(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Armorial Historique De La Noblesse De France"

Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http: //books. google .com/l 



Google 



A propos de ce livre 

Ceci est une copie numérique d'un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d'une bibliothèque avant d'être numérisé avec 

précaution par Google dans le cadre d'un projet visant à permettre aux internautes de découvrir l'ensemble du patrimoine littéraire mondial en 

ligne. 

Ce livre étant relativement ancien, il n'est plus protégé par la loi sur les droits d'auteur et appartient à présent au domaine public. L'expression 

"appartenir au domaine public" signifie que le livre en question n'a jamais été soumis aux droits d'auteur ou que ses droits légaux sont arrivés à 

expiration. Les conditions requises pour qu'un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d'un pays à l'autre. Les livres libres de droit sont 

autant de liens avec le passé. Ils sont les témoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont 

trop souvent difficilement accessibles au public. 

Les notes de bas de page et autres annotations en maige du texte présentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir 

du long chemin parcouru par l'ouvrage depuis la maison d'édition en passant par la bibliothèque pour finalement se retrouver entre vos mains. 

Consignes d'utilisation 

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliothèques à la numérisation des ouvrages apparienani au domaine public et de les rendre 
ainsi accessibles à tous. Ces livres sont en effet la propriété de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine. 
Il s'agit toutefois d'un projet coûteux. Par conséquent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inépuisables, nous avons pris les 
dispositions nécessaires afin de prévenir les éventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des 
contraintes techniques relatives aux requêtes automatisées. 
Nous vous demandons également de: 

+ Ne pas utiliser les fichiers à des fins commerciales Nous avons conçu le programme Google Recherche de Livres à l'usage des particuliers. 
Nous vous demandons donc d'utiliser uniquement ces fichiers à des fins personnelles. Ils ne sauraient en effet être employés dans un 
quelconque but commercial. 

+ Ne pas procéder à des requêtes automatisées N'envoyez aucune requête automatisée quelle qu'elle soit au système Google. Si vous effectuez 
des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caractères ou tout autre domaine nécessitant de disposer 
d'importantes quantités de texte, n'hésitez pas à nous contacter Nous encourageons pour la réalisation de ce type de travaux l'utilisation des 
ouvrages et documents appartenant au domaine public et serions heureux de vous être utile. 

+ Ne pas supprimer l'attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet 
et leur permettre d'accéder à davantage de documents par l'intermédiaire du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en 
aucun cas. 

+ Rester dans la légalité Quelle que soit l'utilisation que vous comptez faire des fichiers, n'oubliez pas qu'il est de votre responsabilité de 
veiller à respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public américain, n'en déduisez pas pour autant qu'il en va de même dans 
les autres pays. La durée légale des droits d'auteur d'un livre varie d'un pays à l'autre. Nous ne sommes donc pas en mesure de répertorier 
les ouvrages dont l'utilisation est autorisée et ceux dont elle ne l'est pas. Ne croyez pas que le simple fait d'afficher un livre sur Google 
Recherche de Livres signifie que celui-ci peut être utilisé de quelque façon que ce soit dans le monde entier. La condamnation à laquelle vous 
vous exposeriez en cas de violation des droits d'auteur peut être sévère. 

A propos du service Google Recherche de Livres 

En favorisant la recherche et l'accès à un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le français, Google souhaite 
contribuer à promouvoir la diversité culturelle grâce à Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet 
aux internautes de découvrir le patrimoine littéraire mondial, tout en aidant les auteurs et les éditeurs à élargir leur public. Vous pouvez effectuer 
des recherches en ligne dans le texte intégral de cet ouvrage à l'adresse fhttp: //book s .google . coïrïl 



-r. ■ ,-.- •-' 



II 



)1J 



:lv 



X A. 3 



y 



^^/v - t^ fA.^^/^^^ y^^ 



ARMORIAL HISTORIQUE 



DE LA 



NOBLESSE DE FRANGE 



^.^.- ^ -^ 



/i,j^r/^^- é^ 



M. / fJ^ 



UloaiAL mSTUKIttlE 



NOBLESSE DE FBANCL 



Tout exemplaire devra porter la signature de M. de Milleville / .« / 



yi k 



Paris. — Iniprimerie SCHNEIURR et LANGRAND, 
rue cTËrforth, I. 



ARMORIAL HISTORIQUE 



UE LA 



NOBLESSE DE FRANCE 



• t 



RECUEILLI ET RÉDIGE PAR UN COMITÉ, 



PUBLIÉ 



;PAR HENRV J.-G. DOIILLEVILLE, 

, KB!<IU:.NDAlirE AU SCEAU lii; FHAStE,' h.TL. 



1 * 



.,. SfnsDoMesse, intint de monarchie... 
.Montesquieu, de l'Esprit des lois, liv.'ll. chapi iv. 

... Le |ireiuierUired*un prince, et même d'un roi, en 
d*è(re gentilhomme... Ce titre indélébile le (ieiil aiiache 
par des lions indis.M)lables ao corps auguste dont il fait 
partie; et la noblesse doit et peut toujours dire : C'est 
un d'entre nous. 

Réponse au Mémoire sur les rangs et les honneurs de 
cour^ in-folio, i77l, p^. 4. 



PARIS, 



AU BUREAU DE L'ARMORIAL HISTORIQUE, 

HUE DE JUUBERT, 7; 

ET CHEZ AUG. VATON, LIBRAIRE, RUE DU BAC, 40. 



1845 



« Les nobles dont les terres se trou voient dans le duché de Paris étoient, par cette 

*( raison même, mentionnés aux Chroniques du petit domaine royal ; ces Chroniques racon- 
« térent les guerres que ces vassaux avoient eues avec la couronne, ou les honneurs 
« qu'ils avoient obtenus du monarque. Les autres nobles, cantonnés au loin dans leurs 
« châteaux, restèrent ignorés: on ne parla d'eux qu'à l'occasion de quelques batailles où 
u ils avoient été appelés en vertu des services du fief. 11 est arrivé de là qu'une centaine 
« de noms ont rempli les fastes nationaux dans la monarchie féodale ; au lieu des annales 
u de France, vous ne lisez réellement que celles du duché de France, et pour ainsi dire 
«( des voisins du roi. » 

CHATEAUBRIAND. 




INTRODUCTION. 



Voici un livre de faits et de dates. 

Ce volume contient la quintessence de tous les nobiliaires publiés jus- 
qu'à ce jour, et Dieu sait de quel nombre d'énormes in-folios se compose 
une bibliothèque héraldique * ! 

A côté de la composition actuelle d'une famille, il résume les faits les 
plus saillants de son histoire. 

Pour l'ordinaire, lorsqu'on n'a pas un intérêt direct, immédiat, à 
s'enquérir de tous les détails d'une généalogie ; si l'on désire seulement 
savoir à son sujet ce que tout homme de bonne compagnie est tenu d'en 
connaître par égard pour les personnes avec qui il vit, cela doit suffire. 

Mais si un intérêt plus grave, des projets d'alliance ou toute autre rai- 
son suggéraient le désir d'en savoir davantage, au bas de chaque notice 
se trouve l'indication de tous les ouvrages dans lesquels il a été question 
de la famille à laquelle elle est consacrée, et l'on peut aller retrouver à 
coup sûr tous les renseignements que sans ces précieuses indications on 
n'eut pu obtenir sans de longues, difficiles et souvent infructueuses re- 
cherches. 

Un livre de la nature de celui-ci a tout l'intérêt des plus attrayantes 
lectures. Quoi de plus intéressant, en efiet, pour une jeune femme, pour 
une maîtresse de maison, que de trouver, dans un beau et élégant vo- 
lume qui restera toujours sur la table de son salon, la réponse à toutes 
les questions qu'elle pourrait être tentée de faire sur les personnes qui 
composent sa société ou qui aspirent à en faire partie? — Nous avons 

1 Un livre conçu aur le plan des anciens historiens de la Noblesse n'était plus possible et ne pouvait con- 
venir & nos minimes fortunes» ni au besoin que nous avons d'acquérir rapidement les connaissances qui nous 
sont nécessaires. Le travail do P. Anselmoest en 9 vol. io-fol.; celui de d'Hozier, «nIO vol. in-fol.; Lâché- 
naye-des-Bois, en i5 vol. in-4o, etc.; et les ouvrages concernant chaque province, et même chaque famille, 
sont innombrables. Du reste nous avons le projet de joindre i la fin de notre supplément une bibliogmphie rai- 
sonnée de rhisloire de la Noblesse; et nous prions les personnes qui auraient quelqae volume rare ou cnricui 
sur la matière de nous en faire parvenir une note détaillée, elle serait accueillie avec empressement. 



Il INTRODUCTION. 

vu une ambassadrice, certainement l'une des plus spirituelles, des plus ^ 
séduisantes femmes appartenant au corps diplomatique des dernières an- 
nées de la Restauration, prendre la peine de faire elle-même dans un pays 
voisin un travail, non point aussi considérable ni aussi complet que ce- 
lui-ci, mais tout à fait analogue. Et elle disait avec raison : « Grâce à mon 
livre d'or, je sais sur quel terrain je marche ; pendant qu'on me voit 
peindre mes feuilles, on cause sur le personnel de la famille dont j'esquisse 
le blason ; et bien souvent d'utiles indications ont été trouvées par l'am- 
bassadeur dans un recueil de notes qui semblaient n'avoir pour but que 
de me faire connaître les gens de bonne compagnie que je devais admettre 
dans ma société intime, ou bien recevoir seulement dans les salons de 
Tambassade. o 

Eh bien ! quelle est la femme à qui il n'est pas arrivé de regretter 
qu'un album semblable ne fût pas fait? — Aujourd'hui il existe, et il 
dépendra de chacun de le compléter en consignant sur les marges ses 
notes particulières. 

Mais, qu'on nous permette de le dire, ce n'est pas seulement un livre 
agréable, c'est aussi un livre utile et instructif. Ce sera le vade-mecum 
obligé de l'homme de bonne compagnie en France, et à l'étranger une 
recommandation et un point d'appui; car au delà des frontières, quelque 
bien recommandé que soit un homme, la première question que l'on fait 
sur son compte concerne toujours sa naissance. Une maîtresse de maison 
le consultera avec fruit sur les personnes qu'elle reçoit; — la mère de 
famille, au sujet de ceux sur lesquels ses espérances de mère lui font 
concevoir des projets de futur étabhssement ; et enfin , c'est un livre 
d'histoire, c'est le recueil des faits les plus brillants de nos annales. 

A une époque récente encore, tout homme bien placé dans le monde 
a été exposé à un inconvénient d'un genre tout particulier : des let- 
tres lui arrivaient de tous les côtés, contenant à peu près ce qui suit : 
a Nous allons publier une notice sur vous et sur votre famille : veuillez 
venir vous entendre avec nous à ce sujet. » — On ne répondait pas. — 
Nouvelle lettre : « Quoique vous ne nous ayez pas fait l'honneur de nous 
répondre, nous n'en persistons pas moins dans notre projet; seulement 
nous éprouyerons un vif regret si le défaut de concours de votre part 
rend ce travail moins agréable pour vous que nous ne l'eussions désiré. » 

Au travers de ces formes polies et obligeantes, quelques personnes eu- 
rent le mauvais esprit d'apercevoir une menace, et traduisirent en d'au- 
tres termes l'expression du regret qui terminait la missive. — Mais que 
faire?... 

En cette occurrence, quelques hommes qui avaient été exposés à l'in- 
convénient que nous venons de raconter, conçurent une pensée fort con- 
venable, ce nous semble, dans la circonstance. C'était l'unique moyen de 
parer au mal sans tomber dans un pire. 



LNTUODLCTION. m 

ce Publions nous-mêmes, dirent-ils, un travail biograpliique et héral- 
dique dans lequel des dates précises et des faits Justifiés pourront seuls 
trouver place, le tout sans commentaire aucun. Je suis colonel, mon 



brevet est de telle date ; vous êtes conseiller d'Etat par ordonnance de tel 
jour; M. X. est baron ou duc par lettres patentes de telle année : voilà 
qui est positif. Essayez de contredire un fait ainsi formulé. — Voilà pour 
le présent. » 

Pour le passé, dans la petite place qui lui a été réservée, le même sys- 
tème a été suivi. En parlant d'une famille quelconque, un généalogiste 
dit toujours : a Noble , ancienne et illustre famille. » C'est de protocole. 
Nous ne ferons pas de phrases, nous dirons : Les principales illustrations 
de cette famille sont : Un tel, maréchal de France ; ou bien : Un tel, ca- 
pitaine d'infanterie ; un tel, cordon-bleu ou bien chevalier de Saint-Louis. 
— Nous ne voulons pas dire qu'un gentilhomme en France n'en vaille 
pas un autre, qu'une famille soit plus noble, plus honorable qu'une autre. 
Chacun, à ce sijyet, a ses idées bien arrêtées in petto, a f^ meilleure maison 
de France, c'est la mienne. » — Et nous sommes trop polis pour contes- 
ter jamais à personne sa manière de voir à ce sujet. — Mais des faits 
historiques prouvés, évidents, ont une signification : le mieux était de les 
laisser parler eux-mêmes. 

Il restait encore un inconvénient à éviter : les hommes les plus honora- 
bles, les esprits les plus droits se font quelquefois des illusions même en 
matière de faits, surtout lorsqu'ils touchent d'aussi près à un côté aussi 
sensible de notre amour- propre. Pour prévenir tous inconvénients, il fut 
résolu que le comité qui se chargerait de revoir le travail présenté par 
les intéressés, et d'élaguer au besoin les phrases que les rédacteurs des 
notices pourraient laisser échapper, garderait le plus strict incognito. 

Une fois ce plan arrêté, comme il s'agissait, non point d'un travail de 
coterie , mais bien d'une affaire de corps, un appel fut adressé à la No- 
blesse française, et nous demandons la permission de citer ici quelques 
passages de la circulaire qui fut envoyée à toutes les personnes qui, par 
suite des nombreux avis insérés dans les journaux , en firent la de - 
mande. 

a L'Angleterre a de nombreux Peerages dans lesquels l'état présent de 
sa noblesse est mis à jour chaque année. Sur la table du salon de chaque 
maison, un ou plusieurs de ces volumes se trouvent toujours ; et si vous 
désirez connaître avec exactitude la famille, les attenances, les dates de 
la vie d'un homme de bonne compagnie que vous avez vu le moment d'a- 
vant, vous n'avez qu'à ouvrir le volume. 

a L'Allemagne a son Almanach de Gotha et de nombreuses publications 
héraldiques. La Russie elle-même a son Livre de velours, dans lequel, à 
l'instar du célèbre Livre d'or de Venise, sont inscrits les noms de tous les 
membres de la noblesse de Fcmpire. La noblesse de France seule, la plus 



lY INTRODUCTION. 

illustre, la plus chevaleresque des noblesses, n*a pas un livre dans lequel 
elle puisse retrouver Tétat présent des familles, ni les noms réunis de 
ses illustrations les plus brillantes, ces noms qui couvrent d*une lumi- 
neuse auréole toutes les pages de notre histoire nationale. 

(( Et cependant toutes les professions en France, tous les états même, ont 
leurs manuels, leurs annuaires. Il n'est pas d'artisan, si obscur, si mo- 
deste qu'il soit, qui ne puisse retrouver dans un livre spécial les noms de 
ses confrères. 

« Et cependant encore, quel annuaire, quel manuel historique pourrait 
présenter un intérêt pareil? De tout temps la noblesse française n'a-t-elle 
point ofTert dans chaque caiTière le plus brillant faisceau de toutes les il- 
lustrations, et la série des noms dont elle s'honore n'est-elle point le ré- 
sumé des grandeurs historiques de la France ? Depuis les connétables, 
dont l'influence militaire était si puissante et si respectée, jusqu'aux 
gloires plus modestes, mais non moins honorables, de la vie civile et des 
lettres, quelle longue série de noms, au milieu desquels nous voyons 
ressortir comme trophées, entourés des plus beaux souvenirs de la mo- 
narchie : dans les armes, Montmohbncy, Rohan, Turentïe, La Tre- 
MouiLLE ; dans la magistrature, L'Hôpital, Molé, de Sèze, Malesher- 
BES ; dans les lettres enfin , Froissard, de Thou, Montesquieu et Cha- 
teaubriand ; etpour qu'aucune illustration ne fit défaut à sa couronne, 
lorsque apparaissait une grandeur nouvelle, Fabert ou Catinat, Wagram 
ou BELLu?iE, la noblesse française s'empressait de lui ouvrir ses rangs. 
Les aristocraties ne sont point jalouses : toutes les gloires sont sœurs. 

<c Animés du désir de combler cette lacune, quelques hommes en mesure 
d'accomplir cette tâche se sont réunis. Rien d'analogue à ce qu'ils veu- 
lent faire n'a été essayé en France. Ce n'est point un recueil de généalo- 
gies qu'ils aspirent à publier, c'est le tableau de Yétat présent de la no- 
blesse de France. A la suite de Tarticle de chaque famille, de sa compo- 
sition actuelle, ils rappelleront très-sommairement ses principales illus- 
trations, ils indiqueront dans quels dictionnaires on peut trouver son 
histoire ; et cette histoire, ils la continuent et l'amènent jusqu'à aujour- 
d'hui. 

« Ce travail est fort avancé ; mais en approchant du terme, les auteurs 
ont compris qu'il serait difficile de le rendre complet sans le concours de 
ceux qui y sont le plus intéressés. Aussi, afin d'être certains d'y mettre 
toute l'exactitude et la précision nécessaires dans un pareil recueil, se 
sont-ils décidés à faire un appel à tous les membres de la noblesse fran- 
çaise, afin de les prier d'adresser sur eux-mêmes et sur les personnes 
composant leurs familles les dates et les notes les plus exactes. 

« Nous avons hâte d'ajouter : Les insertions sont essentiellement gratui- 
tes. Ceci n'est point une affaire de spéculation, mais une affaire de corps. 11 
n'y a pas même d'obligation de souscrire pour un volume. Nous désirons 



INTRODUCTION. v 

cependant qu'il acquière la plus grande publicité possible, et dans ce but 
nous verrons avec plaisir tous les membres de la noblesse s'en assurer 
par souscription un exemplaire. Nous disons s'en assurer, car les éditeurs, 
pour ne pas se charger de frais inutiles, ne feront tirer qu'un très-petit 
nombre d'exemplaires au delà de celui désigné par le chiffre des souscrip- 
teurs; et ces exemplaires sont réservés à des bibliothèques publiques 
françaises ou étrangères, dans lesquelles lisseront déposés, afîn que tout 
voyageur, dans une ville ou capitale étrangère, puisse trouver dans un 
établissement ouvert à tous la constatation de son état nobiliaire, et se 
recommander de ce témoignage honorable, auquel il sera toujours facile 
de faire appel. Mais, nous le redisons, la souscription n'est point obliga- 
toire. 

a La notice sur chaque famille sera généralement accompagnée de la 
gravure de ses armoiries, souvent aussi par la vue du château ou de la 
principale habitation de la famille, ou bien par la vue de quelques-uns 
des édifices se rattachant à son histoire, tels que tombeaux ou tous au- 
tres monuments d'un glorieux souvenir, et même, lorsque le désir en 
sera exprimé, par une composition rappelant unirait historique. 

« Quant à ces ornements, bien qu'ils doivent ajouter à l'embellissement 
du volume, les familles comprendront qu'ils ne pourraient étreàla charge 
de ceux qui publient l'ouvrage ; mais des arrangements sont pris pour les 
faire exécuter à frais minimes, afin de ne pas grever ceux qui désireront 
les adjoindre à leur notice. Mais ce dernier article, qui est entièrement 
facultatif, est le seul qui rende une dépense obligatoire. 

«Dans des conditions aussi désintéressées, nous croyons pouvoir comp- 
ter que les membres de la Noblesse ne manqueront point à l'appel qui 
leur est adressé. Il s'agit ici, non point d'une étroite spéculation, mais 
bien d'un monument que nous croyons pouvoir, à juste titre, appeler 
national. Le nom de gentilhomme ne dit-il pas lui-même qu'il est 
l'homme de la nation (gentil homo) ? il s'agit de montrer à la France et 
au monde que les descendants de nos preux ne sont point dégénérés, que 
les membres de ce corps, qui, de tout temps, par l'intelligence aussi bien 
que par la valeur, marchait en tête de la nation, garde encore dans ses 
veines les flots du plus généreux sang, generoso sanguine parium; et 
qu'enfin, en montrant le livre dans lequel son nom ajoutera un fleuron à 
la couronne qui brille au front de ce corps antique et vénéré, tout gen- 
tilhomme ait le droit de s'enorgueillir en disant : a Et moi aussi, j'ai 
mon nom écrit dans cet Armoriai, véritable livre d'or^ de la noblesse 
de la France » 



1 Nont tTiont d'abord eo la pensée d« donner le litre de Litrt d'or k noire pablication ; naii il a paru 
récemment nn livre de chiromancie on de sorcellerie avec ce titre, toai lequel d'autres ouvrages sont encore 
annoncés. Aussi d'honorables arais nous ont-ils témoigné le désir, auquel nous nous sommes empressés de dé- 
férer, de levoir remplacé par celui d'AnvoiUL histuiiqvi di la Noblimi db Fiance. 



VI INTRODUCTION. 

Voilà quel était notre plan. C'est au public à juger si nous Favons 
convenablement réalisé. Nous devons toutefois ajouter quelques explica- 
tions. 

Une généalogie complète, développée, peut bien intéresser les personnes 
pour qui elle a été dressée et celles qui, par un lien quelconque, se ratta- 
chent à elles; mais elle ne peut inspirer d'intérêt à un public nombreux. 
Aussi, les ouvrages qui sont des recueils de généalogies ne se tirent-ils ja- 
mais qu'à un petit nombre d'exemplaires. Il est évident que, par suite, ils 
n'atteignent que très-imparfaitement le but qu'on se propose en faisant 
imprimer l'histoire de sa famille, qui est de lui donner tout le relief 
possible. 

De là naissent quelques questions que nous avons essayé de résoudre 
d'une façon satisfaisante. 

Ce qu'une famille peut espérer, dans l'intérêt de son amour^proprc 
bien compris, de graver dans le souvenir d'un public d'élite, ce sont ses 
principales illustrations, les faits saillants de son histoire. — Qui sont 
ceux qui ont intérêt à obtenir ce résultat et qui en retireront agrément et 
utilité? ce senties membres de cette famille aujourd'hui existants. — Ces 
deux mots vous donnent la raison du plan de notre travail. 

A répoque actuelle, on a peu le temps de lire ; il y a nécessité de résu- 
mer. — Nous avons fait le résumé le plus court possible de l'histoire de 
la noblesse de France ; nous l'avons fait comme des gens pénétrés du 
sentiment de la dignité de ce corps. Notre but a été de maintenir cette 
dignité, de contribuer, si la chose était possible, à la relever. Mais aussi, 
nous eussions craint de la ravaler en admettant dans nos pages tout ce 
qui ne pouvait justifier la prétention à y être admis. 

Nous n'avons pas été exclusifs, nous avons accueilli avec le même em- 
pressement ceux dont Thonorabilité de leurs pères était l'unique illustra- 
tion, aussi bien que ceux dont les aïeux ont joui de toutes les faveurs de 
la cour. 

Mais tous les noms ne s'y trouvent pas et ne pouvaient s'y trouver : il 
en est de dignes, à tous égards, de prendre place dans notre publication , 
qui ont été ajournés faute de renseignements suffisants, ou de preuves à 
l'appui des faits énoncés dans les notices qui les accompagnent. 

Puis, un assez grand nombre de personnes se sont méprises sur notre 
plan et ont jugé notre travail sur son titre plutôt que sur notre cir- 
culaire. — Elles nous ont , en conséquence , envoyé seulement leur 
nom de famille et le détail de leur blason. Bien que sur plusieurs d'en- 
tre elles nous eussions des notes particulières, nous avons préféré nous 
borner à reproduire cette simple indication, plutôt que de nous exposer à 
donner des notices inexactes. 

Ces considérations réunies nous imposent la nécessité de publier un 
Supplément à ce volume; mais il sera le seul, et avec lui se terminera ce 



INTRODUCTION. vu 

travail, le plus complet et, à coup sur, le plus impartial et le plus dé- 
gagé de considérations d'intérêts matériels qui ait jamais été fait sur la 
noblesse française. 

Quelques noms, quoique étrangers, ont été admis dans notre recueil. 
Les uns appartiennent au corps diplomatique, et nous regrettons que le 
désir d'y voir figurer le corps tout entier nous ait été exprimé trop tard 
pour que nous ayons pu réaliser ce désir. En efTet, en tout pays, le corps 
diplomatique est partie si intéressante de la société dans laquelle il se 
trouve, que, de prime abord, droit de cité lui est acquis. 

D'autres ont acquis ce droit de cité par une longue résidence, qui est 
presque une naturalisation. Ainsi, il est une famille qui, depuis longues 
années au milieu de nous, supporte noblement le poids d'infortunes 
presque royales, qui, pour longtemps encore peut-être, devra y résider; 
car rien, jusqu'à ce jour, ne laisse entrevoir le terme de son exil. 

Providence de toutes les douleurs de ses coexilés, mais accueillant de 
même toutes les autres infortunes, cette famille, grâce aux débris d'une 
fortune princière, a préservé du marteau des démolisseurs de la bande 
noire un curieux monument du grand siècle, et, à de certains jours, 
une pensée de bienfaisance, d'ingénieuse charité, en fait ouvrir les portes 
à toute la société parisienne. Cette famille devait prendre rang parmi les 
familles françaises; car c'est acquérir droit de cité dans la patrie de 
l'exil, que d'acquitter ainsi la dette de l'hospitalité. 

Maintenant, dans un volume aussi rempli de noms, de faits, de dates, 
ne se sera-t-il glissé aucune erreur? Nous avons tout fait pour l'éviter. — 
Un mot encore, et sur le point le plus délicat. 

Un grand nombre de gentilshommes font précéder leurs noms de 
titres. 

Ceux de ces titres qui ont pour origine des lettres patentes dûment 
enregistrées sont les seuls incontestables, les seuls admis en justice. — 
Nous avions d'abord résolu de ne relater que ceux-là. 

Mais on nous a objecté qu*après nos orages révolutionnaires, il était 
difficile de s'en tenir rigoureusement à ce point de départ; que des 
lettres patentes avaient été perdues ou brûlées pendant les temps de 
troubles politiques, et qu'en semblable matière, les anciens nobiliaires 
devaient, jusqu'à un certain point, remplacer ces lettres absentes. 

Nous avons cru devoir céder, quoiqu*à notre très-grand regret et tout 
en faisant nos réserves. Nous nous dispensons de relever ici les remar- 
ques et commentaires que les esprits attentifs pourront faire à ce sujet. 
Nous en avons probablement fait plus que qui que ce soit. 

Quant aux titres donnés, dans le courant a'un article, à des personnes 
alliées aux membres de la famille qui fait sujet de la notice, bien que nous 
ayons fait nos efToils pour n'admettre ces titres qu'à bon escient, nous ne 
voulons en aucune façon les garantir. 



VIII INTRODUCTION. 

Cela posé, nous devons ajouter que peut-être y a-l-il quelque fa- 
mille ayant droit de porter un titre, que nous n'avons pas mentionné dans 
sa notice. Notre réponse est bien simple : on ne nous a pas montré de 
lettres patentes, et ce titre ne leur était donné dans aucun ancien nobi- 
liaire. On comprendra sans peine qu'il ne nous convenait en aucune fa- 
çon de nous faire les éditeurs responsables de la première édition d'un 
titre de marquis ou de comte. C'est bien assez que nous ayons dû re- 
produire les seconde et troisième. 

Et, à propos de reproduction, qu'on ne fasse pas la spirituelle plaisan- 
terie de nous accuser de plagiat si certaines notices ont quelques rap- 
ports avec d'autres antérieurement imprimées dans d'autres ouvrages : 
lorsque, dans une notice envoyée par une famille, il est dit que M. Char- 
les est né le 10 janvier, nous ne pouvions guère, pour qu'on ne pût nous 
accuser de copier ceux qui avaient imprimé avant nous, dire qu'il était né ' 
le 9 ou le 1 1 . — Et puis, nous le disons bien haut, et dans notre pensée, 
c'est le véritable mérite de notre travail. 

Il n'y a pas, dans ce volume, une ligne, un mot, une date, qui ne 
soit copié dans les historiens qui nous ont précédé (et. Dieu merci, nous 
les avons cités avec assez de précision pour leur laisser, à eux, toute la 
responsabilité des faits), ou bien dans les diplômes ou lettres patentes 
émanés d'autorités souveraines, ou bien encore dans des actes de nais- 
sance, de mariage et de décès. 

Nous l'avons dit, nous ne faisions pas un livre de phrases, mais bien un 
livre de faits et de dates. Nous y avons mis le moins possible de mots, et 
le plus de faits et de dates que nous l'avons pu; et si, par exemple, après 
avoir lu la page dans laquelle nous avons essayé de rappeler les princi- 
pales dates de la carrière si remplie de M. le comte Mole, ou bien celle 
qui résume en si peu de place les innombrables illustrations de la maison 
de Montmorency, on trouve qu'il était impossible de mettre plus de faits, 
de noms et de dates en moins de lignes, notre but a été atteint. 

Kn résumé : — Nous avons voulu élever, en l'honneur de la plus che- 
valeresque des noblesses, un monument sérieux, le dernier peut-être. Nous 
avons voulu lui donner un caractère de généralité qu'un recueil de gé- 
néalogies complètes, développées, ne peut jamais atteindre, même en 
entassant volumes sur volumes. Nous l'avons fait dans des conditions qui 
permettaient à tous, même au gentilhomme le plus pauvre de France, 
aussi bien qu'au plus riche, de faire constater parmi ses pairs la loyauté 
de sa noblesse et l'authenticilé de son écusson. 

Aussi n'hésitons-nous point à le dire, ce Uvre , le premier, le seul 
qui ait jamais été fait sous une inspiration pareille, est-il l'œuvre la plus 
consciencieuse qui ait jamais été écrite sur l'histoire de la noblesse de 
France. 



VILLE BOUBERS-TUNC. - U chef acluel 
maison csl ÂtitDtE-CiiAni.Es-MAniE, comte 
ÎRS-ABBEVlLLE-TUNC,nélc 4S avriHTCS, 
iitaine de cavalerie au corps royal des ca- 
je Monsieur, depuis le roi Louis XVIIl. 
idanl supérieur pour le roi dans l'arron- 
d'Abbeville en -1815, cbevatîer de Saint- 

, . , et*. 

Marié le 22 avril 1789 à ANNe-CntHLOTTE-ËLiSABeTii dr Buissy ut 

LllNC. 

Ile te riKiriigt mui anits ■■ I* i Ataiitt-Victar ; 

2' ALraDUSE-ALEXAIDU-CBlKLEs; 

s* Amt-PAiTLiIt-HmiETiE, aurits; i A!iȣ-PtLii, virouic <lc 
FiIoLLE (r«f. te nom). 

i,' ÏBI-ROtt-BLtl'CflE. 

Vrinripata liliulralioH. 

Olic miHta, connue «tas le^i noms cl Hirnoni de Bunbm-Ablwvillc-Twr, H «ou celai de 
ric«nile> de Bernllre [Btruantl rai/ra), n\ l'Dne des InncliFd caddies des cuoiles <le PaBIbleD (an- 
rieu) iisni de Wilberr, qol Tui chef du |»;s dépôts awDBic l'anlhlcu, leqoel élaii issa in Wil- 
berl I", H', HV M IV*, nUlài comme cbrh de la Xarinie, babilêe jur les Brluafi KorinJ, dui 
l'Hiuoire du Ctmtritit, ï l'arllclc de Sainl Watttrl, qui éuil de celle miisiin, M ila*( le iwa en 
itcTeni, pir lUerallons dam ridionic, Boflieil. pniï lloalicnk. ei enlln Buiilimi, nom elirDMlo(iq»e- 
Mcnl IdesliqiKi. On ffU ciler i l'ippui de celle origine no pissaRe d'un urtuliire de l'abbaje de 
Sunt-Aobcn (l Cinbral), doni II fut le ruodaiear, daie lequel on lil : ■ Un Wallierk eil l'uleir dt 
nom de< teigneun de Daabrrk, a 

On a bbieclt que le berceau des Bciittrs iar AutUi élait Dotiert sur Canekl, e[ qa'oD dc conuU 
polnl de liire qoi les niDcbe 1 l'illuslre maison des Bùutert i^nr Semmt. ( tieUUalre uuiu il 
Hariu.) 

L'Hiear de celle alijeriiun reconnall que Bv^eri sar Concile esl le berceau des Bautert sur 
Aiaklt (BcrBtlre),mals ne se raliacbanl pas aui Bttteri sur Seime, 

Voilï iruis fanilles dn même nout eiislanl i Due disliace l'Bue de l'antre seulemeil de (imi 
lienr^: tl r*l etidenl qiir si l'aaieir Je rnhierlinn en aiaii tonnu une qnalrieme, il en aiiuil bll 



2 A B B 

ineniion. Cette qoatrième a existé à la même distance de celle sor Cancbe, ao |»ied des monts Saint- 
Angilben (aojonrd'hoi Inglevert), près Calais; mais, détraite dans le dixième siècle par les détasia- 
lions incessantes des hommes du Nord, il n'en est resté vestige que dans les très-anciennes cartes 
du pa}s. Celle-lù fut le véritable berceau, la première babiiaiion des premiers du nom de Bouberk 
(altération de celui des Waldberch \ chefs (subreguli) de la Morinie. 

Nous allons fournir la preuve de cette version par un titre dont on ne contestera pas i'autbenlicilé : 
c'est la lettre (antépénultième de saint Bernard) dont voici le |)réambule, et l'extrait relatif an sujet 
que nous traitons. 

«[ Viro illuslrif jam quoque à nobls dileclo, Rorgoni de Abbaiis villa, Bernardus Clanevallis vocatos 
« abbas salutem et nostras oraiiones... Rogamns tuam dileciionem ul trrram istam quae iMijurit est, 
a in paroccia de CMrreni,.. iibi tuisque antecessoribus... fuit, eeclesi» de Alcbi (Àucki^et-Moinei) 
a in elemosinam concedere digiieris; quaienns et anim» tuas et animabus antecessorum et successo- 
<( rum tuorum, apud Deum, hoc proflciat beneûcium, etc. » 

Cette demande d'une portion de domaine dans la paroisse de « Curreni » sur Canche en faveur de 
l'abbaye d'Aucbi-les-Muines est adressée à Rorgon d'Abbeville, de qui la chronique de Rumel dit : 
u 11 était, comme j'ai vu par titres du prieuré de Salnt-IMerre d'Abbeville, fils de Simon et neveu 
<t d'Odeulard. petit-Ols de Thibault d'Abbeville, seigneur de Tune, ainsi qnatiflé dans la charte 
« de conttrmaiion de l'évéque d'Amiens, en 1325, et enregistrée ù la cour des comptes. » 

Dans la charte de fondation de i'hôtel-Dieu d'Abbeville, en 1158, on voit que Rorgon es^t père de 
Girard l'^, aïeul de Girard II, qni, dans le cartulaire de Yaloires, se qualifle en ces termes: 

<( Omnibus prxsentes litteras inspecturis, ego Girardns de Abliatis villa, miles et dominas de 
(( Boberch, salutem in Domino, etc. » 

Il fut bisaïeul de Girard III, auquel se rapporte cet extrait des chroniques de Rumet, d'un aveu 
fourni en IS67 i Charles V, dans lequel il déclara qu'à cause de la n:>blesse de sa pairie, il a eu son 
surnom ancien d'Abbeville, seigneur de Bonberck, et qu'en fait d'armes, de guerre, de joutes et de 
tournois, son droit cri est : Abbevillel comme anciennement lui et ses devanciers seigneurs de 
Uouberch ont usé et accoutumé de faire, etc., etc. (K. l'article AbbevHle dans le t. IV des Mé- 
moires de la Société det antiquaires de Picardie^ p. 569, pour la preuve qn'Abbeville a été originai- 
rement une seigneurie féodale. ) 

Si ces documents établissent avec certitude que Rorgon était de Boiibers sur Somme, la lettre de 
Miiit Bernard prouve de même qu'il était aussi de Boubers sur Canche; par conséquence immé- 
diate, elle prouve encore l'id^tiié des deux branches, et, par suite, celle de la troisième sur Authie, 
si sou berceau est Boubers sur Canche, ainsi que le dit l'auteur de l'objection que nous avons citée. 

Terminons par une explication essentielle du mol Curreni, qui n existe plus depuis que celui de 
Boubers lui a été substitué, lorsque les seigneurs de ce domaine y ont transporte leur domicile, en 
abandonnant celui des monts Sainl-Aiigilbert, véritable berceau des trois branches qui ont conserve 
le nom de Boubers avec différents surnoms de seigneuries. 

Curreuis, par contraction de curia, cour; Jii, en; is, eau. Le mot celtique is, eau, s'est toujours 
conservé dans tous les noms qui sigiiiflent eau, et plus particulièrement dans ce pays, dont la rivière 
(>rincipale ne s'appelle la Lys que par altération de son véritable nom d'origine, ri>, que l'on trouve 
encore écrit ainsi dans les anciennes cartes géographiques. 

Currenis était donc une cour seigneuriale sur l'eau ; et, en effet, le château de Boubers est baigné par la 
Canche, dont Rorgon d'Abbeville fut seigneur. Le dernier de la branche aînée a été Louis d'Abbevillc- 
Yvergny, qui ne laissa qu'une fille qui épousa L. de Manchi, seigneur de Senarpont. A la mort de Louis, 
la branche de Boubers sur Authie devint l'aînée par Jean de Bouberch Abbeville-Tuncq, tige des Bou- 
bers, vicomtes de BernAire; Jean II ayant épouse l'héritière de la vicomte de Bernitre sur l'Authie, et 
axant ain>i formé la branriK connue sous ce surnom depuis 1364. (La filiation généalogique se trouve 
dans Y Histoire du Cambrests, 3* part., p. S8'i. ) 

Les limiies de cet ouvrage ne nous permettent pas de plus longs développements. Ou pourra d'ailleurs 
en trouver le complément dans le t. V des Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie ((942), 
qui cite, entre autres curieux documents, un extrait des chroniques de Jehan le Jeune, supprime par 
Froissari, et dans lequel est cité« li sire Jean de Bouberch, bon chevalier, bien assaillant et bien defen- 
« dant, fait prisonnier par Jean Chandos, etc. » 

Jean était fils de Hugues dit Gadifer, qui reliefva de sa terre de Tuncq le I4 juillet M47. Il eut pour 
frère Riiigon d'Abbeville, vulgairement nommé Ringois, qui, mené prisonnier en Angleterre après le 
siège de Calais, sur son refus de prêter foi et hommage à Kdouard (comme comte de l*onihieu), fut pré- 
cipité dans la mer du haut de la tour de Douvres. — Ce trait historique a fait le sujet d'une iragedie, 
sous le litre de Ringois, ou le citoyen d'Abbeville^ représentée pour la premieie fois sur le theiiire de 
relie ville, le 27 décembre 1777, au plafond duquel son nom fut inscrit dans une couronne civique. * 

Aux illusiraiions miliiaire*; précédemment citée*, il f^nt joindre Robcri de lloulK-rrh. dont la lonibc 




■, ihii anUnux. noiiTliti^iK deBcsan 



4 ACH 

fi<B, pluiisiin tit^DM, rnlre autres Bernard, ivfqoc 4' 
annéci. tu, dit t'ffitfsire tfw ttll^niifi d'Amiem, l'h 
Knire-Dainr, ci ttiul d« ii|n«r li deminde i S> Siiniclt 1« pape de 11 raMBisnkiii de saint Lonb. 

I L'histoire 4e la maison d'Abbeillle-Dodbers-Tnnc, relilée [larrragnieiilidaDsde Donbrf n oningci, 
1 Me iaprimée dans le KMliaire aiûrentt de Fraice, t. VIII, par M. de Salnl-Altais). 
Armti : éatuyt, au l" d'or 1 Irais (asres de gnedle», t une chfnare ou branche de gui de rhfne 
posée brorhlnliDr les trois rasn^.qni est de Walberl, — anl- d'or 1 trois tundes de Kiieale>.qai 
est dePontbleiilncicn; — an S* d'argent i Irou rœnrs on éenssons de gnenleslel (, qni M 
de Bonberi-Abbeville-Tniif ; — aa *• d'or i la croit de salile rbargrt te f Inq cmiulllrs d'argent, 
qal est de RaineTai-Bernjlre: — el spr le tout d'or » trois ècdssons de gueules, qui est Abbeilile- 
Bonbcn-Tpne. 
SëfpDTli : deni tritons sonnant de la conque marine. 
Cri : AbbeTille ! - fîeriie ; Saniaide. 

KétUemn ; » chlieio de Long par Flii««iart (S-imme). rt Ablievlile. 

Une satinte dlssertallmi sur la pierre Unilaire que représente la graiire insérée lao) utie no- 
lice s« troaie dans le l. V des Mimeira it la Swifli dit tUl^ualrc dt PIcaréU. Non rroyoni 
detoir ï renrojer le leclenr, Uiul en regrellani qne le défaut d'espace ne mwi permette pas de b re- 
prodiire, m nwini «n partie. 

D'ABZAC. — Ancirane maison dii Périj;ord à laquelle iipparlenait 
PiERiiE-MiiiiE vicomlc D'ABZAC , écuyer cavalcadour , commandant du 
manège do la grande ^urie, chevalier de plusieurs ordres, elc, elc. 

En IH43, ce nom s'est trouvé le premier sur la liste de promotion 
des élèves de l'école polytechnique. 

Arma : d'arfeni k la bandrei li ta boninre d'jiur cliargers rie tien I besanis d'or, 3, I el S. 



A( BARD [en Normandie). — Cctic maison est divisée en plusieurs 
branches s<'|)arées depuis des siècles. Ces branches étant elles-mêmes 
subdivisées , nous ne mentionnerons ici que le chef de chacune. 

Le chef actuel de la branche de Vacognes, jadis du Pin, est AnntEN- 
MtcniL ACHARD DE VACOGNES, chevalier, né en 1778. 

Il a épousé, en ISOO, PAtiLiKE-HABiE Mohin ne LirTE^u. 

De re nariage est issn ; AiCotE-Hinic, ne en IMî, mirié,rn <SU,idemoise1léAtHKMIS'ALF.it%- 

inisE-Mtnï AfHfKP PI Boxïorioi», dont il na qne des Biles. 
ntmieili : Ba.irai. 

Aiiédée-Mabu ACHARD DE VACOGNES, frèro du précédent, marié 
à demoiselle Mahie-Henriette re Molsso^. 

tie re lunnapr Miiit issus drn\ liis ; Anii»\-EK'iF(T el Mit>ii<.t>.VLrKi:i>, un» luarii'-. 



ACH r> 

Le chef actuel de la branche de la Haye, près de s'éteindre, est 
Édouaud ACHARD de LA HAYE, chevalier de Saint-Jean de Jérusalem. 
Il a épousé, en \H09, Adèle Carrefour dr la Pelooze. 

De ce mariage il ne reste plos qae des ttlles. — Domicile : Poitiers. 

Le seul représentant actuel de la branche de Saint-Mauvieux est 
Henri ACHARD DE SAINT -M AU VIEUX , né en ^782. 

11 avait épousé, en 4808, Marie-Aogdstinb de la Haye d'Ommot, 
dont il est veuf sans enfants.* Il est aujourd'hui prêtre et chanoine hono- 
raire de Bayeux. 

Domicile : Vire. 

Le chef de la branche de Bonvouloir est Euuène-Fuançois-Charles 
ACHARD DE BONVOULOIR, chevalier, né à Passais (comté de Doni- 
front), on 4776, capitaine de frégate et chevalier de Saint-LoUis. 

lia épousé, en 4805, Françoise-Jllie de la Tour du Pin. 

Domicile : BaTcnx. 

De M)D mariage soni issus : 1* Charles-Frarçois-Eugènb Achard de BoitvorLOiR, chevalier, né en 

1801, marié, en t^SI. ù demoiselle ZexaTde de Revillasc, dont il a 
deux Als, Didier et Robert. — Domicile : chàteao de Nagny, près 
Bayeux. 

2° Joseph-Gct-Augcste de Bonvoaloir, chevalier, né en 181 1 . Il a éponsé 
en 1i>S7, Charlotte-Honorine de la Toiir du Pm, sa coosine, 
dont il a un fils, Henri-Robert. — Domicile : château de Villers-SaîRt- 
Barihélemy, près Reauvais. 

llluslrations. 

Achard, gouverneur de Domfront en lOiO. (Cailleboiie, Li»te ées gouvenenn, ckételttin»^ etc., de 
Domfront, p. U et p. 7.) 

Achard d'Ambrières conduit, avec Henri de Domfront et Mathieu de la Ferté, quatre-vingts hommes 
d'armes ù la conquête d'Angleterre, en 1066. (Caillebotte, p. 10, Recherche* sur le Domesday- 
Dook, par MM. Lechandey d'Anisy et de Sainte-Marie, p. 48. ) 

Acliard, châtelain de. Domfront, est dépoté près du prince Henri, depuis Henri F^ roi d'Angleterre, 
pour lui offrir la foi et hommage des habitants, en 1031 ou «0*12. {Histoire de Sormandie^ par Dumou- 
lin, liv. YIU, p. 361. Caillebotte, p. H. ) 

Jean Achard, abbé de Saint-Vtctor-lez-Paris, de IIM k 1162, puis évéque d'Avranches, est choisi, en 
1164, par Henri II, roi d'Angleterre, pour parrain de la Ûlle qu'il eut de la reine Éléonore. (Caillebotte, 
p. 15.) 

Jean Achard, chevalier, seigneur de Saint-Anvieo, capitaine cornette de cent chevau-légers, l'un des 
rent gentilshommes de la maison du roi. député de la noblesse de la vicomte de Domfront aux étals 
de b province en 4618. 

Julien Achard, seigneur de Bonvouloir, chevalier des ordres du roi en 1631, gentilhomme ordinaire 
de la chambre, lieutenant de chevau-légers, député de la noblesse du bailliage d'Alençon en 463S. 

Antoine-Charles Achard, chevalier, marquis de la Haye, maréchal des camps et armées du roi, et 
rbenlier de Saint-Louis en 1773. 

Luo-Remy-Charles Achard de Bonvouloir, chevalier, capitaine de cavalerie, chevalier de Saint-Louis , 
et dépoté de la noblesse du bailliage de Coteniin aux états généraux de 4789. 

Armes ."d'azur au lion d'argent armé et lampassé de gueules, à deux fasces alésées de néine ; cou- 
ronne de marquis sur l'écu. 

Supports : deiu haches d'armes en sautoir. 

Cimier : une hache d'armes en pal. 

DtHêe : Achard, hache. 

S»tA. La branche d« Vaeognat a le* m#nii-a arRir« ; «eulrmcnt Ir lion |Mirt« un« rwurnnnc d'or. (1*. les «lewi 
e. u«i>un« plaré* m télr 4« nrltc notire.) 



fi AGN 

ACQUET DE FÉROLLES. [V. de Fêbolles.) 

D'ADHÉMAR DE MONTEIL. — Ancienne et iiloslre maison du Dau- 
phiné. Une branche des Adhémar de Lantagnac a relevé le nom de Mon- 
leil, et subsiste encore en Lan^edoc en la personne du comte D'ADHÉ- 
MAR DE MONTEIL, dont la résidence est à Toulouse, en son Uôtel, rue 
Donno^oraîl. 

En I30A, Gatheiune n'ADiiÉHAo, baronne d'Ars rr de Harsane, fut 
mariée à JAcgLBSOE Brumeb, seigneur deL*HNAGE,dont les descendants 
ont pris le nom d'Adhémar. ( Couraiies, i. m. afiitie tAOémar, p. n. ) 

La famille de Brdmeh D'AnuÉuAR est actuellement représentée par 
M. DE Launage, officier supérieur dans la ligne, marié à Tours, en f S56, 
à mademoiselle de Landrièies, de qui il a postérité. 

En <0M, GlnoJ ei Clnadet d'Adhéiur de Honidl condDiùreni nambrc de lem vuuui k Jj pre- 
mière (ru(tiile.Arnurd*Adbfii]ir, tt^ge du Pdi, tear oncle, DDœmé pir Je pipe Urbain J^nl apos- 
lolique. > ne cinild^rt loinme l'Ame de la croisade, uoa-ualemeni par le poêle de la Gtntateimc 
'itarari, nui>*ncoreparl(Kiilesbislorieni(l'. Wclusd, t. ].] 

dans eeue nulson, donl \t bnnrlie alaèe. loDnne taat le nom de Grigun, s'ételiDll m milieu 
48' BlCcle, dans la ra>lsaDd« Culdlanne. 

La bnncbe de> CasleUanoe. qui a>all relev« le nom des comtes de Griguan, s'ételgnil 1 son le 
«n la personne de Pauline de Griinan. marquise deSimIaue, niledu comle de Grignan e< de mademi 
■elle deS<>ign«. L'bislDire det derniers lemps dec«lie famille esl irop connae pour qu'il soii nMesaa. 
de la redire Ici. 

( l* géologie la plgs récemmeul puliliée et 1* plus compliiie de la maison d'Adbemar se iron 
diru le l. m du dlcUuaoaire de H. de Coarcellr''.) 

Arum : d'or t Iroii banda d'«tiir. 



D'AGNEAUX ou D'AIGNEAUX [de Agaellii ). Le cbef de la brandie 
aînée de cette maison est M. Atiiahase D'AIGNEAUX, baron de la 
CHATZE,mariéenl8l8àHENBiETi-E-SopHiE-ZÊPHiRiNeDBBÉviLLEnuPo[rr, 
dcmt le père était colonel et chevalier de Saint Louis. 

La deuxième branche est représentée par Goillauhe-Paul D'AI- 
GNEAUX, marié, 1°à Haric-Victoire-ThaÏs de Berthblot de la Vil- 



LEDRAor; 2' à Ahcine-Cecile, fille du colonel de Martel db Jamille. 
chevalier de Saiot-Louis. 

Le aum de Ruberl d'Algneaai m irouve juniii crni des seiKoeiiri uoniuiids qui Irtm, dèj mii 
onirïnr, dn dopaiiuns 1 l'alibi;e de SunlËltcnne dr Chii, toaift pai Galiliuoie It CanqatnDi. 
{Hiilaire il C«i fir liblit de Uinir. tmtaitiaaiitii de l'Insiilal, l. II. ti. ss,) 

Ptuiicuredes uciulim d<> rem fainlILe ircamiiagBtrvni GutUiBme le Cjjnqaensi 1 la conqutie de 
l'AnfleKrre en 1066 ;l'nD d'eux lui tetlKld'niebranclie elibllecn Anelelerre. 

Jna I'' d'AigonDi «xniuiidiil Boe junlcde l'in^Dlecie ) la baulllc deFonpiin;: llpvrileu eule- 
laiil un |»sie 1 renne ni (is iiril I4U). 

Le UuuilSU. JesKlpears d'Ainneagi. ckefi d'un parli te riisanldtla rellgton réfiiraiee, >»ic> 
tmai t\ pnrenl d'iSBaal le rblieaa de BaTvui [Biilairt it Baf/nx {lar l'ibbè Beiien.) 

Ârmet : d'iior 1 irult ignemi d'aneni, poses t el t. 

S*fftrlt :deni liant. 

La Innrlieilnte de la Fimille d'AigneiDl blbile BiTcai (Calvados). 

Ljdeuxifuertslde k l'Iile-Marle (Nmctar). Lcclillrau de risle-Ntri« ajiiiarleiuU 1 celle rimllleen 
(isl. ainsi que le prouve nue tlmn' que 31. de GcrTiHe, saianl aDlIqnalre de Nonnindle. possède dus 
HHi ciliJDCl, 1 Vilotees. (f. imsl IMane, mtnge cilr, L V. p. S«T.) La dupelle de J'ble-Harie a 
eir richemeni «ruée pir letnnddan|ihlii. Lï dnsin ci-juini rejH^sniie une paniedn clilicta cl de la 



D'AfiOULT. — Loà représentanis actuels de cette ancienne maison 
sont : 

4> CuAitLEs-LuL'u-CoASTAitcE, comtc D'AGOULT, né au chdleau d'Ar- 
paillargues.près d'U^ (Gard}, le 15 janvier 1790, colonel de cavalerie, 
ooinmandeur de la Légion d'honneur el chevalier de plusieurs ordres. 
Marié, en 1827, à Mahie-Sophie-Catiierinb de Flavignt. 



2° HEcroR-Piii LIPPE, comte D"AGOULT, né à Grenoble le 16 septembre 
17K2, secrétaire d'ambassade en Espagne en I8U, successivement en- 
voyé exlraordinaire et ministre plénipolcntiaire de Fronce en Hanovre, 
en Suéde el dans les Pays-Bas; héritier, en vertu d'une onloimancc du 
ri avril I82K, de ht pairie dit vicomie d'AgniilI (Aninine-Jean, de ipii il 



8 ÂLB 

sera fail mciiUim plus bas). Marié, le 1 1 déceiiibn'i 1825, à Henriette- 
Louise Mautin de Vaucressoiv. 

De ce mariage sont issus deux fils : 1° Foui-qies-Antuine-Henf.. ne a Bruxelles, le 31 «Kiobre 1834 ; 

i* HcNRi-THÉODorsi-:. 
Et plusieurs filles. 

5" ALPiio>SK-CHAnLES d'Agoult, frère du précédent, chevalier de 
Malte de minorité, garde du corps surnuméraire en 4815, et plus tard 
officier supérieur des gardes du corps, colonel de cavalerie, chevalier 
de Saint-Louis et de la Légion d'honneur, retiré du service en 1850. — 
Mané par contrat signé par le roi Louis XVllI, le 1 5 janvier 1818, à de- 
moiselle Elisabeth-Stéphanie des Champs de i.a Vakeyne. 

De ce ni:iriage soiil issu^t deux nis cl |ilus:eurs filles. 

Principales illustTQlivns. 

Isnard d'Agonlt, croisé en 1l€0. 

Isoard d'Agouli, Ur du nom, surnommé le Grand. Il fui, comme sou |ière et son aïeul, grand 
sénéf bal de Proveurc. Celle charge a «té égalemeni possédée par ses descendauls assez longtemps pour 
que Guy Allard ( auieur du Nobiiiaire du Dauphiné ) ail cru qu'elle était héréditaire dans la maison 
d'Agoult. 

Jean d*Agouli« archevêque d' A ix en t379. {GalUa chritUiaMa, 1. 1, col. '2S4.) 

Anioioe-Jcau, vicomte d'Agoult, pair de France |tar ordonnance du 33 di'cembre 1833, premier 
écuyer de madame la dan|»hine, lieutenant général, gouverneur du château de Saint-Glond, chevalier 
des ordres du roi, etc., eic, f en 1839. — Comme on l'a vu ci-dessus, le comte Ifector d'Agoult a suc- 
cédé à SJ pairie. 

Titres : des lettres patentes données par le rut Charles IX, au mois d'avril 1561, enregistrées au 
parlement de Provence le 9 juin suivant, érigèrent la ville et vallée de Saaii en comté, en faveur 
d'Isnard d'Agoult, IIF du nom, celui dont il est question ci-dessus. Dans ces lettres, le roi déclare que 
la terre de Sault éiait la première, la plus belle et la plus ancienne seigneurie du comté de Provence. 
(V. Courcelles. t. Vil, irlkïeit Agonit, p. 18 et 19.) 

( De nombreuses pages ont été consacrées dans divers ouvrages à l'histoire de la maison d'Agoult ; 
les généalogies les plus complètes de celte famille se trouvent dans Courcelles,- t. Vil , et dans 
Ariefeuil, l. 11.) 

Armes : d'or au loup ravissant d'azur, lampassi* et armé de gneule«. 

Conronne : princière; — tenants : deux anges. 

Detise : Avidusrommiitere pugnam. 

Résidences : l*aris et Voreppe U!>ère}. 

D'AGUESSEAU. — Famille éteinte dans la maison de Ségur. (F. ce 
nom.) 
Elle a donné naissance à Tillustre chancelier d'Aguesseau. 

Armes : d'azur, ii S fasces d'or, accomjtagnées de 5 coquilles d'argent posées 3 et 2, el d'un croissant 
d'argent eu pointe. 

D ALBERT DE LUYNES ET DE CHEVREUSE, (F. de Luynes.) 

D'ALBERTAS. - Provence. 

Le chef actuel de cette famille est Félix marquis D'ALBERT AS, fils de 
Jean-Baptiste-Suzanne d'Albertas, préfet dos Bouchos-du-Rhône le 1 



ALO 9 

juin 1844 el pair de France le 17 août 4SI5. Il a, de son mariage avec 
Flavie de Valbelle de Mairargues, quatre fils et une fille. 

Résidences : Aix, ancien hôtel d'AlberUs, et le cliâlcau de Gemcnos (I), pr^s Marseille. 

ÂLFRED-ÉaiiLiRN, comlc D'ALBERTAS,chevalier de Malte, frère du pré- 
cédent. Marié, le ^5 juin ^822, à Ix)C}ise-Marii{-L.\i;rence du Yer- 
GiBR DE LA RocHEJACQOELiN, a de ce mariage trois filles : Philippine, 
née en 4828; Olivie, en 1851 ; Léa, en ^855. 

Résidences : Aix, ancien hôtel de Grave, et la terre d'Alberlas, entre Aix et Marseille. 

Principales illustrations» 

Sébastien d'Albertas, conseiller au parlement de Provence en 1624. 

Jean-Baptiste d'Albertas, marquis de Bouc, premier président de la cour des comptes de Provence, 
aïeul du marquis actuel. 

La maison d'Albertas a fourni plusieurs chevaliers i l'ordre de Malte. 

(F., pour l'histoire généalogique de celte famille, d'Hozier; — Arlcfcuil, t. I; —Courcelles, 
t. VI, etc. ) 

Armes : de gueules au loup ravissant d'or. 

D'ALBON. — Les comtes d*Albon ont donné une dynastie de dauphins* 
au Dauphiné. Par ordonnance du 5 novembre ^827, Charles X appela le 
dernier représentant de celte illustre maison à la chambre des pairs, 
qu'il a quittée en ^850. 

Armes : de sable à la eroix d'or. 

D*ALIGRE. — L'unique représentant de cette famille, qui a donné deux 
chanceliers de France, est Etienne- Jean-François-Charles, marquis 
D'AUGRE, pair de France, commandeur de la Légion d'honneur, etc. 

Par ordonnance du 21 décembre \ 825, Étienne-Marie-Charles de Pom- 
mereu, son petit-fils, a été autorisé à joindre à son nom celui d'Aligre 
qu'il porte depuis. 

Armes : burelé d'or et d'azur de dix pièces, au chef d'azur chargé de trois soleils d'or. 
Résidence : Paris, hôtel d'Aligre, rue d'Anjou-Saint-Honoré, 37. 

D'ALMAZAN. ( F. de Saint-Priest. ) 

D'ALOIGNY. — Poitou. — Ancienne maison du Poitou, maintenue dans 
sa noblesse par-devant Fintendant de Guienne le n janvier n67. 

Elle est représentée actuellement par Jsan-Baptiste-Tuomas-Hippolyte, 
marquisD'ALOIGNY, lieutenant-colonel de cavalerie et chevalier de plu- 
sieurs ordres. 

L'histoire de cette famille a été insérée dans le t. XI du Nobiliaire de M. de Saint-Allais. 
Armes : de gueules à cinq fleurs de Us d'argent, posées 2, 4 et S. 
Résidence : Paris. 



(4) Le séjour de DeliUe i Gemenos lui a inspiré de très-beaux vers qui commencent ainsi : 

O ckanipt im €■■■■■■ ! é hrimmi léjoar ! etc. 

2 



D'ALVIMABE. — Normandie. 

Celte famille est actuellement représentée par Charles D'ALVtMARlil, 
(ils de HarliD-Pierre d'Alvimare de Brion, garde du corps du rtù, que son 
(aient de composition musicale a rendu célèbre, et d'ALEXANnni.vE de 
Pas de Feuquières. 

Marie d'Alvimare, sœur de Charles, mariée, en 1840, à M. A. Jak- 

SOH DE Cou ET. 

Pierre d'AIvlmirc, «leul dei prttédenis, éuil nurechal desumps ri armées du ml ea (MO. 

Hiâtait d'AETimire « u Mcor, audeniDiscIlc OILve de Fenqpirm, soni la dernièrei du num ic 
FtcflOltlEs auquel k railachcnl de brillanu souvenirs. 

Hanauèi de Pai, marquis de Fuuqaières, lifuleniQl géuéral cl anibassideur, fui lue au si^r lie 
ThMHiïllle(IA4«i. 

Anibuinede Pu, marquis de Feaqdières, liealepaDl gtuéral, gnavemcur de Verdun e[ da Vcrdu- 
noa. a tcril sur lei (uerres de son lemps des mémoires recberrKés encore lajourd'liil. Jacqncs-An- 
Iholae, maniais de Feuquifres, (ardï du cwps du rui, porle-tieudard de la compaguic de LuieniboorE. 
el ptre de nudamc d'Alvliuire. élall suu ivlll-llls, 

( Moréri, Dilmision, Ladiesuaie des Bols, onl cousacré des ariirles assci (leudus à l'iiistoire de la 
malBon de FenqBières | 

Armea : nandé. au <"' el au 4 d'iior an ehetron d'or acconipagné de iron molelles d'éperon. 1 
ea (hef el I en iminle, qni est d'Alvimare ; an ï» el an S" de gneules lu liun d'arjeiil lampaasê el imic 
d'or, qui esl de Pis de Feuquièrcs. 

RéMaet : Dmi :Eire-el-Loir|. 

D'AHBRUGEAC. [V. nEVALLO.i d'Ahbhugeac. J 



DANDELABRE. — Bourgogne. 

Cette famille est aujourd'hui divisée en deux branches. Le clief de la 
première est AHTOI^E-FRANçuIs-ËLÊo^or>-A^cÉLlCllB de JAQtoT, marquis 
D'ANDELARRE-BOUHIER, colonel de cavalerie en retraite, chevalier 



AND II 

de Sainl-Louis, d chevalier bonorairu de Saint-Jciiudc Jcrusalcm. Il a 
eu, de son mariage avec Agathe de Beiiiiis-Lu.\cecouht : 
1* IcLES-Fiiiiicots. membrt du foukII gi'Lcnl de la H>ule-S>i)Qe, nurlé. en lUI. i Claiu Bkiot 

Lvii., ea MB vivinl (iuseillci a la cuuc ruyale ilc 
BnlUfOii; 
!■ CAMN.ini-Plitl'Cilisi, d'abord chanuinesse de Saiiilc-Aniie ie Munich, jiula mariée i ttomna 

DUOT Dl HO^TRIKI i 

4* MiRii-ÉLtoTOir, earlée i Cbahles-Daviiimid di Cni^ART. upililiK ai totfs rojil dVtil-nuiar 
Btiiituee : Andflarre, prvs Vtsool (Htale-Sianc). 

Le chef de la deuxième branche est FllA^çols-ËLÉoNDn-PuosPEH i>b 

Jaquot, comte n'AnDELARBE, frère du marquis, chevalier de Sainl-Louls 

cl de Saint-Jean de Jérusalem. Il a eu, de son mariage avec Hubeutine- 

JosBPiiiNE DE BiAUDOs Castéja : 

Louis, neatm dg mdscII geuf'ral de la Hruse. marie, rn <i»<. i Isabelle Nirui'is, doni 11 1 itm 

(Ils ei deui 111m. 
EitUtnec : Trevcrej près Ugoj (Mpose). 

Illmlriaioia. 

Julien itcf tôt, reçu [hevilln de Rhodes le 10 février tîi» (VenM, l. VII, p. los). 

Claude Jacqdoi, EU d'un conseiller an pailemeui de Ddle, ei mnseiller Inl-méiiie en ISM, rm, aprrà 
Il rtunion de Ij rranche-Coiulé 1 la France, [irésIdeJil anique dn parlement de Besançon. 

TUra : lettres patentes du nuls de ttvrier ITGO, topa-danl le litre de marquis a Anlolne'Françoia 
de Juqllol d'Andelarre, cipllaipe de dragons, gière dn chef aciuel de I) tlmille. 

L'Àrmeiial sénirtt de d'Hoiier conllenl rbiitolre généalogique de celle famille. 

Arma : ecirielÉ, mi I et * d'iinr > la Cisce d'or et i. trois «toile» de urtme, a en chef, I en poinle ; 
an lel s d'argent, i trois llennde violettes an naturel, Ugées et teuillées, posées Sel I. 

StfptTlt :deui liDDS.— Cinier: nue (OrneiUe chaussée el Itertiuee de gueules. 

D'ANDIGNÉ. — Ancienne maison angevine, dont le chef aciuel est le 
marquis D'ANDIGNÉ DE LA BLANGHAYE, pair de France, et dont une 
des branches établie en Bretagne est aujourd'hui représentée par le 
marqub d'Andignë de la Chasse, député d'IUe-et-Vilaine. 



ArmtÈ : J'argeniil Iruls aigles de gueules an vol abaissé, becquées el menibn^d'i 



■ Le chef aciuel de celle maison est Antoine -Joseph- 



V2 ARE 

Macricb, baron D'ANDRÉ, né en 4789, chevalier de Saint- Louis , com- 
mandeur delà Légion d'honneur; grand-croix, quatrième classe, de Saint- 
Ferdinand d'Espagne; maréchal de camp. Il a épousé, en IS27, Claiub 
DE Lascolrs. De ce mariage sont issus deux fils. 

Prtncipalei iltustraiiom. 

AdstIiuc d'André et Giranl, son frère, arcompagoèrent Charles d'AnjuD, comte de Provence, i la 
ronqoète de Naples. 

Le comte Peretio d'Andréa fut, soos le régne de C^^rles III, grand sénéchal et maréchal da royaume 
de Naples. 

Bal Ihazar- Joseph d'André, né en 1759, conseiller an parlement de Provence, député de la noblesse 
aux états généraux de 4789, fut inlendiint des domaines de la couronne en 4814. Émigré en I79S dans 
les États autrichiens, rera|»erear d'Autriche le reconnut dans sa noblesse et lui conféra tous les privilèges 
attachés à la noblesse autrichienne. Il a laissé six garçons, dont l'alné est aujourd'hui Maurice d'André, 
dont le nom commence cet article. 

( V. pour l'histoire généalogique de cette maison : Artefenil, Nobiliaire de Prorenee,) 

Armes : d'or au sautoir ou à la croix de Saint-André de gueules. 

Support* : deux lions. 

Résidence : le général d'André commande le département des Ardennes à Mézières. 

DE L'ANGLE. — Ancienne maison de Bretagne, représentée aujour- 
d'hui par Louis-Joseph-Théophile DE L* ANGLE, né au château de 
Beaumanoir (Côtes-du-Nord), actuellement possédé par sa famille, lia 
été sous- préfet pendant plusieurs années, et, aux élections de 1842, 
l'arrondissement de Quimperlé (Finistère ] l'élut député. 

On trouve le nom de Raoul de l'Angle parmi les chevaliers de la troisième croisade. 
Armes : d*azur au sautoir d'or, accompagné de quatre billet les de même. 
HMience : Paris, rue de la Madeleine, 47. 
DomiciU politique : Quimperlé (Fiuisiére). 

ANJORRANT. — Ancienne maison représentée aujourd'hui par le 
marquis ANJORRANT (Cl aude-Adolphe-Mauie), ancien officier de la 
garde royale, ancien gentilhomme honorairede la chambre du roi Charles X, 
ex-maire deFlogny (Yonne). Elle remonte par titres jusqu'à Louis An- 
jorrant. seigneur de Cloué, conseiller du roi au parlement de Paris , puis 
président aux requêtes du Palais , qui vivait en \ 550. ( D'Hozier, t. !•". ) 

Des traditions de famille, rappelées par l'auteur des spirituels Mémoires de madame de Créquff, 
racontent que le nom des Anjorrant était anciennement de Vanvres ; le roi saint Louis ajouta à ce 
nom celui û'auges orants, parce qu'il trouvait toujours quelqu'un d'eux en oraison dans la sainte Cha- 
pelle de Paris. 

Armes : d'azur ï trois lis de jardin, d'argent, Heuris d'or, tiges et feuilles de slnople,posés2 et I. 

Hésideaces : le château de Flogny (Yonne), et Paris, rue de Grenelle-Saint-Germain, 45. 

D'APCHON. — Auvergne. 

Arnaud d'Apcbon, croisé en 4102. 
Armes : d'or semé de fleurs de lis d'azur. 

D*AREMRERG. — La branche de cette maison, fixée en France, est 
représentée aujourd'hui par le prince PiEauB d'Alcantara, Charles 



ARL *3 

D'AREHBERG, né le 2 oclobre 1790, marié, le 27 janvier 1829, à Aux- 
Hakie-Ghab LOTTE (née le i novembre 1808), fille d'Augustin-Hane-Étie- 
Cbarles de Talleyrand, duc de Périgord, veuf depuis le 12 seplem- 
bre1842. 
De ce mtnige uni isioi : <* ADcutiiiK-Htut, née le <3 norcDibre 1)'>0} 

ï' L0CB-C»li»Lra-|lA«lï, ) , ,.,. . ,._ 

3* ACCC^Il-LOtTLS-ALBERIC, I 

Olle maison, dont les iiien niueaui moi éljMIt eii Bel|k|De, en France, es flinovre el ibu II 
Wesciilulic prusileniK, eil loe bnnclie di'liFhée it 11 Dulson de Liine en IH7. Le prince l>ieiTe 
d'Arembcif fm ippelè i la pairie par ontouniDce do S notemlire I*i7. 11 a qnlllé l> ctunibre » IS30, 
ei lutiae innpi qie les mires jain nonimês i>ar Cbarles X. 

{V^ pour 1rs autres membres de Mit maison, l'j< fjumacjk de Cclha de lUI, el imir sou bblolre 
relil de IS36, el le l. V du DidinatlTt de Courcelles, elc.) 

Arma : de inieules t ttais qulDletcuillea d'or, posées S el l . 

SliUoice: me Salnl Domlulque-Sainl-Gemialn, <07. 

D'ARLINCOURT. — La famille Prévost d'Arlincourt est ancienuemeni 
connue en Picardie Elle est représentée aujourd'hui par Viclor-PrévosI, 
vic(»Dte D'ARLINCOURT. Ses succès comme poëte et romancier ont 
popularisé son nom. 

Arma: d'aiar an lion d'or posé ur nue nKmugae d'irgeni, accompspê de deaxiXaUM d'arienl 
posées en cbef. 



D'ÂRLOS. — Le chef actuel de celte famille est Joseph-Albxandbe, 
comte d'ARLOS, né le 16 mars 178S, marié, le <7aoât 1813, à Julibde 
Roue dd Bec, (ïlle de Gilles-Louis-Amable de Rome du Bec, chevalier do 
Halte, noQ profës, demeurunt au château de Toqueville-les-Hurs (Cal- 
vados). 

De te marb|c mdi tesns - I* MiMi-Laoït, ne le I aodi tM( ; 

1* AvcciTE-FatUfou-AntOiJi. n( le I mais III9; 

I* IlESUETTi-ÉLlMltTl-BLtnt», BÉc Ic 19 noïcmbrt IIII; 

t* LoiDE-HiaiE. née le t décembre IRI7. 

Frère : Hehrt D'ARLOS, né le 29 novembre 1797, est acluellement 
cbef d'escadron au 15* régiment de chasseurs à cheval et chevalier de 
la Légion d'honneur. 

Sœurs : (* HtRiE-ËuiLiE ; 2° Rosalie-Bé.<(igne ; 5* Carouke. 



<< 



AST 



Ll (iDilLLc d'Arlus i clé nulauniM diui u iKiUeise inr un intt ie rinlendinl de BonifociM, rn 
dalc doit juiu IMï, «urogiiireio larlfiuenl de Dijon. — Gulcbfiiuu, dus son HUIeirt le Im Brtat 
a ia Bagtf. '< Lubeuife de> Bail ;i. I. p. 401] funl rcmoowr u lignée jnqo') inc époque fort 
ncnlce. — l'araïf le> mcmbns de celle fimille citéi pir em. on penl renurqier : Itcuiun d'Arloi, 
([■adécHTCnlndacde Satoleea (SOI; Anloine d'Arlus, biron de Siim-Vioor, el cunile d'EnlrcBOil, 
capHilne m r^mcRl d'Enilioj en lew, elc. (f., puur plus de déDils, Caicheiion el Lartannife 
«M B<ds. elc. ) 

Amcf ; d'amr i un lion d'or, *mé et lnujasti île (iifutts. 

Cimier : un liiron. — SMpporU: iaUanmi. — cnnntniK Jk cowlr. 

Hfiiifa : le cUleiD de Gnnmonl. irrondisseiiieDl de Belle; (Ain). 

D'ARNAUD DE VITBOLLES. ( V. de Vitbolles.) 



D'ARNAUD DE MONIEB. — Paul-Victok D' ARNAUD DE HONIER, 
chevalier de Saiol-Louis, ancien garde du corps du roi, chef d'escadron, 
marié, en 4802, à mademoiselle Poluëme de Gaidik. 

De ce nirlife, deni Bis, ALnonti ei HiiiKion-VicTai ; ei tinq lltes, Anti.£. EncliiiE, SiÉriiiiii, 
NoniKM elCitu. LaEetoDdedecesdemi^Ilcsesireligwate cinBèliiei AviiMin. 

Cetle hnille, nuimenue coaiiiie d'inclenue exinclion noUe le 11 navembre tCSI, drsreiid pu 
André. qnilritiDe Bis de Melchlor. aHeigocur de Rlei. etc., des leiineltrs île Cb3leinneaMe-Riiu(e el 
de Mlrivill. EOe rorme la UotsièiDe braiicbe de l'indenne famille d'Araïad en Proiénce el tu comUl 
VeBilwin, origlDiirc de Riri, remonunl lu dliiCaie siècle. 

Le nom de Honier protlenl de l'iddillon qn'en Ul m sien l'igl d'Anund. nn iei anleu» de celle 
bnnclie : c'rlail [«lui de D franK. HariDcrile de Mouler. Ses desrendaDU oDl coixerTé ce pom. 

André Scipion d'Arnand, leignear de ChlleauDeur-le-nonge. de Hiranil, elc., tuil Itenlenanl |é- 
nénl de la sénédiiiissée de Forulquler en ISTI. Scipion «l Jciu d'Arnaud, (on fllset ion pelll-llls, 
Inl Miccédèreni en celle charte. — Paul-An lalne-Dominlqne el l'inl-Viciur d'Arnaud de Honier, lei 
de«i derniers anleon de li famille avant <TW), farenl gardes dn corps. 

Arma : d'uur au lion d'ur lampaisé de gnenles. 

{Y. Courcelles, éd. io-t'. 1. IV, p. Ut-SS ; Arlefeuil, Bitl. kir. de te nabi, de IVn»., 1. 1, p. U.l 




DASTANIÈRES. — Cette famille est originiiircdc Normandie; un de 



AUB 45 

ses membres vint se fixer en Languedoc en 1 575. Elle esl aujourd'hui re - 
présenléepar JB\>-P[EnRB-LouisD'ASTANIËRES, IJeutenanl d'arlillerie 
sous le consulat, et par ses deu\ fils, dont l'alné, CiiAnLEN-Ai-BERT-FÉLix, 
page du roi Louis XVIIt en <Sî5. entra ensuite dans un régiment de 
hussards, dans lequel il est resté jusqu'en t830. 

Le second, Frinçois-Xavikii-I RsuLE-AmiLPitG, n'a point suivi de car- 
rière- 
Arma : d'irsen) i irais laces de gnealtt, » tbcf chirgi' d'un rroisuni île ulilf, arraslé de drui 

Rtitdaa: Péieus (Hénali]. 

D'ASTOBG. — Ancienne iïimille originaire d'Espagne, représenta au- 
jourd'hui par Eugène, comte D'ASTORG, né te S octobre 17K5, pair de 
France, lieutenant général, commandeur de la Légion d'honneur, elc. 

Pinre d'A»or(. ttaevatler, tint d'Esiuine en Fnnre aicr {U)ni0iiil. comie de Tunloiur. n jbItIi 
te prince en Pilesline len \> in M ireiiii'uu siècle. 
Armn: d'or k Tilgle épia;M de uWe. 
(V, le KMlltlre nUttritl de Saiiil-Allib. l. IV, p. Ml ) 
fUtUiaee : rue d'Aslorg, S. 



D'AUBUSSON. — L'unique branche de cette maison, aujourd'hui 
survivante, est celle de Caslelnouvel, dont les membres ont relevé le 
nom de la Feuillade. Ses représentants actuels sont : l* le marquis 
D'AUBUSSON DE LA FEUILLADE, chevalier de l'ordre de SainlJean de 
Jérusalem, ancien capitaine aux gardes françaises, etc. 11 est auteur d'un 
Mémoire mr les minci d'or de Galaam de Femambouc. 
UtUaca: Pari), lidiel d'Aobiusaa, ne da Bit. 91, ei lechlieu de CtumproHi (Selne-el-Olse -. 

2' Le comt« HBcroa D'AUBUSSON DE LA PEUILLADE, créé paû- de 
France par ordonnance du 19 novembre 4831, officier de la Légion 
d'hoDneur,etc., etc. 

HtiUaiee : HAlel ri'Aabusson, quii II>1m|iu1$, II. 

PrlKifalet lUiulralioiu. 
Rilaind V, \\atcM d'AnUiasnn di» la MarrlK, croisé en MIT. avec le rni Lral* le Ji'niin. — 



16 AVA 

Pierre d'Aobasson, grand maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérosalem en 1476. A la saiie de la 
défense de Rbodes assiégée par les Turcs en 4 490, et dont il les oblige à lever le siége« le pape le pro- 
clame le Bouclier de la religion. 

François d'Aabasson, duc de la Feoillade, en vertu de lettres patentes du roi Louis XIV, en date 
de Pan IC67, pair et maréchal de France, chevalier des ordres du roi, gouverneur du Danpbiné 
en 1691. 

Louis d'Aubnsson, duc de la Feuillade, pair et maréchal de France, gouverneur du Dauphiné, am- 
bassadeur il Rome en 4716. 

(K., pour l'histoire générale de cette maison, le père Anselme, Lacbesnaye des Bols, etc., etc.) 

Armet : d'or à la croix ancrée de gueules. 




AUMAISTRE. — Bourbonnais — Cette famille est aujourd'hui re- 
présentée par Jbar-Gilbert-Almak AUMAISTRE DES FERNEAUX, né 
aux Ferneaux (Allier) en 1785, marié, en 4810, à demoiselle Claldine 
Parton. 

De ce mariage sont issus : 4^ Nicolas-Jean-Joles-F£lix, né en 4814 ; 

9* JostPHiicE, née en 48S2. 

Bettancourt, dans ses Nom féodaux de la France, dte un Jean-Baptiste Aumaistre, chevalier de 
l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de la Tourrette, près deRiom, en I660« 

Claude Anmaistre, conseiller au présidial de Moulins, seigneur des Carrons, de DoolauTre et des 
Ferneaux, mort aux Ferneaux en 4754, reçut du roi Louis XIV des lettres patentes, en date du 47 mai 
4667, récognitives de ses armes, telles qu'elles sont Indiquées ci-après. 

Armes : d'azur il la fasce d'argent, accompagnée de trois étoiles d'argent et d'un croissant de même. 

Rieidence : Charroux (Allier). 

DAUTICHAMP. (F. deBealmo.nt d'Alticiiamp. ) 

D'AUVERGNE. (F. de la Tooa d'Auvergne.) 

D*AVANNES. — Cette famille, maintenue en Télection d'Arqués, lors 
de la recherche de la noblesse (F. Chevillard), est divisée en deux 
branches, dont la première est représentée par : 

V Loi:is-NicolasJérômb D'AYANNES, sans alliance ; 

2° Louis, chevalier D*AVANNES, ancien officier dlnfanlerie, veuf 
(avec une fille ) de Laure d'Ornay. 

Ils demeurent l'un et l'autre i Saint-Jacques-d'Alllermont (Seine-Inférieure), et sont fils de feu 
Louis-François d'Avannes, ancien ofOcier des grenadiers de France, chevalier de Saint-Louis. 

La seconde branche est représentée par Théophile D'AVANNES, 
officier des volontaires royaux en 1815, juge auditeur en ^824, juge en 



AVE n 

1825, vice-présideDl À Ëvreux en janvier 1850, aulcurdes Extjuiaei sut 
Navarre. 

Il CM ma de Teii Chlrles-ioMph d'Aiiam, mpHiinr romBuodiiil » rrglmfM de Honsleiir. cli«- 



11 a épousé en IftlftFÉLiciri-JDUE i>b Virui, fillf d'un ancien oflicier 
supérieur. 

n«rr nurlifKsnnlIiH**: ■" AccDSti-TMariiU-Aitiii-inuni d'Avi^i^fji, irwjl ; 
t* Ciiuituil-d.tii(KCE-jDSTnii t'ATtnoEK ; 



Am» ; d'irgrsi i qiiirc tetn dr tMr, Il dniièrar (tor^te de cinq iHMnU d'nr. 

D'ÂVENNES. — AHiDÉE-LoDifrCHARLis D'AVENNES a fait, dans un 
régiment d'infanterie, une partie des campagnes de l'empire. Admis if^ 
retraitera tSIS, il a épousé, en < SI 4, HBHBinm-AKiCBTTB dbLakclois 

DB BbOUCHV. 

De et mirtjgtiwnl iusi : I* Louni-Ji^LiiTTi-ATitiiila, mirlêc i Alfidiise nt Fuccicti, girde 
(tnént des roreis; 
V ruiat, marlM » JosmXDSTifl, viiomle de HiiGKir, n|Hliiiw dr 

n" ZtllllllI-11>AU,DTTE, DUtiM i ■. ÉlHlDlllD PERIIIFII ^ 
4* ËCCt!II-FMIICtH>; 

a* LoDi»-FtLn-C*Bioii. 
Lea litm de c«lle lulian aont rénnli en ;niidc pirlie dans rincien isbiiiH d'Hoilcr. (I'. l'AA- 
etietr tttOMre Am préaldeni d'H<ul«c, in. D'Aiiimis, d'Huwmvilli.) 

«de BiibMinlBdeginlrii, s, s ei l. 



D'AVESNES. Flandre. 



DE BALATHIBR. — Le chef actuel de la branche de ceUe famille, 
connue sous le nom de Bragelonne, csl Nicolas, baron DEBALATHIED, 
né en I77S, capitaine aide de camp en retraite, ehevaller des ordres de 
Saint-Louis et de la Mgion d'honneur, marié, ttans enfants. 

n a deux frères vivants : 

10 FBAnçois-JosEPii DE BALATHIER, né en 1777, ancien officier, céli- 
bataire ; 

2^ Louis-Julbs-Otuon DE BALATHIER, né en 1'85, ancien chef de 
bataillon, retraité cafHtaine, chevalier des ordres de la Légion d'honneur, 
de Sainl^Louis et des Dcus-Siciles , marié n Nantes ; il a un fils qui 
suit : 
CiikliLU-NKaLJks D>: BALATHrER, et ta l»7. 



Élle^hiriM, licomu de Bilalbler. at ea \TII, mtrtebt\ âe Fiin|>, coitiminilcar it Silir-Logii. 
oltàtr de tl Légion dlionncnr, coomaiidciir dt la Cnuronnc ie fer d'Anirkhc, était ttf rc du baron de 
BabIkleracUKi. 

( l'., ponr t'hlMolrc ^ntalofi^ae de teite fatnUle, d'IIoiier, Armoriai iMril. rcg. <*; Lacliei- 
nijeilMBoli;deCoiircellM, I. IX, elc. ) 

Arma: de uble ) la FKce d'or. 

BttUaict: Nantea (Lolre-InrérliDre), rue de Crébulon, <7. 

DE BALBE DE BERTON. (K. nE Chiixon.] 

Iffi BALESTRIER. — Languedoc. — Celle famille est aujourd'hui re- 



BAR 49 

présentée par Jban-Armand-Sauveur DE BALESTRIER , secrélaire en chef 
de la sous-préfecture de Bressuire (Deux-Sèvres). 

Armes : d'argeut i l'arbalele posée en pal, accompagaée de ùeux tëies arrarhéts, de liun. 

DE BAI4ZAC. — Auvergne. — Honobê de BALZAC est né à Tours le 
20 mai 4799 , son père était secrélaire au grand conseil sous Louis XV. 

L'histoire de ia maison de Balzac d'Ëntragues, à laquelle se raiiaclie relie de l'auteur des Scènes de 
la vit de province^ de la Recherche de tabsolu, etc., etc., se trouve daus Lachesnayc des Bois (i. Il, 
p. 676 et sulv.) et dans le P. Anselme (u H, p. 455, et t. IX, p. 65). 

Armes : d'azur ii trois sautoirs d'argent, au chef d'or k (rois sautoirs d'azur. 

DE BARANTE. — Auvergne. — Amable-Gdillaume-Prospeb de Bru- 
GiÈRE, baron DE BARANTE , pair de France , membre de l'Académie 
française, grand officier de la Légion d'honneur, né à Riom le 10 juin 
4785, auditeur au conseil d'Etat en mars 1806 , sous-préfet de Bres- 
suire en 4807, préfet de la Vendée en 1809 , préfet de la Loire-Infé- 
rieure, démissionnaire pendant les cent jours, il fut nommé au retour 
du roi, le 8 juillet 4815, conseiller d'Etat et secrétaire général du minis- 
tère de l'intérieur, et chargé par intérim du portefeuille de ce ministère. 
— La même année, il fut nommé directeur général des contributions in- 
directes et élu député. — Il a été créé pair de France le 5 mars 4 819 et 
membre de 1* Académie française en 4830. — Il a été depuis envoyé 
comme ambassadeur à Turin en 1855, et à Saint-Pétersbourg en 4855. 
Le baron de Barante est l'auteur de V Histoire des ducs de Bourgogne. 

De son mariage, en date du 27 novembre 1811, avec Césarine d'Huudetot, sont issus deux Als et 
trois filles; l'une d'elles est mariée au baron de Nervo, receveur particulier des finances à Paris. 

Résidences : Paris, rue d'Anjou-Sainl-Honoré ; le château de Barante (Puy-de-Dôme). 

— Charles-Anselme de Barante, frère du précédcnl, d'abord officier de chasseurs i cheval, puis retiré 
du service par suite de blessures, a été successivement auditeur an conseil d'Étal, sous-préfet de 
Luxembourg et enfin inspecteur des foréis de la couronne. 

(Il existe une autre branche de la famille de Brugière, connue sous le nom de la Verchère.) 

(K, pour l'histoire de celte famille, Courcelles, t. M.) 

Armes : écartelé aux 1 et 4 d'argent à la bruyère de sinople, au chef d'azur chargé d'un soleil d'or, 
qui est de Brngière; aux S et 3 d*azur i la croix patlée d'argeut. 

DE BARBENTANE-PUGET. — Provence. 

Famille originaire de Brignoles, dont le chef, Jean Puget, fut anobli par 
le roi René, comte de Provence, par lettres du mois de mars 4 445, enre- 
gistrées aux archives de Sa Majesté. Elle subsiste encore aujourd'hui. 

f MaroAuguste-Hyacinthb DB Puget-Barbentane, décédé en 1858, a 
laissé, de son mariage avec demoiselle Gaigneron de Marolles, un fils et 
une fille. 

Cette bmiile a constamment fourni des chevaliers i l'ordre de Saiot^ean de Jérusalem depuis la fin 
dn seizième siècle. — Joseph-Honoré, reçu chevalier en 1728, fut ensuite commandeur de l'ordre. 
(K., pour l'histoire générale de cette famille, Lachesnaye des Bois, t. XI , et Artefeuil, t. Il, etc.) 



20 BAR 

Armeê : d'argeuià une varh«) |>assanlc de gaeules somiuéc euire les deox rornes d'une étoile d'or. 
Hèêidencet : Paris ; le château de Barbeuiane en Provence, et le cbâteau de Marelles en Touraioe. 

DE BARBENTANE-ROBIN. — Provence. 

Le chef actuel de cette maison est Étib.nnb-Lbon DE ROBIN DE BAR- 
BENT ANE, membre de plusieurs conseils électifs, né en 4810, marié, en 
4855, à Valemtinb-Josbphire-Marie-Louise deGalliffet. 

Béiidenee : le château de Barbentane (Bonches-dn-RhAne). 

Frère et sœur : 

Louis-Antoine DE ROBIN DE BARBENTANE, né en 4842, marié, en 
4 859, à Charlotte de Bongabs. 

RMdencê: le château de SaintrJean en Maçonnais. 

Marie-Antoinette, mariée, en 4832, à N. Louis, marquis des Isnards. 

Rétidence : le cbâteau du Martinet (Vaucluse). 
De ces mariages sont issus plusieurs enfants. 



Pierre de Robin, seigueor de Graveson, conseiller et premier médecin du roi René, oomle de Pro- 
vence, et après lui son légataire. (Pithon-Curtb, t. Ill, p. 84, cite la partie de ce testament, en date du 
40 décembre 4lSf , qui concerne Pierre de Robin, et qui est un précieux témoignage de la considération 
qu'avait pour lui son souverain. Voici les termes de celle disposition : a Egregio ac nobili viro domino 
Petro Robini, de Gravisione domino, artium et medicln» maglstro ac physico, proquam plnribus gratis 
et accepiis servitiis, per Ipsum dominnm de Gravisione, sibi bactenus diligenter et landabiliter pne- 
sUtis, et pro aliqua satisCictione eorumdem, summam, scilicet, etc., etc.) 

Paul-Antoine de Robin -Barbentane, reçu chevalier de Malte en 1601, commandenr d'Avignon, 
puis grand prlenr de Toulouse. (Piihou-Curth, t. III, p. M.) 

(F. pour l'bistoire généalogique de celte famille, Ariefeuil, Pitbon-Cunh, Robert de Briançon, 
Verlot, etc.) 

Armes : lascé d'or et de gueules de qnatre pièces, l'or chargé de trois merlettes de sable, S en chef 
et 4 eu pointe. 
Cimier : une tète de Manre mise de côté entre on vol banneret an blason de l'écu. 



DE BARONCELLI-JAVON. — Comiat Venaissin. — Cette famille, ori- 
ginaire de Florence , vint s'établir à Avignon à la suite des troubles 
occasionnés par l'élévation des Médicis. ( F. Nostradamus , Histoire de 
Provence, ) 

Depuis Jacques DE BARONCELLI , chevalier de Tordre de Saint-Jean 
de Jérusalem en 4 594 , jusques à Alex a.ndre-Joseph-Félicien DE BARON- 
CELU-JAVON, reçu chevalier le 1 1 août 1 8 1 8, elle a fourni à Tordre dix 
chevaliers, dont deux, Paul en n04 et Joseph-Pacl- Antoine en 4788, 
sont devenus commandeurs. 

Pompée DE BARONCELLI-JAVON, chef actuel de la famille, frère atné 
du chevalier Alexandre, a, de son mariage avec demoiselle de Varen- 
i\ES, trois fils et trois fillee. Latné des fils, Gabriel, ancien officier d'in- 



BAU 21 

fànterie, est marié à N. Lbrebodbs, fille de -{- âlexàndbe-J4Cqob8- 
Louis, vicomte LBaiBOURSi chevalier de Saint-Louis et de Malte. 

(K., poor l'histoire de cette familie, PiUion-Carth, t. I, p. IS4 et sniv.; Nostradamos, BM, de 
Froweneê; Vertot; NachiaTel, HM, de Florence; Scipioa Aounirato, fiobUne et kitt, de Pio- 
renee^ etc.. etc.) 

Armée : bendé d'argeot et de gneoles de six pièces. 

Bieêdeneee : Afignon et le chiteaa de Javon, inféodé à Finnçois de BaroaceW, ale«l des précé- 
dents, par le pape Léon X. (Lacbesnaye des Bois, u VUI, p. 3I«.) 

DES BARRES. — Champagne. 

Famille aujourd'hui représentée par P.-A-.A.-Augustb DES BARRES 
DE BREGHAINVILLE, chef d escadron de gendarmerie &ï retraite, che- 
valier de la Légion d'honneur, né en 075. 

De son mariage avec Margceiutb-Agiiès Thétsmot sont issas : on fils, Awostb dis Bambs, oT- 

Acier de gendamerie, et nne fille. 



Jen des Barres fat maréchal de France en ISI8. 

Evrard des Barres, grand maître de Tordre dn Temple en 1417, eoannandait ramée de Lotis VU 
lorsqu'il arriva en Afrique. Ses armes sont à Versailles dans les salles des croisades. 
(V., poor rhisfoire de cette (amiUe, Lacbesnaye des Bois, 1. 1, p. 7M, etc.) 

Armée : d'azor an cbevron d*or. accompagné de trois coquilles do même, denx en chef et ane en 

pointe. 
iUiiitoicf rCoiffy-le-Haat (Hante-Marne), arrondissement de Langres. 

DE BASCm. (F. DD Cayla.) 

DE BASSET. (F. de Ghateaoboubg.) 

DE BAUFFREMONT. — Lorraine et Bourgogne. — Le chef actuel de 
cette maison est Alphonsb-Ghables-Jean, duc DE BAUFFREMONT, colo- 
nel de cavalerie, né à Madrid le 5 février 4 792 ; marié, le 4 5 juin \ 822, à 
Cathbbinb, fiUe du prince de Patemo-Moncada, née le 2 février 1795. 

De ce mariage éont issas : i * Roger-Alexahdrb-Jean, né le 99 jolUet 48SS ; 

S* Paol-Artohh-Jear-Charles, né le II décemkre ISS7. 

Seconde branche : Théodobb-Demétbics, prince DE BAUFFREMONT, 
frère du duc, né à Madrid le 22 décembre n95, lieutenant-colonel, che- 
valier de plusieurs ordres ; marié, le 6 septembre 4 81 9, à Anke-Elisabeth- 
Laurencb, née le 7 avril 1802, fille de François, duc de Montmorency, 
et de Caroline de Goy on -Matignon. 

De ce mariage sont issus: 4*> An^ib-Antoike-Gontiund, prince de BAtrrREioxT-CouRTEKAr, 

né le 46 jnillet I8S2, marié, le 4 juillet 4812, à Noémi d'Ai^- 
Bv^soy ivE laFci'illade, lice le 49 janvier I9S6; 



22 BEA 

2* ÉLtsABETB-AitToiNETTE-FÉLrciB, née le 13 jaîllel isao, mariée, le 
41 novembre I8S7, an marquis db Saimt-Blancard (de la 
maison de Gontaot-Biron). 

Bisidenee : me de GreneHe-Saint-Oermaln, 87. 

Mère : Antoinette de Quélen, née le 5 février 1774 , fille du duc de 
Lavauguyon, prince de Carency ; mariée, le 27 septembre 1 787, au prince 
Alexandre, duc DE BAUFFREMONT ; veuve dq)uis le 22 décembre 4 835. 

Tante : Hortensb, née le 18 février 1782, veuve, depuis le 12 septem- 
bre 1825, du vicomte Narbonne-Lara ; remariée, le 5 juillet 1854, à 
Pierre, comte de Ferrari. 

Prinetpaies iilutiralicnê. 

Hugoes et Liébaat de BaafViremont, croisés en 1190. 

Cette maison, dans laquelle s'est conserrée, pendant plusieurs générations, la dignité de sénécbal 
héréditaire du duché de Bourgogne, a eu plusieurs de ses membres décorés des ordres du roi et du 
collier de la Toison d'or. 

Louis de Baurfremont, chevalier de la Toison d'or, marié, en I7IS, à Hélène de Courlenay, dernière 
descendante en ligne directe et légitime de Pierre de Courlenay, le plus Jeune fils du roi Louis le Gros, 
reçut de l'empereur François I^, en date du 8 juin 1757, le titre de prince du saint-empire romain, 
pour lui et ses descendante de l'un et l'autre sexe. 

Alexandre de Bauffremont, son petit-fils, fut appelé à la pairie en 4814, parle roi Louis XVIll, qui 
attacha i cette pairie le litre de duc. par ordonnance en date du 34 août 1817. Le duc Aleundre est 
mort en 48S3 ; le duc Alphonse et le prince Théodore sont ses fils. 

(V., pour l'histoire de cette maison, le P. Anselme, Moréri, Palllot, VÀhHanach de Gotha de 
4836, etc. Sa généalogie le plus récemment publiée se trouve dans le t. VI de Gonrcelles.) 

Armes : vairé d'or et de gueules. — Coitroiuie : de prince. — Tenante : deux anges sUrés, 

DE BAUSSET. —Provence. 

A cette maison appartenait le cardinal Loois-Fkançois DE BAUSSET. 
né en n48, f en 4824, auteur des histoires de Bossuet et de Fénélon. 

(V., pour l'histoire de cette famiUe, Lachesnaye des Bois, t. Il ; CourceUcs, t. VI ; Artefeuil, etc.) 

Arma : d'axur au chevron d'or, accompagné en chef de deux étoiles d'argent, ci en pointe d'un rucher 
de six coppeaux du même, mouvant du bas de l'écu. 

DE BEAUCORPS. — Originaire de Bretagne. — Auguste-Ferdinand, 
comte DE BEAUCORPS-CRÉQUY, fils de Pjbrre-Louis, comte DE BEAU- 
CORPS, premier page du roi, officier de cavalerie, décédé dans Témigra- 
tion , et de Charlotte de Milon de Mbsme. — Lieutenant dans le 2' ré- 
giment de gardes d'honneur, puis brigadier aux mousquetaires noirs, il 
suivit le roi à Gand et fut fait chef d'escadron, capitaine au ^" régiment 
des grenadiers h cheval de la garde royale, chevalier de Saint-Louis et 
de la Légion d'honneur. H accompagna la famille royale jusqu'à Cher- 
bourg. 

Le 25 juin 1812, il a épousé Elisabeth Hurault de Saikt-Dekis. 

l)c ro mariage sont issus : I* VicTon-GcorrROT-RAOïn., né le 13 janvier 1820; 

2* Anna, née le 49 octobre 1813. mariée, le 7 octobre 1836, ^ James dk 
Marolles, ex-oflicter aux cuirassiers de la garde royale; 



BEA 25 

S<* Li:a, née le 6 aoAl «817, mariée, le 11 jauvier 1840, i Anselme, 
ronite de Monspet ; 

4* Natbilde, née le S3 août «818, mariée, en «8U, à Hemri de Beau- 
corps DE Parençat (Poiloa). 

Nota. Sar la demande de son aïeule maternelle, madame Anne-Magdelelne de Gréqny, la dernière 
de son nom, le comte de Beancorpsa étéantorisé, par ordonnance du roi en date du «« octobre 1815, 
à porter le nom et les armes de la maison de Gréqoy. 

Hisidence : le chfttean de Saint-Denis, près Blois. 

Seconde branche : Edouard, marquis DE BEAUCORPS DE LA 6AS> 
TIÈRE, né en 4804, marié en 4855 à Adèle de la Poussière de Prés 
DE Pains. 

De ce mariage sont issas : 4* Marie-Henrt, né en 18.16: 

2* Narie-Valentine, née eu «8S3. 

Résidence : le château de la Chesnaye, près Blois. 

Frères: Eugènb-Henbi-Fbrdinand, comle DE BEAUCORPS, né en 
4806, officier de cavalerie, démissionnaire en 4850; marié à Eugénie de 
Gyvès. 

Résidence : le château de Collier, près Blois. 

Geofproy-Estève-Albert, vicomte DE BEAUCORPS, marié à Elphénie 
DE Gyvès. 

De ce mariage est issue : Berthe de Bbaucorps. 
Résidence : le château de Murbleins, près Blois. 



Geoffroy de Beaucorps, vivant en ISM, est mentionné an nombre des écnyers du combat des 
Trente. (Histoire de Bretagne de dont Lobineau, t. 1^, p. 343. K. aussi d'Hozier ; Lachesnaye des 
Bois; Annuaire de ta noblesse en 48S5, par Sainl-Allais, etc. ) 

Arma .'d'azur ài deux fasces d'or. — La branche aînée écartèle de Créqny qui est : d'or au créquier 
de gueules. — Elle a adopté également la couronne cygnale des Créquy, leur cri de guerre : Criquf^ 
lumt baron ; eréqnier, haut renom^ et leur devise : Nul fff frotte. 

DE BEAUMONT D'AUTICHAHP. — Ancienne et illustre maison du 
Daupbiné dont la seule branche aujourd'hui existante est connue sous 
le nom d*Autichamp. Une branche de celte famille habita longtemps le 
comtat Venaissin ; la seule qui subsiste encore est fixée en Anjou. 

Le marquis D*AUTICHAMP, lieutenant général, grand-croix de Saint- 
Louis, gouverneur du Louvre, et enfin chevaUer des ordres du roi, appar- 
tenait à cette famille. 

Le comte Charles , frère du précédent, lieutenant général, comman- 
deur de Tordre de Saint-Louis, etc., fut nommé pair de France le -17 
août 1815. 

Armes : de gueules i la fasce d'argent, chargée de (rois fleurs de lis d'azur. 

(K., pour plus de déulb, la généalogie de la maison de. Beaumoni, par l'abbé Brizard, S vol. 
in-fol. ; Lachesnaye des Bois; Plihon-Cnrih, eic.) 



24 



BEA 





DE BEAUMONT DE LA 60NNINIÈRE. — Le chef actuel de cette 
maison est Théodore DE LA 60NNINIÈRE , marquis DE BEAUMONT- 
VILLEM ANZY, héritier, par transmission, de la pairie du comte de Vil- 
LBMANZT, son boau-père, en conséquence des lettres patentes accordées 
par le roi Louis XVIII; lieutenant-colonel de cavalerie, démissionnaire 
en 1850, par refus de serment. 

Chefk de branche et ntembree dittinguis de la famille. 

Le comte de Beanmont, pair de Franfe. 

Le comte Alfred de BeaomoDt. 

Le vicomte de Beaamont-Vassy, aotenr des oovrages intitulés : les Suidoie depuis Charles XIl ei 
Histoire des États européens depuis le congrès de Vienne. 

Gostave de Beanmoni, dépalé, auteur des ouvrages inliinlés : Marie, ou FEselafage, et Vlrlandc 
sociale, politique et religieuse. 

Le comie Armand de Beanmont, ancien préfet. 

Le vicomte Eugène de Beaumoni. 

Le comte Octave de Beanmont, colonel de cavalerie. 

Principales illustrations de la famille. 

Hugues de la Bonninière, qui se distingua sons Charles VII, an siège d'Orléans, où il commandai i 
cent lances. 

André, marquis de Beaumont, chambellan de l'empereur Napoléon, et ensuite chevalier d'honneur 
de l'impératrice Joséphine. 

Marc, comte de Beaumont, général de division, et ensuite pair de France. 

Charles, comte de Beanmont, membre du corps législatif et de la chambre des députés, gouverneur 
de l'Eeole-MUitaire de Paris de 4890 à 4880. 

(F., pour l'histoire généalogique de cette famille, d'Hozier; Urhesiiaye des Bois et V Annuaire 
historique de la Touraine.) 

Armes : d'argent i la Heur de lis de gueules. 
Supports : deux lions. 
Couronne : de marqnis. 

La terre de Beaumont a été érigée en marquisat en 4780, par lettres intentes du roi Louis \Y. 



Hésidetues du chef de la famille : le château de Beaumont (Indre-et-Loire) et Pans. 



DE BEAUNAY. — Normandie. — Première branuhe : *• Alfrep- 
Louis DE BEAUNAY, ancien capitaine de cavalerie , chevalier de Multc 
et de la Légion d'honneur; il accompagna au congrès de Vienne le 
comte Alexis de Noailles , ministre plénipotentiaire de France ; il est 
aujourd'hui membre du conseil général de la Sarllie. 

Marié, en 1822, à LoutsA de Logé. 

De te norùge «l isM« : A>o«i.ï, m»ri(e, le IS avril 1M3, la vifnrale de Bboc. 

ntêidfiet : \e thlle» de Monuhou iSanlii'l, 

i' ALRXANnitB-GABRtKL DE Beaunav, ex-officier dans la garde royale, 
marié, en 1852, à Marcderite-Ëléonure Dupué. 

Dp ce miriigp wnl is'UFS - 1* Mimi!, aéc le I" nui ISSIi 

a* VtLi^mi, née le 19 mars IKI9. 
niiUenca ; le cblieai de Gommervlllf (Sciiir-InrtrieDre); ei Paris, me de Jonberi, 10. 
5* AnÉLAlnB PB Beau:«av, sœur des précédents, mariée, le IS juin 
4813, à M. Nell PB BnétcrTÉ, correspondant de l'Institut. 

De n DUriige esl isso : Gaston, n( If 38 jnilM I8lt. 

Seconde branche : rLoois-FHAvçois DE BEAUNAY, ancien capitaine, 
chevalier de Saint-Louis, né le 20 janvier 1771. 
Marié, le 22 juin <802, à Julie Fillmui. n'AuEATOT 

De rt niriagu sonl issus : I* Louis, Dr le l« mars mt, lurl^, le » uii lUO, i Cn.iKLUiTC P.111 
D'ETt^calmT : de ce miruge sont Issus plBsïnrs eabnis; 
3* Maric-Ëlisibetii, reute de SnnisLut DmoiR m Kkkeriilli, te 

qll elle » eu dent Ils 1 Hniri el Louisi 
!• VKTOIti-EtiEKXE, mariée â Alkm-Imidirt Btuitr ne Cai »o*i : 

de ce marine snoi ïssua pluùean enfuils: 
4* AnnE-DiKTiE, vvaie sans enCaols de Cih»les. coiute de Vitum. 
fUiUnte : Dollriille |Selne-lnt*riettrel. 

2' Nicolas-Louis DE BEAUNAY, né en 1777, d'abord chevalier 0.c 
Malte, puis marié à VicTOBi.ts Cai^four de la Peluize. 
De et maruge uni issus : I* ClImekt ; — V Gistave. 

3' MAHiE-AyABiE-pRANçoisE IHi BEAUNAY , vciivc san; eiifauls C.v 
Pierre-Louis ne Mili.eville. 



26 BEL 

Résidence : Rouen. 

PlilUppe de Beiiinay, seigneur du Tôt et du Doishimujit, gentilhomme ordinaire de la chambre du 
roi Henri III, en 1584. 

Loais-Charles^Alexandre de Beaunay. conseiller au parlement de Normandie, et grand bailli du nav^ 
deCanxIeaSjnin 1767. *^'' 

Plusieurs membres de cetie famille ont appartenu i Tordre de Malle. ( K. VOrdre de Malte tes aran le 
nutUreê et ses chevaliers, eic, par Salnl-AUais, p. 251.) ' 

Des preuves de noblesse ont été faites au cabinet des ordres du roi, en juillet 1786, ainsi que le 
fonsiale une expédition délivrée par M. Cherin, le 19 juin 1785. 

(V. aussi CheviUard ; La Roque ; Fallue, llist. de Fécamp, etc.) 

Armes : fascé d'or et d'azur de six pièce». 

DE BEAUPOIL. ( F. de Saint-Aolaire. ) 
DE BEAUVAU. — Anjou. 

Foulques F' de Beauvau, croisé en «90. 

Cbarles-Jusf, prince de Beauvau et de Craon, maréchal de France, grand d'Espagne de l'* classe, 
prince du saint empire romain, l'un des quaranic de TAcadémie française, etc., etc. ; né en 1790, 
t en 4775. 

Le prince de Beauvau actuel a été appelé il la pairie le 19 novembre 1851. 

(F. la généalogie de la maison de Beauvau, |iar M. de SaJnie-Marihe ; l'Histoire de Snkié, par 
Ménage; MorérI, éd. de 1759, t. II, p. Vh ; Lacliesnaye des Bols, t. H, p. 807 el suiv. ; les Mémtiires 
du marquis de Beauvau; V Encyclopédie méthodique, histoire, I. I, p. 525, etc.) 

Armes : d'argent ii quatre lionceaux cantonnés de gueules, armés, lampassés et couronnés d'or. 
Hésidenee : rue des Champs-Elysées, 6. 

DE BELGIOJOSO. — Emile, prince DE BARBIAN ET DE BELGIO- 
JOSO, né le H mars 4800, fils de feu Loois-François , comte de Lugo, 
et d'AMÉLiE Canziani ; a succédé à son oncle le prince RK^ADD-ALBÉRlc- 
IIekcule-Charles, marquis d*Este (-{-45 septembre 4825) ; marié, en 
4824, à Christine , née le 28 juin 4808, fille de Jérôme-Isidore, marquis 
de Trivulzio. 

Frères : 4* Louis-Alidoso, né le 8 mars 4804. 
2® Albéric-Antoine-Charles, né le 45 juin 4804, chambellan de 
lempereur d'Autriche. 
Oncle : Hercdle-Oharles-Philibert, comte de CkiriGNOLA, né le 21 

mai 4774. 

Louis de Belgiojoso fut un grand homme de guerre. Il servit avec distinction en France, depuis 4510 
Jusqu'à sa mort. Le roi François l"' le fit son conseiller et son chambellan, et l'envoya à Parme en 
I5SI, pour défendre celle ville contre les troupes réunies de rem|>ereur el du pape. 

Madame la princesse de Belgiojoso a écrit en français un livre remarquable iniiiulé : E*sai sur la 
formation du Dogme catholique {h vol. grand in-8*', Paris, I8IS, Renouard ). Elle a publié également 
■ne traduction de la Science nouvelle de Vico, précédée d'un E.ssai sur Vico et ses ouvrages. 

Titres : comte de Cunio en mi, comte de Lugo en llll, prince de l'Empire le 5 août 1769, marquis 
d'Esté le 5 mai 1777. 

(F., pour l'histoire généalogique de la maison de Belgiojitso, Moréri; Lachesnaye des Bols t. Il; 
Litta, et VAlmanach de iiolha de 1836, elc) 

Armes : échiquelé d'aigentet de gueules, an chef d'argent chargé d'une croi\ de gueules. 

Résidences : Milan, et Paris, rue d'Anjoa-Sainl-Honoré, 95. 



DE BELLAING. — Flandre. — Le chef actuel de cette famille est Jac- 
UDB»JuvB!iAL-Ji)SEPii-HuHEAiT DE BELLAING, né en 1777; reçu, en 
1789, au coU^e Hazarin, dit des Quatre-Na lions, en qualité de gentil- 
homme de la nalion Oamande , réside depuis plus de quarante ans dans 
son château de Bellaing, à Bellaing, commune de l'arrondissement de 
Valencienoes (Nord), dont il a été vingt-cinq ans maire. 

Il a épousé à Tournai, en 1802, Justine-Desirée-Habie-Clotilde Hecq 
peHaliine, sa cousine germaine maternelle [I]. 

De re nuriafc mai Issus : I* Gm-BiKiiilLiiT-NiciiLiii-MiniK-JojErË, tnroD Mo*UD M BitLtHï 
par IDDWiiuiOB, le tOJulii ISS9, dg litre de ma iHicle Mirlc-l.rupuU- 
JoHph, crée baruipirlelirc«|>i)«nle« de S.H.Ie roi Louis XVIII, en diie 
dDlslenierlIll; oc le G «éremlire llili ■uri^ le ISJuIb <«W, 1 
Llég« <fM|iqa«), I lusIrBiM-iitoiitLiiii-MtRii m Roujxd. fille du 
cbeiiUcr Atmiod-Louls-Jeaii-Mirie de HullMid. ibeTilier de Siinl- 
Loals M uclen miilslnl, M de daine llarlr-Hir(wriIe-Jarqiioliiie- 



De ce uirliie soiil i»n3 : !■ (lai-AninBd-jH>tiii-Niiie-la»|ib, iir 
le K mtn l«3. an cblieH de Belliiiiïi —3* erDtsltiip-Sii|ih<.'- 
Mirie-Jiuepli, uee le SI widl IUOl — s* l>o|uU-llarie'luM|>li, 
née le 3T déreubce IStS, au tkMtn <l'Hri1ilH|| en Willen', pn-» 
VHeacienne» (Nurd) ; 
^ i:D:ÊiE-AKTOiiii-HiiciiiTSE-S<i:iiEL-Ni>i£-Jusi.rii, uc n rhllraa du 

Belliloi, leir«*rier(81li 
s* CHjuLM-nAViAtL-AiiC-HiiciiiHI-AiiioiiE-JnsEPH. nA à Brlliini, te 

lOatril ISU; 
(* PAiii-lllcici.-ll4KiE-Jii>Erii, nr i Bellalil, le 10 T^trler inT ; 
M PiiBiKE-XATiEn-JoHni, uti! le is initier ItOS, nuriée, » Briliiit. le 
iaj»Tier<SM,Ji t STErama-tiioviiiii-LDCA, knron i>e BHr,tlievi- 
lier it Salnl-Lonls el de la L^ion dliDnnriir, aïKirn ca|4laii»e de 
malerie, veuf de dame Marie Brinoid de Hanlinorl da Domina, di'- 
eêdèe I cnilnuiteuf en Tlinerals. le tS nrlubiv l»l ; Il est Ini-uiriBe 

ll)Ua onrle de HadaMe de BelUing. EDnunoel-Hjaciiilbe^iMepta Rerq, ètitl aianl-aïajnr dn drj- 
loni de BacliiDl an tenie« d'Anlrldir; dd autre. Timolbte-CliarlefrJnsepli, offlrier aoieriire de 
KoUiiHlei DU ailre, Je»-KnBçol»Jiaepli,(hanoinek Leuse. Ils soil norlisaoi Iliisrr de iKMM'ite, 

Les ar>K> de la [anUJa Rnq, lelles qs'elles sont représenlMS ur la lonibe d<PraDtols-DiMiiiik|ur 
Rcef, iniid-oiicle elilcaldeaiailiaiede Bellaïai, aiorl couwiller i la omr Mun^ine d« Haiaaal. rr 
l'^llise de Saiiile-Vaudrêe. à Mon, lont : d'amml 1 imls pain de «ueules, an rhef d'ainr rbirïé de imi> 



28 BEK 

ilvc^c di u Wm de ViTlaiiK Hr Ounbr, iiruiinie de LHiemboiU'E 
(Brlglqacl, le 1» jinvier 1130. 

I>i< rc BMiite MOI Issus Ocai llls. Adolphe el Geui^ei. et qutK 
Bllis, Hirie, Anitelle, Uaise el Sl^phinlej 
G* CajiSTi.>ct-iose»i, i\fe au rbiieau de Belhlng, le 18 jintier IMS; 
luiriée, le SI iirll IBtS. 1 H. Ei>itii'Ei-P[UBi-FiA!içui« naLimw 
PiiIB, comte PB Noiisï {V. l-arL. H Noum.) ; 
1* XAitiï-ANUE-ALVEiiiinc-JiiïKPi, née le §J)nii|('t IMM; 
«• i AtSEiri-Mtnit-AMLiE. iii-e Ir <S février 1810. irtHer i ltellii[i«. 

le S» juin 1830; 
•■ DEniSE-HiCBEL-NAMt-InsEPH. née i Belliing, le S9 a>ril 18»; niini-r. 
le n mai <Mt. à M. Acccsn n'AvNiLti. 
(T., poar riiisloire gén«ali>gli|iir de relie ramiUe.d'Holier; de 5ainl'Céiioie; de Courtelles, I. I\i 
Ulné.l. I;elc.| 
Armti : d'aiar I la Iwnde d'VReDl. rliargee de trois lierinini'» de >alili'. 

Stpptrli : an Bphlfli el nn griiïiin de salile — Ciwronne de baron, suniiniil^ de deni hachrlt' ru 
sjuloir. — Cimier : sue leii de (rifTnii de !able. 
lUiUnee : le rtutle» dr BellaiiE, pri-s Valeiieleniies «Nurdt 



DE BERENGER SASSENAGE. — Dauphinc. — Cette maison n 
aujourd'hui pour représenlant unique Antoine RAYMOND , comte DE 
BÉRENGER, créé pair de France le 3 mars 1819. 

De son mariage avec MARiE-ANNE-P.ttji.iNE--DÉ8iBiE DE LANNOY est 
issue une fille. 

Rajmond de Etérenger, giand niallrede l'urdrede Sainl-Jein de Jérnsaleni, murl eu UT3. 

La HiaiwR de B^ager élaU la seronde des quatre premiers iuruni pain, ou aiiclen! grajids vissa» 
de la protiDt* da Dauphin^ 

Ces qnalre haronnles d'Étal oti iiairies élaienl celles de Clermoal, de Svuenage, de Mnutinaar, el de 
Bresslea, aliénée par Haubcc. Les qaaire prrmters barons avilrul les premières plac« dans l'asaeiuUi'e 
des étals, ilsavaieul aussi le privilège de plaider en premiire luslanee an parleineiil, sans rerniiujllrc 
les jDges rofani, s'ils ne renontaieni i lenrs privilèges. 

(V. Cborier, Ë(tfF«l%iieilaD»^lii(, in-13. lOftT; Coim'ilet, I. IV, «I. Iltaucui ; CIr.; 



{V.. piigr L'hlslDÎre des (amillcs de B«rFii|«r M ie Sisinuft, Uiurii'i. Bltloirt di la maiinile 
S4Matre,iB-fo\.,Uttùob\t,tW»: UrhesDivtdrsBoii, l. Il, p. SW; CMrnlJtf, l. IV; Me, l'U.) 
Ama : Gironnt d'or d de gitiln de tli piern. 
lUiUete : ne de Boorgognr, tS- 

DE BERGHES. — Picardie. 

Jeu, lire de Gljnc», Ils de Jeu II, dit lie 11 Lomirte Inférieure ci de Bnbut, Irflllmé |ur l'em- 
[vreDrLaaisdeBaTltre. le>7aitùllM4,e*t lillgedela maiion de Bêches. 

I!n des mesbres de celle faniHe i réfcnnem tfaase li BUe de N. Selllieres, biDi|iler i Pirb. 

ir., pMT rbisloire gèoéllogiqie, le P. Anselme; Lackmuje des Bois,l. Il, p.Ul; les Bubilliiri's 
de Picardie; eu., etc.) 

Anna : d'or an lion de gueule», sraié cl lampassé d'imr. 



DE BERNARD DE MONTBRISON — Le chef aciuel de celte raiiiitlc 
osl ALPIi0^8E-HE^Ri-PHl LIPPE DE BERNARD DE MONTBRISON , ancien 
capilainede cavalerie, né le IC janvier 1799, fils de Louis DE BERNARD 
DE MONTBRISON, en son vivant olBcicr du génie, eldeMtn.E, baronne 
d'Oberkirch. II a épousé, le 19 aoùl 1834, Anne Acdéoud. 

De ce mirrage sunl iisos : I' MtOKiCE-Aim-TBtonoKi, né le 49 décemlire lUd; 

3* Nimi-KoRTL'jiEg-Uiiist, n'^ le II nul IIU. 
RMM«Kf : Sliiïlnuti. 

Frère : ARHA>D-MAUEticE-LËii[ccE, comte palatin romain, créé par bref 
de S. S. Grégoire XVI, en date du 16 décembre 1842; né le 22 juin 1800, 
ancien capitaine-commandant de lanciers, chevalier de la Légion d'hon- 
neur; marié à Paris, le 29 décembre 1 85 1 , àELis.iBmi OaroH-JEMLS. 

De CI- mariage csl issue : BijiRii. nce le U Hlulire KSi 

KiMaet : Paris, rae Tronrhel, 19. 

Sœur : AuNE-AnNE-ELtSABeTii, née le 13 mai 1809. mariée en iSô.*) 
au contre-amiral ns Bell, commandeurdcla Légion d'honneur, chevalier 
de Saint-Louis, ancieD gouverneur de nie Bourbon, chevalier du saint- 
empire. 

Ktiilffce : le chlLcaD d'Oberklrcb, pris Otieroai (Das-llhlii). 

H Languedut irrsle oiiliru do qii.iiiii'nie sinir. 



30 BER 

Uo arrél da fS joiu 1175 a maintena Pierre de Bernard de Moaibrison dans les priviU'gefl de la lu- 
blesse et le déclare parent des prlnees Colonna de Rome. 

(F. Atmortal $inèrol du Laugnedoc; le marquis d'Aohais; Lachesnaye des Bois ; d'HozIer ; Salnc- 
Allais i AliotU Utuitrata ; arcbites de la cathédrale de Nfmes.) 

Armet : écartelé anx 4«' et 4' d'or à la bande d'azur chargée d'un croissant accosté de deux étoiles 
également d'or, qui est de Bernard t au 2" et 3* de sable à la tour d'argent crénelée et ma- 
çonnée de sable, qui est de Nontbrison. 

DE BERNIS. — Le chef actuel de cette maison est Jacqoes^bné-Hip- 
POLYTB DE PIERRE, comte DE BERNIS, né le 25 juillet 4780 ; chevalier 
de Malte de minorité, chevalier de SaintrLouis et de la Légion d'honneur, 
officier des gardes du corps de Monsieur, gentilhomme honoraire de la 
chambre le 49 janvier 4821, membre de la chambre des députés, et enfin 
pair de France le 5 novembre 4827. II a été éliminé delà chambre , en 
4 850| avec les autres pairs nommés par Chartes X. 

De son mariage avec ârmamde, princesse de Rohan-Rochefort, née 
en 4787, sont issus plusieurs enfants, Fun desqudsa épousé Pauline- 
Lbpellitier de Rosambo. 

Bisidenee : le château de Saint-Marcel (Ardèche). 



François-Joacbim, cardinal de Bernis, successitement archevêque d'Albi, membre de T Académie 
française, ministre des affaires étrangères, commandeur des ordres du roi, et enfin ambassadeur à 
Rome, où il est décédé en 4794. Le cardinal de Demis avait publié, dans sa jeunesse, un volume de 
poésies fugitives, qui ont été souvent réimprimées. 

François de Remis, neveu du précédent, nommtS en 1781, coadjateur de son oncle ii l'archevêché 
d'Albi, archevêque de Rouen en 4819, et pair de Fnnce en 1821, décédé en 18S3. 

Armet : d'iiur k la Innde d'or, accompagnée en chef d'un lion du même, iampassé et armé de 
gueules. 

RERTRAND. 

Napoléon, comte RERTRAND, fils de f Hbnri-Gratien RERTRAND, 
général et comte de Tempire, et de -|- Famnt Dillon, fille du général 
comte Arthur Dillon, mort victime de la terreur, le 43 avril 4794, et 
de N. de Girardin. 

Frères et sœur : 

4* Arthur ; 2* Henri ; 5* Alphonse ; 4*" Hortense, mariée à Ambdle 
Thayer. 



Henri-Gratien, comte Bertrand, né à Châteauronx (Indre), en 4773, y est décédé en 4844. Garde 
national, au 40 août 47M, il fot se placer dans un bataillon qui se portait volontairement aux Toileries 
pour défendre le roi. Officier du génie k Ausierlitz ; aussitôt après la bataille, l'empereur le nomma son 
aide de camp ; il devint, plus tard, officier général et grand maréchal du palais impérial ; il suivit 
l'empereur i l'Ile d'Elbe et i Sainte-Hélène, n'en revint avec sa famille qu'après avoir recueilli les der- 
niers soupirs de l'empereur. 

Arme» : écartelé, au 4'*' de comte militaire, qui est d'azor à Tépée d'argent en |»al ; — au i« d'or à 
l'ombre du soleil rayonnant d'azur ; ~ au 5* d'or au palmier de sinople issant de la pointe et fruiié 



BET 51 

do cbiinp, trois à dextre el trois à séoestre pos^ t et 1 ; — au 4* d*azor aa ercqaier d*or issant de 
la pointe. 

BMdineet : Chftteanronx (Indre) et Paris. 

(F., à Fart de Croy, la note coneemani la famille Dillon.) 

DE BETHISY. — Picardie. — Gaston, marquis DE BETHISY, né à 
Paris le 40 mars 4845. 
Marié le 45 avril 4K4 1 , à Isabelle de Rohak-Ghabot. 

(F., pour rhistoire générale de celte famlUe, Coarcdles, 1. 1.) 

Ames : d'unr fretté d'or. 

HHidenei : me de l'UnitersIté, 88 (M»). 




DE BÉTHUNE. — Maximiuen-Guillaume-Auguste, prince DE BÉ- 
THUNE, chevalier de Saint-Louis, né le 17 septembre 4774, marié le 
17 août 4802 à AdélaIoe-Octavie le Denats. 

De ce mariage estissoe une fille : LAoïns-LouisB-AocosniiB, née ï Paris, le 28 anil 1804, non mariée. 
BèiUinM : Paris, hétel de Béthnne, rue de Boorbon, S7. 

Principêl4t UluHraiioiu de le maison de BHhune. 

Jean de Bélbone, tQé*à la bataille d'Axinconrt, en 1415. 

Maximilien I^ de Béthane , dae de Snlly, marquis de Rosny, pair' de France, grand mallre de 
Tartillerie, maréchal de France, premier ministre et l'ami de Henri IV, né à Rosny en 1559. La terre 
de Snlly en Berry fnt érigée pour loi en dncbé-pairie par lettres patentes de février 1606. 11 monrot 
en son cb4tean de Viilebon, an pays Chartrain, le 21 décembre 4641. Ses Mémoires sont connus de 
toot le monde. 

Engène-François-Léon de Bctbone-Hesdigneul, créé prince ilo saint-empire par diplôme de Tempe- 
reor Josepb II, en date do 6 septembre 1781, après en avoir obtenu l'anlorisalion do roi Lonis XVI. 
Il est le père dn prince actuel. 

( F., pour pins de développements, V Histoire de la maison de Bètltune, par le P. Dochesne ; 
V Histoire générale de la maison Desplancques de Béthnne, par l'abbé de Dooal ; Saint-Allais, t. VI 
et VII ; etc., etc.) 

Armes : d'argent à la fasce de goenles. 

lŒ BETZ. — Alexandre-Gustave DE BETZ, né en 1799, officier de 
cavalerie démissionnaire en 4850 ; marié, le 44 janvier 4831 , à la com- 
tesse AUBDÉB-HARIE-FERDINANDE-THéODORE-PHILIPPINE , fille atnéc d*A- 



52 BIL 

médee-Marib, marquis DE GLERMONT-TONNERRE, comte de Tiioonr, 
aDcien colonel d*étai^major, et de Henriette-Marie-Lolise de Wassinhac 

d'iMÉCOURT. 

Le colonel de Betz, oooimaDdant an régiment ao service de l'emperenr Rodolphe II, prit la ville de 
Dotis, en Hongrie, sur les troapes d'Amaralh III, empereur des Torrs, et de Mahomet son fils, le 
90 mai 1507. (V. Chronologie d'Orteiy [texte allemand], Nuremberg, 4603, ii« partie, p. S35.) 

N... de Betz, frère do précédent, ambassadeur et conseiller de guerre de l'empereur Rodolphe II, 
envoyé, le 5 octobre 1500. pour traiter de la paix avec Amurath III. {Ckronclogie (fOrlelff, des arfaires 
de la guerre, it® partie, p. 447.) 

En 1641, Louis XIII lit don à Philippe de Beiz, alors colonel d'un régiment de cavalerie allemande an 
service de la France, et à Frédéric son frère, gentilhomme du duc Bernard de Saxe-Weinurr, de la sei- 
gneurie et bailliage d'Altkirch en Sundigau (haute Alsace). Celte seigneurie, tenue immédiatement de la 
couronne en tons droits, donnait droit an titre de baron. {V. le P. Ménétrier, Méthode du blason^ édition 
de 1780, p. 487.) 

Philippe de Belx, maréchal de camp par brevet du S8 janvier 1650. {Chronologie militaire, t. VI, 
p. S7S, édiUon de Paris, 1765.) 

Armeê : d'or au braque de sable. 

Résidence : le château de Berlangles, près d'Amiens (Somme). 

DE BIENCOURT. — Picardie. 

Humphroy de Biencourt, croisé en 1100. 

Armes : de sable an lion d*arfent lampassé de gueules et ronronné d'or. 

DE BILIOTTÏ VOLPI. — Comtat Venaissin. — François-Victor Jt- 
UEN-JoACHiM de BILIOTTÏ YOLPl, né le 46 janvier 1780, auditeur au 
conseil d*£tat le 5 juillet 48H, puis intendant de Liegnilz (en Silésie) , 
a suivi Tempereur dans les campagnes de 4812-15 et 4 4; sous-préfet à 
Avignon en avril 4815 ; chevalier de la Légion d'honneur le 50 mai 4858 ; 
marié, en 4841, à Jean.xe-Louise-Thérèse-Françoisb Maury, nièce de 
rillustre cardinal de ce nom. 

De ce mariage sont issus un fils et deux filles : 

1* Pierre-Raocl-Siffrein-Joachiii-Victor ; 

2* SiFFRiNiE-VicTOBiKE-RosE-FRANçoisE, mariée à ÉDorARD, comie ne 

Merle de la Gorce ; 
5* Aimée-Félicie-Léonide-Clarisse, mariée à Ahédée de Farcoknet. 

Des traditions rapportées par Ugolin Verini, dans son poème sur les familles nobles de la Toscam*, 
font remonter l'établissement des Biliotii Voipi, à Florence, à l'époque du règne de rcni|»erriir 
Othon H , vers la fin du dixième siècle. ( lîgolino Verini, de Illustratione wrbis Florentiœ , 
lib. III, 1583.) 

L'an 1S56, Ociavien Riliotti fut l'un des signataires d'un traité de paix entre les Florentins et les 
Pisans, en sa qualité de conseiller de la république de Florence ; parmi les autres conseillers signataires 
se trouvent les noms suivants: Nachiavelli, Alberti, Burnetus Cambii (de Cambis), Rainerius Gomli, 
Donatus Medicii. etc. (Ce traité est imprimé dans l'Histoire de la maison de Gondi, par Corbinelli, 
c. I, p. 75 des preuves.) 

Les troubles occasionnés à Florence par l'élévation desMédicis amenèrent l'exiiatriation de plusieurs 
familles; les Riliotti se réfugièrent il Avignon. {V, Nostradamus, Histoire de Provence, in-fol., Lyon, 
1614, p. 44S et 441.) 

Joseph-Joachim de Riliotti, chevalier de Saint-Louis, fut la dernière victime du tribunal révolu- 
tionnaire d'Orange, en juillet 1794 ; il fut condamné comme ci-devant noble et marquis; il était alois 
âgé de soixante-dix ans. 

Son Uls, Joseph-Joachim-Basile-Régis, père du chef actuel de la famille, est mort en sa terre ilr* 
Beanregard en 1644; il était membre du conseil général du département de Vaucluse. Par décret du 



BLA 35 

2 jiBvier 1914, renperear l'avait nommé baron de l*empire ; les événemeiits sarvenus preisque anssliôt 
emiiéebèreni IVnregistrement de re décret. 

(F., poor riibloire géni'*alogiqDe des Bilioiil Volpi, Lachesnaye des Dois, t. H, p. SOI et soiv. ; 
Sainl-Allah, t. I, p. 474 ; ExpUly, art. Regard, Beauregard, et les biographies conieRiporaines. *- 
V. aussi les aoriens hi2»ioriens de Florenre, Scipion Amaiiralo, etc., eic.) 

Armes : de gneules an rbeT d'argent, rliargé d'un renard |)ass:inl de gnon les. 

Deriêe : Pensate ai line. 

RimdeHce : le rliâleau île Beauregard, prrs d'Onmgo (V;imlii«e). 

DE BIRAGUE. 

Cette famiHe, dont les branches italiennes subsistent en Piémont, est 
représentée aujourd'hui en France par Aimé-Antoimb DE BIRAGUE, 
ancien officier de cavalerie, fils de f Antoine DE BIRAGUE DE LISI.E- 
DON, ea son vivant colonel d'artillerie, et de -J- MARiA-MAGDfXBiNR iie 

RUSSELL. 

Imhofr, généalogiste Italien, p. 41, fait descendre celte maison de NarOoI de Birague, trésorier et 
maître du palais de Philippe-Marie, vicomte de Milan ; il vivait en 1413 et 1433. 

Gaiéas de Biragoe s'empara de Valence, sor le Pd, ponr le roi François K', en 1523.-11 fut plus 
tard goavernenr de Pavie. Il eot, de son mariage avec Antoinette Trivalzio, entre antres enfants : 

René de Birague, |>atrice milanais, né à Miianen 1505. II Tut envoyé vers le roi François P'', qui le 
retint ï son service, et le ponrvnt d'one charge de conseiller de son conseil jirivé. Le roi Henri H le fit 
surintendant de justice. Naturalisé Français par le roi Charles IX, il fut nommé g(»nverneur du Lyon- 
nais, Forez et Beaujolais, par ce prince qui, après la mort du chancelier de l'Hôpital, le créa rliancelter 
de France, le 17 mars 1873. 

Après la mort de sa femme, étant entré dans les ordres sacrés, il devint successivement évéque d«; 
Lavanr, pais cardinal, le 19 février 1570, ei commandeur de l'ordre du Saint-Esprit. 

Il motrul à Parif, le 15 novembre 1581, 4gé de prés de 78 ans. (F. le P. Anselme.) 

Celle maison a forme plusieurs branches. Celles restées en Italie ont élé distinguées par les surnoms 
de comtes de Visques, comtes de Rotsche, et marquis de Roccaviune. 

(F., pour l*histoire générale de cette famille, Imhoff, HMorië ieMêlogicë faiHiliêmm lU»fniœ 
ei Itûliœ^ Norimbergae, 1701, in-fol., loeocit., p. 41 et suiv ; le P. Anselme, Gén, de* Chancelier* de 
Fnmee ; Lachesaaye des Bois, t. II., p. 5i7 et suiv. ; Heenell de* Lettre* d^Henrff IVy in-4", « vol. ; etc.) 

Arme» : d*or à trois fasces hrelessées et ronfre-hreie<sées de gueules de cinq pièces ch^rg«»es rha- 
cnne d'un trèfle d*or. 

HMdenee : Paris. 

DE BIRON. (F. m Gontaud-Birun.) 

DE BLACAS.— Provence. — Louis-JKAN-FHA.>çoiîi DE BLACAS, fils 
de f Pierue-Louis-Jkan-Casimir, comte puis duc DE BLACAS. premier 
gentilhomme de la chambre des rois Louis XVIII et Charles X, che- 
valier du Saint-Esprit, pair de france, ambassadeur, etc., etc., né en 
4815, a suivi en 1850, avec son père et ses trois jeunes frères , le roi 
Charles X sur la terre étrangère. 11 est actuellement au service de TAu- 
triche. 

(L'histoire générale la plus complète de cette famille se trouve dans Conrceiles, t. V. F. aussi 
Artefenil, Piihon-Cnrth, etc., etc.) 

Arme* : d'argent i la comète ii seixe rais de gueules. 

DE BLANCHARD DU VAL. — Bretagne. — .rEA^-B\PTISTE-Nc^EL DE 



34 BLO 

BLANCHARD DU VAL, né le 21 décembre 4775, ancien officier supé- 
rieur, officier de la Légion d'honneur, chevalier des ordres de Saint- 
Louis et de Saint-Ferdinand d'Espagne (2* classe), a épousé, en-1804, 
Marie-Jeanne-Sophib Briakt de la Villeneuve, fille de messire Alexan- 
dre-Toussaint BniANT, seigneur de la Villeneuve, capitaine de grenadiers 
au régiment de Barrois et chevalier de Saint-Louis avant 4789. 

De ce mariage sont Usas : 1** Akgb-Vircbrt-Arsacb, né le 47 février I80i, mainle naot capitaine de 

voltigenrs an 51* régiment de ligne ; 

S° NARIE-TBillEZe-SABlKE ; 

y* Marie-Élodib. 

l.oais-Rcué de Bbncbard, seignenr dn tal de Kerlic de Kerqner, rhevalier de Saiul^Loiis, père du 
rbefacluet de celte maison, était capitaine an régiment de Languedoc. Le M juin 1780, il fnt nomme an 
commandement de la ville de Saint-Florent, en Corse, où il moarnt le 6 jnin 1786. 

( K., pour la généalogie de cette famille , d'Hozier ; les Mémoires snr l'éiat de la noblesse de Bre- 
tagne; les arrêts du 10 novembre 1669, 40 juillet I66tf et 6 juin 1670 de la chambre établie par le 
roi pour la reforme de la noblesse dn pays et duché de Bretagne par ordonnance de janvier 1668. ) 

Arme$ : d'aznr i trois croissants d'argent, 2 en chef, I eu pointe. 

Hétidtnce : la terre dn Val, près Hennebon (Morbihan). 

DE BUN DE BOURDON. — Picardie. — Marib-Loois-Alexandbb 
vicomte DE BLIN DE BOURDON , né à Amiens le 27 avril 4782 , suc- 
cessivement maire de celte ville, membre du conseil général et colond chef 
d*état-major des gardes nationales du département de la Somme, et plu- 
sieurs fois député de TarrondissementdeDoullens, qu'il représente encore 
aujourd'hui à la chambre. 11 a épousé, en 4805 , Marib-Chaklottb-Ur- 
siiLR LB Fort du Qucsnil. 

De ce mariage sont issus : 1* Habib Louis-Chables, né le SS septembre 1800; 

S<* NkRiE-LucisB CHA1II.0TTB, née le 10 décembre If06 ; 

V* Marie Josephe-Élisabeth-Charlotte, née le lOdécembre 180*; 

4* Nabie-Loi'ise-Éléonobb-Octavie, née le 27 février 1^17. 

Celle famille a prouvé sa filiation depuis Jean de Blin, écuver, seignenr de Brainvillerset do fief 
de Blin, en 4SSI. Elle a été maioienoe dans sa noblesse par arrêt du 19 avril 4670. Des lettres pa- 
lenies dn roi LonisXVUI, en date dn 17 janvier 18S7. ont confirmé an chef actoel de celte famille le 
litre de vieorale,qil lai avait été précédemment accordé |iar lettres da roi LoBis XIV. 

(F., pour lliisloire généalogique, le NoMiaire univenel de Saint-Allais. t. XI et XII. } 

Armet: d'argent à trois trèfles de sable, les queues en haut, et posés t et I, surmontés de irois 
merleuesâossi de sable rangées en chef. 

Hètii€»ee$ : Donllens (Somme) et Paris. 

BLONMIL DAUBERS. — Emilb BLONDEL D'AUBERS, né en n9<, 
préfet et maître des requêtes avant 4850, chevalier de la Légion d*hon- 
neur, etc.; a eu, de son mariage avec Aline des Pbbbiebs de Facsnes, 
trois filles : Emélib, Alix et Blanche. 

Louis-Marie-Josepb Blondel d'Anbers, père do précédent, décédé en I8S0, était conseiller d'Etat ho- 
noraire et conseiller eu cour de cassation. 



BON 55 

Eùgène-Rolaud-Joseph Blundd d'Aubers, père el aïeul des précèdeots, décédé en 1767, éiail premier 
président du parlement de Flandre. 

Armeê : de gueules à l'aigle d'argeul. 

Réildeacâ : le diAleau de Veudin-le-Vieil (Pa»-de-CaUis). 

BLONDIN DE BAÎSIEUX. — Celle famille est aujourd'hui représenlét» 
par M. BLONDIN DE BAISIEUX, fils du président de ce nom, à Fancienne 
cour des monnaies de Paris. 

Amm : d'azur ï la baDde d'or, chargée de trois irèflps de sable. 
Rétiéenee : MoBtrMil-surlIer (PasHie-Calais). 

DE BONALD. — Rouergue. — S. E. Louis-Jacques-Mai<ricb, cardinal DE 
BONALD, officier <]e la Légion d'honneur, né à Hilhaud (Aveyron), le 50 
octobre 4787; d*abord vicaire général de Chartres, ensuite aumônier 
ordinaire de Monsieur (depuis le roi Charles X), sacré évoque du Puy, 
le 27 avril 4825; archevêque de Lyon , par ordonnance royale du 4 dé- 
cembre 4 859. 

Fils de Louis-Gabriel-Ambroi8E, vicomte DE BONALD, député du dé- 
partement de TAveyron de 4845 à 4825 , ministre d'État en 4822, pair 
de France en 4825, orateur et publiciste, auteur de la Théorie du pou- 
voir politique et religieux, de la Légi$iation primitive, etc. Henri DE 
BONALD , son petit-fils, a publié un essai sur la vie et les écrits de son 
illustre aïeul , auquel nous croyons devoir renvoyer le lecleur curieux 
de détails plus circonstanciés. ( V, aussi Courcelles, t. Vl.) 

Antm : écartelé aux I et 4 d'argeul à l'aigle d'or, aux 2 et S d'or au griffon de gueules. 

DE BONNEGABDE. — Jean DUPOUY DE BONNEGARDE , né à Ton- 
neîns (Lot-et-Garonne], le 6 août 4794, chevalier de la Légion d'honneur, 

chef d*escadrou de la légion de gendarmerie d'Afrique , a épousé Marie- 
Louise-Alexandrjne de Saint-Balmont. 

De ce mariage sont issus : 1** Marie-Atbalie, née à VersalHes, le 21 juillet 18*28; 

2* Gaston-Charlbs-Lëomli», né I Ligny. le 10 janvier 1831. 

Ceue Cmille, originaire du Béam, est aujourd'hui flxéc k Ligny (Mruse). 

Sa généalogie a été insérée dans le X1U« vol. du NohUiêire univertel de M. de Sainl-Allais. 

Arma : d'azur à deux vacbes passant sur une lerrai^se de sinoidc, accumpiignées de trois étoiles iimI 
ordonnées, accostées de deux croissants d'argent. 

DE BONNEVAL. — Limousin. 

Guillaume de Donueval, croisé en IM8. 

Qaude- Alexandre, comte de Bonuc^'al, colonel en France en 1701, conseiller aulique et général 
d'artillerie au service de l'Autriche en 1706, puis géuéralissiuie des troupes ottomanes, et cjpidgi- 
haschi, mort eu 1747. « Le prince de Ligne a publié un mémoire sur la vie du romlc de Boniioal 



30 BOS 

suhi de sa nirres|ioudance avec sa femme ei sa famille, qui Kcti0e et ramène à la vértié les nombreox 
romans fiobliès sur cet homme, dont le nom est si connu, et dont l'histoire Test si pea ( Piuls , 
I«I7, in-8«). 
(V^ |N)Mr rhisloire de cette famille, Lacbesnayc des Bois, t. II, p. 036.) 

Arme» : d'azur au lion d'or, armé et lampassé de gieales. 

DE BOISGELIN. — Bretagne el Provence. 

Thomas de Boisgelin, f rolsé en 1248. 

Jean-de-Dieu-Raymond de Boisgelin , né k Rennes en f 73S, archevéqie i'Aix ti I77«, ftni 
avec lui en Provence un de ses neveux ; celui-ci fut la lige d'une bnnchedesa famille qui subsiste en- 
core dans ce pays. 

Bruno-Gabriel-PanI, marquis de Boisgelin, fut appelé à la pairie par ordomiiMe dt 4 Juin IStS. 

Arme* : Écarielé aux 4 et 4 de gueules, ï to molette d'éperon d'argent à cinq rais, aux 3 et 3 
d'azur plein. 

DE BONI DE LARNAC. — Armand-François DE BONI DE LARNAC, 
né le 5 mars 4767, entré aux pages du roi le 48 décembre 4781. 
A épousé, en septembre 4798, N. de la Bastide. 

De ce mariage sont issus : I* François Aymar, né le I S février IMH ; 

*Jf* Crarlbs, né le S4 juin 1806, marié à N. db Saihtb-Colmik. 

Cette famille a été maintenue dans sa noblesse par arrêt du grand conseil du roi, ea date du 44 mai 
leil, et par un jugement contradictoire de M. Pelot, inleodant 4t la généralité de la CoieiM, 
rendu le f août 1669. Elle produisit des litres qui remontent jusqu'à Antoine Boni, qualifié noble el 
seigneur du lieu de Larnae en I iSt. 

La généalogie de celte famille a été dressée sur pièces par le juge d'amies d'Hoxfer, ti décealm 
1780. (K. VlndieateitrnobiUêire du président d'Hozier.) 

Armes : d'azur k trob barres d'or, accompagnées de huit lionceaux de même, posés 1, S, 8 et I. 

héelience : le chiieau de Cahnzac (Lot-et-Garonne;-. 

DE BONY DE LAVERGNE. — Famille originaire du Limousin et dont 
une des branches a étendu ses rameaux dans la Lorraine et les Trois-Évè- 
cbés. Plusieurs de ses membres y subsistent encorei entre autres : 

Feroinand-Ernest-Alexandbb de BONY DE LAVERGNE, ancien capi- 
taine au corps royal du génie. De son mariage avec An>b-Adribkne- 
Blaize de Roserieolles, sont issus un fils et deux filles. 

(1^., pour l'histoire de cette famille, V Armoriai iinèrul de d'Hoaier ; VAmuuUre kiHôdgue de Saini- 
Allais pour 1836, elc.) 

Arwtee : de gueules ï trois besants d'argent. 

Rètideuce : Boulay (Moselle). 

BOSSUET . — Bourgi^ne el Lorraine. 

Famille noble, établie, dès l'an 1383, à Dijon, où elle a occupé les premières charges du parle- 
ment, et où elle s'est maintenue de père eu llls jusqu'à BéuigM Bossuet. 

Cdul-cl, voyant que six de ses plus proches parents, un frère, deux neveux et trois oncles, t 
étaient conseillers, se transporta à Metz avec Antoine de Bretagne, son oncle maternel, qui ftii 
nommé, en 1663, premier président du parlemeni de cette ville. Bénigne Bossuet y ftit pourvu d'une 
charge de conseiller, et mourut doyen de ce même parlement. Il laissa deux fils. 



BOU 57 

I* Amtuike B088OBT, maître des re^aètes ; 

2«Ei Jacqdes-Bbnigne Bossuet, né à Dijon, le 27 septembre 46i7, 
mort le 42 avril -1704, évéque de Meaux. 

De son viviot, Labrayère .ravait appelé un Père de tÈglise. La postérité l'a surnommé tAigle 
HeMeêux, 

Le nom de Bossnet, Vm des plos Ulasires dans l'histoire de TinteHigence humaine, est trop haut 
l»lacé dans Tadmiration de tons pour qne noos nous permettions d'ajouter nn mol à la notice généa- 
logique qui précède ; nous l'avons extraite du Dictionnaire de U noblesse de Lachesnaye des Bois, 
t. n, p. 686 et 6S7. 

(K., pour plus de dételoppements, V Histoire de Bossuet par le cardinal de Bausset, 4 toi in-8*. — 
Y. aussi les notes générales sur la famille de Bossuet, dans V Histoire de t Église deMeaux, par dom 
inessLs t. I, p. 748.) 

Armes : d'azur i trois roues d'or, posées t et I. 

DU BOUCHAGE. — Gabriel db Gratst. vicomte DU BOUCHAGE, né 
à Grenoble le 8 juin 4777, chevalier de Malte le 45 août suivant, député 
en 4845 et 4846, pair de France le 25 décembre 4S25, a pris part à 
toutes les discussions importantes de la chambre des pairs, particulière- 
ment depuis 4850 jusques à aujourd'hui; marié à N. Planelli de la 
Valette ; il n*esi point issu d*enfants de ce mariage. 

Résidence : Paris, me da Fkobonrg-Poissonnière, 7. 

Cousins germains : Flodoard, comte DU BOUCHAGE, chef d'escadron 
dans les lanciers de la garde royale, démissionnaire en 4850, a, de son 
mariage avec N. de Loge, trois fils et une fiUe. 

tUsidenee : Paris, me de Provence, 20. 

GusTATR DU BOUCHAGE , frère du précédent , ancien sous-préfet à 
Gastehiaudary, démissionnaire en 4850, a, de son mariage avec N. de 
la Todanke, deux fils et deux filles. 

KMênot : Grenoble. 

François-Joseph de Gratet, vicomte dn Bouchage, chevalier de Malte eu 1765. ministre de la narine 
et des colonies en I79i, lieutenant général, commandeur de Saint-Louis en 1814, de nouveau ministre 
de la marine en 1815, pair de France et ministre d'Ébt le tS juin 1817. 

Le vicomte actuel est son neveu, et avait été adopté par IuL 

Mare-Joseph, comte du Bouchage, frère aîné du vicomte, snccessivemeM préfet des Alpes-NaritioMs • 
rt de la Drùme, fut, en 1890, nommé conseiiler d'État en service extraordinaire. 

(F., pour l'histoire de cette famille, Courcelles, t. VU, et les diverses biographies contemporaines.) 

Armât : d'aïur au griffou d'argent. 

BOUCHER DE CRÈVECŒUR ET DE PERTHES. — Jdles-Armand- 
GuiLLAiME BOUCHER DE CRÈVECŒUR, né le 26 juillet 4757, mem- 
bre associé de Tlnslitut de France , de la Société d'agriculture de Pa- 
ris . etc. , et auteur de la Flore d*AbbevlUe et d*un grand nombre de 



58 BOU 

mémoires sur les 6cien(5es nalurdles, est le chef actuel de cette fa- 
mille. 

D« fOD mariage avec f ÉTiEMitE-JEAN-MAitiB db PEainBS, sont i8su5 : 

4* Jacques-Boocher de CRt\-BC<Eim DE Perthes, lié à Rcihel, le 10 
septembre 1788, chevalier des ordres de Malle ei de la Légiou 
d'honneur, directeur des douanes k Abbeville. président de la So- 
eiété royale d'émubtion, membre de la Société numismatique de 
Londres, de l'Académie de Florence, eic^ etc. — > Par ordonnance 
du roi du 16 septembre 1818, il fut autorisé à «jouter à son nom 
celui de sa mère, dont la famille, issue en ligne directe de Colet de 
Perihes et de Marguerite Romée (consine germaine de Jeanne 
d'Arc), s'éteignit avec elle.— Il est auteur de plusieurs ouvrages de 
liuératnre, imprimés à Paris de I8S0 à 1838. 

S* ÉTiBNifB, chevalier de la Légion d'honneur, directeur des douanes 
de Corse, né ï Rélhel, le '21 février 1791, marié, te SI septembre 
I8S6, ï Saint-Servan, avec SÉBAsriBifKB-ANTOOfBTTB-LocisB-CU- 

HBNTIME DU PaRCQ. ' 

De ce mariage sont issus : I* Marie-Léonce-Éiienne, né i Paris, 
le 14 janvier 1841; — S* Clémentine, née ï Saint-Servan, le 
S9 juin 1897 ; — S* Viclorine^uUette, née à Paris, le 21 oc- 
tobre I8S9. 

8* Jules, né à Abbeville, le 24 novembre 1796, marié, le 28 mai l8.Tfi, 
ï Marie-Louise de Cléhbns de Graveson, uée à Marseille, le 1*' dé- 
cembre 4812, fille de Jean-Baptiste de démens, marquis de Graveson, 
et de dame Nàrie-Ludlé-Rosalie de Bionnean d'Eyragnes. 
De ce mariage est issue une fille, Marie-Mathilde, née le 48 oc- 
tobre 4840. 

4* Armakd, né ï Abbeville, le 14 juillet 4799, marié, i Boulogne-sur- 
Mer, le 44 février 4827, à Jeanke-Victoire-Isnardi. 
De ce mariage sont issus : 1* Anatole, né k Boulogne, le 41 mai 
1828 ; —2' Noémi, née à Bonbgne, le 6 décembre 18S0, 

8« Fiux, né à Abbeville, le 19 mars 480S, décédé le 42 février 1817 ; 
il était doué d'un génie précoce pour les sciences naturelles; un 
nouveau genre de plantes a reçu son nom, Ceramum FelicU, Céra- 
mie de Félix. 

6" AglaA, née le 15 mars 4790, âk Rosoy-sur-Serre, mariée, le S jan- 
vier 4810, à Bonaventurb-Cbarles-Henri-Éloi de Vicq, né à 
Douai, les jniUet 1777. 
De ce mariage est issu un fils, Léon-Booaventnre-Eloi de Vicq, 
né à Abbeville, le 24 octobre 4840. 

Dès l'an 1 196, plusieurs chevaliers du nom de Boucher ou Bouchier figurèrent au nombre des sei- 
gneurs qui s'engagèrent, sur les saints Évangiles, ii suivre à la terre sainte Tbibaud, comte de Cham- 
pagne. (Dncange, Ohurv., p. 254 ; Gibbon, t. XVI, p. 239.) 

{Y., pour l'histoire généalogique de celte famille, le NoHUëire de Chumfû§nê^ in-fol., édition de 
^ len, I. II, art. Boucher ; ï Armoriai générul de d'Hozier ; Saint-Allais, Aimuêire kiitoriqne de h 
mokUiH pour 4886 ; Courcelles, t. Il ; Laine, Archive»^ U III, etc., etc.) 

Arwui : d'azur, i trois étoiles d'or, au croissant d'argent en cœur. 

Arme* det de Perthee: d'azur ï deux fleurs de lis d'or, ï l'épée d'argent garnie d'or, la pointe en 
haut sommée d'une couronne fermée d'or. 

BMienee : AbberUle (Somme). 

DE BOUGHET DE SOURCHES. (F. w Tourzbl.) 



DE BOURBON. — Hbmri-Giiaules- Febrikand - MAaiB-DiEUDOKHÊ dr 
BOURBON, chef acluel delà branche atnée du la maison de Bourbon, 
néà Paris le 20 septembre 1820, Ulréen naissant duc de Bordeaux, 
connu, depuis sa résidence en Autriche, sous celui de comte DE GHAM- 
BOHD. 

Sœur : LouiSE-HAaiK-THÉKÈSE , Mademoiselle , née le 24 septembre 
4Jt49. 

Hère : H:iBiE-CAiioUNE-FeBDiNAt«DE-LottiBE, fille ne •]; Fhançois !", roi 
. des Deus-Siciles , née le 5 novembre 1798, veuve de CnABLEs-FEHDj- 
kandd'Akto», duc deBerav, ^ le 1 1 février 182(1. 

Tante : Harie-Tuérèse-Cmablutte , fille du roi Louis XVI, née le I!P 
décembre 1778, veuve db Loois-AnioinE . dut; d'Akgocléme, -}- le 5 
juin! 844. 



M d« l'iagnsi* nulsan de Bonrboii, Il fasdnil rapppJrr pm^i» le 



: .- Sainl LODi» porliil d'iinr umè di leurs de Ils d'iir sain iiombrr. 

fe III. dli le Hirdi, Bis de sainl Lnuls, rHul^l les leurs ie lis k irois, e( les porull, ainsi i]i 

«teon l'onl r>lt depais. posées in t. 

IV, en moBlMl sir le intne de Knnce, i<H|Dli l'écu de NiTiire 1 cela) de Pmre, ei ponil 

' qic le< mit tes XKfeueari l'oul (ail éplenem ; [lartl de Fnnre, saioir d'iinr 1 irais Reoi 

r. cl de Idnrre, uidir de (sentes 1 resrirbourleMciiIreei pommelée d'or, t ladonlile rhili 

SMMir, en bsre e( en lal, aissl d'or. 

t de I) bnnche aloée de li nili.wn de Bnnrlun ^irir seul l'êro d'aiiir i Iruis lleiirs de lis rl'i 



10 BOU 

L'fft ni limbrè d'in auqiK il'ur, oaicrt d f\ité le froni, ixoril it ttt JmbKqalni. de* «um dr 
ran MlSdn, M Bsnnonlé de II rouroniK fermée cl Icnrdells^, environnée dei colliers des ordres da 
Siint-E>pnt cl de Siinl-Mkbcl ; Il est Mnlem lur den infcii ttlni ri l^illei. lexinl (huuD me bii- 
nitre, cDTlilleiirsdiliuUqaescIurtêndBmtmeUiwn. Leloat placé sons on gnnd piTlIlvB seoié 
de Fnnre ei donMr d'hermine, son comMe n|onM d'ur, M sooimé de li cunronne fermée el (leorde- 
lliéf, t:imle d'anc llenr de Ils > qulre inflei qui m le rlnlrr de Fnnce. Le rri de guerre esl H«al- 
Ji}le Safnl-DaiiM. Le pivUlon tf^t itiarlit 1 l'oriDiinDie do rajunie, qnl eti tonnonlé de !■ ikii>e ; 
Ulië iM Ittvnl Mq»i tut. Solmii li plnpiri des hénldlstet, relie devise fili tliusJon )i li k>l 

(r. leP. Ménesirier, le r.AiseliK. Noni nons bornons 1 indiqoer rndetii arncnni nuis uns 
rni qnl onl écrit nr II noblesse on l'histoire hénldiqno ont mnnrnré Iritr innil par des irlirln 
|ilus on BOln* déïeloppés sur l'bisloir* de b nulun de Fninfe, ri sor loul re qni s'y rariarhe. 

r>l»il Jodire. c Ai Jort prinrtflim. > 



onm t HENRI de Franre pir une M 



BRA 

DE LA BOURDONNAYE. — Bretagne. 

OlhrwrdcliBanrduiiDiTe.Cralséen lltS. 

PHl-Eapiil-Hirlc, roale de li BaordoiuufC'BliKsir, hit rmr fur de Fnntr, par orduai 
HméI IMS. 
Armn: it fatu\*s, i iroii konrdant d'irf[«nl- 



BOUTHIER DE BORGARO. — Dauphiné. — Le chef acluel de cette 
famille est Jean-Fbakqois BOUTHIER DE BORGARD, marié, en I81â, à 
Ldcib-Théhèse-HélAre d'Amphoux de Belleval. 

Dcn nuriiKC Wnl Itsos : <■ Eiicliii-STAiiiSL«it-A:<i>iit. n* lell aTrilISH, avual i l«aiirra]alc 
de Lfmi 1 
2* JuM-FuMçoji-ALniiii, né l« II janvitr 4IIT, lirenciècRdroll. 

Dm Jturcs d'inoUiSMiaenl tonal itcordèn pir le roi, in mois de Julu I8H, 1 N*rc Dtralkier, 
blulnil de* pricMeau, el ia irmes tarent rtglees iinsl qu'il wn dit d-iprès. 

André Bwlbier de Borgird, Bis dn prMMenI, fut conseiller dn roi in lullliage de Vienne en Diu- 
f]i\Bi [MfêTrler <T17), poil luatlre 1 1) (bimltre de« comiiles de Grenoble (U février ITItli. 

(Les [UtnelpreiiTeseuiicerniiit celle Fanillle sont dèpoites dam le ciblDel d'Hoiier, linsi i|ite le 
tontuic i'iadiaumr nMlitirt dn prétident d'Hoiier, irt. Bootriek di Hors, dc Bonci» i 

Armt* : d'iiar, k i'tperiier d'ur, chipertiiine de gnenles, Inngé el grillelé d'ari^riil. 

KMdtnrt : PoiUinr-sar-SiAne (Hhitnrl. 



DE BRANCAS. — Cetl« maison est aujourd'hui représenta par Louis- 
Hamk BcFiLB, duc DE BRANCAS et de Laura^ais, prinœ de Nisari, pair 
de France, grand d'Espagne de 4 "' classe, ancien c»lonel de cavalerie, etc. 

Marié, en 1807, à Carolikc-Grislai.ne, fille d'Auguste, conile de Ro- 



42 BRE 

cloan et de la Marche (des princes de Fontaine-l'Evèque), et deWilhelmine 
de Mérode Westerloo, princesse de Rubempré. 

De re mariage sonl isj^os il* Wilhelmine-Ecdoxik-Xiska ; 

S* Marie-Ghislaink-Iolandb. 

Oncle : Louis- Albert de Brancas, duc de Cêreste, maréchal de 
camp honoraire, grand d*Espagne, pair de France le 27 janvier 1850. 
Marié, enn99, à Pauline de Monestay-Chazeron. 

lUuitrations. 

Des iraditions de famille, d'accord avec des légendes relatées par divers historiens, racontent que 
les saintes Candides, martyrisées en l'an 73 de notre ère, appartenaient, ainsi que saint Bufile et saint 
Asprene, premier évéqae de Naplesen l'an 44, ^ la maison de Brancassio, de laquelle descend celle 
de Brancas. Pour conserver le souvenir de ces traditions, le chef de la maison de Braucas joignait à 
ses titres celui de premier gentilhomme chrétien. 

Buûle de Brancas, comte d'Agnano, maréchal de Rome, frère du cardinal protecteur de Tordre de 
Saint-Jean de Jérusalem, s'étahlii en Provence en 1S8I. En 4S8S, 11 recnt du roi Charles VI un 
hanap d'argent comme témoignage des services rendus par lui à la bataille de Rosbec. Le 21 août 
458S, il fut reconnu prince souverain de l'Ile de Nisari, dans l'archipel grec. 

Gaucher de Brancas fut substitué, le 2i juillet 4483, aux titres, noms et armes du dernier comte de 
Forralquier. 

Cette maison compte parmi ses membres dix cardinaux, des archevêques et évèques, des ambassa- 
deurs, des gouverneurs de province, des chevaliers du Saint-Esprit et delà Toison d'or, et enfin un 
maréchal et un grand amiral de France. 

L'érection du duché-pairie de Villars-Brancas est de 4689, celle du duché de Lauraguais, par brevet, 
héréditaire, est de 4744; celle de la grandesse d'Espagne de première classe de 4730, et celle du 
duché de Céreste de 4785. 

(f. le P. Anselme ; Moréri ; Clérambault ; Artefeuil ; Courcelles, t. VI, etc.) 

Armes : parti an 4 d'azur, au pal d'argent chargé de trois tours de gueules, et accosté de quatre 
griffes de lion d'or affrontées et mouvantes du flanc de l'écu, qui est de Brancas, ei au 3 de gueules, il la 
croix cléchée, évidée et fleuronnée d'or, qui est de Forcalquier. 

Conromie : de prince sur l'écu, de duc sur le manteau de pair. 

RMdencei : Paris, et le château de Fourdrain (Aisne). 

DU RREIL DE PONTBRIANT.- Bretagne. 

ArGUSTiN-MARiE-JosEPH-PROSPER DU Bkeil, comtc DE PONTBRIANT, 
chef actuel de la famille, émigré en 1791, rentré en France en 4800", a 
épousé, en Angleterre, Tuébèse-Marie Hay de Bontville. 

De ce mariage est issu : Augoshn-Marie dd Brcil delà Cadnelaye, ancien lieutenant au 42* 

de ligne; marié, le' 50 juin 4828, à Eugéme-Marie-Akne le Pats di; 
TiLLEDL. De ce mariage est issu un fils : Afcustin-Narib-Victoii, né 
le 8 octobre 1838. 

Risidenea: Fougères, et le château de la Cauuelaje, près Dinan. 

Frères et fils de frères du précédent : 

-1* Louis-Marie-Joseph du Breil de la Caunelaye, neveu du précé- 
dât et fils de-i* Louis-Marib-Yictor, frère du chef actuel de la famille, 
a, de son mariage avec Amélie-Marie du Breil, un fils : 



BRE 45 

Loois-Mabic, b^ le asetucnbre IMI. 
RésUenct : k chAieM delà Hoogoe-Morais, arrondissement de Dinan. 

Frère de Louis-Marie-Joseph : Jean-Baptiste du Breil, !ié le 4 avril 1830. 

2» Toussaint-Marib du Breil, vicomte DE PONTBRIANT, frère et 
oncle des précédents , chevalier de Saint-Louis , de la Légion d'honneur 
et commandeur de Tordre de San-Fernando d'Espagne, colonel d'infan- 
terie, marié, le 2 septembre -1796, à Golette-Marie-Appolinb Piquet du 
BoisGUY, nièce du général de Boisguy et du chef d'escadre de la Motte- 
Picquet. 

De ce mariage sont issus : 4* Edmond-Marib, lieutenant an VJ^ de ligne ; il a épousé, le S c^ptembre 

I8S3, Thérèse-Françoise de Kernarec, de qui il a deux fils : 
4* Edmomd-Tuussaint-Marie, né le 3 mai 1828; 
2* Bertrand-Marie, né le S7 avril 1830. 

2* Camille -Marie-M£riadec, ancien garde du corps, veuf sans enfants. 
Résideitce : le cbAieau de la Ville-Gueurys, arrondissement de Dinan. 

S* Victor-Lovis-Maris, ex-lieutenant de cavalerie en Espagne, marié, le 
9 octobre 1837, à Erashb-Marie-Jeannb Besnier, de qui il a deux filles. 

Rétidence : le château de la Chipaudière, près Saint-Malo. 

4* Frédéric-Louis-Marie, marié, le t septembre 18S«, à Caroline du 
Plessis de Grénedan, de qui il a un fils : 

Frédéric-BIarie-Ren£-Bon, né le 28 juillet 1841. 

S* Stanislas-Loois-Maris, marié, le 9 mai I84S, i Léonie-Marie-Loiisb 
DE BoNCBAMP, nlèce du général vendéen de ce nom. 

6* Bonne, mariée k N. de Marcert, doni elle a deux fils et une fille. 

Hétidenee : le chitean de la Ville-Robert, près Plaucoéi, arrondissement de Dinan (CAtcs-do-Nord). 

S*» Marie-Ange, troisième frère du comte, marié, le 1 6 septembre ^ 800, 
à Marie- ânne-Perrinb-Caroline du Plessis de Grémedan. 

De ce mariage sont issus : l" Angb-Marik-Xavier, marié, le 22 novembre 1856, à Marie Dobourg. 

De ce mariage est issu un fils : Paul-Marie, né le 25 février 1858. 
Riêidence : le cbâleau de la Chaussée, près de Vitré. 

t» François-Toussaint, marié, le 29 mai 1858, à Anna-Adrienne le Pel- 
letier. De ce mariage est issu : Olivier-François Marie, né le 24 
novembre 1841. 
Résidence : Vire. 

V* Caroline, mariée à M. Rioust de l'Arcentois, de qui elle a deux fils. 

4» Jbrome-Marie Mériadec, ancien chef de bataillon, quatrième frère 
du comte, a épousé, le 2î) août ^807, Jeanne-Louise-Renêe Picault de 

GURHON. 

D« ce mariage est issu : Accustin-Marie-Locis, marié, le 23 janvier 1857. à Charlottb-Marie- 

Edhée-Gilbert de Solérac, de qui il a deux filles. 

S*» Marie^osbph, fils de \ Marie-Joseph, cinquième frère du comte 
décédé en 1837, et de Éléonore de Poulpiquet du Halgouet, marié, le \ L 



44 BRE 

septembre 4857, à f FéLiciTÉ lb Mintier, déoédée le 44 juillet 4S4I , en 
a eu deux filles. 

Frères du précédent : 
4*'Hbnri-Marib-Rei<ié ; 

2^ Hippoltte-Marib, marié, le 6 octobre 1840, à Julib-Marib-Louisb 
DB Langue. 

l)e ce nuriage est issa : Hippoltte-Marir-Josbfb, oé le iS septembre iUi. 
Résidence : le ctaAieao de la Viile-Gaério, près de Dinao. 

S*" Ferdinand-Charles-Marie; 
4"* Adolphe-François-Marie. 



Gaillaome du Breil éuit sénéchal de Bretagne en 4 IIS. (P. Lohlneao, fol. tlO. — Hiet. de Bre- 
tê§Me de do Pu.) 

OliTier da Breil, coaseiUer des dues de Bretagne, François l•^ Pierre H, Arthor II! et Fran- 
çois II, leur ambassadeur près du pape, des rois de France et d'Angleterre eo 1457 et 1458 (P. Lobi- 
neau, t. I*', fol. 637 et snit.). Il mourut, sénéchal de Rennes» en 1489. (K. d'Argentié.) 

Rolland II du Breil, président au parlement de Toulouse en 1480, de Bordeaux et de Bretagne eu 
1488, conseiller des ducs de Bretagne et leur ambassadeur en France en 1487 et 1488, etc., etc. 
(P. Lobineau, t. !•', fol. 777 et suit.) 

Henri du Breil de Poolbriand, évèqne de Québec an Canada, en 1740. Il y nMHinit en 1760. 

Par lettres luilentes du mois de décembre 1650, la terre du Pontbriand fut érigée en comté en faveur 
de René du Breil et de ses descendants. 

(F. aussi, pour l'histoire de la famille du Breil, dom Morin ; tes ÂrmeriMX de Bretagne ; La Chesnaye 
dos Bois, t III, p. 157 et sait.; Salnl-Allais, t. II, etc.) 

Année : d'argent, an lion d'aïur, lampassé et armé de gueules. 

DE BRËMOND D ARS. — Sainionge. — Le chef actuel de cette fa- 
mille est JosiAS DE BRÉMOND D'ARS , marié à AdélaIdb de Bigot de 
BAULO>t, fille de Pierre et de Marguerite de Blois de Roussillon. 

De ce oiariage sont issus : l*> Gcillaciiik, capitaine au 7® dragons; 

S* Piirbb-Edodard, llentenant an 9* hussards ; 
3* Josus ; 
4* Amable ; 

5° EuSABBTH-THÉOIflK. 

Frères : V Théophile-€harles DE BRËMOND D*ARS, chevalier de 
Saint-Louis, officier de la Légion d'honneur, maréchal de camp de ca- 
valerie, commandant le département des Deux -Sèvres. Il a épousé 
Glaire de Guitahd, fille de François-Armand et de Judith de Beaure- 

GARD. 

De ce mariiigu sont issus : I* Ai«ATOLE-MARiE-JosF.rH ; 

a* Gaston-Josias ; 
3° Mabir ; 
4^ Elisabeth. 



BRE 45 

2* Jdlbs-Alexis de BRÉMOND D*ARS, décédé ea 4858, avait ^îisé 
Mélakib de Sartre de Vénérand, fille du chevalier de Sartre de Véné* 
RAND et de Marie de Sainte-Gemme. 

De ce mariage sont issos : f * Charles ; 

S* Jean-Louis-Ibéophile ; 

3* FRANÇOIS-EDSfcBE ; 

4* Béatrix; 

5^ MAMI-ISAimE ; 

6* Mark-Julie. 

Seconde branche.: Pierre-René-Augdste DE BREMOND D*ABS a 

épousé EUSABETH DE LA LoOE. 

De ce mariage sont Usas : !<> Gustave, marié, le l*' joinfMS, à Anne-ThaIs d'Abzac dbSarraxac. 

De ee mariage sont issos : l« Loois;— 2°Séraphine;— S* Ferdinand ; 
— 4* Elisabeth, mariée ï M. Darieo de Pradel. 

t* ATHi9AlS DK BRÉMOND D*ARS. 

Mère : N. douairière DE BRÉMOND D ARS. 

RUidtnee : le cbâtean de Masgelier, en Limousin. 

Troisième branche : Alexandre DE BRÉMOND DE VERNON, marié: 
V à N. DE ViLLEDON, 2* à Marie des Francs. 

Da premier mariage sont issos : 1° Adolphi, aneien ofBcier de la garde royale, chevalier de Saint- 

Loois et de Charles III d'Espagne, mariée Aurélu dc Pomtjarno; 
SP SoPBiB, mariée à N. Guiton ds Maulevrier. 

Do second mariage sont iasos : f^ Arthur, marié ï mademoiselle de Panisse; 

i* ApoLLiini, mariée ï M. Ducbesite de Vaovert ; 
S* Aux, religieose do Sacré-Coeor de Poitiers. 



Cbaries de BréflMMid, seignenr d'Ars, chevalier de Tordre da roi, capitaine de cinf oante hommes 
d'armes, lientenant poor le roi en Saintongeet en Angoomois, en 1588. 
(f. d'Hozier, registre f'^, p. 195.) 

Armes : d'aior, ï l'aigle ï deox tètes, éplojée d'or, an vol abaissé, lampassé de goeoles. 

Risidencâi 4eê iiwena braMcka de le famille : Saintes et les environs. 

DE BRETAGNE. — Philippe DE BRETAGNE , chevalier de Saint- 
Louis et de la Légion d'honneur, a fait les campagnes de Tannée de 
Gondé, est entré en -1815 comme capitaine commandant au 5* régiment 
de la garde royale, a quitté le service en -1830. De son mariage avec 
Alexandrine de Cœorderot sont issus : 

I* Ernest, sons-intendant militaire, marié à mademoiselle Nathalie 

d'Avout. De ce mariage, un fils, Fréréric. 
2* Anatole, secrétaire de la soas-direciion d'Oran. 

Celte famille, d'origine allemande, a été naiondisée sons Henri 11, qni loi conserva les droits et pré- 
rogatives de la noblesse. 

(Ses titres et armoiries ont etc déposés au scoao de France, par N . de Bray de Valfresne, sous la 
resiaoration. ) 

Arme* : d'argent, au palmier de siiiople, la lige efTarée par on sanglier de sable passant de dexire k 
senestre. 

H^iiHeHcc : le château de Coi saint (COir-d'Or). 



16 BRI 

BRETON DE LA UAYZE. {V. dblaHaizb.) 

DE BRËZË. (K. DB DREDx-BnÉzÉ.) 



BBIANT.— Bretagne. 

Les représeotants actuels de cette famille sonl : 

V Armakd-Todssaint BRIANT DE KERVAGAT, né à Hennebon le 
2 mars 4766; il a épousé, le 5 avril 4 80J, Saintk-Haris de la Pierre nn 
Hehegoe:) (I). 

(dit. Bée ]e Umii tSOT, miriér. 

2* Thomas BRIANT DU LESCOET, né en i 776, marié, en 1 80t», i Uabie- 
•JoLtERNB PB CoDBBB, doDt il n'a pas eu d'enfants. 

5° Alcxardib RRIANT DU LESCOET, frère du précédent, né en 4780, 
aépousé, en 1819, Pavline de Lbntivy d'Ossort. 

De n lurlip lonl iMDi : (• Fiui, ni en IIITi 
>* Hiut, née ei Ulv. 

4< Chablis BRIANT DE PEINQUELEIN , né en 1822, et Adrienne, 
née en 4 825, enfants de f Charles BRIANT DE PEINQUELEIN, chevalier 
de la L^oQ d'honneur, officier d'infanterie, mort par suite de blessures 
reçues dans les dernières ^erres d'Espagne ; et d'EuooxiB Fabrt, fille 
du chevalier Fabry, lieutenant-colonel d'artillerie. 

5* Pbançois-Mabib BRIANT DE LAUBRIÈRE.néà Quimperléen IT8I, 
députa du Finistère et maire de la ville de Quimper en 4828, démission- 

(I) A celte miImh apfartleiii M. Inn-Tonssiini de li l'iem, iMniiL* it Krémenr, inaK^I 



BRI 47 

naire en ^850. — Il a épousé, en 1802, Reine le Gogal de Toijlgoet, 
fille de N. le Gogal de Toulgoët, membre du corps législatif. — En 
4806, il épousa en deuxièmes noces, Sainte de Feydeau duPlessis-Nizon, 
sa cousine. — En -1810, il épousa en troisièmes noces, Armande du Bois- 
guehenneuc du Meneven, auasi sa parente. 

De ce dernier mariage sont issas : !• Charles-Marie, né en I8H, mon à Hani, en IM3, lientenani 

de vaisseau, chevalier de Tordre do Pérou ; 
S* I^ouis-Hyaunthe-Désiré, né en 1814; 
3* Jules, né en 818; 
4* Aimé, né en 1830; 
5*ThaIs, néenl82S. 

60 Yves-Marie-Désiré BRIANT DE LAUBRIÈRE, frère du précédent, 
chevalier de la Légion d'honneur (nomination du -14 septembre 4813, 
bataille de Dresde ), capitaine commandant d'artillerie de la marine, né à 
Quimperlé le 28 octobre 1784.— lia épousé, le 6 mai -1815, Marie- 
Catherine-Jeanne Pittot du Hellès, fille de N. H. Pierre-Louis, conseil- 
ler du roi, et en deuxièmes noces, Alexandrine Navier, fille de M. Jean- 
Claude, chevalier de la Légion d'honneur, docteur régent de la faculté de 
médecine de l'université de Reims, membre de plusieurs sociétés sa- 
vantes. 

Du premier lit est issu : Loois-Marie-Désiré, né en 1816; il a épousé, le 6 septembre 1812, 

Maclovir Miorcec de Kerdanrt, fille de Mathdrik-François Miorcec 
DR Kbrdanet, avocat, ancien juge suppléant et l^^ac^oint an maire de 
Brest en 1890. 

Du deuxième lit esi issue : CuRBRiNsMARiE-STtpBANiE, née à Reims, le 13 mars iSH. 



Louis-André Colombant Briant de Laubrière, capitaine aux gardcs-côies par commission du roi, le 
43 avril 1778 ; servit dans la 10^ compagnie des chasseurs nobles de l'armée de Condè ; il y fui fait 
lieutenant-colonel et chevalier de Saint-Louis ; il perdit les deux bras dans la campagne de 1796. 

Jean-Hyadnthe Briant de Peinquelein, conseiller du roi, fut, par suite de l'édit de mars 1694 
( V, Chérin ), nommé conseiller chevalier d'honneur au présidial de Vannes, et depuis à celui de 
Rennes, en 1696. 

René-François Briant de Kervagat fut nommé lieutenant des maréchaux de France, en la ville de 
Ploêrmel, par commission du roi, le 24 septembre 1766. 

(F., pour l'histoire généabgique de la famille. Anciennes réformations de la noblesse de Bretagne 
(1427-1538); Anden armoriai de Bretagne^ réimprimé en 1713 (il se trouve aux manuscrits de b 
bibliothèque royale, collection de Tabbé d*Angean, t. Il); Armoriai général, manuscrit de la France 
(1696) ; Etats militaires de la France ; Indieaieurnobiliaire^ par M. le président d'Hozier; Aniiquitéê du 
FHiittirt, par M. de Fréminville, t. II; Histoire de Bretagne de D. Norice; Histoire des sakUê de 
Bretagne, de D. Loblnean; Histoire du connétable du Guesclin.) 

Armes : d'argent, au sautoir d'azur, cantonné de quatre roses de gueules. 
Résidences : Quimper, Ooimperlé, Hennebon, Paris, rue Neuve-des-Maihnrins, 48, 



DE BRIBY . — Le cbef actuel de cette maisoD est CiiARLEsflBBBHAND, 
comte DE BRIEY, né le 26 septembre t7»6, capitaine aus cliasseurs à 
cheval de la garde royale, démissionnaire en t82S. Il a épousé, en (823, 

LOOISE-SOPHIE-ZÉIAKIB DE BoSAHCT-pATAMT , fiHc du ViCOTllC DB Bo- 

sanct-Pavant et de Albertine-Louisi-Dubothêb db Révigliasc. 

De ce miriigc moi isaiu : l'Citu.is-LDiiiS'IliRn-AiiAioi.t, ai en ociobrcISU; 
1* Muui-CuuLLi-ALBiiT, it f H novembre tlMi 
S* Hiui-AiicE-EavAHDiL, Ht cd novembre inti 
t* Nitlt-TRlOMiiE, ai en seplembre 1(31 ; 
S> HiKii-AKDnt-EDacriiiD, ni^cii novembre IBM. 

HMdact : le (btlua de la Hoche-Cencay [Vienne). 

Frères et sœur ; 4« ALBBnT-JosBPH,— prêtre, né en février 1798. 

2* Gamillb, comte DE BRIEY, cbef de la branche établie en Relgique, 
membre du sénal , envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire 
près la confédération germanique , ancien ministre des finances et des 
affaires étrangères, grand-croix de la Lé^on d'honneur ; de Charles III 
d'Espagne, du Lion Néerlandais de Hollande , de Saint-Hichel de Ba- 
vi«%, du Sauveur de la Grèce, etc. Il a épousé, en 1829, Caholikb- 

AHiLIB-LAURBNCB DE BeaUFDRT. 



I' KuiE-fikAiu, nte en Dovembie ISS3; 

I' lltME-ADl[.i-C>iiiii.iiii-AiliJi. DM en ténia IRH ; 

**Miiui-E>l*-UDraLninE-C*i]i.Li,D<Y mott Î93B. 

tUtUamt : te eUieu de U Clalmn (Belgique), ei Braidkei. 

5* Lodis-Edouabd-Emhanubl, comte DE BRIEY, né en mai 1803, 
chef de bataillon du génie, chevalier de la Légion d'honneur, marié, en 
485S, à LiopOLDiaE-FRANÇoisB^MARiE nB Nauur n'EizÉB. 
De M nurli|e mdi Is 

«AMMn : Pirii, THdeCrcMlle^ini-Cermiin, ta. 



IJRO ^'j 

«"CAHoLiNE-AuÉLiE-ltENÉE, comicssc DE BRIlîY, net' 011 iiiiii 1813. 

Albert de Drirr. in^Miluiï Iiimi vou.- iId roinlr di? Ilripy |gr l> Mml»»- HjlUiLdr, durlicsse dooairH'ri' 
de Lnmln», ta IDTS. (Dum Ciliufi, Hitimre de lorraint. prravrs.) 

nithcr, frère do pr^ilenl, Av^if de Verdun en I0S8. iDein Cilfiirl, rh'if.) 

IteniudAe Prier, «ù ï la batalllede Nit«e, lOM. (Ses armes opi ciê \f\itin » Vcisoliles, dins Ici 
Mlles des (roisades.) 

Enl7(S, Jean-Gabriel, rtmw dcBric}', colonel An rrEim^nts de la Marrk, de rilenlr-FrinFe el de 
Cllinils, infulcrlc. mmle dans les cimtsseï du roi. (CablMl do Saïiil-Esjirll, Annuaires niilluircs de 
<7TI 11779.) 11 Élall neveu d'Uracinlhc-Ctlesld de Crier, doyenne dn cliiplire de Itemlrmioiil, enl7S!l. 
[Almanxhs dn e\tttt inlêricnrs i (789.) 

TUret : par leiircs paiemei, données II Bnixelle: le !0 mai^ <U3, par Léo[«1d I", roi drs Belges, le 
litre de coule, ailribné an tomle Ldcis-Makie-Hiacimhe m BniEi. a 6lé rernnnn liJrMilaire dan* 
tonte ta dépendante naseollnc cl féminine, n suiiint l'usafe élabll dans relie hmille, dit le préain- 
bale des lettres patentes, depuis imps lumémortal. > {Titre originit snr larrhemtn.) 

[V., pour l'histoire gtotalogiiine de relie famille, Va.<seboari!, Ânliquilti ée li Cale M/iqu; 
dom (jlDiel, Rit/eAv M lolieeide Lerraine ; lA Cliesnaye des Bois i Elerlin dn BorberM, manuserilt 
de la lilbliulbèque rojate; Laini, ^rctlrn, l, IX. J 

Àrmet : d'or, 1 trois pals ali'sr'i el Irh^ de fueoles. 
DE BRISSAC. [V. ne Cossé Bmissac] 



DE BROGLIE. — !>} uUcr actuel de celle maison est Achille-^éokce- 
CiiAitLEs-VicTon , duc DE BROGLIE , prince du saint-empire, pair de 
France, né en 1785. Auditeur au conseil d'État en 1809, puis inlcnilanl 
en Illyrie et en Espagne ; attaché en 1 8 1 2 à l'ambassade de Varsovie, 
il accompagna M. de Narhonne, ambassadeur à Vienne, au congrès de 
Prague. Revenu en France en 1815, il fut nnnimé pair de France par le 
roi Louis XVIIl .en 1 8 H . 

Orateur el homme tj'Étal, le duc de Broglic a ^té successivement, de- 
puis 18^0, minisire do l'instruclion publique, des afTa ires étrangères, et 
enfîn président du conseil dos minières, depuis mars JSôï jusqu'en Té- 
vrier 1856, 

Il a épousé, en 1816, IPA-GusTAViNE-ALOERri>E, 6lle du baron de 
Stad-Holstein, ambassadeur de Suède à Paris, et de Anne-Louise-Oer- 
maine Necker, dont les écrits ont illustré le nom deSlaKl. 



»0 



BKU 



D« (em«riace sont issus : f Albert, prince de Broglie, né en 1818; 

«" Charlotte -Amélie de Broglie, mariée i M. Joseph -Othcxi v 
Bernard de Cléron. comte D'HAl'SSONTILLE, dépoté. 

Ihrifuipaies iHnsfratioiu de la Maison de Hroflie : 

Vicior-Maarice de Brogiie, maréchal de France en I7SI. 

François-Marie de BrogUe, flis dii précédent, maréchal de France en I7S4, créé doc de Broglie, par 
lettres patentes de Louis XV, en date de juin 4752, enregistrées le SO août suivant, le jour même où 
il livrait la bataille de Prague. 

Victor-François de Broglie. lils et peiit-lils des précédents, maréchal de France et ministre de la 
guerre sons Louis XVI, en 1789, créé prince de l'Empire par diplôme de l'Empereur, en date du 28 
mars 1756. Le duc de Broglie actuel est son petit-Ûls. 

(K. pour l'histoire généalogique de celte famille, d'Hozier; La Chesniye des Bois; de Courcclles, etc.) 

Armes : d'or, au sautoir ancré d'azur. 

Supports : deux lions ; couronne de prince sur l'écu ; couronne de doc sur le manteau de pair. 

Cimier : on cygne d'argent portant sur la poitrine récns54>n de Broglie. 

HHidence : l'hôtel de Rorca, rue de l'I'niversité, 90. 





DEBRUC — Bretagne. 

Cette maison a pour représentants actuels et chefs de branche : Maihe- 
AiJGusTF, marquis DE BRUC DE MONTPLAISIR, marié à N. le Corcne 
i>E Lau.nay. 

De ce mariage sont issos : I* Auguste ; 

a* Hippolyte ; 
.V Ernest ; 
4* Casimir ; 
5» Félix ; 
6* Edouard ; 
7* ZéPHiRiNE ; 

8* C\ROLIXE. 

Hésidence: le château deBmc,en Guéméné-Painrault (Loire Inférieure). Celte chilellenie est dans 
la famille de Broc depuis le douzième siècle. 

Armand-Auguste Cohentin, marquis de Malestroit DE BRUC PONT- 
KALLEC, né le 22 septembre 4794 , officier de l*ordre royal de la Légion 
d*honneur, ancien officier de la garde impériale, colonel-major des Cent- 
Suisses gardes du corps, puis colonel au corps royal d*état-major, a été 
adopté par h marquis de Malestroit de Pckntkallec, son parent, qui 



BRU :>\ 

lui a transmis son nom et son titre. II a épousé, le 3 février 4 815, José- 
phine-Blanche DB Cossé-Brissac , fille de Hyaeinlhe-Hugues-Timoléon, 
duc de Cossé-Brissac, lieutenant général des armées du roi. et de Fran- 
çoise-Dorothée d*Orléans, comtesse de Rothelin. 

Fréoéric, comte DE BRUC DE MONTPLÂISIR, né le 45 juillet 4795, 
officier supérieur de cavalerie , ancien gentilhomme de la chambre du 
roi Charles X, chevalier des ordres de la Légion d'honneur et de Char- 
les III d'Espagne, marié, en 1821 , à Caroli?ie-Valentine de Crésecques 
DE Ckoy, fille de Louis-Joseph, marquis de Crésecques de Croy. 

Charles-Eugène, baron DE BRUC DE MONTPLÂISIR, né le 9 octobre 
1801 , a épousé Mathilde de PENFE^TENlou de CfiEFFONTAiNE, fille deN., 
vicomte de Cheffontaine, maréchal de camp des armées du roi, comman- 
deur de Tordre de Saint-Louis, et ancien aide de camp de M. le duc de 
Bourbon. 

De ce mariage sont isfus : I* Rëné-Gletuénoc ; 

a* EiiGÉxiE ; 
5* Am.indink. 

N. DE BRUC DE VIGNAC, âgé de quatre ans, demeurant à Nantes, au- 
près de Bo>NE DE BRUC, sa tante, mariée au comte de Marquessac. 

Pierre-Marie-Michrl, comte DE BRUC DE UVERNIÊRE, ancien ma- 
réchal de camp , chevalier de Tordre royal de Saint-Louis, demeurant à 
Nantes, marié : i"* en 1805, à Eknestine de la Pomheratb de Kereaibar, 
décédée en 4809; 2^ à Caroline-Louise de Juigné, fille de Pierre-Adrien 
de Juigné. 

Sont issas da premier mariage : I* ErnestinbMarie-Constakck, mariée au marqois de Kérairy, 

pair de France, 
du deuxième : â* L^opold-Corbntin-Pierre ; 
3* Caroline-Marie; 
4* Delphine-Marie. 

N., vicomte DE BRUC SIGNY, ancien colonel, demeurant à Versailles, 
marié à N. de Contreglise. 

De ce mariage sont issus : I* Adolphe ; 

3* Théodore, capitaine commaudaul au 5® lanciers ; 
S» AocusTiîiE, mariée, eu 48M, à Augustin-Mabie-Paul-Timoléon dk 
Cessé, duc de Brtssac, pair de Fnuce, ancien ministre d'Etal. 

PriHcipala iUiutration*. 

Tiucthenoc de Bruc suitit Guillaume le Coiiquoraut à la. conquête de l'Angleterre, en 1066 (I). 

Guetbenoc de Bruc, sou petit- fils, chevalier banneret, passa en terre sainte , avec Philippe-Auguste, 
en 1191 ; son écusson est à Versailles daus la première salle des croisades. 

Guillaume de Bruc, tlls du précédent, accompagna le roi saint Louis dans son expédition d'outre- 
mer en 1349. 

Jean de Bruc fui vice-chancelier de Bretagne, ambassadeur à Rome et en Angleterre. 

(I) Hiètoirede SormMdU, par G. Dumoulin. 



52 BU] 

jMn de Bruc. uvi^uc de TrèKaier, raiiSii, li: S &c|iii;iiil>r« KST, le Iriiii- l'audit pjr le cbanct'lii'i 
lit' Maleslroil. au nom du dDC d« Urauene, avec le duc de Bedrorl, r^gcal de Vraatc. 

René de Bnie, cbetallrc de Tordre du liai, leoiilhomiDe ordiuiire de la reine Ollierinc de Me- 
ilicis, fui enii)j6 i Lyaii, au-devinl de Henri 111. lots de sad retour de I>ulogne. 

Pgrieures psieiiles da mois de [èirier IMI, ODregislreesâ Naules.le 18 février ISgl.elà Renne-, 
le S juillet 1616, la terre el ta seigneurie de la Guerche, près dé Nantes, (ul irisée en nurquisal, 
en Tiveur de René de Dcdc de NoDlpIaisir, nar^hal de camp, commaDdaul d'Arras, cic. 

Francis de Bruc, rri:r<i du précédent, fut llcuunapt général, el grand-iroii de l'ordre do Saint 
l^uia 1 la création de l'ordre, par provlsira da S mal tus. 

(V.. pour fhbiolrc géa^logiiiue de ceue famille, Ogf«, Bkilawaire Uiitriquc de la BrilaeHe : 
Li Chesnaje des Dois ; Saiiit-Allais; Covrcelles, etc.) 

i4nn<(.-d'argenl, i une rose à sii feuilles de gueules, bontnnnve d'«c. 

TcHnal: dcoi angii : castjne couronné de narqulï. 

Ruldtitels: Pans, tue de ITmiiersilé, Tl cl Nanlé*. 

DE DRUNIER DE LARNAGE. (V. d'Ardémar.) 



DE BUISSERET. - Louis-llEMii-JosErH, coiiUo DE BUISSERET, ne U' 
50 avril (763, capitaine au régiment royal-dragons en <78tî, cheva- 
lier de Sainl-Louis, a épousé, le 7 novembre )78B, au château de Ge- 
nech , H*niE-CL.iinK-EDcÊME, comlesse ne S.\iNTE-ALnEGONDE i>e Ge- 
NECii, décédée le 25 avril 1839. 

De remwlagc soul issus : I* Jein-ALBERT-Locis-JuLES. ancien clief d'escadron au 6* dragons, clic- 
lalier de li Li'giun d'Iionneur en 1114 el de Saint-Ferdinand d'Bs|>agnc 
de 3F classe en (SU ; marie, le iî niai 1830, i EuGtiHE-HmiE-JaslrnE, 
Bile de Josepb-Louls. baron de Man d'Hullitngge cl de Maric-Anne-.ln- 
géliqueJuwiilie-Fniitoise, comtes» de Ruliiano. 
De cemarbgc sont issus : i* Manrlce-Louis-Gaslon, né le 30 mai ISSr 
— S* Joseph-Marie- Arthur, néleîjïnïirr IBM; —deni Biles eu 
bas âge. 
!• i)ii.THUAit-CliiaES.Cu!Tt«E, chcvallci de Saint-Jean de Jérusalem, 
marié, iein mars ItIA, i IlasE-HESniEtfi CutHLorrE le Seuceict Ul 
Batekcbek. 
De ic mariage sont issus ; I* Marie Fnii(ols-Enimanucl, né le il 
janvier IMl; — ï* Jean-Baplisie-Barie-Fcrdinand, né lelTjuil- 
lei isar 1 - t* trois dlles. 
X* AtBERi-FRiii(oii-Bii.iKAitn-Ai.?Hoii!iE, chevalicT de Saint-Jean de 
Jérusalem, marié, lé It léirier 1813. 1 MutiE-AKhE-HËLAiiiE de la 
l'.iLLi;. 
I>erc mariace snnt iuus : !• Haiie-aiarlcs-llaynwnd, uclelBoc- 



BUR 55 

Robert de Buisserel fll partie de la croisade de l'an IS9I, et fol an des cent bunimes d'anues enireienus 
par les rois Louis le Hulin, Philippe le Bel et Philippe de Valois. 

Guy de Buisseret fut tué à la bataille de Poitiers, en 4S66. 

François de Buisseret, mort archevêque de Cambrai eu 1615. (Rôle de l'éiat de la maison du roi, 
riié par dom Anselme, moine, et dom Martin ) 

Jean-François de Bnisseret fut fait comte par Louis XV, par lettres patentes d'avril I74S, en récom- 
pense de soixante ans de services ; le roi érigea en comté, pour lui et ses descendants mâles, les terres 
et seigneuries de Tbienues, Stéenbecque et Blarenghien ; lesdites lettres furent enregistrées au par- 
lement de Douai et au bureau des finances de Lille, les 6 mai et 29 novembre suivant. 

Par suite du mariage du comte de Buisserel, en 1786, avec Marie-Claire-Eugénie, comtesse de Sainte- 
Aldegonde de Genecb. les enfants nés de ce mariage et leur descendance masculine et féminine sont 
appelés à Jouir à perpétuité des titres de comtes et comtesses du saint-empire, tiire et privilégr 
accordés au général Basta par l'empereur Rodolphe II, comme récompense de services signalés. — 
Madame la comtesse de Buisseret avait pour bisaïeule Alexandrinc Basta, arrière-petite-fllle du général. 
(Copie de ce dipidme est en la possession du comte de Buisserel.) 

(F., pour l'histoire généalogique de celle famille, La Cliesnaye des Bois, art. de Buiiseret et de 
Tkiennes; Saint-Allais, i. XIX, etc.) 

Armes : d'azur, an chevron d'or, accompagné de trois étoiles à cinq rais du même. 

Hésidence : Versailles, rue d'Anjou, 6. 

DE BURGUES DE MISSIESSY. — Les représentants actuels de cette 
famille sont : 

He.\ri-Gaetan-François-Laurent, comte DE BURGUES DE MIS- 
SIESSY, enseigne de vaisseau, né à Toulon, le 26 septembre 1818, fils 
de f Joskph-Marib DE MISSIESSY, capitaine de frégate, et d^ÀNNE- 
Mxrie-Emma no Po.nt. 

Frère : Louis-Gaetan DE BURGUES DE MISSIESSY, auditeur au 
conseil d'État, né le 17 février 1820. 

Cousins : Alexandre-Gaston, capitaine de vaisseau ; 

Émilien-Julien, lieutenant de vaisseau, marié à Marie-Joséphine de 
Mért de la Canorgde. 

Tantes : Alexandrine, mai*iée au baron Faget de Qubnnefer ; 

Cêsarinb, mariée au marquis de la Penne. 



Jean de Bnrgues, con.%iller à la cour des aides à Montpellier, eo 1530. 

Gabriel de Burgues de Missiessy fut chef d'escadre en 4777. 

Ciande-Laorent de Bnrgues, brigadier des armées navales en 4790. 

Thomas-Edouard, comte de Burgnes de Missiessy, \ice-amiral en IfHM, commande en 4801, aux 
Antilles, la croisière française; en 4807, commande en chef l'escadre de l'Escaut, préserve Anvers ei 
fait écboner l'ex|»édilion de lord Chattaam; est créé comte de l'empire en 4840, force les Anglais de 
lever le siège d'Anvers en 4844, commande à Toulon en 4845, interdit rentrée du port ii lord Ex- 
roouth et l'entrée de la place aux Autrichiens; grand cordon de la Légion d'honneur en 4845, de 
Saint-Louis en 4835 et chevalier du Saint-Esprit le S juin 4837. 

Joseph-Marie, vicomte de Bnrgues, vice-amiral honoraire en 48i6. (Leiirc autographe de Louis Wlll 
lui conférant ce titre.) 

(K., pour l'histoire généal. de cette famille, Artefeuil, t. III, Supidemeni; Saini-Alluis, t. Il, 
p. 77; etc., etc.) 

Armes : de gueules, au rliâteau d'or sumionié d'une cigogne portant une pierre dans la paite. 

Supports : deux renards. 

BésideHce : le châleau de MisMOhsv (Vjr). 



DE CABIRON. — Languedoc. — Le chef acluel de celte maison i-s 
Slllo^.FRAMçol»-AlICt8TB, baroD DE CABIRON DE SAINT-ÉTIENNE. 



n <M0. i«cc Je rlievilier nt 
i. lUi ta birai d« Plu ïi df 

nudmniMile de F>l|«s, llle d'une demoiselle de PanUilIin, de U 

hnllle des dun d'Antl*. 



Le pcre da cbeF icuiel de utK nuiuD mit été tiaia comme depuU de b nablesse »x cUi> 
('iieniii du 11 prOTJiKe de LanEnedor, en jiBvIer IT50. 

(>*., poor l'hlslnlre de telle (amlll«, le Dlellennilre de H. de Courcflles, l, I, p. lit eMM ; le 
Hor4idJ dri procèi-verbiDi de> iiati de II prufince de Langueduc de l'inate ITM; le DldumiMirt 
tfttifl et It NtUttu, !'■ MIL, l. V, f. ISI el sui'.; eu., elc.) 
Armtf : parti an 1 d'or, ii pin de mnople frnlli' d'nr, gannoDlÉ d'an liacon perche de (ueiiles ; H 
Idefuenlet, in lion d'iifenl, la queue nuaie, fonrtbée et pauée en sanlolr; in dieCsur le luul 
de «iooiile, cturft d'une Denr de 1» d'artent ircusiée de deoi eiolles d'or. 
«Mitueeê : ViH (Gardl, et li terre de SilDi-Éilenne, dans 1rs Cé>ennFs. 

DE CABRE. — Provence. 

DE CADEROUSSE. (V. deGrahhunt.) 

DECAMBIS.— U'cberatHuelilecctU-ramillccslM J, F, L. Aiudstk, 



GAN 55 

marquis DE CAMBIS DORSAN, né à Avignon ( Vaucluse ) , en 4784, an- 
cien député, aujourd'hui pair de France, membre du conseil général de 
Vaucluse, etc. 

De son mariage avec Antoinette P. Joséphine de Pdt sodI issas : 

I* Henri, comte de Cahbis, d'abord secrélalre d'ambassade à Vienne, 

puis à Rome, aojoard'hoi déiiaté do dé|MU>lemeni de Vanclose; 
S* Alfred, ancien officier d'infanterie. 

Sœur : N... DE Gambis, veuve de Alexandre de Ferrard, comte de 

PONTMARTIX. 

De ce mariage, nn flis: Armand de Poniiiart.n. 



Loc de Cambi fat quatre fois grand gonfaionier de la répobliqoe de Florence, dans le quinzième 
!(iede. (V. Scipion Ammirato, Histoire de Florence.) 

Joseph de Cambis fol commandeur de Saint-Lonis, premier chef d'escadre des galères do roi, capi- 
taine général des côtes de Provence. 

Louis-Dominiqoe, comte de Cambis. chevalier des ordres da roi, lieutenant général de ses armées, 
fut ambassadeur à furin, puis successivement à Vienne et à l^ondres, où il monmt en 1740. ( K. La 
Chesiiaye des Bois, t. III, p. 411, etc ) 

(K., pour l'histoire généal. de celle famille, La Chesnaye des Bois; Paolo Mini, HiMtoire éet Mêisoiu 
Uluttret ie Florence; Piihun-Cnrih, Sohletee du comlêi Yenêiêêin; Corbinelli, Hittoire de lu Mêiion 
de Gondi; eic, eic.) 

Armes : d'azur, au chêne d'or, mouvant d'une montagne de six copeaux de même. 

ttésêdences : Paris, et Avignon (Vaucluse). 

DE GAMPROND. — Bretagne. — Le chef actuel de cette famille est 
Edmond DE GAMPROND, né en 4807, marié, en 4859, à Élise-Pauline- 

GOURTB DE ViLSLER. 

De ce mariage est issne une fille : BERTHE-SomiE. 



Engoerrand de Camprond, chevalier, croisé en fOM. (K. Dumoulin, Histoire de Nomumiie.) 
Antoine de Camprond, chevalier de Malte en 1669. (V, d'HarcDurt, p. US7, et Verioi.) 
(V., pour l'histore de la famille, La Chesnave des Bois, i. IV, p. S8I.) 

Armes : d'argent, à la quiniefeuille de gueules. 

Hêhitation : Fougères. (Ille^t-Vilaine). 

DE GANDOLLE. — Provence. 

Première branche : Rertrand-Marie-Jean-Baptiste DE GANDOLLE, 
fils dûf Bertrand-Paul-Augustin-Toossaint-Jbàn-Baptiste-Fortdné 
DE GANDOLLE, et de Pauline-Moniqle-Mélànie Dddemai.ne, chef 
actuel de cette famille, a épousé, le 24 avril 4834, Mathilde-Marie- 
Louise-Ghislaine, baronne de Draeck. 

De ce mariage sont issus : I* BERTRANi>-NARiE-BENolT-GHiSLAiN-RAOOL, né le SI octobre 1856; 

i* Narie-Albertinr-Mathilde-AdIlk-Ghislainr, née le S5 juin 18S8. 
Résidence : MitsciWc, rur Ta|MS-Vi»rl. 52. 



50 CAH 

Deuxième branche : Alphonse DK CANDOLLE, fils de -J- AtcuMix- 
Pyrame de CANDOLLE, célèbre bo(anisle. 

Rèiidences : Paris, Genève. 



Dans le treizième siècle, BeriraDd de Candolle curoinanda la flotte qae Charles d'Anjoa envoya à 
Naples contre Maiofroy, et fat le chef de la branche de Caldora établie dans ce royaume. (Ariefeuil.) 

Bertrand de Candolle, troisième da nom, obtint da roi René, par lettres patentes expidices le 
13 mars 1457, l'exemption de tons impôts pour le terroir de son flef de la Penne; il fat premier consul 
de Marseille. Perceval de Candolle, son fil% fut bailli de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. 

Rerirand-Paal-Aogustin-Toassaini-Jean-Bapliste-Fortuné, marquis de Candolle, chevalier des ordres 
royaux et militaires de Saiut-Louis et de la Légion d'honneur, de Saint-Maurice et Saint-Lazare de Sar- 
daigne, consul de France, de f8i4 à 1826, à Nice, où il mourut dans l'cxercire de ses fonctions. 

Anguslln-Pynme de Candolle, botaniste (branche établie à Genève depuis 1590), auteur du Pro- 
dromut univerêûlit regni vegetabHl$, mort à Genève, le 9 septembre 1841. 

(K., pour l'histoire généal. de cette maison, Nostradamiis, Bouche, Gauffridy, historiens de Pro- 
vence; Artefeuil, les Nobiliaires de Provence; Scipion Aromiraio, lli»t. de la Noblesse de Naples; eic.i 

Armes : Ecarlelé d'or et d'aznr. 

Supports : Deux lions portant chacun un drapeau écarielé d'or et d'azur. 

Ugende : Aide Dieu au bon chevalier. 



DE CANILLAC. (F. Moktboissier.) 

DE CANTILLON. — Ant«»ine-Sylvaix GANTILLON DE BALLYlllGUE, 
Ueulenant-colonel de hussards, officier de la Légion d* honneur, chevalier 
de Saint-Louis et de la 2* classe de Saint-Ferdinand d'Espagne, etc. 

De son mariage avec Hermine Deléval sont issus trois garçons cl cinq lillos. 

Par ordonnance royale, le colonel Caniillon a été autorise à ajouter à son nom |tatruny nuque relui 
lie ses ancêtres, les anciens barons de Ballyhigue. 

iK., pour l'histoire de cette famille, la Hevue historique de la Noblesse, par M. Burel d'Haulerive; 
tke Heraldic illustrations, by John Burke; les Victoires et Conquêtes des Français, 2y vol.; etc., etc. ^ 

Armes : d'azur, an lion d'or accosté de deux flèches tombantes dn même, empennées d'arKcni. 

Résidence : Paris. 

DE G ARAMAN DE GHIMAY. 

Maison de Garaman. — Le chef actuel de cette famille est Victoh- 
Antoinb-Giiarles de Riquet, duc DE G ARAMAN, né à Paris, en 48i I. 
Il a été successivement auditeur au conseil d'État, et attaché à l'am- 
bassade de France en Espagne ; il a publié depuis divers travaux sur 
des questions philosophiques. Il a épousé, en 1856, Louise-Victdrnienne 
DE Grillon, fille du duc de Grillon, pair de France, etc. (F. ce nom) 

Sœur : RosALiE-M\RiE-Jo8éPHiNE, mariée, en 1854, au prince A lphon.se 
DE Ghimay. iV. plus bas.) 

Branche de Giiiiiay. — Le chef actuel de cette branche est Joseph dk 



CAR 57 

RiQUET, comle de Caraman, prince DE CHIMAY, né le 20 août *808, 
envoyé extraordinaire et minisire plénipotentiaire au service de Bel- 
gique; il a épousé, par contrat du 25 août 4850, Émilie-Looise-Marie- 
Françoise-Joséphine de Pellapra, née le H novembre 4 808. 

De ce mariage sont i&sQs : l<* MARis-THÉRÈfiE-ÉHiLiE, née le 30 avril 1832; 

2^ Marie-Juseph-Gut Henri-Philippe, ne le 9 octobre 1837 ; 
5° Marie-Henriette-Valentine, née le <5 février 1830; 
4** Edgène, né le 8 janvier 1843. 

Frère : Michel-Gabriel-Alphoksr-Ferdinand de Riquet, comte de 
Caraman, prince DE GHIMAY, né le 5 juin 1810, marié, le 27 décembre 
4854, à Rosalie-Marie-Joséphinb de RrQiET de Garaman, sa cousine, 
née le 51 juillet 484 4. 

De ce mariage est issae : Marie -CLOTiLDE-ÉLtsABETH-LocisB, née à Paris, le 3 juin 1837. 

Sœur : MARiE-AocusTE-LoDisE-TnÉRÉsiA-VALENTiNE, née le 49 février 
4845; mariée, le 49 mai 4855, à Jean-Georgrs-Crarles-Frédéric- 
Ehhandel, marquis du Hallat-Coetqden. 

Principales illustratioM. 

Pierre-Paal Riqoeu baron de Dunrcpos, auteur du canal du Languedoc. 

Jean-Mathias de Riquet fat conseiller au parlement de Paris en 1667, conseiller d'État, président à 
roonieran parlement de Toulouse, et mourut en 1714. 

Jean-Gabrlel-Amable-Alexandre de Riquet fut conseiller du roi en ses conseils, avocat général en 
4734, et procureur général au parlement de Toulouse en 1730; son Compte rendu au parlement de Tou- 
louse de» ccmstitutions des toi-disant jètuifeê a été imprimé en 1 vol. in-13 de 3S4 pagi>s, 1762. 

Victor-Maurice de Riquet fut ins|iecleur général de la Caroliite française et étrangère en 4767; lieu- 
tenant général, en 4780, au gouvernement du Languetloc, et commandant en chef en Provence, où il 
demeura jusqu'en 1793; mort en 4807. 

Victor- Louis- Charles de Riquet, duc de Caraman, piiir de France en 4845, fut ambassadeur à Vienne 
en 1816, lieutenant général en 1820, ministre plénipotentiaire de France aux congrès de Leybacb, de 
Vienne et de Vérone en 1831 et 1823; mort en 1859. Celait le grand-père du duc de Caraman acinri. 

(V., pour Thistoire généal. de celte famille, Courcelles ; La Chesnaye des R<iis ; VHistoire du Canal du 
Languedoc; V Armoriai g^néraly etc.) 

Armes : d'azur, à la bande;d*or> accompagnée en chef d'une fleur de lis du même, défaillante à dexire 
et florencee d'argent, et en pointe de trois roses de même. 



CARRA DE VAUX , ET DE ROCHEMUR-SAINT-CYR. — Les re- 
présentans de cette famille sont aujourd'hui : 

4® Alexandre CARRA DE VAUX, procureur du roi à Meaux, né le 
20 octobre 4 802 ; 

De son mariage avec Nathii.ik MARr.H\!SD pHpinat sont issus plusieurs mf^nts. 
Résidence : Meaux (Srine-et-Marne\. 

20 Louis CARRA DE ROCHEMUR-SAINT-CYR, chevalier de Sainl- 

8 



58 CAS 

Louis el de la Légion d honneur, marié à AnÉLAYoK-LouisE-JosÉPiiiNE 
Lblièvre de la Grange de Fourilles, veuve du f duc de Caylus ; 

5° Xavier CARRA DE ROCHEMUR - SAINT -CYR, frère du précé- 
dent, ancien garde du corps, chevalier de Saint-Ferdinand. 

HMdence : Paris. 



Joau-François, fomie ilc Carra-Sainl-Cyr, né à Lyon, le 27 di^combre \7!n, gouverneur de la Guyane 
française soas la resiauration, lieutenant général, grand-croix de la Légion d'honneur, etc., elr., déci de 
en I8S4, était l'oncle des précédents. 

(K., pour la vie do général Carra-Saini-Cyr, les biographies contemporaines.) 

Armeê : d'azur, an chevron d'or, accompagné de trois losanges d'or posées 3 et 1, et d'un croissant 
d'argent en pointe. 



DE CASTEFJJAJAC. — Bigorre. — Celte famille est divisée en deux 
branches, dont la première est aujourd'hui représentée par le comte 
Ray&io.nd de CASTELBAJAC, ancien premier page de M. le comte de 
Provence, ancien officier de carabiniers, chevalier de Saint-Louis, etc. 

Bésidence : la terre de Barbazan (Hautes-Pyn'nées). 

Et le vicomte DE CASTEI^AJAC, son frère, membre de la chambre 
des députés sous la restauration, puis conseiller d'État et directeur gé- 
néral des douanes, et enfin pair de France, par ordonnance en date du 
5 novembre 1827. Il a quitté la chambre en 1850, avec les autres pairs 
nommés par Charles X. 

La deuxième branche a pour chef Jacques-Dominique-Armand, mar- 
quis DE CASTELBAJAC, lieutenant général en activité, marié, en ^824, 
à Sdphib-Blanche-Gbarlotte de la Rochefolcauld. 

De ce mariage sont issus un flis et une fille. 

Le comte Adolpue DE CASTELBAJAC, conseiller à la cour royale de 
Toulouse, est son frère. 



L'origine et la filiation de celte famille uni éié établies par preuves faites au mois de mai 1768 au 
cabinet des ordres du roi, par-devant M. (Ihérin. 

Armes: d'azur, à la croix d'argent, surmontée de trois fleurs de lis d'or, a et 4. 



DE CASTELLANE. — Provence. — Des nombreuses branches formées 
par la maison de Castellane, quatre subsistent encore aujourd'hui. Nous 
les indiquerons succinctement. 

Branche de Novejean. — Son chef actuel est Boni (Boniface), comte 



CAY 59 

DE CASTELLANE, pair de France, lieutenant général, commandant la 
2r division militaire, à Perpignan. 

De son mariage avec Cordélia Greffulhe sonl issus plusieurs enfauis, eoire autres : 

He!(RI, marquis de Castellane, né le 4 septembre f 814, député de Nurat 
(Puy-de-Ddnie), marie, le 10 avril 1839, à Pauline de Talleyrard- 
PtoiGORD. {V. Part. Talleyrand.) 

De ce mariage est issu un fils. 

N..., mariée, en juillet 1814, à Maximilien, comie de Hatzfeld. premier 
secrétaire de la légation de Prusse à Paris. 

Hèaidence» : Paris, rue du Faubourg- Saint -Honoré, 57; le rliâiean d'Aubijoux, près de Muiat 
(Puy-de-Dôme). 

La branche de Mazaugues est représentée par Biniface- Alphonse- 
Léon, baron DE CASTELLANE-MAZAUGUES, né en n72. 

Sœur : N..., marquise de Pontevès. 

Résidence : Marseille, nie Lafont. 

La branche de Majastre a pour chef Louis-Joseph-Alphonse-Jules, 
comte DE CASTELLANE, né à Paris, en 1784, colonel sous l'empire, 
gentilhomme honoraire de la chambre sous le roi Charles X, aujourd'hui 
président de TAlhénée royal; marié, en 1842, à L:':o.me db Villoutheys. 

Ritidence : Paris, rue du Fanbonrg-Saint-Honori's 4M. 

La branche d'Esparron réside à Toulouse. 

{V., pour l'histoire de cette famille, La Chesuaye des Bois, t. IV; de Coarcelles, t. VI; Artefeuil, t. 1 ; 
Eipilly, Dictioimaire des Gaules; etc., etc., etc.) 

Armes : de gueules, à un château d'or ouvert, crénelé et sommé de trois lonrs de même, maçonnées 
de sable, celle du milieu plus élevée que les deux autres. 



DE CAYLUS. — François-Joseph Robert de Lignerac, duc DE 
CAYLUS, né en février 4820, grand d'Espagne de r* classe, pair de 
France non encore admis à siéger à cause de son âge, est Tunique re- 
présentant de sa maison. 

Il est fils de f Joseph -Louis, duc DE CAYLUS, pair de France 
en 4814, et de Adélaïde -Louise- Joséphine Lelièvre de la Grange, 
mariée en deuxièmes noces à Louis de Carra de RocuEMUR-SAiNT-Cvit. 
(F. Tart. de Carra.) 

(K., pour l'histoire de cette famille, La Chesnaye des Bois, t. XH, art. Robert db Lignerac; Conr- 
rdles, t VIII; la Revue générale, biographique et lUiérairey t. VI, Paris, I84S ; etc., etc.) 

Armes : an éca d'argent à trois pals d'azur, qui est de Robert, placé dans un antre, d'azur, charge de 
trois étoiles à sh rais d'or, et ayant un rhef de même, (|ui est de TrBiÊRRs de Catli:s. 

Rési/tcwe : Paris. 



60 CHA 

DE CHABANNES. — Saiulonge. 

Guy de Chabannes, croisé en 1S48. 

Arma : de gueules au liou d'hermine, armé, iampassé et couronné d'or. 

DE CHABOT. (K. de Rohan-Chabot.) 

DE CHABRILLANT. — Dauphiné. — Alfred -Philibert -Victor 
GuiGUts Dc MoRETOiv, marquis DE CHABRILLANT, pair de France par 
substitution de son beau-père , le marquis de Saint-Vallier, par ordon- 
nance royale en date du 25 décembre 1823. 

De son mariage avec MAiûE-llADELEiNE-CHABLOTTjï-PAULiKK de la Caca ds Saixt-Valukb sont 
issus plusieurs enfants. 

Armet : d'azur, à une tour crénelée de cinq pièces, sommée dc trois donjons, le tout d'argent maçonné 
de sable, la tour ouverte au flauc sénesire; à la patte d'ours d'or mouvant du quartier séneslre en 
pointe de Técu, touchant i la porte de la tour. 

Hétidence : rue de l'Université, 67. 

DE CHALUS. — Bretagne. — Joseph DE CHALUS, né en «800, juge 
auditeur en \ 825, conseiller auditeur à la cour royale de Rennes en 1 824 ; 
marié, en 1827, V à Adèle de Clesmeur, décédée sans enfants, et 2'' à 
Pauline de U)rgeril, fille du comte N... de Lorgeril, chevalier de la 
Légion d'honneur, ancien maire de la ville de Rennes, ancien député, 
et de Julie de la Forest d'Armaillé. 

De ce dernier mariage sont issus': 1° Gabriel, né en <8I0; 

3° Louis, né en I8«i; 
S** Louise, née en 18 M. 



Cette famille est originaire du Maine. 

(K., pour son histoire, les nobiliaires du Maine et dc la Bretagne.) 

Armet : d'azur, i trois croissants d'argent. 

Résidence : Lamballe (Cùtes-du-Nord). 



Ir.W 




DU CHAMBGE. — Flandre. — Celte famille est actuellement repré- 
sentée ainsi qull suit : 

Première branche ; Hyacinthe, baron DU CHAMBGE de Noyelles, 



CHA 61 

chevalier de Saint-Louis et de la Légion d*bonneur, ancien capitaine de 
cavalerie ; il a plusieurs enfants. 

Résidence : la Toaraine. 

Deuxième branche : Louis-Philippe-Albéric, baron DU CHAMBGË 
de Liessart, né à Douai, le 30 juin 4817, fils de f Victor, bai-on DU 
GUAMBGE de Liessart, et de Sophie de Malet de Coupigmt. 

Frère : ÉLÉoKoa-PAOL-CoKSTAKT, chevalier DU CHAMBGE de Lies- 
sart. 

Résidence : Dooai. 



SiTaphin da Chambge, seigoear de Liessart, fat créé cheTalier par le roi d'Espagne le 6 octobre \W2, 
et par Louis XIV le S9 octobre I67S. 

Pierre^oseph, baron da Cbambge d'Elbhecq, Tut maréchal de camp, et dépoté de la noblesse de Lille 
aux états généraux en 1789. 

La famille du Chambge a donné trois premiers présidents à la chambre des comptes , bureau des 
Unances, de Lille. 

{V.y pour l'histoire génêal. de cette famille, le Roux, Histoire de la Hobiesse de Flandre; le comte 
de Saint -Gênais; Lalné, t. VUI; etc.) 

Armes : d'argent, au chevron de gueules, accompagné en chef de deux nicrieltes de sable, et en pointe 
d'an trèfle de sinople. 

Devise : Poar on mieulx do chambge. 



DE CHANALEILLES. — Vivarais. — Le chef actuel de cette maison, 
GuARLES-FaAKçois-GtJiUiACMB, marquis DE CHANALEILLES, pair de 
France, ancien capitaine des vaisseaux du roi, chevalier non profès de 
Tordre de Blaite, chevalier de Saint-Louis, officier de la Légion d*honneur, 
membre du conseil général de TArdèche. 11 a épousé, en ^807, Marie- 
JosÈPUE-RosB DE Garrbre, vouvc du baron de Salles, fille de Pierre- 
Jacques de Garrère et de Marie-Josèphe de Diault. 

De ce mariage sont issos : l<> SosTBiiiEs, comte de Chanalbilles, ancien page do roi Loois XVIll, 

capitaine commandant an 8* régiment de hossards, membre da conseil 
général de l'Ardéche. marié, le S9 mai fSSS, à Makik-Victuknibn ne- 
Stéphanie DES Balbes de Berton de Grillon, lilic du duc de Grillon 
(pair de France), dame d'honneur de S. A. R. madame la duchesse 
d'Orléans. 
De ce mariage sont issus un fils et une flile. 

t* Gostate-Adolphe, vicomte de Ghanaleilles, capitaine adjudant-nugor 
au 40* régiment de ligne. 

'Sfi Adolphe-Gustave, vicomte de Ghanaleilles, capitaine au II* léger, 
chevalier de la Légion d'honneur. 



Guillaume de Ghanaleilles. deuxième du nom, chevalier da Temple, lit partie de la seconde croisade, 
en II5S. 

Bernard de Ghanaleilles accompagna saint Louis à la septième croisade, en 1270. 

Pierre de Ghanaleilles contribua puissamment, en I4SS, à soutenir, dans le Velay et le Vivarais, l'au- 
torité da roi Charles Vil, qui réunit en sa faveur la charge de bailli d'épée du Valenlinois à celle du 
Vivarais dont il était déjà pourvu. 



62 CHA 

Jeao-€laude de Cbanaksilles procura aa roi Henri IV la soumission du comie de Clenuoat et la red- 
dition des places de Clermonl-Ferrand et de la Voulte. (Lettres de Henri IV, publiées par M. Berger 
de Xivrey.) 

Ceue maison produisit ses litres en 1785. par-devant M. Chérin, an cabinet des ordres du roi, pour 
faire les preuves des carrosses et obtenir les honneurs de la cour, qui lui forent accordés le S novembre 
même année. 

(K., pour l'histoire généal., Coarcelles, t. U; Borel d'Hauterive, Repue hUtortque, t. II; etc.) 

Armet : d'or, il trois lévriers de sable, courant l'un sar l'autre, colletés d'argent. 

i(^«/<feiu^ ; Paris, roe Vanneau, 16; 

Le château de Cbambonas (Ardèche) ; 
Le château de Chanaleilles (Haute -Loire). 



DE CHARENTAIS-DOUINEAU. — Touraine. — Piebre-G.lles Doui- 
NEAO, baron DE CHARENTAIS, né à Paris, le 45 octobre *768; marié, 
le ^0 octobre 1809, à Marie-Pauline Pigoo. 

De ce mariage sont issus : i^f Padline-Marie-Gabribllb Docikeau de Charentai^ née le 8 juillet 

1810, décédée sans alliance ; 

^ Herri-Stanislas-Ctr-Olivieii, né le 5 juillet 1811 ; 
S** Sidonii-Mabie-Lodise, née le 10 aoftt 1829. 



Tilrei : Lettres récognitives de noblesse du "à décembre 4815, enregistrées k la coor royale d'Orléans 
le 14 mars 1816; baron héréditaire, par lettres patentes du 7 septembre 1816, enregistrées à la 
coor royale d'Orléans et au tribunal de première instance de Tours, les 9 et II novembre 1826. 

Armet : d'or ^ la fasce d'azur, chargée d'un croissant d'or, accompagné en chef de deux roses de 
gueules, et en pointe d'une étoile d'azur. 

BêHtation : le châleau de Cbarentais i 5aint-Cyr, sur Loire près de Tours (Indre-et-Loire). 



DE CHARPIN DE FOUGEROLLES. — Le chef actuel de cette maison 
est Hippolytb-André-Suzannb DE CHARPIN DE FOUGEROLLES, né le 
W septembre ^846, chevalier de Tordre de Saint-Jean de Jérusalem et 
de l'ordre royal de Wasa (de Suède), fils de + Ain>aÊ-CAiiiLLE DE CHAR- 
PIN DE FOUGEROLLES, chevalier de Tordre de Saint-Jean de Jérusa- 
lem et de la Légion d'honneur, et de Pauline-Adélaïde de Perthdis de 
Nandy. 

Sœur : FÊLiarÉ-ADÉLAiDE DE CHARPIN DE FOUGEROLLES, née le 
2 février 4818, mariée, le 17 juin 4859, à Guillaumb-Got-Armand, 
comte DE Dampierre. 



Goicbard de Chari>in, croisé en f 191. 

(Consolter, pour l'histoire de cette Camille^ Pemetti, les LyonuaU dignee de mémoire; le Laboureur, 
Mêturei de t Ile-Barbe; le P. Ménétrier, Éloge historique de Lyon; \ei*^ bulletin du Collège héral- 
dique, p. 110; etc., etc.) 

Armet : Ocartelé, aux f et 4 d'argent, à U croix ancrée de gueules, au franc-quartier d'azur rJiargé 
d'une molette d'or, qui est db Cbarpin; aux S et 3 tranrbés de sable sur argent, qni est de Cappom- 

FOUGEROLLES. 

Hinidence : le chAtcau rtc Naud> (Scine-cl-Miirnr). 



CHA 65 

DE CHASTELLUX —Bourgogne. -César-Laore.nt, comte DE CHAS- 
TELLUX, officier général, ancien gentilhomme de la chambre, pair de 
France, démissionnaire en 1850, est le chef de cette famille; né à Ver- 
sailles le 4 4 février 1784, il a épousé, le 17 novembre 4815, Adélaïde- 
LouisE-ZÉPHiaiNB DE Damas, veuve de f Charles-Elzéar-François, comte 
de Vogué, décédé le 8 octobre 4807. 

De ce mariage sont issaes deux, filles. 

Réiidenceê : hôlel de Cbastellux,nie de Varennes ; -^ le rbAieao de Chaslellux (Yonne). 

Frère : HBiiai DE CHASTELLUX, duc de Rauzan par suite de son ma- 
riage avec GLAiRE-OésARiNs de Dorport-Doras. (F. Tart. Duras.] 

Ariaad de Chaslellux, croisé en 1191. 

Arma : d'azur, à la biude d'or, accompagnée de sepi billeties de même, 4 en chef, 3 en pointe, 
en orle. 

DE CHATEAUBOURG. — Lyonnais. — Cette famille est aujourd'hui 
représentée par Anne-Lbonard- Camille de Basset, baron DE CHATEAU- 
BOURG, né à Lyon, en 4785 ; il a été successivement élève de TÉcole 
polytechnique, ingénieur des ponts et chaussées, auditeur au conseil d'État, 
préfet de la Vendée en 4812, secrétaire général du ministère de Tinté- 
rieur, préfet de TOise en 4 84 5 ; il est aujourd'hui membre du conseil 
général de ITonne ; marié : 

4"^ A Louise Thibon, fille du baron Thibon, premier sous-gouverneur 
de la Banque de France ; 

De ce mariage, est issn un fils: 

Camille de Chateauboukc, auditeur un ronseil d'Étal, marié i Louise 
VALLi.f, Ûlle du général viromie Vatliii. 

2" A Fanmsila de Chaponay. 

De re second mariage sont issus : 

1** Aratule de Ouate aoboi:rg; 
i° Fanny de Ghateauboirg. 



Camille de Dasset de Cbateaubourg, chevalier de Saint-Louis, colouel au régiment de Picardie en 
1684, brigadier des armées du roi et gouverneur de Sarrelouis en 1688. 

Laurent de Basset de Cbateaubourg, président en la cour des monnaies, sénéchaussée, siège prési- 
dial de Rouen. 

Camille Basset de Cbateaubourg, capitaine de vaisseau en 1785. 

Laurent de Basset de Cbateaubourg, lieutenant général de la sénéchaussée, siège présidial de Lyon, 
père du baron actuel de Cbateaubourg, tombé sous la hache révolutionnaire. 

Baron en vertu de lettres patentes concédées par l'empereur, en IH3. 

(F., pour rhistoire de cette famille, les ouvrages généalogiques du Lyonnais cl du Daupbiné ; VHit- 
loire des Lyonnais dignes de mémoire^ etc.) 

Artnes : d'aiur,à la fasce contrc-brciessée d'or. 

H^siilence : Villeiicuve-le-Rol (Yonne). 



DE CHATEAUBRIAND. — Brolagne. — Les représentants de celte 
ancienne maUon bretonne sont aujourd'hui : 

r Pn*^colH-RE^É-AcGusTE: vicomte DE CHATEAUBRIAND, né à 
Combourg (Ule-el-Vibine], le 4 septembre I7G8; marié, en 179;?, à Cé- 
LtsTB DB LA ViGKB-BûissoH , pelile-liiie de N... de la Vigne-Buisson, 
goQvenieur de la compagnie. des Iodes à Pondiehéry. Il n'est pes issn 
d'oiEanfs de ce mariage. 

(f, rl**l>>*lM^Ka priHipilfsdf b *ic it H. de CHittiniLiiiiD.) 
2* GeoppBor-LoDis, comte DE CHATEAUBRIAND, neveu du précé- 
dent, fils de f Jean-Baptiste-Accdste, comte DE CMATEACBRIAND, 
et de ^ ALiKE-TuÉRisE LE Pelletier DE RosAMBo, petite-fille de U.de La- 
moignon de Halesherbes, défenseur de Louis XVI ; cheT actuel de la ramille, 
né le 15 février K90, lieutenant -colonel des chasseurs à cheval delà 
garde royale «1 (823 (guerre d'Espagne), chevalier de Saint-Louis, el co- 
lonel des chasseurs de l'Arriége, même année ; démissionnaire en i 850. 

Dr son mirlagf ivn N... n'OKCLiiinu tam issai: 
1° Mjiiiit4:iiiisruR 1 

S" Aira-LOTisf-LAviE, maripc la Inran w BiVLjir ; 
B" jE>:i!ii>-Fui<caiBE-l»iiisi, natitt in marquis n'EsPErittu; 
V IlA«iE-ANrciricETTI-Ci.UiEimiiE. miriét. Ip » nul IM*, » Air»ni, 

ft" !lllllTt-ADtl.lII>I-LOUtSE-)llI!llllETTE. 

Briand, dit it Thicrn, Ulit en 1010. dans Ir rrrrllnire de I ri^ht de Naiirn, Ir rUiraa qii prit son 
lum, n qnl l'a innsnls i u dewpniliitrc. 

C«»rrroT V, barol it Chalraubtiand. crnlsé «n llll. Lt roi ulnl Loois lai (Morda, poar loi ci pour 
IM sicas, PU 11T0. i b balilllc do li Maisuarp, ta (^romprnsc de soi htrolqnf •ilrnr. l'eco dp gapolr*. 
*emt it nnn dp lli dur, que b hn-ille a looioirs prié dppDis. (F. Jolniille.) 

Frantois-nené-ADgDMï, Ticomip ie C haïra nbrland, cheialirr de Malle en lT«e, fui dingrteasriDonl 
bletsé d'DD tclal de bumlir, en IT9J. au sli^ de Tliionillle, ri.- qui 1p Inrta 1 abanitoniur la arrlire 
milltalrti il a Hé snrressiieoent wcr^iaire d'ambissade i Rome PI ministre de Franre prés la r^pl- 
htlqueduValilien IHOl, di^misiionuire le 31 mars I Ml, nonim^ nienhredp l'Inslilnl en tlll, ralr 
del^ntele itioII <Sls,iDrmlire Ile l'Arad^miefran^lse lell iMnIllS. nloltlre pli'nirMoiltilec el 
elTojt Pilraordinaire en Prncse en tllO. mlniiure d'F.iil et memhr« dn roit»!! prii> Ir 30 avril! Ut, 
anbassadeiir en Angleterre pd janvier lr3I. niiilslre des alïaires ^imiirTei an un» de diri-mlirr snl- 



nrpgti Je ei»ie A arluitmtme jBs<ia'i VH'alaire de faHi 4t Rncé, (Yant époqnc de Ji vir A<- 
M. lie Cbilnnbriind > M ntmaét par ii iwMiialion de itt irindii (rniret Jiittralm h iraiilfqncs 
dont ue (elle »nriil pnar lllnslrer leur nui* rxiilrnre. 

(C, potir [■blitnlre («ii^J. de cellr bnllle, LiChetniy* do Bfl-v Cuorrellfs, M loim r« kln- 
(ra[i]iii» conlemponiiiM.) 

4nwi: de gueules, sfné de Heurs de Va d'nr um [mmbrr. 

kéiHtaert : t>ins, et le cUairiii d.- C<imlH>iirE (Illrw!-Vllaii:<'). 



CHATON DKS MOBANDAIS. — Brdiiijnc. — CiiAiiLEs-EuciÊ.VL-MiiHR 
CHATON DES MORANDAIS, né le 19 mars 4"99, sous-lieuk-iianl )p 
4" janvier ISI«, entré sous-lîeulenant au premier régiment de la fçanle 
le 7 avril 1824, lieutenant au même corps le i7 mai 18^9, démission- 
naire après ISjO; marié, le \" sepîembre )SS6, à Ai.riio.\siMi ns 
MiBTAicNAC, petite-nile du marquis de MonlaiBnac,eor<lon rouge, lieute- 
nant général des armées du roi, gouverneur général du haut et liasBcrry, 
et de Charlotte de Gaucourt. 

De tu marligc eil Issu : C»»lii.ES-Eti;iKi Cm"1 ms HoiUMiiis, Bf i Piils, le U JH<D I8.".7. 
Holina CliKon, qit fol Jii nomltP df gmliMmiumi'» rLmisi'. en l» 9. fi.ir Hlihard HI, -Ict de Brr- 



(;g CUE 

lagne, |N)ar l'accompagner k b cour de Fruiice, quand il y vint |M)ur iraiUT de la paix avec le roi. (lloni 
Morice, preuves du 5* vol.) 

Le 37 février 1778, Kugéiie Chaton, grand-père du chef actuel, fait preuve de noblesse ancienne ei 
de la qualité de chevalier sufUsanle pour pouvoir éire élevé dans les écoles militaires. (Ccrtillcat dr 
M. d'Hozier de Scrigny du 27 février 1^78, original eu parchemin.) 

Cyprien Chaton, seigneur de Vaugerry, chevalier, oncle du chef actuel, commissaire des états di* 
Bretagne dans Tordre de la noblesse, en I78H. César Chaton, frère de son itère, était page de M. le duc 
de Provence (Louis XVIII). 

(V. Toussaiul de Saint-Luc et Beauregard; Armoriai de Bretagne.) 

Armes : un pin arraché de siiiople, chargé de trois pommes d'or, sur un fond d'argent. 
Rétidcnce : rhùleau de Coudray, près Reniios. 



DE CIIAUVELIN. — Celle famille a aujourd'hui pour représenlaiil 
unique Louis DE CHAUVELIN né en 1845, fils de f Joseph, marquis 
DE CHAUVELIN, décédé le \0 juin 1844, el d'ANNF-AxGÉUQiE nu 
Vergier de LA RociiEJACQ(JELEi>. {V. ce nom.) 

(^'., pour l'hisiuire géiiéal. de cette famille. La Chesnaye des Bois; les nobiliaires de Bourgogne, eic.) 
Arme»: d'argent, au rhou pommé et arrache de sinople, entouré |iar la tige d'un serpent d'or, la léie 
en haut. 

Bèiidtnce : le cbAleau de Rllly, près de Ponl-Levoy {Loir-et-Cher1. 



DE CHENU DE THUET. — Celle famille esl aujourd'hui représenléo 
par MM. : 

AniUEN - Louis - Joseph , et Henri -Émh.e DE CHENU DE THUET, 
fils de t J.-B.-Adrie>' DE CIŒNU DE THUET, ancien officier à Tarmée 
de Condé, chevalier de Saint-Louis et du Phœnix de Hohenlohe, elc, el 
de Marie-Victorine Archambaud des Chaumes ; 

Louis-Ciiarles de CHENU DE MAUGON DE THUET, oncle des précé- 
dents, ex-colonel de la garde royale sous Charles X, chevalier de Sainl- 
Louis et officier de la Légion d'honneur ; marié, en 4X44, à MaiukSlade, 
née en Angleterre. 

De ce mariage sont Issus trois lils : 

^ Amédkk. 
5" el Émi.K ; 
et une tille : 
Philippine. 



Charles de Chenu de Maugon fut tué à la bataille de Malplaquei à la téie du régiment de Saiiii- 
Sulpice, dont II était lieutenant-colonel. 

Jean de Chenu, troisième du nom, fut un des dix gentilshommes nomnés en 1500, par la noblesse, 
pour assister à la rédaction de la coutume du Berry. 

(V., pour l'histoire de la famille de Chenu, le Nûbiliaire de Bourgogne; la Thaumassière; Cour- 
cellis, t. XH, Additions, pp. 9 et 40.) 

Armet : d'or, au chevron d'azur, arrompagné de trois hures de sanglier de sable. 

lifnidence : Bourges (Cher). 



CIIO i\l 

DE CHERVILLE. — Ile-de-France. — Gaspahd-Josepii Ptscow DE 
CHER VILLE, officier supérieur de cavalerie, chevalier de Saint-Louis, 
de la Légion d'honneur, des Deux-Siciles et* de Saint-Ferdinand d'Es- 
pagne; né en n79; marié, en 4817, à Charlotte-Louise de Revieiis, 
fille de François, vicomte de Reviers, de Mauny, maréchal des logis chef 
des mousquetaires, et de Suzanne de Bruet. 

De ce mariage est issa un (ils : Gvspard, ne en 48f9. 

Marie-Hélène DE CHERVILLE, sœur du précédent, née en 4785; 
mariée, en 1815 ^ à Louis-Marie D*E^FEK^AY, comte de Pombellanglk, 
capitaine aux ex-dragons de Penthièvre. 



Famille dViginc allemande, établie en France vers l'an 1500, dans la personne de Pescow, oriicier 
(le lansquenets, qui devint seigneur de Cherville, etc. Elle |K)ssédail le flef de Belleville, près Paris. 

(K. Armoriai de t'IlMie-France, de Dubuisson, t. U, p. 60; Grand Armoriai de la Sobktse de France^ 
;iu nom Pkcow.) 

Armet : d'argent, à trois chevrons de gueules, au chef d azur (barge de troi:» étoiles d'or. 
RitideHce . Paris, rue des Petits-Hôtels, R. 



CIIICOYNEAU. (K. dk Lavaleite.) 

DE CHOISEUL(I). 

Bka.xche de Praslin. — Le chef aciuel de la branche de Praslin, au- 
jourd'hui la seule ducale dans cette maison (2), est Uugoes-Charles- 
Laore-Tiiéobald de CiioisEUL, duc DE PRASLIN, fils de f Ciiarles- 
Ray.\ard-Laure-Félix, duc DE CHOISEUL-PRASLIN, pair de France, 
et de Chaklotte-LaureOlympe le Tonneuee de Breteuil, aujourd'hui 
duchesse douairière; né en ^804, député en 4858, marié, en 4825, à 
Fam.ny Sebastiam della Porta, fille d'Horace comte Sébastiani, ma- 
réchal de France, ancien ambassadeur à ï-ondres, etc., et d'Anloinette- 
Françoise-Jeanne de Coigny. 



(1) La branche de Choiseul-Beaupr(^, actuellement branche alnèe de la maison de Cboiseul, est au- 
joord'hai représentée par Auguste, marquis de Choû^eul-Beaupré, ancien aide major de la garde royale, 
maréchal de camp, etc., etc.; et par son frère Xavier, comte de Choisenl-Beaupré, ancien préfet de la 
Corse. Depuis 1830, il est consul à Cbarlestown. 

(2) A la mort de Clande-Antoine-Gabriel. duc de Choiseul-Stainville, lieutenant général, etc., etc., 
drct^dé en ISM, ne bissant qu'une Aile, Stéphanie, mariée i Philippe^abriel, marquis de Marmier, ^on 
tiire durai, en vertu d'une ordonnanre du roi du 15 mai I8f8, a été transmis à son gendre, aujourd'hui 
«lut- de Marmier, députe, ru . 



GS CHO 

lk> re nuriage sont issus : 1° Makik-Lauke-Isabelle, née le 19 sepirmbrc 18i6 ; 

^ Chablotte-Louise-Cécilb, née le 15 juin I8i8; 
3^ FANsT-CiSARiHE-BERTHE, uéc le 18 févrlcr I8r>0; 
4° Alicb-Jeanne-Flavie, née le 22 août 1831 
Bf* Mabie-Martbe, née le lOjoillet I8SS; 
^ 6° GASTo.f-Loois-PmLiPW, né le 7 août 1854; 

T* LÊoNTixK4jkURE-AocusTii(E, née le 18 octobre 1835; 
8® Eogène-Artoi.xe-Hobace, né le S3 février 1837 ; 
9° ANToiNE-UBCTOR-RiTNAin, Hé le 27 Jaio I8S9. 

Hiiideneet : le rbAleaa de Vaax-Praslin ; Tbôlel Sébastiaui, me da Faoboarg-Saint-llonoré, 55. 

Frère : Edgar, comte DE CHOiSEUL-PRASLlN, né en 4806, marié à 
(«EORGiNA, fille du baron de Schickleu. 

Hé»idânc€ : Pbre Yenddme, 47. 

'Sœurs : T N... DE PRASLIN, mariée au marquis Henri dIIarcoi ut, 
fils aîné du duc d'Harcourl; décédée le 29 novembre 4845 ; 

# 

2** RiciNE DE PRASLIN, mariée à Marie-Ëdouard, marquis de Pok- 
tevès-Sabran, héritier du tilre de duc de Sabran en vertu d'une or- 
donnance du roi du 4 8 juillet 4 828 ; 

3'^ Laohe-Genbviève-Màrie DE PRASLIN, mariée à Charles, marquis 
DE Calvière-Vezenobre ; 

4"" Maboobritb de PRASLIN, mariée à Hector, comte de Bbar>. 

Cousin : Albéric-César-Guy, comte DE CHOISEUL, fils du comte 
IlippoLYTE DE CHOISEUL, né en 4787, marié, en 48 H, à N... d'Hëi;- 

BOUVILLE. 

Cousine : Marib-Nicolette DE CHOISEUL, sœur du précédent, née 
en 4789y mariée, le 25 juin 4807, à Augcstin-Marie-Élie-Chables de 
Talletrand, duc de Périgord, grand d'Espagne, etc., etc. 

Grand-oncle : Cesar-René, comte DE CHOISEUL, né le 45 mai 4779, 
marié en premières noces, en 4806, à Aiiélie-Cécile-Charlotte Mal- 
coNVBMANT DE Saimtb-Suzanne, et CD deuxiémcs noces, en 4846, ù 
Catubrine-Imnocemb de Rougé. 

Ou premier mariagaaoot issus : 1** C<sa»-€oiibiitiii-Fbrri, Yicomte de Choisbol, né en «808, 

marié, en 1852, à Jearhe-AdélaIdb-Valbiitihb de la Cboii de 
Castubs; 
V LiA-MABii-RtffiiRB DE Choisbdl, née en 1810, mariée, en f8S7, 

ao comte Léok db Cboiseul d'Aillecocbt ; 
^ ANTOiifBTTE-llARiB-LoiisB DE Cboissdl, née eu 1819, mariée, le 
97 septembre 1839, an comte Gbobges de NtoOHCRBL. 
Dn second mariage est issoe : 1° CLOTiLDE-ELionoRE-JosftPHE-MARiE de Cboiseul, née en (891. 



Roger de Cboiseul, croisé en f 096. 

César de Cboisenl, fllleol du doc de VendôoM, fat maréchal de ramp en 1688, goavemear de Turin 
fi lieuienanl général en 1641, et maréchal de France en 1645, Il mourut eu f67IL 



CLE 6tf 

Cbuiteik CboU«ul riii,ca lui, itiu-nldeiamMatc rtJ«lcur<leCuIo|iie,i:iniun'hildc rnaru 
m «M, chcTilitr ie Siinl-Loub i II crcallDi ilt l'ordre, 

AiloiM-Clerladu il« CboLiMi, tfdWTfqu de Bounton su ITSI, fal ■«>>« nrdiul ra im. 

EUcBDC-Prautou de Cboluil [ N. \t diu de Cbaiwiil, langtempt premier mliiure was L«Db XV ) 
[ni ctactilier de* ordres du roi. Ueoreiuiil grntnl de lea irmëei, pilr de FraiiM. ehCTilirr de li 
Toluii d'or, fouTemeiir el lleueBiDl géaéril de \t pro*iiiM de Tonnine, «oIodcI di rffiDMirdn 
Itrdes HbMS, niuliire Mcriulre d'Eui dei tiïiirea éinoitre», de'li mirine, de \t inerre, etc.. Ht. 
U nanrot en tTU. 

Uur-Cilirlel de CholKiil fol dtenllrr des ordre* di roi, pair de Fnue, [lealeual ■(atnl, miiit- 
ire uttéMn d'Eui datiïiireièinDsèra, palsde liDUrloe, eic.,eU:. llfui créé duc dernsJIneo 

<ni. 

{ V., pour L'kiskilTe généal. de celte Fapillle. U CbesuTe de* Bob, I. IV, p. m « luiv ; le l>. ah- 
&el«, Korio. Coarcellet, eK. «n. J 

Arma : d'iinr, i !■ croii d'or, rouroniiée de dli-hott ïlllello du mdne, s fostts tl Miloir dan« 



DE CLERHONT- TONNERRE. 

r Branche ducale : Le chef acUid de celle maisop est Aimé-Habib- 
Gaspabd, duc DE CLERMONT- TONNERRE, né en HSO, entré à l'école 
polytechnique en -1798, puis officier d'artillerie; fit les campagnes d'Alle- 
magne, d'Italie et d'Espagne. Chevalier de la Légion d'honneur en 1807, 
lieutenant des mousquetaires gris et chevalier de Saint-Louis en 1814, 
maréchal de camp et officier de la Légion d'hcmneur en 48t5, pair de 
France et commandant la brigade des grenadiers à cheval de la garde 
du roi la même année. Une ordonoanco royale du Si août 1817 attacha 
le titre de marquis à sa pairie. Ministre de la marine le 4 décembre 4824 
et grand officier de la Lésion d'honneur le 24 août 4822, chevalier de 
la Toison d'or et grand-croix de Charles 111 d'E^wgne, ministre de ta 
guerre le i août 4824, et retiré de la chambre des pairs depuis 4850. 
Ifarié, le 8 mai 4814. à Charlotte deCakvoisin d'Acbt. 
Ot tt niriice tmit bMs : l> AoM, nur^tta M Cli*»i<t-Toiiiiikk, aé tu (MI, narié ) UciiE 
M CLnaeiiT.||aiiToiso:<. oée en ISM, la demUre de la braoetae ; 
I> JiLU, prince k Ciiiiio^il-TaiiKEKM, né en tMt, Marié t LtomiK» 
M CniiLoMlledauarqnlsdeCrlllDii.ialr deFriMceldeCarollu- 
LoalM dVertoaiirie ; 
V AlMHUwi». M n (SI* : 
t*AriiA»,DéealPM. 
fli'udnm .' IMnt ri k' --nilMii de r.liH>llr« (Knrr). 



70 CLE 

2° Comtes de Thuury. — Le chef actuel de celle branche est Amédée- 
Maruc, marquis DE CLERMONT-TONNERRE, comte de Tiiouby, colonel 
d'état-major, commandant en second l'école d'application du corps royal 
d'état-major, mis à la réforme en août 4850; élu membre du conseil 
général de la Somme aux élections de -1855, réélu en -1843 ; membre de 
la Société asiatique dont il fut un des fondateurs en 1822, il a fait im- 
priiner, en \ 820, un alphabet arabe et un abrégé des conjugaisons arabes 
écrits par EUious Bocthor. et, en 4828, le Dictionnaire français-arabe du 
même auteur. — 11 a épousé, en 1804, Françoise-Henriettc-Marie-Louise 
DE Vassimbac d*Imécolrt. 

De ce mariage sont issus : i^ f AaÉDÉE-MARiE-Fr.iiDiRAND-TiiÉoDCRE, cuiuie de Clerhunt-Tun- 

KERRE, né à Paris, le 33 a\Til 1805, décédé à Benanglcs, le 83 juil- 
let 1832. 

29 AMÉDtB-CHARLES-FERDINAKD-TBÉODORE, comte DE ClERMONT-ToN. VERRE 

etdeTRocKY, né le 19 juillet 1807, nommé, eu 1830, attaché aux am- 
bassades et légations du roi, marié, en 1834, à Polixene-Marie-Jo- 
sÉPBiNE-ViRGiNiE DE WiGifAcouRT, llllede Adrien-Anloine-Marie, cumte 
de Wignacourt, et de Gharlotte-Marie-Josépbinc de Carnin. 
De ce mariage sont issus : 1° Adrien-Marie-Amédëc-Eilenne-Artbnr, 
né à Toumay, le 36 décembre 18S9 ; — 3° Amédéc-€ésarine-Ma« 
rie-Louise, née à Bertangles, le S6 mars 1855; — 3° Marie-Cbar- 
loite-Amédée-Vicloire, née à Tournay, le 2 février 4858;— 4° Amé- 
dée-Marie-Blancbe-Bertbe-Alix, née à Tournay, le 27 février 
1841. 
h" t Am£d£e-Artbir-Ferdinaiid-Théodors, néi Bertanglcs,lc 35 décem- 
bre 4814, décédé à Paris, le fOmars 4845. 
40 Ahédée-Gédéor-Ferdinand-Théodore, né à Bertangles, le 20 sep- 
tembre 4814. 
5° AHÉDéE- Louis- Acguste- Anatole «Sosthènes, né à Bertangles, le 

29 août 4849. 
(fi Ahédée -Théodore -Henri- Armand -GÉDéoN, né ii Bertangles, le 

33 avril 4834. 
7^ Amédéb- Marie -Ferdinande- Théodore -Philippine, mariée, le 
41 janvier 4851, à Alexandre-Eccène-Gdstavb db Betz. ( V. ce 
nom.) 
8° Ahédée-Emmancelle-Garoline, née à Bertangles, nommée, en juil- 
let 4839, cbanoinesse de Tordre de Sainte-Anne de Bavière, mariée, 
le 5 octobre 48t3, i Auguste-François-Hcbert de Maillart, mar- 
quis de Landrbtille. 
9°AMÉDÉB-MARiE-THÉoDORE-ArKARD-CHARLorrB, née à Beriangles, ma- 
riée il N. DE Geoffroy du Rudrbt. 
10<* f Amédéb-Marie-Tbéodorb-Lolise, née à Bertangles, le 33 avril 
1824, morte, à Paris, le 14 avril 1825. 

Biiiiencet : le cbâteau de Bertangles (Somme), le château de Bragny (Narne\ Blancbamitagne et 
Miilandry, près de Carignan (Ardennes), Amiens, rue Royale, 61. 



La naison de Clemiont-Tonnerre lire son nom de l'ancienne seigneurie de Clermont en Pauphiné, 
^'une des grandes baronnies de ce pays. Clermont était la première; venaient ensuite Sassenage, 
Mootmaur et Bresï»ière, alternant avec Maubec. 

« LoiM|u'en 9«5, (dit M. B. d'Haulerive, Annuaire de 18t5, p. 115,) le'^ Sarrasins furcnl dé- 



COL 71 

ûniiivcnieiit expulsés, le Dauphiné se troavaii partagé en plasieurs petits Etats, qai s'agrandirent 
bientôt après des débris du royaume d'Arles, comme d'autres se formèrent des débris de la Bourgogne 
Iransjarane. Les rois de Germanie ei les chefs de l'Empire, après avoir inutilement tenté de rédoire ces 
petits Etals, leur accordèrent les droits de régale et tous les attributs de la souTeraineté, dont ils 
jouissaient de fait depuis plusieurs générations. Les litres de rois d'Arles et de Bourgogne que les em- 
pereurs continuèrent de porter, ne furent plus que de simples qnalillcations honoriflques servant à per- 
pétuer le souvenir d'une puissance qui avait cessé d'exister. » 

« Les nouvelles principautés furent fondées par le clergé et la noblesse, défenseurs de la religion et 
libérateurs du pays. L'arcbevèque d'Embrun et l'évéque de Grenoble gouvernèrent sons la dénomination 
de princes. L'archevêque de Vienne et les évèqnes de Valence, Gap et Die, sous celle de comte. Parmi 
les princes laïques, on voyait figurer les comtes d'Albon, devenus dans la suite dauphins du Viennois ; 
les comtes de Savoie, de Vjlentinois et de Diois ;lcs barons de la Tour-dn-Pin, de Clermont, deSasse- 
nage et de Montauban : tojs ces princes marcliaienl de pair, sinon en puissance, du moins en autorité. 
Tous avaient leur cour, leurs liarons, leurs armées, leurs tribunaux, et usaient des droits de pleine 
souveraineté dans leurs domaines, s 

Aynard de Clermont, deuxième du nom, en faveur duquel Hnmberi II, dauphin du Viennois, attachait 
héréditairement et à periiéluitc, par le traité du 30 juin IS40, à la possession de la barounie de Cler- 
mont en Viennois, la première en Dauphiné, les charges de grand maître et de connétable, cessions rati- 
fiées par lettres patentes de Charles VUI, données à Lyon le 39 décembre 1495. 

Antoine, troisième du nom, créé, en 4551 , gnind maître et réformateur général des eaux et forêts. 
C'est en sa faveur que, par lettres patentes du mois d'octobre 4547, enregistrées en la chambre des 
comptes de Grenoble, le 84 décembre suivant, le roi Henri II érigea en comté la baronnie de Cler- 
mont en Viennois. 

Henri, comte de Clermont-Tonnerre, élevé à la dignité de duc et pair, par brevet du roi Charles I\, 
donné à Rolrou le i^^ mai 1574, mort avant l'enregistrement de ce brevet, ne put transmettre son titre 
à ses descendants. 

Annet de Clermont de Chaste, chevalier de Malte, en 4604, commandeur, en 4623, grand-maltre de 
l'ordre, le 9 février 4660. (K. l'abbé de Vertut, Histoire de Malte; LaChesnaye des Bois, t. IV, 
p. 634.) 

Gaspard, marquis de Clermont-Tonnerre, maréchal de France, obtint de nouveau l'érection de la ba- 
ronnie de Clermont-Tonnerre en duché-pairie, par lettres patentes du roi Louis XVI, en 4775. 

Anne-Antoine-Jules de Clermont-Tonnerre fut comte^vèque de Chilons, pair de France, en 4782^ 
député aux états généraux, en 4789, créé de nouveau pair de France, en 4844, archevêque de Toulouse, 
en 1830, et cardinal en 1893. 

( V., pour l'hidloire généal., Moreri et le P. Anselme; La Chesnayedes Bois et de Courrelles, 
t. VII.) 

Armei: De gueules, à deux clefs d'argent passées en sautoir. 

Dnite : Etiam ti omnet^ ego mm. 



DE COLBERT. 

Branche atnée actuelle : CHAnLEs-ÂNroiNE-YicTuitMEN, marquis DE 
COLBERT- M AULEVRIER, capitaine de cavalerie en non-activité, fils 
d'ÉnouARD-VicTURNiEN-GHARLES-RENÉ DE COLBERT, comte de Mau- 
LEVRIER, maréchal de camp, et de ânne-M%rie-Looise do Qobngo de 
Crenolle; marié, le 4 juillet 4829, avec Marie -Louise- Martiemne 
GuiGUES DE MoRETON DE Chabrillant, fille d'Aimé-Jacques-Marie-Con- 
stant, comte de Moreton de Chabrillant, et d*Alexandrine- Françoise- 
Eugénie4oséphine-01ympe de Choiseul-Gouffîer. 

De ce mariage est issu un fils, né en 483i. 
RèsfiJence : le château de Maulevrier (Maine-et-Loire). 



7Î CON 

Frère, issu d'un second mariage d'EoouABn-VicTURMBii avec Paulikb- 
Jeahne-Hbnbiette lb Clbrc db JuiGNii, en date du 19 avril 1812 : 

RbnéOlivibr-Victdrnibn de COLBERT, marié, en juin 4SS7, à 
Aliénor de Dubfobt-Civuac db Lohgbs, flilfi du duc de Lorgcs et de 
Clémence de Jaucourl. 



riifCMiinluu 


: 1» JiAXni, 


néelcfljul. 


mut; 




1° H:IKGUI 


«iTi. Bét le SI jiDvIcr mi- 


r.-K(UllCindc 


Vlll(r«l {MilDt-tt-Loin 


')■ 



Deuxiètnebranche: Alexandre-Loi] is-GrLBERT, marquis DBCOLBERT- 
CHABANNAIS, né en 1783, créé pair de France le 5 novembre Ili37, a 
épousé Aglab Sblrhot ns Guilleviku. 

A cette branche appartient le comte ÉoouAnn DE COLBERT, lieulo- 
nanl général. 

fUtUam .- le cUma de Cbibjoubi (Cbareilc). 

Celle iMbon ■ foani, dBjiali LoiiiXlV.qotire iii[iiliim«twcrriiilr»il'ei*t. rln^ imbiNudeurs ri 
niilMrea pltnlpctcilliirea, linglcl iniéMnM de icrte, irais ie» aimres niTiile*, un fcnfnl int'- 
l^nate Hlll«. dMI dtenllm tt ^mimxmBmitaniesonmia rai, ih^ui irrbeitqnnd» Boarn 
et <■ ToahnM, qutcc évfquM. DiiU(Mi« lonfiif aM'lf, qaelqMa noms doiienl [nrllulitrciienl m- 
*0ftlr. 

l^fFitiGolken, iilBUireil«pEl«t61l juqu'cn (MS. 

Umi(q*l> de SagMi*!, wnll'i, niniMicde linurlile. 

El lemqalii de Torcr.mliiiUredH trralrcstlraDgtrm, qui «uL rhnnnmr de f>ré|iirer c l dt <l(nrr 
leinHéfUiredM. 

(C, pow ruslotre gèn^l., d'Hotler; U Cbesniie rln Boi»; Caurccllm; Laine, ne . Hr.', 



DE CCWSTANT DE REBECQUE. — Picanlie. — Le chef actuel de 
ceUeramilleestGDiLLAUME-Co.NtiTANTiN SEruouH DE CONSTANT, né le 
22 avril 4TS5, Bis de Jacques CONSTANT DE REBECQUE, et de Catiib- 
RiHB Sbtmoub, fille du R. lord Francis Seymour, doyen de Bath et Welts, 
frère du duc de Sommerset «}; marié à Cti «huitte-Josëpiib Ahdres de 

[ ) Alllie * plaiieiin lulviiK Muimiim, rtue gnnile maiion de SFjmiiDr 
enlnailmlllulnlio», relie if tooniir nn régent >d ruyiamc itr li nrinrlr-Brr 
fmi-ite, pendinl la niuiTli^ ilT^nuaN VI, nnii iictcd. 



COR 7S 

CuUKTEviLLE p'HooicQ, Hlle de Jacques- Antoine- Alexandre Ardres de 
CourleviUe, comte d'Hodicq, officier général, ancien colonel commandant 
des grenadiers de France, député de la noblesse de sa province aux 
états généraux, et de Harie-Charlolle du Chambge, fille de Pierre-Fran- 
çois, chevalier, baron d'Elbebck. 

De et miriigf sont Iisdb : i" EnaoHB-SEiaonii at CanTini n Riiuwii, nf te U ivrll iim, 
flèic de l'rcole mitiuiK de Silnl-C|r. ihiIb larde da anps iim li caiii- 
F»gn)e de Ncuilles, Mi»ché i ]*lnieiidinu nillulre, et reiupliiujiii \cs 



llUtlnliKo: 

Hagflcs cl OU de Heberque doniièreni, eu lOM, dea iirrom ^i ivlnunin de mleur dam 11 u-nr 
uiile iifi ils avaiepl soivi les \t\na:i H cbevjllers rrolsr*, <|De Hntues t 'd1 liii lirince du dillraii 
d'Alirahsn [Antlf fitmnitt, de Vin Nejden, da tliiaaine reiii t\ d'Aolieri Htrr). 

AalDitie Consunl de llebcfqoe, genlIllMintiie de l'empereir Cbirles-Qulnt, quiliOt bjron par ce 
r<iiKe, ei|>lMlie ta trttaen de ta orduiuncet, j'enitanjui ■'« wl empefeur pour l'EsiHgoe, eii 
ISIT, elle silill daai luiles ses (iirrres, ITonis el a Alger. Il (m lu^i ]i Inuillrde MulbiTg.rii 

ISII. 

JicqDi'i CiiDSlaDlde Het^cqoe, se en 1Tt9, aide de cimpdi dur. de BninswiFk, fui Urssè ani rdlrs 
rie re prince ao Eiége de Verdna. Hiliiianl |irps de Coblcnli, mhi (hUeaa sertit (h' refu(eaa\ imipes 
friselis qui se iraDiilFUI uus resxxircF. Il cslle|>ère du lorou aciiei. 

{V., ponr nilsbiire ïtaCaloglqiie de relie maisoa, les j<*u(et famaidtt, de Vjii Hi-ydop, dn rlia- 
noiaePelil. d'AdlterlMeiy: Munstreleli Smlt^de Velinghen; llariimliiT de li Uorlirr^i iiCImnaïc 
des Buis, L SU, p. •, anicie de DeM'fie. ) 

Armeè : eosp^, ei cker d'ine ilgle tplojée, de silile tt ttaaif d'ai tmi, et ei iiiiuie d'or l dcui 
lioni c4HiraiiD^ d'iiar, armés et lanpassés de gneales, iriuul use cpiY liaule en pal. — l,i-% 
amca anolrei uul celles de Coineiiiird'HiMlkq. 

lUëiiInce :\e chlleau de la CtrrniieduTiin'. im-fd'.tlilso^ili' ru l'niiiliiru (S.>innH'i. 




DE CORBEAU DK VAULSbRBh — Dauphme — Fiia-içois-Mahie, 
marquis DE CORBEAU DE VAULSERRE, né le 15 juillet 1773, lieute- 
nant-colone) d'infanterie légère, chevalier de Saint Louis et de plusieurs 
ordres étrangers, est le chef actud de cette famille II fit les campagnes 
de I7»l à I7'.t7, sous Ip prince de Condé Major des cbasseurs de Halte, 



74 COR 

il fui blessé ù la prise de cette tle en 4798; major d'état-major aux 
armées royales de TOuest, en 4799 et 4800, il remplit plusieurs missions 
auprès du comte d'Artois. Il a épousé, le 47 août 4840, Gabrielle- 
LoiJisB-LAcaEMCB DE LA RocHELAMBBaT, fille du comtc de la Rochelam- 
bert, et de Charlotte-Marie de Dreux-Brézé, sœur du marquis de Dreux- 
Brézé, pair de France, chevalier des ordres du roi, et ci-devant grand 
mattre des cérémonies. 

De ce mariage sont issns : 1^ f MArRicK, né en 1811, décédé en 1813 ; 

2° Marie-François Cbarlr», comte de Corse ac-de-Yaclserre, m* le 

29 mai 4821 ; 
^** Théodorike-Narik-Arna ; 
4" Aimée-Henriette-Marie; 
S** Hbkriette-Gabrielle-.Marir; 
0** Marie-Joséimune-Clémrkce. 



Guillaume de Coit>eau était goaverneur de Vienne, eu 1480. 

Antoine de Corlieau, député de la noblesse du Daupliine à la cour de France, obtint, en I7S4, du roi 
Louis XV, l'érection des seigneuries de Vaulserre, Saint-Albin, Sainl-Maitin, Sainl-Uueil, Voissane, 
en marquisat, sous le titre de Corbeau-de-Vaulserre. 

(T., pour l'bisloire généalogique de celte famille, la Chesnaye des Rtiis, et VlUttoire du Datiphitié, 
par Chorrier.) 

Armet : d'or, à trois fasces de sable. 
Rènience : le cbSieau de Vaulserre (Isère.) 



DE CORDA Y. — Normandie. — Le chef actuel de cette famille est 
Jules-César DE CORDÂY, né en 4784, marié, en 4845, à Aglab de 

PosTEL, auteur de poésies estimées et de plusieurs ouvrages en prose. 

t. 

Frère : Julbs-Fbbdbbic DE CORDAY, né en 1788, volontaire dans les 
gendarmes d'ordonnance de Tempereur en 4806, sous-lieutenant au 
9* de chasseurs à cheval après la paix de Tilsitt, a fait toutes les cam- 
pagnes de Tempire, tant à l'armée de Naples qu*à la grande armée, jus- 
qu'en 4 81 5, à Waterloo ; a fait la campagne d'Espagne en 4 825, en qualité 
de capitaine commandant au 5* chasseurs; a été nommé chevalier de 
Saint Ferdinand de 2* classe, a reçu la croix de la Légion d'honneur en 
4844 et la croix de Saint-Louis en 4824; est rentré à cette époque dans 
ses foyers couvert de blessures. — Marié, en 4820, à Gabrielle-Rosalie- 

CbLBSTINE de MlLLBVILLE. 

De ce mariage sont issus : 1° r.ARRiELLi-AMÊLiE i>b Cordât, née en 48t2, marii'e à Krt.<:NE de 

Chalrnce, avocat ; 
2PMarie-Mathilde de Cordât, née en 1831. 

Marie-Jacqueline Charlotte de Cordav apiiartenait k cette famille. 
AfMef : d'azur à trois chevrons d'or. 
RMi€Mce : le Beandrjr, prés Veroeuil (Eure). 



COR 75 

DE COHDOUR. —Provence cl Dauphiné. — Cette maison est aotuclle- 

iiicnt représentée par Louifr-AnDRÊ-JEAK-RAPHAEi. , marquis DE œB- 

DOUE, officier de la Légion d'honneur, député de la Drdme en 1820 

et 1827, pair de France le II septembre 1855; marié, en I7a9,à MiHie- 

Al(.\E-J(JI.IE'VlCTOIRB-G*R0LINB jACQtlBUET DE SaI^T-G BORGES. 
Di ce mniafi MM tuus plniiean eutiou. 

(V.poir l'kliloin Ktiteloglqiie de «lie bmiWt. I>iibi)n-Cunh. I. I;I) Ciaiajc des Buim. V. 
p. IIS; ArUlMil, I. r', p. IK; Saim-Alliu, I. Il, p. «g, «I I. VI. (i. 57, CIc.) 
Amat : fatal, 1 l'oari d'irient d«baii[, leniDl dam stsdeui |<aircs un mundecroiMllï d'or. 
lUtlifa : nu de Vidgirinl, SO. 

DE CORHENIN. - Orléanais. — Louis-Harie de la IIavb, vicomte 
DE CORHENIN, né à Paris, le fi janvier I78S, auditeur au consdl d'État 
en janvier 1810, maître des requêtes en 181 5, baron par lettres patentes 
de Louis XVIIl en 1822, vicomte par lettres patentes de Charles X en 
date du 28 janvier 1826, député du Loiret en 1828, démissionnaire en 
1830, réélu en 4831, et actuellement encore membre de la chambre des 
députés; auteur d'un grand ouvrage sur le droil administratif, publié 
en I82K, rtimprimé trois fois depuis, et des Études lur les Orateurs 
parUmentairet, publiées sous le pseudonyme de TtHOH. 
Dt MB auri>|e »ec K... Gillit «m Ixsa an »\i. 

Arnut : de i^inople, i It fiue d'irfcnl, chirgre d'une merlrlfe da chini|>. 

lU'Uaut : Pitis. vlirc de la Madeleine, « ; domicile iwliliqoe, Juigny (ïohik;. 



DE OORNUUEtl. — Bi-elagne. 

I. Braiiciie db Vaik. — Le chef actuel de cetl& famille est Jea-n-Tous- 
SAiirr-llippoLrTE, marquis DE CORNtILIER os Vais, né en 1789, lieu- 
lenant-K»lonel de cavalerie, démissionnaire en 1830, chevalier de Sainf- 
l^uis; marié, en 1824, à Hervine db SBSMAIso^s. 



7G COU 

II. BnANCHE DE M CARATEhiB. — Henriette-Rose DE CORNULIER 
DE LA Caratbrie, fille de -{- Ghaelbmagnb-âlbxandre-Rbné-Augustin 
DE CORNULIER de la Garaterie, et de Paolinb le Mallier de Ghas- 
sonville; mariée^ en 4859, à Victor, comte d*Escrots d'Estrébs. 

Arnaud-RbnA-Victor DE CORNULIER de la Caratbru, eonsin gemnin de la préd'desle, aé eo 
1799, fils d*ARifADD-DÉsiiiÉ DE CORNULIER, frère de Cbarlehagnb, décédé enlSSO, etdeGABRisLLB 
DBS Fricbbb-Dobu ; marié, en 1815, 1 Emile de Blocqoet de Wismbs. 

Aogustb-Lodis-Maiub DE CORNULIER de la Caraterib, cousin i^rmaln des précédents, né en 
481S, ancien page de Charles X, fils de f Loois-Augostb D^ CORNULIER de la Caratbrib, frère de 
Charlemagne, et d'ADtLAlDE DE l'Espinat. 

Frère et sœor du prêchent : 

I* Hekri- Victor-Marie ; 

3° MARiE-ANNB,iiée le l**" avril l8Si; nariée, le II octobre 1848, à RENi-FtLn, comie de Romain. 

III. Branche de Ldcinière. — Ernest-François-Paulin-Théodore DE 
CORNULIER DE LuciBiiÈRE, officier de la marine royale, fils de -{- Jean- 
Baptiste-Brnjamin-Théodore, comte DE CORNULDSR de LociMfeRE, 
et d*ANNE-HENRiETTE d'Oilliamson ; marié, en 4855, à Charlotte-Ger- 

MAINE-NbALIE de la ^IIRB. 

Frères et sœurs : 

I* ALBERT'HBNRi-HiPPOLTTE,'ancleniprdedD corps, marié, en 1855, à Céleste-Claire de Couetds; 

^ ALPHONSB^EAN-CLACDE-RBifÉ-TntoDORE, officier de la marine royale, marié, en 185^, à LocL«iE- 
Eusabeth-Cbarlotte de la.Tour du Pin Cbambly de la Cbarce ; 

S'Tbéodore-Cabriel-Beiijamiii^barles, marié, en 1840, à Marie-Cermainb-Carourb de Sailly; 

4* Marib-Alfred-Ernest, né en I8ti, officier ans* bataillon des chasseurs à pied; 

5* Antoinette, comiesse-cbanoinessedn chapitre royal de Sainte-Anne de Munich, veuve de Locis- 
Henri-Robert DE Grakdville; 

6^ HiLÉNE-ANNE-MARlB. 



Claude de Comuller obtint réreciion des terres et seigneuries de Chàteanfremont. (F. Anetz, et, 
en marquisat, sous le nom de Chàteanfremont, pour lui et ses héritiers, par lettres patentes du mois de 
décembre 1683, enregistrées en 1691). 

La maison de Comuller a fait ses preuves de noblesse d'ancienne extraction anx réformations de I4S7, 
I4i9, ISIS et 1668. 

(F. la Cbesnaye des Bois, t. VI.) 

Armes : d'aïur, à la renronire du cerf d'or, surmontée entre le bois d'une hermine d'ar|;enl. 
Hétidences : Nantes, Lorioul. 



DE COSNAC. — LfiQguedoc. — Cette maison est aujourd'hui repré- 
sentée ainsi qu'il suit ; 

4° Daniel-Joskph-Aliiakdm, marquis DE COSNAC, ancien officier 
de cavalerie, marié à N... di Griftolet. (Sans enfants.) 



De et ntrlige son) Itui : !■ GtMiiL-JitLBS, né «n lt(>; 

t^UAiiii-CHiiLioni-OcTtTii, marléf àN. IctIcobIc iiCiAtTiR 

S° KEMiiiiiKD-Locru-Dinui, né en MM. 
UtUtacu : l'Mii, \t% (Uuau te Bernic A il Pii (Corrtu). 

5° LoDis, vicomte DE COSNAC, marié à Suiaiinb db Csiffolit. 



78 COW 

Ëlisabbth-Loliisb db Halide, décédée en 1818, et en secondes , noces, 

en 1828, à AoGUSTiitB db Bkuc-Sight. 

Di lireBicr narllgc uni lliu pliuleitr) cnfinli. 

ir.,|NW[riiislnircgrD^L de («Ue (imUle, Cooraelir». I. Vi, iMc, tic, elt.; \i Oiisiuje des U«iSi 
'eP. ABWlnei etc., «if.,erï.i 

ilnut .- d« si)il«, i Irols litti d'nr ilrncbto CI ]i pirliï inferttnrc. 

lUiUMCa : PtrïS M L« chltMO de Brïssac (lbln»«l-Lairf). 

DE GOURTIVRON. - Le chef acluel de celle .fomille est Lduis-Piii- 
LippB-HtKiE LE CoHPAssBDB-CRÉQDt-MoiftPORT, œarquis DE GOURTI- 
VRON, (ils de -}- Antoine-Niculas-Philippb-<îaspabd Tan»egut, marquis 
DE GOURTIVRON, et de STANisi.As-GHnisTi%E de Glbuhunt-Tomierdk : 
né le 51 mai 1781 , chevalier de Malle de minorité en 4783, officier su- 
périeur en 4814, député de la C6le-d'0r en 1821, maire de Dijon de 
1821 à 4830; marié, le 27 mai 1812, à Aruande-Gonstance ue la 
Pallo, fille de Gharles-Joseph, comte de la Fallu, et de Anne-Marie de 
Miroméoil. 

De U Duniie Bom tssis ; <° CuUU'PHii.iFn-lfÀiui, qm a éixiutJ. le SI mai IMt. ioUnirt- 
Hmii-DCLpai» n Climost-Mont-Siii't-Jca» ; 
1° An][t-HiiiE-Ci.iiiA. iriricv, le 10 seplembrc (US, k Km] e Client - 
JusuH, marqaù de Vi 



Cliiidc U Conpisiinrobilii du ni Henri IV, Je II julllel I5U, dm Icilrts paieniee, pour l'erer- 
Lion d«s lorn de CoDriiiraii et de Tarut en baronDie. 

Fnotois-BerDird le Comiusseiir, preiidenl k nortiet lO parlenirnl de Dijon, en hiear dnqact 11 ba- 
raoïie fut trigie ei nutqnùal, |ar leiira paiemes de IBII, enrefiEiires t> Dénie mate lu parle- 
nenl el ï !■ tkambre des conples de BiMiiti>gne. 

bsiHrd, mniDli de CoHitliron, metlre de camp de cavalerie el elievalicrile Salnl-Louis i Tingl- 
Mpt au, (el, t OBU de »e> blesiaret, forcé de quitter le >er>lce,[iil plusiird uieiubrede l'Aridémii- 
des Kiences. et ■«uni en IT8S. 

[r., p«r ItiMoiK g^nhloglqiie de cette rinil!le. la Chesiuye des Buis, l . V. p «Jet saii ! Ci>iir- 
eellea, in-l*, t. IH; Uint, ArciitnUtltrlqtu. l. V;eu., eir.) 

Arma : mi-partI et coupé, au I d'ainr a truls compas nuveris d'or, au 3 d'or >■ creqnier de Bueii- 
les. Le coupi! d'aiort Irais bandeid'or. 



LOKI) GOWLKY, ambassadeur d' An);lcl<-ri-r. ~ Hesri Wkli.esi.ev, 



COY 7» 

baron COWLEY db Wblleblet, pair d'Angleterre, grand-croix de 
l'ordre du Bain, elc., etc., etc., est le plus jeune des fils du f comte ne 
MoRKiHGTON et de -{- lady Ahne Hill, fille de lord Dungannon. Il est 
frère du -^ marquis de Wellesley, du comte de Haryborough et du duc 
de Wellington. Né le 20 janvier 1TT5, ila épousé : 1° le 20 septembre 
t803, lady CbarlotteCadogan (ce mariage fut dissous par arrêt du 
parlement en 4810); 2° le 27 février 1816, lady Ghaolutte'Gboroiha- 
Augusta-Cbcil, fille aînée du marquis de Salisbury. 

Du |iri'iiilrr mariafr «uni isan : 

f Mrmlj-HiciiaK!!, iiélc<7]ulllcl (MU, niarii>, leSlMIolirc lt»,tOLiiii- 

Cecilh [>K Roos, SlJcde lurd Henri Fili-Gïrald, ri de CharUHiF, 

luroiiliï de Hmb; 
a° WitLitv. M^iiiiM dans J) mirine rojralc; 
V CHilLOTTiiluarice, le (Tniii 1831, i lord RuitnT GimscejiOK. iruL'^i^inr 

Bis du marquis de Wcslmlnsler cl de lidy Ëleaaar Egtrlun ; 
4° liliuLD (dins le* ordres ttaéi). 



Arma ; inndè mi I el * de gnettln', 1 li croli d'irgent, caiilannec dam rhaque 

lieunlide aiiait; luilel 1 d'or, an llnn nmiiant degneoles. 
hé'ûlnce: ItiAIel de l'ioitiusade d'An(lr[eiTe. rue du FaulMui^-Saiiil- Honora, H. 



DE COYNART. — Chables-Ratmond , cbevalier DE COYNAHT, né 
en 4 806, capîtaioe au corps royal d'état-major ; marié, en i 834, k Mabie- 
Kléonore, fille du marquis d'Andeiarre, colonel de cavalerie en retniile. 
De ce Burbge est Issae one Bile : Mtait u Cor^ARi. 

Frère : CnARLc^AnsÈJfE, capitaine au corps royal d'état-major. 

Sœurs : 1* Adrien >e-Marie; 

2" Ghablotte-Claihe, mariée à Charles-Vibnnut de Vaublamc. 

Mëre : N... Robert de L'ÊPtXAr, veuve de Charles-Louis DE COY- 
NART, capitaine de cavalerie, chevalier de Saint-Louis. 



80 CRI 

iiiaoiie eréurisr féatn] il» inties duniiniilM di France, ci prtu >■ rui Hnrl IV une somiM ilr 

Nltols» CojMrl, eheiiller. leifnïurdeli «ilmiisiin «des CodUim, foi raiiMillfr an pjrlemcnlifc 
Paris, CD IWS. San Dis EUeiiDC \e fal ^IciucdI,^!! <BTt. 

Dcp«i* Armawl ie Cofnarl, i|b1, en (eV7, èlai) otiuet au niiui«nt do roi, CfU« flnllle a suItI la 
eirrltrt des tnaes. 

{V., (naTl'biiivIrcdceeKefaBlIlc, l'/ndiulMr iuM(Mlrïded'Hoiicr;Cheïli:ardpêreeiCh«vlllird 
Dit.) 

Àrmet : de ni 
charge di 

KMiaiee : Dnm fEure-ci-Lolr). 



DE GRILLON. — Le chef actuel de celle fBmiUe esl M*bie-Géhabi!- 
LoDis-FÉiix-RoDBiGDE DE Balbb DE Bkbton, duc DE GRILLON, pair de 
France, Als de ■{• Fblix-Fbançois-Dobothée, comte, puis duc DE GRIL- 
LON, lieulenanl géaépal el pair de France, et de Mabie-Charlotte Caii- 
bon; né à Paris le ^S décembre )782, sous-lieulenaut de la (" com- 
pagnie des mousquetaires le 5 septembre 18U, colonel de la légion des 
Basses-Alpes en 1845, maréchal de camp le H août 1823, lors de l'ex- 
pédition d'Espagne; marié, le tS septembre 1806, à Zoê-Victok«iksne- 
Fbakcoise nB RiKHBcaoOAUT BE MoRTBHART, oéc Ic 10 juîn 4787, fille 
de Victumien-Bonaventure- Victor, marquis de Mortemart, el d'Adc- 
lalde-Harie-Céleste de Nagu. 

De a mariaie uni issus i 1" VlCIll«IllïEll>E-EllSlSTll>^ aiaux a Fammctun, marquis n Cb^hukt, 
d^lé de Lan: (Hmle-Sadiie) ; 



• Kiaii-VuiDHKiix 


m-Kitra^Ni 


E. mariée 


.le» m 


ni l»l,tS0STHEIiES. 


amie de CiiXALt 


ii-tis ; dame 


d'hoDiiei 


irdc S. 


A. H. msdiii 


M il dB- 


ebcud'Orleaiii! 














l[SI-VtLEKTi: 


<E, BUri* 




IDle Cl.ELIS 


Pouoni 






tutae. 


el„e.e. 


1 de l'ancien 


■mlHSsa- 


d«r de Russie; 






■ LWISE-VlCTVIlMi: 


.NE, marlie 


i VicToa 




e-Chaklh di 


: ItitMET, 


duc K Cinjulin ; 












■ JuLUTit, aarlte. 


lel»j«iiilB»,âaïis«oiiD, 


MiDledeLii 


IIS liltE- 



le Gasu«e. nurquia de Mirepulx, dnc de Sau Fer- 
nando L»ls, conme grand d'Es[api«, du ther de sa femme Charicuie 
de Monimorener-Lav»!, illle ei li«riiier« du dac de Liial. trabassadeui 
> Madrid, en ISU. 
RiiUnai : me de Lille, los, elia lerre deCrilloii (anclcniieiKBf de Boofllefs), prta de Be»ii?»is_ 
L'.rtoooaMi- flui a ransliluc If majorai fondé sur reil» i*oi«i*l* a wlnrisf te oUangeiMUl dr ni.ui. 



CRI '81 

Louis-Marie-FéliX-Pr( sptn, marquis DE GRILLON, frère du duc, né 
le 54 juillet 4784, blessé à Leipsick, sous-lieutenaut des chevau-légers 
du roi en 4844 f puis colonel et enfin maréchal de camp; marié, en fé- 
vrier 48^0, à Caroline-Louise d'Herbouville, fille de Charles-Joseph- 
Fortuné, marquis d'Herbouville, pair de France, dont, par ordonnance 
du 28 août 4828, la pairie fut déclarée transmissible à son gendre, et 
de Marie-Louise-Victoire le Bascle d'Argenleuil. 

De ce mariage sont issas : f ° Léontine, mariée, en février 1810, à Jules, prince de Clermom-Ton- 

KERRB, deuxième fils du duc de Clermont-Tonnerre; 
â° HARiE-LouiSE-AiiàLiE, née le 13 mars 18^, mariée, le 14 juin 1842, 
au prince Jlles-Armand-Jean de Policnac, lieutenant dans le premier 
régiment d'artillerie an service de la Bavière, fils atné dn prince 
Jules de Polignar, dernier président du conseil des ministres, sous 
Charles X. 

Bétidence : Hôtel deCrillun, place Louis \V. 

Branche des ducs de Mauon. — Laurb de Chassepot de Pissy, du- 
chesse douairière de Mahon, veuve de -J- Louis-Antoine-François de 
Paule, duc DE Mahon, oncle des précédents, lieutenant général et grand 
d'Espagne de 4 " classe. 

De ce mariage étaient issues quatre filles, dont aucune ne lui a survécu. 

D'un précédent mariage contracté en Espagne par le duc de Mahon , étaient issus : 

1** ScHOLASTiQVE, mariée au baron Achille Dulaurens. 
Bétidence : Avignon. 

2° Don Louis, connu d*al»ord sous le nom de marquis de SAiNT-PaiLirPR, 
et plus lard, duc de Ma bon, décédé en 184 1. Il a laissé de son mariage 
avec demoiselle N. Fischer Joly, une fille, née en 1859. 

Prindpnie» illustratioiu. 

En 1530, Louis de Berton, deuxième du nom, acheta de la famille d'Asluard la terre et seigneurie de 
Crillon, de laquelle provient le nom que plus tard ses descendants ont rendu célèbre. 

Francoift-Félix de Balbe Berton Crillon obtint l'érection de cette terre en duché, par bulles apostoli- 
ques du papeBenott XUI, eu date dn 27 septembre 1725. 

Lonts de Balbe Berton ( le brave Crillon), né on 1540, mort le S décembre 1613, fut chevalier des 
ordres du roi, colonel général de rinfanterie française, et, ce qui a donné à son nom une popularité 
sans égale, il fut l'ami du roi le plus populaire qu'ait eu la France. On trouve dans la correspondance de 
Henri IV une lettre adressée an brave Crillon, et qui probablement a donné lieu à l'histuire apocryphe 
du mot célèbre: « Pendt^oi^ krare Crillon ! a La voici textuellement : 

« Brave Crillon, 

« Pendés-Tousde n*avoir été icy près de moy lundy dernier à b plus belle occasion qui se soit jamais 
« vue, et qui peot-ètre ne se verra jamais : croies que je vous ay bien désiré. L'ennemi nous vint voir 
<f fort furieusement, mais U s'en est retourné fort honteusement. J'espère jeudy prochain être dans 
R Amiens, où je ne séjournemy guère, pour entreprendre quelque chose, car j'ay maintenant une des 
« plus belles armées que l'on ne sçanrait imaginer ; il ueluy manque rien, que le brave Crillon qui sera 
c toujours le bien venu et bien vu de moy. Adieu. 

« Ce vingliesme septembre, au camp, devant Amiens, 

« IIe.nrt. » 
Cette lettre fut écrite par Henri IV, en 1597, quelques jours avant la prise d'Amiens, et non pas après 
la bataille d'Arqués. (V. le Mémorial hitt, de la nobletse, 1. 1^, p. 420, art. de M. A. Borel d'Haulerixe.) 
Le duc de Crillon Mahon, lieutenant général en France, pais en Es|»agne, créé, après la conquête de 

41 



82 GRO 

Minorqoe, en 1783, duc de Mahon, grand d'Espagne de première classe ei chevalier de la Toison d'or. 
Il moarul à Madrid, en 1796. Le duc et le marquis de Grillon sont ses petits-flls. Avec eoi s'éteindra le 
nom de Grillon, dont la renommée est si populaire en France. 

Tne branche de cette maison subsiste encore en Piémont; à celte branche appartient le comte Gésar 
DE Balbe. 

(K., pour l'histoire de la Tamille, Pithon-Gurtli ; Expllly ; la Ghesnaye dos Bols; Gourrelles.) 

Armes : d'or à cinq coticcs d'azur. 

DU CROCQ. ( F. DU HiL. ) 

DE CROIX. — Artois et Belgique. — ërnest-Charles-Elgbne-Mabie, 
marquis DE CROIX, né le 27 août ^805, ancien officier de chasseurs, a 
eu, de son mariage avec f âlexandbine-Mabie-Blanciie de Pieffobt, 
décédée en avril 1841, un fils, Lidwine, et deux filles, Mabguerite et 
Blancbe. 

Résidence : rue de Grcnelle-Sainl-Germain, 29. 

Chables-Edmond-Marie, comte DE CROIX, frère du précédent, né le 
-12 avril ^807; marié, en <85G, à Marie-Amélie-Stéphanie de Tocrnon. 
(F. Tart. Tournon.) 

De ce mariage sont issues deux filles. 

Hisidenee : roe Saint-Dominique-Saint-Germain, 63. 

(V., pour lliistoire de cette famille, Gourcelles et la Ghesnaye des Bois.) 

Armes : d'argent à la croix d'azur. 




CROY -DULMEN. — Le chef actuel de cette famille est Alfbeu-Fran- 
çois, duc DE CROY -DULMEN, grand d'Espagne de 4" classe, pair de 
France (s'est retiré en 4850), membre héréditaire du collège des princes 
à la diète provinciale de la Westphalie prussienne, etc.; né le 22 dé- 
cembre 4789. — 11 a épousé, le 21 juin 4849, ÉLÉONORE-WiLHEUiiNr- 
LooisE DE Salm-Salm, née le 6 décembre 4791, fille du prince Con- 
stantin. 

De et mariage sont issus : l<* Léopoldine-Accusta-Jeakki-Frarçoisi, n^ le 9 août 1821, marier, 

le 15 juillet 1841, à Emmanuel, flli du priuce Ferdinand de Grot- 
Ddlmek, frère du duc Altred. 
De ce mariage est issu : Alfred-Emmanuel, né le 18 mars 184i. 
^ Rodolpbb-Max-Louis-Gonstaictik, né le 1S mars 182S: 



CRO 85 

S° Aleiis-Goillaume-Zéphirin-Victor, né le 15 jan>ier 1825; 

V* Emma-Auguste, oée le 96 juin 1826; 

Sf* GsoRGBS-ViCTOii, né le SO juin 1828; 

6° Annb-Françoisi, oée le 24 janvier 1831 ; 

7^ Bemtbe-Rosike-Ferdinakde, née le 12 mai 1855; 

8° Girrielle-Henriette-Wilhelmine, née le S janvier 1835. 

Frères el sœur : 

V Ferdinand, né le ô\ octobre 4791, major général au service du 
roi des Pays-Bas; marié, le 5 septembre 4810, à Co.nstakcb-Anxe- 
LoDiSE, née le 9 aoûl 4789, fille d'Emmanuel, prince de Croy-Soire. 

De ce mariage sont issos : 1** Emmanuel, né le 1S décembre 1811, marié à Léopoldike, sa cousine; 

2^ AoecsTE-ADftLAlDE-EMMANUÈLB CONSTANCE, née leTaoAi 1815, mariée, 

le 15 juin 18S6, à Alfred, prince héréditaire de Salm-Satm ; 
S<^ Max, né le SI janvier 1821, qui porte le nom de Croy d'Havre, 

comme héritier testamentaire du f duc de Grot d'Havre ; 
4^ Juste, née le 19 février 1824. 

2° Philippe, né le 26 novembre 4804, major de cavalerie au service 
de la Prusse; marié, le 28 juillet 4824, à Jeanne-Wilhelnine-Augista, 
née le 5 août 4805, fille de Constantin, prince de Salm-Salm. 

De ce mariage sont issus : 1** LonsB-CoNSTAi(TiNE-NATHALiB-JEAifNE-AuccsTE,néele 2 juin 1825; 

V Léopold, né le 5 mai 1827; 
5° Alexandrb, né le 21 août 1828; 
4<^ SrÉPHATdE, née le 7 octobre 1831 ; 
5<* Amélie, née le 15 novembre 1855; 
6° Marie, née le 2 février 18S7; 
7° Augustb-Pbilippb, né le 19 mars 1840. 

5'' Stéphanie, née le 5 juin 4805, mariée, le 5 octobre 4825, à Ben- 
j.wiiN, prince de Rohan-Rocuefort. 

À*" Gustave, né, le 12 mars 4825, du second mariage du duc Auguste- 
Philippe, père du duc actuel, avec Maria Dillon, de lancienne et illus- 
tre famille de ce nom (I). 

Principalet Hluatrations. 

Charles de Croy, prince de Chimay, fut le filleul de l'empereur Maximilien P'', et le parrain de l'em- 
pereur Charles-Quiut. 

Guillaume de Croy, seigneur de Chièvres, fut chambellan et membre du conseil privé de Maximilien l^^ 
chevalier de la Toison d'or, et successivement gouverneur et grand bailli du comté de Hainaui, ambas- 
sadeur et ministre plénipotentiaire à la cour de France, gouverneur, commandant général des forces 
de terre et de mer, chef suprême des finances du roi Philippe I^ dans les Pays-Bas (1505), tiueur et 
gouverneur du jeune archiduc Charles (1506), qui, en 1516, par lettres patentes datées de Bruxelles, 
lui fit donation des duchés de Soria etd'Archies, ainsi que de la baronniede Roqueville, an royaume de 
Naples; titré, par lettres patentes données à Saragosse en novembre 1518, baron d'Heverlé, marquis 
d'Arschoi, et enfin, par diplôme du mois de janvier 1319, comte de Beaumont, puis capita^ie général 

(1) La maison de Dillon, trois fois pairesse en Angleterre, sous les titres de vicomtes Dillon, comtes 
de Roscommon, et lords Clonbrock, est aussi honorablement connue en France qu'en Angleterre, l* 
ciHnte Arthur Dillon, lieutenant général, oncle de la duchesse de Croy-Dnimen, pi^rit, en 1794, victime 
des fureurs révolutionnaires ; et son cousin, Théobald Dillon, archevêque de Narbonne, n'évita, lo u^éme 
sort qu'en émigrant en Angleterre. Il y mourut en 1814. 



8i CRO 

de toutes les armées niariiimes de l'empereur CbarlesK^olot. Il rnoorol cmpoisonm^ à Wurms, le 
18 mal l8Sf. 

Guillaume de Croy, arrhevèque de Tolède, primat d'Espagne, cardinal et chancelier da royaume de 
Casiille, né eu U98, mouml le 6 janvier 15-21, à peine âgé de vingt-trois ans. 

Charles de Croy, premier pjir de Hainaui, fut successivement gouverneur de la ville et du pays de 
Bruges et du comté de Flandre, en f582; gouverneur, capitaine générai et grand bailli des pays de 
Hainant et de Vaienciennes; colonel de vingt enseignes d'infanterie wallonne, gouverneur et capitaine 
général du comté d'Artois, en 1596; plénipotentiaire auprès de Henri IV, qui, par lettres patentes 
données à Saint-Germain en Laye au mois de juillet 1598, et registrées an parlement de Paris et à la 
chambre des comptes les 18 et S4 du même mois, érigea en sa faveur la terre et seigneurie de Croy 
sur Somme en duché héréditaire et inaliénable dans sa famille ; chevalier de la Toison d'or, le SI dé- 
cembre 1599. Il mourut sans postérité. 

Gustave-Maximilien-Joste, prince, due de Croy, a été d'abord évèqae de Strasbourg, grand anmônier 
de France, prélat commandeur de l'ordre du Saint-Esprit en I8il, pair de France en fSSi, arrhevèque 
de Rouen en 1834, primicier du chapitre royal de Saint-Denis et grand-croix de l'ordre de Cbarles III 
d'Espagne, promn an cardinalat en 18*25. Il est mort le 1^ janvier 1844. 

Cette maison, si féconde en illustrations, a prodoit an gnnd maître de France, deux cardinaux, sept 
évéques, deux premiers ministres, un maréchal de France, un grand amiral d'Espagne, etc., etc., etc., 
et plus de trente chevaliers de la Toison d'or depuis l'institation de l'ordre ; exemple unique, même 
parmi les plus illustres maisons princières. 

(La généalogie la plus récemment publiée de la maison de Croy est celle qui a été insérée dans le 
huitième volume de Courcelles, in-4° de lOi pages.) 

Àrmei : d'argent ï trois fasces de gueules. (C'est le premier quartier de leir écu ; dans les saivanis, 
fort nombreux par suite d'alliances, sont réunis plusieurs des plus illustres bbsons i!e l'Europe.) 

Résidencei : Dulmen; le chdieau de Rorax, près de Bruxelles; et Paris, hôtel de Croy. rue de 
Varennes, 27. 




DE CROUY-CHANEL. — Claude -François, comte DE CROUY- 
CHANEL, né le 1 2 juillet n74 , chambellan de l'empereur en ^ 805, comte 
de lempire par décret et diplôme du 5 décembre ^809 et 9 mars ^840, 
ancien officier de cavalerie, chevalier de Saint-Jean de Jérusalem et de 
Saint-Louis. — II a épousé, en ^799, Anne- Charlotte -Gabrielle 
d*Agdbsseac, fille du marquis d*Aguesseau, officier général, grand-croix 
de Tordre de Saint*Louis, gouverneur du château de Ham, major général 
des gardes du corps de Louis XVI, et directeur général de Tétat-major 
de larmée. 

Deuxième branche : 

r FnANçois-CLAUDE-AcGDSTB, marquis DE CROUY-CHANEL, né lo 



CUG 85 

51 décembre 4795, aDcien officier de cavalerie, chevalier de Saind-Jean 
de Jérusalem et de Saint-Louis. 

2'' François-Nicol4S-Jban-Henri, comte DE CROUY-CHÂNEL, né le 
22 mai ^99, ancien officier de cavalerie, chevalier de Saint-Jean de 
Jérusalem; marié, par contrat du 45 octobre 4824 , à Jolie db 
TcHiTCHACOFP, fille dc Tamiral Tchitchacoff, ancien ministre de la marine 
de Russie. 

De ce mariage sont issos : I® Frédéric, né le 18 mars 1893 ; 

9® Charles, né le 8 décembre 1895; 
Z^ Gustave, né le 99 décembre I8S0 ; 
à? William, né le 10 janfier f 836; 
SP Hekriette, née le 94 avril 1899. 

5* François, vicomte DE CROUY, né en 4813, chevalier de Saint- 
Jean de Jérusalem. 



Deux arrêts de la ooor des comptes do Daaphiné, et an Jugement da tribunal de Grenoble, ont re- 
connu cette Eunille comme issoe en ligne directe, mascalinc et légitime, d'André II, roi de Hongrie, flis 
de Bêla III et de Marguerite de France, comtesse du Vexin. 

(F., pour rbistoire généalogique de cette maison, les cartniaires de la cathédrale d'Amiens; dom Poi- 
rier, imprimé ii Grenoble en 1790; le Nobiikûre wUvenel de France, par Saint-AUais, 1818, t. XIII. ) 

Armes : fascé d'argent et de gueules de buit pièces. 

HéHdeneei : Grenoble, hdtel de Crouy, rue Brocherie, 6; et Paris, rue Bellefond, SS. 



DE CUGNAC. — Famille originaire de Guienne. 

Première branche : Jcles-Émilien, marquis DE CUGNÂC, né en 1782, 
marié à Aglaé oe Mbynabd* 

De ce mariage sont issus : \^ Loois-Jdles, né en 1818, ofOcier d'artillerie; 

9P Paul-Henri, né en 1819; 
5*^ MARiE-ALEXAMDRmE, uée en 1816. 

Réêiéenee : Niort (Deux-Sèvres).* 

Deuxième branche : Ludovic DE CUGNAC, né en 4845, non marié. 

Frère : Amalbic, officier de marine, non marié. 

Sœurs : 

V Alix, mariée à M. d'Aignan; 

2*^ Blanche, mariée, le 7 ^ptembre 1840, à Louis, comte de Co- 

MABQtE. 

Hère : Jeanne-Élisabetr-Fbançoise de Solages, marquise douairière 
DE CUGNAC, née le 5 avril 4792, veuve de f Philibebt-Robebt, marquis, 
DE CUGNAC. 

Réiidenee : Gondom. 



86 CZA 

Troisième branche : Hbnbi, vicomle DE GUGNAG, marié, en fSlô 
avec A^^E-FHA^QOlSE de Ceiatton, sa cousine germaine. 

De Mmiriic» Mmiisiu: 1° AsriuiiE.nê en IBIO, mori cnbulgci 

S" CUnucE-MiUE, n(« en IIII, muiét, a ttat, i K. Altud di 



BmnndonBtniirddeCuBuic 01 pi nie de ti iroisième n-oludr, en MSO. 

AnlolH de r.D|iuc, par son nuriage ivk Jeanne le Bmn, dame de Damplerre, de Palaiteau, de 
^esle (1 de Belintrarl, fui, id quinitème s\trie, la lige dei marqnii de Dauplerre, tieiale, en IBH, 
danlaperMDiwdiiiiuninisde Chkhic. 

Fniçali de CigoM, barim de Damiiierte. Dominé ckeiiKer dn Sainl-Eiprlt en < SSS, pat Heitl IV. 
La baronnle de Dampierrc rui érigée eu marqniul en (US, en Faregr d'Anutlne de CD|Dac, IleDlenant 
(tnéral » fouvemeotenl de l'Oritanais. 

(V. b Chesaaje des Bon, (. V, p. Ui et ibIt.; Coarcelles; le P. Anselme; e'c.) 

Arma : Gironnt d'irgeni et de fveuta. 

DE CURIÈBES. — Rouergue. 
Haganel Girard de Cnrltrei, (rulstteo <Ut. 
Arma : d'ailr ai léirler d'argent, collelé d'or. 

DE CUSTINE. — Lorraine. — P. A. L. , marquis DE CUSTINE , 
Dé en 1792, fils de -}■ Redaud-Philippe DE CUSTINE , chargé d'afîaires 
de France en Prusse en 1792, et qui, accouru de Berlin à Paris pour 
défendre son père , le général Cusline, décrété d'accusation par le tri- 
bunal rév<4uIionnaire, le suivit sur l'échafaud en janvier 1791, el de 
Delpsinb de Sabban, décédéc en 1826. Il a publié divers ouvrages, 
entre autres, des Souvenir! de «oijage en Espagne, et des Lettret tur ia 
Ruttieen 1839. Ce dernier ouvrage a d^à eu plusieurs éditions. 

m de Cnsllne , te DiclUinuIre delà Cbesuare dei Bail, 



Arma : éiarieU aul el I d'argeni,tla bande de aabte coiici^ de mtmei auiSeltdeuble, temd 

de flein de Us d'argent. 
Httiienei : Pirlt, bdlei de Cnstlit, rue de li Rocheroncnld. 



CZARTORYSKI. — Le chef actuel de cette famille est Adam, prince 



CZA 87 

GZARTORYSRI, duc de Klbwan el Zcckow, né le ^4 janvier 4770, fils 
de f Adam-Casimir, prince GZARTORYSKI, feld-maréchal au service 
de r Autriche. — 11 a épousé, le 25 septembre 4847, Anne, princesse 
Sapieha. 

De oe mariage sont issus : l^ Witold, prince Czastortsei, né le 6 Juin 1826; 

9P Ladislas, né le 90 jaillet 1889; 
t° ISABELLB, née le 7 octobre 1859. 

Rétidence : Paris, hôtel Lambert ( tle Saint-Loals ). 

Frère : Constantin-Adam-Alexamdrk, prince CZARTORYSKI, né le 
28 décembre 4775, duc de Klewan et Zuckow, veuf, le 46 septembre 
4808, d*A5GÉLiQi}E, princesse Radzivill; marié en secondes noces, le 
20 mars 4840, à Marie, comtesse Ozierzonowska, et veuf le 28 no- 
vembre 4842. 

Dd premier lit est issa : Adam-Gohstantin , né le 94 Join 1804, marié, le 19 décembre I8S9, à 

AuGusTB-LonsB-WiLBBLiiiNE-WAMDA, princesse DK RADHfiLL, flile de 
t Antoine-Henri, prince de RadzlTlII, née le 99 janvier I8IB. 
De ce mariage sont issus : i^ Anséliqne-Looise, née le 19 mars 1887 ; 
— 9° Adam-Aaguste-(;aillanme-Romau, né le 98 notembre 1 889 ; — 
8° Adam-ConsUntin-Olgierd, né le 9 mars 1843. 

Enfants dn second lit : — 1<^ Alkxamdre-Romuald, né le 7 février 1811 , marié, le 90 aoftt 1840, 

à Marcbliicc, princesse dk Radzivill. 
De ce mariage est issu : Marcellin, né le 80 mai I8<|. 
9° M ARiB-Soz AUNE-CÉCILE, née le II août 1815, mariée, le 99 mai I8S9, 
à AcuLLE, comte de la Rocbe^Poucbim et de RooiErosT-SAiirr-LoDis, 
marécbal de camp, aide de camp générai et cbambellan de S. A. R. l'in- 
fant d'Espagne, dac de Lacques ; 
8*^ Coiistaktin-Marib-Adam, né le 9 avril 1899; 
4° Gboece-Comstaktin, né le 93 avril 1899. 

Sœur : Marie, princesse GZARTORYSKA, née le 45 mars 4768; ma- 
riée, le 28 octobre 4784, au prince f Louis de Wortemberg, décédé le 
20 8^tembre48l7. 

De ce mariage est issu le prince Adam de Wurtemberg. 



La maison de CzariorysiLi est issue d'one branche de la famille des JageUons, qui a fourni une série 
de rois k la Pologne. 

Eo 1449, la maison Czartoryslii obtint de la répabliqae de Pologne la possession da titre dacai de 
Klewan et de Zockow. Elle fat élevée, en I09S, i la dignité princière dn saint-empire ; cette dignité fot 
confirmée, ainsi qoe le titre d'altesse, par TAutricbe, en 1785. Elle obtint, le 8 avril 1808, llndigénat et 
le titre de magnat de Hongrie. 

Armei ( surnommées pû§o*ia) : de gueules au cavalier armé d'argent, une épée haute à la main droite 
du même, le cheval caparaçonné d'azur et cloué d'or» et sautant paiHlessns trois tours qui repré- 
sentent la ville de Wilna. 



DE DAMAS. — Quatre branches de cette famille 
subsistent aujourd'hui : ce sont celles de Crux, du 
Rouaset, d'Antigny, et de Connaîlloa. 

Première branche : la première a pour chef 
ÉTisnnB-CKARLEs , duc DE DAHAS-CRUX , pair de 
France, né le 10 février 1754; marié, en 1791», à 
AHNE-FéLiciTÉ-S(HOHR, fille d'ArDiaod-Louis, duc dc 
Serenl-Kerfily. 

Deuxième branche : Charles -Gdbtave, comte DE DAMAS nu 
RoossET, fils de CLAunE-HARiE-GusTAVE, comte DE DAMAS du Rousset, 
mort, rai 1843, général au service de la Perse, lequel était (ils du conile 
Gasihir et de Ixuiisi Hbmits d'Aubignt. 

Tante : Marguerite-Hatuilde DE DAMAS nu Rousset, mariée, en 
4840, à N... d'Arct, officier dans uo régiment de ligne. 

Troisième branche : Charles , comte DE DAHAS d'Antight, né en 
4ftl5, fils du f comte Roger DE DAHAS et de Padunb db Ghastellcx. 

Quatrième branche : A^GE•HrACl^TBR-MAXE(n:B , baron DE DAHAS 
DE GoBMAiLLOH, oé le 50 Septembre 1 785, grand-croix de Saint-Louis et 
grand officier de la Légion d'honneur, grand cordon de Saint-Alexaodre- 
Newsky, chevalier de Sninte-Anoe et de Sainl-Wladimii- de 3' classe, et 
de plusieurs autres ordres étrangers; lieutenant général en 181 S, pair de 






DIG 89 

France et ministre de la guerre en 1825, ministre des affaires étrangères 
de 1 824 à 4 828, gouverneur de monseigneur le duc de Bordeaux ; marié, 
le 7 juin ^1818, à Sigismonde-Gharlotte-Laure de Haltefort, fille 
d'Amédée-Louis-Frédéric-Emmanuel, eomle de Hautefort, et d'Alix-Julie 
de Choiseul-Praslîn. 

De ce mariage sont issus sept (ils et deux (illes. 



Rolierl de Damas, rruisé en f f06. 

(iuy IV de Damas, grami chambellan de France en 1401. (F. le P. Anselme.) 
Trois membres de celle famille ont été appeirà à la pairie de 1814 à f815. (K. Cuurcelles.) 
(La généalogie ki plus complète de cette maison se trouve dans le S*" vol. des Archivet hittoriques el 
noIfUiairet de M. Lalné. V. aussi Courcelles; La Chesnaye des Bois; le P. Anselme; Moréri. etc.) 

Armes : dW, à la croix ancrée de gueules. 



DENIS DE TROBRIANT (Bretagne). (V. de Trobriant.) 
DESCARTES. — Touraine. 

Celle faoïille, originaire de la Touraine et l'une des plus anciennes de cette province, avait, dans le 
seizième siècle, étendu ses branches dans le Berry, le Poitou, l'Anjou et la Bretagne. Elle s'est allire 
aux maisons les plus distinguées de ces provinces, et a donné plusieurs magistrats au parlement de 
Bretagne. Mais son plus beau titre de gloire est d'avoir donné naissance à René Descaries, grand 
philosophe, fils de Joacbim Descaries, conseiller au parlement de Bretagne, et de Jeanne de Brochard, 
fille du lieutenant général de Poitiers; né à la Haye le SI mars 1596, auteur du Ditcoun iur la Méthode 
et de nombreux ouvrages sur les sciences, et mort à la tour de b reine Christine de Suède, le II fé- 
vrier 1650, à l'âge de cinquaute-quatre ans. 

Armes : d'argent, au sautoir de sable, accompagné de quatre palmes de sinople. 



DIGOINE W PALAIS. — Provence. — Cette famille a pour représen- 
tants actuels : 

4'' Philippe-François, baron DE DIGOINE, marié à Marie-Marcelink 
DE Vanll de l'Isleroy. 

De ce mariage sont issus : 1" Hk!(RI-Pierre-Hi:iibrrt; 

â° Armand-Frakcuks; 
3** Irèkb ; 
4** Narine; 
SP Alexia. 

tiisidence : le Punt-Saint-hlsprit (Gard). 

2° EDOUARD DE DIGOINE, marié à Virgi.me-Marib-Ciiarlotte de 
Vakel de lIsleroy. 

De ce mariage sont issu*^ : 1° Charles-Marie ; 

3° Marcel-Maris; 
3*^ Bénédicte. 

Résidence : Puni-Saint-Esprit (Gard). 

5** Deux MM. DE DIGOINE, le père et le fils, dont la résidence est à 
^ondragon (Vaucluse). 

^2 



4* La baronne de Vbiina, née DE DIGOINE, demeurant à Buurg- 
Sainl-Andéol (Ardèche). 

Ollï rimlllf > *li' miloicnap dins M noblesse pir mil itH.ir Briont, inirndiDl iln LaniunlM, 
rn iinurr IffTI, fil nMdtion Sa onhinninces ie LodIb XIV, 
(V., tfonr IhIsWiregêiH'Jl. de cMt» tamlllf, d'Hoiier, Anuiriat de Frutt; LaChcsnircdn Boli;eiC.t 
Arma : fi'hiqufit d'argcni tl de ubie de scpi lin» de lii iralnis. 

DE DILLON. (V., art. ns Cbot, la noie sur la maison de Dillon.) 



DE DION. — Artois et Flandre. 

Première branche : Diok-Wanik>.nne. — Le chef aciuel de celle fa- 
mille est Phi LIPPE- Locts- Joseph, chevalier, baron DE DION-WAN- 
DONNE et, comme légataire universel de son oncle paternel Chahles- 
Louis-JosEPH DE DION, marquis DE DION-HALFIANCE, né à 
Wandonne, le 5 novembre nSC; fils de f Louis-Co.nstast-Joseph 
DE DION, baron DE DION -WANDONNE, et de Harie-Jëbouetti! dk 
Dioh-Riqueboiiiig; marié, le i mars 4833, à Éiisabeth Biciu<eli., fille 
de William Bicknell, écuyer. 

De ce nartije uni iisai : 1° ALtUT-Gi^iLLAiiH-LorH-JostFH, ne le 11 janiirr 1811 ; 

y ETtKiiTE-CuiiBTiNTii'FRtDCKic, iic le 9 jain l(U, 
Rfilàaea : PiiL'i; n'iiidODne.Aiidinglbui] {l'u-dc-Califs). 
Frères : 

i' CiiAnLes-ÉnDUAnn-JusEPH, chevalier DE DION, marié, le i" mars 
{82s, à Fan>t Dubois, fille de Louis-Nicolas-Pierre-Josopb, comte Du- 
Ixiis, ancien préfet de police de l'empire, conseiller d'État. 



Rltidnca : Vira, rue Joalicrt, IS; ^ 



DIO 91 

2"" Henri-Tranouillain- Joseph DE DION, né le 25 oclobre 4798, 
marié, le 50 mai 4827, à LiLiA-FÉLiciTÉ'MARiE-LouiSE-SiFFAÊKiE Dubois, 
fille du comte Dubois, ci-dessus. 

De ce mariage sont issas : 1° Edgard de Dion, né en 1830; 

S^ EcGBNB DE Dion, né en f 833 ; 
3° Alpbonsi db Dion ; 

4° Locisb-Mabie-Hbnriette-Béatine db Dion, née en fSiS; 
5° Henriette de Dion ; 
8° Fannt de Dion. 

Sœur : Sophie-Marie-Louise DE DION, née le 24 août 1800; mariée, 
le 4 juin 4824, à Félix d'Ayadx du Bredil, ancien garde du corps. 

De ce mariaf e sont issoi : 1° Gbarlbs d'Avaux ; 

^ Valérie o*Avadx. 

Deuxième branche : Dion-Riqoebourg. — Charles-François-Isidorr 
DE DION , baron de Riquebodrc , né le 45 avril 4805. 

Sœur : Henriette DE DION, née le 44 juillet 4806. 

BMdencei : Reims, et Coulommes (Marne). 

Troisième branche : comtes de Dion (à Fribourg]. — Louis^harles, 
comte DE DION, ecclésiastique, né le 5 avril 4805, fils de -{- Louis- 
Constant, comte DE DION, et de f Marie-Louise-AdélaIde de Salmon 
du Chatellier. 

Du deuxième lit : 

4® François -Jules- Augustin , vicomte DE DION, ancien page de 
Charles X, lieutenant-colonel au service de don Carlos, né le 20 février 
4 809, fils de -)- Louls-Co^sTANT, comte DE DION, et d'ÉLiSABBTU-JosàPHE 
LE Vaillant du Cuastellet. 

RéêideMce : New-York. 

2'' JosEPH-Louis, né le 4*' avril 4825 ; 

ù"" Joseph-Louis-Hbnri, né le 24 décembre 4828; 

4'' Marie-Louise-Stéphanib, née le 27 septembre 4840; 

S"" Marie-Caroline, née le 50 décembre 4824 ; 

6"" Marie-Louise^ née le 45 juillet 4829. 

Tante : Philippine-Ursule-ëlisabetu DE DION, née le 7 janvier 1775, 
chanoinesse de Bourbourg en 4786; veuve, le 41 septembre 1828, de 
Charles-Louis Glué , comte d*Espinville , ancien consul de France à 
New -York. 



Jean de Dion fil partie de la cinquième croisade, en 1318. Son nom et ses armes se trouvent an 
Musée de Versailles. 



92 DRIi; 

Loub-François-Jt Tdiue de Dion obtint par lettres patentes de LoalsXV, données le S février 1761, 
l'érection de la terre de Wandonne en baronnie. 

Cbarles-Loufs-Josepli de Dion, lieutenant-colonel aax gardes wallonnes, obtint Térection de la 
seigneurie de NalQance en marquisat, par lettres patentes d'aoftt 1787. 
(K., pour l'histoire généalogique de cette famille, Lainé, t. III.) 

Armes : d'argent, à Paigle éployée de sable, becquée, lampassée et membrée de guenles, cbargée en 
cœur de l'écu de Drabakt, qui est de sable, an lion d'or, armé et lampassé de gueules, à la bor- 
dure engrélée d'or. 



DE DONISSAN. (F. de la Rociiejacqublei>.) 



DE DONODEI. 

Famille ancienne dans le comiat Venaissin et en Provence, dont la filiation suivie remonte à Jacomet 
de Donodel, vivant ^ Lisie en U70, avec Antoinette des Isnards, son épouse. 

Jean de Donodel, marié, en f64S, avec Claire d' Agonit, lieutenant principal criminel et civil du 
romié de Sauli; Il avait succédé à son père, et fut remplacé par son fils en la même qualité. 

Joseph de Donodel, seigneur de Saint-Laurent, fut conseiller an parlement de Provence en 1717. 
(Artefeuil.) 

Charles-Joseph de Donodel et Louis-Alexandre, son frère, reçus pages du roi les 2 mai I7âf et 
Il mars I7i4. (D'Hozier.) 

(F., pour l'histoire généalogique de celte famille, d'Hozier, 1*^ registre; Tabbé Robert, 1. 1; Piibon- 
Curth, 1. 1; Artefeuil, 1. 1 ; Coorcelles, t. III, p. 180.) 

Armeê : d'argent, à trois soucis tigés et feuilles de sinople, 3 en chef et I en pointe, et à la croix 
flenronuée, au pied flrhé de gueules, posée en abîme. 



DORIA. — France et Italie. 

Famille génoise et française, l'une des quatre principales de la république de Gènes. FJIe a produit, 
entre autres personnages, illustres, André Duria, successivement général des galères de François 1*^ et 
de Gharles-Ouini, libérateur et protecteur de Gènes, mort en 1560. 

Elle subsiste encore aigoard'hui en France et en lialie. 

Armei : coupé d'or et d'argent, à l'aigle éployée de sable, membrée, becquée et couronnée de gueules. 



DOUBLET DE PERSAN. (F. de Persan.) 

DE DREUX-BRÉZÉ. — Le chef actuel de cette famille est Scipion, 
marquis DE DREUX-BRÉZÉ, né en 4793, fils def Henri Evrard, mar- 
quis DE DREUX-BRÉZÉ, grand maître des cérémonies, pair de France, 
et de Adelaïde-An.m.-'Pbilippine de Gustine; officier de cavalerie pen- 
dant les dernières années de Vempire, et successivement capitaine aide 
de camp du maréchal Soult, chef d*escadron dans le V régiment de 
cuirassiers de la garde royale, lieutenant-colonel démissionnaire en 1827^ 
pair de France en 4829. — Il a épousé, en 1820, Henrieite-Aglaé, fille 
d'Armand-Gharles-Henri, marquis de Montant, et d'Aglaé-.\larie-Made- 
leine du Bosc de Radeponl. 

Béaidence : Paris, rue do Varcnnes, 51 . 



DUR 



95 



Le marquis de DnBox-BRÉzÉ a deux frères, dont Tun est officier d'élal- 
major et l'autre dans les ordres sacrés. 

(K.. poar rbistoire généal. de cette familles Coarcciles ; La Chesnaye des Bois; le P. Anselme, etc ) 
Armes : d'azar, aa chevron d'or, accompagné en chef de deax roses d'argent, et en pointe d'une 

ombre de soleil d'or. 
SuppoHt : deux lions. 

DE DRUMMOND. — Ecosse et France. — Celle maison est repré- 
sentée aujourd'hui en Angleterre par le vicomte de Sthathallan, 
pair d'Ecosse, Tun de ceux qui siègent à la chambre des lords ; et en 
France par le duc de Melfort et le comte de Melfout. 

Armes: D'or, à trois fasces ondées de gueules. 




DE DURAS. — Le nom dislinctif de la branche aînée de la maison de 
Durfort est éieint dans les mâles. Il reste encore aujourd'hui de cette 
branche : 

4*» Claire-Louise-Augdstine-FélicibMaclovieDE DURFORT-DURAS, 
fille de f AMÉnÉE-BRETAGNE-MALO i»E Durfort, duc DE DURAS, pair 
de France , chevalier des ordres du roi , premier gentilhomme de b 
chambre du roi, et de f Claire-Looise-Bonne-Goy de Coêtnemprbn de 
Keksvikt; mariée en premières noces à Lêopold de la Trémoille, 
prince de Talmont, et en secondes noces à Auguste, comte de la Roche- 
jacquelein. ( V. ce nom. ) 

2° CLAiRE-CâsARiKE ( sŒur dc la précédente), mariée, le 1" septembre 
\S\9, à IIkniu-Louis dh Ch^stellux, duc de Rauzan. 



La dnrhesse de Duras, mère de ces deux dames, a écrit deux charmants pciiis volumes intitulé*, 
l'un Ourikû, l'autre Edouard. 

Le nom de Duras n'est plus aujourd'hui porté que par la duchesse de Duras veuve en secondes 
Mores de Amédée de Durfort, duc de Duras. 

La seigneurie de Duras, dans l'Agenois, érigée en marquisat, par Icitres du mois de février 1609, 
en faveur de Jacques de Durfort. comte de Rauzan, baron de Bbnquefurt, fut depuis érigée en duché- 
pairie |»ar lettres du mois de mai 1668, non enregistrées, en faveur de Jarques-Heuri de Durfort, qui 
obtint de nouvelles lettres d'érection en duché simple au mois de février «6W, enregistrées au parle- 
ment le r' mars suivant. Il mourut maréchal de France en 1704. 



94 DUR 

Ce daché fat érig^ en pairie, n^r leitres do mois de dérenjbre 1755, enregistrées le 13 février 
1757, en faveur d'Emmanvel-FéUcité de Darfort, lieutenant- gcni^ml des années du roi, rbe^-alier de 
ses ordres, et premier gentilhomme de sa chambre. 

(V., pour plus de détails, à l'art, db Lorces.) 

Armes : d'argent, ù la bande d'azur. 

DE DURAT. — François-César, comle DE DURAT, ancien officier 
du corps royal d'état-major, chevalier de la Légion d'honneur et des 
ordres royaux de Saint-Ferdinand et de Charles 111 d'Espagne, brigadier 
des mousquetaires gris en 'l 81 4 , a été aide de camp du duc Charles de 
Damas, du général comte de Chaslellux pendant la guerre d'Espagne 
en 4824 , et enfin du comle de Wall , commandant de Paris jusqu'au 
51 juillet 4850. — Il a épousé, en 4827, Suphie, fille du marquis de 
Moudragon , maître d'hôtel des rois Louis XVIll et Charles X , et de 
Sophie de Toumon. 

De ce mariage sont issus : 1° Henri, né le 15 décembre f8SI ; 

3° Félix, né le 49 juillet 1854 ; 
3° Jkban, né le l«^ août 1857 ; 
¥* AccosTiNE, née le 20 juillet 4836. 

(K., pour l'bisloire généai. de celte famille. d'Hozier; La Chesnaye des Bois; de Courcelles; 
l'bisioire de Bretagne; l'bisloire de la Marcbe; etc., etc.) 

Résidence : le cbAteau du Ludaix, près Néris en Bourbonnais. 

, Armes : Écbiqueté d'or et d'azur, à sept tires. 

DE DURFORT. [V. de Lorges et de Duras.] 



D'EGUILLES. — Provence. 

Li rimillï it Bojrr d'Arg<ns U'EguiUi!!, lubilacllcnKnl connue sois tt dernlM non, i danni' 
nalMincc t nocntire d'homnin disllngnis. Nuns ciiirons entr'iiilrH : 

B>iili9lc de Bojer d'EgnilIrs, {iijisflllor lu lurlcmcnl de Prairnu en KTl, DIf, pelil-llli cl irriirre- 
pFlil'fil* de conuillen an di(iim iurlenenl. 

PwnvOein de Botct d'Egaillei, marqois d'Argcns, Bis dn prértdeDl. roi aaui rODHilkr an pirlr- 
menl de ProTCnce en ITN, el, ta I7IT, pracarear gêutral en la tnfme cour; un de ses lll> deiinl 
prPildenl t morllrr, el l'antre et! le marquis d'Ariens, rba ni bel la u du roi de l'rujsr, si ninnu par le 
nombre el l'originaliié de ui onintes. 

Celle hmille lubslsle enrore agjonrd'bDl en Prorente, el réside in chllein d'Ego II les- Venelle», 
irrM d'Ali (Bonehes-da-RhAne). 

(f., puor riiisloire genéiUHlhine de celle ranilllr, U ChesnayF des Dois; Ariefeuil, el \ts Mémoira 
du mirqnil d'Argens.) 

Arma : d'ainr, ) l'élolle d'or, an cbet d'agent ; l'éioile eal cbargte en ripur d'un ecusson d'aïur, ) 

D'ESGABS. (V. DE Petrussb d'Escaos.} 
D'ESCORAILLES. (V. ds Scdkailles ) 

DESPARBÉS DE LUSSAN. — Armagnac. 

loseph d'EsparbM de Lusid, tiCque de Pimiert en iW et conseiller d'F.ul, Il usiitt )ni é\tu 
Ittius t Paris en ISM, el monml i Tonloose en IS». 

Fnnfols d'Esftarbts de Las$an, rlcamle d'Anbclrrre, el*.. fut conseiller d'Etat en I6tl, maitebal 
de Fnncc en leM, el tommteiA les annfvs du roi aui sl(«ct de Nerac el de LiumoDl enlOJI. Il 
HinuruI en IIB». Il avait clé nommé rbeulier des ordres du rOl en 1812, el tiail [iil ses iirenve» ; 

(Id des membres de (elle ramille est injourd'lini conseiller i la coar ro.iale de Parii. 
[V. [«ur 11)1». géneal. le P. Anse'.me ; U Ctaesna;e de« Bois; Concrelles. ln-8^, etc.) 
Arma : d'arneni, i la Tive de (nrnles, icc<Mii|ia(née (d'anlies disent sommée) de iruii nieriellcs 
u> epeniert de sable. 



D"ESHNASSY DE FONTANELLE. — Le chef actuel de celle famille 
est Blaise-Marius D'ESPINASSY DE FONTANELLE. sous-préM à 
Coulommiers (Seine-et-Marne), né en <805; marié, en 1821 , à lady 
Maria-Ëlizabetu Capbl, lïlle de lord Jobo-Tbomas Gapel [1) et de lady 
CaroliDe Pagel (-2), et sœur du comte d'Essex actuel, pair d'Angleterre, 

Dr rc nigriigc sont issus : 1" ALïEniiov-CinL. iip le «goAi Igtt; 

3" ALrRED-llivio-AucusTt, ai' le » avril tSiT : 
S" CmuLDE'HtiCKE, nre \t 16 Doirnilire ISSO. 

Frère : Albxanokb-Auguste D'ESPINASSY DE FONTANELLE, veuf, 
en 1X42, de lady Louisa Capel. 



Pkrrt ri'Esi>lnui; Tu clioisi pat CliarlH d'ADjon, mi de Nj|>I(4 ei comie de Provence, iwnr tue du 
noinbre ta ctui chevaliers qal te srcoudctritt dam son dacl avec le roi liAragnn, qai cm lien i Biir- 
deam en IXSS. devant le coi d'AniIrlrrce; fut aussi témoin de l'honiinage qae Darral de Biui lll id 
cooie de Proventf , ta 1132. 

Honoré d'EspisassT fui. en IS7T. Eenlilhomne ocdinaire de la reine Callieiiiie de Mi^icis, irnis am- 
lusaadeor t CiuiBUaiinoiile CI 1 Alger, et drpnie un ètaii de BlMs pour la uolleiie de Niraelllr. 

Aiiloiue-Jose|ili-Karie d'EspInassj de FonlaDelle, |iète du cbet actuel de il (aoiillc, Fui gciiénl 
d'artillerie, et membre de piulean utsmblées nitioDales, 

(L'histoire la plus complète de celle famille te troove dans La Cliesnaye des Bois. l. VI. V. aussi les 
divers Robiliiires de Provence : l'Vi(/Dir< i(f Trt*itit*nfrorenfaiix;BoBdK; Nostr9daniD.i;eit.) 

Armt* : d'or, à Irais houlons de nisc. ligés el feuilles de sable ; i la rose épanouie, tans ti|e, do 
mdoe, posée en ablne, qui eal d'Espixasst ; — accoir ir ipicnles,su lion d'or, arcomjiapié deloii* 
lu pied liche d'arirnt, posées i cl I. qui est de Capei.. 



||i \oble et ancienne famille, dont l'un des auteurs fui rcec rlicvjlier à la bataille de Culiiei 
Paniii les Iwmmes éiiineats agiquels elle a donné nalKiaiire. ou pcol rcuian|Ber : 

|o Arthur Capd, membre dn Ions parlemeii, puiscri'e paie d'An Eleiern' suus le num de baron C 
Il iiécll victime de son dévouemeol i la cause rojiie. en (BU. 

2' Arthur, son ais, cr.é comle d'Esset en IMI, fnl vice-roi d'Idande de 1*71 1 ISTT. et en 
premier Inrd romulsHlre de la ii^sorerie. 

S" Algernui, deutieme comte d'Essri, Bis du précrdenl. lut, sons le rrgne de la rciDe Anne, li 
nani général dans ramér, el lonvemrnr de la Tour de Londres. 

(!'.. puorpludedéiails, leifte«r«f£ideCollins. Bnrke, [Mirpii,Loilïe,Sbarpe,eir., etc.) 

(3) LadT Caroline Pagel e«l lilc du t comie dTibridge, ci iwuc «a nunjuii d'Aanlesry, deui 



ESP 



97 




D'ESPINAY-SAINT-LUC. — Normandie. — Le chef actuel de celte 
famille est Timoléon-Josepu, marquis DESPINÂY^AINT-LUC, né le 
7 novembre 1778, émigré en 1 7 9 1 . — Il a fait, dans Tarmée des princes et 
des alliés, les campagnes de 4 7 92 à 1 805, a été nommé chevalier de Saint- 
Louis en 4844, colonel de cavalerie en 4845, commandant de la cita- 
delle de Cambrai et officier de la Légion d'honneur en 4 824, maréchal de 
camp en 1825. — Ha épousé, le 48 juillet 1826, Marie-Anne-Esther de 
Cos!»b-Bri.ssac. 

Il n*e8( pas issa d'enfants de ce mariage. 

Sœur : Alexa.%drike- Carollne- Aimée D'ESPINAY -SAINT -LUC, 
mariée à Antoine-Charles Doublet, comte de Persan. 

Deuxième branche. — A.ntoine-Amédée, comte D*ESPINAY-SA1NT- 
LUC, fils de f Nicolas-Marc-Antoine-Mathiëu-Poutien, comte D'ËSPl- 
N A Y-SAINT-LUC, et de f Alexanduine-Marie-Yictoire le Filleul de 
LA Chapelle; né le 22 février 1789, ancien capitaine commandant au 
2'' régiment des grenadiers à cheval de la garde royale. 

De son mariage avec TbAodome-Hbmkiettk dk Cacqcemy sont issus : 

1° Antuine-Hkkri-TihoUur, ne le 28 janvier I8U: 
9® Alexikdre-Pierre-François^îaston, né le 33 décembre 1813; 
S° Antoixe-Cbarles-Gabriel-Mahmce, ne le l«*'août «818; 
i? ARTOi:iE-HEMRi-Jo8EPiHGuDErRor, ne le SI septembre USO; 
5® Aktoini-Lodis-Er:(est, 

Frère : Antoike-Jules, vicomte D'ESPINAY-SAINT -LUC, né en 4790, 
ancien capitaine commandant, chef d*escadron au 2* régiment des gre- 
nadiers à cheval de la garde royale; marié, en 4827, à Rose-Marie-Louise 
DE Lethitz. 

De ce mariafe sont issaes : 1° Aktoikettb-Cauxie, née le SO décembre IRST; 

V CUmextikc-Looise, née le f3 août I8i9. 

Hitiienee : Versailles. 



Colin d'Espinaj, croisé en IS48. Ses armes ont été placées au Musée de Versailles salles des Croisades. 
François d'Espinay-Sainl-Lnc assista aux batailles de Janiar el de Nonictintour, fut maréchal de camp 

43 



EST 99 

Cl lieutenant général en BreUgiic, graiiJ mal;re d'artillerie, chevalier du Saiii(-Es|irit eu t59S. Tué au 
siège d'Amiens, le 8 septembre 1597. 

Timolecn d'Espinay-Saini-Loc fut fait maréchal de camp en 1617, \ice-aniiral de France eo !622, 
lieutenant général au gouvernement de Guienne en «637, puis marccbal de France. 

François d'Espiuay-Saint-Luc fut lieutenant général des armm, insfieftenr général de la cavalerie, 
gouverneur de la Guienne, et mourut en 1690. 

Parmi les alliances illustres contractées à di.Térenies époques par les membres de la famille d'Espinay, 
ressort en première ligne celle avec la maison de Dreux, dans hi personne de Jacqueline de Dreux, ma- 
riée, en I5C6, i Olivier d'Espinay. Elle était fille de Jacques de Dreux, et avait pour neuvième aïeul 
Robert de France, comte de Dreux, cinquième fils du roi Louis le Gros. [Ilisloire de la Maiton de France 
et dei grni» Officiert de ta courontie^ 1. 1, p. 445.) 

(Le vitrail dont la gravure est ci-jointe représente, à droite, Olivier d'Espinay et ses deux Ois; à 
gauche, Jacqueline de Dreux, sa femme, avec N..., leur fille ; ~ enire-dcux se trouve leur sceau, parti 
an I D*Espi.NAT, et au S conpé de France et de Dreux. — Enfin au-dessous est la figure de Madeleine de 
fiâmes, femme de Jacques de Drenx.) 

(V., pour rhist. généal. de cette famille, Moréri ; le P. Anselme; La Chesnaye des Bois; Cour- 
celles, etc., etc.) 

Armet : d'argent, an chevron d'azur, chargé de onze bcsants d'or. 

ESTÈVE. — Pierre-Sylvbsthe ESTÈVE, né le 51 décembre 4804, 
capilaîne du génie de V* classe, neveu de EriENNB, baron ESTEVE, 
maréchal de camp, commandeur de Tordre royal de la Légion d'honneur, 
décédé, le 25 avril 48)4, sans descendance directe. 



Titres : lettres patentes, du 13 juillet 181 1, concédant i Pierre Estève, alors colonel, le titre de 

baron, avec une dotation de 3,000 francs. 
— Autres leUres patentes, du S7 novembre I84S, autorisant Etienne Estève i transmettre son titre 

de baron à Pierre-Sylvestre Estève, son neveu, |H)ur le cas où 11 viendrait à décéder sans enfants 

mâles. 

Armes : tiercé en dasces, d'or, de gueules et d'azur; l'or à l'arbre arraché de sinople, Tazur au ser- 
pent vivre en pal, d'argent; franc-quartier des barons tirés de l'année, brochant au neuvième de 
l'ectt. 

D'ESTIENNE DE LIOUX. 

Pierre d'Estienne, armé chevalier par Raymond de Porcellei, coseigneur de la ville de Lambesc, 
fut confirmé dans ce titre militaire par Charles d'Anjou, roi de Naples et de Sicile, comte de Provence, 
en 1307. 

Jean d'Estienne, seigneur de Mimet, est honorablement mentionné dans idusieurs leUres de Henri IV, 
notamment dans celle au duc de Lesdigulèrcs, en date du 27 novembre î3$k. 

Honoré d'Estienne, seigneur de Lioux, fils du précédent, servit longtemps en Hollande, où II s'était 
acquis la confiance et la faveur du prince d'Orange (I626\ 

Cette famille existe encore et réside à Ai x en Provence. 

(K., pour l'bist. généal. de cette famille, La Chesnaye des Bois, I. VI, pag. 168; Artefeuil, I. 1*^ ; 
Conrcelles, t. III, p. iOi, etc. ) 

Armes : d*azur, i trois bandes d'or. 

DESTOURMEL. - Picai-die. 

Raimbaud de Creton, seigneur d'Estourmel, en Cambrésis, mort en terre sainte en 1433. Ses armes 
ont été placées k Versailles dans les salles des Croisades. 

( K., pour l'histoire de celte famille, le Mercure de France de novembre 17 U, p.ig. îltO, et les 
nobiliaires de Picardie. ) 

Armes : de gueules, ii la croix dentelée d'argent. 



DE FABINCOURT. — Champagne. — N. Véron, baron DE FARIN- 
COURT, né en (786, maréchal de campai reiraite, commandeur de la 
Légion d'honneur et de Saint-Ferdinand , chevalier de Sainl-Louis, etc. 

De ton Btariite iiec N. si Mokind eu Ixia tm fils. 

OUefimillf aélè 
binse iDiitiiL èlé u 
[Crareeira, In-I', l. Il, p. »$.) 

Arma: d'iior, 1 irolivémm d'irgcnt mirilllés il« gaenlts. 

RitUna : le chAlno ilc Firinroon ( Ilauie Marne}. 

DE PAUCIGNY-LUCINGE — i^ chef actuel de celte famille est Fer- 
t>inANi>-VicTon-AuP.DÉE DE FAUCIGNY, prince de Lucinge et de Cys- 
Iria, etc. ; né à Versailles le 8 seplembre 1 789 ; marié, le 8 octobre 1 82S , 
à GHARLOTTE-HABiB-AiJGusTi.fE, comtesse d'Yasoddcn, fille du -|- duc de 
Beiry et de miss Anna Brown, 

De ce mirlig» mibi iaui : V Chikles-Mikie. né 1 Paris, le te lodi ttll ; 

ï° Lou[S-C»»iiLi»-BoiiiiLfHï, nt i Paris, leii janwr ISM; 
y Hekki-Lod», aé en Angleierrt, 1« W oainabe im ; 
4° lliiicL;EiirTE-LocisE, Décteu tiril ISIS. 

Frère: GASPAnn, comte DE FAUCIGNY, né le «janvier 1792. 

(C, poar llilsl. ftaéti.. Sorti] ; li Chtstaje i» Bois M., fU.) 
Armtt : [Hit d'or c) de gueales de tii fi^ta. 

DE FAYOLLE. — Auvergne et Périgord. — Aunni-FÊux, vicomte 



•FER 401 

DE FÂYOLLE, capitaine d artillerie et chevalier de Saint-Louis ; marié, 
le \9 décembre I8l6,à AoRE-PAULiNB-HBNnieTTE de Boubers-Abbevhxe. 
( F. ce nom ) 

De ce niarage soûl i»Bs : i^ HtuE , qui a succédé cooime oiarquis de Fayulle à f sou oncle, 

André-Alain, marquis de Kayolle, ancien page du roi, qui l'avait adopte ; 
V Raocl, adopté aussi par un autre de ses oncles, André-Augustin, 
comte de Fayolle, ancien capitaine de vaisseau, rbevaller de Sainl- 
Loui<. 



Anioine de Fa jolie, oTfleier d'une compagnie d'ordonnance, fut tui* an siège de Meu sous Charles VII. 

Nicolas de Fayolle, chevalier, fut capitaine an régiment d'Anjou et choisi pour commander la no- 
blesse du Périgord, sons les ordres du maréchal de Monirevel ; il fot créé marquis par lettres {latenies 
de 4724, enregistrées à la cour des comptes le 17 mars I7i5. 

( K., pour l'hisi. généal , Saint-Allais, t. X ; La Ghesnaye des Bob, U VI, p. SIO. ) 

Armes : d'azur, an lion d'argent, lampassé, armé et ronronné de gueules. 



DE FÉROLLES. - Originaire du Poitou. — Cette maison est aujour- 
d'hui représentée par Jacqdes-Henrt-Acquet de FÉROLLES, né le M 
février 4786 ; marié à Céliiib Lefèvke do Hodeux. 

De ce mariage est issu : Paul-Acodet de Férollbs, né le 34 Janvier 18.^. 



Cette maison a été malDienue dans sa noblesse sur les preuves fournies par elle conformément à 
redit de 4668. 
( K. d'Hozier; Sainl-Allais; Courcelles, in-8*, I. 111, p. 4; et les armoriaux du Poitou.) 

Arwui : de sable, k trois sceaux ou paniers d'or. 

Habiiêlion: le château de Buleux, près d'Abbeville (Somme). 



DE FERRIÈRES-SAUVEBœUF — Limousin — Edmond DE FER- 
RIÈRES-SâUVEBOEUF, né en 4800, ancien garde du corps du roi et 
officier de cavalerie ; marié, en 4825, à Emerentiane de Chouy-Chanel, 
fille du marquis de Crouy-Chanel. 

De ce mariage est issu : Ludovic de Ferrières-Salveececp, né en 1827. 

( V. La Chesnaye des Bois, t. VI, p. M^. ) 

;4rMeff ; d'argent, au pal de gueules, i la bordure deniicuk'c de même. 

DE LA FERRONAYS. — Bretagne. — Charles de Fcrron, comte 
DE LA FERRONNAYS, fils de f Auguste4>ierre-Marie, comte DE LA 
FERRONAYS, ministre des affaires étrangères de 4828 à 1829, et de 
Charlotte-Albertine du Bouchet de Sourches de Hontsoreaux. 



^02 F LA 

Frère et sœurs : \° FsnNANn; 2' Pauline, niariée à Augustis Cuaven, 
Esq. ; 5° Albertine-Alexandrine, non mariée. 



Payeu Fèron, croisé en 1918. 

( K., pour imstoire de celte fouille, Conrcelles, t. VII, el les nobilia'res de Bretagne. ) 

Anwet : d'uur. i six billettes d'argent. S, S et I, au chef de gueules chargé de trois annelets 
d'argent. 

Rétidence : Paris. 

DE FIEUX DE MONTAUNET. — Limousin. - Léonakd DE FIEUX 
DE MONTAUNET, colonel de cavalerie en retraite, chevalier de Saint- 
Louis, officier de la Légion d'honneur, né le \" mars 1777, marié, le 16 
avril 1816, à Mauie-An.xe de Gimel, fille du comte de Gimel. 

Béaidence : le châteaa de Tudcil ( Corrèze ). 

Frère: Mvrcelux DE FIEUX DE MO.NTAUNET, conservateur des 
hypothèques à Poitiers, a deux fils : 



p v albert; 
2* Ernkst. 



hiiidence : Poitiers. 



Jacques de Fieux fut év^ne de TonI en 1876. 

Jean de Fieux, seigneur Del-Bos, lieutenant du roi ^ Turnes, fut ujainteuu dans sa qualité de noble 
par nu arrêt du conseil d'État dn li février 1671. 

Armei : d'azur, i un chevron d'or, accompagné de trois tri'fles dn même, deux en chef cl un en 
pointe. 



DE FLAHAUT, — Picardie. — Auguste-Cii AitLEs-JosEPii, comte de 
FLAHAUT DE LA BILLARDERIE, né à Paris, le 20 avril 17x5, entré au 
service en 1800, général de brigade et aide de camp de l'empereur en 
4813. baron et comte par décrets de Feiiipereur de 4 8 1 et 4 S M , pair 
de France : \^ par décret du 2 juin 4815 ; V' par ordonnance du 19 no- 
vembre 4851. Il est aujourd'hui grand-croix de la Légion d'honneur et 
ambassadeur de France à la cour de Vienne ; marié, le 49 juin 4 n47, à 
Maiiguekitb Meucer Elpiilxsionk, lady Keitii, pairesse d^Angleterre en 
son propre et privé droit. 

De ce mariage sont issues plusieurs filles. 

Madame de Flahaul, l'auteur A' Adèle de Sénangei^ de Chartes et Mariey etc., nuriéc en secondes 
noces k don J.-M. de Souza, était la mère du comte actuel. 

( K., pour l'hisl. généal., La Chesnaye des Bois, tome VI, page 40S ; le Nobiliaire de Picardie de 
Rousseville-Villiers, etc., etc. ) 

Armei : d'argent, à trois merlettcs de sable. 

HcsideHce : Paris, bétel de Klahaut, 3, rue d'Angoulémc-Saint-Hunoré. 



FLO 405 

DE FLEURY. — Originaire de Picardie. (Soissonnais. ) — Licien- 
Alexandre LE CARON DE FLEURY, conseiller de préfecture à Tours, 
fils de t Charles-Il jacinthe LE CARON DE FLEURY, en son vivant lieu- 
tenant-colonel de cavalerie, chevalier do Saint-Louis et conseiller de pré- 
fecture à Tours, décédé en 4 855, et de A. Sain deBoislecomte; né le 
51 mai 1800; marié, en 4854, à Harie-Algustine Thirat de Sai.xt- 
A<;NAif. 

De ce mariage est issa : Makic-Caston le Carok de FLErRv, né à Tours le 19 avril IS55. 

Sœur : CnARLOTTE-FRANçoifE DE FLEURY, mariée, en 4814, h N. de 

NtlIRCOURT. 



Louis Carondas le Caron, sieor de Cauly, joriseonsalie. aoleur da Trarail nvr let Pandecle*^ etc.. 
Imprimé k Paris en 1600, fui ilenlenant général ao bailliage de Clennonl. 
( V. Lalué, Arckhety 1. Ul; HobUittirt^u Soistonnâiê, p. 19 et 90. ) 

Àrmtt : d*axnr, k trois besanis d'or, an chef dencbé du même. 

DE FLOTTE-ROQUEVAIRE. — Dauphiné. — L Amédee-Eocènk- 
Awdhoise, vicomte DE FLOTTE DE ROQUEVAIRE (fils de f Anloine- 
Elzéar, vicomte DE FLOTTE, officier de marine, et de Thérèse-Sophie- 
Fortunée de Pierrevert, nièce du bailli de Suffren), né le 21 juillet 179*2, 
chevalier de Saint-Louis, lieutenant de vaisseau, démissionnaire en 1850, 
marié, le 6 juillet 1825, à Alix-Louise-Fkançoisb de Vernoix, fille de 
Antoine-Richard, comte de Vemoux , et de Marie-Anne de Toumon- 
Sin liane. 

De ce mariage jioiit \*sn% : 1*^ Hekrt-Pierke-Oi-illai-he-Cvpiiieh, ué le 17 septembre 1833; 

9f* CuARLi'.s-Ei.zÉAR-AiHÉ-EuGfcKB, ue le S février IMO; 
V* SopHiK-MABiLE-TBÉRtsc-VicTORi.NC, née le 3 juin ISifl ; 
k° Jos$erai(ki:-Pai-i.ine-Marie-Cahille, née le 94 aYril 1828 ; 

5^ LtOKTI!(K-THÉRtSE-HB!IRIETTE-Al.l\, Uée le 27 JUIU 1831. 

t^ MARiE-BERTBK-NutMi-LonsE, née le 19 février U37. 
Hètidenee : Fontagi<r, prés Sainl-VallliT ( Drôme ). 

IL Sœur : Sopiiie-Makie-Claihe DE FLOTTE, née en 4790; mariée, 
en premières noces à Alphonse comte de Clare-Ladevkze, capitaine de 
vaisseau en retraite; et en secondes noces, à N..., comte de Clstine, 
officier de la garde royale, démissionnaire en 4850. 



Bertrand de Flotie fat un des quatre chefs des rroisés qui ( en 1170, sixième croisade ), conduisi- 
rent une troupe de quatre cents homnies dans la terre sainte, el qui, ii leur retour, firent présent à 
l'église de <«ap des dépouilles remportées sur les infidèles. (La Cbesnaye des Buis, t. Yl, p. 433») 

Bertrand de Flotte. |>eiit-flls du précédent, fut gmiid commandeur de Tordre de Saint-Jean de Jf rn- 
salem. Il (il les fonctions de lieutenant du grand milire de llnéilia pemlani sa prison, et tint en celte 
qualité, i Rhodes, en 1380, un chapitre général. ( ll'itiem, ) 



104 FOR 

U bnncbt ite triu finillr, tonnue son! Le nam dt la Biauie ri dr Rrrrl, !i prodnil ilrux rhiiirr- 
\im tl Bii >iiilra1 de FnnM. ( f. le P. Aiiwlmc. ] 

( r. laoU, pnar l1i[SIolra de rcile fimltte, Cur-AIIttd ; Cbi^rrler, Haleire if Datfkhi; Villfkir- 
doln; VerIM; Itoorhei Giiiiïrid;i d'Hoiier, elc, etc. | 
Armeê :Éetnv\t,t\i\ I tH d'iinr 1 iroli oriuls d'or potM 3 f 1 1 , umoDIts d'un tiniM d'irfcni 
qui Ml de nDqDevifre; im t ei S Inung^ d'argrai «i dr (Dmlre, » ebtt d'or qui mi de 
FloUc. 

DE FONTAINES DE LOGÈRES. — Celle maison est aujourd'hui re- 
présenlée par Joseph-Loois-Ahable DE FONTAINES DE LOGÈRES [ fils 
de t JeaD-LouLt-Léoa DE FONTAINES DE LOGÈRES et de Cbriatiae 
Causebant de Waspick), ancien élève de l'école royale de Saumur. Il a 

^KtUSé HAHIB-ADG[IS^I^E BËRARD de HoNTALbT-ALAlS-SAINT-pAUL. 



CnUbaiM de Funlalncs, conMillcr durai, fui buiuiui-, le B MTCinbre lUt, rêrorDulenr drt fortlt 
njala eo LiDEiiedac. 

Elenurd RiTiDODd de FoDUiues, cheiiller, I 
«énériuiisite de Tonloaui poar 11 conttKillon i 
fwdM, I. IV. p. tST.) 

( r,. [wur nisl. gén^l. de celte rimllle, don Vilsselle , Hiilelre A tajuAliie; PItett f»)'- 
lira mr ttrrif à rUtlolTt dt Fraice, (ur le uuniuu d'Aabail, I. Xli Coircellet, <b 8*. I. IV, 
p.IM.] 

Arma : d'itir, I Iroli ktndM d'ur. intlief d'jrgeot cbargt de iroii risqars ou lieiaine* de sabir, 

UtUntt : le tbliea* de Logïmi, fi*^ de rArteniltre < Ard»rbt ; . 



DE FORBIN. — Celle maison, divisée en plusieurs branches, est au- 
jourd'hui représentée par les suivants : 

Branche de Janson. — CHABLEs-TiiÉoDORe-AnTOiNE-PALAubnB-FÉLix, 
marquis de FORBIN-JANSON, chevalier de Saint-Louis, marié à Vicroa- 

NlKNNB-ANTOinE DE RoCUECHODADT-MoHTEUART. 

De ce m>ri)|e MPI l«su : 1* PiLiitoi di Fu>iin-]>KBoi', ex-aïudié i Fimbuude de Fraace t 
Londm; 
3* P*viiiii-CiiOLiii(-HlTiL>iKI , dame de l'ordre ie la Croli fiotlée 
( Auiricbe), mariée, le iS juillet ins, 1 ALriiHlEinLEs-ADCDiTE- 
Cos»iÀMJXDiSKHTiii,dn( deBeaiilbn(Bel(iqiieri ADirIrbe). 

Htùéemci : Pur», rnr de r-rcnelle'S*lDI-GenDain, tU. 



FOR 405 

Branche de la Barben. — Charles-Melchiob-Glaude Palamède , 
roarcpiis DE FORBIN DE LÀ BÂRBEN, marié h N. de Cresp de Saiht- 

CéSAlRE. 

De ce mariage est issue : 

Éliza de FORBIN DE LA BARBEN , mariée à Amédée, comte de 
FORBIN DES IssARTS. Il a été stipulé dans le contrat de mariage que le 
nom DE LA Barben serait relevé et maintenu par lui et ses descendants. 

De ce mariage sont issns : 1*^ Palah^db ; 

^ LÉONTiNE, mariée, en I84S, aa baron de Gastillon ; 
S^ Albiktire. 

tiitUencet : Aix et le châleaa de la Barben (Boochcs-da-Bbùne). 

Branche i/Oppèdb. — Palamède DE FORBIN-MAYNIER D'OPPÈDE. 

De son mariage avec N. de Tho^iassin de Petmer sont issus : 
4 "^ Palamède, comte de FORBIN DOPPÈDE, marié, en ^ 842, è Rosblinb 
DE Villeneove-Bargemont ; 
2'' Une fille. 

HMdenca : Aix et le ebâieaa de la Verdière (Var). 

Branche des Issarts. » Henri, marquis DE FORBIN DES ISSARTS, 
maréchal de camp, a été successivement député de Vaucluse, conseiller 
d*Ëtat et pair de France. En \ 830 il a été éliminé de la chambre avec les 
autres pairs nommés par Charles X. 

De ion mariage avee AoâLi db Faucas db la Bastie sont issus entre antres enfanis : 

I* PALAMâDB, marié en 1851 à Marib de Joannis-Vbbclos. 
De ee mariage son! issas : 
4« Palamède; — S* Aribnr; — 5» Margaerile. 
V Odo5, marié à Gabriblle de Cazal (sans enfanis). 

tUtiâenetê : Avignon (Vanclose), le rbâiean des Issarts (Gard). 

Principêteê Ututtrations. 

Palamède de Forbin, seigneur de Soliers, i TinsUgaiion de qui le comte du Maine, Charles d*Aujon, 
comte de Provence, insliiua la couronne de France son héritière, jouit de la plus haute faveur auprès 
des rois Louis XI et Charles VIII. Il mourut k Aix en ISOS. 

Toussaint de Forbin-Janson, évéque de Marseille, pair et grand aumônier de France, fut créé car- 
dinal en IINK), puis commandeur des ordres du roi, cl monrui ministre d*Etat en I7IS. 

Claude de Forbin fnt chef d*eseadre, commandeur de Saint-Louis, amiral de Siam, et mourut le A 
mars I73S. ( V. ses Méwtoires^ S vol. in-18, plusieurs fois réimprimés.) 

Henri de Forbin-Maynier fut premier président au parlement de Provence ; il mourut k Lambesc 
pendant la tenue des états en 1671. 

Auguste, comte de Forbin de la Barben, décédé en IMI, fut pendant tongtemps directeur général 
des musées de France. Ecrivain et artiste, il est l'auteur de Ckêriei Barimorey des Sowtenirê 4ê l» 
SieiU etd*nn Voyage dmu le LermU; plusieurs de ses tableaux ont obtenu un véritable succès II était 
frère du marquis de Forbin de la Barben actuel. 

44 



^06 FOR 

Cbaries de ForHii-Jansor, fr^re du clief actuel de la famille, fui nomné é-v^qne de Naocyel deTuul 
en IHiS; il est mort à Marseille le 19 juillet 1841. 

TUrft : la terre de Janson Tui érigée en marquisat par lettres patentes de Louis XIII, en date de 
1636, en faveur de Melchior de Forbin, aïeul du cardinal de Janson. 
( K., poor rhisl. genèal. de cette famille, La Cbesnaye des Bois, Artefenil, etc. ) 
Armes : d*ur, an cUevrou d'azur, accompagne de trois tètes de léopard de sable. 

DE FORTIA. — Originaire d'Aragon. — La maison DE FORTIA 
s*est éteinte dans les mâles, le 4 août 1845, par le décès d'AcitiœL, 
marquis DE FORTIA D URBAN , membre de Tlnstitut de France et de 
plusieurs académies françaises et étrangères, et auteur de nombreux 
ouvrages historiques, etc. , etc. 

Deux filles du f marquis DE FORTIA DE PILES, chevalier de Saint- 
Louis et de Saint-Jean de Jérusalem, auteur de plusieurs ouvrages d*his- 
toire, de politique et de littérature ( décédé en 4826 ), représentent seules 
aujourd'hui celte ancienne maison : 

r Alpho>si.^b-Mauib-Reine-<:aroline de FORTIA DE PILES, ma- 
riée : 4** en 4809, à f Jean-Paul de Laidet, décédé en 4814 ; 2* à 
Edouard Noguier de Malijat. 

De ces mariages soot issus plosieon enfants. 
Hiskknce : Sisteron ( Basses-Alpes ). 

2* Philippine DE FORTIA DE PILES, membre correspondante de la 
.société linnéenne de Stockholm, veuve de François Foltz, colonel d'ar- 
tillerie, lieutenant de roi de la place de Sisteron, chevalier de Saint-Louis 
et de la Légion d'honneur, etc. 

De ce mariage sont issues denx filles. 

Hèêiiencet : Marseille, et le chitean du Repos it Roqnevaire (Bouches-da-Rbdue.) i 

PriHCifales UluMtrMtUm», 

Sibylle de Fortia, veuve de don Artal, seigneur de Foces. é|ioa$a, le 40 janvier IS8I, don PMre IV, 
roi d* Aragon , fat conronnée à Saragoste le iS février suivant et mourut i Barcelone le SS novembre 
I4M. 

Louis de Fortia d*Urban fut évèque de Cavaillon en 1646 (k peine Age de vingt-bnit ans), évoque 
de Carpentras en 1657, mort en 4661. 

Paul de Foriia de Piles reçut le collier de Saint^Nichel en 4565 ; colonel de la cavalerie légère ita- 
lienne au service de la France le 46 mars 4594 ; gentilhomme ordinaire de la chambre du roi en 4595; 
gouverneur de Berre en 4506, et du cbAtcau d*ir et des lies de Marseille en 1806, conseiller d*Etat d'èpée 
en 4606, mort en 46S4. 

Pierre-Paul de Fortia, fils du pr cèdent, fut mesire de camp de cavalerie légère et étrangère au 
service de France, gouverneur de la ville de Berre, du chkteau d*lf et des lies de Marseille en 46i4, 
colonel du régiment de Pi/et ( Infanterie }, maréchal des camps et armées du roi en 4640, eomman- 
dant provisoire de la ville de Marseille en 1636, et à Vie en 1660, gouverneur viguier de Marseille 
la même année en 466i. 
(L*histoirc la plus complète de la maison de Fortia se trouve dans le III* vol. de Courcelles. ) 

Armet : d'azur, k la tour d*ur crénelée et maçonnée de sable, posée sur un rocher de sept coupeanx 
de sinnpie, mouvant au bas de Toeu. 

Heviite : Turris rorlissima virins. 



DE FKAIX — Orif^iiiaire de L^njjjuedoc. — Ai.EXAM)nE-Louis-llEii- 
«iVLECÊstii HK FRAIX DE FIGON, ancien offîcicr au régimoni de Lan- 
^edoc, nécn 1775. Il a épousé, en 1800. HARiE-MAHuieniTE-JusTihe 
i)B MuNTMi. nu Plafav. 



Hiule-Lolrf, né ru IMt, njric. en «SIS, i H.\lism%m-ErclHE 



Ile •«[ rU' itépus-ts dans le nbinel dr H d'Hoiier. ( I'. 



4niH ; de (ueDlca, >d siuluir d'argenu au cbt'fd'iTtenl ebirt* itr Ir 
■llriu de Figon el NiiniraucOD < Hiulc-Loire ). 



S FREISSINET. [ V. i>'Y/arn i>e Freissiket, ) 



DE FHEHEUR- — Brclagnc. — Anutito-Loois ns l\ Pibriie, ntar- 
quis DE FREHEUR, né lo I" janvier t7C8, chevalier de Saint-Louis el 
de la Légion d'honneur; cadet gentilhomme à l'école militaire de Paris, 
on I ; 80 ; dlicier aux gardes françaises de 1782 jusqu'en I789;émigré 
en 1791. Il a institué en 18IS un majorai auquel S. H. Louis XVIlia 
attaché le titre de marquis. Il a épousé, en I7UI, Elisabeth-Pierrette, 
lille du manjuis de Douthillier, major général de l'armée de Condé, lieu- 
tenant général et grand-croix de l'ordre de Saint-Louis. 



1° Alite, nre rn IIU ; — l* RiTilie, ner i-ii 1*36. 
■EaiHiKE, lironle be Fkehvh, ni' en IdW, ofSrier lu 'S' t<g<- 
ie cbtasvun i <:be\Àliiitt<simn\aitt en lUO iiU'ci'di- en l»40). 
lit f|HHisé en IR3I Kat-t de Jihchi, tonHesse du niHI-tflipirf , 



108 



FRO 

De ce mariage sunl issus : 
l<* Armand, né en I8S6, appelé au majorai ; — V Amédée, né 
eu I83S; — 3* Marie, née en IS40. 
3* Clémentine de Frehei», née eo 1795, mariée en 181 S k Adolphe, 

ttiarquis des RiAtL\ ; 
4^ Anatolib de Freheoe, née en 1811, mariée en I8SI à Etienne- 
Alfred, baron Renouard de Bcsmkrrb. 



Jean-ToQSsaini de la Pierre, maniais de Fremeor, dieralier de Sainl-Loois, fut lieutenant générait 
gonvernear de Monimi^y, pais commandant de l'Ile de Ninorqoe où il est déCi-di^ k Mahon le 2 
arril 1759. 

Jean-Toussaint de la Pierre, marquis de Fremear, fils du précédent, fut chevalier de Saint-Loois et 
maréchal de camp. Il est le père du marquis actuel. 

( V, La Chesnaye des Bois, t. XI, p. 311, et les armorianx de Bretagne. ) 

Arwut : d'or, k deux fasces de gueules. 

Bèêidence: Paris, hiUel de Fremeor, 19, rue Bellc-Cliasse. 




DE FROHëN. — (Boulonnais.) —Cette famille, originaire du Boulon- 
nais, est aujourd'hui représentée par les suivants : 

r Prosper-Marie HIBONDEFROHEN: de son mariage avec Lasiué- 
NiB IllBON DE FROHEN, sont issues deux 6lles ; 

2* Marie-Ferdinand HIBON, comte DE FROHEN, chevalier de plu- 
sieurs ordres, frère du précédent. 

Jetn Hibon, sir et Ber de Froben, Inhamé en 1368, en l'église de Notre-Dame de Boologne-snr- 
Mer, était représenté armé de toutes pièces avec Técosson aux trois bostes de reine : on voyait prés 
de lai sa femme Alix de Savense. 

François Hibon. seigneur de la Motte, baron de Froben et marqais de Campsari, fut aide de camp 
da dnc de Guise, en 1888, et se distingua aux sièges de Boulogne et de Calais. Il Tut confirmé dans u 
noblesse de lignée et de race, le 21 mars 1575, par les commissaires du roi envoyés dans la province 
da Boolonnais. 

Cet preuves ont été renouvelées en 4895 et 1897, par Marie Anne et Marie-Catherine Hibon de 
Froben, reçues k la maison des demoiselles nobles de Saint-Cyr. 

Pierre, fils aîné de Pierre Hiboo, comte de Froben, s'établit k l'Ile Bourbon. Dans des actes de 1880 
et années suivantes, il est qualifié de kûui et konorgkle. Son arriére-petit-flls, Prosper, épousa Narie- 
Anne-Catberine, fille de Henn Hibon de Froben et d'Éiisabeth-Lucie de Riquebourg. C*est de ce ma- 
riage que sont issus les MN.de Froben ci-dessus mentionnés. 

( F. |H>ur l'bbt. généaU la Revœ historique de la noblesse, L II, p. 287 et suiv. ; voir aussi aux 
archives du royaume, k la bibliothèque royale, cartons du chapitre de Saint-Cyr, etc., etc., etc.) 

Àrwtet : d'argent k trois bustes de reine de carnation couronnés d'or, posés 3 et I. — Supports : 
deux dauphins. 
RitHenee : Paris et le château des Tonmelles (Seine-et-Marne). 



DE GANAY. — Bourgogne — Cmahles-Aatoike, marquis DE GANAY, 
sous^ieu(«nant des mousquetaires gris en 1814, coloDel de la légion de 
l'Yonne en 1815, et dans la mâme année député de Sadne-et- Loire, ex- 
colonel du 3* régiment d'înfanl«rie de ta garde, chevalier de SainIrLouis, 
commandeur de la Lég^n d'honneur, puis maréchal de camp ; — marié 
à FRAHçotsE BoffHB DB ViRiEU, fille de N. vicomte de Virieu, officier gé- 
néral, premier gentilhomme de Monsieur, el de Claudine de Haltesle, 

De ce auri>|< cil Imo i Chhlusi Gtnii, cbirit d'iriiim de Frutc prn li coar de Tokim 
en (IM, mirltl Bliii PncKTiLlt. 

HtiUMWt ; Ailan el leor Urre mftH d'ADlvn. 



GnUliane de CiniFi trcial du mi toiu LmiLs XI. 

Jeu de Caïuji pnpnb-r pcMdent dn lurleiuenl de P*rii, ta Itol, ambuudeur du roi Cli*rlei VIII 
tn luUe, (biKcller de Naiilel, fan chlurelirr de PnRce en (MT. 
CerBiln, Itttt da tkinctliet, dojen de Beaunit, éttqae de Cihon eu ISW, pal* d'Orltiu ta 

EUeme de Cuit, deuiltne du uan, neilre de canp de canlerle en <ni. 
Hlt«Ut, nurqnl* de fiauij, culiuifl dg rtE'mrui de Potei, tanicrneDr d'Auiun. 
LiMil-Plil, luniiis de Giniji. |ODieraenr d'Ailnn en IIU. 

(Y., poar lliiii. ieutil.de celle DjiiMi, Nobilliirede» tUUdell<iir|r<|iH;;LiChcuj;edaB«li; 
PalIlM; Horerli Feron el dom PlucbM.) 
Âtmti : d'or, I riifte déumée de ubie. 

DE LA GARDE. — Conitat Veuaissiii. — A celte famille apparlenail 



no GAR 

-{- Aui:|]!iTE-HiiiiE-BALTHAZAnn-CH*itLES DE Pellciieh. comlc DE LA 
GARDE, pair de France, clc. 

Sé » chllnn d'Alpremonl ( HaulO-Alpi-s ) , le 20 ivrit ITM, M iiixàv i Paris Je S »\rU IBM. 
Cbeialicr de Malle de nlnorllr, il crin avec »ii treti; sons lis an^ilcM du (onguiikar de ShIûiI», 
dans la niarine de l'urdre <1TM) ; oblifé de itoilirr Ualle eii ITW, il [lasta an »n\re te la Biis:<ie M il 
fui ■iiucuiiement aide de ran|> do nirquiB d'Anlic1uiii|>, najii lénrnl, ci rbambell» de l'rmpi'rcur 
AleundreireDlcéen France aiirr) la tcslaBraiinu. Il fui iivnimc mariTbal de Mnti en ISlIclcunBuii- 
daal it dépirlement du Card ; iriCTenenl blesse d'an ciiii|i de (iisloli:! i boni portanl dans one Cmeiilr 
au iHllci de laquelle il a'elail aiancj, il du quiilcr le scryn-e nilllalre. timumit d'abord plcniinlrn- 
iiaire i Hunlch, |iils ambassadeur t Madrid. 11 reliai eu Franre eu 1831, el fut nanmè «HuuiaBdnr 
de l'ordre de Saiot-Louls, ontler et eusuile romiiaiidcnr de la LégioB d'boniKir, a culln pir dr 
Krance par artaBBanre do tl réiricr IftC. 

De son mariage avec Harie-Elisabbth db Bkadhunt n'AuricHAiii', 
sont issus : 

tin m». AiPHunu. 
El ■« llte, Mtux. 

U enmle Lotis H [>tLLiTJl« DE LA CARUE i rominué la famille dans le eomlé Venalssin -, II i 
on ils, HiNM. marit en lUinN... de Parrieux d'nue andeiinB famille do LTunuali. 

KiilitMV : le (UleM de Saisi-Didier prts de Carpenlras (VauciDsr). 

El me mie, Miiii, nurUcen joUleiItltlN. D'Eirituni Stmi-Jatr'. 

RHUaue : Ail {Bo«ebe*-dn-nha»e . 

(F„ pour l'bisl. g^nCal. de celte Tamille. rilbnn Canhj Courceiln ; Aricrcoil. etc.) 

jlrwn.-d'aior, i la biode d'or auompagnM de irois molclics d'éperon d'argeni, au chef d'or cliargr- 
d'ui lanbcl de cinq pendanu de sable. 



DU GARDIER. — Originaire du Dauphiné. — Le chef actuel de c«(te 
famille est Uarie-Rouaih-Robeiit DU GARDIER, né le IC septembre 
1Ï77, chevalier de Sainl^Louis, ancien ofTicicr de cavalerie dans l'armée 
de Condé, ancien inspecteur des forêts de madame la duchesse douairière 
d'Orléans. — Il a épousé, en 1810, MAniE-PuLciiÉRiK-GENÈvB de Bbbzv. 

De te mariage Mnl Issus : 

1* CiiiiLn-lliiiE-GiBiiiiL Hubert du Uabbiu ; 
r Hauii-AuMed Roiiar du Ciidiib. 
(f,,piHir l'bisl. grn^l. de celle taBiille, les HéauHrrs de la pialsan de Saliaing.cl 1c Nobiliaire de la 
province du Dauphiné par tes RR. Pl<. Augoalins de la pIhf des Vlooircs, t. Il, êdil. dr ITIT.) 
Armti : d'aior, au lion d'argeni rcdariianl Ters nu soleil d'or posé aa rinK-qBatliFr , 
Wf (dcwi : lechUcaud'AncaBarroisCClHnpagnel. 



GAU \\\ 

DE GAUJâL — Languedoc. — Celle maison esl aujourd'hui repré- 
senlée par Marc-Antoine-François , baron DE GAUJAL et de Cholet, 
né en 4772 ; d*abord chef de balaillon et chevalier de Saint-Louis, puis 
magistrat : en 4821 , premier président à la cour royale de Limoges ; en 
4827, conseiller d*Etat en service extraordinaire; député en 4830; en 
i 857, conseiller à la cour de cassation. 

Le baron db Gadjal est correspondani de rinsUtat de France qui Ini décerna en 1894 une médaille 
d'or pour les EéêaU kittoriqnet sur te Houergue; correspondant de la Société royale et centrale d'agri- 
cuUare qui lui a décerné pareillement une médaille ; membre de plusieurs autres sociétés savantes eu 
France et à l'étranger. 

Marié en 1809 à Maric Jo&iraïKE Faire, fllle du baron Faire, procnreurgénéral à Montpellier. 

De ce mariage sont Issus : l^ EccâicR-CBARLES , né en 1811, substitut du procureur du roi près le 

tribunal de la Seine ; 
S* Jbah-Marie-Michel-Hippolttb, né en 1812, capitaine an corps royal 

d'état major ; 
5° PHiLipn-Loois-HEKRT, né en 1830. 

Ritidencti : Paris, et le cbàteau de Cholet (Aveyron). 

Frères : 

4 •* Jacques-Victor DE GAUJAL, conseiller à la cour royale de Li- 
moges ; 

2^ Philippe-Louis-Haur DE GAUJAL, maire de Milhaud, membre du 
conseil général de TAveyron, député depuis 4844. 



Jean de Gai^l de Grandcombe (la branche atnée de cetie famille, éteinte en I7S9, était connue sons 
ce dernier nom), cadet gentilhomme, en 1684, capitaine au régiment du Danpbiné, tué à la bataille de 
Cassano, enf705. 

Jacques de Grandcombe, frère du précédent, cadet gentilhomme, en 1689, puis capitaine au régi- 
ment de Damas, mort de ses blessures à Lodi, aussi en 4705. 

Samuel de Grandcombe, oncle d(« précédents, aide des camps et armées du roi, en 1676. après 
avoir servi en Portugal, à Candie, à Messine; aide de camp de Vanban, en 1681. chevalier de Saint- 
Louis, en I69S, membre du conseil des fortifications» avec Vauban et Lepère, en 1696 et 1698; blessé 
aux si(^es de Cambrai, Ypres et Gharlenii,mort de ses blessures, en 1699. 

(V. le VoUliëire miirertel, t. IV, p. 80; Histoire de Montpeltier par d'Aigrefenille, t. I, p. 615; 
Tableaux imprimés de la chambre des comptes de Montpellier.) 

Armes : de gueules, k l'épée antique d'or, au chef du même, chargé de trois étoiles d'azur. 



DE 6AUC0URT. — Famille éteinle dans les mâles, elle est encore re- 
présenlée aujourd'hui ainsi qu'il suit : 

Marie-Théhèsb DE GAUCOURT, mariée à M. Macous, chevalier de 
Saint-Louis, officier de la Légion d'honneur, chef d'escadron en retraite 
à Commercy (Meuse). 



442 GIL 

De ce mariage toni istni : 1^ ALEXAKMtE-ADiLAlDE-CAHiLLE, soas-lif otenant ao •* régiment de 

chasseurs i cheval ; aniorisé, |iar ordonnance royale do 17 féTrier 
48IS, à joindre à son nom patronymique celui de Gancoarl, et à s'ap> 
|ieler à Tavenir Macors de GArcoruT ; 

^ Maiu-Louise, mariée, le IS février 1840, à Juan Jour do Coulom- 

Bitn, lienlenanl au 4' régiment de hussards ; 
S® Jeahxe^^haiilotte Albcrte, non mariée; 
4^ Elisa-Joséphinb, non mariée. 

D*ijne autre branche est issue : 

ÀGLAE DE GâUCOURT, fille de f Raoul-Henrt-Nicolas DE GAU- 
COURT, lieutenant général, et de f N. de Béthumb, veuve sans enfants 
de N. vicomte de Jumilhac, maréchal de camp, etc., etc. 

Ritiiewe : Paris. 

Nelë. M. Sylvain-Mathias-Emmannet-Baodard de Sainle^ames , flls d'une demoiselle de Ganeonru 
cousine de la vicomtesse de Jomilhac, a été aussi autorisé par ordonnance de I84S, k joindre k son 
nom celui de sa mère. 



La maison de Gaueonrt a produit plusieurs gnnds oTlIciers de la couronne, des oflciers généraux, 
on évéqne duc de Laon et pair de France, etc., etc. 

I«es preuves faites par la famille de Gauconri par-devant la cour souveraine de Lorraine et de Bar, 
consignés dans les divers arrêts, k ce sqjet, rendus dans le cours de Tannée 1755, établissent la des« 
cendance de Jean de Clcrmont et de Beaudouin, comte de Clermont en Beanvoisis, qui vivait dans le 
dixième siècle. (LesdiU arrêts ont été recueillis et réimprimés en I vol. in-4^, k Nancy, 1755). 

(V., pour l'hist.géBéil.,IeP. Anselme ; La Chesnaye des Bois, t. vni; LaThoroauière, etc., etc., etc.) 

Armet m Gadcocrt : d*hermine, k deux bars adossés de goeules. 
— »c Macors : de vair, an lambel, k irob gouttes d'or. 



DE GILLET. — Originaire de Bourgogne. - Celte famille, divisée en 
deux branches, est aujourd'hui représentée par les suivants : 

Branche de la Rbnommièrb. — Alexandre-Loui^-Marie GILLET de 
LA Rki«ommiêre, chevalier de Saint-Louis, ancien officier d'artillerie, ca- 
pitaine à Tannée de Condé, ancien chef de bataillon au 5* riment d'in- 
fanterie de la garde royale; né le 29 juillet 177^, marié, ^* en ^800, à 
Flore Daodin ; et 2' en ^806, à Célestine Thérésiicb de Mazenod. 

De ces mariages sont issus : 

Du premier : deux filles décédées en bas iige. 
Du deuxième : 

I* AocDSTE, né le 10 janvier 1518, ancien ofOcier de hussards, marié à 
N. d'HAUiBN ; 

^ CLtnCNTlNI. 

Sœur : HuNRiBrrE, mariée, en 1800, à Louis de Mazenod. 

Branche de Laumont . 

V Nicolas GILLET de L\umo>t, né le 6 décembre 1795. 



GON tl5 

2° PRA^cols-LcBln, né le 15 juillet 1800, marié, en décembre I83)t, 
Alphossine, fille de U. Lebas Duplessîs. 

De ft nurligc c»i iMne : Miue-Alice, ni-efo noiembrelBIt. 
3* Lodise-Pélicité , veuve en ^XIS, tik -{- Ali'honse d'Ivbhv nu 

HSSNIL. 

Tient Cillet, Ktrmdiirc CD l> (our du pirlmeal de Tarli, et dojen des girdcs-iiMre de 11 ckincf l- 
lerle da jnriemeai, ta tTQt, inieur de pluleare Mtnfes de iirispriiileiiu, el son Dis, iiocil id pitle- 
menl. un) Im premleri ^ol lient rusemblè lei édiU el ordonnance) dei rois de Pnnte. 

FraDQois Gillel de I) Renanmlère, cbeTiUer de Silnl-Lonls. fut colonel di réglnvril prottnciiJ 
d'irllllecle i Slruboari. 

FnnçoiS'PierTe-Mcolu Glllel de Uamam fat cnnaïaDdiiil iti greuriiera roiam de Paris, Inspee- 
leuT gfatril in rorpi des minet de France, memtire de l'Inslilal, cbeiallcr de la l>gion d'honneur, de 
Il Réanian et de Slinl-Hictifl. Il esl morl en lut. 

[f. l'arnorlal de brille de Parlsauiarcliivcadn ropnaie, lelLreK, n° H Ma. ~ Bililiolliti)ae.) 

jlnMi:d'unr,)la paJme d'or accompagnée Fn chef de deai ^loiles d'argent, el en poinle d'un rrnîi- 

nMiimea : Pari*, fl le rhSIMn [le la nmninmifre, prl' Milli (Seitie-el-lianipl. 



DE GIVODAN — Originaire de Languedoc. — A^GB-Jc»BFll•LÉoN DE 
GIVODAN, né le 7 février 1815, chevalier de l'ordre de SainUean de 
Jérnsalem (Halle), par bulles en date du 24 octobre {842. — Harié, le 
23 juillet 184) , à N. de Valliet D'AB^ouvltLE. 

Arma : d'aisr, au cbcTron d'arteol chirgé de daq bcsinls de gnenles, acconipigaé de irols roses 
aussi d'arjenl i an thef d'or, an lion Isuil de ïuealet. 
lUtUaee : le cblwa de la Sntufc, tonoane de Yen-le^inBd (Selne-et-OiseJ. 



DE GONTAUT-BIRON. — Périgord. 
Casun II de Contant, salgneor de Biron ta Périgord, croisé en 
Arma : Vétt ta bannière, écinelé d'or et de gueules. 



Il* (;ra 

DEGUUJON. (f. «eTiiuisï ) 



DE GOYS. — Originairtt des Pays-Bas. — JBA^-AI^llAsn DE GOYS, 
capilaine de cavalerie, fils de LolJIs-ANTUl^E DE GOYS et de Françoise 
i>eVbrtaiit, né le 24 août 1798, garde du corps en 1M6, relire du ser- 
vice en 1 850, après avoir accompagné Charles X à Cherbourg ; marié, le 
8 juin 1850, à Cblestikb ue Fhaix ne Figon. 
»t tr lurlifr mM Issus : 1° Elibi»ciii, nte tu IMI i 



«"Septthe. nécnlUI. 



[V., [Viar rïlsl. gêncil. di: telle [imille. le Diellonnilre de la iialilf«s« de La ClirtRije dn Bois, 
1. VII ; liàitmitUnT la toilciêt àa Lm§iit^r, par H. de BesniK ; Cililutnie de la noblrsee di lurs 
le Veli}, japr. k MunlpeUlet, en ITTT; l'HMaire4* Ytlt, P»' Arinind ; elc, elc, ele.) 

Arma: d'nr, an cherroti d'aiiir cbirgé de iruli fleur* de !ls d'irgedi; icrolé deFutn. 

KtMnrt : le Pur (Hinle-Lnire). 



DE GRAHONT. — Navarre. — Le chef actuel de cette maison est \s- 

TOIHE-HÉRACLlUS-AGÉIlOa-GENETIÈVK DE GBAHONT, duc nsGRAHOKT, 

et DE Gdicbb, lieutenant général, grand officier de la Légion d'honneur, 
grand-croix de Saint-Haurice et Lazare de Sardaigne, chevalier de Saint- 
Louis, etc.; né le 17 juin 4789, fils de -j- A ^T0 in e-Loi us-Marie duc DE 
GRAMONT, pair de France, et de f LouiSE-GABniELLs-AcLAé de Poli- 
GNAC; marié, en 4818, à AMaA-QuiNTiNA-ALBERTiNE-lDA de Gbiuod 
d'Obsat. 

De t« luriige soni Istos piiiieon uiibnit. 

nitldenrei : Puris, roe de l> Ville-rE>h|>e, el le ehlleia de (inmonl dans les Prrêiiéet. 

Sœur : CoRlSA^DhE-ABllA^Dl^E-LÉoNlE-SoplllE DE GRAMONT, ma- 



GRA 415 

riée, le 28 juillet 1806, à Charles- Auguste BeiNnet, comte i»e TANkER- 
VILLE, pair d'Angleterre, etc. 



Principales iUiulrutiont. 

Yergon Garcie, seigneur de Grainont, fil parlic de la première croisade en 1096. 

Gabriel de Gramonl foi successivemeni évéqoe de Tarbes, archevêque de Bordeaux el de Toulouse, 
puis cardinal II contribua par son habileté i la prompte délivrance du roi François V^\ il mourut en 
45S4. 

Philibert, comte de Gramont, celui dont Hamilton a écrit les piquants mémoires (I), était fils d'Au- 
ioine II de Gramont, comte de Gramont, de Guiche et d'Aster, chevalier des ordres du roi, vice-roi de 
Navarre, etc., qui, après avoir contraint l'amirantede Casiille ^ lever le siège de Rayonne en 1636, ob- 
tint un brevet de duc et pair du roi Louis XIV en date (*u 4S décembre 1646. Le chevalier de Gra- 
mont, aussi chevalier dos ordres du roi, gouverneur du pays d'Aunis, etc., eut de son mariage avec la 
belle Elisabeth Hamilton, sœur de son spirituel historien, une fille mariée, en 1694, à Henri, comte de 
StafTord, pair d'Angleterre, etc. 

Antoine IV de Gramonl, duc de Gramont, pair de France, etc., fut créé maréchal de France, le 
S février 1724; son fils, son pelit-fils et son arrière-petit-flls furent lieutenants généraux. 

Antolne-Louis-Marie, duc de Gramont, fut mestre de camp de cavalerie en 1778, suivit les princes 
en émigration, fut créé pair de France en 1814, lieutenant général commandant la 11® division mili- 
taire ft la fin de la même année, ambassadeur extraordinaire en Angleterre pour le couronnement de 
Georges IV en 1821, officier de la Légion d*honneur, etc.; il est le i»ère du duc de Gramont actuel. 

(K., pour l'hist. généal. de cette famille, le P. Anselme; Moreri; La Cliesnaye des Bois; Cour- 
celles, etc., etc.) 

Armet : Ecarlelé : an 1 d'or au lion d'azur, aux 2 et S de gueules à trois flèches tombantes el ran- 
gées d'argent, empennées d'or; au 4 d'argent au lévrier de gueules colleté d'axur, i Torle de sable 
besanté d'or; sur le tout de gueules ft la croix pâtée d'argent. 

' Nota. La maison de Gramont de Navarre a constamment protesté contre toutes prétentions de fa- 
milles portant le même nom et qui chercheraient à s'arfilier i celle de Gramont de Navarre. 

On trouve dans les anciens titres le nom de celte famille orthographié de diverses manières, Gramont, 
Grammont, Granmont et même Grandmont La lamille a adopté l'orthographe la plus simple qni est 
celle qui se rapproche le plus de la prononciation. 

DE GRAMONT DE CADEROUSSE. — Comlat Venaissin. — Ch\rle8- 
Marie-Léonce-Robert DE GRAMONT , duc DE CADEROUSSE , né le 
7 avril 4808, fils de EMUANUEL-IsirK>RE DE GRAMONT, duc DE CADE- 
ROUSSE, et d*ARMANDB DE Vassé ; — a, de son mariage avec N. Paulzb 
dTvoY, plusieurs enfants. 

HlMMlriUioiu, 

Le duc de Caderousse, |ière du duc actuel, était maréchal de camp par brevet du 20 décembre 1825. 
S. M. le roi Charles X lui accorda, ainsi qu'à la duchesse et à la douairière de Gramont, les honneurs 
dn Louvre, et, le 7 Juin 1826, lui confirma la possession de son titre de duc bôrédiiaire; il fut nommé 
pair de France par ordonnance dn 19 novembre 18SI. 

Cette famille a encore fourni un maréchal de camp, Joseph de Gramont, chevalier de Malte. 

71/ref. Marquis de Vachères par lettres patentes de Louis XIV, de Juin 1688, enregistrées au parle- 
ment de Grenoble le 4 mai 16^9. 
Ducs par héritage d' André-Joseph d'Anceznne. duc de Caderousse, décédé en 1767 , qni laissa à 

(1) Un savant critique, membre de l'Académie f^oçaise, a fait, i propos des Mémoires dn chefaller 
de Gramont, une curieuse remarque : c'est que deux des ouvrages de la littérature française, les plus 
remarquables par la finesse et l'élégauce du style, ont été écrits en français par des Anglais : Tun est 
le livre d'Hamilton, l'autre est le Wtakeek de Reckford. 



4<t GKA 

Hirlc-Pbllippt de <:niDaBi, son coasiii, unu les biens de ubiImb. ci Mtuaawnt le iatUieCtif 
ronssc, trifé parte ftft Aleundre VII, en lUï; le marqDiul de Cidiiltl en Linpiedoc, «rlft en 
im pir LoDis Mil : le ttxnie île Sésame el l> bironnle da Tliot. 

(LiitaM. I) plHtainpkie de celte fimlllese innve dim le leaw III des Arekitu ntèitltira 
de H. UiNé.) 

Arma : d'ur. u lluii i'tiat linpsiiw cl inié dr Kupuln. 

R/iUmen: Pwis.el CiderousM (ViikIuw;. 



GRANË. — Suisse et Bourgogne. — Famille doot le nom est ancien 
dans la magislralure du pays de Vsud en Suisse. 

Je» Unne fit biilll de l'tvtque de LinuDne, eu IMS. ( V. le Ctttntlev tniuc de Brldel, 
1. viii,p.4t7,ett. XIII, p. ta.) 

Eu UM, Clnrd «Inné fui dins b ntliMnle de LmsiQne l'an des prhidenls 1 11 dispsre tbMa- 
flqae qnl prècéds li réConnilioii, ( V. l'BMBh-t it It Rt{iirm4tin par Itacbil. ) 

Cette fimille i t\i itnt le cKcle dernier Dite en Fnnce, où elle ■ rendu des Knice» qnl Ivl oui 
nin le) llltn mentionnés cl-sprès. 

L'an de ses memlins, le cheialJer Gtme.fmenioyéen SnMe charfé d'une missloii Imporlanle Ion 
de 11 réiolntlon de ITT3 Fiile dans rjnlér^l dn trdne. 

Retiré en Fraite, II ; a acheté en Boat^pie la terre-turannle d'EuDD, nialutenaiil ponédée par 
la pellu-oeieni [V. Ubé, Bitl. térid. il la Nti., I. Il, p. lit), el dans lM|Delle Ils résident. 

Henri Gnnr, né en <7ST. crée baron par lettres luleuiei da nil Unis KVIll, cmebittia l'innée 
IRIS. 



Arma : de (nenles. b dcni cbricons d'ur, an pal d'inir, cbarfé d'in siddl d'or brocbani »r le 

DE GRAVILLON. — Lyounais. — Les r^résenlanls de cette famille 
âont aujourd'hui : 

\' Alphonse DE GRAVILLON, ancien otfeier de caval«rie, chevalier 
du Saint-Sépulcre, etc. 

RMdaee : Cheraingei, préi de L^on (Hhane). 

V Hbctor de GRAVILLON, officier au corps royal d'état major. 

La rinille de ViUeton-Pérland de GraTlIlon i été anoblie at uliiéme sléde. ( V. vaitttire it 
LfM. EcbetinsdeISSTIISftS.) 

Arma : de inenles, an lion d'or, an ehef romn d'âne tbirgé de irais èbdles d'à-. 



GRl Ul 




DE GRENTE. — Normandie. — Edmond DE GRENTE, né en ^812, 
marié, le 18 juin 1855, à Marie-Octayie du Hauvel. 

De ce mariage est issue : MARiE-Eorro, née le 18 avril 1836. 



Le IS mars U85, Jehan Grente fol reconnn d'ancienne noblesse an vicooiié de Falaise (registre de 
la coor des aides, fol. 65 . 

Charles de Grente, comte de Gréoonrt, fat premier président et avocat da roi an parlement de Nor- 
mandie. 

Cette famille a fait ses prenves en 146S et en 1540, et elle a été maiulenne dans sa noblesse, le 
Il février 4669. Des traditions de famille la disent originaire d'Angleterre; maison voit dans ces preuves 
qne de temps immémorial elle a possédé la terre de Saint-Pierre-Azy ou Aiiso, située dans le bail- 
liage de Caen, d'où l'on doit conclure qne c*est de là qu'elle tire son origine. 

(K. La Chesnaye des Bois, u VU, p. 447 ; La Roque, etc., etc.) 

Armeê : d'argent, à la fasce d'azur k une croix ancrée de gueules brochant sur le tout. 
Béêidence : le château de Glos, près de Monlforl-sur-Rille (Eure). 

DE GRIMALDI DE MONACO ET DE VALENTINOIS. — Le chef actuel 
de cette famille est Tancbède-Florestan-Roger-Lodis DE GRIMALDI, 
prince souverain DE MONACO, né le ^0 octobre 1785 , il a succédé à son 
frère le prince Honoré V, le 2 octobre 1841, sous le nom de Florestan P^ 
— 11 a épousé, le 27 novembre 1816, MARiE-LouisE-CAnoLiNE-GARRiBLLE- 
Gibert deLambtz. 

De ce mariage sont issus : I® Charles-HonoréI ub Grimaldi, due de Valbntinois, prince hérédi- 
taire, grand d'Espagne de 4*^ classe, etc., né le 8 décembre 1818; 
S^Florestinb Gabrielle-Artuinette de Grimaldi, née le 22 octobre 
1853. 

Filles d'oncle paternel, prince Joseph de Grimaldi (f le 28 juin 1816), et de Françoise-Thérèse de 
Choiseul-Stainville (f en 4793) : 

4<* Honorine Camille-AtbékaTs, née le S9 avril 4784, reuve de René-Louis, marquis de la Tour 
DU Pin ; 

S° ATHÊNAls-EoraROSiNB-LooiSE-PBiLiPPiNE, née le 23 juin 4786, veuve de f AucusTS-MicBEL-FiLi- 
CITÉ LE Tellier DE SoovRÉ, marquis de Lodvois. 



La maison actuelle de Grimaldi-Monaco descend, par les femmes, de celle des Grimaldi , princes 
souverains de Monaco depuis le dixième siècle. 
Antoine de Grimaldi, prince de Monaco, mort en 4734, laissa sa principauté i Louise-Uippotyte, sa 



ns GUE 

aile )Un , miriM , le 10 uclulin IIIS. i Jacqiwi-Fnntuiï Léunur d« Goyui-Hiligiioi , ce 
Tlioritn!, ilaconduion. ucepiéediiis le nmlnl dt Rl)lrilg^ qK It miiiil \es nhnls > Bllln 
nient oniqueiiKiil le nom ri In anca pleiim île Crimidi. 

[V.. pogr l'hisr. gènéil., ImbdlT; le P. Anulioe ; U CbcjBiTe de; Bals, tu,.] 

Armtt : tuMlé iTargeni ei de tw'it*- 

ttèilénrti : Nunxo CI Piri). 



DE GROLÉE'VIRVILLE. — Le chef aciuei de celle maison est Josepk- 
Victob-Gabkiel De GROLÉE-VIRVILLE, cbevatier de la Légioa d'boD- 
neur, receveur général des finances du déparlement de Vaucluse, marié 
à MARIE-A^^E Pulciibtti. 

De ce muiiie MMt iusi : 1° Ltox-MiKii-GiiiiiiL m Giioi.£i-VtiiviLLi, né le l noieakn lOf ; 
1° Jvux-TiÉRlsE. ourlée i N„. mirqnli Siuciiiii-Dnuiia; 
V LiD» iuLU, miriée 1 N... nurqDls » TuisiNinitâiitRi ; 
4° Akii£-Xiue-Vicidii:ii-Vimliiii. 

Petite nièce : Hélanie db Grolée-Vih ville, fille de ^ Jules nE Gkolse- 
ViRvtLLE et d'Amélie d'Alauzier. 



Uat it Grolèe fui (ice-dUKClier ili pa|ie Felii V. »ibusad«Br du il« île Siiaie et irétoriec du 

Homberl de Grotte titiji wui Cbirlis VII, el (al (Mierneur de Ljon, marèdul du DiD[iliiBC el 

Charinde Grolée Fui coiiuiller de Cturles VII. C'est en u Tivear que ce prince triiei li wigaeirie 
de Vlrvilk en birOBnle 
Fnntoli de Grolée fp! coniieilirc dn roi ; c'en ea u riveor que la Miineilrie de Vinille Tut alitée 



(V.. iHUr l-biil. léuéal. tte celle bnUle , U Chesniye dei Bail , l. Vil. p. 171 M (uIt.; Gakbnoa, 
Uiâlairt it la Brttèe a U BagCf ; Nitotu CUorricr, El*l relitiqte i» DatfkM ; HiUrioB de Ginie, 
Tniii it It tUett it Bvtfkité. elc.) 

Armtt : f Iranné d'or el de uMc de hail pièm. 

R^iMeire : A>i(iKm (ViBclase]. 

DE LA GUETTE. — Sainlonge. — JEiN-JosEPH-BotTEviLLE DE LA 











GUI 






Il» 


GUETTE 


a 


épousé i 


, le 


8 octobre i 825 . 


, Hahie-Catiierine-Gernaivie nE 


CunzAT. 
















De et «.ri 


âge 


riM iiso : . 


riAI-iVlES-CtSAKDELAGui 


TTi, né M IM». 







(V. Lt Cbesniye des BnlïL, l. V|I. p.SS; ri Ici Néii»<(*s de midinc ilr la GnHle [N. dr Mnit- 
dne], hr\li pu ellc-méBif (la Hijt, tMI). 
Arma : Sam, 1 1» tistc d'w accoopM"*» ^ "o'S *loilcs de nrfnip. 



DMHftJ^ fvtili^t : SiiniM (CbirenW-Inlérirnrrl. 

DE LA GUICHE. —Bourgogne. 
Hdiki el Rcnnd de li Goiclie, crnls^en Ili0. 
Fioiille appelée k lipiirie «n Itl9. 
Armn : De ilpof le, ta unloli d'or. 

GUIOTDE SAINT-RÉMY. — Lorraine. 

EiiliANDEL-JEAH'CHAHLEs GUIOT DE SAINT-RÉHY, chevalier de 
Saiol-Louis et de la Légion d'honneur, émigré en t79(, a bit les cam- 
pagnes de l'armée de Condé jusqu'au licenciement définitif en 1801, fut 
fait capitaine dans la légion des Vosges en 1816. 

De Km mirùge en dile it 33 décembre twi, iiec HiME-Sorni ni li Cour, f I* «> nti <>ll. 



Rbkë-Philippb ne Nery GUIOT DE SA!NT-RËHY, frère de Chahlu, 
né le 29 mars 1771, émigré en 1791 avec son frère atné, a fait avec lui 
l< imé capitaine 



DE L.\ BAIZE. — Bretagne. 

La rwillle le Bmor de li Hiite, arigloilre de HuiUia (buic NormiiKlle), i tU milDieiiit itm ta 
noUtsu rtr plulnn iirtu, noUDaeni n ivn, ISU, lAti devint H. de BMiliep , n i«M et ea 
ITM. 

(V. Silil-Allals, SaUiimirt miicrut.) 

AmtM ; d'irienl, i deii ctaeTrani de gntoles, acmnpignés de Iroii coquilles de mène. 

KitUaict : Lqrienl {MorbUun]. 



DU HAMEL. — Originaire de Picardie. — Cette maison, divisée en 
deux branches, est aujourd'hui représentée par les suivants : 

Première branche [établie en Champagne ) : Adolphs-Hbkbi , comte 
DU BAHEL RE Saint-Rênt, né en HDS, ancien officier de marine; ma- 
rié, en 1815, à Gabmelle leGhas de Vadbersey. 

' De ce mirla|fl um Im» : 1° Einur. aé eo tï(7; 

¥ EaiLii, mrite, en <U1, l Aucitsti, mirqnli de ChaosilDD, ineiea 
eaplulM de cavalerie, ctaeiilirr de la Lt(kiD d'honnenr. 

Deuxième branche ( établie en Guienne ) : 

1* OcTAVB, comte DU HAHEL, né en M16 ; marié, en 1836, à Ltdib 
i>B Haghe; 
De ce nriice e*i iteo sa II» : Fiuntii» nt Hamel. 

2" Louis DU HAMEL, né en 1 81 7 ; 

5* Habib DUHAMEL, néeeo 1819; mariée, en4836, à ÉHiLiE>,comte 
DB Carlb : 

Tous trois enfants de f Victok, vicomte DU HAHEL, ancien maire de 



HAL' 121 

Bordeaux, officier de la Légion d'honneur, décoré du brassard de Bor- 
deaux; et de OcTAviE Freteau de Saint-Jo&t. 

Oncle : Louis-Joseph, comte DU HAMEL, né en HT", a été successi- 
vement officier de la maison de Tempereur, en ^ S^ ; préfet des Pyrénées- 
Orientales, de la Dordogne et de la Vienne ; député de la Gironde, conseiller 
d'État en service ordinaire, et deux fois vice-président du grand collège 
électoral de la Gironde; reçu chevalier de Malle de minorité en 178 i, 
commandeur de l'ordre de Charles lll d'Espagne, officier de la Légion 
d'honneur, et chevalier de la Couronne de fer d'Autriche. — 11 a épousé, 
en 4803, He^^riettk de Ciiastp.igneu de la Chasteigneraye, décédée 
en 4852. 

De ce mariage sont issus : 1** Hekri do Hambl, né en 1807. aacien page d(>s rois Louis XVIII et 

Charles X, pais orUcicr au 5^ cliasseurs, mari.*, en 185^1, à Ali\ dk 
Ro!(CBEROLLe$, Iflle de Théodore, marqub de Runcherollcs, ei de 
Delphine de Lévis-Mirepoix. 

De ce mariage sont Issus plusieurs eiiranis. 
2o Victor, né en 1810 ; 

3* LouisK, mariée, en I8S4, à Auguste de l\ Croix Chevrières d'Or* 
NACiEux, comte de Sayve. 

De ce mariage sont issus des enfants. 



Wauiier, sire du Hamel, 1^ du nom, vivait en I90S. 

Jacques du Hamel, gouverneur des ville et chAleau de Saint^Dizier en 1633, s'illustra par la défen^e 
de cette place en 1642 : son portrait est placé dans la galerie des hommes illustres an Musée de Ver- 
sailles. 

Louis, marquis du Hamel, général des troupes de Frédéric de Prusse, puis généralissime des armées 
vénitiennes; moomt gonvernenr de Morée en 170S. 

En outre, cette maison a fourni plusieurs chevaliers de Malte, parmi lesquels six commandeurs et un 
grand trésorier, des dignitaires ecclésiastiques, plusieurs présidents k mortier au parlement de 
Guyenne, etc. 

(K., pour l'hist. généal. de cette famille, le P. Anselme, la Chesnaye des Bois, Noreri, recueils et 
noies des savants PP. bénédictins. Laine, , t. VII.) 

Armes : d'argent, à b bande de sable, chargée de trois sautoirs d'or. — La branche de Guyenne 
charge ses armes d'an hamel d'argent sot un fond d'azur. 

iiésideiice : Paris. 



D'HARCOURT. 

Richard d'Harcourt, seigneur de Renneville, chevalier du Temple, croisé en 1130. 

(K. l'hist. généal. de la maison d'Harcourt, par Gilles André de la Roque, 1662, 4 vol. in-fol., eic.^ 

Arma : de gueules, i deux fasces d'or. 

D'HAUBERSART. — Flandre. 

Famille appelée en 1814 à la chambre des Pairs, oà elle est aujourd'hui reprcseoiec par son chef, 
dont le flls si< gc à la chambre des députés et au conseil d'état. 

(K., pour l'hist. de cette famille, Courcelles. in-4<», t. VIL) 

Armes : d'azur au chevron d'or, chargé de deux épiées appointées de 5able, et accompagné eu chef 
de deux étoiles d'argent, et en iiointe d'une balance du même. 

46 



D'HAUSSKZ — Normandie. — 

Chaalr!) leMekcreb, baron D'HAUSSRZ, mcinbre de la Chambre des 
députésen I8l5et482": préfet des déparlements des Landes en 1817, 
de l'Isère en 1819 et en 1820, de laGirondeen I82.I; ministre secrétaire 
d'État en 4829. — a épousé RnsE-CATSERiNE-ËHiLiE PathtdbsHallais. 
— De ce mariage est issue: BRNEsn^E d'Haussez, mariée au baron 
Michel de Saint-Albih, ancien receveur général des finances et dépulé 
en 1827; leur fille, Louise os Saint-Albin, a épousé, en < 841, Fran<;ois 
DB SiiNT-PRrBST, duc n'AuiAZAN, grand d'Espagne de 1" classc. 
Arma : d'iiar. k irnii mcrltltu d'ii^Dl, (oajié de mime ) l> fcnlllf At tt\t ïr, forai», Im dMiM 

lOBrntM 1 UDOIK. 

BilUttee el demicill fcliliine : Salnl-Slrni (ScInHnfMforf;. 

D'HAUTEBtVE. — Daupbiné. — Cette famille a pour représeolanU 
actuels ; 

4° PiEHKC-Lotis-AuGusTE Blanc RE Lanautte, comte D'HAUTERIVE, 
membre de la chambre des députés, directeur au ministère des affaires 
étrangères, né le 9 mai 4797 ; marié, le 20 mai 4848, à AGNàs-HÉLANis 
DB Lanautte, sa cousine. 

De ce mirlMï immluiii: <° A[iEinTi-MA[iiici,ilcaniUD'IlAiTTUiivi,n«l«llii>il1S<9, maritlell 
noitabre (Ul, 1 Alli, lllle ie C-Al., nurquli ni NIdoumil. 
Deu miriaieeal isn ' AncimiJtEiixr, né le A noTembrc ttU. 
1° ll:iiiii-AaÉ[.ii, Me le 17 nui If». 

2' Maohick, baron D'HAUTEBIVE, consul de France, veuf de f N... 

I>E LA POREST. 

Deu ninifr sont isKos plnutpan enlin». 



AIriaDiIrr-lliDrIcf Blinr di' Umallp. comlr d'Hiulrrivr. ni> m ITM. lui (ni(il)i(iiiiired'»ib>EtMiIe 



UAU <23 

i CuiuUiili*tt|ile CR tTU. |Hiis en Mnldivle Rcalré eu Fnniï eu IWIO, il fui auu-vuivcidciilelitdlcs 
ltai»i polil[qB«i au niialslcre dn ifbiro elnottrei, mnseillcr d'Eul, t^rie in arcblvcs du minii- 
icrc des liïiiws e[nngfres, membre de l'inslItRl, liceti^ùdeal de ta sociéit ui nique, coBuaiDdear île 

Sa île télé ieiiu iw H. le dieiaJier Aniud de Munlor, t roi. graud In-S, 
Âma : ftili lu I. d'argeiil tl d'aiir, êcaricks en Msluir, cl au 1. de (ueule» an ejfue d'arfent, 
au chef d'uteul, chargé d'uii cruiisaul d'iiar. 
RéiUtutt: Paris, ruïJouberl, ST. 

DE HÉDOUVILLE. - Picardie. 

Le conic C. H. J. n. de HMovillle, Hcnleniiit-géiHTal, fui appelé t la parrU; par urduanancï du 4 
Juin 1114. Son ll> alnt lui a >uc«'dÉ ta ists, cl liége anjunrd'liul i la cbanbre des pain. 

Le cunle de Hédouville, fitredn géiitral, aiaiii la rarritte dlplonulique ; il a tlï minlilre pltaipu- 
MtlalK. 

(f.pMrrkisl.têaéal. liSfinMjUraifU, parLatJilumIliète, lo-Tul., |>. 4Mel4>l;C(Mn«Uet.lI-4°, 
L VU, Cl la DOlillliIrMde Picardie). 

Anui : i'M, a> cberd'unr, cbarfé d'un Ihin leopatdé d'argeul. 



D'HERBELINE DE RUBEACY. — Celle famille, éleiiite dans les miles 
au commeDcemenl de ce siècle, n'est plus aujourd'hui représentée que 
par Harib-Francinb D'HERBELINE DE BUBERCY, fille de f J^cuues- 
JoACHiH D'HERBELINE DE RUBERCY et de f Louise-Habti.\e Gaignk- 
RON DR Chailluu j — mariée à Nantes, le 4 octobre 1 S04 a Yvbs Jécou. 

De ce luriiceBont isMi : I'Vvei Jtcoc, oé le SauAi IMS, iuiiDitiir dei pOBU ei thMméa.cke- 
taller de la Légian d'boinev, Barié le M nul l(U i Hàmk-Pivukk 
RicutB «( SuHT^earaïKu ; 
3* CiiiLH-ADUïTi JUso, Hé le I» janvier ital, wrlt. leis jullei 
lui, 4 Lanu LiEKNRCi 



' Edovirii. ( 



t an. 



Krantoia d'Herlieline, Migoenr de LodguefusM M de Hindcillle (de la ville de Ba;en). fut anni 
lattbartedoiDée i Parla en février ISII.enregitlrtea la roir dei alde^, 4 Rouen, le H jaJiletlS 

Anna d'Hiuiuhi : d'ainr, an chevron d'or accosqiagaé de Iroli hatbe* d'armes d'argeul, set f, 
deu du tlwf affroulén. 

KitiitHcu : Naniet «i le Ttios. 



V t 



vu lilL 

D'HERLEN. — Boulonnais. — Cette famille a pour représenlants 
actuels : 

^° Louis-Alexandre-Augume le PorcqD'HERLEN, chevalier de Malte, 
né le 25 décembre 1812, fils de -J- Loois-Alexandre-Auguste le Poney, 
écuyer, seigneur D*HERLEN, et de Marie-Louise-Charlotte-Augusti.nk 
d'Héricault de Lin 1ères. 

2'' Louis-Jules-Alexandre le Porcq d'Uerlen, né le tO mars 4826, 
frère du précédent. 

Les siears d'Herlen et d'Imbrethun issus de Philippe le Porcq, murt dans l'exercice de la charge de 
secrétaire du roi, dont il avait été pourvu le 48 mars 1704, furent mainienus en vertu de cette exiraci ion. 

{Y. Saint-Allais, t. XIX, p. 333. — Nobiliaire du Boulonnais, dans la Hevue historique de ta noblesse, 
t. M, p. 381.) 

Résidence : Boulogne-sur-Mcr. 

HERSART DE LA VILLEM ARQUÉ. - Bretagne. 

Guillaume Hersari, croisé en 4S48. 
Armes : d'or, à la herse de labour de sable. 

HIBON DE FROHEN. ( V. de Frohbn. ) 

DU HIL DE MALLEVILLE. — Boulonnais. — Damas-Louis-Agathon 
DU Crocq du HIL DE MALLEVILLE, né, le 24 mars 1806, de f Jean- 
LoDis, et de -|- Scholastique-Françoise-Madeleine le Marinier de la 
JoNQOièRE; marié, le 26 octobre i85i , à Jeanne-Gabrielle deMilleville. 

De ce mariage sont issues deux Ulles : 

l<^ Léome Gabrielle, née le 31 mars 183S. 

8° M A RIE -Françoise- Alix, née le 30 novembre I8S5. 

Résidences: Douvreud (Seine-Inférieure) et Rouen. 

Sœur : Glaude-Scholastique-Amable ; mariée, en 4824, à Henri- 
Augdste-Amtot du Mesnil-Gaillard, ancien capitaine d'infanterie, che- 
valier de Saint-Louis et de la Légion d'honneur. 

De ce mariage sont issus : \° Marie-Louis-Aicuste, né Ie6 mai 1835. ofOcieraux chasseurs d'Orléans. 

S° Henrt-Agatbon, né le II mai 18iG, élève de l'école miliiairc de Saint- 
Cyr, promotion de 1844. 

l^ Gustave^Armand, né le 30 avril 4858. 
Résidence : Le château d'Angerville-la-Martel (Seine-Inférieure). 

(K., pour l*bisi. généal. de celle famille, l'Armoriai de Picardie et de Itoulonnais; l'Indicaieur nobiliaire 
du président d'Hozier.) 

Arntes : d'argent au chevron de gueules accompagne de (rois losanges de sable posés 2 et I . 

D'HINNISDAL. — Flandre et Artois. 

Gilles de Hinnisdal, croisé en 1190. Ses armes sont dans les salles des croisades, à Versailles. 
(K., pour l'hist. néncal., le Supplément aux trophées du Brabant, laGhesnaye des Bois, i. YUI, le 
Dict. rérid. de. Laine, elc). 
Armes : de sable, au chef d'argent, chargé de cinq merles ;)u>si de s;ibU'. 



HIT \}:i 

D'HIRAUMONT. — Originaire de Bourgogne. —MABit-ÉnouAun-JosEPii 
Rousseau dr Rimogne, baron D'HIRAUMONT, chevalier de plusieurs 
ordres, né en 1779; marié, le 21 octobre ^825, à Lolise-Ai.exandrine- 
Catherine de Schonendall d'Arimont, née en 1805. fille du comte de 
Schonendall d'Arimonl, de la maison des comtes de Spanheim, et de 
Catherine, baronne de Bilistein. 

De ce marisige esi issu : Loi'is-Cfi4RLEs-ÉDouARD. né le 28 juillet 1821. 



Jean Rousseau elait cruyer de Mgr le doc d*Angouléme en 4135. (Cuurcelles.) 

L'empereur Joseph II arrorda le tilredcbaron du Saiiit-Empireù Jean-Louis Rousseau de RiiDogiie. 

(V. Biographie nniverseUe^ t. \XXIX, p. 59; Saint-Allais, Annuaire de 1835; Laine; de Cour- 
rellts, in-8, I. Il, elr.) 

Xrmeê : Taillé d'azur sur or. 

Héêidence : Le rhAieau de Loiiny (Ardennes . 



DE LA HITTE. — Gascogne, au comté d'Armagnac. — La famille du 
Cos de la Uitte est aujourd'hui divisée en deux branches, représentées 
ainsi qu*il suit : 

Branche de la Mothe. — JEAN-BAinisTE du COS, comte DE LA HITTE, 
ancien officier de cavalerie, chevalier de Saint-Louis, né le 45 avril 1700 ; 
marié, en 1820, à Elisabeth de Cugnac. 

De ce mariage sont issus : l** He?(ri, né en 1821. 

^ Philibert, né en 4827. 

Hétidence: Le château d'Escligiiac (Gers). 

Branche de Gaspard. 

Frères, ou représentants de frères par rang de primogéniture : 

\^ Fille unique de f Jean-François di; Ct»s, comte DE LA HITTE, 

seigneur de Gaspard, et de Hombeline de Caïlis : Amable Lucile DE LA 

HITTE, mariée à Louis d'Arblade de Séailles. 

De ce mariage est issu un Uls : Edmond. 
Résidence : Le château de Feuga (Gers). 

2- Édooard-Réné du Cos, comte DE LA HITTE, fils aîné de f Jean- 
Benoit, vicomte DE LA HITTE, chevalier de Saint-Louis, major au régi- 
ment de la Rochefoucauld-dragons, el de Alexandrine de Ginesfk, dame 
DE Longues ; marié à Emilie de Combettes la Bourelik. 

De remariage S4»nl is^us : 4° Odet-Casimir-Loiis, né le 21 juin 1812, in:irié le 22 mai 4)t43, » 

JosÈPHE Leymac. 
2" Gharles-Jacques-Lous, ne le 26 novembre 181 J«, ofliner dolal- 

major. 
.%*» VicTOR-llENBi-ALrREn. no le IC lujrs 1826. 

HinidcHK : hv r\\Mi'M[ iW Loiicur> illautc-Ganiniic). 



^26 UUG 

Frère el sœurs d'Edouard René : 

ê, Jian-Erkkst du Cos, Yiconite de la HITTE, oé le 5 septembre 1799, lieutenant général, inspee- 
leur d'artillerie, chevalier de Saint-Loui«, rouunandcur de la Légion d'bonueur, chevalier de Saint-Fer- 
dinand d*Espagne, de Sainl-Maarke et Saint-Lasare de Sardaigne, commandeur de l'ordre du Sauveur 
de Grèce, marié, eu 1829,) Jeanhk-Cécilia Cutteb. 

De ce mariage sont issus un fils : Ernest, et trois Olles. 

i, HoMBKUNi DU Cos DE LA HITrE, mariée à Henri du Pin de Saimt-AkdU, ancien «dcier d'éiat- 
niajor. 

c. Hermine du Cos de la HITTE, mariée) N..., baron de Foulquier, colonel d'artillerie, chevalier 
de SaiutrLouis cl de la Légion d'honneur. 

3« Auguste du Cos DE LA HITTE, chevalier de la Légion d'honneur, 
capitaine au 2r régiment de ligne, fils de f Réné-Makib du Cos DE LA 
HITTE et de N... de Puydemare. 

Frère du précédent : 

Louis du Cos de la HITTE. 

Rindence : Toulouse : 

4* LoD^-ANTOl^E DU Cos DE LA HITTE, seigneur de Puydorphile, né 
en 4765, colonel au service du roi d'Espagne ; marié à Buenos-Ayres. 

Il est père de plusieurs enfants. 



Odel du Cos de la Hitte donna, eu 1230, des coutumes à sa terre de la Hitte. (La charte originale 
sur parchemin est possédée par la famille. Elle est citée par La Chosnaye des Bois, t. V, p. 440.) 

Odet du Cos de la Hitte, gouverneur de la ville et du chiiieau d*Anrh, repoussa victorieoiement l'ag- 
gression des Anglais en UUO. (Annales de la Gascogne et l'Hia^. det grtnd* etipitaines^ par Mazas.) 

Pierre du Cos de la Hitte, fut cardinal cvèque d'Albane en 1438. (GiUUu chmtiana^ t. XIll, p. 18S.) 

Jacques du Cus de la Hilie, chevalier de l'ordre du roi, fut, en 1583, capitaine de cinquante hommes 
d'armes, lieutenant pour le rui, commandant l'armée de delà les Monts, et gouverneur du marquisat de 
Salnces. (Mémoires de de Thon, Pièces fugitives pour servir à l'histoire de France, par le marquis 
d'Auhais.) 

Cette famille conserve vingt-deux lettres autographes de Henri \\\ et une de Henri IV, adressées à 
divers de ses membres. 

(K., pour rhist. généal. de cette maison, La Chosnajre des Bois, t. V, etc) 

Armes: d'azur, à l'épéc d*or posée en bande, la pointe en haut, traversant un cœur d*or, accompa- 
gné de 3 étoiles aussi d'or, deux eu chef et l'autre eu pointe. 



D HOUDETOT. - Normandie. 

Jean et t^lart d'Hondetot, cruisc>s eu 1006. 

Armes ancienHes : d'ur, à six |)orcs de sable pasés 3, 3 et I . 

Armes acluetles : d'argent, à la bande d*azur, diaprée de trois médaillons d'or, celui du milieu 
figuré d'un lion, les deux autres d'un aigle du même. 



D'HOZIËR. — Originaire de Provence. — Le chef de celte famille est 
aujourd'hui Ambhojse-Louis-Mauje D'UOZiER^ ancien président à la cour 



HUG 427 

des comptes et finances de Normandie, et ancien Juge d'armes de France. 
Frère. — ÂBKAiiAM-GnARLEs-Âur.usTE, colonel de cavalerie en retraite 
chevalier de plusieurs ordres. 



Sor diverses remontrances de la noblesse, présentées ao roi par les étals généraux tenus à Paris 
en 1644, tendantes k ce qu'il fAl établi m Juge tTormeê, lequel dreuermt des regitlret nnivenelê des 
famillea nobles du roffaume^ Sa Majesté créa, c en titre d'oMIre, par édii do mo» de juin 4615, un 
Juge générul d'armes pour en être à l'avenir pourvu par elle, un gentilhomme d'endémie race. » 

Celte charge fut d'abord donnée, en 4615, à François de Cbevriéret de Saint-Maurice, qui, en 4653, 
indiqua lui-même au roi Pierre d'Hozier pour son successeur. Depuis, celte charge s'est transmise 
presque héréditairement dans la famille d'Hoiier, avec l'agrément du roi. 

( K., pour l'bist. généal., l'Armoriai général ; La Chesnaye des Bols, t. VIII ; Moréri ; Artefeuil. 
t. II, etc., etc. ) 

Armes : d'azur ft une bande d'or accompagnée de six étoiles du même posées en orle. 

Desise: Habel sua siden tellus. 

Résidences: Versailles, iS, rue Sainl-Médéric, et Paris. 

HUGO. — Lorraine. — Victou-Marie, vicomte HUGO, pair de France, 
par ordonnance d'avril i 845, membre de TAcadémie française, etc. , etc. ; 
fils du général comte HUGO; né, à Besançon, le 26 février -1802; marié, 
en octobre ^822, à J.-A. Fouché. 

De ce mariage sont issus plusieurs enfants. 

Odesel BalMes, 48ii, 48S4. 18S6; Crotnwel, i9n ; Orientales, 4688; Hemani, 4650; Notre-Dame 
de Paris, îm, etc., etc. 

(F. ponr plus de détails d'Hozier, Armoriai général, 4* registre; Courcelles, in«6, 1. 1, p. 455, et les 
biographies contemporaines.) 

Armes : d'azur, an chef d'argent chargé de deux merleites de sable. 

htsUenee : Paris, place Royale, n^ 6. 

HURAULT DE VIBRA YE. — Originaire de Bretagne. 

Philippe-Huraull de Cbeveniy fut chancelier ei garde-des-sceaux de France, et chevalier de Tordre 
du St-Esprit en 1876. Il mourut en 1590. 

Cette famille avait été appelée ^ la Pairie en la personne de Anne-Victor-Denis Hunull, marquis de 
Vibraye, maréchal de camp et chevalier d'honneur de madame la Dauphine, par ordonnance du 47 
août 4645. 

(F., pour l'hist. généal., le P. Anselme, t. VI, p. 804 ; La Chesnaye des Bois; Courcelles, 
t. VII, etc.) 

Armes : d*or, ft la croix d*azHr, cantonnée de quatre ombres de soleil de gueules. 



IMBERT DE LA PHALECQUE. — Flandre el Artois. — Cette famille 
es( aujourd hui représentée ainsi qu'il suîl : 

Première branche i 

4* Niculas-Gustave-Aiiulphe-Henbi-Jean-Féux IMBERT DE LA 
PHALECQUE; 

2° Jacques-Auguste-IIe.vhi-Joseph, frère du précédent. 

Deuxième branche. — Henri-Joseph IHBERT DE LA PHALECQUE, 
chef de la branche qui réside à Lille, né le 2 m8rs177S; mare, le 46 juin 
4813, à Harie-Phançoise-Euréme de Forest de Quabtdeville, fille de 
Eugène-Alexandre-Nicolas de Forest de Quartdeville, eommandanl de la 
LégioD d'honneur, premier président delà cour royale de Douai en 1816, 
pair de France en 1 85K ; el de Joseph - Louise - ForluDée Bidé de la 
Grandville. 

Dr u i—titgf I 



royale de Donii, nuri^. \e 


ne If 
Wjallle 


9 «an 
ISW, 


CEli 


t-E^t 


De a ■uriigr m 
mars <•». 

3° EllCENE-ADRriN, «f 


isnif 


; EcgEiIi-Micr 
MUibn> «lis. >i 


tLLI-ALlI. n 



Uahie-Alexan DR! ne-Françoise (sœur de Henri- Joseph ) , née le 4 jan- 
vier 1775; veuve, en 18.>'2. de f Louis-Rohai \-Joskpii d'Herdois de 
Beauuahais, chevalier de Saint-Louis. 



t Siinlr-Cilhrriiit'. Demiei 



IST 

Troisiàne branche. — Charles Ihbbbt des Motelettbs, avocat. 



Jclun Imbrrl icqiU It tel ie itnéchil le 9 min US*. 

Allinl-Albert Imterl, créé cowlc de Biurque, !■■ It jnlllil (7t>, lii[ MtrMul le c 
d<! Il ciudcllc St Lille, et niniiire pléifpoUniùirc fit» de rtleciiar de Trètea. 

Alber1-Fniicaii-I(>ne luberl, coalf de li Buecqne el de ZuipbeD, calonrl de tuilerie, cbeiilier 
de Siim-LoDl), el dépoit xmu li rcsusnlioii ; il inil é\i membre de) éuu d'Anols. Il est décédt 
nlSM. 

(f. le Rmi. fkeuildf il usUuH, p. m 1 le HabUMreiu Ptfi-BtM; Coa réelles, ia-r>. l. V; 
DaMel d« Il Feuille, ArfditluiM, p. MxKata UparlmeU ieFlanin.itOt.Bavi; Yititmt- 
iamaittU Mkietle Imterl, Imprima ï Lille en nST ; BUignpl''' dfi 4ér1ti, t\c., eu.) 

Armtt : d'tMr, t la bande d*ir(enl iceompagaée de deni nolelle* d'éperom i cIdij nl> dn 



DE L'iSLEROY. ( V. de Vabbl, ) 
D'ISOÂBD. — Provence. 



i urdlQjil-artlievèqie d'Anth. 

'dmptfott de Irait laaps niliunu rie uUe, Imputé) el 



D'ISTRIE. — Guyenne. — Napoléon BEssifcHss, duc D'ISTBIE, fils du 
maréchal de l'empire de ce nom, créé pair de France, par ordonnance du 
roi LouisXVlll, en date du n août 1815, officier de la Légion d'hon- 
neur, etc. 

(V. ùwrcella, in-f, L VI; \tDia.kitl. ia fintmt Irmff.t- M, elc.J 
Arma : éarleit, m I d'i 
Il imr d'ttir, mjtomiCc, si 
tUiidart : Paris, rueTronehet, M, 



UE JANKOVITZ. - Originaire de Hongrie. — N. , baron ns JANKO- 
VITZ DE TESZENIÈRES, chevalier de la Légion d'honneur, etc. 

Ritidintt : Vfreilllcs, roB S><nt-LOBi», 11. 

Son p(rc. (onlntteir (toénL lie l> maison dD roi Suuisl» V, trnii en Fniifc en (TM, «xilnBaiil 
un viiiseia chirié d'une pinie de li maisan et des effeis de te prince ( dIplAnw de celle Dilsthm, 
Mgn^ rar le roi Sianlslts 1", iliit d'AagrrslHinrg, en Proue, dans lequel ilesi qulilMde iiotair, elc.), 
lui iDlDrallse t'rinçiii en ilW. hai-mtmt t prodall, en (7U, us litres de ooblesu 1 11 chimkce de* 
lomples de Lorraine, qui le reconuul «islmilt 1 l'inclennc nnlilesse de celle pronince. Eu IIO, Il Cal 
tdiuinluxconim<»ilPci da Inllliif: de Laitiille, lurs de 11 rMaclioa dn nhien de la nobleste- 
De|iai>,elj>-'4>>'«> <*^ H * (onslamment rempli des fondions (nuiUs. auxiaellcs il a Ht appeK 
par le choli de sts roncilOTenc. Ptisleurs fols président dn ennseil lenéfai et dn collège électoral. Il 
a t\i t\* navn loii membre de li dumlire des dépnin. 

Baron par le lires païen les de S. H. Lunis XV|II, par d'an 1res lettres patentes de S. H. Charles \, 
la t>Tre de Hirimonl Toi érigta eo nujoni en Taveur de ton HIs uniqie, doclenr en droit et lientenau 
de luuieterif. DIessè grlèveioenl dans rrierricc de ces derniftes (onctions. Il monnit peu de \Bian 

La nu<9m de Janknriti existe encore en llonfrie. 

Awa: d'argent, an lion passinl degieules lenant nne couronne de laurier an nalircl. 

DE JEBPHANION. - Velay . — Celte famille est aujourd'hui rcprésenlée 
ainsi qu'il suil : 

\' JEAN-JosErii'MABiE-EuiiÈNB DE JERPHANION, né au Puy (Haute- 
Loire), le 8 mars I79C, sacré évëque de Saint-Dié, le 6 septembre 4 853, 
nommé anhevèque d'AIbi par ordonnance royale du 1 5 juillet \ 8 (2; 

2° AMDRE-HAme-JtiLEs, baron DE JERPHANION , frère du précédent, 
né en 1X07; marié, en 185), à Gabiuelle-Louise de Cibbins, lîlle de 
N. de Cibcins, chef d'escadron, chevalier de Saint-Louis, et de Françoise- 
Gabrielle de Savaron. 

RtiUmre: Lyon, idace Lonlsle-Crand, liiitel île Saiiniu. 



JUl 151 

Antoine de Jer|>hanion, secrétaire du roi, .seigneur de Saint-Jolien, syndic du |tayi> de Yelay, eu 
IMI. Son Ois et son petit-flls le furent aussi. 

Jean-Josepb-Gabriel, issu des précédents, siégea aux étals du Languedoc en I78S. Préfet de la Lo- 
zère en 1900, de la Hante-Marne, en 1803, il fut nommé baron'par lettres patentes de S. N. le roi 
Louis WIII, en date du 18 novembre 1815, enregistrées le 6 janvier 1816. L'arclievéque d'AIbi et le 
baron ar4nel de Jerpbanion sont ses flis. 

( K., pour lliist. généal., Waroqnier, 1780; de Courcelles, in-ft°, t. III ; Biogrtphie uiùvertellf^ 
I. LXYlll, etc.) 

Armes : d'azur, au chevron d'or, accompagné en pointe d'un lis d'argent, tige et fouillé de sinopic. 
au chef dencbé do second émail, chargé d*nn lion léopardé du champ. 

JOBART DU MESNIL. ( V, du Mesnil. } 

DE JOUFFROY-GONSANS. - Fraoche^omlé. 

Jean de Juuffroy, cardinal en 1461. 

( K., pour lliist. généal. de cette famille, Noréri ; La Cliesnaye des Bois, t. VIII, etc. ) 

Armes : fascé de sable et d'or de sii pièces; la itremière chargée de deux croiseites d'argent. 

DE JOUSSELIN. — Anjou. — Le chef actuel de celte famille est Louis- 
CHARLES-EMllA^UEL DE JOUSSËLIN DE ROCHE, fils de f Loois-Jacques 
DE JOUSSELLN DE ROCHE, capitaine au corps royal d'artillerie, chevalier 
de Saint-Louis, mort en n95 victime de la révolution, et de f Louise- 
Mélanib de Gennbs ; né au château de la Gaucherie (Maine-et-Loire) , le 
25 décembre 1774, lieutenant-colonel de cavalerie en 4816, chevalier de 
Saint-Louis, de Saint-Ferdinand d'Espagne, etc.; marié, le 24 novembre 
1 795, à Marie-Louise Hunadlt de la CnEVALLERiE, fille de f N. Hunault 
DE I.A Ciievallerib, OU son vivant colonel d*infanterie et chevalier de 
Saint-Louis. 

ne ce mariage sont issus : Emmancel de Juussklin, ancien capitaine de carabiniers, né i Tours le 

18 février 1797, marié, en I8S4. à N. dk Blossevillk, flile du 
contre-amiral de ce nom. ( Résidence : Versailles, rue des Bourdon- 
nais, 24.) 

3® Cbaiiles-Naiiie-Calixte de JorssELiK, né an château de la Touclic 
( Naine-et-Loirc ) le S9juin 1817; marié à N. de Sutrat. ( Rièi- 
dence : le château de Jovean, prés de Geones ( Bhine-et-Loire. ) 

5" et 4^ Deux fliles. Tune mariée, en 1831, au comte Dukoat ( ré^i- 
dem^e : le château de Loire ( Maine-et-Loire ; to seconde, mariée, en 
18i3, â M. DE Vekcès, ingénieur des ponts et chanssi*cs. {Résidence: 
Paris, rue Saint-Guillaume, 29, faubourg Sainte-Germain. ) 

Les preuves de noblesse de la famille de Jousselin de Roche ont été faites par-devant M. d'Hoiier, 
juge d'armes de France, le l'** février 1731, |ionr l'admission de demoiselle Cècile-Françoise-Thérèse 
de Jousselin de Ruche dans la maison royale de Saint-Cyr. ( V. archives du cabinet d'Hoxier, et son 
Indtcateur nobiliaire^ an mot Jousselin. ) 

Nota. C'était la sœur du père du chef actuel de la faroilk\ 

Armes : d'argent, an lion de gueules passant. 

Résidence : Angers, boulevard des Lices» 

DE JUIGNÉ. — Maine et Anjou. 

Guillaume et Humbert le Clerc, croisés en 1190 
La famille le Clerc de Juigné a été appelée â la pairie en IftSS. 

(K. . pour l'hist. géncal , La Chesnayc des Bois; le P. Anselme, Courcelles, iu-4", t. VI, etc. ) 
Armes : d'argent, à la croix de gueules, «^grêlée de saWe, cantonnée de «|«aire aigU^ de s;il»le pa- 
nt's de gueules. 



DE KARNAZET. - Brelaf^e. 

Celle [imllle i tié huIduoim dini s noblesM pu inti de li c»ur des ildea ils a Juin ITt*. 
(V,, poor llilil. K^n^il.i IJ Omoifï de> Boli, t. VIII, el In irntoriiu de BrcUine. ) 
Arma : birdé d'irgcnl ei de jueale*, 1 de«i bisses ilTroRitca d'iur. emreluéa dans 



O'KELLY. — Originaire d'Irlande. — Le chef acluel de celte raniillo 
est Ahmstrong KELLY, esquire, ministre de l'Église anglicane. 
HètUâta : r^Ue-KcLlT. 'd comu! île Citviir. en Irlande. 

Le chef de la branche française, cousin issu de germain du précédent, 
et chef catholique de son nom depuis 1835, est Chahles-Deni^-Williau 
O'KELLY-PARRELL, troisième comte O'KELLY, chevalier de l'ordrede 
Sainl-Joan do Jérus<ileni, né en t788. Il .1 MTvi <)ans la marino an^laiso, 



KEL I5Ô 

et, en 18 M, il fut envoyé en mission par les royalisles du Midi auprès du 
duc de Wellington et de S. A. R. le duc d'Angoulème. — Il a épousé, en 
1814, Zob-Antoinettb de la Mothe-Yédel de Ter^m es, décédée en 1855. 

De fe mariage sont issus : i^ f Oscar-Williaii-Jean, mon sur mer, dans l'Inde, servant i bord de 

la frégate l'Artétnise ; 
3° t Fergus-Denis-Jean, mort aussi sur mer, servani à bord d'un na- 

vire du comuierce français ; 
S° Hector-Dcnis-Jean; 
4° Marie-Wilhelmimk ; 

S*^ t Chmstinb-Jearke, décédce à l'âge de seize ans; 
ff* Tbai>éus-Dems-Jea!<; 
T* Irènb-Narib; 
8^ Cokor-Denis-Jkak; 
^ Narib-Carolikb. 

Frères et sœurs du chef de la branche française : 

1 '^-{- Jban-Henri-Denis, deuxième comte 0*KELLY, lieutenant-colonel au 
service de Sa Majesté Britannique, frère atné, décédé sans enfants, dans 
1 tie de Céphalonie, en ^853 ; 

2"* James-Denis O'ELELLY, officier au service de Sa Majesté Britannique, 
marié à miss Harriet Long de Longheld, au comté de Tiperary, en 
Irlande ; , 

hètUenee : le chftteau de Merles ( Taru-et-Garonne ). 

5" Rorert-Dbnis O'KELLY, ex-officier au service de France, actuelle- 
ment en voyage dans les mers de Tlnde sur un navire lui appartenant ; 
marié à Zenaïs de Bbauqobsne; 

De ce mariage sont issus : 1° Nontrose-Dbkis ; 

S** Malee-Adbl-De^vis ; 
S^ Henriette ; 
♦•iMts; 
5» ;<LiA ; 
6® Denise. 

4*" -{- Gabrielle-Wilhelmine, madame de Sabiut, décédée en IS4n ; 
5» ÉLÉONORE-AMéLiB, vicomtessc de PuYs^.i;un; 

6*" Marie-Françoise, religieuse ; 
V Marie-Clémentine. 

Les autres principales branches de la maison d'O'Kelly, par rang d'at- 
nesse, sont, après celles deCastle-Kelly et de France, celles de Gardiners- 
Street, à Dublin; deTurroch; de Ticooly, dont le chef est comte du saint- 
empire; de Bruxelles, dite d*Aghrim, comtale. 

Nota. La maison O'Kelly, dont le nom, en irlandais, signifle de la loar de Dieu, a été naturalisée 
francise par lettres patentes de S. M. le roi Louis XV, qui reconnaissent son origine souveraine et 
son existence prinrière dans des temps postérieurs. 

Piineipela itluitratloiu. 

Thadéus O'Kellr, prince d'Imaney ( ou Hy-Naney }, maréchal liérédilaire de la province de Cun- 
nanghi, commanda le rentre de rarrot-e irlandaise à la célèbre bataille de Clontarf, qui délivra l'ir- 



IS4 KER 

llwk ilu iuag ibiois Iv vi'iidredi siial, 13 iiiil IMt ; Il Tul lié dias telle juuruce el caicvtti W' 
prci da nonin|iw BrliB-Buru, lige dei O'Drieii, (ut le nènit jom, in milieu ilc ma irionplie. 
( Cvirrtltts, f. S. ) 

L'jbbé Matjlle O'KcUj d'Agbrim. inuAnicr de Lonii XIV, rond) le ulléfc de* Irlanliis ne du 
Uvial-Vert, 1 Parii. 

Le coload Geotfei KellT ée RoseoinrDon fui longlenpi lenlllbomiuc dluiiDeur do ptince Chirlvs- 
Edoiurd Sloin ; il IVrompefii dam ion eipMlilba d'Ëtowe, Fui enterait avec Igi i Vtiicennes. cl 
ne l'akiBdoiin) Jamais dut >ei IdIWIbks. 

Willian, baron O'Kelly de Kiljam. ttatnl m aerrlce de l'Aulrkhe, [gL chirié [>ar le maréchal 
llaiin de poner à Harte-Tbérèse la Boaielle de la liFluire de KMtbenlli, k l'occisHui de laquelk fnl 
iuMiiut l'urdK niliulre de Marie-ThértM ; il tai le ttaioi chtnlier de c«i ndre. 

PilloitJelii O'KellT de TIomIt, (omle du uinl-rmpire. [■( Hblstra de l'eaircn" aiprti dn roi 
d«Saie. 

L'aalnl KeHjr, M wrfkc brltaDiiii|Be, cDolnDporaio de Nctson, coumuida longleapi le laisse» 
de UfDï It Cièrtlltr ( l'inclrn Ptoaii des Etfiagnols ), dans la |iara|es de la Hédiiemnée. 

Le rtiifrad (Hiiler Kell;, arclievt(|ue de Tnam, iirrial lélt et d*!» tnluil caracUre. «l iwrt, il 
; a |iea d'année), i Home, od U a eié enscieli aut Irais du siiul-|^re , avec les bonneurs dos 1 ton 

Jein-Jarqnei, comle O'ILell; Farrcll, père du cher aclnel de la braJirbe de Krante, fui «luis aoi 
haancurs de li umr, an lilre de oonte O'Kcll]', en <TTS. Il lui, pendaul ploiienrs années minialn 
plénipolenllaire de Lonla XVJ auprès de l'élRIorii de Nnvenee. 

( V., air telle intieniw malaon, La Cheaniye des Bolh l. XV ; de Courcelln, I. IV ; Hatoirt fie- 

'ode, deKeallsg,lla In; HiMBirt it UttcBikctua, 1.1", p.tlli I. III. p. «1. ) 

jtnut.-d'ainr, 1 laloorioainiéede In^ tourelles el at^oilèe de deni lion d'arieul, la iMirijanl 

deal ekalnes d'ot pendîmes de ms erènaui ; la bnntbe de Frante * ■ibsUlnt drgi Bcnrs de 

lu an lions, eu tiinilemcDl de >■ niiurallullao Iranfaise. el ehlife sa low d'gnt tnii de 

Bnitt : Tnitis railiï mihl Deos. 

KihrUnKf .'lectatleandeliHolhe^jndrailCironde). — Letbef-lien îles princes d'Inani dn non 
d'ffKoUT. en Irhade. flail 1* chllfMd-At&rin. an coulé de Galwair, célèbre par la balaille di 
HialllMieM, qgldràldadusMtdcrirllndecalbollqge,el amena, par ks résolu Is, Teipalrla- 
llon de tlnfl-clnq mille Irlandais, qal rurn^nl les brigades irlandaises an senicf de France. 



DE KERCADO-MOLAC - Brda^c — Le i-het actuel de celte mni- 
son est Ënoiunn le SênÊciiAL de Kebcapu, marquis de KERCADO- 
MOLAC , né en 1 79 1 , chevaliei-deSaînI-Louisd de lu Lojïion li'lio 



)>e ion mariage avec K*li.{t n 
fUiiàtiÊer : Toglwse. 



RÉfié-ALExis-ALK.\AMiaE-EH>Esr LK SÉ.\Éi:iuL DE KtiicADo, iiian|uis 
DE MOI..\C, frère du précédcnl. né «i lïftB, ancien fEcnlilhommc de la 



KEK ^55 

clhimbre du roi Charles X, chevalier de la Légion d honneur et de plusieurs 
ordres militaires, a fait la campagne de 1 84 5 dans Tarmée royale, celle de 
1825, en Espagne, comme aide de camp du maréchal prince d*Hohenlohe- 
Bartenstein, qui commandait en chef le â* corps de Tannée des Pyrénées ; 
il a été aide de camp du maréchal duc de Bellune, alors qu'il était major 
général de la garde royale. Après les journées de juillet 4850, le marquis 
de Molac est passé au service de Bavière. Il est major de cavalerie; et 
chambellan de S. M. le roi Louis I" de Bavière. 

Pc son mariage atec Aline d'Ocbches, de la famille des marqais d'Ourches, en Lorraine, esl issue 

une mie : 

Louise de Kercado-Molac, dame de l'ordre noble de Tb^H^ de Da- 
vière ; mariée i Macrice, comie de Sohn az, capitaine aux dragons de 
Novare, écuyer rie S. M. le roi de Sardaigne, flis atné du romie de 
Sonnaz, grand veneur à la cour de Turin. 

HhHcHce : Nunicb ( Bavière ). 

Branche de Rekclisé : 

Alexandrb-IniXocent le Sénéchal de Kerguisê, comte de KERGADO 
( rés'idmce : Toulouse) , a épousé Charlotte de Saulx-Tavannes, fille du 
f duc de Saulx-Tavannes, chevalier d'honneur de la reine Marie-Antoi- 
nette. ( Résidence : Paris, rue Saint-Lazare, 65. ) 

De ce mariage, est issu an flIs : 

Melcriob, comte ne Kercado, marié à N. de Levis, fille du due de 

Levi!^. De ce mariagr, un lils. 
RéiUlence : Bordeaux. 

ÉiK)UARD LE Sékéchal DE KfeRGuisÊ, comtc DE KERCADO, fils d'un 
frère d'Alexandre, qui, après les désastres de Saint-Domingue, s'établit 
à Porto-Rico, y réside encore aujourd'hui. 

Principales illuttratioiu. 

La maison le Scnêchal a {htis et conservé le nom de la charge hérédiiaire de grand sénéchal fiodé 
de la vicomte de Rohan, que ses membres occupèrent depuis la fondation du chàiean de Roban. On 
trouve, dés Tan I07t, un DonoabI, grand senecbal de la Doninonée, dont Josselln était la caiiitale. 

Jean le S«'nécbal de Kercado, |iremier gentilhomme de Ui chambre du roi de France François 1^, tué 
à la bataille de Pavie {%k février I53S>. Voyant an arquebusier impérial viser le roi, il se ivécipita au- 
devant du coup, et périt victime de son dévouement. ( Noréri. ) 

René-Alexis, comte de Kercado, lieutenant général en 1709, chevalier du Saint-Esprit, fut pnt^ident 
de la noblesse de Bretagne aux états de 1713. 

Coreniin-Josepb de Kercado, marqais de Noiac, lienlenanl gi'néni, commandeur de l'ordre de Saint- 
Louis, décidé en 1806, était le graud-pi're des marqais de Kercado et de Nolac d'aujoard'huL 

( K., pour rhist. généal., Noréri; Clairambaalt; l'abbé d'Cstrécs; dom Norice et étm Lobincau; d'Ho- 
zier, etc., etc.) 

Armei : d'axur, à neuf macles d'or accosh-es et arc-boulées, rangées en trois fasces, chacune de trois 
maries. 

Unité : Macula sine macula. 



150 KER 

DE KERGOBLAY — Bretagne. 



Pierre de Kergorlay, sénéchal da pays de Corooaaille, croisé en 1270. 

LouisFIoriau-PauI, comie de Kergorlay, fut appelé à la pairie par ordonnance du i3 décembre 
l8iS. Il a quitté la chambre des pairs par démission, en 1830. 
( K. rArmurial de Breugne de Gay le Borgne et les autres histoires de la noblesse de Breugne. ) 
Armei : vairé d*or et de gueules. 
Devise : Ayde-ioi, Kergorlay, et Dieu l'aydera. 

DE KÉROUARTZ. — Bretagne. — Cette famille est aujourd'hui repré- 
sentée par Jacque8-Louis-Frakçois-Marie-Toussaint, marquis DE KÉ- 
ROUARTZ, colonel de cavalerie, chevalier de l'ordre royal et militaire de 
Saint-Louis, et officier supérieur dans le corps de la gendarmerie (com- 
pagnie anglaise) , le ^0 juillet n85; marié : 4" le 28 août H 85, par 
contrat signé par le roi et la famille royale, à Mabie-Josephe-Reinb de 
Gleuz do Gage, fille unique de Jacques-Claude de Cieuz, marquis du Gage, 
et de Jeanne-Jacquette de Roquefeuil; 2^ le •!" juillet 4806, à Cécile- 
Mabie-Augustinb le Vicomte de la Houssatb, fille d'Augustin le Vicomte 
de la Houssaye, ancien officier supérieur des mousquetaires, chevalier 
de Saint-Louis, et de Marie-Rose de Gratien. 

De ces deux mariages sont issus : 

Du premier lit : I* Frédéric-Cbarles-Nakie, comte os Kékooartz, lieutenant de cara- 
lerie et chevalier de la L-gion d'honneur; marié, le 10 mai 1830, à 
Natiildi de QuAlen, fille d'Amable, comte de Quflen, membre de la 
chambre des députés sous la restauration, cheiilier de Saint-Louis et 
de la Légion d'honneur. 
De ce mariage est issu : Aleert de Kékodartx 
S** Jacqobs-Louis-Marie-Geosgbs-Artbn, comte de Kérouarti, chef 
d'escadron au 8^ hussards, chevalier de la Légion d'honneur et de 
Saint-Ferdinand d*Espagne. 
Du deuxième lit : 5^ Lodis-Cbarlbs-Pbilippe, comte de KArouartz; 

4° Cécilia-Caroline-Harie-Jacquette, mariée à Alphonse, baron de 

Gratien dbComorrb; 
5° Élisa-Aii<lib-Gborgette, mariée i Lai}Rent, comte de Gooron de 

CoiPEL ; 
9f^ Eocéhie-Cécilb-Henriette ; 
V CUmektinb. 

Neveux : 

V Charles, comte DE Kêrouartz, ancien lieutenant de cavalerie ; 

Il a plusieurs enrants. 

20 Albert, vicomte de Kêrouartz, lieutenant de vaisseau, marié à 
Louise Jublin. 

* Nièces : 

V Fannv, mariée b N. de la Guibourgère; 
2** Hëriiime. 

Hacé de Kêrouartz, croise en 1248. 

Aciiille-Cliarles-Alexi5 de Kêrouartz, reçu chevalier de Malle le 2 mars 1754, el depul^ lomuian- 



KEH 1! 

ilcur, Li iiUNimdiLurc iiS difvMtti ie ccl urdrc iiriti'nli' ciirnrr. rliiis le cuars ilu ilix-liillirmr >i< 
t]e. quilre (hevilirrs a|i|iirlFninl t n'ile r>nillk. 

Ln pcesies ds noblesse de relie riiuiDe djiI éii' idniiMs I01S tes diverses réfurmiliunt. l'iislrrir 
ri'Hiciil elles 0*1 ^ë (iillcs, lur-ik'tanl M. Chi^cin, en ITS4. [or k naniniii île Kilroiurli, poir èl 
udnis 1 noiiler ilan) les rirrosses du roi. 

( >'., pour l'bisl. généil., dom Motlce et dum LobineaD ; U Oiesiiije dfs Buii, ri les diven 1 
Bioriiux de la Breiigne.) 

Ama : d'argenl, i b roue de sabir, accmuingnée de imis croisclles du même 

Dniu: Quand II plaira i Dieu, 

RltUeneei: le rhlleaa des Salles, pri« GDii>gaDi[i(CAles-du-Nurd}i — le rhlieiade K<^rnu>rlz, ib 
le ftji de Ltel, près de Landéda (Finisltal. 



DE KERSABIEC. — Bretagne. 



A celle famille apparlenail t Marir-CallieriDe-Slinêan-Siylile Siochin de Keisabirc, aiF?l6e atn: 
S. A. R. Madame, diehrsse de Berr; i Nadirs. -~ Elle la suivU ï 11 riiaOcllr de Bli;r, t\ parlagra 
[■eiHiani quelques semaines sa aptivilé. Elle csl d^édêeii Nanlrs le SaoUl lUO. 

Henri de Slochan, croiïé en litt. 

(L'hisioire lu pins complète île la rimille de Sincban de tiersablec fe trnune dans le 9* vol. de 
Lalnê -IMt.) 

Àrtna : de ineules, k quatre fers de liiKe d'or pos^en sautoir, siirlant d'un annnn da inènir, 

DE KERSALIOU. - Bretagne. 

rieoiïroj de Kersalion, croisé en IU§. — Famille maiiileaue par arr^l du S frvrier lOTS. 

Arma : taicè d'irienl et de fuenles de si\ pièces, gu IIdii dr sabir inné el Ianipas.<:e d'or bturliani 

DE KERSAINT. — Brelagne. 

Raoul de CoèitKDpreD {de Krrsaiol', crolsi' en IMt.— Famille mainlenneiKrairèl du (t juiu tsm. 
:1mit : d'irgrnl, i trois tours crénelées de quatre pièces de gueules. 

DE KERSAUSON. — Bretagne. 

Hubert de Krrsiuson, rroisé en IIU. - Famille niaintrunr par arcèl du M mars IMS 



UB LAGNY. — Sébastiea-Louib BeuitAiin, baron 
OK LAGNY, né le 10 aoAl 177ô, chevalier de la 
Légion <)'hflnneur, maire de la Ferlé-nous-Jouarre 
de (816 à 1830, époque à laquelle il a donné sa 
démission; marié, le 4 janvier H 796, à Dbnisr-Thé- 
hèse-Mélame Hiubert ne Flegkv. 



PlKKi-FïLii-AnlvixT at. L.imv, nj le SO juin 17W, mirif. Il 
IRM, t K>ATiçoUE-<^£ciLE BE CALiCKOK. de 11 lamlllc de (c 
DiapiiliK. ( Le roi M la [mille nijale oui signé la tonim. ) 



é le « jantler (KM; — 1* DomnLLE-Lwisl-IItLJkicii 



PirU'llres|Hrltnl«dgHi>rt 


»bre 


isie. s. 


M. 


Lnui 


s Wlll a 


, tmirér. 


Et 


Si^basUpii-Uui 


iRegnir.! 


de Ut«j le lllra de biron. itn 


irait! 






;>liies de l> mai 






[êmoi(ii»ge. dU 


le pream- 


>lwl«deiMleiires.deil>ans. 


•l lovam wr. 




dndi 




Upi5. 




da i<-l. 






«onllcDioIgnèaiirolLuiiiiWI. > 




















I.V. Salnl-Allals. *i«aaire if 


ffW 


Ww«. ISSS 






,i. ATf, 


par M. 


Hafi Np- 


mnlres de l'alibi- Gro^el.) 






















^nHH .- d'argcnl. i b barre i 


l'aïui 


rliargfe 


dg 


*lgiii 


c d.' r«n 


[■visse d 


'.ir 


; rmi-!' 


rsiur 


)■ reuatd 



DELAHARQUE. — Orifi;inairc du Itéarn. ~ Re.xé-Mahik riELAyARQUE, 
né au Croisic, en 1775, entra dans les gardes de Ut inarinc en (789, et 
quitta le service à la tnortde Louis \VI; en (815, il fui nommé capitaine 
d'élat inajor aux armées royales de Bretagne. 



Ut sw narlaur. en IMt. atec niJeinvIsclli; F-vnun Hii 
l't-ODB-nci-.uceii IMT; 
ï* FR.iKçott.Kntirtiiic, mi eu 11 
3* SiiKiiiit-Mtiiis-Filinfoist, ni 

t° LcciE-HlBIl-ACtTRE, »» ri 

V> Ahnb-EiilUIe, Bttea tno 



IliuM de Hirca ummundiil , eu HtB , b caviJeiie de (;>sI<hi, priHte de Ikirii. si sicgc de 

Pierre de Hirta, dé en IS94, d'ibord cvuseiller du rui el prêsldi'Ut dn (larlemeui, puis Hclievfi|ue 
de Tonlouse : il élilr db ie Jirijues de Haru. st'iu'chal de Dùani. 

\r. Bille, arl. Na*c.ii Hon^ri, m. Himike. ) 

Le nom de Haru tal uodidc en celui de l.imangur vdti Iv luilii'u du H'iiienK siècle, |iiF le taiii- 
liai d-(hMI. 

(V.la Vied« drdlnil d'Osul.) 

La knudie de li malxin de Linian|iM. Vite en Brcugnr, i tié «mulenue dinï 11 uolillsse. lurs île 
la rËfiKDiiUtndcICM. 

V,, iraur la |ÉaéiIo(ie, Li ChesuTe des Duis, I. IX, p. <H, arl. Hikca d* LiI»*cii.) 



Btiiiate : le Pooligafn, près le Cruisic. 

DE LA LAUR^CIE. — Angoumois, Saintonge et Poitou. 

Liiireul de la Laarencie, croisé ei lUS. 
Celle naisou i (ail ses preuve: de cour. 
Arati : dliv. Il l'altlc d'argeiil :i ileui l^lr* aa viii alui^s6. 



DE LAMARTINE —Bourgogne. - Alphonse-Marie-Louis DE LAMAR- 
TINE, fils de t Pierre DE LAMARTINE (capilaine au régiment Dauphin- 
cavalerie ) et de Alix-Prançoise des Rors (cbanoinesse comtesse du 
noble chapitre de Salles, en Beaujolais), né à Hîlly, prèsHâcon (Sa6ne- 
et-Loire) , en octobre 1791, successivement secrétaire d'ambassade à 
Naples, Londres, Turin et Rome ; chargé d'afTaires à Florence ; membre 
de l'Académie française, et, depuis 1834, membre de la chambre des 
députés, etc. , etc. 

lE BincH csl hsm inc Ollt unique : JdlM, iWcMiC en 



OtieBl. 
Pane «i onicnr. Irs potniti m Its diwoiirs ih 

Va rraille de Linurlinr. or^tlniire de Clan), 
l V., pour plu de deuils, lei bloiraphies ton» 


: M. de LiiBlrlIne 
reu,«,ie.aqMlori 


se »irMi*eiit dii 

»ènie siècle. 


Àrmei : de gaenlei, ta \wBe d'or, eoin 


lieux 


bandes 


duiDdDe. 




ntMtKxt: Piris, tl \t chaiem At Sainl 


l-IMInl 


, iTtsd 


e1lllcon(S 


jûM-el-LDlre). 



DE LAMIRAULT DE LORMAYE. — Orléanais et Soissonnais. 

I V., pour E'hisl. Eénéal., d'Hoiler, rcglslre IV ; U Cliesnije its lluis, l. VIII, eir. l 

DE LAS-CASES. — Originaire d'Espagne. 

Berlniid de Lis-Cises, croisé en 1118. 



DE LASTEYRIE. —Limousin. 
l'im-re de hislejr'u, croisé en ISU. 
Arna : it salile, jl l'aifle d'or irrflée. 

DE LASTIG — Auvergne. 

ieta de Listir. «Iii fnnd nulire de l'urdrc 
UIO el lt*t, 1rs aniita ^ypllemie» qoi lemerci 



DE LAUZANNE. - Auvergne et Bretagoo. — Famille origiDairc de la 
Marche, divisée aujourd'hui en deux branches, donl l'une habile l'Au- 
vergne et l'autre la Bretagne. 

Première branche — La première est représentée : 
i' Par Alfbbd DE LAUZANNE; 
HiiUact^ It chlce» deltonu, pN<i de Rloni (Pay-de-Danit i. 
2° El Pkédéric de LAUZANNE. 
lUtiiett : le chlim de Cltilindei, égileiDcni uiprrs de nian. 
Deuxième branche. — La deuxième branclie, établie en Bretagne, a 
pour représenlanls : 

r Uichxl-P(I4I(çois-Hai>ib, comte de LAUZANNE, né le M aoAl 17X3; 
marié, le 20 mai 1817, à MATUlLne-SlIZAn^e Robikbt. 
Di te luiliic csi liM an lli : 

CnaTitt-lliaii, m- 1« <0 uril <■(«. 
lUtUatce: \r diileau de INM-i-m-Trei. prf^ Morliii (■^iniïlM'e.) 

2° Gahillk de LAUZANNE, fils de f Luc-Uiibain-Pubtunê ( frère du 
précédent ) , et fl'ÉyiLiK-OiVMPB de NeTiiuMfcnes. 

5° Jbànnb- Félicité -Anuéuqve, née le I" mars 1782; mariée, le 
17 septembre 1198, à Pibhdb-HahiE'Akce- Louis db Kbhsaiat-Gillv i>e 
Saint-Gii.lbs. 

4° Hame- Angélique, née le 9 mai 4789: mariée, le 19 octobre 18H, 
à Charles-Madib de KEncAiiioti. 



Vu arrèl du pirlcmm de ReniieM, dili' du S juilli^i ITIifi, ttx\e miiwn a ^Ic miiDlcnge, camœ 
l'Uni d'aHienoe nlnclU» BoUe, din« l'urdre de 11 DoKrsse, ta\ l'UU de Brelafne. 

Tsusuini-Josepli de LaouniM éiiii r)[ii»iae ai r^giucBi de rujil-unlerie. InnqD'il tuign, n 
tTOI, el m pirllede la prnnière Mmpaguh^ de> gcnlIlibciouiKS brelom (onuéeii Wiilidi ; il Itluule* 
les (Mi|«(iini de» priKni Jusqu'en <7««, el lui niriili- ttmma dief de biliillMi. Il est qiililê 
omit sur In hrcieii de chef de bililllnn. ri de dii'iillrr de Siinl-Louu. sifiés ftr le rai 
l.niiù Win. V atjil <'|-i<i<ê, \t 1» mil <7«0. tVhrii^-Fnr";''!-.; rir Ronnir de Cuirbrn, «Ile «ilqnr 



U2 LAV 

de M. le couile de Ouielieii, lieulenaul général des armées navales, clievalier de^ ordres du roi, etc., etc. 
( Il esl l'aïeul de Camille de Lauzaiiiie et père de Nichcl-Fraoçois-Marie. ) 

( V. La Chesiiaye des Bois, t. Ylll ; arrèls de mainienuc du parlement de iteoues, en 1786 , et de 
Cuerci, du 19 novembre 1067. ) 

Armes : d'azur, à un croissant d'argent, accompagné de deux étoiles d'or, l'une en chef, l'autre en 
pointe. 



DE LAVALETTE. — Cette famille a pour représentants actuels : 

4" Jean -Baptiste -Absinthe Chicoyneau, baron DE LAVALETTE, 
chevalier de la Légion d'honneur, capitaine commandant d'artillerie, 
sous-inspecteur à la manufacture royale de Chatellerault, fils de Jean- 
Baptiste Chicoyneau, baron de Lavalette, ancien fermier général, et de 
Françoise - Angélique Payan ; marié, en 1830, à Camille Dubois de 

VlLLlERS. 

De ce mariage sont issus quatre enrants. 

2* CkrrAVB DE LAVALETTE, né en t796, membre du conseil d'arron- 
dissement de Tours ; marié, en ^854, à Hcctorine du Plessis. 

De ce mariage sont issus quatre enfants. 

lUtidence : b terre de Laborde, près Neuillé-Pontplerre (Indre-et-Loire. ) 

5* EMILE DE LAVALETTE, né en 1799; marié, en 1841, à Annette 

DE LUGHé. 

De ce mariace est issu un flis. 
Rétidence: Rouen. 

Sœurs: 
V Elvire; 
2" Henriette. 

Mère : Françoise-Amgélique Pavak, veuve, en 1826, de Jean-Bai»tisie 
Chicoynbao, baron DE LAVALETTE. 

httUenet : Tours. 



François Chicoyneao fut conseiller d'Etat, premier médecin du roi Louis XV, chancelier de l'uni- 
Tersi té de médecine de Montpellier, surintendant des eaux minérales de France; fut envoyé i Mar- 
seille poor combaure li peste qui ravageait ceue ville en I7i0. Cest en sa favenr qne la terre de 
Lavalette fut érigée en baronnle ; il mourut à Versailles en 1752. 

François Chicoyneau, baron de Lavalette (fils du précédent ), fut le cinquième de sa famille, qui (ut 
invesU des fonctions de conseiller d'EUt, chancelier de l'université de médecine de Montpellier, et 
premier médecin da roi. 

Jean-Joseph-Franoois Chicoyneau, baron de Lavalette, fut fermier général, puis conseiller au parle- 
ment de Paris ( fils du précédent). 

( K. VEnc^clofédie méthodique, partie hibtorique, cl le Dictionnaire des hommes illustres, public 
en 1789.) 

Armes : d'jznr, à la bande d'argent, chargée de deux croissants et dune étoile du champ. 



LEZ I4S 

LliiBRUN m HABOT. ( V. hb Rabot.) 

LECOURT. — Brelagnc. 

Cflle timilk. toniiuf sous l«s nnms de Rrni, de la Villrlhasscli, elc, i ni' nuiulriinr diiis sa n»- 
lilMse Ion d(s réfoniialiiiiii: de la nulilnse de Breligiip, m 1413, un, ne, 

( V., pour lliisl. i^ni'al., Tabitn génithii^iie de WarnNiuifr, I. IV. p. f7t ; diini l.nblnrii ; ikini 
Moiice. etc. ) 

jlnwf : rt'JHir. » l'iigle d'or a deu< ifics, an toI aluiîsr'. 

DE LENOONCK. (K. d'Vsebb*kt. } 

DR LENTILIIAC. — Qiiercy el Limousin. 

Rrriniid de Lralilliac. rraisé m 1141. 



DK LÊVIS. - Ile^le-France et Languedoc. — Le chef aciuel de cette 
famille esl Gaston, duc DE LËVIS el dk Ventàiwub, né en I78G ; pair de 
France démissioDiiaire en 1830; (ils de f PiBnltB-HABc-GAST(>^, duc 
DE LËVIS, pair de France, chevalier des ordres du roi, membre de l'Aca- 
démie française, etc. , et de Looise-Caholinb Ciiahpentieh D'EN^Env. — 
Il a épousé, en 1816, Au^nnA d'Audunwn de la Feuili.adb, née en 
1798, fille de Pierre- Ra y mond-Heclor d'Aubusson, pair de France, el 
d'Agathe de Refdveille. 



Gu} de Uilt, imlaiCme da non, rniisé en OfO- ( V. JoiniiLi. ) 
:1riie(.' d'or, k Iroii dicTToni de ubie. — Acmlr d'AutiDsun. 
ftttUnct : Pins, rie itr Virennm. Is. 

DELEZAÏ-MARNESIA. — Uourgogni'. 

liinnl de Lril)', rroisi' rn lUO. 

À'mtf : nii-|i>nl d'ar|n?<il el dr giiruln, 1 \i ttiiit Mttèe de I'ub <'<i 



DE LIGER-BELAIR. — Bourgogne. — Louis-Chaiiles BocQiiit.t.a.N, 
comte DE UGER-BELAfR, né le 12 octobre 1802. - Il a épousé, en 
1851, PiKRiiETTE-LtiDOvic Maiiev, fille de Guillaume-Félix Marey et de 
Félicité de Cbampeaux de la Houlaye. 



De ce nuriige ma 


l iquei : 1° EMAHS-Lottis-Ftiii, 


•Iroml 


eat Ucu-BEuo.né 


««<«»: 




V MMt-TtiKnt-Cta 


LE DE 


UtER-RELAj*,uéeen' 


IMS. 




Wonmlifrg (di'- 


|Mis le mi FniKoit 


1" ), ronsdlter ei i-remifr iuMmI 


Dde la 








«MB, 


lieulenanl g.nfral c 


nlSIl.nniid-crMx 


de ronire roy»! ei m 


illulrc de Siinl-Loais. «nnd olBcieT de 












Il Ire )iéréd luire de i 




tntrnin du roi Uni 


sXVIII. ndiiedi>i>iiiin<Me 


1. el da 


lilw tiMMIulre de eotnle. i>ir leUres p»- 


lento du ntne lol, 


en dite di tl a<tlM813. 








Arma : d'ainr. i 


la fa«e d'ur, «compagmv de 


fIi éli 


slles d'argcnl, In-lî 1 


m (l>r( et iniis ru 


lulnic. 












ilrpiililiiueilechiicaa de V.isnt 


'.prés 


de Nu>ls(C«l(MrOr). 





DE LIGNE. — Le cher actuel de celle ramille est EuiikNE Lahuhal, prince 
DE LIGNE, prince d'Amblise et d'Épinay, seigneur de Gourity, Surowa et 
Gling, grand «l'Espagne de I "classe, chambellan imp.-roy. , ambassadeur 
de S. M. le roi des Belges auprès de S. M. le roi des Français ; né le 28 jan- 
vier 1804 — Ha épousé, en premières noces, AiitLiE-MÉLAMEDECoKFLAKs, 
fille de Ixiuis, marquis de Conllans; en deuxièmes noces, Nathalie- 



LlCw 4 45 

CiiARLOTTB-AuGusTe DE Trazegnies, fille (le Georges-Philippe, marquis 
de Trazegnies; en troisièmes noces, le 28 octobre 4856, Hedwige-Julie- 
Wanda, princesse Lubomirska, née le 29 juin 4845, fille de Henri, prince 
Lubomirsky. 

Ou premier lit sont issus : 
1° Hbnri-Maximilien-Joseph-Charlrs-Louis-Lamoral, né le 6 octobre 

l8Si; 
3° Louis-Marib-Ciarles-Gabriel-Lamoral, o6 le 9 mars 1837 ; 

Ou second lit est issue : 
S^ Natbalib-Flore-Georgikk-Eugékie, née le 31 mai 18S5; 

Du troisième lit sont issus : 
k^ Cbarles^osepb-Lamoral, né le 47 novembre 1837; 
5° Edodari>-He!(RI-Lamoral, né le 7 février 1839 ; 
6<^ Isabelle-Hbdwige-Mathilde-Eogénie, née le 13 avril 1810; 
7^ Marie-Georgine-Sophie-Hedwige-Eugéme, née le 19 avril 1845. 

Mère : Louise DE DURFORT-DURAS, née en 4785; veuve du prince 
Loois-L AMORAL ; remariée, en 4815, au comte d*Outremont. 

Tante : Flore, née le 48 novembre 4775 ; veuve, depuis le 9 janvier 
4X36, de Raban, baron de Spiegel de Pickelshbim,' feld*>maréchal au 
service de l'Autriche. 

Principotei illiulratiûM. 

Wauihier, premier du nom, baron de Ligne, chevalier, arcom|iagna, en 1309, Bandouin, comie de 
Flandre, à la conquête de Constantinople. ( Preuves de VHUioire de Camkmi. ) 

Jean II, baron de Ligne, fut pair et marécbal de Hainani, fut, en 1414, chambellan du roi 
Charles VI et garde du sceau royal, fut fait prisonnier à la bataille d*Azincourt, et mourut le 5 Jan- 
vier 1449. 

Claude-Lamoral P\ prince de Ligne, etr., etc.f fut pair, sénéchal et maréchal de Hainaut, mestre de 
camp de la cavalerie espagnole en Flandre, vice-roi de Sicile, en 1070, grand d*Espagne, chevalier de 
la Toison d'or, ambassadeur extraordinaire i Londres, gouverneur général du Milanais, en 107.'(, 
membre des conseils d'Eiat et privé du roi d'Espagne, en 1078 ; mourut en 1070. 

Gharles-Joseiih, prince de Ligne, etc., etc., entra au service de l'empereur en 1753, à peine Agé de 
dix-sept ans, fut colonel en 1788, général-major en 1705, lieulenani général des armées impériales en 
1771, et nommé feld-maréchal par Catherine II, impératrice de Russie, en 1783. Il mourut en 1814. 
Il est l'aoïeur de plusieurs ouvrages, et notamment de mémoires publiés sous son nom et imprimés 
à Paris. Lui-même a publié, en 1807, ses œuvres, 30 vol. in-13( Dresde et Vienne). 

( F., pour rhist généal. de cette famille, Courcelles, t XII, eic. ) 

TUrti : Comte de Fanquemberg, en 1803; prince de Nortagne, en 1513, par dipidnie de 
Henri VIII, roi d'Angleterre, et de Chartes, roi d'Espagne; comte de l'empire, en 1640 ; prince d'Epi- 
noy, en I89i ; prince de l^empire, 90 mars 1001 ; prince d'Amblise, 30 avril 1006 : prince dans les 
Pays-Bas espagnols, en 1003, par diplôme de riufante Isabelle et de l*arcbiduc Albert ; grand d'Espa- 
gne de la première classe, 1043 ; comte immédiat de Fagnoles, et membre du collège des comtes 
de rempire, le S juillet 1788; gentilhomme hérédiuire et prince dans le royaume de Pologne, en 
1780. 

Armei : d*or, k la bande de gueules. 

DE UGNiVILLE. — Lorraine. 

Celte maison est une des quatre de la grande chevalerie de Uirraine. Le doc Charles IV de Loh 
raine, en renirmani les privilèges de la noblesse accordés par ses prédécesseurs, dislingue, comme ih 
l'avaient fait, ces quatre maisons dans l'ordre suivant : du CkâtHft, de Liptirilte, d'Hârancourt et dr 

49 



ua 



LOR 



Lenoncourl. 11 UXUxi être issa et ces quatre ncfs, par les remues, |»oir avoir enlr^e ilans les assises 
oa Euits de Lorraine « et le droit de pairie prlmilive leur a toujours ^té conservé. 

L4 maison de Ligniville est la seule des quatre qui existe encore aujourd'bai. 

( V. d'Hozier; CaamarUn ; le P. Anselme, etc., etc. ) 

Armes: Losange d'or et de sable. 

LOAISEL DE SAULNAYS. — Bretagne. - Cette maison est aujour- 
dhui représentée par David -Jean LOAISEL DE SAULNAYS, fils de 
Joseph-Anne DE SAULNAYS, chevalier de Saint-Louis, et de Thébèse- 
Louise de la Villéon ; né le 25 mai 1 785, ancien chef d'escadron, cheva - 
lier de Saint-Louis et de la Légion d'honneur, ex-commandant de la place 
de Modon en Morée; marié, le 27 mars 4817, à Thérèse Bizet op. 
Cantelocp. 

' De ce mariage sont Hsis : 1° Locis-Josbph Stanislas, né le 30 janvier IKS»; 

9° SovRiK NoiMi, née le SS février I8M. 

Sœurs : 

r Marie-Françoise LOAISEL. 

2' Joséphine LOAISEL. 



Robin Loaisel est nommé dans l*associttion des nobles de Bretagne en 4S74. 

Jean Loaisel était, en 1457, président et juge général de Bretagne ; il fut ambassadeur poir la pait 
à r.hinon, en 1462; prés de Loais XI, en I46S ; et en Angleterre, en 1466. 

Celte famille a été maintenue noble lors de la réformatiou de 1668. 

( V. La Cbesnaye des Bois, t. IX ; Guy le Borgne ; les histoires de Breugne de dura Lobineau et 
dom Norice. ) 

Afwes : d'azur, au chevron d'or, accompagné de trois nierlettes de même. 

Hèiiâenee : le château de Preneuse ( Enip). 




DE LORGES-DURFORT. — Le chef actuel de la maison de Durfort est 
ÉuERic- Laurent -Padl- Guy de Durfort de Lorges-Civrac, duc 
DE LORGES, pair de France, démissionnaire en 4850, fils de-}* Guv- 
Émeric de Durfort, duc de Givrac, puis DE LORGES, et de Clémence 
DE Jaucourt ; né en 4 800 ; marié, en -1 822, à f Émilie-Louise du Bouchet 
DE SouBCHEs DE TouRZBL, née en 4806, décédée à Paris, le 22 avril 4 844, 



LOR M7 

fîlle de Charles-Louis- Y vos, marquis de Tourzel, et d'Aup;u$line-Éléonore 
de Pons. 

De ce iiMiiage soni isstts : i° Nellt, née en 48i3, mariée, en juin 1841, k N., comte Dt (U:f.- 

BRUNT ; 

2" Olivier; — 5*» iiCY ; — 4** Bkrnari». 
Hésidenct : Paris, rue <le Las-Cazcs. j 

Frères et sœurs : 

V Aldonck, marquis de Durfoiit, marié, en janvier <8ô9, à N. do 
Plessis-Chatillon . 

De rc mariage sont issus trois Qls. 

2° Septime de Dorfoht, non marié. 

.V Olivie, mariée, en 4X28, au marquis de i,\ Rochetiillo.n. 

Df ce mariage sont issus quatre enfants : 

^'^ EuDOXiE, chanoinesse de Bavière. 

3* ■\ Clémence, mariée, en 1834, aucomle Dclau d*Alleman, décédée 
en 184 4 

De ce mariage sont issus un garçon et une fille. 

6"* Aliénor, née en 1812; mariée, en 1837, à René, comte de Cjl- 

BERT MaULEVRIEU. 

De ce mariage sont issues deux filles. 

Mère : Clémemce de Jalcourt, duchesse douairière DE LORGES. 

Hitidence : le château de Fonlperluis, près BaHgency ( Loiret ). 

La branche de Durfort-Civrac est un rameau détaché de la branche de 
forges. ( Pour la branche do Duras, voir ci-dessus larlicle Duras. ) 

PriâcîpaleH UlMiraiioM. 

Gaillard de Durfort IV, seigneur de Duras, etc., etc., chevalier de la Jarretière, cuusciller chambel- 
lan du roi d'Angleterre, fut successivement gouverneur de Calais |K)ur ce prince ; chambelbn de 
Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, et mourut en 1487, en Bourgogne, au service du g>i dr 
France. 

Jacques deDurforl, capitaine de cinquante hommes d'armes, fui créé, en 1609, par le roi Henri IV, 
conseiller d'Etal et marquis de Duras, et, en 16S5, comte de Rauzan par le roi Lonis XHI. 

Guy-Aldonce de Durforl, duc de Lorges-Quintin, fut maréchal de Frana\ chevalier des ordres du 
roi, capitaine de ses gardes du cor|>s, gouverneur de Lorraine ; mourut a Paris en 170i. 

Guy-Michel de Durfort, duc de Lorges et de Randaii, fut chevalier des ordres du ryi, maréchal de 
France, commandant en Franche-Comté, et gouverneur de Bhye. 

Jacques Henri de Durfort fut chevalier des ordres du roi, maréchal de France, c^ipitaiiie des gjcdes 
du cor|is, gouverneur et lieutenant général du comte de Bourgogne et de U wWe et citadelle de Be- 
sancon ; il obtint du roi Louis XIV l'ereciiou de la terre de Duns en duché, |»ar lettres du mois de 
janvier I6t9, enregistrées au |iarleiiienl le 1**' mars suivant. 

( r., iKiur Ihisl. gi'iiéal. de cette famille, le P. Anselme; Mor.n; La Chpsujxc des U»»is; (^»iii- 
rdles, etc., etc.) 

Armes : d'.irR«*nt, a la b.indr d'aziii. 



U8 LOU 

DE LORRAINE. 

Les historiens s'accordent assez géoéralement i dire que la maison de Lorraine a la niénie origine qae 
celle de Haiisbourg, avec laquelle elle s'est confondue dans le dix-bnitièuie siècle. Noos devons ajoa0r 
qne c'est snrlonl depuis cette fusion que les généalogistes se sont appliqués à démontrer cette commu- 
nauté d'origine. Elles descendent d'Étichon I^, duc d'Alsace, dont Adalberl, Palné des Ois, est regardé 
comme la souche, tant de la maU^on de Hapsbourg que de celle de 2^ehring ; l'autre fils, Etirhon II, per- 
|iéiua la ligne d'Alsace. Evrard UI et Hugues I"^, lits d'Evrard 11, un de ses descendants, fondèrent, 
dans la suite, le premier, la ligne éteinte des comtes d'Egisheim, et l'autre, qui était margrave en basse 
Lorraine, la maison de Lorraine, qui poss<^, eu ligne de primogéulture, le duché de Lorraine, depuis 
^048 jusqu'à 473S, obtint, en 1757, eu dédommagement le grand-duché de Toscane, et monta sur le 
trône d'Autriche. -~ Elle règne aujourd'hui eu Autriche, en Toscane et à Modène. 

La ligne pren^ière née descendait d'Antoine (f 4S4^ )* Als du duc Renaud II (t 1508), Claude, duc 
de Guise, un des flis cadets, qui obtint, par héritage ainsi que par mariage, les biens de la famille de 
Yj^den^ont, en pn^nce, fut fondateur de la ligne cadette. 
Cette ligne se divisa en trois branches par les trois fils du duc Claude, savoir : 
4<^ Celle des ducs de Guise» fondée par Frauçois ( f 4M3), éteinte, en 4775 , dans le duc François- 
Joseph ; 
2° Celle des ducs d'Aumale, fondée par Claude (t 1575), éteinte, en 4616, en b personne de 

Charles, dluc d'Aumale *. 
3® Celle des ducs d'ElbcBuf, fondée par Renaud ; celle branche se subdivisa en deux lignes : 
u. D'Elbceuf-Elbœiif, divistiî en trois branches ; l^d'Elbœuf, éteinte en 1702; — 2° d'Uarcourt, 

éteinte en 4747; — V* de Lisletwnne, éteinte en 1763; 
k. D'ElboMif-Harcourt-Armaguac, qui passa en Autriche au commencement de la révolution fran- 
çaise, et s'éteignit dans les mâles «vec le duc Charles-Eugène ( f 21 novembre 4825), prince 
de Lambesr, général de cavalerie, et capitaine des gardes arcières allemandes au service de 
l'Auiriche. Le nom de Lorraine n'est plus porté aujourd'hui que par sa veuve. 

Marie-Victoire, pée comtesse Folliot deCrenkeville, première dame 
assistante de l'ordre de \^ Croix éloilée, née en 4782, veuve 1"*, de N., 
baron de Pontet; 2*", le 40 mars 1806, de François de Paule, comte de 
CoIIorèdo-Waldsée ; mariée, le 25 janvier 4816, à Charles, duc de LOR- 
RAINE, dont elle a été séparée ep février 4817, et de qui elle est veuve 
depuis le 21 novembre 4825. 

Hisidence : Vienne, en Autriche. 

( Extrait presque textuellement des almanacbs de Gotha de 4956 et de 4845.) 

Armei : d'or, i la bande de gueules, chargée de trois alerions d'argent. 

DE LOSTANGES. — Limousiq. 

Guillaume de Lostanges, croisé en 4490. 

Armeê : d*argent, an lion rampant de gueules, armé, laminasse et couronné d'azur, acconipagné de 
cinq étoiles de gueules mises eu orle. 

LOUiS DE LA GRANGE. - l/>rraine. — Cette famille a aujourd'hui 
pour chef Amé Louïs , baron DE LA GRANGE , chevalier de la Légion 
d'honneur, etc. 

De son mariage avec 4:o.xstanci-Fraiiçoisk db Malkt w Coupicny sont issus : 

i^ AocosTB, marié à Clémentikb db Brio» d'Hulldch. 

Trois ttis sont issus de ce mariage. 
2° CoNsT.^ixcE, mariée, en 1835, à ('«rmi.lb lk Sërgeant D'Hei^DBcorRT . 

l>e re mariage <out issus un Hls et une lille. 



LUY U9 

Jacques Lools fui anobli, en 1600, par Henri IV, qni le fit genUlhonnie de sa chambre, en ré- 
compeme de ses services. 

Pierre Loob de la Grange, baron de Noranvanx, chevalier de Saint-Louis, lieutenant du roi à 
Roeroy, fut fait gentilhomme de Sa Majesté par brevet du 20 Janvier f 646. 

(V.,pour lliist. généal., VAmortêl §èntrêl de le Lorrtine ei du Barrois, t. I«^ p. 500; La 
Ghesnaye des Bois, t. IX, p. 189, art. Lors ou Loob ; Saint-Allais ; Lafué, etc., etc. ) 

Àrwfê : de gueules, semé de grains de sel d'argent, ï l'ours d'or en pied, enchaîné de même, lam- 
passé, armé et colleté d'ainr. 



DE LOUVOIS. — Bfaison éteinte en 4844, en la personne de Auguste- 
Michel - Félicité le Tellier de Souvré , marquis nE Louvois , pair de 
France, etc. ; le nom est encore porté par sa veuve, la marquise de Loo- 
VOIS, née de Grimaldi-Monaco. ( F. ce nom. ) 

Armei : Écartelé : aux I et 4 d'axur, à trois lézards rangés d'argent, au chef cousu de gueules, 
chargé de trois étoiles d*or, qui est ut Tbluir ; aux S et S d'aïur, i cinq cotkes d'or, qui est de 
Soovtt. 

Riiideitee : hdld de Louvois, me du Paubourg-Saiut-Honoré, 110. 

DE LUBERSÂC. — Guyenne. 

Geoffroy de Lnbersae, croisé en 1202. 
Àrmet : de gueules, ai loup passait d'or. 

DE LUCINGE. ( V. db Faucigny. ) 

DE LUYNES. — Le chef actuel de cette famille est Loois- Charles 
D'ALBERT, duc DE LUYNES, fils de f Padl-André-Charlbs, duc de 
Cbevrbuse, et de f Hermessindb de Narbonnb-Pelet ; né en 4802; 
membre de Tlnstitut (classe des inscriptions et belles-lettres] , auteur du 
discours préliminaire placé en tète de la Chronique de Mathieu Pâriit, 
traduite du latin par M. Huilliard Bréhoiles, etc. 

De son mariage avec f Amae db Dacvct est issu : 

HoNORt d'Alibit, duc DE GiBVREUsE, ué en 18i8; marié, le 1S sep- 
tembre 484S, à VALurriNB, fille de Camille-Auguste, vicomte de 
Contades. 

Tante : Pauline-Hortensb D'ALBERT DE LUYNES, veuve, le 24 mars 
-1826, def f Mathieu, duc db Montmorbkct-Laval. 

( K, pour rbist. généal. de celte famille, le P. Anselme ; Sdpion Ammirato ; Courcelles ; La Ghes- 
naye des Bois, et les biographies contemporaines. ) 



raacles d'or. 




Arme$ : Écartelé : au I et 4 d'or, an lion coironié de gueules ; aux 9 et S de gieiles, ï neuf Z^^. ^^^^v 



m»û 



Rètiieneu : Paris, rue Saint-Domininue-SaiHt-Germain, SS, et le château de Dampierre. ï\ ^s ^^y^^Ckf 



^^.^-t. 






DB MAIGRET. — Le chef acluel de cette maison est JosePH-MAHit- 
Fhançois, coml« DE MAIGRET, né en J77I, officier d'arlillerie en i'Hl, 
démissioonaireen 1790, réadmis en qualité de chef de balaillon en 1815, 
retiré du service comme lieutenant colonel d'artillerie en {830 ; chevalier 
de Saint-Louis et de la Légion d'honneur. Il a épousé, en 1804, Ca- 
Utérine deVi|^y. 

De ce RuriXiC loiilisii» : 1° kii«CE-F»nfui>-X>viER di Hikkit, nélti! nursOOT^ 

t° l(etrH-GD»iTE,cipiliiiiC(Ul*dr9|ons,Dé1c II ftvrin IB10. mirii.'. 

le II DOumbrc ttW, ji Ai.iii1-K1ucie n'AttHMU; 
S' J«tWi-F«Lii. liraunanl in C rrtiiwnl t'inlanlerie Irftrc, né \e 

V Aii>E-lliiiiE-Ei%£sii, ncc le 1 ittemhn IIM, mt\n, le II «Ivlitr 

ISA! CKARI-EïJIlCBtMl DE RotVEEll 

3* Laitisi-NimiE-AiiELilDE, née le I jolIlH I8II, nurlre, leSjnlu lOU. 

il fttUttK DE NomiXOllET. 



Jfin III de Hiiirel, créé (unie te Milgni el de N»il, retounii H (ouslalé par HflOoe de renpc- 
renr d'Amrldw, Lèopold II, ta Atin ta H avril ieS7. 

JeiB V, camw de Hiigrrt el de Neii, pelil-Sts du précédeii'. fa' griod vcnearde S. H. le mi d'Es- 
tàfit, el uii grud drouird en li Tille de Baflen ; de pi», (nnd mir^cbil b^rMlUIre de la protinie 
de Limbouri, pir teures [aieoien d'iulxlle, infiBie d'E^uiiiif , eo diie du S mai I8M, 

Frin^itCiiniiame de Haiirel ajanl Mrii en Aniricbe, Ltopold II, pour reuinnallre hs bono- 

riklct Mriltrs, IbI auordi H ronlrma lous Ici lilres de ta kranttic ilait, el le nomma en onlre comie 

dn Salnl-Empire M baron de Slutem, permHlanl i loii la b^rilierii el sutceuenn légitimes Je pocler 

ws lilres el tes anioirlei telle* M'ellM ont él« aufiuenli-e) par le diplôme ci-deffiU! cil« de l6tT. 

.Irarcf ; d'atnr tia fasce d'or acronpagnée lie lFui6coqiillesduni(Bie.qnlmdeM*icnEi,br«bant 

sur an tta itartek an I d'ut ï l'aigle i deux iNn, éplovéc de ubie, limpissée de laenlei^; an 1 

ri'or au lion de siUe. 1anpas.i«degneule?; an I d'^rgenl an linn dr giienk'»; an t dr ||iienle« a la 

nm\ de BouijKgne d'arernl. ((Pression de IVmprrenr Lrnp'itil II, par di|>ldnie ri-drs>uy ril',) 

fi'tiilmr .' .Malavillins. pir Fi<nini (N'ix-lli'l. 



MAL 451 

DE MAILLÉ. — Touraine. 

Koulqaes de Maillé, croisé en 1096. 

Jacquelin de Maillé, rhevalier do Temple, en 1187, se disUngoa ao combat de Nazareth, soutenu par 
cinq cents croisés contre tonte l'année die Saladin. (K. la Chronique de Tours.) 

Le P. Anselme cite Hardouin V, baron de Maillé, comme ayant suivi saint Louis en Egypte. 

Urbain de Maillé-Brt'zé, maréchal de France en 1653. Il eut pour fils Armand de Maillé-Bréxé, duc 
de Fronsac, pair de France, chef et suriniendant de la navigation et commerce de France, tué sur mer 
d'un coup de canon, le 44 juin 1746, à vingt-sept ans. 

Claire-Clémence de Maillé, flUe du maréchal, mariée, le 11 février 1641, à Louis II de Bourbon, 
alors duc d'Engfaien, puis duc de Condé, celui que l'histoire appelle le grand Condé. 

Cette maison fut appelée i la pairie en 1814, en la personne de Charles-François-Armand, duc de 
Maillé. 

(V., pour l'bist. généal., le P. Anselme ; La Chesnaye des Bois; Courcciles, t. VII; etc.) 

Arma : d'or à trois fasces ondées de gueules. 



DE MAILLY. — Picardie. 

Nicolas, seigneur de Nailly, croisé en 1202. 

(K., pour l'bisU généal., Moréri; le P. Anselme ; Saint-Albis; Annuaire de le Nobtetxe de 1839; etc. 

Armet : d'or i trois maillets de sinople. 



DE MALET, - Originaire de Normandie. — Cette ancienne maison 
se divise en plusieurs rameaux, dont les représentants actuels sont : 

V Christophe-Édouard-François , comte DE MALET DE LA JORIE, 
veuf en 4806 d'ArnÉNAis de Jumiluac, laquelle était fille deN., baron 
de Jumilbac et de N. de Launay, dont le père, N. de Launay, fut massacré 
à la prise de la bastille, dont il était gouverneur. Après la perte de sa 
femme, en 48K>, M. le comte de Malet a embrassé l'élat ecclésiastique. 

2^ Henri-Auguste Olivier, marquis DE MALET DE LA GARDE, né en 
4809, veuf, en 4859, de Mabie-Guillelmine-Simone de Vibraye, fille de 
Maximilien-Anatole Hurault, comte de Vibraye et d'Angélique-Armande- 
Camille de la Luzerne. 

5» Yrieix-Paul de MALET DE DOUSSAC; marié, en 4824, à Marie- 
Caroline DU Bue. 

4" Jean-François-Maxime , comte DE MALET DE LAFARGES, veuf 
de Marie-Aimée-Henriettb de Beauclair, fille de Géraud, comte de 
Pommereval. 

De ce mariage sont issus : 1*» Albert, marquis de Malet de Lafabces, né eu 1809, marié, en 1836, 

à Joua de u Rocbbjacqceleir, flile de Louis, marquis de la Roche- 
jacqnelein, et de Narie-Victoire de Donnisiao. 
De ce mariafe, une flIle : Victorioe, née le S avril 4840. 
i^ Louis-Victor-Arthdr, né en 1810; 
i° Laure, mariée, en 18S3, à Alexandre de la Saltakie. 

5* Louis-Alexandre, vicomte DE MALET DE ROQUEFORT ; marié, 
en 4807, à Marie-Anne de Lavau. 

De ce mariage est issu : JEA:<-Ltio, nô le € juillet 18±2. 



4S2 HAN 

Frère. — JEAN-ALBUAKnnB, baron DE MALET DE BOQUEPOBT, ma- 
rié à Adèle dr Bo^NEAl^ 

Dt tt nurligr unit li<iiu ; I* EDctKE ; 

V ClTMMIIIt-COlIlLI, BUrlCe, Ml ISSO, 1 EailUT, COBK K MiLET, MIH 

Branche établie en Artois, — Raoul-Guillaik-Hahii, comte DB MALET 
DE GOUPIGNY, né en 1787, bri^dier des gardes du corps du roi, chef 
d'escadron, chevalier de l'ordre de Saint-FerdînaDd; marié, en 481V, à 

MARIB-PAULINE-ANTOmKm HaOOA DB LA GVCLAIS. 

I>ec( nurliie m Issu : CiiiiLiK-iciBI-GiiiLtAin-lliiiit, st rn tlll. 



CitlIiBine Iblel ronimindjU an corpi de irouiKi diDj l'arniM qui m li coutn^ie de l'AiiglclMrr, 
en WU. La inaluii de llalcl le retarde tatmac soo premier imeDr touni. 

Gnllliinc Hilel, II* du loiii. p«Ii-11b di précMeut, croisé en toM. 

Jeen Iblel, theialier, sire ir GnTille, aulua ï la derni^ crolside de ulnl Louis, en IITO. 

Loiïs Milel, (he*)l)er, lire el baron de Grantlle, qui [di (mirai de France dans le quiuiitaie siècle, 
rit quallU par le rei de France du ilire de wn im«, réil ei r^l cousin. 

Le Burquii de Malei de Coupiia)', ilttroi des lia Bilétrei, intI k Madrid, en W». 

{f., pour rtilM. géoéal. de celle nalHiii, La Chnnsje des Bals; de li Roque; le P. Auselnc; la 
René tMerjf» 4t la HaUem, de M. Borel dllailerlie, (. 11.) 



HANGOT D'ORGERES. — Poitou. — Le chef actuel de celle Tamille 
est PiEi>RE-M\RiE HANGOT D'ORGÈJIES, né en 4762 ; marié, en (800, A 

MaDELBI.^B-AgLAÉ LA%CltBT. 

Drre narlage sont iuu^: I' MiciiL-AnGE-AnaLni Minoor v'OnctMS. ai en IWI, marié, en 
<nt,l Sophie lAiiiri-HiTnniTTi LivuNi iw Siiiit.-Idliif; 
De ce marlaie est Ism : Cliude-Plcm^f réd^ie Hilbetl, né en ISSS 
1^ lEii>-BirTrsT«-II>raLÉoii Hiiwdt nt ViLtiJiiii.néenlKiB; 
V AKFa-Locisi. 

Gnlll»niF H*i|ol nu Macn|ol, III' du nom, èiaii sénMiil ik Pollun en 1177. IHmt klilarifit it 
It HMeae, 1. 1, |i. US.} 
Claurte-Naniinl, chevalier, vlenrur d'Orirï-rrf ri de Villenc. amln;MileDr en SuKv, [irrniier pri^i- 



MAR 453 

(leui du luirlement de Bordeaux, fui garde des sceaux de France en 1616. {V, ie P. Anselme, et La Cbes> 
naje des Bois, t. IX, p. 474.) 

Claude-Pierre Mangoi d'Orgères, secrétaire du roi, conseiller au grand conseil, mort en 1778. Le chef 
actuel de la famille est son petil-neyen. (Revue historique de la Nobleise^ 1. 1, p. S44.) 

( V. La Chesnaye des Bois, t. IX; le P. Anselme; Chevillard fils; Jean le Féron; Histoire des 
Ckmcetiers; etc., etc., etc.) 

Armes : d'aïur, i trois épenriers d'or, chaperonnés et longés de gueules. 

Résidence : le châtean de Lordereau (Yonne). 



DEMARQUESSAC. — Guyenne et Périgord. —Deux branches de cette 
maison subsistent encore aujourd'hui; le chef de la branche de Croze, 
et du nom, est Pibrrb-Jban DE MARQUESSAC, lieutenant ^colonel en 
retraite, officier de la Légion d'honneur, chevalier de Saint-Louis, etc. 
Le chef de la branche de la Reille est Louis DE MARQUESSAC. 



Ponce de Marquessac acheta, le 15 mars 1497, d'Alain, sire d*Albret, et de Jean, roi de Navarre, les 
paroisses de Saint-Pantaly, de Saiut-Pardoax, etc., dont il forma la terre de Marquessac, en Périgord, k 
laquelle il donna son nom. 

Pierre de Marquessac, seigneur de Saint^Pantalj, etc., conseiller du roi, lieutenant général, et juge 
mage de Périgord en 1543. 

Pierre de Marqnessae de la Reille, |»age du roi en 17K7, fut ensuite colonel de cavtleric et chevalier 
de Saint-Louis. Il est le père de Louis de Marquessac. 

(V., pour lliisi. de cette famille, (k>urcelles, in-8^ t. V, p. 824 et suiv.; R(*gisire!t de la noblesse de 
Guyenne, 1606; d*Hozier, Indicateur nobiliaire; etc.) 

Armes : d'azur, à trois besants d'argent. 

Résidence : Cieurac, près de Souillac (Loi). 



DE MARSANE. — Dauphiné. 

Humbert de Marsane, croisé en 1006. 

Armes : de gueules, au lion d'or, au chef de même, chargé de trois roses aussi de guenle<«. 

DE MARTRÏN-DONOS. — Rouergue. — Le chef actuel de cette fa- 
mille est Marc-Antoinb DE MARTRIN-DONOS ; marié, en 4791 , à Marie- 
Madeleinb-Josèphb de Gros d'Homps. 

Sont issus de ce mariage : i^ EoGftRi-OciLLAUME, marié à Mathilob d'Esocied ; 

S° Victor, marié à Fcbdora o'Iwert de Corneillak ; 

3® Erkcst, marié à OcTAViE-GumArn ; 

4® Gustave ; 

S** Deux fliles mariées. 
Résidence : Montauban. 

Frères et sœurs : 

r Etienne DE MARTRIN-DONOS , marié à Joséphine Ducup. 

De ce mariage, un fils : Hippoltte, marié k Matbilde d*Adxilloi< ; — et une lllle, non mariée. 

20 



<54 MAS 

2" Auguste DE MARTRIN-DONOS, marié à N. BEnMO>D. 

Il a de ce mariage dix enfanls. 
Résidence : Valence en Albigeois. 

5» Paulin DE MARTRIN-DONOS, marié à N. de Nècrr, 

De qui il a un lils el une fille. 
Résidence : Saint-Estève-de-Douos. 

4° et 5° Deux sœurs habitant, l'une le ehîlleau de Donos, et l'autre 
Souals. 



GoDiezinde, seigneur de bonos, en faveur de qui la terre de Donos fui érigée eu seigneurie par le roi 
Charles le Chauve, par charte donnée et signée an palais d'Altigny en 8S9, avait rendu des services 
signalés à ce prince. (Charte citie par dom Vaisselle.) 

Jean de Naruin obtint du roi Charles VIII la chapellenie de Roquecésière en Rouergue. en I4M, 
en reconnaissance des services qu'il avait rendus à la couronne ; fut pourvu, en 1487, de la charge de 
capitaine de la place de Bonabas et Montasie. 

(V., pour rhist. généal. de cette famille, dom Vaisselle, Hist. du Languedoc; M. d'Anbays, Pièces 
fugitives pour servir à V histoire de France; etc., etc.) 

Armes : écartelé aux 1 et 4 d'or, à l'aigle i deux tètes, armée, lampasséc el couronnée de gueules, qui 
est de Nartrin ; aux 3 et S d'argent, à trois fasces de gueules, qui est de Donos. 



DE MASIN. — Originaire de Piémont. — Le chef actuel de cette famille 
est Auguste-Victor, comte DE MASIN, lieutenant-colonel de cavalerie, 
chevalier de Tordre de Saint-Maurice de Piémont, etc. ; marié, le 50 avril 
-1824 , avec Malvina Guigues de Moreton de Ghabrillan. 

De ce mariage sont issus : 1<^ Hippolyte-Henri-Gastoi«, né h Paris, le 19 décembre 182S; 

^ ALFRED-FRANçois-AMéDÉE, né à Paris, le 10 juillet 1997; 
S^ Rîcbard-Prilippb-Joseph, né à Fontainebleau, le S8 septembre 183S ; 
4° Charles-Fortoné-Léonce, né à Paris, le M janvier 18S8; 
SP Adgustine-Narie-Ladrence, née à Paris, le 10 juillet 183i; 
6<^ Marie-Zénobie-Josâphinb, née à Paris, le 13 novembre 184S. 

Résidence : Paris, rue de l'Université, 16. 

Frère. — Phiuppk DE MASIN, ancien capitaine de cavalerie, ancien 
gentilhomme de monseigneur le duc de Bourbon. 

Résidence : Marseille. 



Famille originaire du Piémont, naturalisée en France au seizième siècle. 

Henri de Masin est cité dans V Histoire de Provence de Papin au nombre des gentilshommes qui se 
distinguèrent à la prise de l'Ile Sainte-Marguerite. 
(K., pour rhist. généal., la Revue historique de la Noblesse^ L II.) 

Armes : fasré d'or et de guenles de six pièces, à une lige de chanvre de sinople, brochant. 



MASSIF DES CARREAUX. — Normandie. 
Michel MASSIF DES CARREAUX, né en 1820. 



MÂZ 155 

Frère. - Joles MASSIF DES CARREAUX. 

Sœur. — Fanny, mariée, fen 4844, à Jules (k>URSEAUX d'Hattentot. 



Thomas Massif des Carreaux fut, en 1737, reçu conseiller du roi auditeur en la cour des comptes, 
aides et finances de Rouen. (Tabl. de la ?ille de Rouen, 4775.) 
(K., pour rhisl. généal., Lalné, Archives, t. YIll.) 

Arma : d'azur, à une muraille crénelée de quatre pièces d'argent, maçonnée de sable. 
Hétidences : Le Tôt-Kl'Ingou ville, Paris et F(*r;iiitp. 

DE MATHAN. — Normandie. 

Jean de Maiban, chevalier banneret, croisé en 4096. 

Armes : de gueules, à deux jumelles d'or, au liun de même passant eu chef. 

DE MAUDET DE PENUOUET. — Brelagne. 

Cette famille a été maintenue dans sa noblcssi» lors de la réformation de 1669. — Sun chef actuel 
réside au château de la Houssaye, près Redon (1 Ile-et-Vilaine). 
(K. le Nobiliaire de Bretagne^ de Beauregard ; dom Norice; etc.) 

Armes : de goculef, à neuf losanges d'or. 

DE MAULÉON. — Poitou. 

Savary de Mauléon, croise en 1311. 
Armes : d'or, an liou de gueules. 

DE MAUNY. (F. deRevieus.) 

DE MAZENOD. — ProveDce. — Chablbs-Joseph-Eijgène DE MA- 
ZENOD, évoque de Marseille, commandeur de Tordre des Saints Maurice 
et Lazare de Sardaigne, etc. , né à Aix, le 4*' août 4782, dernier rejeton 
de la branche de cette famille, établie en Provence. 

Grand vicaire et ensuite coadjuteur de son oncle N. de Mazenod, évèque 
de Marseille, sacré évéque dlcosie, m partibusj le 45 octobre 4827, et 
enfin, après la mort de son oncle, nommé évéque de Marseille par or- 
donnance royale du 4''' avril 4857. 

Monseigneur de Mazenod est le fondateur et le supérieur général de la 
congrégation des missionnaires de Provence. 

(K., pour l'hisi. généal. de la maison de Mazenod, Artefenil.) 

Armes : d'azur, à trois molettes d*éperon d'argent; au chef d'or chargé de trois bandes de gueules. 

Hisidence : le palais épiscopal à Marseille. 

DES MAZIS. — Bourgogne. •<- La branche atnée de cette famille a 
pour chef aujourd'hui Hemri-Gabribl DES MAZIS, né en 4809. 

Jean des Nazis, II* du nom, gouverneur des ville et château d*Etampes et Dourdan, sons le régne 
de Charles VII (USO). 

(K., pour i'hist. généal., La Cbesnare des Bois, t. V, art. des Mazis; Antiquitét d'Estampes^ par 
Jacques ; etc., etc.) 

Armes : de gueules, à la fasce d'or, chargée de trois molettes d'éperon de sable. 



456 MEL 

DE MELUN — Le chef actuel de celte maison est Anne-Joachiii- 
François, vicomle el comte DE MELUN, fils de Adaii-Joachim-Marie, 
vicomte DE MELUN, et de Françoise Artaud du Rayol, né au château 
de Brumels, le 40 mars 4785, auditeur au conseil d*Ëtat en 4809, briga- 
dier de la première compagnie des mousquetaires de la garde royale, 
avec rang de capitaine de cavalerie en 4845, marié, le 48 avril 4805 à 
Amélie de Faure, fille de Jacques-Pancrace-Ange de Faure, lieutenant- 
colonel d'infanterie, etd'AMÉLiE de Norville. 

De ce mariage sont issus : 1° Anatole-Locis^oachiii-Josbph, vicomte de Melon, né le i4 sep- 
tembre I807« ancien élève de l*école polytechnique et ofUcier d'artil- 
lerie, chevalier de l'ordre militaire de Léopold de Bcigiqae, marié, le 
25 septembre 1839, i NARiE-ALDEcotiDE-JosÈPBE Van der Croisse, fille 
de Charles-NIcbel-Hugnes Van der Croisse de Vaziers et d' Adélaïde- 
Sophie le Nesre. 

I)e ce mariage est issue : Aniie-Marie-Adélalde. née le 31 septembre 
1843. 

3^ ARMAND*MARie<JoACHiM, vicomte DE Melon, né le même Jour que son 
frère. 

V* LÉoNiE-ViCTOiRE-LooisB, née le 18 fénier 1810, mariée, le 4 mai 1836, 
à Jacqoes-Adolpbe Cadbao, vicomte d'AcT, ancien ofUcier des gre- 
nadiers i cheval de la garde royale, chevalier delà Légion d'honneur. 

h'* Anne-Amélie-Marie, née le SS juillet |813, mariée, le 9 mai 1836, k 
Alexandre-Maxime Boola, comte de Nareoil. 

Sf* Matbilde-Bunchb-Joacbihe, née le 97 avril 1815, mariée, le S fé- 
vrier 1843, à Armand-Marie, vicomte de l'Espinay. 

6° Blancbs-Aenor-Anatolb, née le 16 mars 1814. 

Réiidmcet : le château de Brumetz (Aisne); Paris; Lille (Nord). 

Pr'mcipûle» Ulustratien». 

Guillaume 1% vicomte de Melon, dit le Charpentier, aecompagoa, en 1996, à la première croisade, 
son parent Hugues de France, comte de Vermandois, frère du roi Philippe P' (Robert le Moine); com- 
manda le 3« corps de l'armée do roi Baudoin F% à la bauiile de la Ramia, en 1103. (Albert d'Aix.) 
Godefroy de Bouillon, à son lit de mort, avait donné à Guillaume de Nelun, en récompense de ses 
services, la ville de Calpbas. (Robert le Moine.) 

Adam n, vicomte de Melun, se distingua à la bataille de Boovines, gagnée, eu 4314, par Philippe- 
Auguste, sur l'empereur Oihon et ses alliés. A la tête d'un détachement de cavalerie légère et d'arba- 
létriers envoyé pour observer la marche de l'armée impériale, Adam soutint la première attaque i 
l'arrière-garde, et alla se placer ensuite an front de la première ligne avec le duc de Bourgogne, Ma- 
thieu de Montmorency, et Gaucher de Chatillon, comte de Sainl-Poi, et transperça deux fois l'ennemi 
à jour. 

Simon de Melun accompagna saint Louis en Afrlqoe en 1370, fut grand maître des arbalétriers 
en 1383, maréchal de France en 1290; fat tué à la bauille de Courtray, en 1303. ( Salle des Batailles 
et Salle des Maréchaux, à Versailles.) 

Jean II, vicomte de Melun, comte de Tancarville, grand chambellan de France, souverain maître de 
l'hdiel du roi et réformateur général des eaux et forêts, gouverneur de Bourgogne, de Champagne et 
de Bric, connétable et chambellan héréditaire de Normandie, fut fait prisonnier en 1S56, à la bataille 
de Poitiers, avec son frère, Goillaume de Melun, archevêque de Sens; fut un des plénipotentiaires qui 
réglèrent la paix de Bretigny, et fut donné en oiage au roi d'Angleterre pour la garantie de ce traité. 
(Kruissari; Blogr. Mutr., an. Tancarville.) 

Titres : Jean II fut nommé comte de Tancarville par lettres patentes du roi Jean (14 février 1351). 

<:harl<>s de Melun, chambellan de Louis XI, fait baron de Landes par lettres patentes de 1468. 

Françob de Melun, ronilc d'Épinay par lettres patentes de Louis XII (38 novembre 1514' ; et Hugues, 
5on Uls, prince d'Kpin^iy par leliri'î» patentes de l'empereur C.harles-Qulnl, en 1541. 



MER 457 

Robert de Neinn, créé marquis de Roobaix par leures patentes de Pbiiippe II, roi d!£spagne, en date 
da 1^ mars 1879. 

Louis de Melon, prince d'Épinay, obtint, en 1714, par lettres patentes dn roi Louis \IV, réreeiion 
de la vicomte de Joyeuse en dncbé-pairie. 

(K., pour TblsL généal. de cette famille, le P. Anselme, Hitt. des Gfwtdt Officien de la Couroime; 
La Cbesnaye des Bois; Lainé, Hist, vérid.\ Conrcelles, t. V; etc., etc., elc J 

Armes : d'aznr, è sept besants d'or, posés S-S-l. an cbef d'or. 



MENJOT D'ELBENNE 

Famille de robe, dont ane branche réside an chileaa de Conléon prés Connerré (Sarlbe); one anirc 
dans le département de Tlndrc, et une troisième à Paris. 
(K. Moréri, art. Mbnjot; les Archives de la cour des comptes.) 

Armes : d'argent, an chevron d'aznr, accompagné en chef de deux épis de gueules, et en pointe d'un 
lion grimpant do même. 



DE HENOU. — Berry et Touraine. 

Gémis de Nenoo, croisé en 1190. 
Armes : de gneoles, à la baode d*or. 

DE MÉRIC DE BELLEFON.— Guyenne. — Jban-Baptiste DE BfÉRlC 
DE BELLEFON, chef de sa branche, né le 40 mars 4785; marié, le 
7 février 4804, à Henriette db Bessières. 

De ce mariage sont issos : 1^ iBAH-PiERius-VicTon, capitaioe d'infanterie, né le SI octobre I8(M, 

marié, le tt novembre IMS, à MARiB-FiLicis db Balatbibr, fille de 
M. R.-E. Henry, marqois de Balathier-Lantage, et de Rose-Apolline 
de Tbiefrries-BeaoTois; 
S° Cbarlbs-Sébastun, capitaine d'artillerie, né le 5 octobre I80S« et 
marié, le même Jour qoe son frère, à Marib-Béatrix-Looisb de Bala- 
ther-Laiitacb, sœor de la précédente. 



Les preoves de la famille de Néric, branche de Vivens, dont l'origine est commnne i celle de Belle- 
fun, ont été faites, le S février 1070, par-devant M. Dugoé, intendant de Lyon. Elles remontent jos- 
qo'en 1551 ; les armes de la famille y sont constatées. 

(Ces litres et preuves ont été dépensés aox archives de M. i'Hozier. V. soo Indicateur nobiliaire. ) 

Armes : d'azor, è la bicbe d'or. 
Résidence : le rhileao de Savignac (Lot). 



DE MERLEMONT (dssCourtils). — Picardie. — Le chef actuel de 
cette famille est Charles-René des Courtils DE MERLEMONT, né en 
1777; marié, en -1795, à f Lucie-Yictorine de Mabiel Saint-Clair, 
décédée en 4840. 

De re mariage sont issus : I** RehA-Adolphe, né le S mai 4798, lieotenaot aox grenadiers à cheval 

de la garde, pois capitaine an 4* régiment de coirassiers, démission- 
naire en I8S0; marié 4*^ à Marib-Eoméb de la Uoussate, 2^ le 49 Join 

1838, à ALEXAKDlURE-L0UlS£-FlU^(:01SE DE VlRIEC, fiUc dc L. GOS- 



15S HES 

liie-ALfiaudrc. «Komlc dr Viricu. iiicien aidt-iiujur <tc 11 firih' 
iu;ale. — S«ul isnai 
Di pKUler lit : 
s. Lurle-llirie-Hanlie, iiét le A min IM* ; 
t. VicIutiDC-Sl^pbanlvMalhlIdc. ihc le IT mii «SIS. 

Di dcuiiènw lit ; 
r. ReB^Luuix, ne tn nun «SU: 
t. JdPDe, née en <RM; 
c. Ferdlninde, née en <UI. 
i° BENt-GuSTivE nu CoimTii.s, uc le 11 dénnlirr ITM, non nurlé. 
S° REiif-Lovls-LtDii M> GoniiTiLS. né ni otlnlirr ISOl, incien lienle- 
lunl » lO'chjsséBn t cheial. démissiuiinalrc en (8SI; niirié. en lUI, 

De ce mariné ">nl isiat : 
1° René, né en ISal; 

3° EriMSlIne, ntf pn mi. 

Cousines issues de germain : 

1* EsTiiEn-ËusABETH, mariée à Henri, comle D'UB RE, ancien pair de 
France; 

2* Denise-Renéb-Juséphine, mariée, en 1808, à Maximilien-Albkkt, 
marquis de BÊTH(l^B HEsnicNEui., ancien colonel du )'' régiment de cui- 
rassiers. 
Tonus dCDl UlM «le t "... nu Covutilj, inclen colonel d'Inbnleiiï. ilrréde en Itll . 
(K., poorl^lu. généal., le NoMIkJre ie Pictriii, par Handicqner de Btinconrul 
Arma : d'aiar, an lion grimpjnl d'argent, porltDl 1 ton col on éeuuou d'ot an lion île Mlle, auach^ 
de penles. (CondinDe i l'arrEl de maimenie rendu ftr le wuseil, le 5 décembre IMT. — V. l'Ar- 
Dnrial général mannicrltde l'Ile-de-France, p. IW.) 
tUMtaee : le (hlletu dé Herlemont. prèi de Beaniala- 



DE HERODE. - Flandre, Belgique el Pays-Bas. 
Randoln de Merode, croise en lUI. 
An»a : d'or. 1 quirr pall de gueules, 1 la Iwrdure engrélée d'uur. 



DUHESNII.. — Bourgogne. — Le rhcf actuel de celle famille est Anne- 



JtAN-BAPTisiTE-F.L-cèNE, Ikuron JOBARD DU MESNIL, né le 10 septembre 
t80ô, ancien juge auditeur. 



ins la gcndarain-iï it 
I Rarde ordipairc dt Louis SV. 
I L«s liliM de cfllE [inillï soni iefoséi lOi arclilvrs de Diion. ) 

Tilret ,- des lellres [UMiusde baron de l'empire onUlê délirr^fn (MO, t Jein-Bapliilf-EDgCne 
Jobird, baron do Hesnil, ancien sous-pri'lel d'Anun, pt'rc du baron muel; elles portenL l'rectloii 
d'un nujoril hrn^iUlre. 
Arma : d'ainr, i La baudc d'intenl, cliartic de (rois qiiniefeullles de picules. ■rcmlée, » canton 
s«DeslredocbeV,d'nneè(u'ikd'ar|enl.el,adcamondcilredela poinle, d'nn cygne ansat d'argeni . 
tUiiiiHKt . le Chili'» dn Mfsnll, i Brasey-en-riiine (ùHc-d'Or). 



DE MESSEV. — Cbarolaia. 

CuilliDine de Mcïsri. trolsi^ en 1110. 
itmet : d'aïur, au sanloir d*ur. 



DE MEYRONNET. - Provence. - Philippe-Louis DE MEYRON- 
NET, baron de Saim-Harc, fils de Jules-François DE MEYRONNET, 
baron de Saint-Marc, conseiller au parlement de Provence ', et de Cécile- 
Madbleine-Poltxèmb LEBLA^c deVentabiien; néàAix, le 24 décembre 
1780, siibstilul en 18-11, avocat général à la cour impériale d'Aix en 
I8M, procureur général à la cour royale de Besançon, le 27 mars 4816, 



I Lequel êlall Bis de Philip|ie, anssl capMllIer au parlement de l'ra<enee en ITÏ7, «i de Thérèse 
de Faurin, doni la bmllle f'm titialt de nos jonrï en la prrsnuni' du uianl et i^n^rablc pn-sidenl 
de Saini-VIncenl. 

AleiandreJnle»-Anlirine de Faurb-SainI- Vincent, le dernier de sa maison, aé !t Aii le t" uf- 
\embre i7¥> li i Wx, le IS ixiienibre ISte, 1 8e ans), »lall Bis de JnlevFrancols-PanI de Fanris- 
Salnl-Viuccnl, préaidenl i norlter au partemenl de ProTrnre, el de Julie de Villeuenve de Vente, 
Bile de Sopble de Simlane. pelile-Btle de Pauline de Grignan el arrière- pei Ile -III le de nudane de 
Séiigiii'. — Il hl inrceasltemenl [irésident i mortier an parlemeni de Pruvenre de ITM ) ITN, dé- 
puta an (iit|« Itfiilalif en ISM, membre de la tbanibre dea d^polM en IRIi, pré<idenll la tour 
royale d'AIx depuis 1811 jusqn't sa morl, membre de l'Académie des iuKriplions en(8IS. Saiantan- 
ilqniire, M auieir de nombreui etriis sur l'hisioire et les anUquiiei de la Proience. parmi lesquels 
lions rilermusenlemrnl le Utnuire nr l'Halia Itttm el iaarlt,rl nr la m-i un tl utt/a êiira 
tu Protence dav U gnintifmt iitetf. 

( Voir, pnar |ilus aniplen delailf. le» liii>«ra|>liies n>nleni|>i)(;iiiies. an. Fatrtt-StliU-ViRrriil . ) 



HO MËY 

secrétaire général du minislëre de la justice et conseiller d*Étal en 4 828, 
conseiller en cour de cassation en 1829, où il siège encore aujourd'hui ; 
il a été nommé officier de la Légion d'honneur, par ordonnance d'octobre 
^828. 
Risideucct : Paris, et le cUleao de Saiut-Marc de Jaomeprde, près d'Aix (Booches^o-RMoe). 

Frère — Louis-Josbph-Gharles DE MEYRONNET, chevalier de l'ordre 
de Saint-Jean de Jérusalem, né à Aix, le 49 décembre 1782. 

RMdtnu : Aix. 

La branche atnée de cette maison, connue sous le nom de Chateauneuf, 
s*est transplantée en Champagne, et y est représentée ainsi qu'il suit : 

X"" Alphonse DE MEYRONNET, marquis de Chatbadnedf, fils de 
Paul -Joseph, conseiller au parlement de Provence, et de Palline de 
Broni d'Entrecasteaux ; né en juin n79, marié, en 4802, à Adrie>ne de 
Thohassin de Bienvillb, fille de N. de Thomassin de Bienville, et d'Éléo- 
nore-Walburge Irénée, baronne de Ferette, chanoinesse du chapitre de 
Rémiremont. 

De ce nuriage soot issus : 4® Alphonse, lieatenant de cuirassiers, qoi, de son mariaRe avec N... dk 

GoHPiÈCNB, a deax flis : 

4* Georges, — V Ludovic. 
V Padlinb-Adbibnice, mariée, en 4818, à Acbillr-Cbarlks-Aucuste 
DE Pecbpetroo-Comhikges, comte de Gcitadt. 

iUsidencet : Paris, et le château de Pnellemontier (Hante-Marne). 

Nièces. — V Pauline or Mbyronnbt, fille de -{- Ballhasard , comte de 
Mbtronret, colonel d'état-major, commandeur de la Légion d'honneur 
(f en octobre <844 ), et de -J- Laure du Puy de Maconex (-J-en avril 
^844). 

2^ NoÉiii, sœur de la précédente, mariée à N. de Compiègnb, frère 
de la comtesse Alphonse de Heyronnet 



ft AIplKmse de Meyronnet-Saint-Marc fui procureur générai en la cour des comptes de Provence en 
4656, et conseiller d'État en 4660. Son flls, son petit-flls et son arrière-petii-flis forent conseillers an 
parlement de Provence ; le dernier est le père dn conseiller en cour de cassation d'aujourd'hui. 

Paul de Meyronnet, conseiller au parlement de Provence, en 4688, obtint l'érection de la terre de 
Chaietuneuf en marquisat, par leures patentes d'avril 4737, enregistrées par arrêt du parlement de 
Provence en date du 5 mai suivant. 

Charles de Meyronnet fut maréchal des camps et armées du roi, commandeur de Tordre royal et 
militaire de Saint-Louis. Il mourut à Aix, en 477S. 

Philippe-Auguste de Meyronnet Saint-Marc, capiuine de vaisseau, en 4784, et chevalier de Saint- 
Louis, frère du baron de Saint-Marc, conseiller au parlement de Provence. Trois autres de ses frères 
éuient comme lui ofBciers supérieurs dans la marine et chevaliers de Saint-Louis. 

(K., pour rhisU généal., La Chesnaye des Bois, t. X, p. 444 et suiv.; Arlefeuil, t. H. p. 435; 
Prosper Cabasse, Hist. du parlement de Provence ; etc., etc.) 

Armes : d'azur, à un rocher d'argent sortant d'une mer dn même, accompagné en chef de deux crob- 
sants an<«i d'argent. 



DE MILLEVILLE. — Normandie. — Les représenlants actuels de celle 
r»miUe, sont : 

^'' David-Fbançois-Gabribl Abchaubault de MILLEVILLE, né le 
A avril 1 775, chevalier de Halte de minorité et <le Saint-Louis ; marié, le 
5 juin 1 802, à Rosalie-Françoise lb Hahtieii de Glatignt. 

lilCC Dt ClKDir; 

nita DD HlL DE HAtlS- 

lUIiaei : BnicaU-toi-Iutu (Eure). 

2' MABiE-GiBiiiEt^biDORK-BAOuL DE MILLEVILLE, frère du précédent, 
né le 17 juillet 4776, nommé, au mois d'octobre 1789, élève de l'école mi- 
litaire de marine de Vannes, gendarme de la garde du roi ( compagnies 
rouges ) , le 6 juillet 1 8 M , chevalier de la Légion d'honneur. Il a épousé, 
le 29 avril (807, Lodisu-Célinb Hanuuhv. 
De et mirliie Mit Imii Irais tirions : 

1° EDM0ii»-l'iEni-G4»iii, ■£ 1c n mDI IMM, iitcieD llfDleiuiil i'\o- 
fMlerlc, nirit, Je (S juin IRST. 1 Bliucbi n'AorFii. — De ce ni*H>|i> 
■ont lisD) iroii garçoni ci ane Blk. 

BéMaa : \e clillciii de Boiug; (Seine-lnfèrieiire). 
r A(aiin>Di.i-G4>itiL, Dé le <e 1061 1810. mirié. le H fèirirr ISW, 
1 Xtiiii-ALiiiini» n C1LI.TI. — De ce iciriige uni I»sds un (ircon 
ei ane SIIf. 

RtiUence : Nnle-NonnndeDie (Seine- InFerieurr). 
ï" HEXRi-IiifiS'CitiLiBL, ai le * jDillet ISIï, iiucil, réferrodilrc u 
Ken de Fruee. ancien dtléfiié luppleinl det ^lihllswnenu tnnttK 



Titn im de MllleTllIr, cooiniDdeiir de Hef^alifa;. en Uti. 

LHlrea pitenle* du roi Glurlea VIU, en dite d'ueiobre UM, données I son Uen-iimt Jetuprle Mill< 
lUIe, icajtr, uiber de i* prde frinçaisr, demennai eu l'elecilon d'Arqaes, lii concMint inmt 
dliimua et prlTlIéfn, en rcampenae de l'occBiutlun qo'il aiiii en (on itnitc i ['ailma de si pei 
naiw, 1 la garde de u» coiiii, eic . 



163 MOL 

LonpiciHIp. le It wlobre KBC. l'ardtf île nttet dans Itirppe (loi'' I tcrvîr KWS M. de Monllgnf. qui 
y ranaattiM; < lacliaiil, lui Mrlvall-U It II »rll 101), le irk cl i'iflKliun qu'il iiaii id tetiiceia 
( nij, snn Fxpérlrnn: tl le cr dit qu'il liait dini le ftjs. s 

L)[)inillf de Nllletilica ^lé miinipaiir rbns si mlilitsepar jnfniienidu 4 loOMCIs. de K.lc kanii 
de 11 Calisson ifre, comniuaire détiili pour la reeberrhe de la noblesse e» li léncnlilé de Rmiea. 

iT., iMori'hist. i^n^l., L« Chnnaye îles Bois. i. X, i>. lit fIsrIi., ei VHiu.ekmaliipiiittl §(»• 
tnfiique ie Honiim^t.i toi. lii-4°; elr.) 

Arma : de (iiiedin, » Miilair d'arfenl, cinlonii^ de quilit glimb d'nr. 



DE HIRAHON. — Guienne el Auvergne- 

Bernard de Ca«Mlgnrs, donl la Emilie esl oionae auji>urd1ial mus le iiom de Mlraïuni, 
<'n 11(8. 

il mei -' d*it[ir, an lion d'or, imir ellampiss^ de tneuIrB. i la roUre île sneulrs brortiani rur I 

DEMISSIESSY. f T. deBdr«uks.) 

DE MODKNE. [ V. de Raymond Modènk. ) 

UK MOLAC. ( V. DE Kkhcaru. ) 



MOLE. — Champagne. 

Le chef actuel de celle maison esl Loois-Mathieu MOLÉ DE CHAM- 
PLATHEUX, l'omte HOLÉ, pair de France, graod-croix de la Légion 
d'honneur, elc. , fils de f Édouard-Prançoib-Mathieu MOLE DE CHAH- 
PLATREUX, président k morUer eo 1790, morl sur l'échafaud révolu- 
lionnaireen 179J, eldcN. db Lauoignon. 

Né eo nso, il fil paraître, au commencement de I8U6, ses Estait de 
momie et de poliiiqur, réimprimés en 4809 ; cette deuxième édition est 
précisée de In vie du chancelier Mathieu Mole, son cinquième aïeul. 

Auditeur au conseil d'État en (80S, maître des requêtes, puis préfet 
de la CAte-d'Or en 180ft, conseiller d'Élat et dii'cclcur général des ponts 
el chauss<'Ts on 1809, comie de l'empire en la mi^e année, grand juge 



MON 465 

et ministre de la justice en 4815, créé pair de France par décret de Teni- 
pereur pendant les cent jours, nommé aussi conseiller d^État et directeur 
général des ponts et chaussées, il fut confirmé dans ses fonctions et ap- 
pelé de nouveau à la chambre haute par ordonnance du roi, en date du 
4 7 août 4 84 5 ; puis enfin devenu ministre et secrétaire d'État de la marine 
et des colonies, le 42 décembre 4 8n, il quitta le ministère avec le duc 
de Richelieu, et par ordomiance du 29 décembre 4 818, il fut nommé 
ministre d*État et membre du conseil privé. 

Après 1850. il a été successivement ministre des affaires étrangères 
du 44 août au 2 novembre 4850, président du conseil et ministre des 
affaires étrangères du 6 septembre 4836 au 31 mars 4839 ; c'est pendant 
son ministère qu*a été signée Tordonnance d'amnistie; en 4 840 il a été 
nommé membre de TAcadémie française en remplacement de f M. do 
Quélen« archevêque de Paris. 

De son mariage avec N... de la Live db la Bricbb, liiie de N... de la Live de la Bricbc et de 
t Adélalde-Edmée Prévost, sont issaes deux d Iles : 

i° N..., mariée au marquis de la Ferté-Meung. 

De ce mariage il ii*est pas issu d'enfants. 
•2° t N..., mariée an comte de la FERTÉ-CHAiiPLATRtL'\, frerc du pré- 
cédent, décédée en I8S2, laissant une fille unique, née en 1831. 

Principales Uluitrations. 

Nicolas Mole fat conseiller du roi, et intendant général des finances en 1580. 

Edouard Noié, conseiller au parlement de Paris en 1567. procureur général pendant la Ligue, et 
président i mortier en 1609. 

Mathieu Mole, conseiller au parlement de Paris en 1606, président de cliamtire aux enquêtes en 1610, 
procorenr général en 1614, garde des sceaux en 1651. Le défaut d'espace ne nous permet |>as de rap- 
peler la vie de ce grand magistrat. L'n mot du cardinal de Reiz caractérise sa fermeté durant les trouliUs 
de la Fronde. « Si ce n'était, dit-il, une espèce de blasphème de dire qu'il y a quelqu'un dans noire 
« siècle de plus intrépide que le grand Gustave et le prince de Coudé, Je dirais que ça ete M. le premier 
« président Mole. » Sa vie a été écrite par le comte Mole, ainsi que nous Pavons dit plus haut ; elle 
précède la deuxième édition des Etêais de Morale et de Politique^ Paris. 1809. 

Mathieu-François Mole, marquis de Méry-sur-Dise, seigneur de Cbamplàtreux, conseiller an parle- 
ment de Paris en 47i4, président à morUer en 1751, premier président en 1757, épousa, en 1753, 
Bonne-Félicilé Bernard de Coobert, dlle unique de Samuel-Bernard, seigneur de Couberi, ronseiller 
d*État et chevalier de l'ordre du roi. 11 est l'aïeul du comte actuel. 

7V7rea : Mathieu Mole, chevalier de Malle, chef d'escadre, mort en 1658, donna l'Ile de Porquerulles a 

François Mole, son frère, qui en obtint l'érection en marquisat par lettres patentes de novembre 1658, 

enregistrées au parlement de Provence par arrêt du 31 janvier 1659. 

(F., pour l*hist. généal., le P. Anselme, t. VI; La Cbesnaye des Bois, t. IX ; Courcelles, in-4°, 

t. VIU : la France illustre, ou le Plutarque français^ u° 7, et les dictionnaires des hommes illustrer. ) 

Armea : écartelé aux 1 et 4 de gueules au chevron d'or, accompagné en chef de deux étoiles du même 
et en pointe d'un croissant d'argent ; aux S et 8 d'argent au lion de sable, armé et lampassé d'or. 

Risideucet : hAtel Mole, me du Faubourg-Saint-Honoré, 99, e: le château de Champbtreux (Seine- 
ct-Oise.) 



DK MONACO. F. de Guimaldi. ) 



DE HONGLAR. — Proveoce, ancieimetnent en Dsuphiné. 
Akdré-Victor-Ahédée, marquis DE RIPERT DE HONGLAR, fils de 

f F.-JOSEPH-AUUUSTE DE RiPERT D'AbtAUD DE BIoNTAItBAN DB BaRBBT, 

en son vivant capilaine de Trégale en retraite, chevalier de Saint-Louis 
et des SS. Maurice et Lazare de Sardaigne, etc. * , et de Thérèsk- 
Gabbielle-Dohotuée de Sobirats (v. ce nom). 

Né le 25 décembre 1 807 ; auditeur à la cbancellerie de France, en 
* 828 ; subslilut du procureur du roi à Avignon, en * 829. La révolution 
de 1830 interrompit sa carrière. Il s'est livré depuis à des études sur 
l'économie publique et les finances; il a publié, entre autres travaux, 
det Banquet en France, 4840, grand in-8°. 

Marié, le 19 mars t858, à Habie-Glémentinb de Jerninohasii [I], fille 
du frère de lord Stafford, pair d'Angleterre, etc. 

De a niirlafï Mnt »su9 : t" i loMPH-Ociivi-FKiKfois. 

ï> Josr.ra-AiiiiE-AifniE-TiiiKCiUS. 

S° NtUFE-TullâSl GlIKJlLLt-VlCIUI». 

( ' Lcqotl éliil Ils d'ADdrt III el it Mirit-Ann» it Nr^ronKl.) 

(t) Parmi ]tt homnes énOiitiiit qn'i produit la milsoii de Suftord, doni lord SitlTord Jemlifbw 
ta luJiHinl'bMl le rcpT^Dliniïl le rbcf, on peii rfmin|ii«r ; 

EdoMHid, dnqai^ecumledcSlinonl. dicvalÉer de la Jirrdltrc. marié, en llOO, ) lad; Abdc PI*R' 
Ufcnel, Mlilc-Ullr d'Edward lit. roi d'AiiElcIfrr», cl llle de Tluimai, dof de Glucesler. Tr^re de 
Henri IV. rui d'Anflelerrr. el ta célèbre prince Noir. Sa ntre ttall ladj EléaniT de Bobin-Herefurd, 
smir de la reine Hirie Plamiienci. lemme du roi Edward IV ; la «nmles» de Siafford tllU alul par 
son p^reni^edn roi Edward IV, el par fa mère nlecede la reine Harie. 

Hiiiiiibroi de SufTvrd, dnt de Butkingluii, Krand cosaeukle d'An|lelerre, lié i la haladle de 
Nonhaoploa, eu <t60. 

Edward de SlatEord, Iroisième dnc de DtitkIntbam, pand coonélable d'Anglclrrre en IWI : c'esl 
Inl doni l'bfrolqne courage a «éeèlSLr* pat Sbalspeate, dans HnriVIlI. [feu insi.) 

Henri, dixième lord Slaiïord, dli du rwtMdcnl. épousa Ursula Pale Olle de ilr Blcbard Pois ', dst 
de SvITolk cl.de Marguerile Planligencl, comlesse de Salîlbur;, llle do Georiei PlinUfeoel, d*c de 
darencr, rrère d'Edward IV, roi d'AnglMerre ; c'en elleqni, niTljredesa UMiié > la foi cilboliqie, 
rut drcaiilU'C par ordre de Henri Vlll, en lUI, t l'Sie de uiiiMe-dii ans; elle éull la deniiCre 
de 11 niai!/in d'Aniov Planla|enel, qui a donné une lonfue Hile de rois i l'An|lelerre. 

(■) njrhirl Palt. luIrUiiH lai di 8>ir<]k, 4it Ilo».Bluil.i, ftit la Uif iimtliri, 4ématttU tu •»»« «• b 



MON 465 

Frère: Màrie-Gabribl-Émilien-Gustaye, né le i\ mars 4 840, marié, le 
29 juin 4841, à Sopbie-Agathe-Yictorine de Leshnassb, 611e de N..., 
chevalier de Lespinasse, et d'Amélie de Billiotti-Volpi. 

De ce mariage est issae ane fllle, Mamb-Thérése-Ahélie. 

Oncle : Jolbs-Ange, chef d'escadron de cavalerie en retraite, officier 
de la Légion d'honneur. 

Tante : Marie-Delphine-Fortunee, d'abord chanoinesse du chapitre 
noble de Saint- Antoine dé Viennois, de Malte, admise, le 25 mai 4788, 
sur les preuves de -f- Elie de Ripert, son frère , chevalier de Malte , 
frère de f Joseph-Auguste ; puis mariée au marquis de Moriès. 

Bogues de Ripert, croisé, en 1096, avec Giraud et Giraodet Adhémar de Monieil, à la première croi- 
sade. ( PithoD-Corih, t. III, p. 90; et ies liistoires de la maison d*Adhéiiiar.) 

N... de Ripert, prévôt da chapitre d'Apt en 1356, pois évéqae d'Apt en 4868. (V. GallUchriititma; 
et La Ciiesnaye des Bois, t. XII, p. 406.) 

J. B. Josepii-Elie de Ripert, maréchal des camps et années da roi, flls de Joseph de Ripert, lieate- 
nant-colooel dans le ri'gimeot de Hainaai, et de Albertine de la Roche-Aymou, de la famille da célèbre 
cardinal, grand aamdnier et archevéqae de Reims, de ce nom ; grièvement blessé k Fontenoy, fat fait 
chevalier de Saiot-Loois sur le champ de bataille ; il avait alors vingt ans (1745). (V, la BiograpkU 
vtmcluêletMe^ t. II, art. Èia, de Ripert.) 

J. N. Albert de Ripert, frère da précédent, fat aussi officier général. 

P. François de Ripert, Inron de Mondar, conseiller au parlement de Provence en 1704, procareor 
général an même parlement le S9 novembre I7S8. Le chancelier d'Agaesseaa l'avait surnommé Vêmowr 
du bien. 

J. P. François de Ripert, marquis de Monclar, conseiller du roi en ses conseils, et son procoreur 
général en la cour de parlement de Provence le 49 décembre 473S; il était alors âgé de vingt-deux 
ans. Il est mort en 4773, après plus de qoarante ans d*exercice de ses fonctions. — Le premier depuis 
la révocation de l'édit de Nantes, il réclama la réhabilitation civile des prolestants. (La première édition 
de son Mémoire tkéologlqne et politique sur ies mariaçet clandestine des protettmttM eu Frauee^ est 
de 4750.) — En juin 1768, il prit possession d'Avignon et du comtat Venaissin an nom do roi de 
France et constatait ses droits sur cette enclave autrefois démembrée de la Provence dans son Mémoire 
pour le p rocur eur générai du parlement de Provence, tendaut A établir la eouteraiueté du roi de France 
tur Àpipnon et le comtat Venaiuin, S vol. in-8^, 4768. 

Titrée : Des lettres patentes de S. M. le roi Louis XV, en date d'octobre 4769, enregistrées ao parle- 
ment de Provence le 40 janvier solvant, ont concédé à F. de Ripert-Mondar, poor lui et ses descen- 
dante et héritiers miles, le titre de marquis. < Voulant, dit le préambule de ces lettres, recon- 
< naître les services qu'il nous rend, depuis trente-hait ans, dans l'exercice de la magistrature, 
c et notamment ceux qu'il vient de nous rendre dans la restitution du comtat. Venaissin k la France, 
« et lui accorder one marque de notre faveur qui rejaillisse sur sa famille, etc., avons, etc... » 

(F., poor l'hist. généal, La Chesnaye des Bois, t. XII, p. 406 et saiv.; ~ le Nobiliaire de Prouence, 
par Artefenil, t. Il ; ~ le Dictionnaire de la France et des Gaulée, par Expilly, art. Nonclak ; — la France 
UluêtrejOQ le Plnurqoe français, 4i" cahier, Elocb db Norclar; ~ Bioprapkie univereelle de Wbiss, 
chex Famé. t. VI ; ^Histoire de Monclar, etc., 4 vol. in-4S: ~ VÊlope de Monclar, procareor général 
au parlement de Provence, prononcé par N. Borély, procoreor général à la coor royale d'Aix, il la 
rentrée de la coor en novembre 484S; ~ etc., etc., etc.) 

Armée : écartelé aox 4 et 4 de goeoies k la fleor de lis d'or, traversée par one fasce d*azar, qui est de 
RiPBRT-MoNCLAR ; 80 S de gueules au chAteao i trois toors.d'or, qol est des Artaud; ao 5 d'axar 
k trois toors d'or, S et 4, qol est de Nontauban. 
Cesdeox qoartiers parsolte do mariage d'André 11 de Ripert avec Marie-Rose d'Aruod de MeoUaban, 
la dernière de sa maison; dans le contrat desqoels il fat siipolé que les noms, armes, titres et qoalités 
de la Buison d'Artaod de Monuoban seraient relevés et mainlenos par André de Ripert et ses descen- 
dants, 
c Cette ottisoB, dit liaynier (dans son livre de la Nobleeee illuttre de Provence\ qoi est étrangère. 



U6 MON 

« a fait la brancbe des seigneurs de Bêrret^ transpUnlée en Provence. Elle est originaire do Daaphiné, 
« de rilloslre maison d*Artaad de Montauban. L*bistoire générale ei Cborrier, aoteor da Nobiliaire do 
« Daopbiné, rapportent les titres, les alliances et les faits d'armes des seigneurs souverains de Die, dont 
a les Artaod étaient barons et comtes (4). Ils portent le nom de Montaobon depois le mariage de GoiU 
a laome Arlaod, baron d'Aix (commune dans rarrondissement de Die), avec Isoarde de Montauban (3), 
« dame de Monlnuur (S). N... d*Artaud de Montauban est compris dans la noblesse de Provence, à cause 
« de sa terre de Barreu» (Maynier, in-40. 1719, art. d'Artaud de Montauban.) 

(I) En 4096, Isoard ou Izam Artaud, comte de Die, commandait la H' division des croisés à la pre- 
mière croisade ; ses armes sont au Musée de Versailles. {V. la Chronique de Mathieu Piris; VArt de 
vérifier les dates; etc.) 

(a) Raymond de Montauban , seigneur de Montmaur, croisé en 1545; ses armes sont également au 
Musée de Versailles. 

(S) Montmaur, une des quatre baronnies d'état du Dauphiné; les autres étaient Clermont, Sasseoagc 
et Bressieu, alternant avec Maubec. (K. ExpUlj, art. Montmaur, t. V, et VUM, génial, de la maiton 
de Montauhan, par Guy Allard, iu-4^ 1679.) 

— En 4965, Guillaume Artaud, seigneur d'Aix en Daupbiné, et sa témme. Flotte de Sassenage, Olle 
d'Aymar, seigneur de Sassenage, reçurent du dauphin Guignes, en échange des portions qu'elle tenait 
de la succession de son père dans les terres de Sassenage et d'Iserons, ceJles de Monclar et de Vérone, 
qui étaient du patrimoine des dauphins. (Charte citée par le président de Valbonnays dans si>n Ulttoére 
du DaupUni, t. II, p. 89.) 

Rétidenee : ^u\s,^ DomécUe-polUique : Monclar (Basses-Alpes). 

DE MONTAIGNE. — Périgord. 

Michel de Montaigne, l'auteur des Euaitt de ce livre si plein de sens, de philosophie et de haute 
raison, que le cardinal du Perron appelait le Bréviaire det koimiieê geu^ naquit au château de Mon- 
taigne (Périgord) en 4554. Il éuit (Ils de Pierre Eyquem, seigneur de Montaigne, qui avait été maire 
de Bordeaux, et dont la famille était anciennement originaire d'Angleterre. 

Montaigne fut conseiller au pariement de Guyenne, chevalier des ordres du roi, et, comme son père , 
maire de la ville de Bordeaux (4585). Il mourut eu 4592. 

De son mariage avec Françoise de Chassaigne, il n'eut qu'une fille, Éléonore de Montaigne, née en 
4579 (fra 4616), dont la descendance s'est continuée dans une branche de la maisou de Ségur. 
K. ce nom). 

DE MONTALEMBERT. - Poitou. 

Aymerie et GuUtoume de Nonlalemberl, croisés en 4948. 
Arma : d'or, à b croix ancrée de sable. 

DE MONTAULT. — Unguedoc. 

Bernard de Montault, croisé en 4948. 
Armet : losange d'argent et d'azur. 

DE MONTBEL. — Languedoc. 

Philippe de Montbel, croisé en 1096. 

Armet : d*or, au lion de sable, armé et lampassé de gueules, à la bande componée d'hermines et de 
gueules de six pièces, brochant sur le tout. 

DE MONTBOISSIER-BEAUFORT-CANILLAC. — Auvergne.— Le 
chef actuel de cette maison est Ciiàrles-Madricb-Puilippe DE MONT- 
BOISSIER-BEAUFORT-CANILLAC, palrice romain, prince de l'Église, 
né le 14 janvier 1 794, ancien colonel du 23' de ligne, officier de la Légion 
d*bonneur et de Saint-Ferdinand d'Espagne ; il a fait les campagnes de 
Saxe et d'Allemagne en ^8^5, de France en ^8M, d'Espagne en ^ 824, 
et d'Afrique en ^850. 



MON ^07 

11 a épousé, le 10 février ^824, Bernarde-Caroline-Louisk-Stéphanib 
PRÉVOST DE CHANTEMESLE. 

De ce mariage sont issus : 4° CAtoum-RBiNGARDE-MAïuE dr Montboissier, née le 9 novembre 4 835; 

S" ELISABBTH-RfllNGARDE-HÉRACLÉB DB MOMTBOISSIER, née le 8 aOÛt 1851 . 

Frère. — Héraclios-Hdguss-Aogustin, comte DE M0NT601SS1ËR 
BEAUFORT-CANILLAG, né le V mars 1803, ancien officier d'infanterie, 
ayant fait les campagnes d^Espagne en 4 823 et 24 , et d'Afrique en i 850 ; 
veuf sans enfants, en \SÂi , de Chàrlotte-Louisb deLoménib, qu*il avait 
épousée en 1837 ; remarié en 1845 avec Aux-M.-L. db Wignacourt. 

Sœur. — Alexandrinb-Marie-Rhingaroe-Nathàlie, née le 14 août 
1806. 

Cousines. — Aihtoinette-Philippinb-Lbomllb, veuve de Charles- 
ALEXAKbRB-BARTHéLEMY-FRANçois, barou dc Baert, aucieu député. 

2° Akne-Charlottb-Albbrtinb, veuve de N. , marquis de Gourgue, 
pair de France. 

5*" Alexandrinb-HéloYse-Laurette, veuve de François Ursin, comte 
de PisiEux. 

PriHcipalei Uiuttrêti(mt. 

Hugues-Maarice, seigneur de Montbolssier, fonde, en 960, la riclie abbaye de Saint-Xicbel de la Close, 
en Piémont, ainsi qae les prieurés de Salviac, Cnnhac et d*Arléne, en Auvergne. ( Ls Cbesnaye des 
Bois, t. X; L. G. d. B., t. X, p. 883.) 

Pierre-Maurice de Montbolssier, surnommé le Vénérable, abbé et général de Tordre de Cluny de 
113Sii4158. (Même page.) 

Héradius de Montboissier, archevêque de Lyon, légat du saint-siége, élevé à la dignité d'exarque du 
royaume de Bourgogne par l'empereur Frédéric Barberousse. ( Même page. ) 

Eustacbe de Montboissier, qui institue Alphonse de France, frère de saint Louis, pour tuteur de son 
(ils, étant au moment de partir pour la croisade, 1i46. v Même page. ) 

Jacques de Montboissier relève, en 45H, la maison de Beaufort, qui venait de donner deux papes à 
TËglise, sons Jes noms de Clément VI et de Grégoire XL ( Page 98S. ) 

La maison de Montboissier a fourni des grands sénéchaux et gouverneurs d'Auvergne, de Languedoc ; 
des lieutenants généraux, un chevalier commandeur de l'ordre du Saint-Esprit, et a été admise aux 
honneurs de la cour, notamment en 4754 et 1770. 

(K., pour lliist. généal. de cette maison, de GourceUes, in-4^ t. X; la Coutume d'Auvergne; La 
Chesnaye des Bois; Expilly; etc.) 

Àrmei : écartelé aux I et 4 d*argent à la bande d'azur, accompagnée de six roses de gueules en orle, 
qui est Roger de Beaufort ; aux 9 et 8 d'azur an lévrier rampant d\irgent, armé et colleté de 
gueules et à la bordure crénelée d'or, qui est de Ganillac ; sur le tout, d'or semé de croisettes de 
sable, au lion de même brochant, qui est de Montboissier. 

RMdeHee : Paris. 



DE MONTCHENU. - Dauphiné. 

Claude de Montchenu, croisé en 4(9S. 

Il mourut eu Palestine; son tombeau y existait encore au siècle dernier, dans Téglisc de Saint-Jacques- 
le-Mineur, hors des murs de Jérusalem. Sur ce tombeau étaient gravées ses armes et une épiia|ihe, avec 
cette Inscription : nie jacet claudids hontcca!<utus, obiit anho mcxxii. 



U8 MON 

Ces faits soiil consignés dans les preuves de coor de la maison de Nonlctacnn, et npportés par La 
Chesnayedes Bois, t. IX, p. 298; par Chorricr, historien du Daaphiné; Gay Allard; etc., etc. 

Marin de Monlchenn, premier maître d'hôtel du roi François l^% sénéchal do Limousin, l>ailli du 
Viennois, et commandant pour le roi dans les provinces do Lyonnais, Forez et Beaujolais. Il fot Tami 
do roi, auprès de qui il combattit dans les journées d*Aignadel et de Marignan. Pris k Pavie avec le roi, 
il ne voulut jamais le quitter, et fut conduit en Espagne prisonnier avec lui. Son désintéressement loi 
fit engager ses terres, qui furent vendues pour payer les dépenses faites pour le service du roi. Fran- 
çois l^*" ordonna qu*il fût inhumé à Saint-Deni«. 

(K. VEneycl. métk. part. Ai«/., arL Noktchekc; V. aussi La Chesnaye des Bois, déjà cité, t. IX, 
p. 500.) 

Cette famille existe encore aujourd'hui. Un de ses membres est offlcier général. 

Armes : de gueules à la bande engrèlée d'argent. 

DE MONTESQUIEU. — Guienne. — Famille noble de Guienne. Elle 
a donné naissance à Charles DE SEœNDAT, baron de LA BRËDE et 
DE MONTESQUIEU, né au château de la Brède, près de Bordeaux, le 
18 janvier <689, décédé à Paris, le 10 février 4755, Tun des plus grands 
écrivains dont s'honore la France. 

La terre de Montesquieu avait été acquise, en IS6|, par son trisaïeul, Jean de Secondât, maître 
d*hôtel du roi de Navarre, Henri d*Aibret, et de Jeanne d*Alliret, sa fille; elle fut érigée en baronnie 
par Henri III, roi de Navarre, depuis roi de France sous le nom de Henri IV, en favi ur de Jacob de 
Secondât, flls de Jean. Jean-Gaston, fils de Jacob, fut président à mortier au parlement de Bordeaux. ITu 
de ses flls, qui était au service, fut père de M. de Montesquieu. Un de ses fri>res, oncle de M. de Mon- 
tesquieu, et à qui avait passé la charge de président à mortier, la transmit ii M. de Montesquieu, déjà 
conseiller au parlement de Bordeaux depuis le S4 février 1714; il fut reçu président à mortier le 
15 juillet 17*6. 

Les Leitreê pertanet furent publiées en 1721. Il fut reçu à rAcadimie française le 24 février 17â8; 
peu avant il avait quitté sa charge de président k mortier pour se livrer tout entier à ses travaux. — 
Les Cotuidéraliont tnr les causes de ta grandeur et de ta décadence des Romains parurent en 1754, et 
VEsprit des Lois en 1748. Voltaire a dit en parlant de ce dernier ouvrage : c Le genre bomain avait 
perdu ses titres, Montesquieu les a retrouvés. » 

Montesquieu eut, de son mariage avec Jeanne de Larilgues (4715), un flls et deux filles. Son flls 
n'ayant pas eu d'enfants, Montesquieu, pour empêcher son nom de s'éteindre, maria, en 1745, sa fille 
Denise, la compagne et Taide de ses travaux, à un de ses cousins, Godefroy de Secondât, dont les 
enfants relevèrent le nom et les titres de la branche de Montesquieu ; c'est d'eux que descendent les 
représentants actuels du nom de Montesquieu. 

Le château de la Brède, où Montesquieu a passé une grande partie de sa vie, et où il a écrit la plupart 
de ses ouvrages, est encore aqjourd'hui la propriété de la famille. 

(K., pour plus de détails, VEncffcl. métti. et kUt,^ t. III, et les diverses biographies de Montesquieu, 
noumment celle du baron Walckenaêr.) 

Armes : d'azur à deux coquilles d'or en chef, et au croissant d'argent en pointe. 

DE MONTESQUIOU. 

Raymond-Aimery II, baron de Montesquion, en Armagnac, croisé en 1100. 
Armes : d'or i deux tourteaux de gueules, l'un sur l'autre. 

DE MONTGOMMERY. — Normandie. 

Philippe de Monigommery, croisé en IC96. 

Armes : d'azur au lion d'or, armé et lampassé d'argent. 

DE MONTJOYE. — Alsace. 

Guillanme de Monijoye, croisé en 1288. 

Armes : de gueules à la clef d'argent, posée en pal 



D£ HONTLUC. — Le chef actuel de celle famille est Bartiiéleut 
DE MONTLUC, né le b aoOl 1782; marié, en 1803, à Maris Cassau 
d'Ëlissaldb. 

De tf matiafe soal issus : 1" JiuiutB-EiiiE DEHainLrc, aé le <*Juillrl IIM. mirn'.lel mai IKO- 

t. Amund-BarUirlm;, né k IS jantirr ins; 

i. Emlllf , nce le H avril II»; 

r. [KilMe-Prgdfnu, iM^leMjoillSHi 

J. Célinf, née > ilaoti ttSi; 

t. Sflviole. aM le IT fêirkr IIH. 

V PiEHKE AKMinD PE Moutii'c, rlcc-cuniDl >lc Frinu an Meilqne, lié 
le A ialn IBII , marie, en novembre I8M, i Coicsrt:itE- Kélicmé- 

MtAULLE ; 

S° iuLU-BtnoiT Dt JtaKTLVC, ne le 11 avril (IIS: 

V Jicgvu-HEiiii DE MoNTLUc. né le S nul 1811 : 

S" Ai8Lit-AlE»RD>iiiE M NOMILUC. Dée le II mai IHIS. 

{V., pODt l'bisl, géneal., le V volume ie 11 Rtnt Hilariqiu it la flobitue, par M. Uorel d'Kanle- 
rit«. DiD> l'anicle sur celle bmillr, Il a ^lalili l'incerlilude lie la [urenlé du maréchal de Honiliic (mon 
en 1777) avec la maison de NonloqniOD, el la gédéalogie de 11 [jmille du reltbre (utTHn-, ihnil une 
branibe (oUaténle islHlsie aojounriiui. et M représeniée ainsi qa'OA lienl de le loir ti-dcsui.) 

Arma : écanelË au I el id'ainr. au ioup niisual i'm; aailel Id'or, an lourleande gneulet. 

AMMcrn .- NanlM. (Loire-lnfériruce,) 



DE MONTMORENCY. — Le chef actuel de la maison de Montmorency 
est Anni-Chables-Fkançois, prince, duc DE MONTMORENCY, pair de 
France, premier baron chrétien, etc. , né le 28 juillet -176)1; marié, le 
2 juin 1788, à Anne-Louise dbGovon de Matignon, née le 23 mai 1771, 



no MON 

De co niarifige sont issus : 

l*» ANNE-Louis-RAOUL-VicTon, baron DE MONTMORENCY, né le 1 4 dé- 
cembre n90, colonel de cavalerie; marié, au mois de mars 4821 , à 
EupHÉHiE DE Habchies, veuve du comte Thibaut de Montmorency, 
son oncle (il n'est pas issu d*enfants de ce mariage). 

Résidence: Paris, rnc Sainl-Dominiqae^Saint-Gennaio, 411* 

2^ Anne -ELISABETH -Laurence DE MONTMORENCY, née le 7 avril 
4802; mariée, le 6 septembre 4819, à Théodore, prince de Beau- 
FRBMONT-CouRTENAY, lieutenant-cx>lonel de cavalerie. 

5» Anne-Lodise-Alix DE MONTMORENCY, née le 15 octobre 4840; 
mariée, le 25 février 4829, à Louis de Talletrand-Pbrigord, duc 
de Valençay. 

H^ndences : Paris, rac de GreDelle-Sainl-Gemiain, 87, et le rbàie^o de Coarialin (Eore^t-Loire). 

Frère : Annk-Loiis-Christian, né le 7 mai 4769, prince DE MONT- 
MORENCY et DE TANCARVILLE, pair de France, grand d'Espagne de 
la première classe; marié, le 6 septembre 4197, à Marie-Henriette de 
Cany ; veuf depuis le 45 mars 4855. 

De ce mariage sont issus : 

4" Anne-Marie-Christian-Gaston DE MONTMORENCY , prince DE 
ROBECQ, né le 4 mai 4 804 , capitaine de cavalerie. 

Riiidence : Paris, rae de la Plaoche, 7. 

2° Anne -Charlotte -Marie -Henriette DE MONTMORENCY, née le 
28 août 4 798 ; mariée, le 27 octobre 4 84 7, avec Eiimanuel-Timoléon 
de Cosse, comte de Brissac lieutenant-colonel et ancien chevalier 
d*honneur de madame la duchesse de Berry. 

5» Anne-Sidohie-Josêphine-Marib de MONTMORENCY, née le 47 dé- 
cembre 4799; mariée, au mois de juin 4849, avec le comte de la 
Châtre. 

Â^ Anne-Élise-Marie-Aurblie DE MONTMORENCY, née le 24 avril 
4805 ; mariée à N. , comte de Bienoourt. 

Ritidence : Paris, rue la Planche, 7. 

Sœur : Anne-Éléonore-Pulchérinb DE MONTMORENCY, née le 
4" novembre 4776; mariée à Victor de Rochechouart, marquis de 
Moriemart, pair de France, veuve depuis le 29 janvier t854. 

Résidence : Paris, me Nenve-des-Mathorins, 44. 

Branche de Lixembourg. 

Charles-Emiianuel-Sigismond, prince DE MONTMORENCY, duc de 
Luxembourg, pair de France, né le 27 juin 4774, ci-devant capitaine des 



MON 171 

gardes du corps du roi Charles X, et lieutenant général des années 
françaises, n'est pas marié. 

Résidence : Paris, hdlel de Luynos^rae de Grcnellc-Saint-Germain. 

Branche de Beaumont-Luxembourg. 

Anne-Édouari>-Lodis-Josepii, prince DE MONTMORENCY, duc de 
Beaumont, prince de Luxembourg, pair de France, né à Paris le 29 sep- 
tembre < 802. 

Résidence : Paris, rue de Vareniies, 14. j 

Frère : Anne - Charles - Maurice DE MONTMORENCY, prince de 
Tingry, né à Paris, le 9 avril 4804, ci-dev.int officier de cavalerie dans 
la garde royale. 

Branche de Laval. 

Eugène-Alexandre de MONTMORENCY, né le 20 juillet ^75, lieute- 
nant général : marié, ^''en 1802, à Maximilienne-Augustine de Béthune- 
Sully, veuve du comte de Charost; 2", le 26 novembre ^835, à An.\e- 
NicoLE-CoNSTANCE DE Maistre, fille dc Josoph, comte de Maistre. 

Filles du frère aîné, Anne-Adrien-Pibrrb DE MONTMORENCY, duc 
DE Laval, duc de Fernando en Espagne, né le 29 octobre ^68 (fS 
juin 4857), et de Charlotte DE MONTMORENCY-LUXEMBOURG: 

\ • Charlotte-AdelaIde DE MONTMORENCY, née en \ 799 ; mariée, en 
4817, à Gustave de Lévis, marquis de Mirepoix, pair de France. 

2* Marguerite de MONTMORENCY, née en 4844 ; mariée, en 4829, 
au comte de Couronnel. 

Veuve du duc Mathieu de Montmorency-Laval ( -f- 24 mars 1826 ) : 

Hortensb d* Albert de Luynes , fille du duc de Luynes et de la 
duchesse de Luynes, née Montmorency-Laval. 

Résidence: Paris, rue Saint-Duminiqae-Saiol-Germain, Si. 

Principales illuttrotions. 

Après le nom de Bourbon, il ii*en est pas dont rhtstoire soit plus étroitement liée à a'Ue de nos 
gloires que celui de Montmorency. A di-faat d*esi»ace pour rappeler tant de noms et de faiis mémorables, 
nons nous .bornerons à indiquer qaelqoes dates liées à des noms ; elles en diront plus que de longs 
récils. 

Albéric de Montmorency, connétable de France en 1060. 

Thibaut de Montmorency, connétable de France en 1083. 

Mathieu 1 de Montmorency, connétable de France en 1136, épouse Adélals de Savoie, veuve do 
Louis VI, dit le Gros, roi de France, et mère de Louis VII, dit le Jeune ; il gouverne le royaume, con- 
jointement avec elle et Tabbé Suger, pendant Tcxpédiiion de Louis le Jeune en Palestine. 

Mathieu II, dit le Grand, le héros de Bouvines (laU), connétable en 1218. 

Anne de Montmorency, connétable de France en 1538; c*esi pour lui que la baronnie de Montmorcnt) 
fui pour la première fois érigée en dnr4ié-pairie, par lettres en date de juillet ISSI. 

Henri I, son fils, aussi connétable de France . 

Henri II de Montmorency, (ils et petit-Ûls des précédents, pair et maréchal de France, décapité-^ 



il2 MOU 

Toulouse en 1632. La consternation de loute la France lors de ce doaloureox événement, Tinconsolable 
douleur de la docbesse de Montmorency sa femme, dont tons les beaat-arts ont consacré le souvenir, 
n'ont pas besoin d^éire rappelées. 

Endn,sous Louis XIV, François-Henri de Montmorency-BouteTille, duc de Loxembourg, l'ami, IVléve 
ei le rival du grand Condé, né en IC28, maréchal de camp à vingt ans, maréchal de France en 1675, 
mort en 1695. — Dates de ses victoires : Lens (1648), Cassel (1677), Saiol-Denls, prés Mons (1678), 
Fleurus (1690), Leuze (1691), Sieinkerke (I69S), Nerwinde (1693). Les murs de la cathédrale de 
Paris furent couverts de drapeaux pris sur les ennemis pendant celle Journée; et, comme tout en France 
est niaiiére à plaisanterie, le vainqueur de Nerwinde fut appelé le tapissier de fiotre-hame. Ce mot ftat 
attribué au prince de Conti. 

Pour résumer, six connétables, quatre amiraux, onze mar(H:baux de France, et un nombre difficile à 
calculer de grands officiers de la couronne, de chevaliers des ordres de Saint-Michel, du Saint-Esprit, 
de la Toison d*or, etc. ; c'est surtout en parlant des Monimorency qu'on peut dire : 

Fortia facta patrum^ séries iimgissima rerum 
Per tôt ducia rtro«, antiquœ ab origine genti*. 

Armes : la branche aînée porte, Tecusson en bannière arrondie : d'or à la croix de gueules, cantonnée 
à chaque quartier de quatre alérions d'azur. 

Tenants : deux anges. 

Derise : Dieu ayde au premier baron chrétien. 

Légende grecque : AHAÂNOS (sans tâche, ~ ou ne s'egarant poiiUK 

— La branche de Luxembourg porte : de Montmobehct, brisé en cœur d'un écusson d'argent, chargé 
d'un lion de gueules, couronné d'or, qui est de Luxembourg (depuis le maréchal, duc de Luxembourg). 

— La bnnche de Laval porte : de Nonthorenct, la croix brisée de cinq coquilles d'argent. 
Primitivement les armes de Montmorency étaient : d'or à la croix de gueules. Lors de l'excursion 

que l'empereur Oihon fit, en 978, jusqu'aux portes de Paris, Bouchard de Montmorency, dont il avait 
brâlé le château, fut un de ceux qui se distinguèrent le plus contre ce formidable ennemi. Lorsque 
Lothaire et Hugues Capet battirent son arrière-garde au passage de l'Aisne, il enleva aux Allemands 
quatre étendards ou aigles impériales : en mémoire de cet exploit, la croix de ses armes fut cantonnée 
de quatre aiglettes on alérions. Ses descendants les portèrent ainsi jusqu'à la bataille de Bouvines, dans 
laquelle Mathieu II de Montmorency, dit le Grand, connétable de France, ayant enlevé douze aigles 
imjiériales, chargea son écu de douze alérions, par ordre de Philippe-Auguste. ( V. Duchesne, et VEn^ 
cgclopédie méthodique,) 

(V., pour l*hist. généal., les histoires de la maison de Montmorency et de Laval, par André Duchesne 
in-fol., Paris, 1642; par Désormeaux, S vol. in-12, Paris, 1764 ; Moréri ; le P. Anselme ; l'Art de véri- 
fier tes dates^ etc., etc.;. 

DE MORTEMÂRT. ( V. de Rociiechouart. 

DE MORTEUIL. — Bourgogne. — Cette famille a pour unique repré- 
sentant aujourd'hui N... DE MOLLET DE MORTEUIL. 

Résidence : Saini-Denis-de-Vaux, par Givry (Saône-et-Loire). 

François de Riollet, maréchal des logis de cinquante hommes d'armes des ordonnances du roi, fut 
tué â la baUille de Goutras en 1587. 

Jean^Baptiste de Riollet, convoqué aux états généraux de Bourgogne en 1682, lieutenant comman- 
dant d'une compagnie de cavalerie au régiment du Plessis-Praslin, et servit ensuite â l'arfière-ban en 
qualité de brigadier du second escadron de la noblesse de Bourgogne. 

Antoine de Riollet de Morteuli, Henri son fils, et Philippe et Louis ses petits-fils, ont été pages du 
roi dans sa grande écurie et ensuite officiers dans divers r^iments. 

(K., pour l'hisu généal., La Ghesnaye des Bois, t. XII. p. 111 et suiv. ) 

Armes : de gueules au chevron d'or, accompagné de trois étoiles de même, deux en chef ei une en 
pointe. 

DE LA MOUSSAYE. — Brelagno. 

ItaonI de la Moas.<j>T, croise en 1248. 
Armrs : d'or, frcllé d'azur di' six picfcs. 



DE NARBONNE-LARA. — Languedoc. — Jean- Jacques-Joseph. 
marquis DE NARBONNB-LARA , vicomle de SaiDt-Girms , chevalier de 
Saint-Louis, officier de la Légion d'honneur, entré au service, en 1S06, 
comme élève de l'École militaire, a fait les principales campagnes sous 
l'empire; aide de camp du lieutenant général Berkini ea 181J, officier 
de mousquetaires en I8IS, et, après la dissolution des mousquetaires, 
nommé lieutenant -colonel du V de chasseurs. — Il a épousé, en 1820, 
Albakie-Guillshette Dobarbv d'Uabgicourt, fille du comte Dubarry- 
Conty d'Hargicourt, maréchal de camp, et de Elisabeth de Chalvel. 
De te Diriige aoni iu» : 1° iMBit-JImmiKt m Nahiokhi-Lau, né le < Jilllci ini : 



Ajnergr 1", ikonic de HirtniiiK, cniat en <0M. 

[K., iKMrlIiiM. (énéil., Horêrii teP. Auclme; U Chruiiit des Bols, I, X, f. «K:Caurwlle^ 
I. Vlllett. IX, Addilh)iii,p. tT; «le., elt.,elc.] 
Arma : de gwtiki plein. 

Dttitt àtt Lan : Nui desccndonM de nje$, >i no Wt rern de uns. 
KitUotet : le (bllen de Verlpob, prèsde Tnalouse, 



DE NARBONNE-PELET. — Unguedoc. — RAmoNn-JACQUEs-HARiB, 
Hue DE NARBONNE-PELET, créé pair de France par ordonnance en 
dalc du il aoâl 1815, démissionnaire en IH50; duc en 1816, minisiro 
d'Etat et membre du conseil privé de 1821 It 1850, chevalier des ordres 



474 NOT 

du roi en 4825; — marié à Émilib db Sbrent-Kbrfily, dame d'honneur 
de la comtesse de Provence, (M. -J. -Louise de Savoie, femme du roi 
Louis XVID, décédée en Angleterre, en ^1810 ). 



Raymond Pelet, dit le Croisé, comie de Nelgaeil et d*Alais, accompagna le comte de Toaloase à la 
croisade de lOM, et s'empara de Tortoseen Phénicie. (K. dom Vaisselle, Hitt. du Ltm$uedoc; Guil- 
laume de Tyr, etc.) 

(K., pour lliiât. généal., Noréri; le P. Anselme; La Ghesnaye des Bois, l. X; Courcelles, 
t. VIII; etc., etc., etc.) 

Armes : de gueules plein, qui esl de Narbonive, à l'éru posé en abîme d'argent; au chef de sable, 
qui est de Melgdeil. 

RMdenee : Paris, rue de Varennes, 15. 

DE NEDONCUEL. - Artois. 

Barthélémy de Nédonchel, croisé en ISI8. 
Àrmet : d'azur, k la bande d'argent. 

DE NETTANCOURT. — Champagne 

Dreux de Nettancourt, croisé en 1190. 
Armes : de gueules, au chevron d'or. 

DE LA NEUFVILLE. — Guienne. 

La généalogie de la famiUe Lequien de la Ncnfville a été insérée dans VArmorfal général de d'Uuiier , 
S^ registre. [V. aussi Gonrcelles, in^, t II, p. SIS.) 
Celle Cimille existe encore aojourd'hui, et réside à Dax (Landes). 

Armes : écartelé aux I et 4 de sinople, k un chien braque d'or passani, colleté de sable et surmonté 
d'une palme d'argent iiosée en fasce; aux S et S baudé de vair et de gueules de six pièces. 

DE NICOLAI. — Vivarais. 

Jean de Nioolal, premier président en la chambre des comptes de Paris, en 1506. Ses descendants 
ont occupé cette charge presque bér^ilairement jusqu'à la révolution de 4780; le dernier de cette 
longue série fut condamné à mort par le tribunal révolutionnaire de Paris, le 7 juillet 4794. 

Antoine-Chrétien de Nicolar, créé maréchal de France le S4 mars 4775. 

Cette fomille (ht appelée k la pairie par ordonnance do 48 août 4815. 

( F., pour i*hist. généal., le P. Anselme; Moréri ; La Chesnaye des Bois, t. X ; d'Hozier, 5« registre ; 
ConreeUes, L VIII ; etc., etc., etc.) 

Arptes : d'azur, an lévrier d'argent, coUeté d'un collier de gueules, bordé, bouclé et cloué dor. 

DE NOÂILLES. — Limousin. 

Pierre, seigneur de Noailles, croisé en 4444. 

Hugues, seigneur de Noailles, croisé en 4348, mourut dans la terre sainte, où il avait accompagné 
le roi saint Louis. 

Armes : de gueules, à la bande d'or. 

DE NOE. — Languedoc. 

Amand de Noê, croisé en 4S48. 
Armes : losange d'or et de gueules. 

DE NOTTRET. — Champagne. — Cette famille est aujourd'hui re- 
présentée par Jean-Baptiste, baron NOTTRET DE SAINT-LYS, né le 



NOY ^-s 

7 ociobre n87, ex-oflicier supérieur, membre de plusieurs sociétés sa- 
vaotes, chevalier de Malle, de Sain(-Louis, de la Légion d'honneur, etc. 
— Il a épousé, en 18)5, M*mE-TnÉBÈ9B-VicToiBe Bonnet db Chaunv, 
de la famille du lieulenanl général de ce nom. 

De tt mjrliKe soni iaos : i° ALTKtD^tin-BtPTLiTi-EkiiuTj 



U bnnehe arnM de mim nnlILc (■«.i (itime, eu il», en b pemnoc de LODia Noiitm de Hod' 
colonel dVilllerlf, mort un» posiérllf, à Poiiieo". 

Jean-Sélnslien NnllrM, oplulne do bonmiH dlrmes de Ttaibi 
Nivim, loi mvi la rie, en Ptlniine, pendini li croinde de tus 
t. IV. 7. «.) 

ReDè-LMl. Nnlttw de SilnUr», mort en «IT. ■ pablié, de mt 1 IMT, dlrera aarnif* e< 
ïor l'igrienllDre. («i»r- «rtre". <«• Cm.f«v'ff4jM. t. m, p. 4M, el INtf. àl,lart«it de Feller L 

(f. Hui CoHTttUea. liK», I. Il; Sainl-Allait, l. IX; tu., elc. »lï.) 

Armtt (caBlrng6«« par ordonunre rojile d 

RétUtKt : le ehlteiu de Boimct (Ardenn 



DE NOYANT, _ Normandie. - Celte famille a pour représentant 
actuel EMMANUBL-PfERSE-FiuNçois Roilahd-Patkn de noyant, ancien 
colonel, chevalier de la Légion d'honneur (filsde f Jacqoes-Marib Patbn 
comte DE NOYANT, ancien capitaine au régiment de Soissonnais, che^ 
vaher de Saint-Louis, el d'EiiMESTiNi-ANToiBETTB nTIas*» d'Hamii.) 
- Marié, le 24 avril 1855, à CoN8TAî«:E-JosipBB Mobbad ob Bbllaibo 
{V. l'art. DB Bbllaing.) 

».r;:r^:?js;rzvr,'S',r;;r-'" *•■'•"'•■-■ 

On .ou iDr la mnnllle de li chipelle dn Trtwr. an Il«it-S.inl-Ml<4el. dlni l'aile drolle le nom h 
^^^^ "" "" ''■'• " '"*' <*""«'«" * 1' i"*'"»* ae celte place mitre lei Anilal. ' 

Lj^,tr™e^T:r ■'''""' ''^"''"'"*'''""''"^'"'"^'*"'«'""'^^^^^ 

( V., pour rhlii. ghrfal. de relie nunllle, La Cbeuare dea B»i>. l. XI p «M m „i» i 

'-"r^'l^"^*::^"''""''""'-'^'"'''''^^*'*-™''-^»* 

Daitt a etiéi f serre .• In irduli foriJor. 

HHidtKt : \e chlleju rt'Hamel en Haalrbiin, près Valentieiines. 



D'ORGLANDBS. — Normandie. — Nicui*s-Fra.nçois-Domimqlb, 
comte D'ORGl^ANDES, né à Argentan, le 40 février il61 ; dépuléde 
rOne depuis 1815 jusqu'en 1823, époque à laquelle il fut appelé à la 
chambre des pairs, par ordonnance en date du 23 décembre; démis- 
e en 1850. — Marié avec Aakb-Cathehike n'AspLAr. 



; AKBA>l[>-Cn!TAVl-CA>LLLI, *ICOrDIÏ D'OlLCKIlDf», IDCiCn UpilliDe lU' 

liDdcrs de la prit rajalc. 
De un miriagc tyet Albeutthi Hkhad h Ndkt«iii< «tl Iud : 
(Ïamllle-Aribur v'OKSLtxDu. 



Foglqae) d'Ortlandes, croisa en lUS. 

L'ibbé de la Roe, dans u DUterltlieH tur la lapiiierie de Bantui, impilméc i Cacn en <S14. donne 
Jet nom des chetallera notmanils qnl prirenl lurl I la couquMe de TAngleterre: \anai en nous m 
imiie celai d'O^ndcs. 

Une Itmllte de baronnets du nom d'Oelander eiiHc dint rile de Wlglii. Bien qu'elles n« rorteni 
pis les ntlïines annM, ces dcox hmillei se reconnalssenl comne sorties d'âne comnDtie lige. 

(F., pour l'htit. gentil., La Ctactnije dea Bots,!. XI; Coarrellcs, in-4*, I. V|ll: rit.) 

Armet: d^ermlne. I lii losanges de fnenles, posts 1. 1 el I, 

Dnitt : CandOK H anlore. 

RiMaet : l'ari», riie dn Fanbonrg-Saint-Honort, Vl. 



DORLÉANS. — LOUIS-PHILIPPE I", né à Paris, le 6 octobre 1773 ; 
Roi des Français le <J août 1 830 ; marié, le 25 novembre i 809, à 

HARIE-AHELIE, Reine des Français, née le U avril I7R2, fille de 
Ferdinand I", roi des Deux-Siciies. 

De ce mariage sont issus : 

l'fFEBDlNAND-pHILIPPE-LoUIS-CHAHLeS-HENHI-JOSEPH D'ORLÉANS, 

duc d'Orléans, prince royal, né à Palerœe, le 3 septembre 4 K 1 
(fie 13 juillet 48J2); marié, le 50 mai l8ST,à 

HÉLfeNE-LouisB-ÉusABETU, princesse db Hbcklehboubg- 
ScHwÉniN, née à Ludwii^slust, le 24 janvier 181 4, fille de f Fré- 
déric-Louis, grand-duc héréditaire de Hecklembourg-Schwérin. 
De ce mariage : 

A. Louis-Philippe-Albeht D'ORLÉANS, comte de Paris, 

prince royal, né à Paris, le 24 août 1858; 
II. Robbht- Philippe- LouiN-EucàNE-FBBDiNAKD D'OR- 
LÉANS, duc de Chartres, né à Paris le 9 novembre 
184». 
2° Luuis-Cuarles-Philippe-Raphael D'ORLÉANS, duc de Nemours, 
né à Paris, le 25 octobre 1814 ; marié, te 27 avril 1840, à 

ViCTUIRE-Aur.USIE-AlSTOINETTE, princeSSe de SAXE-CoBOtlHU 

ETG<miA, née à Vienne [Autriche), le lii février (822, fillrile 
Ferdinand, duc de Saxe-Cobourj; cl Golhii. 



l'Lons-P.[Lirp»-MA«iE.KtMmNW;i 




iNe.ilIM>«»>r,IIHl. 






.<tiK irAlnKna, AêlrUinil 


I>-1 IIU. 






25 



178 ORL 

ù"* Pkamçois-Ferdinand-Puilippe-Louis-Mabie D'ORLÉANS, prince 
de Joinville, né à Neuilly, le \Â août 1818; marié, le V^ mai 

Françoise -CAuoLiNK-Jeanne-Charlotte-Léopoldine-Uomaine- 
Xavière-de-Paula-Micaela-Gabriela-Rafaela-Gonzague, princesse 
du Brésil, née à Rio-de-Janeiro, le 2 août 4824, fille de f don 
Pedro 1*', empereur du Brésil, et sœur de don Pedro 11, empe- 
reur actuel. 

De ce mariage esi issue : 

Françoise-Marie-Amélik d'Orliîans, lice le 14 aoàl 1844. 

4** Uenui-Eugkne-Puilippe-Louis D'ORLÉANS, duc d*Aumale, né 
à Paris, le 46 janvier 4822; marié, le 40 décembre 4844, b 

Marie- Caroline -Auguste, fille de Léopold- Jean -Joseph, 
prince de Saleme, et de Marie-CIémentine-Françoise-Josépbine, 
archiduchesse d'Autriche. 

S"" Antoine-Marie-Philippe^Louis D'ORLÉANS, duc de Montpen- 
sier, né à Neuilly, le 54 juillet 4824. 

6"* LouisE-Marie-Thérèse-Cbarlotte-Isabelle, princesse D'ORLÉANS, 
née le 3 avril 1842, reine des Belges ; mariée le 9 août 4852, à 
Léopold l*", roi des Belges. 

De re mariage : 

1^ LiiopoLD, prince royal, doc de Brabanf, né le 9 avril I8S5; 

S° Philippe, comte de Flandre, oé le 34 mars 4897; 

5*> Charlotte, princesse pe Saxe-Cobourg, née le 7 juin 1840. 

7*" f MARiE-Christine-CaroIine-Adélaïde-Françoise-Léopoldine, prin- 
cesse D'ORLÉANS, née le 42 avril 4815 (f à Pise, le 2 janvier 
4859] ; mariée, le 17 octobre 4857, à 

FHÉDéRic- Guillaume -Alexandre de Wurtemberg (duc 
Alexandre de Wurtemberg). 

De ce mariage : 

Phiuppk - Alexandre -Nabie -Ernest, pnnce os Wurteiiibrg , né le 
80 juilkM I8S8. 

8" Marie-CLEMkMTiNE-Garoline-Léopoldine^Ilotilde, princesse D'OR- 
LÉANS, née à Neuilly, le 5 juin 4817; mariée, le 20 avril 
4845, à 

AUGUSTE-LuUlS-VlCTOR, priuCC DE SaXE-CoBOURG ET GoTHA. 

De ce mariiige : 

PUILIPPE-KERDINAND-NARlE-AtIGlISTE-RAPHAKL, prïnr^ DE SaXE-GoBOCRC 

ET Gotha, ne le 38 mar:« 1844. 



ORL 170 

Sœur : EuRénie-AnÉr.AlnE-Louiso , princessp D'ORLÉANS, n6o le 
2ô août 1777, 

Philip|>e de DwirlMii, Irttr point dr Uub XIV, Bis de \Mlii Mil H rei'U-»\i dt Henri IV, c.'.l li 
(Igf de 11 nuison d'Orljina. 
Arma : d'uiiir. t Iroii llnirs de Ils d'or, fafits 1 «I I, nrniiinlées d'un limlirl d'ir(nil ï Irnis 
■iiiillFt peniliBle*. 



Le premier pMapMeBr do cbllean dTo fal, lelon qnelinet hislorieiu, Cailliine Longie-ÉpM, lia 
de KolloD, le (he( de ces birdii Nominilt k qai Cbirl(« le Simple donni, en S13. u Bile Cfwllf en 
nurliie »ec II Neourle paar ■ptmge. 

San Bb Hlchard-uos-Peiir lui Murdi, el 1 relnl-rl GnillaDEie. ^ui le prenirr pnria Ir nom if ivimir 
d'Ei (lOM). 

Louli XI Bl délniie « krtict l'inclei ckMein en (Mil 

Lm Gaises le Irenl reconnniire. 

Looit XII el Loais XIV ilnreil le (liilet. 

Veuda par In Goliei ) Aniie-Narle-LiNjl» d'Orlean, dKbMse de Honlpensler (li grande Hadrnui- 
sellr). celle-d le Ui rrparer, embellir, el bleo de> fois elle linl redirrdier M>at ses grands arijret le 
rilnw, 1] trwqnllliie qse les afilailoDi de u liepi&s^ Inl readsieni aidtslnblea. 

C'rliii la dninre Tiiurile do duc de Penlbitire ; le «uienir de sa bien^isance esl encore tnté 
dini 11 mimolre de Ions les haliiUDis de la lonlrM. 

En l'ann^ <Ut, le Roi a ret< •■ tUleii d'En la tlilte de 11 Reine d'Anglelerre. 

Le tbllriB d'Eo renferme gne collecllon toniidrnble de porlnils historiiiDes peints par l'urbas et 
d'autres inisics tmlnenls ; lit rrpr^nleal les printes de la maison de BoarboH ri diiers niuibm de 
ti maixm de Lorraine, bnncbe dea Coliei. Conueiiciv par nadnuolï'lle de Xanlpenslrr. rrllr «it- 
iKlioD a été («mplHte iiec le pins irud soin par le Roi, don) telle rfcidcnai' ru Ir si'junr de pre- 
dlletlioi. 

Cette prKerenn rtt bien jnilidM pnr J'idninhle liiualian ds (Utein, l'elifanie de sn ri>D>lri)c- 
tliiiit, e\ sanoul par tel MiinilqMS OBtrages. 



un LA PANOUSE. 

«oin M RioDl de 11 PanooM. rnMsit rn IU8. 
^rwM : d'irffiit. Ii tli callcM de gafuln. 

DU PAnC-LOCMARIA. — Brelagne. 

Hiarice if Pin, l'on dn tbciilifn » CDmb>l des Trenlp, le M min <SH. 

l'ir Ifilres pilenlM en dJie de man ttS7, enirgUli^n 1 It«iii« le l> Jinder tMV, IM («m de 
LMDiirli n de Girmid, dans le diurèse de Tréguler, furent trigées en mirqnlsal ta Tiveur de CliDde 
du Pire, pMr rJconpeuM de ses leriircs. (Tableai gfnéal. et hiil. de Warroquler, l. IV. p. SM.) 

Armt» ; d'arfcnt, 1 irolt Juneltn de gvesles. 



un PARDAILLAN. — Unjjuedoi:. 

Betnird, leifiiear de Pardaillin et de*Gandrtn. crnlst en IITO. 

Antoine de Pirdalllan, chevalier de Tordre da roi, bil prisonnier 1 Pavir:. tl riwuu, ei 
UrIlItTC de 11 luiHHi d'Es|ia(iie-ll»iiiei|>an ; de là Je mmi de HoBleapan porte par la d( 

L,es lerrej de Monleipaiield'Anlinrurenl érigées en Biarqoisat, en IBllel IRIS, par le roi LonisMIi, 
en btenr d'Antoine Arnaald de Pardaillin, apjulne des nirdes dn corps. C'est le peiil-lls de nini-ti 
qui tnt le non de Francolie-Aititnjh de Rochedioiian'Morieniin. li belle el c^lM>re namaise ie 
Mouteupin : lenr Ils lui dnc d'Anlln, pair de Fnnce, clietaller dn ordre*, etc. 

Lonli-flenri de Pirdiillin, archeitqoe de Sens, itUii le 10 seplenlire im. 

PASCAL. — AuvergDe. 

BI*i>ePastiliui|uil t Clermoalen Auiergne en ISlt, et uonrutl Pwa en (««1, t irenle-MoliM. 
Son père, Etienne Pascal, était président a ia conr ries aides de Clermont, ei Fui «inselller d'Etal el 
inleodint de Nonnindie; Il était Dis de Harlln Pasral, trésorier de FriDce, et de Hirgaerile Pistai 
d'Anberii eiiosidru deseendilent de Jein Pasnl, anobli par Louis XI, en UW. 



PAS 181 

La IiBllle dr Blilsc l>ucal reiii|iUsuii depaU plas de deux unis ins it«s ctairgcE Herta diM b 
robe Kl In liuien; nute le soDTfDtr du mnd écrivain i ibwffbé Wd* les lotres. 

1 Les meilleum cenédia de HdWk, a dit Volu<rr, n'anl [us plui dp td qne le) p<eiuivtcs |itii- 
I TliKlila; Bouael n'i rien àt plni èloqnenl qae les dernitm. n 

BdmiH, t qui OB deoundjll iFqiel dn ODiragea rnn^ii il limenU mleui stoIf bU, i^pondll : 
I Les Prutadala. » 

Le* PMtM de PMcal sur li reliijiou, trjgDienls d'au Intail cunsideniUle, quelque incuiii|>Jels qu'ils 
soient, iieaieiil donner l'idée de « qii'innll *l* l'ensemble. 

P»(al (gt presque dto ton enbDre Idssi iniid miUiémiliclen qn'il ■ ele grand i:critaiD. 

Si Tie ) été êcTlle par madame Perler, si siear, et esl d'ordlualre Imprimée rn iCw de toales les 

(F., pMrl'hisl. gènésl. de celle ramitle, le IfeUUalre d'^nrerfw; Latné, L VIT; VArmarUltAii- 
rtriM, par Gnllltnme Reiel ; Y£»aicl. ■«». a Uâi., \. IV, p. m h toiv.; eK., eic, eie.) 
Arma : d'aigr, i dn aiiieti puc*! d'arjeil, la banderole cnbée de gnenles. 



DE PASTORËT. — Le chef actuel de c^le famille est Ahédée-David, 
marquis DE PASTORET, né en 4794 , auditeur au conseil d'État en 1 809, 
iDtendaDl en Russie et en Allemagne en 4842 et 4845, maître des re- 
quêtes en 48l'4, gentilhomme de la chambre du roi en 4820, conseiller 
d'Étal en 4 824, colonel de la garde nationale à Paris en 4827. D dnina 
sa démission de tous ses emplois en 4 830, le même jour que le cbancetier 
son père. A la mon du chancelier, il lui succéda dans la tutelle du duc 
de Rordeeux. — Marié, en 4845, à Alphohsinb-Louub Alkxamdbb de 
Nbupbuiul, fille du comte Alexandre de Neufermeil de Hontry et de 
Marie-Jeanne Golbert. 
Deee Darlage soni Hea ; t° t Enati'csL-Juii-Liiinus.SUTATM-AiMaiiK, iieeiiisie,deeédi' 



la minorlU de Cbarlei VI, non t Parts en N<S, et enterre > Silnl-Denls. 

Anlalne Ptilorel, npltalne d'hommes d'armes el llellenanl d« roi Charles VIII dans la eampaine de 
NaplN, sus les ordres dn daede Honlpensleri mon en Proience, ters 1MD. 

Cliade-F.muBinel-lowpIt-Plerre. nurqals de Paslnrel, pair el tbinc^in de France, mlaisire d'ËUl, 



<82 PER 

chevalier des ordres da roi, eir. Il se relira en 48SO, ei Tut, depuis I88i jui^tCà sa morl jHiear du duc 
de Bordeaux, et de Nademoiselie, sa sœur. Il est mort au mois de septembre 1840. 

Armet : d'or, il la barre de gueules, chargée d'un berger d'argent, adexiré d'un chien rouché aussi 
d'argent, la lèle contournée. 

Bèsidence : l'hôlel de Pasioret, place Louis W, n* 6. 



DE PAYEN. (V. DE Nof ANT.) 

DE PELLETIER. (F. de la Garde.) 

DE PENHOUET. (K. de Maudet.) 

DE PERSAN. — Normandie. — Alexandrb-Henri-Grorges Doublet, 
marquis DE PERSAN DE RANDEVILLE, fils de Godbfrot-Charlbs- 
Antoine DOURLET DE PERSAN, marquis de RaDdeville, el de Albxan- 
drinr-Gaboune-Aiméb d'Espinay-Saint-Ldc. (F. ce nom). — Marié, en 
avril ^1845, à Gbobgine-Xavbrine-Honori.xe-Jacqceline de Preissac 
D*EscL]G>Ac, fille de Charles-Philippe-Auguste-Othon, duc d'Esclignac et 
de Fimarcon, pair de France, grand d'Espagne de ^'^ classe, etc , et de 
Georgine-Louise-Victoire de Talleyrand-Périgord. 

Sœur : Anne-GarolineGabrielle, mariée, le 49 avril 4836, à Éiiile- 

HlPPOLTTE l'ÉvESQDE, COmtC DE LA FeRRIÈRB. 



Bon-Guy Doublet de Persan fut maréchal des camps ei armées du roi Louis XV, et chevalier de 5iaint- 
Louis. 

Titres : Marquis de Bandeville en Normandie, par lettres en date d'avril 46S3. (Courrellrs, in>f^'*, 
I. I, p. M».) 

Armes : d'aznri il trois doublets ou papillons d'or, volant en handr. 
1ïè*iéenre : Paris. 

DE PÉRUSSE DES CARS. — Le chef acluel de cette maison est Amf.- 
dbe-François-Rêgis de PERUSSE, duc DES CARS, pair de France, lieu- 
tenant général, etc.; fils de Frakçois-Nicolas-René, comte DES CARS, 
et de Étibxnbtte-Gharlotte-Émilib de Lignt. — Né le 50 septembre 
'l 790 ; colonel aide de camp de monseigneur le duc d* Angoulème en 'l 8 M , 
il commanda lavant-garde de l'armée du Midi, et, le 50 mars 1815, re- 
poussa les troupes du général Debelle ; il fut nommé maréchal de camp 
immédiatement après cette affaire, suivit le prince en Espagne, et rentra 
en France avec lui. Il a succédé comme pair de France à son père, le 
50 septembre 1822. En t825, nommé commandant supérieur du quartier 
général à Bfadrid, il commanda la deuxième colonne d'attaque à la prise 



PIC 183 

du TrocadéiY), le 51 août 1823. Peu après, il fut créé graod olBcier de 
la Légion d'honneur el comniandeur de l'ordre de Saint-Louis (I" sep- 
tembre et 18 novembre 4835), et enfin lieutenant général des années du 
roi dans le mois de décembre de cette même année; grand-croix de 
l'ordre des SS. Maurice et Lasare de Sardaigne , en 1824. Il a été créé 
duc par ordonnance de S. H. Charles X, en date du SU mai 1 823 ; il a 
commaDdé une division d'inranlane à la prise d'Alger, en ( 850, el, après 
les événemmis de juillet, il a suivi S. H. Charles X sur la terre étrangère. 
— n a épousé, le 25 juin 4817, AooDmnNB-FaÉoÉaiuoB-JosÉt-BinE do 
BoucHBT DB SovRCBBS DE ToDBZBL, KBur du duc de Tourzel, et fille de 
Charles, marquis de Tourzel, et d'AugusUoe-ËlécMiore de Pons, fille unique 
du dernier rejeton des sires de Pons. 
De a rairi>|« Mat liui pEatlmn tntnu. 



HirdolD ie Pénitt, ifo\st en lUS. 

(l'.,pMirI'blsl.(cnCil., lcl>.Aii>cliMill«rftl;UCtaaaiTc4al<rii:C<Mrc«ll(:i,frM*.l.Vll|j< 
Arma : de gaeain, ii ]>■] iilrt. 
. BMéaa : Pult, bdKI de Toancl, nt te GrcntlIc-Salni-GeraiLa, n. 



PICTET DE ROGHEMONT. - Suisse. - CHARL»aEBé, comte PKTBT 
DE ROCHEHONT, commandeur de l'ordre des SS. Maurice et Laiare de 
Sardaigne, chambdlan du roi de Bavière, ancien chargé d'affoires de la 
cour de Bavière prés celle de France eo 1816, etc. ; fils de f Chabih, 
comte PICTET, lequel fut ministre [dénipoleoUaire de Suisse à Paris 
en 1815 et à Turin en 1816, et de f Adélaïde-Sabah de Rochbmoht; 
— marié, en 1818, à JnLiE-AnnEnECAZBnovB. 
De ce Birlifs Mit Inas : <* TiloMui-ADDtHi, comte Plcrei pi Ruciiaain, llnienul ■■ corpi 
roTil il'^l-iij)or, en Sardiline; 
1° AcCDSTi-BiKl; 
1° JnLii-HiiKiim. 

r*i m uttK drt roateilB et 



iSÂ PIB 

Par lettres patentes en date da 5 novembre 1756, le roi de Sardaigne, Charles-Emmanuel, concéda à 
Jacques Pictei, général major ï son service, le titre de comte, poor loi et les premiers n^ de sa posté- 
rité, à perpétuité. 

Isaac-Pictet, fils du précédent, gentilhomme de la chambre da roi d'Angleterre, par lettres du 
2 juillet 1776. 

Nota. Amé de Rochemout, secrétaire d'État ï Genève, y est décédé en 4798; il éuit le dernier de 
la branche de cette famille, réfugiée en Suisse après la révocation de l'édit de Nantes, et qui y avait été 
naturalisée en 4717. Charles-René, comte Pictet, son petit-flls, désirant relever le nom et les armes 
de la famille de sa mère, s'est pourvu auprès du conseil d*État de Genève pour en obtenir l'autorisa- 
tion, qui lui a été concédée. 

(K., pour l'hisu généal., La Ghesnaye des Bois, t. XII, p. 896, art. Pictet; Moréri ; et le Dict. généa- 
logique tliemand de Lew, au mot Pictbt, et, pour la Camille de Rochemoni, vof. ce nom.) 

Armei : parti au 4 de sinople, li un pan de muraille d'argent maçonnée de sable, au lion issant 
d'or, qui est de Pictet ; an 3 de gueules, au lion d*or, qui est de Rocbehont. 

Hiaidatce : Genève (Suisse). 



DE PIEÏIRECOURT. {V. de Saint-Ouen.) 

DE PIERRES. — Touraine et Anjou. 

Première branche. — EuGÈNE-ÂUGOSTR-DÉsifiÉ-ABSL-THÉoDOBE DE 
PIERRES DE MARSAY, né en 48H; marié, en 1856, à Bathildb nE 
Bérard. 

Ritideuee : le château du Plessis-Beaudouin, près Angers. 

Frère : Stéphane DE PIERRES, né en 48V2, marié, en 4842, à Jane 
TuoRN, fille de Herman Thom, colonel américain. 

hèiidffuoe : le château de Fougerai, près Graon (Mayenne). 

Deuxième branche. — Le chef actuel de celte branche, fondée en \ 665, 
est Antoinb-Samdbl DE PIERRES DÉPIGNY, né en ^75; marié, en 

4840, à PULCHÉRIB DE GaRVOISIN. 

Rétiience : le château d'Éplgny, en Touraine. 

Frères : 

4* f Charles-Antoine, né en 4778; marié, en 4802, à Aoéi^aïde 
Brochard de Linardièrb, décédé le 4*' mars 4844. 

De ce mariage, une fUle, mariée, en 1896, â Loi]is-Aoou»he de Piebres, son oncle. 

2° Josbph-Anatolb, né en 4799; marié, en 1823, à AthénaIs de Poil- 
LODG DE Saint-Mars, fille du comte de Saint-Mars, officier d'infanterie, 
et de Ernestine de Courval. 

5"* Louis-Adolphe, né en 4802; marié, en 4826, à Marie-Antoinette 
DE Pierres, sa nièce, fille de son frère Charles. 

(F., pour i'hist. généal., Saint-Allais, t. 1, II et V.) 
Armes : d'or, à la croix patiée, alaisée de gueules. 



PIN 485 

DE PIETRl. — Corse. — Le chef actuel de celte famille est Jean- 
Simon-François de PIETRl, lieutenant-colonel au 5* léger, officier de la 
Légion d*honneur, chevalier de Saint -Louis; — marié, en 1844^ à Tiio- 
MASsiNB DE Ponte. 

De ce mariage sont issus : 4° Josbph-Oirhds-Acgostb de Pietri, né eu IMiO; 

1° HiLAiRE-AirroiKE-ALPiDios-AucrsTiif, né eu 1830; 
Z^ Marib-Josépbike. 

Neveux du précédent : 

V Edouard de Pietri, capitaine au 5* régiment d'infanterie légère ; 

2" Jean-Baptiste de Pibtri, lieutenant au même régiment ; 

3^ Constantin, abbé de Pietri, ancien vicaire de la basilique de Sainte- 
Agnès à Rome, auteur du livre intitulé : De r Existence de Dieu^ et de 
f Immortalité de l'âme. 



Joseph-Marie de Pieiri, père da chef actuel de la famille, fut conOrmé, en 1773, dans sa noblesse, 
par le conseil sapérienr de la Corse, ayant mission en verta d*an édit de Loais \V, en 1770, lors de 
la réunion de la Corse k la France. (Certificat légalisé.) 

Àrmet : d*aznr, à l'écbarpe d*or posée en fasce, accompagnée en chef d'une éloilc d'argent, et en 
pointe de trois rochers, celni du milieu supérieur, et surmonté d'une colombe aussi d'argent. 



DE PINS. — Guyenne. — Le chef actuel de cette famille est Paul- 
Lodis-Gérard , comte DE PINS, né le 8 novembre n76; marié, le 
28 avril 1824, à Mathilde-Élisabeth-Josépuime de Riqoet de Caraman, 
née le 28 février 4 802. 

De ce mariage sont issus : 4^ Hbnri-Padl-Maiiib, né le 33 mai 48SS; 

^ Gérard-Padl-Marib, né le II janvier 1859; 
3^ Narie-Gbarlotte, née le s mars I8i8; 
k^ MARiB-PADLiKE-TBÉRisE, uée le S6 août 1830; 
5° Marib-Jeahre, née le 3 avril 1836. 

Frère et sœurs : 

\^ Paul-Henri-Emmanuel-Othon, né le 28 février 48u8; 

2"" Marib-Candide, née le 6 août n88, veuve de -[- N... Cousin de la 
Vaillièrb, capitaine de vaisseau ; 

5" Marie-Pauline, née le 8 décembre I7tf4; mariée, \e M décembre 
4818, à N..., marquis d*Auxillon. 

Mère : Marie- Thérèse de Voisin, née le T' avril 1764, fille de Marie- 
Pierre-Joseph de Voisin, marquis d'Alzan ; mariée le 50 mai 4 785 ; veuve, 
le 27 mai 4828, d'ÀNToiNE-PAUL-JosEPH, vicomte DE PINS. 

Oncles et tante : 

V J.-J.-François-Marie-Claude DE PINS, né le 8 octobre 1760; 

V Jean-Paul-Gaston, né le 8 février 4766, archevêque d*Amasie, 

24 



186 POC 

longtemps administrateur du diocèse de Lyon jusqu'à la mort du car- 
dinal Fescb, commandeur de l'ordre de Sainl-Hichel de Bavière, etc. ; 
5° Habie'Padline, néelell juillet '1762, chanoiiiesse du chapitre royal 
de Sainte-Anne de Munich. 



PriviptUt lllulralimu. 

m II de Pins, L'un dfs aeat birons, cl prrmirr amlril de CiUlafne, troM en lOM. 

Odon de Pins, é\i>, en I3>7, grand œil ire de l'ordre de Silm-Jnn de Jfrauln». mon en IMD. 

Ruier de Pins, gnnd nultre de l'urdre de Siinl-Jeiu di Jiraulem eu 1S3S, mon en tscs, 

Jein de Plis fat increstiienKnl comelller clerc ig parlemenl de Lipfnedoc, aoihijsideu da roU 
Unis XII el François l^lRoRieell Venise, érCqnede Pioiers en ISIO el de Hleai en \aU: non 
tTMloasr, ei tsSt. 

[ LtlM. I* pins complète de tttie fanlUe se Ironre dus le i, VII de CotrccUes, la-4°.) 

Arma : de Iflenles, i Irols paumes de pin d'or. 
fUMace : le rhlIMn d'Alun (Ande). 



DU PLESaS. — Bretagne. 

GMlIroT di PIttils (dont 1> bmilie ni connue Mjonrd-bnl sons le nom d« dn Plessii de Crenedin)| 
crUié en IttS. 
Arma : d'nrteni, i li hinde de «nenles, chargée de trois mactes d'or, tuouée en cbel d'un lion de 



DE POGQUBT. — Touraine — Feasçois^lacide POCQUET DE LA 
MARDEI.LE, né le 26 juillet 4774, marié à Habib-Uélanib db la Va- 

HENHE. 

De ce msrlafe sont Issns : 1° Jlni-Funcols-BlRisT; 

1° HicDELiixi-llAnii-HtLaiiii, mariée 1 S... , licoDle de TiMMiu. 
rapiuliie d'artillerie. 



POL )S7 

iiii PI, cil cnusi'qoeiiu, scrnwnl a élp prélc |)n-4rvinl 11 






■a d» Il Nirddlf , fiivs Ctaaiillon 



1^ rUlcau de 11 Hanlelle, reuiirqmble |ur SOG ir 
tciin i Louhi XII. qui l'i lubllt qiKlqDcfais itH Anne de Breligne ; leurs irnes cl Irun rliiiïm tir- 
nontés de eoDraiinM te rtlrontml ta filiulfan fDdniiis. M iimamnwni daua 11 uIIï de liillird. Il («I 
dui DD èlil de oMterialion pirTille, et presenle un spôrliurn ruricui, |«ur lliliioitf de Tiii. de l'ar- 
rhllKlnrc chliclitne en Fnnte au qaimleine flMIc. 



DE [*OLIGNAC. — Le chef actuel de celte maison est Ahuaau-Jlles- 
Hahie-Hbdaclius, duo DE POLIGNAC, fils de f Abiiand-Jules-Fbançois, 
ducDEPOLIGNAC, et deGABRiELLE-Y -C.-H. DEPoLAi)tBOA:néle 17 jan- 
vier 1771, maréchal de camp, premier écuyer de f S. H. Charles X, etc.; 
— marié, le 6 septembre 1790, à iDAUE-JBAnNB-LuvA, baronne de Neu- 
KiRCHBN-NvvENiiEiu, née le 26 janvier I77S. 

Frères : 

I. A(]gu:.te-Jole5'Ahmand-Uabik, prince DE POLIGNAC, né le 
1-1 mai 1780; maréchal de camp, grand-croix de Saint-Louis cl pair de 
France en ISIS, prince du saint-empire en 1820, ambassadeur en An' 



188 POL 

gleterre en 1825, minîslre des affaires élrangères et président du conseil 
du 8 août 4 829 au 29 juillet 1 830. — Mané : r le 6 juillet 4 81 6, à f Bab- 
BARA Campbell, décédée le 25 mai 4819; 2% le 5 juin 4824, à Marie- 
CuARLOTTE Parktks, fillo du f lord Rancliffe, née le 6 janvier 1792 
(veuve, en janvier 4825, de César, comte de Choiseul). — Sont issus : 

Da premier lit : 
1° Jdlbs-AiuunikIian-Nelcbior, né le 12 août 1817, lieutenant en pre- 
mier dans le 4«^ régiment d*artillerie, ao service de la Bavièfe; marié, 
le U jaio 1843, i MABiB-Louisi-AMftLiB de Grillon, née le IS mars 
1833, fille da marqais de Crilloo. (K. ce nom.) 
De ce mariage est issa : 
Armand-Héraclias>Marie, né le U juin 484S. 

Da deuxième lit : 
S° ALPHONSB-AmiAMn-CnAiiLBS-GEOiiCBS-lfAïuB, né le S7 mars 1896; 
S** Charles-Ludovic-Marib, né le 34 mars 1837; 
4° Caiiillb-Amiand-Jdlbs-Marib, né le 46 révrier 4853; 
tP Edmond-Nelcbior-Jean-Marie, né le 49 avril 4854; 
^ Youmde-Jostikb-Naiiib-Victoibb, née le 46 novembre 4830. 

. Camille- Henri -Melchior, comte DE POLIGNAG, maréchal de 
camp, né le 27 décembre 4781 ; marié, le 4" octobre 4840, à Char- 
lotte -Calixte-Alphonsine Levassor de la Touche, née le 45 sep- 
tembre 4791. 

De ce mariage sont issus : 4° JuLBs-AxToiiiB-CALtXTB-NBUBiOB, comte de Policnac, né le 34 aoOt 

4843, capitaine an service de l'Antriehe, dans le régiment n^ 8 des 
hassards de Saxe-Coboarg-Gotba; 

3*^ Mblcbior-Herri-Jeah-Alexandib, né le 46 août 4847; 

S<^ Armahd-Calixte-Agénor, né le 8 novembre 4848, lieutenant en pre- 
mier ao service de TAutricbe (régiment des cbevao-légers n** 7); 

4° Uenri-Maeie-Ariiand, né le 35 février 4834, lieutenant aa service d« 
TAutriche (régiment d'infanterie vP 34, dac de Locca); 

5° Cbarles-Marie-Étibn5E-Gbor6BS, né le 35 décembre 4834 ; 

6*> GAiRiELLB-ÉMiLlE-GBNBviEvB-GBORGlNE, née le 34 aoOt 4833. 

Oncle : Ueraclius- Auguste -Gabriel, comte DE POLIGNAC, né le 
2 août 4788. 

Prindpalet Ututtraiioni. 

Vital de Polignae fat évéqne da Pay en Velaj en 880. (Dom Vaissette; GêUiê ckriitûma, u II, 
p. 685.) 

Heracle, comte de Polignae en Velay, portait le grand étendard de l*Eglise à la première croisade. Il 
fui tué devant AnUoche, en 4008. (F. Chronique de Mathiea Paris; Nichaud, Hist. de* Croieêéee.) 

En 4540, Walpurge de Polignae, sœur des derniers vicomtes de Polignae, épousa Guillaume II, baron 
de Ghalençon; et, en 4585, Armand IX, vicomte de Polignae, frère de Walpurge, appela son neveo, 
Pierre de Chalencon, à recaeilllr tous les biens de sa maison, à la charge par lui d>n relever le nom 
et les armes. Cette sobstitulion fui réalisée de droit en 4434, et de fait en 4464. 

Nelchior de Polignae fut ambassadeur eitraordinaire en Pologne et i Rome en 4605, aoditear de 
roie en 4704, conseiller d'État en 4710, ministre plénipotentiaire au congrès d*Utreeht en 4743, car- 
dinal en 4743, arcbevèque d'Aocb, ambassadeur ï Rome, membre de l'Académie (irançaise; etc., etc. 
Il est l'autear da poème latin intiialé : tAnt^Lncriee, et de plusieurs antres ouvrages. Mort en 4744 . 

Armand-Jules-Fraiicois de Polignae, comte Jules de Polignae, puis duc héréditaire avee les honneurs 
du Loavrc, par brevet du 30 septembre 4780, maréchal de camp en 4788, pair de France en 4844: dé- 



PON 1S9 

Udètnlliniï, niltITipeKdiaKieincliItlibmiUe. — CibrleUsdePolKlTOB, «DMM ntord 
MU le nom de coiuicsse Jain it Poligaw, pali dachtaw de Poliiue, tal aomnèe (ooTenuiiie dn 
eibnU tt frtaa en ITRt; li relu Mirie-AololneUe I'i|ipe1ill im tmlt. Elle mnaral I Vleane eo 
ABlrlAe, fea de lemp« iprts la In inglque de riEgasie prlncmc. 

{Y., pour l'biiL g^uéil. de celle mit wd, le P. Antelme; dom Viluetle, ffirt. gèn. iuLtatanliK; 
Li CtiMiU]« dn Boit; Coondln,!. VIII; \t Yie it ctriiifUt Ptllftae, fir \t V. Oirji. Foocher; 
et i'HUJvJrf ifc !• Valw* 4s Ptflifuc, pir le biron de "*. Piris, lii-<°, ItiO; elc.ele.) 

Anui : lucé d'ugenl m de (iMle* de sli plteo. 



DE PONTEVÈS. — Provence. 

Foequt, 1" do ■«■, lli d'Iiaird d'Afont, biroo de Siolt, ei de Dodce de PMICTti, Il deraltre de 
u MiliaD, doni II relen le mia et lee irmes, eM U U|e it» bnncba de celle rimille qnf mtoiitesi 
encan iilooidlidl. 

La lem el leiinouie de Gien foi M|éc en mirqolnl, en CiTeor de FnDcoia de PonlcTès, ptr leilres 
piieDiet dn moi* d'aclabre I6M, enregliirécs en II dumbre dei compiei d'Ali le IT noTeubrt ni- 

(P. U CbetuTc de> BoH, 1. 1, p. 4U; Aneteilll, L II; Me.) 
Armf : de goeale*, u pool de denx mhet d'or. 



DE PONTGIBAUD. — Auvergne. — Le chef actuel de cette maison est 
ABHUiD-VicToiae dx More, comte DE PONTGIBAUD, créé pair de France 
eu 1827, président du grand collège électoral de Cko^ncHiUFerraDd en 
4850; — marié, en 1818,à AMAnTinE-UiCBBi.i.E-GATHBUi«K de la Hochb- 
Lambbkt, fille du comte de la Roche-Lambert et de Cbarlotte-Harie de 
Dreux-^rézé. 

De ce aariife uni Imn : 1° CIuk-HinuJoupi di Pontgiucd, Bé en IMI ; 

V Cuu.u.fiiMiiir'AlKiiin-Jonpl, DtenIsU; 
I' Auinii-Enunii-JouM, né en ISMî 

t* Cbiiujii-l!iRMtnt-Dt5i*ti-MiME, née en <IS7; 
S" OcTiiit-PuRcoiu-lliiii, nie en ISUi 

V SiDoxii-ALiuTiMi-Iliui. née en ISM. 
RbUno : le lUieM de li ^oue, près Hanieretn . 

Pràdfëiu atMtrâtitt. 

Ciilliuie de Mord hl ténHiiii d-ine dontlion hlieïl'ibbiie deBunnecoBbe, en(l9t. (necaell d> 



490 POR 

Aymery de More signa ao iraiié eonelo entre les babiluits de Valocne et le roi de Nevarre, en IS55.. 
(Hiêi, du comté ttftreux^ p. 53 des Prenves.) 

César de More de Chalier, comte de Pontgibaad, chevalier de Sainl-Loois, se signala ft la bataille 
d'OEttioghen. ( Ce fait est rapporté dans les lettres patentes, en date de féTrier I7es, qai érigent la terre 
lie Pontgibaod en comté.) 

Charles-Albert de More, chevalier de Saint-Lonis et de Cincinnatas, fnt aide de camp da général 
Lafiiyette en Amérique; il époasa la flUe do maréchal de Va». 

Albert-François de More, comte de Pougiband, colonel d^infanterie, présida les éuis d'Aavergne 
en 1789. 

(La généalogie de cette famille a été dressée par Lemerder de Chéiy; elle est déposée ft la Biblio- 
thèque du roi, division des mannscriu.) 

Armet : de gueules, ft trois bandes d*or; au franc-canton d'bermioes. 




DE PORTAI. — Languedoc et Guyane. — Le chef actuel de celle 
famille est Pierrb-Padl-Frbdéric DE PORT AL » mattre des requêtes au 
conseil d'État, fils de f Pierrb-Barthélbmy, baron DE PORTAL, pair de 
France, etc., et de Margoerite-Élisabbth BsRGfcs. 

Sœurs : 

4* Adèle DE PORTAL, mariée à Léonce d'Escayrac-Lautdre, pair 
de France; 

2® Lucie DE PORTAL, mariée à Gaston, marquis d'Audiffrbt, pair 
de France, président à la cour des comptes. 

Prineépûlet Uluiiraiwns, 

Cette maison est entrée vingt et une fois dans le capitoulat de Toulouse, depuis OIdric de Portai, 
en 1204, Jusqu'à Pierre de Porui, en UtS. 

Eu iset, Jean-Antoine de Portai fut Tiguier de Toulouse. 

Après b révocation de Tédit de Nantes, Pierre de Portai s'élabUt à MonUuban. Il épousa Isabeau 
dTAstorg, et continua la branche protestante; leur arrière-petit-flls était : 

Pierre-Barthélémy, baron Portai, pair de France, grand-croix de la Légion d'bonneur, etc.; né en 
1785, maître des requêtes en 1811, conseiller d'État en 1815, député de Montauban en 1818, et ministre 
de la marine et des colonies du 89 décembre 1818 au 14 décembre 1881 . Il est le père du chef actuel 
de la fiimille. 

(F., pour lliist de cette famille, Courcelles, in-4<», t. Vlll; Sainl-Altais; les Amtêlei de Touloute; 
Raynal, HiH. de Touhuêe; la Biographe toulouiûiiu; la Bioçragkk da Cent de leitret; les Faiiet de 
le Pairie; etc., etc.) 

Arwiet : d*argent, au liou rampant de sable ; au chef d'azur, chargé de six étoiles d'or, posc's 3 et 5. 
— Lesdites armes ainsi représentées dans le livre des capitouls de Toulouse. conOrmées par ordon- 



PRA 494 

nanee en date da U join IM7, et eoregistrées dans VÀrmoriêl §èHérëi de France, aa registre eoté 
Larccidoc ; enfin rappelées dans les lettres patentes da roi Louis XVIII, eonférani les titre et qualité 
de baroo et pair de France, en date des années 1815 et I8SI . 

HMienee : Paris, nie Saint-Honoré, S$4. 

Domicile politique : le <;tiâieaa de Breillani, près Bordeaux. 

PORTALIS. — Provence. — Joseph-Marie, comte PORTALIS, né à 
Aix, le 49 février 4778; secrétaire général du ministère des cultes en 
4 805, ministre des cultes par intérim en 4 807, conseiller d'État en 4 808, 
directeur général de la librairie en 4810 , premier président à la cour 
royale d'Angers en 4843, envoyé extraordinaire de France à Rome en 
4848, pair de France en 4849, grand officier de la Légion d'honneur 
en 4 824 ; garde des sceaux, ministre de la justice en 1 828 ; ministre des 
affaires étrangères en 4829, et depuis lors premier président à la cour 
de cassation. 

De son mariage avec N..., comtesse de Holck, sont issus plusieurs enfiinis, dont l'alné, Fuédéric, 
vicomte Portalis, est conseiller ft la cour royale de Paris. 



Jean-Éilenne-Marie, comte Portails, ancien ministre des cultes, mort en 1807, éult le père du comte 
actuel. 
(F. Courcelles, in-4^ t. VIII; et les biographies contemporaines.) 

Armet : parti, au premier d'azur, ft la tour k trois tourelles d*argent, celle du milieu supérieure et 
sommée d*one tige de trois lis du même émail : au deuxième contre-écarielé, au I d'argent plein; 
au S d*^rgent à sept bUlettes de gueules, posées I, S, SI, et i; au S d'azur, au double triangle entre- 
lacé d'argent; an 4 d'argent, an mur crénelé de gueules, maçonné d'argent. 

RMéeaee : Paris, place Royale. — Domicile poUtiqne : U QoUt (Bonches-dn-IUiéne). 

DE LA PORTE. — Dauphiné. 

Guignes et Herbert de la Porte, croisés en 1190. 
Antee : de gueules, i la croix pleine d*or. 

DE PRACOBITAL. — Dauphiné. 

Foulques de Pracomial, croisé en 1 190. 

Armet : d'or, au cbef d'azur, chargé de trois fleurs de lis d'or. 

DE PRASUN. (F. de Ghoisbdl.) 

DU PRAT. — Auvergne. 

Première branche. — Le chef actuel de cette maison est Antoinb- 
Théodoee du PRAT, marquis par relief du titre de la branche aînée 
éteinte, né le 22 janvier 4808 ; — marié, le 30 novembre 1840, à Marie- 
Antoinette- Lucrèce de Guabannes, fille de Eugène- Henri-François, 



192 PRE 

comte de Chabannes, et de GabrieUe- Lucrèce -Zoé de la Tour-Vidaud, 
petite-fille du marquis de Chabannes. 

Réiidence : Vereailles, rae de Vaogirard, 6. 

Frère : Fkançois-Gharles, comte DU PRAT, né le 49 juillet 4815, reçu 
chevalier de Malte à Rome, par bulle en date du 4 avril 4840. 

RMdeMce : Puis, roe de Provence, 55. 

Mère : Simpligie-Reine-Rosb Leconte de Nonant de Baray, née le 
7 janvier 4790; veuve, le 47 mars 4845, de Pierre- Jeau-François DU 
PRAT. 

Deuxième branche substituée : 

[Tbomas-Aniiet da Prat, frère cadet da chancelier da Prat, fnt rantear d'une branche qni t'est éteinte 
an commenceinent dn dii-haiiième siècle, en la personne de Jean-François do Prat, qni, n'ayant pas en 
d'enfants, insUloa ponr son héritière nniTerselle ta tille unique de son frère Jean-Baptiste-Gaston, 
Ctoire-Françoise do Prat, mariée k Jean-François des Bravards d'Eissat, k condition que leur Als unique 
porterait le nom et les armes de la maison du Prat. ( Lalné, Arch., t. VI, p. S5. ) ] 

— Cette branche a pour chef aujourd'hui Marg-Loois-Gabriel des 
Bravards d'Eissat» comte DU PRAT, né en 4792; marié, en 4825, à 
Aune-Joséphine Mbrlat. 

De ce mariage sont issus : 4® Gamuel-Antoike dd Prat, né en 48S8 ; — S° et s^ et deux filles. 

Prine^ei UlnttrêtUmt, 

Antoine do Prat, premier président do parlement de Paris en 1507, veuf la même année, chancelier 
de France en 4515, snecessifement évèqoe de Meanx et d*Alby, archevêque de Sens en 1595, cardinal 
en 1537, légat a latere en France en 45SO, mort en 1555. 

Claude do Prat, onde do chancelier do Prat, est Taleol do chef actoel de la branche aînée de cette 
famille. 

On troove encore dans l'histoire de cette famille qoatre éTéqoes et plusieurs officiers généraux. 

(F., pour l*hist. généai., Dochesne; le P. Anselme; Moréri; La Chesnaye des Rois; Lalué, 
t. VI; etc.) 

Àrmet : d'or, à la fasce de sable, accompagnée de trois trèfles de sinople, S en chef et I en pointe. 

DE PREISSAC D'ESCLIGNAC. — Guyenne. — Charles-Philippe- 
Acguste-Othon de PREISSAC, duc D'ESCLIGNAC et DE FIMARCON, 
pair de France, grand d'Espagne de 4 '^ classe, ancien lieutenant-colonel des 
lanciers de la garde royale ; chevalier de Saint-Louis, de la Légion d'hcm- 
neur et de divers ordres étrangers ; — marié, en janvier 4849^ à Geor- 
GiifE-LouisE-YiCTOiRE DE Talleyrand-Perigord, fille de Boson-Jacques, 
comte de Talleyrand-Périgord, et de Charlotte- Louise -Magdeleine de 
Pusigneu. 

De ce mariage sont issos plusieurs enfants. 



Amalfin de Preissac, croisé en 1948. 

(F., pour i'hist. généai., Moréri; le P. Anselme; La Chesnaye des Buis. t. X; Courcelles, 
t. VUI;etc.) 

Atwe$ : d'argent, au lion de gueules. 



PUY 493 

DU PUY-MONTBRUN. — Dauphiné. — Une branche de celte famille 
s'est fixée, pendant le dix-huitième siècle, dans les Cévennesoù elle réside 
encore aujourd'hui. Ses trois branches, distinguées par les noms d'Au- 
bignac, de Nozières et du Mazeldan, ont pour représentants actuels : 

Première branche : Louis DU PUY-MONTBRUN D'AUBIGNAC, chef 
de la famille, fils de f Pierre VI, et de Louise de Novis. 

(K. La Chesnaye des Bois, degré XVII.) 

La deuxième branche : Henri et Chaules DU PUY-MONTBRUN DE 
NOZIÈRES, neveux du précédent. 

La troisième : N... ot N... DU PUY-MONTBRUN DU MAZELDAN, 
cousins des précédents. 

Hagoe$ du Puy, seignear de Pereins, d'Apifer el de Rochefori en Daaphiné, croLsé en 1096. Il partit 
pour la conquête de la terre sainte avec ses trois fils : Rodolphe, Talne, périt au combat de la vallée de 
Ran; Romain mourut en possession des flefs qu'il tenait de Godefroy de Ronillon ; le troisième est Ray- 
mond, qui suit. 

Raymond du Puy, grand maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem; en 1131, il succéda au véné- 
ralile Gérard, de la ville de Mariigues en Provence, comme recteur de l'hôpital de Saint* Jean, de 
Jérusalem , et prit le premier le titre de grand maître de Tordre. 

\V.^ pour l'hlst. généal., La Chesnaye des Rois, t. XIV, Supplément, 1781.) 

ArtMS : d'or, au lion de gueules, armé el lampassé d'azur. 

DU PUY DE SEMUR. — Bourgogne. — Jacoues-ClaldeAugustin DU 
PUY, baron DE SEMUR, né le 22 mai 1778; marié, le 25 septembre < 80 4, 
à Victoire-Adélaïde le Court d'Hauteuivk. 

De ce mariage est issu un (lis : 

AuGiiST!N-Loi'is-LÉoiH)LD DU PuT DE Semdr, chcvalier de Malte, né le 
10 juin 1806; marié, le 10 novembre 18SC, à Loiise-Fr(5çoise de 

ROSREDONT-COMBRAILLES. 



Pierre du Poy, écuyer, seigneur de Chateaudame, en Rerry, mort en 1348, fut la souche de cette 
famille. Son petii-Als s'établit à Saint-Calmier, en Forez, en 1400. Une branche s'est ensuite trans- 
plantée en Bourgogne vers le commencement du seizième siècle, et fut la tige des seigneurs de Saint- 
Martin. 

François du Puy, prieur général des chartreux, en IS03. 

Clément du Puy, célèbre jurisconsulte du parlement de Paris, mort en 1551. 

Christophe du Puy, prieur de la chartreuse de Rome, mort en 1654. 

Pierre du Puy, conseiller du roi en ses conseils et garde de sa bibliothèque, mort en 1655. 

Jeau du Puy, mousquetaire du roi, puis officier de cavalerie an régiment de Floreusat, rendit, le 
16 avril 1693, pour ses terres et baronnie de Serour, foi et hommage tu roi en la chambre des comptes 
de Bourgogne. — La noblesse de cette famille a été, en 1787, reconnue de la qualité requise par le 
règlement du 7 mai 1778 pour avoir entrée et voix délil)erative à la chambre de noblesse des états de 
Bourgogne. 

(V., pour rhisi. généal. de cette famille, Moréry ; La Chesnaye des Bois, 1 r vol ; Michel de Marolles ; 
Waroquier de Combles, IV* partie, p. ÎOS; la Généalogie imprim.-e en 1755, à Nancy, chez Bal- 
thazard; etc.) 

Arme* : d'or, à la bande de sable, cbarg'C de trois ro<os d'argent; au chef d'azur, chargé de trois 
étoiles d'or. 

Hèsidence : le château de Sjint-Marlin. piés de Semur. en Brionnais \ SaAnc-et-Loire ). 

25 



DE QUATREBARBES. — Haine et Anjou. 

Foulqin de QaiMlMrbM, (misé ta OU. 

Arma : te ubic. 1 lj btnir d'irgcBl, luosléf de deux tuljui du mluit. 

DE QUEBRIAC. — Bretagne. 

icM de QiebriM. trnlM en iUK. 

Celle rinille i tu miniCDiie par tnti di tl aciobrt l«U. 

Armn: d'itir, Mnlilleandelisd'trgcnt, [ws^ipi i. 



DE QUELEN. — Bretagne. 

Rude) de Oorlen, croisa en (UR. 

Celle milson. da ressan de Qlimper.iMc dwliKv noble d'iKleone ei 
Rtle ■ Joal d» honnenn de b loar. 
Armti : biKié de dix jilhn d*)rfeiiL ei de lueules. 



DE Ql'ETTEVlLLE. —Normandie. — Achille bvrovn DE OUETTE- 



QUI ^95 

VILLE, né le 22 janvier ^781 ; marié, en \S\2, à Marie-Louise-Awtoi- 
METTB DE RoMB DU Bec, fille de Charles de Rome du Bec, chevalier de 
Malte, et d'Elisabeth Aubry de Folleville. 

De ce mariage sont issos deux fils : 1° Albert, né le 14 mai 1814; 9*> Gaétan, né le 16 février IS46 ; 
et deux fliies, mariées l'une à N. le Tenier de Memnetot, et l'antre à Frédéric de Postbl des 
Minières. 



Cette famille, qui s'est divisée en quatre branches, connues sous les noms de Longuerue, de Queite- 
ville, de Saint-Léger et de Pialliëres, dont les deux premières subsistent seules anjourd*hni, fut con- 
firmée dans sa noblesse par lettres du mois de juin 1589, enregistrées en la chambre des comptes de 
Normandie le i9 mai 1589, et en la cour des aides le 97 juin 1596. 

(K., pour rhist. généal., V Armoriai de Normandie; Lalné, Dict. vérid, de la Noblesse, t. Il, 
p. SS; etc.) 

Armes : d'azur, à trois croissants d'or; à l'étoile d'argent, posée en abîme. 

Résidence : la terre de Quetteviile, près d'Honfleur (Calvados). 

DE QUIQUERAN-BEAUJEU. — Comiat Venaissin. — Le chef actuel 
de cette famille est Adrien-Hippolyte , marquis DE QUIQUERAN DE 
BEAUJEU, fils de f Antoine-Fbançois-Hippolyte, capitaine de vaisseau, 
et de f Anne-Rosb Dochargé de la Brachetièrb; né le V novembre 
n97, capitaine de cuirassiers, démissionnaire en 4850 ; — marié, le 
7 novembre 4 852, à Josépiilxe-Désirée de Beauharnais, fille de f Claude, 
comte de Beauharnais, pair de France, et sœur cadette de la princesse 
Stéphanie, grande-duchesse de Bade. 

De ce mariage sont issus plusieurs enfants. 
Résidence : Paris. 

Frère: 

CHAnLBS-JosBPH-GAMiLLB, comte DE QUIQUERAN DE BEAUJEU. 

Résidence : Carpentras ( Vaucluse ) . 

Ganlelme, Ramband et Rostan de Quiqueran défendirent vivement les intérêts de la princesse Étien- 
nette des Baux, dans les guerres qu'elle eut II soutenir, en 1145, contre Raymond Bérenger II, comte 
de Provence, pendant les troubles survenus au sujet de la succession de Bérenger I, comte de Provence. 
(Y. Bouche, in-fol., t. II, p. 1114 et 1113; et Noslradamus, Hist. de Provence.) 

Jean de Quiqueran, baron de Beaujeu, chambellan de Louis d'Anjou, IIP du nom, roi de Naples et 
de Sicile et comte de Provence. Il fut nommé, en 1433, par le roi Charles VII, viguier de la ville de 
Marseille et gouverneur de Tarascon. ( La baronnie de Beaujeu fut confirmée en sa faveur par lettres 
patentes du roi René, données au Chaleauneuf de Naples, le 10 juillet 1440.) 

Pierre de Quiqueran fut évèque de Sénez en 1546, à l'âge de vingt ans ; il est Tautenr d'un panégy- 
rique de Provence, imprimé sous le titre de : De landibus Provinciœ libri 1res, in-fol., Paris, 1551. 
11 mourut à l'âge de vingt-quatre ans. 

Baltbazard de Quiqueran-Beaojeu-VenUbren, gentilhomme ordinaire du roi Henri III, le 5 avril 1570 ; 
premier consul des nobles de la ville d'Arles en 1590; député la même année par la ville d'Arles près 
de S. s. le pape Sixte V, qui le nomma colonel général de rariillerie d'Avignon, et lui fil présent de 
sa calotte et de bulles lui octroyant une pension de douze cents écus romains. 

(F., pour l'hist. généal. de ceUe famille, d'Hozier; La Chesnayedes Bois; Artefeuil; Saint Allais; 
Anmtaire de 1855; etc., etc.) 

Armes : écartelé et emmanché d'or et d'azur de l'un en l'autre. 



DE RABOT. — Languedoc. — Cette famille est aujourd'hui repré- 
sentée par Jean-Chrvsostome-Joseph i.e Brdn DE RABOT, fils de -{■ Jean- 
Chrvsostohe le BriL'N, seigneur DE RABOT, et de Claire-Edpiihasib le 
tisNORE DBFouGAl^TlL(^; né à la Martinique, le 25 avril 1787; chevalier 
de Saint-Louis et de la Légion d'bonneur, capilaioe en retraite ; — marié, 
le il septembre 1817, à MAnlE-Loulsu-ANTOl^ETTE Bbssuk. 

IW M muiige WHl issis : 1° JiAii-CBitts»STAiii-Ti>[is>iLHT-Os<:iii, oflltier la ir r*|im«H dln- 
fioierie Wgi're; 
I" Phikcvis-Mikii-Eiikist; 
S° MiHit-JiratFBiiiE-EcraiosiM: ; 
4° Htnii-AKTaiTiiTTï. 

iKHats le Brun, selgueur direct Ae S«rre-Bnine, juge migt et lieDicnuil gènènl de la léft^luisiic 
te TodIoom, Tnl le muI de lou les ii»i(lsinis di parlemem qai n'alMridoiiDi pis allé dié pendint 
U pale qui lï nvagei en <i(U, et ce fui grlce à son arliviU, ton hitilleit et son devoeemeul qi* U 
Tille dut de n'tlre |ias enlIireDieiit dépeaplte. (Hû/. ifii Lmtgatdoc, parn. Vaisselle, t. V, p. «7; Du 
Rouj, Amula ie Tmlmat; d'Aldegnier, But. de Tatlttu.) II fut élu capiloul en lUS. 

Loaia le Brin, seigneur de Salnl-Hippolite, coiiuiller ta parlemeat de ToalDose en I5U. 

Jean-ClirTSMianie le Bmn, [V° du nom, Fat nommé cadet genlilbomme dana la compagnie établie a 
l'Ile de Ré, le » lévrier ITSt, aprM avoir rail &es prennes de noblesse ptr-derant H. Cliérln, (int*- 
lofisie de> ordres di roi. C'est le pire ta cbeF adnel. 

( r., povr llilsl. (énèal.. Courcelles, L IX.) 

Armtt: écartelïiDil el4'd'aior, a nenf luunges coocbées d'or, an (bel cousu de gnenlcs, cbartt 
d'nn Itirler d'argent; ani 1 et t d'argent, i deux Tuces de gnenlet, tbargéet cbacine de Iroii 
IréHes d'or. 



DE RAIGECOURT. — Lorraine. 



RAY ^97 

DE RAOUSSET. — Provence. — Celte famille a formé plusieurs 
branches, connues sous les noms de Boulbon, de Soumabre, de Seil- 
lons, etc. ' 



SilTy de Raousset, comte de BouUioii, président à mortier, ao ptrlemeDi de Provence, le 19 mai I6M. 

Zacharie de Raoosset, comte de Boalbon, fils do précédent, aussi président, le 27 avril 1718, an 
même parlement. 

( F., poor l*bist. généal., Artefeail, t. II; Robert de Briançon; César de Noslradamns, Uitt. de Pro- 
tence; etc., etc., etc.) 

Armei : d'or, à la croix patlée de sable, bordée de gaevles. 



DU RAQUET. — Francbe^mté et Bretagne. 

Frédéric-Marie Di] RAQUET, né en 095, ancien officier de cavalerie. 

Ritêience : la terre de Brétines, canton de PontcbAteau (Loire-Inférieare). 

Armand-€laude-Ange DU RAQUET, marié, le 28 août 4855, à Eu 
GÉNIE LE Rot de la Trochemdatb. 

De ce mariage sont issns : 1° Ahédée, né en I8S8; 

V* Louise; 
1° Atbén Aïs. 

Résidence : le cbàteaa de Cbamballon en Rongé ( Loire-Inférieare). 



Celte famille a été maintenue dans sa noblesse par arrêt de la conr des comptes de Dùle, da StO no- 
vembre 1698. 
(K. La Chesnajc des Bois, 1** édition, 6^ volnme, p. 636; Armoriai ^^fi^o/de d'Hozier.) 

Armet : d'azor, aa croissant d*or, accompagné de trois serres d*aigle do même. 

DE RAYMOND-MODÈNE. — Comtat Yenaissin. — Amédée-Joseph- 
Charles-Ghrisante, comte DE RAYMOND-MODÈNE, fils de f Fran- 
çois-Charles, et de -{- Philippine-Louise-Ghristophe de Lieubray ; ma- 
réchal des camps et années du roi, chevalier de Saint-Louis et officier de 
la Légion d'honneur, etc., etc.; né le 5 avril 4777; — marié, le 9 juillet 
4827, à Gharlotte-Élianne de Borne de Saint-Sernin. 

De ce mariage sont issos an flis : Gaston, — et une flUe : Elisabeth. 

(La généal. la plu complète de la maison de Raymond-Modène se trouve dans le t. VI de Goareeiies, 
ln-40.) 

Armet : d*argent, à la croix de gaenles, chargée de cinq coquilles du champ. 

Résidence : Paris, rae Sainte-Dominique, 74. 

DE RAYNAUD. — ^ Languedoc. — Celte maison est aujourd'hui re- 
présentée par les suivants : 

V Alex andre-Gh ARLES DE RAYNAUD-PESSEPLANE, ancien colonel 
d'infanterie, chevalier de Saint-Louis, né en 4752. 

2** Auguste DE RAYNAUD, ancien capitaine au corps royal d'état- 



19S REV 

major, chevalier de la Légion d'honneur, né en 4791 ; — marié, le 7 no- 
vembre 4826, à Clémentine de Saint-Gért, fille du marquis de Saint- 
Géry, conseiller d'État et député sous la restauration, et de Christine- 
BIarie de Mac-Carthy. 

De ce mariage est issu : Hbrri, né en 1850. 

y Paul DE RAYNAUD, né en 4847. 

Ceue famille a été maintenoe dans sa noblesse par arrêt de la conr des comptes de Nooipellier, do 
14 mars 1744. 

Àrmet : d'or, à l'aigle éployét de sable; au chef d'azur chargé de trois molettes d'argent, posées 
en fasce. 

Riêideiieeê : la Salvetat, près de Saini-Pons (Hérault), et Tonloose. 

DES RÉAULX. — Champagne. — Le chef actuel de cette famille est 
Adolphe-Gharles-Maximilibn, marquis DES RÉAULX, chevalier de 
Malte de minorité, chevalier de la Légion d'honneur, ancien chef d'esca- 
dron aux dragons de la garde royale ; — marié, le 4 3 août 4 84 5 , à Elisa- 
beth-Clémentine DE LA Pierre de Frémedr. (F. ce nom.] 

De ce mariage sont issus : 1° Arhand-Loois, comte dis RiioLi, né en 1814, lieutenant an 8* bus- 

sards; 

i** CHARLES-FRANçois-llARiE-RBNt, vlcomte DES RÉAULX, Hé eu 1818; 
autorisé, par ordonnance royale en date du 50 août I84i, rendue sur la 
demande formée par lui et le vicomte de Marin, son oncle, ancien co- 
lonel de hussards, chevalier de Saint-Louis, orQcier de la Légion d'hon- 
neur, etc., etc., à joindre à son nom celui de Marin. Ladite ordonnance 
a été vérifiée par jugement du tribunal clyil de Troyes, en date de no- 
vembre 1843; 

S^ Elisabeth-Maria, mariée, en 1840, à Auguste, comte ni Chbvillt; 

4^ Marie-Gabrielle ; 

5° Marie-Glaire. 

Hère : Victoire de Lagdarigde de Savigny de Rocoort, veuve, en 
4806, de -}- Anne-Lodis-Maximilien, vicomte DES BÉÂULX, ancien offi- 
cier aux gardes françaises. (C'est à lui que se termine la notice de La 
Chesnaye des Bois, t. XII, p. 8.) 



René des Réaulx, baron de Lirey, seigneur de Cocluis, etc., maréchal des camps et armées du roi 
enlOSS. 
Pierre-Marie-Philippe des Réaulx, chevalier de Malte le S3 juillet 1768. 

TUret : Par lettres patentes de Tannée 1670, la terre de Coclois fut érigée en marquisat, avec mu- 
tation de ce nom en celui de des Réaulx, en faveur de Louis des Réaulx, aïeul direct du chef actuel 
de la famille. 

(F., pour rhist. généal., d^Hozier; CanmarUn, DictUm. de le Nobl. de Cktn^gne; et La Chesnaye 
des Rois, déjà cité, u XII ; etc.) 

Armea : d*or, au lion de sable, à face humaine chevelue et barbue. 

DE REVIERS DE MAUNY. — Normandie. — Cette famille a pour 
représentants aujourd'hui : 



RIE 499 

^'^ Josepu-François-Arthdr , vicomte DE REVIERS, capitaine coin- 
mandant aux dragons de la garde royale, marié à Gornélib de Couvert. 

2*' Jagqdes-Marie-François, comte DE REVIERS DE MÂUNY, marié 
à Joséphine- Amélie Fodllon db Doué. 

De ce mariage sont issus cinq enfants. 



Richard, seigneor de Reviers en Dessin, baron de Nehoo en Coteutin, seigneur de Monteboorg, fut 
l'un des chevaliers qoi accompagnèrent, en 1066, Gailbame le BAlard, doc de Normandie, à la conqaéie 
d'Angleterre, où il fat créé comte de Devon et d'Exeter. 

Robert de Reviers accompagna, en 1006, le doc de Normandie en Palestine. {Martf/rologe de la 
première croisade, par le P. de Goossancoort.) 

— Cette famille a été maintenue dans sa noblesse, notamment en 1469, par Raymond de Monlfaui, 
commissaire du roi; en 1500, par sentence des élus de Bayeux; en 1598, par arrêt deja cour des aides 
de Normandie; etc., etc. 

(F., pour rhist. généal., La Chesnayc des Bois, t. XII, p. 77 et suIt.; d*Hozier ; nobiliaires de Nor- 
mandie; etc.) 

Armet : d'argent, à six losanges de gueules, 5, i et 1. 



DE RIBIERS. — Comtat Venaissin. — Le chef actuel de cette famille 
est Joseph-Prosper-Martial DE RIBIERS, né en ^90, ancien surnu- 
méraire aux gendarmes de la maison du roi en ^8^4, aide de camp du 
lieutenant général comte Monnier en ^815, chevalier de la Légion d*hon- 
neur à la même époque, lieutenant dans la légion de Tlsère en ^816, et, 
depuis, administrateur des hospices et membre du conseil municipal de 
la ville d'Avignon ; — marié, en 4828, à Joséphine-Rosr-Dbnise Bon, fille 
de N... Bon, chevalier de la Légion d'honneur, et d'Isabelle Gudin (4). 

De ce mariage sont issus : 1^ Hbiiri-Alexandri, né le SS août 1854; 

3^ CLAnE-JosÉPBiHK-ÉLiSABBTB, née le 4 aoAt 1850; 
5^ Mathilde-Locise-Marib, née le IS avril 1855. 



Jean de Ribiers, prieur de Saint-Donat, et chanoine régulier de Saint-Ruf, en 1489. 

De 1555 a 1609, diTers de ses membres ont occupé quatorze fois les charges honorables de viguier 
00 de consul de la ville de Pernes, et, de 1554 à 1711, cinq fois celle de primicier de l'université 
d'Avignon, tontes charges qui anoblissaient. 

(K., pour rhist. généal., Artefeoil, t. II; le Dict. hist. et biogr, du départemeni de Vaueluee, par 
Rarjavel;eic, etc.) 

Armée : de gueules, au chevron d'or, accompagné en chef de deux étoiles d*or, et en pointe d'un 
croissant d'argent, surmonté d'une palme d'or. 

HèiUence : Avignon (Vancluse). 



DE RlENœURT. — Picardie. 



Raoul de Riencoort, croisé en 1190. 

Armée : d'argent, à trois fasces de gueules frettées d*or. 



(01^ nom de la famille Gudin est honorablement connu dans les lettres et dans les armes. 



200 



RIE 





DU RIEU DE SÉVERAC et DE MAISONNEUVE. — Languedoc. — 
Les nombreuses branches de cette famille sont actuellement établies dans 
TÂgénois ; nous allons mentionner ses principaux membres. 

Henri DU RIEU DE SÉVERAC, marié, en 48J0, à Mawb-Carolinb 
Rayet. 

De ce mariage est issu : Henri-Guillauhb, né le SS décembre 1816. 
Riiidmce : châieaa de Romail, canton de Famel (Lot-et-Garonne). 

ETIENNE DU RIEU DE MAISONNEUVE, né en ^66, cadet-gentil- 
homme dans le régiment de Savoie -Garignan (depuis Angoulême) en 
-1780, émigra en noi ; breveté capitaine d'infanterie et chevalier de 
Saint-Louis en ^8^5. — Non marié. 

Rétidenee : Castillonnès (Lot-et-Garonne). 

Michel-Charles, cousin issu de germain du précédent, né le 9 dé- 
cembre n97, capitaine d'infanterie. 

De son mariage avec Ursule de Tetssièrbs de Miremokt sont issos deax flis et nne Aile. 

Louis DU RIEU DE MAYNADIË, chevalier de Saint-Louis. 

De son mariage avec Marie de Cours de Tbohasbau, en date do 10 jniliei 1805, est issn un flis : 

François, marié à demoiselle de Casemate, dont il a postérité. 

— Un des membres de cette dernière branche, Pieere DU RIEU, capi- 
taine, chevalier de Saint-Louis, établi en Lorraine, épousa à Metz, en 
4787, Thérèse-Jdlie de la Condamine. 

De ce mariage est issu un flis : 

Nicolas-Joseph du Rieu, marié, en 1814, avec Alphonsire Catoire de 
Biorcourt. — De ce mariage sont issus pinsiears enfints. 

Enfin la branche de Monrecourt est représentée par Pierre DU RIEU 
DE MONRECOURT. 

De son mariage, en date da 19 joillet 1808, avec Marie-Emilie Richier, sont issus quatre fils : 

Henri,— Charles,— Joseph, — et Auguste. 
L*alné est marié à N. . . de Montard, et en a on fils. 



Pierre da Rieu et Jean du Rieu, lieutenants généraux en la sénéchaussée de Rouerguo, le premiiT 
en 1630, le deuxième en 1657. 



»V 2» 

Pierre du Rlti de Séifnc cl de n.vuil. (tnlilbamiM ordimlre de U chiubre da roi. par leicrr 
pgleotesdiUJDLIIeKBB. 

Jem'Lonii da Rtea, lilit comte du Hetoll-Hilierl, pir lettres pileuln do mnis de juin IT», où soi 
rappelés iodi les iKres de u flliilion. Sa branche s'élelgnil aiec lot. 

(F., ponr riiist. généal., d'Hoilec; Coureelles, iiH", l. VII; Lainé, Àrtitta,t. Ut; Salnl-Allaii 
.tHMlreitelSU; etc.) 

Anau.-d'irgem.) trois FascM ondées d'aior; au cli«t du mime, chirgé de irais Denn de 11» d'gc 

DE RIEUX. — Bretagne. 

Gllkt. sire de Rleai. truisé en l*U. 

DE RrPERT-MONCLAR. (V. de Mohclab.) 
DE RIQCET DE GARAMAN. (F. nBGABAiiAM.) 



DE RIVAROL. — Originaire de Gênes. 

Branche française. — Gladdb-Fbançois, comte DE RIVAROL, né 
en 1762, ancien garde du corps, chevalier de Saint-Louis, maréchal de 
camp el grand prévAl du Gard en 19i6. Littérateur et publiciste, le 
comte de Rivarol a publié, entre autres ouvrages, un Euai tur Us causes 
de la Révolution fraaçiùie, in-8*, 1827, et plusieurs volumes de poésies 
el œuvres diverses. 

Fils : l.'H.-EMvttta de Rivirol, él^vc i rurale nifile nililalre de la Floche 
avant (BU. 
AMWdwf : Brie-Comie-Roben (Seine-ei-Hariw). 

Branche corse. — DouiNigDE-GHARLEa, comte DE R1VAR(X.A, député 
de la Corse avant 4850; i) a un frère lieutenant général dans l'armée 
anglaise et commandant du régiment de Royal -Malte, qui a deux fils 
jumeaux. 

KiiUaee : tarn» (Corse). 

ire uig, par l'etnperear Maiinilienl. 



202 ROC 

Le cardinal .Domeoico Rivarola, dobcc k Paris, en 1611. 

Bonaventore Rivarola, ambassadeur de la répabliqoe de Cènes en Russie, en 1776. 

Antoine de Rifarol, écrîTain célèbre par son esprit brillant et saiiriqDe, anteor da DUeêun sur 
i'univertêitté de la Langue frtaçaiu, aivronné par racadémie de Berlin, en 1784 (f à Berlin en 1801), 
est le frère dn ebef actuel de la branebe nrançaise. 

(F. V Armoriai et VÊtat de la Noblesse de France, par N. de Saint-Albis; les pablicatioDS dn Col- 
lée béraldiqoe, i»ar M. de Magny; b Biagraphie des Contemforains, t. IV; etc., etc.) 

Armes : conpé, an I d*or, il Taigle de sable, éployée et couronnée, qui est de l'Empire; au S de 
gueules, au lion d*or, qni est de Rivarol. 

DE RIVIÈRE. — Languedoc. — Lodis-Ulfrin, baron DE RIVIÈRE, 
ancien gentilhomme de la chambre du roi Charles X, ancien maire de 
SaintrGilles, membre du conseil général du département du Gard, auteur 
de plusieurs mémoires sur les dessèchements de la Camargue, et sur 
diverses questions d'agriculture et d'industrie agricole. 

De son mariage avec f ArBÉms de Coppct de Hiribel sont issus : 

\° Lton DE RivitRE, né en 1891 ; 
2° t Amédée, né en I82S, décédé en bas Age. 

Sœur : Adèle DE RIVIÈRE, veuve de f Augustin Cathélant. 

Résidences : Saint-Gilles (Gard), et le ctaftte;iu de Faraman (Boucbes-dn-Rhdne). 



Léonard, cheTalier de Rivière, f en 18i7, maréchal des camps et années du roi, commandeur de 
l'ordre de Saini-Lonis, écnyer cavalcadour, etc., créé baron par lettres patentes du roi Louis XVIII, 
avec Tautorisation de transmettre ce titre à son nevea, était l'oncle du baron actuel. 
(K., pour rhisu gèneal., La Chesnaye des Bois, t. XII, p. 131 ; etc.) 
Armes : d'or, ù trois épées de gueules en pal, les pointes en haut, soutenant une couronne. 

RORERT DU GARDIER. [V. no Gardibr ) 

DE RORIN-RARRENTANE. (F. de Rarbentane.) 

DE ROCHAS D'AIGLUN. — Dauphiné. — Cette famille a pour re- 
présentant actuel Marie-Joseph-Eugènb DE ROCHAS D'AIGLUN, fils de 
Jacques-François-Joseph DE ROCHAS, et de Catherine-Madeleike- 
JosÈPHE DE Durand de la Molinière; né à Gap, le 7 août ^805; juge 
d'instruction à Rriançon; — marié, le 28 octobre 4855, à Félicité-Ca- 

BIILLE JaYET. 

De ce mariage sont issus : 1 ° EncèNE-AccosTE-ALBERT, né le SO mai 1857; 

3" François-Josepb-Édocard, né le 34 janvier 1844. 



Mi'lcliior de Rocbas, seigneur d'Alglun, conseiller au parlement de Provence en IS73. 

Joseph-Dominique de Rochas d'Aiglun, auteur d'une histoire manuscrite du Dauphioé, déposée à la 
bibliothèque royale de Grenoble (f à Gap, le 27 août 4807). 

— Cette famille a fourni plusieurs chevaliers à Tordre de Malte, entre autres : Pierre de Rochas 
d'Aiglun, en 1533; Balthazard et Honoré de Rochas d'Aiglun, en 4556; Guyot de Rochas d'Aiglun, 
en 4579; etc. 

(K., pour plus de détails, \Hisl. du Comtat-Venaissin; Guy Allard; Cliorier; Vertot, llist. de Malte; 
Saint^Allais; VAlbum du îiaupkinè; etc., etc.) 

Armes : de gueules, à une rose d'or sans tige, surmontée d'un croissant d*argent. 

Résidence : Rriançon (Hautes-Alpes). 



DE LA ROCHE-ÀYHON. — Bourbonnais. — Le chef actuel de celte 
maison est N..., marquis DELA ROCHE-AYMON, pair de France, lieu- 
tenant général, grand-croix de l'Aigle rouge de Prusse, de Saint-Ferdi- 
nand d'Espagne ; grand officier de la Légion d'honneur, chevalier de 
plusieurs autres ordres militaires étrangers, aut«ur de divers ouvrages 
estimés sur la stratégie, 
RMitKi: Pirts, n» SiiDi-Dontniqgc, tfi Ir. 

Pritcifola ilhuraliinu. 

GallI<iiiBi M A;iiioa ite li RMbe-Aj'iii'ja, croUts en lits. 

GBilllnm« de I) BKbe-AiLBoa. ulgnCDr de Tournoélle, Tui imrécbi] de Fnnce en lUO. {Usa. de 
l'abbé de Camp), i li Blbliolbtqae du Roi.) 

Hii|Bc9 de b Rocbe-ATman Fdi capiuloe géntril ioat le ml ieiii, iniul martcbal de la reur do papr. 
ri ([OBvemenr du Comui-Veulsain. 

Plu I, appelé le cbeialler de la Racbe-A;u<n, fm tleateunl général des atméei du roi, el coialuiNla 
en cbel ranlllrrle dans ploiienrt bauilles, nolamnant ) li balatlle de Fonlenur- 

RmiI de la Ro(be-A;m<in (ni ibbé de Clalrvam, pois éréqne d'Agen, ircbcvtqne de Ljon: mort eo 
odeor de laiuteté. el mis an nombre des salnla Ae l'ordre de Clleaui. 

Cbirles-Anlolne de la Bocbe-ATmoo tut cardinal -archevéque-du de Reims, premier ptlr el (ndl 
annAnler de Fraore, abbé de Ftcamp el de Salnl-Cermain des Prés, prMldenl dn assemblées da 
derfé. dojen des ircbeiéqius el évéqies de Frince, ei (barge de la Feaille des bérièflces (f en ^T^). 

— La bironnte de Salnl-Ha lien l, dans la Mircbe, appaneiunl. de lits4nct<Dnedale. i la bmlllede la 
Rocbe-AimoB, el nom d'âne lirancbe de eelte maison, fal érigée en marquisat, pir letlres patentes de 
janvier ISIS, ta laveur d'Anel de b Rocbé-Arman, ténéihal de la Marche. 

(V., poar plnsdedéuills.rfliM. létial. et la mttniKl4 It HiKlu-*tmaii, fit H. i'ibbé d'E&trées; 
le P. Anselme; d'HoiieriLaCbespajedCsBols, I. 1 do Supplémenl; Coorcellei; etc.) 

Artm .'de sable, semé d'étoiles on de ireDes d'or; aa lion du même, armé et iampissé dé gaeules. 



DE LA ROCHE.— Limousin. 



(F. Conr(«i1es,ln-S*, I. II. p. lUellIT, ei les nobiliaires di Li 
Ar«<i:d'aiar. i trois baiides d'or. 



DE LA HOCHE DE FONTENILLES. — Bretagne. — Le chef actuel 
de cette famille est AdélaIde-Honobé-César DE LA HOCHE, marquis de 
Fonteailles et de Rambures, maréchal de camp, ancien aide de camp 
de Hgr le duc d'Angouléme, cbevaUer de Saint-Louis, cominaDdeiir de 
la LégiOD d'hooneur, décoré de la plaque de Saint-Ferdinand. — Marié : 
-f à HuwBKLiNB, GUe de Julien, marquis de Pegneiroles, et de Charlotte 
de Paulo; 2° à CiiablottE'Amuinette-Théb6se, fille de Léon le Clerc, 
ccmite de Juigné, maréchal de camp, et de Anne-Harie-Adèle de Séran. 

De ce sKond mirrigc soni Isjps : 

1° LtON-ALEIlKDIIE ; 

*■ CÉSiU-AnoiHK; 

S" CRtKLES. 

Prineipalet 

CicbonKCl fl Gilbird de li Hocbe, croiWs tu <1 

Fm{ols At II Rocbe idilinl dn roi Loaii \1V i'émliau de li bironnl» de Fi 
pir IMlro palemcs da S r^rier Iftu. 

LDols-Anlolne de I* Roclie-FoDleanlet, marquis de lUmbDiei, marécliil des campj et irnées du 
ltol(tea<TM). 

ARiolne-Reni de 1i Rncbe-FomealllM, tvtqne de Heigi, inmanier de nudime la diDpbloc ( t en 
nst). 

Pierre- Piol-LoD [s de li Roclie, maniiiis de FoDleillles, llcolenul EénériU dumliellii, gentil- 
bomnie do duc d'Orltim, C'est le ptre du cbe[ iclnel de la bmllle. 

<V., pour l'bitl. gênéal., La i:ii(ïiia;e des Boij, 1. XII; les preuces faites par-deranl H. Ctatriu, 



le chllnu de RimbiiKE (Seiue- 

DE HOCHEFOHT. — Auvergne. 
Jean de Hochcruri, tro'isi en mo. 
ÀnHti : viiré d'ur et d'iior. 

DE LA ROCHE-PONCIÉ. Bourgogne. 

ËlieniK de la HMtie, ihevalier de l'ardre du roi en (SU. 

Armtt : tciru\r : aux< ett d'irgenii (mis fascejde (ueules ; aui 1 el I d'or, au ebeitun d'aïur 



DE LA ROCHE-POUCHIN. — Originaire de Bourgogne. — Pibbhe- 
Guillauhe-Josbph-Arhold, comte DE LA ROCHE-POUCHIN DE ROCHE- 
FORT-SAINT-LOUIS, etc., fils de + Pierre-^Ïdiliaoue, comte DE LA 
BOCHE-POUCHIN, et de f Maeie-Aonès-Waibubgb, baronne d'Eschem- 
brender elde Breilbacb; — colonel d'état-major, aide de camp, cbambet- 
lan et secrétaire des commandements du duc de Lucques; décoré de 
l'ordre de Saint-Georges pour le mérite militaire de Lucques ('2' classe), 
el de plusieurs autres ordres. H a Tait la campagne d'Afrique en 4830, 
est entré ensuite au service de l'Autriche, et a été attaché, en 4833, 
comme officiel' d'élat-major, à S. A. R. Mgr l'inrant d'Espagne, duc de 
Lucques. 

Frère : Pi ERRE-FEanid and- Achille, comte DE LA ROCHE-POUCHIN 
DE ROCHEFORT-SAINT-LOUIS, etc., maréchal de camp; aide de camp 
général, chambellaa de S. A. B. le duc de Lucques ; chancelier de l'ordre 
de Saint-Georges pour le mérite militaire de Lucques ; décoré de l'ordre 
de Saint-Georges pour le mérite militaire de Lucques (2' classe); grand- 
croix de l'ordre royal et équestre de Saint-Michel de Bavière ; chevalier 
de Halte, des SS. Maurice et Lazare de Sardaigne, etc. — Marié, en 
4839, à la princesse Marie GzABTORTSKA, fille du prince Constantiu Czar- 
toryski {V. ce nom) et de la princesse Marie Ciartoryska, née comtesse 
Dz^jonvorska. 

Olhon ie la Roeh*, sire de Rlf, croU* M IMS, Il BVmriaf» d'Allitiiïs « Je Tbèbe*, « prit le (lire 
de dic de cet dcai Tilles. 

— Le non de la Rocbe-Poucliir est inwrll id livre d'ur de pluiicon Biais de l'AlleiUEiie et de 
l'IUlle. 

[Y., pour rblM. gtnéil., La Cbetuje de* Bois, an. di Rit, i. XI, p. TOt ; tloDod, KehtMrt it 
iatTfiip>e,f. lOteisuiT.; AlbericdesTroia-Fooialnes; DutaDge. Ckraiiqiti it Jriitfwu; elc, etc.] 

IV. ïttMl l'Aniilire des thcTaliers de l'ordre royal de Sainl-Hkliel de BaiiCre, avec le blason de> 
tnids-croli, commandenn, elc; I vol. ia-n, Knnldi, IS3T. Vtta de la Roclie-PoBcbin al pavé 
dans te recueil tel qu'il va tire relilé cl-deuous.) 

Nuii. Poor pouvoir f Ire adoii dam l'ordre, Il rtal |ir«a1ablcnenl f>ir« 9«s prentei de leiu qnarllen 
plr-devanl le baréta de la cbancelltrle. (V. les Slaluls de l'ordre, elc.^ Nuiiich, (SIS.) 

|V. encore l'Almaiiacb ofltirl de Istoarde Liia|iies; eu., eic.) 

Arma : pini de dcai, coapé d'ua : au I «l fl rurtel^ d'argenl el de gueules, à l'aigle a deui Mo 



206 ROC 

aa vol éployé de Tun eu l'autre, qui est de la Roche, en Bretagne ; —au a de gueules, à uu point do 
vair d'argent, qui est de Pocchin ; ^ aux S et 4 d'or, au Uoo de sable, armé et lampassé de gueules, 
qui est de Haynault, par suite de l'alliance, eu 1804, de Guy de la Roche avec Mathilde de Haynault, 
hériUëre de sa branche;— au 5 d'argent, à trois trèfles de sinople, qui est de Eschembrinder de 
Breilbach, dont est la mère des représentants actuels de la famille de la Roche-Puuchin : sur le 
tout cinq points de gueules éqnipollés à quatre d'hermine, qui est de la Rocbe, de Bourgogne; — 
au chef d'azur, chargé de trois fleurs de lis d'or, à la bordure de gueules, qui est de Boorbou de 
Lucûi:es, par concession de S. A. R. le duc de Lucques, par lettres eu date du i% décembre I8S4. 
— Accolé de Czartory^ki. 
Bèsidencet : Lucques et Paris. 

DE ROGHEGHOUART-MORTEMART. — Poitou. — CeUe maison a 
pour chef aujourd'hui Gasihir-Louis-Vjcturnien DE ROOHEGHOUÂRT, 
duc de Mortemart, prince de Tonnay-Gharente , né le 20 mars 4787; 
entré au service en 4805, a fait les principales campagnes de Tempire; 
nommé baron de Tempire en 4842, officier de la Légion d'honneur en 
4845, pair de France et capitaine-colonel des Gent-Suisses de la garde 
en 48M, major général de la garde nationale de Paris, maréchal de 
camp en 4815, chevalier de la Toison d'or en 4817, grand officier de la 
Légion d'honneur en 4822, chevalier des ordres du roi en 4825, lieu- 
tenant général, ambassadeur en Russie; nommé ministre président du 
conseil, en remplacement du prince de Polignac, en juillet 4850, puis 
appelé de nouveau à l'ambassade de Russie. 

De son mariage avec Virginie de Sainte-Aldegomde sont issues quatre filles. 
Rétidences : Paris, rue de Lille, vf* M, et le château de Meilban (Cher). 

La deuxième branche de cette maison a pour chef Anke-Victurnien- 
Roger-René de ROGHEGHOUART, marquis DE MORTEMART, ancien 
officier au régiment des lanciers de la garde royale, né en 4 805 ; — marié, 
en 4829, avec Gabrielle-Bonne de Lauremcin, fille de François-Aimé de 
Laurencin, ancien colonel, et de Nicole-Henriette de Virieu. 

De ce mariage sont issues deux filles. 

Prindpalet illiutrathns. 

Le premier vicomte de Rocheehonari fut Aymery de Limoges, cinquième fils de Giraod, vicomte de 
Limoges. 11 vivait en Tan 1018. 

Aymery IV, vicomte de Rocbecbouari, croisé en 1096. 

Gabriel de Rochechouart, premier duc de Mortemart, pair de France, prince de Tonnay-4Ibarente, 
premier gentilhomme de la chambre du roi en 1030, chevalier des ordres en 1633, obtint de Louis XIV 
l'érection dA marquisat de Mortemart en duché-pairie, par lettres du mois de décembre 10S0, enre- 
gistrées au parlement le 15 décembre 1663; il fut nommé gouverneur de Paris en 1669, et mourut 
en 1675. Il eut pour fils : 

Louis-Victor de Rochechouart, duc de Mortemart et de Vivonne, pair et maréchal de France, etc.; 
né en 1656. C'est le duc de Vivonne, si célèbre par son esprit et ses senices sur terre et sur mer, et 
de qui il est si souvent question dans les lettres de madame de Sévigné, et dans tous les mémoires du 
règne de Louis \IV. 

— « Ses trois sœurs, Gabrielle, mariée, en 1665, à Claude-Léonor de Damas, marquis de Thianges; 
« Françoise-Athénalâ, la belle et célèbre marquise de Montespan, et Marie-Magdeleine-Gabrielle, abbesse 
« de Fonievranlt, outre qu'elles étaient les plus belles femmes de la cour, plaisaient si généralement 
« par le charme et roriglnalilé de leur esprit, que depuis elle le dicton : L'aprii des MortetMrt, est 
» passé en proverbe. i> 

(V., pour Thisl. généal., le P. Ansehne; Courcelles; d'Hozier; La Chesnaye des Bois; etc., etc.) 

Armet : fasré, onde d'argent et de gueules de six pièces. 



DE LA BOGHEFOUCAULD. 

Première braDche. — Fhahçois, duc DE LA ROCHEFOUCAULD, né 
le 8 septembre 1765; marié, le 24 septembre 1795, à Marir-Fbakçoisb 
DB ToTT, fille du baron de ToU, maréchal de camp, d'origine hongroise. 

De M miriigc sonl issus : i" Fmscois-EirLiiii-AnccSTï, ai le la détembre (7«. doc de Liin- 
coan tû 1837, pir leiim paiCDlM di roi Cbnin X, qui lui pcmii de 
subslimer le nom ie Liintonit 1 ulai d'Eslisuc. n coiucmat le> 
aimiittt de l'jDcieniieM de te dacfaè, AodI il èliii iniesil pu la mort 
lie HiD Ennd-père. le dnc de 11 ItedieroauDld; — mirlj, le «0 Jnlu 

tM7, t SlIlHI-GllKLELLI-EBKnTIlII CniTT DE RaSIICHlC, llle dD 

nurqals de Rislifnic, piir de France cd 181 S, el de FriDCoLie-Chlr- 
tolle-ErnesKjie de la Hoclieraiinuld-DaideïDTlIle, 
De te Duriige : 
a. Mirle-Ernest-Aigutin-FniKdis, umle de la HactaeroDunUt, 
nf te » arril ISIT, onder d« bnswrds. bicstd en Alrique, asi 
Onled-Bicbim; clieialler de li Léfiaa d'hoiineDr! 
t. Narie-Pierre-René-Airred, 5d les wpiembre ISIS; 
c. Mine-AnloD)D-F«lii-CeoiKes,ii«le8m)rsl«U. 

SP Coutle OLItlU M Ll lt<)CIIFI)l1C:ICLD. Mé Cil 1TM. vcof de Hmcke 

f Comte Fnloimc di li RocairerciDLD, né \e 1 Juin ISOS^ mirié, 
en ins, i ABBE-CiiiiMniï I'mbou (soeir de Roiine.qui pr*(*de). 
De ce martuBe : 
FriDcoise, nér le 13 tevricr lUt, 
I* Comle HirroLm m Lt RocREFOi'ctiLD. aé Je IS loli IMI, url« 
i Elis*bbi« ou Roci. 
De c* niiriige i 
*. Gasua, néleSSMtMSU; 
». A(nierj, ntenseplembrelMi. 
a° Sonn-BLAXcii-CiiiLOTn, nte ea ITM ; mariée, ea IMt, t Jicai is- 

DoiiHiwi-Aiiiinr, mirqais as Casteuuic, IIcdUoidI r»D«nl. 
«• PiKHT-MiKii-BiiKcnE-rttirfaui, née le » notcmbre ISOT, marite 
ad came de HoDlanl. 

Frère du duc : Gaetah, marquis DE LA ROCHEFOUCAULD-LIAN- 
COURT, député du Cher (Bourges), membre du conseil général de ce 
département ; — mané à N. .. de Salhodr. 

Dr ce miriafc m issue one Bile : 

MtniE.nteen lllt. niariée à N. ... comle de FIml. 

BiUàuett : Parii, el 1rs rhtrriai de la RothetiMUDld ci de la RocbHIiFon. 



208 ROC 

Branche d'EsUssac : 

Alexandre-Jules DE LA ROCHEFOUCAULD, duc d'Estissac, pair 
de France, aide de camp du roi, né le 22 janvier ^ 796 ; — marié, en 4 824 , 
à Hélène- Charlotte -Pauline, fille du -f marquis Dessoles, pair de 
France; née le 47 juillet 4805. 

De ce mariage soni issas : i° Roger- Paul-Locis-Alexandre, duc d'Anville, né le 17 mai 18S0; 

3^ Arthur ; 

S° Thérèse-Lodise-Frakçoise, née le 13 jaillet 1833; mariée. le 5 dé- 
cembre 184S, an prince Borcbèsb ; 
4° FiLtciE-PAULiNE -Marie, née le 5 décembre 1834. 

François-Joseph-Polydore, comte Poltdore DE LA ROCHEFOU- 
CAULD, né le 45 mai 4801 , ministre plénipotentiaire en Saxe ; — marié 

à ROSEMONDE de BuSCHE. 

De ce mariage est issa : Aymar, né en décembre 1843. 

Adèle-Marie-Constance-Frànçoise de LA ROCHEFOUCAULD, née le 
46 septembre 4795; mariée, le 4 I avril 4809, à f François-Aldobran- 
dim, prince Borghèse; veuve depuis le 29 mai 4859. 

Bétidence» : Paris, et le chftteaa de Combreax (Loiret). 

Branche de Bayers. — Albert, comte DE LA ROCHEFOUCAULD, 
marié à N... de la Poterie. 

De ce mariage est isso : Henri de la Rochbfodcadld, né en 1838. 

Branche de Surgères -Montendre-Doudeauville. — Louis -François 
SosTHÈNEs DE LA ROCHEFOUCAULD, duc de Doudeauville, aide de 
camp de Charles X , directeur des beaux-arts , ancien colonel de la 
40' légion de la garde nationale; grand d*Espagne de 4^* classe, du chef 
de sa mère, Françoise-Augustine-Bénigne le Tellier de Louvois de Hont- 
mirail; né le 49 février 4785. — Marié : 4 Me 4 février 4807, à Élisa- 
beth-Hélène, fille du f duc de Montmorency- Laval ; 2*" le 48 août 4842, 
à Angélique-Hermime de la Brousse de Verteillac, veuve de Marie- 
François-Félix, comte de Bourbon-Conti, dernier fils du prince de Bour- 
bon-Conti. 

Dn premier lit sont issus : l*' Acgustin-Marie-Mathieo-Stanislas, vicomte de la Rochipoucauld, 

né le9avriM8Sa; 
S° Ciarlbs-Gabriel-Marie Sostbènes, né le \*^ septembre I8S5. 
Risidatces : Paris, et le château de Montmirail. 

Principales illtutrations, 

Foocanld de la Rochefoucauld, croisé en 4190. 

François, comte de la Rocbefoucanld, prince de Marsillac, fut, en U94, le parrain dn roi François I^; 
fut chevalier des ordres du roi, conseiller et chambellan de Charles Vlli et Louis XII. La baronnie de 
la Rochefoucauld fut érigée en comté en sa faveur, par le roi son filleul, par lettres de 1515. 

François de la Rochefoucauld, évèque de Clermont en 1585, cardinal en 1607, évèqne de Senlis 
en 1613, gnnd aumônier de France en 4618, chef président des conseils du roi la même année, et pre- 
mier ministre en 46il, fut remplacé par le cardinal de Richelieu ; il mourut le 44 février 1645; il éuit 
alors doyen du sacré collège. 

François V. Le comté de la Rochefonrauld fut érigé en duché-pairie, en faveur de François V, par 



ROC 209 

Iriiro dd roi Loiit Slfl, ibnnéci I Nlon m moa d'ivril IMl, eDrcgliir«K ta pirrraw» tr 
MjiiMLcllB?. 

Fnncoli VI, duc ds I* Rocbriniinnld. colonel do r^lmtnl d'Aaiïnpit en <A)9, i<i<i)i( ) li tiiuillt 
ie Bocra)' «D ISIS; mirédul de rinp en WW: gonvcrneur g^nénl du Poilon, pilr de Fnncc n 
lUO: ciKTalier dM ordres da rot en tMt. Il esiinieurdi Wik te\ir\iTe un Mtii»f tt iet Mtmaira 
—rit RtetKtetAmtAHlrleif.Utautnx ta ttSû. (r. tct Mimtiret it atiiati te Rta, tirt Us- 
quel il enl tant et de si lerrUiles dtluts.l 

Fnncola VIII. U tTK de la Rnclie-Gafan fnl jri(rf en dach^, par lellrei de Louis XIV en dile 
de ISTV, en fiienr de Franfoli VIII. pelll-llli de Frin(ols VI. 

Jardine-Frédéric de Iloye de 11 RorbeFaucanld, irrbcvri|iK de DonnieiCB ITWel [uliial des dem 
AfBlulnet. cnadjntear de Clony en l'U, tbW el chef de l'n'dre en ITtT. cardinal en la même innée, 
frand lamtnier de France en ITM, nwl en l'ST. 

D<inlnli|iie de la Roctiefoiicanld. arthru^qne d'Alb;en ITtT; ibUé, (beC upérleoret adnlnlslratevr 
général de l'ordre de CInnj en ITBT; arcbevéqne de Ituucn en tTM, cardinal en ITTO, dé|>iitin< 
élali génénai en 1719. ctHnnuiidenr de l'ordre du Sainl-Esprll; mon i NinMer, le SI se^- 
lenbrc IBM. 

Frangoli-Aleiaiidre-Frédéric de la KMliefoitcanld prli le nom de LIancoan en itW, fui fiwd 
nallre de la (irde-robe da m. et duc btrédiiaire d'Eslissic; tbeialirr des ordm dn roi en ITtl; dé- 
plié au élila «énénn de ITSl ; fonda, en ITM, l'i'C«le des ans et nériers ; membre da corps légli- 
Ijlil en im, pair de France en ItU, uiear de plusieurs ovvragei d'éronomie poliliqDe. 

Ambrulse-Poljcarpe de la Hocbefoucauld, due de DoudeauTlIle, lui ïouiernegr el grand bailli d'épée 
de Cbtilres i l'ige de viogl-quire ans. et prdidenl de la cliambre de la noblesie aui élals générani 
iTingl-finq ans; pair de France en IRU, président supérieur de l'irole iwljlnh nique eu IXifl, diréc- 
leor Kénérd des poslet en ISSI, rainislre d'Etal el membre du couiell priié es ISU, mlnlslre de la 
maison du roi en laU; dutI, t Honlmlnil, en IR4I. 

(F., pour lliiil. (énéil., le P. Anselme; La Cbesnaye des Bois; Colnellr*, I. vnt, el la pli- 

Armet .- burelé d'arient et d'aior, t trois cbeirons de EDeules, le premier éclmé, brorbint Mr le 



2^0 ROC 

DE LA ROCHEJAQUELEIN. — Le chef actuel de celle famille esl 
Hbnbi-Aoguste-Geobges do Vergier, marquis DE LA ROGHEJAQUE- 
LEIN, Dé Te 28 septembre 4805 ; créé pair de FraDce le H août 4845, 
avec le litre de marquis héréditairemcDl attaché à la pairie ; démissioD- 
naire en 4830; chevalier de la Légion d*boDneur, de Sainte-Anue de 
Russie, et de Saint-Wladimir ; député en 4842; — marié, en février 4 829, 
avec Adikb DE Codssate. 

De ce mariage sont issos : 4^ Julien de la Rocbejaqcblein, né en I8S5 ; 

9? Adine, née en 18S0; 
5^ Marie, née en 18S5. 

HMiencet : Paris, me de l'Université, M; et le châteaa de Gisson (Vendée). 

Frère et sœurs : 

V + Henri-LoDis LESCURE DU VERGIER DE LA ROCHEJAQUELEIN, 
né le 26 mai 4809, au château de Cilrau; page du roi en 4825, officier 
de chasseurs en 4828, démissionnaire en 4 850 ; tué près de Lisbonne, le 
5 novembre 4835. 

2"* Louise-Harie-LAURENCE, née le 46 janvier 4805; mariée, le 45 juin 
4822, à Alfred-Émilien, comte d*Albektas. 

5** -J- LouisE-Anne-Henrielte-Sophie, née le 4 juin 4804; mariée, le 
46 mars 4829, à Achille-Modeste-Gilles, baron le Pays de la Ribojs- 
siÈRE, ancien chef d'escadron aux lanciers de la garde royale (décédée 
en 4852). 

4"" f Régine-ViCTOiRi-Rosalie, née le 4 2 avril 4 807 ; mariée, le 27 mai 
4817, à Frakçois-Ronavekture-^ustayb, comte de Foucault, officier 
d*étai- major, chevalier de la Légion d*honneur (décédée le 18 no- 
vembre 4 828 ) . 

5"^ ANNE-Angélique, née le 44 septembre 4810; mariée, en août 4854, 
à -[- Joseph, marquis de Chauvblin ; veuve le 40 juin 4 844. 

6^ JuLiE-Harie-Romaine-Georgine, née le 29 octobre 4815 ; mariée, en 
juin 4856, à Albert, marquis de Malet. 

7* Louise-THÉRfesE-Victoire , née le 24 décembre 4844; mariée, le 
46 février 4858, à Agénor, comte de Pontac. 

Mère : Marie-Louise-Yictoirb de Donissan de Citran, veuve: 4"* de 
Louis-Marie, marquis de Lescure, et 2** de Louis du Vbrgier, marquis 
DE LA ROCHEJAQUELEIN, général en chef de Tarmée vendéenne, tué 
au combat des Mathes, le 4 juin 4815. Les Mémoires de madame la mar- 
quise de la Roehejaqueleinj écrits par elle-même, contenant le récit des 
guerres de la Vendée, et publiés, à Paris et à Bordeaux, en 4815, ont eu 



ROC 2M 

de nombreuses éditions en France, et furent presque immédiatement 
traduits dans les principales langues de TEurope. 

RMdenee : Orléans ( Loiret). 

Oncle : Augoste, comte DE LA ROCHEJAQUELEIN, officier général, 
né le 4 7 avril 1 784 , chevalierde Malte de minorité, le 4 4 septembre suivant. 
Sous-lieutenant de cavalerie en 4810. Quatre fois blessé à la bataille de 
la Moscowa, le 27 septembre 4812. ( U reçut une balle au pied, un coup 
de sabre dans le côté, et deux autres coups de sabre sur la figure. ] Ren- 
tré en France à la restauration, il fut nommé premier lieutenant avec 
rang de colonel dans la compagnie des grenadiers à cheval de l'ancienne 
maison du roi, et chevalier de Saint-Louis. — Le 4 juin 4 84 5, il fut blessé 
grièvement à Taffaire du Pontrdes-Mathes, où fut tué son frère atné. — 
Le 49 juillet 4848, il reçut le brevet de maréchal de camp. — Après la 
campagne d'Espagne de 4825, il fut nommé commandeur de la Légion 
d'honneur, le 25 juillet, et commandant des cuirassiers de la garde royale, 
en octobre de la même année. Il fut aussi, à la même époque, décoré de la 
plaque de Saint-Ferdinand d'Espagne, et, en 4824, de la plaque et du 
grand cordon de l'ordre de Sainte-Anne de Russie, etc. — Marié, le 
44 septembre 4819, à Claibe-Louise-Aogiistine-Félicie-Maclgtib de 
DuRFOBT-DuRAS, vouvc de Léopold de la TrémoiUe, prince de Talmont. 
(F. l'article nE Duras.) 

RitideHce : le châteao cTUssé (lodre^et-Loire). 

Prineifêlet Uluttrêtkmt, 

Emeric do Vergier, croisé en IS48. 

Henri-Loais-Aogaste da Vergier, marqois de la Rochejaqnelein, fut, ea 1771, lieiienaat-coloiid de 
cavalerie; chevalier de Saiot-Loais, colonel da régiment Royal-Pologne ( cavalerie) en 1784; maréchal 
de camp en 1788 ; mort de ses blessares, à Saint-Domiiigoe, en 1803. 

Henri de la Rochejaqneleîn, né en 1773, général en cher des armées de la Vendée, de I7M an mois 
de février 1794; assassiné près de Trémentioe, le 9 février, à TAge de vingt-deux ans. En dix mois, 
il avait remporté seize victoires sur les armées républicaines. 

(F., pour rhist. généal., Coorcelles, in^% t. X. » Le même vol. contient h généal. de la maison 
de Donissan, et de celle de Lescare.) 

Armes : de sinopte, ï la croix d'argent, chargée eo cœar d*ane coquille de gueules, et cantonnée de 
quatre coquilles d'argent. 

Devise : Vendée, Rordeaux, Vendée. 



DE LA ROCHELAMRERT. — Auvergne. 

Roger de la Rochelambert, croisé en 4348. 

Louis, comte de la RfKhelambert, gentilhomme de la reine Marguerite de France, en 1398. 
Gilbert, comte de la Rochelambert, brigadier des armées do roi, en 1789. 
Cette famille subsiste encore aujourd'hui. Son nom est mentionné plnsievri fois dans ce volone 
notamment aux articles de Corbiao dk Vaouerm, et dk Pontcibadd. 
( K., ponr rhist. généal., La Chesnaye des RoU, L XII ; Saint-AUais, t. D et XVI, etc. ) 
Armes : d'argent, au chevron d'azur, au/bef de gueules. 



DE ROCHEMONT. — Bourgogne. — Le représ«nlant, unique aujour- 
d'hui, de cette famille est Ahioike-Ibidoue DE ROCHEMONT, capitaine 
d'état-major, né en 1798; — marié, le 20 décembre 4828, à Mirie-Lv- 
DiviHB DE ttOCHEHONT, sa cousine gerûiaine. 

De tr mriifc ai ittat um Bile : 

FimCOISE-AnoiNtTTE DE ROCHEIONT, n« m ItSO. 



LuiK do RocbMiiODt, ïrltidifr des innMs du roi, maréctiil ia lofis des (renidlers de !■ prdc, 
iDt lut t t) tuUlIle de Leuse (Pifs-BiB), tu I7M, IHiiuire miUairtiu rifne tt LatU IIY, ta 

flulDCJ.) 

Jilea-llttliieii, btraa de Hochemoul, nietlre de cmp de uvilcrie, «la de 11 nodleMe de Chirolals, 
■SI tuti de BoDrgojne. en IT40. (Caul. el imioiriea des geaUlsbomiuis qui ont ca sélnce int ilali 
de Boorgogne, na ipimbiltoii de H. d'Hoiier.) 

ReDÊ de RDcUemonl, rrtre da prëiMenl, iprte 11 reiMalian de l'édil de Ninles, te réfoiii en SuiMe, 
«b u desuDdince Knilnine lubsiiie encore mjoard'tiui. ( K. l'irl. Pictit » Rucbhokt.) — Celle 
bnoebe t'e»i éieioie en li perioiine de son peiit-ais, Amé de BuctaemoDt, detédè eo ITM, iiirti iTofr 
éU pendiDl tongics annies itcréutre d'EiK de ceue républiqne. 



Arma : de gueules, m Unn n 



DE ROCHEHOIIE. — Languedoc. 

Gorrii de Rotiieniore, tnat en I09C. 

Arma : d'aiar, ) iroii rocs d'écbhiiiLer d'arteni. 

DB LA RODE. 

GalUaiinie de Itode, croisé en 1118. 
Arma : de gueules, 1 la binde d'oc. 

DE BODEUNGUEN. {y. m Wimcbt.) 



DE ROHAN. 

RoBAN-GoteENÂE. — Le chef actuel de ce(l6 maison est Victok-Lodis- 
Héuadec de ROHAN-GUÉHENÉE, duc de Bouillon et de Hontbaioo, 
rdd-maréchal-lieuteaanl au service de {'Autriche, né le 20 juillet 1766, 
iils de-^- Louis, prince de GuÊutnÂE. 11 a succédé, te 24 avril t856, à 
90D frère Charles-Alain-Gabrîel, prince de Guémeoée, et à sa nièce ei 
femme , la princesse Bkhthb DE ROUAN , duchesse de Bouillon, le 22 fé- 
vrier ^H\. 

Neveux {et héritiers directs par lettres patentes d'adoption en date du 
45 mai 4835): 

l" CamiUe-Philipp&Josepb-ldesbald, prince oe GuÉnENés-RocHEpoiiT 
ET HoNTAUBAN, né le 1 9 décembre 1 80 1 ; marié, le 28 mai i 826, a Adèle 
DB LŒWEHSTBiK-WBHTHEm-RoSEHBeitG, uée le 49 décembre 1806. 

2* Benjami D- Arma nd-Jules-Mériadec, prince de Goéuehée-Rochefobt 
Et Ho»TADBÀE(, né le 15 juin 4804; marié, le 5 octobre 1823, à Stépha- 
nie, princesse de Cbot-Dulken, née le 5 juin 4 805. 

Da ce «itrU(« tout tnai : l" ARTin-CatiiLu-Lovu-VicTaK, aé le It liln tiW; 
V Victm-Lodu-Adcccti, né !e <■ oOobtt inT; 
I" ALAïK-GoiTiii-Lotiu, aàiti oclobn IIMi 
40 LoCivAnTOHH-BiKitiiF, nèlc ITJdU IIU; 
f Biiiiuiiii-ll^kut-AxTDiKE-BiaiHciL, at le a dèMotn tus. 

RoHAK-RoGHBPOfiT ET Ho^TA[IBAH : 

4° ARKAKnE DE ROHAN-ROCHEPORT ET HONTAUBAN, fille de 
f Chaelbs-Louis^aspabd, prince de RCWAN-ROCHEFORT ET HON- 
TAUBAN, et de -t- LouuE-M*Bis^o8£pBiNB DE ROHAN-GUËHENÉE ; — 
née en 1787, et mariée au marquis de Bernis. 

2" Gaspaueib DE ROHAN-ROCHBPORT ET HONTAUBAN, scsur d'Ar- 
mande, née le S août 4 800, veuve de Henbc XIX, prince de Reoss-Greiz. 

1 Branche Guémenée. — Frères. 



244 ROH 

Tante : Clémentine DE ROHAN-ROCHEFORT ET MONTAUBAN, née 
le 26 octobre 4786; mariée à M. de Gaudbchart, marquis de Quierrieu. 

Hèsidcncet : Paris; et Pragne eu Bohême ( États aalridiieiis.) 

Princ^alei Uluitrêtion$. 



— Les docs de Bretagne, dans une assemblée des étais § éDéraax de leor daché, tenoe à Nantes en 1068, 
ont solennellemeat reconnn qae la maison de Kolian descendait des anciens sonverains de Bretagne. 
L'acte de cette reconnaissance est à la cbandu'e des comptes de Bretagne, et a été reconnn pour au- 
thenliqae par le roi Loois XIV, dans son conseil, le l"** avril 1693. 

GueUienoc, vicomte de Porrboét, flt l>atir le château de Josseiin ; il est qualifié vicomte de Rennes 
dans des actes de 4006 à 1021. (K. dom Morice; dom Lobineau ; etc.) Depuis lui, la filiation de la maison 
de Rohan est prouvée sans interruption. 

Alain IV, dit le Jeune, vicomte de Rohan, croisé en 1100. 

Pierre de Rohan-Guémenée, maréchal de France en U90. C'est le fameux maréchal de Gié. Il avait 
alors vingt et un ans. 

Louis de Rohan fut créé duc et pair sous le nom de Montbazon, en 4588, par lettres patentes du roi 
Henri III. 

Lorsqu'à la mort de ce monarque, en 4389, Henri IV fut reconnu roi de France par les princes et 
seigneurs de son armée, ceux qui signèrent les premiers après les princes du sang l'acte par lequel 
il fut reconnu, furent les ducs de Longueville, de Montbazon et de Piney Luxembourg; ce tai en 
qualité de parents qu'ils prirent ce rang dans la signature ; aussi les pairs, même plus anciens, et 
qui refusèrent de signer après des pairs maréchaux de France, ne contestèrent-ils rien aux pairs dont 
nous parlons. ( Henri IV avait pour trisaïeule Catherine de Rohan, filbe d'Alain IX de Rohan, lieute- 
nant général de Bretagne, pendant la prison de Jean, duc de Bretagne, et de ses frères, en 4449. ) 

Louis-Constantin de Rohan, grand prévôt de Strasbourg en 4739; grand aumOnier en 4748; corn- 
mandeur du Saint-Esprit en 4755; évéque prince de Strasbourg, landgrave d'Alsace en 4756; cardinal 
en 1761. 

Françoi»-Marie-de&-Neiges-Emmanuel de Rohan-Poldnc, grand maître de Tordre de Malte, par élec- 
tion unanime, le 49 novembre 4775 (f le 4S juillet 4797). 

Louis-René-Edouard de Rohan, ambassadeur en Autriche en 4774; grand aumônier de France 
en 4777; cardinal en 4778; évéque et prince de Strasbourg en 4779; député aux étals généraux en 4789; 
membre de l'Académie française; mort en 4805. Celait le quatrième évéque et prince de Strasbourg, 
et le cinquième cardinal du nom de Rohan. 

Titres : comte de Porrboét et de Rennes en 4008; vicomte de Rohan en 4498; baron de Lanvaux 
en 4485; prince de Guémenée en 4570; duc de Montbazon en 4588; prince de Soubise en 4667, 
de Rochefort en 4798; duc de Bouillon eu 4846, par leUres patentes aux dates ci-dessus; altesse 
sérénissime par lettres patentes d'inoobt de l'empereur d*Autriche, en date du 97 novembre 4808. 

(K., pour l'hist. généal., Moréri; le P. Anselme; La Chesnaye dè^s Bois, et tons les héraldistes.— 
Y, aussi la curieuse collection de mémoires publiés, vers 4770 et années suivantes, pour et contre les 
maiiont primestet. Ceux de Tabbé Georgel, écrits sous l'inspiration de la maison de Rohan, ont un 
intérêt historique qui a survécu à la circonstance.) 

Arma : de gueules, à neuf mades d'or, s, 5 et 5. — (Ht bien : parti, au 4 de Robin, et an 9 de Bu- 
TAGHi, qui est d*hermine plein. 



A la maison de Rohan appartenait le château de Joyeuse-Garde, dans le Léonais ( principauté on pays 
de Léon), a grand et honorable édifice, auquel le roi Artus faisoit sa résidence, et tenoit les chevaliers 
« de la Table ronde à faire Jouxtes, armes et prouesses en certains lieux près ledit cbasiean, comme il 
a appert tout évidemment audit lieu. » (Dom Morice, Preuves à la suite du t. II, f. cixx.) 

La forêt de Broceliande, aujourd*huî la forêt de Paimponi, où, disent les chroniques des temps che- 
valeresques, fut enchaîné renchanteur Merlin, a aussi appartenu à la maison de Rohan. Mais si nous 
avions voulu rappeler tout ce qu'il y a de poétiques souvenirs aussi bien que de faits héroïques dans 
Thistoire de cette maison, nous eussions été entraîné beaucoup plus loin que ne le permettent les 
limites de cet ouvrage : il est des noms qui par eux-mêmes en disent assez. 



ROH 215 

DE ROHAN-CHABOT. — Le chef actuel de celte maison est Anne- 
Loois-Febnand de ROHAN-CHABOT, né le H 4 octobre 1789, duc de 
Rohan, prince de Léon, pair de France, maréchal de camp, retiré de la 
chambre des pairs et du service en août 1 830 ; — marié, le 4 9 mai 4817, 
à -{- Joséphine-Françoise de Gontaud-Biron (décédée le 24 mars 4844). 

De ce mariage sont issna : 1° Charlu-Locis-Jossclin, prince de Léon, né le 1 a décembre 1819; 

• marié, le i9 juin 184S, à Octatib, fllie de N..., marquis dr Boissr ; 
S** Isabelle, née le 35 novembre 1833 ; mariée, le 15 avril 1841, à Marie- 
Gaston, marquis de Béthist ; 
5° Looise-Fbançoisb, née le 35 juin 1834; 
4** Charles-Gut-Fernand, né le 16 juin 1828; 
5** Alexakdrime-AiiIlie-Marie, née le 36 mars 1851 ; 
eP RAuuL-HENRi-LioNOR, ué le 6 mars 1855 ; 
f* Jeanne-Charlotte-Cl£mentinb, née le î^^ janvier 1859. 

Frère et sœurs : 

V Louis -Charles -Philippe- Henri -GéRARD DE ROHÂN-CHÂBOT, 
comte de Jarnac par lettres patentes de 4843, né le 2G mars 4806, pre- 
mier secrétaire de l'ambassade française à Londres. — Marié : 4 ** le 4 no- 
vembre 4834, à f Marie-Caroline-Ratmonde-Sidonie db Biencoort; 
2* en 4844, à miss G.-A. Foolet, sœur de lord Fooley, pair d'Angle- 
terre. 

Dq premier lit sont issus : ^ Gur de Roian-Gbabot, né le 8 juillet 1856; 

8° Elisabetb-Marie-Sidonie-Léontine, née le 9 avril 1855; 

S^ Annb-Marie-Thibaut, né le 14 janvier 1859; 

4^ Anne-Marie-Aliette, née le 34 avril 1841 ; 

6° AifXE-MARiE-BfARGUERrrE-CATBERiNE, née le 6 novembre 1845. 

2" A DéLAÏDE-HBNRiETTE- Antoinette-Stéphanie DE ROHAN-CHABOT, 
née en 4794; mariée, le 24 novembre 4842, à f Charles, comte de 
GoNTAUD-BiRON ; vcuvc depuis le 44 février 4840. 

3*" Anne-Looisb-Emma-Zoé Clémentine DE ROHAN-CHABOT, née le 
24 janvier 4800; manée, au mois de janvier 4822, à Joseph, comte 
dIEstourmel. 

Prineipêlet Uitutraiiont, 

Lebmn Gliabot, seigneor de Vonvant en Poitou, croisé en 1147. 

Pliilippe de Ghabot-Boon, gnnd amiral de France, et gonvemenr de Marseille pendant le siège de 
fette ville par le connétable de Bourbon (1535). 

En 1645, Henri Chabot, fils puîné d*ane branche cadette de sa maison, épousa, avec dispense du pape, 
Marguerite de Roban, sa cousine, fille unique de Henri I, duc de Rohan, l'une des plus grandes héri- 
tières de l'Europe, qui lui apportait les duchés-pairies de Rohan et de Fontenay, les principautés de 
Léon et de Soiùiise, et ses droits à la couronne de Navarre, à la condition de prendre le nom et les 
armes de Rohan pour lui et toute la postérité de son fils aîné ; un seul fils étant issu de ce mariage, 
tonte sa descendance a pris, d^près cette clause, le nom de Rohan-Cbaboi. 

Guy-Auguste de Rohan-Ghabot, lieutenant général en 1754, fils de Louis de Rohan-Ghaboi, duc de 
Rohan, prince de Léon, comte de Porrhoêt, duc et pair de France, etc.; n»rié : 1° à Sylvie du Breil de 
Hais ; 3^ à lady Mary StafTord, sœur du comte de StafTord, pair d'Angleterre. 



216 ROT 

Son fils, Loais-Anloine-Angaste, cr^ dac de Chabot en 1783, et cbeTalier de Tordre da Sainl-Espnt 
en I7SS, fnt également lieutenant général. 

Alexandre-Lonis-Augnste de Rohan-Chabot, doc de Rohan, prince de Léon, Ois et petit-Aïs des pré- 
cédents, premier gentilhomme de la chambre da n>i en 1SI5, fut appelé à la pairie le 4 Jnin 1814. De 
son mariage avec A.-L.-M.-Elisabeth de Montmorency, flile de Anne-Léon, doc de Nonlmorenry, prince 
sonverain d'Aigremont, et d'Anne-Françoise^barloiie de Montmorency-Loxemboorg, sont issos : le 
t cardinal de Rohan^^habot, archevêque de Besançon, et les divers membres de la famille de Roban- 
Chabot mentionnés plos haut. 

(F., pour rbist. généal., Moréri; le P. Anselme; La Chesnaye des Bob; Cooroelles, etc., etc.) 

Armei : écartelé, aux I et 4 de gueules, à neuf macles d*or, 5, 5 et 5, qui est de Rohah ; aox S et 5 
d*or, à trois chabots de gueules, S et I, posés en pal, qui est de Cbabot. 



DE ROQUEFEUILLE. — Famille originaire du Rouergue, aujourd'hui 
fixée en Bretagne. 

( Son histoire la plus complète se trouve dans le 13* volume de La Chesnaye des Bois. ) 
Armet : d*anr, ï one cordelière d*or pass(^e en sautoir. 



DES ROTOURS. ~ Normandie. — Le chef acluel de cette famille est 
JoLBs-AuGiisTB DES ROTOURS, baron de Chaulieu, officier de la Légion 
d*honneur, né en \7S\ , auditeur au conseil d'Éial en H 84 2, sous* 
préfet de Cherbourg en 4845, préfet du Finistère en 1820, et de la Loire 
de 4825 à 4850, maître des requêtes au conseil d'État le 25 juillet 4850 ; 
— marié, en 4821, avec AdélaIoe- Antoinette du Bcjsson de Codrsui. 

De ce mariage sont issus : 1° Raocl-Gabriel des Rotovrs de CBAnLiED,Dé en I80t, ancien secré- 
taire général de la préfecture des Ardennes; marié, en 1856, à LootsE< 

ELtoRORE-LUCB GACraCEAO. 

^ Hugfes-Artoire, né le S6 juillet 1804, ancien inspecteur des finances; 
marié, le a février 1834 (à Paris), à Louise-Emha-Paulike Lambert, 
fille du baron Lambert, ancien préfet. 
De ce mariage est issue nne fille : 
Loulse-Anloinelte-Bertlie. 
S^ t Marie-ThaTs, mariée atec Adriek-Auguste-Esther Paten de Cba- 
voT, décédée en 1843, laissant de ee mariage trois filles. 

Résidence : le château de Chaulieu, arrondissement de Moruln ( Manche). 

Frère : Gabriel -François DES ROTOURS, chevalier de la Légion 
d^honneur; né en 4782, au château de Chaulieu; sous-préfet de Dreux 
(Eure-et-Loir) de 4848 à 4850; — marié, en 4804, avec Joséphine du 
RuissoN DE CouRSiN, sŒur de la baronne des Retours de Chaulieu. 

De ce mariage sont issns : 1^ Lton des Rotoum, né au château de la Graverle, le 17 mai 18iS; 

marié, le 31 décemlire 1833, ï LoaisB-FRAKçoiSE-ALn Narqiiieii de 
Da^errb. 
De ce mariage un fils : 

Georges des Roroirns, né le S6 juillet 1841 ; 
Et nne fille : 
Marthe. 
)^ Alexandre-Antoine, né an château [de la Graverie, le tt mai 1806, 



ROU 



217 



anden lieutenant de cbassean, démissionnaire en 1832; marié, le 
10 décembre I8SS, à SÉR.tPBiQDK-EoGÈ!fE Plicbon. 
De ce mariage on fils : 
Roberi-Eogène, né au rhâteaa d'Aniclic, le 33 octobre IS35. 

Ritldenee : le ehâtean de la Graverie, arrondissement de Vire (Calvados). 



Cette famille a été maintenae dans sa noblesse, noumment en 1589, en 1641 et 1666. Le litre de 
baron de Chaolien lai a été confirmé par lettres patentes de S. M. le rx>i Loais XVI, en date du mois 
d'octobre 1788, enregistrées an parlement de Rouen par arrêt du 17 novembre suivant, concédées I 
Jacques-Augustin des Rotours, procureur syndic du clergé et de la noblesse au département de Vire, 
l'un des rédacteurs du cabier de la noblesse du grand bailliage. (F. le procès-verbal de l'assemblée de 
l'ordre de la noblesse du grand bailliage de Caeo, in-4^ p. 55.) Cest le père du baron actuel, en foveur 
de qui ce titre fut confirmé par décret de femperenr, en date de juin 181 1 . 

(V., pour l'bist. généal., La Chesnaye des Bois, 1*^ édit., inHS, t. VI; les Armoriaux de CbevUlard 
et de du Buisson ; Courcelles, t. X ; Lalné, t. II ; VHiitoire de U mâi$M itUârcourt, par la Roque, etc. ) 

Armei : d'axnr, I trois besants d'argent, a et 1 . 



DE ROUGÉ. — Rretagne. 

Olivier de Rongé, croisé en 1348. 

Arme» : de gueules, à la croix patlée d'argent. 




DU ROURE. — Originaire de Rourgogne. — Antoinb-Scipion DU 
ROURE, baron de Beaujeu, fils de f Charles-Joseph DU ROURE, baron 
deReaujeu, et de Amne-Jbrôme de Froment de Castille; né le 2.> no- 
vembre 4 808 ; chef actuel de la famille. 

Sœurs : 

V Heruimib du ROURE, mariée, le 40 février 48>0, à Casiuir de 
Perrin de JoKQtiiÈRES, maire de la ville d'Arles. 

2^r,CéLESTE, SŒur jiunelle de la précédente; mariée, le 22 avril 1834, 
à Adolphe Parin de Lafaroe, comte de Montélégier. 



A l'époque où Claude du Roare embrassa le caUinismc (1561) et 8*allacba au parti du duc de Crossol, 
un des cbefs de la rérorme, le duc de Nemours, envoyé par le roi pour soumettre les religionnaires du 

28 



218 RUT 

Daopbiné et do Vtvarais, s*anpara da château da Roore, le pilla el le réduisit en eeodres. (F. La Chrs- 
nare des Bois, art. do Roure.) Tous les titres et papiers des du Roure furent brûlés en eetie circon- 
stance , ce qui n'a point permis aux généalogistes de remonter la filiation de cette famille an delà du 
seizième siècle. 

~ Jacques du Roure, chevalier de Saint-Louis, colDUel d'infanterie par commission do iO novembre 
f 742, et auparavant major général, par brevet do I" août 1741, de l'armée de Bavière. 

— Henri du Roure de Verglères, seigneur de Beanchamps, ancien officier au régiment d'Auvergne, pre- 
mier consul de la ville d'Arles en 1776, décédé en 1807, 'étant maire de la ville d'Arles. Il avait épousé, 
en 1772, Gabrielle-Ursule de G inestons, petite-fille du marquis de Villeneuve, qui avait été ambassadeur 
a Gonstantinople et nommé ministre des affaires étrangères. 

Une branche de cette famille, établie en Angleterre, a fourni deux officiers généraux an service de 
cette puissance. Elle est éteinte aujourd'hui. 

(K., pour l*hist. géuéal., La Chesnaye des Biiis. t. Xli, p. 352 et soiv.j 

Armei : d'argent, ao chêne de sinople englanté d*or. 

Résidence : Arles (Boocbes-do-Rhône). 

ROUSSEAU DHIRAUMONT. (K. irHitiAUMONT.) 
DE RURERCY. (K. DHBttBBLiNB.) 
DE RUOLZ. — Lyonnais. 

Deox membres de celte famille se font remarquer par leurs succès dans les arts et les sciencen. 

L'un deox, voué à l'art de la statuaire, est acijourd'bui direc'eor de l'académie de Lyon. 

L'autre a récemment été couronné par l'Académie des sciences, pour ta précieuse di'couverle de b 
dorure sans emploi de mercure. Précédemment ses compositions musicales avaient été applaudies en 
Italie et en France. 

( Y., pour rhisi. généal , La Ghe^naye des Buis, supplément, t. XiV.) 

Armei : d'azur, k trois losanges d'or posées en fascc. 

DE RUTANT. — Lorraine. — Le chef de celte famille est aujourd'hui 
A.1DRÉ-P1BHRE-LÉ0POLD, comte DE RUTANT, lieutenant-colonel de ca- 
valerie ; aide de camp du général Biron, duc de Lauzun ; député de la 
ville de Nancy pour complimenter le roi Louis XVUl, en I8H ; — marié 
à Anne-Frakçoisb-Octavib de Pons-Rbnepont, fîlle de N..., marquis de 
Pons-Reneponl, lieutenant général des armées du roii 

De ce mariage sont issos : 1® Albert-Pierre-François, comte de Rotant, officier de cavalerie, né 

en 4 SOS; 
2° t Bernard-Alphonse, né en 1805 (mort officier d'éut-major, en 1807); 
V* t Charles, déci*dé en bas âge ; 
4*^ Aihé-Louis-Ernest, né en 1809; 
5" t ANDRé-Louis-JosEPH, ué en 1817 (décédé en 1833 ). 



Jacob, Jacques, Pierre I, Pierre II, Pierre III de Butant, conseillers des ducs de Bourgogne. 
François de Rutant, conlrAleur générai des finances de Lorraine. 
Clande-Marcel de Buiani, major des gardes du duc de Lorraine. 
Pierre IV de Butant, rapiuine des gardes, grand écuyer de la duchesse de Lorraine. 
Cbarles-Joseph de Ruiant, envoyé du roi près de l'empereur d'Autriche, créé comte par le roi en 1737. 
(K, pour l'hist. géuéal., dom Pelletier, Nobiliaire de Lorraine, 723; les Hommet iiiustres de Lor- 
raine^ par Cbevrier, p. S6-i; dom Calmet ; Durival; eic, eic.) 

Arma : d'azur, à la fascc d'argent chargée de trois léies de lion arrachées de gueules, lampassées 
du même ; accompagnée en clief de deux étoiles d'or, et en pointe de trois bcsanis du même, 2 et 1 

Résidence : le château de Saulxure$-lez-N:inry ( Neuriho). 



DE 5ABRAN. — Provence. — Le chef actuel de ce(le famille esl 
Elzéab-Liiiiis-Zoziiib, duc DE SABRAN, né en 476*, pair de France le 
17 aoAl 1815, lieutenant général, commaniieur de Saint-Louis, due 
par ordonnance du 30 mai 1825. 

De son mriife itcc f iMlf* M l'osTitti 11 n'nl giv iisa fcnfiiilB. 

Le dic dr Sabnn ■ idopU ttt couina te u tesiait. Mirt'EiloDinl de Ponlette cl JoKpb-Ltonide 
d« PonietHi, nAioudMx Je K iirll istl. flls dg cnmie Umli-Bililiiunl-Aleundre d« Ponieita, ei 
de Mirle-Anloiiielle de Pisl, sabtUlDéi Puu i ditul de l'igtre t u [nlrie ducde, (ur ordoawaee 
rojriJe dg It jolllrl (MB. 

n^ndnni : Pirii; Mirscille; el le cbllnn d'AiLcoals (Viudasc). 

Lotus-HARiB-ELzéAR, marquis DE SABRAN, cousin du précédent, né 
en 1774, poCle et littérateur, a publié, entre autres œuvres, un poCme 
en sepi chants, inUtulé : le Repentir, dont la Hagdeleine esl rbérolne- 
(Paris, in-8'': t8l7.) 



Gmiliue de .Siknn mMl 1 11 premKre trobjde ()0M) Romand de SaiPl-GIHek, unie de Tui- 
Inuie, et u toutrll de gloire 1 ruuK d'ADiiorbe (S loin «)Wleiia.ii4edeitraule>iUBlnelJiillM 
lOM). IHùi. du LtugMiee, par ddn Valueiie, t. II.) 

CtniMle de Sikin, tomlnte de Forulqnln' do rbef de u mère, tfosa. es KM, AlpboDW II, 
lumle de Proienre, el fut la m^re ie Ri; ■wndlUreiiEec IV. loole de Proienre, qui, de mu suriaie 
»ec BéiTrli de Saioie, eil quatre niles, relnn louies lei quaire : 1° Harinerlie, inarite, en IIU, t 
ulDiLan», nd de FriiKe: 9* ElCanore, marlte.eu 1SSS, 9'<h: Henri III d'Aoïlelerre, qaairième roi 
delad|iiia)iledetriaBiag(iiti:S°Si*rledePraMii(e, mariée, en lUa.tRicbard Plamatenh, oniie 
de CariHiaallIo, Frire de Henri III, roi d'Anfleleire, cl Inl-mènr élu. en IIH, roi dn Raniins; el 
4' Bfilrii, nmtetfe de Prove iite ei de Fortalqiicr par lolaiwDl dr Min pt're. narlfe, le <> jairlrr 



2>0 SAI 

li|6, avec Charles d'Anjon (Frère do roi Mini Loois), roi de Sicile, et l*aoteor de la troisième djnasiic 
des comtes de Provence et de la première des comtes de la maison d'Anjon, 

Elzèar de Sabran, comte d'Ariano, mort à Paris en 4SS3, canunisè, à la demande de Raymond III 
d'Agonlt et des états de Languedoc, par Clément XII ; sa femme, Delphine de Signes, a été aussi ca- 
nonisée. {Hist. de 8tMt Elièar de Sabrmi, par le P. Borelly.) 

(F., pour lliist. génital, de celte famille, VHist, du Languedoc; Vohlette du comiat Veuëitein; Hist. 
des sires de Salins; le P. Anselme; MorérI; Courcelles; etc., etc.) 

Armes : écartelé, aux I et 4 de gueules, à la croix de Toulouse d*or, qui est de Força lquibr ; aux 
9 et S d*azur, au rocher de trois pointes de sable, celle du milieu supérieure, surmontée d*une 
étoile d*or, qui est d'AniANO ; sur le tout de gueules, au lion d'argent, qoi est de Sabran. 

Devise : Noli irritare leonem. 

DE SADE. — Provence. 

Hugues de Sade, croisé en 1348. 

A cette maison appartenait la Mie LëurCt la muse de Pétrarque, celle qu'il a immortalisée par ses 
chants. 
Armes : de gueules, à une étoile ï huit rais d'or, chargée d'une aigle impériale de sable, couronnée 
et becquée de gueales. 

DE SAINT-AULAIRE. — Umousin, 

Loois DE Bbadpoil, comte DE SAINT-AULAIRE, pair de France, 
membre de T Académie française, ambassadeur en Angleterre, etc., né 
en n79. ChambelLn deVempereur en ^840, préfet delà Meuse en 4842, 
de la Haute-Garonne de 4844 au 20 mars 4815, député de 4 81 8 à 4825, 
et de 4827 à -4^29, époque à laquelle il succéda à la pairie de son père. 
— Marié: 4*" en 4799 avec N... de Seiglières de Sqyecourt, fille de 
N... marquis de Soyecourt, et de Wilhelmine-Henrienne, princesse de 
Nassau-Saarbruck ; 2^ en 48(i9 avec N... de Grimoard de Beauvoir dd 
Rol're-Brison. 

Du premier lit tst issue une fllle mariée eu aoAt 1818 ivec Elle, duc Decazef, grand référendaire 
de la chambre des pairs. 

Hervé et Geoffroy de Beaupoil, croisés en 1348. 

(V., pour l*bist., généal., d'Hoiier ; Courcelles, in-4°, Il ; etc.) 

Armes : de gueules à trois accouples de chiens d'argent, liées d'asnr, mises en p»l, posées 3 et I . 

DE SA1NT-G1LÎ.ES. — Bretagne. 

Hervé de Saint-Gilles, croisé en 1348. 
Armes : d'asur, semé de fleurs de lis d*argent. 

DE SAINTE-HERMINE. — Bretagne. 

Aymeric de Sainte-Hermine, croisé en 1348. 
Armes : d'hermines plein. 

DE SAINT-MARC. (F. de Meyronnet.) 
DE SAINT-MAURIS. 

Jean Ul, chevalier, seigneur de Saint-Mauris, croisé en 1348. 
ArfNes : de sable, à deux fasces d'argent. 



DE SAINT-OCEN. — Normandie. 

Première branche. — CeUe famille a aujourd'hui pour chef Antoine- 
Alkabdue de SAINT-OUEN DE PIERRECOURT. fils de + Avablf- 
Ahtoimi DE SAINT-OCEN DE HERBECOURT, ancien capitaine de ca- 
valerie; né en 1787. — Marié ; V en 1815, à f TMBiitsB-CABOtiPiB db 
Médise, 6lle de •]; Alexandre de Médine, ancien chcvou-léger de la garde 
du roi, chevalier de Sainl-Louis, et nièce du comte de Hédine, vice- 
amiral el cordon rouge; 2' en 1825, à Loche-Sophie de Bailleiii,, fille 
de ■]- Nicolas-Cbaries-Anoand, marquis de Bailleul, chevalier de Saint- 
Louis, ancien président à mortier au parlement de Normandie, grand 
bailli d'épée du pays de Caux, elc. 

Da preiDjfT miriage w issa na flis ; 

ALEiixpiiE-Loti» Dl Saiht-Ode!'. M cp IRIf, ipuf unt cnranls ■!•' 
i AnioiiciTTi-AuuiiiNiJiii Li Roui d'Ignadvilli. 
BétUe»ci : \t tiiUiaa ie BosfitBét, ^tti it Boorg-Adurd (Rire). 
IthUnet : I* cbllnn de Da»diiii)l'«, prit d'F.IKiMgnj (Esr*). 

Deuxième branche. — N... DE SAINT-OUEN DE BEAUVAL, fille de 
f N... DE SAINT-OUEN DE BEAUVAL, ancien officier, chevalier de 
Saint-Louis ; mariée à MAHTiti dk Villeru, ancien député. 

Troisième branche. — N... DE SAINT-OUEN DERNEMONT, chc 
valier de Saint^Louis, marié à N..., veuve de \ Loois DE SAINT-OUEN, 
son cousin. 

De ce ntriid som imi irwi IK iont l'alné tn miin de BrUencombn. 
EDhiiU lit t Looii DE SAIM-OUEN : 

V Ennui, Ht co ItM. nariè * K... » Midimit, llte it N... <e Hm- 
diii. nurqiliieCaniiOBiM; 

V Dmx min. 

tUMact -. le cUUm île la Hruu, fttt ie Btlltocombcc | Eirc ). 






S 


i 






'. 


îê 


iii^ 


s 


sa 


m 


t es s 


£ 5 S-- 


ifîl 


9 ^ ^ 


1 i ^ 


= 


•Il 



'Pi 

-Aiii 
-iUi 



s A I 225 

JeiB de Siiot-Ouen, II* du nom, sarnoininé le Hatin, seigneur de Caodeeosic, ayant embrassé la 
ragsa ds roi de France contre l'Angleterre avec son rr^^e Charles, lenrs biens fnrent confisqués, et 
donnés ptr Henri Y, roi d'Angleterre (en 1490), à Robert Barbol et à Guillaome Aderlon. (K. Pinven- 
laire des rôles français conservés k la Toorde Londres, 1. 1, 307 et 310.) 

Une branche de cette maison ayant suivi Gaiilaame le Conquérant en Angleterre en lOM, s*est établie 
dans ce royaume. 

Olivier de Saint-Ouen épousa, le 1^ juillet 1515, Magdelcine, fille de Guillaume de Manoury du 
Tremblay et de Magdeieine de Stuart, d*une branche de la maison royale d'Ecosse connue sons le nom 
d'Anbigny. (K. Lalné, t. III, art. de Saikt-Ockn, p. 8 et 9.) 

(F. dHozier; deCourcelles; Lalné, t. III; Chevillard; Sainte-Marie, 1. 1, p. 399 des Recherches sur 
le Domeiiëff et le Boldou-Book; VExlraU det dons et confiscations maintenues par Henri Y en 1418, 
1419 et 1490, par Charles Gauthier; Eu et te Tréport^ par Désiré Lebœaf, reUUvemeut au tombeau de 
SainlrOuen de Melleville, f « En, le 91 août 1504.) 

Armes : d'aznr, au sautoir d*argent, cantonné de quatre aiglelies au vol abaissé du même. 

DE SAINT-PERN. — Bretagne. — Celte maison, divisée en plusieurs 
branches, a pour représentants actuels : 

I. HoNORÉ-MARiE-BBRTBAiin, marquis DE SAINT-PERN, né le 49 dé- 
cembre 4798. 

Résidence : Paris. 

Frère et sœurs : 

r Isidorb-Harie-Bbrtrand, comte DE SAINT-PERN, né le 42 avril 
4 804 ; marié, le 12 février 4853, à Victoire-Claire Broch de 

LA TOVELLIÈRB. 

De ce mariage est issu un fils. 

i"* Marib-Dêsirée DE SAINT-PERN, mariée, le 7 novembre 4827, 
à Bertrand-Josepii-Marib-Cecile DE SAINT-PERN. (F. plus 
bas.) 

S*" AoGUsnNE-MARiB-JosEPif DE SAINT-PERN, mariée, le 44 mai 
4852, à Frédéric Lboocrt de la Villethassetz. 

Résidence : Dinan ( Cétes-du-Nord ). 

Cousins germains : 

V Bertrand- Joseph-Marie-Cécile, comte de Saint-Pern, né le 
21 mai 4799; marié : 4'' le 24 octobre 1820, à Marie- Julie 
Magon de Sai.nt-Elibr ; 2° le 7 novembre 1827, à Marie-Désirée 
DE Saint-Pern, sa cousine germaine. 

De ces deux mariages sont issus sept enfants. 
Résidence : Bourbon-Vendée (Vendée). 

2* Paul-Marie-Emmanuel-Bertrand, comte de Sai.nt-Pbrn, né le 
24 février 4849. 

II. Jean-Loois-Marie-Bbrtrand DE SAINT-PERN, fils de Mathuuin- 
Louis-Anne-Bertrand DE SAINT-PERN (ancien conseiller au parlement 
de Bretagne); né en 4788; — marié, le 2 janvier 4815, à Camillb-Al- 

BEKTINE de CoRNLLIER. 



224 SÂl 

De ce mariage sont issos plosieurs enfuiis. 

Hétidencet : Nantes, et le ehftteao de la Bourgonnlère-sar-Loire, près de Varèdes (Loire-lnférietre). 

111. OuviBR, vicomte DE SAINT-PERN, fils de Adolphe-Josbph-Bbr- 
TRVND DE SÂINT-PERN (ancien gentilhomme honoraire de la chambre 
du roi); né le ^ 2 février ^820. 

Béndence : Saint-Malo ( IlIe-et-Vilaine ). 



Hervé de Saint-Pem, croisé en IM. Ses armes sont an musée de Versailles. 

Bertrand I de Saint-Pero, sire de Ligonyer, fol le parrain do célèbre connétable do Goesclin ; il flt 
partie de Tambassade qui, en 1551, fut chargée de conduire en Angleterre les enfants de Charles de 
Blois. Plus tard, enlSS8« il délivra la ville de Rennes de h présence des Anglais. (K. Hay de Chatelet* 
HUt. de Beiirmd du Guesclin, p. 18.) 

Bertrand II de Saint-Pem, fils da précédent, fllleol de du Goesclin, fot on de ceux qui se livrèrent 
poor la sArelé de la rançon du connétable, qoi avait été fait prisonnier par les Anglais à la bataille 
d*Anray (1564). 

En 1579, Jean et Olivier de Saint-Pem se signalèrent dans rassociatlon que la noblesse bretonne 
forma à Rennes poor b défense de Jean IV, et le maintien du duché de Bretagne dans sa maison. 
( Dom Norice, Mémoires pour servir de preuves i Thist. de Bretagne, t II, col. il6 et SI7. ) 

(K. aussi Biit. du mûréckal de Sfxe, par le baron d*Espagnac ; Pinard, ChrenoL hieterique et mili- 
taire; Lalné, ArcAirec, t. V.) 

Arwus : d*azur, k dix bUlettes évidées dTargent, posées 4, S, 9 et l. 



DE SÂINT-PRIEST. — Dauphiné. — Le chef actuel de cette maison 
est Armand-Emmànubl-Ch ARLES DE GoiGNARD, comto DE SAINT-PRIEST, 
pair de France; né, à Constantinople, le 29 septembre ^782; gentil- 
homme de la chambre de Tempereur de Russie, ancien gouverneur civil 
d*Odessa, gouverneur de Podolie en iSWy grand-croix de Tordre de 
Sainte* Anne de Russie, grand -croix de Tordre de Saint- Janvier de 
Naples, pair de France le 25 février iS2\. — Marié, à Pétersbourg, en 
^804, à la princesse Sophie Galitzin (f en ^814), issue des Jagellons 
par son père, le prince Galitzin, et des rois de Géorgie de la race des 
Ragratides par sa mère, Anne de Géorgie. 

De ce mariage sont issus : l*^ Alexis de Gdigkard, comte de Saiht-Pribst, pair de France, né, à 

Pétersbourg, le SO avril 1805; envoyé extraordinaire et ministre pléui- 
poteniiaire pN^s de S. M. l'empereur du Brésil le SO décembre 1832, et 
successivement, en la même qualité, prés LL. MM. la reine de Portugal 
et le roi de Danemark ; commandeur de Tordre de la Légion dlionnenr, 
grand-croix des ordres d*Isabelle la Caibolique et de Danebrog; pair de 
France en 1841 ; — marié, le 7 mai I8i7, à Antoikbttk-Marie-Ubr- 
RiKTTi de la Guicib, flllo de t Lonis-Henri-Casimir, marquis de la 
Guicbe, pair de France, et de f Antoinette-Marie d*Uaussonville. 
De ce mariage sont issus : 

c. Georges-Charles-Alexis, né le 9 décembre I8S5; 

b, Amandine-Marie-Sophie, née le SI août I8S8; 

e. Elisabelb-Marie^^asimire, née le 9 avrilISSS. 
9P OUA de GoiGRARD DE Saiht-Puiest, née en 1807; mariée, en 1837, 
au prince Basile Dolgorooki, général -nu^or et aide de camp de 
S. M. Tempereur de Russie, issu en ligne masculine des anciens grands- 
ducs de Moscovie de la rac4* de Rurirk. 



SAI 225 

Branche d^Almazan. — Cette branche a pour chef Emmanuel-Lodjs- 
Maris de Guignard, vicomte DE SAINT-PRIEST, duc d'Almazan, frère 
du comte Armand-Emmanuel-Charles, né, à Paris, le 6 décembre i7S9. 
Il a fait, au service de la Russie, les campagnes de 4805 à ^1813; 
revenu ea France en 4 814 , a été nommé successivement aide de camp et 
gentilhomme d'honneur de Mgr le Dauphin, premier tranchant et porte- 
oomette blanche de la couronne. Il suivit le duc d'Angouléme dans le 
Midi pendant les cent jours, et fut fait maréchal de camp le 9 avril 4845 ; 
inspecteur général d'infanterie en 4820 et 4822; il reçut le commande- 
ment d'une brigade à Taroiée de Catalogne en 4823, battit, le 44 juin, 
le corps de Mina, et lui fit sept cents prisonniers. Créé lieutenant général 
dans cette même année, il fut ensuite nommé grand-croix de l'ordre de 
Saint -Ferdinand d'Espagne, de Tordre de Saint -Georges de Russie 
(3*^ classe), et commandeur de la Légion d'honneur; puis envoyé extra- 
ordinaire et ministre plénipotentiaire à Berlin la même année, ambas- 
sadeur à Madrid en 4827, grand-croix de l'ordre de Charles III en 4829, 
grand d'Espagne de 4'* classe, et duc d'Almazan, par diplôme de 
S. M. Ferdinand VII, le 30 septembre 1830 ; le vicomte de Saint-Priest 
est aussi commandeur du Mérite de Prusse et de Saint- Jean de Jérusalem. 
— U a épousé, le 30 octobre 4847, Acgoste-Charlottb- Louise de 
RiQOBT DE Caraman, née le 47 février 4798, dame de Tordre royal de la 
reine Marie-Louise le 30 septembre 1830. 

De ce mariage sonl issus : l** François- Marie -Joseph, doc d'Almazan et grand d'Espagne de 

1*^ classe, par démission de son père, le S7 mai 4841 ; oé le II août 
ItlS; — marié, le S7 mai 1841, à Looisb de Saint- Albin, fille anique 
du baron Mkbel de Saint-Albin, et de Marguerite le Mercher d'Hanssez . 

De ce mariage est issue une flile : 

Margueriie-Lo«iae, née le 15 décembre I84S. 

3^ Cbarlbs-Marie-Feri»inan», né le 19 janvier 1851. 
S^ Marie-Amanda, née le 90 juin I8S4; mariée, en 1845, i N... de la 
Salle. 

Prinàflei illustrttions. 

Hugues Guignard, rroisé en IS70. {Y, Latné, t. IX, an. de Goignard, p. 6.) 

Jean de Guignard, Y* du nom, conseiller du roi, commissaire et contrôleur général de la répartition 
des uilles et capliations du Lyonnais en 1690. 

Philippe de Guignard, fils du précédent, fut successivement aide de camp des armées du roi, capitaine 
au régiment de Piémont, colonel du régiment Royal-Inftnierie , maréchal de camp, gouverneur de 
Turin, etc. ( Etat politique du Dëuphini^ par Cborrier, t. Hl, p. SOT ; /« Frmee Ulustre, p. 650. ) 

Jaequcs de Guignard, vicomte de Saint-Priest, conseiller du roi, trésorier général de France en Dau* 
pblné (16 aoAt 1654), président en la cour des aides et finances de celle province (19 Juillet 1645), con- 
seiller d*Elat anx conseils privé et des finances (Il janvier 1647), président à mortier en la cour souve- 
raine de Bourg eu Bresse (mai 1669), puis an parlement de Metz (91 novembre 1661). C'est en sa (aveur 
que le roi Louis XIV érigea la terre de Saint-Priest en vicomte par lettres du mois de novembre 1646, 
registrées au parlement de Grenoble et à la chambre des comptes les 95 et 34 mai 1647. 

François -Emmanuel de Guignard, comte de Saini-Priest, chevalier de Malte de minoriiô, pair de 

29 



226 SAI 

France, mlntetre de la maison da roi, Ucnlenanl général de ses armées; ambassadenr en Torqnle, en 
Hollande. L'iropéralrlcc Caiherine II dlsali de loi : U pûuertUi im vie avec de teU mimtîre». Il 
monral. dans sa lerre de Saint-Priest, le 96 février IMI. C'esl le père des chefs acioeU des deux 
branches de la maison de Saint-Priest. 
(V., ponr rWst. généal., Lalné, ArcAIre», t. IX. Ce volume renferme ITiUtoire la plos complète de 

cette famille.) 
Armet : écartclé, ani i et 4 tfargenl, à trois merlelies de saMe; aos 9 et S d'axer, au chevron 

d'argent, accompagné en chef de deux tonrs d'or maçonnées de sable. 
Depise : Fort et ferme. 
— La brêitOie iTAImaian porte : de Sawt-Pwest, et sur le tout, d'argent, au chêne de slnople, ei 

une bordure de gueules chargée de sept panelles (feuUlcs) d'or, qui esi d'AtiiAiAN. 
Devise ; Esse qoam vider! . 



DE SAINT-PRIX. — Bourgogne. — Cette maison a pour chef aujour- 
d hui Charles TIXIER-DAMAS DE SAINT-PRIX, enseigne des vaisseaux 
du roi; marié, en 4846, avec Barbe Guitton. 

De ce mariage sont issus plusieurs enbnts. 



Cette famille est originaire des environs d'Autun, en Bourgogne; un de ses membres, r«pittiiie de 
vaisseau et chevalier de Saint-Louis, se flu en Bretagne en 1715, et est devenu U ttge de cette maison. 

— Jean Tixier-Damas fui secrétaire particulier de la reine Anne d'Autriche, puis directeur général 
des finances du duc d'Aigou. 

(V., pour lliist. généal., les nobiliaires de Bourgogne.) 

Armei : d'aïur, à la fasce ondée d'argent. 

HMâence : le château de Trofuntenlou, près de Morlaix ( Finistère). 

DE SAINT-REMY. ( V. Goiot de Saint-Remy. ) 
DE SAINT-SIMON. 

Jean I, seigneur de Saiut-Simon, croisé en 4191. 
Amm : d'argent, au chef emmanché de sable. 

DE SAINT-SULPIS. — Bresse. 

Pemold de Siint-Sulpis, croisé en 1190. 
Armes : de gueules, à la bande d'hermine. 



DE SAINT-VINCENT. — Provence. — U chef actuel de cette famiUe 
est Alfubd-Josbpb-Mibie-Gabmbl TJV BOIS DE SAINT-VINCENT, fils 
de f JosBPH-H&RiK-PHiLiPPE-GABniBL DU BdS DE SAINT-VINCENT, 

et de t Yolandb-Hahie-Charluttb db Fobbid la Barbbci ; né le IO mars 
n99, ancien officier aa 5* régiment d'infanterie de la garde royale; — 
marié, le 15 février 4827, à Locie-Lodisb-Erhbstikb Trouvé (fille du 
baron Trouvé, ancien |H^el]; veuf le 6 août 1832. 
De u miriigf hdi Imu : i" Riiil-JiMiMi-IlMii^iMUti, »è le t (trrier (tlï ; 

if t DCLMini-Iliiui-EMnTiiii. léc le 4 mm lUI {iktUt eo bu 
Me). 
HitidoKe : Pirii. 

Prèree et sœur : 

1° PRAncois-ARTéHOR-AflQB-ERKBST DU BOIS DE SAINT-VINCENT, 
né le ii mars 1800, conservateur des hypothèques; marié, le 15 no- 
vemlnv 1856, à HARODEsiTE-EspÉRAHce-LomsB Gouget. 

n, leMoo<reiiibrel8II7; 
Jantitr ta». 

2' CHARLKs-AuGun-E-EDocARo^lâLEsTiH DU BOIS DE SAINT-VIN- 
CENT, né le 50 juillet 1801, ancien magistrat k la cour royale de Col- 
mar, avocat à Blois; marié, le 22 mars 1827, à Anhe-Bernarrinb-Nelly 
AssBLiif, fille du baron Asselîn, ancien préfet. 

De a Boritte WDl luDi : 1° Piul-Giriiil, b* i A|>t, le « ré«rier tns, é\bn de l'AeoLe ditiIc ; 

V LoDil-CiiRLis-RiuiiL, né ï Apr, le 11 uril tsn. 
R/MUfc* : Bluls ( LdlMl-Cher). 

ô' Adèlb-Harie-Victorinb DU BOIS DE SAINT-VINCENT, née le 
2t avriN804; mariée, le 2 mars 1824, à f LoDis-DÉsiBÉ FiCHBT, officier 
au 2* [piment d'infanterie l^ère; veuve depuis 1859. 
De te Duriige uni luas : <° UHns-JosrM-AniTOii, ailt9 Mtl (RS7; 

1* Lrani-CinoLiiii, irfe t Api, le 18 jiniler IBH; nrièe. IclSjii- 

Tiei (Ns. i Louis Cbj>u*, dociear ta ntMeeloe * SMeran, 
s° AULit-FKt>caiM-CuiiiEu.i, atti Apt, left ktIL int. 
Hèiiéact: Sisuron (B»sws-Alpe»). 



228 S AL 

Cousine : Philippine- Josèphe-FraDçoise du Bois de Saint-Vincent ^ née 
le 29 octobre 176î*, veuve de N... db Caux. 

Réëidtnce : Paris. 

Dans lliisloire de la maison de Sales, par Nicolas de Hauieville, imprimée à Paris en I6(t9, on Ut, 
p. 79, que la veuve de noble Jourdain de Sales, afenl de ce saint, épousa, en deuxièmes noces, noble 
Viiïrey du Bois, gentilhomme de Savoie, par contrat du 33 Janvier I4S8. (Cet acte se trouve aux archives 
de la maison de Sales.) 

Michel du Bois et Louis, son frère, s'éublirent en Provence sous le règne de Louis XII ; lis obtinrent, 
en 4540, des lettres de nataralité du roi François l«^ enregistrées au parlement de ProTence le 
27 janvier 4515. 

François du Bois de Saint-Vincent, entré au service, en 4687, comme cadet gentilhomme, puis pre- 
mier capitaine du régiment de Béarn, chevalier de Saint-Louis en 4744; tué i la bataille de Panne, 
en 4754. 

Gabriel II du Bois de Saini-ViQceui,£apiuine de grenadiers, puis major dans le régiment de Béarn; 
chevalier de Saint-Lonls; major de la place de Landrecies, en Hainault, en 4748; mort à Apt, en 475s, 
des suites de blessures reçues i la bataille de Kocoux. 

(V., pour l*hist. généal., La Ghesnaye des Bois, 1. XII. p. 457 et suiv.; Ariefeuil, t. III; etc., etc.) 

Armes : de gueules, i deux lances d'or posées en sautoir. 

DE SALAIGNAC. — Picardie. — Achille-Melchior PASQUET DE 
SALAI6NAC, né le 20 octobre ^95, élève de Técole militaire de Saint- 
Cyr en 4842, écuyer ordinaire de S. M. louis XVIll en 1846, puis de 
S. M. Charles X; — marié, en 4818, à Pauline-Françoise Cauvel de 
Carodge. 

De ce mariage sont issus : 4" Lodis-Charles, né en 4849; 

2^ Melchior-Gharles-Adrien, né en 48S7; 
5** Léouib-Marib-Joséphinb, née en 48S4 ; 

4° ALBERTINE-CÉCILE-AHTOIIfETTB, née eu 48i5. 

Cette maison a fait ses preuves de noblesse par-devant M. d'Hozier, pour rentrée aux pages de la 
reine, en juillet 4765. 
(F., pour rhisU généal., d'Hozier; SaintrAUais; de Courcelles; etc.) 

Armes : d*azur, à un cerf d'or nageant dans une rivière d'argent mouvante de la pointe de l'écu. 

Hèsidenee : Nontdidier (Somme). 

DE SAUGNAC-FÉPIÉLON. — Périgord et Quercy.— Cii arles-Pierre- 
Louis DE SALIGNAC, marquis DE FÉNÉLON, né, à Paris, le 2 avril «799 ; 
garde du corps du roi jusqu'en 4850 ; — marié, le 24 janvier 4829, à 
Berthe-Gamille-Louise de Roncherolles. 

De ce mariage sont issus un Ois et une tille. 



Hugues de Salignac, croisé en 4096. 

François de Salignac-Féoélon, arcbevèque-duc de Cambrai, né au château de Fénélon, le 6 aoAt 
4654, fut nommé précepteur du duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, et composa pour Péducation 
de ce prince son admirable livre des Aventures de Télémaque; arctaevèque-duc de Gambrai en 4605; 
décédé à Gambrai, le 7 janvier 47i5. (K. sa Vie, écrite par le cardinal de Bausset, 3 vol. in-S*'.) 

(L'hist. la plus complète de cette maison a été insérée dans le t. IX des Archives nobiliaires^ de 
M. Lalné.) 

. Armes ( Pécu en bannière) : d'or^t^ trois bandes de sinopic. 



SÂR 229 

DE SÀLVAING DE BMSSiEU. — Daupbiné. 

Gnifnrcy de Salvaing, gnnd naître de l'ordre dii Temple, en 4S85, 

AymoD de Salvainf, dit Tartarin par sobriquet de guerre; Imbaad de Rivoire, seigneor de Romagnien, 
et Gaspard d*Artaud de Montaaban, seigneor de Montmaor et d'Aix, forent les trois compagnons d'An- 
toine d*Arles, surnommé le cheraUer Blanc. Imitant les anciens chevaliers errants, ils coumrent TEs- 
pague, le Portagal, l'Angleterre et l'Ecosse, et combattirent à fer émoalo et à lance mornée avec les 
pins braves de ces nations, et s'y acquirent une louange immortelle. (Cborier, Etat poUiique d» Dm- 
phini, u m, p. 5i7.) 

Le même Aymon de Salvaing fut l'un des onze chevaliers français que choisit le chevalier Bayard, 
son cousin germain, pour ce fameux combat, avec autant d'Espagnols, devant la ville de Trane, dans le 
royaume de Naples, Tan I50S. (Choner^ ibidem.) 

Denis de Salvaing, seigneor de Salvaing, de Boissieo, de Vaurey, eic, premier président de la cour 
des comptes de Danphiné en 1670, et Ton des plus savants hommes de son temps, est l'auteur du TraUé 
de Vutage de$ fiefê^ Grenoble, IM8, in-fol. Il mourut en l«85. Cest « lui qu'a été dédié le Nobiliaire 
du Daupkiné, de Guy AlUrd. 

^ Celle maison subsiste encore aujourd'hui; un de ses membres est conseiller à la cour royale de 
Paris. 

(K., pour rhist. généal., Moréri ; Chorier; Guy AUard; M. Wulson de la Colombiére; etc., etc., etc.) 

Armes : d'or, i l'aigle à deux têtes de sable, membrêe, becquée et diadémée de gueules; à la bor- 
dure d'aior, semée de fleurs de lis d'or. 



DE SARCUS. — Picardie. 

Adam de Sarcns, croisé en 1140. 

Armes : de gueules, ï la croix pleine d'argent. 

ly autres disent : de gueules, au sautoir d'argent, accompagné de quatre merleites de même. 

DE SARTIGES, — Auvergne. — Cette maison, divisée en plusieurs 
branches, est aujourd'hui représentée ainsi qu'il suit : 

Étienns-Gilbert-Edgènb, vicomte DE SARTIGES, né le 'l 7 janvier 
4809, fils de f Charles-Gabriel-Edgènb, vicomte DE SARTIGES, che- 
valier de Tordre de Saint-Louis, ancien préfet, et de Françoise-Félicité 
DB Babrt; attaché à Tambassade de France à Rome en 4850, puis à celle 
du Brésil; aujourd'hui secrétaire d'ambassade à Constantinople, chevalier 
de la Légion d'honneur. 

Sœur : Blanche-Gilbertb-Stéphanie, née le 26 juillet 4842; mariée, 
en 4855, à Adrien do Clozel de Champfollet. 

Oncle : Artoike-François-Gilebrt, comte DE SARTIGES et de Sour- 
niac, né le 5 février 4772, chevalier de Saint-Louis; marié, le 9 octobre 
4805, à f Louise-Suzanne de Charannes, sœur du marquis de Cha- 
bannes, pair de France. 

De ce mariage sont issus : 4® Locns-FiuRcois, vicomte de Sartigis, né le II juin 1806; 

S^ Gilbbrtb-Makie-Heiiiiiette , née le 15 décembre 1804, religieuse à 
Saiut-Flour. 

Cousin : Jean-Fra>çoih, baron DE SARTIGES D'ANGLES, né le 4" no- 
vembre 1789; marié, le 24 février 4824, à Therèse-Anne-Josépiiinc- 



230 SAU 

GuisLAiNE DoMis DE SfiMBRPO.NT, fille de f JeaD-Paul Demis de Sémerpont, 
conseiller de S. M. l'empereur d'Autriche au conseil souverain de Bra- 
bant. 



Gaatier de Sariiges, croisé en 1248; ses armes sont ao nnsée de Versailles. 

Bertrand de Sartiges, chevalier da Temple, commandear de Cariât, en Auvergne, Cni Tnn des plus 
ardents défenseors de son ordre devant révèqae de Clermoni, en 1509; pals i Parl«, devant la com- 
mission instituée par le pape Clément V, de ISIO « 4S44. (Dnpoy, CondamtutUm ia tmfUen^ 1771 ; 
Raynouard, Monumenti kiBt. de la eondamnaiion des templkrt^ I8IS.) 

« La maison de Sartiges a bit ses preaves lors de la recherche générale en Auvergne ordonnée par 
le roi LoBis XIV. 

(F., pour ITiist. généal. de cette maison, Courcelles, in-4«, t. XI; Lalné, Arek.^ t. VI.) 

Armet : d'azur, à deux chevrons d'or, accompagnés de trois étoiles d*argent, 9 en chef et I en pointe ; 
celles en chef surmontées d'une fleur de lis d'or. (Celle-ci par suite de la concession qu*en flt le roi 
Philippe de Valois à Hugues de Sartiges, au camp de la apelle, en 1559.) 



DE SAULNAYS. ( F. Loaisel de Saulnays. ) 

DE SAUMERY. — Blaisois. — Le chef actuel de cette famille est Louis- 
Marie DE Johanne de Lacarrb, marquis DE SAUHEBY, marié à Argê- 

LII^UE-FrANÇOISE-AoGDSTINE FOORNIER DE LA CbATAIGKERATE. 

De ce mariage sont issus : 1^ LoDis-MARiB-AoGosTB-BiRRARn de Johaiwe db la Carrb, comte »e 

Sauheut, ancien capitaine de chasseurs à cheval, marié à NAnmE- 
Frarçoisb-Léocadie de Perrocbbl. 

De ce mariage sont issus : h^ Marie-Mathllde ; — ^ Valenline-Hor- 
tense; — 8^ Pauline-Eugénie-Noémie. 
V t MABiE>A06UsniiE, qai, de son mariage avec N. . ., vicomte de Loc- 
vencoort, ancien colonel de hussards, a laissé trois flls : I® Marie 
Eugène; — V Marie-Raoul; » 8° Marle-Ceorges. 
S" Rosc-Marib-Erhbstike, mariée à N. . ., vicomte de Lesy. 



Cette famille, d*origine héarnaise, s'établit dans le Blaisois dans le setiième siècle. — Ce fui Arnaud 
de Johanne de la Carre, qui, appelé en France par son grand-oncle, Bernard de Ruthie, abbé de Pont- 
le-Voy, gnnd aumdnler de France, et son oncle maternel, Menaod de la Carre, aumônier du roi, vint 
s'y flxer le premier. — C'est en faveur de ce même Arnaud que le roi Henri IV flt expédier des lettres 
patentes, en date du 4 novembre 1598, enregistrées au bareau de la commission de Télection de Blois, 
par lesquelles il était reconnu gentilhomme issu de noble race et famille. Il fut conseiller d*État le 
37 avril 1616. 

François de Johinne de la Carre, chevalier, seigneur de Saumery, premier gentilhomme de la 
chambre de Gaston, duc d'Oriéans; capitaine de son château et parc de Chambord. Cette dernière charge 
s*est transmise presque héréditairement dans la famille jusqu'à la mort du grand-père du chef actuel. 

Jacques de Johanne de ia Carre, marquis de Saumery, maréchal des camps et armées du roi, gou- 
verneur et bailli de Blois (f en 1709). 

Jean-Baptiste de Johanne de ia Carre, comte de Saumery, flls du précèdent, fut aussi maréchal des 
camps et armées du roi, premier maître dliétel de la duchesse de Berry, gouverneur de Salins, dans 
le comté de Bourgogne (f en 1758). 

(K., pour rbisi. généaL^ La Chesnaye des Bois, t. VIII, p. 337, art. Jobanhe de la Carre.) 

Arma : écarielé, aux I et 4 de gueules, k un lion d*or; aux a et 9 parti, au I d'azur, à trois fastes 
d'or, et au S de sable, à trois coquilles d'argent posées en pal. 

HiêUénee : le château de Saumery, près de Blois. 



DE SAUTEIHON. — ProveDce. — CeUe famille eei aujourd'hui divisée 
en trois branches issues des Iroia fils de Josiph-Amtoink DE SAUTEI- 
BON, seigneur de Saint-Clément, gouverneur de la ville de Pertuïs, et 

de HARGUBHITB-THéabSB DE Gactibe : 

1. JEAN-Lours-JosEPH DE SAUTEIHON, marié, en 4797, à Robe-Vic- 
ToiRE-H«niB DE RoissARD, fîlle de Pie de Roissard, baron de Bdiel, et de 
Françoise de Vedel. 
Dr te nirtii* mdi ttm : i" JMiTN-Fuiiçoit-NtpOLlui', m*rit t SniiK m B:.»!!!, ie* lulei» 
■eltMOTs de Pelllt, *ii conU dt Nice ; 
f Locn-FuHtau, Mcrèulrc en tttel, dril el trinlBtl, du rojat séut de 
lUee; nlirjè i CartTtrci Sucar. 
DeceDHrUge:l<>Att*lb^;— ï>EMre;— B*CI(ir1iide; — fABU. 
néiUence: Klce(PUnoiii). 

n. Pille du premier mariage de f Jsan-Louis-Hicbel DE SAUTEIHON 
et de f Annb-Harib-Adélaïdb de Hoissabd-Bbllet, sœur de Hoee- 
Victoire-Harie : 

Pkançoisb-Hakib. (Sans alliance.) 
— Enfants du second mariage de Jkah-Lodis-Hicbel avec Victoire 
DR Calvi : 

i" Loris-VicTdR, marié è Ghloé Boichadd de Vilubrs; 
2* HonoRÉ-PRANÇOis-ViCTOB ; — 3° Anhe-Marib. 

ni. Paul ÏX. SAUTEIHON, marié à DésinÉB db Rochebbuhb. 
De ce nurUge, de«i enf*al» ; Oiwilp, — el M*mi. 



ilKc de Snldron tni te»jtt di piiue le» d'AnJov, dic de Calibre, II* di roi tint, eoate de 

poor rblM. (tiM., AnefeUI, l. ni, Siippléaeiii,) 

ei .' de gucDtn, étroit clitTroiK d'or, Kcompi(iift de irDiitlollea d'or, 1 en cb«(eil en pofite. 

S SAUVEBœUF. ( V. de Ferhiëbes de Sadvebœup. ) 



DE SAULX-TA VANNES. — Bourgogne. — Rogbh-Gaspabd-Sii>oii!IR, 
duc DE SAULX-TAV ANNES, fils def CBARLBS-HARiK-GiisiinH db Sahlz, 
comte, puis duc DE SAULX-TAVANNES, pair de France, et de f Hakix 
PB CHoiSBDL-GouFFraR ; né le 1 2 juin 1 806 ; a succédé à son père comme 
pair de France en 1810. Il est aujourd'hui l'unique représentant mâle de 
celte bmille. 

Tante : Cathmins-Charlottb-Eugëhik DE SAOLX-TAVANNES, née 
leH octobre 4767; mariée, le 17 février nST, avec Jacqees-Alexandbb 
LB SiNÉCHAL DB KBRGOist, comte de Kercado, qui était alors offiaer au 
régjment-de Berry-Cavalerie. 

JacqKi de Sinli. croM eu lUB. 

GupirdileSiuli-Tioiities, nurMiil de Fnuce en <9T0; né » 4SM, dtcMéeu ISTt. 

— Dut h deucndiDce du ratiCchiI. od troate iraii liealeiuBU lenénix dM imta, Iroto cbera- 
lien det ordret du rui, et no urdlnil irchettiiiie de Rouen, (nnd nundnler de Frince. commindoir 
da l'ordn du SilM-Esprli, m. 

(r.,poir l'hlsLgènéil., Horérli le P. Anwlme; d'Hoiier; LaCbe«u;edM 

Armti : d'aïur, in lion d'or, iimé et limpuaé de EMdIe». 

DE SAVEUSE. — Picardie. 



DE SAVOIE. 

Roi : CHARLES-ALBERT-AMÉDÉE, né le 2 octobre fi9», succède à 
son [)ère, Cbarles-Emhakoei. (né le 24 octobre 1170), le <6 aoùl 1800, 
dans la ligne de Savoie-Carigoan ; puis au roi Charles-Félix- Joseph, le 
27 avril 4831, dans le royaume de Sardaigne; — marié, le 50 sep- 
tembre WiT, à la 

Reine : HARIE-THÉRÉSE-FRANÇOISE-JOSÉPIIINE-JEANNE-BÉNÉ- 
DICTE, archiduchesse d'Aulricho, fille de feu Ferdinand lU, grand-duc 
de Toscane; née le 2( mars 4801. 
De ce mariage sonl issus : 
1° Victok-Emmahdbl- Marie- ALBBKT-EuGânB-FERnWAM>-TfioiiAS, 
né le tÀ mars 1S20, duc do Savoie, prince royal; marié, lo 
42 avril 1842, à 

L'archiduchesse Harib-AdêlaIde-Fiiançoimb-Rëmèue-Ëusa- 
bith-Clotilde, née le S juin 1822. deuxième fille de Rénibb, 
archiduc d'Autriche. 



2° FERDINAND-HAHlB-ALBEIIT-AvÊnÊe-PHILIBBnT-Vl.VCEKT, né le 

tS novembre (822, ducdcGénes. 
Ni'ur : Mahie-Éijsabetu-Fiiançoise, née le 15 avril 1800, épouse de 
MED. archiduc d'Autriche. 



254 SAV 

Mère : MAU1E-CIJRISTI^E, fille de f Charles-Chrélien, prince de Saxe 
et duc de Gourlande; née le 7 décembre 4779; veuve de Ciiahles-Em- 
MANDEL-FERDiNANn-JusEpri-MARiE-Locjs, duc DE SAVOIE-CARIGNAN, 
le 16 août 1800 ; mariée en secondes noces au prince de Monlléart. 

Tante : Marie-Christine-Amélie-Théiièse de 6 jlrbon, reine, fille de 
feu Ferdinand IV, roi des Deux-Siciles, née le 17 janvier 1779; mariée, 
le 6 avril 1807, au roi Charles-Félix de Sardaig.ne (né le C avril 1765, 
roi le 19 avril ISil) ; veuve le 27 avril 1851. 

Filles du roi Vicior-Emmanui l {•[ le 6 octobre 1819), et de M\rie- 
Thérêse-Jeanne-Josèi'HE (fille de f Ferdinand, archiduc d'Aulriche, 
duc de Modène) ; décédée le 29 mars 1852 : 

1° Marie-Thérèse Fi-RDixA^iOEFÉLiciTÉ-GAETANE-PiE, duchesse ré- 
gnante de Lucques, née le 1 9 septembre 1 805 ; mariée, le 1 5 août \ 820, à 
CuAiiLEs-Lotis DE Boi RBON, infant d'Espagne, duc de Lucques ; 

2° MvRiE Anne-Cauoline-Pie, impératrice régnante d'Autriche, sœur 
jumelle de la précédente, née le 19 septembre «805; mariée, le 27 fé- 
vrier 1 85 1 , à Ferdinand I, empereur d'Autriche. 

— Branche de SAVOlE-CARIGxNAN : 

Fils du frère du grand-pore ( Eugène-Marie-Louis, né le 2 1 octobre 1 755, 
f le 50 juin 17^5), Joseph, chevalier DE SAVOIE, né le 50 oc- 
tobre 1785, -[• le 15 octobre 1825; son fils : 

EcGÈNE-EuMANUtL-JoshPii-MARiE-PAiL-FRANçois, né le 1 4 dvril 1816, 
déclaré prince de SAVOIE-CARIGNAN par décret royal du 28 avril 1 854. 

Sœur : Marii-Victoire-Luuise-Piiiliberte, née le 29 septembre 18 M, 
épouse du prince Léopold des Deix-Siciles, comte de Syracuse, frère 
du roi. 



Dix-bait princessrs de la maison de France sont entrées dans la maison de SaNoie. 

Quatorze princrs'^es de la maison de Savoie sont entrées dans la maison de France. La première fol 
cette Adclals de Savoie, arrière-|»etiie-fllle de lluroberi aux Blanches-Mains, mariée, en 1115, à Louis VI, 
dit le Cros, roi de France. 

Celte alliance , d'où descendent presque ions les rois de TEurope, est la première qa'aocunc des 
maisons souveraines qui subsistent aient contrariée avec la maison de Bourbon. Cette alliance, nous 
venons de le dire, s'c«t renouvelée depuis jui^qu'à (rente et une fois entre ces deux augustes maisons, 
ce qui est sans exemple dans aucune autre race. 

— Amédee 11, frère d'Adélals, est le premier ii qui l*bistoire donne le titre de comte de Savoie, dont 
sa maison a pris le nom. 

— Amédee V, issu an quatrième degré d'Amcdée 11, mérita le surnom de Grand; créé prince de 
l'Empire, en 1310, par l'empereur Henri VII, son beau-frere, il donna des marques de son aitarhemeiil 
a la France en fournissant des secours contre les Flamands au roi Philippe le Bel, exemple qu'ont 
imité la plupart de ses descendants. Il fut bisaïeul de 

— Amedee VIII, «réé duc de Savoie par l'empereur Sigisniond, en UIO. Ce prime est riUbre dans 



ta un, d 

gnnd:! de sfs Etais >n' 

De sl^^te rn sthic, b erandeur de celle nilun n'i Tall i|ii? s'arrriilirp. Si puliLir|ue. fft Mana'f. 
la salir de fnnds bonnniM qu'elle > |ir»diiils, rbmrcux tlluatton de srs EiiU en mil fiic une 
)>DKsaKC conildiînble dans la bilaïKCde l'Europe. 

Olilliié de migs ressentr dans on très-rnan espMf, nous pomui» resiim.^r ainsi qu'il suit les iirin- 
rlfulra lIlHilralknb de la maison de Satoie : 

Un rai de Sicilp, et wpi rois de Sinlalfneel de Chypre; — ireiiif-nnirfniivi>niii<,(aiiiM et àon 
lie Savoie, prlixra ic. PiénonI, marquii d'IUtk, «liairei géiiciani de l'Eiiiiin-, |Kimi IrKqiiels on 
rnurqar. oalrc teui que nous irons ileja elles : liumbfrl III. dll IrSaini; Amniée V, dil lef^nnd; 
Amrdr'e IX, dil li> Rleuhrorriix; I>liilil<m II. djl In Beau, ri que l'on aiqx'bil Mssi Ip Llli^ral ri kl 
raunurgii EmaïaDDel-l'hililirTl, dil Ti>te-de-Frr ; Qiarlrs-Kmminuel, dil le Crand;— - nn mi; 
Ami'dée vril, duc de Garnir, ikul mus avons parle pins ba«l,qai, m rm-iant la liare le M jnllUH Itio. 
prll Ir nom do l-'rlii V; — nn palriarchr, ri elnq rardinaux dr la uinle Enlise rovaioe; — di rr-Feol 
Cl priniil d'AoRlirrrre. ni (J»[ — ni nuiilalonier i]g siinl-sirgr, — vi ciui liiriheirr» «noni-*s. 
auiqaels il faui jninilK la biriihi'uri'use Cliililile de Fiaim-. iruir (tu roi dr Satdjinne Cbarb's- 
Emmanuel IV, el s(Enri[n<« de< mis irts-chré'irns Louis \VI, UulsXVlll el Cliarlrs \. 

En Igts. S. N. le roi Charles- Albert, alon prinre d« brienan, a fall h campagne d'i;i|>agne atrt 

(1.'lii-l. iir'iiéal. la |il« ruMpIMr de la HMlson de Savoir a ^léérrilepar Ir MranlGuirhrnnn, I.fnii. 
Barhiei, IBM, S id. 1 



d'aiErnl, il la iiuii de KUi'ulrt, unlonncc du qnaire UIrs de Maures dr salilr; — li-s drnt | 

Itniie : P.E.R.T. (Foniiurio rjos Rbudum lenuil. 1 ~ En volri l'urlEine : 
Aaiédre V. dll leGnid.duc de Savoie, ajail lul-mtne tonduil.en latS, des secours aui rt 
Irrsde l'oidir di' Salal-Jraa de JiTDsilrn, asMéfèS dans Rhodes, par Oihiiiaii, snliaH di-s Tnrc 
li>le d'iiur dune considrrililc , hatlll b llollc iilloinane el ia coniraiRnil A Irier Ir Mrgr. C'csl Ii c 



DE SCORAILLIiS, — .Vuvergnp. — Plusieurs hranclies de la ramillc 
(le ce nom subsistent encore, toules sorties du chi^tciiu de Scorailles, en 
Auverfnie. L'une d'elles alla se fixer au cbAleau de Sangruère , dans 
l'Agénais, en ISXô; elle est divisée en deux rameaux, représentés p;)r : 

Le marquis DE SCORAILLËS, <)ui résille au rhiUeau de San^ruére 

(,\j:éi.ais>, 









r*: ^taR. — u . 



m^ (w im tarJo- 



U.!Ï.' !>;';";j,'"7:'-'^"""^ -^ ^^ «— - mio de Thomas de la 
• f^ a 1.1 u^ir des .-,.„,,,«■* ,1.- NorniaiMlio, sieur de 



SER 257 

Manneville-la-Raoull ; veuve de + Pierre-Noel PARRIN DE SÉMAIN- 
VILLE. 



Pierre-Lac Parriu de Sémainville fat conseiller maître en la cour des comptes, aides et floances de 
Normandie, de 1764 à 4790. Il est le père de Pierre Noei, et l'aleal de Pierre-Aleiandr*. 
Armet : d*azar, à deux fonts bapiisniaax d'or; au chef d'argent, chargé d'une croix patiée, alaisée de 

gueules. 
Risidencet : Pont-Audenier, et le château de Manneville-b-Raouli. 

DE SËNONNES. — Anjou el Touraine. — Celle maison, divisée en 
deux branches, est représentée comme il suit : 

Première branche. — Pierre- Vincent-Gatien de la Motte-Baracé, 
marquis DE SÉNONNES, ancien chef de bataillon des armées royales 
de rOuest, ancien membre du conseil supérieur des ponts et chaussées 
de Maine-et-Loire , chevalier de la Légion d'honneur, etc. ; — veuf de 
f AnousTE-MARiE-FoRTONÉE-GABRiELLE DE GoDDEs DE Varewnes, arrièrc- 
petite-fille du marquis de Varennes, lieutenant général, et grand-croix 
de i ordre de Saint- Louis. 

De ce mariage sont issus : I'' Piebre-Alguste ob la Moite-Baracé, comie de Séno:(!<es, marié à 

HÉLOlSE DE JOURDAN ; 

2" Armand-Fortuné-Charles ; 

3" Aogoste-Gabrielle-Mélame, mariée ^ N. . . Bicber de Cbauvigné. 

Résidence : la terre du Port (Maine-et-Loire); 
4° Alexamdrinb-Locise, niariét? à Paol Kourmer de Boysaivant, coniie 
d'Oyron. 
Résidence : le château de Verrières, près de Londun ; 
5'* Jeanne-Gabrielle-Olympe, mariée à Pierre-Eugène Ayraolt do 
Tertre. 
Résidence : le chàieau de TEpine, près d'Angers (Maine-et-Loire). 
Résidence : le chiteaa de Sauire, près d'Angers. 

Deuxième branche. — Auguste, comte de la Motte-Baracé, chevalier 
de Saint-Louis, ancien officier de dragons; — marié à Rose-Marie- 
Barthélémy Damin. 

De ce mariage sont issus : 4° Aiglstb, vicomte de la Motte-Baracê, marie a N. . . de Sabcus; 

S" Edouard, baron de la Motte-Baracé, marié à N. . . de Rocrecse; 

S° Alexandre. 
Résidence : le château du Coudray-Moulpensier, près de Chinon (Indre-et-Loir»-). 



Le marquis de Séoounes et le comte de la Motle-Baracé ont été admis aux honneurs de la cour le 
34 mai 4787. 

Le vicomte de Senonncs (Aîexandre de la Motte-Barace) décédé en 4glO, et qai fut secrétaire général 
da ministère de la maison du roi, conseiller d'Eiai, membre de Tlnstitui, commandeur de Tordre royal 
de la Légion d'honneur, itc, etc., etaii frère du chef actuel de celte famille. 

; V. aux Archives du royaume, section historique, le t. VI des mémoires généalogiques, fol. S89.) 

Armes : d'argent, au lion de sable, lampassé de gueules, cantonné de quatre merlettes de sable, qui 
est de Fougerolles, par suite d^aliiance; le lion chargé en cœur d*un écu d'argent, k la fasce de 
gueules, fleurdelisée et contre-fleurdelisée de six fleurs de lis du même, au pied llché dans la fasce, 
qui est de la Motte-Barac£. 



DE SERVASCA. (V. Vignon de Servasca.) 



258 SES 

DE SESMAISONS. — Bretagne. — Celle famille, divisée en deux 
branches, a pour représentants actuels : 

Première branche : 

V Mauie-Chakles-Donatien-Yves, marquis DE SESMAISONS, fils de 
t Donatien, comte DE SESMAISONS, pair de France, et de Anne- 
CiuRLOTTE-Fi\A.\çoisE, fillc du chanceUcr d'Amlïray; né en 1805; — 
marié à Louise de Cnoi>Ei;L. 

De ce mariage sont issus trois enfants. 

Sœurs : 
2° MAuiE-CiiAiiLOTTE-HEaMi>E, uéc en 18(6, mariée à N..., marquis 

DE COKNtLlER. 

Trois enfants sont issus de ce mariage. 

ô** Makie-Chaulotte-Armeixe, née en ^8M, mariée à N..., vicomie 

n'OsSt VILLE. 

4° Marie-Ciiarlotte-Sébiilienne, née en 4817, mariée à N..., marquis 
DE Durport de Civrac. 

5° Mvrie-Ch\rlotte-Céleste-Ma<:lovie. née en 1820, mariée à N.. , 

comte DE GOULAINB. 

De ce mariage sont issus deux enfants. 

Deuxième branche : 

r Claude -Gabriel-Clément-Rogatien, comte DE SKSMAISONS, 
maréchal de camp en retraite, chevaher de Saint-Louis, officier de la 
Légion d*honneur; — marié à Ali'Honsine de Savaky de Lancosme. 

« 

De w mariage sont issus -. 1" Olivier, marié à N. . . Terrav : il est(|iére de quatre enfants; 

3" Robert, marié à N. . . ne Kergorlat, dont deui enfants; 
3° RoGATiENNE, mariée à N. .., marquis de Lambilly ; 

D<* ce mariage sont issus c.nq enfant^. 
k^ Marie-Tuérèse, mariée à N... de Bbrnako-Naigret. 

2° Gabriel DE SESMAISONS, frère de Rogalien, lieulenant-colonel, 
chevalier de Malle, de Saint-Louis et de la Légion d'honneur. 

5° Élisabetij-Marie-Modeste, sœur des précédents; mariée, le 45 no- 
Nembre ^802, à ALEXANDRE-Loiiis-llENRi, vicomte de la Tuur du Piv 
Cuambly DE LA Charge. 

De ce mariage sont issus trois enfants. 



Hervé de Sesmaisons, croisé en 4348. 

David de Sesmaisons fut grand bailli et sénéclial de l'Anjou et du Maine en 1293. 

Hunibert, comte de Sesmaisons, frère aine des représentants actuels de la deuxième branche, fut, 
pendant longues années, député de la Loire-lnférieure, et ensuite pair de France. Il est déci'dé sans 
enfants. 

(L*lii$t. la plus cumplete de cette famille se trouve daus le t- V des Archives huU. de M. Laine.) 

ArmcM : de gueules, à trois loin s de maison d'or. 
liéèidenceê : Niinies; Paiis. 



SIL 259 

DE SÉVERAG. — Rouerguo. 

<iuy «le Severac, crois • ou Iî70. 

AnufH : d'argent, i quatre |uls de gueules. 

DE SÉVIN-AUMAINE. — Maine. 

Armes : d'azur, à trois gerbes de Me d'or. 

DE SIBERT DE CORNILLON. — Languedoc. — CeUe maison nVsl 
plus aujourd'hui représentée que par Chaiiles-Louis-Adolpiie, baron 
DE SIBERT DE CORNILLON, avocat général à la cour royale de Nîmes, 
né en ^800; fils de f CnAULEs-JosEPH, vicomte DE SIBERT DE COR- 
NILLON, en son vivant inspecteur, avec rang de colonel, dans l'armée 
royale de Saint-Domingue, chevalier des ordres de Saint -Louis et de 
Saint-Lazare, etc., et de -J- LouisE-MARiE-FtLiciTÊ de Dion, chanoinesse 
du chapitre noble de Bourbourg; marié, en 1825, avec Marie-Éléo.noiie 
DE Gautier de Saint-Paulet. 

De ce Diaiiagc sont issues deux filles. 



Celle fauiilte a iMé niaiiitenue dans sa noblesse par ordonnance de M. de Lamoignon, iniend.int de 
Languedoc, en date du 17 octobre I70S, sur titres remontés à Jean de Siliert, haliiiaiit de la ville de 
Ragnoles, époux lîe (latheilne du Portai, et père de Je;in de Sibert, écuyer, marié, le 30 septembre 4359, 
avec Louise Nic^dal, Ulle de Jacques Nicidal, éruyer, seigneur de Nias. 

André de Slbcrt fut procureur j^énéral en la cour souveraine d'Orange, en 4599. 

(K., pour rhisi. généal., d'Hozier, 5' registre, ii* partie; Laînè, Archives^ i. III, art. de Dion, p. 2| ; 
Courcelles, in-8**, t. Il, p. 5:5; cic.^ 

Atwen r écarlelé, aux 1 et 4 de gueul«*s, au lion d'argent; aux 3 e't 3 d'or, au bélier saillant de sable; 
sur le tout d'.-iziir, à deux bandes d'or, et en cœur une ruse d'argent, tigée et feulllée du même, 
pos<'e entre lc< deux l'and s. 

Hèhitlcme : Nîmes ((i.ird). 



DE SILANS. — Savoie et Lyonnais. — Adgustix DE PASSERAT DE 
SILANS, ancien dépulé du département de l'Ain, conseiller référendaire 
honoraire à la cour des comptes. 

Cette famille reconnaît pour auteur Louis Passerai de Cbaiillon, en Michaille. anubli par lettres de 
Philibert-Emmanuel, duc de Savoie, du 48 seolembre 1567, cnregistr. es il la chambre des comptes de 
Savoie le SO juin 1568. Après la réutiion du Bugey ii la France, Claude de Passerai, petii-lils du prc>- 
cédeni, obiii.i de nouvelles lettres de noblesse confirmées en 16C0. 

(K. le D'ut. univ. de la Noblesse, par de Courcelles, in-8**, I. II, p. 159.) 

Armes : d'azur, ù la Uice d'or, chargée d'un lion léo. ardé de gueules, et accompagni'c en po nie de 
deux vols de passerai d'argent. 

TifsUemcx : Chambéry (Savoie), et Pans. 



DE SOBIRATS. — Originaire d'Aragon. — Celle ramille est aujour- 
d'hui représentée ainsi qu'il suit ; 

\' François de Paule, comte DE SOBiaATS, ancien officier supérieur 
dans le régiment des gardes wallones au service de l'Espagne; né le 

12 octobre 1765 ; — veuf de f MABGl]EltlTE-É)IILIANNK-CHl.BLOTTB RE 

Damas du Rousset, fille de Casimir, comie de Damas, chevalier de Malte, 
officier de marine, el de Jeanno-lA>uisc. Henrys d'Aubigny. — Poêle et 
littérateur, le comte de Subirais a publié, entre autres œuvres, un vo- 
lume de Fabletf ou originales ou imitées de divers auteurs ( in-!>°, Paris, 
1831, chez Dufart); une traduction de l'^lrt poétique d'Horace en vers 
français; etc. 
Rlikinee* : Cirpcnms, ri le (bllrau du Jonqaifr, |irré dt Hiuii iViarlusi'!' 
2* Batuom>-Gabriel-Mai.achie, comte DE SOBIRATS, neveu du pré- 
cédent, chef actuel de la famille, né en (787. fils de^VicToR-AiiF.DÉE- 
JosErH-BERNAHD DE SOBIRATS, et de-}- DoR<»TnÉE-CnnisTi>E mk Novaulv 
r>E LONCHAHPS (t). 

(<) Dont le trèie, Césat-Elieme de Nuririn, rtacvilicr de Lantilmni», tlt'u oruclrr de marine tl 
rlievillcrde Nalle. 

La bmlUi; de No'triD. èielnte dam la t^r^Kx» de la ronlease de SoUlriis. élail originaire d'Halte, 
els'élalilil dam leCoinlat Vcnilssin vers b Un do ^naliMiirnit iKtIc . (Son lii&l. eeni'al. e«l rdalro 
dan» le ll< tome de ïllitl. àt U Hutlaie da Cnalaf, par l'ilboi-Cnrih.) 

On disllii|ue parmi us mrmbro : 

Jacques de Nutarin qui fui iru^rlerdes gneiri'S, ri «immissalre d'arllllrtie rji MOt, 

Jacqon II de Novarin. élu iroii foii prloiicicr de l'nntierilU d'Ailgiiou. en ^SU. OIT er ISII. et 
rrfé anHlt aix lut, tfcH les avoir iirofetsérs peiidaat tliifiL ans, par un bref ds t jiniier tu*, qii 
Ini donoali pruTOir de créer des nol>lrr«, it* dortrnis, de lètllinirr drs Idiards etc. Srs antres odI 
tUt Imprimées 1 Lion, m IMB, en ft toi. la-IOI., sous le psrudontnie de Ciles de Bellanirra. 

Louis de ^ov>rin, rrtn cbeialier de l'ordre de Satnl-Jeao de Jéruulcm, par bulles du IS attil ISS7, 
tu lue parmi les cheialiere de la langne de Provente, pendant le si^e d'Alger par l'emiirreiir Chirles- 
Qnliil. 

Pierre II rie Notarln, Ils de Pierre, sel^nrut de Loi^rhaïups, sfodlr de la mdilrsse du Comiai 
Vrnaissin, n de Chrisiine dr Raonssel; cbetalicr de M;ilte de minorité, el pa(e dn innd mallie pr 
Iriires adressées an grand prieur de Sainl-Cllk-s, en d'tc dvUdiïceiiibmeTs. Il éi.nt le Erand-pfrc 
lie Uiirulliét-Cliriiline de Na>arfn de SoUiMs. 



SOM 2Â\ 

De son mariage avec pANMr d'Olivier de Giraov esi issu an Ois : Théophile de Sobirats. 
Riiddences : Aix (Boncbesnla-Rbôoe), ei le rbâiean de Saiut-Mariin, près de Carpeniras (Vaacluse.) 

Frère : f Makik-Alphokse DE SOBIRATS, né en 1788, reçu chevalier 
de Malte de minorité le 47 mai 4788, sous le patronage du commandeur 
Pierre-Annibal de Sobirats, son grand-oncle; enrôlé dans le régiment 
des vélites de la garde de Tempereur, il fut tué à Eylau (8 février 4807). 

Sœur : Thérèse -Gabrielle- Dorothée DE SOBIRATS, mariée à 
-}- Joseph-Auguste, marquis de Ripkkt de Barret, en son vivant capi- 
taine de frégate en retraite, chevalier des ordres de Sabt-Louis et des 
SS. Biaurice et Lazare de Sardaigne, etc.; veuve le 21 novembre 4 859. 



Raymond de Sobirats (de Subiratis) fut da nombre des seigneurs aragoiiais qui signèrent le iraiié Tait 
entre Raymond, comte ùo Barcelone, ci Guillaume de Saizes, au sujet du comté de Cerdagne, le 10 des 
calendes de décembre 1134. 

Paul de Sobirats, le premier qui sV'lablil, vers lUO, dans le comtai Venaissin, était flls de Nicolas 
de Sobirats, gentilbomme de Barcelone, et d*Aniie de Cordoue (de la maison espagnole de ce nom, qui 
porte pour armes : d'or, à troi» fascet de gueules). Etant vigoier de la ville d'ATiiçnon, il fit réparer 
l'église de Saint-Agricol de cette ville. Ses armes se voient encore sur le grand bénitier en marbre 
placé à droite en entrant dans cette église, seules d'un côté, et de l'autre accolées à celles de sa femme, 
AguéK de Paule ou de Panlis» de la famille de ce nom qui a donné un grand maître à Tordre de Malte 
(de 1633 à 1636). 

François de Sobirats, trésorier général des six grands prieurés de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 
en France, en i493. Le siège de l'ordre était alors encore à Rbodes. 

François H de Sobirats, gentilhomme de la chambre du roi Charles Vlll (f en U99). 

Pierre de Sobirats, chevalier de Tordre du roi, et procureur général des étais du comtat Venaissin, 
député par eux au pape Paul V, en 4605. Il fut nommé vice-recieur du Comtai eu I6M, et mourut dans 
l'exercice de sa charge. 

Esprit de Sobirats, conseiller, puis premier président du parlement d'Orange en 4666, fut nommé, 
par le roi Louis XIV, lieutenant général du comtat Venaissin, par lettres du 8 août 1663, pendant la 
réunion à la France, ordonnée par arrêt da parlement de Provence dn 36 juillet I68S. 

Pierre-François de Sobirats, créé comte du palais de Latran par bulles de Clément IX en date 
de 1668, vice-recteur du comtat Venaissin en 1683, conseiller au parlement d'Orange, etc. Cinq de ses 
fils furent chevaliers de Malte; Tuu d'eui fut commandeur en 1731. 

(F., pour Thist. généal., Piihon^urih, t. Ul, p. 545 et suiv.; Vertol, Eut. de Vordre de M»Ue; le 
Martyrologe des chevaliers de Malle, par le P. de Gousseneourt; Bertrandi, ConimUatioitei, in -fol., 
I. VII, etc.) 

Armes : d'or, an coq de sable, crèté et barbelé de guenles, posé sur one montagne de six copeaiu 
de sable. — accolé de Damas. 



DE SOLÂGES. — Rouergue. 



Thibaut de Solages , croisé en 1348. 
Armée : d*aznr, an soleil d'or. 



DE SOBIMËRY. — Normandie. 

La terre et seigneurie de Sooimery a été érigée en marquisat par lettres patentes de février 1687, enre- 
gistrées an parlementde Rouen le 9 décembre suivant , et à la chambre des comptes le 4 '*' février 4733. ( V. 
Lachesuaye des Bois, t. X, p. 93), en faveur de Louis du Mesuicl, chevalier, seigneur de Sommery. 

Le comte Armand da Mesniel de Sonunery, fui admis aux honneurs de la cour le 34 mai 4787. 

Armes : d'argent, k deux fasces de gueules, et en chef, au lion léopardé de sable, armé et lam- 
passé de gueules. 

51 



242 SAI 

DE SOULTRAIT. — Nivernais. — GASPARD-ANTOiNE-SAMUEL-RrcHAnD 
DE SOULTRAIT, chevalier de la Légion d*honneur, ancien chef de ba- 
taillon, et, depuis ^851, receveur général des finances du département 
de la Loire, etc.; né a Nevers, le 5 juin 1793 ; — marié, le 8 février 4820, 
avec Hyacinthe-Esther Odtrequin de Saint-Léger. 

De ce mariage sont Issus : 1° JACQCES-HrACiKTBe-GEORGEs-RicHARDDE Sooltrait, né aa chAie.in de 

Tonry (Ntèm) le S7 juin 1839. 
S° AcATBK-ALEiANDRiif e-Adoka, née le S juin 1824, marii'e, en «819, k 

Ahtoine-Marie-Adolphe Brac de la Perrière. 
V Joséphine-Marie-Cbarlotte-Erkestine, née le 95 mai 1897. 
^ HTACiNTBE-HiPPOLrTE-ALix , né le 6 avril 1899. 
S9 Abnb-Marie-Aogoste-Sidonie-Ldcie, née le 18 dt^mbre I8S5. 
{V. Coarcelles, in-8®, t. IV, p. 46 et 47; le KaerMU^ par M. de la Rochelle, V Armoriai gin. de 
France^ généralité de Moollns, V Album du Hivernais y etc.) 

Armei : écarielé , aux 4 et 4 d'argent, à deux palmes de sinople, adossées et posées en cheTron , 
accompagnées eu pointe d'une grenade de gueules tigécet fenillée de sinople; aux 9 et 5 d'azur, à,une 
corne d'abondance d'or. 

Résidencet : Monibrison ( Loire ), et le dijiieaa de Tonrj, près de Décise (Nièvre). 

DE STRATEN — Flandre. 

Gaillaume de Straten, croisé en 1904, à la suite de Baudoin, comte de Flandre et de Haynault. 

Armeê : Burelé d'argent et d'azur de huit pièces. — En vertn de concession de l'empereur Charies- 
Quinl, la maison de Straten a ajoaté k ses armes particoliëres un chef u'or charge de trois serres 
d aigle de sable. 



DE SUFFREN. — Provence. 

Jean SafTreo, de la ville de Salon en Provence, fut anobli par lettres patentes du roi Henri lîl, en 
date de septembre ltS57, enregistrées k la chambre *des comptes d'Aix, le 33 mars 1558. 

Pierre-André, bailli de Suiïren, le célèbre marin, vice-amiral, chevalier des ordres da roi, grand- 
croix de 1 ordre de Malte, né le 13 juillet 1796, f à Paris, le 8 décembre 1788. 

Louif-Jérome de SufTren, firère du précédent, evéque de Sisleron en 1764, pois de Nevers en 1789, 
décédé pendant rémigratlou. 

Pierre-Marie de Suiïren, marquis de Saint-Tropez, neveu des précédents, maréchal de camp, fut appelé 
k la chambre des pairs par ordonnance du 17 août 1815; il est décédé sans |K)stériié le 8 mars 1891. 

(F., pour l*hist. généal., €• Nostradamos, Hiât, de Prov. ; Artefeuille, Hob, de Prov., U II; Cour- 
celles, in-4*,t. VIII; la Bio^ra^Ai^ «niv^a. de Michaad, t. XLIV,eic., etc.) 

Armes : d'aznr, an sautoir d'argent, cantonné de quatre têtes de léopard d'or. 

DE SYON. — Dauphiné. — N. .. , baron DE SYON, est le seul membre 
existant de cette maison. 

Famille originaire de la Savoie, et dont la résidence actuelle est ao cbftteaa des côtes d*Arejr, dans 
*ancien Viennois ( Isère ). 

( F. pour Fhist. généal. Gaîchenon , HisL de Bresse et du Bugey.) 
Armes : de gueules, au cygne d'argent. 



DE TAFF1N. — Artois. — Le chef acUi^ de cette famille est Siuon- 
Lolis-Frawçois de TAFFIN DE TILQUES, fils de f GDlLAlK-FEA^çoIS 
DE TAFFIN DU UOCQUET { V. La Ch. des Bois, t. XU, p. 575), et de 
f Haiue LuiiiSE-FRAnçoisB r'Herbais r'Isel; né en 4770, sou s-lieu tenant 
d'infanLerio au régiment de Guienne en 178S, chevalier de Saint-Louis 
en 1798, actuellement chef de bataillon en retraite; — marié, le 13 juil- 
let 48(13, à Marib-Ghar LOTTE- WenASTiNS-DÉsiRÉE DES Ltons de Huu- 

CyBADX. 
De te Œiiilafe som ism : !• VccTon-HiiUE-PBinïols, nt \t K 

LJlion d'honnenr tn IU5,ui>lutDe 
1° Ai.riiEi~MAiiiE-FiiiPïOis. at leSOoclubre IMS; 

V Jll:iBii-FKiiitoisi'ALii, marltc i Adccste QdxiiiI de Boihti 

V CDliiiii.[i-MiiuE-t''HtncouE , niiriée i AatDÉi le Seiebint d'Hen- 
DEcaoRT. cbaldc bauillon an UP <1c Jline; 

S* AnotLinE-MiUE-FEAiccoiSE-AcLtt; 

S* lllKIE-Al<TUUItTTt-FaiH|»IU-H(B>AIICE, HOxVt t LlON VaN-Pm- 
tlLLES DE PA^IIET. 

Sœur : Harib-Hadileine-Fkançoise, mariée à Euuakuei. du Tertre. 



raine, et l'autre en Artois. 

Dcals Taffln, miisln it ttmv ao lerTicc de l'empereir H9i[inili<n, fui euplof j au dlrcriM M- 
pMUhMB pendani le sitge ite ThtnmaDnc en ISIt. 

Valenlin Tarin fsl cooieiller do rei d'E'^pjgM, et Bon procoKar an qurUer de Sjlnl-Omer 
en IS». 

NiroUs TifUn I , iiwal gtiKfal an ronaeil d'Arloii es t«t8, (ooscitler ladil (opaeil par lellm d« 



21Â TAL 

4 join 1653, dépoté général et ordinaire des éiats d'Artois à Bmxelle», pais président dudit conseil. 

Jules-César de TafDn , conseiller an parlement de Flandre, en 4765. 

( V. pour l'hist. généal., d'Hozier; La Cbesnaye des Bois, (. XII, p. 573; Hiit. de Cambrai et dn 
CambraUi», p. 370, 650, 1034 et 1019, par Jean Le Carpentier, etc.) 

Armet : d^argent, k trois tètes de Maores de sable, 3 et 8, loKiliées da champ. 

Hitiience : le cbâleao de Tilqoes prés de Saint-Omer ( Pas-de-Calais). 

DE TALLEYRAND-PÉRIGORD. 

La branche atnée de cette maison est aujourd'hui représentée par 
Augostin-Marje-Élie-Cuarlrs de TALLEYRAND, duc DE PÉRIGORD, 
né le 40 janvier 4788; — marié, le 22 juin 4807, à Marie-Nicolette de 

ClfOISEUL. 

De ce mariage sont issns : 1° Elib-Loois-Rogbii prince de Chilais, né le 8S noTembre lli09,Teaf 

depuis 1855 de Elodib de Bkaotillers de Saint-AIgnan dont il a 
* une fllle , Emma-Virginie , née le 37 mai 4855; 
3° PAUL-ADALBBiiT-Reiié DE Talletrand, comte DE P£rigord, né le 
88 novembre I8H. 

Résidence : Paris, rue Saint-Dominique« ifi 107. 

La branche cadette a pour chef Alexandre-Edmond, duc DE TAL- 
LEYRAND-PÉRIGORD, etc., né le 2 août 4787 (fils de f Archambaolt- 
Joseph, duc DE TALLEYRAND-PÉRIGORD, décédé le 28 avril 4838); 
— marié, le 22 avril 4809, à Dorothée, princesse de Courlandb, fille 
de Pierre, duc de Courlande et de Sagan, née le 24 août 4793. 

De re mariage sont Issus : 4° Lonis doc de Valekcat, né le 13 mars 4 8H, marié, le 36 rérrier 1839 

à Alix de MoNTMORENcr, née le IS octobre 1810. 
De ce mariage : 
c. Bozon, né le 7 mai I8S3, titré prince Ide Sagan par lettres pa- 
tentes de S. M. le roi de Prusse, en date de janvier I84S. 
b. Nicobs-Raoul-Adalbert, né le 30 mars 1837. 
e, ValentTne , née le 13 septembre 1830; 
^ ALEXANORg-EDiiOND, né le 45 décembre 1813; marquis de Tallet- 
rand, duc de Dino par la cession de son père, marié le 8 octobre 1839 
à MARiE-VALERTiitE-JosEPBE , née Ic 89 mai 4830, fille do comte de 
Sainte-Alobconde, major général et aide de camp de Temperenr de 
RuFSie ; 
S^ Paoline , née le 30 décembre 1830, mariée le 40 avril 1880 k Heret, 
marquis de Castellanne. . 
Riêideneeê : Pari^, me de Lille 59, et les cbâteaui de Rocbecotte et de Valençay, en Toaraiue. 

Sœur : Mélanie, née le 49 septembre 4785, mariée, le 44 mai 4803, 

à JcsTE, comte de Noailleh. 
Fille de Bozon-Jacques, comte de Talleyrand (f le 4" mars 4830) : 
GEORGiNE-LouisE-YicToiREy maHéc, en janvier 4 819, à Charles-Phi- 

lippe-Acguste-Othon de Preissac, duc d'Bsclignac. (F. Tart. dePreissac 

d'Esclignac.) 

Principale» illnêlration». 

R«»ion de Talleyrand , M?ignenr de Chgnols ( m Périgord), rroiné en 1351 . 

Alexandre- Angélique, cardinal do Tatleyrand-Péhgord, né en 1736, coadjuteur du cardinal de la 



TER 245 

Roche-Ayniou arcbevèqne de Reims en 4700, archevêqoeen 177 1, grand aumônier et commandeur 
des ordres du roi en 1900 , pair en 4914, arcbevéqœ de Paris et cardinal en 1847 (f en 4831 ). 

Chartes-Maurice, prince de TaUeyrand-Périgord , né à Paris le 3 férrier 475«, évèque d*Autnn 
en 1788, 8*est démis.en 4791 ; ministre des relations extérieures de 4797 à 4807 ; prince duc de Béné- 
vent en 4809; membre du gouvernement provisoire, ministre des affaires étrangères et pair de Fnnce 
en 4844; plénipotentiaire an congrès de Vienne pour S. M. le roi Louis XVlll en 1845, puis mi- 
nistre d'État et grand chambellan de France, ambassadeur eu Angleterre en 48S0. Le prince de Talley- 
nnd était membre de l'Académie des inscriptionset belles lettres; il fut créé chevalier des ordres du rui 
eu 4830, et était décoré de presque tons les ordres de l'Europe. 

( V. pourl'hist. généal., Moréri; ['Art de vérifier le* datée ; le P. Anselme; La Chesnaye des Bois ; 
Bainze, Hitt, de la mêie<m it Auvergne; Expilly, t. III, p. 674, art. crignols ; etc., etc.) 

Armée : de gueules , à trois lions d'or armés, lampassés et couronnés d*unr. 



DE TAVANNES. (F. de Saulx-Tavaunes.) 
DE TERBŒS. 

Olivier de Termes , croisé en 4318. 

Armée : d*azur, i trois flammes d*irgent , mouvantes de la pointe. 

DE TERNISIEN. — Picardie. 

Famille originaire du Boulonals, sénéchaussée de Ponthien, généralité d*Amiens. 
Maintenue dans sa noblesse en 4608. par arrêt de Jérôme Bignon, commissaire du roi pour b véri- 
flcaiion de la noblesse. 

Armée : d'argent , k trois étoiles , mal ordonnées de gueules , accompagnées de trois fleurs de Ils au 
pied coupé de même. 



DU TERRAIL. — Dauphiné. 



Cette maison a donné naissance à Pierre du Terrait , plus connu sous le nom de chevalier Bayard , et 
surnommé par se^ contemporains, le chevalier sans peur et sans reproche. 

Le chevalier Bayard, né en 4176 ; tué en 4534 à la retraite de Romagnano, après la journée de 
Rebec. 

Son père était mort à la suite des blessures reçues k la Journée de Guinegaie. 

Son aïeul fut tué k la bauille de Moniihéry. 

Son bisaïeul tué à la bataille d'AzIncourt. 

Son trisaïeul fut tué sons les yeux du roi Jean, ï la bataille de Poitiers. 

Les exploits de Bayard ont rempli l'histoire de sou temps ; il avait commencé ï se signaler sons 
Charles VIII , k la bataille de Fomoue. Sa gloire militaire illustra le règne entier de Louis XII , et les 
neuf premières années du règne de François 1^. 

Après la baullIe de Marignan, François l*' voulut être armé chevalier par Bayard, qui sVtalt sur- 
passé dans celle journée, que les historiens ont nommée la bataille des géanU. ( V. tous les historiens 
de l'époque.) 

— Le château de Bayard, qui a donnf son nom an chevalier, est situé k neuf lieues -nord-est de 
Grenoble, sur les bords de l'Isère; ses ruines subsistent encore aujourd'hui , et 11 senit k désirer qu'on 
prit quelques moyens pour arrêter leur desimctlon complète. 

Armes: d'azur, au chef d'argent , chargé d^in lion naissant de gueules, an fllet d'or mis en bande, 
brochant sur le tout. 



DE THÉSAN. — Comtat Venaissin. 



Bertrand de Thésan , croisé en 4348. 
Arme» : écartelé d'or et de gueules. 



DE THOMAS. — Provence. 

Biroiii de SalDle'NarKnerile, par éreclloD ta mois dï min tSWl nutqoli it V[liiDnL>e-lM:irilf , 
par érMkmJi molsdejain IBM; 6«i|neiirs de I) Vallelle, de Ognat, de Hllhaiid et d'EiCMi.ea 
Proteace; hmiLLe lllutln'c par in emplois el se> Dombceiii senkes mllllalres, i|il rmaiite 1 la» 
lie TboMU, lecrèulre du rul Urne, ri s«n nultie raiiannel; uwblle iw leiires de ee prlocc, di 
1 airll UW. Elle a donaé dn ufOclers supérieurs de lerre et de meri des chevilten de l'ordre dd 
roi; dp iirésideii en Ijcoudea compies de Pro¥ence i de* preiidenls tnaïUeraii parlement d'Ali; 
plasleancapltalact de falurtai; dd (lief d'escadre i pins de linfi {betaHerseidlgnliiIre* de l'ordre 
de Kalnl-Jean de Jénuilen; un tvCqned'ADini en tTts, donlle (rtre, LontedeTkoiui, fu leiep- 
llnueifoenl delà uniréfaiioi de l'oraloire de Jtsot. (Cmneilei, li'S°,t. II, p. sn.) 

(V. *i»l poor llbi. |énèil.,Atiereail,(.[r:l'ibUHoberldeBnansoa. t. Illi Venui, Sil.të 
Mal't; le P. GouMiKODrt, Mtrlfrelçit if chetallm de Mtlli; elc, ele.) 

Xnuf : écmeld de Eoealesetd'atnr, k bcroii d'or iréOée, au pied Ocbé, bructaante aor le iodu 



DE THOHASSIN. — Originaire de Bourgogne. — Lodis-Ahuand, 
baron DE TUOMASSIN DE MONTBEL, né en 1795, garde du corps du 
roi en 4 SU, capitaine en relraile; — marié, le 26 avril 1826, à Padlikb, 
baronne de Rbumont, née le 9 décembre -1797. 

De ce mtrtift mu Inis : 1" Jule^iak-Biptiste m Tbokïssiii , aé le 11 avril ISlt ; 

V Crirles-Hemit-EogIiie, aé le «Ijilllei 1S1>; 
S° PiuL-EiiLE, né le 14 mai IM ; 

V Zot-Eiiuc, née le Itjaniier llfT. 



Cette ramille i été luInlenDe dans ta ni>1iles!>e par letlrei palentes dn roi.dunaées 1 VenalUeile 
lAJoin nos, et enreiialré» par arrêt du parlenmt de Boorpi^e, en date dnU airil ITIT. 

Dans le rapport fait an pirleniFoi |>ar ledojen des cooseillera, Il esi dit igoe, en IMO, cette ftnitlé 
éull ditorée de la qialilé d'ancien baron , spéciUée par et dans dn lettres patcmi» placées tons l« 
yeni de b conrj pr une ledit de uini Bernard , 1 l'nn des aitètres 4e cetle fanillle qui nueiulilaK 
ses vauani ponr b eroisMlF , « dont toicl le conmencniient : 

■ ChrlliianD tiironl aniiqno Bnrgnndix pnerlaro Johannl Thomausslno... Salas et honoi, elc, elc. a 

El de ce rapport . par arrél de la cour. Il fol délliré nne copie snr papier timbré pour remplacer, 
allant que possible, ceui de leurs papiers couimanliiaés an rapporteur, et qoe leur éui de itlulé 
pourrait empécber de proddlrc par la suite, et dont on cert liait par ici acte l'eilslence et l'aitben- 
ilciié. 

(F. Morérl, t. \i «ercxn de Frn», jiniler ITN, \I< Tolnme.) 

Amei : d'aigri 1 deui Mines aoi Utoua noueui d'Or en mil; on t la croli de desx bllona etio- 

HtiUmt : Heu { MoMlle). 



DE THUiSY. — Champagne. — Le chef actuel de cette famille cet 
CHARLEs-FBAKcols-EHlIA^uBL-Lools DE GoDJON, marquîs DE THUISY, 
flis def J.-B.-Charlss, marquis DE TUUISY, et de CATHniNB-PHru- 
BI■>TE-FRA^çoul DE BiRDLLB, arrière-pelîte-Dièce du cardinal de Bérulle; 
— né en 1784, ancien sénéchal héréditaire de Reims, chevalier de Malte 
et de la L^on d'honneur; — marié : 1° en 1824, à f ALEXANDllI^B- 
FuAncnisB-VicTORiNB DE Galakd DE BÉARN-BaissAC (déi-édée en -1856}; 
2* en 1841 , k CAHiLLB-ÉusABBTH-DoBOTBÉt-AocDSTA-AnËLB DE Chasse- 
POT, fille de Camille, comte de Ghassepot, colonel, et chambellan de 
l'empereur d'Autriche, chevalier de Halte, de Saint-Louis et officier de 
la Légion d'honneur, et d'ÂnDe-Dorothée-Ëlisabelfa, baronne de Kna- 
benau. 

HhUnea: Pirii, tu daBic.M.el le chllfin de Vcifcnr, prti de ReiBi ( Hirne ). , 
Damldle falUiiti : t Verfcnr ( Mine ). 

Frère : Geobges-J.-BaptI!jte-Luuis, né en 1795, chevalier de Malle. 
RiiUact ; Siiil-Ccnuia en Ure. 

S(Bur: ALBBRnNB-LoDisB-MÉLA.^iE, née en 1185, cbanoinesse de Halle. 

Neveu (fîlsde-t- Augusle-G.-H.. comte de Tbdist, cbevalm' de Halle, 

et d'Eulalie-CbarlolteJulie de Béthdhk) : 
Eugène-Harie-Joseph, né en 4856. 

Nièces [filles de J.-B.-L.^.-Amable, comte de Thdut, chevalier de 
Halle, et de C<Hi3lance-M.-S.-G. Febuand, fille du -^ comte Ferrand, 
pair de France et ministre d'Ëtal) : 

4* Aimée-Francine-Harie-Denise, née en 1825; 

2* Claudine^barlotle-Harie-Ërardine, née en 1828. 

Enrd de Thitij , tèoteli*! dt BeiM en HTI : celle cbinp d«iloi h^rMiulTe dut l« fiBille 

CB IMS. 

l.-B. Ckirics de C<h^ , nimnia de Vuitj , nt en <TSI ; iéàié en Itu ; ptre da chef Ktwl de 



248 TOU 

la famille; fol marérhal des camps et armées daroi; et l'un des députés de la noblesse de Champagne, îi 
rassemblée tenue à Cbâlons en 1787. 
— La terre baronnie de Passy en Valois (Aisne), appartient i celte famille depuis 4664. 

TUre» : lettres patentes de S. M. Louis XIV, en date du mois de décembre 1680, registrées le 
7 mars 1681, portant érection en marquisat de la terre de Thuisy, en Diveur de Jérdme-Ignace de 
Goujon de Thuisy, chevalier de Tordre de Blalte. 

( V. le Nob. de Champagne de 1673, t. I ; Courcelles; Diction, univ. de la nobieuCtl, IV; llist. 
des pairs de France, I. L) 

Armes : écarlelé, aux I et 4 d'azur, an chevron d'or, accompagné de trois losanges du même, qui 
est de Goujon; aux a et s de gueules, au sanloir engrélé d'or, cantonné de quatre fleurs de lis 
d'argent, qui est de Tncisr. 



DE TILLY. — Normandie. 

Raoul deTilly, croisé en 1191. 

Armes : d'or, ^ la fleur de lis de gueules. 



DE TILQUES. (V. de Tafpis.) 



DE TIXIËR-DAMÂS. (F. db Saint-Puix.) 



DE LA TOUR D'AUVERGNE , DE BOUILLON . DE TURENNE , etc. 

L'homme le plus illustre de cette illustre maison , et l'nn des plus grands hommes dont s'honore la 
France, est le vicomte de Turenne, maréchal de France en 1660, dont Moniecuculli, son célèbre rival, 
disait qnU faisait honneur à l'homme. 

Le vicomte de Turenne, né en 1611 à Sedan, fut tué près de Salsbach d'un coup de canon, le 
S7 juillet 1675. 

Armes : la maison de la Tour d'Auvergne portait anciennement de gueules, à la tour d'argent , 
crénelée de trois créneaux, avec mâchicoulis, deux fenêtres et une porte, le tout maçonné de 
sable. ( Baluzc, 1. 1, p. 247 et 350.) 

— En II 91, elle substitua an champ de gueules, un champ d'azur ; et depuis ISi2 , elle chargeait ce 
dernier champ de fleurs de Us sans nombre. ( Baluze, 1. 1 , p. 377 et S83.) 

DE LA TOUR DU PIN. — Dauphiné. 

Albert II , seigneur de la Tour du Pin , croisé en 1190. 

Armes : de gueules, k la tour d'argent , maçonnée de sable, crénelée de trois pièces, senestrée d'un 
avant mur maçonné de même. 



DE LA TOUR-ROMOULES. — Provence. — Le chef actuel de cette 
maison est Louis-MARiEnJosBPH, abbé DE LA TOUR (fils de N... DE LA 
TOUR, ancien officier de marine, chevalier de Saint-Louis, et de N... 
MsBLES DE Bbauchamps), vicûirc général de Bordeaux, chanoine hono- 
raire du chapitre royal de Saint^Denis, ancien aumônier du roi Charles X. 

Sœurs : 

i^ Ursule DE LA TOUR ; 



TOU 249 

2® Joséphine, mariée à N... de Bornier de Riralte; 
5** Eugénie, mariée à N..., comte dIngdimbeht. 



Loois de la Toar, ayant renda d'importanis services à Loois II d'Aojon , pendant la révolaliun de 
Naples, ce prince le récompenfa par la charge de capitaine général an Inilliage de Digne, par leures 
patentes, en date dn lOaofti 1436. 

Loois de la Tonr, s'étant relire à Hyères, épousa Béatrix de Connis, qoi apporta à son mari la (erre 
et seigneurie de Romoules. 

Antoine de la Tour, flls des précédents , fut successivement viguier de Marseille en U67, premier 
consul i Arles en 1468 et 1470; le roi René le Ht son conseiller en tous ses conseils. 

Fooquet de la Tour, frère dn précédent, fut confirmé dans toutes les charges de son frère par le roi 
Charles VIII. 

( K., pour lliist. généal., Artefeuil , t. II; Conreelles, ln-9^, t. II, p. S85 et suiv., eic, etc.) 

Armes : d*aznr, à la tonr crénelée de quatre pièces d'argent , maçonnée de sable, snrmontée de 
deux colombes d'argent, becquées et membrées de gueules, perchées sur les deux créneaux 
extrêmes de la tour, et tenant dans leurs becs une étoile. 

Béiidfnee : Bordeaux (Gironde). 

DE LA TOURNELLE. — Beauvoisis. 

Gilles de la Tournelle, croisé en 1370. 

Arme$ : d'or, à cinq tournelles de sable , posées S, 3 et 1. 

DE TOURNON-SIMIANE. — Philippe-Antoine, comte DE TOUR- 
NON, né à Bordeaux, le 30 Janvier -1 820 ; (ils de f Casimir-Philippe- 
('amili.e-Marcellin, comte DE TOURNON, en son vivant pair de France, 
conseiller d'État, grand officier de la Légion d'honneur, ancien préfet de 
Rome, de Rordeaux et de Lyon, etc., décédé en -1835, et de Augostinb- 
Adèle-Dbnise Mayneaud de Panceiiont. 

Sœurs : 

V Marie-Aliz-Rose, née à Rome, le 5 septembre 4842; 
2** Marie-Amélie-Stéphanib, née à Rordeaux, le 4*' mars 4847; ma- 
riée, en 4836, à Chaules-Edmom>-Marie, comte de Croix. 

Mère : Adgustine-Aoèle-Denise Mayneaud de Pancemont, veuve, le 
4 8 juin 4833, de Camille, comte DE TOURNON. ( V. ci-dessus.) 

Rétidencet : Paris, rue de l'Arcade, et le château de Gennelard (Saônc-et-Loire). 



François de Toornon fut successivement archevêque d'Embrun , de Bourges , d*Anch, de Narlionne, 
puis de Lyon; chancelier de Tordre de Saint-Michel, cardinal en 1530, doyen des cardinaux, premier 
ministre sous François \^^ , et ministre d'Eiat sous les rois Henri II et François II; gouverneur gé- 
néral, pour le roi, en Forez, Lyonnais et Maçonnais, en 1M3. Il mourut le SS avril 1563. 

( V., pour lliist. généal. de cette famille, Conreelles, in-4^ I. Il ; HUt. de la noblesse du eomtat 
Venaissin^ par Pithon-Cnrtb ; Pièces fngitives, pour servira l'bist. de France, par le marquis 
d'Aubays; etc.) 

Armes : écarlelé, aux 1 et 4 parti; au I semé de France ancien, an 9 de gueules, au lion d*or, 
qui est de Tourron ; aux 9 et 3 d'or, semé de (ours et de fleurs de lis d'azur, qui est de Simiat^e . 

32 



DE TOURZEL. 

F.n jgilltllU3,i'(sl iitiiHC («lie [mille, cnlapersnnncdcOlltier'Henri-Chlrles-RaKCTdaBoiHhel 
ik Soonhea, dacdeTauiicl.pelil-filsd«iiiHlJiiudeToun«l, louvemanle des cnliMs de Louis KVI. 
Ledatdc Tunriel irait fiM, lijen jeune encore, li iircmière cioipaEiie d'A[rii|Be. tamme aide deanp 
desoD beau-tr+re le duc des Cars. Rclir^do service a|ircs les éicBenenls de lUO, il aiall épass* 
ViriarincdeCrusiol d'UEt:s , lllle du dut de Cruss«l, d6:éiléc le IS février ltJ7, ne Islsunl qu'in Ris 
<\Mié agssi en seplemlire I8t4. 

I V. les an. dk LensEs ei de PisussE pu CiRt.) 

Arma : d'ai^nt, i dem fascn de sabir. 



DE TOUSTAIN. — Normandie. — Les membres de cette famille (de 
la branche d'Ecrennes) aujourd'hui exislanis sonl les suivanl^ : 

— Sopiiie-Mabie-Françoisk dk Chekhont, marquise douairière DE 
TOUSTAIN, veuve de f Victor- LoDIK-ALEXA^DRE, marquis DE TOUS- 
TAIN, né à Paris en 1 77 ■), maréchal des camps et armées du roi en 4825, 
décédé en 482S. 

— CoRiSAKnitE-HAHib-SopHiB DE TOUSTAIN, fiUe des précédents, née 
le 17 novembre IS08; mariée en 1834, à Paris, à N... de Niedl. 

Rameau de Fortemaison. — Jean-Frakçois, marquis DE TOUSTAIN, 
aujourd'hui cher de la branche d'Ecrennes, né en 1772, ancien capitaine, 
et chevalier de Saint-Louis; marié, en 1817, à Sidonib Dufaeu dk 

PlDHAC. 

Deceiiariaite : 

1° Mime, mariée en ISW.l N. DEBADEHtiD'ÀHac; 

V HsnniiTTE , narite en lUI, i N. DE Unn de FusntT. 

Rameau de Beaudrev illier — Ëuilb-Hartikt, comte DE TOUSTAIN 
(fils de Ciiarles-Fbakçois, comte DE TOUSTAIN, officier supérieur et 
l'hevafierdc Saint-Louis, et de A^NA Skibmeska), né le 12 avril 1808; 
marié, le \G avril 1856, à Marie-Françoine Jésus. 

WJuId *S3T. 
. née il Vendôme le 

La maiion de Twtlaiii-FrnnielioM.s' 



TRÉ 25* 

été désignées par les surnoms de Limesy, de Richebonrg , de Careocy, d'Ecrennes, de Viray, etc. Lear 
généalogie est relatée dans le t. VI de La Cbesnaye des Bois, à fart, ne Frontebosc. 

Jacqnes-Lonis Chevillard, autorisé par brevet dn roi Loois XV, à faire des recherches généalogiques, 
a fait imprimer en 1714, une histoire généalogique de la maison de Toustain. 

Parmi les membres distingués de la branche d'Ecrennes , on peut remarquer : 

Robert de Toustain d'Ecrennes, pourvu, en 1056, de la charge de garde des sceaux de la chancellerie 
de Normandie , qui avait été exercée par les cardinaux d'Amboise, oncle et neveu, et qui fut occupée 
aussi par son Ois François de Toustain , seigneur d'Ecrennes. Il fut maintenu dans sa noblesse d*an- 
cieniie race, par arrêt dn 36 mars 1641. 

Claude^Alexandre de Toustain d^Ecrennes, né en 1717, lieutenant des armées du roi en 1784; admis 
à monter dans les carrosses du roi en 1790, avec ses frères Jean et Louis, après preuves faites par de- 
vant M. Cherin, généalogiste du cabinet du roi. 

Jean de Toustain forma le rameau de Foriemaison ; — Louis, celui de Branviiliers. Ce dernier fut 
d'abord page du roi, delà petite écurie en 1748; puis lieutenant colonel de cavalerie; chevalier de 
Saint-Louis en 1756. Il est le grand-père dn comte Emile de Toustain. 

(V., pour l'hist. généal., La Chesnaye des Bois, T*' édii., t. VII, et %' édiu, t. VI, art. de Fronte- 
bosc ; Warroquier de Combles, Êtai de la nobletie en 1785, p. 398 ; Conreelles, in-8°, t. 3, p. 597; et 
les divers nobiliaires de Normandie; Chevillard, du Buisson; etc. ) 

Arme* : d'or, à la bande échîqnelée d'or et d'azur, de deux traits. 

Dépite : Tous teints de sang. 



DE TRAMEœURT. — Artois. 

Renaud de Tramecourt, rroisé en 1190. 
Armet : d'argent , à U croix ancrée de sable. 

DE TRASIGNIES. * 

Gilles , dit Gillion, seigneur de Trasignies et de Silly, croisé en 1147. 

Armes : bandé d'or et d'ainr de six pièces; sur le tout, une crinière de lion, et une bordure en^rélee 
de gueules. 

DE TRÉMAULT. — Orléanais. — Le chef actuel de celte famille est 
Augcste-Marie-Denis DE TRÉMAULT, né le 4 février n75. 

De son mariage avec Antoinette-Dorothée d'Arros , est issue : 

Narie-Reinb-Clotilde , mariée à Marie-Alphonse de Rostaing, con- 
Irdleur des finances. 

Frère : Antoine-Anne-Hippolyte, né le 2 août 4776, chevalier de 
Saint-Louis et de la Légion d*honneur; marié, le 26 novembre 18*7, à 

CÉCILE-ÉlÉONORB de WlSSEL. 

Cousins germains : 

-1*" Cbarlemagne-Louis-Joseph de Trémault, né le 51 décembre 4785 ; 
marié, en 18 H, à Marie-Charles- Aimée-Henriette de Montigky. 

De ce mariage sont issus : 1° JcsT-NARii-ELisABETB-JosEra, né le 1S juillet 1818; 

SP Marie -LouiSE-AuRÉLiR; 
S® Marie-Henriette- Auguste , mariée, en 1819 , à Alexandre-Cladde- 

François-Hippoltte de Fontenat ; 
4^PniLiPPiNE-CéciLE-ANNETTE, mariée , eu 1842, à Nichel-Prosper 
Hugo Dervillb, capitaine du génie. 



2° Auguste-François, né le 25 novembre 1787; marié, en ISIS, à 
Adrienne de Caudis. 



Branche puînée. — Le chef de cette branche est François-Césab- 
Gbdéon de TRÉUAULT, né le U février 4796; marié, en 4821, à Louise 

HiRLBAU d'IlLIERS. 
De ce nurliie est issue nne fllle : Loiui-FKiKcaïu. 
Frère : He.vdi-Lodis, né le 11 juillet 1797, marié à JosifuinB ue la 

B0D8SARDlfeHB DE BeAUREPOS. 

I>e ce miiia(« loni Issncs cinq Dlla. 



Rent de Tréminii, leigiwnr dé Horlllon ei Etellaionr, tonseillfr du roi m firirment de Rennn; 
setrMiire de 11 (lunilire du roi Hrnri (V, pir Irurei slgntes de S, M., 1c ISjaillei ISH; matire 
des couplet de il cliimbrede Breitine, a ensiiiede Jichimbre de Hiriede Hrdicis, (t eu ISM.) 
' Gilles de Trimanll. fui iwccélalre de li chlnbre de Marie de HMidi ; conseUler do roi an twU liage 
et sl^tede la tille de Biais, pois looseiller d'Ëlau 

( V.. smr rhisl. Rénéal., d'Heiler. ) 

Arma : ie swf\es, k dem haclies d'annes d'a^DI, posées ea pil, ancbercoiisiid'iiar, t iroit 
éioiln rangtet d'oc. 



DE LA TREHOILLE. — Le chef actuel de cette famille est Charles- 
L>uig, duc DE LA TBËMOILLE, prince de Tarente, né le 26 octobre I S58i 
fils de f Charles-Brbtaghe, duc DE LA TRÉUOILLE, et de Valbntine- 
EuGÉNiB-JosépiiiNE nB Sbrhant. 

Sœurs consanguines : 

1* CHAnLuTTE-ANToiNETTE-AHÉLiE-ZÉPHiniNB, née le 8 octobre 1825; 
mariée, en décembre 4815, à N., baron de Wykbbslooth db Wber- 
DESTET», chambellan du roi des Pays-Bas; 

2° ÉLÊoNORE-LooiSE-HBHniBTTK-Jos£pHiNE-CAROi.iNB, néc le 17 Jan- 
vier 1827; mariée, le 21 mars 1841, à FrédériciL'Ernest-Josepii- 
AuGUSTE, prince db Salh-Kyrrourg. 



TRO 255 

Tante : âugosta Mdbrat, fille du frère de lord Dunmore, pair d'Angle- 
terre et d'Ecosse; veuve, en 1857, de f Locis-Stanislas-Kotska, prince 
DE LÀ TRÉMOILLE. 

De ce mariage sont issues : 1** FtuciB-EmiANDELLE-AGATDB , née le 8 joillet 1836; 

' i° Lodisb-Marib, sœur jomelle de la précédente. 

?r'mdpalei Ulutratum». 

Goy, sire de la Trémoille, croisé en 1096. 

Guy VI de la Trémoille, samommé le Vaillant, garde de Toriflamme , accompagna Lonis II, doc de 
Bourbon, au voyage d'Afrique contre les infldéles, en 1390. Fait prisonnier à la bataille de Nicopolis, 
il mourut i Rhodes en 1598. 

Guillaume de la Trémoille , frère du précédent , fut tué dans cette même bataille de Nicopolis. 

Louis H de la Trémoille, que Guicbardin, dans son bisloire, appelle le premier cheTalier du monde. 
Il fut tué à la bauille de Pavie (1534). 

Charles, son fils , prince de Talmont , avait été tué i Marignan (1515). 

En 1521, François de la Trémoille épousa Anne de Laval, princesse de Tarente, héritière du 
royaume de Naples (en sa qualité de petite-flUe unique et légitime du roi Frédéric d*Aragon, qui 
n*avait pas laissé d'autre postérité de son mariage avec Anne de Savoie , nièce de Louis XI.) De Ui 
viennent les droits que la maison de la Trémoille a vainement tenté, dans plusieurs circonstances, de faire 
valoir sur la couronne de Naples. - Depuis ce mviage , le fils atné de cette famille porte le titre de 
prince de Tarente. 

En 1505, la vicomte de Thouars fut érigée en duché-pairie , par Henri IV, en faveur de Lonis 111 de 
la Trémoille, par lettres enregistrées en 1599. 

La célèbre princesse des Ursins, Anne-Marie de la Trémoille , si connue par le rôle qu'elle Joaa à la 
cour de Philippe V, roi d'Espagne, était fille de Louis I*'^ duc de Noirmoutier, dont la branche s'é- 
teignit en 1735. 

(F., pour l'hist. généal., le P. Anselme; TArf de férifier Ut dates; Goorcellei, in4^ t. III 
et VIII, La Ghesnaye des Bois, etc. ) 

Armeë : d'or, an chevron de gueules , accompagné de trois aiglettes d'azur, becquées et membrées de 
gueules. 

DE TRIE. — Normandie. 

Guillaume de Trie et de Fresne , croisé en 1U7. 
Armes : d'or, a la bande d'aiur. 

DE TROBRIAND. — Bretagne. 

La famille Denis de Trobriaud a été maintenue lors des diverses reformations de la noblesse en 
Bretagne. 

Armes : d'argent, an sautoir de gueules. 



D'URRE. — Dauphiné. 

Ctue Bubon rai ippdée I b pUrlceo IBST. 
Arma : (Tirgcnt, i 1> buxle de gacalcs , chargée ih 



D'UZÈS. — Unguedoc. 



PddiBuIcI, lige de II maiun diCnustd, iDjavd'hiil <l'Uiès,cral^ en IIM. 

■M itM, tpaqu ï ]ii]Klte celle sdgncnrie (o 

Li)«lfMDried1)itariii ttift* eo durbt-pairic, «n ra*ei>rdc li milson deCmsiol.p 
palenlei di roi Chirlc* IS, en lira ; celle pairie cm li plus inck'imc en dale de celles qal 
encore lujonrd'biii. 

i F., poar lliial. gtnéii., le P. Anuimei Mortn ; elc.) 

Armu ; de pHota, t iroli Innlet d'or. 



DE VALERY. 
Erard , leitneur de Valerj, (oiintlal)lt de Chamiuipte , croisé ei: 



DE VALLIER. — Dauphiné. — Le chef actuel de cette famille est 
Chaiiles-Scipion DE VALLIER DE BV, né le 23 avril 1781 ; marié, le 
<7 décembre 1810, avec M.-F.-C.-Adèle ob Gelt de Hontclas. 

Hétidtnct : le ctalieau de Benirrre (Uere). 

Frère : ALF.xis-llEHRi-LDcnrrtus DE VALLIER, né à Grenoble le i Jan- 
vier 1784, reçu chevalier de Halle de minorité le 2C février 1T8J, garde 
du corps du roi en 1 8 < 4, chevalier de la Légion d'honneur le 22 août < ill 5, 
maire du bourg de Voreppe de 182S à 4850; — marié, en 1819, à 
M.-S.-Adcustinë du Vivier. 







4° HiME-CltïsTiNS ; 

5» )t,,KH-C.!»ll11<I- 


■n <S3S; 






naspird de Villirr, clKtalier, en 
puis grand bailli de Lango ; Il comi 
llitl. «t rmfw ie UMf. de Thoa 

Jean de VaEller, wlgnenr de Bf, 
(ChoriM. 1. III, p. 571.) 

En tSiB, Alnifrllenri-Lncrflius 


ISIS, de l'ordre de Sainl-JeaD de Ji'msalem , martchal en INi 
landail 1 Triiuli, lors du s\.%t de celle lille par lei Tans. ( Verl<i 
;elc,,eit.) 
goavemear et capilaioe du diileau de Quirleu en tSISel 197 

d3 Vallicr, a ulvl le roi Louis XVIII el les l>riMe>, i Cand, 


ii*nlrenlrérnFranreiu'ii 


iMnii, 











256 VAN 

(F., poar rbtot. généal.« Gay-Allard ; Cboricr; VAUobrogCy revue dauphinoise, i. ir, p. 274etsoiv.; 
Grenoble, 1843 ; etc., etc.) 

Arme* : d'or, an cbevron d'azar, et ciuq demi-fasées moavant dn chef, soaiennes du même. 

DE VALLIN. — Dauphiné. 

Gaillaome et Pierre de Valliu, croLsés en 1190. 

Arme* : de gueules, à la baude componée d'argent et d'azur, au lambel d'or de huit pendants. 

DE VALLON. — Querci. — Trois branches de celte famille subsistent 
aujourd'hui. 

— La première est représentée par Charlls DE VALLON , vicomte 
d'Ambrugeac. 

Sœurs : 

i"* Laokence, née en 4808; mariée, en 4832, à N..., comte de Mont- 
jote: 

2^ f Mabie, née en 4846, décédée en 4825. Elle avait été adoptée par 
la comtesse de Marbœuf (4), sa grand'mère, dont elle portait le nom. 

Mère : Alexandrike de Marbœlf, fille unique de N..., comte de Mar- 
bœuf, ancien gouverneur de la Corse; veuve, en 4 845, de f Louis- 
Alex akdre-Marie, comte d'Aubrugeac, né à Paris le 50 octobre 4774, 
reçu en la même année chevalier de Malte de minorité, député de la 
Corrèze en 4816, créé pair de France le 25 décembre 4825, lieutenant 
général, grand officier de la Légion d'honneur, etc., etc., etc. 

Résidence : Paris, place du Palais-Bourbon, u° 85. 

— A la seconde branche appartient N. . . , vicomte DE VALLON, député 
de Tulle (Corrèze). 

— La troisième, restée aussi dans le pays de son origine, est repré- 
sentée aujourd'hui par les enfants de -j- François DE VALLON, officier 
d^infanterie, l'un desquels est employé supérieur de l'administration des 
domaines. 



Armand de Vallon, Tun des cbevaliers qui, en IS48, se rendirent en Palestine, sons la conduite du 
roi saint Louis. 

Hngnes de Vallon , cbevalier de Tordre du Temple, commandeur d^Espalion en Ronergue, en 1331 . 

Henri IV, dans une lettre adressée à un Lubersac, disait : <i D'Ambrugeacm'eti venu Joindre wec- 
« que toui les Sffens; châteaux en croupe, s'il eût pu. v 

(K., pour plus de développements, Courcelles, t. VIII, p. 530 et suivantes.) 
Armes : éearielé d*or et de gueules. 

DE VANDEUIL. — Picardie. — Famille éteinte dans les mâles en 4 852. 



(1) La comtesse de Marbœuf est morte religieuse au couvent des dames du Sacré-Cœur de ParlF. 



VAN 257 

Trois filles de f Albert-Louis Clairambaclt, marquis DE VANDEUIL, 
ancien officier à Tarmée de Gondé, chevalier de Saint-Louis, etc., et de 
■j- Augustine-Marie Jehannot de Bartillat, décédée en 4844, repré- 
sentent seules aujourd'hui cette ancienne maison : 

V ANGèLE DE VANDEUIL, veuve, en 4 857, de f N..., baron de 
ViGNET, en son vivant envoyé extraordinaire de S. M. le roi de Sardaigne 
à Naples. 

Rétidetice : Chimbéry (Savoie). 

2* Albine-Pauline, mariée à N... d'Espiés. 
5*^ ZênaTs, mariée à N... de Longevili.e. 



Cltirambaolt de Vandeoll , croirà eu 1096. 

(K, poor l'hist. généal., le Mercure de Fmee d'aoôl I74S.) 

Armeê : d'azur, ao lion naissant d*or. 

DE VANEL DE L'ISLEROY. — Languedoc. — Cette famille a pour 
chef aujourd hui Acgoste-Gharlbs-Marcel DE VANEL DE LISLEROY, 
ancien officier; — marié, le 20 février ^86, à Marie-Alexandrine de 
Roox DE Saint-Vixcent. 

De ce mariage sont issas : l** AucnsTE-MACRtcE-ALKxts, né le 1S arril 1795 , capitaine en retraite, 

marié : 1° à JEANNE-JosÉPHiNK-AMtLii d*Abrieu; et 3° à Delphine 
DE LiNCEiL. — Sont issus : 
Du premier lit : 

a. Zélie-Marie-Joséphine, mariét* , le «9 janvier |84é, à Louis- 
Plantin de la VUie-Perdnx. 

Du deuxième lit : 

b, Rocb-Marie-Marcel. 
Rétidence : Saint-Marcel (Ardècbe). 

8° Lodis-Frakçois-Htacintie , Dé le 10 novembre ISOS; marié à Ma- 

^ TIILDE DE MERI.es DE LA GORCB. 

De ce mariage : un fils, Georges. 
RMdence : Bourg-Sain l-Andéol (Ardèche). 

V* ViRGimE-MARiE-GDARLOTTE, u^ le 10 août 1796; mariée \ Edouard 
DE DiGOtNi do Palais. ( Y. ce nom.) 
De ce mariage sont issus : deux fils et une fille. 
Résidence : Pont-Saint-Esprit (Gard). 

Sœur : Christine DE VANEL DE L'ISLEROY, veuve de fN... de Ver- 
non, ancien maréchal des logis des gardes du corps, chevalier de Saint- 
Louis. 

Résidence : Pont-Saint-Esprit (Gard;. 

Cousine : N... de Vanel de l'Isleroy, marquise de Balincourt, fille 
unique de f Joseph-Marie-Gabriel-Luc, ancien page de la grande écurie 
du roi, ancien officier au régiment des gardes françaises, etc., et de 
N... de Gênas. 

Résidence : le cbâiean de Baringncs (Vanciuse^ . 

55 



258 VAU 

Branche cadelte : 

— Armanb-Louis-Marcellin de YANEL, ancien capitaine d*infan(erie, 
chevalier de Saint-Louis, père de : 

Marceline, mariée à Philippe-François , baron de Digoine du Palais. 

— Claode-Hyacimthe de VANEL, frère du précédent, ancien officier 
de marine, chevalier de Saint-Louis, père de deux filles. 

Résidenee : Pont-Saint-Esprit (Gard). 



La famille de Vanei a été maintenoe dans sa noblesse, par arrêt dn 8 juin 1690, renda par Lamoi- 
gnon de Basville, intendant de la province de Languedoc, en exécution des ordonnances de Louis XIV. 
( F., pour fbist. généal., d*Uozier; Courcelles, in-8^, t. Il, etc.) 

Asutes : écartelé , aux I et 4 d*aznr, à 5 rocs d'échiquier d'or, qui est de Rocb ; aux 9 et S d*azur à 
la colombe essorante d'argent, becquée de gueules, et tenant dans son bec un rameau d'olivier de 
sinople , qui est de Sotes ; et sur le tout d'argent , an chêne de sinople mouvant d'une terrasse de 
même, qui est de Vancl. 



DE VARENNES. — Picardie. 

Florent de Varennrs, amiral de France, croisé en 1^0. 
Arme» : de gueules , k la croix d'or. 

DE VARIN DE PRÊTREVILLE. — Normandie. — Le chef actuel de 
cette famille est JEAK-BArTisxE DE VARIN DE PRÊTREVILLE , né le 
26 mai 4776 ; — marié, le 2A août 1807, à Louise-Auélie de Cacheleu 
PB Maillot. 

De ce mariage sont issus : 1® Louis-Bayhokd, né le 13 septembre 18C8, marié, le il octobre ISSi, 

I Marie-Camille Millot db la Craye; 
Sf* Jean-Baptiste-Léok , né le 8 février 1810, marié, le 2 jiillel 1854, à 

AKNE-yERRiEWE MiLLOT DE LA CraYB. 

De ce mariage sont issues : 

a. Léonore-Alix, née le 5 Téfrier I8S8. 

b. Marie-Adelalde-Glémence, née le 15 août 1840. 



Crtte rsn.ille a {té anoblie par lettres patentes de Henri IV, données à Paris en septembre 1504 , en 
faveur de Guillaume Varin, écbevin de la Yille de Uonfleur, en récompense de sa fldélité et de son 
dévouement à sa cause. 

Armet : d'or, i trois Hsn mes de gueules, S et 4; au rbef d*azur, chargé en cœur d*un besant d*or, 
accosta' de deux croissants d'argent , ledit cbef soutenu d'une ùisee en divise d'argent. 

Rétidence : le château de PrètreviUe à Gonneville-6ur>HonOenr (Calvados). 



DE VAUDREUIL. — Languedoc. 

Hugues de Rigaud , dont la famille est connue aujourd'hui sous le nom de Vaudreuil, chevalier du 
Temple, croisé en 4150. 

Arma : d'argent, au lion couronné de gueules. 



VÉS 239 

DE VENTAILHAC. — Dauphiné. 

Cette famlll», orliiiiiK iln L>n(D«toc. a pnur inltur ficiTC de Venllilbicqsl, ta IIM.cpoiiu 
■irpcrilc de Bani. l>e loi dracmdiil Alciandce ie V«nlill1ue, ulgueur d'Erpililères ( prM le Buu 
en Diiiihlné), ofOficr dini le MgiDirm le Siall eniou, BlBde Iicqiin de VenlailtiM, stigaeur 
d'EnilMres. cipluine de deux rompigiiies moches soos Louis XIII , cl de Jotiiae d'Al[ih9iii. 

Celle tiullle 1 cnmpie de Dombreni ofllciers »i sfniit. 

N..„ de VfDlalllite i élr compris dani l'eut des «tniUibomma du Diuphini («iMlloa de Honléll- 
niri). tomoqais loi isumlilrcsdesluilliiies.pauila DoniinirloDdesdépuiéssui tUugèDeraaidf 
ITM. { r. CoatceliM, In-i*. 1. 1, p. IM.) 

(V., poarplaidedèitll», Cborier. i. III, p. SSO; Gu; Allard , in-IS, p. ïu ; ConrEelles . lii-S*, 
i.ll.p. U< ; eic, ti(.) 

ârmtt : d'atir, ii laCaKed'arteal.tnompiEiiMiraD aaleild'oren potuie. 



DE YERONETTE. — Originaire du Rouorgue. — Le chef acluel de 
cette famille est GéaiaD-ËLiSABETH-ALFiiK» vicomte DE VERGNETTË 
DE LAHOTTE, marié, en février <838, avec Hcnriette-Jeahae Nodot. 



CUailes de Vei^DCiie , upiiilse d'âne conpiEiiie iiewlanl le< guéries d'LuIle, fat iroié tlieiilier 
par le roi Françuis 1". 

AflloiuedeVeiïiieUe.chenlliT de l'ordre de Salnl-Jr» de Jérusalem eo IS7|. 

Vklor-Consuiiilii, licomledt Verfiielle, né le 31 mal ITtS; premier page durai Je M mal I7ts, 
chevalier de Sain l-Loi II eu IIM. a tall lontei les goerres de ri:iuigrailoa. Haï marédial de camp le <0 

l^r lellre) palenles da roi Lonln XIV, ea date du moit de mars (HT), eoreglilrées sur sotiTelles 
kllres.poir cmtedesanoiiauoii, le H Mvner ISTS, fcinva de Vergnclle fal cri'é camie de Ver- 
gwiie. 



heiroii d'arseul, diirgé de irols étoiles de f«eulei,ei accompagné de quatre 
^ prti d« Bugne (CdIe-d'Or}- 



DE VÉSIAN. — Languedoc 

— A^^E-FHA^çols DE VÉSIAN, né en 178-2, élève de l'école poly- 
technique en WVi, chevalier de Saint-I^uis et de la Légion d'honneur, 



2«0 VIG 

officier supérieur du génie en retraite. — Il a épousé, en 4823^ Adrienne- 

MaRIE-AlEXANDHINE-CÉLIE GOSPIN DE LA Cardonnbttb. 

De ce mariage sont bsas : 1** François-Olivier-Rose-Henri , né en Î9U; chef de La promoUon à 

son entrée à Técoie polylecholqae en 1843; 

9P AKNB-ROBBRT-LOOIS-ACBILLI , né CD |8i5. 

HUidenee : AbbeviUe. 

— Loois-Gaspard DE VÉSIAN, né en 4784, élève de Técole poly- 
technique en 4804, chevalier de Saint- Louis et du Lion néerlandais, 
commandeur de la Légion d'honneur, colonel d*artillene en retraite. 

Résidence : Alby. 

Le nom et la famille de Vésian ( alias Véziao ), sont plosieurs fois cités dans le P. Anselme et don 
VaUseUe, HUt, du Langnedoe^ et mentionnés dans le eatalogoe des gentilshommes de celle province. 

Armes : d'azor, à la bande d'or, accompagnée de deox croissants d'argent. 



DE VEZINS. — Anjou. 

» Dalmas de Vezins, croisé en 1248. 

Armfis : de goenles, i trois clefs d'argent, posées S et 1 . 

LE VICOMTE. — Bretagne 

~ Macé le Vicomte, croisé en 1348. 
Armes : d'azur, au croissant d'or. 

DE VIENNE. — Bourgogne. 

— Jean de Vienne, amiral de France, croisé en 1396. 
AttNes : de gueules, i l'aigle d*or. 

DE VIEUX-PONT. — Normandie. 

— Robert de Vieux-Pont, croisé en 1096. 
Arme* : d'argent, semé d*auHelels de gueules. 

DE VIGAN. — Normandie. — Le chef actuel de cette famille est 
Victor - Narcisse DE VIGAN, fils de Jacques -François DE VIGAN, 
mousquetaire du roi, chevalier de Saint-Louis, et de Jeanne-Antoinette- 
Charlotte Godefrine de la Lande; — marié, en -1806, à Cdarlotte- 
Suphib-Antoinette de la Fare, fille de f Joseph-Henri -Gabriel, comte 
de la Fare, brigadier des armées du roi, etc., et de Gabrielle-Françoise- 
Victoire de Riquet de Garaman, et nièce du f cardinal duc de la Fare, 
pair de France, archevêque de Sens, etc. 



VIG 261 

De ce niaruge îwni issas : r Gabriel*F£lix de Viran, né en 1807, marié, en 1859, ii f Hbrhike- 

Marib Jacocevim d£ Chateadrenaolt ( (léeédée en 1841 ). 
De ce mariage on flls : Antoine- Adolpbe- Marie -Godefroy, né 
en 1841. 
3° Henri- Amoine-Hippoltte, né en 1809, inspecteor des eaox et forêts 

royales en 1845. 
S^pAOL-LioN-ViCTOR, né en 1813, laoréat de l'Académie royale des 

sciences le 4 décembre 184S. 
4° t MARiE-FRANçoisE-Jos&pfliNE, mariée,en 1856, à Antoirb-Ulrice de 
Beaosss, ancien officier de cavaierie, décédée en 1837, laissant an 
flls, Maorlce-Uirick de Beausse. 

Frère : Piebhe-Hippolytb DE VIGÂN, né en 4792, ancien comman- 
dant de dragons en relraite, chevalier de la Légion d'honneur; marié, 
en 4851 , à Clabisse le Maisthe, fille de Louis-François le Maisire, ancien 
inspecteur générai des poudres et salpêtres de France, et de Jeanne- 
Gabrielle d*Abo ville, sœur des deux généraux de ce nom. 

Sœurs : 

i"" An.ne-Eugénie de VIGâN, mariée à Yalbmtin, comte de Paedieu, 
chevalier de Saint-Louis ; 

2® Sdzette-Alexandbinb DE VIGAN, mariée à Feédéric des Moutis, 
chevalier de la Légion d'honneur. 



Par lettres patentes en date do mois de décembre 1600, enregistrées en la coar des aides de Nor- 
mandie, et dont l'original sur parchemin, signé par Henri IV, est conservé dans les arcbivcs de la 
Tamille, Gilles de Vigan, seigneur de Ponelay, fut confirmé dans sa noblesse, loi et sa descendance 
légitime née et k naître. 

Cette famille a été maintenue dans sa noblesse par arrêt du 50 mars 1666. (V. Ghevillard, NokUUtire 
de Normandie^ art. de Vigan. ) 

Armes : (i*taermine, au cbevron de sable, aeeompagâé de trois roses de gueules, 9 en chef et I en 
pointe. 

Résidence : le cMitean de Lernières, près de Monirenii-i'Argillé (Eure ). 

VIGNON DE SERVASGA.—Dauphiné et Piémont.— Marie-Armand- 
Fbédêrc-Parfait VIGNON, comte DE SERVASCA, né en <775, garde 
du corps du roi (compagnie écossaise) en 1794, rentra dans la compagnie 
d'Havre en 1814 ; actuellement capitaine de cavalerie en retraite, il est 
chevalier de Saint-Louis et de la Légion d'honneur. 



La terre de Servasca, située dans le diocèse de Fuilan (Piémont ), fut érigi^e en comté en faveur de 
Jean Vignon, vers l'an 1600, par lettres patentes du duc de Savoie. 

Marie Vignon, mariée le 16 juillet «617 au duc de Bonne Lesdiguières, gouverneur du Daupbiné, 
duc et pair et dernier connétable de France, en eut deux filles. Tune mariée d'abord au marquis de 
Monibrun, puis au dur de Crt^uy, maréchal de France : la seconde, épousa le comte de Sault. 

Jacques Vignon, comte de Servasca, fut premier écuyer de Madame royale de Savoie, et lieutenant 
général d'artillerie au service du Piémont. 

(K., |K)ur l'bist. généal. de la famille de Vignon de Servasca, d*Arlbes, etc. ; le P. Anselme; Noréri ; 
HUf. du Dauphiné. par Chorier ; VU du connétable de Lesdiguières, par Videl, son secrétaire ; La Cbcs- 
naye des Bois ; etc.) 

Armes : de gueules, à la grue d'argent à deux têtes couronnées d*or, membrces de sabic. 

Résidence : Saiiit-Omer ( Pas-de-Calais ). 



262 VIL 

DE VILLA RET. — Provence. 

GulHaame de Villarei, grand maître de Tordre de Saint-Jean de Jérasalem, en 1300 (f en isoe). 
Foulques de Villaret, frère du précédent, aussi grand maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem 
en 1307 (t en 1337). 

Armei : d'or, à trois monts de gnenles surmontés chacun d'un corbeau de sable. 

DE VILLEMUR. — Le chef actuel de cette famille est Adolphe-Ray- 
mond, comte DE VILLEMUR, ancien officier de cavalerie, chevalier de 
Tordre royal de Charles 111 ; fils de f Loois, comte DE VILLEMUR, et de 
Josépuine-Angélique de Souyn. 

BéthieMce : Paris. 

Frère consanguin : Goillaume-Justinien-Thbodore DE VILLEMUR, 
fils d'un second mariage du -{- comte Louis avec y dona Poltcarpe-Fran- 

ÇOISE-JULIBNNE DE MoRALÈS-AzZB Y ReYNOSO. 

Oncle : Jean-Baptiste-Marib, vicomte DE VILLEMUR, colonel de ca- 
valerie en retraite de Farmée espagnole de Ferdinand Vil, chevalier de 
Tordre royal et militaire de Sainte-Herménegilde. 

RMdence : Montégut (Hautes-Pyrénées). 

PrindpëUs Utuitrâiioni. 

Armand de Villemnr est nommé parmi les chevaliers qui suivirent à la terre sainte Alphonse, comte 
de Toulouse, dans un acte du mois de décembre 1353, |>ar lequel le roi saint Louis conUrma une sen- 
tence d'Olivier de Termes, en faveur de ces chevaliers. (HUl. du Languedoc^ t. \l\^ preuves^ col. 497.) 

Armand de Villemur, d'abord évéqne de Pamiers en 1348, puis cardinal le 11 seiticmbrc 1350 {Dict. 
deticiencet eeclésiattiquei, par le P. Richard, t. IV, p. 354). Deux de ses frères furent évéques, Tun 
de Couserans, en 1363; l'autre de Mirepoix, en 1363. (Uist. duLmguedoc, I. lY, p. 3T7.) 

Biaise de Villemnr, baron de Pailhës, chevalier de l'ordre du roi, gouverneur et sénéchal du comté 
de Fuix, marié, en 1563, ii Fleurette d'Armagnac, nièce du célèbre cardinal Georges d'Armagnac, ar- 
chevêque de Toulouse en 1547, puis d'Avignon en 15T7. 

Louis, comte de Villemnr, major de cavalerie au service d*Anlriche, chambellan de S. M. L et R. 
l'empereur François P^ Entré au service d'Espagne en 1810, nommé lieutenant général en 1816, gen- 
tilhomme honoraire de la chambre de S. M. Ferdinand VII, chevalier profès de l'ordre militaire d'Aï- 
cantara, de Tordre de Saint-Ferdinand de S* classe, de l'ordre royal et militaire de Saiiite-Herméne- 
gilde, commandeur de Tordre royal et militaire de Saint-Louis, grand-croix de l'ordre royal et militaire 
de Salnt-Ceorges de la Réunion (de Naples), grand-croix de l'ordre royal de Charles m, conseiller d'Etat 
honoraire, ministre de la guerre, pendant deux ans, de S. M. Charles V. Mort i Estella, le 34 aoôt 
1836. Nommé capitaine gémirai dans le même mois, comme témoignage de haute estime pour sa mé- 
moire. — Le comte Lunis de Villemur était le père du comte Adolphe-Raymond. 

La maison de Villemur, qui a fourni plusieurs chevaliers i l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, a Jus- 
tifié de ses preuves d'ancienne noblesse de sang et d'armes en diverses circonstances, et spécialement 
par-devant la chambre héraldique de l'empereur d'Autriche, le 14 octobre 1805, et par-devant le conseil 
royal des quatre ordres militaires d'Espagne, le 4 février 1939. 

(K., pour l*hist. de la maison de Villemur, les Chroniques de Frolssard; le Dict. généalogique 
de de Courcelles, in-4^ t. VII ; les Archives gén. et kitl, de Lalné, t. III ; et sur les services miliiaires 
du maréchal comte Louis de Villemur, r/l/4/oir« de /« guerre de la Pénin»ule^deHii%à\%\h, par le 
colonel Napier; V Histoire de la guerre et de la révolution d'Eêpagne^ par le comte de Toreno, et la 
Biographie du comte Louis de Villemnr, par le comte Adolphe de Villemur.) 

Armée : Ecartelé, aux 1 et 4 de gueules, au lion d'or lampassé et armé de gueules, qui est de Vil- 
lemur ; aux 3 et 3 de gueules, à trois pals d'or, qui est de Narquefave. 



DE VILLENEUVE. — Proveoce. 

Branche de VJIIeneuve-Bargemont. — Le chef actuel de cette famille 
est Henri-Joseph, marquis de VILLENEUVE-BARGEHONT, né en 4807, 
fils defPeiiDinAMi, marquis DE V1LLENE[JVE-BARGEII0NT, en son 
vWanl préfet de la Somme, officier de la Légion d'bonneur, etc.; — il a 
épousé, le 3 mai 1832, LÉoniDB db Chaiiili.*hd ne la Soze, petite-fille 
de f Louis-François, marquis de la Suie, lieutenant général, pair de 
France, chevalier des ordres du roi, etc. 

De(c ■uriagtMiil I»bs qulrc nr^ni cl trois flilei. 

BliUeuet : Ib rUmn 4c TovrrlM, prti Fijeou (Vit). Ccltf propriêic ipparlicnt 1 la milsoD de 
VilltnriTt iltpkla IMI. 

Oncles : 

r Joseph, comte DE VILLENEUVE-BARGEHONT, conseiller d'itlat, 
commandeur de la Légion d'honneur, ancien préfet du département de 
Saâae-et-Loire, puis directeur général des postes jusqu'en juillet 1830. 
«i*Ut»ct:]i\rmiie Boii-le-Rol, pi«s ito Houurfii (Lotrei). 

2' Albah, vicomte DE VILLENEUVE-BARGEMONT, né à Bargemont 
le 1" aoàl I7S4, ancien conseiller d'État, ancien préfet du déparlement 
du Nord, actuellement député du même département, membre de l'In- 
stitut, etc. 



° rhlloti de BvECiDanl. pits le I>n|iii|nin (Vitl. qai ip- 
tuo. 

5° Fbahcois, marquis DE VILLENEUVE-TRANS, né à Bai^emont le 
même jour que son frère Alban, es-genlilbomme de la chambre du mi 
Charles X, membre de l'Institut, etc. 

Le mirquli deVirienenifest 3 a leur dr V HiU. de taiiU tMiii, Sviil.ln-«°;del7/f((. d( Dn^d'As- 
jot. m it fttplri U cntit it ProMim, I vol. In-i" ; Uanmtnli itt frmdi «wlfr»» ie MaUe; LgoMl, 
» la Protctrc a* n' iltclt, ne. tic 

Rtiiilncn : Nantj ^^|pll^lhl■) el Lt chllciu de Trans, près de DragaigiijD (Varl, qui appirlienl t I* 



264 VIL 

Branche de Villeneuve-Flayosc. — Raymond , marquis DE VILLE- 
NEUVE-FLAYOSC. Il a un garçon et une fille. 

hèsidence : le châleaa de Valbourgés (Var). Celle terre, qui faisait partie du marquisat de Trans, 
avait été donnée à la maison de Villeneuve par Idelfons, comte de Provence, en ISOf ; l'acie d*inféo- 
dation est déposé anx archives de la cour des comptes, à Aix. 

Branche de Villeneuve-Esclapon. — Roméb, marquis DE VILLENEUVE- 
ESCLAPON, marié à Louise de Ltle-Taulane. 

De ce mariage sont issus trois garçons. 

Principales Ulustralions, 



Romée de Villeneave, grand sénéchal, premier ministre et connétable de Provence en 1258, sous le 
règne de Raymond Béranger. Nommé par ce prince régent et inteur de la princesse Béalrix, sa fille, il 
la maria an frère de saint Louis, et prépara ainsi la réunion de celte province à la France. Par acte 
d*inféodaUon, daté de Nice le 7 février 1330, le comte Raymond lui donna la baronnie de Vence. Il se 
croisa en 1339. La lerre de Vence a été possédée par sa postérité jusqu'en 1831, é|K)que où mourut, 
sans enfants mâles, le dernier marquis de Vence, pair de France. ( V. Gaitia ckmtiana : Moréri ; Bouche ; 
Ganfridy, etc.) 

Arnaud de Villeneuve, baron des Arcs et de Trans, grand chambellan et grand maître de la maison 
de Charles H, comte de Provence et roi de Naples. 

Raynaud de Villeneuve, chancelier de Philippe, empereur de Constanlinople eu IS7S. (K. Villc- 
hardouin.) 

Hélion de Villeneuve des barons des Arcs, grand maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, goo- 
verna l'ordre depuis 43l9jusqu'en 4346. {V. VHUtt. de Malte de VerloU) 

Sainte Roseline de Villeneuve, sœur du grand maître, abbesse du monastère de la Celie-Roubaud, 
fondé par sa famille; elle est en grande vénération dans le diocèse de Fréjus, où sa fête se célèbre 
avec on grand concours de peuple, dans une chapelle qui lui est dédiée. Sa vie a été imprimée en fran- 
çais et en espagnol. 

Truand de Villeneuve, baron de Vence, grand sénéchal de Provence en 1337. 

Louis de Villeneuve, baron de Trans, seigneur de Seranon. Charles VIII lui confia le commandement 
de sa flotte, lors de la conquête de Naples. Louis XII le nomma deux fois son ambassadeur à Rome ; 
il érigea en sa faveur la baronnie de Trans en marquisat, grâce qui fut accordée la première en France, 
et acqoit à ses successeurs la première place dans l'ordre de la noblesse de Provence. Cette érection 
eut lieu par lettres patentes datées de Blois. en février 4505. 11 était aussi prince d*Avelino au royaume 
de Naples, et chambellan des rois Louis Xll et François I^. Le roi Charles Vlll ajouta une flenr de 
Ils d'or et les supports de France à ses armes. (L*abbé Robert, Èlatie la Prw.) 

Anne de Villeneuve, fille du précèdent, épousa, en 4508, Jean de Foix. Par ceue alliance, elle de- 
vint belle-sœur d'Anne de Foix, reine de Bohème et de Hongrie, tante de Pimpératrice, femme de 
Ferdinand 1^, cousine germaine de N. de Foix, reine d'Espagne, et de Catherine de Foix, reine de 
Navarre. 

Christophe de Villeneuve, baron de Vanclause de Bargemont, gouverneur de Fréjus, chevalier de 
Tordre du roi et gentilhomme de sa chambre, obtint, par sa fermeté, b révocation de Tordre du mas- 
sacre de la Sain^Barthéiemy, qui, grAce i son Intervention, n'eut pas lieu en Provence. (K. les Addit. 
anx Mémoires de Cai>telnau et les Hist. de Prov.) 

Antoine de Villeneuve, marquis de Trans et de Flayosc, fut nommé chevalier du Saint-Esprit, en 
date du 40 mars 4049 (il ne vint pas à la cour pour se faire recevoir). (K. le Catalogue des chevaliers 
du Saint-Esprit, in-foi., 4740.) 

Sylvestre de Villeneuve-Esclapon, né à ValensoUes (Basses-Alpes), le 34 décembre 4765; vice-amiral, 
grand officier de la Légion d'honncnr, commandant des flottes combinées française et espagnole an 
combat de Tnfolgar, où l'amiral Nelson fut tué. Il est mort à Rennes, le 33 avril 4806. 

Le comte Christophe de Viileneuve-Bargemont (né à Bargemont, le 37 juin 4774, f à Marseille le 
43 octobre 4839), commandeur de la Légion d'honneur, conseiller d'Eut, préfet du département dos 
Bouches-dtt-Rhâne, et l'auteur de la Siaiistiqne de ce département, en 3 vol. iu•4^ était l'oncle du 
chef actuel de la famille. Trois de ses frères étaient préfets en même temps que lui. 



VIR 265 

(K., pour rhisl. généal. deeeue famille, MorérI; le P. Auselme; les hisi. de Provence de Boachc, 
Ganfrldy, Nosiradamus, etc. ; les arcWves da roi en Provence ; VÈtat de Provence, par l'abbé Robert ; 
Artefenll, t. II, etc., etc., etc. ) 

Armes : de goenles, frellé de six lances d'or, accompagnées de petits écassons de même semés dans 
les claires- voies, et sur le tout on écusson d'azur chargé d'une fleur de lis d'or. 

Supporte : deux anges. — Cri de guerre : A tout — DevUe : Per ha» regnam et impcriom. 



DE VILLENEUVE-ARIFAT. — Languedoc. 

Arnaud-Raymond et Pons de Villeneuve, chevaliers croisés en ISW. 

(F. Ulné, Arekèreê nob., u IV.) 

Armet : de gueules, à Tépée antique d'argent garnie d'or, posée en bande, la pointe en bas. 



DE VILLERS-LAFAYE. — Bourgogne. 

(Lliist. généal. de cette maison, qui subsiste encore aujourd'hui, est relatée dans le P. Ansehne et 
dans les divers nobiliaires de Rourgogne.) 
Armée : d'or, à la fasce de gueules. 

DE VILLIERS. — Beauvaisis. 

Jean de Villiers, grand maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, en 4889 (t en ItW). 
Armée : d'or, à trois chevrons d'aiur. 

DE VILLIERS DE LISLE-ADAM. — lle-de-Franoe. 

PhUlppe de Villiers de ITsle-Adam, grand maître de Tordre de Saint-Jean de Jérusalem, en IMI 

^^Ccst^ant son magistère qu'eut Heu, en IftîSI, le siège de Rhodes par les Turcs. Après une dé- 
fense héroïque, les chevaliers, obUgés de céder au nombre, quittèrent Rhodes en janvier 4515. Peu 
après, le grtnd maître obtint de Charles-Oulnt U cession de l'Ile de Malte à l'ordre, qui depub en a 

porté le nom. 
Armée : d'or, au chef d'ainr, à un dexirochère d'hermines brochant sur le tout. 

DE VILLOUTREYS. — Anjou et Périgord. 

Cette famille a été malnienoe dans sa noblesse lors des diverses réformauons, en 4559, 4667, 4694 

et 4667. 
Armée : d'aïur, au chevron d'or, accompagné en chef d'un croissant accosté de deux étoiles, le tout 
d'argent, et en>)inte d'une rose du même. 

DE VIBŒUR. — Touraine. 

François de Vlmeur, croisé en 4490. 

Armée ; d'axur, au chevron d'or, accompagné de trois molettes du même . 

DE VIRIEU. — Dauphiné. 

Guiffray, seigneur de Virieu; croisé en 4447. 

Armée : d'aïur, à trois vires ou anneaux d'or, l'un dans rautre. 

54 



DE VITRÉ — Bretagne. 



Àrmtt'j de ticsics, id lioii.rcluitrDê «[ (ourunrh' il' 



DE VITROLLES. — Provence. — Bugëne-Fbahçuis-Aucdsted'Arhacd, 
baron DE VITROLLES, né en 4778, secrétaire d'Étal en 1814. ministre 
d'Élat et secrétaire des consals en 1845, député des Basses-Alpes à la 
même époque, ambassadeur à Turin en 1825, à Florence en 1828, pair 
de France en 1 839, a quitté (a chambre avec les autres pairs nonunés par 
Charles X. — 11 est l'auteur de plusieurs opuscules politiques, et notam- 
ment de la brochure, publiée en 1 81 5, sous ce litre : Du Ministère daa» 
un gouvenitment repràentalif. 
De so> mriige hk TstKtsi n Foiuiilli soril issn : 

1° OivuLi D'Ami (DU DE Vitiolles, veuf def 
Élisiieth b'Afiiadd di Junouis. 
De te miTlige eal Issd un Blf. Tbtodorc. 
RfUnce : le dUieas de Viirolln (Hinin-ALpea}. 
V GmLLtDKC, DfBcler de marine, dionissIaDiiaire ta l 

fUndaire : Toaruon (Ardèche). 
e Une aiJe, morte unsalllince. 
HlUdnee: Part», U, rat Sainr-tjure. 



JoMpti d'Arnaud de Klbln, coniefUer an patleDent le PtoTeDce, en ttU. 
Alpbonse-LoDlid'Arnauil de Nibla. cunseiller M paTlenienI de ProTence, eolTir. - 
Paul-Aagiisilii d'Arniid de MUra, liacoo de Vltrolles, conselllrr an parlcnenl de Protei 

{¥., pourl'Ulil. gto^l., ArlefeuLlelieaMoiripIjiesumleDipnniDM.Ï 



DU WICQUET DE RODELINGHEN. — Boubnnais. 

duc boiill», qai tubslsle «icorc iijmrd'bni. a tic miliiltau diu u mMote pir jufniKM te 
N. Bi|nnii,iiiitiiiUDl d« Plrirdlt, n dale di tl démnbra <m. 

ntrard de Wirqnel (ull porte- éunitard MrMiuIre du coiuic de Kainiiu, en lUI. (Philipiic d'At- 
«irij.) 

Vicior du Winiur, InTon d'unlrc, mtrtclul de uinp en <T4B. (Pinard, Cjtniii*!. Un. mihi., i. YII, 
p. 38t.) 

(UnellU lipluconiplèrf surTbisl.de etnt riinille » ironve dans le 1. 1 des 4rrtrrrt deljtut.) 

Amut : de sipoplr, in dievron d'argent, iccompain^ de Unis tûfitn Aa utiuc. 

DE WIONACOURT. — Picanlie. 

Simon de WigiiacuDrt, (rsiieen (IM. 

Alaiib de WiRnHnait, (nnd «ulin- de Mille en IHI (t en l«ll). 

Adrien de Wignuonn, neieu dnprécedeiii, luui ifiaiNl nillre de Ville en ltW(tea l»9T). 

Aimr* .-d'arieni, i Inils Deursde ii>, ai pii'd iiiorTi, <lc foeules. 



DE XAINTRAILLES —Gascogne. 

JCÉP-pMhon de Xililriillcs, pind s^occlul du LiniMsin, l'un des plis Hilrln intii do roi 
Charkcs VII. 

En un, wuHiibildtPiUi', t1 Dl priMuolcr IcrimeaiTiLbol; nicpri^niaia roi, mils en mtme 
tMip* Inl dcmindi 11 pïrmiisloD de 1« rentoîer libre k l'InsUDi, el uns niican. Dam !i snilt, Tilbol 
eu It bODtamr de prendre s* reTtncbei l'iitri de Xiiainilles, 

Ed lus, 10 comluldeGerbera), Xilolnllles Si prlsaonter lecomle iI'Arondd.IlcODlrlbu bemcMp 
1 chnser les Anglais de la NorainiHe el de b Corenne. 

Créé airèchil de Fnnee en lUt, Il fat, en tUI, desllloé pir Laais XI. Il moaral dm mois ifrH 
diMioii iMienemeni dn chliean Troiupeiie, (V. Eicri'JiT' >^t. tiM., i. IV, p. 4ST,rt lousiesdie- 
ibnuitet des taonnnes lllnsiro.) 

Arma : furlelé, w\ I el t d'inenl. 1 1« cruli itiisèe de gueules ; lai 3 ei J de gueules, in lion 



YSE3RANT DE LENDONCQ. — Flandre. — Le chef acluel de celle 
famille est LoouJoseph YSEBBANT DE LENDONCQ, né le favril I7K9, 
officier de chasseurs en retraite, chevalier de la Léf^ion d'h<)nneur; a fait 
lo9 campagnes de l'empire, depuis celle d'Allemagne en 1806 jusqu'à 
celle de Russie en 1812; — marié, le <4 mars 1822, à JosÉPHiwE-CBAit- 
LotTE, fîUe de Pierre- Louis, chevalier Duvernay du Plessis, lieulenanl- 
colond en reiraile, chevalier de Saint-Louis, et de Harie-Dominique- 
Josèphe-AdélaTde du Bois de Hoves. 

De rttatrtitt sont Issu : l° LoDivCDiriti-ËMiniiiD, ne le 6 iMTmbre IMT: 

I°ClLiiiE-ADCIi>TT]ii-Piiiiicoist. née letojtiillei I8ït; 
1° Ltonisi-JoLiE-HmiETTE, née le IT jiiiTier (sis. 

Frère : Chables YSEBRANT DE DISQUE, né le 2fi mars 1 788 ; marié, 
le 22 mai 18(1 , à AKGÂuQnc-PBiLiPPiMB-GHiLims, comtesse d'Adsi db 

PutlLANG. 

I)e tu miciaMMiK issus Irais Bis ; 1° lUiinun; 1" Emile ; 3"1i;lis, et une llle, Uo!<ii,iii9TiéeaD 
thevallrr Edkhhd db MaDR D'fKPKMinT, 

!>'.. povr l'Uisi. groeil.. La Chesiii;e itetOois; In KMimeiiM ntim 4i la flmiJrt, par le «Mile de 
Salnl-Gf nnis ; OMrricri téftahfiqvtilei famillet mUn da Piyt-Bu ICologne, ITTB. A. i"); BM. 
fftéal. iei Mqaa Ai tàafUreit fttlitt CMlUdnU dt Saim-SaKHi, t Gni (snppli'nirnt) ; Traitt 
iadtTiiahirtUii»a,\at le comte de Wiroquiet, l'iris, ITM, p. SSO. f pirlle.) 

Ariut ; il-OT, t 11 noiraioiie de uble . 

RétUOKt : Lille (Nnrd|. 

DYZARN DE FREISSINET. — Unpuedoc. — Cet4e famille a aujour- 
d'hui pour représentants : 

r Mahib-Alexasdbe DYZARN, comte DE FREISSINET, chevalier de 



Halte; — marié à TusntsE db Reykaud i>e Funsbellb, fille de N... do 
ReyDaud de Fonsbelle, chevalier de Sainl-Louis, el de N... de Phili[). 

RitideKt : le (UIMa de Foiilii'nae (Buus-Alpe;). 

2* Hahis-Joseph D'YZARN, vicomte DE FREISSINËT, frère du pré- 
cédent, ancien secrétaire général de la préreclure du département de 
Vaucluae, démissionnaire en 1830 ; — miirié, le 2 mai 1 820, à Ëmsibetii- 
Gabriblle dk SoLAGEfi, fille de Gabriel-Uippolyle, comte de Solages, el 
de Rlanche-Loui se- Antoinette de Berlier de Sauvigny. 

Dr ft nurbRe ai ittw ine A<lc. 

Rttidnce : Paris, roc Ni'ivc-des-llalhiiriiiï, 9. 

ô" MABit-ANNE-TuÉiifesE-SopHtE D'YZARN DE FRBISSINET, mariée, 
le H novembre 4818, au comte db Blacas-Garbos, ancien sous-préfel. 

rirrre dTcarii, rrotec ta ll(§. 

(K., pair Ililsl. iraral., ks Nuklliaim de UnEiuioc ; Li Chetnaie des Buis, eic.) 

ilrjiiE(;(let<ie»l^<ll> Icvrclis (ODrinlt [Targent, andti'ruiiisad'JigrrlHriié (fe iroisiiolln d'or. 



ZANGIACORU. — N.... baron ZANGIACOMI. pair de France, prési- 
dent de chambre à la Cour de cassation, grand officier de la Légion 
d'honneur, etc. 

nttUfr : me ée Fkuriis, n" tt. 

Fils : pRiisPER ZANGIACOMI, conseiller à la Cour royale de Paris, etc 

Bmdff. : rue Je la ¥vim. b° la 

Atuf : dVnuliir. ) la Iinnrhc d'oILtier il« i^lnnplr. 



ADDITIONS ET CORRECTIONS. 



De CLiRMOKT-TomfBRBE, p. 70, dernière ligne, lire : — lx)rsqu*en 965 (dit M. do 
Gourcelles, t. VII, dans son article sur la maison de Clermont-Tonnerre, article 
reproduit par M. B. d'Hauterive, dans son Annuaire de 18^, p. 145) les Sar- 
rasins. .. etc. 

De Gorhitlibb, p. 76, à la fin de la notice, lire : — Claude de Gornulier obtint 
rérection des terres et seigneuries de Ghâteaurremont, Anelz, etc., en marquisat. 

De Gabamau kt de Ghimat, Languedoc. 

Maison deGaraman, lisez : —Branche de Garamau 

P. 179, note sur le château d*Eu. 
Ligne 8 : — Louis XII, lire Louis XIII. 
Ligne 14 : — En Tannée 1844, hre 1845. 



— «o*— 



mFRIM BRie 



SCHNEIDER ET LANGRAND, 

Rl'ED'ERFrRTH. I. 



•^*' 




TABLE ALPHABÉTIQUE 



DES NOMS CITÉS DANS CE VOLUME, 



A 

AbiMville fd*). . . . 1-101 

AbQfilUfd') 261 

Abriea(d') 257 

AbtAc (d*) 4^5 

Aehard 4 

Achy (de Carvoitin d'). . . 69 
Aeqa«t de Férollet. . . 101 

Acy (d*) 156 

A^rlon 225 

Adhéour (d'). . . . 6-165 

AfneMX (d') 6 

Agrhim (d') 154 

Agonit (d^). . . . 7-92-189 
AgoeMeeu (d*). . 6-84-165-256 

Aiglon (d*) 202 

Aignan (d') 85 

Aigneens (d*) 6 

Aigremont (d'1 216 

Ailleeonrt (d*) 68 

Ail (d') 829 

AUi» (d*) 174 

Alaniier (d*) 118 

Albert de Lnynet (d*) . 8-149-1 7 1 

Aibertu(d') 8-200 

Albert! (d") 52 

Albon (d') 9 

Aibret (d*) 153 

Alcanlara (d*) 12 

Aldobrendini 208 

Alençonfd") 177 

Aligre (d-) 9 

AlUman (Dnlan d*). . . 147 
AloMun (d'). . . 9-122-225-226 

Aloignj(d') 9 

Alphaat(d') 259 

AlMee (d*) 148 

Alnmtre [à') 10 

Altan (d*) 185 

Anibert(d') 180 

AmbliM(d') 144 

AaboiM (d*) 251 

Arabre7(d') 238 

Ambriiret (d) 5 

AmbrngeM (d'). . . 10-256 
Amertot (d'V .... 25 
Amphonx de Belleral (d*) . 4| 

Ancetone (d*) 115 

AndeUrre (d*). . . . 10-79 



Page», 

Andigné (d*) U 

Andlan(d') l76 

Andri. (d*) Il 

Angle (deP) {% 

Angles (d') 229 

Angleaey (d^. .... 96 

Angonléme (d*) S9 

Anjorrant (d*) 12 

Anou(d') 250 

Antigny(d') 88 

!-.:> }Af{ .... 54-180 



Antin (d' 
Anville (d*) 
Apchon (d') 

h 



208 
12 



Apifer (d') 193 

Ap-ld») 6 

Aragon (d") 255 

Arbaod(d') 266 

ArbUde de SéaiUea (d*). . 125 

Archambanlt dea CkanoMa. 66 

Arey (d') 88 

Ardres de Coarteville d'Ho- 

dieq (d') 72 

Aremberg (d') 12 

Argent (d') 95 

Argenlenil (Lebasele d'). . 81 

Argentuit (de 1'). . . . 45 

Ariane (d') 220 

Arimont (de Sekoneodall d') 125 

Arle» (d') 229 

Arlinconrt (d*) I5 

ArIo« (d') 15 

Annagnae (d*). . . . 148-262 

Armaillé(d') 60 

Arnaud (d') 266 

Amand de Monnier (d'). . 14 

Amourille (de Yalliet d*) . 115 

Arrot(d') 251 

Ar. (d*) 44 

Ar»chot(d') 85 

Artal (don) 106 

Artaud du Rayol (d*). . . 156 
Artaud de Montanlian (d*). . 

164-165-166-229 

Artois (d*) 59 

Artos 214 

Arnndel 268 

Aatelin 227 

AtUnières (d*) 14 

Aster (d') 115 

Aslorg (d') 15 

Astaard(d') 81 



Pages. 

Anber* (de Blondel d*). . 54 

Aubelerre (d*) 95 

Aubignac (d'j 195 

Aubigny (d'). . 88-2S5-240 
Aubry de Folletille. . . 195 
Anbnsson de la Feuil- 
lade (d). . . . 15-143-21 

Audéoud (d') 29 

Audiffret (d*) 190 

Auflay (d'j 161 

Aunuine 259 

Aumaistre de Femeaot (d*). 16 
Aumale (d*). . . 28-148-178 
AoUehanp (d'). . . 16-25-110 
Aotriehe (d*). . 178-233-254 
Auvergne (d*). . . . 16-248 

Anvers (d*) 54 

Auxi. (d*) 269 

Ausillon (d*) 185 

Avannes (d*) 16 

Avant du Breuil (d*). . . 91 

AveUno(d') 264 

Avenues (d^) 17-150 

Ave*nes(d*) 17 

Avant (d»| 45 

Aymon (de la Roche). . . 165 
Ayrault(d') 237 

B 

Badi (de) 86 

Baert (de) 167 

Bailleul (de) 221 

Baisienx (de) 35 

Balalhier (de). . . . 18-157 
Balbe deBerton (de) . . 

18.61-80-180 

Balestrier (de) 18 

Baliucourt (de) 257 

Ballybigue (de). ... 56 

Balme (de la) 256 

Balsac (de) 19 

Bandeville (de). ... 182 

Baracé (de) 237 

Barante (de) 19 

Barben (de la). . . 105-227 

Barbentane-Puget (de). . 19 

Barbentane- Robin (de). . 20 

Barbian de Belgiojoeo (de) . 26 

Borbot 2i3 



35 



274 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 



Pares. 

BMttemont (de). l05-Se3-2«4-265 
B«ronrelli Ja«on (de). . . 20 

Barre (de la) 76 

Barres de Bréchainville (des) 21 
Barret (de). . 161-165-166-241 

Barry (de) 229 

Bartillat (de) 257 

Bascle (le) 81 

Baserqne (de) 129 

BaMhi (de) 21 

BasMt deChileatiboarg (de) 21 -63 

BasU (de) 53 

Bastet de OuimI. ... 254 

BaaUde (de la) 36 

Bastie (de Fangat de la). . 105 

BaïUère (de la) 23 

Baafreoiont (de) 21 

Baaloy (d«) «4 

Baolon (de Bigot de). . . 44 

Baame (de U) 104 

BaasMt (de) 22 

Baax (de). . . 96-195-259 

Bayard 229-245 

Bayer, (de) 208 

Bayenghem (de) 52 

Bëam (de). .... 68 «247 
Beaaehamp (de). . . . 218-248 
Beauclair (de). ... 151 

Beaocurpt Cr*qiiy (de). . 22 
BeAadreTïlliert (de). . . . 250 
Beaafort (de). . 48- 104-196 

BeanlTort (de) 64 

Beaufremont Conrtenay (de) l70 
Baaahamaifl (de). . . . l95 
Beaojen(de). . . . 195-217 
Baaamarai* (d'Herboii de). l28 
Beumont (de). .... 

. « 16-25-24.83-110.171 

Beanna^ ide) 25 

Beanpoil (de). . . . 26-220 
Beaupré (deChoiteal). . . 67 
Baaoqoetoe (de^. . . . 133 
Beaoregard (de). ... 44 

Beaurepoi (de) 252 

BeanMe(de) 261 

Beaaval (de) 221 

Beanvaa (de) 26 

Beanfillier* (de) 244 

Beauvoir 220 

Bec (Rome du). . . . 13-195 

Bedrort (de] 52 

Belpiojoto (de Rarbian et de) 26 

Belgi'iue 178 

Belinrourt (de) 86 

Bellaing (Moreau de). . 27-175 
Bellanera (de). , . . . . 240 

BelUtour (de) 252 

Bellefond (de Mérie de). 157 

Bellet (de) 231 

Belleval (de) 41 

Bellière (de) 181 

Benevenl (de) 245 

Bennel de Tancarville (de). 115 
Bérard (de) . . . 104-184 

Berbii (de) 10 

Bércnger Sutenage (de). . 28 

Berges (de) 190 

Berghes (dej 29 

Berkini (de) 171 

Bennond (de) 154 

Bernard (de) 238 

Bernard de Montbrison (de). 29 
Bernâlre (de). .... 1 

Beruis (de) 30 213 

Berry (de). 13-39-100-137 170 
Berthelul de la Villenmoy. . 6 

Berlier(de) 270 

Berton (de Balbe}. . . -61-80 



Pages. 

Bertrand (de) 30 

Berulle(de) 247 

Besnier (de) 43 

Bessières (de) 157 

Bessières, duc d'Istrie. . . 129 

Besson (de) 196 

Béthisy (de) Sl-ai5 

Béthune (de). 3 1-1 12-158-171-247 

BeU (de) 51-70 

Bé ville du Pont (dej. ... 6 

Biandos Casteja (de). . . H 

Bicknell 90 

Bidé de la Grand vil le. . . 128 
Biencourt (de). . . S2-170-215 

Bienville (de Thoaassin de). 160 

Bigot de Banlon (de). . . 44 
Billiotti Yolpi (de). . . 52-165 

Bilistein (de) 125 

Billarderie (PlaliaDt d« la). 102 

Bioncourt (de) 200 

Bionneau d'Eyrafuet. . • 58 

Birague (de). ..... 33 

Birch 140 

Biron(de GonUut). 22-3S-215 

Bissy (de) 27 

Bitet de Cantelonp. ... 146 

Blacas (de) 53-270 

Biaise de Rotarieulles. . . 39 

Blanchard du Val <de). . 53 

Blanchaye ( d'Andigné de la). 1 1 

Blanchi (de) 231 

Blanauerort (de). ... 93 

Blin de Bourdon 54 

Btocqnet de Wismes (de). . 76 

Bloit de Ronssillon. . • 44 

Blondel d'Aubers (de). . . 54 

Blondin de Baisieni. . . 55 

Blossac (de la Bonrdonnaye) 41 

BlosseviUe (de) 131 

Boequillon de Liger Belair. 144 

Bodenet (de) 25A 

Bohun-Hereford (de). . . 164 

Boichaad {de) 251 

Boiry (de) 243 

Bois (du) 227-228 

Bois (du) de Hoves. . . 269 

Boisayvant (de) 237 

Boisgelin (de). .... 36 

Boisgoehenneuc (de). . . 47 

Boisguy (du] 43 

Boithimont (du). ... 26 

Bois-le-Comte (Sain de). . 103 

Boissay (de) 161 

Boissieu (de) 229 

Boissy (de) 215 

Bon 199 

Bonald (de) 55 

Bonchanp (de) 45 

Bongars (de) 20 

Boni de Lamac (de). . . 56 

Bonne (de) 261 

Bonneau (de). ... « 151 

Bonnegarde (de). ... 35 

Bonnet de Chauny. . . . 175 

Bonneval (de) 35 

Bonninière (de la). . . . 24 

Bonrepos (de) 57 

Bonterille (de) 42 

Bonvuuloir (Achard de). . 5 

Bonv de Lavergne. ... 56 

Burghèsc 208 

Borne (de) 197 

Bornier (d«î) 249 

Bosc de Râdepont (do). . 92 

Boscage (da) 77 

Bosredunt (d«) 193 

Bossuet (de) 36 

Boubers (de) (Abbeville . . 1-101 



Page». 
Booe (de) g 

Bouchage (du) 37 

Boucher de Crèvecesar. . S7 
Bouebet de Sonr- 

ches (du). . 38-101-183-250 
Bouexic de Guicben (de). . 141 
Bouhier (de) 10 

BoniUon (de). 156-175-213-214- 

[248 
Boab de Marenil. . . . 156 

Boalboa (de) 197 

Bourdon (de) 39-51-151-179-254 
Bourbon Conti (de). ... 208 
Bourbon (de). . . . 54-35 
Bonrdonnaye (de la). . . 41 
Bourelie (de Combettes la). 125 
Bonssardière (de la). . . 151 
Bouteville de la Guette (de) 118 
Bouthier de Borgard. . . 41 
Bonthillier (de). ... 107 
Boyer d'Argens (de). . . 95 

BrabMit (de) 178 

Brac (de) 141 

BracheUère (de la). . . . 195 
Brainvilliers (de). ... 54 

Brancaa (de) 41 

Brancassio (dej. • . .42 

Branrilliers (de). ... 251 

Brassae (de) 147 

Bravards (de) ipl 

Bray de Walfresne. ... 45 

Bréaoté (de) 15 

Bréchainville (de). ... 91 

Brède (de la) 168 

Breil (du) 41-215 

Breilbach (de). . . . 105-106 
Brémond d'Ars (de). . . 44 

Brésil (du) 178 

Bretagne (de). . . . 45-114 

Breteuil (de) 67 

Breton de U Haiie (le). 46-110 

Brenil (du) 91 

Bréié (de). . . 46-74-91-189 

Bréiy (de) UO 

Briant. 46 

Briant de la Villeneuve. . 54 

Briche (de la) 165 

Briey (de) 48 

Bnois d'Hulloeh (de). . . 148 

Brion (de] 10 

Briot de llontreniy. ... 11 

Brison (de) 110 

Brissae (de). . . 49-77-97-177 

Broch (de) 113 

Broc (de| 15 

Broceliande 114 

Brochard (de). . . . 89-184 

Broglie (de) 49 

Bronac de Vatelhea (de). 107 
Bronchy (de), .... 17 

Brousse (la) 108 

Brown. 100 

Bruc (de). . . . 50-51-78 

Bmet(de) 67 

Brogière (de) 10 

Brun (le) 86-196 

Bruni d'Entrecatteans (de).. 160 
Brunier de Lamage (de). . 6 
Bmnier d'Adhénar (de). . 6 

Boat (du) 189 

Bue (du) 151 

Bûcher (de) 137 

Bockinghani (de). ... 164 

Buifseret (de). .... 81 

Buisson. ......116 

Buisson (de la Vigne ^. . . 64 
Buissy de Long (de). . . 1 
Buquei de Caunont (de), . 15 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 



.275 



Page». 
Burgaet de Mis«ie>tv (<le) 53-162 
BuMucy Ptful (de). . . 48 
Botcbe (de), «.«.». 208 
Bouière (Renoaard de). • 108 
Bj (de), * , . • ^ . 255 

c 

Cabiron (de) ...«•.» 54 
Cabre (de) .,.,.. 54 
C«cheleo(de). ..... 258 

Carqueray (de). .... 97 

Cadeaa (de) 156 

CaderoutM (de). . . . 54-115 

Cadogan (de) 79 

CailDf (de) 125 

Caldera (de) 56 

Calîgooa (de) l38 

CaUi (de) 231 

Calvière Vetenobre (de) . . 68 
Cambiaire (de)» .... 54 
Clambit (dej. . . . 32-54-252 

Campbell 188 

Canprond (de), , . . . 55 
Caapsari (de) .... . 108 
Candolie (de) . , . . . 55 
CaoilUc (de) .... 56-166 
Caoolle lieacoart (de). . . 
Canorgue (de la) . . . . 53 

Cantillon (de) 56 

Caoteloup (Bitft de) . ^ . 146 
Caiiy(de). ...... 170 

Caniiani (de) 26 

Capel. . , 96 

Caranan (de). 56-«0-18S-225-260 
Carantonne (de). »... 221 
Caraterie (de la) ... . 76 

Carbon (de) 80 

Cardonnette (la) 260 

Carency (de) 22-251 

Carfoar de la Félonie. . . 25 
Carignan (de). . « 233-234-235 

Carie (d«j 120 

Camifi fde). ..... 70 

Caron (le) de Fleary, . . 103 
Caronge (de). . . . , . 228 

Carra de Yaax 57 

Carra de Roebennr. ... 58 
Carreani (Masaifdes), . . 154 
Carrefoor de la Pelonte • . 5 
Carrère (de). ..... 61 

Carro* (de) S70 

Carrons (des) • . • . . 16 
Cars (de*) .... 182-150 
Carfoitin d'Acby (de). . 69-184 

CaMnare (de) 200 

Caeteigne (de) 162 

CasMu d'EUtialde. ... 169 

Caeleja(de) 11-22 

CaMelbajae (de^. . . . 58-207 
Catlellane (de). . . 6-58-244 
Caateinonfe) (d« .... 15 

Cactille (de) 217 

Cattries (de U Croix de). . 68 

Cathélany 202 

Candecotte (de) 223 

Cauly(de) 103 

Cannont (de) 25 

CanneUye (de la) ... . 42 
Caniebant de Watpick . . 104 

Canvel (de) 227 

Ceux (de) 228 

CayU (du) 21 

Ca5lu«(de) 58-59 

Caial (de) 105 

Caxenofe (de) «83 

Cérette (de) 42 

Cbabannait (de). .... 72 
Oubannea (de). . .60-191-229 



Page». 
Chabot (de) . . 30-60-215-216 
Chabnilant (de). . . 60-71-154 

Cbabnc , 227 

Chaillon (Gaignaron de) . . 125 

Chalençon (de) 188 

Chaleoge (de) 74 

Cbalier(de) .190 

Chalu» (de) 60 

Chalfet(de) 171 

Cbaabge (du) .... 60-73 
Chambly de ta Charce(de) 76-238 

Chaabord (de) 39 

Chanillart (de) 263 

Champagne (de). .... 36 
Champeaux de la Honlaye (de) 144 
Champrollet (de) .... 229 
Champlatrenx (de). • • • 162 
Champe de la Vareyne (de) . 8 
ChanaleiUe (de). . . » 61-80 
Chanel (de CrooT). . . 84-101 
Chanleraecle (de) .... 167 
Chapelle (Filleul de la) . . 97 
Chaponay (de) . • . . • 63 
ChapI de HasUgnae (de). . 297 
Charce (de la). . . 76-23a 
Charentai» Donineatt (de) . 62 

Charo«t (de) .171 

Charpin de Fongerolle» (de) 62-88 
Chasaaigne (de). • . 166 

Cha»»e (delà) 11 

Ckasiepot 81 

Chastepot (de) 247 

CbiUfonrille (de) . . . • 76 

Chifte (de) 71 

Chaateif oer de la Chasteigne- 

raye (de) 121 

Chaatellet (le vaillant do) . 91 
OMteUnx (de) . . . 6348-93 
Chastenet (de) . , . . . 77 
Châtaigneraie (la) .... 230 
Chateaubonrg (de]. , . 21-63 
Chateanbriant (de)* ... 64 
Chftleandame (de) .... 193 
Chiteanneuf-le-Ronge (de) • 14 
Chftteauneuf (de Meyronnet) 

de) 159 

Châleau-Renaolt .... 261 
Châlelet (do) .... . 145 
Chfttellier (Salmon du). . . 91 
ChaUUon (de). . . . 147-156 
Chaton de» Morandaia . • 65 

Châtre (de U) 170 

Chattnn (de) 86 

ChanUen (de) 216-217 

Chaume» (des) 66 

Chauny (de) ..... 175 
Chauvelin (de). . . . 66-210 
Chaovigné (de). .... 237 

Chavaudon (de) 120 

Chavay (de) 175 

Chavoy (de) 216 

Chaieron (de Moneslay) . . 42 
ChelTontaine (de) .... 51 
Chenu de Thoet (de) ... 66 

Chermont (de) 250 

Cherville (de) 67 

Chevallerie (Hunault d« la). 131 

Chevemy (de) 127 

Chevilly (de) 198 

Chevreute (de). ... 8-149 
Chefrière» (de). . . . 121-127 
Chiroyneao (de). ... 67—142 

Chièvres (de) 83 

Chimay(de) 56-83 

Choiaeol (de) 67-71-89-117-188- 
191-232-238-244 

Cholet(de) 111 

Cibein» (de) 130 



P»ge». 

Citran (de) 210 

Cinae (de). . . 72-146-238 
ClairambauU (de|. . . . 257 
Clare-Ladetexe (de) . . . 103 
Clarenee (de) . . . . . 164 
Clémens de.Grareson. . . 38 
Clerc de Joigne (le) . . 72-204 
Clermont(de) . . 32-69-78-81 

Cléron (de) 50 

Clesmenr(de) ..... 60 
Cleoi do Gage (de) ... 136 

Clone (de) 12 

Oosel (dn) 229 

OozeH (de) 236 

Coclois de) 198 

Cœtnempren (de Kersaint). 93-137 
Cmtqnen (dn Hallay) ... 57 
Cœurderoy (de). .... 45 

Coigny (de) 67 

Coipel (de Gonyonde) . « 136 
Colbert (de) ... 71-147-181 
Colloredo-Waldséa (de) . . 148 

Colonna (de) 29 

Cospin (de). ..... 260 

Comarque (de). .... 85 

Combeltes la Éonrelie (de) • 125 

Combrailles (de) 193 

Comminges (de Pechpeyrou). 160 
Comorre (de Gratien de). . 136 
Cofflpas»enr de Créqni (le). . 78 

Compiègne (de) 160 

Condamine» (de la). . . . 200 

Condé (de) 151 

ConOans (deV. 144 

Constant de nabocqoe (de) . 72 

Conlade* (de 149 

Conli (de) 171-20S 

Contréglise (de) 51 

Coppet (de) 202 

Corbeau de VaolMrre (de). 73-211 

Corday(de) 74-161 

Cordooe (de) . . . . 75-241 
Cormaillon (de) .... 88 

Cormenin (de) 75 

Cormis (de) 249 

Comillon (de). . . .239 

Conralier (de) . . 75-223-238 
Co» de U Hilte (du) ... 125 

Cosnae (de) 77 

Costé Bri»»ac (de). 51-77-97-170 

Cotignola (de) 26 

Cotter 126 

Conbert (de) 163 

Conet (de) lO 

Cou«tn» (de) 76 

Coulombier (du) . . . . 112 
Coupigny (de) .... 61-148 

Cour (de la) 119 

Coorbe (de) 46 

Coorlande (de). . . 234-244 
Couronnel (de). .... 171 

Coors (de) 200 

Courseaux d*Hattentot (de). 155 

Coorsin (de) 2|6 

Court (le) 193 

Courte de Vililer . . . • 55 
Courtenay (de). . . 21-22-170 

Courterade (df) 175 

Courteville d'Hodicq (de) . 73 

Courtila (de») 157 

Coortivron (de) .... 78 

Coorval (de) 184 

Cousin > 185 

CousMye (de) 210 

Couture» (de» 80 

Couvert (de) 199 

Cowley(lord) 7« 

Coynart (de) .... 11-^ 



Cn>a (le). . 
Cnrt [il U). . 



TABLE ALPHABÉTIQUE 



CrBHUHi (da) 91 

Cnip de Sunl-Cluin. . . 109 
Cnloa (Je) » 



Cri|«>l. d. . 
C.iil.n (i.|. 
Cn«|(d<i) . 



u(Tu d 
.ifd.). . 



ç.™,ii.). . 



Sl-St-ftO-llI 



"!<!•)■ ■ ■ ' 



Di,.JK(di). . 

Dill«(d(). . 

Di» |d.). . . 

)/.i..(d.). . 

M.. M. . 
tu,» (^e| . 
Doc-» (d»l. 
l><>l|Dr«li . 
DsnrrDil (d- 
Dtnii (d(l . 

DooiME Ml, 

noDodR (d< . . 

Don» (d> lliit 

D«il (io). . 



. 71 'IM 

8«-19T-'199 
S0-83-M 



i). . tt-»MID-lll 



[)..l«m (*.) tt 

DoHW Idt lUIil d() . . ISI 

DfMek (di) M 

Dnni (<k) . . 4S-74-«l-W.lg« 
DmHiHl (d(] .... »s 



D«l» (f AlUiHit) . 
D.lH>n (d.'Ci4T)! 

D<ri<»i> . . . 

DapoDy A» BoBB«gtn 



. W» 



Dnruil 101 

Diiru(d>). . (MMt-US-lII 

D""'(*«f M 

DgnuM (SlKchiO ... ni 
Itarfon (Je). SS-71-W-1 49-111- 

Dgiiea Jt Fndel 
DaxnuT . . 
I>Hrja»4rtJu . 

E 
fc™« (d-). . 
ip.K„ [d'i 

E,>.k.im Id') 
Elh.ut (if) 

KIbkKn (d'). 
Klba.r |d'). 
BliHld. (,(■). 

^pi|>, (tf" 

EKm%') , ■ 
E™,™ (i-), 
EKlHiaLnn^ai 



ElliHM (d-). 
B.ti»dt âd.. 

Eilciai (d'i. 
EtucoDH M'] 

|«iJ (d-1. 



«O-IM 
. . . ÎM 
IS1-IM-U4 



7«-7t-l9«-<gl 



Fili« (de) .... 
Filvi (de) ... . 

F»ïrt di !)«»•(» . 

P>(Mll» (le) . . . 
FUI (de) .... 
Filoll* (de). . . . 



F« (J. I.\. . 
F.«ll (O'K.llj). 

FMIim-Lneiir- 



1 (J.). 



F«ri. (djl! 
F.T. (di Vi. 

FlDtlDD (dl) 

F-rll. (i.) 



ilUtn 11) . . . 78 



Ftr«l (dl) 107 



F«™(4.). . . 
F«T»tn il. h) . 





•d* (de l>] . 




MW« 


S 


Sfi!;.:,,;. 


. 47 




























iï-U,: ; 







Fkeler Jalj . 

Fkliul (de). I 
Fl«d«i lU . 

ssra : 






. 41-1 M 
. . M 
I-1I9-19I 



F.™- Id. . . . 
For«L(k.l.l . , 
FoH d» Q.«»l (l 



Foii|mi>Tille (d.) , 

F«k,".r à^: : 

P«nll.i iJ.) 



. 17-11* 
. . tt7 

' M-1Ï7 



"'(di)."'. ' 

I de Fi(M. (d<) 



&r- ; : 

FrapuTd,], . . 
FhMu de Suel-J 



. 107-1 < 4 
4«-l(l7-l«S 



F«-"1(J«1 . . - 

PrMHC (da). . . . 

FronlBme {it) . . 

G 

Gi(t (!• ClHi <■). 

Citard (i<i. . . . 
C*1ii>«»U«('<U). 

Golitiii <<lel. . . - 

GilliMlâit. . . ■ 

Gilln lit). . . . 

Cu.T ii.). . . . 

Gutt )'•■•)■ ■ l< 

Gu4«r (du) . . . 

Guiudldi . . . 

C.M»un{it\. . . 

GHdHhut (<!•} . . 



G<wt<( |di.. , 



Gu (d.! . . . 
"■"irtd.S*]*™. 



Girvdù Id*) . . . 

Oir«d{d.). ■ ■ ■ 

Cinduli.) . . . 

GlalifiiT (Jt) . . . 

GliDC (d.) . . . . 

ClMuUr (d«] . . . 

Glnt .d'Eipiaiifla . . 

GIyid» fdi) . . . 

Gtdd.i jj». . . . 

Go|tl dï Ttiilioll. . 



lOT-Mt-lTO 
. . . T8 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 

Harlui (if ). 



CoaiuildeJoiSrst). . . 131 
GonlUKtfiiroi (J>). él-»-l I S-llS 
Gor» (d< 1.) . . . . Sl-HT 
GHlbrldi) .... 7i-I3I 

Cni.1 [i^i MT 

Gd.J«i d.nDi>T(a>)tl4-HM4S 

G«lu.< id>) tu 

Giamii li,\ 107 

G.o*i(d.l 141 

G«Ti» d> Cowl fdi) . . tH 
GoTo^Htlùnoi (lie) . II-liS-l«S 
G>i> (d>) .... 107-114 
GnsMl(d>) .... M-M 
GnamoK ( Ja| . . . I14.IIÏ 
Gn>de«b< (de) . . . . m 

Griadfnie [il) Tt 

Gniidfilli (de II) . . . . m 
Grmii|t (dele). . . . SS-I4S 
Cne de VufcwHj (k) . . ItO 



Gr..ai.(i.) . 



Cr..li..ld.) 

Grmdu Ide) . . ■ . 

g™., (de) 

Giiiulel (Je) . . . . 
Grifiiu (di) . . . . 
Gri>Hldi|de) . . ir 
GrilHHrd (di). . . . 
GnwxM-OrHT Ide] . . 
Grolte-Tinilte (de) . . 
G»> d'RiMi» (de) . . 
G«.«..,[ï.): . ■ ■ 



,d^. . 



Cnigutd idel. 

Giullerieu ISnunI de) . 
Gniol de S>i>l-IbMI. . 
Gairud (de) . . . . 

Gai« Id.) 

GDilvd lit) . . . . 
Giitud de) ... . 
Giiib» de Haaleniv. . 

C.ill"(4el 

Gicla» (de le) . . . . 
Gi>ii(di) 

H 

BtiH (la Bralu de 11) . 



■lla]i(Pilr] da>) . 
■l]aT-C«l<i<ieii (Jd). 

mÛiT) '.'.'.'. 
■ael (dn). . . 



Haraki» (de) . 

Ht^î!!!»A (V)! 
HeUanlDl (Coanei 
Batihld (de) . 



. W-tU 

. . . S« 

. . m-i»] 






Bai di BoâlTiU*. 
Hare (dali!. . . 
B»a.,l( (de). . 
Hfken .... 



'Xi 



HiriMlina 

Barbeie |d') ISS 

Harb«i>illa (dn . . M-SV-BO 
Herefard (da Bsliu dil. . IM 
Htriugll de LiiUna Id'). . lU 

Btrtei (d-l 114 

Huun.illa (d-) . . . . 17 
HerMrtdellVillaHrfaé. . IM 
■dinaal (da Bllluu). 51.|M 



S«ierTi Id'). 

aib« d> Pni 



Hinban d< FlècH. . . . lU 

BiB.i«u (d-l tu 

Bi ramolli fd'j. . . . . lU 

Hi«e(d.i.. ' I» 

Smioal (da) HS 

Bodaii làa) 101 

H.dici(d') 7S 

Heibnui (d*) SI 

Bolcq (da) I«l 

B««(leGr«d-) . . . 15Ï 
BaaJalal Id-} . . . . I«-I10 



I.L . 



™,^i■^. : : : 
iii."{d^[ 

""Tl'l-) 

bUiI da Im FUecoH . 
-Lralhu jd'). . . . 
■«CMrtld'l . . . . 



.rt(d'). 



iHl (d-l. 

IlHH>(d>l) '. 
iHud [il) . . 



SV-ll»-»7.tU 
.... M 

. . . »-«t 



JlcqieabiH ivaj, . . 

JH»! (dal. . . . 

J»«.'ïaéi.l ■ ■ 

)aw> (de Ferbis)! '. 

Ju.llla (de) . . . 

J™. [i.). . . . 

JmH«n (de) . . . 
Jeien (da BarMcelli). 

J.,el (i.). . . . '. 






278 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 



J0I7 (FilcWr) 81 

JoM|iiièr« (de It) . . . . 124 

Joaqnières (d«) 217 

Jorie (a« U) 151 

JoMelia 214 

Joaflroy Gubmu (d«). . . iSl 

Jonqm* (de) 266 

Joardan (de) 237 

Jonetelin (de) ISl 

JoyeiiM-G«rae . .... 214 

Joblin (de) 136 

Joigne (de). . 51-72-131-204 
JomiUMe (de) .... 112-151 

K 

Kanuiet (de) 132 

Keith 102 

Kelly (0*) ..... . 152 

Kereado (de) . . 134-162-232 

Kerdanet (de) 47 

Kerenber (de) 51 

Kerrily(de) 88-174 

Kergeriou (de). .... 141 
Kergorley (de) .... 1 36-238 
KerguiM (de) .... 135-232 
Kerlie de Kerqaer (de) . . 34 

Kermarec (de) 43 

KérooarU (de) 136 

Kerqoer (de) ..... 34 

Kenabiec (de) 137 

Ker«aiot(de) . . 93-137-141 

Kenalioa (de| 137 

Kertaacon (de). .... 137 

Ker«agal (de) 46 

Kilyaia(de) 134 

Kinkertille (de) .... 25 

Kle«an(de) 87 

Kiiabenau (de) 247 

Kyr^urg (de) 252 



laearre (de) 230 

LadevèM (Clare de) . . . 103 

Laennee (ae) 123 

Lafarge(de) 217 

Lalarges (de) 151 

Lagny (de) 138 

Laguarigne (de) 198 

Laidet (de) 106 

Lalooe (de) 45 

LaiMnnie (de) 139 

Lamartine (de). . . . . 140 

Lambert (de. ) 216 

Lambesc (de) 148 

Lambilly (de) 



LameU (Gibert de) 



. . 238 
. . 117 
Lamiranil de Lormaye (de) . 140 
Lamoignon (de). . 64-162-236 

Lamoral(de) 144 

Lamotte (de) 259 



Lanaatle (de) 122 

le (de) 238 

Laneret (de) 152 



Lancotme (de). 



Lande (de la) 260 

Landei (dei) 156 

Landreville (do) .... 70 

Landrièfea (de) .... 6 

Langloia de Bronchy (de). . 17 

Lannoy (de) 28 

Lanoue(de) 44 

Lantagnac (de) (^ 

LanrauT (de) 214 

Lara (de Narbonne) . . 22-173 

Lamac (de) 36 

Lamage (de) 6-64 

Lartiguei (de) 168 

Lu Cases (de) 140 



PegM. 

Laaeoars (de) 12 

Lasteyrie (de) 140 

Laslie (de) 140 

Latour GonveriMt (d«) . . 30 

Laobrière (de) 46 

Lanmont (ae) 112 

LaDnay(de).' .... 50-151 

Laoraguais (de) 42 

Laurencie (de la) . . . 139 

Laarencin (de). . . * . 206 
Laurent de Saint-Jaliea . . 152 
Lauture (d'Escayrac) ... 190 
Laosanne (de) ..... 141 
Laval (de). . 80-149-171-208-253 
Lavalelle (de) .... 67-142 

Uvau (de) 151 

Lavangnyon (de) .... 22 

Lavergne (de) 36 

Lebas du Pleuis .... 115 
Lebron de Rabot .... 143 
Leconte de NonanU . . . 192 

Leconrt 143-223 

Lefèrre 101 

Leliivre de la Grange. . . 58 
Lendoncq (de] .... 143-269 
Lenoneourt (de) .... 146 

Lentilbae (de) 143 

Lentivy-d'Oseory (de). . . 46 

Léon (de) 215-216 

Léonais (de) 214 

Lepelletier de Rosambo . . 30 
Leqaien de la Neof ville . . 174 

Lereboors 21 

Lescoét (du) . . . , . 46 
Lesdiguières (de) . . . 99-261 

Lesconrs (de) 27 

Lescure 210^11 

Lespinasse (de) 165 

Levassor 188 

Levis (de). 80-121-13»- 143-1 71 

Leyniac(de) 125 

Leynti(de) 97 

LeiayMamesia (de) . . . 143 

Leiy(de) 230 

Liancourt ,de) ... 107-209 

LieMart(de) 61 

Lienrray (de) 197 

Liger BeUir (de) .... 144 
Ligne (de) .... 15-35-144 

Lignerac (de) 59 

Ligniville (de) 145 

Ligny(de) 182 

Ligouyer (de) 224 

Liraesy (de) 251 

Linardière (de) 184 

Linceil (de) ..... 257 
Linières (de) ..... 124 

Lioox (de) v 99 

Lirey (de) 198 

L'Isle-Adam 265 

Lislebonne (de) .... 148 

Lisledon (de) 32 

Litteaa (de) 4 

l4Te(dela) 163 

Liven (de) 250 

Livemière (de) 51 

Loaisel de Saulnays . . . 146 
Locmaria (dn Parc) . . . 180 
Lœwenslein (de) . . . 213 

Loge (de) 37 

Logères (de) 104 

Loroénie (de) 167 

Long (de) 1 

Longchanps (de^ .... 240 

Longeconrt (de Berbis) . . 11 
Longeville (de) .... 257 

LoDgBeld. ..... 2-133 

Longnefosie (de) .... 123 



PagM. 
(de). , ... 195 

LoiigM«(de) 125 

Longneville Ade) . , . . 214 
Lorgeril (de) ..... 60 
Lorge (de) ... . 72-94-146 

Lormaye (de) 140 

Lorraine (de) . . . 146-179 
Lostenees (de) .... 77-148 
Louis de la Grange . . . 148 
Louvencourt (de) . . . . 230 
Lonvois (de) . . 117-149-208 
Lubersac (de) . . . 149-256 
Lnbomirski de) ... . 145 

Lueé (de) : 25 

Lncinge (de) . . . 100-149 

Lncinière (de) 76 

Lucques (de) . . 205-206-234 
Lugo (de) ...... 26 

Lussan (de). ..... 95 

Luxembourg (de) . 170-214-216 
Luynes (de). . . 8-149-171 
Luieme (de la). .... 151 

Lyle (de) 264 

Lyouf (des) 243 

M 

MaeCarthy(de) 198 

MachiaveL 32 

Maconex(de). ..... 160 

Macors (de) 111 

Magne (de).' 120 

Magon (de) 228 

Magonde U Gyclais. • . . 152 
Mahiel Sainl^CUir (de). . . 157 

Mahon (de) 81 

Maigret (de). . . . 17-150-S38 

M«illart(de) 70 

Maillé (de) 151 

Maillot (de) 958 

Mailly (de) 151 

Mairargues (de) 9 

Maison-Neuve (de). . . . 200 

Maistre (de) 171 

Maistre (le) Ml 

Majastre(de) 59 

Malesherbes (de). ... 64 

MalestroU 50-5t 

Malet (de). . . 61-148-151-210 

Malfianee (de) 90 

Malide (de) 78 

Malijay (de) 106 

Malleville (de). . . . U4-161 

Mallier (le) 76 

Malmaison (de la). . • . 80 

Malteste (de) 109 

Malaine (de) 97 

Man(de) 59 

Mancni de SénarponU . . 9 

Maodeville (de) 19S 

Mangot d'OrgèrM. ... 159 
Manoury.. . « • . • 161-929 

Marb<Bnr(de) 956 

Marcband d'Epinay. • . . 57 
Marche (de la). . . . 49-936 

Marenil(de) 156 

Marey(de) 144 

Margert 43 

Marin (de) 198 

Marinier de la Jonquiire (le). 194 

Mannier (de) 67 

Mamesia (de Leuy). ... 143 

Marolles(de) 19-99 

Marquefave (de) »... 969 
Marquessac (de). . • • 51-153 
Marquier (dei . . . . . 916 

Marquis. ...... 11 

Marsane(de). , , . . 6-153 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 



279 



Hanay (d«) 184 

HanilUe (du) 906 

lfart«l de JanfilU. ... 7 
HaHin d« TaoerMCon. . . 8 
Martria OoDoa (de) ... 153 
MaryboroDgh (de). ... 79 

Masin (de) 154 

Mafsif dei Carreaoï. . . . 154 

Mathan (de) 155 

Matignon (do). . . . Sl-118-169 
Ifanconfenant (de). ... 68 
Uaodet de Penhooet (de). 155-18S 

Mauduil (de • SSl 

Mangon de Thnel(de). . . 66 

llaoleoa(de) 134-155 

Manletrier (de). . . 4S-71-157 

Utnnj (de) 67-198 

Maopas (de) 107 

Maury 39 

Maynadié (de) SOO 

Hayneaad (de) 949 

Maynier d'Oppède (de). . . 105 

Maiaogoes (de) 59 

Maieldan (do) 193 

Muenod (de) 119-155 

Maiii (des) 155 

Héaolle (de) . . * . . 169 
Mecklenboorg (de). . . . 177 

Médieii(de) 39 

Médine (de) 991 

Melfort (de) 93 

Helgoen(de) 174 

MelIeTille (de) . . . . 999-993 

Meinn (de) 156 

Ménégnen (de) 46 

Méneten (de) 47 

Menjol d'Elbenne. ... 157 

Mennetot(de) 195 

Menou (de) 157 

Merchcr (le) 199-995 

Méric (de) 157 

Merlat. 199 

Merle (de) de la Gorce. . . 39 

Merlemont (de) 157 

Merle* (de) 948 

Merlin. 914 

Mérode Wealerloo. . . 49-t58 

Méry(de) 53-163 

Metley (de) 957 

Meeme (de) 99 

Meanieirdu) 941 

Meenil (da). . 113-194-131-158 

Meaiiil - Habart 901 

Meire(le) 156 

Me>sey (de) 159 

Meong (de la Ferté). ... 163 

Menrdrac(de) 119 

Meynard (de) 85 

Meyronnel (de\ . . . 159-164 

Michel. . 995 

Milhand (de). . .• ... 946 
MilleTille (de). .95-74-194-161 

Millot de) 958 

Mi Ion de Meane (de) ... 99 

Miroel (de) 99 

Minière* (de) 195 

Mintier (le) 44 

Mioreee de Kerdanet. . . 47 

Miranon (de* 169 

Mirarail de^ 14 

Miremoot (de) 900 

Mirepoii (de). . . . 80-191-171 

Miribel (de) 909 

Mirleao. 959 

Mironiénil (de^. .... 78 

MiMiessy (de> 53-169 

Modène d'Ette (de) . . • 934 
Modène (de) 169-197 



Pâget. 

MotatoD (de) 5 

MoUc (de) 134-169 

Mole 169-163 

Molinière (de) 909 

Monaeo (de). . . 117-149-163 

Moncada (de) 91 

Mondragon (de). .... 94 
Monelar(de). . . 164-165-166 
Moneclay Oiaieroo (de) . . 49 
Monter (de). ...... 14 

Monreeoort (del 900 

Mons (de). ...... 41 

Mooioreaux (de) 101 

Montpey (de) 93 

MonUignae (de). .... 65 
Montaigne (de). . . . 166-936 

Montalerobert (de) 166 

MonUlet (de) 104 

Montard (de). 900 

Montanban (de). 7 1-164-1 65-1 66> 

999 
Hontanban-Rohao. . . 115-914 

MonUult (de). 166 

MonUnt (de) 91-907 

MonUnnet (de) 109 

Montbaion (de) . . . 913-914 
Montbel (de). . . . 166-946 
MontboiMÏer (de). . . 56-166 

Montbri«on (de) 99 

Montbrun (du Pny), . . 193-961 

Montchenu (de) 167 

Montela* 955 

Monteboarg (de) 199 

Montecocnlli. 948 

Monteil (de) 6-107-165 

Hontélégier (de) 217 

Hoiitendre (de) 108 

Monleipan (de>. . . . 180-906 

Montetqaieo (de* 168 

Montesqiiiou ^de) 168 

Monigomnery (de) .... 168 
Moiitigny (de . . . . 161-251 
MontjoTe (de). . . . 168-956 

MonUéaH (de) 934 

MonUoti (de) 160 

Montmaur. . . 18-70-166-119 
Montnirail. ...... 108 

Montmorancy (de) 11-80-149-156- 

169-108-916-944 

Monlnort (de^. ..... 97 

Montoiaon (de) 69 

Monter (de) 193 

Monipensier (de). . . 178-179 
MontpUiair (de). .... 50 

Montremy (de^ Il 

Montrctel (de) 101 

Montry(de) 181 

Mont-Saint-Jean (de). ... 78 

MontMreaox (de) 101 

Morales 969 

Morand (de> 100 

Morandais (de). ..... 65 

More (de). ....... 189 

Moreau de Bellaing. . . 97-175 
Moreton (deU . . . 60-71-154 

Moriès(de). 165 

Monllon (de) 959 

Morin de Litleau 4 

Momington (d«^ .... 79 

Mortagne (de) 145 

MorteoMrt (de). 80-104-170-179- 

180-906 
Mortenil (d^l. ..... 179 

MoUlelles (de*) 199 

Motbe (de U) 133 

Motte (de U). . . 43-108-937 

Moueheaut (de) 943 

Mour (de) 969 



MoDuaya (da U). 
Moutia (des). . . 
Marantau (de) . 
Mnrrty. . . . 



P»««». 
. 979 
. 161 
. 149 
. 958 



N 

Nago(de) 80 

Naninr d'Eliée (de) ... 48 

Nandy (de) ê% 

Narbonne ide). . . 99-149-173 

Nassau (de) 990 

Nafier (de) 47 

Neaa (de) 150 

Necker 49 

Nedooehel (de). . 68-199-174 

Nègre (de) 154 

Nebau (de) 199 

Nell de Bréaoté. ... 95 

Nenoors (de) 177 

Nenro (de). ..... 19 

Nesie (de) 86 

Néthnnières (de). . • . 141 

Nettaiiconrt (de) l74 

NeaferaMil (de) 181 

Neaffille (de La). . . . 174 

Nenkircben (de) 187 

Neyraad (de) 107 

Nibles(de) 966 

Nicolal (de) 174-939 

Nieul (de) « 950 

Nisari (de) 41 

Niton (Dupleasis). ... 47 
Noailles (de). . . 95-174-944 

Nodot 959 

Noé (de) 174 

Noguier de Malijay. . . . 106 

Noireconrt [de\ .... 103 

Noirroontier» (ae). . . . 953 

Nonanroort (de^ 150 

Nonant (de) 199 

Norville (de) 156 

NoUret (de) 174 

Notarin (de] 940 

NoTcjean (de) 58 

NoTÏs (de) 193 

Noyant (de). . . . 98-175-189 

Noyellcs (de) 60 

Noiières (de) 193 

NyvanlMin (de Nenkirebea). 187 



Oberkireh (d*) 99 

Ogiander (d') 176 

OillansoD (d*) 76 

OliTier (d*) 941 

Onmoy (d') S 

Oppède (d) 105 

Orgères (d*) 159 

Orglandes (d'). . . . 64-176 

Orital(d') 11 

Orléans (d') 177 

Omaeieni (d') 191 

Omay(d') 16 

Orsan (d*) 55 

Orsay rd*) 114 

OssetilU (d') 938 

Ossory (d* i 46 

Oarcties (d'). ..... 135 

Orton-Jenks 99 

Ontremont (d*) 145 

Ontreqnin 919 

Oyron (d*) 937 



Paget 96 

Pailbès (de) 969 



280 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 



Paget. 

Ptin^nt (de) St4 

Pain d'Eiancoort S5 

Palais (do). . . . 89-S57.S58 

Pallo(deia) 53-78 

Palnafrtfde) 943 

Pane«moDt (de) . . . . M9 

PaDÎtie (de) 45 

Panoose (de la) 180 

Pare Locnaria (dn). . . . 180 

Parcieoz (de) 110 

Pardieo(de) S61 

Parcq (do) S8 

Pardailhan (de). . . . 54-180 

Parençay (del 93 

Parin 917 

Parrin 930-937 

Parkyoa 188 

Parton 16 

Pa« de Feoqoières (de). . . 10 

PaMal 180 

Pasqoet 998 

Passent 939 

Pastorel de) 181 

Paterao Moneada (de). . . 91 
Patrj des Haltays. ... 192 

Paol (de) 918 

Paote(de). . . . 81-148-941 

Paolis (de) 941 

Paolo (de) 904 

Paolted'YToy 115 

Patent (de Busuicy ... 48 

Payan (de) 149 

Payen (de) 189-916 

Pays do Tilleul (le). ... 49 

Pays (le) 910 

Peehpeyrou de) 160 

Pepeirolles (de) .... 904 
Peinqoelein (ae). .... 46 
Peict de Narbonae de . . . 173 

PelUprat (de) 57 

Pelletier (de). . 45-64-109-189 

PeloU 36 

Peloote (de la). ... 5-95 
Pcnrentenioo (de). . . . 51 
Penhouet (de). . . . 155-189 

Penne (de la) 53 

Pentbièvre (de) 179 

Pereins(du) 193 

Périgord (de Talleyrand). 13-59- 

6é.l70-18»-199-944-945 

Perrier. ...:... 17 

Perrière (delà) 949 

Perriers oe Fresnes (des) . 54 

Perrin(de^ 917 

Perroehet (de) 930 

Perron (de| 907 

Persan (de). . . . 99-97-189 

Perthes (de) 57 

Perthuis (de) 69 

Pémsse des Cars (de). . 95-189 
Pescow de Cbenrille. ... 67 

Pesseplane (de) 197 

Peynier(de) 105 

Phaleeqoe (de la) 198 

Pbilip (de) 970 

Piaîlliires (de) 195 

Pibrac (de) 950 

Picaull de Guehon. ... 43 

Pickelspeim (de) 145 

Pieqoet (de la Motte ... 43 

Pictet (de) 183-919 

Pieirort(de) 89 

Pierre «de la). . . 46-107-198 
Pierres de Bemis (de . . . 30 
Pierrecourt (de). . . 184-921 

Pierres (de' 184 

Pierrevert (de) 103 

Pielri (de) 185 



Pages. 

Pigoo 69 

Piles (de) 106 

Pin (do). . . . 76-126-238 

Piney(de) 214 

Pins (de) 185 

Piquet de Boiagvy. ... 43 

Pi8ieoz(de) ,167 

Pissy (de) 81 

Pittot du HeUèe 47 

Planelli(de) 37 

Plantagenei. ... 164-919 

Planiia 957 

Plafay 'de) 107 

Plas (des) 54 

Plessis (du). 4547-149-147-181. 

186-969 

Pliehon(de) 917 

Poeqoet (de 186 

Poillooc(de) 184 

Polastron (de) 187 

Polchetti (de) 118 

Poldoc(de) 914 

Pôle 164 

Polignae(de) . . 81-114-187 
Ponioeraye fde La*. . . . 51 

Pommereo (de) 9 

Ponneretal (de). . . . 151 
Pont-Renepont (de) . . . 918 
Pons (de). . * . . 147-183 

Pont(dul 6-51 

Pontac |de) 910 

Pontbellenger (de). ... 67 

Pontbriant (de) 49 

Ponte (de 185 

Pontet (de) 148 

Pontetes (de). . 59-68-189-918 
Pontgibaod (de). . . 189-911 

Ponthieu (de) 1 

Ponyamo (de) 45 

Pont Kallec ^de). ... 50 

Pontmartin (de) 55 

Porcellet (de) 99 

Poreqd*Herlen(le). ... 194 
Porrhoël (de) . . . 914-915 

PorU I délia) 67 

Portai (de) 190 

Portai (do 939 

PorUlis 191 

Porte (de la) 191 

Postal (de > 74-195 

Poterie (la) 908 

Pothon 968 

Pooehin (de) 905-906 

Poolpiqœt do Halgooet. . 45 

Pourtalèt (de) 109 

Pooftsière (de la) 93 

Potio di Borgo 80 

Praeointal (de) 191 

Pradel <de) 45 

Pradelles (de) 943 

Praslin (de). . . . 67-89-171 

Prat(du) 191 

Preissac(de. . . 189-199-944 
Pres de Pains (de). . . . 93 

PretreTille (de) 958 

ProTosU .... 13-163-167 

Provence (de) 919 

Puget (de) 19 

Posigneo (de) 199 

Poy (de). . . . . . 55-160 

Pny (du) 193 

Poydenure (de) 196 

Puydorpbile (de). ... 196 
Puysegor (de) 133 



Quarré. 



943 



QnartdeTille (de). 
QmatrebariMS (do). 
Qoebriae (de). 



Pages. 
. 198 

. 194 

. 194 



Quélen (de). . 99.1SM6S-194 

Qoengo [de] 71 

Qoennefer (de) 

Quosnel (du) 54 

QoettoTille (de) 194 

Quierrieo . (de) 914 

Qoiqoeran (de^ 195 

R 

Rabot(de) 145-196 

Radepont (de) 92 

Radtiwill (de) 87 

Raigecourt (de) 196 

Rais (de) 215 

Rambores (dei 204 

Raneliffe (de) 188 

Randan(de) 147 

Raousset (de). . . . 197-240 

Raquet(dn) 197 

Rastignae (de) 907 

RanEan(de). . . . 68-95-147 

Ray (de) 905 

Rayet (de) 900 

Raymond (de). . . . 162-197 
Raynaod (de) .... 197 

Rayneval (de) 4 

Rayol (do) 156 

Réaols (des). . . . 108-198 

Rebeeqoe (de) 79 

Recq de Malsine. ... 97 

Refofeille (de) 149 

Regnard de Lagny. . . , 138 

Reille (de la) 155 

Reaond de Montnort. . . 97 

Renepont (de) 918 

Renneville (de) 191 

Renonmière (de la). . . 119 
Renooard de Bossière. . . 108 

ReU (de) 165 

Reomont (de) 946 

Reoss-Greii (de) .... 915 

Revel (de) 104 

RéTiers(de) 67-498 

Révigliasc (de) 48 

Revillaso (de) 5 

Reynaod 970 

Reynoso. ...... 969 

Ribalte (de) 949 

Ribiers (de) 199 

Riboistièra (de^ 910 

Ricard de Villaret (de) . . 54 

Rieheboorg (de) 951 

Richer de Saint-Berthière. 193 
Ricbier(de) .... 900-901 

Rieneoort (de) 199 

Rien (do) 900 

Rigaod (de) 258 

Rieux (de) 905 

Rimogne (de) 195 

Riollet (de) 179 

Rioost de l'Argentais (de) . 43 
Rip«rt-Monclar(de). 164-165-166- 

941 
Riquebonrg (de). . . 90-108 
Riquet de Cafaman(de). 56-80-185- 

995-960 
Rivarol (de) .... 901-909 
RiTarola(de) .... 901-902 

Rivière (de) 909 

RiToire (de) 999 

Robeeq(de) 170 

Robert do Gardier. . . . 110 

Robiano (de) 52 

Robin (de) 90 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 



$81 



Page». 

Robinet (de) i4t 

Roccavione ^de) 33 

Roch (de| 258 

Rochis (de) 2(>2 

Roche (de la). . 87-131-203 
Roche-Aymun(de la). 165-203-245 

Rochebruoe (de) 231 

Rochechouart (de). 80-104-170- 

172-180-206 
Rocheronlenilles (de la). . . 204 
Rochefort (de Rohan). . 30-83 
Rocbeforl. (de). . 204-213-214 
Rochefort-Saint -Louis (de). 205 
Rocberoucauld (de la). 58-207- 

208-209 
Rocbejaqaelein (de la) 9-66-92- 

151-210-211 
Rochelambert (de la). 74-189-211 
Rochemont (de). . . . 183-212 

Rocbemore (de^ 212 

Rochemur (de) 57 

Rocbeponcié (de la). . . , 204 
Roche-Ponchin (de la) . 87-205- 

â06 
RochelhaloD (de la). ... 147 

Roeourt (de) 198 

Rocreoae (de) 237 

Rode (de la) 912 

Rodelingheride) 212 

Rodoan (de) 41 

Rohân (dej. 30-60-83-213-214- 

215-216 

Roissart (de) 231 

Roland-Payen (de .... 28 

RolUnd(dc) 27 

Rollin de Fraine. ... 119 
Romagnieu fde). .... 229 

Romail (de). 201 

Romain (de). ..... 76 

Rome du Bec. . . . 13-195 

Romée (de) 38 

Rombauld (de) 128 

Romooles (de) 248 

Roncherolle» (de). . . 121-228 

Rooii (de) '. 79 

Roquereuillti (de). . . 136-216 

Roquefort {de) 151 

Roque\aire (de). . . . 103 
Ro»daibo (de). . . . 30-64 
Rotcomraon idc). . . 83-131 

Rosemhar^ (de) 213 

Roserieiilles (de). ... 36 

Rosny (de) 31 

Ro8tains(dci 251 

Rolhelin (de) 51 

Roioiir* (de) 216-217 

Roubdix (de) 157 

Rougé -de).' . . . 68-181-217 

Roure Mu) 217-218 

Roure-Bnson 221 

Rouret (du) 70 

Roasche ....... 33 

Roussel (Damas du). . . . 240 

Rou«»el (du). • • .88 

Rousfilion (de). .... 44 

Roatray (de) 175 

Rouvres (de^ 150 

RoQt-Saint-Yincent. . . . 257 
Roui (dn). . . J . . 207 

Roux (le) 221 

Rouiet (de) 203 

Roy (le: 197 

Rot» (de») 140 

Rubempré fde) 42 

Rubcrcy (de) Ii3 

Ruoli (de) 218 

Russell idr) 33 

Rutant (de) 218 



Rolhie (de) 



Pages. 

. 230 



Saarbrack (de) 220 

Sabran 'de). . . 68<^6-219-220 

Sabrit (de) 133 

Sade (de) 220 

Sagan (de) 244 

Sailly (de) 76 

Saia-de-Buis-le-Comte. . . 1(^ 

Saint-Agnan (del 103 

Saint-Aignan (de) 244 

Saint-Albin (de). . . 122-225 
Saint-Aldegonde (de). . . .244 

Saint-André (de) 126 

Saint-Anvieu (de) 5 

Saint-Aulaire (de). . . . 26-220 

SainUBalmont(de) 35 

Saint-Bertbiére (de) 123 

Saint-Blancard (ae) 22 

Saint^ésaire (de) 105 

Saint-Clair (de Mahiel). . . 157 
Saint-Clément (de), ... 231 
Saint-Cyr (de Rochemnr). . . 57 

Saint-Denis 'de) 22 

Sainte-Aldegonde (de). . 52-906 
Sainte-Colombe (de). ... 36 

Saint-Elien (de) 293 

Saint-Etienne (de) 54 

Sainte-Gemme (de). ... 45 

Sainte-James (de) 112 

Sainte-Suianne (de). ... 68 
Saint-Georges (de). .... 75 

Saint-Géry (de) 198 

Saint-Gilles (de). . . 141-220 

Saint-Girons (del 173 

Sainte-Hermine (de). . . . 220 
Saint-Hippolyte (de). . . .196 

Saint-Julien (de) 152 

Saint-Just (de) 121 

Saint- Léger (de). . . 195-242 

Saint-Louis 'de) 205 

Saint-Lac (d'Epinay). 76-79-156- 

182 

Sainl-Lys (de) 174 

Sitint-Maixent (de). . . . 203 
Saint-Marc {de\ . 159-160-220 
Sainte-Mareucrile (de). . . 246 

Saint-Mars (del 184 

Saini-Maurice (de). . . . 127 

Suiut-Maaris (de) 220 

Saint-Mauvieux (del. ..." 5 
Saint-Ouen (de). 184-221-222-223 

Sainl-PanUly (de) 1H3 

Sainl-Paulet (del 239 

SainUPrrn de). . . 223-224 
Saint-Philippe (de). ... 81 

Saint-Pol ,de) 156 

Saint-PrieU (de). 9-122 224-225- 

226 

Saint- Prix (de) 226 

Saint -Remy (de). . . 119-226 
Stinl-Semin (de|. .... 197 

Saint-Simon (de) 226 

Saint-Sulpis idel 226 

Sainl-Tropei Me) 242 

Saii^t-Valher ,de) 60 

Saint-Vincent (de). 159-297-228- 

257 
Sainte-Hermine (de). . . . 220 

Salaignac (de) .228 

Salemc (de) 178 

Sales (de) 22j< 

Salignac [ie) 22S 

Sdlisbury (de) 79-164 

Salle (de la) 225 

Salles (de) 61 



Page*. 

Salro-Kyrboarg (de). . . . 252 
Salm-Salm (de). ..... 82 

Salmon (de) gi 

Salmoor (de) 207 

Salraing de Uoissieu (de). . . 229 

Salvanie (de la) 151 

Saltes (deJ 241 

Sapieha (del 87 

Sarcus (de) 229-237 

Sarratac (de 45 

Sarliges fde, 229 

Sartre (de) 45 

Sassenage de) 28-166 

Saulnays (de). . . . 146-230 

SauU(de) 189-261 

SaulxTavannes(de). . 135-232 

Saumery (de) 230 

Sauteiron (de) t31 

Sautebsuf (de). . . 101-231 

SauTigny (de) 270 

Satary (de) 238 

Sararon (de) 130 

Sareuse (de) 232 

SaTigny (de) 198 

Savoie (de). . 171-219-233-234- 

235-253 
Saxe (de). . . . 32-177-178-234 

Sayve (de) 121 

Sceanlx (do) 46 

Schickler 68 

Scbonendall d'Arimont (de). . 125 
Scomilles (de). . . 95-235-236 

Seailles (de) 125 

Sébastiani (de) 67 

Secondât (de) 168 

Seiglières (de) 220 

Séguier 236 

S*gur (de) 8-166-236 

Seignelay (de) 7f 

Seillières (de) 29 

Seillons (de) 197 

Sémainville (de). . . 236-237 

Semerpont (de) 230 

Sémur (de) 193 

Sénéchal (le) 232 

Sénonnes (de) 237 

Seran (de) 204 

Seranon de) 264 

Sérent-Kerlily (de). . . 88-174 
Sergeantd'Hendecourt(le). 148-243 

Serrant (de) 252 

Serre-Brune (de) 196 

Seriasca (de) 237-261 

Sesmaisons (de). . . . 75-238 
Seurrot de Guillevieu. . . 72 
Séverac (dej. . . 200-201-239 

Sé»igné (de) 6-159 

ScTin î39 

Scrmour 72 

Sibert (de) 239 

Sicile» (Deux-) 177 

Signes (de) 220 

Si«ny (de) 51-78 

Silans (de^ 239 

Silly (de) 251 

Simiane (de). 6-103-118-159-249 

Siochan (de) 137 

Skibnieska 250 

Slade 66 

Sobirals (de). . 110-164-240-241 
Solage» (de). . . .85-241-270 

Solérac (de) 43 

Soliers (de) 105 

Solre (de Croy) 82 

Sommerset (de) 72 

Sommery (de) 241 

Sonnai (de) 135 

Soubise (de) ... . 214-215 



/ 



283 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 



Page». 

Sonllrwl (de; Hi 

SouBMbrfl (dtfi 197 

Soorchet [de,. 3M01-146-lë3-i:>o 

Soumiar (de) ii9 

Soufré (de) IIT-U'J 

Souvn 'dej . i6i 

SoutA ^dfl loi 

Soyecoiirt (del 2io 

Soye» (de 25s 

Sp«nheirDidi;] lii 

Spicuel ^do, 14» 

SpiooU uic) 3n 

Spontin de Iu4 

Starchiiii-Durâiiu ,Ue,. . . ilH 

Suél i^du) *9 

SUirord(d#<. . . 115-164-21"» 

SUin*iHc dt) 67-117 

Slokein (d**; i:*it 

Strateo (de, Ui 

Str^ttullen ^de) 9.') 

Stuart [de, 2i3 

Suchi (de. 231 

ifuffoirk (de) ibk 

Sulfnin (de) i03-242 

Sufrer 171 

Sully (de) 31 

Surpere* (de) 2«H 

Siirow4 'de) 144 

Su*rat Idi.'- 131 

Suie (de la) tu2 

SyoD (de) 242 



Tarin /de) S45-344 

TalLot 2t»g 

Talleyraod \de). l.'^-r)9-68-l70- 

182-192 244-ïi5 

TaliDonI (de). . . 93-21 1-253 

Tknearrille (de). . . 156-173 

Tankerrille (de; 115 

T^ouam (de 186 

Tarente (d^, 252-2S3 

Taaiane dei 264 

Tafannci ;de;. ... 135-232 

Tchilclucoff (do) H 5 

Tellier;Lei. . . 117-149-208 

Tenier (Le 195 

Terme» (de). . . 133-245-262 

Terruticn (de) 2i5 

Terrai I (du, 245 

Terray ^38 

Tertre ^du) 237-243 

Tc»i(iiière« (de,. ... 130 

Ttfy»*iere* (de) 200 

Tfie*enot (de) 21 

The«4n de) 245 

Thianpes ,de) 2U6 

ThilioD 63 

Thirat de Saint-Agnan. . 103 

Thoma* ,de) 246 

Tliomaieau (de 200 

Tlionia<i5in (de . . 105-160-246 

Thorigny ^de) llH 

Tborn 184 

Thouarf (de) 252 

Tlionry (d 32-70 

Thuet'idc) 66 

TliuisT (dut 247-248 

Tirooly (dej 134 

Tilleul dut 42 

Tilly idel 248 

Tilquc. fdc) 243-244 

Tinpry idct. 171 

Tixier-Damar 226 

Tonnat-Charcnle (de'. . . 206 
Tonnelier de Breteuil (le). 67 



Pâgei. 

Tonnerre. . . . 32-69—78-81 

j Torey de) 72 

'Tuli(d«j 2o7 

Toi idu> 26 

; Tùuanne ide La) 37 

Touche <de La) iKs 

Toul)î>»ëi (de) 47 

Touloute (de' 15 

Tour (de U). . 5-16-76-117-192 
Tour d'Auvergne ; Ijm. . . 248 
Tour du Pm (de L*). . 238-218 
Tour Romoulei de la). . . 24H 
Tonrnelle (de La). . . . 249 

Toum<»^lle > de) 203 

Tournon {dt). . «2-94-103-249 
Tourael (de). 38-146- 1!*3-2.»0 

TouiUin (de) 250-251 

Tramerourt (de) 251 

Traim (^de) Ï63-264 

Traiecnie» (de. . . 144-251 
Treiuault (de).. . . 251-252 

Tremblay (^du) 225 

Tremoille (de 1» . 93-211-252- 

253 

Tretscmaoe (de Il H 

Trie (del 253 

TriTultio (de) 2«»-33 

Trobriant (de). . . . 89-255 
Trochendaye (de La). . . 197 

Trouïf 227 

Tubière» (de) 59 

Tunc(d'AbbeTille} (de).. . 1 

Turenne (de' 248 

Tu*ellière (<^e La,. . . . 223 



U 



t'rb*n(d') 106 

Irre (d) 158-254 

Urtan /d') 175 

Uraint (de») 253 

l'«è» (d*) 250-254 

liibridge (de) 96 



Vaehère» (dc\ 
Varogoe* (de). 
Vaillant ( le j. 
Vaillière (de la). 
Vair (de). . 
Val fdu). . . 
Valbellc (de). 



115 
4 

91 

185 

75 

33 

9 

Valençay (de) 170 

Valentinois (de; 117 

ValerT (de) 255 

Valette (de la). . . . 37-246 

Vallelon (de) 116 

Vallier (de) 255 

Valliet d'Amoaville. . . . 113 

Vallin (de; 62-256 

Vallon (de) 256 

Valory (de) 25 

Vandeuil (de) 256-257 

Vanel de l'Uleroy. 89-129-257-258 

Vvtntre» (de) 12 

Varenoe fde la) 186 

Varenne (de la) 8 

Varennc» (de). . . 20-237-258 

258 

115 

70 

24 

120 

79 

8 



Varin {de). 

Va»»e (de) 

Vassinhac d'Imécourt (de). 
ya»«y (de Reaumont) (de). 

Vaubersey (de) 

Vaublanc (de) 

Vaucre$»on ^dc" 



P-fw. 

audenont de) \kê 



id« 



. 258 
7J.211 



audreuil 
aulierre de). 

aurcy de) 229 

aurert 'de) 45 

aut ^de 57 

aiether ^de ) lo7 

aiier* de; 15(1 

edel de la Mothe). . . 135 

edel(de) 231 

ence de,. . . . 159-264 

endûme ;de) 68 

enerand ^de^ 45 

entabren de, 159 

enladoor ide| 145 

enUilbae ^de; Î59 

crrhere de la) 19 

erge» (de) .'.... 131 
crgier ;dui. . . 9-66-210-211 

Vcrgiere» (de) 218 

"erj;uelle (de) 259 

«rini {dei 32 

erna (de) 90 

ernon (do 45-257 

ernout ^de" 103 

<?ron de Farioeourl. . . 100 

erlamy ;de) 114 

Verleilùc (de) 2()8 

c»ian (de) 259-260 

etenobre ^de^ 68 

eiin» (de; 26(» 

il.raYe de). . . . 127-151 

icomle lie. 26<» 

icomle de la Heufsaye le). 136 
«cq »de). .,.'.. 58 
idaud id« la Tour). . . 191 

ielh ;dè) 17 

■ennc 'de) 26i) 

Viennot de Vaublaoc (de . . 79 

«eux. Pont 260 

•tran (de) 260 

ignae (de, 51 

'pne (de la). . . * . 64 

•gnet (de) 257 

•gnon 261 

•(.MIT (de' 150 

illaret^de. 54-262 

illedon (de) 45 

illemanty (de). ... 24 
iilemarquè (de la\ . . 124 

illeniur (de* 262 

Villeneutefde). 105-1 59-2 H-26 3- 

264-265 
VilJcneuTe-Arifat (del. . . 265 
VillencuTC (de la). ... 34 
VilleiieuTe-Lfflfrarde. . . . 246 

Villeon ^de ]*) 146 

Villeperdrix (la). ... 257 

Villcrau (de) 152 

Viller»-LifaTc(de . . . 78-265 
Villethasseth (de la,. . 143-223 
Villcurnoy (de la). ... 6 
Viltiers 'de\ . 23-142-221-265 
Villicr^Lisle-Adara (de). . 265 
VilloulreT» (de). . . 59-265 

Vilsler(de| 55 

Vimeur (de 265 

Viray (de) 251 

Vir*ille (de Groléel. . . 4,8 
Viricu (de). . 109-157-206-265 

Vi#ques (de) 35 

Vitre (de) 266 

Vitrollc» (de). . . . 14-266 

Vi»ier (du) 255 

Vitonnetde) 206 

Voupé (de) 63 

Voisin (de) 185 

Voipi (de BiUoUi). . . 32-163 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 



283 



VMuvant. 



Pape». 
. 2t5 



w 

Walds^e (de Colloredo). . 148 

Wall (de) 94 

Wandonoe (de) M) 

Wa^pick (de) 104 

Wat»inbac d'Imécourt (de;. 32 

Weerdeotein |de). . . . 2n2 

Welleiley (de^ 78 

W«lliii((ton |de) 79 



Page*. 

Werthein (de) 213 

We^tmiotter {de). ... 79 

Wicquet du) 267 

Wipnacourl (de). 70-77467-267 

Witfines (de) 76 

Wissel (de) 251 

Wurtemberg (de). . . 87-17K 
Wykerfloolh (de;. . . . 252 

X 

Xainlrailles (de) 268 



Y 

Pages. 

Vsebrftnt (d'). . . . 145-369 

YMOudun d" lOO 

Yïoy (Paulie d'). ... 115 
Tura de Freuiinet (d') 107<a69-a70 

z 

ZaehrÏDg (de> 148 

Zangiacomi S71 

Zuckow (de) 87 

Zulpben (de 139 



FI N.