(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Archives de neurologie"

This is a digital copy of a book that was preserved for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book' s long journey from the 
publisher to a library and finally to y ou. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that y ou: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
any where in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at |http : //books . google . corn/ 



'\'.!^. 




W % 






1 1 1 '. I 

■ < » '. 



i i 



Archives de neurologie 



1 1 ' H u r i . i ' 



^^^^^^U^^ \<F2oS\ f 



•^ ... > 



, 70.. 



I&arbarïï Collège librarg 




FROM THK FUKD OF 



CHARLES MINOT 

Olaas of 1828 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by 



Google 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



ARCHIVES 



DE 



NEUROLOGIE 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



ARCHIVES 



OB 



ISEUROLOGTE 

REVUE MENSUELLE 

T)¥;^ MALADIES NERVEUSES ET MENTALES 
Fondée par «I.-lff. CHAItCOX 



PUBLIÉE SOUS LA DIRECTION DE MM. 



K. JOFFROY 

ProfesseuT de clinique 

des 

maladies mentales 

■à la Faculté de médecine 

de Paris. 



V. MAGNAN 

Membre de l'Académie 
de médecine 

Médecin de PAsile clinique 
(Ste-Anne). 



F. RAYMOND 

Hrofe«f eur de clinique 

des maladies 

du R\Kième nerveux 

à la Faculté de médecine 

de Paris. 



COLLABORATEURS PRINCIPAUX : 

MM. ABADIE (j.), ALQUIEB, ARNAUD, BABIN8KI, BALLET, 
BLANCHARD (h.), BLIN, B0I8SIER (F.), BONCOUR (p.), BOYER (J.), BOURDIN, 

BRIAND (m.), BRI88AUD (E.), BROUARDEL (P.), CARRIER (O.), GAUDRON, 
CS8TAN, CHARDON, GHARON, CHARPENTIER, CHRISTIAN, COLOLIAN,COULONJOn, 

CULLERRE,DBB0VE(M.)}DENY, DEVAY, DROMARD, DUPOUY, FÉRB (CH.), 
KENAYBOD, FERRIER, FRANCOTTE, 0ARN1ER (S.), GRASSET, IILET. KERAVAL, 

KOOINDJY, LADAME, LANDOUZY, LEQRAIN, LEROY, MA BILLE, 

AIARANDON DE MONTYEL, MARIE (A.), m"* REINE MAUOERET, MIERZEJEWS^KI, 

MIGNOT, MIRALLIÉ, MOURATOFF (W. A.), 

MUSGRATE-CLAY, PARIS (a.), DE PERRY, PICQOÉ, PIERHET, PITRES, 

RAVIART, RAYNEAU. RÉGIS, REONARD (P.), 

RECNIER(p.),RICHER(P.), ROTH (W.), ROY, SIMON, 8ÉQLAS, SÉRIEUX, 

SAKTEROISE, 80LLIER, 80UKHAN0FF,S0UQUES,TA0UET,TCHIRIEW,THULIÉ (u.), 

URRIOLA, VALLON, VIGOUROUX, VILLARD, VOISIN (j.), WKHER, YVON (P.). 

Rédacteur en chef: BOURNEVILLE 
Secrétaires de la rédaction : J.-B. CHARCOT ci J. NOIR 



Deuxième série, tome XIX. — 1905. 

Avec 26 ligures dans le lexle 



PARIS 

BUREAUX DU PROGRÈS MÉDICAL 
14, rue des Carmes 

1905 



Digitized by 



Google 



'hÂ-iJ)^ 



K^o o:r\ 



>4) 



l--- 
w 



Digitized by VjOOQIC 



ZIX, l« série (1905) 07* A,NNÉ«K 

^ , ^ ^ 







V 



IimérO 109 (Janvier) 

c 



RCHIVES ^fe*-^ 



DB 



NEUROLOGIE 



j '^%ÀV^,*^ REVUE MENSUELLE 

' -<>DES MALADIES NERVEUSES ET MENTALES 
Fondée par «i.-M. OU l^ltCC^T 



4>UnLIÉE sous LA DIRECTION DB MM. 



A. JOFFROY 

Professeur de clinique 

de 

maladies n)eota]e< 

à la Farcolté de médecine 

de Paris. 



V. MA6NAN 

Membre de rAcademie 
de médecine 

Médecinde l'Asile clinique 
(Ste-Anne). 



F. RAYMOND 



Professeur de clinique 

oe H maladies 

^ du système nerveux 

a la Faculté de médecine 

de Paris. 



COLIJ^BGRATEURS PRINCIPAUX : 

MM. ABADIE (j.), ARNAUD, BaBINSKI, BALLET, BÉNAKY, BLANCHARD (r.), BLIN, 

B0Ï8SIER (F.), BONCOUR (P-)' U0YER(J.), BOUDIN, BRIAND (m.), BRISSAUD (e.), 

BROUaKDBL (P.)> BRUNBT (D.). carrier (Cl.), GAUDRON,CEftTAN,GHARON, 

charpenïjer,ghardon,christian,g6lolian,cullçrre,debove(m.), deny, 
DEVAV, DUVAL (Hathias), féré (ch.), fbnayrou, ferrieb, prancotte, 

6ARN4ER (s.)» OOMBAULT, GRASSET. JOURDAN, HARTEMBERG, KERAVAL, 

KOUINDJY, LADAME, LANDOUZY, LEGRAIN, LEROY, MABILLE, 

. MAHABDON DB MONTYEL, MARIE (A.), m"* REINE MACOERET 

MIER2EJEWSKI, MIGNOT. MIRALLIÉ, 

MOURATOFF (W. A.), MUSGKAVE-GLAY, PARIS (a.). 

DE PERRY, PICQUÉ, PIERBET, PITRES, RAVIART, RAYNEAU, RÉGIS, 

REONaRD (P.)« REGNIER (P.), RICIIER (p.)» ROTH (w.)> ROY, SÉdLAS, SERIEUX, 

80LLIER, SOUKHANOFF, SOUQUES, TAGUET, TCHIRIEW, THULIÉ (H.), 

URRIOLA, VALLON, VIGOL'ROUX, VILLARD, VOISIN (j.), YVOV (P.). 

Rédacteur en chef: BOURNEVILLE 
Secrétaires de la rédaction : J.-B. CHARCOT et J. HOIR 



PARIS 

BUREAUX DU PROGRÈS AfÉDICAL 
14, rue des Carmes 

1905 



6LYCÉR0 - PHOSPHftTE lODO - TANNIQUE VICIER 

Lyrpphatlsme, Anémie, ËpuUianient, Surmenage, Neurasthén 
Cette prépî*n»tioD tonique, reconstUuante, iiijiile pas le tube dipesUf 
réunft, grâce à une parfaite associuiion, toutes les proprielé*i de 1 iode, 
tannin et des glycéro-ptaosphatcs.— Cet élixir se prend à la dose : Enfan 
une cuillerée à café; Adultes, une cuillerée à soupe Hvant chaque repas. 
PRIX DU FLACON : 4 francs. 

Contre anémie, surnienage, allectio 
du cœur. 



KOLA -COCA CURAÇAO VIGIER 



SAVON DENTIFRICE VIGIER 



Le meilleur dentifrice antiseptique po 
eTitreleiiir »es dénis, gencives, muqueiist 
et éviter les accidents buccaux. — Prix de la boîte porcelaine: 3 francs. 
Pharmacie VIGIER, 12, boulevard Bonne-Nouvelle, PARIS 




CLIN & Ci 



SOLUTION 

Il SALICTUTEi. SOUDEi.D'^ CLIN 

D'an dosage rigoureux, d'une pureté absolue, d'un goût agréable. 

Coatimnt : B ffratmmea <f« 8aLlieyXat9 de Sonde par cuiller ém é, bouehe; 
BO omntigr, dm Smlicytmte de Soude par cuillerée à cufé, 

JêlKBiaeur Moie (fadmlrUstratlon du Sallcylatd aeSoatte. 



Vin NOURRY Iodotanë 

Exempt de tout iodure alcalin, sans goût désagréable^ d'une 

assimilation parfaite. Succédané de l'Huile de Foie de Morue. 

Cinqcentfgr^d'Me pur cuillerée à soupe; — Dix ceMigr.de Tanin par cuillerée à soupe. 

iNDioATioNe: Lymphatisme, Anémie, Menstruation difficile, 

Affections pulmonaires torpides, 
^ DOSES : Adultes, une cuillerée à soupe avant ou pendant chaque repas. 
Enfants, une ou deux cuillerées à café avant ou pendant chaque repas. «3^ 




PiLULEs.D'MOUSSETTE 

Chaque Pilule exactement dosée contient : 
I Un cinquième de milligramme d'Aoonitine cristallisée, 5 centigrammes de Quinîum, 
Névralgies, Migraines, Sciatique^ 



INDICATIONS 



Affections Rhumatismales. 



oosee t Deux par jour : une le matin et une le soir, en augmentant s41 y i 
lieu, suivant la susceptibilité du sujet. ts* 



Capsules et Dragées 
an Bromure de Camphre iia D^ CLIN 

le» Cmuhi du D' CLIN renfermant 20 centigr. | g ^ f,^^^^ 

Us Dragées du D'^ OU H renferment 0,10 centigr. } 

iNoicATioNs ; Epilepslc, HystéHe, Chorée. Insomnie, Palpitations de oœar. 
Erections douloureuses, Spermatorrhèe, Eréthisme du Système nerveux. 
Dose : De une à cinq Capsules; de quatre à dix Dragées. 



Dragées deFer Rabuteau 

Lauréat de l'Inttitutt Prix rf« Thérêfïûatitjue. 

à base de Protochlorure de Fer chimiquement pur 

Facilement solubles dans l'estomac, absorbées à l'état de 

Chloro-Albumïnate de fer. 

Considérées dans les travaux les plus reoents comme le 

Véritable spécifique de la CMoro-Anemte. 
INDICATIONS! Ghloro-Anémie, Convalescence, Epuisement. 

Ne déterminent ni conatip&tion, ni diarrhée. tR 

CLIN & C- et F. COMAR & FILS 

(M aimons réuniee} jg^ 

20, Rue des Fossés-St-Jacgnes, PARIS 



Digitized by 



Google 




%.jr 



Vol. XIX ^ Janvier 1905 N» 109 



ARCHIVES DE NEUROLOGIE 



CLINIQUE NERVEUSE 



Hospice de la Salpktriî:re, — Clinique des maladies 
nerveuses. 



Paralysie faciale périphérique due à un fibre- 
sarcome englobant le nerf à sa sortie du bulbe 

Par MM. F. RAYMOND, IlUET el ALQUIER. 

Le cas que nous nous proposons d'étudier dans ce tra- 
vail est intéressant à un double point de vue : en pre- 
mier lieu il est rare de voir une tumeur, occupant la par- 
tie latérale du bulbe, ne donner lieu à aucun autre symp- 
tôme qu une paralysie faciale périphérique. Mais ce qui 
nous parait digne d'intérêt, c'est Torigine et la nature de 
cette tumeur. 

Observation clinique. — La malade, hospilalisée à la Salpè- 
Ifièrc était à;;ve dt» 74 ans loi*s du pieniier examen. Juscju'à GO 
ans, elle avait toujoui's joui d'une bonne santé : en particulier 
pas de syphilis. Elle avait eu 18 enfants, dont 6 encore actuelle- 
ment vivants. 

Depuis l'ù^e do 60 ans, bronchites fréquentes. A l'ùge de (>() 
ans, à la suite d'une bronchite ayant duré en\iron trois mois, 
elle s'aperçut d'une paralysie faciale j;auche, survenue sans cause 
apparente. Peu après, survint une ophtalmie de l'œil pauciu\ciui 
fut traitée aux Quinze-Vingts par la suture des paupières. 

Loin du premier examen, on constate une paralysie faciaU' 

j^auche atteignant aussi bien le facial supérieur que Tinféi-ieur, 

paralysie très prononcée, flasque 7''p. l;. L'excitabilité faradique 

des nerfs et des muscles paraît abolie. L'excitabilité galvanique 

Archives, £• série, l XIX, 1 



Digitized by 



Google 



2 CLINIQ.rE NERVErSE. 

(les musclos est forteinenl iliinimiée el présente <îes inodili- 
cations qualitatives indiquant netleiiu'iit la réaction de déjjéné- 
resrence. La malade dit, en outre, que ses lèvres lui semblent 
comme enflées : elle éprouve la sensation que ses lè\reslui « re- 
montent jusijue sous le nez >». Celle sensation, purement subjer- 




10. 1. 



ti\e, esl surUmt nelle le jualin, au réveil ; elb» din)inue «lans la 
journée. 

La sensibilité au tact et à la piipire paraîl eonser\ée dans la 
moitié «gauche de la lij^ure, et .semble la même (|u*à droit«». 

Deux ans après, la nialade se plaii:nail de douleui-s névialj^'i- 



Digitized by 



Google 



PARALYSIE FACIALE PÉRIPHÉRIQUE DUE A UN FIBRO-SARCOME. 3 

ques aii-<lf»ssou< de l'ivil siii la jour ^'aurlu\ oi W lonfr de» l'ar- 
cade ah éola ire supéricuiv, où il ne reste plus de denti;*, depuis 
longtemps. La paialysie est demeurée stalionnaire, tant au point 
de vue estliêtique, qu'à <'.elui des réaclions électri(pies. 

Les symptômes n'ont subi aucune moditication notable de- 
puis Tàj^e de 74 ans, juscju'à celui de 79 ans. La malade succomba 
à celle époque, au coui*s dune épidémie de ^'rippe. Pendant 5 
ans, la paralysie faciale était «lemeiuée le seul symptôme, sans 
(|ue rien ne \ienne attirer l'attenti on du cO)té des membres, ou 
des nerfs Jiulbaires. 

Autopsie. — La mort semble (Uie à une bi'oncbo-pneumonie. 




Fit). 2. 

Sur le coté j^auclie du bulbL' entre lui et le cer\elel, on trouve 
[fig. 2} une tumeur du volume d'une petite noix, de forme irré- 
jnilièrement sphéricpie présentant de nombren<es bosselures iné- 
f:ales. Sa coloration est d'un blanc rosé avec points bémorrhagi- 
(|ues comme celle d'un sarcome, mais la consistanctî est plus 
dure, c'est celle d'un fibrome. 

Cielte tumeur est située entre le cervelet, auquel elle adhère et 
le bulbe ({u'elle ivfoule veis la dmite mais avec lequel elle u'a 
que des rapports de contipruïfé ; sa limite supérieure est un'peu 
au-dessus du siUonbulboqirotubérantiel.Son extrémité inféiieure 



Digitized by 



Google 



4 CLINIQUE NERVEUSE. 

légèrement effilée, affleure le bas de l'olive bulbaire. Les racines 
de rhypoglose passent au devant de la tumeur, dont elles res- 
tent indépendantes ; le nerf est seulement légèrement refoulé en 
avant et en dedans. La pyramide gauche n est pas en contact avec 
la tumeur. En soulevant celle-ci, on voit qu'elle marque son em- 
preinte sous forme d'un léger sillon sur la partie postérieure de 
l'olive et le bord inférieur de la protubérance : les nerfs (Vlil, 
IX et X) sont refoulés en arrière, mais nettement indépendants 
du néoplasme. Au contraire, le facial traverse la tumeur, à l'u- 
nion de son tiers postérieur avec les deux tiers antérieurs : l'en- 
trée du nerf se fait au fond d'une petite dépression en enton- 
noir ; à sa sortie, il est accompagné sur un trajet de 2 millimè- 
tres par un petit prolongement de la tumeur. 

En soHime, tumeur d'apparence libro-sarcomaleuse adhérente 
au cervelet et comme embi'ochée par le facial. 

Pas d'autre altération appréciable à Tœil nu, des centres ner- 
veux, sauf, à la partie postérieure de la moelle dorso-lombaire, 
de nombreuses plaques ossifoi'mes développées dans l'épaisseur 
des méninges molles et que l'examen microscopique montracons- 
tituées, comme le tissu osseux véritable, par des lames de subs- 
tance ayant les caractères de la substance osseuse contenant des 
ostéoblastes et ciironscrivant des ca>ités renfermant une vérita- 
ble moelle osseuse. Seule, rintiltration calcaire faisait défaut, les 
plaques les plus volumineuses offrant la consistance de l'os décal- 
cifié et se laissant aisément débiter en coupes sans préparation 
spéciale. 

Tous les peauciers de la face,soigneusement disséqués,sont no- 
tablement atrophiés à gauche par comparaison avec ceux du Côté 
droit. 

# 

Examen histologiquc, — !<> La.tu}neur lixation par le formol à 
10 Vo coloration au picro-carmin ou à l'hématéine, éosine) estbien 
un fibix)-sai'come. Sa masse principale est constituée par des fais- 
ceaux fibreux, épais, serrés les uns contre les autres avec, dans 
les interstices, des cellules pohmorphes. Pas de libres élastiques 
nettes.Les faisceaux fibreux sont tantôt disposés paiallèlementles 
uns aux autres, ailleui-s, tourbillonnent autour de vaisseaux san- 
guins dont les parois sont fibreuses, épaissies. Mais par places, 
et surtout à la périphérie on voit des points constitués presque 
exclusivement par des cellules analogues à celles du sarcome 
vrai (fig. 3; ;. les faisceaux ont une paroi formée d'éléments jeu- 
nos, fusiformes ou même presquearrondis.il s'agit donc bien d'un 
libro-sarcome, se rapprochant par son ensemble du fibrome plus 
que du sarcome. Les points d'apparence hémorrhagique corres- 
pondent à des vaisseaux volumineux, gorgés de sang, plutôt qu'à 
des hémorrhagies véritables. 



Digitized by 



Google 



PARALYSIE FACIALE PÉRIPHÉRIQUE DUE A UN FIBRO-SARCOME. 5 

A sa périphérie, la liimeur est entourée (l'une coque fibreuse 
<lis|>os<»e en lamelles ('onrenlri(iues. Celle coque adhère en beau- 
coup (le points avec la pie-mèiv du cervelel. 

La partie voisine du lobe cérébelleux f?auche est comprimée 
par le néoplasme, qui s'y creuse une j^oullière, aux dépens des 
ciironvolulions sous-jacenl(»s, qui sont aplaties, alrophi(»es, ou 
même, complètement détruites. 




A 







— - ,.--':^:', ' ■ xW 



\-c 







■/-X" 

>i^:>^' 



Fio. 3. — A, een'elol — H, méninges. — C, (!oqne libreuse. — 
1), tumeur (point sareomateuv). 

2*» Le facial a été étudié surles trois points suivants de son tra- 
jet. 

aj A sa sortie du bulbe, il s'<»nfon(X' prescpie innnédiatement 
dans le néoplasme ; sa j^aîne s(» confond avec le tissu fibreux am- 
biant et cesse d'être perceptible ; les taisceaux nerveux sont dis- 
sociés par le tissu fibreux ; les fibres s'atrophient très vite et ces- 



Digitized by 



Google 



CLINIQUE NERVEISE. 

j««MildV(rc)K'r('0|»libh's, les Kaini'î^drniyôlintMMaut do plus en plus 
réilulles tIVpaissrur ùincsuiv (pi'on s'approcho «lu c(»n(nMlela tu- 
meur, ('.«'pcndanl, il ne semble pas que h's cylindres-axes soient 
inleiTompus ; on les distinjrue nettement, aussi loin (fuon peut 
suivre les libres nerveuses. 

En plein centre de la tumeur, un seul des faisceaux du nerf 
facial est encore nettement différencié. Il est formé de libi-es, 
d'apparence pi-esquc intactes, et entouré d'une jraine lamelleuse 
très épaisse. L'aspect est celui d'un nerf atteint de neuro-lîbroma- 
tose, tel qu'on le trouve figuré dans les ouvrages classiques. 

b) Le tronc du facial, après sa traversée parotidienne, présente 
une atrophie considérable de ses faisceaux, qui, sur une coupe 
tl•ans^el^aU^ sont moitié moins volumineux (|ue ceux du facial 
droit. La gaine du nerf, les gaines périfasciculaires et le tissu in- 
lers(i(iel sont très épaissis, sclérosés. Mais les fibres nerveuses ne 
sont pas détruiles, leur cylindre-axe est ne! ; leur gaine de myé- 
line, simplement atrophiée, ne présenlenf, au Marchi, que des 
altérai ions j)eu considérables. 

i\ La branche temporale du facial présente une atrophie nota- 
ble des faisceaux de fibres ner\euses, avec sclérose bien moins 
considérable (fue le tronc de ce nerf. 

3® Les ganglions de Gasser, des deux côtés, renferment un cer- 
tain nombre de cellules, atteintes de chromatolyse surtout péi'i- 
phérique ; quelques-unes sont pigmentées ; parfois la chromatine 
est à l'état dilfus. On peut seulement dire que ces lésions sont 
nettement plus accusées à gauche qu'à droite. 

4° Lq^ pcauciers de la face (orbiculaire des paupières, grand zy- 
gomatique, orbiculaire des lèvres, muscles du menton; sont tr(»s 
atrophiés à gauche, par comparaison avec ceux du côté droit : il 
s'agit d'atrophie simple sans sclérose. 

5° Le bulbe ne présente d'autre altération que les suivantes : 
dans le noyau du facial gauche : atrophie simple de nombi-euses 
cellules, quelques-unes ayant conservé leur aspect normal. Dans 
le noyau de la VI' paire gauche, même atrophie de nombreuses 
cellules, la partie ventrale et externe du noyau étant seule com- 
plètement respectée. 

Nous n'avons contaté aucune lésion dégénérative, ni des fibres 
motrices, ni des libres sensitives, dans la protubérance ou la 
moelle. 

Enlin, les Vlll« IX« et \* paires du côté gauche présentaient un 
aspect à peu près normal, c'est à peine si les tissus ambiants 
étaient un peu plus denses cpie normalement, les fibres nerveu- 
veuses semblaient indemnes d'altérations notables, après laction 
du picro-carmin, ou de la méthode de Marclii. 



Digitized by 



Google 



PARALYSIE FACIALE PERIPHERIQUE DUE A UN FIBRO-SARCOME. 7 

En résumé, la paralysie du facial gauche, survenue à 
Tâge de 06 ans, 13 ans avant la mort, était rapidement 
devenue complète. Les constatations anatomiques 
permettent de rapporter cette paralysie à 1 existence 
d unfibro-sarcome englobant et comprimant le nerf à sa 
sortie du bulbe^ refoulant simplement Thypoglosse en 
avant, les nerfs Vin% IX** et X*' en arrière, sans les com- 
primer, et repoussant le bulbe vers la di*oite sans déter- 
miner aucune lésion dégénérative des fibres motrices ou 
sensitives, ce qui explique Tabsence de tout signe bul- 
baire, et rimpossibilité, dans ce cas, de diagnostiquer 
pendant la vie, la véritable nature de la paralysie. 

Nous ne reviendrons pas sur le diagnostic anatomique, 
qui ne nous semble pas douteux ; il s'agit évidemment 
d*un fibro-sarcome conjonctif, se rapprochant dans son 
ensemble, du fibrome, plus que du sarcome. Mais il im- 
porte de préciser l'origine de ce néoplasme. 

En décrivant les résultats de Tautopsie, nous avons dit 
que la tumeur ne présentait d'adhérences qu*en deux 
points : au niveau du cervelet et du facial, qui la traver- 
sait de part en part ; partout ailleurs elle était absolu- 
ment libre, ne contractant, avec des tissus voisins, que 
des rapports de contiguïté. Le point de départ ne saurait 
se trouver par conséquent qu'au niveau des deux points 
où il existait des adhérences : le cervelet et le facial. 

Or, il ne s*agit certainement pas d'un fibro-sarcome né 
aux dépens du cervelet : la tumeur est, non un gliome, 
mais bien un fibro-sarcome conjonctif, nettement déli* 
mité d'avec le tissu nerveux du cervelet qui est simple- 
ment atrophié et détruit par compression ; elle ne pro- 
vient pas davantage des méninges cérébelleuses qui, 
comme le montre notre ilg. 2, ne font qu'adhérer au ni- 
veau des points les plus comprimés, à la coque entourant 
la tumeur, mais ont conservé nettement, presque par- 
tout, leur individualité. 

• Tout autres sont les connexions du néoplasme et du fa- 
cial. Immédiatement après que ce dernier a pénétré dans 
la tumeur, sa gat ne cesse d'ôtre perceptible ; elle semble 
se confondre avec le tissu constituant la tumeur, les fais- 
ceaux nerveux sont dissociés et comme étouffés parle tis- 
su fibreux ; un faisceau nerveux, demeuré visible au cen- 



Digitized by 



Google 



8 CLINIQUE NERVEUSE. 

tre de la tameur, présente Taspeet typique d*une coape 
d'un nerf atteint de nearo-fibromatose. Il semble donc 
logique d'admettre que le fibro-sarcome est ne aux dé^ 
pens de la gaine du facial à sa sortie du bulbe. 

Au cours des dernières années, divers travaux notam- 
ment Timportant mémoire de Henneberg et Max Koch (1) 
la communication de Philippe, Cestan et Oberthûr au 
Congrès de Grenoble [2)j ont établi Texistence, à côté de 
la maladiede Recklinghausen ou neurofibromatose^ d'une 
variété nosologique spéciale, la neuro-fibro-sarcomatose ^ 
dont Cestan (3) a précisé ainsi les caractères histologi- 
ques :a C'est un épaississement concentrique ou en crois- 
sant de la face interne, épaississement des cloisons de 
Tendonèvre, infiltration diffuse, dissociant, entourant 
les fibres nerveuses sans les détruire. La différence con- 
siste dans le type histologique de Tinflltration : fibroma- 
teux, bénin dans la maladie de Recklinghausen, sarco- 
mateux, malin, dans la neuro-fibromatose. » 

Dans le cas actuel, il s*agLt d'un fibrosarcome né aux 
dépens de la gaine du facial, à sa sortie du bulbe, disso- 
ciant et comprimant les fibres nerveuses,qui, après avoir 
traversé la tumeur, sont frappées d'atrophie. Mais, c'est 
ce qui fait l'intérêt principal de ce travail, tandis que dans 
la neuro-fibro-sarcomatose, on trouve d'habitude des 
tumeurs multiples dans les centres nerveux, les racines 
ou les nerfs périphériques, nous n'avons pu déceler au- 
cune autre localisation sarcomateuse en aucun point des 
centres nerveux, ni dans les racines, bien que la paraly- 
sie faciale existât depuis 13 ans. 

Voilà donc un fait de neuro-fibro-sarcome, identique 
comme structure aux tumeurs multiples de la neuro-fl- 
bro-sarcomatose, mais étant demeuré pendant 13 ans lo- 
calisé au facial et non à l'acoustique, la localisation pré- 
férée de laneuro-fibromatose. 

(1) IlENXKDF.Rrr et MaxKocii. — Arch.f. psychiatrie u. ncrrcn Krank^ 
tome XXXVI^p. 250-305 (avec figures), 1902. 

(2) Philippe Cestan et OnERTiiuR. — Sarcomes et sarcomatose du 
système nerveux (Congrès des neurolog. el aliênisles français, Gi'c- 
noble 1902. 

(3) Cestan. — La neuro-fibro-sarcomatose.' [Revue neurologique 
1903, p. 745.) 



Digitized by 



Google 



SI R l'emploi du véronal chez quelques aliénés. 9 

THÉRAPEUTIQUE 



Notes thérapeutiques sur l'emploi du vôronal 
chez quelques aliénés ; 

Paul SÉRIEUX el Ropor MIGNOT 



Depuis le mois de mars 1904, à la maison de santé de 
Ville -Evrard, noas employons le véronal chez les ma- 
lades atteints d*insomnie. Nous désirons faire connaître 
les résultats obtenus dans une vingtaine de cas observés 
avec soin, de mars en août. 

Grâce au nombre relativement élevé de nos veilleurs 
•et veilleuses, il nous a été possible d*obtenir chaque 
jour une observation détaillée sur Tétat pendant la nuit 
des malades en traitement. Au moyen de ces renseigne- 
ments, nous avons, pour chaque malade, tracé un double 
graphique représentant, l'un la durée du sommeil ex-, 
primé en heures et demi-heures, Tautre la manière dont 
ces heures se répartissent pendant la nuit. Il nous est 
malheureusement impossible de publier ces graphiques 
en raison de leur étendue et de leur nombre ; nous le 
regrettons d'autant plus que, comparés aux graphiques 
obtenus quand le médicament n était pas administré, ils 
rendent saisissante Faction de celui-ci. 

Les malades dont les observations suivent n*ont pas 
été choisis, nous avons pris les cas au fur et ù mesure 
qu ils se présentaient. Le médicament a été donné en 
cachet avec une infusion chaude ou en suspension dans 
Teau ou le lait ou même mélangé aux aliments. 

Mélancolie, — Observation I. — M™» N., 03 ans, ost atteinte 
depuis 1898 de mélancolie ; rinlelliponce esl actuellenienl af- 
faiblie mais le délire, l'anxiété et Tinsomnie pei'sistent. Sans 
hypnotique celte malade ne dort pas plus de 3 heures par nuit, 
(iràce au véronal, à la dose de 0,30 centigrammes, nous obte- 
nons un sommeil régulier et prolongé : en 4() nuits la moyenne 
est de 7 heures et demie. L'action du médicament se fait sentir 
de une heure et demie à deux lieures après la prise. En môme 



Digitized by 



Google 



10 THÉRAPELTIQVE. 

lenips qiu' le sommeil est rovonu, 1 a<.'i(a(ion mélancolique est 
moins marquée pendant le jour. 

Après 4 mois d'emploi journalier, nous n'observons pas d'ae- 
coutumanre ; à plusieuis reprises nous a>ons essa\é de cesser It» 
médicament, au bout de 2 ou 3 jours l'insomnie se reproduisait 
et l'agitation augmentait. 

Obs. h. — M™« 0., 51 ans, est soignée à Ville-Evrard depuis 
l*j(K) pour un délire mélancolique très intense avec impulsions 
au suicide. L'insomnie est constante, on est quotidiennement 
obligé de donner un hypnoti(jue, mais l'accoutumance se pmduit 
assez \ite avec lecbloral, le trional, etc. Depuis le 2 avril 19(IS, 
celte malade prend tous les soii*s à 8 heures 0,51) centigr. de 
véronal, elle s'endort à 8 heures l/2oul)heui*eset en 134 jouis la 
moyenne des heures de s<jmmeil a été de 8 heures d'un repos pai- 
sible et continu. Après 2 moisi 2 d'emploi, nous avons essayé (h» 
supprimer le médicament à l'insu de la malade ; dès la seconde 
nuit elle ne dormait plus et en même temps le délire pi'enait 
une acuité nouvelle, l'anxiété était extrême, les idées de suicide 
devenaient incessantes. A plusieurs reprises la suppression du 
véronal s'est accompagnée des mêmes phénomènes et son em- 
ploi a produit une sédation itlanifeste des mêmes symptômes. 

Obs. 111. — M"» P., 57 ans, présente depuis juin 1ÎK)3 un dé- 
lire mélancolique avec un état d'anxiété pi'esque continu. L'ex- 
trait thébaîque tout en calmant l'anxiété n'améliore pas Tinsom- 
nie. 

Le 19 mai-s nous donnons le véronal à la dose de 0,30 centi- 
grammes ; après une dizaine de jours d'emploi, le sommeil de- 
vient régulier et pmiongé ; en 51 jouis la moyenne des heures 
de sommeil est de 7 heuivs. Le sommeil se pmduisait de 1 h. à 
1 heure 1 2 après la prise. Quand nous avons cessé le 
médicament, la malade était guérie de son état mélancolique et 
l'habitude du sommeil était iTprise. Après 4 mois nous avons 
revu la malade qui continue à se bien porter et à bien dormir. 

Obs. IV. — M'i'Q., 7G ans. Depuis 1902 cette malade est mé- 
lancolique, l'anxiété est continuelle et arrache des plaintes et des 
gémissements bruyants ; malgré l'âge et la maladie mentale, il 
n'y a pas d'afTaiblissement intellectuel. 

Depuis le début de la maladie, l'insomnie est peisistante, la 
malade passe ses nuits debout à frapper à sa porte en appelant ; 
sous l'influence de la station debout prolongée et des troubles 
vaso-moteui*s,les jambes et les mains sont très enflées. Depuis le 
début de la maladie et même avant son entrée à Ville-Evrard, la 
malade prenait l'extrait thébaîque à haute dose 0,25, 0,30centigr.) 



Digitized by 



Google 



SIR L EMPLOI nr VHRONAL CI^EZ QUELQUES ALIP^NÉS. 11 

mais sans profil au point de vue i\v l'insoninio. Conli'o crlle-ci 
nous iMnployons RurcossivtMnont les bi-omuros, le trional, le sul- 
fonal, le chloi'al ; les médicaments a|?issent 2 ou 3 jours puis la 
malade ne dort plus et ivste debout jour et nuit. La paraldéliyde 
produit même un effet paradoxal, l'agitation nocturne et lanxiété 
augmentent après son emploi. Le 3 mars nous ordonnons le véro- 
nal à la dose de (1,50 centigrammes ; dès les premières nuits la 
malade reste au lit durant quelques heures et dort ; pendant les 
'^ premières semaines, laction du médicament est irrégulière, 
des nuits de 3 à 4 heures alternent avec des nuits de 10 à 11 
heures. Dès le secj)nd mois l'effet du médicament devient plus 
récrulier et plus constant : en 144 nuits la moyenne a été de 
7 heuivs de sommeil. Avec le retour du repos, l'anxiété a dimi- 
nué, l'agitation mélancolique sVst beaucoup réduite, l'enflure des 
jambes et des moins a disparu, la malade restant étendue la 
nuit et consentant le jour a s'asseoir. Actuellement, apiès huit 
mois d'emploi, laccoutumance ne s'est pas produite. A plusieui's 
reprises nous avons essayé de supprime)* le véronal ; rapidement 
l'insomnie, l'anxiété, la station debout prolongée sont redevenues 
telles qu'elles étaient autrefois. 

Obs. V. — M"» 11., bC) ans, est atteinte depuis 1003 de dépres- 
sion mélancidique avec idées obsédantes et impulsions divei'ses. 
Depuis la même époque elle souffre d'insomnies, ne dormant pas 
plus de 4 heures par nuit. Le véronal à la dose de 0,50 centigr. 
augmente la durée du repos, mais d'une manière irrégulière ; il 
fallut atteindre la dose de 0.80 centigr. pour obtenir d'une façon, 
constante un sommeil prolongé : en 120 jours la moyenne a été 
de plus de G heures. Le sommeil apparaissait rapidement après la 
prise du médicament, de 30 minutes à 1 heure. En môme temps 
que les nuits devenaient meilleures, l'anxiété et Tagitation de la 
malade diminuaient, une amélioration très manifeste de Tétat 
mental était constatée. A plusieurs reprises, nous avons tenté de 
cesser le médicament, même à l'insu de la malade ; rapidement 
l'insomnie se reproduisait et les troubles mentaux repi*enaient 
leur acuité. Actuellement, après 7 mois d'emploi, nous n'obser- 
vons pas d'accoutumance. 

Obs. VI. — M«8 S., 32 ans, présente depuis 1903 un délire mé- 
lancolique avec idées obsédantes ; c'est une dégénérée avec stig- 
mates hystériques. Elle souffre d'insomnie, ne dort guère plus de 
3 heures par nuit. En 2i) jours, avec une dose de 0,3i) centig. la 
moyenne des heui^s de sommeil a été de 7 heures. Nous devons 
ajouter que cette malade a pris du véronal à un moment où les 
livubles intellectuels étaient en régression et où l'insomnie ap- 
paraissait comme le dernier symptùme important. 



Digitized by 



Google 



12 THÉRAPEUTIQUE. 

Obs. VII. — M"« T., 26 ans, est une d«^générée dont Télat 
dépressif (»st lié à dos idf'os obse»dan les. L'anxiété est très mar- 
quée et l'insomnie liahiluelle. Avee des doses variant de 0,15 à 
0,.")0 eentijrr., nous obtenons en 92 joui-s une moyenne de f» heu- 
i-es 1/2 de sommeil. Artuellemenl, après 5 mois d empioijl n'y a 
pas d'accoutumance. Les troubles mentaux se sont améliorés, 
mais on ne peut cesser le médicament sans voir se reproduire 
l'insomnie. Chez cette malade le sommeil survenait assez tai-d 
après la prise du médicament, de 2 heures 1/2 à 3 heures. 

L'action du Véronal a été tout à fait remarquable chez 
nos mélancoliques. Ce médicament, aux doses moyennes 
de 0,30 à 0,50 centigr., s*est montré supérieur aux autres 
hypnotiques employés par nous antérieurement ; il a 
produit environ une ou deux heures après Tingestion, un 
sommeil calme, continu et suffisamment long ; malgré un 
usage très prolongé, nous n'avons pas observé d'accou- 
tumance. 

En même temps que l'action hypnotique et, vraisem* 
blablement à cause de cette action, nous avons constaté 
une diminution de l'anxiété et de l'agitation mélanco- 
lique ; aucune influence sur le délire et sur l'état dépres- 
sif n'a été observée. 

Démence précoce. — Obs. VUI. — M™« E., 42 ans, a présenté en 
1898 les premiei's symptômes d'un délire incohérent de persécu- 
tion et de grandeur, accompagné d'hallucinations nombreuses 
qui sVst rapidement terminé par la démence. Actuellement cette 
malade ofïi*e le tableau habituel de la démence paranoïde avec 
état chronique d'agitation et d'insomnie. 

La moyenne des heures de sommeil produites par le vémnal 
aux doses de 0,50 à 0,80 centigr. pendant 72 jours a été de 5 heu- 
res. Le repos était continu. La moyenne était, en 31 nuits, de 
3 heures 30 avec 2 grammes de chloral et de 4 heures, en 73 nuits, 
avec 1 gr. 50 de sulfonal. 

L'action du véronal était plus active après quelques joui*s 
d'emploi. Le sonuneil apparaissait de 1 heure à 1 heun? 1/2 
après la prise. En l'absence d'hypnoMque, le repos devenait nul 
nu lout à fait insuffisanl. 

Obs. IX. — M"** F., 47 ans, malade depuis 1901, est actuelle- 
ment démente. Elle vit dans un état d'agitation incessante et ses 
nuits sont sans repos. L'action du véronal a été favorable chez 
celte malade qui ne dormait guère plus de 3 heures 1/2 sans 



Digitized by VjOOQIC 



scR l'emploi du véronal chez quelques aliénés. 13 

médicament. Lo véronal, excepté aux moments où l'agitation 
atteignait son paixjxysnie, pmcurait de longues nuits; la moyenne 
générale en 143 joui*s a été de 7 heures. MalgiV* un emploi pro- 
longé pendant plus de 8 mois, nous n'observons pas d accoutu- 
mance et dus que le médicament est supprimé, Tinsomnie se 
reproduit. L'action hypnotique se fait sentir en\iron 2 heures 
après la prise. 

Obs. X. — M"' G., 31 ans, malade depuis 1898, présente actuel- 
lement les symptômes de la démence hébéphrénique ; lagitation 
f(iioique peu intense s'accompagne d'insomnie. 

Pendant les 140 joui's que le véronal a été employé, nous avons 
obtenu en moyenne 5 heures de sonuneil pai* nuit ; les doses 
varièi^nt de 0,-30 à 0,C0 centigr. A la lin du traitement, le som- 
meil était plus prolongé et plus i-égulier. L'action du véronal 
était manifeste. puisque, le médicament ayant été supprimé pen- 
dant 7 jours, nous n'avons obt<^nu pendant ce laps de temps que 
15 heures de sommeil. L'effet hypnotique était produit de 1 heure 
à 1 heure 1/2 après la prise. 

Obs. XI. — M"» IL, 42 ans. Après une période de confusion 
mentale (1898" avec excitation maniaque, à laquelle a fait suite 
une phase de dépi*ession et de délire, la malade est devenue 
démente. Actuellement elle vit dans un état d'agitation automa- 
tique incessant. L'insomnie de M-« H. était caractérisée par des 
nuits assez bonnes alternant avec des nuits blanches ou de 2 à 
3 heures de sommeil : ainsi en 14 nuits nous comptâmes 5 h. de 
sommeil en moyenne mais 3 nuits blanches. Sous l'influence du 
véronal, à la dose de 0,50 centigr., la durée du sommeil se régu- 
larise et atteint la moyenne de 8 h. en 157 nuits ; pendant tout 
ce temps aucune nuit blanche. L'action médicamenteuse se fait 
sentir environ 2 heures après la prise. Alore que les hypnoti([ues 
habituels produisent rapidement l'accoutumance, le véronal, au 
moment où nous écrivons, après 8 mois d'usage journalier, con- 
tinue son action bienfaisante. A plusieui'S reprises nous avons 
tenté de le supprimer, mais l'insomnie reparaissait après 2 ou 
3 nuits. Nous avons observé chez cette malade une diminution 
très notable de l'agitation pendant la veille depuis l'emploi du 
\ éronal ; lors de la suppression du médicament, l'insomnie et 
l'agitation reparurent parallèlement. 

Obs. Xll. — M«»« I., 2G ans, présente depuis a\ril 1904 les 
symptômes de l'hébéphrénie ; il existe d(»s signes d'atfaibliss*'- 
iiient intellectuel mais la démence n'est pas encore très marquée 
Sans médicament, cette malade dormait envii*on 4 heures. Pen- 
dant 63 joure de traitement, avec une dose de 0,30 centigr. de 
véronal, nous avons obtenu une moyenne de 7 heures. 



Digitized by 



Google 



14 THÉRAPEUTIQUE. 

La tluri'c et la ivgularitù du soinint'il de\iarcnl plus manifes- 
tes après une dizaine de joure d'emploi. Le sommeil eommenrait 
de 30 minutes à 1 heure 1 2 après la prise. Aujourd'hui, après 
5, mois laccoutumance ne s'est pas produite. 

Obs. XIH. — M. K., 15 ans, entré en fé\rier 19()4 en état de 
stupeui'jpivsente depuis juillet de Taf^itation catatonique. Chez ce 
malade, raction hypnotique aux doses de 0,30 et 0,50 centi^'r. a 
été à peu près nulle : le soninseil élait a\ant l'usa^re du \éronal 
d'une durée de 6 h. mais en trwoupé de fréquents ré\eils ; depuis 
nous n'avons pas obtenu un sommeil plus régulier et en 76 joui*s 
de traitement la moyenne n'a été ([ue de 7 heui-es par nuit. 

Excepté chez un catatonique, à la période initiale de la 
maladie, le véronal a eu dans 5 observations de démence 
précoce une action bienfaisante sur l'insomnie coexis- 
tante avec des états d*agitation. Le sommeil se produisait 
en général une heure et demie après la prise du médica- 
ment et devenait à la ibis plus prolongé et plus régulier. 
L'accoutumance n*a pas été observée après un emploi 
quotidien prolongé pendant 8 mois. (Obs. XI et Obs. IX. ) 

Paralysie yénérale. — Obs. XIV. — M. A. 50 ans, présente l'en- 
semble des symptômes classicpies de la parah>ie f,u*néi'ale depui> 
l'année 1902. Interné en 1903 à la suite d'un état d'e-xcitatuni 
maniaque, son agitation reste continuelle et s'accompafrne d'in- 
somnie. 

Par l'emploi du véronal à la dot^e de 0,^^0 rentier., nous n'axons 
obtenu aucune amélioration : en 30 jours d'emploi, la moyenne 
des heures de sommeil n'^i été que de 5 h. 30 par nuit ; en outre 
le J'epos n'était pus continu, le malade se réveillait à trois ou 
quatre reprises et restait é\eillé chacpie fois pendant une «»u 
plusieurs heures. Le premiei* sDMuneil ne >e produisait que plu- 
sieui*s heuies après la prise du médicament. 

Obs. XV. — M. B., 49 ans, atteint de parai \sie générale depuis 
1902, est constamment dans un état d'excitation très marqué 
qu'entretiennent des hallucinations auditives nombreuses. Depuis 
le début de la maladie, l'insomnie est persistante. 

Le véronal est administré du 29 mars au 17 juillet, mais nims 
n'obsecNons aucune amélioration de l'insomnie, malp^ré les doses 
allant en auj?mentant de 0,30 centigr. à 1 gramme. La moyenne 
de 130 nuits a été <le .") heures, durée habituellement obserxée 
sans médicament. Cette durée du sonuneil pourrait être considé- 
rée comme suflisante si le repos était continu, mais il est au con- 
traiie entrecoupé de longs réxeils malgré le médicament. 



Digitized by 



Google 



SUR l'emploi du veronal chez quelques aliénés. 15 

Obs. XV|. — M"»* C, 40 ans, est ulleinte de parahsie générale 
depuis 1899. Elle est actueUenient tout à fait démente, mais Va- 
gitation et les hallucinations pei'sisteut et s'accompagnent d'une 
insomnie tenace. 

Levéronala été employé pendant lO^joui-s, et la durée du 
sommeil a été de G heures environ par nuit. Cette durée n'était 
que de 5 heures avec 0,30 centiKi'- du médicament, et nous avons 
dû atteindre la dose de 0,80 centij^'r. Quelle (fue fût la dose em- 
ployée, le sommeil était interrompu par des réveils fréquents et 
se proloni^eant de l à plusieui*s heures. Malj?ré le médicament 
nous complÂmes des nuits blanches. Le sommeil ne se produisait 
en j^'énéral que 3 heures après la prise. 

Obs. XVll. — M. 1)., 35 ans, présente depuis 1903, les symptù- 
mes de la démence paral\tî(|ue. Il n'a pas de déliiv, c'est la dé- 
pression qui jH'édomine, elle s'accompaf,'ne de préoccupations 
hypocondriaques. Le malade se plaint dinsomiiie complète, en 
réalité il dort 4 à 5 heures pai* nuit. 

Du 6 juin au 12 aoiH 1904, nous administrons tous les suirs 
0,30 centijf. de \éronal ; sous linfluence du médicament, le som- 
meil se prolonge 7 heures, moyenne de 60 joui-s. Après 10 jours 
d'emploi, nous supprimons le médicament sans pi-évenir le ma- 
lade ; dès la troisième nuit, il ne dort plus que 3 heures, et en 
6 joui's d'abstention la moyenne n est que de 4 h. 30. Deux mois 
en\iiH>n après le début du traitement, nous pouvons cesser l'em- 
ploi du Aéixjnal sans que la durée du sommeil s'en ressente. j 

Le véronal n'a donc produit une action favorable que 
chez un paralytique général déprimé et hypocondriaque. 
Chez trois ]3araly tiques en état d'excitation,refretdu mé- 
dicament a été à peu pi*ès nul, et les nuits sont restées en- 
trecoupées de longs réveils ; le premier sommeil pouvait 
se faire attendre 4 ou 5 heures et même davantage après 
la prise. L'action hypnotique était certainement infé- 
rieure chez ces malades à celle du bromure, du chloral et 
des bains prolongés. 

Folie périodique. — Ubs. XVlll. — M"« L., IM ans, présente 
depuis février 1904 des accès maniaques très intenses d'une durée 
dd 15 joure à 3 semaines suivis d'une période de dépression légère 
d'égale durée. Il existe en môme temps de l'insomnie. Au mo- 
ment de la phase maniaque, le véronal ne produit aucun effet 
aux doses de 0,30 à 0,80 centigr. malgré l'association du bromure 
et des bains prolongés ; l'hypnotique produit son action habi- 
tuelle au déclin des accès et à la période mélancolique. 



Digitized by 



Google 



IG THÉRAPEUTIQUE. 

Obs. XIX. — M'ïc M., 31 ans, ost soi^înôe pour son (roisiènip 
acct»s maniaque, rapitalion est vive, et la malade ne «lorl pas 
plus de 3 heures par nuit. Sous Tinfluence du médicament, nous 
obtenons en 71 joui-s une durée moyenne de 7 heures de som- 
meil. L'aelion hypnotique se faisait senlii- de 30 minutes à 1 heuie 
après la prise. Le médicament ne produisit tout son elTet qu'après 
quelques joui*s d'emploi et la durée du sommeil alla en progres- 
sant du début à la lin du traitement malgré la pei-sistance de 
l'état maniaque. Après 71 joui-s d'emploi, aucun signe d'accoutu- 
mance. 

De ces deux observations nous ne pouvons tirer aucune 
déduction, noas les rapportons à simple titre documen- 
taire. 

CoNCLLSîOiNS. — Des observations précédentes nous 
croyons pouvoir tirer quelques conclusions, d'autant plus 
que depuis le mois d'août Texpérience a confirmé ce 
que nous avions précédemment constaté et il nous se- 
rait aisé de présenter de nouveaux faits. 

P I^ véronal a une action hypnotique considérable 
dans Tinsomnie des mélancoliques et des déments agités. 
Il procure à ces malades un sommeil prolongé et continu. 
Le sommeil apparaît peu de temps après l'ingestion, en 
moyenne de une à deux heures. Il importe de trouver la 
dose nécessaire mais suffisante du médicament ; on peut 
débuter par 0,30 centigr. et augmenter progressivement 
sans dépasser un gramme. L'action du véronal est plus 
marquée et plus régulière après quelques jours d'emploi. 
On peut dire que l'accoutumance à cet hypnotique est à 
peu près nulle, puisqu'il procure encore le sommeil à 
certains de nos malades après huit mois d'un usage jour- 
nalier et sans augmentation de la dose. 

Chez les déments une diminution de l'agitation au- 
tomatique, chez les mélancoliques une diminution de 
l'agitation anxieuse, a pu être observée pendant le jour 
après l'usage du véronal ; il s'agit là probablement non 
pas d'une action directe mais d'un résultat secondaire au 
repos de la nuit. 

2^ L'action hypnotique du véronal chez les paralyti- 
ques généraux agités et hallucinés, nous a paru très 
faible *, le sommeil reste très irrégulier et sa durée ne 



Digitized by 



Google 



SUR l'emploi du véronal chez quelques aliénés. 17 

semble pas prolongée d une manière sensible ; nous ré- 
serverons notre opinion sur Tinfluence de ce médica- 
ment dans Tinsomnie des paralytiques généraux dépri- 
més ou simplement déments. 

3^ Dans aucune de nos observations, même en em- 
ployant pendant longtemps un gramme de véronal, nous 
n'avons constaté les malaises, les vertiges qui ont été si- 
gnalés chez certains sujets. Malgré leurs troubles men« 
taux, quelques-uns de nos malades n'auraient pas man- 
qué de nous signaler ces phénomènes s'ils s'étaient pro- 
duits. Nous n'avons également pas constaté de modifi- 
cations du pouls ni d'altérations des bruits du cœur; des 
vieillards et des individus porteurs de lésions cardiaques 
ont très bien toléré le médicament. 

Nous n'avons pas observé d'albuminurie môme après 
un emploi prolonge et intensif. 

4° Actuellement, nous avons administré le véronal à 
une quarantaine de malades, souvent à des doses élevées 
(0,80 centigr.à 1 gr.) et dans plusieurs cas pendant des 
mois ; nous n'avons eu Toccasion de constater qu'un seul * 
cas d'intolérance vis-à-vis de ce médicament, en voici 
Tobservation : 

Obs. XX. — M>ic U., 33 ans, soignée une première fois en avril 
1904 pour un accès de stupeur hallucinatoire de courte durée, 
retombe malade lin août. Des hallucinations de l'ouïe accusatrices 
ot menaçantes, des visions terrifiantes provoquent un état anxieux 
très pénible et un délire mélancolique. En môme temps, les nuits 
sont sans sommeil. Le 27 août, nous ordonnons 50 centigr. de 
véronal contre l'insomnie et, le lendemain, de l'extrait thébaïque 
aune dose de 0,02 centigr. qu'on augmente quotidiennement pour 
arriver, le 6 septembre, à la dose de 0,1 2 centigr. Malgi*é ce traite- 
ment médicamenteux, auquel sont ajoutés des bains, le délire, 
les hallucinations, l'anxiété persistent, les tentatives de suicide 
sont incessantes ; mais les nuits sont assez bonnes et, du 27 août 
au 6 septembre, la moyenne est de 6 h. 1/2 de repos. 

Le 30 août, la malade a la face congestionnée, elle se plaint de 
la tète, la nuit elle a un vomissement. Le l»' septembre, on re- 
marque que l'hyperesthesie sensorielle est telle que le moindre 
bruit dans le voisinage la fait tressaillir et pousser des cris. 

Le 4 et le 5, la malade souffre de céphalée, de hoquets fré- 
quents, d'une sensation d'étoufïement, elle se plaint de la gorge 
qui est rouge ; pas de fièvre. 

Archives, 2« série, 1005, t. XIX. 2 



Digitized by 



Google 



18 RECUEIL DE FAITS. 

Le 6 au matin, nous constatons l'existence d une éruption loca- 
lisée aux bras, aux mains, aux cuisses, à la poitrine, au dos. 
Cette éruption est formée d'éléments qui rappellent ceux de la 
rougeole, par agglomération, ils forment des placards assez éten- 
dus, les démangeaisons sont vi^es, nous supprimons le véronalet 
l'extrait thébaïque. (T. R. S. 38,2). 

Le 7, l'éruption s'est étendue, elle a gagné la face qui pi'ésente 
tout à fait l'aspect morbilleux. Les muqueuses de la bouche sont 
très rouges, la lèvre inférieure est enflée et douloureuse et demeu- 
rera telle pendant plusieurs joui^. (T. R. M. 38,5 ; T. R. S. 37,5;. 

Le 8, l'éruption est généralisée, la malade se plaint de douleurs 
au niveau de la tète, des reins, des côtes, du ventre ; elle a de 
fréquents vomissements alimentaires et muqueux. (T. R. M. 
37,2 ; T. R. S. 37,6). 

Du 8 au 14 septembre, l'éruption subsiste, mais la rougeur s'é- 
teint peu à peu et fait place à une teinte roussâtre, les déman- 
geaisons restent très vives et réveillent la malade. Les aliments, 
les liquides sont conservés avec peine par l'estomac. Les vomis- 
sements sont douloureux ; la température est redevenue normale. 
Malgré la persistance des troubles physiques, le délire et les hal- 
lucinations, tous les troubles mentaux s'amendent. 

Du 15 au 18, le prurit pei*siste, mais très atténué, le sonnueil 
est redevenu normal, et le 20, on peut considérer la malade 
comme complètement guérie de son affection mentale et de son 
intoxication. 



RECUEIL DE FAITS 



Sclérose atrophique hémisphérique. Imbécillité; 
hémiplégie droite ; épilepsie ; accès et verti- 
ge : démence ; 

Par BOUILNEVILLE et Reine MAUGERET. 

Le titre indique déjà l'intérêt considérable de Tob- 
servation que nous allons rapporter et dont à la fin 
nous relèverons les particularités cliniques et anato- 
mo-pathologiques . 



Digitized by 



Google 



SCLÉROSE ATROPHIQUE HÉMISPHéRIQUE. 10 

Sommaire. — Père, fièvre typhoïde à 16 ans; rien de partU 
culier. — Cousin germain, bègue, — Mère : céphalalgies. 
— Pas de consanguinité. Inégalité d'âge de 2 ans (mère 
plus âgée). 

Conception, grossesse, accouchement, rien à noter. Première 
dent à 6 mois, dentition complète à 15 mois, Marche à 9 
mois. Propreté à 15 mots. Début de la parole à 4 ans. 

Etat de mal convulsif à 6 mois. Convulsions localisées au 
côté droit, hémiplégie droite consécutive, — Secondes con- 
vulsions à 10 mois. — Retour des convulsions tous les 6 
mois jusqu'à 2 ans. — /îé?nission, de 2 ans à 3 ans et 2 
mois, — Accès mensuels, toujours localisés à droite, de 3 
ans et 2 mois à 7 ans. — Athètose. — Del ans à Veiitrée, 
2 à 3 accès d'épilepsie par jour. 

Rougeole à 5 ans. — Oreillons à 6 ans. — Conjonctivite. 
Marche des accès et des vertiges : affaiblissement intel- 
lectuel. — Développement rapide de la tuberculose ; mort. 

Autopsie. — Tuberculose des poumons et des reins, — 
Épaississement du crâne à gauche, — Méningite chroni- 
que^plus prononcée k gauche. —- Nodosités crétacées de la 
pie-mère cérébrale et cérébelleuse. — Sclérose atrophique 
de tout l'hémisphère cérébral gauche. — Atrophie croisée 
du cerveau et du cervelet. 

Tard.. (Marie-Louise), née à Vitry- sur -Seine le 1»' avril 
1891, est entrée dans le service le 8 août 1899, et y est décédée 
le 29 janvier 1904. 

Antéeédtftts. — Père, 34 ans, cocher de maison bourgeoise. 
Pas de convulsions. Fièvre typhoïde à 16 ans, à la suite de 
laquelle il aurait marché 2 mois avec des béquilles, mais il 
ne lui serait rien resté au point de vue de la mémoire et de 
Tintelligence. Pas de chorée, pas de rhumatisme, pas de dar- 
tres; rien ne permettant* de soupçonner la syphilis. Ne boit 
pas d'alcool, dit la mère. Fume fr. 50 de tal)ac par semaine. 
Pas de traumatismes. Caractère un peu vif. Pas de migraines. 

[Sa famille. — Père, 67 ans, et Mère, 57 ans, bien portants 
et sobres. — Pas de renseignements sur les grand -parents 
paternels, — Grand-père maternel, mort à 81 ans^ ni para- 
lysie, ni démence; ne voyait presque plus ; sobre. — Grand' 
mère maternelle, morte à 64 ans, de fluxion de poitrine; — 
Oncles et tantes paternels : on ne sait pas. — Deux oncles 
maternels, mariés, ont des enfants bien portants ; n*ont jamais 
eu de convulsions, sont sobres. — Deux tanfes mateimelles, 
ont l'une 6» l'autre 5 enfants qui n'ont pas eu de convulsions. 



Digitized by 



Google 



20 RECUEIL DE FAITS. 

pas de chorée; etc. — Deux frères : l'un a 24 ans, l'autre 
a 20 ans, célibataires, sobres, pas de convulsions, bien por- 
tants. — Pas de sœurs. — Dans le reste de la famille, rien 
autre à signaler qu'un cousin germain, de 14 ans, bègue,] 

MÈRE, 30 ans, domestique. Pas de convulsions, ni fièvre 
typhoïde, ni chorée, ni rhumatisme, ni dartres. Pas d'alcoo- 
lisme. Rien n'autorisant de soupçonner la syphilis. Pas de 
traumatismcs. Caractère un peu vif. Mariée à 26 ans. Depuis 
l'âge de 15 ans, maux de tête, survenant de préférence après 
les règles, mais aussi dans leur intervalle, l'obligeant à se 
coucher, s'accompagnant de vomissements qui ont cessé 
depuis un an ; ils apparaissaient toutes les semaines pendant 
qu'elle était enceinte de la malade ; puis, n^rès l'accouchc- 
ment, furent à peu près 2 mois sans se montrer, après quoi ils 
reparurent comme auparavant; en somme, il est difficile de 
décider s'il s'agit de vraies migraines. 

[Sa famille. — Père, mort à 36 ans, noyé accidentellement; 
sobre. — Mère, morte usée à 63 ans, on prétendait que c'était 
une gastrite ; rien de particulier. — Graud-pére paternel, mort 
à 89 ans, non paralysé. — Grand'mère paternelle, et Grands- 
parents maternels, pas de renseignements. — 7 oncles pater- 
nels, tous mariés, en bonne santé ainsi que leurs enfants, qui 
n'ont pas eu de convulsions. — Deux tantes paternelles, 4 
oncles maternels, une tante mateimelle, ont des enfants bien 
portants; pas de convulsions. — Trois frères, sobres, deux 
sœurs, et leurs enfants sont très bien portants, n'ont jamais 
eu aucun accident nerveux. — Dans le reste de la famille, 
rien à noter.] 

Pas de consanguinité. — Inégalité d'âge de 2 ans (mère 
plus âgée). — Un seul enfant. 

Température à l'entrée. 

Matin. Soir. 

8 août 1899 l"jour 37*,3 

9 — — 2 — 31* 37V2 

10 — — 3 — 37*.4 37«,G 

11 — — 4 — 37«,j 37»,4 

12 — - 5 — 47* 37%5 

Lamalade. — Au moment de la conception, qui eut lieu trois 
semaines après le mariage, ni misère, ni alcoolisme, ni émo- 
tion, ni état maladif ; sympathie réciproque. — Pendant la 
grossesse^ rien à signaler ; pas d'albuminurie, etc. Dul'^^ mois 
au jour de l'accouchement, vomissements quotidiens, quelque* 
fois 5 ou 6 par jour. — Accouchement à terme, naturel, sans 



Digitized by 



Google 



SCLÉROSE ATROPHIQUE HÉMISPHÉRIQUE. 21 

chloroforme. Durée du travail, 12 heures. Présentation du 
sommet. Beaucoup d'eaux. 

A la 7îaissance, pas d'asphyxie, pas de circulaire autour 
du cou ; Tenfant a crié tout de suite, elle paraissait bien 
portante et pesait 10 livres. Nourrie au biberon* (lait de va- 
che). Sevrée à 15 mois. — Première dent, à 6 mois. Dentition 
complète à 15 mois. — A4 ans seulement, elle commence à 
parler, mais mal. — Marche à 9 mois, propre à 15 mois. 

A 6 mois, première altaque de convulsions ; l'enfant sem- 
blait normale auparavant. — Ces convulsions durèrent huit 
heures, et restèrent localisées au côté droit, seuls le bras et 
la jambe, à droite, remuaient; ils restèrent paralysés après cet 
état de mal. — A 10 mois, seconde attaque de convulsions, é- 
galement limitées au côté droit, et durant également 8 heures. 
A la suite, Tenfant, qui avait commencé à marcher à 9 mois^ 
ne remarcha plus jusqu'à 14 mois, — De 10 mois à2 ans, les 
convulsions se répétèrent tous les 6 mois, toujours localisées 
à droite. Après cet état de mal, Tintellif^ence était moins vive 
ot l'enfant restait un jour sans pouvoir se tenir ; pas de déli- 
re. — De 2 ans à 3 ans et 2 mois, l'enfant n'eut pas de convul- 
sions ; elle n'était pas plus intelligente pendant cette période. 

A partir de 3 ans et 2 mois, tous les mois, accès convulsifs 
jusqu'à Tâge de 7 ans. Ces accès, toujours localisés à droite, 
duraient presque régulièrement 8 heures, et survenaient 
indifféremment le jour ou la nuit. — Depuis l'âge de 7 ans, 
les accès surviennent 2 ou 3 fols par jour ; le maximum on 
24 heures a été 4, et la rémission la plus longue qui se soit 
produite depuis le l*' janvier a été de 8 à 10 jours. Ces accès 
sont diurnes et nocturnes, en nombre à peu près égal ; on 
entend les accès nocturnes, parce qu' « elle claque des dents 
comme quelqu'un qui a bien froid». Lors d'un accès, Tenfant 
ne se plaint d'aucune douleur particulière, parfois cependant 
elle dit que ça la pique dans la main. Mais elle dit toujours : 
« Je suis lasse, » puis elle tombe, fléchit la jambe droite, élève 
le bras droit ; la bouche est tirée à droite, ainsi que la joue 
et l'œil, et tout le côté droit de la face saute. En somme, con- 
vulsions cloniques localisées à droite ; quant à la rigidité du 
côté droit, la mère ne peut préciser. L'accès dure 2 ou 3 
minutes. L'enfant ouvre ensuite les yeux, qui sont égarés ; 
puis elle s'endort. Si on veut l'en empêcher, elle est « comme 
ivre » ; mais elle n'est pas méchante ; elle traîne davantage 
la jambe, et ne se sert pas de sa main droite, qui, d'ailleurs, 
en temps ordinaire, est peu employée. 



Digitized by 



Google 



62 RECUEIL DE FAITS. 

D'après la mère, la paralysie^ qui a débuté après le pre- 
mier état de mal, se serait aggravée après chaques série con- 
vulsive, jusqu'à Tàge de 4 ans. Après la première crise, 
l'enfant se servait un peu de sa main ; après les autres, elle 
8*en servait moins bien. La jambe a toujours été traînante. 
Le pied a été renversé dès le début. V&thétose n*aurait été 
remarquée qu'à 4 ans : quand on disait à Tenfant d'ouvrir la 
main, elle touchait le métacarpe près la racine des doigts ; de 
même, quand on lui disait delà fermer ; si on lui tenait la 
main gauche, elle touchait la même région avec la langue. 
Pas de modification de l'intelligence, depuis l'âge de 4 ans. 

Le caractère de l'enfant est très doux ; elle est très gaie, 
chante sans cesse, n'a pas d'accès de colère. Pas voleuse, pas 
gourmande. Pas de salacité, de pyromanie, de olastomanie, 
d'onanisme^ de fugues, de turbulence, d'appétence pour le vin. 

Elle se sert de sa main gauche. Elle ferme bien la bouche, 
ne bave pas ; pas de succion ; déglutition normale ; vomisse- 
ments fréquents ; selles régulières, pas de gâtisme, ni de 
vers intestinaux. Pas de bronchite, pas d'hémoptysie. 

Vue et ouïe bonnes. Sensibilité normale. Elle reconnaît 
bien ses parents et a de l'attachement pour eux. Pas d'é- 
tourdissements, pas de céphalées, pas de krouomanie, de 
secousses, de tremblements. Quand elle va avoir un accès, 
elle devient toute blanche. — Sommeil normal. Mémoire assez 
bonne. Elle sait un peu lire et écrire; elle n'a été mise à 
l'école qu'à 6 ans et a eu beaucoup de peine à apprendre ses 
lettres. Elle n'a pas d'aptitudes particulières. 

Elle ressemble à son père aux points de vue physique et 
moral. 

Gomme maladies infectieuses, elle n'a eu que la rougeole 
à 5 ans et les oreillons à 6 ans. Elle a été vaccinée à 1 an 
avec succès. — Pas de gourmes, conjonctivite de l'œil droit, 
étant toute jeune. 

L'enfant a, depuis ses convulsions, toujours été en retard 
au point de vue de l'intelligence. ^ Depuis 3 semaines, les 
accès apparaissent la nuit ; ils ne diffèrent pas des accès 
diurnes. 

État aetuel. — L'enfant a l'air bien portante, quoique un peu 
pâle, elle a un léger embonpoint. Sa physionomie n'est pas 
inintelligente, est plutôt expressive. Ses cheveux sont blonds, 
normalement implantés, sans épi. La peau ne présente 
ni cicatrices, ni nnevi. On ne constate de ganglions en 
aucune région. 

Sa tête, de forme normale, est asymétrique, le côté droit. 



Digitized by 



Google 



SCLl^.ROSE ATROPHIQUE HÉMISPHÉRIQUE. 23 

front et occiput, étant plus volumineux que le côté gauche. 
Les fontanelles sont soudées. 

La fsice est de forme normale, régulière, symétrique/ et ne 
présentepasde cicatrices. Les arcades sourcilières sont nor- 
males. Les sourcils sont châtain clair, demémequelescils. Les 
paupières sont régulières et saines. Le globe oculaire a une 
motilité normale; il n*y a ni exophtalmie, ni strabisme, ni para- 
lysie, ni nystagmus. On note seulement du clignement des 
paupières qui est fréquent. L'iris est bleu. Les pupilles sont 
égales, et réagissent bien à la lumière et à l'accommodation. 
L'acuité visuelle est normale, l'enfant voit bien de près et de 
loin; elle distingue et reconnaît les couleurs. 

Le nez est droit, symétrique, sans déviation; les narines 
sont normales, égales. L'odorat est bon. — Les pommettes 
sont peu saillantes, symétriques; les joues peu volumineuses. 

La bouche, petite, est de forme et de direction naturelles. 
Les lèvres sont peu saillantes, petites en longueur comme 
en épaisseur. La langue est de forme et de motilité normales. 
La voûte palatine n'est ni anormalement excavée, ni ogivale. Le 
voile du palais est régulier.— Les dents ne présentent rien à 
noter. Lamastication se fait bien. — Les amygdales sont grosses 
et font saillie dans l'isthme du gosier. Il n'y a pas de réflexe 
pharyngien. 

Le menton est rond, très régulier, dans une situation nor- 
male par rapport au maxillaire supérieur. — Les oreilles sont 
petites, symétriques. Leur hauteur est de 5 centimètres ; leur 
largeur de 0™03. Il n'y a pas d'écoulement; le cérumen existe 
naturellement. On ne constate pas de mobilité du pavillon (i). 
Celui-ci est épais, son écartement du crâne est normal. L'hé- 
lix, largement ourlé dans toute sa longueur, présente sur 
son bord antérieur 3 légères saillies, faisant penser au tuber- 
cule de Darwin; sa cavité est très profonde. L'anthélix est 
saillant, sa fossette est large et assez profonde. La conque 
est profonde et triangulaire. Le conduit auditif externe est 
normal. Le tragus est saillant et légèrement renversé en 
dehors, Tantitragus épais et assez saillant. Le lobule, épais, 
bien arrondi, n'est pas adhérent ; il présente une cicatrice 
assez étendue, indiquant le port antérieur de boucles d'oreil- 
les. L'enfant perçoit normalement les bruits, les sons musi- 
caux et la parole. Son attention et sa mémoire auditive sont 

(1) Nous avons examiné, à ce point de vue, tous les enfants idiots 
et n'avons constaté qu'un très petit nombre d'entre eux offrant une 
mobilité du pavillon. A l'/ns/ifu^ médico-pédagogique nous n'avons 
eu que deux cas : 1" chez l'enfant Emile Desch... (imbécillité) ; 
2* chez l'enfant Pierre Leh... (imbécillité morale). 



Digitized by 



Google 



24 RECHEIL DE FAITS. 

proportionnées à son état. Elle a peu d'aptitudes musicales. 
Il n'existe pas d'écholalie. 

Le cou est normal ; le corps thyroïde perceptible à la pal- 
pation. 

Le thorax est de forme régulière, de volume moyen. Rien à la 
percussion et à l'auscultation, tant du cœur que des poumons. 

L'abdomen est aussi de forme régulière. Rien à signaler en 
ce qui concerne le foie et la rate. La région anale est normale. 

Les membres supérieurs sont de forme régulière. Leur volu- 
me est le même à droite et à gauche ; mais la longueur est 
un peu moindre à droite. Les jointures présentent une laxité 
anormale, notamment au coude et à l'épaulé ; cette laxité est 
surtout accentuée à droite. L'enfant ne se sert pas de la main 
droite. Le toucher est normal. (Voir p. 210). 

Les membres inférieurs sont de forme naturelle. Leur 
volume, comme leur longueur, est un peu moindre à droite. 
11 est impossible do constater l'état des réflexes, l'enfant rai- 
dissant ses jambes malgré elle. L'attitude debout est légè- 
rement penchée à droite, en raison de la paralysie. La marche 
s'exécute bien, mais il y a une boiterie de la jambe droite, qui 
traîne un peu et dont le pied est un peu tourné en dehors. 
L'enfant sait monter et descendre un escalier, de même que 
sauter. 

La sensibilité au contact, à la douleur, à la température, 
est intacte. 

Le tronc et les membres sont entièrement glabres. Il en est 
de même de la région génitale. Il n'y a pas de seins. Les 
grandes lèvres sont peu épaisses, les petites lèvres triangu- 
laires, le clitoris petit, l'hymen est en croissant. Pas d'ona- 
nisme. 

Le goût est normal^ l'enfant distingue bien les saveurs 
acides ou sucrées. — Elle mange de la main gauche, propre- 
ment, en se servant de la cuiller et de la fourchette. La 
mastication se fait bien. Les digestions sont bonnes, les selles 
régulières, sans diarrhée ni constipation, ni gâtisme. 

Le sommeil est bon, sans cris, ni cauchemars, ni hallucina- 
tions. — Pas d'autre tic que le clignement très fréquent de 
l'œil gauche. — L'enfant pleure rarement. — Il est rare de 
la voir changer de couleur, sauf au début des accès, où elle 
devient violacée. — Elle sait se débarbouiller et se peigner 
seule, et aussi s'habiller et se déshabiller, mais elle ne peut 
se coiffer. Elle est toujours très propre. — Son caractère est 
très aiïectueux, elle n'est pas méchante avec les autres enfants 
et elle aime beaucoup ses parents. Elle est peu bruyante et 
aime mieux rester assise que déjouer. — Elle parle bien, 
mais lentement. — Elle commence à lire et à écrire ; elle écrit 



Digitized by 



Google 



SCLÉROSE ATROPHIQUE HÉMISPHÉRIQUE. 25 

de la main gauche; elle est attentive en classe. Elle aime assez 
la couture, et sait faire les ourlets. Elle est nulle en gymnas- 
tique. 

Le poids de Tenfant à l'entrée est de 27 kg. 500 ; sa taille, 
de 1"», 29. — Ses urines ne contiennent ni sucre, ni albumine. 

Dès les premiers temps du séjour à la Fondation Vallée, on 
constate qu'il ne s'agit pas chez elle de grands accès épi- 
leptiques, mais bien d'accès incomplets, avec mouvement 
d'élévation du bras et de flexion de la jambe. La marche d*un 
vertige est la suivante .'l'enfant devient violacée, mais elle ne 
crie pas, et elle tombe subitement en arrière, demi-assise, en 
se tournant presque toujours du côté droit; pas de bave; 
ni d'évacuation involontaire ; rigidité générale et immobilité 
complète ; les membres, très rigides, n'éprouvent aucune 
secousse ; les yeux sont immobiles, les paupières sont ouvertes 
et ne battent pas, la face est d'une pâleur extrême ; cet état 
dure quelques secondes, une minute au plus, puis l'enfant se 
relève, elle parait sortir d'un rôve et reste 2 ou 3 minutes 
inconsciente. Ces petites crises sont fréquentes (25 de l'entrée 
de l'enfant à la fin du mois d'août). Souvent, ces accidents ne 
s'accompagneraient pas de phénomènes convulsifs (rigidité, 
mouvements) ce qui les fait compter comme vertiges par le 
personnel du service. 

Traitement : hydrothérapie, — exercices des jointures, — 
élixirpolybromuré,de i à3 cuillerées, — capsules de bromure 
de camphre, de 2 à 6. 

Septembre, — L'enfant n'a toujours pas eu de grands accès 
depuis son entrée, mais les accès incomplets et les vertiges 
sont fréquents (28). 

Octobre. — Petits accès plus nombreux (32). L'état de 
l'enfant se maintient à peu près le même, sans améh'oratton 
ni tendance vers la déchéance. Elle est toujours très douce, 
affectueuse, peu expansive, timide, mais pas triste cepen- 
dant ; très propre et pleine de bonne volonté, mais réussissant 
peu à la gymnastique. Sous le rapport de la santé physique, 
elle paraît un peu plus forte . 

Novembre. — Diminution des vertiges (22), 

Décembre» — Les vertiges diminuent encore de nombre (18). 
— On suspend l'hydrothérapie. 

1900. Janvier. — Les petits accès (vertiges) diminuent de 
nombre (10), mais il s'y adjoint de grands accès (3). L'enfant 
cependant s'améliore légèrement sous tous les rapports. Elle 
est très timide et de caractère un peu sombre. — Traitement : 
élixir, de 1 à 3 cuillerées; capsules de bromure de camphre, 
de 2 à 6 ; exercices des jointures. 



Digitized by 



Google 



26 RECUEIL DE FAITS. 

Février, — Les vertiges et les accès continuent. — Même 
traitement. 

Juin. — Le nombre des vertiges, qui avait d'abord dimi- 
nué, tend à réaugmenter ; le nombre des accès a diminué- 
L*état de Tenfant est à peu près stationnaire. Toujours pro- 
pre, douce et tranquille, elle montre peu de facilité pour la 
gymnastique, ainsi qu'en classe, où elle retient difficilement 
les leçons même les plus élémentaires; elle est très lente dans 
tout ce qu'elle fait. Même traitement; en plus, douches. 

1901. Janvier. — Le nombre des vertiges a été en diminuant; 
le nombre des accès, au contraire, a augmenté ; ils sont actuel- 
lement plus nombreux que les vertiges. — L^enfant a fait 
quelques progrès en classe : elle lit et écrit lisiblement (de la 
main gauche). Elle est toujours douce, calme, polie, aimant 
la lecture. Elle a beaucoup de bonne volonté pour la gym- 
nastique, mais y réussit peu, en raison de sa paralysie. — Au 
point de vue de la puberté, le corps est toujours entièrement 
glabre, il n'y a pas de seins ; l'hymen est circulaire, à orifice 
central. — Traitement: on continue l'élixir polybromuré. 
le bromure de camphre, l'hydrothérapie ; de plus, sirop d'io- 
dure de fer, huile de foie de morue. 

Juin. — Le nombre des accès et des vertiges est à peu près 
stationnaire. — Au point de vue de la puberté, apparition sur 
le pénil de quelques poils follets. Pas d'autre changement. — 
Traitement : élixir, bromure de camphre, hjrdrothérapie ; 
sirop d'iodure de fer. 

Août. — Légère augmentation du nombre des vertiges. — 
Blépharite : collyre au sulfate de zinc. 

1902. Janvier. — Le nombre des vertiges, après avoir aug- 
menté jusqu'en septembre, a diminué ; le nombre des accès 
est toujours sensiblement le même. — L'enfant continue à 
faire quelques progrès en classe. Elle est toujours tranquille, 
propre et rangée. Mais elle serait sournoise et grossière avec 
ses compagnes quand on ne l'entend pas. De plus, elle aurait 
àdifTérentes reprises volé de l'argent à ses compagnes, elle ne 
l'avoue que pressée de questions. — La iose d'élixir est portée 
de 4 à 4 cuillerées. 

Juin. — Le nombre des vertiges et des accès est station- 
naire. Les accès ne sont pas très intenses, mais ils laissent 
Tenfant très abattue pour une partie.de la journée, avec un 
grand besoin de dormir. Ses pupilles sont dilatées, égales ; 
elle n'a pas de tremblement de la langue ni des mains. Elle 
parle toujours très lentement et k voix basse. Au point de 
vue de la clause, son état est stationnaire : elle conserve le 



Digitized by 



Google 



SCLÉROSE ATROPHIQUE HÉMISPHéRIQUE. 27 

peu qu'elle a acquis, mais n'acquiert rien de nouveau. Comme 
auparavant, elle n'est ni bruyante ni turbulente, restant le 
plus souvent assise aux heures de récréation. Mais elle est 
devenue triste, maussade, grognon ; un rien la fâche et la 
met de mauvaise humeur. Son regard est habituellement 
sournois ; il devient dur et méchant dès qu'on lui fait une ob- 
servation. Elle continue à être grossière avec ses compagnes, 
quand elle ne se croit pas entendue. Elle a une tendance 
très marquée pour voler, surtout des sous, et n'avoue que 
très difficilement. Elle est toujours très ordonnée, et même 
maniaque dans le soin de ce qui lui appartient. Même trai- 
tement : élixir polybromuré, hydrothérapie, sirop d'iodure 
de fer. 

«Septembre. — Le nombre des vertiges et des accès a 
augmenté, jusqu'à 49 vertiges et 26 accès en août. — Du 19 
au 23, l'enfant voit apparaître ses règles pour la première 
fois ; elle souffre de maux de tête pendant leur durée. Pas 
de seins. Quelques poils assez longs sur le pénil et les grandes 
lèvres. Pas d'autre modification. — Pas de règles en octobre 
ni en décembre. Règles peu abondantes du 2 au 5 novembre. 

1903. Janvier. — Le nombre des accès et des vertiges est 
redevenu ce qu'il était auparavant. — Les règles, qui n'ont 
apparu qu'en novembre, ont été peu abondantes ; rien ni en 
octobre ni en décembre ; elles apparaissent pour la S*" fois, 
du 5 au 9; elles sont peu abondantes. 

Puberté : quelques poils sous les aisselles ; thorax, abdo- 
men et membres, glabres ; pas de seins ; sur le pénil, quelques 
poils assez longs ; de même sur les grandes lèvres, qui sont 
peu épaisses ; les petites lèvres sont triangulaires, le clitoris 
petit ; l'hymen est en croissant; le périnée et l'anus sont gla- 
bres.— L'état de l'enfant est stationnaire. Même traitement. 

Juillet. — Le nombre des vertiges a encore diminué, 
celui des accès a un peu augmenté. — Les règles ont reparu 
9 fois, tous les 2 mois seulement. — Puberté : quelques poils 
bruns sous les aisselles ; le thorax est glabre à sa face anté- 
rieure, mais sur sa face postérieure, il présente un duvet abon- 
dant ; l'abdomen et les fesses sont glabres ; les membres sont 
recouverts d'un duvet, abondant sur les cuisses et les jambes ; 
— Seins, égaux, de 8 cm. de hauteur sur 8 cm. de largeur, 
présentant quelques veines sous-cutanées et des aréoles 
pigmentées montrant quelques tubercules. Sur le pénil, poils 
bruns, assez abondants; sur les grandes lèvres, poils assez 
abondants, longs, châtains. Nymphes petites, non pigmen- 
tées ; capuchon du clitoris, pigmenté et fripé, triangulaire, 
très développé, faisant une forte saillie entre les grandes 



Digitized by 



Google 



28 RECUEIL DE FAITS. 

lèvres ; hymen, à orifice circulaire, irrégulier, admettant 
l'index ; fourchette]] saillante ; quelques poils à l'anus et au 

Tableau des accès et des vertiges. 



Mois 



Janvier . . . 
Février . . . 

Mare 

Avril .... 

Mai 

Juin 

JuiUet . . . . 
Août . . . . 
Septembre 
Octobre . . 
Novembre 
Décembre 

Totaux . . . 



1899 



1900 



A. V 



G 
5 
7 
8 
7 
G i 5 

s' * 

9 I 3 

I 



1901 



\ro 74 [212 87 70 «i 78 



V. 



1902 



V. V 



4 

3 

') 

6 

4 

5 

G 

2G i 
13 

8 

G 

5 



1903 



I 



98 31 



1901 



V. 



Mesures de h tête» 



Circ.horz. max 

D.-circ. bi-auricul.. 

Dist. de Part, occip. 
aitoïd. àlarac. du nez. 

Diam. ant-post.max. 

— bi-auricui 

— bi-pariét 

— bi-temp 

Haut. méd. du front... 



1899 


1900 


1901 


1902 


1903 


1904 


•g 

< 


i 




1 




c 

es 

•-• 


9 


> 

a 


'5 


> 

1 


53 


54 


54 


54 


54 


54 


54 


54 


52 


52 


35 


36 


36 


36 


36 


36 


36 


36 


36 


36 


41 


41 


41 


41 


41 


41 


41 


41 


37 


37 


17.9 


17.9 


17.9 


17.9 


17.9 


18 


18 


18 


17 


17 


11.3 


11.4 


11.4 


11.4 


11.5 


11.5 


11.5 


11.6 


11.5 


11.5 


14.1 


14.2 


14.2 


14.3 


14.3 


14.3 


14.3 


14.3 


13.5 


13.5 


11 


11.1 


11.1 


11.2 


11.3 


11.4 


11.4 


11.5 


11.5 


11.5 


5.5 


5.5 


5.5 


5.5 


5.5 


5.5 


5.5 


5.5 


5 


5 



Digitized by 



Google 



SCLÉROSE ATROPHIQUE HEMISPHERIQUE. 



29 



périnée. — Règles peu abondantes du 5 au 9 janvier, du 6 au 
10 mars, du H au 16 mai, toujours peu abondantes; rien les 
autres mois. 
Au point de vue de la classe, Tétat de Tenfant est toujours 



S 



S 



T 



Q 






ai 

H 

S 

P 

co 
M 

a 
n 



es r* r- <N o gp 



S3 g S 2 2 g5 



iA lA 
CO » 



« ç© -^ p t* 

— *i^ co g* ^■* 



«a» r* ç» "^ i" 

•- •- « rr« — 



— O 00 •* t^ r- 
OT fr< ^ ^ ^ eo 



:?: C ^ 8 i2 



;5gg^£:g£:i2 



2 î: ^ ?* :2 



ggDgi:gî2:2 



OAOCOt^COu'd S 



oo»eocot»e>aOàn 

w *■■«»* -^ -^ 04 ^ — r2 



S 



V I 



S S 



? 3 S â 



•s 



Si 

■O "^ :S K 

'C9 © 

O g -^ 

I S ^ S 

P o « 

5 :2 « 

0) « r3 

-^J -0 •« 



I I I 1 g 

2 I I 



S I 



gj g S 2 



zi 



en 






4r> 
ci 


:S ;3 


oc 




s: S s: 


o 


a 


5 




00 


S3S 


43 

28.5 

25.5 


00 


-^ 


5 


co 


?. 




5 g 




ôt 


g 


« 




00 


r. s 


S^gîgî 


o< 


^ 


n 


00 




S c; 


çi S S 


U 


o 

i 


90 




^J^ 


^^ 




S. 


^ 


n 




c# et 


:§ ?5 


^ 


2 


o 


Si 


^ 


o 


T. 8 


•o 

15 a 


;s 




o 


o 


u 


t-* 


2 2 


5S 


s 


2 


00 


Vf 


n 


r- 


8 2 


s ?; 


5 


c3 


00 


o 


s 


<o 


4n 

00 00 



2 I 



-d 2 

il 



.J s 

il |5 

> Ji c ^ 

** o s 

^ K g 

. =^ -S ^ 
I 2 *î .2 



« S 
•«4 S* 5 






o ::^ 



&fi .« 






"îi E a c 
5 &^ ^ »S 6 



1 I I I I 

o 
S 

..6 



.s ^ 

Q 



I 1 



Digitized by 



Google 



30 RECUEIL DE FAITS. 

stationnaire ; elle ne. fait que conserver ce qu'elle a acquis. 
Son caractère reste aussi lemôme, sournois^ maussade, irri- 
table ; elle frappe facilement une de ses compagnes qui la 
heurte involontairement. La tendance au vol persiste, surtout 
pour les sous, mais aussi pour divers objets qu'elle fait dis- 
paraître en les jetant dans les cabinets. Elle parle toujours à 
voix basse, avec lenteur et hésitation. — Même traitement : 
élixir polybromuré, de 1 à 4 cuillerées ; capsules de bromure 
de camphre, de 2 à 8 ; hydrothérapie ; gymnastique ; école. 

Novembre, — Pas de ^rertiges, en octobre ni en novembre ; 
nombre des accès, stationnaire. — Les règles n'ont reparu 
qu'une fois, en octobre. — Les accès laissent l'enfant très 
abattue, paraissant très fatiguée et ayant un grand besoin de 
dormir. Depuis quelque temps, elle semble aller vers une 
déchéance prochaine. — Son état phyique laisse aussi à dési- 
rer : le teint est pâle, les yeux cernés, elle mange moins, et 
maigrit un peu. 

13 novembre, — Après deux accès qui l'ont plus abattue 
encore que de coutume, et vu son état précaire, l'enfant est 
mise à l'infirmerie. Sa température monte le soir à 40<», 3 ; elle 
est très altérée, et tousse beaucoup. — L'examen de la poitrine 
permet de constater, aux deux sommets, des signes très nets 
de tuberculose au 2« degré. A l'auscultation du cœur, 
frottements à la partie moyenne. Le pouls est rapide, le 
visage pâle. — Traitement : teinture d'iode aux sommets, 
0, 50 d'antipyrime, poudre de viande. — Les jours suivants, 
et pendant tout le mois de novembre, l'enfant a encore de la 
fièvre, mais moins élevée, dès le 18 novembre n'atteignant 
plus 390, 5 ; fièvre très irrégulière. Elle tousse moins, et n'est 
pas alitée. 

Décembre. — Pas de vertiges. Même nombre d'accès. — 
Les règles n'ont pas reparu, — La température se maintient 
d'abord autour de 38<> ; dans la seconde quinzaine, elle atteint 
plusieurs fois 40<>, avec de grandes oscillations, puis elle 
redescend aux abords de 38«, mais toujours très irréguliôre. 
L'enfant tousse de temps à autre, maigrit, mais ne reste pas 
alitée. Mêmes signes à l'auscultation. 

1904. Janvier.— L'enfant est pesée le 5 ; poids 32 kg. 500. 
Elle a beaucoup maigri. Jusqu'au il la température oscille 
de 37«,5 à 39«,5, L'état ne s'est pas sensiblement aggravé. 

A partir du 12 janvier, la température remonte aux environs 
de 40<>avec de grandes oscillations. L'enfant se cachectise ; 
son faciès devient terreux, ses yeux cernés et profondément 
excavés, ses pupilles dilatées. Elle est très faible, refuse de 
se lever, et ne veut pas prendre de nourriture. Elle tousse 
maintenant beaucoup et se plaint de la tète; elle dort peu. 



Digitized by 



Google 



SCLÉROSE ATROPHIQUE HÉMISPHÉRIQUE. 31 

Les signes d'auscultation augmentent beaucoup, en intensité 
et en étendue. 

Tableau du poids et de la taille. 





1809 

< 


1900 


lOOt 


1902 


1903 


1904 


> 

c 
rt 


^^m 


Ijuiî . 






> 


'5 


> 

c 


Poid« 


■J7 . ;t 


28 


29 


30.5 3'J.r. 


31 


32.5 


33 


3â 


33 


Taille 


l.'iît 


1.30 


1.30 


1.30;l.:i5 


1.38 


1.38 


1.3S 1.38 


1.45 


Dyaamométi'e 





"> 


O 


'l 2 

1 :. 1 r. 


3 

1j 


5 

15 


5 

15 15 


14 


* G. 


\1 ' 10 



Puberté, — Même état des aisselles, des seins et des or- 
ganes génitaux. Fin duvet sur les membres supérieurs, abon- 
dant sur les inférieurs. 

18 Janvier. — L'enfant a un accès la nuit et un dans la jour- 
née. Elle est de plus en plus cachectisce ; la langue est sale, 
les lèvres fuligineuses. Il y a une dyspnée marquée. Les deux 
poumons sont remplis de râles sous-crépitants dans toute 
leur hauteur.— Traitement ; Antipyrine, cataplasmes sinapi- 
sés, vin de quinquina, œufs, poudre de viande. 

19 Janmer. — Môme état. 2 accès pendant la journée. L'en- 
fant est pesée : 32 kg. 

20 Janvier. — L'enfanta encore 2 accès dans la journée. 
Elle est de plus en plus faible, est très oppressée, refuse de 
rien prendre, dort sans cesse et se plaint en dormant. 

Température de Vaccès. 



Dates. 


Au moment 

du 
ronflement. 


1/4 d'heure 

après 

Taccès. 


1 

e-t 


Obsbrvatics. 


30 août 1899... 
15janT. 1900.. 


37%2 
37%3 


37%1 
37%2 


36»,9 
37% 


La température a 
été prise à la suite 
d*un vertige l'entant 
n'ayant pas d'accès. 



21. — Même état. L'enfant digère difficilement le peu qu'elle 
prend; elle tousse beaucoup, et est très oppressée. Sulfate de 
quinine^ etc. 



Digitized by 



Google 



32 RECUEIL DE FAITS. 

22. — Fièvre un peu moins élevée; respiration plus 
facile. 

23. — La flcvre est remontée ; l'oppression a reparu, 52 res- 
pirations à la minute. Pouls 144. Mêmes signes d'auscultation. 
L'enfant commence à gâter. 

24 et 25. — Faiblesse et oppression croissantes. Gâtisme. 

26. — Apparition des règles ^ qui sont extrêmement abon- 
dantes, mais ne durent qu'un jour. La fièvre atteint 40<»,3. 
L'oppression et la faiblesse augmentent. 

27. — L'enfant n'a pas dormi de la nuit, qui a été très mau- 
vaise. L'état s'aggrave de plus en plus. 

28. — La faiblesse et l'abattement sont extrêmes ; l'enfant 
reste immobile, couverte de sueur, la physionomie terreuse 
et violacée, 1 haleine fétide, les dents serrées, la voix si fai- 
ble qu'on ne peut la comprendre ; elle souffre de la tête, et 
ne peut prendre que quelques cuillerées de lait. Elle recon- 
naît sa mère et lui parle. 

2(). — La nuit se passe dans un état de prostration complète. 
L'enfant rend le dernier soupir à 4 heures du matin, sans 
cris ni râles, et sans secousses. La température, au moment 
de la mort, était de 4io,3. — La marche de la température 
après la mort a été la suivante: 

Temp. de 
la salle. 

Au moment de la mort 4l*,3 

1/4 d'heure après 40* 

1 heure après 39* 

2 heures après 38«,5 

3 heures après ^> 

4 heures après 3ô» 

7 heures après 20» 20« 

8 heures après 19* 19» 

Le poids après décès était de 26 kg. '500. 

Autopsie le 30 janvier à 10 heures du matin, soit 30 heu- 
res après le décès. — La rigidité du cadavre est plus pronon- 
cée du côté gauche que du côté droit paralysé. 

Cou. — Pas de persistance du thymus. Corps thyroïde 
normal. Rien au larynx. 

Thorax. — La plèvre droite ne présente rien de particu- 
lier. La plèvre gauche présente des adhérences, qui cèdent 
facilement à la traction. — Les poumons sont entièrement 
farcis de tubercules ; le gauche est plus atteint que le droit, 
il est très friable. — Rien au péricarde^ ni au cœur, pas de 
persistance du trou de Dotal. 



Digitized by 



Google 



SCLKROSi: ATROPHIQUE HÉMISPHÉRIQUE. 33 

Abdomen. — Le foie est énorme et gras ; il y a de la péri- 
hépatite du côté du diaphragme. — La rate est très grosse et 
très diflluentc. — Le péritoine n'est pas altéré, sauf au ni- 
veau du foie. — Rien de particulier au pancréas. — Les reins 
sont énormes et présentent à la coupe de nombreux petits 
tubercules. — Rien de particulier du côté des capsules surré- 
nales. — Rien à la vessie, — Utérus petit ; ovaires et trompes 
peu développés ; en somme, développement insuffisant des 
organes génitaux, bien que l'enfant ait eu 8 fois ses règles. 
Les glandes mammaires ne sont pas développées. 

ICsloinac très dilaté, ainsi que le cœcum et tout le gros in- 
testin. L'appendice est gros, de la dimension d'un craj^on 
ordinaire, et de i5 c. de longueur ; il remonte dans la fosse . 
iliaque, maintenu contre la paroi par un repli péritonéal qui 
l'immobilise ; il ne présente pas de trace d'inflammation. 

TÊTE. — Cuir chevelu, pâle et maigre. — Crâne : calotte 
ovoïde. Le frontal droit est un peu plus saillant que le gau- 
che, il en est de même de l'occipital droit. Les os sont peu 
durs. Sur la coupe, le côté gauche est plus de moitié plus 
épais que le droit; au palper, les os du côté gauche semblent 
partout plus épais qu'à droite. Les sutures persistent. Large 
plaque transparente au niveau de la fontanelle antérieure. — 
Peu de liquide céphalo-rachidien. — Dure-mère : pas d'épais- 
sissement. — L'apophyse crista-galli est un peu déviée à 
gauche. — La voûte orbitaire gauche, la fosse temporale du 
même côté sont un peu plus étroites qu'adroite. Pas de diffé- 
rence bien appréciable des fosses occipitales. — Les nerfs 
o(/acti/s paraissent égaux. — Le nerf optique et la bandelette 
optique gauches sont un peu plus petits qu'à droite. Il en est 
de même du tx ercule mamillaire gauche. Le pédoncule 
cérébral gauche est plus petit et moins bombé que le 
droit. — L*artére communicante postérieure gauche est plus 
petite que la droite. 

Glande pituitaire, plutôt petite. — La glande pinéale est un 
peu volumineuse et d'aspect un peu vitreux. 

Hémisphère gauche. — La pie-mère est blanchâtre dans 
la plus grande partie de son étendue, avec une dilatation 
prononcée de tous les vaisseaux, et cela sur toute la surface 
convexe et ]|i face interne. A la face interne la vascularisation 
est plus prononcée. La pie-mère est épaissie dans toute son 
étendue, elle s'enlève cependant très facilement, sans aucune 
adhérence. — Tout l'hémisphère est le siège d'une atrophie 
très notable des circonvolutions; l'atrophie prédomine au 
Archives, 2- série, 1905, i. XIX. 3 



Digitized by 



Google 



34 RECUEIL DE FAITS» 

niveau du lobe frontal et du lobe occipital. — Toutes les 
circonvolutions sont un peu indurées, — Le plexus choroïde 
n'offre rien de particulier. (Pl. I et II). 

Hémisphère droit . — La pie-mère de la convexité de la 
nartle moyenne est un peu épaissie. Aux extrémitéft de la face 
externe, la pie-môre est mince. Partout elle s'enlève facile- 
ment. — Au niveau de l'union du tiers supérieur de la F. A. 
avec son tiers moyen, la pie-mère présente une plaque de 12 
millim. environ sur 10 miilkn. environ, offrant de la dureté et 
infiltrée de petites concrétions miliaires comme crétacées. -— 
Les circonvolutions du lobe frontal sont un peu grêles. Les 
circonvolutions de la partie postérieure du lobe temporal et 
du pli courbe présentent un grand nombre de petits sillons 
superficiels. — Le ventricule latéral, la couche optique, le 
corps strié et la cor?ie d'Amman n''offrent rien de particulier. 
D'une façon générale, les sillons sont plutôt peu profonds. 
(Pl. III et IV.) 

Le corps strié gauche est aplati et non bombé comme à 
droite, sa tête fait à peine une légère saillie sur la paroi du 
ventricule. Sa queue est presque tout à fait effacée. La cou- 
che optique gauche est moitié moins volumineuse que la droite. 

Toutes les circonvolutions à gauche^ comparées à celles de 
droite, sont moitié plus denses. Les circonvolutions ont une 
couleur blanchâtre à gauche, d'un gris rosé normal, à droite; 
leur volume est d'environ un tiers moindre à gauche qu'à 
droite. Par suite de Vatrophie des circonvolutions à gauche, 
de la dilation du ventricule latéral gauche (le v. l. droit est 
normal), et de ses cornes, la face interne de Thémisphôre 
cérébral gauche est affaissée. (Pl. II.) La moitié gauche 
de la protubérance est un peu moins large. La pyramide 
gauche a une coloration grisé. Le quatrième ventricule ne 
présente rien de particulier, sauf une petite dilatation vascu- 
laire. — La pie-mère de la face convexe de l'hémisphère céré- 
belleux gauche présente, sur une étendue de 2 cent, sur 1 
cent., une petite concrétion qui n'existe pas de l'autre côté. 

Sclérose atrophique de l'hémisphère gauche, généralisée. 
Méningite chronique du môme hémisphère. Épaississement 
de la pie-mère droite. Indurations crétacées d'un fragment de 
1 a pie-mère cérébrale et cérébelleuse à droite. Épaississement 
notable du crâne à gauche. Inégalité de poids des hémisphères 
cérébraux de 200 gr.. Pas de granulations tuberculeuses. 

On a prélevé à droite et à gauche des morceaux du biceps 
crural et du nerf sciatique, qui n'offrent pas entre eux de 
différence appréciable, bien que l'enfant soit hémiplégique. 



Digitized by 



Google 



SCLEROSE ATROPHIQUE KéMlSPHÉRIQUE, 95 

Poids des organes 

Encéphale 1142 gr. 

Hémisphère cérébral droit 580 ^ 

— — gauche 3t0 — 

Cerveau 960 — 

Hémisphère cérébelleux droit 72 -• 

— — gauche 80 — 

Bulbe et protubérance 25 —(1) 

Cervelet et isthme 175 — 

Moelle épinière 40 gr. 

Corps thyroïde 10 — 

Coeur 170 — 

Poumon droit 570 — 

— gauche 530 — 

Foie 1240 — 

Rate 210 — 

Rein droit 145 — 

Rein gauche 150 — 

Pancréas 80 — 

Réflexions. — I. Pas de tare névropathique héré- 
ditaire, en dehors de la mère sujette à des céphalalgies 
et d'un cousin-germain bègue. Pas non plus d'alcoo- 
lisme dans les ascendants. — Rien d'anormal dans 
la grossesse et Taccouchement. — Le développement 
de l'enfant s'est d'ailleurs fait normalement, sauf en 
ce qui concerne la parole, apparue seulement à l'âge 
de 4 ans. 

U. A 6 mois, l'enfant, qui semblait normale, a, sans 
cause connue, une première attaque de convulsions^ 
ou plutôt un véritable état de Tnai, localisé à droite, 
et persistant pendant huit heures ; à la suite, s Installe 
Vhémi'parésie dy^oite. — A 10 mois, second état de 
mal^ identique au premier quant à la localisation et à 
sa durée, à la suite duquel la rnarc/ie, qui avait débuté 
depuis un mois, cesse pour ne plus reparaître qu'à 
14 mois. A partir de ce moment jusqu'à 2 ans, sem- 
blables attaques convulsives tous les six mois. Puis, 
répit de quatorze mois, et enfin apparition des accès 
tous les mois jusqu'à 7 ans. Depuis l'âge de 7 ans jus- 
Ci) La moelle a été coupée un peu bas, ce qui diminue son poids 
et augmente celui de Tisthme. 



Digitized by 



Google 



3Ô RECUEIL DE FAITS. 

qu'à l'entrée de Tenfant à la Fondation, à 8 ans et 
4 mois, répétition des accès deux ou trois fois par 
jour. Après lepremierétatde mal, comme après tous les 
autres jusqu'à l'âire de 4 ans, les parents avaient noté 
un obscurcissement de Tintelligence, mais celle-ci no 
se serait plus modifiée depuis Tâge de 4 ans. 

III. A partir do l'entrée de l'enfant à la Fondation, 
on constate qu'il s'agit, non d'accès mais de vertiges 
sans cri, bave, ni évacuation involontaire, mais avec 
chute, le corps tourné à droite, et rigidité générale. 
Sous l'influence du traitement, ces vertiges diminuent 
d'abord. Mais bientôt de véritables accès s'y adjoi- 
gnent, et leur nombre augmente ensuite, pour subir 
dès lors des fluctuations fréquentes, aussi bien que 
celui des accès. Une légère amélioration se manifeste 
d'abord au point de vue de rintelligence, mais bientôt 
celle-ci reste stationnaire, et enfin diminue tandis que 
d'autre part le caractère se modifie, l'enfant devenant 
sournoise, maussade, voleuse. Peu à peu, les accès 
laissent après eux un abattement de plus en plus 
grand et prolongé ^ et bien que les vertiges dispa- 
raissent tout à fait durant les quatre derniers mois 
de la vie, l'enfant marchait de plus en plus vers la 
déchéance, lorqu'elle fut emportée par la tuberculose 
pulmonaire. 

Le ca7'acière, déjà peu expansif à l'entrée, est devenu 
de plus en plus sournois ; de douce, calme qu'elle 
était, T... est devenue irritable, violente. Les facultés 
morales se sont perverties, la manie du vol s'est 
accusée progressivement. Le travail scolaire, qui avait 
été productif, est devenu stationnaire, puis a diminué ; 
l'écriture, qui s'était améliorée (1899-1900, est deve- 
nue assez rapidement défectueuse (fév. 1901 -oct. 1903) ; 
après avoir gagné lentement, en 1901-1902, des notions 
de calcul (4 opérations), T... a ofi*ert des oscillations 
s'accentuant vers la perte de ces notions. Ce cas con- 



Digitized by 



Google 



SCLÉROSE ATROPHIQUE HÉMISPHÉRIQUE. 37 

firme ce que nous avons dit à savoir que les épileptiques 
qui tombent en déchéance perdent plus vite le calcul et 
l'écriture que la lecture (1) qui n'avait pas encore été 
sérieusement altérée. (A revoir). 

IV. La puberté n'a pas eu une évolution régulière. 
Les règles ont paru alors que le système pileux était 
presque nul et que les seins étaient à peine naissants. 
Les premières règles apparues, les seins et le système 
pileux génital se sont développés. Les règles ont tou- 
jours été irrégulîères, ce qu'explique d'ailleurs l'évo- 
lution de la tuberculose (2). 

V. Uautdpsie a décelé une tuberculose généralisée 
des deux poumons et aussi des reins. Du côté du 
crâne, on constate : une légère plagiocéphalie (la 
moitié droite plus saillante en avant, et un peu, aussi, 
en arrière), la persistance des sutures, et surtout une 
beaucoup plus grande épaisseur des os à gauche, 
Uencéphale présente une très-grande inégalité de 
poids des hémisphères cérébraux, le gauche pesant 
200 gr. de moins que le droit. Cette inégalité de 
poids est due à une sclérose atrophique généralisée 
de Vhémisphère gauche : les circonvolutions, nette- 
ment dessinées, sont blanchâtres, indurées, moitié 
plus denses qu'à droite ; leur atrophie, très-notable, 
prédomine sur le lobe frontal et le lobe occipital. 
Il y a également, à gauche, mais moins marquée, 
diminution de volume du nerf optique, de la bande- 
lette optique, du tubercule mamillaire, du pédoncule 
cérébral, du corps strié, de la couche optique et de 
la moitié de la protubérance. D'autre part, l'hémis- 
phère gauche présente des lésions de méningite chro^ 
nique. — Uhémisphère droit offre seulement à noter : 

(1) Nos malades apprennent plus facilement à écrire qu'à lire. ^ 

(2) On trouvera dans les observations de nos Comptes-rendus 
de nombreux détails sur l'évolution de la puberté chez les enfants 
idiots de tous le^ degrés et chez les enfants épileptiques. 



Digitized by 



Google 



38 RECUEIL DE 7AIT8. 

un épaifisissement léger de la pie-mère sur la partie 
moyenne de la convexité, avec une petite plaque dure 
et comme crétacée sur la P. A. et une légère gracilité 
des circonvolutions frontales. — Le cervelet^ comme 
le cerveau, présente une inégalité des hémis- 
phères, inégalité de 8 gr. en faveur de l'hémisphère 
gauche, croisée, par conséquent, par rapport à Tiné- 
galité cérébrale. 

VI. Ils^agissait, en somme, d'une épilepsie partielle 
h forme hémiplégique^ due à une sclérose atrophia 
que et à une méningite chronique de Thémisphèrc céré- 
bral gauche. Cette épilepsie, semble en raison do la 
fréquence des vertiges et de la tendance à la déché- 
ance, avoir été liée aux lésions de méningite plutôt 
qu'à la sclérose cérébrale. — La sclérose atrophique 
avait déterminé une inégalité de poids considérable 
des hémisphères cérébraux. Et cette inégalité avait 
entraîné à son tour, pour combler l'espace laissé libre 
de ce fait, un épaississement considérable de la calotte 
crânienne du côté de la lésion cérébrale, sans qu'il 
y ait eu, d'ailleurs, augmentation de la quantité du li- 
quide céphalo-rachidien (?), bien qu'il y eût une notable 
dilatation du ventricule latéral^ ainsi que cela arrive 
souvent dans les cas analogues et que l'on peut vérifier 
en comparant la face iuterne des deux hémisphères 
cérébraux. (Pl. VII et IX,) 

Avec Yinégalité de poids des hémisphères céré- 
braux^ coïncidait une inégalité de poids des 
hémisphères cérébelleux ; on sait, parles statistiques 
publiées à diverses reprises dans les Comptes-rey^dus 
de la sectiondes enfants, que dans les cas d'inégalité 
cérébrale cette coïncidence est un peu plus fréquen- 
te que l'égalité cérébelleuse. Enfin, l inégalité céré^ 
belleuse était croisée par rapport à l'inégalité céré- 
brale ; les mêmes statistiques ont montré qu'il en est 
ainsi le plus souvent dans ces cas de double inéga- 
lité. (Voir Compte-rendu de Bicêtre pour 1902 etl903)t 



Digitized by 



Google 



SCLÉROSE ATROPHIQUE HÉilISPHKRIQUE, 39 

VII. Dans les cas, comme celui-ci, où existe le 
syndrome : Imbécillité^ hémiplégie^ épilepsie, succé- 
dant à un état de mal convulsif de la première 
enfance, moins souvent de la seconde, et dû à une 




Fig. 4. — Tar... à 8 ans | fig, 5. • Tar,.. à 12 ans 
(1899). I (1903). 

encéphalite pour résumer tout d'un mot, Vintelligence 
ainsi que nous l'avons encore fait remarquer dans 
l'obs. de Ham.... (1), reste ce qu'elle était après la 
guérison de l'état de mal convulsif ou même s'amé- 

(1) Voir cette observation à la page 249 du n* de décembre 1904, 
^es Archives de Neurologie), 



Digitized by 



Google 



40 RECUEIL DE FAITS. 

liorer notablement sous l'influence du traitement 
médico-pédagogique. 

h'épilepsie est constituée surtout par des accès se 
présentant sous forme de séries^ quelquefois d'état de 
7nal, mais si le malade ne succombe pas dans cette 
complication si grave, on voit les accès s'éloigner et 
enfin disparaître et si les facultés intellectuelles se 
sont développées, en d'autres termes si le malade 
est capable de se conduire régulièrement, il peut 
passer, comme infirme (hémiplégie) dans l'une dos 
divisions de l'hospice. 

En pareil cas, les accès ne sont pas suivis d'hébé- 
tude, de sommeil prolongé, deux symptômes qui, 
dans Tépilepsie ordinaire sont, en général, les avant- 
coureurs de la démence épileptique. Le malade 
revient vite à la connaissance. Les facultés se conser- 
vent. Le caractère n'est pas irritable. Les vertiges 
sont très rares ou absents. La physionomie est 
naturelle et n'olTre pas l'aspect de celle dcrépileplique 
vulgaire. 

Toute autre est la destinée de l'épileptique hémiplé- 
gique dont le syndrome : arrêt de développement de 
l'intelligence, hémiplégie, épilepsie, est dû à une 
méningo-encéphalite limitée à l'un des hémisphères 
cérébraux ouprédominantà un degré prononcésur l'un 
des hémisphères ou encore, et c'est ici le cas, quand, 
à une lésion en foyer ou à une sclérose atrophiqite^ 
s'ajoute une méningite chronique. Alors, comme chez 
Tard...., les accès s'accompagnent d'hébétude^ de ver- 
tiges nomhvenx, \a physionomie s'altère, l'attitude se 
modifie en mal, le corps s'affaisse, s'incline du côte 
paralysé ainsi que le mettent nettement en évidence 
les fîg, 58, 59. Le caractère devient irritable, sour- 
nois, se pervertit (Tard... est devenue voleuse) ; il 
survient des impulsions dangereuses, rintclligence 
diminue (1), en un mot, Vépileptique hémiplégiqtce 
par méningo-encéphalite ou par méningite chroni- 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aNATOHIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 41 

que y exemple Tard .., est en tout semblable à l'épilep- 
tique ordinaire qui marche vers la démence. 

Les considérations qui précèdent, les comparaisons 
que nous venons de faire montrent Vintérêt pratique 
des cas de ce genre au point de vue du diagnostic et 
du pronostic et leur connaissance est de nature à ren- 
dre service, non seulement aux neurologistes, mais 
encore à tous les médecins. 



REVUE D'ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE 
PATHOLOGIQUES 



I. — L'origine du tractua iathmo-airié ou bnlbo-atrié du 
pigeon ; par A. Wallenberg. 'Xeurolog. Centralbî,, XXll 
1903.; 

Mémoire complétant le travail publié en 18.)8. [Archives de 
Neurologie, t. IX, 1900, p. 421;. Le noyau terminal de la portion 
sensible du trijumeau est, chez l'oiseau, directement uni à la 
base frontale du cerveau antérieur, sans l'intermédiaire de la 
couche optique (ligures». P. Keraval. 

II. — Contribution à l'étude de l'encéphalomy élite disaé- 
minée, parE. Baucke. [Neurolog. Centralbl., XXll, 1903.) 

Etude clinique, anatomopathologique et histologiqueTigiues;. 

P. Keraval. 

III. — Des conditions dana lesquelles apparaît Tétat vari- 
queux des prolongements protoplasmiqnes des cellules 
nerveuses motrices corticales et de sa signification ; 
parJ. IwANOFF. Xeurolog. CentralbL, XX, 11)01.' 

Résumé de la question des mouvements amoéboïdes des pro- 
longements protoplasmiqnes des cellules. Quatre-vingts expé- 
riences sur chats, chiens, lapins, héi-issons ; discussion de la 
valeur de ces expériences. 

Conclusions, — 1. Les prolongements protoplasmiqnes des 
cellules pyramidales parfaitement développées ont, dans les con- 



Digitized by 



Google 



42 REVUE D*ANATOMIE ET 1>E PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 

ililions normales» sur des coupes traitées par la méthode rapide 
de Gol^i, des contoui^ assez égaux, et sont abondamment pour- 
vus d'appendices spiriformes. — - 2. r4es appendices en épines doi- 
vent être tenus pour parties constitutives intégrantes des pro- 
longement» en question, ainsi qu'il apport de leur coloration au 
bleu de méthylène d'après la méthode modifiée du professeui* 
KolosofT. — 3. Quand ils disparaissent ou quand apparaissent 
sur les prolongements des varicosités, c'est que ceux-ci sont 
atteints d'altérations destructives graves. — 4. ('.es altérations ne 
doivent donc pas être assimihVs à des manifestations fonction- 
nelles des cellules nerveuses. — 5. Elles peuvent d'ailleurs pm- 
Aenirch» la méthode de préparation et peuvent, même chez des 
individus normaux, résulter de l'action des liquides de durcisse- 
ment et d'imprégnation, dans des conditions qui ne sont pas 
toujoui's perceptibles, telle la pénétration lente et inégale du 
fixateur inégalement concentré, etc. — (>. Elles apparaissent aus>:i 
très facilement dans la décomposition cada\érique : ceci a lieu 
chez beaucoup d'animaux très vite, par exemple, dans les ti*ois 
premières heures qui suivent la mort. — 7. Il est également très 
probable qu'elles j)euvent survenir pendant la vie sous l'influence 
de processus d«»slructifs aigus et chronicjues. — 8. Mais leur 
importance, en tant que signes de lésions anatomopathologiques 
s étant produites pendant la vie, est bien amointlrie, puiscjue, en 
un cas donné, il esl fort difficile d'en établir la provenance étio- 
logique, de préciser s1l s'agit en l'espèce de la pénétration irré- 
gulière du fixateur, d'une alU^ration cadavérique, de facteuis 
anatomopathologiques. — \). La méthode rapide do Golgi doit 
donc être peu prisée comme moyen d'évaluer des altérations ana- 
tomopathologiques : les observations prises par cette méthode 
doivent être soumises à une critique sévère. — 10. Les travaux 
des chercheurs qui attribuent les altérations préclté<»s h l'amoe- 
boisme des cellules nerveuses doivent être considérés comme 
totalement erronés. — 11. 11 s'ensuit que la théorie de lamoi^- 
boïsme acceptée par maints savants doit être reléguée dans la 
catégorie des hypothèses dépourvues de toute base expérimentale 
certaine. P. Ksraval. 

IV. — Gontributlon à rhistolo^ie des altérations par com- 
pression de la moelle dans les tumeurs vertébrales ; par 

M. BiELSCHOwsKY. (Neuroloç. Centralbl., XX, 1901.) — Con- 
tribution à. la question de la régénération de la moelle ; 
par A. FicRLER {Ibid), 

Les observations I et III de M. Bielschowaky, caractérisées par 
Tabsence de signes certains d'inflammation, témoignent des 
effets mécaniqties dus au refoulement du sang veineux. 

L'observation II fournit le tableau du ramollissement Jaune 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 43 

du 2« stade de la myélito lransvei*se. Ces altérations si pronon- 
cées contrastent avec le petit volume de Texostose généimtricé, 
grosse comme un haricot, et faisant peu saillie dans le canal verté- 
bral. Une pression reJativernent faible a déterminé des lésions 
histologiques graves comparables surtout aux altérations qui ont 
lieu en d'autres organes au pourtour des infarctus. 

On a encore constaté dans robservation il des trousseaux ner- 
veux dans le sillon antérieur et dans Tadventice des vaisseaux 
centraux à Tendroit où s'exerçait la compression, r/est-à-dire au- 
dessus et au-dessous d'elle. Ils affectaient le trajet ot avaient la 
constitution histologiquc des fibres nèoformàes régénérées de Firk- 
\vv'Dexitsch, Zeitschrf. Nerrenheilh, 1900, t. XVIli. Cet auteur 
pense qu'il s'agit de ramifications de nouvelle formation des 
libres des cordons latéraux des pyramides séparées de la station 
terminale : ces fibr(»s i^générées rétabliraient la communication 
entre ces cordons ot les cellules motrices au-dessous de l'endwit 
comprimé. Mais, dans l'espèce, il ne s'était pas produit d'amélio- 
ration, et cependant il y avait un bien plus grand nombre de ces 
fmusseaux que dans les observations de Fickler. 

D'autre part, l'expérimentation nous appn»nd que la moelle 
n'a pas la faculté de régénérer les éléments conslitutifs de son 
parenchyme. 11 n'y a donc pas de motifs d'admellre que ces 
trousseaux à trajet atypique soient, pour cette raison seule, des 
trousseaux régénérés, bien que l'allure clinique des cas de Fick- 
ler soit très favorable à cette interprétation. En tout cas il est 
impossible de décider s'il s'agit d'un faisceau détaché du cordon 
des pyramides ou d'un long tmusseau commissural. 

Ainsi s'exprime M. Bielschowsky. M. Fickler réplique par le 
résumé de plusieurs centaines de coupes en série. « Les ftbbes 
dit-il, qui s'élèvent le plus au-de.ssusde Tendroit comprimé pi'en- 
nent naissance à la périphérie de la substance grise là où celle-ci 
coniine aux cordons latéraux ou à leui*s vestiges : il est vrai 
qu'on ne peut les suivre dans les cordons, parce que dès qu'elles 
s'éloignent de la paroi des capillaires, elles perdent leur gaine de 
Schwann, et ne se distinguent plus des autres fibres de la moelle. 
D'autres fibres apparaissent contre les capillaires et les petits 
vaisseaux à la base des cornes postérieures ainsi que dans la ré- 
gion intermédiaire aux cornes postérieures et antérieures, il on 
est qui sont accolées aux veines centrales ou aux gros vaisseaux 
les plus voisins ; il y en a aussi dans les colonnes de Clarko con- 
tre les capillaires de cette région. Toutes ces fibres en descendant 
n atteignent pas Tendroit comprimé : les unes se terminent dans 
la pie-mère du sillon antérieur ; les autres accompagnent les 
vaisseaux pie,-mériens à la périphérie antérieure de la moelle, 
d'où elles gagnent les racines antérieures quand elles ne finissent 
pM librement dans la pie-mère. Au-dessous de Fendi^oit com- 



Digitized by 



Google 



44 REVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQrES. 

prime*, la plupart de< libres pi-nèh-enl avec les vaisseaux dans les 
<*omes antérieures : il en est qui Iravei-senl la hase des cornes 
p<><lérieuivs pour s y répandre. La majeui-e partie de ces libres >«• 
|M*rdent dans le ti*eillis des fibi-es de la substance grise sans <|ii'«in 
puisse» les sui\re davantage. Mais d'auti-es, satellites fidèles des 
capillaires, forment des renflements constitués par lentorlille- 
meutde fibres nerveuse^ dont chacune est entouive d'une «raine 
de Schwann : c'est un véritable névrome terminal ; ces névroines 
n'envoient pas de fibres dans la substance grise. » 

Cette description est, d*api*ès M. Fickler, en faveur de l'iilée 
que la substance des cordons latéraux a projeté des fibres dans 
la substance grise sous-jacente à l'endroit comprimé afin de ré- 
tablir la comtiiunication inlermmpue par la compression. Si, 
dans l'observation Bielscliowsky, il nya pas eu d'amélioration, 
c'est que l'on ne trouvait pas de fibres sur un segment de moelle 
aussi long (|ue chez le malade de M. Fickler. Ce dernier a fait «le 
nouvelles expériences sur la compression de la moelle chez le 
chat, et il a constaté dans les cordons latéraux des gaines de 
myéline néoforraées autour de cylindraxes conservés. Sli-oebe du 
reste affirme que les fîbi-es de la moelle sont généralement capa- 
bles d'émettre des rejets qui bien souvent ont la stnictui^ de 
fibres nerveuses périphériques. Les fibres nerveuses en question 
étaient donc bien néoformées et non des fibres à trajet normal 
preexislantes à la compression, car dans les trois cas où on les a 
constatées, 2 obs. Fickler, 1 Bieischowsky , le plus grand nombre 
d'entre elles sont groupées au-dessus et au-dessous de rendix)it 
comprimé au niveau duquel on n'en voit pas ; leurs allui*es 
sont celles de fibres nouvelles successivement créées et non tl'un 
trousseau prédestiné. 

Enfm l'observation 111 de M. Bieischowsky éclaire la genèse de 
la formation (le cavités. Elles siégeaient surtout au-dessus de 
l'endroit comprimé. Il y avait, outre les altérations de la com- 
pression, de l'hydromyélie en divei-s endroits. Le canal central, 
en réalité, partout dilaté, était le siège d'une hyperplasie de la 
substance gélatineuse centrale péricanaliculaire : celle-ci en im- 
posait pour une gliose centrale au niveau par exemple de la plus 
forte dilatation, au-dessus du point comprimé, tandis qu'elle 
était moindre dans le renflement lombaire où simultanément le 
canal central formait un diverticulum prononcé. A l'endroit où 
la compression était la plus forte, le canal était oblitéi'é. L'auteur 
croit qu'avant que ne s'efl'ectuàt la compression de la moelle par 
la métastase carcinomaleuse, sur la vertèbre, il existait une hy- 
dromyélic congénitale avec gliose centrale modérée. L'action 
compressive de la tumeur a barré le canal central au lieu com- 
primé ; en rétrécissant le lit du courant, elle a refoulé le 
liquide qui y coulait et ce lit s'est ainsi dilaté au-dessus de Ten- 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 45 

di-oit comprimé. Là où la dilatation a été la plus forte, les cel- 
lules de répend\Tiie ont le plus proliféré, plus que dans les zones 
sus et sous-jacentes. Les fissures de la corne antérieure droite, 
au point où le canal central a atteint son maximum de dilata- 
lion, se sont produites secondairement :leui*s limites irrégulières, 
leur trajet en l'apport avec la direction des vaisseaux centraux, 
l'aspect très transparent, raréfié, du tissu avoisinant, la dissocia- 
tion de chacun des éléments du tissu, principalement des fibres 
de la névmglie, la tuméfaction des cellules multipolaires des 
corjjps antérieures en ce point affectées de chromatolyse com- 
plète, tout l'indique. Comme le dit Schlesinger, il s'effectue là 
des nécroses histologiques circonscrites en rapport avec des lé- 
sions \asculaires : en effet, dans les fissures et dans Tanneau 
jîliomateux qui entoure le canal central, la paroi des vaisseaux, 
très épaissie, a, par places, subi la défrénérescence hyaline, et la 
stase du liquide dans le canal central a comprimé de dedans en 
dehoi-s les petits vaisseaux à paroi mince du voisinage, nuisant 
ainsi a la nutrition de ce territoire. Au même niveau altérations 
identiques mais moindres de la corne antérieure gauche. Ces 
lésions peuvent ne s'être produites que peu de temps avant la 
mort des deux côtés, car les altérations des cellules motrices de 
celte sphère indiquaient une affection récente et il ne s'était pas 
encore manifesté de symptômes de déficit : pas d'atrophie des 
muscles de la main et du bras. P. Keraval. 

V. — Contribution & rhiâtologie de la sclérose en 
plaques (nouveaux procédés), par M. Bielschowsky {Xeuro- 
log. Centralblatt, XXII, 1903^ — Remarques sur ce tra- 
vail, par A. Straehuber. — Les fibres nerveuses amyé- 
liniques dans les foyers de sclérose en plaques, par 
M. BiKLSCHowsK Y. — Contribution & la question de la régé- 
nération des fibres nerveuses dans les foyers de la sclé- 
rose en plaques, par M. Cartels 'Neurolog. Centralblaitj 
XXllI, 1904, n"» 2 et 5;. 

M. Bielschowsky décrit les lésions qu'il a observées chez cinq 
malades dont la moelle a été soumise à l'action successive du 
formol, de l'ammoniaque et du nitrate d'argent (coupes antéro- 
postérieures et horizontales). 

Touslesfoyei's,qu*ilsfussentrelan> émeut réceutsou ancieiis,c()n- 
tenaient un nombre surprenant do (ibres privées de leur myéline 
lij^çures'. La déchéance des manchons de nnéline coniraste si 
nettement avec la persistance des cylindraxes et des cellules ner- 
veuses, qu'on sei*ait tenté de considérer la sclérose en plaques 
comme une lésion primitive de ces manchons, mais le processus 
parenchymateux ne s'y limite pas. Quoique dans les foyers an- 
ciens la «b'nsilé des éléments conducleurs soi! tout aussi torle 



Digitized by 



Google 



46 REVUE D ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 

que dans les endi*oils correspondants des organes normaux, Taire 
horizontale de ces foyei*s est réduite ; il est donc évident que, en 
outre des gaines de myéline, de nombreux cylindraxes ont suc- 
combé. De concert avec les altérations des libres nerveuse?, 
constamment, il existe une prolifération de la névroglie, mais 
cette prolifération ne poi'te pas uniformément sur tous les com- 
posants de cette dernière. Tantôt il ne s'agit que d'une prolifé- 
ration de remplacement, tantôt il y a d'emblée hypergenèse 
irritativc de la substance de soutènement. 

Les relations des foyers avec le trajet des vaisseaux, et l'ex- 
ti*ême ressemblance des foyei-s récents de la sclérose en plaques 
avec cure de la myélite aiguë isséminée, justilient le terme 
d'inflammation. Mais c est une inflammation qui d emblée est k 
la fois pai'enchymateuse, à la fois intei-stitielle ; dès le début né- 
vroglie et fibres nerveuses participent au processus d'origine 
toxique ou post infectieuse. Seulement les fibres nerveuses sont 
bien plus uniformément atteintes que la névroglie. 

Les fibres nerveuses dénudées ^ privées de leur myéline sont- 
elles des fibres persistantes ou des fibres néoformées, en état de 
régénération"] M. Bielscliowsky compare les images fournies par sa 
méthode d'imprégnation du cylindraxe avec celles qu'ont données 
les colorations électives de Fajeretayn> Sti*aehuber, Kaplan. 

Kaplan a montré que la coloration porte sur une partie cons- 
titutive déterminée du cylindraxe, qu'il appelle Vaxostrou^a^ 
substance cimentaire très analogue, au point de vue histogé- 
nétique et clini(|ue, au manchon de myéline qui entoure le.s 
neuro-fibrilles. Mais l'élude des foyers révèle qu'il y a deux caté- 
gories de cylindraxes dénudés : ceux dans lesquels l'axostronia 
est encore conservé ; ceux dont l'axostroma est altéré. De lana- 
lyse des images, M. Bielscliowsky conclut qu'il existe des 2ones 
où Ton est en présence de fibres persistantes : on peut suivre di- 
rectement les fibres longitudinales depuis le tissu pourvu de sa 
myéline jusque dans le tissu scléreux (figure) ; on voit même, 
par places, les mêmes libres privées de leur myéline dans le 
tissu scléreux récupérer dans le tissu inyélinique leur manchon 
blanc : de plus, même dans les foyers anciens, les relations 
topographiques des fibres et des cellules (substance grise et subs- 
tance blanche; semblent être exactement les mêmes que dans 
les conditions normales. On trouve, par contre, des zones dont 
l'aspect permet de se demander si, à côté des fibres persistantes, 
qui forment l'immense majorité, il n'en est pas de néoformées ; 
ainsi l'on voit parfois des cylindraxes se bifurquer à angle aigu en 
deux branches et l'une ou l'autre de ces branches se rediviser en 
deux ; rien n'indique qu'il s'agisse de collatérales. Ge sont ces 
apparences qui ont donné naissance à la théorie du bourgeonne- 
ment, d'autant qu'on voit de semblables états sur les fibres ner- 



Digitized by 



Google 



t 

REVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 47 

>euses de la substance blanche des hémisphères de Tenibryon. 
On voit auaâi réclatemeni en touffes de PopofT. Il est probable 
lenniiie M. Bîebehowaky qu'il s'a^t non d'une régénération, 
mais d'une dégénérescence. 

Ce ne peut être, objecte M. Strakhuber, une dégénérescence 
car je n'ai pas observé cette bifurcation uniquement dans des 
cavités en tuyaux où Ton pourrait penser à un simple effilochage 
des libres ; j'ai wl les deux branches de la bifurcation entourées 
de toutes parts, isolées par le tissu de soutènement, en quelque 
sorte emmurées dans le tissu névroglique. Ce à quoi répond 
M. Bielschowsky, après des discussions aussi longues et aussi 
minutieuses, qu'il eœiste des fibres régénérées dans les foyers de la 
sclérose en plaques mais « je doute fort qu'elles aient au point de 
« vue quantitatif, comparées au nombre des libres pereistantes 
« une valeur importante ». 

M. Bartels se montre d'abord éclectique. Pour lui on ne sait 
encore exactement ce que l'on colore. Est-ce une substance que 
Kaplan nomme le myéloaxostroma, et que Straehuber appelle 
l'axochromaténine ? Il serait tenté de croire, comme ce dernier 
auteur, qu'il s'agit, non de la substance périfibrillaire des libres 
nerveuses à myéline, mais bien d'une substance spéciale, et de la 
désigner sous le nom d'axochromaténine, et peut-être de myélo- 
axostroma téni ne pour marquer son rapport intime avec le man- 
chon de myéline. 

11 est, en tout cas, de plus en plus convaincu que dans la vraie 
sclérose en plaques, iky a lésion de la substance blanche et de 
l'axochromaténine qui lui est liée, par suite d'un trouble de 
nutrition, par défaut d'une matière nutritive particulière, ou par 
action directe d'un poison infectieux. Ce n'est que bien plus 
tard que les cylindraxes et les cellules périssent. Ce qui semble- 
rait le prouver, c'est la conservation dans les fibrilles axiles de 
l'acide rd>rillaire. L'anatomie confirme en effet un fait clinique 
fort ancien ; la conservation prédominante des fibres longitu- 
dinales. Il est certain que le petit nombre des libres régénérées 
(|ui peut-être s'y trouve ne saurait entrer comparativement en 
ligne de compte. La prolifération de la névroglle n'occupe géné- 
ralement ici qu'une place secondaire. Sur des coupes longitu- 
dinales en séries, on voit très bien que la décadence de la myé- 
line ouvre la marche ; puis il peut se produira une néoformation 
de cellules ; finalement les fibres névrogllques se multiplient. 

P. Keraval. 

VI. — Le trajet central des nerfs des muscles des yeux, 

par J. PiLTZ. {Neurolog. CentralbL, XXI, 1902). 

A l'aide de faibles courants d'induction, on détermine les zones 
de Técorce du cen eau dont Texcitation produit des mouvements 



Digitized by 



Google 



48 REVUE d'anatomie et de physiologie pathologiques. 

isolés des muscles des yeux. Puis on enlève ces zones et 14 jours 
après on tue l'animal ; on traite le cerveau par la méthode de 
Mairhi, finalement on le coupe en séries perpendiculaires et 
Iransvei-sales continues. L'étude des dégénérescences indique le 
tiajet des laisceaux (jui mettent en communication le centre cor- 
tical extirpé avec IVs noyaux des nerfs moteui's des nmscles ocu- 
laires ou avec le quartier où ils se trouvent. Nombreuses fibres. 

L'écorce du cerveau du chien contient quatre zones susce|)- 
tibles d engendrer des paralysies des muscles oculaires : zone 
frontale, pariétale, temporale, occipitale. H ne s'agit ici que des 
deux premières. 

I. — Le centre oculo-musculaire frontal occupe la partie posté- 
rieure du lobe frontal ; il est en avant du sillon crucial, immé- 
diatement en arrière du sillon précrucial, à un cenlim. envimn 
de la scissure sagittale. Limité en dedans par la région de la 
nuque, en dehoi*s par la région de la tète de Munk, il touche en 
aiM'ière à la circon\olution sigmoïde. 

L'extirpation en est suivie d'une dégénérescence secondaire 
des cii'convolutions du voisinage, <lu corps calleux, de la partie 
antérieure de la capsule interne, des lames médullaires internes 
du globus pallidus, de la couche intermédiaire de la région de la 
calotte», de la partie interne médiale du pied du pédoncule. Les 
coupes qui passent par le tubercule bijumeau supérieur mon- 
trent qu'à la hauteur du noyau de l'oculo moteur commun le 
pied du pédoncule est l'émanation de libres dégénérées dans la 
direction de ces noyaux. Après avoir franchi la substance de 
Soemmering, elles affectent un trajet postéro-in terne en con- 
tournant le noyau rouge en dehoi^s et en dedans. Outre ces fibres 
destinées aux noyaux de Toculomoteur commun du même côté, 
il en est qui gagnent le raphé, pour probablement aboutir au 
noyau de ce nerf du côté opposé. Mais il a été impossible de sai- 
sir le point de jonction direct des fibres dégénérées avec les 
noyaux. Par contre, des deux côtés dans la partie postéro-interne 
du faisceau longitudinal postérieur, il a été trouvé des mottes 
noires disséminées, sans cependant qu'on ait pu en fixer la con- 
nexion avec ces fibres dégénérées. 

II. — Le lobe pariétal contient un endroit, qui siégerait dans 
le territoire du centre du facial, dont l'excitation provoque des 
mouvements associés des yeux i Fritsch et Hitzig > 11 occupe la 
moitié externe de l'extrémité antérieure de la seconde circonvo- 
lution originelle, et est également enclavé dans la région ocit- 
laite de Munk. 

L'extirpation d'une notable partie de cette région oculaire et, 
simultanément du centre oculo-musculaire pariétal, se traduit 
par des dégénérescences secondaii*es dans les circonvolutions 
voisines du même côté, dans la circonvolution du coi'ps calleux, 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 49 

dans la couche tangentielle de la substance grise sous-épendy- 
maire qui forme le toit du ventricule latéral, dans le corps cal- 
leux, dans les circonvolutions symétriques de l'autre hémis- 
phère, dans la capsule interne du môme côté, dans la couche 
optique, dans la lame médullaire externe de la couche optique 
de Forel, dans le corps de Luys, dans la zone H de Forel, enfin 
dans la partie externe du pied du pédoncule. Presque toutes les 
coupes qui passent par le tubercule bijumeau antérieur montrent 
l'ascension des fibres dégénérées parties du pied du pédoncule 
vere ce tubercule. Elles gagnent la substance grise superficielle 
du tubercule quadrijumeau antérieur : la plupart vont jusqu'à la 
substance blanche profonde de cet organe ; quelques-unes peu- 
vent être suivies de l'autre côté et çà et là émettent des rameaux 
latéraux qui se perdent dans la substance grise du canal encé- 
phalomédullaire. 

11 existe encore un tractvs de fibres dégénérées qui va directe- 
ment de la capsule interne au tubercule bi-jumeau antérieur. Les 
plans qui passent par la portion la plus antérieure du ganglion 
de rhabénula contiennent des fibres dégénérées émanées de la 
capsule interne. Ces fibres ne descendent pas dans le pied du 
pédoncule : elles se dirigent en dedans, franchissent la couche 
grillagée, la zone de Wernicke, et arrivent à la partie antérieure 
de la capsule blanche du segment antérieur du corps genouillé 
externe. Plus bas, là où il y a fusion des segments antéi'ieur et 
postérieur du corps genouillé externe, ce faisceau dégénéré a 
quitté le corps genouillé externe et s'est rapproché de la ligne 
médiane. Dans les coupes qui portent sur la portion la plus anté- 
rieure de la commissure postérieure, ce tractus occupe la lisière 
de la calotte : il est situé, d'une part entre la calotte et le corps 
genouillé interne, d'autre part, entre les deux corps genouillés 
mais plutôt sur le territoire du corps genouillé interne. En 
avant de lui se trouve le ruban de Ueil supérieur (médian;. 
Plus bas encore, il est en arrrière du bras postérieur des tubercu- 
les quadrijumeaux, jusqu'à ce qu'enfin il ait franchi la limite ex- 
teiTie delà calotte pour arri^er au tubercule bi- jumeau anté- 
rieur. 

Troisième émanation dégénérative. Les coupes portant sur la 
moitié postérieure du tubercule quadrijumeau antérieur décèlent, 
à peu près à la hauteur des noyaux du pathéti([ue, de longues 
libres dégénérées qui, soi'ties du pied du pédoncule, en contour- 
nent en dehors la partie externe, pour traverser, en se dirigeant 
en arrière, la zone grise intercalée entre le ruban de Reil supé- 
rieur (médian) et le bras postérieur des tubercules quadri-ju- 
meaux. Elles occupent donc la frontière qui sépare la calotte du 
corps genouillé interne. Ce sont : les fibres aberrantes superficiel- 
les poste ro- externes du pied du pédoncule cérébral^ ou pesleni' 
Archives, 2* série 1905, t. XIX. 4 



Digitized by 



Google 



50 REVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 

niscus profundus de D»»jerinp ,'pes ItMnniscus do Meynorl, fasci- 
cules aberi'auls superficiels externes de Lon*?.) P. Keraval. 

VIL— Nouvelle contribution à Tanatomie patholoj^iqne de 
la sclérose latérale amyotrophique ; parÂ. v. Sarbo. {Xeu- 
rolog, Centralbl., XXI, 11)02.; 

Fi^fuces iDontcaul (|ue 1 ecorce, la protubérance, le bulbe, la 
moelle sont le siè^'e d altérations marquées, tant sur les cellules 
que sur les (ibi^es. L'appréciation de leur dejjré permet de diiv 
(|u'elles ont <lébuté par la moelle. Il existe une déjrénérescence 
<les colonnes de Clarke et du faisceau latéral du cervelet ; celle- 
ci tient peut-être à ce que la nmladie, contrairement à Lhabilu- 
de, a commencé par la région lombaire, ce qui expliquerait pour- 
(|uoi jus(iu'rci les colonnes de Clarke ont généralement été tmu- 
\ées saines. Elles peuvent cependant être affectées quand la ma- 
ladie débute par la région cer\icale : voy. Spiller, A case of,elc... 
m Contribution from the William Pepper laboratory... Philadel- 
phie 1900. P. Keraval. 

Vlll. — Le faisceau antéro-latéral direct des pyramides : 

par W. G. SriLLBR. {Xcurohg. Ccntralbl., XXI, 1902.) 

L'auteur rappelle qu'il a décrit un faisceau qui se détache de la 
partie latérale la plus externe du faisceau pyramidal, un peu au- 
dessous du plan d'entrée» de la cinquième paire dans la pmtubé- 
rance. Il s'en délache d'abord graduellement. Plus bas, dans la 
])rotubérance, il se porte brutalement en arrière et un peu en 
delioi*s du faisceau pyramidal, pour pénétrer dans le corps Ira- 
pézoïde. Au point de jonction de la protubérance et du bulbe, 
ces libres sont en debors de la paitie supérieures de l'olive infé- 
rieure. L'oli\e en augmentant de volume le repousse en arrièn», 
d(î sorte qu'à l'endroit où elle possède le plus fort diamètre, le 
faisceau en question occupe la périphérie postérieure et externe 
de cet organe. Au-d(»ssous de renti-ecroisement des fibres motri- 
ces, il subsiste sans avoir changé de C(Mé, sans s'être entit»cn)is<''. 
Dans le bulbe, il occupe um; place semblabh? à celle du faisceau 
de Gowei"s. 11 doit naîtn* au niveau de la capsule externe et du 
noyau lenticulaire. 

.1. S. 11. Russel en décrit un autre qui est situé \is-à-\is de 
l'angle antéro-externe de l'oliNe inférieure, tandis «pie celui-ci 
occupe le cùtépostéro-externe de cette oli\e. L(» faisceau de Ilus- 
sel semble, dans la moelle cer\icale, être plus en avant que lui. 

Le faisceau d'ïlelweg ou péri-olivaire de Bechterew est dans la 
moelle situé un peu plus en a^ant (|ue le faisceau de Spiller. 
St. Barnes Drain, XXIV, p. 46.]; aprécisé l'identité de ce dernier, 
dont les libres se dissocient dans le troisième segment cervical 



Digitized by 



Google 



REVUE D ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQÎ ES. 51 

et cessent de constituer un faisceau dans la iv^'ion cer\icalc infé- 
rieui*e : parfois, néanmoins, on les peut suîmv jusque dans la 
ivj,'ion lombaire. Il existe donc : un faisceau pyi'aniidal direct, 
un faisceau antéro-latéral direct des pyramides, un faisceau py- 
ramidal entreci-oisé. P. Kkraval. 

IX. — Biologie et travail de la cellule nerveuse centrale ; 

par P. Kronth.vl.- (\eurolog. Ccntralhl.y XXII, 1903.) 

Tous les processus psychiques doivent être produits par deux 
facleure ajîissant toujoui*s de concert. De la périphérie constam- 
ment exposée à l'action des foi'ces partent des excitations qui 
sont constamment conduites au sein des cellules centrales ; cel- 
les-ci les renvoient passivement à la périphérie parles voies qui 
s V rendent. Ces cellules naissent et meurent continuellement. 
O^sdeux facteure échappent complètement à l'influence de l'in- 
dividu. Sans doute nous pouvons nous arranger de façon que la 
périphérie ne réagisse pas, connne dans la narcose, et aloi-s le 
centre mental ne manifeste rien. Mais il n'est pas en noire pou- 
voir d'agir sur la naissance et la mort des cellules nerveuses. 
Tant que les leucocytes arriveront au système nerveux central, 
les cellules nerveuses naîtix)nt et mourront. Les processus psy- 
chiques sont tous des propriétés de l'organisme glohal, mais non 
relies des cellules en particulier. Dès que le système nerveux 
central est lésé, l'activité mentale présente des troubles parce que 
les communications étant anéanties, l'influence réciproque des 
oivanismes élémentaires qui constituent le metasoon se ti*ouve 
altérée. P. Keraval. 

X. — Trajet anormal du faisceau pyramidal ; par Ë. 

Straeusslkr. [Xeurolog. CentraîbL XX, 1901.} 

Homme de 66 ans, mort 58 jours après une attaque dhémi- 
plé^ie gauche. A Vauiopsie, rien d'apparent dans Toi^^ane cen- 
tral préposé aux paralysies. L'artère sylviennc» droite contient un 
tlu-ombus organisé, polypiforme, qui obture la lumière de l'artère 
moins un étroit canal. Ces pièces n'ont pas été examinées au 
niicroscope. Mais on a, par la méthode de Marciii, étudié la dé- 
irénérescence du faisceau pyramidal, dans le pédoncule cérébral, 
la protubérance, le bulbe ; elle présente les limites des pyrami- 
des en rapiK)rt a\ec le cùté lésé. 

Voici lanomalie (ligures.; 

A partir de la podion inférieure de rentrecroisement, en un 
point où contre le bord interne de la corne antérieure du cùté 
opposé, se dessinent les tmusseaux du cordon entrecroisé anté- 
rieur de Hoche, il existe une détjénérescence épai'se qui se perd 
Jiins le territoire du renflement cer^ical, au ni>eau du fi« seg 



Digitized by 



Google 



52 REVUE D^NATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 

ment cervical : les fibres sont en dehors du champ du cordon an- 
térieur des pyramides. 

Après rentiecroisenienl, les fibres de ce cordon qui con-espon- 
dent au côté lésé s'éloignent de la périphérie : on en retrouve 
cependant quelques-unes vei*s la pie-mère dans la moelle cervi- 
cale inférieure ; et, dans la moelle dorsale, elles forment un 
trousseau inintermmpu qui va jusqu'à la périphérie antérieure 
«le la moelle où elles décrivent un crochet de cùté ; ce système 
est encore distinct plus bas dans la moelle lombaire supérieuro 
et, dans la moelle sacrée, il est aussi maixjué par quelques débris 
isolés. 

Le cordon latéral des pyramides du même coté est atteint ju>- 
(jue dans la moelle lombaire supérieure ; la dégénérescence est 
des plus accusées dans la moelle dorsale. 

Le coi'don latéral entrecroisé conser\e, dans la région do l'en- 
trecroisement, ses limites noimales en avant, mais, latéralement, 
il envoie nombre de faisceaux jus(|u a la périphérie, envahissant 
ainsi le champ du cordon latéral du cervelet. 

Dans le renfiement cervical la dégénérescence de Taire du cor- 
don latéral des pyramides pousse une pointe ininterrompue en 
avant et en dehoi-s dans le territoire du fais(!eau de Gowers dont 
elle occupe la plus grande partie. Les zones limites externes et la 
zone mixte des cordons latéraux sont envahies par des trou^- 
seaux dispei-sés, de sorte que la corne latérale est entourée de 
débris de dégénérescence ; ici le domaine du cordon latéral du 
cervelet est en une zone étroite assez purement conservée. 

Dans la moelle doreale, le faisceau pyramidal se colle étroite- 
ment aux cornes postérieures et dépasse en avant la corne laté- 
rale, de sorte que la limite latérale n'en est pas du tout distincte. 
La dégénérescence dans Taire du faisceau de Gowers diminue 
fortement d'étendue en descendant mais elle n"a complètement 
cessé que dans la moelle lombaire. P. Kkraval. 

XI. — Examen histolo^ricEue du système nerveux central 
d'un malade affecté dldiotie amaurotique familiale de 
Sachs; par E. Frey. {Neurolog. Centralbl., XX. 1901.) 

Idiot de 18 mois, alhrepsique, rachitique, à front très bas, 
aveugle mais cherchant la lumière. La macula sous forme de ta- 
che bleuâtre mesure un diamètre papillaire 1/2 : les limites en 
sont indistinctes, le milieu en est occupé par un point rouge-ce- 
rise d'un cinquième de diamètre papillaire. Les papilles d'appa- 
rence normale sont cependant un peu plus brillantes que d'ha- 
bitude et les vaisseaux y sont un peu étriqués. 

Déglutition diflicile, salivation profuse. Meuibres supérieui's en 
llexion au niveau des mains et des coudes. Pieds équins. Con- 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 53 

tracture spasmodique des extrémités. Constipation. Mort dé- 
clampsie après 2 mois de séjour à Thùpital. 

Autopsie. — Consistance cartilagineuse de Técorce des lobes 
fix)ntaux et pariétaux, du cervelet, de la partie du centre ovale 
contiguë au corps calleux. Moelle plus dure que normalement : 
substance blanche des cordons poslérieui's de la moelle doi'sale 
inférieure un peu grise et luisante. C'est tout. 

Traitement des pièces par les procédés de Mueller, Marchi, 
Weigert et Woltere (figures.) 

On constate une dégénérescence descendante des pyramides, 
surtout des cordons latéraux, moindre des faisceaux de Gowers et 
des faisceaux cérébelleux. Les cordons postérieui's, notamment 
les cordons de Goll,sont dégénérés dès la moelle cervicale jusque 
dans la moelle doi'sale inférieure : on remonte ainsi jusqu'à leui-s 
noyaux bulbaires. La substance grise, celle surtout des cornes 
antérieures de la moelle cervicale, contient des débris de myé- 
line : dans la moelle sacrée, raUéralion,insuliforme, empiète sur 
les groupes médians, latéraux, centraux des cellules. 

Dégénérescence excessive des pyramides du bulbe, de la for- 
mation réticulaire, des pyramides de la protubérance, des fibres 
protubéi*entielles lransvei*ses ; moindre du ruban de Reil, des pé- 
doncules cérébelleux supérieurs. Intégrité des colonnes de Clarke, 
des corps restiformes, de l'hypoglosse, du trijumeau, de la subs- 
tance de Sœmmering, de lentrecroisement des pédoncules céré- 
belleux supérieurs, de l'oculomoteur commun. 

Amyélinie de la partie de la couche optique qui reçoit les fibres 
centripètes de lecorce. Intégrité des noyaux i*ouges. Altération de 
la portion médiane et'Jatérale du pied du pédoncule, et de la 
capsule externe. La'capsule interne est surtout dégénérée dans 
les points où les pédoncules cérébraux commencent à se dévelop- 
per (mottes de myéline et cellules granuleuses). Intégrité du 
noyauJenticulaire,de la commissure antérieure,'du corps calleux. 

Magnifiques [dégénérescences corticales principalement des as- 
cendantes, du lobe occipital ; amyélinie moins absolue des lobes 
frontaux et temporaux : déchets de myéline plein les vaisseaux 
et en dehors des vaisseaux,Hrès peu de libres radiaires, pas de fi- 
bres tangentielles. Aucun élément d'inflammation. Cellules pyra- 
midales extrêmement dégénéréesjtout à fait déformées. Aucune 
anomalie de forme des circonvolutions, dessillons. Volume; du 
cerveau normal. 

Le noyau dentelé du cervelet, la^substance blanche cérébel- 
leuse, contiennent énormément de gros'grumeaux'de myéline : 
les altérations sont moins;'prononcées dans les circonvolutions de 
cet organe. Dégénérescence nette de la bandelette optique et du 
chiasma. Nerfs optiques indemnes. 

Conclusions, — Ce n'est pas un arrêt de développement congé* 



Digitized by 



Google 



54 REVUE d'anatomie et de physiologie pathologiques. 

nital. C'est un processus dégénératif exclusivement extra-utérin, 
qui a porté sur tout le système nerveux central, et avant tout 
sur Técorce des hémisphères cérébraux ; il s'en est suivi une dé- 
chéance des fibres du cerveau moyen, protubérance, cervelet, 
bulbe, et de la moelle. Ce processus est descendu par les cornes 
antérieures, puis remonté parles cordons postérieui's (dégénéres- 
cence ascendante;. P. Keraval. 

XII. — Piqûre de la 3« paire dorsale gauche au niveau du 
ganglion spinal par A. VVallenberg ^Veuro/o^. Centralbl. XX 
1901.) 

Ce nerf a été piqué au point où il sort de la colonne vertébrale, 
c'est-à-dire près du ganglion spinal. On constate : l» une faible 
liypo-esthésie de la peau dans la légion comprise entre le ster- 
num et le mamelon gauche, surtout prononcée le long du 3* car- 
tilage costal ; 2" une forte hypo-esthésic le long de la face interne 
du bras du même côté, à partir de la. cavité axillaire jusqu'à 9 
centim. au-dessus de l'épi Irochlée. Il existe aussi de Thypo-es- 
thésie le long de l'épine de l'omoplate : celle-ci pourrait prove- 
nir des lésions accessoires. (Figures.) 

Entin, au début, le malade a éprouvé de la dyspnée et une sorte 
d'angoisse précordiale. Ces phénomènes rapprochés du ralentis- 
sement prolongé du pouls pourraient bien tenir à la section de< 
rameaux sympathiques de la3« paire doi^ale, qui vont au plexus 
aorlique, au plexus pulmonaire, et, indirectement, au plexus car- 
diaque. P. Keraval. 

XIII. — Un cas de lésion traumatiqne de protubérances 
sans lésion du cr&ne, par St-Orlowski, (Ncurolog, Cen- 
tralbh XX. 1901.) 

Un homme reçoit un coup de couteau au côté droit de la nu- 
que. Il détermine : 1« à droite, une paralysie du trijumeau, de 
l'oculomoteur externe, du facial, de l'acoustique; 2® à gauche, une 
hémiparésie passagère et une hémiparésie persistante. C'est là 
la paralysie alterne inférieure de Millard et Gubler. 

Au moment de l'attentat, il tenait la tète fortement fléchie en 
avant et vers la gauche. Le couteau long et étix^it a perfoi*é la 
couche musculaire et la membrane obturatrice postérieure, tout 
contre le bord externe du trou occipital, et a pénétré dans la ca- 
vité crânienne, en se dirigeant en avant. Son tranchant a dû 
rester parallèle à la surface du bulbe, ce dernier étant demeuré 
intact sur presque toute sa longueur. 

11 faut distinguer dans le complexus symptomatique les dégâts 
directs et ceux en rapport avec la compression déterminée par 
riiémorrhagie. Ainsi Thémiparésie passagère tient à la compression 



Digitized by 



Google 



REVUE D'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 55 

i\p la partie antérieure de la protubérance, mais pas rhémianes- 
Ihésie. Il y a lieu de croire qu'il y a eu lésion du côté dmit de la 
pn>lubérance, et, par suite, du ruban de Reil, des noyaux des 
neris crâniens ; une héniorrhajrie inti*a-cérébrale peut également 
a\oir détruit une certaine ]>ortion de la siibstance du cerveau. 

Le noyau du facial a été le plus atteint. La parésie de l'oculo- 
moleur externe, léj;ère et transitoire, ne tenait peut-être (\uà 
une compiession héniorrliaj?i(piedu noyau. Plus airecté, le noyau 
sensitif du trijumeau ; Tintéjfrité de son noyau moteur trace la 
limite supérieure du foxer. 

Le territoire nucléaire de l'auditif est bien trop ^l'and pour 
qu'une lésion circonscrite de la protubérance entraîne mie sur- 
dité totale : l'ouïe, ici, a été très atteinte à droite mais elle s'est 
améliorée ultérieurement ; le nerf cochléaire était lésé. Au nerf 
Aestibulaire, ou au noyau vestibulaire, ou encore au pédoncule 
céi-ébelleux moyen, il convient de rattacher les troubles «le l'é- 
quilibre constatés ; une lésion du tronc de l'auditif peut encore 
les produire. (Vest à l'irritation du nerf vestibulaire canaux se- 
in i-cM reniai res , que se rattache le iiyslajrmus enrej:islré Cyon, 
Bechtei'ew;. Aux canaux semi-cii-culaiies altérés d'un côté on 
pourrait imputer les troubles de coordination des membres droits, 
(|ui disparaissent sous l'influence d'nn point d'appui. 

Ot homme est menacé de perdre VœW droit par ophtalmie 
neui-o-paraly tique, en vertu du concoui's de la paralysie du facial 
et de celle du trijumeau : il ne peut fermer r<eil, est privé du 
ivflexe palpébral, de Taclion trophique des fibres du trijumeau, 
a de l'anesthésie cornéenne et conjonctivale ; la kératite s'ins- 
talle. P. Ke RAYAI.. 

X IV. — S'a^t-il d*ane atrophie muscalalre d'origine né- 
vritico-spinale on d'orisine myopathique ; par T. Coh.n. 
Xeurolog.CentralbL XXI, 1902.) 

Une fdlette de 15 ans dont l'hérédité est peut-être un peu char- 
frée se plaint depuis trois ans d'un afTaibliss(»ment progressif des 
membres inférieui*s. On constate : pai'alysie de tous les muscles 
innervés par le sciatique poplité externe des deux côtés accom- 
pajrnée de contracture des pieds (aspect varus-équin^ ; faiblesse 
des muscles du bassin et surtout du moyen fessier des deux côtés 
épralement ; pseudo-hypeilrophie des molle! s ; diminution ou 
disparition de l'excitabilité électrique de tous les nmsdes para- 
lysés qui sont innervés par le sciati([ne poplité externe ; réaction 
<lé<rénérative partielle (b*s deux extenseuis propres du j^ros orteil. 
Intégrité des réflexes tendineux et de la sensibilité, mais il y a 
eu au début des douleui's lancinantes. Etal normal de la face, du 
tmnc, des extrémités supérieures : le ^isaJ;eest cependant un 
peu bouffi, les mouvements de la physionomie sont faibles. 



Digitized by 



Google 



5G REVUE d'aNAIOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 

L'alrophic musculaire progressive est indubitable. 

La démarche, Texamen de la motilitt's le début de raffection 
par les petits muscles des pieds, Tàge de la malade, la réaction 
dégénérative partielle, les douleui-s lancinantes du début, sont 
en faveur de la névrite spinale de ('harcot, Marie, HofTmaniu 
mais c'en serait une forme atypique à cause de la paresie hâ- 
tive des muscles du bassin, et de Thypertrophic des mollets. 

Est-ce de la dystrophie musculaire progressive ? Ce diagnostic 
aurait pour lui : l'hypertrophie des mollets, qu'on la considèii» 
comme réelle ou pseudo-hypertrophique, la participation pir- 
coce des muscles du bassin, la conservation de la sensibilité,râ*re 
de la malade, le faciès quelque peu myopathique. L'inlégi-ité des 
triceps fémoraux explique la persistance des réflexes patellains. 
Mais ce serait aussi une forme atypique à raison de l'existence 
de la réaction dégénérai ive de concert avec le début de la para- 
lysie par le groupe des muscles qu'innerve le sciatique poplilé 
externe. 

Il n'y a pas de diagnostic possible. P. Keraval. 

XV. — Un cas de chorée chronique progressive avec an- 
topsie ; par le D»* de Bcck. (Journal de Xcurologie, 1904, 
no 17.) 

Les conclusions dégagées par l'auteur peuvent se résumcM* 
ainsi : Dans la chorée chronique le trouble hyperkinétique est 
fonction du faisceau extra-pyramidal et de ses centres : rien ne 
s'oppose à ce que la démence y soit primaire. Les lésions liisto- 
pathologiques de la chorée chronique rencontrées jusqu'ici n'of- 
frent pas d'unité et sont d'ordre encéphali tique, gliotîque, dégé- 
nératif, etc. Os différentes lésions reconnaissent vraisemblable- 
ment une étiologie variable. La choive chronique est une affec- 
tion héréditaire et familiale due vraisemblablement à une résis- 
tance insuffisante des centres psycho-moteurs. Cette pathogénie 
se rapproche de celle de l'épilepsie tardive, du tremblement sé- 
nile, de la myoclonie familiale, etc. G. Deny. 

XVI. — Histopathologie de la paralysie générale ; par le D' 
DE BucK. (BulL de la Soc, de méd, mentale de Belgique, 1ÎK)4, 
no 117.) 

Se basant sur l'étude histologique, à l'aide des méthodes les 
plus récentes, de dix cas de paralysie générale avéïée, l'auteur 
admet que cette affection est constituée par une encéphalite chro- 
nique d'origine toxi-infectieuse. Il ne se prononce pas sur la na- 
ture, spécifique ou non, de cette toxi-infection, qui intéresse tous 
les éléments du cortex sans qu'il soit possible de dire quel est 
celui d'entre eux qui est atteint le premier. En tout cas, quand le 



Digitized by 



Google 



REVLE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQLES. 57 

processus est en pleine évolution on assiste à la régression des 
éléments parenchymateux qui commence par lescorps cellulaires 
et les tubes de myéline pour finir par les fibrilles cylindraxiles. 

La conclusion (jui se défi:atre de l'ensemble de ces recherches 
c'est qu'il n'existe pas de lésions spécifiques de la paralysie géné- 
rale et que le diagnostic hislopathologique de cette affection doit 
ôtre fondé non sur la considération d'un seul élément,mais sur 
l'ensemble du tableau qui comprend les altérations vasculaires 
avec leur manchon cellulaire périvasculaire composé en grande 
partie de cellules plasmati(iues, les cellules en bâtonnet, la dis- 
position irrégulière des couches cellulaires, les cellules nerveu- 
ses sclérosées, la disparition des fibres tangentielles et suprara- 
diaires, Taltéralion profonde des fibrilles intracellulaires, etc. 

M. de Buck admet, en outre que les cas de paralysie générale à 
forme expansive et délirante sont remai-quables par le grand 
nombre de cellules présentant le mode de régression chromolyti- 
que .'chromolyse, achromatose, désagrégation moléculaire, dégé- 
néi*escence graisseuse, etc.), tandis <iue les foi'mes démentielles 
pures se manifestent surtout par la présence d'un très grand 
nombre d'éléments cellulaires sclérosées. G. D. 

Vlil. — Hypertrophie et lésions (tameur)da ganglion sym- 
pathique cervical dans un prétendu cas de paralysie gé- 
nérale ;par le D"* de Buck. [liulL delà Soc. de ynéd. ment, de 
Belgique^ février 1904.; 

Observation d'un homme de 46 ans qui était atteint d'un dé- 
lii^e généralisé et incohérent avec agitation et quehjues signes 
physiques de paralysie générale, à l'autopsie duquel on trouva une 
sclérose du foie,des reins, de la ra(e, etc., et un volumineux fibro- 
sarcome du ganglion supérieur du sympathique cervical gauche. 
Les centres nerveux ne présentaient aucune lésion macroscopi- 
que ni microscopi(|ue. 

En présence de ces résultats, l'auteur estime qu'il a eu affaire 
non à une paralysie générale, mais à un délire d'origine infec- 
tieuse ou toxique. Quant à la lésion du sympathique cervical, 
elle aurait seulement déterminé les troubles pupillaires consta- 
tés pendant la vie du malade. G. D. 



Digitized by 



Google 



BEVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE 



I. .— De la chorée de Huntin^ton ; par G. Renuart. {Bull. de 
la Soc. (U ^né<f, ment, de Belgique, 11K)4, n<> 116.) 

L'auteur relate quatre cas de chorée de Huntiu^ton et rappelle 
les principaux caractères de cette aflection qui est essentiellement 
héréditaire etfamiliale, ne se rencontre jamais avant la trentième 
année, s'accompagne toujoure de troubles psychiques de natniv 
démentielle et se termine invariablement par la mort au bout 
de 10, 20 et même 30 années. G. D. 

II. —A propos du syndrome de Raynaud ; par le D»" P. Ma- 
so in. (Bull, (le la Soc, de méd. ment, de Belgique^ 1904, n« 
114.; 

Adoplant lopinion des auteui*s qui font rentrer dans le syn- 
dmme de Raynaud la plupart des troubles angio-tropho-neuro- 
tiques (asphyxie des extrémités, acrocyanose, érythi-omélalgie, 
œdèmes spéciaux de la main ou du pied, etc.), M. Masoin relaie 
Tobservation d'une femme de 48 ans, idiote et épileplique, dont 
le membre inférieur droit est terminé en forme de massue avec 
hypertrophie du tissu cellulaire sous-cutané, œdème dur, cya- 
nose de la peau, etc. 

Sans nier que des lésions nerveuses, incontestables dans le cas 
présent (raideur des membres inférieurs, exagération des vv- 
flexes tendineux), puissent provoquer à la longue de semblables 
troubles angio-tropho-neuroliques, l'auteur incline à croire 
qu'en réalité les altérations névritiques, sivolontiei'sincriminées, 
sont plutôt le résultat que la cause de pareils troubles. Ceux-ci 
seraient conditionnés tantôt par un spasme des vaisseaux (hys- 
tériques) ou par une lésion des tuniques artérielles, tantôt par 
des lésions centrales avec dégénérescences périphériques (idiots, 
épileptiques). G. Deny. 

III.— Nystagmus associé ; par E. Stranskv. (Xeurolog. 
Centralbl.,XX, 1901.) 

Prenez un individu indemne de tout trouble du côté de l'appa- 
reil optique, dioptrique, locomoteur des yeux, indemne égale- 
ment d'affections organiques du système nerveux, de tout nys- 
tagmus apparent, et ouvrez-lui avec précaution au maximum à 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 59 

laide des doigU la fente palpébrale ; puis, priez-le de fermer 
l'œil en dépit de cette résistance, mais lentement, vous veiTez en 
quelques cas les contractions convulsives i\o l'orbiculaire palpé- 
bral qui lutte contre l'obstacle s'accompagner d'une oscillation 
rapide du i^lobe de l'œil, horizontale ou oblique. 

Quand les efforts du patient sont assez énergiques pour qu'il 
surmonte partiellement ou totalement la résistance, lenystagmus 
cesse généralement, notamment loi-sque l'œil est dévié en dedans 
et en haut : toutefois on le voit parfois encore même quand le 
globe occupe cette position. 11 n'est pas rare de l'observer rien 
qu'en maintenant simplement en haut ou en levant simplement 
la paupière supérieure : cela suffit poui* pmvoquer des contrac- 
tions clonicotoniques dans le consti'icteur. 11 existe cependant 
des sources d'en^eur. Tels les tremblements du globe au moment 
d'une trêve : il faut s'assurer préalablement s'ils ne surviennent 
pas quand les paupières jouissent de leur écartement naturel, et 
pi'océder aux examens en faisant lixer le sujet en avant. Il faut 
aussi se défier du déplacement de la conjonctive bulbaire : quand, 
par exemple, le globe est dans la rotation en haut, le réseau vas- 
culaire de la conjonctive se déplace si rapidement de cAté et 
d'auli'e sur le réseau vasculaire épiscléral, qu'on peut croire à un 
tremblement continu de l'œil entier. N^attribuons donc la valeur 
iVun résultat positif qu'en expérimentant sur les (leu.v globes con 
ver géant en avant. 

Quatre observations à l'appui. Discussion. 

« (Vest, dit l'auteur, un phénomène sui generis : ce n'est pas à 
vrai dire du nystagmus. C'est un mouvement associé trémulant 
de mus<les synergiques. Il émane de l'excitation du noyau du fa- 
cial oculaire qui irradie par le faisceau longitudinal postérieur. « 

P. Keraval. 

IV. — Ophthalmopléffie interne traumatique ; par E. 

ScHULTZE. [Centralbl, f\ Xervenhcilk, XXVI, N. F. XIV, 1903.) 

Un homme de 45 ans est affecté d'une mydriase pei^istante 
de l'œil gauche ; toute réaction à la lumière, à l'accommodation, 
à la convergence y a disparu ; il est incapable d'accommoder 
sans appeler à son aide des verres convexes de 2 D à 2 1) 5. En 
un mot il existe une paralysie isolée du muscle ciliaire et du 
sphincter irien. M. Schultze pense qu'il s'agit d'une lésion du 
noyau de l'oculomoteur commun, probablement d'une hémor- 
rhagie. P, Keraval. 

\. — Des vomissements stercoraux dans l'hystérie ; 
par L.E. Bregman. [Xeurolog. Centralbl., XX,, 1901.) 

H s'agit d'une hystérique de 23 ans qui présenta de l'hématé- 



Digitized by 



Google 



60 REVUE DE PATHOLOGIE MENTALE. 

mèse, des vomissements stercoraux, du mélœna, un prolapsus 
rectal, de la dysurie, de l'aménorrhée. La multiplicité des acci- 
dents, leur versatilité, l'action sur eux de l'influence morale, la- 
méliorationsi considérable qui a sut\i Tintervention opératoire 
contre le prolapsus, tout indique la nature hystérique de la ge- 
nèse. 

Les vomissements stercoraux s'accompagnaient de suspension 
des selles et de celle des gaz. L'occlusion intestinale était à croire, 
mais l'inconstance de l'effet évacuateur des douches d'Hégar 
permettait de penser à un obstacle intermittent à la circulation 
des matières ou à une obturation variable du calibre de Tintes- 
tin. S'agissait-il de contractions spasmodiques passagères ou d'une 
atonie quasi-paralytique des muscles du conduit ? L'abdomen 
étaitassez uniformément tendu, sans saillie spéciale d'anses in- 
testinales. Le vomissement se composait : tantôt d'un liquide fé- 
caloïde décoloré, tantôt d'un liquide contenant des crottes plus 
ou moins grosses. Impossible de déterminer le siège de l'obsta- 
cle qui tantôt pouvait occuper l'intestin grêle, tantôt pouvait sié- 
ger dans le gros intestin. Une opération exploratrice eût été mal- 
honnête. La facilité avec laquelle chez ces malades apparaissent 
les symptômes les plus inquiétants laisse à penser que, sur ces 
terrains de la prédisposition névropathique et de l'hyperexcita- 
bilité réflexe, des altérations insignifiantes suffisent à déchaîner 
les troubles fonctionnels les plus graves. Peut-être avait-on 
affaire à des mouvements an ti péris tal tiques (Nothnagel, Gi'uetz- 
ner, Kirstein, Miihsam, Hoorweg, Briquet, Treeves). 

L'hématémèse est, à raison de l'évolution, inexplicable par un 
ulcère de l'estomac. Les hémorrhagies intestinales concomitan- 
tes, l'hémoptysie des commémoratifs indiqueraient l'hémophilie 
que réfute l'histoire et l'examen de la malade. L'origine buccale 
ou pharyngienne du sang de l'estomac ne s'applique pas aux 
symptômes sidivei^s et si graves du côté de l'intestin dont la sur- 
face est du reste lisse (pi'olapsus), intacte. Il n'y a ni ulcère gas- 
trique, ni ulcère intestinal.T/est une réaction insolite des mu- 
queuses. P. Keravai.. 



REVUE DE PATHOLOGIE MEN TALE 



I. — Fréquence et étiologie de la démence précoce ;par J. 
Crocq. [BiilL de la Soc. de médecine, ment, de Belgique, 1903 
no 117.) 

Les recherches de l'auteur ont porté sur 150 hommes et 150 
îemmes. Sur ce total de 300 malades, il a trouvé 47 démences 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE MENTALE. 61 

précoceSjSoil 15, 66 X (non compris les dt^lires systémalisés dont 
11) chez des hommes et '28 chez des femmes, ce qui donne pour 
les premiers la proportion de i?,66 %, et pour les secondes de 
18,51 X. 

Au point de vue de Tàge, le plus grand nombre tles cas a été 
obser\é, chez les femmes, entre 30 et 35 ans et chez les hommes, 
entre 20 et 30 ans : la démence précoce -'précoce eu égard au dé- 
but des troubles mentaux plutôt qu'au point de ^ue de luge} 
serait donc plus tardive chez la femme (jue chez l'homme. 

M. Crocq sest efforcé ensuite de déterminer les facteui-s étio- 
logiques qui ont donné naissance à la maladie. Sur ces 47 cas, il 
a noté 3? fois des antécédents névropathiciues ou psychopathi- 
ques, soit une proportion de (j8,08 % . 

Parmi les causes occasionnelles,rauteur croit qu'il faut placer 
en première ligne les chagrins chez les femmes, le surmenage ùi- 
tellectuelei les traumatismes crâniens chez les hommes. Pour dé- 
montrer la réalité de ce dernier facteur étiologi(|ue de la démence 
pivcoce, M. (iTOcq, cite les observations de quatre malades 3 
hommes et 1 femme} le développement de ratTection a été pré- 
cédé plusîeui-s mois ou plusieui-s années auparavant d'un ^ioient 
traumatisme du crâne. G. Deny. 

II.— De robsession dans ses rapports avec la psychasthé- 
nie cnrative ; par le D' Marandon de Montvel. (Bull, de la 
Soc, de méd, mentale de Belgique^ 1904, n» 115.) 

L'auteur,dans ce travail, fait le procès de la théorie intellectuelle 
et de la théorie aboulique des obsessions, qu'il s'efToire d'expli- 
quer par un trouble particulier de l'émotivité consistant dans 
une insuflisance congénitale du capital nerveux émotif des obsé- 
dés. C'est cette psychaslhénie émotive qui serait la cause uni(iue 
de l'état obsédant avec son aboulie si caractéristique de l'appari- 
tion soudaine de l'idée tyrannique qui s'impose à la volonté de la 
lutte énergique et inutile que soutient contre elle l'obsédé des 
crises d'angoisse qui éclatent à Timproviste et à des intervalles 
variables comme des convulsions, enfin de la rareté excessive du 
passage à l'acte alors que la force impulsive qui pousse le malade 
est énorme. G. D. 

111.— Association chez un idiot delamaladie de Raynaud 
et de gangrène neuroliqno cutanée multiple ; par le D' de 
BucK. [Bull, de la Soc, de médecine ment, de Belgique^ 1904, 
114.) 

S'appuyant sur les graves lésions observées à la fois du côté du 
système nerveux central, des nerfs et des vaisseaux chez un idiot 
qui était atteint en outre de maladie de Raynaud et de gangrène 



Digitized by 



Google 



62 REVUE DE PATHOLOGIE MENTALE. 

neurolique cutanée multiple, l'auteur estime que le siège prin- 
cipal des lésions qui commandent les processus vaso-moteurs pé- 
riphériques se trouve dans la substance gi'ise centrale périépen- 
dymaire qui constitue l'origine du sympathique. H y aurait donc 
lieu de décrire en neuropathologie mé<lullaire le syndrome de 
cette substance grise, comme on décrit le syndrome des cornes 
antérieures et le syndmme de la substance grise centro-poslé- 
rieure. En un mot, c'est l'altération de la substance grise péri- 
épendymaire qui donne lieu aux troubles vaso-moteurs, trophi- 
ques, sécrétoires, et aux crises viscérales propres à certaines af- 
fections de la moelle, ainsi qu'à certaines trophonév roses. Chez 
l'idiot en question, on peut admettre que c'est la constitution 
défecteuse ab ovo de son système sympathique, aidée de quelques 
irritations périphériques anormales qui a provoqué les lésions 
vasculaires ayant abouti à la sclérose et à la gangrène. G. D. 

IV. — Gontributioii à Tinfinence réciproque des aliénés les 
uns sur les autres ; par P. Naecke. [Neurolog, Centralb!., 
XX, 1901.) Observation d'infection musicale. 

Les délires se communiquent extrêmement rarement dans les 
asiles. C'est que généralement chaque malade s'occupe de soi, ne 
fait pas ou fait superficiellement attention aux autres, qu'il ne 
s'établit pas de relations cordiales. C'est l'invei-sc de ce qui a lieu 
dans la famille, chez les gens mariés : d'où la folie à deux. Il 
existe également peu de délirants systériiatiques qui prêchent 
leurs idées délirantes à qui veut ou non les entendre. Les mala- 
des se rendent très bien compte de la bizarrei'ie des idées de îeui*s 
voisins ; ils en sont peu impressionnés et ne font qu'en rire. Avec 
le temps ils deviennent très égoïstes, et leur sensibilité morale 
s'affaiblit trop pour qu'ils prennent part aux idées et menées 
d'autrui. M. Naecke a cependant vu, en mars 1900, un paralytique 
général présenter des idées de grandeur spéciales qu'il tenait 
d'un de ses compagnons et auxquelles il crojait : la disparition 
en fut tout aussi rapide que l'avail été la genèse, tant elles étaient 
superficielles ; elles furent remplacées par ses idées propres. La 
crédulité des paralytiques et des débiles est notoire. Nous en 
avons louché un mot dans notre Pratique de la médecine mentale, 
page 260. Plus fréquente est riiuitation des actes, surtout chez 
les débiles et les catatoniciues. Tel celui dont parle M. Naecke, 
qui suivait continuellement un autre malade et marchait du 
même pas c(uelui. 

Voici maintenant un cas unique de contamination musicale. 
Un imbécile agité, jadis atteint d epilepsie, chante une série d'ac- 
cords sans fin qui imprègnent à ce point un autre imbécile plus 
obtus, dysacousique et muet, qu'il répèle souvent cette mélodie, 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE MENTALE. 63 

longtemps de suite, sur un mode identique ou peu modifié. F., 
fredonne une sorte de danse des ours (voir le texte musical dans 
le mémoire), ou la chante cai rément en s'appuyant au mur ou 
en se balançant à Tunisson sur une jambe et sur l'autre et sou- 
vent en se bouchant les oreilles ou en saccompagnant de la 
main sur quelque objet sonore. Il syllabe parfois cet air et y 
introduit quelques variantes : de temps à autre il alterne avec 
quelque chant populaire. D.. agit de môme ou à peu près dans 
la mesure de ses moyens ; il n y introduit pas de syllabes ni de 
mots, ses gestes concomitants sont plus pauvres et plus raines, il 
ne s'élève jamais à la hauteur de chants populaii*es. Il est évi- 
dent que D. a pris à F. cette mélodie, car F. a habité très 
longtemps une chambre voisine et D. la souvent entendu dans 
le couloir commun : cVst la même suite d'accords, le même ton, 
le môme rythme. Il est probable que F. a inventé ce motif : il 
est certain que D. est incapable d'en inventer autant. C'est un 
cas à placer à côté de la folie imposée. P. Keraval. 

y. — Sur le dia^rnostic différentiel de la maladie de Kor- 
sakoff ; par les D" S. Soukhanoff et Bontenko. (Joum. de 
Neurologie, l<)03, n*»» 22 et 23.) 

Les auleui-s passent en revue dans ce travail les différents 
romplexus symptomatiques appartenant à l'alcoolisme chronique, 
h la confusion mentale, à la démence sénile, à l'artério-sclérose 
rérébrale,aux tumeure cérébrales,à la syphilis cérébrale,tt la pa- 
ralysie générale, à la polioencéphalite hémorrhagiciue supérieure 
rtc, qui de près ou de loin peuvent simuler le syndrome de 
Koi*sakoff: celui-ci est considéré par M M. Soukhanoff et Bontenko 
comme une forme morbide autonome, caractérisée à la fois par 
des troubles psychiques (amnésie des faits récents et de la^ie 
courante, fausses réminiscences, confabulations, etc.), et des 
phénomènes poly né vri tiques, ces derniers n'étant toutefois pas 
indispensables. G. D. 

VI.— Un moyen épilepto-ft*énatear héroïque : le de cubitus 
latéral gauche ; par J. Crocq. (Bull, de la Soc. de méd.ment, 
de Belgique. 1904, n» 117.) 

Le moyen recommandé par le D' Crocq,d*après le I)«" Mac (lo- 
naghen fl'Edimbourjî), consiste à placer répileptique,au début de 
son accès, sur le côté gauche : les cou\ulsions cessent immédia- 
tement. « Jusqu'à présent, aflirmc le D*" Crocq, je n'ai vu aucun 
accès résister à cette pratique pourvu qu'on l'applique au début 
de la période tonique. Je ne doute pasque des exceptions puissent 
contredire cette règle, mais je n'en suis pas moins persuadé que 
nous possédons dans le décubitus latéral gauche un moyen héroïque 



Digitized by 



Google 



64 U:Vl~E DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 

danvlor !#»> acr»*> dV|»iIi»p>ie ei pt»ul-t*lro aussi un procédé de na- 
ture à diminuer leur fmjuenre et leur intensité. » 1 1). G. D. 

VU. — Action toxique des troubles viscéraux dsAS la ge< 
aèse des psychoses : par le D'' Deroibaix. Bu//, fie la Soc. 
tic nw'f, fiie'H*. de Belgique A*M)\. n« 116. 

Ce tra\ail est d»^tinéà inonlivr<|ue les maladies du cœur,rhez 
les sujets pré«Ii^|M>sé^ sont susceptibles de provoquer l'apparition 
de troubk»s mentaux par insuflisance fonctionnelle du foie. Li»s 
troubles psycliiques oITeiis par le malade correspondaient au ta- 
bleau clinique que certains auteui's décrivent encore sous le nom 
de manie clironique.que d'autres.plus nombivux, tendent à rat lâ- 
cher à la démence prtVoce. Sans se prononcer sur ce point do 
nosoloîrie. l'auteur estime que le mieux est encore de considérer 
la psychopathii» de son malatle comme une psychose dégénéralive 
mise en activité parun facteur étiolo^ique de nature toxiqucque, 
dans l'espèce, il con\ient de rattacher à un tn)uble fjrave de la 
^dande hépatique. A noter que les lésions histolo<riques constatées 
au niveau des lobes frontaux intéressaient à la lois les cellules, 
les vaiss4»aux et la névojrlie. G. 1). 

VIII. — Des limites de la co^nitioii en psychiatrie : {lar li. 
Gaupp. Ceniralbhm f. Xervciheilk. XXVI, N. F. XIV, 1903. 

La psychiatrie a jh^u bénélicié des ivcheivhes anatomiques. L^s 
élucubra lions inventét»s par la thtM>rie des localisations, les théo- 
ries édifiées par l'anatomie etjla ph)siolo«rie constituent des asser- 
tions sans pi'euves, toutes arbitraires. La chimie physiologique 
n'a point encore pi'oduit de travaux capables de servir de ca- 
ne\as aux problèmes de la psychiatrie. Rien de plus juste quo 
de collaboivr aux i-echerches de psychologie expérimentale, mais 
quant à voir en elle la seule voie du progrès jwssible, c'est une 
auti*e alTaire. O sont en idéalité l'introspection dii'ccle, l'aulo- 
observation et l'observation d'autrui, dont nous nous ser\onset 
devons continuel h ment nous servir dès que nous voulons coni- 
prendi-e les relations des phénomènes psychiques. Nous en 
.sommes encore presque absolument à collecter et à décrire de 
faits. P. Keraval. 

IX. — Contribution à Tétnde des obsessions syndromi- 
qnes de la névrose de défense ; par \N\ Strohmayer. [Cen- 
tralbl. f. Xei-renheilk, XXVI, N F, XIV, 1903. 

Il s'agit d'un homme de 45 ans; il s'est masturbé étant jeune jus- 
qu'à la classe de philosophie ; à celte époque, un de ses camara- 

(l) Dans la plupart des c«is où ce procédé a été appliqué dans 
notre ser^'ice de Bioétpc et à l'Institut médico-pédagogique, il n'y 
a eu aucun résultat. (Bourneville.) 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGliE MENTALE. 65 

des lui fait remai^quer les fâcheuses conséquences de son vice. 
Dès lors apparaît une période de défense. Il tâche de chasser de 
son esprit toute ima^e de blâme lui rappelant le souvenir de 
ses pratiques génitales : il est assailli de scrupules, de senti- 
ments de honte, de craintes de ne pas réussir. Ses efforts sont 
coui'onnés de succès. Puis les souvenirs s'implantent dans la 
conscience avec Tidée de culpabilité qui s'y attache, cette fois 
sous la forme obsédante. Toute action normale devient pour ce 
malheureux le symbole d'une masturbation désirée ou effectuée, 
le souvenir de l'action blâmable for<;ant, avec le sentiment con- 
nexe, la volonté contraire du sujet. A cela se substitue enfin la 
tentation anxieuse de saisir les organes génitaux d'autrui et l'i- 
mage de la criminalité de l'acte. Dans sa lutte contre se»s idées 
obsédantes en faisant appel à ses souvenii-s conscients le malade 
pi*ésente les symptômes de la folie du doute, du délire du tou- 
cher, de la misophobie, des scrupules morbides, des obsessions 
sexuelles. Quelques années plus tard une récidi>e a lieu plus 
i*apide et plus vexatoire. Tout plaisir sexuel excite l'émotion d'un 
acte blâmable et par suite, les mômes efforts de rejet que jadis. 

P. Keraval. 



X. — Nouvelle contribution à Tétude clinique de Tidio- 
tie amaurotico-paraly tique familiale de Tay-Sachs , par 

H. HiGiER. (Neurolog.Centralbl. XX, 1901.) 

Caractérisée par l'atrophie des nerfs optiques, et surtout de la 
macula lutea des deux yeux, celle-ci suivant exceptionnellement 
la première, et constituant dans l'immense majorité des cas la 
note dominante du tableau morbide, la maladie débute graduel- 
lement, chez un enfant qui s'est normalement développé pendant 
plusieurs mois, par de l'apathie, la cessation progressive des mou- 
vements spontanés, Timpossibilité de tenir le dos et la tôle droits, 
de l'hyperacousie. Elle sévit sur plusieurs enfants nés bien por- 
tants sans règle, sans ordre. Finalement arrivent l'idiotie, le ma- 
rasme, à la fin de la 2^ ou dans le cours de la 3« année de la vie. 
Outre l'atrophie pure du nerf optique, la tache jaune est trans- 
formée en une grande tache blanche assez limitée, plus ou moins 
n>nde, ayant au centre un point assez rond, rouge-brun : ce point 
semble être une lacune à travers laquelle on aperçoit le tissu 
sain, mais l'image est celle de l'embolie de l'artère centrale de la 
rétine. Il en existe 24 cas, chez des juifs, de Pologne, de Lithuanie, 
de la Russie du Sud. L'auteur donne l'observation de deux nou- 
velles familles : 3 types. 

On ne pourrait la confondre qu'avec de la diplégie cérébrale, 
assez rare, affection familiale qui s'accompagne d'atrophie des 
nerfs optiques. Seulement ici la période latente est de 7-12 ans. 
Archives, 2« série, 190.5, l. XIX. 5 



Digitized by 



Google 



66 REVUE U£ PATHOLOGIE MENTALE. 

les malades atteignent Tàge de 17 et 24 ans, l'atrophie des nerfs 
optiques ne s'accompagne pas de dégénérescence symétrique de la 
macula. 

Les 8 autopsies avec 4 examens oculaires que l'on possède té- 
moignent d'un processus dégénératif, non inflammatoire, du sys- 
tème nerveux central normalement organisé ou défecfueuîjement 
construit, survenant <lans la l'« année de la \ie. Déchéance pnv 
gressi\e des grandes cellules pYramidales,des fibres tangentieÛes, 
des libres l'adiaii'es, de i'écorce. Dégénéivscence descendante d4*s 
faisceaux pyramidaux dans la capsule interne, le pédoncule cén'*- 
bral,laprotubéi'ance,le bulbe, la moelle. Plus rarement lésion de 
la racine descendante du trijumeau, du ruban de Reil,du segment 
le plus élevé des cordons de Golletdes cornes antérieures motrices. 
La rétine ré\èle : l'atrophie des fibres des nerfs optiques, un lé- 
ger a.'dème de la couche des cellules nerveuses, un épaississii*- 
ment de la couche moléculaire externe et des fibres de Henle 
dans la tache jaune. La fovea ccntralis contient une substance 
gr(»nue accolée à la couche granuleuse externe ; c'est, pour Mohr. 
un débris de l'épithélium pigmentaire ramolli et des filets exter- 
nes des cônes et bâtonnets. 

11 con\i('ndrait de bien saisii' l'ordi-e de succession des accidents 
du nerf optique et de la macula, alin de résoudi-e définiti\emenl 
la (pieslion <le la dégénéresc(»nce syméti'ique de la tache jaune. 
S'il était établi que cette alfeclion hérédo-familiale, probabh^ 
ment endogène, entranie la cécité a>ant (ju'on ait pu peirevoir 
aucune anomalie dans le nerf optique, on devrait considérer l'a- 
maurose, et peut-être, aussi Li dégénérescence de la macula 
comme les résultats du pi-ocessus dégénératif du cerveau. 

P. Keraval. 

XI. — Du ▼omi88«ment de matières fécales dans Tétat 
de mal épileptiqne ; par H. (yOfjtzr. 'Neurolog. Centralbl.. 
XXI, 1002.) 

Fenmie de 51 ans, épllepti<iue depuis la puberté, internes de- 
puis 19 ans. Le 21 avril 18^7, elle a l'après-midi plusieurs «Atta- 
ques dY'pilepsie violentes (jui se transforment ultéi'ieuœment en 
état de mal. C'est alors (ju'à ô heures du soir elle vomit à plu- 
sieui's reprises des substances (|ui exhahMit à plein nez l'odeur 
fécale, et qui sont mélangées de parc(?lles d'excrémenlii. A 10 
heures tout cesse. Le 8 s(q)tembre I8D7, de 6 à 9 heures du soir 
état de mal sui>i du même i)hénomène. Le 29 août 1899, de 4 à 
8 h(Hiresdu soir, retour des accidents. Les états de mal de courte 
durée, et de faible intensité, ne déterminent pas de ces vomisse- 
ments-là. En dehorsde ces incidents rien du coté du tube digestif. 
Jamais d<' coproplmgie. 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE MENTALE. 67 

Il est à ppns<*r que le système musnilalre de rinlestin ron- 
Irartiiiv par les spasmes convulsifs a produit une obstmelion 
passagère. (Voy. les i^echeir lies d'Ossipow. Dfutsrhâ Zeitsckr. f. 
Xervenfldlk. XV et Ohosrénw psichiatrti, IH, 1898. P. Keravai.. 



Xll. — La théorie des psychoses d'origine toxique : par 
P. Heiberg. 'Centralblat. f, Xcrvenheilk, XXV, N. F. XIll, 
190-2.; 

Groupons les arcidents par séries cliiuii(|ues : série grasse, sé- 
rie aromatique, alcaloïdes. 

I. — Les composés de la série grasse qui produisent le plus 
.souvent des troubles mentaux sont: le chloroforme, l'iotloforme, 
l'alcool, Téther, la paraldéhyde, le chloi-al, le sulfonal. 

!>• type des psychopathies de ce groupe, c'est la folie alcooli- 
que à laquelle ressemblent les autres. (Voy. Lewin Xebcnirirhun- 
gfn lier ArzneimiUel, 1809.) Toutes ce» psychoses pourraient bien 
^Ire fondues en un gioupe unique ilont le lypr^ mériterait d'être 
détaillé, c^r elles émanent de la résorption sans modification de 
composés agissant tels quels sur le système nerveux. D'ailleui-s 
lanareow» qu'ils pifMluîsent a.toujoui-s le même caractère et, par 
suite, sa théorie pourrait s'appliquer à celle de la genèse des dé- 
sordi'es mentaux de semblable origine. Le nombre des groupes 
étIiyKques 'C^ H^; renfermés dans la fornujle de chacun d'eux 
doit jouer son rôle pathogène, et les aptitudes délétères de ces 
composés chimiques tiennent peut-être à la propriété, qui leur 
est commune, de dissoudre les substances graisseuses. ( H. Meyer.) 

II. — Série aromatique. Un petit nombre de ces composés pro- 
voquent des troubles psychiques. L'acide salicylique détermine 
(lu délire avec ou sans dépi'ession préalable. Quelques autres, à 
Toccasion, engench'eni des désordres mentaux, mais ils sont si 
pas-sagere qu'il est difficile d'en ti*acer un tableau précis. Il se 
peut que les aUui*es de ces composés à l'égard des substances 
grasses jouent aussi un rôle psychopathogène. 

111.— Alcaloïdes. Les perturbations mentales qu'ils engendi*ent 
sont bien moins homogènes. Du reste ils sont chimiquement si 
différents et si peu étudiés qu'il est difficile de s'orienter. 

Une subdivision psychochimique paraît admissible pour l'atro- 
pine et la cocaïne ; une autre pour la morphine et ses dérivés : & 
Hîtle dernièi^ appartiennent: troubles psychicfues aigus et pas- 
r^m\ du malaile pour le poison. La nicotine, la (juinine, lasan- 
tonine, et peut-être aussi Fantipyrineont également leur intérêt. 
Sur le mode d'action des alcaloïdes on sait peu de choses. 

L'étude clinique parfaite des psychoses toxiques doit servir d'in- 



Digitized by 



Google 



68 REVUE DE THERAPEUTIQUE. 

troduction à la recherche des substances de l'économie qui don- 
nent naissance à bien des psychoses spontanées : ainsi il est des 
folies pubérales, qui, étant donné l'aspect des malades, indiquent 
Texistence d'une intoxication. P. Keraval. 



REVUE DE THERAPEUTIQUE 



I. — De Tac tien de Thédonal sur Torganisme animal ; 

par H. S. Lampsakow. {Xeurolog. Centralbl., XXII, 1903.) 

Hypnotique actif et inoffensif qui, agissant 4 fois plus que 
Turéthane, possède tous les bons effets de 1 ethylurélhane, sans 
troubler notablement le cœur et la respiration. On peut leni- 
])loyer à hautes doses comme narcotique pour les vi\isections, et 
à petites doses, comme préliminaire à la chloroformisation. Chez 
les pei'sonnes anémicjues et délicates, chez celles qui présentent 
certains troubles cardiaques, il est moins nuisible que l'hydrate 
de chloral. S'administre par Testomac ou en la\en)ents, non en 
injections hypodermiques. P. Keraval. 

II. — Essais de traitement des aliénés sans la cellule et 
an moyen de Thydrothérapie ; par \V. Alter. {CentralhUiti 
f, Xervenhcilk, XXV, N. F. Xlll, 190?.) — Contribution à 
l'hydrothérapie dans les psychoses ;par AV. Alter. 'Ibid., 
XXVI, N. F. XIV, 1903.) 

Le premier mémoire a été anahsé dans le Progrès médical 
(1902, no» du 3 mai et du 19 juillet.; Dans le second, Fauteur 
affirme que les bains prol()n«^n*s pendant 24 heures diminuent 
profçressivement l'excitabilité ^'énéi-ale et l'hyperactivité céré- 
brale. Peut-être, cet effet s'oblient-il par l'intervention du sys- 
tème \asculaire et simplement par la fatigue du cerveau. En 
tout cas, ce moyen a une valeur pratique et une importance cli- 
nique hoi's de doute. P. Keraval. 

III. — Des paralysies consécutives à l'usage du phos- 
phate de créosote ; par L. Lœwenfeld. (Centralblatt f, AVr- 
vcnheilkunde, XXVI, N. F. XIX, 1903.) 

Deux observations dont voici le résumé : 

Les nei'fs de la tête demeurèrent complètement et constamiuenl 



Digitized by 



Google 



REVUE DE THÉRAPEUTIQUE. 09 

éparjrru's. Les jainbos furent les premières atteintes ; la forme de 
la parah sie y fut infiniment plus f^rave et plus durable qu'aux bras. 
Les muscles de la jambe et du pied furent infiniment plus atteints 
que ceux des cuisses. Intéj^rité de la sensibilité cutanée. Douleurs 
et parestbésies passagères n'ayant pas joué de rôle considérable, 
(^conservation du phénomène du genou. Disparition de la sen- 
sibilité faradique dans le territoire du sciatique poplité externe ; 
elle était demeurée dans les muscles du mollet. L'une des 
observations (Obs. 1), trahit quelque atrophie des mains notamment 
de l'éminencc thénar. Dans l'obs. Il, on relève une atrophie nette 
des muscles des jambes et des cuisses rétrocédant après plusieurs 
mois. Il est à craindre qu'il ne se produise pas une parfaite gué- 
rison, qu'il subsiste des infirmités musculaires dans le domaine 
du sciatique poplité externe. 

M. Lowenleld croit aune lésion simultanée des cornes antérieu- 
res grises, des conducteui's moteurs périphériques, ainsi que dans 
les paralysies infectieuses et toxiques. 

Rien jusqu'ici n'a été relevé au point de vue de la toxicité de 
la créosote, ou de l'acide phosphorique séparément, quant au 
système nerveux. Et cependant les deux observations précéden- 
tes prouvent que le phosphate de créosote est dangereux au moins 
en injections sous-cutanées. P. Keraval. 

IV. — Do véronal comme hypnotique, par le P' Francotte. 
(Bull, de la Soc. de méd. ment, de Belgique, 1904, n« 115.) 

Le véronal a été administré par l'auteur dans des cas d'insom- 
nie dépendant de maladies nerveuses ou mentales très diverses : 
artério-sclérose cérébrale, mélancolie, neurasthénie, folie obsé- 
dante, hystérie,paralysie générale, etc. La dose a varié de25cen- 
tig^r. à I gr., prise le soir en se couchant dans une infusion d'eau 
chaude. D'une demi-heure à une heui*e après l'ingestion, il s<» 
pi'oduit, dans le plus grand nombre des cas, un sommeil calme 
suivi d'un réveil exempt de tout malaise. G. D. 

' V. — Principes [fondamentaux de l'électrothérapie des 
maladies nerveuses ; par M. Doumer. [Journ. de Neurologie, 
1904, no 19.) 

Après avoir démontré la réalité des propriétés curatives de l'é- 
lectricité, l'auteur s'élève contre l'idée encore assez généralement 
admise que cet agent n'est efficace que dans les affections ner- 
veuses ou musculaires et s'attache à démontrer, d'une part que, 
l'énergie électrique agit sur toutes les cellules de l'organisme en 
exagérant leur vitalité fonctionnelle, et d'autre part, que les ma- 
ladies qui s'accompagnent de phénomènes inflammatoires gué- 
rissent ou s'améliorent toujours plus rapidement que celles où 



Digitized by 



Google 



70 SOCIÉTÉS SAVANTES. 

ces signes font ilrfaut. En ce qui concerne les affections des cen- 
tres nerveux en particulier, ce n'est donc pas comme on l'admet 
communément, à une époque plus ou moins éioij^née permettant 
de supposer la disparition des phénomènes inflamniatoires qu'il 
faut avoir recoui*s à l'électricité, maisaussitôt que possible apivs 
le début des acci<ients. G. D. 

VI. — Ua syndrome catatoniqne supprimé par Tinter- 
vention chirurgicale ; par K. Bonhœffër. iCcntralb. f, Xer- 
venheilk, XXVI, N. F. XIV, 1903.; 

Iji homme de 57 ans, porteur d'une dépression de la paroi 
crânienne du cùté gauche, présente successivement des symptô- 
mes de parésie du coté droit, une modification de caractèn?, enfin 
une psychose ai^'uë avec phénomènes nombreux dans le domaine 
de la mutilité. Trois ans après le dél)ut des accidents mentaux, 
stéréotypie, grimaces, attitudes mécaniques, pseudo-flexibilitas 
cerea. On résèque une portion du crâne, on enlève une petite 
altération de la pie-mère, sans avoir trouvé de fover au niveau 
de la cicatrice crdnienne. Tous les troubles disparaissent soudain. 

P. KSRAVAL. 



SOCIETES S.WAXTES 



S( KUÉTÊ DE NEUROLOGIE 

Séance du [^f décembre 190i. — Présidence de M. Dt'JERiNE." 
Ecoulement continu de liquide cèjthalo-rachidien par le nez. 

M. ViGouRoux montre un malade âgé de 26 ans qui depuis neuf 
mois présente un écoulement de liquide céphalo-rachidien par le 
nez. La quantité de liquide émise en 24 heures est d'environ 800 
c. c. 

(le li(iuide analysé par M. Valeur a la composition du liquide 
céphalo-rachidien. La comparaison avec ce liquide obtenu par 
ponction lombaire est démonstrative. 11 contient du glucose à la 
dose de 0,20 centigrammes par litre, de l'urée à la dose de 0,28 
par litre. La substance réductrice signalée par M. Guerbet n'a pu 
être retrouvée. L'épreuve à liodure de potassium a été négative. 

Torticolis mental ou torticolis spasmodique. 
MM. DE Massarvet Tessier présentent une malade dont Tétai 



Digitized by 



Google 



SOCIÉTÉS SAVANTES. 71 

i-evèt la forme de torticolis mental avec ^este aiita^^(»nisle. Mais 
les réflexes sont exagérés des deux côtés. La ponction lombaire 
n*a niontiv aucune leucocytose, le diagnostic reste incertain. S'il 
y a tic mental, la méthode de Brissaud le guérira ; s'il y a spasme, 
une opération peut être discutée. 

Polynévrite Irpreuse nmlatcraJe gauche, 

MM. Brissaud et Rathkry. — Il s'agit d'un malade qui lit de 
nombreux séjoure au Tonkin, et fjui pi-ésente à la main gauche la 
«léformation en grilTe typi([ue avec atropliie musculaii'e notable ; 
il existe de la dissociation syringomyélîque de la sensibilité sur 
tout le bord cubital de la main et de l'avanl-bras. On note de 
phis des ci'ises extrêmement <bïuloui*euses à type névralgi([ue 
dans tout le bra^s et une nodosité du nerf cubital. 

Ostéopathie trophique de la hanche gauche, 

MM. Brissaud kt Uathkrv montrent un malade atteint d'une 
ostéopathie atropliique de la hanche d'origine tdbéti(iue. Le ta- 
bès est dans ce cas purement sensitif et trophique. H s'est greffé 
sur ces lésions de l'ostéopathie hypertrophique du grand tmchan- 
ter et de l'ischion pi^obableuïent d'origine tuberculeuse. 

Poliomyélite subaigué à type seapulo -humerai. 

MM. Gauckler kt Koussy. — Les auteurs insistent sur ce fait 
qu'ici la distribution de l'atrophie affecte une topographie radicu- 
laiiv, ce qui est la règle des amyolrophies myélopathiques ainsi 
cfue l'a montré M. le prof. Déjerine. C'est dans le domaine des5« 
et 6* paiivs cervicales que l'affection a commencé et où elle est 
le plus accusée, pour envahir ensuite la ?• paii*e cei'vicale. 

L'absence de douleurs, de troubles de la sensibilité, Texistence 
de contractions tibrillaires et de réaction de dégénérescence jus- 
tifient le diagnostic de poliomyélite à marche subaigué. 

Hé^niplègie spasmodique infantile. (Paralysie pofit-sj)asmodique .) ' 

M. J. Babinskv. — La jeune fille de vingt-six ans que je pré- 
sente est atteinte depuis l'âge d'un an d»» troubles de motilité du 
côté droit, fie qui frappe surtout, c'est, d'une part, une atmphie 
du iHembre inférieur avec pied en varus équin, d'autre part, des 
mouvements involontaires du membre supérieur, venant par 
accès d'une durée de cinq à dix secondes, et caractérisés par des 
spasmes donnant lieu tour à tour à de la rotation en dedans et en 
dehors, de l'abduction et de l'adduction du bras, de la flexion et 
de l'extension de l'avant-bras, du poignet, des doigts, qui s'écar- 
tent quelquefois, prenant une attitude qui rappelle celle de l'a- 
Ihétose. Ils sont rapides et violents ; quelques-uns durent plu- 
sieurs secondes ; on a de la peine à s'y opposer. Ces «ccès de 



Digitized by 



Google 



72 SOCI^.TÉS SAVANTES. 

spasme sont rares au repos, nuls pendant le sommeil, repai'ais- 
sent à tout instant lors d'un eiïort intellectuel ou physique. Les 
muscles de la face sont aussi agités par des mouvements spasmo- 
diques. Les mouvements volontaires, nuls pendant les spasmes, 
sont constamment troublés par une paralysie variable, surtout 
prononcée à la suite d'un accès do spasme, très légère au réveil: 
il y a retard ordinairement lonjj entre l'incitation volontaire el 
le début du mouvement. Les réflexes tendineu.x, peu exagéi-ésau 
membre inférieur, sont normaux au membre supérieur. On noie 
enfin le mouvement de flexion combinée de la cuisse et du tronc 
à droite, et le signe du peaucier à gauche. C'est une hémiplégie 
spasmodi([ue infantile, le système pyramydal est atteint. Mais la 
paralysie a des caractères bien spéciaux intéressants, fluctua- 
tions dans son intensité, prolongation du temps de réaction vo- 
lontaire, état des réflexes tendineux très peu exagérés. Comme 
on l'a vu, elle semble subordonnée aux spasmes et on peut pour 
ce motif lui donner la dénomination de paralysie post-spasmodi- 
que. 

Myopathie hypertrophique consécutif* à 1<i fièvre typhoïde 
(Dissociation des diverses propriétés des muscles.) 

M. Dabinski. — Je présente une jeune fille qui, dans le coui-s 
d'une fièvre typhoïde, il y a cinq ans, a été atteinte d'une afTec- 
tion du membre supérieur droit, qui se serait atténuée depuis le 
début, mais est encore fort gênante et se manifeste ainsi : une 
hypertrophie musculaiiT vraie de tout le membre, sauf la main, 
prédominant à la racine, et asscjciée à lavant-bras, à une atro- 
phie de quelques muscles postérieurs ; une augmentation de la 
consistance des muscles, qui sont plus durs que du côté sain ; 
une déformation du membre qui paraît liée à l'atrophie des mus- 
cles qui étendent la main sur l'avant-bras, à la raideur et à l'hy- 
pertrophie des autres ; une diminution delà contractilité électri- 
que des muscles sans D. R. une hyperexcitabilité musculaire vis- 
à-vis des 'incitations volontaires, d'où dérive une exagération 
de la synergie physiologique : une augmentation de la puissance 
des muscles hypertrophiés ; une gène dans l'accomplissement de 
la plupart des mouvements (de l'extension de la main par atro- 
phie des muscles correspondants, des autres mouvements par 
exagération de la synergie physiologique, d'où contracture des 
muscles antagonistes). 

Je ne trouve chez cette malade aucun des signes objectifs qu'on 
trouve dans l'hémiplégie ou dans la monoplégie brachiale par 
lésion centrale, et j'estime que l'affection doit dépendre d'un trou- 
ble périphérique. Il s'agit d'un cas de myopathie primitive ou 
consécutive à une altération musculair^e typhique qu'il convient 



Digitized by 



Google 



SOCIÉTÉS SAVANTES. 73 

de nommer hypertrophîque. Un cas analogue a été publié par 
M. Lesage. 

Celui que je présente a ceci de remarquable, qu'il montre 
qu'une myopathie est capable de dissocier les diverses proprié- 
lés des muscles, d'afTaiblir les unes, de suractiver quelques au- 
li'es, rompant ainsi Tharmonie des fonctions élémentaîœs, et 
amenant une perturbation dans le fonctionnement général des 
nuiscles atteints. Je rappellerai à ce sujet un phénomène para- 
doxal analogue que j'ai fait connaître, l'exagération de 1 équili- 
bre statique et coïncidant avec l'affaiblissement de l'équilibre ciné- 
tique dans certains cas de lésion de l'appareil cérébelleux. 

Xèvritt' sensitivo-môtrice (les extrémités par abus lU bicyclette. 

MM. Léopold Lévi etWoRMSER présentent un jeune homme de 
?2 ans atteint de sensations paresthésiques des extrémités, d'abo- 
lition des réflexes achilléens,de diminution des i^éflexes rotuliens, 
d'impotence fonctionnelle avec atrophie des divere muscles de la 
main et du pied et avec traces de réaction de dégénérescence, ou 
li^oubles objectifs de la sensibilité. 

Il s'agit d'une névrite sensitivomotrice dont la cause est profes- 
sionnelle. Pendant les manœuvres, le malade a fait un abus 
forcé de la bicyclette et le surmenage des muscles des extrémités 
joint au surmenage général et au refroidissement, a déterminé 
cette névrite. La notion éliologique est confirmée par Tapparilion 
de fourmillements sous la plante du pied dès le 3' jour de l'exer- 
cice et par la prédominance des lésions au pied droit due à une 
longue course sur la seule pédale droite. 

Contribution à la pathologie bulbo-cérébelleuse. 

MM- Léopold Lévy, Bonniat et T.\guet présentent un ma- 
lade atteint de troubles de l'appareil cérébelleux et dont les symp- 
tômes permettent de localiser les lésions au niveau du bulbe 
foyei-s de ramollissement multiples;. 

Un autre malade, également artérioscléreux, est porteur d'une 
hémiplégie organique avec troubles hystériques surajoutés et 
syndrome cérébelleux, la localisation paraît la même que pour 
le premier malade. Les auteurs tirent des conclusions au point 
de \ue de l'importance des signes objectifs et de l'histoire géné- 
rale de l'hystérie. 

Sur le phénomène de « déjà vu » ou fausse reconnaissance. 

M. Balle r présente une femme qui, à la suite de crises épilep- 
tiformes peut-être comitiales, peut-être d'origine urémique, croit 
reconnaître formellement des personnes, des locaux, des objets, 
qu'elle n'a certainement jamais vus antérieurement. Ce trouble 



Digitized by 



Google 



74 SOCIKTRS SAVANTES. 

. s« prési^iUi* chez des individus en état de fatigue céivbrole et ditil 
s'expliquer par une altération de la perception. 

Sclérose en plaques juvénile, 

MM. DupRé ET P. Garni ER rapportent un cas typique de sclé- 
l'ose en plaques, à niairhe subai^iië, ayant débutt» il y a fi mois, 
sans aucun antécédent familial ou pei*sonnel saisissable, chez un 
jeune ^'an;on de 19 ans. Début pai* crampe dans Tavant-bitisdroiL 
et apparition successive du tremblement intentionnel, de la pa- 
résie spasmodique des membres inférieui*s, des vertijrés, de la dy- 
sarthrie, etc. Actuellement, accentuation de ces troubles, avec 
nysta^mus, amblyopie, asynerj^ie cérébelleuse, diadokokinésie. 
démarche cérébello-spasmodique. Pas de troubles de 1 equilibr»» 
volitionnel statique. Au syndmme de la sclérose en plaques, s'a- 
joutent des troubles hystéit)-neurasthéniques et phobiques qui 
compliquent le tableau morbide fexasfération de Témotivilé, sla- 
so-basophobie, etc.) et rendent diflicile, dans l'analyse de l'état 
mental, l évaluation exacte d'un déficit démentiel qui semble 
manifeste : étiologie muette : é\olution rapide : terrain juvi'»- 
nile : associations psychopathiques multiples: telles sont les par- 
ticularités in té tressantes de ce cas de sclérose en plaques. 

Poliomyélite curable chez un gymnasiarquc consécutive à des 
excès de faliyue. 

MM. Raymond et G. Guu.i.ain présentent un malade qui tut pris 
en janviei' 1904, en quelques joui-s et sans infection, d'une para- 
lysie des membres suj)érieui's et surtout de la racine desmembrt»s. 
QueUjues semaines plus tard : paralysie absolue des muscles de 
Tavant-bras, des deltoïdes, de la ceinture scapulaire, des pecto- 
raux, avec atrophie rapide, amaigrissement des quadriceps et 
marche diflicile. Réflexes tendineux abolis, contractions fibrillai- 
res. Pas île troubles de la sensibilité, pas de signes de paralysie 
bulbaire. Réactions électriques simplement diminuées sansR. D. 
Amélioration puis guéi-ison. 

Voici donc un cas où, sans doute les produits toxiques, créés 
par la fatij^ue, ont amené une intoxication soit des cellules <le la 
corne antérieui'e de la moelle, soit des nerfs périphériques, soit 
des muscles et ont créé le syndmme que nous avons constaté chez 
le malade, il y a lieu d'insister sur les foi'ines curables des polio- 
myélo-névi'ifcês chez certains malades qui présentent en apparence 
une symptomatologie gra^e. 

Stasobosoj)hoh\e chez un psychasthènique A Vocca^ion d'une 
ncuromyosite. 

MM. Raymond et Guii.lain présentent un malade incapable de 



Digitized by 



Google 



SOCIÉTÉS SAVANTES. "fé 

ivster (leb*>ut iininobile, avec rétropulsion lelle qu'il tombe si on 
ne le retient pas. On rel«ve de l'amyotrophie de la région antéro- 
externe de la jambe, de l'hypertrophie dans la région postérieure 
avec conti^acture, douleur sciatique. Le malade ne peut conïplète- 
inent fermer les paupières, ce signe remontant à l'extrême jeu- 
nesse. 

Maladie de Bftsedow avec paralysie hulbo-spinalc asifiénique. 

MM. Brissaud et Bauer présentent une femme de quarnnle- 
six ans atteinte de maladie de Basedow typique et ayant eu, à la 
suite de vomissements incoercibles, une asthénie très profonde 
avec amaigrissement général et atrophie musculaii'e ditïuse. 
(iOmme cette femme a présenté de légei's troubles proprement 
bulbaires et médullaires, les auteuî*s rapprochent ce cas des faits 
de syndrome de Basedow compliqué du syndrome de Erb ou in- 
vei*sement. La malade semble donc atteinte d'un goitre exoph- 
talmique compliqué d une paralysie bulbo-spinale asthénique en 
voie de régression. 

Polytiècrite motrice ou poliomyélite antérieure subaigue, 

MM. Brissaud et Bauer présentent un enfant atteint de para- 
lysie des extenseur des pieds, reliquat d'une quadriplégie consé- 
cutive à une courte maladie et hésitent entre la polynévrite mo- 
trice et la poliomyélite antérieure aiguë. Les auteurs admettent 
tlans ce cas une altération de j'ensemble des protoneurones mo- 
teurs con-espoiulant aux muscles paralysés. 

MM. Dkje»'Ine et Thomas discutent sur le diagnostic de la po- 
liomyélite antérieure^ sui'la nature de la main succulente, sur Tt- 
tiologie de la scléros.* en plaques à propos d'un malade syphili- 
tique atteint de troubles bulbo-cérébelleux. 

llèmorrhagie nièn ingée, 

M. Faurk-Beaulieu présente les pièces d'un cas d'hémorrlia- 
gie méningée avec iclus, hémiplégie gauche fruste, coma progres- 
sif et chez lequel la ponction lombaire ne montra pas d'héma- 
ties. F. BOISSIER, 



SOCIÉTÉ D'HYPNOLOGIE ET DE PSYCHOLOGIE. 

Séance du mardi 29 novembre 1904. — Présidence de M. Voisin. 

IjC traitement du mal de mer par la suggestion hypnotique. 

M.Hamilton Osgooi) f de Boston). — De nombreux auteurs ont pu 
par des suggestions faites avant rembar<[uement, immuniser con- 
tre le mal de mer. Quati-e fois pendant un voyage d'Angleterre 



Digitized by 



Google 



76 SOCléTfiS SAVANTES. 

en Amérique, j'ai, par su^pestion, arrêté le mal de mer netlemenl 
déclaré. Non seulement les vomissements ont été immédiatement 
supprimés, mais encore l'appétit est revenu ; et les personnesque 
j'avais hypnotisées sont restées indemnes de toute nausée pen- 
dant le reste du voyage. 

M. Berillon. — C'est évidemment pour les passagers une 
bonne fortune d'avoir à bord un médecin qui sache par l'hypno- 
notisme inhiber le mal de mer; cela se rencontre tivs rarement ; 
aussi les passagei^s qui sont sujets au vertige naupathique de- 
vraient-ils se faire suggestionner avant l'embarquement. Pour 
ma part, je suis souvent intervenu fort efficacement ; pendant le 
sommeil hypnotique je suscite chez le dormeur la représentation 
mentale de la travei'sée avec tous ses ennuis et je l'entraîne à 
n'en point souflrir. 

M. Paul Farez. — J'ai décrit, sous le nom de vertige de la lo- 
comotion, l'ensemble des malaises identiques au mal de mer, à 
l'intensité près, et dont souffrent certaines personnes en chemin 
tle fer, en omnibus, en tramway, en voiture, etc. De nombreuses 
fois, par suggestion hypnotique, j'ai immunisé des pei-sonnes qui 
y étaient sujettes. Une fois en chemin de fer, j'ai pu le juguler, 
séance tenante, chez un voyageur qui commençait à vomir. 

M. Le Menant des Chenais. — J'avais hypnotisé une de mes 
malades, afin de l'immuniser contre son vertige de la locomotion 
et j'y étais parvenu. Aux \acances dernières, me tmuvant avec 
elle sur un petit bateau, j'ai pu, par simple affirmation, arrêter 
chez elle le mal de mer dès le début des nausées. 

Vomissements incoercibles de to grossesse gu-éris par la suggestion 
éthyl-méthylique, 

M. Wiazemsky (de Saratow). — Une femme de 28 ans, secun- 
dipare, est enceinte de deux mois. Depuis près d'un mois, les vo- 
missements se sont installés d'une manière incoercible ; aucune 
nourriture n'est gardée, les forces diminuent et l'état devient in- 
quiétant. Toutes les médications ont échoué ; pour sauver la vie 
de cette malade, on propose l'avortement. Consulté à ce sujet, je 
tente la suggestion hypnotique ; celle-ci suspend les vomisse- 
ments, mais pour quelques heures seulement. Grâce à la sugges- 
tion éthyl-méthylique, faite pendant l'hypocarnose, les «vomisse- 
ments sont radicalement supprimés, les aliments sont bien tolé- 
rés et la malade revient à la santé. 

Action hypnogènique de la main, 

M. Dkmonchv. — Pour favoriser la production du sommeil 
hypnolicjue, je présente la paume de la main légèrement fermée 
devant la région oculo-frontale aussi près quepossible, sans qu'il y 



Digitized by 



Google 



SOCIÉTÉS SAVANTES. 77 

ait loutefois contact. La chaleur propre de la main, jointe à la 
chaleur de la vapeur d'eau déofajjée par la respiration du malade 
pi"ovoqueune vaso-dilatation de laquelle résultent : l'appesantis- 
se ment, la torpeur, puis la somnolence. J'ai recoui'S à ce procédé 
pour combattre peisonnellement l'insomnie. 

M. Berillon. — M. Bianchi et moi avons étudié, à l'aide de la 
phonendoscopie, les modifications de l'espace interhémisphérique 
sous l'influence du fi-oid et du chaud. Les lobes frontaux s'éloi- 
jrnent sous l'influence du froid ; ils se rapprochent sous l'in- 
lluence du chaud. Or, précisément pendant le sommeil, les lobes 
frontaux sont rapprochés au maximum, on compit^nd dès loi*s 
que la chaleur soit hypnogénique. 

M. Raffegeau. —J'utilise, à mon établissement hydre thérapi- 
(|ue du Vésinet, un appareil spécial qui me permet d'obtenir à 
volonté, immédiatement et pour une durée illimitée une chaleur 
quelconque, de jusqu'à 100 degrés. Les applications chaudes 
maident puissamment à calmer nos malades et à leur pn)curer 
un bon sommeil. 

M. Paul Farez. — Bien des gens se plaignent d'insomnie per- 
sistante due uniquement à ce fait qu'ils ont froid aux pieds en se 
couchant ; qu'on leur prescrive une boule chaude et l'insomnie 
disparait. Même les insomnies qui ne reconnaissent point pour 
cause le froid sont heui'eusement combattues, soit par la chaleur 
directe, soit par l'hydrothérapie froide qui provoque consécutive- 
ment de la vaso-dilatation périphérique. 

Invei-sement, on n'hypnotise pas un malade au moment où il a 
froid aux pieds ; c'est même en hiver, une précaution élémentaire 
de faire mettre une boule chaude sous les pieds du malade que 
Ton veut hypnotiser et de la lui laisser pendant toute la durée de 
son sommeil. (A suivre). 



VARIA 



Quinzième congrès des médecins aliknistes et neurologistes 

DE France et des pays de i.vngue française. 

> 

Le XV* Congrès des médecins aliénistes et neurologistes thi 
France et des pays de langue Irançaise se tiendra cette année à 
Rennes, du l»' au 7 août, sous la présidence de M. le Docteur A. 
Oiraud, directeur médecin de l'asile d'aliénés de Saint- Yon (Seine 
Inférieure). 

Les questions suivantes ont été choisies parle congi-ès de Pau 
pour faire l'objet de rapports et de discussions, i® Psychiatrie. 



Digitized by 



Google 



78 VARIA. 

Dcî rhypochandri(\ Rapporteur : M. le D' Roy, de Paris. — ^^ 
Neurologie : Des niWrites ascendantes. Rapporteur : M. le D' Sî- 
card, de Paris. — 3* Assistance : Balnéation et hydrothérapie 
dans le traitement des maladies mentales. Rapporteur : M. le D- 
Pailhas, d'Alhi. 

Une place importante est réservée aux Communications origi- 
nales sur des sujets de Psychiatrie et de Neumlogie, et aux pré- 
sentations de malades, de pièces anatomiques et microscopiques. 

L'Ecole de médecine et la Faculté des sciences de Rennes met- 
tront à la disposition du Congrès un matériel et des locaux neuf:; 
et aménagés suivant les progrès les plus récents, et il sei-a des 
plus facile de donner des projections lumineuses. Les adhérenLs 
q'ii auront des communications i faire sont instamment priés 
lien faire parvenir les titres et les résumés au secrétaire général 
avant le 1"'' juillet. 

Excursions. — Rennes, par sa situation à l'entrée de la &i*eta- 
^ne, à proximité des côtes de la Manche si animées et si recherchées 
pour les villégiatures et les séjours au bord de la mer,eBt un centre 
d'excui-sions fort pittoresques. Les or^ranisateurs du Conjrrès pi-é- 
parent des excusions à travei-s la foret de Paimpont (l'antique 
Brocéliande, séjour de l'enchanteur Merlin), à travers la foivt 
de Foujfères, jusqu'au Mont-Saint-Michel, a>ec la visite de l'asile 
d'aliénés de Pontoi-son. Enfin une excursion sera dirigée sur Di- 
nan, avec la >isile de l'asile deLehon. De là, les f'ongressistes sui- 
vi'ont les rives de la Rance en bateau à vapeur et gagneront 
Saint-Malo. Il sera possible de visiter les environs de cette cité 
(Paramé, Rolhéneuf, Cancale, Dinard, Saint-Lunaire, etc.) Enfin. 
apiYS le Congrès, uneexcui-sion pourra être organisée pour ga- 
gner en bateau à vapeur et visiter les îles anglo-normandes (Jer- 
sey, Guerneseyi. 

Les chemins de fer <les grandes compagnies ou du départe- 
ment mettront, comme de coutume, probablement, des tarifs iv- 
duits à la disposition des Congressistes. Des démarches seront 
aussi faites auprès de MM. les hôteliei's et restaurateui's pour ob- 
tenir des réductions de tarifs. Les adhérenLs aux Congrès seront 
avisés ultérieurement des avantages obtenus. Dans le but de fa- 
ciliter aux oi-ganisateurs leur tàclie auprès des Compagnies de 
chemins de fer, MM. les membres adhérents seront invités à faille 
connaître à l'avance l'itinéraire qu'ils comptent suivre pour se 
rendre à Rennes. 

Un programme détaillé des travaux et des excui^sions sera pu- 
blié dès qu'il sera possible et adressé & tous les membres du Con- 
grès. Le Congrès comprend: 1» des membres adhérents ; 2" des 
membres associés (dames, membres de la famille ou étudiants en 
médecine, présentés par un membre adhérent). Les asiles qui s'ins- 
criront pour le Congrès figureront parmi les membi'es adhérent!*. 



Digitized by 



Google 



VARIA. 70 

Les médecins de toutes nationalités pt»uvent assister & ce ('.on- 
^l'ès, mais il y a obligation à ne faii*e les communications ou dis- 
cussions quVn lan<,me française. Le prix de la cotisation est de 20 
francs pour les membres adhérents^ de 10 francs pour les jiiembres 
associés. Les membres adhérents ivcevront, avant l'ouverture du 
('*nngrès, les trois rapports. Ils l'eccvront après le Congrès le vohnne 
des comptes rendus. Adresser le plus tôt possible les adhésions, 
a\ec le montant des cotisations, à M. le ])•' J. Sizaret, sécré- 
tai iv général du Congrès, médecin en chef 4e Ttaile poMîc îles 
aliénés de Rennes. 

Les aliénés en liberté. 

Drame de la folie. — M"« Poiret, âgée de quarante-cin<i ans, 
cuisinière, dans un accès d aliénation mentale, a mis le feu dans 
sa chambre, rue Lafayette, en imbibant d alcool son mobilier. 
Elle est grièvement bnilée. (Journal du 3 déc.;. 

La folie d'un pire. — Le Progrès de Lyon raconte qu'un nom- 
mé Eynard a tué à coups de rasoir sa femme et son enfant, et 
qu'après avoir essayé en vain de se couper le cou, il s'est noyé 
dans son puits. Eynard, depuis quelque temps, donnait des signes 
d^ aliénation nien taie. 

Si, contrairement aux pi vjugés régnant encore, on considérait 
la folie comme une maladie ardinaire, devant être soignée dès h 
début comme les autres maladies, et Vasile comme un hôpital, on 
n'aurait pas à enregistrer des faits aussi épouvantables que celui 
qui précède. 

Le 11 janvier, à Liancourl, L. Marinier, 39 ans, s est suicidé en 
se tirant un coup de revolver à la tempe. La mort a été instan- 
lanée. « Il était en proie depuis quelque temps à des idées noi- 
res » (Setneur de VOise, 15 janvier.) 



FAITS DIVERS 



AsiLts d'aliénés. — Mouvement de décembre. — M. le I)*" Ma- 
uiE, médecin en chef de Villejuif, nommé à la classe exception- 
nelle du cadi*c ; M. le D' Guiard, 6" du Concours de .19C4, nom- 
mé médecin-adjoint à Chàlons-sur-Marne ; M. le D' Tissot,?» du 
Concours de 1904, nommé médecin-adjoint à Tasile de Baillcul 
Nord) ; M. le IV Malfilatrk, directeur médecin à Saint-Lizier 
Ariège;, promu à la clas.se exceptionnelle ; M. le D''Chevalier- 
LiVAURE, directeur médecin à l'asile d'Auch promu à la i" classe 
du cadre ; M. le D»" Nicoolau, niédecinen chef à (îadfllac, promu 



Digitized by 



Google 



80 FAITS DIVERS. 

à la classe exceptionnelle ; M. le D' Charon, directeur médecin à 
Bury (Somme), promu à la l'« classe. 

Distinctions honorifiques ; officiers de ^Instruction publique. 
— M. le D' BiAUTE, médecin en chef de l'asile d'aliénés de Nan- 
tes ; M. le D"" Dupain, médecin en chef de l'asile d'aliénés de 
Vaucluse ; M. le D"" Ramadier, directeur médecin de Tasile d'a- 
liénés de Rodez. 

Officiers d* Académie. — MM. les D" Boiteux et Thivet, méde- 
cins en chef de l'asile d'aliénés de Clermont ; M. le D»" Santb- 
NoisE, médecin-adjoint à l'asile d'aliénés de Dijon (Côte-d'Or^. 

Maison nationale de Charenton. — Par arrêté du Ministre 
de l'Intérieur, le docteur Antheaume, ancien chef de clinique de 
la Faculté, inspecteur adjoint des asiles d'aliénés, médecin sup- 
pléant de la maison nationale de Charenton est nommé médecin 
titulaire de cet établissement, à dater dul-'janvier 1905, en rem- 
placement du docteur Chnstian, admis sur sa demande à faire 
valoir ses droits à la retraite, et nommé médecin en chef hono- 
raire. 

Vacances médicales. — Ams, Place à'înterne en médecine va- 
cante à Y Asile public d'aliénés de La Charité -sur-Loire (Nièvre). 
— Traitement : 800 fr. par an. — Avantages en nature : Nourri- 
ture, logement, chauffage, éclairage et blanchissage. Salle d'au- 
topsie, bibliothèque dans l'asile. — Deux internes attachés au 
service médical. — Conditions : Etre Français et posséder au 
moins 12 inscriptions de doctorat. — Adresser les demandes au 
médecin en chef, directeur de l'asile. 

Hospice de la Salpêtriêre. — M. le D' Jules Voisin, com- 
mencé ses leçons cliniques sur les maladies mentales et ner- 
veuses le jeudi 12 janvier à 10 heures du matin, section Esqui- 
rol, et les continuera les jeudis suivants à la même heure. 



BULLETIN BIBLIOGHVPHIQUE 



Ciiocreaux [G.).— Rapport médical, compte rendu moral et adminis- 
tratif pour i()o3,sur V asile public d'aliénés de la Charité -sur^Loire. 
Imprimerie Mazcron, à Nevers. 

DuPOUY (Roger). — Les psychoses puerpérales et les processus d'au- 
to-intoxication. 1 vol. Iii-S* de 268 pages. Librairie Jules Roussel, 1, 
rue Casimir-Delavigne . 

Le rédacteur-gérant : Bouiineville. 

Clermont (Oi«e). — Imprimerie Daix frères. 



Digitized by 



Google 



Archives de neurologie, 19œs, T. XIX. 



Pl. I. 




Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



Archives de neurologie, 1905, T. XIX. 



Pl. II. 




Digitized by VjOOQIC 



Digitized by 



Google 



m ES DE NECROLOGIE, 1905, T. XIX. 



Pl. III. 




Digitized by VjOOQIC 



Digitized by 



Google 



Archives de neurologie, 1905, T. XIX. 



Pl. IV. 




Digitized by VjOOQIC 



Digitized by 



Google 



mm m mn m mm 

Ancienne Maison SjilNT'MARCEL, entièrement réédiflée 
8 et lO, RUE DE FI6PU8 (près la place de la Nation) 



:>' IP. F^OTrriiEFt, Médecîn-Directeut^O. I. u 

ANClfeH INTERNE DÏS ASIL&S DE LA SEINE 
LAURÉAT DE LA FACULTÉ DE MÉDECINE DE PARIS 



ÉTASUSSEMEHT SPECtAL AMENIGÉ POUR LES DEUX SEXES 

Ofn*ant les 'Prix les pins Modérés] 

TRAITEItËNt d6s MALADIES MENTALES et NERVEUSES 

Neurasthénie, Hypocondrie, Hystérie, Epiletïsie, etc. 
Paralysies et Délires toxiques, Dipsomanie, Morphinpmanie, etc. 

>ARC ET JARDINS AVEC PAVILLONS SÉPARÉS 

Chapelle, Salons de Jeux et de Réunion 

Les médecins sofà reçus tous les jours et d toute heure à l'Etablissement 

ËTABLISSEUlElT «MKEXE D'HYDROTHÉRAPIE IHÉOICALE 

pPeneionnaires et [E^xtemee) 

Aif€ lûlrée spéciale : PATILIQN CflARCOT, iU, Bouletard DIDKROT 

Station du BËétropolitain en face de VEtablissement 



ÂBUSSEMEHT tfg SAINT-6ALMIER (Loire) 



OURCE BADOIT 



L'Eau de Table sans Rivale 

la plus I^égère à rSstoixiao 



DEBITdelaSODRCE: 

PAR AN . 

|30 MILLIONS 

de Bouteilles 



fièolarèe dlntèrèt Fublio 

Décret du 12 Août 1897 



VALS 



Kaux âAin"* Nat'"* atiœlses dans les Bôpitaai 
SQlftt'Jeûfi» Biaux d'estomac, appétit, digestions. 
PtéCiSUSB, Foie, calculs. Mie. diabèle, goutte. 
OOnffiRtitUâ. Asthme, chlorofle* débilités 
DUlrée, Calculs.coliques. fllBqMBtnel Rcins^ravelli 
Bitiolette. Anémie. Impératrice. Maux d'estomac. 

Trét afrèable» a bolr©. Un* BouteiUt pftrjoor. 
«QdÉTÉ WHÉRALE dM BAUX. VALS {AtàécbéK 



Digitized by 



Google 



ProdDits 



Obésité. 

Ôo/tne.myxœdème 
Infantilisme. 
Crétin isme. 

^THYROIDiNE^ 

^PifUlJ«sdoséesà20ceût^ 

PILULES 

doséesàBceiiL 



A. FLOURENS 

PHARMACIEN 
62, Rui Notrt-OajBt, BORDEAUX 



LABORATOIRE AUTORISÉ par Décret Ministériel 

après avis fa\forab/o tte t' Académie de 

Médecine (Kapiiori de M, Nocaru). 



Aménorrhée. 
Ménopause. j 

^ Cfiiorose.— Troubles ^ 
Post- Ovariotom/çeet. | 

^ovairine;! 

^ PILULES 

dosées à 10 emL 




Ânémfe. 
Ataxie Locomotrice 
^ faiblesse générale 
" Neurasthénie. 
Impuissance. 

^orî^itine: 

PILULES 

dosées à. 30 cent 



..k^JL. 




SONT ÉG ALEMENT PRÉPARÉES DANS LE MÊME LABORATOIRE 

LES PILULES DE : 

PROSTATINE - SEMfNÂLlNE 

CAPSULARINE - HÉPA TIHE 

NÉPHROSIHE - SPLÉHifiE 

MÉDULLOSSINE - TUMÙStHE 

ENCÉPHAUNE - MYOCARDINE 

Se troave&t dans toates les Pbarmacies. 



Vknte en Gros 



Asthme. 

Emphysème. 

^ Bronchite et ^, 

Pneumonie Chroniqa9. ^ 

"PREUIORIRE^ 




Sté Fse de PRODUITS PHAEMACEUTiaUES, 9, Sae de la Perle, Paris. 



TRAIÏEMEiNT 

DES 

MUEi nmmi et mmm m mi m 

MAISON DE SANTÉ DE PIGPU8 (Anciennement Marcel s"«nllGolombes"^ 
Rue de PICPUS, 8 et 10, près de la Place de la Nation. 

AiÉDECiN-DiRECTEun : D' p. POTTIER O.I. Q. ancien interne des asiles de la Seine, 
Etablissement ANNEXE D'HYDROTHERAPIE MÉDICALE (Pen^^ionnaires et Extern. 
PAVILLON GIIARCOT, 138, boulevard DIDEROT 
D-^ E,. SIGNEZ, médecin-résidant, O. I. ^1^. 



IJSrSTITXJTIOiq- 



DES 



ENFANTS ARRIÉRÉE 

MAISON SPÉCIALE D'ÉDUCATION ET DE TRAITEMENT 
, (Fondée en 1847) 

EAUBONNE (S-et-O.). — M. Langlois, directeur, 
TRÈS GRAND CONFORT - PURC DE 10 HECTARES — TÉLÉPHD 



Cleimonl (Oise). — Imp. Daix Fhèhes 



Digitized by 



Google 



TdmO XIX, a-vèrit a905) (17*/VNNÉE] - HomérO 110 (Février) ,j 

ARCHIVES 

DB I 

NEUROLOGIE 



REVUE MENSUELLE 

DES HÂLÂDISS NERVEUSES ET MENTALES 

Fonorf; par «I.-M. CU %.ltGOX 



PUBUÉe sous I.A lURBQTlON DE MU. 



A. JOFFROY 

Professeur de clinique . 

de» 

maladies mentales 

1 la Faculté de médecine 

de Puris. 



V. MAGNAN 

(Membre de l'Acade'mie 
de médecine 

Médecin de l'Asile cliniqae 
(Ste-Anoe). 



F. RAYMOND 

Professeur de clinique 

des maladies 
dç système nerveux 
1h Faculté de médecine 
de Paris. 



COLl.A BORATE UftS PRINCIPAUX : 



RD (a.), «LIN, B0I8SIEJI (f.), BONCOUR (p.), DOYER (J.), BOUDIN, 
>(M.)i BRtSSAUD (g.)» BROUAHDEL (P.), BRUNBT (d.), fiARRIER (G.), 



MM. ABABIE (j.), AL^ITIER, ARNAUD, BaBINSKI, BALLET, BÉSAKY, 
BLANCHARD 

BRIAND( 
CAUDRON, CE8TAN, CHAROM, CHARPENTIER, CHARDON, CHRISTIAN, COLOLIAN, 

COULONJOU, CULLERRE,DEB0VE(M.), DENY, DEVaY, FÉRé (CH.), 
FENAYHOU, FERIUER, FRANGOTTE, 0ARN4ER (S.), GRASSET, H CET, KEHAVAL, 

KOUINDJY, LADAME, LANOOUZY, LEGRAIN, LEROY, MABILLE, 

MARANDON DB MONTYEL, MARIE (A.), m"' UEINE MAUOERET, MIERZEJEWSKI. 

MIGNOT. MIRALLIÉ, MOURATQPF (W. A.), 

MUSGRAVE-CLAY, PARIS (a.), DE PERRY, PICQUK, PIERRBT, PITRES, 

RAVIART, RAYNBAU, RÉGIS, REGNARD (P.)i 

REG»VIER (P.),RICHER (p.), ROTH (w.), ROY, SIMON, SÉGLAS, SÉRIEUX, 

SANTEN01X,S )LLrEB, SOU KHANOFF, SOUQUES, TAGUET,TCHIRIEW,THULIÉ (H.), 

URRIOLA, VALLOS, VIOOUROUX, VILLARD, VOISIN (j.), YVON (P.). 



Rédacteur en chef: BOURNEVILLE 
Secrétaires de la rédaction : J.-B. CHARCOT et J. 



NOIR 



PARIS 

BUREAUX DU PROGRÈS MÉDICAL 
14, rue des Carmes 

1905 



MTXŒDÈME, OBÉSITÉ, GOITRE, GRÉTINISME, etc. 



Capsules de Corps thyroïde Vigieg 



A M GR. 10 GBKTiOR. PAR CAPSULE. — Dosc Ordinaire : 2 à 6 capsules par jour. 
Ce» capsules ne se prennent que sur l'ordonnance du médecin. 



.APSULESOVARIQUES VIGIER 

à o gr. 30 de sobstaoce ovarienne. 

iminorrhée, dysménorrhée, chloro-anémic. 

Doie : 2 à 6 capsules par jour. 



CAPSULES ORCHITIQUES VIGIER 

à o gr. 3o de substance tcsiiculaire. 

Antineurasthénique, recon.iti tuant. 

Dose : 2 à 6 capsules par jour. 



^barmacie VIGIER, 12, boulevard Bonne-Nouvelle, PARIS 



CLIN & C^ 




SOLUTION 

iiSlUGTUTEiiSOUIlEiiD' GUN 

D'an dosage rigoureux, d'une pureté absolue, d'un goût agréable. 

Contient : S grmmmBm dm 8B.lieylB.tm de Saode par ouillerée à. bouobe; 
SO centigr. de Salioylmie de Soude par enillerée é oa/<é. 

JL$ JKeUleur Mode iTaamlnlstratlon du saucylate ae Soude. ^ 



■ Exempt de tout iodure alcalin, sans gottt désagréable, d'une 

■ assimilation parfaite. Succédané de l'Huile de Foie de Morue. 

■ Cinq oentigr, d'Iode paf cuillerée à eoupe;^-^ Dix oeMigr. de Tanin par cuillerée è soupe. 

■ INDICATIONS I Lymphatisme, Anémie, Menstruation ditfioîle, 

■ Affeotions pulmonaires torpidea 

V 



Vin NOURRY Iodotané 



^ OOSB8 : Adultes, une cuUlerée k soupe avant ou t>endant cbtque r^Ntt. 
Enfants, une ou deux cuillerées à café avant ou pendant chaque repas, i 



PiLDLES..D''MOUSSETTE 

Chaque Pilule exactement dosée contient : 
I Un cinquième de milligramme d'Aoonitine cristallisée, 5 centigrammu <h Qulnlua. 

INDICATIONS I Névralgies, Migiraines, Solatique^ 

Affections Rhumatismales. 
Doses I Deux par jour ; une le matin et une le soir, en augmentant ail y a 
lien, suivant la susceptibilité du sujet. «4^ 



iNoicATioNs : Epilepsie, Hystérie, Chorée, Insomnie, Palpitations de ecsor, 

Erections douloureuses, Spermatorrhée, Eréthismé du Système nerveux. 

Doee : De une à cinq Capsules; de quatre à dix Dragées. ^t^ 



I niBromuredeGamphreitiiD'^GLIlSr 

I Lbs Capsules du D^ CLIN renferment 0,20 oentigr. \ q^^,,^ ^^ t^mnhMt mw 
I Lbs Dragées du D^ CUN renferment 0,10 oentigr. ] ^'^'"'"^ ^* ^""^^"^ ^"^ 

l^ 

Dragées deFer Rabuteau 

Lai/réaf à9 rinttitut» Prix de Thérapeutique, 

h base de Protochlorure de Fer chimiqueTnent pur 

Facilement solubles dans l'estomao. absorbées k l'état de 

Cliloro-Albunilnate de fer. 

Considérées dans les travanx les pins rèo^nts oomme la 

Véritable spécifique de la Chloro-Ànémie, 
INDICATIONS: Ghlor G- Anémie, Convalescence. Eptiisement. 

J\re déterminent ni eonmtipation, ni diarrhée. 

CLIN & C'« et F. COMAR & FILS 

(MaiMona réuniee) .^^ 

20, Rue des Fossés-St-Jncqq^s, PARIS 




Digitized by 



Google 






y 



i Vol. XIX Février 1905 N' 110 



ARCHIVES DE NEUROLOGIE 



CLINIQUE MENTALE 



\ 



De rexcitation sexuelle dans les 
psychopathies anxieuses ; 

Pah le \y A. crLLKHUK 
llîreclcur-Mt'diMMn de l'Asile d'uliéiiés de 1-a Hoelie-siir-Yuii. 

Parmi les syniplonics ]>hysi([uos ([ui font cortôge ii 
Vutlaquc anxieuse, on a particulièrement signale des 
troubles du côté de la circulation, de la respiration, de 
l'innervation vaso-motrice, des fonctions glandulaires (1). 
A ces diverses catégories de symptômes dont le détail, 
exlrt^mement touffu, est bien connu, il convient d'ajou- 
ter Yexcitatioîi génitale. 

Divers auteurs ont récemment signalé l'existence de 
ce phénomène chez les simples névropathes anxieux. M. 
Pierre Janet constate que, dans les agitations émotion- 
nelles difluses des obsédés, l'angoisse amène les excita- 
tions génitales. Chez les uns, ces excitations sont en 
rapport avec les obsessions erotiques ; chez les autres 
elles se produisent en i)remier lieu « comme une sorte 
tle dérivation de l'angoisse », les obsessions erotiques ne 
venant qu'à la suite (V?). 

M. Féré a récemment publié deux observations, l'une 
d'un neurasthénique Agé dont les crises d'anxiété dill'use 
se terminaient par de la congestion des organes génitaux, 
une érection très intense et un violent besoin sexuel ; 
l'autre d'une dame de cinquante-six ans qui, dans les 

(1) s. Freud. — Obsessions et phobies {Revue neuruîogique 1895). 
';i) l*iERnK Ja.net. — Les obsessions et la PsychastJiéniç.Vi\v\i^ 1903. 
AuCMiVES, 2" sêi-ie, I. XIX 



Digitized by 



Google 



82 CLINIQI'K MKNTALE 

mOmes conditions était i)rise de désirs jusqu à rimini- 
ncncc de Torgasme (1). 

Ce phénomène n'est pas j)roprc à la neurasthénie piiiv 
et simjAe. Il existe aussi dans un certain nombre dv 
troubles psychopathiques accompagnés d'anxiété ou 
d'angoisse, l)ien qu il paraisse n'avoir pas api)elé l'atten- 
tion de beaucoup d'observateurs, car il n'est pas ou est à 
peine signalé dans la plui)art des traités consacrés aux 
maladies mentales. Kn ce qui me concerne, je l'ai observe 
depuis de nombreuses années et c'est aux anxieux que je 
faisais allusion quand, en 1880, j'écrivais que, dans la 
mélancolie « les fonctions sexuelles sont, en général, 
abolies, sauf chez quelques individus qui, en i)roie à unt* 
excitation génésiquc d'origine purement organique, sr 
livrent avec fureur à la masturbation » (2). 

Il faut toutefois faire observer que le terme de mélan- 
colie, employé dans ce passage, ne l'est ])as dans son ac- 
c(»i)tion étroite, nosologique, mais bien dans son sons sê- 
méiologique. Si, en ell'et, les syndromes psychopathiques 
assez variés au cours desquels j'ai observé l'excitation 
sexuelle étaient de coideur mélancolique, il est à remar- 
quer que je ne l'ai jamais i»encontréc dans la mélancolir 
de forme typique, ce qui n'a rien de bien surprenant si 
l'on veut l>ien se souvenir que les phénomènes de dé- 
pression et d'arrêt sont les caractères fondamentaux do 
cette allection mentale. Les faits que j'ai recueillis et 
que je vais exposer ici appartiennent aux groupes sui- 
vants : l® Psychoses dépressives à base neurasthéni- 
que ; 2° Aliénés gémisseurs ; 3** Folie polymorphe lie^^ 
dégénérés. 

i® Psychoses dépressives à base neurasthénique * 

<Ibs. I. Ih'Mvdilt'' : à|^T critiiiuo ; ni'urasllu'nic ; intoxication al- 
ot)oli(iU(' lôjrrre ; liallurinatious cl délire loxi([Ue passager; crise< 
cU» MHMilisnic ; crises anxieuse» avec thanatophobio ; crises ciir- 
«lia(|ues, respiratoiies, boulimiques, pseudo-angineuses ; crises 
d excitation génitale. 

(1) Cil. Fkhk. —L'excitation sexuelle dans Vangoisse. [Revue neu- 
rologique, 15 novembre 1902). 

(2) A. CuLLEiiRE. — Traité pratique des maladies mentales. Paris 
1890. 



Digitized by 



Google 



KXCITATION SEXUELLE DANS LES PSVCHOPATHIES ANXIEISES 83 

F... femiin* B 30 ans, ailimVe li» 13 juillet iS82. Vm* sirui* 

aliénée, une lille hystérique. Pas «le maladies graves anlérieures. 
Elle a exercé jus<|u'en ces derniei-s temps la profession de sage- 
fiMumeet était très occupée. La ménopause s'est établie il y a deux 
ans sans accidents apparents, mais des chagrins domestiques 
étant survenus, elle est tombée peu à peu dans un état de dé- 
pit^ssion nerveuse qui ayant été intempestivement traité par les 
toniques et les \ins généreux, s'est rapidement aggravé. Elle est 
épuisée, abattue, sans énergie; quelques signes d'intoxication al- 
roolique : langue rouge, fendillée, animée de quelques Iremble- 
iiients ; sonuneil troublé de i-éNes et de cauchemars (visions de 
serpents, de cercueils, de tombes, chutes dans des fnvcipices) vo- 
iiiissemenls mu(|ueux le matin, à jeun. Pas de stigmates <rh\s- 
térie. Elle est dans un état habituel de dépression mélancolicpie 
a\ec des périodes de rèxerie où elle perd la notion de ce qui 
l'enloure et manifeste une lo(piacité e^cessi^e parfois poussée 
jusqu'à l'incohérence, et des crises de saisissement et d'anxiété 
panophobi(|ue avec la peur unique de mourir. Troubles né\ropa- 
Ihîques pi-otéiformes, surtout du cceur et «le la ivspiralion, étouf- 
f«*iiients ; crises de boulimie «juil faut qu'elle satisfasse sur 
l'hiîun», principalement la nuit. 

Depuis six mois, elle a c-iu-jsi de véritables accès d'asthme re^e- 
nant tous U»s quinze jours, einiron ; la crise la prend la nuit et 
diii-e environ une heure ; elle est alors prise d'une dyspnée in- 
li»nf*e qui la force de s'arcbouter les bras pour prendie sa respi- 
ration. 

De temps en temps aussi, elle a des crises de [)seudo-anginede 
poitrine qu'elle décrit ainsi : son cœur devient froid comme delà 
^tace, elle sent que la circulation faiblit et qu'elle va perdre con- 
naissance. Parfois elle peut crier, appeler, d'autres fois elle tom- 
be anéantie dans un état voisin de la syncope. 

Enfin, un dernier phénomène est venu récemments'ajouteraux 
précédents : elle est prise, parfois plusieurs fois par jour de sf)as- 
ines accompagnés de gonflement du ventre a\ecdouleui' d'aboi'd, 
romtne si elle allait accoucher, puis d'une excitation génitale «pii 
aboutit à un orgasme voluptueux complet. Durant son séjour à 
TAsile, elle a éprouvé très fréquemment ce phénomène (jui la 
désole et qui excite ses scrupules. Toutes ces modalités paroxysti- 
ques alternent, se succèdent ou se compliquent réciproquement. 
Té lat mental sous-jacent étant caractérisé par un degiv variable 
de dépression hypocondi'iaque avec crainte anxieuse d'une mort 
prochaine. 

Elle est sortie amélioi-ée «u bout de deux mois. 

Celte observation est intéressfintc parla multiplicité 
des i)liénomèncs spasmodiqtics observés. Sur un fond de 



Digitized by 



Google 



8i * CLIMQIE MKNTALi: 

iieuraslliénio oxhsjkmv par une iiiédicatiou iiitomiR^stîvc. 
se clévcloppc un vérilable syndi'onie mélancolique anxieux 
avec tlianato]>liobie et périotles de nienlisnie ou confu- 
sion mentale passagèi'C en rapport avec les idées ohsé- 
ilantes de mort imminente. A l'anxiété diffuse et conti- 
nue se substituent ou se superposent des accès de bouli- 
mie, de dyspnée paroxystique, de pseudo-angine de poi- 
trine, et enlin d'excitation dans la sphère génitale de na- 
lui*e à la lois j>énible et volujitueuse. Ce dernier phéno- 
mène a été assez tenace pour se reju^oduire jusqu'à six 
lois dans la même journée, d'apivs une des notes de l'ol)- 
servation dont nous n'avons fourni qu'un résumé. 

Ce qu'il imj>orte surtout tle remarquer, c'est que cellr 
malade n'est jkis seulement une jisychasténique, mais 
une véritable vésanique avec crises délirantes et qui, non 
soignée, serait vraisemblablement i>assée au délire systé- 
matisé d'hypocondrie. 1/excitation sexuelle ne parait 
être, dans le cas actuel, qu'une dérivation de la crise an- 
xieuse au même titre «[ue les autres accidents névropa- 
thiques midtiples observés chez cette malade. 

Obs. II. -- Pmlisposilitin neui*o|)u(lii<iu<' ; quelques stis^niale- 
liysIérHiues : à la suite cruii éhranlenienl éniolionnel, accès î\v 
nmfusion ineiiluie |)assai:ère : (l«''liiv inélanrolicjue avec crises aii- 
xieuses et impulsives d'un eainiclèro (lanîrei-eux ; crises d'excila- 
liiui ^'éuitule. 

15... tenniie G. . , "J'ians, adniisi' le t?4 niai*s i8<S?. Du côté de la 
mère on sijrnale |)lusieui*s indtxidus instables et d'humeur excen- 
trique ; celle-ci, morte jeune. a\ait dans sa jeunesse des attaque^ 
dMiystérie. 

B. . . est surtout malade depuis cinq semaines, mais les pi-eniiers 
siirnes de trouble mental remontent àau moins six mois. Ces! une 
renmiequi. bien que d'aspect normal, a eu d«'s c(Ui>ulsions dan^ 
son enfance, de la dysménorrhée au moment de la puberté et qui 
prés<Mite actuellement une anal.irésiecutanéejfénéraliséesans sIîî:- 
males hyslén'ques sensf>riel5. Depuis t l'ois mois les règles son! 
suspendues. Elle a éprou\é <|uelques chagrins domestiques et la 
mort prématurée d'un frèiv unique aache\éde boulevei'ser se- 
idées. 

Elle présente depuis plusieurs semaines des troubles mentaux 
que Ton peut ranger sous deux chefs : l® Idées fixes d'un carac- 
tèix? mélancolique avec crises anxieuses qui, lorsqu'elles ont at- 
teint au paroxysme de l'excitation, se transforment en fureur 
avec impulsions au snicid** et à la \i<dence \is-à-\is de tout ce ipii 



Digitized by 



Google 



r.XCITATION SKXlKLLi: DANS LF.S PSYCHOPATMIES ANXtKÏSKS b5 

IVijIduiv; 2<» Ahm's ilc délire l<M|uacT|HMi(iaiil Icsqui^ls elle estiso- 
li'e des l'Iioses présentas et complètement anesthésique (crises de 
inenlisme ou confusion mentale passa.^ère). 

Nous n'avons eu à observer, pendant le séjour de deux mois 
que la malade a fait à l'Asile, que des ci'ises de la première espè- 
<-e. Tous les joui's, plus rarement la nuit, puis tous les d(»ux «)ii 
t l'Ois joui-s seulement, elle est prise d'une anxiété, d'abord modé- 
iw, avec idées Iristes : « elle est perdue, il ne lui sera jamais par- 
donné, elle sera dan) née ; elle est bien coupable en\ersson ma- 
i*i. » Elle a des scrupules de toute nature, n'aurait pas dû dii-ece 
(|u'elle adil, a peui' de trop dépenser, veut se confesser, etc. IN'U 
à peu l'anxiété au^niente, un tremblementj^énéralisé secoue tout 
!<' corpSjles traits expriment une anf?oisse extrême, puis la fureur, 
i»t ab)i's elle crie, blasplième, jure, casse les vitres, jusqu'à ce qu'el- 
l«* soit épuisée et baijfuée de sueur. A ce moment la cris<» cesse 
après avoir duré une demi-beure envin)n. 

Dans l'intervalle des crises elle présente un état de dépre>sion 
mélancolique avec idées de culpabilité, eiilivcoupé <le moments 
lucides pendant lescpiels elle apprécie exactenu'nt son élat^ 

Dans un île ces moments, elle nous prend à part et nous conlie 
i|ir « elle i' si tris (imoureuse » : que ti'ès souvent elle se seul <les 
transports extraordinaires dans les or^'anes sexuels, c» cpi'il lui 
lautlrait de l'homme >» suivant son expression ; et elle nous sup- 
plie de lui rendre son mari. Au bout de deux mois elle sort amé- 
liorée. 



Cette malade n'est pas seulement une psychasthé- 
nique, c'est aussi une vésanique, comme l'indiquent les 
idées délirantes de culpabilité et de damnation consta- 
tées au cours de ses crises délirantes. A noter l'extri^me 
intensité de ses paroxysmes anxieux qui aboutissent aux 
impulsions les plus violentes et les plus incoercibles. Ici, 
les phénomènes d'excitation génitale ne nous sont révé- 
lés qu'avec réticence, et nous ne pouvons les caractéri- 
ser, nettement par ra])port aux crises d'anxiété. 11 sem- 
ble bien, cependant, qu'ils en sont ime substitution xilu- 
tôt qu'une conséquence. 

2** Aliénés gémis^eurs, — Je ne contribuerai à l'étude 
de ce groupe que ])ar deux observations, mais elles me 
paraissent suffisamment intéressantes i)our n'avoir pas 
a le regretter. Cette forme d'aliénation est d'ailleurs peu 
commune, plus fréquente chez les femmes que chez les 



Digitized by 



Google 



'^C •• CLINIQUE MENTALE 

hommes, et chez les j)remières, le phénomène que nous 
étudions peut y passer facilement inaperçu. 

ÙBS. 111. — H<MV(litaii'(» <léfr<'*nriv ; rbaj^rins intimes; aboulie ; 
nirlancolif' avoc crisos do ronfusiou mentale panophobique ; an- 
xiiHr coiiliime <»( jjriMiiisjirmenls ; excilalion «^ônitale inltMise et 
prolonirre. 

I)..., àj?é (le 30 ans, est admis le 10 août 1883. Son pèiv et sa 
mère sont moHs de maladies inconnues. Deux firres, dont Tun, 
laîné est « inïbécile, un peu toqué » : cousin germain paternel 
aliéné ; tante paternelle aliénée. 

l)..,esl im homme d'une taille au-dessous de la moyenne ; à 
la face osseuse et irréguliére ; strabisme convergent ; oreilles 
aplaties, sans hélix ; crâne tourmenté. Depuis trois mois en\iron, 
il présente des troubles intellectuels, d'abord légère, puis de plus 
en plus intenses causés par des préoccupations matrimoniales. 
Après de grandes incertitudes, il s'est décidé à se marier il y a 
sept semaines, mais cette résolution n'a pas apporté à son es- 
prit le calme désiré. Peu à peu l'excitation cérébrale a pris des 
proportions de plus en plus fortes, et depuis huit jours il est en 
proie à un «lésespoir violent, à une mélancolie anxieuse des [dus 
intenses, avec impulsions au suicide. Il s'est donné un coup de 
couteau dans la région du cœur et, n'ayant pas réussi à se bles- 
ser sérieusement, a tt'nlé de se noyer en se jetant à IVau. Crises 
jmnophobiques avec fureur contre tous ceux qui l'approchent ; il 
s'est jeté sur siv femme pour létrangler. Par moments, il a des 
périodes de calme avec demi-stup.'ur, se couche et gémit : u Je 
suis perchi !j'ai commis un crime !... », etc. 

il aoôt. — A son entrée, désespoir violent ; il pousse <les cris 
qui retentissent dans tout le service. O matin il est plus calme ; 
il raconte que son désespoir vient de scmpules : il avait promis 
le mariage à une lille qu'il a délaissée pour épouser sa femme. 
Cependant il ne croit pas lui avoir fait tort. Mais il s'imagine 
a\oir commis de grandes fautes : s'il eût fait telle ou telle chose, 
ses péchés lui eussent été remis. Le mal qu'il a, lui a été donné 
par des gens qui ont lu dans de mau\ais li\res et lui ont fait 
prendre certains breuvages. Dans la journée, les accès panopho- 
biques le reprennent a^ec une grande violence. 

13 ((OÙ t. — Hier, journée des plus agitées ; anxiété et cris de 
désespoir terribles. En même temps, il s'est livré avec fureur àla 
masturbation toute la journée et toute la nuit. Ce matin, il tient 
sa verge en érection dans sa main tout en gémissant. 

17 août. — Il continue à se masturber sans trêve, le jour et la 
nuit tout en poussant des eris de désespoir. Aecès panopliobi(|ues 
intermittents a\ec gémissements continus dans l'intervalle. 



Digitized by 



Google 



EXCITATION SEXl'ELLK DANS LES DSYCHOPATIHES ANXIEUSES 87 

21 août, — Mùme état de mélancolie anxieuse aiguë ; amai- 
grissement progressif ; refus partiel d'aliments. Le malade ronli- 
nue à se masturber d'une façon effective, 

6 septembre. — Il a crié toute la nuit : « Je suis perdu ! je suis 
mort ! « Abnitissement complet ; air égaré ; obtusion intellec- 
tuelle progressi\e ; il marmotte constamment des paroles incon»- 
pi*éhensibles entrecoupées de gémissements. Masturbation. 

10 septembre, — Il a crié toute la nuit : « Je suis perdu î je suis 
perdu ! » 

\*^ décembre. — Depuis le mois iloctobre, le malade est tombé 
dans une soi'te de stupeur avec folie d'opposition. Il a t*<»ssé de he 
masturber. l)éi>raillé, à moitié habillé, les traits figés dans une 
expression de souffrance et d'elfarement. De tem]>s en tem[>s, il 
est gâteux. 

. Avril 1884. — La stupeur a de nou\eau fait place à une pliase 
gémisseuse. Abinitissement complet avec accès de gémissements 
et cris de désespoir qu'on entend de tout l'établissement. 

Décembre. — Même état ; il déchire, est débraillé. 11 a eu pen- 
dant plusieure semaines d'abondants vomissements liquides ou 
alimentaires qui actuellement ont cessé. 

Année 1885. — L'année se passe dans les mêmes conditions. 
Hurlements de désespoir par périodes. Débraillé, sale, déchireur, 
abi-uti quand il n'est pas agité. On ne signale plus la masturba- 
lion effrénée de Vannée dernière. 

1886, \% janvier. — On est tout surpris de trou^er aujourd'hui 
ce malade calme et Tair intelligent. 11 s'approche et demande à 
li-availler. « — Vous allez donc mieux ? — « Vn peu ». — « Vous 
n'avez donc plus peur qu'on vousT fasse mourir ? » — « Oh î si ; 
encore parfois ». — « Et votre femme ? Y pensez- vous ? ». Il reste 
muet et comme embarrassé, puis réitère sa demande de travail- 
ler. 11 ne tarde pas à retomber dans son état démentiel pour n'en 
plus sortir. 

En décembre 1886, nous trouvons à son sujet l'observation sui- 
vante : Alternatives de calme et d'excilation maniaque avec im- 
pulsions violentes. Désordre des actes ; idées de persécution. Il se 
plaint qu'on ne lui donne pas à manger ; qu'on le maltraite, etc. 
Incohérence des i<lées (lui conservent toujours luie teinte mélan- 
colique malgré lagitation maniaque et le désordre instinctif des 
actes actuellement existants. 

4 novembre 1900. — Frappé d'une attaque d apoplexie, il suc- 
combe en quelques heures sans avoir repi'is connaissance. L'au- 
topsie n'a pas été faite. 

Ce malade appartient à la catégorie des mélancoliques 



Digitized by 



Google 



iS8 CLiNiQrr: mkntali: 

jçcnussours ilo Mon»! (l). Sa ciùsi* croxcitatiou génitale. 
piiriMuent i»i)iso(liqiio, coïncide avec le siimmun de Vsk^i- 
talion anxieuse. Cliez certains aliénés de cette catég^orie, 
on observe, dans les mc^nies circonstances, la dyspnéeJa 
tachycardie, les sueurs j^roluses et auti*es phénomènes 
paroxystiques, (a* même niahide a eu. pendant plusieurs 
seuiain(»s, luie crise de vomissements incoercibles. 

Il (*st il remarquer que chez les «çémisseurs. ces acci- 
dents ])aroxystiqu(»s ont une durée inusitée, se prolon- 
geant de» ])lusieurs jours à plusieurs semaines. Ia* i>lus 
tenace de ces jduMiomcnes est assurément la dyspnée qui 
peut durer des années et ne disparaître qu'en même temps 
que disparaissent les phénomènes mentaux eux-mêmes, 
car, contrairement à la règle, les gémisseurs fournissent 
un ])etit nombre de guérisons tardives. Morel cite un cas 
de guérison après dix ans de maladie. Le malade dont 
nous venons de donner Toliservation a eu au bout de trcus 
ans et demi, un intervalle lucide .survenu à Timpi^oviste. 
nuiis (pii n'a duré que quel([ues jours. 

(^ette rencontre de phénomènes communs aux simples 
névroi>atlu*s obsédés et aux panophobes anxieux n'a rien 
(|ui soit de nature à surj)rendre. Entre la psychose an- 
xieuse et la névrose anxieuse, en eU'et, il ny a qu'une 
diirérence de degré, non de nature. Le panophobe an- 
xieux est un abouii(pie, un douleur, un scru[»uleux. aussi 
bi<Mi ([uc le simjde obsédé neurasthénique : seulement il 
occui>e un degré inférieur dans réchelle de la dégénéres- 
c(»nce. CcWo renia r([ue n'a pas échappé à rol)s<»rvalion 
j)rof(nide de Morel. « (les sortes de i)anophobes chroni- 
((ucs et ])seudo-rénnttents. dit-il, ont quelque analogie 
avec l<*s névroimthes que j'ai décrits sous le nom de déli- 
rants émotifs sans avoir néanmoins les tics ridicules «le 
ces derniers (jui n'osent toucher des pièces de monnaie, 
ouvrir une porte, traverser une rue et jmur lesquels vou- 
loir et j)ouv()ir sont choses im])ossibles ». Ici, pourtant, 
Morel se trompe : il est possible que l'on n'ait pas cons- 
taté la crainte des contacts ou l'agoraphobie chez le.s gé- 
misseurs, soit que ces symptômes n'existent pas chez eux 
en efl'et, soit plutôt qu'en raison de leur état mental on 

(l) MjURi.. — Du délire p{Uioi»Iiobi(|iio dos alitMiès pèiiiisspiirs. 
(Ann. meJ. psych., n<>v«»ml>re 1871). 



Digitized by 



Google 



i:\r.iTATi()N si:xri:LLi: dans lls psychopathiks anxiicisks Sî) 

iio I misse aisément les eoiistater, mais on ol)serYe eliez 
eux de nombreux phénomènes de môme ordre, à eom- 
niencer par raboulie dont leur angoisse n est x>ai'l*ois, 
comme cliez notre malade, que l'exagération poussée aux 
dernières limites, et à continuer par les mouvements 
stéréotypés de défense et les exclamations monotones 
de conjuration dont ils sont coutumiers et que Morel lui- 
même enregistre chez plusieurs de ses malades. 

Kt. à ce propos, ce n'est i)as sansétonneuient que nous 
avons lu, dans l'intéressant i'ai)port de M. Deny au (Ion- 
grès de Pau sur les démences vésîiniques.que Morel don- 
nait de ces phénomènes une interprétation fantaisiste, et 
quVn réalité les phrases stéréotypées des gémisseurs 
sont dépourvues Je signification et caractérisent im état 
démentiel. Une méconnaissance aussi flagrante du rôle 
dos idées obsédantes et des phénomènes moteurs systé- 
matisés dans les syndromes vésaniques ne peut provenir 
c[ue d'une sorte de monoïdéisme engendré par cette hyp- 
notisante doctrine, d'après laquelle la démence est ])ar- 
tout et absorbe toutes les psychoses dont l'autonomie 
disparaît dans son vaste sein (au fond' duquel, aurait dit 
Voltaire, il y a un allemand) : doctrine simpliste, assu- 
rément, mais d'une psychologie un peu superficielle et 
dont au surplus ro])portunismc paraît singulièrement 
contestable. alors qu'elle choisit pour dresser sa synthèse 
confuse et laborieuse en face de hi paralysie générak*, le 
moment où Téilifice de cette dernière s'écroule et où elle 
tond à rei>i'(»ndre une jïlace modeste parmi les simples 
syndromes ! 

Obs. IV. — Aiilémients néM'opntlii(pn's : choc nuMifal : lué- 
laiicolic, paiiophobtc, confiisioii iiitMitalc, aulonialisinc, an-xirlé 
<*oulinu«» av*H' cxcilaHon sexuelle. 

M..., femme A..., 41 ans, esl admise le l*"" juin 1003. Le seul 
rensei;j:m'ment que nous a>ons sur sa famille est que son père 
M'i-ait n)oi*t(lans un accès do firrre cJuiude. Elle-même a éprouvé 
à partir (le IGans une (hspepsie lenacea\ec accidents neurasthé- 
niques qui nacédé qu'au bout de plusieui's années. A *25 ans 
elle \a à Paris comme cuisinière et \ rosle juscpi'à 36 ans, épo- 
qui» de son mariao^e. Elle conduit à bien une ^n*ossesse et allaihi 
sans accidents. Habituellement bien portante et réglée réjrulière- 
mi'ut. Elle habite la campa«me depuis son mariaf^^e. 

11 y a quinze jfuu's, elle éprouve un «.n-and saisissement à la 



Digitized by 



Google 



90 CLINIQrE MENTALE 

suite (l'une diâcussion avec une voisine ; ce souvenir Tobsède et 
l'inquiète ; elle tombe peu à peu dans une profonde apathie, avec 
ti'istesse, indifférence à ce qui l'entoure et refus d'aliments. Une 
S4'maine après, elle manifeste des idées mélancoliques, des scru- 
pules, de rap^itation anxieuse et des impulsions au suicide : elle 
fuit la nuit dans le but de se noyer ; l'insomnie est complète, elle 
a dans les membres des axitations motrices continuelles. Puis 
elle se lamente, a peur de mourir ou de voir mourir son mari. 
L'a*?itation et l'angoisse deviennent incoercibles \}.t nécessitent 
son placement à l'Asile. 

A l'entrée, on constate une anxiété panophobiquc et diffuse 
avec désorientât ion complète, traits figés dans l'expivssion delà 
terreurla plus profonde, gémissements, cris, mouvements auto- 
mati(|ues de défense et de fuite. 

L'n mois après, l'agitation a diminué, mais l'état anxieux per- 
siste, la malade émet quelques idées d'humilité, dïndignité et «le 
craintes de la mort, la conscience continue à être profondément 
ti'oublée ; elle a cimtracléun tic consistant en des mouvements 
de flexion et d'extension des jambes et des pieds qui frottent con- 
tinuellement ses diaps dans un mouvement rythmique de pétiale. 

LvW juillet, on remarque que la malade tient constamment ses 
mains sur ses parties génitales et qu'elle se livre à des frictions 
énergiques inlra-vulvaires. Leregaixl est profondément obtus, les 
traits toujoui's anxieux, la bouche à demi-ouverte. Celte crise 
d'excitation génitale avec masturbation dure plusieure jours et 
se renouvelle à plusieui^ reprises dans les semaines suivantes. 

En novembre, l'état confusionnel s'est encore accentué. Une 
angoisse dilîuse purement organique persiste avec paroxysmes 
accompagnés de frictions énergiques et continues des parties gé- 
nitales, même à travei-s les vêtements. Elle succombe le 26 dé- 
cembiv à une gastro-entérite aiguë d'origine grippale sansmodi- 
lication de l'état mental. 

Si Ton néglige les phénomènes d'obtusion et de confu- 
sion mentale qui existent chez cette malade, elllî se rai>- 
proche considérablement de la mélancolie des gémissours 
dont elle a Tanxiété inttmse et continue, l'attitude spé- 
ciale et les tics spasmodiques ; elle n'en diffère que par 
une altération plus profonde de la conscience personnelle 
et par des allures moins bruyantes. C/est un de ces cas 
de transition aussi communs, ponrrait-on dire, que les 
cas purs qui répondent de point en point aux descrip- 
tions classiques. L'excitation sexuelle s y présente d'a- 
bord sous ui)e forme éinsodique et intermittente, avec ma- 
nœuvres onanistiques apj>ropriées, j)uis il semble que le 



Digitized by 



Google 



KXCITATION SEXrELLE DANS LKS PSYCHOPATHIKS ANXIEUSES 91 

geste provoqué par cette excitation particulière devienne 
peu h x>eu automatique et ne soit plus finalement que 
IVxpression systématisée de Tangoisse diffuse sous Fem- 
])ire de laquelle vit la malade. C'est encore un i)oint de 
rapprochement de plus avec la mélancolie des gémisseurs 
où les gestes stéréotypés sont l'un des symjitAmes essen- 
tiels et constants. 

3" Folie polymorphe des dégénérés, — C'est dans cette 
catégorie peut-ôtre, qu'on trouverait le plus grand nom- 
bre de faits du genre de ceux que nous étudions ; l'exci- 
tation génitale y est fréquente, quoique, peut*ôtre, plus 
éphénicre. J'ai vu certaines psychoses dépresiiivas à dé- 
lire religieux et anxiété débuter par de véritable» accès 
de satyiiasis ; j'ai vu également un délire d'hypocondrie 
systématisé avec anxiété formidable, avoir pour phase 
prodromique une crise de nymphomanie. Mais dans la 
plupart de ces faits, le rapport des phénomènes anxieux 
et génitaux n'est pas toujours facile à mettre en lumière. 
C'est pourquoi nous nous bornerons aux observations 
suivantes, où il a pu être établi d'une façon indiscutable. 

Obs. V. — Héréililairo dégénéré ; psychose systémalisée cli» 
forme religieuse; agitation maniaque; stupeur, phénom^nescata- 
loniques ; accè« de rire spasmodiques ; puéril isme mental ; ten- 
tative de suicide ; crises anxieuses violentes accompagnées d'exci- 
tation génitale prolongée. 

R... '2G an», admis le 25 juin 1899. Le père et la mère, vivants, 
sont bien portants. La mère paraît un peu faible d'esprit. Un 
frère unique, âgé «le 31 ans, est devenu aliéné depuis l'admission 
du malade. Garron d'aspect normal, sans stigmates somaliques 
bien net^ de dégénérescencf^, habituellement bien portant, non 
alcoolicpie. Il a toujoui** manifesté une religiosité exagérée et de- 
puis sept ou huit mois on s'aperçoit qu'il a l'esprit troublé. De- 
puis quatre moi« surtout, ces troubles n'ont fait qu'auîîinenler : 
il s excite, a des mouvement» désordonnés, chante, manifeste un 
délire religieux incohérent. 

2^ juin, —Excitation maniaque légère; divagations religieu- 
ses incohérentes : « J*ai un signe de Dieu sur la langue... Ce sont 
des dorures... Je l'ai pris trop haut avec les hommes. .* Un homme 
qui tournait autour de ma maison m'a dit aue j'avais un signe do 
Dieu et m'empêchaitde sortir. J'ai vu saint Jean. (Vest un homme 
babillé en chasseur... J'avais le droit d'aller en Paradis un jour, 



Digitized by 



Google 



92 CIJNIQIK MENTALE 

maijije ne l'ai plus... olc. » Altenialî\osile dépression uiélanculi- 
(juo avec hallurinaf ions terrifiantes ; ces crises sont de courte 
durée. 

29 Juin. — Délire religieux incohérent ; monologues ; cliants : 
mouvements désordonnés comme de faire Texercice nu'lilaire. 
Troubles vaso-moteurs, surtout du côté des membres inférieurs. 

'>() juillet. — Elat sluporeux ; mutisme ; il reste immobile des 
journées entières, indiiféi'ent à tout se qui passe autour de lui. 
Persistance de la paralysie ^aso-motrice, surtout aux membres 
inféiieuis. L'examen des unnes est négatif. 

'i septembre tSyi). — HabiluelUMuent abruli, le regard lixe, les 
Ira ils liges. Accès de violence subite quand on veut l'obliger à 
faire ce qui ne lui plaîlpas. Parle peu el seulement pour deman- 
der à s'en aller. 

lî^OO, 22 mars. — Pei-sislance de Télat sluporeux. Le maladt», 
maintenu au lit y demeure inerte, les yeux fermés, ne les ou- 
\raiil que pour manger ; n'exprimant aucune idée et n'ayant 
plus de crises maniaques depuis plusieurs semaines. Etat géné- 
ral salisfaisant. 

1901, 24 décembre.— Depuis la noie précédente allernati\ es de 
slui)idité et d'excitation numiaque par courtes crises, parfois <|uo- 
liiliemu?s : il a des accès de rires spasmodi([ues et prolongés, ou 
répète des heures entières les mêmes paroles, imite la voix d*un 
bébé qui jase en patois ; parfois il chante àtue-létepour re'tomber 
ensuite dans son uuitisme habituel, l'n peu de bouffissure des 
ti'aits a\ec légère inliltralion «les membres ; Texamen des urines 
est négatif. 

IlJO;*, a\oril. — Le malade \ient de faire une pleurésie double 
a\ec épanchements séreux abondants ayant nécessité tmis ponc- 
li<uis successives. L'état général est devenu mauvais (tuberculose). 
Depuis, il est tombé dans une sorte de mélancolie profonde avec 
refus partiehraliments et idées de suicide. Il est perdu ; il d(»- 
demandc qu'on le tue, (pi'on lui arrache les yeux, qu'on lui 
coupe le cou. Il essaye de s'étrangler a^ec une ficelle et on 
le transporte au quartier de surveillance continue. 

\{\aoCa. — Pendant la distribution des aliments, l'infirmier 
a>ant eu la sottise de déposer son couteau sur le lit du malade 
pour le service, celui-ci s'en empare et soudain se tranche la 
gorge au niveau de l'espace thyro-hyoidien ; le larynx est béant 
dans la plaie, le pharynx est complètement ouvert ; les vaisseaux 
el les neifs ne sont pas intéressés. On fait la trachéotomie, ou 
passe par le nez une sonde œsophagienne à demeure et en deux 
mois le malade guérit radicalementde cet effrayant traumatisme, 
non sans a\oir essayé à de nombreuses reprises d'arracher les 
pansements et de déchirer la plaie, l'état mélancolique per- 
sistant. 



Digitized by 



Google 



EXCITATION si:xriaLi: dans lks si»ychopathies anxiiuses 93 

10 décembre. — LV'lul montai s'csl inodilk* depuis t|ueUiin's 
joui-s ; à la ch'^pression su(Tt»(lo, par crises, un étal anxieux des 
plus \i<>lenls : « Jl faut lui couper le ciui ; sa mère est morte ; il 
i»st pei*du ; il faut Timmoler, le cmeifier ; il est l'auteur de tout 
le mal qui se fait sur la terre. » Ea même temps se dé\eloppe 
une grande excitai ion f^ihiitale ; tout en ^'émissant, il demande 
à grands cris qu'on lui amène des femmes et se livre à une mas- 
turbation continue. 

?.") décembre.' -Pem\anl quinze joui-s cet état anxieux a pei-sislé 
en même temps que l'excitation fjfénitale ; il se livre nuit et jour 
à une masturbation le plus sou\ent d'ailleui*s non sui\ie d'elFel, 
en poussant des frémissements et des cris de déses[)oir. Par mo- 
ments, il pratique une frymnastique qui consiste à projeter en 
a\ant le bassin, d'une faron rythmique, couune s'il se li\rait au 
coït, jusqu'à ce (jue, à bout de forces et ruisselant de sueui', il 
retombe épuisé sur son lit. D'auti^es fois il exerce, avec ses deux 
points réunis, des malaxât ions sur le bas- ventre et les partii's 
«génitales tout en manifestant des idées erotiques ou en profé- 
rant des paroles obscènes. 

1er février 1002. — L'état anxieux ne s'est pas reproduit depuis 
la <lernière note et en même temps la masturbation a cessé. L»» 
malade est redevenu mélancolique a\ec obtusion mentale ; il 
fait des extravagances, gâte au lit, demande encore a ce (lu'on le 
lue, manifeste des idées dépressives analogues à celles d'autre- 
fois mais sans état anxieux. 

Dans le courant de l'année P.K)3, il a manifesté de nouvelles 
crises délirantes tantôt de forme mania(iue avec désordre di's 
actes, malpropreté, gâtisme \olontaire, tantôt de forme anxieuse 
avec gémissements, délire de culpabilité, idées de suicide. L'ex- 
citation génitale et les manœuvres effrénées de masturbation se 
sont reproduites avec intensité à diverses reprises, notamment 
dans la période qui a précédé la mort qui est survenue le 2G oc- 
tobre par suite d'un œilème pulmonaire d'origine urémique. 

O cas appartient à la psychose polyniorjdie des dégé- 
nérés. C'est un héréditaire à déséquilibration nientiih» 
orîjfinelle, caractérisée par des tendances mystico-reli- 
jçieuscs aboutissant finalement à la folie confirmée. Cel- 
le-ci présente les modalités les plus disparates évoluant 
sur un fonds mélancolique nettement caractérisé. En l'es- 
pace de près de cinq ans, nous observons une phase de 
délire mystico-mélancolique avec excitation ; une phase 
de stupidité prolongée, des crises de rires spasmodiques, 
de puérilisme mental, suivant Theureuse expres.sion em- 



Digitized by 



Google 



94 CLINIQIK MENTALE 

ployce pui* M. E. Dupré ; une pliase de mélancolie déli- 
rante avec impulsion irrésistible au suicide, et enfin des 
crises d'anxiété violente avec excitation génésiquc énor- 
me, se répétant à diverses reprises et auxquelles une 
mort accidentelle vient setdement mettre un terme. 

Ce parallélisme parfait de Tanxiété et de l'excitation 
libidineuse permet d'y voir quelque chose de plus qu'une 
simple coïncidence. D'autre part, les accès de rire spas- 
modiques constatés chez ce malade pendant une période 
assez longue me semblent a^^partenir au même mécanis- 
me psychologique. 

Obs. VI. — Hrrédi taire dégénérée ; choc mental ; puberté dif- 
llrile ; psychose polymorphe de longue durée aucoui'sde laquelle 
éclate de l'anxiété a\ec excitation sexuelle. 

G... il) ans, admise le 20 juin lîjOl appartient à une famille de 
dégénérés. Le père parait indennie, mais son frère est mort a 15 ans 
d'accitl<'nls <*érébiaux. La mère est névn)patiie. De leui-s six en- 
fants, Tim est mort épileptique, un autre de scrofule, une lille a 
eu des con\ulsions, la malade a eu elle-même des con%ulsions et 
présente des stigHiates de dégérescence. A seize ans, à hnued'un 
incendie, elle épmu\e une violente émotion, d'où suppression 
menstruelle et i)remière crise de (rouble mental de peu de durée 
(lui disparut sans laisser de traces. Toutefois la menstruation res- 
té irivgulière et entraîne des accidents névropathiques avec dé- 
pression hypocondi'ia<iue. A 11) ans, ces troubles deviennent con- 
tinus, rafTcctivité s'altère, elle prend ses parents enaNei-sion, de- 
\ient irritable, manifeste par accès de l'excitation délirante qui 
linit par nécessiter son placement à l'Asile. 

Depuis bientôt trois ans, cette lille présente des accidents men- 
taux d'un polymorphisme extrême : excitation maniaque avec dé- 
sordre des actes, péiiodes de stupeur avec phénomènes catatoui- 
(pies, crises délirantes à forme i*eligieuse, crises mélancolîtfues 
a\ec délire d'indignité et de culpabilité et anxiété extrême accom- 
pagnées d'une ^éritable fureur de masturbation, le tout entrecou- 
pé de (|uel(|ues périodes lucides maisavecatlaiblissement très évi- 
<lentdu niveau mental. Actuellenïent on constate du délire de 
pei'sécution a base dv troubles delà sensibilité générale. L'aflec- 
tion semble é\oluer vers la démence. 

Ici encore l'excitation sexuelle coïncide exactement 
avec la crise anxieuse qui est elle-même purement épiso- 
dique et i)eu prolongée. A aucun autre moment le phéno- 
mène génital n'a été observé bien que la maladie dure 
depuis plusieurs années déjà. 



Digitized by 



Google 



EXCITATION SEXIELLK DANS LKS PSYCHOPATHIES ANXIEUSES 05 

Les psychoses dogénérutivcs ont ceci de particulier 
<|ue, quand elles ne se terminent pas prématurément par 
la démence, elles peuvent se manifester à tous les Ages 
de la vie sous forme d'accès curables, plus ou moins es- 
^>acés, laissant souvent de longs intervalles de santé psy- 
cliiqne. C'est sous le bénéfice de cette notion clinique 
vainement niée aujourd'hui que nous donnons l'observa- 
tion suivante, qui, malgré la démence terminale, rentre 
de toute évidence dans la folie polymorphe des dégéné- 
rés. 

i>BS. Vil. — Hérédité \ésaiu(|uc ; dérséquilibrulion moiitulo 
originelle ; deux accès aiilérieui*s d'aliénation mentale ; tiH)i- 
sièiiie accès à 70 ans ; démence, excitatation maniaque, puis dé- 
pin»ssion mélancoliifue avec délire de négation ; crise anxieuse» 
avec excitation sexuelle intense. 

F... Jean, 70 ans, cultivateur, admis le 12 décembre 1882 ; ma- 
rié, neuf enfants dont deux seulement sont >ivants ; trois morts 
en bas âge, trois morts de phtisie et un mort pendant la guerre 
de 1870. Père aliéné. 

Les pivmiers signes de folie se sont manifestés à l âge de 20 
ans, au moment du tirage au sort ; l'accès a été court et ne l'a 
pas empêché de faire son ser\ice militaire. Il a eu un second ac- 
cès il y a >ingl ans. D'un caractère déliant et timide, il aimait la 
solitude et ne se li\rait à aucun excès. 

L'accès actuel s'est développé il y a quelques semaines sans 
cause appi*éciable.Il a commencé par manifester de l'inquiétude, 
accusait ses voisins ^e lui dérober ses récoltes, puis s'exaltant 
peu à peu tomba dans une excitation maniaque qui se traduit 
actuellement par de Tagilation, de l'insomnie, des idées incohé- 
l'entes do satisfaction et de pereécution et des actes désordonnés. 
Le calme étant sur\enu au bout de quehiues joui*s, on constate 
un notable afTaiblissemenl intellectuel, la perte de la mémoire, 
on un mot les signes de la démence sénilc ; des étourdisse- 
inents, une démarche titubante, c«mséquence de l'atliérome cé- 
irbral. 

En mars 1883, une phase mélancolique sur\ient avec délire 
d'hypocondrie : il est Iwuché, empoisoimé, ne peut aller à la 
.♦H'iie. On veut le perdre, on l'accuse pour le faire mourir. Par- 
fois, il parle du paradis, gémit, voudrait être sauvé. Malgré cela 
il mange ses aliments a\ec une extrême \oracité. 

En mai, le délire se complique d'agitation anxieuse, il ne se 
lève plus, commence à refuser les aliments, maigrit, s'imagine 
qu'on veut le tuer, qu'on l'accuse d'a%oir commis des ci'imes, 
pousse des gémissements et des cris d'angoisse. Soudain, le 22 



Digitized by 



Google 



90 CLINIQlt: MtNTALK 

mai il se met k se iiiasliirlMM* aMH* uiit* Icllc i*a;;<' «(11*011 ju^v n«»- 
n'ssairo do lui lixorU's mains, mesura qui irtMiijKH'ho pas IVivr- 
ti(»n de poi-sislcr. Au milieu de ses di\a;;ali()ns mélancoliques il 
apjH'lle à ^M-aiuls cris « sa pelite femme >» ; \eut embrasser tout le 
le monde, manifestes des idées erotiques de tout genre. Celte 
crise de satyriasis dure deux jours. Après (juoi le délire anxieux 
persiste av(»c des alternatives de rémission et de recrudescence 
el peu à peu le malade tombe dans 1 abrutissement et le f^àlisnit» 
final. Cvt fui la seule crise d'excitation jj^énitule sij^nalée. Le ma- 
lade ne succomba que plusieurs années plus tard» en 183-). 

Il est évident que ce cas n appurtieiit pas à la (léiu».»iici* 
sciiilc jmre et simple, mais rentre légitimement dans le 
cadre des vésanies ; l'excitation sexuelle, constatée au 
cours de l'observation, ne nous semble i)as davantage se 
rattacher à un processus de congestion des centres ner- 
veux d'origine vasculaire, comme dans les cas ordinai- 
res de démence athéromateuse. où l'excitation génitale 
se montre si commune. Il s'agit, en réalité, d'un phéno- 
ncmiène épisodique dune durée éidiéinère intimement 
lié à l'explosion de la crise anxieuse, relevant d'un mé- 
canisme particulier. 

Tels sont les plus intéressants des faits que j'ai obser- 
vés. IJien qu'appartenant à des catégories cliniques dif- 
férentes, ils ne s(mt i^as sans avoir quebpie chose de 
commun. 11 y a d'abord l'association des deux symptô- 
mes, anxiété et excitation sexuelle, ("ette dernière est 
un ydiénomcne assez banal dans les maladies mentales : 
on l'observe souvent dans la période d'invasion, non 
seulement tles psychoses organiques mais des simples 
vésanies. Klle est fréquente dans le cours des folies sys- 
tématisées où elle engendre tant et de si singidières 
idées délirantes, mais elle n'y joue que le i\M*, d'un 
symptAme accidentel et isolé tandis que dans les obser- 
vations précédentes, elle fait partie d'un ensemble de 
plrénomèncs systématiques formant un syndrome à indi- 
vidualité propre. 

Il y a encore la prédisposition. Tous ces malades sont 
des héréditaires, c'est-à-dire des individus dont le sys- 
tème nerveux est frappé d'une déséquilibration originelle 
el d'une émotivilé maladive. Qu'un épuisement mo;uen- 



Digitized by 



Google 



EXCITATION SEXIELLE DANS LES PSYCHOPATHIES ANXIEUSES 97 

tané se i)roduise ou que survienne un choc mental, et 
voilà les obsessions mobilisées et Tanxiété déclanchée. 
Selon que la tare du système nerveux sera légère ou 
grave, Taffection i)Ourra avoir une évolution différente ; 
guérir chez les uns, i)asser chez les autres à l'état cliro- 
lîique. et chez les troisièmes évoluer plus ou moins rapi- 
dement vers la démence. 

Enûn il y a encore le lien pathogénique. Il est vrai- 
semblable, en effet, que cette association morbide, anxiété 
et excitation génitale, relève, quels que soient les cas 
cliniques où on l'observe, d'un mécanisme identique. 

I^a théorie de Freud, qui fait de l'anxiété la consé- 
quence d'une accumulation de la tension génésique, théo- 
rie d'ailleurs généralement combattue, ne saurait être 
invoquée dans l'espèce. Dans nos observations, en effet, 
l'excitation sexuelle se pi*oduit, non x>as comme x)héno- 
niène primitif suscei^tible déjouer le rôle d'agent causal, 
mais bien comme manifestation secondaire et subordon- 
iiûe. Toujours l'anxiété a précédé l'excitation génitale. 

Ij'expérimentation a démontré qu'il existe, dans le 
manteau cérébral, des centres des besoins et des appétits 
et en particulier des centres dévolus à l'activité des or- 
ganes de la génération (1). Faut-il s'arrêter à cette expli- 
cation que l'irritation corticale qui produit l'anxiété i)eut 
se propager à ces centres et les mettre en activité ? Mais 
l'anxiété est un phénomène psychologique dont le reten- 
tissement organique est l'angoisse ; l'excitation du cen- 
tre cortical des fonctions sexuelles ne saurait avoir de 
retentissement organique que j)ar l'intermédiaire d'un 
état psychologique, c'est à dire d'idées erotiques, ce qui 
])araît singulièrement i)aradoxal, à moins d'invoquer la 
l>ossibilité d'idées subconscientes. Nous avons bien pu 
constater chez i)lusieurs de nos malades que l'excitation 
génitale engendrait des pensées erotiques mais nous n'a- 
vons à aucun moment remarqué quoi que ce soit qui j)er- 
mette de croii»e à l'existence du i)rocessus inverse. La pa- 
nophobie de l'anxieux ne paraît d'ailleurs guère favpra- 
ble à l'éclosion d'idées relatives aux fonctions sexuelles. 

Au dessous de l'écorce cérébrale existent une série d'or- 

(I) PoussKPE.— Des centres cérébraux dirigeant l'érection du pénis 
et l'activité des testicules (Revue neurologiqutf, 29 février 1904). 

Archives, 2* série 1905, t. XIX. 7 



Digitized by 



Google 



98 CLINIQUE MENTALE 

ganes superposés, oouclies optiques, bulbe, moelle, dans 
lesquels existent des centimes inférioui*s dont Tactivité 
peut être réveillée d'une façon automatique. Les couches 
optiques, en particulier, contiennent des noyaux qui 
X)résidcnt à la vaso-motricité, aux mouvements du cœur 
et de la respiration, aux sécrétions des glandes, à Tacti- 
vite des organes génitaux (1). Nous avons vu précisément 
que, dans les états anxieux, toutes ces activités pouvaient 
momentanément être réveillées en dehors des stimulants 
ordinaires et d'une façon en quelque sorte incoercible. 
Mais cet automatisme nq peut exister que par le défaut 
ou l'insuffisance des centres modérateurs du manteau 
cortical. Or, nous savons que les fonctions intellectuelles 
supérieures qui ont pour organe ce môme manteau corti- 
cal, le jugement, le raisonnement, la conscience, dimi- 
nuent d'intensité au fur et à mesure que l'émotivité aug- 
mente. « C'est une loi psychologique bien connue, dit M. 
Ribot, que le connaître et le sentir ne peuvent coexister 
avec une égale intensité, que l'état affectif ne i>eut gran- 
dir que si la représentation s' efface (2). ■ De mOme, c'est 
dans les phases les [)lus anxieuses des états mélancoli- 
ques que le contenu du délire est le plus pauvre, jusqu'à 
disparaître presque entièrement, comme chez les pano- 
phobes gémisseurs. M. Pierre Janet a bien montré que, 
chez les psychasthéniques, les agitations mentales, les 
rêveries, le délire en un mot sont non seulement indépen- 
dants de l'angoisse physique, mais qu'ils se développent 
en antagonisme avec elle. On peut donc en conclure qu'au 
paroxysme de l'anxiété, alors que les fonctions intellec- 
tuelles supérieures sont presque entioi*ement susj^endues, 
l'action inhibitoiro ou frénatrice des centres corticaux, 
soit par épuisement, soit par inertie, ne se fait plus suf- 
fisamment sentir sur les centres inférieurs et laisse ainsi 
le champ lilire à leur activité automatique. 

Je n'attache d'ailleurs aucune importance à ces essais 
d'explication. Ce que je tenais à montrer, c'est la coïnci- 
dence de deux phénomènes qui sembleraient devoir s'cx* 
dure et qui, signalés dans les états névropathiques, ne 

(1) J. SouRY. — Le système net-veux central, Paris 1899. 

(2) Th. UiDoT. — La psychologie des sentiments, H* édition, Paris 
1897. 



Digitized by 



Google 



rx NorvEAr cas D£ paralysu: générale conjugale 00 

Favaient pas encore été explicitement dans les états psy- 
chopatliiqucs. 



RECUEIL DE FAITS 



Réflexions sur un cas nouveau de paralysie 
générale conjugale d'origine syphilitique. 

Par les D" S. GARMER, Médecin en chef Directeur, 
ei A. SANTENOISË, Médecin adjoint do l'asile d'aliénés de Dijon. 

Dans les conclusions d'une première note sur la para- 
lysie générale conjugale, lue, il y a 14 ans, au congrès de 
médecine mentale de Rouen, notre distingué confrère, le 
docteur GuUerrc, de TAsile de la Roche-sur- Yon, qui a 
l>ul)lié les premiers cas observés en France, déclarait 
« qu'en fait de paralysie générale à deux, la syphilis, 
tout en étant encore rhyi)othèse la i)lus plausible, était 
loin de tout expliquer d'une manière satisfaisante ». 
Cette réserve se comprenait en face des trois cas rappor- 
tés par M. Gullerre. Et, en effet, dans le i^remier, la syphi- 
lis n'était pas, avec certitude, la cause déterminante de 
la paralysie générale des deux conjoints ; dans le second, 
on n'avait i)as constaté, selon le premier médecin trai- 
tant, soit chez l'homme, soit chez la femme, d'accident 
antérieur de nature suspecte ; et enfln dans le troisième, 
la femme, primitivement infectée de syphilis ne devint 
paralytique qu'après que son mari eut déjà manifesté 
des symptômes de sclérose médullaire, mais sans trou- 
bles mentaux. En commentant son quatrième cas de pa- 
ralysie générale conjugale, inséré dans les Archives de 
neurologie (1004, n^ 08), M. Gullerre posa cette fois net- 
tement la syphilis comme l'élément étiologique de la 
paralysie générale des deux conjoints de son observa- 
tion, et il put dire : u Je considère ce nouvel exemple 
comme militant en faveur de l'origine syphilitique de la 
paralysie générale ». Un nouveau cas de paralysie géné- 



Digitized by 



Google 



100 RECUEIL DE FAITS. 

raie conjugale, que nous avons tout récemment observé, 
vient fournir très nettement la démonstration de Tori- 
ginc syphilitique de la maladie, ainsi qu'on va le voir. 

Marif D..., Mnive G..., née à L..., h» 4 décembre 1845, eî^t 
en liée ù lAsilc d'aliénés île Dijon le 4 mai 1904, atteinte de dé- 
nience parah lique à la dernière période. La mère de celle femme, 
née Eticnnelte D...., a élé traitée elle-même à rélalilissemenf, 
du 15 févriei- 1896 au 11 septembre 1897, et est soi-lie lé^'èn*- 
ment améliorée d'un accès ai^ru de folie sénile, a\ec idées i\v 
pei'séculion el d'empoisonnement, mais elle est décédéi» peu de 
iemps après. Le neveu de celle dernière, et par consécpient le 
cousin gei-main maternel de Marie B.... a>ait élé lui aussi traité 
ù l'établissement, du 4 septembre au 29 novembre 1902, date de 
son décès |mr suite d'attaques épileptiformes. Il élail atteint de 
|)aralysie f^'énérale à forme expansive, a\ec lessijfnes somatiques 
el psychi(|ues habituels à cette maladie. Il avait contracté la 
syphilis au réjifiment, puisqu'à son dire il a\ait eu la couronne 
de Vénus (sic). Comme il était dans la 34* année de son âge loi*s 
di» son entrée à l'asile, on pouvait faire remonter l'infection 
syphilitique à une douzaine d'années auparavant. 

Du côté des antécédents pei'sonnels de Marie B..., antérieui-s à 
son mariage a>ec G..., nous ne savons rien, sinon qu'après avoir 
mené une \ie un peu iiréj^ulière, elle s'était mariée le 28 jan- 
vier 1894, à l'djre de 49 ans. Elle avait épousé le nommé G 

là^M? aloi-s de 35 ans, puisqu'il était né le G septembre 1859. Celui- 
ci, après un an de cohabitation, vécut avec sa femme en mau- 
vaise intelligence, aussi le divorce fut-il prononcé en 1896, aux 
torts du mari qui, en févi-ier 1902, fut interné lui-même à l'Asile 
d'aliénés. Ace moment, (i... qui passait pour avoir habituelle- 
ment fréquenté des lilles de mauvaise vie, présentait indubita- 
blement tous les signes d'une paralysie générale, avec excitation 
maniacpie aiguë. Loi-squ'il fut (juestionné sur l'existence d une 
syphilis dans ses antécédents, il déclara a\oireu la roséole (sic), 
de sorte que la Nérole était tout à fait certaine. Il mourut 8joui"S 
après son hospitalisation, pai* suite d'une congestitm cérébrale. 
Cet individu était fils unique d'un jjère qui avail également été 
sé(|ueslré à rétablissement, à làgtî dt; 72 ans, du 12 février au 11 
mars 1897, date de sa niorl ï)ar ramollissement cérébral. C'était 
à son entrée un dément sénile, avec excitation maniaque inter- 
currente. 

A partir du mariage que Ion sait, avec un homme de 14 ans 
moins âgé qu'elle, Marie B..., (|ui ne paraît pas avoir été jamais 
malade jus(iue-là (renseignements émanant d'un proche parent 
médecin), présenta, en août 1896, à son retour d'une saison a 



Digitized by 



Google 



rs CAS NOrVEAU DE PARALYSIE GENERALE CONJÏGALE 101 

Luxeuil. une éruption «fénoraliséo, sauf à la faceot aux mains, 
lie s accompagnant ni de démangeaisons, ni de douleui-s, ce qui 
fit présumer déjà au parent qui lobservail, qu'il s'agissait d'une 
éruption syphilitique (roséole). L'année suivante, elle reçut les 
soins de M. le docteur P...., de Dijon, qui, en présence dune 
nouvelle poussée cutanée, porta sans hésiter le diagnostic de 
syphilides papuleuses, et prescrivit aussitôt un traitement spéci- 
fique que la malade refusa toutefois de suivre, disant (lu'on \ou- 
lait l'empoisonner. 

Le rappmchement de la date des premiers acci<lents avérés <Ie 
syphilis (mséole de 18%), avec celle du maiiage(' 28 janvier ISO'i), 
S4»mble assez démonsiratif d'une syphilis récente el ac([uise pen- 
dant le mariage. Il esl, d'autre pari, d'autant plus admissible ([ue 
le mari a été l'agent primitif île contamination, quc^ lui-même, 
de son propre avt»u, avait été, comme on l'a vu, préalablement 
infecté, et il ne ])eiit pas être douteux (fu'étant donné un mari de 
:i,*) ans et une femme de 41) ans, ce n'est pas la femme (jui a du 
apporter la maladie dans la comnuinaulé. 

A l'entrée de Marie B..., on conslala chez elle les phénomènes 
.suivants : embarras extrême de la parole, atrésie des pupilles, 
ti-emblement de la langue, <lif(iculté de locomotion, atîaiblissc»- 
ment considérable de la mémoire, inconscience du temps écoulé, 
tendance use déshabiller constamment, du gAtisme. Peu après, 
on fut obligé de l'alimenter à la son<le, à cause de la paralysie du 
pharynx, et elle bredouillait d'une façon inintelligible. Bientùt 
on dut l'aliter, car elle ne pouvait se tenir assise dans un fau- 
teuil, et elle Aécut de la sorte moins d'un mois, étant morte le 
1" juin, par suite de congestion cérébrale. L'autopsie ne put être 
pratiquée, en raison de l'opposition de la famille, opposition cfui, 
d'ailleui's, s'était déjà pro<luite pour les trois parents décédés an- 
térieurement à l'asile. 



L'observation ci-dessus nous a paru d'autant plus in- 
téressante qu'elle est, au point de vue étiologique, plus 
complète que la plupart des observations de paralysie 
générale conjugale publiées, et permet de donner une 
solution déjà meilleure aux questions que soulève le fait 
de cette même maladie survenant successivement chez 
deux conjoints. 

Tout d'abord, il ne x)eut pas être discutable qu'une 
double prédisposition avait, chez les époux G. B..., pré- 
l)aré le terrain à Téclosion des accidents paralytiques, 
attendu que, du côté du mari, on trouvait son père, dé- 
ment sénile, mort à l'asile de ramollissement cérébral, 



Digitized by 



Google 



102 RECUEIL DE FAITS. 

et que, du côté de la femme, non seulement sa mère, 
quoique décédée à son domicile, avait versé de son côté 
dans la démence, mais encore un cousin germain mater- 
nel avait succombé dans notre établissement, par suite 
de paralysie générale confirmée. Ce dernier fait n indî- 
que-t-il pas d'ailleurs, d'une façon déjà claire, chez les 
membres de cette famille, la tendance de leur cerveau à 
faire de la paralysie générale, parce que la syphilis était 
entrée en jeu ? 

La marche de l'infection syphilitique, déjà mise en 
relief dans l'observation, mérite encore qu'on s'y arrête, 
en raison de ce que les accidents initiaux ont certaine- 
ment débuté chez le mari. Et, en ellet. G..,, a été le pre» 
mier infecté, puisqu' après son mariage avec Marie B...., 
celle-ci présentait des accidents secondaires dès 1896, 
c'est-à-dire 2 ans environ après. La différence chronolo- 
gique dans la contamination originelle s'est d'ailleurs 
également retrouvée dans l'évolution morbide des acci- 
dents cérébraux, puisque le mari mourut paralytique un 
peu plus de deux ans avant que sa femme ne succombât 
par suite de la même affection. Chez les deux malades, 
on iieut au moins apj)roximativement, évaluer à une di- 
zaine d'années l'intervalle qui a séparé l'accident syi)hi- 
litiquc initial de rapi>arition des symi)tômes mentaux. 
Rajïpelons ici. à cet égard, que chez le cousin paralytique 
de Marie B..., on vit les accidents de paralysie générale 
débuter une douzaine d'années après l'infection sj7)hiliti- 
que. 

11 y a en outre, dans ce fait d'une paralysie générale 
évoluant successivement chez deux époux, autre chose 
qu'une coïncidence fortuite, et la vulnérabilité particu- 
lière de leur système nerveux nous paraît d'autant plus 
admissible que la prédisposition était évidente chez tous 
les deux. 11 semblerait même que l'aptitude de son cer- 
veau à contracter la paralysie générale était, chez la 
femme, presque fatale. Néanmoins, cette prédisposition 
seule, toute intense qu elle ait pu se révéler, n'aurait 
sans doute pas suffi à faire naître, en l'absence de syphi- 
lis, une paralysie générale chez Marie B..., car nous ob- 
servons que son frère, dont nous ignorons il est vrai 
l'âge exact, mais qui est certainement voisin de celui de 



Digitized by 



Google 



IN CAS NOrVEAr DE PARALYSIE Gl^NÉRALE CONJUGALE 103 

sa sœur, n*a jusqu'à présent offert, dans sa mentalité, le 
moindre symiitôme susj^ect ; et cependant ce frère, père 
cle famille, entrepreneur ayant brassé des affaires, a dû 
îivoir son système nerveux bien plus surmené que sa 
sœur qui a toujours eu une vie monotone, indemne de 
toute tension cérébrale. 

Faut-il, x)our expliquer cette i)aralysie générale chez 
nos deux époux, faire intervenir, à Texemple do quel- 
ques auteurs (Morel-Lavallée, etc.) l'influence élective 
d'un virus syphilitique spécial ? Cette hypothèse, à priori 
admissible, ne paraît pas devoir ôtre retenue ici, pas 
plus d'ailleurs qu'une similitude d'habitudes pour les 
excès vénériens (Bail), car rien ne vient confirmer ni in- 
mer la première hyi)othèse, et la seconde est d'autant 
plus h rejeter que les époux ont fort peu vécu ensem- 
ble. 

Sans vouloir maintenant insister sur la richesse étio- 
logique de notre observation, il nous sera cependant 
bien j^ermis de faire observer que c'est une véritable 
bonne fortune d'avoir j)u recueillir ainsi, dans le même 
asile public, l'histoire pathologique de deux conjoints 
2)aralytique8, do leurs ascendants et collatérîiux, alors 
que les observations publiées jusqu'à ce jour manquent 
l>récisément, en général, de tels détails sur l'hérédité 
des sujets atteints de paralysie généi'ale conjugale. 

Ainsi que nous l'avons fait observer au début de ces 
lignes, c'est le D*" Gullerre qui a, le premier en France, 
attiré l'attention sur les faits de paralysie générale con- 
jugale, au congrès aliénistc de Rouen, en 1890. Mais déjà 
Ludwig Acker (AU. Zeitschrift fur Psych. 1887) et Men- 
del (Alh Zeitschrift fur Psych. 1888) avaient rapporté 
des observations de paralysie générale chez des conjoints 
Infectés de syphilis. Depuis, les faits se sont multipliés, 
tant à l'étranger qu en France. Dans les thèses d'Evrard 
(Paris 1894), d'Tngelrans (Paiis, 1897) et de Creté (Paris, 
1899), se trouvent rapi)ortées les observations connues 
et la bibliographie qui a trait à la question de la i^araly- 
sie générale conjugale, dont le total des cas était, d'après 
CulleiTe, (Archives de Neurologie, 1904, n' 98) d'une 
quarantaine environ. L'observation nouvelle que nous 
venons de rapporter ne peut qu'ajouter à cotte moisson 



Digitized by 



Google 



104 RECUEIL DE FAITS. 

de faits spéciaux, un cas particulicromont documenté au 
point de vue étiologique. 



Epilepsie, délire alcoolique, mélancolie, tentative 
de suicide et paralysie générale chez le fils 
d'une mère alcoolisée, dun père suicidé, lui- 
même étant syphilitique et alcoolique. 

PAR LE D' SIMON 
(Aftilo ri inique. Sonico do rAdnii9$9k>ii.) 

Un des foits les plus propres à montrer que les études 
cliniques ne sont pas restées en psychiatrie plus stéri- 
les que dans les autres parties de la médecine, nous pa- 
raît être la possibilité de reconnaître, chez un même ma- 
lade, la coexistence de plusieurs aflections mentales dif- 
férentes et de préciser ce qui revient à chîicune d'elles 
des divers symi)tAmes morbides, tant sont en effet net- 
tement déterminés les signes qui leur sont propres. (> 
n'est pas d'aujourd'hui d'ailleurs que les aliénistes a])- 
pellent l'attention sur des combinaisons de ce genre et 
la façon de les analyser. M. Magnan en particulier a 
montré le haut intérêt de ces faits, et toute une leçon de / 
sa 2* série des « Centres nerveux » est consacrée aux 
multiples variétés que la pratique courante fait rencon- 
trer. L'observation que nous rapportons ici est du même 
ordre. 

Gh. R.... est un liomme do 43 ans, oncoi'o solide, assez vigou- 
reusement, bâti. (Tesl le iils dune blanchiseuse, morte pa- 
ralysée à 00 ans qui aurait eu des habitudes <le ])()isson assez 
prononcées ; — et d'ini père qui s'esl pendu au moment de la 
Commune par peur delre fusillé. (\\i. R...., avait 3 frères : 
deux sont morts : l'un, d'une tumeur dans la gorge,?), l'autre tu- 
berculeux ; le troisième enfin, l'aîné de tous, est acluel- 
lement âgé de 46 ans ; il a toujours été de caractère emporté, 
mais il n'a jamais présenté d'accidents nerveux, ni de troubles 
mentaux proprement dits. 

Nous manquons de renseignements précis sur l'enfance mémo 
de noire malade. Nous avons pu savoir cependant qu'il n'avait 



Digitized by 



Google 



ÉPILEPSIE, DELIRE ALCOOLIQUE, ^MÉLANCOLIE, ETC. 105 

jamais eu beaucoup d'instmction ; il n'a jamais su livs bionlire ; 
il^saît tout juste tracer son nom ; mais ce défaut parait en réalité 
tenir moins à une incapacité de sa part rju'aux conditions mê- 
mes «lans lesquelles il fut élevé : il n est allé à l'école d'ail- 
leurs que jusqu'à 9 ans. Et dans son métier au contraire — il était 
orfèvre — il était considéré comme un des ouvriers les plus 
adroits, iTcherché parles meilleures maisons, il était arrivé aux 
plus hautes payes. 

Dès là^e de 15 ans apparaissaient cependant déjà chez lui des 
Imubles nerveux qui, d'apK»s les ivnseijînements que nous avons 
pu recueillir se présentaient de la fa(;on suivante : c'étaient des 
crises qu'il sentait venir à du tremblement ; il pâlissait aloi-s 
et tombait ; il se blessait pariois et se débattait, grinçant des 
dents, faisant de grands mouvements, devant être maintenu par 
plusieure pei'sonnes. Quelquefois ces crises s'accompagnaient de 
moi'suiM.» de la langue ; plus rarement d'incontinence d'urine. Le 
malade en aurait toujours ignoiv le contenu. De 15 à 25 ans elles 
étaient fivquentes au point que « tout le monde » sa\ait qu'il 
tombait ainsi. Mais par la suite (vers 30 ans) elles auraient cessé 
à peu près complètement : son tils se les rappelle à peine ; — et 
depuis le malade n'en aurait présenté qu'une dizaine. En même 
temps qu'ils devenaient plus rares, ces accidents auraient aussi 
changé de caractère : dans ces dernières crises les grands mou- 
vements avaient cessé, le malade avait seulement des contractu- 
res des mains et ses yeux étaient convulsés. 

Nous devons également relever vers cette époque — entre 20 
et 21 ans, si nous en croyons le malade, qui ne nous fournit pas 
de date bien précise, — un chancre de nature syphilitique. C.h. 
II. a en effet été soigné pour lui à l'hôpital du Midi par des fric- 
tions à l'onguent gris ; et plus tard se sont développées des pla- 
ijues muqueuses, ont éclaté des céphalées, qu'un traitement io- 
«lufé a fait disparaître. — Sauf un fils bien portant, de 23 ans, qui 
lui reste, Ch. R. a eu d'ailleurs d'un mariage contracté l'année 
consécutive à cette mfection, quatre autres enfants tous morts en 
bas-âge, et sa femme a fait en outre une fausse couche ; — mais 
peut-être, il est vrai, faut-il tenir compte, pour l'interprétation 
<le ces faiLs qu'elle-même mourut assez jeune de tubeirulose pul- 
monaire. 

Le malade avait d'autre part déjà à cette époque des habitudes 
d'intempérance, abusait surtout du vin, et les jours de tête <( se 
grisait » dit-il « de tout ce qui se présentait ». 

C'est sous l'influence de libations de ce genre que se manifesta 
pour la première fois avec évidence chez lui, la tendance au 
suicide que nous retrouverons plus tard. Il y a 8 ans à j)eu pi'ès, 
il se promenait avec un ménage, il avait bu, l'ami avec qui il 
était parut lui reprocher de faire la cour à sa femme : c'était à la 



Digitized by 



Google 



106 RECUEIL DE FAITS. 

gai*e do Courcelles ; brusquement il s'élança pour so précipiter 
sous le train qui arrivait, il fut heurté par une portière et pro- 
jeté : outre une plaie ,à la t4)te, lésions internes, hématurie, trois 
semaines do lit. 

Use ix*mariait deux ans après environ ; et depuis — car sa fa- 
mille rattache natui*ellement tous ses troubles ultérieur à ce 
traumatisme crânien — on lui connaît des idées de jalousie et de 
persécution, accompagnées de colères violentes. Il disait que sa 
femme le trompait avec n importe qui et il Taccablatt de gros- 
sièretés, il portail constamment un revolver sur lui, ayant tou- 
joui's présente l'idée de la trouver avec quelqu'un et de leur faire 
leur afTairo à tous deux. Il remarquait les allées et venues de 
personnages imaginaires qu'il épiait dans Tescalier. H lirait des 
coups de revolver par la cheminée. 11 croyait qu'on lui riait au 
nez. Il avait, disait-il, rencontré sa iemmeavec tel ou tel. 11 pei^ 
dait souvent toute une journée de travail à rester sous une fe- 
nêtre à la guetter. Devant ses menaces, sa femme, qui se con- 
duisait bien, a dû plusieui*s fois se sauver chez fa mère et lina- 
lement a pris le parti de le quitter. Il y a 6 ans qu'on ne sait 
plus où elle est. 

Après ce départ, ses idées et ses interprétations délirantes n*onf 
pas cessé. Il ne pensait d abord qu'à se venger d'elle, il voyait 
toujoui*» les frères de celle-ci qui le poursuivaient en bande pour 
lui faire un mauvais parti. Toujours des raisons aussi à ce sujet 
dans les ateliers où il travaillait. Toujours croyait-il quelqu'un 
qui lui en voulait. Kt entre temps, il ne parlait que d'en finir. 
Depuis dix ans, il était toujoui*s sombre, en proie continuelle* 
nieul & <les idées noires. Il y a 4 ans encore on Ta retenu quand 
il allait se Jeter par la fenêtre. 

Depuis 3 ans, la veuve d'un de ses parents a partagé son exis- 
tence. C'a été avec elle de nouvelles idées de persécution, do 
nouvelles scènes do jalousie et de violence. Il prétendait qu*un 
complot était dirigé contre lui, auquel cette femme était associée 
pour le voler. H croyait parfois entendre des bruits de baiser. Il 
la frappait, puis implorait son pardon en pleurant. Et constam- 
ment des idées de suicide revenaient dans sa convei-sation ; 
« toutes les heures», dit celle-ci. Il parlait sans cesse de tuer sa 
maîtresse, puis de 'se tuer après. Celle-ci a dû le quitter à son 
tour il y a un an, 

Mais déjà commençaient à se montrer d'autres phénomènes 
morbides. Il y a Sans, il n'avait fait encore, comme orfèvre, que 
trois maisons seulement. Après le départ de sa seconde femme, 
il était resté assez longtemps sans travail. Puis, sous l'influence 
de ses itiécs de pei*8écution ses places devinrent plus instables, il 
changeait plus souvent. Cependant son travail lui-même n'en 
s'>ufTrait pas, restait aussi bienjalt que par le passé^et ses jour- 



Digitized by 



Google 



ÉPILEPSIE, DÉLIRE ALCOOLIQrE, MÉLANCOLIE, ETC. 107 

iit*<»s étaient autant payées. On i*épugnait à remployer paixîe que 
l>a.r intervalles ses à-coups subits de violence effrayaient. Mais 
on s'y décidait cependant, parce qu'il restait malgré tout un des 
111 tailleurs ouvriers de sa partie. 

Depuis un an, un an et demi à peu pi*ès au contraire, cVstune 
baisse progressive de ses facultés. Son travail est de plus en plus 
i iiiparfait, et Ton a comme la courbe de cette décadence dans ses 
prix de journée qui diminuent : de (2 il tombe à 10, puis au-des* 
s€»us encore, n^arrivant plus à gagner que trois francs par jour. 
Kt l'on ne lui confie plus le même ouvrage qu'autrefois, on ne 
lui donne pas les œuvres délicates, ses mains et son attention en 
«itéraient désormais incapables, il est maladroit, il ne peut plus 
fairo de travail fin, ni fixer longtemps le même objet, il s'énerve ■ 
facilement, on no lui donne plus que les besognes les plus gros* 
siôn»î*, celles qui demandent le moins de soin. Depuis quelques 
semaines enfin tout travail lui était devenu impossible. Peu ins- 
(iiiit déjà, il devient incapable de comprendre ce qu'il lit. Sa mé- 
moire également baisse et s'égare : Il oublie quelquefois jusqu'au 
nom du patron qui l'emploie, et il part de chez lui pour aller tra- 
\ ailler à 9 h. du soir. Il perd de 1 argent. Dans ses périodes de 
calme, où sa tristesse habituelle ct^de, un sourire niais apparaît 
sur ses lèvres, qu'on ne lui connaissait pas. Enfin depuis un an 
sa parole s'embarrasse et devient maintenant par instants presque 
i iisaisissible. 

r/cst dans cet état, après celte histoire morbide déjà si longue, 
ciu'il arrive à l'asile. On trouve nettement chez lui à l'examen 
Irois groupes différents de symptômes. 

Il ne témoigne plus que d'une activité intellectuelle restreinte. 
Son orientation est défectueuse. Il ignore l'époque de l'année où 
nous sommes et celle-ci, répond sans hésitation à ce sujet « mais 
1883 » ou une autre fois « 1884» et en étant alore incapable de 
<liro le mois. Sa mémoire no lui permet pas de fournir un récit 
4*xacL de sa vie antérieure. Il n'est que vaguement conscient de sa 
*iituation, se rend peu compte du changement qui s'est opéré en 
lui. Il sait cependant qu'il ne peut plus travailler et accuse môme 
4 fuelque découragement. Mais peu après son visage s'éclaire pas- 
sagèrement d'une satisfaction caractéristique. On est frappé d'au- 
. tre part d'une hésitation delà parole constante, que les. mots 
dépreuve exagèrent, mais notable déjà au coui's de la conversa- 
tion. Les pupilles sont déformées et inégales, la pupille gauche 
plus grande ; les réactions lumineuses sont très faibles et très 
lentes. Relevons enfin une exagération des réflexes rotuliens. 

AcAté de ces troubles, le malade accuse d'autre part des peurs 
nocturnes, des cauchemai'S, « de mauvaises choses » ; il croit 
tomber dans des précipices ; il entend des fusillades, il se voit 
blessé. Il se réveille en sursaut, couvert de sueur. Il a des cram- 



Digitized by 



Google 



108 RECUEIL DE FAITS. 

p<»sdans l<'s m ombres inférîeiii*s, <k*s étourdisse mon (s froquonts. 
Sos mains otonduos prosontont un livmblomont rapide à peliles 
oscillations verticales. 

Enfin, à côté de tout cela surnagent encore des idées délirantes, 
un fond mélancolique de tristesse, de découragement, d'impuis- 
sance, avec surtout tendance constante au suicide puisque Ch. R. 
a encore tenté tout récemment à se bniler la cer\eUe. Plusieui's 
fois dailleui^ il exprime ce même désir devant nous. L<»s idées de 
pei-sécution poi^sistent également, bien qu'actuellement confuses. 
Kilos ont provoqué son internement : lui-même s'est rendu au- 
pi-os d'un agent, demandant protection contre des pei^sonnages 
(|ui, disait-il, ^oulaient l'empoisonner. Elles se manifestent encore 
par des réflexions comme celles-ci : « 11 ne me manque que votre 
confiance. On a l'aii* de dii'e que je suis exigeant pour la nourri- 
ture. » 

Comment donc comprendre cet ensemble de troubles 
morbides. La manière môme dont nous les avons expo- 
sés, pour plus de clarté, le montre déjà. Cet affaiblisse- 
ment global de toutes les facultés, qui domine actuelle- 
ment la scène, qui s'est établi lentement, progressive- 
ment, au point que le début en remonte à un an déjà, 
sinon idus ; et les signes physiques qui raccompagnent, 
embarras de la jïarole et troubles pupillaires, indiquent 
suffisamment que nous avons à faire à une paralysie gé- 
nérale eni)leine évolution. Les troubles sensoriels péni- 
bles que nous observons la nuit chez notre malade, et le 
tremblement des mains qu'il présente, témoignent d'au- 
tre part des habitudes alcooliques que lui-môme d'ailleurs 
avoue. Sa dépression, ses conceptions délirantes tristes, 
son penchant toujours présent au suicide ne sont qu'une 
expression de la prédisposition aux troubles mentaux 
que le récit de son existence nous montre qu'il a toujours 
présentée, et traduisent le terrain de déséquilibration 
dont il a hérité. 

Nous voyons donc qu'il existe chez Ch. R.., une co- 
existence et une association de trois états pathologiques 
diflérents : un fond constitutionnel, que l'alcoolisme de 
la mère n'est pas seul à expliquer, qui s'est manifesté 
autrefois par de l'épilcpsie.puis des idées de persécution, 
mais qui affectaient le i)lus souvent la forme mélancoli- 
que, avec réaction et suicide, dont le malade héritait 
directement de son père ; des accidents alcooliques, éga- 



Digitized by 



Google 



ÉPILEPSIE, DÉLIRE ALCOOLIQUE, MÉLANCOLIE, ETC. 109 

leinent d'origine ancienne ; et enfin, sur cette double 
l>ase, vésanique et d'intoxication, s'est développée i^lus 
récemment, à la faveur de l'infection syphilitique dont 
notre malade a été victime dans sa jeunesse, une troisiè- 
me allection, la ]>ai»alysie générale, de date jilus récente, 
mais qui dès maintenant commence à prendre une im- 
portance prédominante. 

Et ce n'est pas là un tableau schématique. Sans doute 
la subdivision des i)hénomènes est moins nette au pre- 
mier abord que nous l'avons présenté. Mais c'est qu il y 
a naturellement, et selon la règle commune à tous les cas 
de ce genre, une influence réciproque des actions morbi- 
des qui s'exercent ainsi simidtanément chez le même in- 
dividu. Dans notre cas, en particidier, il est assez aisé de 
l'élever des phénomènes de ce genre. Ainsi, c'est à la fa- 
veur d'un appoint alcoolique que le malade a manifesté 
2>our la i)i»emière fois nettement cette tendance au suicide 
dont il apportait le germe en naissant et qui s'est re^iro- 
duite tant de fois chez lui. Puis, de même qu'ils viennent 
probablement de hâter son placement, ses excès alcooli- 
ques ont certainement été aussi i^our beaucoup dans les 
exacerbations de ses idées délirantes de persécution et 
de jalousie, et môme dans la forme de celles-ci. Les ma- 
nifestations vésaniques ont été modifiées par l'alcoolis- 
me, selon les règles habituelles à l'intoxication par T al- 
cool, agent d'éclosion, d'entretien et d'aggravation. 

Mais à son tour, l' a fl'aiblissement intellectuel dont s'ac- 
comx)agne la paralysie générale, est venu les marquer de 
son empreinte. Elles n'ont pas seulement peixiu de lem* 
activité d'autrefois, mais tandis qu'elles présentaient an- 
térieurement une tenue logique qui portait la conviction, 
malgré leur fausseté, dans l'esjïrit des personnes à qui le 
malade les confiait, elles ne se bornent plus depuis quel- 
que temps, nous dit son frère, qu'à des ré^jétitions et 
l>resque à des radotages. Ce retentissement des troubles 
morbides les uns sur les autres n'est cependant x)as, 
comme nous l'avons vu, suffisant pour en empêcher l'a- 
nalyse, et il est relativement aisé d'attribuer à chaque 
cause x)athogène : hérédité, intoxication, syi)hilis, qui 
ont successivement intervenu, les différents désordres 
dont elles sont responsables. 



Digitized by 



Google 



110 ASILES d'aliénés. 

Au reste, révolution même se charge de préciser en- 
core cette dissociation, cette indépendance. Si ces divers 
symj)tOmes se pi^ésentent i^ôle-môle dans l'histoire et à 
rentrée môme du malade, chevauchant les uns sur les au- 
tres, c'est qu'aussi bien nous le voyons à une époque où 
les trois ordres de causes dont nous avons parlé sont éga- 
lement agissantes. Mais le régime d'abstinence de l'asile 
atténue vite les accidents alcooliques ; les nuits devien- 
nent rapidement plus calmes, ne sont plus troublées jMir 
les hallucinations jiénibles habituelles. Cex)endant, le 
fond mélancolique, le i)remier en date, persiste et ai)pa- 
raltpar intervalles : « Ça ne va j)as... j'aime mieux en 
finir avec la vie... tuez-moi donc tout de suite... Kst-il be- 
soin de dire que l'aflaiblissement intellectuel, que les trou- 
bles de la parole et pux^illaires restent les mômes que les 
X>remiers jours ? 

Ainsi, troubles délirants avec idées répétées de suicide 
liés à un terrain de déséquilibration mentale d'origine 
héréditaire, accidents alcooliques, paralysie générale à 
laquelle la syphilis n'est sans doute i)as étrangère, coe- 
xistent chez notre malade, et s'y laissent assez aisément 
distinguer, reconnaissant tout à la fois une pathogénie 
des caractères, une évolution et i)ar suite, un x)ronostic 
l)ai*ticulicrs. Des faits de ce geninî sont fréquents dans la 
pratique x)sychiatrique,niais on ne saurait troj) y ixîvenir 
et insister sur leui^ importance, car leur connaissance 
jette la lumière la plus vive sur ces tout complexes que 
sont les malades et est indisi)cnsable i)Our les compren- 
dre. 



ASILES D^VLIENES 



Personnel médical des Asiles d'Aliénés. 

Par le D' E. COULONJOU. 

Aude 11 chef de Clinique à la Faeullé de Médecine, 
Médecin-adjoint des Asiles publics. 

Les médecins d'asiles recevaient» il y a quelques jours, 
une circulaire de M* Bourneville, dans laquelle ils étaient 



Digitized by 



Google 



PERSONNEL MEDICAL DES ASILES d' ALIENES. 111 

priés dé fournir cei'tains renseignements sur la popula- 
t:ion» les mouvements, les personnels médical et secon- 
daire, la situation des enfants idiots et épileptiques, de 
leur établissemeiit. Notre émincnt maître, toujours obsti- 
nément soucieux de l'amélioration du sort des aliénés et 
smssi de ceux qui les soignent, ajoutait que « cliai'gé i)ar 
M. le Ministre de Tlntérieur, j)our le Conseil supérieui* de 
r Assistance publique,d'un rapport sur le personnel médi- 
cal des Asiles », il désirait surtout qu'on lui fit savoir : 1^ 
si ce personnel est sufBsant ou non ; 2^ dans quelles pro- 
l>ortions il conviendrait de l'augmenter ; 3^ quelles modi- 
fications seraient à ai)porter dans le recrutement des in- 
ternes. 

J'ai d'abord cru que c'était par en*eur qu'un exemj)lairc 
de cette circulaire m'était adi^essé ; je ne suis, en eflet, 
un adjoint, et nul n'ignore que l'usage veut, après les rè- 
glements, que les médecins-adjoints des Asiles ne soient 
jamais consultés sur les affaires de leur profession ; ils 
- sont toujours des ax)prentis spéciaux, sans fonctions dé- 
terminées, comme sans droits ; l'adjuvat ressemble à une 
sorte de stage toléré par les chefs, parfois subi ; il n y a 
jamais lieu de demander un avis à des fonctionnalises sans 
rôle. Mais l'arrivée de cette circulaire n'est lias acciden- 
telle ; Bourneville a voulu déroger à la règle et consulter 
aussi les adjoints. Nous serons extrêmement sensibles à 
ce procédé nouveau, et je crois pouvoir affirmer à l'a- 
vance que le savant rapporteur trouvera dans le bloc des 
réponses, des indications i)récieuses. 

Un premier fait ne manquera pas de le frapper ; c'est 
c£ue, dans les réponses à sa première question, les avis 
ne seront pas unanimes. Il se trouvera des médecins d'a- 
siles publies qui écrii'ont : « Oui, le personnel médical est 
suffisant dans les Asiles. » Kt cela leur évitera la peine 
de formuler d'auti'cs réi)onses aux deux questions sui- 
vantes. 

Le Ministre qui a bien voulu s'intéresser enfin a l'a- 
normale organisation médicale des Asiles d'aliénés, sera 
nécessairement informé que l'état actuel n'est point si 
défectueux qu'on veut bien le dire, puisqu'un certain 
nombre de médecins estiment que tout est pour le mieux 
dans le meilleur des mondes. Alors, que voulez^vous ? Il 



Digitized by 



Google 



11'3 ASILKS d'aliénés. 

adviendra, de ce nouvel essai de justes et urgentes re- 
vendications, ce qu'il advient de toutes les réclamations 
de collectivités qui ne sont pas unanimes. On décrétera 
l'utilité d'élaborer et d'étudier un projet..'. Peut-être nom- 
mera-t-on une Commission ? Nous savons ce que cela 
veut dire. 

La seconde constatation que pourra faire Bourneville. 
sera que la plupart des réponses des directeurs-médecins 
ne parleront en aucune façon de l'utilisation possible dos 
médecins-adjoints actuels. Or, si les profanes, lorsqu'ils 
entendent dire que tel Asile occupe un directeur-méde- 
cin et un adjoint, par exemple, croient que cela fait deux 
médecins, nous savons bien, nous, que cela fait, pour les 
malades, nn seul médecin ; nous le démontrerons i>lus 
loin une fois de plus. Eli bien ! Quoique les aliénistes les 
l)lus autorisés persistent à réclamer deiiuis longtemps 
un plus grand nombre de médecins, tout en attribuant 
un rôle actif aux adjoints actuels, il se trouve que cer- 
tains directeurs-médecins estiment qu'il y a un nombre 
suffisant d' aliénistes dans les asiles, tout en persistant à 
refuser lun rôle quelconque aux adjoints. 

Grâce à ces dissidences graves sur le principe même de 
la question, principe que tout le monde i)ouvait croire 
dej)uis longtemi)s indiscutable, le rapporteur se trou- 
vera, après Tenquète, en présence de contradictions es- 
sentielles : Tel médecin en chef, non directeur, n'ayant 
donc aucune besogne administrative, quoique secondé 
par un adjoint et deux internes pour 600 malades, trou- 
vera le personnel insuffisant ; tel directeur-médecin, 
surchargé de travail de bureau, ayant à soigner avec un 
adjoint sans fonctions et un seul interne, 800 ou 900 ma- 
lades, estimera qu'il i)eut suffire à tout. Je sais bien 
que, dans resi)èce, l'opinion de M. Bourneville est faite, 
et que l'opinion d'un homme tel que lui a plus de valeur 
à elle seule que celles, réunies, de tous les retaitiataires 
des Asiles ; tout de môme, je crains fort que les réformes 
attendues n'aient à subir de longs retards du fait de ces 
divergences de vues, auxquelles nous ne nous attendions 
pas. Il nous paraissait si bien démontré que les aliénés 
étaient les hospitalisés les moins favorisés au point de 
vue dux)ersonnel médical ! et d'autre x)art, nous étions si 



Digitized by 



Google 



PERSONNEL MEDICAL DES ASILES d'aLIÉNÉS. 113 

convaincus que le concours des asiles nous donnerait le 
di'oit de faire de la clinique mentale ! 

Sans doute, je paraîtrai quelque peu frondeur, peut- 
ôtre même très audacieux, d'avoir écrit ceci. Il règne 
encore, dans certains de nos Asiles, un esj)rit de hiérar- 
chie toute militaire, acquis évidemment j)ar T habitude 
ancienne de traiter les aliénés en bloc avec la discipline, 
esprit qui nous dénie, à nous les jeunes, les ax>prentis, 
tout droit de mettre le nez dans les aflfaires. J'entendais 
dire, tout récemment, à un frais promu directeur-méde- 
cin : a Franchement, je ne sais plus dans quel siècle nous 
vivons ! Les adjoints d'aujourd'hui veulent être les mai- 
ti*cs ; croyez- vous qu'ils demandent un service ! i)ourquoi 
pas une direction tout de suite ? Est-ce que nous n'avons 
X)as attendu, nous autres, 8 ou 10 ans ? » On voit donc que 
je ne puis trop élever la voix; supposez que je tombe un 
jour sous la coupe d'un chef aussi bienveillant! Nos aînés 
sont passés i)ar là, que n'y passons-nous aussi ! 

Mais, tout en affirmant mon respect absolu de la hié- 
rarchie, mes sentiments de très haute déférence envers 
mes chefs, je ne crois blesser i)ersonne en rai)pelant quel- 
ques-unes de nos revendications ; et l'enquête que fait en 
ce moment M. Bourneville, étant donné ce que je sais de- 
voir contenir certaines réponses, m'incite à signaler ce 
que nous pensons tous d'une organisation hospitalière 
qui ne répond plus du tout aux idées, aux desiderata du 
jour. 

Une question se pose avant tout : Veut-on, oui ou non, 
élever résolument les aliénés à la dignité de malades ? De 
la réponse dépend toute l'organisation des Asiles. Si 
c'est : Non ! que l'on démolisse bien vite tous les établis- 
sements actuels, qui ont trop de tendances à devenir des 
hôpitaux, et que l'on revienne aux i)risons de force d'a- 
vant Pinel. Si c'est : Oui ! la conclusion s'impose : à des 
malades il faut des médecins ; fournissez des médecins ! 
Or, nous nageons aujourd'hui, et deimis l838 tout au 
moins, dans un juste et déplorable milieu. Dans l'oi^inion 
publique,dans celle même des intellectuels les i)lus avisés, 
mais étrangers aux asiles, depuis longtemps les aliénés 
sont des malades et l'on croit qu'ils sont soignés. Combien 
de gens éminents et combien d'esprits simj)les mais justes 
Archives, 2* série 190:>, l. XIX. 8 



Digitized by 



Google 



114 ASILES d'aliénés* 

n'olonnerHit-on pas, »i on disait : Ces aliénés, ces mala- 
des, sont enfermés dans 54 asiles i)ublics ; ils sont au nom- 
bre de 50.000 environ ; ils ont i>ourleur donner des soins, 
70 médecins ; cela fait que chaque médecin doit soigner, 
çn moyenne, à lui seul : 50.000 : 70 = 715 malades 1 Peut-on 
espérer faire croire à quelqu'un, fût-il étranger à la mé- 
decine, qu'un seul homme peut soigner tous les jours et 
2foispar jour,7l5 malades ? Et quand je dis : soigner ^ il 
ne faut pas oublier que la plui)art des médecins d'Asiles 
doivent non seulement traiter leurs aliénés, les formes 
mentales, les maladies incidentes, les affections chirur- 
gicales, les épidémies, etc., mais encoi'e les administrer^ 
les faire manger, les vêtir, les chauller, e(c.,et, de ce fait, 
équilibrer un budget annuel de 30v) à 400. OJO francs. La 
vie quotidienne, diurne et nocturne, d'un homme, peut- 
elle y suffire ? 

Qu'arrive-t-il alors ? Deux cas peuvent se présenter : 
ou bien le médecin, amoureux de son métier, aiiéniste 
dans l'dme, veut malgré tout faire de la clinique et trai- 
ter ses pensionnaires ; ou bien, hélas ! incessamment 
préoccui)é, de^mis des années, de maintenir l'équilibre de 
son budget, de faire cadrer les crédits, de réaliser des 
économies sur les pi'ix de journées, afin de mériter des 
éloges du Conseil général, obligé de consacrer tous ses 
loisirs à un travail de comptable, il devient administra- 
teur,et, fataleinent,ne voit plus dans ses fous que des bou- 
ches à nourrir. 

Dans le premier cas, laissant à ses bureaux les gros 
soucis administratifs, il interroge ses malades, les suit, 
fait de la thérapeutique ; mais, comme, pour s'intéresser 
à 715 malades i)ar jour, il ne pourrait, en travaillant 12 
heui'es, leur consacrer qu'une minute à chacun, il est 
obligé de faire un choix, d'en laisser beaucoup de coté ; 
il suit les plus intéressants^ les cas aigus en généi-al ; si- 
tôt qu'une affection mentale prend des allures de chroni- 
cité, ou plus simplement sitôt que le certificat de quin- 
zaine est fait, le malade est envoyé dans un quartier, où 
l'on ne s'occupera guère de lui que i)our écrire ses bulle- 
tins de santé ; les médecins les ])lus actifs, en travaillant 
énormément, ne peuvent traiter valablement qu'une cen- 
taine d'aliénés. Que l'on songe aux interi\>gatoires inter- 



Digitized by 



Google 



PERSONNEL MEDICAL DES ASILES d'aLIÉNÉS. 115 

minables, qu'il faudrait le plus souvent réx)éter tous les 
jours, aux examens physiques, aux analyses de labora- 
toire, aux soins spéciaux, sans parler des autopsies et 
de Tanatomic pathologique devenue indispensable ; et 
que le médecin qui s'oflnra à traiter plus de 100 aliénés 
par jour veuille bien lever la main ! 

Dans le second cas, c'est plus simple ; la visite com- 
mence à 9 heures et finit à 10 h. 1/2 : les aliénés sont ran- 
gés dans les cours ou les salles de réunion ; le médecin 
déCle sous leurs regaixls, demande? par-ci par-là au3j 
plus récents si « ça, va bien » examine les vêtements, les 
sabots, s'assied à la petite table, contrôle les additions 
des régimes et passe à un autre quartier. 

L'infirmerie seule l'arrôte quelques instants : là sont 
en général les entrants sur lesquels il faut fournir deux 
certificats en quinze jours, et les malades ; il est indispen- 
sable d'interroger les uns et d'ausculter les autres ; ce 
ti-avail retient le médecin-directeur assez longtemi)S par- 
fois x>our que la besogne administrative du matin en souf- 
flée et ce n'est pas sans maugréer qu'il se voit obligé de 
perdre xme 1/2 heure à l'infirmerie. 

Il est regrettable de constater que cette dernière façon 
d*oi)érer soit la plus générale dans les asiles où les fonc- 
tions sont réunies. Et n'est-ce pas fatal ? On sait que le 
directeur-médecin, bien que nommé par le ministre, est 
Tagent du conseil général, qui entretient les aliénés. Or, 
les conseillers généraux sont évidemment toujours d'ex- 
cellents hommes ; ils sont extrêmement compatissants et 
savent bien que l'aliéné est un malade à vsoigner ; ils le 
désirent ainsi et, sans doute, si cela ne dépendait que 
d'eux, ils donneraient autant de médecins que de mala- 
des ; mais, voilà ! ils sont élus« et élus par des contribua- 
bles qui trouvent toujours que les impôts sont exagérés ; 
les électeurs pensent déjà que les fous coûtent bien cher, 
300 ou 400.000 francs ; que feraient-ils si le conseil géné- 
ral s'avisait de les imposer encore pour améliorer le sort 
de ces gens-là, que beaucoup estiment trop luxueusement 
traités ? Vous verriez cela aux élections prochaines ! 
Alors on n'est pas de bronze, on serre les cordons de la 
bourse, on a toujours au contraire des tendances à bais- 
ser le prix de journée ; et le dii-ccteur-médecin qui jmr- 



Digitized by 



Google 



116 ASILES d'aliénés. 

vient, par ses économies, à permettre cet abaissement, 
est chaudement et publiquement félicité en séance, au 
mois d'août. Comment voulez-vous qu un directeur-mé- 
decin tant soit i)eu timoré, parce que désireux de conser- 
ver son i)oste dans Tasile de son choix, ne finisse pas par 
se dire : « Soigner les aliénés, quel beau rêve ! mais il 
faudrait que le conseil général m'en donnât les moyens. 
Or, si je les réclame, on me les refusera et on me blâmera ; 
si, au contraire, jjar une administration bien comprise, je 
fais des économies, j'aurai des éloges. Et en somme, les 
fous sont bien fous, n'est-ce pas ? ». 

Alors, insensiblement, il en arrive à se convaincre lui- 
môme qu'il n'est pas possible de guérir les aliénés, parce 
qu'il n'en voit jamais guérir ; il ne se dit jias que si un 
certain nombre avait reçu des soins assidus et précoces, 
ils auraient pu s'améliorer. Et c'est ainsi qu'en prenant 
la cause i)Our l'eflet, il finit par affirmer de bonne foi que 
les asiles sont très bien organisés et que le personnel est 
suffisant ! Il ne saurait faire d'autre réponse à Bourne- 
ville, puisqu'il a toujours dit, dans ses rapports dithy- 
rambiques à son conseil général, que tout était parfait. 

Donc, il est avéré, pour les raisons principales et suffi- 
santes rappelées x>lus haut, que le personnel médical des 
asiles, réduit aux directeurs-médecins ou aux médecins 
en chef, est soit insuffisant, soit à peu près négatif. Ne i>as 
convenir de cette vérité, c'est nier tout progrès, toute 
science mentale. Mais, peuvent dire les profanes, que 
faites-vous donc des médecins-adjoints ? C'est ici que 
nous allons aj^précier toutes les saveurs de l'administra- 
tion que les peuples ont i)u nous envier. 

La loi de 1838, qui décréta la construction d'asiles dé- 
partementaux, parla de tout ce qu'il fallait créer pour soi- 
gner les aliénés, sauf des médecins. Sans doute, il n'était 
pas venu à l'esprit du législateur que l'on pût organiser 
des asiles de traitement sans médecins, et il n'en fixa ni 
le nombre, ni le mode de recrutcjnent. Les jiremiers alié- 
nistes furent inii)rovisés ; puis on s habitua à réserver 
les places de médecins d'asiles à des hommes politiques, 
vaguement médecins. Survint le règlement de 1857 ; pas 
])lus que la loi de 1838, il ne prévoit la mode de recrute- 
ment des médecins, il n'en iixe que le nombre : un méde- 



Digitized by 



Google 



PERSONNEL MKDICAL DES ASILES d'aLIÉNÉS. 117 

cin en chef, directeur ou non, et un adjoint. C'est sur ce 
règlement que nous vivons toujours ; et, chose admirable, 
bien que, depuis 1857, la science mentale ait fait des pas 
de géants, bien que le recrutement des médecins ait été 
complètement modifié, par Tinstitution de concours de 
plus en plus difficiles, nous sommes toujours régis par un 
règlement dans lequel le médecin a un rôle tout-à-fait ef- 
facé, le directeur administratif est tout. Je n insiste j)as 
sur les bizarreries de ce monument ; on en connaît le ca- 
ractère vexatoire pour le médecin en chef non directeur, 
auquel il ne laisse aucune initiative, aucime autorité ; sa 
critique a fait l'objet de nombreux travaux, et Marandon 

de Montyel a pu dire de lui : « l'étonnant règlement 

de 1857 depuis 40 ans opprime les aliénistes, entrave tout 
effort scientifique, et empêche toute thérapeutique. C'est 
à lui que nous devons la presque totalité du stock consi- 
dérable de chroniques qui encombrent nos asiles ; il est 
la cause unique du discrédit dans lequel est tombée chez 

nous la division des services médical et administratif. 

Ce néfaste règlement impose au médecin en chef une si- 
tuation intolérable et inacceptable... » (Revue de Psy- 
chiatrie y 1898, p. 58.) 

Or, si le règlement de 1857 institue le médecin-adjoint, 
il lui donne un rôle bien modeste (art. 69 et 70). 

L'adjoint est un aide du chef, son remplaçant en cas 
d'absence ; il est chargé d'assurer l'exécution de ses 
prescriptions (!) et la rédaction des observations, qui, ne 
roublions pas, sont l'œuvre du médecin en chef (art. 6i) ; 
il fait la contre- visite ; et c'est tout. 

A la rigueur, nous j^ouvons comprendre qu'à l'époque 
où ce règlement fut élaboré, force était de considérer le 
médecin-adjoint comme un apprenti, absolument igno- 
rant des choses de la psychiatrie. Les postes étaient don- 
nés, non seulement sans concours, mais aussi sans qu'il 
fût nécessaire d'avoir jamais vu un aliéné. Il faut se rappe- 
ler que la médecine mentale, encore à ses débuts, parais- 
sait si ingrate, que nul ne songeait à se spécialiser ; il n'y 
avait môme pas d'enseignement psychiatrique. Malgré les 
efforts de quelques rares aliénistes, les travaux de Lasègue, 
on ne croyait pas encore que l'étude de la folie pût cons- 
tituer une branche différenciée de la clinique médicale. 



Digitized by 



Google 



lis ASILES d'aliénés. 

Les jeunes docteurs qui acceptaient un poste d'asile en- 
traient dans un monde nouveau, où rien encore à cette 
époque ne rappelait, ni les méthodes d'investigation, ni 
la thérapeutique qu'ils venaient d'apprendre ; d'où la né- 
cessité de leur demander un stage. Pouvait-on exiger 
d'un stagiaire, encore étudiant en somme, autre chose 
que la surveillance des i)rescriptions du chef? Ce recru- 
tement des adjoints, assez semblable à celui des internes 
de province actuels, resta soumis ainsi à la seule fantai- 
sie des chefs ou des préfets, jiendant 30 ans. On finit par 
reconnaître les abus d'un pareil système, qui devenait 
incapable de fournir à une science définitivement consti- 
tuée, un personnel suffisant : un arrêté du 18 juillet 1888 
institua un concours d'admissibilité aux em])lois de mé- 
decins-adjoints des asiles publics (1) ; ce concours était 
régional, à raison de un par faculté. Il fut dès lors néces- 
saire, pour s'y présenter, d'avoir fait un stage iisychiâ- 
trique, comme interne d'asile, pendant au moins un an. 
Enfin, un nouvel arrêté, le 7 mars 1900, transforma les 
concours régionaux en un concours unique, à Paiis. 

Ainsi, tous les médecins-adjoints actuels ont été nom- 
més à la suite d'un concours ; on sait, d'autre j^art, que le 
programme de ce concours, ne comporte guère que des 
ntatières spéciales (neurologie et psychiatrie) ; une épreu- 
ve, toute récente, consiste en une composition éciite sur 
l'organisation des asiles et sur la législation des aliénés ; 
il y a deux épreuves de clinique mentale, et une sur ti- 
tres, où il est tenu le plus grand compte des travaux spé- 
ciaux antérieurs. Grûce au choix qui résulte d'une pa- 
reille sélection, n'est-il pas évident que les élus offrent 
certaines garanties de connaissances en aliénation men- 
tale? 

Eh bien ! malgré les différences profondes entre le re- 
crutement du i)ersonnel adjoint d'aujourd'hui et celui de 
1857, on n'a pas changé un iota au règlement de 1857 ; 
nous sommes traités exactement de la môme façon. On a 
accumulé les difficultés d'admission, en exigeant que nous 

(1) Ce concours fut instilué à la suite d'une vigoureuse campagne 
du D' nourneville qui avait réclamé et obtenu le rétablissement du 
concours pour les médecins de Bicélre et pour l'internat des asiles 
dé la Seine. 



Digitized by 



Google 



PERSONNEL MEDICAL DES ASILES d'aLIÉNKS. 119 

fussions déjà des spécialistes, et on a continué à nous 
considérer dans les asiles comme des apprentis sans au- 
<-un rôle. Que dis-je ? Alors qu'en 1875, en 1880, on était 
nommé médecin en chef au bout de 3 à 5 ans, aujourd'hui 
il faut rester dans le plus com]ilet désœuvrement pendant 
O ou 10 ans ! Que sig^nifle donc le concours ? 

Donc, il se trouve déjeunes docteurs qui, après un sta- 
^e d'internat d'asiles de 3 ou 4 ans, préparent pendant 2, 
3 ou 4 ans. un concours très spécial et très ardu, des- 
tiné à leur donner le titre de médecins d'asiles ; ils sont 
nommés :ilH débarquent, pleins d'enthousiasme et de zèle 
clinique, dans un asile, persuadés qu'un vaste champ d'ex- 
l^éHences et d'activité va leur être ouvert. Le lendemain 
de leur arrivée, ils demandent à leur directeur-médecin 
cfuelles seront leurs occupations, et celui-ci leur dit : 
« Monsieur, si cela peut vous intéresser, vous suivrez ma 
visite, mais je n'ai rien de spécial à vous confier. » Ou 
bien : « Monsieur, vous aurez : 1"* à suivre ma visite et 
écrire mes prescriptions ; 2** à vous promener dans les 
quartiers le soir à telle heure, et à me rendre compte de 
ce qui s'y passe ; 3" à tenir les registres de la loi. » Et si, 
étonnés, les nouveaux adjoints proposent de partager la 
besogne clinique, en se consacrant à certains malades : 
o Quoi des malades ! Mais, monsieur, je ne peux pas vous 
en donner des malades ! Ne savez-vous i)as que j'ai seul 
charge d'eux, que je dois les connaître, faire leurs certifi- 
cats, etc. ? Vous n'avez aucune fonction. » Et cela est vrai ; 
et le nouveau plein de zèle petit adjoint, qui avait cru met- 
ti^e en pratique toutes les choses si intéressantes dont il 
s'était bourré, est bien obligé de ne rien faire, de suivre 
une visite à la t colonel » et de rengainer, étouffer, oublier 
les pathologies qu'il no i)eut transformer en cliniques, par 
suite de l'absence de malades. Cela dure 9 ans, 10 ans, 
toute la belle jeunesse, tout le temps de l'ardeur et de l'il- 
lusion généreuse ; et après 10 ans, lorsqu'il est nommé 
chef, n'est-ce pas que son apprentissage aura été fruc- 
tueux ! Alors il en aura, des malades ; il en aura 715 ! et 
aussi un médecin-adjoint dont il ne pourra se servir. 

I^e stage du médecin-adjoint étant ainsi un long temps 
absolument perdu pour l'assistance des aliénés, on 
pourrait croire que, du moins, il lui sert d'apprentissage 



Digitized by 



Google 



120 ASILKS d'aliénés. 

administratif, et que Fadjoint puise dans la fréquenta- 
tion de son chef, d'utiles leçons budgétaires ? Nous con- 
venons que, de ce côté, il aurait besoin d'acquérir une 
expérience, puisqu'il est destiné aussi à devenir direc- 
teur. Hélas ! les secrets des bureaux lui sont plus fermés 
encore que ceux des malades. Je ne connais i)as encoi*o 
un directeur qui invite son adjoint à cuisiner ses cré- 
dits, à dresser son rapport (l), à faire ses adjudications. 
Il y a des commissions de surveillance, aux séances des- 
quelles il serait très fructueux d'assister pour un futur 
directeur : je n'oublierai jamais l'expression de mépris 
que je vis rider le visage d'un directeur-médecin auquel 
je demandais si je ne pourrais, en curieux, assister aux 
séances mensuelles : « Vous n'y songez pas, me dit-il,les 
séances sont secrètes (2) ! »> Il y a les intérims annuels 
d'un mois; mais, avant de jiartir, le Directeur a toujours 
soin de tout régler à l'avance, et, par charité, d'aplanir 
toutes les difficultés de gestion qui se pourraient oifrir. Il 
semble que la divulgation de la cuisine administrative à 
l'adjoint soit la trahison d'un secret d'Etat. Voilà comment 
l'adjoint apprend la seule cliose qui ne lui soit point fa- 
milière, l'administration ! 

Il faut être juste : si les médecins-adjoints sont systé- 
matiquement écartés de toutes les affaires de l'asile; s'ils 
sont obligés de perdre 10 ans à suivre des visites qui 
n'ont le plus souvent de médicales que le nom, ce n'est 
pas la faute de leurs directeurs-médecins. En centrali- 
sant tous les services, en contraignant les chefs à faire 
tous les certificats, tous les bulletins, toutes les obser- 
vations, à diriger tous les bureaux, la loi a empêché. sans 
en prévoir les conséquences, toute division du service. Le 
directeur-médecin étant le seul connu du Préfet, du pro- 
cureur, de la commission de surveillance et des familles, 
est aussi le seul responsable : d'où, la nécessité pour lui 
de tout voir, l'impossibilité de céder une parcelle quel- 
conque de ses attributions. Il faut qu'il puisse à tout mo- 
ment faire un rapport, un bulletin de santé,une i^rescrip- 

(1) Si, il y en a quelques-uns, entre autres MM. lesI)"Gipa«d de 
St-Yon). 

(2) Il y aurait inlépêt ft modifier le H^jrlement dans un sens favo- 
rable (li.) 



Digitized by 



Google 



PERSONNEL MEDICAL DES ASILES d'aLIÉNÉS. 121 

tion donner à qui de droit des nouvelles de ses 71 5 alié- 
nés. Il faut sui*tout que Tassiette des budgets qu'il a édi- 
fiés ne puisse être à tout moment compromise par des 
ordonnances exagérées, des dépenses imprévues, chose 
qui se produirait fréquemment si les adjoints avaient une 
partie du service. 

On comprend que le juste souci de mener à bien leur 
mission les rende aussi insensibles à nos doléances ; je 
suis persuadé qu'aucune autre considération ne les guide, 
lorsque certains d'entre eux nous refusent la moindre 
initiative, et que tous seraient enchantés d'avoir des col; 
Isiboratcurs. Aussi bien sont-ils excusables :il n\y a dans 
toutes ces questions qu'un responsable, c'est notre mu- 
raille de Chine, le règlement de 1857. 

Eh bien ! et ceci devrait être l'unanime réponse à la 
deuxième question de Bourne ville, le seul remède con- 
siste dans la refonte complète de ce monument suranné et 
irrationnel. Ce serait si simple ! Car il ne faut pas ou- 
blier que le règlement de 1857 n'est pas une loi, et que 
le ministre peut toujours le remplacer par un autre, en 
harmonie avec les nécessités d'une science qui n'existait 
pas alors. 

N'est-il pas incroyable qu'après la campagne en favfeur 
des aliénés si brillamment menée depuis plus de 15 ans 
jïar tout ce que la France compte d'aliénistes de valeur, 
qu'apK'S les projets et les études des Boumeville, des Du- 
bief, des Sérieux, des Marandon de Montyel, etc., etc., 
on ne soit pas encore parvenu à démontrer au ministre 
l'ui^ence de traiter honnêtement les aliénés ? Ah ! oui, 
nous connaissons l'objection : les conseils généraux ! 
C'est la pierre d'achoppement, c'est l'argument vain- 
queur ! Jamais, dit-on, on ne décidera les conseils géné- 
l'aux à voter les crédits nécessaires à la solde des méde- 
cins. Quel piètre argument !Et combien on est obligé de 
douter de sa sincérité ! D'abord, en admettant que les 
conseils généraux refusent des fonds pour créer des mé- 
decins, cela n'empêcherait pas d'occuper les adjoints ac- 
tuels ; cela ne coûterait pas un sou de plus de nous don- 
ner un service ; nous ne demandons jias de solde sup- 
plémentaire, nous voudrions travailler ; avec cela, qu'on 
nous appelle adjoints, chefs, internes ou directeurs, nous 



Digitized by 



Google 



122 ASILES I>*ALIÉNÉS. 

n'en avons cure et nous contentons du traitement actuel. 
Cette simple modification au règlement, qui nous donne- 
rait quelques maladesetla signature,sans alourdir les bud- 
gets d'asiles d'un centime, donnerait 45 médecins de plus. • 

Mais, il y a plus, et nous prétendons que si, par suite 
d'une organisation d'assistance bien comprise, les alié- 
nés pouvaient ôtre traités sérieusement, il y aurait beau- 
coup plus de guérisons ; d'où, beaucouji plus de sorties, 
beaucoup moins de chroniques à nourrir jusqu'à leur belle 
mort, et une énorme réduction de dépenses. Cela est si 
vrai, que, si l'on veut bien jeter un coup d'œil sur les ré- 
sultats obtenus en Allemagne, dans les cliniques psychia- 
triques, où passent la plupart des aliénés , on trouve : 
à Strasbourg, dans la clinique du Professeur Fuerts- 
ner 65 % de guérisons ; à Halle, chez le Prof. Hitzig, 70 
% de guérisons ; à Heidelberg, chez Krœpelin, 75 % de 
guérisons ; à Leipsig, chez Flechsig, jusqu'à 82 % de gué- 
risons. (Rémond. Les cliniques psychiatriques en Aile* 
magne et a Toulouse, 1898, édition restreinte à 25 exem- 
plaires, Toulouse). Mais, en Allemagne, on soigne les 
aliénés ; les médecins foisonnent dans les cliniques, et 
c'est avec un sourire de pitié méprisante qu'ils vous ac- 
cueillent lorsqu'on leur parle de l'organisation française. 
Je n'oublierai de ma vie la description enthousiaste que 
me faisait mon maître Rémond (de Metz) à son retour 
d'un voyage d'études dans les cliniques allemandes, en 
1898 : il en revint illuminé, mais combien attristé delà 
comparaison avec notre pays ! Il en rapportait des plans, 
qu'il a publiés (op, cit, lAxxs haut) et des chiffres. Tandis 
que nous continuons à héberger nos fous dans des gar- 
deries, à raison de 715 par médecin, les Allemands n'ont 
jamais lAxxs de 80 à 100 malades chacun, et ils les soi- 
gnent dans des hôpitaux^qui n'ont rien à envier aux plus 
récents de nos hôpitaux parisiens. Résultat : de 65 à 82 
% de guérisons. 

Quelles que soient les objections financières que l'on 
puisse faire à un projet semblable en France, il n'est pas 
moins vrai que si nous obtenions cette proportion de sor- 
ties des asiles, on aurait beau quintupler le nombre des 
médecins, cela serait moins cher que de transformer en 
chroniques tous les entrants. 



Digitized by 



Google 



PERSONNEL MÉDICAL DES ASILES D*ALIÉnÉS. 123 

Alors, que vient-on nous jiarler d'obstruction du côti^ 
des conseillers généraux ? A-t-on jamais dit, à ces dis- 
pensateurs des deniers départementaux, que si les alié- 
nés recevaient d'autres soins, ils feraient, eux, d'autres 
économies ? Resteraient-ils insensibles à cet argument 
scientifique ? Enfin, si, malgré tout, ils ne se laissaient 
pas convaincre, ne restorait-ils pas au gouvernement 
la faculté de proposer une loi tendant à les y obliger ? 
On Ta fait en 1838, pour la création des asiles. 

Il faudra bien qu'on arrive à démontrer ces choses en 
haut lieu ; un jour viendra oii, ministre, conseil supé- 
rieur de l'assistance publique, députés et conseillers gé- 
néraux, illuminés par l'évidence, ne voudront plus que 
la France reste bien loin en arrière dans le mouvement 
qui a déjà transformé tant d'autres nations. Ce jour-là, 
nous finirons de nous payer de mots, et nous serons in- 
dignés, en regardant en arrière, de constater que lOO ans 
après Pinel, notre pays ne jiossédait encore que des gar- 
deries de fous. Alors, nous verrons que si le progrès est 
lent, les qualités de solidarité et de générosité de notre 
race ne se sont point perdues : d'un seul élan, le jour où 
ils sauront qu'avec des soins on peut guérir les fous, les 
contribuables français, fussent-ils conseillers généraux, 
consentiront avec joie à consacrer quelques deniers à 
l'organisation de leur assistance. A la place de nos « ca- 
sernes — asiles — prisons » actuels, où les prix de jour- 
nées deO fr. 90 centimes défendent à la science d'entrer, 
on verra se dresser des établissements de cures, des /id- 
pitaux, dans lesquels exerceront des médecins. Ce sera 
le premier pas sérieux vers l'émancipation du fou, qui 
reste toujours l'être à part, le i^aria, parce qu'il ne gué- 
rit jamais, et qu'on le cache comme un misérable encom- 
brant et onéreux. — La réforme de la loi surannée de 
1838 s'en suivra nécessairement ; car il ne sera plus in- 
diqué de craindre des séquestrations, le jour où le fou, 
guérissable, sera considéré comme un malade, et pourra, 
dans certains cas, venir demander lui-môme à se faire 
traiter. Et nous ne verrons plus sourire les confrères 
d'Outre-Rhin, lorsque nous nous entretiendrons avec eux 
des questions d'assistance des aliénés. 

En attendant* que les pouvoirs sachent bien qu'il y a, 



Digitized by 



Google 



124 REvtjE d'anatomir et de physiologie pathologiques. 

dans les asiles actuels, à côté de directeurs-médecins sur- 
chargés de besognes extra-médicales et cependant seuls 
autorisés à soigner les fous, qu'il y a, dis-Je, une petite 
phalange de docteui'S tout à fait spécialisés, et contraints 
de ne rien faire pendant 10 ans. Que le ministre entende 
dire que ces 45 aliénistes-adj oints demandent en vain des 
occupations que le w*glement leur refuse, et qu'il suf- 
firait d'une ordonnance de lui pour qu'il pût leur être 
confié un rôle auquel ils se sont longuement préjmrés ; 
que cette innovation ne grèverait en aucune façon le bud- 
get des asiles et qu'enfin elle serait le premier pas néces- 
saire vers une assistance plus médicale des aliénés. 

Nous comptons sur M. Bourneville pour le leur faire 
entendre. 



REVUE D'ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE 
PATHOLOGIQUES 



XVIII. — Des fibres d'association de la couche finement 
grenue de Técorceda cervelet ;parL. Poussèpe, (Neurol, 
CentralbK, XXIll, 1904.) 

Raïuon y r4ajal a signalé dans la couche finement gi'enue on 
question dos fibres qui, provenant do roUulos de la couche sous 
jaconte arrivent on so divisant à la surface de Técorco. Los cel- 
lules do la couche grenue, potitos, ont un gi'os noyau ainsi que 
trois à quatre prolongements protoplasmiquos dont les oxti'ômi- 
tôs so di\isont à l'instar du pied do l'oiseau. « En outre,. dit Coch- 
torow, chaque cellule granuleuse envoie à la couche finement 
grenue un nourito dépourvu de collatorales ; jai pu le suivre 
dans son trajet vertical jusqu'à la région suporficiollo de coffe 
couche ». 

M. Poussopo, après avoir détniit le lobule du pneumogastri- 
que, a constaté dans la circonvolution cérébelleuse voisine la do- 
générosconco dos fibros d'association ; les fibres dégénérées so di- 
rigent d'abord dans la substance blanche ; leui^s prolongements 
ari-ivont ensuite dans la couche grenue, finalement, la dégéné- 
rosconco atteint les prolongoments cylindraxilos dos collulos do 
la couche grenue. Ces pmlongomonl s cylindraxilos,pénôtronUlans 
la couche finement grenue, on formant une rangée do fibros pa- 
rai loi os ( I i irU r(»S ) . P . Kk R AV A L . 



Digitized by 



Google 



REVUE D^ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 125 

XIX. — Les vrais centres du mouvement; parÂ. Admikibwicz. 
{Neurolog. Centralblatt, XXllI, VM.) 

L'animal privéde son écorce cérébrale conserve le mécanisme 
brut de tous ses mouvements, mais il en perd l'initiative men- 
tale. Lécoi-ce du cerveau n'est donc pas le centre de la motilité, 
elle est le cenliv de Tidée et de la volonté. 

D'exj)érieiices commencées en 1900, et qui \iennent d être ter- 
minées d'une façon satisfaisante, l auteur publie les principaux 
résultats abrégés. 

Le cervelet est l organe principal du mou>ement, comme le 
ceneau est celui des lonctions mentales. De même que la des- 
truction de lécorce fait disparaître les fonctions psychiques sans 
altéi-er la mécanique du mouvement, de même l'altération du 
cervelet supprime la motilité sans troubler le travail mental. De 
même que lécorce du cerveau se compose de territoires à fonc- 
tions psychiques distinctes, de même la substance du cervelet 
comprend des localités séparées alTectées chacune à des mouve- 
ments particulière de Tensemble de la fonction motrice. La sur- 
face du cerveau comporte une localisation des fonctions psychi- 
ques ; celle du cervelet admet une localisation des fonctions mo- 
trices. 

Le cervelet contient les centimes de l'ensemble des mouvements 
du corps soumis à la volonté : tête, tronc, membres, ('.es centres 
ne sont pas seulement séparés localement ; ils ont aussi leui* po- 
sition lixe, nettement organisée. Ils occupent le même cùté (|ue 
les groupes de muscles qu'ils animent. Les muscles des membi-es 
ont dans le cervelet trois sortes de centres. Chaque membi-e anté- 
rieur et chaque membre posti»rieur possède son centre piiîpre ; 
les deux membres antérieui's et les deux membres postérieui-s 
possèdent chacun le sien ; les quatre extrémités ensemble ont, en 
outre un centre commun. Les quatre membres sont donc i*epré- 
sentés dans le cervelet par sept centres moteui-s. 

Un mémoire détaillé est en préparation. P. Keraval. 

XX. — Li'état des fibres nerveuses & myéline dans Vé- 
corce du cerveau des épileptiques, notamment dans la 
couche d'association externe (zonale) ; par Th. KkE3,(Neu- 
rolo{/isch,Centralblatt, XXlll, 1904.) 

L'auteur vérifie d'abord leur manière d'être dans treize cer- 
veaux normaux d'individus âgés de 17 à 55 ans. Un y constate le 
plus habituellement (46,4 % ) l'orientation parallèle de libres gé- 
néralement fines ; souvent (24 %), les fibres sont bien plus nom- 
breust*s et même fort touffues ; il n'est pas rare (22 %) qu'elles 
soient longues, épaisses, pour la plupart horizontales, quelques- 
unes obliques. Queh[uefois, il n'existe pas du tout de fibres dans 



Digitized by 



Google 



126 REVUE d'anatomie et de physiologie pathologiques. 

la portion la plus superlicielle de la couche, tandis qu elles sont 
exlrt>meinent abondantes immédiatement au-dessous. Il peut aussi 
arriver qu'il n'existe que des traces de libres épai*ses, mais assez 
fournies. M. Kaes enrejjistre treize dispositions diverses. 

(Uiez le paralytique ^'énéral, l'absence totale de libi^es en des 
dislricls entiers se voit dans la moitié des cas (49,9 % ). 

Voici maintenant une alluii» propre aux épilepliques. La cou- 
che exleme est d'abord nettement accentuée ; tout à coup, les 
libres disparaissent dans la moitié de la hauteur, puis les lîbivs 
l>araUèles redeviennent nettes et abondantes. Cette dernièi'e ban- 
de, étroite, se compose de fibi'esbien formées ou de libres à peine 
accentuées mais visibles : on en compte de une à cinq, qui bien 
souvent sont varicpieusesdij^'ures). Otle disposition, surtout mar- 
quée dans la réffion occipitale deux des hémisphères, se retixjuve 
dans la région rolandique, et, par places, dans le lobe frontal. Il 
saisit, en l'espèce, dune jeune fille de 25 ans, morte brusquement 
dans un accès. L*écorce du cerveau, au niveau de la voûte de la 
circonvolution, était considérablement plus étroite que chez 
l'homme. L'hémisphère droit était le plus fourni de libres à myé- 
line. Elles étaient puissamment développées en maintes réjrîons 
des circonvolutions pariétales. La lisière de substance blanche 
présentait dans les deux hémisphères une lar^îeurexli-ême imm«'»- 
diatement en avant des fibi-es de projection, surtout à gauche. Le 
coin zonal de la vallée de la circonvolution abondait en libres pa- 
rallèles immédiatement autour derentaille formée parles circon- 
volutions.Chez un épileplique de 44 ans, mort aussi subitement, 
les coupes sériaires frontales de l'occiput des deux hémisphères 
témoignaient de la même allure. (Voy. Bechterew : «Fibres ex- 
ternes d'association »>. Archives de Neurologie^ 893, t. 25, p. 105.) 

P. Keraval. 

XXI. — Critiqua du mémoire'.de Kronthal intitulé : Cellufe 

nerocuse et psychose; par Nissl. {Centralblalt fiir Nercenheil- 
Kunde, XXVll, N. F. XV, mai 1904.) 

1« Il n'«»st pas A rai ([ue les centivs nerveux normaux de l'hom- 
me, du chien, du chat et du lapin ccm tiennent des cellules ner- 
\«'uses ne possédant pas de noyau doté d*un«* membrane nuclé- 
aire bien dilTérenciée. Cette apparence tient à des artifices de 
techni(|ue. —2° Il n'est pas vrai non plus que les cellules nerveu- 
ses centrales soient d<'s organismes <lans le maitisme ou défunts 
((ui ne manifest«»nt aucune des réactions de la >ie. Par des expé- 
riences bien conduites, on peut se convainciv qu'elles iragrsst»nt 
aux influences extérieures, éliminent, changent de formes etsont 
susi'eptibles de se reconstituer. — ;i«> Erreur encore que de piv- 
tendre que les couleui*s basi({ues n'agissent que sur le noyau et 
non sui' h» proloplasma des cellules nf)n nerveus<'s ou qiie les 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 127 

parties du proloplasma colorées parles couleui'sbasifiues (loi\ent 
relie partîculai'ilé à la dissolution des noyaux, c'est-à-diin; à la 
chromaline nucléaii'e. — 4*>(iOm mont peut-on prétende» que dans 
le système nerveux central normal, les leucocytes quittent les 
capillaires pour émij^rer dans le tissu, que les cellules nerveuses 
suie ni le produit de leucocytes en liquéfaction, qu'elles soient 
rontinuellement détruites et se ivforment perpétuellement aux 
dépens des leucocytes ? — ;>• Il n'est pas exact d'aflii'merque dans 
le syst<Mne nei'veux central le ti'ansport des granules de matières 
rolorantes n'ait lieu que par les leucocUes. — G° Il est faux éj^a- 
leinent de diiv qu'il n'existe pas de différences essentielles enln» 
les prolongements d'une cellule ner\euse. En efTel, il existe des 
différences morphologi([ues entre le prolongement cylindraxile 
et les prolongements protoplasmiques. Puis les neuro-librilles 
quittent les neurites sans paraître se modifiei- pour donner nais- 
sance aux fibrilles d'un cylindraxe, tandis (|u'on n'a jamais pu 
siii%re de neurolibrille au-delà du terriloii*e des dendrites. 

P. Keraval. 

XXII. — Contribution à l'anthropologie, de la moelle ; par 
H. PrisTER. {Xeurolog. Centralblatt, XXII, 1903.) 

1" La moelle épinièi-e des gan;ons est, quel que soit leur âge, en 
moyenne plus lourde et plus longue que celle des filles. 

2" Comparée à rencéphale, la moelle des garrcms est à la nais- 
sance plus légère que celle des filles. Chez les enfants de ménuî 
sexe et de même âge, (juelle que soit leui* stature, le i)oids du cer- 
^eau semble marcher de pair avec celui de la moelle ; mais à me- 
sun» quils avancent en âge, la moelle de\ient comparati\ement 
plus lourde. 

S*' Le poids mo\en de la moelle, qui, à la naissance, est de 3 à 3 
gr. 4, atteint 27 à 28 gr. Cet accroissement, extrêmement actif 
dans les deux premières années de la vie, se prononce ultérieure- 
ment de moins en moins. - 4" Chaque gramme de moelle cor- 
resptmd, chez le nou\ eau-né, à 14 cent, de taille. A\ec l'âge la 
stature diminue par rapport à la même quantité de moelle. La 
moelle compai'é au ^olume du corps est chez le garron un peu- 
plus louitle que chez les lilles. — 5*» La longueur minenne de la 
moelle qui est chez le nou\eau-néàpeu près de 14 cent., atteint 
43 cent, à 45 cent. ; ce développement est tout d'abord lent ; la 
forte augmentation de poids des premières années delà vie tient 
plutôt à un dé\eloppement en grosseur de l'organe. — G" Chez le 
nou> eau-né, la longueur de la moelh; repi'ésente 29, 5 <> o de sa 
taille ; cette pi-oporlion fléchit d'abord lentement puis à la lin de 
la première année >t»lle n'est plus que de 20 à 25 "/u.Ce chiffre cor- 
respond au rapport de la longueur de la moelle à la taille de l'a- 
dulte. P. Keraval. 



Digitized by 



Google 



128 REVUE D ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 

XXIII.— Contribution à la question de la papille étranirl«« ; 

par W. Uhthoff. (Neurolog Centralhl. XXIII. 1904). 

Sur 51 yeux, sur lesquels on avait de vivo constaté l'existence 
d'une papille éti'anglée dans une afFecUon cérébrale, M. Kam- 
phei*stein a relevé la dilatation du canal de la f^aine du nerf op- 
tique en 32 cas ; la gaine présentait enouh'e des lésions inflani- 
niatoiies en 23 cas ; dans 15 elle était enflammée mais non di- 
latée ; il y avait œdème de la portion orbitairedunerfenSO cas, 
dont 28 avec inflammation ; 11) fois le nerf optique môme était 
œdématié et enflammé. 

Sur 42 yeux atteints de papille étranglée, la lame criblée était 
33 fois saillante en avant ; 27 lois il existait aussi des phénomè- 
nes inflanmiatoires dans les pa[)illes. 

Deux cenl-{juatre casconstiluent le matériel clinique. 

Ont trente-quatre dVntre eux concernaient une tunieur céré- 
brale. 

Vingt-sept avaient trait à la syphilis du ccrvea i ; d'ordinaire 
ici, il s'agit d'un néoplasme gommeux, mais parfois aussi d'une 
méningite gommeuse qui peut offrir aloi*s un cachet particulier 
à raison de l'inflammation de la partie rétrobulbaii*e et basale 
du nerf opti([ue et de la coparticipation d'autres nerfs crâniens 
de la base. Quelques très rar-es obser> allons témoignent d'une 
endartériU» syphilitique avec thrombose des grosses artèi-es du cei-- 
\eau ; en ce dernier cas, il se peut produire un fort œdème des 
parties correspondantes de l'encéphale qui déplace de l'autre 
côté la moitié intacte de l'organe, mais ce mécanisme est très 
rare a raison du décès rapide du patient qui ne donne pas le 
temps à la papille étranglée de se développer. 

Dans la tuberculose inlra-cranienne (U obser\ations), la pa- 
pille étranglée indique la complication d'un tubercule solitaire ; 
rarement la méningite tuberculeuse seule l'engendre; au lieu du 
type de la papille éti*anglée, on a l'image de légères altérations 
névritiques des papilles sans que celU»s-ci proéminent nette- 
ment. 

Il n'est pas fréijuent non plus que Vhydrocêjihalic interne 
aboutisse à une véritable papille étrangléi». Le plus sou\ent on 
obserNe l'atrophie descendante simple (lu nerf optique par >ous- 
sui'edu plancher du 3° Aentricule. Jiarement aussi \^mèni agite se 
traduit par ^a papille étranglée. 

Les cysticerques d a cerceau peu>ent à l'occasion y aboutir ; c'est 
(|uand ils produisent une réaction inflammatoire très intense ou 
quand la c\sticerque, siégeant dans le 4«» ventricule, pmvoque, 
par refoulement une hydropisie mai'quée de cette cavité. 

La papille éli'anglée peut êtiv en i-apport avec une malforma- 
lion du crâne, surl4^)ut avec le erànee,f forme détour; mais, pour 



Digitized by 



Google 



REVUE D^AN'ATOHIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 120 

robscrver, il faut examiner les patients dans leur jeunesse, au 
moment où les altérations papillaires se forment. 

Bien peu nombreux sont les cas de diagnostic incertain relatif 
à Torigine de la papille étranglée (quatre) ; les symptômes pré- 
sentés par les malades trahissaient cependant des affections du 
rer\ eau bien que la guérison survînt et que le diagnostic échouât. 

Rares sont en somme l'es papilles étranglées bilatérales dans 
les affections qui ne sont pas intra-céi*ébrales ; exemple la né- 
phrite. D'ailleurs, il y eut souvent erreur de diagnostic et Tautop- 
sie seule dans un de ces cas démontra une néphrite sans altérations 
réi'ébrales. Même remarque pour Fintoxication saturnine. De 
même, Vanémie et la chlorose peuvent déterminer la papille étran- 
j^lée bilatérale; il semble que cette forme d'admettre un pronostic 
relativement meilleur quant à la rétrocession et au trouble fonc- 
tionnel. On a signalé encore la papile étranglée bilatérale dans la 
sclérose en plaques, la pachyrnèningite, quelques maladies infec- 
tieuses, des anomalies menstruelles, mais c'est bien rare, puisque 
cette statistique de 201 cas est muette à ce sujet. 

L'image ophtalmoscopique delà papille étranglée peut traduire 
aussi une anomalie congénitale du mode de disposition du nerf 
optique à son entrée dans le globe oculaire ; l'ophtalmologiste 
le plus exercé peut s'y tromper. 

Enfin la papille étranglée peut émaner d'un hématome de la 
gaine du n^r/" optiçu^, consécutif aune fracture du crâne ; la gain e 
se remplissant de sang, la papille forme un renflement modéré- 
ment saillant, dès les quelques heures qui suivent l'accident. 

Comme l'a dit De Graîfe en 18()0, pour qu'il y ait papille étran- 
glée, il faut que la papille proémine au moins de 2/3 de mill. (2 
Dioptries). Parmi les signes cliniques il ne faut pas oublier : les 
obscurcissements périodiques de la vision, le rétrécissement con- 
centrique du champ \ isuel ; on constate en revanche assez sou- 
Aent l'intégrité relativement longue de la vision malgi'é l'exis- 
tence d'altérations ophtalmoscopiques marquées. 

On ne saurait toujoui-s expliquer la genèse de la papille étran- 
glée par un processus inflammatoii'e préalable. Les relations iné- 
cani((ues entre l'élévation de la pression intra-cr-Anienncet l'hy- 
«Iropisie ventriculaire joue un rôle très important. Chez quelques- 
uns des malades on a, par la trépanation, fait disparaître l'hyper- 
pression intra-cranienne, et, consécutivement, la papille étran- 
glée : il n'en est pas resté de traces notables ophtalmoscopiques 
ou fonctionnelles. Quant à établir les indications de cette inter- 
vention, il faut, en chaque cas, la coopération de l'ophtalmolo- 
giste, du chinirgien, du neurologiste. Et très rares sont les cas 
où la trépanation peut entrer en ligne <le compte pour la con- 
sei-vation de l'acuité visuelle. 

U œdème du segment orbitoire du nerf optique ti'ou\é par Kam- 
Arciiives, 2" série 1005, t. XIX. 



Digitized by 



Google 



130 REVUE d'aNAIOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 

phersteim dans 60 «»/o à peu près de nos observations, si souli- 
gnée par Parinaud, Sourdille et autres, a une grosse valeur dans 
la pathogénie du gonflement des papilles. L'oblitération de la 
veine centrale de la rétine dans son passage par le canal de la 
gaîne du nerf optique (Deyljoula compression des vaisseaux cen- 
traux dans le tronc du nert (Ulrich) ne constituent pas une expli- 
cation suffisante. 

Le fort gonflement des jutpllles, i*elaté dans une observation de 
conjonctivite diphthéri tique (wec nécrose de la cornée, ressemble 
bien, à première vue, tout à fait à une papille étranglée. Maïs 
ce gonflement porte surtout sur les parties superficielles des pa- 
pilles quiavoisinent le corps vitré; la circumvallalion péri-papil- 
laires n'est pas aussi accentuée qu'elle l'est dans la papille étran- 
glée cérébrale typique. Il est manifeste que le processus a étépi-o- 
voqué d'emblée par une toxine. Les parties péi'iphériques de l'œil 
n'ont pas été affectées ; seule la papille a été atteinte. Donc il 
est évident que, bien que la toxine ait agi par les portions anté- 
rieures de l'cHil, la papille possède une prédisposition spéciale au 
gonflement œdémateux et inflammatoire. P. Keraval. 

XXIV. — Lésions microscopiques du noyau du pneumogas- 
trique dans un cas de carcinome de l'œsophage ; par C. 

HuDOVERNiG. (Neurolog. Centralbl. XXIII. 1904.) 

Chromatolyse des cellules nerveuses occupant la pai'lie du 
noyau dorsal qui borne le bord supérieur et interne de la racine 
ascendante vago-glosso-pharyngienne. Mômes lésions, mais d'un 
nombre moins grand de cellules dans le groupe le plus inférieur 
de la portion moyenne du noyau ambigu (figure). P. Kcrayal. 

XXV. — Des centres de divergence et de convergence du 
cerveau; par W. M. Bechterew. (Obozrcniè psicliiatrii, Vlll. 
11)03.) 

11 existe dans l'écorce des hémisphères dea.r rentres de diver- 
gence oculaire, un centre postérieur placé dans le gyrus angu- 
laire (pli courbe) ; un centre frontal immédiatement en avant de 
la partie moyenne du sillon de Kolando (précentral). 

Ce dernier, sur la limite de la région motrice, participe aux 
mouvements volontaires. Le centre postérieur, à raison de sa to- 
pographie, se rattache au centre de la vue et, comme tel, accessi- 
ble à d'autres associations des mouvements de l'œil, il rentœ 
dans les centres des mouvements involontaires ou réflexes exci- 
tés par les représentations visuelles. Qu'on excite le centre pos- 
térieur ou le centre frontal, en môme temps que les axes opti- 
ques se dirigent au loin, les pupilles se dilatent et les paupières 
supérieures s'élèvent un peu. Toute divei'gence active exigeant la 
contraction des deux muscles abducfeurs, les centres .*ious-cor- 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATUOLOGIQUES. 131 

liraux de ces muscles sié^'eant dans les noyaux des nerfs coires- 
p«)ndants constituent, par suite, des centres de divergence. On 
connaît les expériences qui prouvent l'association bilatérale des 
centres frontaux des mouvements des yeux a\ec les noyaux des 
nerfs ab<iucleurs. En outre de ce mécanisme de la divergence il 
existe un centre sous-cortical propre de divei'gence des yeux jouant 
le rôle de centre réflexe, en relation avec les mêmes noyaux des 
nei-fs abducteurs par le moyen, chez ranimal,du faisceau longitu- 
dinal prédorsal, et, chezrhomme, du faisceau longitudinal pos- 
térieur ; ce centre occupe le tubercule quadrijumeau antérieur. 
Il y a aussi des raisons de croire que notre centre de divergence 
cortical postérieur est en rapport avec le tubercule quadrijumeau 
antérieur et que ce centre fonctionne, de même que d'autres 
centres d'association des mouvements oculaires, par Tintermé- 
diaii*e de ce tubercule. 

Les centres de convergence sont doubles. 11 en existe un dans la 
région occipitale du singe, un peu en arrière du point de jonc- 
lion de la scissure desylvius et de la première temporale. Son exci- 
tation provoque convergence oculaire et contraction des pupilles. 
Vn autre occupe la partie inférieure du pli courbe en avant et en 
amère du point de jonction de la scissure de sylvius avec la 
première lempoi*ale ; il doit êtr&i'éflexe, en relation avec le cen- 
tre cortical de la vue. 11 y a lieu de supposer un centre de con- 
vergence volontaire, situé dans les parties antérieures des hémis- 
phères mais Texislence n^en est pas démontrée. Jusqu'à nouvel 
ordre, la convergence volontaire est liée au sort des centres des 
mouvements des yeux des deux hémisphères. Impossible de douter 
qu'il n'y ait dans les régions sous-corticales des centres spéciaux 
<ie convergence. Les centres de convergence qui régissent les 
muscles interne des yeux occupent les noyaux des oculo-moteui-s. 
S'il n'y a pas un centre spécial qui préside à la convei-gence as- 
sociative des deux yeux simultanément, il y a un centre pour 
chaque œil séparément. En tout cas les centres frontaux qui 
président & la convergence di»s yeux agissent par Tintormédiaire 
des centres sous-corticaux qui portent les yeux en dedans ; les 
impulsions parties des deux hémisphères cérébraux doivent en 
même temps se porter sur l'un et l'autre noyau qui meut l'œil 
en dedans. En réalité, quand on excite le tubercule quadriju- 
meau antérieur, avec quelque pei'sistance, on produit la conver- 
gence. P. Keraval. 

XXVI. — De la région visuelle de l'écorce cérébrale et de 
ses rapports avec les muscles des yeux; par W. M. Bech- 
TEREw. — Du centre cortical de la vue ; par K. S. Agao- 
JANIANTZ. (Obosrénié psichiairiiy IX, 1904.) 

L'examen des travaux parus depuis 1890 sur le centre de la 



Digitized by 



Google 



132 REVUE d'anatomie et de physiologie pathologiques. 

\ue à la surface dos hémisphères, de ceux notamment d'Hilzig 
et Kolherlah, révèh^ Timprécision de nos connaissances sur le 
rôle de la partie postérieure des hémisphères cérébraux. De là 
de nouvelles recherches physiolof^iques sur divere animaux ; M. 
Bechterew en détaiHe les particularités et les compare avec cel- 
les d'Hilzijî. M. Ap:adjaniantz les résume en ces termes. 

1. Chez la (jrenouUU, la vue n'a pas à soulTrir de l'extirpation 
partielle, et même totale, des hémisphères; l'animal évite sans 
difficulté les obstacles ; il semble que l'exercice élémentaire de la 
fonction visuelle soit pleinement conservé. — 2. Chez Voiseau 
fpiV;^on),rablation des lobes occipitaux se refléchit sur la vue ; lui 
bouche-t-on l'œil du même côté que l'opération, il vole avec 
moins d'assurance, et se heurte aux obstacles. L'amaurose corti- 
cale complète exige de larges extirpations des deux tiere posté- 
rieurs du cerveau, et même des deux hémisphères. — 3. Chez le la- 
pin^ la cécité corticale émane de Textirpation de la face interne 
du lobe occipital. C'est l'œil du côté opposé qui souffre le plus. — 
4. Chez le chien ^ la lésion des lobes frontaux détermine surtout 
des signes de démence : ce n'est pas la rue qui est atteinte, c'est 
l'attention. La vision distincte souffi*e d'une lésion de la portion 
antérieure d'un segment interne et antérieur d'une bande d'un 
demi-centimètre qui occujkî la face externe du lobe occipital 
et la partie la plus postérieure du lobe pariétal. La partie posté- 
rieure de la face interne du lobe occipital et la bande du segment 
externe coiTespondant, représentent les éléments de la rétine dé- 
nués de localisations corticales et de punctum cœcum pathologi- 
que ; il se produit une hémianopsie plus ou moins intense. Lè- 
se-t-on la région pariétale externe et en partie, la région oc- 
cipitale externe, depuis le lobe pariétal jusqu'au pôk postérieur 
et sous la tente du cervelet, on provoque une affection plus 
diffuse de la rétine du côté opposé qui se traduit par un affai- 
blissement du lieu de la vision distincte et les signes de la 
cécité psychique. En l'espèce, la partie postérieure est en rela- 
tion avec les deux rétines. On n'obsei've pas de démence quand 
les interventions dans cette région sont simples et bien limitées. 
Les mutilations très profondes et les inflammations étendues 
se traduisent par une hémianopsie fort prononcée (de conduc- 
tibilité; tles deux yeux, ou par une hémicécité d'un œil. La lé- 
sion des circonvolutions sigmoïdes provoque une amblyopie dif- 
fuse de l'a'il du côté opposé, en rappoi't probable avec l'altéra- 
tion du sens musculaire des muscles oculaires et avec un trouble 
de l'accommodation ; principalement quand les voies d'associa- 
tion sont intéressées des deux côtés d(»[Hiis le centre visuel jus- 
qu'à l'écorce motrice. La lésion du pli courbe fournit une ambho- 
pie légèi'e, diffuse et passagère de l'œil opposé. — 5. La dissec- 
tion <le la pi(»-nière au-dessus de la région motrice engendre chez 



Digitized by 



Google 



REVUE D^ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 133 

le singi% une amblvopie de courte duréo sur VœW opposa. La lé- 
sion (le la face interne du lobe occipital pi^ovoqueune hémianop- 
sie homonyme corticale. L endroit de la vision distincte est posté 
plus en avant. On n'obtient pas, semble-t-il de punctum cœcum 
patholo^'ique ; cVst une hémianopsie plus ou moins intense, se- 
lon l'étendue et la profondeur de Tallération. De môme que chez 
le chien, les extirpations répétées ressuscitent tous les phénomè- 
nes obtenus et même passés de Textirpation antérieure. La lé- 
sion de la face externe du lobe occipital jusqu'au sillon pariéto- 
occipitaletcelle de la paitie postérieure du lobe pariétal provo- 
quent chez le singe de Tamblyopie diffuse (surtout de Fendroitde 
la vision distincte), dans l'œilopposé, avec cécité psychique. — 6. 
Les lésions organiques de l'écorce engendrent l'achromatopsie 
pour toutes les couleurs d'emblée et partout. — 7. Chez Vhomnie, 
il semble que le centre de la perception occupe les deux lèvres 
de la tissure calcarine, le centre de la vision distincte paraissant 
être en avant. — 8. Nos préparations relatives aux lésions de la 
face interne du lobe occipital chez le singe montrent (jue les voies 
d'association gagnent la face externe du lobe occipital (centre 
d'élaboration mentale), les portions supérieures et externes du 
lobe pariétal et de la région motrice, enfin l'écorce des lobes 
frontaux. Os voies empruntent le ti'ajet du faisceau longitudi- 
nal supérieur. Elles vont à toutes les cii'convolutions du lobe 
temporal en partant de la face extei*ne tle l'écorc*» de la région 
occipitale (faisceau longitudinal inférieur). Les voies comm issu- 
raies passent par le corps calleux pour innerver les parties 
symétriques de l'autre hémisphère. Les voies de projection 
gagnent le corps genouillé externe, les deux pulvinars de la 
couche optique, les corps quadrijumeaux antérieui*s. — 9. La 
lésion organique de Técorce, du moins chez le chien et le sin- 
ge, chez l'homme aussi, n'entraîne pas la cécité complète de 
tout l'œil opposé (ni môme de l'œil homonyme) — 10. L'endroit 
de la vision distincte, et tout le reste de la région visuelle de l'é- 
coiTe peuvent être frappés indépendamment l'un de l'autre. — 
11. L'extirpation bilatérale, complète, de la région visuelle dans 
l'écorce entraîne une cécité complète des deux yeux ; la cécité peut 
se transformer en amblyopieou hémianopsie, en hémi-amblyopie 
et s'évanouir par parties, affectant ou non l'endroit de la vision 
distincte. Parfois il persiste tels ou tels désordres. — 12. L'anato- 
mie du tractus optique explique, par le détail du chiasma, de la 
répartition du faisceau maculaire, des faisceaux de Gratiolet, 
ainsi que par le trajet des voies d'association, de projection, et de 
commissure émanées de la région visuelle corticale, les phénomè- 
nes physiologiques et pathologiques de la fonction de la vue. 

P. Keraval. 



Digitized by 



Google 



134 FEvaE d'anatomie et de physiologie pathologiques, 

XX vil. — Appareil destiné à déterminer le volume de 

Tencéphale ; cérébro-voluminimètre ; par F. Reich. {Xeu- 

rolog.Centralblatt, XXlll, 190i.) 

11 s'agit d*un V6ise de verre cylindrique en rapport avec les di- 
mensions de l'encéphale. A une certaine hauteur au-dessus de la 
base existe une ouvei'ture ronde dont le bord inférieur sert de dé- 
vei'soir ; à celte ouverture est assujetti un tuyau de décharge as- 
sez large, incur^é inférieurement, et muni d'un robinet. Au-des- 
sus du trop-plein, la paroi du vase a été marquée d'un trait qui 
indique à peu près la hauteur à laquelle s'élève le liquide au-des- 
sus du niveau du trop-plein quand on y plonge l'encéphale. Un 
second vase, de jauge, est constitué par un long cylindre gradué 
d'une contenance de plus de 2.000 cent, cubes ; ce vase est fixé 
sur un pied de fer de façon que son orifice supérieur atteigne 
presque la hauteur de l'orilice d'écoulement du voluminimèlre. 

On remplit, après avoir fermé le robinet, le vase de verre,jus- 
qu'au ti-ait qui se trouve au-dessus du trop-plein, soit d'eau, soit, 
si l'on projette un examen microscopique, de sérum ou de li- 
queur de Millier. Dès que le liquide est en équilibre, on ouvre le 
robinet ; et l'on fait écouler la quantité qui a dépassé le déver- 
soir. On referme alors le robinet. On plonge ensuite dans le li- 
quide restant rencéphale,la convexité en bas, afin d'éviter la 
•formation de bulles d'air. On place au-dessous du robinet d'écou- 
lement le vase de jauge. Dès que le liquide s'est mis en équilibre, 
on ouvre le robinet ; on obtient le volume de la quantité qui s'é- 
coule par simple lecture de réchelle de graduation. 

P. Keraval. 

XXVllI. — Contribution à la casuistique des côtes cervi- 
cales ; par 11. Lévi. {Xeurolog.CentraWL, XXIII, 1904.) 

Il s'agît d'une ouvrière de 18 ans, atteinte de sclérose en pla- 
ques qui, dans la fosse sus-daviculaire gauche, présente une tu- 
meur dure comme de l'os, se dirigeant vers la colonne vertébrale 
sans qu'on puisse la suivre au-delà ; elle a la forme et la largeur 
d'une côte avec exostose. Cette tumeur, douloureuse à la pres- 
sion, offre, en avant, une pulsation de la sous-clavière remar- 
quablement intense par comparaison avec le côté droit ; en cet 
endroit, on perçoit, sans qu'il soit besoin d appuyer sur le sté- 
thoscope, un bourdonnement systolique. La pression sur la tu- 
meU!*, une inspiration profonde, un changement de position de 
la tête, l'élévation du bras gauche, n'exercent sur le pouls du 
bras gauche aucune influence,pas plus que sur les dimensions des 
pupilles. Dans la fosse sus-claviculaire droite on ne peut affh'- 
mer qu'il existe quelque anomalie à côté de la première côte ; 
le pouls radial droit, généralement plus petit que celui degauehe, 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 135 

os^t fmrfois plus fort. 8i la malade élève le bras droit à la per- 
|»ondiciilaire, le poulSjd'abordiiTégulier^disparaUjauboutde quel- 
cjiies* ï^econdes. La dimension des pupilles ne varie pas. 

L examen aux rayons Rœntgen décèle Texislence des deux cô- 
t«L*s d'une côle cervicale marquée ; lextrémité do celle de gauche 
ost pliée en exostose (figure). 

Les côtes cervicales ne déterminent de troubles que dans5à 10 
•'. des cas ; dans cette observation, elles ont été si peu importunes 
cfu'elles n'ont été diagnostiquées qu'accidentellement. Il faut leur 
imputer les troubles de la circulation du côté droit, la légère atm- 
phie des petits muscles de la main du côté gauche, la scoliose de 
la colonne vertébrale. Souvent aussi, comme ici, on constate une 
sensation d'engourdissement à la face interne du bras gauche. 

Il se peut qu'il y ait que coïncidence entre l'anomalie osseuse 
«*t l'affection nerveu.se. 11 se peut aussi que la sclérose en plaques 
soit greffée sur un terrain à anomalies congénitales dont les côtes 
cervicales constituent une modalité. Oppenheim a établi les mô- 
mes ivlations entre les côtes cervicales et la syringomyélie. 

Et vraiment, dans les maladies organiques de la moelle, on 
l'encontre très fréquemment de ces signes de dégénérescence, ou, 
comme chez notre malade, des signes d'atavisme ayant alors pour 
la neuropathologie l'importance qu'ils ont pour la psychopatholo- 
^''ie. En tout cas, ces signes n'expriment qu'une prédisposition ; 
l'explosion de la maladie est le fait de la suraddition des causes 
propres. Faut-il, en l'espèce, attribuer la cause à un traumatisme 
subi par la malade à l'âge de 8 ans (chute d'un escalier de cave ? 
La sclérose en plaques ne débute, il est vrai, que cinq ans plus tard 
mais c'est une affection toujoui-s longue, et la diplopie passagèi*e, 
qu'on se rappelle maintenant s'éti-e montrée depuis, peut bien 
avoir passé inapen;ue. P. Keraval. 

XXIX. — La lecture de la pensée et les rayons N ; par N. G. 
KoTiK. — Suggestion mentale on tour de passe-passe ; par 

\V. M. Bechterew. (Obozrêniépsichiatru,\X9\{)0\.) 

" Il s'agit d'une jeune fille de 14 ans, qui devine les pensées de 
son pèi'e et de plusieurs médecins. Nombreuses expériences ex- 
tiémement intéressantes, tant en ce qui concerne ce phénomène 
qu'en ce qui a trait à l'émission et à la propagation des rayons 
N physiques et physiologiques dans leur rapport avec la transmis^ 
sion de la pensée du cerveau d'une pe lionne à celui d'une autre. 
11 s'agirait maintenant de les contrôler. Voici pour 1^ moment 
les CONCLUSIONS du mémoire de Tauteur russe. 

« La pensée d'une personne se peut transmettre à une autre 
pei*sonne par l'intermédiaire des rayons N, qui sortent des cen- 
tres du langage. Ils ont la propriété d'exciter les centres du lan- 
gage de la seconde personne» (»t de provoquer dans ces derniers 



Digitized by 



Google 



136 RKVTI-: D ANATOMII-: KT l)K PHYSIOLOGIK PATHOLOGIQLKS. 

des I maires auditives identiciues. — ('.elle seconde particulariU' ne 
saurait cependant être encore considérée comme prouvée, car il 
faudrait pour cela qu'à l'aide des rayons N physiques, c'est-à-dire 
émanés d'une source physique, nous ayons réussi à éveiller dans 
la télé d'un sujet quelconque quelques représentations mentales 
auditives. 

('charpentier i Au^.y n'en a pas moins démonli'é que les rayons 
N émanés de certains agents physiques, dirij,'és sui* certaines ré- 
gions de la tête, déterminent l'excitation des centres correspon- 
pondants du cerveau, auditifs, visuels, olfactifs. 

«<La lecture de de la pensée est-elle un phénomène exclusi\e- 
ment réservé à certains individus*? N'est-elle pas plus ou moins 
inhérente à tous? Il est impo.*isible d'en nier l'existence chez cer- 
tains sujets tels que les fameux Rrown et Bischopp, les possédées 
<le Kraïnsky, la jeune tille dont s'occupe ce mémoire. Les expé- 
riences de Uichet '(ih.;, Lemann, Jouk et autres sur dt»s person - 
nés ordinaires, nous permettent de conclure, que la faculté de 
percevoir les pensées d'autrui existe à un degn» j)lus ou moins niar- 
(|ué chez n'importe (|ui. Nos expériences sur la propagation des 
rayons N pendant la cogitation permettent de dire que cette fa- 
culté se pmduit par les rayons N. Si dans la vie de chaque jour 
nous ne la remkniuons pas en nous, c'est que le cei'veau des per- 
sonnes ordinaires ne jouit pas d'une sensibilité particulière à l'é- 
gard des rayons N ; il s'en suit que les représentations mentales 
ou les images provoquées par ces rayons' n'aiTÎvent pas jus(]u'au 
seuil de la conscience. Cela ne veut pas dire que des représenta- 
tions mentales qui n'arrivent pas jusqu au seuil de la conscience 
ne puissent exercer une intluence quelconque sur notre oi'gane 
psychique et moditier imperceptiblement le contenu de nos idées 
conscientes. 

Les lecteui^ de pensées se distinguent du commun des mortels 
en ce que, possédant de l'hyperesthésie des organes des sens su- 
périeurs, et, si l'on veut, de tout lorgane psychique, ils sont en 
état de sentir nettement des excitations qui restent inaperçues 
pour les autres. Tous les êtres sont, à noti'e avis, reliés par les 
iils invisibles des rayons N qui, jouant dau"^ la vie journalière 
un rùle peu important, acquièrent probablement une impor- 
tance et une influence énorme dans tous les mouvements des 
masses populaires, 

La psychologie delà foule,les lois de l'imitation et d'autres phé- 
nomènes énigmatiques de l'état mental des masses ne peuvent 
être correctement élucidés que par l'influence des rayons N. >» 

M. Bechterew croit également à la réalité de la devination de 
la pensée chez certains êtres. Il est impossible selon lui, de la 
taxer invariablement de supercherie. 11 y aurait lieu de multi- 
plier les recherches scient itiques sur ce sujet. La question de la 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 137 

snj»^psUoii mentale sort graduellement du domaine de Tinronnu. 
L.'état mental n'étant, en somme, qu'une manifestation de Té- 
norjfie, les découvertes de Blondlotet Charpentiei', sur les rayons 
ifiii sortent du tissu nerveux en activité, transforment la sujcges- 
lîon mentale en un phénomène qui ne heurte en rien nos con- 
naissances scientiliques fondamentales. P. Keraval. 

XXX. — Sar la doctrine deFlechsi^^ des zones perceptives 
et des zones associatives ; par le prof. L. Bianchi. {Ann, di 
Xt'trologia, an no XXII, fasc. l-ll.) 

Voici les conclusions de ce l'apport présenté au Congrès inter- 
national de médecine de Madrid ( 1903.) 

Les i-echerches de Flechsig, au moyen de sa méthode, ont donné 
une impulsion notable à la connaissance anatomiquc du cerveau 
♦•l de son développement, puisque il semble établi que certaines 
zùnes du manteau possèdent un plus grand nombiv de libres de 
projection que d'auti-es. 

S'il est vrai que les tibi-es ner>euses du manteau ne se myélini- 
sent pas dans le même lemps,on doit démontrerencoresi lamyé- 
linisation des fibres appartenant aux zones dites intermédiaires 
et terminales est soumise à une loi de développement ; sur ce 
point, Flechsig s'est lui-même contredit plusieure fois. 

En admettant que le faitanatomique doit avoir- une significa- 
tion physiologique, le fondement des conclusions physiologiques 
déduites par Flechsig it\ste toujours à démontrer. A ce point de 
vue, on n'arrive pas à comprendre Texistence des zones associa- 
tives, telles que Flechsig les a conçues, étant donné que toutes 
les zones perceptives sont des zones associatives. La loi de pro- 
gressivité qui existe dans le processus de la perception, nous la 
i-encontrons dans l'agrandissement successif des zùnes sensoriel- 
les, dont le produit est progi-essivement de plus en plus compli- 
qué. Le rapport entre le fait analomique et les phénomènes psy- 
chiques n'est pas celui que Flechsig a imaginé. Les zones intei- 
médiaires et terminales sont d(»s terres vierges, qui attendenten- 
core le défrichement. 

Les zones perceptives qui comprennent toutes les zones asso- 
ciatives postérieures sont des centres de formation et de conser- 
vation des images. On ne peut pas démontrer le passage des ima- 
ges du centre de perception au centre postérieur d'association, 
qui serait, selon Flechsig, aussi le centre de conservation et d'as- 
s«)ciation pour les images provenant des autres centres percepifs. 
Les lésions de la zone du langage démontrent que les images ver- 
bales auditives, visuelles et motrices-tactiles se forment et se con- 
servent dans des aires respectives, et que la destruction de l'une 
d'elles produit la perte irréparable des images qu'elle a formées 



Digitized by 



Google 



138 RKVriC U'aNATOMIK KT de PHYSIOLOGIK PATHOLOGIQIKS. 

et conservées, et aussi la perte du langage, selon l'importance du 
centre intéressé. 

Il est très dangereux d'utiliser pour celte question les maté- 
riaux fournis par la paralysie générale progressive, parce que Ton 
sait bien que dans cette maladie les lésions sont très diffuses, 
commencent le plus fréquemment dans les éléments cellulaires et 
doivent être recherchées à l'aide de procédés très délicats. La so- 
lution du problème doit être demantlée aux lésions en foyer ; et 
Ton peut démontrer que c(dle.s (}ui produisent le plus de dom- 
mage à l'intelligence sont les lésions des zones perceptives du 
langage, et spécialement de la zone au<lilive, que Flechsig dési- 
gne avec le n» 5. Les lésions de la zone visuelle donnait aussi des 
résultats pres([u'identiques, mais seulement chez les pei*sonnes 
cultivées. Les lésions très étendues du lobe temporal ne produisent 
j)as de grands troubles intellectuels, saufquand la lésion esl éten- 
due à la zone auditive du langage. La perle de l'intelligence à la 
suite de lésions de la grande zone pariéto-occipito-t<Mnporale est 
duc principalement a la part qu'elle comprend, dans l'hémisphèiiî 
gauche, la zone du langage. Tout le monde sait que l'intelligence, 
chez l'homme bien dé\eloppé et cultivé, est intimement liée au 
langage, dont la perle amène des troubles intellectuels profonds. 

Dans lamicrocéphalie on peut trouver la zone occipito-pariéto- 
temporale très développée par rapport aux autres parties du cer- 
veau, chez des sujets qui pendant leur vie avaient témoigné d'une 
absence complète d'association des images, avec l'idiotisme le plus 
profond et le plus grave. 

Il existe une seule zone, dont les lésions ne produisent jamais 
de troubles sensoriels ou moteurs, et provoquent au contraire la 
perte des facultés mentales supérieures ; c'est celles des lobes 
frontaux. Cette zone est en rapport avec toutes les autres : elle 
réunit les produits des zones sensorielles, et excite leur activité. 
Elle n'a pas de libres de projection. Les expérience8,les maladies 
d(» cette zone, et l'anatomie embryologique concoui*ent à démon- 
trer que la zone frontale est le siège de la synthèse intellectuelle 
et émotive de la personnalité. C'est là la seule conclusion légi- 
time. .1. Skglas. 

XXXI.— Unpsycho-esthéBiomètre ; par Colluccô. 'Ann, di 
névrol, Anno XXII, fasc. I-II.) 

XXXII. — Sur quelques altérations de Tappareil neuro- 
flbrillaire des cellules corticales dansla démence sénile; 

par Fragnito. {Ann. di Névrolog, Anno XXII, fasc. Ml.) 

XXXIII. — Les recherches sur l'agent spécifique de la rage; 

par La Pegna. (Ann, di nérrol, Anno XXII, fasc. l-II.) 



Digitized by 



Google 



REVl'E DE PATHOLOGIE NERVEISE. 139 

XXXIV. — Sur le temps de réaction aux stimulus électri- 
ques cutanés dlntensité progressiv^ement croissante ; 

par Gapriati. (Ann, di nèvrol. KnxioWX, fasc. V-VI.) 

XXXV.— Les centres optiques primaires après ônucléation 
ou atrophie du globe oculaire; pai- Guillemaetz. (Po2ù'h'- 
nique de Bruxelles ^ l^'sept. 1903.) 

Voiri les conclusions de TAuteur. Il y a des relations très éti'oiies 
enli-ela rétine d*une part et les cenlref; optiques primaires/Ces 
(M)iinexions sont moins importantes pour le tubercule quadriju- 
iiieau antérieur que pour le pulvinar et surtout pour le coi*ps ge- 
nouillé externe. Ces connexions s'établissent pour les deux c6tés 
ail moyen de libres directes et de libres croisées. L. W. 



REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE 



VI. — La paralysie enfantile ; par Glorieux. {Policlinique de 
Brujrelles,{%3,n<' 7.) 

Revue générale sur ce sujet très importantde pathologie infan- 
tile : Fauteur insiste sur les phénomènes fébriles fugaces du dé- 
but. Gette poliomyélite antérieure aigué laisse l'intelligence in- 
tacte. L. W. 

VU. — Aperçu historique sur la pathogénie du bégaiement ; 

par Decroly et Rouma. (Policlinique de liriurelles^ 1903, n° 9.) 

Première partie très intéressante rappelant toutes les théories 
émises pour expliquer cette infirmité, depuis les plus anciennes : 
on peut les rapportera deuxgrands types : celles qui l'expliquent 
[>ar des troubles d'origine centrale, théories toujours plus ou 
moins vagues ; et celles qui en cherchent Toi-igine dans des trou- 
bles moteui*s périphériques de la pointe de la langue, des parties 
latérales de cet organe, des amygdales, du voile palatin, des cordes 
vocales-Remai-quons avec Fauteur que jusqu'à une époque très 
récente le bégaiement était confondu avec le bredouillement. 

L. W. 

Vlll. — Paralysies pseudo-bulbaires chez Tenfant; par De- 
croly. [Policlinique de Bruxelles^ 1903, 1"' octobre.) 

Affection rare dans Tenfance mais que Dejerine a déjà signalée 
et dont il a étudié les lésions, tant au niveau du cortex de l'oper- 
cule rolandique qu'à celui du genou de la capsule interne. L'au- 
teur en signale un cas très intéressant chez un gan;onnet de 10 



Digitized by 



Google 



140 RKVl'E DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 

ans niicrocéj)hale et doutle début semble remonlerà la naissan- 
ce ; il rappelle qu'il a observé un cas analoj,'ue en 11)02. Comme 
traitement, il propose le placement dans un institut d'arriérés. 

L. W. 

IX. — Gontribation clinique et critique à l'étude de la ca- 
tatonie rpai' E. Pasini el G. Madïa. (Ann.di nevrologia. Anno 
XXI, fasc. V-VI. 

Voici les principales conclusions de cet important travail. La 
calatonie deKahlbaum n'est pas une entité clinique ou anatomo- 
patholo^n(|ue. Les symptômes décrits comme caractéristiques (st**- 
réotypiesdu langage parlé et écrit, écholalie, échopraxie, négati- 
visme, stéréotypies des actes et des attitudes, flexibilité cireuse^ 
n'ont rien de pathognomonique par rapport à la maladie même ; 
ils sont les indices d'états psychiques, dans lesquels il y a un ré- 
trécissement plus ou moins gran(L de la conscience, une suppres- 
sion plus ou moins grande des fonctions du cerveau, avec rési- 
dus de son activité. 

Par calatonisme, on doit entendre un état psycho-somatique 
dans lequel le fait saillant est la flexibilité ciix^use des muscles. Il 
apparaît épisodiquement dans le cours de conditions morbides 
variées et il est en connexion intime avec la stupeur, à tel point 
qu'on peut dire qu'il n'y a pas de catatonisme sans stupeur. Le 
plus ordinairement il suit des formes hallucinatoir-es. 

Le catat^onisme, au point de vue syiTiptomatologique, a des 
points de contact avec la catalepsie provoquée ; au point de vue 
du mécanisme pathogénique avec l'automatisme somnambulique. 

La malléabilité musculaire est un phénomène essentiellement 
psychique, un faitde suggeslibilité partiel, et à ce point de vue le 
catatonisme peut être considéré comme l'état de suggestibililé 
pai'tielle de la sphère anesthésico-motrice. 

Le négativisme catatonique, qui semble tout à fait ojjposé à la 
malléabilité musculaire, n'est que la même tendance à conserver 
les attitudes, reçues, renforcée par celle à ne pas les changer, du 
moins passivement. Cette dernière est l'expression de la tendance 
hostile de l'esprit du sujet devenue automatique. 

Le catatonisme est un indice de dégénération de l'organisme 
psychique ; pour en obtenir les manifestations, il faut une es- 
pèce de dialhèse organique, qu'on pourrait appeler diathèse ca- 
tatonique. 

Il existe une ressemblance enti*e les états catatonique, cata- 
leptique ou somnambulique. Dans ces trois états on tIX)u^e : 1® 
ou que quelques zones du cerveau tombent dans l'inertie, tandis 
que d'autres fonctionnent régulièrement, et d'autres ont même 
une activité exagérée ; 2° ou bien que l'aclivilé de certaines zones 
se trouve supprimée, tandis que celles d'autres zones est simple- 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 141 

iiienl conservée ; 3° ou enfin qu*il y a une limitation «générale de 
rartÏAilé clans presque toutes les zones du cerveau ; mais non dV- 
^ale de«:iv. 

Le phénomène général qui se note dans ces trois états, c'est le 
<U*séquilibi*e, la dissociation de Tactivité cérébrale. Si bien ([ue le 
rntatonisme peut ètiv considéré lui aussi comme une expression 
syiiiplomaticiue particulière de la dissociation fonctionnelle du 
r<*rveau. J. SAglas. 

X . — Le siège des convulsions épileptif ormes toniques et 

cloniques ; par Nino Samaja. iReuue méd. de la Suisse lia- 

viande, \%i, u«»2 et 3.) 

D'une série d'expériences, lauteurlirelesconclusions suivantes : 
La zone corticale motrice est le centre exclusif des convulsions 
rloniques chez le chien et chez le chat adultes. L.e reste de Taxe 
rérébi'o-spinal ne peut donner chez ces animaux que des convul- 
sions toniques. (Miez les mammifères moins élevés dans la série 
animale '^lapins et cobayes}, de même que chez le chien et le 
<-hat nouveau-né et chez la grenouille verte, 1 ecorce motrice 
nVst pas le siège d'un centre convulsif. 

La bulbe ou Tisthme de l'encéphale, chez le cobaye et le lapin, 
sont le siège de convulsions cloniques. C.hez le cobaye et la gre- 
nouille verte, le bulbe isolé de l'isthme de l'encéphale est encore 
\v siège d'un centre convulsif clonique. 

La moelle dans toute son étendue, chez tous les mammifères, 
est le siège d'un centre exclusivement tonique ; elle ne provoque 
jamais de convulsions cloniques. Chez la grenouille verte, la 
moelle provoque au contraire des convulsions cloniques. 

On voit donc que le centre convulsif clonique remonte pro- 
gressivement dans l'échelle animale, de la moelle jusqu'à l'écorce 
cérébi-ale ; bulbo-médullaire chez la gi'enoui lie verte, bulbaire chez 
le cobaye, basilaire chez le lapin, il devient cortical chez le chien 
et le chat adulte. Chez l'homme, le siège des convulsions toniques 
est exlusivement basilaire ; celui des convulsions cloniques est 
cortical. G. Deny. 

XL — Contribution à l'anatomie -pathologique de Turémie 
dans un cas simulant d'abord une tumeur du cervelet, 
puis une myasthénie, (Maladie de Erb-Murri) ; par De 

LuzENBERGER. (Ann, de Xévrol, Anno XXll, fasr. l-Il.) 

XII. — Etude sur la polynévrite tuberculeuse ; pai* Colklla 

{Ann, di névroL Anno XXI, fasc. H.) 

XIII. — De l'aphasie amnésique ; par S. Popoff. {Neurolo}^, 

Centralblatt, XXllI, 1904.) 
Observation avec autopsie d'mi homme de 31 ans. 



Digitized by 



Google 



142 REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 

11 s'agissait d'une aphasie motrice transcorticale puiscjuc la 
parole spontanée était réduitç au minimum, alors que le sujet l'é- 
pétait parfaitement les mots entendus. Seulement le malade avait 
conservé récriture spontanée, mais, il est vrai, avec paragraphie. 
A Vautopsic, il existe à gauche un foyer de ramollissement com- 
prenant tout le pied de la 3* frontale, un peu de la seconde fron- 
tale, tout rinsula, et la partie antérieure de la première tempo- 
rale. A droite, ramollisseni(»nt symétrique de la 3« fronlAlo avec 
légère destruction des circonvolutions antérieui*es de lopercule 
et de rinsula. 

L'auteur insiste sur la persistance sans amélioration du trouhle 
de la parole pendant Tannée qui s'écoula à partir de l'ictus.Com- 
ment se fait-il que néanmoins le patient demeura capable de ré- 
péter, et fort nettement, les mots entendus ? La répétition auto- 
matique du mot entendu s'explique d'ordinaire par la conserva- 
tion des libres d'association qui unissent le centre acoustique de 
la parole au centre moteur. Mais dans Tespèce, le malade était 
conscient de la valeur des mots qu'il répétait, ce qui indique que 
le centre intellectuel coopérait au mécanisme. 11 faut donc croire 
que le centre moteur de la parole comprend un territoire plus 
grand que celui de la circonvolution de Broca. A côté de cette 
circonvolution, il doit y avoir un second centre moteur de la pa- 
role préformé,centre auxiliaire (jui, pour remplir sa fonction fait 
appel au centre acoustique et opticjue (le la pait)le. 

Conclusions. — l. Le centre moteur de la parole comprend un 
territoire qui dépasse un peu les limites de la circonvolution de 
Bi'oca ; la fonction dt» ce centre auxiliaire sVtTectue par l'inter- 
vention tantôt du centre de la parole acoustique, tantôt ducenti'e 
de la parole optique.— ?. L'aphasie motrice transcorticale estpix>- 
duite non pas par la lésion de la voie de communication B. M. 
du schéma de Lichtheim, qui va du centi-e intellectuel au centre 
moteur de la parole, mais par celle de la circonvolution de Broca 
même. — 3. Le patient pou\ant écrire sous la dictée,le centre mo- 
teur des mouvements de l'écriture est situé en delioi*s de la cir- 
convolution de Broca, peut-être dans le pied de la 2' frontale, 
comme le veulent beaucoup de savants. P. Keraval. 

XIV. — Contribution & la pathologia de Taphasie amnési- 

qua ; par F. Que n sel. (Xeurolog. Centralblatt, XXll, 1903.) 

L'aphasie anmésique, c'est l'amnésie verbale. Elle a pour carac- 
tère l'impuissance du malade à émettre le mot propre, bien que 
ce mot lui arrive souvent sans qu'il le clierche, bien qu'il le con- 
naisse, qu'il le comprenne quand il l'entend, qu*il puisse l'articu- 
ler lorsqu'il lui arrive. 

C'est d'ailleui^ une lacune intermittente qui porte surtout sur 
les substantifs, ceux notamment d'objets conciels ; le patient^par 



Digitized by 



Google 



REVrE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 143 

exemple, ne peut trouver le terme d'un objet désigné. Il n'est 
question, dans ce méuioire, que de l'amnésie verbale par lésion 
en foyer du cerveau. 

Est-elle le symptôme de la sunlitê verbaU\ d'une lésion du cen- 
tre des images phonétiques des mots ? Sans doute, il est de règle 
qu'une surdité verbale centrale entraîne l'oubli et l'inintelligence 
des mots ; mais le degré des deux phénomènes et leurs relations 
«le causes à effets ne se correspondent pas invariablement dans 
les deux cas. N'a-t-on pas décrit un cas de surdité verbale avec 
destruction bilatérale de la moitié postérieure de la première lem- 
poitile, dépourvu d'amnésie verbale. Inversement, il existe de 
l'amnésie verbale en des cas où, abstraction faile des phénomènes 
apoplectiques, il n'y a jamais eu de surdité verbale. Analysant la 
paraphasie, commune ou souvent liée à la surdité verbale comme 
à l'amnésie verbale, M. Quensel pense que la paraphasie présente 
une indépendance relative de la surdité verbale centrale, et sem- 
ble généralement l'expression nécessaire de l'amnésie verbale. 
Ainsi, à l'amnésie verbale appartiendrait la paraphasie vraie ou 
confusion de mots restés dans leur sliucture normaux ; de la 
surdité verbale relèverait la jargonaphasie. Seulement, ces deux 
espèces de paraphasies se côtoient d'ordinaire. Puis, la paraphasie 
seule est rare ; elle ressemble à rachoppement syllabique et est 
empreinte d'une perturbation nettement motrice. Mais aloi's, il 
est diflicile d'élucider les rapports de l'aphasie centrale motrice 
avec l'amnésie verbale, parce que la première, supprimant toute 
manifestation parlée, la réduit à des débris de mots stéréotypés, 
et même annihile l'écriture. Quand l'écriture est conservée, Tau- 
tupsie, en montrant l'origine centrale des accidents, rabaisse la 
valeur du centre moteur dans la trouvaille du mot. S'agit-il d'a- 
phasie motrice partielle ou en rétrocession, l'aptitude du malade 
àli'ouver les noms d'objets, qui contraste avec une phraséologie 
des plus défectueuses, tout à fait incorrecte au point de vue gram- 
matical, représente l'invei'se exacte de l'aphasie amnésique habi- 
tuelle. Il est vrai qu'il y a des cas intermédiaires constitués par 
un inélange de trouble moteur, de trouble sensoriel, et même de 
paralysie tactile ; il n'y man(jue que Tautopsie pour préciser. 

L'étude de Valexie ou récite cerbale nous est,dans l'espèce, utile, 
car nous rencontrons l'amnésie verbale, dans ses formes les plus 
pures sans la surdité vei'bale, avec paraphasie vraie ou simple- 
ment avec paragrai)hie des mots défectueux, généralement liée 
à l'alexie centrale, et par suite, dans les cas de foyer à localisa- 
tion identique ou semblable. L'allure deS deux syndromes ofTi'e 
une harmonie étendue. Cependant la dépendance de l'une et de 
l'autre n'est ni absolue, ni univoque. La preuve en est dans Pa- 
lexie centrale sans amnésie verbale, ainsi que dans l'amnésie 
sans alexie foy(»r sous-cortical occupant la partie anléro-infé- 



Digitized by 



Google 



144 REVIK DE PATHOLOGIE NERVELSE. 

rieiire du pli courbe ; observation de lienschen). Ainsi s'exprime 
l'auteur, après avoir procédé à l'analyse des espèces cliniques de 
Talexie. 

11 termine. Généralement, la représentation mentale d'un ob- 
jet éveille, avant d'en susciter le nom, l'image du son du mot cor- 
respondant. Donc, s'il y a amnésie verbale, c'est que les voies 
d'association entre les deux complexus sont détruites. Tant que 
sont conservées les représentations phonétiques des mots, l'in- 
terruption n'est pas totale. Ce n'est pas tout à fait ce qui se passe 
dans l'alexie ordinaire ; la dénomination est tantôt possible, 
tantôt pas : cela ne prouve pas l'impossibilité d'une localisation, 
mais cela indique une constellation de groupes d'endroits ayant 
subi une destruction partielle. L'interruption est d'autant plus 
complète (ju'elle se rapproche du centre des images des sons, des 
mots, et, cependant, même loi*sque ce centre est complètement 
détiniit, l'amnésie verbale n'est pas nécessairement totale. N'ou- 
blions pas que les mouvements de l'écriture sont aptes à ressus- 
citer le souvenir du nom de l'objet (Sommer). Par contre,ralexie 
s'allie fréquemment à l'amnésie ; il y a donc identité partielle de 
leurs substratums anatomiques. 

En ce qui concerne le centre des représentations mentales des 
mouvements des mots, il existe des syndromes de transition enli-e 
l'aphasie motrice et l'amnésie. En revanche, il est probable que 
leur simple perte touche le moins la capacité de dénommer les 
objets. 11 y a lieu de croire, quant aux images mentales des objets, 
que loi-squ'il n'arrive plus à l'hémisphère gauche certaines pix)- 
priétés sensorielles de ces derniers, loi*sque les libres de la cou- 
ronne rayonnante et des corps calleux sontint^îrrompues, le su- 
jet est incapable d'en trouver le nom: c'est l'a mré^/e verbale sous- 
corticale spécialisée. Mais é\idemment, des conditions anatomi- 
ques y sont peu favorables. Tout ce que nous savons, c'est que 
l'alexie .sous-corticale vraie procède souvent par aphasie optique ; 
incapable de dénommer les objets (ju'il voit, le malade les r**- 
connaît par le tact, l'ouïe, etc.; au contraire, dans l'anmésie 
\erbale, la persistance <les propriétés sensorielles ne change rien 
à la dénomination. BonlKelFer dans un cas d'amnésie verbale con- 
sidérable avec cécité verbale a \u le patient désigner les objets 
perçus par l'ouïe. La désignation des qualités gustatives et objec- 
ti\es demeure, dans l'amnésie, fréquemment assez bonne. Il va 
des cas où, la perception des objets par leurs propriétés senso- 
rielles étant intacte, la faculté de distinction d'objets divei*s par 
une seule de leui-s qualités organolei)ti(jues se trouve oblitérée. 
S'il n'y a pas aloi's de trouble dans les complexus conceptuels 
vei'baux, il faut bien croire à un foyer occupant des postes rela- 
tivement limités de connexion associative entre ces complexus 
^♦'rbaux et les autr<^s complexus conceptuels des ohjets. Mais et» 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE NERVEISE. 145 

n'est point un centre spécial, une fonction particulière ; ce serait 
encore moins un centre spécial que dans l'alexie. Il s'agirait en 
gms du pli courbe,de la partie postérieure du lobule pariétal infé- 
rieur (supraniai'ginalj,et de l'extrémité postérieure des 2* et 3« lem- 
])orales du côté franche, tandis que les centres de la paixïle mo- 
teur et acoustique ne seraient (|ue liniilatixement rapporlables à 
ces uiémes l'égions. P. Keraval. 

XV. — ObserTation d'agraphie isolée et d'amnésie ; par W. 

Erbslœh {Xeurolog. Centralblatt, XXII, 11)03.) 

Une femme de 63 ans, mentalement normale est, sans ictus, 
apparent, atteinte pendant huit jours d'agraphie. En même 
temps lacune de la mémoire qui dure, elle, six semaines ; inca- 
pable de fournir des renseignements sur son adresse, sa famille, 
son passé, elle est incapable de se repérei*, bien qu'elle se rende 
compte de ce qui se passe au tour d'elle, Os troubles disparaissent 
à leur tour mais après un intervalle de dépression passager. 

De même, fait remarquer M. Erbslœh ((ue dans l'aphasie amné- 
sique nous pouvons rencontrer un oubli des images phonétiques 
des mots qui conli'astea\ec la persistance de la compréhension de 
la parole, de môme, chez cette malade, il y avait amnésie à l'égard 
des événements antérieurs de sa vie, tandis qu elle conservait la 
faculté de reconnaître les objets et personnes du passé à l'aide de 
la vue et de l'ouïe. Au début de rafTeclion,elle ne pouvait i*etrou- 
ver dans sa mémoire les images optiques de l'écriture, bien qu'elle 
conservât totalement la faculté de lire, et cependant elle était 
hors d'état de se représenter h^s événements passés bien qu'elle 
eût encore l'intelligence des objets de ce [)assé. 

Tout ceci est en laveur d'un tr.}u!)le circulat<)ire dont la loca- 
lisation reste indécise. P. Keraval. 

XVI. — Observation de paralysie de Toculomoteur ex- 
terne et de parésie des membres & la suite d'une frac- 
ture du cr&ne ; par E. Bloch. (Scuroloq. CentralbL XXIU. 
1904.) 

Il s'agit d'un homme de 53 ans, qui re(;oit sm' le côté droit de 
la tète une solive de 6 mètres 1/"J. Il se produit une fracture de la 
hase indiscutable. 

(l'est deux mois après l'accident que le voit M. Bloch. 

IL existe une paralysie de Toculomoteur externe du cùté droit ; 
les membres du même côté sont parésiés. Seul les muscles de 
l'œil, loculomoteur externe est atteint, car la distance en hau- 
teur des images doubles n'augmentent ni quand le patient re^ 
^arde en haut, ni quand il regarde en bas, ainsi que cela eût été 
1** cas s'il y avait eu coparticipation de l'oblique supérieur ou de 
Ahchives, 2* série, 1905, I. XIX. 10 



Digitized by 



Google 



146 REVUE DE PATHOLOGIE NEkVEL'SE. 

Toblique inférieur. Par contre les images se rapprochent toujouit: 
à un quart do pouce. 

On obtient une amélioralion par des injections hypodermiques 
destrychnine (dose quotidienne 0,003 niill.) combinées à la fa- 
radisation transversale du crâne. 

Finalemenl, après trois semaines de ce traitement, h» malade 
n'a plus de diplopie que lorsqu'il regarde à di-cjite. 11 sort a^ant 
guérison, quinze joui*s phis lard. 

L'auteur pense que l'iiémorrhagie résultant de la fracture du 
rocher a comprimé, à la base du crâne, l'oculomoteur externe; 
elle s'est résorbée lentement. S'il y avait eu hémorrliagie dans le 
noyau même du nerf, le facial eût été simultanément atteint. 

La parésie des membres droits s'expliqw par quekjues hémor- 
rhagiesmiliaires de la protubérance à gauche apivsle départ des 
tibres corticales du facial. P. Kèr.vval. 

XVII. —Contribution À la valeur prpnostique des phéno- 
mènes catatoniques ; par R. Gaupp. [CentralhUttt fârXei'- 
vcnheilhunde, XXV!, N. K. XIV, 1903). Contribution à la ge- 
nèse de quelques symptômes dans l'état catatonique ; 
par W. Ai-TER. {Xeuroloff, Centrafbl., XX111,1904.) La catato- 
nie en tant que forme indépendante de trouble mental : 
par W.P. OssiPOw. (Obosrèniè psichiatrii IX, 1904.) Contribu- 
tion àTétude de la catatonie; par S. Jaroschewsky. (Ohoz- 
rêiiic psichiairTu IX, \%\.) 

M. Gaupp insiste sur ce point. Ortains malatles atteints d'ex- 
citation catatoni(|ue pure ou de stupeur passive (inunot^ilité sans 
tension musculaire ni négativisme) ont pu paraître et demeurer 
en apparence guéris pendant un temps assez long. Maistùtou tard 
la maladie a reparu ; celte fois elle ne sVsl (praméliorée. Plus les 
attaques aiguës ont été t'ré(|uentes, plus incomplètes ont été les 
rémissi<ms ; linalemenl s'est établi mi délicit se traduisant par les 
éléments évidents de la ilémence précoce. Nombre de ses mala- 
des ayant connue dans le cas de Me>er (Mi'tm'hcu.vuuiir.Wovheus' 
chrift, 1903, n« 32k guéri d'une première stupeur sont ultérieu- 
rement devenus déments catatonicpn^s. 

Pour M. Alter, il est hoi-s d<* doule (|ue le uèifatirlstne jH^ul 
pi-océder de deux mécanismes. Il peut dépendre d'une» modifica- 
tion primordial de l'appareil moteur. Il peut aussi émaner de 
sensations et d'idées délirantes. Dans le premier cas, il existe nu 
trouble de la balance normale entre les muscles protagonistes et 
les muscles antagonistes. Dans le se<*ond, l'aperception, qui n'est 
que l'introduction dans le foyer de l'éneigie psychique «l'un gi-oupe 
cérébral déterminé, exercera une action extinclive; elle arrêtera 
le mécanisme psychomoteur au lieu de le déterminer comme elle 
le fait normalement ; il y a lieu de supposer une altération du 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 147 

mtHabolisme, de la stmcture chinriique ou moléculaire de» élé- 
ments non eux. On peut concevoir les deux espèces de {?eneses 
}>our rautoniatisnie, les phénomènes de répétition et d'échos, les 
mouvements cat^leptoïdes ; mais ils seraient moins la manifes- 
tation d'une perturbation de la niotilité (juc les conséquences de 
li"oubles intra-psychiques dans une localisation qui rigoureuse- 
ment appartiendra à l'élément psychomoteur. 

M. Ossipow admet le syndrome de Kalilbaum connu sous le 
nom de cafatonie. L'évolution clinique et la symplomatologio 
permettent d en admettre une forme indépendante ; c'est surtout 
l'évolution .qui juifele diajfnostic. Les mêmes symptômes se peu- 
vent montrer en d'autres psychoses. 11 n'y a pas lieu d'englober 
lacatatonie dans la démence précoce, car la calal<mie n'est pas 
seulement une affection de la jeunesse ; on la rencontre encore 
phis tard et jusqu'après la lin de la période du développement 
sexuel. Il n'est pas obligatoire ([ue la catatonie se termine par la 
démence ; elle peut guérir sans présenter de rémissions et cette 
guérison peut persister des dizaines d'années, à ce point que les 
anciens malades s'acquittent de besognes fort complexes "et fort 
délicates comme en exige la pi'ofession médicale. Le type ther- 
mique invei'se s*obser\e assez sou\entdans la période de stupeur. 
La genèse de la catatonie n'est pas établie ; il semble qu'au pre- 
mier plan agisse l'hérédité ;les aultvs agents pathogènes ne sont 
guère que des adjuvants, des éléments pi'uvocateurs. Il n'y a pas de 
i-aîson de croire à une auto-intoxication par résorption des produits 
des glandes sexuelles chez des continents ; que de catatoniques 
se sont masturbés longtemps a\antque se développe la maladie ; 
(*onibien aussi n'ont jamais présenté d'interruption dans les fonc- 
tions sexuelles. Les lésions cérébrales micr()scopi(|ues constatées 
chez le catatonique n'ont rien de spécifique ; elles ne peuvent donc 
témoigner en faveur de l'autonomie de la maladie. 

M. Jaroschewsky publie une observation qui constitue le type 
le plus simple de la ctdatonie ; on y trouve les symptômes car- 
dinaux : immobilité, négati\isme, stéréotypie, catalepsie. Le ma- 
lade, un dessinateur de plans de 'M ans, n'a ni grandi, ni été éduqué 
«lans les milieux que le professeur Tchije et quelques psychiatres 
considèrent comme la condition sine quA non de la maladie. Les 
catatoniques de M. Tchije étaient des villageois, esthoniens, chas- 
tes, chez qui raffection s'était dé\eloppéc à la période de la matu- 
rité sexuelle. Par conséquent conclut M. Jaroschewsky la catato- 
nie, si elle possède tous les éléments propres à lui assurer l'aut')- 
no mie, est encore quelque peu énigmatique. P. Keraval. 

XVllL — De la participation du muscle orbionlaire palpébr:..] 
aux paralysies faciales corticales et sous-cortical os . 



Digitized by 



Google 



148 REVt'E DE î>ATHOLOGIE NfeRVElSfe. 

par W. Bechterew {Obozréiiié ftsichiatrii, Vlll, 1903. Central- 
blatt fur Xerrenheïlkumie, XXVll, N. F. XV, lî)04.) 

Pourquoi dans les paralysies corticales et sous-corticales du fa- 
cial, la région supérieure du facial ne parlicipe-t-elle pas à la pa- 
ralysie ? 

Les auteurs ont supposé que rinner\a(ion corticale de la bran- 
che supérieure du facial était bilatérale. En eiîel, on constate expé- 
rimentalement que la branche supérieure du facial possède dans 
l'écorce des centres absolument individuels, disposés chez le singe 
dans les segments postérieurs de la deuxième frontale ; ils sont 
topographiquement distants des centres du facial inférieur. lien 
est de môme chez le chien. En outre l'excitation de Técorce réa- 
git des deux côtés sur toutes les parties de la face et de la tête 
innervées par le facial supérieur, il suffit de l'exciter d'un côté 
pour que l'animal élève les deux sourcils, ferme les deux paupiè- 
res, fasse moinoir les deux oreilles. Il n'y a que quelques mus- 
cles du pavillon de Toreille qui possèdent l'innervation croisée ; 
l'élévation et rabaissement des paupières sont toujoui-s bilaté- 
raux. Même mécanisme avec prédominance du côté opposé, pour 
l'occlusion ou le clignotement palpébral. Voilà pourquoi l'abla- 
tion des centres corticaux du facial supérieur nv détermine pas 
des trou bh>smoteu 1*8 notables dans la pai^iie sujx'rrieure de la face 
des deux côtés. 

Néanmoins chez l'homme les parahsies ctirticales et subcorli- 
cales du facial supérieur cjui tiennent à une lésion des centimes du 
facial supérieur s'accompagnent de troubles de l'orbiculaire des 
paupières. Le malade peut généralement encore fermer les deux 
yeux en même tem]>s, il peut aussi lermer l'ieil correspondant à 
la lésion tandis qu'il maintient ouvert l'œil opposé ; mais il est 
incapable de fermer seul ce dernier en maintenant l'autre ou\ert, 
quand il ferme l'un il ferme involontairement l'auti^e. Et, par 
contre, la fermeture réflexe des paupières demeure intacte, fie 
symptôme prend une signification toute particulière dans les pa- 
ralysies centrales à foyer placé au-dessus du noyau du facial ; il 
témoigne de l'atteinte concomitante des voies ou centres du facial 
supérieur. L'auteur l'a observé dans les hémiplégies capsulaires 
ou corticales, quaml le foyer s'étendait aux centres ou voies «le 
facial supérieur qui passent par la portion antérieure de la cap- 
sule interne dans le voisinage de son genou. Il l'a noté seul dans 
un cas où il y avait eu d'abonl hémiplégie droite ; on ne consta- 
tait plus de paralysie de la face ou des extrémités.Le même symp- 
tôme peut constituer le résidu de paralysies faciales périphériques 
guéries ; le malade, en ce cas, ])ouvait fermer les deux yeux .si- 
multanément, fermer aussi l'œil homonyme seul ; il était inca- 
pable de fermer l'œil héléronyme seul, celte lentat^^e entraî- 
nant, malgré lui, l'occlusion des deux }eux. 



Digitized by 



Google 



REVUE DE THÉRAPEUTIQUE. 149 

(> syinplùinu, rt*la va de soi, n'a de valtMir ([lie dans les cas où 
les patients, avant leur affection, étaient capables d'ouvrir un œil 
en laissant l'autre fermé. Il y a en effet bien des jjens qui ne le 
peuvent soit pour un cùté, soit pour les deux. D'ordinaire les 
malades savent si avant d'être atteints, ils étaient ou non en état 
irouvrir à tour de rôle chaque œil en maintenant Tautre fermé ; 
re qui donne de la valeur au phénomène dans les cas morbides en 
question. P. Keraval. 



REVUE DE THERAPEUTIQUE 



VII. — Action de la pyridine sur le tissu nerveux et mé- 
thode pour la coloration élective du réticulnm fibrillaire 
endo- cellulaire et du réticulum périphérique delà cel- 
lule nerveuse des vertèbres ; par Donaggio. (Ànn. di ne- 
vroLAnno XXU, fasc. MI. 

VI U. — Valeur diagnostique de la ponction lombaire ; par 

Baduel. (Riv, crit. de clinica medica, 1904, n®» 11 et 1*2). 

L'auteur rappelle tout d'aboni la techniciue de la ponction de 
Zunicke et indique les complications assez bénignes d'ailleui-s de 
cette légère intervention il faut faire exception dans les méningites 
aiguës et dans les tumeui-s cérébrales où l'on a vu des accidents 
mortels. Puis il indique les différents caractères physico-cliniques 
du liquide céphalo-rachidien normal. 11 passe en revue divers états 
pathologiques : l® méningite tuberculeuse où l'on peut constater 
une élévation du point de A, la présence de flocons blancs avec 
augmentation de la quantité d'albumine, la forme spéciale du 
coagulum librineux, la présence des leucocytes mononucléaires 
et plus rarement polynucléaires, et dans les trois quarts des cas 
celles des bacilles de Koch. Le liquide retiré inoculé à des ani- 
maux donne un résultat positif (Widal et Lesourd) ; 2« dans le 
méningisme de Dupré : hyperliydrose céi'ébro-spinale surtout 
chez l'enfant, inflltration leucocytaire le long des vaisseaux. 
L'examen bactériologique et la culture donnent des résultats 
négatifs. Mais touU»s les transitions existent entre le méningisme 
et la méningite : on a pu chez des enfants arthritiques détermi- 
ner la formation de cristaux d'acide uri((ue dans le liquide 
céphalo rachidien par la méthode de Garrod ; )]" dans la ménin- 
gite infectieuse le licpiide d'aboi'd séreux puis trouble, puis séro- 
Ubrineux, de\ient purulent, sa couleur est jaune, rose, noirâtre 
et même hémori-hagique : il est caractérisé par sa richesse en 
p<)l> nucléaires : on y tixiuve des miciobes méningocoques de 



Digitized by 



Google 



150 REVUE DE THÉRAPEUTIQUE. 

Weschselbaiiiu, diplocoquo de Frœnkel dans la forme épidé- 
niique, le staphylocoque, le bacterium col i, le bacille d'Eberth, 
le diplocoque, le bacille de rinfluenza ; 4« tumeurs et abcès 
cérébraux : il faut éviter la ponction lombaire dans les cas an- 
ciens" : augmentation de la quantité de liquide céphalo-rachi- 
dien, la pression peut atteindre 300, 400 grammes. Dans le cas 
d'abcès le liquide retiré par la ponction indique si oui ou non 
les méninf^es participent à la lésion et par conséquent donne une 
indication opératoire précise ; 5*» hénnrrhajjjies spinales, ménin- 
gées, lésions traumati(iues, thronibt)sc des sinus. Le liquide 
élire e.st hém )rrha^ique (chromi diagnostic) ;l)^ maladies chro- 
niques du système nerveux : paralysie généi'ale, tabès, épilepsie, 
sclérose en plaques ; le liquide paraît normal, la jïression est 
augmentée, lymphocytose type de polynucléaire dans le tabès et 
la paralysie généi'ale, fréquence des éosinophiles dans la sclérose 
on plaques et la syphilis cérébrale ; 7" hydrocéphalie chronique, 
abondance du liquide et de la pression, pauvreté en albumine ; 
8*> rachitisme, augmentation du liquide par lymphogegèse exa- 
gérée, jamais de flocons d'albumine ; î)« dans la pellagre le pou- 
voir réducteur est assez faible ; 10*» dans la forme grave de la chlo- 
rose augmentation de pression et de quantité du liquide céphalo- 
rachidien ; II" l'Ictère chronique est la seule forme.de la maladie 
où le hquide céphalo-rachidien soit coloré en jaune ; r> diabète 
augmentation du «ucre ; 13° dans l'urémie richesse en uive ; 
14° la rage humaine peut être reproduite par l'inoculation du 
liquide céphalo-rachidien (Pasteur;. L. Wahl. 

IX. — Disparition de douleurs lancinantes très violentes 
chez un tabétiqueà la suite de 28 injections d'émnlsion 
de bulbe antirabique ; par L. Stembo. [Xeurolog, Centraîb., 
XXlll, 1904.) 

Il s'agit d'un général de 41) ans, atteint de syphilis à 22 ans. De- 
puis 1896, douleurs lancinantes extrêmes, lérébrantes et gravati- 
ves, surtout dans les cuisses et les fesses. En 1801), un traitement 
antisyphilitique ne les modifie pas ; môme insuccès de médica- 
ments calmants, y compris la morphine et l'électricité. Au com- 
mencement de 190?, ayant été mordu par un chien enragé, le 
malade va à Vareovie où en 14 joui-s on pratique les injections en 
question. Dès loi's cessation complète des douleurs; le tabès reste 
môme stationnaire. P. Keraval. 

X. — Contribution au traitement de Tépilepsie par le sé- 
rum sang^uin ; par H. Gerhartz. (Xeuyolog, Centralbl.yXXlU, 
1904.) 

Deux jeunes malades sont depuis longtemps atteints d'épilep- 
sie typique sans hystérie. On pratique chez eux des injections soit 



Digitized by 



Google 



RKVrK I)K THKRAPKLTlQrt:. 151 

«h» leur propiH» si'num, soit du siMum sanguin dautres l'pilepti- 
liquos. Dix injerlions ont vUt faitoi, dans les mêmes conditions 
de manière de vivre et de régime. Os injectiims se sont traduites 
dans le tondent circulatoire par la multiplication des leucocytes 
polynucléaires et des formes intermédiaires aux dépens des petites 
et grandes cellules mononucléaires etéosinophiles. 

Deux tableaux enrejristrent : l'époque de la saignée par rapport 
à un accès ; répO(|ue du sérum i*ecueilli par rapport à la saignée; 
la date des injections ; la quantité du sérum injecté en centim. 
cubes ; Taccès le plus proche à la suite des injections ; le genre 
et le nombre des accès à la suite de la dernière injection. 

Lé» sérum qui fournil chez les deux malades le résultat le plus 
favoi-able fut celui ()ui fut extrait le plus lût possible «lu sang 
liiv à la suite d'un accès graNc et qui pro\inl d'un autre épilep- 
tique que le malade au(iuel il fut injecté. 

Mais, ni pendant le temps du traitement spécial, ni ultérieure- 
ment, c'est-à-dire pendant six mois plus tard, il ne s'est mani- 
festé d'influence efficace et permanente sur le nombre et la gra- 
\ité des accès. H n'en faut j)as moins étendre le champ des expé- 
riences, car cette pratique est inotîensive ; bien qu'on eût sus- 
pendu le bi'omure, les atta(|ues n'augmentèrent pas de nombre. 
CVst donc un succédané du traitement bronuué ({uand celui-ci 
dégoûte le patient ; peut-être est-ce parce que le sérum est chargé 
de la substance active. Il n'a pas été constaté d'action favorable 
sur l'état mental ni sur le poids du corps. Il faut aussi éliminer 
l'effet suggestif, les patients n'ayant que très peu de conliance en 
ces injections. P. Kkraval. 

XI. — L'isolement des aliénés ; par G. Boïno-Kodzswitsch. 
( Oôo :rèn iê-ps ich ia trii IX, 1 004 . ) 

Lisolemenf, en formelle contradiction avec le no-restraint, in- 
conciliable avec l'alitement, est plutôt nuisible à Tobservation 
des malades. Il est directement et indirectement défavorable à 
Tétat mental des malades qu'il peut précipiter dans la dégéné- 
rescence. On n'a jamais pu en démontrer les indications théra- 
peutiques ; en revanche il est susceptible de pro>oquer et d'aug- 
menter ragitati(m. S'il met à l'abri des sources d'excitation exté- 
rieures, l'action de la cellule est infidèle et inconstante ; elle est 
avantageusement remplacée par l'alitement dans des dortoirs ou 
dans des chambres séparées. 

Mais pour remplacer Tisolement il faut employer Talitement. Il 
faut aussi se servir largement de la balnéothérapie. Il faut en- 
core une judicieuse organisation de l'hôpital ; si l'on n'arrive pas 
à répartir convenablement les aliénés et sans gône, on ne peut 
Idéaliser Talitement élans son plein. Un autre gage de succès, c'est 
l'individualisation rigoureuse des malades ; ceux-ci doivent être 



Digitized by 



Google 



152 ASILKS D ALIICNKS. 

soignés pour ainsi dîi*ti un à un : c'est par une observation atten- 
tive, par un savoir-faire prudent qu'on pit^vient le développement 
de Tac^itation. Celle-ci est plutôt un produit artificiel qu'un symp- 
tôme naturel de l'affection mentale. Sans doute les agents hydro- 
thérapiques et pharmaceutiques sont utiles. Mais l'alimentation 
exerce sur les sujets une influence faxorable, elle doit être ap- 
pi-opriée au but qu'on se propose tant en ce qui concerne la quan- 
tité qu'en ce qui rej^'arde la qualité. P. Keraval. 

XIL — De raTènement du no-restraint en Russie ; |>ar 
P.-A. OsTANKOW. {Obozrénxé psirhiatria, Vill, 1903.) 

(Vest Saint-Pétei-sbourg qui a donné lexemple. J. M. Buinski 
a été le Pinel de la Russie. Ses élèves B. A. Schpakowski, L. F. 
Ragozine, M. P. Litwinow, ainsi que le pnrfesseur Frese, de Ka- 
zan, ont appliqué les idées de Conolly, et ont, les pnîmiers,parfé 
du no-restraint absolu. Enfin, à Moscou, S. S. Koi^sakow s'en est 
fait le champion et les hôpitaux territoriaux du rayon de la 
grande ville lui sont redevables de son introduction. Le no-i-es- 
traint absolu n'a cependant point encore triomphé, bien que l'on 
s'accorde à n'appliquer la contention que dans des cas tout à fait 
excepticmnels, dans ceux, par exemple, d'automutilation. 

P. Keraval. 



ASILES D'ALIENES 



1. — Situation de l'assistance des aliénés dans le duché 
de Bade ; parCfAUPP. (Centralbl, f, Nrrvenfwdky X\\\ N. F. 
XllI, 1902.J 

Partout les maladies mentales augmentent, partout l'encom- 
brement des établissements : malgré les 5 asiles d'état, Illenau, 
Ëmmendingen, Pfoi*zheim, cliniques d'Ileidelberg et de Fribourg 
ensemble V3VI5 lits, malgré trois asiles privés pour la jeunesse, 
malgré les U hospices cantonaux qui assistent plus de 600 alié- 
nés chroniques, la commission nommée pour étudier les mesu- 
res à prendre montre (pie d'ici à 1915 il faudra 2010 lits nou- 
veaux. 11 faut créer deux nouveaux asiles et en attendant utili- 
ser le plus grand nombre des lits disponibles en renvoyant le 
plus grand nond)re d'aliénés calmes possible dans leurs comnni- 
nes et leurs familles. 

Cette connnission propose la division des asiles en asiles d'aigus 
et asiles de chroniques. Pour les premiei*s ce seraient : Heidelberg 
région du Nord ; — Illenau, région du centre ; — Fribourg, ré- 



Digitized by 



Google 



ASILKS D ALIÉNKS. 153 

«rion du Sud. Ou supprimerait le vieil asile de IVoraiieini et on 
le remplacerait par un nouvel établissement affecté aux chroni- 
ques près d'Heidelberg, de 700 à 800 lits, avec exploitation agt i- 
cole : il desservirait la région de Nussloch. Le bel asile moderne 
d'Emmendingen deviendrait un asile de chroniques et r€»cevrait 
ses malades crillenau et de Fribourg. Au Sud-Est on construirait 
un petit asile mixte qui recevrait les aigus de sa circonscription 
et garderait ses chroniques : région de Constance : 300 à 400 lits. 
Quatre cii*consci*iptions d'assistance sans privilège pour les cli- 
niques. Vives critiques de Fauteur. Tous les établissements du 
duché auraient le dmit d'avoir un pensionnat. 

Les criminels aliénés seraient traités dans un pavillon annexe 
du nouvel asile voisin d'Heidelberg de 20 à 25 lits. On ne dit pas 
si Ton y mettra à la fois les criminels aliénés et les aliénés cri- 
minels. 

Tout près de Tasile d'illenau, on érigerait un sanatorium popu- 
laire pour affections nerveuses telles que névmpathies et psycho- 
pathies à la limite de la folie, héréditaires dégénérés, hystérie 
traumatique. Un asile pour buveurs serait aussi construit près 
d'Iilenau, 50 lits. Critiques de M. Gaupp. 

Et malgré cela, la commission avoue qu'on manquera de pla- 
ces. On devra avoir recoure à d'autres institutions telles qu'hos- 
pices cantonaux mais en les transformant, en mettant à leur 
tète un psychiatre résident, en leur imposant un plus grand nom- 
bre d'inlirmiere, en les obligeant au choix des malades en rap- 
port avec leur destination. Les professeurs de clinique mentale 
et les neurologistes n'ont pas fait partie de cette commission. 

P. Keraval. 

II. —Dispositions sur les agiles et les aliénés; par Bianchi. 
{Ann. (U nécrol^ Anuo XXI, fasc. V-Vi.) 

m. — Histoire de l'assistance des aliénés en Russie, par 
Maltzew et Er KSON. {ObozrénU psichiatrii, Vili, 1903, IX 
1904;. 

Nous ne pouvons que signaler à la curiosité des chercheui's les 
titres de ces travaux. 

l» Matériaux pour servir à l'histoire de l'hospitalisation des alié- 
nés dans la Russie méridionale, par A. F. Maltzew {Obosréniê^ 
1903, n» 1.) — 2" Développement de la folie et aperçu sur cett« 
affection dans la Russie ancienne (même auteur, Ibid. 1903, n^'^ 
3^ et 3.) — 3" Histoire des maladies mentales et nerveuses au Cau- 
case, par E. W. Erikson {Ibid, 19 )3, n*» 3. ) — 4« Les hôpitaux des 
cloîtres et des paroisses dans la Russie ancienne et leurs relations 
avec les aliénés, par A. P. Maltzew, {Ib^id. 1903, n» 4.) — 5® Confré- 
ries et hôpitaux dans le Sud-Est de la Russie et la petite Russie 



Digitized by 



Google 



154 SOCIÉTÉS SAVANTES. 

(même auteur; Ihid, 1903, n"5.) — 6« Le roledt»« couvents et 
autres établissements dans l'assistance des aliénés aux XVH«el 
XV1II« siècles, avant l'ouverture des comités d'assistance publi- 
que, dans la petite Russie (même auteur ; Ibid. 1903, n*» 6.) — 7<» 
Situation sociale des psycliopathes et névropathes dans laTrans-- 
Caucasie, aujourd'hui et jadis, par E. W. Erikson {Obo^rèniéy 1904, 
n«l.) P. Keravai. 

IV. — La répartition de l'asslstaiice psychiatrique des 
Zevustwou au sein de la population ; par N. A. Wyrou- 
Bow. iObosrénià psichiatrii^ IX, 1904.) 

Apivs avoir démontré par des tableaux slalisticpies ([ue les hôpi- 
taux d'aliénés des provinces («^rouvt^rnements) russes sont incapa- 
bles de desservir é(juitablemenl les différents districts, M. \Vyi\>u- 
bow propose d'installer un hôpital de 50 à (il) lits pour deux ou 
trois districts. On y admettrait les affections récentes, et on le do- 
terait du même pei*sonnel hospitalier que celui qu'on assrjrne ac- 
tuellement, dans les hôpitaux centraux, à toute nouvelle section. 
Il est fort probable que ces petits établissements coûteraient moins 
cher que les grands asiles. (Vest ce qui a lieu pour les hôpitaux 
de district ordinaires ; la décentralisation ouvrirait ainsi une 
voie nouvelle à Tassistance des aliénés en général. P. Keraval. 



SOCIETES SAVANTES 



SOCIÉTÉ MÉDICO-PSYCIIOLOGIQUE. 
Séance du JS novembre 190^1. — Présidence de M. Brunet. 
Folie à double forme avec syndrome paralytique. 

MM. DouTREBENTE ct MARCHAND commuuiquent l'observation 
d'un malade mi\i pendant 17 ans. Il g'ajjit d'un sypliilitique at- 
t(»int de folie à double forme et présentant le syndrome paralyti- 
(jue avec accidents é|)ileptiformes, à l'autopsie duquel on trouva 
des lésions ditîuseSjUne gomme du cervelet avec pachyméningite. 

M. Ballet. — Quelle était la durée des périodes délirantes ? 

M. Doutrebente. — Plusieurs années. 

M. Pactet. — Les lésions diffuses permettent de penser à la 
paralysie générale. 

M. Vallon ne croit pas (jue le diagnostic de folie circulatoire 
soit justifié, parce que les ciiculaires ne tombent jamais dans la 
démence. 



Digitized by 



Google 



SOCIKTÉS SAVANTES. 155 

M. Toulouse conslale que la paralysie |jréné raie peut débuter par 
lo s\ îulnMiie intermittence. 

Psychose polynèrritique avec insu ff\sar,re hépatique, 

MM. Jaquelin et Perpère rapportent Tobsei-vation d une ina- 
latle du serviee de M. Dupain, à Vaucluse, présentant le syn- 
«lrt>me de Koi'sakofT. Pour expliquer le» lésions de polynévrite 
observées àlautopsie, les auteurs, écartantune affection urinaiiM^ 
à laquelle le malade a succombé, les attribuent à lalcoolisme 
rlin)ni»îue et à une insuffisance hépatique manifeste. 

M. DuPRÉ l'appelle que M. Maurice Faure a publié un cas ana- 
lopfue, avec insuftlsance hépato-rénale, et ajoute que, de l'aveu 
de Nissl lui-même, on n^doit pas attacher une trop jurande im- 
poi'lance à la chromatolyse. Ce sont là des lésions banales consta- 
léc»s souvent dans la tuberculose et la fièvre typhoïde. 

M. Ballet reconnaît que si les lésions des cellules ne sont pas 
spécifiques d'une psychose polynévritique, elles n'en constituent 
pas moins une lésion tendant à attribuer une certaine durée à 
l'injure toxique qui les a provoquées. 

Paralysies générales de longue durée, 

M. Brunet commumque les obsenations de quatre malades 
chez lesquels la paralvsie générale a duré de 10 à 30 ans. 

M. B. 

Séonre du 19 décembre lOO^t. — Présidence de M. Brunet. 

Elections, — Après élections, le Bureau est ainsi constitué 
pour 1907) : Président : M. Vallon ; vice-président : M. Marcel 
Briand ; secrétaire général : M. Ritti, secrétaires des séances : 
MM. Dupain et Vigouroux ; trésorier : M. Antheaume ; Biblio- 
thécaire-archiviste : M. BoissiER. 

Le Conseil de Famille est constitué par les membres du Bureau 
auxquels sont adjoints les deux derniers présidents. 

Comité de publications : MM. Briand, Legras, Pottieîi. 

Commission des Finances : MM. Christian, et Semelaigne, 

Les escharres de la paralysie générale, 

MM. A. Vioouroux et Saillant rapportent les obsei'vations de 
deux paralytiques généraux, à l'autopsie des([uels on trouva des 
lésions de la moelle, caractérisées par une myélite avec périarté- 
rite, pouvant expliquer les escharres. M. Vigouroux insiste sur ce 
point que, lore de la discussion de sa précédente communication 
sur deux cas d'eschaires fessières consécutives à des ictus, il 
avait été dit que les escharres étaient toujours d'origine médul- 
laire. Dans l'un des cas connnuniqués aujoui'd'hui, l'escharre sa- 
cré avait été provoqué par un furoncU». 



Digitized by 



Google 



loC SOCIKTKS SAVANTES. 

M. Dlipain admel la fiv(iiu»nco d(»s eschari-os dans la paraixi^io 
générale, mais, s'il croit que des mesures de prophylaxie soi- 
gneusement prises peuvent souvent en retarder et même en ein- 
I>ècher la production, il ivconnaît aussi que dans certains cas rien 
ne peut s'opposer à cette complication. 

M. Arnaud. — La plupart des auteui*s français et étrangei"s 
aflirment (|ue les escharres constituent une complication inévita- 
ble de la i)aralysie jLf«»nérale el cependant beaucoup de publica- 
tions donnent lapiM'uve, (|u'a\ec certains soins, on peut souvent 
les éviter. 

M. Toulouse croit que les escharres, étant le plus souvent la 
conséquence des troubles trophiques,la malpmpreté n'est qu'une 
cause occasionnelle qui en détermine l'apparition. 

M. Christian attache une gi*ande importance au couchait», 
dans la production de la lésion cutanée qui se transforme plus 
tard en escharre ; mais il estime cependant que celle-ci étant 
d'origine médullaire, on peut jmrfois l'empêcher de se produire. 

M. ViGOUROux maintient que le mode de couchage n'a qu'une 
iniportance relative : certains paralytiques ont rapidement des 
escharres aloi-s que d'autres, couchés dans les mômes conditions, 
n'en ont jamais. 

M. Arnaud. — Le jour où les médecins et le pereonnel infirmier 
seront convaincus que les escharivs peuvent être évitées, on n'en 
ven*a plus. 

.M. Brunet. — Il me parait utile de rappeler que c'est à Archam- 
bault que nous devons l'amélioration du couchage des gâteux. 

Aliénés simulateurs. 

M. ViGouRoux communique deux observations d'aliénés simu- 
laleui's. L'une est celle d'un débile de caractère instable, vaga- 
bond et voleur, qui sinmla la folie pour se faire interner et argua 
ensuite de sa qualité de voleur pour obtenir sa mise en liberté. 
L'autre a tiail à un persécuté qui, pour se faire interner et fuir ses 
pei-sécuteui-s, a simulé un délii*e de persécution, autre que celui 
dont il était réellement atteint. 

M. Lkgrain. — J'ai dans mon service un malade qui m'a été 
envoyé de la |)rison de la Santé. U m'a avoué qu'il avait simulé 
un délire alcoolique poui' être envoyé dans un Asile, mais j'ai 
constaté aussi qu'il était en proie à des idées très actives et très 
anciennes de pereécution. 

M.Thivet. — Chacun sait que les simulateui*s sont le plus sou- 
vent des débiles. 

M. C.oLiN.— Si les débiles ne peuvent toujoui-s être gardés dans 
les asiles, il arrive aussi qu'ils soient incapables de vivi'e en li- 
berté. Il leur faudrait un régime spécial, 

M. ViGouROux. — J'ajoute qu'ils constituent une plaie pour les 



Digitized by 



Google 



SOClÉTès SAVANTES. 157 

asiles. On ne peut, en effet, les maintenir indéfiniment enfermés 
dans les quartiers et dès qu'ils ont un peu de liberté, ils en profi- 
tent pour s'évader. 

Aphasie motrice à répétition chez une morphinomane, 

MM. Roy et Jaquelin donnent lecture de robser\ation d'une 
\ieille morphinomane qui, à la suite de légei*s éblouissements, 
était subitement prise d'aphasie motrice corticale. 

Elle eut une dernière crise au cours de la démorphrnisation. 
Cette malade était hystérique. Les auteurs pensent que cette 
aphasie transitoire était due à l'intoxication morphinique. 

M. UiTTi croit que le titre qui conviendrait le mieux à la com- 
munication de MM. Roy et Jaquelin serait le suivant : c< Aphasie 
motrice chez une hystérique, sous l'influence de l'inloxication 
moi'phi nique ». M. B. 



Séance du 30 janvier 1905. — Présidknce de M. Vallon. 

M. Brunet, président sortant, s'excuse de ne pouvoir, pour 
raison de santé, procéder à l'installation de son successeur M. 
Vallon, qui de ^ice-président qu'il était, passe de droit à la pi*é- 
jsidence. 

M. LE Secré FAIRE GKNÉRAL douue lecture de l'allocution dans 
laquelle M. Bmnet, faif^ant la nnue des ti*avaux de la Société, 
dans le coui*s de l'année 1ÎK)4, souhaite la bienvenue à M. Vallon 
et le félicite du rétablissement de sa santé. 

.M. Vallon, en prenant possession du fauteuil de la pivsidence, 
remercie ses collègues des témoignages de sympathie qu'ils lui ont 
adressés à l'occAsion de son acrident, dont il est d'ailleurs aujour- 
d'hui complètement remis. 11 fait appel aux jeunes en les invitant 
à apporter & la Société le fruit de leurs observations à la condition 
qu'elles soient bien prises. 

M. Briand adresse ses remerciements à la Société p )ur l'hon- 
neur qu'elle lui a fait en l'appelant au Bureau. Il se félicite de ce 
que la guérison de son ami .Si. Vallon fera de la \ ice-présidence 
une véritable sinécure. 

Commission des Prid\ 

Prijp Belhomme (2 mémoires-. Commission : MM. Blin, Demv, 
Chaslin, Kéraval, J. Voisin. 

Prix Ksquirol i5 mémoires). Commission : MM. Antheaume, 
Arnaud, Christian, Dupain. Pottier. 

Pri,v Moreau^de Tours 8 mémoires "^ Commission : MM. Ballkt, 
Brunet, Morbau (deToui*s), Pactkt, Toulouse.' 



Digitized by 



Google 



158 SOCIÉTÉS SAVANTES. 

Les lésions des neurofibrilles dans la paralysie gènèriiU\ 

M. G. Ballet. — M. i. Dagonef, en faisant connaître le n- 
suUat de rexaineii liistologique île Técorce céivbraje qu'il a fait 
parla méthode de II a mon y (^ajal, exprime Topinion que, <lan- 
la paralysie générale, les neurofibrilles ne sont pas lésées. Jefd^ 
jiasser sous m)s yeux (|uelques préparations où îl esL possible dr 
\oir que, si certaines cellules el neuro-librilles paraissent iota»'!**-. 
la ])lupaî't sont lésées. On constate en particuliei- que la plupitt 
des neurolibrilles sontou ondulées ou complèlement brîs«M'>. 

Alcoolisme et dipsomanie. 

M. (iiMBAL communique Tobservation d'une clipsomane riif2 
laquelle les accès se produisaient sans éti*e précédés de celU» y^ 
riode, sur laquelle M. Magnan a beaucoup insisté dans ses le*;ons 
et au cours de laipielle les dipsomanes essaient vainement de r.- 
sister à leur penchant, ('ette aliénée, d'ailleurs alcoolique dipt- 
nique, eut aussi des impulsions au suicide. 

M. Vallon. — Les alcooliques peuvent parfois de\enir diis^*- 
manes, ainsi que Ta indiqué M. Bail. 

M. GiMBAL. — Un malade, qui buvait, môme en dehors do 5«*> 
accès, \ient à l'appui de cette thèse. 

Troubles pst/ehiques d'origine probablement sulfo—caè''bOiU\'. 

M. Charpentier donne lecture en son nom pei*sonnel el aun»>ftî 
de M. Halberstadt de l'observation d'une femme qui, lra>aillanl 
depuis de nombreuses années dans le caoutchouc, devînt alién^H. 
Les phénomènes morbides qu'elle présente actuellement peu\enl 
être classés en trois groupes: 

a) Quelques stygmates d'hystérie ; 

b) Idées de pei'sécution avec hallucinations de l'ouïe : 

c) Signes î-essemblant à ceux de l'alcoolisme avec perte de som- 
meil. 

(le sont précisément ces signes (pii ont amené son internement; 
elle a eu à un moment donné un raptus hallucinatoire et a fai( 
une fugue, suivie d'amnésie. 

Li's auteurs attribuent à l'intoxication sulfo-carbonée, iestnm- 
blés délirants présentés par leur malade. 

M. Vallon pense que des intoxications diverses peuvent réveil- 
ler des manifestations d'hystérie latente. 

Marcel Briano. 



Digitized by 



Google 



SOCIÉTÉS SAVANTES. lo9 

SOCIÉTÉ DE NEUROLOGIE 

Séance du [2 janvier 1905. 

Méningo -myélite. 

MM. MosNY et Malloizel montrent un*» jeune femme chez a- 
«(uelleils ont hésité à diagnostiquer une polynévrite ou une mi- 
ningo-myélite ; la constatation de la lynipliocytose les ilt pencher 
ACM-s ce dernier diagnostic, que la marche de la maladie, trèsamé- 
lîorée d'ailleui's, a confirmé. 

Syndrome de Bénédict. Pathogénie dutrembletnent. 

MM. L. Lévi et Bonniot montrent un homme atteint d'hémi- 
plégie droite incomplète avec paralysie partielle de la 3* paire 
«gauche. Le membre supérieur droit est d'autre part animé d'un 
tf'fîiiiblement intentionnel marqué, il y a en outre as\ nergie cé- 
rébelleuse et diadococinésie. Il s'agit d'une lésion du pédoncule 
ri-rébelleux au-dessus de son entrecroisement intraprotubéran- 
liei. 

Xèvrite toxique. 

M. Babinski présente un cuUivateur qui manie journellement 
des superphosphates comme engrais chimiques ; les muscles pos- 
térieurs de Tavant-bras sont atteints de paralysie avec réaction de 
dégénérescence. 

Formes frustes de lésions du sjstème pyramidal. 

M. Babinski montre une jeune filleatteinte d'épilepsie partielle 
droite avec stigmates de lésions pyramidales qu'on ne décàlequ'en 
les recherchant. 

Hémichorée. 

M. BvBiNSKi montre un cas d'hémichorée avec existence de la 
flexion combinée do la cuisse et du tronc, fait qu'il a plusieurs 
fois rencontré. 

MacroilactyVxe congénitale. 

MM. Raymond et (Juillain présentent un malade atteint de 
maci'odactylie de l'index et du médius gauche et en montrent les 
radiographies. 

Gigantisme et goitre exophtalmique, 

M. Gilbert Ballet, à propos d'une jeune tille atteinte des 
deux syndromes pense que les deux systèmes de glandes à sécré- 
tion interne, pituitaire et thyroïde, sont altérés simultanément. 



Digitized by 



Google 



160 SOCIÉTÉS SAVANTES. 



Stase papillaire post-méningitique. 

MM.GALEzowsKietCouRTKLLEMONT Ont obsoi'vé la stase papil- 
laire à la suite d'une méningite, fait assez rare à leur avis. 

Myasthénie hulho- spinale. 

MM. Raymond et Sicard montrent un homme qui, il y a quatre 
ans présenta pendant quatre mois le syndrome asthénique d'Erb- 
Goldplem ; la guérison, survenue graduellement, s'est maintenue. 

Hypertrophie musculaire acquise, 

M. Sicard montre un malade atteint depuis Tenfancede mou- 
vements choréiformes. Le membre supérieur droit présente en 
outre une hypertrophie musculaire vraie avec exagération de la 
circulation veineuse. Les mouvements choréïques dus vraisembla- 
blement à une sclérose cérébrale légère ont entretenu des con- 
tractions musculaires incessantes, celles-ci ontproduit une réplé- 
tion sanguine qui a causé l'hypertrophie. 

Paralysie agitante et troubles labio-glosso laryngés, 

M. Souques ayant souvent l'encontré l'association de ces deux- 
syndromes en conclut que la maladie de Parkinson doit bien être 
due à une lésion inconnue et non au lait d'une névrose, et la 
sialorrhée qui l'accompagne souvent doit être d'origine hypercri- 
nique plutôt que mécanique. 

Déviation de la tête et (les yeux chez un aveugle de naissance. 

MM. DÊJERiNEel RoLssv ont observé ce phénomène chez une 
ftMnme de 71 ans hémiplégique gauche et aveugle de naissance 
par fonte purulente des yeux. 11 ne pouvait donc pas être question 
de déviation par hémianopsie ; ?» la déviation n'était pas d'oixiiv 
paralytique puisqu'elle tenait à la contracture droite et pouvait 
être corrigée ; 3<» le syndrouïe étant dans certains cas dissocié, le 
centre cortical, s'il existe, ne pourrait pas être unique. 

Lésions de la nécralgic sciatique. 

M. Thomas a trouvé dans un cas l'infiltration graisseuse et œdé- 
mateuse du nerf sciatique. 

La migraine commune^ syndrome bulboprotubérantiel à étiologie 

variable. 

M. Léopold Ltvr. — L'unité de la migraine c'est la localisation 
initiale : le centre de riiéniicrauie siège au qi\eau delà prolu- 



Digitized by 



Google 



SOCIÉTÉS SAVANTES. ^ 161 

Wranco : de ce point partent des iiradiations qui expliquent tous 
les phénomènes associés etles équivalents de la migraine. Le cen- 
tre jwut éli-e excité par une cause banale, ou par une intoxication 
qui |»eut être autogène. 

MM. Lenoble et Aubineau (de Brest) envoient la relation d*un 
cviSilenysUiffmus essentiel con^ênitai avec syndmme nerveux com- 
plexe. 

F. ROISSIER. 



SOCIÉTK DHYPNOUK.IE Eï DE PSYCHOLOGIE 

Séance du mardi 27 décembre lOO^i, 

Présidence de M. Paul Magnin. 

Le traitement psychologique de l'impuissance sea'uelle, 

M. Bérillon. — L'impuissance sexuelle essentielle est caracté- 
ns4'e non par l'absence du désir, mais par Tabsence du pouvoii' 
sexuel. On a souvent confondu ces deux états dont l'indépendance 
est ]dus fréquente qu'on ne le cwit. La puissance peut exister 
sans le désir, de môme que le désir ne confère pas la puissance. 
L'absence de désir est, le plus souvent, due à des erreui-s de ledu- 
cation, erreurs ayant provoqué, à Tégard du sexe opposé, une 
avet^ion aboutissant à la suppression de tout désir ; ces erreui's 
de féducation sont difficiles à réparer. Par contre, quand l'im- 
puissance a pour cause une inQuence psychologique accidentelle, 
comme c'est le cas le plus fréquent, la guérison peut en éti-e fa- 
cilement obtenue par la suggestion hypnotique. Il faut remarquer 
que la sensation de Fimpuissance, dans ce cas, loin d'exclure le 
désir, est plutôt entretenue par une sorte d'exaltation du désir. 
Dans ces quatre observationSjl'étiologie présentait des différences 
marquées : 
Obs. 1. — Littérateur, 38 ans, cause : frigidité de la femme. 
Obs. 2. —Médecin, 35 ans, cause: longue attente et satisfaction 
inopinée. 

Obs. 3. — Négociant, 40 ans, cause : interruption de Tacte sexuel 
par une peur. 
Obs. 4. — Mécanicien, 39 ans, cause : jalousie conjugale. 
Le traitement, dans ces quatre cas, a amené une guérison ra- 
pide et complète. 

M. Paul Magnin. — J'ai été frappé de l'action Sf>écifiquo de la 
suggestion hypnotique dans des cas d^impuissance accidentelle. 
Cette action constitue une des indications les plus formelles de 
l'hypnotisme et c'est à tort que l'on retarde l'application de ce 
traitement toujours inoffensif entre les mains de médecins compé- 
tents. 

Archives, 2« série, 1005, t. XIX.. il 



Digitized by 



Google 



l0:i SOCIÉTÉS SAVANTKS. 



XouvcUes applications de la narcose éthyl-méthyliquc, 

M. Paul Farp:z. — La nairose éthyl-niélliylique val intliqui^e 
on psychoihôrapie coniine un procédé opératoiiHî capable de pi-o- 
duii-e une Jiypolaxit» artérielle, a la faveur de laquelle la sugges- 
tion s'impose avec force aux nialades.Trois cas principaux peuvent 
se présenter : 1» le malade, en état de narcose, reçoit la sujjges- 
lion curative, comme s'il élait en état d'hypnose ; 2® pendant la 
narcose, le malade reçoit la suggestion formelle qu'à l'avenir il 
sera facilement h} pnotisable ; 3» au cours înème de la nai-cose, le 
sommeil étlnl-mélhylique est li'ansfoi*mé en sommeil hypnotique 
dont la dui-ée et l'intensité \arient au gin? de l'opérateur. Dans 
ces cas, la narcose constitue un artifice préliminaire ; elle n'est 
qu'un moyen, la suggestion étant le levier thérapeutique. 

Or, la nai'coseéthyl-méthylique,en dehoi*» de toute suggesli<m, 
comporte une efficacité et des indications sp«H*iales. Ainsi, dans 
un cas de manie aiguë, nécessitant la cann'solede force, elle m'a 
fwrniis dé^juguler, chaque soir, l'agitation et deprocui'ei* à la ma- 
lade un sommeil calme de six à huit heures. Dans un cas de né- 
vrose d'angoisse, elle a, instantanément, supprimé les accès paro- 
xystiques. De même, dans l'insomnie d'origine cérébrale, par 
preoceupations mentales, cette nai-cose coupe court à tout ce qui 
faisait obstacle au sommeil ; c'est ainsi que j'utilise cette naiTose 
comme traitement systématique de Tinsomnie des neurasthéni- 
ques, si rebelle aux divei-s traitements. De même, chez les mélan- 
colique» anxieux, à une courte narcose éthyl-mélhylique, suc- 
cède, soit par suggestion, soit spontanément, un sommeil calme 
qui amène une appréciable sédation. Ainsi, cette narcose est une 
amorce au sommeil et le sommeil est efficace par lui-même, en 
dehoi*s de toute suggestion. 

M. Bernard 'de f.annes). — La suggestion élhyl-méth\li<|ue 
m'a ]»ermis d'obtenir des l'ésuUals thérapeutiques très remai-qua- 
bles chez 5 malades qui présentaient les svntptùmes suivants : an- 
goisse, insomnie, phobies, idées fixes, tremblement, morphimv 
manie, éthéromanie, coprolalie, etc. Pendant la narcose éthyl- 
mélhylique, j'ai plusieurs fois suggéré avec succès l'acceplalion 
du sommeil hypnotique pour les séances ultérieures. Enfin, j'ai 
pu, par suggestion, transformer le sommeil éthyl-mélhylique en 
sommeil hypnotique, que je faisais durer autant qu'il me plai- 
sait. 

M. Etienne JouRDAN(de Marseille», — J'ai eu à soigner, il \ a 
quelques moft, une hystérique anorexi(|ue et anesthésique donl 
le thorax se contractait spasmodiquement et donnait lieu à des 
borborygmes exti-émementbi-uyants.L'isolement n'amène aucune 
amélioration. Le réveil de la sensibilité sans hypnose échoue 



Digitized by 



Google 



SOCIÉTÉS SAVANTES. 163 

complèteineni. L'hypnotisation iieivussit qu a provfxjuei' un som- 
meil léjfer, insuffisant pour le succès des suggestif)ns. La su^- 
^estion élhyl-méthylique combat l'aneslhésle ot Tanorexie, en 
même temps qu'elle ramène une respiration nonnale et qu'elle 
provociue la disparition des borboryjjmes. 

M. Fecillade (de Lyon). — Une nmlade du ser\ice de M. Lau- 
nois présentait du mutisme depuis dix-huit mois ; elle a recouvré 
la parole au bout de deux joui-s, grâce à la sujîjfcsUon éthyl-mé- 
tliylique à kiiuelle je Tavais soumise. 

M. WiAZEMSKv (de Saralow). — J'ai employé a\ec un plein suc- 
cès la suggestion éthyi-méthylique dans 18 cas qui se décompo- 
sent ainsi :• vomissements incoercibles de la grossesse, 1 ; impuis- 
sance génitale psyclii(|ue, 2 ; neurasthénie, 2 ; psychasthénie, 4 ; 
bégaiement, 1 ; hystérie, 3 ; névralgie, 1 ; accoucliement, 1 ; ob- 
sessions, 2 ; angoisse. 1. 

Xote sur un cheval ifouè de remai'quables aplitiufcs inlelUetucUes, 

M. Stumpk (de Berlin). — 11 a été, en Allemagne, grandement 
tf|ues(ion d'un cheval savant, nommé Hans, dont les actes ont 
provofjué un grand étonnement. En eiïet, ce cheval (laralt capa- 
ble de comprendre la pensée de son maîliv, bien ((u'elle ne soit 
exprimée ni par paroles, ni pargestesappreciables.il ])araît munie 
car>able de ti-ouver la solution de quelques petits pioblèmes. 

Bien entendu, ce cheval exprime ses réponses par des mouve- 
ment^, en particulier ceux de la tète. Lue conum'ssion composée 
de MM. Stumpf, professeur de Psychologie à rUni\ei'silé de Ber- 
lin, Schillings et P(ingst, ses élèves, a étudié longuement ce che- 
val, en l'absence de son maître et de son dresseur. Ils sont arrivés 
à cette conclusion que ce cheval ne peut ni compter, ni lire, ni 
calculer ; les réponses qu'il doit faire lui sont dictées par des mou- 
vements à peine perceptibles. H est guidé uniquement par la \ue 
et ne répond rien quand des œillères lempéchent de voir les per- 
sonnes qui posent les problèmes. Un fait, cependant, très intéres- 
sant, est l'aptitude de ce cheval à percevoir les moindres signes 
des paupières ou les moindres mouvements résultant d'un jeu de 
physionomie. Les expériences qu'il réalise pourraient être rappro- 
chées des faits de Cumberlandisme. 

M. Bbrillon. — La sagacité des observateui^s allemands a suj)- 
primé la légende qui s'était créée au sujet de ce cheval. On con- 
naissait déjà l'intensité de la mémoire chez le che>al ; Hans nous 
montre avec quelle habileté son dresseur a su utiliser cette apti- 
tude. De plus, ce cas apporte une preuve de plus à la théorie de 
Stricker, d'après qui on ne saurait penser à une lettre ou à un 
chjfTre, sans que l'habitus extérieur du corps ne présente une at- 
titude correspondante que des esprits entraînés à cette lecture, 



Digitized by 



Google 



Ifri PÉDAGOGIE SPjècULE. 

par\iennt'nl u inliMprôlor. Ce cheval est donc doué d'une certaine 
aptitude a la lecture des gestes, laquelle est une lecture, au même 
litre que celle des caractères écrits. 

M. Lionel Dauriac. — Les expériences de M. Stumpf ont sur- 
tout démontré qu'il fallait renoncer à l'idée d'un cheval doué di» 
l'aptitude à penser librement. C'est, en efFet, là qu'est le nœud 
de la question. En se conformant à des sip^nes qui lui sont faits, 
ce chenal ne fait que réaliser des exercices de haute école, un 
peu plus difticiles que ceux qui nous ont été présentés jusqu'à 
ce jour. On doit retenir de ce fait qu'il est nécessaire, plus qu«» 
jamais, de se défier de ses propres perceptions. L'illusion dont 
beaucoup de savants allemands ont été les victimes nous enga^'o 
à nous délier de ces prétendues lectures de pensée et autres faits 
semblables qui ne résistent pas au contrùle. 

M. Binet-Sanglk. — Il ne faut pas exclure, de parti pris, l'é- 
tude de ces phénomènes ; on y peut treuver les éléments de re- 
cherches psychologiques susceptibles d'augmenter la puissance 
de nos perceptions. Nous n'utilisons qu'une faible partie de notre 
capacité sensoi'ielle ; les moyens qui en accroissent la subtilité 
doivent être recherchés,en dehoi*s, bien entendu, de toute creyance 
au merveilleux, 

Héuncranie droite, datar.t de vingt ans, guérie en dcuj' séances de 
suggestion hypnotique, 

M. Damoglou (du Cttire). — Une femme de 28 ans souffre, de- 
puis l'âge de 8 ans, d'une hémicranie droite, à accès périodiques 
durant de deux à cinq jours et difficilement atténués par les mé- 
dications ordinaires. La douleur disparaît comidètemenl après 
deux séances d'hypnotisme. La guérison se maintient depuis six 
mois. 

Le signe du salut dans la sciatique, 

M. Maurice Bloch. — Dans l'acte de saluer, la flexion de la 
colonne vertébrale s'accompagne du mouvement associé du re- 
dressement des membres inférieui-s ; la contraction des muscles 
de la cuisse, tiraillant le nerf sciafique, fait éclater, sur le trajet 
de ce dernier, un ou plusieui-s points douloureux qui facilitent 
ou corroborent le diagnostic. 



Drames de l'alcoolisme. — Atteint de folie alcoolique, Paulin 
Behalle, mécanicien, a blessé sa femme de deux coups de revol- 
ver. 11 a été arrêté. U prétend que sa femme voulait le tuer pour 
livreV son cadavre aux démons, {Bonh. norm,, 26 coi.). 



Digitized by 



Google 



PEDAGOGIE SPECIALE 



Conférence sur les enfants anormaux & TEcole normale 
d*instituteurs d*Auxerre, par h* l)** Wahl, modorin adjoint 
(1p l'asile iraliéin''S. 

M. Wahl commence par monli'or Timportance que pi*ésenle 
en pédago<^ie la question des enfants anormaux ; il n'est pas d'ins- 
tituteur qui ne puisse en rencontrer parmi ses élèves. Il est diffi- 
cile de donner une définition scientifique de ce genre de malades. 

Le conférencier les divise en deux grands groupes : 1« L.es 
soui*ds-mue(â et les aveugles, qui ont attiré Tattention de Tabbé 
de TEpée, de Valenlin Hauy, de Braille, et dont on s'occupe 
au moins en partie. 

2*> Les idiots, les imbéciles, les faibles d'esprit, les dégéné- 
rés supérieurs, qui, moins favorisés, n'ont pas encoi'e bénéficié 
autant qu'ils y ont dmît, des sentiments d'humanité, en honneur 
a notre époque. C'e sont de ces derniers seulement que l'orateur 
va s'occuper. 

Idiots, — Le pivmier essai d'éducalion d'un idiot date de ITîKS. 
il a été tenté par Itanl, médecin des sourds-muets, sur un sujet 
appelé « le Sau\age de l'Aveyron fli. Cet éliv hirsute, malpi-o- 
pre sans aucune éducation, était pour Uard une créature humaine 
qui, depuis sa plus tendre enfance, avait vécu abandonnée. Pinel 
affirmait, au contraire, que c'était un idiot ; l'expérience prouva 
que Pinel avait vu juste. Le « Sauvage » put par la suite acquérir 
une certaine éducation. 

Les autres tentatives furent celles d'Esquîml qui, en 1818, 
expérimenta à la Salpêtrière, et tenta l'éducation des petites idio- 
tes, Falret père créa une école qui existe encore ; elle est dirigée 
actuellement par M. le D'Jules Voisin. Après plusieurs essais sem- 
blables tentés àBîcétre par Ferrus, Séguin, poui*suivis parDcla- 
siauve, M. le D*" Bourneville a établi en 1880 une école modèle qui 
fonctionne admirablement; ila des instituteurs et des institurices 
dres.sés par lui, qui continuent les traditions de Séguin, modi- 
fiées, perfectionnées. Juscju'ici il n'y a pas eu en France d'établis- 
.sements spéciaux pour le traitement et l'éducation des arriérés en 
dehors des asiles d'aliénés, sauf quelques rares établissements pri- 
vés. Les imbéciles Sont fréquents dans les écoles ; ils se caractéri- 
sent, outre la faiblesse de leur intelligence, par l'absence de sens 
moral, par une sorte de méchanceté innée. Ils apprennent à lire, 

(î) ÏTAnn, Rapports et mémoires sur le sauvage de VAveyron, vol 
lï, de la Bibliothèque d'éivcatîon spéciale de Ronmeville. 



Digitized by 



Google 



16(5 PKDAGOGIE SPÉCIALE. 

écrire, exercer un métier ; quelques-uns ont une mémoire 
extraordinaire pour certains faits, témoin Inaudi. On a quelque- 
fois caractérisé ces êtres sous le nom de « génies partiels ». 

Les faibles d esprit apprennent à lire, à écrire, à orMioj^raphier, 
ils arrivent à la notion du nombre et à la compn^hension de pixi- 
blèmes très simples et peuvent avoir leur certificat d'études. Ils 
sont caractérisés par une faiblesse nah've de toutes les facuHés. 
Les d '';^'énérés supérieui^s, appelés encore prédisposés, détra- 
qués, sont capables de toutes les opérations intellectuelles, mais 
il leur manque la pondération de l'esprit, la faculté de critique 
des actions personnelles. 

Chez eux,. les passions l'emportent sur le raisonnement; sui- 
vant les hasards de la vie, ils deviennent des aliénés, des crimi- 
nels ou ils végètent misérablement. Us sont souvent d>s excen- 
triques, quelquefois même des artistes. 

.lean-Jacques Rousseau, le Tasse, Gérard de Nerval, Gusla\e 
C40urbet, jusqu'au dépravé et mélancolique Musset, peuvent être 
donnés comme exemples. 

Immédiatement au-dessous des déséquilibrés viennent les vi- 
cieu3i;ces malades doivent leur anomalie soit à la mauvaise édu- 
cation, soit à leur tempérament. 

Dès leur plus tendre enfance, une horreur instinctive de la so- 
ciété, des idées d'indépendance, le déjroût du travail intellectuel 
leur font fuir l'école où ils se sentent quelquefois inférieurs aux 
camarades, et où ils rencontrent une discipline qu'ils ne peu- 
vent supporter. Us prennent de bonne heure des habitudes de 
vagabondage qui les amènent à voler et souvent à pis encore. 
L'enfant anormal pi^ésente souvent des stigmates physiques 
de dégénérescence ; déformation crânienne, profil d'oiseau, bec 
de liè^re, etc.; mais celui qui doit son anormalité à un accident 
survenu plus ou moins longtemps après sa naissance, peut pré- 
senter une physionomie normale. 

L'éducation morale, telle qu'elle est donnée généralement, ne 
saurait convenir aux anormaux réelle est trop abstraite ; trop loin 
des réalités concrètes dont seulement ils peuventse rendre compte. 
Nous ne parlerons pas de l'enseignement religieux dogmatique : 
il Y a vingt-cinq ans que Delasiauve a signalé son échec complet. 
Parmi les causes de dégénérescence physique et intellectuelle, 
l'orateur cite : 

a l'alcoolisme des ascendants ; — &) la misère en général ; par- 
ticulièrement, le défaut de salubrité qui règne dans les locaux 
trop petits habités par des familles nombi^euses; — c) la mora- 
lité plus que précaire qui résulte de cette promiscuité ; — 

d) la terrible syphilis qui se transmet aux descendants ; — 

e) les pi-ofessions insalubres ; — /") le surmenage intellectuel au 
moment de la conception : — (j) la disproportion d'âge, l'âge trop 



Digitized by 



Google 



picnAGOGiE sPKCiALr:. 107 

pnVoco ou trop avanc*^ des paronts; — /i)los inniia^fs ronsan- 
l^uins (I). I^ proportion des enfants anormaux parmi les enfants 
naturels serait plus forte que chez les enfants léj^iti mes. Une loi 
aniérieaine «léfend aux «lé^énérés d'avoir des enfants, on leur fait 
nirme subir dans ce but une opération chirui'picale ? 

Xoire monde s'accommode mal d'une telle pratiipie, d^autanl 
plus que l'hérédité n'est pas fatale, et que dans bien des cas le 
produit se différencie très nettement di» ses pmcréateui's. 

Dans les tentatives de p:uérison des enfants anormaux. seuls des 
laïques ont apporté quelques améliorations. C'esl un fait intéres- 
sant à remarquer. 

Grâce à Tinstruction, les enfants anormaux pourront ne pas 
vtre une trop lourde charge pour la société. Cette éducation est 
très difficile à faire, car il faut tout apprendre à l'idiot en particu- 
lier. Dans bien des cas, il faut toutappivndreàces malheureux, de- 
puis la propreté la plus élémentaire, depuis la marche et la pa- 
role, jusqu'à la notion et l'idée. Aussi se contente-t-on trop facile- 
ment en préscînce de la difficulté d^ la tache et aussi au nom 
d'une économie mal comprise, de les hospitaliser dans les asih»s 
d'aliénés. 

Il devrait y avoir des établissements spéciaux pour les déjjféné- 
rés, surtout pour les dégénérés supérieurs. Les vicieux sont en 
petit nombre recueillis dans l'établissement de .Metlray In- 
dre-et-Loire), ceux qui commettent quelques forfaits sont enfer- 
més dans des maisons de correction pendant un mois, six mois 
et même jusqu'à vingt ans. Malheureusement dans ces maisons 
de correction,on ne recherche aucunement la culture moi'ale des 
malheureux qui y sont enfermés trop peu de temps le plus souvent. 

En Angleterre, au contraii'e,on essaie de leur donner l'habitude 
du ti*avail ; on leur enseigne un métier ; ils ont de bonnes 
notions morales, lorsqu'ils sortent des « écoles de redressement » 
« et des écoles industrielles » créées spécialement pour eux. 

Vn effort philanthropique vient cependant d'être tenté en 
France en 1898 pour les enfants moralement abandonnés. 

Le pays d'Europe le mieux partage sous ce rapport est la Suède. 
Dans ce pays existent en plus des asiles d'aliénés, des écoles pour 
les imbéciles. En Belgique existent des « classes » pour lesarriérés, 
classes annexées aux écoles ordinaires. Ces classes fonctionnent 
également en Allemagne, à Cologne en particulier, en Angle- 
terre, en Italie, en Suisse, etc. 

M. Wahl termine sa très intéressante conférence par quelques 
conseils pédagogiques. Il conseille aux maîtres de profiter de 
telle ou telle disposition particulière des enfants arriéiV's. Il faut 

(1) Quelques réserves seraient A faire sur rimporlnnce relativo 
des caM5£5 relevées par M. Wahl. Nous renvoyon» nos leelêups ft In 
collection des ComjrtesnnJus de nicélre (1880-1003^ (R.) 



Digitized by 



Google 



168 CORRESPONDANCF, 

(l'abord oblcMiir <t'eu.v une obéissance raisonntV hit^n qu'absolue 
L'exemple fera beaucoup dans cette éducation bien plus que les 
phrases des manuels. Cette tâche demande beaucoup de patience 
et de courage, car parfois, le succès n'est pas en rapport avec les 
efforts déployés, 

M. Wahl montre,en Hnissant, quelques séries photographiques 
représentant des idiots depuis leur jeune âge jusqu à vingt ans, 
inîses à sa disposition par M. Bourneville. Les élèves sont sortis 
emportant du conférencier un excellent souvenir, certains que ses 
conseils pourront leur être bientôt d une grande utilité dans leur 
Ofuvi'e d'éducation de la jeunesse. A. Romeun, 

Ëlève de TÊcole Normale d'Auxerre . 

Nous ne pouvons qu'adresser nos félicitations à M. le D' Wahl 
pour son heui'eusc initiative, car c'est la pi*emière fois,en France, 
qu^un tel sujet est traité dans une École normale d'instituteurs. 
Il est évident que toute pei^sonne s'occupant d'éducation devrait 
êtra au courant de ces questions. La pédagogie normale ne peut 
que tirer bénéfice de la pédagogie anormale, l'instituteur qui 
saura qu*il existe des enfants anormaux, sera moins tenté d'at- 
tribuer toujours à la mauvaise volonté l'indiscipline, la paresse, 
rinattention de certains de ses écoliers ; il verra là plutôt une 
manifestation pathologique, et s'aidant des conseils d'un méde- 
cin, il pourra dans bien des cas, aider à l'atténuation d'un état 
morbide, qui n'est qu'à sa première manifestation. 

M. Bourneville dans son service de Bicètre,pour mettre à même 
ses collaborateui^, instituteui^, institutrices, infirmiei^s et infir- 
mières d'appliquer le traitement d'une façon plus efficace, el de 
connaître toutes les méthodes spéciales d'éducation, les envoie 
régulièrement tous les ans assister aux classes faites à llnstitu- 
tion des sourds-muets, et à l'Institution des aveugles. Nous lui 
avons souvent entendu exprimer le regret que l'État n'agisse de 
même avec ses instituteui*» ordinaires ; ne devrait-on pas, à la 
faveur des vacances scolaires, les envoyer passer quelque temps à 
l'Asile-École de Bicètre, pour leur faire voir des anormaux, et pour 
leur montrer ce qu^une méthode raisonnée, peut faire de malheu- 
reux que Ton mettait autrefois en dehoi»s de la Société. 



CORRESPONDANCE 



Les magistrats 6t les aliénés. 

Tours, le 1 1 novembre 190i. 
Cher Monsieur et très honoré Confrère, 
J'ai l'honneur de porter à votre connaissance un exploit de nos 



Digitized by 



Google 



BIBLIOGRAPHIt:. 169 

repivsoniant.s de Ja juslico t»l qui no «loit pas êlit» passr sous si- 
lence. 

 la fin d octobre dernier, un aliéné de mon asile s'évade. (> 
malade, un débile mélancolique déprimé avec attitude de flexion, 
est arrêté comme vagabond sans papiei-s à Marlipny (Indre). 

Les gendarmes lui font passeï* la nuit à la gendarmerie, le 
malade leur dit qu'il s'est évadé de l'hospice de Tours : il est ha- 
billé des vôtemenls de la niai.s(»n et ils remar(]uenl sa chemise 
inan|uée à lencre grasse A H (aliénés hommes). Le lendemain 
les gendarmes le conduisent en voiture au Blanc ; la, on écrit au 
Directeur de l'Hospice de ïoui'squi confirme les dires du malade 
au point de vue de son évasion. Le tribunal condamne cet aliéné 
à huit joui'S de prison et l'hospice de Tours est incité à le faire 
prendre à l'expiration de sa peine : en eiïet, aujourd'hui, deux 
employés vont le cherclier à la maison tlarrAt du Blanc et l'ont 
ramené à l'Asile. 

Tels sont les faits qui m'ont élé rappoi'tés par mon sous-sur- 
veillant que J'avais prié de prendre des renseignements en allant 
chercher l'aliéné. Ce dernier m'a ce malin même raconté exacte- 
ment les phases de son voyage. 

N'est-ce pas joli cet aliéné évadé, condamné pour vagabondage 
â8 jours de prison !!!. Je laisse à votre haute appréciation, le 
soin de tirer de cette affaire tout le profil que vous jugerez 
utile ! 

Veuillez agréer, mon cher confri'ro, l'assurance de mes meil- 
leurs compliments. 

I)"^ Archambault. 

Tout commentaire nous parait inutile. 



BIBLIOGRAPHIE 



I. L'Assistance des aliénés en France, en Allemagne^ en Italie et en 
»Suw5^, par P. Sérieux. Paris, 1903, imprimerie municipale Hôtel 
de Ville. 

Le volumineux rapport sur l'assistani'e des aliénés de M. P. 
Sérieux est divisé en cinq parties : la première partie est consa- 
crée à l'histoire du développement de l'assistance des aliénés en 
Allemagne ; la seconde traite des asiles d'aliénés criminels d'Eu- 
i-ope (Allemagne, Italie) et d'Amérique. Les cliniques psychia- 
triques universitairas d'Allemagne, de Suisseet d'Italie sont exa- 
minées dans la troisième partie. Dans la quatrième partie, est 
étudiée l'organisation des asiles d'aliénésen Allemagne,en Suisse 



Digitized by 



Google 



17) BIBLIOGRAPHIE. 

el on Italio. Enfin, la cinquième partit» est ron5ia(Mvo à la descrip- 
tion des asiles de la répion de l'Est de la France. 

Le travail de M. P. Sérieux comprend plus île iCKlO pa^es. Vw^ 
analyse quelque peu détaillée ne peut donner qu'une idée hien 
\a;îue de tous les faits d'observation contenus dans louvrajri». 
Aussi après avoir fait une énumération des principaux cliapilres 
rentermés dans chaque partie, nous insisterons sur la partie qui 
traite des réformes actuellement réclamées chez nous dont la réa- 
lisation s'est opérée dans di\ei*s pays étrangei*s ; ces réformes m» 
doivent donc plus être présentées « comme des vues de l'esprit, 
comme des entreprises hasardeuses. » 

U* Partie, — Le développement de l'assistance des aliénés en 
Allemagne peut se diviser en quati'e périodes. La première com- 
prend le moyen âge, les fous sont justiciables des tribunaux, de 
l'Eglise et non de la science médicale. Dans la deuxième période 
les fous sont considérés comme des sujets dangereux et sont Irai- 
lés comme des criminels ; celte période s'étend de la lin de XV« 
siècle au commencement du XIX». Une troisième phase com- 
mence au début de ce siècle pour tinir vers Tan 1860, les aliénés 
sont enfin considérés comme des malades et traités dans des éta- 
blissements spéciaux. La quatrième période est caractérisée par 
le développement de l'assistance des aliénés (jio retraxtU^ open 
doot\ alitement thérapeutique, dilTérenclaliondes difîérentsquar- 
ticM's de classement, asiles-colonies, colonies familiales, établis- 
sements spéciaux pour les cas aigus, les cas chroniques, hôpi- 
taux de convalescence, asiles colonies pour épileptiques, buveurs, 
idiots, crinu'nels aliénés, etc.) 

Il* Partie. — Les ditrérenles catégories d'aliénés criminel 
omprennent : !• les condamn-'s devenus] aliénés en cours de 
peine ; 2* les aliénés ayant commis des crimes sous l'influence 
de leur délii*e ; 3® les aliénés ayant, au cours de leur interne- 
ment, commis des actes dangereux; 4« les dégénérés malfaisants, 
L'auteur traite d'abord de la question des aliénés criminels en 
France, en insistant surtout sur le quartier d'aliénés criminels de 
(laillon. Tous les documents concernant cette question sont ex- 
p>sés dans un chapitre que l'auteur termine en donnant le pi-o- 
jet de loi de Cruppi. La description de divers asiles d'aliénés cri- 
minels de l'Angleterre, de l'Ecosse, de l'Irlande, des Etats-Unis, 
do l'Autriche, de la Hongrie, de la Belgique, de la Norvège, etc., 
est suivie d'indications précises sur les statistiques, le travail, le 
personnel, etc., de ces établissements. Des chapitres spéciaux 
sont réservés à la description des asites d'aliénés d'Allemagne et 
<ritalie. Un dernier chapitre est consacré au projet d'organisation 
de Tassistaace des aliénés criminels eh France. L'auteur propose 
1» un asile central d*Ëtat ou mieux quatre quartiers spéciaux an- 
nexés à des établissements pénitentiaires pour les condamnés de- 



Digitized by 



Google 



BÏBLIOGRAPHir:. ITl 

vomis alic^ni's en rouis de poino ; 2** trois asilos do silroli'» n^- 
gionaux pour les alignés dangereux. Dans ros demier.-î, on Irai- 
torait les anormaux malfaisants qup l'on c):i>i;li»n' insuflisani- 
niont aliénôs pour los asiles et insuftisamment responsables pour 
la prison. Gi*àce à ces vues nouvelles, on abandonnera la «loe- 
Irine de la responsabililé aUénuoe. 

Il!« Partie, — Le nombre des uni\ei*sil^'s allemandeseslde vinjft. 
Chaque univei-silé possède actuellement une clinique psychia- 
Iriïiue ; parmi celles-ci, quelques-unes constituent des établisse- 
ments autonomes, des instituts univereitaires. L'auteur étudie 
d'abord le fonctionnement de ces dei'nières. Les univei'sités d'Al- 
lemagne, de Suisse, d'Italie, qui ne possèdent pas encore de cli- 
niques psychiatriques autonomes ont utilisé pour l'enseignement 
clinique des maladies mentales les asiles pix)\inciaux, cantonaux 
ou municipaux les plus proches (asiles-cliniques.) Les pages sui- 
vantes sont consacrées à l'organisation de l'enseignement de la 
psychiatrie en Allemagne, Italie, Suisse, Russie, Belgique, Pays 
Scandinaves, Grande-Bretagne, Irlande, Etats-Unis. 

En France, nous n'avons que trop tardé à suivre l'exemple de 
l'étranger et c'est le pays où l'enseignement des maladies men- 
tale a pris naissance qui ne possède pas une réglementation ofli- 
cielle de cet enseignement. Nous ne possédons que quatre chai i-es 
de clinique des maladies mentales et dans aucune de nos univer- 
sités le stage n'est obligatoire. L'auteur émet à ce propos les 
vœux suivants : 1« fondation dans chaque ville universitaire 
d'une clinique psychiatrique autonome ; 2«* un personnel médi- 
cal nombreux ; 3^^ réorganisation du recrutement du corps ensei- 
gnant ; 4<> organisation de cours cliniques payants et de cours 
gratuits ; 5" organisation du stage psychiatrique ; G® création d'un 
concours spécial pour les places de médecins des asiles cliniqui's; 
7" réforme de l'organisation du service médical dans les asiles 
d'aliénés. 

IV* Partie, — Parlant d'abord des asiles-colonies, M. Sérieux 
donne les éléments caractéristiques de ces établissements : ab- 
sence de mui*s, de galeries couvertes, de grilles, de barreaux et 
sauts-de-loup ; grand nombre de pavillons indépendants, disper- 
sés sans symétrie. Division de l'établissement en deux grandes 
parties : Tasile central, la colonie ; différenciation des difTérents 
pavillons adaptés chacun au rôle spécial qu'ils ont à remplir; sur- 
veillance continue à l'asile central; vie en liberté à la colonie, no- 
restraint partout ; traitement par le lit des psychoses aiguës ; 
autonomie de chaque pavillon. Les asiles-colonies d'Alt-Scherbitz 
de Golkhausen (Allemagne) et de Mendrisis (Suisse) sont décrits 
avec beaucoup de soins et leur constitution matérielle et noorale 
est examinée en détail. Un chapitre spécial est réservé à la des- 
cription de trois asiles d'aliénés provinciaux d'Allemagne et d'I- 



Digitized by 



Google 



172 BIBLIOGRAPHIE* 

talie. Vient ensuite l'exposé des législations et règlements concer- 
nant les aliénés en Allemagne, en Italie et en Suisse. Les nou- 
velles méthodes de traitement des maladies mentales en usage 
dans les asiles étrangers font Tobjet d'un chapitre spécial : c'est 
d aboi*d le traitement par lalitement ou clinothérapie, puis le 
traitement des états d agitation par le bain permanent, les enve- 
loppements permanents de 33o à 35<>, la suppression des moyens de 
contention mécanique, la suppression de l'isolement cellulaire, 
eic. L'auteur étudie ensuite les hôpitaux d'aliénés urbains des- 
tinés à l'hospitalisation immédiate des malades dans les grandes 
villes, les sanatoria populaii*es pour les maladies nerveuses, les 
hospices pour aliénés chroniques, les asiles-colonies pour épilep- 
tiques, les établissements pour idiots, enfin les asiles de buveurs. 
Le personnel médical des asiles allemands, suisses et italiens se 
compose de directeurs-médecins en chef, de médecins chefs de 
service, de seconds médecins, de médecins assistants et enfin de 
médecins volontaii-es ; dans tous les asiles d'aliénés des pays de 
langue allemande, les lonctions médicales et administratives sont 
réunies entre les mains d'un directeur-médecin en chef, l'n pa- 
ragraphe spéciale est réservé dans cette étude du pei'sonnel des 
asiles étrangère à l'organisation du personnel administratif, et 
Tautcur résume les desiderata qui furent l'objet de discussions par 
des auteui*s compétents. 

V« Partie. — Elle est consacrée à la description des Asiles d'a- 
liénés français de la région de l'Est iSaint-Dizier, Maréville, 
Fains). Tous ces asiles, en plus de leurs malades, ont à traiter 
des malades transférés de la Seine. L'auteur proteste contre le 
principe même des transfèrements ; ceux-ci ont quelque chose 
d'inhumain en rompant pour toujours les liens de parenté et d'a- 
mitié que peuvent avoir les malades dans les pays où ils ont 
vécu. 11 faut égalements supprimer les asiles privés faisant fonc- 
tion d'asiles publics et les remplacer par des asiles départemen- 
taux ou régionaux. Dans les asiles départementaux, le pei'son- 
nel médical se compose en général d'un directeur-médecin, d'un 
médecin-adjoint et d'un ou deux internes. La tâche du médecin- 
directeur est beaucoup trop lourde et la fonction du médecin- 
adjoint n'est autre chose qu'une sinécure, puisqu'il n'a pas de 
service distinct. L'attribution aux médecins-adjoints d'un service 
autonome serait un moyen de diminuer le fardeau qui pèse sur 
le directeur-médecin. Ce vœu émis par l'auteur est déjà réalisé 
à l'asile de Blois où nous sommes chargé d'un service autonome. 

Trop nombreux sont encore, en France, les asiles qui ne ré- 
pondent pas aux exigences du traitement des aliénés ; les bàU- 
raents sont mal adaptés à leur destination actuelle. « Avec leurs 
quartiers symétriques, leurs préaux entourés de murs, leure 
quartiers cellulaires, leur nombre insuffisant de médecins, d1n- 



Digitized by 



Google 



BIBLIOGRAPHIE. 173 

lîrmiei-îi el ck» \tM'Ileurs, l'uî?aj?e habitiu»! <|iron y fait des nuïveiis 
de contention mécaniquo, rinstallation défeclueuse dos bains:, 
des pavillons de surveillance continue, l'absence de Vopen-door 
et de Talitenient thérapeutique, leur encombremeiiL l'insufli- 
sance de leurs bibliothèques et de leure laboratoires, leur prix 
de journée très bas, leur absence de confort, la plupart ne font 
jruère honneur aux départements. » Toute cette situation regret- 
table est due à ce que Ion considère encore les asiles ronime des 
renfermeries d'incurables. D'après l'auteur, les réformes actuelles 
les plus importantes consistent en : 1«* la création de services de 
malades aigus curables ; 2® la création d'un asile-hospice ; 3« la 
ci"éation d'un asile-colonie pour les épileptiques ; 4® l'organisa- 
tion d'un sanatorium populaire dont les malades ne seraient pas 
soumis aux obligations de la loi de 1838. Dans tous les asiles 
français, le nombre des malades est trop considérable par rap- 
port à celui des médecins, et le traitement est collectif, au lieu 
d'individuel qu'il devrait être. De plus, avec l'organisation ac- 
tuelle de ladjuvat, l'adjoint n'est d'aucun secoure thérapeuti- 
que ; il n'a qu'un i-ùle de « figuration». Le corps de l'internat est 
également un organe mal adapté à ses fonctions ; les internes sont 
tiiop peu nombreux et peu instruits en médecine mentale au dé- 
but de leui*s fonctions. 

Dans un dernier chapitre, l'auteur condense les résultats de 
son enquête et formule les conclusions qui ont été exposées au 
coui-s de cette analyse, qui ne donne qu'une idée bien imparfaite 
du livre de M. Sérieux. 

Les médecins aliénistes et toutes les personnes qu'intéressent 
les questions d'assistance trouveront un profit considérable à la 
lecture de « l'Assistance des aliénés en France, en Allemagne, 
en Italie et en Suisse « du D' Sérieux. » Chaque chapitre du tra- 
vail de M. Sérieux est une étude approfondie de toutes les ques- 
tions de rAssistance des aliénés, et l'auteur nous fait visiter 
d'abord nombre d'asiles étrangers, pour terminer par la descrip- 
tion des asiles de la région de l'Est de la France, et cette dernière 
montre combien l'éti-anger nous a devancés dans l'assistance et le 
irailement des aliénés. L. March.\nd. 

11. — Cours supérieur d'éducation physique^ par G, Demeny, J. 
Philippe et G. R.\cine. — l vol. in-8° de 336 pages avec 162 li- 
gures. Paris, F. Alcan, 1905. 

Nous avons eu déjà l'occasion, à pi'opos de son livre '.Mécanisme 
et éducation des mouvements (l),dc constater avec quelle méthode 
sci-upuleuse M. G. Demeny savait exposer les principes d'édu- 

(1) Archives de Neurologie , janvier 1905. 



Digitized by 



Google 



174 VARIA. 

cation physique, et avec (lut'lle science» il |^'rolIpait les attitudes 
et les mouvements en en prouvant les avantages ou les dangers. 

Nous retrouNons les mêmes qualités dans le nouvel ouvrage, 
(îelte fois il s'agit d'un Cours supérieur d'éducation physique y fait 
sui* la demande du ministre de rinslniclion publique, et en col- 
laboration avec le I)'.!. Phii.ipi»k et M. G. Racine, pmfesseur de 
gymnastique de la ville de Paris. 

Le volume se di\ise natut^dlementen trois parties. Dans la pre- 
mière, M. G. Demeny expose les rapports qui existent en tit» la pé- 
<lagogie générale et le mécanisme de.smouvemenl,s; il analyse les 
conditions physiologiques et les condili<»ns esthétiques de chaque 
exercice ; cette première partie se termine par un plan d'étluca- 
lion qui décèle bien la grande expérience de l'auteur. 

Dans la deuxième partie, le D' J. Philippe étudie spécialement 
l'anatomie et la physiologie humaines, la cmissance de l'organis- 
me, les elTels de la fatigue musculaire, nous prévient contre les 
dangers de l'inexpérience en matière d'éducation physique et 
montre la nécessité, pour tout éducateur digne de ce titre, de la 
connaissance exacte du corps humain. 

Entin, dans la troisième partie, M. G. Racine, s'occupant du 
côté praMcfue, émunère dans un ordre méthodi(|ue les exeirîces 
gradués qu'il décompose eu leurs éléments et termine par l'ex- 
posé d'une leçon modèle pour les trois coui^s. Des illustrations et 
des (igures schématiques viennent encore ajouter à l'intéi-et pra- 
tique de cette partie. 

t'.et ouvrage, scientifiquement ordonnancé, mérite d'être lu par 
ceux qui s'occupent d'éducation, et aussi par les médecins, qui y 
puiseront d'utiles indications pour les cas où ils aumnt à prescrire 
un traitement gymnastique. .1. Dovkr. 



VARIA 



Les crimes de l'alcoolisme 

.1 Issoire, — Un mari qui tue sa femme à coups île sabot et de bâ- 
ton,— A Issoire, le nommé Gayle, jardinier, a assassiné sa femme 
à coups de bâton, dans un accès d'alcoolisme. Il s'est acharné 
sur sa victime avec une brutalité sau>age. Le corps de la mal- 
heureuse a été hori'ibleinent mutilé. La tête a été réduite en 
bouillie. Le cadavre présente quatorze blessures. L'assassin a été 
arrêté. 11 a fait des aveux complets. Le crime a causé une émotion 
profonde à Issoire, où la famille (>avle est très connue. Aurorcy 
23 janvier 1903.) 



Digitized by 



Google 



FAITS DIVERS. 175 

Le crime d'un alcoolique. — Un aloooli(jiit» noinnié Jean Breton, 
qui denieui-e rue de Torcy, 11, dans le quartier de la (!ha|M'lle, a 
frappé, din)anche, de trois coups de couteau sa femme, 
née Bertlie Péi-al, âgée de ((uarante-cin<i ans. La malheureuse 
femme est tombée morte sans pousser un cri.Quanfau meurtrier, 
il est sorti en disant qu'il allait chercher un médecin. Mais, dans 
la rue, il iiMicontra un gardien de la paix et se lit airéter. [L Au- 
rore, du 24 janvier. 

LkS ALIÉNÉS K.N LIBERTÉ. 

Les agents de l'AsiU» d'aliénés de CJermont ont ])i*océdé \en- 
dredi, à (lanny-sur-Matz, à la captuiT d'un aliéné des plus dan- 
gereux nonmié t'.ouderc. Cet homme ()ui, depuis quelque temps, 
faisait la terreur du pays, se livrait à toutes espèces d'excentricités. 
Enfermé chejs lui, il tirait des coups de feu dans sa cour, mena- 
rant <le «dégringoler «le pirmiei' (pii tentei-ait de pénéti'ei- dans 
sa maison. Les agents de l'Asile ontdii user d'un stratagème pour 
arrêter ce forcené qui est actuellement interné à l'Asile. [Semeur 
(leVOise, n^du ill jan^ier 1905. 

En allumant hierdu feu, une pau\re folle, la veu\e Fa>s, âgée 
de cînquant(*-deux ans, habitant le hameau du Tartiv, commune 
de Digny (Eure-et-Loir), est tombée dans son fojer et amis le feu 
à. ses ^éléments. La malheureuse, environné de flamnies, put 
néanmoins se rele\er et sortir en poussant des ciis déchirants ; 
mais quelques pas plus loin elle s'affaissa. Ses voisins accoururent 
à .ses appels mais lorsqu'ils arrivèrent la malheureuse rendait le 
dernier soupir. Son corps était carbonisé. La pau\re folle de\ait 
et IV piwliainement internée à l'asile de Bqnneval. Le Veiit Pa- 
risien du 25 janvier H)05^) 

(Test là une nou\ elle victime des lenteui-s adnn'nistratives. Oci 
montre lu nécessité du placement d'urgence des aliénés : assimi- 
ler de plus en plus les malcufes aliénés aux malades ordinaires et 
rapprocher de plus en plus l'asile <le l'hôpital. 



FAITS DIVERS 



Asu.E d'aliénés de Clermont. — Par arrêté préfectoral en date 
du 10 janvier courant, M. Ville, pharmacien de !«•• classe, attaché à 
la pharmacie centrale des hôpitaux de Paris, est nommé pharma- 
cien en chef à l'asile de Clermont en remplacement de M. Chau- 
>et, décédé. [Semeur de VOise, n<»du 20 janvier 1905.) 

Hôtel-Dieu Clinique des maladies nerveuses;. — M. Gilbert 
Ballet à repris ses lerons sur les maladies ner>euses le diman* 



Digitized by 



Google 



176 BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE. 

che 5 IV'vrier, à 10 hoiires, Amp]iilhéùti*eTi'OUsseau, et les conti- 
nuera les (limanciies suivants. Consultation externe et polirlinî- 
(jue pour les maladies nerveuses et mentales, le samedi à il h. 
1.2, salle Saint-Anne. 

Asile dalikwks de la Seine. — Concours de lintei^nal en 
médecine. — O concoui's v ient de se terminer. Ont été nommés 
internes tiltUaires, jiar aii été du 28 janvier 1903 : MM. Chw-pen- 
lier (H. , Lemelaud, Delmas, Benon. — Par an-été du même jour 
ont été nommés iniO'ne^ provisoires : MM. Courbon, P'i-oissart, 
Mlle Grûnspan, M. Dourilhel. 

Les questions qui ont fait l'objet des épreuves du concoui"S ont 
été les suivantes : Question écrite : Symptômes et diagnostic de 
lu cirrhose atrophique. — Symptômes, diagnostic et traitement 
de la coxalgie. — Questions orales : P^ séance. Plancher du !• 
\entricule : — 2^ séance. Région sylvienne ; — 3» séance^ Raci- 
nes antérieures et postérieures de la moelle. — Epretive de garde: 
l*^" séance : Indications et manuel opératoire de la thoracentèse ; 
— 2« séance. Diagnostic et traitement des hémorrhagies utérines. 



BULLETIN BIBLIOOIUPHIQUE 



ALiiEnri .Vngelo. — Un caso dî idiOyU mongoloïde. Iii-8* de 14 pn- 
g<»s». Iiiip. S. (iiorgio. FeiTara. 

CosTF.T. — Les méthodes de rééducation en thérapeutique. 1 vol. 
Iii-18 de 220 pages. Librairie Vigol, frères, 23, place de l'Ecole-de- 
Médcciiie. Prix : 3 fr. 50. 

Grasset {i.\ — Les centres nerveux, 1 vol. ln-8* <le 730 pago«. 
l/d)rairie J.-H. Bailliêrc, 19, rue Haulefeulle. Pri.\ : 12 fr. 

MiT.LKU (Kiiiil}. — Veber mehvdimensionale Raûme .Iw-t* i\Q 80 pa- 
ges. .1. A. ISarlh. Leipzig. 

TAMnnoNi (H.) el d'OnMEA (A). — Sopra un caso di microcefaUa 
rf j. In-S« d«» t2 ].ages. liiip. S. Giorgio. Ferrara. 

Revue philosophique. — Sommaire du n* de février 1905 (30* an- 
née) : (1h. Ricuet. La paix et la guerre. — Verxon lee. Ëtfsai d'es- 
lliéliiiiie empirique (2* el dernier article). — Ch. Dunax. Autorité 
el liberté. — M. Halbwachs. Les betsoiuts et les leudaoces dans Té- 
eoiioniie sociale. — AnalYs<es et compte» rendus. — Revue des pé- 
riodiques éli'angers. — ï^ivres nouveaux. Abonneiueut du 1" jan- 
vier : un an, Paris. :50 fr. ; départemenls et clranger, 33 fr. La li- 
vraison : 3 fr. Félix Alcan, éditeur, 108, boulevard Saint-Germain, 
Paris (O-.. 

Le rédacteur-gérant : Bouuneville. 

Clcrmonl (Oise). — Imprimerie Daix frères. 



Digitized by 



Google 



VISON DE SANTE DE PICPLS 

Ancienne Maison SAINT^MARCEL, entiérenmutrédJifiée 
S «1 lO, RUE OE PICPUS (près la place de la ISTationt 



M=^0XTIE:I\, ISlédecin-DirecteurO. I. o 

ANCIEN INTERNE DES ASILES DE LA SEINE 
LAURÉAT DE LA FACULTÉ DE MÉDECINE DE PARIS 



TASUSSEMENT SPECIAL AMENAGE POUR LES DEUX SEXES 

Oin*ai9t les^Prlx les plus Modérés] 

TRAITEMENT des MALADIES MENTALES et NERVEUSES 

Neurasthénie, Hypocondrie. Hystérie, Epilepsie, etc. 
Paralysies et Délires toxiques, Dipsomanie, Morphinoinanie, etc. 

.RC' ET JARDINS AVEC PAVILLONS SÉPARÉS 

Chapelle, Salons dé Jeux et de Réunion 

Les médecins sont reçus tous les jours et à toute heure à F Etablissement 

TABLISSEMENT ANNEXE O'HYOftOTHÊRAPIE «ÊOICALE 

CPensionnaires et IGxternes) 

ATecEnl/ée spéciale : PAVriLON CH^RCOT, 13^ Bourfivard DID8R0T 

Station du Métropolitain en face de l'Etablissement 



BLISSEMEHT de SAINT-GALHIIER (Loire) 



URCE 6AD0IT 



.'Eau de Table sans Rivale 

u f>li:is Légère à rEstôiiiao 



DEBIT de la SOURCE: 

PAR AN 

|30 MILLIONS 

de Bouteilles 



Déclarée dlntèrét Fublio 

Décret du 12 Août 1897 




Caux XÉlin" Nai'*' &amiaes dans les HôpUaax 
SûlR t-JBQfl» Maux d'estomac, appétit, digestions. 
Précieuse. FqIc, calculs. UUe. diabète, goutte. 
DominlQUe. Asthme, chlorose, débilites 
Désirée. calculs>collqucs. Iflaqdeleine. Rcins,prravelle 
f^içiolettê. Anémie. Impératrice. Maux dvstomac. 

Trèi agréable» a boln. Une bouteillt par joar. 
.vOClÉTÉ GÉNÉRALE dot EAUX. VAL8 (Ardéotaei. 



Digitized by 



Google 



Prodnits OpotMrapipGi 

m^^r^^r^BB de \^m i i ■ 



SONT ÉGALEMENT PRÉPARÉES DANS LE MÊME LABORATOIRE 




A. FLOURENS 

PHARMAaEN 
n, Rm Mn-Bun. tORBEâU 



UBOBATGIRE ABTOUSÉ par Déent MiBisUriH 

ûprèÊ avis favorab/e de l'Académie de 
tfédecine (llappon de M. ÀSocahu). 



Rùtt-(hmHaiomHm^^ 

^ovairine; 



PILOLBS 

àlOosL 



y BromiliftB et 4 



PILUUS 

àaooc 




LES PILULES OC: 

PROSTAnNE - SEKÊIH/IUME 
CÂPSULARIME - HÉPATmE 
MÉPHReSiME - SPLÉMINE 

MÉDULLOSSfffE - TUMOSIME 

EHCÉPHAUNE - KYOCARDiME 

80 .trottf eit dans toaiai les PJiarmieiet. 

Vente en Gros : 



FBOBUITS PHABUÂCEUTiaUSS. 9, Sm dtla PerU. Pur- 



TUAITEMEN T 

DES 

MAISON DE 8ANTK DE PIGPUS (Aiiciennemenl Marcel ^ainle-Oolofiitt: 
Rue de PICPUS, 8 et 10, près de la Place de la Nation. 
Mkhecin-directeuî; : D'^P. POTTIER O.I. ^^. ancien îiUerne des a.-'iles de U>r 
Etablissement ANNEXE DU YDRO'IHÉRAPIE MÉDICALE (f Pensionnaire? et i-^ 
PAVILLON CIIAHCOT, 138, boulevard DIDEROT 
D' E. SIGNEZ, médecin-résidant, O. l. i^. 



inSTSTITXJTION" 



ENFANTS ARRIÉRÉ 

MAISON SPÉCIAI.E D'ÉDUCATION ET DE TRAITEMENT 
(Fondée en 1847j 

EAUBONNE (S.-et-O.). — iM. Unglois, directeiu\ 

TRÈS GRAND CONFORT - PARC DE 10 HECTARES — TÉLÉP^ 



Cle.tiionl (Oise). — Imi>. Dai\ Fhkkks 



Digitized by 



Google 



-gr "^ i ; 

Zn, Vtàti: (1M5) (37* ANNÉE) ImilèrO 111 (Man) 



^ ARCHIVES 

DB 

NEUROLOGIE 



REVUE MENSUELLE 

e||;| DES MALADIES NERVEUSES ET MENTALES 

Fondée par «I.-M. eil%nG€>'r 



PUDLIÉK SOUS LA DIRECTION DE MM. 



I A. JOFFROY 

! ProCesseor de clinique 

des 
, maladies meûtales 

I à U Facdhë de médecine 
I de Paris. 



V. MA6NAN 

Membre de l'Académie 
de médecine 

Médecin de l'Asile clinique 
(Ste'Anne). 

COLLABORATEURS PRINCIPAUX : 



F. RAYMOND 

Professeur de clinique 

des maladies 

du système nerveux 

à la Faculté de médecine 

de Paris. 



MM. ABADIE (j.), ALQUIEB, ARNAUD, DABINSKt, BALLET, BÉRAKY, 
BLANCHARD (R.), BLIN, BOISSIER (F.), BÛNCOUR (P,). DOYBR (J.), BOURDIN, 

BRIAND (m.), BRI88AUD (E.), BROUaKDBL (P.)» CARRIER (G.)« 
CAUDRON, CESTAN, CHARDON, GBARON, CHARPENTIER, CHRISTIAN, GOLOLtAN, 

COULONJOU, CULLERRE, DEBOyE(M.)r 1>ENY, DBVAY,DROMARD, FÉRÉ (CH.), 
PBNAYROU, FSRRIER, PRANGOTTB, OARNIEA (S.), GRASSET, HUET, KERAVAL, 

KODINDJY, LADAME, LANDODZY, LBGRAIN, LEROY, MABILLE, 

XARANDON DE MONTYBL, MARIE (a.), m"* REINE MAUGERET, MIERZEJEW8KI, 

MI6N0T. MIRALLIÉ, MOURATOFF (W. A.), 

MU8GRAVE-CLAY, PARIS (a.), DE PERRY, PICQOÉ, PIERRBT, PITRES, 

RAVIART, RAYNBAU, RÉGIS, REGNARO (P.). 

REGNIER (p.), RIGHER (p.), ROTH (W.}, ROY, SIMON, SEGLAS, SÉRIEUX, 

aANTENOISB, SOLLIER, SOUKHANOFP, S0UQUE8,TAGUET,TCHIRIBW, THULIÉ (H.), 

X7RRI0LA, VALLON, VIOOUROUX, VÏLLARD, VOISIN (j.), WEBER, YVON (P.). 

Rédacteur en chef: BOURNEVILLE 
Secrétaires de la rédaction : J.-B. CHARCOT et J. NOIR 



PARIS 

BUREAUX DU PROGRÈS MÉDICAL 
14, rue des Cannes 

100.-) 



GLYCERO- PHOSPHATE lODO-TANNIQUE VICIER 

L-ymphatianne, Anémie, Epuitement, Surmenage, Neurasthénie 
Cette préparaUoii tonique, reconstituante, nlrrite pas le tube digestif e 
réunit, grâce à une parfaite associatioa, toutes les propriétés de Mode, d 
tanniii etdes aly<^^i'<>*Pl>o*pli<^tes.— Celélixlr reprend à la dose: Enfants 
une cuillerée à café; Adultes, une cuillerée à soupe iivant chaque repas. 
PRIX DU FLACON ; 4 francs. 

KOLI-COM CURAÇAO VICIER d^S"c^;tr'"'""^- surmenage, aiTection 

eaUAH nCMTiCDirc UiriCD Le meilleur dentifrice antiseptique pou 
allYIIII UtIirirnIUC WlulCn entretenir les deuts, gencives, muqueuses 
et éiYlter les accidents buccaux. — Prix de la boîte porcblaine: s francs. 
Pharmacie VIGIER, 12, boulevard Bonne-Nouvelle, PARIS 



CLIN & C!: 



SOLUTION 

feSiUGTUTBuSOiniBkD' CLIN 

D'an dosage rigoureux, d'une pureté absolue^ d'un goût agréable. 
Contient : B graouBM d9 &mUùjlm:tm dm Be/adm pmr cuiUmrém é. honéhm; 
ffO emntigr. dm BsUimyimÉm dm Bmadm pmr enaUrém é oa/é. 

Je muieur mae faamtntstramn au satieyiatB ne soudé. 



Vin. NOURRY Iodotamë 

Exempt dé tout iodure alcalin» sans goût déciagrèablê, d'une 
assimilation parfaite. Succédané de l'Huile de Foie de Morue. 
C!nqo9nti§rAfM9 pMreunhri9à$oup9; — Dix oêmtfgr.de Tuifri pêreuilttré^àsoupm, 
Lsrmphatisme, Anémie, Henstraation difricila, 
Btions pulmonaires torpides. 



INDICATION* t 



^-iK«: Adultes, une cuillerée à soupe avant ou pendant chaque lepee. 
Bnfànts. une ou deux cutUeréesàcafô avant our~^ ^ 



(m 

■ , Chaque Pilule exactement dosée contient : 

■ Un oinqulème de milllgrammB d'Aoonitine orittàHlêé; 6 OBiitlgnmnm de Qufnfum, \ 



PiLULES.D'MOlTSSETTE 



iNDioATioNs t Névralgies, Migraines , Boiatiqiis^ 

Affections Rhumatismales, 
ooscs I Deux par jour : une le matin et one le soir, en augmentant s'il y a 
ilien, solvant la eosoeptibilité du sujet su ^ 



Capôùles et Dragées 
sBromure de Camphre da D' CLIN 

Ut Capsules du D^ CUN nnfement 0,20 osntigr. \ «.«-,„-. w. /•-«nfci» aim^ 
Us Dragées du D^ CUN renferment 0,10 centigr. S ^'^'""'^ ^^ ^""^^"^ '^'^ 
INDICATIONS : Epilepsis, Hystèrié, Chorés, Insomnie, Palpitations de ecrar, 
Ereotions douloureases , Spernatorrhée» Erétbisnedn Système nsnrsnx. 
Dose ; De une à cinq Capsules; de quatre à dix Dragées. m*^ 



DRÂGËESdeFer Rabuteau 

Lâuréêt de flnttnut, Mi de ThérapwUquê. 

h base de Protochlorure de Fer chimiquement pur 

Facilement solubles dans l'estomao» absorbées à l'état de 

Chloro-Albumlnate de fer. 

Considérées dans les trsTsiix les plus rèeeats comme le 

VéritatU spéciflQUi de la CMoro-Anemie, 
INDICATIONS: Ghloro-Anémie, Cionvalescenoe. Epuisement. 

JTe déimrminmat ni eonatipmSion, ni dimrrhém. M 




CLIN & C* et F. COMAR & 

(Maimonm rénnimm) 
aO, Rue des Fossés-St-Jacques, PARIS 



Digitized by 




FILS 

168 

"Google 



V 



ITol. XIX Mars 1906 No 111 



ARCHIVES DE NEUROLOGIE 



ANATOMIE PATHOLOGIQUE 



Note sur la dégénérescence secondaire consécu- 
tive à un foyer de ramollissement de la région 
calcarine ; 

Par le profeseeup WEBER (l). 

Mme G. F. est morte en juillet 1902,â^éede Tfians.Nous ne pos- 
sédons sur ses antécédents aucun renseignement ; elle nous est 
arrivée dans un état de démence profonde, rendant tout entre- 
tien avec elle impossible. Perte de la mémoire. Gâtisme. 

L'acuité visuelle paraît fortement diminuée ; le regard est va- 
^'ue et la malade ne fixe pas les pei*sonnes qui lui adressent la 
parole ; elle cligne cependant des paupières Ipi-squ'on approche 
un objet de ses yeux et >?xceptionnellement elle reconnaît ce 
cju'on lui présente. En raison de l'état démentiel il n'a jamais 
été possible de procédera un examen quelque peu exact de ces 
phénomènes. 

A l'autopsie nous avons constaté l'existence d'un foyer de ra- 
mollissement occupant la région calcarine droite sur une lon- 
gueur d'environ 40 mm. 

Pour la description nous nous en tenons surtout à la colora- 
tion d'après Pal ; c'est en efïet à cette méthode que la prépara- 
tion, un peu difficile à débiter en coupes bien minces, s'est le 
mieux prêtée. Notre examen a été rendu en partie très difficile 
par suite de ce qu'une coupe faite à l'autopsie a porté précisé- 
ment sur la région des corps genouillés externes. 

La lésion commence dès la pointe du lobe occipital et rend 
méconnaissable en bonne partie la région calcarine. A environ 
25 mm. du pôle occipital elle a une hauteur de 25 mm, {fi{/. 4), 
plus on avant même de 30 mm. son maximum. Ensuite elle se 
subdivise en deux foyei-s, l'un occupant la région calcarine, 
l'autre une partie du lobe lingual, laissant entr'eux un pont de 

(1) Clinique Psychiatrique de Genève, avril 1901. 

AnctiiVES, 2* série, t. XIX 12 



Digitized by 



Google 



178 



ANATOMIE PATHOLOGIQUE. 



cortex moins lésé {fig. 7). Enfin elle est restreinte à une des- 
Imction linéaire sous-corticale dans la partie inférieure du lobe 
lingual et la supérieure du fusiformc {ftg. 8). A la hauteur où 
les scissures calcarine et pariéto-occipitale se rejoignent, il n*est 
plus question de foyer. 

La profondeur de la lésion est variable et atteint jusqu'à 
10 mm. ; cependant ces mesures n'ont qu'une valeur très rela- 
tive. Il est en elTet évident que ce lobe occipital a subi des mo- 
difications profondes dans sa forme. Par suite de résorption de 
parties détruites et atrophie secondaire de libres, il est devenu 
étroit (Gauche 32 mm. Droit 2'i. G. 44. D. 34. G. 45. 1). 35.) En- 
fin il nous paraît certain qu'il a aussi perdu en longueur, ce qui 



Oi 





Tits^ 



Fio. 5. 



expliquerait (|u en coupant U»s dt^ux liénnsphères simultanément, 
noui» nous trouvons dans dei» régions plus frontales à droite qu*à 
gauche. Pour ces raisons il serait oiseux d'indiquer en millimè- 
tres la situation des coupes que nous reproduisons. Ce ratatine^ 
ment du lobe occipital est en partie com[)ensé par une dilata- 
tion de la coi'no ventriculaire. 

Le ramollissement ne se borne point au cortex et aux régions 
directement sous-corticales ; il pénètre profondément dans la 
substance blanche {fifj. 4.) portant atteinte aux faisceaux sagit- 
taux (Tap. Rth. Pli.) dès leur apparition (/îr/. 5.) Cela se voit 
surtout nettement dans la /?//. 7 qui donne du reste une bonne 
idée de l'irrégularité du foyer. 

M. de Monakow est d'a\is que, pour des raisons «l'ordre ana- 



Digitized by 



Google 



DEGENERESCENCE SECONDAIRE. 179 

tomique, toute destruction de la partie médiane du lobe occipi- 
tal doit léser en même temps les faisceaux de la vision. Cela a 
pu être constaté dans les cas sérieusemens examinés d'hémia- 
nopsie soi-disant corticale. Notre observation vient confirmer 
cette règle. 

Avant de passer à l'étude des dégénérescences secondaires de 
notre cas, nous l'avons revu exactement, recherchant s'il exis- 
tait d'autres foyei*s, condition également stipulée par J^. de Mo- 
nakow. Nous avons trouvé : 

{"* Quelques petites destructions dans'Je^corps calleux. 




FiG. 6. 

2° Une destmction linéaire dans la circonvolution de l'hippo- 
campe ; 

.> Une dans la circonvolution godronnée. 

Toutes ne sont visibles qu'à la loupe et nous paraissent négli- 
geables par rapport au sujet qui nous occupe spécialement. 

Localisation de la dégénérescence secondaire. 

Aussi longtemps que, sur les coupes, le foyer est de quelque 
étendue, la dégénérescence est manifeste dans le territoire des 



Digitized by 



Google 



180 



ANATOMIE PATHOLOGIQUE, 



fibres d'association courtes ; les fibres sagittales (ïap. Rth, Fli.) 
sont directement lésées dans leur partie inférieure (/î^. 4-7). Tan- 
dis que le Tap. n'est pas sensiblement changé, Rth. est certaine- 
ment appauvri en fibres et Fli. qui du côté sain apparaît sous 
forme d'un U noir, ne se dislingue presque pas dans sa partie 
inférieure de Rth. Dans les deux (Rth. etFli.) les fibres coupées 
transversalement font défaut, on n'y voit presque plus que des 
libres longues que, souvent, on peut suivre à travei^ Rth. jus- 
qu'au Tap. Elles y disparaissent en tournant à droite et en haut. 
Ces libres, plus minces que celles do Fli. et ne prenant pas une 




FiG. 7. 

coloration noire intense, semblent ne pas appartenir du tout à 
Fli. mais faire partie de Tap. {Fig. 7). 

A me.sure que le foyer diminue, la dégénérescence secondaire 
se localise, tandis que la substance blanche reprend du reste 
son aspect normal. Il n'y a pas de différence appréciable entre 
le Tap. des deux cùlés ; Rth. du côté pathologique ne forme 
qu'une étroite bandelette autour du Tap., puis vient un U qui 
reste blanc sur les préparations au Pal et qui occupe la place de 
Fli. pour se terminer latéralement et en haut en une pointe sise 



Digitized by 



Google 



DÉGÉNÉRESCENCE SECONDAIRE. 



181 



entre Rth. et Fli. et à Textrémité du 1/4 inférieur des fibres sa- 
gittales (fig, 8, coupe 205). Mais déjà sur la coupe 185 le jam- 
bage médian et le coude de TU recommencent à se peupler de 
fibres paraissant venir de la région comprise entre les scissures 
P. G. et Cale, et du lobe lingual. Elles ont la couleur noire, le 
calibre et la direction de celles, de Fli. Puis la dégénérescence se 
localise plutôt dans le jambage latéral de TU dont elle occupe 



N'iû^. 




Lûi^ 



Fig. 8. 

maintenant non plus le 1/4 mais au moins le i/3 inférieur. En- 
suite c'est dans l'angle extérieur de TU (si Ton peut dire ainsi) 
que réapparaissent des fibres, tandis que le jambage latéml mon- 
tre un défect net situé, sous forme d'une bandelette, dans la 
partie interne de Fli. et la partie externe de Rth. Nous avons ce- 
pendant l'impression bien certaine que Fli. est beaucoup plus 
atteint que Rth. {fig. 9.) 



Digitized by 



Google 



182 



ANATOMIE PAtHOLOGlQl'E. 



Il est hécessaii'e (1« relover que le jambage médian el le coude 
de Flii restent toujours pauvres en fibres comparativement Au 
côté sain. llfh. au contraire a dé^k repris peu après fig, 9. des 
dimensions normales dans sa partie inférieure. 

Dès environ 15 mm. en avant de fig. 9, nous notons Une ten- 
dance prononcée de la dégénérescence à se subdiviser en deux 
lones. L'Une, inférieure, occupe la branche horizontale irtlernfe 
et le coude de Fli. Elle contient des libres longues, claires, pa- 




FiG. 9. 

raissant venir de Utli. ou de Tap., et des libres courtes (coupées 
plus transversalement) noires, plus épaisses, sans doute fibres 
propres de Flii, bien qu'en nombre beaucoup moindre que du 
côté sain. Cette infériorité de Fli. dans l'hémisphère droit, se re- 
trouve jusqu'à la pointe du lobe temporal, {fig. 11, 13, 14.). 

La Bone supérieure, à peu près totalement dépourvue de fibres, 
s'est rapprochée de la pointe inférieure du noyau caudé |N» G.) 
qu'elle touche presque. Entre les deux zones se trouve un Court 



Digitized by 



Google 



DSÔENËRSSCENCB SECONDAIRE. 



183 



«'i^pace apparemment normal, peul-ôU'e un peu appauvri en û^ 
bi'es l/f/7. 10). $urla/?j7. Il, cet espace est d^jà devenu sensi- 
blement plus ^rand. En raison de la pointe qui se dirige depuis 
le champ déjçénéré supérieur vei*9 T. 1, nous enti*evoyons la pos- 
sibilité qu'à Félat normal il contienne aussi des fibres allant du 
lf>be occipital à la première cii-convolution tempomle. L'enche- 




vêtrement de la substance blanche empêche de s*en rendi*e 
compte. 

Sur ces coupes, il n^ a plus de différence entre les Rth. des 
deux côtés. 

La «one dégénérée supérieure, passant en dessus de la pointe 
inférieure du noyau caudé aborde le corps ^^enouillé externe par 
sa partie supérieure ; la substance blanche latérale inférieure de 



Digitized by 



Google 



184 



ANATOMIE PATHOLOGIQUE* 



c. g. e. paraît intacte {pg. 12). 1! est facile de constater Tappau- 
vrissement en fibres nerveuses de la partie supérieure de c. g. e. 
{fig. 12 et 13), tandis que sa partie inférieure, relevant de la ban- 
delette optique, prend au Weipert une forte coloration noire. 

La dégénérescence se prolonge dans le pulvinar et dans Tangle 
situé entre c. g. e. et c. g. i., mais nos préparations au Pal ne 
permettent pas de la suivre longtemps. 




Nous avons essayé sur les//^;. 12 et 13 de rendre l'aspect re- 
marquable du champ de W'einike. Du côté sain nous y remar- 
quons un enchevêtrement de deux sortes de fibres surtout : 

1® Fibres partant en éventail du bord de c. g. e. Un faisceau 
plus serré à concavité médiane se dirige vei*s le pulvinar. 
2« Fibres à direction transverse, de Textérieur à Tintérieur. 



Digitized by 



Google 



DEGENERESCENCE SECONDAIRE. 



185 




Fin. 13. 



Digitized by VjOOQIC 



186 



ANATOMIE PATHOLOGIQUE. 



Ces ^dei-ni ères font défaut du côté pathologique à un endroit 
marqué en blanc sur nos //>;. 12 et 13- 

Nos coupes au carmin étant peu réussies, il nous estdifficile de 
juj?er de l'état des cellules nerveuses dec. g. e. H nous a paru ce- 
pendant qu'elles étaient plus denses que du côté sain et de 
grandeurs très différentes, ce qui pourrait s'expliquer par Talix)- 




phie d'une partie d'entr'elles. Les grosses cellules de la base c. 
g. e. sont conservées. Sur <les coupes plus frontales et où la co- 
loration au carmin a donné de meilleurs résultats, l'atrophie 
des cellules nerveuses de c. g. e. (non comprises celles de la 
base) nous a paru bien nette. 

En raison des petits foyers observés dans le corps calleux nous 
renonçons à décrire la dégnérescence secondaire de celui-ci. 



Digitized by 



Google 



DÉGÉNÉRESCENCE SECONDAIRE. 187 

Résumé. Après un ramollissement de la région calca- 
rine nous constatons que : 

1 . Les faisceaux sagittaux ont également été lésés di- 
rectement ; 

2. Que la dégénérescence secondaire se localise d*abord 
dans la i)artie inférieure de Rtli. et de Fii; 

3- Que cette dégénérescence se subdivise dans une ré- 
gion x>lus frontale en a), une zone inférieure se i-endant 
au lobe temporal ; b. une zone supérieure allant à c. g. 
e. et au pulvinar; 

4. Que cette dégénérescence est certainement beau- 
coup plus forte dans Fli. que dans Rth. 

Nous avons déjà relevé que le point 1. confirme Topinion 
enlise au sujet des lésions de cette région par M. de Mo- 
nakow. Il en résulte que les dégénérescences secondai- 
res que nous décrivons sontattribuables a la fois aux des- 
tructions corticales et aux fasciculaires et cela dans des 
l>rc)portions que nous ne saurions établir. 

Notre seconde conclusion n'est pas nouvelle non i)lus. 
Il ressort en effet également des travaux de notre maître 
que la partie dorsale des faisceaux sagittaux du lobe occi- 
X>ital relie avant tout les i>arties postérieures du thala- 
mus optique avec l'écorce pariétale. Elle n'a pas de rela- 
tions de quelqu'importance avec le cunéus, le lobe lin- 
gual et 02. D'après M. de Monakow aussi, le faisceau qui 
unit la sphère corticide visuelle aiix centres optiques pi'i- 
maires se divise à la hauteur de c. g. e. en 3 parties : 

Une 1 se rendant au bras des corps quadrijumcaux 
antérieurs. 

Une II se rendant au i)ulvinar. 

Une III se rendant à c. g. e. 

Les deux dernières sont nettement dégénérées et dé- 
montrables sur nos coupes. On y i)eut constater égale- 
ment que la substance blanche latérale et inférieure de 
0. g. e. est intacte et n'a donc probablement pas de rela- 
tions avec la si)hère optique (v. Monakow). Môme remar- 
que i)our la partie inférieure de c. g. e. qui déx)end direc- 
tement de l'état du nerf optique et non du lobe occipital 
(v. Monakow). 

Nous ne saurions terminer sans aborder la question 
des fonctions de Fli. 



Digitized by 



Google 



188 ANATOMIE PATHOLOGIQUE. 

Pour Déjerine (Anatomie des centres nerveux I, page 
780), a les dégénérescences secondaires et l'anatomie 
comparée montrent donc que le faisceau longitudinal in- 
férieur est avant tout un faisceau d^association qui relie 
le lobe occipital et en particulier la zone visuelle au lobe 
temporal » . Ceci paraît être aussi F opinion de v.Monakow 
(Gehirnpathologic V"" éd., page 33) et de Sachs. 

Flcchsig au contraire est d'avis que Fli. est un faisceau 
de projection reliant le Thalamus opt. à la zone corticale 
visuelle. Il se hase surTexamen de cerveaux de nouveau- 
nés, tandis que Probst arrive au môme résultat par l'étu- 
de de lésions chez Thomme et d'expériences faites sur 
des animaux. 

Starokotlitzki (Thèse de Breslau, 1903), après avoir 
comparé entr elles des coupes normales faites dans dilTé- 
rents plans, arrive à conclure : 

I. Que Fli. est en partie faisceaud'associationeten par- 
tie de projection. Sa partie inférieure relie Técorce occi- 
pitale à la temjîoi'ale, est donc associative. Sa partie su- 
périeure s'en va rejoindre les centres sous-corticaux du 
cerveau (Thaï. opt. i)ulvinar, c. g. e. et c. g. i Putamen 
et globus x)allidus) et se compose donc de fibres de pro- 
jection. 

C'est à cette opinion que nous voudrions nous rallier 
en la modifiant quelque peu. 

Dans le lobe occijûtal, la partie inférieure de Fli. con- 
tient mélangées des fibres d'association et de projection. 
Plus en avant les deux systèmes se séparent : les fibres 
de projection s'élèvent et occupent dorénavant l'étage 
supérieur pour arriver à c. g. e., au pulvinar, etc. Les fi- 
bres d'association restent à l'étage inférieur et se ren- 
dent au lobe temi)oral. 

Il est bien entendu que nous ne saurions partager l'o- 
pinion de V. Niessl (Archiv, fur Psychiatrie, \ol. 37. 
Vom fasciculus long. inf.). d'après laquelle Fli., faisceau 
de projection, partant avant tout de c. g. e., atteindrait 
presque la pointe du lobe temi)oral et se recourberait en- 
suite i)Our arriver au lobe occijntal. 

En 1900 nous avons publié les résultats de l'examen 
d'un cas de tumeur du lobe occipital avec dégénérescence 
secondaire de Rth. Le néoplasme avait en quelque sorte 



Digitized by 



Google 



STÉRÉOTYPIE DES DEMENTS PRÉCOCES. 189 

« mangé » le lobule fusiforme et la partie inférieure du 
lingual, x>lus en avant il occultait uniquement le dernier. La 
localisation était donc un peu difterente de notre obser- 
vation actuelle, pas assez cependant pour expliquera elle 
seule le siège tout autre de la dégénérescence secondaire. 

11 est évident quune tumeur agit autrement sur les 
tissus qu'une thrombose ou une embolie. D'autre part, et 
cela nous semble beaucoup plus important, le ramollis- 
sement a lésé directement et profondément le faisceau 
sagittal Fli. 

Nous émettons l'avis que la localisation des dégénéres- 
cences secondaires dépend sans doute plus des lésions 
dii'ectes des faisceaux que de l'étendue du foyer cortical. 
Ceci s'appliquerait tout particulièrement au lobe occipi- 
tal où il ne se i)roduit jamais de ramollissements pure- 
ment corticaux. 

Travaux non cités dans le texte : v. Monakow. Ueber 
den gegenwaertigen Stand der Frage nach der Locali- 
sation im Grossliirn. In : Ergebnisse der Pliysiologie. 
Experimen telle et patholog, anatom. Untersuchungen- 
ueberdie optischen Ccntren et Bahnen. — In Archiv. 
fur Psychiatrie, tomes 23 et 24. M. le prof. v. Monakow 
a bien voulu s'intéresser à notre petit travail ; nous le 
l'emcrcions vivement i)our ses indications. 



CLINIQUE MENTALE 



Etude clinique sur la stërëotypie des déments 
précoces ; 

Par le D' DROMARl). 

Parmi les manifestations motrices des déments préco- 
ces, les unes semblent bien relever d'une ^perturbation de 
rapi)areil moteur affecté i)our son prox>i*e comjjte ; telles 
sont les crises épilei)tiformes signalées à titre d'épiphé- 
nomène dans un assez grand nombre d'observations ; les 



Digitized by 



Google 



190 CLINIQUE MENTALE 

autres — et ce sont les plus intéressantes — ne doivent 
l)as ùive envisagées en tant que x>hénomènes musculai- 
res ; toute leur valeur réside en ce qu elles sont le reflet 
d'un état psycliique. De celles-là le mécanisme est i^lus 
I)sychologique que physiologique, si l'on peut direct cette 
considération, en ouvrant un horizim sur leur pathogénie, 
nous laisse entrevoir Tintérct diagnostique et j)ronosti- 
que de leur étude. (]e groupe de phénomènes moteurs à 
signification ])sychologiqiie comprend, entre autres ma- 
nifestations, des attitudes et des mouvements se i^rolon- 
geant ou se répétant à satiété, toujours de la môme façon 
et sans aucun but. A ces attitudes et à ces mouvements, 
les auteurs ont attribué un nom générique, qu il» ont em- 
prunté au vocabulaire d'imprimerie et qui marque avant 
toute autre chose une idée de fixité ; celui de stéréotypie. 
Hâtons-nous de le dire : la stéréotjqûe n'est nullement 
Tapanage exclusif des déments précoces. La revue de Bru- 
gia et Marsocchi (l), le travail plus récent de Cahen (2), 
nous présentent ce symptôme comme appartenant à un 
assez grand nombre de cadres nosographiques. Les pu- 
blications italiennes de Ricci (3) et de Mondio (4) nous 
l'exposent comme fréquent au cours des démences vésanU 
gués secondaires. Les observations de F. Seglas (5) et de 
A. Marie (0) nous en fournissent des exemples très nets 
au cours et surtout à la fin des délires systématisés. Il 
est vrai que les partisans de la doctrine d'Heidelberg 
tendent à drainer au profit de la maladie de Krœpelin la 

(1) BiudiA ol Marzocciii. — Z)e< movimenti sistemati^xatUn àlctine 
forme di indebolimento mentale {Archivio italiano per lemaîatic nerti 
vore e pici par colamente per le Aliena^ioni mentali. Sept. 1887, Fas. 
V., Ann. XXIV) 

(2) (ÎAiiEN. — Contribution à V étude des stéréotypies {Arch.de Neu- 
rologie 1901, 2' sôi-ie, p. 476). 

(3) Ricci. — Le stéréotypie nelle démence e specialmcnte nelle de' 
men^e consécutive [Riv , spcr di Fren. e med. leg.d. alien, mfwf.XXV, 
1899.) 

(4) MoxDio. — Hérédité et dégénérescence dans le développement Je 
la démence consécutive et dans celui des stéréotypies que l'on y ren- 
contre {Riv. ment, de neur. etpsycli. N* 4 et 5, 1900). 

(5) Seglas. — Société médico-psychologique^ séances du. 30 janvier 
el 27 février 18^8. 

(6) MvuiE. — Etuie sur quelques symptômes des délires systémati» 
tés et sur leur valeur. Pari?, 1892. 



Digitized by 



Google 



SUR LA STÉRKOTYPIE DES DKMENTS PRECOCES, 101 

X)lui)art des observations de démences vésaniques dites 
secondaires et de délires systématisés à base liallucina- 
toire, d'où il résulte que les exemples de stéréotypie si- 
gnalés en i)areils cas pourraient justement figurer au ccm- 
tingeni delà démence précoce. Mais pour ne point nous 
heurter à une question de doctrine qu'il ne nous ai)par- 
tient pas de trancher, nous nous garderons bien de nous 
étendre sur ce sujet, et nous nous contenterons de recon- 
naître que la stéréotypie atteint son maximum de fré- 
quence dans les cadres nosographiques qu'on a groupés 
sous cette vieille dénomination rajeunie. 

En dépit des nombreuses productions auxquelles f oeu- 
vre de Krœpelin a donné l'essor, la plupart des auteurs 
lïréoccupés par la description générale de la maladie, 
n'ont consacré qu'un petit nombre de lignes à l'étude par- 
ticulier de tel ou tel symptôme. Une étude sur la stéréo- 
tyjiio envisagée spécialement chez le dément précoce, 
nous a semblé intéressante, et pour la réaliser nous avons 
eu la bonne fortune de pouvoir examiner un assez grand 
nombre de malades appartenant pour la plupart au ser- 
vice de M. le D*" Sérieux. Les considérations qui vont sui- 
vi'e découlent de l'observation de 75 cas. 

I. Classiflcttion. — Nous ne chercherons pas à donner des 
stéréotypies une classification nouvelle, non plus qu'une 
nomenclature complète. Les exemples pouvant varier à 
l'infini, on conçoit ce que pareil essai doit avoir d'arbi- 
traire et d'inachevé. Il est pourtant nécessaire de grou- 
per suivant leurs formules les exemples que nous avons 
eu sous les yeux, et à cet ellet nous adopterons la division 
la jdus simple. 

a) Stéréot, akynétiquesnx) totales ou générales, 
ou des attitudes j b) partielles ou locales. 

!a) de la parole, 
b) de récriture. 
c) de la mimique, 
d) de la marche, 
e) complexes dans les actes, 

A. Stéréotypies akynétiques ou des attitudes. — L'im- 
mobilité peut être consicjlérée comme une manifestation 



Digitized by 



Google 



192 CLINIQIE MENTALE 

de Tactivité musculaire, aussi bien que le mouvement ; 
mais au lieu de se traduire par des changements de posi- 
tion, les actes musculaires coopèrent ici à la conservation 
d'une attitude. 

a) Stéréttypies totales ou générales, — Parmi les atti- 
tudes stéréotypées qu'il nous a été donné d'observer chez 
nos malades, un certain nombre intéressent la totalité 
du corps, et se ramènent à une façon d'être habituelle 
dans la station debout, dans la station assise ou le décubi- 
tus. C'est ainsi que pendant des journées entières, M. G... 
reste debout, face au mur et dansja plus complète immobi- 
lité. Les yeux baissés, la tête inclinée sur la poitrine, les 
membres inférieurs à demi-ployés, il i^rend volontiers la 
position hanchée. Chaque segment de son long corps sem- 
ble être en flexion sur le suivant, si bien que sa silhouet- 
te pourrait être schématisée dans un zig-zag. L'ensemble 
donne une imi)ression toute particulière de flaccidité et 
de relâchement. Généralement le malade reste les mains 
dans les i)oches. complètement figé ; parfois il roule une 
cigarette et se met à fumer en souriant par intervalles, 
comme s'il lui venait une i)ensée gaie, mais sans rien chan- 
ger à son attitude générale. 

L'attitude stéréotypée dans la station debout n'est pas 
toujours l'attitude indifférente du repos ; elle peut être 
expressive d'une idée, encore que cette idée ait complète- 
ment disjiuru pour faire place à l'automatisme, ainsi que 
nous le verrons tout à l'heure. M. M..., nous en fournit 
un exemple à la visite journalière. Dès qu'arrive le mé- 
decin, il prend la position du soldat sans armes, la tête 
droite, les talons joints, les bras au corps, la paume delà 
main en avant, le i)etit doigt sur la couture du pantalon. 

Les stéréotypics de la station assise ne sont pas moins 
fréquentes. C'est ainsi que Mme G..., et Mlle R..., se tien- 
nent assises les bras croisés, le corps penché en avant, 
tandis que Mme H..., et Mlle N..., demeurent les jambes 
repliées à la façon des tailleurs. 

Les steréotypies du décubitus complètent la série. A 
côté des nombreux malades qui pussent une partie de la 
journée, étendus, accroui>is, ou en chien de fusil, nous 
citerons l'exemple de Mme B..., qui. pendant des heures. 



Digitized by 



Google 



STÉRÊOrï'PIE DES DÉMENTS PRÉCOCES. 193 

reste sur le dos, les jambes en Tair et les jupons relevés, 
<1 an s une posture peu décente . 

b) Stéréotypies partielles ou locales. — A côté des atti- 
tudes stéréotypées qui intéressent la totalité du corjis, il 
on est d'autres qui portent sur tel ou tel segment de mem- 
l3re, sur tel ou tel trait du visage. Mlle B..., tient i>endant 
plusieui'S heures un doigt dans sa bouche, dans son nez 
ou dans son oreille. D'autres fois, elle garde les yeux fer- 
més ou n'en ouvre qu'un seul. 

Nous n'insisterons x)as davantage sur ces stéréoty^iies 
locales dont on pourrait multiplier les exemples, mais il 
est certains phénomènes que nous croyons devoir leur 
assimiler et sur lesquels nous nous arrêterons un ins- 
tant ; nous voulons parler du refus d'alimentSy et du mu- 
tisme. 

Dans une partie des cas, nous x>ensons que le refus d'a- 
liments et le mutisme doivent être envisagés comme de 
véritables attitudes fixes, comme de véritables stéréoty- 
pies akinétiques intéressant l'appareil fonctionnel de la 
mastication ou de la phonation. Ce n'est ]3AS là une sim- 
ple vue de Fesi^rit et nous trouvons dans l'observation 
^e quelques-uns de nos malades des raisons qui militent 
en faveur de cette interprétation. Le cas de M. M..., sem- 
ble rentrer dans la catégorie que nous envisageons. Ce 
malade fit en 1S93 un délire de i>ersécution avec idées 
d'empoisonnement. A cette époque, il refusa d'une façon 
active les aliments qu'on lui i)résentait, et par méfiance 
il résolut de ne jJus répondre aux questions posées. 

Puis, à la longue, les idées délirantes devinrent plus 
vagues et finirent par s éteindre, si bien qu'aujourd'hui il 
ne? reste jilus de ce délire qu'une phrase stéréotypée : 
« Je vous défends de me nourrir. » Toutefois le malade 
avait pris l'habitude de ne plus manger spontanément et 
de ne j>lus faire entendre le son de sa voix, et cette habi- 
tude il la conserva. Mais en l'observant journellement, 
nous constatons qu'il se laisse conduire sans aucune résis- 
tace dans la chambre de gavage, nous le voyons s'y asseoir 
lui-môme sur une chaise et consentir â roi)ération avec 
une parfaite docilité, non sans avoir prononcé la phrase 
Arciiivh?, 2" série, 1905, t. XIX. 13 



Digitized by 



Google 



194 CLINIQUE MENTALE. 

stéréotypée qui lui est familière et qu'il articule d'ailleurs 
d'une façon aussi indifférente que monotone. 

Comment interpréter le mécanisme actuel de la sitio- 
phobie et du mutisme chez ce malade ? Nous ne pouvons 
pas en chercher l'origine dans un état stujioreux, car le 
sujet ne présente aucun signe de stupeur. Il obéit parfai- 
tement aux sollicitations extérieures et se détermine 
même d'une façon spontanée et sans aucune hésitation, 
en ce qui concerne les actes courants de la vie. Peut-on 
demander au négativisme une ex])lication plus satisfai- 
sante ? Nous ne le croyons pas. Chaque fois qu'on l'ali- 
mente, il est vrai, le malade i)araît opjïoser un i-efus en 
prononçant son inévitable i)hrase « : Je vous défends de 
me nourrir. * 

Mais ne nous y trompons pas. L'oi)position n'est qu'ap- 
I)arente, carie sujet vient se livrer j^our ainsi dire de lui- 
même à la sonde, ne fait aucune résistance, et accepte 
roi)ération avec une i)assivité vraiment remarquable. 
Une troisième hypothèse se pose, et l'on jieut se deman- 
der si le refus de nourriture et le mutisme ne sont pas ici 
sous la déi>endance d'idées délirantes actives. 

Mais si le refus de nourriture et le mutisme étaient plei- 
nement conscients, voulus et adaptés à une idée direc- 
trice chez notre malade, nous demandons pourquoi le su- 
jet se comporterait au rebours de cette idée en se sou- 
mettant avec docilité à l'opération du gavage. Au reste, 
dans la phrase qui se répète, toujours identique, nous 
trouvons la môme contradiction : le ton qui l'accompa^ 
gne n'a rien d'impératif et reste en désaccord complet 
avec l'idée qui semblerait y être enfermée au .premier 
abord. 

Il nous i)aralt donc beaucoup plus rationnel d'admet- 
tre que le refus d'aliment et le mutisme, aussi bien que la 
phrase en question, furent i)rimitivement orientés par 
uneidée délirante, mais se iwursuivent aujourd'hui d'une 
façon tout automatique et sans que cette idée délirante 
préside en aucune façon à leur mécanisme actuel. Ces 
phénomènes, primitivement conscients et voulus, secon- 
dairement subconscients et involontaires, deviennent 
ainsi, de véritables stéréotypies i)ortant sur un groux>e de 
fonctions ; et cette interprétation est la seule qui soit sus- 



Digitized by 



Google 



STÉRÉOTVPIE DES DÉMENTS PRECOCES. 195 

cei^tible de nous expliquer les contradictions ap]3arentes 
que nous signalions plus haut. 

Nous avons alimenté pendant longtemps dans un ser- 
vice voisin du nôtre, un malade qui pourrait donner lieu 
à des considérations analogues. Celui-là ne manifestait 
aucune idée délirante ; il s'occupait activement dans le 
courant de la journée, et on remployait couramment à 
divers travaux auxquels il vaquait avec une docilité tout 
automatique. Quand arrivait T heure de T alimentation 
et dès qu'il apercevait le médecin, il courait au plus vite 
chercher sa serviette, posait son chai)eau, s'étendait sur 
le lit et se présentait de lui-môme à la sonde, Ni le délire 
actif, pi la stupeur, ni le négativisme ne i>euvent justifler 
un pareil ensemble, et là encot*e le refus d'aliment relève 
d'une attitude stéréotypée de l'esprit. 

B.Stéréotypies parakinétiques ou des mouvements, — La 
stéréotypie ne se révèle pas seulement dans l'activité 
musculaire statique ; elle appartient aussi à la forme 
dynamique de cette activité. Ce sont des mots, des phra- 
ses, des gestes, des expressions mimiques, des acte^ 
l)lus ou moins complexes, dont quelques-uns reviennent 
à tous i>ropos, à la façon d'un « leit^motlw ». 

a) Stéréotypies de la parole, — La stéréotypie du langa^ 
ge parlé peut j)orter sur des phrases entières, sur des 
membres de i)hrase ou sur des mots isolés. Mlle D.., ré- 
l)ond le plus souvent à son interlocuteur en l'appelant 
« chéri » ; Mlle R... dit plus volontiers : « mon bon mon- 
sieur », et Mme G.., interpella pendant longtemps toutes 
les personnes qu'elle rencontrait en leur criant « bonjour, 
monsiem^ le jockey ». 

La conversation de M. W... n'est i)as moins caracté- 
ristique : 

« Comment voun Appelez-voqs ] — II ne faut jamais rien lui 
dire. 

« Quel âge ave?-vous ? — Il uc faut jamais rien lui dire ; je ne 
sais pas ; 22 ans. 

« Quelle est votre profession ? — Sans se troubler ; 22 ans ; il 
ne faut jamais rien lui dire. 

« Savez-vôus mon nom ? — Vous êtes docteur ; je lui donne sa 
iM^nédiction. 



Digitized by 



Google 



l96 CLINIQUE MENTALE. 

(( Savez- VOUS le nom de rélablisseinenl ? — Ville-EMard ; 
sans céder; je lui donne sa bénédiction. 

« Pourquoi êtes- vous ici ? — Sans se troubler ; sans céder ; je 
ne sais pas. 

t< Voulez-vous partir ? —Oui ; je ne sais pas ; sans se troubler; 
sans céder. 

« Voulez-vous rester ? — Je veux bien ; il ne faut jamais rien 
lui dire. 

« Pourquoi répétez-vous sans cesse les mêmes mots? — Je ne 
sais pas ; il ne faut jamais rien lui dire. 

On observe que rincoliérence chez ce malade est on 
grande partie sous la dépendance des expressions stéréo- 
tyi>ée^ qui se répètent comme de véritables tics du lan- 
gage ; et si Ton fait abstraction d'un certain groupe de 
mots qui viennent intoxiquer toutes les réi)onses, on s'a- 
perçoit que le désarroi intellectuel est moins grand qu'on 
pourrait le croire au premier abord. 

Les n^o/o^g'/me.s qui sont fréquemment utilisés i>ar les 
déments précoces ne peuvent être considérés que comme 
des bizarreries de langage tant qu'ils sont le reflet d'une 
idée ; mais au bout d'un certain temps, le lien d'associa- 
tion qui les reliait à l'idée première ayant disparu, le ma- 
lade est incapable d'en expliquer le sens et continue à 
les utiliser d'une façon tout automatique. Ije néologisme 
entre alors de plein jûcd dans la stéréotyxûe. 

C'est ainsi que M. P... qui cxiuûmait autrefois ses idées 
de grandeur à grand renfort de néologis mes, a conservé 
dans la suite un certain nombre d'expressions forgées 
qu'il débite encore automatiquement. 

Parfois le caractère stéréotypé du langage n'intéresse 
pas seulement l'expression verbale ; il intéresse aussi 
Y intonation^ laquelle peut revêtir un aspect d'origina- 
lité vraiment spécifique j)Our chaque malade. Mme G... 
a pris l'hîibitude de ne jjarler qu'à voix basse et semble 
avoir i)erdu l'usage de la parole à haute voix. Mlle H..., 
en s' embrassant les bras et les mains avec complaisance, 
prononce des paroles plus ou moins inintelligibles parmi 
lesquelles on distingue certains mots tels que « Dodo, 
gros bébé, mon mignon ». Mais ce qu'il y a de plus re- 
marquable dans ce langage, c'est qu'il est toujours émis 
à voix demi-distincte et sur un ton suraigu. Le sujet ga- 



Digitized by 



Google 



stérÉotypie des déments précoces. 197 

zouille plutôt qu'il ne parle. Cette mélopée s'accroît en 
intensité, en même temps que sa tonalité s'élève davan- 
tage, si la malade est en présence d'un interlocuteur ou 
d'nn objet quelconque capable d'éveiller son attention. 
Mlle B..., qui loge au même pavillon forme avec la pré- 
cédente un contraste évident. I^s mots qu'elle prononce 
sont émis avec une précipitation quasi-explosive par une 
voik de rogomme d'une tonalité extrêmement grave, et 
d'une raucité telle que la parole perd véritablement tout 
caractère humain pour se rapprocher du cri de certains 
animaux. Ce langage baroque qui s'accompagne d'un tic 
facial très prononcé et d'un tapottement continuel des 
mains, donne à quelque distance l'impression d'éructa- 
tions bruyantes et répétées. Dans tous ces cas, où le ca- 
ractère d'uniformité spécifique porte sur l'intensité, la 
tonalité ou le timbre de la voix, on peut dire que la sté- 
réotypie n'intéresse plus le vocabulaire mais la a musi- 
que du langage ». 

b) Stéréotypies de récriture. — A côté de la stéréotypie 
du langage parlée il faut faire une place à la stéréotypie 
du langage écrit, 

M. W..., dont nous avons rapporté plus haut l'inter- 
rogatoire, sème dans tous ses écrits les expressions fa- 
vorites que nous connaissons. Mlle G..., remet à chaque 
visite et depuis plusieurs années,une enveloppe nouvelle 
portant invariablement la môme adresse. Voici d'autre 
part une lettre que nous empruntons au dossier de Mme 
X 

«« Mon cher mari, je t'aime ot je t'embrasse de tout mon cœur 
ainsi que mon frère Louis et Jean et Pierre et Paul et Jean et 
Pierre et Paul et Jean et Paul et Jean et Pierre. Je t'aime de 
loul mon cœur, et je suis la plus petite femme de la terre. Je suis 
ici à toi, tout à toi. Je t'aime de tout mon cœur, je t'aime de tout 
mon cœur, ainsi que tout le monde et tous les jrens de Paris 
qui me donneraient le plus beau des soies et des fois et des lai- 
nages sur le plus beau soir de juin à la lin du monde. Je t'aime 
de tout mon cœur, je voudrais bien te voir, je t'aime de tout mon 
cœur et je t'embrasse bien. Je t'aime et je t'embrasse de tout 
mon cœur ». 

Parfois, le caractère stéréotypé de l'écriture, au lieu de 



Digitized by 



Google 



198 CLINIQUE MENTALE. 

porter sur l'expression verbale, réside dans la recherche 
de certaines terminaisons, dans la forme de certaines let- 
tres, dans la richesse de la ponctuation, dans la mani- 
festation habituelle d'une originalité accessoire en an 
mot. Voici un .écrit que nous empruntons au dossier de 
Mme P.... 

« Dimignos — di bellû çassiès im vônèsdoulleret... soungenei 
vàllès : dollès, hâllos, vi velguès.. difiri — finies, h, audès liiechès. 
— hôUen,,, calfcdinès —donner, dilloès, chssès... d, i, chès — 
calvès, sounsès...dû\1ens, fôn'ès ; halles... dinè, mouillés... ullès 
... allichichiès etc... » 

Au. milieu de cette jargonographie, la réj^étition conti- 
nuelle des terminaisons en es, Tabus extraordinaire- de 
Taccentuation et de la ponctuation se présentent comme 
de véritables tendances stéréotypées. 

Pour en finir avec la stéréotypie du langage écrit, di- 
sons encore que les signes hiéroglyphiques qui sont à 
récriture ce que les néologismessontàla parole, peuvent 
être objets de stéréotypie au même titre que ces derniers. 
C'est ainsi que Mlle P..,, trace le plus souvent lorsqu'on 
lui présente un papier, soit une suite de points, soit un 
cercle, une croix,. ou quelque autre expression graphique 
dont le sens actuel nous échappe. 

c) Stéréotypies de la mimique. — Les troubles de la mi- 
mique constituent dans leur ensemble l'un des chapitres 
les plus intéressants de l'histoire clinique des déments 
précoces, et la stéréot;}']pie apporte un gros appoint à leur 
contingent. 

On pourrait ranger dans ce cadre des stéréotypies de 
la mimique certains rires automatiques se reproduisant 
à tous propos,et dont les exemples sont si fréquents chez 
ces malades. Diantre i)art, certains d'entre eux semblent 
avoir adopté des jeux de physionomie qui reviennent à 
chaque instant sans raison et sans but. Mlle R.... est par- 
ticulièrement intéressante à étudier sous ce rapport. La 
malade contracte fj*équemmentson frontal ; la peau de la 
région se relève avec accentuation des plis transversaux; 
les sourcils suivent ce mouvement d'ascension et la phy- ' 
sionomie i)rend l'expression de l'eVon/ieme/if.Parfois cette 
expression s'accuse davantage ; la malade reste bouche 



Digitized by 



Google 



STÉRÉOTYPIK DES DKMENTS PRECOCES. 199 

béante et regaixie autour d'elle comme si son attention 
était successivement captée par une série d* objets étran- 
ges ; il lui arrive même de laisser échapper, en pareil cas, 
des exclamations de surprise empreintes d'une niaiserie 
affectée.D* autres fois encore, tous les 2)etits muscles de la 
face semblent entrer en jeu pour produire une grimace 
d'ensemble rappelant d* assez près la grimace habituelle 
que fait tout individu qu'on expose à une lumière, trop 
vive ou qui cherche à fixer le soleil. Cette grimace d'e- 
blouissement peut se réduire ; alors les orbiculaires se 
contractent seuls pour produire un clignement plus ou 
moins durable, qui i)orte sur un seul œil ou sur les deux. 
Souvent le haut du visage reste impassible, tandis que 
par un jeu des zygomatiqaes et des releveurs, le^nez se 
plisse, la lèvre se soulève, et l'arcade dentaire supérieure 
se découvre, ce qui donne à la physionomie une expres- 
sion rappelant la mimique du dégoût. En dehors de ces 
habitudes motrices portant sur certains traits du visage, 
la malade exécute parfois un double mouvement d'incli- 
nation et de rotation de la tête. Celle-ci pivote lentement 
autour d'un axe vertical de droite à gauche et de gauche 
à droite, en môme temps qu'elle effectue de rapides oscil- 
lations de haut en bas, de telle sorte qu'on ne saurait 
mieux se représenter l'ensemble du mouvement qu'en 
imaginant une série de meuues affirmations greffées sur 
une large négation. 

De même que les expressions de physionomie, les ges- 
tes sont fréquemment l'objet de stéréotyjnes variées. Cer- 
tains malades se livrent à une gesticulation continue : 
M. C... semble prendre part à une discussion des plus 
animées, alors qu'il ne prononce pas une parole. Chez 
d'autres, c'est un mouvement favori revenant par inter- 
valles : Mme G...., dès qu'on lui parle, écarte les doigts 
et considère avec une attention minutieuse le bout de ses 
ongles. Quelques-uns de nos pensionnaires tendent la 
main d'un geste visiblement automatique au moment de 
la visite : Mme G..., et Mlle B..., sont absolument typi- 
ques à cet égard. D'autres, commeMmeO..., ou Mlle G..., 
ébauchent un mouvement plus vague, comme pour at- 
teindre et toucher ceux qui passent à portée de leurs 
mains. 



Digitized by 



Google 



200 CLINIQUE MEitlTALK. 

d) Stéréotypies de la marche. — Le caractère stéréo- 
typé de la marche est d'une extrême fréquence chez nos 
malades. Mlle B..., se traînait à quatre jiattes et exécu- 
tait de véritables mouvements de reptation lors de son 
entrée. Plus tard et pendant fort longtemps elle ne pro- 
gressa qu'en sautant. Elle trottine aujourd'hui sur la 
pointe des pieds. Mlle R... se promène les bras croisés 
en se dandinant d'une façon continue. Mme G... marclie 
le corj)S penché en avant, le visage 4:ourné vers le sol. 
M. M... chemine le plus souvent dans la position aeci*ou- 
pie et en s'aidant des mains comme le ferait un cul-de- 
jatte. M. N.... marche de côté à la façon des crabes, ou 
bien il progresse i)ar gambades. Plus souvent encore,on 
le voit s'engager dans une direction, puis en un point 
donné, faire volte-face brusquement et sans arrêt iK>ur 
repartir en sens inverse ou pour décrire un angle avec sa 
direction première, et cela avec la régidarité automati- 
que d'une boule de billard qui vient de toucher la bande. 

e) Stéréotypies complexes dans les actes, — Nous vou- 
lons en finir avec cette nomenclature déjà longue, en par- 
lant des actes stéréotypés à caractère plus ou moins com- 
plexe, qui, en raison de la multiplicité des mouvements 
constituants ne i)euvent trouver i)lace dans les cadres 
précédemment étudiés. 

Le i>lus grand nombre de nos malades ont, dans leur 
aspect ordina.ire, dans leur façon d'être journalière, un 
caractère uniforme d'originalité, qui reste spécitique pour 
chacun d'eux. C'est une manière spéciale de manger, de 
s'asseoir, de s'habiller, de se coucher ; c'est une façon 
singulière de se comporter dans quelques-unes des mille 
choses de la vie. Ce sont eu un mot ces habitudes coutu- 
mières que l'on désigne en langage profane lorsqu'on dit 
d'une personne qu'elle a des « manies ». M. M..., x^^^^^ 
la saison d'hiver dans le couloir sur la bouche du calori- 
fère, tandis que M. C..., fait des water-closets son lieu 
d'élection. Mlle M..., ne va jamais s'asseoir que sous un 
môme arbuste du jardin, et lorsqu'elle revient au salon 
c'est pour prendre place sur un siège de i)aille qu elle ne 
changerait i^as pour un autre. 

On peut même voir l'activité stéréotypée revêtir dans 



Digitized by 



Google 



STKRÉ01YPIK DFS DKMKNTS PRFCOCKS. 201 

son expression un caractère de complexité vraiment re- 
marquable. Pendant plus de six mois, M. M..., quitta 
chaque jour son pavillon pour se rendre au salon des ma- 
lades où il passait une partie de la Journée à répéter avec 
une obstination désolante un air de « Martha ». Cet air 
n'a jamais eu de i^emplaçant, et durant ses longues heu- 
res d'automatisme musical, le virtuose ne s'est assuré- 
ment pas plus soucié de son plaisir personnel qu'il ne 
s'est occupé du dépit que pouvait causer à ses auditeurs 
la monotonie de son i)rogramme. 

Quelques-uns de nos malades firent des tentatives d'évU" 
sion qui méritent d'être considérées comme de véritables 
actes stéréotypés. Ces impulsions à répétition se repro- 
duisaient chaque jour, toujours identiques à elle-mômes, 
toujours stupides et puériles dans leur exécution. C'est 
sous les yeux mômes des surveillants ou surveillantes 
que M. M..., et Mlle B..., ébauchèrent ainsi une série de 
fugues, sans prendre aucune précaution pour en assurer 
le succès, sans tenir aucun compte du milieu,ni coordon- 
ner la manœuvre en vue d'une lin. 

Dans ces actes d'évasion, toujours exécutés de la 
même façon, il ne faut pas voir autre chose que la ten- 
dance de certaines représentations à vivre pour leur pro- 
pre compte, sans être assimilées par une personnalité 
consciente, et tel est justement le caractère fondamental 
de toute stéréotypic. 

La masturbation est extrêmement fréquente chez nos 
malades des deux sexes. Bien que la plupart des auteurs 
se soient accordés à signaler l'onanisme parmi les causes 
favorisantes de la démence précoce, nous sommes portés 
à croire que cette habitude est moins une cause qu'un 
eftet, et nous ajouterons que dans bon nombre de cas 
tout au moins, cet effet doit être envisagé lui-môme, non 
pas comme le résultat d'une excitation génitale exagérée 
mais comme une véritable modalité de la stéréotyx>ie. 
Parmi nos malades, la plupart de ceux qui se livrent à 
une masturbation effrénée, le font d'une façon machinale 
et automatique, presque toujours sans éjaculation et le 
plus souvent même sans érection. 

Il semble que, dans la majorité des cas, aucune idée ne 
préside à l'acte, et nous n'avons jamais observé que la 



Digitized by 



Google 



202 CLINIQUE MENTALE. 

vue de l'autre sexe fût susceptible de lui donner plus 
particulièrement l'éveil. Il s* agit bien plutôt d'une habi- 
tude ancienne qui surgit k Tinsu de la conscience et de la 
volonté, se reproduisant avec fréquence en tant qu acte, 
tout en restant privé de contenu. D'ailleurs, la franchise 
et l'impudicité qui, au mépris de toutes les convenances, 
président le plus souvent à F accomplissement de l'acte 
en question, ne semblent pas indiquer que cet acte soit 
nettement assimilé par la personnalité. Ici encore, nous 
sommes, dans nombre de cas, en présence d'une véritable 
manifestation de la stéréo t y pie. 

11. Efolntioii génér&le. — Krœ2)elin, en délinissant l'acti- 
vité stéréotypée « la durée anormale des imjDulsions mo- 
trices, qu'il s'agisse d'une contracture permanente d'un 
certain groupe de muscles, ou de la répétition d'un même 
mouvement » (1). paraît avoir en vue les actes musculai- 
res de la période active, ceux des catatoniques en parti- 
culier. Le mot « contracture » dont la signification est 
précise en neurologie, semble indiquer que, dans resjn'it 
de l'auteur, une circonstance physiologique immédiate 
préside au symptôme, une modification directe de la cel- 
lule cérébrale sous l'action d'un toxique présumé, condi- 
tionne le processus morbide dont témoignent les attitu- 
des prolongées ou les mouvements répétés du sujet. Or, 
ne semble-t-il pas d'autre part que certains auteurs, M. 
Cahen en particulier, aient voulu décrire tout autre chose 
quand ils ont désigné sous le même nom « Des attitudes, 
des mouvements, des actes de la vie de relation ou de la 
vie végétative, qui sont coordonnés, qui n'ayant rien de 
convulsif ont au contraire l'apparence d'actes intention- 
tionnels ou professionnels, qui se répètent longtemps, 
fréquemment, toujours de la môme façon, qui au début 
sont conscients, volontaires, et qui deviennent plus tard 
automatiques et subconscients par le fait même de leur 
longue durée et de leur répétition » (2)? Ici, il ne s'agit 
plus d'une manifestation active, d'un phénomène irrita- 
tif appartenant au domaine de V automatisme primitif; il 
s'agit d'une manifestation résiduelle, d'une habitude de 

(1) Kroepelin. — Psychiatrie, 

(2) Cahen.— Loc, cit. 



Digitized by 



Google 



STÉRKOTYPIE DES DEMENTS PRECOCES. 203 

l'esprit appartenant au domaine de V automatisme secon^ 
c/aire. Nous nous trouvons donc en présence d'un pro- 
L>lème de tous points comparable à celui que soulevait 
<Jemièrement la distinction 91 longtemps méconnue des 
t:ics et des spasmes, distinction que MM. Meige et Fein- 
del ont fixée d'une manière définitive et avec toute la 
clarté désirable. Aussi nous paraît-il nécessaire d'obéir 
d*abord au besoin de précision qu impose la nature d'un 
sujet déjà si complexe p'ar lui-môme, et de distinguer par- 
mi les phénomènes- qui ont été décrits sous le nom de 
« stéréotypie » chez le dément précoce, les attitudes pro- 
longées et les mouvements rçjiétés de la période active 
d'une part, les attitudes prolongées et les mouvements 
répétés de la période résiduelle d'autre i)art ; car, outre 
que la genèse et le mécanisme de pareilles manifestations 
sont justiciables d'explications diiTérentes, leui' évolution 
ultérieure doit encore contribuer à les séparer. Au reste, 
les considérations qui vont suivre trouvent un api>ui fa- 
vorable dans des recherches histologiques récentes, et M. 
Klippel (l) apporte une confirmation matérielle à la dis- 
tinction que nous allons établir, en décrivant, d'une part, 
des / 'sions immédiates, marquées surtout par l' « évolu- 
tion granulo-x>igniehtaire*» des cellules, et, d'autre part, 
des lésions consécutives, que caractérise « la destruction 
des connexions entre les différents territoires ou entre 
les diverses cellules de Técorce par atrophie des prolon- 
gements qui les mettent en communication les unes avec 
les autres ». 

1' SrÉRÉOTYPIES PRIMITIVES. (ATTITUDES PROLONGÉES ET 
MOUVEMENTS RÉPÉTÉS d'oRIGINE CàTATONIQUE.) — L'uU dcS 

traits les i)lus essentiels de la vie psychomotrice du 
ilément i)récoce et du catatonique en particulier, durant 
la phase active de sa maladie, réside dans cet état de sta- 
gnation et d'engourdissement, dans cette difficulté de 
changement qui se manifeste, par la lenteur et l'incerti- 
tude des processus motetirset que Fenzi et Vedrani ont 
désignée sous le nom d' « empêchement psychique ». La 
conservation des attitudes et la répétition incessante des 

(\)Revut de Psychiatrie, n\2, févrior 1904. 



Digitized by 



Google 



204 CLINIQrK MKNTALi:. 

mômes mouvements monotones pendant la période de 
début n'est qu'une manifestation exagérée, un témoigna- 
ge ultime de cet état dont les modalités plus atténuées 
répondent aux simples hésitations de l'activité psycho- 
motrice. Sans rien préjuger d'une pathogénie dont les 
éléments sont encore tout hypothétiques, il y a lieu de 
croire que ces phénomènes sont sous la dépendance d'un 
{)rocessus direct et probablement toxique. Quelle cpie 
soit d'ailleurs la nature du principe sur lequel on cher- 
che à fonder la pathogénie de l'aflection, il semble bien 
que la période active soit marquée par des modifications 
dans la vie fonctionnelle de la cellule elle-même, modi- 
fications en vertu desquelles cette dernière ne réagissant 
l)lus ou réagissant mal, présente une tendance remarqua- 
ble à conserver d'une manière indéfinie les impressions 
reçues. C'est, si l'on veut, une façon de dynamogénisme 
ralenti, c'est un défaut de plasticité physiologique des 
éléments cellulaires, dont l'activité s'efiectue suivant un 
mode nouveau conditionné par l'influence directe d'un 
princii)e modificateur. Nous ne sommes donc pas ici en 
l)résence d'une désagrégation des éléments psychiques ; 
nous sommes en présence d'une activité modifiée de ces 
éléments dont la vie ralentie s'extériorise avec peine et 
se fige dans un état de torpeur qui i)ourra rétrocéder 
dès que l'influence en question cessera de s'imposer. 

A ce groupe d'accidents primitifs, appartiennent les 
attitudes et les mouvements catatoniques proprement 
dits, qui marquent si souvent le début de l'afTection. Ces 
poses bizarres empreintes d'une raideur perceptible au 
palper, ces actes guindés et ces gestes sans rondeur qui 
se répètent avec monotonie, rappelant les mouvements 
anguleux et cassants de certains jouets mécaniques, sont 
l'expression de ce défaut de plasticité cellulaire, et por- 
tent, môme au point de vue clinique, le cachet tout spé- 
cial qu'ils doivent à leur origine. 

Nous n'en citerons qu'un exemple emprunté à l'un 
de nos malades les plus typiques. Il s'agit d'un jeune 
catatonique dont la station et la marche sont absolu- 
ment caractéristiques. Ce sujet, lorsqu'il se tient immo- 
bile, donne, par le port de sa tôte, par le maintien de son 
buste et de ses membres supérieurs une impression de 



Digitized by 



Google 



STÉRÉOTYPIE DES DÉMENTS PRÉCOCES. 205 

raideur et de contrainte que nous trouvons i)lus mani- 
feste encore lorsqu'il se déi^lace. Nous le voyons alors 
se mouvoir d'une pièce comme un automate ; ses mou- 
vements sont brusques et anguleux. Il marche la tôte 
baissée, le cou tendu, les éijaules relevées et fortement 
rejetées en arrière. Les membres inférieurs progressent 
^par saccades, et il leur arrive d'interromjïre leur jeu en 
un temi}s quelconque de son évolution, comme cela se 
produirait chez un pantin mécanique que son rouage 
épuisé jusqu'au dernier cran laisse brusquement immo- 
bile une jambe en l'air. Le malade fait un i^as gigantes- 
que dès qu'il rencontre le moindre obstacle, et il reste 
souvent en suspens au cours de cette manœuvre. Tantôt 
il s'immobilise au « temps de double appui », c'est-à-dire 
que, la jambe première ayant franchi l'obstacle repose 
par le talon, tandis que la jambe dernière restée en deçà 
repose sur la ppinte, pendant que le corps tout entier 
demeure penché en avant dans l'attitude du coureur at- 
tendant le signal du départ. Tantôt, ce qui est jïIus sin- 
gulier, l'immobilisation coïncide avec le o temps de sim- 
ple appui » c'est-à-dire que le corps reste en équilibre 
sur la jambe première au-delà de l'obstacle, tandis que 
la jambe dernière oscillante, après avoir franchi ce dei'- 
nier, reste tendue en avant et dans l'extension comi)lète, 
sans prendre contact avec le sol. Pendant ce temps, et 
de toutes façons, les bras se maintiennent verticalement 
allongés, dans un état de raideur apparente, sans au- 
cune souxdesse. sans aucun balancement. Ils sont en 
légère pronation, le i)oing fermé, le pouce en dehors et 
accolé à la main. 

Ces attitudes fixes et ces mouvements monotones qui 
prennent j^lace dans la phase active de la maladie, ten- 
dent à s'atténuer après disparition de cette phase elle- 
même, aussi bieruiue les diilercntes manifestations cata- 
toniques qui leur font escorte le plus souvent. C'est ainsi 
qu'une de nos malades, jeune catatonique qui se traînait 
à quatre pattes et se tenait un bras en l'air pendant des 
heures entières au début de son alTection, ne présente 
plus aucune de ces bizarreries depuis qu'elle est entrée 
dans la période résiduelle d'afl'aiblissement. Il semble 
donc que les attitudes et les mouvements en question, 



Digitized by 



Google 



20^) CLINIQUE MENTALE. 

contemporains de la jx^node d'intoxication difluse, »\ 
Ton peut dire, sont, en dépit de leur fixité actuelle, sou8 
la dépendance d'une inhibition transitoire plutôt que 
d'une déchéance véritable. Cette considération qui expli' 
que à la fois leur caractère de précocité et de rçgressi^ 
bilité nous a invité ^ les séparer, tant ou point de vue 
clinique qu'au point de vue i)sycIiologique, des atti» 
tudes et des mouvements que nous allons dénignor main- 
tenant. 

2* SîÊRÉOTYPlES SECONDAIRES. (AtTITLOES PROLONGÉES ET 
MOUVEMENTS RÉPÉTÉS d'oRIGINR DÉMENTIELLE.) Sui- 
vant la conception la plus généralement admise, le dé- 
ment précoce, après avoir traversé une phase \A\x% ou 
moins longue d'activité morbide, reste porteur d'un reli- 
quat, et s'immobilise progressivement dans un état de 
déchéance intellectuelle plus ou moins marqué. A dater 
de ce jour, les manifestations qu'il présente ne sont plus 
réalisées à la faveur d'une action directe d'un toxique 
présumé sur les cellules cérébrales, action dont les eflfets 
immédiats ont dû rétrocéder ai)rès élimination du prin- 
cipe modificateur ; elles sont conditionnées par une at- 
teinte profonde et irrémédiable des éléments les plus 
vulnérables, à titre de reliquat. Ace moment, la cellule, 
détruite en partie, mais ayant recouvré une certaine vi- 
talité, agit avec le capital qui lui reste et vit avec le petit 
nombre de relations que lui a laissées le processus éteint. 
En d'autres termes, la période aiguë passée, la cellule 
amoindrie, mais non plus gênée danss on fonctionnement, 
va reconquérir un moignon d'activité. Cette activité ré- 
duite va se traduire par des associations fragmentaires, 
dépendant mal les unes des autres, par suite de la dispa- 
rition de leurs contacts et de leurs liens normaux, et la 
8téréotypie.seco«rf<i/r4',phçnoaièiie résiduel, sera le témoi- 
gnage de cet état de désagrégation, ainsi que nous nous 
oHorçons de le montrer dans un autre travail. 

A cette catégorie appartiennent la plupart des exem- 
ples que nous avons cités dans le chapitre précédent et 
qui sont recueillis chez des malades internés depuis plu- 
sieurs mois et môme plusieurs années. Ici, attitudes et 
mouvements sont empreints d'une aisance et d'un na- 



Digitized by 



Google 



SIÉRÉOTYPIE DES DEMENTS PRECOCES. 207 

turel qui forment coutraste avec la gêne et la raideur que 
nous signalions, plus haut. 

G* est d*eux dont on jieut dire qu'ils ont pour caractère 
« d'être coordonnés, de n'avoir rien de convulsif, et de 
présenter au contraire toutes les apparences d'une acti- 
vité inteationnelle ou professionnelle », suivant la défini* 
tion de M. Gahen. 

En donnant à ce deuxième groupe de stéréotypies un 
caractère résiduel, nous ne les dégageons nullement du do- 
maine de l'automatisme. Seulement, il ne s'agit plus com- 
me tout à l'heure d'automatisme primitif, mais bien d'au- 
tomatisme secondaire. L'activité stéréotypée n'est plus 
le résultat d'une influence inhibitoire ou irritative subie 
par les centres psycho-moteurs, elle est le résidu miséra- 
ble d'une activité qui fut adaptée, consciente et volon- 
taii*e dans le passé. Les attitudes et les mouvements qui 
la représentent ont été engendrés autrefois i)ar une idée, 
mais cette idée a disparu petit à petit, tandis que l'acte 
adéquat s'est continué à la façon d'une habitude acquise. 
Cet acte qui traduisait jadis des états psychiques, se re- 
produit aujourd'hui sans raison et sans but. Quelles que 
soient les conditions de cette survivance de l'acte à son 
contenu idéationnel, quel que soit le mécanisme de ce 
divorce entre l'élément moteur et son élément psycliiquc 
adéquat, il est certain que par un examen rétrospectif, on 
peut, dans l'immense majorité des cas, découvrir comme 
point de départ d'un acte inexplicable actuellement, un 
passé idéo-afl'ectif qui lui tient lieu d'origine. 

Parmi les actes de la vie consciente et volontaire, il en 
est qui sont xiarticulièrement capables de se transformer 
en stéréotypies ; ce sont ceux qui ont été fortement im- 
primés dans la conscience par un état émotionnel. Cette 
proposition se déduit naturellement de cette vérité gé- 
nérale, à savoir que notre vie aft'ective est la grande dis- 
pensatiice de nos souvenirs, et qu'il faut chercher dans 
l'intensité de ses ébranlements la cause fondamentale de 
la fixation de nos images kinesthésiques comme de toutes 
nos images mentales. Or la vie aflective de la plupart 
des déments x^^^^oces est profondément impressionnée 
par des idées délirantes et des j*cpréseutations hallucina- 
toires pendant la période aiguë de l'aflection ; et nous ne 



Digitized by 



Google 



208 CLINIQUE MENTALE. 

devons pas manquer d'ajouter que cette impression a 
d'autant x)lus jAms de force, qu elle est maîtresse exclusive 
des lieux ; n'est-il pas vrai, en effet, que les états réduc- 
teurs qui x>ourraient en quelque sorte la mitiger, sont 
justement en déficience dès cette époque, par suite de la 
disparition progressive des sentiments altruistes d'une 
part et de la faculté d'attention d'autre part ? Il ne fau- 
dra donc pas s'étonner de trouver dans les iJées déliran- 
tes anciennes, le point de déi)art d'un très grand nombre 
de stéréotyjnes qui nous apparaissent comme un témoi- 
gnage posthume de cette activité émotionnelle désormais 
éteinte. 

L'observation de Mme N.... nous en fournit le plus bel 
exemple. Cette malade x>i*ononce constamment la même 
phrase : « Est-ce bête, est-ce vilain, est-ce mal ! J'ai passé 
le grand bon Dieu sous terre ! », Cette phrase est, à n'en 
pas douter, le reliquat d'un ancien délire. Nous en trou- 
vons la i>reuve dans un écrit datant du 20 juin 1899 et 
dont voici la coi>ie : 

«J'ai commis des crimes effrayants, épouvantables. La jurande 
« noblesse de France est restée cachée sous terre. Mon Dieu, je 
« vous demande pardon. C est ce qu'il y a de plus petit sous ter- 
« re. J'ai jeté tout le monde par terre en une minute. C'est indi- 
cé gne. J'ai passé sous Dieu tout le temps de ma vie. Le crime que 
« je viens de commettre est irréparable. J ai descendu les cieux 
« sous teire. Je suis seule sur la terre avec mes petits bras. » 

Cet écrit marque déjà une certaine tendance à la slé- 
réotypie ; l'idée s'y meut dans un cercle restreint et les 
mômes mots reparaissent souvent. Il s'agit néanmoins 
d'un délire actif, et les réactions de la malade à cette épo- 
que en témoignent largement. Deux ans après, il ne reste 
plus de ce passé d'activité délirante, qu'une phrase sté- 
réotyi)ée dans laquelle le délire s'est i>etit à i>etit conden- 
sé et comme cristallisé. Cette phrase que nous connais- 
sons, n'est plus aujourd'hui qu'un tic du langage. Elle se 
répète sans cesse d'une façon tout automatique, et quand 
on demande à la malade : « Qu'est-ce qui est béte? Qu'est- 
ce qui est vilain ? Qu'est-ce qui est mal ? » elle regarde 
son interlocuteur avec un œil hébété, et reste incapable 
de lui fournir une réponse. C'est en vain qu'on cherche- 
rait à réveiller ses souvenirs touchant un délire qui 
n'existe plus. 



Digitized by 



Google 



STÉRÉOTYPIE DES DEMENTS PRECOCES. 209 

Le cas de M. M... n'est pas moins instructif. Au début 
le malade refuse de répondre parce qu'il nourrit des idées 
ile i>ersécution ; il refuse de manger par crainte d'être 
empoisonné. Puis il prend j)ar routine cette attitude ha- 
bituelle du sitioi)hobe, et petit à petit son délire, de moins 
tMi moins actif, finit par se condenser dans une phrase 
({u il répète machinalement dès qu'on prendra sonde : 
« Je vous défends de me nourrir. » 

Cette proposition témoigne d'une origine intention- 
nel le, consciente et volontaire dans le passé ; mais la do- 
cilité tout automatique avec laquelle le malade se soumet 
et qui contraste singulièrement avec le caractère impé- 
rieux de la formule, prouve surabondamment que cette 
intention, cette conscience, cette volonté n'existent plus 
dans le présent. La phrase n'a plus de contenu ; elle n'est 
cjue l'enveloppe survivante d'une idée disparue. 

Mme M et Mme H sont deux démentes para- 

noïcpies déjà Agées, qui présentèrent au début de leur 
affection des idées hyx)ocondriaques et de persécution à 
base hallucinatoire. Ces deux malades conservent aujour- 
d'hui, malgré l'extinction de leur délir(\ des habitudes 
qui ilous y reportent, sans équivoque. L'une a la tête 
constamment bandée d'un mouchoir dont elle se proté- 
geait jadis contre les tentatives malveillantes de ses 
agresseurs ; l'autre porte autour de la taille une serviette 
mouillée, comme au temps où elle redoutait l'influe nce 
néfaste des effluves électriques. 

Nous ne multi})lierons pas davantage les exemples ; 
mais avant d'en finir avec l'origine primitivement déli- 
rante des actes stéréotypés, nous tenons à faire observer 
qu'entre l'expression motrice actuelle et l'idée délirante 
ancienne, le lien n'est pas toujours facile à découvrir. 
Ortains actes, alors qu'ils étaient adaptés à une idée, 
pouvaient n'avoir cependant qu'une valeur convention- 
nelle. En d'autres termes, le lien idéo-moteur pouvait 
i^tre purement individuel et subjectif à cette époque. Tel 
est le cas de certains gestes de défense, ayant pour le 
malade la valeur d'une conjuration. Ces gestes qui sont 
au point de vue mimique l'équivalent d'une écriture hiéro-* 
glyphique ou d'un néologisme, restaient incompréhen- 
sibles x)our autrui, à l'époque où ils avaient un caractère 
Archives, 2« série 1905, t. XIX. H 



Digitized by 



Google 



210 CLINIQUE MENTALE. 

intentionnel : à plus forte raison est-il difficile d'en res- 
saisir le contenu, le jour où, ee contenu ayant disparu, 
l'acte s'est transforme en sti^réotyi^ie. 

Si les actes primitivement adéquats k un délire quel- 
conque sont aptes entre tous k la transformation stéréo- 
typique, il en est d'autivs qui jouissent du même privi- 
lège pour des raisons diilerentes. En effet la fixation des 
images kineslhésiques n est pas seulement sous la dépen- 
dance des phénomènes émotionnels qui leur font escorte. 
L'intensité de cette fixation peut être due à rapi)arition 
particulièrement fréquente des images en question dAns 
le champ de la conscience, sans rien préjuger du con- 
comitant aflectif. Aussi les actes professionnels^ dont le 
contenu affectif est restreint, apportent pourtant un sé- 
rieux ajipoint au contingent des stéréotypies. 

L'observation de M. M.... nous en a fourni un exemple, 
(k* malade qui, k chaque visite, pi*end automatiquement 
la position réglementai l'e du soldat, est un ancien mili- 
taire. M. N.,.. qui se destinait au théAtre. passe des joui*- 
nées entières 4\ répéter le même geste d'un acteur en re- 
nom ou à réciter le même passage d'un auteur connu ; il 
débite ])endant des heures un même vers de Ruy-^las, 
M. B...., dont les i)rét entions artistiques furent jilus mo- 
destes, grimace continuellement en se dandinant avec 
une sorte de niaiserie aflectée, dans laquelle on devine le 
rôle qu'il occupait jadis au café-concert. 

A côté des cas où la formide de l'acte stéréotypé trouve 
son explication dans des circonstances parfaitement dé- 
finies, telles qu'un délire ancien ou des habitudes jrrofes* 
sionnetles antérieures, il en est d'autres où ht genèse de 
cette formule est tout à fait/or/Mi7e et ne prête à aucun 
groui)ement. Ici, c'est ime ex pivssion rencontrée i>ar ha- 
sard, qui se fixe et revient ])emlant un temps avec une 
j>ersistance désesi)érante ; là, c'est un mouvement banal 
qui, ayant eu sa raison d'être un beau jour, se reproduit 
]>lus ou moins longtem2>s sans qu'on sache bien exacte- 
ment la cause de cette prédilection. 

Mme (i..., ])ose à toutes les personnes qu elle rencon- 
♦iH? une série de questions : « Comment vous ap]>elez- 
voas ? Quel métier faites-vous ? etc.» Mais lesi^éponses 
lui imj^ortent i)eu : et quand on ciH>it lui avoir donné sa- 



Digitized by 



Google 



STÉRKOTYPIE DES DEMENTS PRECOCES. 211 

tisf action, on ne tarde ])as à s'apercevoir qu'elle n'y a 
prt^té aucune attention. Elle n'en contfnue pas moins son 
interrogatoire, refaisant à nouveau les mêmes demandes 
et les répétant à satiété d'une manière automatique. 

Klle fait une série de remarques à son interlocuteur : 
a A'ous avez de beaux yeux ; vous avez une Jolie mous- 
tache ; vous avez un beau chapeau ; vous avez une jolie 
bague, etc. » Mais ces remarques toujours identiques sont 
absolument machinales, et n'arrêtent pas un seul instant 
sii pensée. Il est particulièrement intéressant d'examiner 
révolution de ces habitudes verbales, car on y 2)eut sui- 
vre pas à j)as la genèse de cet automatisme secondaire 
dont nous parlions tout à Fheiire. Autrefois, Mme G... 
faisait volontiei*s sur les traits ou le costume de son en- 
tourage des observations dont quelques-unes ne man- 
quaient pas d'à propos. Si l'on observait alors sa ])hysio- 
nomie, on constatait que l'expression du visage, habi- 
tuellement figée, s'éveillait aussitôt comme pour rejiren- 
(Ire une animation normale. De plus, il arrivait à la malade 
de rajïpeler telle ou telle remarque faîte par elle-même 
])lusieurs jours auparavant. Aujourd'hui, le nombre des 
observations qu'elle fait, se réduit «a trois ou quatre ; ces 
observations ne varient plus. Pendant qu'elle parle, sa 
physionomie reste absolument impassible, et à la fixité 
atone de son l'égard, on croirait entendre parler une som- 
nambule. Aussitôt faite, la remarque est oubliée : les 
yeux et la pensée vont ailleurs comme au hasard, et l'ex- 
])ression du visage n'attend ni approbation ni désappro- 
bation de la part d' autrui. Si donc nous cherchons à établir 
une comparaison entre le passé et le présent, nous pou- 
vons ramener à trois les modifications apportées par le 
temps : réduction progressive du nombre des remar- 
ques ; caractère de plus en plus faible de l'expression 
émotionnelle ; durée de plus en plus courte de l'impres- 
sion consciente. Voilà bien le témoignage d'un achemi- 
nement progressif vers l'automatisme. 

Les stéréotypies secondaires dont nous venons de fixer 
la genèse appartiennent, en vertu môme de leur méca- 
nisme, à une époque plus ou moins avancée de la mala- 
die. Toutefois, leur caractère résiduel n'implique pas for- 
cément pour elles une apparition aussi tardive qu'on 



Digitized by 



Google 



212 CLINIQUE MENTALE. 

pourrait le croire. En eflet si elles sont l'expression d'un 
résidu, ce résidu lui-môme — nous voulons dire le défi- 
cit intellectuel — est ici présent dès le début de rallec- 
tion. Nous ne saurions mieux exprimer notre idée qu>n 
empruntant une comi^araison à la médecine du corps. 
Dans la pathologie générale des tissus, Tinflammation et 
la sclérose se font normalement suite, la seconde succé- 
dant à la i>remicre à la façon d'un reliquat. Or, dans Tor- 
dre rationnel des choses, le processus «ictifde l'inflamma- 
tion constitue une première étape et le processus rési- 
duel de la sclérose en représente une autre ; mais, eu 
matière de chronicité tout au moins, n'est-il i>as vrai que 
le deuxième marche côte à côte avec le premier dès le 
début de l'action ? N'est-il pas vrai que, dans cette trans- 
formation progressive, dans cet eflbndrement à longue 
échéance du tissu normal, la sclérose vient apporter son 
œuvre de reconstitution pathologique sur un i)oint, à me- 
sure que s'est eilectuée sur ce i)oint l'action dévastatrice 
de l'inflammation, si bien qu'on retrouve sur ime même 
cou^ïe anatomique la double signature de l'activité mor- 
bide et de son résidu ? N'cst-il pas vrai, d'autre part, que 
l'expression clinique de pareilles modifications morbides 
sera commandée d'emblée chez les uns i)arlanote inflam- 
matoire, par le processus actif en un mot, au lieu que chez 
d'autres, cette note inflammatoire restant silencieuse, ce 
processus actif s'efl'ectuant sans tapage, c'est à la sclé- 
rose, c'est au résidu morbide que la maladie devra ses 
symi)lômes révélateurs et le malade ses troubles les plus 
accusés. Eh bien ! le jvrocessus, dont dépendent les sté- 
réotypies secondaires est au processus dont dépendent 
les stéréotyines primitives ce que la sclérose est à l'in- 
flammation, c'est-à-dii'c que ce i)rocessus est un reliquat, 
lui aussi, mais un reliquat qui apjïaraît au fur et à me- 
sure que se consomment les modifications fonctionnelles 
engendrées par le processus actif, si bien que lorsqu'il ne 
se trouve pas éclipsé par l'expression clinique de ces der- 
nières, il i^eut être mis en évidence dès le début. Or, 
dans une grande i)artie des cas, le tableau de la démence 
précoce se déroule réellement en deux phases dont lajïrc- 
mière témoigne d'un processus actif cl la deuxième d'un 
I)rocessus résiduel : les attitudes et les mouvements cata- 



Digitized by 



Google 



STÉRÉOTYPIE DES DEMENTS PRECOCES. 213 

toniques dominent la scène pendant la période de début, 
et les manifestations résiduelles qui nous intéressent 
n'apparaissent avec évidence qu'à X)artir du jour où cette 
l>1iase solennelle ayant pris (in, cesse de les obscurcir. 
Mais assez souvent, l'évolution morbide n'est pas aussi 
Tranchement scindée ; elle parait prendre une allure 
chronique et relativement torpide d'emblée, et il semble 
c^uc la période active soit })lus ou moins fondue avec la 
]iériode résiduelle : alors, les i)hénomènes à grand spec- 
tacle faisant défaut, les i>hénomènes catatoniques se ma- 
nifestant seulement sous la forme atténuée de V « hésita- 
tion psycho-motrice », les manifestations résiduelles que 
nous envisageons deviennent i)erceptibles de très bonne 
heure. Cette considération est surtout ai)i)licable aux hé- 
béphréniques. Chez les paranoïques, au contraire, Tappa- 
l'ition des stéréotyi>ies secondaires est certainement plus 
tanlive. Eneflet, ces stéréotypies ayant presque toujours 
chez eux un i)oint de départ délirant, ne peut prendre 
naissance, en tant que stéréotypie vraie, que si les facul- 
tés sont suffisamment affaiblies et le délire suffisamment 
éteint X)our que l'acte, devenu habitude, se poursuive pri- 
vé de son contenu idéo-aficctif, et sans aucune partici- 
pation de la conscience et de la volonté. Or, la persis- 
tance relativement plus longue de l'activité délirante et 
des facultés générales chez les paranoïques, i)ar rapport 
aux liébéph réniques, est un élément capable de reculer 
cliez eux l'échéance de la stéréotyjne. 

Les stéréotypies secondaires, quelle que soit l'époque, 
de leur apparition, tendent à se simplifier et à s'unifier 
de plus en plus. A mesure que les rei^résentations de- 
viennent de moins en moins nombreuses, une sélection 
s'effectue, et dans cette lutte i)our la survivance, ce sont 
généralement les formules les plus anciennes qui restent 
maîtresses des lieux, justement parce qu'elles se recom- 
mandent d'ime plus longue habitude, et sont assises par 
suite sur des bases plus solides. Mais dans cette « con- 
densation », il ne faudrait pas voir une « régression » ; 
nous y trouvons, au contraire, la marque d'une évolution 
progressive tendant vers l'unité d'expression motrice. 
L'activité stéréotypée d'origine résiduelle ou démentielle 
bc présente avec une pureté toujours croissante, à mesure 



Digitized by 



Google 



214 CLINIQUE MENTALE. 

que i)rogrosso la décliéuncc j de l'individu, et Ton jwut 
môme dire qu elle résume toute lu vie motrice de nos dé- 
ments retraités. 

III. — Valeur clinique. — A. Fréquence. — S'il est vrai 
qu'un signe clinique a d'autant plus de valeur qu'il oc- 
cupe une jilace i)lus prépondérante dans le tableau mor- 
bide, on peut dire que parmi les sy ini)tômes do la démence 
précoce, il en est i)eu qui puissent rivaliser d'importance 
avec la stéréotypie. 

I^a fréquence des actes stéréotypés cliez les déments 
précoces doit être envisagée à un triple point de vue : a) 
Fréquence globale ; b) Fréquence suivant la forme de f af- 
fection ; c) Fréquence suivant la période de la maladie. 

a) ho. fréquence globale nous a jiaru considérable à ce 
point que sur 75 observations, une cinquantaine environ 
nous en ont fourni des exemples parfaitement nets. Il 
est à peine besoin de dire que nous ne donnons i)as à ce 
chiffre la valeur d'une statistique rigoureuse, car entre 
la simple tendance à l'activité stéréotypée, d'une part, 
et la stéréotypie définitivement établie d'autre i)art, il y 
a tous les intermédiaires. Quoi qu'il en soit, il nous a 
été facile de reconnaître par un examen comjiaratif 
que cette liroj^rtion ne souffrait aucune concurrence 
de la i^aii; des malades ai)partenant à d'autres cadres 
nosograpliiques . 

b) La fréquence des manifestations stéréotypiques est 
variable suivant les formes de l'affection, chaque forme 
étant considérée en bloc. 

Les çatatoniques sont certainement les mieux partagés, 
et cette prérogative n'a pas lieu de nous suri)rendre, puis- 
que c'est chez eux que les troubles psycho-moteurs en 
général, atteignent leur maximum d'intensité. Toutefois, 
il est bon d'observer qu'il s'agit i)resque toujours ici de 
stéréotypies primitives. 

Les hébéphréniques et les paranoïques présentent xdu- 
tôt des stéréotypies secondaires, et à cet égaixl, ils sont 
sensiblement sur le même pied. Chez Y hébéphrénique, en 
effet, l'affaiblissement intellectuel est dès le début plus 
fondamental, i)lus flagrant que chez le paranoîque, et 



Digitized by 



Google 



STÉRKOTYPIE DES DÉMENTS PRÉCOCES. 215 

c'est là un gage de fréquence i)our la 'stcréotypie, mais 
par contre la mobilité extrême des conceptions déli- 
rantes constitue un clément défavorable à la fixation de 
telle ou telle formule d'extériorisation motrice. 

Le paranotque, au contraire, conserve une activité re- 
lativement jirolongée, ce qui est un facteur défavorable 
à l'éclosion do la stéréotypîe. Mais il prend sa revanche 
par un autre côté. En eftet. si Ton considère que les sté* 
réotypies ont très fréquemment leur origine dans une 
idée délirante ancienne, on conçoit que la condition la 
plus favorable à leur genèse eu x)uroil cas, doit être la 
fixité de cette idée délirante elle-même ; c'est,en effet, de 
cette fixité dans Tidéation que va dépendre l'uniformité 
de la route i^ar laquelle doit se faire l'extériorisation mo* 
trice. Or, cette fixité de l'idée délirante, le paranoïque la 
réalise mieux que riiébéphrénique. Son délire est plus 
intense, plus profond, jdus cohérent ; celui do l'hébé- 
phrénique plus faible, plus superficiel, lAws h\che, plus 
décousu. 

c) La différence de fréquence s'accroît si, au lieu d'en- 
visager chacune des formes cliniques en bloc, on les con- 
sidère suivant la période de la maladie. 

Les catatoniqudS, après avoir présenté de la fixité des 
attitudes et des mouvements durant la période active de 
l'afTection, perdent le plus souvent de cette fixité lors- 
qu'ils s'engagent dans la période de déchéance déQnitive, 
sans être exemi)ts toutefois des stéréotypies secondaires. 

La prédominance de la stéréotyi^ie dans la phase ter- 
minale s'accuse assez nettement cliez Y hébéphrénique dont 
l'activité stéréotypée existe d'abord à l'état de tendance 
pour s'accroître d'une façon progressive dans la suite. La 
différence est encore plus marquée chez le paranoïque 
dont l'activité stéréotypée semble s'accumuler presque 
exclusivement sur la i)ériode finale de la maladie. 

B. Causes d'erreur. — Pour conserver à la stéréotypie 
toute sa valeur clinique, il importe d'en marquer les Ut 
mites d'une façon i)récise, et pour cela il faut se garder 
de grouper les phénomènes d'après leurs seules mani- 
festations extérieures, sans interpréter le contenu psy» 
ehologique de ces manifestations. 



Digitized by 



Google 



210 CLINIQUE MENTALE. 

Pour qu'il y ail stéréotyjne, il ne suffit pas que Tatti- 
tude fixe où la gesticulation répétée soit intempes- 
tive à l'instant ou elle s'exécute et par rai)i)ortau milieu, 
il faut qu'au moment même de son exécution, l'acte ne 
soit i)lus lié à l'idée qui dans le passé lui a donné nais- 
sance. C'est là un fait sur lequel les auteurs n'ont peut- 
être i>as insisté d'une façon assez rigoureuse : il est ce- 
pendant de première importance, car il détient la valeur 
diagnostique et pronostique du x)bénomène. C'est i)our 
n'avoir i)as marqué cette diflerenciation capitale et pour 
avoir englobé sous la même rubrique des actes répétés 
qui sont encore liés à une idée directrice, qu'on a sou- 
vent méconnu la signification quasi-sx>écifîque de la sté- 
réotypie. Une réaction motrice ne mérite le nom de slé- 
réotypie que si elle s'elfectue en dehors de tout com- 
mandement volontaire et conscient : voilà ce dont il 
faut bien se pénétrer. I^s mouvements qu'exécutent cer- 
tains malades sous Tinfluence d'une idée {jathologiquc 
obsédante peuvent se répéter avec insistance ; de plus, 
ils peuvent sembler parfaitement intempestifs par ra])- 
port au milieu ; mais leur ténacité est en rapport avec la 
fixité de l'idée directrice, leur incongruance i^ar rap- 
port au milieu ne fait que refléter le caractère illégitime 
de cette idée. Le jour où, l'idée délirante ayant disi)aru, 
le malade continuera sa manœuvre d'une façon automa- 
tique, ce jour-là seulement cette manœuvre sera bien 
vraiment une stéréotypie. Sans doute, la distinction 
n'est pas toujours aisée dans la pratique, car l'idée ne 
s'eflace jamais d'une façon brusque et subite ; entre le 
délire actif et le reliquat stéréotypée d'un délire éteint il 
y a tous les intermédiaires, et c'est i)ar une suite de de- 
grés insensibles que l'acte normal, extériorisation de la 
pensée, se transforme en une stéréotypie vide de con- 
tenu. Il nous paraît cependant essentiel de délimiter 
l'activité stéréotypée ainsi que nous venons de le faire, 
sous peine de voir son domaine s'étendre à tout acte 
persistant ou répété chez un aliéné. 

L'expression mimique de certaines obsessions i)ourrait 
induire en erreur. Les phénomènes i)ourtant sont bien 
diflerents, car les actes dont il s'agit restent en i)arfaite 
concordance avec les troubles idéo-aflectifs, et tant que 



Digitized by 



Google 



STÉRÉOTYPIE DES DEMENTS PRÉCOCES. 217 

eetle concoi'dance existe, si persistante que soit la répé- 
tition des modalités expressives, on ne peut x>as dire 
cpi'il y a stéréotypie. 

L'expression mimique de certains délires prêtent aux 
mêmes considérations. Le geste du persécuté qui cent 
fois par jour va regarder par le trou de la serrure, n'est 
pas une stéréotypie, malgré son caractère inoi)portun et 
sa répétition : si l'acte est absurde et abusif, c'est parce 
que l'idée qui le commande est elle-même absurde et 
abusive ; mais l'acte reste étroitement associé à l'idée et 
c'est là le fait important. 

En dévelopi)ant les considérations générales qui pré- 
cèdent, il serait facile de montrer qu'à chaque modalité 
de stéréotyiûe corresjiond une pseudo-stéréotypie. C'est 
ainsi quedes;75^z/^o stéréotypies akinétiques sont figurées 
])ap les attitudes volontairement conservées, en rapport 
avec une hallucination actuelle ou avec une idée déli- 
rante active. De même, les gestes bizarres dont certains 
malades soulignent leur délire avec persistance consti- 
tuent de véritables pseudo-stéréotypies parakinétiques . 

Il ne faut pas confondre non jilus la stéréotypie de l'é- 
criture avec les réi)étitions incessantes des persécutés 
grai)homanes qui cherchent à attirer l'attention sur des 
laits auxquels ils attachent une grande imi)ortance, en 
employant à satiété les mêmes expressions, en utilisant 
les pléonasmes, en accumulant les synonymes, ou en se 
complaisant dans la paraphrase sans cesse renaissante 
d'une même idée. 

Il ne faudrait pas davantage confondre la stéréotypie 
de la parole avec les néologismes qui reviennent i)erpé- 
tuellement dans le discours de certains malades. Les 
persécutés en font usage i>our exprimer d'une manière 
elliptique ou symbolique leurs convictions erronées, de 
sorte que ces exi>ressions verbales, loin d'être jjrivées 
de contenu, servent au contraire à fixer une pensée. Le 
mot dit tout : il n'est donc pas dépourvu d'idée, tant 
s'en faut. Le néologisme, quelque réj^été soit-il, ne de- 
vient stéréotypé que lorsque le lien d'association qui le 
reliait à son objet a disparu, le malade continuant à se 
ser\'ir automatiquement du même langage. 
Enfin le mutisme lui-même, que nous avons considéré 



Digitized by 



Google 



218 CLINIQUE MENTALE. 

comme ressortissant parfois au cadre de la stéi'éotypie, 
peut avoir un substratum idéo-affectif chez tel malade 
qui garde le silence pour expier les fautes imaginaires 
dont il se croit coui3able, chez tel autre qui craint de 
compromettre sa situation en parlant, chez tel autre en- 
core qui tient sa langue serrée entre ses dents parce 
qu'il est en i)roie à des hallucinations psycho-motrices, 
etc. Dans tous ces cas, l'attitude du silence a sa raison 
d'être : c'est une x>seudo-stéréotypie qui ne deviendra 
stéréotypic vraie que le jour où elle subsistera dc^nuée 
de son ancien contenu. 

Pour synthétiser les remarques précédentes, nous ne 
saurions mieux faire que de citer rexemi)le d'un malade 
chez lequel nous avions diagnostiqué une démence pré" 
coce en nous fondant sur de pré tondues stéréotypies qui 
ne se justifi6rent pas dans la suite. Il s'agit d'un jeune 
homme qui, après avoir été interné pour des phénomènes 
passagers de confusion mentale avec délire hallucinatoire, 
présenta ultérieurement des manifestations d'apparence 
stéréoty pique. Le malade, i)endant des journées entières, 
tournait en huit de chiffre, les mains dans les poches ; ou 
l)ien il répétait à haute voix le même nombre pendant de 
longues heures. Le diagnostic semblait d'autant jdus vrai- 
semblable que le sujet traversait un peu x>bis tard une 
période de mutisme, et opi)osait à la i)lui>art des sollici- 
tations vme résistance voisine du négativisme. Or les faits 
démontrèrent que le mutisme était volontaire et l'oppo- 
sition raisonnée. Quant aux actes prétendus stéréotypés, 
ils avaient un contenu idéo-aflectif très net, une intention- 
nalité parfaitement établie. Le sujet obéissait en eflet à 
de véritables calculs : il se persuadait à lui-même que 
lorsqu'il aurait répété un certain nombre de fois le chif- 
fre 13, il recevrait la visite de sa famille ; il s'imaginait 
qu ai)rès avoir fait pendant vm certain nombre d'heures 
le tour d'un arbre, il sortirait de l'établissement où il 
était retenu, etc. Au reste, des renseignements ultérieurs 
mirent en évidence des antécédents personnels extrême- 
ment chargés, tant au point de vue des phobies et des 
obsessions qu'au point de vue du déséquilibre moral, et 
ces données jointes à l'interprétation des faits précé- 
dents confirmèrent notre erreur primitive et nous firent 



Digitized by 



Google 



STÉRKOTYPIE DKS DÉMKNTS PRKCOCES. 210 

rectifier le diagnostic dans le sens de la dégénérescence 
mentale. 

Ain^i le» pseuJn'Stéréolypies peuvent exister dans une 
foule d'affections et favoriser des erreurs. Elles existent 
également au cours de la démence précoce elle-mOme, et 
mieux encore,on peut dire que la i)lupartdes stéréotypies 
secondaires du dément précoce ont été précédemment 
des pseudo-stéréotypies. (jette considération nous indi- 
que que, pour affirmer la stéréotypie constituée chez ces 
malades, il faudra savoir interj^réter « Téquivalent intel- 
lectuel » de la formule motrice, si l'on x>**wt dire, et re- 
connaître sans équivoque qu il n'existe derrière cette 
formule motrice aucune idée délirante active, aucune re- 
présentation hallucinatoire actuelle, aucun contenu idéo- 
afFectif,en un mot. (^est d'après l'ensemble des réactions 
que présente le malade, d'anrès sa façon générale de se 
comporter, qu'on reconnaîtra si, oui ou non, il pense et 
sent ce qu ildit ou ce qu'il fait, et si la x>arole ou l'acte en 
question mérite d'être considéré comme une véritable 
expression de stéréotypie, 

G. Signification diagnostique. — La stéréotypie, nous 
l'avons déjà dit, n'est i)as l'apanage exclusif du dément 
précoce f jmisqu on la renccmtre dans loa démences vésani^ 
gués secondaires, dans \ca délires systématisés chroniques 
et dans la paralysie générale ; mais elle i^rend chez lui, 
au point de vue clinique, une grande importance. Sa 
prédominance, surtout si elle est associée à d'autres symp- 
tômes psycho-moteurs, devra toujours être prise en con- 
sidérati(m et x^ermettre souvent au clinicien de s'orienter. 

a) La stéréotyx^ie est un des caractères fondamentaux 
de V excitation du dément précoce, tandis que ce caractère 
n'a|)partient guère à Vexcitation du maniaque ni môme à 
celle dix paralytique général. Et tout d'abord, l'excitiition 
du dément précoce, aussi bien dans les x^aroles que dans 
les actes, est emx>reinte des caractères extrinsèques de 
l'activité stéréotypée. Le même acte est elfectué sans 
trêve, le môme geste est exécuté à satiété, la même x>hrase 
est constamment réx)étée. (rest que le malade utilise un 
nombre réduit de représentations, c'est qu'il se détache 
avec difficulté de chacune d'elles, c'est qu'il existe, en un 



Digitized by 



Google 



^20 CLINIQUE MENTALE. 

mot, ilcrrièi^e son agitation, un profond engourdissement 
cérébral, en dépit de l'activité apx)arente. Cet état tran- 
che singulièrement avec la richesse d'expression de l'a- 
gité maniaque. Ici, les éléments de la pensée, s'ils man- 
quent de coordination, restent du moins nombreux et 
variés, (^'est un remous perpétuel des images qui se jiré- 
sentent en foule et s'associent, au hasard il est vrai, mais 
avec une dextérité remarquable ; c'est un flot de paro- 
roles traducteur de l'idéorrhée ; c'est un luxe inouï dans 
les gestes, un inépuisable défilé de mouvements. Il ne 
s'agit jdus ici d'une excitation uniforme et i)auvro dans 
ses manifestations, mais d*une excitation mobile et essen- 
tiellement polymorphe. 

Ce n'est pas tout. On retrouve, môme dans l'agitation 
du dément précoce, le caractère intrinsèque fondamental 
de l'activité stéréotypée, c'est-à-dire l'absence de con- 
tenu idéo-aflectif. Chez le maniaque, l'excitation motrice 
est la traduction directe dune excitation intellectuelle ; 
elle ne fait qu'extérioriser l'exaltation des facultés idéa- 
tionnelles, sensitives et volitionnelles du sujet. Chez le 
dément précoce, au contraire, l'excitation motrice se tra- 
duit en dehors de l'activité psychique, et en quelque sorte 
pour son propre compte ; elle n'est nullement le reflet de 
cette activité. Le divorce entre l'acte et l'idée apparaît 
avec évidence dans toutes ses manifestations. 

En résumé, tandis que le maniaque se signale par la 
variété incessante et la richesse de son activité motrice, 
laquelle est l'exi^ression parfaitement adéquate de son ac- 
tivité intellectuelle, le dément précoce agité se reconnaît 
à la monotonie et à la répétition des mêmes mouvements ^ 
effectués sans aucun rapport avec un substratum d'hyper^ 
activité idéationnelle . 

b) L évoluti(m vers la stéréotypie est encore un des 
caractères fondamentaux du délire chez le démentprécoce, 
tandis que ce caractère n'ai)i)araît que très tardivement 
dans les délires systématisés chroniques et n'appartient 
guère aux délires polymorphes des dégénérés. 

Le délire du paranoïque est une eau stagnante ; il n'é- 
volue pas ; il a ^dutôt tendance à se figer qu'à se systé- 
matiser. L'expression des conceptions erronées sous une 
forme de plus en plus monotone et la persistance delajor^ 



Digitized by 



Google 



STÉRÉOTYPIE DES DIOMENTS PRECOCES. 221 

mule motrice après disparition de ces conceptions mêmes 
est un trait de première importance qu'il emprunte à la 
stéréotypie. 

c) Si nous passons maintenant de la période initiale ou 
<l*aetivit6 à la période terminale ou de démence défini- 
tive, nous devons reconnaître que Vétat démentiel du 
dément précoce, question d'évolution à part, n'est pas un 
c"tat démentiel quelconque, et il tient justement son ca- 
ractère spécifique de la stéréotypie, " 

I/existence d'un reliquat stéréotyi)é au milieu de Taf- 
fai]>lissement intellectuel général, le cachet tout parti- 
culier de monotonie et d'automatisme que revêt l'acti- 
vité motnce, la verbigération qui est parfaitement dis- 
tincte de la confabulation et du radotage^ sont autant 
d'éléments qui devront donner réVeil,^»n contribuante 
distinguer l'afTaiblissement définitif du dément précoce 
de l'alVaiblissement définitif du dément vésanique secon^ 
daire, du dément fénile, du paralytique général, et de 1'/- 
diot, 

D. Signification pronostiquf. — L'intérêt de la con- 
ception inaugurée par Técole d'Heidelberg ne réside pas 
tant dans le fait de réunir a posteriori des formes clini- 
ques ayant même issue que dans celui de grouper des 
cîonnées susceptibles de laisser prévoir qu'un état d'agi- 
tiition, de dépression, ou de délire, évoluera vers la dé- 
mence ou tout au moins vers un état définitif d'affaiblis- 
sement intellectuel relatif. 

Or, i^armi les signes capables de faire augurer pareil 
dcnouement,la stéréotypie occupe une place vraiment pré- 
pondérante, à condition qu'elle soit envisagée dans Tac- 
ception précise que nous avons cherché à délimiter. Kn 
effet, si l'on appelle « stéréotypie » toute attitude qui per- 
siste ou tout mouvement qui se réj^ète chez un aliéné, 
ce mot ne représentera plus qu'un cadre extrêmement 
vague et remarquablement élastique où l'on pourra voir 
les réactions conscientes et volontaires d'un délirant cou- 
doyer le spasme réflexe d'un malade agité de secousses 
convulsivés. Alors il ne faudra pas s'étonner si les difl'é- 
rcnts auteurs placent le phénomène en question aux de- 
grés hiérarchiques les plus opposés de notre activité mo- 



Digitized by 



Google 



222 CLINIQrE MENTALK. 

trice, et n'en déduisent aucune signification pronostique. 
Mais si l*on accorde au mot « stéréotypie » le sens précis 
que nous avons voulu lui donner, il n'est pas i)ossible d'y 
voir autre chose qu'un iihénomène auiomatique, témoi- 
gnant d'une déchéance profonde des facultés dirccti'icos, 
et il est i)erinis d'en déduire une signification psychologi* 
que fAclieuse qui, d'une façon générale, n'avait pas échappé 
aux anciens psychiatres. 

A un point de vue spécial, la question jieut être posée 
sur un autre terrain. On sait en effet, que le dément pré- 
coce n'est pas voué forcément à ce degré ultime de dé- 
chéance que les AUemands désignent sous le nom de 
« Blôdsinn » ; il peut s'immobiliser dans un état daffai- 
blissement relatif, et cet état équivaut même à une gué- 
rison, dans les cas bénins. Or, la stéréotypie est-elle un 
signe capable de faire prévoir, au cours d une démence 
précoce diagnostiquée, le degré d'affaiblissement dans le- 
quel le malade devra définitivement s'immobiliser après 
la période active de la maladie ? 

Avant de répondre à cette question, il est une contra- 
diction ai)parente que nous voulons éclaircir, en manière 
de préambule. 

Nous avons laissé entendre que la stéréotypie, en tant 
que signe démentiel, avait une valeur i)ronostique de fu- 
neste augure. Or, nous savons la fréquence toute parti- 
culière des attitudes fixes et des mouvements monotones 
dans la forme catatonique de l'affection, et voici juste- 
ment que tous les auteurs s'accordent à considérer cette 
forme comme la i>lus curable, à ce X)oint que d'apivs 
Krœpelin lui-môme, les catatonique^ dans 40 % des cas 
se cantonneraient dans un état d'affaiblissement axq)ro- 
chant plus ou moins de la guérison.N'y a-ilx)as là une in- 
compatibilité flagrante ? 

C*est ici le lieu de rappeler la division que nous avons 
établie plus haut et sur laquelle nous ne saurions trop 
insister. Les attitudes fixes et les mouvements répétés 
ne sont pas exclusivement réalisés sous l'influence d'un 
afl'aiblissement intellectuel effectif, ayant sa raison d'être 
dans une atteinte profonde et irrémédiable des éléments 
les plus vulnérables ; ils peuvent être réalisés aussi sous 
l'influence d'une simi>le susx>ension des facultés, ap[>a- 



Digitized by 



Google 



STÉRÉOTYPIK DES DEMENTS PRECOCES. 223 

raissant de bonne heure, à la faveur d'une action directe 
d'un principe modificateur sur les cellules ce ré braies, ac- 
tion d ailleurs suscex^tible de rétrocéder après disparition 
de ce dernier.En un mot, il y a,d une part,les stéréotypies 
primitives, c'est-à-dire les attitudes fixes et les mouve- 
ments répétés de la période active qui sont des manifes- 
tations directes du i)rocessus morbide, et qui témoignent 
d'un engourdissement psychique; puis il y a d autre part 
les stéréotypies jeconrfj/rej, c'est-à-dire les attitudes fixes 
et les mouvements répétés de. la i^ériode résiduelle, qui 
témoignent dune désagrégation intégrale des éléments 
de resi)rit. Or, si le second groui)e est du idus funeste 
]>résage, le premier ne i)réjuge de rien quant à la termi- 
naison définitive de la maladie, et c'est justement à lui 
qu'appartiennent la. plupart des attitudes fixes et des 
mouvements i^pétés du catatonique. Mais il faut remar- 
quer qu'en pareille circonstance, les attitudes et les 
mouvements en question sont généralement escortés de 
phénomènes intenses et caractéristiques, tels que rai- 
deur catatonique, flexibilité cireuse ou négativisme. 

Nous croyons donc pouvoir déduire de ce qui pi*écède 
cette notion générale, à savoir que : si les attitudes fixes 
et les mouvements répétés s'accomi^agnent de phénomè- 
nes calatoniques intenses et font i>artic d'un épisode aigu, 
on ne peut conclure à aucun pronostic quanta révolution 
ultérieuiHî,car il peut s agir d'une suspension temporaire 
de l'activité psychique, et ce symptôme i)Ourra rétrocé- 
der avec ceux qui lui font escorte ; si, au contraire, la fi- 
xité d'attitude ou do mouvement s^installe progressive- 
ment, d'une façon torinde, et persiste alors qu'il n'existe 
ni agitation, ni stupeur, ni manifestations catalei)toïdes, 
on doit songer à unie déchéance eft'ective n'ayant aucune 
chance do réi)ression, et qui devra s'accroître de jour en 
jour, pour aboutira un état de « désorganisirtion organi- 
sée », à plus ou moins brève échéance. 

IV. Convalescence BT stéréotypie. — Il est bien excep 
tionnel qu'un dément précoce recouvre intégralement sa 
mentalité passée, et l'on peut dire que dans la grande 
majointé des cas, les malades considérés comme guéris 
conservent un certain degré d'afl'aiblissement relatif, si 



Digitized by 



Google 



224 CLINIQT'E MENTALE. 

bien qu'il serait plus juste de les considérer comme des 
«convalescents à perpétuité ».Orà travers cette con- 
valescence de r activité mentale, quelque chose transpa- 
raît qui frappe assez rai)idement Tobservateur attentif et 
qui distingue l'activité en question d'une activité com- 
plètement normale : ce quelque chose, c'est encore la 
Atéréotypie, 

L'ancien malade aura les allures extérieures d'un hom- 
me « comme un autre », il sera capable d'occupations 
régulières et Ton pourra l'utiliser à de menues besognes. 
Néanmoins, si on l'examine i>lus attentivement, on trou- 
ve que son activité est plus automatique que raisonnée, 
et quelle s'assimile ditïicilement à une finalité nouvelle 
ou inattendue, tandis qu'elle se met avec la plus grande 
aisance au service de mouvements suffisamment simples 
et se répétant en séries. Il n'est môme pas exception- 
nel de voir un geste ou une parole stéréotypée s'interpo- 
ser encore sans raison et sans but dans le cours de cette 
activité d'aijparence normal. Si rafl'aiblissement n'est pas 
trop considérable, le sujet peut retenir quelques associa- 
tions d'idées très élémentaires, comme celles qu'on uti- 
lise à l'accomplissement de certains ouvrages domesti- 
ques ; ces associations tendent à se fixer par la répéti- 
tion, d'oii il résulte que le malade, sans avoir une cons- 
cience très nette du but et des rapports de sa tûche, s'y 
emploie d'une façon ]mrement machinale, et l'exécute — 
disons le mot — d'une façon « stéréotypée ». 

(]hez les sujets peu atteints, on peut se demander s'il 
ne serait pas possible de tenter une rééducation ayant 
pour efiet de lutter contre cette tendance à la stéréotypie^ 
par un exercice journalier de \ activité associative et du 
pouvoir inhibiteur, grâce auxquels l'acte normal reste 
intimement uni à la pensée. On pourrait utiliser à cet 
effet une sorte de « disci[)line psycho-motrice » i>our em- 
ployer une expression de Brissaud. Nous doutons fort de 
l'efficacité de cette méthode, le cas échéant. Toujours 
est-il que,jusqu'ici, les cliniciens n'ont jxxs eu la patience 
d'en vérifier les efiet s sur de semblables malades. 

11 est un fait beaucoup i)lus positif, et qui émane d'une 
orientation diamétralement oi)posée. Les malades guéris 
avec un reliquat d'aftaiblissement intellectuel conservent 



Digitized by 



Google 



i^EVCE D*ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 225 

une tendance à la stéréotypie, et — Ton peut dire mieux 
— cette activité stéréotypée leur constitue comme un 
« moignon » d'activité mentale. Ce moignon, il fajidra 
savoir l'exploiter, et en tirer le maximum d'avantages, 
de même que Tamputé s'ingénie à profiter adroitement 
du reliquat que la fortune a bien voulu lui laisser, si mi- 
sérable soit-il. Or, nous savons que l'activité automati- 
que et à formule uniforme a justement sa raison d'être 
dans une foule de travaux manuels, et d'une façon géné- 
rale dans la plupart des actes qui doivent se répéter tou- 
jours identiques à eux-mêmes. On peut même dire que 
ce j)erfectionnement de l'activité automatique avec sup- 
pression progressive des interventions volontaires et 
conscientes de l'écorce représente toute l'éducation pra- 
tique des professions inférieures. 

Il y a donc là un champ d'activité restreinte qui peut 
et doit être exploité dans la détermination d'un rôle so- 
cial capable de s'adapter à la mentalité nouvelle de l'an- 
cien malade. 



REVUE D'ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE 
PATHOLOGIQUES 



XXXVl. — Sur la forme du palais chez les aliénés; par Ferdi- 
nando Ugolotti. (Kev. sp, di fren, t. XXIX, fasclll.) 

Sur 1000 crânes d'aliénés,la forme Ju palais, en ce qui regarde 
la disposition de l'arcade alvéolaire, que l'on rencontre ordinai- 
roment est le type hyperbolique et parabolique ; exceptionnelle- 
ment, 10 %,le type elliptique ; jamais une véritable forme en up- 
silon. 

Si Ton considère la forme du palais dans la configuration de la 
voûte, comme règle c'est le type normal ; comme exception le 
type plat 8 % et le type ogival 3 % . 

Des recherches qui ont été faites par les observateurs sur des 
crdnosde normaux, d'aliénés et de criminels, l'auteur pense que 
Ton doit admettre que les aliénés ne présentent pas de particula- 
rités caractéristiques dans la forme du palais et qu'il est préma- 
turé d'établir des rapports entre la dégénérescence et les anoma- 
lies de la voûte palatine, ainsi que l'on a cherché à le faire, spé- 
cialement pour la forme ogivalç. J. Séglas. 
Archives, 2« série, 1905, l. XIX. 15 



Digitized by 



Google 



238 REVUE D ANATOHIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 

XXXVIL— Len fonctions sensitiyes et psychiques chez les 
hémiplégiques ; par Francesco Marimo. {Annal, di neuroL 
anno XXll, fasc MI.) 

Toute hémiplégie est presque conslammenl acrompagnée de 
troubles de la sensibilité proportionnels à Tintensité de la para- 
lysie : Tabsence est l'exception. L'hémianesthésie typique super- 
posée à rhémiplégie complète est une hémianosthésîe surtout des 
extrémités, caractérisée par rafTaiblissement complexe de tous 
les modes variés de la sensibilité élémentaire et de Tacinesthésie. 
C'est ainsi que pour la sensibilité tactile, on constate une dimi- 
nution plus ou moins accentuée de Tintensité des perceptions tac- 
tiles, mais surtout une modification qualitative de la sensation qui 
se présente moins nette qu à Tétat normaLce qui produit un défaut de 
distinction de la qualité du contact et un défaut de la localisation 
de la surface cutanée. — Dans la sensibilité à la douleur, outre la 
diminution de Tintensité de la perception, qui est inconstante, il y 
a un défaut de localisation et de la peix;eption de la nature de la 
sensation dolorifique. Assez fréquemment, il y a des phénomè- 
nes de thermodysesthésie, surtout au début de la maladie. Dans 
les formes moins graves d^hémiplégie, les troubles de sensibilité 
sont moins marqués et ont la même distribution topographique 
que les troubles moteurs. — Le rapport de fréquence et de pa- 
rallélisme existant enti-e Thémiplégie et les troubles sensitifs 
tendraient à confirmer ce que les dernières recherches anatomi- 
quee semblent avoir établi. — Les fibres sensitives passeraient 
dans la capsule inteme mêlées aux fibres de mouvement dans 
toute la branche postérieure ; et, conservant ainsi des rapports 
intimes à travers le centre ovale, iraient se terminer dans la zone 
pararolandique sensitivo-motrice. — Le phénomène de dissocia- 
tion sensitive est rarement obse lavable dans Thémiplégie ; anal- 
gésie et thermodysesthésie, avec un très léger affaiblissement 
de la sensibilité tactile, telle est la forme de dissociation notée par 
Fauteur au cours de ses recherches. 

En ce qui concerne lea fonctions psychiques, même dans les 
cas où l'interrogatoire est le plus favorable, on note toujours chez 
les hémiplégiques, par comparaison avec les autres chroniques, 
une spontanéité, une initiative amoindries, une condition mani- 
feste d'infériorité psychique complexe dans le jugement, et le 
raisonnement, par défaut de critique. — Les fonctions intellec- 
tuelles sont toujours plus ou moins atteintes dans quelqu'un de 
leui^ éléments. Ainsi de la simple difficulté de fixer l'attention on 
arrive quelquefois à une distraction presqu' incorrigible ; d'un lé- 
ger ralentissement de ractivité idéative à un défaut absolu ; si le 
contenu des idées est parfois re«;t rein t, souvent il y a une pué- 
rilité des conceptions, avec des raisonnements vides de sens ou 



Digitized by 



Google 



REVUE D*ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 227 

décousus. La caractéristique la plus nette de l'afTaiblisement men- 
tal hémiplégfique est la diminution de la mémoire, presque cons- 
tante ; d'abord de caractère antérograde par défaut de fixation 
et portant ainsi seulement sur les faits récents, parfois elle de- 
%ient antérograde progressive, selon les lois de Ribot. La dimi- 
nution du champ intellectuel, en outre du facteur précédent, 
tient encoi*e à l'affaibli ssement parallèle de tous les modes de 
l'activité psychique, dû en grande partie à un manque d'exercice, 
à une atrophie ex non usu^ si bienqu*au point de vue psychologi- 
que on a pu conseiller la rééducation motrice qui devient par cela 
même une rééducation psychique. Les fonctions afîectivesont été 
rarement trouvées normales dans tous leui*s éléments : l'affecti- 
vité est presque toujours conservée, mais si l'on y regarde de près, 
elle est en rapport avec une exagération de l'égoïsme de Fhémi- 
plégique qui ressent plus vivement de l'affection pour les, person- 
nes qui en le visitant lui apportent quelques douceurs, lui inspi- 
rent de l'espérance, l'aident à supporter son mal. Le sentiment 
de la moralité est souvent troublé, comme on le voit dans certai- 
nes réticences, des réponses ambiguës ; tandis que le sentiment 
religieux est très développé, souvent exagéré, même chez ceux 
dont les autres modes d'activité psychique se montrent affaiblis. 
Dans l'ensemble, les sentiments égoïstes, communs à tous les in- 
firmes chroniques, se rencontrent chez l'hémiplégique exagérés 
aux dépens des altruistes. L'émotivité de l'hémiplégique, si elle 
est, à l'origine, une réaction logique et consciente vis-à-vis de 
son véritable état, est toujours par la suite pathologiquement ac- 
crue, se traduisant par une tendance surprenante aux larmes,qui 
devient à la longue automatiquement périodique, même sans 
motifs extrinsèques suffisants à l'expliquer. A l'inverse des cas 
plus fréquents d'affaiblissement physique et mental qui se rencon- 
trent chez l'hémiplégique, qui dédaigne presque toute tentative 
de réaction psycho-motrice, il en est quelques-uns qu'une irrita- 
bilité persistante et l'intolérance de leur destinée conduit à la perte 
de l'instinct de conservation, tant l'existence leur est devenue 
pénible et insupportable. La volonté est presque toujours abo- 
lie comme mode d'activité dynamique, plus rarement comme 
volonté d'arrêt, et seulement chez les malades toujours en état 
d'excitation» alors que la plupart, déprimés en général,ne sont 
qu'épisodiquement excités. — Même chez les hémiplégiques qui 
peuvent apparaître, à un examen superficiel, comme psychique- 
ment normaux, quand il existe des stigmates permanents d'hé- 
miplégie, il y a toujours des stigmates plus ou moins giaves et 
manifestes de défectuosités psychiques. La constatation de ces 
symptômes multiples d'involution conduit à penser que, plutôt 
cjue les traitemenU internes, c'est la rééducation motrice et psy- 
chique, précoce et progressive, qui est le mode de traitement 



Digitized by 



Google 



228 REVUE d'anatomie et de i>hysiologie pathologiques. 

le plus rationnel, le plus capable, sinon de ramener le malade à 
son état anténeur,du moins d'éloigner et d'aténuer les symptômes 
de la démence terminales. J. Séglas. 

XXXVIII. — Les symptômes pupillaires d'après les nou- 
velles recherches de physioloflrie patholo^rique ; par Si- 

ciLiANO. (Kw, crit, di clinicamedica, n° 18, 1904.) 

Après avoir résumé les travaux de Schirmer, Derheimer, Doch, 
Merma, Levinsohn, Hippel, Buncke, Bramestein, l'auteur conclut 
qu'il n'est pas encore possible de donner une localisation analo- 
mique exacte au phénomène clinique de la pupille tabétique. 

L. W. 

XXX IX. — Hérédité physiologique et pathologique ; no 4. 

Résumé d'un article de Bogie dans les Archives médicales belges. 

L. W. 

XL. — Anatomie pathologique et bactériologie de la 
paralysie ascendante de Landry ; par Nazari. (/?it\ crit, 
di clinica med,, 1904, n» 38.) 

Il existe certainement une myélite à marche suraiguë *qui se 
rapproche plus ou moins du tableau clini(|ue di'essé par Landry 
et qui est certainement de nature infectieuse et déterminée par 
des microorganismes de diverses espèces et desquelles l'auteur 
cite des exemples plus ou moins typiques, plus ou moins com- 
plètement étudiés. L. W. 

XLl. — Les troubles vaso-moteurs dans les névroses ; 

par Grachetti. [Riv. crit, di clinica med., 1904, n* 5.) 

Ce travail est inspiré par la thèse du regretté Apte, victime du 
Métropolitain. Un premier groupe est formé par les hystériques 
stigmatisées, c'est-à-dire de cette variété d'extatiques qui « comme 
le dit Littré, après une contemplation habituelle de la Passion de 
Jésus-Christ Unissent par éprouver des douleurs ou des manifesta- 
tions pathologiques (les stigmates) dans les parties du corps où 
furent plantés les clous et portés les coups de lance ». L'auteur 
rappelle l'observation de Saint-François, de la dame Miollis, de 
Marseille, de Louise Lateau, de Madeleine, malade de Pierre Ja- 
net. Dans le même groupe se placent l'œdème dermographique 
et l'œdème bleu des hystériques. Un 2« groupe est celui des psy- 
chasthéniques qui ont des troubles trophiques au niveau des ex- 
trémités, des sueurs profuses, de la sécrétion d'eau par le sein et 
les pemphigus d'origine purement psychique apparaissent sous 
rinfluence du mécanisme de l'idée fixe. Ce dernier groupe a été 
étudié spécialement par les professeurs Janet et Ravmond. 

■ L. Wahl. 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 229 

XLII. — Les rayons Blondlot [rayons iV);par GiARAUFi.(/?irwia 
critica ilî clinica medica, 1904, n® 6.) 
Historique des découvertes de Blondlot et Charpentier. 

XLlll. — Une preuve de Texistence des nerfs trophiques ; 

par SiciLiANO. (Rivista critica di clinica medica, 1904, n" 6). 

Admise en clinique, l'existence de ces nerfs était niée dans les 
laboratoires : Pogaro, de Palerme,a lait l'expérience suivante : Un 
chien reçoit une injection endorachidienne d'acide prussique au 
centième qui supprime la sensibilité et la motilité, amène l'in- 
continence des urines. Peu à peu ces phénomènes disparaissent 
mais laissent à leur suite, dans la région externe des hanches, des 
phénomènes dystrophiques : taches sur la peau, alopécie, etc., qui 
peïivent gagner en profondeur. Ces lésions sont d'une symétrie 
parfaite sur les régions homologues des jambes et des pieds : 
cependant, il y a prédominance des lésions du côté sur lequel 
ranimai se couche. L. W. 

XLIV.. — Nouvelles études sur le cervelet ; par Siciliano. 
(Riv. crit, di clinica nwdica, n*» 7, 1904.) 

Plusieurs opinions sont en présence. L'opinion classique en 
Italie est celle de Luciani : les animaux privés de cervelet pré- 
sentent de rastasie,de l'atonie, de l'asthénie. Pour Lewandowsky, 
la destruction du cortex cérébelleux enti*aînerait comme l'a 
démontré Lussana des phénomènes de déficience dus à des 
troubles du sens musculaire. On sait ce qu'on entend en physio- 
logie par ces mots. Peu à peu ces troubles se localisent à un côté 
du corps en rapport avec la localisation cérébelleuse. De ce trou- 
ble de la sensibilité résultent l'astasie, l'atonie, l'asymétrie des 
animaux en expérience : cet état serait pour Lewandowsky voisin 
du tabès. Les expériences de Pagano avec le curare semblent indi- 
quer que ces troubles relèvent de l'excitation et non de la dépres- 
sion. Pour Ducceschi et Sergi, la clinique démontrerait que l'a- 
laxie cérébelleuse ne serait pas de nature sensitive mais bien, 
comme l'enseignait Luciani, de nature motrice. Pour Stefani, il y 
a ressemblance absolue entre les troubles cérébelleux et ceux dus 
à des lésions du labyrinthe : cet organe étant toujours dans un 
état d'excitation toniiiue sous l'influence du cervelet « le cervelet, 
dit-il, est un centre d'activité avancée du labyrinthe, activité qui 
se manifeste en maintenant dans un état de tonus, coordonné 
aux besoins de l'équilibœ et de l'orientation ». L. W. 

XLV. — Les altérations histolo^riques du système nerveux 
dans la méninfi^ite ; par Stefanelli. (Rivista critica di cli- 
nica medica^ n<* 14.) 

. L'abondance de l'exsudat est loin de rendre compte de tous les 



Digitized by 



Google 



230 REVUE d'anatomie et de physiologie pathologiques. 

phénomènes morbides des méningites. 11 y a des lésions de la 
substance nerveuse elle-même déjà signalées par le P^ de Grocco 
et Bozzolo ; elles ont été étudiées récemment par Armand Delille, 
Piéri, Laignel -Lavas ti ne, Silvestrini. Il y a une diminution con- 
sidérable de la substance chromatique, des lésions diverses du 
noyau, de la déformation protoplasmique; les cellules neurophages 
envahissent les éléments déformés. Ces lésions peuvent exister 
aussi bien dans le cortex que dans les divei's noyaux gris de l'en- 
céphale (Faure et Laignel-Lavastine). 11 y a d'ailleurs une l'elation 
très étroite entre les symptômes et le siège des lésions. Mais l'into- 
xication générale domine la scène dans un certain nombre de 
cas. Le méningisme est probablement dû à des lésions qui sont 
compatibles avec une restitutio ad integrum plus ou moins com- 
plète, L. W. 

XLVL — Les localisations motrices spinales et la théorie de 
la métamérie ; par G. Parhon et M.Goi.dstein. (Neurolog, 
Centralbl,,XX,mi.) 

Après avoir désarticulé, chez des chiens, les divers segments 
des extrémités antérieures et postérieures, les auteui-s étudient 
l'état des différents groupes de cellules de la moelle dans les seg- 
ments de cet organe préalablement décrits. Il faut suivre cette 
analyse dans le mémoire au moyen des ligures. 

Ils prétendent que les groupes de cellules distingués ne repré- 
sentent toujours pas une seule et môme chose : tantôt ils repré- 
sentent le centre d'innervation d'un muscle, d'un segment de 
membre; tantôt ils représentent le centre d'un nerfoud^une de 
ses branches ; fort souvent, le centre d'un muscle isolé ou de plu- 
sieurs muscles à fonction commune. Le moment n'est pas en- 
core venu d'établir une loi qui présiderait aux localisations spi- 
nales motrices. Aucune des théories exprimées n'est satisfaisante. 

L'opinion la plus en harmonie avec les faits est celle qui ratta- 
che ces localisations aux fonctions des muscles. 

Quant aux localisations spinales vaso-motrices et trophiques des 
extrémités, les résultats ont été jusqu'ici négatifs. 

Les opinions formulées au sujet des localisations spinales sen- 
sîtives ne sont pas toujours concordantes. 11 faut de nouvelles 
expériences, et surtout, une nouvelle méthode. P. Keraval. 

XLVII. — Contribution à la connaissance du ^risemei^t des 
nerfs crâniens moteurs dans le pied du pédoncule céré- 
. bral ; par G. Bikeles. [Neurolog, CentralbL, XX. 1901.) 

Pièce anatomiquo provenant d'un homme atteint d'endocar- 
dite et ayant eu de l'aphasie motrice, de Thémiparésie droite. On 
k'ouve dans Tiiémisphère cérébral gauche un gros foyer de ra- 



Digitized by 



Google 



REVUE D^ANATOMIB ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 231 

mollissementàiravet^ toute la 3« fi*ontale, un foyer de ramollis- 
sement plus récent au tiere inférieur de la frontale ascendante , 
un petit foyer dans le lobule pariétal inférieur. C4es foyers su per- 
liciels n'empiètent que de quelques millimètres sur la profon- 
deur. 

Il existe dans le pied du pédoncule une dégénérescence des - 
cendante située en dedans du faisceau pyramidal proprement 
dit, tout à fait indemne ; rien dans la moelle même. Si l'on se ré- 
fère au schéma d'Obereteiner, la dégénérescence ne porte que sur 
les nerfs crâniens moteure, en particulier l'hypoglosse et le fa- 
cial ; c'est donc que nous avons affaire à la dégénérescence dos 
nerfs crâniens moteui*s, et que ceux-ci sont situés en dedans du 
faisceau pyramidal proprement dit dans le pédoncule cérébral. 

P. Keraval. 

XLVIU. — Contribution à la conservation de la coloration 
des fibres; par M. E. Stransky. {Xeurolog, CentraIbLj XX. 1901.) 

La paraffine liquide a les avantages de la glycérine, sans en 
avoir les inconvénients. Glaire, transparente, inodore, elle est 
bien liquide, ne sèche ni ne s'évapore à l'ai i-, est d'une densité 
plus légère que l'eau, ne contient pas de germes, imbibe complè- 
tement et rapidement les préparations auxquelles elle donne 
plus grande souplesse et inclusion plus parfaite que la glycérine. 
La teinte de la coloration n'y souffre pas la moindre modilication, 
même après des semaines et des mois. 

Seulement la paraffine liquide ne se mêle pas à l'eau. Aussi les 
nerfs colorés à lasaftanine (safranine, 2 ; — eau distill. 200 ; al- 
cool absolu, 20) seront préalablement déshydratés quelques 
minutes dans l'alcool absolu, puis éclaircis dans le xylol pur. Les 
préparations peuvent dans la paraffine liquide être dissociées im- 
médiatement ou après n'importe quel temps de séjour. L'addi- 
tion de 1 ou 2 gouttes de xylol est avantageuse. 

La paraffine liquide n'altère pas les colorations à l'acide osmi- 
que ni celles de Marchi ; elle ne change pas artificiellement la 
structure. Le carmin, l'éosine, la safranine, le i*ouge Magenta, la 
fuchsine, l'orange, le bleu d'aniline, le vert de méthyle, sont dis- 
sous par la glycérine et simplement finement émulsionnés par la 
paraffine liquide. P. Keraval. 

XLiX. — Un tératome de la glande pitoitaire chez le lapin ; 

par A. Margulies. (Xeurol. CentralbL, XX. 1901.) 

Trouvaille accidentelle, l'animal n'ayant, pendant la vie, rien 
présenté de particulier ; il n'existait 'point d'ailleui*s de lésions 
profondes du cerveau. Tous les organes du corps étaient sains et 
bien développés. Figures. 



Digitized by 



Google 



232 i^EviE d'anatomie et de physiologie pathologiques. 

La base du cerveau est occupée par une vésicule un peu plus 
jçi'osse qu'un pois, pleine d'un liquide clair, qui adhère, en bas, à 
la tige du corps pituitaire et pénètre en haut la substance cé- 
rébrale. 

C'est un kyste à plusieurs loges qui a d'abord adhéi'é, par son 
extrémité inférieure, au tuber cinereum, puis s'est logé sur le 
chiasma et entre les nerfs optiques qu'il a écartés sans en altérer 
la structure. Chaque loge est revêtue d'un épithélium disparate 
ayant une ressemblance éloignée avec celui de la trachée, de Tre- 
sophage, delà portion pylorique et de la grosse tubérosité dcTes- 
toma'î ; le tissu conjonctif qui sépare les loges contient des glan- 
des, des libres musculaires lisses et striées, un cartilage hyalin. 

C'est un tératome dû à un trouble de construction d'un seul 
embryon. L'étude du développement de la glande pituitaire d*a- 
près Miiialkovics, Kupffer, Nussbaum, permet de croire ce qui 
suit. 

Ou la poche de Seessel, conservant sa canalisation supérit^ure, a 
continué de bourgeonner, ce qui a empêché le développement des 
produits ectodermiques normaux, ou la poche de Uathke ne s'est 
formée qu'incomplèlement, voire pas du tout, et seul l'entoder- 
me do l'organe pr.T-intestinal a été employé àla construction du 
corps pituitaire ; nulle part, en effet, on ne saurait trouver le 
moindre indice du tissu normal de la glande pituitaire. Ces trou- 
bles se sont certainement produits à une période embnonnaire 
très primitive. 

La partie relativement très petite de l'entoderme qui a servi à 
former le tératome a suivi l'élan de l'organe pr(e-intestinal ; elle 
a engendré des tissus ayant la structure de l'estomac, de l'œso- 
phage, de la trachée, des glandes salivairesde Tanimal adulte. 

Bien plus, le mésoderme, dans la glande pituitaire normale, 
ne fournit que des vaisseaux avec le tissu conjonctif concomitant. 
Or, ici, il a, comme le mésoderme de lorgane prae-intestinal, 
fourni tissu conjonctif, fibres musculaires lisses et striées, carti- 
lage. P. Keravai.. 

L. — De rorigine du nerf dépresseur du cœur; par G. 

KoESTER. iXeurol. CcntralbL.XX. 1901.) 

Cyon et Ludwig ont trouvé que leur nerf dépresseur du cœur 
émanait, par une racine, du laryngé supérieur, par uneautrn? ra- 
cine, du pneumogastrique, qu'il descendait tout contre l'aorte, 
que, dans la cavité thoracique, il s'unissait à d'autres nerfs issus 
du ganglion étoile, que, finalement entre l'aorte et l'artère pul- 
monaire, il se résolvait en ramuscules échappant dans le tissu 
connectif compact à l'œil nu. 

De nouvelles recherches expérimentales et anatomiques dé- 
montrent que ce nerf vient du pôle supérieur du ganglion jugu- 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 233 

laire, qui sert aussi d'origine aux portions sonsitives du pneumo- 
gastrique et du laryngé supérieur ; il se termine, par son bout pé- 
i'iphérique,dans l'aork».!! est donc non le nerf sensitif ou réflexe 
ilu myocarde, mais le nerf sensitif do laoïle. 

(juandla pression augmente dans le ventricule gauche, l'onde 
sanguine, violemment projetée contrôla paroi interne de Taorte, 
dilate la paroi de cette artère, et excite ainsi, par la tunique in- 
terne, le neif dépresseur. Cette excitation diminue, par action 
réflexe, Tactivité du centre vaso-moteur. Les vaisseaux se dilatent, 
et, par suite, la pression s'abaisse dans le système vasculaire : le 
travail du caîur est ainsi facilité, d'autant que Cyon et Ludwig 
nous ont déjà appris que le nombre des battements du cœur est 
simultanément diminué. P. Keraval. 

LI. — La voie tectospinale descendante, le noyaa intra- « 
triflréminal et les points de repère d'orientation de la 
rétine ; par 0. Kohnstamm. (Neurol. Centralblatt, XXll,t903.) 

De la substance blanche profonde du tubercule quadrijumeau 
antérieur partent, d'après Held, Hedlirli, Probst, les libres de l'en- 
trecroisement dorsal (en fontaine) de la calotte de Meynei't ; ces 
libres tendraient ensuite par le faisceau longitudinal postérieur, 
à K^i^^ï* l6 cordon antérieur de la moelle du côté opposé. En ef- 
fi»t, de la région du noyau du trijumeau partent des libres qui 
s'appliquent à la face antérieure du faisceau longitudinal posté- 
rieur et paraissent passer à l'entrecroisement doi*sal de la calotte 
i\v Meynert 'coloration de Weigert). D'autre part, il existe des cel- 
lules à structure motrice qui sont en plein milieu du noyau mé- 
sencéphalique du trijumeau (territoire du tubercule quadriju- 
meau antérieur) et qu'on a par suite désignées sous le nom de 
noi/au spinal du toit, noyau intralrigê minai. Eh bien ! les libres 
ijui vont au faisceau longitudinal postérieur contiennent-elles 
«•elles qui viennent du noyau intratrigéminal ? quel est leur tra- 
jet ultérieur dans la moelle ! 

De ses recherches, l'auteur conclut : 

1° Le noyau intratrigéminal est le seul noyau qui foumisse 
tles fibres spinales dans le territoire du toit du tubercule quadri- 
jumeau antérieur ; 2° La partie principale des fibres qui for- 
ment l'entrecroisement doi'sal (en fontaine) de la calotte de Mey- 
nert constitue letractus tectobulbaire qui n'atteint pas la moelle. 
— 3° Le tractus tectobulbaire estpi'opre à assurer la communica- 
tion des terminaisons tectales des nerfs optiques et des détermi- 
nantes excitomotrices des mouvements oculaires dans la sphère 
du noyau sensitif du trijumeau. Ainsi peut s'orienter la rétine. — 
4» La pointe ventrale du noyau (Irontal spinal du tiijumeau 
donne naissance à un analogue du faisceau latéro-cérébelleux. 

P. Keraval. 



Digitized by 



Google 



234 REVUE d'anaiomie et de physiologie pathologiques. 

LIl. •— Observation de dégénérescence ascendante des fi- 
bres du faisceau pyramidal ; contribution à Tinterpré- 
tation des préparations traitées par la méthode de 
Marchi ; par K. Petrén. (Neurolog. Centralblatt, XXII, 1\)03.) 
— Un homme reçoit un coup de pied de cheval entre les ^îpau- 
les. 

Il se relève et fournit encore une marche de 10 kilomètres. 

Le lendemain seulement, il présente les symptômes d'une lé- 
sion transverse de la moelle, au niveau du premier segment dor- 
sal. 11 meurt 2 mois 1/2 après d'infection urinaire et de décubitus. 
(JSfordiskt medic. Arkiv, II, 1901, n» 14.) 

On constate une dégénérescence descendante des faisceaux py- 
ramidaux, tant dans les cordons latéraux que dans les cordons 
antérieure. 

En outre, au-dessus de la lésion^ tout le territoire des mêmes 
faisceaux contient une quantité anormale de grosses mottes noi- 
res à contour irréguliers, également réparties, sauf qu'elles sont 
un peu plus rares dans les libres des cordons antérieure que dans 
celles des cordons latéraux; leur quantité demeure constante sur 
toutes les coupes transverses depuis l'endroit où la moelle a été 
lésée jusqu'à un moi'ceau situé en haut dans la protubérance(où se 
termine l'examen). Bien que le nombre de ces libres dégénérées 
soit assez iaible, le faisceau pyramidal tranche du fait de leur 
présence sur les parties environnantes de la substance blanche 
respectées par la dégénérescence secondaire. On ne saurait attri- 
buer cet état à un vice de technique, d'abord parce que son in- 
tensité est constante sur toutes les coupes, puis parce qu'il con- 
traste avec le reste de la coupe transverse non dégénérée. 

H y h lieu de ci'oire que le territoire du faisceau pyramid^il con- 
tient un nombre modéré de fibres très longues dont la direction est 
ascendante, P. Keraval. 

LUI. — Contribution à la connaissance des affections mus- 
culaires post-typhiques ; par P. Krause. (Centralbl, /*. AVr- 
venheilk, XXV, N. F. XIII, 1902.) 

Observation de parésie musculaire des deux psoas iliaques,des 
fessiere, des fléchisseure de la jambe. La répartition de la para- 
lysie, l'absence de tout trouble de la sensibilité, de sensibilité à 
là pression des troncs nerveux, de réaction dégénérative,rallure 
des réQexes, tout cela élimine une lésion des nerfs. Tout porte à 
croire à l'existence de la dégénérescence des fibres musculaires 
striées qui, d'après Zanker, serait aussi constante, bien que plus 
variable en intensité et en étendue, que les lésions de la mu- 
queuse. Granuleuse, amyloïdeou mixte, elle atteindrait, par de- 
gré de fréciuence descendante, le droit abdominal, le pectine, 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 235 

robtui*ateur interne et Tobturateur externe, le psoas- iliaque,plus 
rarement «rautres muscles, se développerait généralement à la 
fin de la seconde semaine, et entraînerait ruptures, hémon*ha- 
gies, suppurations des muscles. Une dégénérescence légère est, 
quand l'innervation et la nutrition restent normales, suscepti- 
ble de guérison. Du reste, il est rare que les gros muscles soient 
en leur totalité complètement dégénérés ; dans les plus grands 
foyei-s, il reste encore des fibres musculaires suffisamment nor- 
males pour parer à la paralysie étendue, absolue, de certains mou- 
vements. Elancements dans les membres, lassitude, douleurs, 
musculaires déchirantes, sensibilité à la pression du muscle, tels 
sont les symptômes. Rien du côté de la réaction électrique. 

P. Keraval. 

LIV. — Communication provisoire snr l'anatomie patholo- 
gique de la tétanie ; par A. Pick. {Neurolog, Centralbl,,XX[, 
1902.) 

11 s'agit d'une femme de 42 ans, opérée pour une cataracte en 
rapport avec la tétanie, qui présentait une calcification typique 
des fins vaisseaux du cerveau et du cervelet. A rapprocher de 
l'observation de tétanie du môme auteur, chez un jeune épilep- 
tique : on trouva les mômes altérations à llnstitut anatomo-pa- 
thologique du prof. Chiari. P. Keraval. 

LV.-* Des centres corticaux de la sécrétion sudorale ; par 

A. S. Griboi'euow, (Obozrthiié psichiatrii,\U, 1902.) 
Nouvelles expériences sur de jeunes chats fournissant des don- 
nées en faveur de l'existence, à la partie supérieure de la circon- 
volution antécruciale, d'une surface dont l'excitation exagère vi- 
siblement la sudation du côté opposé ; cette sudation renforcée 
durant 9 à 10 minutes sans qu'on soit obligé de répéter l'excita- 
tion de Técorce. Malheureusement , la sécrétion de la sueur est 
très inégale chez le chat; elle ne peutguère,comme chez Thomme, 
abaisser la température du corps, ni éliminer les substances to- 
xiques, car elle est insignifiante et cesse avecTàge. Aussi l'auteur 
a-t-il entrepris d'expérimenter le cerveau du poulain : il fera sous 
peu une communication à cet égard. P. Keraval, 



REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE 



XIX. — Recherches sur la rage ; par Doddi, (Riv. crit, de 

clinica medica, 1904, n®* 21 et 22.) 
Pour cet auteur, les corpuscules de Negri seraient véritablement 



Digitized by 



Google 



236 REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 

les ap^ents pathogènes de la rao^e humaine et expérimentale. Dans 
ce dernier cas, ils se localiseraient le lonjçdu trajet nerveux suivi 
parle virus injecté. On ne peut les considérer comme des produits 
déj^'énéralifs, mais ce sont !)ien réellement des protozoaires qui 
ont pour localisation principale la réj^non bulbaire, la moelle et 
les t^an^l ions spinaux. Les expériences exécutées par l'auteur ont 
poité sur 23 chats. L. \V. 

XX. — Signe d'Ar^ryll et méningrite syphilitique ; par Ber- 
TOLOTTi. (liiv, crit, di cVinica medica. 1904, n« 23, 24 et 

2,-).) 

Très lonfç et très intéressant travail dont voici les conclusions : 
1» la paralysie spinale syphilitique dans l'immense majorité com- 
mence par un processus ménin*?é (Brissaud) ; 2° le sij^ne d'Ar- 
Kyll peut se rencontrer assez fréquemment dans la méninjîo-myé- 
lite syphilitique proj^ressive. Cette notion Aient àPappui de l'hypo- 
thèse de Babinski d*a|)rès laquelle ce si^'ne serait un symptôme 
pathognomonique de l'infection luétique acquise ou héréditaire 
<ies centres nerveux ; 3° le si^ne d'Ar;^'yll est un épiphénomène 
de la méningite spéciliciue chronique ; c'est par cet accident que 
débutent les piocessus syphilitiques des centres nerveux ; 4® lana- 
ture épiplasticjue de la membrane qui revêt la cavité sous-arach- 
noïdienne explique la susceptibilité desméning:es cérébro-spinales 
au virus syphilitique ; .> le signe d'Arj^^yll n'est donc pas un 
symptôme purement tabétique et peut également pi-éluder à la 
paralysie générale, à l'hémiplégie, à la pai*alysie pseudo-bulbaire 
et à la méningo-myélite d'origine vénérienne. L. W. 

XXI. — Contribution à la casuistique de la myokymie ; 
par PiNi. ( Rivista crit. di cUnicn medica^ 1904, n9 24.) 

AtTection encore désignée sous le nom de myoclonus multiplex 
librillaire (King), chorée librillaire de Morvan ; la maladie est ca- 
ractérisée par des contractions fibrillaires des paupières, la sensa- 
tion de prostration, l'insomnie, les idées sombres, des sueui*s pro- 
fuses, de la tachycardie, du tremblement des mains et des pieds à 
ondulations très petites,de la paresthésie des membres inférieui-s. 
Cet état relève- t-il du paramyoclonus multiplex de Friedreich ou 
de la neurasthénie (Maniertz). Le pronostic est favorable. Traite- 
ment galvanique, danger des récidives. L. Wahl. 

XXIi. ~ Quelques recherches sur les échanges matériels 
dans un cas de tétanos subai^ru ; par Nksti et Marchetti. 

[Rii\ crit. di clinica medictty 1904, n® 20.) 

Après avoir rappelé l'historique de la question, les auleui'srap- 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 237 

portent: l<» que l'urine a une réaction acide pUisou moins intense à 
la seconde période de l'observation ; 2*» qu'elle n'a jamais eu une 
composition normale ; 3® que l'absorption des substances azotées 
et phosphorées fut satisfaisante ; 4° que dans l'élimination uri- 
naire,razote,le soufre et l'acide phosphorique furent augmentés, 
mais leur rapport entre eux rcsia normal, de même que celui de 
l'azote de l'urée à l'azote total ; 5*» l'élimination de la créatinine 
fut normale ; O de même le rapport des différentes variétés de 
soufre. Donc les toxines tétaniques agissent en produisant une 
augmentation de destruction de la molécule « albumine » : c'est 
un agent catabolique. 

XXllI. — La céphalée neurasthénique ; par Bastogli. 

{Riv, crit. di clinica medica^ 11)04, n" 29.) 

Essai très intéressant de physiologie de la céphalée neuras- 
thénique. Est-elle purement musculaire comme le veut Maurice 
de Fleury ? Est-ce une lésion des branches sympathiques, aboutis- 
sant aux méninges,comme l'indique Miecamp ? Est-ce par le mé- 
canisme d'une auto-intoxication d'origine digeslive ; auto ou hé- 
téro-toxique réagissant sur le cerveau par l'intermédiaire de la 
ciiTulalion ou enfin l'action possible des vaso-moteui'S accompa- 
gnés ou non de modilications,de l'ouverture pupillaire ? Pour ré- 
soudre complètement la question il faudrait connaître les modili- 
calions que le malade présenterait durant un effort cérébral et les 
variétés de composition de l'urine pendant le sommeil, l'activité. 

L. \V. 



XXIV. — Maladie de Dupuytren et syringomyélie ; 

par GiRALDi. (Rix). crit, di clinica med., iy04, n" 30 et 31.) 

Testi et Bieganski ont montré que dans les cas de rétraction des 
aponévroses palmaires ou plantaires l'examen de la substance 
grise du renflement cervical ou lombaire par la méthode de Mar- 
chi révélait à la partie antérieure une très petite lacune qui 
s'étend de part et d'autre de la ligne médiane sur une surface de 
quelques millimètres et dont le voisinage est formé de substances 
amorphe (dégénérescence graisseuse des cellules des cornes anté- 
rieures). Le diagnostic anatomo-pathologique peut être formulé 
« leptoméningite chronique, gliomatose de la région du canal cen- 
tral, poliomyélite antérieure ». Gualdi rapporte un cas clinique 
sans autopsie où les lésions classiques de la maladie de Dupuy- 
tren étaient accompagnées des troubles syringomyéliques de la 
sensibilité. Donc la rétraction de l'aponévrose palmaire ne serait 
qu'une variété de la syringomyélie. L. W. 



Digitized by 



Google 



238 REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 

XXV.— Sympt6mes nerveux dans Purémie; par Cappbzolli. 
(Riv. crit di clinica med., 1904, n« 31 et 32.) 

Réj^umé fait essentiellement au point de \Tie des praticiens de 
toutes les variétés même les plus rares de symptômes nerveux 
plus ou moins graves que l'on peut rencontrer dans Turémie. 

L. W. 

XXXI. — Lamaladiede Stockes-Adams ; par Calyo. [Riv. crit. 
di clinica med.y 1904, n« 31 et 33.) 

Tableau d'ensemble de cette affection qui commence seulement 
à être classique etqui semble due aux intoxications, aux infections 
et aux traumatisme» crâniens. Elle est caractérisée : !<> par une 
bradycardie pouvant allor jusqu'à cinq battements par minute et 
qui peut parfois prendre le rythme couplé de Huchard ; 2» par 
des attaques cérébro-bulbaires répondant aux types syncopaux 
apoplectiformes et épiloptiformes ; 3« de la cyanose des extré- 
mités.Les rares autopsies pratiquées jusqu'à ce jour n'ont pas re- 
levé de lésions patho<7nomoniques. On a si^alé quelques altéra- 
tions du pneumo-paslrique, soit au niveau de son origine bulbaire, 
soit sur son trajet. Le diagnostic est en général facile,il doit être 
fait avec les maladies qui causent secondairement du ralentisse- 
ment du pouls ; les symptômes concomitants le rendent généra- 
lement facile. La durée est longue, le pronostic varie avec la 
cause, il est surtout sévère dans les cas où cet état morbide est 
symptomatique d'aitério-sclérose, ou de myocardites, ou loi'sque 
les attaques se succèdent trop fi-équemment. Le traitement est 
celui des affections cardiaques (digitale, trinitrine,nitrine d'amyle, 
etc., a\ec diète lactée s'il y a lieu.) L. Wahl. 

XXVn. — Hémianopsie hystérique ; par VALOBRA.(Att\ 
crit, di clinica med,^ 1904, n« 39.) 

Après avoir rapporté un cas de ce syndrome, l'auteur ajoute que 
la réalité et.la modalité du phénomène observé induisent à chercher 
une explication sur la nature de Thystéricisme. Les discussions 
théoriques n'ont qu'une importance relative ; très grande, au 
contraire, est l'importance des faits. Parmi ceux-ci nous devons 
donc admettre qu'en dehors des accès d'hémicranie on peut ob- 
server,assez rarement, il est vrai, une hémianopsie homonyme hys- 
térique avec persistance de la \ision du point central analogue à 
ce qui se passse dans l'hémianopsie par lésion anatomique du 
cervelet, desquelles elle se distingue par sa marche et par la pré- 
sence d'autres phénomènes hystériques concomitants. 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 239 

XXVllI.— Diagnostic différentiel entre lataxie cérébelleuse 
héréditaire et la sclérose en plaques ; par RoDOLico.(i2tv. 
crit, di clinica med.^ 1904, n» 40.) 

Impossible à résumer mais trèsimporlanl. C'est pourquoi nous 
ne pouvons que renvoyer le lecteur au mémoire original. 

L. W. 

XXIX.— Note sur les symptômes cardiaques de la maladie 
de Basedow ; par le prof, de Grocco. {Rivista criticadi cli- 
nica medica, n® 1, année 1904.) 

L'auteur insiste sur la tachycardie, cause très fréquente de dila- 
tation et même d'hypertrophie qui peuvent elles-mêmes de- 
venir Forigine de tmubles cardiaques organiques graves. C)n met 
ces troubles en lumière en fatiguant le malade surtout dans les 
formes frustes. Souvent il y a une hypotonie des plus maixiuées le 
long du trajet de l'aorte descendante. On peut arriver à cons- 
tater le pouls hépatique, splénique, sous-unguéal et aussi le 
pouls veineux tout autant au niveau des jugulaires qu'à celui 
des capillaires (type Grocco). On peut observer un bruit de galop ; 
d'autres fois de Tangor pectoris. Le diagnostic différentiel avec la 
tachycanlie essentielle est facile, grâce aux autres symptùmes de 
la maladie de Graves, de même celui de la myocardite chronique. 
11 faut donc retenir que la maladie de Basedow prédispose aux 
maladies organiques du cœur. L. Wahl. 

XXX. — La lièvre hystérique ; par Gargano. (Rivista critica 
di clinica tnedica, n» 2, 1904.) 

(iOnnue depuis Borsieri, d'assez nombreux cas ont été signa- 
lés depuis cette époque mais quelques-uns ne résistent pas à 
un examen approfondi ; un certain nombre sont cependant 
absolument inattaquables. Us réalisent plusieui^ types cli- 
niques : dans certains cas il y a accélération du pouls et de 
la respiration, sensation de chaleur, mais pas d'élévation de 
la température ; d'autres fois, il y a élévation de la tempé- 
rature jusqu'à 45® sans accompagnement de troubles quelconques. 
Avant d'assurer un pareil diagnostic il faut se mettre à l'abri de 
la supei"cherie : ce qui n'est pas toujoure facile. Souvent 
(Briand) la fiè^Te hystérique prend le type intermittent tierce, 
d'autres fois le type continu de la fièvre typhoïde. Fabre, de 
Marseille, distingue cinq formes : éphémère, chronique, inter- 
mittente, pseudo-typhique et fébricule hystérique. 11 existe un 
type de lièvi-e hystérique avec pseudo-afTection viscérale qui 
est d'un diagnostic extrêmement difficile. L'erreur est possible 
dans les deux sens : fièvre hystérique prise pour une maladie or- 
ganique, maladie organique méconnue, prise pour de l'hystérie 



Digitized by 



Google 



240 REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 

fébrile. La dissociation (les phénomènes fébriles : pouls, tempé- 
rature, respiration et l'inversion de la formule des phosphates 
facilitent le diagnostic. La durée de cette maladie est variable : 
une seule fois elle s'est terminée par la mort. L. W. 

XXXI. — Etudes récentes sur Phystérie ; par Sicilxako, (Ricista 
crit. di clinxca medica, n° 9, 1904). 

Résumé des articles publiés ici même par M. Albert Charpen- 
tier, n» 90, 1903 et 98 de 1904. L. W. 

XXXIL —Le syndrome de Bonnier; par Siciliano. [Rivi^ta. 
crit, di cUnica medica, 1901, n*> 10.) 

Ce syndrome est caractérisé pardes vertiges avec troubles oculo- 
moteurs ; insufiisance totale ou partielle de l'équilibration du 
corps, des nausées, de l'angoisse, des troubles auditifs passagei*s, 
des phénomènes douloureux dans la sphère du trijumeau ; sensa- 
tion de soif intense, amnésies paroxystiques, actes impulsifs. 
Donnier localise ce syndrome au niveau du noyau de Deitei^, or- 
gane qui est en ra|)port avec les pédoncules cérébelleux inférieui*s 
et par les noyaux des moteurs oculaires commun et externe avec 
les libres du ruban de Ileil et la voie sensitive centrale. Ce 
noyau est en rappoi't avec le glosso-pharyngien, le grand hypo- 
glosse, la racine descendante du trijumeau et les fibres de la 
racine cochléaire de l'auditif. (]e noyau de Darters a une grande 
impoi-lance,car il représente dans le bulbe le prolongement de la 
colonne de Clarke. L. W. 

XXXIII. — Scléroses en plaques familiales. Contribution k 
la pathoflrénie des paraplé^es spasmodiques hérédo- 
familiales; parMASSALONCo. (Riv.crit. di clinica medica, n° 15, 
1904). 

La paraplégie hérédo-spasmodique, afTection nouvellement 
isolée, est encore appelée diplégie familiale ou paraplégie spas- 
tique familiale ou scU'^rose en plaques familiale. L* auteur l'a 
observée chez <leux frères âgés respectivement de 5 ans et demi 
et 4 ans. Consanguinité du père et de la mère, alcoolisme du père, 
famille tarée des deux côtés. Début chez l'un des enfants à deux 
ans et demi à la suite d'une gastro-entérite grave, chez l'autre à 
22 mois à la suite d'une broncho-pneumonie. L'affection est ca- 
ractérisée par une para[)légie spasmodique : tremblement inten- 
tionnel, parole stiidenle et saccadét» ; exagération deî? réflexes 
tendineux et réflexe de Babinski, uystagmus. L'intelligence est 
normale. Deux autres enfants de la même famille paraissent nor- 
maux mais ont de l'exagération de divers réflexes : ce qui indi- 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE NERVEISE. 241 

querait chez eux un état de réceptivité tout spécial du système 
nerveux et tout |)orte à cmire que sous l'influence d'une cause 
occasionnelle (pielconque la maladie pourrait se dévelop|)erclicz 
eux et réaliser ainsi le type familial oixlinaii-e. L. W. 

XXXIV. — Observation de dystrophie musculaire ooniréni- 
tale à forme hypertrophique ; i>ar Pini. (Riv. crit. di rlinica 
tned., VM), 

Gan;on de 19 ans a\ant de riiypei'ti-ophie du sterno-cléido- 
mastoîdien, du trapèze, du biceps, du long chef et du vaste 
externe tricipitaux. Les muscles hy[»erlrophiés ne donnent pas la 
sensation de mollesse. L'électricité donne des réactions nor 
maies. L. \V. 

XXXV. — Spilepsie réflexe par rétrécissement spasmodi- 
qne de l'œsophage ; par L. Ë. BregmasJ XeitroIog.Centralbl^ 
XX, 1901.) 

Jeune homme de 25 ans, présentant les signes de l'obturation de 
Textrémité inférieure de rœsophage.Elleest fonctionnelle, car, mal- 
gré la longue durée de Taffection, la nutrition est relativement 
satisfaisante, le réti^écissement est perméable aux sondes les plus 
grosses, les commémoratifs ne révèlent aucun motif de sténose 
organique. 

Au-dessus du rétrécissement, existe une dilatation admettant 
pivs de 400 cent, cubes d'eau, dont les parois sont le siège d'un 
catarrhe chronique, (^e nVst pas un diverticule, car, on réussit à 
introduire la sonde dans l'estomac ménie (|uand le sac est plein 
d'aliments, l'épi-euve des deux sondes, l'une dans l'estomac, l'au- 
tre dans le sac, montre que l'eau versée dans celui-ci passe dans 
celui-là, enfin l'éclairage Rœntgen dessine la dilatation cesopha- 
gienne effilée par le bas. 

Le rétivcissement est survenu dans lenfance spontanément, 
sans cause, s est graduellement aggravé, a rendu l'alimentation 
de plus en plus difficile. Ni hystérie, ni neurasthénie : une sieur 
du patient est arriérée physi((uement et intellectuellement. Puis 
s'est produite la dilatation et l'inflammation catarrhale chroni- 
que. 

Enfin se sont manifestés des accidents é\idemment épilepti- 
ques perle de connaissance, etc.), qui sont réflexes, car ils ne se 
montrent «lue pendant le repas sous rinfluence <les ettorts pour 
faire passer les aliments : ils se sont ajoutés à l'affection lo- 
cale, aloi-s que celle-ci existait depuis bon nombre d'années, et le 
passé, pas plus (jue l'existence actuelle du sujet ne trahit de cau- 
ses telles que syphilis, alcoolisme, traumatisme, infection. Trai- 
tement : .sondages, lavages, nei'vins, toni(|ues, alimentation ivc- 
tale, KRr. P. Kkkaval. 

Arcuives, 2- série 190r., I. XIX 10 



Digitized by 



Google 



Ô42 REVUE LE PATHOLOGIE NERVEUSE. 

XXXVl.— Réplique aux critiques de M. Kienbciicksur ma 
symptomatologrie des troubles trophiques de la syrlniro- 
myélie (ostéomalaoie) ; par S. S. Nalbandoff — Réplique 
à cette réponse ; par Kienb^eck. — Gontributioa k la 
pathogénie des arthropathies dans la syrlngomyélie ; 
par HuDovERNiG, (Neurolog. CentralbUitt^ XX, 1901.) 

Le travail de M. Kienbœck intitulé: Troubles trophiques dans le 
tahes et Ui syryngomyèlie étudiés à Vaide des rayons de Rœntgen 
( Nêurolog. CentralbUttt, XX. 1901) dénie à la dtValcilication des 
os, mise en lumière par M. Nalbandoff (Deutsche Zeiisch. f, Ker- 
oenJieilk. 1900.XVU.et Obosrènie psichiatrii.VA^Q) toute impor- 
tance névropathique. (Voiries Archives de NeurologieX WWA^'ly 
p. 66 et t. XVI. 1903 et p. 425.) 

M. NalbandofT insiste. La décaleilication des phalanges osseuses 
est un phénomène sinj^ulier, non encoi'e signalé; il existe un 
rapport entre la disparition de la chaux et les phlegmons chmni- 
ques. « Celle décalcification passagère d'un os enflammé dans une 
inflammation phlegmoneuse grave n'a rien de rare, répond 
M. Kienbœck, même chez un individu ordinaii*e. Le ramollisse- 
ment avec transparence des os des doigts, en l'espèce, tient à -ime 
simple décalciiication de la substance osseuse fondamentale. Ce 
n'est pas de l'ostéomalacie, c'est de Vlmlistérêse inflammatoire ; 
cela n'a rien d'extraordinaire, de réflexe ; c'est dû à l'ostéomyé- 
lite, à rhypei'émie inflammatoire. » 

M. Hudovernig donne une nouvelle observation, avec radio- 
grammes, caractérisée par du uystagmus et une arthropathie de 
l'articulation du coude et du poignet, ayant eu pour cause occa- 
sionnelle un effort musculaire exagéré. L'affection de la moelle 
a piM^alablement, comme le dit M. (Uiarcot, déterminé une grave 
altération de structui-e sur laquelle a agi le traumatisme. L'affec- 
lection médullaire a modiiié la nutrition des articulations qui, de 
ce fait, se sont trouvées prédisposées à faire, sous l'influence d'un 
traumatisme léger, de l'arthrite grave ; avec celle-ci s'est déve- 
loppée la déformation do chacune des |wirties constituantes des 
articulations. Telle doit être la genèse de la plupart des arthropa- 
thiop syringomyéliques ; le point de départ du trouble de la nu- 
trition, la cause des atrophies, doivent être centraux et non péri- 
phériques, 

« La décalciflcation de Nalbandoff tient simplement au phleg- 
mon et non à la syringomyélite, car, dans notre observation, 
c*est M. Hudovernig qui parle, il n'y avait pas de décalcification. 
Mais il est probable que dans le cas de Nalbando(r,la dé<*alclflca-' 
tion consécutive au phlegmon n'eût pas été si intense,si le phleg- 
mon eût eu lieu chez un individu sain, indemne desyringomyé- 
lie. Les os du malade devaient, de par raffection de la moelle. 



Digitized by 



Google 



RËVtJB DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 243 

être prédisposés à cela> à raison de Taltération de structui'e 
dont parle Ghaixot ; le phlegmon en sévissant sur un os déjà 
rainé a exagéré la destruction osseuse. » P. Kkraval. 

XXXVII. — La genèse du tabès ; par C.Pandy. LVeJuro/ogr. 
Centrait., XX. 1901.) 

M. Pandy résume ses expériences et les conclusions qu'il pré- 
tend en tirer. 

C'est la région des bandelettes externes ou la 2one intermé- 
diaire qui sont les plus sensibles à Faltération des échanges nu- 
tri tifs.Quelle qu'en soit l'origine (pellagiv, ergotine,plomb,alcool, 
syphilis, diabète, atTection organique du cœur), une fois que l'al- 
tération a commencé elle s étend toujoura plus loin aux fibres 
connexes et voisines. 

Les cordons postérieurs peuvent dégénérer, tandis ([ue les raci- 
nes postérieures demeurent intactes et les racinesétant dégénérées, 
les cordons postérieur peuvent demeurer indemnes. La lésion 
dos cordons postérieure peut donc être indépendante de celle des 
racines postérieures. 

Or, ce n'est pas la lésion des racines postérieures qui occa- 
sionne le tabès, mais inversement, la lésion des cordons posté- 
rieure s étend aux racines. 

Le tabès est une lésion pseudo-systématique, endogène,qui com- 
merce par la zone de Gharcot etPîeri'et des cordons postérieui*s de 
la moelle (zone intermédiaire, bandelettes externes), et qui,selon 
toute apparence, provient d'une intoxication syphilitique chroni- 
que des cordons postérieui's. Cette «one est sans exception, dans 
tous les troubles des échanges nutritifs, la partie la plus sensible 
des cordons postérieur ; c'est pour cela que les dégénérescences 
bydi^opiques, pellagreuses, et autres, s'y produisent en premier 
lieu pour, delà, gagner, comme dans le tabès, les autres parties 
les plus voisines du cordon postérieur et aussi les racines posté- 
rieures. La lésion de la sone Charcot^Pierret est la condition sine 
qua non du tabès ; c'est ce qui explique non seulement toutes les 
altérations anatomiques, mais le tableau clinique. 

P, Keraval. 

XXXVIII. —Des symptômes cérébraux dans la carcinoma- 
tose ; par A. Saenger. (iSTcuro^ogr. CentralbLj XX, 1901.) 

De faits extrêmement nombreux examinés par l'auteur, il 
résulte que les symptômes cérébraux de la diathèse cancéreuse 
sont de deux ordres principaux : l*» d'ordre général ; 2® d*ordre 
spécial. 

Les symptômes cérébraux d'oinlre général se manifestent par le 



Digitized by 



Google 



244 REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 

coma, Tapathie, la démence ; il n'exisle pas de lésions analomi- 
ques ; ces troubles sont probablement de nature toxique. 

Les symptômes cérébraux spéciaux, ou symptômes de lésions 
en foyer se traduisent ou non par des lésions niacix>scopiques. 
a). Ceux qui ne se traduisent par aucune lésion visible à l'œil nu 
émanent probablement d'une métastase cancéreuse microscopi- 
que dans les méninges ou la substance du cerveau, ou encore 
(('altérations que nos méthodes de recherches actuelles ne per- 
mettent pas de découvrir, b). Ceux dans lesquels on constate une 
lésion macroscopique dérivent : a) de tumeurs métastatiques de 
grosseurs divei'ses ; p) d'hémorrhagies ou de ramollisseipents sans 
néoplasmes métastatiques. 

Il peut y avoir combinaison de symptômes cérébraux de nature 
générale et de symptômes cérébraux de nature spéciale. 

P. Keraval. 

XXXIX. — Mutisme hystérique, a^raphie et kleptomanie ; 

par N. N. ïoporkow. {Obosrénié psichiatrii^ Vil, 1902.) 

Belle observation encadrée d'une revue bien faite,déniontraiil 
rimpossibilité d'établir et de sérier les tableaux cliniques de 
l'hystérie. Les symptômes sont éminemment changeants indivi- 
duellement. P. Keraval. 

XL. — De ramaurose hystérique ; par H. Kron. [Neurolog. 
CentralbL, XXI. 1902.) 

Grouper un grand nombre de cas et en examiner les particula- 
rités afin de juger de cet important phénomène si embarras2»ant 
au point de vue médico-légal, tel est le but de Tauteur. 11 nous 
donne d'abord deux observations pei*sonnelles dont la première a 
trait à la question de savoir s'il s'agit d'une hystérie traunialique 
ou du foudroiement direct du système ner\eux.Elle concerne une 
téléphoniste de 24 ans, qui, pendant qu'elle opérait, fut frappt^ 
d'une décharge atmosphérique émanée d'un oi*age planant sur 
Magdebourg. Amaurose de l'œil gauche ; mais il fonctionne sous 
l'influence du fonctionnement simultané de Tœil droit. C'est donc 
une afTeclion psychique (iiguresl. 

La révision des faits collectés dans la science indique les princi- 
pales particularités suivantes. 

L'amaui'ose bilatérale n'est pas ran? : 26 obsei'valions contre 23 
unilatérales. Sur les 23 unilatérales, 13 concernent l'œil dit>it, t» 
l'œil gauche. L'amaurose unilatérale a frappé 7 hommes et 10 
femmes ; la bilatérale, 4 h., 22 f. L'amaurose à un seul accès a 
été : — (I, ti'ansitoire (({uelques joui*s de durée; en 1 1 cas ; — b, 
de courte durée i2 à 6 semaines) en 11 cas ; — c. de longue durée 
(i mois à 10 ans; en 10 cas. L'amaurose à plusieurs accès s'e^t 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 245 

montrée : — a. inUM-mittenle réjfulière en 2 cas ; — b, inter- 
mittente irrégulière en 2 cas; — r. i*éci(li vante en U cas. L*examen 
do la marche des accès montre Terreur des auteurs assignant à la 
dui-ée de laniaurose hystérique quelques heui-es ou jouis puisque 
sur les 32 faits d'accès uniques il y en a 11 qui ont duré 2 à 6 se- 
maines, et 10 qui ont persisté 4 mois à 10 ans. L'âge cori*espond 
en général aux chiffi-es de Biiquet et Landouzy sur l'apparition 
de l'hystérie. 

Sur les A\) observations, il n'y eut U) fois aucune autre nmni- 
festation de Thystéi'ie mentionnée ; 4 fois toute autre manifes- 
tation hystérique fut certainement absente ; en 2î) cas il en exis- 
tait plus ou moins. (Vest dans Tamaurose bilatérale qu'existent 
généralement les manifestations hystériques les plus violentes. 
Bien entendu, l'amaurose peut être le symptôme unique de l'hys- 
térie. Le développement graduel de Famaurose n'a eu lieu que 
2 fois ; on mentionne relativement peu qu'elle ait été précédée 
d'attaques ou convulsions hystériques : peu de cas aussi où les 
émotions aient éU* la cause immétliate de la cécité ; 8 fois seule- 
ment le traumatisme. 

Nulle part la paralysie des muscles intrinsèques de Fœil n'est 
établie, pas plus que l'immobilité purement it*flexe des pupilles 
avec conservation de l'accommodation. Pas davantage d'opinion 
unanime quant aux muscles extrinsèques ; ils ne sont pas para- 
lysés dans le petit nombre de cas où ils présentent quelque ano- 
malie, sauf pour la blépharoptose. Le fond de l'œil, indemne par 
définition (amaurose mentale), peut présenter quelque modifica- 
tion à raison de la contracture spasmodique ou de la dilatation 
partielle des vaisseaux (Galezowsky, Charcot). Une neuro-rétinite 
a constitué une complication dans le cas de Schweigger. 

L'évolution est bénigne dans l'immense majorité des cas : la 
guérison est la règle ; 38 des 4'J malades se sont rétablis. Traite- 
ment surtout moral, y compris électricité», magnétisme, sugges- 
tion. 

La question de la simulation est difficile à résoudre. L'aveugle 
psychique se meut dans l'espace autrement que l'aveugle soma- 
tique. 

Dans Vamaurose uniMérale^ Vœil malade peut fonctionner soux 
rinfluence de la vision binoculaire : quand on fertne Vœil sain^ 
Vœil malade est initàble, erratique^ vague^ et ne reprend sa stabi- 
litèf sa fixité que lorsquon rétablit la vision binoculaire (Kron, 
Rœnigstein). Tous les instruments d'épreuve sont donc perni- 
cieux à l'accusé. L'expérience du médecin reste en défaut en 
présence d'une amaurose monosymptomatique de l'hystérie, sur- 
venue sans prodromes, sans cause apparente. 

P. Keraval. 



Digitized by 



Google 



ASILES D'ALIENES 



V. — La situation des enfants anormaux en Suisse ; par 

Decroly. (Policliniqiu de Bruxelles, 1903, n» 23.) 

Une statistique dressée en 1897 par le ]> Gan^uîUet indique 
que sur 400.000 enfants eu à^e scolaire il y avait 13.155 anor- 
maux des diverses catégories dont 7667 faibles d'esprit, parmi les- 
quels 2615 appartenaient au groupe des idiots, des imbéciles et 
des crétins. Après avoir rappelé ce que doit être renseignement 
des anormaux et dans quels milieux ils se recrutent surtout, Tau- 
leur attii'e Tattention sur l'utilité de la création des coui's nor- 
maux pour inslituteui*s se destinant à cet enseignement particu- 
lier et aussi sur les avantages des patronages pour enfants sortant 
des écoles d'anormaux, il exprime le désir que son pays s'ins- 
pire de la Suisse ; faisons le même vœu pour le nôtre. L. Wahl. 

VI. — L*assistance familiale et la réforme de la loi sur le 
régime des aliénés en Hollande ; par le D** Meeus. (BulUde 
la Soc. de méd. ment, de Belgique , 1904, n» 11 6.) 

En vue de favoriser l'assistance familiale des aliénés en Hol- 
ande,il vient d'être déposé un projet apportant des modifications 
à la loi du 27 avril 1884 sur le régime des aliénés et du 28 juin 
1854 sur l'assistance publique. 

L'article II de ce projet de loi règle la situation légale des alié- 
nés placés dans les familles : ceux-ci continuent d'appartenir, de 
fait, à l'asile autour duquel ils sont placés. 

L'article 111 du même projet assure aux aliénés assistés dans 
les familles les secours que la commune-domicile doit aux alié- 
nés indigents et aussi les subsides ordinaires de la Province et de 
l'Etat. Ci'est à la direction de chaque asile qu'appartient le di'oit 
de désigner les aliénés qui peuvent bénéficier de l'assistance fa- 
miliale. 

A propos de ce dernier point, plusieurs médecins de la Société 
psychiatrique néerlandaise ont émis le vœu que le médecin en 
chef de chaque asile devait être le seul juge de l'opportunité du 
placement dans les maisons de nourriciers, celles-ci,d'après l'es- 
prit même du projet de loi, faisant partie intégrante de l'asile 
dont elles deviennent une sorte de quartier. G. Deny. 

Vil. — Rapport annuel de la section des aliénés de Thôpi- 
tal arménien de Saint-Sauveur à Gonstantinople ; par le 

D' Luigi MoNGERi. [Bull, de la Soc. de méd, ment, de Belgique^ 
1904, n» 115.) 



Digitized by 



Google 



ASILES d'aliénés. 



247 



Vlll.— Létiologie de lldlotie simple comparée à Tétlologie de 
la paralysie infantile cérébrale ; par le D' W. Kœnig, de 
Dalldorf. (AUgem. Zeitsch, fin- Psijchiatric, 1904, p. 133.) 



1. — Maladie noi-voimo oumontalo 
dp« a9cendant{« 

2. •— PhUiisie don nHcrndantfi .... 

3. — Père |n*and buveur 

4. — (Iboc pKyobiqup de la mi'^re 

5. — Traumatisme durant la^ros- 
»e»»o 

6. — Coneonguinité don parentf«. . 

7. — Prîniojrénilure 

8. — Naissiuice avant terme 

9. — Naissance illi^itime 

10. — Rnfant délicat A la nai{«t»ance. 

11. — I^nrant, un den derniern ou 

le dernier d'une nombreuse 
famille 

12. — Maladie ner>'euse ou men- 

tale de frère ou sœur 

13. — Plitliisie, étal wrofuleux de» 

frères ou sœurs 

14. — Nombreuses morts de frères 
ou sœurs dans Tenfance, avor- 
tements plus ou moins soup- 
çonnés 

l.i. — Aecoucliemenl laborieux et 
asphyxie à la naissance 

16. — Traumatisme 

17. — Maladies infectieuses 

18. — Lues 



Paralyetc 

Infantile 

cérébrale 


Idiotie simple 


env. 28,5»^ 

env. 14,4% 

23% 

23oo 


32% 

env. 13,8% 

env. 15% 

env. 12,5% 


env. 2,9% 
1,4% 

27,lr. 

10% 

10% 

15,7*0 


env. 8% 
env. 1,1% 
env. 17.6% 

3,80. 

6,5% 

10% 


10% 


16,9% 


7,1% 


30,7% 


5,7% 


2,3% 


35,7% 


env. 16,8% 


11,4% fl4%)? 
5,7% 

ri% 

4u de certjiins 
3% de probabes 
soit environ 7% 


10% 

2,6% (2,5%?) 

3,4% (2,3%?) 

0,5 Vq do certain 

4,2%deprobabl. 

soit env. 10,7? o 



IX. — Bssai de 



classification des enfants 
par M. Grozmann. 



anormaux 



!• Enfants anormaux de naissance : idiots, imbéciles, fous, cri- 
minels et pervertis moraux ; 2** Enfants atteints d'anomalies con- 
génitales : ép'ûepiiqiieB, BL\eug\9S, sourds-muets, etc.. ; ^^ Enfants 
atteints d'arrêt de développement : Groupes pathologiques : enfants 
d*appat*ence noi*male à la naissance, mais ayant subi un arrêt de 
développement relevant : a] de causes héréditaires ; b) de mala- 
dies, d'une frayeur, etc.. Ces groupes se rapprochent du groupe 
des eAfants atypiques ; mais le traitement est moins efficace 
chef les enfants des premiers groupes que ches les enfants vral- 



Digitized by 



Google 



248 SOCIÉTÉS SAVANTES. 

ment atypiques ; et loi*sque ce traitement n est pas institué à 
temps, les enfants peuvent devenir de véritables anormaux : 
4® Enfants atypiques (déviés du type moyen) : a) Enfants névro- 
pathes et neurasthéniques : atteints d'excitation et de précocité, 
irritabilité, tendances perverses, troubles moteurs, tics, peurs et 
obsessions. Troubles vaso-moteui-s, sensoriels et troplyques, 
etc.... ; — b) Enfants retardés dans leur développement: soit par des 
des causes physiqueis, catarrhe chronique, troubles chroniques 
de la nutrition, de la vision, etc..., soit par la lenteur de leur 
développement cérébral. Ces enfants atypiques sont anormaux ; 
en puissance ; autrement dit, ils peuvent, s'ils sont délaissés, 
présenter des troubles permanents, mentaux ou normaux : 
5° Enfants pseudo-atypiques : a) Enfants dont les progrès à V école 
sont retardés par : a) une maladie accidentelle ; b) les change- 
ments d'écoles : 3*» un développement relativement lent : 4<» des 
difficultés physiques telles que difformités, végétations adénoï- 
des, etc.... ; b) Enfants dont le développement est d'une rapidité 
inaccoutumée^ sans véritable précocité ; c) Enfants d'éducatiori dif- 
ficile : méchants, agités, voleurs. Ces enfants pseudo-atypiques 
doivent être h^aités, sans perdre de temps, comme les atypiques 
et les dégénérés. (Revue neurologique du 15 décembre 1904, p. 
1179). 



SOCIETES SAVANTES 



SOCIÉTÉ DENEUROLiKVlE 

Séance (lu 2 février 190."). — Pri^sidence he M. BRissArn. 
Myasth en ie bulbo-spinale , 

MM. Launois, Klip[»el et M. Villaret présentent un malade 
atteint du syndrome myasthénique dans sa l'orme bulbo-spinale 
(Erb-Godflam). Mais la myasthénie peut être le résultat de di- 
verses maladies du système nerveux, ou apparaître à titre d'as- 
sociation morbide. Tout récemment, MM. Brissaud et Bauer ont 
vu la myasthénie associée à une maladie de Basedow, terminée 
par la guérison, et Kollarits, de son côté, avait conclu que le 
syndrome dErb-Goldflam, de même que la réaction de fatigue, 
pouvait se montrer au coui^ de diverses maladies. Chez notre 
malade, la myasthénie est associée à une neurasthénie décelable 
par les signes suivants : développement de la maladie à la suite 
du chagrin et du surmenage, dépression psychique et idées- 



Digitized by 



Google 



SOCIÉTÉS SAVANTES. 249 

ti*ist4^s au début, désordres de la motricité consécutifs, maux do 

ttVte, paresthésies multiples, anesthésie par places, douleurs 

erratiques, dyspepsie atonique, concomitante. Ces signes sont 

au second plan par rapport à la myasthénie, mais leur existence 

o*>t importante àsiprnaler. Dailleui^, l'évolution de la maladie, 

*|iiî s*améliore sensiblement, peut répondre plus spécialement à 

la. neurasthénie ; cet argument ne serait pas cependant décisif 

puisque MM. Raymond et Sicard, dans la dernièiv séance de 

eot te Société, ont présenté un malade myasthénique dont la gué- 

risona été complète et sVst maintenue,ce qui, pour ces auteuins, 

ne serait pas exceptionnel. Notons que, chez notre malade, il 

ôfAÏt survenu il y a quati*e ans un syndrome atténué dans sa 

Ki'avîté et sa dui-ée, comparable à la myasthénie actuelle et dont 

la guérison fut alore complète. Insistons, pour terminer, sur ce 

fait que notre malade présente plusieurs tares qui se lient à des 

ti-oubles de développement. 

Sclérose en plaques chez un enfant de 5 (tns, 

M. Armand-De LILLE préseutc une fillette atteinte de tremble- 
ment intentionnel avec démarche légèrement spasnioilique, 
exagération de tous les réflexes tendineux, clonus du pied et 
nystagmus. 11 s agirait d'une sclérose en plaques à forme spinale. 
C>ette affection ne parait pas relever nettement d'une maladie 
infectieuse. L'enfant a eu la rougeole un an auparavant, et c'est 
tî mois après que les parents on tremaixiué le tremblement, mais la 
marche a toujours été spasmodique, aussi faut-il peut-eti'e inci'i- 
niiner une infection de la l»"» enfance restée inaperçue. 

Mouvements associés en dehors de Vhémiplégie , 

MM. Brissaud et Sicard montrent une femme atteinte depuis 
plusieurs années de syncinésie. Tout mouvement, acte ou geste, 
ronscient ou non, accompli par une main est exactement repro- 
iluit par lauti-e. (]e symptôme tient à une disposition ou lésion 
organique très ancienne. La seule présomption d'atteinte pyra- 
midale consiste dans l'exagération des réflexes. La malade pré- 
sente l'écriture spéculaire spontanée. 

Tahes avec atrophie dans le domaine moteur du trijumeau, 

MM. P. Marik et Leri amènent un malade qui offre les symp- 
tômes les plus divers du tabès dorsal caractérisé. Il a 
en plus une atrophie très marquée des masticateurs du côté 
gauche ; cette atrophie frappe à première vue pour le masséter 
et le temporal ; elle se dénote pour le ptérygoïdien externe, par 
l'impossibilité des mouvements de diduction du côté opposé. Le 
myélo-hyoïdien et le ventre antérieur du digastrique, innervés 
aussi par la branche motrice du trijumeau, sont également atro- 



Digitized by 



Google 



250 SOGlÉTés SAVANTE^. 

phiés. Enlin la lueUi» est déviée vers le côU^ gauche et le voile 
du palais abaissé de ce ciMé, ce qui est tout à fait corilirmatif de 
Topinion encore discutée qui fait innerver le péristaphylin 
externe par les fibres que le gan^rlion otique reçoit du trijumeau. 
Ces atrophies dans le domaine du trijumeau au coui^s du tabès 
sont tout à fait rares, on n'en a encore signalé que deux cas 
(Schultze, Chvostek). On constate de plus chez ce malade,dans la 
xone du trijumeau.des tmubles sens! tifs (troubles delà sensibilité 
tactile) et des troubles trophiciues (cataracte précoce, chute spon- 
tanée des dents). Il y a aussi une oplitalmoplégio totale qui s'est 
faite en plusieurs temps (paralysie de la VI* paire d'abord, puis 
de la 11I« et de la IV') et une cécité par atrophie papillaire. La 
concomitance de lésions importantes dans le domaine des II, III, 
IV, V, Vl«* paires et dans celles-ci seules ne s'explique bien que 
par une méningite de la base ; or c'est précisément cette lésion 
que nous avonssignalée comme constante, ou presque conslan le, 
au pourtour des voies opti(jues dans les autopsies de tabétiques 
aveugles. O malade offre une confirmation clinique du fait 
anatomique que nous avons avancé. Il est probable que diffé- 
rents autres troubles dans le domaine des nerfs crâniens chex 
des tabétiques sont dus à cette méningite de la base. 

Névrite ascendante^ 

MM. FIavmond et Guii.lain présentent un malade qui, à la suite 
d'une petite plaie suppurée de la main gauche, ressentît plus 
tard de violentes douleur*s dans tout le membre ; le médian, puis 
le plexus brachial, devinrent douloureux et il se produisit de 
linégalilé pupillaire. 

Iléiniplégié cérébrale infantile. 

M. Faurk-Bkaulieu montre un malade dont la musculature 
du côté hémiplégie est très hypertrophiée et atteinte d'un état 
spasmodique dont Tintc^nsité varie. 

Maladie de Parkinson et état paréto-spasmodiqu^. 

MM. L. Lkvy et Taguet présentent un malade de 45 ans, pré- 
sentant un ensemble dé symptômes qui se rapportent à la ma- 
ladie de Parkinson : raideur des membres, lenteur et maladresse, 
antépulsion, rélropulsion, chaleui^ paroxystiques, faciès figé, 
tremblement à l'état de repos, qui apparaît quand les extrémités 
ne sont pas fixées. En outre, existe un état parétospasmodique 
avec amyotrophie diffuse. Diminution simple de la contractilité 
faradiquo et galvanique. Les réflexes sont exagérés sans qu'on 
constate d'ailleurs ni trépidation épilcptoïde, ni signe de Ba- 
binski. Après discussion, les auteui-s admettent que ce syndrome 



Digitized by 



Google 



sociérés savantes. 251 

fait partie de la maladie de Parkinson.' Ëst.-il myopathique, 
iiiyélopathique ? Vient-il éclairer la nature de rafferiion 1 

Ilérédo^syphilis dunévrttœe à forme tabétique très améliorée par le 
traitement mer cartel , 

MM. GuiLLAiN et Thaon montrent un garçon de 14 ans, hé- 
i-«*ditaii*e syphilitique avéré, qui, il y a deux ans, a commencé à 
i-essentir des douleurs fu1<;urantes dans les membres inférieui's 
ft à présenter de Tataxie. Au mois de juillet 1904, les accidents 
nt'rveux subirent une poussée ; quand il vint au mois d'août 
tlt^rnier à la Salpétrièreon constatait une fjrande ataxie, le sij^ne 
tle Romber*r, de la dysarthrie, de la dysphagie, une certaine 
obnubilât ion psychique et un peu d'amnésie. Le malade fut mis 
au traitement mercuriel intensif, et rapidement la plup|Lrt des 
syn>ptômes s'amendèrent. Aujourd'hui (janvier 1905), il n'a plus 
ni ataxie, ni signe de Ilomberg, ni dysarthrie. Mais Tabolition 
lies réflexes achilléens et rotuliens persiste,ainsi qu^une atrophie 
papillaire bilatérale et l'immobilité des pupilles à la lumière et à 
la convergence. Cette observation a paru intéressante à rappor- 
iev par ce fait qu'on est en présence d'une modalité relativement 
rai*e de la syphilis héréditaire du névraxe ; de plus, la réti*oces- 
sion de la plupart des symptômes de la série tabétique par le 
traitement mercuriel dans un cas d'hérédo-syphilis doit èlve 
prise en considération au point de vue de la pathogénie des af- 
fections de cet ordre. 

Confusion mentale. 

MM. Gilbert-Ballet et F. Rose apportent les pièces d'une 
malade ayant présenté pendant la vie le syndrome de la confu- 
sion mentale, et à l'autopsie de laquelle on trouva une pachy- 
méningile du lobe frontal droit, constituée par de la scléro- 
gourme. Quoique la malade fût suspecte d'éthylisme, il est peu 
probable qu1l s'agissait de confusion mentale toxique, vu Tint*»- 
grité des cellules corticales et du foie. Et il semble permis de 
rendre la pachy méningite spécifique frontale responsable du 
syndrome de la confusion ; ce syndrome se rencontre d'ailleui's 
dans d'autres lésions organiques du cerveau, telles que les tumeurs, 
par exemple. 

Sections nerveuses, 

M. Mélia (de Milan) a étudié, par la méthode de Gajal des nerfs 
sectionnés et a trouvé après trois semaines des fibrilles très nom- 
breuses et fines dans le bout périphérique. 

Maladie de Recklinghausen, 
MM. Chiray et Corvllos présentent un cas typique avec 



Digitized by 



Google 



252 CORRESPONDANCE. 

nœvi, taches pigmentaires, tumeui^ cutanées et sous-cutanées 
(derinato et neuix>-fibronies) chez un hérédo-syphilitique. 

MM, Brissaud, Dkjerine, Huet et P. Marie, à propos d'un 
cas atypique de myopathie, admettent révolution de ce syn- 
drome chez un malade atteint de paralysie infantile myélopa- 
thique. F. Roissier. 



CORRESPONDANCE 



Personnel médical des asiles d'aliénés. 

Mayenne, le 13 février 1905. 
Monsieur et très honoré Maître, 

Je n ai pu répondre plus tôt à la circulaire que vous avez bien 
voulu me faire parvenir, à cause d'un changement de poste de 
l'asile de Bailleul à celui de Mayenne. 

C est donc surtout la situation de l'asile de Bailleul où je suis 
resté six ans que je puis envisaj^er. Dans un asile comme celui- 
là, où existe un pensionnat très important, rapportant 250.000 fr. 
par an, et où l'on compte 300 nouvelles entrées annuelles, avec 
une population totale de 1.400 malades, la proportion actuelle 
d'un médecin en chel, de deux adjoints est, à mon avis, tout à 
fait insuffisante. 

Un professeur de la Faculté de médecine de Lille me disait, il 
y a quelque temps : u Je ne vous envoie jamais de malades de 
ma clientèle particulière, parce qu'à l'asile de Bailleul, les ma- 
lades ne sont pas soij^nés. Je compte le médecin en chef pour 
un, les deux adjoints qui sont annihilés par le médecin en chef, 
pour 1/2. Vous êtes donc, selon moi, un médecin et demi pour 
soigner 1.400 malades ». 

Il faudrait, selon ce professeur, calquer, pour les asiles, l'or- 
ganisation des services hospitaliers : plus de médecins-adjoints, 
mais autant de services médicaux autonomes que de médecins, 
chacun des médecins étant, bien entendu, responsable, et les 
médecins-adjoints nouvellement reçus commençant par êti^e mis 
à la tète d'un service de chroniques. 

Pour trancher la question de la proportion des médecins, il 
faudrait, à mon avis, commencer par créer pour les aliénés la 
division logique qui a toujours existé pour tous les autres ma- 
lades : services d'hôpilaux^et services d'hospices ; mettre à part 
les aliénés ayant moins de deux ans de séjour (ce laps de temps 



Digitized by 



Google 



CORRESPONDANCE. 253 

indiqué déjà par Ësquirol est une manièi-e de voir sans doute 
trop générale^ et il y aurait à envisager des questions d'espèces) ; 
puis constituer alors avec les autres malades des services d'hos- 
pices formant le bloc des chroniques. 

Dans ces deux classes de services, la pi*o[>ortion des médecins 
n«* tlevrait pas, sans doute, être la même. Pour les malades ayant 
moins de deux ans de s<*jour, je crais qu'un médecin ne peut pas 
\éritablement suivre et soigner réellement plus de 100 malades. 
Ce qui malheureusement empochera longtemps encore, je le 
crains, la réalisation de cette réforme, c'est la question d argent, 
les asiles de province en dehoi*s des asiles du iNord (Armentières 
et Bailleul) restés autonomes, dépendant tous des conseils géné- 
raux hostiles à toutes dépenses, et refusant même de plus en plus 
généralement à accorder jusqu a une retraite aux médecins ac- 
tuels, malgré des versements réguliei-s faits pendant 30 ans. 

Dans rOise, les médecins de lasile de Clermont >ei*sent à la 
Caisse nationale des retraites pour la vieillesse, comme les 
cardes-champêtres î 

Dans TAllier, la préfecture refuse de faire suivre les \ersements 
des médecins (|uittant le département ; dans la Haute-Vienne, on 
ne peut verser que sur 5.000 Ir. de traitement, aloi-s que les 
règlements ministériels prévoient des classes juscfu'à 8.000 fr. 
Dans le Nord, les médecms-adjoints de Bailleul et d'Armentières 
ont pu faire ramener de 20 à 10 le nombre d'années de séjour 
dans le département donnant droit à une pension de retraite. Sans 
cela, M. le docteur Cortyl, âgé de 72 ans, et n'ayant encore que 
15 ans de service dans le Nord, aurait dû attendre jusqu'à 77 ans 
l>our avoir droit à une retraite malgré 40 années de service dans 
les asiles publics d'aliénés. 

Le seul moyen pour aboutir à des réformes serait, à mon avis, 
de rendre les asiles autonomes et sous la dépendance directe et 
exclusive du ministère de Tlntérieur. Pour cela, il faudrait que 
tout nouvel asile créé pût, à l'aide de ses bénélices annuels, rem- 
bourser par annuités le département des sommes avancées pour 
sa construction. Les asiles déjà construits devraient également 
bénéficier de cette manière de faire pour arriver à se libérer \is- 
à-vis des conseils généraux, et obliger aloi*s ceux-ci à donner un 
jH'ix de journée correspondant aux besoins réels des aliénés et 
des ser\ices généraux. 

C'est ainsi que l'asile de Bassens a pu empêcher le Conseil gé- 
néral de la Savoie de descendre à un prix de journée absolument 
ridicule. En attendant ne pourrait-on pas, en imitation de la loi 
sur l'Assistance médicale gratuite, établir pour tous les aliénés 
un prix de journée minimum. 

Telles sont, Monsieur et très honoré Maître, les considé- 
rations, que j'ai l'honneur de vous soumettre respectueusement 



Digitized by 



Google 



?54 BlBLlOGRÀPHtE. 

en réponse à votre circulaire, en vous priant d'agréer rhommaii:e 
de mon profond respect. D** Deswartb, 

Médecin adjoint de T Asile de la Roche-Gandon (Mayenne). 

La lettre très intéressante de M. le D' Deswarte TÎent 
coriM)borer, sur bien des points, l'article si documenté de 
M, le D' Coulonjou, j)aru dans notre dernier n® {p. 110). 
L'enquête est ouverte. A nos collègues des asiles de la 
continuer. 



BIBLIOGRAPHIE 



111. — liapporls et budgets dt l'asile d'aliénés d'Evrevx (Eure), 
l)ar le D^ Bkssière, médecin directeur. 

Le 31 décemhi'e 1903, il restait à Tasile 088 malades (487 H. et 
501 F.). Dans l'année, 173 entrées. Le nombre des malades du 
département a auprmenté. « Sous le ivgime des conffés, complè- 
tement inconnu il y a dix ans et pratiqué maintenant aveclibé- 
ralité, l'établissement n'aurait actuellement presque plus de 
places disponibles à réservei' aux aliénés des autres départe- 
ments.» Parmi les admissions, signalons lî cas de démence pn'»- 
coce, dont M. Bessière relate plusieurs observations intéressan- 
tes, avec stéréotypies analogues à celle qu'à décrites plus haut M. 
le D' Dromard ; Ode folie alcoolique, autant de cas de paralysie 
générale, 10 cas d'idiotie ou d'épilepsie.« C'est toujoure la période 
de la vie comprise entre 50 et 40 ans qui est la plus atteinte par 
Taliénation moniale », 

Il y a eu *24 sorties par guérison et 15 par amélioration. —87 
aliénés sont décédés dans Tannée dont 13 par tubeiTuloso pul- 
monair'e (1). H n'y en a pas eu par lièvre typhoïde. « tî femmes 
sont mortes subitement d'attaques convulsives. La plupart des 
épileptiques meurent de cette fa(;on. » A Bicôtre nous n'avons 
qu'assez rarement des décès subits dans les accès isolés, même 
par état de mal. 

Lespi'évisions budgétaires de l'exercice 1905 sont basées sur un 
chiffre de lecettes de 483.618 fr. qui ont été balancés en dépen- 
ses. L(î prix de journée pour les maluKles de l'Eure est de I fr. 20. 
11 est de 1 fr. 40 pour les malades de la Seine. 

(1) « Lei$ décès par lubereulone, plue nombreux que d'habitude^ 
sont dus en partie ix l'hiver rigoureux que nous venons de tra- 
verser, mais ils doivent aussi être attribués à reucombremeui (dis- 
paru aujourd'hui) qui a régné pendant toute Tannée dans les quar- 
tiers des femmes, w 



Digitized by 



Google 



VARIA 



Tares dtnastiques. 

Un de nos confrères les plus notoii^ment favoiiihles «u Uaris- 
me vient de publier une dépèche inquiétante au sujet do la santé 
du tsarévitch Alexéi. On nous raconte que des luttes l'egi'et- 
tables ont lieu quotidiennement enti'e la mèi^' et Tépouse du tsar 
au sujet du traitement que doit suivi*e Tenfant impérial. Et Ion 
ajoute que, mal^i^é le mutisme des milieux officiels, la maladie 
de rhérilier du ti'ône est l'objet de discussions passionnées chez 
les pei*sonnes informées. 

Puisque les défenseui's les moins suspet^ts du tsarisme se rési- 
gnent à toucher à ce sujet particulièrement délicat et douloureux ; 
je crois ne pas devoir retenir par devers moi des rensei^ements 
que je possède depuis quinze jours, mais dont la publication me 
semblait pour le moins superflue. U est parfaitement exact que 
l'état du lils de Nicolas est loin d'être rassurant. J'en ai la preuve 
dans ce passage d'une lettre qui émane de quehfu'un dont le de- 
voir est d'être l'enseigné sur les gestes du nourrisson. 

» L'enfant est complètement malade. C'est bien l'enfant conçu 
par un p«'»re de constitution morbide. Il soulTre de fréquents ac- 
cès de convulsions qui, chaque fois, détei'minent un état de fai- 
blesse inquiétant. Son alimentation est très irrégulièiv. Sa 
chair n'est pas ferme comme il le faudrait. Ses joues sont pâles 
A semblent boui^souflées. Sa colonne vertébrale, parait-il, n'est pas 
normale et l'on raconte ([ue le professeur Oit craint ce ([ue l'on 
appelle le mal de Pot t. Ce professeur aurait déclaré, sur les de- 
mandes d'explication du tsar et de l'inipératrice, que l'enfant 
souffre d'un mal constitutionnel, 

« Ce n'est pas seulement le tsarévitch qui soutTre d'un « mal 
constitutionnel » ! C'est, en dehors de lui, toute la Russie. Mais 
on ne comprend (|ue trop bien ([ue le mal de son fils empêche 
l'eiïïpei'eurde s'occuper de celui du peuple. Si, ces temps dernieis, 
l'empereur n'a pu suivre avw! l'énergie qu'il aurait montrée en 
d'autres circonstances les événements politiques, comme vous le 
lui reprochez à l étranger, c'est parce (|ue le souci inmiédiat de 
son enfant l'absorbait tout entier... » 

Tmgique aveu ! Mais combien il continue tout ce (jue pouvaient 
craindre ceux ([ui connaissent l'histoire de la dynastie Holstein- 
Gottorp. Le<c mal de Potl» dont on parle est, on le sait, une des 
formes les plus désastreuses de la tuberculose infantile. Les deux 
frèrcs de Nicolas 11 en sont atteints. Lui-même, de constitution 
extrêïnement faible, a hérité de ses ancêtres une tare (|ui, ave<! 
celle mentionnée, constitue Tapanage tragique de la famille. 11 
est épileptique. Son père, Alexandre 111, est morl de tuberculose 



Digitized by 



Google 



2o(> FAITS DIVERS. 

miliaiiv, après avoir toute sa vie été sujet à des anomalies psy- 
chologiques (incohérence, amnésie, brusques alternatives d abat- 
tement moral et de violence irraisonnée;, que les cliniciens mo- 
dernes mettent sur le compte de la tuberculose latente. Le frère 
aîné d'Alexandi*e III est mort de tuberculose. Chez Alexandre IL, 
on remarqua, dès la jeunesse, les stigmates psychologi(|ues du 
même mal. 

Faut-il remonter plus loin ?Les tmis frèi'es : Alexandre i«s (k>ns- 
tantin (exclu de la succession pour cause de faiblesse cérébrale) 
et Nicolas I" fui'ent, le premier, un éroiomane d abord, puis un 
mystique, le second un amnésique, le troisième un violent, at- 
teint de phobies divei*ses, en proie à d'inexplicables accès <le 
cruauté subite envei-s les bêtes. Us portèi-ent les lares de leur 
père, Paull*', surnommé Paul le Fou, que sa mère Catherine 11, 
avait exclu de la succession, et dont le règne, auquel mit fin son 
assassinat, ne fut qu'un épouvantable cauchemar de cinq slu». 
Plus haut, nous voyons le père de Paul, ce duc Pierre Ulric de 
Holstein-Gottorp, prince allemand appelé au trôn<^ après extinc- 
tion de la descendance directe de Romanofî Pieri'e-le-Gi'and, en 
1762. Ce fut un dégénéré au premier chef, alcoolique au suprême 
degré, et répugnant en toutes choses, que son épouse Catherine, 
d'origine allemande elle aussi, fit tuer parses courtisans... 

A se rappeler cette longue et douloureuse histoire d*une dynas- 
tie que l'ironie du sort appela à diriger le plus vaste empire du 
monde, on s'explique trop bien l'impuissance morale de Nicolas 
H et la faiblesse native de son héritier. C'est dans Tordre. (L'-l«- 
rore, 17 février 1905.1 Alexandre Ui.ar. 



FAITS DIVERS 



Faculté uk MkDECiNK : Conférences de wètfeciit^ Uyale psy- 
chiatrique. M. le D' Paul Garnier, médecin en chef de i'infu'me- 
rie spéciale, chargé du coui*s de médecine légale psychiatrique, 
commencera ses ccmférences, le samedi 11 roai-s 1905, à 2 heu- 
res, 3, quai de l'horloge. Des cartes d'admission sont délivrées 
au secrétariat de la Faculté à M.M. les docleui-s en médecine, les 
internes des hôpitaux et les étudiants ayant passé leur 4« exa- 
men de doctoiat. Un ceitiiicat de pi-esence constatant l'assi- 
duité à ce cours durant tout le semestre d'hiver* sera régulière- 
ment déh'M'é. 

Errata. — Dans l'article de M. le D' Simon, p. 108 ligne 4 : 
au lieu de «réaction et suicide », lire : réaction suiHde. — Page 
1 10, à la 3* ligne finale, au lieu de « ces tout complexes >» lire : 
ces ensembles complexes. 

Le rédacteur-gérant: Bournevii.le. 
C.iemioiit (Oise). — InipHniorie Daix frères. 



Digitized by 



Google 



AISON DE SANTÉ DE PICPIS 

Ancienne Maison SAINT^MARCEL, entièrement réédifiée 
8 et lO, RUE DE PICPU8 (près la place de la K^atîon) 



I^OXTIER., IVf édecin-DirecteurO. I. O 

ANCIEN INTERNE DEâ ASILES DE LA SEINE | 

LAURÉAT DE LA FACULTÉ DS MÉDECINE DE PARIS 



ÈTASUSSEMENT SPÉCIAL AMÉNAGÉ POUR LES DEUX SEXES 

OIArant lesfPrlz les plus Modérés] 

TRAITEMENT des MALADIES MENTALES et NERVEUSES 

Neurasthénie, Hypocondrie, Hystérie, Epilepsie, etc. 
Paralysies et Délires toxiques, Dipsomanie, Morphinomanie, etc. 

«VRC £T JARDINS AVEC PAVILLONS SÉPARÉS 

Chapelle, Salons de Jeux et de Réunion 

Les médecins sont reçus tous les jours et à toute heure à l* Etablissement 

ÉTABLISSEMENT ANNEXE D'HYDROTHÉRAPIE MÉDICALE 

pPensionnaires et Externes) 

Avec Entrée spéciale : PAVILLON CHARCOT, 13 H, Boulevard DIDEROT 

Station du Métropolitain en face de rEtablissement 



iBUSSEMEUT H8 SAINT-GALMIEft (Loire) 



OURCE BADOIT 



L'Eau de Table sans Rivale 

a. faillis Légère à l'EIstoxnao 



DEBlTdelaSODRCBî 

PAR AM 

|30 RAILLIONS 

de Bouteilles 

Déclarée dlntérèt Fullio 

X>écret du le Août 1897 



w imm 



VALS 






Eaux Min"** Nat'"* acamses dans le^ Hôpitaoz 
Sdl M'JBdH* Maux d'estomac, appétit, digestions. 
IPféCJBUSB. Foie, calculs. Mie. diabète, goutte. 
DomlniQUB. Asthme, chlorose, déhiUies 
ié$lrée. calcul8,coliques. ffla^MBfne. Rcins,gravelle 
fligolette. Anémie. Impératrice. Maux d'estomac. 

Trèi agriablet a boir-). Une BouteiU« pAr Joar. 
£ït%r^lÉTÉ aÉNÉRALE des BAUX. VALS (Ard«oh»i. 

Digitized by 



Google 



PredDits OpoMapipei; 1 

F Obésftè. ^Ê A FI AIIDCUO ■ 4ffraMrrM«. ■ ■ 
r Ooitre.Myxœdème ^ fl^ rLIBUIICrau Mênopmtêê. ~ 1 

r Crér/fl/sme ^ PHARMACIEN ^PoÊt'OmHotomi^ÊÊm 

f THYROIDINEH •* ■- - >^»-> > "«111 'oVAIRINE" 

r"""mEr"°H UWttAWnEAUmilÉparBéemilliiiitàW "^ vfLULÊSB ^ ' 

■ ^flosefltaowoi^B ITérfec/zie (Rippon tic M. NocâiiD). W^ ^J 



IHOUTOnE ACinilÉ par Béent WiiiitMit 

àpféf <rv/« /bvora6i(B (M rAùiu/ém/e de 
Êédecéne (Ripport 4t H. TIocaud). 



k. CMorom.— Tnmbh» ^ 
^Pott'OmHeiomi^Êim ^ 

^ovairine; 

~ PILULES 

«0*1 i 10 MIL 




•ONT ÉGALEMENT PRÉPARÉES DANS LE MÊME LABORATOIRE 
Lft PILULES ot I 

RBOSTATIHE — SEM/KAUKE 

CAPSULÂBIHE - HÉPÂTIME 

HÉPHBOSIHE - SPLÉHIHE 

ÊtEDULLOSS/KE - TUMOSIME 

EMCÉPHÂUIIE - MYOCÂRDIHE 

■tt tTMNit dm tntw Im PkirmteiM. 




VENTB EN O-ROS : 

Sté pe (le FBOSÏÏITS PHAB MACSUTIftUBS, 9,Satdtla PtrU, Paris. 



TRAITEME^T 



DES 



MUIDIES lEEÏÏOSES ET MEITILES DES lEII SEIES 

MAISON DE SANTÉ DE PICPU8 (Anciennement Marcel Sainte-Colombes; 

Hue de PICPtJS, 8 et 10, près de la Place de la Nation. 

MÉDECIN-DIRECTEUR : D' P. POTTIERO.I. ^. ancien interne des a-^iles de la Seine, etc. 

Etablissement ANNEXE D'HYDROTIIÉRAPIE MÉDICALE (Pensionnaires et Externes). 

PAVILLON CHARCOT, 138, boulevard DIDEROT 

D'^ £. SIGNEZ, médecin-résidant, O. I. Q. 



0- 



IN'STIXXJTION' 



ENFANTS ARRIÉRÉS 

MAISOxN SPÉCIALE D ÉDUCATION ET DE TRAITEMENT 
(Fondée en 1847) 

EAUBONNE (S-et-C). — M. Langlois, directeur. 

TR£S GRAND CONFORT - PARC DE 10 HECTARES — TtLËPHOKF 

Glei monl (Oi?e). — Imp. Daix Fbkres 

Digitized by VjOOQIC 





■ , 




M XIX, t'M. (1905) 


{27- ANNÉE) 


Hnnéro 112 (Avriir 






" 



ARCHIVES 



DB 



NEUROLOGIE 



REVUE MENSUELLE 

BES MALADIES NERTEUSES ET MENTALES 

Fondée par a.-M. GiI%RCOT 



PUin.IÉB sous LA niRECTtON DE MM. 



A.JOFFROY 

Professeur de clinique 

des 

maladies mentales 

t la Faculté de médeciae 

de l^aria. 



V. MAGNAN 

Membre de l'Académie 
de médecioe 

Médecin de l'Asile clinique 
(Ste-Anne). 

COLLABORATEURS PRINCIPAUX : 



F. RAYMOND 

Professeur de clinique 

des maladies 
du système nerveux 
la Faculté de médecine 
de Paris. 



MM- ABADIK (J.), ALQUIER, ARNAUD, DaBINSKI, BALLET, BÉNAKY, 
DI^AKGHARD (r.), BLIN, B0I8SIER (P.), BONCOUR (P.), BOYER (j.), BOURDIN, 

BRUND (m.), BRI88AUD (B.), BROCAHDEL (P.), CARRIER (G.)i CAUDRON, 
CESTAN, CHARDON, CHARON, CHARPENTIER, CHRISTIAN, C0L0LIAN,C0ULONJ0U, 

CULLBRRE,DEB0VE(M.), DENY, DEVAY, DROMARD, DDPOUY, FKRÉ (CH.), 
FBNAYROU, FERRIER, FRANCOTTE, OARNiER (S.), GRASSET, HUET, KERAVAL, 

KOUINDJY, LA DAME, LAJNDOUZY, LGGRAIN, LEROY, HABILLE, 

MARARDON DE MONTYEL, MARIE (a.), m"* REINE MAUGERET, MIER2EJEWSKI, 

MIOWOT, MIRALLIÉ, MOURATOFP (W. A.), 

JiUSORATE-CLAY, PARIS (a.). DE PERRY, PICQUÉ, PIERRET, PITRES, 

RAVIART, RAYREAU, RBÛIS, REONARD (P.), 

BEGRIER (p.), RICHER (P.), ROTH (W.y, ROY, SIMON, 3ÉGLAS, SÉRIEUX, 

SANTEROISE, SOLLIEB, SOUKHANOFF,SOUQUES,TAGUET,TCHIRIEW,THULIÉ (H.)i 

URRIOLA, VALLON, VIGOUIIOUX, VILLARO, VOISIN (j.j, WEBER, YVON (p.)- 

Rédacteur en Chef: BOURNEVILLC 
Secrétaires de la rédaction : J.-B. CHARCOT et J. NOIR 



PARIS 

BUREAUX DU PROGRÈS MÉDICAL 
14, rue des Carmes 

1905 



MYXŒDÈME, OBÉSITÉ, GOITRE, CRÉTINISME, etc. 



Capsules de Corps thyroïde Viqie! 



A GR. 10 CENTIOR. PAR CAPSULE. — Dosc Ordinaire : 2 à 6 capsules par joi 
Ces capsules ne se prennent <itie snr Torâonnance du médecin. 



'^A PSULES O VA RIQUES VIGŒR 

à gr. ?o de substance ovarienne. 

aménorrhée, dysménorrhée, chloro-anémie. 

Doê€\ 3 i 6 capsules par jour. 



CAPSULES ORCHJTIQUES VIGI 
a o gr. 2o de substance testiculaire 
Antineurasthénique, reconstituant. 
Dose: 3 à 6 capsules par jour. 



Pharmacie VIGIER, 12, boulevard Bonne-Nouvelle, PAR 

y Google 



Digitized by ^ 



CLIN & Cï 



SOLUTION 

* SUIGTUTEie SOUBBiiD' CLIN 

D'an dosage rigoureux, d'une pureté absolue, d'an goût agréable. 
Coniimnt : O grÊtmmmm dm Smlieylmte cto 8ottd9 péûr euiUerém à boncbm; 
BO oentigr, dm Smlicyïmte de Soudm pmr enillwém à oufé. 

J,e Meilleur MoHe (fadmlnlstratlon du SallcylatadêSoude. 

Vin NOURRY Iodoïanê^ 

Exempt de tout iodure alcalin, sans goût désagréable, d'une 

assimilation parfaite. Succédané de l'HiUle de Foie de Morue. 

Cinq oentigr, d'Iode pif ouillerée à soupe; — Dix oeMigr,de Tanin ptipouillerée à soupe. 

INDICATIONS I Lsrmphatisme, Anémie, Menstruation difficile, 

Affections pulmonsdres torpides. 

: Adultes, une cuillerée à soupe avant ou pendant chaque repas. 

BnfttntB, une ou deux culUerées à café avant ou pendant chaque repas. i 

(PiLULES^D'MOUSSETTE' 
Chaque Pilule exactement dosée contient : 
Un oinquième de miiiigramme d'Aoonitine oriêtatlisie, 6 œntlgjmmmêê de QuMum, 
INDICATIONS I Névralgies, Migraines, Soiatiqne» 
Affections Rhumatismales. 
D08IES I Deux par jour : une le matin et une le soir, en augmentant s'il y a 
^ ; • lieu, suivant la «nsceptibilité du sujet. m 

Capsules «t Dragées 
uBromure deCamphre do D' CLIN 

Lss Capsules du D^ CUN renferment 0,20 oentigr- \ o^-,„^ w. r.mniiM m» 
Lms Dragées du Dr CUN renferment ilO oentigr. j ^'^'»'"«^* Camphre pur 

INDICATIONS : Epilcpsie, Hystérié, Chorèe, Inaosmle, Pafpitatloiia de oœar, 
Erections doulonreuses , Spermatorrbèe, Erétbismedu Système i^rvenx. 
D08K : De une à cinq Capsules; de quatre à dix Dragées. w* 




Dragées deFer Rabuteau 



fDRA 

■ Lauréat de rinttitut. Prix de ThéfÈptutiqeê. 

■ à base de Protochlorure de Fer ohinniquennent pur 

■ Peollement solubles dans rastomao. absorbées à Tétat de 

L ■ Chloro-Albumlnate de for* 

L ■ Considérées dans les travaux les pins rèosats oomme le 

^ ■ Véritable spécifique âe la Cfucro-Ânémiê, 

MJ^ iNDrcATtONSi Ghloro-Anémie, Céouvalesoenoe. Epnleement. 

^ Ne déterminent ai eonati pmtian, ai aimr rbém* M 



CLIN & C>* et F. COMAR & FILS 

(Maisons réaniém) mgm 

ao, Rue des Fossés-St- Jacques, PARIS 



Digitized by 



Google 



Vol. XIX Avril 1906 N» lllî 



ARCHIVES DE NEUROLOGIE 



PHYSIOLOGIE 



Note sur l'influence de rincontinence sexuelle 
pendant la gestation sur la descendance ; 

Par m. Ch. FÉRÉ. 

La question de l'hygiène sexuelle est des plus délica- 
tes : les conseils mal adaptés, ou venus mal à propos, 
éveillent la sensualité et peuvent provoquer des fautes 
qu'il s'agissait d'éviter. Mais la vérité s'exprime néces- 
sairement, et d'ailleurs on ne peut pas oublier que, dans 
ce domaine en particulier, Tignorance est le terrain le 
plus favorable au développement du vice (1). 

La morale est l'utilité dans le milieu, la loi qui se 
fait obéir et s'impose comme une utilité et finit par s'as- 
similer à la morale. En ce qui concerne le sexe, nom- 
bre de gens bien pensants admettent que tout est bon 
et moral, quand il est couvert par la loi : dans le ma- 
riage, il n'y a pas d'excès, ni de perversions. 

Les perversions cependant jouent un rôle important 
dans la dissolution du mariage. Des jeunes femmes 
sont stupéfaites quand on leur offre ou quand on leur de- 
mande des caresses ou des complaisances qui ne leur 
sont pas prévues par leur éducation insuffisante sur les 
fonctions de la reproduction. Les perversions conju- 
gales peuvent être nuisibles au point de vue somatique 
et au point de vue moral : leur nocivité n'est pas sus- 
pendue par la loi ou par un sacrement. Il en est de mê- 

(1) Ch. FÉRÉ. — L'instinct sexueiy évolution et dissolution^ 2" èdil , 
1902, p. 3)0. 

ARcnivif , 2- pcrie, t. XIX. 17 



Digitized by 



Google 



258 PHYSIOLOGIE 

me des excès qui ont les mêmes sanctions naturelles 
dans le mariage et dans Tunion libre. La chasteté habi- 
tuelle antérieure n'exclut pas la tendance aux excès 
conjugaux: Tout est permis dans le mariage, tout est 
légal, tout est béni. Je me contente de fixer l'attention 
sur ce préjugé, mais je veux signaler un groupe de faits 
spéciaux. 

J'ai entendu exprimer la conviction que les rapports 
sexuels sont parfaitement légitimes pendant la grossesse 
et que la liberté est d'autant plus avantageuse, qu'il n'y a 
pas de risque d'augmenter la progéniture. Us sont plus 
nombreux qu'on peut croire, ceux qui admettent cette 
erreur. 

Les accoucheurs enseignent bien que la chasteté est 
une règle dans l'hygiène de la grossesse (1) ; et, ils 
signalent bien les risques des excès sexuels en dehors 
des inconvénients et des dangers relatifs à la mère, le re- 
tard du développement et la débilité du produit. 

J'ai été amené dans plusieurs circonslancesà attri- 
buer à l'incontinence sexuelle pendant la grossesse un 
rôle important dansl'étiologiede troubles nerveuxchez 
des enfants indemnes de toute hérédité morbide et de 
toute infection pendant la gestation ou dans la crois- 
sance. Dans un cas récent je ne puis pas rester indécis. 

Obs. — Parents indemnes de tares névropathiques ; — 
fils aîné épileptiqtie ; — grossesses interrompues. 

Un garçon de 8 ans est amené par son père et sa mèi*e 
accompagnés par la gi'and'mcrc maternelle. C'est un en- 
fant chétif : il a toujours été difficile à élever. Né à ter- 
me» nourri par sa mère, il était bien venant ]>endant plu- 
sieurs mois, mais il prenait toutes les alTeclions conta- 
gieuses ; il eut des convulsions au cours de toutes les 
fièvres éruptivcsqu il prit et les maladies de gorge et aus- 
si à propos des éruptions dentaires. Après ses dernières 
dents il a cessé d'avoir des convulsions, mais il avait des 

(1) 11. BHBMOT.— De Vinfluence de la copulation duns la groi$esse. 
Ih. 1903. 



Digitized by 



Google 



INFLUENCE DE L^INCONTINENCE SEXIELLE . 259 

vertiges ou des phénomènes comitiaux psychiques variés 
et en particulier des halhicinations ; il avait eu des ter- 
reurs nocturnes et de Tincontinence d'urine jusqu'à 5 
ans. Depuis, dès cette époque, les autres accidents nerveux 
ont aussi diminué de fréquence ; tellement que, ]}vbs d'u- 
ne année, il lîaraissait guéri. Son sejitième anniversaire 
fût fêté sx)écialcment à cause de son développement rapi- 
de. Mais quelques semaines plus tard, il prit part à un 
accident de voiture où il eut plus de peur que de mal ; il 
ne garda aucune trace, mais il est tombé le vertex sur 
la terre labourée. A partir de ce moment les anciens ac- 
cidents se sont reproduits avec i)lus de fréquence, d'in- 
tensité et de vanété. Les traumatismes les plus légers, 
les troubles somatiques quelconques constituaient des 
provocations suffisantes. Les hallucinations se manifes- 
taient sur tous les sens, sur la vue, sur l'ouïe, sur le goût, 
sur l'odorat, même sur le toucher; le père qui se pique 
de psychologie, les énumère avec complaisance. L'ab- 
sence de l'évacuation alvine matinale peut prévoir des 
hallucinations auditives qui se répéteront dans la jour- 
née, brusques et rapides, stéréotypées. Il entend son père 
lui dire : « Tu tombes » il s'arrête tout à coup, pui.s il 
repart quelle que soit l'occupation pendant laquelle il est 
surpris. L'hallucination disparaît avec un lavement. Une 
piqûre d'aiguille à la pulpe du pouce gauche provoque 
une hallucination de l'ouïe, d'un pétillement de bois en 
flamme, exclusivement dans l'oreille gauche, pendant un 
bon quart d'heure. C'est le plus souvent la vision qui 
est affectée ; il voit brusquement une grande flamme ; il 
est terrifié. Des hallucinations de l'odorat ou du goût, il 
s'en plaint surtout quand il a faim, soit quand le repas 
vient en retard ou soit à la suite d'un exercice inusité : il 
se x)lainten général de mauvaises odeurs ou de mauvais 
goûts qu'il spécifie mal ; mais quand il se plaint de mau- 
vais goût il présente constamment de la salivation et il 
lui est arrivé plusieurs fois quand il se x>laignait de mau- 
vaises odeurs d'éternuer ou de se moucher plusieurs fois. 
Il lui est arrivé plusieurs fois qu'il a cru sentir qu'une 
bctc l'a mordu brusquement aux jambes d'un côté ou de 
l'autre, il pleure bruyamment au moment et n'en parle 
X>lu8. 



Digitized by 



Google 



260 PHYSIOLOGIE. 

Il a des vertiges avec perte de connaissance et pâleur, 
quelquefois avec une chute brusque, environ une fois 
chaque semaine. 

Rarement il a des colères violentes sans prétexte et se 
roule j)ar terre en frapi)ant des objets aussi bien que des 
personnes qui se trouvent à sa portée sans les connaître. 
Il se relève brusquement tout à fait calmé et sans souve- 
nir, il semble. 

Quant aux accès convulsifs, ils ne se montrent guère 
que toutes les quatre, cinq ou six semaines, généralement 
au lever, après les ablutions : il i)âlit et perd connaissance, 
se raidissant la tête en arrière, en jetant un cri. La tête 
se renverse à droite, la face déviée à gauche. Les 
membres se raidissent en extension ; puis se secouent 
l)endant quelques secondes symétriquement. On Ta vu 
tomber nu, il urinait dans la chute ; mais la miction 
n'est pas constante. 

Il dort ensuite environ une demi-heure sans ronfle- 
ment ; il se réveille tout à fait normal. On ne trouve pas 
de morsure de la langue en général ; mais le fait s'est 
produit plusieurs fois. 

Son intelligence s'est assez bien dévelopi)ée et son in- 
truction est à peu près celle des enfants de son âge. Il est 
assez bien conformé mais on remarque quelques stigma- 
tes tératologiques ; fistules borgnes symétriques à la ra- 
cine de l'hélix, bifldité delà luette, dents irrégulièrement 
implantées aux deux mâchoires, inversion bilatérale 
de Tépididyme, hypcrtrichose lombaire. 

Les parents affirmaient que dans leurs familles, il 
n'existait aucune difformité, aucun accident nerveux ou 
mental et qu'eux-mêmes étaient tout à fait indemnes, 
même dans leur première enfance. La grossesse avait été 
normale, l'enfant était né à terme et paraissait naturel ; 
il avait été élevé an sein par une nourrice saine, que l'on 
\'oit toujours, ayant trois enfants normaux. 

Le i)ère et la mère avaient une bonne apparence et aussi 
la grand'mère. (Le x)ère a 33 ans et la mère 30). A la suite 
de cet enfantjls ont eu chaque année, trois enfants morts 
nés, le premier à 8 mois, le second etle troisième à 7 mois, 
et l'année suivante il y a une fausse-couche de 2 mois. 
On devait penser à lu syphilis : cependant l'examen iso- 



Digitized by 



Google 



INFLUENCE DE l'iNCONTINENCE SEXUELLE. 2C1 

lé et soigneux de l'homme et de la femme est resté né- 
gatif. La grand' mère ayant compris la signification de 
Tenquôte, déclara si)ontanément que son gendre et sa fille 
sont tout à fait sains ; elle affirme l'absence de toute 
trace d'infection et d'insobriétc, ses enfants sont des 
bons catholiques, ils sont sages, et même ils craignent 
de nombreux enfants, il nV a que pendant les grossesses 
q!i'ils ne se gênent plus : c'est bien leur droit dans le 
mariage. On a pu apprendre ensuite des conjoints, que 
sitôt la grossesse était connue, il y avait des rapports 
sexuels quotidiens, tandis qu'en temps de vacuité, ils 
n'existaient que pendant les deux semaines intermédiai- 
res, de la période menstruelle et beaucoup moins souvent. 

Cet enfant présente assez de caractères cliniques 
pour qu'on puisse affirmer chez luiTépilepsie : il pré- 
sente assez de signes tératologiques pour le considérer 
comme un dégénéré . 

Nous n'insisterons pas sur les troubles variés que 
nous signalons. Les troubles psychiques (épileptiques) 
peuvent se rencontrer aussi bien chez Tenfantque chez 
l'adulte (1). 

Relevons seulement le rôle de la constipation dans la 
production des hallucinations. On a signalé chez des 
enfants indemnes d'épilepsie des hallucinations diurnes 
à propos de troubles intestinaux, liés à l'appendicite 
(Vergely, de Bordeaux). Berkley a signalé un homme 
de 74 ansqui, après une constipation, soufTraitd'une dou- 
leur de tête intense ; bientôt suivait un sentiment d'an- 
xiété, de l'obnubilation des facultés et une hallucination : 
à côté de sa propre tête, il en avait une seconde, avec 
une longue barbe grise ; la guérison en 24 heures après 
un lavage (2). 

L'origine des troubles nerveux de cet enfant et de 
ses particularités somatiques paraît éclairée par les 

(1) A.Steïtiner. —Gow/r/^. à l'étude clinique des paroxysmes psy^ 
chiques épileptiques che3[ l'enfant, th. 1904. 

(2) H. J. Blrkley. —A treatise on mental diseases, 1901, p. 370.— 
Ch. FÉRÉ. Contrit, à l étude des accidents névropathiques de Vindi- 
gestion. {Revue de médecine, 1902, p. 13.) 



Digitized by 



Google 



262 PHYSIOLOGIE. 

produits des grossesses suivantes ; on Tabsence de toute 
infection ou de toute intoxication, on peut reconnaître 
la valeur de l'incontinence pendant la grossesse ; cette 
incontinence reconnue peut réaliser les conditions d'un 
surmenage dont on a démontré les inconvénients sur le 
développement. L'incontinence, comme les infections 
ou les intoxications, peut agir de différentes manières 
suivant l'époque de révolution (1). Pendant les pre- 
mières semaines, elle peut provoquer des malformations 
variées ; plus tard elle provoque des maladies du fœtus, 
sa mort et l'expulsion prématurée, etc. 

Ce n'est pas récemment que cette notion s'est intro- 
duite dans l'obstétrique, que tout rapport sexuel doit 
cesser pendant toute la durée de la grossesse (2j. L'in- 
continence ne provoque pas seulement raccouchement 
prématuré, qui peut être nuisible pour la mère ; mais 
il peut amener la maladie et la dégénérescence du pro- 
duit. A ce dernier point de vue la copulation intempes- 
tive peut être plus active au début de la grossesse 
qu'il est intéressant de connaître le plus tôt possible. 

Des femmes manifestent immédiatement, après la 
fécondation^ une horreur invincible du mille. On peut 
les juger comme atteintes de phobies morbides de la 
grossesse ; mais c'est une répulsion qui se montre chez 
nombre de femelles animales ; on peut la considérer 
comme un moyen de défense naturelle. 

D'autres signes subjectifs précoces de la fécondation, 
qui passent comme bizarreries (3), peuvent être utili- 
sées comme moyen de défense, il ne faut pas négliger 
les plus délicats. 

(1) Ch. FÉRÉ.— Essai expérimental sur les rapports étiologiqucs de 
Vinfécondité, des monstruosités , de l'avortement et la morti -natalité^ 
du retard de développement et de la débilité congénitale, {1 tralogia\ 
a quarterly journ, of antenatal patIvAogy, 1895, II p. 245.) — La 
famille névropathique, etc., 2" éd., 1898, p. t29. 

(2) A. Pinard.— Art. Gestation. r/>/c/. de Physiologie, de CH.Richet, 
1905, T. VII, p. 161). 

(3) Fkrk {i\\\,).^ L'hérédité de Vodeur.{RevHe de médecine, 1902, p. 
338.) 



Digitized by 



Google 



CLINIQUE NERVEUSE 



Asile Clinique Saintb-Anne. — Bureau d'admission. 

Hystérie aveo hémianesthésie sensitivo-senso- 
rielle gauche. Appoint alcoolique. Halluoinà* 
tiens multiples rapportées uniquement à ce 
même côté par la malade ; 

Pnr lo D' Roger niTOUY, interne ù TAsile Clinique. 
(Observnlion recueillie dans le service de M. Magnan.) 

La malade, Anna F..., cuisinière, âgée de 48 ans, entre à l'ad- 
mission de r Asile clinique, le 17 juin 100 1, pour la huitième fois. 
Inculpée de \agabondage et de lilouterie, elle a été l'objet d'un 
non-lieu après expertise. Elle est entrée pour la première lois à 
TAsile clinique le 20 juillet 1889, à l'âge de 31 ans, sous le nom 
de Céline C..., inculpée déjà de filouterie. On note à ce moment 
chez elle de la débilité mentale^des alternatives d'excitation et de 
dépression, de Thystéro-épilepsie avec hémianesthésie gauche. 

Son attitude à cette époque est triste ; la malade se plaint de 
maux de tête, surtout au niveau des tempes, et de bourdonne- 
ments d'oreille. « C'est comme le tambour » dit-elle. Elle accuse 
des hallucinations auditives et visuelles de nature pénible. Elle 
entend de ses deux oreilles la voix de son mari et celle de ses en- 
fants qui lui disent des injures ; elle voit des poissons et des ser- 
pents devant et autour d'elle. Elle avoue des habitudes alcooli- 
ques ; vin aux repas et dans leur intervalle, rhum trois fois par 
jour. Elle raconte enfin qu'elle est sujette, depuis six ans, à des 
attaques dont la fréquence etla durée sont allées en augmentant; 
elle en aurait actuellement trois par semaine. L'attaque survien- 
drait dans la journée, jamais dans la nuit : elle s'annoncerait par 
des picotements dans tous les membres, une sensation d'étouffe- 
ment, de gonflement épigastrique et de serrement à la gorge et 
durerait toujours plusieurs heures ; elle serait caractérisée par 
des mouvements convulsifs violents, accompagnée souvent, mais 
non toujours, de perte de connaissance, quelcjuefois, mais très ra- 
rement, de morsure de la langue, jamais de miction involontaire. 
Elle se terminerait le plus souvent par des crises de larmes ou 
de rires, et entraînerait à sa suite une paralysie a^ec contracture 
du côté gauche durant quelques jours. Il existerait enfin, dans la 
journée et en dehora des crises, de courtes absences. 

La malade prétend ne se rajipeler nullement l'inculpation dont 



Digitized by 



Google 



2G4 CLINIQUE NERVEUSE. 

elle a été l'objet, ni son passage à la Préfecture de police, ni son 
ti-ansfert à Sainte-Anne dans la voilure cellulaire ; elle dit ne 
garderaucun souvenir de ce qu'elle fait dans lajournée qui pré- 
cède l'attaque et dans celle qui la suit. 

Deua-ièmc enircc en aM'il 181)1. — Elle a des idées confuses de 
pei-sécution, des craintes d'empoisonnement. 

Tvoiaiènu* entrée en avril 181)3. — Elle présente manifestement 
un délire alcoolique ; elle voit des gens qui la poui-suiventel la 
menacent ; elle a peur et se ivfugie dans les angles du buivaudu 
commissariat où elle a été conduite, parce qu'elle ne pouvait 
payer des consommations prises par elle dans un débit de bois- 
sons. 

Quiiti^me entrée en mai 1894. — ^n plus de ses accidents d'o- 
rigine alcoolique, on note à ce moment une attaque d'hémiplé- 
gie gauche survenue récemment, consécutive à une crise d'exci- 
tation, et de nature hystérique. 

Cinquième entrée en octobre 181)6. — Nous lisons sur l'obser- 
valion qu'elle sent assez bien des d^Mix cùtés, et qu'il ne reste 
qu'un peu de faiblesse de la vue à gauehe. Elllî n'aurait pas eu 
d'attaques convulsives depuis quatre ans, c'est-à-dire depuis 
qu'elle ne prend plus d'apéritifs, ni d'alcool en nature. 

Sùrième entrée en décembre 11)01. — Elle a été arrêtée pour 
Uloulerie d'aliments ; il y a eu expertise médico-légale et non- 
lieu. 

Septième entrée en juin 1903. — Elle a été ari-êtée sur la plainte 
d'un marchand de vins à qui elle ne pomait payer sa dépense de 
boissons. Elle a des hallucinations nui Iti pies et pénibles, accuse 
des craintes, des frayeurs, et a fait une tentative de suicide. 

Nous l'examinons nous-même le 18 juin 19i)4. Nous constatons 
chez elle l'existence d'une hémianesthésie sensilivo-sensorielle 
gauche; et elle nous dit avoir eu, sous l'empire de l'alcoolisme, 
des hallucinations multiples et pénibles, exclusivement localisées 
à ce même côté. 

Voyons comment, chez elle, l'alcoolisme et l'hystérie ont pu 
i*etentir l'un sur l'autre, s'enchevêtrer pour ainsi dire et donner 
lieu à des hallucinations unilatérales. 

Après sa sortie de l'Asile, l'an dernier, elle seraitrestée sobra,ne 
buvant que du houblon, lorsqu'elle fut, il y a 6 semaines, couAiée 
à une noce dans son pays d'origine. Là, malgi*é sa résistance, on 
l'aurait obligée à commettre quelques excès de boissons .'vin, ci- 
dre) ; elle n'aurait plus eu la force de lutter, les jours suivants, 
et elle aurait continué à boire, même rentrée chez elle à Paris. 
Elle nous dit textuellement : <* Je n'aime plus le vin ; j'ai été 
poussée à boire, malgré moi. A mon retour chez moi, j'ai jeté 
mon houblon, et j'ai acheté du vin blanc ; je ne me i-endais pas 
compte de ce que je buvais. » 



Digitized by 



Google 



HVSTKRIE AVEC HKMIANESTHÉSIE SENSITIVO-SENSORIELLE. 265 

Sous l'influence de l'alcool, un délire s'est installé et des hal- 
lucinations sont apparues. Elle a d'abord cru que tout le monde 
la regardait de travei^, et se moquait d'elle ; puis elle a entendu 
à son oreille gauche ci à celle-là seulement,des sottises, des insul- 
(('s, on aurait dit qu'un appareil téléphonique était accroché à 
son oreille gauche. C'est toujoui*s la même voix, celle d'un an- 
rien amant ; il lui reproche d'avoir appartenu à un autre que 
lui, rin\ective, la traite de« putain» et do « salope », lui fait des 
propositions amoureuses ou la menace de la tromper avec une 
autre femme, ce qui porte à son comble la colère et l'exaspération 
de notre malade. 

D'autres fois, cette voix lui ordonne de sortir et de marcher.w Et 
alors, dit F..., je marchais toujours et toujours pour rien ; quand 
j'étais trop fatiguée, si je m'asseyais, on aurait dit que mon siège 
f'taitélectrisé. » (L'hallucination tactile est, celte fois, bilatérale). 

Une fois, me Turbigo, elle entend sa voix lui ordonner de se 
déshabiller, et de se coucher toute nue au pied de la statue de la 
llépublique. Elle le faitaussitùt ;ellese rappelle qu'il a fallu la re- 
couvrir |K>ur la ramener chez elle, mais elle n'a jamais pu se rap- 
peler ce qu'elle avail fait de ses vêtements ; elle les aurait distri- 
bués, croit-elle, aux passants, avec ses clefs et son argent. 

Les hallucinations \isuelles existent surtout la nuit ; elle a des 
cauchemai's affreux, elle voit des figures grimaçantes, des ani- 
maux effrayants. Ces hallucinations sont toutes rapportées au côté 
{fauche ; les animaux qu'elle voyait grimpaient toujoui*s du côté 
>^auche de son lit, jamais du côté droit. Oi*, nous verrons plus 
loin que son œil gauche est amaurotique. En proie à ses cauche- 
mars, elle se re veille en sui'saut, entend à nouveau sa voix à son 
oreille gauche, se relève et part, allant à l'aventure. 

L'odorat et legoût sont également le siège d'hallucinations. Elle 
sent une odeur désagréable, comme du phénol ; l'odeur venait 
du côté (jauche. 

Les aliments aussi avaient mauvais goût ; la malade ne pouvait 
plus manger, tellement tout ce qu'elle mangeait sentait l'eau de 
Javelle, le chloroforme ou le phénol. 

La sensibilité gauche enfin est pareillemeut atteinte. F..., res- 
sent d'abord des fourmillements, dans le côté gauche toujours, 
puis elle se sent électrisée du côté gauche uniquement et soutTre,au 
point de crier. La tète lui fait atrocement mal, du côté gauc he ; 
on eût dit qu'on la lui déchiquetait avec des tenailles. 

D'autre part, elle a des sensations génitales voluptueuses; elle 
sent « comme si son ami était près d'elle et la touchait aux par- 
lies » ; ces hallucinations de la sensibilité générale sont généra- 
lement combinées avec des hallucinations auditives du môme or- 
dre ; elle entend en même temps la voix de son ami lui faire des 
propositions. 



Digitized by 



Google 



266 CLINIQUE NERVEUSK. 

Pendant qu\'»voluaiont ainsi les troubles mentaux, des accidents 
de nature manifestement hystérique apparaissaient à leur tour ; 
la main gauche se parésiait ; de même la jambe gauche, qui flé- 
chissait sous la malade, Cï)mme si, dit-elle, elle eût été en ouate. 
Nous rappellerons que F..., a eu une attaque d'hémiplégie gau- 
che hystérique en 1894. 

Actuellement, ces différents troubles sont en décmissance, la 
malade ne buvant plus que de leau, du houblon et un peu de 
café depuis trois semaines. Mais si les accidents toxiques se sont 
amendés, le fond hyst4»rique sur lequel ils ont évolué demeure 
avec ses stigmates. 

Ue.ramen des yeux^ pratiqué à notre demande par notre ami, 

. Gantonnet, interne des hôpitaux, fournit les renseignements 
suivants. L'œil droit semble normal à l'ophtalmoscope. L'œil 
auche présente une taie ancienne et centrale de la cornée ; les 
réflexes i riens sont normaux ; il existe quelques opacités en ai- 
guille du cristallin ; le fond d'œil est normal ; ni glaucome ni 
névrite. 

La malade accuse une amaurose totale de cet œil depuis 6 ans. 
Cette amaumse a d'ailleui-s dispaiu quelques joui*s après cet exa- 
men à la suite d'un traitement par Taimant. 

La mensuration du champ visuel à droite donne pour le blanc : 

En haut 50 

En haut et en dedans 48 

En dedans 51 

En bas et en dedans 48 

En bas 60 

En bas et en dehors 70 

En dehors 38 

En haut et en dehors 08 

I>our le rouge : 49, 43, 39, 47, 5?, 05, 6i, 5P). 

La même mensuration ne peut être pratiquée du c6{A gauche, 
la vision étant de ce côté complètement supprimée. 

Nous avons examiné nous-même les divei'ses sensibiliU^s de F. . , 

Elle perçoit le bruit d'une montre à une distance niaxima de 
70 cm. 5 à droite, de 14 cm. à gauche. 

Nous présentons à sa narine gauche, en bouchant la droite, un 
flacon renfermant de l'acide phénique. « Ça ne sent rien » 
répond la malade. A peine le présentons-nous à la narine droite 
que F... s'exclame : « Oh ! ça sent mauvais ». 

Même expérience avec un flacon d'étlier. A gauche, « je ne 
sens rien » ; à droite, « oh I ça pue l'éther ». 

Couvrant les yeux de la malade, nous lui faisons ouvrir la 
bouche et déposons un cristal de sel sur le côté gauche de la 
langue ; aucun mouvement. Répétant l'expérience du côté droit, 
nous obtenons immédiatement une grimace ; en môme temps la 



Digitized by 



Google 



HYSTÉRIE AVEC HEMIANESTHÉSIE SENSITIVO-SENSORIELLE. 207 

iiialado porte la main à sa bouche et enlève le 'cristal déposé à sa 
4liH>ite, laissant en place celui du cùU* gauche. Même résultat en 
opérant avec un fragment de sucre. 

La sensibilité à la piqûre et au pincement est abolie, la sensi- 
hîLité au tact très diminuée sur toute la moitié gauche du coi'ps, 
sauf aux extrémités ; la main* et le pied ont conservé entière leur 
sensibilité, ce qui explicpie la pei-sistance du sens stéréognos- 
tique. En revanche, la malade a perdu du cùté gauche la notion 
«le» position de ses membres ''elle ne peut dii'e, les >eux fermés, 
l'attitude dans laquelle nous avons placé son bras ou sa Jambe 
r-rauches, ni la reproduire du côté droit; ; et de même la notion 
«l<^ poids. C'e«t ainsi que lui mettant successivement dans la main 
«rauche 3 objets de poids très différent, nous obtenons la réponse 
suivante : 

« C'est la môme chose » bien que sa main ait fléchi en rece- 
vant le dernier. 

En opéi-ant du côté droit, F... nous dit: « C'est léger — cela pèse 
ClK) grammes — cela pèse 700 à 800 grammes ». En réalité les 
objets pèsent respectivement : 55, 190 et 890 grammes. 

La sensibilité au chaud et au froid parait respectée. 

Ixîs régions ovariennes et mammaires sont douloureuses au 
palper, surtout du côté gauche. 

Les réflexes roluliens et tricipitaux sont à peu près égaux des 
<leux côtés, un peu exagérés ; les conjonctivaux sont normaux à 
droite, abolis à gauche ; le réflexe pharyngien n'existe pas. 

La foree musculaire est très diminuée du côté gauche ; la ma- 
lade serre très faiblement. Il n'y a pas de tremblement manifeste 
des mains. 

En résumé, il s'agit, chez F..., d'une débile, comme le 
prouvent la pauvreté de son intelligence, la faiblesse de 
son instruction et môme le caractère de certaines de ses 
hallucinations. C'est en efl'et surtout chez les dégénérés 
alcoolisés que persistent parfois les hallucinations audi- 
tives après la disparition des hallucinations visuelles. 

D'autre part, c est une hvstérique ayant eu autrefois 
des crises convulsives, une liémiplégie fugace, et présen- 
tant actuellement une hémianesthésie sensitivo-senso- 
rielle. Cette hystérie intervient dans son délire alcoo- 
lique, en déterminant la localisation des hallucinations 
an seul côté frappé d'hémianesthésie, c'est-à-dire placé 
l)ar la névrose en état de moindre résistance par rapport 
au côté sain, peut-Otrc en provoquant des hallucinations 
d'ordre génital, et en enlevant tout souvenir des actes 
commis, (F... prétend ne pas se ra])peler dans quelles 
circonstances elle a commis le délit de grivèlerie pour 



Digitized by 



Google 



268 CLINIQUE NERVEUSE. 

lequel elle a été arrêtée) ; enfin en créant un véritable 
état second, avec chançement de personnalité. 

Nous avons vu que P ... entrait autrefois à l'asile, sous 
le nom de G.. ; c est (ju'en elFet, elle se figurait quelle 
était morte, qu'elle était devenue sa propre cousine, et 
se donnait comme cette dernière. 

Enfin c'est une alcoolisée ; ses hallucinations sont 
sous la dépendance directe de l'alcool ; et c'est là une 
donnée importante à retenir ; car l'intoxication semble 
être intervenue chaque fois comme le facteur occasionnel 
de ses troubles mentaux et de ses accidents hystériques. 

Ce c^ui fait surtout l'intérêt, à notre avis, de cette ob- 
servation, c'est que tous les troubles éprouvés par la 
malade, à la faveur de son alcoolisme, ont été rapportés 
par elle uniquement au côté de son corps atteint d'hé- 
mianesthésie sensitivo-sensorielle, donnant ainsi lieu à 
des hallucinations unilatérales. L'hémisphère cérébral 
droit, qui commande le côté gauche du corps, lésé fonc- 
tionnellement par l'hystérie et constituant de ce fait un 
iocus minoris resistentiœ, a seul réagi aux coups de l'in- 
toxication alcoolique — fait en rapport, d'ailleui's, avec 
les données de la pathologie générale — ; et la malade a 
déliré par son cerveau droit, tout comme elle avait souf- 
fert par lui dans ses sensibilités générale et spéciale. 

Cette observation était écrite et sur le point d'être 
publiée (juand nous revîmes une seconde fois cette femme 
à l'occasion d'une nouvelle entrée au bureau d'admission 
de l'Asile clinique, le lO janvier 1905. F... s'était remise à 
travailler de son métier de cuisinière à sa sortie de 
l'asile. Sous Tinfluence de la fatigue, dit-elle, des bour- 
donnements d'oreille, puis des hallucinations réax)pa- 
rurent, localisés comme auparavant à l'oreille gaucne. 
En réalité, elle .s'était rex>rise à boire, et, sous 1 empire 
de l'alcool, les hallucinations devinrent bientôt extrême- 
ment pénibles ; elle entendait, toujours à son oreille 
gauche, des injures et des menaces. Elle commit des 
lugues, fit de nouveaux excès impulsifs d'alcool dans les 
mêmes circonstances qu'antérieurement, entrant à l'iin- 
proviste dans un cabaret et payant à boire à tous ceux 
qui acceptaient. Elle fut ainsi arrêtée sur la plainte d'un 
marchand de vins chez qui elle faisait scandale et auquel 
elle ne i)ouvait régler le prix de ses consommations. Son 
état actuel est le même qu'il y a sej>t mois, cette malade 
présente de l'hémianesthésie sensitivo-sensorielle gau- 
che avec hallucinations unilatérales multiples et pénibles 
du même côté. 



Digitized by 



Google 



ASSISTANCE ET PEDAGOGIE 



Statistique et enseignement des enfants idiots et épi- 
leptiques internés dans les asiles d'aliénés; 

Par DOURNEVILLE, 

En de nombreuses circonstances, nous appuyant 
sur les faits et sur une longue expérience, nous avons 
insisté au point de vue social sur la nécessité de l'hos- 
pitalisation, du traitement et de l'éducation des enfants 
arriérés et épileptiqucs. Nous avons réclamé aussi, 
l^our eux, l'application de la loi scolaire du 28 mars 1882 
qui impose Tobligation de l'instruction primaire aux 
enfants âgés de6à 13 ans. Nos incessantes publications 
ontfini par appeler l'attention des pouvoirs publics. M. 
Chaumié, ministre de l'instruction publique, au mois 
d'octobre dernier a nommé une commission chargée 
d'étudier la situation des enfants anormaux, au point 
de vue surtout de l'application en leur faveur de la 
loi sur l'obligation de l'instruction primaire. 

Sous le titre d'enfants anormaux, on comprend 
les aveugles^les sourds et muets , les idiots à tous les 
degrés, de l'idiot complet au simple arriéré. Si l'on 
est à peu près renseigné sur le nombre des sourds et 
muets et des aveugles, il n'en est pas de même 
pour les enfants idiots, les plus nombreux des anor- 
maux. Ayant eu l'occasion de faire appel à nos collè- 
irues des asiles au sujet d'un rapport au Conseil supé- 
rieur de l'assistance publique, nous en avons profité 
pour leur demander quel était le chiffre des enfants 
idiots et épileptiqucs présents au 31 décembre 1903 
dans leurs services. Les tableaux ci-après résument 
les renseignements que nous devons à leur obligeance 
confraternelle. 



Digitized by 



Google 



270 



ASSISTANCE ET PEDAGOGIE. 



O 



^ 
T3 



es 

C 
C3 — 

«a ^ 



t. -•> X ce 

• - 2 

OT i^ s 

o es 



t/: 






^ o 



c 

^ 



CD 



C) 


;3 


Tf 


o 




en 


rt 












CL 


Cî 


i/i 


L 


O 


■4-» 


^ 


c 




o 


rf 




O 


1*^ 




o 


^ 


'« 



rjC r- U > 

"5 c ^ o 

« o rt Q 

C« i c r^ 

r- — O -r 

« £: S 



c ^ 



g. o 









ci 



o 



c 

et 
•i) 
Î2 



ivxoi 



tn 

H 

O 



o 



:s co 



•a 



- .^ H 






1 





c« 




W 


e/} 


U 


'^* 


co 


o 


-<î 


;^ 


V2 




u 




Q 



X w) 






o 


b 






1 *a 


-ï1 






'SI 


ÏS. 




^'^ 

rn^ 




ç. 




3 







Digitized by 



Google 



STATISTIQUE KT ENSKIGNEMENI DES ENFANTS IDIOTS. 271 







c 




oj rt 






t2 




« C 






v 
o; 




«3 

Si 




•? 




2| . 

0. 2. 




ZJ 


2 








c5 




— !n ■-« 




00 

3 


'y 




aie. Ui 
ion de 
nt stér 




.« 




"Gt g 




c 


C s. 










Sj2 






C3 


4 o 




c; c ^ 




^73 




'O:^ aa 




C 
>* 


IJ 




o— © 












. 


4J 


-S y 


. 




<3 






éS 


3 -Sr 


•<o 


♦c; 


C « 




5 c.; Ci 


z, 


x; 


:;3 


.^. 


< 



o p 

m ^ 

iS 

.fi 

;a2 

>^ 0) 
O— ^ 

> Sm 

S 2 " 

c c 
o »- p 

y flj c 

w t- ho 

c 52 
Ce 



o 



I rt 



;^ '^Y. "i^ V. < J irc ^ a 



s -eç 




Cv. 






co 


?l 




73 

C 


«52 

tes 




.2 
o 


co 




^ 


S 




eu 


•-^ CD 




0) 


W'rt 




cr 


O 




co 


.11 




2 


o.a 




O! 


« o 










O 


Ci^O) 




TS 


-o 3 






T3 










ss 






O — ' 


m 


pp 


TS 0) 


o 




■^gl 


fe£ 


rj 


t, "^ 


C 


3-1 




>< 


S 


ï> 



<N 


ce r- 


u-^ 


3-« 


CO 




- 


i/î 














^ 




ce 


•-^g 


r> 


O 


o 




«r* 


•-0 






st î: ^i* leiS =:^ -^ r^§) .Sii g 5 



c <^t '9-=^ "O 






Digitized by 



Google 



272 



ASSISTANCE ET PÉDAGOGIE. 







-0 


fl 


"^ 





.S 


'^ 


"^ 


— 


<= 5 d 6 6 ,--3 






^ 









-« 








o&- "'H.S 2 « 






? 

V 




ce 

S 






3 








"0 <= s S * c 









es 






£ 






u 








(D 
Cl. 




'35 






•y 

c 










s 




00 

c2 


1» 

C 






es 

2 


•S 

ce 
••— » 

3" 








tf3 




n 

4; 


C5 


6 




2 


ci 






PÈ3 




27^ 










u 

3 


c3 




3 








2 % 


iï 


'5> 






Oi 






2 .3 c -, s<=^ 

^ > *5 Q- S « - 

ii:iJi:s 

5^3 «;-. cr^ 8-^3 






Si « 
0^ 


c 

3 






0) 


3 












§1 


0) 




<3 
:3 


c 

ce 


oc 




^ 
i^ 








c 


UL 


-i) 


c 


-d 


C 








D 


D 




;2^ 












< 


iviox 


t- 


00 




00 


00 




os 




co 


1 


eo 










i»I 










H W 


M 










c*< 










j 


:d 




-* 










•«• 




c^ 


5 S 























H 










iJD 










»a 












M 










Al ce ( 


























-«^ 






c* 


c» 




co 




■^ 




ss 




















-a 
























r,* 


CO 


•«* 






iA 




CD 






c« 






















H 























Û 












































d 








:C 


co 




co 




fc- 






-a 










""" 


" 


^■" 






c» 


1^ 


Tî 










J^ 


^ 


, 


, 


< 


es 




C 





£ 

3 


3 


c 



es 
C 




/?; 




coCQ 


♦c 





Pc3 


i: 





:sa 




Q 




0, 




co 




— ' 


3M 


t- 






.0^ 


<?> 










Pc] 


'— ' 




-»fiS=SSi 


sssJ 





sss 


sa 


555= 




^ 




— 





Digitized by 



Google 



STATISTIQUE ET ENSEIGNEMENT DES ENFANTS IDIOTS. 273 



£ 

eu 


1 




Qi -: A t- 3 '/3 1 
^.57o<-S8--m3 












s 

Pu 




2 rt '^ -^ fi *î S) 










'-^ 






C3^ fcH t- rt «^ 










U4 

3 


G 

Ci 

o 




le religieuse] 
it médico-pé 
décembre pa 
rs et institut 
é de l'Assist 
nts arriérés 
M. les D'« R 
d'ouvrir une 
s. 






C 



■4-» 

ce 





S. 






OllUl 

temei 
te en 
tuteu 
cessit 
enfa 
es. M 
sent 
nfant 






3 




h 

^ ee 


M O 

3J3 

«•■S 

0) ® 


fi 
»© 


ne petite classe 
applique le trai 
Conférence fai 
quin aux insti 
montrer la né 
traitement des 
classes spécial 
quin se propo 
tion pour ces € 


C 


c 
ce 
^0 


ri 


B 

S 


fi 

ce 
*4> 


E- 





?^ 


L3 


'Z 


"Z 


û! 


:?; 







^ Sg^ >g **§ 

« .^5^ :;g ^s 

^ Kg «tf gt::^ 



fi 



Digitized by 



Google 



274 



ASSISTANCE ET PEDAGOGIE. 



H 






ivxox 



o ^ 

^-^ o 

£ «^ 

o o 









09 

œ 
O 

5?; 



o 
u 

CL 



«5 



'O 






:2; 



c< ^ 



P4 CO 



0u œ l 

M H 1 K 



^ J fi w 



*H 



03 
O 



O 



OQ 

o -< 



^ ÇO 



^ o 



03 

cep;; 



C3 






^ 52 



o 



Il ^-i £§ ^S 
^S £ï |:ë ^S^ 
£5, oo ^^ J 



os 

es 

-♦* 

O 



Digitized by 



Google 



Statistique et «nseiqnçmknt dès enfants idiots. 275 











2^ 


1 


■■■ 


■"■■""^ 




^BV 












2® 


CJ 










a ^ 










^ es 








s 




^1 

.2 « 










^s 


§ 






4^ 
•5 




4? d 










g^ 


a 






C3 




^2 






2 




es CD 
. en 


2 

3 




ci 


P4 








1 


s. 

> 
d 

II 




n se borne à essayei 
imbéciles; quelque 
nus. 


© 

5 

i 

«0 

tto 


g 

-M 


o 

■s. 

1 
s 

o 

et 


ce 

d 

d 
n 

'5 

ex 


-M 

d 


0) X3 

si 

3 -a 
ce g 

|i 


•^ 


H5?; 


z 


O 


CxJ 




Ou 


O 


;z: 


^ 


CQ 


00 




00 G^ 


b- 


ÇO 




03 


o 


co 


-^ 




■rH 




««H 


C* 


c>* 






lO 




c^ 



t- -n 



^* 


lO 


co 




eo 


oa 


eo 




c^ 


00 


c^ 


o 


^1* 


^f< 


lA 


O 


oo 


^ 


<N 


a* 



^5 ^.i -s-sa*? 



■6a 

00 



2 


"Sr 


2 


S 


1 

4^ 


a 


« 


0) 


1 

O 


1 


a 


o 


*^ 


4>> 


«e 


f/î 


S 





^.o g <«:d 2 g 




Digitized by 



Google 



276 



ASSISTANCE ET PÉDAGOGIE. 



j=W!^= 


^BS 










^= 




■^= 


^ 


J2 


— 






"^1 

•2 "3 


il 

;=3 cô 




















Si 














fi t 








^ ss 


O c 




'S 9i 










S-flS 








-^S 


^ 5 




fl. c 










cr^ 




g 






=1 

s» 




.?2 










-sg 

Sa. 

m es 

fie 








>< ^ o 




p 












Z 

2 

H 




.g g S 
















,2 


1 




" o fi 

t4 O o 
O fH 3 


1 




1 T3 

^ g» 












1 

fi 






H «î S 






1i| 


•4-9 




-S 




1^1 

S'a 5^ 


o 
•** 

cd 
o 






§§S 


«53 






<0 
'0» 








3 
'^ 






Q 




IS 


;z 




^ 




Q 


-a 


iviox 


CT> 


00 


S 


«o 




co 




r- 


oo 


1 


en 




^ 














- 






H 

P 
O 


lO 




o* 




** 








iO 




1 > 






+^ 






■^" 




■■■■ 


■™ 




^^ 


Al ca i 


as 




o 


















H H ) 


g « 


àft 


.«•^ 






•r* 








c^ 


©< 


:2& 






















âM 


« 




CD 




















Eli 


~s1« 


co 




G^ 


eo 




co 






^^ 


co 




•«r 




CO 














H 
O 












*^^~ 


































3 


























d 


àO 


o 




^ 


•*N 




































o 


M 
QQ 


il 


o fi=^ 


f 

S 


SI 


fi 


o 


o 




o 

2 fi'^ 
Q o g 

OSE 


es 

» 

o 


;?; 


<fi 


;z: S"5 


s 


oë 


o 


^ 


<M 


-^feë 


*« 
S 




Q 


< 


â 


6 




5, 


1 


"3 


|s- 





Digitized by 



Google 



STATISTIQUE ET ENSEIGNEMENT DES ENFANTS IDIOTS. 2T7 



^-.S nacOO .2 goj etf 

Uï^ 2^1 i § Il I 

. oS ^fl O^fl §T3 -i^aJt^ gJpS œ s* '-m 

< OtCU „3j5o ZZ CQ 'Z 



4) 


c 




S 


CP 




D- 


'« 




QQ 




<T) 


^ 


s 




o 






fi 




o 


co 


-a 






2 


■** 


+j 


o 


tH 


c 




O 




o 


•« 


ed 


2 


?« 


3 


'-* 


m 


n 


?, 


S 


^ 


.2^ 




QQ 


n 


CJ 


^ 


Sf 


emOi 


co 


|3 

25^ 


d 

£ 

C3U 


13 


O 


CL 


>> 




ce 


S 







CO 


s 


t^ 


©< 


<N 


m 




<N 


CO 


CO 



- 'n 'h 5-> 



crc; S oc- — 






*2 






Digitized by 



Google 



278 



H 

g 
H 



avi,ojL 



03 ^ OO 
H H H 




ASSISTANCE ET PÉDAGOGIE. 




S-^ f^ S o S*^ 



eu « -g S ^ î^ "^ '* 






08 3 , 



OfCO 



^H 



' ^ 0) r- .: 



^«^ S-d'gf-c-''^ 



5-^;! 



3 o 
t, CO ._ rC rtT *-• c 

QJ ^ " ET — , '1j HH e:) ■ 



® s ^.-oj tS . .2 

•Îh © C3 Cî C •» 

£ i fl H >» 

o ce Q^ 4) bO 

*« « S ri .S 

*a2 3 g » 

^'S ce 



o 



c 

Ô 



J-' CD '^ •" 

— « o a> 




O 

00 



O g g y M C c^ ^g m S ii c! 



*0 ^^ '^ -^ <M 



•SE 

g 3 



o 



o 



co 

a 

co 

u 



CO 



«5 •r 



Ui 



3 « 

* "S 






O 7 

'd-û fi 

fi «5 

ce 



01 

«1 



Digitized by 



Google 



STATISTIQUE ET ENSEIGNEMENT DES ENFANTS IDIOTS. 

g o s o a> 



27d 









S^^S 




.^.-S 








2» 








d ce 






o 


&•$ 






8 


-: « 






*tf) 


o i* 






S 


•3.-£ 

u s 






C0 


P 






fi 


Ï3 




ci 


-«8 


«.4> 




C6 


2 


S 3 




43 


•S 


»-4 O 






'"S 




t 


£ 


a 




«« 

ti 


3 


es 


-o 


*E 


»>> 


S ce 


tA 




^-1 


« ç; 


ft 






C'5 


o 


O 


, 


3)0 


OQ 


(^ 


•♦* 


.ira 


c 


p 


a 


©■^ 


o 


-*-> 


c9 


S=cJÔ 


g 


5^ 


» 




J 


t- 


tA 




•r* 


<>* 


^* 




^ 








•m 


CD 


•*^ 








kA 






•*-« 








-• 


<?* 




ô^ 


o> 


t- 




eo 










» 








B 


©'HT 




11 


g 


S ® 

o3 




1 


^â 




3 


> 









a; o 
Q* a. 

^S 
'S » 

r. 60 

n © 
Si 



S §1 

H ce 2 

^ r08 o 

« aj oj 

^ ca rî 

QQ QD t-i 



C O 









DO Oi 

• 1-4 CO 



G I -S w 
G 3 ^ 2 



co 



.» 



rt .r 



♦^ '08 T3 > 



^ i^ 



• ^^ . ^3 "73 ^ 03 ^^ 
M <1^ /1-v -rr Oi (^ ^ O 



I 

-•S « 

■S S.£ 

«2 .S S 
S « «s 

-. G 0) 

S «s 

^ S ^ S 



^ TA Pi ^ 



*» OQ •• 

^ © o> 

..^ OQ o 

TO DQ -5 
OQ C^ C 

S p S 

© (D ^ 

2 oj ^ 
G s *^ 

? O '"3 

■S ï*." 

G A ^ 
<* *w G 

"il 



'^ q3 » » C8 

« 55 5 « a 

3 -g, 00 :3 o 

.t5 §^^ o G 

'9 ^ ^ « î^ 

t3 *23 i © O 






O •<*» "^ ;i2 .^ 

tjOX) «C a, _ 

•3 S § S I 

o S G ^ o 

G « 3 " o 
2 c« g © fc- 



X fl G 

0.0)0 

^ s a 



o 



o 






Oh g 

13 <=> 



t4 



S 



© 

© p^ ta 

Û.J. G 
'rt OQ ® g 

o -d G © ^ 

05 :;: i ^ «5 

ç; ûQ s3 G 'T3 

s: cô OD '2 r- 

p: oD © OQ S 

^£ ^ &• 

.^ • r3 ce © «« 

^J O.'^ .S G 

© © /-^ O 



Digitized by 



Google 



280 ASSISTANCE ET PÉDAGOGIE. 

Asile-École de Saint-Ton. 

L'école ouverte en 1891 pour les enfants placés à T Asile, 
disent MM. les D" Giraud, Pochon, Brunet, continue de 
fonctionner régulièrement. Deux institutrices sont atta- 
chées à Técole. L'institutrice chargée de la direction de 
l'école nous a remis le rapport suivant : 

« Année 1903. — Pendant l'année 1903, l'école a été suivie 
par 36 élèves dont : 20 en !■•« classe, 16 en 2*. — Aujour- 
d'hui, 31 décembre 1903, 24 élèves seulement sont inscri- 
tes : 13 en 1" classe, 11 en 2*. Cet abaissement de l'effectif 
est dû à 12 élèves ayant quitté Tasile, dans le courant de 
Tannée, pour les causes suivantes. 

Mortes 2 

Rentrées dans la Société 2 

Ayant 21 ans 2 

Ne pouvant temporairement être gardées en classe.. 3 

Ayant subi avec succès l'examen du certificat d'études. 3 

't L'enseignement a donné, pour plusieurs, de bons résul- 
tats, comme en font foi les trois élèves reçues à l'examen. 
Il est à remarquer que l'une d'elles a appris à lire à l'Asile 
et y a donc acquis toute son instruction, les deux autres 
étaient élèves depuis cinq ans. A la fin de l'année scolaire, 
17 élèves savaient lire, écrire et compter. Actuellement, 
sur les 24 inscrites, 10 lisent, écrivent, comptent et pro- 
gressent; les 14 autres sont malheureusement peu suscep- 
tibles de s'instruire, étant donné leur peu d'intelligence 
ou des infirmités s'ajoutant à leur état mental. Ces enfants 
prennent une part plus active aux exercices physiques, 
aux travaux manuels, aux soins domestiques; elles s'édu- 
quent peu à peu, 9 d'entre elles ont une moyenne d'âge de 
dix ans. 

«Remarque. — Depuis sa fondation, l'école a fait recevoir 
9 élèves au certificat d'études ; d'autre part, 20 l'ont quit- 
tée pour rentrer définitivement dans la société ; plusieurs 
sont mariées et mères de famille. » 

L'écoJe de Saint- Yon est classée comme ëcolepublique, 
mais comme elle est fréquentée uniquement par des enfants 
placés à l'asile comme malades, les enfants ne cessent 
pas d'être sous la surveillance du corps médical qui atou- 



Digitized by 



Google 



STATISTIQUE ET ENSEIGNEMENT DES ENFANTS IDIOTS. 281 

j ours libre entrée dans les locaux scolaires. Les enfants 
sont visités chaque jour comme les autres malades et sont 
^vus soit aux classes, soit à la gymnastique, suivant que 
l^lieurede la classe ou de la gymnastique coïncide avec 
l^heure de la visite médicale. 



Asile-icole deClermont (Oise). 

M. Lesvier, directeur de TÂsile, s'exprime ainsi : 

Depuis la création du pavillon spécial jusqu'en 1903, 
les enfants du quartier de Fitz-James (imbéciles, idiots 
arriérés] ne recevaient d'autres soins que les soins médi- 
caux. Actuellement, un véritable enseignement médico^ 
pédagogique leur est donné et cette innovation est 
assurément une des plus heureuses que nous ayons à 
enregistrer. Il faut avoir vu autrefois ce quartier où de 
malheureux enfants, dépourvus de toute occupation, de 
tout amusement, traînaient invariablement une existence 
incolore et misérable pour apprécier maintenant le bien- 
être dont ils jouissent. Ainsi que nous le faisions pressentir 
dans un rapport précédent, les gardiens ont été remplacés 
par des infirmières et ce changement a donné les meilleurs 
résultats. La cour de récréation s'est garnie peu à peu de 
pelouses verdoyantes, de massifs, de fleurs. Dans les dor- 
toirs, on constate une propreté irréprochable ; une salle de 
bains a été aménagée et la salle d'étude, naguère si 
délaissée, est aujourd'hui une véritable classe d*école 
primaire où l'enseignement approprié à des intelligences 
rudimentaires est attribué à chaque enfant, selon sesapti- 
tudespar des infirmières-institutrices qui, elles " mêmes, 
ont reçu à cet effet une éducation particulière dans le 
service de M. le D' Bourneville à Bicètre. 

Notre personnel se compose d'une surveillante en chef, 
d'une infirmière-institutrice et de deux infirmières ordi- 
naires. Les classes ont lieu le matin et le soir à des heures 
variables selon la saison. On y enseigne la lecture, l'écri- 
ture, le calcul, etc., et cela avec plus de succès qu'on ne 
croirait tout d'abord ; nous pourrions citer tel de nos 
élèves sachant à peine ses lettres il y a quelques mois et 
lisant aujourd'hui à peu près couramment* 



Digitized by 



Google 



282 ASSISTANCE ET PÉDAGOGIE. 

Mais Tinstruction de ces enfants arriérés serait de peu 
d'utilité si Ton se bornait à leur enseigner la lecture et 
récriture; il ne faut pas perdre de vue que ceux dont 
Tamélioration mentale permettra un jour la sortie de Tasile 
auront surtout besoin de notions pratiques lorsqu'ils 
devront pourvoir à leurs besoins. Aussi les leçons de 
choses sont- elles partie importante du programme; le 
jardinage, la culture, y sont fort en honneur et si Tenfant 
acquiert pendant son séjour à Tasile un développement 
physique et mental suffisant, rien ne s'oppose à ce qu'on 
lui enseigne un métier dans les nombreux ateliers de 
rétablissement. 

Entre temps, nos jeunes élèves se livrent, sous la direc- 
tion de Tinsti tutrice, à des exercices de gymnastique 
élémentaire ; ils apprennent le chant, voire même la danse. 
A titre de récompense, on les conduit en promenade, soit 
dans les dépendances de l'asile, soit au dehors, et l'on 
profite de chaque sortie pour solliciter leur attention, tenir 
leur curiosité en éveil et les renseigner sur le nom, la 
destination des objets qui frappent leurs regards. 

En témoignant notre extrême satisfaction devant une 
transformation aussi complète, nous sommes heureux de 
rendre hommage au dévouement de la surveillante en chef 
du quartier des enfants, et c'est pour nous un devoir de la 
remercier du concours intelligent qu'elle nous a prêté. 

L'organisation, dans le quartier des enfants de Pltz- 
James, de la méthode médico-pédagogique, nous donne 
toute satisfaction. Les leçons prises par nos infirmières et 
par nos surveillantes, dans le beau service de M. le D' 
Bourneville, commencent à porter leurs fruits. L'ordre, 
l'éducation et la santé de nos fillettes en profitent large- 
ment. Nous espérons môme prochainement présenter deux 
d'entre elles à titre d'encouragement, à l'examen du 
certificat d'études. 

Enseignement médico-pédagogique. 

L'enseignement médico-pédagogique, selon la méthode 
de M. le D*^ Bourneville, organisateur de cet enseignement 
dans la Seine, est donné, depuis bientôt un an, à nos 
enfants filles et garçons, et les résultats en sont très satis- 



Digitized by 



Google 



STATISTIQUE ET ENSEIGNEMENT DES ENFANTS IDIOTS. 283 

'aisants. II y avait relativement peu à faire chez les RUes, 
Madame Ohampy qui le» dirige, les ayant toujours très 
bien tenues, s'en étant toujours occupée avec beaucoup 
de zèle et de dévouement. 

Elle faisait Técole pour celles dont rintelligence était 
susceptible de développement, leur apprenait récriture, la 
lecture, le calcul. Elle leur apprenait aussi la couture et 
à faire de petits travaux de dames. Elles viennent à Cler- 
mont prendre des leçons de repassage. Chez les garçons, 
que les infirmiers se contentaient de garder, tout était à 
fair^e. 

Les résultats sont des plus encourageants. Pour les 
enfants susceptibles de culture intellectuelle, Ten^igne- 
ment comprend, en ce moitient, lecture, écriture, calcul, 
leçons de choses, petite gymnastique des membres, 
danse. Chez les plus déshérités, on s'efforce d'obtenir 
toute l'amélioration possible, de régulariser certaines 
fonctions, de manière à faire disparaître ou au moins 
diminuer le gâtisme. 

Le quartier a perdu son aspect nu et peu entretenu, il y 
a des gazons, corbeilles et plates-bandes plantées de fleurs, 
que les enfants respectent. Ils cultivent eux-mêmes avec 
beaucoup de soins un petit jardin potager. « 

En employant le personnel féminin pour les petits gar- 
çons, on a suivi la pratique et les conseils de M. le D' 
Bourneville, les résultats en sont des plus heureux. Il est 
juste, d'ailleurs, de décerner à Madame Gérard, qui est à 
la tète de ce service, les plus vifs éloges. Elle s 'acquitte de 
sa mission avec beaucoup d'activité, de zèle et de dévoue- 
ment. Depuis son stage à Bicôtre, elle y est retournée 
plusieurs fois, à ses frais, den^ander des conseils à M. le 
D' Bourneville. 

Pour compléter l'œuvre, il serait fort utile de faire certains 
travaux et constructions pour lesquels M. l'Architecte 
départemental a dressé des plans et devis, notamment de 
construire dans les quartiers des garçons et des fillettes 
des préaux couverts qui pourraient servir de promenoirs 
et de salle de gymnase. 

M. le D' Boiteux, médecin en chef de la division 
des femmes, écrit dans son Rapport : 



Digitized by 



Google 



284 ASSISTANCE ET PEDAGOGIE. 

« L'organisation dans le quartier des enfants de Fitz- 
James, de la méthode médico-pédagogique, nous donne 
toute satisfaction. Les leçons prises par nos infirmières et 
par nos surveillantes, dans le beau service de M. le D** 
Bourneville commencent à porter leurs fruits. L'ordre, 
réducation et la santé de nos fillettes en profitent large- 
ment. Nous espérons même prochainement présenter 
d'eux_d'entre elles, à titre d'encouragement, à l'examen 
du certificat d'études. » 

M. le D"^ Thivet, médecin en chef de la division 
des hommes, expose ainsi les résultats obtenus : 

tt Depuis la création du pavillon spécial jusqu'en 1903, 
les enfants du quartier de Fitz-James (imbéciles, idiots, 
arriérés) ne recevaient d'autres soins que les soins médi- 
caux. Actuellement un véritable enseignement médico- 
pédagogique leur est donné et cette innovation est assuré- 
ment une des plus heureuses que nous ayons à enregistrer. 
Il faut avoir vu autrefois ce quartier où de malheureux 
enfants, dépourvus de toute occupation, de tout amuse- 
ment, traînaient invariablement une existence incolore et 
misérable pour apprécier maintenant le bien-être dont ils 
jouissent. Ainsi que nous le faisions pressentir dans un 
rapport précédent, les gardiens ont été remplacés par des 
infirmières et ce changement a donné les meilleurs résul- 
tats ; la cour de récréation s'est garnie peu à peu de pelouses 
verdoyantes, de massifs de fleurs; dans les dortoirs on 
constate une propreté irréprochable ; une salle de bains 
a été aménagée et la salle d'étude, naguère si délaissée, 
est aujourd'hui une véritable classe d'école primaire où 
l'enseignement approprié à des intelligences rudimentai- 
res, est distribué à chaque enfant selon ses aptitudes, par 
des infirmières institutrices qui, elles-mêmes ont reçu à 
cet effet une éducation particulière dans le service de M. 
le D' Bourneville à Bicétre. 

Notre personnel se compose d'une surveillante en chef, 
d'une infirmière institutrice, et de deux infiivmièrés ordi- 
naires. Les classes ont lieu le matin et le soir, à des heu- 
res variables selon la saison. On y enseigne la lecture, l'é- 
criture, le calcul, etc., et cela avec plus de succès qu'on ne 



Digitized by 



Google 



STATISTIQUE ET ENSEIGNEMENT DES ENFANTS IDIOTS. 285 

croirait tout d'abord ; nous pourrions citer tel de nos élè- 
ves sachant à peine ses lettres il y a quelque mois et lisant 
aujourd'hui à peu près couramment. Mais Tinstruction de 
ces enfants arriérés serait de peu d'utilité si Ton se bornait 
à leur enseigner la lecture et l'écriture; il ne faut pas per- 
dre de vue que ceux dont Tamélioration mentale permettra 
un jour la sortie de l'Asile, auront surtout besoin de notions 
pratiques lorsqu'ils devront pourvoir à leurs besoins. 
Aussi les leçons de choses sont-elles partie importante du 
programme; le jardinage, la culture, y sont fort en hon- 
neur et si l'enfant acquiert, pendant son séjour à l'asile 
un développement physique et mental suffisant, rien ne 
s'oppose à ce qu'on lui enseigne un métier dans les nom- 
breux ateliers de l'établissement. Entre-temps, nos jeunes 
élèves se livrent, sous la direction de l'institutrice, à des 
exercices de gymnastique élémentaire; ils apprennent le 
chant, voire même la danse. A titre de récompense, on les 
conduit en promenade, soit dans les dépendances de Tasile, 
soit au dehors et l'on profite de chaque sortie pour solli- 
citer leur attention, tenir leur curiosité en éveil et les 
renseigner sur le nom, la destination des objets qui frap- 
pent leurs regards. 

En témoignant notre extrême satisfaction devant une 
transformation aussi complète, nous sommes heureux de 
rendre hommage au dévouement de la surveillante en 
chef du quartier des enfants, et c'est pour nous un devoir 
de la remercier du concours intelligent qu'elle nous a 
prêté. » 



Asile-École de Sainte-Oemmes (Maine et Loire). 

Voici les renseignements que nous a envoyés M. le 
D' Petrucci, médecin-directeur de Tasile d'aliénés 
de Sainte-Gemmes. 

« Au moyen de ressources budgétaires cependant mini- 
mes, nous avons pu installer, dans des conditions assez 
confortables, un quartier provisoire. Le bâtiment est divisé 
en deux parties égales, d'un côté sont placées les filles, de 
l'autre les garçonâ. La surveillance a été confiée à un 



Digitized by 



Google 



286 ASSISTANCE ET PÉDAGOOIfi 

ménage d'infirmiers dont Texpérience est éprouvée et qui 
comptait de nombreuses années de service à TAsile. Leur 
logement occupe le centre du bâtiment. À côté se trouve 
une tisanerie et les réfectoires servant de salle d'études Bt 
de récréations. Les enfants reçoivent des soins ipéthodi- 
ques de gymnastique médicale pour développer leur état 
physique et des leçons susceptibles de développer dans la 
limite du possible leurs facultés intellectuelles. Ce soin 
incombe à une surveillante laïque, laquelle, est en même 
temps chargée de la surveillance des salles de lecture et de 
jeux des pensionnaires. 

Les dortoirs situés de chaque côté des salles de réunion 
contiennent chacun 12 lits. Ce chiffre serait, à la rigueur, 
élevé à 16, ce qui porte à 32 le nombre des enfants pou«- 
vant être hospitalisés dans ces endroits. 

La cour des récréations est divisée également en deux 
parties ; au centre deux murs d'un mètre de hauteur, sur 
lesquels on a placé un grillage, forment couloir commu* 
niquant avec le chemin de ronde par une porte. 

Le couloir, àson arrivée au bâtiment, s'élargit pour for- 
mer une sorte de rond-point, dans lequel les infirmiers 
peuvent exercer leur surveillance. Ces cours sont absolu- 
ment indépendantes Tune de l'autre. Elles ne sont accessi- 
bles que par les dortoirs pour éviter le mélange des deux 
sexes. 

Les cabinets sont installés au milieu de chaque cour, le 
long du mur de clôture et dans un endroit où les petits 
malades peuvent être constamment surveillés de n'impor- 
te quel point du pavillon. La méthode médico-pédagogi- 
que employée pour développer chez les enfants arriérés, 
qui nous sont confiés, les germes des facultés intellectu- 
elles et des sentiments, nous a donné des résultats très 
satisfaisants. Chez deux enfants, en particulier, les résul- 
tats acquis méritent d'être signalés. 

L'un d'eux dont l'instruction, déjà commencée, avait dû 
être négligée par suite de crises épilepliques, a repris des 
habitudes de travail, d'ordre et a fait des progrès rapides. 

L'autre, plus jeune, arrivé à l'asile dans un état d'idiotie 
complète, n'ayant jamais pu apprendre à lire, répondant 
par monosyllabes aux questions qui lui étaient posées, 
s'est amélioré d'une façon inespérée. Il peut lire, écrire, 



Digitized by 



Google 



STATISTIQUE ET ENSElÔKEMËNt DES ENFANTS IDIOTS. 287 

réciter quelques fables. Il travaille régulièrement, s'effor*- 
çant d'aider, dans la mesure de ses forces, Tinfirmier 
cbargé de la surveillance du quartier. » 



Asile-école de la Roche-sur-Ton. 

Notre ami, M. le D^ Cullerre, médecin-directeur 
de Tasile d'aliénés de la Roche-sur- Yon, nous a adressé 
la note suivante sur le fonctionnement de son asile- 
école. 

Existants au l*' janvier 1903 

Admis pendant l'année 1903 

Admis pendant l'année 1904 

Totaux des admissions 

Total des existences et des admissions 

Sorties pendant l'année 1903 

Sorties pendant Tannée 1904 

Décès pendant Tannée 1903 

Décès pendant Tannée 1904 

Totaux des sorties et des décès 

Passés aux quartiers d'adultes 

Total 

Existants au 31 décembre 1904 

Depuis les notes que je vous ai adressées le 11 mars 
1903, le nombre des admissions de filles s'est sensiblement 
accru. Mais la qualité de ces recrues est des plus inférieu- 
res. 

Ce sont pour la plupart des idiotes totales non suscep- 
tibles d'amélioration. 

Une classe est faite par la religieuse du service ; six 
enfants la suivent et les résultats, pour quelques-unes, sont 
encourageants. — Le qua,rtier des garçons est toujours 
tenu d'une façon très satisfaisante parle ménage que j'j»^ 
ai installé il y a 12 ans. L'aspect en est gai, propre et 
coquet, les enfants sont bien tenus, ont Tair heureux; 
'infirmier les occupe au jardinage et leur fait faire de la 



Garçons. 


Filles. 


Total 


16 


8 


24 


4 


3 


7 


3 


5 


8 


7 


8 


15 


23 


16 


39 


1 




1 


1 




1 


1 




1 


D 




» 


3 




3 


2 


2 


4 


5 


2 


7 


18 


14 


32 



Digitized by 



Google 



288 ASSISTANCE ET PEDAGOGIE 

gymnastique élémentaire, mouvements, ressorts, échelles, 
etc.. La femme les habitue à s'habiller, les soigne, sur- 
veille leurs repas, etc.. Sur ma demande le Préfet a obtenu 
pour ces préposés très méritants une médaille de bronze 
de TAssistance publique. 

Une classe est toujours faite par un aliéné ancien insti- 
tuteur dont l'état mental est peu touché, huit enfants la 
suivent et quelques-uns ont fait des progrès très remar- 
quables surtout en dessin et en calcul. En 1904 un enfant 
est sorti très amélioré ayant appris à Tatelier de serrurier 
les éléments du métier et capable de gagner sa vie. 



Hospice départemental et Dépôt de Mendicité de TAisne 
à Montreuil-sous-Laon. 

Le directeur de cet établissement, laïque jusqu en 
1870, ensuite délaïcisé, a eu Tobligeance de nous 
adresser les renseignements suivants : 

Les jeunes idiols et épileptiques de l'âge de 2 à 18 ans, 
présents à Thospice de Montreuil-sous-Laon, sont au 
nombre de 25, savoir : 



ÉpIlepUqura.j 2^^°"'- 



Il n'existe pas de personnel pour Téducation proprement 
dite, si ce n'est un pensionnaire chargé de donner des 
notions de lecture et d'écriture aux jeunes garçons les 
moins dépourvus ; et, en ce qui concerne les filles, une 
surveillante qui s'efforce de les occuper aux travaux les 
plus élémentaires du ménage, quand elles ont l'âge voulu. 
Les résultats obtenus de part et d'autre sont médiocres, 
sauf de rares exceptions. Cela tient surtout au degré très 
accentué de débilité mentale de la plupart de nos sujets et 
à Tabsence de toute aptitude chez les autres, sans parler 
des infirmités et imperfections physiques plus ou moins 
graves, dont les idiots sont affligés par surcroit. 



Digitized by 



Google 



STATISTIQUE ET ENSEIGNEMENT DES ENFANTS IDIOTS. 289 

Asiles-écoles de la Seine. 

Le département de la Seine hospitalise, traite et 
éduque : 

A Bicêtre 44U garçons 

A la colonDie de Vaucluse 250 — 

A la Salpêtriôre 145 filles 

A la Fondation Vallée 235 — 

Total 1.Ô7Ô 

La population du département de la Seine étant de 
3,141,595, il s'ensuit que la proportion des enfantsarrié- 
rés hospitalisés serait de 3,03 pour 10.000 habitants. 
II y a toujours un certain nombre d'expectants, ins- 
crits à TAsile clinique, mais combien de familles, 
par ignorance, ne réclament pas pour leurs malheu- 
reux enfants, V hospitalisation, le traitement et Védu- 
cation auxquels ils ont droit? 



Aux enfants idiots et épileptiques des asiles, il fau- 
drait ajouter ceux qui sont hospitalisés dans les 
hospices et sûr le nombre desquels nous n'avons 
aucun renseignement. Si nous en jugions par ce que 
nous avons vu dans nos visites aux hospices, leur 
chiffre serait probablement plus élevé que celui des 
asiles. 

Les arriérés sont nombreux aussi dans les familles 
riches ou aisées. Pour VInstitut médico-pédagogiquc^ 
à Vitry, nous recevons annuellement une centaine de 
demandes. Ils échappent à une statistique un peu 
sérieuse. 

A Bicêtre, à la Fondation Vallée, on nous amène 
souvent des enfants arriérés de la province. Nous rece- 
vons presque toutes les semaines des lettres des* 
départements réclamant l'admission de ces enfants à 
Archives, 2« série, 1905, . XlX. 19 



Digitized by 



Google 



290 REVUE D*ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 

Bicêtre, ce qui est impossible, les places, insuffisantes, 
étant réservées aux enfants de la Seine. 

Nous en profitons pour recommander aux parents 
d'intervenir auprès de leurs mandataires, députés, 
sénateurs, conseillers généraux, afin d'obtenir la cî'ëa- 
tion, dans leur département, d' asiles-écoles^ Cette pro- 
pagande contribuera peut-être un jour, à la réalisation 
de cette réforme sociale dont les faits, chaque jour, 
nous prouvent l'urgence. 



REVUE D'ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE 
PATHOLOGIQUES 



LXl.— Un réflexe auriculaire ; par W. Alter. (Neuvolog. 
CentralbL XXH, 1903.) 

La percussion, la piqûro, le pincement, Timpression du chaud et 
du froid sur la peau de la partie postérieure du tiers moyen du 
masséter provoquent chez certains paralytiques généraux l'attrac- 
tion en haut en arrière du pavillon de l'oreille, par la contraction 
de la portion postérieure du muscle élévateur auriculaire supérieur 
et du muscle rétracteur auriculaire postérieur de ce pavillon. La 
l'égion excitée étant innervée par la branche auriculaire du troi- 
sième nei'f cervical, tandis que les taisceaux musculaires en ques- 
tion reçoivent la branche antérieure de l'auriculaire postérieur 
du facial, c'est un réflexe. Il manque chez les gens bien portants 
et chez les autres malades, même chez ceux dont l'excitabilité ré- 
flexe est exagérée. En tous les cas où il existait, c'est-à-dire chez 
19,4 % des paralytiques, le facial était parétique du côté du ré- 
flexe. Ne pas le confondre avec les mouvements musculaires con- 
vulsifs, émanant des manœuvres d'examen du facial ou du plexus 
cervical, qui s'étendent des muscles de la face aux muscles de 
l'oreille. Il peut aniver que la zone réflexe soit plus étendue et 
que la piqûre du territoire de l'auriculo-temporal (trijumeau) le 
ptx)duise : cela tient à des distributions nerveuses empiétant les 
unes sur les autres. P. Keravai.. 

Notes. — N* 1. Autrefois l'asile de St-Lizicr (Arriège) recevait, 
en assez grand nombre, des enfants arriérés de la Seine. Il n'en 
est plus ainsi depuis plusieurs années. 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aNATOMIë ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 291 

L vil. — Dn rôle du noyau caudé ; par \V. E. STizDA.{Obozrénié 
psichiatrii, VII, 1902.) -— De la fonction du noyau caudé ; 

^ds leméme,{Neurolog\sch, Centralblatt^ XXU, 1903.) 

Après avoir passé en revue les documents des auteui-s,M. Stieda 
constate que ses propres expériences conlîrment que nous ne 
savons rien des fonctions du noyau caudé. Les pi'océdés d'irri- 
tation physiologique ne semblent pas convenir à cet organe dont 
on ignore du reste la catégorie. On sait, en effet, que le corps 
strié est déjà développé morphologiquement à une époque où 
les hémisphères se composent principalement des régions vi- 
suelles et olfactives, et que les conducteurs moteurs ne germent 
et ne le pénètrent qu'ultérieurement en le divisant en deux por- 
tions distinctes, le noyau caudé et le noyau lenticulaire, pour 
s enraciner dans l'écorce des régions supérieures et externes qui 
commencent à ce moment seulement à se développer avec assez 
de vigueur pour prédominer dans la suite sur toutes les autres 
parties du cerveau. Son développement ne dépend donc pas de 
celui de l'écorce motrice et des conducteur moteurs. Le corps 
strié est l'organe de l'hémisphère qui dans la série des vertébrés 
conserve par excellence son aspect morphologique et histolo- 
gique : il est donc à penser qu il a une fonction propre et iden- 
tique chez tous les vertébrés. Il est presque impossible de la 
préciser. Seulement il y a lieu de poursuivre des recherches 
dans cette direction de concert avec les autres. 

P. Keraval. 

LVIU. — Nouvelle méthode propre àobtimir des prépara- 
tions iiistologiques des plus fines, en soumettant à la 
force centrifugr® des tissus dissociés par la secousse on 
des coupes, notamment du système nerveux central ; 

par F. Reich. (Neurolog, Centralbl. XXI, 1902.) 

La dissociation comporte la succussion très forte^ dans un tube 
à expérience, de morceaux macérés grossièrement réduits en frag- 
ments auparavant. Ils sont ainsi désagrégés. Ceux qui sont de- 
meurés massifs restent sur le tamis : on les secoue violemment 
et Ton voit qu'ils se composent de vaisseaux et de ramifications 
vasculaires presque absolument isolés. Le liquide laiteux qui a 
traversé l'étamine contient des fibres nerveuses ou des fragments 
de fibres, des cellules neneuses, des cellules névrogliques, des 
hématies, etc. On le soumet à l'appareil centrifugeur. Les cou- 
pes très fines, émanées de tissus durcis d'une façon quelconque 
sont cueillies sur le tranchant du couteau et suspendues à l'aide 
d'une aiguille ou d'un instrument approprié dans un verre cen- 
trifugeur plein d'eau ou de tout autre ingrédient au choix. On 
procède à l'action centrifuge sur les parties suspendues ; du sé- 



Digitized by 



Google 



292 REVUE d'anatomie et de physiologie pathologiques. 

dîment od décante le liquide pour le remplacer par tout autre 
réactif ou par une matière colorante ad libitum, chaude ou froide. 
On peut aussi traiter le dépôt dans une étuve, le soumettre à tel- 
les pratiques de digestion ou autres que l'on veut. On a encore à 
sa disposition la différenciation dont le degré s*obser>e au chan- 
gement de couleur du dépôt tout aussi exactement que d'ordi- 
naire sur chaque coupe. Liquides colorants et différenciateurssont, 
afin d'éviter des souillures, préalablement centrifugés. Quand les 
préparations ont été colorées et différenciées, les milieux colo- 
rants ou différencia teure sont rincés à l'eau à plusieurs reprises. 
On inclut dans le baume en remplaçant l'eau, dans laquelle les 
particules sont en dernier lieu suspendues, successivement par 
l'alcool, le xylol, un peu de baume. Il n'y a plus maintenant qu'à 
éparpiller dans le baume en secouant ces parcelles d'une exti-ême 
finesse et à en charger un nombre quelconque de porte-objets. 
Cette action centrifuge étant très courte, en un tour de main on 
a un très grand nombre de préparations. Le dépôt peut égale- 
ment être, avant ou après coloration, tiré de l'eau, de l'alcool ,du 
xylol, transporté sur le porte-objet, séché, et manipulé à loisir. Il 
est possible d'effectuer toute autre inclusion. Ce système fournit 
des coupes de nerfs de 5 |jl non incluses, colorées comme l'on veut. 
Mais il n'est pas fait pour les recherches topogi*aphiques, les ima- 
ges synoptiques. P. Keraval. 

LIX. — Recherches psychologiques sur le noyau lenti- 
culaire ; par M. Schaikewitsch. (Ohosrènié psichiatrii, VII, 
1902.) 

Excitation directe de cet organe à l'appareil du Bois-Reymond, 
avec ou sans l'intégrité du faisceau pyramidal : en ce dernier 
cas, celui-ci est cureté, ou bien on résèque la plus grande partie 
de la région motrice. Examens confirmatifs à la méthode de 
Marchi-Busch. L'excitation du noyau après ablation couche par 
couche de l'hémisphère cérébral du chien détermine : la tension 
tonique des muscles du tronc et des extrémités, d'abord du côté 
opposé à l'excitation, puis, si l'on renforce le courant, aussi du 
môme côté ; les convulsions débutent par les membres, le plus 
souvent par les membres postérieurs. Fréquente rotation de la tête 
du côté opposé i't cri. L'excitation du segment interne et du noyau 
caudé fournit les mômes résultats. Renforce- t-on le courant, les 
phénomènes moteui-s augmentent ; Tinterrompt-on, ceux-ci s'af- 
faiblissent, tout en continuant parfois quelques secondes après. La 
respiration tehd à se ralenti i* ; généralement, un soupir plus ou 
moins profond suit l'excitation et précède ce ralentissement. 
Insignifiante élévation de pression sanguine, sans presque au- 
cune modification du pouls. L'excitation unilatérale ou bilatérale 
du noyau lenticulaire par b scissure de Sylvius, après suppres- 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES, 293 

*iî<3n de Taction du faisceau pyramidal, montre également Télé- 
>'a.tion infime de la pression du sang, Tintégrité presque absolue 
<lii pouls. Un courant faible ou moyen ne détermine pas d'acci- 
dents moteurs ; sous Faction d'un fort courant, convulsions 
toniques, plus rarement cloniques, d'ailleurs inconstantes, et, 
deux fois, attaque épileptiforme avec écume abondante à la 
Kueule. Respiration comme supra. Chute graduelle de la tempé- 
l'ature. Cinq expériences où, chez le lapin, le noyau lenticulaire 
fut piqué à l'aide d'une aiguille, révélèrent une hyperthermie 
insignifiante au calorimètre de d'Ai'sonval. P. Keraval. 

L.X. — Des maladies mentales consécutives aux auto- 
intoxications expérimentales ; psychoses des chiens 
privés de la glande thyroïde ; par B lu m. (iVeuroZo^. Cen- 
«ra/6/., XXI, 1902.) 

La glande thyroïde est un organe épurateur qui enlève à la 
circulation les poisons qui se forment continuellement dans 
l'économie et les rend inolTensifs. Devient-elle totalement inac- 
tive, on a une intoxication suraiguë et la tétanie. N'exerce-t-elle 
sur le poison qu'elle a saisi qu'une action insufiisante, il se pro- 
duit une intoxication de thyrotoxalbumine, ou matière albu- 
minolde intra-glandulaire toxique qui contient très fréquemment 
de l'iode : thyroïdisme dont on doit rapprocher celui de la ma- 
ladie de Basedow. Le poison que la glande thyroïde fixe nor- 
malement provient très probablement du tube gastro-intestinal, 
par coriniption de l'albumine. 

Les chiens privés de leur corps thyroïde, que l'on nourrit 
surtout de viande, succombent rapidement. Ceux que l'on sou- 
met au régime lacté avant et après l'opération résistent en plus 
grand nombre, ou du moins survivent plus longtemps ; d'autres 
i*estent bien portants, après avoir eu d'abord de la tétanie, jus- 
qu'à ce qu'on revienne à la viande. Quelques-uns acquièrent 
l'immunité par l'addition prudente, graduelle, de la viande au 
lait, et conservent vie et santé. 

Or, les animaux dont la vie se prolonge, soit à raison du 
régime lacté exclusif, soit à cause du régime mixte progressif, 
dont l'intoxication est atténuée, présentent pendant un temps 
plus ou moins long des accidents psychiques, M. Blum en a 
observé chez 18 chiens dont 15 préalablement traités au lait. Ce 
sont des hallucinations qui poussent l'animal à des actes immo- 
tivés, par exemple à se tenir sur le museau, les pattes de der- 
rière en l'air, à s'égratigner et se blesser profondément des 
heures entières nez, museau, yeux ; des modifications du carac- 
tère surprenantes. C'est l'hébétude : le patient reste parfois plu- 
sieui's minutes sans mouvement, l'œil hagard, la tête penchée, 
puis le train postérieur oscille, chancelle, et le chien tombe de 



Digitized by 



Google 



294 REVIE D ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 

tout son long, ou fait quelques pas en titubant pour demeui'er slu- 
pide plus loin. La déchéance intellectuelle s annonce générale- 
ment par la sitiophobie. Désordres moteurs : marche en mesure, 
marche à reculons, esquisse de culbute, station sur le dos, les 
pattes en Tair. L'élément convulsif, relégué au dernier plan, ne 
prédomine plus comme dans la tétanie, se modifie : con\^llsions 
cloniques intermittentes, ou spasme en extension court. Deux 
chiens qui étaient affectés de troubles psychiques périodiques de 
quelques jours de durée, présentaient, à Tacmé dHine confusion 
mentale, des convulsions gi'aves et persistantes. Parfois une con- 
fusion mentale persistante suit un spasme relativement court. 
Cas de mélange de psychose et de convulsions comme dans l'épi- 
lepsie. 

Durée, de un jour à plusieurs semaines ; formes périodiques 
à grands intervalles lucides alternant avec une psychopathie 
brusque de plusieurs jours, additionnée généralement d'accès 
convulsifs. Mort dans le marasme (déchéance psychique et 
physique), ou dans un spasme extensif agonique muet. Deux 
périodiques succombèrent à un état de mal épileptique. 

Quelle est la proportion des accidents mentaux chez les ani- 
maux qui, privés de leur corps thyroïde, vivent longtemps 1 11 
est impossible de rétablir à cause de Tinsuftisance de la science 
du diagnostic en matière de psychiatrie canine. 

P. Kerayal. 

LXl. — ObserTation de tumeur de la protubérance avec 
dégénérescence de quelques systèmes cérébelleux ; par 

L. W. Bloumenaou et M. P. Tikhomirow. {Obozrénié psichia- 
trii, VU, 1902.) 

Etude analytique très minutieuse et fort exacte des phéno- 
mènes produits chez un artilleur de 22 ans par une tumeur, 
dont la localisation et le développement sont déterminés pas à 
pas. La clinique disait, et l'autopsie conlirma : tumeur occupant 
le côté gauche, et atteignant ses plus grandes dimensions dans le 
tiers supérieur du pont de Varole, s étendant en haut en partie à 
la région des tubercules quadrijumeaux (sans, d'ailleurs, envahir 
les noyaux des nerfs oculaires), allant en bas presque jusqu au 
bulbe, mais, dans toute son étendue, limitée à l'étage postérieur 
ou tegmentum, et ne touchant pas à la base de la protubérance, 
au pédoncule cérébral. 11 s'agissait d'un tubercule solitaire. 

Ce malade, qui ne présentait pas de paralysie des extrémités, 
titubait et était affecté d'autres troubles ataxiques, surtout à 
gauche, c'est-à-dire du môme côté que la tumeur. La cause doit 
en être cherchée dans la lésion d'une partie des faisceaux céré- 
belleux. Les dégénérescences sont nombreuses. L'auteur insiste 
sur la dégénérescence descendante, à gauche, de la périphérie du 



Digitized by 



Google 



REVUE dVnaTOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 295 

cordon antérieur et d'une partie du cordon latéral de la moelle 
cervicale. Ce territoire correspondrait au faisceau marginal an- 
térieur de Loewenthaî, qui reçoit des libres du cervelet par l'in- 
termédiaire du segment interne du pédoncule cérébelleux posté- 
rieur, également dégénéré ici (Basiliewsky). (Figure.) De là 
Tataxie gauche. P. Keraval. 

LX IL— Syndrome solaire par né oplasie médullaire et état 
delà moelle lombo-sacrée,54 ans après Tamputation de 
la Jambe; par le D' De Buck, (/ourn. de Neurologie, Vè{)4^n'* 7.) 

Observation d'un délirant chmnîque dgé de G5 ans et ayant 
subi l'amputation de la cuisse vers l'âge de 1 1 ans, qui fut pris 
tout à coup de vomissements répétés suivis d'une diarrhée incoer- 
cible et qui succomba dans le inarasme quelque temps après. 

A l'autopsie, tous les organes abdominaux étaient sains, mais 
on trouva au niveau de la moelle dorso-lombaire un petit gliome 
auquel l'auteur attribue le syndrome solaire observé pendant la 
vie de son malade. 

D'autre part, l'examen en coupes sériées de la moelle lombo- 
saci*ée a démonti*é que 54 ans après l'amputation de la cuisse, les 
cellules du noyau delà jambe et de celui du pied étaient conser- 
vées, quoiqu'encore en état de réaction chromaly tique. Ces faits 
paraissent à l'auteur difficilement conciliables avec la théorie du 
neurone et lui semblent plutôt militer enfaveur du concept euté- 
naire développé par Bettie et Durante. G. D. 

LXIII. — Histologie de la paralysie générale; par le D' De- 
BRAY. {Journ, de Neurologie^ 1903, n® 20.) 

De l'examen d'une série de travaux,dont la plupart ont été pu- 
bliés à l'occasion du Congrès de Bruxelles, l'auteur arrive à cette 
conclusion que la lésion initiale et fondamentale de la paralysie 
générale inflammatoire réside dans la cellule nerveuse. G. D. 

LXIV. — La dualité fonctionnelle du muscle; par Mlle 

YoTEYKO. (Journ, de Neurolqgie,\%^j n° 12.) 

Après un exposé historique et critique de la théorie de la «dua- 
lité fonctionnelle du muscle », d'après laquelle il existe dans le 
muscle deux éléments fonctiounellement différents et doués d'une 
excitabilité inégale, l'auteur résume brièvement ses importantes 
recherches sur cette intéressante question, recherches qui ont 
rendu possible l'explication du gai vano tome, de la réaction de 
dégénérescence des muscles, des actions polaires, de la tonicité 
musculaire, des contractures hystériques, etc. 

11 n'y a pas cependant identité complète entre la contraction 
tonique, sarcoplasmatique telle que la comprend Mlle Yoteyko et 



Digitized by 



Google 



290 REVUE d'anaiomie et de physiologie pathologiques. 

'la contraction idio-musculaire de Schitî. La'con traction tonique est 
la contraction sarcoplasmatique normale, se distinguant par une 
grande lenteur de propagation de Tordre musculaire. La contrac- 
tion idio-musculaire est la manifestation nfK)trice du sarcoplasme 
anémié, fatigué ou mourant, et elle se distingue par Tabsence 
complète de propagation de Tonde musculaire ; elle est un phé- 
nomène anormal. G. I). 

LXV. — Altérations de la moelld en un cas d*amputation 
ancienne de l'avant-bras ; pai* L. Rosenberg. {Neurolog. 
Ceniralbl.y XXI, 1902.) 

Il s'agit d'une femme de 52 ans, amputée du bras gauche à 
douze centimètres (la largeur de la main) au-dessus du coude, il 
y a 30 ans. Les muscles de Tavant-bras et de la main sont sacri- 
fiés, ceux du bras subsistent en grande partie. Dans une ampu- 
tation de ce genre il faut, d'après les auteurs (tableau d'Edinger), 
s'attendre à rencontrer une atrophie des cellules depuis le 
VI» segment cervical, jusqu'au !•' dorsal. On consUte, en effet, 
au microscope la localisation des muscles de Tavant-bras et de 
la main annoncée par Edinger et Bruns sur cette étendue, mais 
la dégénérescence n'est évidente que pour le groupe de cellules 
antéro-^xterne. Les investigateurs contemporains ne sont du 
reste point d'accord à ce sujet. Barratt indique ce mémo groupe ; 
Sano et Obersteiner aussi, bien qu'ils pensent que ce groupe 
n'est pas le seul. Gregoriew mentionne un groupe antérieur et 
un groupe externe. Un groupe externe est noté par Monakow, 
Flatau et Strohmayer ; ce dernier auteur n'est pas exclusif. 
Hayem-Gilbert, Dreschfeld, Krause, Friedlaender, Honien, 
Campbell penchent pour le groupe postéro-latéral. PourDéje- 
rine-Mayor, c'est le groupe antéro-interne. P. Keraval. 

LXVl. — Du faisceau X à. la région cervicale la plus infé- 
rieure de la moelle ; par Purves-Stewart. (Neurolog, Cen^ 
tralbL XXI. 1902.) 

L'auteur revendique la paternité d'un petit faisceau décrit par 
lui dans le Brain en 1901, p. 222, qu'il a nommé faisceau X. 11 
occupe les 7« et 8« segments cervicaux et ne continue pas dans la 
moelle doreale. Situé en avant et en dehors du faisceau pyramidal 
croisé, il en est séparé par un certain intervalle, et se Vixe à la 
pointe de la corne latérale. P. Keraval. 

LXVll. — Du réflexe acromial ; par W. de Bbchterew. {Xeu- 
rolog, CeniralbL XXU. 1903.) 

Bépétition en allemand de Tarlicle russe de VOhozréniè psi^ 
cJiiatrii, Vil. 1902, déjà analysé. P. Keraval. 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 297 

LXV'III. — Du réflexe lombo-fémoral ; par W. Bechterew. 
{Neurolog, Centralbl, XXI. 1902.) 

r/est la répétition de Tarticle russe, réflexe sacro fémoral de 
V Ohozrénié psichiairii VI. 1901), déjà analysé. P. Keraval. 

LXIX. — Nouveaux détails sur le réflexe sus-orbitaire ; 
par Me. Carthy. — Réplique à. Hudovernig ; par le même, 
(Xeiirolog. Centralbl. XXÏ. 190?.) 

L'auteur fait remarquer que le réflexe qu'il a décrit est non 
une réaction musculaire, mais u<^e contraction fibrillaire. Ce 
sont les contractions des fibrilles musculaires de la paupière infé- 
rieure, et non le mouvement des paupières, qui constituent le ré- 
flexe. Les grosses convulsions palpébrales ou l'occlusion convul- 
sive de l'œil sont des mouvements volontaires ou à demi- volon- 
taires déterminés par l'appréhension du patient avant le choc du 
marteau ou par la douleur de ce coup. 11 faut aussi tenir compte 
lie l'excitabilité mécanique des fibres du facial fréquente chez les 
^ens normaux qui explique les contractions en rapport avec la 
percussion de Tos malaire. Cette réaction n'est pas, au reste, la 
ivaction fibrillaire de Mac Carthy. 

Le i^flexe sus-orbi taire n'a pas lieu quand le sus-orbi taire est 
sectionné, quand la 5« paire est lésée, dans la paralysie faciale. 
11 se produit lorsqu'on pique ou soumet à la chaleur ou au froid 
la réjîion sus-orbi taire, non quand on pique la peau de l'os ma- 
laire. 11 n'est donc point périostique, 

Sectionne-t-on les racines sensibles du ganglion de Casser, on 
ne l'obtient plus, encore que Texcitabilité du frontal et autres 
muscles innervés par le facial subsiste et soit môme exagérée. 
L'ablation du ganglion de Casser produit le même effet : seule- 
ment ces opérations doivent être radicales. P. Keraval. 

LXX.— De la détermination du sens du tact au moyen d'un 
nouvel esthésiomètre ; par J. J. Craham Brown. (Xeurolog. 
Centralbl, XXI. 1902.) 

Figures et explications détaillées de l'instrument déjà décrit 
dans le Journal of pfiy.^iolorfy^ XXVII. p. 85. L'auteur se propose 
de préciser exactement le degré de la sensation tactile, rapide- 
ment, en n'importe quel point de la peau, de mesurer la percep- 
tion produite par les objets lisses et rugueux. Il dit son instru- 
ment commode et portatif. F. Keraval. 

LXXl. — Le Mécanisme des mouvements volontaires ; par 

E. StokchJ Centralbl.,,, f. Xerrenheilk,.,, XXV, N. F., Xlll, 

1902.) 

Chaque mouvement volontaire a l'aspect d'une combinaison de 



Digitized by 



Google 



298 REVUE D*ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 

mouvements élémentaires à chacun desquels correspond un méca- 
nisme d'innervation spinal ; subjectivement, c'est une idée accom- 
pagnée de volonté. Olle idée est Timage représentative de l'es- 
pace, dont dépend la combinaison des phases élémentaires du 
mécanisme moteur propre à la forme du mouvement exécuté. Elle 
provient d'une modification précise de la faculté psychique de se 
représenter Tespace ou stèréo-psakè. Les vibrations sensibles de 
tout le corps, en affluant au stéréopsuké, lui fournissent les indi- 
cations nécessaires. Mais il existe un appareil coordinateur de tous 
les muscles propres à un mouvement d'ensemble en une direction 
déterminée : c'est le labyrinthe des canaux semi-ciivulaires, dont 
les trois ampoules fournissent au stéréopsuké Timpi'^ssion des 
trois dimensions en rapport avec les excitants sensoriels. A toute 
énergie élémentaire de ce centi'e de direction sous-cortical corres- 
pond une énergie élémentaire de l'écorce dont la ^ibration nou.s 
apparaît mentalement comme une des trois directions fondamen- 
tales de l'espace. Les variations d'intensité de cette vibration foi^ 
ment le sentiment du mouvement en tel ou tel sens. Le stéréo- 
psukô dans la vibration duquel se trouve l'apogée de toute activité 
sensible est l'organe intermédiaire de toutes nos conceptions ou 
représentations de l'espace. 11 est capable de toutes les combinai- 
sons môme les plus complexes des conceptions de direction. L'o- 
rientation, c'est-à-dire la transmission aux éléments corticaux 
moteurs, dépend de la continuité de la perception des excitants 
sensibles les plus divers par lesquels s'effectue la conception pra- 
tique de l'espace. P. Keraval. 

LXXll. — Esquisses d'anatomie comparée du cerveau anté- 
rieur ; par E. M. Kastanaian. {Ohozrènlé psichiatriiy VII, 

190?.) 

L'auteur passe en revue, en un style clair et précis, le dételop^ 
2}ement dans la série des vertèbres des voies conductriees et des 
eentres de Vécorce cérébrale, 11 montre comment celle-ci apparaît 
chez les vertébrés les plus élevés en organisation, non d*un bloc 
brusquement, mais par territoires distincts ayant chacun sa fonc- 
tion et graduellement. Le perfectionnement de la construction 
crée un outillage spécial. Ainsi, avant le développement des 
centres corticaux de la sensibilité en ses modalités diverses, tous 
les processus nerveux qui se rattachaient à telle ou telle de ces 
modalités s'exécutaient dans les centres sous-corticaux. Ces cen- 
tres primaires procédaient non seulement à des processus réflexes 
inconscients, mais à des processus psychiques ayant pour base 
la perception consciente. Les centres corticaux se sont emparés 
des processus psychiques liés à tel ou tel mode de la sensibilité, 
tandis que les centres sous-corticaux ont servi de préférence à l'ac- 
tivité réflexe inconsciente. La division du travail avec les exem- 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aKATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 299 

pies à Tappui sur toute la question traitée est à lire en entier ; 
cela ne s'analyse pas. P. Keraval. 

LXXIII. — Contribution À la question des nerfs conducteurs 
de la chaleur et du froid ; par F. K. Teliatnik. {Obozrènié 
psichiatrii, VI, 1901.) 

Observation de névrite de quelques nerfs intercostaux du côte 
droit. 

Le malade, avec d'autres désordres de la sensibilité cutanée, ne 
sent point en une région cutanée la chaleur, tandis que dans le 
même endroit il perçoit le froid. 

Les cas de ce genre sont en faveur de Texistence de (ibi^s dif- 
férentes propres à rimpression du froid et du chaud. Dans la né- 
vrite, toutes les fibres nerveuses ne sont pas également atteintes. 
Lorsqu'un nerf mixte est enflammé, le processus morbide, pour 
des causes ignorées de nous, frappe principalement tantôt dos 
fibres sensitives, tantôt des fibres motrices : c'est-une règle. Par 
suite, s'il y a des libres distinctes pour le froid et le chaud, on 
peut admettre qu'en l'espèce le processus ait détruit la fonction 
des libres thermiques et qu'il ait respecté celle des fibres cryes- 
thésiques. 

L*examen des faits pathologiques, en montrant le phénomène 
de l'anesthésie partielle du froid et de l'anesthésie partielle delà 
chaleur, fournit une des meilleur^^s preuves en faveur de la dua- 
lité de l'appareil des impressions thermiques. On ne peut dire 
qu'il existe une sensibilité générale thermique comparable à la 
sensibilité tactile, douloureuse, etc. Dans l'anesthésie à l'égard delà 
chaleur, il se perd non une sensation, mais une quantité de sen- 
sations, celle de 30°, celle de 50», celle de 100» de chaleur, tan- 
dis que dans l'anesthésie douloureuse tactile, etc., il n'y a qu'une 
sensation de perdue. L'anesthésie à l'égard de la chaleur se rap- 
proche énormément de l'achromatopsie, de la surdité à l'égard 
de certains sons. Cette analogie plaide en faveur de l'existence de 
nerfs de la chaleur et de nerfs du froid. P. Keraval. 

LXXIV. — Revue des plus récents travaux sur le sens mus- 
culaire ; pari. Vf ,hoRoyfiKOv,\ [Obozréniê psîchiatrii,\[A%\). 

Cette revue met à contribution le travail de Henri. [Année psy- 
chologique, 1899), et celui de Verger. (Archives de Neurologie, 
1899), ainsi que les mémoires antérieurs. P. Keraval. 

LXXV. — Du centre cortical de la vue ; par W. M. Bechte- 
REW. [Obozrènié psichiatrii, VI. 1901.) 

Par ses expériences personnelles sur les chiens. Fauteur s'est 
convaincu qu'e la région supéro-externe de l'écorce du cerveau, 



Digitized by 



Google 



300 REvuK d'anatomie et de physiologie pathologiques 

dont la destruction provoque des troubles de la \Tie est extrême- 
ment large : elle s'étend à toute la partie postérieure de la surface 
de rhémisphère et à la région pariétale jusqu'au sillon crucial. 
La destruction de la face supéro-externe de la partie postérieure 
de rhémisphère détermine une hémianopsie homonyme des deux 
yeux, que cette destruction soit large ou limitée: une lésion li- 
mitée provoquera une courte hémianopsie ; une lésion large et 
profonde engendrera une hémianopsie prolongée qui avec le temps 
diminuera et disparaîtra totalement. H est à remarquer que, dans 
les cas d'hémianopsie tranchée, les proportions du segment de ré- 
tine aveugle et du segment de rétine indemne ne sont pas iden- 
tiques dans chaque œil. Ce résultat est constamment le même, 
que riiémianopsie soit provoquée par la section de la bandelett<^ 
optique, par une lésion du corps genouillé externe, ou par la 
destruction de Técorce du cerveau. 

Une lésion limitée de la région occipitdle ne donne souvent 
dès le début qu'une hémiamblyopie ; d'ordinaire, en pareils cas, 
les tmubles visuels sont discontinus et l'hémianopsie ne tarde pas 
à disparaître délinitivement. 

Une destruction plus accentuée de la région occipitale se tra- 
duit par une hémianopsie plus marquée et plus pei*sistante : elle 
durera des mois, des semaines, voire plus d'un an,siles altérations 
sont étendues, et de s'affaiblira que peu à peu en passant par le 
stade de Thémiamblyopie. 

Fréquemment, il n'y a ni simultanéité ni parallélisme entre la 
disparition des troubles oculaires d'un œil et celle des troubles 
de l'autre. Dans les lésions limitées, par exemple, parfois la perte 
de la vision de l'œil correspondant disparaît plus tôt que celle de 
l'œil opposé. 

Si, quand les troubles oculaires provoqués par une première 
destruction de Técorce occipitale ont disparu, on pratique une 
seconde destruction en des endroits voisins dans la même région, 
l'hémianopsie revient habituellement. 

Toute destruction bilatérale de la face externe de la région occi- 
pitale engendre une amblyopie bilatérale : celle-ci disparaît avec 
le temps quand la destruction n'a pas été importante ; elle per- 
siste plus ou moins quand on a notablement lésé les deux régions 
sans toutefois être définitive. 

11 semble qu'en certains cas de lésion étendue de Técorce d'un 
hémisphère portant sur la région occipitale et pariétale, on ob- 
tienne une hémianopsie bilatérale homonyme associée à une 
amblyopie de Tœil du côté opposé. Mais de nouvelles recherches 
sont nécessaires. 

La lésion de la face interne de la partie postérieure d'un hémis- 
phère détermine toujours de l'hémianopsie homonyme dans les 
deux yeux du côté opposé et de V amblyopie de la portion du cfiamp 



Digitized by 



Google 



KEVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 301 

visuel consercé dons Vœil opposé . Les proportions du segment de 
iV;tine aveuglé et du segment de rétine qui voit encore sont exac- 
tement celles que l'auteur a déterminées dans ses expériences de 
svection de la bandelette optique correspondante. Bien que la lésion 
Hit en apparence été rigoureusement superficielle, ces désordres 
ont persisté même après plusieurs mois révolus. 

Conclusions. — Il y a des raisons de supposer que le véritable 
centre cortical delà vision, chez le chien, occupe la partie interne 
du segment postérieur de Thémisphère. Pour s'en convaincre, il 
faudrait exécuter des destructions partielles de cette région : 
c'est difficile. P. Keraval 

LXXVI. — Contribution à l*étade anatomiqne des cordons 
postérieurs ; par NAGEOTTE.(A^oi/r. Iconogr, de la Salpétriêrey 
no 1, 1904.) 

Recherches histologiques avec colorations au cai'min et à l'hé- 
matoxyline selon les méthodes de Weigert-Pal, de Marchi et de 
Nissl, portant sur les divers étages de la moelle dans deux cas de 
lésion de la queue de clieval et de tabcs incipîens. Conclusions : 
1 . Les libres endogènes des cordons postérieurs, à la région lom- 
l>o-sacrée, doivent être divisées en deux classes : les fibres endo- 
jrènes grosses et les fibres endogènes fines.— II. Les fibres endogènes 
«grosses forment : a. un faisceau dans la zone cornu-commissu- 
rale ; b. le triangle médio-sacré ou triangle de Gombault et Phi- 
lippe. Ce dernier faisceau est l'exlrt^mité inférieure d'un faisceau 
descendant médio-périphérique dont le trajet supérieur forme à la 
ivgion doi*sale le faisceau de Hoche. — III. Le triangle médian 
est entièrement distinct du centre ovale de Fleschsig, qui est un 
faisceau radiculaire. — IV. Les fibres endogènes fines sont les unes 
horizontales, les autres verticales, les dernières sont éparpillées 
lîans toute l'étendue des cordons" de Burdach. 11 en existe aussi 
quelques-unes dans le cordon de Goll à la région cervicale. — V. 
Les zones de Lissauer sont constituées par des fibres endogènes 
fines verticales qui sont condensées à cette région. Elles ne sont 
pas de nature radiculaire, comme on l'admet actuellement. Elles 
«iégénèrent tardivement dans le tabès. — VI. Le réseau des fibres 
fines de la corne postérieure est de nature endogène. — VII. Les 
colonnes de Clarke ne paraissent pas recevoir de fibres des raci- 
nes postérieures situées au-dessous de la 3' lombaire. — VUI. La 
bandelette externe ne touche en aucun point la corne postérieure; 
elle prend à la région doi*sale inférieure une forme compliquée 
qui représente un M de chaque cùté. — IX. Les fibres de la ban- 
delette externe sont des fibres radiculaires de moyenne longueur, 
qui restent dans les limites de cette formation pendant tout le 
trajet intra-méduUaire et celles de la région lombo-sacrée n'a- 
boutissent pas au cordon de Goll. — X. Les fibres radiculaires lon- 



Digitized by 



Google 



302 REVUE D^ANATOUIB ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLdoiQUES. 

gues passent, non pas par la bandelette externe, mais par les 
champs postéro-exlernes. — XI. La zone marginale de Westphal, 
ou zone radiculaire antérieure, ne contient, outre les fibres endo- 
gènes, que des fibres radiculaires courtes. R. C. 

LXXVll. — Anatomie pathologique des scléroses combinées 
tabétiques ; par Cnovzoif.{youv,Iconogr,de la Salpêtrière, n® 
1, 1001.) 

A côté des lésions caractéristiques du tabès, on trouve dans cer- 
tains cas des lésions portantsur les cordons latéraux, les cordons 
de GoU, les faisceaux cérébelleux directs qui constituent les sclé- 
roses combinées tabétiques et qui ont été considérées comme pré- 
sentant un caractère systématique. En comparant la topographie 
et le degré de ces lésions avec les lésions méningi tiques et lym- 
phatiques qui les accompagnent, l'auteur a constaté que les sclé- 
roses du cordon peuvent être le plus souvent considérées comme 
pseudo-systématiques et que leur distribution paraît réglée par la 
distribution des lésions méningitiques et lymphatiques. Cette 
constatation serait un argument en faveur des théories qui n'ad- 
mettent pas dans le tabès une systématisation constante et en 
particulier de la théorie lymphatique de Marie et Guillain. R.C. 

LXXVlll. — Etude graphique des réflexes plantaires à. Té- 
tât normal et dans quelques affections spasmodique s dn 
systèmepyramidal ; par Verger et âbadie. [Xouv. Iconogr. 
de la Salpètricre^ n" 1, 1004.) 

Le réflexe plantaire peut se décomposer, au point de vue ana- 
tomique,en trois mouvements distincts : réflexe plantidi-gital, sié- 
geant dans les muscles qui agissent sur les orteils, réflexe planti- 
crural dans les muscles de la cuisse, rt'fle,ve planii-iibial dans 
les muscles de la jambe. L'étude de ces réflexes à l'aide du myo- 
graphe et d'après une technique spéciale démontre la légitimité 
de leur division au point de vue physiologique et clinique. L'a- 
nalyse graphique de ces différents mouvements réflexes montre 
que l'extension du gros orteil —signe de Babinski — n'est pas 
uniquement un phénomène pathologique, lié à une altération de 
la voie motrice puisqu'on la trouve à l'état normal. C'est son 
exagération seule qui constitue le signe pathologique. R. C. 

LXXIX. — Sur Taspect extérieur desdendrites des cellules 
nerveuses des tubercules quadrîjumeaux antérieurs et 
postérieurs chez les vertébrés supérieurs (lapins et 
souris) ; par Czarnikcki [Xouv, Iconogr. de la .S«/p^friérô,n»2, 
1904.) 

Recherches microscopiques établissant les dilîérences morpho- 
logiques très marquées qui existent entre l'aspect extérieur des 



Digitized by 



Google 



REVUE D*ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 3<)3 

«iendrites des cellules nerveuses des tubercules quadri jumeaux 
postérieurs el des tubercules quadrijumeaux antérieure. 

JLes premiers se distinguent par l'exist^înce d epaississements, 
de gonflements et d appendices collatéraux en grande quantité. 
Leis dendritesdes cellules nerveuses des tubercules quadrijumeaux 
antérieurs présentent la plus grande ressemblance avec les den- 
«Irites des cellules nerveuses de la moelle épinière. R. C. 

L.XXX. — Un cas de tomeur cérébrale à forme psycho- 
paralytique ; par Cornu. {Xouv. Iconogr. de la Salpèiriére^ 
No 2, 1904.) 

AfTeclion ayant évolué en lÔ mois el ayant pi'ésenté à côté des 
symptômes généraux des tu meure cérébrales, les signes de la dé- 
mence paralytique et un symptôme de localisation (hémispasme 
fac'ial). A l'autopsie : destmction du noyau caudé par tumeur du 
volume d'une noix ; ati'ophies croisées du cervelet par rapport au 
noyau caudé, du bulbe et de la moelle par rapport au cervelet. 

LXXXI. — Type infantile du ^gantisme ; par Brissaud et 
MiiGE. {^Soux:, Iconogr, deUi Salpétrière^ n® 3, 1904.) 

l)es<'riplion clinique d'un sujet de 30 ans qui présente à la fois 
les caractères du gigantisme acromégalique et les symptômes phy- 
siques et psychiques de l'infantilisme et dont riiisloire pei*sonnelie 
et héréditaire réunit dans une famille les principales « anomalies 
é\<)lutives de l'individu et de l'espèce : gigantisme, infantilisme, 
obésité, fécondité excessive, longé\ité et léthalité anormales. » 

11. Charon. 

LXXXll. — Les altérations du ganglion rachidien chez les 
tabétiques ; par Thomas et Halser. Xouc, Iconogr, de la Sal- 
pêtrière, n» 3, 1004.) 

Recherches, histologiijues portant spécialement sur la cellule 
«les ganglions rachidiens cher les tabétiques, desquelles les au- 
teui's tirent les conclusions suivantes : 1® il existe fréquemment 
des altérations cellulaires dans les ganglions rachidiens des tabé- 
tiques. Ces lésions consistent principalement en un procesus d'a- 
trophie lente et de désagivgalion qui aboutit à la disparition de 
la cellule nerveuse; "i" malgré leur importance et leur fivquence, 
il est difficile d'apprécier le rôle qu'elles jouent dans la pathogé- 
nie de l'atrophie des racines postérieures et des dégénérescen- 
ces médullaires; mais elh»s sont trop fréquentes et trop mar- 
quées dans certains cas pour ne pas jouer leur rôle dans la pa- 
Ihogénie générale du tabès et ne pas faire partie du processus 
talK'tique. \\.V„ 



Digitized by 



Google 



304 REVUE DE PATHOLOGIE MENTALE. 

LXXXIIII. — Hématomyélie tranmaiique ; par Laignel- 
Lavastine. (Nouv, Iconogr, de la Salpêtrière, n« 3, 1904.) 

Hémorrhagie intraméduUaire siégeant à la région cervicale et 
consécutive à une fracture de la 5« vertèbre cervicale. Mort 21 
heures après le traumatisme. La comparaison des signes cliniques 
observés relativement à la sensibilité et à la vaso-motricité, avec 
les constatations histologiques notées aux différents étages de la 
moelle permet de conclure qu'une lésion médullaire localisée ne 
• produit la vaso-paralysie que dans le territoire même des vaso- 
moteurs dont elle a touché les centres. « L'autonomie des vaso- 
moteurs vis-à-vis des centres bulbo-encéphaliques est donc con- 
sidérablement plus grande que celle des musculo-moteui's et des 
cutanéo-sensitifs. » R. C. 



REVUE DE PATHOLOGIE MENTALE 



Xlll. — Sur une altération singulière de la mémoire chez 
un aliéné alcoolique uxoricide ; parle D'À. CRtSTiANi.(iR^. 
sp. di fren., t. XXIX, fasc. 111.) 

Observation très curieuse d'un individu affecté de délire sen- 
soriel alcoolique, de persécution et de jalousie conjugale qui lo 
poussa àl'uxoricide. Pendant seize joure après le crime, il en con- 
serva un souvenir total, complet. Puis, le délire s améliorant, se 
montra une amnésie rétro-antérograde relative à ruxoricide, et 
qui dura plus de trois mois. A ce moment, dans un retour du dé- 
lire, cette amnésie rétro-antérograde dispamtet le malade recou- 
vra tous les souvenirs, nets, précis, relatifs à son crime. En même 
temps, il y avait une mémoire exacte de la période intercalai i-e, 
môme de l'amnésie rétro-antérograde à propos de laquelle il ne 
pouvait cependant donner aucun éclaircissement. 

L'auteur discute et repousse l'hypothèse de la simulation, d'une 
anmésie hystérique ou épileptique, d'un dédoublement de la per- 
sonnalité et pense que l'altération de la mémoire est en rapport 
a\ec le délire alcoolique. Il rapporte un casa peu près semblable 
de Bonhoeffer. J. Séglas. 

XIV.— Du torticolis mental ; par Giglioti. {RivistacrUica di 
clinica medica, no*6, 7, 8, 1904.) 

L'auteur rappelle qne cVst à Técole française, à Charcot et 
à ses élèves, que revient l'honneur d'avoir élucide la question 
du tic et d'avoir montré que le tic est le correspondant de l'idée 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE MENTALE. 305 

fixe dans la zone motrice. 11 faut distinj,'uer a\ec le plus grand 
soin le torticolis mental du torticolis spasmodique et du t. hys- 
térique. L'auteur trace un tableau très complet du torticolis men- 
tal, d'après les travaux de Brissaud, de Lannois, de Grastset, de 
Schulze, de Muri'i, de Stmmpell, etc. ; il insiste avec Brissaud 
sur l'importance du « f^este antajfoniste efiicace » pour le dia- 
gnostic ; sur l'augmentai ion du tic sous l'influence de l'excitation, 
de la fatigue, et sa disparition pendant le sommeil et surtout la 
présence de phénomènes d'anxiété paroxystiques. Le diagnosticest 
particulièrementdifllcile avec le torticolis spasmodique essentiel 
dû à des lésions irritalives accompagnées de douleur etpei^istant 
pendant le sommeil. L'auteur passe en revue les anciens traite- 
ments,mais il rappelle combien môme parla méthode de réduction 
psychique de Brissaud, il ne fautpas« se hâter déchanter victoire ». 
Il signale les divei's traitements chirurgicaux préconisés jusqu'à 
ce jour. Enfin dans un dernier article, Giglioti rapporte une très 
intéressante observation qu'il a recueillie à Luc(|ues sur un 
jeune chanteur de 27 ans. 

X\'. — L'origine périphérlqae des psychoses ; par le D'^ de 
BucK. (Bull, de J^a Soc. de méd. ment, de Belgique, avril 1904.) 

L'auteur relate dans ce travail un certain nombre d'observa- 
tions destinées à montrer que les sensations demalaises,d'oppres- 
sion, d'angoisse, etc., qui accompagnent certaines affections viscé- 
rales peuvent influencer, par l'intermédiaire du pneumogasti-i- 
([ue ou du sympathique, les centres corticaux de perception de la 
sensibilité générale. On conçoit que si la réceptivité de ces centres 
est héréditairement accrue, les dites sensations organiques peu- 
vent s'hallucineret amener des troubles graves de la pei'sonnalité, 
tant dans le domaine de lalTectivité que de l'intelligence pro- 
prement dite. On aura donc à un premier degré l'hypochondrie 
simple, l'angoisse hallucinatoire ; au second, la mélancolie ; au 
troisième, le délire hypochondriaque hallucinatoire, la vraie pa- 
ranoïa hallucinatoire, et enfin à un quatrième degré, la démence 
secondaire. 

La conclusion qui se dégage de ces données est (jue le système 
nerveux périphérique joue un rôle très important dans la genèse 
d'un certain nombre de psychoses. 0. D. 

XVI. — Sur rage d'apparition et sur l'influence de l'héré- 
dité dans la pathogénie de la démence primitive on pré- 
coce ; par Levi Bianchini. {Ric.sp. dipen. V. XXIX, fasc. lll.) 

La démence primitive est aussi bien une maladie de la puberté 
et de la jeunesse cpie de la virilité. En etfet, prise en elle-même 
et sans tenir com[)le des formes, elle apparaît dans 53 % des cas 
Archives, 2« série, 1905, l. XIX. 20 



Digitized by 



Google 



306 REVUE DE PATHOLOGIE MENTALE. 

avant 25 ans; dans 47 % après ; c'est-à-dire qu'il y a autant de 
cas qui apparaissent dans la jeunesse qu'à l'âge de virilité. Mais 
dans le premier cas elle revôt la forme hébéphrénique presque 
spécifique 64 % et la catatonique 79 % ; dans l'âge viril, c*est la 
forme paranoïde, 82,5 % . 

Les formes hébéphrénique et catatonique apparaissent surtout 
entre 15 et 25 ans (66 %, 64 ») ; la forme paranoïde de 25 à 35 
ans (51 9i), c'est-à-dire avec un retard de 10 ans sur les pre- 
mièi'es. 

La démence primitive représente 38 % des malades de l'asile : 
13,8 % hommes ; 14,2 % femmes. Le nombre absolu des déments 
primitifs hommes est égal à peu près à celui des femmes (62, 63y. 
La démence primitive frappe pour ainsi dire en proportion égale 
les sexes masculin et féminin 26 % -28. 

Sur 100 démences primitives, 56 sont des formes hébéphréni- 
ques, 8 catatônicjues, 36 paranoïdes ; mais tandis que sur 100 
hommes, il y a 48 hébéphréniques, 9 ca ta toniques, 43 (laranoïdes ; 
sur 100 femmes il y a 64 hébéphréniques, 7 catatoniques, 29 para- 
noïdes. 

La forme hébéphrénique fiappe surtout le sexe féminin 64 y. ; 
la forme paranoïde le sexe masculin 43 % ; la catatonique, en 
proportion presqu'égale les hommes et les femmes (9 % , 7 % ) ou 
avec une légère prépondérance les hommes. 

La variété de démence primitive absolument prépondérante est 
l'hébéphrénic (64 % , 48 %) ; puis vient la forme paranoïde (43 % , 
29 %} puis, à une grande distance, la catatonique (9 %, 7 %]. 

Les 59 <>/o des démences primitives présentent une hérédité», 
ascendante, directe ou collatérale, grave ; le 52 °/o est constitué 
par de l'hérédité complexe psychopathique et neuropathique.Dans 
41 o'o il y a de l'hérédité psychopathique seule, dans II» o héré- 
dité neuropathique. 

L'hérédité complexe syphilitique, tuberculeuse, apoplectique, 
donne 1 1 " o.U y a encore beaucoup de cas dans lesquels on trouve 
réunies deux ou trois formes de l'hérédité morbide. 

L'hérédité morbide générale et spécifique est égale pour le nom- 
bre et la nature tant dans le sexe masculin que dans le féminin ; 
tant dans les formes hébéphréniques que catatoniques : presquN^ 
gale par rapport aux deux sexes dans les formes paranoïdes, mais 
inférieure de 15-20 °/o à celle des 2 premières variétés. 

La démence primitive s'établit dans la presque totalité des cas 
(90,4 % ) sur une intelligence normalement développée, cette pro- 
portion restant égale tant dans les 2 sexes que dans ses variétés 
hébéphrénique, catatonique et paranoïde. La variété catatonique 
cependant, tout en n'échappant pas à celte règle, frappe de ^ré- 
i'érence des intelligences pauvres et jamais une intelligence supé- 
rieure. 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE MENTALE. 307 

60 " o des déments primitif présentent avant la maladie une 
i ntelli^ence moyenne ; 24 <> o une intelligence pauvre ; 6 •/© une 
intelligence supérieure ; enfin 9,6 *» o, une intelligence atteinte 
dont 8 ® '., de phrénasthénie avérée. 

La forme hébéphrénique de la démence primitive occupe dans 
los deux soxes, dans toutes ces données statistiques absolues et 
relatives d'apparition et de fréquence, la première place parmi 
les variétés cliniques. Les variétés cliniques fondamentales de la 
«lémence primitive se réduisent peut-être à deux : Thébéph rénique 
et la paranolde. J. Séglas. 

XVII. — Contribution k l'étude des altérations de la Toiz 
aux deux premières périodes de la paralysie générale; 

par le D' Ma r an don de Montyel. (Jour, deNeurol, 1903, n»2I.> 

Des recherches très nombreuses qu'il a faites sur 53 paralyti- 
ques généraux du sexe masculin, Tauteur tire les conclusions 
suivantes : 

Dans un tiers seulement des cas, la voix a été trouvée cons- 
tamment normale, aux deux premières périodes de la paralysie 
générale ; dans un autre tiers, après une période plus ou moins 
longue de normalité, elle s est altérée et est restée anormale ; en- 
lin dans le dernier tiere, elle a passé par des alternatives plus ou 
moins répétées de normalité et d anormalité. 

La tendance de la voix à s'altérer n'a ni augmenté ni diminué 
par les progrès du mal, mais les troubles vocaux ont eu une bien 
moins grande fixité à la première période qu'à la seconde. 

C^hezle même paralvticiue, les troubles delà voix n'ont pas évo- 
lué de la mémo manière aux deux périodes ; il y a eu au con- 
traire une variété excessive d'évolution pour les deux phases, (le 
ne sont pas seulement les troubles vocaux en général ({ui sont 
plus fixes à la seconde période qn'à la première, mais aussi le de- 
gré d'intensité de ces troubles. 

Soit pour chaque iiériode isolément, soit pour les deux prises 
ensemble, l'évolution des divers degrés d'intensité des troubles 
vocaux fut aussi variable et aussi capricieuse que l'évolution de 
ces troubles eux-mêmes. G. Derny. 

XVIII.— Syndrome de Korsakoffet paralysie générale ; par 

le D' Deroubaix. iJourn, de Xeurologie, 11MJ3, n« 22.; 

On sait que (|uelques a u te ui>» considèrent la pai*alysie générale 
comme un fadeur étiologique du syndrome de Korsakoff. A l'ap- 
pui de cette opinion, l'auteur relate l'observai ion d'un homme de 
35 ans, à hérédité très chargée, mais n'ayant jamais fait «l'excès 
alcooliques, qui fut atteint, à la suite d'un ictus apoplectique, de 
troubles démentiels à marche pi-oj^q-essive. Quelque temps après. 



Digitized by 



Google 



308 REVUE DE PATHOLOGIE MENTALE. 

survint un triple ictus épileptique suivi d'impuissance, de perle 
de la mémoire, de désorientation sans délire, ni compression 
proprement dite. Les pupilles inéj?ales réagissaient à la lumièiv; 
la parole, d'abord simplement embarrassée, devint peu à peu pres- 
que incompréhensible ; par contre, la motililé resta à peu près 
indemne. 

Ce fait tend à démontrer : lo l'existence du syndrome de Kor- 
sakoiT en dehoi*s de la confusion mentale de CÎiaslin, ce qui est 
contesté par Crocf[, Francotte et les auteui-s français ; 2*» les rap- 
ports possibles de ce syndromi* avec la démence paralytique, fait 
avancé par .lolly, Meyer et Raecke ; 3*» la nature plutôt démen- 
tielle que confuse du dit syndrome. G. D. 

XIX. — Note sar raplatissement hypotonique du pied chez 
les paralytiques généraux ; par Feré. (Xout.Icor^ogr. île la 
Salpêtrière, n» 1, 1^04.) 

La diminution de la tonicité musculaire qui accompagne géné- 
ralement les maladies du système nerveux peut se mesurer au 
moyen des empreintes plantaires, qui traduisent l'aplatissement 
du pied dû principalement à l'hypotonicité du grand péronier la- 
téral. Ce procédé accuse de l'hypotonie musculaire chez un grand 
nombre de paralytiques généraux (39 % et 54 % dans deux séries 
de malades). 

XX.— Un cas de démence précoce catatonique avec pseudo- 
Œdème compliqué de purpura; par ïrepsat. (XouvJconogr, 
de la Salpêtrière, n*» 3, 190i.) 

XXI. — L'anesthésie chez les aliénés ; par M. Sokolow. {Obo2 

réniè psichiatri ! , Vl , 1 90 1 . ) 

Il existe, aux termes de cette revue : l® une hémianesthésie 
relative, dans laquelle le malade sent mieux d'un cùté du corps 
que de l'autre ; cestun symptôme plus fréquent qu'on ne l'admet 
généralement ; 2" une anesthésie universelle qui, dans les états de 
stupidité, est unpiiénomène imaginaire, en rapport avec l'impos- 
sibilité où sont les malades de faire aucun mouvement pour expri- 
mer les impressions perçues ; 3° une mobilité de l'anesthésie non 
encore décrite, qui relève surtout de la mélancolie, de la stupeur 
postmaniaque, de la démence. P. Keraval. 

XXII. — Note sur les aliénés processifs ; parle I)«" Giraud. 

(Journ. (le Xt'<f>*o/or/î>,1904, n® 7.) 

Cette note est consacrée à la relation de deux cas où Fauteur 
est appelé comme expert à examiner des pei-sécutés-persécuteui's 
pi'ocessifs dont les dénonciations avaient abouti à l'arrestation de 
plusieurs personnes. 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE MENTALE, 309 

XXIII. — Les névroses dans le milieu scolaire. Réactions 
réciproques entre élèves et maîtres au point de vue des 
influences morales; par M. Le Gendre. {Bull, méd,^ lîKM, 
no 39.) 

L'auteur Insiste sur les phénomènes nerveux qui conslituent 
lin véritable danger de contagion dans le milieu scolaire ; Thys- 
tV*rie et la neurasthénie, les tics nerveux du maUi*e ou des élè- 
ves ; il montre les inconvénients très sérieux qui se produisent 
loi-sque le maître est devenu le persécuté pei*sécuteur de ses élè- 
^es. C'est un article à méditer pour ceux qui ont le choix du 
pei'sonnel enseignant et la direction des établissements scolaires. 

L. VVahl. 

XXIV. — Epilepsie procursive & forme anormale ; par Cour- 
TELLEMONT et ToucHARD. (BulL méd,, 1904, n» 25.) 

Observation d'une fillette de 10 ans du service du professeur 
Raymond à antécédents héréditaires très chargés, épileptique 
depuis Tàge de 4 ans, qui depuis quelque temps présente par in- 
tervalles un sautillement d'un type spécial qui dure de trente 
secondes à deux minutes puis reprend ses occupations ne se 
rappelant rien de ce qui vient de se passer : Tenfant ne peut rien 
apprendre à l'école. Traitement bromure et thyroïdien. L. W. 

XXV.— Paralysie générale et hystérie ; par M. .Ioffroy. 
(Bull, méd., 1904, n» l.i 

Il s'agit de deux malades qui, après avoir présenté des phéno- 
mènes très nets d'hystérie, sont devenues paralytiques générales. 
C'est en réalité une coïncidence rare. La première de ces mala- 
des est une syphilitique. Lesphénomènes hystériques ont disparu 
au cours de la paralysie générale ; d'ailleurs hystérie et démence 
sont des termes contradictoires. L. W. 

XXVI. — Confusion mentale ; par M. Marandon de Montyel. 
(Bull, méd., 1904, n«« 56 et 57.) 

Très intéressante étude de cette affection, qui, après avoir été 
isolée par Georgetet Ferrus a été confondue par Baillarger avec 
la mélancolie stupide dont elle n'a été distinguée que de nos 
jours par Bail, Chaslin, Séglas et Anglade. 11 faut tout d'abord 
distinguer les cas dans lesquels la confusion est le trouble mental 
primitif de ceux dans lesquels c'est un simple phénomène dans 
un tableau clinique plus ou moins complexe comme chez l'al- 
coolique, le paralytique général, l'épi leptique, etc. 

La confusion mentale est en somme une démence curable, une 



Digitized by 



Google 



310 RFATE DE PATHOLOGIE NERVErSE. 

pgeudo-démence qui pourrait mettre jusqu'à 12 ans pour se dissi- 
per (Marandon de Montyel). Dans la forme typique, qui est 
d^illeui-s très rare et qu'a décrite Etoc-Demazy, il n'y a ni hal- 
lucinations, ni illusions, ni conceptions délirantes ; c'est une 
simple désorientation dans le temps eldans l'espace. On trouve 
ce type chez l'homme (Brierre de Boismont). 

Parfois c'est la stupidité primitive, que l'on n a i\uc- trop con- 
fondue a\ec la lypémanie stupide de Baillarger. Sauze a monti-é 
avec raison que lesdeux formes existent.Dans le type Chaslin, il y 
a À la seconde période des idées délirantes, des hallucinations, 
des illusions, c'est un véiitable automatisme cérébral, im rêve. 
Marandon de Montyel insiste sur la couleur triste du délir'c de 
tous les confus ; cependant dans la lypémanie \raie, le délire est 
uniforme, cyclique ; dans la confusion on observe un type plus 
dégénératif, moins systématisé, qui débute par la désorientation 
dans le temps et dans l'espace ; un seul type, celui de Georget, 
semble être constamment primitif. L. Wahl. 



REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE 



XLl, — Un symptôme rarement décrit dans la paralysie 
faciale périphérique ; par R. Cassirer. {Centralblatt f, Xer- 
vcnheilh, XXV, N. V. Xlll, 11)02.) 

Six observations prouvant que de fortes excitations méca- 
niques successives des muscles paralysés y déterminent des 
contractions toniques survivant considérablement à l'excitation. 
Ce phénomène serait, à des degrés divei-s, propre à la paralysie 
faciale périphéj-ique accompagnée de réaction dégénérative par- 
tielle ou complète. 11 manquerait dans la plupart des cas de pa- 
ralysies faciales très légères dépourvues d'altérations de l'excita- 
bilité électrique ou ne présentant qu'une faible diminution 
quantitative de cette excitabilité, ainsi que dans les vieilles para- 
lysies faciales avec contracture des muscles paralysés. Une 
observation montre, qu'absent dans la paralysie faciale toute 
récente, il apparaît au bout de 10-14 jours de concert avec la 
lenteur de la contraction musculaire au courant galvanique. 
Ainsi que le souligne Hitzig, il semble se développer pendant le 
stade d'hyperexcitabilité galvanique directe. On aurait encoi^ 
bien des raisons de croire que sa précocité et son intensité in- 
diquent une tendance à la formation de la contracture. 

P. Keraval, 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 311 

XLII. — Un cas de maladie de Friedreich ; parPrc etBonna- 
MOUR, {Xourjconogr, de la Salpètrière, n» ?, 1004). 

Tableau clinique complet de la maladie de F. aveé les particula* 
rîtes suivantes : pas decaractèi*e familial, début à la suite d*une 
lièvre infectieuse, arythmie et troubles de laudition. Particulari- 
l*''s de Tautopsie : ramollissement très étendu de l'hémisphère 
«Iroit (circonvolution temporo-occipitale et couche optique), lé- 
sions multiples du bulbe. U. Charon, 

X LUI.— Myxœdème fruste, croissance tardive, diabète ; par 

Apert. (xVour. Iconogr. île la Solpêtrière, n« 3, 1004). 

Homme de fiC ans. Croissance jusqu'à Tàge de 30 ans. Dévelop- 
]>ement incomplet des organes génitaux, obésité, gros ventre, 
l'ace lunaire, fémininisme, glycosurie. Ce dernier symptôme, 
cjuiapuétreconsidéré comme lié à Thyperthyroïdie et impossible 
<lans le myxœdôme, est la particularité intéressante de celte ob- 
si^rvation. L'auteur l'explique par un processus de régénération 
et d'hyperthi-ophie compensatrice dont il trouve la manifestation 
«lans riiypertrophiedes glandes mammaii*es et des parotides. 

R. C. 

XLIV. — Un cas de cyphose d'origine articulaire on mus« 
culaire ; parBRissAUD etGRENET. (Nouv, Iconogr, delaSalpê- 
trière, n» V, 1004). 

Sujet rhumatisant, suspect de tuberculose, douleurs rachi- 
diennes pendant trois ans, cyphose consécutive. Ni hérédité, ni 
traumatisme. La suspension et le repos au lit diminuent notable- 
ment la cyphose. Intégrité des articulations des membres. Pas 
d'ankylose. Co type de grande cyphose se rapproche du rhumatisme 
vertébral à forme pseudo-névralgique et paraît dépendre autant 
d'une action musculaire que de lésions articulaires. R. C. 

XLV. — Déformations rachidiennes ; par Forestier. (Xouv, 
Iconogr, de la Salpètrière, n» 2, 1904). 
Une observation de « sciaticfue avec cyphose très mai^quée et 
scoliose homologue légère». Cuérison et redressement complet. Il 
s'agirait d'un trouble de sensibilité de nature hystérique, ayant 
pmduit de la contracture à l'occasion d'une lésion des origines du 
sciatique (névrite apoplectiforme, hématomyélie). Trois cas de 
spondylose rhumatismale ankylosante. R. C. 

XLVl. — Contribution à l'étude des hémiœdèmes chez les 
hémiplégiques ; parLŒPER etCtiouzoN. (Xouw Iconogr, de la 
Salpêtrière,n^ 3, 1004.) 

L'œdème des hémiplégiques a été attribué à une localisation 
spéciale des lésions nerveuses {noyau caudé. capsule interne, 



Digitized by 



Google 



312 REvrv: de pathologie nerveuse. 

noyau lentirulaire. Parhon). Los auteurs pensent que souvent 
ces hémiœtièmes sont en réalité sous la dépendance d'insuffi- 
sance cardiaque ou rénale, et appuient leur opinion sur trois 
observations dans lesquelles l'œdème se mon ti ait associé soit à 
ralbuminuricj soit à une asystolie, soit à une myocardite : Vlié- 
miplégie intervenant seulefnent pour régler la localisation. 

R. G. 

XLVII. — Contribution & l'étude du trophœdème ; par Sainton 
et Voisin. uVour. Iconogr.de la SalpHrière^ n" 3, 190i j 

Œdème. d'un membre inférieur débutant brusquement chez 
un garçon de 15 ans, avec douleur et rougeur, pris d'abord pour 
de la lymphangite et s'installant ensuite sans amélioration sous 
la forme et les caractères du trophœdème. Pas d'hérédité sinon 
— cbez le père — une tendance aux troubles vaso-moteui-s. 

[{, C. 

XIVHI.— Nouveau cas d'achondroplasie ;par Dide et Lebor- 

GNE. (Xour. Iconogr, de la Saîpêincre, n'*3, 1905.) 

Nanisme avec atrophie squelettique des membres supérieurs et 
inférieurs et macrocéphalie. 

XLIX.— Un cas de neuro-flbromatose généralisée ;par Rud- 
LER. [Xouv. Iconogr, delaSalpètricre^ n" 3, 11K)4.) 

Diffusion, sur la surface cutanée, d'une grande quantité de pe- 
tites tumeurs, plus abondantes sur le tronc, dont la dimension 
varie du volume d'une lentille à celui d'une noix, taches pigmen- 
laires en plaques et en semis, tremblemenl des mains, émotivilé. 
Hérédité alcoolique. R. C. 

L. — Observation de paralysie arsenicale : par J. Kron. 

{Xeurolog, Centralbl. XXI, 190?.) 

Jeune fdle de 21 ans, ayant absorbé en 20 heures plus du dou- 
ble de ladose maxima d'arsenic. L'intoxication ne fut guère indi- 
quée que par des douleurs dans le bas- ventre. En revanche, en 
une journée, phénomènes d'excitation sensorielle et tout le cor- 
tège de la polynévrite rapide ; paresthésies, suivies de douleui"s 
et finalement de paralysies avec atrophie. Début paralytique pres- 
que apoplectiforme, douleurs terribles ininterrompues, grande 
sensibilité à la pression des nerfs et muscles, atteinte quasi si- 
multanée des membres supérieurs et inférieurs, guérison totale 
du tronc et des m.ernbressupérieurs, tel fut le tableau d'ensemble. 
Ajoutons des battements de cœur dès le début avec ac<iès inter- 
mittents d'angoisse précordiale et de lipothymie, pouls de 95 à 



Digitized by 



Google 



REVIE DE PATHOLOGrE NERVEUSE. 313 

IcO, sans sij^'iips objectifs ; de l'hyperidrose podoliqiie avec sensa- 
tion de fmid dans les jambes ; la suppression delà menshiialion; 
des ti'emblements librillaires des muscles de la cuisse à la pbasc 
de la réparation ; l'impossibilité absolue d'uriner ; la constipation. 
Diagnostic : affection du système nerveux périphérique peut-être 
compliquée d'une léf^ère participation du système nerveux cen- 
tral. La paralysie ai'sénicale a, comme toujouis,été bénigne ; elle 
a, contraii'ement à la paralysie saturnine, porté surtout sur les 
extrémités inférieures, marchant de la périphérie au centre et 
s'ainélioi'ant du centre à la périphérie. Traitement : massage, 
exercices méthodiques dans les bains d'eaux-mères, galvanisation, 
injections de strychnine. P. Keraval. 

Ll. — Contribution à, l'étiologie et À la thérapeutique de la 
chorée rythmique ; par S. 0. Iaroscheavsky. {Obozrèniè 
pxichiatni. Vlï. 1902.) 

Observation de choive rythmique du membre supérieur droit 
survenue chez une jeime lille de 20 ans, à la suite d'une dé- 
<-harge électrique accidentelle. Pas d'héivdité névropathique, 
pas d'hystérie, pas d'autres accidents pathologiques. Les nerfs de 
l'extrémité droite ont dû,à la suite île cette décharge, subir quel- 
<jue modification moléculaire ou matérielle qui, à son tour, exci- 
tant (périodiquement) les nerfs périphériques, a provoqué les 
convulsions rythmiques. Mécanisme purement périphérique. Gué- 
rison par Télectrisation méthodique. P. Keraval. 

LU. — Goutte et névroses; par P. J. Kowai.ewsky. (C<'>j/rff/6/, 
/•. XcrrenheUk, XXVI. N. F. XII. 11)01 XXV. N. F, XIII. 1902.) 

La goutte, diathèse constitutionnelle à épisodes intermittents 
et disséminés, implique : prédisposition constitutionnelle hérédi- 
taii-e, altération pathologique des parties constituantes du sang, 
tendance des produits pathologiques à se déposer en différentes 
parties du corps. Le trouble de nutrition sous-jacent est préci- 
pité par l'ingestion de certains mets et boissons : alcools, gibiei^, 
bœuf, viandes fortement azotées, que l'économie semble ne pou- 
voir oxyder suffisamment, et dont l'excès n'est pas éliminé 
comme il le faudrait. Causes déterminantes : surmenage phy- 
sique, intellectuel, sexuel, insomnie, refroidissements. Souvent 
chez les tout petits enfants, on ti'ouve du sable dans leurs lan- 
ges. La goutte proprement dite s'obsei've de G à 00 ans. 

Gouite de V enfance. — Convulsions, névralgies, épistaxis, 
spasme de la glotte, dyspnée, battements de cœur, troubles, de 
l'appétit, gastralgie, incontinence d'urine, douleure articulaires, 
éruptions cutanées, céphalalgies périodiques, vomissements inex- 



Digitized by 



Google 



314 REVl'E DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 

plicablcs, lièvre, eczéma, impéligo, urticaire, bronchite, coryza, 
migraine, épilepsies, asthme (Comby). Goutte del&pubeiU^ et de 
l adolescence : urèthriie, blennorhée, herpès préputial, catarrlie 
du col vésical, orchite. — Chez VadnUej dermatiles, eczéma, dys- 
pepsie, dyspnée, prurit anal, asthme, hémorrhoïdes, furonculose, 
migraine, angine de poitrine, asthme, gastralgie, colique hépatique 
et néphrétique, paresse de la cogitation, amnésie, vertiges, synco- 
pes. 

Le si/st(^me nerceux manifeste sasoufîrance par l'oppression, les 
d«)uleui*s précordiales, les palpitations de cœur, les vertiges, tin- 
touins, désordres mentaux variés, pares! hésies, congestions et 
hémorrhagies cérébrales, la perversion sexuelle alternant avec 
des accès de goutte (Féré). L'auteur analyse la pathogénie et les 
formes de Vangoissc prècordialc et de Vangine de poitrine dans 
leurs rapports avec la goutte: le treuble de la nutrition des élé- 
ments nerveux par lésion des parois artérielles y est représenté ; 
l'association du traitement anti-goutteux au traitement anti-ner- 
veux s'impose. 

La migraine goutteuse, préparée par la diminution de la quan- 
tité d'urine qui, de plus en plus acide, précipite un abondant dé- 
pôt d'urates et d'oxalates, peut être atténuée par lïngestion à 
celle phase d'eaux alcalines en quantité. L'excès d'acide urique 
dans le sang agit de préférence sur le locus minoris resisteniiae 
de l'individu. Voici par exemple une personne originellement pre- 
disposée à la migraine autant qu'à la goutte. Prise d'un accès de 
colère, elle subit par action réflexe de la congestion cérébrale 
généralisée ; niais le choc agit à l'excès sur le ])ulbe moins résis- 
tant, centre des vaso-moteurs. Il en part une impulsion qui, par 
les ganglions sympathiques, gagne le système vasculaire de la 
moitié correspondante de la tète : d'où la migraine. Quatre obser- 
vations à l'appui. 11 faut combattre la goutte chez les migraineux 
simultanément goutteux. 

Vêpiiepsie goutteuse comporte les mômes réflexions. Migraine 
et épilepsie sont des états morbides proches parents (observation 
à l'appui), car toutes deux se peuvent montrer chez les membres 
d'une même famille, chez la môme personne, et se remplacer 
l'une l'autre. Il est des cas où leur genèse émane d'intoxications 
et d'auto-intoxications en rapport aussi avec les produits du ra- 
lentissement de la nutrition goutteux (Haig, Hossi, Krainsky, 
Dimitropol, Caro). La prédisposition est cependant nécessaire 
pour combiner la goutte à l'épilepsie ; en ce cas, il convient d'as- 
socier les deux traitements. L'enfance est cause occasionnelle de 
l'épilepsie. Il existe aussi une épilepsie sénile en relation avecl'ar 
tério-sclérose, qui a elle-même pour facteurs :1a goutte, lasyph" 
lis, l'alcoolisme, etc., etc. P. Keraval. 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 315 

LIK. — Névrite multiple associée à la maladie de Basedow ; 

par Th. Diller. {Xturolog, Centralhl., XXI, 1902.) 

Il s'agit d'une femmi^ de 40 ans intlemne d'alcoolisme, de 
syphilis, de toute affection infectieuse ou toxique, qui est malade 
juste pendant trois mois et demi, et présente les symptômes 
combinés en question. Elle en meurt. Autopsie impossible. L'au- 
teur, en raison de la rapidité de l'évolution, croit à l'aclion d'une 
toxine sécrétée par la friande Ihyroïde. Ainsi serait démontré 
que la maladie de Basedow émane d'un trouble de sécrétion de 
cette glande qui en outre peut occasionner une névrite multiple. 

P. Keraval 

LIV.— Lésion par arme à feu des nerfs optique et ocu- 
lomoteur externe ; par S. LiASs. {Obosrénié psichiatrii VU. 
100?.) 

Un mélancolique de iO ans se tire un coup de revolver dans 
la tempe droite. Quelques jours plus tard, la balle apparaît sous 
la peau de la tempe gauche : on l'extrait. Quelques mois après, 
on constate : déviation de l'œil droit en dedans et un peu en haut: 
le malade ne peut tourner l'œil en dehore, et les mouvements du 
globe en bas sont limités. Rien à gauche. Les milieux des deux 
yeu.v sont transparents. Pupilles dilatées. Réactions à la lumière 
et raccommodât ion absentes dans l'œil droit, conservées dans 
Vivil gauche. Cécité totale à droite, même à l'impression lumi- 
neuse. L'ophtalmoscope révèle à droite .atrophie blanche du nerf 
optique ; grande quantité de pigment péripapillaire,sauf aux an- 
gles supéro-externe et inféro-ex terne ; — à gauche une petite 
quantité de pigment noir, disposé de même que de l'autre côté 
en petites mottes, en dedans de la papille normale. Olfaction 
moindre par la narine droite que par la naiine gauche. 

P. Kr. RAYAI.. 

LV. — Priapisme et grosse rate ; 25 jours d'érection con- 
tinue sans rémission n'ayant cédé qu'à un débridement 
des corps caverneux ; par MM. Haili>ot et Viardon (Hull. 
mé(ï., 1905, n» 72.) 

Très intéressante observation d'un homme de 35 ans, qui con- 
sulta le médecin pour des érections durant 2 ou 3 heures tous les 
huit jours. L'examen méthodique découvrit une splénomégalie 
considérable avec diminution du nombre des globules rouges et 
augmentation des globules blancs. Enfin se présenta le singulier 
état morbide qui nécessita le débridement des corps caverneux. 
Des cas analogues ont déjà été cités par Parmentier. L. \Y. 



Digitized by 



Google 



310 RFA'UE DE PATHOLOGIE NERVEUSE, 

LVI.— La syphilis héréditaire ; leron de M. le Pvof. Gaucher. 
[BulLr.iéd, 1904^ no 37.) 
Très intéressant résumé desnotions aujourd'hui acquises sur les 
dan^ei*s de la syphilis héréditaire, aussi bien dans sa forme pré- 
coce que dans sa forme tardive (Fournier). L'éminent clinicien 
insiste sui'tout sur la lonorue période pendant laquelle la trans- 
mission est possible et qui peut allerjuscju'àl4 ans (Darthélemy); 
mais il rappelle avec Fournier que bien traitée la nmladie est 
sans dano^er : d'où Futilité du traitement duc< père de famille » : 
et, à propos de la transmissibilité maternelle, il insiste sur la loi 
de Profeta. L. Wahl. 

LVII. — Lipomatose symétrique douloureuse et maladie de 
Dercum; leçon de M. le Pmf. Boudet (de Lyon). {Bull. mè(f., 
1904, no 74.)^ 

Observation d'une malade de 50 ans qui, à la suite d'une chute 
faite à l'âge de 33 ans, avait fjardé le lit pendant trois mois puis 
avait eu une lésion annexielle cinq ans plus tard. Quelque temps 
après, elle ressentit desdouleurs à la face interne des fçenoux, puis 
des tuméfactions symétriques apparurent en ces endroits ; d'au- 
tres se montrèrent d'abord aux membres inférieurs puis aux mem- 
bres supérieui*s. Après la ménopause, la marche de l'affection de- 
vint plus rapide. Au niveau des tuméfactions existaient des dou- 
leurs, des fourmillements paroxystiques avec sensation de décol- 
collement de la peau irradiés le long du trajet des nerfs. Entin, 
des épistaxis répétées, de l'asthénie neuro-musculaire et des 
troubles psychiques à forme dépressive allant jusqu'à une tenta- 
tative de suicide. Le professeur Boudet arrive par exclusion au 
diagnostic de maladie de Dercum mais d'une forme exception- 
nelle; la face est atteinte (pointe du nez, région sous-maxillaire). 
On en ignore Fanatomie pathologique mais il est possible qu'elle 
soit due à une lésion des sécrétions internes de Fovaire ou de la 
thyroïde. L. W. 

LVI IL — Deux cas de méningite lymphocytique dans les 

oreillons ; par MM. Chauffard et BoiDiii,{ Bull, tnèd., 190^, 
n" 24.) 

La méningite ourlienne est rare (Laveran); mais depuis qu'elle 
est pratiquée, laponction lombairea montré qu'il existe fi-équem- 
mentdans cette infection une lymphocytose très abondante.Mais 
ici il s'agit de phénomènes très nets observés sur deux malades 
et d'ailleurs terminés par guérison. L. W. 

LIX. — Grises de convulsions après l'opération du phi- 
mosis ; par Uegnault. (Bull, tnéd., 1901, n® 27.) 
L'auteur cite des cas où dans les 24 heures qui suivent iramé- 



Digitized by 



Google 



REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 317 

diatement l'opération du phimosis, il y a des convulsions épilep- 
liformes qu'il attribue à une irritation de certaines branches du 
nerf honteux interne. Malheureusement, ses observations ne 
nous renseignent nullement sur l'état préalable du sujet au point 
de vue nerveux ni sur ses antécédents héréditaires. Elles ne nous 
indiquent pas non plus si ces accidents ont été le point de départ 
d'une épilepsie durable, comme dans les expériences de Brown- 
Sequardsur la section du sciatique chez le chat. L. \V. 

LX. — Arthrali^ie hystérique ; ^nérison par auto-sugges- 
tion ; par Caziot. {BulL méd., 1904, n* 64.) 

Jeune soldat de 20 ans présentant divei-s stij^mates hystériques 
et en particulier de l'anesthésie « en molletière », douleur du 
frenou droit diagnostiquée rhumatisme apyrétique et traitée sans 
résultat par le salicylate de soude. L'auteur constate que la loca- 
lisation n'est pas exactement celle du rhumatisme ; mais que la 
douleur est très superficielle et s'accompagne d'une vive appré- 
hension lorsqu'on fait mine de toucher à la région. Le malade 
guérit très vite par les pointes de feu, la suggestion à l'état de 
veille : la peur d'une boiterie définitive le pousse à se servir de 
son membre. L. VV. 

LXl. — Zona et affections banales de l'appareil digestif 

par RouYER. {Bull, mèd., 1904, n» 47.) 

L'auteur a constaté cinq cas de zona chez des militaires de 
bonne santé habituelle atteints d'angine simple, d'indigestion, de 
diarrhée. Une série analogue a été publiée par Dopter en 1901. Le 
zona relèverait donc d'une infection banale. L. W. 

LXll. — Récents travaux sur l^alcoolisme ; par Hoppe. (Cea- 
tralhl. f. Nervenheilkunde, XXV. N. F. XIII, 1902 ; XXVI. N. F. 
XIV, 1903.) 

Longue revue à lire en entier : numéros de nov. 1902, fév. et 
mare 1903. P. Keraval. 

LXIII. — Le premier symptôme et Timportance des réflexes 
achilléens dans le tabès; par S. Goldflam. {Xeurolog. Cen- 
trnlhh XXI. 1902.) 

Ce premier symptôme, ce sont souvent les (/oM/t?wrs,quipeu> eut 
exister seules plus de dix ans avant que les signes objectifs lim- 
mobilitt'^ réflexe des pupilles, absence du réflexe du tendon d'A- 
chille d'un coté, troubles de la sensibilité cutanée) (assurent le 
diagnostic : obser>ation à Tappui. Ces douleure sont non seule- 
ment les premiei-s, mais aussi les plus constants symptômes du 



Digitized by 



Google 



318 REVUE lE PATHOLOGIE NERVEUSE. 

tabès. Malheureusenient,el]essontassez souvent défigurées : aspert 
rhumatolde, sciatique, etc. Lancinantes, en éclaire, sous formes 
d'accès, s'exacerbant en un point circonscrit, pour changer de 
plac^ à r accès suivant, préférant maintes régions, elles s'accom- 
pagnent parfois de fièvre. Ces douleurs- types-là indiquent la sclé- 
rose des cordons postérieurs et tiennent à la dégénérescence des 
racines postérieui-es qui, pour bien des auteurs, est le point de 
départ de la maladie (Leyden).; leur mécanisme réside, soit dans 
riiyperémie, soit dans Tépaississement pie-mérien au lieu de pé- 
nétration des racines postérieures. (Obereteiner et Redlich). Elles 
alternent avec les crises gastriques et souvent troublent la nutri- 
tion du patient. 

Gomme le dit Babinski, le réflexe du tendon iV Achille a une 
plus grande importance que le réflexe pateHaire, car il est plus 
souvent altéré que ce dernier, et d'ordinaire avant lui. Ses lin>u- 
bles peuvent faire diagnostiquer le tabès à un stade précoce»avaut 
môme l'apparition du signe de Westphal, Le réflexe achîlléeu a 
la même>aleur physiologique que le réflexe patellaire. 

P. Kkraval. 

LX1V\— Contribution casuistique à l'épilepsie syphilitique; 

par J. A. Feinberg. {Neurolg.Centralbl.^ XXI, 1902.) 

Deux observations minutieusement analysées, dans lesquelU^s 
l'accès ne se distingue en rien de l'épilepsie fonctionnelle, soit 
que le svTidrome ait lieu sans aucun trouble cérébral, soit que 
des troubles cérébraux précèdent ou suivent l'attaque. — Deux 
autres observations d'épilepsie jacksonienne syphilitique, égale- 
nient discutées avec le plus grand soin.- — La question de l'ori- 
gine traumatique de l'épilepsie chez un syphilitique ne laisse pas 
d'être embarrassante au point de vue du diagnostic. Observa- 
tion à l'appui avec autopsie. 

La dernière observation a trait au diagnostic dilTérenliel de Tô- 
pilepsie alcoolique et de l'épilepsie syphilitique. U s'agit d'un 
homme de 45 ans atfecté des deux intoxications ; Tinstabililé des 
sym|»ti>mes, la mnlti[)licilé des foyers, le résultat du traitemeni 
spécillcpje, déci(lèn»nt de la ([uestion, en face des stigmates orga- 
niques de l'alcoolisme. C'était une méningite gommeuse de la 
base. Quanta la pathogénie des accidents convulsifs, elle n'a pu 
être tranchée, l'intoxicatinn alcoolique ayant inti^oduit des éli'»- 
ments étrangers dans le tableau clinique de la syphilis cérébrale». 

P. Keraval. 

LXV. — De Tangoisse dans l'hystérie et la neurasthénie ; 

parA.DiEHL. (Xeuroloy, Centralbl, XXI. IIK)?.) 

Dans la neurasthénie, l'angoisse seule tortuiv le patient ; chex 



Digitized by 



Google 



REVrE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 319 

rhysténque il s'y joint le sentiment de la crainte. Deux obsorva- 
\ationsa\ec longues considérations à Pappui. Les deux aiTections 
sont le théâtre de Tangoisse qui s'installe avec une idée détermi- 
née dont elle est originaire, qu elle a pour compagne, ou qu'elle 
invente peut-être seulement pour se justifier. Mais il n y a que 
dans rhystérie qu'on observe une angoisse à l'état de crainte 
sans objet, de pressentiment obscur, anxieux, qui ne laisse au- 
cune trace de sa teneur, mais simplement le souvenir d'une ter- 
reur éminemment anéantissante. P, Keraval. 

LX VI. — Hémorrha^ie traumatique à la base du cr&ne ; par 
S. LiASS. (Obozréniejisichiatrii. Vil. 1902.) 

Un paysan de 41 ans, jusque-là bien portant, tombe sur la glace 
ot demeure privé de connaissance pendant [) jours. D'abord hé- 
morrhagie par le nez, par la bouche, les oreilles. Puis diabète in- 
sipide, paralysie du trijumeau, de l'oculomoteur externe, pai-ésie 
<le l'oculomoteur commun, de l'auditif, du glossopharyngien, 
atrophie de celles des libres du nerf optique gauche qui partent du 
nerf optique droit. Il est supposable que la lésion a eu lieu à 
l'entrecroisement même, car, si tout le nerf optique droit était 
altéré, nous aurions une hémianopsie unilatérale gauche des 
<leux yeux, ce qui n'est pas. L'auteur conclut aune hémorrhagie 
<le la fosse moyenne du crâne. P. Keraval, 

LXVll. — De la différence de pronostic entre les 'paralysies 
des plexus et celles des tronc des nerfs du membre su- 
périeur; parL. Bruns. Neurolog, CeniralbL XXI, 1902.) 

Sur 8.500 cas d'aiTectious nerveuses, 95 présentaient de la pa- 
ralysie des nerfs périphériques individuels, 38, de la paralysie par 
le plexus. Pour des causes diverses, l'auteur ne retient que 47 pa- 
ralysies des nerfs périphériques, et 23 paralysies par le plexus 
brachial d'origine traumatique, à l'exclusion des solutions decon- 
linuité directes. Du premier groupe, 31 ont guéri, 10 sont restées 
incurables, soit GG % de guérisons, 34 % d'incurabilité. Pronos- 
tic exti*aordinairement favorable des paralysies du radial non 
seulement par compression, mais aussi par fractui'e et cal épais. 
Sur les 23 paralysies du plexus brachial, 6 guérisons, 17 incura- 
bilités, soit : 2G *>/o de guérisons, 74 d'incurabilité. Ce qui fait 
(|ue les paralysies traumatiques des trofics nerveu.v jyeriphériques 
ont (ieujo fois et demie plus de chances de guérir que celles des pie- 
.-vus nerveux. Pourquoi '? Après avoir examiné avec soin les di- 
vers motifs plausibles, et notamment la lésion des racines ner- 
Aeuses de la moelle plus voisines des plexus, l'auteur est obligé 
fie rejeter toute explication. 11 faut,conclut-il, se borner à consta- 
ter que les paralysies des plexus tiennent, quant aux chances dt^ 



Digitized by 



Google 



320 REVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 

leur g^iérisoii, le milieu entre celles, 1res favorables, par lésion 
(lesnerfsp.»riphériqu3S, et les paralysies d'un pronostic très dé- 
favorable, dues à une affection delà moelle : à l'avenir de déci- 
der pourquoi. P. Keraval. 

LXVIIL— De la méninfi^ite cérébrale ; par A. M. Liewkowskv. 
(Obozrèniè psichiatrii , VI, 1901.) 

Trois observations avec fifçures. 

Dans la première, il s'agit d'un homme déjà avancé en âge, qui 
se plaint d'abord de faiblesse générale, de dyspnée, de sueui-s noc- 
turnes ; rien ne saurait faire soupçonner une méningite. Trois mois 
plus tard, le malade revient en présentant le tableau complet de 
cette dernière. La syphilis est niée, il n en existe nul signe, et 
cependant la guérison s'effectue complètement ou peu s'en faut, 
par des injections de Hg et Tiodure de potassium. L'âge avancé du 
malade et son piètre état de nutrition faisaient craindi-e une issue 
fatale. 

L'observation II concerne une méningite de la base affectant 
exclusivement les nerfs optiques, greffée sur la syphilis. Kl et 
petites doses de préparations mercurielles à l'intérieur : résultats 
thérapeutiques satisfaisants. 

Obs. m. — Jeune femme présentant les signes prodi-omiques 
de l'excitation des méninges par des tubercules dans la région 
motrice du cerveau. L'évolution montre que c'est une hystérique 
guérison complète. Méningisme. 

C(îs observations sont finement analysées et discutées d'après 
les sources bibliographiques. P. Keraval. 

LXIX. — La maladie deParkinson ; parle P*" Raymond. [Xauv, 
Iconogr. de la Salpétrtùn% n" 1, 1U04.^ 

Leron avec présentation de malades. Résumé et mise au point 
du sujet. 

LXX. — Méningite hémorrhag^que subaigué avec hydro- 
céphalie chez les nouveau-nés ; par Marfan, Aviragnet et 
Dktot. [Bulletin médical, 1904, n" 5.) 

Cette affection, qui n'a pas encore été signalée, a été \ue deux 
fois par les auteurs. Elle débuterait dans la première enfance par 
de la diarrhée (obs. 1) ou de la tièvre : l'état général s'altère très 
vite et on constate do l'hypertonie musculaire qui peu à peu se 
transforme en attitude tétaniforme persistante. Troubles digestifs 
très accentués, alternati\es de diarrhée et de constipation, 
vomissements, appétit iri-égulier. On constate bientôt après de 
l'hydrocéphalie et des phénomènes pupillaires ; les pupilles sont 



Digitized by 



Google 



REVUE DE THERAPEUTIQUE. 321 

n«>dérément dilatées et égales avec perte de la réaction à la 
inTîière. La ponction lombaire et mieux encore la ponction ven- 
i-îrulaire, toujours possible à cet àî^^e, amènent une sédation pas- 
i4i*r*'re : le liquide céphalo-rachidien, siège d'une polynucléose 
iitense, est plus hémorrhagique (|ue le liquide ventriculaire : ce 
jiii montre qu'on est en présence d'un processus extra- ventri- 
culaire. Les deux cas se sont terminés par la mort : ils ne sem- 
[>lent relever ni de la syphilis ni de la tuberculose. L. Wahl. 



REVUE DE THERAPEUTIQUE 



XI IL — La chloruration de rorg^anisme et les névroses ; par 
M. Claude [Bull, méd., 1904, n«> 51.) 

La cure de déchloru ration a guéri une jeune femme d'une psy- 
i-hasthénie avec aboulie, idées de doute, manie du serment, 
st-rupules religieux que rien n avait pu améliorer ; deux autres 
malades d'asthme vrai ont bénéficié du môme traitement. 

L. W. 

XIV. — Sur le traitement du tétanos par les injections in- 
tra-rachidiennes de sérum antitétanique ; par M. fioLUN. 
{Bull, mèd,, 1904, n» 39. ■ 

Le sérum antitétanique injecté sous la peau oldansles veinesest 
[u-évenlif, mais n'est pas curalif (Houx et Vaillard). On fut aloi*s 
amené à faire des injections intra-cérébrales qui réussirent chez 
lesanimaux, mais échouèrent sur l'homme (Vallas) etenlin on ex- 
périmenta la méthode des injections intra-rachidiennes qui sur20 
cas donna 15 guérisons et 5 insuccès. Le l"' cas de guérison est 
tlu à v. Leyden (1901). 11 faut commencer par retirer 10 à 50 cent, 
cubes de liquide céphalo-rachidien, puis on injecte très lente- 
mentS centim. cubes de sérum antitétanique, puis ensuite des do- 
j;os croissantes. Il y a sou\ent un peu de lymphocytose au mo- 
ment de la deuxième piqûre. 

XV. — Ers^othérapie et psychothérapie ; par Bianchini, 
(Nouv. Iconogr. de la Salpêtrière, N® 2. 1904). 

Théorie psychologique sur le traitement des aliénés par les mé- 
thodes du travail, et considérations statistiques sur le mouve- 
nrient des aliénés à l'asile de Girifalco (Calabre), tendantà démon- 
trer que le travail est une méthode de traitement, la plus efficace 
de toutes, puisque dans l'établissement d'Italie où elle est le plus 
Archives, 2* série, 1905, t. XIX. 21 



Digitized by 



Google 



322 REVUE DE THÉRAPEUTIQUE. 

larp:cment ap|)liquée (iT % de travailleurs), on noie (iô % de sor- 
ties, et seulement 23 de récidives et 0") de décès, propor- 
tions beaucouj» plus favorables que celles qui sont notées dans les 
autres asiles. A souligner cette a|)précia(ion aussi juste et proba- 
blement aussi platoni(|ue en Italie qu'en Fi-ance, que les entasse- 
ments de niilliei*s de malades rendent tout traitement impossible 
et que la population d'un asile devrait être de 300 à 500 malades 
au maximum ; que l'er^'othérapie constitue la base la plus natu- 
relle et la plus simple de l'application du no-restraint et de 
Topen-door. R. G. 

XVI. — Observation d'empoisonnement parle Téronal ; par 
P. T. Hald. (Centralhlat, fiïr Xervenheilkunde, XXVII, NF., XV. 
1904, juin.; 

Il s'a<;it d'une femmede 30 ans qui, pour se tuer, a alïsorbé neui 
grammes de véronal d'un seul coup. Plonj^ée dans un profond coma 
elle présente du râle lai'vnjîé ; de la flexion de la tète en arrière ; 
descon\ulsions tétanoïcles «générales ; une éruption pempbi^'oïde. 
Cette situation dure quatre joui-s.Le cinquième jour, la malade est 
en voie de guérison. Traitement : lavage tardif de l'estomac, ali- 
mentation rectale. P. Keraval. 

XVII. — De l'intervention chirurgicale dans Tépilepsie 
choréique ; par W. M. Bechtereav. iObozrêtiiè psichiaivii^ 
VI, 1901.) 

Il s'agit d'un malade atteint dès l'enfance (lecon>ulsions exces- 
sivement fréquentes en divers endroits du corps, qui graduelle- 
ment avaient dégénéré en attaques d'épilepsie si intenses que le 
sujet ne pouvait plus se transporter d'un lieu à un autre : ces 
attaques suspendaient lesmou>ementsclioréiquesou les affaiblis- 
saient. 

On lui ouvre le cer\eau à droite dans la région de Holando et 
Ton constate, à l'appareil du nois-Heymond,rhyperexcitabilité dt» 
lëcorce au niveau de la partie postérieure de la deuxième fron- 
tale, et du tiers inférieur de la frontale ascendante. L'excitation 
de ces centï'es moteurs détermine les mouvements variés qui 
d'ordinaire précèdent cbez le patient le développement de l'atta- 
que d'épilepsie ; en cessant l'excitation, on fait cesser les mou>e- 
nients cboréifoi-mes. En conséquence, on l'ésèque de petiLs mor- 
ceaux de substance grise en trois points de cette région de lafmn- 
tale ascendante. Les résultats sont si satisfaisants que 6 semaines 
après on s'adresse à l'bémispbère gauche. L'examen au courant 
faradique démontre l'obligation d'enlevei* à la curette, tant sur la 
frontale que sur la pariétale ascendante, trois petites morceaux 
prélevés sur le centre de la main, et à un centimètre au-dessus, à 
un centimètre au-dessous de ce centre. 



Digitized by 



Google 



REVUE DE THÉRAPEITI^QUE. 323 

L'afTection désormais disparait, seulement une complication 
accidentelle de la plaie tue le malade. 

En tout cas Texcilalion de la région motrice du cerveau a cha- 
que fois exagéré les mouvements du malade, tandis que Tablation 
de petits morceaux del'écorce a presque a1)solumentlait disparaî- 
tre les conxulsions choréiques, ce qui prouve que les mouvements 
convulsifs permanents interparoxystiques de l'épilepsie choréique 
sont, comme les attaques mûmes, d'origine corticale. Quant àTef- 
(icarité de la chii'urgie sur les mouvements choréiques de cette 
espèce, elle est démontrée : il y aura lieu d'intervenir aussi dans 
les cas de chorée chronique progressive qui constituent une infir- 
mité incurable, P. Keraval, 

XVIII. — Contribution au traitement diététique de l'épilep- 

sie ; par H. Schnitzer. (Xeuroh Centralbl., XXI, 1902.) 

Application à 16 épileptiques hospitalisés, pour la plupai*t de- 
puis de longue\s années, du traitement de Toulouse-Richet,modi- 
hé par ^a\inl(Beriinei\ klin, Wocfienschr, 28 1901.) Les attaques 
disparaissent totalement chez deux d'entre eux ; le nombre en 
diminue très notablement chez 10, très peu chez 2; en deux cas 
seulement le traitement demeure inaciif.Dansla plupart des cas, 
Vinlensité des attaques est ultérieurement de beaucoup afTaiblie. 

P, Keraval. 

XIX. — Le traitement des hystériques & Thôpital ; par 

Déjerine. (BulL méd,f 1904, n» 15.) 
En réponse à un article dans lequel M, Gilbert Ballet montre à 
nouveau l'inutilité -presque absolue du traitement nosocomial 
des hystéi-iques, le prof. Déjerine rappelle sa méthode d'isole- 
ment et de psychothérapie à l'état de veille qui lui a donné 
d'excellents résultats et qui est maintenant employée à l'étran- 
ger. L. W. 

XX. "— Un cas de contracture tétanique d'origine alcoolique 
sbivi de guérison par la morphine ; par Delahaye. (BulL 
màd., 1904, n« 38.) 

('as intéressant suitout en raison de la difliculté du diagnostic 
des phénomènes tétaniformes (jue présenta le malade et qui 
s'aa^ompaguèrent de délire. Après un échec complet du sérum 
antitétanique, l'auteur eut recours aux injections de morphine, 
aux grands bains et à l'alimentation forcée. Guérison. L. W. 

XXI. — Guérison d'une mastodynie bilatérale par la 
franklinisation ; par S. M. Schatzky. (Obosnhiié psichiatrUf 
Vï, 1901.) 

Il .s'agit d'une femme de 32 ans qui d'abord éprouve des don - 



Digitized by 



Google 



324 REVUE DE THÉRAPEUTIQUE. 

leui-s qui lui piquent le mamelon gauche, durent une demi-heui-e, 
une heure, disparaissent et reviennent périodiquement plusieui-s 
fois par jour. Quelques joure plus tard, le mamelon di-oitest aussi 
atteint. Au bout d'une semaine, les douleurs s'étendent à tout le 
sein, puis, à la face antérieure de la cage thoracique, irradient 
dans les épaules et les omoplates. La malade éprouve alors conti- 
nuellement une sensation de compression qui, par moments, 
s'exaspère en picotements dans l'épaisseur du sein. Ces cruelle:^ 
exaspérations primitivement provoquées par les mouvements, se 
montrent ensuite sous l'influence du contact des vêtements, et 
finalement sans cause apparente. 

Complexion délicate, système nerveux finement développé, pas 
de taœs héréditaires ou acquises. Aspect pitoyable en rapport avec 
les souffrances et l'appréhension. Aucun traitement n'a réussi. 

La malade est placée sur un tabouret isolant et mise en com- 
munication avec le pôle négatif d'une machine de Wimshurst 
dont les plateaux mesurent 1 mètre de diamètre. L'autre pôle 
est en communication avec la terre. L'arbre est à 10 ou 12 centini. 
du milieu de la cage thoracique nue. Chaque séance dure 20 mi- 
nutes. Les 4 premières séances ont lieu successivement chaque 
jour : les autres, à un jour d'intervalle. 

Dès les trois à quatre premières séances l'amélioration est accu- 
sée : les exaspérations ne se montrent que rarement. Le sommeil 
est meilleur, les mouvements sont plus libres. La santé générale 
se rétablit progressivement. Guérison au bout de onze jours de 
séances. P. Keraval. 

XXII.— Action thérapeutique du ra^dium. {Académie deMédi- 
cine, séance du 26 juillet 1904.) 

MM. Raymond et Zummern rapportent quelques faits relatifs à 
Faction thérapeutique du radium. Dans les affections purement 
lonctionnelles,les auteurs n'ont obtenu de bon résultats que dans un 
seul cas d'hystéro traumatisme avec hémianesthésie totale : mais 
le malade n'a pu être suivi ; on ignore si la guérison s'est main- 
tenue. Les résultats n'ont pas été plus heureux dans un cas de pa- 
ralysie faciale grave avec 1) R,dans un cas de sclérose en plaques 
avec paraplégie et dans un cas de névralgie faciale grave ; dans 
le tabès les résultats ont été des plus heureux, lesauteursont pris 
les pi'écautions nécessaires pour éviter les causes d'erreur et en 
darticulier la suggestion inconsciente L. Wahl. 

XXllI. — A propos de l'alimentation forcée chez les aliénés 
par la voie buccale. — Mandrin pour faciliter l'intro- 
duction de la sonde œsophafi^ienne ; par M.Serrigny. (Joum, 
de Neurologie, 1904, n® 8.) 

Le mandrin que l'auteur conseille d'adapter aux sondes de 



Digitized by 



Google 



REVUE DE MÉDECINE LEGALE. 325 

caoutchouc rouvres employées pour lalimentation forcée par la 
voie buccale est un fil d'acier d'un millimètre environ enroulé 
sur lui-même de façon que les tours de spire se touchent. La ri- 
gidité de ce mandrin peut être augmentée à volonté en plaçant au 
centre des tours de spire une tige d'acier d'un millimètre de dia- 
mètre environ. ' G. D. 

XXIV. •— Valeur thérapeutique de la ponction lombaire ; 

par Baduel. {RtHsta critiradi cîinica medica, 1904, n® 16.) 

C'est dans le méningisme, les méningites séreuse et épidémique, 
l'hydrocéphalie secondaire, que la ponction lombaire a un effet 
thérapeutique utile en amenant la résorption de l'exsudat par un 
mécanisme analogue à celui qui amène le même résultat après 
la ihoracentèse (Mya). D'une façon générale, les succès s'obtien- 
nent surtout chez l'enfant. Dans l'hydrocéphalie chronique con- 
génitale ou acquise ; l'insuccès est la règle. Dans les tumeurs cé- 
rébrales on doit procéder avec prudence,carla ponection lombaire 
peut occasionner la mort. Cependant dans bien des cas, c'est un 
palliatif de quelque valeur. Dans la méningite tuberculeuse, les 
résultats ne sont que transitoires, très rarement il y a guérison. 
Sans effet thérapeutique sur les maladies du système nerveux à 
évolution chronique (tabès, paralysie générale), la ponction lom- 
baire amène quelquefois l'atténuation de certains symptômes : 
crises gastriques tabétiques (Debove) céphalées de la méningite 
syphilitique secondaire. Dans l'épilepsie, cette méthode ne donne 
aucun résultat. Quelques résultats heureux semblent indiquer 
l'emploi de cette thérapeutique dans le tétanos avec injection de 
séi*um spécifique. Les céphalées graves de la chlorose et de 
l'urémie semblent être quelquefois justiciables de ce traitement 
de môme que certaines otites moyennes. 



REVUE DE MEDECINE LEGALE 



I. — Définition médico-légale de l'aliéné ; par Dur ré. 

{Bull.méd., 1904, no 13.) 

L'aliéné est un sujet qui, sous une influence morbide, commet 
des actes étranges non motivés pour ceux qui les observent, dan- 
gereux pour lui-même et pour les autres et, de ce fait, est justicia- 
ble de mesures de protection que lui assurent les lois, soit vis-à- 



Digitized by 



Google 



32G REVUE DE MÉDECINE LÉGALE. 

vis (le lui-nulme, soit vis-à-vis de la SociiHé. Je renvoie à larticle 
(le mon savant Maître pour l'exposé complet de la classification 
qu'il propose des divei-s f^i'oupes d'aliénés : je ne fais (ju'en indi- 
quer ici les principes : l*"** classe : a«?énésies, encéphalopalliies 
conj^éni taies ou pr(''Coces (idiotie, imbécillité, déjjilité mentale) ; 
2® (lémences enc(;phaliques, acquises : a) d'origine infectieuse, 
toxiques, pyrexies, alcool, oxyde de carbone, sulfure de carbone, 
plomb, etc.. et même auto-intoxication; — b; d'origine oi^anique 
(méningo-encéphalites diffuses ou en loyer) ; c) dues aux psycho- 
névroses (épilepsie, chorée) ; djdues aux psyciioses d(*génératives, 
périodiques, systématisées ; 3*» dc^s déséquilibrés, délires dégéné- 
ratifs permanents ou non ; a) acc{»s maniaques ou mélancoliqu<»s 
des prédisposés ; b) syndmmes épisodiques des dégénén»s, impul- 
sions, phobies ; c) folies du caractère», manie raisonnante, folie 
morale, mist'rc psychologique, vicieux, buveui's, vagabonds ; 
enfin 4« les délires a) aigus, syndromes maniaques et hallucina- 
toires dus aux né\Toses, épilepsie, hystérie ou aux intoxications 
(alcool, fi(»vre) ; b) délires subaigus, confusion, onii'isme, délires 
d'hôpital (infection, intoxication, affections viscérales : c) délires 
chroniques, psychoses systématisées primitives ou secondaires. Il 
faut distinguer, au point de vue pratique l'isolement, mesure thé- 
rapeutique, de l'internement, mesure niédico administrative. La 
psychiatrie médi(*.o-légale étudie l'interuement tanfc au point de 
vue administratif : formalités d'entrée, de sortie, de s(»jour des 
malades à l'asile qu'au point de vue judiciaire delà responsabilité 
pénale. Elle étudie aussi les questions qui se rattachent à la 
capacité (*ivile, l'interdiction et les conseils judiciaires et relies 
qui sont relatives aux donations et testaments. L. W. 

II. — La séquestration des criminels aliénés ; par G. Aschaf- 
FENBURG. (Centralblatt fiir Nervenhfilh., XXV, N. F., XUI, 

190-2.1 

Cette (piestion touche au conflit des intérêts h»s plus divei*s et 
les plus opposés, ceux de la pi^nalité, de la sécurité publique, 
des asiles d'aliénés, des malades eux-méme.s. Elle est aujour- 
d'hui aussi connue qu'insoluble. 

1. — Dans son rapport, la Commission nommée aux lins 
d'examen des mesures à prendre pour assurer l'assistance des 
aliénés du duché de Bade, a décidé de construire un nouvel asile 
près d'Heidelberg et un pavillon annexe pour 20 à 25 hommes de 
cette cat(''gorie. Or le voisinage d'Heidelberg est en lespi'ce tout à 
fait contre-indiqué. Le petit nombre de malades de ce genre serait 
au contraire favorable à leur dissémination dans les six asiles 
d'aliénés ordinaires du duché. Mais l(\s intérêts de l'enseignement 
feraient désirer l'annexion d'un pavillon spécial à la pris(m coi'- 
rectionnelle de Fribourg. Puis donc qu'il existe un plan relatif à 



Digitized by 



Google 



REVUE DE MÉDECINE LÉGALE 327 

la consilucliondu nouvel asile dans la réj^ion d'Heiilelheiy, pré- 
cisément à cause des besoins de l'enseignement, le plus opportun 
sérail, s'il doit être établi une division d'aliénés criminels, de la 
construire dans le voisinajfe d'Heidelberjr. Ainsi le profit qu'en 
pourrait retirer l'ensei^^niement compenserait-il l'aufcmentation 
delà dépense et les difficultés mises en relief. 

11. — Ce ([u'il y a encore de mieux pour le malade, c'est 
Tassistance dans l'asile d'aliénés habituel. Mais ce n'est pas là le 
mode d'internement le plus convenable pour la sécurité publi- 
que. Il est impossible dans un asile de le s<)umeltre à un régime 
si)écial . Et la qu(»stion des évasions est, de même que celle des 
sorties, pleine d'écueils. Il est vrai que, sur 281 aliénés criminels 
traités à la clinique d'IIeidelberg, dont 45 anciens détenus et 33 
vagabonds ayant subi au moins 9 condamnations, au plus 108 
moyenne 32), un seul s'est montré réfractai re à la règle : tous les 
autres ont été inoflensifs et, qui plus est, ont travaillé avec la 
plus parfaite assiduité, sans trahir la confiance que l'on a eue en 
eux. 

Malgré cela, la question de la sécurité publique s'impose. La 
question de la sortie n'est pas moins in([uiélanle, parce que, au 
dehors, ce genre d'aliénés ne rencontre plus les conditions de 
l'asile, tant s'en faut. De là les circulaires ministérielles à l'égard 
de la procédure concernant les sorties des aliénés dangereux des 
asiles publics d'aliénés, des 1,") juin 1901, 10 décembre 1901, fi 
janvier 1902. Ces sorties envisagent au surplus généralement des 
aniéliorations. 

11 serait à souhaiter que l'aliéniste, dans son rapport, explique 
les raisons en faveur de la sortie, et détaille également les me- 
sures qu'il propose tant dans l'intérêt du malade que des devoire 
de la justice criminelle. Les ordonnances nu'nistéi'ielles prescrivent 
formellement l'intervention et de l'administration et du parquet. 
L'expérience montrera les résultats de ces prescriptions, et à 
qui il faudra imputer la faute des difficultés, s'il en surgit. Celles- 
ci pourront être évitées par le coucoui"s conciliant des représen- 
tants de la justice et de la psychiatrie, s'ils s'efforcent de tenir 
compte des manières de voir qu'impose à chacun d'eux sa mission 
spéciale. P. Keraval. 

III. — De Texamen psycho-expérimental des criminels ; 

par W. M.-Bechterew. (Obosrénié psichiatrii, VI, 1902.) 

L'auteur préconise l'examen expérimental des réactions sen- 
sibles, de la mémoire, de l'association des idées, des conceptions 
morales, de la réflexion, de Tattention etc., en un mot des phé- 
non.'ènes de la vie mentale constitutifs de la psychologie indi- 
A iduelle. On comparerait les éléments recueillis chez les criminels 
avec les mêmes éléments recueillis chez les gens normaux et 



Digitized by 



Google 



328 CORRESPONDANCE. 

bonnAtos. Mais il ne faiidi'ait pas ci'oire que les idées morales 
justes coïncident nécessairement avec une morale éprouvée, la 
criminalité se pouvant g^refFer sur des troubles de la sensibilité, 
et de la volonté, et non sur des altérations du ju^jernent moral 
et de la spbère intellectuelle. L'examen en question devrait êtœ 
complété par l'examen détaillé de Tétat pbysique. C'est un plan 
dVxamen des criminels à élaborer. P. Reraval. 



CORRESPONDANCE 



Asile départemental du Boubs. 

Mon cher Collé|^e, 

L'asile départemental du Doubs, dont je suis médecin en chef 
depuis 1887, n'est pas, à proprement parler, un asile d'aliénés : 
c'est surtout un asile de vieillards et d'intirmes des deux sexes, 
avec inlirmeries d'hommes et de femmes, et un important S4»r- 
vice annexe où sont reçus, à titre définitif ou plus ou moins dé- 
iinitif, les nerveux chroniques considérés comme incurables (épi- 
leptiques, hystériques,et hystéro-épileptiques, les hémiplégiques, 
paraplégiques, ataxiques, etc., etc.), et, à titie temporaire, pour 
y subir une période d'observation, les aliénés du département 
du Doubs à interner d'office à l'asile de Dôle (Saint-Ylie, Jura). 

Le temps de mise en observation des aliénés varie de 4 à 5 à 
15, 20 et 30 jours. Au bout de ce temps,je conclus, soit à lenvoi 
de l'aliéné à l'asile de Dôle, soit, en cas d'amélioration (alcooli- 
ques principalement) à sa libération et à son renvoi dans sa 
famille, soit enfin, en cas de folie tranquille, ne réclamant plus 
de traitement spécial (paralytiques généraux à la période démen- 
tielle ou pré-démentielle, déments séniles, etc.), au maintien de 
l'aliéné à l'asile comme pensionnaire. Je reçois ainsi, annuelle- 
ment, 115 à 130 aliénés, sur lesquels 80 % sont expédiés à Dùle, 
12 à 15 % rendus à la vie commune et 5 à 8 % i^tenus comme 
pensionnaires à l'asile. 

Le total des pensionnaires ou passager-s à l'asile varie de 420 à 
430 en été, à 480 à 500 en hiver. Dans ce chiflTre, il faut comp- 
ter les hospitalisés des services de maladies de la peau et de ma- 
ladies vénériennes, dont est chargé le médecin-adjoint, et de la 
Maternité (bâtiment séparé), avec son médecin et son médecin- 
adjoint, ses élèves sages-femmes, etc. Je fais la chirurgie courante, 
et j'envoie à l'hôpital Saint-Jacques de Besançon les cas réclamant 
de grandes opérations (laparotomie, etc.). 



Digitized by 



Google 



CORRESPONDANCE. 329 

Nous avons un inlemo, ivrnité au roncouis parmi les étudiants 
de l'Ecole (U* médecine <!<' Besancon, en même temps et au même 
concoui-s que les internes de T hôpital Saint- Jacques. J'assiste au 
roncoui*s comme médecin en chef, et les 5 internes admis se re- 
layent de 3 en 3 mois à l'asile départemental et dans les diffé- 
rents services de l'hôpital Saint-Jacques. 

En somme : 1 médecin chef avec les infirmeries de vieillards,les 
maladies nerveuses chroniques et les maladies mentales ; — 1 
médecin-adjoint .a\ec les cutanés et vénériens des deux sexes et 
une ou deux salles de pensionnaiivs, vieillards infirmes ; — I mé- 
decin -pmfesseur et 1 mé<lecin-adjoint à la Maternité,assislés d'une 
maîtivsse sa*re- femme. 

Les divei*s si»rvices «rénéi*aux (cuisine, dépense, lingerie, etc.), 
ainsi que la surveillance, chellei'ie des salles est assurée par 17 
religieuses de Saint-Vincent-de-paul (sceui's grises, ordre dissi- 
dent, dont la maison mère est à Besançon), Les sœui's des deux 
s«*rvices de maladies nerveuses et mentales (hommes et femmes) 
ont pass«» par l'asile d'aliénés des (ihartreux, de Dijon, et sont 
bien stylées. Chacune d'elles a sous s<»s ordres 2 in(irmiei"s ou in- 
firmières en titre et 2 infirmière ou infirmières adjoints pris 
parmi les malades les moins malades et les plus intelligents. 
<'.haque sœur reçoit un traitement de 200 francs par an, et Tha- 
billement est à sa charge : la nourriture, le logement, le blan- 
chissage, etc., bien entendu, au compte de l'asile. Les infirmière 
€»l infirmières sont défrayés, logent à l'asile, dans les salles des 
malades et touchent <le 20 à 25 et 30 francs par mois selon leur 
ancienneté ; les infirmière et infirmières adjointes, ont, par rap- 
port aux autres malades, un supplément de noumture et de vin, 
et touchent 5 fr. par mois. 

Le Directeur de l'asile (logement et 5000 fr. par an) est assisté 
d'un économe (2400),d'un receveur (2000) et d'un surveillant gé- 
néral (logé et nourri, avec 6) fr. par mois). Le médecin chef 
louche lôUO fr. par an («lepuis 2 ans) et le médecin-adjoint, î)00 fr.) 

Les internes touchent 50 fi*. par mois. 

Le pereonnel est à peu près suffisant. 

Le prix de revient moyen joui'nalier des hospitalisés varie de 
1 fr. à 1 fr. 25 et 1 fr. 50 selon les catégories. Mais 75 % ne 
payent que l fr. par jour (î). Et cependant, la nourriture est suf- 
fisante, saine et assez bien préparée. 

Je garde le moins longtemps possible les enfants i<liots ou épi- 
leptiques, l'asile étant construit en pleine ville, sans coure spa- 
cieuses, ni jardins, avec grands bâtiments à 3 étages : loreque je 
pris le service, en 1887, j'assistai à de tels désastres par tubercu- 
lisation que je m'empressai d'obtenir de la Préfecture que ce 
service, en tant que service fixe, permanent, fût supprimé. 



Digitized by 



Google 



330 BIBLIOGRAPHIE. 

3*aurai riionnoui' de vous faire adi'esser, d'autre pai't, le rap- 
port du Diiveteur au Conseil f,'énéral pour 11)03. 

D*^ Raudin. 



BIBLIOGRAPHIE 



IV. — Rapport du directeur médecin (D«* Cullere) de Viisile d^a- 
licnès de Lu Roche-sur-Yon (N'endée) sur Ve.rcrcice lî)03. La Ho- 
che-sur-Yon, Ser\ant-Maliaud, imprimeur, 1904. 

Au \\\ décembre \\){)X la population était de 580 (271) H. et 304 
r.). Admissions en 11)03, 1 il), plus élevées qu'en 1902 (138), ce 
sont les malades dont la folie remonte à deux ans et au-dessus 
qui fournissent, comme toujours^ le moins de sorties. Ce sont les 
mois de printemps qui ont donné le plus d'admissions (30 sur 
123). — Comparé à la population nïoyenne, repi'ésentée par lo 
chilîre ,V.)(),()i), le rapport des tjuérisonsest de 9,34 %, La grande 
majorité des j,^uérisons est obtenue danslessixnïoisdu traitement. 

Les décès ont été de 70 (H. 34, F. 30), dont onze par <u6iVTi//o5r. 

Total général des recettes en 1903. . . 339.2Ô9 fr. 8S 
_ _ dépenses 288. 799 fr . 25 

Excédent des receltes 50. 4(10 fr. O] 

M. le I)"* Cullerre insiste avec raison sur la nécessité de lacK-a- 
tion iV infirmeries, « 11 ne s'agitpas, dit-il, de créer des places quel- 
conques dans l'unique but d'as^randir rétablissement, mais bien 
des places affectées à un besoin spécial : le traitement, dans un 
local séparé, des maladies incidentes et l'isolement des affections 
contaji^ieuses, deux clioses impossibles à Theure actuelle, en dé- 
pit de riiyf,Mène, des données les plus élémentaires de la science 
médicale et des circulaires ministérielles. » 

M. le I)"" Cullerre, depuis plusieurs années, s'est intéressé tout 
particulièrement à la question de l'assistance, du traitement et 
de l'éducation des enfants idiots. Nous prions nos lecteurs de se 
rapporter à la p. 287 où ils trouveront les nouveaux renseigne- 
ments qu'il a bien voulu nous transmettre sur cette question. 

V. — Sur la paralysie protfressire. Etude statistico-HiliniquA^ ; 
parFuNAioLi (de Sienne), 

L'auteur conmience par une préface où il explique que maljrré 



Digitized by 



Google 



BIBLIOGRAPHIE. 331 

les pm*jirs cliniques et analomo-patholojîiciues faits dans rétiide 
«le la Paralysie (jènàraU\ il y a encore bien des points obscui-s. 
Sans chercher à les élucider, il donnera une étude tlétaillée des 
casobser\és par lui pendant douze ans, afin (pi'ils puissent, dans 
la mesure du possible, aider à une connaissance plus complète de 
cette afTect ion. En douze ans (l«SS()-lSi)7l, la proportion moyenne 
des paralytiques «,'énéraux entrés à Tasile a été de 9,0 « « pour les 
hommes et de :{,')"'„ pour h^s femmes. Viennent ensuite des 
considérations statistiques locales sur la ré*?ion et sur la propor- 
tion de paralyti(iues «généraux fournies par les villes voisines, 
Sienne et Livourne en i)articulier. Le maximum de fréquence est 
de 30à 6Î) ans. Il y a (i'J ", u de malades mariés, 30 " ode manœu- 
vres, et 43 ", " n'ayant aucune instruction. 

Sans nier la grande influence de la syphilisdanslesantécédenls, 
l'auteur attribue une part beaucoup plus fjrande, à l'alcoolisme 
qui jouerait un «rrand rùle aussi bien dans la genèse des accidents 
qu'au point de >ue de l'hérédité. C'est surtout la forme commune 
que Ton observe, puis viennent la forme démente ellaformeaip^uë. 
La mort survient le plus souvent par conj,'estion cérébrale. 

Dans un second chapitre, l'auteur rapporte 27 observations dé- 
taillées minutieusement, portant sur les formes démente et com- 
mune, montrant soit l'aclion isolée de la syphilis ou de Talcoo- 
lisme, soit la réunion de ces deux facteurs. 11 étudie éj^alement 
les urines des malades, et les stigmates de dégénérescence (l'asy- 
métrie crànio-faciale serait assez fré(iuente). Enfin, M. Funaioli 
termine par quelipies considérations anatomo-pathologiques et 
thérapeutiques : il confirme les résultats antérieurs en insistant 
sur la consistance des lésions d'endo et de péri-artérite, la lésion 
vasculaire étant le point de départ de la lésion du système ner- 
veux. Quant au traitement en dehors des inilications palliatives, 
il se résume dans une bonne hygiène, une \ie tranquilleet calme. 

A. Barbk. 

VI. — Ia's psychoses puerpérales et les processus 4rautO'iiUo.vication ; 
par Roger Dupouy. (Thèse de Paris, .1. Roussel, 11)04.1 

C'est Tinterne même du service de l'admission, à Sainte-Anne, 
qui maintenant ne se contente plus du dogme intangible de la 
dégénéresceiice mentale, établi par son maître Magnan, et qui, 
ayant reconnu, une fois pour toutes, et avec tous les auteui-s, que, 
pour faire delà folie, il faut y être prédispose, cherche, par-delà 
cette hérédité générale et inéluctable, les causes, plus prochai- 
nes et plus efficacement combattues, des psychoses puerpérales. 

Adoptantdonc la tiièse qu'à la base de tout psychose il existe, 
en outre de la prédisposition, facteur nécessaire, une cause oc- 
casionnelle non moins nécessaire, et pensant, d'autre part, que 
les troubles mentaux présentés par la femme aux divei'ses pé- 



Digitized by 



Google 



332 BIBLIOGRAPHIE. 

riodcs do [sa puerpéralilé (^'rossesso, accouchement, lactation) 
peuvent se traduire en un tableau clinique identique, développé 
sous rinfluence de causes analof^ues, Dupouy divise les psycho- 
ses puerpérales en trois fîran des classes éliologiques : l® les 
U^uhles paLV épuisement; 2" les troubles par m/t'ca'on ; 3*» les 
troubles par auto-intoxication, 

\<^ Psychoses puerpérales par épuisement. — L'épuisement de 
la femme peut relever de causes diverses : état anémique exis- 
tant antérieurement à la j2:rossesse et aggravé par elle, subin- 
trance des grossesses et des allaitements au milieu de conditions 
hygiéniques défectueuses, hémori'hagies graves, lactation prolon- 
gée chez une nourrice déjà affaiblie, etc. Chez certaines fem- 
mes, Tépuisement n'appaitiît plus seulement comme une cause 
prédisposante, favorisant l'infection ou l'intoxication, mais 
comme facteur unique agissant par anémie, dénutrition, as- 
thénie psycho-nerveuse, etc., et déterminant des manifestations 
mentales semblables à celles des autres psychoses par épuise- 
ment (anémie pernicieuse, chlorose, neurasthénie, etc.) ou des 
psychoses par intoxication (confusion mentale, délire hallucina- 
toire, etc.) D'ailleurs, au point de vue pathogénique, les psycho- 
ses par épuisement ne sont que des psychoses par auto-intoxi- 
cation. 

2« Psychoses puerpérales par infection. — Comme toute infec- 
tion aiguë ou chronique (pneumonie, fièvre typhoïde, tubercu- 
lose, rhumatisme, syphilis, etc., etc.), l'infection puerpérale peut 
chez un sujet prédisposé, créer du délire. Les lésions infectieu- 
ses de l'appareil génital, graves ou bénignes, aiguës ou chroni- 
ques, sont extrêmement fréquentes chez les puerpérales déliran- 
tes (Picqué, Privât de Fortunié, etc.) ; mais Tinfection localisée, 
insidieuse et minime, passe facilement inaperçue de l'observa- 
teur uniquement préoccupé le la recherche des tares cérébrales 
dégénératives. 

Gomme les psychoses par épuisement, les psychoses par infec- 
tion agissent le plus souvent par auto-intoxication au moyen 
des toxines élaborées par les agents microbiens en cause. Les 
formes aiguës revêtent habituellement l'aspect de la confusion 
mentale hallucinatoire aiguë avec excitation (ancienne manie 
puerpérale) ; les formes chroniques prendront plutôt le type de la 
dépression mélancolique, de la confusion mentale avec stupeur. 

3" Psychoses puerpérales par auto-intoxication. — La puerpé- 
rale est soumise parfois à de multiples causes d'auto-intoxication, 
et chacune de ces causes est susceptible, par son action propre et 
sans le secours de la puerpéralité, d'occasionner des troubles 
mentaux, qui sont la conséquence directe des perturbations phy- 
siques de la femme enceinte, de la parturiente ou de la nour- 



Digitized by 



Google 



VARIA, sas 

L'auto-intoxicatîon intestinale ou hépatique, Téclampsie, la 
dysthyroïdalion, et surtout rinsufilsmce ovarienne sont les fac- 
teurs importants (le.> psychoses de la puerpéralité. L'émotion, la 
douleur, la fatigue de l'accouchement, interviennent seulement 
comme causes accessoires et occasionnelles. 

La patho;îénie des psychoses puerp.»rales est, pour ainsi dirt», 
univoque et consiste essentiellement en une auto-intoxication ; 
€>r, tous les délires toxiques se ressemblent^ quelle que soit leur 
origine exogène (alcoolisme, etc.) ou endogène (insuffisance lié- 
patique, urémie, etc.). Toutefois, on peut tenter d'établir une clas- 
sification de ces délires et distinguer : l*" suivant Tintensité du 
processus auto toxique, des formes graves (délire septicémique 
avec agitation désordonnée et hallucinations ; délire éclampti- 
([ue ; délire de collapsus par épuisement suraigu post-hémorrha- 
ciue) et des formes légères (délire polymorphe des dégénérés, ob- 
sessions, envies des femmes enceintes) ; 2° suivant l'évolution du 
processus auto- toxique, des formes aiguës (excitation maniaque 
piire ou hallucinatoire) et des formes chroniques (dépression mé- 
lancolique, démence) ; î]o suivant les qualités physiques et mora- 
les du terrain (excitation maniaque, surtout chez les sujets jeu- 
nes et tarés, etc.) ; 4® suivant l'origine du poison (la puerpéra- 
lité engage le délire dans la voie de Tobcénité et delà génitalité, 
etc.). 

11 résulte de tout ceci que la folie puerpérale ne nous appa- 
i-aitplus comme une entité morbide, mais doit rentrer tout en- 
tière dans le cadre des psychoses toxi-infectieuses ; sa seule par- 
ticularité est d'être liée intimement aux processus de la puer- 
péralité. 

L'évolution des psychoses puerpérales varie beaucoup avec les 
différents éléments étudiés ci-dessus. Le pronostic vital défend 
de l'intensité des troubles physiques ; le pronostic mental, sur- 
tout de leur durée et de l'état du terrain. Puisqu'il y a auto-in- 
toxication dans toute psychose puerpérale, on s'efforcera d'a- 
bord, par un traitement prophylactique convenable, d'écarter 
toute cause de toxémie; plus tard, outre le traitement anti-toxi- 
que général (diète lactée, purgatifs, lavages d'estomac, diuréti- 
(jues, etc.), on appliquera le traitement convenable à chaque 
variété a'intoxication (puerpérale, hépatique, ivnale, thyix)ï- 
dienne, ovarienne. Pierre Koy. 

VARIA 

« 
LES ALIÉNÉS EN LIBERTÉ. 

La folie d'une mère, — Boulevard de Belleville, à quebjues pas 



Digitized by 



Google 



334 FAITS DIVERS. 

de la rue des Couronnes, est situé Ihôtel des « Enfanta de Paris »» 
où M. Nadaud, commissaire de police du quartier de la Folie- 
Méricourt, est venu mettre lin à 1 epouvantaJ)le martyre que su- 
bissaient depuis de lowjs mois deux pauvres enfants, deux lillet- 
tes, la petite Eugénie, à*fée de trois ans, et sa sœur Adeline, un 
bébé de onze mois, odieusement brutalisées par leur mère, la 
femme Léontine Petit. C'est sur la dénonciation des voisins que 
la justice a été mise au courant des faits qui ont motivé son in- 
tervention. La femme Petit a été aussitôt arrêtée et les enfants 
ont été confiés aux soins de l'Assistance publique. 

M. Nadaud a envoyé cette folle dangereuse à l'infirmerie du 
Dépôt d'où elle sera diri<,'ée sur un asile d'aliénés. iU Aurore^ 26 
février [%:),) 

Le Semeur de VOise du 22 février raconte qu'on a trouvé en 
forêt, aux environs de Brunvillei*s-la-Motte, un vieillard transi de 
froid qui a succombé peu après. C'était un « rentier, » àiré de 66 
ans, disparu depuis plusieure jours de chez lui, et qui avait Vcs- 
prit dèrauffé. Encore un fait qui montre la nécessité d'hospitali- 
ser les aliénés (juand des soins intelligents ne peuvent leur être 
donnés à doriiicile. 

Folle bruire. — Eu allumant du feu, une pauvre folle, la veuve 
Fays, 52 ans, habitant Digny (Eure-et-Loir;, est tombée dans son 
foyer et a mis le feuàsîs v»''t3m?nls. La malheureuse, environ- 
née de flammes, put néanmoins se relever et sortir en poussant 
des cris déchirants ; mais quel(|ues pas plus loin elle s'aflaissa. 
Ses \oisins accoururent à ses apppels; mais lorsqu'ils arrivèrent 
la malheureuse l'endait ht dernier soupir. Son corps était carbo- 
nisé. La pauvre U)\\v {\v\R\l vive prochainement inieraèe. (Bon- 
homme Normand^ 8 février 1D05). 

D'où la nécessité, de la part des maires et des préfets de hâter 
le placement des aliénés. Par malheur, trop souvent, les intérêts 
financiei-s l'emportent sur les sentiments d'immanité. 



FAITS DIVERS 



Asii.E I)'alii':nés deClermont (Oise) ; Suicided^unecr-pension" 
nuire de Vasile. — Une ménagère, Mme Marie Véjus, née Voyer, 
ùi^^('{i de trente-cinq ans, s'est pendue dans sa chambre à coucher 
à Feucherolles, sous les yeux de sa jeune enfant, et, malgré la 
promple inter>ention de son mari, n'a pu être rappelée à la vie. 
La malheureuse femme, qui avait déjà été internée à l'Asile de 
Cdermont, ne jouissait pas de toutes ses facultés. 



Digitized by 



Google 



FAITS DIVERS. 

Ce fait, emprunté au Semeur de VOise, montre combien est ( 
riie le rôle du médecin d'asileet pourquoi il hésite souvent qu 
il sa^nt de signer la sortie des malades, il montre aussi Tin 
i-ieux devoir qui s'impose aux familles de surveiller rigourei 
ment les malades qu'on leur a rendus. 

Hospice de la Salpf^trière, Maladies mentales tt nerceusei 
M. le D»" J. Voisin, le jeudi à 10 heures. 

Hospice de Dici^tre : Maladies mentales ou nerceuses des enfa 
— r4onsul talions pour les enfants indi<,'ents, le jeudi à 9 h. 
Visite romplèle du ser\ice, présentation de malades et de pi 
anatomiques, \{}. samedi à 9 h. 12 tiès précises. 

MéDECiNS MINISTRES. — Le ministère actuel comprend t 
niédecins. MM. DubiefjGauthier (de rAiide) et Merlou.On sait 
M. le !)«• Dubief a appartenu conmie directAnir aux asiles et ( 
ost l'autour de deux rapports sur le projet de loi portant revis 
de la loi du 30 juin sur les aliénés. 

Une doctoresse nommée médecin en chef d'un asile d'alié: 
— La Revista Frenopaiica''Espanola de février dernier annc 
que Mme la doctoresse Jessio B. Houter a été nommée méd( 
«»n chef de l'asile de Bracebiid^^e (An.i^le terre). Auparavant, 
otaitcliarj^'éedu service médical dans l'asile privé de Lincoln. 
a eu la préférence sur 15 mé<lecinsqui brifjuaient la place. 

Distinctions HONORIFIQUES. — ^*M. le D"" Babinski, médecii 
la Pitié, vient d'être nommé ofticier de la Léj^Mon d'honneur.V 
félicitations à notre ami. 

Nouveau Journal. — Nous venons de rece\oirleno 1 delà seco 
année d'un nouveau journal médical tchècjue intitulé : Ri 
de la Neurologie^ de laPsyehiatrie et de la Thérapie psucJiiqu 
il iètètique ^ rédi^'é parle 1)'' Lad IKskovec Pra^'ue. Perlovd, ut. 
La re\ue publiera des articles orij^inaux avec un résumé, en fi 
rais, des analyses <les travaux delà Neurolo^ne, de lapsychia 
et do la thérapie physique et diététique, un feuilleton, liltéra 
échos et annonces divers, et un index biblioj^iaphique. .N 
sommes d'autant plus heureux de si*,'nalei' l'apparition de c 
Revue que le ])•• Haskovec nous fait la i^racieuseté de publier 
résumé en français des mémoires ori^hiaux. 

Nécrologie. — Nous avons le profond re^n*et d'annoncei 
mort de notre collaborateur, le ])'• P. Garnier. Nous donnei 
dans le prochain numéro sa biographie et la relation de ses o 
ques. 

— M. le D"" Bécoulet, médecin directeur honoraire des as 
publics d'aliénés, est décédé le 3 juin 1904 dans sa 6()''* année 



Digitized by 



Google 



336 BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE. 

avait été successivement interne à Tasîle de Bailleul, médecin- 
adjoint à Fasile d'Auxerre, médecin en chef àTasile deMarévîlle, 
enfin médecin directeur de l'asile de Dôle. 11 a contribué puissam- 
ment à la construction et à l'organisation de l'asile Saint- Ylie, 
qui a heureusement remplacé le vieil asile. On lui doit, entix» 
autres, les travaux suivants : Quelques considérations sur Vcmploi 
de V opium dans la manie. (Thèse, Strasbourg', ISOro ; — Emploi 
du bromure de potassium dans la folie êpileptique. — Cas de eys- 
ticerque du cerveau. — Note sur la lypériïanie et la stupidité ; — 
Du no-restraint, etc. 

Un sale traitement de l'épilepsie. — Le Journal de inéde- 
cine de Paris du 19 février consacre son feuilleton aux <« Médi- 
caments oubliés ; Vurine et la fiente humaine. Nous y l'elevons 
ce passage : « D'autres au teui*s prétendent aussi que le méconium^ 
qui est la première déjection que font les enfants après leur nais- 
sance, étant desséché et pulvérisé, guérit Vépilepsie si on le prend 
intérieurement quelques jours de suite. » 

Hygiène de l'enfance. Cause évitable du strabisme. — Mme 
Rev.... 26 ans, présente du strabisme convergent à un degré assez 
prononcé, mais moins qu'avant une opération qui lui a été faite 
à 13ans. -fcVfc affirme n^ avoir jamais eu de convulsions. Elle attri- 
bue son strabisme à ce qu'elle fixait, étant tout enfanl, une 
poupée que sa mère a^ait attachée à la flèche de son berceau afin 
de l'amuser pendant qu'elle travaillait. Personne ne louche dans 
sa famille. Le même accident se produit dans d'autres circons- 
tances. En tout cas, le mode d'amusement ci-dessus est à dé- 
conseiller. 



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 



Bessière. — Rapport médical de Vasile d*aliénés de l'Eure pour 
1903. In-4* de 44 pages, Inip. Bouvart, Evreux. 

BiAi.TE. — Rapport médical sur le quartier d^aliénés de Vhospice 
général de Santés pour 1903. In-8* de 16 pages. Imp. Mellinet à 
Naiiles. 

Meilhox. — Rapport médical de Vasile d'aliénés de Quimper pour 
1903. In-8* de 30 pages. Imp. Jaouen ù Quimper. 

Pain. — Rapport médical et administratif sur Vasile de la Roche^ 
Gandon pour l'année 1903. In-4» de 20 pages. 

Le rédacteur-gérant: Bourneville. 

Clermont (Oise). — Imprimerie Daix frères. 



Digitized by 



Google 



MAISON DE SANTÉ DE PICPIS 

Ancienne Maison SAINT-MARCEL, entièrement rèédiflée 
8 et lO, RUE DE PICPUS (près la place do la Nation) 



^ F^OTTIEI=li ]Médecin-DirecteurO. I. a 

ANCIEN INTERNE DES ASILES DE LA SEINE 
LAURÉAT DE LA FACULTÉ DE MÉDECINE DE PARIS 



ÉTASUSSEMENT SPËCIAL AMÉNAGE POUR LES DEUX SEXES 

Ofiyant le^'Prix les plus Modérés 

TRAITEMENT des MALADIES MENTALES et NERVEUSES 

Neurasthénie, Hypocondrie, Hystérie, Epilepsie. etc. 
Paralysies et Délires toxiques, Dipsomanie, Morphinomanie, etc. 

PARC ET JARDINS AVEC PAVILLONS SÉPARÉS 

Chapelle, Salons jde Jeux et de Réunion 

Les médecins sont reçus toits 1rs jours et à toute heure à l'Etablissement 

ÉTABLISSEMENT ANNEXE D'HYDROTHÉRAPIE MÉDICALE 

(l?ensioniiaires et Externes) 

ATec Entrée spéciale : PAVILLON CHARCOT, iU, BouleTard DIDRROT ' 

Station du Métropolitain en face de rEtabllssement 



îtABUSSEMENT ûe SAINT-GALMIER (Lolre) 



OURCEBADOIT 



L'Eau de Table sans Rivale 



DEBITdelaÇODRGE: 

PAR AN 

|30 MILLIONS 

de Bouteilles 



Déclarés dlntérèt Fublio 

Décret du i3 Août 1897 



VALS 



Eau& Min'» Nat*^ admises dans les Hôpitaoz 
Saint-Jean. Maux d'estomac, appétit, dlgestiooB. 
Précieuse. Foie, calculs. Wlc. diabète, goutte. 
OomlnlQUS. Asthme, chlorote, débilités 
Hds/rée/c alcuîs.collques. maaMBlne, Reins^graveûi 
Molette. Anémie. Impératrice. Maux d'estomac. 

Tr*« sgHablet a boiro. Un« BoutalUt parjovr. 
SOCIÉTÉ OiNÉRALI des CAUX. VALS (Ardéobei^ 



Digitized by 



Google 



ProËiU OpoUârap 

^ I ■ ■ ■a de [B 



Obésfté. 

$o/trà.Êlyx€8dèm9 

Infantllitme. 

Crét/nfsme. 

^THYftOIDINE^ 

^PaitUIigd08é«à20oeat.^ 

PILULES 

dotéetà6ce&L 



A. FLOURENS 



62. 



PHARMACIEN 

• Mra-BMM. nioaux 



UBOIATODE AOreUSÉ par IMmt MliisUritl 

àpréê avfs favorable de V Académie de 
Êlédec/ne (IU|)|»ori de M. Nocard). 



SONT ÉGALEMENT 



MÊME 




Anémie, 

Ataxie Locomotrice. 

fa/Messe gén^irale. 

Neurasthénie. 

impuissance. 



.ORKiTiNE. 

PILULES 

M dôiées a 30 cent. M 



PRÉPARÉES DANS LE 
LM PILULE^ DE: 

PROSTATIME - SEMIliAUME 

CAPSULARIKE - HÉPA TIME 

NÉPHROSIHE - SPLÉUINE 

HÉDULLOSSWE - TUMOSHIE 

EMCÉPHAUNE - MYOCARDtHE 

Se tronvent dani tontet les Phirmaciet. 



VENTE EN OROS : 




Atthme, 
Emphnème. 
W Brondifte et « 
^neumonfeChroaiqëê. 

^lEUIOIIIE^ 

^ PILULU8 ^ 

dfliéBiàSOMDU 



gté pee (le PSODTJITS PHAEMACEUTiaTTBS, 9, Sae di la Perle, Paris. 



TRAIïEMEJNT 



DES 



MmDiEMEmiisEnT MEiTmnsniiiinms 

MAISON DK SANTÉ DE PICPUS (Anciennement Marcel Sainte- Colombes^ 

Hue de PICPUS, 8 et 10, près de la Place de la Nation. 

MÉnECiN-DiRLCTEUi; : D"" p. POTTIERO.I. 0. ancien interne des a.*i les de la Seine, elc 

Etablissement ANNEXK D'HYDROTHÉRAPIE M ÉDIG A l.E (Pensionnaires et ExlemesV 

l'AVlLLON CHARCOT, 138, boulevard DIDEROT 

D' E. SIGNEZ, médecin-résidant, O. I. ^^. 



i3srsxixTjxioasr 



DES 



ENFANTS ARRIÉRÉS 

MAISON SPÉCIALE D'ÉDUCATION ET DE TRAITEMENT 
(Fondée en 1847) 

EAUBONNE (S.-et-O.). — M. Langloïs, directeur. 

TRÈS GRAND CONFORT - PARC DE 10 HECTARES — TÉLÉPHOKE 



Cleimoni (Oise). — Imp. Dau Frères. ^ , 

Digitized by VjOOQIC 



TulinwXIX, 2«aéri« (1905)^ f»7*-Agry^) 7- lamèro 



113 (Mai) 



NEUROLOGIE 

REVUE MENSUELLE 

DES MALADIES NERVEUSES ET MENTALES 
Fondée par JI.-M. eU^nCOX 



PUBLiftC SOUS LA DIRECTION DB MM. 



A. JOFFROY 

Professeur de clinique 

des 

maladies mentales 

à la Faculté de médecine 

de Paris. 



V. MAGNAN 

Membre de l'Académie 
de médecine 

Médecin de l'Asile clinique 
(Ste-Anne). 

COLLABORATEURS PRINCIPAUX : 



F. RAYMOND 

Professeur de clinique 

des maladies 
du système nerveux 
la Faculté de médecine 
de Paris. 



MM. ABADIE (j.), Al'QUIER, ARNAUD, BaBINSKI, BALLET, BÉNAKY, 
BLANCHARD (r.), BLIN, B0I8SIER (f.), BONCOUR (P.), BOYER (J.), BOURDIN, 

BRIAND (m.), BRISSAtlb (E.), BROUARDEL (P.), CARRIER (O.), CAUDRON, 
CB8TAW, CHARDON, CHARON, CHARPENTIER, CHRISTIAN, C0L0LIAN,C0UL0NJ0U, 

CULLBRRE,DEBOVe(M,), DENY, DEVAY, DROMARD, DDPOUY, FÉRÉ (CH.), 
FENAYROD, FERRIER, FRANCOTTE, OARNiER (S.), GRASSET» HUET, KERAVAL, 

KOUINDJY, LAOAME, LANDOUZY, LEGRAIN, LEROY, MABILLE, 

MARANDOM DE MONTYEL, MARIE (A.), m"* REINE MAUGERET. MIERZEJEWSKI, 

MIGNOT, MIBALLIÉ, MOURATOFF (W. A.), 

MUSGRAVE-CLAY, PARIS (a.), DB PERRY, PICQUÉ, PIERBKT, PITRES, 

RAVIART, RAYNBAU. RÉGIS, REGNARD (p.), 

REGNIER (p.), RICHBR (P.), ROTH (W.), ROY, SIMON, SÉGLAS, SÉRIEUX, 

SANTENOISE. SOLLIER, 80UKHAN0FF. SOUQUES,TAGUET,TCHIRIEW,THULIÉ (H.), 

URRIOLA, VALLON, VI60UR0UX, MLLARD, VOISIN (j.), WEDER, YVON (P.). 

Rédacteur en chef: BOURNEVILLE 
Secrétaires de la rédaction : J.-B. CHARCOT et J. NOIR 



PARIS 

BUREAUX DU PROGRÈS MÉDICAL 
14, rue des Carmes 

1905 



GLYCERO- PHOSPHATE lODO-TANNiOUE VICIER 

Lymphatisme, Anémie, Epuisement, Surmenage, Neurasthén 

Cette préparatiou ionique, reconstituante, n'irrite pas le tube digestif 
réunit, grâce à une parfaite association, toutes les propriétés de 1 iode, 
tannin et des aiycéro-phospiiates. — Cetéiixir se prend à la dose: Bnfon 
une cuillerée à café; Adnites.une cuillerée à soupe avant chaque repas. 
PRIX DU FLACON : 4 francs. 



ROL«*C0Ck CURAÇAO VICIER 



Contre anémie, surmenage, affeolic 
du cœur. 



CAUna ntUTICDirC UinCD ^^ melUeiir dentifrice antiseptiqae pc 
alIVUn ULillirnivb Vioibil entretenir les dents, gencives, muqueus 
et éviter les accidents buccaux. -— Prix de la boite porcelaine : 8 francs. 
Pharmacie VWIER, 12, boulevard Bonne-Nouvelle, PARIS 



CLIN & Ci 



SOLUTION 

bSiLICTLATEKSOUBEÉD' CLIN! 

D'un dosage rigoureux, d'une pureté absolue, d'un goût agréthk. 

Contient : Id grAxxunam dm Smiicyïmte d« Soudm pmr cniUmrée a biiiMÉij 
SO omntigr. da Smlicylatm dm Sondm p^r exiiUmrém à emté. 

L$ Meilleur Motte tfadmlnlstratlon au Sallcylate aeSouas. 



■ Exempt de tout îodure alcalin, sans goût désagréable, d^asa 

■ assimilation parfaite. Succédané de l'Huile de Foie de Monie. 
I Cinq 09ntlgr,d*hde p&r cuiflerés à soups; — Dix c&mtigr. de Tanin pa r cviJhrm k n 
I IN010ATI0N8S Lyxnphatisme, Anémie, Menstniatioii 
I Aifectioxis pulmonaires torpides. 

M DG 



Vin NOURRY loDOTi 



Doscs : Adultes, une cuillerée à soupe avant ou pendant chaque fepii» 
' Enfants» une ou deux cutlleréea à café avant on pendant chaque nym, ' 



PiLnLES<.D'MOUSSETT] 

Chaque Pilule exactement dosée contient : 
I Un cinquième da miUigramma d^Aoonitina çriitaiiitéa, 5 osntignaimu à* ( 

INOICATION8 I Névralgies, Migraines, Soiatiqve, 

Affections Rhumatismales. 
DOSC8 I Deux par jour : une le matin et une le soir, en aagmcotaatrï ji 
lieu« suivant la susceptibilité du sujet. ~ 

Capsules et Dragées 
aaBromure de Camphre du D"^ CLIN] 

lj9$ Capsules du D** CUN renferment 0,20 oentigr, ) b-q-,»^ w^ Cami>hn$ 
Las Dragées du D'' CUN renferment 0,10 oentigr. i »'^'"«"^«'« ^"'f^^f 
iNoicATioNs : Epilepsie, Hystérie, Chorée, Insomnie, PalpitstiMit dM 
Erections douloureuses, Spermatorrhée, Erèthisne ds Systèna 
DOSE : De une à cinq Capsules; de quatre a dix Dragées. 



DRAGËESdeFer Rabuteauj 

Lêuréât cfi P/ftif/ftff, Prix de Thérapwtiqu; 

a base de Protochlorure de Fer chimiquement pur 

Facilement solubles dans ï'estomao, absorbées a Tetat û^ 

Chloro-Albumlnate de fer. 

Considérées aena lea traTmnx les plus récents comme Is 

Véritable spéct/tQue de la CMoro- Anémie. 
iMOiCATiONSî Chloro- Anémie, Convalesoenoe. Elpulsement^ 

Nm détmrminmnt ni canmtipmtion, ni dimrrbé: 

CLIN & C>* et F. COMAR & FILS 

(Maimona rénniem} 
ao, Roe des Fossés-St-Jacqoes, PARIS 



Vol. XIX Mai 1906 N^ 113 

ARCHIVES DE NEUROLOGIE 



CLINIQUE NERVEUSE 



Sur l'amblyopie hystérique monoculaire et sa 
disparition dans la vision binoculaire (à pro- 
pos d'un nouveau cas) ; 

Pau le D' R. CRUCHET, 
Chef de Clinique à l'Uiiiversilé de Bordeaux. 

Depuis les travaux de Parinaud, Gharcot, J^itrcs, 
Bernheim, Pierre Janet, les particularités cliniques de 
tamblyopie hystérique, surtout monoculaire, sont bien 
connues. Cependant, à étudier les faits de près, il semble 
que l'on peut aller plus loin encore dans l'analyse de ces 
phénomènes si curieux. EnlOOJ, à l'occasion d'un cas 
d'amaurose hystérique chez une fillette de 12 ans (1), nous 
avons essayé, par une série d'expériences et d'observa- 
tions, de suivre i)as à pas les transformations de cette 
amaurose ; nous sommes arrivé ainsi à considérer, dans sa 
marche, plusieurs étapes successives : d'abord, o) com- 
plète (stade amaurose,) avec abolition de la vision bino- 
culaire, elle devient b) incomplète (stade amblyopie) et 
se caractérise alors : soit par une vision monoculaire al- 
ternante ou simultanée, soit par une vision binoculaire 
dissociée, c'est-à-dire où le fusionnement des images existe 
pour certaities images et pas pour d'autres, soit i)ar 
une vision binoculaire existant réellement, mais qui, es- 
sentiellement temporaire, ne dépasse pas le moment de 
l'expérience ; enfin c) dans une troisième étape (stade 
guérison), l'amblyopie disparaît complètement à son 
tour, et la vision binoculaire^ d'intermittente et passa- 

(1) Archives de neurologie, 1901 n* 69. 

Archives, 2* série, 1905, t XIX, 22 



Digitized by 



Google 



3â8 CLINIQUE NERVEUSE. 

gère, devient constante, correspondant ainsi à l'état nor- 
mal de la vision. 

Une autre fillette, atteinte d*amblyopie hystérique, fut 
mise dernièrement à notre disposition par nos amis, les 
professeurs agrégés Cabanncs et Abadie, que nous tenons 
à remercier de leur aimable obligeance. A cette occasion, 
afin de contrôler nos idées antérieures, nous avons repris 
la question, et c'est le résultat de ces nouvelles recher- 
ches dont nous allons nous occuper ici. 

Nous les diviserons en trois chapitres. Dans le pre- 
mier, nous montrerons, à Vaide des expériences classi- 
ques, que la vision binoculaire existe indiscutablement, 
malgré Tamblyopie intense de l'œil malade. Dans le 
deuxième, nous indiquerons, avec expériences à Tappui, 
que la vision de l'œil amblyope existe sous certaines 
conditions, pour son propre compte, et normalement, en 
dehors de la vision binoculaire. Dans le troisième, enfin, 
nous montrerons que la cause de Tamblyopie paraît due 
à la fermeture de la paupière de Tœil sain, agissant comme 
interceptrice des rayons lumineux, 

*** 

Voici auparavant l'observation, résumée, pour tout ce 
qui n intéresse pas directement Tamblyopie. 

Observation. — Valentine M., âgée de 14 ans 1/2, entre à ThiV 
pitaldes enfants, service de M. le professeur Moussons, le 14 jan- 
vier 1905, pour une hémianesthésie droite sensitivo-scnsorielle 
avec amblyopie du même côté. 

Antécédents héréditaires : La mère, âgée de 44 ans, est une 
femme active, vive, d'intelligence moyenne, qui n*a pas eu d'au- 
tre maladie grave qu'une lièvre typhoïde (?) à l'âge de 3 ans. Ello 
est très nerveuse, mais prétend qu'elle Test surtout devenue à la 
suite des mauvais trailements que lui a fait subir son mari pen- 
dant 15 ans. — Elle a eu cin([ grossesses, dont une terminée avant 
terme (avortement à 2 mois 1/2); les autres ont évolué normale- 
ment, mais sur 4 enfants, deux sont morts l'un à dix ans ( de 
tubei-culose), l'autre 20 jours après la naissance (de tétanos des 
nouveau-nés) ; deux sont envie: un garçon, l'aîné, qui a 23 ans, 
est marié, bien portant, mais de caractère vif et emporté : il n'au- 
rait jamais eu de crises convulsives ; et une fille, qui est la 
malade. . 



Digitized by 



Google 



^MBLYOPIE HYSTÉRIQUE MONOCULAIRE ; SA DISPARITION 33Ô 

Le père, cordonnier, est mort en 1897, à 35 ans, dans un accès de 
<l«^lirium tremens. Joueur, buveur et débauché, il s'est montré 
l>&rticulièreinent agité à partir de 18S8, battant continuellement 
t*l menaçant de tuer à diverses reprises sa femme et ses enfants, 
éc roué plusieurs fois, interné môme pendant trois ansàTasile 
de Cadillac. 

Antécédents personnels. — L*enfant, venue au monde dans de 
bonnes conditions, nourrie au sein jusqu'à 18 mois, a parlé et 
iTi arche en temps normal. Broncho-pneumonie grave à 3 mois; 
pas de gastro-entérite. Jamais de convulsions jusqu'à 4ans. A par- 
tir de cet âge, jusqu'à S ans, elle avait une telle frayeur de son 
pore, qui la maltraitait sans cesse, que la vue de ce dernier, sa 
voix, même le mot de « papa » provoquaient chez elle une crise 
d£> tremblement généralisé : elle devenait pâle subitement et 
tombait à terre sans connaissance ; la crise durait quelques minu- 
tes et n'était pas suivie de sommeil ; pas d'incontinence d'urine 
ou des matières. Cauchemars nocturnes. A 7 ans, après la mort 
du père, les crises ont complètement cessé, mais elle a continué 
à. éprouver des cauchemars nocturnes. 

Rougeole à 6 ans, coqueluche à 9 ans. Enfant toujours anémi- 
que et même suspecte de tuberculose à partir de 7 ans. Age qu'elle 
avait quand son frèi*e mourut de bacillose : elle a été depuis 
envoyée quatre fois à Arcachon à 8, 10, 12 et 13 ans avec la colonie 
scolaire de vacances. 

Histoire de la maladie. — Il y a un an et demi, le 16 août 1903, 
étant à Ai*cachon depuis 12 jours, elle se promenait, vei^ 10 h. du 
matin, par un soleil brûlant, sur le boulevard de la Plage, avec 
ses petites amies de la colonie scolaire, allant vers l'aquarium, 
lorsque brusquement, sans raison, sans avoir été contrariée en 
aucune façon, elle ressent dans l'œil droit une douleur vive, 
comme si elle avait reçu un grain de sable ; l'œil lui pique, se trou- 
ble, pleure. Elle continue néanmoins à marcher, mais elle se 
frotte l'œJl qui continue à lui piquer et à pleurer abondamment. 
Ses petites amies lui disent que son (eil est tout rouge. -— Elle 
visite néanmoins l'aquarium; on revient déjeuner à 11 h. 1/2 ; 
l'après-midi on retourne à la plage vers 3 h. comme les autres 
joui^ ; et l'œil qui, à l'ombre et pendant le déjeuner, ne lui fai- 
sait plus mal, recommence à lui piquer avec l'air vif et le soleil 
ardent; cependant, elle court, s'amuse, regarde les bateaux sur 
le bassin d'Ai-cachon. Ce n'est qu'en rentrant, vers h heures, que 
les maîtresses remarquent l'œil, très rouge, de l'enfant. On le lui 
fait laver avec une infusion de camomille. — Elle dîne à 7 heu- 
res, se couche à 9 heures comme à l'habitude et s'endort parfaite- 
ment. Elle n'avait pas souiTert de céphalée de toute cette jour- 
née. 
Le médecin qui la voit le lendemain lui dit de ne pas se baigner 



Digitized by 



Google 



340 CLINIQUE NERVEUSE. 

et ordonne des lotions de l'œil matin et soir. Cet état demeure à 
peu près identique pendant les jours qui suivent: le soleil, le vent 
lui font mal, mais elle ne prend aucune précaution. 

Sa mère vient à Arcachon le 20 août: elle constate que Fœil 
droit est « comme du sang »: toute la région cutanée cîrcon- 
voisine, la joue surtout, est irritée, rouge. 

Etat stationnaire jusqu a la fin du séjour à Arcachon. L'enfant 
se plaint en plus de mal de tète, surtout localisé au niveau de la 
tempe et du front à droite. Elle rentre à Cordeaux le 3 ou 4 sep- 
tembre. Sa mère constate alors les mômes signes que le 20 août : 
mais Vœil gauche est un peu rouge également, et la joue droite 
est un peu plus enflammée. L'enfant est purgée. Etat identique. 
La céphalée est cependant moins marciuée. 

Valentine est conduite à Th^pital des Enfants le ï**^ octobre 
190'î. Le professeur agrégé Cabannes constate alors une kératite 
phlycténulaire pour laquelle il prescrit un traitement approprié 
(en particulier, instillations d'atropine). Pendant les huit premiers 
jours on ne note aucune amélioration. Puis dans les huit joure 
suivants elle souffre beaucoup : céphalée intense, localisée à 
droite et en avant, avec irradiations douloureuses dans Tœil, et 
aussi dans la joue (mais moins fortes). Les douleurs existent sur- 
tout la nuit et sont tellement vives que l'enfant ne peut rester 
étendue et pousse des cris continuels. Impossibilité de voir le 
jour ; photophobie extrême. On lui prescrit des lunettes à verres 
fumés presque noirs. Môme la nuit, la simple clarté d'une bougie 
lui fatigue la vue à tel point qu'elle ne peut se guider dans la 
chambre où elle couche qu'en utilisant ses lunettes. Elle ne se 
trouve bien que dans l'obscurité complète. Pas de vomissements, 
ni de constipation, mais nausées, et inappétence. Cependant, au 
bout de 8 joui's, l'œil droit présente une légère amélioration ; il 
est moins rouge. Quant à Tœil gauche, sa rougeur a complète- 
ment disparu. 

Dans la semaine qui suit, les phénomènes aigus s'atténuent en- 
core. On en profite pour cautériser la conjonctive droite avec un 
crayon de sulfate de cuivre. Dès ce moment, la kératite est gué- 
rie, mais les troubles fonctionnels persistent : l'enfant n'y voit 
pas très bien, à cause, dit-elle, des douleure qu'elle éprouve. Cha- 
que fois qu'elle lit, l'œil lui pique, elle ne peut fixer un objet 
quelconque sans qu'il pleure. Cependant elle lit très nettement, 
si elle sèche ses larmes. 

Le 1«' novembre l'œil droit n'est plus rouge, mais il pleure 
constamment. Au début de décembre, l'œil redevient rouge, mais 
pour quelques jours seulement. 

Fin décembre, l'enfant souffre toujours du côté droit de la tète; 
de plus elle y voit double, mais de façon intermittente : afin de ^ 
faire cesser ce phénomène, elle ferme tantôt un œil, tantôt l'autre; 



Digitized by 



Google 



AMBI-YOPIE HYSTÉRIQUE MONOCULAIRE ; SA DISPARITION 341 

ni elle constate que selon l'œil avec lequel elle regarde, elle voit 
les objetsde fçrandeur différente ; elle remarque que,vusavec l'œil 
liroit, les objets sont plus petits et plus lointains ; elle n'a pas 
noté de différence pour les couleurs. — Dans la marche, de jour, 
€>lle peut se conduire aisément ; mais dès qu'arrive la nuit, la di- 
plopie auj^mente, la vue elle-même, surtout à droite, se trouble 
€*t un guide devient indispensable pour conduire l'enfant. 

A partir de janvier 1904, on lui donne des bains salés. Dans le 
«'ourant de février, la diplopie a presque disparu. Valentine mar- 
ehe seule dans la rue, de jour comme de nuit, sans le secoure de 
poi'sonnc. 

En mai"slî)04,le docteur Cabannes constate que la pupille droite 
osl dilatée. En cherchant la cause de cette mydriase, M. Caban- 
nes découvre de l'amblyopie droite : dans la détermination de l'a- 
cuité visuelle droite, il remarque, l'œil gauche étant fermé, que 
l'enfant ne distingue tout d'abord aucune deslettresde l'échelle de 
Snellen,mémc les plus grandes ; ce n'est qu'au bout de quelques 
instants que Valentine linit par déchiffrer les quatre ou cinq pre- 
mières lignes de l'échelle ; maisces lettres sont plus petites que si 
elle leslit les deux yeux ou\erts,ou au moyen de l'œil gauche seul. 
Toutefois, si l'amblyopie, aussi bien que la mydriase, sont indiscu- 
tables, M. Cabannes, malgré un examen approfondi de tout l'ap- 
pareil oculaire, ne trouve aucune raison organique susceptible de 
les expliquer ; et il se demande si la malade ou sa mère n'ont 
pas instillé dans Tœil quelques gouttes de la solution d'atropine 
prescrite par lui quelques mois auparavant ; mais les deux fem- 
mes nient le fait avec la plus grande énergie. 

De mai à septembre, l'état reste stationnaire. Pas de diplopie, 
mais la lecture est toujours difficile de l'ceil droit. L'enfant se 
plaint encore par moments de céphalée, surtout à droite. La my- 
driase droite persiste ;mais essentiellement intermittente, elle se 
montre brusquement, dure quelques minutes, quelques heures, 
puis disparait rapidement comme elle est venue. Quand cette di- 
latation pupillaire existe, le regard à un aspect si étrange (jue 
st»s amies disent à Valentine qu'elle a un « œil de chat ». 

Cette mydriase cesse complètement en septembre, après un 
séjour à la campagne ; mais l'amblyopie persiste toujours. Et la 
mère ramène sa lille en octobre à M. (iabannes. Celui-ci, consta- 
tant aloi's des troubles de sensibilité dans le côté droit, pense à 
l'hystérie et adresse la malade au !)•■ Abadie, qui confirme le dia- 
gnostic et institue un traitement en conséquence. Dès novembre, 
l'enfant est soumise à des séances quotidiennes d'électricité par 
courants continus, qui durent dix minutes, une des électrodes 
étant spécialement placée au niveau de l'œil amblyope. On lui 
fait aussi des enveloppements chaque jour avec un drap mouillé 
et des frictions avec un gant de crin. 



Digitized by 



Google 



342 CLINIQUE NERVEUSE. 

AU bout de 8 jours, on constate un mieux sensible ; Tenfanl lit 
presque bien ; mais cet état d*amélio ration n'est que passager, et 
la vision droite s'affaiblit à nouveau de plus en plus. 

Une après-midi vers trois heures, dans les premiers jours de 
décembre, l'enfant est prise brusquement, sans cause connue, 
d'une sorte de hoquet caractérisé par un bruit inspiratoire, avec 
soulèvement des épaules et agitation des bras. Ce hoquet, accom- 
pagné d'une sensation de boule au gosier, persiste jusqu'au cou- 
cher à 9 ou 10 heures du soir, pour ne plus revenir que le lende- 
main dans l'après-midi, après déjeuner, &\ec les mômes caractè- 
res. On cesse alors les enveloppements froids et les frictions. Vere 
le 7* jour après le début de ces accidents, le hoquet se transforme 
en une crise plus violente ; les mains sont d'abord crispées, les 
bras parcourus de secousses convulsi ves ; puis la malade se mord 
les poings, s'arrache les cheveux, chante et rit tour à tour, se jette 
à terre où elle se roule, frappant le sol avec les pieds. 

Au boutde 10 minutes tout est fini ; et le hoquet reprend plus 
intense que jamais, recommençant plus tôt les jours suivants, à 
partir de 11 h. 1/2 ou midi,pour durer jusqu'au coucher. 

Fin décembre, le hoquet tend à s atténuer, mais les secousses 
musculaires des épaules continuent et gagnent le visage. Si bien 
que le 14 janvier 1905, jour de l'entrée à l'hôpital, le hoquetavait 
disparu, mais était remplacé par un tic, caractérisé par un mou- 
vement brusque de rotation de la tête à droite avec clignement 
des yeux, froncement du nez, et haussement des épaules surtout 
à droite. 

Ces divers phénomènes convulsils n'ont eu aucun effetsurFam- 
byopie qui est toujours demeurée identique à elle-même. 

La menstruation y qui a commencé en novembre 1903, ne pamit 
pas davantage avoir provoqué de modifications dans les troubles 
visuels. Mentionnons toutefois que les pertes menstruelles, surve- 
nues irrégulièrement jusqu'en octobre 1904 et régulièrement 
depuis, ont été et sont toujours insignifiantes comme quantité et 
réactions douloureuses. 

Etat actuel, — (15-20 janvier 1905). — On se trouve en présence 
d'une fillette assez grande pour son âge, au teint anémique,mais 
de corpulence convenable et qui répond avec vivacité et intelli- 
gence aux questions qui lui sont posées. 

L'état général est satisfaisant. Le tube digestif, les appareils 
circulatoire et respiratoire ne présentent rien de particulier à 
signaler. Du côté des organes génito-urinaires, on note dans l'u- 
rine des traces d'albumine qui ne disparaissent sous l'influence 
d'aucun régime (môme lactéj; l'inversion de la formule des phos- 
phates a été rencontrée une fois positive sur six recherches. C'est 
surtout le système nerveux qui offre des modifications importan- 



Digitized by 



Google 



AMBLYOPIE HYSTÉRIQUE MONOCULAIRE ; SA DISPARITION. 343 

tes. Nous ne ferons que les mentionner et insisterons ensuite sur 
Fexamen de Tappareil de la vision. 

Valentine présente à Texamen de la sensibilité une hémi-anes- 
thésie droite qui est totale pour toutes les sensibilités superficiel- 
les : contact, piqûre, douleur, température seule ; la sensibilité 
électrique cutanée n'est pas complètement abolie ; en ce qui 
concerne les sensibilités profondes, les sensibilités osseuse, 
tendineuse, et nerveuse sont abolies ; mais le sens musculaire 
et ses variétés, le sens stéréognostique sont conservés. Nous 
avons même signalé chez cette malade ce fait curieux que l'en- 
trée en action du sens stéréognostique réveillait la sensibilité 
thermique au niveau de la main (l). 

A droite, les réflexes abdominaux du bras et du poignet, du 
genou etdu pied (rotulfen et achilléen) sont conservés. Les sensi- 
bilités mammaire, ovarienne, plantaire, épigastrique profonde, 
trachéale, ont également disparu dans la moitié droite. Il en est 
de même du réflexe pharyngien. 

Du côté de la motilité, on ne note d'atrophie musculaire dans 
aucun des points du corps ; tous les mouvements s'exécutent 
parfaitement. Ilya cependant une très légère hémiparésie droite ; 
la main droite indique au dynamomètre 35/13. et la main gau- 
che 40/17. Signalons plus particulièrement la persistance du tic 
de la tête, des yeux et de Tépaule droite déjà mentionné. Pas de 
troubles trophiques, ou vaso-moteui^s, en particulier pas de der- 
mographisme. 

Organes des sens. — Le goût et l'odorat sont complètement per- 
dus à droite. L'audition est très diminuée ; le tic tac de la mon- 
tre n'est entendu qu'à 10 cm. environ du pavillon de l'oreille 
droite ; l'intensité en augmente à mesure que la montre se 
rapproche du conduit auditif, mais la perception est considéra- 
blement plus faible qu'à gauche. 

Vision. — Rien ne frappe l'attention dans la musculature ex- 
teme des yeux ; les paupières se lèvent et s'abaissent parfaite- 
tement : elles opposent au doigt de l'observateur une résistance 
identique. 

Les globes oculaires se meuvent fort bien dans tous les sens, 
pas de strabisme ni de nystagmus, môme intermittents. La con- 
jonctive et la cornée, aussi bien dans son segment central que 
dans ses segments interne et externe, sont insensibles à droite, 
mais la recherche de la sensibilité provoque la sécrétion des lar- 
mes. La sensibilité conjonctivo-cornéenne est au co ntraire nor- 

(1) Réunion biologique de Bordeaux^ séance du 7 fév. 1905. in Comp- 
tes-rendus hebd. des séances de la Soc. de Biol., Paris, 11 février 1905, 
p. 28a. 



Digitized by 



Google 



344 CLINIQUE NERVEUSE. 

maie à gauche. La pression du globe oculaire est douloureuse, 
c'est-à-dire normale à gauche ; elle est complètement indolore à 
droite (signe d'Abadie-Rocher.) Les pupilles sont égçi,les et réagis- 
sent bien à la lumière et à l'accommodation. Les deux yeux étant 
fixés sur un objet déterminé, si l'on ferme la paupière droite, 
la paupière gauche demeure immobile et on constate que la pu- 
pille gauche subit une dilatation légère, puis revient presque aus- 
sitôt à son diamètre primitif; si l'on ferme la paupière gauche, la 
paupière droite est prise aussitôt d'une véritable palpitation qui 
pernsiste tant que la gauche est close ; on note que la pupille droi- 
te se dilate plus que la gauche, présente de l'hippus et montre un 
diamètre toujours un peu plus grand que celui de la pupille gau- 
che, examinée dans les mômes conditions ; mais le diamètre 
redevient égal des deux côtés,dèsque les deux yeux sont ouverts. 
Les pupilles se dilatent également quand on pince fortement la 
peau du sujet soit à gauche soità droite. 

L'examen de la réfraction, pratiqué par M. le professeur La- 
grange, indique un léger degré d'astigmatisme hypermé tropique 






FiG. 15. Fio. lô. FiG. 17. FiG, 18. Fig. 19. Fig. £0. 

conforme de 2 dioptries pour l'œil droit et de 0,75 dioptrie pour le 
gauche. Le fond de l'œil est normal, les papilles sont en parfait 
état à droite comme à gauche, avec un peu de stase veineuse, 
mais égale des deux côtés. L'acuité visuelle =: 1 à gauche ; elle 
est nulle à droite : la malade répond qu'elle ne voit absolu- 
ment rien. Elle ne commence à distinguer les objets qu'à une 
distance très rapprochée de cet œil droit. Par exemple, un point 
noir se détachant sur un carton blanc et delà grandeur de la fig. 13 
arrive à n'être aperçu qu'à 85 cm. de l'œil et sous forme d'un point 
imperceptible (fig. 16) ; à mesure que le point se rapproche de 
l'œil, sa grandeur augmente : à 78 cm. (fig. 17), à 65cm. (fig. 18j ; 
à58 cm. (fig. 19) ; à 40 cm. (fig. 20) : c'est la plus forte grandeur per- 
çue ;à partir de cette distance de 40 cm. jusqu'à quelques cen- 
timètres de l'œil, la malade voit toujoui-s le point de cette même 
grandeur. 11 s'agit donc de micropsie portant proportionnelle- 
ment sur les trois dimensions, comme on peut s'en rendre 
compte en se servant d'autres objets. Cette micropsie existe éga- 
ment pour les objets colorés. 
Pas de diplopie ni de polyopie monoculaire. A Toptomètre de 



Digitized by 



Google 



AMBLYOPIE HYSTÉRIQUE MONOCULAIRE ; SA DISPARITION. 345 

i»adal, la puissance accommodalrice est de 14 dioptries à gauche 
contre 5,50 à droite, et encore le sujet ne peut distinguer que la 
leltixî E qui lui paraît de grandeur plus petite qu'avec l'œil gau- 
che : E au lieu de Ë. 

Le sens chromatique est tout à fait normal à gauche. A droite 
il est perverti : Valentine perçoit certains tons clairs jaune-serin, 
veri-d'eau, bleu-ciel, gris-argent, en blanc ; le jaune même cha- 
mois, est vu également blanc mais « blanc-crème » ; certains tons 
intei-médiaires sont vus foncés ; ainsi le bleu-indigo est vu bleu de 
Prusse, le vert émeraude est vu vert foncé, le rose est vu rouge ; 
tous les tons toncés : rouge, vert foncé, bleu de Prusse, violet 
foncé, sont vus noii^ ou presque noire. Notons enllnque le mar- 
ron est vu vert foncé. 

Il existe du rétrécissement concentrique du champ visuel des 
«leux côtés. A gauche, ce rétrécissement est sensiblement égal pour 
le blanc et toutes les couleure, bleu, jaune, vert, violet, même 
rouge : il va du chiffre 30<* en dedans au chiffre 55°-()0® en dehore. 
Mais c'est surtout à droite que le champ visuel est rétréci, et 
d'une iaçon à peu près égale, ici encore pour toutes les couleurs : 
il est vrai que le sujet, nous venons de le voir, étant dyschro- 
niatope, n'a pas une perception nette des diflérentes couleurs. Le 
chiffre atteint SO'^-'.'o** en dedans et .?5'*-30® en dehors, ce qui est 
un rétrécissement considérable. 

Iinfin, trait caractéristique, la vision binoculaire existe normale. 
Nous allons Fétudier complètement dans les chapitres qui suivent. 



Voici donc un sujet hystérique qui i)r^sente une 
amblyopie droite des plus nettes, ainsi que nous venons 
de l'établir. Or, cette amblyopie si marquée quand l'œil 
sain, OU gauche Qst fermé, disparaît complètement quand 
les deux yeux sont ouverts et qu ils entrent synergique- 
ment en jeu dans la vision binoculaire. 

Ce caractère, bien mis en relief par Parinaud et Pitres, 
est ici indiscutable : les expériences suivantes nous le 
démontrent. 

Expériences 1 à 4 (épreuve du prisme^ de Grœfe). — Expérien 
ce \, Si je fixe les deux yeux sur un objet déterminé : carré de 
papier (Parinaud), croix rouge (Pitres), point (fig. 15), etc., et que 
je place ensuite un prisme devant un de mes yeux, je percevrai 
deux carrés, ou deux croix, ou deux points, chaque œil ayant 
alors son image.'Mais il estévident que si je suis vraiement aveugle 
d'un œil, du droit par exemple, ce n'est pas un prisme qui me 



Digitized by 



Google 



346 CLINIQUE NERVEUSE. 

rendra la vue de cet œil : et je ne percevrai jamais qu'une seule 
mage. 

Si donc la cécité droite de Valentine était absolue, elle ne 
devrait voir qu'une image : or, elle voit deux images, dès qu'on 
lui met le prisme devant Toeil droit : il est vrai qu'elle n'est pas 
complètement aveugle ; elle n'est qu'amblyope et distingue les 
objets placés à une distance rapprochée (fig. 16 à 20); par suite, il 
peut paraître assez naturel qu'elle perçoive deu^r images. Mais en 
ce cas les deux images devraient être inégales de dimension : 
l'une, en rapport avec l'œil sain, serait égale au point de lafig. 15; 
l'autre, en rapport avec l'œil amblyope, serait égale, selon la 
distance, à l'un des points des figures 16 à 20. Or, les deux images 
sont identiques au point de la figure 15 ; de plus, ces deux images 
sont perçues au-delà de la distance correspondant à la vision la 
plus éloignée de l'œil droit, c'est-à-dire au-delà de 1 mètre. Par 
conséquent, la vision binoculaire existe normalement chez notre 
malade ; donc son amblyopie monoculaire disparaît dans la 
vision binoculaire. 

Expérience 2. — En plaçant le prisme devant l'œil sain ou 
gauche, les réponses sont identiques. 

Expérience 3. — L'épreuve du prisme montre encore que la 
dyschromatopsie de la vision droite disparaît dans la vision bino- 
culaire. Si je remplace le rond noir de la figure 1, par un rond 
coloré, rouge, bleu, vert, de même dimension et que je place le 
prisme devant l'œil droit, deux images sont perçues immédiate- 
ment comme dans l'expérience 1 , et l'image de droite a une cou- 
leur identique à l'image de gauche : la dyschromatopsie a donc 
disparu dans la vision binoculaire. 

Expérience 4. — Si on répète la même expérience 3 en pl&v^nl 
le prisme devant l'œil sain, les réponses sont identiques. 

Expériences 5 à 7 (épreuve de lu hotte de Fiées). — Eœpc- 
rience 5. — Deux points de couleur difîérentc, ici jaune et là vert- 
clair, et de dimension égale au pointdelaf fîgui*e 19, sont situés de 
telle sorte que le point jaune placé à gauche doit être vu par 
Tœil droit, et que le point vert placé à droite doit être vu par 
l'œil gauche. On met la boîte devant les yeux de la malade qui 
répond sans hésiter qu'elle distingue deux points de dimensions 
égales, de la grandeur de la fig. 19, et indique leui*s couleurs et 
leurs places respectives sans se tromper. 

Expérience 6. — Si on lui fait fermer Tœil gauche sain, elle 
localise après hésitation un petit point gauche qui est blanc, 
au lieu d'être jaune, et de la grandeur de la figure 17. 

Expérience 7. — En intervertissant l'ordre des points, sans 



Digitized by 



Google 



ÂMBM'OPIE HYSTÉRIQUE MONOCULAIRE ; SA DISPARITION. 347 

ayertir la malade, elle intervertit elle-même ses réponses ; et si 
rœil sain est fermé, le point vert est vu blanc dans les mêmes 
dimensions que le point delà fig. 17. 

Expt^RiBNCB 8 (épreuve delà règle de Cuignet), — Si on interpose 
verticalement une règle ou un crayon entre les yeux d'un sujet 
normal qui lit et le texte qu'il tient à la main, la lecture s'ef- 
fectue sans difficulté : mais si Tun des yeux est fermé ou aveugle, 
la règle ou le crayon se projette sur les lignes du texte et gène 
la lecture de Tautre œil dans toute la zone de projection. 

Si donc Valentine était vraiment aveugle de Toeil droit, elle 
devrait être gênée dans la lecture dès qu'on place une règle de- 
vant ses yeux : or, elle lit parfaitement ; donc, là aussi, son 
amaurose disparaît et la vision binoculaire existe comme chez 
un sujet normal. 

Expérience 9 {épreuve des deux règles ou de la double image), — 
Soit deux règles placées Tune devant Tautre : si des deux yeux je 
fixe la plus proche, je vois double la plus éloignée ; si je fixe la 
plus éloignée, c'est la plus proche que je vois double ; si main- • 
tenant je ferme un œil et que de l'autre œil je fixe une des deux 
règles, l'autre règle est toujours vue simple. 

Cette expérience pratiquée chex notre malade indique que, les 
deux yeux ouverts, elle voit double la règle non fixée, alors 
qu'elle devrait la voir simple^ si elle était amaurotique de son 
œil droit ; donc elle a récupéré la vision de son œil amblyope au 
moment de la vision binoculaire. 

Expérience \0à 12 (épreuve de Vécrande Pitres), — Expérience 10. 
— J'écris une phrase au tableau et fais asseoir Valentine devant, 
àcourte distance ;je place alors une lame du carton verticalement 
sur le milieu du visage de l'enfant et lui dis de lire en fermant Tœil 
gauche (c'est-à-dire le sain) : elle ne voit absolument rien. Si 
elle ferme l'œil droit amblyope, elle lit très bien la partie de la 
phrase située à gauche du carton. Si enfin elle ouvre les deux 
yeux, elle lit parfaitement la phrase en entier, par conséquent 
toute la portion de cette phrase située à droite du carton ; donc, 
ici encore l'amblyopie droite a disparu dans la vision binoculaire. 

Expérience 11. — Je rapproche le tableau à 0,50 cm. du sujet 
et écris une phrase à la craie rose, avec de grandes lettres ma- 
juscules : je place le carton comme dans l'expérience précédente 
et dis à Valentine de lire en fermant l'œil gauche : elle distingue 
après hésitation les lettres de la fin de la phrase, placées à 
droite du carton, mais ces lettres sont vues rouge très foncé et de 
dimension plus petite que la réalité ; si elle ferme l'œil droit et 
ouvre le gauche, elle lit la première moitié de la phrase dont les 
lettres se détachent en rose et avec leur grandeur réelle ; enfin, 



Digitized by 



Google 



348 CLINIQUE NERVEUSE. 

si lesdeux yeux sont ouverts, elle lit la phrase entière, et les lettres, 
tout à rheure rouge foncé, apparaissent maintenant toutes en 
rose et de môme grandeur, la grandeur normale. 

Expérience 12. — En écrivant la phrase en jaune, les réponses 
sont identiques, avec la différence que les lettres jaunes sont 
vues blanches et à peine distinctes par l'œil amblyope seul ou- 
vert. 

Et ainsi de suite avec les différentes couleurs. 

Ces expériences II et 1 2 démontrent que la micropsie et la 
dyschromatopsie disparaissent complètement dans la vision bino- 
culaire. 

Expériences 13et {^(Epreuve de V image mobile), — Expérience 13. 
— Je trace une croix avec de la craie blanche au milieu d'un tableau 
noir placé à 50 centimètres des yeux de la malade. Je lui disde fermer 
l'œil amblyope droit, le gauche fixant toujours la croix. Je fais 
passer horizontalement de gauche à droite, entre Tœil et la croix, 
un bâton de craie blanche jusqu'à ce qu'il ne soit plus perçu. Je 
fais alors ouvrir l'œil droit amblyope, qui doit fixer la croix : et le 
bâton de craie est de nouveau perçu, dans ses proportions exac- 
tes ; en faisant fermer et ouvrir alternativement l'œil droit, Ti- 
mage disparaît et reparaît tour à tour : c'est donc bien lui qui 
voit ; par conséquent l'amblyopie a complètement disparu dans 
la vision binoculaire. 

Expérience 14. — En se servant de bâtons de craie de couleurs 
différentes, on voit que la dyschomatopsie disparaît pour Tœil 
amblyope, comme nous l'avons déjà vu par les expériences, 3» 4, 
5,6,7,11,12. 

Expérience 15. — (Epreuve des deux images mobiles). — On 
peut faire les expériences 13 et 14 avec deux images et en lais- 
sant les deux yeux du sujet ouverts. En rapprochant alore àTim- 
proviste, tantôt de l'œil gauche, tantôt de l'œil droit, tantôt une 
image, tantôt l'autre image, tantôt les deux, en les faisant pa- 
raître, disparaître et reparaître tour à tour, on constate que la 
vue droiteest parfaitement conservée chez Valentine. 

Expériences 16 et 17. (Epreuve des verres colorés de SnelUn). 
Expérience \(j. — On suspend devant une vitre éclairée, à quelques 
mètres du sujet, un tableau rectangulaire en verrenoir sur le mi- 
lieu duquel se détachent, en clair, des lettres alternativement 
vertes et rouges. On place aloi's devant les yeux du malade des 
lunettes dont un verre est rouge et l'autre vert, puis on lui fait lire 
les lettres du tableau transparent. 

Si le sujet a la vuenormale,il litavec l'œil au verrerou^e les let- 
tres rouvres, et avec Tœil au verre rert les lettres vertes : il lit ainsi 



Digitized by 



Google 



AMBLYOPIE HYSTÉRIQUE MONOCULAIRE *, SA DISPARITION. 349 

o VI tes les lettres. S'il est au contraire amaurotique d'un œil, il ne 
. î i*a. que les lettres dont la couleur correspond à celle du verre 
placé devant l'œil sain. En d'autres termes, si Valentine est vrai- 
ment amaurotique de Tœil droit, ayant un verre vert à droite et 
Linverrerott^e à gauche, elle ne lira que les lettres rouges au ta- 
bleau : or elle lit aussi les lettres vertes. Inversement, le verre rou- 
r?e étant mis à droite et le vere vert à gauche, elle ne devrait voir 
civie les lettres vertes ; or elle lit les lettres rouges ; donc elle voit 
avec Fœil droit dans la vision binoculaire. Plusieurs variantes 
concourent au même résultat. Signalons celle-ci . 

Expérience 17. — Au lieu de mettre un verre de couleur sur 
IVï^îl droit amblyope, je mets un ^erre opaque et place un verre 
coloré sur Fœil gauche, par exemple un verre rouge. Valentine ne 
lîi que les lettres rouges ; j enlève alors le verre opaque de l'œil 
amblyope et elle lit les lettres rouges et vertes ; si je mets un verre 
vert à gauche et replace le verre opaque à droite, elle ne lit que 
les lettres ter tes, mais dès que j'ôte de nouveau le verre opaque, 
elle lit aussi les lettres rouges. Elle voit donc de l'œil droit au 
moment de la vision binoculaire. 

• 
ExPÉRiENCEsl 8 à 22 [Epreuve du stéréoscope), — Krpèrience 18. ^ 

( >n place au stéréoscope deux images qui sont semblables pour la 
vision gauche et la vision droite. Elles se fusionnent en une seule 
i mage qui donne aux yeux la sensation de l'image réelle, telle qu'elle 
serait pei-çue avec ses trois dimensions dans la vision binoculaire 
vraie. Le fusionnement recherché dans ces conditions, chez notre 
sujet, avec toute une série de tests, en particulier ceux de Javal, 
nous montre que le fusionnement existe pour toutes les images 
sans exception, colorées ou non. Par conséquent, l'amblyopie 
droitea totalement disparu ; mais elle reparaît, dès que l'œil gau- 
che est fermé et Valentine ne perçoit plus rien. 

Expérience 19. — Si au lieu d'utiliser des images semblables on 
place des images différentes au stéréoscope pour la vision droite et 
la vision gauche,ces images différentes se fusionnent encore en 
une seule image ; mais cette image est en réalité une 3™" image, 
combinaison des images droite et gauche, qui n'est plus perçue 
avec ses trois dimensions, — au moins dans les parties des ima- 
ges droite et gauche qui ne sont pas semblables et par suite su- 
perposables. Nous nous bornerons à un seul exemple. Voici un 
carton stéréoscopique où l'image de gauche est F et l'image de 
droite L ; suivant qu'on regarde dans l'instrument avec l'œil 
gauche seul ou l'œil droit seul on verra la lettre F ou la lettre 
L ; mais si on regarde avec les deux yeux, les lettres F et L se 
fusionnent en une seule et unique lettre qui est un E. Si Valen- 
tine ferme l'œil droit, elle ne voit que la lettre F ; si elle ferme 



Digitized by 



Google 



350 



CLIKIQUE NERVEUSE. 



Toei'i gauche, elle ne voit rien avec Tceil droit ; elle parait donc 
amaurotique et ne devrait distinguer que la lettre F en rapport 
avec Tœil sain ; or, elle lit E sans hésiter dès que les deux yeux 
sont ouverts ensemble : c'est donc que Tamblyopie droite dispa- 
raît dans la vision binoculaire. 

Rrpérience 20. — En se servant de lettres rouges^ les résultats 
sont identiques ; avec cette dilTérence que, dans la vision droite 
seule, Tenfant lit la lettre L, mais une lettre L réduite dans ses 
dimensions et de couleur rouge foncé presque noir ; cette dyschro- 
matopsie et cette micropsie disparaissent complètement dans la 
vision binoculaire où la lettre E est perçue nettement. 

Expérience 21. — Les transformations de la micropsie et de la 
dyschromatopsie sont encore plus faciles à étudier avec des ronds 
colorés. Voici un des nombreux tesfs qui nous ont servi dans nos 
expériences (Fig. 21). 



[ ÏL05A j 



{ 'Kose j 




Yept 



Fig. 21. 

Ce test étant placé au stéréoscope, si Valentine ferme Tœil 
droit, elle voit les ronds vert et rose correspondant à Tirnage 
gauche, et conformément à la figure. Si elle ferme l'œil gauche, 
Timage droite est vue comme suit : (fig. 22); c'est sensiblement la 
même grosseur que dans la ilg. 20. 

Si maintenant elle ouvre les deux yeux ensemble, les deux 
images se fusionnent en une seule et au lieu de deux ronds à 



Digitized by 



Google 



AMBLYOPIE HYSTÉRIQUE MONOCULAIRE ; SA DISPARITION. 351 

<lTX>ite et de deux ronds à gauche, soit en tout 4 ronds de couleur 
ciîfTérente, elle voit 3 ronds avec leurs deux couleurs normales, 
vert et rose et dans la disposition que voici (fig. 23). En d'autres 
le raies, cet œil droit, amblyope dans la vision monoculaire, s'est 
no m porté comme un œil normal dans la vision binoculaire ; 1 
dyschromatopsie et la micropsie ont dispara, en mêmetempsque 
le fusionnement s'est effectué. 



fiiuiJ 







Fio.22 




Fig. 23. 



Kvpérience 22. — En variant les couleurs bleu, jaune, violet, 
etc., et la disposition desi*onds, nous avons obtenu des réponses 
analogues. 

II. 

Les multiples expériences qui précèdent montrent 
bien, si on s'en rapporte aux données admises, que chez 
notre sujet, comme dans l'immense majorité des cas ana- 
logues, Tamaurose de Tœil amblyope disparaît quand 
entre en jeu la vision binoculaire. Mais toutes ces expé- 
riences démontrent-elles vraiment que la vision bino- 
culaire est toujours sollicitée ? Je ne le crois pas. Car la 
vision binoculaire n'existe réellement, il ne peut être 
question de vision binoculaire, que si les deux yeux per- 



Digitized by 



Google 



352 CLINIQUE NERVEUSE. 

çoivent ensemble un môme objet ou les mêmes objets. 
Dans le cas contraire, c'est-à-dire si certains objets sont 
vus par un œil et certains autres par l'autre œil, il y a 
double vision monoculaire, mais pas vision binoculaire 
au sens physiologique du mot. C'est ^lourquoi, dans la 
série d'expériences que nous avons mentionnées plus 
haut, on doit faire deux séries : 

1* Celles où vraiment la vision binoculaire entre en 
jeu, c'est-à-dire où les yeux fixent ou perçoivent les 
mêmes objets : ce sont les expériences 1, 2, 3, 4 avec le 
prisme ; l'expérience 8 avec la règle, l'expérience 9 dite 
de la double image ; les expériences 16 et 17 avec les verres 
colorés ; enfin les expériences avec le stéréoscope,parmi 
lesquelles il n'y a que l'expérience 18 qui doit compter 
entièrement dans ce groupe, les expériences 19, 2(), 21, 
22 n'impliquant qu'en partie la vision binoculaire ; 

2° Les expériences où il existe une double vision mo- 
noculaire, c'est-à-dire où chaque œil fixe une image dif- 
férente. Dans ce groupe nous placerons les expériences 
5, G, 7 avec la boîte de Fiées ; les expériences 10, 11, 12 
avec l'écran ; les expériences 13 et 14, dites de l'image 
mobile, l'expérience 15 dite des deux images mobiles et 
les expériences 19, 20, 21 et 22 (pour une part). 

Afin de montrer le bien-fondé de cette division et de 
prouver que, souvent, il s'agit en réalité de la récupé- 
ration de la vision monoculaire amblyope seule, sans 
qu il soit besoin pour cela de solliciter la vision bino- 
culaire pro])rcment dite, nous avons institué une nou- 
velle série d'expériences. 

Nous avons vu — c'est classique — que lamblyopie se 
montre dès que le sujet ferme l'œil sain. Mais si Ton 
prend soin d'annihiler la vision de cet œil, par d'autres 
moyens que par la fermeture de la paupière, la vision de 
l'œil amblyope est entièrement normale : c'est ce que 
nous allons démontrer. 

Expérience 2'î. — Les yeux de la malade regardant au sté- 
réoscope le test de la lig. 21 (exp. 21), le fusionnement a lieu 
comme l'indique la figure 23. Si, les deux yeux demeurant tou- 
jours ouverts, je masque avec un carton les deux ronds consti- 
tuant l'image gauche de la fig. 21, Valentine m'avertit aussitôt 
qu'elle n'aper(;oil plus que deux ronds :un en haut de couleur 



Digitized by 



Google 



AMBLYOPIi: HVSTÉRIQl!: MONOClLAïRE *, SA DISPARITION. .'553 

roëp, l'aiiln» vn bas, de couleur vorto avec des dimensions iden- 
tiques aux 3 ronds de tout à Tiieure ; elle voit donc parfaite- 
ment l'image droite de la figure 21 : par suite, l'amblyopie de 
rette \ision droite a disparu. Si, comme contre-expérience, je 
fais fermer Tiril {xauche de la malade au lieu de le mascjuer, 
elle ne voit plus que deux petits ronds comme dans la ligure 2?. 

Krpt'rienct'S'I\, ;\j, ;'!> et 27. — Kn reprenant les expériences 
iS, 10 20, et 22 au stéréoscope, dans les mêmes conditions que 
l'expéi-ience précéd<'nte n^ 23, on constate également que l'œil 
droit distingue parfaitement les images, en dehors de la vision 
binoculaire proprement dite. 

Expériences 28 et 21).— Si, plaçant d'abord le prisme devant 
l'œil droit amblyope, comme dans les expériences 1 et 3, je 
place ensuite un carton quelconque, blanc de préférence, devant 
i 'il* il gauche à 1 ou 2 cent, de distance de la paupière ouverte, de 
façon à obturer complètement la vue de cet œil, la croix, le 
cari"é de papier ou le rond coloré continuent à être nettement 
perçus par le sujet, c'est-à-dire que la perception a lieu parTieil 
amblyope seul. H suftit ([ue l'iril gauche soit fermé au lieu d'être 
masqué, pour que ces images droites disparaissent ou se montrent 
«léformées (dyschromatopsie, micropsiei. 

E.vpérience 30. — Si dans l'expérience 9 on place le carton 
ma>(]ue comme précédemment, une des images disparaît, c'est 
l'image en rapport avec la \ision gauche : l'image en rapport 
avec la vision droite continue à être perçue. 

Expérience 31. — La même démonstration avec les verres colo- 
rés, dans les conditions de l'expérience 16, est un peu délicate et 
demande certaines précautions. Comme dans l'expérience 10, les 
lunettes à verres colorés sont placées devant les yeux de la ma- 
lade, de façon que le verre vert soit à droite («eil amblyope) et le 
ven-e rouge à gauche (œil sain). Pour obturer complètement la 
vue gauche, il suffit (jue je place un verre rouge devant le veire 
vert : car rouge sur vert = noir. Dans ces conditions, au début, 
l'œil droit perd subitement la vision en même temps que l'œil 
gauche. 

En mettant in\ereement le verre vert à gauche et le verre 
rouge à droite (œil amblyope) et en obturant la vision gauche avec 
un verre rouge sur le ^ert, ce qui donne noir, la vision droite 
peut encore distinguer les lettres rouges, mais ces lettres sont 
diminuées de moitié comme grandeur et d'un rouge foncé pres- 
que noir, (^e fait semblait indiquer que l'amblyopie complète 
était susceptible de .se récupérer en partie, grâce au rouge qui est, 
comme chacun sait, la couleur do prédilection de l'hystérique. 
Nous avons mentionné un exemple typiciue de ce genre i/or. ctM 
AnRniVE«, 2' Bério, \. XÏX. '^3 



Digitized by 



Google 



35i CLIMQUE NERVEl'SE. 

Cette expérience se montrait par suite en contradic- 
tion avec les précédentes. Puisque Tœil sain est ouvei-t, 
en elTet, comment se fait-il que le droit ])résente del'am- 
blyopie ? C'est que le sujet avait subitement la sensation 
du noir, la sensation de l'obscurité : voilà le point im- 
portant à retenir ; mais comme cette obscurité n'était 
pas complète, le jour fusant autour de l'œil gauclio, le 
sujet ne tardait pas au bout de quelques instants à voir, 
de son œil amblyope, les caractères verts ou rouges, 
suivant qu'il avait devant lui un verre vert ou un veii^e 
rouge, et avec leurs dimensions et leurs couleurs nor- 
males. Cette expérience, ici encore, concordait donc 
avec les précédentes. 

Expérience :]'2, — D'ailloui-s, en se servant de verre opaque au 
lieu de verre noir, l'expérience est positive. Si, en elFet, on met 
un verre opaque devant l'œil gauche de Valenline et un ven*e 
l'ouge devant son œil amblyope, ellelitnettement les lettres rau- 
jçes; si on change le verre rouge par un vert, elle lit bien les lettres 
vertes. Donc l'amblyopie a disparu. 

Expérience :\:\. — En plaçant sui* le«! lunettes un verre neuliv 
à droite, au lieu d'un verre coloré et en laissant le verre opaque 
à gauche, la vision monoculaire droite est parfaite. Prenons 
comme exemple les deux ronds (image droite de la figure 2 h ; ils 
sont vus normalement. Si maintenant, en contre-expérience, la 
malade ferme son œil gauche, les deux ronds sont vus comme 
dans la figure 22. 

Expérience 34. — L'expérience est aussi démonslrati%e sans 
lunettes. 11 suffit, les deux yeux étant ouverts et fixant un objet 
ou une image quelconques, les londs de la figure 21 par exemple, 
de ])lacer un écran devant l'œil gauche sain qui i-este ouvert : Va- 
lentine continue à voir les quatre ronds colorés avec le même 
Lspect ; mais si elle ferme l'œil gauche, les ronds se pi-ésen lent 
instantanément avec les modifications de la figure 22. 

Expérience 35. — Les expériences précédentes démonti-ent que 
l'œil gauche, ou sain, tétant ouvert, mais sa vision masquée, la 
vision de l'œil droit amblyope se monti'e cependant avec toutes 
les apparences de la vision normale. Nous avons utilisé ce fait 
pour rechercher dans ces conditions l'étendue du champ visuel 
de l'œil di-oit. Et nous avons pu constater que le rétrécissement 
du champ visuel, si marqué quand TœJl sain est fermé, est beau- 
coup moins considérable quand ret œil ouvert est simplemi^iH 



Digitized by 



Google 



AMBLYOPIK HYSTKRIQIB MONOCULAIRE ; SA DISPARITION. 355 

ina^ifué par un écran. Le rétrécissement est, alors, sensiblement 
éjîal à celui de l'tjeil gauche, non amblyope. 

K,rpêrieiices 36 et37. — De même, la puissance accommodatrice 
«le l'œil droit, reclierchée à l'optomètre de Badal, en mas(iuant 
r«i*il gauche, devient é^'ale à celle de Td'il gauche : 14 dioptries 
au lieu deô,ô() quand WvW gauche est fermé. — lien est encore de 
même pour l'acuité visuelle qui, recherchée ainsi, se montre 
«'Ji^ale à [, conhne à gauche. 

Les quinze dernières expériences (23 à 37), que nous 
venons de relater suffisent à démontrer que l'œil am- 
blyope d'un sujet hystérique n'a j)as nécessairement 
besoin, pour récupérer sa vision, que soit mise en jeu la 
vision binoculaire. Cette vision monoculaire de l'œil 
malade peut parfaitement exister j)ar ellc-môme, indé- 
l>endamment de la vision de l'œil sain. 

III. 

Il résulte, en somme, des faits qui précèdent que Tam- 
blyopic hystérique monoculaire serait fonction de la fer- 
meture delà paupière de l'œil normal. 

Chez un sujet normal, que la vision soit annihilée par 
un obstacle placé devant l'œil ou i^ar la fermeture de la 
paupière, il n'y a i)as de dillerence bien sensible en ce qui 
concerne la perte de cette vision. (Cependant, il est incon- 
testable que l'occlusion de la paupière, étant plus hermé- 
tique, donne à l'œil la sensation de l'obscurité, ce qui n'a 
pas lieu quand Tiril est si m^Jenient couvert. On peut,i)ar 
suite, se demander si ramblyoi)ie d'un œil disparaît par 
ce seul lait que l'œil opposé s'ouvre, ou bien par le fait 
([ue l'obscurité fait [dace, chez lui, à la lumière. Kn d'au- 
tres termes, il nous faut rechercher si l'amblyoïûe d'un 
d'il est fonction île locclusionde l'autre œil, ou bien si elle 
est fonction de l'obscurité qu'amène cette occlusion. Nous 
avons dans ce but institué une nouvelle série de xi)érien- 
ces. 

£ï*/)cr/t'nc<»38. — L'œil gauche ou sain éfanl ouvert, mais masqué, 
je dis à la malade de fixer les deux ronds de couleur rose et verlt* 
delatij,'.2l (image droite), placés de 40 à 45 centim. de rœil. Elle 
les distinjjftie parfaitement. Si je lui dis de fermer r<ril ^'aiiche, h- 



Digitized by 



Google 



35() CLINIQUE NERVÈlSK. 

droit devient aussitôt amblyope et voit les ronds comme dans la 
figure 22. 

Je place aloi's en creux la paume de ma main devant la région 
orbitaire gauche du sujet, de façon à faire Tobscurité pour INeil gau- 
che, mais sans cependant l'empêcher de s'ouvrir. Puisje dis à Va- 
lenline d'ouvrir \'ivA\ gauchtî : il est ainsi dans Tobscui-ité, et ou- 
vert. Si uïaintenant je demande à l'enfant comment elle voit les 
deux ronds avec l'œil droit, elle me répond qu'ils sont un peu 
plus gros et de couleur un peu plus claire <|ue dans la liguiiî 8,le 
^ert étant vu \ert foncé au lieu de noir (n£rure24>. 





FiG. 24. 

Ea'périencc 311. — L'expérience 38 semblait bien indiquer le i-ùle 
primordial joué par l'obscurité ; mais alin de le rendre plus con- 
cluant (car la main de l'observateur aussi bien appliquée qu'elle 
soit, laisse filtrer un peu de jour) nous avons remplacé la mai» 
par des cornets en papier fort, de couleurs dilTérentes, s'aclap- 
tant étroitement à la région orbitaire gauche et l'isolant complè- 
tement. En nous plaçant dans les me nies conditions de ix^chei^ 
ches (jue dans l'expérience 38, les ronds colorés rose et vert étant 
à 40-ij cm. de dislance de l'ceil droit, les réponses du sujet ont 
été les sui\antes : 

A^ec des cornets eu papier noir ou bleu très foncé, ou rouge tri»? 
foncé, placés devant I'omI gauche ouxert el l'isolant ainsi entière- 
ment du jour ambiant, I'omI droit ambhope voit les ronds plus 
petits et plus foncés en couleur connue dans lafigiu*e 22. Si on dil 
à Valentine de fermei' \\v\\ gauche, l'un des cornets précédents 
demeurant sur l'œil, les ronds sont perçus identiques par l'œil 
droit. 

A\ec des coniets de papier >ert clairon foncé, rouge, carmin, 
bleu d'azur, xiolet, jaune, les ronds sont perçus un peu plus gros 
que dans la ligure 22, connue dans la figure 24, mais a\ecles mê- 
mes modilicalions de couleur que dans la ligure 22 (ligure V}). Si 



Digitized by 



Google' 



AMBLYOPIE HYSTÉRIQIK MONOCULAIRE ; SA DISPARITION. 357 

« *i\ dit à Valenlinede femi(M*ra'il f(auchp,run(loscornols de lointe 
pi-tW»dt»iite ivsUnl sur l'iuil, les ronds sont vus plus petils coninie 
a.% 4»r les coriiels de loin le très foncée. 




ftfoLr j 

Fio. 25. 



S*'ul, le cornet de papier blanc, appli(|ué sur la région orhi- 
laire «,'auclie, n'empêche nullement les i-onds colorés d'être vus 
par l'œil droit connue à l'étal nt»rinal, cVst-à-dire comme dans 
laliî:ure2l image droite . A\ec tous les autres cornets de papier, 
il snflit,pourque TumI amblyope récupère sa Nision, (pi'on les 
écarte légèrement de la surface périorbitaire, afin de permettre 
lii passage dii'ect des rayons lumineux. 

JCrpénenrt* 40. — Etant donné le fait mentionné dans l'expé- 
rience 31, à sa\oir qu'un verre noir placé devant Tceil gauche ou- 
\ert i>eut entraîner pendantquelques instants l'amblyopiederceil 
droit au même tilre quelobscurité complète, nousavons chercJié à 
reproduire le phénomène en plaçant un large écran de papier ou 
de carton noir devantrceil gauche ouvert ; mais INeil droit n'a pas 
accusé la moindre amblyopie ; sa vision était parfaite. En cou- 
> rant l'œil gauche avec h's écrans de papier aux couleurs les plus 
variées, r<eil droit n'a pas manifesté davantage la plus légère am- 
hUopie. 

(^es expériences paraissent démontrer que l'amblyopie de l'œil 
hy8téri(|ue est due à un défaut d'éclairement de l'autre ceil par la 
lumière blanche. 

ExiH't'u'iirc 41. — Nous a^ons même recherché si la lumière 
lilanchedujour devait être seule mise en cause. A cet eiïet, ayant 
mis la malade dans une chambre noire, nousavons allumé uile 
simple bougie et recommencé sous ce mince éclairage les expé- 
riences précédentes, (l à 40). Les réponses ont é!é idenliques. 



Digitized by 



Google 



35S CLiNiQUi: Ni:Rvi:rsi:. 

» 
Dont' la lumiorc blanche, de quelle que source qu elle 
soit, peut empêcher Tamblyopie monoculaire tant qu elle 
est absorbée par l'œil sain ; dès qu elle est interceptée, 
l'amblyopie apparaîtdans l'œil droit. La paupière, en ob- 
turant hermétiquement l'œil sain, joue précisément le 
rôle de voile intercepteur des rayons lumineux et em- 
pêche de passer la lumière blanche ; car c'est la lumière 
blanclie seule, comme le prouve l'expérience avec les 
cornets en paj)ier de couleurs différentes, faisant office 
de voiles interce]>teurs,qui, diffusant à travers Fœil sain, 
empêche l'amblyopie de l'œil malade. 

IV. 

Dans un précédent travail (/oc. cit.] à propos d'une 
amaurose hystérique — n'obéissant pas d'ailleurs aux 
règles classiques — nous avions pensé que bien sou- 
vent la récupération consciente de la vision monoculaire 
amblyope n était pas complète, en ce sens qu elle ne dé- 
[)assait guère le moment d'une exi)érience ou d'une sug- 
gestion. Les faits que nous ai)portions à l'appui de notre 
idée semblaient nous donner raison pour le cas consi- 
déré. Aujourd'hui, dans cette nouvelle observation — 
qui, elle, correspond, aux données classiques de Tamblyo- 
j)ie liystérique — les expériences entreprises semblent 
nous conduire à une opinion opjïosée. 

Il est bien évident qu'on pourrait soutenir que chez 
notre sujet, l'amblyopie droite est constante, comme Thé- 
mianesthésie du même côté ; et que si la vision droite est 
récupérée, cette récupération visuelle ne dépasse pas le 
moment de l'expérience. 

A la rigueur, dans certaines expériences avec le prisme, 
la règle, Técran, les verres colorés, la boîte de Fiées, le 
stéréoscope, on peut supposer que la vision monoculaire 
n*est récupérée, dans la vision binoculaire, au au moment 
de l'expérience. Mais je ne puis comprendre pourquoi, 
au même moment de r expérience la réponse de l'œil ma- 
lade diffère absolument, suivant que l'œil sain est fermé 
ou simplement couvert. Les perceptions différentes de 
Tœil malade, suivant que Fœil sain est masqué avec des 
cornets en papier de couleur ou en papier blanc, ont éga- 
lement une valeur démonstrative. 



Digitized by 



Google 



AMBLYOPIE HYSTKRIQI'I-: MONOCILAIRE ; SA DISPARITION. 'Î59 

D'ailleurs, je ne m'exx)liquepas bien i>ourquoi la vision 
monoculaire de Tœil malade, qui n'existerait qu'à certains 
moments dans la vision binoculaire, n'entrerait i>as pré • 
cisément en jeu quand elle est seule à fonctionner, c'est- 
à-dire quand Tonl sain est fermé ; c'est là vraiment le 
cas d'appel idéal pour une suppléance fonctionnelle. Or, 
cette suppléance visuelle est exceptionnelle d'après les 
auteurs et c'est, au contraire, dans ces conditions que 
l'amblyopie ax)i)araît. 

La simulation, encore acceptée par certains, doit Otre 
cei)endant rejetée pour de multiplies raisons : sans par- 
ler des expériences nombreuses — on l'a vu — , qui per- 
mettent d'éliminer cette simulation, il est de règle que 
le sujet ne s'aperçoit presque jamais de son amlilyopie 
lui-même ; elle lui est généralement révélée par l'ocu- 
liste ou le médecin. Bref, il faut admettre que dans les 
conditions normales de la vie courante, l'hystérique, qui 
regarde de ses deux yeux les objets qui l'entourent, n'a 
pas d'amblyopie de son œil malade ; cet œil distingue 
parfaitement par lui-même les objets, soit seul, soit con- 
jointement avec le sain. 11 lui faut, pour devenir amblyope 
des conditions particulières qui aboutissent à l'occlu- 
sion de l'œil sain et privent ce dernier de la lumière du 
jour. Quant à savoir pourquoi la lumière blanche, en im- 
pressionnant l'ieil sain, fait disparaître l'amblyopie de 
l'œil malade, c'est une question qui, pour le moment, 
nous paraît assez difficile à résoudre : on peut dire qu'elle 
agit i)ar suggestion, mais cette explication n'est qu'un 
mot. 

GONCLISIONS. 

1"* Dans le cas d'amblyopie hystérique monoculaire que 
nous venons d'étudier, l'amblyopie, comme dans presque 
tous les cas analogues d'amblyopie hystérique, dispa- 
raît au moment de la vision binoculaire. 

2* En serrant les faits de près, nous avons montré que 
ce n'est pas seulement dans la vision binoculaire que dis- 
paraît l'amblyopie monoculaire. De multiples expérien- 
ces prouvent que l'œil sain étant masqué, et par consé- 
quent la vision binoculaire n'existant x)as, l'œil malade 
perçoit aussi bien que l'œil sain tous les objets qui Ten- 



Digitized by 



Google 



l 



30(1 CLINIQUE MENTALK. 

vironnent: iln*est donc pus amblyope, même en lleho^ 
lie la vision binoculaire. 

3* L'étude des faits semble montrei* que la dispariti«}ii 
de ramblyojue monoculaire n est i^as exiiliquéeparleifr 
cice de la vision binoculaire ; elle n'est pas eïpliqD»^ 
non plus par Texercice simultané de la vision mono« 
laire droite et de la vision monoculaire gauche, entrait 
lune et l'autre en action, chacune pour son propre comptr 
en réalité, l'amblyopie disparaît dès que s ouvre l'œil sain 
ellea])paraît dcsquil se ferme : voilà le fait imliscutabi? 
L'amblyopie monoculaire liysXériqiic serait domfoRCîk' 
de r occlusion de l'œil sain. 

4» L'occlusion de Ttril sain, ainsi que le démontrfst 
nos expériences avec les cornets en paj)iers colorés. cort 
mande l'amblyopie de l'autre œil, non x>a»* l** faitdestrs 
occlusion (action motrice) » mais parce que celte occlt 
sion intercepte les rayons de la lumière blanche ^u: 
n'arrivent plus jusqu'à lui (action pliysique). 



CLINIQUE MENTALE 



Auto-identification romanesque. 

[Illusions de reconnaissance de sa propre personnaiiîé 

Par le D' Paul GARNIER 
Médecin en chef du Dépôt, chargé de rour», 

ET LE D'DROMARD 
ïntornc des asiles d'aliénés de la Seine. 

I.a suggestibilité a reçu depuis longtem[)s la ]>1<>'*' 
qu'elle mérite parmi les nombreux attributs de la ^^p- 
nérescence. En vérité, sou territoire est immense : ^^ 
dépendances immédiates sont aussi larges que ses cou 
séquences lointaines sont variées. On i)eut tout atten- 
dre en eiret d'une mentalité privée de sa faculté siiii^ 
rieure d'initiative et de contrôle, de cette faculté qui e^i 
la plus liante expression du moi et qui traduit en toa(t^ 



Digitized by 



Google 



AITO-IDENTIFICATION ROMANESQIK. 361 

i-irconstances T autonomie de ce moi, par rapport au 
monde extérieur. 

<^uand cette faculté est peu ou point développée, la per- 
sonnalité subit l'empreinte du milieu sans op2)osition ni 
défense ; les choses du dehors s'imposent à elle d'une 
manière fatale, la pénètrent sans résistance, Timprcgnent 
sans elfort, et s'y fixent sans une critique, sans une hési- 
tation, sans un doute. 

Dans la majorité des cas, l'esprit siiggestihle est pure- 
mont ])assif : toujours prêt à agréer, il se contente d'ac- 
ce])ter sans vérifier ce qu'il reçoit. D'autres fois, cepen- 
dant, cetlepassivité, qui fait du sujet un éternel convaincu 
t't un crédule de tous les instants, n'exclut pas une 
sorte d'activité en vertu de laquelle l'imagination com- 
plète la réalité, la déformant à sa guise et l'accommodant 
au gré de toutes ses fantaisies. 

C'est alors surtout — c'est dans cet état de suggestibi^ 
lité adaptatrice y — pourrait-on dire — que hi voie est ou- 
verte aux erreurs les ])lus grossières et aux déductions 
les plus invraisemblables par conséquent. 

l^iis fausses reconnaissances, qui consistent à établir en- 
tre deux objets ou deux êtres une identité qui n'existe 
l>as, trouvent une ])lace légitinu» parmi les manifestations 
de cette débilité spéciale de l'esprit. Le cas qui nous inté- 
resse en est une modalité, mais une modalité très par- 
ticulière. Ici, en elfet, l'identification erronée, au lieu de 
se tenir sur un terrain purement objectif, met en cause 
la j)ersonnalité propre du sujet qui croit se reconnaître 
dans une personnalité étrangère. 

Marie X... est une fille d'une trenlaine d'années, bien consti- 
tuée au point de vue physique, mais dont letat mental semble 
avoir présenté de tous temps un certain nombre d'anomalies. \)i* 
maintien réservé, de manières douces et polies, elle est d'aspect 
indécis et rêveur. 

Elle nous dit, en parlant de ses antécédents : i< Je suis née de 
parents bizarres et faibles d'esprit. Mon pi*re était un simple. Ma • 
mère n'avait aucun caractère et vivait confinée dans une dévo- 
tion qui frisait de près la folie ; elle possédait en outre une na- 
tui'e impressionnable et craintive dont je suis, hélas! la triste héri- 
tière. M 

La malade se révèle dans son propre passé comme une per- 



Digitized by 



Google 



362 CLINIQUE MENTALE. 

soniuî \)o,u noruiale. Elle a toujours eu une peur insurmoQlable 
(les morts ; la solitude et l'obscurité leffrayent. « Qu^nd mes 
sœurs allaient en partie de plaisir, nous dit-elle Je me tenais tou-- 
jours à l'écart, convaincue de ne pas être comme tout le monde... 
J'étais souvent triste et mélancolique, portée à la l'éverie, mais 
sans aucune tendance à la sensualité. J'ai pourtant connu les 
plaisirs de l'amour avec le seul être que j'ai véritablement aimé : 
aloi*s,la commotion étaitsi forte que, sans aucun rapprochement, 
j'éprouvais les mêmes sensations que dans rintimilé. Entre les 
mains delà personne aimée, j'étais d'ailleui*s une pâte malléable. 
J'aurais voulu que mon amant fût pour moi un père.... unpèiv 
sévère et autoritaire ; il me fallait un maître ! » 

En effet, Marie X... s'est toujours montrée d'une extrême sujf- 
jreslibilité. « Je suis sans volonté, nous dit-elle, et je ne puis rien 
par moi-même. )> 

Elle nous raconte cominent, en maintes ci inconstances, elle n'a 
pas su dire «non » devant un honmie, comment elle s'est lais.<5ée 
entraîner à dérober des objets dont elle n'avait que faire sur les 
conseils d'une amie, etc.. Et quand nous lui demandons ce qu'elle 
pense de ses actes, elle nous répond très simplement : « Je puis 
faire beaucoup de bien ou beaucoup de mal suivant la dirt^clion 
qu'on m'imprime » 

Aussi l'existence de M^*' X..., qui a l'instruction d'une em- 
ployée de magasin, fut-elle pleine de péripéties. Petite fille, elle 
connut la maison de correction ; puis elle vécut au hasard de 
la destinée, tant4>t s'attachant à la personne d'une amie, tantôt 
s'abondonnant à ran)ant de rencontre jusqu'au jour où elle fut 
conduite à la maison de santé par une singulière aventure. 

En mai 1!K)2, M"' X..., lisait un journal qui publia successive- 
ment Claudine à Vccole^ Claudine en ménage et Claudine à Paris. 
Le texte l'intéressa et elle crut reconnaître une analogie mar- 
quée entre ses propres tendances et celles qu'on prêtait au per- 
sonnage principal du livre. Puis l'analogie devint une identité et 
M"° X..., se crut incarnée dans le pei*sonnagc de Claudine. Non 
pas qu'elle fût amoureuse des femmes : elle n'a jamais eu avec les 
personnes de son sexe que des rapports fort honnêtes, et sur ce 
point, assure-t-elle u l'auteur est mal informé ». Maiscett^ Clatt- 
dint\ c'était bien M"« X..., dans ses goûts, dans ses caprices, dans 
SOS habitudes d'esprit, dans sa façon de comprendre les choses. 
«Comme à moi il lui fallait un maître, nous dit-elle ; comme moi 
elle manquait de direction ; elle recherchait la rêverie comme 
moi ; et elle était comme moi dans sa manière d'aimer et de ju- 
ger son amant »>. Le physique n'est pas moins probant. « Clau- 
dine n'est pas une beauté, mais elle estoriginalu comme moi. En 
elle, je reconnais mes yeux... ces yeux « noisette «dont on parle 
tapt ; je reconnais mon nez et ma bouche, et puis mes cheveux 



Digitized by 



Google 



AlTO-IDKNriFICATION ROMANKSQIE. 3(33 

boiiiranls... et tout le reste »> M"« X... se voit doni! dans Claudine 
comme dans un miroir. Mais il y a mieux : ridenlifiration s'étend 
aux pei-sonnages secondaires et la malade relrou>e dans le ro- 
man tout son entouraf^e. Elle reconnaît dans Renaat son amant, 
dans Rezie son amie, dans Luce une jeune fille qu'elle a fréquen- 
tée, etc.. Aloi*s elle discute lauthenticité des faits a>ec une convic- 
tion que rien ne saurait ébranler. « Cette Luce, nous «lit-elle, ne 
remonte pas au temps de mon enfance, et l'on s'est trompé en 
écrivant de pareilles choses. Celle Luce, je l'ai connue chez une 
lojreuse, rue des Petits-Carreaux, et je jure (jue nos rapports ont 
loujoui's été chastes. Je n'ai jamais eu les vices qu'on veut m'at- 
tribuer... je ne connais pas ces vilaines passions. Est-ce ma faule 
à moisi les apparences me condamnent ?Ah ! ( hi s'est bien trompé, 
on s'est bien trompé î Je le jure ! » 

Mais comment l'auteur avait-il pu connaître M*'» X... dans les 
moindres détails de sa vie ? Comment était-il rensei«iCné sur son 
passé, sur son tempérament, sur ses goûts ? .M"»' X... ne tardera 
pas à le sa\oir, car les circonstances vont lui fournir une expli- 
cation. 

La lecture des livres avait eu lieu au printemps. Or, en été, 
M'*« X... reçut un jour, boulevard des Italiens, les compliments 
de passaj^e d'un monsieur « bien mis ». Il était de taille moyenne 
et entre deux âges ; il portait une barbe taillée en pointe et un 
chapeau à bords plats. Les joui-s suivants, la conversation s'en- 
gagea de nouveau, et Marie X... se laissa conduire de bonne 
grâce par le pei-sonnage dont elle ignorait d'ailleurs le nom et la 
profession. « Je le sui>ais comme une machine, ajoule-t-elle, car 
il exerçait sur moi une attraction que je ne m'explicjue pas. Je ne 
Taimais pas du tout, et je me trouvais pourtant à ses rendez- 
vous. » Un jour qu'ils cheminaient côte à côte, M'^" X... s'entendit 
nommer « Claudinette »par son partenaire. Celui-ci désignai! en 
même temps du bout de sa canne une affiche illustrée de Claudine 
en vadrouille. Sur cette afliche, une femme était représentée, dans 
laquelle Marie X... se reconnut nettement. Elle en eut une \ive 
émotion. Les allures de son compagnon d'ailleurs étaient « équi- 
voques » et il lui sembla que « cet homme était au courant de 
bien des choses ». 

Ceci se passait au mois de juin. Or il arriva qu'en décembre 
Marie X... aperçut à l'étalage d'un libraire le nom de Willy. .\u- 
dessous de ce nom, il y avait un poi'lrait. Quelle ne fut pas sa 
surprise en retrouvant dans ce portrait toute la figure du per- 
sonnage innonuné dont elle avait subi les assiduités pendant plu- 
sieui"s mois de l'été I C'était bien la môme barbe en pointe, le 
même chapeau àboi'ds plats ! Ce fut comme une révélation. 

Ainsi Mlle X... avait été l'objet d'un abus de confiance ! Long- 
temps avant la rencontre du boulevard des Italiens, cet homme 



Digitized by 



Google 



*J()4 CLINIQIE MENTALE. 

a\ait tlùlVpier, el ù ce moment même il devait èlre informé déjà 
de toute sa vie passée. Mais comment elpar qui *?\e fallait-il 
pas une complicité. 

Les soupçons de Mlle X. ..se dirigèrent sur une dame B... dont 
elle avait fait sa meilleure amie. Un jour que Mlle X... parlait de 
ses impressions sur Claudine, Mme B... lui avait dit sans rire : 
« (Claudine ? C'est toi. » Plus tard, comme Mlle D... lui contait 
ses relations de la rue avec un homme dont le chapeau était à 
bords plats, Mme B... a\ait répliqué le plus sérieusement du mon- 
de : «< Pur Dieu, cVst Willy ! » Et elle avait ajouté : « Tu sais, ma 
petite, quand on a la protection d'un littérateur, on a autiv 

cli)^» à faire qu'à travailler». « Je comprends maintenant, dit 
MlleX... pourquoi Mme B... voulait me pousser dans les bras de 
cet homme. » Puis d'autres faits lui reviennent à l'esprit. Mme B... 
ra\ait un jour photographiée dans des poses bizari^s. (les jjoses 
comportaient un demi-nu. une sieste sur un divan, etc. Toutes 
ces images tiguraient les défauts de Claudine ; elles devaient étiv 
mises en circulation et servir aux cartes-postales. Mme B... disait 
à tout venant : « Ces clichés-là, ce sont mes Claudines ; je ue les 
donnerais pas pour quinze mille francs. » Mlle X... reste convain- 
cue que Mme B... l'attirait chez elle pour la faire causer. Il lui 
arri^aiten effet de dire« des i-hosesen l'air » el Willy caché der- 
lière un rideau prenait des notes pour ses futui*s li\ res. 

Le délire dépassa la limite purement interj)rétative. Des hallu- 
cinations de l'ouïe ajoutèrent au troublede Marie X... Quaml, (*n 
compagnie (le son chien, elle entrait dans une salle de restaurant, 
ici et là on nmnnurait: « Tiens voilà Claudine et son chien î » 

A celle époque, Mlle X... se voyait congédiée de son appart»*- 
juent; les propriétaires refusaient de l'entendre et les concierges 
la tenaient pour suspecte. Ruinée dans sa réputation et dans son 
honneur, eliedut prendre asile chez Mme B... dont elle connaissait 
toutes leii vilenies. L'entente fut de courte durée. Mlle X... ([uitta 
sa couïpagne pour ne plus la revoir. N'ayant aucune intention de 
\ engeance, elle a>ait élu domicile ailleurs, quand soudainement 
une idée lixe lui vint qui précipita le dénouement. « Un soir, 
nous dit-elle, je songeais à Mme B... et je pensais, sans plus m y 
arrêter, (jue je pourrais tuer cette femme. Puis, le désir de la tuer 
m'enNaliit a\ec une irrésistihilité que je ne puis décrire. Je me 
couchai en y pensant toujours. Je comptais les heures pour arri- 
ver plus vite au matin, car j'attendais le lendemain avec impa- 
tience. Dèscjue le jour parut, et sans faire de toilette, j'allai pi*en- 
dvi] position à la terrasse d'un café, dissimulant dans mon man- 
ch(m un couteau de cuisine. J'attendis longtemps, de plus en plus 
lièvieuse en disant toujours : Tue-la, tue-la : il faut que tu la lues. 
Enlin Mme B... passa. Je ^is comme un éclair de haine briller 
dans ses yeux. Monsani: ne lit qu'un tourdans nies veines. Je me 



Digitized by 



Google 



Al'TO-IDKNTIKICATION ROMANESQIE. 365 

• iVvipilai, brandissant mon rouleau cl bousculant les tables: Tue- 
i\, tue-la ; il Tautquetu ialues !... Maiï> brusquemenl mon bras 
11! paralysé ; je restai anéantie, rlouée sur place ; un cri sétouira 
lîiiis ma >ror«re et je ne pus dire (pic des mots inarticulés : «Sale 
'«*f tune, femme de rien î »>... On m'entoura et Ion mVmmena au 
i»osle de jKdice. »» 

I^'ohscM'vatiou i)réféclento ost intéressante à divers 
rj^artls. ^ioiis y voyons irabord un Ibnd de suggeslibilité 
manifeste, comme point de départ d'un délire; ])uisnous 
voyons ee délire évoluant ))our son propre compte ù la 
l'îivcur de cette même suj^gestibilité qui découvre pour 
lui dans le monde cxtéi'ieur, autant de preuves matériel- 
U-'S qu en réclame sa logique morbide. Sur cet échafau- 
«lai^e, nous voyons enfui se grcder, par un enchaînement 
puéril d'interj)rétati(nis, des idées rétrospectives de per- 
sécution d(uit la réaction définitive menace d'être grave. 
>Iais cette réaction même, de [)ar son caractère paroxys- 
tique et mal combiné tout à la fois, s'éloigne singnlière- 
inont de la réaction froide et préméditée des [)ersécutés 
fbroniqucs : elle est la conclusion harmonique et légitime 
de toute répopée,car,dans sa conception comme dans son 
exécution, elle est fraj)])ée au double sceau de la débilité 
vi de rinqmlsivilé des dégénérés. 

L'intérêt médico-légal vient s'adjoindre à la curieuse 
histoire de ce i)rélendu « modèle » qui affirme avoir posé 
devant l'écrivain..., Notre étrange malade a. été homicide 
d'intention sinon de fait. L'acte de meurtre a été voulu. 
« (Vest mon bras qui s'est paralysé ». a déclaré Marie 
X... A côté de l'impulsion homicide, le phénomène d'ar- 
rêt. Otte inhibition n'est d'ailleurs j)as pour surprendre 
sur ce fond de dégénérescence mentale. 



Meurtre F)Ans un asile d'aliénés. — On mande de Marseille 
qu'un nommé Bazille Sabaton, âgé de quarante et un ans, étant 
mort lundi à l'asile des aliénés, le médecin constata sur le corps 
du malheureux des blessures assez graves pour avoir entraîné la 
mort. Une enquête fut ouverte, à la suite de laquelle il a été éta- 
bli que le gardien Barthélémy et trois veilleurs, pris de boisson 
dans la nuit de Noël, avaient mortellement blessé Sabaton avec 
un instrument contondant. Ces quatre misérables ont été arrêtés 
fLe Temps . — D'où la nécessité delexclusion des jçardicns ivro- 
«rnes. 



Digitized by 



Google 



PSYCHOLOGIE 



La psychologie des dégénérés ; Les dégénérés 
mystiques ; 

1».\R i.E U'Cn. BlNirr-SANGLÉ 
Profesiseur à l'Kcole de psychologie. 

(Leçon douve/ ture») 

Mesdames, Messieurs, 

La psychologie des dégénérés est une science rela- 
tivement récente. Elle a été inaugurée par Bénédikt 
Morel, dont le Traité des dégénérescences de Vespèce hu- 
maine i)aru en 1857, et continuée par Valentin Magnan, 
Maurice Legrain et H. Saury, pour ne citer que les plus 
connus parmi les aliénistes qui s'y consacrèrent. 

Je n'ai pas l'intention de traiter dans une Ecole qui 
précisément comi)te parmi ses professeurs lejdocteur 
Maurice Legrain, des dégénérés en général. C'est seule- 
ment des dégénérés mystiques que je veux parler, et déjà 
le sujet est assez vaste. Il est d'autant plus vaste que les 
dégénérés mystique» ne se rencontrent jias seulement, 
comme on i)ourrait le croire, dans les asiles d'aliénés : ils 
emplissent ces asiles s[)éciaux qu'on appelle les monas- 
tères. 

Je m'engage, je le sais, sur un terrain brûlant. Sans 
doute l'humanité a traversé la période éruptive. L'une 
des conséquences du progrès scientifique a été l'extinc- 
tion graduelle des mauvaises passions. La croix de la 
Saint-Barthélcmy ne souillera [dus nos portes» et nous 
n'entendrons plus le rAle des penseurs sortir des bû- 
chers de l'Inquisition. Le Roi-Soleil a em])orté, dans le 
pourpre de son déclin, jusqu'au souvenir de la chamil- 
lai*de et des missions bottées de Louvois; etdecestcmi>8 
où la foi se mesurait à la haine, il ne restera bientôt i>lus 
que les statues d'Etienne Dolet et de Michel Servet de- 
bout sur nos jdaces publiques comme des remords de 



Digitized by 



Google 



LA PSYCHOLOGIE DES DKGÉNÉRKS. 307 

l>ronze. Mais le sous-sol n'est pas refroiili encore. Au- 
€lessous de riiumanité qui i)cnse, la lave bouillonne de 
r humanité barbare. Dans les pays les plus civilisés, les 
îsièclcs disparus ont leurs représentants : ce sont ces 
produits de parents intoxiqués ou malades que nous ap- 
pelons les dégénérés mentaux. 

Chez eux les émotions et les passions, l'enthousiasme 
inconsidéré, la haine virulente et la peur morbide ren^ 
dent difliciles, sinon impossibles. l'observation et le rai- 
sonnement ; et leurs gestes impulsifs peuvent ouvrir sous 
les pas du chercheur tranquille des fumerolles et des 
cratères. 

Messieurs, c'est d'un jja's égal que je m'avaneerai sur 
le terrain volcanique que j'ai choisi. Je n'ai pas lorgueil 
de Ty])hée et d'Encelade, et m efforcerai d'être i)lus ])i»u- 
dent qu'Empédocle et que Pline l'Ancien. Mais, ayant 
conscience de faire œuvre utile, travaillant, dans hi 
mesure de mon pouvoir, au i)rogrès de la science et par 
ccmséquent au bonheur des bommes, je ne rebrousserai 
pas cbemin. 

Les religions ont fait du bien et ont fait du mal, et 
je crois qu'aujourd'hui, en se dressant devant la science, 
et en s'etlbrçant d'accaparer l'instruction publique pour 
en limiter les eirets,elles font i)lus de mal que de bien. Et 
cependant vous n'entendrez sortir de ma bouche aucune 
])arole de réprobation. C'est que les phénomènes reli- 
gieux sont, comme tous les autres, parfaitement déter- 
minés, et qu'en les aj^préciant de façon malveillantc,je res- 
semblerais à ces sauvages de l'Afrique centrale qui s'irri- 
tent contre la pluie et le vent. 

Avant de parler des dégénérés mystiques, il me faut 
dire en quoi consiste la dégénérescence. 

Les protoplasmas vivants ou bioprotéons sont des édi- 
fices chimiques conij^exes mais définis, et cristallisant 
sous des formes définies qui sont celles des êtres vivants. 
La forme étant, pour les végétaux et les animaux comme 
pour les minéraux, fonction de la composition chimique, 
il y a autant de bioprotéons différents qu'il y a de formes 
différentes, c'est-à-dire qu'il y a d'êtres, car il n'est point 
deux individus qui se ressemblent trait pour trait; 
Mais ces diverses substances ont des caractères com- 



Digitized by 



Google 



SfxS PSYCHOLOGIE. 

muns. qui sans douter permellront ]>liis tard de les grou- 
])er en espèces chimiques, vraisemblablenient correspon- 
dantes aux espèces morphologiques. 

Kn raison de leur complexité même, les bioprotéons 
sont des édifices extrêmement instables, extrêmement 
sensibles aux influences du milieu ; et par milieu j'entends, 
non seulement le milieu chimique, mais les milieu;^ pl^y- 
siquc et mécanique, qui influent chimiquement sur le 
bioprotéon. Que le milieu change, et il en résultera 
une modification dans la composition, et i>ar conséquent, 
si légère soit-elle, dans la l'orme générale de l'être, dans 
la comi)osition et dans la l'orme aussi des cellules qui le 
composent, et eu particulier des cellules sexuelles, par 
suite, des modifications dans la composition et la forme 
du produit. 

Si Ton vient i\ retourner un bourgeon de thuya, la 
feuille qui en sort prcnil, à sa face inférieure, les carac- 
tères histologiques que possède norinalemeut la face 
supérieure. 

Si Ton coupe les rameaux verts de la pomme de terre, 
il se forme sur les rhizomes des feuilles à la place de tu- 
bercules. 

La baleine, en adoptant la vie aquatique, ayant cessé 
de sapjmyer sur son fémur, cet os finit par .s'atrophier 
et par n'être plus nourri que par de petits vaisseaux san- 
guins ; mais, en revanche, l'animal se servant pour sa 
]>ropulsion des muscles qui entourent cet os, ceux-ci s'ac- 
crurent juscpi'à former d'énormes masses richement ir- 
riguées. (iCtte modification se ])roduisit certainement, 
bien qu'à un très faible degré, chez le premier animal du 
genre baleine qui adopta la vie atpiatique, et elle en - 
traîna une modiflcation des cellules sexuelles qui déjà 
esquissèrent le fémur réduit du cétacé. Mais ce ne fut 
qu'au bout d'un nombre considérable de générations et 
par addition que cette modification devint appréciable. 

«Si l'cpul, (lit cxc-eiltMiiinent Yves Dt'laj^e, contient les subs- 
tanros caractéristiques de cerlaines catégories de cellules de l'oi^ 
ganisme, il doit donc èlre touché en même temps que ces cellules, 
et \mv les inrMnes aïeuls. Si ces ajrenls ont une action excitante 
oudé|)nmante et poussent l'organe à se développer davantage ou 
à s'atrophier, il se prodnira dans Vivuï une action parallèle: les 



Digitized by 



Google 



LA PSYCHOLOGIE DES DÉGÉNÉRÉS. 369 

substances correspondantes subiront un certain accroissement ou 
une certaine déchéance, et, loi*sque l'œuf se développera, les cel- 
l ules chargées de les localiser en elles, et par suite les organes for- 
més de ces cellules, subiront l'effet de cette déchéance ou de cet 
accroissement» (1). 

De Fœuf, fragment du cristal bio^ïrotéique ainsi modi- 
lié, naîtra naturellement un cristal modifié. Tout le 
secret de T hérédité est là. 

Cette concej)tion Messieurs, nous la devons au i)liilo- 
soplie Herbert Spencer. Le premier, il comprit que le 
phénomène de l'hérédité embrassait les trois règnes, que 
la reproduction des végétaux et des animaux était iden- 
tique à la reiiroduction des cristaux, et que, le plus sim- 
X)le étant aussi le j)lus général, le problème de l'hérédité 
se réduisait au problème de la cristallisation. 

Et vraiment Ton se demande comment les naturalis- 
tes n'ont point vu qu'entre le fragment de cristal de bi- 
lualate de potasse, le fragment de feuille de bégonia, le 
fragment d'étoile de mer et le fragment d'homme, qui, en 
se développant, reproduisent le minéral, la plante, ou 
l'animal entier, il n'y a aucune difierence au point de vue 
de révolution. On se i)ose la question, et Ton ne tarde pas 
à y répondre. Cet te idée si simple ne pouvait venir qu'à un 
philosophe habitué à embrasser du regard l'ensemble des 
phénomènes, mais non, étant donné nos méthodes d'ins- 
truction actuelles, à un minéralogiste, à un botaniste oui 
un zoologiste. 

Car, — il faut bien le reconnaître ^, le vingtième siècle 
traîne après lui, comme un boulet, la pédagogie du moyen- 
Age, Alors que, i)areille au soleil levant, la science 
répand à chaque minute dans le cerveau des hommes 
un i)eu plus de lumière, un i>eu plus de bonheur, un ]}en 
plusdela joie de vivre et de l'insouciance de mourir, 
nous livrons encore les jeunes générations aux gram- 
mairiens et aux rhéteurs. Pendant des années, les pré- 
cieuses années delà jeunesse, oii l'on ne demande qu'à 
apprendre la vie, nous les condamnons, sous je ne sais 
quel prétexte de gymnastique cérébrale, à l'étude de la 
mort. 

(1) Yves Dsilaoe. — L'hérédité et les grands problèmes de la bio- 
logie générale, 1903, p. 837. 

AnciiiVES, 2- série, 1905, l. XIX, 24 



Digitized by 



Google 



370 PSYCHOLOGIE. 

Prisonniers dans ces lycées qui rappellent les masta- 
bas de la nécropole memphite, penchés sur les grimoires 
comme des archéologues sur les tombeaux, ils déroulent 
les bandelettes des vocables, jusqu'à ce que. juste récom- 
pense de ces héroïques logomachies, le baccalauréat, la 
baie de lauriers des athlètes antiques, leur assure une 
place de cocher de fiacre ou de garçon livreur. I^ science 
emplit le champ de la vie et de la pensée, et la jeune hu- 
manité, sous Toeil des linguistes, conjugue des aoristes 
périmés. 

Ces jeunes gens qui, pour mieux comprendre le fran- 
çais, i)araît-il, ont ax>pris le grec et le latin tout en négli- 
geant le sanscrit, source commune des langues aryennes, 
qui ont traduit cent vers d'Hésiode, mais n ont point lu 
Baudelaire, qui ont traduit trois scènes de Térence, mais 
n ont point lu Beaumarchais, qui ont analysé trois i>agcs 
de Fénélon, mais n'ont x^oint lu Voltaire, ces jeunes gens, 
dis-je, au moment d'entrer dans le monde, se hâteront de 
prendre une légère teinture des sciences. S'ils y prennent 
goût, ils n'auront que le temps de se spécialiser. Ils de- 
viendront des minéralogistes, des botanistes, des zoolo- 
gistes, des médecins, confinés dans leur sphère, incapa- 
bles de s'élever aux vastes concex^tions, et de deviner, 
comme le fit le grand philosoxdie anglais, que le crisUil, 
le végétal et l'homme se rex)roduisent suivant les mômes 
lois. 

Heureux encore s'ils X)arviennent à le comx^rendre. 
Cette théorie si belle, si simx)le, et qui semble devoir 
s'imx)oser à l'esprit, dès qu'on en prend connaissance, 
n'est guère distinguée des autres par les auteurs, et il a 
fallu les découvertes récentes du professeur nax>olitHin 
Hugo von Schron sur la vie des cristaux x>our attirer 
l'attention sur elle. Ainsi, Messieurs, le problème de 
l'hérédité — et je livre ceci aux méditations du distingué 
dramaturge qu'est M. Brieux, l'auteur de ÏÉvasiotty — le 
problème de l'hérédité se réduit au problème de la repro- 
duction des cristaux. 

Il en est de môme du j>roblème de la dégénérescence. 

La dégénérescence enellct n'est qu'une fonne de l'hé- 
rédité. C'est le remx)lacement, x>ar suite des infiuences de 
milieu, d'un végétal ou d'un animal, c'est-à-dire d'une 



Digitized by 



Google 



LA PSYCHOLOGIE DES DÉGÉNÈRES. 371 

iiiuchine vivante, j)ar une autre machine vivante moins 
parfaite que la première. Le milieu, nous le savons, est 
complexe. C'est l'ensemble des forces auxquelles nous 
sommes soumis. Les résistances mécaniques, la chaleur, 
la lumière, l'électricité, la composition de l'air respiré et 
des aliments ingérés, l'action des parasites travaillent 
concurremment à la transformation des Otres. 

Mais de ces causes, il n'en est pas de i^lus active que 
l'alimentation. En elTet, pour que les éléments musculai- 
re», élastiques, osseux, cartilagineux ou nerveux se déve- 
loppent, il est nécessaire que l'animal absorbe des subs- 
tances capables de donner naissance à la myosine, à 
rélastine, à losséine, à la chondiîne, à la névrine. Les 
aliments agissent en modifiant la comx^osition du sang, 
qui réagit sur le protoplasma, (klui-ci réagit à son tour 
sur le sang i)ar les excréta qu'il y déverse. 

*< L'addition dr la substance nouvolU», dit Yves Delage, rend 
j)ossible une nouvelle différenciation hislologique. Si, comme 
nous le pensons, la ditrércnciation repose sur la séparation, dans 
di's cellules déterminées, et par le moyen de la division hétéixj- 
î^t'^ne, <run pmtoplasma où une (ou quelques) substance prédo- 
mine sur les autres, il est évident que, î,n*àce à la substance nou- 
v«*lle, une nouvelle caté^'orie de cellules pourra se différencier en 
mrme temps que les anciennes cellules sei'ont plus ou moins 
modifiées, et ces nouvelles cellules pouiTont donner naissance à 
lin nouvel organe et à une nouvelle fonction » (1). « Le fer, 
arraché sans doute aux roches ferrugineuses par les végétaux quî 
vn ont formé un élément de leur chlorophylle, est devenu chea 
les animaux un élément de l'hémoglobine, où il joue un rôle 
tout autre que dans la chlorophylle des végétaux » (2). 

i< Les caractères de race des Islandais, des Bretons, des Arabes, 
d<îs Samoyèdes, etc., sont dus en partie à leur régime, principa- 
lement à leur nourriture, qui contiibue à leur donner ime phy- 
sionomie commune, de même que le buveur d'absinthe, de vin, 
<le bière, le fumeur d'opium, le mangeur de haschich ont leur 
faciès à part » (3). 

Ainsi les influences de milieu, et surtout l'alimentation' 
sont la cause et Tunique cause des modifications chimi" 

(1) Yves Î) e l ag e. — Loc. ci/., p. 863. 

(2) Yves Delaoe. — Loc. cit., p. 863. 
(.1) Ibkl., p. 835. 



Digitized by 



Google 



372 PSYCHOLOGIE. 

ques et par conséquent morphologiques des êtres, Tuni- 
que cause delà dégénérescence. 

Si la machine humaine se transforme en une machine 
moins i)arfaitc, c'est gn\ce à Faction des poisons alimen- 
taires (alcool, tabac, opium) ou microbiens (tuberculose, 
syphilis, cancer, lèjjre) sur les éléments cellulaires et en 
particulier sur les cellules sexuelles, de l'excès ou de 
l'insuffisance des aliments (polytrojAie, famine, misère), 
de l'excès de chaleur ou de froid, de sécheresse ou d'hu- 
midité, de rinsufûsance ou de l'excès de travail causé par 
les résistances mécaniques et sociales, en un mot de 
toutes les défectuosités du milieu. 

Sous nos climats, l'alcoolisme est la principale cause 
de la dégénérescence. La tuberculose elle-même, considé- 
rée comme l'une d'elles, serait, pour Lancereaux, — et je 
partage sa manière de voir, — une des formes de la dégé- 
nérescence alcoolique. Le microbe crée la maladie, mais 
l'alcoolisme des ascendants ou du sujet lui-même crée le 
terrain favorable. 

Or, de tous les tissus de Torganisme, il n'en n'est i>as 
de plus sensible à l'alcool que le tissu nerveux. L'alcool 
altère profondément les neurones et, dans le sjjermato- 
zoîde ou dans l'ovule, la substance qui les rei)résente. 
Aussi est-ce le système nerveux qui est surtout atteint 
chez les dégénérés alcooliques. 

Tantôt une portion de la substance j)ronerveuse de 
l'œuf est détruite, et un certain nombre de neurones ne 
se développent pas. 

Les moins altérables sont ceux dont la difierenciation 
est la plus ancienne, les plus altérables ceux dont la difle- 
renciation est la plus récente dans la série i^hylogénique. 
Alors que les métamères sous-encéphaliques sont rare- 
ment touchés, l'écorcc cérébrale l'est j^resque toujours. 

Ce défaut de développement peut porter sur des régions 
très vastes. Il peut intéresser le cerveau tout entier. Cer- 
tains idiots, réduits à la moelle et au bulbe, et par suite 
aux réflexes rudimentaires, se sont, dans l'évolution 
embryogénique,qui est, on le sait, parallèle à l'évolution 
phylogénique, arrêtés au stade du vers ou de l'am- 
jihioxus. D'autres, réduits au cerveau postérieur, et par 
suite aux sensations et instincts, incapables de réflexion, 



Digitized by 



Google 



LA PSYCHOLOGIE DES DÉGÉNÉRÉS. 373 

esclaves de leurs besoins et de leurs impulsions, ont la 
mentalité, le don d'imitation et parfois Taspect extérieur 
des anthropopithèques. 

Que révolution atteigne un stade un peu plus avancé, 
que Tarrôt de développement ne porte que sur les cou- 
ches les plus récentes de Técorce, et Ton a ïimbécile, le 
débile, ïarriéré, d'un mot le dégénéré inférieur, 

L'arrêt de développement peut n'intéresser que cer- 
taines régions de l'écorce, les autres ayant achevé leur 
évolution. On a alors une variété de dégénéré qu'on a 
jusqu'ici complètement négligée dans les classifications, 
ce que j'appellerai le dégénéré moyen. Les déséquilibrés, 
originaux, toqués et maniaques, dont Tintelligence n'est 
notablement ni inférieure ni supérieure à la normale,' 
rentrent dans cette classe. 

Enfin il peut arriver que le cerveau soit, par certains 
côtés, celui d'un homme supérieur, par d'autres celui 
d'un débile, d'un imbécile ou d'un idiot, et l'on a le dégé- 
néré supérieur. A cette classe appartiennent un certain 
nombre d'hommes de génie. 

Au point de vue anatomique. ce qui caractérise les 
dégénérés,et surtout les dégénérés moyens et supérieurs, 
c'est l'asymétrie cérébrale. Cette asymétne, qui a pour 
conséquence la déséquilibration mentale, est, selon moi, 
la condition matérielle du trait d'esprit et du coup de 
génie. 

I^ découverte soudaine me paraît être le résultat d'une 
décharge nerveuse éclatant, par suite de la difformité du 
condensateur et de l'inégalité des charges, entre deux 
groupes de neurones éloignés, et par suite revêtus d'em- 
preintes notablement différentes. De là un rapproche- 
ment imprévu, irréfléchi, involontaire, entre deux idées 
disparates. 

Aussi bien ne faut-il pas, de parti pris, attacher au mot 
dégénéré un sens péjoratif. Le cheval pur sang anglais, 
animal dégénéré, et qui supporterait difficilement la vie 
sauvage, est fort apprécié des cavaliers. Le boulonnais, 
autre création du génie de l'homme, et qui, en raison de 
sa lourdeur, ne pourrait échapper à la dent des fauves, 
est fort apprécié des camionneurs. La vache laitière, le 
mérinos, le dishley à la laine soyeuse et fine doivent 



Digitized by 



Google 



374 PSYCHOLOGIE. 

également leurs qualités spéciales à la dégénérescence. 
Il en est de même dans F espèce humaine. 
La société, Messieurs, ressemble à une machine qui, 
pour bien fonctionner, a besoin d'organes fort divers. 

Ils n*ont pas tous le même volume, le même poids, la 
même forme, la même résistance, mais, au point de vue 
du bon fonctionnement de la machine, ils ont tous la 
même valeur : L'excentrique vaut Tarbre de couche. 

Il y aurait pour mon ami Franc-Nohain, qui prête ai 
plaisamment aux choses inanimées les sentiments des 
hommes, une bien jolie fable à écrire, celle de la bielle et 
du déclic : la bielle méprisant le déclic, et le déclic faisant 
observer à la bielle qu'elle ne serait sans lui qu'une masse 
inerte entre ses deux i>ivots. 

La bielle. Messieurs, c'est Thomme normal, sain et ro« 
buste, plein de bon sens et d'énergie rythmée. Le déclic, 
c'est le dégénéré. Le dégénéré constitue un des éléments, 
peut-être le principal élément du pix)grè8. C'est lui qui le 
plus souvent fait les découvertes, institue les réformes, 
hâte les évolutions, suscite et dirige les révolutions. En 
science, en art, en politique, en religion, son rôle est pri- 
mordial. Ne le méprisons donc pas. Mais suivons le bon 
sens populaire, qui excuse, en faveur des services qu'ils 
rendent, les incartades des hommes de génie. 

Ainsi la dégénérescence mpntale peut consister dans 
le non développement d'un certain nombre de neurones. 
Elle peut consister aussi dans leur arrêt de développe- 
ment. Cet arrêt de développement a une conséquence qui 
mérite de retenir votre attention. 

J'ai cru pouvoir poser en loi que le protoplasma de 
toute cellule vivante est susceptible de se contracter 
sous l'influence des différents modes du mouvement. 

Cette contractiiité, je l'ai relevée chez 43 espèces de 
cellules appartenant aux deux règnes et à divers tissus. 
Elle a été observée chez la cellule nerveuse,par J. Havet, 
Jean Demoor, Micheline Stefanowska, Querton, Robert 
Odier,décorée du nom d'amiboïsme des neuromes.et niée, 
presque aussitôt que découverte, par Von Lenhossek, 
Kôlliker et Ramon y Cajal. 

Sans revenir aux arguments que j'ai cru devoir oppo- 
ser, dans le Progrès médical^ à ces trois célèbres histolo- 



Digitized by 



Google 



LA PSYCHOLÛGIK DES DEGKNKRKS. 375 

jçifttes — car j'ai trop étudié Pascal et les Evangélistes 
pour accepter comme paroles d'évangile les affirmations 
*les autorités, — je i)uis dire qu il serait surprenant que 
le neurone f lit dépourvu d'une faculté qui appartient à 
tant d'autres cellules, et qui paraît être la condition 
inOmede la vie. 

Assurément on est allé trop loin en prétendant que les 
neurones se contractaient au point de se séparer momen- 
tanément les uns des autres. 

Peut-être même s'est-on trompé en voyant dans l'état 
perlé de leurs prolongements Teftet de la contraction, 
bien que ce phénomène et cet état soient manifestement 
associés chez Bacillus anthracis, chez les plantes des gen- 
res Chara, Nitella et Mesocarpus, chez Tradescantia vir- 
ginica^ Drosera rotundi/olia et chez les Hhizopodes. 11 
se peut, en effet, que la contraction se jjroduise dans 
l'intérieur môme des prolongements neuroniens, sans que 
leur forme en soit sensiblement modifiée, et qu'elle n'in- 
téresse par exemple que les fibrilles de Golgi. Quoi qu'il 
en soit,il me paraît certain que le biox>rotéon des neurones 
est susceptible de se contracter, et que cette contraction 
a pour effet la formation, dans les conducteurs qu'ils cons- 
tituent,des zones mauvaises conductrices que j'ai apj)elées 
les neurodiélectriques. Je vous renvoie pour le détail 
de cette théorie aux Archives de neurologie où je l'ai pu- 
bliée, (rest la formation et la disparition des neuro-dié- 
lectriques, par conséquent la contractilité des neurones, 
qui, selon moi, règle tous les phénomènes delà pensée. 
C'est-elle qui, eni)articulier,me paraît être la condition 
physiologique de la suggestibilité. Subir une suggestion, 
c'est recevoir une idée et la tenir pour vraie sans la con- 
trôler, sans y réfléchir, ou sans y réfléchir sufflsamment. 
Or la réflexion consiste essentiellement dans la compa- 
raison de plusieurs images ou idées différentes, clichées 
sur des neurones différents. 

Vous connaissez, Messieurs, ces petits ai)pareils de 
physique amusante qu'on appelle les tubes de (leissler. 
Les tubes de Geissler, auxquels on peut donner différen- 
tes formes, devienlient lumineux au moment ou le cou- 
rant électrique les traverse. Or supposons des tubes de 
Geissler représentant divers objets : un cristal, un bégo- 



Digitized by 



Google 



376 PSYCHOLOGIE. 

nia, une étoile de mer, un homme, et reliés ensemble par 
des conducteurs qu'interrompent des diélectriques j>eu 
résistants. Faisons passer le courant. Nous verrons appa- 
raître le cristal, puis, si le courant augmente d*intensité, 
le bégonia, puis Tétoile de mer, puis l'homme. 

C'est précisément ce qui se j>roduit dans la rêverie et 
dans la réflexion, qui n'est qu'une rêverie intense et 11- 
mitée.Lc courant nerveux fait s'illuminer,sur les neurones 
qu'il traverse, les clichés qui y sont inscrits, et les rend 
perceptibles à la conscience. Et c'est ainsi que,passant du 
cristal au bégonia, du bégonia à l'étoile de mer, et de l'é- 
toile de mer à l'homme, la réflexion d'un Herbert Spencer 
aboutit à la conception de l'unité de loi dans la reproduc- 
tion des minéraux, des végétaux, et des animaux. 

La réflexion est d'autant plus aisée, plus étendue, et 
plus profonde que les neurodiélectriques qui s'opposent 
au passage du courant nerveux sont moins résistants. 
Dès lors on conçoit que si les neurones sont très contrac- 
tiles, si les neurodiélectriques s'y forment aisément, et 
si, jjar suite, les courants nerveux y sont aisément inter- 
rompus, la réflexion sera rendue difficile, sinon impossi- 
ble. 

Or, plus une cellule, plus un neurone est jeune, plus 
il se rapproche de l'état de l'amibe dans la série phylo- 
génique, de l'état du spermatozoïde et de l'ovule dans 
l'évolution individuelle, plus il est contractile. C'est chez 
les Mollusques, chez les Annélides, chez les Cinistacés, 
chez les Batraciens, chez les Mammifères inférieurs, que 
la contractilité des neurones a été particulièrement ob- 
servée. 

Et ainsi s'explique la mobilité de l'esprit de l'enfant, la 
facilité avec laquelle il passe d'une idée à une autre, son 
extrême suggestibilité. 

Dès lors, chez tout individu arrêté dans son développe- 
ment, la contractilité du neurone, et x^^r conséquent la 
suggestibilité sera considérable. 

En eflet. Messieurs, le cerveau des dégénérés est une 
cire molle qui reçoit toutes les empreintes. Incapables 
d'observation et de réflexion soutenues, ils acceptent 
comme paroles d'évangile toutes les idées qu'on leur im- 
pose. 



Digitized by 



Google 



LA PSYCHOLOGIE DES DÉGÉNÈRES. 377 

Ce sont eux qui constituent les sectes religieuses, les 
clans littéraires et artistiques, les partis politiques que la 
passion seule domine.depuis les réactionnaires farouches 
j usqu*aux anarchistes exaltés, les bandes de criminels et 
les x>i^stituées. Us passent d'un groupe à Vautre avec la 
l>lus grande facilité. Plusieurs courtisanes sont devenues 
des saintes. Nombre d'assassins sont entrés au monas- 
tère ! Et que d'anarchistes sont des mystiques dévoyés ! 

Est-ce à dire que tous les dégénérés sont mentalement 
identiques? Je ne le crois pas. Sans doute ils ont un fonds 
eommun,mais ils diflerent par certains côtés, et il ne faut 
pas, pour devenir un voleur de gi^and chemin, identique- 
ment les mômes aptitudes que pour devenir un carme. 

Laissant à mon distingué collègue, M. Blieck, le soin 
d'exposer devant vous la psychologie, des dégénérés cri- 
minels, je me suis resti*eint à l'étude des dégénérés mys- 
tiques. 

I^ psychologie des dégénérés mystiques se confond avec 
la psychologie religieuse ou hiéropsychologie. C'est la 
science des phénomènes dont le cerveau des religieux de 
vocation et des dévots est le théâtre, et particulièrement 
des idées, des émotions et des sentiments religieux. Cette 
science, qui est une branche de ranthropologie,fait partie 
des sciences naturelles, et emprunte leur méthode. Cette 
méthode comprend quatre temps : l'observation, la com- 
paraison, la généralisation, l'induction. 

L'observation se divise en hétéroobservation et en 
autoobservation . 

L' hétéroobservation comprend elle-même deux pro- 
cédés, l'hétéroobservation directe et l' hétéroobserva- 
tion indirecte, actuelle ou rétrospective. L'hétéroobser- 
vation directe est évidemment la meilleure, mais elle est 
difQcilement praticable. Les religieux et les dévots se 
prêtent mal aux recherches de l'hiéropsychologiste, qu'ils 
présument dépourvu de foi et rebelle à toute conversion. 
Toutefois l'américain Leuba, ayant adressé des question- 
naires à ces sujets; a obtenu un grand nombre de répon- 
ses. Pour ma part, je n'ai employé l'hétéro-observation 
directe que très rarement. 

L'hétéroobservation indirecte m'a offert plus de res- 



Digitized by 



Google 



378 PSYCHOLOGIE, 

sources. (Test à elle que j'ai eu le plus souvent recours. 
Jusqu'ici, en effet, mon travail s'est presque réduit à dé- 
pouiller des documents historiques, à établir d*aprcs eux 
des observations analogues aux observations cliniques, 
et à comparer ces observations j'ai analysé de préférence 
les documents présentant un caractère de sincérité indé- 
niable ; et, à ce i)oint de vue, les mémoires, biographies 
et confessions des religieuses de Port-Royal m'ont fourni 
des faits d'une netteté et d'une précision psychologique 
qu'une hétéroobservation directe et provoquée ne m'ei\t 
licut-ôtre pas donnés. 

Je ne dirai qu'un mot de l'autoobservation. Sans doute 
on trouA'era rarement un hiéropsychologiste dont les 
sentiments religieux aient été, à une certaine époque de 
sa vie, assez développés pour que sa j)ropre observation 
ait une grande valeur. Du moins, tels qu'ils furent, ils lui 
permettront de se rendre compte de ce que pensent et 
éprouvent les religieux de vocation et les dévots. 

Telles sont. Messieurs, les diverses manières d'obser- 
ver dont dispose l'hiéropsychologiste. Quant aux autres 
temps delà méthode, comparaison,généralisation, induc- 
tion, ils n'offrent rien de particulier, sinon que ces ox>é- 
rations doivent être, i)lus encore que dans les autres 
sciences natmroUes, j)rudentes et réservées. Car s'il est 
une science qui exige de la circonspection, c'est bien celle 
qui est appellée à heurter tant et de si puissants intérêts 
que rhiéropsychologie. 

Pour moi, je n'ai guère dépassé la période d'observa- 
tion. Et c'est pourquoi ce cours mérite à peine le nom de 
cours. C'est plutôt une série de conférences que je vais 
vous faire. Je me contenterai en effet, cette année, de vous 
soumettre les plus intéressantes des observations que 
j'ai prises, et, x>our suivre l'ordre du temps, nous com- 
mencerons par les proi)hètes juifs. 



Digitized by 



Google 



REVUE D^ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE 
PATHOLOGIQUES 



LXXXI V.7- Contribution à la quesUon de la sensibUité vibra, 
toire (osseuse), par Ë. A.Schtscherbak.— Nouvelles recher- 
ches expérimentales sur Taction physiologique des vi- 
brations mécaniques, par h» mt^me. (Obmrénii' paichiatrii^ 
VIII. 1903.) — De la localisation et de la valeur clinique 
de la sensibilité osseuse ou vibratoire, par L. Minor. 
(Xeurolog. Centmlbl,, XXIII, 1904.) 

ScHTSCHKRBAK pense que le périoste, les articulaMonR, peut- 
être aussi les ligaments articulaires contiennent des appareils ner- 
veux périphériques dont Texci talion par les vibrations mécani- 
ques fournit une sensation spéciale ; cette sensation mériterait 
donc le nom de sensation vibratoît*e. La peau n'est qu'un bon con- 
ducteur transmettant jusqu'aux os les agitations mécaniques. Le 
tissu cellulaire sous-cutané et les muscles constituent des absor^ 
bants. 

Chez les sujets pathologiques, la sensibilité vibratoire peut pré- 
senter des altérations tout à fait indépendantes de 1 état de la sen-^ 
sibiiit^ profonde et de tous les autres modes de la sensibilité cu- 
tanée. D'où la nécessité de recheiTher chez tout névropathe la 
sensibilité vibratoii*e en même temps que les autres modes de la 
sensibilité. U existe une hypoesthésie, une anesthésie, une hype- 
resthésîe vibratoires. La conductibilité s'en est montrée ralentie 
dans le tabès. 

Cette méthode représente un procédé expérimental facilement 
applicable à l'étude de la physiologie normale et pathologique du 
système nerveux et au diagnostic des afTcctions nerveuses. Elle 
permet en chargeant certains segments du cerveau d'une dose 
d'énergie quelconque d'en analyser les fonctions ; l'application lo- 
cale des vibrations est un moyen d'apprécier l'activité segment^i- 
i*e. A l'appui de sa valeur thérapeutique, M. Schtscherback cite 
l'exemple d'une fdlette de 13 ans. On constatait dans la région 
thoracique et dans les membres supérieurs les signes d'une difs- 
trophie musculaire progressive. Les membres inférieurs témoi- 
gnaient d'une polio-myélite antérieure progressive» Quinze séan- 
ces de vibration du diapason sous la rotule demeurant inactives, 
on fit agir le vibrateur électrique ; les réflexes patellaires et achil- 
léensreparurent. Le vibrateurà main fit perdre le terrain gagné. 
Cinq nouvelles séances à l'aide d'un vibrateur puissant faisaient ré- 
apparaître les réflexes. Agissant dès loi*s tantôt sur le genou droit, 



Digitized by 



Google 



380 REVUE d'anatomie et de physiologie pathologiques. 

tantôt sur le genou gauche, on vit se rétablir les fonctions des 
muscles, du tronc, du cou, des jambes. La cuisse atrophiée aug- 
menta de volume. Le système nerveux, en se rechargeant, a !*é- 
cupéré son influence trophique sur les tissus. 

M. MiNOR, à la lumière de vingt-six observations, aboutit de son 
côté aux conclusions suivantes : 

t*» Pour comparer exactement la sensibilité vibratoire avec les 
autres qualités de la sensation, il faut se servir d'un appareil à 
vibrations ininterrompues (diapason mû par Télectro-aimant). — 
2® Llntégrité des os n*est pas du tout indispensable à Tintégi^ité de 
la sensibilité vibratoire ; celle-ci peut demeurer normale dans les 
fractures graves avec esquilles, avec grand écartement des frag- 
ments. L'œdème des parties molles qui entourent les osfracturés 
semble exercer une influence bien plus grande. — 3*» Les frag- 
ments osseux compris entre le point fracturé et une articulation 
fortement altérée continuent à conduire la sensibilité vibratoire. 
— 4® La périostite, la carie, les épaississements supei'ficiels des 
os n'exercent aucune influence sur la sensation vibratoire. — 5*> 
N'exercent pas davantage d'action sur la netteté de la sensation 
vibratoire les affections articulaires les plus profondes avec anky- 
loses, fistules, épaississements, etc.. — 6** Certaines parties du 
squelette (colonne vertébrale, côtes), et même des parties molles 
comme les téguments cutanés, dépourvues de toute sensibilité à 
raison d'une lésion transverse de la moelle, ne s'opposent souvent 
pas à la perception des plus nettes de la vibration du dîapa.son 
appliqué en ces régions. — 7*» On perçoit aussi nettement les v i- 
brations du diapason appliqué sur des os dénudés, ayant ou non 
leur périoste, sur des os nécrosés, et même sur des séquestres li- 
bres. — 8« Tous ces faits prouvent que les jointures ne jouent guère 
de i*ôle dans la transmission de la sensibilité vibratoire, et qu'il 
ne saurait être question de la localisation exacte de la sensation 
vibratoire au point d'application,ainsi que cela a lieu pour les au- 
tres modes de la sensibilité cutanée. — 9"^ Quand le nerf périphé- 
rique est lésé en même temps que l'os, la sensibilité vibratoire dis- 
paraît généralement. — 10° Elle est diminuée dans le calus os- 
seux récent, mais de nouvelles recherches sont nécessaires pour 
savoir s'il existe une sensibilité osseuse spéciale. — 11<> En somme, 
la nouvelle méthode de recherche ne paraît supporter la compa- 
raison avec les anciens procédés d'examen de la sensibilité, ni 
quanta la simplicité de l'épreuve, ni quanta la précision des don- 
nées, ni quant aux résultats cliniques jusqu'ici obtenus. Cela 
tient principalement à ce que nous avons affaire en l'espèce non à 
une seule excitation mais à une sommation d'excitations. — 
12^ Il se peut que la sensibilité vibratoire trouve son application 
en neuro-pathologie, mais il faut certainement qu'il soit procédé 
à de nouvelles recherches. P. Keraval. 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aNATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 381 

l^XXXV. —Quelques considérations relatives au mode de ré- 
partition des cellules motrices de la moelle au niveau 
de Toriffine des nerfs des membres, par G. Bikeles. (AVu. 
rolog. Centralblatt, XXlll, 19()4.) 

Supposons une coupe transverse et liorîz )ntale de la moelle 
cla,ns les régions en question. 

L'innervation postérieure se fait par groupe an téro-in terne de 
cellules ; il contient outre -de grandes cellules commissurales, des 
cellules motrices destinées aux muscles du dos (vertébraux). 
L'innervation antérieure s'effectue comme suit : 
Dans le plan antéro-postérieur de la coupe, ce sont toujours les 
irroupes cellulaires destinés aux muscles des segments du corps 
les plus rapprochés qui sont en avant. Ainsi dans la région du 
bras, les muscles de la ceinture de l'épaule et ceux qui attachent 
l*» bras au tronc ont leur centre dans le voisinage du bord anté- 
rieur de la corne antérieure, tandis que des cellules chargées 
d'innerver les muscles les plus éloignés occupent les environs 
<lu bord postérieur de la même corne. 

Pour le plan transversal de la coupe, quand les cellules nio- 
ti'icos destinées aux parties antérieures et postérieures du myo- 
tome sont contiguës sur une ligne transveree, ce sont celles qui 
sont en dehoi-s qui correspondent aux parties postérieures, celles 
qui sont en dedans correspondent aux parties antérieures. 

P. Keraval. 

LXXXVl. — Sur un cas d'hémorrhagie cérébrale avec inon- 
dation ventriculaire chez un enfant de 12 ans, au cours 
d'une endocardite mitrale vég^étante ; par MM. Gallavar- 
DiN et Jambon. (Bull, soc, méd, des hop, de Lyon, 31 mai ilK)4, 
p. 235.) 

Clxmquemeni : Cinq atteintes de chorée de Sydenham en cinq 
ans, puis toux, amaigrissement. Premier ictus apoplectique avec 
hémiplégie dmite et aphasie ; sept jours après, second ictus apo- 
])lectique avec contractures généralisées. Gheynes-Stokes et mort 
deux jours après dans le coma avec hyperthermie. 

Auio'psie \ Endocardite mi traie végétante. Infarctus rénaux, 
infarctus suppuré de la rate. Ramollissement cérébral à gauche 
par embolie de la sylvienne. Hémorrhagie cérébrale à droite avec 
inondation ventriculaire. 11 s'agit dans ce cas,d après les auteurs, 
tl'une hèmorrluig'xe cérébrale d'origine embolique. On sait actuel- 
lement, depuis les recherches de Ponfich sur l'anévrysme emboli- 
(jue, comment se comportent les embolies arrêtées dans les vais- 
seaux loi"squ'elles sont infectantes. 

La pai'oi vasculaire s'infecte de proche en proche, subit des al- 



Digitized by 



Google 



382 RKVl'E d'aNATOMIE KT de physiologie PATHOLOGIQIES. 

térattons profonde» et donne naissance à une dilatation anévry»- 
maie qui secondairement peut se rompre et donner lieu à une 
hémorrfaa^çie. Dans l'observation de M. Gallavardin, la présence 
d'une cause d'eraltolie (endocardite mitrale végétante); lexistence 
d'autres embolies dans la fate, les reins, la sylvienne gaucher- 
ie caractère infectant de ces embolies mis en évidence par le cail- 
lot puriforme trou>é dans la sylvienne et Tinfarctus suppuré du 
pôle inférieur de la rate prouvent l'origine embolique del'liémor- 
rhagie cérébrale. 

Ce cas est intéressant moins pour sa rareté anatomique. que 
paire qu'il se prête bien à la démonstration de la véritable signi- 
Ucation de Thémorrhagie cérébrale. G. Carkier. 

LXXXVll. — Un ca.sd6 caAcer primitif de la colonBe ▼«rié* 
brale ; par MM. Péhu et Costk. [Lyon médical, {) oct. IU04, p. 

561). 

11 s'agit d*un homme de 54 ans indemne de tout antécédent pa- 
thologique, chez qui sur> ient, après une phase de douleurs en 
cointui*e, une paralysie aigué apoplectiforme, à évolution aiguë. 
]>uis(|u'elle entraîne la mort en4joui*8. 

A Vautopsit% les auteui's trouvèrent, avec l'intégrité complète 
des viscères, une tumeur ayant pris naissance sur les 8* et 9*^ ver- 
tèbres dorsales, et envahi les corps vertébraux qu'elles avait dé- 
sagivgés jusqu'à pro<luire une subluxation de la tige osseuse. 
L'examen histologiquo montre que la néoplasieavait pour origine 
le (issu osseux. 

Il s'agissait donc, sans aucune réserve, d'un cancer primitif de 
la colonne vertébrale. Les auteurs insistent sur l'évolution ex- 
trêmement rapide et caractéristique de la paraplégie dans leur 
cas. qui s'ajoute à la trentaine d'observations déjà publiées. G. G. 

LXXXVlll.— Coexistence d'un rétrécissement mitral et d*une 
hémorrhagie cérébrale, par MM. Lcclerc et Oeutter.(<Vocu'- 
tè mèd. (les hôp. de Lyon, 15 nov. 11)04.) 

La coexistence d'une hémorrhagie cérébrale et d'un rétivcisse- 
ment mitral est exceptionnelle, quand il s'agit d'une endocardite 
chronique. Lorsc^u'onaaiTaire à une poussée endocardique aiguë 
ou subaiguë, on peut voir une hémori*hagie céi'ébrale d'origine 
embolique. (''est un processus spécial où l'hémorrhagie est secon- 
daire à Tembolie. 

La cas de M. Leclerc est tout autre, il a trait à une hémorrha- 
gie cérébrale chez un malade porteur d'un\ieux l'étrécissemenl 
mitral cicatriciel, dont l'origine remontait à des atteintes de rhu- 
matisme articulaire aigu, la dernière datant de vingt ans. La pi*é- 
sence d'une néphrite intei-stitielle explique la coexistence des deux 
lésions qui s'excluent généralement. G. G, 



Digitized by 



Google 



REVUE D*ANATOMIE ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 383 

LXXXiX.— Néoplasme de l'estomac, endocardite végétante ; 
embolies cérébrales ; déviation conjuguée de la tête et 
des yeux avec hémianopsie par ramollissement de la 
sphère visnelle occipitale ; par MM. J. Nicolas et Cade. 
{Société Yivéil. des hop, de Lyon, 15 novembre 1904.) 

lls'a^'il dun malade de 61 ans atteintd'un néoplasme de l'esto- 
mac (jul présenta successivement les phénomènes suivants : une 
hémianopsie droite, puis un ictus qui laissa une aphasie motrice. 
Les j ou ins suivants, parésie à installation successive, dans les qua- 
tre membres, enfin comaa\ec déviation conjuguée, delà tète et 
des yeux à gauche. 

Inégalité pupillaire légère, la pupille gauche étant plus large 
que la droiteet plus paresseuse aux impressions lumineuses. La 
pointe du cœur battait dans le 5* espa(*e en dehors du mamelon. 
Les bruits étaient un peu sourds à la pointe ; rien à l'orilice aor- 
tique, les battements cardiaques étalent un peu accélérés (1)8 par 
minute) et présentaient quelques intermittences. Rien à l'exa- 
men des organes. 

L'autopsie a conlirmé l'existence d'un néoplasme de l'estomac 
et a permis de relier celui-ci aux manifestations neneùses ob- 
ser>ées dans les derniers jours de la \ie, par l'intermédiaire d'un 
chaînon qui manquait : une endocardite >égétante. Celle-ci avait 
passé inapeirue à l'auscultation, elle siégeait dans le cœur gau- 
che et ses végétations, peu adhérentes, placées au seuil mêm(> de 
l'aorte, étaient prédestinées aux migiations emboliques. Il y 
avait un foyer de ramollissement l'érent au niveau et autour de 
la scissure calcarine, les autcui"s insistent sur l'existence de la dé- 
viation conjuguée de la tête et des yeux à gauche, coïncidant avec 
une hémianopsie droite parlésion de la scissure gauche. Cette 
association deThémianopsie et de la déviation conjuguée de la tête 
et des yeux est bien susceptible de l'interprétation proposée par 
M. Bard,qui soumet la plupart des cas de déviation conjuguée non 
spasmodique d'origine cérébrale à l'influence d'une hémianopsie. 
(Ihezle malade observé parles auteurs, la déviation de la tète et 
des yeux revêt bien le type de cette déviation par inhibition sen- 
sorielle, susceptible d'être comgéepar l'observateur et diminuant 
à mesure que le coma progresse. G. C. 

XC. — Hémianopsie homonyme droite par abcès sous-cor- 
tical du lobe occipital gauche ; par M. Braun. [Société mê- 
dic. des Hôpitaux de Lyon ^ 22 nov. 1904.) 

Cette observation présente un certain intérêt en raison de sa 
localisation, qui est assez rare. Dans le lobe occipital gauche, exis- 
tait une cavité du volume d'un petit œuf de poule siégeant en ar- 
rière delà corne postérieure du ventricule, s*»parée de celui-ci par 



Digitized by 



Google 



384 REVUE d'anatomie et de physiologie pathologiques. 

une paroi mince. L*abcès était sous-cortical et était sépaiv deTé- 
corce par une épaisseurde parenchyme cérébral de un centimètre 
et demi. Il se trouvait sur le trajet du faisceau des radiations opti- 
ques. Le pus de Tabcès contenait de gros cocci paraissant apparte- 
nir à la variété staphylocoque. Pas de bacilles de Koch. Au point 
de vue pathogénique, il semble que la porte d'entrée ait été une 
ampoule abcédée de la main droite, que le malade avait présen- 
tée huit jours avant l'apparition des symptômes fébriles et de la 
céphalée. » G. C. 

XCL —Le liquide céphalo-rachidioD dans la rage clinique 
et expérimentale, cytologie ; virulence ; par M. Lesibur, 
(Société mèdxc. des hôpitaux de Lyon, 6 déc. 1901.) 

Cytologie, — Examen du li<[uide céphalo-rachidien de quatre 
hommes ou femmes rabiques, retiré par fonction lombaire, puis 
centrifugé. 

le»" cas : jeune lille atteinte de rage à forme prolongée vérifiée 
histologi(|uement et par inoculation au lapin. Ponction lombaire 
au 6» jour de la maladie. Ea?am^n çytologique négatif. 

2* cas : enfant de 8 ans atteint de forme délirante et halluci- 
natoire. Diagnostic confirmé par examen histologique et inocula- 
tion du cerveau : Examen çytologique du liquide céphalo-rachi- 
dien la veille de la mort. Résultat négatif. 

3* Cas : homme de 36 ans, mort en trois jours de forme hydro- 
phobique. 

Diagnostic confirmé hislologiquement et expérimentalement. 
Résultat négatif de lexamen après la mort. 

4" Cas : Forme furieuse chez un homme. Diagnostic confirmé 
par inoculation et histologie ; résultat négatif de l'examen du li- 
quide céphalo-rachidien après la mort. 

11 n'y a donc pas de leucocytose dans le liquide céphalo-rachi- 
dien des rabiques au moins dans les formes sus-indiquées. Expé- 
rimentalement, examen de trois chiens et trois lapins à Tautop- 
sie. Les résultats ont été négatifs.Ën ce qui concerne la tirul^nce, 
Fauteur confirme les données classiques, elle est inconstante dans 
le liquide céphalo-rachidien des rabiques. G. C. 

XCIl. — Les troubles de la psycho-motilité; par le D*^ ue Bucks 

(Jour, de Neurologie, 190Î, n<» 24.) 

Dans ce travail, M. de Buck oppose Tune à l'autre les deux 
théories pathogéniques au moyen desquelles les associationnistes 
d'une part, les volontaristes ou apperceptionnistes d'autre part, 
expliquent les troubles de la psycho-motilité. 

Pour les premiers, à la télé desquels se trouve Ziehen, nos actes 
sont les conséquences nécessaii*es de l'association de nos idées. 



Digitized by 



Google 



REVUE d'aNATOMIË ET DE PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUES. 385 

Celte association se compose d'un certain nombre de sensations 
ou de souvenirs qui, par leur combinaison, engendrent des actes 
sans intervention d'aucune activité psychique nouvelle. D'après 
cette conception, la volonté n'existant pas en tant que faculté 
spéciale, il ne saurait y avoir à proprement parler de troubles de 
la volonté, mais seulement des troubles des sensations, des to- 
nalités aflfectives, des représentations mentales et sUlioui de 
l'association des idées ; et ce sont ces différents troubles que l'on 
retrouverait à l'origine de toutes les manifestations akinésiques 
hyper ou parakinésiques qu'on observe si communément chez 
les aliénés. 

A côté de cette théorie, se dresse celle des apperceptionnistes 
ou volontaristes,à laquelle M. de Buck déclare se rallier. D'après 
cette théorie il existe un organe ou centre d'apperception corres- 
pondant au centre d'association antérieure de Flechsig,qui serait 
le siège de la volonté, de la personnalité libre et consciente et 
de ses déterminations. Mais l'étude de lapperception et de ses 
troubles s'est enrichie dans ces dernières années de données nou- 
velles d'après lesquelles les actes volontaires, intentionnels et 
conscients ne sont possibles que grâce à la mise en branle de 
Torgane psychique des notions d'espace, c'est-à-dire de la stéréo- 
psy(hie(Storch). 

L'influence de la stéréopsychie et de ses altérations sur la psy- 
cho-motilité est à la fois sensorielle et motrice, comme celle des 
centres du psychisme inférieur. On comprend aisément que par 
le fait d'une excitation exagérée, d'une destruction des arcs stéréo- 
psychiques, l'influx nerveux trouve obstacle à son passage et soit 
forcé de s'écouler par des voies d'association collatérales en- 
core praticables. C'est par ce mécanisme d'irradiation ou par 
des mécanismes analogues que l'auteur explique les syncinésie^ 
psychiques et tous les troubles psychomoteurs qui constituent le 
syndrome catatonique sans parler de toute une autre séné de 
phénomènes délirants, obsessifs, hallucinatoires, etc. On voit par 
cet exposé que la théorie stéréopsychique de Storch se rappro- 
che beaucoup de la théorie de la séjunction entre l'identification 
primaire et l'identification secondaire de Wernicke et qu'elle n'est 
même que le complément d'interprétation physiologique de cette 
dernière. G. D. 

XCIli. — Contribution à l'étude de la microcéphalie ; par 

W. M. Bechterew et M. N. Joukomsky. (Obozréniâ psichiatrii, 
Vil, 1902.) 

A la suite de longs développements consacrés à l'historique de 
la question, les auteurs publient une observation excellente rela- 
tive à un microcéphale de 17 ans (photographie), mort en janvier 
Archives, 2* série 1905, t. XIX. 25 



Digitized by 



Google 



*3i^\ . niSVLE DE PATHOLOGIE NERVEL'SE. 

IUO'2 de pneumonie, Auto{>gie ((lgui'e«). L'élude niici-o»copiquesera 
Tobjet d'un mémoire ultérieur. 

Hérédité maternelle très chargée. La mèisi a d'ailleurs eu troi» 
enfant» mici*océphalea. Le cerveau, diminué de volume dans aim 
ensemble, est particulièrement i*éduit dans la région frontale, 
tandis que d'autres régions de rkémisphèra,notamment la région 
temporale, «ont suffisamment développées. Les ciiiconvolutîons 
présentent une extrême simplicité dans leur dispo3ition,qui tend 
À être rectiligne : il y a ari^t de développement de Tinaula, de la 
seconde fiY>nUle ; la troisième frontale manque presque absolu- 
ment. Le corps calleux fait de/atil. 11 n'existe pas de signes mani- 
festes d'un processus pathologique dans le cer\eau et les ménin- 
ges. U y a donc lieu de croire à un simple retard du développe- 
ment cérébral, c'est<-àrdire aune microcépbalie vraie. L*absence 
de corps calleux, qui a probablement retenti sur le développe^ 
ment de Tensemble du manteau moins les régions temporales, êC 
qui, par suite, est le facteur de cette morphologie simiesque, per- 
met de rattacher le début de Tarret de développement è la pé- 
l'iode comprise enti% le 4« et le 5"^ mois intra-utérin. Cet airét a 
été évidemment primitif. Le crâne n'y a été pour rien, caries su- 
tures, nettes et bien dentelées, ne révèlent point de cieatrices.Du 
reste l'absence de corps calleux ne s'expliquerait pas par des lé- 
sions crâniennes préalables ayant consécutivement déterminé 
l'an ôt de développement du système nerveux central. 

Le développement excessivement faible des régions fmntales^ 
explique l'extrême indigence inteUectuelie du jeune homme ; il 
en est de même pour la xone de Broca et Tinsula, quant à son 
langage» 11 est vi*aisemblable que l'absence de corps calleux joue 
un rùle important dans son insuffisance mentale. P. K£Mv,%l. 



IlEVUE DE PATHOLOGIE NERVEUSE 



LXXl. — !•• déonbitna latéral ffaaoka oomms aoF*a4*av»ê% 
de lacrtMépftUptique; par M. Lannois. [Société mééHeale 4^9 

hffpitaux de Lyon, 8 nov. 1904. ) * 

M . Lannois a appliqué chez douze de ses malades, le moyen 
épileplx)-fi*énateur héroïque, le décubitus latéral gauche, préco- 
nisé parM.Croq au Congrès de Pau. Chez quatre de ses malades 
seulement, la position senestre eut une action évidente sur les 
crises. Celles-ci furent plus courtes et d'intensité moindre. 

L'ail teur pense qu'il s'agit là d'une modKication dans la circula-- 
ti<m encéphalique. 11 i>ense qu'au début de l'accès épileptique il y 



Digitized by 



Google 



BEVUE |)E PATHOLOGIE NERVErSE. 387 

lEiiéinie cérébrale ; toute comlition qui diminuera cette ané 
tiie, soit en augmentant l'afflux sanguin, suit en diminuant 
i'^ tlépart du sanKt s^>'^ susceptible «le nioditier, la crise et d'en 
.iminuer rintonsité. Danslo décubitus latéral, la circulation en 
*» four est tWîS gênée, dans l'une» au moins des veines jugulaires 
iil«?rnes, celle du côté opposé. Non ^*ulement, le sang est obligé 
U» remonter dansune certaine mesure, mais les muscles du cou, 
>i*inci paiement le muscle omoliyoïdien» forme une véritable san- 
rt«' qui comprime plusou moins |a jugulaire interne. 

f^ position latérale gauche agit mieux que la droite parce que 
la Jugulaire interne droite ramène plus de sang cérébrale que la 
ca^iiche ; que son calibre est en général plus fort que celui de (a 
!4^auche. Les difTérences individuelles nombreuses que Ton ren- 
contre expliquent pourquoi le décubitus gauche ne réussit pas 
U>MJours. On peut y ajouter la bpièveté du cou, radiposit*», la fai- 
blossedela sangle omohyoïdienne. 

M. Lannois a vérifié, en comprimant directement la Jugulaire 
droite, si la gène cii'culatoire était bien en cause dans i arrêt de 
la crise. Les résultats obtenus, quoique moins marqués que dans 
le décubitus gauche, ont été assez nets dans deux cas pour eon- 
tirmer l'opinion de Tau leur. On ne réussit qu'à la période initiale 
4le la crise, celle qui C4>rrespand à la[)hase de pâleur de la face (1). 

G. Carriek. 

I^WU. — B« l'incontinence arlnairc et des pkénemènes pa- 
raljrilquee des extrémité* dune lee foyers de ramollis - 
sèment des iruiirlions sous-corticaux, par A. Homburgek. 
{Xeurolog, Centralblatt, XXII, 19(13.) 

L'auteur conclut : i<> les foyers de ramollissement unilatéraux 
<lu corps strié et de la couche optique déterminent une inconti- 
nence d'urine passagèi'e, des épreintes vésicales incessant es, voire 
tl« rincontinence nocturne inconsciente. — 2*> Les foyei-s bilaté- 
raux entraînent une incontinence urinaire permanente qui ne 
se distingue pas essentiellement de l'incontinence spinale. — 3» 
L'innervation delà vessie d'origine sous-corticale est donc bilaté- 
rale — 4* Les lésions superticielles n'entraînent pas d'incontinence. 
— 5^ Lb ramolli ssement bilatéral des ganglions en question s'ac- 
compagne de ti*oubles caractéristiques de l'équilibre et de phéno- 
mènes paralytiques bien différents d£ ceux qui succèdent aux lé- 
sions des fibi^s capsuiaires corticales : c est une paraparésie 
spasmodique des jambes dont la raideur spasmodique empêche 
les mouvements passifs imprimés k l'articulation des genoux, }es 
mouvements des pieds demeurant libres. P. Keraval. 

(1) Lm nombreux e»«Ais lefitésdans notre i»erviee h Bieêtre et a 
VInstitut mééieotpédagogique ne noua ont pas donné de sérieux 

pésulUiU {»,), 



i Digitized by VjOOQ IC 

L 



3<SÎ^ REVl'E DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 

Nous donnerons, à Toccasion de ce travail, le résumé 
d'un mémoire intitulé : Des centres corticaux de la sécré- 
tion urinaire, publié par A. I. Karpinsky dans Obo^rénié 
psichiatrii (VI, 1901.1 

Conclusions principales de 22 pxpérionces chez le chien : 
l«ll existe un enlreci*oisement des fibres qui partent des cenli*es 
corticaux'de la sécrétion urinairo. L'excitation de Técorce par le 
courant faradi(|ue et même l'acte de la trépanation augmentent 
cette sécivtion du coté opposé à celui de TirriJation ; 2'» Les seg- 
ments anlérieui's de Técorce contiennent des zones dont rirrita- 
tion fait Huer jusqu'à 50,45, 50 gouttes d'urine en 5 minutes. C'est 
la partie supérieure de la cii-convolution précen traie qui agît le 
plus activement à cet égard. L'action du segment inférieur de la 
ciiTonvolution sigmoïde est moins constante et moins forte. — 3*» Il 
existe toujoure une péi-iode d irritation latente, dont la durée va- 
rie suivant les indi\idus. Cette période est moindre quand on ex- 
cite la pi'emière zone, plus grande quand on excite la seconde. — 
4" Une succession d'excitations diminue relTetsécrétoire.— 2" La ré- 
section de l'écorce le fait disparaître. — 6" L'hypersécrétion ne dé- 
pend pas de contractions musculaires : c'est prouvé par la curari- 
sation et l'irritation d'autres segments de la région motrice du 
cerveau. — 7® L'urine de l'uivtère du côté opposéÀ l'excitatiim a 
toujoure unemoindi'e densité que celle de l'uretère du côté cor- 
respondant, mais la quantité générale des matiéi*es solides de 
l'urine en rapport avec le temps de l'excitation est supérieure 
dans l'urine du premier uretèi-e. — 8° L'urine du côté qui corres- 
pond à celui de l'irritation est toujours plus saturèe, plus fon- 
cée, plus trouble que l'urine de l'autre côté. — 9«Les portions d'u- 
rine recueillies api'ès l'irritation des divei*ses zones corticales ne 
contiennent ni albumine, ni sucre. P. Keraval. 

LXXIII. — Nicotinlsme chronique ; par N. Toporkow. 
(Obozrèniè psichiatrii, Vlll, 1903.) 

Il s'agit d'une dégénérée hystérique de 23 ans qui, pour combat- 
tre des douleurs de dents se met du tabac à priser dans la bouche. 
Malgré le dégoût que lui cause cet expédient, malgré les vomîs- 
seiï^ents et les nausées <|u'elle en éprouve, elle s'habitue tellement 
à cet excitant qu'elle ne peut plus s'en passer et s'intoxique. Em- 
ploi de la suggestion hypnotique. Les résultats comparativement 
bons obtenus des deux premières séances permettent d'espéi*er la 
réussite délinitive de l'emploi méthodique de la suggestion. Si ce 
moyen ne réussissait pas, TalTaiblissemcnt de la volonté de la ma- 
lade justilierait son placement dans une maison de santé. 

P. Keraval. 



Digitized by 



Google 



KEVrE DE PATHOLOGIE NERVEUSE. 

LXXIV. — Tétano* à débnt «ous forma de parapléi^i^ spas- 
modiqne ;parMM.J. Nicolas et Mouriquaud.( .Soc. A/A/, de^ Hô- 
jfiitaux lie Lyon, '21 no\. 1904.) 

Observation d*un cas de tétanos insolite dans son début et son 
évolution. Au |K>int de vue séinéiolo^^ique, c'est une forme rare de 
tétanos. Le malade présenta, dès le début, une parapléffie, avec 
contracture absolue des membres inférieurs en extension, con- 
trastant les pivmiei*s jours avec l'intégrité de la moi lié supérieure 
du corps. Cette intégrité ne fut que passagére,car au bout de quel- 
ques jours,le trismus léger,le rire sardonique,la raideur passage i-e, 
de la nuque, les glandes crises tétaniques typiques, confirmèrent 
lo diagnostic. L«». malade était entré à l'hôpital, en effet, pour nn é- 
lile avec paraplégie spasmodique. 

La cause de Taffection provenait de plaies saignantes que le ma- 
lade présentait entre les orteils et qui avaient été les portes d'en- 
trée certaines. Par son métier de garc'on de boucher, il pouvait 
être plus que tout autre en contact avec le bacille de Nicolaler.Le 
début des contractures au niveau du point inoculé est chose con- 
nue depuis longtemps, mais la majorité des Auteui*s ne font qae 
h* signaler en passant. Quelques auteui*sont signalé des observa- 
tions de cette forme à début localisé, mais elle est en général rare. 
Danslescas publiés, aucun n'est superposable à celui des auteurs. 
La médication a consisté en injections de sérum antitétanique 
jointes auchloral. 

Toîs injections de sérum de 20 ce. chaque furent faites dans les 
veines du pli du coude. Le malade sortit guéri conservant seule- 
ment un peu d'exagération des réflexes. 

Au point de vue du traitement sérothérapique MM. Nicolas et 
Mourîquand pensent que les tétaniques avérés doivent être di- 
visés en trois catégories distinctes: l» les tétanos à forme aiguë 
et suraiguë, chez lesquels le traitement estincfiicace ; 2" les téta- 
nos à forme chronique, sans fièvre où avec peu de fièvre, sans 
accidents graves, qui guérissent sans le secoui-s d'aucune médica- 
tion ; 3® les tétanos & fdrme subaiguë avec crainte d'accidents 
aigus ultérieurs (comme dans le cas des auteui'sljChez les4|uels le 
séi-um parait faire œuvre très utile en diminuant le nombre et 
Tintensité des crises, en neutralisant sui'tout les toxines qui con- 
tinuent à être produites au niveau de la plaie infectée et qui pour- 
raient,sans lui, déterminer plus tard des accidents aigus, graves, 
mortels. 

Les injections peuvent être aloi*s considérées comme pri'yenti- 
ves puisque, si elles ont une action incertaine sur les accidents 
en évolution, elles peuvent, en tout cas, s'opposer à l'appari- 
tion d'accidents tétaniques plus graves que les premiers. Elles 
peuvent prévenir ainsi l'apparition de manifestations tai-di ves gra- 



Digitized by 



Google 



390 REVUK DE PATHOLOGIE MENTALE. 

ves et mortelles, au cours d'un tétanos en apparence bénin dans 
ses débuts» G« CarrIe. 

LXXV. — Trophœdème chronique non congénital du mem- 
br« inféHeur droit e&oi une enfant do oAtte ans; pat* MM. 
WaiLLet Péhu. (BuU.soc. méd.deshâps.^l mal 1901, p. 227.) 

Un Cas de trophœdènie chronique non congénital chez une en- 
fant de onze ans.Cantonné à la jambe et à la cuisse droites, il est 
nettement segmentaife. Il en a tous les caractères de Tindolence 
et de la limitation exacte. Il n est ni héréditaire ni familial. De- 
puis le mémoire fondamental de H. Meige, on admet que le iro- 
phœdème non congénital débute généralement vers la puberté, 
à l'âge de 13 ou 15 ans :cet auteur le considère alors li^ès juste- 
ment comme une anomalie de développement. 

Le cas de MM. WeîU et Péhu vient s'ajouter aux quelques ob- 
servations antérieures déjà publiées et montre que le trophœdè- 
mé peut apparaître plus précocement.ll peut légitimement fiKU- 
rerdans le cadre des affections de l'enfance. G. G. 

LXXVl. '^ Narcolepeie (•onittitil putholoflittié) ; par M. 
Chaviony. (Soe, méd, des hâpitatiâ; de Lyon^i^ décembre 1904.) 

Observation d'un Jeune soldat atteint decrises de sommeil. Les 
criâes surviennent à diverses reprises dans la journée, après lef^ 
repas ou après une fatigue. Le sommeil est très court, ne dépas- 
sant jamais cinq à dix minutes ; il est très léger, le sujet se ré- 
veille au moindre contact, mais se rendort aussitôt. La perte de 
conscience n'est pas absolue ; au réveil, le Sujet a conservé le sou- 
venir de ce qui se passait autour de lui. L^afîectîoh a débuté vers 
l'âge de 12 ans. 

Le malade h'a pas d'antécédents héréditaii^s nerveux oti patho- 
logiques. Il est lui-même un peu nerveux^ mais n'a Jamais eii ni 
crises convulsives, tti rien qui rappelle l'épilepsie ou rhyslérie. 
Pas de stigmates hystériques. Tous les organes sont Saitts. 

Seul, le pouls était ralenti d'une façon très nette à 40 à 50 pul- 
sations à la minute ; il ne se modifiait pas pendant les crises de 
âommeil. G. fî. 



REVUE DE PATHOLOGIE MENTALE 



XWII. -. D'une forme originale de fétichisme ; par W. M. 

Bechterew, (Obozrénié psichiatrii, Vlll, lOO.'J.) 

11 sVgit d'un jeune homme de 29 ans, qui ne peut enliser en 
érection ni co!(«r dans de bonnes conditions que quand il fix« les 



Digitized by 



Google 



RBVl'E DR PATHOLOGIE MtNTALi:. 301 

mouchoii'8 dos femmes, leura jupons houlTanU, ou bi(*ti quaml il en 
écoute les /Voiuf-/"/'©!**, cju'il les louche ou «eilKUi'c qu'il va se 
cacher sous ces linges blancs. Ce fétichisme He.vuH se rallache à 
des souvenirs d*enfance : dans sa tendre jeunesse, sa bonne lui 
cou^-rait le visage de son tablier en lui fermant la bouche, le cha- 
touillant ou le pinçant. Ce jeu renfermait déjà en germe une va- 
gue excitation M'xuellc. Aucune tare héctWlitaiiv. P. Keraval. 

XXVllI. — Mutisme datant de seize mois cheas un dégénéré 
migrateur ; fl^uérison par suiriT^Btion ; par MM. Lannois 
et FBUifXADfe. {Lyon médical^ p. 250, 5 iévrier 1905.) ' 

Une observation de mutisme survenu chez un dégénère mi- 
grateur. Le mutisme datait de seize mois et aucun traitement n'a- 
vait réussi à le faire disparaître. L*hypnose n'avait pu être pro" 
voquée. 

Âfm de le plonger dans un état de réceptivité intellectuelle 
telle que la suggestion curative puisse agir, les auteurs ont em- 
ployé Tanesthésie par le chlorure d'éthyle. C'est dans cet état de. 
sommeil anesthésique que la suggestion thérapeutique a donné 
un bon résultat* La suggestion a été continuée à Tétat de veille 
parla farodisalion et par Tobligation dans laquelle on a mis le 
malade de faire un effort pour parler. G. Carrier. 

XXIX — De l'état mental des épileptiques réTeillés de force 
dn sommeil post-épileptlque, par J.S.Guermann. iOhozràniè 
psichiatfii, VIU, 1903.) 

1« Au moment où on les foire à se réveiller du sommeil qui 
suit immédiatement leurs attaques, tous les malades présentent 
un automatisme passager qui rappelle, cliniquement, l'automa* 
tisme post épileptîque naturel. 2^* Les réveille-t-on du sommeil 
consécutif à Tautomatisme, il est mre que Tétat d'inconscience 
continue, et il est extrêmement passager. S*' Réveille- t-on les épl- 
leptiques de leur sommeil normal ou du sommeil ({ui suit rapide- 
ment rictus épileptique, ils sont conscients, il n*y a pas (IntHli- 
naire d'automatisme. 4° Dans Tautomatisme post«paroxyslique de 
plus longue durée, la vie mentale normale se rétablit graduelle- 
ment ; on constate d'abord une paralysie de toutes les fonctions 
mentales, le# malades ne réagissant pas du tout aux excitations 
extérieures. Cette périodeestremplacée par une phase de surdité 
et de cécité psychiques. Celle-ci cède à son tour la place à une 
période de cécité mentale exclusive, surtout pour tes personnes. 
L'automatisme se termine par de Taphasie amnésique. 5" L'amné- 
sie complète ne s'observe qu'au moment des deux pi*emières pério- 
des et d'une partie de la troisième de Taulomatisme post paroxys- 
tique. 6<> Tout lus centres cérébraux ne souffrant posa un égal 
degré pendant l'automatisme pofit^paroxystique, et le rétablisse» 



Digitized by 



Google 



302 REVIE DE PATHOLOGIE MENTALE. 

inent des fonctions mentales s'accomplissant non simultanément, 
ni subitement, mais graduellement, lentement, il y a lieu de sup- 
poser que Tautomatisme post^pileptique est dû à l'action de quel- 
que toxine ayant un caractère électif. 7*» La provocation artiti- 
cielle, parle réveil forcé du sommeil posUépileptique, de Tauto- 
matisme, permet de supposer que l'automatisme post-épi leptique 
passager est le remplaçant, l'équivalent psychique du sommeil 
post-paroxystique. P. Keraval. 

XXX. — stupeur mélancolique et stnpeur catatonique ; 

par le D*^ Deroubaix. (Journal de Neurologie, 19(fe/n»2.) 

L'auteur relate dans ce travail les observations de deux ma- 
lades, un mélancolique et un catatonique, chez lesquels la stu- 
peur était le symptôme prédominant et insiste particulièrement 
sur les caractères di(Térenticls de ces deux variétés de stupeur. 

L'opposition du premier malade aux mouvements était, dit-il, 
une opposition particulière, anxieuse ; il semble plutôt éviter la 
douleur. Le membre que l'on soulève ne reprend pas toujours, 
lorsqu'on l'abandonne, la position primitive. 11 faut parfois cinq 
ou six excitations répétées pour obtenir un léger mouvement, 
mais celui-ci finit par être exécuté. En un mot,ii n'y a pas arrél 
(sperrung), mais retard (hemmung;. 

Le second malade au contraire, oppose une i^ésistance invinci- 
ble à tout mouvement passif. Il arrête le mouvement, il ne veut 
pas ou ne sait plus vouloir. Un barrage empêche la volonté de se 
mettre en action. En résumé,chez le premier malade, il y a en- 
gourdissement, lenteur ou retard dans la formation des images 
conscientes et du mouvement spontané, tandis que chez le se- 
cond il y a un arrêt au-dessus « dans le centre ou la sphère d'a- 
perception, organe de la personnalité consciente et de la volonté 
libre ». G. 1). 

XXXI. — Des tendances et aspirations nouvelles de la psy- 
chiatrie contemporaine ; par W. P. OssiPOw.(06oir^nfVj95t- 
f/«Vifrit.Vll, 190?.) 

Intéressant discours sur les travaux qui ont contribué à éclai* 
rer Tétiologie des affections mentales et leur pathogénie. Impor- 
tance de la théorie de l'auto-intoxication. Valeur de la classification 
dernière de Kraepelin. Avantages du traitement des aliénés par 
l'alitement : cette question n'est pas encore résolue. L'application 
à la psychiatrie des méthodes thérapeutiques qui ont donné des 
résultats, si brillants dans les affections somatiques, dépend de 
l'étude exacte de Tétiologie et de la pathogénie des psychoses. 11 
'fi'yfaiit consacrer avec acharnement. Tel est le suc de cette revue 



Digitized by 



Google 



REVUE DE THHBAPEIJTIQUE. 303 

qu'il fautlmt avoir le temps et la place de traduire intégralement 
en français, parce qu'elle est éminemment suggestive. 

P. Keraval. 



REVUE DE THERAPEUTIOUE 



XXV. — Note sur les bons eSètsde la grreffe thyroïdienne 
chez un enfant arriéré. Note pivsentée au nom de MM. les 
!)" Gauthier et Rummer (de Genève), par M. le prof. Lanne- 
LONGUE. (Académie de mêJ,f2i mare.) 

Messieui's, depuis le jour où, pour la première fois, en 1890, j*ai 
greiïé sous la peau d'un enfant crétin atteint de myxœdème le 
coi*})s thyroïde d'un mouton, la question s est considérablement 
élargie et la méthode opératoire a fait de véritables progrès, gràcfe 
surtout aux recherches du D' Cristini. 

('«omme choix de porte -greffes, on s'est adressé à l'homme et 
il convient encore de prendre un tissu tliyroîdien normal.La greffe 
doit être faite à chaud en ne laissant que peu d'instant entre le 
détachement du fragment et son insertion sous la peau du second 
opéi'é : on greffe plusieurs fragments à la fois. Les suites opéra* 
toires sont simples et sans complications aucune. Il y n'a qu'une 
critique a adresser à cette méthode, c'est la rareté du porte* 
greffe. Il faut trouver un goitre à extirper, chez un sujet femme 
possédant un tissu thyroïdien normal, ce qui ne se rencontre pas 
toujours chez les goitreux, ou encore proliter d'une opération 
faite au voisinage du corps thyroïde qui permettrait d'en extraire 
,un lambeau^ 

Quoi qu'il en soit, le résultat immédiat a été excellent sur une 
fillette de trois ans presque idiote (1), ne parlant pas, proférant au 
contraire des cris inarticulés, ne se tenant pas sur ses jambes et 
ayant des mouvements constants de rotation de la tôte et des 
mains. Elle n'avait pas de myxœdème. On avait inutilement es- 
sayé l'emploi de tablettes thyroïdiennes ; l'enfant ne les avait pas 
supportées. On lui fit une greffe de quatre petits fragments thy- 
roïdiens ; les effets furent très rapides, car, un mois après, l'en- 
fant marchait avec assurance et donnait des marques d'intelli- 
gence plus grande. Pour apprécier la valeur du résultat il est in- 
dispensable d'attendre que le temps donne une sanction à des 

(l) Quand il s'agit de celte catégorie d'enfants anormaux, il fau* 
drait énnmérer les principaux symptômes afin que le lecteur sache 
à qnergroupe il a affaire (II.). 



Digitized by 



Google 



394 RKVITE DE THflRAPEUTIQl'E. 

transformations plus complètes et définitivement acquises ; l>n- 
fant a été opéré en mai 1904 seulement. 

Ainsi que le dit M. le prof. Lannelongue, il s'agit là d'un trai- 
tement qui ne pourra ètrequ*exceptionneUement mis en œuvr«». 
Quanta la malade, Wath... (Augustine), à laquelle il a greffe 
sous la peau le corps thyroïde d'un mouton — sans ivsultat d'ail- 
leui-s — elle est actuellement dans notre service à la Fondation 
Vallée. C'est une idiote myxœdétnntewte. Elle a été considérable- 
ment améliorée par rinjection de la glande typhroïde du mou- 
ton. Chose mre chez lesmyxœdémateux, elle est puhère,les seins 
se sont développés, les règles ont paru (1904) il) B. 

XXVl.— 01iott« dtt certr«l6t; eictlr^atlon ; résultat éloigné ; 
fistule artifloMlA et cioatHoe à illtratlon du liquide oé- 
phalo-rachldien ; par M. jABOULAY.f^or. nai, de méd, de Lyoti, 
2:î janvier 1935.) 

Présentation d'Un malade auquel M. Jaboulay a extirpé en 1901 
un gliome du cervelet. Homme de M ans se plaignant depuis un 
on de céphalalgie très vive, de diminution de la vue* de surdité 
gauche, de parésie faciale gauche et de parésie deâ membres du 
côté droit ; il avait en outre de la titubation, des vertiges et de 
rœdème-papillaire. Le diagnostic fut celui de tumeur de Thémis- 
phère gauche du cervelet. 

Opération en deux temps, l'^' temps : trépanation du cervelet 
sur le milieu d une ligne allant de la protubér&nce occipitale ex- 
t(M-ne à la pointe de rapophyse mastoïde.La dure-mère fut înci- 
.sée et la surface cérébelleuse découverte. Suture de la peau. Amé- 
lioration consécutive, surtout huit jours après, où Ton constata 
un écoulement de liquide céphalo-rachidien qui persilta pendant 
dix jours. La source se tarit et les premiers signes réapparurent. 

2* temps : Recherche de la tumeur, tumeur rose, bosselée, grosse 
comme une petite noix; elle estincisée et énucléée.G était unjgliome. 
Le soir de l'opération. le malade ne soufTreplus et déclare n'avoir 
plus de vertiges. L'amélioration persista pendant un mois, puis 
récidive des symptômes. 

A trois semaines de distance, troisième opération, réouverture 
de la plaie, écoulement pendant dauxinois du liquide céphalo- 
rachidien. — Pendant les années 1902-1903-1904^16 malade est 
perdu de vucj En décembre 1904, il est examiné de nouveau. 
Aveugle depuis 2 ans la céphalalgie avait réappat*u, mais pas de 
titubation, ni de vertiges, (irises douloureuses revenant tous les 
huit joui's.( Céphalalgie avec vomissements, rachialgie, douleurs 
dans les membres inférieui*s à di'oile surtout avec signe de Rer- 
nig. ) : pendant les crises, la hernie cérébelleuse augmentait, dur- 

(1) Voir : Greffe thyroïd. et ensemencement lhyr..pnf Cristianl. 
{Rev. méd. de la Suisse romande, 190?, p. 706.) 



Digitized by 



)y Google 



SOCIÉTÉS SAVANTES. 396 

rîssaît, élait chaude, tc^ndue^iiTiHluctible. (^es .signes peraistaient 
t iH>is à quatre jours. 

A roccasion d'une de eescHses, ponction deQuincke qui amène 
l'afTaiMement de la hernie après écoulement de quelques gouttes 
i\o liquide. L'amélioration et la cessation des symptômes fut im- 
médiate!. Il y eut encore récidive i M. Jaboulay fendit alors en 
c(iiati*^ la hernie, une portion du cervelet lut excisée et ne mon- 
tra paa de récidive. Cette incision s'Accompagna d*un soulage- 
ment Instantané. Le liquide céphalo-Hichidien se mit à couler et 
IVlat du malade se transforma. Quatre semaines après, la cépha- 
lalgie, les crises de rachtalgie ou de sciât iquc n avaient pas re- 
paru» La vue revint, bien qu'il fût aveugle depuis deux ans. Le Ker- 
nig disparut. 11 lui reste une listulette de la grosseur d'un cheveu 
au milieu de la cicatrice, qui laisse suinter goutte à goutte le li- 
quide céphalo-rachidien. 

La cause de ces phénomènes d'hypertension intermittente est 
probablement un kyste gliomateux se vidante la fois dftns les ca- 
vités veiitricalaires et les espaces sous-arachnoTdiens. 

Diaprés ce cas,on peut dire que le véritable traitement des acci- 
dents des néoplasmes cérébelleux, c'est rétablissement, Apr^s ou 
sans leur ablation, d'une fistule, d'une cicatrice à tUti'ation, qui 
permet l'écoulement du liquide céphalo-rachidien sécrété en excrs, 
par l'incision des méninges cérébelleuses et du cervelet. G. C. 



SOCIÉTÉS SAVANTES 



SOCIÉTÉ D'flYPNOLOCUE ET DE PSYCHOLOGIE 
Séance du manH M janvier IDOô.-^PRéstORNCR de M.Jri.Ks Voîsin 
La jalousie chez Venfant, 

M. DéRii.LON rapporte plusieurs observations d'enfanlsqUi pré- 
sentaient de la jalousie morbide pour des raisons à la fois héré- 
ditaires et éducatives : chez tous, la volonté était diminuée \ ils 
s'avouaient impuissants à corriger des actes dont ils reconnais- 
saient le mal fondé. Par l'éducation du caractère et la thérapeu- 
tique suggestive, ils ont été considérablement améliorés. 

M. Jules Voisin. — Je reconnais l'eflicacité de la suggestion 
dans le traitement des enfants jaloux, ches lesquels la volonté est 
affaiblie. Toutefois la jalousie morbide, sans cause, est toujours 
un signe de dégénérescence ; quand ces enfants sont très dégéné- 
rt's, ils deviennent souvent pei^sécutés, ainsi que je Tai observé 
souvent dans mon service de la Salpétrière. 



Digitized by 



Google 



306 



SOCIETES SAVANTES. 



Un cas de sommeil hystérique ar-ec personnalité subcotisrieni^. 

M. El. JouRDAN (de Marseille) rapporte robservalîou à'aut 
jeune fille qui, à la suite d'une fièvre typhoïde grave, à mantC»- 
lations délirantes, a été plongée dans un sommeil permaoeBl, 
avec conservation de la personnalité, qui a duré près de Ireê 
ans. Pendant celle période, celle jeune fille avait toutes les ap^ 
rences d une personne éveillée ; en réalité, le champ de la eoii- 
science était rétréci et limité aux seules pciveptions visuelles. 

Amaurose et paraplégie hystériques guéries par la p%y :\ftthfrû^' 

M. Emirz •: (de Cons(antinople). — Ces deux syndromes oolélé 
guéris, coup sur coup,en une seule séance,