Médaillon ovale sculpté dans la pierre 
vive d'un bloc de forme fruste (H. o"' 46. L. o*" 40). Signé : 
Étex, i8jo. (13^ div.) 

Étex. 
HuET (François), philosophe, né à Villeau (Eure-et- 
Loir) le 26 décembre 18 14, décédé à Paris le i" juillet 1869. 
— Stèle en marbre blanc dans la face antérieure de laquelle 
est sculpté le médaillon du philosophe (Diam. o"" 40). Signé : 
Étex, sculpteur architecte, i8yo. Le monument de Huet lui a 
été élevé par « ses amis ». (20^ div.) 

Étex. 

Aligny (Claude-Félix-Théodore Caruelle d'), peintre, né 
à Chaumes (Nièvre) le 24 janvier 1798, décédé à Lyon le 
24 février 1871. — Buste en marbre blanc (H. 0™ 75). Signé : 
Étex, sculp.-arch., i8jj, (18'' div.) 

Étex. 

Leroux (Pierre), philosophe et économiste, né à Paris le 
17 avril 1797, décédé dans la même ville le 12 avril 1871. — 
Stèle surmontée du buste en bronze de Leroux (H. o"" 65). 
Signé : Étex, 184). Ad. Charnod, fondeur, i8j2. Sur la face 
antérieure de la stèle est gravé : « Érigé par souscription 
publique sur un terrain concédé par le conseil municipal de 
Paris, mars 1877. » (9^ div.) 

Étex. 

Herbinger (Paul- Gustave), lieutenant-colonel du 25^ ré- 
giment d'infanterie, né le 7 décembre 1839, décédé le 26 mai 
1886. — Buste en bronze (H. i "") surmontant une stèle. 
Signé : A. Étex, 1886. Gruet j"' , fondeur . Adossée à la stèle 
est une statue en pierre représentant un Génie (H. l '^ 50). 
Signé : Étex, 1886. (28^ div.) 

Étex. 
Étex (Françoise-Clorinde Pugens, M"'* Antoine), née le 
2 août 181 5, décédée le 18 mai 1893. — Buste en marbre 
(H. C" 60), par A. Étex\ (7^ div.) 

I. Renseignements fournis par M. P. -Emile Mangeant, petit-fils d^ Antoine Étex 
(31 octobre 1897). 



302 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

EUDE (Adolphe). 

RoEHN (Charles-Eugène), né le i^"" janvier 1814, décédé 
le 9 mars 1859. — Médaillon en marbre (Diam. o™ 26). 
Signé : Eude, iSjj. — Roehn (Amédée-Charles), né le 28 juil- 
let 1824, décédé le 31 août 1855. — Médaillon en marbre 
(Diam. 0™ 26). Signé: Etide, iSjj. (15^ div.) 

Eude. 

Leprêtre (Charles- Antoine-Emmanuel), né en 1823, 
décédé en 1884. — Médaillon en bronze (Diam. o"* 33). 
Signé : A. Eude. (13* div.) 

FAL6UIÈRE (Jean-Alexandre-Joseph). 

La Panouse (Marie Heilbron, M"^''), artiste dramatique, 
née en 185 1, inhumée le 5 avril 1886. — Une chapelle, ouverte 
de trois côtés, est supportée par des colonnes. La paroi du 
fond est en mosaïque et décorée de fleurs parmi lesquelles 
court une banderole où sont inscrits les titres des principaux 
rôles tenus par l'artiste dramatique. Sur un piédestal, au fond 
de la chapelle, est le buste en bronze (H. o'" 55) de Marie 
Heilbron. Signé : A. Falguiêre. (30^ div.) 

Falguière. 
Bertrand (Jean-Baptiste, dit James), peintre, né à Lyon 
en 1825, décédé à Orsay le 26 septembre 1887. — Son portrait 
en demi-ronde bosse, en bronze (Diam. 0™ 40). Signé : 
A. Falguière. (26^ div.) 

Falguière. 

NÉE (Alfred), avocat, né en 181 3, décédé en 1890. — 
Stèle au sommet d*un tombeau en pierre. Dans la face anté- 
rieure de la stèle est un enfoncement circulaire où se trouve 
placé le portrait en demi-ronde bosse, bronze (Diam. o"" 38), 
de l'avocat. Signé : A. Falguière. (25^ div.) 

FANNIÈRE (François- Auguste). 

Fauconnier (Pierre-Louis), inhumé le 6 mars 1858, à 
l'âge de 77 ans. — Médaillon en bronze (Diam. o"" 18). En 
exergue on lit : « L. Fauconnier, anno mdcccxxxxviii. » — 
Fauconnier (A.). — Médaillon de femme, en bronze 
(Diam. C" 18). En exergue on lit : « A. Fauconnier. 



MONTPARNASSE 3O3 

anno mdcccxxxxii. — Ces deux médaillons sont signés : 
A. Fanniêre. (15^ div.) 

FAROCHON (Jean-Baptiste-Eugène). 

Barbet (Jean-François), né en 1799, décédé en 1880. 

— Médaillon en bronze (Diam. C" 30). Signé : E. Farochon, 
1861. Le monument de Barbet lui a été érigé par « ses élèves 
reconnaissants ». (6^ div.) 

FAUTRAS (Albert). 

Therval (Marie-Hélène de Mirecourt, M"^), née en 
1844, décédée à Nogent le 6 août 1876, et inhumée à Mont- 
parnasse le 18 septembre 1876. — Médaillon en bronze 
(Diam. o"" 36). Signé : A. Fautras, iSjy. (29^ div.) 

FESSARD (Pierre- Alphonse). 

BoYER (Alexis, baron), chirurgien, né à Uzerche (Cor- 
rèze) le i^"" mars 1757, décédé à Paris le 25 novembre 1833. 

— Tombeau avec édicule au sommet ; dans la face antérieure 
est pratiqué un enfoncement où se trouve placé le buste en 
marbre (H. o"'75) du médecin. Signé : Fessard, Paris, i8^y ^ 
Au-dessous est sculpté dans l'édicule, en pierre, une sorte de 
caducée sur lequel est gravé : Orbis salus. (4* div., i" section.) 

FEUCHÈRE (Jean-Jacques). 

ScHUNCK (Philippe-Henri), compositeur de musique, 
conservateur de la galerie de S. A. R. Madame la duchesse 
d'Angoulême, né à Worms en 1757, décédé à Paris en 1847. 

— Médaillon ovale en bronze (H. o™ 49. L. C" 40). Signé : 
/. Feuchêre. (13= div.) 

FICATIER. 

Cantagrel (Félix-François-Jean), littérateur, député de 
la Seine, né à Amboise (Indre-et-Loire) le 27 juin 18 10, 
décédée à Paris le 27 février 1887. — Médaillon en bronze 
(Diam. o"" 40). Signé : Ficatier, conducteur des Ponts et Chaus- 
sas, Laporte, ciseleur et Gruer fils fondeur à Auxerre, i8Sy. Le 
monument de Cantagrel a été élevé à sa mémoire par « les 
conducteurs des Ponts et Chaussées. » (26^ div.) 

I. Ce buste a figuré au Salon de 1837 sous le n° 1924. 



304 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

FILLEUL (Charles- Alexandre). 

Durand (Victoire-Henriette Doron, M™^), décédée le 
19 novembre 1885, à l'âge de 47 ans. — Médaillon en bronze 
(Diam. C" 30). Signé : Ch. Filleul 1886. (27^ div.) 

FOYATIER (Denis). 

Renzi (Maria-Louisa-Thérésa), née en 1823, décédée en 
1833. — Buste en marbre (Diam. 0^40). Signé : Foyatier 
{iV div.) 

FRANCESCHI (Louis-Julien, dit Jules) et COLLARD (Marie-Anne- 
Herminie BIGÉ, W^^). 

CoLLARD (Marie-Anne-Herminie Bigé, M""^), peintre, 
née à Paris, décédée dans la même ville le 28 mars 1871. — 
Monument rectangulaire comprenant un soubassement sur- 
monté d'un fronton porté par quatre colonnes. Sous ce fron- 
ton est la statue en marbre de M*"^ Collard (H. i "" 50) : elle 
est représentée assise, tenant une palette d'une main et un 
pinceau de l'autre; à sajgauche est un petit chien. Signée : 
Jules Franceschi, i8']6. Sur la face postérieure du socle de la 
statue, on lit : « Ce monument a été élevé par Charles Collard 
à la mémoire de sa femme, Marie-Anne-Herminie Bigé, 1874- 
1876. » Trois médaillons en marbre (Diam. o'"4o) décorent 
en outre le soubassement : 1° face antérieure : Collard 
(Charles-Claude), décédé le 15 octobre 1882. Signé : ]ules 
Franceschi, iSyj; 2° côté droit : Bigé (Louis-Georges-Charles- 
Emmanuel), inspecteur des finances, décédé le 28 mai 1857. 
Signé : Herminie Collard; 3° côté gauche : Collard (Marie- 
Geneviève-Antoinette Thubeuf, M"'^), décédée le 30 juin 
1873. Signé : Franceschi. Le monument a été élevé sur les 
dessins de Destailleur, architecte. La sculpture décorative est 
due au ciseau de Doussamy. (i^^ div.) 

FRÉMY (Edouard-Pierre). 

Frémy (Edouard-Pierre), sculpteur, né à Paris en 1829, 
inhumé le 17 juillet 1888. — Médaillon en bronze (Diam. 
o"" 18) encastré dans la face antérieure d'une stèle. Signé : 
E, Frémy, 186^. (26* div.) 

GAILLION (C). 

Willaume (Ambroise-Mathis-Louis), docteur médecin. 



MONTPARNASSE 305 

chirurgien principal des armées, chirurgien en chef de l'hôpi- 
tal militaire de Metz, né à Metz le i8 juillet 1772, décédé à 
Paris le 19 mars 1863. — Médaillon en pierre (Diam. o"' 35). 
Signé : C. GailUon. (12* div.) 

GAUTHIER (Charles). 

Lançon (Auguste), peintre et graveur, né à Saint-Claude 
(Jura) en 1838, décédé en 1885. — Monument composé d'une 
pierre tumulaire et d'une stèle. La stèle est surmontée du pro- 
fil de Lançon. Cette figure, en bronze (H. o"" 35), repose sur 
un coussin. Elle a été exécutée d'après un moulage fait par 
Gauthier au Ht de mort du peintre-graveur. La face antérieure 
de la stèle est décorée d'une palette en bronze. Au-dessous, 
un bas-relief, également en bronze (H. o"" 20. L. 0^47), 
représentant le Lion qui boit. Ce bas-relief reproduit l'une des 
meilleures eaux-fortes de Lançon. « La sculpture a été exécu- 
tée avec désintéressement, par Charles Gauthier. Le monument, 
inauguré en novembre 1890, a été érigé par les amis de l'ar- 
tiste avec le concours de la Ville'. » (26^ div.) 

GAUVIN (Alfred). 

Gay-Bellille (Nicolas-Auguste), docteur médecin, né le 
10 mars 1828, décédé lei5 janvier 1878. — Buste en bronze 
(H. 0^65 environ). Signé : A. Gauvin i8y8. Nérat, fondeur. 
(ly div.) 

Gauvin. 

Combes (Louis), conseiller municipal de Paris, décédé 
le 6 janvier 1882. — Portrait en demi-ronde bosse, en bronze 
(Diam. o"' 43). Signé : A. Gauvin, 1882^. (19^ div.) 

Gauvin. 

DuTOUR (Alfred), né en 1846, décédé en 1882. — 
Médaillon en bronze (Diam. o"" 50). Sur le médaillon est 
gravé : « A Dutour, ses amis. » Signé : A. Gauvin. 
(11^ div.) 

GAYRARD (Raymond). 

Petit-Radel (Louis-François), architecte, membre de 

1. Yoy. Journal des Arts du 14 novembre 1890. 

2. Ce bronze a figuré au Salon de 1882 sous le n° 4414. 

A.KT FR. XUl. 20 



306 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

l'Institut, né à Paris le 22 juillet 1740, décédé dans la même 
ville le 7 novembre 18 iS. — Médaillon en bronze (Diam. 
o™ 14). Signé : Gayrard, F.^iSi^. En exergue du médaillon est 
gravé : Pelasgicorum oppidorwn indagatoi-, (4* div^^ i""' section.) 

GIERCKENS (Félix). 

Laubeuf (Louis- Achille), décédé en 1883, à l'âge de 
58 ans. — Médaillon ovale en bronze (H. o"" 32. L. 0"' 24). 
Signé: Gierckens Félix, 1860. (4' div., i" section.) 

GIRARDIN (Eucher). 

Gauchelin (Claudine Debiesse, M"''), née le 17 mai 
18 10, décédée le 3 août 1885, et Gauchelin (Henri-Benja- 
min), né le 15 juillet 181 1, décédée le 22 mai 1890. — 
Christ en buste, marbre (H. o"' 47). Signé : Girardin, 188 j. 
(4*div., I" section.) 

GOSSIN. 

Favrais-Poirier (Famille). — Stèle surmontée d'une 
statue en pierre (H. i"* 55) : une jeune femme en pied, 
debout, est légèrement drapée d'une tunique sans manches ; 
de la main droite elle tient, dans sa draperie relevée, des fleurs 
qu'elle sème de la main gauche. Signée : Gossin. (21' div.) 

GOURDEL (Pierre). 

DuFRENOis (le docteur Quentin-Pierre-Marie), né le 
27 septembre 1788, décédé le 17 juin 1864. — Médaillon en 
marbre blanc (Diam. o"' 38). Signé : P. Gourdel, iS6s'. Le 
monument du docteur Gourdel lui a été érigé par « la Société 
de secours mutuels de la boucherie de Paris, les Frais Amis » . 
(12* div.) 

Gourdel. 

Cintrât (Frédéric), docteur médecin, décédé en 1877, 
dans sa 47' année. — Médaillon en terre cuite (Diam. o"" 28). 
Signé : Pierre Gourdel, 1879. (13' div.) 

GRABOWSKI (Félix). 

Grabowski (Félix), sculpteur, inhumé le 16 juillet 1889, 

I. Ce médaillon a figuré au Salon de 1865 sous le n" 3001. 



MONTPARNASSE 3O7 

à Tâge de 72 ans, et Joséphine Grabowski, sa sœur, inhu- 
mée le 31 janvier 1883, à l'ùge de 64 ans. — Haut-relief en 
marbre blanc (H. o"" 65. L. o™ 25) encastré dans la face 
antérieure d'une stèle en granit : \ Espérance est représentée 
par une jeune femme en pied, debout ; elle lève les yeux au 
ciel et croise les mains sur sa poitrine; derrière elle est une 
ancre. Signé : Grabowski, iSyj- Au-dessous du haut-relief, 
sont sculptés dans la stèle une couronne de marguerites, une 
branche de cyprès, un maillet et un ébauchoir. (18' div.) 

GRANET (Pierre). 

FouRGEAUD (Antoine- Alexandre), décédé le 25 février 
1890, à l'âge de 59 ans. — Médaillon en bronze (Diam. C" 40). 
Signé : P. Granet. (iV div.) 

GRANGER. 

Changer (Famille). — Buste d'homme, en stuc (H. 
0*" 30). Signé : Granger, 18 JJ. (8* div.) 

GUILLAUME (Jean-Baptiste-Claude-Eugéne). 

Duban (Félix-Jacques), architecte, membre de l'Institut, 
né à Paris le 14 octobre 1797, décédé à Bordeaux le 8 octobre 
1870'. — Tombeau au sommet duquel est une stèle en marbre 
avec colonnettes, dont la face antérieure est décorée du 
médaillon en marbre de F. Duban (Diam. o *" 60), par E. Guil- 
laume. Une épaisse guirlande de fleurs est sculptée autour de 
la stèle. La surface du tombeau est décorée d'une guirlande 
de fleurs et d'une palme. Le monument de F. Duban lui a été 
élevé « par ses amis, ses admirateurs et ses élèves, » sur les 
dessins de J,-L. Duc. L'inauguration a eu lieu le 8 octobre 
1873. Deux discours ont été prononcés à cette occasion par 
V. Baltard et H. Labrouste^. (19* div.) 

Guillaume . 
Valette (Claude-Denis-Auguste), membre de l'Institut, 

1. Les biographes ne sont pas d'accord sur le lieu et la date de décès de F. Duban : 
Bellicr de la Chavignerie le fait mourir à Paris le 6 octobre 1871 ; d'après Vapereau. 
Duban est bien mort à Bordeaux, mais à la date du 20 décembre 1870. On le voit, les 
deux écrivains sont dans l'erreur. — Les restes de F. Duban ont été rapportés à 
Paris où l'inhumation a eu lieu le 8 octobre 1871. 

2. Renseignements fournis par M"" Maillot, fille de F. Duban (14 décembre 1897). 



308 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

professeur à Técole de droit, président de la société protec- 
trice des animaux, né le 15 août 1805, décédé le 10 mai 
1878. — Médaillon en marbre (Diam. o"" 35). Signé : E. Guil- 
laume, i8j^. (16* div.) 

GUILLEMIN (Emile). 

Strauss (Raphaël), né à Hagueneau (Bas-Rhin) le 8 jan- 
vier 1825, décédé à Paris le 3 novembre 1879. — Médaillon 
en bronze (Diam. 0™ 30). Signé : E^' Guillemin, 1880, 
(5« div.) 

GUYSKI (Marcelin). 

Lewenhard (Henriette Pustawojtow, M'"^), patriote 
polonaise, qui a pris part à l'insurrection de Varsovie en jan- 
vier 1863, née à Melgieur (Volhynie) le 15 juillet 1843, décé- 
dée à Paris le 2 mai 1881. — Au sommet d'un tombeau est 
une stèle à fronton triangulaire dont la face antérieure est 
décorée du médaillon en bronze (Diam. o™ 40) de M""^ Lewe- 
nhard. Signé : M. Guy ski, Krakow, 188^ '. (18^ div.) 

HAMAR (Fernand). 

Mauguin (Pierre-Etienne), ingénieur, né le 28 novembre 
1835, décédé le 21 mai 1894. — Médaillon en marbre blanc 
(Diam. 0™ 40). Signé : F. Hamar, (10^ div.) 

HÉBERT (Théodore-Martin). 

Robert (Jean-Baptiste), décédé le 13 mars 1870, à l'âge de 
77 ans. — Médaillon en bronze (Diam. 0"^ 52) encastré dans 
la face antérieure d'une stèle. Signé : Théodore Hébert, sculp- 
teur, 1861. Sur le tombeau horizontal sont deux têtes 
d'homme et de femme, en bronze. (20^ div.) 

Hébert. 

Morant (Pierre-Félix de), docteur médecin, décédé à 
Paris le 25 septembre 1880, à l'âge de 63 ans. — Stèle en 
pierre surmontée du buste en bronze (H. 0°" 58) de Morant. 

I. Le buste en marbre d'après lequel a été exécuté le médaillon qui nous occupe 
est la propriété du docteur Lewenhard. — Renseignements fournis par le docteur 
Lewenhard (27 octobre 1897). 



MONTPARNASSE 3O9 

Signé : Théodore Hébert , seul. 1880. Gruet j"% fondeur. Au-des- 
sous du buste, $ur la face antérieure de la stèle, est placé un 
masque (H. o'"28). (9= div.) 

HOGLER. 

BoiCHARD (A.), décédé le 18 juillet 1832. — Médaillon 
en pierre (Diam. o"^ 25), dans le côté droit d'une stèle. 
Signé : Hogler. — Thierry (H.), décédé le 11 mai 1828. — 
Médaillon en pierre (Diam. o"' 24), décorant la face anté- 
rieure de la stèle. Non signé. (2^ div., i""^ section.) 

HUGO (Léopold-Ârmand). 

Louis (Pierre-Charles-Alexandre), membre de l'Acadé- 
mie de médecine, décédé à Paris le 22 août 1872, dans sa 
86^^ année. — Médaillon en plâtre (Diam. o"' 60) placé sur 
Tautel d'une chapelle. Signé : Hugo (18^ div.) 

HUGUENIN (Jean-Pierre-Victor). 

Tardieu (Jules-Romain) (J. T. de Saint- Germain), édi- 
teur et romancier, né le 28 janvier 1805, décédé le 19 juillet 
1868. — Médaillon en bronze (Diam. C" 22). Signé : Victor 
Huguenin. (3^ div., i''^ section.) 

ISELIN (Henri-Frédéric). 

Henry (Joseph), architecte, né en 1822, décédé le 
16 décembre 1882. — Buste en marbre (H. o™ 70), placé 
dans un enfoncement pratiqué dans le fronton d'une chapelle. 
Signé : H. Iselin. (19* div.) 

KLAGMANN (Jean-Baptiste-Jules). 

Orfila (Matthieu-Joseph-Bonaventure), chimiste, « doc- 
teur en médecine, fondateur, président et bienfaiteur de l'As- 
sociation des médecins de la Seine -»), né à Mahon (lie de 
Minorque) le 24 avril 1787, décédé à Paris le 11 mars 1853. 
— Pyramide à base quadrangulaire, en pierre. Dans la face 
antérieure est encastré le médaillon en marbre (Diam. o"" 55 
environ) du docteur. Signé : /. K. [Klagmann]. De chaque 
côté du médaillon en saillie, est un génie nu, ailé, assis, en 
pierre. Le monument du docteur Orfila a été érigé en 1854 



5IO LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

au moyen d'une souscription publique, d'après les dessins de 
Gisors, architecte'. Gravé par Digeon^, (4^ div., i""^ section.) 

JACQUOT (Georges). 

jAcauoT (Georges), statuaire, né à Nancy le 15 février 
1794, décédé à Paris le 25 novembre 1874. — Demi-ronde 
bosse en plâtre (Diam. o™ 30). Signée : G.Jacguot K (10^ div.) 

JONCHERY (Charles-Emile). 

Flamant et Champenois (Familles). — Statue en pierre 
(H. C" 85) : une femme en pleurs est assise sur la base d'une 
colonne brisée. Elle tient dans ses mains une couronne de 
roses çt se courbe vers la terre dans l'attitude de la douleur. 
5ignéé:? E' Jonchery. (28' div.) 

LANOE (P.). 

Lanoe (Jules-Félix), décédé le 5 juin 1895, à l'âge de 
62 ans. — Médaillon ovale en bronze (H. C" 30. L. o"' 25). 
Signé : P.Lanoë, 18^ j, (3^ div., i"'*' section.) 

LEBÈGUE (Paul-Adolphe). 

Lebègue (Hippoly te), sculpteur, né le 21 septembre 1800, 
décédé le 12 novembre 1876. — Dans la face antérieure d'une 
stèle est sculpté un médaillon en marbre (Diam. o"" 40), 
par Paul Lehêgue*. (29^ div.) 

LECOMTE DU NOUY (Jules- Jean- Antoine). 

Lecomte du Nouy (Valentine Peigné-Crémieux, M'"^), 
née le 21 mars 1855, décédée le 15 octobre 1876. — Tom- 
beau surmonté d'un sarcophage supporté par quatre colon- 
nettes. Sous le sarcophage est placée une statue en pierre 
(Long. I™ 65) : la jeune morte est couchée sur son tom- 
beau ; elle a un bouquet de fleurs à son corsage ; les mains, 
ramenées sur la poitrine, tiennent un parchemin demi-déroulé 
où est gravéeda date fatale du 15 octobre 1876. Non signa. 
Dans la face antérieure du sarcophage est encastré le médail- 

1. Renseignements fournis par M. Orfila, neveu du docteur (30 novembre 1897). 

2. Architecture funéraire contemporaine, etc., 3" section B, pi. v. 

3. Cette signature nous rend perplexe, car le masque- de G. Jacquot semble avoir 
été exécuté d'après un moulage pris sur nature après le décès de l'artiste. 

4. Renseignements fournis par M. Lebègue, marbrier(io juillet 1895). 



MONTPARNASSE 3II 

Ion en bronze (Diam. o"" 50) de la jeune femme. Signé : 
Lecomte du Nouy iSyy. (13^ div.) 

LEPIND. 

Breton (M'"'^ Emile), née Marie Chertier, décédée à 
Paris le 13 avril 1834, à l'âge de 23 ans. — Buste en marbre 
(H. 0™ 60). — M'"^ Alexandre Chertier, née Anaïs Duflos, 
décédée le 19 février i88é, à l'âge de 50 ans-. — Médaillon 
ovale en marbre (H. o™ 22. L. o"" 15). — Jean- Alexandre 
Chertier, orfèvre, chevalier de l'ordre de Saint-Silvestre, 
décédé le 27 septembre 1890, dans sa 65' année. — Médaillon 
ovale en marbre (H. o"" 22. L. o" 15). Ces trois œuvres 
ont été exécutées par Lepind\ (2' div. i''^ section.) 

LEROUX (Frédéric-Etienne). 

KoEPPEL (Élisa Coquerel, M"'^), née en 1839, décédée 
en 1874. — Statue en marbre (Long. 1° 80) : la jeune 
femme, légèrement drapée, est représentée couchée sur son 
tombeau; la main gauche pose sur le cœur; le bras droit est 
allongé le long du corps. Signée : Etienne Leroux. (29*^ div.) 

LESGORNÉ (Joseph-Stanislas). 

Duchesne (Jean-Pierre), sculpteur marbrier, né en 
mars 1821, décédé le 8 juillet 1893. — Stèle circulaire sur- 
montée du buste en marbre (H. o'" 55) de Duchesne, exé- 
cuté par Lescorné en 1864 ^ (13^ div.) 

LETOURNEAU (Edouard). 

Marchais-Lagrave (Famille). — Une chapelle ouverte sur 
trois côtés est portée par quatre colonnes en granit rose. Au 
fond est placé un haut-relief en bronze (H. 2™. L. o" 95) : 
une femme légèrement drapée s'élevant au ciel. Signé : 
Edouard Letourneau, 1888. Thiébaut frères, fondeurs K (28^ div.) 



1. Ancien élève de l'École des Beaux-Arts de Lyon, Lepiiid a travaillé ù Paris chez 
divers orfèvres et bronziers pour lesquels il a exécuté des modèles d'un goût et d'une 
science dignes d'attention. lia sa place parmi les artistes innommés qui ont concouru 
depuis un quart de siècle au relèvement de l'art industriel. 

2. Renseignements fournis par M. E. Faucher, gendre de J.-P. Duchesne 
(12 décembre 1897). 

3. Le plâtre de ce haut-relief a figuré au Salon de i888, avec le titre 1' « Ame », 
sous le n" 4362. 



312 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

LEVILLAIN (Ferdinand). 

Deck (Joseph-Théodore), céramiste, administrateur de la 
Manufacture de Sèvres, né à Guebwiller (Haut-Rhin) le 
2 janvier 1823, décédé à Sèvres le 15 mai 1891. — Stèle au 
sommet d'un tombeau en pierre. Dans la face antérieure de 
la stèle est encastré un médaillon en bronze (Diam. C" 38). 
Signé : Son ami, F. Levillain, 18^2. Des fleurs en céramique 
sont incrustées sur le tombeau et sur la stèle. (19^ div.) 

LOISON (Pierre). 

Pinçon (Aline), née le 25 décembre 1833, décédée le 
26 février 1860. — Médaillon ovale en marbre blanc (H. o"" 23 . 
L. o" 16). Signé : P. Loison. (12^ div.) 

LOUIS-NOEL (Hubert). 

JouiN (le R. P. Amédée- Augustin), Religieux de l'Ordre 
des Frères Prêcheurs, aumônier de l'armée du Nord en 1870- 
1871, successivement Prieur du couvent de Flavigny, de Saint- 
Jacques, à Paris, et de Corbara, né à Angers le 28 octobre 
1835, décédé à Cannes le 15 avril 1889. — Une chapelle 
dont le fronton est décoré d'un bas-relief cintré, en bronze, 
(H.o™é3. L. G™ 74), représentant le Religieux en prière. 
Les armoiries dominicaines décorent le prie-Dieu sur lequel 
est agenouillé le moine. Signé : Louis-Noël» La croix de 
la Légion d'honneur, qui avait été décernée au Père 
Jouin en 1871, est gravée dans le fronton de la chapelle, 
au-dessus du bas -relief. Le vitrail principal de la chapelle a 
pour sujet la reproduction de la composition bien connue 
à'Ary Scheffer : « Saint Augustin et sainte Monique. » Ce 
vitrail a été exécuté par H. Chabin. (27* div.) 

MABILLE (Jules-Louis). 

Maze (Hippolyte), professeur de l'Université, préfet de 
la Défense nationale, député de Seine-et-Oise, sénateur, né à 
Arras en 1839, décédé à Paris en 189 1. — Médaillon en 
bronze (Diam. o™ 40). Signé : /. Mabille, i8p2. (6^ div.) 

MAILLARD (Auguste). 

Jeanmaire (Ferdinand), né en 1842, inhumé le 14 février 



MONTPARNASSE 3 1 3 

i88é. — Médaillon en bronze (Diam. o™45). Signé : Maillard, 
1886, (io*div.) 

Maillard. 

Paqueau (Charles-Florent), inhumé le 4 décembre 1896, 
à l'âge de 36 ans. — Stèle en pierre brute dans laquelle est 
encastré le médaillon en bronze (Diam. o" 42) de Paqueau. 
Une- palette et des pinceaux sont sculptés dans la partie 
inférieure du médaillon. Signé : A. Maillard, (^ij^ div.) 

MAILLOT (M«^« Pauline). 

Maillot (François-Clément), docteur en médecine, 
ancien inspecteur, président du conseil de santé des armées, 
né à Briey (Moselle) le 13 février 1804, décédé à Paris le 
24 juillet 1894. — Buste en bronze (H. o" 45). Signé : 
P. Maillot, 2j juillet iSSj \ Sur la face antérieure de la stèle 
supportant le buste est gravé : « Au bienfaiteur de l'humanité 
et de l'Algérie, ce buste sculpté par sa veuve a été érigé 
comme un suprême hommage. » (17= div.) 

MAINDRON (Étienne-Hippolyte). 

Devéria (Laure-Élisabeth-Marie-Louise), peintre de 
fleurs, née en 18 13, décédée le 11 mai 1838. — Bas-relief 
en marbre (H. i"' 90. L. o" 85) représentant l'artiste, en 
pied, debout, en action de peindre. Signé : H. Maindron, 
184s \ (ly'^div.) 

Maindron. 

Maindron (Étienne-Hippolyte), statuaire, né à Champto- 
ceaux (Maine-et-Loire) le lé décembre 1801, décédé à Paris 
le 21 mars 1884, et Julie Chabot, veuve Maindron, née en 
février 1776, décédée en novembre 1853 . — Statue en marbre 
de la Foi chrétienne (H. 2 "") représentée 'par une jeune femme, 
en pied, debout, légèrement drapée ; les mains, croisées sur 
la jambe droite, tiennent une croix. Signée : H*' Maindron, 



1. La terre cuite de ce buste a figuré au Salon de 1886 sous le n° 4244. M"' Mail- 
lot, décédée le 12 janvier 1897, repose dans le même tombeau que son mari. 

2. Jacques'Marie- Achille Devéria, peintre, décédé le 23 décembre 1870^ repose dans 
le même tombeau que sa sœur. 



ÎI4 LA SCULPTURE DANS LES aMETiÈRES DE PARIS 

i8y6. Sur le socle de la statue est gravé : Credo speroK (r« div., 
i""^ section.) 

MANIGLIER (Henri-Charles). 

ScHAEUFFÈLE (Jean-Martial-Désiré), né le 31 mai 1802, 
décédé le 26 avril 1882. — Médaillon en bronze (Diam. 
o"' 45). Signé : C. Maniglier, 1882. (j^ div.) 

Maniglier. 
Lefortier (Jean-Henri), peintre, né en 18 19, inhumé le 
18 janvier 1886. — Buste en bronze (H. o"" 50). Signé : 
C. Maniglier y 1886. (17= div.) 

Maniglier. 

Lefebvre (Eugène), né le 28 mars 1827, décédé le 
12 octobre 1888. — Une chapelle avec portique soutenu 
par des colonnes. Dans le fronton de la chapelle est le médail- 
lon en bronze de Lefebvre (Diam o'" 50). Signé : C. Mani- 
glier, i88p. (17* div.) 

MARCELLIN (Jean-Esprit). 

Gervais (François-Paul-Louis), naturaUste, membre de 
l'Institut, né à Paris le 26 septembre 181 6, décédé dans la 
même ville le 10 février 1879. — Médaillon en bronze (Diam. 
0™ 15). Signé : E. Marcellin. Le médaillon est entouré d'une 
couronne formée d'une palme et d'une branche de laurier à 
laquelle est suspendue la croix de la Légion d'honneur. 
(26' div.) 

Marcellin. 

Marcellin (Jean-Esprit), statuaire, né à Gap (Hautes- 
Alpes) le 21 mai 1821, décédé à Paris le 22 juin 1884. — 
Stèle en marbre blanc ; dans la face antérieure est sculpté le 
médaillon àt Marcellin (Diam. o"' 32). Signé : £. Marcel- 
lin. La stèle est surmontée d'une urne à demi couverte par 
une draperie qui retombe jusque sur le médaillon. (8^ div.) 

Marcellin. 

WiLMÈs (Blanche Léger, M™^), décédée le 4 janvier 1890, 

j. Cette ceuvrç a figuré a,u Salon de 1876 sous le u° 3451. 



MONTPARNASSE $ I 5 

à l'âge de 37 ans. — Médaillon en plâtre (Diam. o"* 24). 
Signé: Marcellin. (10^ div.) 

MARCILLY (Edouard MILLET de). 

Barreswill (Charles-Louis), chimiste, né à Versailles 
en 18 17, décédé à Boulogne-sur-Mer le 23 novembre 1870. 
— Médaillon en bronze (Diam. G"" lé). Signé : M. de Mar- 
cilly. (9" div.) 

MARCINKOWSKI (Ladislas). 

Patriotes polonais (Monument des). — Au sommet 
d'un tombeau se dresse une stèle décorée des armes de la 
Pologne, en bas-relief en bronze. Sur une banderole traver- 
sant les armoiries est gravé : « Boze Zbaw Polske » (Dieu 
sauve la Pologne '). Ce motif est signé : Marcinkowski, 
Parys. (ij^ div.) 

MARQUESTE (Laurent-Honoré) . 

HuGUiER (Pierre-Charles), chirurgien des hôpitaux, 
membre de l'Académie de médecine, né à Sezanne (Marne) 
le 18 septembre 1806, décédé à Paris le 12 janvier 1873. — 
Médaillon en bronze (Diam. o"" 34) encastré dans la face 
antérieure d'une stèle quadrangulaire. Signé : Marqiieste. (15^ 
div.) 

MATHIEU-MEUSNIER (Mathieu-Roland, dit). 

Larochelle (Henri Boullanger, dit), acteur et admi- 
nistrateur, né à Paris le 18 juin 1827, décédé à Meudon le 
29 janvier 1881. — Édicule en marbre à fronton triangu- 
laire. Dans la face antérieure est pratiqué un enfoncement où 
se trouve le buste en bronze (H. o"' 65) de l'acteur. Signé : 
Mathieu-Meusnier . Le monument est en outre décoré de 
masques, de palmes, d'un flambeau, de l'attribut de la Folie 
et de couronnes de laurier. (27^= div.) 

MERLEY (Louis). 

DiÉBOLT (Georges), sculpteur, né à Dijon le 7 mai 181 6, 
décédé à Paris le 7 novembre 1861. — Médaillon en marbre 

I. Renseignements fournis parle docteur Lewenhard (lo décembre 1897), 



3l6 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

blanc (Diam. o'" 32) encastré dans la face antérieure d'une 
stèle. Signé : Merley, F, Au-dessous du médaillon sont 
sculptés dans la stèle un maillet, un compas, une règle, des 
ébauchoirs et la croix de chevalier de la Légion d'honneur. 
(12* div.) 

MICHEL (Célina). 

Michel (Célina-Maxence-Henriette Silvain, veuve de 
Claude-Pascal), née en 1824, décédée en 1882. — Buste en 
bronze (H. o"' 70). Signé : Célina Michel, 1882. (13^ div.) 

MILLET (Aimé). 

BouTEViLLE (Marc-Lucien), écrivain, né en novembre 
1808, décédé en décembre 1870. — Médaillon en marbre 
(Diam. ©"'36) encastré dans la face antérieure d'une stèle 
en granit. Signé : Aimé Millet se. Au-dessous du médaillon 
sont sculptés dans la stèle une plume et des feuillets sur l'un 
desquels sont gravés les titres des principaux ouvrages de 
l'écrivain : La morale de VÊglise et la morale naturelle. Homme 
ou chrétien. Le monument de Bouteville a été érigé par « ses 
enfants et ses amis ». (18*^ div.) 

Millet. 

Valentin (Marie-Edmond), homme politique, préfet de 
Strasbourg, sénateur, né à Strasbourg le 27 avril 1823, décédé 
à Paris le 31 octobre 1879. — Dans la face antérieure d'une 
stèle en granit est pratiqué en enfoncement où se trouve placé 
le buste en bronze (H. ^ 60) de Valentin. Signé : A. Millet. 
Au-dessous est encastré dans la base de la stèle un bas-reliet 
en bronze (H. o" 43. L. C" 77) : Arriva de Valentin à Stras- 
bourg, septembre 18'jo. Valentin, qui avait été nommé préfet 
de Strasbourg par le Gouvernement de la Défense nationale, 
le lendemain du 4 septembre 1870, réussit à pénétrer dans 
Strasbourg assiégé en traversant à la nage la rivière de l'Ill et 
les fossés des fortifications, sous le feu croisé de l'ennemi et 
de la place (19 septembre). Il est représenté au moment où, 
arrivé au pied des fortifications, il essaye, par un geste, de se 
faire reconnaître des assiégés. Le monument de Valentin a été 
élevé, au moyen d'une souscription, sur les dessins de Çh. 
Qenuys. (26* div.) 



MONTPARNASSE 3 17 

MUlet. 

GoRSE (Famille). — Stèle surmontée d'une statuette en 
bronze (H. C" 50) : une jeune fille, en pied, debout, sème 
des fleurs de la main droite. Signée : Aimé Millet '. (6* div.) 

MOMBUR (Jean-Ossaye). 

Vazeille (Jean-Baptiste-Étienne), professeur à Sainte- 
Barbe, décédé le 28 janvier 1885, à Tâge de 59 ans. — Médail- 
lon en bronze (Diam. 0™ 50). Signé : J.-O, Mombur, 188 j. 
Au-dessous du médaillon est gravé : « Ses élèves, ses amis. » 
(20^ div.) 

MOREY (Virgile). 

Le Bailly (Auguste-Jean), libraire-éditeur de musique 
et d'oeuvres d'instruction populaire, vice-président de la 
Commission administrative du Bureau Municipal de place- 
ment gratuit du VP arrondissement, né à Paris en 1833, 
décédé dans la même ville le 27 décembre 1889. — Buste en 
marbre (o"" 70), placé sur Tautel d'une chapelle. Signé : 
F. Morey ^. Les parois de la chapelle, en mosaïque exécutée par 
Facchina, sont décorées de fleurs et de feuillage. Le vitrail 
central représente A.-J. Le Bailly. Au-dessus, sur une bande- 
role, on lit : « Tout par le travail; » et au-dessous, sur un 
livre ouvert : Pertransiit benefaciendo. Ce vitrail a été exécuté 
par Gilbert. Dans le vitrail de gauche est l'effigie de la fille de 
Le Bailly, M^^^ Claire Le Bailly, écrivain, décédée le 7 juillet 
1884, à l'âge de 18 ans 5. Le vitrail de droite se compose d'un 
trophée comprenant une lyre, un violon, etc. La chapelle a 
été construite sur les dessins de H. Champion, architecte. La 
façade est ornée de colonnettes en onyx; la frise où est gravé 
le nom de la famille est également en onyx. (18* div.) 

MORICE (Léopold). 

Q.UATREFAGES DE Bréau (Jeau-Louis- Armand de) , 
membre de l'Académie des Sciences, professeur au Muséum 
d'histoire naturelle, né le 10 février 18 10, décédé le 12 jan- 

î. Cette statuette est une réduction de la figure allégorique de la Jeunesse qui 
décore le monument d'Henri Murger au cimetière Montmartre, 

2. Ce buste a été exposé au Salon de 1893 sous le n° 5220. 

3. Auteur de : Les guerres du Tonkin, Chine et Cochinchinè, 1877-1885, in-12. 



jlS LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

vier 1892. — Stèle quadrangulaire en granit surmontée du 
buste en bronze (H. o" 85) de Quatrefages. Signé : Morice. 
Le monument a été érigé sur les dessins de Ch. Morice, archi- 
tecte ' (6^ div.) 

MOULIN (Julius-Hippolyte). 

Leconte de Lisle (Charles-Marie-René), poète, membre 
de l'Académie française, né à Saint-Paul (Réunion) le 

23 octobre 181 8, décédé à Louveciennes le 17 juillet 1894. 
— Colonne circulaire en granit rose surmontée du buste 
en bronze (H. o"' 55) du poète. Sur le piédouche on lit : 
« A Leconte de Lisle, ses amis. » Signé : H. Moulin, 1864. 
Au-dessous de l'inscription funéraire est gravé ce vers : 

Lumière, où donc es-tu ? peut-être dans la mort. 

(17* div.) 

MOULY (François- Jean-Joseph). 

BoucHUT(le Docteur), né en 18 18, décédé en 1891. — 
Buste en bronze (H. 0™ 80). Signé : F. Motily, 188^. F. 
Barhedienne, fondeur. — Bouchut (Henry), docteur en méde- 
cine, licencié es sciences, décédé le 1" avril 1886, à l'âge de 

24 ans. — Médaillon en terre cuite (Diam. o"" 31). Non 
signé, (11^ div.) 

MOUNET-SULLY (Jean-Sully, dit). 

Mounet-Sully (Georges), décédé le 10 avril 1882, à l'âge 
de 2 ans et 3 mois, et Mounet-Sully (Jean), décédé le i" mai 
1882, à l'âge de 3 ans et 3 mois. — Édicule formant portique 
à fronton triangulaire supporté par deux colonnes en granit 
rose. Sous le portique est un haut-relief en bronze (H. i "^ 65 . 
L. G"" éo) : un jeune garçon surpris au miUeu de ses jeux, 
est enlevé au ciel par un ange ; l'enfant tient encore dans sa 
main le ruban brisé qui lui servait à conduire une petite voi- 
ture dans laquelle est un jouet. Signé : Mounet-Sully, 82. Sur 
le socle du haut-relief est gravé : 

Ils s'aimaient trop tous deux pour vivre l'un sans l'autre. 

(8* div.) 

t. Renseignements fournis par M. Schmidt, marbrier (21 novembre 1897). 



MONTPARNASSE 3 19 

NÈGRE (Henri). 

Baudoin (Jean), sculpteur, né le i6 septembre 1803, 
décédé le 8 février 1882. — Médaillon en bronze (Diam. 
o"" 35). Signé : H. Nègre \ (26^ div.) 

PARIS (Auguste). 

Labarthe (le docteur Paul), officier de l'Instruction 
publique, né en 1844, décédé en 1894. — Buste en bronze 
(H. o"" 68). Signé à droite, sur le piédouche : Paris, et à 
gauche : P. Baur, fondeur. (6* div.} 

PATEY (Henri- Auguste- Jules). 

RoTY (Jeanne-Élisabeth-Caroline-Marie), née le 1 1 octobre 
1887, décédée le 15 avril 189 1. — Sarcophage au sommet 
duquel est un large cippe en pierre dont le fronton, de forme 
trilobée, est supporté par des colonnes. Ce fronton est 
décoré de feuillage et de roses, et dans l'évidement pratiqué 
entre les colonnes est sculptée en demi-ronde bosse l'effigie 
delà jeune morte (Long, i"" 10) : l'enfant est représentée 
couchée ; elle est enveloppée de son suaire et serre un jouet 
sur sa poitrine. Cette sculpture est l'œuvre de H. A. /. Patey ^. 
Le monument a été élevé en 1895 sur les dessins de E. Vau- 
dremer ^ . (^V^ div., i*"^ section.) 

PÉCOU (Jean- William-Henri). 

ScHŒNEWERK (Pierre-Alexandrc), sculpteur, né à Paris 
le 18 février 1820, décédé dans la même ville le 22 juillet 
1885. — Cippe vertical décoré du médaillon en bronze de 
Schœnewerk (Diam. o'" 38). Signé : W. H. Pécou, 1886. Le 
médaillon est entouré d'une branche de lierre sculptée dans le 
cippe. Les titres des principales œuvres de Schœnewerk sont 
gravés sur la pierre tumulaire, à travers les feuilles d'une 
palme. Le monument, en pierre de Lorraine, a été érigé sur 
les dessins du statuaire Adolphe Eude, l'ami et le camarade de 
Schœnewerk. L'inauguration a eu lieu le 22 juillet 1886. A 

1. Le modèle en plâtre de ce médaillon a figuré au Salon de 1888 sous le n° 4474. 

2. Pierre-François-Marie Boulanger, ferronnier, beau-père de M. Roty, décédé le 
I*' juillet 1891, repose dans le même tombeau que sa petite'fiUe. 

3. L'architecture et la décoration ont été exécutées par les soins de F, et A. Jac- 
quier, de Caen. 



.|aO LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

cette occasion, M. J.-G. Thomas, statuaire, membre de l'Insti- 
tut, a rendu hommage à la mémoire du défunt. (17*= div.) 

PERRÂUD (Jean- Joseph). 

Larousse (Pierre), éditeur et hommes de lettres, auteur 
du Dictionnaire qui porte son nom, né à Toucy (Yonne) le 
23 octobre 1817, décédé à Paris le 3 janvier 1875. — Au 
sommet d'un tombeau est une stèle rectangulaire en marbre 
surmontée du buste en bronze de l'écrivain (H. o"" 75 envi- 
ron). Signé : Penaud, iSyé. Boyer et Rolland, fondeurs \ 
(14'^ div.) 

PERRIN (Adolphe- Auguste). 

Perrin (Julie Legendre, dame), née le 30 avril 1822, 
décédée le 30 juin 1868. — Médaillon en marbre blanc (Diam. 
G™ 30). Nous supposons que ce médaillon est l'œuvre de 
A,-A Perrin, sculpteur, décédé le 28 janvier 1878, qui repose 
dans ce tombeau. (13^ div.) 

PEZIEUX (Jean- Alexandre). 

Pezieux (Jean-Alexandre), né en 1822, décédé en 1887. 
— Stèle circulaire surmontée du buste en marbre de Pezieux 
(H. C" 60). Signé : /. Pezieux, 1888 \ (6' div.) 

Pezieux. 
Reitlinger (Abel), banquier, décédé à Villiers-en-Bière 
(Seine-et-Marne), inhumé le 6 octobre 1895. — La face pos- 
térieure d'une chapelle est flanquée d'une sorte d'édicule, 
en granit bleu, à fronton triangulaire supporté par deux 
colonnes doriques en granit rouge. Entre ces colonnes est 
encastré un haut-relief en marbre blanc (H. 2"". L. i"" 15) 
représentant la Douleur : une jeune femme, assise sur un 
rocher, est accoudée du bras droit sur une urne funéraire 
recouverte d'une draperie ; elle sème des fleurs de la main 
gauche. Signé: /. A. Pe:(ieux, iSpy. La chapelle a été con- 
struite sur les dessins à* Adrien Chancel, architecte. (25* div.) 



1. Une réplique de ce buste, également en bronze, décore le monument élevé à 
Larousse dans son pays natal. Le monument de Coucy est l'œuvre de E. Vaudremer, 
architecte.il a été inauguré le 14 octobre 1894 {Journal des ArU du 20 octobre 1894). 

z. Le modèle en plâtre de ce buste est la propriété du statuaire. 



MONTPARNASSE Jïl' 

PIGALLE (Jean-Marie). 

Lenoir (Pierre), décédé le 4 février 1856. — Buste en 
marbre (H. o "^ 50). Signé : Pigalle, i8j2. (15^ div.) 

PLANTAR (Jean-Baptiste-Louis). 

Allouis (Pauline-Louise-Sylvie), née le 15 juillet 18 12, 
décédée le 24 juillet 1829. — Stèle en marbre surmontée 
d'une urne, également en marbre ; dans la face antérieure de 
la stèle est sculpté le médaillon de Pauline Allouis. Signé : 
Plantar. (2" div., i''= section.) 

PRÉAULT (Auguste). 

HuET (Paul), peintre, né à Paris le 3 octobre 1804, 
décédé dans la même ville le 9 janvier 1869. — Demi-ronde 
bosse en bronze (Diam. "" 42), décorant la face antérieure 
d'un édicule en granit. Signé : Auguste Préault. Au-dessous 
du portrait de Paul Huet est sculptée une palette traversée par 
des branches de laurier. (3^ div., i*"^ section.) 

PUECH (Denys). 

Gardet (Joseph-Antoine), statuaire, né à Paris le 
22 février 1861, décédé dans la même ville le 24 février 1891. 
— Dans une stèle en pierre est pratiqué un enfoncement où 
se trouve le portrait de /. Gardet en demi-ronde bosse, en 
bronze, ayant la forme d'un rectangle (H. 0™ 34. L. o"' 30). 
Signé : D. Puech, 18^^. F. Barbedienne, fondeur. Le monu- 
ment de Gardet lui a été élevé par « ses amis ». (26* div.), 

PUGET K 

Baillarger (Jules-Gabriel-François), médecin, « fonda- 
teur de la société médico-psychologique et des annales médico- 
psychologiques, fondateur de la société mutuelle des méde- 
cins aliénistes de France, » membre de l'Académie de méde- 
cine, né à Montbazon (Indre-et-Loire) le 10 avril 1809, 
décédé à Paris le i" janvier 1891. — Stèle en pierre surmon- 
tée du buste en bronze (H. o"' 60) de Baillarger. Signé : Dela- 
fontaine, fondeur, 18^1. Une palme est sculptée dans la face 
antérieure de la stèle. (25^ div.) 

I. Cet artiste aurait été aliéné et traité par le docteur dont il a fait le buste. (Ren- 
seignements fournis par M™' veuve Baillarger le 23 novembre 1897.) 

ART PR. xm. 21 



522 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

PULL (Jules-Louis). 

Pull (Georges), céramiste, né le lo mai i8io, décédé 
le 15 octobre 1889. — Monument en forme de chapelle; au 
fond, médaillon en faïence (Diam. o™ 35). Ce médaillon a 
été exécuté en 1891, par/.-L. Pull ^ (4^ div., i" section.) 

ROBERT (Louis-Valentin-Elias). 

Delafontaine (Marie-Désirée Arboussc M™^), née en 
1.8 18, décédée en 1850. — Médaillon en bronze (Diam. 
G" 45). Signé : I. V. E. Robert, iSji. (i6«div.) 

Robert. 
.pViÇLA Ge docteur Eugène-Napoléon), professeur à la 
Faculté de médecine, médecin de l'Hôtel-Dieu, membre de 
l'Académie de médecine, né le 16 octobre 18 13, décédé le 
18 août 1872. — Buste en bronze (H. o"" 60). Signé avec 
cette mention: « A mon cher docteur et ami, Elias Robert, 
i8j7^. Léon Leroy, fondeur. (13^ div.) 

ROCHEGROSSE (Georges). 

Banville (Théodore de), poète, né le 14 mars 1823, 
décédé le 13 mars 1891. — Médaillon en bronze (Diam. 
G™ 37). Signé : G. Rochegrosse. (13^ div.) 

RODIN (Auguste). 

Franck (César), compositeur, né en 1828, décédé le 
8 novembre 1890. — Médaillon ovale en bronze (H. o"" 50. 
L. G"" 40). Signé : Rodin. (26" div.) 

ROLARD (François Laurent). 

AuDOUX (Hégésippe Daniel, dame), décédée le 23 octobre 
1872, dans sa 49^ année. — Médaillon en bronze (Diam. 
o"" 30), par RolardK (6' div.) 

Rolard. 
Damman (Augustine-Héloïse), née le 18 mars 1868, 

1. Renseignements fournis par M. J.-L. Pull, fils de Georges Pull (23 novembre 
1897). 

2. Le modèle en plâtre de ce buste a figuré au Salon de 1859 ^°^^ ^^ "" 3466. 

5. Renseignements fournis par M. E. Audoux et par M. F.-L. Rolard (19 et 
23 novembre 1897). 



MONTPARNASSE JÎJ 

décédée le 13 mai 1874. — Médaillon en bronze (Diam. 
o™ 21). Signé : F. Rolard, 187;. (9*^ div.) 

ROUGELET (Bénédict). 

LiONNET (François-Joseph), professeur, fondateur de 
TAssociation philotechnique, né à Nancy le 9 décembre 1805, 
décédé à Paris le 26 août 1884. — Buste en bronze (H. C" 65). 
Signé : Rougelet, 18 y p ^ Le monument de Lionnet a été érigé 
le 29 mars 1885. (14^ div.) 

ROULLET (Auguste). 

DuviLLERS (François-Joseph), architecte, ingénieur, 
paysagiste, né à Arc- Ainières (Belgique) le 6 avril 1807, décédé 
à Paris le 16 novembre 1881. — Stèle en pierre dans la face 
antérieure de laquelle est sculpté le médaillon ovale de Duvil- 
lers (H. G'" 65. L. o"^ 53). Signé : A. Roullet, 1882. Au- 
dessous est une peinture sur porcelaine (H. o*" 25. L. o"" 15) : 
un ange ailé, assis, montre le ciel du doigt de la main droite 
levée. Signée : Duvillers, 1881. (9^ div.) 

ROUX (Julien). 

CoRRiER (Charles), prêtre. — Médaillon en bronze 
(Diam. 0" 30). Signé : Julien Roux. (4* div., i"^ section.) 

Roux. 

MiCHAUD et Buisson (Familles). — Bas-relief en bronze 
(H. 0^58. L. C" 32): une jeune femme ailée s'élève vers le 
ciel. Signé : Julien Roux s. Thibault, fondeur. (13* div.) 

SAGE (Jules- Auguste). 

RouiLLARD (Jean-Sébastien), peintre, né à Paris en 
1789, décédé dans la même ville le 10 octobre 1852; Fran- 
çoise-JuUe-Aldrovandine Lenoir, dame Rouillard, peintre en 
miniature, née à Paris le 9 octobre 1796, décédée dans la même 
ville le 14 juillet 1833, et Étienne-Jules Rouillard, leur fils, 
décédé dans sa 20* année. — Leurs trois portraits accolés dans 
un médaillon en bronze (Diam. o"" 35) encastré dans la face 

I. Le plâtre a figuré au Salon de 1879 sous le n° 5336. 



324 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

antérieure d'un cippe. Ce médaillon a été modelé par Auguste 
Sage en 1880'. (r* div., i'^ section.) 

SANSON (Justin-Chrysostome). 

Gruyère (Théodore-Charles), sculpteur, né à Paris le 
17 septembre 18 14, décédé dans la même ville le i" mars 
1885. — Demi-ronde bosse en bronze (Diam. o™ 40). Signé : 
i88j. /. Sanson. (12* div.) 

SCHŒNEWERK (Pierre-Alexandre). 

Ortolan (Joseph-Louis-Elzéar), jurisconsulte, professeur 
à la Faculté de droit de Paris, né à Toulon le 21 août 1802, 
décédé à Paris le 27 mars 1873. — ^^è\^ en granit surmontée 
du buste en bronze (H. o" 50) d'Ortolan. Signé : Al. Schœ- 
newerk, 187^. Dans la face antérieure de la stèle est encastré 
un bas-relief en bronze, en forme de trapèze (H. i "" 30. L. à 
la base o™ 80, et dans la partie supérieure 0"' 40), représen- 
tant la Jurisprudence : une jeune femme, assise, tient de la 
main gauche un livre fermé posé sur son genou, et sur lequel 
on lit : « Jurisprudence », pendant que de la main droite 
elle trace, à l'aide d'un style, le nom d'Ortolan. Signé : 
Al. Schœnewerk, i8j^ ^ (3^ div., i'^ section.) 

SOCHOS (Lazare). 

CoRAY (Adamantins), helléniste et patriote grec, né 
à Smyrne en 1748, décédé à Paris le 6 avril 1833. — Stèle 
circulaire surmontée du buste en bronze (H. o™ 90 environ) 
de Coray, par La:(are Sochos ^ . Le quatrain suivant est gravé 
sur la stèle : 

Ce noble enfant des Grecs évoquant leur génie 

Fit lever à sa voix un peuple de héros. 

Et la France, ô Coray, ta seconde patrie, 

Te garde avec orgueil dans la paix des tombeaux 4. 

(2* div., I" section.) 

1. Reuieignements fournis par le docteur Rendu, petit-fils de M. et M""* Rouil- 
lard et par Jules-Auguste Sage, neveu et cousin des personnages représentés (4 et 
II décembre 1897). 

2. Ce monument a été exposé au Salon de 1874 sous le n° 3143. 

3. Ce bronze a été exposé au Salon de 1895 sous le n° 3496. 

4. Ce monument a été élevé à la mémoire de Coray le 25 mars 1895. Les restes du 
patriote grec avaient été exhumés le 8 mars 1877 pour être transportés au cimetière 
d'Athènes où il lui a été érigé un superbe monument. — Renseignements fournis par 
M. Georges Beasis (20 novembre 1897). 



MONTPARNASSE 525 

SOLLIER (Paul-Louis-Eugène). 

MoREAU (Aimée), décédée le 5 novembre 1888 \ — 
Médaillon en marbre (Diam. o"" 25). Signé : E. Sollier, i88p. 
(26= div.) 

Sollier. 
DÉCLAT (Gilbert), docteur médecin, décédé à Nice le 
26 novembre 1896 ^ — Médaillon en plâtre (Diam. o" 40). 
Signé : E. Sollier, 1897K (28^ div.) 

STECCHI. 

Hetzel (Pierre- Jules), éditeur et écrivain (P. J. Stahl), 
né à Chartres le 16 janvier 18 14, àécéàè. à Monte-Carlo le 
17 mars 1886. — Médaillon ovale en bronze (H. 0*" 40. L. 
o"' 30). Signé : Stecchi, Sj. (7* div.) 

STILTZ (J.). 

Chaumont (Henri), prêtre, chanoine honoraire de Paris 
et de Nevers, né le 11 décembre 1838, décédé le 15 mai 
1896. — Stèle dont la face antérieure est décorée du médail- 
lon en bronze de l'abbé Chaumont (Diam. o ™ 26). Signé : 
/. Stiltx^. La stèle est surmontée d'une croix en pierre sur 
laquelle est fixé un crucifix en bronze. (27*^ div.) 

TANNRATH (Richard). 

Allié (Adolphe-Antoine), docteur médecin, né à Nancy 
le 21 janvier 18 12, décédé à Paris le 18 septembre 1868. 
— Buste en bronze (H. o"' 65). Signé : R. Tamirath, Paris, 
186^. Le monument d'Allié lui a été élevé par « ses amis 
reconnaissants ». (20* div.) 

THABARD (Adolphe-Martial). 

FouRNiER, médaillé de Sainte-Hélène. — Médaillon en 
marbre (Diam. 0™ 35) encastré dans le fronton d'une cha- 
pelle. Signé : A, Thabard. (29'= div.) 

1. Aimée Moreau avait d'abord été inhumée au cimetière de Bagneux. Ses restes 
ont été rapportés à Montparnasse le 24 novembre 1888. 

2. Les restes du docteur Déclat ont été rapportés à Paris où l'inhumation a eu lieu 
au cimetière du Sud le 4 février 1897. 

3. Ce médaillon, que nous avons vu dans l'atelier de l'artiste, lui a été commandé 
par M"* Déclat. Il doit être prochainement coulé en bronze pour être placé sur la 
tombe du docteur Déclat. 



326 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

THIRIOT (Henri). 

Ollier (Pierre), né en 181 3, décédé le 24 février 1888. 
-— Médaillon en bronze (Diam. o™ 23). Signé : H. Thiriot. 
(19* div.) 

THOLENAAR (Théo-Ludovic). 

DuBUissoN (Charles-Arthur), décédé le 19 mai 1888, 
dans sa 47^ année. — Buste en marbre (H. 0°* 42). Signé : 
Th. Tholenaar. (10* div.) 

THOMAS (Gabriel-Jules). 

Thuasne (Louis), né à Bourges le 7 mars 18 10, décédé 
à Paris le 25 novembre 1872. — Médaillon en bronze (Diam. 
o™ 33). Signé : G. /. Thomas, iSj). (18*^ div.) 

Thomas. 

Perraud (Jean-Joseph), statuaire, membre de l'Institut, 
né à Monay (Jura) le 26 avril 18 19', décédé à Paris le 
2 novembre 1876. — Tombe horizontale au sommet de 
laquelle se dresse une stèle décorée au centre par un terme en 
saillie, supportant le buste en pierre (H. o™ 40) du statuaire. 
Signé : G. /. Thomas, 1882 \ Sur le tombeau sont sculptés en 
relief un compas, un maillet et un ébauchoir. Le monument 
de Perraud a été érigé sur les dessins de E. Vaudremer, 
architecte. (18* div.) 

Thomas. 

DuMONT (Augustin-Alexandre), sculpteur, membre de 
l'Institut, né le 4 août 1801, décédé à Paris le 28 janvier 
1884. — Buste en marbre (H. o™ 70). Signé : Hugoulin 
d'après G.-J. Thomas, i886\ (10^ div.) 

' Thomas. 

Rey (Édouard-Gabriel-François- Victor), « homme de 
lettres, professeur et érudit », né le 27 juin 1820, décédé le 
2 janvier 1889. — Au sommet d'ua tombeau est une stèle en 
pierre surmontée du buste en bronze de Rey (H. o"" 50). 

1. Le modèle en plâtre de ce buste a été exposé au Salon de 1877 sous le n° 4152" 

2, Le marbre original du buste de Dumont^ par Thomas, a figuré au Salon de 
1879, sous le n° 5385. 



MONTPARNASSE 327 

Signé : G. J. Thomas, iS8p. Fondu par E. Gonon. L'inscrip- 
tion suivante est gravée sur la stèle au-dessous du buste : « Ses 
élèves et ses amis ont élevé ce monument d'affectueux souve- 
nir. » (10^ div.) 

THURNER (G.). 

Thurner (Marie-Madeleine Bernhard, M™^), née le 
12 mars 1804, décédée le 23 juin 1895. — Médaillon en 
bronze (Diam. 0^35). En exergue est gravé : « Ma mère. » 
Signé : G. Thurner, 18^6. (9^ div.) 

TRUPHÊME (André-François-Joseph) . 

Hersent (Joséphine Stern, M"'^ veuve), décédée le 
27 février 1897, à l'âge de 63 ans. — Médaillon en marbre 
blanc (Diam ©'"40). Signé : Truphême. (25^ div.) 

VARNIER (Pierre-Henri-Léon). 

Spiégel (Léontine-Fanny), décédée le 18 juin i8éo, à 
l'âge de 23 ans ; François- Antoine Spiégel, décédé à 56 ans; 
Alphonsine-Cécile Spiégel, décédée le 9 avril 1884, à l'âge de 
53 ans; M™^ veuve Spiégel, décédée le 20 avril 1886, dans sa 
82* année; Louise-Charlotte Spiégel, décédée le 27 mai 1889, 
dans sa 60^ année. — Tombeau quadrangulaire en pierre sur- 
monté de la statue en marbre (grandeur nature) de Léontine- 
Fanny Spiégel ; la jeune fille, assise, est vêtue d'un costume 
moderne ; la tête pose dans la main droite ; l'autre main tient 
un livre. Signée : Henry Varnier, 1861 \ Un portrait d'homme 
et trois portraits de femme sont sculptés en relief dans la face 
latérale droite du tombeau. Au centre de ces médaillons sont 
également sculptés en relief deux enfants ailés s'élevant au 
ciel. La face latérale gauche comporte un haut-relief (H. 
0^58. L. G™ 83) : une jeune femme, voilée, est assise sous 
un arbre ; elle est accoudée du bras gauche sur un fût de 
colonne, et de la main droite elle écarte son voile pour 
lui permettre de voir un monument simulé, surmonté d*une 
statue, placé devant elle. (13^ div.) 

Varnier. 
Marin (Marie-Louise), inhumée le i" avril 186 1, à 

I. Cette statue a figuré au Salon de 1861, sous le 11" 3642. 



358 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

l'âge de i6 ans. — Chapelle surmontée de la statue en marbre 
blanc (grandeur nature) de M"* Marin : la jeune fille, les bras 
nus, est légèrement drapée ; elle est assise à terre et accoudée 
du bras droit sur une borne recouverte de sa draperie; la 
main gauche, posée sur ses genoux, tient des fleurs. Signée : 
Henry Varnier, i86j^/(ij[^ div.) 

VAURÉAL (Henri, comte de). 

Leriche de Cheveignê (Eulalie-Noël-Augustine de Gary, 
veuve du conseiller d'État Alexandre-Étienne-Bonaventure), 
née le 15 juillet 1801, décédée le 26 juillet 1876. — Tombeau 
en pierre ; au sommet est un piédestal en marbre supportant 
une statue en marbre blanc (H. i™ 15): une jeune femme, 
vêtue d'une tunique sans manches, le voile rejeté en arrière, 
ayant un genou en terre, a les mains jointes dans l'attitude de 
la prière et de la douleur; à sa gauche sont des livres, un 
parchemin demi-déroulé et des fleurs. Signée : Henri de Vau- 
réal, i8j6^. (4^ div., i" section.) 

WENDLING (Fe'lix-Henri). 

Guérin-Menneville (Isidore), docteur médecin, décédé 
le 7 mai 1891, à l'âge de 64 ans. — Médaillon en bronze 
(Diam. o"" 30). Signé : H. Wendling. (18^ div.) 

YSABEAU (Louis) 5. 

Rihet (Agathe), décédée le 13 décembre 1840, à l'âge 
de II ans. — Médaillon en marbre blanc (Diam. o"" 13). 
Signé avec cette mention : Par son beau-père, Ysaheau. (4^ div., 
I" section.) 

SCULPTURES ANONYMES 

I. — statues 
Besson (Eugène-Michel), docteur médecin, inhumé le 
10 mai 1870, à l'âge de 5 5 ans. — Statue en bronze (H. l'^és) : 

1. Cette statue a été exposée au Salon de 1863 sous le n° 2569. 

2. L'inscription funéraire nous apprend que la jeune femme repose près des tom- 
beaux de son père, Alexandre-François de Gary, trésorier du Sénat, et de son grand- 
père, le comte de Cornet, sénateur, pair de France. 

3. Louis Ysaheau, qui était attaché au ministère de la Justice, maniait aussi 
l'ébauchoir. — Renseignements fournis par M"« Agathe Ysabeau, sa nièce (10 dé- 
cembre 1897). 



MONTPARNASSE 329 

Ange sonnant de la trompette. Gravé par Alexandre-Marie 
Soudain ^ (3' div., 2' section.) 

BoiLEAU (Famille). — Statue en bronze (H. i "" 10) : 
une jeune femme en pied, debout, vêtue d'une tunique, tient 
une palme de la main gauche et lève l'index de la main 
droite. (16*= div.) 

II. — BAS-RELIEF 

Maurice (Octave- Alexandre), décédé le 21 avril 1856, 
à l'âge de 7 mois. — Bas-relief en marbre (H. i™ 10. L. 
G™ 45) : un ange ayant une faucille à la ceinture emporte au 
ciel un enfant mort ; au bas, un vase contenant des fleurs qui 
s'étiolent ; près du vase est une branche de cyprès. (9* div.) 

m. — BUSTES 

Amoros (le colonel), fondateur de la gymnastique en 
France*, né à Valence (Espagne) le 19 février 1770, décédé 
à Paris le 8 août 1848. — Tombeau avec stèle en pierre sur- 
montée du buste en bronze d'Amoros (H. o"" 45). Sur la 
face antérieure du tombeau est gravée l'inscription suivante : 
« Le 22 février 1880, les délégués des sociétés de gymnastique 
de France et un grand nombre de professeurs de gymnastique 
ont fait restaurer ce monument et sont venus rendre hommage 
à la mémoire d'Amoros. » Gravé par Chappuis^. (7*^ div.) 

Barbier (Salvador), né à Paris le 26 décembre 1798, 
décédé le 19 mars 1843. — Buste en marbre (H. o™ 45). 
L'inscription funéraire est ainsi conçue : « A Salvador Bar- 
bier, à l'homme loyal et modeste, au professeur éclairé, au 
brave capitaine, ses camarades de la garde nationale. » Le 
monument de Barbier, érigé sur les dessins de Baîtard, a été 
gravé par L. Normand"^. (9^ div.) 

Bernaerts (Jean-Baptiste), sculpteur, décédé le 25 février 

1. Architecture fumraire contemporaine, etc., 2" section A, pi. xx. 

2. Amoros, dans son testament, dit qu'il est « mort avec le regret de ne pas avoir 
assez fait pour la gymnastique à cause des obstacles qui lui ont toujours été oppo- 
sés, )) 

3. Architecture funéraire contemporaine, 2' section C, pi. xii. 

4. Monuments funéraires, etc., 1. 1, pi. v. 



330 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIERES DE PARIS 

1874. — Buste en terre cuite (H. o" 55) surmontant une 
stèle. (9^ div.) 

Desenne (Alexandre- Joseph), dessinateur, né à Paris le 
i^' janvier 1785, décédé le 30 janvier 1827. — Buste en bronze 
(H. G™ 50) ^ Le monument de Desenne a été élevé par « sa 
famille et ses amis ». (3^ div., i'^ section.) 

DuPRÉ (Louis), peintre, né à Versailles le 9 janvier 1789, 
décédé à Paris le 13 octobre 1837. — Buste en marbre 
(H. o™ 45), placé dans un enfoncement pratiqué dans la face 
antérieure d'une stèle. (13^ div.) 

Langlois (Pierre), né en 1840, décédé en 1889. — Une 
stèle au sommet d'un tombeau est surmontée d'un buste en 
bronze (H. o"' 45). Signé : Nansot, fondeur. (6^ div.) 

Levasseur (Jossine), décédée à Paris le 29 mars 1862, à 
l'âge de 26 ans. — Buste en bronze (H. o " 64). (8* div.) 

MôLLER (Justine), décédée le 4 août 1888, à l'âge de 
22 ans. — Buste en marbre (H. o"" 60). (6' div.) 

RiBOUiLLARD (Frédéric), décédé le 18 janvier 1889, à 
l'âge de 59 ans. — Buste en bronze (H. o"" 20). — Figarol 
(Anna Ribouillard, M"'^ Léon), décédée le 4 juillet 1896, à 
l'âge de 44 ans. — Buste en plâtre teinté (H. o™ 25). Ces 
deux œuvres sont placées sur l'autel d'une chapelle. (11^ div.) 

Rigault DE Beauvais (M"*^ Florentine Pascale), décédée le 
25 juin 1838, à l'âge de 42 ans. — Buste en bronze (H. o™ 53). 
(9^ div.) 

IV. — MÉDAILLONS 

AuBLET (Henri-Hippolyte), chevalier de la Légion d'hon- 
neur, décédé le 19 novembre 1863, à l'âge de 56 ans. — 
Médaillon ovale en marbre (H. 0°^ 25. L. o'" 17). (2* div.) 

Barbot (H.-J.), décédé à Florence le 10 août 183 1, à 
l'âge de 23 ans. — Médaillon en marbre (Diam. 0°" 25) encas- 
tré dans la face antérieure d'une stèle. (6*^ div.) 

I. Ce buste a été modelé d'après le portrait de Desenne, gruvé par Henriquel- 
Z)m^o»/ (Renseignements fournis par M. Emile Desenne, i" décembre 1897). 



MONTPARNASSE 33I 

Baudrand (Reine-Marguerite Levacher, M™*), née le 
8 décembre 1787, décédée le 4 novembre 1844. — Médaillon 
en marbre, placé sous verre (Diam. C" 21). Signé illisiblement. 
L'inscription funéraire nous apprend que c'est Michel-Antoine 
Baudrand qui a fait élever le « tombeau pour les réunir un 
jour à perpétuité »'. (13^ div.) 

Beaumont (Auguste), né en 18 14, décédé en 1881. — 
Demi-ronde bosse en bronze (Diam. o"^42). Dans la partie 
supérieure du médaillon est gravé le nom d' « Auguste Beau- 
mont » ; à gauche, un compas, une équerre, un livre, une 
plume dans une écritoire ; à droite, on lit : « Amour et patrie, 
les Francs-maçons, Ferdinand VII. » (18* div.) 

Belœuf (Jacques). — Pyramide triangulaire, en pierre; 
dans Tune des faces est encastré le médaillon en bronze de 
Belœuf (Diam. o"' 19). Signé : A, B. 18^1^. (13^ div.) 

Bernauda (Victor), sculpteur, né en 1823, décédé en 
1840. — Médaillon en marbre (Diam. o"" 34) décorant la 
face antérieure d'une stèle. (9*^ div.) 

BoNFiLS (Philibert-Auguste), capitaine de vaisseau, gou- 
verneur de la Guadeloupe, décédé à Paris le 5 juin 1871, à 
l'âge de 62 ans. — Médaillon en bronze (Diam. o™ lé). 
Signé : Camille D... (7''div.) 

BuGNON (Eugène-François-Abraham), chef d'institution, 
décédé le 9 octobre 1854, ^^^^ sa 52'' année. — Médaillon en 
marbre blanc (Diam. o™ 30) décorant la face antérieure d'une 
stèle. (13'= div.) 

Chaudet (Antoine-Denis), sculpteur, né à Paris le 
3 mars 1763, décédé le 19 avril 18 10. — Stèle en marbre 
dans laquelle est sculpté le médaillon du statuaire (Diam. 
G™ 32). Gravé par L. Normand"^, (4^ div., i""^ section.) 

CoNSTANT-DuFEUx (Simon-Claudc), architecte, né à 
Paris le 5 janvier 1801, décédé dans la même ville le 29 juil- 

1. Baudrand est décédé le 15 mai 1859, ^ ^'^g^ ^^ ^4 ^^s. 

2. Peut-être Auguste Barre qui, au Salon de 183 1, expose un médaillon sous le 
n" 2174? 

3. Monuments funéraires, etc., t. II, pi, v et XL, — C'est par ina4vçrtftnçe que 
'Normand indique ce monument comme étant au cimetière de l'Est, 



332 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

let 1871. ■^— Stèle se dressant au sommet d'un tombeau en 
pierre. Dans la face antérieure de la stèle est sculpté un 
médaillon (Diam. 0" 50) représentant une femme ayant sur 
la tête une couronne murale ; elle est assise et tient dans sa 
main un groupe de trois statues debout ; devant elle est un 
autel romain. (11* div.) 

Deseinh (Louis-Pierre), statuaire et écrivain, né à Paris 
le 20 juillet 1749, décédé dans la même ville le 11 octobre 
1822. — Médaillon en marbre (Diam. o*" 40) encastré dans 
une stèle en pierre. (3^ div., i" section.) 

Chomette (Anna). — Médaillon en bronze (Diam. 
o™ 33). Le tombeau d'Anna Chomette lui a été érigé par 
« ses amis ». (8<= div.) 

CoiNY (Joseph), graveur, né à Paris en septembre 1795, 
décédé en août 1829. — Médaillon en marbre (Diam. o"" 39), 
sculpté dans la face antérieure d'une stèle. L'inscription sui- 
vante est gravée au-dessous du médaillon : « Sa mère, Marie- 
Amélie Legouaz, née le 23 juin 1772, qui lui a élevé ce 
monument, est venue l'y rejoindre le 2 décembre 1840. » 
(i" div., I" section.) 

FoLLiN (François-Anthyme-Eugène), membre de l'Acadé- 
mie de médecine, président de la société impériale de chirur- 
gie, professeur agrégé à la Faculté de médecine, chirurgien de 
l'hôpital Cochin, né à Harfleur (Seine-Inférieure) le 
25 novembre 1823, décédé le 21 mai 1867. — Médaillon en 
bronze (Diam. 0™ 45). (4^ div., 2^^ section.) 

Gannal (Jean-Nicolas), chimiste, né à Sarrelouis le 
28 juillet 1791, décédé à Paris le 13 janvier 1852. — Demi- 
ronde bosse en bronze (H. o"" 25). (10^ div.) 

GÉRARD (Aimée-Louise-Marie Berthemet, M""^), décédée 
le 31 janvier 1874, dans sa 19^ année. — Médaillon en 
marbre (Diam. o" 21), (9^ div.) 

GuÉNEAU DE MussY (Jeanne), née Gautier, décédée à 
Paris le 25 décembre 1880, à l'âge de 29 ans. — Médaillon en 
marbre blanc (Diam. C" 25). (i" div., i" section.) 



MONTPARNASSE 335 

La Neuville (Casimir-Bénigne- Jean de), intendant mili- 
taire, né à Versailles le 8 août 1779, décédé à Paris le 24 juin 
1858. — Médaillon en plâtre (Diam. o™ 25) placé dans une 
chapelle. (3^ div., 2* section.) 

Marchon (Marie-Augustine Dufrénoy, M™'^), décédée 
le 18 janvier 1883, à l'âge de 34 ans. — Médaillon en bronze 
(Diam. 0™ 36) encastré dans la face antérieure d'une stèle. 
(19'' div.) 

Olivier (Théodore), géomètre, « ancien élève de l'École 
polytechnique, professeur-fondateur de l'École centrale des 
arts et manufactures, du Conservatoire des arts et métiers », 
né à Lyon le 14 janvier 1793, décédé dans la même ville le 
5 août 1853. — Médaillon en marbre blanc (Diam. o"" 40). 
Le monument d'Olivier lui a été érigé par « ses élèves et ses 
collègues. » (i8*= div.) 

Perroux (Auguste-Jean-Baj5tiste), administrateur des 
contributions directes, officier de la Légion d'honneur, né le 
24 août 1822, décédé le 19 août 1893. — Médaillon en 
bronze (Diam. o"" 30). (26* div.) 

PiSAN (Eliodore-Joseph), né en 1822, décédé en 1890. 
— Médaillon en bronze (Diam. o" 40) encastré dans la 
face antérieure d'une stèle. Au-dessous, une palme. (11^ div.) 

Power (Jean-Charles), né le 11 janvier 1857, décédé le 
5 avril 1876. — Médaillon en marbre blanc (Diam. C" 19) 
encastré dans la face antérieure d'une stèle. (13' div.) 

Taponier (Alexandre-Camille), lieutenant général, né le 
2 février 1749, décédé le 15 avril 183 1. — Médaillon en 
pierre (Diam. o"" 15) décorant la face antérieure d'une stèle. 
(3* div., I" section.) 

Verdier (Antoine-Marcel), peintre, né à Paris le 20 mai 
1817, inhumé le 17 août 1856. — Chapelle dont le fronton 
est décoré du médaillon en stuc (Diam. o"" 45) de Verdier, 
Signé illisiblement. (13^ div.) 

V. — divers 

Borniol (Henri de). — Sur un tombeau en granit est 
placée une couronne de fleurs en bronze avec ruban sur lequel 



534 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIERES DE PARIS 

on lit : « Offert à M. Henri de Borniol par son personnel. » 
Une rose glisse sur la face antérieure du tombeau. (21*^ div.) 

Cahieux (Henri), sculpteur ornemaniste, inhumé le 
23 avril 1854, ^ l'âg^ ^^ 2^ ^i^s. Tombeau en pierre au som- 
met duquel se dresse une stèle dont la face antérieure est déco- 
rée des attributs du sculpteur, d'une guirlande de fleurs et 
d'une palme; un plateau et un vase sont sculptés en relief sur 
le côté gauche. A la base de la stèle on lit : « A Henri Cahieux, 
sa famille et ses amis. ». Ce monument, qui était très ravagé, 
a été reconstruit d'après les dessins de J.-L. Duc, architecte ^ 
Il a été gravé par /. Huguenet^. (10^ div.) 

Parizot (Charles-Louis), colonel d'artillerie, directeur 
des fonderies de Turin, de Toulouse et de l'atelier de préci- 
sion du dépôt central d'artillerie, né à Paris en 1783, décédé 
à Paris le 18 juin 1846. — Pyramide octogonale tronquée 
surmontée d'un hibou en bronze. (9^ div.) 



APPENDICE 

PEINTURES, VERRIÈRES, MOSAÏQUES, ETC. 



I 

CIMETIÈRE DE L*EST 

(^Le Père-Lachaise,) 
Bessac. 

Urth (Famille). — Une chapelle, construite en porphyre et 
en granit avec colonnes. Dans le fronton est un groupe en bronze 
formé de deux anges agenouillés soutenant un écusson surmonté 
d'un sablier. Les lettres U. S., traversées par une croix, sont gra- 
vées sur l'écusson. Le vitrail du fond de la chapelle représente 
Jésus-Christ entouré de quatre de ses Apôtres. Ce vitrail a été 
exécuté ipzr Bessac J. (53* div.) 

1. Voy. Galette des Beaux-Arts, année 1879, 2* période, t. XIX, p. 441. 

2. Architecture funéraire contemporaine, eic, 2' section A, pi. xi. 

3. Renseignements fournis par M. Bilger, marbrier (10 septembre 1897). 



APPENDICE 355 

Bidot (A.). 

Richard (J.-M.), né à Lyon en 1802, décédé à Paris le 
7 octobre 1868. — Son portrait peint sur porcelaine. Signé : 
A. Bidot, 1869. (69^ div.) 

BiUard. 

Adam aîné (Famille). — Vitrail : Ange ailé au milieu de 
nuages indiquant le ciel du doigt ; sur le sol, quatre tombes simu- 
lées au pied d'un autel. Signé : Billard à Paris, 1840. (9^ div.) 

Brunois (A.) 

Halley et Landry (Familles). — Vitrail : la Religion, assise, 
tenant un livre dans la main gauche et une croix dans la main 
droite. Signé : A. Brunois, Paris. (18' div.) 

Chabin (H.). 

DiENER (Famille). — Vitrail : Saint André, debout, tenant sa 
croix, par H. Chabin. Le tympan de la chapelle est décoré d'une 
composition en mosaïque, par Facchina, personnifiant la Douleur : 
jeune femme échevelée, affaissée au pied d'un monument funéraire ; 
elle entoure de son bras une colonne brisée. Sur le sol, une 
palette et des pinceaux, une lyre et une couronne d'immortelles. La 
chapelle, construite en 1886 sur les dessins de V. Buisson, archi- 
tecte, se compose d'une arcade médiane en plein cintre flanquée 
de chaque côté de deux colonnes ioniques. Au-dessus de l'ar- 
cade et des colonnes, un entablement avec architrave, une frise 
avec cartouche à l'axe, orné de guirlandes. Le fronton triangulaire 
est surmonté d'une croix ornée et de quatre antéfixes Renaissance. 
A droite et à gauche de l'arcade maîtresse, bas-côtés avec demi- 
calotte sphérique ; le tout élevé sur un socle en granit poli, en 
pierre de Commercy ; à chaque angle du socle est une jardinière 
refouillée dans le granit. Cette chapelle a été érigée à la mémoire 
d'André Diener, décédé le 11 octobre i88é, dans sa 20= année ï. 
(95" àiv.) 
ChampigneuUe (Gh.). 

Chagot (Famille Oscar). — Vitrail : le Christ en croix. Signé : 
ChampigneuUe. Paris. (41^ div.) 

Devin (Famille G.). — Vitrail : la Vierge assise tenant l'Enfant 
Jésus sur ses genoux. Signé : ChampigneuUe. (42* div.) 

Glermont (Hortense). 

Legrand (Léontine-Marie-Louise), née le 11 décembre 1863, 

1. Renseiguements fournis par M. V. Buisson, architecte (22 juin 1897). 



336 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

décédée le 18 août 1865. — Portrait sur porcelaine. Signé : Hor- 
tense Clermont, 1886. (46» div.) 

Denis. 

Ebrard (Famille). — Vitraux : la Vierge et l'Enfant Jésus et 
saint Jean, par Denis ^ (36^ div.) 

Galland(L. Jacques). 

Le Bertre (Famille Simon). — Au fond d'une chapelle est une 
mosaïque ayant pour sujet saint Michel, ailé, vêtu d'une cotte 
d'arme, la main droite posée sur une croix. Les deux côtés de 
la chapelle sont formés de vitraux représentant des fleurs, des 
feuillages, des plantes, etc., « d'après les dessins de L. ]ac. Galland, 
Paris, 18^1. » (36» div.) 

Gilbert (A.). 

DiRidUEN-DuvAL (Famille). — Vitrail : la Mise au tombeau. 
Signé : A, Gilbert. (47* div.) 

Gsell (Albert). 

Reiset (Louise-Clémence-Angélie Pantin Wilder, veuve), 
inhumée le 20 novembre 1890. — Vitraux : celui du fond est 
divisé en deux parties. Dans la partie supérieure : Jésus posé sur 
des nuages tient le globe symbolique dans sa main gauche et montre 
le ciel de sa main droite ; de chaque côté du Christ est un ange age- 
nouillé lui présentant l'éponge et la croix surmontée de la cou- 
ronne d'épines. Signé -.A. G. — Partie inférieure : saint André 
tenant sa croix est entouré de sainte Marie-Madeleine, de saint Hya- 
cinthe et de sainte Philoméne. Signé : A. G. Un troisième vitrail, à 
gauche, représente un portrait d'homme. Signé : Albert Gsell, Paris, 
18^2. (92e div.) 

Lemal et Raquet. 

Appel, imprimeur-lithographe, décédé en 1882. — Vitrail : 
Jésus-Christ portant sa croix, par Lemal et Raquet. Le tympan de la 
chapelle est décoré d'un bas-relief en marbre représentant une 
veuve pleurant sur les cendres de son époux ; elle est à demi cou- 
chée et accoudée sur une urne funéraire ; à droite, un petit génie 
apporte des fleurs et une couronne d'immortelles ; près de lui, on 
voit une roue d'engrenage, un livre, des feuilles de papier, un rou- 
leau d'imprimerie. La chapelle a été construite en 1882, sur les des- 
sins de V. Buisson, architecte, en pierre de Commercy sur socle en 
granit poli. Elle se compose d'une arcade médiane en plein cintre 

I. Renseignements fournis par M. Rocle, marbrier (5 septembre 1897). 



APPENDICE 337 

avec traverse d'imposte en pierre; la porte et l'imposte sont en 
bronze ciselé, flanquées de deux colonnes ioniques surmontées d'un 
entablement du même ordre avec cartouche à l'axe dans lequel est 
inscrit le nom de la famille ; le fronton est surmonté d'une croix et 
de quatre antéfixes Renaissance ; les bas-côtés de droite et de gauche 
sont demi-sphériques ; à chaque angle du socle il y a une jardinière 
refouillée dans le granit. Les vitraux des bas-côtés sont des gri- 
sailles. Les sculptures ont été exécutées par Budîot, de la maison 
Rouillére et Budlot. Cette chapelle a été érigée à la mémoire de 
« M. Appel, fondateur, en 1846, de l'imprimerie lithographique de 
ce nom ^ ». (71^ div., 2« section.) 

Levêque. 

Say (Famille Constant). — Vitraux : saint Henry, saint André, 
saint Joseph et saint Jean-Baptiste. Signés : Levêque, à Beauvais. 
Trois statues en pied sont placées à l'intérieur de la chapelle. 
(26e div.) 

Mathieu (Henri). 

Adam (Famille Martial). — Vitrail : le Christ en croix. Signé : 
H. Mathieu, 18^1. (92^ div.) 

AuTz-VivET et H. HosTEiN (Familles). — Vitrail : saint 
André. Signé : H. M., ^^93- (jT ^iv.) 

Bacon (Famille). — Vitrail : Christ tenant l'évangile. Signé : 
H. M., 18^0. (95« div.) 

Bacqué (Famille). — Vitrail : saint Jean TÉvangéliste ayant 
son aigle à ses pieds. Signé : Mathieu, 18^0. (36^ div.) 

Bain (Familles A. Imbertin et H.). — Vitrail : Mater dolorosa. 
A gauche, dans l'angle inférieur, on lit : W. Bouguereau, 18'j'j. 
Signé à droite : H. Mathieu, 18^0. (92^ div.) 

Baude (Famille Eugène). — Vitrail : saint Joseph. Signé : 
H. Mathieu, 1887. (Si^div.) 

Beau (Marie-Constance-Marguerite Badoulleau, M'"^ René), 
née le 20 juillet 1858, décédée le 7 mai 1891. — Vitrail : Vierge 
assise tenant l'Enfant Jésus sur ses genoux, d'après Raphaël. Signé : 
Mathieu, 18^1. (36^ div.) 

Bedhet-Kauffmann (Famille). — Vitrail : la Résurrection de 
Jésus-Christ, d'après Vanloo. Signé : H. M., 18^4. (82^ div.) 

Bessan (Famille A.). — Vitrail : Christ portant sa croix. Signé : 
H. Mathieu, 18^7. (67^ div.) 

I. Renseignements fournis par M. V. Buisson (22 juin 1897). 

ART FR. XIII. 22 



33^ LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Robbis-Vernet (Famille). — Vitraux : la Résurrection, d'après 
Vauîoo; l'Ange de la mort: le Christ portant sa croix. Signés : 
H. M. y iS^y. (90e div.) 

Boudin Baudier (Famille). — Vitrail : le Christ, d'après Cha- 
Tjil. Signé. H. Mathieu, 189s - (^o^ div.) 

Chantier (Famille). — Vitrail-mosaïque : saint Paul. Signé : 
H. M., 1894. (92e div.) 

Charpentier (Famille). — Vitrail : la Vierge. Signé : H. M., 
i(Ç<?^. (35e div.) 

Clacquesin (Famille). — Vitrail : saint Alexandre. Signé : 
H. M., 1894. (72e div.) 

Collet (Famille). — Vitrail : Christ rédempteur et Vierge du 
Sacré-Cœur. Signé : H. M., 18^2. (82^ div.) 

Couvreur (Famille Louis). — Vitrail : Jésus-Christ, debout, 
pieds nus, indique le ciel du doigt de la main droite, pendant que 
de l'autre main il tient un livre fermé. Signé : H. Mathieu, 188^. 
(9é« div.) 

Curlier (Famille Constant). — Vitrail : Jésus en croix. Signé : 
H. Mathieu, 18^4. (96® div.) 

Delahogue et M. Guillout (Famille). — Vitrail : Vierge 
mmaculée avec fleurs d'orchidée. Signé : H. M., i8^j. (89e div.) 

Delaunay (Familles Veron et). — Vitrail : la Descente de 
croix. Signé : H. Mathieu. (96* div.) 

Demonjay (Famille). — Vitrail : Christ vu à mi-corps serrant 
un livre sur son cœur et indiquant le ciel du doigt de la main 
droite. Signé : Mathieu. (36^ div.) 

Demouveaux (Marie Becker, femme), décédée le 13 novembre 
1890, à l'âge de 51 ans. — Vitrail : la Vierge à la chaise, d'après 
Raphaël. Signé : H. Mathieu. (10^ div.) 

Desfontaines (Famille Ch.). — Vitrail : Christ en croix. 
Signé : H. M., 1896. (74^ div.) 

Deshayes (Famille). — Vitrail : Jésus en croix. Signé : 
H. Mathieu, 18^0. (41^ div.) 

Duchêne (Famille Julien). — Vitrail : le Christ en croix. 
Signé : H. M., 1896. (92^ div.) 

Durand (Famille Victor). — Vitrail : le Christ en croix, d'après 
Le Brun. Signé : H. Mathieu, 1889. (41^ div.) 

Durand-Neret (Famille). — Vitrail : trois portraits. Signé : 
H. M., 1894. (79= div.) 



APPENDICE 339 

FiNET (Famille). — Vitrail : un portrait avec emblèmes sym- 
boliques. Signé : H. Mathieu, iS^y. (8i^ div.) 

Flavien (Famille). — Vitrail : un portrait de femme. Signé : 
H. M., 1888. (74^ div.) 

FossiER (Famille). — Vitrail : la Sainte Famille. Signé: H. 
M., 18^4. (72« div.) 

Froideau (Famille F.). — Vitrail : Jésus en croix. Signé : 
H. Mathieu, 18^1. (96* div.) 

Garbe (Famille E. V.). — Vitraux-mosaïque : le Sacré-Cœur ; 
la Vierge au Scapulaire. Signés : H. M., 18^4. (92^ div.) 

Gassier et Rué (Familles). — Le Christ en croix. Signé : 
H. Mathieu. (2^ div., 2^ section.) 

GiBAULT (Famille). — Vitrail : la Vierge à la chaise, d'après 
Raphaël : Signé : H. Mathieu, 1886. (35e div.) 

GiDOiN et Alliés (Familles). — Vitrail : saint Vincent de Paul 
tenant un enfant dans ses bras ; un deuxième enfant est debout à 
sa gauche. Signé : H. Mathieu, 18^1. (92^ div.) 

GiojuzzA (Famille). — Vitrail : saint Joseph debout, tenant 
d'une main un livre et de l'autre une branche de lis. Signé : 
H. Mathieu. (31^ div.) 

Gros (Famille). — Vitrail : saint Pierre. Signé : H. M., 18^4. 
(92« div.) 

Gustine-Chevalier (Famille). — Trois vitraux : au fond, saint 
Léon. Signé : H. Mathieu, 18^4; à gauche, sainte Philomène ; à 
droite, saint Louis portant la couronne d'épines. (24^ div.) 

JupoT et Gand (Familles). — Vitrail : sainte Cécile, d'après 
Mignard. Signé: H. Mathieu. (36^ div.) 

Krafft (Famille Albert). — Vitraux : sainte Marie et sainte 
Sophie. Signés : H. Mathieu. (70^ div.) 

Laumonier (Famille). — Vitrail : Christ en croix. Signé : 
H. M., 189s. (82e div.) 

Lemasson-Gimenez (Famille). — Vitrail : Notre-Dame de 
Lourdes. Signé : H. Mathieu, i88j. (95^ div.) 

Le Sève (Famille). — Vitrail : la Vierge et l'Enfant Jésus, 
d'après Raphaël. Signé : H. Mathieu, 1892. (82^ div.) 

Le Villain (Famille Albert). — Vitrail : Jésus en croix. 
Signé : H. Mathieu, 189^. (96^ div.) 

Liandier (Famille J.). — Vitrail : Jésus-Christ est posé sur 
des nuages ; du doigt de la main droite, il indique le ciel, pendant 



340 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIERES DE PARIS 

que de l'autre main il tient la croix. D'après Chacal. Signé : H. Ma- 
_ thieu, i8^i. (2^ div., v^ section.) 

Loyer (Famille L.). — Vitrail : Mater dolorosa, d'après Bou- 
guereau. Signé : H. Mathieu, i88^. (45e div.) 

Manin-Navarron (Famille). — Vitrail : Christ en croix. 
Signé : H Mathieu. (32^ div., 2« section). 

Marchade (Famille Daniel). — Vitrail : Vierge des victoires. 
Signé : H. M., 18^^. (79e div.) 

Marcheix (Famille François). — Vitrail : Christ en croix. 
Signé : H. Mathieu, 18^7. (68«^ div.) 

MiELLE (Famille). — Vitrail : l'Immaculée Conception, d'après 
Murillo. Signé : H. Mathieu, 1897. (79* div.) 

MiNOT (Famille). — Vitrail : saint Paul. Signé : H. M., ^894. 
(82^^ div.) 

Minot-Tantard (Familles J.). — Vitrail : la Vierge, posée sur 
un croissant, est entourée de petits anges. Signé : H. Mathieu, 
d'après Murillo. (28^ div.) 

Morrette (Famille). — Vitrail : la Résurrection du Christ, 
d'après Vanloo. Signé : H. M., i8p6. (95* div.) 

Ollivier-Baldy (Famille). — Vitrail : la Vierge du Rosaire. 
Signé : H. M., 18^7. (64^ div.) 

OuTREY (Famille). — Vitrail : Christ tenant l'évangile. Signé : 
R. Mathieu, 1892. (82^ div.) 

Paquignon et Pellard (Familles). — Vitrail : Christ en croix, 
d'après Le Brun. Signé : H. M., 1896. (85^ div.) 

Plessis (Léon), décédé le 20 avril 1887, à l'âge de 55 ans. — 
Vitrail : saint Léon. Signé : H. Mathieu, 1887. (9^ div.) 

Popelin-Leloir (Famille). — Vitrail : Notre-Dame des Vic- 
toires. Signé : H. Mathieu, 18^6. (19e div.) 

Raynard (Hippolyte-Vonlatum), artiste dramatique, décédé le 
17 mai 1887, à l'âge de 59 ans. — Vitrail : Assomption de la 
Vierge, d'après Murillo. Signé : H. Mathieu, 1890. (41^ div.) 

Raynaud (Marie-Hortense Vallade, veuve). — Vitrail : 
Assomption de la Vierge, d'après Murillo; le Christ en croix. Ce 
dernier vitrail est signé : H. Mathieu, 18^0. (92^ div.) 

Rendon (Famille). — Vitrail : Vierge de Las Mercedes. Signé : 
H. Mathieu, 187^. (48^ div.) 

Robert-Fleury, peintre. — Vitrail : saint Louis portant la 
couronne d'épines. Signé : H. Mathieu, 18^0. (68^ div.) 



APPENDICE 541 

Rossignol (Famille E.-D.). — Vitrail : Notre-Dame des Vic- 
toires. Signé : H. Mathieu, 1890. (92^ div.) 

RouBAUDi (Famille). — Trois vitraux : Assomption de la 
Vierge, d'après Murillo. — Signé : H. Mathieu, 18^0. Une Pieta; 
le Christ en croix. (92^ div.) 

Rousseau (Famille). — Vitrail : Annonciation de la Vierge. 
Signé : H. Mathieu, 18^0. La chapelle a été construite sur les des- 
sins de Em. Garot, architecte. (92^ div.) 

Roussel et Leturey (Famille). — Vitrail : le Christ en croix. 
Signé : H. Mathieu, 1896. (60^ div.) 

RoYou (Famille de). — Vitrail : Notre-Dame des Victoires. 
Signé : H. Mathieu, 1890. (92^ div.) 

SoucAiLLE (Famille). — Vitrail : la Résurrection de Jésus- 
Christ, d'après Vanloo. Signé : H. M., 18^4. (79^ div.) 

Tarnier-Poudreau (Famille). — Vitrail : sainte Odette. 
Signé : H. M., 18^7. (92^ div.) 

Thouin (Famille). — Vitrail : portrait de femme sous les traits 
de sainte Rosalie. Signé : H. M., 1888. (95^ div.) 

Thory-Frogier (Famille). — Vitrail : le Christ en croix, 
d'après Le Brun. Signé : H. Mathieu, 18^6. (éo^ div.) 

Uherik et Gambs (Famille). — Vitrail : saint Jacques, avec un 
portrait. Signé : H. Mathieu, 18^6. (yo^ div.) 

Vallat (Famille de). — Vitrail : Jésus-Christ montrant le ciel 
de la main droite et tenant la croix de la main gauche, d'après 
Chaïaî. Signé : H. Mathieu, 18^2. (42^ div.) 

Vengoheckea (Famille). — Vitrail : le Sacré-Cœur de Jésus. 
Signé : H. Mathieu, 1896. (48^ div.) 

Verdier (Jean-Pierre), né à Avezac-Prat (Hautes-Pyrénées) le 
17 février 1821, décédé à Bagnéres-de-Bigorre le 25 aoûi 1895. — 
Vitrail : saint Pierre, par H. Mathieu. (24^ div.) 

Vermond (Famille). — Vitrail : la Résurrection de Jésus-Christ, 
d'après Vanloo. Signé : H. Mathieu, 1879. (82^ div.) 

Plée (Henri). 

GiLLET et VivENOT (Familles). — Vitrail : saint Paul, debout, 
tenant une épée et le livre des épîtres. Signé : Henri Plée à Meaux. 
(25* div;) 

Ponsin (J.-A.). 

Pécoud (Adèle Borg, M^^^), décédée le 29 novembre 1884. — 
Vitrail : une jeune femme, en buste, se voilant la face. Signé : 
J.'A, Ponsin. (44e div.) 



342 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Ronvière. 

Buret-Bréviaire (Sépulture). — Vitrail : ange ailé posant 
une main sur l'épaule d'un enfant debout et de l'autre lui mon- 
trant le ciel ; l'enfant tient une croix à laquelle est fixée une gourde ; 
à droite de la composition, des fleurs et des arbustes d'où sort un 
serpent qui menace l'enfant. Signé : Rotwière. (9^ div.) 

Franchi-Alfaro (Famille de Francisco de). — Vitrail : 
Vierge couronnée tenant l'Enfant Jésus posé debout sur le globe 
symbolique. Signé : Rouvière. (86" div.) 

Gardet (Famille). — Vitrail : Jésus portant sa croix. Signé : 
Rouvière. (57^ div.) 

Harismendy (Famille). — Vitrail : saint Jean dans le désert. 
Signé : Rouvière. (34"^ div.) 

J01GNEAUX (Famille). — Vitrail : le Christ en croix. Signé : 
Rouvière aîné. (82^ div.) 

Letellier (Famille). — Vitrail : la Vierge assise, tenant TEn- 
fant Jésus dans ses bras. Signé : Rouvière. (54^ div.) 

Petit-Rolland (Famille). — Vitrail : la Vierge à la chaise. 
Signé : Rouvière. (62* div.) 

Vantillard (J.). 

Delacroix (Victor-Paul), né à La Ferté-Milon le 15 sep- 
tembre 1823, décédé à Paris le 17 avril 1877, et Juliette Dela- 
croix, née à Paris, le 2 janvier 1830, décédée dans la même ville 
le 3 juillet 1895. — Vitrail : la Sainte Famille : la Vierge, ayant à 
sa droite saint Joseph debout, tient l'Enfant Jésus sur ses genoux, 
pendant que saint Jean présente à l'Enfant une banderole. Signé : 
/. Vantillard, 188^. (85^ div.) 

Delmas et Fortin (Familles). — Vitrail : la Sainte Famille, 
par Vantillard. (9* div.) 

Masure (Famille L.) — Vitrail : la Résurrection. Signé : 
/. Vantillard. (92* div.) 

Orban-Saunier (Famille). — Vitrail : la Sainte Famille. 
Signé : /. Vantillard, 1880. (62' div.) 

Renaudet (Famille). — Vitraux : Saint André, saint Augus- 
tin et trois portraits. Signés : Vantillard. (57^ div.) 

SuzoR (Famille). — Vitrail : le Christ en croix. Signé : P'an- 
tillard. (36^ div.) 

Védrine (Louis). 

BoNiN (Pierre), décédé le 14 avril i88é, dans sa 59* année, et 



APPENDICE 345 

Léon Hubert Bonin, décédé le 3 octobre 1889, dans sa 27* année. 
— Leurs deux portraits peints sur porcelaine. Signés : L. Védrine, 
1890. (53« div.) 

Vu Y (Anne-Sophie Hédouin), décédée le 2 mars 1819, à Tâge 
de 22 ans. — Son portrait peint sur marbre (Diam. o™ 15). Non 
signé. (35e div.) 

II 

CIMETIÈRE DU NORD 

{Montmartre.) 
Champignenlle (Charles). 

Demuy-Badé (Famille). — Vitrail : Vierge assise, tenant l'En- 
fant Jésus sur ses genoux, par Champignenlle, d'après Hébert^. 
(31* div.) 

Terrillon (le docteur Octave). — Vitrail : une Mère de dou- 
leur. Signé : Ch. Champignenlle à Paris. La chapelle a été con- 
struite en 1897, d'après les dessins de E. Popinot, architecte. 
(21^ div.) 

Fassy. 

Prestat, Guérin et Vautrin (Familles). — Vitrail représen- 
tant un portrait de femme, par Fassy ^. (28« div.) 

Lecart (F.). 

Leprevost (Famille H.). — Vitrail : saint Pierre tenant les 
clefs d'une main et montrant le ciel de l'autre main. Signé : 
F. Lecart. (i''<= div.) 

Mathieu (Henri). 

Fèvre (Famille Th. et Louis). — Vitrail : la Vierge Mère. 
Signé : H. Mathieu. (27^ div.) 

Oudinot de la Faverie (Eugène-Âmédée-Stanislas). 

Vitet (Famille Louis). — Vitrail : portrait de femme exécuté 
par Oudinot en i8éo3. (19* div.) 

Vantillard(J.). 

Belhomme, Drache et Jarlot (Familles). — Vitrail : la Résur- 
rection. Signé : /. Vantillard, Paris. (ii«div.) 

1. Renseignements fournis par M. Desclers, marbrier (15 octobre 1897). 

2. Fassy, peintre- verrier, habite Nice. — Renseignements .fournis par M. Lhoste, 
marbrier (15 octobre 1897). 

3. Renseignements fournis par M. Lhoste, marbrier (15 octobre 1897). 



344 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

Martin et Thuillier (Familles). — Vitrail : Vierge couronnée 
tenant l'Enfant Jésus sur son bras. Signé : /. Vantillard, Paris. 
(22e div.) 

ScoTTi (Michelle), née à Pietroburgo le 27 octobre 1814, 
décédée à Paris le 21 février i8éi. — Médaillon en mosaïque 
représentant une Tête de Vierge (Diam. o™ 18). Non signé. (22^ div.) 



III 

CIMETIÈRE DU SUD 

(Montparnasse.) 
Bidon (Â. de). 

Vaux-Bidon (J.-B. Albert de), décédé le 11 juillet 1874, à 
l'âge de 69 ans. — La Mise au tombeau, peinture sur porcelaine. 
Signée : A. de Bidon, 1880. (11^ div.) 

Champigneulle (Charles). 

ViLLiERs (Henri-Charles de), artiste peintre, né à Paris le 
i^"" janvier 1848, décédé dans la même ville le 2 juillet i8é8, et 
Prosper-Hyacinthe de Villiers, artiste peintre, né à Paris, le 
13 novembre i8ié, décédé dans la même ville le 7 décembre 1879. 
— Vitrail : Assomption de la Vierge. Signé : Ch. Champigneulle, de 
Paris. (3^ div., v^ section.) 

REMY-R0BEQ.UIN (Famille). — Vitrail : la Sainte Famille. 
Signé : Ch. Champigneulle. La chapelle a été érigée sur les dessins 
de G. Bowè, architecte. (17^ div.) 

Deck(H.). 

Dreyfus (M'ne Paul), décédée le 29 décembre 1893, à ^'^^ ^^ 
21 ans. — Tombeau composé d'une stèle et d'une pierre tumulaire. 
Ce tombeau, en granit, est incrusté de fleurs en céramique portant 
la signature H. Deck. (25^ div.) 

Filiez. 

Berger (Georges-Armand), décédé à Paris le 26 mars 1896, 
dans sa 18^ année. — Son portrait lithographie. Signé : Filles. 
(25e div.) 

François (V.). 

Thernay et Descroux (Familles). — Vitrail : Sainte Agathe. 
Signé : V. François, Paris. (17^ div.) 



APPENDICE 345 

Gleeb (Ch.). 

Bastier (Famille). — Vitrail : jeune fille gardant son trou- 
peau. Signé : Ch. Gebeî, iSys- (8" div.) 

GuÉRiN, décédé le 27 juin 1879, à l'âge de 62 ans. — Vitrail : 
la Sainte Famille. Signé : Ch. Geheî. (iS^div.) 

Desmadryl-Ellies (Familles). — Vitrail : la Sainte Famille : 
l'Enfant Jésus prend des fruits dans une corbeille que saint Joseph 
vient de poser sur les genoux de la Vierge assise. Signé : Gebel, 
1880. (3^ div., v^ section.) 

Gsell (Ch.). 

Roux DE Rochelle (Famille). — Vitrail : Vierge couronnée 
tenant VEnfant Jésus. Signé : Ch. Gsell. (15e div.) 

Imlé (H.). 

Comte (Famille). — Vitrail : Christ en croix. Au-dessous on 
lit : Bene scripsisti de me Thoma. Signé : H. Imlé. (19^ div.) 

Latteux-Bazin. 

Hubert-Patin. — Vitrail : Vierge tenant l'Enfant Jésus qui 
bénit. Signé : Laiteux Ba^in Mesnil S* Firmin {Oise), 18^2. 
(i8e div.) 

Lechevalier (H.). 

Lechevalier (Paul), né en iSéS, décédé en 1887. — Portrait 
au crayon placé sous verre (Diam. o "^ 55). Signé avec cette men- 
tion : A la mémoire de son fils. H. Lechevalier, i88y. {l'j^ div.) 

Mathieu (Henri). 

Marquelet (Pierre-Emile), décédé le 30 janvier 1888, dans sa 
58« année. — Vitrail : le Christ en croix. Signé : H.Mathieu, 1888. 
(6e div.) 

Rouvière. 

La Beaume de Tarteron. — Vitrail : la Résurrection. Signé : 
H^' Rouvière. (18^ div.) 

Bayard, Dargent et Cornet (Familles). — Vitrail : le Christ 
en croix. Signé : Rouvière jeune, {v^ div., v^ section.) 

Vantillard (J.). 

Jenty (Famille). — Vitrail : le Christ en croix. Signé :/. Van- 
tillard. (9« div.) 



)46 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

ADDITIONS ET CORRECTIONS 



I 

ADDITIONS 



{Le Père-Lachaise.) 
BONNARDEL. 

Walferdin (Hippolyte), représentant du peuple (Haute- 
Marne) en 1848, né en 1795, décédé en 1880. — Buste en marbre 
blanc (o™ 57), par Bonnardèl^ de Nice ». (24^ div.) 

DAMÉ (Ernest). 

Raspail (Emile), ingénieur civil, maire d'Arcueil-Cachan 
(Seine), né à Paris le 7 mai 183 1, décédé à Arcueil le 9 juin 1887. 
— Monument de caractère étrusque. Il est composé d'un soubasse- 
ment en granit de Vire, de forme rectangulaire, couronné d'un 
attique orné de pilastres. Une corniche avec frise comprenant des 
motifs sculptés se rattachant à la flore médicinale contourne le 
monument. Un sarcophage avec couronne pose sur le soubassement. 
La porte du caveau est en bronze ; elle a été exécutée par E. Legrain 
sur les dessins d'Ulysse Gravigny, architecte de ce monument, qui a 
été érigé en 1894 2. A l'intérieur du monument est placé le buste 
en bronze (H. o™ 60) de Raspail. Ce buste, exécuté en 1894, est 
l'œuvre de E. Damé^. (i8« div.) 

FONTAINE (Emmanuel). 

La Pommera ye (Pierre-Henri- Victor Berdalle de), littérateur, 
journaliste et conférencier, né à Rouen le 20 octobre 1839, décédé 
à Paris le 23 décembre 1891. — Tombe au sommet de laquelle 
se dresse une stèle en pierre avec socle en saillie supportant le buste 
en bronze (H. o™ 60) de l'écrivain. Signé : Fontaine, iS^y^. Au- 
dessous sont sculptées une palme et la croix d'officier de la Légion 
d'honneur. Dans un évasement pratiqué à la base de la stèle est 
encastré un bas-relief en bronze (H. C» 35. L. o°» 63) représentant 

1. Renseignements fournis par Gustave Deloye^ statuaire (25 octobre 1897). 

2. Renseignements fournis par U. Gravigny (25 décembre 1897). — Il n'a 
encore été fait aucune inhumation dans ce tombeau. Les restes d'Emile Raspail, des- 
tinés à reposer sous ce monument, sont actuellement dans le caveau de son père, situé 
également dans la i8* division. 

3. Le modèle en plâtre de ce buste est la propriété du statuaire. — Renseigne- 
ments fournis par E. Damé (21 décembre 1897). 

4. Ce buste a été exposé au Salon de 1897 sous le n° 2941. 



ADDITIONS ET CORRECTIONS 347 

une salle de conférence : La Pommeraye, vu de dos, est debout 
devant une table ; le conférencier fait un geste explicatif de la 
main droite; l'assistance est nombreuse. Signé : Emm. Fontaine. 
L'inscription suivante est gravée sur la pierre tumulaire : « A Henri 
de La Pommeraye, l'Association polytechnique, la Société amicale 
des anciens élèves, ses amis, 1839-1891. » Ce monument, érigé 
d'après les dessins de F.-E.-G. Delmas, architecte, a été inauguré 
le 21 novembre 1897. (6^ div.) 

(^Montmartre.) 

COLIN (Lonis-Âlphonse-Georges). 

Carton (Georges), « chevalier de la Légion d'honneur, prési- 
dent de la société de protection mutuelle des voyageurs de com- 
merce », né en 185 1, décédé en 1896. — Tombeau en granit au 
sommet duquel s'élève une haute stèle, également en granit, sur- 
montée du buste en bronze (H. o"^ 80 environ) de G. Carton. 
Signé : Colin, i8py. Une branche de chêne et une palme en bronze 
sont fixées dans la partie supérieure de la stèle. A la base est 
gravé : « Monument élevé par souscription. Ses collègues, ses 
amis. » Ce monument, inauguré le 14 novembre 1897, a été 
élevé sur les dessins de Cadours, architecte. (9* div.) 

GRANET (Pierre). 

Lemaitre (Frédéric), artiste dramatique, né au Havre le 
9 juillet 1800, décédé à Paris le 26 janvier 1876. — Tombe horizon- 
tale au sommet de laquelle se dresse une stèle quadrangulaire en 
granit surmontée du buste en plâtre (H. 0»° 80) de l'artiste drama- 
tique, par Pierre Granet. Le monument de Frédéric Lemaitre lui 
est élevé, au moyen d'une souscription, par « ses amis et ses admi- 
rateurs ^ » (28e div.) 

II 

CORRECTIONS 

P. 107, 1. 26. GuÉRiNOT (Antoine-Gaëtan). — La statue symboli- 
sant V Architecture qui décore son tombeau a été exposée au Salon 
de 1893 sous le n^ 2544. 

P. 139, 1. 9. Bazin (François-Emmanuel-Joseph). — Son buste 
a été exposé au Salon de 1879 sous le n» 4980. 

I. Lors de l'inauguration du monument de Frédéric Lemaitre^ qui doit avoir lieu 
dans le courant du mois de janvier 1898, le modèle en plâtre sera remplacé par un 
buste en bronze. — Voy. le Moniteur des arts du 17 décembre 1897. 



348 LA SCULPTURE DANS LES CIMETIÈRES DE PARIS 

P. 176, 1. 5. Au lieu de retraite, lisez : saillie. 

P. 184,1. 25. MiCHELET (Jules). — Le modèle du bas-relief qui 
décore son monument a été exposé au Salon de 1879 sous le 
n° 5227. 

P. 189, lig. 8. MoRis (M"^<=) . — Le modèle du groupe en bronze 
qui décore son tombeau a été exposé au Salon de 1877 (n^ 4025) 
sous le titre : « Dernier Adieu. » 

P. 228, lig. 27. MoLZ (Famille Henry). — La chapelle est située 
dans la 54^ division. Le bas-relief qui la décore a été exécuté par 
François-Laurent Roîard » . 

P. 234, lig. 29. Prazmowski (Adam). — Son médaillon a été 
exécuté par Ladislas Marcinkowski ^ . 

P. 237, lig. 29. Pezon (Famille). Le groupe qui surmonte le 
monument de la famille Pezon a été exécuté par Prosper Lecourtier ^ . 

P. 253, lig. 29. Au lieu de retraite, lisez : saillie. 

P. 279, lig. 24. FouASSiER (M"^^). — Le médaillon qui décore 
son tombeau a été exécuté par Alphonse Barthélémy Barthe\. Comme 
on le verra plus haut, nous n'avons pas osé être affirmatif dans 
notre texte. Un renseignement tardif nous autorise à préciser le fait4. 

P. 332, lig. 30. Gérard (M™«). — Le médaillon qui décore son 
tombeau a été exécuté par Edmond-Léon Perrault 'i. 

Henry Jouin. 



1. Renseignements fournis par F.-L. Rolard, statuaire (23 novembre 1897). 

2. Renseignements fournis par le docteur Lewenhard (lo décembre 1897). 

3. Renseignements fournis par M. A. Pezon fils (25 novembre 1897). 

4. Renseignement fourni par M™* Villemain, née Fouassier (31 décembre 1897). 

5. Renseignements fournis par M™* veuve Gérard (24 décembre 1897). 



LES MODÈLES DES GOBELINS EN I794 349 

LES MODÈLES DES GOBELINS 

DEVANT LE JURY DES ARTS EN SEPTEMBRE I794 

Dans son excellente Notice historique de 1853 sur la manufacture 
des Gobelins, M. A.-L. Lacordaire a donné des extraits de la 
pièce que nous publions plus loin et dont il existe deux copies bien 
authentiques dans les Archives de la Manufacture'. 

Il nous a semblé qu'un document de cette nature méritait d'être 
publié intégralement. Iln'estpas besoin decommentairespour en faire 
ressortir l'intérêt. Les décisions des membres du jury des arts nom- 
més par le Comité de Salut Public sur la présentation du Comité 
d'Agriculture et des Arts 2, nous montrent combien il faut se gar- 
der, en pareille circonstance, contre les entraînements de la mode 
et les influences de la politique. C'est une règle qui s'impose à 
toutes les époques et que les commissions, quelles qu'elles soient, 
investies de fonctions analogues à celles du jury des arts de 1794, 
devraient toujours avoir sous les yeux. 

On s'inquiéta donc, en août 1794 (fructidor an II), des emblèmes 
qui déshonoraient encore certains modèles de nos manufactures 
nationales. Supprimer les couronnes, les sceptres, les fleurs de lis, 
pour les remplacer par des emblèmes républicains, eût été une 
tâche encore facile. On voulut faire plus et mieux. 

Beaucoup des sujets mythologiques, historiques ou autres, 
reproduits en tapisserie depuis cent ans et davantage, ne répon- 
daient pas au goût régnant. Malgré l'amende honorable qu'il fit un 
jour à la mémoire de Boucher, le caractère dur et absolu de David 
répugnait aux grâces charmantes du xviii^ siècle, et l'esprit de l'au- 
teur des Horaces exerçait alors une domination tyrannique sur le 
monde de l'art. Aussi, bien que l'austère Conventionnel ne fît pas 
partie de la Commission chargée de la réforme de nos Manufac- 
tures, ne doit-on pas s'étonner que les arrêts de la commission 
oflirent comme un reflet de ses idées et de ses passions. 

1. Elles sont reliées dans un recueil factice de pièces, cartonné, portant ce titre : 
Documents originaux, 1793, 1794, I79S' 

2. Les noms des membres du jury chargé de choisir les modèles qui devront être 
exécutés dans les Manufactures nationales sont énumérés dans l'arrêté du Comité de 
Salut public du 3 fructidor reproduit ici (pièce n" II), Antérieurement, le Comité 
d'Instruction publique, dans sa séance du 14 floréal an II, confiait aux citoyens 
Bouquier, David et Thibaudeau, la mission d'aller visiter les Manufactures de la 
Savonnerie et des Gobelins. On sait que David fut incarcéré à la suite du supplice de 
Robespierre ; sa disgrâce explique comment il ne fut pas adjoint à la Commission 
chargée du contrôle des modèles. 



350 LES MODÈLES DES GOBELINS 

Ces commissaires, pour la plupart incompétents, furent terribles. 
Il en est souvent ainsi. Ils prononcèrent la proscription générale 
des plus charmantes inventions de l'esprit et de l'art français. Avec 
un aveuglement qui prouve leur bonne foi, cette réunion de litté- 
rateurs et de peintres, auxquels on avait adjoint, pour la cir- 
constance, un sculpteur et un architecte, repoussèrent en bloc les 
modèles les plus séduisants de nos meilleurs décorateurs. 

Le jury avait reçu une double mission. Il devait d'abord répartir 
les tapissiers des Gobelins et ceux de la Savonnerie en un certain 
nombre de classes, d'après leur mérite. Nous avons publié plus 
haut le résultat de cette répartition qui a l'avantage de nous con- 
server la liste du personnel de la manufacture à une date précise. 

Nous n'insisterons pas sur les jugements portés par les membres 
du jury à propos des modèles soumis à leur examen. Si certaines 
appréciations éveillent un sourire, elles ne doivent pas trop 
étonner. Ne voit-on pas tous les jours des hommes sains d'esprit 
se livrer à de pareilles excentricités de parti pris ? 

Ces sentences, qui valent à peu prés toutes celles qui sont ren- 
dues dans des cas analogues par des commissions irresponsables et 
anonymes, sont accompagnées d'un tableau présentant, sur deux 
colonnes, la double liste des modèles admis aux honneurs de la 
reproduction en tapisserie et des peintures condamnées. 

L'ensemble de ces deux énumérations présente la nomenclature 
presque complète des modèles peints pour la manufacture des 
Gobelins depuis le règne de Louis XIV jusqu'à la Révolution. 
C'est à ce titre que nous le donnons, bien qu'il fasse en quelque 
sorte double emploi avec le procès-verbal de la commission. 

Les deux catégories formées par le jury révolutionnaire sont très 
inégales en nombre. D'une part, une trentaine de sujets dont la 
reproduction en haute lisse est permise; d'autre part, trois cent 
cinquante modèles environ mis à l'index, telle est la liste à peu près 
complète des toiles conservées à cette époque dans les magasins des 
Gobelins. 

Bon nombre de ces panneaux se trouvaient dans un état fort 
lamentable; les commissaires ont soin de le noter. Certains sujets, 
plusieurs fois remis sur le métier, avaient été coupés en bandes 
étroites pour la commodité du travail. Un des exemples les plus 
caractéristiques du fâcheux traitement infligé à ces vieux modèles 
nous est fourni par les fameuses tentures des Maisons Royales et de 
VHistoire du Roi. Les douze compositions de la première étaient 
divisées en loi bandes « presque détruites », ajoute l'état ; quant 
aux quatorze panneaux de VHistoire de Louis XIV, ils ne comptaient 
pas moins de 113 bandes, aussi en assez mauvais état. 



1 



DEVANT LE JURY DES ARTS 35I 

Il faut supposer que les membres du jury n'avaient prêté qu'une 
attention distraite à ces tableaux que leur sujet seul condamnait ; 
car on est parvenu, en assemblant ces fragments, en dissimulant les 
points de suture et en remplaçant certains morceaux déchirés et 
perdus, à reconstituer les grands sujets de V Histoire du Roi et des 
Résidences royales. On les voit actuellement au Musée de Versailles. 

La manufacture des Gobelins ne possède aujourd'hui qu'un très 
petit nombre des modèles soumis jadis à l'examen du jury des arts. 
La plupart de ceux qui existent encore et qui n'ont pas trouvé 
place dans les galeries de Versailles, ont été recueillis par le 
Louvre. Quelques-uns seulement sont exposés dans les salles de 
notre musée ou dans les annexes de Trianon, de Compiègne et 
de Fontainebleau. La dimension de plusieurs suites bien connues 
les a fait reléguer dans les magasins ; c'est le cas de V Histoire de 
Jason et de V Histoire d'Esther, par J.-B. de Troy. 

Il existe enfin un certain nombre d'anciens modèles, ceux de la 
Tenture des Indes, de Desportes, entre autres, qui, après avoir erré 
durant des années de dépôt en dépôt, ont été envoyés récemment 
en province pour entrer dans la décoration d'une préfecture ou de 
quelque autre édifice public. En somme, il reste aujourd'hui aux 
Gobelins bien peu des peintures de toute nature qui emplissaient 
encore les magasins de la manufacture à la fin de l'ancien régime. 

Jules GUIFFREY. 

I 

Extraits des registres des arrêtés du Comité de Salut Public de la 
Convention Nationale du 30 Messidor, Tan deuxième de la 
République française une et indivisible. 

Le Comité de Salut public, après avoir entendu la Com- 
mission d'Agriculture et des Arts, 
Arrête : 

Art. I". 

Il sera incessamment formé un Jury d'artistes pour exami- 
ner les tableaux existans aux Manufactures Nationales des 
Gobelins et de la Savonnerie, et déterminer ceux qui, à raison 
de leur perfection, méritent d'être exécutés par les ouvriers de 
ces manufactures. 

Art. 2. 

Seront exclus de l'exécution en tapisseries tous les tableaux 



352 LES MODÈLES DES GOBELINS 

présentans des emblèmes ou des sujets incompatibles avec les 
idées et les mœurs républicaines. 

Les emblèmes proscrits qui ne se trouveraient dans les 
tableaux que comme accessoires pourront, sur l'avis du jury, 
être remplacés par des emblèmes de son choix et dignes de la 
liberté. 

Art. 3. 

Ce même Jury dressera un programme de concours pour la 
composition des différens tableaux qu'il croira convenable de 
faire exécuter dans ces Manufactures. Ce programme fixera 
les délais dans lesquels chacune des compositions mises au 
concours devra être fournie par les artistes concurrens. 

Art. 4. 

Si le nombre des tableaux que le jury jugera dignes de 
l'exécution n'est pas assez grand pour occuper provisoirement 
tous les ouvriers, le jury en indiquera parmi ceux qui se 
trouvent dans les collections nationales, et il sera pris des 
mesures pour en faire délivrer copie à la Manufacture qui 
devra les exécuter. 

Art. 5. 

Les citoyens qui devront composer le jury établi par le pré- 
sent arrêté seront nommés par le Comité de Salut pubUc sur 
la présentation de la Commission d'Agriculture et des Arts 
qui se concertera à cet égard avec celle de l'Instruction 
PubUque. 

Signé au registre : R. Lindet, Carnot, Couthon, Saint- 
Just, C. A. Prieur, B. Barère, Robespierre, Billaud-Varenne, 
CoUot d'Herbois. 

Pour extrait : Saint-Just, R. Lindet, B. Barère. 

II 

Extrait des registres du Comité de Salut Public de la Conven- 
tion Nationale du 3 fructidor an deux de la République 
française une et indivisible. 

Le Comité de Salut Public, après avoir entendu la Com- 
mission d'Agriculture et des Arts sur l'exécution de l'arrêté 



DEVANT LE JURV DES ARTS 353 

du 30 Messidor concernant les Manufactures Nationales des 
Gobelins et de la Savonnerie, arrête : 

Art. I". 

Le jury du choix des tableaux qui doivent être exécutés 
aux Manufactures Nationales des Gobelins et de la Savonnerie 
sera composé des citoyens 

Prudon, peintre, 

Ducreux, peintre, 

Percier, architecte, 

Bitaubé, hommes de lettres, 

Moitte, sculpteur, 

Legouvé, homme de lettres, 

Monvel, acteur et homme de lettres, 

Vincent, peintre d'histoire. 

Belle, directeur des Gobelins, 

Duvivier, directeur de la Savonnerie. 

Art. 2. 

Ce même jury procédera au classement des ouvriers; il les 
distribuera en quatre classes suivant leur degré de talent et 
d'assiduité au travail. 

Art. 3. 

Cinq ouvriers seront adjoints au Jury lorsqu'il s'occupera 
du classement. Les ouvriers de la Savonnerie en nommeront 
deux; ceux des Gobelins en nommeront trois, au nombre 
desquels devra être au moins un chef d'atelier \ 

Art. 4. 

La Commission d'Agriculture et des Arts est chargée de 
mettre ce jury en activité dans le plus bref délai. Elle lui fera 
parvenir toutes les instructions qu'elle jugera nécessaires. 
Elle est autorisée à accorder une indemité convenable à ceux 
des membres de ce jury qui ne remplissent pas des fonctions 
pour lesquelles ils reçoivent un salaire de la République. 

Signé au registre : R. Lindet, Carnot, Echassériaux, Thu- 



I. Adjoints : Cozette, Claude, Langlois, pour la tapisserie. — Gallardon, Noël, 
pour la Savonnerie. — Suppléans. — Folliot (tapisserie), Noblet (tapis). 

ART FR. XIII. 21 



354 LES MODÈLES DES GOBELINS 

riot, Tallien, Treilhard, Bréard, C. Prieur, Collot-Derbois, 
B. Barère, Billaud-Varenne, P. A. Laloi. 



m 

PROCÈS-VERBAL 

De la séance du Jury des arts et manufactures tenue aux 
Gobelins le 26^""* fructidor, an 2^™^ de la République Fran- 
çaise une et indivisible, assemblé et compétent par la réunion 
de neuf de ses membres, et complet à l'avenir par le nombre 
des dix artistes qu'a désignés le comité de Salut public, vu 
que les cinq membres qui lui avaient été adjoints se sont 
retirés, conformément à leurs instructions, après le classement 
des artistes ouvriers pour lequel seulement ils avaient été 
appelles % le Jury va procéder dans les atteliers à l'examen 
des pièces de tapisseries actuellement sur le métier. Lecture 
est faite du dernier procès-verbal et la teneur en est approuvée. 

Le Jury, de retour dans la salle d'assemblée, après avoir 
examiné dans un attelier les tapisseries qui y sont sur le 
métier, s'est transporté dans la galerie pour discuter le mérite 
et la, moralité des tableaux copiés dans les tapisseries et sou- 
mis à son jugement; il arrête ce qui suit : 

I" Tableau. 
Don Quichotte servi par les dames, de Coypel. — Le tableau 
regardé comme ne comportant rien d'immoral, et versant au 
contraire le ridicule sur l'ancienne chevalerie et sur les mœurs 
féodales; mais rejette à raison de la faiblesse du talent, et la 
Tapisserie étant très avancée jugée devoir être achevée. 

2^ Tableau. 
La Tête enchantée, même roman... même auteur, même 
décision. 

3® Tableau. 
Le Siège de Calais, par Berthélemî. 

I. Ainsi les tapissiers élus par leurs collègues ne prirent aucune part au jugement 
des modèles. 



i 



DEVANT LE JURY DES ARTS 355 

Sujet regardé comme contraire aux idées républicaines; le 
pardon accordé aux bourgeois de Calais ne leur étant octroyé 
que par un tiran, pardon qui ne lui est arraché que par les 
larmes et les supplications d'une reine et du fils d'un despote. 
Rejette en conséquence; la tapisserie arrêtée dans son exécu- 
tion. 

4* Tableau. 

Le Printemps, de Callet, ne comportant rien qui choque 
les mœurs, mais rejette sous le rapport de l'art. La tapisserie 
sera continuée, comme complettant la tenture. 

5^ Tableau. 

Léda, de Belle, père. 

Le sujet purement mithologique et traité d'une manière 
qui n'a rien d'indécent, parait devoir être conservé. Le tableau 
rejette sous le rapport de l'art; mais la tapisserie, très avancée, 
jugée devoir être achevée. 

6* Tableau. 

Fête à Bacchus, de Callet. — Sujet admissible. Tableau rejette 
sous le rapport de l'art. Tapisserie continuée pour completter 
la tenture. 

7* Tableau. 

Diane et CaUste, de Boucher. 

Sujet mithologique à conserver; tableau rejette sous le 
rapport de l'art, et tapisserie discontinuée, étant peu avancée. 

8= Tableau. 

Héliodore chassé du Temple, copie de Raphaël par Noël 
Halle. — Sujet consacrant les idées de l'erreur et du fana- 
tisme, d'ailleurs copie très défectueuse d'un superbe original, 
et conséquemment a rejetter; la tapisserie sera discontinuée. 

Le jury clôt la séance à deux heures et demie et s'ajourne à 
demain, 27 fructidor, pour continuer l'examen des tableaux. 

Signé : Bitaubé, Boutet-MoxNVel et Le Gouvé 



55^ LÉS MODÈLES DES OOBELÏNS 

PROCÈS-VERBAL 

de la séance du Jury des arts et manufactures tenue aux 
Gobelins, le 27"^ fructidor an 2™* de la République une et 
indivisible. 

Le jury assemblé et compétant par la réunion de neuf de 
ses membres, après avoir entendu lecture du procès-verbal de 
la veille et en avoir approuvé la teneur, va procéder à la con- 
tinuation de l'examen des tapisseries actuellement sur le 
métier, et des tableaux. 

De retour dans la salle d'assemblée, le jury arrête, après 
la discussion, ce qui suit : 

I" Tableau. 
La Reprise de Paris sous Charles Vil par le connétable 
Richemont, par Berthélemi; rejettée comme incompatible avec 
les principes républicains, et en conséquence le travail de la 
tapisserie précédemment arrêtée ne sera pas repris. 

2* Tableau. 

La toilette d'Esther, par Detroy, rejettée comme offrant un 
sujet contraire aux principes républicains; mais la tapisserie 
sera terminée, étant fort avancée. 

3' Tableau. 

La robe empoisonnée par Detroi; rejettée comme présentant 
un sujet contraire aux mœurs républicaines; mais la tapisserie, 
étant presqu'achevée, sera terminée, avec la suppression des 
deux diadèmes qui sont sur la tête de Creuse et de son père. 

4* Tableau. 

Les Pêcheurs par Boucher, rejettes sous le rapport de l'art; 
mais la tapisserie sera terminée parceque le sujet n'a rien 
d'opposé aux principes. 

5^ Tableau. 

La Diseuse de bonne aventure, par le même auteur; rejettée 
comme le précédent tableau sous le rapport de l'art, et la 
tapisserie sera terminée, étant aussi fort avancée. 



I 



DEVANT LE JURY DES ARTS 357 

6= Tableau. 
Vénus sur les eaux, par Boucher-, la tapisserie ne sera point 
continuée, étant peu avancée. Le tableau rejette sous le rapport 
de l'art. 

7* Tableau. 

Vénus aux forges de Vulcain, du même auteur. La tapisse- 
rie ne sera point continuée d'après les mêmes raisons, et le 
tableau rejette. 

8« Tableau. 

Le Parnasse, d'après Raphaël; sujet conservé. La tapisserie 
qui avoit été suspendue, sera reprise. 

9^ Tableau. 

Jason domptant les taureaux, par Detroi. Le sujet est rejette 
comme contraire aux idées républicaines. La tapisserie, étant 
faite à moitié, sera terminée à la longueur de 14 pieds, un 
peu au delà de la figure de Jason déjà faite, et, par ce moyen, 
elle offrira un ensemble sans présenter les personnages de 
Médée et du roi son père qui blesseroient les yeux d'un 
républicain. 

Le jury arrête qu'il va procéder à l'examen d'autres tapis- 
series sur le métier. 

De retour dans la salle d'assemblée, le jury, après avoir 
examiné les tapisseries dans les atteliers et les originaux et dis- 
cuté sur leur mérite et leur moralité,, arrête ce qui suit : 

I" Tableau. 
Sacrifice à Cérès par Callet; rejette sous le rapport de l'art; 
mais la tapisserie sera terminée comme étant fort avancée. 

2^ Tableau. 
Le courage des femmes de Sparte par Leharhier. Rejette sous 
le rapport de l'art, quoique le sujet soit digne d'être conservé 
sous le rapport moral. La tapisserie sera continuée, comme 
étant d'une belle exécution. 

3^ Tableau. 
L'Automne par La Grenée le jeune; rejette sous le rapport 
de l'art ; mais la tapisserie sera continuée comme étant fort 
avancée et d'une belle exécution. 



3$0r LES MODÈLES DES GOBELINS 

4^ Tableau. 

L'Enlèvement de Proserpine, par Vien. — Rejette sous le 
rapport de Tart ; mais la tapisserie sera achevée comme étant 
presque terminée, et le sujet n'offrant rien de contraire aux 
principes. 

5^ Tableau. 

Aminte par Boucher. — Rejette sous le rapport de l'art; 
mais la tapisserie, relativement à la beauté de l'exécution 
supérieure au tableau, sera achevée à la largeur de 5 pieds 
et demi et le fond sera copié d'après le tableau original. 

6^ Tableau. 
Le Repas d'Assuérus, par Detroy. — Rejette comme offrant 
un sujet contraire aux moeurs républicaines. La tapisserie 
étant très peu avancée, ne sera pas reprise. 

7' Tableau. 

Le Triomphe de Mardochée, par Detroy, — Rejette sous le 
rapport politique. La tapisserie ne sera pas continuée. 

8*^ Tableau. 

Musique des Bergers, d'après Jules Romain, par Boulogne. 
Rejette sous le rapport de l'art. La tapisserie ne sera pas 
reprise, comme étant fort peu avancée. 

9* Tableau. 

Bain de Psiché, d'après le même. — Sujet admissible ; 
rejette sous le rapport de l'art. La tapisserie fort avancée sera 
achevée en y comprenant la dernière bande du tableau où se 
trouve une guirlande de fleurs. 

10*^ Tableau. 
Danse des Nymphes, d'après Jules Romain, par Boulogne. — 
Rejette sous le rapport de l'art. La tapisserie à moitié faite, 
sera continuée. 

ii*= Tableau. 

Henri IV laissant entrer des vivres dans Paris, par Vincent. 
Rejette comme offrant un sujet contraire au républicanisme; 
le travail de la tapisserie, déjà suspendu, ne sera pas repris. 



DEVANT LE JURY DES ARTS 359 

12^ Tableau. 
La mort de Duguesclin, par Brenet. Rejette comme portant 
les emblèmes de la royauté et de la chevalerie qui ne pour- 
roient être supprimés sans dénaturer le sujet. Le travail de la 
tapisserie, déjà suspendu, ne sera pas repris. 

13^ Tableau. 

Autre partie de la tenture de Psiché, représentant une 
Musique de Berger par Boulogne y d'après Jules Romain. Rejette 
pour les mêmes raisons que les autres parties de la tenture. 

Le jury clôt la séance à deux heures et demie, et s'ajourne 
à demain 28 fructidor. 

Signé : Bitaubé, Le Gouvé. 

PROCÈS-VERBAL 

de la Séance du Jury des arts et manufactures, tenue aux 
Gobelins le 28'="'^ fructidor an 2^™^ de la République française 
une et indivisible. 

Le jury, assemblé et compétent par la réunion de neuf de 
ses membres, après avoir entendu lecture du procès-verbal de 
la veille et en avoir approuvé la teneur, arrête qu'il va procé- 
der à la suite de l'examen des tapisseries actuellement sur le 
métier et des tableaux copiés ou à copier. 

Le jury, de retour dans la salle d'assemblée, après la discus- 
sion établie sur les tapisseries actuellement entre les mains 
des ouvriers et les originaux dont elles sont les copies, arrête 
ce qui suit : 

Le tableau de Bacchus consolant Ariane, par Belle père, 
sera supprimé. La tapisserie presque achevée, sera terminée, 
le sujet tiré de la fable n'offrant rien de répréhensible. 

La pièce des Taureaux, par Desportes. — Tableau conservé 
comme très beau, et la tapisserie continuée. 

Le Combat des animaux, par le même; conservé de 
même et la tapisserie continuée. 

Le Bal de Roland, par Coypel. — Rejette sous le rapport de 
Tart. Sujet admissible ; la pièce continuée jusqu'à six pouces 
après le pied de Roland. 

L'Indienne sur le hamac, par Desportes ; à conserver comme 
très beau et la tapisserie continuée. 



360 Lès MODÈLES DES GOBELINS 

La pièce du Chameau, par le même. 

Le Cheval rayé et la Panthère, du même. 

La pièce de l'Éléphant, par le même. Tous trois conservés à 
raison de leur beauté et les tapisseries continuées. 

Le jury ayant fini l'examen des tableaux dont les tapisseries 
de haute et basse lisse sont actuellement sur le métier, arrête 
qu'il ne statuera sur quelques meubles en tapisserie auxquels 
on travaille que lorsqu'il aura procédé à l'examen des 
tableaux ou desseins dont ils sont les copies. 

Le jury, de retour dans la salle d'assemblée, après avoir 
examiné et discuté le mérite des tableaux dénommés cy-après, 
arrête ce qui suit : 

N° 71. — Le tableau de Cyanipe^ roi de Siracuse, que sa 
propre fille immole à Bacchus et qui s'immole elle-même 
après pour satisfaire à la piété filiale, par Perrin. — Sujet 
rejette. 

N° 59. — La Mort de Socrate, par Peyron. — Sujet et 
tableau conservés. 

N° 69. — Méléagre entouré de sa famille qui le supplie de 
prendre les armes pour repousser les ennemis prêts a se rendre 
maîtres de la ville de Calydon, par Ménageot. Tableau, dont 
le sujet ne parait pas compatible avec les idées républicaines, 
relativement au sentiment qui dirige Méléagre, lequel est sur 
le point de sacrifier sa patrie à l'esprit de vengeance dont il est 
animé, et qui, prêt à voir son palais réduit en cendres, se rend 
moins à l'amour de son pais qu'à son intérêt personnel ; 
conséquemment tableau à supprimer. 

N° 68. — La Mort de Senèque, par Perrin. — Sujet moral; 
mais tableau à supprimer sous le rapport de l'art. 

N° 67. — Le Départ de l'ange de chez Tobie, par Suvà. 
— Sujet rejette. 

N° II. — Caïus Furius Cressinus, accusé de magie à rai- 
son de la fécondité de ses champs, présente a l'édile les instru- 
mens aratoires qui lui servent à les défricher, par Brenet. — 
Tableau rejette sous le rapport de l'art; mais sujet vraiment 
philosophique et républicain. 

N° 65. — Arrie et Pétus, par Vincent. — Sujet convenable. 
Tableau rejette sous le rapport de l'art : 

G. I. — Arrestation du président Mole, par Vincent. — 
Sujet rejette. 



DEVANT LE JURY DES ARTS 5^1 

N° 3 . — Cléobis et Biton, par Durameau. — Rejette sous 
le rapport de l'art, quoique le sujet présente un exemple de 
piété filiale. 

N° 2. — Hercule enfant dans son berceau, étouffant deux 
serpens, par Taraval. -^ Rejette sous le rapport de Fart. 

N° 70. — Générosité des dames romaines, par Brenet, — 
Rejette sous le rapport de l'art ; mais dont le sujet est vrai- 
ment républicain. 

N° 64. — Mathatias tuant des impies, par Lépicié. — Sujet 
fanatique. 

N° 10. — Les Génies des Arts, par Boucher. — Rejette sous 
le rapport de l'art. 

N° 24. — Alexandre consultant l'oracle d'Apollon, par La 
GrenéeVainé. — Sujet rejette. 

N° 58. — Alceste mourante, par Peyron. — Sujet rejette. 

Le jury clôt sa séance à deux heures et s'ajourne à demain 
2^eme fructidor an 2^™^ de la République française une et indi- 
visible. 

Signé : Bitaubé, Boutet-Monvel. 

PROCES-VERBAL 

de la séance du jury des arts et manufactures tenue aux Gobe- 
lins le 29 fructidor an 2*^"^ de la République une et indivi- 
sible. 

Le jury, assemblé et compétant par la réunion de sept de ses 
membres, va procéder, par continuation de travail, à l'examen 
des tableaux de la Manufacture, le procès-verbal de la veille 
ayant été lu et adopté. 

Le jury, de retour dans la salle d'assemblée, après la discus- 
sion établie sur les tableaux, arrête que les citoyens Boutet- 
Monvel et Le Gouvé, secrétaire, étant absens, le citoyen Vin- 
cent, par l'ordre du jury, en a rempli les fonctions par inté- 
rim. 

Signé : Bitaubé. 

N° 4. — Le tableau représentant le Printems, par Amédée 
Vanloo, sera rejette sous le rapport de l'art, bien que le sujet 
soit convenable. 

N° 5. — La piété de Fabius Dorso, par UEpicié; rejette 
comme retraçant des idées superstitieuses. 



362 LES MODÈLES DES GOBELINS 

N° 12. — Astianax arraché des bras d'Andromaque parles 
ordres d'Ulisse, de Ménageât. — Sujet rejette. 

N° 15. — Cimon rAthénien ouvrant ses jardins au peuple, 
par Halle. — Sujet vraiment républicain ; mais le tableau 
rejette sous le rapport de l'art. 

N° 37. — Alexandre consolant la famille de Darius sur la 
mort de la femme de ce prince, par Lagrénée l'ainé. — Sujet 
rejette sous le rapport des idées politiques. 

N° 41. — Combat de Mars et de Diomède, par Doyen. — 
Tableau rejette sous le rapport de l'art. Sujet qui n'implique 
point contradiction aux idées politiques. 

N° 35. — Emilie justifiée dans le temple des Vestales, par 
Suvà. — Sujet rejette. 

N° 46. — Briséis emmenée de la tente d'Achille, par Vien. 

— Sujet rejette. 

N° I. — Combat au ceste D'Antelle et de Darès, par Dura- 
meau. — Tableau rejette sous le rapport de l'art, quoique le 
sujet soit convenable. 

N° 13. — Métellus sauvé par son fils, par Brenet. — Sujet 
rejette parce qu'il rappelle des idées de despotisme. 

N° 14. — Popilius et Antiochus Epiphanes, par Lagrénée 
l'aîné. — Tableau rejette sous le rapport de l'art, bien que le 
sujet soit beau. 

Le jury, après avoir porté son jugement sur les tableaux cy- 
dessus indiqués, passe à l'examen d'autres ouvrages. 

Le jury, de retour dans la salle d'assemblée, après la discus- 
sion établie sur les tableaux, arrête ce qui suit : 

Le N° 18. — La mort de Bayard, par Beaufort. — Sujet 
inadmissible. 

N° 19. — La fermeté de Jubelius Taurea, par Lagrénée le 
jeune. — Sujet rejette. 

N° 38. — Le corps d'Hector ramené par Priam, de Vien. 

— Sujet rejette. 

N° 39. — Le départ de Priam pour aller redemander à 
Achille le corps de son fils, par Fien. — Sujet rejette. 

N° 16. — Combat des Grecs et des Troyenssur le corps de 
Patrocle, par Brenet. — Tableau supprimé sous le rapport de 
l'art. 

N° 66. — Courage de Porcia par UEpicié; beau sujet, — 
Tableau rejette sous le rapport de l'art. 



DEVANT LE JURY DES ARTS 363' 

N° 63. — La reconnoissance d'Oreste et d'Iphigénie, par 
Regnault. — Sujet et tableau conservés en ce qu'ils rappellent 
l'instant où fut aboli dans la Tauride le culte atroce qui 
offrait aux dieux des victimes humaines. 

N° 62. — Les adieux d'Hector et d'Andromaque, par Fien, 
— Sujet rejette. 

N° 61. — Achille secouru par Vulcain, de Vincent. — 
Tableau peu propre à être exécuté en tapisserie. 

N° éo. — La veuve du Malabar, par Lagrénée l'aîné. — 
Sujet rejette comme présentant des idées atroces. 

N° 40. — Combat des Romains et des Sabins appaisé par 
les femmes Sabines, de Vincent. — Sujet très intéressant; le 
tableau conservé sous le rapport de l'art. 

N° 72. — Junon empruntant à Vénus, sa ceinture par Belle 
père. — Sujet agréable; tableau rejette sous le rapport de 
l'art. 

N° 17. — Départ de Régulus pour retourner à Cartage, 
par VEpicié. — Sujet très intéressant, dévouement vraiment 
républicain, conservé. Le tableau rejette sous le rapport de 
l'art. 

N° 46. — Priam aux pieds d'Achille, par Doyen. — Sujet 
rejette. 

Le jury, après avoir porté son jugement sur les tableaux cy- 
dessus indiqués, passe à l'examen d'autres ouvrages. 

Le jury, de retour dans la salle d'assemblée, après la dis- 
cussion établie sur les tableaux qu'il vient d'examiner, arrête 
ce qui suit : 

Le n° 44. — Ulisse chés Circé, par La Grénée le jeune. — 
Sujet conservé en ce qu'il avertit les hommes de fuir les 
dangers de la volupté ; tableau rejette sous le rapport de l'art. 

N° 43. — Cléopâtre au tombeau de Marc-Antoine, par 
Ménageât. — Sujet rejette comme immoral. 

N° 45. — Achille traînant le corps d'Hector, par Callet. — 
Sujet atroce, rejette. 

N° 33. — Fêtes à Paies, par Suvà. — Sujet intéressant, 
offrant un usage antique des mœurs agricoles ; le tableau con- 
servé comme ayant beaucoup de mérite. 

N° 27. — Albinus offrant son char aux Vestales, par La 
Grénée le jeune. — Sujet rejette comme retraçant des idées 
superstitieuses. 



364 LES MODÈLES DES GOBELINS 

N° 26. — Serment de Ménélas et de Paris, par La Grénà 
Taîné. — Sujet rejette. 

N° 25. — Télémaque et Mentor dans l'isle de Calipso, par 
La Grénée le jeune. — Sujet moral à conserver; le tableau 
rejette sous le rapport de l'art. 

N° 32. — Le frappement du rocher, par Jollain. — Sujet 
rejette. 

N° 31. — Le vœu de Jephté, par Amédée Vanloo, — Sujet 
rejette. 

Le jury clôt sa séance à deux heures et demie et s'ajourne 
à après-demain, premier sans-culotide. 

Signé : Bitaubè, Vincent, secrétaire par intérim. 

PROCès-VERBAL 

de la séance du jury des arts et manufactures tenue aux Gobe- 
lins, ce I" jour des sans-culotides, an 2'^'°' de la République 
Française une et indivisible. 

Le jury assemblé et compétent par la réunion de neuf de 
ses membres, après avoir entendu lecture du procès-verbal de 
la séance du 29*™' fructidor et en avoir approuvé la teneur, 
arrête qu'il va procéder par suite à l'examen des tableaux sou- 
mis à son jugement. 

Sur une lettre du citoyen Ijô Monniery par laquelle il avertit 
le jury qu'il a chez lui un de ses ouvrages appartenant à la 
Nation, le jury arrête qu'après l'examen des originaux ou 
copies qui sont aux Gobelins, il se transportera cher le citoyen 
Le Monnier, peintre d'histoire, et chez tous les artistes qui ont 
des tableaux devenus propriété de la Nation, ainsi que dans les 
diverses maisons où l'on peut en avoir déposé, et qu'il jugera 
si ces tableaux, sous le rapport de l'art et celui des raisons poli- 
tiques, peuvent être conservés ou rejettes. 

Sur ce, le jury sort pour procéder à la suite de l'examen des 
tableaux. 

Le jury, de retour dans la salle d'assemblée, après la discus- 
sion établie sur les tableaux soumis à son examen, arrête : 

N° 34. — Tableau représentant le départ d'Enée pen- 
dant l'embrasement de Troye, par Suvà. — Tableau rejette 
sous le rapport de l'art. 



DEVANT LE JURY DES ARTS 365 

N° 6. — Virginius prêt à poignarder sa fille, par Brenet. — 
Sujet républicain et à conserver. Tableau rejette sous le rap- 
port de Fart. 

N° 7. — Eléazar, par Berthélemi. — -Rejette sous le rapport 
des idées fanatiques. 

N° 8. — Le jeune fils de Scipion rendu à son père par 
Antiochus, par Brenet. — Sujet rejette. 

N° 9. — Herminie chez les pasteurs, par Durameau. — 
Sujet qui n'a rien de répréhensible ; rejette sous le rapport de 
l'art. 

N° 20. — Henri II décore du collier de son ordre le vicomte 
de Tavannes, par Brenet, — Rejette comme contraire aux 
idées républicaines. 

N° 22. — Fabricius refusant les présens de Pirrhus, roi 
d'Epire, par La Grenée, l'aîné. — Sujet à conserver ; tableau 
rejette sous le rapport de l'art. 

N° 23 . — Le duc de Guise le Balafré chez le président du 
Harki, par Beaufort. — Rejette sous le rapport des idées répu- 
blicaines. 

N° 28. — Agrippine portant les cendres de Germanicus, 
par Renout. — Sujet rejette sous le rapport des idées républi- 
caines. 

N° 29. — L'Aurore et Céphale, par Amédée Vanloo. ■ — 
Sujet qui n'a rien de répréhensible; tableau rejette sous le 
rapport de l'art. 

N° 30. — Mort de Calanus, philosophe indien, par Beau- 
fort. — Sujet qui ne rappelle qu'une orgueilleuse folie. 

N° 21. — Sacrifice de Noé après la sortie de l'arche, par 
TaravaL — Sujet à rejetter. 

N° 75. — Assassinat de Coligni, par Suvée. — Sujet qui 
rappelle toute l'horreur que doivent inspirer le fanatisme, 
l'intolérance et la mémoire de Charles neuf et de Catherine 
de Médicis. — Tableau à conserver sous le rapport de l'art. 

N° 56. — Neptune et Amimone, par Carie Vanloo. — 
Tableau rejette sous le rapport de l'art. 

N° 57. — Vénus aux forges de Vulcain, par Boucher. — 
Tableau rejette sous le rapport de l'art. 

N°' 53 et 54. — Jeux d'enfans, par Fien. — Sujet nul, 
rejette sous le rapport de l'art. 



366 LES MODÈLES DES GOBELINS 

N° 5 5 . — Policène arrachée des bras de sa mère, par Ména- 
geât. — Sujet à rejetter d'après les personnages qu'il retrace 
et les idées antirépublicaines qu'il rappelle. 

N° 5 1. — Manlius Torquatus condamnant son fils à la mort 
pour avoir vaincu l'ennemi centre les ordres de la République 
qui lui avait deffendu de combattre, par Berthékmi. — Sujet 
vraiment républicain. Tableau rejette sous le rapport de l'art. 

N° 50. — La mort de Priam, par Regnault. — Sujet pros- 
crit par les raisons qui ont fait rejetter Policène. 

N° 49. — Moïse sauvé des eaux, par La Grenée jeune. — 
Sujet insignifiant et tableau à rejetter sous le rapport de Tart. 

N° 48. — Tableau d'enfans, par Carie Vanloo. — Sujet nul 
et tableau à rejetter sous le rapport de l'art. 

N° 52. — Corésus et Calhiroé, par Fragonard. — Sujet à 
rejetter comme ne rappellant que des idées superstitieuses. 

N° . . . — Junon, parée de la ceinture de Vénus, vient trou- 
ver Jupiter. — Sujet agréable ; tableau sur lequel le jury ne 
peut prononcer, attendu qu'il n'est qu'ébauché. 

N° TT. — Silène barbouillé de mûres par Eglé, par Halle, 
— t- Sujet agréable. Tableau rejette sous le rapport de Fart. 

N° G 3. — Le triomphe d'Amphitrite, par Taraval. — 
Sujet dont on peut dire ce qui a été dit du précédent. Tableau 
rejette sous le rapport de l'art. 

N'' B 5. — Jeux d'enfans, par Bachelier. — Sujet agréable; 
tableau rejette sous le rapport de l'art, quoique les animaux, 
les fruits et les plantes soient bien. 

N° DD. — Le mois de juin, par Lucas. — Tableau rejette 
sous le rapport de l'art. 

N° Ci. — Travail dans l'intérieur du sérail, par Amédée 
Vanloo. — Tableau rejette sous le rapport de l'art. 

N° A 9. — Arrivée de Cléopâtre en Cilicie, par Natoire. 
— Sujet anti-républicain. 

N° E 7. Clitie, par Belle père. — Sujet agréable, rejette 
sous le rapport de l'art. 

N° C 3. — Le jugement de Salomon, par Coypel. — Tableau 
rejette sous le rapport de l'art. 

N° C 6. — Sommeil de Renaud, par Coypel. — Sujet 
agréable. Tableau rejette sous le rapport de l'art. 

N° F 5. — Le couronnement d'Esther, par de Troy. — Sujet 
rejette. 



DEVANT LE JURY DES ARTS $6j 

N° B 7. — Evanouissement d'Esther, par le même; 
mêmes raisons, même jugement. 

N° K 5 . — Le dédain de Mardochée, par le même ; mêmes 
raisons, même jugement. 

N° K 4. — Repas donné par Esther à Aman et à Assuérus, 
par le même; mêmes raisons, même jugement. 

SUITE DU PROCÈS-VERBAL 

du I" jour des sans-culotides. 

N° O O. — Jason engage sa foi à Medée,par De Troy; mêmes 
raisons, même jugement. 

N° Q. Q.. — Jason enlève la Toison d'or, par le même ; 
mêmes raisons, même jugement. 

N° Y. — Les soldats nés des dents du dragon, par le même; 
mêmes raisons, même jugement. 

N° F 2. — Jason épousant Creuse, par le même; mêmes 
raisons, même jugement. 

N° C 9 . — Fuite de Médée, par le même ; . mêmes raisons, 
même jugement. 

N° K 7. — Creuse consumée par la robe empoisonnée, par 
le même ; mêmes raisons, même jugement. 

Le jury clôt sa séance à deux heures, et s'ajourne à demain 
2^""^ jour complémentaire de la 2^™'' année de la République etc. 

Signé : Bitaubé, Boutet-Monvel. 

PROCÈS-VERBAL 

de la séance du jury des arts et manufactures aux Gobelins, 
ce 2'""^ jour des sans-culotides an 2^""^ de la République fran- 
çaise une et indivisible. 

Le jury assemblé et compétant par la réunion de huit de ses 
membres, après avoir entendu lecture du procès-verbal de la 
séance de la veille et en avoir approuvé la teneur, arrête qu'il 
va procéder par suite à l'examen des tableaux de la Manufac- 
ture soumis à son jugement. 

Le jury, de retour dans la salle d'assemblée, après la discus- 
sion sur les tableaux soumis à son examen, arrête que les 
citoyens Monvel et Legouvé, secrétaires, étant absens, le 
citoyen Vincent en accepte les fonctions par intérim. 



368 LES MODÈLES DES GOBELINS 

Psiché et T Amour sur un lit de repos 3 bandes 

Toilette de Psiché 4 bandes 

Danse de bergers et de bergères 3 bandes 

Mercure et Bacchus présidant au festin 10 bandes 

L'Amour couronné de fleurs par les Grâces ... 5 bandes 

(Histoire de Psiché, par Boulogne d'après Jules Romain.) — 

Sujets agréables et à conserver. Les tableaux (bien que très 

détériorés) conservés sous le rapport de l'art. 

G G. — La résurrection de Lazare, par Jouvenet. — Sujet 

rejette. 

B 6. Suzanne accusée devant le peuple par les vieillards, 

de Coypel. — Sujet moral; tableau rejette sous le rapport de 

l'art. 

B 2. — L'Ecole d'Athènes, d'après Raphaël; à conserver 

sous tous les rapports, bien que cette copie soit un peu faible. 
K. — Dispute du Saint Sacrement, d'après Raphaël. — 

Sujet rejette. 

A 8. — Bataille de Constantin contre Maxence, d'après 

Raphaël. — Sujet rejette. 

F. — Attila, d'après Raphaël. — Sujet rejette, 

L — Le Miracle de la Messe, d'après Raphaël. — Sujet 

rejette. 

' "J." X'incendie du Bourg arrêté par les prières du Pape, 

d'après Raphaël. — Sujet rejette. 

B. — Apparition de la croix à Constantin, d'après Raphaël. 

— Sujet rejette. 

A4. — Le couronnement de Joas, par Coypel. — Sujet 
rejette. 

A3. — La curé du cerf, par Oudri. 
F 4. — Le Relay, — 

Rendez-vous de chasse, — 

Petite curée, — 

Ces quatre tableaux représentant des chasses de Louis XV. 

— Rejettes. 

B 3 . — Roger chés Alcine, par Colin de Vermont ; fiction 
agréable; tableau rejette sous le rapport de l'art. 

B 9 . — Tableau d'ornemens pour servir d'alentour à des 
scènes de théâtre. 

Z Z. — Tableau id. id. 



DEVANT LE JURY DES ARTS 369 

P. — Tableau d'ornements pour servir d'alentour à des 
scènes de théâtre (Tableaux revêtus de signes de féodalité rejettes 
sous le rapport de l'art.) 

L L. — Martyre de sainte Cécile, d'après Le Dominicain, 

— Sujet à rejetter. 

A. 6. — Le sacrifice de Jephté, par Coypel. — Sujet rejette. 
A A. — Génies des Sciences entourant le médaillon de 
Louis XV, par Halle. — Rejette. 

Y Y. — Baptême du Christ, par Restout. — Sujet rejette. 

V V. — Destruction du palais d'Armide, par Coypel, — 
Tableau rejette sous le rapport de l'art. 

H H. — Deux Mois : Décembre et May, par Lucas. — 
Scènes champêtres, sujets à conserver. Tableaux à rejetter 
sous le rapport de l'art. 

K K. L'Hiver, par Le Brun. — Sujet et tableau à conserver. 

C C C. — Sully aux pieds de Henry IV, par Le Barbier, 

— Sujet rejette. 

V. Maison Royale en mauvais état, ornemens ; rejette sous 
tous les rapports. 

N. — Mort de Méléagre, par le cit. le Brun. — Ouvrage 
conservé sous tous les rapports. 

A C. — Départ d'Achilles, par Coypel. — Sujet qui ne 
présente rien de repréhensible. Tableau supprimé sous le rap- 
port de l'art. 

E C. — La continence de Bayard, par Duranneau, — Sujet 
moral; tableau rejette sous le rapport de l'art. 

A. 2. — Adieux d'Hector et d'Andromaque, par Coypel. 
Fragment de tableau. — Tableau supprimé sous le rapport de 
l'art. 

B. — Le Parnasse. Latonne : deux tableaux de la Galerie de 
Saint-Cloud, de Mignard. — Sujets admissibles ; tableaux à 
rejetter sous le rapport de l'art. 

A. — Fragment de tableau, présumé représentant le pas- 
sage de la Mer Rouge. — Sujet rejette; cru original du Pous- 
sin. 

Le jury clôt sa séance à deux heures et demie et s'ajourne à 
primidi Vendémiaire an 3*"^* de la République une et indivi- 
sible. 

Signé : Bitaubé et Vincent, secrétaire par intérim. 



ART FR. XIU. 



370 LES MODÈLES DES GOBELINS 



PROCÈS-VERBAL 



de la séance du jury des arts et manufactures tenue aux 
Gobelins le i" vendémiaire l'an 3^'^"^ de la République fran- 
çaise une et indivisible. 

Le jury assemblé et compétent par la réunion de neuf de 
ses membres, après avoir entendu lecture du procès-verbal de 
la veille et en avoir approuvé la teneur, arrête qu'il va pro- 
céder de suite à l'examen des tableaux de la Manufacture sou- 
mis à son jugement. 

Le jury, de retour dans la salle d'assemblée, a reçu une 
députation des citoyens ouvriers de la manufacture tendante 
à lui témoigner leur satisfaction de ses opérations et à l'en- 
gager de porter à la commission des Arts leurs vœux pour 
leur prompte organisation et leur salaire d'après le travail du 
classement ; il a arrêté qu'il appuyera leur demande auprès de 
la commission. Il passe de suite à la discussion des tableaux et 
arrête que : 

1. Donquichotte se battant contre une outre. 

2. Donquichotte conduit par la Folie. 

3. Le repas de Sancho dans l'isle de Barataria (2 bandes). 

4. Le Triomphe de Sancho Pansa. 

5. La princesse de Micomicon aux genoux de Donqui- 
chotte. 

6. La conquête de Tarmet de Mambrin. 

7. Donquichotte consultant la tête enchantée. 

8. Donquichotte servi par les dames (2 parties). 

9. Donquichotte dansant au bal de don Antonio. 

10. Chasse de Donquichotte. 

1 1 . Sancho nommé Gouverneur. •• 

12. Donquichotte blessé par le chat. 

13 . Donquichotte armé chevalier par le maître d'hôtellerie. 

14. Donquichotte suspendu à la grille de l'hôtellerie. 

15. Donquichotte étonné à la vue des enchanteurs. 

16. Rencontre de Donquichotte et de la Duchesse. 

17. Donquichotte, sujet inconnu au jury. 

18. Le Combat des marionnetes. 

19. Les noces de Gamache. 



i 



DEVANT LE JURY DES ARTS 37 î 

20. Donquichotte au château de la Prudence. 

21. Sancho à cheval sur le bât; tableaux de CoypeL 
Tous les tableaux indiqués ci-dessus^ quoique plusieurs 

offrent des détails pleins de mérite et que tous présentent un 
sujet qui, tournant la chevalerie en ridicule, les rend dignes 
d'être conservés, sont rejettes, comme peu avantageux à être 
exécutés en tapisserie parcequ'ils sont trop noirs. 

Neuf copies d'après les tableaux de Coypel tirés du roman 
de Donquichotte, rejettes sous le rapport de l'art. 

AS. — Vue de Compiègne, chasse de Louis quinze, par 
Oudry. — Sujet rejette. 

Janvier, Mars, Décembre, Novembre, par Lucas. — Sujets 
à conserver; tableaux rejettes sous le rapport de l'art. 

E. — Chasse de Méléagre, par Le Brun. — Sujet et tableau 
à conserver. 

Vision d'Ezechiel, d'après Raphaël. — Sujet à rejetter. 

E 8. — Evanouissement d'Armide au départ de Renaud, 
par Coypel. — Sujet agréable; tableau rejette sous le rapport 
de l'art. 

L. — Le jugement de Paris, par Mignard (3 parties). — 
Sujet et tableau à conserver. 

J. — L'Air (suite des Elemens), par Ch. Lebrun. — Sujet 
et tableau à conserver en supprimant les signes de la royauté. 

E 6. — Déjeuné de la Sultane, par Amédée Vanloo. — 
Sujet insignifiant ; tableau rejette sous le rapport de l'art. 

D 8. — La Cène, ipzr Jouvenet. — Sujet rejette. 

E 3. — Dispute d'Agamemnon et d'Achille, par Coypel. 
— Sujet à rejetter. 

Le Cheval rayé d'après Desportes , par Huet. — Tableau 
rejette sous le rapport de l'art. 

42. — FidéHté de Bœtis, satrape de Darius. — Sujet 
rejette. 

Amours brûlant leurs flèches, par Boucher. — Sujet insigni- 
fiant; tableau rejette sous le rapport de l'art. 

Quatre vingt-seize études d'animaux, par Boëlle. — A con- 
server sous le rapport de l'art. 

Psiché et l'Amour^ par Boucher (forme ovale). — Sujet 
agréable ; tableau à rejetter sous le rapport de l'art. 

Henry IV rencontrant Sully blessé. 



572 LES MODÈLES DES GOBELINS 

Evanouissement de la belle Gabrielle. 

Sully aux pieds d'Henry IV. 

Les adieux d'Henry IV et de Gabrielle, par Vincent. — 
Sujets à rejetter. 

Trois tableaux de scène pastorale, par Boucher, — Sujets 
agréables ; tableaux rejettes sous le rapport de l'art. 

Neptune et Amymone, par Bomber. 

Céphale et l'Aurore, — 

Vertumne et Pomone, — 

Sujets agréables ; tableaux à rejetter sous le rapport de l'art. 

Trente et un petits tableaux de Boucher , tant originaux que 
copies, représentant des Jeux d'enfans. 

Idem, quatre plus grands du même auteur. — Sujets insi- 
gnifians ; tableaux à rejetter sous le rapport de l'art. 

Sept tableaux de paysage, servant d'aggrandissement aux 
ovales de Boucher. — Rejettes sous le rapport de l'art. 

Fi. — Toilette de la Sultane, à'Amédée Van loo. — Sujet 
et tableau à rejetter. 

Athalie, Renaud, copies d'après Coypel. — Tableaux à rejet- 
ter sous le rapport de l'art. 

D 3. — Le triomphe de Marc-Antoine, par Natoire. — 
Sujet rejette. 

E 4. — Achille et Déidamie, par Halle. — Sujet agréable ; 
tableau rejette sous le rapport de l'art. 

G 7. — Evanouissement d'Esther, par Coypel ^ — Sujet à 
rejetter. 

E 9. — L'Enlèvement d'Europe, de Pierre. — Sujet 
agréable ; tableau à rejetter sous le rapport de l'art. 

G 2. — Sommeil de l'Amour, par Belle père. — Sujet 
agréable; tableau à rejetter sous le rapport de l'art. 

H 6. — Saturnales, par Callet. — Sujet à conserver comme 
favorable à l'Egalité; tableau rejette sous le rapport de l'art. 

El. — Marcel et Maillard, par Berthélemy. — Sujet à 
rejetter. 

G 2. — Aglaure, par Pierre. — Sujet immoral, et à rejet- 
ter. 

D I. — Thésée domptant le taureau, par Carie Vanloo. 
— Sujet intéressant ; tableau rejette sous le rapport de l'art. 

I. Lisez : de Troy. 



DEVANT LE JURY DES ARTS 375 

MM. — Jacab et Laban, par Coypel. — Sujet à rejetter. 
Le jury dot sa séance a 2 heures et demie, et s'ajourne le 
lendemain à l'heure ordinaire. 
Signé : Bit aube, — Le Gouvé. 

PROCÈS-VERBAL 

de la séance du jury des arts et manufactures, tenue aux 
GobeUns, ce 2'^'°* Vendémiaire, an 3'™' de la République fran- 
çaise une et indivisible. 

Le jury assemblé et compétent par la réunion de huit de 
ses membres, après avoir entendu la lecture du procès-verbal de 
la séance du i*"" vendémiaire et en avoir approuvé la teneur, 
arrête qu'il va procéder par suite à l'examen des tableaux sou- 
mis à son jugement. 

Dans l'absence du citoyen Bitaubé, président, le jury arrête 
que le citoyen Ducreux en remplira les fonctions. 

Après la discussion établie sur les tableaux que l'on vient 
d'examiner le jury arrête : 

N*" V. — Baptême de Constantin, d'après Raphaël. — Sujet 
rejette. 

N° E E. — Chasses de Louis XV, par Oudri. — Sujet 
rejette. 

N® C C. — Enée et Didon, par Coypel. — Rejette sous 
tous les rapports. 

N° T. — La pêche miraculeuse, par Jouvenet. — Sujet 
rejette. 

N° Q_. — Entrée et sortie de l'Ambassadeur Turc, par 
Parocel. — Sujet rejette. 

N° R R. — Tobie rendant la vue à son père, par Coypel. 
— Sujet rejette. 

N° A I. — Danses d'après Jules Romain, par Mignard, 
2 parties. — Conservées sous tous les rapports. 

N° — Bataille de Constantin contre Maxence, ébauché 
d'après les desseins de Le Brun. — Rejette. 

N° D 5. — Apelle et Campaspe, par Restout. — Sujet 
rejette. 

N° D 2. — La guérison des malades, par Jouvenet. — 
Sujet rejette. 



374 LES MODÈLES DES GOBELINS 

N° D 4. — Le repas du Pharisien, par Jouvenet. — Sujet 
rejette. 

N° X. — Passage du Rhin, par Vandertneulen, ébauche. — 
Sujet rejette. 

N° II. — Orphée aux enfers, par Restout. — Sujet à con- 
server ; tableau rejette sous le rapport de l'art. 

N° S. — L'Age d'or, de Trémoilière, fini par Cohel. — Sujet 
à conserver; tableau rejette sous le rapport de l'art. 

N° C. — Présentation du plan des invalides à Louis qua- 
torze. 

Baptême du Duc de Bourgogne, par Dieu. — Sujets rejet- 
tés. 

N° B 8. — Conquettes de Louis quatorze : Siège de Cam- 
brai, copie ébauche d'après Vandertneulen. — Sujet rejette. 

N° O. — Passage du Rhin, copie de Martin, d'après Van- 
dertneulen* — Sujet rejette. 

N** J J. — Mariage du duc de Bourgogne, par Dieu. 

Naissance du Duc de Bourgogne, par le même. — Sujets 
rejettes. 

' N^ X X. — Présentation du plan de Carthage à Didon, 
par Restout. — Sujet rejette. 

N** F F. — Lavement des , pieds, par Restout. — Sujet 
rejette. 

N° P P. — Passage du Rhin, ébauche originale par Van- 
dertneulen. — Sujet rejette. 

N** S S. — Psiché abandonnée par l'Amour, par Belle père, 
d'après Coypel. — Sujet agréable ; tableau rejette sous le rap- 
port de l'art. 

N° V V. — Sacrifice d'Iphigénie, par Coypel. — Sujet 
rejette. 

N° Z. — Les vendeurs chassés du temple, par Jouvenet. 
— Sujet rejette. 

N° C 8. — Joseph reconnu par ses frères. 

L'histoire de Joseph paraissant susceptible de fournir à la 
peinture des sujets heureux et quelquefois moraux, le jury 
présume que les artistes peuvent être autorisés à la traiter 
dans ses détails. — Tableau rejette sous le rapport de l'art. 

N° R. — Le Repas de Cléopâtre et de Marc- Antoine, par 
Natoire. — Sujet rejette. 



DEVANT LE JURY DES ARTS 37$ 

N° N N. — Hyppomene et Attalante, par HalU, — Sujet 
agréable. Tableau rejette sous le rapport de l'art. 

N° — La mort de Léonard de Vinci, par Ménageot, — Sujet 
rejette. 

N° A. — Louis quatorze à l'Observatoire, par Testelin, 

Le Doge de Venise devant Louis quatorze, par Halle père. 
— Sujets rejettes. 

N° P P. — La sortie du gouverneur, copie d'après Van- 
dermeulen, — Sujet rejette. 

Vision de Constantin, 3 parties. — Sujet rejette. 

Le miracle de la messe, d'après Raphaël -y six bandes. — 
Sujet rejette. 

Le Parnasse, d'après Raphaël. — Sujet à conserver et copie 
préférable à celle précédemment employée. 

Après avoir examiné tous les tableaux pour meubles, les 
divers genres de bordures, alentours, ornemens et fleurs, 
esquisses et projets également pour meubles par difFérens 
artistes, le jury arrête qu'ils seront tous rejettes comme de 
mauvais goût. 

Le jury clôt sa séance à deux heures et s'ajourne à demain, 
^eme Vendémiaire an 3* de la République française une et 
indivisible. 

Signé : Ducreux, président par intérim, Boutet-Monvel, 
Le Gouvè. 

PROCÈS-VERBAL 

de la séance du jury des arts et manufactures tenue aux 
Gobelins ce y^^ Vendémiaire, an 3*°** de la République etc. 

Le jury assemblé et compétent par la réunion de neuf de ses 
membres, après avoir entendu la lecture du procès-verbal de la 
séance de la veille et en avoir approuvé la teneur, arrête qu'il 
va procéder par suite à l'examen des tableaux soumis à son 
jugement. 

Le jury, de retour dans la salle d'assemblée, après la discus- 
sion établie sur les objets soumis à son examen, arrête ce qui 
suit : 

S^ Grégoire, copie d'après le Carrache. — Sujet rejette. 

Allégorie destinée à meubler le palais de justice. Petite 
pièce. — Minerve couvre la France de son bouclier et lui pré- 



376 LES MODÈLES DES GOBELINS 

sente le Génie de la Justice tenant d'une main Tépée et de 
l'autre le niveau. Il foule aux pieds les signes de la tirannie et 
les ordres abolis, par Belle père. 

Moyenne pièce. — La France inspirée et dirigée par le Génie 
de la Démocratie, reçoit des mains de Minerve le code des loix 
républicaines, basées sur les droits imprescriptibles de l'homme, 
desquelles la nature présente les tables. Le peuple français, 
représenté par un jeune guerrier, applaudit aux nouvelles loix 
et étouffe un loup qu'il a terrassé; emblème de la cruauté des 
conjurés et des tirans. Un Génie tient le faisceau de l'union et 
le drapeau national. L'histoire écrit sur les annales de la répu- 
blique les époques glorieuses de la Révolution. La Vigilance 
foule aux pieds la figure de l'Envie, par Belle père. 

Grande pièce. — Minerve, assise aux pieds de la statue de 
la Loi, remet à Hercule, emblème de la force du peuple, le 
décret qui abolit les vices de l'ancien gouvernement, repré- 
senté par les Harpies. A l'aspect de la Loi, les Vices prennent 
la fuite et les Vertus viennent les remplacer. La Renommée 
publie la régénération de la France en proclamant les droits 
de l'homme et la constitution démocratique. Partout la figure 
de Minerve indique la Convention Nationale, par Belle père. 

Les tableaux ne sont point achevés; les sujets allégoriques 
et à la gloire de la Nation sont acceptés. 

Le lavement des pieds, copie de Michel Vanloo d'après le 
Mucian. — Sujet à rejetter. 

Projet d'alentours, esquisse représentant Zephire et Flore, 
avec des ornemens dans le genre arabesque. — A conserver. 

Arabesques d'après les desseins de Raphaël, 38 bandes, en 
très mauvais état, et dont il est impossible de se servir à raison 
de leur vétusté. 

Le Printems, par Mignard, 3 parties, très détérioré. — Le 
sujet accepté. Beau tableau. 

L'Eté, par Mignard, 3 parties, même état. — Sujet accepté. 

N° D 6. — Roxane et Attalide, scène de Bajazet, par Coypel. 
— Sujet rejette. 

N° G 4. — Psiché abandonnée par l'Amour, de Coypel. — 
Sujet agréable. Tableau rejette sous le rapport de l'art. 

N° D 9. — Hercule ramenant Alceste à Admète, son 
épouse, par Coypel. — Sujet rejette. 



DEVANT LE JURY DES ARTS 377 

N" B I . — Rodogune et Cléopâtre, scène de théâtre, par 
Coypeî. — Sujet rejette. 

Dix signes du Zodiaque et figures grandes comme nature, 
plus 3 autres figures détachées. — Sujets à conserver. Tableaux 
détériorés. 

Fragmens de la tenture dite Maisons Royales : loi bandes, 
presque détruites. 

Bataille de Constantin, d'après Raphaël, lo bandes. — Sujet 
rejette. 

Le Triomphe d'Alexandre, copie d'après Le Brun, huit 
bandes. — Sujet rejette. 

Fragmens de l'histoire de Louis Quatorze. Copie d'après 
Vandermeulen, 113 bandes. — Sujet rejette. 

L'élément de l'Eau, copie d'après Le Brun, 13 bandes. — 
Hors d'état de servir. 

La Terre, idem. 

Grouppe d'enfans, fragment du mariage d'Alexandre, idem. 

L'Automne, d'après Le Brun, idem. 

Mariage de Constantin, par Corneille, 10 bandes. — idem. 

Divers sujets, copies d'après Le Poussin, 36 bandes. — idem. 

Batailles, copies d'après Le Brun, 30 bandes. — idem. 

Grande tenture des Indes, copie d'après Desportes, 15 bandes. 
— idem. 

Bacchus et Ariane, de Coypel, 7 bandes. — idem. 

Fragmens de tableaux, par Lucas, 3 bandes. — idem. 

Canapé complet, 4 morceaux; rejette. 

Grandes portières, 3 bandes; rejette. 

L'Eté, par Le Brun, 2 bandes; rejette. 

Trois copies de l'histoire de S^^ Cécile, d'après le Domini- 
cain. — rejette. 

Les Enfans jardiniers, copie d'après le Brun, 25 bandes. — 
rejette. 

Fragment de tableau, d'après Le Brun ; hors d'état de servir. 

Bataille de Constantin, d'après Raphaël, 9 bandes. — Sujet 
rejette. 

Le Feu, d'après Le Brun, 2 bandes. — Hors d'état de servir. 

Renaud et Armide, par Coypel, une bande. — idem. 

Apollon et Hyacinthe, par Coypel^ une bande. — rejette. 

Ecole d'Athènes, d'après Raphaël, 6 bandes. — Sujet à 
conserver; tableau hors d'état de servir. 



378 LES MODÈLES DES GOBELINS 

Portrait en pied d'un doge de Gênes. — rejette. 

L'Automne, par Mignard, 4 parties. — détérioré. 

Melpomène, d'après Le Brun. — détérioré. 

Le Printems, d'après I^ Brun, 8 bandes. — détérioré. 

Pigmalion, par Restout, 4 bandes. — Sujet à conserver. 
Tableau rejette sous le rapport de l'art. 

La famille de Darius, d'après Le Brun, 3 bandes. — Sujet 
rejette. 

Portières et autres fragmens, 7 bandes. — Détériorés. 

L'Hiver, par Mignard; hors d'état de servir. 

Fragmens de copies d'après Raphaël, 2 bandes. — Détérioré. 

L'Air, d'après Le Brun, 6 bandes. — Détérioré. 

Vertumne et Pomone, par Boulogne, 3 bandes. — Dété- 
rioré. 

Attributs de la Justice, deux figures, copies d'après Le Brun. 
— Hors d'état de servir. 

Fragmens du Baptême de Constantin, d'après Raphaël, 
4 bandes. — Idem. Sujet rejette. 

La Conversion de Saint Paul, d'après le Cortone. — Sujet 
rejette. 

Quantité de fragmens de tableaux, de portières, dites des 
Dieux, alentours en arabesques, Muses &c. le tout non compté 
et dans le plus mauvais état possible. 

Le jury, ayant fini l'examen total des tableaux destinés à être 
copiés dans la Manufacture des Gobelins et qui lui ont été pré- 
sentés, clôt sa séance et s'ajourne à demain. 

Signé : Bitaubé, Boutet-Monvel et Le Couvé. 

PROCÈS-VERBAL 

de la séance du jury des arts et manufactures tenue aux 
Gobelins le 4 vendémiaire an IIL 

Le jury assemblé et compétent par la réunion de tous ses 
membres, après avoir entendu lecture du procès-verbal de la 
séance de la veille et en avoir approuvé la teneur, arrête qu'il 
va procéder à la révision des procès-verbaux relatifs à la conti- 
nuation de l'examen des tableaux originaux ou copies appar- 
tenant à la manufacture des GobeHns. -'">i 

La révision faite desdits procès-verbaux, le jury en arrête la 
teneur. 



DEVANT LE JURY DES ARTS 379 

Le jury dot sa séance à deux heures un quart et s'ajourne 
au septidi prochain à la manufacture de la Savonnerie, à 
rheure accoutumée. 

Signé : Bitaubé, Legouvé, Boutet-Monvel. 



IV 

Relevé des tableaux que le Jury des Arts et Manufactures a adoptés 
pour être exécutés en tapisserie. 

Le Chasseur ^ 

Les Pêcheurs'. 

Le Parnasse. 

Les Taureaux % par Desportes, 

Le Combat des Animaux ^ . 

L'Indienne sur le hamac ^ 

La pièce du chameau ^ . 

Le Cheval rayé^ 

L'Éléphant ^ 

La Mort de Socrate^, n° 59. 

Le combat des Romains et des Sabines, n° 40. 

Fêtes à Paies, de Suvée^ n° 33. 

Assassinat de Coligni, n^ 75. 

Psiché et l'Amour sur un lit de repos, 3 bandes. 

Toilette de Psiché, 4 bandes. 

Danse de Bergers et bergères, 3 bandes. 

Mercure et Bacchus présidents (sic^ au festin^ 10 bandes. 

L'Amour couronné de fleurs par les Grâces, 5 bandes. 

L'École d'Athènes, d'après Raphaël, B. 2. 

L'Hiver, par Mignard, KK. 

Mort de Méléagre, par Le Brun, N. 

Chasse de Méléagre, par Le Brun, E. 

Le Jugement de Paris, 3 parties, par Mignard, L. 

L'Air, suite des Élémens, par Le Brun, J, 

96 Études d'Animaux, par Boelle. 

Danses, d'après Jules Romain, par Mignard, 2 parties. 

X. De François Desportes. Ces tableaux appartiennent à la tenture des Indes. 
2. Par Louis David, comme le suivant. 



380 LES MODÈLES DES GOBELINS 

Le Parnasse, d'après Raphaël, copie préférable à celle déjà 
employée. 

Projet d'alentours, esquisse représentant Zéphire et Flore, 
avec des ornemens dans le genre arabesque. 

Dix signes du Zodiaque et figures grandes comme nature ; 
plus, trois autres figures détachées ; tableaux détériorés. 

Allégorie destinée à meubler le palais de justice : 

Petite pièce. — Minerve couvre la France de son bouclier 
et lui présente le Génie de la Justice, tenant d'une main l'épée, 
et, de l'autre, le niveau. Il foule aux pieds les signes de la 
tirannie et les ordres abolis. 

Moyenne pièce. — La France, inspirée et dirigée par le 
Génie de la Démocratie, reçoit des mains de Minerve le code 
des loix républicaines basées sur les droits imprescriptibles de 
l'homme, desquelles la nature présente les tables. Le peuple 
français, représenté par un jeune guerrier, applaudit aux nou- 
velles loix et étouffe un loup qu'il a terrassé, emblème de la 
cruauté des conjurés et des tirans. Un Génie tient le faisseau 
de Tunion et le drapeau national. L'Histoire écrit sur les 
annales de la République les époques glorieuses de la Révolu- 
tion. La Vigilance foule aux pieds la figure de l'Envie. 

Grande pièce. — Minerve, assise aux pieds de la statue de 
la Loi, remet à Hercule, emblème de la force du peuple, le 
décret qui abolit les vices de l'ancien gouvernement représenté 
par les Harpies. A l'aspect de la Loi, les Vices prennent la 
fuite et les Vertus viennent les remplacer. La Renommée pubUe 
la régénération de la France en proclamant les droits de 
l'homme et la constitution démocratique. 

Partout la figure de Minerve indique la Convention Natio- 
nale. 

Les tableaux ne sont point achevés; les sujets allégoriques 
et à la gloire de la Nation sont acceptés. 

La Reconnoissance d'Oreste et d'Iphigénie (n° 63). 

Zeuxis à Cortone. 

Brutus. 

Le Serment des Horaces. 

Le Serment républicain. 

La liberté ou la mort. 



DEVANT LE JURY DES ARTS jSl 



Relevé des tableaux que le Jury des Arts et Manufactures a décidé 
ne devoir pas être exécutés en tapisseries. 

Dom Quichote servi par les Dames. 

La Tête enchantée. 

Le Siège de Calais. 

Léda. 

Diane et Calisto. 

Héliodore chassé du temple. 

La reprise de Paris. 

La toilette d'Esther. 

La robe empoisonnée. 

Les Pêcheurs, par Boucher. 

La Diseuse de bonne aventure. 

Vénus sur les eaux. 

Vénus aux forges de Vulcain. 

Jason domptant les taureaux. 

Sacrifice à Gérés. 

Le courage des femmes de Sparte. 

L'Automne, par Lagrenée le jeune. 

L'enlèvement de Proserpine. 

Aminte, par Boucher. 

Le repas d'Assuérus. 

Le triomphe de Mardoché. 

La musique des bergers, copie par Boulogne. 

Bain de Psiché. 

Danse des Nymphes. 

Henri IV laissant entrer des vivres. 

La mort de Duguesclin. 

Une musique des Bergers. 

Bacchus consolant Ariane. 

Le bal de Roland. 

Cyanipe, roi de Siracuse (n° 71). 

Méléagre ( n° 69). 

La Mort de Sénèque (n° 68). 

Le départ de l'Ange de chez Tobie (n** 67). 

Caïus Furius (n° 11). 



382 LES MODÈLES DES GOBELINS 

Arrie et Pétus (n° 65). 
Arrestation du Président Mole (n° i). 
Cléobis et Biton (n° 3). 
Hercule enfant (n° 2). 
Générosité des dames romaines (n° 70). 
Mathatias tuant des impies (n° 64). 
Les Génies des Arts (n° 10). 
Alexandre consultant l'oracle d'Apollon (n** 24). 
Alceste mourante (n° 58). 
Le Printemps, par Amédée Van loo (n° 4). 
La piété de Fabius Dorso (n° 5). 
Astianax arraché des bras d'Andromaque (n° 12). 
Cimon l'Athénien ouvrant ses jardins au peuple (n° 15). 
Alexandre consolant la famille de Darius (n° 37). 
Combat de Mars et Diomède (n° 41). 
EmiUe justifiée dans le temple des Vestales, Suvée (n° 35). 
Briséis emmenée de la tente d'Achille, Vien (n° 46). 
Combat au ceste d'Antelle et de Darès (n^* i). 
Métellus sauvé par son fils (n° 13). 
Popilius et Antiochus Epiphanes (n° 14). 
La mort de Bayard (n° 18). 
La fermeté de Jubelius Taurea (n° 19). 
Le corps d'Hector ramené par Priam (n° 38). 
Le départ de Priam (n° 39). 

Combat des Grecs et Troyens sur le corps de Patrocle 
(n° 16). 

Courage de Porcia (n° GC). 

Les adieux d'Hector et d'Andromaque (n° 62). 

Achille secouru par Vulcain (n° 61). 

La veuve du Malabar, Lagrenée (n° 60). 

Junon empruntant à Vénus sa ceinture, Belle père (n° 72). 

Départ de Régulus (n° 17). 

Priam aux pieds d'Achille (n° 46). 

Ulisse chez Circé (n° 44). 

Cléopâtre au tombeau de Marc- Antoine, Ménageât (n° 43). 

Achille tramant le corps d'Hector, Vien (n° 45). 

Albinus offrant son char aux Vestales (n° 27). 

Serment de Ménélas et de Paris (n'* 26). 

Télémaque et Mentor dans l'isle de Calipso (n** 25). 



i 



DEVANT LE JURY DES ARTS 38} 

Le frappement du rocher (n° 32). 

Le vœu de Jephté (n° 31). 

Le départ d'Enée pendant l'embrasement de Troie (n° 34). 

Virginius prêt à poignarder sa fille (n° 6). 

Eléazar (n° 7). 

Le jeune fils de Scipion rendu à sa mère (n° 8). 

Herminie chez les pasteurs (n° 9). 

Henri II décoré du collier de son ordre (n° 20). 

Fabricius refusant les présens de Pirrhus (n° 22). 

Le duc de Guise, le Balafré, chez le président de Harlai 
(no 23). 

Agrippine portant les cendres de Germanicus (n° 28). 

L'Aurore et Céphale, par Amédée Van Loo (n° 29). 

Mort de Calanus, philosophe indien (n° 30). 

Sacrifice de Noé (n° 21). 

Neptune et Amimone (n° 56). 

Vénus aux forges de Vulcain (n° 57). 

Jeux d'enfans, par Vien (n°' 53 et 54). 

Polixène arrachée des bras de sa mère, par Ménageât (n° 55). 

Manlius Torquatus condamnant son fils à la mort, par Ber- 
thélemy (n° 51). 

Mort de Priam, par Regnault (n° 50). 

Moïse sauvé des eaux (n° 49). 

Tableau d'enfans, par Carie Vanloo (n° 48). 

Corésus et Calhiroé, Fragonard (n° 52). 

Silène barbouillé de mûres, par Eglé, Halle (n° 44). 

Le triomphe d'Amphitrite, Taraval (n° 93). 

Jeux d'enfans, par Bachelier (n° B 5). 

Le mois de juin, par Lucas (n° DD). 

Travail de l'intérieur du sérail, AmSée Vanloo (n° G i). 

Arrivée de Cléopâtre en Cilicie, Natoire (n" A 9). 

Clitie, Belle père (n^ E 7). 

Le jugement de Salomon (n° G 3). 

Sommeil de Renaud (n° G 6). 

Le Gouronnement d'Esther, de Troy (n° F 5). 

Evanouissement d'Esther (n° B 7). 

Le dédain de Mardochée (n° K 5). 

Repas donné par Esther à Aman (n° K 4). 

Jason engage sa foi à Médée (n° O O) 



384 LES MODÈLES DES GOBELINS 

Jason enlève la toison d'or (n° QQ.). 

Les soldats nés des dents du dragon (n** Y). 

Jason épousant Creuse (n° F 2). 

Fuite de Médée (n° C 9). 

Creuse consumée par la robe empoisonnée (n° K 7). 

La résurrection de Lazare (G G). 

Suzanne accusée devant le peuple par les vieillards (B 6). 

Dispute du Saint Sacrement (K). 

Bataille de Constantin contre Mayence (A 8). 

Attila, d'après Raphaël (F). 

Le Miracle de la Messe (I). 

L'Incendie du Bourg arrêté parles prières du pape (J). 

Apparition de la croix à Constantin (B). 

Le couronnement de Joas (A 4). 

La curée du cerf (A3). 

Le relay (F 4). 

Rendez-vous de chasse (Idem). 

Petite curée (Idem). 

Roger chez Alcine (B 3). 

Tableau d'ornemens pour servir d'alentour à des scènes de 
théâtre (B 9). 

Tableau idem (Z Z). 

Tableau idem (P). 

Martyre de S" Cécile, d'après le Dominique (LL). 

Le Sacrifice de Jephté (A 6). 

Génies des Sciences entourant le médaillon de Louis XV 
(AA). 

Baptême du Christ (YY). 

Destruction du palais d'Armide (VV). 

Deux mois : Décembre et Mai (H H). 

Sully aux pieds de Henri IV, Le Barbier (CCC). 

Maison royale, en mauvais état (V). 

Départ d'Achille, Du Rameau (AC). 

La continence de Bayard, Du Rameau (E C). 

Adieux d'Hector et d'Andromaque, Fien (A 2) . 

Le Parnasse; Latone : deux tableaux de la galerie de Saint- 
Cloud (B). 

Fragment de tableau, présumé représenter le passage de la 
mer Rouge (A). 



DEVANT LE JURY DES ARTS 385 

1 . Dom Quichotte se battant contre une outre, CoypeL 

2. Dom Quichotte conduit par la Folie. 

3 . Le repas de Sancho dans l'isle de Barataria. 

4. Le triomphe de Sancho Pansa. 

5. La princesse Micomicon aux genoux de Dom Quichotte. 

6. La conquête de l'armet de Maubrin. 

7. Dom Quichotte consultant la tête enchantée. 

8. Dom Quichotte servi par les Dames, 2 parties. 

9. Dom Quichotte dansant au bal d'Antonio. 

10. Chasse de Don Quichotte. 

1 1 . Sancho nommé gouverneur. 

12. Don Quichotte blessé parle chat. 

1 3 . Don Quichotte armé chevalier par le maître d'hôtelle- 
rie. 

14. Don Quichotte suspendu à la grille de l'hôtellerie. 

15. Don Quichotte étonné à la vue des enchanteurs. 

16. Rencontre de Don Quichotte et de la Duchesse. 

17. Don Quichotte, sujet inconnu au jury. 

18. Le Combat des marionnetes. 

19. Les Noces de Gamache. 

20. Don Quichotte au château de la Prudence. 

21. Sancho à cheval sur le bas (sic). 

Neuf copies d'après les tableaux de Coypel tirés du roman 
de Dom Quichotte. 
Vue de Compiègne, chasse de Louis quinze (A S). 
Janvier, Mars, Décembre, Novembre (M D). 
Vision d'Ezéchiel, d'après Raphaël. 
L'Evanouissement d'Armide ou départ de Renaud (E 8). 
Déjeuner de la Sultane, Amédée Van loo (E 6). 
La Cène, par Jouvenet (D 8). 
Dispute d'Agamemnon et d'Achille (E 3). 
Le cheval rayé, d'après Desportes, par Huet. 
Fidélité de Boetis, satrape de Darius (n° 42). 
Amours brûlant leurs flèches, par Boucher. 
Psiché et l'Amour, par Boucher, forme ovale. 
Henry IV rencontrant Sully blessé, Vincent. 
Evanouissement de la belle Gabrielle, idem, 
Sully aux pieds d'Henry IV, idem. 
Les adieux d'Henry IV et de Gabrielle, idem. 

Art pk. xm. %% 



386 LES MODÈLES DÉS GOBELINS 

Trois tableaux de scènes pastorales, par Boucher. 
Neptune et Amimone. 
Céphale et l'Aurore. 
Neptune ^ et Pomone. 

Trente-un tableaux de Boucher, tant originaux que copies, 
représentans des Jeux d'enfans. 

Idem, quatre plus grands du même auteur. 

Sept tableaux de paysage sei-vant d'agrandissement aux 
ovales de Boucher, 

Toilette de la Sultane, d'Amédée Van loo (F i). 

Athalie, copie d'après Coypel. 

Renaud, idem. 

Le triomphe de Marc Antoine (D 3) 

Achille et Déidamie, ^^r Halle CE 4). 

Evanouissement d'Esther, par Coypel (O 7). 

L'Enlèvement d'Europe, Pierre (E 9). 

Sommeil de l'Amour (C 2). 

Saturnales, par Callet (H 6). 

Marcel et Maillard, Berthelemy (E i). 

Aglaure, par Pierre (G 2). 

Thésée domptant le taureau, par Carie Van loo^ (D i). 

Jacob et Laban (M M). 

Baptême de Constantin, d'après Raphaël (V). 

Chasses de Louis XV, par Oudri (E E). 

Enée et Didon, par Coypel (C C). 

La pêche miraculeuse (F). 

Entrée et sortie de l'ambassadeur Turc (Q). 

Tobie rendant la vue à son père (R R). 

Bataille de Constantin contre Maxence, ébauche d'après les 
desseins de Le Brun. 

Apelle et Campaspe, par Restout (D 5). 

La guérison des malades (D 2). 

Le repas du Pharisien (D 4). 

Passage du Rhin, par Vander Meulen, ébauche (X). 

Orphée aux enfers, par Restout (n° 1 1). 

L'âge d'or, de Tremoilière, fini par Cobel (S). 

Présentation du plan des InvaUdes à Louis XIV (C). 

1. Lisez : Vertumne. 

2. Lisez de Troy. 



DEVANT LE JURY DES ARTS 387 

Baptême du duc de Bourgogne. 

Conquêtes de Louis XIV : Siège de Cambrai, copie ébau- 
chée d'après Fan der Meiden (B 8). 

Passage du Rhin, copie de Martin d'après Fan der Meulen 
(O). 

Mariage du duc de Bourgogne, par Dieu (J J). 

Naissance du duc de Bourgogne, par le même. 

Présentation du plan de Carthage à Didon (X X). 

Lavement des pieds, par Restout (FF). 

Passage du Rhin, ébauche originale par Fan der Meulen 

(pp). 

Psiché abandonnée par l'Amour (SS). 

Sacrifice d'Iphigénie, par Coipel (VV). 

Les vendeurs chassés du temple (Z). 

Joseph reconnu par ses frères (C 8). 

Le repas de Cléopâtre et de Marc- Antoine (R). 

Hippomène et Attalante (NN). 

La mort de Léonard de Vinci. 

Louis XIV à l'Observatoire (X). 

Le doge de Venise devant Louis XIV. 

La sortie du gouverneur, copie d'après Fan der Meulen 

(PP). 

Vision de Constantin, 3 parties. 

Le miracle de la Messe, d'après Raphaël. 

Tous les tableaux pour meubles, les divers genres de bor- 
dures, alentours, ornemens et fleurs, esquisses et projets 
également pour meubles, par différens artistes, tous rejettes 
comme de mauvais goût. 

S' Grégoire, copie d'après le Carrache. 

Le lavement des pieds, copie de Michel Fan loo, d'après le 
Mucian. 

Arabesques d'après les desseins de Raphaël; 38 bandes en 
très mauvais état et dont il est impossible de se servir en rai- 
son de leur vétusté. 

Le Printems, par Mignard ; 3 parties, très détérioré ; le 
sujet accepté. 

Roxane et Attalide, scène de Bajazet (DC). 

Psiché abandonnée par l'Amour (C 4). 

Hercule ramenant Alceste et Admède, son épouse (sic) 
(D9). 



388 LES MODÈLES DES GOBELINS 

Rodogune et Cléopâtre, scène de théâtre. 

Fragments de la tenture dite Maisons Royales, ici bandes 
presque détruites. 

Bataille de Constantin, d'après Raphaël ^ 10 bandes. 

Le triomphe d'Alexandre, copie d'après Le Bnm; huit 
bandes. 

Fragmens de l'Histoire de Louis XIV, copie d'après Van àer 
Meulen; 113 bandes. 

L'Elément de l'Eau, copie d'après Le Brun; 13 bandes hors 
d'état de servir. 

La Terre, idem. 

Grouppe d'enfans, fragment du Mariage d'Alexandre, idem. 

L'Automne, d'après Le Brun, idem. 

Mariage de Constantin, par Corneille, idem; 10 bandes. 

Divers sujets, copies d'après le Poussin; ^6 bandes, idem. 

Batailles d'après Le Brun; 30 bandes idem. 

Grande tenture des Indes, copies d'après Desportes; 15 
bandes idem. 

Bacchus et Ariane de Coypel; 7 bandes idem. 

Fragmens de tableaux par Lucas; 3 bandes idem. 

Canapé complet, 4 morceaux, rejette. 

Grandes portières, 3 bandes. 

L'Été, par Le Brun; 2 bandes. 

2 copies de l'Histoire de sainte Cécile, d'après le Domini- 
quin. 

Les Enfants jardiniers, copie d'après Le Brun; 25 bandes. 

Fragment de tableau, d'après Le Brun, hors d'état de servir. 

Bataille de Constantin, d'après Raphaël; 9 bandes. 

Le Feu, d'après Le Brun, hors d'état de servir; 2 bandes. 

Renaud et Armide, idem, i bande. 

Apollon et Hiacinthe, i bande. 

École d'Athènes, d'après Raphaël; 6 bandes hors d'état de 
servir. 

Portrait en pied d'un doge de Gênes. 

L'Automne, par Mignard, 4 parties, détérioré. 

Melpomène, d'après Le Brun, détérioré. 

Le Printems, d'après Le Brun, 8 bandes, détérioré. 

Pigmalion, par Restout, 4 bandes. 

La famille de Darius, d'après Le Brun, 3 bandes. 



DEVANT LE JURY DES ARTS 389 

Portières et autres fragmens; 7 bandes détériorées. 

L'Hiver, par Mignard, détérioré. 

Fragmens de copies d'après Raphaël, 2 bandes détérioré. 

L'Air, d'après Le Brun, détérioré. 

Vertumne et Pomone, par Boulogne, 3 bandes, détérioré. 

Attributs de la Justice, deux figures, copies d'après Le Brun; 
hors d'état de servir. 

Fragmens du Baptême de Constantin, d'après Raphaël, 
4 bandes. 

La Conversion de S* Paul, d'après le Cortone. 

Quantité de fragmens de tableaux, de portières dites des 
Dieux, alentours en arabesques, Muses, etc.* ; le tout non 
compté et dans le plus mauvais état possible. 

Le Printems de Callet, 

Fête à Bacchus. 



TABLE 
ANALYTIQ.UE ET RAISONNÉE 

DE LA dUATORZIÈME ANNÉE 
1897 



SIGNES ET ABREVIATIONS 

A. signifie Architecte. — Aq., Aquarelliste. — Art. dr., Artiste drama- 
tique. — Art. lyr., Artiste lyrique. — Aut. dr., Auteur dramatique. — 
Br., Brodeur. — Carie, Caricaturiste. — Cér., Céramiste. — Cis., Cise- 
leur. — Comp., Compositeur. — Dess., Dessinateur. — Éd., Éditeur. — 
Ém., Émailleur. — Fond., Fondeur. — G., Graveur. — Gr. en méd., 
Graveur en médailles. — Hist., Historien. — Imp., Imprimeur — Ing., 
Ingénieur. — Jo., Joaillier. — Lap., Lapidaire. — Lith., Lithographe. — 
Litt., Littérateur. — Méd., Médailleur. — Men. éb., Menuisier ébéniste. 
— Mod., Modeleur. — Mon., Monnayeur. — Mos., Mosaïste. — Orf., 
Orfèvre. — P., Peintre. — P. sur porcel.. Peintre sur porcelaine. — P. 
verr.. Peintre verrier. — Phot., Photographe. — Se, Sculpteur. — Se. 
orn.. Sculpteur ornemaniste. — Stuc, Stucateur. — Tap., Tapissier. — 
Verr., Verrier. 

Le mot Bibliûgr. indique un article bibliographique spécial ou une men- 
tion d'ouvrage. 

Un astérique (*) précède les noms de lieux. 

ABÉLARD — AIZELIN 

Abélard (Pierre), philosophe, 215. Adam (Lucie-Sébastienne), se, 276. 

About (Edmond), litt. 124-125, Adam, tap., 89. 

Aboviile (comte d'), pair de France, Adam aîné (Famille), 335. 

230. Adam (Famille Martial), 337. 

Aboviile (le vicomte d') 230. Adam-Salomon (A.-S.), se, 103- 
Abrantès (la duchesse d'), écrivain, 104, 238, 276-277. 

245. Adhémar, mathématicien, 27$. 

Achard (Amédée), romancier, 163. Adieu (Dernier), 348. 

Achard (P. -F.), art. lyr., 252. Agathe (sainte), 344. 

Achard (Victor), 252. Agiout (Antonino d'), se, 104. 

Actes d'état civil des tapissiers des Agoult (la comtesse d'), dite Daniel 

Gobelins, 1-60. Stern, écrivain, 117-118. 

Adam (Adolphe-Ch.), comp., 249. Aguado (le marquis d'), 201. 

Adam (Ed.), homme politique, 187. Aizelin (E.-A.), se, 104, 277. 



J92 ALAIN - 

Alain, aux Menus-plaisîrs, 85. 

Albon (l'Homme d'), capitaine, 85. 

Alboni (Maria-Anna-Marzia, com- 
tesse), puis M>»e Ziéger, canta- 
trice, 167. 

Albuféra (duc d'). Voy. Suchet. 

Aldrophe (A.), a., 184. 

Aleppé, à la manufacture de Sèvres, 
86. 

Alexandre (Adélaïde), 250. 

Alexandre, aux Menus-plaisirs, 85. 

Alexis (saint), 1 1 1 . 

Aligny (Caruelle d'), p., 301. 

Allan-Kardec (Hippolyte-Léon-De- 
nizard Rivail, dit), spirite, 114. 

Allar (André-Joseph), se, 104. 

Allasseur (Adélaïde-Thérèse), 238. 

Allasseur (Jean-Jules), se, 238. 

Allemagne (1'). Voy. France. 

AUéon (Eugénie). Voy. Delabrierre. 

AUiaud (Jean-Baptiste), se, lOS- 

AUié(A.), docteur médecin, 525. 

Allier (A.-J.-F.), député, 277. 

Allier (Antoine), se, 105, 277. 

Alliés. Voy. Gidoin. 

Alliot(J.-B. et F.;F.), médecins, 36. 

Allouard(Henri-Ém.),se, 105,277. 

Allouis (Pauline-L.-S.), 321. 

Alphand (J.-C.-A.), ing., 124. 

Amaury-Duval (Charles- Alexandre- 
Amaury, dit), de l'Institut, 272. 

Ame(l'), 181. 

Amiens (Louis), avocat, 53. 

Amitié (1'), 173, 1Q5. 

Amoros (le colonel), 329. 

Amoureux (Charles), chapelier, 
126. 

Amours des dieux, 1 5 . 

Ampère (André), physicien, 257. 

Ampère (J.-J.-A.), litt., 257. 

Amussat (J.-Z.), chirurgien, 109. 

André (saint), 335, 342. 

Andrée (Claude d'), bourgeois de 
Lyon, 22. 

Andrée-Bourdict (Anne d*), 22. 

Andrianoff (Hélène), ni. 

Anfrie (Charles), se, 105, 106. 

Ange. — annonçant la résurrection 
aux saintes femmes ; — pleurant 
sur un tombeau, 267; — de la 
mort, 338. 

Angers, Bibliothèque, 93. 

Anglure. Voy. Brau d'Anglure. 

Angot(C.-A. Cagnon, M^e), 218. 



AUTRAN 

Anguier (Guillaume), se, 6. 

Anguier (Guillaume), p., 47. 

Anjubault (Aug.), mécanicien, 178. 

Appel, imp. lith., 336-337. 

Arago (François), astronome, 135. 

Arbousse (Marie). Voy. Delafon- 
taine (M^e). 

Architecture (1'), 225, 347. 

Archives du musée des monuments 
français, 215, 228. 

Argenteuil (le marquis d'), 211. 

Ariane, 216. 

Armand (le comte), 205, 

Arnaud (Charles- Auguste), se, 106. 

Arnaud (A.), fond., 288. 

Artilleur (1'), 171. 

Artiste (le journal 1'), 109. 

Artot (Montagny, dit), comp., 246. 

Arts (les), 201. 

Asile de la vieillesse, 211. 

Asseline (Louis), philosophe, 299. 

Astric (Françoise d'), 21. 

Astruc (Zacharie), se, 238-239. 

Athènes (Cimetière d'), 324. 

Auban (Paul), se, 106. 

Aube (Jean-Paul), se, 106. 

Auber(D.-F.-E.), comp., 128. 

Aublet (Henri-Hyppolyte), 330. 

Aubry (A.-P.-V.), se, 239. 

Audéoud Qules), 262. 

Audereau (Catherine), 50. 

Audiffred (F.-J.), avocat, ni. 

Audiger-Dubreuil (A.-F.-O.), 23. 

Audiger-Dubreuil (Marie), 23, 24. 

Audoux (Hégésippe Daniel, M°ie), 
322. 

Audoux (E.), 322. 

Audran (Benoît), g., 18. 

Audran (Claude), p., 18. 

Audran (Claude), concierge du 
Luxembourg, 43. . 

Audran (Gabriel), g. ,6. 

Audran (Gabriel), conseiller au Châ- 
telet, 19. 

Audran (Jean), g., 6, 18, 31, 55. 

Audran (Joseph), tap., 19. 

Audran (Michel), tap., 11, 18, 19. 

Audran fils, tap., 83. 

Auge (Louis), 23. 

Augustin (J.-B.-J.), p., 131. 

Augustin (saint). — et sainte Moni- 
que, vitrail, 312; — , 342. 

Aurée (Marie-Catherine), 51. 

Autran, poète, 251. 



AUTZ — BELHOMME 



393 



Autz et Hostein (Familles), 337. 
Avilès (Famille d'), 213. 
Axenfeld (Alex.), médecin, 288. 

Bacon (Famille), 337. 
Bacqué (Famille), 337. 
Bachelier, p. 366, 383. 
Badiou de la Tronchère, se, 277. 
Badoulleau. Voy. Beau (Mme) 
Baduel. Voy. Hiolle (Mme). 
Bagneux (Cimetière de), 325. 
Baigne, tap., 83. 
Bail (Famille), 213. 
Baillarger (J.-G.-F.), médecin, 321, 
Baillarger (Mme veuve), 321. 
Bailli (A.-E.). Voy. Crussol d'Uzès. 
Bailly (C.-E.), se, 106, 277-278. 
Bailly (Françoise-Catherine), 41. 
Bailly (Jacques), p., 49. 
Bailly (Marguerite-Thérèse), 49. 
Bailly (le Docteur), 271. 
Bailly-Perrin (Famille), 269. 
Bain (Nicolas), 295. 
Bain etimbertin (Familles), 337. 
Baldini, se, 239. 
Bail (Benjamin), médecin, 242. 
Ballu (Théodore), a., 144. 
Balmé (Adolphe), médecin, 163. 
Balon (Camille-Constantin), 124. 
Baltard (V.), a., 105, 109, 307, 329. 
Balzac (H. de), aut. dr., 134. 
Bancroft (Mistress), 118. 
Banville (Théodore de), poète, 322. 
Baracé. Voy. Senonnes (vicomte de). 
Baraguay (Thomas-Pierre), a., 133. 
Barbedienne (Ferd.), fond., 117, 
135, 140, i$9, 184, 190, 191, 
199, 208, 240, 264, 318, 321. 
Barbet (Jean-François), 303. 
Barbezat. fond., 106. 
Barbier (Salvador), 329. 
Barbot (H.-J.), 330. 
Barboux (Marie Simon, Mme), 279. 
Bareau (Anne), 60. 
Barère (B.), du Comité de Salut 

Public, 352, 354. 
Barillot. Voy. Gerbellot (Mme). 
Baroche(E.), chefde bataillon, 123. 
Baroilhet (P.-B.), art. lyr., 245. 
Baron (Etienne-Gabriel), tap., 32. 
Barrault (Emile), avocat, 170. 
Barre (Auguste), se, 331. 
Barre (Jean-Aug.), se, 106,107,278. 
Barreau (Anne), 5. 



Barreau (C.-B.), procureur, 19. 
Barreswil (Ch.-L.), chimiste, 315. 
Barrias (Louis-Ernest), se, 107-108, 

191,239-240, 279. 
Barthez(Alphonse-B.), se, 279, 348. 
Bartholdi (F.-A.), se, 240, 279- 

280. 
Bartholomé (Albert), se, 280. 
Barruch (Loeb). Voy. Bœrne. 
Barye (Antoine-Louis), se, 190. 
Bastard (E.), p. verr., 177. 
Batton (D.-A.), comp., 272. 
Baude (Famille Eugène), 337. 
Baudet (Marie), 32. 
Baudin (Alphonse), médecin, 261. 
Baudin (l'amiral Charles), 275. 
Baudoin (Jean), se, 319. 
Baudrand (M. et Mme), ^^i. 
Baudry (Ambroise), a., 140. 
Baudr}- (Paul), p., 140. 
Bauduin (Adrien-François), p. 6. 
Baur (P.), fondeur, 319. 
Bauret. Voy. Dupaty (Mme). 
Bayard (Famille), 345. 
Bayard (la mort de), 362. 
Bazin (François), comp., 139, 347. 
Beau (Marie Badoulleau, Mme), 337. 

Beaucé (Jean-Adolphe), p., 137. 
Beauchesne (Vicomtesse de), 104. 
Beaufond et Fremaux (Familles de), 

144. 
Beaufort, p., 362, 365. 
Beauhamais. Voy. La Valette. 
Beaulion (Paul), chirurgien, 28, 29. 
Beaumont (Auguste), 331. 
Beau vais (Jean-Baptiste), se, 280. 
Beauvais (M. Bussière, veuve), 280. 
Beauvilliers (Antoine Godefroy , 

sieur de), 72, 73. 
Beauvisage, manufacturier, 230. 
Becker (Marie). Voy. Demouveaux 

(Mme). 

Becker (Trochmé), se, 240. 
Becker (Famille), 218. 
Béclard (J.-A.), médecin, 112. 
Béclard (P.-A.), chirurgien, 112. 
Béclard (L.-P.), ministre plénipo- 
tentiaire, 124. 
Becquet (Just), se, 108. 
Bedhet-Kauffmann (Famille), 337. 
Béguin (Famille), 235. 
Béguine (Michel-Léonard), se, 280. 
Beignet (A.), a., 178. 
Belhomme (Famille), 343. 



$94 BELLANGER - 

Bellanger (François- J.), a., 203. 

Belle(C.-L.-M.-A.), p., 19,89,353, 
355, 359, 363, 366, 372, 374, 
376, 382, 383. 

Belle (Antoine- Alexis), avocat, 19. 

Belle (A.-M.-J.-S.), 19. 

Belle jardinière (la), 248. 

Bellemare (Marie Ferry de), 272. 

Bellier de la Chavignerie, écrivain, 
307. 

Bellini (Vincenzo), comp., 180. 

Belloc (Jean-Baptiste), se, 280. 

Belloc (Jean-Hilaire), p., 162. 

Belloc (Louisa). Voy. Redeisperger. 

Belœuf (Jacques), 331. 

Bénard (Lucile-Henriette), 142. 

Bénard (P.), a., 121. 

Bénard, 257. 

Benech, médecin, 128. 

Benoit (A"), a., 136. 

Benoît, tap., 26, 84, 88. 

Bensis (Georges), 324. 

Béranger, poète chansonnier, 131. 

Berdalle. Voy. LaPommeraye. 

Berger (Georges- Armand), 344. 

Bergers d'Arcadie (les), 298. 

Berjaud-Doizi (Joseph), 145. 

Berlioz (Hector), comp., 255. 

Bernaert (Jean-Bap ), se, 329-330. 

Bernard (Antoine-Louis), se, 108, 

Bernard (Martin), député, 260. 

Bernard (Paul), comp., 250-251. 

Bernard (Famille), 144. 

Bernard, tap., 13, 19. 

Bernard-Mallet (Famille), 167. 

Bernauda (Victor), se, 331. 

Bernhard. Voy. Thurner (M^e). 

Berry la duchesse (de), 94. 

Bertaut (Marie-Lazare), 188. 

Bertaux (Léon), se, 108. 

Berthaultet Koller (Familles), 273. 

Berthe (Armant ou Hermant), p., 
26, 27, 28. 

Berthe (Tilmand), se, 16, 27. 

Berthélemy,p., 354, 35^, 3^5, 3^6, 
372, 383, 386. 

Berthélemy(Félix-Ch.),comp., 178. 

Berthelier (J.-M.), p., 204. 

Berthelin, a., 167. 

Berthemet. Voy. Gérard (Mme). 

Bertin, tap., 83. 

Bertrand (J.-B., dit James), p., 302. 

Bertrand (J.-A.-V., baron), géné- 
ral, 218. 



BLANVILLAIN 

Bertrand. Voy. Do (Mme veuve). 

Besnard (Franç.-Yves), prêtre, 294. 

Bessac, p. verr., 334. 

Bessales, aux Menus-plaisirs, 85. 

Bessan (Famille A.), 357. 

Bessin, tap,, 84, 88. 

Besson (E.-M.), médecin, 328. 

Besson-Bey (Dora de Stemberg, 
veuve de l'amiral), 116. 

Bessy, g., 175. 

Bettannier (Albert), se, 108. 

Beugnier (Mme veuve A.), 223. 

Beylard (Charles), se, 280-281. 

Beyle, dit Stendhal, litt., 245. 

Bicquelin (Charles), botaniste, 225. 

Bidault (Gabriel), 47. 

Bidon (A. de), p. surporcel., 344. 

Bidot (A.), p. sur porcel., 335. 

Bienfaisance (la), 155, 201. 

Biétry (Louis), 197. 

Bigan (J.), fond., 119. 

Bigé, inspecteur des finances, 304. 

Bigé (Marie). Voy. CoUard (Mme). 

Bigot (Mme Amélie), se, 281. 

Bigot (Charles), écrivain, 108. 

Bigot (Etienne), 298. 

Bigot (Simon), 10. 

Bilger, marbrier, 334. 

Billard, p. verr,, 335. 

Billard (Marie Haas, Mme), 258. 

Billaud-Varenne, du Comité de 
Salut Public, 352, 354. 

Billon (M. et Mme), 235. 

Billout (Jean-Simon), 213. 

Binet (Adélaïde-Françoise), 211. 

Biollay (M.), 104. 

Biré (M. et Mme de), 144-145. 

Bitaubé, homme de lettres, 353, 
355, 359, 361, 364, 367, 369, 
373, 378, 379- 

Bizard, se ornemaniste, 85. 

Bizet (A.-M.-M.), a., 172. 

Bizet (A.-C.-L., dit Georges), 
comp., 140. 

Blainville (Ducrotay de), natura- 
liste, 186. 

Blanchard (Ed. -Théop.), p., 239. 

Blanchard (Jules), se, 281. 

Blanchard, (P.-F.-E.-G.), 201. 

Blanche (E.-A.). Voy. Roslin(Mme). 

Blânchon et Ratinet (Familles), 1 60. 

Blandin (P. -F.), chirurgien, 145. 

Blanqui, homme politique, 126. 

Blanvillain (F.-L.-H.), 106. 



BLASINI 

Blasini et Court (Familles), 270. 
Blin (M.), 40. 

Blondeau (Claude-Michel), 20, 24. 
Blondeau (Louis), 20. 
Blondeau (Nie), teinturier, 12, 20. 
Blondeau (Famille), 213. 
Blondel (Jean), curé, 46. 
Blondel (Paul), a., 257. 
Blondelot (Antoinette), 36. 
Blouet (G.-A.), a., 180, 181, 206. 
Bocquet (Jean-Baptiste), 36. 
Bocquillon. Voy. Guilhem (L.-G.). 
Boëlle, p., 371, 379» , ,. , 
Bœrne (Ludwig), publiciste, 133. 
Bogino(F.-L.-D.), se, 109, 281. 
Boichard (A.), 309. 
Boïeldieu (F.-A.), comp., 230-231. 
Boileau (Famille), 329. 
Boime-Simon (Eugénie), 140. 
Boisseau (E.-A.), se, 109, 281-282. 
Boisseaux(C.-N.-H.), écrivain, 277. 
Boissel (J.-M.-H.), député, 163. 
Boisselier, dess., 113. 
Boisselier, g., 225-226, 228. 
Boitel (Isidore-Romain), se. ,282. 
Boiton, dit Latour, marbrier, 204. 
Boizot (Antoine), p., 6, 10, 20. 
Boizot (Antoinette-Louise), 6. 
Boizot (L.-S. et François), 20. 
Boivin (Arsène-Désiré), 277. 
Bonaparte (le prince Pierre), 126. 
Bonbaco, tap., 48, 
Bonfils, capitaine de vaisseau, 331. 
Bonin (Pierre et L.-H.), 342-343- 
Bonnardel, se, 546. 
Bonnassieux (J.-M.), se, 109. 
Bonnehée (Marc), musicien, 251. 
Bonnemer(Franç.),p.,5, 16, 20,47. 
Bonnemer (François-Charles), 20. 
Bonnet (A.), a., 154. 
Bonniot. Voy. Fleurac (Elisabeth). 
Bonomet (Auguste- Claude), 155. 
Bonté (la), 195. 
Boode (Famille), 197. 
Bordet, g., 171, 236. 
Bordin(M.), 218. 
Borniol (Henri de), 333-334. 
Borrel (Alfred), se, 282. 
Borrel (Val. -Maurice), se, 109-110. 
Borsa, dite Mazzetty (Mine)^ 225. 
Bosio(J.-F., baron), se, ici, no. 
Bosio (Astianax-Scév.), se , i lO-i 1 1 . 
Bosselet (Hipp.), publiciste, 182. 
Bossetti ou Rossetti (A.), se, ni. 



BOWÉ 



395 



Botta, se, m. 

Bottin, tap., 88. 

Boucher (Alfred), se, m, 117. 

Boucher (François), p., 349, 355, 

356, 357, 358, 361, 365, 371, 

372, 381, 385, 386. 
Boucheseiche (Françoise), 215. 
Bouchu (Suzanne de), 21. 
Bouchut père et fils, médecins, 318. 
Boudin (F.), a., 173. 
Boudin (Barthélémy), se, 61. 
Boudin (Thomas), se, 61-73. 
Boudin-Baudier (Famille), 338. 
Boudrot, g., 201. 
Bougon l'aîné, à la manufacture de 

Sèvres, 86. 
Bougron (Louis-Victor), se, 112. 
Bouguereau (W.), p., 337, 340. 
Bouillerot (Famille), 12, 42, 43. 
Boulanger, ferronnier, 319. 
Boulanger (M. et M^e), 282. 
Boulanger. Voy. Larochelle. 
Boulay de la Meurthe (comte), 294. 
Bouley (H.-M.), de l'Institut, 291, 
Boulogne, p., 358, 359, 368, 378, 

381, 389. 
Bouquet (Marie), 29, 30, 35. 
BoLiquier, conventionnel, 349. 
Bourke (le comte et la comtesse de), 

130-131. 
Bourdicaud (Famille de), 52. 
Bourdict (Claudine), 22, 39. 
Bourdin (les), se, 61, 62. 
Bouret (Eutorpe), se, 112. 
Bourgeois (E.-G.), 112. 
Bourgeois (Maximilien), se, 282. 
Bourgoin (Mlle), art. dr., 236. 
Bourgoin (J.-B.-T.), 218. 
Boursier (Famille), 193. 
Boussard, dess., 112. 
Boussingault, de l'Institut, 126. 
Boutard (Ch.), se, 240. 
Boutet-Monvel , acteur et écrivain, 

353>355, 361,367,375,378,37?- 
Bouteville (M.-L.), écrivain, 316. 
Bouvard, a., 297. 
Bouverot, tap., 83. 
Bouvier (Alexis), écrivain, 112. 
Bouwens (W.-O.-W.), a., 125. 
Bouyer (L.-C), entrepreneur, m. 
Bouzou (Georges), 204-205. 
Boverie (Eugène-Jean), se, 112. 
Boverie (Famille), 145. 
Bowé (G.), a., 344. 



396 



Boy (J.-B.), bronzier, 218. 
Boyer(Al., baron), chirurgien, 303. 
Boyer(M.-L. Pioche, Mme)^ 231. 
Boyer, p. sur émail, 154. 
Boyer et Rolland, fond., 103, 206, 

208, 252, 253, 285, 320. 
Bra(T.-F.-M.), se, 112-113. 
Bracony (Léopold), se, 241. 
Branchy (Catherine), 59. 
Branchy (Marc), 38. 
Branchy (Philippe), orfèvre, 22, 38, 

^39,43,59- ^ 

Branchy, mes., 16. 

Brandin (Louis-Philippe), 161. 

Braux d'Anglure(F.-N. de), 271. 

Braux d'Anglure (M^^ de), 271. 

Brayer, aux Menus-plaisirs, 85. 

Bréard, du Comité de Salut Public, 

354- 
Bréguet, horloger-mécanicien, 218. 
Brenet, p., 359-362, 364, 365. 
Breton (Marie Chertier, M^^)^ 311. 
Brevet (J.), a., 255. 
Brey (Léon), a., 232. 
Brezin (Michel), fond., 176. 
Brian (Jean-Louis), se, 283. 
Brian (Joseph), se, 241. 
Briard, p., 10. 
Brillet (Jean-Pierre), a., 121. 
Brion(H.-J.-N.). se, 218-219. 
Brisson, aux Menus-plaisirs, 84. 
Brongniart (Alexandre-Théodore), 

a., 225. 
Brongniart (Alexandre), chimiste, 

226. 
Broquin et Laine, fond., 144. 
Brossard (P.-A. et Marie), 231. 
Brounaille, à la manufacture de 

Sèvres, 86. 
Bruat (l'amiral A.-J.), 179. 
Bruchon (Emile), se, 113. 
Brull (Adèle). Voy. Fould (Mme). 
Brun (Henri), se, 283. 
Brun (Sylvestre- Joseph), se , 113. 
Brunois (A.), p. sur porcel., 335. 
Bruyer (Antoine-Léon), se, 241. 
Bruyère (Famille), 214. 
Bruzzesi (Hélène), 273. 
Budlot, se orn., 337. 
Bugnon, chef d'institution, 331. 
Buisson (V.), a., 335, 336, 337. 
Buisson. Voy. Mi chaud. 
Bulio (Jean), se, 283. 
Bullier(A.), se, 283-284, 297. 



BOY — CANONVILLE 



Bullier (Guy-Pierre), 283-284. 

BuUier (Alexandrine), 284. 

Bullier (famille), 297. 

Buloz (François), publiciste, 159. 

Buloz (Mlle Louise), 159 

Buonarotti, homme politique, 245. 

Bureau (Jean-Baptiste), 137. 

Buret-Bréviaire (Famille), 342. 

Burger (W.). Voy. Thoré (Th.). 

Burgès (David), 226. 

Burgès (Charlotte-Eliza), 226. 

Buron (A.), 222. 

Bury. (Ch.), g., 179. 

Bury père, g., 249. 

Bussière. Voy. Beauvais (veuve). 

Butay (Antoinette), 6, 59. 

Butay (Suzanne), 5, 20, 58. 

Butini (Maria), 130. 

Butteron, aux Menus-plaisirs, 85. 

By (Marie de), 59. 

Cabet (J.-B.-Paul), se, 284-285. 

Cabet (Martine Vanderhaert, M™e), 
284. 

Cadiat (Nicolas), ing., 219. 

Cadiot (Alexandrine-Zoé de Mont- 
barbon, veuve), 212. 

Cadiot (E.-H.), 212. 

Cadiot (Noémie). Voy. Vignon. 

Cadours, a., 347. 

Caffieri (François), 5 . 

Caffieri (Jacques), se, 5. 

Caffieri (Jean-Baptiste), se, 5. 

Caffieri (Philippe), se, 5. 

Caffieri fils (Philippe), 5. 

Cagnon (C.-A.). Voy. Angot (Mme). 

Cahieux (Henri de), se orn., 334. 

Cail (J.-F.), ing. mécanicien, 208. 

Cailleux (Famille), 273. 

Caillouette (Louis-Denis), se, 128. 

Cailloux, tap., 84. 

Cairon. Voy. Noriac (C.-A.-J.). 

Calame, aux Menus-plaisirs, 8$. 

Callet, p., 355,357, 363, 37^, 386, 
389. 

Calliat (Charles-Philippe), 219. 

Calliope (la Muse), 255. 

Calluaud (Famille), 269. 

Cambacérès (Delphine de), 163. 

Campo Alegre, 126. 

Candalle (de), chirurgien, 29, 30. 

Caniez (Barthélémy), se, 241. 

Canon-Pagès. Voy. Boulanger (V^e). 

Canonville (Charlotte), 28. 



CANOVA - 

Canova, se, 99. 

Cantagrel (F.), litt., député, 303. 

Capellaro (Charles-Romain), se, 

114, 285. 
Capellaro (Famille), 114. 
Carbajal (Famille), 177-178. 
Cardaillac (le comte de), 291. 
Carey (H. -F.), imerprète, 299. 
Cariatides, 168, 217. 
Canon (Louis), se, 285. 
Caristie, a., 123. 

Cariés (Antonin-Jean), se, 114. 
Carlier (Emile), se, 114. 
Carlier (E.-J.-J.-B.), a., 114. 
Carlier (Marie Brillet, Mme), 114. 
Carlus (Jean), se, 115. 
Carnielo (R.), se, 241-242. 
Camot, du Comité de Salut Public, 

352, 353- 
Carolez, notaire, 76, 77, 79, 80. 
Carpeaux (J.-B.), se, 285, 286. 
Carpezat (Claude-François), 285. 
Carpezat (François-Louis), se, 286. 
Carrache, p., 375, 387- 
Carrié (Arnout), 49. 
Carrier-Belleuse (Albert-Ernest), se, 

115, 242. 
Carrier-Belleuse (Louis), se, 242. 
Carson (J.-A.), 105. 

Cart (Harriet Savage, M^e), 244. 
Cartellier (P.), se, ici, 115, 195. 
Cartellier (Mme), 1^5. 
Cartier (le Conseiller Ch.), 108. 
Cartier de Vey (M^e), 231. 
Cartier de Vey père, 231. 
Carton (Georges), 347. 
Carvalho-Miolan (Mme), cantatrice, 

185. 
Casariera(le marquis de), 172. 
Casimir-Périer, homme d'Etat, 122- 

123. 
Castagnary (J.-A.), écrivain, 265. 
Castel, p., 86. 

Cauchois -Lemaire, publiciste, 186. 
Caunois (François-Aug.), se, 286. 
Cavaignac (E.-L.-G.), polémiste, 

265. 
Cavalier, aux Menus-plaisirs, 85. 
Cavelier (A.-L.-M.), a. dess., 115. 
Cavelier (P.-J.), se, 115, 148, 242. 
Cécile, aux Menus-plaisirs, 85. 
Cécile (sainte), 339. 
Cellier (Aloys), se, 286. 
Cellerier (Jacques), a., 231. 



CHARDIGNY 



397 



Celot (Elisabeth), 94. 
Cercou (Marin), 219. 
Cernuschi(H.), collectionneur, 114. 
Cesari (Colonna), se, 116, 289-290. 
Chabaud (L.-F.), se, 242-243, 286. 
Chabeau, tap., 83, 
Chabert(C.), se, 116. 
Chabert, conseiller municipal, 164. 
Chabin(H.), p. verr., 312, 335. 
Chabot (Geneviève), 40. 
Chabot (J.-B.), teinturier, 40. 
Chabot. Voy. Maindron (Mme). 
Chabot- Vol vie (Mme de), 117. 
Chagot (P.-J.-B.), 219. 
Chagot (Famille Oscar), 335. 
Chailli (Giuseppe), se, 116. 
Challe, p., 10. 
Chamans. Voy. La Valette (comte 

de). 
Chambine(A.-A.-A., cadet de), 190. 
Chambine(G. de), 190. 
Chambonnet (Marie-Agnès), 18, 19. 
Chambonnet (Antoine), maître 

teinturier, 18. 
Chambonnet (Etienne-Joseph), 18. 
Chambonnet (Marie-Agnès), 1 1 . 
Chambry, collectionneur, 81. 
Champeil (Jean-Bap.), se, 286-287. 
Champeil (Jean), 287. 
Champenois. Voy. Flamant. 
Champigneulle (Charles), p. verr., 

^335, 343,344. 
Champion (H.), a., 317. 
Championnière (Famille), 295. 
Chancel (Adrien), a., 320. 
Channeboux, se, 116-117. 
Chanteraine (M.), 91, 92. 
Chantier (Famille), 338. 
Chantier (le), 171. 
Chapal (P.), fond., 214. 
Chapal (Famille), 213-214. 
Chapelle de Jumillae Voy. Malet. 
Chaplain (J.-C), gr. en méd., 243, 

287-288. 
Chaplin (Charles), p., 199. 
Chaponet, se, 86. 
Chappuis, g., 142, 179, 255, 329. 
Chapu(H.),sc., ICI, 117-118,183- 

184, i93> 194, 243, 288. 
Chapuis (le général F. -C), 138. 
Chapuy (A.), se, 118-119. 
Chapuy (Jean), se, 119. 
Charbonnier (J.), 248. 
Chardigny (Jules), se, 288. 



398 CHARDIGNY 

Chardigny-Demouge, se, 119. 
Charité (la), 137, 181, 192, 228, 

270. 
Charles (Louis), 285. 
Charnod(A.), fond., 119, 281, 301. 
Charodeau, se, 119. 
Charpentier, fond., 195. 
Charpentier (Famille), 338. 
Charpentier, aux Menus-plaisirs, 

Charrier (Pierre-Edouard), se, 119. 

Charvineri (le commandant de la), 
aux Menus-plaisirs, 84. 

Chastellain (Charles), p. et inspec- 
teur des Gobelins, 23, 31, 33, 40, 

43,54,55. 

Châtelain (Marie-Geneviève), 47. 

Chatillon, a., 235. 

Chatrousse (Emile-Fr.), se, 120. 

Chaucer. Son monument, 99. 

Chaudet (Antoine-Denis), se, 331. 

Chaudey (Gustave), avocat et jour- 
naliste, 264-265. 

Chaumont(le chanoine Henri), 325. 

Chaussier (François), médecin, 105. 

Chaussy (Elisa-Eugénie), 193. 

Chauvat (François), 102. 

Chauveau (P.-E.), 200. 

Chavalliaud (Léon-Joseph), se, 120. 

Chazal, p., 338, 340, 341. 

Chazelles (M^e de), 224. 

Chedeville (Jean-Baptiste), 288. 

Chedeville(Léon), se, 288. 

Chenavard (Claude- Aimé), p., 236. 

Chennevières (le marquis de), i. 

Chereau (P.-C), fabricant de bil- 
lards, 219. 

Cheronnet (Adolphe), 169. 

Chertier (Anaïs Duflos, M^e)^ 311. 

Chertier (Jean-Alex.), orf., 311. 

Cherubini, comp., 143. 

Chevalier (Charles), 273. 

Chevalier (J.), lieutenant, 152. 

Chevalier (J. -M. -H.), se, 120, 288. 

Chevalier (le chanoine Pierre), 23. 

Chevalier, tap., 84, 89. 

Cheveigné. Voy. Leriche. 

Chevillard, tap., 88. 

Cheviron, a., 273. 

Chipault (Famille), 12, 52. 

Chirouze, curé de Courtenay, 81. 

Choiselat(Ambroise), se, 121. 

Chomette (Anna), 332. 

Chopin (Frédéric), comp., 121. 



- COLLARD 

Chrétien (Eléonore), 136. 

Christ. — couronné d'épines, 241, 
283; — portant sa croix, 336, 
337,338, 342; — en croix, 214, 
335.337-342,345;— au tombeau, 
214; résurrection du — , 337, 
338, 340-343; — consolateur, 
267; tête de — , 252, 270, 283, 
289. 

Christofle (Charles), orf., 178. 

Christophe (Ernest), se, 265, 289. 

Cibeins (Christine-H.-L. de), 214. 

Cichowski (Adolphe), 192. 

Cinti-Damoreau (M^e)^ 246. 

Cintrât (Frédéric), médecin, 306. 

Cisterne de Courtiras. Voy. Dash 
(comtesse). 

Clabaut, tap., 88. 

Clacquesin (Famille), 338, 

Clair (Alexandre), ing., 277. 

Clairon (MUe), art. dr., 178. 

Clapisson (A.-L.), comp., 257-258. 

Clapisson (Mme), 258. 

Clarac (comte de), archéologue, 
273. 

Claude, tap., 83, 87, 353. 

Clausade (Louis), ing., 289. 

Clément, p., 10. 

Clément (Marie), 5. 

Clément-Thomas (le général), 125. 

Cléray (Eugène), 208. 

Clermont (Hortense), p. sur porcel., 
335-336. 

Clésinger (J.-B.-A.), se, 121, 289. 

Clochar (P.), a., 205. 

Cobel, p., 374, 386. 

Cochois, aux Menus-plaisirs, 85. 

Cogniet (Léon), p., 118. 

Coiny (Joseph), g., 332. 

Colbert (J.-B.), 2, 100. 

Colbert de Villacerf (Charles-Mau- 
rice), 16, 22. 

Coleron ou Colleron, tap., 84, 89. 

Colet (Hipp.-R,), comp., 251. 

Colfavru (J.-C), avocat, 280. 

Coligny (l'amiral de), 365. 

Colin (L.-A.-G.), se, 347. 

Colin de Vermont, p., 368. 

Colin, tap., 83. 

Collard (Charles- André), 256. 

Collard (M^e), 256. 

Collard (Marie-Anne-Herminie Bi- 
gé, Mnie), p, et se, 304. 

Collard (Famille), 304. 



COLLERON 

Colleron. Voy. Coleron. 

Collet, aux Menus-plaisirs, 84. 

CoUet (Famille), 338. 

Collette, g., 105, iio, 112, 115, 
129, 130, 131, 132, 137, 152, 
158, 164, 176, 195, 196, 200, 
203, 205, 215, 216, 226, 227, 
228, 230, 232, 236, 237. 

CoUot (Famille), 226. 

CoUot d'Herbois, du Comité de 
Salut Public, 352, 354. 

Colodon ou Coullondon, tap., 83,88. 

Colonna Cesari. Voy. Cesari. 

Comans (la famille des), tap., 20, 
21, 31. 

Combes (L.), conseiller municipal, 
305. 

Comerre-Paton(Mrne)jp. et se, 121. 

Commerce (le), 155. 

Compans (comte et comtesse), 231. 

Constant-Dufeux, a., 293, 331. 

Contour (Famille Frédéric), 214. 

Coquart (Ernest-Georges), a., 125. 

Coquerel (Elisa). Voy. Kœppel. 

Coquilla (M.), 219. 

Coray(Adamantius), helléniste, 3 24. 

Corbel (J.-A.), se. orn., 173, 290. 

Corbel (Victor), se. orn., 290. 

Cordonnier (A. -A.), se, 121-122. 

Corneille, p., 377, 388. 

Corneille (Michel), se, 6. 

Cornet (comte de), sénateur, 328. 

Cornet (Famille), 345. 

Comillon (les), tap., 83, 87, 88. 

Corrier (Charles), prêtre, 323. 

Corroyer (Ed.), a., 207. 

Corsain, tap,, 89. 

Cortone, p., 378, 389. 

Cortot (Jean-Pierre), se, 122-123. 

Corvi (Jacques), 169. 

Cossard père, tap., 83, 88. 

Cossard fils, tap., 83, 89. 

Cot (Pierre-Auguste), p., 174. 

Cot (Mme Juliette), 174, 270. 

Cottreau (Pierre-Félix), p., 263. 

Cottreau (Marie Turpin, M^e)^ 151. 

Couchery (Victor), se, 148. 

Couder (Cornélie Stouf, Mme), 
232. 

Coudereau (Aug.), médecin, 299. 

Cougny (Louis-Edmond), se, 290. 

Coullondon. Voy. Colodon. 

Coulon (le chanoine), 10. 

Coulson (Elisabeth-Strean), 157. 



CYPARISSE 



399 



Coupade, tap., 83, 88. 

Coupon (Jean- Joseph), se, 123. 

Courlot (Louis-Sébastien), 214. 

Cournet (Frédéric), journaliste, 154. 

Courserin (Jean de), avocat, 23. 

Coursier (Marie), 55. 

Court. Voy. Blasini. 

Courtecon (Montagne de), 77. 

*Courtenay (Loiret), 81. 

Courtet (X.-M.-B.-A., dit Augus- 
tin), se, 123, 174, 290-291. 

Courtiras. Voy. Dash (comtesse). 

Courtois (Pierre-Félix), 273. 

Coutan (Jules-Félix), se, 124, 291. 

Coutan (Mme Laure), se, 124. 

Coutard (le général comte de), 219. 

Couthon, du Comité de Salut Pu- 
blic, 352. 

Couture (Thomas), p. ici, 191. 

Couvreur (Famille Louis), 338. 

Coypel, p. 16, 359, 360, 366, 368, 
369.371-374, 376, 377, 385-3^8. 

Coyzevox (Ant.), se, 21-22, 39. 

Coyzevox (Famille d'Ant.), 21, 22. 

Coyzevox (Charles-Jacques), 5. 

Cozette (les), tap., 9, 10, 11, 22-26, 
33, 35, 89,268, 353. 

Cozette (la famille des), tap., ii, 
22,26, 39. 

Cozette (Charles), p. 48. 

Cramail (François), 43. 

Crauk (G.-A.-D.), se, 112, 124- 
125, 244, 291-292. 

Crespin (Famille), 176. 

Creté (Charies), 24. 

Crocé-Spinelli, aéronaute, 143. 

Croisant (Françoise), 22. 

Crozatier (Charles), fond., i lo-i 1 1. 

Crozet-Fourneyron, sénateur, 262. 

Cruchet (Théodore), a., 239. 

Crussol d'Uzès(le général), 227. 

Cucci (Domenico), men. éb., 35. 

Cucco (Germain), 244. 

Cudey-Lamblin (Famille), 214. 

Cugnot (Et.), se, 125. 

Cugnot (L.-L.), se, 125,292. 

Cuirassier debout près de son che- 
val fougueux, 146. 

Culot (Charles), lapidaire, 48. 

Curlier (Famille Constant), 3 38. 

Curmer (Famille), 51, 52. 

Cusco (D.), sc.;^ 244. 

Cussat (Joseph), p., 5. 

Cyparisse, 174. 



400 



DABADIE 



Dabadie (le baron), 236. 

Dagand (Michel), se, 126. 

Dagly (Jacques), tap., 13, 27, 52. 

Dagobert (le roi), 65, 72. 

Daigue père et fils, tap., 88, 89. 

Daliier (Jules), se, 126. 

Dalou (Aimé-Jules), se, 126-127. 

Daly (César), a., son ouvrage : 
« Architecture funéraire contem- 
poraine, spécimens de tombeaux, 
chapelles funéraires, etc., choisis 
principalement dans les cimetières 
de Paris », cité, 107, 109, 130, 
134, 135, 139, 142, 144, 157, 
171. 174, 175, i79> 185, 187, 
201, 203, 206, 210, 219, 236, 
246, 248, 249, 255, 258, 261, 
263, 264, 265, 273, 274, 275, 
286, 294, 310, 329, 334. 

Damé (Ernest), se, 346. 

Damico (Anne- Virginie), 46. 

Damman (Augustine-Héloïse), 322. 

Dampierre (le général), 129. 

Danet, à la manufacture de Sèvres, 
86. 

Daniel (Jean-Charles), 38. 

Daniel Stern. Voy. Agoult. 

Danjoy (J.-C.-L.), a., 273. 

Danjoy fils (E.), a., 273. 

Dantan (A.-J.-L.), se, 127. 

Dantan (A.-L.), se, 127, 244, 
292-293. 

Dantan (J.-P.), se, 127-128, 244- 
245. 

Dantan aînée (Marie-Louise), 244. 

Dantzig (duc de). Voy. Lefebvre, 

Daragon (Ch. -Laurent), se, 293. 

Darcet (J.-P.-J.), chimiste, 198. 

Dardelle (Marie), 32. 

Dargaud (Jean-Marie), litt., 283. 

Dargent (Famille), 345. 

Darjou (Jean), 188. 

Darnay (Gustave), 259. 

Darru, a., 167. 

Dash (Gabrielle de Cisterne de 
Courtiras, comtesse), 259. 

Dassier (Marie), 18. 

Dasson (Henry), fond., 126, 189. 

Daste (Dominique), chirurgien, 55. 

Daubigny (Ch. -François), p., 154. 

Daumas (Jean-Barth.), se, 277-278. 

Daunou, homme politique, 132- 

133- 
Dautin (Jeanne), 54. 



DELARUE 

David (Adolphe), se, 293. 

David (Louis), p., 232, 349, 379. 

David d'Angers (P.-J.), se, loi, 
117, 128-135, 210, 235, 245, 
293-294. 

David d'Angers (Robert), se, 135. 

David, à la manufacture de Sèvres, 
85, 86. 

Davioud (G.-J.-A.), a., 162, 175. 

De Bay (J.-B.-J.), se, 135, 295. 

Debiesse (Claudine). Voy. Gauche- 
lin. 

Debussy (Famille), 181. 

Début (Didier), se, 246. 

Decamps (Alexandre-Gab.), p. 273. 

Decamps (M^ej^ 275. 

Dechand, tap., 84. 

Deck (Joseph-Théodore), cér., 312. 

Deck(H.), cér., 344. 

Déclat (le docteur Gilbert), 325. 

Déclat (Mme veuve), ^25. 

Déclat. Voy. Habay (M™e). 

Decrès (le duc), amiral, 227. 

Degeorge(Ch.), se, 135-136,205. 

Degravier, tap., 83. 

Dehodencq (Alfred), p., 246. 

Dehodencq (Edmond), se, 246. 

Dekeyser (Michel), se, 295. 

Delabrierre (Paul-Ed.), se, 136. 

Delabrierre (M^e)^ i0. 

Delabrousse (M^e)^ 119. 

De la Croix (les), tap., 17, 21, 27- 

29, 54, 55. 

De la Croix (Famille des), tap., 21, 
30. 

Delacroix (V.-P. et Juliette), 342. 

Delafontaine (M^^), 322. 

Delafontaine, fond., 250, 321. 

De La Foy (Laurent), 23. 

De la Fraye (les), tap., 12, 17, 28, 
29, 30. 

Delagarde (Pascal), 275. 

Delahogue-Guillout (Familles), 338. 

Délais (Denis), 24. 

Delaleu de Sainte-Preuve (Marie- 
Justine Leret, veuve), 291. 

Delangle (Nicolas), sellier, 56. 

Delapenneterie. Voy. Lacresson- 
nière. 

Delaplanche (Eug,), se, 176, 246. 

Delaplanche (les), tap., 31-32. 

Delaplanche (Catherine de), 20, 21. 

Delarue (Sébastien), se, 136. 

Delarue père, a., 160, 161. 



DÉLATOUR 

Delatour (les), tap., 17, 31-32. 
Delaunay et Veron (Familles), 338. 
Delavigne (Casimir), poète, 206. 
Delestre, à la manufacture de 

Sèvres, 86. 
Delhomme(Léon-Al.),sc., 295-297. 
Delibes (C.-P.-Léo), comp., 243. 
Delion (Famille), 271. 
Delmas (F.-E.-G.), a., 347. 
Del mas et Fortin (Familles), 342. 
Delorme (Jean- André), se, 296. 
De Lorme (Philibert), a., 74. 
De Lorme (Simon), se. et religieux, 

73, 74, 79, 80. 
Deloustal (M^e), 290, 291. 
Deloye (G.), se, 136, 296, 346. 
Delpech (Jean-Baptiste), ing., 179. 
Delpech (Jean-Marie), 296. 
Démaille (Louis), se, 296. 
Démaille (Marie-Louise), 296. 
De Metz (Marie-Madeleine), 36, 37. 
Demidoflf (comtesse Marie), 235. 
Demimuid (René), a., 142, 190. 
Demion (C), garde national, 138. 
Demonjay (Famille), 338. 
Demont, dess., 105, 123, 130, 164, 

230. 
Demou veaux (Mme)^ ^^8. 
Demur, tap., 89. 
Denécheau (Séraphin), se, 136, 

246. 
Denise (J.-A.-A.), écrivain, 269. 
Denis, p. verr., 336. 
Denon (le baron), dess., g. et 

diplomate, loi, 115. 
Denonvilliers (Maurice), fond., 
162, 171. 

Depardon, 199. 

Départ des volontaires (le), 284. 

Dequesne (M.-J.). Voy. Borsa. 

Dequoy (les), p., 16,32-34. 

Deraismes (Maria), journaliste, 248. 

DeroUe, tap., 83. 

Deroy, tap., 83, 

Désaugiers, chansonnier et vaude- 
villiste, 232. 

Désaugiers (M^e E.), 232. 

Desbassyns (le baron et la baronne), 
202. 

Desbœufs (Antoine), se, 248. 

Desbois Qules), se, 296. 

Desbonnes (Charles), 219. 

Deschamps (Léon), se, 113, 297. 

Deschamps, tap., 88. 

A.RT M. XIII 



DEVOIR 



40 i 



Descharmes (Scholastique), 210. 

Descente de croix, 338. 

Desclaux, aux Menus-plaisirs, 85. 

Desclée (Aimée), art. dr., 219. 

Desclers, marbrier, 343. 

Descroux (Famille), 344. 

Deseine (L.-P.), se, 136-137, 332. 

Desenne (Alexandre-J.), dess., 330. 

Desenne (Emile), 330. 

Des Entelles, aux Menus-Plaisirs, 
85. 

Desfontaines (Famille), 338. 

Desforges de Vassens, 104. 

Desgraviers, tap., 88. 

Deshayes (Famille) ,338. 

Desjardins (L.-J.-L), 282. 

Desjardins (Thérèse-Suz.), 52, 53. 

Desjardins-Lieux (C.-D.), 168. 

Deslandes (Léopold), médecin, 177. 

Deslandes (R.), aut. dr., 256. 

Desly (Charles), litt., 148. 

Desmadryl-EUes (Familles), 345. 

Desmarest (N.-F.-E.), 150. 

Desnoyers (François et Pierre), 232. 

Desnoyers (Louis), écrivain, 198. 

Despinasse (le chevaUer), aux Me- 
nus-Plaisirs, 85. 

Desplaces (Famille), 214. 

Despois (E.), professeur de rhéto- 
rique, 289. 

Desportes (François), p., 359, 371 > 

377, 379, 385, 388. 
Després (Charles-PhiUbert), 24. 
Desprey (L.-A.-P.), se, 297. 
Desprez (Louis), se, 137, 246, 

297-298. 
Desprit (Catherine), 41. 
DesroUes, tap., 88. 
Desroy (les), tap., 88. 
Destailleur, a., 165, 304. 
Destouches (M. et Mme), 123. 
Destréez Qules-Constant), se, 247. 
DeTroyG.-B.), p.,351, 35^, 357, 

358, 366, 367, 383. 
Deurbergue (Louis), cis., 232. 
Devaulx fils (Ed.), se, 138. 
Devaulx (François-Th.), se, 137. 
Devéria (Achille), p., 313. 
Devéria (Laure-Élisabeth), p., 313. 
De Villers (Claude et François), 

orf., 16, 59, 60. 
De Villers (Famille), 59-60. 
Devin (Famille G.), 335. 
Devoir (le), 206. 

36 



402 



DEVOS 



Devos (Denis), 56. 

Devosc (les), tap., 84, 88, 89. 

Dezobry, biographe, 133. 

Dias-Santos (Famille), 149-150. 

Diaz Carvalho (Abraham), 149. 

Didier (M^e Aglaé), 264. 

Didier (Charles), écrivain, 264. 

Didier (Famille), 214. 

Diébolt (Georges), se, 315-316. 

Diener (André), 335. 

Diéterle (G.), a., 274. 

Dieu, p., 374, 387. 

Dieudonné(Guill.-Marius), se, 138. 

Dieudonné ( Jacques- Aug.), se, 1 38. 

Digeon, g., 310. 

Diriquen-Duval (Famille), 336. 

Do (Dominique), 297. 

Do (Madeleine Bertrand, veuve), 
297. 

Doisteau (G.-M.-R.), 108. 

Domenchin de Chavanne (Pierre- 
Salomon), 6. 

Dominiquin (le), p., 369, 377, 384, 
388. 

Donnât (Léon), ing., 164. 

Don Quichotte (Histoire de), 15, 
16. 

Donzel (Marie-Charles), p., 106. 

Dord (Claudius), 166. 

Doré (André), bronzier, 241. 

Doré(L.-C.-G.-P.), se. et p., 138. 

Doré (Philippe), chimiste, 266. 

Doria (Paul), 113. 

Dorian (P.-F.), manufacturier, 187. 

Dorier (I.), se, 138. 

Doron (Victorine). Voy. Durand. 

Doublemard, se, 1^8-139, 247. 

Doublet, écrivain, 02. 

Doudeau, se om., 139-140, 274. 

Douleur (la), 124, 145, 173, 214, 
254, 287, 320, 335; — s de la 
terre qui se transforment en espé- 
rance, 267. 

Doussamy, se orn., 304. 

Doyen, p., 362, 363. 

Drabot, tap., 83. 

Drache (F.-E.), médecin, 203. 

Drache (Famille), 343. 

Dreyfus (M^e Paul), 344. 

Drin (Alexandre), 165. 

Drolling (Martin), p. 94. 

DroUing fils, p. 94. 

Drolling. Voy. Joubert (Mme), 

Drossis (Léonidas), se, 140. 



DUMONT 

Duarté Silva (Robert), 296. 

Duban (Félix-Jacq.), a., 135, 307. 

Dubeaux (Marie-Madeleine), 20. 

Dubellay (François Rufin), 29. 

Dubois (A.), gr. en méd., 247, 298. 

Dubois (Charlotte), 27, 28. 

Dubois (Denis), prêtre, 45. 

Dubois (Paul), se, 140-141. 

Dubois (...), se, 298. 

Dubois, g., 152. 

Dubois- Davesnes (Mlle), se, 103, 
104, 141, 248. 

Dubost (Germaine), 112. 

Duboy(Paul), se, 141. 

Dubray (Vital-Gab.), se, 14 1-142 

Dubreuil (les), tap., 83, 88. 

Dubrunfaut, collectionneur, 95, 96. 

Dubuc, se -marbrier, 232. 

Du buisson (Charles- Arthur), 326. 

Dubuisson (Claude), 49. 

Dubuisson, a., 185. 

Duby (Marie), 7. 

Duc(Jos.-Louis),a., 243, 307,334. 

Due Voy. Louis (M^e). 

Duceiy.-J.), fond., 142. 

Ducellier. Voy. Lambert. 

Duchêne (Famille Julien), 3 38. 

Duchêne. Voy. Kaulek (M^e), 

Duchesne (J.-P.)> se-marbrier, 311. 

Duchesne (les), tap., 84, 88, 89. 

Duchesnois (MUe)^ art. dr., 172. 

Duchez (E.), se, 298. 

Duchoiseuil, se, 142. 

Ducommun du Locle (Henri-Jo- 
seph, dit Daniel), se, 143. 

Ducommun du Locle (M^e), 145. 

Ducrest (Stéphanie-Félicité), 207. 

Ducreux, p., 353, 373, 375. 

Duflos (Anaïs). Voy. Chertier. 

Dufrenois (le docteur), 306. 

Dufrénoy (Marie). Voy. Marchon. 

Dugouj on (Jeanne-Simonne), 178. 

Duhamel, tap., 83, 89. 

Dulong (P.-L,), chimiste, 132. 

Dumas père (Alex.), aut. dr., 264. 

Dumas fils (Alex.), écrivain, 265. 

Dumas (Apolline Moyen, M^e), 298. 

Dumecq (?), se, 143. 

Dumilatre (J.-A.), se, 143, 248. 

Dumont (Augustin- Alexandre), se, 
143, 195, 248, 298, 326. 

Dumont (C.-A.), helléniste, 287. 

Dumont (M.-A. Pajot, veuve), 202. 



DUMONT-D'uRVILLE — FAGEL 



403 



Dumont-d'Urville (l'amiral), 292- 

293. 
Dumontel, tap., 84, 88. 
Dupaty (Ch. Mercier-), se, 157-158. 
Dupaty (Mme Emmanuel Mercier-), 

157- 
Dupont (G. -F.), médecin, 103. 
Dupont (P.-E.-A.), 256. 
Dupont (les), tap., 12, 34. 
Dupont-Lamblin (Famille), 214. 
Duport, maître de ballets, 194-195. 
Dupotet de Sennevoy (baron), 241. 
Duprato(J.), comp., 267-268. 
Dupré(Léon), a., 186, 187, 251, 

260, 261. 
Dupré (Louis), p. 330. 
Dupré (Pierre), 31. 
Dupuis(D.), g. en méd., 144, 248. 
Durameau, p., 361, 362, 365, 369, 

384. 
Durand (L.-E.), se, 144, 248-249. 
Durand (P.), fond., 119, 133, 179. 
Durand (Famille Victor), 338. 
Durand ( Victo r ine Doron , M^e), 3 04 . 
Durand-Fornas (Aimé-Prosper), con- 
seiller à la Cour impériale, 153. 
Durand-Neret (Famille), 338. 
Duron (Susan), se, 227. 
Duras (Marie-Emilie Knusli, du- 
chesse de). Voy. Dias-Santos. 
Durenne (A.), fond., 144, 263. 
Duret (Francisque-Joseph), se, ici, 

144, 174-175, 249-250, 270. 
Duruy (les), tap., 25, 26, 84, 88. 
Duseigneur (J.-B.), se, I44-I45» 

250, 298-299. 
Duseigneur (Charlotte Biffe, M^e), 

298. 
Dussoubs (Denis-Gaston), 285. 
Dussourd (A.), a., 204. 
Dutheil (Pierre), industriel, 204. 
Dutour (Alfred), 305. 
Duval(A.-V. Pineu), aut. dr., 278. 
Duvalfils (Ch.), a., 255. 
Duval (Louis), bourrelier, 41. 
Duval, tap., 83, 89. 
Duval. Voy. Amaury-Duval. 
Duvillers (François-J.), a., 323. ^ 
Du vivier (Nicolas et Pierre-Ch.), di- 
recteurs de la Savonnerie, 11,353. 

Ebrard (Famille), 336. 
Echassériaux, du Comité de Salut 
Public, 353. 



Echerac (Auguste-Art. d'), se, 299. 
Eck (Jean-Georges) , fond . , 179. 
Eck, Durand et Richard, fond., 119, 
I33> 135, 183, 192, 197, 198, 
205, 252, 265, 268, 284, 294, 
300. 
Edelinck (Gérard),'g., 6. 
Education maternelle (1'), 279. 
Egger (Emile), helléniste, 290. 
Elizalde (Famille), 214. 
Elshoecht (Carie), se, 145, 250, 

299-300. 
Eloquence (1'), 122, 123, 130. Voy. 

Histoire. 
Elouis (Henri), p., 90-93. 
Elouis (Léopold), 90. 
Elson (Philippe d'), 119. 
Enderlin Qoseph-Louis), se, 145. 
Enfantin(Barth.-Prosper,dit le Père), 

écrivain, saint-simonien, 187. 
Engelhard (Maurice), préfet, 296. 
Engerand (Fernand). — Trois let- 
tres inédites de Robert Lefèvre, 
89-93. 
Engrand (Georges), se, 146, 300. 
Errazu (Joachim-Maria), 181. 
Escoula (Jean), se, 300. 
Esculape, 211. 

Espanet (Nicolas-Jules), 283. 
Esparon, gr. sur métaux, 286. 
Esparon (Mme veuve), 286. 
Espérance (!'), 181, 216, 228, 270, 

307. 
Espercieux (Jean- Joseph), se, 294. 
Esther (Histoire d'), 351. 
Estibal-la-Batut (Famille), 156. 
Estienne (Jehan), maître maçon, 

74-77- 
Estival (Achille), a., 279. 
Etex (Antoine), se, 146-148, 174, 

250, 300-301. 
Etex (Mme Antoine), 301. 
Etienne (Ch.-G.), écrivain, 212. 
Etude (1'), 171. 
Eude (J.-L.-A.), se, 194, 250-251, 

302, 319. 
Eudes (Emile), fédéré, 191. 
Evangélistes (les quatre), 270. 
Evrard, Bruyer et Raydon, 241. 

Fabre (Auguste), poète, 151. 
Fabre ( Vi ctorin), litt . , 151. 
Facchina, mos., 317, 335. 
Fagel (Léon), se, 148. 



404 



FAILLOT — FRANCART 



Faillot (Edme-Nicolas), se, 148. 
Falguière Q.-A.-]), se.,. 148, 251, 
' 302. 

Fannière (Fr.-Aug.,) se, 302-303. 
Farge (Laurent), a., 256. 
Farge, p. sur porcel., 190. 
Farochon (J.-B.-E.), se, 303. 
Farcy, tap., 88. 
Fassy, p. verr., 343. 
Fath(G.), se, 157. 
Fattet(J.-P. etJ.-G.), 219-220. 
Faucher (E.), 311. 
Fauconnier (P.-L. et A.), 302. 
Fauginet (Jacques- Auguste),se, 25 1 . 
Faureau (Louis), 274. 
Fautras (Albert), 303. 
Faverolles (Salvage de), 141. 
Favrais-Poirier (Famille), 306. 
Favre (J.), d»" de Sainte-Barbe, 200. 
Fayet (Simon), br., 12, 34. 
FédorofF, p., m. 
Félibien (Dom Michel), écrivain, 

62,63, 65. 
Félix. Voy. Carvalho-Miolan. 
Fénon (Auxence), 145. 
Fermeté (la), 122. 
Ferrat(J,-J.-H.-R.), se, 174, 251. 
Ferru (Félix), se, 251. 
Fessard (Noël-Et.), se, 148-149, 

166. 
Fessard (P.-Alph.),se, 149-151,303. 
Fétis, biographe, 113,240. 
Feuchère(J.-J.), se, 151-152, 303. 
Feuillet (Jean-Baptiste), se, 81. 
Fèvre(H.), a., 179. 
Fèvre (Famille Th. et L.), 343. 
Février (René), 37. 
Feyen-Perrin (A. -F.), p. 256. 
Ficatier, se, 303. 
Ficheux (Pierre-Guillaume), 46. 
Fieschi, 197. 

Figarol. Voy. Ribouillard (Famille). 
Fille (jeune) gardant son troupeau, 

345. 
Filleul (Charles- Alex.), se, 304. 
Filiez, lith., 344. 
Finet (Famille), 339. 
Flachat (Eugène), ing., 262. 
Flamand (G.), se, 152. 
Flamant et Champenois (Familles), 

310. 
Flandrin (Jean-Hippolyte), p., 193. 
Flatters (Jean-Jacques), se, 152, 
Flavien (Famille), 339. 



Fleurac (Elisabeth-Léontine Bon- 

niot de), 249. 
Fleury (Nancy), 296-297. 
Florence : Eglise de Santa-Crocei99; 
Florens (A.), 112. 
Flosi, se, 252. 
Flottes Qeanne-Marie), 20. 
Foi (la), 228, 270, 313. 
Foliau, Foliot ou Folliot (les), tap., 

25,84,88, 353. 
Follin (F.-A.-E,), chirurgien, 332. 
Folliot. Voy. Foliau. 
Fontaine (Emmanuel), se, 346. 
Fontaine (Joseph-Dominique), 278. 
Forestier (Pierre-Jacques), p., 33, 

34. 

Forestier (P.-A.), 209. 

Formigé (J--C.), a., 124, 184. 

Forneron (Henri-Lazare), 194. 

Fortin (Gabriel), concierge, 23. 

Fortin (Louis), 23. 

Fortin. Voy. Delmas. 

Fossé (Françoise-Cath.-Vict.), 38. 

Fossier (Famille), 339. 

Fouassier (M^e), 279, 348. 

Fouassier (Hélène Vimont, M^^e)^ 
279. 

Foucault (B.-L.), physicien, 253. 

Foucault ou Foucaux, tap., 84, 
88. 

Fouché (le comte), 169. 

Foucher (la comtesse), 213. 

Fouchet (Paul), 141. 

Fougère (L,-G.), avocat, 550. 

Fould (Adèle Brull, M^e)^ 220. 

Fourci (J. de), conseiller d'Etat, 20. 

Fourcroy (le comte), chimiste, 
220. 

Fourdrin (Charles), a., 146, 201. 

Fourdrin, se orn., 201. 

Fourgeaud (Antoine -Alex.), 307 

Fourier (le baron), physicien, 149. 

Fourier (F.-M.-C), 271. 

Fourneyron (Benoît), ing., 262. 

Fournier (Clarisse). Voy. Terrasse. 

Fournier , médaillé de Sainte-Hé- 
lène, 325. 

Foy (le général M. -S.), loi, 130. 

Foyatier (Denis), se, 152, 304. 

Fragonard,p., 366, 383. 

França Leite (le docteur Ch.), 258. 

Français (Louis), p., 95-96. 

Francart (François), p., 5, 35. 

Fi^ancart (Jeanne-Françoise), 47. 



FRANCE — GENVRAIN 



40$ 



France. La — et l'Allemagne unies 
par la Liberté, i33;la— , 183. 

Franceschi (Jules), se, 152-153, 
252-253, 304. 

Franceschi (Pierre), 253. 

Franchi- Alfaro (Famille de), 342. 

Franck (César), comp., 322. 

François (Berthe), 240. 

François (V.), p. verr., 344. 

Franquet, tap., 88. 

Fremaux. Voy. Beaufond. 

Frémery (Nicolas et Geneviève), 
28. 

Frémy (Edouard-Pierre), se, 504. 

Fressange (A^e), 153. 

Fressange, fond., 153. 

Frochot (le comte), 200. 

Froideau (Famille F.), 339. 

Fromageau, aux Menus-Plaisirs, 84. 

Fromanger(Alexis-Hipp.), se, 153. 

Fufils, tap., 84. 

Fugère(J.-H.-F.), 176-177. 

Fulconis (V.-L.-P.), se, 259-260. 

Fusilier marin (le), 171. 

Fuzy, tap., 88. 

Gabet (Ch.), p. et biographe. Son 
« Dictionnaire des Artistes de 
l'Ecole française », cité, 93. 

Gaillion (G.), se, 304-305. 

Gaimard (Paul), 286. 

Galezowska (Edwige), 155. 

Galezowski (G. -S.), médecin, 192. 

Galilée, 99. 

Gall (F.-J.), physiologiste, 152. 

Gallais (J.-H.), juge, 298. 

Galland (L. -Jacques), p. 336. 

Gallardon, tap., 353. 

Galli (P.-Piétro), se, 153. 

Gallot (Jean-Léopold), 232. 

Galouzeau de Villepin, se, 295. 

Gambey, ing. mécanicien, 119. 

Gand. Voy. Jupot. 

Gannal (J.-N.), chimiste, 332. 

Ganneron. Voy. Billon (M^e). 

Garât (Joseph), maître-doreur, 18. 

Garât, chanteur et comp., 220. 

Garau (Marie), 54. 

Garaud (Famille), 51, 52. 

Garbe Famille (E.-V.), 339. 

Garcin (Salomon, dit), comp., 247. 

Garcin (Mii« G.), 247. 

Garde mobile (le), 171. 

Garderasse (Urbain -François), 34. 



Gardet Qoseph-Antoine), se, 321. 
Gardet (Famille), 342. 
Gareau (Pierre), négociant, 215. 
Gareau (M^e veuve), 215. 
Garnaud (Antoine-Martin), a., 174. 
Garnier (Gustave- Al.), se, 253. 
Garnier (J.-C.), économiste, 239. 
Garnier (Mlle Fanny), 239. 
Garot (E.), a., 341. 
Garraud (Joseph), se, 135. 
Garreau(M.), marbrier, 195. 
Garron (J. de), g., 162. 
Garrost (Jacques), 34. 
Gary (de), trésorier du Sénat, 328. 
Gary. Voy. Leriche de Cheveigné. 
Gascard (Louise-Madeleine), 57. 
Gaspari (le comte de), consul, 289- 

290. 
Gassier et Rué (Familles), 339. 
Gatineau (F.), 161. 
Gatti (Geraldo), se, 253-254. 
Gauchelin QA^^), 306. 
Gauchelin (Henri-Benjamin), 306. 
Gaucherel (Léon), g., 261. 
Gaudier. Voy. Mercier (Mo»»). 
Gaudran, tap., 84. 
Gaut (L.), se, 153. 
Gaut (M, etU^^), 153. 
Gautherin (Jean), se, 154, 254. 
Gauthier (Charles), se, 281, 305. 
Gautier (J.-F.-E.), comp., 108. 
Gautier (Théophile), écrivain, 255. 
Gautier, a., 288. 
Gautier ou Gauthier, tap., 84. 
Gautier. Voy. Guéneau de Mussy. 
Gautrot (Marie-Marguerite), 45. 
Gauvin (Alfred), se, 305. 
Gavet (J.), 227. 
Gay (le lieutenant E.-A.), 203. 
Gay-Lussac, chimiste, 134-135. 
Gay-Benille(N.-A.), médecin, 305. 
Gayrard (Raym.), se, 154, 305-306. 
Gazette des Beaux- Arts, 61, 140, 

238, 334. 
Gebel (Ch.), p. verr., 345. 
Gegout-Gagneur (M^^ Marguerite), 

dite Syamour, se, 154. 
Gémond (Cornélie), 232. 
Gennerat (Mii«), 142. 
Gennerat, a., 142. 
Genlis (comtesse de), écrivain, 207. 
Genuys (Ch.), a., 316. 
Genvrain (Victorine Guillaume , 

veuve), 300. 



406 GEOFFROY 

Geoffroy (J.-M.-J.)> art. dr., 182. 

Geoffroy-Dechaume, se, 154. 

Geoffroy Saint-Hilaire (Etienne) , 
naturaliste, 132. 

Gérard (Adrienne). Voy. Chaussy. 

Gérard (Aimée Berthemet, M^^e)^ 
332. 

Gérard (Mme), 332, 348. 

Gérard (François, baron), p., 292. 

Gérard-Marchais G--BO» 37- 

Gerbellot (Mme), 232. 

Gerhardt, a., 107. 

Géricault (J.-L.-A.-T.), p., 146. 

Gerin (Anne), 49. 

Gérinière. Voy. Lacressonnière. 

Germain, se, 154. 

Gérôme (Léon), se. et p., 254. 

Gérômefils Qean), 254. 

Gervais (Jeanne), 42. 

Gervais (F. -P.), naturaliste, 314. 

Geslin (René), négociant, 232. 

Geuneau (Pierre), 48. 

Gibert (H.-E.), g., 109, I39> 273. 

Gidoin et Alliés (Familles), 339. 

Gierckens (Félix), se, 306. 

Gilbert (A.), p. verr., 317, 336, 

Gilbert (F.-A. -G.), se, 154-155- 

Gill (L.-A. Gosset de Guinnes, dit 
André), caricaturiste, 124. 

Gillet et Vivenot (Familles), 341. 

Gillot (Charlotte), 45. 

Giojuzza (Famille), 339. 

Ciovanetti (César), 207. 

Girard (Alphonse), a., 219. 

Girard (Casimir), se, 155. 

Girard (Louis), 138. 

Girara (Noël-Jules), se, 155, 254. 

Girard (Xavier), a., 212. 

Girard, tap., 88. 

Girardin (Eucher), se, 306. 

Girardin (comtesse Louis de), 220. 

Giraud (Denis-Auguste), litt., 286. 

Giraud (Mme veuve), 286. 

Girault (Famille), 339. 

Girette (Jean), a., 243. 

Girodet de Roucy-Trioson (Anne- 
Louis), p., 137. 

Gisors, a., 310. 

Glaude, tap., 83. 

Glin (Louis-Jean), p., 52. 

Gloire (la), 195. 

Gluck, teinturier, 10. 

Gobelin (Nicolas), teinturier^ 21. 

Gobert (le général J.-N.), 128-129. 



~ GRANDIN 

Gobert fils (Napoléon), 129. 

Goblet(G. René), député, 193. 

Goblet (H.-C), potier, 220. 

Godde (H.), a., 196, 197, 200. 

Godebski (Cyp.), se, 155-156, 255. 

Godet (R.-C. Davoult, Mme), 208. 

Godin (Auguste), men. éb., 173. 

Godin (E.-L.), se, 173-174, 256. 

Godoy (Don Manuel), 233. 

Goethe, 118. 

Gohier, consul général, 132. 

Concourt (Jules et Edmond de), 
litt., 258. 

Gondolfi, se, 156. 

Gonichon (Charles-Pierre), opti- 
cien, 25, 26. 

Gonon (E.), fond., 126, 210, 327. 

Gonzalès, romancier, 259. 

Gorecki (L.-H.), 172. 

Gorse (Famille), 317. 

Gosey (Hélène- Victoire), 49. 

Gossec (François-Joseph), comp., 

. 113- 

Gossin (Etienne), se, 256. 
Gossin (...), se, 156, 306. 
Gossin (M. et Mme), 1 56. 
Gouge (Aug.), fond., 203. 
Goujon aîné (Famille), 233. 
Goujon (Jean), sculptant la statue 

de Diane de Poitiers, 235. 
Goullon (Noël), 55. 
Gourdel (Pierre), se, 306. 
Gourdon (Joseph), se, 233. 
Goussencourt (Frère Anne de), 7 1 , 

73- 
Gouvion-Saint-Cyr (le maréchal), 

131. 

Gozlan (Léon), romancier, 254. 

Grandidier (Mme), 106. 

Grandin (Georges). — Marché entre 
le prévôt de l'abbaye de Saint- 
Jean de Laon et Jehan Estienne, 
maître maçon, pour l'exécution 
d'un jubé, 74-77. — Traité entre 
Jehan Estienne, maître maçon à 
Laon, et Jehan Josneau, maçon, 
pour la reconstruction d'une jus- 
tice patibulaire, 77. — Marché 
passé avec Jehan Moury, fondeur 
à Laon pour l'exécution de chan- 
deliers en cuivre, 78-79. — Mar- 
ché passé avec Simon De Lorme, 
sculpteur et religieux lai, pour 
l'exécution de figures en pierre 



GRABOWSKI 

pour le jubé de l'église abbatiale 
de Saint-Jean de Laon, 79-80. 

Grabowski (F.), se, 157, 306-307. 

Grabowski (Joséphine), 307. 

Graffin, se, 157. 

Grandjacquet (Georgette et Alfred), 
254. 

Granet (Pierre), se, 307, 347. 

Granger, se, 307. 

Granger (Famille), 307. 

Grass (Philippe), se, 157. 

Graux (J.), fond., 114. 

Gravet (Famille), 215. 

Gravigny (Ulysse), a., 346. 

Greber (Henri), se, 256. 

Grégoire (Louis), se, 220. 

Greppo (Louis), député, 212. 

Grétry(A.-E.-M.). corap., 221. 

Griffoul, fond., 11$. 

Griffoul. Voy. Rudier. 

Grille (François), 93. 

Grimpel, tap., 83, 89. 

Grisar (Albert), comp., 233. 

Grollier(la marquise de), 227. 

Gromaire (Marie-Jeanne), 1 1 . 

Gros (Ant.-J., baron), p., 91, 135. 

Gros (Famille), 339. 

Grosset (J.), 194. 

Gruer fils, fond, à Auxerre, 303. 

Gruet (les), fond., 126, 140, 141, 
143, 146, 246, 258, 301, 309. 

Gruyère (Th.-Ch.), se, 211, 324. 

Gsell (Albert), p. verr., 336. 

Gsell (Ch.), p. verr., 345. 

Guadet (J.), a., 108. 

Gublin (Justin), 149. 

Guéneau de Mussy (Jeanne Gautier, 
Mme)^ 332. 

Guérard. Voy. Giraud (Mn^e veuve). 

Guérin-Menneville, médecin, 328. 

Guérin(M.), 345. 

Guérin. Voy. Prestat. 

Guérinot (Antoine-Gaëtan), a., 107- 
108, 347. 

Guerre (le génie de la), 130. 

Guersant(Pierre-Séb.), se, 157-158. 

Guichard, se, 158. 

Guiffrey Qules), administrateur de 
la manufacture nationale des 
Gobelins. — Etat-civil des tapis- 
siers des Gobelins au xviie et au 
xviiie siècles, 1-60. — Marché 
passé par Thomas Boudin, sculp- 
teur du Roi, pour l'exécution de 



HARLAND 



407 



l'autel des corps saints dans l'ab- 
baye de Saint-Denis, 61-73. — 
Les modèles des Gobelins devant 
le jury des arts en septembre 

1794, 349-389. 

Guilbert (E.-C.-D.), se, 158, 256. 

Guillain, se, 100. 

Cuillard, se, 158. 

Guillaume (Ed.), a., 104, 209, 288. 

Guillaume (Eugène), se, 158-159, 
174, 307-308. 

Guillaume (Henri), a., 288. 

Guillaume (Victorine). Voy. Gen- 
vrain (Veuve) . 

Guillaume-Tell devant Malte (Com- 
bat du), 227. 

Guillaumet (Gustave- Ach.) , p. , 
239-240. 

Guillaumot (A.), g., 201, 263. 

Guillemin (Emile), se, 159, 308. 

Guillot, bourgeois de Paris, 41. 

Guillou (Mme)^ 190. 

Guilmin (C.-M.-A.), mathémati- 
cien, 263. 

Gumery (G. -A.), se, 159, 254, 
257. 

Gustine-Chevalier (Famille), 339. 

Guyot (Joseph -Franc.), prêtre, 18. 

Guyot (Nicolas), 55. 

Guyot, g., 228, 237. 

Guyski (Marcelin), se, 308. 

Habay(Mnie)j néeDéclat, 195. 
Hachin (Edouard), 119. 
Halanzier (Famille), 236. 
Halévy (J.-F.-F.-E.), comp., 249. 
Halévy (Mme), se, 249. 
Halévy Strauss (M^e), 249. 
Halévy (L.), de l'Institut, 218. 
Halle (Noël), p., 355, 362, 366, 

369» 372, 375, 383, 386. 
Halley et Landry (Familles), 335. 
Halot. Voy. Gossin (M^e). 
Hamar (Fernand), se, 308. 
Hamard (Marie-Anne-Cath.), 162. 
Hamet, professeur d'apiculture, 295- 

296. 
Hannaux (Emmanuel), se, 153. 
Hardivilliers, tap., 88. 
Hardouin, écrivain, 4. 
Hardouin-Mansart (Jules), a., 22. 
Hardy (Marthe), 57. 
Harismendy (Famille), 342. 
Harland, tap., 83, 89. 



4o8 



Haudebourt(L.-P.), a., 200. 

Haumet (Mgr), évêque de Langres, 
156. 

Hautin (Anne-Monique), 113. 

Hautoy (Famille), 171. 

Hautpoul (le général d'), 162-163. 

Hautpoul (le comte d'), 163. 

Hébert (Adèle), 206. 

Hébert (Jeanne-Pétronille), 3 3 . 

Hébert (P.-E.-E.), se, 160. 

Hébert (Th. -Martin), se, 308-309. 

Hébert, p., 95, 343. 

Hecmanne ou Hiecman (les), tap., 
84, 89. 

Hecquet (Augustin-André), conseil- 
ler du Roi, 19. 

Hédouin. Voy. Vuy. 

Heilbron. Voy. La Panouse. 

Heim (Alexan drine-Françoise-Char- 
lotte Cariellier, M^e F.-J.), 195. 

Héloïse, abbesse du Paraclet, 215. 

Hémon (Marguerite - Angélique , 

Mme), 182. 

Hennecart (Catherine), 3 1 . 
Henri II, 365, 383. 
Henri IV, 371. 
Henriquel-Dupont, g., 530. 
Henry (Joseph), a., 309. 
Henry (Claude-Eléonor), 32. 
Henry (Corneille et Eléonore), tap., 

32, 88. 
Henry (Marie-Anne), 32. 
Herbemont. Voy. Moris (M^e). 
Herbette (Sépulture Louis), 219. 
Herbillon (le colonel A.), 268. 
Herbinger, lieutenant-colonel, 301. 
Hercule (Benoît-Lucien), se, 160. 
Héritier (Jules), se. om., 104, 118, 

134, 139, 160-161, 184,209. 
Herluison (H.), 4, 5,6, 7, 50. 
Hermant (Jacques), a., 288. 
Herny, tap., 83. 
Hérold (L.-J.-F.), comp., 236. 
Héron de Villefosse(A.), 273. 
Herry, aux Menus-Plaisirs, 8$. 
Hersent (M^e), 327. 
Hersent (Louis), p., 165. 
Hervé (Germain), 189. 
Herz (Henri), pianiste, 221. 
Hesse (Aaron- Arthur), 271. 
Hettlinger, inspecteur général de la 

manufacture de Sèvres, 85. 
Hetzel, édit., et écrivain, 325. 
Heudier (Mêlante), 245. 



HAUDEBOURT — INDUSTRIE 



Hiard (Famille), 57. 

Hiecman. Voy. Hecmanne. 

Hinart (Louis), marchand tap., 60. 

Hiolle (Adélaïde Baduel,Mme), 161. 

Hiolle (Julia), 296. 

Hiolle (Max.- Henri), se, 161. 

Histoire (1'), la Philosophie et l'Elo- 
quence, 183. 

Hittorff (J.), a., 270, 

Hodgson (Elisa). Voy. Beauchesne. 

Hoffman (Clémentine) , écrivain , 
221. 

Hogler, se, 309. 

Holmes. Voy. Piquelière. 

Homère, 116; — chantant ses poé- 
sies, 128. 

Home (Franc. Husset, Mme), 221. 

Hostein. Voy. Autz-Vivet. 

Houasse (René- Antoine), p., 5. 

Houasse (René-Philippe), $ . 

Houdon (Jean-Antoine), se, 295. 

Houel(Ch.-F. et Ferdinand), 114. 

Hubaine (A.), a., 289. 

Hubert-Patin, 345. 

Huchet (C.-R.). Voy. Labédoyère. 

Huet (François), philosophe, 301. 

Huet (Paul), p., 321. 

Huet, p., 86, 371, 385. / 

Hugo (Léopold- Armand), se, 309. 

Hugo (Victor), 99, 100, 285. 

Hugot (Famille), 142. 

Hugoulin, se, 326. 

Huguenet (T.), g., 171, 185, 206, 
210, 261, 264, 334- 

Huguenin (J.-P.-V.), se, 309. 

Hugues-Royannez (Jeanne-Clovis), 
se, 161. 

Huguier (P.-C), chirurgien, 315. 

Hullin (le général comte), 294. 

Humbert(P.), a., 178. 

Hurtault (Max. -Joseph), a., 237. 

Husunel ou Husewel (Cath.), 6. 

Hussard chargeant, 146. 

Husset (M.), 160. 

Husset. Voyez Horne (M^e). 

Husset, fond., 255. 

Husson (H.-J.-A.), se, 257. 

Icard (Honoré), se, 161. 
Iguel (Auguste-Vincent), se, 161. 
Imbertin. Voy. Bain. 
Imlé(H.), p. verr., 345. 
Immortalité (1'), 117, 183. 
Industrie (1'), I5S> 192, 201, 211. 



INGE — JULLIENNE 



409 



Ingé, fond., 113. 

Ingres (J.-A.-D.), p., 109. 

Isabeau (Louis), se, 328. 

Isabelle (Ch.- Ed.), a., 210. 

Isabey, a., 228. 

Isambert, jurisconsulte, 242-243. 

Isambert (Gaston), 242. 

Iselin (Henri-Frédéric), se, 309. 

Itasse (Adolphe), se, 162. 

Itasse (Jeanne), se, 162. 

Jacomard, se orn., 121. 
Jacquemart, aux Menus-Plaisirs, 84. 
Jacques (Maurice), p., 15, 34, 35. 
Jacques (Pierre), tailleur, 35. 
Jacques (Th.-J.-N.), se, 162. 
Jacques (saint), 341. 
Jacquier (F. et A ), 319. 
Jacquot (Georges), se, 310. 
Jadin (L.-E.), comp., 275. 
Jadin (L.-G.), p., 275. 
Jaillard, tap., 83. 
Jal (Auguste). — Son « Dictionnaire 

critique»; cité, i, 4, 5, 6, 7, 22, 

61, 62. 
Jal(A.-A.), a., 107, 191. 
Jaley (J.-L.-N.), se, 162-163. 
Jans (Jean 1er), tap., 17. 
Jans (Jean II), tap., 17. 
Jans (Jean-Jacques), tap., 14, 17. 
Jans (Jeanne), tap., 29. 
Jans (les), tap., 13, 14, 35-37, 39. 
Janson (Louis-Ch.), se, 163, 286. 
Janvier, aux Menus-Plaisirs, 85 . 
Jarlot (Famille), 343. 
Jason (Histoire de), 3 5 . 
Jaunet, a., 235. 
Jean-Baptiste (saint), 342. 
Jean-Chrysostome (saint), 1 1 1 . 
Jean l'Evangéliste (saint), 337. 
Jeanmaire (Ferdinand), 312. 
Jecker (F. -A.), mécanicien, 221. 
Jenny (le commandant Auguste), 

165. 
Jenty (Famille), 345. 
Jésus-Christ. Voy. Christ. 
Jeunesse (la), 317. 
JobertQ.-B.), 233. 
Jodon (Albert), 152-153. 
Joffrin(J.), mécanicien, député, 207. 
Jogues (François), 58. 
Jogues (Marie-Denise), 56. 
Joigneaux (Famille), 342. 
Joigny (A.-L.), a., 256. 



Joinville (le prince de), 63. 

Jolimont (T. de), écrivain. Son ou- 
vrage : « Les mausolées français. 
Recueil des tombeaux les plus 
remarquables érigés dans les ci- 
metières de Paris », cité, iio, 
158. 

Jollain, p., 364. 

Jollivet (André), 233. 

Joly (Alfred), art. dr., 288. 

Joly (Jean-Baptiste), musicien, 46. 

Joly père et fils, tap., 88, 89. 

Jomart (E.-F.), géographe, 233. 

Jonchery (Charles-Emile), se, 310. 

Joret (Henri), ing., 289. 

Jordan (Camille), publiciste, 130. 

Joseph (saint), 337, 339. 

Josneau (Jehan), maçon, 77. 

Jouandot (Amédée), se, 163. 

Joubert (Louise-Adéone Drolling, 

M^^O» P-, 93-95. 

Jouffroy (Fran.), se, 163, 257-258. 

Jouin (le R.-P. Amédée-Augustin), 
dominicain, 312. 

Jouin (Henry), secrétaire de l'Ecole 
nationale des Beaux- Arts. — Hu- 
bert Robert, peintre et graveur, 
81-82. — Mi"e Joubert, peintre 
de genre et de portraits, 93-95. 
— Hébert, peintre, 95. — Louis 
Français, peintre, 96. — La 
sculpture dans les cimetières de 
Paris, 97-348. — Table analy- 
tique et raisonnée du présent vo- 
lume, 391 et suiv. 

JouUain (Charles), 45. 

Joullain (François), p., 45. 

Jourdain. Voy. Deloustal (M^e). 

Jourlis (Marie), 41. 

Journal des Ans (le), 108, 127, 164, 
165, 212, 253, 297, 305, 320. 

Jouvenet, p., 368, 371, 373, 374, 
385. 

Jouvensel, marbrier, 202. 

Jouvin, a., 256. 

Joyeux (Marie-Thérèse de), 37. 

Jugement dernier (le), 229. 

Juigné (Famille), 228. 

Julien (Guillaume), tap., 89. 

Julliard (F.-S.), tailleur, 38. 

Julliard (Nicolas-Jacques), p., 38. 

Jullien (René), tap., 88. 

JuUien (Famille), 271. 

Jullienne (de), amateur, 10, 38, 53. 



410 



JUMELET — LATAPIE 



Jumelet (Anne-Louise), ii, 23. 
Jumelet (Antoine), tap., 11. 
Jumelin (Ch.), se, 163. 
Jumilhac. Voy. Malet (baronne de). 
Jundt (Gustave), p., 279. 
Junot (le général). Voy. Abrantès. 
Jupot et Gand (Familles), 339. 
Jurisprudence (la), 324. 
Justice (la), 122, 125, 

Kamienski (le colonel Nicolas), 252. 
Kamienski (Miécislas), 252. 
Kampf(Léopold-Eug.), se, 163-164. 
Kaulek (Alexandrine Duchêne, 

Mme), 215. 
Keller (Ferdinand-Théodore), 116. 
Kellermann (le maréchal), 196. 
Kerchove. Voy. Van den Kerchove. 
Key (Peyton Randolphe), 225. 
Kieffer (Julie). Voy. Grandidier. 
Klagraann (J.-B.-J.), se, 309. 
Knusli. Voy. Dias-Santos. 
Koeppel (Elisa Coquerel, M^^), 311. 
Koller. Voy. Berthault. 
KrafFt (Famille Albert), 339. 

Labarthe(le docteur Paul), 319. 

Labatie, marbrier, 299. 

La Beau me de Tarteron, p. verr., 

345. 
Labédoyère (comte de), sénateur, 

228. 
Labenette-Corsse, art. dr., 221. 
Labrouste (H.), a., 242, 307. 
LaBrue(de), curé, 48. 
Lachambeaudie (P.), fabuliste, 208. 
Lâchât (Jean), art. dr., 119. 
Lachaud (Noël-Ernest), 267. 
Lacordaire (A.-L.), ancien directeur 

de la manufacture des Gobelins, 

1-60, 349. 
Lacressonnière (Marguerite Géri- 

nière, femme Lesot Delapennetc- 

rie, dite), art. dr., 221-222. 
Lacroix (Paul), dit le bibliophile 

Jacob, litt., 250. 
Ladey(Jean), p., 6, 16, 41. 
Ladey (Reine-Françoise), 6. 
Lafabrègue (M. et Mme)^ 125. 
Lafitte (Louis), p., 151. 
Lafons, tap., 83. 

La Fontaine (J. de), fabuliste, 228. 
La Forge (A. de), écrivain, 107. 
La Fraye (de). Voy. La Fraye. 



Lafuma (Charles), se, 164. 

Lagarde, tap., 83. 

Lagrenée aîné, p., 361, 362, 363, 
364, 365. 

Lagrenée jeune, p., 357, 562, 363, 
364, 366, 381, 382. 

Lagriffe G.-B.), 274. 

Laine. Voy. Broquin. 

Lair, p., 90. 

Laitié (Charles-Rémi), se, 164. 

Lalanne, biographe. Son « Diction- 
naire », cité, 137, 230, 257, 293. 

Lambert (Emile-Placide), se, 164. 

Lambert (Madeleine), 46. 

Lambert-Ducellier (Familles), 175. 

Lamme (Cornélia). Voy. Scheflfer. 

Lamothe (Georges), 105. 

Lamote Baracé. Voy. Senonnes. 

Lan (Adèle). Voy. Singer (M^e). 

Lançon (Auguste), p. et g., 305. 

Landier (Ant.-Alf.), avocat, 290. 

Landry. Voy. Halley 

La Neuville (l'intendant), 3J3. 

Langlois (Pierre), 330. 

Langlois (les), tap., 83, 88, 89, 

353- 

Lanier (Etienne), 46. 

Lanneau (P.-A.-V. de), fondateur 

du collège Sainte-Barbe, 200. 
Lanneau (R.-A. de), directeur du 

collège Sainte-Barbe, 292. 
Lanno (F.-G.-A.), se, 16$. 
Lanoe (Jules-Félix), 310. 
Lanoe (P.), se, 310. 
Lanzirotti(Antonio-Giov.), se, 16$. 
Laon : Eglise abbatiale de Saint - 

Jean, 73-80. 
La Panouse (Marie Heilbron, M^^), 

art. dr., 302. 
Lapérouse, navigateur, 293. 
La Pommeraye (Berdalle de), litt., 

346-347. 
La Porte (Amador de), 61, 62. 
Laporte, cis., 303. 
Larmoyer (Famille), 270. 
Larochelle (Henri Boullanger, dit), 

acteur et administrateur, 315. 
Laronde, tap., 83, 88. 
Larousse (P.), édit. et écrivain, 320. 
Las-Casas, malade, soigné par des 

sauvages, 165. 
Lasseret (Famille), 56. 
Lastérie de Saillant (Marie de), 52. 
Latapie (G.), 232. 



LATOUR — LE FLAMAND 



411 



Latour (L.-M.-B.), se, 165. 
Latour, aux Menus-Plaisirs, 84. 
Latreille (P.-A.), naturaliste, 186. 
Latteux-Bazin, p. verr., 345. 
Laubeuf (Louis-Achille), 306. 
Laumonier (Famille), 339. 
Launay-Kautin (M^ne veuve), 113. 
Laureau (Marguerite), 48. 
Laurent (Eugène), se, 165. 
Laurent (Louise-Joséphine), 211. 
Laurent (Marcel), sous-officier, 124. 
Laurent (Victor-Alexandre), 211. 
Laurent (les), tap., 17, 41-42. 
Laurent-Pichat (L.), Htt., 184. 
Lauriston (le marquis de), 26, 27. 
Laussel (Adam), 286. 
Laval (Famille), 271. 
Lavalette (comte et comtesse de), 

222. 
Lavallée (Alphonse), 197. 
Laveissière. Voy. Salles (M^ne). 
Lavenant (A.), a., 172. 
Lavigne (Jules), se, 258. 
Lavoisier. Voy. Rumford. 
Lazare (Résurrection de), 210. 
Le Bailly (A.-J.), libraire, 317. 
Le Bailly (Claire), écrivain, 317. 
Lebarbier, p. 357, 369, 384. 
Lebas(H.), a., 249, 298. 
Le Bascle. Voy. Argenteuil (d'). 
Le Bé (Jean), secrétaire du Roi, 60. 
Le Bé (Anne), 14, 35, 36. 
Le Bé (Marie), 5. 
Le Bé (Marie- Anne), 60. 
Lebègue Célestin, se, 172. 
Lebègue (Hippolyte), se, 310. 
Lebègue (J.-L. -A.), se, 151, 166- 

167. 
Lebègue (Paul), se, 103, 104, 120, 

149, 150, 151, 166-172. 
Lebègue (Paul-Adolphe), se, 310. 
Lebègue (S.), a., 176. 
Lebègue, marbrier, 310. 
Lebègue ou Lebaigue (les), tap., 83, 

88. 
Le Bel, p., 86. 
Lebel, g., 179. 

Le Bertre (Famille Simon), 336. 
Leblanc (C.-N.-L.), dess., 222. 
Le Blond (les), tap., 12, 17, 18, 

42-43. 
Lebourg (Charles- Aug.), se, 170. 
Le Breton (Michel), curé, 39, 46. 
Le broc (Jean- Baptiste), se, 216. 



Le Brun (Charles), p., 10, 16, 20, 

27> 35, 36, 39. 40, 55,338, 340, 

341, 369, 371, 373, 377, 378, 

379, 386, 388, 389. 
Le Brun (Charles), auditeur à la 

Cour des Comptes, 20, 58. 
Lebrun (Charles-François), duc de 

Plaisance, litt. et homme poli- 
tique, 116-117. 
Lecart (F.), p. verr., 343. 
Lecat (Jeanne), 36. 
Lecer (E.), se, 170. 
Léchaudet (les), tap., 83. 
Léchelle (Philippe), 204. 
Lechevalier (H.), dess., 345. 
Lechevalier (Paul), 345. 
Le Clerc (Sébastien), g., 5, 6, 16, 

22, 39, 40, 43-45. 
Leclerc (Famille de Séb.), 43-45 . 
Leclerc (M^ie veuve), 268. 
Leclère (Achille), a., 123, 143. 
Leclère (Edmond), notaire, 289. 
Leclert (Emile), 114. 
Lecocq (L.-O.). Voy. Compans. 
Lecoigneux (Polixène), 27. 
Lecointe (L.-A.-J.), se, 170. 
Lecomte(le général C.-M.), 125. 
Lecomte (Gustave), ing., 256. 
Lecomte (J.), a., 230. 
Lecomte du Noùy, p. et se, 310- 

311. 
Lecomte du Noùy (Mme), 310. 
Leçons de clinique, 300. 
Le Conte (Sauveur), p., 59. 
Leconte de Lisle, poète, 317. 
Lecoq, tap., 89. 
Le Courbe (François), 40. 
Lecourtier (Prosper), se, 348. 
Lecreux (J.), a., 214. 
Ledru-Rollin (A.-A. Ledru, dit), 

avocat, 135. 
Lefebure (Pasques), religieux, 74, 

75, 76, 78, 79. 80. 
Lefebure- WéH, comp., 120. 
Lefebvre (Eugène), 314. 
Lefebvre (F.-J.), duc de Dantzig, 

maréchal de France, 129. 
Lefebvre (...), se, 258. 
Lefebvre (les Jean), tap., 13, 14, 

17, 46, 48, 55- 
Lefèvre (Camille), se, 170, 171. 
Lefèvre (Robert), p. 89. 
Le Flamand (Simon-Jean), p., 16, 

46, 47, 57- 



4l2 LEFORTIER 

Lefortier (Jean-Henri), p., 314. 

Legendre(Julie). Voy. Pemn(Mme). 

Legendre (Rose), 233. 

Léger (Blanche). Voy. Wilmès. 

Legeret (Anne), 5. 

Legeret (les), se, 16, 47. 

Léglise (Henri), 204. 

Legouaz (Marie- Amélie), 332. 

Legouvé, homme de lettres, 353, 
355, 359» 361, 367, 373» 375, 
378, 379- 

Legrain (Emile), se, 171. 

Legrand (Pierre), homme d'Etat, 
121-122. 

Legrand (Léontine), 335. 

Legrand, a., 81. 

Le Gras (Simon), évêque, 63. 

Legros(H.), 191. 

Léguée, tap., 84. 

Leharivel-Durocher, se, 171-172. 

Leharivel du Rocher, colonel, 146. 

Leharivel du Rocher (veuve), 146. 

Le Jay (Frère Jehan), 71, 73. 

Lejay (Famille), 293. 

Le eune (M. et Mme Marc), 269. 

Lelasseur (Famille), 160. 

Leleu (Charlotte), 27. 

Lemaire (Hector), se, 172. 

Lemaire (P.-J.-H.), se, 172, 195. 

Lemaître (Frédéric), art. dr., 347. 

Le Maître (Louis-Gaspard), 24. 

Lemal et Raquet, p. verr., 336. 

Lemasson-Gimenez (Famille), 339. 

Lemercier (Népom.), poète, 133. 

Le Mire (Charles), p., 5, 16, 47. 

Le Mire (Marie-Catherine), 47. 

Lemire, aux Menus- Plaisirs, 85. 

Lemoine (A.-A.-J.), 233. 

Le Monnier, p., 364. 

Lénard (Marthe-Madeleine), 58. 

Lenfant (Guill. et J.), tap., 47, 48. 

Lenfant (les), p., 6, 16, 48. 

Lenoir (Alexandre), 215. Son ou- 
vrage : « Musée des monuments 
français», etc., cité, 228. 

Lenoir (Alfred), se, 172-173, 258. 

Lenoir (Pierre), 321. 

Lenoir et Va vin (Familles), 156. 

Lenormand (Mlle), cartomancienne, 
222. 

Lenormand de Villeneuve (M^e), 
169. 

Léon (saint), 339, 340. 

Lepel-Cointet (Famille E.), 159. 



— LEVÉEL 

Le Père (Alfred- Adolphe), se, 173. 
Lépicié, p.,361, 362,363. 
Lepind, orf. et se, 311. 
Le Prestre (Judith), 48. 
Leprêtre (C.-A.-E), 302. 
Lèpre vost (Famille H.), 343. 
Lequesne (Eugène-Louis), se, 174. 
Lequien (Alex. -Victor), se, 175. 
Lequien (Justin), se, 175. 
Lerendu (Louise), 120. 
Leret. Voy. Delaleu (veuve). 
Le Riche, se, 85. 
Leriche de Cheveigné (Eulalie de 

Gary, M^e veuve), 328. 
Lerogneux (Marie-Louise), 40. 
Le Roux (Claude), caissier, 138. 
Leroux (Frédéric-Ét ), se, 176, 310. 
Leroux (Jean-Marie), g., 293. 
Leroux (Pierre), philosophe, 301. 
Le Roy (Et.-Aug.), horloger, 38. 
Le Roy (Jacques-Prosper), 38. 
Leroy (Léon), fond., 322. 
Le Roy-Mailand (Familles), 216. 
Leroye, tap., 83. 
Le Royer, a., 262. 
Le Royer, sénateur, 206. 
Lescorné (Joseph-Stanislas), se, 311. 
Le Sève (Famille), 339. 
Lesot. Voy. Lacressonnière. 
Lesprit (Antoinette), 38. 
Lesueur (Adeline-Marguerite), 145. 
Le Sueur (Eustache), p., 10. 
Lesueur (J.-B.), a., 195. 
Le Sueur (Jacques-Philippe), 176. 
Lesueur (Jean-Franç.), comp., 145. 
Le Sueur (Marie-Catherine), 32. 
Lesueur. Voy. Vion (veuve). 
Lesveillé (l'abbé), 41. 
Letellier (Famille), 342. 
Lethière (Guill. -Guillon), p., 274. 
Lethière, procureur du Roi, 274. 
Letourneau (Edouard), se, 311. 
Letourneau (les), tap., 26, 32, 50, 

83, 87, 88. 
Leucreuille, tap., 83. 
Levacher. Voy. Baudrand (M^^e), 
Levaigneur (Louis-Félix), 109. 
Levaigneur (M^e), 109. 
Le Vasseur (Henri-Louis), se, 176. 
Levasseur(Jossine), 330. 
Levasseur (M.-P.), art. lyr., 238. 
Le Va vasseur, à la manufacture de 

Sèvres, 86. 
Levéel (Armand), se, 176-177. 



LteVÊaUE — MARCOZ 



413 



Levêque (Edmond), se, 177. 
Levêque, p. verr., 337. 
Levillain (Ferd.), se, 177, 312. 
Le Villain (Famille Albert), 339. 
Lévy (Gustave), g., 247-248. 
Lewenhard (Henriette Pustawoj- 

tow, Mme), 308. 

Lewenhard (le docteur), 234, 263, 

308, 315, 348. 
Leys(G.), 193. 
Leys (Mme Henriette), 193. 
Lhéritier de Chézelle (la baronne), 

166. 
L'Homme d'Albon. Voy. Albon. 
Lhoste, marbrier, 343. 
Liandier (Famille J.), 339, 
Libération du territoire (la), 183. 
Lieurey (François), vicaire, 29. 
Lillers (le marquis de), 226. 
Limosin, dit Laforest, tap., 87. 
Lindet (R.), du Comité de Salut 

Public, 352, 353. 
Lion qui boit (le), 305. 
Lionnet (F.-J.), professeur, 323. 
Lisfranc (Jacques), chirurgien, 300. 
Lobry (Catherine de), 6, 7. 
Loir (Alexis), p., 48, 49. 
Loir (F. -N.), écuyer, 49. 
Loir (Nicolas), 49. 
Loisel (Marie Legrand, Mme), 158, 

Loison(P.), se, 171,258,276,312. 

Lombard (Henri-Edouard), se, 177. 

Lomon (Aristide), poète, 281-282. 

Londres : Westminster, 99. 

Longepied, se, 286-287, 291. 

Longuet (Madeleine), 40. 

Lorain (P.), a., 275. 

Lorge, fond., 115. 

Lormier (Ed.), se, 177, 258-259. 

Lorraine (Henry de), 63. 

Louis (saint), portant la couronne 

d'épines, 339, 340. 
Louis XIV (Histoire de), 350, 351. 
Louis (P.-C.-A.), médecin, 309. 
Louis (Mme Pierre-Thomas), 222. 
Louis-Noël (H.), se, 178, 281, 312. 
Loup. Le — et l'Agneau, le — et la 

Cigogne, 228. 
Lourmand (A.-D.), 109, iio. 
Loviot (E.), a., 243. 
Loyer (Famille L.), 340. 
Lucas, p., 366, 369, 371, 377, 388. 
Luccioni (Jacques), 295. 
Luchet (Auguste), litt., 159. 



Luillier ou Lullier (Charlotte), 48. 
Lunague, chirurgien, 13, 16, 49. 
Lunardi (Pietro), 271. 
Lunel (le commandant), 165. 

Mabel de la Croix (Mme), 280. 
Mabille (Jules-Louis), se, 312. 
Macé (Emile-Louis), se, 178. 
Mailand. Voy. Le Roy. 
Maillard (Auguste), se, 312-313. 
Maillard (L.-G.), géographe, 237. 
Maillard. Voy. Payen (Mme). 
Maillé (le comte de), sénateur, 117. 
Maillet (Jac. -Léonard), se, 174, 178. 
Maillet (Louis), 24. 
Maillot (Mme Pauline), se, 313. 
Maillot, docteur médecin, 313. 
Maillot (Mme veuve), 307. 
Maindron (Hipp.), se, 179, 313. 
Maindron (Julie Chabot, V^e), 313. 
Maisons royales (Tentures des), 

350, 351. 
Malaine (Laurent- Jos.), p., 15, 49. 
Malaine, tap., 83. 
Malet (comte et comtesse), 216. 
Malfatti (Andréa), se, 17Q-180. 
Malinet (Marie-E.-C), 265. 
Malivoire (P. -D.), tablettier, 33. 
Malivoire (P.-N.), parfumeur, 34. 
Mallefille (J.-P.-F.), aut. dr., 276. 
Mandell (la baronne R. de), 127. 
Mangeant (P. -Emile), 301. 
Mangelschot, tap., 56, 58, 88. 
Manget (Louis-Joël), médecin, 222. 
Manguin (P.), a., 171, 263. 
Maniglier (Henri-Charles), se, 314. 
Manin-Navarron (Famille), 340. 
Manuel, homme politique, 131. 
Manvilles (Alexandre de), 166-167. 
Maquet (Auguste), romancier, 104. 
Marbeau (G.), a., 194. 
Marcel (J.), 128. 
Marcel, a., 203. 

Marcellin (Jean-Esp.), se, 314-315. 
Marchade (Famille Daniel), 340. 
Marchais-Lagrave (Famille), 311. 
Marchai de Calvi, médecin, 103. 
Marchande de balais (une), 94. 
Marchebeus, a., 217. 
Marchi(A.), se, 180. 
Marchon (Dufrénoy, Mme), 333. 
Marcilly (Millet de), se, 188,315. 
Marcinchowski(Lad.),se, 315,348. 
Marcoz (Marie-Genev iève), 224. 



414 MARDUEL 

Marduel (M™* veuve), 104, 
Marguerin (Emile), directeur de 

l'Ecole Turgot, 175. 
Marguerye. Voy. Vassy. 
Marie, tap., 88. 

Marin (Marie-Louise), 327-328. 
Mariotte (J.-F.), ingénieur-mécani- 
cien, 207. 
Marius, photographe, 148. 
Marix, tap., 84. 
Marjolin (M^e)^ se. et p., 266- 

267. 
Marlier (C.-M.), g., 105, 123,130, 

164, 230. 
Marochetti (Charles, baron), se, 

180-181, 259. 
Marquelet (Pierre-Emile), 345. 
Marqueste (Laurent-H.), se, 315. 
Marquet de Vasselot, se., 181, 259. 
Marteau (Alexandre), a., 122. 
Martel, g., 174. 
Martignon (Famille), 223. 
Martin (Auguste), se, 181. 
Martin (Jean-Baptiste), p. 6. 
Martin (J.-E.), mos., 152. 
Martin (Pierre), 47. 
Martin (Pierre-Denis), p. 6. 
Martin, p., 10, 374, 387. 
Martin, fond., 199. 
Martin (les), tap., 83, 84, 87, 89. 
Martin (Famille), 344. 
Martin de laLande(Louis-Laurence). 

Voy. Ducommun du Locle. 
Martin-Magron (le docteur C), 288. 
Martin de Vauxmoret (Gabrielle). 

Voy. Lhéritier de Chezelle. 
Martine (Marie-Charlotte), 127. 
Martinet (L.-F.-G.), imp,, 147. 
Marx (Simon), médecin, 154. 
Massart (M. et M^e)^ 240. 
Masse (Famille), 257. 
Massé (F.-M.-V.), comp., 275. 
Masséna, maréchal de France, no, 
Massis, tap,, 83. 
Massol (M,-A.), journaliste, 186, 
Masson, bourgeois de Paris, 55. 
Masson (Louise-Aglaé), 240. 
Masson (P,-F. et Pierre), 147, 
Massy, tap., 88, 
Masure (Famille L.), 342. 
Mater dolor osa, 269, 337, 340, 343. 
Mathieu (Henri), p,verr., 337-541, 

343» 345. 
Mathieu-Meusnier (Mathieu-Roland, 



- MICHEL 

dit), se, 181-182, 260, 281, 

315- 

Matifat (Ch.), fond., 187, 249, 261. 

Matte(F.), se, 182. 

Matte (Nicolas- Augustin), se, 182. 

Maubert (Jean-Joseph), avocat, 24. 

Mauduit (Louise-Marie), p., 165. 

Mauguin (Pierre-Et.), ing., 308. 

Maurice (Louis-Joseph), p., 233. 

Maurice (Octave- Alexandre), 329. 

Maxant, se, 182. 

Mayer (le capitaine J.-A.), 287-288. 

Mayer Lamartinière (Marie Fran- 
çoise-Constance), p., 238. 

Mayeur (Maximilien), 199. 

Maze (Hippolyte), sénateur, 312. 

Mazeline, se, 47. 

Mazerolle (Alexis-Joseph), p., 279. 

Mazet (le lieutenant Louis), 170. 

Mazois, a., 130. 

Megliorini (Ferd.), mos., 16, 50. 

Meignen (Antoinette- Victoire), 81, 

Meignen. Voy. Gerbellot (M^ie). 

Méline, député, 206. 

Melzessard (C.-T.), 223. 

Ménagé, a., 157. 

Ménageot, p., 360, 361, 363, 366, 
375,382, 383. 

Menard (Jean-Claude), horloger, 30. 

Ménier (E.-J.), industriel, 154-155. 

Menn (Charles-Louis), se , 182. 

Mercié (A,), se, 140, 183-185, 261. 

Mercier (Jean-Michel), p., 136. 

Mercier (M.-L.-V.), se, 185. 

Mercier (Mme)^ née Gaudier, 185. 

Mercier, g., 275. 

Merle (Hugues), p., 209. 

Merley (Louis), se, 185, 315-316. 

Merlieux (Louis-Parfait), se, 186. 

Méry (Joseph), poète, 248-249. 

Metz (Marie-Madeleine de), 14. 

Meurice (Paul), aut. dr., 264. 

Meurice(Mnie Paul), 198. 

Meusnier (Georges), 281. 

Meyer (M^e)^ 260. 

Meyer (H,), mécanicien, 259-260. 

Mézières (Mr), 81. 

Mezzara (Joseph), se, 186. 

Michaud et Buisson (Familles), 323, 

Michel (saint), 336. 

Michel (Célina), se, 316. 

Michel (Georges), a., 209. 

Michel (Mme veuve), 316. 

Michel (père et fils), tap., 83, 88. 



MICHEL-ANGE 



MOYEN 



415 



Michel-Ange, se, 261. 
Michelet (J.), philosophe, 184, 348. 
Michelet (Lazare), 184. 
Micol (Emile-Henri), 145. 
Miellé (Famille), 340. 
Miglioretti (P.), se, 252. 
Mignard(P.), p., 339. 369. 37i, 373» 

376, 378, 379> 387, 388, 389. 
Millet (Aimé), se, 186-187, 261- 

262, 316-317. 
Millet (E.-L.), a., 290. 
Millet. Voy. Marcilly (Edouard). 
Milton, 99. 
Minot (Famille), 34c. 
Minot-Tantard (Familles J.), 340. 
Mirande(J.), se, 188. 
Mirecourt(Hélènede). Voy.Therval. 
Miroy (A.-B.), se, 188. 
Mise au tombeau (la), 336, 344. 
Modestie (la), 195. 
Moine (Elisa Rouch, M^e)^ 177. 
Moinerey (Antoine), 43. 
Moïse, 261. 
Moitte, se, 353. 

Molchneth (Dominique), se, 188. 
Mole (le président), 360, 381. 
Molière (Poquelin, dit), poète, 237. 
Molinos, a., 81. 
MôUer (Jossine), 330. 
Molz (Famille Henry), 228, 348. 
Mombinne (Th.-N.-M.), 246. 
Mombur(J.-0.). se, 188, 317. 
Monge (Gaspard), géomètre, 205 . 
MongroUe (Victor), 234. 
Monique (sainte). Voy. Augustin 

(saint). 
Moniteur des arts, 347. 
Moniteur universel (Petit), 124, 165. 
Monlouis, tap., 83. 
Monmerqué. Voy. Montmerqué. 
Monnais (G.-E.-D.), musicien, 163. 
Monnoie (A. d'Affry de la), 163. 
Monneau ou Monnot, tap., 83. 
Montagny (Etienne), se, 262. 
Montaiglon( A. de),cri tique d'art, 206. 
Montbarbon. Voy. Cadiot (veuve). 
Monteja Caballero(F.-J.), 139-140. 
Monteleone (le duc de), 197. 
Montena (Famille), 272. 
Montmerqué (Ch.-Martin), se, 50. 
Montmerqué (Jean-Pierre), orf., 50. 
Montmerqué (Marie-Catherine), 50. 
Montmerqué (Mathieu), tap., 12, 

14, 18, 29, 30, 50. 



Montmerqué (Pierre), se, 6, 50. 

Montmerqué (Pierre-Franc.), se, 50. 

Montmerqué (Pierre-Léon), se, 6. 

Montullé (de), conseiller d'Etat, 38. 

Montval (Ludovic-François), 143. 

Monvel. Voy. Boutet-Monvel. 

Mony (Adolphe-Stéphane), se, 262. 

Moore (Edmond), 115. 

Moralis (Ch. -Claude), avocat, 23. 

Morand (Famille du comte), 168. 

Morant (P.-F.), médecin, 308. 

Moreau (Aimée), 325. 

Moreau (François-Clém.), se, 174. 

Moreau (Hector), a., 220. 

Moreau- Vauthier (Aug.), se, 189. 

Moreau- Vauthier (Famille), 189. 

Morel, tap., 51. 

Morelet (A.), notaire, 76-80. 

Moret (Germain), marchand, 40. 

Moret (Henry), 241. 

Moret (Mme veuve), 241. 

Morette (Famille), 340. 

Morey (Virgile), se, 317. 

Morice(Ch.), a., 318. 

Morice (Léopold), se, 189, 262- 
263, 317-318. 

Morin (Catherine), 47. 
Morin (Ernest), historien, 198. 
Morin, tap., 83, 89. 
Môring (Michel), directeur de l'As- 
sistance publique, 299. 
Moris (Adélaïde Herbemont, Mme)^ 

189, 348. 
Moris (Louis-Marie), se, 189, 
Moris (Famille L. -M.), 189. 
Mort (la), 228. 
Mosin (Catherine), 5, 20. 
Mosin (Daniel et Pierre), orf. ,51. 
Mosin (Jean-Baptiste), tap., 17, 51. 
Mosset (Marie-Thérèse), 229. 
Moucheron (J. de), se, 190. 
Moulin (J. -H.), se, loo, 318. 
Moulin (P.-J.), consul, 281. 
Mouly (F.-J.-J.), se, 190, 318. 
Mounet-Sully (Jean-Sully, dit), art. 

dr. et se, 318. 
Mounet-Sully (G. et J.), 318. 
Mourot-Bourdon, 149. 
Moury (Jehan), fondeur, 78, 79. 
Mouton (l'abbé Eugène), 120. 
Mouton (E. Barry, Mme)^ 182. 
Mouton-Lunel (Famille), 182. 
Moyaux, a., 288. 
Moyen (Apolline). Voy. Dumay. 



4i6 

Mozin (Charles-Louis), p., 275. 

Mozin (D.-T.), comp., 250. 

Mucian (le), p., 376. 

Mulard dess., 26. 

Muller (Philippe-Math.), 190-191. 

Mûnck, violoncelliste, 258. 

Munster (M^e), 91. 

Murât (André), 196. 

Murger (H.), litt., poète, 261, 317. 

Murgey (Franc. -Théophile),sc., 190. 

Murillo, p., 340, 341. 

Musias (Famille), 223. 

Musique (la), 121, 143, 220. 

Musset (Alf. de), poète, 106, 107. 

Mussot (Pierre), 156. 

Mussy. Voy. Guéneau de Mussy. 

Mylius (le général Henri de), 292. 

Nainer (François -Claude), 234. 

Nainer, se, 190, 191. 

Nansot, fond., 330. 

Napoléon 1er, 100, 294. 

Naret (G.-L.), se, 144. 

Nargeot (Michel), 283. 

Natoire, p., 366, 372, 374, 583. 

Nature (la), 226. 

Navailles. Voy. Girardin. 

Navarre (E.), a., 247. 

Naveau (Louis), 223. 

Née (Alfred), avocat, 302. 

Nefftzer. — Son tombeau, 240. 

Nègre (Henri), se, 319. 

Neilson (les), tap., 12, 18, 35, 51, 
52. 

Nélaton (Auguste), chirurgien, 157. 

Nélaton (Ch.), 157. 

Nérat, fond., 305. 

Neufmaison (Pierre de), tap., 13, 
17, 27, 52, 53- ^ ^ 

Neufmaison (Famille de), 52-53. 

Neustedt-Bennett (Famille), 276. 

Neuville (A. -M. -A. de), p., 266. 

Nibré (Henri, marquis de), 27. 

Niepce de Saint- Victor (Claude-Fé- 
lix-Abel), chimiste, 276-277. 

Nieuwerkerke (de), se, 96. 

Niobide(le), 174. 

Noblet, tap., 3s 3. 

Nodier (Charles), poète et littéra- 
teur, 133-134- 

Noël (E.-A.-P., dit Tony), se, 191. 

Noël (L.), se et art. dr., 136. 

Noël, tap., 35^. 

*Nogent-le-Rotrou, 61. 



MOZIN — ODDINOT 



Noir (Y van Salmon, dit Victor), 
journaliste, 126-127. 

Noriac (Cairon, dit), litt., 262. 

Normand aîné(L.), g. Son ouvrage: 
« Monuments funéraires choisis 
dans les cimetières de Paris et des 
principales villes de France, des- 
sinés, gravés», cité, 105, no, 113, 
117, 123, 128, 129, 130, 131, 
132, 135, 137, 143» 145, 146, 
147, 150, 151, 157, 158, 172, 
180, 181, 195, 196, 197, 200, 
201, 203, i205, 220, 223, 225, 
226, 228, 230, 232, 233, 236, 
237, 247, 248, 259, 270, 293, 

294,329» 331. 
Notre-Dame de Lourdes, 339. 
Notre-Dame des Victoires, 340, 

341. 
Nouailhier, p. 85. 
Nourrigat, a., 201. 
Nourrit (Adolphe), art. lyr., 248. 
Novitzky, a., m. 
Noyalle, tap., 89. 
Nugent (Augustine). Voy. Biré(de). 
Nuitter, archiviste de l'Opéra, 254. 
Nunes (Mercedes), 216. 
Nyssia, 174. 

Obermayer, g., 107, 134,203,219, 

246, 248. 
Obin (Louis-Henry), chanteur, 254. 
Odette (sainte), 341. 
Odiot (G.), 234. 
Odiot (J.-B.-C), orf., 233. 
Offenbach (J.), comp., 252-253. 
Oleszczynski (Lad.), se, 192, 263. 
Oliveira Arruda (le chevalier), 233. 
Olivier (Théodore), géomètre, 333. 
OUier (Pierre), 326. 
Ollivier-Baldy (Famille), 340. 
Orban-Saunier (Famille), 342 . 
Orfila (le docteur), chimiste, 309. 
Orfila, neveu, 310. 
♦Orléans (Musée d'), 264. 
Ortolan, jurisconsulte, 324. 
Orville, intendant militaire, 292. 
Osbach Qoseph), se, 192-193. 
Osiris. Son tombeau, 261. 
Ostende (les), tap., 87, 89. 
Ottavi (Joseph), orateur, 299. 
Ottenique (Th.), marchand, 19. 
Oudiné (Eugène- André), se, 193. 
OudinotdelaFaverie, p. verr., 343. 



OUDRY 

Oudry,p., 368, 370, 373^386. 
Ou dry (Marie), 6. 
Outrey (Famille), 340. 
Ozi (Alice), art. dr., i$8. 

Paccard (Alexis), a., 158. 
Pacthod (le général comte), 237. 
Padoue (le duc de), 160. 
Pagnierre, a.,94. 
Pagniez(A.-F.-J.), 278. 
Paillet (A.-G.-V.), avocat, député, 

138-139. 
Pajot (Elisabeth et M. -A.), 202. 
Pajot (J.), secrétaire du Roi, 18. 
Palasmes de Champeaux, 169. 
Pallez (Lucien), se, 193. 
Palmier (le docteur), 246. 
Panseron (Auguste), comp., 174. 
Panseron (Mme veuve), 174. 
Pantin Wilder. Voy. Reiset (veuve). 
Paqueau (Charles-Florent), 313. 
Paquignon-Pellard (Familles), 340. 
Paraux, tap., 83, 84. 
Parent (Henri), a., 109, 155. 
Paris (Auguste), se, 319. 
Paris (les), tap., 26,83, 88, 89. 
Paris : Académie de médecine, 154. 

— Bibliothèque de l'Opéra, 245, 
254. 

— Cimetière Montparnasse, 276- 
334, 344-345. 

— Cimetière Montmartre, 238-276, 

343-344, 34.7. 

— Cimetière du Père-Lachaise, 103- 

238, 334-343, 346-347- 

— Ecole normale supérieure, 253, 

— Ecole polytechnique, 205. 

— Eglise Saint-Etienne du Mont, 
100. 

— Eglise Saint-Eustache, 100. 

— Eglise Saint-Hippolyte, 10. 

— Eglise Saint-Thomas du Louvre, 

34. 

— Hôtel des Invalides, 100. 

— Hôtel des Menus-Plaisirs, 84-85. 

— Manufacture des Gobelins, 1-60, 
82-89, 349-389- 

— Manufacture de la Savonnerie, 

349-389. 

— Musée du Louvre, 62, 128. 

— Musée du Luxembourg, 251. 

— Panthéon, 100. 

— Place de l'Institut, 282. 
Pariset (Etienne), médecin, 154. 

ART FR. Xni 



FERREE 



417 



Parizot (le colonel C.-L.), 334. 

Parle Martinez del Rio, 281. 

Parmentier (A.), agronome, 148. 

Parmentier (Mme Veuve), 148. 

Parmentier (Norb.), prêtre, 50, 54. 

Parrocel (Charles), 6. 

Parrocel, p. 373. 

Pascal (Biaise), philosophe, loo. 

Pascal (J.-L.), a., 185. 

Pasquet (M.), se, 193. 

Paterson (Gilles-Jean), 223. 

Patey(H.-A.-I.), se, 319. 

Patin (Henri), secrétaire perpétuel 
de l'Académie française, 298. 

Paton (Emilie Pacini, M^e)^ écri- 
vain, 121. 

Patou (Edouard), se, 193. 

Patriotes polonais, 315. 

Patriotisme (le), 183. 

Patti (Carlotta), cantatrice, 258- 
259. 

Paufard(J.-B-A.),se, 263. 

Paul (saint), 340, 341. 

PaulzeLavoisier. Voy. Rumford. 

Paupy (Baith.), industriel, 120. 

Pauwels (Ant.), chirurgien, 247. 

Pauwels (L.-A.), ing., député, 247. 

Payen (J.-F.), médecin, 234. 

Payen (M.-C. Maillard, M^e), 234. 

Payon, tap., 83. 

Pech (Gabriel), se, 193-194. 

Pécou (J.-W.-H.), se, 194, 319. 

Pécou (Adèle Borg, Mme), 341. 

Peiffer (Auguste-Joseph), se, 194. 

Peignât (François-Paul), 283. 

Peigné-Crémieux. Voy. Lecomte. 

Pélion, 174. 

Pellard. Voy. Paquignon. 

Pellassy des Fayoïles, docteur, 161. 

Pellechet, a., 201. 

Pellegrini. Voy. Vandenbergue. 

Pellyard (Louis), 38. 

Pensée (la), 11 7- 118. 

Pensel(J.), g., 144, i57, 187. 

Pepoli(le comte A.-F.-L.-C), 167. 

Percier (Charles), a., 220, 353. 

Perdonnet (Albert-Auguste), ingé- 
nieur, 141-142. 

Pérignon(le maréchal), 196. 

Permon Comménc. Voy. Abrantès. 

Ferras (François), 223. 

Penaud (J.-J.), se, 320, 326. 

Perrault (Edmond-Léon), se, 348. 

Perrée (Louis), publiciste, 128. 

-'7 



4i8 



PERRELLÏ 



Perrelli (Gennero), pianiste, i8o. 
Perrin (Adolphe-Auguste), se, 320. 
Perrin (Julie Legendre, M"^^), 320. 
Perrin, p., 360. 
PerroUe (Antoine), 229. 
Perrot, — Artistes des Gobelins et 
de Sèvres incorporés dans la garde 
nationale en 1790, 82-86. — 
Liste des tapissiers des Gobelins 
en août 1794, 86-89. 

Perroux (A.-J.-B.), administrateur 
des conti-ibutions directes, 333. 

Pertat (J.-B.-E), greffier, 234. 

Peter (V.), se, 194. 

Petit (le général baron E.), 282. 

Petit (le général baron J.-M.), 282. 

Petit (Catherine), 22, 39. 

Petit (François), 42. 

Petit, chef d'institution, 242. 

Petit (Jean-Claude), se, 194-195. 

Petit (Marie-L.), musicienne, 263. 

Petit (P.), se, 263. 

Petit, g. sur or, 86. 

Petit-Radel (L.-F.), a., 305-306. 

Petit-Rolland (Famille), 342. 

Petitot (L.-M.-L.), se, 195. 

Pêtre (Charles), se, 263. 

Peuvrier (Nicolas), 42. 

Peyron, p., 360, 361. 

Peytoureau (Justin), 120, 169, 172. 

Pezieux (J.-A.), se, 195, 320. 

Pezieux (Jean- Alexandre), 320. 

Pezon (Famille), 237, 348. 

Pezon fils (A.), 348. 

Philippi (Carl-Léopold), 234. 

Philomène (sainte), 339. 

Philosophie (la). Voy. Histoire. 

Phryné, 174. 

Picard (Elisabeth de), 3 1 , 

Picai-d(E.), avocat, député, 118. 

Pierre (saint), 339, 341, 343- 

Pierre, p., 372, 386. 

Pieta, 341. 

Pigalle (Jean-Marie), se, 210, 321. 

Pigau (Jacques-Christophe), 56. 

Pigny(Berthe), 253-254. 

Pihet (E.-L.-B.), 175. 

Pillier (Famille), 284. 

Pillon, tap., 88. 

Pilon (Germain), se , 100. 

Pinard (Marie-Claire), 18. 

Pinard, tap., 88. 

Pinchart (Alexandre), écrivain, 2. 

Pinçon (Aline), 312. 



- POUBELLE 

Pinel de la Morvelière 27. 

Pineu-Duval, Voy. Duval. 

Pineyro (Famille F.), 216-217. 

Pinglier, aux Menus-Plaisirs, 85. 

Pingre (Frère Firmin), 71, 73. 

Pioche. Voy. Boyer (veuve). 

Piogey (Gérard), médecin, 199. 

Piogey (Mme veuve), 199. 

Piot (Eugène), 4, 5, 7- 

Pipet, tap., 88. 

Piquelière de Messemé (M™e de la), 
200-201. 

Piquet (M.), 254. 

Piron (Lucien), se, 196. 

Pirou (L.-A.), 204. 

Pisan (Eliodore-Joseph), 333. 

Pistrucci (Benedetto), se, 196. 

Pithon, p., 85. 

Pithou (Nicolas-Pierre), p., 234. 

Plaisance (duc de). Voy. Lebrun. 

Plaisir (M.), 223. 

Plantar (J.-B.-L.), se orn., 132, 
196-197, 200, 321. 

Plée (Henri), p. verr., 341. 

Plessis (Léon), 340. 

Pleureuse (une), 178,213. 

Plouvier (Edouard), poète, 159. 

Pluyette Gioanelli (Famille), 258. 

Pochot (EHsabeth de), 21. 

Poésie. — légère, 174; — , 206. 

Poinat (Gabriel), maire d'Ivry, 119. 

Poinsot (Louis), géomètre, 134. 

Poisson (M. et Mme), 168. 

Poitevin (Auguste), se, 245. 

Poley (Suzanne), 33. 

Pollet (J.-M.-A.) , se, 197, 263- 
264. 

Pommier, tap., 89. 

Ponchard (J.-F.-A.), chanteur, 144. 

Pons (Pierre), se, 197. 

Ponscarme (F.-J.-H.), se, 197, 

Ponsin (J.-A.), p. verr., 341. 

Popelin-Leloir (Famille), 340. 

Popinot(E.), a., 343. 

Porcher, directeur honoraire de 
l'Ecole Turgot, 175. 

Porcher de Lissonay (Gilles-Char- 
les), comte de Richebourg, con- 
ventionnel, 150. 

Porée (Famille), 271. 

Portier (Adolphe), 262. 

Potier (G.), 127. 

Potocka. Voy. Sohikoff (princesse). 

Poubelle, préfet de la Seine, 167. 



POUCHET — RELIGIEUSE 



419 



Pouchet (Georges), 181. 
Pouqueville, voyageur et litt., 293. 
Poussin (C), 138. 
Poussin (Nicolas), p., 298, 369, 

377, 388. 
Poussin, a., 291. 
Poux (Famille), 234. 
Power (J.-B.-C.-E.), se, 170, 171, 

333- 

Pozzo di Borgo, diplomate, 196. 

Pradier (Francis), chimiste, 198. 

Pradier (Jacques, dit James), se, 
ICI, 174, 198. 

Prazmowski (A.), savant, 234, 348. 

Préault (Auguste), se, 198, 199, 
264, 321. 

Prestat, Guérin et Vautrin (Famil- 
les), 343. 

Prévôt (Jean-Pierre), 234. 

Prevot(L.), 199. 

Prière (la), 173. 

Prieur (Barthélémy), se, 100. 

Prieur (G. -A.), du Comité de Sa- 
lut Public, 352, 354. 

Prin Q.-C.), 223. 

Prou (Georges et Henry), menui- 
siers, 54. 

Prou (les Jacques), se, 5, 6, 17, 

53, 54. 

Provost, art. dr., 151, 152. 

Provost (L.), instituteur, 118-119. 

Provost, a., 129. 

Protat (Hugues), se, 199. 

Prouha (Pierre-Bernard), se, 199. 

Prudent (Racine Gaultier, dit Emi- 
le), pianiste et comp., 263. 

Prud'hon (Pierre), p., 238, 353. 

Psyché, 174. 

Puech (Denis), se, 199, 321. 

Pugens (F.-C.). Voy. Etex (M^e). 

Puget (J.-M.), art.lyr., 238-239. 

Puget {pierre), se, 321. 

Pull (Georges), cér., 322. 

Pull (Jules-Louis), cér., 322. 

Pustawojtow (Henriette) . Voy. 
Lewenhard. 

Puteaux (P.), se, 200. 

*Puy (Musée du), m. 

Quaglia. — Son ouvrage : « Le Père- 
Lachaise, ou Recueil de dessins 
au trait des principaux monu- 
ments de ce cimetière, dessinés, 
lithographies», cité, 105,110,112, 



115, 129, 130, 131, 132, 137, 
152, 158, 164, 176, 195, 196, 
200, 203, 205, 215, 216, 226, 
227, 228, 230, 232, 236, 237. 

duatrefages (de), de l'Institut, 317- 
318. 

Quellemont (P.-L. et L.-E.), 58. 

Quesnel (E.), fond., 181, 188. 

Quillet(N.),fond., 134. 

Quillet. Voy. Gaut. 

Rabier (Guillaume-François), 24. 
Rabuteau, tap., 84. 
Racine, poète, 100. 
Radeau de la Méduse (le), 146. 
Rafin. Voy. Duchesnois (M"e). 
Raggi (Nicolas-Bernard), se, 200. 
Ramus (J.-Marius), se, 200-201. 
Rançon ou Ranson (les), tap., 30, 

54, 55, 83,84, 88,89. 
Rançon ou Ranson (Famille), 54- 

55, 57- 

Raphaël, p., 248, 337, 339, 355, 
357, 368, 371, 373, 375-380, 
384, 385-389- 

*Rapperswyl (Musée de), 263. 

Raquet. Voy. Lemal. 

Raspail (Emile), ing., 346. 

Raspail (F.-V.), chimiste, 147. 

Raspail (Henriette-Adélaïde Trous- 
sot, Mme), 147. 

Ratinet. Voy. Blanchon. 

Raucourt (M^e), art. dr., 152. 

Rauline (Henri), a., 279. 

Rault(Ch.), 188. 

Ravot, tap., 89. 

Ravrio (A.-A,), cîs., poète, 203. 

Raydon. Voy. Evrard. 

Raynard (H.-V.), art. dr., 340. 

Raynaud (veuve), 340. 

Reber (Nap. -Henry), comp., 191. 

Redelsperger (Louise Belloc, Mme), 

se, 202. 
Regnault (le général), 93. 
Regnault (le baron), p., 363, 366, 

383. 
Régnier, directeur de la manufacture 

de Sèvres, 86. 
Reicha (Ant. -Joseph), comp.," 188. 
Reiset (Frédéric), i, 4. 
Reiset ( Louise- Clémence- Angélie 

Pantin Wilder, veuve), 336. 
Reitlinger (Abel), banquier, 320. 
Religieuse regrettant le monde, 94. 



420 



RELIGION 



Religion (la), i8i. 

Reliquet (Emile), médecin, 205. 

Rémond (Grégoire), philantrope, 

Remorque portée au Glorieux, 227. 

Remy (Marie-Louise), 23. 

Remy-Robequin (Famille), 344. 

Renaudet (Famille), 342. 

Renaudot (J.-F.-G.), se, 264. 

Renault, bourgeois de Paris, 40. 

Renault (Françoise), 5 . 

Rendon (Famille), 340. 

Rendu (le docteur), 324. 

René, tap., 83. 

Renommée (une), 140. 

Renou (Antoine), p., 365. 

Reny (Jean-Baptiste-Charles), 187. 

Renzi (Maria-L.-T.), 304. 

Résignation (la), 181. 

Restout, p., 369, 373, 374, 386, 

387, 588. 
Revillon (M^e), 217. 
Revue universelle des arts, 145. 
Rey(E.-G.-F.-V.), écrivain, 326. 
Rey (François), 272. 
Reynaud, philosophe, ici, 117. 
Ribouillard (Famille), 330. 
Ricard (Louis-Gustave), p., 251. 
Ricci (Etienne), se, 202. 
Richard (A.-G.).Voy. CarteUier 

(Mme). 

Richard (Emile), président du con- 
seil municipal de Paris, 161. 
Richard (F.), se, 202. 
Richard (J.-M.), 335- 
Richard, p., 86. 
Richard. Voy. Eck. 
Richebourg (de). Voy. Porcher. 
Richeton (Famille), 238. 
Richier, se, 100. 
Ricord (Philippe), médecin, 139. 
Rieder (Frédéric), 280. 
Rigault (Charles), tap., 55. 
Rigault (Morel), tap., 13. 
Rigault (Famille), 5 5 . 
Rigault deBeauvais (M^e), 330. 
Rihet (Agathe), 328. 
Ringel d'Illzach (J.), se, 202. 
Rivière (A.), a., 170. 
Rivière, capitaine de vaisseau, 253. 
Robberechts (A.), violoniste, 240. 
Robbis-Vernet (Famille), 338. 
Robert (Hubert), p. et g., 81-82. 
Robert Q.), se, 203. 



- ROtOURS 

Robert (J.-B.), 308. 
Robert (Jeanne- Amanda), 107. 
Robert (L.-V.-E.), se, 322. 
Robert-Fleury, p., 340. 
Robertson (E.-G.), physicien, aéro- 

naute, 229. 
Robespierre, du Comité de Salut- 

Public, 352. 
Robinet (Gabriel), médecin, 203. 
Robinet (Pierre-Alf.), se, 203, 265. 
Robles (facob), 198. 
Robles (Laure-Sara), 199. 
Roby (Jean-Baptiste), tap., 56. 
Roby (Famille), 56. 
Rochegrosse (Georges), se, 322. 
Rochette (Raoul), antiquaire, 295. 
Rochon (J.), concierge, 36, 43. 
Rocle, marbrier, 228, 336. 
Rode (Pierre), 136. 
Rodin (Auguste), se, 26$, 322. 
Roehn (C.-E. et A.-C), 302. 
Roelofson (William), 167-168. 
Roflfet, p., 85. 

Roger (Gust.-Hipp.), art. lyr., 160. 
Roger (Louise-Jacqueline), 35. 
Roger (Maurice- Antoine), 289. 
Roger (Napoléon- Alex.), a., 246. 
Roguet, se, 85. 

Roguier (Henri- Victor), se, 203. 
Rohart (Famille), 270. 
Roland (Philippe-Laurent), se, 128. 
Roland, se orn., 121. 
Rolard (F.-L.), se, 203, 322-323, 

348. 
Rolland. Voy. Boyer. 
Romagnesi (Joseph- Ant.), se, 203. 
Romain (Jules), p., 358, 359, 368, 

373> 379- 
Roman (J.-B.-L.), se, 223. 
Rombault, aux Menus-Plaisirs, 85. 
Ronde (Guillaume), 54. 
Rondeau (J.), 221. 
Rondet (Geneviève), 48. 
Rondet (Famille), 55. 
Rosalie (sainte), 341. 
Roslin (Mme), p., 108. 
Rossel (Edouard), se, 204. 
Rossetti, Voy. Bossetti (A.). 
Rossignol (Charles), 109. 
Rossignol (Famille E.-D.), 341. 
Rossini (loachino), comp., 168. 
Rossy (Guillemine de), 19. 
Rostan (L.-L.), médecin, 267. 
Rotours (le baron des), 26. 



ROTROU — SCHAEUFFELE 



421 



Rotrou (René de), médecin, 51. 
Roty, gr. en méd., 291, 319. 
Roty (Jeanne-Elisabeth), 319. 
Roubaud(Louis-Aug.),sc., 174,204. 
Rougelet (Benedict), se, 204, 323. 
Rouillard (Etienne Jules), 323. 
Rouillard (Jean-Séb.), p., 323-324. 
Rouillard (Franc. -Julie Aldrovan- 

dine Lenoir, M^îc)^ p.^ 323-324. 
RouUeau (Jules-P.), se, 204-205. 
Roullet (Auguste), se, 323. 
Rousseau (Charles), se, 29, 30. 
Rousseau (Jacques), se, 49. 
Rousseau (Jean-Charles), se, 205. 
Rousseau, pair de France, 185. 
Rousseau, tap., 83, 88. 
Rousseau (Famille), 341. 
Roussel (H.-F.-M.), 205. 
Roussel et Leturey (Famille), 341. 
Rousselle et non Roussel (Ernest), 

président du conseil municipal de 

Paris, 280. 
Rousselle (Georges et Hippolyte), 

280. 
Rousselle, tap., 83, 89. 
Rousset (Claude), marbrier, 272. 
Routhier (M. -F.), avocat, 224. 
Rouvenat (F.-P.-L.), 252. 
Rouvière (Ph.), p., et art. dr., 264. 
Rouvière, p. verr., 342, 345. 
Roux (Julien), se y 323. 
Roux de Rochelle (Famille), 345. 
Rouxel (Famille), 229. 
Royer (le docteur A.), 141. 
Royer (Marie), art. dr., 141. 
Royou (Famille de), 341. 
Rubutant, tap., 89. 
Rude (François), se, loi, 195, 223, 

265, 284. 
Rudier et Griffoul, fond., 299. 
Rué. Voy. Gassier. 
Ruel (Louise), 113. 
Ruhier, tap., 88. 
Rumilly (L.-M.-C.-H. Gaultier de), 

homme politique, 192-193. 
Rumford (Marie-Anne Paulze La- 

voisier, comtesse de), 224. 
Ruth et Booz, 165. 
Rutxhiel (Henri-Joseph), se, 205. 
Ruty, lieutenant-général, 158. 

Sabatier, chef -d'institution, 272. 
Sacré-Cœur (le), 339, 341. 
Sage (J.-A.), p. et se, 323-324. 



Sagesse (la), 195. 
Sagne(M. et Mme)^ 106. 
Saint-Aubin (duchesse de), 207. 
Saint-Denis(Abbaye de), 61-73, 100. 
Saint-Just, du Comité de Salut 

Public, 352. 
Saint-Marceau X (R. de), se, 205- 

206, 265. 
Saint-Mars. Voy. Dash (comtesse). 
Saint-Pierre (Arrivée du) dans la 

rade de Saint-Pierre de la Marti- 
nique, 259. 
Saint- Victor (Paul de), écrivain, 

158. 
Saint- Vidal (Francis de), se, 266. 
Sainte Famille, 339, 342, 344, 345. 
Sainte-Preuve. Voy. Delaleu. 
Salcedo (Famille de), 224. 
Salignac-Fénelon (comtesse de), 

135-136. 
Salles (Laveissière, M^^), 224. 
Sallière (Jean-Marc), marchand, 53. 
Salmon, à la manufacture de Sèvres, 

85. 
Salmson (Jean-Jules), se, 266. 
Salmson (J.-E.-D.), 266. 
Salomon. Voy. Garcin (J.-A.). 
Salvador-Tuffet (L.-G.), 257. 
Salvan, a., 217. 
Samson(J.-I.), art. dr., 244. 
Sanegon-Vaufreland (Famille), 150. 
Sanfourche (Daniel), 224. 
Sanrey (Philippe- Auguste), 272. 
Sanson (Jean-Chrysost.), se, 324. 
Santy, a., 197. 
Sapho, 174. 

Sarazin (Jacques), se, 100. 
Sarazin (Louis-Charles), inspecteur 

des écoles communales, 186. 
Sarret (P.), fond., 136. 
Saunier (Louis), tablettier, 3 3 . 
Sauvage (A.), a., 229. 
Sauvage (François), curé, 36, 59. 
Sauvai, hist., 62. 
Sauvelle, aux Menus-Plaisirs, 85. 
Sautreau (Jean), 206. 
Sautrieux, tap., 88. 
Savage (Harriet). Voy. Cart (M™e).: 
Savalle (P.rD.-A.), ing., 208. 
Savart (François-Louis), fond., L13.' 
Saxe (Dernière campagne de), 300! 
Say (Famille Constant), 357. 
Scalliet (L.), se, 266, 
Schaeuffèle(J.-M.-D.), 314. 



422 



SCHEFFER 



Scheffer (Ary), se. et p., 266-267, 

312. 
Scheffer (Cornelia Lamme, M^e)^ 

266. 
Schenck Zeuner (Emilie), 241. 
Schickler (la famille de), 217. 
Schloss (Henri), 224. 

SchloSS (Mme)^ 224. 

Schmidt, marbrier, 318. 

Schœlcher (Marc), cér., 153. 

Schœlcher (Victor), sénateur, 153. 

Schœnewerk(Pierre-Alexandre),sc., 
319-320, 324. 

Schouvaloff (Paul- Andrewich, com- 
te), prince Woronzoff, 241-242. 

Schouvaloff (Pierre), 241. 

Schrœder (L.), se, 170, 171, 267. 

Schunck (Ph.-H.), comp., 303. 

Science (la), 201. 

Scotti (Michelle), 344. 

Scribe (Auguste-Eugène), aut. dr., 
103. 

Sculpture (la), 287. 

Secondât (Jean), 224. 

Ségalas (Anaïs Ménard, dame), 
poète, 135. 

Ségalas (P. -S.), médecin, 199. 

Segaud (Victor), 170. 

Seguin (Famille), 201. 

Sénécal, tap., 84, 88. 

Senitot (P.), échevin de Paris, 31. 

Sennevoy. Voy. Dupotet (baron). 

Senonnes (vicomte et vicomtesse 
de), 224. 

Sère de Gaston, lieutenant-colonel, 
190. 

Seré de Rivières (le général), 185. 

Serré (le capitaine P.-L.), 149. 

Serres (E.-R.-A.), médecin, 104. 

Serres (Provin), se, 206. 

Serrurier (J.-B.-T.), médecin, 297. 

Servois (M.), 200. 

Seure(B.), 165. 

Seurre(Bernard-Gab.), se, 195,206. 

Seurre (Charles-Emile), se, 195. 

Se vin (Constant), p., 191. 

*Sèvres (manufacture de), 85-86. 

Sibon (Famille), 154. 

Sicard (François), se, 206-207. 

Silence (le), 198. 

Silvain (Célina). Voy. Michel (Vve). 

Simart, se, 172, 174. 

Simon (Aristide-Marie), 251. 

Simon, curé de Saint-Eustache, 267. 



— SULLY 

Simon. Voy. Barboux (Mme). 

Simonnet (N.), tap,, 48, 84, 89. 

Singer (David et Adèle), 192. 

Sire de Cheminot (Mme)^ 151. 

Sivel, aéronaute, 143. 

Slowacki (Jules), poète, 263. 

Smith (l'amiral Sidney), 235. 

Sobrieux, tap., 83. 

Sochos (Lazare), se, 324. 

Sogrin (Jean), 50. 

Soitoux (J.-F.), se, 207, 282-283. 

Soldat de la ligne (le), 171. 

Soldats morts pendant le siège de 
Paris (Monument élevé par l'Etat 
aux), 1 70-171. 

Soldini (Antonio), se, 207. 

Sollier (Emile), se, 247, 325. 

Sollier (les), tap., 26, 56, 57, 83, 
88, 89. 

Sollier (Famille), 56, 57. 

Soltikoff (la comtesse Potocka, prin- 
cesse), 270. 

Soltykoff (Alexis), ni. 

Songeon (J.-N.-L.), président du 
conseil municipal de Paris, 246. 

Sophie (sainte), 339. 

Sornet (E.-J.-L.), se, 207. 

Soucaille (Famille), 341. 

Soudain (A. -M.), g., 135*294, 329- 

Soudart (Pierre), prêtre, 43. 

Souffarès(Raym.), prêtre, 44,50, 54. 

Soulié (Frédéric), romancier, 121. 

Souris prise (la), 95 . 

Souvenir (le), 173. 

Souvestre (Emile), romancier, 157. 

Soyer (Ernest), 120. 

Soyer, fond., 113. 

Spiégel (Famille), 327. 

Stahl. Voy. Hetzel (P.-J.). 

Stecchi, se, 325. 

Stiltz(J.), se, 325. 

Stendhal. Voy.Beyle (M.-H.). 

Stern (Joséphine). Voy. Hersent 

(Mme). 

Storks (Henry), magistrat, 274. 
Stouf (Cornélie). Voy. Couder. 
Strakosch, musicien, 258. 
Strauss (Raphaël), 308. 
Suchet(Louis-Gab.),ducd'Albuféra, 

maréchal de France, 131- 132. 
Suchetet (Auguste), se, 207. 
Sugny (L. de). Voy.Chazelles. 
Sully (le duc de), 61, 62, 371 ; — 

aux pieds de Henri IV, 369. 



SULPIS — 

Sulpis Q.-J.), S., 150, 174, 175, 

258, 273, 286. 
Suvée, p., 360, 362-365, 379, 381. 
Suzor (Famille), 342. 
Syamour. Voy.Gegout-Gàgneur. 

Tadolini (Adam), se, 210. 

Taiée (Jean-Alf.), se. et g., 238, 267. 

Talent (le), 195. 

Tallien, du Comité de Salut Pu- 
blic, 354. 

Taluet (Ferdinand), se, 208. 

Tamberlick (Fr. et Enrico), 155. 

Tannrath (Richard), se, 208, 325. 

Tanska. Voy.Hoffman. 

Tapisseries des Gobelins (Sujets 
de), 349-389- 

Tapissiers des Gobelins, 1-60. 

Taponier, lieutenant général, 333. 

Taraval, p., 361, 365, 366, 383. 

Tarcisius, martyr chrétien, 251, 

Tardieu, édit. et romancier, 309. 

Tarelli(M.), 245. 

Target (G.-J.-B.), avocat, 235. 

Target (Ph.), 235. 

Tarnier-Poudreau (Famille) , 341. 

Tarteron. Voy.La Beaume. 

Tasse (Le), 116. 

Tavannes (le vicomte de), 365. 

Taylor (le baron), litt., 209. 

Tenret (M. et M^e), 229-230. 

Terrasse (M. et M^e), 274. 

Terrier aîné, tap., 89. 

Terrier le jeune, tap., 84, 89. 

Terrillon (le docteur Octave), 343 . 

Terry y Darticos (Eduardo), 173. 

Terry y Adam (Thomas), 173. 

Terry (Mme Thomas), 173. 

Tessier (Charles), p., 48. 

Tessier (les), p. et tap., 15, 48, 54, 

55, 57-58- 
Tessier (Famille), 54, 55, 57, 58. 
Tessier (Victorine). Voy. Poisson. 
Teste (Charles- Antoine), 245. 
Testelin, p., 375. 
Tetaz (Jacques-Martin), a., 185. 
Thabard (A. -M.), se. 175, 267, 

270, 325. 
Thenon-Meunier, 144. 
Thernay (Famille), 344. 
Thervai (Hélène de Mirecourt , 

Mine), 303. 
Thibaudeau, 349. 
Thibault, fond., 323. 



TRAGEDIE 423 

Thiboust (Lambert), aut. dr., 260. 

Thiébault (Alfred), se, 208-209. 

Thiébaut (les), fond., 106, 107, 
114, 125, 155, 170, 175, 187, 
188, 189, 191, 194, 202, 204, 
209, 240, 268, 279, 311. 

Thierry (H.), 309. 

Thierry, a, 134. 

Thiers (Adolphe), homme d'Etat, 
183-184. 

Thiers, tap., 83, 89, 

Thiéry, historien. Son ouvrage : 
« Guide des étrangers à Paris », 
cité, 9. 

Thiollet, a., 188. 

Thion, à la manufacture de Sèvres, 
86. 

Thiriot (Henri), se, 326. 

Thiveau (Pierre-Louis), prêtre, 53. 

Tholenaar (Théo-Lud.), se, 326. 

Tholin (Mme veuve), 207. 

Thomas (G.-J.), se, 209, 267-268. 
320, 327. 

Thomas (Louis), médecin, i88, 

Thomire (P.-P.), se et cis., 268. 

Thoré (Th.), dit W. Bùrger, écri- 
vain, 134. 

Thory-Frogier (Famille), 341. 

Thouin (Famille), 341. 

Thouret (Louise), 242. 

Thuault (M.), 227. 

Thuasne (Louis), 326. 

Thubeuf (Marie). Voy. CoUard. 

Thuillier (Famille), 344. 

Thuriot, du Comité de Salut Pu- 
blic, 354. 

Thurner (G.), se, 327. 

Thurner (Marie-Bernhard, M^e), 
327. 

Timpfeltz, aux Menus-Plaisirs, 85. 

Tirard, homme d'Etat, 205-206. 

Tissandier (Gast.), aéronaute, 143. 

Titeux de Fresnois(P.-A.), a., 115. 

Titien, p., 99. 

Tochon(Mme), 155. 

Tommaso (Alessandro), 180. 

Torrelli, se, 268. 

Tourillon, tap., 89. 

Toussaint (F.-C.-A.), se, 209-210, 
257, 268. 

Toussaint (J.-J.-A.) , professeur, 
268. 

Touvoye (Auguste), 225. 

Tragédie (la), 172. 



424 



TRAMBLIN 



Tramblin (Charles- André), p., 53. 

Tranchant (Augusta), 178. 

Travail (le), 171. 

Travot (le général baron), 244. 

Trégain (Emile de), 210. 

Trégain (Mme de), se, 210. 

Treilhard, du Comité de Salut Pu- 
blic, 354. 

Trélat (Emile), a., 134. 

Trélat (Ulysse), médecin et homme 
d'Etat, 134. 

Trélat (Ulysse), médecin, 243. 

Trémolière, p., 374, 386. 

Trentacoste (Domenico), se, 268. 

Tribalet, inspecteur des finances, 
277. 

Triqueti (Edouard-Henri de), 210. 

Triqueti (H.-J.-F.), baron de), se, 
210. 

Troussot (Henriette). Voy. Raspail. 

Trouvain, marbrier, 120, 169, 172. 

Troyon (Constant), p., 274. 

Truffot (Georges), 177. 

Truffot (E.-L.), se, 177, 210-21 1. 

Truffot (Mlle Marie), 177. 

Truphême(A.-F.-J.), se, 327. 

Tuby, se, 5, 6, 17, 58. 

Tuby (Famille), 5, 53, 58. 

Tullie-Blum (Mme)j 198-199. 

Turpin (le capitaine Amédée), 150. 

Turpin (Charles-Jean), 151. 

Turpin de Crissé (le comte), p., 147. 

Tyszkiewicz (le général), 192. 

Tyskiewicz (la comtesse), 118. 

Uherick et Gambs (Familles), 341. 
Uhrich (le général), 123. 
Urth (Famille), 334. 

Vacherie (A.), 186.' 

Valanton, tap., 83. 

Valentin, homme politique, 316. 

Valette (C.-D.-A.), professeur à 

l'école de droit, 307-308. 
Vallade. Voy. Raynaud (veuve). 
Vallat (Famille de), 341. 
Vallée-Poussin (le major de La), 

211. 
Vallée-Poussin (Emma), se, 211. 
Vallès Q.-L.-J.), journaliste, 115. 
Vallestros (François), général, 113. 
Vallet, bourgeois de Paris, 28, 29. 
Vallou de Villeneuve GO? P-- i-^i- 
Valois (A.-J.-E.), se, 211. 



- VERDIËR 

Van Cléemputte, a., 117, 196. 

Vandenbergue (M^e)^ 235. 

Van den Kerchove (les), tap., 16, 

22, 38-41, 44,45-. 
Van den Kerchove (Charlotte), 5 . 
Vanderhaert (Martine). Voy. Cabet. 
Vander Meulen (François), p., et sa 

famille, 4, 6, 7, 19, 28, 58, 59, 

374, 375, 377, 386, 387, 388. 
Van de Vin (Famille), 214. 
Vanloo (Amédée), p., 361, 364, 

365, 366, 371, 372, 381, 383, 

385, 386. 
Vanloo (Carie), p., 365, 366, 372, 

383, 386. 
Vanloo (Michel), p., 376, 387. 
Vanloo (les), p., 337, 338, 340, 

341. 
Vannetelle (Suzanne), 239. 
Vannetelle (M^e veuve), 239. 
Vanony (Famille), 272. 
Vantillard (J.), p. verr., 342-345. 
Vapereau. Son « Dictionnaire des 

contemporains », cité, 135, 159, 

219, 262, 267, 307. 
Varet, tap., 83. 

Varnier (P.-H.-L.), se, 327-328. 
Vasari, p., 99. 
Vassy (A.-G. de Marguerye, comte 

de), 166. 
Vaucher (Louise). Voy. Sagne. 
Vaudoyer (Léon), a., 130, 248. 
Vaudremer (E.), a., 319, 320, 326. 
Vauréal (le comte de), se, 328. 
Vautrin. Voy. Prestat. 
Vaux-Bidon (J.-B.-A. de), 344. 
Vavin. Voy. Lenoir. 
Vavoc ou Vavoque, tap., 83, 84, 

89. 
Vazeille (J,-B.-E.), professeur, 317. 
Védrine (Louis), p. surporcel., 342- 

343- 
Vengoheckea (Famille), 341. 
* Venise : la chapelle des Frari, 99. 
Vénot (Cy p. -François), se, 21 1-2 12. 
Vénot (A.-F.)Binet (M^e), 211. 
Vénus de Milo (la), 293. 
Verazzi (Joséphine raniel, Mme), 

179-180. 
Vercy (Camille de), se, 212. 
Verdier (Antoine-Marcel), p., 533. 
Verdier(Emile), p., 108. 
Verdier (François), p., 6, 16, 59. 
Verdier (Jean-Pierre), 341. 



VERDIER 

Verdier (Paul), ii6. 

Verdier (Famille), 59. 

Verick (Constant), 296. 

Vermond (Famille), 341. 

Vernier (Emile-Séraphin), se, 212. 

Veron, tap., 88. 

Verrier (Catherine), 54, 5$. 

* Versailles (Musée de), 282. 

Veyne (F. -A), médecin, 283. 

Vialay, mathématicien, 300. 

Victimes de Juin (Monument des), 
196-197. 

Vie de famille (la), 171 . 

Vien, p., 358, 362, 363, 365, 381, 
382, 383, 384; . 

Vierge. Annonciation de la, 341; 
Immaculée Conception de la — , 
340 ; la — et l'Enfant Jésus, 213, 
216, 335-337, 339» 342, 345; la 

— mère, 343 ; Assomption de 
la —, 150, 340, 341, 344; la 

— à la chaise, 339, 342; la — 
au scapulaire, 339; la — du 
Rosaire, 340 ; la — des Victoires, 
340; — de Las Mercedes, 340. 

Vigier (le comte Achille), 230. 
Vigier (François), curé, 47, 59. 
Vigla (le docteur E.-N.), 322. 
Vignon (Noémie Constant, M^e 

Claude), se, 212. 
Vigoureux (F.), a., 159. 
Vigoureux (Pierre-Joseph), 49. 
Vilain (Nicolas-Victor), se, 212. 
Villemain (A.-F.), écrivain, 175. 
Villemain (Mme), 348. 
Villeminot, se. orn., 159, 171,283. 
Villeneuve. Voy. Lenormant(Mnie). 
Villers, aux Menus-Plaisirs, 84. 
Villiers (H. et P.-H.), p., 344. 
Vincent (André), notaire, 278. 
Vincent (Charles-François), 182. 
Vincent (François- André), p., 158, 

353> 358, 360, 363, 364, 367, 

369. 372, 385. 
Vincent (Méry), a., no. 
Vincent de Paul (saint), 3 39. 
Vinci (Léonard de), peignant le 

portrait de la Joconde, 236. 
Vintimille (Mgr de), 42. 
Vion (F.-D. Lesueur, veuve), 217. 



ZIEGER 



42$ 



Virolet (Jean-Baptiste), 235. 
Virolet (Léon), 235. 
Visconti (E.-Q..), archéologue, 171. 
Visconti (L.-T.-J.), a., 131, 132, 

171, 226, 294. 
Vitet (Famille Louis), 343. 
Vitrac (Jean-Baptiste), 212. 
Vitry (P.), écrivain, 61. 
Vivenot. Voy. Gillet. 
Vogel (Adolphe), comp., 276. 
Voiret, curé deMilly, 23. 
Volpini (Ambroglio), 217. 
Vuarin, cis., 113. 
Vuidet (Gaston), 106. 
Vuy (Anne Hédouin), 343. 
Vyon (Frère Louis), 71, 73. 

Walferdin CH.), représentant du 

peuple, 346. 
Walterstorff (le comte de), 164. 
Ward (Famille), 270. 
Wasihewitch de Satine (N.), 169. 
Weiss (J.-J.-A.), conseiller d'Etat, 

202. 
Welsch (M.), 102. 
Wendling (Félix-Henri), se, 328. 
Wey (Francis- Alphonse), litt., 287. 
Whitcomb (Adolphus Carter), 217. 
Wilder. Voy. Reiset (veuve). 
Wilhem (Cj.-L. Bocquillon, dit), 

comp., 133. 
Willaume, chirurgien, 304-305. 
Wilmès (Blanche Léger, Mme)^ 

314. 
Wimpffen (le général de), 202. 
Wion-Pigalle (M^e), 105, 106. 
Wittmann (Mme), 115. 
Wolff (Albert), publiciste, 127. 
Woronzoff. Voy. SchouvalofF. 

Yakowleff (Jean de), 1 1 1 . 
Ycaza (Famille de), 193-194. 
Ysabeau (M^e Agathe), 328. 
Yvart (les), p., 5, 6, 17, 19, 47» 60. 

Zacharezuk (Pauline), 235. 

Zborowski (Mme Martin), 225. 

Zeuner(Ch.-T.), pianiste et comp., 
241. 

Zieger (Mme). Voy. Alboni (com- 
tesse). 



31 décembre 1897. 



Henry JouiN, 



PUBLICATIONS 

DE LA SOCIÉTÉ DE L'HISTOIRE DE L'ART FRANÇAIS 



Nouvelles Archivas de V Art français, recueil de documents inédits. 

ne SÉRIE. — I. Année 1872 (i^ année). 25 fr. 

— IL Année 1873 (2e année). 20 fr. 

— III. Année 1874-75 (3e année), 20 fr. 

— IV. Année 1876 (4e année). 20 fr. 

— V. Année 1877 (5e année). 20 fr. 

— VI. Année 1878 (6e année). 20 fr. 
2e SÉRIE. — I. Année 1879-80 (7e année), t. VIL 15 fr. 

— IL Année 1880-81 (8e année), t. VIIL 13 fr. 

— III. Année 1882 (9e année), t. IX. 15 fr. 

— IV. Année 1883 (loe année), t. X. 15 fr. 

— V. Année 1884 (ne année), t. XL 15 fr. 

— VL Année 1885 (12e année), t. XII. 15 fr. 
3e Série. — I. Année 1884-85 (Revue de l'Art français). 15 fr. 

— IL Année 1886 (/t/m). 15 fr. 

— III. Année 1887 (/^m). 13 fr. 

— IV. Année 1888 (Wm). 15 fr. 
~ V. Année 1889 (Idem). 13 fr. 

— VI. Année 1890 (Mw). 15 fr. 

— VIL Année 189 1 (Wm). 15 fr. 

— VIIL Année 1892 (/^é?;//). 15 fr. 

— IX. Année 1893 (Idem). 15 fr. 

— X. Année 1894 (/</fw). 15 fr. 

— XL Année 1895 (Idem). 15 fr. 

— XII. Année 1896 (A/t'w). 15 fr. 
XIIL Année 1897 (M'w). 15 fr. 

Mémoires pour servir à Thistoire des Maisons royales et Baslimens de 
France, par André Félibien. 8 fr. 

Procès-verhaux de l'Académie royale de peinture et de sculpture (1648- 
T793), publiés avec rautorisation de M. le Ministre de l'Instruction 
publique, d'après les registres originaux conservés à l'École des Beaux-Arts. 

10 volumes (1648- 1788), chaque volume. 10 fr. 

Les Comptes des Bâtiments du Roi (i 528-1 371), recueillis et mis en ordre 
par le marquis Léon de Laborde, publiés par la Société de l'Histoire de 
l'Art français. 2 vol. in-80. 1877-1879. 25 fr. 

État civil d'artistes français du ATÀ'e siècle, par H. Lavigne. 6 fr. 

Mémoires inédits d^ Charles-Nicolas Cochin sur le comte de Caylus, 
Bouchardon, les Slodtz, publiés d'après le manuscrit autographe par 
M. Charles Henry, i vol. in-80. 1880. 8 fr. 

La Stromatourgie, ou de l'excellence de la manufacture des tapis dits 
de Turquie, publiée par MM. A. Darcel et J. Guiffrey, avec de nom- 
breuses pièces inédites. 1882. 6 fr. 

État civil des Peintres et Sculpteurs de l'Académie royale. Billets d'enter- 
rements de 1648 à ,1713, publiés par M. Octave Fidière, d'après le 
registre conservé à l'École des Beaux-Arts, i vol. in-80. 1883. 6 fr. 

Correspondance des Directeurs de l'Académie de France à Rome avec h 
Surintendant des Bâtiments du Roi, de 1663 à 1793, publiée avec le con- 
coursduMiuistèredel'Instruction publique. TomesI-VII, chaque vol. 12 fr. 

MAÇON, PROTAT FRÈRES, IMPRIMEURS. " 



N Archives de l'art français 

68a 

A82 

sér.3A 

t.l3 



PLEASE DO NOT REMOVE 
CARDS OR SLIPS FROM THIS POCKET 

UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY