(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Bibliographie des ouvrages relatifs à l'amour"

/*&/£- /?/(£? 



BIBLIOGRAPHIE 



DE L'AMOUR, ETC. 



Vincent Bona, Imprimeur de S. M., à Turin. 



BIBLIOGRAPHIE 

DES OUVRAGES RELATIFS 

a l' Amour, aux f emmes, au JvIariage 

ET DES LIVRES FACÉTIEUX, PANTAGRUÉLIQUES 
SCATOLOGIQUES, SATIRIQUES, ETC. . 

contenant les Titres détaillés de ces ouvrages 

les noms des Auteurs, un Aperçu de leur suiet 

leur valeur et leur prix dans les ventes, etc. 

PAR M. LE C. D'I*** 

3me Edition 
entièrement refondue et considérablement augmentée 

ORDRE ALPHABÉTIQUE 
par noms d'Auteurs et titres d'Ouvrages 

TOME SIXIÈME 
PERFECTION — ZWEI 



SA&C <RE£MO 

J. GAY ET FILS 

Editeurs 



LOV^DIIES 

BERNARD QUAR1TCH 

Libraire 



2 , rue Gaudio Piccadilly, i5 

1873 



UnivertfîJr 
«SlIOTHECA 



. G tf 



'BIBLIOGRAPHIE. 

DES OUVRAGES RELATIFS 

A L'AMOUR, AUX FEMMES, AU MARIAGE, 

ET DES LIVRES FACÉTIEUX, PANTAGRUÉLIQUES , 
SCATOLOGIQUES, SATYRIQUES, ETC. 



PERFECTION 



Perfection (La) des femmes avec l'imperfection de 
ceux qui les mesprisent, par H. D. M. Provençal (par 
Honorât de Me'nier). Paris, Julian Jacquin, rue de La 
Harpe, à l'enseigne du Sauvage, MDCXXV, pet. in-8 
de 70 pp. (Bignon, 1 fr. j5; Nyon, n° 4042V 

Cet écrit très-rare est une réponse à l'alphabet de J. Olivier. 
11 est dédie à la plus parfaite femme du monde; il est lourd et 
pesant. En voici le début: « De tout ce que nous venons d'es- 
« crire est prouvé que la femme est une excellente créature, rai- 
« sonnable , très-digne et plus que digne d'estre compagne de 
« l'homme, et par mesme moyen de conseiller, de gouverner et 
«de commander à son tour, l'occasion et la nécessité s'en of- 
'. frant. La femme recogneust plustost l'excellence du sçavoir 
• (pour l'acquisition duquel tous les hommes se morfondent en- 
core auiourd'hui sans le pouvoir acquérir] que l'homme, puis- 
qu'elle le désira et rechercha plustost que luy. » 

Perfection (La) des filles religieuses sur l'exemplaire 
de l'ymage Nostre-Dame . Paris, G. Eustache, s. d. 
(vers i52o;.gr. in-8 goth. de 2i5 ff., fig. sur bois. — 
On trouve dans cet ouvrage mystique" des chapitres 

Tome VI. 1 



2 PERFECTION — PERICHOLE 

consacrés à chaque partie du corps de la Vierge. Un 
des chapitres sur le nez est intitulé : « Que le nez de 
l'âme ne doit être trop grand. « Il y a des méditations 
sur le front, les yeux, les oreilles, la bouche, les épau- 
les, les cuisses et le ventre de la sainte Vierge. — Desq, 
n° io5. 

Perfidies (Les) à la mode, ou l'Ecole du monde (par 
Nougaret). Paris, 1808, 5 vol. in-12. 

Le héros du roman adresse ses premiers hommages à une 
jeune fille de i5 ans, élevée dans un couvent ; mais, ne sachant 
pas profiter des situations, il se fait bientôt éconduire. Il s'a- 
dresse alors à la maîtresse d'un grand seigneur; elle prend sa 
montre et son argent, et le congédie ensuite. 11 voyage et de- 
vient amoureux d'une femme de distinction qui veut, par jalou- 
sie, le faire assassiner. Revenu à Paris , il est sur le point d'é- 
pouser la comtesse de Montfort, quand il la surprend dans les 
douleurs de l'enfantement; en un mot, quelles que soient les 
femmes auxquelles il s'adresse, toutes , bien que différentes de 
caractère et de condition , ont entre elles un point de ressem- 
blance, l'inconstance et la perfidie. — M. A. A. Barbier dit, 
dans les Supercheries littér. (III ; 752), que cet ouvrage est ré- 
digé d'après les Mémoires de la vie du comte D'", publiés 
sous le nom de Saint-Evremond et placés dans toutes les édi- 
tions de ses œuvres, quoiqu'on ait su depuis qu'ils étaient de 
l'abbé de Pierre de Villiers, auteur de plusieurs ouvrages, en- 
tre autres d'un poème sur l'art de prêcher. 11 parait que Nou- 
garet rendait compte dans une préface des corrections qu'il avait 
faites à cet ouvrage , mais que le libraire a supprimé sa pré- 
face. 

Perfidies (Les) assassines , crimes et escroqueries 
d'un bambocheur du grand ton, ou V Amour et l'Hymen 
qui la gobent, par un écouteur aux portes (Cuisin), 
parfois farceur, parfois grave et sermonneur. Paris, 
1818, in-18, fig. — Paris, l'an des fourberies du monde 
1820, in-18, fig. — Peu commun; de 4 à 6 fr. — La fig. 
représente le Tableau des bains de Félicia. 

Perfumes (Los) de Barcelona, cancion catable, que 
si oliera el diablo que la leyera. Poema en cinco can- 
tos. Palma , imprenta de A. Gibert, ano 1848, in- 16 
de 64 pages, une fig. — Rare. — Voir la note de la 
Bibliotheca scatologica, p. 62-63. 

Péri (La), ballet fantastique en 2 a., par Théoph. 
Gautier et Coralli , mus. de Bourgmuller (Opéra). 
Paris, 1843, in-8 de 16 pp., 1 fr. 

Périchole (La), opéra-bouffe en 2 actes; par Henri 



PERIER — PERLE 3 

Meilhac et Ludovic Halévy, musique de J. Offenbach 
(Variétés). Paris, Michel Lévy, 1808, 1869, gr. in-18, 
io3 pp. 

PÉRIER (Camille).— La Grève des amoureux. 1868. 
— Une Fille du soleil. 1867. 

PERIN (René), auteur dramat., né à Paris, en 1774. 
En collaboration: L'Intrigue avant la noce — la Lai- 
tière de Montfermcil — Monsieur Jocrisse au sérail 
de Constantinople — Sophie , ou la Nouvelle Cen- 
drillon. 

Peripatetiques resolutions et remontrances senten- 
cieuses du docteur Bruscambille aux perturbateurs de 
l'état, par Va-du-Cul , gouverneur des singes. Paris, 
1619, in-8. — Leber, n° 2407; La Vallière, 1™ partie, 
n" 3g 1 3& . — Réimpr. dans le tome XVI des Joyeu- 
setej, 17 pp. 

Péripétie (Le) délia fortuna, oil Baiaretto, dramma 
in musica (6 a. en vers). Valenziena, Henry, i/io, 
in-8 de 76 pp. , avec front, gravé représ. Tamerlan à 
table et caressant la femme de Bajazet, qui est là, en- 
fermé dans une cage de fer. Quoique cette pièce, dans 
laquelle figurent 52 personnages, ail été faite pour 
amuser l'évêque de Liège, l'éditeur n'a pas cru devoir 
reproduire en entier tous les mots du manuscrit qu'on 
lui donnait à imprimer. Rare. 

Peristère , ou la Colère de V Amour, poëme en 5 
chants (par de Castera). Gnide (Paris , Royer) , 1787, 
pet. in-i2. — Taylor, n° 1409; Dinaux, 1 fr. 

Perle (La) de la Canebière , com.-vaud. en 1 acte, 
par Marc Michel et Labiche (Palais-Royal). Paris, 1 855, 
in-18 jésus. 

Perle (La) de Marienbourg, com.-anecd., mêlée de 
chants, en 1 journées, par de Leuven , Théaulon et 
Desforges. Paris, Barba, 1828, in-8. 

Perle (La) d'Orient, légende orientale, par H. Cal- 
land (1802). Paris, i855, in-12 (Vital Puissant, 1 fr.). 

Curieuse histoire d*amour oriental, d'enchantements, d'hallu- 
cinations et d'extase enchanteresse produits par le haschich, et 
dont les scènes diverses se déroulent sous le ciel de l'Egypte. 

Perle (La) des almanachs chantants, étrennes polis- 



4 PERLE — PERLES 

sonnes, suivies de la Foiropédie , poëme odorife'rant. 
S. 1. n. d., in-32, fîg. 

Cet almanach renferme des facéties qu*on retrouve dans la 
Cliiropédie, les Etrennes aux cliieurs, le Triomphe du senti- 
ment , etc. (Bibliotheca scatologica, n° 48). 

Perle (La) des maris, vaud. en 1 a., par Bavard, 
Philippe Dumanoir et Julien de M. (Mallian). Paris, 
i83i, in-8 (Gymnase-Dramatique). 

Perle (La) des servantes, vaud. en 1 a., par Varner 
(Palais-Royal). Paris, i85o, in-8. 

Perle (La) du Palais-Royal , par Xavier de Monté- 
pin. Paris, 1 855, 3 vol. in-8 et 2 vol. in-12. — Paris, 
Cadot, 1867, gr. in-18, 286 pp., 1 fr. 

Perle (La), ou Quelques années de la vie d'une femme 
célèbre. Cythère (vers i83o),. in-18 de 107 pp., avec 
un portr. et 5 lithogr. libres (pp. 14, 48, 83, 91 et 97). 
— Rare. C'est un libelle grossier et sans esprit contre 
Mlle Mars. 

Perles (Les) de saint François de Sales, ou les 
Plus belles pensées du bienheureux sur l'amour de 
Dieu, mises en ordre par le révérend P. Huguet. 3 e 
édition. Paris, Ruffet, 1871, in-32 de 3ïo pp. — Petit 
volume répandu à grand nombre dans les jeunes po- 
pulations féminines. On y trouve des cantiques qui 
peuvent donner le change et le faire considérer comme 
un petit livre erotique; ainsi: 

« Vive Jésus, vive sa force, 
Vive son agréable amorce! 

Vive Jésus, quand sa bonté 
Me réduit dans la nudité ; 
Vive Jésus quand il m'appelle : 
Ma sœur, ma colombe, ma belle ! 

Vive Jésus en tous mes pas. 
Vivent ses amoureux appas! 
Vive Jésus, lorsque sa 'bouche 
D'un baiser amoureux me touche ! 

Vive Jésus quand ses blandices 
Me comblent de chastes délices ! 
Vive Jésus lorsqu'à mon aise 
Il me permet que je le baise ! » 



PERLO — PERMISSION 5 

Perlo (La) deys musos et coumedies provensalos, 
par Gaspar Zerbin. Ays. J. Roize, i '355, in-16 de 3g8 
pp.— Solar, 170 fr. ; Nodier, 122 fr. ; Nyon, n u 1826Ï ; 
Giraud, 79 t'r. — Poésie patoise. 

PERMISSION (Bernard de Bluetd'Arbères, comte de), 
fou mystique qui vivait sous le règne de Henri IV, à 
qui, sous des titres emphatiques et complètement gra- 
tuits, il dédia ses œuvres en 1600. Son Testament fut 
imprimé en 1G0S. 

Les singulières productions de ce personnage sont l'objet de 
détails étendus dans le Manuel du Libraire (5 e édition) ; le re- 
cueil de ces extravagances se compose de 173 livres ou mor- 
ceaux numérotés , et même de 180, selon une note de Mercier 
de Saint-Léger. On connait les livres 1 à 85, 91 à io3 (décrits 
dans la Bibliographie instructive de De Bure), "104, à n3 décou- 
verts depuis quelques années , et 141 à 173. C'est un total de 
14'i livres dont l'existence est constatée , mais qui ne se trou- 
vent jamais réunis dans le très-petit nombre d'exemplaires qui 
se sont rencontrés chez quelques amateurs. 11 reste à découvrir 
un certain nombre délivres qui ont échappé jusqu'ici à toutes les 
recherches. Nodier a parlé de Bluet d'Arbères dans sa Bibliogr. 
des fous, notice piquante jointe au Bull, du bibliôph. en i835. Ce 
même Bulletin a longtemps après (i858 , p. 1070 et suiv.J in- 
séré un fort curieux travail de M. Paul Lacroix sur le soi- 
disant Comte de Permission; M. O. Delepierre s'en est égale- 
lement occupé, d'une façon fort intéressante , dans ses Etudes 
bio-bibliographiques sur les fous littéraires , Londres, 1857, 
in-S (extrait des Mélanges de la société littéraire des Philo- 
biblion de Londres]. 

Les Œuvres de Bernard de Bluet d'Arbères, comte de Per- 
mission, 1600 et années suivantes, io3 parties in-12 de 12 pp. 
chacune, et dont les plus rares sont les six dernières; la soi- 
xante-quinzième manque aussi très-souvent, ou elle est mutilée 
dans la figure attachée au commencement, et qui représente une 
femme nue et lardée de toutes parts de l'objet de ses impudicités 
(De Bure, n° 3990 etB. N., Z, 2144 A.; Aimé-Martin, exempl. 
en 2 vol. in-12, manquant de plusieurs parties, 5o fr.). — Ce re- 
cueil, est rempli d'un grand nombre de fig. s. b. très-curieuses. 
— Mac-Carthy , en i8i5, n° 373o; en sus des io3 livres, 
qui composent ordinairement les exempl. les plus complets, 
celui-ci renferme un 4 e volume qui commence au livre 141 et 
finit au 173 e . 11 est composé de 200 ff. , avec des fig. en bois, 
comme dans les trois premiers volumes. A la tète se trouve 
1 front. : Dernières œuvres de Bernard de Bluet... 1604 à i6o5. 
Acheté à Girardot de Préfond 3oo fr., le tout revendu 5oo fr. Ce 
dernier volume est peut-être unique. — On peut consulter , sur 
Bluet d'Arbères, la Biographie des hommes célèbres du dép. 
de l'Ain, par Deperg , Bourg, 1835-40, le tome 11, pp. 90 à 94. 
Les deux articles de M. Paul Lacroix, dans le Bull, du biblio- 



6 PERMISSION — PERRETTE 

phile, i858, et 1859, ont été reproduits dans les Dissertations 
bibliographiques du;*même auteur (Paris, 1864, in-i2j, pp. 167 
à 209. 

Permission (La) aux servantes de coucher avec leurs 
maistres. Ensemble l'arrest de la part de leurs mais- 
tresses. — Opuscule s. 1. n. d., pet. in-8 de 8 pp., 
imprimé à Pans, vers 1620, et que M. Fournier are- 
produit (Variétés historiques et littéraires , tome II, 
p. 237) en y joignant quelques- notes. 

Le titre fait assez comprendre quel est le ton de ce livret; 
c'est une conversation entre diverses chambrières fort égrillar- 
des et dame Avoye « de son temps le passe-partout de la cour, 
«la haquenée des courtisans, l'arrière-boutique du régiment des 
« gardes, le reconfort des Suisses, et maintenant, faute d'autre 
«besongne, la doctrine, enseignement et la science des autres, 
« l'instruction des jeunes, le truchement des nouvelles venues et 
■île réservoir de tout ce qu'on peut espérer, chercher, inventer 
de nouveau en matière d'amour. » 

Permission (La) de dix heures, com.-vaud. en 1 a., 
par Mélesville (Anne-Hon.-Jos. Duveyrier) et Carmou- 
che (Palais-Royal). Paris, Tresse, 1841, 1844, in-8 de 
24 pp. 

Permission (La) de dix heures, ou Grisette et sol- 
dat, par Max. Perrin. Paris, 1842, 2 vol. in-8, i5 fr. 

PERNET (Théodore), de Colombey (Meurthe), a ut. 
dramat. Seul ou en collaboration: Episodes de la vie 
conjugale. 1825. — Un amour de Molière. 1 838. — 
Veuve et garçon. 1824. 

Péroline, ou la Visite de noces, comédie-vaud., par' 
Bayard et Dupin. Paris, Tresse, 1843, in-8. 

Péronnelle (La), poëme , par Ch. Lepage. Paris, 
mardi, de nouv., 1827, in-8 de 16 pp. (2 édit.). 

PERRET (Paul), littér., né à Paimbœuf, en i83o. 
Histoire d'une jolie femme. 1860. — Légendes amou- 
reuses del'Italie. 1861.— La Parisienne.— La Pudeur. 
Pour un billet de mille francs. 

Perrette décoiffée, ou la Guerre de Ville-Thierry, 
poëme héroï-comique, par M. S. R. (S. Ratier). Paris, 
1822, in-18 (Viollet-Leduc ; Bramet, n° 173).— Paris, 
1828, in-8. 



PERRIN — PERSEUDE 7 

PERRIN (Franc.), chanoine d'Autun. Les Ecoliers. 
1 586. — Sichem ravisseur. 1606. 

PERRIN (P.), poète, né à Lyon vers i63o, mort en 
1680. Œuvres de poésies — Nouvelles poésies héroïques, 
gaillardes et amoureuses. 

PERRIN (Jacques-Antoine-René), avocat, mort en 
181 3. Les Egarements de Julie. 1756. — L'Empire 
des passions, ou Mémoires de M. de Gersan. 1736. 

PERRIN (Maximilien), romancier, né à Paris, en 
1706. Les Absents ont tort — l'Amant de ma femme 

— l'Amour à la campagne — l'Amour à l'aveuglette 

— le Bambocheur — le Beau cousin — la Belle de 
nuit — Ce qui plait aux filles — les Coureurs d'a- 
mourettes — le Débardeur — le Domino rose — l'En- 
fant de l'amour — l'Enfant de trente-six pères — la 
Femme et la maîtresse — la Fille de Jean Remy — 
la Fille d'une lorette — la Fille du gondolier — la 
Fleur des grisettes — le Jaloux — Laquelle des deux 

— la Lorette mariée — Mademoiselle Colombe, ou 
Une nouvelle Rigolboche — Manon la ravaudeuse — 
le Mari de la comédienne — le Mari d'une jolie femme 

— le Mariage d'inclination — Marié trop jeune — 
Mémoires d'une lorette — le Pays des amours — la 
Permission de dix heures — le Prêtre et la danseuse 

— la Reine des carabines — Riche d'amour — le Se- 
cret de madame — la Servante maîtresse — Soirées 
d'une grisette — le Sultan du quartier — le Trouble- 
ménage — Turlurette — Un amant trop aimé — Un 
ami de ma femme — Un amour de garnison — Une 
fille à marier — Une passion diabolique — Vierge et 
modiste — les Vieux péchés. — M. Perrin n'a publié 
qu'un court roman: le Bambocheur, 1868, in- 18. 

Perrin et Lucette , op.-com. en 3 a. et en pr. ; par 
Davesne, mus. de Cifolelli (Com.-Ital.). Paris, veuve 
Duchesne, 1774, in-8. 

Perroquets (Les) de la mère Philippe, vaudev. en 1 
acte, par F.-V.-Armand Daitois, Ach. Danois et(Théau- 
lon). Paris, Barba, 181 8, in-8 (Vaudeville). 

Perrtiquière (La) de Meudon, vaudev. en 1 a., par 
Anicet Bourgeois et Dennery. Paris, 1843, in-8. 

Perselide , ou la Constance d'amour, tragi-com. en 



S PERSIFLIRTE — PET-EN-BEC 

5 actes, en vers. Paris, Aug. Courbé, 1646, in-4 . — 
Nyon, n° 17549; Techener, i5 fr. 

Persiflirte (Das) Frauençimmer ; Humor , Satyre 
und Wahrheit (La Femme persiflée.... humeur, sa- 
tire et vérité). Oschatz, 1 854, in-16. 

Perugina (La), corn. (5 a. et prol. pr.) de Agost. de 
gli Pennacchi, cum gratia. Vinegia, Cr. Stampone, 
1529, in-8 de 56 pp. — Très-rare. Seule édition con- 
nue de cette pièce licencieuse. — Aventure galante entre 
un noble romain et une dame de Pérouse. Jamais les 
tours joués aux maris n'ont été plus librement exposés 
au public. — Soleinne, n° 4106. 

Pervigilium Venevis, ex edit. P. Pithœi . cum ejus 
et variorum comment. Accedit Ausonii Cupido, etc. 
Hagae-Comitum , 171 2, pet. in-8 (Libri, 6 fr. ; Nyon, 
n" 12764). — La meilleure édit. du texte est celle qui 
fait partie des Poetœ latini minores de Wersdorf, 111, 
1460 et suiv. 

Ce petit poëme, attribué parfois à Catulle , mais dont le vé- 
ritable auteur n'est pas connu, parait être une hymne composée 
pour le culte public de quelque ville du Latium. Le père Sa- 
nadon, jésuite, en a fait une traduction estimée (en vers et en 
prose), avec des remarques critiques, intitulée: Pervigilium 
Veneris, Veillée des fêtes de Vénus. Suivant la copie imprimée 
à Paris en 1667, s. d. (vers 1715), pet. in-12; (Taylor, n° 1476). 
Réimpr. à Paris, en 1728, in 12. avec portr. de Sanadon (Tay- 
lor, n" 1477) et en 1738, in-18 (Deneux, n° 4i5). — 11 y a une 
autre traduction intitulée: Traduction en prose et en vers d'une 
ancienne hymne sur les fêtes de Vénus , attribuée à l'abbé 
Ansquer de'Ponçol, ex-jésuite. Londres et Paris, 1766, in-8. 

Pescatoria amorosa, etc. (Venise, XVI e siècle), in-8 
de 4 ff., fig. s. b. — ■ Libri, 35 fr. — La Pescatoria, en 
patois de Venise, est fort libre; le Stan^e tramutate 
del Ariosto in laude délie donne sont une parodie. 

Pet-cn-bec (Le), parade en un acte, en vers de S 
syllabes (et prol. pr.) , trad. sur un manuscrit en lan- 
gue punique, trouvé depuis peu dans les démolitions 
du cbâteau de ***, et conservé dans la bibliothèque, et 
par les soins de M***. S. 1. (Paris), 1744, in-12. Rare. 
— Nyon, n° 18399; Leber, n° 2489; Soleinne , n° 
3498; Bibliothecà scatologica, p. 47; le Plat de car- 
naval, p. 126. 



PET — PETERIANA 9 

Pet (Le) éventé (par Bardou). Rouen, Jean Oursel, 
1679, in-8 de iô pp. 

« Cette friandise n'est autre chose que la Défense du pet de 
Saint-Evremond que le nommé Bardou s'est appropriée en chan- 
geant le titre et en variant quelques vers. Ce qui est plaisant, 
c'est de voir ce rimailleur, dans des stances adressées aux poè- 
tes , se plaindre de ce qu'un sieur Desandour lui a volé son 
Apologie du pet, et dans son indignation s'écrier: 

« Mais, bien que ce lâche écrivain 
Ait eu le sentiment si vain 
Que de mettre mon Pet au rang de ses richesses , 

Tout le monde est asse^ instruit 

Que sa muse jamais ne produit que des vesses , 

Puisqu'elle fait si peu de bruit. 

« Le catal. E. Baudelocque (Paris, Potier, i85o) indique, sous 
le n° 727: le Pet évente (par Bouchart, avocat). Caen , veuve 
Gabr. Briard, \-]3i, pet. in-8. Nous ignorons si c'est le même 
ouvrage que celui que nous venons d'indiquer.» — Bibliotheca 
scatologica, n° 117. 

Pétarade (La), ou Polichinelle auteur , pièce qui n'a 
point encore paru en foire et qui n'y paraîtra peut- 
être jamais (par Gallet). S. 1., i75o, in-12 de 20 pp. 
— Bibliotheca scatologica, n" 119. 

Polichinelle a fait une pièce, une tragédie en 5 actes. ]1 la 
répète devant le compère. Les cinq actes sont cinq gros pets. 
Survient un hussard qui crie au plagiat, et pour prouver que la 
pièce est de lui, il se met à péter de toute sa force. 11 finit par 
faire... encore pis. Suit un divertissement, et Polichinelle expli- 
que la morale de la pièce: « Oui, Messieurs, c'est une bagatelle 
qu'on vous présente comme pour vous curer les dents.» 

La Pétarade, ou Polichinel auteur , 1 a. en pr. et vers , 
pièce quasi nouvelle, qui peut être représentée en personnes de 
bois naturelles, 2 e édition, moins mauvaise, et non plus mé- 
chante que la première , avec peu de correction, et beaucoup 
d'augmentation. S. 1. (Paris), 1750, in-8 (Nyon, n° 18411). 

Pétarade (La), poème en 4 chants; œuvre posthume 
de l'abbé R****** (Roubaud), avec des notes par P. .1. G. 
Paris, Lesguilliez, an vu, pet. in-8 de 96 pp. (Cigon- 
gne , n° 1094; Luzarche, n° 3255). La Bibliotheca sca- 
tologica (p. 48) donne l'analyse de ce poème origi- 
nal et un peu décolleté. 

Peteriana, ou Manuel théorique et pratique de l'art 
de péter , vesser et roter, à l'usage des personnes 
constipées , graves, mélancoliques et tristes. Ouvrage 
curieux, etc., terminé par l'histoire du prince Pet- 

Tome VI. 2 



io PETIS — PETIT 

en-l'air et de la reine des Amazones , le tout rédigé 
par un merdeux, pour faire suite au Merdiana. Pans, 
chez les libraires en bonne odeur, et Palais- Royal , 
galerie de Valois, i85 (chez Terry), s. d. , pet. in-18 
de 112 pp. — Alvarès, en 1861 _, 3 fr. 5o ; cat. D. 

PÈTIS DE LA CROIX (Franc.), voyageur, orienta- 
liste, etc., né à Paris en 1 653 , m. en 171 3. — His- 
toire de la sultane de Perse et des quarante vizirs , 
trad. en franc. 1707. — Les Mille et un jours. 17 10. 

PETIT, aut. dram., en collaboration avec divers: 
— Le Ménage de garçon. 1842 — La Nouvelle sirène. 
1846. — Un tribunal de femmes. 1844. 

Petit (Le) almanach de nos grandes femmes , ac- 
compagné de quelques prédictions pour 178g. Londres 
(Paris), in-12. Opuscule satirique devenu peu com- 
mun. — Aubry, en 1857 , 3 fr. 5o; Leber , n° 4g5i ; 
Dinaux, n° 3733, 2 fr. 7S. 

Petit (Le) chansonnier françois, ou Choix des meil- 
leures chansons sur des airs connus. 3 e édition. Ge- 
nève et Paris, Duchesne, 1782, 3 vol.in-8, front, gra- 
vés par Marillier. — Catal. du marquis de M... (Schle- 
singer, 1871, n° 754). 

Recueil peu commun complet, publié par Sautereau de Marsy , 
et composé de pièces assez bien choisies dans les poêles de di- 
verses époques. L'édition précédente (1 778-1780) n'avait que 2 
vol. (Nyon, n° i5ii6). 

Petit (Le) Chaperon rouge , vaud. en 1 a. , par P. 
Blanchard. Paris, 1800, in-8. 

Petit (Le) Chaperon rouge, vaud. en 1 a., par Du- 
mersan. Paris, 181 1, in-8. 

Petit (Le) Chaperon rouge, drame en 3 a. , par Fré- 
déric Dupetit-Méré et Brazier , Paris, Barba, 1818, 
in-8. 

Petit (Le) Chaperon rouge, op. -corn, en 3 a. en pr., 
par Théaulon (Opéra-Com.). Paris, Vente, 181 8. — 
4 e édit. Paris, Vente, i83i, in-8, 1 fr. 5o. 

Petit (Le) citateur. Notes erotiques et pornographi- 

3ues. Recueil de mots et d'expressions anciens et mo- 
ernes , sur les choses de l'amour, etc., pour servir 
de complément au dictionnaire erotique du professeur 



PETIT 1 1 

de langue verte , par J. Ch. (Jules Choux) , bachelier 
es mauvaises langues. Paphos, 1869 (Bruxelles), in-8, 
tiré à 3oo exempt. — Scheible, en 1872, 7 thaï. 

Petit commentaire sur le petit traité de l'amour des 
femmes pour les sots. A Saint-Lazare, chez Donat 
Gourdin, à l'enseigne de la correction (Paris), 1788, 
in-8. — Imprim. imag. ; Luzarche, n°332Ô. 

Petit dictionnaire des anecdotes de l'amour , par 
une société de jeunes dames (M me Anne-Alexandrine 
Aragon). Paris, 1825, 1826, in-18, avec une pi. , 3 fr. 
5o. — Cat. François, n° 822. 

Petit (Le) fils d'Hercule. SA., 1701 (1781), in-18 
de 166" pp. (Cat. de Dresde, n" 11 17); 1788, in-18 , 
4 gr. (Noël, n° 837). — Avec une dédicace aux fem- 
mes plus aimables que sensibles, signée Hercule. 

Récit des aventures galantes d'un homme doué d'une vigueur 
extraordinaire, qui, après bien des intrigues à Paris, va en Alle- 
magne et en Russie ; suivi de quelques pièces de vers: p. 5y à 
64, le Chirurgien du village; le Goût bigarre; p. 67, Réponse 
d'un amateur, etc. 11 est question , dans cet ouvrage, de Poli- 
gnac, de Calonne, etc. — Réimpr. sous le titre : le Lutteur, ou 
le Petit-Fils d'Hercule, 1787, in-18 de 1 53 pp. avec un front. 
non libre et 8 jolies gravures libres (Scheible , en 1870 , 4 thaï. 
i5 sgr.), — et sous le titre: l'Encyclopédie de la nature. Paris, 
1790, in-i8 de 142 pp., avec 4 figures libres. Chez Lefort, rue 
Tireboudin, 1797, in-18, iv et 120 pp., front, et 3 fig. libres. 
Ouvrage un peu anti-religieux. Malgré les prétentions qu'affiche 
l'auteur dans le discours préliminaire , son ouvrage est plein 
d'inepties , de platitudes et d'inventions dépourvues de sens 
commun. 

Petit (Le) Jehan de Saintré et la dame des Belles 
Cousines, romance suivie de celle de Gérard de Ne- 
vers et d'Eurian, sa mie, et autres chansons, par S. P. 
de Mérard Saint-Just. Paris, chez l'auteur, an vi, in-18, 
tiré à 26 exempl. — Cigongne (12 53). 

Petit (Le) Jehan de Saintré et la dame des Belles 
Cousines , vaud. en 3 a. , par Dumersan et Brazier. 
Paris, Barba, 181 7, 1820, in-8. — L'édition de 1820 
est en 2 actes (joué la même année aux Variétés et à 
la Porte-St-Martin). 

Petit Journal du Palais-Royal, ou Affiches, annon- 
ces et avis divers. Au Palais-Royal, 1789, in-8, 6 nu- 
méros de 24 pp. chacun. 



12 PETIT 

Pamphlet violent dans le goût du Père Duchesne. On y lit des 
annonces dans le goût des suivantes: « Un superbe sopha, ser- 
vant jadis aux plaisirs secrets de la frotteuse Jules de Polignac, 
avec un lit garni de satin noir, provenant de la réforme du ca- 
binet de la R... , à vendre. — Item une caisse de pots de pom- 
made astringente propre à donner un air de nouveauté aux 
ouvertures trop souvent visitées , et sortant du même endroit, 
etc. ii — V. Deschiens, p. 272 (Pseaume, n° 1172 ; Alvarès (mai 
1861J, n° i er , 8 fr. 5o). 

Petit-maître {Le) philosophe, ou Voyages du che- 
valier de Mainvillers dans les principales cours d'Eu- 
rope. La Mecque (Amsterdam), i y5 1 , 3 vol. in- 12 
(Nyon, n° ioogS). — Londres, 1752, 3 vol. in-12. 

Petit-maître (Le) raisonnable , ou les Coquettes du- 
pées, com. en 1 a. , en vers, par Armand et de Ro- 
zée. Besançon, Riottet, 1754, in- 12 (Nyon, V, p. 192). 
— La Haye, P. Gosse, 1704, in-12 de 5i pp. (Soleinne, 
n° 1969). 

Petit (Le) matelot , ou le Mariage impromptu , 
com. en 1 a. et en pr. , mêlée de chants; par Pigault- 
Lebrun. Paris, Huet, 1796, in-8. 

Petit (Le) nain rose, chansonnier caustique et joyeux. 
Paris, Lefuel, 181 5, in-32, 1 feuille 1/2 avec planches, 
2 fr. 

Petit (Le) neveu de Boccace , ou Contes nouveaux 
en vers. Amst. (Taris), 1777, pet. in-8 (La Bédoyère, 
18 fr.; Desq, 20 fr. ; Nyon, n° 1 53y 1). — Nouv. éd., 
corr. et augm. , 1781, in-8, avec fig. et vign. de Pa- 
tas d'après Desrais (A. FI., 6 fr. 5o; Claudin, en 1 85g, 
5 fr. ; Barraud, en 1870, 7 fr.). — Amst., 1787, 3 vol. 
in-8 (Potier, 14 fr. ; Cailhava, n° 45o, 26 fr.). — Ge- 
nève, 1796, in-8 (Alvarès, en i858, 6 fr. 5o). 

3i des contes de ce recueil ont été insérés dans les Drôle- 
ries poétiques, Paris, Garnier, i852, in-32. Sur ces 3i , i5 
sont mis sous le nom de Villemain d'Abancourt, et 16 sous ce- 
lui de Plancher de Valcour. La i re et la 2 e éditions du Diction- 
naire des ouvrages anonymes, avaient d'abord attribué ce re- 
cueil à Willemain d'Abancourt, puis à Plancher de Valcour. 
Quérard et de Manne étaient aussi pour ce dernier. Mais M. 
Eusèbe Castaigne , dans le Bulletin du bouquiniste, 1862, 
p. 3t6-363, a rectifié cette erreur. L'édition de 1787, porte: 
revue, corrigée, et augmentée par M. PI** D., initiales qui si- 
gnifient Pluchon , ou Peluchon-Destouches. « Ces contes sont 
des badinages couleur de rose qui ne peuvent être lus que dans 
une société légère, après un dîner aux bougies , et lorsque les 



PETIT 1 3 

valets sont congédiés. » (Monselet, les Oubliés et les dédaignés, 
tome 11). L'Anthologie scatologique cite, pp. 98-99 , deux pe- 
tites pièces de ce recueil. — 11 existe aussi sous le même titre: 
le Petit-neveu de Boccace, un petit recueil de contes en prose 
fort rare et fort libre , mais sur lequel les renseignements nous 
manquent. Le Choix de pièces désopilantes , pp. 23i à 247, 
reproduit l'un de ces contes. 

Petit (Le) neveu de Grécourt. Voir : Etrennes gail- 
lardes. 

Petit-Neveu (Le) de l'Arétin , ouvrage posthume 
trouvé dans le portefeuille de son grand-oncle. A Rome, 
chez don B***, aux trois Pucelles, 1800, in-18, front, 
gravé. Recueil de poésies libres ; on y trouve notam- 
ment une parodie très-vive du 4 e livre de l'Enéide. 
— Cat. Noël, n° 536; Scheible, en 1870, 5 th.; catal. 
de Dresde, n° 355. 

Petit-Neveu (Le) de Vadé , poésies burlesques par 
N. J. Harvant, avec cette épigraphe, tirée du Barbier 
de Séville: 

« Eh, vive la joie ! 
Qui sait si le monde durera encore trois semaines! « 

Aux Porcherons (édit. Cazin), 1791, in-18 de xn-i3- 
1 38 pp. et vin pp. musique gravée (Alvarès, en 1862, 
7 fr. ; Cigongne, n° 11 90; catal. Noël, n° 5i6 ; Mon- 
selet, n° 5q). 

Harvant était peut-être véritablement le neveu de Vadé, car 
il signe de son nom une dédicace: .A mon oncle. En tout cas, 
il conserve un peu de l'originalité de Vadé ; il ne manque pas 
d'esprit , ses vers sont faciles et il saisit assez bien le langage 
des Halles, langage plein de bons mots, de calembourgs, de 
rimes et de répliques souvent piquantes. Ce volume contient un 
poème poissard en 3 chants, intitulé : VEcuelle, plus des étreu- 
nes, des bouquets, des chansons et des cantiques, avec la mu- 
sique gravée : on remarque une pièce en 24 vers monorimes et 
figurés : 

Non, 

Cruchon, 

Il est bon 

D'avoir un ton, 

Disait sœur Su\on 

A son frère Simon , 

Grand savetier de renom, 

L'un des marguilliers de S-Bon 

Aussi dévot que son cher patron, 

Et mille fois plus bête qu'un oison.... 



i 4 PETIT 

Citons aussi quelques vers d'un amphigouri imité de Piron: 

Isaac 

Pourceaugnac 
Andromaque 
S? disputaient dans un bac ; 
Et ab hoc et ab hac, 
Parlaient du zodiaque; 
Quand un Grec 
Vit Van Beck 
Dans la Mecque , 
Qui peignait certain blan-bec 
Philosophant avec 

Sénèque. 
Tichobrahe véridique 
Jugea le fait diabolique; 
Le Syndic 
Copernic , 
Moins bourrique 
Dit qu'il fallait rie à rie 
Consulter le public 
D'Afrique. 

Petit-Neveu (Le) du compère Mathieu, par Ch. Du- 
lormy (J. Bidard-Hayère). Paris, i832, 5 vol. in-12. — 
Lanctin, oct. 1871, 5 fr. 

Petit (Le) œuvre d'amour, ou gaige d'amitié , con- 
tenant plusieurs dits amoureux , traduits du grec ou 
latin, en rimes françoises , et sur la fin est décrite en 
prose l'histoire de Titus et Gisippus. Paris, Jean-Barbe 
d'Orge, ib3j, in-8. Livre cité par le Manuel, d'après 
Du Verdier. 

Petit (Le) Ovide français, ou le Passe-temps agréa- 
ble, remède à l'ennui, élite de chansons par différents 
auteurs. Paris, Desnos, s. d. , in-24. 

Petit (Le) Polisson ou Veni mecum , rec. de chan- 
sons comp. par M. G***. Cythère , s. d. , in-8 , avec 
mus. Recueil rare. 

Petit (Le) Poucet, ou Anthologie erotique des da- 
mes, vaud. de Cythère , orné de 46 (48) belles gra- 
vures. S. 1. n. d. , in-32, fig. 

PET1T-RADEL (Philippe), chirurgien et littérat., né 
à Paris en 1749, mort en 181 5. — Les Amours de Zo- 
roas et de Pancharis. — De amoribus Pancharitis et 
Zoroœ. — Erotopsie, ou Coup d'œil sur la poésie ero- 
tique et les poètes grecs et latins, etc. 



PETIT 1 5 

Petit recueil de poésies choisies non encore impri- 
mées. Amst. , 1660, in-12. — Nyon, n° 13494. 

Petit réservoir, contenant une variété de faits his- 
toriques et critiques de littérature , de morale et de 
poésie, etc., et quelquefois de petites aventures roma- 
nesques çt galantes, ouvrage périodique. La Haye, J. 
Neaulme, i-bo-i-jbï, 5 vol. in-8. — Nyon, n° 1D622. 
Mélanges de vers et de prose , qui paraissaient pério- 
diquement. Peu commun. 

Petit {Le) secrétaire galant , ou Petit guide épisto- 
laire à l'usage des amants, contenant près de cent mo- 
dèles de lettres pour toutes les circonstances, un choix 
de lettres des écrivains les plus célèbres, etc., par Léon 
Lambert. Paris, 1871, in-12, 180 pp. 

Petit (Le) souper, ou Louis XV et le Régent, vaud. 
en 1 a. , par Anicet-Bourgeois et Vanderbuch (Porte- 
St-Martin). Paris," Barba, 1882, in-8 de 02 pp. 

. Petit (Le) tableau de Paris (par M me de Sartory , 
aut. du duc de Lau^un , de Mlle de Luynes , etc.), 
pour 181 8 et 1822. Paris, Le Normant, et Dentu, 1818- 
22, 3 vol. in-12, 10 fr. 

Petit (Le) thrésor latin et franc, des ris et de ta 
joie. Londres, 1741. Voir: Nugœ vénales. 

Petit (Le) toutou , par J-G. de Bibiena. Amsterd. 
(Paris), 1746 (Claudin, en 1869, 10 fr. ; Rouquette , 
en 1872, 4 fr. ), 1748, 2 vol. in-12. — Didot jeune, an 
iv ; un amateur de N... , n° 598 ; Noël , n° 789; Nyon, 
n° 945 1. 

Petit traicté contenant en soy la fleur de toutes 
joyeusetés , en épistres, ballades et rondeaux fort ré- 
créatifs, joyeux et nouveaux. Paris, Ant. Bonnemère, 
pour Vincent Sertenas, 1 535, pet. in-8, lettres rondes, 
64 ff. (Cigongne, n°743). — Paris, idem, 1 538, in-16, 
88 ff. , fig. s. b. (Bibliothèque du Roi, Y, 4481). — 
Paris, idem, 1040, in-16, 87 ff., fig. s. b. (Heber , 4 
liv. 14 sh.; Nyon, n° i3436). Ce recueil est une réim- 
pression de la Fleur de toutes joyeuseteç , avec quel- 
ques augmentations. Il reparut aussi augmenté sous le 
titre de Recueil de tout soûlas. — Voir les Enigmes 
bibliographiques, pp. 75 et suiv. 



i6 PETIT — PETITE 

Petit traité contre l'abominable vice de paillardise 
et adultère, qui est aujourd'hui en coustume, et comme 
chose indifférente de s'en abstenir ou non entre les 
mondains qui ne sentent que la terre, par Guill. Le 
Fault. La Haye, A. Meuris, 162Q, pet. in-8. — Rare. 
Catal. de M. B. D. C, n° 585. Réimprimé à Lille en 
1868, in- 12 de 56 pp. 

Petit traité d'Arnalte et Luccnda (ou l'Amant mal 
traité de sa maîtresse) , trad. de l'esp. (de Diego de 
San-Pedro) par Nie. de Herberay, sieur des Essards. 
Paris, Est. Groulleau, 1 548, pet. in- 1 2 (Nodier, 1 9 fr. 5o; 
Nyon, n° io38b). — Paris, i55i, in-iG.— Lyon, 1 555, 
in-16 (Luzarche, n° 3046). — Paris, 1 5 5 ô , in-16. — 
Gand, 1 556, pet. in-12.— Lyon, B. Rigaud, 1 583, in-16 
(édit. avec une trad. italienne par B. Maraffi. Méon , 
n° 2925, i5 fr.). Joli roman d'amour, dont l'analyse 
se trouve dans la Bibl. des romans, tome VI. 

Petit traité de l'amour des femmes pour les sots 
(par de Champcenetz). Bagatelle (Paris), 1788, in-8. — 
La Bédoyère, 8 fr. 5o ; Leber, I, n° 2766. — Réimpr. 
dans le tome I er des Chefs-d'œuvre politiques et litté- 
raires , à la fin du XVIII e siècle. — La clef donnant 
les noms des femmes mentionnées dans cet écrit spi- 
rituel se trouve dans la Correspondance de Grimm, 
3 e partie, tome IV, p. 522. — Barbier l'a reproduite 
(Dictionnaire des anonymes, n° 14082). 

Petite (La) Agathe, ou la Sentinelle oubliée, com.- 
vaud. en 1 a., par Louis (Bilderbeck) (Porte St-Martin). 
Paris, Fages, 1820, in-8, 75 cent. 

Petite bibliothèque des paillards à l'usage des gens 
vertueux, composant le cabinet secret de feu M . C** 
(Chicart), et dont la vente particulière aura lieu à 
Paris, le i3 octobre 1866 (précédée d'une notice sur 
M. Chicart). Réimpression avec les prix d'adjudication. 
A Babylone , en enfer, rue de Jérusalem , 1866 (Bru- 
xelles/ 1867). Prix: 3 fr. 

Mauvaise plaisanterie de Sluys , dit Vital , dit Puissant , dit 
Campy, dit etc.... qui s'est borné à ajouter un titre au catal. 
erotique, publié par lui en février 1867, brochure in-18 de îv et 
32 pp. (Catal. D.). 

Petite biographie des acteurs et des actrices des théâ- 
tres de Paris, avec l'âge de ces dames. Paris, 1826, 



PETITE 1 7 

i83i-32 — et 4* édition, i833, in-18 de 3 feuilles 
(Aubry, en 1866, 2 fr.). 

Petite biographie des gens de lettres vivants (par 
H. Bonnelier et E. C. Taillard). Paul Ch. Marie Le- 
doux. — Destruction ordonnée par arrêt (Moniteur du 
7 nov. 1826), comme outrageant la morale, etc., dans 
les articles Fiebvée , Virginie de Sénancourt et Arm. 
Gouffé. 

Petite biographie dramatique, faite avec adresse, par 
un moucheur de chandelles (avec cette épigraphe: Cas- 
tigat remouchando) ■ Paris, 1826, in-32 de 77 pp., 
5o cent. 

Cette biographie contient les noms et adresses des principaux 
acteurs et actrices des théâtres de Paris, avec quelques lignes 
plates et peu spirituelles d' appréciation sur chacun d'eux; 
exemples : 

« Adèle (Mlle), Porte-St-Martin, rue du Temple, n° roi. — Sa 
danse voluptueuse promet plaisir et l'on assure que Mlle Adèle 
lient tout ce que sa danse promet. 

« Héloïse (Mlle), Gaîté, rue du Pont-aux-Biches, n° 5. — On 
voulait faire entrer cette danseuse dans un nouveau Paraclet. 
Ne se croyant aucune disposition pour être l'amante d'un Abai- 
lard, elle a préféré se faire danseuse. » 

Petite biographie dramatique, silhouette des acteurs , 
actrices, chanteurs, cantatrices, directeurs, directrices, 
régisseurs, souffleurs, danseurs, danseuses, figurants, 
figurantes, etc., des théâtres de la capitale, par Guil- 
laume le Flâneur (Emile Marco de St-Hilaire). Paris, 
1821, in-12, 3 fr. — 1" et 2' édit. 

Petite (La) bonne, ou Qu'elle est méchante! com. 
en t a. en pr., mêlée de vaud. (par Dubois). 2' édit. 
Paris, Barba, 181 8, in-8. 

Petite (La) Cendrillon , ou la Chatte merveilleuse, 
folie-vaud. en 1 a. en pr., par Désaugiers et Gentil. 
Paris, Quoy, 1810, in-8. — Soleinne, n° 2537. 

Petite chronique de Paris, faisant suite aux Mé- 
moires de Bachaumont, recueil d'anecdotes comiques, 
Valantes, satiriques. Par MM. ***. Année 181 8. Paris, 
ymery, 1819, in-12 de 415 pp., 3 fr. 5o. 

Petite chronique du royaume de Tatotaba, par Wie- 
land, trad. de l'ail. Metz, Behmer, 1798, 3 vol. in-12 

Tome VI. 3 



18 PETITE 

(Bignon, 2 fr. 2 5). — Paris, Dufart, an vi (1798), 2 
vol. in- 12 de 212-210 pp., avec front, très-finement 

fravé , mais, sinon tout-à-fait libre ; du moins terri- 
lement... léger. Au bas de ce frontispice la légende 
suivante: a Quelle surprise! elle se voit dans les bras 
du même homme qui, dans son rêve, la rendoit si 
heureuse ! » — Et on la voit, en effet, dans les bras 
en question (les deux personnages dans le plus simple 
appareil). — Roman genre Créb'illon fils. Cat. D. 

Petite (La) comtesse. — Le Parc. — Onesta , par 
Oct. Feuillet (2 e série de ses Œuvres complètes). Paris, 
Lévy, 1837, gr. in- 18 de 2^7 pp., 3 fr. — Remis en 
vente avec les dates de i858, i85q, 1860, 1862, 1871, 
toujours in- 18 jésus de 257 pp., 3 fr. 

Petite {La) coquette, vaud. en 1 a. , par Désaugiers 
et Gentil (Vaudeville). Paris, Barba, 181 7, in-8. — So- 
leinne, 2537. 

Petite (La) Corisandre, vaud. en 1 a., par H. Du- 
pin, de Courcy et Carmouche (Porte-St-Martin). Paris, 
1812, 1820, in-8, 1 fr. 25. 

Petite {La) cousine, vaud. en 1 a., par Decourcelle 
et Théod. Barrière (Variétés). Paris, 1049, in-18 jésus. 

Petite {La) Fadette , par George Sand. Paris, Mi- 
chel Lévy, 1849, 2 vol. in-8; i85o, in-12. — Paris. 

1868, in-18 jésus, 291 pp., 3 fr.— Paris, Michel Lévy, 

1869, gr. in-8 à 2 col. de 48 pp., vign., 90 cent. — 
Paris, Michel Lévy, 1870, in-18 jésus, 287 pp., 3 fr. 

Petite (La) Fadette', opéra-com. en 3 a. , en 5 ta- 
bleaux, par George Sand , mus. de Th. Semet (Op.- 
Com., i5 sept. 1869). Paris, Michel Lévy, i86q, in-18 
jésus, 84 pp., 1 fr. 

Petite (La) Fadette, com.-%aud. en 2 a., tirée du 
roman de George Sand , par Anicet Bourgeois et Ch. 
Lafont (Variétés). Paris, Michel Lévy, i85o, in-18. — 
Paris, Michel Lévy, 1869,^-4° à 2 col., 17 pp., 20 cent. 

Petite (La) folle, drame-vaud. en 1 a., par Scribe- 
Paris, Fages, 1822, in-8, 1 fr. 5o.— Soleinne, n° 2640- 

Petite (La) Héloise , ou Lettres à M™ de *** sut- 
deux amans de l'île de Crête, par J.-J.-A. Demonvel 



PETITE 19 

(Jean-Justin-Aristippe Mignon). Paris, Maugeret, 181 4, 
in- 12, 2 fr. 

Petite histoire d'une grande dame connue par ses 
intrigues dans une grande cour. S. 1. (Paris), n. d., 
1789, in-8. — La Jarrie, n° 5682; Claudin, en 1866, 
7 fr." 5o. Rare. — Pièce dirigée contre la duchesse de 
Polignac. 

Petite (La) Lise, par Ch. Paul de Kock. Avec une 
grav. de Leguay, d'après Sandoz. Paris, Sartorius, 1870, 
ïn-18 jésus, 285 pp., 3 fr. — Naumburg, Paetz, 1870, 
2 vol. in-16, 160-144 pp. 

Petite (La) maison, corn, en 3 a. et en pr. , paro- 
die d'Anacréon , 3* acte de l'opéra des Surprises de 
l'amour (par Chevrier et Marconville). Paris, Duchesne, 
1757, in-8 (Soleinne, n° 191 1). — Sans lieu ni nom 
d'éditeur, 1769, in-8 de 94 pp., vign. d'Eisen. — Le 
volume qui est intitulé: Pièces de théâtre en vers et 
en prose (s. 1., 1770), attribue la Petite maison au 
président Hénault. 

Petite (La) maison, com. en 3 a. et en pr., par Mé" 
lesville. Paris, Bezou, 1826, in-8, 3 fr. — Soleinne, n° 
2648. 

Petite (La) maison, vaud. en 2 a., par Ancelot et 
Paul Duport (Palais-Royal). Paris, Marchant, i838, 
gr. in-8 de 24 pp. 

Petite (La) Nanette, op. -com. en 2 a., par le cou- 
sin Jacques (Beftroy de Reigny). Paris, Moutardier, an 
v (1790), in-8 de 56 pp. — Barraud, en 1870, 1 fr.; 
Verbeyst, n° 2483. — Trois autres éditions la même 
année, une de 62 pp., une de 77 et la dernière de 72. 
— Voir Monselet, les Originaux du siècle dernier, p. 
176. 

Petite-nièce (La) de Ninon, par Am. de Bast. Paris, 
1829, 4 vol. in-12, 12 fr. 

Petite (La) poste dévalisée, pour servir aux mémoi- 
res du temps (par Artaud). Amst. et Paris, Delalain, 
1767, in-12 (Nyon, n° 9821 ; Leber, 4722). — Paris, 
Cavagnagh, an xii, in-12 (Leber, 5o35). 

Tableaux de mœurs en miniature. La politique n'est pour 



20 PETITE — PETITES 

rien dans l'indiscrétion supposée de l'auteur. — J.-B. Artaud 
était auteur dramatique; il était né à Montpellier en déc. 1732. 

Petite (La) revue, ou Quel mari prendra-t-elle ? 
com. en 1 a., par Simonnin et Théophile (Marion Du- 
mersan). Paris, an ix (1801), in-8. 

Petite (La) Rose, ou Qui est-ce qui connaît les fem- 
mes? vaud. en 1 a. , par Dumersan (Variétés). Paris, 
Barba, 181 5, in-8. 

Petites (Les) chattes de ces messieurs, par Henri de 
Kock, avec une préface dédiée à Monsieur Tartuffe et 
un frontispice dessiné par Andrieux. Paris, Ach. Faure, 
i865, in- 18 jésus, 279 pages, 3 fr. 

Petites (Les) comédies de l'amour, par Mlle Léonie 
Leblanc. Paris, i865, in-12. — Superch. littér., Il, 
io85. — Voir aussi le Dictionnaire des pseudonymes, 
par M. G. d'Heilly (Poinsot), 2 e édit., p. 214. 

Petites {Les) comédies de V amour , pièce en 1 acte, 
mêlée de chants, par F. Dutertre et A. Lemonnier 
(Vaudeville). Paris, librairie centrale, i865, gr. in-18, 
36 pp. 

Petites (Les) Danaîdes, ou Quatre-vingt-dix-neuf 
victimes, imitation burlesco-tragi-comi-diabolico.-féerie 
de l'opéra des Danaîdes, vaudev. par Désaugiers et 
Gentil (Porte-St-Martin). Paris, Fages, 1819, 1820, 
182 1, 1823, in-8. — Soleinne, n° 2537. 

Petites (Les) femmes du couvent, par Ernest Ca- 
pendu. Paris, Sartorius, 1867, in-18 jésus, 3i4pp. et 
grav., 3 fr. 

Petites (Les) gaudrioles, ou le Nouveau chansonnier 
de la table et du lit. Paris, Locard et Davi , 1820, 
182 1, in-32 de 128 pp. — Condamné pour outrage à 
la morale publique et religieuse (Moniteur des 24 et 
25 mai 1822). 

Petites (Les) heures de Cythère, recueil de chan- 
sons, romances, vaudevilles, etc. Paris (1799), in-18, 
front, gr. — Luzarche, n° 2486. 

Petites misères de la vie conjugale , par de Balzac. 
Paris, 1842, 3 vol. in-8 (Aubry, en 1866, 8 fr.), 1845, 
i85o, gr. in-8, avec 3io ng. par Bertall, dont 5o tirées 



PETITES - PETITION 2 1 

à part du texte. — Paris, Bourdilliat, i85g, in-16 de 
3iy pp., 1 fr. 

Petites (Les) misères du célibat , par un vieux gar- 
çon (Joseph Demoulin). Liège, Severeyns, i865, in-32, 
5i pp. — Scheible, en 1872, t6 sgr. 

Petites nouvelles parisiennes ( par Coustellier). Co- 
logne, P. Marteau (Paris), iy5o, pet. in-8. — Trueb- 
wasser, n° i33o; Nyon, n° 8297. 

Petites (Les) parties et les grands costumes. Voir : 
Tableaux de la bonne compagnie. 

Petites (Les) pensionnaires , ou les Jeunes filles en 
vacances, vaud. en 1 a., par Brazier et Merle. Paris, 
i8i3, in-8 (Soleinne, n° 2587). — 3 e édition. Paris, 
Barba, 1818, in-8, 1 fr. 25. 

Petites (Les) saturnales, vaud. en 1 a., par Brazier, 
Carmouche et Mazères. Paris, Barba, 1824, in-8. — 
Soleinne, 2587. 

Pétition de 2,100 Jilles du Palais-Royal à l'Assem- 
blée nationale. — Requête présentée par les files d'a- 
mour et de joie du Palais-Royal à M. Sylvain, bailli. 
De l'imprimerie de la veuve Poignet (1790), in-8, 12 
pages. Rare. — Claudin, juin i858, 8 fr. 5o; cat. Pi- 
xérécourt, p. 3go; Pseaume, n° 1172. 

Pétition d'un souteneur à M. le Préfet de police de 
Paris à l'occasion de l'ordonnance qu'il vient de ren- 
dre contre les filles publiques. Paris , Palais-Royal , 
i83o, in-8 de 3/4 de feuille.— Voir les Filles en cage. 

Pétition des filles publiques de Paris à M- le Préfet 
de police, au sujet de l'ordonnance qu'il vient de ren- 
dre contre elles, leur interdisant la circulation dans les 
rues et promenades publiques, et de celle qui précé- 
demment leur a interdit l'entrée du Palais-Royal; ré- 
digée par Mlle Pauline, et apostillée par MM. les épi- 
ciers, cabaretiers, limonadiers et marchands de comes- 
tibles de la capitale. Prix: 5o cent, chez les libraires. 
Palais-Royal, i83o, in-8 de 8 pp. 

Voir : Deuxième pétition adressée à M. le Préfet de police 
par les filles publiques de Paris, et Aux ministres .'.'.' nou- 
velle pétition des filles publiques de Paris. 

Pétition des lorettes aux membres du gouvernement 



22 PETITION — PETITS 

provisoire (cinq couplets, signé: Agathe, vésuvienne. 
On lit en note: les Vésuviennes, corps de volontaires 
libres de la république française). S. 1. ni nom d'im- 
primeur , 1848, in-4 de 2 pp., lithographie. 

Pétition présentée à la chambre des députés sur l'a- 
bolition de la loi salique et sur ï omnipotence des fem- 
mes, par le Gynephile P. X. (Auguste-Jean-Marie 
Préaux- Locré). 

On a de ce colonel d'artillerie de marine, mort en i853, plu- 
sieurs opuscules du même genre. — Supercheries littér., 1869, 
II, col. 228. 

Pétition qui doit être adressée à la Chambre des dé- 
putés par 5o,ooo jolies femmes de Paris, demandant 
la révocation des ordonnances qui leur défendent de 
sortir, etc. Paris, in-4 de 2 pp. — Voir Filles en cage. 

Petits {Les) appartements , op.-com. en 1 a. , par 
Dupin etVarner, mus. de Berton. Paris, Bezou, 1827, 
in-8, 2 fr. 

Petits (Les) bougres au Manège, ou Réponse de...., 
grand maître de l'ordre des Enc. et de ses adhérents. 
An 11 du rêve de la liberté, in- 12, rig. color. 

Petits (Les) chiens de ces dames (physiologie des 
amants de cœur des lorettes); par Henri de Kock. Paris, 
i856, gr. in- 18 de 288 pp., 1 fr. — Paris, 1864, 1866, 
gr. in-18, 1 fr. — Paris, A. de Vresse, 1870, gr. in-18, 
292 pp., 1 fr. 

Petits [Les) crevés, pièce en 4 a., par A. Flan, E. 
Abraham et J. Prével (Menus-Plaisirs, sept. 1867). 
Paris, Dentu, 1868, gr. in-18, 87 pp. — Nouv. édit., 
réduite en 3 a. Paris, Dentu, 1869, gr. in-18, 74 pp., 

1 fr. 

Petits fils (Les) de Lovelace, par Am. Achard. Pa- 
ris, 1854, 3 vol. in-8, 22 fr. 5o. — Bruxelles, 1854, 

2 vol. in-8. — Paris, 1 855, in-12, 3 fr. 5o; 1 855, in- 
12, 1 fr. — Roman. 

Petits-maîtres (Les), com. en 5 a., par J. Van-Effen. 
Amst., 1719, in-8. — Juste Van-Effen, auteur hollan- 
dais a écrit un assez grand nombre d'ouvrages en 
français; mort en 1735. 

Petits-maîtres (Les) d'été, com. ( 1 a. , pr. ) . Or- 



PETITS i3 

léans, i6q(j, in- 12 de 5o pp. — Techener, n° i54o3, 

9 fr. — Pièce rare. 

Voici une note de M. P. Lacroix sur cette pièce : « Cette 
comédie est curieuse pour l'histoire des mœurs et des modes; 
elle nous fait connaître ces Narcisses modernes, qui, à l'imita- 
tion de l'ancien, avec une perruque tellement chargée de poudre, 
que le juste-au-corps en est fermé jusqu'à la chute des reins, ne 
se trouvent devant aucuns miroirs qu'ils n' honorent de leur 
image, et où ils ne se sachent bon gré, et qui, après avoir 
passé l'hiver à se morfondre sous les fenêtres de nos dames et 
a baiser les marteaux de leurs portes, se dédommagent l'été en 
faisant les honneurs chez Procope. C'était au jardin des Tui- 
leries que ces petits-maîtres d'été tenaient leur cour plénière. » 

Petits (Les) malheurs d'une jeune femme, par Paul 
Deltuf. Paris, Lévy, 1860, in- 12 de 299 pp., 1 fr. 

Petits {Les) mystères de l'Opéra, par Alb. Second, 
illustr. par Gavarni. Paris, Kugelmann, 1844, in-8 de 
20 feuilles 1/4, 6 fr. — Très-amusant, écrit avec une 
verve spirituelle et piquante , tel est ce livre devenu 
rare. 

Petits {Les) mystères de Paris, vaud. en 3 a. et en 
6 tabl., par Dupeuty et Cormon (Variétés). Paris, 
1843, in-8. 

Petits (Les) mystères de Paris, par M. de S. H... t. 
2' édition. Paris, Gennequin, 1844, 2 vol. in- 18, ens. 

10 feuilles, avec 2 vign., 3 fr. 

Petits (Les) mystères des bals , jardins publics et 
cafés de Paris, par MM. R. et J. N. — Paris, Renault, 
1846, in-18 de 3 feuilles. 

Petits (Les) mystères du jardin Mabille dévoilés, 
par Max. Revel (Maxime Revellière) et J. Numa Ar- 
mand (Armand Jautard). Paris, 1844, in-32. 

Petits (Les) Paris, par les auteurs des Mémoires de 
Bilboquet. Paris, Tarride, 1854, chaque ouvrage in-18 
de 60 à 96 pp. et une vign., 5o cent. — Les suivants 
sont analogues à notre sujet: Paris faublas — Paris 
viveur — Paris actrice — Paris lorette — Paris ma- 
riage — Paris un de plus — Paris grisette — Paris 
étudiant — Paris canotier, etc. 

Petits (Les) péchés d'une grande dame, par Henri 



24 PETITS — PETR ARCHI STA 

Verneuil, avec une préface deJules Janin. Paris, Faure, 
1867, in- 18 jésus de vm-3i4 pp., 3 fr. 

Petits poètes français. Jolie coll. comprenant: Ber- 
tin, Boufflers, Chaulieu, Lafare, Colardeau , Deshou- 
lières, Dorât, Gilbert, Léonard, Parny, Roucher. Paris, 
Froment, 1823-27, i5 vol. pet. in-12. — Hebbelinck, 
n° n83. 

Petits poètes français depuis Malherbe jusqu'à nos 
jours; avec not. par Poitevin. Paris, Desrez, i838-3q, 
2 vol. gr. in-8 (coll. du Panthéon littéraire), 10 fr. 
ch. vol. — Paris, Didot, 1845, 2 vol. in-4 . 

Le i er vol. contient : Racan, Ségrais, M B( Deshoulières, Chau- 
lieu, Lafare, Sénecé, Vergier, Houdard de Lamotte, Piron, L. 
Racine, Lefranc de Pompignan , Gresset, Bernard , Lemierre , 
Bernis, St-Lambert, Marmontel, Lebrun, Malfilatre, Colardeau. 

— Le 2 e vol. contient: Ducis , Dorât, Laharpe, Léonard, Ron- 
sard, lmbert, Gilbert, Bertin , Parny, Florian, Chénier, Le- 
gouvé, Luc de Lancival, Milevo'ye. 

Petits (Les) riens lyriques. Paris, s. d. (1760), in-8. 

— Chansons. 

Petits (Les) soupers de l'esté, ou Aventures galantes 
(par M™' Durand de Bedacier). Paris, Prault, 1733, 
in-12. — Amst., Wetstein, 1734, 2 parties in-12 (Maske: 
cat. de Dresde, n° 982). — La Haye, ijbj, in-12. — 
J.-B. de B., n° 532 ; De Wynne, n° 362 ; Payn, n° 888. 

Dans sa Biblioth. des romans, p. 5g, Lenglet-Dufresnoy cite 
une édition de cet ouvrage intitulée: Petits soupirs de l'année 
1699; par M me Durand. Paris, 1702, 2 tomes in-12. 

Petits (Les) soupers et les nuits de l'hôtel Bouillon. 
Lettre de milord comte de *** à milord ***, au sujet des 
Récréations de M. de Castries, ou de la danse de l'ours, 
etc. Bouillon (Londres), 1782, 1783, in-8 de 93 pp. 
Rare. — Soleinne, n° 401 1; Luzarche, n" 6365. 

Ce pamphlet, attribué au marquis de Pellepore, et où la du- 
chesse de Bouillon est représentée comme plus que galante et 
maitresse du marquis de Castries , ministre de la marine , fut 
saisi aussitôt son apparition. Voir une note du Bulletin du 
bibliophile, 1861, p. 23o , et le calai. Leber, n° 2279 ( voir la 
note de ce catalogue). — il en a été fait une réimpr. allemande, 
Cologne, P. Marteau. 

Petrarchista (II), dialogo di M. Nie. Franco. Venise, 
Gioli di Ferrari, i543, pet. in-8 de 56 ff. — Libri, 



i 



PETRARQUE 2 5 

fr. 25. — Documents intéressants sur Laure et lettres 
e Pétrarque. 

PETRARQUE (François), célèbre poëtc italien, né 
en i3o4 à Arezzo. Il étudia d'abord à Montpellier et 
à Bologne, puis se fixant à la culture des lettres et à 
la poésie, il vint habiter Avignon. Là, il rencontra, en 
1327, la fameuse Laure, pour laquelle il conçut un 
amour qui dura autarit que sa vie et qui , dit-on , ne 
fut jamais récompensé. Pour se distraire, il voyagea en 
France, puis dans les Pays-Bas. En 1 335 , il accepta 
du pape BenoîtXIl des bénéfices qui lui assurèrent une 
existence honorable, et il fut employé dans diverses 
missions politiques. Il mourut près de Padoue , en 
1374. Les ouvrages les plus célèbres de Pétrarque sont 
ses poésies italiennes, qui se composent principale- 
ment de sonnets, de can^oni ou odes, de rime terçe; 
on y trouve une grâce et une délicatesse de sentiment 
remarquables. Pétrarque contribua à donner à la lan- 
gue italienne de la pureté, de l'élégance et de la fixité. 
Le recueil de ces poésies, ordinairement intitulé: So- 
netti, Cangoni et Trionfi, ou le Rime di Fr. Petrarca 
a été si souvent réimprimé qu'il faudrait un petit vo- 
lume pour en faire le tableau détaillé. Il convient pour 
nous qui traitons la bibliographie surtout au point de 
vue des productions françaises , que nous renvoyions 
les amateurs au Manuel du libraire (V, 534 à 572), 
pour prendre connaissance des éditions italiennes ou 
en langues étrangères les plus importantes. Nous dirons 
seulement que , parmi les éditions récentes les plus 
estimées, on cite celle de Rome, 1821, avec remarques 
de Tassoni, Muzio et Muratori, et celle de Paris, don- 
née en 1822 par Biagioli, avec commentaires. Nous 
allons seulement donner ici la liste des traductions 
françaises de cet auteur. 

Traductions Françaises : 

Les Triumphes de messire Fr. Pétrarque, translatez en franc . 
(trad. inconnu). Paris, Barthélémy Vérard, Ô14, in-fol. goth.'à 
2 col., fig. s. b. — Paris, Hemon le Febure, i5ig , pet. in-fol. 
goth. (La Valliére, 160 fr. ; Mac-Carthy, 3io, fr. ; Duriez, 600 

fr. ; S off, 199 fr.). — Paris, H. Le Febvre , i520, in-fol. de 

174 ff. , fig. s. b. 

Le Triumphe de messire Fr. Pétrarque. Paris, Philippe le 
Noir, s. d., in-fol. goth., fig. s. b. (Borluut, 5o fr.J. 

Tome VI. 4 



26 PÉTRARQUE 

Les Triumphes excellais et tres-magnifiques du tres-elegant 
poète messire Fr. Pétrarque (même traduction que la précé- 
dente). Lyon, Denys de Harsy, pour Romain Morin, i53i, pet. 
in-8 de 208 ff. , fig. s. b. réduites (La Vallière, 8 fr.; Pixéré- 
court, 70 fr. ; Veinant, 352 fr.). 

Les Triumphes de Pétrarque , trad. en rhime franc, par le 
baron d'Opede (Jean Meynier). Paris, les Angeliers, i538, pet. 
in-8 de 116 ff., fig- s. b. 

Les Triumphes de Pétrarque (traduct. en prose). Paris, De- 
nis Janot, i538, i53q, pet. in-8 de 208 ff. , gr. s. b. (Morel- 
Vindé, 3i fr. ; Mac-Carthy, t5 fr. ; Solar, 142 tr.). 

Les Triumphes de Pétrarque : Amour vainq le monde. Pa- 
ris, Jeanne de Marnef, 1545, in-16 , fig. s. b. (Bearzi, 80 fr.). 
— Paris, Est. Groulleau, i554, in-16, fig. s. b. (Veinant, 120 
fr. ; Heber, 1 liv. 5 sh.). 

Lattre d'Avignon. Extraict du poëte Florentin Françoys Pé- 
trarque, et mis en franc, par Vasquin Philieul de Cafpentras. 
Paris, Jacq. Gazeau, 1548, pet. in-8 de 119 ff. 

Vasquin Philieul compléta cette traduction en vers et la pu- 
blia plus tard sous ce titre: 

Toutes les œuvres vulgaires de Fr. Pétrarque. Avignon , 
Barth. Bonhomme, 1 555, in-8 (Heber, 1 liv. 19 sh. ; Gancia, 
59 fr. ; Potier, 25 fr.). 

Les Triomphes de Pétrarque , mis en vers franc. , par forme 
de dialogues, par J. Ruyr. Troyes, Cl. Garnier, i538, in-8. 

Le Pétrarque en rime françoise, avec comment. , trad. par 
Ph. de Maldeghem, sieur de Leyschot. Bruxelles, 1600, et Douai, 
1606, pet. in-8 (La Vallière, 6 fr. ; Potier, 20 fr.). 

Les Œuvres amoureuses de Pétrarque, trad. en franc., avec 
l'italien à côté, par Placide Catanusi. Paris, 1669, 1671, 1707, 
1709, in-12 (Aubry, en 1861, 3 fr.; en 1866, 6 fr. 5o; Teche- 
ner, en 1866, 12 fr. ; Nyon, nos 16260-61). 

Choix de poésies de Pétrarque , trad. par Lévesque. Paris, 
1774, 1786, 2 vol. in-iS (Nyon, n° 16262). 

Poésies de Pétrarque , trad. en vers franc, par Léonce de 
Saint-Geniés. Paris, Delaunay, 1816,2 vol. in-12, portraits. 

Poésies de Pétrarque , trad. complète en pr. , par le comte 
F.-L. de Gramont. Paris, 1841, in-12 de 14 feuilles. 

Sonnets, can\ones, ballades et sextines de Pétrarque , trad 
en vers par le comte F. de Monlesquiou. Paris , 1842-43, 3 
vol. in-8. 

Poésies de Pétrarque, trad. en vers par Camille Esmenard 
du Mazet. Paris, i83o, in-12; 1848, in-8 de 28 feuilles. 

Pétrarque, poème, suivi de poésies diverses, par 
Pierre Cnas. Montpellier, 1819, in-8 de 5 feuilles. 

Pétrarque solitaire, ou les Epanchements du cœur, 



PETRI 27 

lettres familières et secrètes de Pétrarque, etc., par Pac- 
card, pour faire suite aux Amours de Laure et de 
Pétrarque. Paris, Béchet, 1816, 2 vol. in- 18, fig. 

Les Amours de Laure et de Pétrarque , ou Choix des poé- 
sies de Pétrarque, trad. envers, accompagnées d'un commen- 
taire, et précédées d'une notice sur la vie du poêle et de son 
amante, par Paccard. Paris, Patris, i8i5, 2 vol. in-18, fig. 

Pétri Abœlardi et Heloisœ conjugis ejus.... opéra 
nunc primum édita. Paris, 161 6, pet. in-4 . — St-Cé- 
ran (en 1 780), 24 fr. 

Edition la plus ancienne des Œuvres d'Héloïse et d'Abailard; 
celles marquées, dans des catal. inexacts, 1606 et 1626, n'exis- 
tent pas. Les exempl. de cette édition sont de deux sortes: les 
uns portent sur le titre le nom de Fr. d'Amboise , aut. de la 
préface ; les autres portent cum notis A. Quercelani (André 
Duchesne, qui est , en effet , l'auteur des notesj. Ces derniers 
exempl. renferment des testimonia qui ne sont pas dans les 
premiers, mais ils ne contiennent plus la préface de d'Amboise. 
L'ouvrage contient, outre les Lettres d'Héloïse et d'Abailard , 
les œuvres de ce dernier , lesquelles sont toutes théologiques. 
Un des sermons adressé aux religieuses du Paraclet , a pour 
sujet la Chaste Suzanne. — La 2 me édition, Londres, 1718, in-8, 
est meilleure que la première (La Bédoyère, 35 fr.; Didot, 80 
fr.). — Oxonii, 1728, in-8. — Turici, 1841, in-4. — 11 a été fait 
de ces lettres célèbres un grand nombre de traductions et de 
paraphrases en prose et en vers ; nous en signalerons ici les 
principales : 

Lettre d'Héloïse à Abailard, trad. du lat. (par Des Cours]. 
Amst. (Rouen), P. Chayer, 1695, in-12 (Imprimeurs imaginai- 
res). Pour l'indication des différentes éditions des mêmes let- 
tres imprimées de 1691 à 1697, voir VExamen des dictionnai- 
res historiques , par Barbier, p. 434. 

Histoire d'Héloïse et dCAbèlard , avec la lettre passionnée 
qu'elle lui écrivit, et accompagnée de deux autres aventures 
galantes fort singulières. La Haye, 1693, 1694 (Baschet, n° 
236), pet. in-12. — Traduction anonyme. 

Le Philosophe amoureux, histoire galante, cont. une disser- 
tation sur la vie d'Abailard et d'Héloyse, avec leurs intrigues 
amoureuses, plusieurs lettres d'Héloïse à Abailard et les répon- 
ses du même à cette belle. Au Paraclet, 1696 , 1697, pet. in-12 
(Nyon, n» 83o6; Techener, en i858, 6 fr.). — Au Paraclet, 
1723, in-12 (Grassot, n° 462). C'est probablement la même tra- 
duction qu'aux articles précédents. 

Histoire des amours et infortunes d'Abailard et d'Héloïse, 
avec la traduction des lettres ; par F. Dubois. La Haye, 1703, 
1711, pet. in-12, fig. représ, la castration (Techener, 8 fr.). — 
Ne pas confondre ce volume avec le poëme burlesque d'Ar- 
mand (V. au mot Histoire des amours et des infortunes, etc.). 



28 PETRI 

Nouveau recueil contenant la vie, les amours, les infortu- 
nes et les lettres d'Abailard et d'Héloise. Bruxelles, 1714, in-12 
(Piger, n° i586). —Anvers, 1720 (Nyon, n° 21861), 1722, 1734 
(Crozet, 5 fr. 25), 2 vol. in-12. — Amst., 1725, in-12 (Therrin). — 
Le tome 1 er contient une histoire abrégée d'Abailard , par un 
anonyme, les Amours d'Ab. et d'Hél. , par Alluis , et la trad. 
de leurs lettres, par Rémond Descours et un anonyme. — Le 
tome II contient les lettres galantes de Cléante et de Bélise (de 
la marquise de Ferrand, née de Belizani, au baron de Breteuil), 
et les Lettres d'amour d'une religieuse portugaise. — V. le Dic- 
tionnaire des anonymes , 2 me édition, n° i25o3, pour d'autres 
détails sur ce recueil. 

Les Lettres d'Héloise et d'Abailard , mises en vers, par de 
Beauchamps. Paris, 1714, 1724, in-12 (Potier, 20 fr.). 

Lettre amoureuse d'Héloise à Abailard, traduction libre de 
Pope, par M. C. (Colardeau). Au Paraclet, 1758, in-8. Cette 
traduction en vers français a été souvent réimprimée; on distin- 
gue l'édition de Paris, Duchesne, 1766, gr. in-8, avec un front, 
et une fig. grav. par Massard, d'apr. Eisen. 

Epître d'Héloise à Abailard , trad. (de Pope) et mise en 
vers, par M. Feutry. Londres, 1758 , in-8. 

Epître d'Héloise à Abailard, trad. de Pope (par la duchesse 
d'Aiguillon, préc. d'un Abrégé de la Vie d'Abailard, par Ma- 
rin). Paris, Tilliard, 17^8, in-8. 

Héloise à Abélard , imitation nouvelle (par L. S. Mercier). 
Bruxelles et Paris, 1763, in-8 de 176 pp.; ou Amst. , 1774, in-8- 

Les Lettres et épîtrss amoureuses d' Héloise et d'Abeilard, 
trad. librement en vers et en pr. , par MM. de Bussy-Rabittin, 
de Beauchamps, Pope, Colardeau , Dorât, Feutry, etc. Nou- 
velle édition corr. et augmentée. Au Paraclet (Paris, 1774); 2 
vol. in-12 de xvi-197 et 2I 4 PP- — Recueil fait par le libraire 
Cailleau et réimprimé très-souvent et jusque dans les dernières 
années, en 2 vol. in-18, pour le colportage. Les anciennes édi- 
tions sont les plus belles et les plus complètes, et il s'en trouve 
qui ont des figures. Une édition de Paris, 1796 , est en 3 vol. 
in-18. 

Lettres d'Abailard et d'Héloise, nouv. trad. en prose avec 
le texte à côté; par J. Fr. Bastien. Paris, 1782, 2 vol. in-12. 

— Potier, exempl. sur vélin , i5o fr. ; de La Bédoyère, 21 fr. 
Traduction estimée et très-fidèle. 

Lettres d'Héloise et d'Abailard (texte latin en regard, trad. 
par dom Gervaise , avec une notice par de Laulnaye). Paris, 
Fournier, impr. de Didot jeune, an iv (1796), 3 vol. gr. in-4 , 
8 fig. de Moreau jeune. — La Bédoyère , 87 fr. ; Pixérécourt , 
60 fr. Les exempl. sans grav. n'ont nulle valeur. D. Gervaise a 
moins fait une trad. littérale qu'une paraphrase de ces lettres. 

— Cette traduction avait été imprimée pour la i re fois sous le 
titre: Véritables lettres, etc. Paris, 1723, 2 vol. in-12. 

Lettres d'Abailard et d'Héloise, trad. en vers franc., angl. 



PETRI 29 

et ail., par Colardeau, Pope et Rothstew. Zurich, i8o3, 1804, 
in-4 , 4 grav. par Watson. 

Epître d'Héloïse à Abailard, imitée de Pope, par J.-A. Ni- 
cod. Lyon, 1800, in-12. 

Lettres et Epîtres amoureuses d'Héloïse et d'Abeilard. Pa- 
ris, i8o5, in-8. — A la suite des lettres se trouvent des imita- 
tions en vers de Beauchamp, Colardeau, Dousigné et Saurin. 

Epître d'Héloïse à Abailard, nouv. trad. de l'angl. de Pope. 
Paris, Michaud, i8i3 r in-8 de 2 feuilles. 

Abailard et Héloïse, par F. C. Turlot, 1823, in-8. L'Epître 
à un ami, histoire des malheurs de Pierre Abailard, n'avait 
jusqu'alors été traduite que par extraits. La pièce est très-tou- 
chante ; destinée à un ami , elle tomba , on ne sait comment , 
entre les mains d'Héloïse, qui était alors abbesse du Paraclet et 
àqui Abailard n'avait point écrit depuis leur séparation. Sa 
flamme n'était point encore éteinte, et alors commença cette cor- 
respondance célèbre qui a fait plus pour la réputation d' Abai- 
lard que ses travaux philosophiques. 

L'Ancienne Héloïse, manuscrit nouvellement retrouvé de let- 
tres inédites d'Abailard et d'Héloïse, trad. par Delongchamps , 
et publ. avec des notes de M. de Puyberland. Paris, Dentu , 
1823, 2 vol. in-8. 

Epître amoureuse d'Héloïse à Abailard (en vers alexan- 
drins); par L. Curez. Lyon, i833, in-8 de 3 feuilles. 

Abélard et Héloïse, leurs amours , leurs malheurs et leurs 
ouvrages, par de Villenave. Ouvrage traduit sur l'édition de 
rtuô. Paris, 1834, gr. in-8 de i38 pp., tiré à i5o exempl. 11 y 
a tu une cinquantaine d'exempl. imprimés sur papiers de 4 cou- 
leurs. Crozet, 8 fr. 

Lettres d'Abailard et d'Héloïse, trad. par Oddoul, précédées 
d'un Essai hist. par M. et M me Guizot, îll. par Gigoux. Paris, 
Houdaille, 1837 à i83g, 2 vol. gr. in-8, fig. , 20 fr. (Aubry, en 
1866, i5 fr.). — Cet ouvrage a été publié de nouveau sous le 
titre: Abailard et Héloïse, Paris, Didier, i853 , gr. in-8, 
avec 40 vign. de Gigoux, 10 fr.; in-8, 5 fr.,et i856, in-12, 3 fr. 5o. 
Ce volume contient: i° Un Essai historique sur la vie et les 
écrits d'Abailard et d'Héloïse commencé par M rae Guizot, et, 
après sa mort, terminé par M. Guizot; 2 Une préface de M. 
Oddoul, le nouveau traducteur des Lettres; 3° Lesdites lettres, 
au nombre de 12, 8 d'Abailard et 4 d'Héloïse ; 4 Quelques let- 
tres et les principaux témoignages des écrivains anciens concer- 
nant Abailard et Héloïse ; et 5° l'Histoire des translations suc- 
cessives des restes d'Abailard et d'Héloïse, qui, réunis au Pa- 
raclet, à la mort d'Héloïse en n63, reposent, depuis le 6 no- 
vembre 1817, au Père Lachaise, dans l'élégante chapelle sépul- 
crale construite par Alex. Lenoir, avec les plus beaux débris du 
Paraclet et de l'abbaye de Saint-Denis. Dans cette nouvelle 
édition de sa trad., M. Oddoul a ajouté la Règle des religieu- 
ses et quelques complaintes bibliques d'Abailard. En résumé, le 



3o PETRI — PETRONE 

volume est plutôt un monument d'érudition et d'histoire théolo- 
gique qu'un ouvrage de lecture facile. 

Lettres d'Abeilard et d' Héloïse , traduction littérale par le 
biblioph. Jacob, préc. d'une Notice par Villenave. Paris, Gos- 
selin, 1840, in-18, 3 fr. 5o. 

Lettres tf Héloïse et cTAbailard , trad. du latin , précédées 
d'une nouvelle préface, par M. E. Martineault. Paris, Ledoyen, 
1840, in-18. 

Héloïse et Abailard, par A. de Lamartine. Paris, i856, 1869, 
in-16 de 64 pp. — Jolie étude en prose. 

Abélard , par Ch. de Rémusat. Paris, Ladrange, 1845, 2 
vol. in-8. 

On peut consulter sur cette célèbre correspondance un article 
de Creuzé de Lesser dans la France littéraire , tome XVII 
(i835); un article de Laviron , dans l'Artiste, en i838 , p. 179; 
et surtout Paulin Paris, Manuscrits français de la Biblioth. du, 
Roi, tome Vil, pp. 245 et suiv. 

Pétri Godofredi C. J. de amoribus libri III. Voir 
Dialogus de amoribus. 

Pétri Hœdi Sacerdotis. De amoris generibus (libri 
III). Tarvisii, 1492, in-4 de io3 ff. (Brienne-Laire, 
3o fr. ; Chardin, 12 fr. ; Solar, 80 fr.). — Petit roman 
de théologie mystique, dirigé contre l'amour. Il a été 
réimprimé avec quelques changements sous le titre : 
De contonnendis amoribus, libri III, Colonise, 1608, 
in-12, mais d'une manière défectueuse. — Voir David 
Clément, Bibliothèque curieuse , tome IX, p. 340. — 
Selon Beloé, tome V , p. 199, le vrai nom de Hsedus 
serait Pietro Capretto. 

Pétrissée (La), ou Voyage du sire Pierre en Dunois, 
badinage en vers, où se trouve entre autre la conclu- 
sion de Julie, ou de la nouvelle Héloïse (par Des- 
billons). La Haye (Paris), 17*53, in-8. — Dinaux, n° 
3407; Nyon, n° 1.54 19. 

PÉTRONE (Petronius Arbiter), écrivain latin du I er 
siècle, natif de Marseille ; il fut proconsul en Bithynie 
sous Claude, puis devint un des favoris de Néron qui 
lui donna le titre à' Arbiter elegantiarum ( intendant 
des plaisirs); mais, ayant été soupçonné d'avoir pris 
part au complot de Pison, il fut arrêté et condamné à 
perdre la vie, en l'an 67. On a sous son nom le roman 
fameux intitulé Satyricon , mélange de prose et de 
vers, dans lequel on remarque le Festin de Trimai- 



PETRONE 3i 

cion et la Matrone d'Ephèse. Il a fait aussi un poème 
sur l'éducation de la jeunesse romaine et un certain 
nombre d'opuscules. 

Éditions latines: 

TOi Petronii Arbitri Satyricon. Venise , Bernardinum Ve- 
netum, 1499, in-4 de 20 ff. Edit. princeps (de Meyzieu, en 1779, 
96 fr. ; La Vallière , 60 fr. ; Crevenna, 54 fl. ). — Vienne , J. 
Singrenius, 1517, in-4 de S ff. — Cum notis Sambuci. Anvers, 
i565. — Lugduni (J. Tornaesius), 1575, in-12 (Scheible, 2 fr. 5o). 
— Cum notis doclorum virorum. Lutetioe , Mam. Patissonium, 
r577, 1587, in-12 (Nodier, 7 fr. ; Libri, 8 fr. 5o; Renouard, 10 
fr. ). Cette édition contient aussi le Lusus diversorum poeta- 
rum in Priapum. — Ex recogn. J. Dousce. Lugduni-Batav. , 
i585, 2 part, in-8 (Boissonade, n° 4263). —Notis Bourdelotii. 
Paris, 1618, in-12. — Accedunt notce variorum. Lugduni, 
1618, petit in-t2 (Scheible, 7 fr. 5o). — Francof. , 1621, in-12 
de 784 pp. (Scheible, 6 fr.). — Lugd.-Batav., apud J. Maire, 
1623, in-16 (Solar , 35 fr.). — Cum uberioribus, etc. Amst. , 
Caesius, 1626, in-32, in-24 (Scheible, 2 fr.). — Comment. Loti- 
cliio. Francof., 1629, 3 t. in-4 (Scheible, 9 fr. 5o). — Notes de 
Bourdelot et glossaire. Lugd.-Batav., 1645, in-18 de 263 pp. 
Jolie édition dans le genre des Elzeviers. — Lugd.-Batav. , 1646, 
in-16 (Scheible . 2 fr. 5o). — Cum notis variorum et divers, 
poet. lusus in Priapum, etc. Accur. Gabbema: Trajectie ad 
Rhenum, 1654. pet. in-8 (Scheible, 8 fr.). — Avec notes de Bour- 
delot et glossaire de Valesio. Amst., i663, pet. in-12 (Scheible, 
2 fr.). — Cum notis var., accedunt divers, poet. lusus in Pria- 
pum, pervigilium Veneris , Ausonii cento nuptialis , Cupido 
crucifixus. Epistolœ de Cleopatra , etc. Amst., Blaeu , 1669, 
in-8 (De Bure, n° 3g3i ; Bibl. Nat. , Z, 1297). — Integrum 
Petronii fragmentum, etc. Amst., 1671, in-8- Edition belle et 
correcte; elle doit contenir: i° 18 ff. preTim. , 588 pp. de texte 
et 21 ff. d'index; 2 Priapeia, 168 pp.; 3° fragmentum, 4 ff. , 
72 et 32 pp. 11 y a un front, gr. par Rom. de Hooghe (La Val- 
lière, 36 fr. ; Lolliée, 48 fr. ; Giraud, 180 fr. ; Renouard, i5 fr.; 
Payne et Foss, i5 liv. ; Du Roure, i3 fr. ; Rosny , 59 fr. 5o ; 
F. Didot, en 1810, 32 fr. ; Chaponay, 48 fr. ; Solar, 116 fr. ; 
Mac-Carthy, 14 fr.; Techener, en 1866, 3o fr.). — Accedunt 
diversorum poetarum lusus in Priapum (avec notes de Bour- 
delot et glossaire de Valesio). Paris, Audinot , 1677, pet. in-12 
(La Vallière, 25 fr.; La Bédoyère, 100 fr. ; Nodier, 12 fr. ; Bi- 
gnon, 5 fr. ; Renouard, 10 fr. ; F. Didot , en 1810, 40 fr. 95; Cha- 
ponay, 26 fr.; Solar, 10 fr. ; Mac-Carthy, g fr.; J. Pichon, n° 703, 
io5o fr.). — Boschius notas adjecit. Amst., Gaesbequium, 1677, 
2 part, in-24. La 2 e partie qui contient les Priapeia et les notes 
de Boschius, manque quelquefois (Méon , 24 fr.; Bozerian, 33 
liv.; St-Martin, 19 fr. ; Nodier, 12 fr. ; De Bure, n° 3932).— 
Notis Bourdelotii. Paris, i685, in- 12. — Notis varior. Amst., 
1687, in-8. — Londres, 1693, in-8. Bonne édition. —Cum notis 



32 PETRONE 

Boschii et aliorum. Accedit fragmentum Albx grxcœ reçu- 
peratum. Amst, , Wolters, 1700, in-24. Jolie édition (La Val- 
lière, 3o fr.; St-Martin, 36 fr. ; De Bure, n a 3g33). — Nol. di- 
versorum, cur. P. Burmanno. Tra). ad Rhenum , 1709 , in-4 
(Du Fay, en 1725, 25 fr.). — Cum fragm. recup. anno 1688 
fatque Priapeia). Lipsiœ, 1731, pet. in-8 (Caillard, i3 fr. ; Schei- 
ble, en i855, envir. 5 fr.). — Cum notis variorum , cur. Bur- 
manno. Amst., Waesberg, 1743, 2 vol. in-4, front. Edition très- 
estimée (De Cotte, 104 fr. ; F. Didot, en 1810 , 120 fr.; Bibl. 
Nat. , Z, i3oi). —Ex recens. P. Burmanni, etc. Lipsiae, 1781, 
in-12 (Scheible, 4 fr. 25, et avec les Priapeia, Lipsiae, 1781 , 
in-12, 10 fr.). — Et fragmenta (édition de Reviczky). Berlin, 
Unger, 1785, in-12. Dans cette édition les fragments ne sont 
pas très-complets (Scheible, 4 fr.J. — Biponti, 1790, in-12 (Schei- 
ble, 2 fr. 60; F. Didot , en 1810, i5 fr.). — Qiiotquot hodie 
supersunt fragmenta (Paris, Baudouin , 1796 à 1800), in-8 de 
320 pp. Edition donnée par La Porte du Theil et restée ina- 
chevée par suite de scrupules du commentateur qui brûla son 
manuscrit et détruisit ce qui avait été imprimé, à l'exception de 
quelques cxempl. du 2 e vol. contenant les fragmenta (Château- 
giron, 80 fr. ; de Sacy , 3o fr.). . 

Titi Petronii Arbitri Satyricon , cum Petronianis fragmen- 
tis, etc. Paris, Renouard, 1797, 2 vol. in-18, de 4 à 6 fr. 

Traductions Françaises : 

Le Pétrone en vers, traduction nouvelle par M. L. D. B. 
(l'abbé de Marolles). Parts, Claude Barbin, 1667, in-12. 

Pétrone, trad. nouv., avec des observations, etc. Cologne , 
P. Marteau, 1687, pet. in-12 (Potier, 10 fr.). Traduction peu 
commune. 

Pétrone latin et français, trad. entière suiv. le manuscrit 
trouvé à Belgrade en 1688, avec plus, remarques et add. (par 
Nodot). S. 1. (Paris), 1694 (Dinaux, n° 1468; J.Pichon,n° 704, 
820 fr.), 1698, 2 vol. pet. in-8 , fig. — Nouv. édit. augmentée 
de la contre-critique de Pétrone (Hollande), 1709, 2 vol. in-12, 
fig. Bonne édition. — Réimpr. en 2 vol. in-12 en i7_i3; Ams- 
terdam, 1756), et Paris, Gide, an vu (1799), 2 vol. in-8, fig. , 
7 fr. 5o. 

Cette traduction de Nodot avait déjà paru sous le titre de 
Traduction entière de Pétrone, , avec le texte latin à côté. 
Cologne (Paris), 1694. 2 vol. pet. in-8, fig. de J.-V. Aveele (de 
Sénicourt, en 1766, 3o fr. ; J. Pichon, n° 705, 55o fr.), et sans 
le texte latin, avec les mêmes figures, sous le titre: Les Ga- 
lanteries et les débauches de l'empereur Néron et de ses fa- 
voris. Cologne, Marteau, 1694, 2 part, in-12, fig. (Claudin , en 
1860, 6 fr. 5o). 

Histoire secrète de Néron, ou le Festin de Trimalcion , 
trad. de Pétrone, avec des notes; par de Lavaur. Paris, 1728 



PETRONE 33 

(ou 1726 d'après Quérard), 2 tomes in-12 (Baron, en 1788, 
24 fr.J. 

Satyre de Pétrone, traduction (en prose), par Boispréaux 
(Dujardin). La Haye, J. Neaulme, ou Londres, Nourse (Paris), 
1742, 2 vol. in-12, ng. (Tripier, 20 fr.J. — Paris, Volland , an 
iv (179?), 2 vol. in-18. Traduction peu estimée, sans texte, ni 
notes. 

Les Deux Matrones, ou les Infidélités démasquées. Ouvrage 
posthume de Fre'ron, enrichi de notes curieuses et intéressantes, 
avec figures. Paris, 1766, 1776, 1784, 2 part. in-8. La i rc partie 
offre une traduction de la Matrone d'Eplièse, épisode du ro- 
man de Pétrone , sans texte; la 2 e partie la traduction d'un 
conte chinois sur le même sujet tiré de la Description de l'em- 
pire de la Chine, par le P. du Haldc. 

Satyre de Pétrone, chevalier romain; nouvelle traduction, 
par le cit. D*" (Durand); précédée d'une Vie de Pétrone, de 
Lettres sur Pétrone, et d'une clef des personnages, et suivie de 
Considérations sur la Matrone d'Eplièse et d'un conte chinois 
sur le même sujet. Paris, an xi (i8o3), 2 vol. in-8. — Potier, en 
1870, n° i35i. 

Le Satyricon de Pétrone, trad. nouv. par C. H. D. G., 
avec les imit. en vers et les recherches de De Guérie. Paris, 
Panckoucke, i834, i835, 2 vol. in-8, 14 fr. (Bibl. lat. fr.). 

Traduction allemande : 

Begebenheiten... (Aventures d'Encolpe, tirées du Satyricon 
de Pétrone), par W. Heinse. Rome (Schwabach, 1773, 2 vol. 
in-8); elle a été réimprimée sous le titre de: Geheime geschi- 
chte (Histoire secrète de la cour de Rome, sous le gouverne- 
ment de Néron). Rome (Schwabach) , 1783, 2 vol. in-8. Rare. 

Imitation : 

Fragmentum Petronii , ex bibliothecx S. Galli antiq. 

ms. excerptum gallice vertit ac notis illustravit Lalleman- 

dus. S. 1. (Bâle, Schoell), 1800, pet. in-8 de 75 pp. — Re- 
nouard, 19 fr.; à Paris, en i838, 25 fr. — Quelques amis, réunis 
à Bâle en 1800, voulant faire imprimer cinq notes sur des sujets 
erotiques , Marchena fabriqua ce texte, qui, s'adaptant parfaite- 
ment à un passage de Pétrone, semblait y combler une lacune. 
Pour détromper grand nombre de savants qui y furent pris, il 
ne fallut rien moins qu'une déclaration publique du libraire- 
éditeur. Autant qu'ils le peuvent, les bibliophiles joignent ce 
Fragmentum à l'ouvrage de Pétrone. — Réimpr. en i865, à 
Bruxelles, sous la rubrique de Soleure , à 200 exempl. in-12 et 
20 exempl. pet. in-8, vm et 53 pp. plus une notice de 5 pp. — 
Voir les Superch. littér., 2 e édition, tome 111, i re part., col. 90. 
Voir un article de M. Boissonade (Critique littéraire sous 
l'empire, t. I, p. 326) : « On ne sait comment on a pu imaginer 
qu'il y avait, sous des noms supposés, une satire de la cour de 

Tome VI. 5 



3 4 PÉTRONE — PETS 

Néron. Un archéologue italien , M. Ignasca, dans son ouvrage 
sur le Palestre de Naples , a établi que le Satyricon ne peut 
appartenir qu'au siècle des Antonins, qu'il a dû être écrit à 
Naples, et qu'il retrace les mœurs des Napolitains. 

a La traduction de Durand est perpétuellement infidèle et va- 
guement paraphrasée; les notes sont compilées avec une érudi- 
tion secondaire. 

« Ce Satyricon est le roman de mœurs le plus spirituel et le 
plus véridique que nous ait légué l'antiquité. 11 n'en reste que 
des fragments, la 10 e partie tout au plus, mais c'est assez pour 
nous édifier sur la société qui a inspiré une pareille peinture et 
sur l'homme qui a osé la tracer. Ce qui dislingue le Satyricon, 
c'est l'absence complète des sentiments qui servirent de lien aux 
sociétés; la famille , le culte , ne sont que des formes de con- 
vention sans aucune réalité morale. Aucun personnage, le meil- 
leur pas plus que le pire, ne parait soupçonner qu'il existe des 
devoirs. » 

« Les héros sont des jeunes libertins de la classe la plus obs- 
cure, un vieil usurier parvenu, le plus absurde et le plus dé- 
goûtant de tous les hommes , et quelques autres personnages , 
tous plus ou moins vils, plus ou moins ridicules. Les mœurs 
des femmes ne forment point contraste; l'auteur a pris ses mo- 
dèles parmi les courtisanes les plus abjectes et les plus effrontées, 
et il a su les peindre avec une hideuse fidélité. Ce livre , dont 
toutes les pages offrent les plus révoltantes obscénités, est écrit 
avec infiniment d'esprit et souvent avec une rare élégance : on 
y trouve quelquefois des vers d'une rare énergie. A ces beautés 
se mêlent des fautes de goût inconcevables. » — Journal des 
Débats du 29 janvier i8o3. 

Pétrone, Apulée, Aulu-Gelle: œuvres complètes, 
avec la trad. en français (par MM. Baillard , Aulard, 
Jacquinetet Fabre). Paris, Dubochet, 1842, i85o, in-8 
de 41 feuilles, i5 fr. (16 e vol. de la coll. Nisard). 
Cont. i° le Satyricon ; i° les Florides, le Dieu de So- 
crate, etc. , et la Métamorphose; 3" les Nuits atti- 
ques. 

Pétrone (Le) almand (sic). Sur les suites funestes et 
tragiques des intrigues amoureuses de la cour de Vien- 
ne, etc. Cologne (Holl.), 1704, 1706, in-12. — Cat. 
Taylor, n° 1081; Nyon, n° 8544; catal. de Dresde, 
n° 970. 

Pets (Les), ode à grand orchestre, par Sornet. Pa- 
ris, 1844, in-12 de 16 pp. — Bibliottiecascatologica, 
n° 121 

Pets (Les) des dames de la cour. — La Bibliotheca 
scatologica, p. 49, dit n'avoir pu rencontrer ce livre 
qui existerait réellement. 



PETTICOAT — PFARRER 35 

Petticoat loose, a fragment ary taie of the castle. 
181a, in-4 , avec des figures qu'un catalogue qualifie 
à'humorous. Très-rare. 

PEZAY (Alexandre Masson, dit le marquis de), né à 
Versailles en 1741, mort en 1777. Il était fils d'un 
marchand de fers , d'autres disent d' un commis des 
finances, nommé Masson. Il avait une sœur qui était 
jolie et qui se donna du mouvement. Elle fut renom- 
mée à Paris pour ses brillantes aventures, ses grâces et 
ses prétentions à la littérature. Elle se maria à un M. 
de Cassini, et fut longtemps la maîtresse du prince de 
Condé. Son frère obtint par le crédit du prince un 
emploi d*ofrkier de mousquetaires, puis une place 
d'inspecteur général des côtes avec 00,000 livres de 
traitement. Il acheta la terre de Pezay. et se fit nom- 
mer le marquis de Pezay, essuyant sans se fâcher tous 
les brocards et toutes les railleries qu'on faisait sur son 
titre et en plaisantant lui-même. Il fit le bel esprit à 
la toilette des jolies femmes , quelques opéras-comi- 
ques fort médiocres et le poëme de Zélis au bain , 
orné de charmantes gravures. Pezay ayant beaucoup 
plu à madame de Maurepas, elle le fit connaître à son 
mari qui le maria avec une demoiselle de condition 
appelée Mlle de Mazard. Cette demoiselle était de la 
plus belle figure possible , et , comme elle était peu 
riche, M. de Maurepas lui fit donner par le roi une 
dot considérable. Voir : Catulle , Tibulle et Gallus. 
trad. en prose. — Lettre d'Ovide à Julie. — Œuvres 
agréables et morales — le Pot-pourri — la Rosière 
de Salenci — Zélis au bain. 

Pfaffen-Galanterien (Galanteries des prêtres). Franc- 
fort et Leipzig, s. d., in-8. — Catalogue de Dresde, 
n" 139. 

Pfarrer (der) von Kalenberg (le curé de Kalenberg); 

tel est le nom sous lequel est resté connu un certain 
W eigand von Theben, natif de Hongrie, qui mourut 
vers i35o, après avoir joué, dans quelques cours al- 
lemandes, un rôle de fou. On lui attribua nombre 
de bon mots et de gaîtés ; un bourgeois de Vienne les 
recueillit dès l'an 1400; cette collection fut imprimée 
vers i5oo, et réimprimée en i582, i5gô, 1600, 161 1, 
etc. Une édition sous le titre de l'Ulespiegle ecclésias- 
tique, a vu le jour à Leipzig en 1818; une rédaction 



36 PH^DRI - PHENIX 

dont le style est rajeuni , figure dans le Narrenbuch 
(livre des fous) d'Hagen, Berlin, 1811, pp. 269-352. 

Phcedri fabularum libri V, cum notis J. Laurentii. 
Amst. , 1667, pet. in-8 , fig. ; édition peu correcte et 
qui n'est recherchée que pour la figure delà page 276, 
que l'on joint quelquefois à l'édition Variorum. Elle 
représente les suites d'un joyeux repas dans lequel le 
vin coule à flots. Un homme , échauffé par de trop 
fréquentes libations, soulève , d'une main téméraire- 
ment indiscrète , la jupe d'une femme. Le graveur 
batave n'a pas laissé échapper l'occasion de dessiner 
une grosse jambe mal faite, un genoux cagneux et les 
formes puissantes d'une des houris d'un musico hol- 
landais. Selon De Bure, cette estampe est sujette à se 
trouver gâtée ou déchirée. M. Renouard (Catal. d'un 
amateur, t. II, p. 279) conteste l'exactitude de cette 
assertion: «J'ai vu bien des exemplaires de cette édi- 
te tion qui n'est pas rare, et toujours j'y ai trouvé en 
« très-bon état cette gravure qui était peut-être gâtée 
« dans le volume qu'a examiné De Bure. » D'un au- 
tre côté, M. Brunet affirme (Manuel du libraire, t. IV, 
col. 588) qu'il est certain que dans plusieurs exem- 
plaires cette planche se trouve gâtée ou tachée d'encre. 
— L'édition de Burmann, Amst., Wetstein, i6q8, con- 
tient une fable (XIV, livre 4), que l'on supprime or- 
dinairement comme trop leste (La Bédoyère, 46 fr. ; 
Chaponay , 78 fr.). 

Phantasien, in drei priapischen oden; par Burger , 
Voss und Stolberg. Paris und London , in-18. — 
François, n° 624; Scheible, en 1872, 16 sgr. — Ber- 
lin, s. d., in-4 . 

Phénix (Le) conjugal, nouvelle (par M 1 "' de Ville- 
neuve. Gabrielle-Suzanne Barbot). Paris, 1733, 1734, 
1735, in-12 (La Bédoyère, 14 fr. 5o). — Amst., Wets- 
tein, 1735, in-i2. — Méon, n u 25qo; Nyon, n« s 9554- 
55; Gancia , en i853 , 8 sh. ; Scheible, en 1872, 
2 5 sgr. 

Phénix (Le) d'amour, ou la Maîtresse fidelle. Paris, 
Mesnier, 1724, in-12. — Nyon, n° 971 1. 

Phénix (Le), ou la Fidélité à l'épreuve, corri. en 1 
a. (et en vers, avec un divertissement), par Duperron 
de Castéra. Paris et Utrecht, 1732, in-12. 



PHEODORA — PHILIPPE 3 7 

Phéodora et Adelina, ou l'Epoux par supercherie, 
par la comtesse de Malarme. Paris, Lecointe et Durey, 
1822, 4 vol. in-12, 10 fr. 

Philalethe Polytopiensi sire authore ,Forcianœ quces- 
tiones in quibus varia Italorum ingénia explicantur, 
multaque scitu non indigna ( par Hortensius Landi). 
Neapoli, 1 536, in-S. — Le 1" de ces dialogues donne 
des détails curieux sur les mœurs et usages de plu- 
sieurs villes d'Italie; le second est entièrement à la 
louange des dames. — Manuel, III, 812. 

Philatidre et Joséphine, ou les Amans malheureux, 
par Charles B. (Beurtoailz). Paris, 1809, in-8. — 
Paris, 1825, 1826, 2 vol. in-12, ng. 

Philena {La), di M. Nie. Franco , historia amorosa 
e satirica, ultimamente composta. In Mantoa, J. Ruffi- 
nelli, 1547, 2 part. pet. in-8 de 470 ff. — Cailleau , 3 
et 5 fr. ; Heber, t liv. _i5 sh.; Tross, 12' cat., 10 fr.; 
Techener, en i853, 65 fr. ; Nyon, n° io53i. — En 
12 livres, longue et fade imitation de la Fiametta de 
Boccace. 

Philibert marié, vaud. en 1 a. , par Scribe et Mo- 
reau. Paris, Fages , 1822, 1828, m-8. — Soleinne , 
n° 2640. 

Philiberte, com. en 3 a. en vers, par Em. Augier 
(Gymnase). Paris, 1 853, in-18 je'sus. 

Philidor et Prothumie, poëme erotique , suivi des 
fragments des Amours de César; par l'auteur du Ta- 
bleau de Paris (L. Sébastien Mercier). Paris, Mercier 
de Compiègne, 1793, in-18 (Quérard, France littér.). 

Le catal. Soleinne, n° 2332, cite ainsi cet ouvrage: Philédon 
et Prothumie, poëme erotique, suivi de la Sympathie, histoire 
morale (par Mercier de Compiigne). Paris, Mercier, 1793, in-18. 
(De Saint-Denis et Mallet, en 1S72 , 5 fr.). De quel Mercier 
est-il réellement'? 

Philine, ou l'Amour contraire, pastorale (en 5 a. en 
vers) , par le sieur de La Morelle. Paris , Martin Col- 
let, i63o, pet. in-8 de 112 pp. — Soleinne, 14 fr. 5o; 
Nyon, n" 17378. — Pièce peu commune, qui contient 
dés passages assez lestes. 

Philippe et Clémencia, ou les Crimes de la jalousie; 



38 PHILIPPE — PHILIPPI 

par M me Fleury. Paris, Cordier, 1802, 2 vol. in- 18. — 
Scheible , en 1854, 54 kr. 

Philippe et Georgette , com. en 1 a. (en pr.) , mê- 
lée d'ariettes; par Monvel. Paris, 179,3. — Paris, Barba, 
1802, in-8. 

Philippes Venus, wherein is pleasantly discoursed 
sundrye fine an wittie arguments in a sençde of Gods 
and Goddesses assembled for thc expelling of wanton 
Venus from among their sacred societie, by Jo. M. 
London, 1 5gi , in-4 . 

Philippi Garneri Gemmulœ linguœ latinœ, sive Col- 
loquia familiaria, altéra parte auctiora. Amstelodami, 
1676, pet. in-12, divisé en deux parties, de 168 et 78 
pages, plus un feuillet blanc, sur lequel sont imprimés 
les deux vers suivants: 

Discite, grammatici, cur mascida nomina cunnus 
Et cur femineum mentula nomen habet. 

Ces Gemmulœ sont, selon M. Octave Delepierre, qui est pro- 
priétaire du seul exemplaire connu, la plus ancienne édition 
subsistant aujourd'hui des six premiers dialogues de l'ouvrage 
célèbre mis plus tard sous le nom de Meursius. Dans cet exem- 
plaire, le Monitum lectori de 4 pages et demie, remplace le 
Teslivwnium d'une page, et n'a pas le Poemation de laudibus 
Aloisiœ , qui suit ce testimonium dans les éditions les plus ré- 
centes, non plus que les 14 feuillets intitulés: Sttmmo viro Aloi- 
sia, ex Elysiis hortis. — Le Colloquium primum, Velitatio. 
commence de même que dans les éditions modernes et ne pré- 
sente aucune variante. Même observation pour le second collo- 
quium, Tribaldicon ; pour le 3 e , Fabrica ; pour le 4 e , Duel- 
Lum. Après le 5 e colloque, Libidines , ledit exemplaire porte : 
Finis, à la page 168. Puis, une nouvelle pagination s'ouvre par 
le Testimonium Joannis Vasœi , Hisp. Chron., cap. 9. — 
Après cela vient Y Altéra pars, ou 6 e partie, paraissant, d'apr. 
le titre du volume, pour la première fois, et intitulée: Vénères, 
en 78 pages. 

Philippe Garnier, grammairien distingué, né à Bade, s'il est 
oublié aujourd'hui, fut célèbre dans son temps. Dès 1608, il 
publiait à Strasbourg un volume in-8 intitulé : Explanationes 
allegoricœ renan in bibliis contentarum (Catal. de la Bibl. 
de Grenoble, n° 333). Le Manuel du libraire, II, 1492, parle 
de ses Gemmulœ gallicœ linguœ, latine et german. ita ador- 
natœ (Francf. , 1644, in-8). Cet ouvrage avait d'abord paru en 
3 langues en 1625 ; il fut réimpr. en 4 langues en i656, et en 5 
langues (français, espagnol, italien, allemand et latin) à Stras- 
bourg, en 1659. Ces dialogues furent frappés des foudres de la 
Congrégation de l'Index par un décret du Saint-Siège du 4 juil- 



PHII.IPPI 3g 

let 1661. — La première édition des Gemmula; linguœ latince 
fit-elle partie de ces dialogues en plusieurs langues, ou fut-elle 
publiée à part 1 ? Xous ne savons. Quoiqu'il en soit, il est très- 
probable que l'édition de 1676 étant altéra parte auctiora, la 
première partie, c'est-à-dire , les 5 premiers colloquia, avaient 
déjà été publiés antérieurement et même ouvertement, car, comme 
on sait, dans la première moitié du XVII e siècle, la presse était 
infiniment plus libre qu'elle ne le fut dans la seconde moitié. Il 
est probable que, après la réimpression de 1676 qui attribuait 
encore au véritable auteur Phil. Garnier, ces dialogues libres et 
condamnés, on n'osa plus les réimprimer de nouveau qu'en tra- 
vestissant le titre. Les collaborateurs et élèves de Garnier, l'ita- 
lien L. Donati, l'espagnol Fernandes, et le parisien Philemon 
Fabri durent eux-mêmes pousser à ce déguisement , de peur 
qu'on ne les crût auteurs des augmentations successives de l'ou- 
vrage. Ce fut sans doute pour ces motifs que, dans les éditions 
suivantes, on attribua cette paternité tantôt à Louise Sigée , 
savante espagnole du XVI e siècle, tantôt à Jean Meursius, mort, 
comme on sait, en 1639. 

Quant à Louise Sigée, M. P. Allut s'est donné la peine de 
publier un volume entier pour la détendre d'avoir écrit cet ou- 
vrage, et pour accuser Chorier, de Grenoble , dont nous allons 
parler (le volume de M. Allut est intitulé: Aloysia Sigea et 
Nicolas Chorier. Lyon, Scheuring, 1862, pet. in-8 de 87 pp. 
en tout). 11 reconnaît que Louise Sigée, surnommée la Minerve, 
morte vers i56o, se rendit célèbre par ses Epîtres latines , des 
poésies, et des dialogues latins , et que, à l'exception de quel- 
ques pièces qu'il reproduit et qui ont été insérées dans un petit 
et très-rare volume, publié à Paris, par Denis Du Pré, en i566, 
ses œuvres sont restées inédites. Les raisons établissant que 
Louise Sigée n'est pour rien dans la première idée de l'ouvrage 
dont nous nous occupons sont donc très-faibles. Rien ne prouve, 
en effet, que Fernandes, le collaborateur espagnol de Garnier, 
n'ait pas eu connaissance de quelques pièces inédites de cette 
femme célèbre et ne les ait communiquées à son ami, qui leur 
aurait peut-être donné une nouvelle forme. 

Quant au célèbre savant Jean Meursius , il est difficile de 
supposer qu'il se soit distrait de ses recherches et de ses tra- 
vaux d'archéologie pour se livrer à des fantaisies qui , après 
tout, ressortissent des questions morales. Comment donc a-t-on 
pu avoir l'idée de lui attribuer cet ouvrage? Il est probable d'a- 
bord que sa belle latinité lui a vaiu cet honneur ; ensuite, Meur- 
sius, lui aussi, avait été jeune, et il avait publié en 1602 ( il 
avait alors 2 3 ans), un petit volume de poésies devenu aujour- 
d'hui introuvable, et dmtle ton a probablement autorisé la su- 
percherie, qui, vers 1678, a mis sous son nom les nouvelles édi- 
tions des Gemmula; lingux latinx. Voir : Joannis Meursii 
poemata. 

Quelques auteurs ont aussi attribué cet ouvrage à Jean de 
Westrene, jurisconsulte hollandais ; à Pierre de Boissat, auteur 
dauphinois du XVII e siècle, et à plusieurs autres personnages. 



4 o PHILIPPl 

Mais l'homme auquel on s'est le plus obstiné à le donner est 
Nicolas Chorier, avocat à Vienne en Dauphiné et auteur de 
VHistoire du Dauphiné, et de plusieurs opuscules latins. C'est 
La Monnoye qui, trente ans après sa mort , le signale comme 
l'auteur de la Satyra sotadica , nouveau titre des Gemmulx. 
Son assertion, placée en 1722 , dans une note des Jugements 
de Baillet, passa inaperçue, mais, en 1738, Lancelot la repro- 
duisit dans une Lettre adressée à Jamet, insérée dans les Ob- 
servations sur les écrits modernes et dans le Dictionnaire des 
anonymes, de Barbier. « Que Chorier ait bien voulu corriger 
les épreuves de cet ouvrage, rien de plus admissible, mais quant 
à l'avoir composé, disait Nodier, je l'en défie.» Non-seulement, 
en effet, Chorier réclama contre l'insertion d'une pièce de vers 
latins de lui, faite à son insu dans le volume , mais sa latinité 
est lourde, embarrassée , surchargée de locutions barbares qu'il 
avait puisées dans les vieilles chartes, tandis que la Satyra so- 
tadica est d'un style pur, facile et élégant. C'est ce que M. Pé- 
ricaud a fait ressortir dans ses Curiosités littéraires (Lyon , 
1862, in-8, p. 21). Dans la Revue des Sociétés savantes (juillet 
1869), M. Valentin Smith, dans un article sur les Mémoires de 
Nicolas Chorier, fait aussi les observations suivantes : 

Vers 1661, ou peu as r ant, parût à Grenoble, sans indication 
de lieu, de date ni de nom d'imprimeur, un livre obscène inti- 
tulé: Aloysiœ Sigeœ Toletanœ satyra sotadica de arcanis 
Amoris et Veneris. 

« Au moment de l'apparition de cette satyre, dit Chorier, 
« comme tout le monde savait que je connaissais le latin, je ne 
« sais quelles personnes parmi les lettrés soupçonnèrent mé- 
« chamment que j'en étais l'auteur..., imposture aussi éloignée 
« de la vérité que les ténèbres le sont de la lumière. » 

u Longtemps après la mort de Chorier» continue M. Valentin 
Smith, « La Monnaie, Lancelot, l'abbé Desfontaines, l'abbé d'Ar- 
tigny et plusieurs autres le signalèrent comme l'auteur de YAloy- 
sia, mais sans en fournir aucune preuve, en se fondant en quel- 
que sorte uniquement sur des ouï-dire de ouï-dire. » 

Bien que M. Val. Smith se trompe certainement sur la date 
de la première édition de YAloisia, nous croyons que ses ob- 
servations sont justes. Ce qui, du reste, nous" paraît démontrer 
péremptoirement que Chorier n'est point l'auteur de cet ouvrage, 
c'est la découverte faite par M. Delepierre de l'édition d'Ams- 
terdam, 1676, que nous venons de décrire et qui nous semble 
être la plus ancienne avec les 6 premiers dialogues. 

Aloisiœ Sigeœ Toletanœ Satyra sotadica de arcanis amoris 
et Veneris; Aloysia hispanice scripsit, latinitate donavit J. 
Meursius. Sans lieu ni date, in-12 (8 ff. prélim., les 5 premiers 
dialogues occupent i65 pages , et le 6 e dialogue, intitulé: Vé- 
nères, 78 pp.; à la fin, sur un feuillet séparé , l'épigramme : 
Dicite grammatici , etc.). — Aimé-Martin, 29 fr. — Edition re- 
gardée comme la plus ancienne sous ce titre. Brunet la croit 
imprimée à Genève. 11 ajoute qu'une seconde édition, également 



PHILIPPI 41 

sans lieu ni date, contient le -f dialogue, intitulé: Fescennini, 
qui forme à lui seul un second tome. 

— Autre édition sous le même titre: Accedit coUoquium ante 
hac non editum, Fescennini, ex manuscripto recens reperto. 
Amst. (Genève?), 1678, 2 vol. pet. in-12 (19 ff. prélim. , 224 pp. 
pour les 5 premiers dialogues; le 6 e sous le titre: Pars se- 
cundo , occupe les pp. 225 à 324. La 3 e partie, avec un faux- 
titre, renferme le -° dialogue, pp. 1 à 161 ; enfin un feuillet où 
se trouve la pièce: De laudibus Aloïsiœ poemation). Selon 
Brunet, cette édition est datée quelquefois de 1670 , ce qui est 
peut-être une faute d'impression. Elle est, du reste, fort incor- 
recte. — Potier, en 1860. (io fr. ; Libri, 98 fr. ; Monmerqué, 
n° 1623 ; Solar, n° 2210, 35 fr. 

A partir de cette époque , les éditions de la Satyra (c'est- 
à-dire , des Gemmulœ lingv.ee latinœ) prennent un titre nou- 
veau : 

Joannis Meursii elegantiœ latini sermonis , seu Aloïsia si- 
gœa Toletana. De arcanis Amoris et Veneris. S. I. n, d. 
(Holl. , vers 1680), 2 part, in-12, de 238 pp. en tout. — Edit. 
èlzévirtenne, et probablement la plus ancienne sous le nouveau 

titre. —S off, 60 fr.; Lefèvre-Dallerange , n° 979; Chaponay, 

24 fr. 

— S. I. n. d., in-12 de 396 pp. — Bolle, 23 fr. 5o; Aubry, en 
1866, 3o fr. 

— S. 1. n. d. (Holl., fin du XVII e siècle), 2 part, in-12; la 
Putlana errante d'Arétin, en 48 pp. imprimée avec les mêmes 
caractères, y est réunie. — Potier, 5o fr. ; Chédeau (1071). 

Joannis Meursii Elegantiœ latini sermonis; Pétri Aretini 
Pornodidascalus, etc. S. 1. n. d. (Hambourg 1 ? vers 1750) , pet. 
in-8 de 430 pp. — Techener , 35 fr. — Cette édition renferme 
toutes les pièces contenues dans les éditions précédentes, et, en 
outre, le Pornodidascalus. 

— S. I. n. d. (Holl.) , pet. in-8 de 618 pp. - Techener, 25 
fr. Après un Monitum lectori de 3 ff. , viennent 6 dial. jusqu'à 
la page 370. Remedium medendi ardorem, pp. 371-389; Col- 
loquiiun VII Fescennini , p. 390-574. A la suite de diverses 
pièces sur Aloysia , le volume se termine par Tuberonis gene- 
thliacon versibus senariis, p. 6t3-6i8. Voir: Graesse, Trésor 
des livres rares, tome IV, p. 5io. 

Joannis Meursii Elegantiœ latini sermonis, seu Aloïsia Si- 
gœa Toletana De arcanis Amoris et Veneris; adiunctis frag- 
ments quibusdam eroticis (edente P. Moel). Lugduni-Batav. , 
typis elzev. (Paris, Grange), 1757, 2 tomes pet. in-8, front, gr. 
représentant une femme nue entourée d'amours, et courtisée par 
plusieurs hommes. On lit, en haut de la planche, les mots: Ju- 
dicium Veneris, et en bas, deux vers latins. — La i re partie a 
212 pp.; la 2 e , 174 pp. Cette dernière contient: le Fesiennini, 
p. 1; Fututor effœtus , p. 109; Formica Joannis Casae, p. 127; 
Epigramma J.'Secundi, p. 128; Tuberonis Genêt hliacon , p. 

Tome VI. 6 



42 PH1LIPPI 

128; Remedium medendi libidinem mulierum , p. i33; Oratio 
Heliogabali ad meretrices , p. 143 ; Fragmentum Procopui- 
num de Theodora , p. 1 56 ; Fragmentum Senecœ philosophi, 
p. j58 ; Fragmentum Arnobiana, p. 160. — Bolle, 3o fr. ; La 
Bédoyèrc, 5o fr. ; Du Roure, i5 fr. ; J. Goddé , 9 fr.; Nodier, 
28 fr. 5o; Solar, 52 fr. ; Sensier, 3j fr. en papier de Hollande. 

— Birminghamiae, 1770, 2 vol. 

— Lugd.-Batav., 1774, ex typis elzevirianis (Paris, Barbou), 2 
part. pet. in-8 (de xxiv-211 pp. et 11- 172 pp.), avec front, gravés. 
— Gellert, 14 fr. 5o; Potier, 18 fr. — Celte édition, donnée 
par Meunier de Querlon, qui prétendait avoir collationné onze 
éditions précédentes, contient une partie des Priapeia et les 
Epislolœ de priapismo , seu propudiosa libidine Cleopatrœ 
(pp. 2o3 à 244). Cette correspondance se compose de deux (pré- 
tendues) lettres de Marc-Antoine et de Cléopâtre à Soranus , 
avec les réponses de ce médecin; puis (pp. 244-257) l'Oratio 
Heliogabali ad meretrices (laquelle fut imprimée pour la pre- 
mièrefois à la fin des Scriptores historiée Augustx. Venise , 
Aide, i5i6, et qui se retrouve dans l'édition de i5ioJ. 

— Londini (Paris, Cazin), 1781,2 vol. in-i 8, front, gravé, re- 
présentant Vénus entourée d'amours et accordant la pomme du 
berger Paris à un carme. En haut-, pour titre : Judicium Ve- 
neris. Techener, 10 fr. ; Cailhava, 24 fr. 5o. 

Boissonade fait observer, dans ses Notes sur Holstenius, que, 
dans le catalogue Bosquillon , les Elegantice lalini sermonis 
ont été classées parmi les ouvrages de grammaire. Cette remar- 
que nous rappelle que les Gemmulce linguce latince , qui en 
sont le texte le plus ancien , ont été une sorte d'annexé aux 
exercices de linguistique, aux guides de la conversation, en plu- 
sieurs langues, publiés par Philippe Garnier et ses amis, et 
intitulés: Gemmulce gallicx linguce , etc. 

Ces exercices amusants de linguistique étaient de mode; on 
trouve dans le catalogue de la Biblioth. de Grenoble, nos 14288 
et suivants des ouvrages analogues (Laur. ValLv Elegantiœ 
linguce latinx, libri VI, etc. ). Nous rappellerons aussi : Ora- 
tio Heliogabali, Romanorum imperaloris, ad meretrices. Ce 
discours singulier a été fabriqué par J. B. Egnatius; il se trouve 
dans son ouvrage de Cœsaribus libri très. Venise, Aide, i5ib; 
il a été réimprimé à la suite de Meursius (p. 244, tome II de 
l'édition de Birmingham, 1770) — et Formica, pièce libre en 
vers latins, publiée dans plusieurs éditions du Meursius (no- 
tamment dans celle datée de Londres, 1781, tome II, p. 262) et 
dont on trouve dans le 1 er volume des Mélanges de M. Bois- 
jourdain (Paris, 1807, 3 vol. in-8) une traduction française, 
due peut-être à J.-B. Rousseau. — Cette pièce avait été attri- 
buée à Gio. délia Casa; mais Ménage et d'autres écrivains ont 
restitué à Nicolas Secchi, de Brescia , savant juriste et littéra- 
teur du XVI e siècle, cette production où Venus, Priape et une 
fourmi sont mis en scène. 

Rochas, à qui on doit une liste fort complète des traductions 



PHILIPP! 43 

de ces dialogues, n'a pas mentionné l'imitation en vers de Gui- 
cliard de celui intitulé: Vénères, dans ses contes publiés en 
1802. 

Fendant une trentaine d'années, ces dialogues ne furent point 
poursuivis ; ils ne turent mis à l'index qu'au commencement 
du XVIII e siècle. Us ont été traduits plusieurs fois eu français; 
mais toujours fort librement : ce sont plutôt quelquefois' des 
imitations que de vraies traductions. En voici les titres dans 
l'ordre de leurs dates : 

Aloysia. ou Entretiens académiques des dames. 

Les Sept entretiens satyrijues d "Aloysia. 

L'Académie des dames. 

Nouvelle traduction du Meursius. 

Le Meursius français. 

Les Mœurs françaises, ou l'Académie des dames. 

Nous signalerons aussi quelques traductions en langues étran- 
gères. Voir les litres: Delights ofthe nuptial bed ; — Salira 
soladica di Eloisa. et:. ; - Aloisia Sigea da Toledo , satira, 
etc. — Voir ces différents titres , excepté le suivant : 

Le Meursius françois. ou Entretiens galans d' Aloysia. Cy- 
thère (Paris, caract.' de Didot jeune, Cazin) , 1782,2 vol. in-18, 
277 et 210 pp., souvent reliés en un, front, et 12 fig. libres, par 
Borel , gravées par Eluin (non signées). — Il existe trois édit. 
par Cazin avec la même date. Celle qu'il faut préférer est un 
peu plus grande que les deux autres et d'un papier bleuâtre ; 
outre que les épreuves en sont beaucoup plus belles , l'édition 
es; plus correcte. Deux exemples suffiront'. Dans la meilleure 
édition, on lit en haut de la p. 44: «Sixième entretieu » (ce 
qui est exact) et à la page 191 du même volume, ligne 9: «Ah! 
ma chère sœur. » Au lieu que dans les deux autres on lit: Ah! 
ma cher sœur.» Et dans l'une d'elles: «Septième entretien» à 
la p. 44.. Du reste, la justification et le nombre de pages sont 
semblables dans les 3 éditions. Il existe des exemplaires in-8 , 
sur grand papier vélin, très rares. Le seul que j'aie vu appar- 
tient à M. H. 11 est, comme tous les livres qui composent la 
bibliothèque de cet amateur distingué, d'une beauté parfaite 
comme épreuves et orné d'une reliure caractéristique avec do- 
rures à petits fers et mosaïque, chef-d'œuvre de Trautz. — 11 
faut se garder de la contrefaçon, où les figures sont retournées. 
Ainsi le faune qui devrait è'.re à droite et la femme à gauche 
sur le frontispice, s'y trouvent, le faune à gauche et la femme 
à droite (H. Cohen). Un bel exempt, de cette édition a été vendu 
Bozérian, en 1793, 62 fr. — On lit en tète du volume : Lettre 
de l'abbé de T... , traducteur, à Madame l'abbesse de *••. 

« Vous me l'avez ordonné, j'obéis, Madame. La nouvelle tra- 
duction que je vous envoie est libre, à la vérité , mais elle est 
plus exacte que celles qui l'ont précédée. J'ai toujours été re- 
buté, comme vous, du libertinage grossier et des termes indécens 
dont hs premières éditions de cet ouvrage étaient souillées. Ose- 
rai-je me flatter d'avoir réussi à les bannir 1 ? C'est à vous à 



44 PHIL1PPI 



prononcer. Avant de me juger, recevez, s'il vous plaît des ob- 
servations préliminaires à l'état de la question. ' 
_ «Le génie des deux langues est très-différent. La langue la- 
tine est sonore et abondante. Elle offre une multitude de mots 
dont les terminaisons toujours variées frappent l'oreille avec 
agrément. La langue française, beaucoup moins variée n'offre 
pas cette immense variété de synonymes ; elle n'a presque ja- 
mais deux bonnes manières de s'énoncer sur le même sujet 
surtout si 1 auteur veut éviter l'ennui des circonlocutions. ' 
« La langue latine n'est jamais gênée sur aucune matière 
tous les termes quelle emploie n'emportent aucune idée des- 
nonnete, rebutante ou grossière ; on peut dire qu'elle ne rou- 

•J'irti n ? tre est d ' une déli catesse qui n' est pas convenable ; 
point de termes pour exprimer décemment des actions qui né 
sont pas moralement criminelles en elles-mêmes; les circonlo- 
Z ,1°"? a , ux q ue , lles ° n est obligé de recourir énervent en ce cas 
toute la force du discours. 

« Je ne me suis point asservi scrupuleusement à rendre le texte 
original mot pour mot. 

a.un, V0U . S a ' fait ? râce du fastueux- étalage des divinités plus que 
S a,a "' es du paaamsme <* ae les interlocutrices invoquent avec 
une devot.on qui aurait pu vous déplaire d'autant plus qu'il y a un 
grand nombre de ces divinités qui n'ont pas de nom en fran- 

francàis Sr*™™? retranché <V*Jques pages de synonymes 
irançais sur un mot ou deux qui dans notre langue ne sont 
çomnosés qne d'une syllabe, sur lesquels l'auteur avait réun 
ses équivalents grecs ou latins. 

tmniM?- ° ffre e - nfin un ouvra ge complet, tandis que les édi- 
finkl ■ P t n e ? r e T S , a ma . ,raducti . " *>«» tronquées dans une in- 
imité d endroits, de près d'un tiers à la moitié. 

tnnt?A a r,, fait iu , squ ' à six Citions différentes de cet ouvrage qui 
n'on n^™ f V ' e ™ nt C0 P ié >a première ; les fautes d'im P .°essi R n 
n ont même fait qu augmenter. 

primées.' étabH "" Sra " d n ° mbre d ' ave ntures qu'on avait sup- 

môn R a e d e m V f, Z al l n C 'r adame -. le témoignage de mon respect et de 
oTvo,?n*i« se n'injents sont d'autant mieux fondés, 

ëaurinrl paS m?'"? distinguée par la naissance et là 
beautc que par la supériorité d'un génie extrêmement cultivé. 

avêz O su'SHnmnh le '/ 0ui0 x" rs , gu ! dée P ar la saine raison, vous 
avez su tiiompher des préjugés les plus sujets à retour. 

entrée n rappel,e avec une satisfaction mêlée de surprise les 
se delà ZtZ mS , u'° nS eUS S ^ r Ies mat,eres k " s Plus épineu- 
conciliez 1? tf i â man '"' e .'"Skieuse et solide dont vous 
concil.ez les contradictions qui jusque là m'avaient paru in- 



PHILIPPIQUES — PHILOCOLO 4 5 

surmontables; vous avez parlé, elles ne sont plus qu'appa- 
rentes. 

« Ce qu'il y a de plus admirable, c'est que votre conduite ne 
contraste point avec vos principes ; vous n'envisagez les plaisirs 
des sens, que comme des émanations d'un tempérament qui 
doit toujours être soumis au joug de la prudence. Les pas- 
sions quittent ce nom auprès de vous; elles n'y rencontrent qu'un 
cceur inaccessible aux orages qu'elles excitent partout ailleurs. 
Elles peuvent bien remuer votre cœur agréablement en lui fai- 
sant perdre cette indolence, qui est le poison de la vie , mais 
vous avez su en retrancher tout ce qu' elles ont de funeste ou 
de blâmable. 

« Recevez donc cet ouvrage comme une exécution de vos or- 
dres. C'est le tribut de l'obéissance et du profond respect avec 
lequel j'ai l'honneur.... 

L'abbé de T. 
A.... , ce 20 jauvier 1749. » 

Quel est cet abbé de T... ? Est-ce l'abbé Terray alors jeune 
homme à la mode, le héros, dit-on , des Lauriers ecclésiasti- 
ques, et fort protégé de M me de Pompadourî — On ne saurait 
dire, et on en reste sur ce point aux conjectures. 

Amst. (Belgique), 1870, 2 vol. in-i8 de 197 et 198 pp., avec 
i3 fig. libres, 36 fr. — Réimpression moderne de l'édition Cazin 
de 17S2. 

Philippiques (Les), odes. Voir : Odes philippiques. 

Philis (La) de Scire, trad. de l'ital. ; Voir: Filli di 
Sciro. 

Philistée, pastorale en 5 actes, en vers, par le sieur 
(Trotterel) d'Aves. Rouen, David du Petit Val, 1627, 
pet. in-12. — Soleinne, n° 90g; Cigongne , n° i3io; 
Nyon, n° 17296. — Voir Fanalyse Biblioth. du Th. 
franc. , I, p. 783. 

Philocalie (La) du sieur Du Croset, foresien, divi- 
sée en 4 livres, où sont introduits six bergers maistri- 
sés de l'amour de six pucelles, lesquels, après plu- 
sieurs discours accompagnés d'élégies, chansons, etc., 
récitent quatre histoires convenables au temps , etc. 
Lyon, Th. Soubron, iSgS, in-16. — Coste, n° 17169. 

Cet ouvrage en prose et en vers, a été réimpr. sous le titre 
suivant: l'Amour de la beauté, où sont introduits six bergers 
maistrisj{ de l'amour de six puceiles, etc. Rouen, R. Du Petit- 
Val, 1600, pet. in-12. — De l'Usage des romans, tome II; 
Nyon , n° 14439 ; Luzarche, 1, 2263. 

Philocolo (II) (ou il Philocopo), cioè Libri V de li 
amori di Florio e Bianci flore, di Gio. Boccaccio. Flo- 



4 6 PHILOGAME — PHILOGINE 

rence, J. P. Demagontia , 1472 , in-fol. de 266 ft. à 
longues lignes, caract. ronds. Edition regardée comme 
la 1" de ce livre; très-rare (La Vallière, n°4i62, 299 
fr.). — Venetia, Gabriele di Piero, 1472 , in-fol. à 2 
col. Très-rare (Gaignat, i3o fr. ; Costabili, 2o5 fr. ; 
De Bure, 3752; Bibl. Nat., Y 2, g3o). — Milano, Dom. 
da Vespola, 1476, in-fol. de 182 ft'. (Roxburghe , 38 
liv. 17 sh. ; De Bure, n° 3753). — Milano, PhiL de 
Lavagnia, 1478, in-fol. (Brienne-Laire , 74 fr. ; Bou- 
tourlin, 81 fr.). — Neapol , S. Biessinger , 1478, gr. 
in-4 de 236 ou 238 ft. , 41 fig. sur bois (Brienne- 
Laire, 100 fr. ; Boutourlin , 180 fr. ; Heber, 21 
liv.). — Venetia, Phil. de Piero, 1481, in-fol. à 2 
col. (Hibbert, 4 liv. 14 sh. ; Heber, 1 liv. 9 sh. ; Li- 
bri, 40 fr.). — Venezia, 1485, in-fol. — Vinetia , Peie- 
grino Pasquale, 1488, in-fol. à 2 col. (La Vallière, 54 
fr. ; Libri, en 1857, 80 fr. ; Costabili, 120 fr.). — Ve- 
netia, Ant. da Guzago, 1497, in-fol. — Milano, i5o5, 
in-4 . — Venetia, Agost. di Zani, 1614, in-fol. (Nyon, 
b° io532). — Milano, i5i4 , in-4 de 206 ft. à 2 col. 
— Venise, i520, in-4". — Vinegia, J. da Lesco, 1527, 
in-8. Edition estimée (Libri, 10 fr. 5o; Mac-Carthy, 
11 fr.). — Vinegia, Bindoni e Pasini, i53o, in-8 de 
260 ff. — Vinegia, Bindoni, 1 5 38 (Nyon, a" io533), 
i55i, in-8 (Bibl. de Grenoble, 17621). Cette dernière 
édition revue par le Sansovin, est estimée ; elle porte 
la date de 1 55 4 à la fin. — Firenze, Giunti, i5g4,in-8 
de 776 pp. et 8 ft'. (Cailleau, 5 à 6 fr. ; Nyon, 10534). 
—Florence, 1829,2 vol. in-8 (tomes VII et VIII des 
Œuvres de Boccace). 

Le Philocope de Jean Boccace, contenant l'histoire de F leur y 
et de Blanc hejleur , div. en sept, livres, trad. en franc, par 
Adrien Sevin. Paris, D. .lanot, ou G. Corrozet, 154.2, in-fol., 
lettres rondes, fig. s. b. (Bolle, 46 fr.; Nyon, n° iod'36; Bibl. 
de Grenoble, 17622). — Paris, i555, in-S (Monmerqué, n° i5oi; 
Veinant, i5 fr. ; Mac-Carthy, 2 fr. ). — Paris, A. L'Angelier , 
ou Robinot, ou Normand, etc., i575, in-16 de 3 ff. et 4S0 pp. 
(Solar, 20 fr. ; La Vallière, i3 fr. ; Méon, n° 2654J. 11 y a aussi 
des traductions anglaises du Philocopo. 

Philogame {Le premier et le second livre du) , ou 
Amy des nopees; par François Tillier, Tourangeau. 
Paris, J. Poupy, 1578, i586, in-16. — Cat. A. S*** T., 
1867, n° 762. 

Philogine (Le), ou Amoureux des dames , par le 



PHILOMNESTE - PHILOSOPHE 47 

sieur de la Valletrye. Paris, Toussaint du Bray, s. d., 
in-12. — Catal. G. B. 

Voir pour le Philogine d'Andréa Baiardo , Libro d'arme e 
damore. 

PHILOMNESTE, junior, pseudonyme de M. Gustave 
Rrunet, de Bordeaux. — La Papesse Jeanne. — Sept 
petites nouvelles de P. Arétin. 

Philopédie (La), ou Avis aux époux sur l'art d'a- 
voir des enfants sans passions ; par A. G. — Paris, 
i8oq, in-12. — Dinaux, 3199, 2 fr. 25. 

Philosophe (Le) amoureux , ou Mémoires du comte 
de Mommejan ; par le marquis d'Argens. La Haye , 
Adr. Moetjens, 1707, pet. in-12. — Nyon, n° 9107; 
Taylor, n° 1403. 

Philosophe (Le) amoureux, ou les Aventures du che- 
valier K"* , par Th. L'Affichard. La Haye (Paris), 
1746, 4 tomes en 2 vol. pet. in-12 , ne. — Alvarès , 
en 1 86 1 , 6 fr. 5o; Nyon, n" 9371. — Èéimpr. l'année 
suivante sous le titre : L'Amour che^ 'es philosophes. 

Philosophe (Le) corrigé, ou le Cocu supposé , com. 
en 5 a. en pr., par M"" Olympe de Gouges. S. 1. n. d., 
in-8. — Soleinne, n° 2334. 

Philosophe (Le) cynique , pour servir de suite aux 
anecdotes scandaleuses de la cour de France (par The- 
venot de Morande). Imprimé dans une île qui fait 
trembler la terre (Londres, 1771), in-8 de xvi , o3 et 
xx pp. 

Epître dèdicatoire aux chœurs de l'opéra. — Nouvelles de 
l'Opéra, vestales et matrones, pp. 1-34. — Nouvelles énigma- 
liques , pp. 35-73. — Nouvelles transparentes, pp. 74-93.— 
Beaucoup de méchancetés. 

Philosophe (Le) dupe de l'amour, com. en 1 a. en 
pr. (par Dessaudrais, Sebire et Saint-Foix). Pari;, Fr. 
Le Breton, 1727, in-8 (Soleinne, n° 182g). — Paris, 
Briasson, 1732, in-12 (Soleinne, n° 336o). — La Haye, 
1733, in-8 (Techener , 6 fr.). — Cette pièce ne se 
trouve pas dans les Œuvres complètes de Saint-Foix. 

Philosophe (Le) marié, ou le Mari honteux de 
l'être; com. en 5 a. en vers, par Néricault Destouches. 
Paris, le Breton, 1727, in-8 (Soleinne, 1642 et 3202 ; 



48 PHILOSOPHE — PHILOSOPHIE 

Nyon, n° I794 2 )- — Paris, Prault, 1734; Paris, Du- 
chesne, 1763, in-12. 

On joint à cette pièce les opuscules suivants: Relation cu- 
rieuse de tout ce qui s'est passé au Parnasse , au sujet des 
comédies du Philosophe marié, et de l'Envieux, Paris, Thi- 
boust, 1727. — Les Caractères de la comédie du Philosophe 
marié. Paris, Chaubert, 1727. — Réflexions critiques sur le Phi- 
losophe marié. Paris, Le Breton, 1727. — Lettre critique sur 
le Philosophe marié. Paris, Oudot, 1727. — Apologie du Philo- 
sophe marié, ou Réponse à la Lettre prêced. Paris, Oudot, 1727. 

— Destouches, étant ministre de France à Londres, se maria à 
une jeune catholique anglaise ; ce mariage fut quelque temps 
tenu secret. Destouches lui-même mit son aventure au théâtre, 
car tel est le sujet de la pièce. 

Philosophe (Le) par amour , ou Lettres de deux 
amants passionnés et vertueux (par Rétif de la Bre- 
tonne, ou Gatrey). Paris, Cailleau, 1765, 2 tomes en 
1 vol. in-12 (Nyon, n° 9822; catal. de Dresde, n° 
ii25). — Paris, 1766, 2 tomes in-12 (Scheible , en 
1872, 18 sgr.), et Amst. et Paris, s. d., 2 tom. in-12. 

— Therrin. 

Philosophe (Le) parvenu, ou Lettres et pièces origi- 
nales contenant les aventures d'Eugène Sans-pair, par 
l'auteur de l'Aventurier françois (par Lesuire). Lon- 
dres et Paris, 1787, 6 vol. in- 12 (Catal. Monselet, p. 
71). — Paris, Quillau, 1788, 6 vol. in-12. 

Le Philosophe parvenu n'est pas inférieur à VAventurier. 
Même mouvement, même déplacement de scène , mêmes tableaux 
merveilleux. D'un aventurier nous passons à un philosophe , 
dit Le Suire dans un avant-propos, mais à un philosophe bien 
jeune; on va voir encore des aventures, des amours , quelque- 
fois même des jouissances, au moins indiquées... » D'après Pi- 
goreau, les trois derniers volumes du Philosophe parvenu sont 
rares. 

Philosophes (Les) amoureux, com. en 5 a. et en v., 
par Néricault Destouches. Paris, Le Breton, 1730, in-12 
(Soleinne, 1642). — La Haye, Van Dole, 1733, in-12. 

— Paris, 1774, in-8 (Soleinne, 3202). 

Philosophes et comédiennes, par A. Houssaye. Pa- 
ris, Lecou, 1 8 5 1 , in-12. 2 éditions la même année; 
3 e édit. en i855 (1834), in-12, 3 fr. 5o. 

Philosophie (La) dans le boudoir ; ouvrage posthu- 
me, par l'auteur de Justine. La mère en proscrira la 



PHILOSOPHIE 49 

lecture à sa fille. Londres (Paris), 1795 , 2 part. pet. 
in-12 de 190 et 216 pp., plus 5 grav. Fort rare. 

En outre d'une réimpression faite pour le colportage , vers 
i83o, en 2 vol. in-18 avec 10 lith. obscènes, cet ouvrage a élé 
réimprimé en 1868 à Bruxelles (sous la rubrique, Londres, 1795J, 
2_ vol. in-18, 208 et 262 pp., avec 5 fig. libres. Prix: 3o fr. — 
Celte philosophie est toujours la philosophie atroce développée 
dans le roman de Justine du marquis de Sade. 

Philosophie d'amour, de Léon Hebrieu. Voir : Dia- 
loghi di amore. 

Philosophie (La) d'amour, par le sieur de Humières. 
Paris, 1622, pet. in- 12. — Bignon, 1 fr. 5o. 

Philosophie (La) de M. Xicolas. Voir: Monsieur 
Nicolas. 

Philosophie d'une femme. S. 1. (Berlin?), 1787, in-8, 
4.3 pp. , avec front, orné d'une charmante tête de 
femme gravée par Dunker. — Opuscule rare et peu 
connu. — Duplessis, n° 112 ; LaJarrie, n° 3588; Méon, 
2919; Archives du biblioph., 1861, n° i343o, 3 fr. 5o. 

Philosophie der Ehe. Ein beitrag fur Philosophie 
des lebens fur beide geschlcchter. Leipzig, 1800, in-8. 

— Scheible, en 1872, 12 sgr. 

Philosophie der Weiber. Leipzig, 1802, in-8. — 

— Scheible, en 1872, 9 sgr. 

Philosophie (La) des amours, par M. de C. — Amst., 
1777, in-8. — Jannet, n° 2832, 3 fr. 

Philosophie (La) des boudoirs , ouvrage posthume 
de Linguet (auteur supposé). Paris, s. d. , in-18. 

Ce volume édité par Mercier de Compiègne contient les 
Amours d'Hipparchie et de Craies, et la Cacbmonade ; le pre- 
mier de ces ouvrages n'est pas de Linguet (Supercheries litt. , 
II, 7S8). 

Philosophie (La) des vapeurs, ou Lettres raison- 
nées d'une jolie femme sur l'usage des symptômes 
vaporeux, par un académicien apathiste (l' aobé de 
Paumerelle). Lausanne et Paris, Bastien , 1774, in- 12 
(Nyon, n° 5856; Luzarche, n° 332o). — Paphos, 1784, 
in-12 (Truebvvasser, n° 1574). 

Philosophie du mariage. Hist. de l'homme et de la 
Tome VI. 7 



5o PHILOTANUS — PHRENETÏQUES 

femme mariés dans leurs rapports physiques et mo- 
raux. Etudes sur l'amour, le bonheur, la fidélité , les 
antipathies conjugales. Jalousie. Adultère. Divorce. 
Célibat. Par A. Debay. Paris, Moquet, 1849, in- 12 <*e 
g feuilles, 2 fr. — Et 7° édition. Paris, Dentu , 1866, 
fn-18 jésus, 285 pp., 2 fr. 5o. 

Philotanus, poème; par M. l'abbé*** (de Grécourt). 
Paris, Legond, 1720, 1726, 1 733, pet. in-8. de48 pp., 
avec front. (Techener, en 1864, 48 fr. ; Pixérécourt ; 
Nyon, n° 14168). — Amst., 1721, in-12. 

M. Paul Lacroix , dans le Bulletin du Bibliophile de 1864, 
p. 1 1 17, dit: « Les éditions de Philotanus sont innombrables, 
quoique la Bibliographie n'ait pas daigné encore s'en occuper. 
Elles offrent aussi beaucoup de variantes , ce poème satirique 
étant une espèce de courroie destinée à flageller les jésuites, et 
que chaque ennemi de Loyola allongeait plus ou moins avec 
les ongles et les dents. Le sujet de cette longue méchanceté ri- 
mée, se montre à nu dans le nom de Philotanus, composé d'un 
mot grec, philos, ami, et d'un mot latin, anus, qui désigne une 
partie du corps que les gens polis hésitent à nommer en fran- 
çais. Je vous laisse à penser comment les pauvres jésuites se 
trouvent mêlés à cette partie-là. L'abbé Grécourt passe géné- 
ralement pour l'auteur du Philotanus , qui est réimprimé dans 
ses oeuvres; cependant dçs bibliographes bien informés ont as- 
suré que l'honneur de cette petite polissonnerie revenait de droit 
à Nicolas Jouin, qui était le banquier des jansénistes, et qui se 
faisait un devoir de dauber, en vers de 10 syllabes, sur la Com- 
pagnie de Jésus. L'édition de 1720 qui n'est pas la i re et qui 
est peut-être la dixième, a été faite sur une copie pleine de lacu- 
nes. Les notes qui accompagnent le texte sortent évidemment 
de l'officine de Fort-Royal, et sentent d'une lieue les Nouvelles 
ecclésiastiques. » On sait qu'il s'agit dans ce poëme du débat 
relatif à la bulle Unigenilus, parue en 1713, et qui condamnait 
les Réflexions morales du père Quesnel , oratorien, parues en 
1671 et approuvées par une partie du clergé français. Ce débat 
qui a duré près d'un siècle, n'est peut-être pas, 'sur plusieurs 
points, entièrement terminé aujourd'hui. Voir la Constitution 
de l'Hôtel du Roule. 

Philtre (Le), opéra en 2 a. de Scribe, mus. d'Au- 
ber (Opéra). Paris, i83i, i832, i83g, in-8, 2 fr. 

Philtre (Le) Champenois , vaud. en 1 a. ; par Mé- 
lesville (Anne-Hon.-Jos. Duveyrier) et Brazier (Pa- 
lais-Royal). Paris, i83i, i83a, 1807, in-8. 

Phrénétiques (Les) amours et phantasques poésies de 
M.-J. 7'ripon , docteur es lois, et avocat à Condom ; 



PHRODISIA — PHYSIOLOGIE bi 

dédiées à haut et puissant seigneur de Sacquedeburre , 
seigneur de la grande Braustc , revueues et commen- 
tées par son rils lou Baient, et enrichies d'annotations 
par la Bordeblanque (facéties en vers d'un pseudonyme). 
Arraiogat, par Jean Mirgail et Daniel Schapacaca, 1609, 
in-12. Très-rare. — La Vallière, n° 292 

Phrodisia, or A few observations on tlie means of 
promoting conjugal happiness, highly interesting to the 
sexes, etc. Londres, 1812, in-12. — Deneux. 

Phrosine et Melidor, poème en 4 ch. (par P. J. 
Bernard). Messine et Paris, Lejay , 1772, 1780, in-8 , 
4 rig. par Eisen, gr. par Baquoy et Ponce. — Ver- 
beyst, n° 2322. 

Physical, sexual , and natural religion by a stu- 
dent of medicine. London, Edw. Truelove, i8d5, in-12 
de 450 pp. — Livre qui paraît assez complet et bien 
fait. 

Physiologia crepitus ventris. Item risus et ridiculi 
elogium nihili, auct. Rod. Goclenio. Francofurti, et 
Lipsite, 1607, in-8, ou in-12. — Voir la note de la 
Bibliotheca scatologica, pp. 49 à 5 1. 

Physiologie de l'espèce humaine . histoire de la gé- 
nération de l'homme, comprenant l'étude comparative 
de cette fonction dans les divisions principales du rè- 
gne animal, etc., par Grimaud de Caux et Martin St- 
Ange. Paris, 1824, 1837, in-4°, 24 pi. En noir, 10 fr.; 
col., 18 fr. 

Physiologie de la femme entretenue... par moi (par 
Jacq. Arago). Paris, 1840, in-32, 1 ng. ; peu commun. 
Cette spirituelle facétie , réimpr. une seconde fois la 
mC-me année, fit naître en 1841 et en 1842, les phy- 
siologies suivantes : du Séducteur, par Victor Doinét; 
des Amoureux, par de Neufville avec illustr . de 
Gavarni ; de l'Homme à bonnes fortunes, par Ed. Le- 
moine ; de VOpéra, du Carnaval, du Cancan, et de la 
Cachucha, par un vilain masque (avec 1 10 dess. de H. 
Emy) ; de l'Amant de cœur, par Marc Constantin ; du 
Débardeur, par Maurice Alhoy; du Protecteur (par 
Jacq. Arago); de la Lorette, par Maurice Alhoy; de la 
Grisette, par Louis Huart; de la Parisienne, par Ta- 



52 PHYSIOLOGIE 

xile Delort ; de la Femme honnête, par Ch. Marchai ; 
de la Femme la plus malheureuse du monde, par Ed. 
Lemoine ; de la Fille sans nom , par le même ; de la 
Femme, par Et. de Neuville (Eug. Villemin), avec il- 
lustr. de Gavarni ; du Boudoir et des Femmes de Pa- 
ris, par L. de Chaumont (Léon Guillemin); de l'Hom- 
me marié, par Paul de Kock , illustr. de Marckl; des 
Demoiselles de magasin, par un journaliste ; des Fo- 
yers de tous les théâtres de Paris, par J. Arago ; des 
Bals de Paris, par Chicard et Balochard , dessins par 
Lacoste et Kobb ; du Célibataire et de la vieille fille , 
par Louis Couailhac, illustr. d'H. Monnier ; du Chi- 
card, par Ch. Marchai; du Cocu, par un vieux céli- 
bataire ("Allée), in-32 de 128 pp. (Cigongne, n° 2208); 
du Prédestiné, considérations biscornues, par une bête 
sans cornes, Paris, Bocquet, 1841 , in-24 de 128 pp. , 
avec fig. s. bois , de J.* Gagniet. Recueil d'historiettes 
de cocuage spirituellement contées et entremêlées de 
dessins ingénieusement touchés. — Toutes ces petites 
physiologies étaient publiées à 1 fr. pièce , il en est 
qui se vendent aujourd'hui jusqu'à 3, 4 fr. , et même 
plus dans les ventes publiques. 

Physiologie de la polka , d'après Cellarius ; Illus- 
trations polkaïques, par Aug. Vitu et Paul Farnèse (Lau- 
rence de Blanry). Paris (impr. Worms, à Montmartre), 
1844, in-24 ae 4 feuilles. 

Physiologie de la première nuit des noces, par Oct. 
de Saint-Ernest (Ch. Chabot de Bouin); précédée d'une 
Introduction philosophique, hygiénique et morale, par 
Morel de Rubempré. Paris, 1842, 1843, in-18, 72 pp., 
1846, i856, in-18 de 108 pp. , 1 figure. 

Physiologie de la vie conjugale et des mariés au 
1 3 e , par Arthur de Saint-Luc (Edouard Gourdon) et 
P. Aymès (autre pseudonyme). Paris, 1842, 1843, 
in-18 de 104 pp. , fig. 

Physiologie de l'amour, par Du Fayel. Paris, Char- 
pentier, 1841, in-8 de 21 feuilles, 6 fr. — La Revue 
critique de Genève, 1841 , p. i65, fait l'éloge de cet 
ouvrage « écrit dans un but essentiellement moral et 
n'envisageant l'amour que comme la base essentielle 
du mariage. » 



PHYSIOLOGIE 53 

Physiologie des bals de Paris et de ses environs , 
par E. de Champeaux. Paris, 1845, in-12, 2 lith. 

Physiologie des étudiants, des grisettes et des bals 
de Paris, par Satan (par Georges-Marie-Mathieu Dairn- 
vaell). Paris, Dairnvaell, 1848, in-32 de 128 pp. — 
Superch. littéraires, III, 606. Le même auteur avait 
publié en 1842 un pet. vol. intitulé les Indiscrétions 
de Lucifer. 

Physiologie des passions, on Nouvelle doctrine des 
sentiments moraux, par J. L. Alibert. Paris , Béchet , 
i8a5, 2 vol. in-8, 9 grav. , 16 fr. 

Physiologie des perfections et beautés de la femme, 
par A. Debay. Paris, rue Lepelletier, 19, i852, in-12 
de 10 feuilles, 2 fr. 

C'est probablement le même ouvrage que: Physiologie des- 
criptive des trente beautés de la femme. Analyse histor. de ses 
perfections et de ses imperfections, etc. , par Debay. 3 e édit. 
Paris, Dentu, i858, gr. in-18 de 3i6 pp., et 5 e édit. Paris, 
i865, in-18. 342 pp. , 2 fr. 5o. 

Physiologie des Weibes. Physiologie de la femme, 
par Lui. Leipzig, i853, in-8, 52 vign. s. b. — Catal. 
François, 1864, n° 834. 

Physiologie du bal Mabille , par Aug. Vitu et Jules 
Frey. Paris, imprimerie Lacrampe , 1844, in-32 de 1 
feuille 1/2. 

Physiologie du billet doux; par Bruno de Furcy. 
Paris, Bréauté, 1840, in-18 de 8 feuilles, 3 fr. 

Physiologie du mariage , ou Méditations de philo- 
sophie éclectique sur le bonheur et le malheur conju- 
gal (par Hon. de Balzac). Paris, Levavasseur, 1828, 
i83o, 1834, 2 vol. in-8. — Paris, Charpentier, 1 838, 
1840, 1847, 1 853, in-12. — Paris, Maresq, i852, in-4 
illustré. — Paris, Bourdilliat, i85g, in-ib, 1 fr. — Ma- 
cédoine mordante et drolatique , à laquelle il ne faut 
pas demander de conclusions. 

Physiologie du plaisir, par le doct. Mantegazza (Al- 
phonse Gil'lard). Bruxelles, A. Schnée, 1862, in-8. — 
Superch. littér. , II, 1045. 



b 4 PHYSIOLOGIE — PIACEVOLE 

Physiologie du sentiment, par Georges Rœder (Ar- 
mand de Barenton) (i* partie, la beauté ; 2% l'amour). 
Paris, libr. nouv. , i853, in- 18 de 3 feuilles, 1 fr. — 
Superch. littér., III, 441. 

Physiologie inodore illustrée et propre à plus d'un 
usage. A Paris, au Palais-Royal, galerie Valois , i85 
(chez Terry), et chez tous les libraires, s. d., 12 pp. 
pet. in- 12 (en vers). — Les illustrations comprennent 
seulement un bouquet au titre , fleuron tête de page, 
une lettre ornée , et au dessous du mot fin : un vase 
nocturne et une seringue. Cat. D. 

Physionomies parisiennes. Cocottes et petits Crevés, 
par Edouard Siebecker. Dessins par Grevin. Paris, le 
Chevalier, 1867, in-32, 128 pp. 

Physique de la beauté, ou Pouvoir naturel de ses 
charmes (par Morelly). Amst. et Bruxelles, 1748, pet. 
in-8. — Rare. Taylor, n° 1461 ; Therrin, n° 1634. 

Piacere (II), poema di Fr. Bolognetti , bolognese. 
Voir : Poemetti italiani. 

Piacere (II) d'amore, e l'anima di tutta la natura. 
Ode al dio dell'umana propaga^ione. In-18 , sans au- 
cune indication, iG pp. 

C'est une traduction de VOde de Piron. A la suite le lasciva 
scherzo improvisé par Crudeli, et unacanzone: A Clori vicina 
ad uscire di monistero un /rate suo diretlore. 

Piaceri (I) degli amanti, del célèbre cav. Marino , 
finora inediti. Citera, nella tipograna d'amore, s. d. , 
in-18, 3i pp. — François, n° 448. 

Ce livret contient trois pièces de vers: // Ducllo amoroso: 
I Traslulli esliri, egl'Amori notturni. Nous ignorons jusqu'à 
quel point est exacte V assertion que ces morceaux étaient 
inédits. 

Piacevole (La) e bella historia délia Nencia da Bar- 
berino (ovvero Étante alla contadinesca , da Lorenzo 
de' Medici ) e délia Beca (da Luigi Pulci}. Stamp. in 
Firenze, s. d. (Renouard, n u 1 635), 1622, in-4 . Opus- 
cule de 3 ff., fort-rare. 

Une édition de la Nencia a été faite à Parme , sous la ru- 
brique Itatia, 1802, pet. in-8. — Une autre à Venise, sans nom 
de ville, eu i8i3, pet. in-4 tiré à très-petit nombre. 



P1ACEVOLE — PICCININO 55 

Piacevole (II) ragionamento... Voir: Ragionamento 
dcl Zoppino.. 

Piacevoli (Le) notti. Voir: STRAPAROLE. 

Piacevolissimo (II) fuggilotio. Voir: COSTO. 

Picara (La) Justina ( ou , dans les premières édi- 
tions : Libro de entretenimiento de la picara Justina; 
et, dans l'édition de Barcelone, 1640: La Picara Mon- 
tanesa, llamada Justina (Aubry, en 1857, 12 fr.), por 
Fr. de Ubeda (attrib. à André Perez, relig. dominicain). 
Médina del Campo et Barcelone, i6o5 , pet. in-4. et 
in-8. — Bruxelles, 1608, pet. in-8, avec un curieux front, 
à l'eau-forte. — Techener, en 1869, n°22oo,, 40 fr. ; 
Nodier , 3 1 fr. 

Réimprimé très- souvent , et compris dans le tome I er du 
Tesoro das novelistas espanoles , Paris, 1847, in-8, ainsi que 
dans le tome 11 des Novelistas anteriores à Cervantes dans 
la Bibliotheca espanola , éditée à Madrid , chez Ribadeneira. 
La Justina est une espèce de Guzman d'Alfarache femelle; le 
Manuel, IV, 535, dit ce roman très-libre; mais cette expres- 
sion est exagérée. 

11 existe des traductions française, anglaise et italienne. Selon 
un bon juge (Ticknor), History ofspanish literature, tome 111, 
p. 66, l'ouvrage a peu de mérite; il offre un intérêt fort mé- 
diocre et une imagination stérile; les nombreuses pièces de 
vers qui y sont répandues sont affectées et ennuyeuses. 

La Narquoise Justine, lecture pleine de récréatives aven- 
tura et de morales railleries contre plusieurs conditions hu- 
maines, trad. de l'espagnol de la Picara Justina (traducteur 
inconnu). Paris, i635, i636, petit in-8. —Tripier, 3o fr. ; Nyon, 
ii° 9860: Claudin, 1S60, 3o fr. ; Techener, en 1869, 20 fr,j 
Méon, n° 2727. 

La Picara, or the Triurnphus offemale subtilily displayed 
in the artifices and impostures 6f a beautiful woman ivho 
irepanned the most experienced rognes. i66d. — C'est proba- 
blement une traduction anglaise de la Picara Justina. 

PICARD (Louis-Benoît), littérat. , membre de l'Aca- 
démie française, né à Paris en 1760, mort en 1828. 
Seul ou en collaboration : Les Filles à marier — le 
Jeune mari — le Mari ambitieux — le Mariage des 
grenadiers — la Noce sans mariage — le Passé, le 
présent , l'avenir — le Pensionnat de jeunes demoi- 
selles — les Trois maris — les Visitandines. 

Piccinino (Le), par George Sand. Paris, Desessarts, 



56 PICCOLOMIN1 - PICTA 

t9,8 5 vol in-8. — lmpr. d'abord dans la Presse. 
Noft édition! Paris, Michel Lévy, ,868, in-4 à ■ 
col , 144 PP-, vign. de Tony Johannot et Maurice 

Sand. i fr. 95. 

PICCOLOMINI (^Eneas Sylvius) ; devenu pape sous 
le nom de Pie II, orat., diplom., théol., hist., geogr., 
poète latin, né à Corsignano , en Toscane, en i 4 od ; 
rn. à Ancone, en 1464. - En outre de l'ouvrage de 
lui dont il a été parlé sous le titre: Mneœ Silvn voeta 
Setiensis, de duobus amantibus, etc. , nous signalerons 
ici l'ouvrage suivant : 

Epistola Enee Silvii poète laureati sive PU. pape seatndi 
de amoris remédia. S. 1. n. d., pet. >n-£ de 6 fi. - Albie 
(en Savoie), s. d. (vers 1490), pet. m-4 de 7 ff. - b. 1. n. a., 
in-4 de 4 ff. - Nyon, n° 3907. 

Le Remède d'amour, translaté du lat. d'JEneas S.lvius (Pie 
second) en vers franc.! par rnaistre Albin de. , Avenele s avec 
additions de Bapt. Mantouan (en vers de 10 syll. ., .texte latm 
en marée) Paris, J. Longis , s. d., pet. in-4 gotn. de 14 n. 
(Nodièrf 00 fr" Méon, n«°i56+; Baudelocqne, 5pÉr.î Bor uut, 
l ,„ (Z\ _ Par s, Alain Lotrian, s. d„ pet in-4 fioth. de 12 : ff. 
rflwn 7 n° 2U.5 58 fr.; le même exempl., Potier, en 1870, 
S -Pa'nÏ'jTreperel (vers .5o5), jn- 4 > goth. de .2 
ff 9 g en bois sur le titre (Thierry , 35 fr. ao ; Heber, 2 l.v 
7 «h • 1 a V illicre 6 fr.). - Par s, veuve J. Jannot, s. d. (i52o), 
fnî» goVh de iTff, fig. en bois sur le titre (Potier, 100 fr.; 
Solar, 129 fr.; Cigongne, n° 2175). 

PICCOLOMINI (Al.), archevêque de Patras , né à 
Sienne en 1 5o8, mort en i5 7 8. - Amor costante - 
le Belle* -e le lodi, gli amori e i costumi délie donne 
-Dial^odovesifaggiona délia bellacre^a délie 
dome -Délia nobiltà eteccellen^a délie donne. 

Pichegru cherchant femme par la voie des journaux; 
correspondance avec le rédacteur du Journal deBn- 
Ss (an ni de la République , par M Camille P- 
qué de la Bibliothèque royale de Bruxelles- avec les 
deux fac-similé d'autographes. Bruxelles, in-8, tire a 
70 exempl. , 6 fr. 

PICHOT (Amédée), médecin et littéral. , né à Arles 

en I7d6.-ito Rookh, ou la Princesse Mogole, trad 

de l'angï. - Les Poètes amoureux.- Un enlèvement. 

Picta poesis Ovidiana. Thésaurus omnium fabula- 

rumloÂiclrum, etc., ex recens. Nie. Reusner». Fran- 



PIÈCE — PIÈCES 57 

eût ad Mœn. , i58o, pet. in-8, avec nombreuses fig. 
en bois. — J. Goddé, en 1844, 28 t'r. 

Pièce galante. Lettre sur l'entretien suivant de trois 
demoiselles aux Thuillerics. Sur l'inconstance et l'in- 
térêt de deux cavaliers qui les recherchaient en ma- 
riage. Paris, Guefher, 1749, pet. in-12 de 12 pp. — 
Opuscule indiqué au cat. Ba'udelocque, n° 1436, comme 
une facétie très-curieuse. — Soleinnc, n° 4002. 

Pièces choisies des œuvres de René Le Pays. La 
Haye, 1 68 1 , in-12. — Biblioth. de Grenoble. n° i8558. 

Pièces dérobées à un ami, chansons et poésies di- 
verses, par Gab.-C, abbé de Lattaignant. Londres et 
Paris, ij.to, 2 vol. in-i2. — Voir Poésies de l'abbé 
de Lattaignant. 

Pièces désopilantes recueillies pour l'esbatement de 
quelques pantagruélistes. A Paris, près Charenton,chez 
un libraire qui n'est pas triste. Printemps de 1866 
(.Iules Gay à Bruxelles), pet. in-12 de vhi-3io pp., 
tiré à i5o ex. numérotés. Prix: i5 fr. 

Recueil de pièces contenant : L'Entrée magnifique et triom- 
phante de Me.rdy-gras. i65o. — Les Paroles grasses de Ca- 
resme-prenant. 1022. — Les Secrets , prologues, chansons et 
rencontres facétieuses du capitaine Freluquin. 1627. — Lettre 
d'un cavalier à sa maîtresse. — La Défense du pet pour le 
galant du carnaval. i652. — Le Contenu de l'assemblée des 
dames de la confrairie du grand Habitavit. i6i5. — Virelai 
de Claude le Petit. —LaPourmenade du Pré-aux-Clercs. 1622. 

— Les Vérité^ inconnues sur la dissolution du luxe de Paris. 

— L'Ordre des cocus réforme^ nouvellement établis à Paris. 
1626. — Le Cocu consolateur. — Patente de Cocu. — Le Cale- 
çon des coquettes du jour. — Ouvrages burlesques en langues 
'étrangères. — Demandes joyeuses. i5u. — La Carajicomedia. 
i520. — Ma\arinades : Tempérament amphibologique des tes- 
ticules de Uajiarin. — La Bouteille cassée attachée avec une 
fronde au cul de Ma;arin. — Virelai sur les vertus de sa fa- 

Juinance. — La Custode de la reyne qui dit tout. — Lettre 
e la signora Foutakina à messer Julio Ma^arini. — Ambas- 
sade burlesque des filles de joye au cardinal. — l'Estat dé- 
plorable des femmes d'amour de Paris. — Dialogue de dame 
Perrette et de Jeanne la Crotée. — Dialogue de la guerre des 
tabourets. 1649. — Elégie sur la jalousie des culs de la cour. 

— Lettre à mademoiselle V... — La Famine, ou les Putains à 
cul. — Lettre de la petite Nichon du Marais à M. le Prince 
de Condé à St-Germain. — Le Trictrac de la cour. 

Ce recueil a eu un second volume intitulé: Choix de pièces 
désopilantes, dédié aux Pantagruélistes. lmpr. à Charenton 

Tome VI. 8 



58 PIECES 

près Paris, et se vend dans toutes les bonnes librairies de l'Eu- 
rope (Mertens à Bruxelles pour J. Gay) , 1867, pet. in-12 de 
279 pp. , tiré à i5o exempl. — Ce volume contient: Les Sul- 
tanes nocturnes, p. 5. — Testament dune fille d'amour mou- 
rante, p. 21. — Le Voluptueux hors de combat, p. 33. — L'O- 
rigine des puces, p. 69. — Priapées anciennes et modernes 
(par Mercier de Compiègne). — Chansons, contes et épigram- 
mes de divers auteurs, p. 121. — Les Filles de l'Opéra , nou- 
velle extraicte du Petit-neveu de Boccace, en prose, p. 23 1. — 
Les Epices de Vénus, par Xanferligote (Félix Nogaret), pp. 25i 
à 273. — Les chansons, contes, etc. , sont extraits du Soupe de 
Cailhava, de la Correspondance d'Eulalie, des Muses en belle 
humeur, de la Lyre gaillarde et du Désœuvré. 

Pièces dignes du feu. Imprimées je ne sais où, chez 
je ne sais qui, l'année prochaine, in-12 (Hollande, vers 
1766). — Rare. Ce recueil contient des pièces libres 
de Grandval et autres. — Impr, imag. 

Pièces échappées au feu, recueil de pièces de Ma- 
lezieux, Dubois de Saint-Gelais, etc., en prose et en 
vers, savoir: Polichinelle demandant une place dans 
l'Académie, Hist. de Léonice et de Mendoça, etc. 
(Le tout recueilli par Sallengre). Plaisance (Holl.), 
171 7, pet. in-8. — Nodier, 19 fr.; Pixérécourt, g fr. 5o. 

Ce volume rare a été réimprimé sous le titre de: Recueil de 
pièces sérieuses, comiques et burlesques; sans lieu , 1721, in-12 
(Nyon. n° 11696; Aubry, en 1857, i3 fr. ; Alvarès , en 1861, i5 
fr. : Bibliographe Alsacien, 1864, p. 76, 2 fr.) — Ce volume 
qui est rare contient des contes en vers , des fables , des chan- 
sons et quelques lettres sur divers sujets (Laquelle est préférable 
en amour d'une jolie femme coquette ou d'une petite personne 
neuve et agnès. — Sur le triste accident arrivé à un jeune hom- 
me qui se brûla*** en buvant du thé; etc.). Dans celte réim- 
pression, la pièce intitulée: Polichinelle demandant , etc. , n'est 
pas reproduite dans le volume de 1721 ; mais on y trouve sou- 
vent joint l'opuscule suivant qui est paginé à part: 

Les Trois justaucorps , conte bleu, tiré de l'angl. de Jonat. 
Swift (par René Macé), avec les trois anneaux , nouvelle tirée 
de Boccace. Dublin, 1721, in-12 (Bignon, 1 fr. ; Nyon, n° 14983). 
Cette traduction française du comte de Swift ne se trouve dans 
aucun autre recueil. 

Pièces fugitives de M. S*** (Sedaine), en vers. Paris, 
17 52, in-18 (Nyon, n° 18099).— Réimpr. sous * e l ' tre 
suivant: Recueil des poésies de M. S***. Paris, Du- 
chesne, 1760, 2 tomes en 1 vol. in-12 (Nyon, n° 
18100). — Paris, 1780, in-12. — Différentes poésies; l Im- 
promptu de Thalie, Anacréon, etc. 



PIECES 59 

Pièces fugitives en prose et en vers, par L*** ( La- 
coste, avocat). La Haye (Paris), 1752, in-12 (Nyon, n° 
i5Ô2?). — Contient des lettres galantes et morales, 
les Lettres de Julie à Ovide, et les Lettres d'une de- 
moiselle entretenue. 

Pièces galmites, contenant: Enguerrant de Marigny, 
nouvelle — La Trahison est légitime en amour, nou- 
velle.... et quelques lettres en vers et en prose. Paris, 
J. Ribou, 1676, in-12. — Potier, n° ig53, 20 fr.; Payn, 
n° 823. — Ce volume n'est qu'une réimpression du 
Recueil de pièces diverses et galantes , par Mascré. — 
Voir ce titre. 

Pièces inédites sur les règnes de Louis XIV, Louis 
XV et Louis XVI (par M" ,<: Gacon-Dufour ou publ. 
par Soulavie). Paris, Collin, 1809, 2 vol. in-8. — On 
trouve dans cet ouvrage la Chronique scandaleuse de 
la cour de Philippe d'Orléans, régent, écrite par le 
duc de Richelieu (Van den Zande, n° 3i2Ô; J. Gay, 
en 1871, 12 fr.). 

Pièces intéressantes et peu connues pour servir à 
l'histoire (par de La Place). Bruxelles et Paris, 1781 
et années suiv. , 8 vol. in-12. 

Parmi ces pièces se trouvent des anecdotes sur la vie privée 
de Marie Stuart , sur le caractère et sur les amours de cette 
reine. — Il y a une autre édition. Maestricht, 1785-90, 8 vol. 
in-12. C'est peut-èire une continuation. — Abrial (3o25). — Les 
premiers volumes de cette compilation sont les plus intéressants; 
ils contiennent des pièces extraites des manuscrits de Duclos. 

Pièces libres de M. Ferrand. Londres, 1708, in-8 
de 192 pp. (Soleinne, 3838), 1744 (Barraud, en 1870, 
10 fr.), 1747, in-8 de 179 pp., vign. (Soleinne, n° 
383g), 1760, 1762, in-12 (Alvarès, en i858, 6 fr.). — 
Quelques-unes des dernières éditions portent sur le 
titre un médaillon représentant une jolie tête de femme. 
— Veinant. i3 fr. ; Leber, n° 1 835. — Voir Viollet- 
Leduc, Supplément , p. 83, et VAnthol. Scatol., p. 99. 
Aux pièces de Ferrand, qui ne vont pas, dans ce recueil, au 
delà de la page 20, on a ajouté le Luxurieux, de Legraud , le 
Mondain de Voltaire, etc. Ce qui est dans ce volume étant trop 
libre pour être reproduit ici, nous donnerons seulement quelques 
vers de Ferrand cités par Voltaire: 

D'amour et de mélancolie 

Célemnus enfin consumé, 

En fontaine fut transformé ; 



60 PIECES — PIERRE 

Et qui boit de ses eaux oublie 
Jusqu'au nom de l'objet aimé. 
Pour mieux oublier Egérie 
J'y courus hier vainement : 
A force de changer d'amant 
L'injidelle l'avait tarie. 

Pièces recueillies de MM. de Voltaire et Piron, ac- 
compagnées de quelques notes. Au Parnasse, chez les 
héritiers d'Apollon, 1744, in-8, 3g pp. 

Pièces singulières et curieuses: la Cigale et la Four- 
mi ; le Jugement de Paris, comédie-ballet; U recule 
pour mieux sauter, conte en vers, etc. En France, 
1972, in-8. — Cat. François, 1864, n° 1088. 

Pied (Le) de Fanchette , ou l'Orpheline française 
(par Rétif de la Bretonne). La Haye, 1768, i^ôgfNvon, 
n° 8978), 1776, 1786, 3 vol. pêt. in-12, tig. (Solar, 
i3 fr.). — Francfort et Leipzig, 1769, 2 vol. in-12. — 
5 e édit. (intitulée: Le Pied de Fanchette, ou le Soulier 
de couleur rose). Paris, 1801, 3 vol. in-18, fig. (Al- 
varès, en septembre i858, 10 fr. 5o). 

Roman bourgeois assez intéressant , mais qui manque un 
peu de gaieté, quoique le litre semble en promettre. Le petit 
pied de Fanchette Florangis, fille d'un marchand de la rue 5t- 
Denis, lui attire bien des hommages et finit par lui procurer 
un bon mariage. Analysé Nouvelle Biblioth. des romans, pre- 
mière année, tome III. 

Pied (Le) de ne% , ou Félime et Tangut, vaudev.- 
féerie en 6 a., par Désaugiers et Villiers. Paris, Du- 
vernois, 1824, in-8. — Soleinne, 2537. 

Pieds (Les) qui r'muent, bals, danses et danseuses. 
Paris, J.863, 1864, in-32, 128 pp., 1 fr. 5o. 

Piège (Le) au mari, com.-vaud. en 1 a. , par Léo- 
pold Stapleaux (Palais-Royal, sept. 1861). Paris, Mi- 
chel Lévy, 1864, in-4 à 2 col., 6 pp., 20 cent. 

Piège (Le) aux maris, par M ,nc Urbain Rattazzi. Pa- 
ris, i865, in-18, avec grav. 

Pierre d'Are^o (Arétin) , drame en 3 a. , par Du- 
manoir et Dennery (Amb.-Com.). Paris, i83g, in-8 de 
28 pp. ou in-8 de 64 pp. 

Pierre de Provenez , roman composé dans le XII e 
siècle, par un chanoine de Maguelone (alors ville épis- 



PIERRE 61 

copale, près de Montpellier), nommé Bernard de Tré- 
viès [Bernarâus de Tribus Viis), obtint une grande 
vogue, fut réimprimé très-souvent , depuis l'origine 
de l'imprimerie, jusqu'aux éditions populaires de 
Troves , composant ce que l'on appelle la Biblio- 
thèque bleue. — Voici la liste des principales éditions: 

Pierre de Provence. S. I. n. d. (Lyon, B. Buyer, vers 1478), 
in-fol. goth. à 2 col. (d'Essling, 880 fr.J. 

— Le même. Lvon , G. Le Roy, s. d. , pet. in-fol. goth., 
fig. s. b. (Roxburghe, 22 liv. , 1 sh. ; Heber, 28 liv.; d'Essling, 
5oo fr.J. 

Cy commence l'histoyre du vaillant chevalier Pierre de Pro- 
vence et de la belle Maguelonne, fille du roy de Naples. S. 1., 
1490, in-4 goth. fig. (Gaignat, 20 fr. ; Filheul, 29 fr.). 

Histoire du vaillant chevalier Pierre de Provence et de la 
belle Maguelonne. Paris, Jehan Trepperel, 1492, in-4 goth. — 
La Vallière, 36 fr. 

La Belle Maguelonne. S. 1. n. d.. iu-4 goth. (La Vallière , 
14 fr.). — S. 1. n. d. (Rouen, J. le Forestier), in-4 goth., fig- 
sur bois. 

Histoire des deulx vrays etparfaict\ amans Pierre de Pro- 
vence et la belle Maguelonne. Avignon, J. de Channey, Ô24, 
pet. in-8 goth. 

Histoire du noble et vaillant chevalier Pierre de Provence. 
S. 1. n. d., pet. in-4 goth. 

La Belle Maguelonne (avec l'histoire de Pierre de Provence). 
Rouen, impr. par R. Goupil, s. d., pet. in-4 g otn - (Bertin, 220 
fr. ; Solar, 3oo fr.). — Paris, veuve J. Bonfons, s. d., in-4 u 
goth. — Tripier, 25o fr. ; Potier, 225 fr. 

L'Histoire de Pierre de Provence et de la belle Maguelonne. 
Anvers, J. de Waesberghe, i56o, in-4 (Bertin, 11 1143, i3ofr.). 
Paris, Nie. Bonfons, s. d. , pet. irj-4 goth. — Libri, en 1859, 
14 liv. 

Histoire du noble et vaillant chevalier Pierre de Provence 
autrement dit le chevalier des clefs , et de la belle princesse 
Maguelonne. Paris, Nie. Bonfons, s. d., in-4 , lettres rondes 
(D'Essling, 100 fr.). — Paris, Nie. et P. Bonfons, s. d. , pet. 
in-4 (Nodier, 104 fr.; Potier, 120 fr.; Solar, 235 fr.). — Lyon, 
Didier, 1625, in-8 (Nyon, n° 8i3i). — Lyon , Cl. Chastellard , 
i63o, in-8, fig. s. b. (Cailhava, 23 fr. 5o)'. — Lyon, M. Laroche, 
s. d. (vers 1700), pet. in-8 (Bergeret, n° 1304). — Troyes, veuve 
Oudot, 17Ô, pet. in-8, fig. s. b. — Paris, Fournier , 1776, gr. 
in-8, fig. (Taylor, n° 1078). 

Nouvelle histoire de Pierre de Provence et de la belle Ma- 
guelonne. Paris, Costard, 1770, pet. in-8. — Luzarche, n° 2874. 

Histoire de Pierre de Provence et de la belle Maguelonne. 
Paris, 1775, in-8. — Cat. de Dresde, n° 604. 



62 PIERRE - PIERROT 

Histoire de Pierre de Provence et de la belle Maguelonne. 
Liège, 1787, in-12. — Luzarche, n° 2873. — Epinal, N. Pano, 
180g, pet. in-8 de 48 pp. — Paris, 1841, in-18. — Réimpr. en 
car. goth. faite d'après l'éd. de 1478. Paris, Silvestre (imprim. 
CrapeletJ, 1845, in-r6 de 82 pp. 

La Hisloria de la Linda Magalona y de Pierres de Pro- 
vença. In-4 , en Sevilla, i533, et 1542. 

La Plaisante histoire du noble et vaillant chevalier Pierre 
de Provence et de la belle Maguelonne , mise en flamand et 
français ensemble. Rotterdam, J. van Waesberghe, 1624, in-4 , 
fig. 's. b. (D'Essling, 43 fr.). 

La Historia de la Linda Magalona , hija del rey de Na- 
poles, y el esforçado cavallero Pierres , trad. por Filippo 
Camus. Don Nicolas Antonio dit, dans sa Biblioth. d'Espagne, 
qu'il ignore quel était ce Philippe Camus ; il est probable, d'a- 
près le nom. que c'était un Français ou un Wallon retiré en Es- 
pagne et cultivant la langue espagnole. 

Histoire des amours de Pierre de Provence et de la belle 
Magdelone, en grec vulgaire. i5Ô2, in-4 . 

Ce roman a été traduit aussi en allemand , en danois et en 
polonais , et il a été analysé dans la Biblioth. des romans , 
août 1779. 

Pierre de Provence et la belle Magdelonne, panto- 
mime en 3 a., par M. Camille (d'après le programme 
de Mayeur de Saint-Paul). Au Port Nord-Ouest, F. N. 
Bolle, an vu (1799), in-8. — Soleinne, n° 2270. 

Pierre et Catherine, op.-com. en pr., en 1 a. , par 
Saint-Georges, mus. d'Adam. Paris, Barba, 1829,111-8, 

1 fr. 5o. — Soleinne, 3423. 

Pierre et Perrette, ou le Galant jardinier, com. en 

2 actes, en vers, par Morizot. Marseille, Favet, 1758, 
in-12. — Soleinne, n° 2979; Nyon, V, p. 161. 

Pierre (La) philosophale des dames, ou les Caprices 
de l'amour et du destin, par l'abbé Duperron de Cas- 
téra. Paris, 1722, 1723 et s. 1., in-12 (De l'usage des 
romans; Nyon, n° 9642). — S. 1., 1732, 2 part, in-12, 
fig. — Aubry, en 1866, 12 fr. 

Pierrette, par H. de Balzac. Paris, Hachette, 1854, 
i855, in-16, 2 fr. 

Pierrot à Paris, ou le Demi-monde falsifié, panto- 
mime en 3 tabl.; par J. Choux. Impr. Guermonprez, 
à Liile, 1 855, in-12 de 12 pp., tiré à 60 ex. 

Pierrot et Lisette, poésie en patois wallon, par J.-J. 



PIERROT - PIGAULT-LEBRUN 63 

Vêlez, gr. in-8. — Pierquin de Gembloux , n° *56i, 
i fr. 5o. 

Pierrot marié et Polichinelle célibataire, épopée en 
19 tabl., par J. Viard (Théâtre des Funambules). Paris, 
1847, in-12. 

Pietra d'amore, comedia composta per Mariano Ma- 
niscalco, da Siena. Siena, s. d., pet. in-8 de 24 ff. (So- 
leinne, n° 4167, 5 fr.). — Siena 1 5 18, 1545, pet. in-8. 

Pietrino e la comare, novella non prima stampata, 
per Francesco Angeloni, da Terni. Modena, tip. Cap- 
pelli , 1870, in-8 de 16 pp. (Bibliograjia italiana , 
n° 20). 

Pieuses récréations du R. P. Angelin Ga^ée, œuvre 
remply de sainctes joyeusetés et divertissemens pour 
les âmes dévotes , mis en françois par Remy. Rouen , 
veuve du Bosc, 1647, in-12 de 3o8 pp. , gros carac- 
tères (Nyon, I, 1090). — Paris, Targa, 1628, pet. in-12 
(Leber, n° 248). 

Contient entre autres l'histoire d'un ministre qui, voulant 
courtiser une dame, fut exposé en vente, tirée d'une facétie im- 
primé; à Agen, en 161 5, sous le litre: L' Anti-Joseph, ou bien 
plaisant et fidèle narré d'un ministre de la religion préten- 
due réformée, vendu publiquement à Clerac, etc. , et réimpri- 
mée à Toulouse en 1619, pet. in-8 de i5 pp. sous celui-ci: Dis- 
cours très-facétieux et véritable d'un ministre de Cleyrat en 
Agénois, lequel estant amoureux de la femme d'un notaire , 
fut enferme dans un coffre et vendu à l'inquant. Nodier, 3o 
fr. ; Bignon, 16 fr. — A l'exception de ce joli irait d'esprit clé- 
rical, les Pieuses récréations ne contiennent guère que des ré- 
cits de vieux miracles. Ce volume a cependant été réimprimé à 
Genève, en 1868, à cent exempl. , pet. in-12, dans la coll. des 
Raretés bibliographiques. 

PIGAULT-LEBRUN (Guillaume-Charles-Antoine) , 
romancier, aut. dramat. , né à Calais, en 1753, mort 
près de Saint-Cloud, en 1 835. Adélaïde de Méran — 
Adèle et d'Abligny — /'^4mot/r et la Raison — Angé- 
lique et Jeanneton de la place Maubert — les Barons 
de Felsheim — le Beau-père et le gendre — Charles 
et Caroline — le Citateur — Contes à mon petit-fils 

— le Danger d'être trop sage — les Dragons en can- 
tonnement — les Dragons et les Bénédictines — l'En- 
fant du carnaval — la Famille Luceval. ou Mémoires 
d'une femme qui notait pas jolie— la Folie espagnole 

— // faut croire à sa femme — le Jaloux corrigé — 



64 PIGMALION — PILLET 

la Mère rivale — les Mœurs et le divorce — Mon on- 
cle Thomas — Monsieur Botte — Monsieur de Rober- 
ville — Œuvres — l'Orpheline — le Petit matelot, ou 
le Mariage impromptu — les Rivaux d'eux-mêmes — 
Tableau de société, ou Fanchette et Honorine — Théâ- 
tre — les Voyages de Vénus. 

Pigmalion, oder die Reformation der Liebe ; par R. 
Herklotz. Berlin, 1794, in-8. — Scheible, en 1867, 1 
fl. 12 kr. 

Pigna (J.-B.) Carminum libri IV. — Ccelius Cal- 
cagninus carminum libri III et Lud. Ariosti carminum 
libri II. Venetiis, 1 553, in-8 de 3 12 pp. et 8 ff. (Riva, 
20 fr. ; Libri, 1 liv. st.; Cortina, 1 10 réaux). Rare. Il 
se trouve dans ce volume des Priapeia, qui occupent 
un feuillet, notamment une Descriptio cunni; ces pas- 
sages sont souvent chargés d'encre et rendus illisibles. 

Jean-Baptiste Nicolluci, surnommé Pigna était né à Ferrare 
en i53o et il y mourut en ib75. Il était professeur d'éloquence 
dans l'université de celte ville, et on lui doit plusieurs ouvrages 
estimés. 

PUS (le chevalier Auguste de), poëte et auteur dra- 
mat. , né à Paris, en 1755, mort en i832. Les Amours 
d'été — Aristote amoureux — les Augustins — la Bonne 
femme, ou le Phénix — Chansons nouvelles — Contes 
nouveaux en vers — le Mariage de Scarron — les 
Trois déesses rivales — les Voyages de Rosine. 

Pile (La) de Volta, recueil d'anecdotes violentes, 
publié par un partisan de la littérature galvanique (par 
A. Pommier). Paris, i832, in-18 de 25o pp., 3 fr. 

Recueil de nouvelles qui ont l'air d'avoir été écrites par le 
bourreau ou par le gardien de la Morgue. La plus folichonne 
est la i re : Un frère rencontre sa sœur dans un endroit où ni 
lui ni elle n'auraient dû aller : peu après il meurt de remords 
et d'autre chose. On met la fille aux Madelonnettes; le père et 
la mère vont 1' y voir, mais elle se moque d'eux et ils meurent 
de chagrin. 

Pilles to purge melancholy , by D. Urfey. London, 
1719-1720, 6 vol. in-12. — Recueil de chansons ba- 
dines. 

PILLET (Léon-François-Raymond), auteur dramat., 
né à Paris, en i8o3. En collaboration: La Liste de 
mes maîtresses — Un mari du bon temps. 



PINZOCHERA — PIRAULT 65 

Pin^ochera {La), comedia (5 a. et prol. en prose), 
d'Ant. Grazzini. Yinegia, B. Giunti, i 382 , in-8 de 48 
ff. — Soleinne, 4249. — Cette pin^ochera, en français 
béguine, joue le rôle d'entremetteuse. 

Pipe (La) cassée, poëme épitragipoissardihéroïco- 
mique en iv chants. A la liberté , chez Pierre Bonne- 
humeur (Paris, vers i75o), in-12, avec 4 vign. d'Eisen 
grav. par Aveline et Sornique (Chédeau, n 53 1). 

— Le mime ouvrage. Sur le Porl-au-blé, s. d., in-12. 

— Le même; par M. Vadé, 3 e édition. A 'a Grenouillière, 
et se trouve à Paris, chez Duchesne, 1755, in-8 de 46 pp. avec 
4 vign. — La Pipe cassée est suivie de: i° Les Quatre bou- 
quets poissarJs (en vers) par Vadé, 3 e édition. A la Grenouil- 
lère et chez Duchesne, 175 5, in-8 de 24 pp. ; et 2° Lettres de 
la Grenouillière entre M. Jerosmc Dubois, pécheux du Gros- 
Caillou et Mlle Nanette Dubut, blanchisseuse d^ linge fin 
par M. Vadé, 3 e édition. A la Grenouillère et chez Duchesne 

1 7 r 5. in-8 de 56 pp. Cet opuscule est en prose avec deux chan 
sons. 11 y a eu encore quelques autres éditions de ce petit poë 
me: Londres, 1784, in-12. — Paris, en 1826, impr. Bellemain 
in-32. — Paris, Leclerc, 1867, in-8 de 55 pp., avec 9 vign. 
tiré à 200 exempt. , 7 fr. — Dans quelques éditions, cet ouvrage 
est présenté comme la suite ou la seconde partie du Déjeuné 
de la Râpée de L'Ecluse, ami et collaborateur de Vadé. 

Pipée {La) ou la Chasse des dames , poëme en IV 
chants, suivi de div. poésies par M. J. Per.. de Pr.. 
(Perrin de Précy). — Paris, Giguet et Michaud, 1808, 
gr. in-18. — Bignon, 3 fr. 25; Alvarès, en i858, 6 fr. 
5o; Claudin, en 1869, 3 fr. 5o. 

Pipeurs (Les), ou les Femmes coquettes, com. en 5 
a. en v. , par Raymond Poisson. Paris, P. Le Monnier, 
1671, in-12 (L. V., en i85o, n° 485; Techener , i5 
fr. ; Soleinne, 12 58). — Suiv. la copie impr. à Paris 
(Elzev. à la Sphère), 1671, pet. in-12 (Techener, 24 
fr.). — Paris, P. Bienfait, 1072, pet. in-12, io5 pp., 
y compris le titre (Soleinne, 3228; Liepmannssohn, 
cat. n° 3, 8 fr.). — Réimpr. dans les Œuvres de l'au- 
teur. 

Piqûre (La) à la mode , complaintes , romances et 
chansons, à l'occasion des anecdotes sur les piqueurs. 
Paris, 181 9, in-12, fig. — Claudin, en 1864, 3 fr. 5o. 
Facétie galante. 

PIRAULT DES CHAUMES (Jean-Baptiste-Vincent), 
né à Paris, en 1767. Les Amours d'Ovide — L'Art de 

Tome VI. 



66 P1R0N 

plaire , traduction d'Ovide — Contes et nouvelles en 
vers. 

PIRON (Alexis), poëte, et au,t. dramat. né à Dijon ; 
en 1689, mort en 1773 à l'âge de 84 ans: L'Amant 
mystérieux — l'Ane d'or — Ses Œuvres — Poésies li- 
bres et joyeuses — laPriapée — Vasta, reine de Bordelis. 
Piron, le célèbre, le seul connu du public, l'auteur de la Mé- 
tromanie et surtout de YOde à Priape, était fils d'un autre 
poëte et qui valait mieux que lui. Son père, Aimé Piron, né à 
Dijon en 1640 et mort en 1727 , chantait en vers populaires et 
en patois bourguignon les fêtes des princes de Condé et son 
œuvre principale est connue sous le titre des Noëls bourgui- 
gnons. Malheureusement, en vieillissant, il tomba dans la dé- 
votion. Son fils, Alexis Piron, fit ses études avec peine, mais 
à vingt ans , dans un défi avec quelques joyeux compagnons, il 
osa rimer cette pièce hardie qui fit à la fois toute sa réputation 
littéraire et le malheur de sa vie, car il chercha tousjours à la 
faire oublier et jamais n'y parvint. 11 avait même la naïveté de 
la rappeler lui-même en^ disant dans sa préface de la Métro- 
manie et dans sa Lettre à l'Académie (Œuvres inédites, p. 309), 
qu'il avait expié «ce moment d'erreur par soixante ans d'une vie 
irréprochable et par un repentir sincère et public. » Ce pauvre 
diable végéta toute sa vie, et, à l'âge de trente ans, grâce à sa 
belle écriture, il travaillait comme copiste à raison de quarante 
sous par jour. Enfin, il fit pour la Foire une petite pièce qui 
réussit : Arlequin Deucalion et, à partir de ce jour, continua à 
travailler, bien que sans grands succès, pour le théâtre. Une 
femme d'esprit que plus tard il épousa, Mlle Quenaudon, lec- 
trice de Madame de Mimeure, voulut bien lui donner des con- 
seils; malheureusement il la perdit au bout de peu d'années. 
Bientôt il se crut un grand auteur méconnu. Selon lui, ses tra- 
gédies étaient des chefs-d'œuvre auxquels il n'y avait pas un 
seul mot à changer. « Mais Voltaire corrige ses ouvrages», lui 
disait-on: «C'est bien différent, répondait Piron; Voltaire tra- 
vaille en marqueterie, moi je jette en bronze !» Il y avait une 
certaine antipathie entre ces deux personnages: Voltaire était un 
incrédule, mais Piron, qui publia des Poésies sacrées et une 
traduction en vers des Sept psaumes de la pénitence, conserva 
toujours une certaine religiosité. 11 vécut presque toujours aux 
dépens de nobles bienfaiteurs: le comte de Livry, le duc de la 
Vrillière, le comte de Maurepas , etc., et il finit par obtenir 
de Louis XV une pension annuelle de mille livres. — Alexis 
Piron eut un neveu qui fut aussi poëte, mais avec lequel il se 
fâcha pour cause d'une impiété dont ce neveu s'était rendu cou- 
pable, impiété dont le détail n'est pas arrivé jusqu'à nous. Ber- 
nard Piron se vengea de son oncle en composant ainsi son 
épitaphe : 

Ci-gît le célèbre Piron 

Des poètes la rocambole , 

Qui légua, ?ious faisant faux-bond, 



PIRONIANA - PITEUSE 67 

A Juvigny ses torcheculs, 
A sa catin tous ses écus , 
A son neveu pas une obole. 

Ce neveu fit pour lui-même l'épitaphe suivante: 

Ci-^'it un libertin folâtre, 

Qui du plaisir fut idolâtre , 

Piron, le chef des étourdis , 
Et qui ne songea guère à gagner ^Paradis. 

Pour te repos du bon apôtre, 
Passant, tu peux toujours dire un De profundis; 
S'il ne lui sert à rien, ce sera pour un autre. 

Pironiana, ou Recueil des aventures, plaisanteries , 
etc. , de Piron, par Cousin d'A vallon. Paris et Avi- 
gnon, 1800, 1801, 181 3, i8i5,in-i8. 

Pistole (Le) vulgari di Nicolo Franco. Venetia, A. 
Gardane, i538, in-fol. Ed. orig. renfermant 4 lettres 
qui ont été retranchées dans Tes réimpressions in-8 
(Méon, 17 fr. ; en 1800, 27 fr.). — Venetiis, apud An- 
tonium Gardane, i53q, in-fol. (Nyon, n" 12200) 1542, 

Set. in-8 (Nodier, 20 fr. 5o ; Libri, 18 fr.; idem, Gfr. ; 
yon, n° 12201). 

Lettres relatives à YHist. littéraire d'Italie, etc. On remarque 
la Leltera aile putane (f. 217), avec la réponse. Cette pièce, 
de près de 20 pp., est très-libre. 

Pistoletti amorosi, con altre lettere d'amore di di- 
versi autori ingegni mirabili et nobilissimi. Vinegia, 
G. Gioliti, 1342, pet. in-8, fig. s. b. — Tross, en 1872, 
n° 5670, i5 fr. 

Pistolotti amorosi de' magnifici signori academici 
pellegrini (tre libri). Venise, i552 (Luzarche, n° 3147), 
i554(Nyon, n° 12189), 1 558 , in-12 de 147 ff. , hg. 
s. b. — Libri, 24 fr. 5o; Nyon, n° 1 2 190. Rec. facétieux 
dû en grande partie à Doni et cont. des nouvelles et 
des poésies (il Fuso, par exemple) fort libres. — ■ Voir 
le Manuel pour la différence des éditions. 

Piteuse (La) et lamentable histoire du vaillant et 
vertueux Guiscard et de la très -belle dame Gismonde, 
princesse de Salerne; la différence d'amour divine et 
terrestre, avec la malheureuse fin d'amour vaine et 
légère; avec lettres et ballades. Lyon, Jean Flozollet, 
ID20, in-16. — i re nouvelle de la 4 e journée de Boc- 



68 PITEUX — PLAIDOYER 

cace, peut-être trad. du latin de Léonard Arétin: De 
duobus amantibus. 

Piteux (Le) remuement des moines , prêtres et no- 
nains de Lyon, par lequel est découverte leur honte et 
la juste punition de Dieu sur la vermine papale , par 
E. P.C. i562, in-8 de 28 pp. Rare. — Duc de la Val- 
lière, 37 fr. 

PITRE-CHEVALIER (P.-M.-F. Chevalier, dit), Paim- 
beuf, 1812-1863 : Brune et Blonde. 1841. — Les Jeu- 
nes filles. i835. — Un mari, s'il vous plaît. 1843. 

Pitt's Reise in's Ehebett.... (Voyage de Pitt dans le 
lit conjugal), par l'auteur du Cotillon tel qu'il devrait 
être. Leipzig, 1804, 1806, in-12. — Voir: Das Unter- 
rokchen... 

PIXÉRÉCOURT (René-Charles Guilbert de) , aut. 
dramat. , né à Nancy, en 177J , mort en 1844. L'Ab- 
baye aux bois, ou la Femme de chambre — Ondine , 
ou la lymphe des eaux. — Valentine , ou la Séduc- 
tion . 

Place (La) Royale, ou l'Amoureux extravagant-, 
comédie en 5 a. et en vers par Pierre Corneille. Paris, 
Targa , 1 63y , in-4 de 120 pp. (Soleinne, n3o). — 
Réimpr. en 1688 (Soleinne, 11 43). 

Plaide pour un amoureux^ injustement détenu pri- 
sonnier, par P. Grolier. Jouxte la copie de Paris, 161 o, 
in-8. — Leber, n° 2405. 

Playdoyer (Le) d'entre la simple et la rusée en 
matière de saisine et de nouvelleté, fait par Coquillart. 
S. 1. n. d. (Paris, fin du XV e siècle) , in-4 S otn - de 
16 ff. , fig. en bois. — L'Enquête de Coquillart tou- 
chant le débat entre la simple et la rusée. S. 1. n. d. 
(Paris, fin du XV siècle), in-4 goth. de 1 6 ff. , fig. en 
bois. 

Ces deux farces en vers, conservées à la Bibl. Nat., se trou- 
vent aussi dans les Droits nouveaux de Coquillart. Les person- 
nages de la i r0 sont: le Juge maître Simon, maître Olivier , 
avocat, quelques conseillers et l'acteur. La cause consiste à sa- 
voir à qui doit appartenir un galant que la femme simple avait 
à son service, et que la rusée lui a enlevé. Le juge, après avoir 
pris l'avis des conseillers, appointe l'affaire; la 2 e pièce est une 
suite de la i re . L'n rapporteur présente les résultats de l'enquête 



PLAIDOYER 69 

qu'il a faite, on entend les témoins; mais le juge ne prononce 
pas encore de jugement définitif. Les témoins prennent tous 
des titres bizarres et comiques. Voici ceux du sixième : 

Maître Mathieu de Hocheprune, 
Receveur de rifle pécune, 
Réformateur de cocus, 
Grant cousin de Happe la lune, 
Espicier de dragée commune, 
Et marchand de moules à culs, 
Scelleur de harnois esmoulus, 
Greffier sur le fait des esleus, 
Escrivant en lettre de forme, 
Patron des enfans dissolus, 
Notaire en parchemin de corne, etc. 

Viollet-Leduc parle de cette pièce dans sa Biblioth. poétique, 
p. 89. 

Plaidoyer de Freydier, avocat à Nismes , contre 
l'introduction des cadenas ou ceintures de chasteté. 
Montpellier, i75o, gr. in-8. — On y ajoute souvent 
3 pi., dont une qui se déploie et qui représente la 
ceinture; dans les deux autres, on voit le jaloux atta- 
cher la ceinture et l'Amour remettant à l'amant la clef 
du cadenas. — Bolle, 3i fr. ; Leber, n° 721; Techener, 
1 855 , 8 fr. ; Alvarès (juin i858), 18 fr.; Nyon, n° 
333 2 . 

Une réimpression de cet ouvrage curieux a été publiée à Bru- 
xelles en i863, in-18 de xvi-52 pp. et 1 ff . , à 100 exempl. et 2 
sur vélin; elle est accompagnée de 2 planches et d'une préface, 
par Philomneste junior , qui expose ce qui concerne les ceintu- 
res de chasteté. — Bruxelles, impr. de J. Rops, in-12 de xv-56 
pp. , 4 fr. Reproduction de la réimpr. précéd. De plus, il existe 
une autre réimpression ancienne de cet ouvrage; elle porte pour 
titre: Le Cadenas, playdoyer intéressant , par M. F***, avo- 
cat au Présidial de Nismes. Nismes, C. Belle, 1779. C'est un 
pet. in-8, très-rare et sans figures. 

Voici eu peu de mots l'affaire qui provoqua ce plaidoyer: Il 
s'agissait d'un procès fort étrange entre Pierre Berlhe et Marie 
Lajon de Toulouse; la jeune fille avait été séduite et enlevée 
par l'accusé qui la conduisit à Beaucaire, la fit déguiser en hom- 
me, et la mena ensuite à Nimes, Montpellier, etc. 11 fit un 
voyage, et la veille de son départ, il l'obligea à se laisser mettre 
celte ceinture; elle accoucha, et il la lui fit reprendre. Il se re- 
fusa à l'épouser, alléguant divers prétextes; alors elle porta 
plainte contre lui. Elle avait 18 ans; il en avait 36. Freydier 
avance que sa cliente portait encore la ceinture. Nous ignorons 
l'issue du procès. L'avocat décrit en détail l'instrument qu'avait 
imaginé une jalousie excessive. C'était une ceinture de fil d'ar- 
chal assujettissant un grillage et fermée par un cadenas de fer. 
En plusieurs endroits de la ceinture , il y avait sur de la cire 



7 o PLAIDOYER 

d'Espagne l'impression d'un cachet. La clé et le cachet étaient 
entre les mains de Berlhe. Le plaidoyer en question étale une 
érudition déplacée; on y trouve cités la Genèse, Platon, saint- 
Jérôme, saint-Isidore de Péluse, etc. 

Indiquons encore sur ce sujet la mésaventure du président Le 
Jay telle qu'elle est racontée par Tallemant (Historiettes , x, 
32, édition de 1840). Ce magistrat fut sollicité par une jolie per- 
sonne qui feignit que son mari était si jaloux qu'en s'en allant 
il lui avait mis un brayer de fer: «cela enflamma le président; 
le brayer n'était pas si ferme qu'on ne pût le reculer; mais le 
bonhomme y gagna une vache à lait. » 

Plaidoyé [Le) de V amant douloureux et de la dame 
au cueur changeant, fait par maisire Guillaume Crétin. 
S. 1. n. d. (Paris, Guil. Nyverd) , pet. in-8 goth. de 
8 ff. — Manuel, II, 422. 

Plaidoyé de Monsieur Servin, advocat général du 
roy , faict au Parlement séant à Tours, sur la con- 
damnation poursuivie de la mémoire d'un homicide de 
soy-mesme , prétendu furieux à cause du noiïment 
d'esguillette, lequel avoit tué sa femme en la baisant, 
en l'an 1592. Pet. in-8 de 12 pp. — Michel, 12 fr. 

On voit combien l'affaire était grave ; meurtre et suicide , et 
pourquoi 1 ? Probablement ce crime est-il unique, commis dans 
des circonstances semblables. 

Plaidoyer d'un mari désespéré pour l'étrange et ad- 
mirable caquet de sa femme, apporté nouvellement de 
Grèce en France. Paris, 1 5g3, i5g4, et Lyon, Rigaud, 
x 5g5, pet. in-8 de 16 pp. — Réimpr à Paris, en 1617. 
— C'est la traduction en français d'un opuscule de Li- 
banius. 

«Il eust esté expédient Messieurs que je feusse mort, aupara- 
vant que d'estre marié à ce que je n'ouysse point tant de pro- 
pos d'une femme babillarde , comme j' en ay entendu. Mais 
n'ayant peu éviter cela , pour le malheur qui me suivoit , je 
devois incontinent après les nopces venir vers vous pour la 
mesme occasion qui m'y fait venir maintenant. Et puisque ma 
tardiveté m'a apporté ce dommage, et que j'ay si tard avisé à 
mon profit, je vous prie de vouloir aujourd'huy ratifier mon 
vouloir et desseing. Car j'en suis là logé qu'il m'est plus tolé- 
rable de n'eslre point du tout que d'estre avec une femme.... » 

Plaidoyer pour le S. P. E. Rancurel, bourgeois de la 
ville d'Aix, accusé d'impuissance contre la dame Louise 
Serré, son épouse. Aix, chez André Adibert, impr. du 
roy, 1 787, in-8 de 225 pp. — Réplique pour le sieur Ran- 
curel contre la dame Serré. — Mémoire pour un mari 



PLAIDOYER — PLAIDOYES 7 1 

(le sieur Rancurel) accusé d' impuissance par sonépouse. 
Aix. 1787, in-8. — Ce Plaidoyer est signé: Roman- 
Tributiis, avocat — Carbonel procureur. — Cl. de M., 
1864, n° 82. 

Volume curieux et très-rare. 11 s'agit d'un mari qui, en 1787, 
eut à s*.- détendre d'une demande en nullité de mariage pour 
cause d'impuissance, intentée par sa femme. Ce plaidoyer éta- 
blit doctement les principes du droit en cette difficile matière; 
puis il discute le fait. Les ;xperts établissent que Rancurel n'est 
pas frappé d'impuissance absolue, mais qu'il est impuissant seu- 
lement cum virginibus strictis; or, sa femme était une demoi- 
selle Serré. Ici, évidemment, les experts commettaient un mau- 
vais jeu de mots. Puis , viennent des détails curieux sur l'ex- 
pertise qui consiste à provoquer chez Rancurel la preuve de la 
virilité. Les experts disent à ce sujet qu'il est à remarquer 
que le sieur Rancurel, ayant pu avoir asse{ souvent des mou- 
vements par devant les 'experts, il n'a pu cependant leur en 
exhiber aucun de suffisant. L'avocat fait observer que ces 
mouvements par devant experts, tout faibles qu'on les trouve, 
étaient cependant de vrais tours de force , car le spectacle des 
experts ne parait pas de nature à donner une édition nouvelle 
du fait rapporté par La Fontaine dans le conte des Lunettes. 

Plaidoyer sur le congrès, par de La Moignon , avo- 
cat général au Parlement. Paris, 1680, pet. in-12. — 
Leber, n° 745; NYalckenaer, 35 fr. 

C'est d'après cet éloquent et curieux plaidoyer que fut abolie 
l'épreuve contre nature qu'on appelait congrès. Cependant l'ex- 
pertise Rancurel s'en rapproche beaucoup. 

Plaidoyers de M"*" (Erard), avocat au Parlement. 
Paris, Lefebvre, 1696, in-8. — Parmi ces plaidoyers, 
on en remarque un pour le duc de Mazarin contre la 
duchesse de Mazarin , qui refusait de venir habiter le 
domicile conjugal. — Cat. Tripier, n'' 3i, i5 fr. 

Plaidoyers et arrests d'amour (XLVIII) donne^ en 
la cour et parquet de Cupidon. Rouen, J. Besongne, 
. pet. in-8. — Potier, n° 1610; Claudin, avril 
i358, 4 fr. — V. Arrêts d'amour. 

Plaidoyés et conclusions prises par Estienne Bou- 
cltin, procureur du Roy à Beaune , sur le faict d'un 
prétendu impubère, accusé et pris à partie, pour avoir 
dit en plusieurs lieux qu'une femme mariée avoit été 
trouvée à diverses fois avec son curé, qui la cognoissoit 
charnellement. Dijon, Guyot, 1618, in-8. — Nyon, 
3328. 



72 PLAIDOYERS — PLAINTES 

Plaidoyers historiques, ou Discours de controverse 
(par Tristan). Paris, Sommaville 164?, in-8. 

Entre autres anecdotes singulières insérées dans ce volume, 
est celle-ci : De la religieuse qui veut estre abbesse après 
avoir été trois mois au bourdeau. 

Plaidoyers pi aisans, dans une cause burlesque. 1743, 
in-8. — La Vallière, n" 3(ji2 s:; . 

Plaint (Le) du passionnaire infortuné , avecq'au- 
cuns épigr animes de divers propos d'amour , le tout 
par le petit Angevin. In-16 (J. Maugin), jolies fig. en 
bois. — Cigongne, n° 792. 

Plainte du Teint aux dames contre le rouge. S. 1. 

n. d., in-8. — Leber, n° 2716. 

Plainte et révélations nouvellement adressées par les 
filles de joie de Paris à la Congrégation, contre l'or- 
donnance de M. Mangin, qui leur défend de circuler 
dans les rues pour offrir leurs charmes aux passans; 
précis historique contenant les hauts cris des nymphes 
du Palais-Royal; la clameur des modistes et d'une 
grande quantité de demoiselles logées en garni, ainsi 
que le dépit de quelques honnêtes filles de province 
qui viennent à Paris pour y chercher fortune en plein 
vent, et les regrets de quelques honnêtes femmes à 
demi publiques qui aiment à rendre de grands servi- 
ces pour un petit repas; par une matrone, jurisconsulte 
de ces dames. Eh bien ! si les amateurs ne viennent 
pas chef nous le soir, on ira chef eux de bon matin. 
A bon chat, bon rat! Prix: 1 fr. Paris, chez Garnier, 
libr. au Palais-Royal, et se trouve aussi chez beaucoup 
de femmes sensibles, i83o, in-18 de 36 pp., fig. color. 
— Rare. — Lanctin, 9 e cat., 6 fr. 

Plainte sur rapt, pour damoiselle F. G. D. D. B., 

tant en son nom que comme curatrice de M. D. L. T , 
sa fille, accusatrice, contre F. C, sieur de La J. , ac- 
cusé, par Séb. Rouillard. S. 1. n. d., pet. in-8. ■ — Te- 
chener, 1 5 fr. 

Plaintes amoureuses, contenant élégies, sonnets, 
épxtres , chansons, etc., par Garnier. Tholose , i565, 
in-4 . — Paris, 1 585 et Lyon, 1602, in-18. — Nous 
n'avons pu retrouver trace de ce recueil. — Voir Hau- 
reau, Hist. litt. du Maine, tome IV, p. 6. 



PLAINTES— PLAISANT 7 3 

Plaintes burlesques des nourrices, des servantes et 
des laquais. 1649. — Leber, n° 4602, portef. XIII. 

Plaintes (Les) et les doléances des mal marie», avec 
leur consolation, le tout mis en dialogue fort plaisant 
et recréatif, par G. F. J. C. — Paris, in-8. — La Val- 
lière, n° 391 3 56 . 

Plaisant (Le) Boutehors d'oysiveté. Rouen, Louis 
Costé, i5 ft., et Paris, s. d., in-16 (Gancia, 1 liv. 1 sh.). 

Curieux recueil rouennais de pièces diverses , composé d'épi- 
grammes et surtout de contes dans le goût de Marot. Ou y 
trouve une jolie forme de la fable de La Fontaine: le Cochet, 
le chat et le souriceau, liv. VI, fable 5. — Un exempl. de ce 
recueil très-rare de poésies est conservé à la Biblioth. nationale; 
une édition antérieure avait vu le jour à Rouen en 1 553 chez 
Robert et Jean du Court, sous le tire de: Boutehors d'oysi- 
veté contenant aucuns joyeux propos mis en ryme françoise , 
mais on n'en connaît aucun exemplaire. Ce livret a été' réim- 
primé dans la collection des Joyeusete; , publiée par Techener, 
et dans le recueil des Anciennes poésies françoises, mis au jour 
par .M. de Montaiglon , tome VU, pp. 153-197. On trouve en- 
tre autres pièces dans ce recueil: Dizains de deux gallans sur- 
pris avec la femme d'un quidam; Dixains d'une gageure faite 
par un porteur de rogatons vers son hostesse-~ Histoire jo- 
yeuse d'un jongleur , etc. — Voir Viollet-Leduc , 11, 134. 

Plaisant contract de mariage passé nouvelletnent à 
Aubervilliers, le 35 de février i333; entre Nicolas 
Grandjean et Guillemette Ventrue. Ensuite le festin 
dudit mariage appresté à la plaine de Long-Boyau, etc. 
Paris, veuve Du Carroy, s. d. (1627), pet. in-8 , fig. 
sur bois. — Nodier, 33 fr. ; Chaponay, i65 fr. ; Ci- 
gongne, n° 2122. — Réimpr. en 1 833, pour Duplessis, 
par Garnier, à Chartres, in-16 de 16 pp., tiré à 5o 
exempl. (Vanden-Zande) ; et, en 1829, pour Delarue , 
par Blocquel, à Lille, in-12 de 48 pp. , tiré à 5o ex. 
(Les 25 dernières pages contiennent Y Hist. de l'ordre 
de la Boisson). Baudelocque. 

Plaisant (Le) devis du Pet , avecques la vertu pro- 
priété et signification diceluy quautresfoys un no- 
ble Champion auroit faict à sa dame Valentine , ma- 
lade de la collique venteuse. Et comment par le pet on 
peult prognostiquer plusieurs bonnes adventures. Ce- 
lui qui portera ce présent traicté , le lira ou fera lire 
à voix intelligible sera guerri de la collicque sciati- 
que, hydropiste, et plusieurs autres maladies, épreuve 

Tome VI. 10 



74 PLAISANT — PLAISANTE 

est. Imprimé à Paris, par Nicolas Buffet (vers 1540), 
pet. in-8 goth. de 16 feuillets, fig. sur bois. 

Il s'agit d'un amant qui, voyant sa bien-aimée fort incom- 
modée d'une colique veineuse qui n'aboutit pas , cherche à dé- 
terminer une crise salutaire en la faisant rire des pieds jusqu'à la 
tète. C'est alors qu'il disserte de l'étymologie du pet, des divers 
pets et de leur odeur, etc. — Mac-Carthy, en 181 5, n° 358g, 5o 
fr.; Viollet Leduc, en 1S19, 36 fr.; Bibliotheca Scatologica, n° 124. 

— Voir: Descr. de six espèces de pets, p. 3i. 

Plaisant (Le) Discours et avertissement aux nou- 
velles mariées pour se bien et proprement comporter 
la première nuict de leurs nopces , etc. Lyon, s. d., 
in-8 goth., et 1606, pet. in-S de 8 ff. — Nodier, 41 fr. ; 
Solar, 58 fr. ; Leber, I, n° 2498''. Réimpr. dans le Re- 
cueil de Montaran , 7 ff. Voir: Sermon joyeux pour 
advertir la nouvelle mariée, etc. 

Plaisant (Le) livre de noble homme Jehan Boccace. 
Voir: De claris mulieribus. 

Plaisant (Le) quaquet et resjuyssance des femmes 
pour ce que leurs maris tCyvrognent plus en la ta- 
verne. 

Cet opuscule en vers a été imprimé à Rouen en i556; il fut 
provoqué par une ordonnance de Henri II contre les cabare- 
tiers (voir au mot Vengeance); une réimpression eut lieu dans 
la même ville chez L. Costé; on retrouve cette pièce dans la 
collection des Joyeusete^, tome 111, 18 pp., et dans le recueil 
Montaiglon, tome VI , p. 179-189. Nous transcrirons les six 
derniers vers: 

Laissons la là, dirent-ils toutes, 
Jamais un rongneux plain de gouttes 
Ne veult endurer qu'on le gratte; 
Mais celuy lequel son mal flatte 
Est son amy et son appuy; 
Commères, n'en parlons meshuy. 

Plaisante (La) et amoureuse histoire du chevalier 
aux armes dorées et de la pucelle la belle Néronnes , 
surnommée Cœur d'acier. Paris, sans d. (de 1480 à 
1490), in-4 goth. ; très-rare. — Lyon, 1542 , in-8 de 
91 "ff. , lettres rondes, fig. s. b. (Heber, 3 liv. 9 sh. ; 
Solar, 160 fr. ; vicomte d'Auteuil, en 1864, a35 fr. , 
acheté par Tross; Cailhava, 355 fr.; Bertin, 400 fr.). 

— Lyon, Rigaud, 1570, Ô77, in-16 de 176 ff. , let- 
tres rondes, fig. s. b. (Bignon, 39 fr.). Roman singu- 
lier et rare. L'histoire du chevalier aux armes dorées 
est un épisode de Perceforest, roman de chevalerie. 



PLAISANTES - PLAISANTS 7 5 

Plaisantes (Les) idées du sieur Mistanguet, docteur 
à la moderne. Paris, J. Millot, i6i5,in-8, 79 pp. (No- 
dier, 33 fr. ; Leber, n° 2482). 

C'est l'unique édition de ce recueil; elle est remplie de fau- 
tes d'impression. Le Manuel du Libraire ne les mentionne qu'à 
l'article Bruscambille. Ces idées sont des facéties débitées en 
plein vent comme celles de Tabarin et autres farceurs de l'é- 
poque. On y trouve le prologue des bonnes mines, le prologue 
sur cette parole conclusive : ergo, etc. Une réimpression de ces 
facéties a paru à Genève, J. Guy et fils, 1867 in-18, xvi-60 pp., 
et 1 ff. pour la table des matières. Elle a été tirée à 96 exempl. 
sur papier de Hollande, 4 sur papier de Chine et 2 sur peau- 
vélin, et elle est accompagnée d'une notice bibliographique par 
le bibliophile Jacob. 

Harangue du sieur Mistanguet , parent de Bruscambille pour 
la défense des droits du Mardi-gras aux députés du pays de 
Morfante, en faveur des bons compagnons. Paris, i6t5, pet. 
in-S (La Vallière, n° 39i3'lJ. 

Cette facétie est indiquée au Manuel du Libraire, mais on 
ne saurait dire où il s'en trouve aujourd'hui un seul exempl. 
Voir l'art, précédent: Plaisantes idées, etc. 

Plaisantes (Les) journées du sieur Favoral, oit sont 
plusieurs rencontres subtiles, pour rire en toutes com- 
pagnies. Paris, J. Corrozet. 1620 (J. Pichon , n° 790, 
10 fr.), 1626 (Nyon , n" <)856), 16^7 (Cigongne, n° 
2 1 1 3), 1644, in-12. — Nyon , n° Q8D7 ; Leber, 1, n° 
241 5; Nodier, 3i fr. ; Tripier, n° '5^3, 5o fr. 

Voir Contes et discours facétieux (pour les éditions de 16 1 5 
et i63oJ et Les Facétieuses journées (pour les éditions de 1616, 
1618 et 1628J. Ce volume a été réimprimé à Genève, en 1868, 
sous le titre Plaisantes journées du S. Favoral. Pet. in-12 , 8 
fr. (Coll. des Raretés bibliographiques). 

Plaisantes ruses et cabales de trois bourgeoises de 
Paris, nouvellement découvertes; ensemble tout ce qui 
s'est passé à ce sujet. S. 1., 1627, pet. in-8 de 16 pp. 
— Pièce en prose. La Vallière, n° 3oi3 105 ; Leber, n° 
2404. Réimpr. dans le 7 e vol. des Variétés de M. Ed. 
Fournier, pp. 19 à 36. — Voir aussi le Voyage rac- 
courci de trois bourgeoises, etc. 

Plaisants (Les) devis des supposts du seigneur de la 
Coquille, récités publiquement le vingt-uniesme febvrier 
i58o. Lyon, par les trois supposts. — Nyon, n" 15432. 
Réimpr. dans le tome XVI des Joyeusete^, 10 pp. 

11 y a encore d'autres Plaisants devis récités le deuxième 
may i58i, le 19 février 1284, en i58g , le 8 mars i5g3 , le 6 



7 6 PLA1SANS — PLAISIR 

mars i5ç4 (Nyon, n° 17227; Solar, 140 fr.) , et enfin un Recueil 
des plaisans devis. Lyon, impr. de Perrin, 1857, 8 part, en 1 
vol. pet. in-8. 

Plaisans [Les) dialogues de Nicolo Franco; trad. 
d'ital. en franc. Lyon, J. Béraud, 1 579, in-16. — Pi- 
get, n° 1990. Petit vol. très-rare. 

Plaisir (Le) , rêve ; poëme en 6 ch. (par le comte 
Ch. -Hector d'Estaing). Otiopolis et Paris, 1755, in-8 
etin-12 (Nyon, n° 14491). — Otiopolis, chez Daniel 
Songe-creux, à l'Apocalypse, 1785, in-8. — Paris, 1794, 
1796, in-18, avec titre gravé (de St-Denis et Mallet , 
en 1872, 3 fr.). — La dernière édition seule, qui est 
publiée par Mercier de Compiègne, n'est pas anony- 
me. — Réimpr. dans le Tableau du plaisir et de la 
volupté. 

Plaisir (Le), com. en 1 a. et en v. libres, par l'abbé 
Marchadier. Paris, Cailleau, 1749, in-8 de 36 pp. (So- 
leinne, n° 1875). — La Haye (Paris), Constapel, 1771, 
in- 12. 

Plaisir d'amour, par Georges Pradel. Paris, Degorce- 
Cadot, 1869, in-18 jésus, 226 pp. 

Plaisir (Le) de tous les siècles. Cythère , chez Epi- 
cure, aux dépens de la Volupté, 1776, 42 contes avec 
une gravure à chacun. La Tulipe — les Passetemps 
d'une fille de qualité — Cérémonie chinoise — Mars et 
Vénus — Hercule et Omphale — Apollon et Daphné, etc. 

Plaisir (Le) des champs; poëme en quatre parties 
selon les quatre saisons de l'année, par Claude Gau- 
chet. Paris, Chesneau, 1 583, in-4 . Cette édition ren- 
ferme quelques passages licencieux qui ne se retrou- 
vent pas dans la seconde édition. Paris, Abel Langelier, 
1604, in-4 . — Veinant, 46 fr. ; Solar, 145 fr. 

Plaisir (Le) des dames, ou Recueil de galanteries, 
dédié au beau sexe. Paris, 1809, in-16. 

Plaisir (Le) et l'illusion, ou Mémoires et aventures 
de Volsanges; par Nougaret. Paris, Duchesne, an x 
(1802), 2 vol. in-12, fig., 5 fr. 

Plaisir [Le) et l'innocence , op. -com. en 1 a., par 
Parmentier. Paris, Duchesne, 1753, in-8. — Nyon , 
t. V, p. 2o3. 



PLAISIR— PLAISIRS 77 

Plaisir (Le) et la volupté, conte allégorique (par 
M me de Puisieux). Paphos (Paris), 1752 , in-12 , 120 
pp. (Nvon, n° 10043; Barbier, n° 14285; La Jarrie , 
n° 3538). — Paphos, 1755, in-18 (Alvarès , en i858 , 
2 fr. 5o). 

En amour, sans délicatesse, il n'y a point de plaisir, telle est 
la morale de ce conte. Anal. Bibl. des roin. avril 1787. 

Plaisir (Le) et l'amour, par Ch. Monselet. Epigra- 
phe : h Des volumes de poésie , avec le portrait de l'au- 
teur en lunettes ? Mais ça ne s'achète pas , ces choses- 
là! » (Henry Murger , Scènes de la Bohème). Paris, 
Sartorius, i865, in-18, 169 pp., portrait. 

« Ce volume a été annoncé pendant quelque temps sur les 
catalogues de l'éditeur, sous le titre de la Prétentaine. Je finis 
par préférer le Plaisir et l'amour , qui me parut êire plus en 
harmonie avec le caractère de M. de Cupidon.» — (Noie du 
cat. Monselet, p. 23). — Ce titre convient médiocrement à un 
volume composé en grande partie de poésies gastronomiques. 
Voici les noms de quelques-unes des pièces qu'on y rencontre : 
Tué pour une rose — Par la poste à madame X. — Dix- 
huitième siècle — Travestissement — Clorinde — Une intrigue 
au bal de l'Opéra, etc. 

Plaisirs (Les) de la nouveauté , almanach galant. 
Paris, Cuissart, 1762, in-32. — Nyon, n° i5i22. 

Plaisirs (Les) de la poésie galante , gaillarde et 
amoureuse. S. 1. n. d. (Rouen, vers 1 661 ou 1 663) , 
pet. in-12, front, gr. (Leber, n° 1738; J. Goddé, en 
1844, 3 fr- l'^'i Nyon , n° i5328; Aubrv, en i858, 
3o fr.). 

Ce recueil rare et curieux qui devait avoir, d'après la pagi- 
nation, 3o3 pages avant les remaniements qu'on lui fit subir, et 
dont on peut lire l'histoire dans les Dissertations bibliogra- 
phiques de Paul Lacroix, pages 221 et 262 à 265 , contient , 
entre autres pièces remarquables , sous le titre : l'Impuissance, 
ou la jouissance, stances, la fameuse Occasion perdue recou- 
verte de Pierre Corneille , puis une autre élégie charmante in- 
titulée : Stances galantes, et attribuée à Molière. 

Plaisirs de la société, ou Nouveau choix de chan- 
sons, avec les airs notés. Paris, Dufour, 1761 et suiv., 
9 vol. in-i2. — Nyon, n° 15809. 

Plaisirs (Les) de la ville et de la cour , ou Réfuta- 
tion des anecdotes, etc. Voir : Précis histor. de la vie 
de M mt la comtesse Du Barry. 



7 8 PLAISIRS 

Plaisirs (Les) de l'amour, ou Recueil de contes , his- 
toires et poèmes galants , de La Fontaine , Dorât , 
Gresset, etc. Chez Apollon, au Mont-Parnasse (Paris), 
1782, 3 tomes, pet. in-16, avec 1 front, et 16 jolies 
figures non signées. — Bolle , 20 fr. ; Potier, 11 fr. ; 
Techener , en i855 , 12 fr. ; Alvarès , en 1861 , 6 
fr. 5o. 

Ce recueil contient: V Amour oiseleur — les Dévirgineurs — 
les Cerises — Alphonse — Parapilla — Joconde — Rosine — 
les Trois manières — Vert-vert — Camille — Ce qui plaît aux 
dames — la Fiancée du roi de Garbe — le Petit chien. 

Plaisirs (Les) de l'ancien régime et de tous les âges. 
Londres, impr. par ordre des paillards, 1795, in-18 , 
20 rig. libres à la manière anglaise. — Scheible , en 
1870, 5 thaï. — Contient l'Ode- à Priape , avec 1 fig. 
à chaque strophe, et autres pièces aussi avec fig. 

Plaisirs (Les) de Longchamps , portraits et aven- 
tures curieuses de quelques jolies femmes qui font 
l'ornement de cette promenade. S. 1. n. d. , in-8. — 
La Jairie, n° 2 176. 

Plaisirs (Les) de Paris , guide pratique et illustré : 
par Alfred Delvau. Paris, Faure, 1867, in-32, 299 pp., 
front, de A. Collette. 

Plaisirs (Les) de Saint-Germain-en-Laye et de la. 
cour (en vers). Paris, Quinet, 1 665 , pet. in- 12. 

On trouve dans ce volume les pièces suivantes : Le Voyage 
d'Oronte en l'isle d'amour — Satyre sur une vieille — l'Em- 
pire et la cheute des rubans — le' Portrait de Clarice, etc. 

Plaisirs (Les) de tous les siècles et de tous les âges. 
Londres, 1785, 1 795 , in-12. — Scheible, en 1854, 
2 fl. 24 kr. 

Plaisirs (Les) d'un jour , ou la Journée d'une pro- 
vinciale à Paris. Bruxelles (Paris), 1764, in-12. — 
Scheible, env. 4 fr.; Nyon, n° 9405; Von der Mulhen, 
1" partie, n° 514. 

Plaisirs (Les) des dames , dédiez à la reyne de la 
Grande-Bretaigne, par Franc. Grenaille, sieur de Cha- 
tounières. Paris, Clousier, 1641, in-4 (Potier, 8 fr.). 
— Jouxte la copie impr. à Paris (Leyde, Elzév.), 1645, 
pet. in-i2. — Aimé-Martin, 25 fr. ; Renouard, 9 fr. ; 
Leber, n° 2751 ; Nyon, n° 405 3; Techener, en i"858, 



PLAISIRS — PLANCHER 79 

40 fr. ; Potier, 35 fr. ; Claudin, en 1864, 10 fr. ; J. 
Pichon, 20 fr. 

Divisé en sept traités: le Bouquet; le Cours; le Miroir ; 
la Promenade ; la Collation ; le Concert ; le Bal. 

riaisirs (Les) du cloître , com. en 3 a. et en vers 

libres; par de M. D. L. C. A. P S. 1. , i 77 3, in-8. 

— Cat. Soleinne, n" 388S. — Pièce très-obscène , où 
figurent deux religieuses, un jésuite et un chevalier. A 
été réimprimé dans le Théâtre gaillard. — Il en a été 
fait une traduction italienne : Un monasterio nel se- 
colo XV 111. 

Plaisirs (Les) du dimanche , pièce en 4 actes; par 
Henry Thiéry et Paul Avenel (Folies-dramat.). Paris, 
Dentu, 1868, in-4 à 2 col. , 24 pp., 5o cent. 

Plaisirs (Les) du roi, par Pierre Zaccone. Paris, G. 
Roux, i855, 2 vol. in-8. 

Plaisirs (Les) et les chagrins de l'amour , oit Von 
voit les différents états de la vie, remplis d'aventures 
surprenantes et singulières , causer par la galanterie. 
Amst., 1722, 2 vol. in-12. — Scheible, en 1870, 1 th. 
i5 sgr. ; Vassé, n° 70; Nyon, n° g6Si. 

Plaisirs (Les) secrets d'Angélique , ou ses Voyages 
au bout du monde. Londres, P. Confolk , à la Poule 
plumée, 1 75 1 , 2 part, in-12 de 140 et 178 pp. Edi- 
tion très-incorrectement imprimée (François, 1864, n° 
ji-jbis); 1755, 2 part, in-12 ; la i re partie, 144 pp.; 
la 2 e 180 pp. (Boissonade, n° 373 1^. — Voici la note 
de M. de Paulmy (n° 6077): « Ce morceau est le fruit 
de la jeunesse d'un ecclésiastique que je connois (l'abbé 
Delsuc). » Assez bien écrit. 

PLANARD (François-Antoine-Eugène de) , aut. dra- 
mat. , né à Milhau (Aveyron) en 1783, mort à Paris 
en 1 8 5 3 . Colette — les Deux bergères — Emelîne — 
V Epouseur de vieilles femmes — Marguerite — le 
Mari de circonstance — les Noces de Gamache — le 
Testament et les billets doux — la Violette. 

PLANCHER DE VALCOUR ( Ph.-Alexandre-Louis- 
Pierre), aut. dramat. et romancier, né à Caen , vers 
17DI, mort à Paris en i8i5. Annales du crime et de 
l'innocence — Colin-Maillard, ou Mes caravanes — le 
Petit-neveu de Boccace. On trouve sur cet auteur une 



8o PLAQUE - PLAT 

notice intéressante dans les Originaux du siècle der- 
nier de Monselet (pp. 29,3 à 304). 

Plaaue (La) de cheminée; par H. Bonnetier Paris , 
A Ledoux, i833, in-8, 35 2 pp., 1 vign. , 7 *• *°- 

Plat (Le) de carnaval, ou les Beignets apprêtés par 
Guill. Bonnepâte, pour remettre en appétit ceux qui 
Pont perdu (par Caron). Bonne huile, chez Feu Clair, 
rue de la Poêle, l'an dix-huit-cent d'œufs (Pans, 1802), 
in-8, 148 pp. (Soleinne,n° Syôy). 

Choix de facéties modernes, la plupart fort grasses. Voici, par 
exemple, le 100 e et dernier beignet, adresse : 

AU PLUS BEAU CUL DE MA CONNAISSANCE 

Je jure, ô beauté qui m'engage , 
Que ton derrière m'a vaincu. 
J'aimerais mieux baiser ton cul 
Ou' Hélène au plus beau du visage. 
Cette Grecque pleine d'appas , 
Par qui le bon roi Ménélas 
Se vit coeffê comme une huppe, 
Encor qu'on la vante si bien, 
Ne porta jamais sous sa jupe 
Un cul si rare que le tien. 

( Biblioth. Scatol. , n° 23o). 

Biblioth. Scatol. , au n° 104. 

La pièce la plus remarquable du Plat de carnaval est incon- 
tesTabfement Vknigma, suivi de sa traducUou française I Ê»c.. 

{ JifL iaI t*L no o 7 « et suiv.). Enfin, on trouve encore dans 
f 4 um "une %£! Polichinelle demandant ■"*£*£ 

ït J lie xchirurgl trad/du chinois par le bonze Luc-Esiab 
lo>n1uUer?aTsuet du bibliophile ^'"^i^Cé". 
traits a" une petite bibliothèque, par Ch. Nodier, p. p. £ e 
afuVpauv/e figurant du Vaudeville mauvais ac eu, r - 
mauvais écrivain; le cho.x de ses eçtures et le 1 rtj Me ^ _ 
compositions ne à^^^^^^j^^^ 
ait jamais pu ES Sn Ïl35&?cff conjecture est pro- 
bableT'tôutefois on rencontre quelques volumes sur lesquels ce 



PLAUDEREIEN — PLAUTI 81 

malheureux amateur mettait son nom en l'enveloppant dans un 
jeu de mots: 

M' acheter pour me lire; 
Car on s'instruit ainsi. 

Plaudereien ans dem Reiche der Liebe... Caquets 
de la Cour d'amour. Weissenfels, 1806, in-12. 

Plauti Comœdice XX. Ed. princeps. Venise, 1472 , 
in-fol. (F. Didot, 900 fr. ; Gaignat, 3g6 fr. ; LaVallière, 
46? fr. ; Mac-Carthy, 370 fr.). — Tarvisii, 148?., in-fol. 
(Askew, 6 liv.,6 sh.; La Vallière, 20g fr.).— Milan, 1490, 
1 5oo, in-fol. — Venise, 149.5, 1499 1 1 5 1 1 , 1 5 18 , în- 
fol. (Solar, 22 fr.).— Florence, s. d., 1 5 14, 1 554, '"-8. 

— Parme, i5io, in-fol. — Venise, Aide, i522, pet. 
in-4° (Potier, 40 fr. ; Solar, 3o fr. ; Nyon, n° 17073). 

— Bâle, i523, in-8. — Paris, i53o, 1576, 1577, 1579, 
i 587, t 588, in-fol. — Colonise, 1 538, in-8. — Lugdu- 
num, Gryphius, l547, 2 vol. petit in-12 (F. Didot, 
i5 fr.). — Anvers, Plantin, i566, in-16, jolie édition 
(Beauclerk, 1 liv. 12 sh.). — Wittemberg, 1612, 1621, 
in-4 . — Naples, 161 q, in-4 . — Amst., G. Janssonius, 
1629, in-24 (Nyon, n° 1 7074I. — Cum notis variorum, 
Lugdun.-Batav., 1645, 1664, 1669, in-8. — Ad usum 
Delphini. Paris, 1679, 2 vol. in-4 (La Bédoyère , 40 
fr.). — Amst., Elzev. , i652, in-24 (F. Didot, 90 fr.). — 
Amst., Blaeu, 1684, 2 tom. in-8 (F. Didot, 53 fr.). — 
Londres, 1711, 2 vol. in-12. — Patavii, 1725, 1764, 
2 vol. in-8. — Berlin , 1755 , 3 vol. in-12. — Paris, 
Barbou, 1756, 1759, 3 vol. in-12. — Leipzig, 1760, 
2 vol. in-8. — Glasgow, 1763, 3 vol. in-8. — Biponti, 
1779, 2 v °l-> et 1 788, 3 vol. in-8. — Viennœ, 1792- 
1802 , 7 vol. in-12 , jolie édition ornée de grav. — 
Edition de N.-E. Lemaire, de 181g et ann. suiv. Paris, 
4 vol. in-4 . 

Les comédies de Plaute ont été trad. très-souvent. Voici les 
principales traductions françaises: 

Comédies de Plaute, trad. par Mlle Lefèvre, depuis M me Da- 
cier. Paris, i683, 3 vol. in-12. — Nouv. édition en 1717, 3 vol. 
in-8, 6g; ; ou 4 vol. in-12. Cette traduction ne comprend que 
VAmphitrion cl deux autres pièces. 

Les Œuvres de Plaute, trad. en franc, avec le texte latin à 
côté, par de Limiers. Amst., 1719, 10 vol. in-12, fig.— Bibl. du 
R. , Y, 641.— Trad. qui ne vaut pas celle de J. Naudet, mais 
meilleure cependant que la traduction de Gueudeville. 

Comédies de Plaute, trad. par Gueudeville. Leyde, 1719 ou 

Tome VI. 11 



82 PLEASURES — PLUS 

1726, 10 vol. in-i2, gr. en t. d. en tète de chaque vol. et de 
chaque pièce. — Trad. peu recherchée, burlesque et inexacte, 
ainsi que l'avoue lui-même Gueudeville dans sa préface. 

Théâtre de Plaute, trad. par J. Naudet. Paris, Panékoucke, 
i83i-38, 9 vol. in-8, et Paris, Lefèvre, 1845 , 4 vol. in-12. — 
Cette traduction, qui fait partie de la Biblioth. latine-franc. 
de Panckoucke, est excellente . Elle est précédée d'une Notice 
sur la vie et les ouvrages de Plaute , et des notes sont pla- 
cées à la fin de chaque volume. 

Plaute a été aussi traduit dans le Théâtre complet des latins, 
publié, avec trad. française, sous la direction de Nisard. Paris, 
1844, gr. in-18. — La Biblioth. du Th. franc, parle de Plaute, 
tome 111, p. 23o. 

Pleasures (The) of a single life, or the Misery of 
matrimony. Printed for a bold clergy man, 1747, pet. 
in-12 de 12 pp. en vers. 

Pleasures (The) of love. Containing a variety of 
entertaining particulars and curiosities in the cabinet 
of Venus. London, 1705, in-16. — Lowndes ne men- 
tionne pas ce volume. Fort mal imprimé, avec 16 gra- 
vures mauvaises, à la manière de Chodowiecki. — Schei- 
ble en 1872, 1 th. 10 sgr. 

Pleasures {The) of love, by J. Stewart. London, 

1806, in-12 , grav. de Heath (Gay, à Brux.). 

Pleasures (The) of love, being amatory poems, ori- 
ginal and translated from the asiatic and european lan- 
guages , by C. W. Fitz William. 2 e édit. ; London, 

1807, in-12, front. — Boulard, tome 5, n° 1707. 

Pleasures (The) of matrimony intermiçed with a 
ariet 

1688, 

PLOUVIER (Edouard), littérat., né à Paris, en 1821. 
En collaboration : Madame Patapon — Le Pays des 
amours — la Servante maîtresse — Toute seule — 
Trop beau pour rien faire — Une crise de ménage. 

Plume (La) dorée de Chrysantor et de la belle An- 
géline , où en suite de leurs amours on se peut ins- 
truire à coucher toutes sortes de lettres amoureuses ; 
par J. Condential. Paris, Tiffaine, 1618, in-12. — 
Nyon, 8893. 

Plus (Le) beau jour de la vie , vaud. en 2 a. , par 
Scribe et Varner. Paris, 1840, in-8 de 16 pp. 



variety of merry and delightful stories. London , 
"\ in-8. 



PLUS 83 

Plus (La) belle nuit de la vie, com.-vaud. en i a., 
par Varin , Dusvergers et Henry (Gymnase). Paris , 
1 83 1 , in-8, i fr. 5o. 

Plus (Les) courtes folies sont les meilleures , ou 
Passetemps des dames ; élite des plus jolis petits con- 
tes en vers, etc. — Les Saillies de Momus. Paris, Desnos, 
s.d. (i 783), in- 1 8 (V. Viollet-Leduc; Luzarche,n° 2447). 
— On trouve dans ce volume des pièces de beaucoup 
d'auteurs peu connus. Imbert, Léonard, Fréron, Do- 
rat, Masson de Morvilliers, Pezay, Guichard, Grouvelle, 
le marquis de Villette, le marquis de Saint-Just, Pons 
de Verdun, deBonnard, Bourneau, etc. 

Plus de bâtards en France ; com. en 3 a. en pr. ; 
par la cit. Villeneuve (par Cizos-Duplessis). Paris, 1795, 
in-8. — Soleinne, n° 2456. 

Plus de femmes, opérette, par René Lordereau, mus. 
de Bovery (Folies-nouvelles). Paris, 1857. 

Plus de maris, plus de pères ! Voir: Les Enfants 
de Dieu, etc. 

Plus de vierges folles, mais des femmes libres, par 
Volluet-Janin , libre-penseur. Lyon, impr. Perrin et 
Marinet, 1871, in-18, 36 pp., 40 cent. 

Plus (La) heureuse femme du monde , par Charlotte 
Desor (M m ° Filiaux, née Desormeaux). Paris, de Pot- 
ter, 1844, 2 vol. in-8. 

Plus (Le) heureux des trois, com. en 3 a.; par Eug. 
Labiche et Edm. Gondinet (Palais-Royal). Paris, Dentu, 
1870, gr. in-18, 1 18 pp., 2 fr. 

Plus (Le) joli chansonnier françois, contenant: Ana- 
crâon en belle humeur, les Grâces en goguette, les 
Muses à Cythère, et les Espiègleries de l'amour. Pa- 
ris, s. d. (vers 1782), 4 part, en 1 vol. in-24 , ^ft — 
Leber, n" 1845; Alvarès, juillet i858, 6 fr. 5o; Viol- 
let-Leduc, Chansons, p. 26. 

A ce volume on ajoute: Diversités galantes, chansons avec 
musique. Paris. Desnos, in-24. Ces petits ouvrages servaient 
d'almariaclis; ils contiennent d*assez jolies chansons de Thiriot, 
l'ami de Voltaire, de François de Neufcliateau , de Panard, 
de Rhulières, de d'Alembert,' etc. Voir Cat. Monselet, n° 54. 

Plus (Le) joli des recueils, ou Amusements des da- 



84 PLUSIEURS 

mes, suivi du Joujou des demoiselles. Londres, 1778, 
in-8 de 275 pp., front, gr. — Techener, 7 e partie, n° 
1 5 1 7 ; Scheible, en 1872, 4 th. 

Ce volume contient: L'Art de jouir, par La Mettrie; le Cul 
d'Iris, pp. 107-118; Parapilla, et la Papesse Jeanne, poèmes 
de Borde ; et les épigrammes et contes du Joujou. — Le Biblio- 
phile fantaisiste (de novembte i85oJ en cite les deux épi- 
grammes suivantes : 

Voye\ un peu ce médisant 

Qui, plus vain qu'un vieux courtisan, 

Dit que P/iilis au beau corsage 

Lui a donné son pucelage ; 

Mais, Messieurs, ne le croye\ pas, 

Nul ne donne ce qu'il n'a pas. 

Quand vous feigne^ d'être pucelle, 
Vous^ me croyez un innocent; 
A l'âge où vous êtes, la belle, 
Un pucelage est indécent, 
Et tout de bon je vous proteste 
Que, quand vous en auriez cent, 
Je ne croirois pas maintenant 
Que vous en eussie\ de reste. 

Plusieurs demandes joyeuses, en forme de quolibet. 
S. 1. n. d. (vers i53o), in-16 goth. de 8 ff. — Rouen, 
Nie. Lescuyer (vers i58o), in-16. 

Ces demandes sont vraiment joyeuses, et il y en a même de 
passablement gaillardes. Laissant de côté celles qui sont trop 
épicées , donnons un échantillon de ces drôleries, d'autant plus 
qu'il est presque impossible de s'en procurer un exemplaire: 

Quelle différence a entre pet et peletier ? — La response est 
que le peletier souffle le poil dedans et le pet dehors. 

Qu'est-ce à qui le poil vient premier que la peau? — C'est 
un estron jloury. 

Quelle chose est-ce qui est la plus joyeuse quand elle naist? 

— C'est un pet ; car dès qu'il naist il se prend à chanter et 
ne cesse jusqu'à la mort. 

Qui fit le premier pet à Rome ? — Ce fut le cul. 

Qui est le pire arbaleslrier qui soit? — C'est le cul; car 
il prend sa visée aux talons et va frapper au 7ie{. 

Quel^ gens sont-ce qui n'ont mestier de procureur ni <fad- 
vocat? — Ce sont gens foireux; car leur matière est toute 
elère. 

Qu' est-ce que tant plus on le boute et tant moins entre ? 

— C'est un estron quand on le chie. 

Quelle feuille de bois est la plus nette entre toutes les au- 



PLUSIEURS — PODALIRE 85 

très ? — C'est la feuille du houx ; car nul ne s'en o\e torcher 
le cul. — Biblioih. Scatol., n° 233. 

Plusieurs gentilesses (sic) de M. Fr. Villon , avec 
le recueil et hist. des Repues franches. Lyon , i 532 , 
pet. in-4 goth., fig. s. b. — Nodier, 3q fr. 5o. — 
Notez, comme le fait observer Nodier, que" les Repues 
franches ne sont pas de Villon. 

Plusieurs traite^ composés en ryme françoise par 
aulcuns nouveaux poètes, du différent de Marot,etc, 
avec la généalogie de Frippelippes, le Rabais de son 
caquet, l'Apologie du grand abbé des Couards, et l'a- 
dieu envoyé aux dames : etc. S. 1., i 5^7, in-i6 de 144 
fr. — Paris, 1 538, 1 53g, in-16, lettres rondes. — Filheul, 
en 1770. 36 fr. ; La Vallière, en 1784, 12 liv. 12 s.; 
Crozet, 85 fr. ; Heber, 4 liv. 14 sh. 

Plutharque de Cherone, grec, traistant entièrement 
du gouvernement en mariage, trad. de grec en latin, 
et de latin en françois , par Jehan Lode, de Nantes. 
Paris, Denis Janot. 1 535, 1 536, 045, in-16. —Vendu 
3o fr. en 1 84 1. 

Pluton maltôtier, ou la Découverte des intrigues 
financières et amoureuses des partisans , nouvelle ga- 
lante, div. en 6 parties. Col. , chez Adr. l'Enclume (à 
la Sph.}, 1708 (J. Pichon, n" 76g, 20 fr.), 1712, pet. 
in-i2,rig. (La Bédoyère, 4 fr.; Chaponay, 10 fr. 5o c). 
— Rotterdam, 1709, pet. in-12.— Bergeret; Aubry, en 
1862, édition de 1710, 3 fr. ; Techener , en 186g, 
12 fr. 

Plutus rival de l'Amour; com. en 1 a. et en pr. ; 
par M" ,: Hus, actrice (Th. italien , en 1756). Paris, 
Ballard, 1756, 1757, 1759, in-8 (Soleinne, 336o). 

Pneumatopathologie (La) , réduite en principe , par 
M. P. Petons, D. D. S. D. A. ; ou la Société des Francs- 
Péteurs. A Limoges, chez Castaignac , imprimeur de 
la société, s. d. , pet. in-8. — Bibhotheca Scatologica, 
n° 125 et 126. 

Livre tout différent de celui intitulé : Pneumato-P athologia , 
de Fr. de P. Combalusier, trad. en franc, par J. Aug. Jault , 
en 1754, et de la pièce la Société des Francs-péteurs , publiée 
avec l'Art de péter, en 1776. 

Podalire et Dirphé, ou la Couronne tient à la jar- 



86 POELLNITZ — POEMES 

retière (par F. Nogaret). Paris, Louis, 1801 , 2 vol. 
in-12, 2 fig. , 3 fr. — Leber, n" 2087. 

POELLNITZ (le baron Charles-Louis de) , né en 
1692, mort en 1773. Amusements des eaux d'Aix-la- 
Chapelle — Amusements des eaux de Spa — Lettres 
et mémoires — Mémoires — la Saxe galante. 

Poema (II) tartaro fper Gio.-Batt. Cash). — S. 1. , 
1796, 2 tomes in-12 (Libri, 9 fr,). — Italia , 1797, 2 
tomes en 1 vol. in-12, portr. (Techener, 9 fr.). — 
Poème satirique de Casti , présentant un tableau peu 
natté de la cour de Catherine IL II y a une clef à 
la fi». 

Poema tragico del espanol Gerardo, y desengano del 
amor lascivo ; corr. y emend. , por D. Gonçalo de Ces- 
pedes y Meneses. Madrid, i6id, 1617, 1654, 1666 
(Soleinne, 19 fr. 5o ; Techener, 12 fr.) , 1722, 1788, 
in-4".— Barcelone, 1618, 2 vol. in-8 (Nyon, n° 16216)' 
— Lisbonne, 1625, in-4 .— Valence, 1628, 2 part. in-8. 

— Ce poème en prose a été trad. en ital. par Barezzo 
Barezzi. Venise, i63o, pet. in-4 . 

Poème burlesque, ou Câlin, accompagné de plusieurs 
pièces galantes et autres, par Chauvin. Paris, Bobée, 
i836, in-8 de 5 feuilles, 1 gr., 1 fr. 3o cent. 

Poème (Le) de la femme , 1" récit. La Paysanne , 
par M me Louise Colet. Paris, Perrotin , 1 853, in-8 de 
32 pp., 75 cent. — 2" récit, la Servante, 1854, in-8. 

— 3 e récit, la Religieuse, i856. — En vers. 

Poème du Quinquina et autres ouvrages en vers de 
M. de La Fontaine (Matrone d'Ephèse. — Belphégor. 

— Galatée, opéra. — Daphné, opéra). Paris, Thierry 
et Barbin, 1682, in-12. — Ch. Giraud. 

Poèmes: Hélena, la Somnambule, la Fille de Jephté, 
la Femme adultère, le Bal, la Prison. Paris, Pélicier, 
1822, in-8 de 10 feuilles. 

Poèmes badins, nouv. édition. Paris, Foullon, 1840, 
in-32 de 3 feuilles, 1 grav. , 1 fr. 5o. 

Ce volume contient : Caquet-Bonbec — Tangu et Félime — 
Vert-Verl — le Lutrin vivant — les Cerises renversées — les 
Aventures de 7 Italie, par Colin-d'Harleville. 

Poèmes d'amour, où se voient les diversités amou- 



POEMES — POEMS 87 

reuses, parBaddel. — Amsterdam, P. Ravesteyn, 161 6, 
in-4", frontispice orné au recto d'une très-jolie çrav. 
sur b. repvés. le Jugement de Paris et au verso d'une 
autre figure. — Nodier, 44 fr. ; Courtois, 5 fr. ; Nyon, 
n" i3io5. 

La feuille 6, qui manque souvent dans le livre, contient des 
joyeuselés malsonnantes. Quelques détails au sujet de cet au- 
teur peu connu, se trouvent dans le Bulletin du biblioph. belge, 
tome I e ' - , p. 26g. 

Poèmes (Les) de l'amour ; par Arm. Renaud. Paris, 
Bourdilliat, 1860 (1859), in- 12 de 824 pp., 3 fr. 

Poèmes et discours en vers de Voltaire. Paris, Mc- 
nard et Desenne, 1822, in-18, fig. (Biblioth. franc.). 

— Paris, Debure, 1822 (182 3), in-32 (Class. franc.). 

Poèmes, poésies fugitives, chansons, etc., par Ourry. 
Paris, 1817, in-18. 11 y a dans ce recueil des chansons 
un peu gaies. 

Poemetti italiani. Torino, soc. letteraria , 1797, 12 
vol. in-12. 

La table des 12 volumes est à la fin du dernier. Recueil con- 
tenant un grand nombre de petits poèmes , parmi lesquels on 
trouve ceux-ci: // Palcr^o damore, di Lod. Paterno Napoli- 
tano (tome 111). — Le lio\\e di Zefiro , di Gabr. Chiabrera 
(tome IV). — Il Piacere, di Franc. Bolognetti bolognese (t. VI). 

— // Rapimento d'Elena, trad. di Coluto dell'ab. Teod. Villa 
milanese (t. VI). — // Rapimento di Proserpina , di Gabr. 
Chiabrera (corne Vil). — Aretusa e Narcisodd Maritano(t. VII). 

— IlGlobo di Venere, dell'ab. P. D. Soresi da Mondovi (t. Vil). 

— La Caccia d'amore, del card. Egidio (t. IX). — // Museo 
efamore, di G. B. Zappi (t. IX). — L'Androgino, dell'ab. Ang. 
Mazza (t. IX). — Ero c Leandro , di Paolo Luigi Raby (t. Xll). 
Libri, n" 559; etc. 

Poems, by Little (Th. Moore). Poésies erotiques , 
sans obscénité. — i r " édition, 1801 (préface signée T. 
M). — 2' édition, London, Carpenter, 1802, in-12 ; 3 e 
édition, 180 3 ; 11 e en 181 3 , i5 e en 1822. 

Ces poésies ont été réimprimées dans les diverses éditions 
des Œuvres de Moore; la première donnée par lui-même, Lon- 
don, 1840-41, 10 vol. in-12. La Litterary Ga\ette dit: Front 
among the earliest productions the most prurient hâve been 
expurgated. 

Poems , chiefly amatory , by Richard Small. Lon- 
don, 181 x, in-12. — Imitation des poésies erotiques 



88 POEMS — POESIE 

de Thomas Moore; stances fort anacréontiques adres- 
sées à Fanny, à Chloé, à Lydia, etc. 

- Poems in imitation ofAnacreon, by John Oldmixon. 
London , 1696, in-8. 

Poems in several occasions, by the hon., the earl of 
Haddington. S. 1. n. n. , 1824. — Dans une autre édi- 
tion, de Londres, 1824, le nom est H n. Rare. 

Poems on several occasions, written by a late per- 
son of honour (by John Wilmot , earl of Rochester). 
Anvers, 1G80 et s. d., in- 12 de 1 5 1 pp.; — Londres, i685, 
in-8 de 128 pp.; très-rare. Un exempl. s'est payé 5 
1. st. , vente Milford, en 1840. — London, 1714,^-12, 
ou 1725, 2 vol. in-8 (Scheible, en 1872, 24 sgr.). 

Voir dans la Revue des Deux-Mondes, août et septembre iS57 , 
un art. de M. Forgues sur Rochester. 

Le comte de Rochester, fort mauvais sujet et favori de Char- 
les II, composa des poésies fort peu décentes qui ont été plu- 
sieurs fois imprimées en Angleterre. On y trouve une imitation 
d'un des dialogues de Meursius. — Quelques-unes de ses com- 
positions ont été insérées dans la Collection of British poets. 
mais avec un choix attentif. 

Poesias eroticas escolhidas de Lope de Vega y de 
don Juan de Jauregui. Paris, T. Barrois, 1818, 182 1, 
in- 18. — Cat. W. et A A. , n u 83o. 

Poesias jocosas y sérias del doctor Vincens Garcia. 
Barcelona, J. Roger, 184D, in-18. — Un Suplemento . 
aux poesias jocosas, a paru sans lieu ni date (même 
lieu et même année), in-18, 5i et iv pp. 

Poésie (La) des amours et , com.-vaud. en 2 

a.; par Duvert et Lauzanne (Vaudeville). Paris, 1849, 
in-8, 60 cent. 

Poésie volgari del magnifico Loren^o de Medici che 
fit padre di papa Leone, e di altri suoi amici contem- 
poranei. Vinegia, Aldo, i554, in-8; l'exemplaire n'est 
complet qu'avec la feuille O de 8 ff. Pendant le tirage, 
Aide, se repentant d'avoir inséré de certaines poésies 
licencieuses dans cette feuille, la réimprima expurgée, 
avec 4 ff. seulement ; très-peu d'exempl. échappèrent 
et ils sont très-recherchés (Libri, n° 823 , 270 fr.). — 
Bergame, 1763, in-8. — Lcndra, 1801, 2 part, in-4 ; 
édition très complète, contenant: le Selve d'amore , la 



POESIE 89 

Nencia, l'Ambra , la Caccia col falcone , la Confes- 
sione, VAlterca^ione, etc., ainsi que les pièces les plus 
intéressantes du Politien, de Louis Pulci , etc. (Libri , 
27 fr.). — Pise, 181 G, in-8, avec fig. et portr. de l'au 2 
teur. Cette édition contient : V Ambra , la Caccia col 
falcone, gli Amori di V encre et Marte , la Confes- 
sione, le Sette allegre^e d'amore. 

Poésie francesi di G. G. Alione Astigiano, composte 
dal 1494 al i520, aggiuntavi la Macheronea dello 
stesso con 52 tavole incise. Milano, i865, 1 vol. [Poé- 
sies françaises de J. G. Alione, avec une not. biogra- 
phique et bibliogr. par J. C. Brunet). — Commedia e 
tarse carnavalesche nei dialetti astigiano , milanese e 
francese, misti con latino barbaro , composte suj tine 
del XV secolo , ib. i865, 1 vol. Ensemble 2 vol. pet. 
in-8 (Seule édition complète des œuvres d'Alione). 

1 5 fr. 

Recueil fort curieux au double point de vue de la littérature 
française et italienne. 11 contient les plus anciennes farces con- 
nues en langue française, de même que les plus anciennes poé- 
sies macareniques. Tous ces morceaux sont très-libres. 

Le I er de ces deux volumes {Poésies françaises , etc.) avait 
déjà été réimpr. à Paris, en i836, petit in-8', tiré à 108 ex. — 
Voir: Opéra jocunda. 

Poésie di Giorgio Baffo (sonnets facétieux et can- 
zone en dialecte vénitien). S. 1. (Londres), 1 77 1 , in-8. 
(Libri, in fr.). Réimpr. à Londres, en 1789, in-12, 
fig. réprés, la Venus de Médicis (Techener, i e partie, 
n° 1219). — Marmirolo , 1789, 5 tomes in-24. — Cos- 
mopoli (Londres), 1789, 4 vol. in-8, imprimés, dit-on, 
aux frais d'un riche anglais , le comte de Pembrocke 
(cette édition se vend de 2 à 3 guinées). — Italia, 1860, 

2 vol. in-12, édition annoncée comme complète. 

On sait que Baffo est un des poètes les plus licencieux qui 
aient jamais existé. 11 a laissé beaucoup d'ouvrages inédits, et 
on peut consulter à son égard M. Ferrari, dans la Revue des 
Deux-Mondes, 1 er juin 1839, tome XVilI, p. 697, et Ginguené, 
Biographie univers., loin-- 111. — M. Philarète Chasles et M. 
Mercey ont aussi l'un et l'autre parlé de Baffo dans la Revue 
des Deux-Mondes. 

Poésie erotiche del dottore P. Balbiani. Florence , 
Molini, 1812, in-8 de i5 ff. 

Poésie e satire di P. B. (Pietro Buratti), Vene^iano , 
corredate di note preliminari ed annota^ioni scritte 

Tome VI. 12 



9° 



POESIE 



dallo stesso autore. Edizione ad usum Delphini. Amst., 
J. Lowke e figlio, 1823, in- 12. Edition faite clandes- 
tinement à Florence. Très-peu d'exemplaires ontéchap- 
pé à la destruction. Poésies licencieuses. 

Poésie {Le) di Giuseppe Giusti. Florence (et autres 
lieux), 1862, 1 vol. in-32. 

Différentes éditions des poésies de Giusti contiennent les poé- 
sies : Scher^i giovanili e rifiulati dalï autore , qui sont des 
poésies libres; il a paru en outre une brochure de lettres in- 
times de Giusti, imprimée aux frais de M r Papini , ancien 
directeur des postes de Pescia en Toscane, ami intime de Giusti, 
et qui possède encore plusieurs de ses autographes, tant poé- 
sies que lettres, entre autres une très-jolie pièce en vers intitu- 
lée: La Finta gravidan\a (la feinte grossesse), pièce très-libre 
et très-spirituelle. 

Poésie di L. Tansillo , con la vita dell'autore e una 
notizia relativa aile sue poésie. Londra (Livorno), 1782, 
pet. in-12, portr. et front. — Mourlan, n° 55g. 

Poésie diverse in lingua venetiana et bergamasca , 
cio'e: la Laude de Macharoni ; operetta nuova sopra 
le malitie e pompe che cercano fare le donne ; e il 
Vanto de la cortegiana ; per Bart. Verini. In Venetia, 
1 583, in-8. — De Bure, n° 33 1 6. 

Poésie da fuoeo di diversi autori. Le 2' feuillet a 

Eour titre : La Puttana errante di (Lorenzo) Veniero. 
ucerna (Venise ? ), Stefano Chirudich, 1 65 1, pet. in-8; 
avec le portr. de Maffeo Veniero, archev. de Corfou, 
que l'on supposait être auteur de la Puttana. — Hib- 
bert, 6 livr. 8 sh.-, Stanley, i3 liv. i5 sh.; catal. de 
Dresde, n° 46. N'a paru dans aucune vente française. 

Un bibliophile, à propos de ce livre, nous communique la 
note suivante : 

« 11 semble qu'aucun bibliographe n'ait jamais vu ce petit li- 
vre rarissime. Voici la description exacte d'un exemplaire (peut- 
être unique) que j'ai sous les yeux: Au bas du second titre, 
mais au dessus de la rubrique, il y a une vignette en bois très- 
grossière, représentant un homme (pas le portrait de M. Ve- 
niero) portant un casque, reposant avec le bras droit sur une 
lance, et tendant la main gauche à la cuirasse. — Contenu: A' 
lettori (2 pp. non chiffrées); p. 1-48, Délia Puttana errante, 
canti iv ; p. 49, Pasquino alli lettori (sonetto) ; p. 5o, // di- 
vino Pietro Aretino all'autore (sonetto). Nouveau titre : La 
Zaffelta, di Maf. Veniero, la même vignette et la même rubri- 
que que celle ci-haut; p. 53-8i , Délia Zaffetta, canto primo 
(unico) ; p. 82-86, Délia Ca\\aria del cav. Marini, canto primo; 



POESIE qi 

p. 87-89, Persuasionc efficace. Per coloro che schiffano la 
delicate— y a dclfondo , canto secondo; p. 91-96, Fer\alti del- 
l'abbati sopra uno. che havea preso una panocchia; p. 97- 
10 1. Ode di Gio. Batt. Betnbo sopra una signora che si "di- 
lettava (fesser ben chiavata (en dialecte vénitien); p. io5-iio, 
Lamenta cfElcn.i ballarina detta l'Errante. — Ode di Nie. 
Ponte. — 11 faut se garder de confondre la Ca^aria en prose 
avec celle del C. M. (attribuée au cavalier Marin >;, pièce de 18 
stances in ottava rima, dont tous les vers finissent alternative- 
ment par deux mots que nous nous abstenons de copier , sui- 
vies de 7 autres stances, aussi in ottava rima. Une traduction 
partielle en vers de la Ca\\aria en prose fait partie du Libro 
del Perche. — Il Manganello et la Zaffetla qui ont été réim- 
primés à Paris en 1860 et en 1861. à 100 exempl., étaient les 
premières de 10 livraisons successives, qui. par leur ensemble, 
devaient former une nouvelle édition des Poésie da fuoeo. Ce- 
pendant, comme on le voit par le détail ci-dessus, il Manga- 
nello ne fait pas partie de ce volume. Cléder , l'éditeur de ces 
deux livraisons étant mort, la publication n'a pas été continuée. 

Poésie di eccellenti autori toscani, per far ridere le 
brigate. Prima raccolta ; i" impr.'; Gelopolis, 1764; 
seconda raccolta, Geloyolis, 1762; réunies en 1 vol. 
in-12 (Techener, en 1864, 24 fr.) — Leida JLivorno), 
182?, 2 vol. in-12 (Pédone-Lauriel, en i86:>, 10 fr.j. 

Recueil de poésies légères ou burlesques, devenu rare. Parmi 
les morceaux qu'il contient, on remarque : De Paol-Franc. Carli, 
la Svinatura di Barbigi Me^abarba. con note; du même: La- 
menta di Bietolone; de Girolamo Gigli : la Scivolata et la 
Culeïde ; d'Alexandre Ghivizzani des sonnets; de Fr. Baldo» 
vini. il Maggio et il Pa^o, en style rustique; de Fr. Brac- 
ciolini, sonetti in Iode délia Lena Fornaja; d'Ipol. Neri , la 
Presa di Saminiato , poema giocoso, etc. , etc. Toutes ces piè- 
ces sont fort libres et n'ont pas été imprimées ailleurs. 

Les œuvres badines de Giro'amo Gigli sont surtout rares, 
car ce poêle en détruisit la plus grande partie quelque temps 
avant sa mor:. Né à Sienne le 14 octobre 1660, il y professa 
longtemps les belles lettres , mais son penchant à la critique le 
fit destituer et plusieurs de ses écrits furent brûlés par la main 
du bourreau. Sur la fin de sa vie, il s'amenda, et mourut le 4 
janvier 1722 dans de grands sentiments de piété. — Francesco 
Baldovini. aussi, renia les œuvres de sa jeunesse; né le 27 fé- 
vrier i633 à Florence , il étudia le droit à Pise , et embrassa 
l'état militaire. Plus tard , il reçut les ordres et mourut le 16 
novembre 1716, chapelain de l'hôpital de Saint-Sixte. Il est con- 
sidéré comme un des meilleurs poètes comiques de l'Italie. 

(Bulletin du bibliophile, 1864, p. 856;. 

Poésie facecieuse extraitie des œuvres des plus fa- 
meux poètes de notre siècle. Lyon, B. Rigaud, 1 55g, 



92 



POESIES 



in-16 de 80 pp. Rare. — Nyon , n° 15427. — Réimpr. 
du Recueil de vraye poésie, de 1544. 

Poésies. Partout et par tous les temps. S. 1. n. d. 
(1789), in-12. 

Simon-Pierre de Mérard Saint-Just (et non Mérard de Saint- 
Just, comme on l'écrit toujours à tort] est l'auteur de ces poé- 
sies assez libres, que dans sa préface il attribue à feu l'abbé 
de la Porte ; il a toutefois eu le soin de placer ses initiales au 
bas de la dernière page. Ce volume , comme tous ceux publiés 
par ce littérateur, a élé tiré à très-petit nombre. Quérard, Bar- 
bier et la Biographie Michaud lui donnent le titre de Poésies 
diverses, tandis que, dans cet exemplaire , il n'y a que le mot 
Poésies, sans autre qualificatif, sur le titre (Note du catal. du 
marquis de M..., Schlesinger, 1871, n° 732). 

Poésies du XV e siècle. — Chanson et complainte 
dune josne fille mariée a ung vieillart ialous avec le 
dit du sing; par J. George Âlione. Firenze, G. Dotti, 
1870 , in-8 de 16 pp. , tiré à i3 exempl., dont 1 sur 
vélin de mouton, 5 fr. — Bibliografia italiana. 

Poésies erotiques et autres , par Ardant du Picq , 
suivies de fragments de lettres. Paris, P. Didot l'aîné, 
1821, in-12 de 10 feuilles 1/2 (Dinaux , 2817). — 
Réimpr. en 1828, in-18, avec 2 portr. 

Poésies complètes de Th. de Banville. 1841-1854. 
Les Cariatides — les Stalactites — Odelettes — la Ma- 
lédiction de Vénus, etc. Paris, Poulet-Malassis, 18^7, 
gr. in-18 de 442 pp. avec front, gr. par Duvau, 5 fr. 

Poésies galantes et autres œuvres de N. de Bouil- 
lon. Paris, i653, 1 663, in-12. — Veinant, 40 fr. ; Solar, 
7?. fr. — Cont. VHist. de Joconde; le Mary commode; 
V Oiseau ; des chansons galantes , etc. 

On possède peu de détails sur la vie de Bouillon; on sait qu'il 
avait été secrétaire de Gaston, duc d'Orléans et frère de Louis 
XIII; il mourut en 1662. Le recueil de ses poésies est devenu 
fort rare; les amateurs le recherchent et il offre un intérêt réel 
pour l'étude de l'histoire littéraire delà France au dix-septième 
siècle. — Ce fut à sa traduction de l'épisode de Joconde em- 
prunté à l'Arioste que Bouillon dut quelque célébrité; il se 
trouva le rival de La Fontaine. Les deux traducteurs avaient 
leurs partisans, quoique le premier ne parût guère en mériter. 
Quand on eut lu leurs versions de la Joconde, il y eut une 
gageure considérable sur la préférence de ces deux ouvrages. 
Les parieurs étaient l'abbé Le Vayerde Boutigny et Saint-Gilles 
que Molière a désigné dans le Misanthrope , sous le nom de 
Timante. 



POESIES 03 

«C'est de la tête aux pieds un homme tout mystère. » 

Saint-Gilles était un original dont il est resté quelques vers; ils 
donnent de son talent une idée assez favorable. 

Son antagoniste est auteur d'un roman qui obtint en son 
temps quelque succès et qu' on a même réimprimé eu 1776 avec 
luxe, mais personne aujourd'hui ne lit Tarsis et Zélie. — On 
sait que Boileau, tort jeune encore, intervint dans le débat ; il 
écrivit une Dissertation, une lettre à Monsieur B., et il n'eut pas 
de peine à établir que l'enjeu de cent pistoles revenait très-légi- 
time nent à Le Vayer qui s'était déclaré en laveur de La Fontaine. 
L'opinion est aujourd'hui unanime à cet égard, mais il faut re- 
marquer que Bouillon s'était attaché à suivre pas à pas le poëte 
italien, tandis que le bon homme, dédaignant une reproduction 
servile, avait pris de grandes libertés avec le texte original. La 
dissertation de Boileau, défigurée par bien des fautes dans d'an- 
ciennes éditions, a été rétablie dans son exactitude et accom- 
pagnée de notes instructives par M. Berriat Saint-Prix (voir le 
tome 111 de son excellente édition des Œuvres de Boileau, 1837, 
4 vol. in-8J. 

Poésies diverses du sieur D***. S. 1. , 1718, in-12 
de 182 pp., plus la table. A la fin du volume on 
trouve 12 pages de contes un peu libres, avec cette 
signature: B. L. G. D. G. (Bouret , lieut. gén. de Gi- 
sors). Cailhava, 19 fr. 5o c. ; Nyon, ri° 1 33 1 7 j Alvarès, 
en déc. i838, 12 fr. 5o. 

Ce recueil est peut-être le même que le suivant , que nous 
trouvons dans le Trésor des livres rares de Graesse : Recueil 
des diverses poésies du sieur D... , imprimé pour l'auteur. Lon- 
dres, 1731, in-8.— (Paris), 1763, in-8. — Contes épigrammatiques 
très-cynyques en dizains, écrits dans un langage barbare et bi- 
zarre." 

Poésies diverses du sieur de Brébeuf. Paris, Ant. de 
Sommaville, i658, in-4 (Giraud, 14 fr.). — Paris, G. 
de Luynes, 1 658, in-12. — Rouen, 1662, pet. in-12. 

Poésies héroïques , gaillardes et amoureuses du sieur de 
Brébeuf. Paris, J. Ribou, 1666, 2 vol. pet. in-12. — Catat. de 
Dresde, n° 247; Ch. B*" , n° 286. 

Poésies amoureuses, réduites en forme d'un discours 
de la nature de l'amour, par Filbert Bretin. Lyon, 
B. Kigaud, Ô7G, pet. in-8. — Nyon, n° i3oo3. Rare. 

Poésies nouvelles et autres œuvres galantes du S. 
de C*** (Cantenac). Paris, 1661 , in-12 (Auvillain, 
i865, n° 5q2 ; Potier, en i863, iofr.). —Paris, 1662, 
pet. in-12, front, gravé (Claudin, en 1867, 6 fr. ; No- 
dier, 5 fr. ; Luzarche, n° 2336; Cigongne, n° o,85). — 



94 



POESIES 



Ces poésies doivent contenir : l'Occasion perdue et re- 
trouvée, qui a sa pagination particulière , et qui a été 
attribuée à P. Corneille. Voir au mot l'Occasion per- 
due). 

Poésies de Catulle. Voir CATULLE. 

Poésies de Charles d'Orléans, père de Louis XII et 
oncle de François I er , rois de France ; publiées par 
Chalvet. Grenoble, Giroud, 1802, in-12. — Paris, \Va- 
rée, 1809, in-12. — Cigongne, n° 555. 

Poésies du duc Charles d'Orléans , publiées sur le manus- 
crit original de la Biblioth. de Grenoble, et accompagnées d'une 
préface historique , de notes, etc. ; par Aimé Champollion Fi- 
geac. Paris, Belin-Leprieur, 1842, in-12. — Cigongne, n° 556. 
— Selon Viollet-Leduc (p. 79), cette édition est la première 
complète et la seule bonne aujourd'hui. 

Poésies de Chaulieu et de Lafare. Amst. (Lyon), Ro- 
ger, 1724, pet. in-8. — La Haye, 173 1, in-12. — Les 
mêmes, sous le titre à.' Œuvres diverses de Chaulieu 
et de Lafare (publié par Delaunay). Amst. (Paris, 
Prault) , 1733, 1740, a vol. in-8. — Nouv. édit. (publ. 
par Lefèvre de Saint-Marc). Paris, 1750, îy^J, 2 vol. 
pet. in-12. — La Haye (Paris, Pissot), 1777, 2 vol. 
in-12, ou 2 vol. in-24. — Œuvres de Chaulieu, d'a- 
près les manuscrits de l'auteur (publ. par Fouquet). 
Paris, Bleuet, 1774, 2 vol. in-8 et in-12, portr. et fig. 
(Chaponay , 16 fr.). — La Haye, chez Junior (Cazinj , 
1777, 2 vol. , portr. (Cat. Monselet, n° 16). — Préc. 
d'une notice sur les deux auteurs par Fauriel. Paris, 
i8t3, 1 8 1 g, 1824, in-18, 1 fr. 5o, et in-12, 3 fr. — 
Paris, 1822, in-18, 2 fr.; in-12, 2 fr. 5o. — Les mê- 
mes, sous le titre de Poésies, préc. d'une notice par 
Lemontey. Paris, Froment, 1824, in-8, portrait, 6 fr. 
5o. — Avec une notice par Hourdou. Paris, Froment, 
1825, 2 vol. in-32, portr. , 6 fr. 

Poésies inédites de Claude de Chaulne. 

Ce manuscrit était annoncé en i836 sur un catalogue du li- 
braire Techener. 11 fut l'objet d'un article de Charles Nodier, in- 
séré au Bulletin du bibliophile , 2 e série, n° 3, p. 87. 11 n'est 
fait mention dans aucune biographie générale ou universelle de 
cet écrivain, lequel appartenait à une illustre famille et qui sé- 
journait dans le Dauphiné; Guy Allard et Chorier nous ap- 
prennent qu'il mourut presque octogénaire, vers 1675 (Voir le 
Bulletin déjà cité , p. 236j. Empruntons quelques lignes à la 
notice de Nodier. « C'était un homme de beaucoup d'esprit qui 



POESIES 9 5 

faisait les vers avec une incroyable facilité comme un avocat 
fait de la prose. On peut supposer qu'il avait à peu près le 
genre de vie d'Anacréon, dont il est loin d'avoir la grâce. Tout 
entier au vin et à l'amour, il ne parle ni de l'un, ni de l'autre 
en épicurien délicat: son ivresse est celle d'un Suisse, et sa vo- 
lupté celle d'un mousquetaire; il est naturel, quelquefois jusqu'à 
la trivialité; il est gai souvent jusqu'à la folie, mais il y a là 
deux points qui ont de l'importance : il est naturel et gai. — 
Ce qu'il y a de plus piquant dans les poésies de Claude de 
Chaulne , c'est qu'elles donnent une idée de la société au mi- 
lieu de laquelle il vivait, et sous un rapport , elles formeraient 
un appendice fort curieux aux Mémoires de Tallcmant des 
Réaux. » — Nous ne savons en quelles mains est ce manuscrit 
aujourd'hui. 

Poésies de Colardeau et de Malfilâtre (avec notices 
signées Lepeintre). Paris, 1825, in-18, 1 fr. 5o. 

Poésies de M '"" Louise Colet. Paris, impr. Lacrampe , 
1842 , in-4 . — On lit dans le Bibliophile fantaisiste , 
au sujet de ce volume: 

Le Manuel du libraire à l'article de M" ie Louise Colet, pré- 
tend qu'un généreux anonyme a publié l'édition de luxe des 
Poésies de cette dame (Paris, imprim. de Lacrampe, 1S42, in-4°J, 
qu'il n'en a fait tirer que 25 exemplaires, et qu'après en avoir 
gardé un seul, il a envoyé les autres à l'auteur pour être offerts 
par elle aux souverains et aux sommités intellectuelles. Madame 
Colet, née en 1810, était encore, en 1842 , une charmante per- 
sonne ; je ne l'ai jamais vue, mais j'ai d'elle un portrait gravé 
qui en donne une idée des plus favorables. Quel était ce géné- 
reux anonyme que M. J.-Ch. Brunet n'a pas voulu nommer"? 
J'ai entendu proposer le nom d'un philosophe célèbre (M. Cou- 
sin) qui, après s'être fort occupé de Platon et de Plotin , avait 
pris le parti, en vieillissant, de consacrer sa plume à de bien 
aimables pécheresses du siècle XVII e . 

Poésies diverses de (Guillaume) Colleté t , contenant 
des sujets héroïques, des passions amoureuses, et au- 
tres matières burlesques 'et enjouées , publ. par Fr. 
Colleter, son fils. Paris, 1 65 5 , in-12 (Solar, 33 fr.). 
— Paris, Loyson, 1 656, pet. in-12 — Cat. M*** (Tross, 
1 855) ; Veinant, 10 fr. 5o. — Paris, Louis Chamhou- 
dry, 1 656, pet. in-12. — J. Pichon, n° 584, 40 fr. 

Poésies de G. Coquillart. Voir : Œuvres de C.o- 
quillart. 

Poésies choisies de MM. Corneille , Benserade , de 
Scudéry, Boisrobert, etc., et plusieurs autres célèbres 
auteurs de ce temps. 4 e édition , revue , corr. Paris , 



g 6 POESIES 

Ch. de Sercy, i655 , et ann. suiv. , 5 vol. pet. in-12 
(Ch. Giraud, édition de i658, 129 fr.). — Paris, 1660- 
1 665, 5 vol. pet. in-12, avec front, gr. diff. à ch. vol. 
(Bigillion, n° i6o3). 

Recueil connu sous le nom de Recueil de Sercy. Chaque 
volume ayant été publié séparément et réimprimé au fur et à 
mesure de son débit, il est devenu difficile de trouver les 5 vol. 
réunis. Ce recueil est recherché et mérite de l'être, car on y 
trouve une multitude de pièces de poètes presque inconnus, et 
qui n'ont été publiées que là. Le catalogue Nyon , n° 13487, 
n'indique de ce recueil, sous la date de 1 655 , que 2 parties re- 
liées en un volume. — Une 3 partie (13488) est intitulée : Nou- 
veau recueil de diverses poésies françoises. Paris, Ch. de 
Sercy, i656, in-16. — Le Bibliophile fantaisiste (de 1869) cite 
quelques pièces de ce Recueil, aux pp. 63 , 64, 73, 74 et 522. 

Poésies {Les) de Martial d'Auvergne , etc. Paris, 
Coustelier, 1724, 2 vol. pet. in-8. — Solar, 34 fr. 

Poésies basques de Bernard Dechepare. Bordeaux , 

1 847, in-8. 

Réimpression d'un recueil très-remarquable de poésies eroti- 
ques et religieuses, faite par M. G. Brunet, d'après l'exemplaire 
unique possédé par la Bibl. impériale, avec trad. franc. , insérée 
dans les Mémoires de l'Académie de Bordeaux (1847, pp. 77- 
i58), et dont cette brochure n'est qu'un tirage à part. M. Fran- 
cisque Michel parle de ce poëte dans son Pays basque, pp. 440- 
454. Voir Lingux Vasconum primitix. 

Poésies du chevalier de Lisle (ou De Lille). 1782, 
in- 18, de l'impr. du prince Charles de Ligne. Livret 
de 96 pp. ; il avait été précédé d'un autre opuscule : 
Recueil de poésies par le chevalier de ***'; à Bruxelles 
de l'imprimerie du P. Charles de — . 1781 , in-8 de 
24 pp. 

Le contenu des deux recueils est tout différent. Les deux li- 
vrets tirés à très-petit nombre sont d'une rareté extrême. Le 
chevalier de Lisle était un mauvais sujet fort spirituel: des let- 
tres sorties de sa plume ont été insérées dans les Tableaux de 
genre et d'histoire, Paris, 1828. Le recueil de 1782 contient 
quelques contes assez libres et plusieurs morceaux adressés à 
Marie-Antoinette, et qui feraient douter des sentiments de piété 
de cette reine infortunée , à certaine époque de sa vie. Ces deux 
opuscules ont été précédés des deux suivants, qui sont peut-être 
du même auteur: 

Poésies du chevalier D. Amst., 1775, in-8. — Classé, dans le 
cat. Monmerqué, aux poésies gaillardes et burlesques. 

Poésies de M. D. S. I., 1771 , in-8. — Catal. de Dresde, 
n° 245. 



POESIES 97 

Poésies (et plus tard Œuvres) de M me Deshoulières. 
Paris, Veuve Séb. Cramoisy, 1688, pet. in-8 (La Val- 
lière, 10 fr. ; Solar, 42 fr.)'. — Avec la 2 e partie (pu- 
bliée par Mlle Deshoulières). Paris, Villette, 1694-109?, 
2 part., pet. in-8 (exempl. aux armes de M™' de Chamil- 
lart, avec portr. par Schuppen ajouté, vente J. Pichon, 
en 1860, n" 5q5, i(J2ofr. , et n° 596, 465 fr.). — Même 
édition réimpr. en i6q5 et en 1707, Paris, J. Villette, 
2 part, in-8 , avec joli poftr. par Van Schuppen , qui 
se retrouve également dans l'édition de 1724, et dans 
plusieurs autres. — Nouv. édition, Amst., Desbordes, 
1709, in-18, front, portr. gr. (Monselet, n' 20). — Pa- 
ris, 1/25, 2 vol. in-8. — Paris, David , 1747 (et de 
nouveau ï / 33) , 2 vol. pet. in-12; édition augmentée 
de l'éloge des deux Deshoulières, composé d'après les 
Mémoires de M. de la Boissière de Chambord. — Pa- 
ris, 1764, 2 vol. in-12, portr. (Chaponay, 41 fr.). — 

— Œuvres choisies de M n " et de Mlle Deshoulières. 
Genève (Cazin) , 1777, et Londres (Cazin), 1780, in-24, 
joli portr. gr. — Paris, Didot l'aîné (pourGay fr.), an m 
( 1 — < 1 3 ) , in-12 ou in-18, avec portr. gr. par Rochard 
et 3 fig. par Marillier, gr. par Ponce et Regnault (So- 
lar, 69 fr. ; La Bédoyère, 1 35 fr.). — Paris, Crapelet, 
an vu (1799), 2 vol. in-8 , 10 fr., 24 fr. , et gr. pap. 
36 fr. (LaBédoyère, 81 fr.). — Paris , Crapart, i8o3 , 
in-18. — Paris, Ant.-Aug. Renouard, i8o3. 2 vol. in-18. 
2 fr. , 4 fr. ou 8 fr. (la même édition, avec couvertures 
au nom de Nicolle et Belin, 181 3, 1810,2 vol. in-18, 
2 fr. 5o). — Edition stéréotype d'Herhan, Paris, i8oq, 
2 vol. in-12. — Paris, Ménard et Desenne, 1824, in-18, 
fig., 2 fr. (ou in-12, 5 fr.). — Paris, Berquet, 1824, 
in-? 2. 3 fr. 

Poésies de Dorât. Genève (Paris), 1774, 4 vol. in-24. 

— Avec une Notice, par Lepeintre. Paris, M me Dabo, 
182?, in-18, 1 fr. 5o. — Poésies choisies. Paris, Ber- 

Îuet , 1825, in-32 , portr., 3 fr. — V. Œuvres de 
>orat. 

Poésies de M Fr.-Marie-Guillaume Duault. Paris. 
i8o3, in- 1 M de 196 pp. — M} ne édition, avec un chan- 
gement de titre , du recueil que l'auteur publia sous 
ce titre: Athénaïde, ou les Amours, les saisons et au- 
tres poésies erotiques. — Réimpr. sous le premier 
titre. Paris, Didot, 1823, in- 1 8, avec 6 pp. de musique. 

Tome VI. i3 



9 8 POESIES 

Poésies du roi François I", de Louise de Savoie, 
de Marguerite, et Correspondance intime du roi avec 
Diane de Poitiers, publiées par A. Champollion-Figeac. 
Paris, Didot, 1847, in-4 , tiré à petit nombre. — Po- 
tier, 20 fr. 

M. Paulin Paris (Mss. français, tome VII, pp. 6i-63) a re- 
proché à l'éditeur d'avoir négligé un manuscrit de la Biblio- 
thèque Impériale qui lui aurait offert quelques leçons préférables 
à celles qu'il a adoptées. 

Poésies de Théophile Gautier. Paris, i83o, in-12 
de 196 pp. — Elles ont été réimprimées et plus com- 
plètes à Paris, chez Charpentier, en 1845 et en 1 S 5 8 . 

Poésies d'Arsène Houssaye.ï'&v\?>, Eug. Didier, i85o. 
in-12. — Le Cantique des'Cantiques — Cécile, Silvia, 
Ninon — La Poésie dans les bois — Poèmes antiques. 

Poésies du marquis de La Fare. Amsterd. , 1755, 
pet. in-12 (La Bédoyère, 20 fr.). — Londres (Cazin), 
1 78 1 , in-18, front gr. (cat. Monselet, n° 17). — Les 
poésies de La Fare ont été réimprimées souvent à la 
suite des Poésies de Chaulieu. 

Poésies d'Alex. Laine\ (publ. par d'Aquin de Châ- 
teau-Lyon). La Haye (Paris), 1733. iïi-8. — Cat. de 
Dresde, n° 3o6. — Ëpicui ien et homme d'esprit, mort 
à Paris, en 1710. Jamais il ne livra rien à l'imprime- 
rie, et les petites pièces qui restent de lui n'ont été 
publiées que dans ce volume aujourd'hui peu commun. 

Poésies de M"" la comtesse de La Su^e. Paris, 1666, 
in-12. 

On remarque dans ce volume un très-curieux Ahnanach d'a- 
mour pour Van de grâce i665, par le grand Ovide Cypriot, 
spéculateur des épliemérides amoureuses. 

«Henriette de Coligny, fille de Gaspard de Coligny, maré- 
chal de Franco, lut mariée très-jeune à Thomas Hamilton , 
comte de Hadington. Devenue veuve, ses parents la marièrent 
en secondes noces à un comte de La Suze , de la maison des 
comtes de Champagne, borgne, ivrogne et jaloux. C'était un 
homme, dit Tallemant des Réaux , où jamais il n'y a eu rime 
ni raison. Henriette était belle, spirituelle et galante; l'union 
ne pouvait durer. La comtesse , protestante comme son mari . 
changea de religion, afin, disait Ninon, son amie, de ne voir 
son mari dans ce monde ni dans l'autre. Elle s'en sépara en 
lui donnant vingt mille écus. Ayant recouvré sa liberté, elle en 
usa et en abusa , dit-on ; mais elle se livra surtout à une oc- 
cupation qu'elle aimait par dessus tout. Elle composait des vers 



POÉSIES 9g 

charmants: et pour éoFtre, nous dit encore Ninon, la comtesse 
de La Suze se mettait toujours en grande toilette , fût-ce dès 

le matin. 

« Les cinq élégies de la comtesse de La Suze sont des chefs- 
d'œuvre de grâce et de passion. L'amour y est exprimé avec 
une mollesse et une volupté pleines d'abandon, de simplicité 
et de charme. Le style en est naturel, pur , correct et élégant. 
Il n'est ni brûlant, ni échevelé ; mais c'est bien ainsi , ce me 
semble , que devait sentir et s'exprimer une grande dame de 
la société la plus galante et la plus polie de l'Europe. 

« Quoique ce volume contienne les autres petites poésies peu 
nombreuses de la comtesse de La Suze, l'éditeur, ne pouvant 
en faire qu'un volume fort médiocre, dit-il, il aurait dû ajou- 
ter: en dimensions, y joignit les Maxirnes et YAlmanach d'a- 
mour, de Bussy-Rjbùtin. Ces pièces tort spirituelles, mais du 
plus mauvais goût, permettent d'établir une comparaison, qui 
n'est pas à leur avantage, entre l'esprit et le sentiment réel. 

« La comtesse de La Suze, née en 16 18, mourut en 1673. 

11 Ce joli volume est rare et justement recherché. » 

(Viollet-Leduc, pp. 554-555]. 

Poésies de l'abbé de Lattaignant. Londres et Paris, 
Duchesne, 1757, 4 vol. in- 12, portr. — Il y a un Sup- 
plément publié en 1779, en 1 vol. in-12, sous le titre: 
Chansons et poésies fugitives. 

Jolies chansons; ses autres poésies sont médiocres. La i ro 
publication de cet auteur était intitulée : Pièces dérobées à un 
ami, 1750, 2 vol. in-12. 

Poésies diverses du sieur P. L. L. R. (Philippe Le- 
febvrerl. Amsterdam, 1757, in-8, vol. de 248 pp. — 
M. de Soleinne en avait un exempl. incomplet des 21 
dernières, qui turent supprimées et qui contenaient des 
pièces libres. — Voir son catalogue, n° iç,85. 

Poésies de Léonard. Paris, Roux-Dufort, 1826, gr. 
in-32, 3 fr. — Les mêmes, avec celles de Chamfort 
(avec des Notices et un Avertissement par Lepeintre\ 
Paris, 1825, in-t8, 2 fr. — V. Œuvres de Léonard 

Poésies (Les) du sieur de Mailliet à la louange de 
la revue Marguerite. Paris, Jean Hérault, 1611, 1012. 
pet. in-8 (Solàr, 40 fr.). — Bordeaux, Simon Millan- 
ges, 161 1, 161 G, in-8 (Nyon, n n 13096; avec les Epi 
grammes du même, 70 fr. en 1861). — V. Viollet- 
Leduc, pp. 414-41 5. 

Poésies de l'abbé Mangenot. Maestricht , Dufour 1 

'•.,..!. '»"»! 

RmLIOTHfCA 



ioo POESIES 

1776, 2 part. in-8. — Cat. E. R. — Louis Mangenot , 
né à Pans en 1694, m. en 1768, et chanoine du Tem- 
ple, composa, comme Grécourt, des contes libres et 
dont le recueil ne parut que 8 ans après sa mort. 

Poésies (Les) de Marguerite. Voir MARGUERITE 
DE VALOIS. 

Poésies badines et galantes (par Pierre-Toussaint 
Masson). Londres et Paris, D'Houry, 1757 , in-12. — 
Payn, n° 388. — Ce P. -T. Masson était trésorier de 
France. Il a un article dans le Dictionnaire hist. de 
Peignot. 

Poésies complètes d'Alfred de Musset. Paris, Char- 
pentier, i836, in-12, 3 fr. 5o. — Réimpr. en 1842, 
1847, 1849, i85q, in-12, et quelquefois sous le titre 
de Premières poésies. Paris, Charpentier, 1867, in-18 
jésus de 36o pp. , 3 fr. 5o. 

Poésies nouvelles d'Alfr. de Musset (de 1 836 à 1 852). Paris, 
Charpentier, i852, in-12 ; cont. : Rolla, les Nuits, Poésies nou- 
velles, Contes en vers. — Nouv. édition. Paris, Charpentier, 
1867, in-18 jésus de 3oi pp., 3 fr. 5o. 

Poésies de M. Joseph Pain. Paris, Fr. Louis, 1820, 
in-8 de xxxii-288 pp. et 1 jolie grav., 6 fr. — Soleinne, 
n° 2427. — Ce volume contient des chansons qui ont 
eu du succès. Il y a eu un Supplément intitulé: Poé- 
sies, imprimé par Pinard, en i83o, 12 pages in-8 
(V. la France litt.). 

Poésies erotiques d'Evariste Parny. Isle de Bour- 
bon (Paris), 1778, in-12 de 68 pp., tiré à pet. nombre. 
— Gotlay, 11 fr. 5o ; Aubry, en 1 858, i5 fr. ; Nyon, 
n° 15347. — C'est la première édition des œuvres de 
ce poète. 

Poésies inédites d'Evariste Parny, préc. d'une notice sur sa 
vie et ses ouvrages, par Tissot. Paris, Dupont, 1826. in-18 de 
7 feuilles t/3 et 1 pi., 5 fr. C'est le tome 11 des Œuvres choi- 
sies de Parny (Dupont, 1826)- 11 contient Goddam, poème. 

Voir un article sur Parny dans les Causeries du lundi , 
tome XV, p. 285. M. Sairu-Beuve avait déjà consacré à Parny 
un article dans les Portraits contemporains et divers, i85S , 
loue 111, pp. 1 1 8-1 55. Voici le jugement de H. Babou sur ce 
poëte : « Ce qu'il y a de meilleur chez Parny , ce sont les élé- 
gies du quatrième livre des Poésies erotiques. 11 y a là, par 
moments, non-seulement le cri de la passiim sensuelle, le tris- 
son brûlant de l'amour païen, mais les mélancolies profondes 



POESIES 101 

et pourtant souriantes du philosophe épicurien qui se méprise 
et se condamne. » 

Poésies diverses, ou Dialogues en forme de satyre, 
du docteur Métaphraste et du seigneur Albert sur le 
fait du mariage', par Fr. Payot de Linière. S. 1. n. d., 
pet. in- 12 de 46 pp. Rare. — Filheul, 6 fr. 

Poésies diverses d'Al. Piron. Voir Œuvres de Piron. 

Poésies de Salomon de Prie^ac , sur l'infidélité des 
femmes, sur un cocu, sur un amant qui fit un pet de- 
vant sa maitresse , sur une femme fardée, etc. Paris, 
Ch. Sercy, i65o, in-8. — Bergeret, n° iio5. 

Poésies françaises, italiennes, espagtioles et latines, 
par l'abbe Régnier Desmarais. Lyon, Cl. Cellier, 1707, 
1708, 2 vol. in-12. 

Poésies françaises. Nouv. édit. La Haye, Du Sauzet, 1716, 
2 vol. in-12. — Amst. (Paris], 1753, 2 vol. in-12 (Techener , 5 
fr.). 

Poésies diverses. Amst. , Van Harrevelt, 1767, in-12. 

Poésies erotiques et philosophiques, par Aug. Gal- 
listines (Aug. Saint-Gilles). Genève (Paris), i8o6,in-i8. 
— Superch. lit t. 

Poésies galantes de Madame de Sainctonge. Paris, 
J. Guignard, 1696, in-12 (Bergeret, n" 11 16; Dinaux, 
2701, 2 fr.). — 2' éd. sous le titre: Poésies diverses. 
Dijon, Ant. de Fay , 1714, 2 vol. in-12, et 1727, 2 
vol. in-8. 

La 1" édition contenait: le Charme des saisons, bal et; des 
idylles, épitres, élégies, énigmes, épigrammes, et des chansons à 
boire. La 2 e édition contient de plus: V Intrigue des concerts, 
comédie; Diane et Endymion, pastorale; Griselde, comédie.— 
Toutes ces poésies sont très-médiocres, et on ne cite plus guère 
de cette dame que la ballade qui a pour refrain : 

Qu'on est sotte de n'aimer pas. 
Ah! que l'on est sotte d'aimer. 

Poésies dramatiques et fugitives, par M***: le nom 
ne fait rien à l'affaire (de Sallion). Paris, Delaunay, 
1810, in-18. — Soleinne, n° 2626. 

Contient: l'Adepte philosophe, com. — les Femmes du jour , 
ou la Philosophie tombée en quenouille, com. — et les Son- 
neurs d'Amboise, trag. burlesque. 



io2 POESIES 

Poésies de Madame la comtesse de Salm (Constance 
Pipelet). Paris, Didot, 1811, 1814, in-8, portr., fi fr. — 
Paris, Didot, 1 835 , 2 vol. in-18, portr. Edition plus 
complète que les précédentes. 

Ses Œuvres. Paris, Didot, 1837, 4 vol. gr. in-8, fig. 

Œuvres complètes de M me la duchesse Constance de Salm 
(mises en ordre par Villenave père). Paris, Didot, 1842, 4 vol. 
in-8, portr. et fig. — Soleinne, n° 2487. — Voir Quérard pour 
les différences sur les diverses éditions. 

Poésies d: Sapho (trad. en vers franc.), par Billar- 
don de Sauvigny, suivies de poésies du même genre 
(les Tourterelles de Zelmis ; et un choix de poésies 
légères de Parny). Amst. (Paris, Cazin), 1777, pet. in-8, 
portr. (Du Roure, 6 fr. 25; Verbeyst, n° IQ43; Au- 
villain, 1 865, 10 fr.). — Londres (Cazin), 1781, in-18, 
portr. (cat. Monselet, n" 1). — Amst., 1787, in- 12 
(Scheible, en 1872, 1 thaï.). — (Paris), 1792, in-12. 
— Londres (Paris), 18 10, in-18 de 172 pp. et portr. — 
Bolle, n° 23 1 ; Scheible, en 1872, 1 thaï. 

Poésies de J. Tahureau. Voir TAHUREAU. 

Poésies erotiques, par P. -F. Tissot. Paris, Delaunay 
(1826), 2 vol. in-18, avec front, gr. — Alvarès, en déc. 
1 858, 6 fr. 5o; Scheible, en 1872, 1 th. 1 5 sgr. 

Le I er vol. contient les poésies de Tissot, préc. d'un Essai 
sur la poésie erotique ; le 2 e , les Baisers de Jean Second , 
avec le texte en regard. Tome 1, 144 pp. divisées en 2 parties; 
tome 11, préface , xxxm pp. , 19 baisers et 7 élégies choisies. 
A la fin poésies diverses. Scène i ro du 2 e acte du Pastor Jido. 
Idylle 27 de Théocrite. Ode 9 et 11 d'Anacréon. Herminie 
chez les bergers , épisode traduit de la Jérusalem. 

L' Essai contient lv pages. Le i tr vol. contient 2 parties, 
l'une de 26 pièces, l'autre de i3. Quelques-unes ne roulent pas 
sur des sujets d'amour. L'auteur avance que Parny lui disait: 
« Vous êtes né poëte erotique; il y a pour vous une place au- 
près de moi ; prenez-la. » Chénier , dans le Tableau de la lit- 
térature française , a parlé avec éloges de la traduction de 
Jean Second.' 

Poésies galantes et héroïques de Tristan l'Hermite, 
contenant ses Amours, sa Lyre, les Plaintes d'Acante, 
la Maison d'Astrée, la Belle Gueuse, etc. Paris, s. d., 
in-4 , pdrtr. et fig. (Giraud, 29 fr. ; Libri, 1 liv. 2 sh.; 
Solar, 19 fr. 5o). — Paris, J.-Bapt. Loyson, 1662, in-4 
(Fontaine, reliure de David, i5o fr.). 

Poésies et contes de Jos- Vasselier. Paris (pour les 



POÉSIES io3 

poésies), et Londres (les contes), 1800, 2 vol. petit 
in-i-2, portr. — Cailhava, 14 fr. 5o; La Bédoyère . 
ig fr. 5o; Soleinne, n° 35y3; Desq, 3i fr. — Le vol 
de poésies seul a peu de valeur; jolis contes dont 
quelques-uns sont fort libres. — Quelquefois cet ouvr. 
e-t relie en 3 parties, le volume des poésies étant sé- 
paré en deux. — Les contes ont reparu dans un vo- 
lume intitulé: Contes gais et badins. Londres, 181 9, 
in- 18. 

Poésies de Voltaire. Voir VOLTAIRE. 

Poésies anciennes, farces et facéties; éditions re- 
nouvelées et publ. par P.-Sim. Caron, en 1791-92, 
1 1 part, qui se réunissent ord. en 4 vol. pet. in-8, ti- 
rées à 56 ex. Ce sont plutôt des facéties que des galan- 
teries. — Veinant, 275 fr. 

On y joint habituellement: Recueil de livrets singuliers et 
rares (réimpr. par M. de Montaran). Paris, 1827-30, 21 pièces 
pet. in-8, tirées à 28 exempl. (le titre à 20 seulement). Veinant, 
i5i fr. Les deux recueils réunis, d'Essling, 445 fr. — Voir pour 
plus de détails l'article Caron. 

Poésies badines et galantes, en vers et en prose. La 
Haye, 1758, in-12. — Nyon, n° 15340. 

Poésies des XV et XVI' siècles , publ. d'après les 
édit. goth. et des manuscrits. Paris, Silvestre (impr. 
Crapelet), i83o-32, i5 pièces grand in-8 et pet. 111-16, 
caract. goth., tirées à 100 exempl. (Libri, 46 fr. ; Cha- 
ponay, 100 fr.). 

Le Casteau d'amours, de P. Gringore; Sermon auquel est 
contenu tous les maulx que l'homme a en mariage; le Ca- 
quet des bonnes chambrières; la Réformation sur les dames 
de Paris, faicte par les Lyonnoises ; Response, etc. ; le Songe 
doré de la pucelle, etc. 

Poésies diverses. Londres, 1767, in-8 de 32 pp. — 
Opuscule très-rare, ayant été supprimé. — Taylor, n n 
921. 

Poésies erotiques, philosophiques, etc. , précédées du 
pot-pourri de Loth. Paris, 179", in-18. Rare. 

Poésies (Les) gaillardes, galantes et amoureuses de 
ce temps, édité par Guill. Colletet. S. 1. n. d. (Rouen, 
vers i65o), pet. in-t2 de 82 pp. — Veinant, 3'i fr.; 
Nyon, n' 1 5 3 1 8 ; Techener, 18 fr. ; Auvillain , n" 
784. 



io 4 POÉSIES 

Poésies licencieuses et satiriques; l'Occasion perdue recou- 
verte est la première pièce du volume , et celte circonstance 
vient confirmer l'allégation contenue dans le Carpenteriana, 
qui attribue ce petit poëme à Corneille et dit que, des copies 
en ayant couru en i65o, son confesseur lui ordonna, pour péni- 
tence, de mettre en vers français le 1 er livre de V Imitation , 
lequel, en effet, fut publié en i65i. — Réimpr. sous le titre: 
les Poésies facétieuses, par les beaux esprits de ce temps. S. 1. 
(Holl., Dan. Elzev. ) , 1668 (B. D. C. en 1847, 5o fr.; 33 fr. 
en 1849), 1672, pet. iu-12 de p3 pp. — Bérard, 53 fr. ; Chapo- 
nay, i65 fr.; Desq, 35 fr. ; L'a Bédoyère, 19 fr. — Voir Disser- 
tations de P. Lacroix, p. 219. 

Poésies gaillardes et héroïques de ce temps , augm. 
du poëme de Zaga-Christ (Zaquachrist), ou la Mort du 
roy d'Ethiopie, etc. Imprimé cette année (s. 1. n. d.), 
in- 12. — Bolle, 3 fr. ; Bignon, 4 fr. jb; Leber, n° 2981. 

Poésies galantes, amoureuses et coquettes. Paris, 
Loyson, 1673, in-12. — Viollet-Leduc (page 552)croit 
que ce volume est entièrement dû à François Colletet. 

Poésies légères. S. 1., 1791 , in-8. — Soleinne , n n 
3566. 

Poésies libertines. Paris, an iv. Voir: Chansons qui 
n'ont pu être imprimées. 

Poésies populaires latines , recueillies et éditées par 
M. Edelestand Du Méril. Paris, 1843-1847,2 vol. in-8. 

Cette publication importante se divise en 2 parties : la pre- 
mière comprend les poésies antérieures au XII e siècle; elle ne 
présente guère, dans le genre qui fait l'objet de notre travail , 
que le Pervigilium ou la Veillée de Vénus. Le 2 e volume 
contient, page 179, une chanson contre le mariage, tirée d'un 
manuscrit delà Bibliolh. lmpér. qui date du XIII e siècle. «Nous 
n'aurions pas publié cette pièce, dit l'éditeur, si le latin n'avait 
de grands privilèges d'expression ; en l'étudiant, nous avons élé 
convaincu qu'elle avait été composée dans un but moral et 
même religieux, afin de détourner les clercs du mariage. De la 
page 222 à la page 237, nous rencontrons neuf chansons eroti- 
ques extraites de divers manuscrits. Avant de publier ces chan- 
sons, qui sont souvent d'une liberté d'expressions fort regretta- 
ble, nous ferons remarquer, pour notre justification, que les re- 
cueils où elles se trouvent contiennent aussi des chansons dé- 
votes, qui étaient probablement des mêmes auteurs. Les expres- 
sions sensuelles et même licencieuses choquaient si peu la naï- 
veté du moyen-âge, qu'on ne se faisait pas scrupule de s'en 
servir en parlant de la Vierge. » 

Poésies satyriques du XV IIP siècle, publiées par 



POET\E— POETES io5 

Sautereau de Marsv. Londres (Cazin), 1782, 1788, 2 
vol. pet. in-i 8. — Faire attention que les pp. 225-228 
du tome II ne manquent pas. On y trouve Tépître de 
Dorât à Mlle Raucourt (A celle qui se reconnaîtra). — 
Beuchot, q fr. jb ; La Bédoyère, 44 fr. ; Potier, 1870, 
n° 1045. 

Poetœ très elegantissimi, scilicet : Mich, Marullus, 
Hier. Angerianus et J. Secundus. Parisiis, Duval, 
i582, in- 1 6. Peu commun. — Fournier, 8 fr. ; A- 
melot, n " S02, 3 1. 19 s.; Mac-Carthy, n° 2720, 10 fr.; 
Parison, n e 960; Caillard, n° 1181. 

Poète (Le) en goguettes, ou Choix de contes (en 
vers) dérobés à leur auteur ("par Nougaret). A l'Isle 
d'Amour, 1790, in-12. — Claudin , en 1860, 4 fr. , 
Lanctin, en 1872, 10 fr. 

Poète (Le) goguenard , cont. odelettes, madrigalets, 
chansonnettes , fleurettes, sornettes, passe-temps et 
billets doux, et autres galanteries en prose et en vers; 
par Dufour-Crespelière" Paris, 1673, in-12. — Nyon, 
n° i32 38. — Même ouvrage que les Charmes de l'a- 
mour sous un titre différent. — V. Viollet-Leduc, Bi- 
bliothèque poét., pp. 555-556. 

Poète (Le), ou Mémoires d'un homme de lettres (par 
J.-B. Choudard, dit Desforges). Hambourg (Paris), 
1798, 4 vol. in-12, fig. ; 1799, 8 vol. in-i 8, fig. — Po- 
tier, 2 5 fr. — Edit. avec une Notice bibliographique, 
la clef des principaux personnages, un portr. et des 
fig. à ch. vol. Paris, Em. Babeuf, 18 19, 5 vol. in-12. 

Ouvrage amusant et peu commun. La Décade philosophique 
(7 e année, i cr trim. , pp. 408-416) consacre un article à cette 
autobiographia romanesque; elle s'étonne que l'auteur « ait osé 
«se montrer à son siècle dans toute la nudité d'un libertinage 
« dont on ne dissimule aucun détail, dont on n'omet aucune 
« circonstance. » Le livre est rempli de « détails qui feraient 
rougir une prostituée si on l'obligeait d'en soutenir la lecture ; « 
et l'auteur a l'effronterie de dire : « Personne ne respecte les 
mœurs plus que moi. » Voir sur Desforges l'ouvrage de Ch. 
Monselet : les Oubliés et les dédaignés. Paris , 1857, tome II ; 
et du même auteur, les Galanteries du XVIII e siècle, pp. 223 
et suivantes. 

Poètes (Les) amoureux, épisodes de la vie littéraire; 

Kar Am. Pichot. Paris, Lévy, 1 858, gr. in- 18, 1 fr. — 
lilton, Pope, Cowper, Chatterton, Canova. 

Tome VI. 14 



io6 POETES — POGGIO 

F'oëtes (Les) de l'amour, recueil de vers français 
des XV e , XVI e , XVII e , XVIII e et XIX e siècles, pféc. 
d'une introduction par Julien Lemer. Paris, i85o, 
in-3-2, avec 2 pi. — ■ Paris, 1 858, gr. in-18. 

Poetical ( The) works of Thomas Moore , inclu- 
ding, etc. Paris, Galignani , 1827, 7 vol. in-32, avec 
portr. , 20 fr. , pap. vél. 3o fr. , et gr. pap. 4.5 fr. — 
Paris, 1829, 1 vol. gr. in-8, avec portr., 20 fr. 

POGGIO BRACCIOLINI (J.-Fr.) , vulgairement le 
Pogge, savant italien, né en i38o aux environs de 
Florence, mort en 145g. Il fut secrétaire apostolique 
sous Boniface IX et sous les sept papes suivants. On 
lui doit entre autres ouvrages remarqués un recueil la- 
tin d'historiettes plaisantes et quelquefois satiriques 
même contre la cour de Rome. L'édit. orig. en a paru 
vers 1470, et s'est vendue La Vallière 100 fr. Ce re- 
cueil a été très-souvent réimprimé. Le Manuel donne 
le détail des anciennes éditions du texte latin : Poggii 
Bracciolini facetiarum liber. 

Traductions Françaises : 

Les Facéties de Pogge, florentin (trad. par Julien Macho). 
S. 1. n. d., in-4 goth. de 46 ff. (Nyon, n° io833). 

Cette traduction avait déjà élé imprimée à Lyon en 1484, à 
la suite de YEsope. 

Sensuyvent les facéties de Pogge, translatées de latin en fran- 
çois. Paris, Jehan Trepperel, s. d., in-4 » ot h- à 2 col., fig. s. 
b., 58 ff. (Heber, 4 liv. 10 sh.) 

Les Facéties de Pogge, translatées de latin en franc. Paris- 
J. Bontons, 1549, in-4 - Traduction libre, assez piquante (De 
Bure, n° 35g6J. 

Les Comptes facétieux et joyeuses récréations du Pogge 
Florentin, augmentez de plusieurs choses. Lyon, i53S, i n - 1 6 . — 
Paris, Nie. Bonfons, s. d. (vers 1573), in-16 de 112 ff. — Lyon, 
Pellet. 1600, in-16 (Lambert, 17 fr.) — Rouen, J. du Gor, 1002, 
in-iô (Lauraguais, 12 tr.). — Paris, Cousturier , i6o5, in-16 
(De Bure, n° 3597). 

Les Contes de Pogge Florentin, avec des réflexions. Amster- 
dam, J. F. Bernard, 1712, in-12 (Morel-Vindé , 21 fr. ; Solar, 
81 tr : Desq, 37 fr.; Tripier, 40 f r. ; Chaponay, 78 fr. ; Nvon. 
n° 10834). 

Cette dernière édition est préférée à cause des réflexions li- 
bres et satiriques qui accompagnent le texte, et que l'on attribue 
à David Durand ou à Lenglet-Dufresnoy, et selon Barbier, Dic- 
tionnaire des anonymes, elles seraient de J. Fréd. Bernard. 



POGONOLOGIE — POINT 107 

Poggiana. Amst., 1720, 2 tomes in-8 , fig. Cette traduction 
n'a pas reproduit les facéties un peu libres. 

Facétie de Poggio Fiorenlino, traduote de latino in vulgare 
ornatissimo. S. I. n. d. (lin du XV e siècle] , in-4 de 3;. ff. 
Rare (Hibbert, 4 liv. 5 sh.). — S. I. n. d. (vers 1490), iu-4 
(Hibbert. | liv. { sh.). — S. 1. n. d. (lin du XV e siècle) , pet. 
in-|° golh. de 1^ if. — Venetiis, Ottimum de Papia, i5oo, in-4 
de ta il*. 'Libri, 23o fr.). — Vetielia, Césure Arrivabene, i5i(), 
in-8 de 48 il". — Vinegia. Melchiore Se-^sa, 1S27, pet. in-S de 414 
ff. — Venetia, Bindoni e Pasini, 1 5 3 1 , in-8 de 48 If. (Libri, 26 
fr. ; Hibbert, n sh.). — Vinegia, Bindoni e Pasini, 1547, i533, 
in-8, lig. (Hibbert, 19 sh). 

I. s Contes de Pogge , florentin , avec une introduction et 
s, par P. Ristclhuber. Paris , Lemerre , 1867 , in-16 , 
xxxii-160 pp., tiré à 112 exempt. 5 fr. — Cette traduction, com- 
me la plupart des précédentes, ne contient pas, à beaucoup près, 
toutes les histoires du Pogge; on a publié pour la compléter 
un peu le volume suivant qui contient en même temps quelques 
contes dûs à Gonella et à d'autres auteurs; 

Quelques contes du Pogge, trad. pour la première fois en 
français, par Philomneste junior (Gust. Brunei). Genève, J. Gay 
et fils, 1868, in-12 de xn-68 pp., tiré à 104 exempl., 6 fr. 

Voir aussi sur le Pogge les Ecrivains erotiques, pp. 12 à r4: 
V Anthologie scatologique, p. 101 ; et Gudin, p. 109 et suiv. 

Pogonologie, ou Histoire philosoph. de la barbe , par 
M. l' A. 1)! (Dulaure). Constantinople et Paris, 1786, 
fig., in-12 de 210 pp.— V. le Bibliogr. alsacien, 111, 24. 

Mentons à barbes, mentons rasés, femmes barbues , barbes 
postiches, barbes des prêtres. J.-J. Rousseau trouve qu'à moins 
d'avoir cinq pieds et demi de haut , une voix de basse-taille et 
de la barbe au menton , l'on ne doit point se mêler d'être 
homme. 

POINSINET jeune (Ant. -Alex. -Henri) , poëte et aut. 
dramat., né à Fontainebleau, en 17 35, mort à Cordoue, 
en 1769. .dix et Alexis — l'Ecosseuse — les Fra- 
maçonnes — Gilles, garçon peintre, ^amoureux t'et 
rival — Tom Jones. 

POINSINET DE SIVRY (Louis), littéral., né à Ver- 
sailles, en 1733, mort à Paris, en 1804. Anacréon, 
Sapho , Moschus , Bion , etc., trad. en vers fiançais 

— la Berlue — les Egleides — les Muses grecques 

— Théâtre d'Aristophane. 

Point de le)idemain, conte en prose, inséré dans les 
Mélanges littéraires et coup d'œil sur la littérature 
(par Dorât). 1780, tome II, pp. 227 et suivantes. — il 



io8 POINT 

a été d'abord réimpr. dans le tome 1 er des Mille et une 
nouvelles; puis reproduit sous le titre suivant: La Xuit 
merveilleuse, ou le Nec plus ultra du plaisir , avec 
figures analogues (les figures ne se rapportent pas au 
texte), iyQ4, 5g pp., avec 3 pi. — et Partout et nulle 
part (Paris), 1800, in-i8, 5 fig. obscènes. Le nom de 
M me de T. est écrit tout au long: M mc de Triville. — 
Partout et nulle part, s. d., in-i8, 3 pi. — Dans ce vol. 
les passages erotiques du conte de Dorât sont amplifiés 
par des détails plus que libres. Rare. 

Balzac a reproduit ce conte dans la Physiologie du mariage, 
mais en supprimant les détails erotiques. Enfin, Vivant Denon 
en a fait une réimpr. presque textuelle : Point de lendemain. 
Paris, impr. Didot l'aîné, 1S12, in-i8 de 28 ff., tiré à quelques 
exempl. seulement. Veinant, 25 fr. Une suite inédite figure au 
catalogue des autographes — Pixérécourt , n° 198. Une réimpr. 
de la plaquette de Denon ( accompagnée d'une étude bibliogra- 
phique), tirée à petit nombre, a paru à Strasbourg, en 1861 
(Aubry, en 1862, i5 fr.; Lanctin , 9 e catal. , 9 fr. ; Fontaine, 
en 1870, belle reliure, 3o fr.). — Le même sujet a été traité au 
théâtre dans Madame Duchdtelet, par M. Ancelot, et dans le 
Plastron. — Point de lendemain est, d'après M. Sainte-Beuve 
(v. les Portraits littéraires, art. Nodier), un des contes les plus 
délicats qu'il ait lus dans ce genre. Voir aussi une note du bi- 
bliophile Jacob dans le Bulletin du Bouquiniste, 1 er avril 1857. 

Point de lendemain, conte , par Denon, gentilhomme ordi- 
naire du roi. Paris, Leclerc, 1866, pet. in-8. Réimpression de 
l'édition de 1777, tirée à petit nombre et non mise dans le com- 
merce; elle est précédée d'une longue dissertation sur la ques- 
tion de savoir quel est l'auteur de ce conte , par M. E. Gallien 
(Aubry, 10 fr.). 

Point de lendemain , conte par Vivant Denon: suivi de la 
Nuit merveilleuse. Paris, 1777 ^Bruxelles, Poulet-.Malassis), 
1867, pet. in-16 de 126 pp., front, libre de Félicien Rops. — 
La préface s'exprime ainsi : « Ce petit conte est le seul, suivant 
M. Sainte-Beuve (*) , vraiment délicat dans le genre galant. 11 
a été attribué à Dorât ou à Denon, mais d'après des rensei- 
gnements décisifs donnés par M. Gallien , il serait de Denon, 
alors secrétaire d'ambassade à Naples ; l'auteur aurait été, pro- 
bablement, le Iiéros de l'aventure qu'il raconte d'une manière 
très-élégante. 

«Le Point de lendemain a été publié par M. Mehl de Stras- 
bourg; son édition est fort jolie et est devenue très-rare. Puis, 
par Leclerc de Paris, avec des notes de M. Gallien et de jo- 
lies gravures; enfin la nôtre qui a au moins pour elle, un joli 
frontispice, qui seul lui fait fermer les barrières à la frontière 
française. » 

(*) Portraits littéraires. Paris, i852 , tome I, p. 451-452. 



POIRIER — POLIPHILI 109 

Poirier (Le), op.-com. en 1 a., en prose et envers, 
par Vidé (Foire St-Laurent). Paris, Duchesne, 1752, 
in-8. — Nyon, V, p. 202. 

Cette pièce a été remise au théâtre à deux fois différentes . 
et impr. sous les titres suivants: L'Arbre enchanté, ou le Tu- 
teur Jupe, op.-com. en i a. La Haye, 1771. in-8. — L'Arbre 
enchanté, op.-com. en 1 a. , imité du Poirier (de Vadé) , mis 
en vers libres et en ariettes, par Moline. S. 1. , 1777, in-8. 

Poissardiana, ou les Amours de Royal-Vilain et de 
Mlle Javotte, la déhanchée, dédié à Mgr. le Mardi- 
gras, par M. de Fortengueule (par Cailleau). A la Gre- 
nouillère (Paris), 1756, in-12. — Techener, en i838. 
4 fir.j Méon, n° 2 56o; Soleinne, 4002. 

POISSON (Raymond), comédien et auteur dramat. 
mort en 1 690. L'Après-soupé des auberges — les Da- 
mes galantes, ou la Confidence réciproque — ses Œu- 
vres — les Pipeurs, ou les Femmes coquettes. 

POISSON (Philippe), comédien et auteur dramat., 
né à Paris, en 1682 , mort à St-Germain, en 174?. 
Alcibiade — l'Amour musicien — l'Amour secret — 
Histoire d' Iris— le M.iriage fait par lettre de change 
— ses Œuvres — les Ruses d'amour. 

Police médicale. De la prostitution et des mesures 
de police dont elle est l'objet à Paris, au point de vue 
de l'infection syphilitique, par C.-J. Lecour, commis- 
saire-interrogateur, chef de bureau à la préfecture de 
police. Paris, Asselin, 1868, in-8, ?2 pp. (Extrait Je. 
Archives générales de médecine, n° Je décembre 1 - 

Polifila, comedia piacevole (3 a. et prol. pr. ; cette 
com. est attribuée à Gelli). Fiorenza, i Giunti , i?56. 
in-8. Rare. Pièce très-licencieuse. — Nyon, n' i8653; 
Soleinne, n 1 ' 4238. 

Poliphili Hypnerotomachia, ubi humana omnia non 
nisi somnium esse docet , atque obiter plurima scitu 
sane quam digna commémorât (opus a Francisco Co- 
lumna compositum et a Leonardo Crasso editum). Ve- 
nise, Aide, 1400, in-fol. , avec grav. et belles fig. sur 
bois, entre autres, au 6 e f. du cahier M , le Sacrifice à 
Priape, lïg. souvent maculée. — Riva, 226 fr. ; Cailhava, 
ibi ir. ; Solar, 3go fr. ; Chaponay, 280 fr. ; Techener, 
7 e partie, n" 411 ; Chédeau, n° 973; Gancia, 16 liv. 
16 sh. — Les figures sont de l'école de Mantegna et 



no POLIPHILI 

au simple trait; les dessins en sont attribués à Giov. 
Bellino. — Il y a des exemplaires de cette édition aux- 
quels on a mis, par supercherie, la date de 14G7 ; leur 
valeur est beaucoup moindre. — Venise, Aide, ib^b, 
in-fol. — Techener, 7 e partie, n° 412. — C'est la 2 e 
édition Aldine, avec les mêmes caractères. — Sykes, 
4 liv. 10 sh. ; Costabili, 63 fr. 

Ouvrage singulier et gracieux écrit en italien, quoique le litre 
soit latin, et dont Mirabeau a tiré un conte fort intéressant. — 
M. Delepierre, dans son Macaroneana (1854 , in-8), donne, 
pp. 261-269, des extraits de V Hypnérotomac lue. Cet ouvrage 
est écrit en langage pédantesque (Voir les Annales des Aides , 
p. 21).— Ch. Nodier (De quelques livres satyriques et de leur 
clé. Bulletin du bibliophile, octobre i834 ) a parlé du Songe 
de Poliphile: « L'auteur a donné pour cadre à son «livre un 
songe bizarre et divers comme ses conceptions... Nous som- 
mes loin d'avoir rendu justice à ce prodigieux génie; le frère 
Francisais Columna , arrivé dans un siècle qui apprenait à 
connaître et qui commençait à conserver, avait osé être inven- 
teur ; il faisait hardiment une langue encore à faire : il admi- 
rait l'art antique et le renouvelait cependant pour un monde 
qui allait éclore ; il n'ignorait rien du passé et pressentait l'a- 
venir. Pour être le Bacon du moyen-âge, il ne lui manque que 
d'être technique et froid comme Bacon, mais il s'était enveloppé 
d'une vision erotique, poétique, artistique, architecturale, parce 
qu'il prévoyait que les passions et les faits prévaudraient tou- 
jours sur les théories et sur les systèmes. J'avoue qu'il est resté 
fort ennuyeux et fort inintelligible pour ceux qui ne savent pas 
lire; mais quel inappréciable trésor que le Songe de Poliphile 
pour la langue et pour les arts, pour l'érudition du philologue 
et pour celle de l'antiquaire ! Quel homme que Frater Fran- 
cisais, moyennant qu'on ne le lise pas dans ses impertinents 
traducteurs, qui ne se sont pas avisés qu'il ne pouvait être tra- 
duit! » Citons aussi l'appréciation que fait de l' Hypnérotoma- 
chic, M. de Goumont Loubens, dans le Complément de l'En- 
cyclopédie moderne (Didot, tome Xll, p. 710J. « Ce livre pro- 
fond et charmant renferme, on peut le dire, la chevalerie des 
beaux-arts; il fut, vers la fin du XV e siècle, le puissant hiéro- 
phante de la seconde Renaissance. Il rêva l'antique rajeuni; il 
en eut la vision avec un sentiment passionné du beau , dans 
cette contemplation éperdûment enivrée du genre antique ; il 
posséda surtout le charme, le philtre de la jeunesse et de l'a- 
mour. Tout, dans ce merveilleux chef-d'œuvre, explique l'infa- 
tigable création italienne par l'affinité des arts entre eux. En- 
thousiasme et tendresse, voilà l'essence de ce livre unique , et 
il contient le baume extractif le plus pur et le plus odorant de 
la pensée italienne. » 

Hypnérotomac hie , ou Discours du songe de Poliphile . 
trad. (imité] de Columna par un chev. de Malte. Paris, 1546. 
in-fol., fig. s. b. attrib. soit à J. Goujon, soit à J. Cousin. 
Faire attention que la planche de la p. 69 ne soit pas mutilée 



POLISSONIANA — POLITIQUE 1 1 1 

Nvon, n° 10584. Rare, ainsi que 2 réimpr. , mêmes lieu et for- 
mat, i55+ (Chaponay, 5o fr.) et i56i. — La Vallière , 5o fr. : 
Veinant, 76 fr.; Gancia , 6 liv. 6 sh. ; Bibl. de Grenoble, n" 
17628. 

Le Tableau des riches inventions couvertes du voile des 
feintes amoureuses, qui sont représentées dans le Songe de 
Polipkile [traduction de l'ouvrage de Columna, par Béroalde 
de vervillej. Paris, 1600 [Aubry en i85g, 2S fr. ; Nyon, n° 
io585; B.irraud, en 1870, 40 fr-/, 1620 , in-4 , 180 fig. en bois 
(celles des pp. 22, 27, 6S et 120, sont quelquefois mutilées ). 

Le Songe de Poliphile , tmd. libre de l'italien de Columna, 
par J -(}.' Legrand. Paris, P. Didot l'aîné , 1804, 2 vol. in-12 
de 228 et 217 pp. (Veinant, 16 tr. ; La Bédoyère, 26 fr). — 
Parme, Bodoni, 1811, 2 tom. gr. in-4 , tir ^ à 12 5 exempl. 

Polissomana, ou Recueil de turlupinades, quolibets, 
rébus , jeux de mots, allusions, allégories , etc., avec 
les Equivoques de l'homme inconnu et la liste des plus 
rares curiosités. Amsterdam , chez Henri Desbordes 
1 Trévoux), 1722, in-12 (Fontaine, en 1870, 45 fr.). — 
A Amsterdam, chez Henri Schelte, 1723, pet. in-8 de 
140 pp. (Nodier, 42 fr. ; Claudin, en i85o„ 10 fr.). 

• Il faut être bien hardi pour donner un pareil titre à son 
livre; il faudrait être bien spirituel pour se faire pardonner 
cette hardiesse. L'auteur n'a pas toujours été aussi hardi que 
son titre. » (Note du catal. Nodier, 1844, n° 94S). — L'auteur 
de ce recueil était l'abbé Cherrier (Voir ce nom). Voir au su- 
jet de ce livre les Enigmes bibliographiques de M. Paul La- 
<- 1 ■ i x , pp. 293 à 299. M. Leber en parle ainsi dans son cata- 
!o;u; : 1 CYst le plus plein, le plus court et surtout le meilleur 
de tous les recueils de quolibets. C'est d'ailleurs un des moins 
communs et peut-être le plus innocent de la famille. L'n ama- 
teur de drôleries chercherait bien inutilement ce qu'il aurait cru 
y trouver. » Viollet-Leduc dit que * le Polissoniana est un dia- 
logue, ou plutôt un défi entre plusieurs amis à qui fera le plus 
de pointes, à qui dira le plus de billevesées , de bêtises, mais 
il y en a d'excellentes, et on trouve réuni dans ce livre, à peu 
pies tout ce qui a été dit de mieux en ce genre. » — Il en a 
été donné à Bruxelles, en i863, une réimpression tirée à 110 
exempl. pet. in-12 (Mertens, pour J. Gay) , et cet ouvrage, où 
ne se trouve pas un seul mot , non-seulement libre , mais ha- 
sardé , fut autorisé à entrer en France; chose singulière, quel- 
ques mois après il était saisi et l'éditeur condamné. Le titre 
a\ait trompé les gens chatouilleux. 

Politique (La) des coquettes , histoire véritable (par 
Jean Ribou?) dédiée à Mlle de Scudéry. Paris, Ribou, 
1660, pet. in-12. — Taylor, n° 1437; Potier, i5 fr. ; 
Nvon, n° Q7i5; Alvarés. en 1 838 , 8 fr. 5o. — Ce 



ii2 POLITISCHE - POLYGAMIA 

petit libre a eu en son temps assez de succès; mais il 
serait bien en retard aujourd'hui. 

Politische (Der) Feuermâuerkchrer.. ..LeRamontur 
politique, ou Aventures d'une femme aujourd'hui tout- 
à-fait perdue, par A. Caminero. Strasbourg, 1682, 
in-18. Ouvrage erotique. — Le titre signihe quelqu'un 
qui balaye les conduits par où sort le feu et fait allu- 
sion aux parties génitales des deux sexes. Rare. 

Polixene {La) de Molière. A Paris, chez Toussaint 
du Bray, rue St-Jacques, aux Espics-Meurs, 1624, in-8, 
vol. de 11 06 pages, y compris le privilège (Barraud , 
8 fr.). 

Ce curieux roman fut composé par François de Molière, sieur 
de Molière et d'Essertine , qui mourut assassiné en 1623. Le 
privilège fut donné le 23 juillet 1622, mais le livre ne parut 
qu'un an après la mort de son auteur; une 2 e édit. fut publiée 
en i632, 2 vol. in-8, avec la suite et conclusion par Pomeray. 
— Paris, i635, 2 gros vol. in-8 (Grassot, 5 fr. 5o). 

Polkeuses (Les), poëme étique sur les célébrités 
de la polka, par Nick. Polkmall (Ch. Narrey), portraits 
et jambes d'après nature, par H. Druard. Paris, Mas- 
gana, 1844, in-18 de 72 pp., 1 fr. — Cat. Monselet, 
pag. 28. 

Polydore, ou le Printemps des amours du sieur Daix 
Lyon, Thibaud Ancelin , i6o5, pet. in- 12. Rare. — 
Fontaine, en 1870, belle reliure, 3oo fr. 

Ce poète, qui était de Marseille, a fait dans ses vers l'éloge 
de cette ville, la fleur des cités en grâces et en plaisirs. Les 
poésies latines qui terminent son recueil ne sont pas sans 
mérite. 

Polygamia triumphatrix; id est Discursus de Poly- 
gamia, auctore Teophilo Aletliceo, cum notis Ath. Vin- 
centii (comp. par Jean Lyserus). Fribourg, 1674, in-12; 
1676, pet. in-8. — Londini, Scanorum, 1682, in-4 ". 
Rare. — Scheible, en 1867, 3 fi. 36 kr. 

Cet ouvrage, dont il est question dans la Bibliothèque cu- 
rieuse de David Clément et dans le Dictionnaire de Bayle, fit 
du bruit. Il en parut, en 1703, une réfutation en allemand. 
L'auteur, infatué de sa doctrine , composa sur le mène sujet 
plusieurs autres ouvrages qui furent traduits en allemand et 
condamnés au feu. — On trouva dans les manuscrits de Lyse- 
rus une liste curieuse de tous les polygames de son siècle. — 
Peignot indique une édition de Amsterdam, 1682. Ne serait-ce 
pas la même % Voir aussi le Manuel. 



POLYGAMY — PONSARD 1 1 3 

Polygamy , concubinage, adultery, divorce etc., se- 
riously and learneclly discussed. Being a complète col- 
lection of ail the remarquable tryals and tracts which 
hâve been written on thèse important subjects; by the 
most eminent hands, Bern. Ochino, Sir Ch. Wolseley, 
etc. Londres, E. Curll, 1732, in-12. — Kirkland, 9 sh. 

Pompadour (La) des Porcherons, vaud. en 1 a., par 
Labiche et Gérard (Folies-Dramatiques). Paris, i853, 
in-8. 

Pompeo, comedia di Ant. Ferrari. Turino , Dolce, 
1568, 111-8. — Libri, 16 fr. 5o. 

Plusieurs personnages de cette pièce parlent espagnol et un 
page italien chante une chanson très-libre en espagnol. La Mj- 
retrice et la Rujftana sont les personnages les plus importants 
de la pièce. 

Pompier (Le) et VEcaillère, vaud. en 3 a., par Paul 
de Kock (Théâtre du Panthéon). Paris, Morain, 1837, 
in-8. — Soleinne, n° 2642. 

POMP1GNY ("M. de) , aut. dramat. Voir: La Femme 
médecin. 1808. — Le Nœud d'amour. \j8b. — Pon- 
tignac, ou à Femme adroite homme rusé. 1797- 

Pomponette et Pompadour, vaud. en 1 a., par Molé- 
Gentilhomme et Const. Guéroult (Variétés). Paris, 
i85o, in-8. 

Pomponin, ou le Tuteur mystifié, op. -bouffon en 2 
actes, tiré de Lo Sposo burlato (par Ginguené). Paris, 
Ballard, 1777, in-8. 

PONA (Francesco), méd., historiographe de l'empe- 
reur Ferdinand III et litt. , né à Vérone, en i5g4, et 
mort vers i652. La Galeria délie donne celebri. 1 63 3. 

— La Lucerna di Eureta Misoscolo. 162 5. — La Mes- 
salina di Eur. Misoscolo. 

PONS (le comte Gaspard de), né à Auallon, en 1798. 
Amour à elle. 1824. — Constant et Discrète. 181 9. 

— Joséphine, ou Souvenirs d'une relâche à Vile Juan 
Fernande^. 1825.— On a aussi de lui Clotilde (i83o); 
Une passion secrète (1837), etc. 

PONSARD (François), poète dramat., né à Vienne 
(Isère), en 1814, mort à Passy, en 1867. Ce qui plaît 
aux femmes, trilogie dramatique, représentée au Vau- 

Tome VI. i3 



i 14 PONSON — PORNOGRAPHE 

deville en 1860. L'auteur y étalait les misères sociales 
et la corruption qui les exploite. L'autorité en interdit 
les représentations. — Horace et Lydie — le Lion 
amoureux. 

PONSON DUTERRATL (Pierre-Alexis, vicomte de), 
romancier, né près de Grenoble, en 1829. L'Agence 
matrimoniale — la Belle Provençale — la Bohémienne 
du grand monde — la Bouquetière de Tivoli — Chro- 
niques de l'histoire de France — la Contessina — les 
Coulisses du monde — la Dame au collier rouge — 
la Dame au gant noir — Diane de Lancy — la Jeu- 
nesse du roi Henri — les Nuits du quartier Bréda — 
le Page Fleur-de-Mai — le Paris mystérieux — la 
Veuve de Sologne. 

Pontignac , ou à Femme adroite homme rusé, com. 
en 2 a., en pr. , par de Pompigny. Paris, an v (1707,1. 
in-8. — Soleinne, 23 16. 

Populace (La) émue, com. en 4 a. et en vers, par 
Mathieu Rieusset. Gironne, Gabr. Bro, s. d. (17 14), 
in-8 de 1 56 pp. — Soleinne, n n 1660. — Pièce souvent 
obscène, quoique l'auteur proteste de son respect pour 
les demoiselles. — V. la note du catalogue Soleinne. 

Pornoboscodidascalus latinus De lenorum, lenarum, 
conciliatricum, servitiorum dolis, venefciis, etc., trad. 
latine de l'espagnol la Celestina ; par Gasp. de Barth. 
Francfort, 1624, in-8. Elle est accompagnée d'un com- 
mentaire où l'on trouve des chansons espagnoL-s, des 
passages un peu vifs de l'Amadis, etc. — Nodier, 37 fr. 
(Il est dit dans le catal. Soleinne, que ce fut Nodier 
qui paya cette somme ; mais c'est une faute d'impres- 
sion). Scheible, 1860, p. 602, 6 tl. 

Pornodidascalus, seu Colloquium muliebre P. Aretini 
de astu nefario horrendisque dolis mulierum, trad. de 
la i r " partie des R.igionamenti de l'Arétin, par Gasp. 
de Barth. — Voir Ragionamento délia Nanna e délia 
Antonia. 

Pornographe [Le), ou Idées d'un honnête homme sur 
un projet de règlement pour les prostituées , propre à 
prévenir les malheurs qu'occasionne le puolicisme 
des femmes, avec des notes historiques et justificatives 
(par Rétif de la Bretonne). Londres, J. Nourse, et Paris, 



P0RN0L0G1E — PORT AL 1 1 5 

Delalain, 1769, in-8 de 368 pp. (la 2' partie, p. 283, 
a pour titre : Le Pomographe, ou la Prostitution ré- 
formée; elle contient les notes). — Londres, J. iNourse, 
et La Haye, Gosse et Pinet, 1770, in-8 de 21 5 pp. 
(Ah ares, 18 r'r.); 1774, in-8. — Londres et La Haye, 
les mêmes, 1776, 2 part, en 1 vol. in-8 de 492 pp. — 
Solar, 1" fr. 5o; Aubry, en 1861, 10 fr. ; Auvillain, 
en 1 865, 23 fr.; Scheible, en 1866, 3 fl. — La 2 e par- 
tie commence à la page 167. Celte édition présente à 
la page 180 un travail particulier de quelques pages, 
avec ce titre : Remonstrances à mylord Maire, etc. A 
la page 388 on trouve le Lit de justice d'amour , ou 
le Code de Cythère. A Erotopolis, chez Harpocrates, 
seul imprimeur de Cupidon, à la coquille de Vénus, et 
aux ruines du temple de l'Hymen; nec-non au treizième 
des travaux d'Hercule, l'an du monde vii.cn. idcc.l.xxvi. 
—Les notes du Pomographe reprennent à la page 477. 

Les dernières éditions sont préférées aux premières comme 
étant plus complètes. Cet ouvrage, mal conçu, mal écrit et en- 
cadré dans une espèce de roman par lettres' fort ennuyeux , fit 
cependant du bruit; Rétif, qui connaissait à fond son sujet, y 
propose d'ériger la prostitution en institution publique; les filles 
devraient, selon lui, être cloîtrées. 11 entre quelquefois dans des 
détails assez obscènes: mais, comme un ouvrage utile ne sau- 
rait jamais être un ouvrage scandaleux, M. de Sariine en per- 
mit la vente après l'avoir lu d'un bout à l'autre. 

Rétif a dit de ce livre : « Il se vendit très-bien , mais jamais 

f>rojet utile ne fut plus mal accueilli. A peine se trouva-t-il dans 
a capitale trois ou quatre têtes saines qui me rendirent justice... 
Le Pomographe est une grande conception dont je me tiens 
très-honoré: elle produira un jour des fruits, et on exécutera 
cet utile projet toujours trop tard. » En 1786, l'empereur Jo- 
seph a fait exécuter le Pomographe à Vienne [Monsieur Ni- 
colas, p. 297g). 

Une société en commandite fit des propositions au gouverne- 
ment pour tenir ces maisons (Voir un article de Peuchet au 
Moniteur, 2!- frimaire , an xt). Le docteur Robert (De l'in- 
fluence de la révolution française sur la population , Paris, 
an x, 2 vol. in-12), renouvela.' mais en termes plus décents et 
plus honnêtes, le projet de Rétif et proposa d'appeler ces éta- 
blissement Corinthénées. 

Pornologie (La), ou les Mystères de la prostitution 
dévoilés, etc., par Morel de Rubempré. Paris (Terry, 
1842), 2 vol. in-18, fig. — Ouvrage mal imprimé et 
d'un mauvais style, mais cont. des détails très-curieux 
et difficiles à rencontrer ailleurs. 

Portai (The) to the cabinet of love, consisting of 



n6 PORTEFEUILLE 

the Basia ofJohannes Secundus , newly translatée into 
cnglish verse, with the new epithalami (morceau assez 
libre, imité, en partie, de Bonnefons), aïso, fragments 
being some poetical pièces in the kiss. New-York, pu- 
blished at the sentimental Epicure ordinary, near the 
théâtre, 1807, in-24, 98 pp. — Un front, gravé repré- 
sente Vénus debout sur les eaux et libre de tout vê- 
tement. 

Portefeuille d'un dragon , ou Recueil galant à l'u- 
sage des filles de la rue Saint-Honoré , dédié à Ma- 
dame d'Ericourt, mère du sérail militaire de Paris. 
Londres, 1781 , in- 18. Rare. — Recueil de contes et 
d'épigrammes, la plupart connus. 

Portefeuille d'un exempt de police. Londres, 1785, 
in-8 de 86 pp. — Scheibïe, en 1860, 1 fl. 3o kr. ; Lu- 
zarche, n° 332 5. — Chansons, épigrammes contre des 
personnages de l'époque (la duchesse de Chaulnes, la 
chevalière d'Eon, etc.). 

Voir une note au Bulletin du bibliophile, i855, pp. 114-116. 
L'auteur se donne comme un provincial arrivé à Paris, et ayant 
trouvé ce portefeuille dans un fiacre. 

Portefeuille (Le) d'un philosophe , ou Mélange de 
pièces philosophiques, politiques, critiques , satiriques 
et galantes (recueillies par l'abbé Dulaurens). Colo- 
gne, P. Marteau, 1770, o vol in-12. — Nyon, 11770; 
Techener, 3o fr. ; Van den Zande, n° 2761. 

Observations sur les procès d'impuissance — Influence des 
femmes galantes sur le gouvernement des états — Accouche- 
ments extraordinaires — Relation de ce qui se passe dans le 
paradis — Du concubinage, etc. 

Portefeuille (Le) d'un talon rouge , contenant des 
anecdotes galantes et secrètes de la cour de France. A 
Paris, de l'imprimerie du comte de Parades, 178*, 
in-8 de 42 pp. — Chaponay, n° 83a, en 1 863, 48 fr.; 
Claudin , juillet 1 858 , 10 fr. 5o ; Alvarès , en i858, 
14 fr. ; Aubry, en 1860, i5 fr. ; Potier, en 1870, n° 
2048 , 85 fr. 

Pièce satirique d'une violence inouïe, et dans laquelle se trou- 
vent des faits scandaleux qu'on ne trouve pas ailleurs ; elle est 
d'une excessive rareté, les exemplaires ayant été en partie dé- 
truits. Le comte de Parades est un aventurier mort en 1786. 
La Biographie universelle lui a consacré un assez long ar- 
ticle. — Une réimpression de cette brochure a été faite dans la 



PORTEFEUILLE - PORTRAIT 117 

Bibliothèque Libre (i3 e livr., Neufchâtcl, 1872,4 fr.). On sait 
que cette Bibliothèque n'est tirée qu'à 100 exempl. numérotés. 

Portefeuille (Le) des f , ou la Lyre gaillarde et 

libertine du jour (en vers). A Boulingrin , aux dépens 
des paillards de ce siècle, 1792, 1795, in-18, fig., 108 
pp. — Cat. Dec. 

Portefeuille (Le), ou Historiettes de la famille de 1 "". 
par A. P. de S. F. — Paris, Debray , an xiii (1804), 
2 vol. in- 12. 

« Ces historiettes ( le Dîner à Vèvéché , la Nuit des noces 
d'un Apothicaire, Lucy ou la Femme voluptueuse, le Cabrio- 
let et l'Hirondelle de carême , etc. , etc. ) , ne sont pas mal 
écrites. Mais pourquoi rééditer la Trompette du Jugement der- 
nier, ce trait si connu d'un trompette, qui, témoin caché d'une 
scène amoureuse entre une dévote et un capucin , se met tout- 
à-coup à sonner le boute-selle î » (Note du catal. Monselet, 
p. 116). 

Portefeuille volé, contenant les Galanteries de la 
Bible , le Paradis perdu, les Déguisements de Vénus; 
par Evariste Parny. Paiis, 180 5, 1806, pet. in- 12 de 
246 pp. — Techener, 7 e partie, n° 1190; Alvarès, en 
février, 1861, 8 fr. ; Lanctin, 1871, 5 fr. — Réimpr. 
à Bruxelles, en 1827, avec la Guerre des Dieux, in-18. 

— Poésies. 

Portefeuille volé, par H. de LaTouche, 1845. — Il 
y a des poésies très-vives. Sainte-Beuve, Causeries du 
lundi, dans un article consacré à l'auteur, dit qu'il s'y 
trouve des pièces tout-à-fait lascives. 

Portier (Le) des Chartreux , ou Mémoires de Sa- 
turnin. Voir: Histoire de don B 

Portraict (Le) de la vraye amante, contenant les 
estranges aventures de Calaris, et la parfaicte constance 
de Lisbye, par Jean d'Intras. Paris, Fouet, i6oq, in-12. 

— Nyon, n u 885 9 . 

Portrait de Madame la marquise de Pompadour , 
(m. en 1 761 ), fait par elle-même. Paris, 1756, in-12. 

— Lefevre-Dallerange, n° 987. 

Portrait (Le) des Grâces, dédié à Vénus, ou le Por- 
trait de Mlles V Escarmoutier , Elle et Almérie, dédié 
à la marquise de ***. — S. 1. (Paris), 1747, in-12. — 
Nyon, n" i52Ôo; La Jarrie, n° 21 56. 



1 1 8 PORTRAITS — POSTILLON 

Portraits (Les) des plus belles dîmes de la ville de 
Montpellier et d'une vieille demoiselle, où leurs per- 
sonnes, leurs mœurs, esprits, complexions et inclina- 
tions sont au vif et naturellement dépeintes , par de 
Rosset. Paris, Michel l'Amour, 1660, pet. in-4 de 
iv-48 pp. — Très-rare. 

Les négligences typographiques fourmillent ; caractères lourds, 
baveux, écrasés, similitude avec les impressions de Jean et Da- 
niel Pech. — L'épitre dédicatoire à messire George de Garaut 
de Duranti, président à mortier au Parlement de Toulouse, est 
signée de Rosset. M. Blanc, dans une notice de 22 pp. publiée 
à Montpellier en 1841 et devenue rare, croit qu'il s'agit de Fran- 
çois de Rosset, mort en i63o , qui aurait composé cet ouvrage 
dans sa jeunesse. Dans Y Avant-discours l'auteur dit l'avoir com- 
posé en se divertissant et pour tromper ses ennuis durant la 
poursuite d'un procès. Le genre des ouvrages de Fr. de Rosset 
se rapproche de celui-ci. Les dames portent les noms de Cloris, 
Climène, Alcidie, Philismène , même accompagnés parfois des 
épithètes présidente, conseillère, trésorière, jugesse. Parfois les 
noms en entier: la marquise de Castres, la présidente de la 
Roche, la baronne de Loziires , la présidente de Mariole , etc. 
En tout i3. Licence sans pensée ni style. — Réimpr. à Genève, 
1867, pet. iii-12 de x-60 pp. ; tiré à 102 exempl. , 6 fr. 

Portraits intimes du XVIII e siècle. Etudes, etc., par 
Ed. et J. de Goncourt. Paris, Dentu, 18^7, gr. in- 18, 

3 fr. 1™ série (Portraits de Camargo, Dulaurens, Thé- 
roigne de Méricourt, etc.). — 2" série (Portr. de 
M n " du Barry, de Caylus, de Piron, de la duchesse 
de Chaulnes, et quelques autres). Dentu, i858, gr. 
in- 18, 3 fr. 

Portraits 0/ my married friends, or a Peep into 
hymcn's kingdom, by uncle Ben. New-York, 1 858, 
in- 12, 8 sh. 6 d. 

Posthumes {Les), lettres reçues après la mort du 
mari par sa femme, etc., par feu Cazotte (par Rétif 
de la Bretonne). Imprimé à Paris, à la maison, 1802, 

4 vol. in- 12, 4 fig.; celle du tome IV est assez nue. 
— Solar, n° 1976, 8 fr. 5o; Alvarès, en i858, i5 fr. 5o, 
Aubry, exempl. Solar, 16 fr. — Cet ouvrage se ter- 
mine par une fantaisie intit. : les Revies, histoires de 
M. Nicolas, etc. Ces Revies sont, pour la plupart, 
assez licencieuses; aussi l'ouvrage fut-il saisi par la 
police du temps. 

Postillon (Le) par Calais, ou la Petite f...erie, dé- 



POT 



uq 



dié aux deux sexes de tout ;îge. Paris, an m de la li- 
berté, in-18 de 108 pp., 3 gravures. 

Le titre n'a aucun rapport avec l'ouvrage. C'est un recueil 
d'anecdotes plus ou moins scandaleuses sur des cardinaux, des 
éveques, des curés, tous membres de l'Assemblée nationale. 

Pot f Le ) aux roses découvert . ou le Rabais des 
filles d'amour. Paris, i6i5, in-8 de 14 pp. — La Val- 
Hère, n° 3g 1 3 7 '- . 

lie réiinpr. plusieurs fois. D'abord sous ce titre: La 
Manque des filles d'amour, dialogue où la courtisane Mvr- 
thale et sa mère Philire devisent du ratais de leur msstier 
et de la misère de ce temps (Paris, Nie. Alexandre, 16 1 5, in-8 
de 14. pp.): ensuite sous celui de Pot aux roses descouvert, en 
forme de dialogue, oit la courtisane Jacqueline et sa mère 
Cardin ■ devisent du ratais des filles d'amour; puis, dans un 
opuscule int il. : La Chasse des dames d'amour, avec la refor- 
mât ion des filles de ce temps, Paris, 1623 : et encore sous le 
même titre, à la suite du Mécontentement arrivé aux dames 
d'amour suivant la cour, publié en 1625. 

Pot (Le) de chambre cassé, tragédie pour rire, ou 
comédie pour pleurer (en 1 a. et en vers!, par Enlu- 
miné de Métaphoren ville, grand colifichetier de la fée 
Brillante (par Grandval père). A Ridkulomanie, chez 
Georges l'Admirateur, s. d. (1742), in-8 (Leber , n° 

Dans un discours préliminaire l'auteur se plaint du goût 
de son temps. On fait sérieusement des tragédies pour rire et 
des comédies pour p eurer. Il va s'exercer lui-même dans ce 
genre. En effet, sa pièce est un; véritable tragédie. Le dialogue 
en est des plus lugubres. Heureusement le sujet l'est beatico p 
m in». En partant pour braver les dangers des combat . un 
amant a tait hommag: à sa maitresse d'un meuble auquel elle 
attache infiniment de prix, d'un vase destiné à toute autre chose 
qu'à brûler des parfums. Propret, amoureux rebuté, veut en- 
lever ce meuble pour se venger du dédain de la dame. 11 en- 
vahit son palais, escorté d'une armée de vidangeurs. Poussée 
dans ses derniers retranchements, la dame n'a qu'un moyen de 
se défendre; elle casse son vase précieux sur la tète de Pro- 
pret, qui s'écrie en expirant. 

Ah! qu'il pu:... ! mais ma mort entraîne le perfide. 
Je ne me plaindrais pas... s' il avait été vide. 

La princesse s'adresse ainsi à sa confidente: 

Gerdine, tu connais ce cadeau si charmant 
Qu'en partant me laissa le prince mon amant. 
Ce don si précieux, gage de sa tendresse. 
Ce trésor qui, depuis, fait toute ma richesse, 



120 POT-POURRI POTIONE 

Ce bijou si souvent témoin de mes soupirs, 
Le confident secret de mes plus doux plaisirs, 
Que j'ai toujours chéri comme un autre lui-même, 
Le pot de chambre enfin, qu'il m'a donné, que j'aime, 
Tu le connais, Gerdine. 

Gerdine 

Eh! vraiment, je le dois, 
Puisque par jour au moins, je le vide dix fois. 

Les tragédies de lepoque sont tournées en ridicule. L'auteur 
a placé dans cette farce nombre de vers entiers empruntés à des 
pièces contemporaines et il les a distingués en les imprimant 
en italique. — Cette pièce a été réimprimée dans le Théâtre 
pour rire. Paris, Sandre, s. d. , in-12. 

Pot-Pourri (Le), ouvrage nouveau de ces dames et 
de ces messieurs (attribué à Lefèvre , de Troyes , ou 
au comte de Cayius). Amsterdam (Taris), 1748, in-12, 
ng. — Renouard, 6 fr. ; Boissonade, n° 3gi8; Potier, 
n 2048, i3 fr. ; Nyon, n° oqii; Claudin, en- 1867, 
4 fr. ; Techener, en t858, -5 fr. 

Contient: Aphranor et Bellanire — Mélatfe — laPrincesse 
Minon-Minette et le prince Souci — le Prince Ananas et la 
princesse Moustelle — Hist. de la fille du roi des Esprits — 
Lettre sur une aventure véritable. 

Pot-Pourri (Le) de Loth. Voir la Tentation de 
Saint-Antoine. 

Potent (The) Ally , or Succours front Merryland, 
etc., to which is added the présent State of Bettyland. 
2* édit. Paris (Londres), sans nom d'éditeur, 1741, 
in-8 de 6 ff. et 28 pp. — Pièces en vers. Rares. — 
Imitation de l'anglais : A New description of Merry- 
land, etc. 

POTIER (Charles), artiste et auteur dramat. , né à 
Paris, vers i8o5. En collaboration: Adrienne de Ca- 
rotteville, ou la Reine de la fantaisie — l'Ami et l'a- 
mant — Bal et bastringue — la Dame aux trois maris 
— Estelle et Némorin — l'Eventail de Géraldine — 
les Leçons de la Bet^y — Qui se dispute s'adore — 
Sans dot! — Tic, tac! tic, tac! ou les Nouveaux 
mariés — Vingt ans, ou la Vie d'un séducteur. 

Potione (La), corn, facetissima et dilettevole (4 a. 
tt prol. pr. , dans les dialectes vénitien , italo-çrec et 
bergamasque), comp. par M. Andr. Calmo. Vinegia , 



POUJOL - POUVOIR 121 

i552, in-8 de 12 ff., très-rare (Soleinne, n° 4589). — 
Réimpr. en 1 f>6o, i5f>i et 1600 (Nyon, n° i8655). — 
Cest la Mandragore de Machiavel, arrangée au goût 
d'un autre public. 

POUJOL (Adolphe), aut. dramat. , né à Paris, en 
181 1 . L'Amour et l'honneur. 1866. — L'Art de gou- 
verner les femmes. i85g. — Le Bal masqué. 1837.— 
Comment finit une coquette. 1866. — Timide en amour. 
i858. — La Tireuse de carottes. 1866. 

Poule (La) aux œufs d'or, ou l'Amour et la for- 
tune, corn. -féerie en 1 a.; par Saint-Félix (Touchard- 
Lafosse et Varez). Paris, Fages, 1828, in-8, 1 fr. 25. 

Poupée (Là) (par de Bibiena). .La Haye (Paris), 
1744, 1747, in-8 et in-12 (Van Hippe, h° 3 54 ; Nyon, 
044). — Londres (Cazin), 1788, pet. in-18 de 
212 pp., avec une rlg. — Petit conte de fée assez amu- 
sant ; une poupée entreprend l'éducation d'un abbé et 
réussit à le corriger de ses travers. 

Pour (Le) et le contre, ou le Procès du mariage, 
com. en 5 a. et en vers, par Sewrin. Paris, Barba , 
1822, in-8. — Soleinne, 2240. 

Pourquoi l'on aime, com. en 1 acte, par A. de Leris 
(Alfred Desroziers). Paris, Michel Lévy, 1869, in-18 
jésus, 36 pp., i fr. (Vaudeville;. 

Pourtraits (Les) des chastes dames, par le sieur du 
Souhait. Paris, Robinot, 1600, in-12 (Nyon, n" 4o35). 
— Lyon, les héritiers de B. Rigaud , 1600, in-12. — 
Coste, 20 fr. 5o. 

Pouvoir attribué aux femmes de cognoistre de 
causes légères. Plus la deffense aux femmes de ne 
plus battre leurs maris, sur peine d'encourir les pei- 
nes cy après mentionnées. Jouxte l'exempl. imprimé 
à Paris, R. Tillon , i6i5, in-8, 14 pages. — Catal. 
Veinant, i863, n u 719; cat. B. D. C. (Hotier, 1847), 
n° 53o. 

Pouvoir (Le) de la beauté et le prince d'Ethiopie, 
nouvelle toute nouvelle, par L'Affictiard. S. 1. (à la 
Sphère), 1740, in-12. — Taylor, n° 1462; Duprat, 
4 fr.; Nyon, n° 945o. 

Tome VI. 16 



122 POWER — PRECEPTES 

Power of love, in seven novels , by Mrs Manley. 
1720, in-8 (cat. G. B.). 

Practical ( The) port of love , extracted out of the 
life of afair but subtle female. London, 1660. 

PRADEL (Pierre-Marie-Michel-Eugène Courtray de), 
poète, né en 1787, mort en Belgique en i85;. L'Art 
de se faire aimer de son mari — les Etincelles — 
Talma et Potier, ou la Femme à vapeurs. 

Praticien (Le) amoureux. — Le Poète extravagant 
avec l'Assemblée des filoux et des filles d: joye, nou- 
velles galantes. Paris, J.-B. Loyson, 1670. — De 
Wynne, n" 3 10 — Ouvrage très-rare, original et amu- 
sant. L'auteur, indiqué dans le privilège, par les ini- 
tiales C. O. D. P. F., est César Oudin, sieur de Pré- 
fontaine. 

Practique et enchiridion des causes criminelles , par 
Josse de Damhoudère. Louvain , 1 554, '555, in-8, 
avec 56 rig. s. b. imprimées' dans le texte. Les pi. des 
pp. 196, iyo, et 201 représentent trop naïvement l'a- 
dultère, la fornication et l'inceste (Tripier, i5o fr.). 

L'édition d'Anvers, 1564., dans laquelle ces figures ont été re- 
touchées et ne sont plus obscènes , a peu de valeur. Dans la 
traduction allemande de i565, on voit, fol. 1S1 b. , une figure 
où un ange marche, nudo et stante pêne, les deux filles de Loth 
entre les bras. — Livre bon à consulter pour l'histoire des mœurs 
et de la civilisation. Les figures dont ce livre est plutôt rempli 
que décoré, représentent toutes les actions qui étaient réputées 
crimes ou délits au XVI e siècle, et les divers supplices qui 
suivaient ou précédaient la condamnation des coupables. Ces 
estampes tirées séparément, sont collées sur des carrés blancs . 
conservés dans le texte pour les recevoir. — Leber , tome F r 
n» 65 8. 

Prayse (The) of ail women called mulierum Pean, 
by Edward Gosynhvll. Londres, s. d. (1544), in-4 
goth. de 40 pp. (Roxburghe, en 1812, 25 livres; Hîb- 
bert, 22 liv.). — Opuscule en vers à la louange des 
femmes. 

Précautions (Les) inutiles, opéra-com. en 1 acte, en 
prose et vers, par Achard. Paris, Duchesne, 1760, in-8. 
— Nyon, V, p. 204. 

Préceptes (Les) du mariage , trad. du grec de Plu- 
tarque, par le D. L. Seraine. Paris, Sandre, iS52, 



PRECEPTES — PRECIEUSE i 2 3 

in-32. — 2' cdit. augm. d'un Essai sur l'idéal de l'a- 
mour, etc. Paris, Sandre, i852, in-32 de 2 feuilles, 
75 cent. — 4' édit. Paris, Savy, 1871, in-32, 188 pp., 
1 fr. 

Préceptes galans, pocme, par Louis Ferrier, sieur de 
la Martinière. Paris, 1 07S, in-12. — Alvarès, en i8-58, 
6 fr. 5o; Nyon, n" 1 5 33 3 ; Claudin, en 1869, 3 fr. — 
Fables et jolis contes en vers. 11 fut mis à l'inquisi- 
tion à Avignon, à cause d'un vers qui se trouve dans 
ses Préceptes galans: 

L'amour, pour les mortels, est le souverain bien. 

Dès qu'il eut été absous, il se réfugia à Paris , et ne 
retourna plus dans son pays natal. 

Préceptes nuptiaux de Plutarque, traduits en rhythme 
franc., par Jacq. de Latapie d'Aurillac. Paris, R. Bre- 
ton, 155g, in-8 de 37 ff. en caract. de civilité. — Ci- 
gongne, h" 177; Luzarche, n" 2237. 

PRECHAC (de), romancier du XVII e siècle. L'Am- 
bitieuse grenadine — le Bâtard de Navarre — le 
Beau Polonois — Cara Mustapha, grand visir — la 
Duchesse de Milan — le Gris de lin — l'Héroïne 
mousquetaire — V Illustre Génoise — l'Illustre Pa- 
risienne — la Noble Vénitienne , ou la Bassette — 
Nouvelles galantes, et aventures de ce temps — La 
Princesse de Fe% — la Querelle des Dieux sur la 
grossesse de M"" la Dauphine — le Triomphe de l'a- 
mitié — Yolande de Sicile. 

Prétieuse {La), ou le Mystère de la ruelle, dédiée 
à telle qui n'y pense pas (par l'abbé Michel de Pure). 
Paris, P. Lamy, ou G. de Luyne , 1 656-58, 4 vol. pet. 
in-8, front, gr. — Les 4 tomes ayant paru séparément, 
les exempl. complets sont rares. Il y a des exempl. 
sous la date de 1660. — Nyon, n"g735; Méon, i3fr. 5o; 
Solar, 120 fr. ; Bcrtin, 145 fr. ; J. Pichon, n° 720, 
5oo fr. ; Claudin, en 1867, ib fr. 

Cet ouvr. prolixe et ennuyeux n'est cependant pas à dédaigner. 
Ainsi que le remarque M. V. Fournel, on y découvre , au mi- 
lieu de bien des puérilités, un assez grand nombre de traits 
curieux et de révélations piquantes, relatives à la société des 
précieuses, à leur langage, à leurs discussions subtiles, à leur 
métaphysique qaintessanciée. Le roman , absent du reste de 
l'ouvrage, s'est réfugié dans les histoires incidentes, parfois as- 



i2 4 PRÉCIEUSES - PRECIS 

sez scabreuses, même pour des oreilles moins chastes que ne 
devaient l'être, ce semble, celles de ces divines et incompara- 
bles personnes. 

Précieuses (Les) du jour, com. en i a.; par Emile 
Villars. Paris, Lacroix, Verboeckhoven et Comp., 1806, 
in-18 de 52 pp. , 1 fr. 

Cette petite pièce , écrite en jargon du monde cocodès pari- 
sien, est assez libre, et la censure en a interdit la représenta- 
tion. Elle est curieuse et recherchée. 

Précieuses (Les) ridicules, com. en 1 a., en prose, 
par Molière. Paris, Cl. Barbin, 1660, in- 12 de 4 ff. et 
1 35 pp. (Soleinne, n° 1296). — Paris, Est. Loyson, 
1661, in- 12 de 4 ff. et 60 pp. (Soleinne, n° 2 38 du 
Supplément). — Paris, 1602, in-12. — Paris, G. de 
Luyne, i (563 , in-12 de 4 ff. et 87 pp. (Soleinne, n° 
1297). — Amst. , J. le Jeune (Holl., Elzévier), 1679, 
in-12 (Soleinne, n° i3o3). 

Prétieuses (Les) ridicules , com. (de Molière) , nou- 
vellement mises en vers (par Antoine Beaudeau, sieur 
de Somaize). Paris, Ribou, 1660, in-12 (Nyon, 7684; 
Soleinne, 1 33g). — Paris, J. Guignard, 1661, in-12 de 
12 ff. et 60 pp. — Soleinne, 1340. 

Précis histor. de la vie de M mt la comtesse du 
Barry, avec son portrait. Paris, 1774 (Luzarche, n° 
2995), 1773,^ 1776, pet. in-8 (Crozet, 3 fr. 75; La 
Jarrie, n° 535 1). 

Réfutation de l'ouvrage intitulé : Anecdotes sur A/ me la com- 
tesse Du Barry. Elle a reparu sous le titre: les Plaisirs de la 
cour et de la ville , ou Réfutation des anecdotes , etc. Lou- 
dres, 1778, in-12. 

Précis histor. du procès de la reine d'Angleterre 
(Caroline de Brunswick), par lord Brougham, trad. par 
A. Morisseau. Paris, Guyot et Scribe, i838, in-8 de 
42 pp. — Il est fort douteux que lord Brougham ait 
jamais rédigé ce Précis ; il était avocat de la reine, et 
voilà tout. 

Précis historique , généalogique et littéraire de la 
maison d'Orléans, par un membre de l'Université (par 
G. Peignot). Paris, Crapelet, i83o, in-8, portr. — Cet 
ouvrage donne une notice sur 17 ouvrages curieux 
dont le régent est le sujet; on y peut joindre encore 



PRECIS — PREMIER i 2 5 

la Chronique de don Philippe d'Aurélie ( ms. Voir le 
cat. Leber, n 1 ' 58 1 1) et Mahmoud le Gasnévide. 

Précis historique sur la vie de Mlle Théroigne de 
Mcricourt (Théroigne et Populus, ou le Triomphe de 
la Démocratie, drame national en 4 actes et en vers). 
London (Paris), 1790, in-8. — Techener, 5 fr. ; catal. 
Pixérécourt, p. 38 1 ; Cigongne, n° 258o. 

Prémices (Les) d'Annette, en 10 chants (en prose), 
par le général Serviez. Londres, Durand, 1792, in- 18. 
— Paris, an îv (1796), in-18, fig. — Noël; Alvarès, 
en i863, 8 fr. 5o. 

Ouvrage dans la manière de sensiblerie philosophique de J.- 
Jacques, et dent le titre piquant n'est guère justifié. Anal. Nonv. 
bibl. Jcs romans, i re année, tome 1 er . Annette a un jeune 
amoureux , appelé Olivier ; mais le père Torau , directeur de 
sa mère, en est jaloux et les persécute. L'auteur le punit et ma- 
rie les deux amants. 

Prémices (Les) de la Flore, ou les Amours de J: 
Godard. Paris, 1 585, in- 12. — Paris, Février, i587, 
in- 12 (Nyon, n° i3o3o). — Ouvrage en prose et en 
vers, très-rare (cat. Piget, n° 3375). 

Premier (Le) acte du Synode nocturne des tribades, 
Lémanes, Unelmanes, Propétides, à la ruine des biens, 
vie et honneur de Calianthe (par Guill. Reboul). S. 1., 
1608, pet. in-8 de 85 pp. — Réimpr. faite à Londres , 
en i852, à 60 exempl. par Gust. Brunet et Octave 
Delepierre. — Nouv. réimpr. à Paris, J. Gay, 1862, 
pet. in- 12, tiré à 100 ex. num. — Cette dernière réim- 
pression était plus complète et elle a été condamnée 
en i863. 

Premier (Le) coup de canif, vaud. en 2 actes, par 
Anicet Bourgeois et Ed. Brisebarre. Paris, 1848, in-18, 
1834, in-4". — Réimprimé en 1854, sous le titre: Un 
premier coup de canif (Gymnase-Dramatique). 

Premier (Le) livre de la belle et plaisante histoire 
de Philandre , surnommé le Gentilhomme, prince de 
Marseille, et de Passerose , fille du roy de Naples. 
Lyon, J. de Tourne, 1544, pet. in-8 de 219 pp. — 
La Yallière, 10 fr.; Manuel. 

Premier (Le) livre de la Flamme d'amour, dédié à 
Mgr. le duc de Nemours, plus diverses poésies, par 



126 PREMIER — PREMIERES 

Claude de Trellon. Paris, l'Angelier, i5gi. — Réimpr. 
à Lyon, Veyrat, i5g2, pet. in-8. — Nyon. n t,s i3o.ig- 
40. — Cet ouvrage, complété et porté à deux livres, 
figure dans les Œuvres poétiques de cet auteur. — 
Voir ce titre. 

Premier (Le) livre des poèmes de Guillaume Bel- 
liard, secrétaire de la royne de Navarre, contenant les 
délicieuses amours de Marc -Antoine et de Cléopâtre, 
les triomphes de l'amour et de la mort, etc. Pans, Cl. 
Gautier, 1578, in-4 . — Viollet-Leduc; Méon, n° 1620; 
Nyon, n° i3ooo,. 

Ce premier livre n'a pas eu de suites: le poëme des Amours 
de Marc-Antoine qui en fait partie, n'est pas une tragédie, 
comme l'ont dit par erreur quelques bibliographes. Colletet , 
dans ses Vies des poètes françois dit que la poésie de Be!- 
liard ne vaut pas mieux que la dernière syllabe de son nom. 
Un bel exempl. de ce volume rare s'est payé 35o fr. en avril 
1869 à la vente d'un amateur (M. W. M. de Rouen). 

Premier (Le) recueil de toutes les chansons nou- 
velles , tant amoureuses, rustiques, que musicales. 
Troyes, de Ruau, i5go, in- 16. — Un exempl. à la 
Bibliothèque de l'Arsenal, n° 1 5024 du catal. Nyon. 
— Manuel. 

Première (La) maîtresse , vaud. en 1 a., par Brise- 
barre et Couailhac (Vaudeville). Paris, i852, in-8. 

Première (La) nuit de mes noces , trad. du cham- 
penois, etc., par l'auteur de Brick-Bolding , etc. (par 
Sewrin). Paris, 1802, 2 tomes in- 12, 2 fig. — Scheible, 
i856, p. 414, 1 fi. 3o kr. ; de St-Denis et Mallet, en 
1872, 6 fr. 

Première (La) nuit des noces, par Adrien Desprez. 
Paris, Cournol, i863, in- 16 de 63 pp., 1 fr. (Biblio- 
thèque jaune). 

Première partie des plaisans loisirs de Jean d'Ame- 
ron, sieur du Lolier, contenant le combat des saisons, 
entremêlé de diversités amoureuses et plusieurs belles 
rencontres (en prose et vers). Paris (Tours), du Bray, 
1620, in-8. — Nyon, n° i3ioy. 

Premières (Les) amours de Henri IV, ou l'Origine 
de conter fleurette, en 4 gravures au pointillé, d'après 
Oeveria et Desenne, avec un prospectus. Paris, 1822 , 

in-4 . 



PREMIERES — PRÉSOMPTIONS 127 

Premières (Les) amours, ou les Souvenirs d'enfance, 
com.-vaud. en 1 a., par Scribe. Paris, Pollet, i825, 
1826 ou 1828, in-8 ou in-18, 1 fr. 5o (Soleinne, n° 
2640). 

Premières (Les) coquetteries, vaud. en 1 a., par Bar- 
bier (Variétés). Paris, 1848, in-8. 

Premières (Les) noces, par X. de Montépin. Bru- 
xelles, i855, 2 vol. in-12. 

Présents des courtisanes, ou Galanteries de Cythère; 
Trophées de gloire, ou les Lauriers remportés par les 
guerriers de Cypris dans la milice de Cythère, etc., 
par M. L*** (Laugier?). Paris, 1785, in-8. — Catal. 
Yv'ynne, n n 1921 ; Leber, n" iii5. 

Préservation (La) personnelle. Traité médical sur les 
organes de la génération résultant des habitudes ca- 
chées, des excès de la jeunesse ou de la contagion, etc., 
par le doct. Samuel La Mert. Trad. de l'anglais, par 
MM. \Y. et D. D. M. 52 e édit., enrichie d'un portr., etc 
Paris, Laroque jeune, 1860, in-12 de 168 pp., 11 pi. 
et portr. 

Nous ne connaissons aucune des 5i premières éditions, sinon 
un petit vol. intitulé : la Conservation de soi-même, etc. , par 
S. La Mert Bruxelles, 1848, in-12, fig. — Scheible, 3 fr. 

Présomptions (Les) des femmes, par Guill. Coquil- 
lart. Paris et Rouen, s. d. , in-8 de 8 ft. (Solar, 5qo fr.. 
idem, 52? fr. ; Crozet, avec deux autres pièces, 66 fr.). 
— Réimpr. par Pinard, en i8?o, pet. in-8 de 8 ff. , 
tiré à 42 ex., fig. sur bois (Veinant, 5 fr.). — Cette 
pièce a été aussi réimpr. dans les Ane. poésies fran- 
çoises de Jai net, tome III, p. 232. — Le titre signifie 
Conjectures sur les femmes, d'après leur air, leur ha- 
billement, etc. ; l'auteur présume leur conduite cachée 
et entre dans des détails fort libres. Nous citons une 
strophe comme échantillon : 

Quand on voit cheval qu'on promeine 
S'il est chaud, il a tracassé; 
Chien soufflant à la grosse alaine, 
On présume qu'il a chassé ; 
Si un genin ou un macé 
Trouve sa femme trop csmeue, 
Ou elle a dancè ou lensè 
Ou il y a beste abbatuc. 



i 2 8 PRETENDANTS — PREVOST 

Prétendants (Les) de Catherine, par A. de Gondre- 
court. Paris, Cadot, i853, 5 vol. in-8, 3-j fr. 5o, ou 3 
vol. in- 12, io fr. 5o. 

Prétendu (Le), com. en 3 a., en vers, par Riccoboni. 
Paris, Delormel, 1760, in-12. — Nyon, V, p. 189. 

Prétendue (La) veuve , ou l'Epoux magicien , com. 
en 5 a. , trad. de l'angl. d'Adisson et mise en vers, par 
D. D. (Descaseaux et Desgranges). Paris, Bauche, 17^7, 
in-8 de 12 et 04 pp. — Bibl. du th. franc., 111, 181 ; 
Nyon, n° 1824g; Soleinne, 1777 et 4900.' 

Prétendus (Les), par Fréd. Soulié. Paris, Boulé, 
1843, 2 vol. in-8, id fr. 

Prétendus (Les) de Gimblette, vaud. en 1 a. , par 
Paul Dandré fEug. Labiche et Marc-Michel) et Senncif 
(Matharel ds Fiennes). Paris, i85o, in- 18 (Gaîté). 

Prêtre (Le) châtré , ou le Papisme au dernier sou- 
pir, où l'on fait voir la néc-essité d'établir une loi pour 
la mutilation des ecclésiastiques papistes dans la 
Grande-Bretagne, trad. de l'anglais, lia Haye, 1747, 
in-8 de 34 pp. — Nodier, 1 5 fr ; La Bédoyère, 20 fr. ; 
Nyon, n" 1671, — Il a été fait une réimpression de 
ce volume à cent exempl. à Genève (J. Gay et fils), en 
186S, petit in-12, 6 fr. 

Prêtre (Le) et la danseuse, roman de mœurs, par 
Max. Perrin. Paris, Lecointe, i832, 4 vol. in-12. — 
Suivi de: Un amour de garnison. Paris, Barba, i852, 

in-4 n . 

PREVEL (Jules), aut. dramat. contemp. Seul ou en 
collaboration. Le Prince Toto. 1868. — La Station 
Je l'amour. 1 865. — Tu l'as voulu. 1869. — Un mari 
qui pleure. 1869. • 

Prévention (La) nationale, action adaptée à la scène 
avec d-ux variantes, et les faits qui lui servent de 
base , par Rétif de la Bretonne. La Haye et Paris, 
1784, 3 part, en 1 vol. in-12, 10 fig. par Binet, non 
signées, dont plusieurs se trouvent dans d'autres ou- 
vrages de Rétif. — Solar , 11 fr.; Alvarès, en 1860 , 
8 fr. ; Aubry, en 1861, 14 fr. ; Techener, 24 fr. 

PRÉVOST D'EXILES (l'abbé Ant.-Franç.), littéral., 
né à Hesdin, en 1697, mort à Chantilly, en 1763. 



PRIAPE — PRÏAPEIA 129 

Contes, aventures et faits singuliers — Histoire de 
Manon Lescaut et du chevalier des Grieux — Histoire 
d'une grecque moderne — Lettres angloises, ou Hist. 
de Clarisse Harlowe, trad. de l'angl. — Mémoires et 
aventures d'un homme de qualité qui s'est retiré du 
monde — Mémoires pour servir à l'histoire de la 
vertu — Paméla , ou la Vertu récompensée, trad. de 
l'angl . — Tout pour l'amour, ou le Monde bien perdu, 
trad. de l'angl. 

Priape, op. en mus., en 5 actes et en vers, avec 
prol., impr. en 1694, s. 1., petit in- 12 de 66 pp., 
vign. — De Bure, i5 fr. (Cigongne, n° 171 5). 

Rare et charmant volume, remarquable par ses jolies vign. 
dans le genre de Callot. La dédicace aux dames annonce un 
esprit facétieux fort distingué. L'auteur s'intitule: le Gentil 
trousse-malice des dames. Priape aimait les Lampsaciennes ; 
les maris, jaloux, le chassent; il les punit en leur donnant la 
maladie vénérienne, et, devenu dieu, il établit son culte dans 
leur ville. V. Soieinne, n° 3837, et le Bulletin du bibliophile, 
1844, P- nu. — Réimpr. à Genève en 186S, in-12 de vm-57 
pp. tiré à 100 exempl. avec fac-similé de vignettes. L'auteur 
de la notice attribue celte pièce à Corneille Blessebois. — Voir 
Fantaisies bibliogr. , p. 93. 

Priape et la comtesse, par Antony Méray (en vers). 
Paris, J. Laisné, 1847, in- 1 8 de 3 feuilles, 1 fr. 

Priapca, sonetti lussuriosi,satirici di Nicolo Franco. 
Nuova edizione ; con un avviso dell' editore (Pu- 
bliée par l'abbé de Saint-Léger). Peking, nel XVIII 
secolo (Paris, Molini, 1790), in-12. — Satire sanglante 
contre l'Arétin, écrite dans un style cynique et obs- 
cène. A la suite de cette Priapée , il y a des lettres 
de Franco fort curieuses. — ■ Leber, n° 191 7. 

Priapées 'Les) de Maynard. Voir MAYNARD. 

Pri.ipées (Les), ou Epigrammes erotiques de Martial, 
trad. fidèlement en vers franc., avec des notes latines. 
Ms. de Eloi Johanneau, de 160 feuillets. — Nous igno- 
rons en quelles mains il se trouve aujourd'hui. 

Priapeia (La), al mag. sign. L. D. M. M. D. C. — 
S. 1., 1 586, jn-8 de 29 pp. (par N. Guttery). — De 
Bure, avec la Camilletta, 36 fr. ; Buvigner, en 1849, 
48 fr. 5o. — Conversation entre quatre courtisanes 
vénitiennes, dans le goût des Ragionamenti de l'Aré- 
tin. — Voir le Manuel, II, i832. 

Tome VJ. 17 



i 3o PRIAPEIA — PRIAP1SCHE 

Priapeia (Les), note de Lessing, trad. de l'allemand 
et augm. de commentaires, etc.,parPhilomneste junior. 
Bruxelles (J. Gay), 1866, pet. in-12, tiré à i5o ex., 
3 francs. 

Priapeia, sive diversorum poetarum in Priapum lusus, 
recueil de poésies licencieuses des anciens. 

Il est singulier qu'elles aient dès le début de l'imprimerie, été 
jointes à des éditions de Virgile: des extraits remplissant 5 
feuillets se trouvent à la fin dequelques exemplaires de l'édi- 
tion de Rome, 1469, et, dans la -J édition de Sweynheym et 
Pannartz, Rome, 1470, les Priapeia occupent 9 feuillets. C'est 
chose remarquable que l'insertion de ces poésies dans des im- 
pressions laites à Rome et avec le concours de l'autorité. Le 
Manuel du Libraire indique neuf autres éditions anciennes de 
Virgile, où se trouvent les Priapeia: Venise. 1472 j sine loco, 
1472. 1473 , par L. Achates; Rome, 1473 : Milan, 1474: Mi- 
lan. Zaïot. 147?: Vicence, 1476; Venise, Aide, i5oi. Les au- 
tres éditions dj Vfrgi e données par les Aide ne les contiennent 
pas. Plus tard, en T 5 1 7 , les Aide publièrent Diversorum ve- 
terum poetarum in Priapum lusus. en y joignant diverses piè- 
ces qu.v falsa Virgilii creduntur (La Valliére, 36-fir.; Chardin, 
48 fr.). Lne réimpression vit le jour en 153a. Ces 2 éditions 
sont rares. Les Priapeia qui sont jointes à diverses éditions de 
Pétrone, et notamment à celle d'Amsterdam, 1669, sont repro- 
duites dans X'Erotopxgnion de Noël (. re partie). Une portion 
se trouve aussi dans le Meursius, Birminghamiae , 1770. t 11, 
pp. 2o3-23o. D'ailleurs, dans les diverses éditions, les Priapeia 
sont accompagnées de morceaux qui différent entre eux. C'est 
ainsi que le Pétrone de Deux-Ponts contient quelques épitha- 
lames et le Concubitus Marlis et Veneris de Reposianus, qui est 
inséré aussi dans divers recueils, notamment dans les Posta? 
minores de Wernsdorf, 1, 3iq, et dans les Anthologia lalina 
de Burmann, I, 41. et de Meyer, 1 . 197. Le Virgile de Bâle , 
161 3, in-fol., contient aussi les Priapeia (Techener, 60 fr.). — 
E les ont été aussi plusieurs fois publiées séparément, sous le 
titre qui commence notre article. Francof., 1 596, 1606, pet. in-12 
(Auvillain, 1 865, 4 fr. 5o). — Cum Scaligeri comment, ac F. 
Lindenbruch nota;. Batavii (Amst.), i6>4. 166 4. (Bibl. de Gre- 
noble, n° 15327), 1667. 1694, in-12 (Caillard. 25 fr. ; Du Roure, 
12 fr.J. — S. 1 , 1780. 1781, pet. in-8. — On trouve dans diver- 
ses éditions des œuvres de Lessing (notamment dans celle de 
Berlin, 1827, tome I . pp. 206 et suiv.) une notice sur les Pria- 
peia ; il indique, d'après des manuscrits , des corrections qui 
donnent un sens à des passages altérés (talia quinque, au lieu 
de taUscunque, carnien i5 ; arram ou arrham, au lien d'uram, 
carm. 75). Ces mauvaises leçons se trouvent dans l'édition de 

Priapische romane. Rom (Berlin), bei Seraph. Caz- 
zovulva, 1791-97, 3 vol. in-12, avec fig. libres (Schei- 



PRIERE — PRIMA i3i 

ble, en 1870, 20 th.). — Ce recueil renferme des tra- 
ductions du Mewsius, de Mon noviciat et de la Woman 
ofpleasure (la Fille de joie) de Cleland. — Réimpr. à 
Leipzig, en 1810, sous la rubrique Boston, s. <L, 9 
part, en 3 vol. in-i2, avec i5 rig. erotiques (Scheible, 
en 1872, 12 thaï.). 

Prière romantique de Laure, dite la Séduisante, à 
tous les amateurs des prêtresses de Venus, et aux au- 
gustes défenseurs de Thémis . uu sujet de l'ordon- 
nance qui défend aux charmantes déesses de Paphos 
de sortir de leurs temples, publiée par un amoureux 
en délire. 

N'ayant plus la clef des champs, 
Adieu nos plus beaux moments. 

Prix: 3o cent. Paris, chez les marchands de nouv. , 
i83o, in-8 de 7 pp. 

Prisions d'amore, comedia nuova (5 a., avec 2 prol. 
pr.), del Sforza Oddi. Venetia, 1291 , i5g2, 1596, 
1600, i6o3, 1607, i63o, in-12, fig. sur bois(Libri, 
3 fr. ; Nyon, n° 18699; Soleinne, n" 4? t 5. 4793). — 
Fiorenza, F. Giunti, 1592, in-8 (Libri, 7 fr.). — Co- 
médie singulière et fort gaie, réimpr. plus de 20 fois 
dans l'espace de 3o à 40 ans. 

Prima (La) donna et le garçon boucher. Paris, Hipp. 
Souverain, i83i, in-8, 7 fr. 5o. 

Prima (La) et la seconda cena (ou Le Novelle , par 
Ant. Fr. Grazzini, dit le Lasca, m. en 1 583). Stambul, 
dell'Eçira 122 (Florence, vers 1743), in-8 de 220 pp. 
— Eduion orig. Rare. — Libri, 25 fr. 5o. — Le car- 
dinal Borromeo ayant fait brûler dans un auto-da-fé, 
sur la place publique de Florence, tous les exempl. 
qu'on put saisir de cette édition, elle a été contrefaite 
avec le même nom de lieu et date. La contrefaçon 
contient 228 pp. — Londra (Paris), 1 756, in-8 ou in-4". 
1'' édition complète (Libri, 3q fr. ; Mac-Carthy, 7 liv. 
i5 sh.). — Milano, 181 5, 3 vol. in- 16; 2 exempl. tirés 
sur gr. in-4" (Libri, ex. in-4", -6 f>'- 5o). — Cette édi- 
tion contient une lettre et 2 nouvelles inédites. 

Le manuscrit de Grazzini ayant été égaré après sa mort , il 
ne fut retrouvé que vers 1740", en partie, et le reste plus t.ird; 
il existe cependant encore quelques lacunes. L'ouvrage forme 3 
soirées de 10 nouvelles, dont quelques-unes sont assez lestes et 



i32 PRIMA 

mises dans la bouche de femmes honnêtes. Les 21 nouvelles de 
Grazzini sont réimprimées dans la Raccolta di novelle , Mi- 
lano, 1810 ; elles en forment le 3 e volume. Les nouvelles 1 à 9 
sont reproduites dans les Novellieri, Baudry, 1847. La Revue 
de Paris '(i83i , t. XXIX) a donné la traduction de la nouvelle 
intitulée: Messer Falananna. Lefebvre de Villebrune les a tou- 
tes traduites en français. On peut regarder Grazzini comme 
le meilleur des conteurs italiens ; il narre avec une légèreté 
gracieuse; il s'attache surtout à raconter des mystifications, des 
tours joués à des niais , et il y a certainement dans ces récits 
un fond de réalité puisé dans la chronique intime de la ville de 
Florence. — Voir la Bibl. des romans , août 1779. — Voir aussi 
Gudin, p. 127, et les Sept petites nouvelles, p. 35. 

Les Nouvelles de Gra\\ini (trad. par Lefebvre de Villebrune). 
Berlin (Paris), 1776, 2 tomes pet. in-8. — Techener , 10 fr. ; 
Nyon, n° 10644. 

Prima {La) {la seconda et la ter^a) parte de le no- 
velle del Bandello. Lucca, 1 5 5^., 3 vol. in-4 . Edition 
originale ; pour la compléter, il taut y ajouter la Quarta 
parte de le novelle, Lyon,- i573, in-8 (La Vallière, 
284 fr.; de Limare, 3oo fr. ; Pinelli, 21 liv.; Hibbert, 
12 liv. 12 sh.; Libri, 8o5 fr.; Biblioth. Nationale, Y 2, 
1021 et 1023). — Milan, i56o, 3 vol. in-8 (Biblioth. 
de Grenoble, 17664). — Venise, i566, 3 vol. pet. in-4 . 

— Les dernières éditions ne valent pas les premières 
parce qu'on y a retranché des nouvelles tout entières et 
qu'on en a ajouté d'autres qui ne sont pas de Bandel. 

— Le Quattro parti de le novelle del Bandello. Londra, 
Harding, 1740, 4 part. pet. in-4 (Pinelli, 3 liv. i5 sh.; 
Giraud, 72 fr. ; Potier, 90 fr. Les exemplaires en grand 
papier sont rares et recherchés, parce que cette édition 
est intégrale; Mac-Carthy, 320 fr. ; La Bédoyère, 
J76 fr.; De Bure, 1 g5 fr.; Pixérécourt, 181 fr. ; Re- 
nouard, 2 55 fr.). — Londra (Livorno), 1791-93, g vol. 
pet. in-8. Edition complète et correcte, revue parPog- 
giali. — Milano, Silvestri, 181 3, 9 vol. gr. in- 16. 

Traduction Française : 

Histoires tragiques de Bandel, trad. par P. Boistuau et par 
Fr. de Belleforest. Paris, i568-i6o3, 7 tom. in-16 (comte de 
Hoym , 40 fr ). — Lyon, 1574-1616 , 7 tomes in-16 , plus un 8 e 
tome même format, cont. 28 nouvelles histor. trouvées, dit le 
trad., après la mort de Bandel, qui était devenu, en i55o, évè- 
que d'Agen; ce 8 e volume est fort rare; une partie de ces nou- 
velles ont été retranchées comme trop libres dans d'autres édit. 
françaises. 

On réunit quelquefois à cette traduction le Trésor des his 



PRINCE — PRINCES i33 

toires tragiques de Fr. de Belleforest, contenant les haran- 
gues, complaintes, exhortations, missives , et autres propos re- 
marquables contenus en icelles. Paris, i58i, in-8 et in-16. Rouen, 
i6o3, in-16. — Citons aussi le Choix d'histoires , tirées de 
Bandel, de Belleforest , de Boistuau dit Launay , et de plu- 
sieurs autres, par Feutry. Paris, 1779, 2 vol. pet. in-12 (Bra- 
met, n° 412, 1 fr.). 

Les Nouvelles de Bandel ont eu beaucoup de réputation, mais 
leurs sujets, malgré l'amour qu'il y a semé, renferment ordinaire- 
ment un fond de tristesse, et le dénoûment en est presque tou- 
jours funeste. Debure en donne dans la Bibliogr. instructive 
(Belles-lettres, tome II, pp. 80 à 88), la liste complète. Les 
nouvelles 1 à 24 du recueil italien sont reproduites dans les 
Novellieri publiés par Baudry à Paris, 1847, 'n-8. — «Qu'on 
lise les oréfaces curieuses de Bandello; on verra quelle était la 
vie intime des moines et des seigneurs. » (Ph. Chasles.) 

Prince (Le) Charmant, ou les Contes de fées, folie- 
vaud.par Delestre-Poirson, Scribe et Dupin (Gymnase). 
Paris, 1828, in-8, 2 fr. — Paris, i83o, in-32 (Th. de 
Madame). 

Prince (Le) de Condè , sa conduite militaire et ses 
amours, par Boursault. Paris, 1675, pet. in-12 (Teche- 
ner, 5 fr. ; Nyon , 835o). — Paris, i683, in-12. — 
Paris, Le Breton, iy3g, in-12 (Nyon, 835 1). — Paris, 
Didot, 1782, 1790, 2 vol. in-12 (Renouard, 3 fr. 25; 
Leber, n" 2176). — Paris, Tiger, s. d. , in-i8, 108 pp. 

— Ce prince de Condé est Louis I er , père d'Antoine, 
roi de Navarre. 

Prince (Le) de Longueville et Anne* de Bretagne, 
nouvelles historiques, par Lesconvel. Suivant la copie 
impr. à Paris (Holl.), 1678, in-12 (Renouard, 21 fr.). 

— Paris, 1697 (La Bédoyère, 3g fr. ; Nyon, n" 83 19). 

— Suivant la copie (Hollande), 1698, pet. in-12 (L~e- 
ber, n° 2168). 

Prince (Le) et la grisette, com. en vers, en 3 actes, 
par Creuzé de Lesser. Paris, i832, in-8. — Soleirine, 

n" 2444. 

Prince (Le) troubadour , ou le Grand trompeur de 
daines, op. -com. en 1 acte, par Al. Duval. Paris, Vente, 
181 3, in-8, 1 fr. 25. 

Princes (Les) de l'amour. 4 e série des Amadis. 
Paris, Lécrivain et Toubon, 1 85q, pet. in-4 à 2 col. 
de 48 pp. et vign., 5o cent. (Bibliothèque bleue, sous 
la direction d'Alfred Delvau). 



1 3 4 PRINCES — PRINCESSE 

Princes (Les) rivaux. Paris, Barbin, 1698, in-12 
(NyOa, n° 9461). — La Haye, 1699, in-12 (Renouard, 
6 fr.). — Les Princes rivaux, ou Mémoires de mis- 
tress Mary Anne Clarke, favorite du duc d'York, etc.. 
trad. de l'angl. sur la 2 e édition (par Dauxion-LavaisseK 
Paris, 181 3, in-8, avec le portrait de Mrs Clarke — 
Ouvrage intéressant et qui a eu beaucoup de succès 
en Angleterre. 

Princesse (La) Colonne ( Marie Mancini , nièce de 
Mazarin), histoire galante. Cologne, P. Marteau (Holl., 
à la Sphère), i683, in-12. — Leber, n° 223i; cat. de 
Dresde, n° 703. 

Princesse (La) de Babylone , op. en 4 a. , en vers, 
par M. J.-D. Martin. Paris, Denné, 1791, in-8. — So- 
leinne, n" 3 143. — Le roman de Voltaire a servi de 
base à cette pièce. 

Princesse (La) de Babylone, op. en 3 actes, en vers, 

far Yigée (et Morel de Chedeville), mus. de Kreutzer 
Opéra). Paris, Vente, i8i5, in-8, 1 fr. 5o. — Soleinne, 
n° 2289. 

Princesse (La) de Cl'eves (par M œe de La Favette, le 
duc de La Rochefoucault et Segrais). Paris, Cl. Bar- 
bin, 1678, 4 part. in-t2 (Nyon , n° 8347; De Bure. 
92 fr. ; Giraud, io5 fr. ; Solar, 327 fr. ; J. Pichon, n° 
723, 5oo fr.).— Paris (Holl., Elzev.), Cl. Barbin, 1678, 
4 part. pet. irf-12, front, gr. Edition différente de la 
précédente, quoique ayant le même nombre de pages 
(Luzarche, n" 2941; Potier, 1870, n° 1412). — S. 1. n. d. 
(Amst., Elzev.), 4 part. pet. in-12 (Nodier, 20 fr. ; Pi- 
xérécourt,4S fr.). — Amst.,Abr.\Volfgang, i688,pet.in-i2 
(Duplessis, 3i fr.). — Paris, Cl. Barbin, 1689, 4 part. 
in-12 (Luzarche, n" 2942). — Amst., D. Mortier, 17 14. 
in-12, fig (Scheible, en 1872, 1 thaï. 20 sgr.). — 
Paris, 1764, in-12 (Leber. 2170). — Paris, Didot , 
1780, 3 vol. in- 18. — Suivie des Lettres à M me la 
marquise de '**, sur ce roman (par de Valincour), et 
de la Comtesse de Tende (par M me de La Fayette), 
avec une préface par Adry. Paris, 1807. 2 vol. in-12. 

— Suivie de la Princesse de Montpensier (par la même . 
Paris, Didot, 1814, 1 81 5, 2 vol. in-16, 6 fr. — Paris, 
Ménard et Desenne, 1818, in- 18, 3 fig., 2 fr. — Paris, 
Werdet, 182b, 2 vol. in-32, front, gravé et fig., 6 fr. 

— Paris, i83o, in-18, 60 cent. — Paris, Desrez, i835, 



PRINCESSE i35 

in-12. — Paris, Picard, 1868, pet. in-8, viii.-2 3q pp., 
2 fr. — Il existe des éditions sous le titre: Amourettes 
du duc de Nemours et de la princesse de Cléves. Voir 

ces mots. 

Princesse (La) de Guâmenâe dans le bain et le duc 
de Choiseul. conversation rééditée par Louis Lacour. 
Paris, Académie des Bibliophiles, 1867, P et - in ~& ^e 
16 pp., tiré à 200 exempl. 

Dans sa préface de deux pages, l'éditeur dit que deux écri- 
vains. Mély-Janin et Barrière avaient dcià mis en lumière cet 
opuscule. En effet on le retrouve dans les Tableaux de genre 
et Shi>toire, de F. Barrière (Paris, Ponthieu, 1S2S, in-8, pp. 
201 à 217) où il porte pour titre: Conversation entre M. Je 
Choiseul et M ' Je Guémenée. Le duc de Lauzun avait mangé 
toute sa fortune , et dilapide même celle de sa femme. M" 10 de 
Guémenée, dont le mari avait acheté en viager ce que le duc 
possédait encore, hasarda quelques mots imprudents sur la con- 
duite de M "' de Lauzun , quoiqu'elle fût irréprochable ; c'est 
alors que son parent, le duc de Choiseul, embrasse sa défense, 
tout en critiquant M ' de Guémenée, laquelle était plus véri- 
tablement blâmable. 

Princesse (La) de Montferrat , nouvelle contenant 
son histoire et les amours du comte de Saluces (par 
Brémond). Amst., Abr. Volfgang (à la Sphère), 1676. 
pet. in-12. — La Bédoyère , 3o fr. ; Nyon, n° 8496; 
Claudia, en mai i858, 4 fr. 

Princesse [La) de Trébi^onde , op. -bouffe en 3 a. . 
par Ch. Nuitter (Truinet) et Et. Tréfeu, musique d'Of- 
fenbach (Bouffes- Parisiens, 7 déc. 1869). Paris, Michel 
Lévy, 1870, gr. in-18, 92 pp. 

Princesse {La) et le sous-officier , hist. contempo- 
raine, par le baron de Lamothe-Langon. Paris , La 
Chapelle, 1 83 1, 5 vol. in-12, ii fr. 

Princesse (La) Mathilde (Démidoff-Bonaparte) , par 
J. A. — // lui sera beaucoup pardonné, car elle a 
beaucoup aimé. Londres et Bruxelles, 1866, in-18 de 
23 7P p. 

Il y a eu plusieurs éditions (3) de ce petit volume qui porte 
pour premier titre : Mystères de la famille Napoléonienne. 
Un autre petit volume." portant le mène premier titre, est con- 
sacré au prince Napoléon, mais n'a pas rapport à la galanterie, 
et a moins réussi. Voici la table des matières de la Princesse 
Mathilde: Prologue, p. 5 — Un premier amour, p. 35 — Aux 
bords de l'Anio, p. 46 — Saint-Pétersbourg , p. 56 — Paris , 



i36 PRINCIPES - PRINTEMPS 

p. 67 — Fontenay-aux-roses, p. 75— Le Futur empereur, p. 
87 — La Roncière le Nourry, p. g3 — Une scène de jalousie, 
p. 99 — l'Elysée et les Tuileries, p. ii5 — Frère et sœur, p. 
127 — Soirée littéraire , p. 1 33 — la Princesse s'amuse, p. 147 

— Une escapade, p. i53 — Une Gaudriole, p. i5g — 17m som- 
wmz> de jeunesse, p. i65 — /a Princesse Clotilde, p. 175 — 
0« devient vieille, p. 179 — les Mœurs sous l'Empire, p. 184 

— le Neveu et la tante, p. 201 — Dernier mot sur la prin- 
cesse, p. 225. 

Principes sur la nullité du mariage pour cause d'im- 
puissance, par *** ( Boucher-d'Argis , avocat); avec le 
Traité du président Bouhier sur les procédures qui 
sont en usage, en France, pour la preuve d'impuis- 
sance de l'homme , et quelques pièces curieuses sur 
le même sujet (factum d'Etienne Pasquier, pour Marie 
Corbic, etc.)- Londres (Paris), 1756, in-8; i re part., 
vm-i5o pp.; 2 e part., 238 pp. et 3 ff. pour la table. 
— Chaponay, 23 fr. ; Claudin, en 1866, 5 fr. 5o ; Lu- 
zarche, n° 865. 

PRINGY (M"" de) , morte au commencement du 
XVIII e siècle. L'Amour à la mode — les Amours de la 
belle Junie — les Différens caractères des femmes du 
siècle, avec la description de l'amour propre. 

Printemps {Le) d'Yver, contenant cinq histoires dis- 
courues par cinq journées en une noble compagnie (au 
château du Printemps), par Jacq. Yver, seign. de Plai- 
sance, etc. (Paris, 1572), pet. in-12 (Solar, 56 fr. — 
3" édition. Paris, J. Ruelle, 1574, in-16 (Nyon, n" 
q838; Solar, 57 fr.). — Anvers, Silvius, 1375, in-12 
(de Boisset, i5 fr.). — Paris, Borel, 1578, in-8 (Méon, 
8 fr.). — Paris, N. Bonfons, i58o, 1584, in-16. — 
Lyon, Rigaud, i582, in-12 (Nodier, 3o fr.). — Lyon, 
id., i588, in-16 (Nyon, n° 9840). —Paris, Moreau, 
i588, in-12 (Nyon, n° o83q). — Niort, Porteau, i5q8, 
pet. in-12 (Veinant, 26 fr.). — Rouen, i5gq, petit 
in-12. — Rouen, N. Angot, 1618, pet. in-12 (Dùplessis, 
3i fr.; Chaponay , 42 tr. ; Leber, n° 2376). 

Ces contes ont été insérés dans les Vieux conteurs français, 
1837, gr. in-8, p. 517-654, et on en trouve un extrait dans la 
Bibliothèque des romans, janvier. 1786, tome II. Voir sur Yver 
un article de M. J. Boulmier dans la Revue de Paris, i5 no- 
vembre i855, p. 553-565. Histoires amusantes et qui seraient 
encore agréables aujourd'hui si l'on pouvait en élaguer des lon- 
gueurs et en rajeunir quelques expressions. 



PRISE— PRIVILEGIA 



107 



Prise (La) des Annonciades (poème), par le comte 
C. S. de L....h (Charles de Lameth). S. 1. n. d. (Paris, 
1780), in-iS, .10 pp. — La 2' édition est de la même 
année, mais in-8. — Leber, n 488o ; Boulard, tome IV, 
n" 1 33g. 

Privilèges (Les) du cocuage , ouvrage utile et né- 
cessaire tant aux cornards actuels qu'aux cocus en 
herbe. Cologne ? 1644, pet. in- 12. Rare. — A Yicon , 
chez Jean Cornichon (Holl., à la Sphère), 1G82 (Solar, 
82 fr.), 171 2 (Nyon, n" 10881), 1722, pet. in-12, avec 
front, singulier et qui manque quelquefois. — Nodier, 
18 fr. ; Chaponav, 14 fr. 5o. — Cologne (Holl.), 1 '^94, 
1698 (Nyon, 10880; Potier, en 1870, 5i fr. ; Fontaine, 
en 1870, 80 fr.), 1708, pet. in-12 (Chédeau, n° 1097; 
Gorlay, 29 fr.). 

Dialogue spirituel et gai entre un jaloux et un mari qui n'a 
plus rien à craindre, qui en a pris sou parti et s'en trouve 
bien. — Une réimpr. à 200 exempt, a été faite à Bruxel'es en 
1804., par Merlens, pour J. Gay, avec une notice de M. P. La- 
croix , pet. in-12 de 139 pp. , 8 fr. — L'édition de 1644, que 
nous citons d'après le Manuel du Libraire, ne se retrouve nulle 
part, et il doit y avoir là une énonciation inexacte empruntée à 
quelque catalogue erroné. L'auteur est resté inconnu. M. Paul 
Lacroix indique soit Le Noble, connu par son intrigue avec 
la belle épicière, soit Samuel Chappuzeau, auteur dramatique 
qui abordait volontiers le terrain des infortunes conjugales; 
mais ces hypothèses sont fort hasardées. — 11 en existe une 
traduction anglaise; Londres, 1684, 1686, 1728; elle est inti- 
tulée: 

PrivileJges of cuckolds, or the Cure ofjealousie, necessary 
not only fort thèse n>ho are so , but those who mary be so. 
London, 1686, in 12. 

Privilèges (Les) et fidélité des chastreç , ensemble 
la Responce aux griefs proposés en l'arrest donné 
contre eux au profit des femmes. Paris, 1619, pet. in-8 
de 8 pp. (La Vallière, n' J 3qi3 s6 ; Leber, n" 2404 11 ). 
Rare. — Opuscule qui se joint à YArrest contre les 
chastre^. — Réimprimé dans le tome III des Variétés 
hist. et litt. d'Ld. Fournier, p. 333-336. — Voir le 
cat. Pixérécourt, pp. 195-196. 

Privilèges (Les) et franchises des Escornifleurs, 
item, la Confrairie des mal-mariés ou martyrs as- 
semblés rue Tournccul. In-8. — Leber, n° 261 5. 

Privilégia virginum , auctore J. L. Nicolai. 1686, 
in-4 . — Scheible. 



i38 PRIX — PROBLEMES 

Prix (Le) de Cythère , op.-com. en i acte , par le 
marquis de P. (Paulmy) et Favart (Foire Saint-Ger- 
main). Paris, Prault, 1742, in*-8 (Nyon, V, p. 202; 
Soleinne, 33ç,6). — Paris, Duchesne, 1761, in-8. 

Probenachte (Die) der deutschen Bauermâdchen (Les 
Nuits d'épreuve des jeunes paysannes allemandes, par 
F. C. J. Fischer. Reproduction exacte de l'édition de 
. Stuttgart, i853, in-18. 

Il en a paru, en 1801, à Paris, chez J. Gay, une traduction 
augmentée de quelques détails nouveaux. Elle est intitulée: Les 
Nuits d'épreuve des villageoises allemandes ; elle est due à 
M. Gust. Brunet. Aux diverses considérations historiques dans 
lesquelles était entré l'auteur , le traducteur en ajoute de nou- 
velles. Nous citerons seulement celle-ci : 

« Les doubles mariages des Merowings qui produisaient ré- 
gulièrement tous leurs effets civils . avaient lieu assurément sans 
la participation de l'église. Jusqu'au quinzième siècle, il fut 
très-difficile de faire accepter aux populations allemandes l'in- 
tervention d'un prêtre dans les cérémonies du mariage. Souvent 
même , lorsque sa présence fut requise , elle n'eut lieu qu'au 
milieu de la fête et sans qu'il fût question de se rendre à l'é- 
glise. On admit aussi la bénédiction ecclésiastique après la 
consommation du mariage. Voir YYeinhold: Die deutsche Frauen 
in Mittelalt. 

« La résistance existait encore chez certaines populations ger- 
manisées dans le seizième siècle. On n'y voulait considérer le 
lien conjugal que comme un contrat purement civil, où l'action 
religieuse n'avait pas à s'exercer, et on cite encore, en iS5t,un 
cas de mariage dans la haute bourgeoisie protestante où n'inter- 
vint aucun acteur religieux. 

Problème sur les femmes, où l'on essaye de prouver 
que les femmes ne sont point des créatures humaines 
(par de Querlon). Amst. , 1744, pet. in-8. — Po- 
tier, 5 fr.; Leber, n r, 273i; Claudin, 1839, 4 fr. 5o; 
Nyon, n" 4016. — Trad. d Acidalius Disputatio per- 
jucunda qua anonymus, etc. — Voir ce titre. — Cette 
traduction est suivie d'un Essai sur l'ame des femmes. 

Problèmes (Les) de Jérôme Garimbert, traduitz du 
tuïcan en françoys, par Jean Louveau. Lyon, Guill. 
Rouille , 1 55g, in-8. 

Livre fort amusant, du genre de ceux de Cholières et de Bou- 
chel, mais moins répandu et plus rare. Entre autres questions 
ii::gulières l'homme aux problèmes examine avec une religieuse 
attention, et vous explique: «Pourquoi le chien masle hausse 
a la jambe pour pisser, et non la femelle'? — La cause pourquoi 
« les femmes ont plus de caquet que les hommes ! — Puisqu'il 



PROCKDURE — PROChS i"q 

i. est beaucoup pire de faire les choses deshonnestes que de les 
"dire: d'où vient que les hommes ont plus de honte à les 
idirc qu'a les faire? — Pourquoi il y a de beaux visaiges qui 
« semblent lai Jz à aucunes personnes, et les laidz semblent beaux 
« aux autres?... » Leber, n° 2569. 

Procédure (La) faite contre les filles de joye, à la 
requête des bourgeois de Paris (en vers). Paris, 1619, 
pet. in-8 de 1 3 pp. Très-rare. — Voir Pixérécourt, 
p. 193 ; La Vallière, n" 4287*. 

Proce^ (Le) de Gilles de Rays, maresch.il de France, 
en l'an 1448, accusé d'avoir pris et faict prendre plu- 
sieurs petits enfants et autres gens, les meurtrir ci 
occir pour en avoir le sang, le cœur, le foye et autres 
parties d'eux , pour en faire sacrifice au deable. Petit 
în-fol. — Leber, n° 6872.— Manuscrit du XVII e siècle. 

Procès de grand criminel , où une dame de qualité 
se plaint d'avoir été fouettée par l'ami de son mari. 
1720, in-fol. — Leber, n u 710. 

Procès (Le) de la reine d'Angleterre , raconté par 
Jérôme Lévcillé, fort de la Halle; pot-pourri. 4 édit. 
la même année. Paris, 1820, in-18 de 4 Q* 5 de feuille, 
1 pi. et 1 titre gravé. — Barraud , en 1870, 1 fr. ?o. 
— Un autre pot-pourri , la Reine vengée , ou Chacun 
voit à sa manière (Paris, Pesche, 1820, in-18) a paru 
en réponse à celui-ci. — Chaponay, 4 fr. — Le Procès 
est assez piquant; la Reine vengée ne l'est nullement. 

Procès de la reine d'Angleterre (Caroline de Bruns- 
wick), etc., par C***. Pans, Tiger, 1821, 2 vol. in-18, 
1 fr. 

Procès de Léonie Chereau. — Antécédents de Léonie 
Cherean. — Sa première faute. — Enlèvement de l'en- 
fant de M. Hua. Paris, Lebigre-Duquesne, 1859, in-32 
de 148 pp. 

Procès (Le) des danses , débattu entre Ph. Vincent, 
min. du S. Evang. en l'égl. réf. de La Rochelle, et 
des jésuites de la mesme ville. La Rochelle, J. Chup- 
pin, 1Ô4G, in-8. — Le Marié, en 1776, 11 liv. 

Procès (Le) des femmes et des puces composé (ar- 
rangé) par un frère mineur Pèlerin retournant des 
Hirlanaes, où il apprint la vraye recette pour prendre 
et faire mourir les pues; laquelle sera déclarée cy- 



140 



PROCES 



après à la définition du dit procès. S. 1. n. d., petit 
in-8 goth. de 4 ft. 

Pièce de vers en quatrains, avec la recette en prose. Elle fai- 
sait partie d'un recueil de dix-huit pièces plus singulières les 
unes que les autres, recueil porté 36 fr. dans le catal. du B. de 
H(eiss), n° 279. mais dont on donnerait aujourd'hui 3oo fr. et 
plus. — Manuel, tome IV, col. 890. 

Procès {Le) du baiser , vaud. en 2 a. , par Michel 
Masson (Variétés). Paris, 1829, in-8, 1 fr. 5o. 

Proce^ et amples examinations sur la vie de Ca- 
resme-Prenant, avec les sentences, mandements, etc. , 
trad. de l'ital. en franc. Paris, i6o5, pet. in-8. 

Edition originale très-rare ; mais il y a une réimpression sous 
la n,è ne date, qui est ordinairement accompjgnée des pièces 
suivantes aussi réimprimées: Traicté de mariage entre Julien 
Peoger, dit Janicot, et Jacqueline Papinet, sa future espouse. 
Lyon. 161 1. — La Source et origine des cons sauvages et la 
manière de les apprivoiser, etc. Lyon, 1610. — La Grande et 
véritable prognostication des cons saulvaiges, etc. — Copie 
d'un bail et ferme, faict par une jeune dame , de son cou, 
etc. Paris, 1609. — La Raison pou'rquoy les femmes ne por- 
tent barbe au menton, etc. — La Source du gros fessier des 
nourrices, etc. , avec la complainte de M. le cul, etc. Rouen. 

— Sermon joyeux d'un dépucelleur de nourrices. Huit pièces 
de format pet. in-8 ou in-18 de 70 pp., avec 2 fig. libres bien 
gravées, réimprimées deux fois dans le XVIII e siècle; elles se 
vendent ordinairement de 25 à 3o fr. , et en y ajoutant le Dict 
d s pays joyeulx , réimpr. plus récemment, de 3o à 40 fr. 
( Duriez, relié avec les Reclusières de Vénus, de 1750; Veinant, 
36 fr.). — Voir le catal. Pixérécourt. p. 194, Leber , n° 25oo. 

— 11 y a d'autres édit. de Proce\ et amples examinations, etc. 
Paris, 1609, pet. in-8 de 16 pp. , fig. s. b. (Veinant, 60 fr.). 
Il a été fait sur cette édit. une réimpr. par Crapelet. Paris, 
i83o. pet. in-18 de 24 pp. — Paris, 1612, pet. in-8. — Lyon , 
161 8. pet. in-8 (Solar, 60 fr.; Cosle . 22 frj. — Toutes ces 
pièces ont été réimpr. à la suite des Entretiens de Magdelon 
et de Juli.'. Luxembourg, imprimerie particulière (Bruxelles) , 
1866, pet. in-12 tiré à 106 exempl. , 12 fr. 

Procès-verbal et protestations de rassemblée de l'or- 
dre le plus nombreux du royaume. Paris, 1787, pet. 
in-8 de 32 pp. — Second procès-verbal de l'assem- 
blée, etc., tenue à la plaine de Longs-boyaux. Con- 
cornibus (Paris, 1789), in-8. — Nouvelle assemblée des 
notables cocus du royaume en présence des favoris de 
leurs épouses. — Délibérations et protestations de l'as- 
semblée des honnêtes citoyennes compromises , etc. — 
Réponse des femmes de Paris au cahier de l'ordre le 



PROCES — PRODROME 141 

plus nombreux, etc. 1789. — > Ces 5 pièces réunies sont 
rares. Desq, 3o fr. — On peut y ajouter l'Hommage 
aux plus jolies et vertueuses femmes de Paris (Voir 
ce titre). 

Procès-verbal fait au P. J. Testefort , dominicain, 
qui fut trouvé couché rue du Cimetière-Saint-André 
avec la R. M. Brévilliers, religieuse, le 4 novembre 
11127. ln-8. — La Vallière, 21 fr. 

Processo de cartas de amores, que entre dos aman- 
tes passaron y una quexa y aviso contra amor , tra- 
dit^ido del estilo griego en nuestro pulido castcllano , 
por Juan de Segura. Toledo, 1548, 111-4° goth. (Heber, 
10 sh. (5 den.). — Todo con diligentia nuevamente 
corregido 'por Alonso de Ulloa). Venetia, Giolito, 1 5 5 3, 
put. in-8 (Nodier, 4) fr.). — Livre rare et curieux. 

Procopii Cœsariensis arcana historia, qui est liber 
nonus historiarum , gr. et lat. , éd. Nie. Alemannus. 
Lugduni, A.Brugiotti, i623,in-4°. — Procopii historia 
arcana, gr. et lat. Parisiis, typ. reg., i663, in-fol. — 
Procopii Cœsariensis anecdota , sive historia arcana , 
gr. et lat. Nie. Alemanni, Cl. Maltreti , F. Reinhardi , 
Jo. Toupii et aliorum annotaliones suasque adjecit Jo. 
Conr. Orellius. Lipsiae, Hartmann, 1827, in-8, avec 4 
pi. — Procopius , gr. et lat., ex recens. G. Dindorhi. 
Bonnœ, E. Weber, 1 833-38, 3 vol. in-8. 

Procope, célèbre historien grec, né à Césarée, en Palestine, 
et m. vers 565, donne, dans son Historia arcana, des détails 
curieux sur Justinien et sur sa femme, l'impératrice Théodora, 
d'abord danseuse et courtisane, et célèbre par sa beauté, par 
son impudicité , par ses intrigues et par ses caprices. Procope 
a été traduit en Iranç. et annoté 'Paris, i856, 2 vol. in-8) par 
M. Isambert. 11 y a aussi un roman en 3 vol. in-i2-sur Thco- 
dora, femme de Justinien. On trouve dans l'édition latine du 
Meursius Je Birmingham, 1770, tome 11, p. 2G2, un Fragmen- 
tum Procopiannnt de Théodora. 

PRODROME (Théodore), né vers le milieu du XI e 
siècle, rlorissait à Constantinople. Prêtre, poète, philo- 
sophe et médecin tout à la fois, le plus connu de ses 
ouvrages est les Amours de Rhodante et de Dosiclès 
assez pauvre composition en mauvais vers. Le texte: 
Prodromi (Theod.) philosophi, Rhodantis et Dosiclis 
amorum lib. IX, gr. lat. , interpr. Gil. Gaulmino. Pa- 
ris, 162b, in-8, peu commun. Askew , i3sh. ; Beau- 
clerk , 12 sh. 6 d.; Mac-Carthy (3343), 5 fr. 95. — 



142 PROGRES — PROJET 

Il en a été fait deux traductions : l'une , par Godard 
de Beauchamps, l'autre par Trognon. 

Progrès (Les) du libertinage, histoire trouvée dans 
le portefeuille d'un carme réformé, et publiée par 
un novice du même ordre. Londres, 1788, in-12 de 
71 pp., avec 4 rig. libres (Lippert). — S. 1. , 1794 , 
in- 18 (Cat. Noël). Très-rare. 

Dans l'épitre dédicatoire au foyer de l'Opéra, il est parlé de 
l'abbé Maury, ce qui indique la date de la publication de ce 
volume. 11 parait que, dans certains exemplaires, on trouve 6 
gravures. Ce volume a été réimprimé vers i83o, avec la date 
de 1788, et 4 mauvaises lithographies. Une condamnation en a 
été insérée au Moniteur du i5 décembre 1843. 

Progress of love , in four eclogues. London, 1732, 
in-8. — Boulard, tome V, n° 3428. 

C'est peut-être le même ouvrage que: The Progress oflove, 
a poem ; by Martin Kedgwin Masters. London, Longman, 1807, 
pet. in-12 de xiii-i 36 pp. — Ce dernier poëme (divisé en 3 
livres) ne parait pas s'élever au dessus du médiocre. 

Projet d'un nouveau règlement concernant les filles 
publiques et les maisons de prostitution, tendant à en 
diminuer le nombre , sans employer la rigueur, et 
sans attenter à la liberté des prostituées, soumis à M. 
le préfet de police, par un ami de la charte, dans 
l'intérêt du commerce et des mœurs. Prix: 5o cent. 
Paris, chez les libr. du Palais-Royal, i83o, in-18 de 
8 pages. 

Projet d'une loi portant défense d'apprendre à lire 
aux femmes, par S*** M*** (Sylvain Maréchal). Paris, 
Massé, an ix (1801), in-8 de vu et 106 pp. (Alvarès, 
en 18 38, 6 fr. 5o). — Réimpr. à Lille, en 1841, in-8, 
tiré à 100 ex. (Aubry, en 1857, 4 fr.); — à Bruxelles, 
en 1847, in-12; — à Paris, en 1 85 3, in-18 de 121 
pp. , sous le titre : // ne faut pas que les femmes sa- 
client lire, ou Projet d'une loi. etc., par S. Maréchal. 
3 e édit. revue et augm. 

11 a été fait une réponse à cet écrit impertinent, intitulée: 
Contre le projet de loi de S" M" (Sylvain Maréchal) portant 
défense d'apprendre à lire aux femmes, par une femme qui ne 
se pique point d'être femme de lettres (par M me Gacon-Dufour, 
d'abord M me d'Humières, et amie de S. Maréchal). Paris, an ix 
(1801), in-8 de 66 pp. (V. der Muhlen , n° 703). — Puis, une 
seconde réponse par M me Clément, née Hémery: Les Femmes 
vengées de la sottise d'un philosophe du ioiir, ou Réponse 
du projet de loi de M. S m " M'", par M"' e •••. S. I. n. d., in-8 



PROLOGUES — PROPERCE 14? 

Prologues tant sérieux que facétieux (ou non tant 
supcrlifîqucs que drolatiques) avec plusieurs galima- 
tias ; par le sieur D. L. (Deslauriers). Paris , J. Mil- 
lot, s. d., in-12, titre gravé. 33 prologues dont le der- 
nier est celui du cul. A la fin se lit un privilège daté 
de iôio, où est nommé ce Deslauriers (20 fr. Morel- 
Yindé; 63 fr. Veinant). — Rouen, 1614, 161 8, et s. 
d. , pet. in-12 (Courtois, 14 fr. ; Heber, 18 sh. ; Au- 
villain , n° i3i2). 

Promenade (La) de Saint-Cloud , ou la Confidence 

réciproque par Fromaget). Paris, ou La Haye, 1 736- 

von, 10097), 1738 (Gromier, 3 fr. 5o) , 1 y55 

(Nyon, 10098), 1727, 3 vol. in-12. — De Bearzi , 

n 2766. 

Promenade (La) de Versailles, ou Entretiens de six 
coquettes, par de Saint-Paul. La Haye (Paris), 1736, 
1737, in-12. — Nyon, n° 10101 ; Techener, en 1869, 
8 fr. 

Promenade (La) de Versailles, ou l'Histoire de Cé- 
lanire (attrib. à Mlle de Scudéry). Paris, 1669, in-8. 
— Nyon, n° 10 100; Solar, 11g fr. — Réimpr. en 1698. 

Promenades dans Londres, par M"" Flora Tristan. 
Paris, Delloye, 1840, in-8 de 5i et 412 pp. (les 5i 
pp. préliminaires contiennent un Loup d' œil sur l' An- 
gleterre , signé des initiales A. Z.). Cet ouvrage donne 
des détails curieux sur les mœurs privées des anglais. 

Prognostication des c. saulvaiges, avec la manière 
de les apprivoiser (en vers). S. 1. n. d. (vers i53o), 
pet in-8 gotb. de 4 ff. (Heber, 44 fr. 5o). — Rouen , 
Yves Gomont , in-8 goth. de 10 pp. Rare. — S. 1. , 
chez Jean de La Montagne, 1797, in-18. — Réimpr. 
récemment en Allemagne, avec l'indication de Cons- 
tantinople, 1700, et à la suite des Entretiens d: Mag- 
delnn et de Julie. Luxembourg, 1866, en note de la 
Grande et véritable prognostication, etc. 

Facétie en vers; elle est, comme d'autres écrits de ce genre, 
recherchée à cause de son titre; elle est peu piquante. — Voir 
aussi Grandes et récréatives prognostications , 111, 442. 

PROPERCE (Sextus-Aurelius Propertius), poëte élé- 
giaque latin, né à Mevania , dans l'Ombrie, vers l'an 
52 avant J.-C. ; mort vers l'an 12 av. J.-C. Les meil- 



i 4 4 PROPOS — PROSTITUTION 

leures éditions du texte sont celles de Brouckhusius, 
1702 ; de Burmann, ^80, et de Paley, à Londres, en 
i853. Aucune n'est chère. 

Traductions Françaises : 

Elégies de Properce, trad. (en pr.) avec des notes, par De- 
longchamps. Paris, 1772, in-8, 6 fr. (Potier, en 1860, 8 fr.). — 
Paris, 1802, 2 vol. in-8, fig. de Ponce, d'après Marinier. — F. 
Didot, 17 fr. ; Leber, n° i6i3; Techener, 8 à 20 fr. 

Traduction nouvelle (en pr.) des Elégies de Properce, che- 
valier romain (par Plaisant La Houssayej. Amst. et Paris , 
Jombert, 1785, pet. in- 12. 

Œuvres de Properce, trad. en fr. (en pr.) , par F.- P. Piètre. 
Maestrichi et Paris, an ix (1801), in-12. 

Elégies de Properce (au nombre de quinze), trad. en vers 
franc.", et Poésies diverses, par Dsnne-Baron. Paris, Rosa , 
1812, 181 3, in-18, fig. de Desenne, 5 fr. — Paris, Ladvocat, 1825, 
gr. in-18. 

Élégies de Properce, trad. en vers de C. L. Mollevant (texte 
en regard). Paris, Arth. Bertrand, 1816, 1821, in-18, 3 fr. 

Properce, seule trad. compl. en vers franc, par Ch. de St- 
Armand (J.-P. Chevalier). Texte en regard. Paris, Janet, 181g, 
in-8 de 3o feuilles. 

Elégies de Properce, trad. nouv., par Genouille (texte en 
regard) Paris, Panckoucke , i83-|, in-8 de 3o feuilles (Bibl. lat.- 
fr.) , 7 fr. 

Propos rustiques, baliverneries , contes et discours 
d'Eutrapel. Edit. avec Essai sur N. Dufail , par J.-M. 
Guichard: Paris, 1842, 1 856, in-12, 3 fr. 5o. — Voir 
aussi à Contes et discours d'Eutrapel, et a Baliverneries. 

Pros and Cons, for Cupid and Hymen , exhibiting 
the horrors and delights of being over head and ears 
in Love ; with the extrême felicity and wretchedness 
of Matrimony, by Jenkins Jones. London, 1807, petit 
in-8, avec front, curieux. 

Prose di Agnolo Firen^uola. Florence, B. Giunta, 
1548 (Nyon, n° 11810), i5Ô2, in-8. La 2 e partie con- 
tient: Dialogo délia bélle\xd délie donne. Rare. — 
Florence, L. Torrentino, i552, in-8. Rare (Yemeniz, 
n° 2ig5, 41 fr.). — Venise, G. Griffio, i552, in-12. 

Prostitution considered in its moral , social and sa- 
nitary aspects in London, etc., by W. Acton. London, 
i85/, in-8. — Baillière, i3 fr. 5o. 



PROSTITUTION — PROVERBES i 4 5 

Prostitution (La) dans Paris, par A. Granveau. 
Paris, 186s, in-8, i 5g pp., 2 fr. 

Prostitution et syphilis. Lettres d'un médecin de 
Paris à un confrère de province, parle docteur Emile 
Quantin. Paris, Savy, i663, gr. in-18, 70 pp. 

Prostitution (Die) in Berlin, uni ihre rpfer (La 
Pn stitution à Berlin et ses victimes, envisagée sous 
les rapports de l'histoire, de la moralité, de la méde- 
cine et de la police). Berlin, 1846, in-8. 

Prostitu^ione (La) c le prostitute a Trieste, del 
dott. Giuseppe Schmutz, con due annessi regolamenti 
politico-sanitari. Trieste, 18Ô8, in- 16. — Bibliogr. 
d'Italie, janvier 1869. 

Protégé (Le) de Joséphine Beauharnais, par le ba- 
ron de B*** (par Charles Doiis, de Bourges). Paris, 
Lemonnier, 1820, 2 vol. in- 12, 6 fr. 

Protestation des files du Palais-Royal, ou Véritable 
tarif, rédigé par mesdames Rosni et Sainte-Foix , 
présidentes du district des galeries. Paris, 1790, in-8. 
— Pixéréccurt, p. 3<j 1 ; Leber, iv, p. 221. 

Prouesses (Les) du dieu Priape en dialogues , par 
le sieur de LaTreille. Paris, G. de Luynes, 1670, in-12. 

Livre très-rare , indiqué par de l'Aulnaye (dans le g ossaire 
joint à son édition de Rabelais, art. Crocâte) et qui mériterait 
que des recherches actives et persévérantes fussent faites pour 
le retrouver. 

Proverbes dramatiques , par Carmontelle. Paris et 
Versailles, 1768-81, 8 vol. in-8. — Préc. de la vie de 
Carmontelle, etc. (par de Méry). Paris, 1822, 4 vol. 
in-8, 24 fr. 

Ce recueil contient: le Mari absent — le Bal — le Boudoir — 
l'Homme qui craint d'aimer — la Veuve avare — les Epoux 
malheureux — le Bon. mari — la Corbeille de mariage — le 
Seigneur du village, amoureux — le Mari — l'Amant malgré 
lui — Ll\elte et Zaskin, etc. — D'autres éditions des mêmes 
proverbes partent le titre de Amusements Je société, ou Pro- 
verbes dramatiques. Amst. (Paris 1 , 1770, 8 vol. in-12. — 
Neui.hât 1, i?83, 6 vol. in-8. — Paris, 1788 et années suiv. , 8 
vol. in-8.— Voir aussi Nouveaux proverbes dramatiques. 

Proverbes sur les femmes, l'amitié, l'amour et le 

Tome VI. - 19 



146 PROVINCIALES — PSYCHÉ 

mariage, recueillis par Quitard. Paris, Garnier, 1860, 
in- 12, 3 fr. 5o. ■ — Scheible, en 1872, 2 5 sgr. 

Provinciales (Les), ou Hist. des filles et femmes, etc., 
par Rétif de la Bretonne. — Voir L'Année des dames 
nationales. 

Provok'd (The) Husband, or a Journey to London, 
a comedy (5 a., prol. et épil. v.), by J. Vanbrugh et 
C. Cibber. London, 1760, in-12, fig. — P. Clément 
en a fait une traduction, française en prose: Le Mari 
poussé à bout, ou le Voyage à Londres. 

Prusse (La) galante, ou Voyage d'un jeune Fran- 
çais à Berlin, trad. de l'allemand, parle docteur Aker- 
îino (Rousseau Jacquin, de Metz, imprimeur à Paris). 
Coitopolis (Paris), 1801, in-12 de 166 pp., front, gravé, 
libre. — Coblentz, 1802, in- 12, fig. (Aubry, 5 fr.). 

11 ne faut pas confondre ce roman erotique avec celui intitulé: 
la Prusse galante, ou Voyage d'un jeune homme à Berlin , 
trad. de l'allem. (par le baron CI. -Franc. -Et. Dupin, m. en 1828), 
Paris, impr. de Jacquin, s. d. (1800), in-8 de vi-169 pp. — Le 
vol. publié par Akerlino est une imitation de celui du baron Du- 
pin, lequel est extrait d'un livre allemand plus étendu : Briefe 
ueber die galanterien von Berlin. — La Prusse galante a été 
trad. en allem.: Das galante Preussen. Coblenz (Leipzig), 1801. 

Psaphion, ou la Courtisane de Smyrne , fragment 
erotique, trad. du grec de Mnaseas (comp. par Meunier 
de Querlon). Londres, 1748 (Nyon, n° 8228), 1749 
(La Bédoyère, 12 fr.), 1797, in-12, 1 fig. Peu commun. 

Roman de galanterie musquée ; c'est l'histoire d'une courti- 
sane, racontée par elle-même. M. Paul Lacroix en donne une 
petite analyse dans le Bulletin du bibliophile de 1864, p. n 18. 

Psaumes de David. Lyon, Jean de Tournes, i563, 
2 parties in-8, musique. 

Les dessins les plus variés servent d'encadrement à cette jolie 
édition. On y remarque avec surprise des figures priapesques. 

Pst.... Pst!...., com -vaud. en 1 a., par Delacour et 
Supersac (Pal. -Royal). Paris, i855, in- 18 jésus. 

Psiché , fable morale en 5 actes et en vers , avec 
chœurs et prol., par Louvan-Geliot , Dijonais. Agen, 
Domaret, 1 ^99, in-12. — Nyon, n° 17264. 

Psiché devenant grande fille, on prend le parti de la marier, 
et on la fiance avec le Dauphin ou fils du roi. En attendant les 
cérémonies de la noce, arrivent sur la seine un peintre, un par- 



PSYCHÉ — PUCE 147 

fumeur, un macquereau, un cuisinier , un musicien , qui, tous 
épris des charmes de Psiclié , obtiennent tous ses faveurs. Lors- 
que le Dauphin arrive, il la trouve couchée avec tous ses amants, 
et le mariage est manqué. L'auteur a voulu faire une allégorie: 
Psiché représente l'âme qui se livre aux passions , et le Dau- 
phin représente Jésus-Christ, fils de Dieu. Rare. 

Psyché, trag. -ballet en 5 actes, en vers. Paris, Bar- 
bin, 1671, pet. in-8 de 48 ff. (Chédeau, n° 748; So- 
leinne, 3285, 3242). — Rare. — Le premier acte est 
de Molière, les paroles qui se chantent, de Quinault, 
et le reste, où l'on admire encore la déclaration de 
Psyché à l'Amour, de P. Corneille. 

Psyché, trag.-opéra, en 5 actes et en vers, attribuée 
à Th. Corneille et à Fontenelle , musique de Lulli. 
Paris, 1678, pet. in-4 . Rare. 

Psyché, poème en 8 chants, par l'abbé J.-L. Aubert. 
Paris, 1765, in-8. — Paris, 176g, pet. in-12. — Saint- 
Mauris. 

Psyché, odes et poèmes , par V. de Laprade. Paris, 
1841, in-18, 3 fr. 5o. — 3 e édit. Paris, 1860, in-12 
de 382 pp., 3 fr. 

Psyché, op.-com. en 3 actes, par J. Barbier et Mich. 
Carré, mus. d'Ambr. Thomas (Opéra-Comique). Paris, 
i85 7 , in-8. 

Psyché, ou la Curiosité des femmes, vaud. en 1 a., 
par Théaulon et Danois. Paris, Barba, 18 14, in-8, 
1 fr. 25. 

Puce (La) de Madame Desroches , qui est un Re- 
cueil de divers poëmes grecs, latins et franc., comp. 
sur la puce, par plusieurs personnages, aux grands 
jours de Foictiers, en 1 57g. Paris, TAngelier, i582 
(Nodier, 73 fr. ; Solar, 126 fr. ; le même, 202 fr.) , 
i 583, in-4 (Solar, 100 fr. ; Nyon, n° i3oicj).— Paris, 
Jouaust, 1868, in-12, xn-123 pp., tiré à 332 exempl., 
7 fr. 5o. 

On sait quelle frit la circonstance qui provoqua la formation 
de ce recueil ; la haute société de Poitiers comptait dans son 
sein en i5;9 M me Desroches et sa fille Catherine. Poètes elles- 
mêmes, mais dans une mesure fort restreinte , ces dames réu- 
nissaient autour d'elles une société de beaux-esprits. Les grands 
jours tenus à Poitiers en ibyg, amenèrent dans le salon de ces 
dames les magistrats que cette solemnité avait appelés dans la 
capitale du Poitou. Un jour qu'on était réuni, Etienne Pasqui.r 



148 PUCELAGE — PUCELLE 

apercevant une puce qui s'était « parquée au beau milieu du 
sein» de Mlle Desroches, fit remarquer la témérité de l'animal; 
il s'ensuivit quelques propos badins; l'incident se termina par 
l'échange de deux pièces de vers entre Pasquier et Catherine 
Desroches. Il n'en fallut pas d'avantage pour mettre en mou- 
vement l'humeur poétique de ces magistrats qui se mirent à cé- 
lébrer la puce en français, en espagnol, en latin, même en grec. 
Pasquier recueillit les diverses pièces qui se produisirent dans ce 
tournois poétique, et cette réunion constitue le recueil dont le 
vrai titre eût été: la Puce de Mlle Desroches , puisque c'est 
Catherine qui fut l'héroïne de l'aventure. L'uniformité du sujet 
donne à tous ces morceaux une certaine teinte de monotonie , 
mais la forme en est toujours agréable , et de gracieux détails 
s'y rencontrent. 

L'éditeur de 1868 a réuni dans sa réimpression les deux édi- 
tions de 1 583 , in-4 , et de 1610 , in-S, en suivant le texte de 
cette dernière. Quant aux variantes , il n'a relevé que les prin- 
cipales; il a cru inutile de reproduire les pièces latines, grec- 
qu s et espagnoles; il a donné la préface de l'édition in-8 ; 
celle de l'in-4° est toute différente. Un sonnet signé Macefer de 
l'édition in-4 a été supprimé dans la seconde édition; c'est 
pourtant une des pièces les mieux tournées; peut-être cette ex- 
clusion est-elle due à la vivacité de quelques expressions, mais 
alors l'éditeur eût fait preuve d'une pruderie qui n'était guère 
de son temps. Faisons observer que le Manuel du Libraire qui 
indique l'édition in-4 comme payée jusqu'à 202 fr., vente Solar, 
ne mentionne pas celle de 1610. 

Pucelage (Le) nageur, conte en vers (par Cailhava 
de l'Estandouxh Paris, 1766, et s. d., in-8, titre gravé. 

— Leber, n° 2533 n. 

Pucelages (Les) conquis, ou Scènes libres de ce qui 
se passait dans les couvents d'Italie au moment de 
leur suppression en 1808. Florence, s. d. (Bruxelles, 
18Ô2), 2 vol. in- 12 avec 12 grav. coloriées erotiques. 

— Kiessling, 18 fr. 

Pucelle (La) de Belleviîle , par Ch. Paul de Kock. 
Paris, Barba, 1834, 4 vol. in-12, ou 2 vol. in-8, i5 fr. 

— Paris, 1842, in-12, 3 fr. 5o. 

Pastiche un peu décoloré de Ma tante Geneviève. Souvent 
réimpr., ainsi, du reste, que le sont généralement les ouvrages 
de M. Paul de Kock. — Suivie des Mésaventures d'un anglais ; 
Petits Tableaux de mœurs. Paris, Barba, 1868, 1869, in-4 à 2 
col. , 80 pp. , 3i vign. par Berlall, 1 fr. 10. 

Pucelle (La) d'Orléans, par Voltaire. Voir VOL- 
TAIRE. 

Pucelle (La) de Paris, poème en 12 ch., par Du- 



PUCELLES — PURGATOIRE 149 

breuil (André Favin). Londres (France), 1776, in-8, 
1 tig. gravée par Deny d'après Desrais. — Janet, 6 fr.; 
Nyon, 15278; Leberj 1797. 

Louison est cuisinière d'un notaire de Paris; deux clercs 
rivaux, Molet et Gratte-Papier, se la disputent et amènent di- 
vers incidents comiques. Ouvrage assez curieux pour divers dé- 
tails sur les mœurs du temps , mais la poésie en est faible. 

Pucelles (Les) d'Orléans, poème en 6 ch., par Robbé 
de Beauveset. Orléans, 1791, in-8 de 119 pp. Rare. — 
A la fin on trouve une lettre à l'auteur, contenant des 
détails sur l'atlaire qui fait l'objet du poëme. 

Pudeur (La), histoire allégorique (par le chev. Neu- 
ville de Montador). Paris, Simon, 173g, in-12. — Nyon, 
n° io2 3o. 

Une fable sous ce titre, par Cormouls , avait d'abord paru 
dans le Mercure galant, du mois de mars 1701. Neufville- 
Montador a amplifié la fable de Cormouls, mais il emploie sou- 
vent les mêmes expressions. — Superch. liltér., 11, 1243. 

Pudicitia (La) schernita, di Ferrante Pallavicino. 
Venise, i638; — Villafranca (à la Sphère), 1673, petit 
in-12 de 76 pp. — Venise, s. d., in-12 (Nyon, n° 10674). 

Le sujet de ce récit est l'aventure d'une dame romaine, Pau- 
line, trompée par des prêtres d'Isis, qui lui firent croire que 
Jupiter était amoureux d'elle. Un jeune patricien, épris de la 
dame, joua le rôle du maître des dieux. 

PUIS1EUX (Madeleine d'Arsant, dame de), née à 
Paris, en 1720, morte après 1795. Al^arac, ou la Xé- 
cessité d'être inconstant — Amélie Bootli — les Carac- 
tères — l'Education du marquis de ***, ou Mémoires 
de la comtesse de Zurlac — la Femme n'est pas infé- 
rieure à l'homme — le Plaisir et la volupté. 

Puits (Le) d'amour, op.-com. en 3 a., par Scribe et 
de Leuven, mus. de Balte (Op.-Com.). Paris, Tresse, 
184?, in-8 de 32 pp., 1 fr. 

PULCI (L.l, poète italien, né à Florence vers 1432, 
mort vers 1487. Driadeo d'amore — Frottola di di- 
versi autori Jiorentini — la Nencia da Barberino — 
Respccti d'amor, %oe Strambotti — Sonetti — Stram- 
botti e fioretti nobil. d'amore — Trattato del prête 
cole monache. 

Purgatoire (Le) des mauvais maris , à la louange 
des honnêtes dames et damoiselles. (Bruges, Colard 



i5o PUTAIN — PUTTANA 

Mansion, v. 1480), in-4 goth. de i5 ff. Le seul ex. 
connu de cette édit. est à la Biblioth. nationale. — Le 
même, avec l' Enfer des mauvaises femmes, etc. (Paris, 
vers ib3o), in- 16 goth. de 24 ff. — Lyon, B. Chaus- 
sard, s. d., in- 16. Très-rare. 

Putain (La) errante. Voir La Puttana errante d'A- 
retino. 

Putains (Les) cloîtrées, parodie des Visitandines , 
vaud. en 2 actes. Bicêtre (Paris, Mercier), 1793, in-8 
de 40 ff. et 4 fig. (Soleinne, n° 3875). — A Bicêtre et 
se trouve à Paris, chez tous les marchands de nou- 
veautés, 170,7 (Auvillain, 1868), in-12, 5o pp., 4 fig. 
libres (Scheible, en 1872, 5 thaï.). 

Pièce obscène. Destruction ordon. par arrêt (Moniteur du 26 
mars 1825). — Préface de l'éditeur en style assez risqué. Per- 
sonnages: Vise-cul, père, apothicaire; Vise-cul, fils; Sublimé, 
valet; Souple-fesse, abbesse; la tourière ; putains; un cocher 
de fiacre ; Grégoire, faiseur de tisane. 

Putanisme (Le). Voir // Puttanismo. 

Puttana (La) errante, dialogo tra Maddalena e 
Giulia, di M. Pietro Aretino. On ne connaît par les 
anciennes éditions qui doivent avoir été faites de ce 
dialogue. — La 1™ qui nous en reste est l'édition qui 
a été faite par les Elzev. en 1660 pour accompagner 
les Ragionamenti ; c'est un petit in-8 de 38 pp. — 
S. 1. n. d. (Angleterre''), in-12,. jolis caractères; paraît 
être une réimpression de l'édit. de 1660. Voir Capric- 
ciosi e piacevoli, etc. — Réimprimé plusieurs fois, pet. 
in-8 ou pet. in-12, en 48, 34, 62 et 84 pp., et dans 
// Libro del perche; et dans VErotïade, Italia, i85i, 
pp. igi-236. 

Traduit en français sous le titre : La Putain errante, ou 
Dialogue de Mad -laine et de Julie — L Histoire et vie de 
VArétin, ou Entretiens de Madelon et de Julie, n'est qu'une 
réimpression de cette traduction. C'est probablement la même 
traduction qui a été réimprimée sous le titre: Entretiens volup- 
tueux de Juliette et Natalie , courtisanes italiennes. On trouve 
aussi une traduction de la Puttana, dans la Bibliothèque de 
VArétin. 11 en a été fait une traduction holl. : De dwalcnde 
Hoer, et une trad. angl. ; The Wandering Whore. 

Puttana (La) errante, poëme en 4 chants ( 1 38 oc- 
tavesdans la 1" édit., i85 dans la seconde) de Lo- 
renzo Veniero. S. L n. d. (Venise, vers 1 54 1 ) , petit 



PUTTANISMO i5i 

in-8. — La Biblioth. Nat. en possède un exemplaire, 
Y, 1445 et 1455. 

Les éditions anciennes de ce petit poëme sont introuvables 
aujourd'hui. Il a été réimpr. à une époque un peu postérieure, 
en caractères cursifs et a été réuni en un volume avec la Zaf- 
fetta, poëme du même auteur. La Zaffetta est en un chant; 
elle a 114 octaves, et est aussi sans lieu ni date. La Zaffetta, 
ayant été réimprimée un peu plus tard dans les Poésie da 
fuoco, avec quelque différence sur le texte de la première édi- 
tion , un amateur de Paris , M. Cléder , la fit réimprimer en 
i863 à cent exempl., en mettant les deux textes en regard l'un 
de l'autre. M. Hubauo, savant bibliophile Marseillais, a publié 
à petit nombre une Dissertation sur deux petits poèmes. Mar- 
seille, 1864, in-8 de 40 pp., dans laquelle il donne des détails 
sur la courtisane Angela Zaffetta et sur ces deux petits poèmes 
qui la concernent. 

Puttanismo (II) romano , overo Conclave générale 
délie puttane délia corte per l'elettione de! nuovo Pon- 
tefice, satira comica di Balt. Sultanini (attrib. à Greg. 
LêtiJ. S. 1. (Holl.), 1688, pet. in-12 de 1 3o pp. — Il 
y a eu au moins deux éditions sous la même date ; on 
en cite une aussi de 240 pp. Leur prix, dans les ventes, 
ne s'élève pas au dessus de 20 à 3o fr. — Cet ouvrage 
est différent du suivant. 

// Puttanismo moderno , con il novissimo parlatorio délie 
monache. Londra (Genève), 1669. pet. in-12. — S. 1. (Holl.), 
1677, in-12 de 67 pp. (Leber, n° 3187 ; Xodier, Sj fr. ; Auvil- 
lain, 81 fr.). L'édition de 1677 est la plus complète; elle offre 
pour le Parlatorio, 11 Jinestre , tandis qu'il n'y en a que 9 
dans l'édition de 1669. Cette satire violente et peu connue con- 
tre les religieuses et les moines se compose d'une suite de dia- 
logues au parlcir d'un couvent, parloir où il se commet nombre 
d'obscénités Dans la finestra ottava, p. 317 , le confesseur ex- 
plique à sœur Dorothée les Dubii lussuriosi de l'Arétin, etc. 

Le Putanisms de Rome, ou le Conclave général des putains 
de cette cour pour l'élection d'un nouveau pontife, trad. libre 
de l'italien. Cologne (Holl., Elz.), s. d. , pet in-12 de 4 ff. et 
i32 pp. — Veinant, 90 fr. ; Gancia, 102 fr.; Solar, 02 fr. 

— Le même av. un Dial. de Pasquin et de Marforio ; éd. 
angm. d'un entretien intit. : Le Nouveau parloir des nonnains 
(les 2 autres édit. de cette trad. ne cont. pas le Nouv. Parloir). 
Cologne (Holl., Elz.), 1669, pet. in-12 de 6 ff. et 255 pp. 
— Veinant, 205 fr. 

Le Putanisme, ou la Confrérie, etc. Cologne (Amst. , Elz.), 
1670, pet. in-12 de 6 ff. et 144 pp. Cette édition curieuse à 
cause de l'orthographe qui y est suivie, commence par une dé- 
dicace à Mesdames les femmes d'honneur et aux nonains qui 
sont filles de bien, pièce qui n'est pas dans les autres éditions. 



i5a PUY — PYTHAGORE 

Nodier, 72 fr. ; Potier, 75 fr. ; Séba^tiani, 60 fr. ; Techener, en 
iS53, 120 tr. — Le Bull, du Bibliophile renferme, i858, p. i36i- 
i365, une note sur ces diverses éditions signée Aventin (Veinant). 
Il Putanistno di Roma, or the History of the whores and 
whoredom of the Popes, Cardinals and Clergy of Rome. 
Loudon, 1670, in-12, witfa a curious froutispice. Celte traduc- 
tion anglaise de l'ouvrage de Leti, n'est pas indiquée dans la 
dernière édition du Manuel du Libraire. 

Puy (Le) du souverain amour tenu par la déesse 
Pallas, avec l'ordre du nuptial banquet faict à V hon- 
neur d'un des siens en/ans, mis en 01 die par celuy 
qui porte en son nom tourné le vray perdu ou le vray 
prélude (par Pierre Duval). De l'imprimerie de Jehan 
Petit, Rouen, Nicolas de Burges , s. d. (vers 1 5^ 3) , 
pet. in-8. — J. Pichon , en 1869, n° 494, 100 fr. ; 
Yemeniz, en 1867, 465 fr. 

Réunion de pièces de poésies composées par différents auteurs 
sur le sujet du Souverain amour. Ces auteurs sont: Jehan 
Couppel , G. Durand, Marie et Madeleine Du Val, Jean 
Fère, P. Gaultier, Cl. Herbert, Geoffroy, J. Le Prévost, J. 
Spallart . etc. 

Pygmalion, drame lyr. en 1 a. en prose, par Du- 
rosoi. Londres et Paris, veuve Ballard, 1780, in-8. — 
Soleinne, 2o36. 

Pygmalion [Le) du faubourg Saint-Antoine , ou le 
Mouleur de plâtres, vaud. en 1 a. , par Dumersan et 
Brazier (Variétés). Paris, i832, in-8, 1 fr. 5o. — So- 
leinne, 2563. 

Pygmalion, ou la Statue animée (par Fr. Deslandes). 
Londres, Harding, 1741 (Nyon, 818 1 ; Cigongne, 1948; 
Alvarès, en 1 863 , 6 fr. 5oj, 1742, in-12, fig. (Ber- 

Êeret, 1 3a5 ; Radziwill, n° ggi ; Maske, 20 sgr.). — 
ierlin, 17b?, in-12, fig. d'Eisen. — Alvarès, en 1 858 , 
4 fr. 5o. — Cette pièce a été condamnée au feu par 
arrêt du Parlement de Dijon, 14 mars 1742. 

Pygmalion, ou la Statue animée, op.-com. en 1 a., 
par Panard et L'Affichard. Paris, Delormel, 1744, in-8. 
— -Nyon, V, p. 202. 

Pythagore(Le) moderne, ou les Aventures du Go , 

ouvr. dédié aux dames philosophes, par V. C, avocat. 
S. 1. , 1762, in-12 de 110 pp., sans fig. — Veinant, 
7 fr. 5o ; Lanctin, 9" cat. ,3 fr. — Ouvr. licencieux. 
Aventures galantes et assez_comiques. 



QUADRAGÉNAIRE — QUAND i53 



Q. 



Quadragénaire (Le), ou l'Age de renoncer aux pas- 
sions, histoire à plus d'un lecteur (par Rétif de la Bre- 
tonne). Genève et Paris, 1777, 2 vol. in-12 , avec i5 
figures. Les deux premières seules sont signées; elles 
sont de Du tertre (peut-être aussi Binet), gravées par 
Bacquoy et Berthet. — Boissonade , n" 3755; Solar, 
8 fr. 5o; Alvarès, en 1860, 12 fr. ; Nyon, n" 9594; 
Techener, 28 fr. — L'auteur veut qu'à 40 ans" on 
soit marié et l'on devienne père de famille. 

Quadruple (Le) oracle des dames et des demoiselles , 
ou la Vérité obtenue suivant toutes les règles de la 
divination ancienne et moderne, donnant à 100 ques- 
tions >5oo solutions ou réponses, etc. Augmenté de 
la Voix du destin, etc.; par Halbert (d'Angers). Paris, 
Bernardin-Béchet, 1869, in-18, i56 pp. et planche, 
2 francs. 

Quaker (Le) et la danseuse, com.-vaud. en 1 a., par 
Scribe et Paul Duport (Gymnase). Paris, Pollet, i83i, 
gr. in-32, 1 fr. (Soleinne, n° 2640). — Paris, 1840, 
1844, in-8. 

Quai es el mayor aprecio del descuido de una dama? 
la Xarretiera , comedia (3 jorn. v.), de don Franc. 
Bances Candamo. Sevilla, imprenta real, vers 1720, 
in-4 . — Soleinne, n° 4862. 

Quand l'esprit vient aux filles, par M me la comtesse 
Dash. Paris, Dentu, 1870, in- 18 jésus, 340 pp., 3 fr. 

Quand on attend sa belle, vaud. en 1 a., par Bayard 
et Th. Barrière (Pal.-Royal). Paris, i85o, in-18 jésus. 

Quand on va cueillir la noisette, vaud. en 1 acte, 
par Henri de Kock et Am. de Jallais (Vaudeville). 
Paris, i85i, in-8. 

Tome VI. 20 



i54 QUANSSOUN — QUARTS 

Quanssoun contro lou mariage, par Hil. Vincent. 
Impr. Marc-Aurel, à Toulon, i856, in-8 de 8 pp. 

Quaqttet (Le) des lavandières, à rencontre des cham- 
brières; avec leur débat causé par le crocheteur leur 
maquereau (en vers de 8 et 10 syllabes). S. 1. n. d., 
pet. in-8 goth. de 8 ff. — Le Débat des lavandières, etc. 
Rouen, Abr. Cousturier (vers 1600), pet. in-8 de 4 ff. 

— Réimpr. par Pinard en i83o, à 42 ex. — Potier, 
6 fr. ; Cigongne, n° 233 1. 

Quarantasei dubbii amorosi di M. P. Aretino, con 
ventisei sonetti del medesimo. S. 1. n. d. (vers 1600), 
in-8 de 19 ff. . lettres italiques. — Bibliogr. instruct., 
n° 3959 ; Biblioth. Nat., Y 2, 145 1. — Il n'est pas sûr 
que ce petit volume soit de l'Arétin (Pseaume). 

Qitart (Le) d'heure d' une jolie femme , ouïes Amu- 
sements de la toilette, ouvrage presque moral, par Mlle 
de *** (par Chevrier). Genève (Paris), A. Philibert, 
1753, in-8 de 112 pp. et front.; 1754, 1783, in-12. 

— Alvarès, en 1862, 6 fr. 5o; Nyon, n° 9463. 

La comtesse de Nerval trompe son mari ; elle a un colonel 
pour amant; le mari est parfaitement dupé, et, pendant la toi- 
lette de la dame, un financier, un seigneur de la cour, un abbé 
et un magistrat racontent chacun une histoire dont le sujet est 
un mari dupé à la toilette. Style affecté et néologique. Le livre 
n'est pas d'ailleurs licencieux. 

Quart (Le) de monde, ou le Danger d'une particu- 
lière pleine de malice pour un individu vraiment im- 
pressionnable (parodie du Demi-Monde) , étude réa- 
liste, mêlée de couplets et d'effets de style, par Clair- 
ville et Lamb. Thiboust (Variétés). Paris, iS55. 

Quarts (Les) d'heure d'un joyeux solitaire, ou 
Contes de M*** (par Félix Nogaret, selon Viollet-Le- 
duc, ou par Sabatier de Castres, ou par l'abbé de La 
Marre). La Haye, 1766, pet. in-8 de 52 pp. Rare. — 
Ce volume contient vingt pièces devers, la plupart 
libres. — Aubry, en 1860, b fr.; Auvillain , n" 062; 
Luzarche, n° 632 1. 

Contenant : la Dame fidèle — la Servante excusée —les Deux 
robes — les Deux pets — la Perte réciproque — les Deux ou- 
tils, etc. 

Quarts (Les) d'heure divertissants, ou Bibliothèque 



QUATORZE — QUATRE i55 

galante. Amst., 1^42, 2 vol. in-12. — Quaritch, sept. 
i853, 6 fr. 5o; Nyon, n° 9908. 

Contenant : la Feinte mort — le Père injuste — la Victoire 
héroïque — l'Erreur funeste — la Vertu couronné; — V Infi- 
délité punie— le Fourbe puni — la Patte du chat — l'Heu- 
reuse foibless?. 

Quatorze de dames, par M me la comtesse Dash. Paris, 
de Potter, i852, 3 vol. in-8, i3 fr. 5o. 

Quatorze de dames, vaud. en 1 a., par Gabriel et 
Dupeuty (Variétés). Paris, 1834, in-8. 

Quatre (Les) femmes d'un pacha, par Octave Féré 
et D. A. D. Saint-Yves (Ed. Déaddéj. Paris, Dentu, 
1867, in-18 Jésus, 324 pp., 3 fr. 

Quatre (Les) heures de la toilette des dames, poëme 
erotique en 4 ch., par l'abbé de Favre. Paris, Bastien, 
1779, pet. in-4 , 1 front., 1 vign., 4 fi g: et 4 culs-de- 
lampe, par Leclerc, grav. par Arrivet, Halbou, Le- 
grand, Leroy et Patas. « Très-belles illustrations; les 
culs-de-lampe surtout sont superbes » (H. Cohen). — 
Duprat, 6 fr. ; Nyon, n° 15340. — Paris, 1780, in-18. 
— Paris, Nyon, 1783, in-12 (France littér.). — Paris, 
1793, in-16. — A cause des planches ce volume se 
vend quelquefois 1 5 et 20 francs. 

Quatre livres de l'amour de Franchie , par J.-Ant. 
de Baîf. Paris, i555, pet. in-8. Rare. — Giraud, 3g fr.-, 
Bergeret, bj fr. ; Nyon, IÔ255; Auvillain, en 1 865, 
1 1 fr. ; Solar, 80 fr. 

Quatre (Les) métamorphoses , poëme en 4 ch., par 
Nepomucène-L. Lemercier. Paris, Plassan, an vu, pet. 
in-4 de 68 pp. — Auvillain, i865, n d 646. 

Le chant intitulé Bacchus a été réimprimé avec quelques sup- 
pressions nécessaires dans le tome 111 des Poètes français. 
Dans la notice sur l'auteur, M. H. Babou apprécie cette pro- 
duction : «Quelle franche allure a cette poésie; quelle couleur 
pittoresque elle revêt en marchant! Les dieux et les déesses 
d'Homère se meuvent à l'aise dans ces vers; les nvmphes de 
Diane bondissent avec fierté autour d'Endymion. Diane elle- 
même, Diane aux pieds de chèvre, entraine à sa suite, dans 
une course folle, le jeune berger de Carie. L' ivresse des sens 
change Jupiter en aigle et Vulcain en tigre. La métamorphose 
de Bacchus en vigne pour entourer Erigone de ses bras tor- 
tueux et puissants, est la plus belle des quatre. 11 y règne d'un 
bout à l'autre je ne sais quel délire païen. » Voir "aussi un ar- 



i56 QUATRE — QUELQUES 

ticle de Ch. Labitte sur Lemercier, publié dans la Revue des 
Deux Mondes, de février 184.0, et VAthenœum de juillet |855, 
p. 619. Le journal le Quèrard en a aussi cité quelques pas- 
sages. — Réimprimé à Bruxelles, en 1866, pet. in-16 , avec un 
front, à l'ean-forle, 12 fr. — Voir aussi MonseL-t: les Galan- 
teries du XVIII e siècle, pp. 170-183. 

Quatre petits poèmes libertins, avec un frontispice 
sacrilège, dessiné et gravé par S. P. Q. R. (Rops). Far- 
tout et nulle part (Bruxelles), l'an de joie 1864, petit 
in-8 de iv-79, pp., tiré à 140 ex., dont 10 sur chine, 
18 et 36 fr. 

Contenant: Examen subi par Mlle Flora, par Louis Protat; 

— le Théâtre de la nature, par Auguste Roussel; — la Mes- 
salinienne , par Marc Constantin; — le Morpion pèlerin , par 
B. de Maurice (par Baissas). 

Qpatre (Les) sœurs, par Fréd. Soulié. Paris, Du- 
mont, 1841, 2 vol. in-8, i5 fr. — Paris, Boulé, in-8, 
1 fr. 5o. 

Quattro cummedie del divino P. Aretino. Voir: Co- 
médie di P. Aretino. 

Quattro libri de Dubbii amorosi (di P. Aretino), etc., 
cou le solulioni a ciascun dubio , auct. Hortensia 
Landi. Vinegia, Giolito, i555, i566, pet. in-8. Bolle. 

— Voir le Manuel, III, 81 3. 

Que deviendront nos files, par Alex. Weill. Paris, 
i863, in-18. 

Quel drôle de monde! vaud. en 1 a. , par Clairville 
et Eug. Moreau (Eug. Lemoine). Paris, 1860 (Variétés). 

Quelques avantures curieuses et galantes des bals 
de bois (par le comte de Caylus). S. 1. (Paris), chez G. 
Dindon, 1745, in-12 de 64 pp. — Nodier, 10 fr.; 
Nyon, n° 9286; Techener, en i858, 8 fr. 

Les bals de bois étaient des salles de bal construites en bois 
sur les bou'evards et sur les places de Paris, lors des fêles du 
mariage du Dauphin, en 1745. Ces divers opuscules ont été in- 
sérés dans les Œuvres badines du comle de Caylus. 

Quelques mots sur les danses modernes. Aux pères 
de famille et au clergé, par le vicomte de Brieux 
Saint-Laurent. Paris, Douniol, i8.56, in-18 de 3G pp. 

— 5 e édition. Paris, Douniol, 1867, in-4 , 48 pp. 

Quelques scènes de la vie des femmes, ou les Aven- 



QUENOUILLES— QUESTION i5 7 

tares d'un chevalier français (par le comte Henri 
Yerdier de Lacoste). Paris,' A. Bertrand, 1817, 1818, 
3 vol. in- 1 2, 1 rig. de Chasselat, 7 fr. 5o. 

g Mieux écrtl que beaucoup de romans du temps. L'auteur 
s'excuse dans une préface d'avoir pris pour modèle le roman 
de Louvet: ■ Ea choisissant un guide qui n'est point à dédai- 
« tiner , quelque scabreux qu'il soit, je n'ai point oublié que 
« j écrivais pour être lu ; j'interroge ma conscience , et elle me 
« dit que je ne suis pas sorti précisément des bornes convena- 
« blés. » Cela prouve que le comte Henri de Lacoste a la cons- 
cience large. Il nous édifie particulièrement sur le tempér. mi- 
ment des Suissesses, qui paraît avoir été de sa part l'objet 
d'études approtondies. » (Note du cat. Monselel, p. 84). 

Quenouilles (Les) de verre, féerie-vaud. en 3 a. et 
8 tabl. , par Delaporte (Folies-Dramatiques). Paris, 
i85i, in-8. 

Qjierelle (La) de Gautier Garguille et de Perrine, 
sa femme , avec la sentence de séparation entre eux 
rendue. A Yaugirard, s. d., in-S de 16 pp. (Soleinne, 
n" <i<SSj. — Rcimpr. par Car on (vers 1800), in-8 de 
16 "pp., et à la suite des Chansons de Gaultier Gar- 
guille, publiées par Jannet, en i858. 

QUERLON (Anne-Gabriel Meunier de), litte'r., né à 
Nantes en 1702, mort en 1780. Bagatelles à tout le 
monde, ou les Gages touchés — les Grâces — les Im- 
postures innocentes — Problème sur les femmes — 
Psaphion,ou la Courtisane de Smyrne — Règlement 
pour l'Opéra de Paris — les Soupers de Daphné et 
les dortoirs de Lacédémone. 

Questa si è la istoria di Fiorio e di Biaricifiore , 
nouvelle italienne en vers, imitée ou traduite d'un 
poème du XI II e siècle. S. 1. n. d., in-4 de 8 ff. à 2 col. 
(de la fin du XV e siècle). 1" édition connue. — Il y en 
a un ex. à la Bibl. de l'Arsenal , relié avec le Buevo 
d'Antona, impr. à Bologne, en 1480. — Venetia, Bin- 
doni, i557, in-4 de 4 "'• à 3 col., avec fig. en bois au 
recto du 1"' feuillet. Caract. ronds, partie gothique. 

— Libri, 14 fr. 

Question d: amor de dos enamorados, etc. Valence, 
1 5 1 3, in-fol. çoth. (Heber, 4 liv. 14 sh.). — Zamora, 
|53q, in-fol. (Heber, 5 sh.). — Médina, 1645, pet. in-4 . 

— Venise, i 553, pet. in-8 (Mac-Carthy, 8 fr. ; Salva, 



i58 QUESTION — QUESTIONS 

i liv. 4 sh.). — Avec y Carcel de amor, por San Pe- 
dro. Anvers, 1598, pet. in- 12 (Techener, i5 fr.). 

Le Débat de d;ux gentilshommes espagnol^, sur lefaict d'a- 
mour, l'ung nommé Vasquiran regrette s'amye que mort luy a 
tollue après l'avoir espousée, et l'aultre Flamyan vouldroit mou- 
rir pour la sienne, à la charge d'en jouyr par espousée ou au- 
trement (trad. de l'espagnol). Paris, J. Longis, 1541, pet. in-S, 
fig. en bois (La Vallière, 4274, 5 fr. ; Heber , 1 liv. n sh.). — 
N'y a-t-il pas des exempl. intitulés: Débat des deux chevaliers 
Vasquiran, etc. Paris, Den. Jannot, 1541 , in-8 (De Bure, 
3994)* 

Question (La) d'amour, com. en 1 a., par Paul Bo- 
cage et Aurélien Scholl. Paris, 1864, in- 12 (Gymnase). 

Question de droit. Un maire peut-il empêcher qu'on 
établisse dans sa commune une maison de tolérance? 
— Oui. — Peut-il refuser l'autorisation qu'on lui de- 
mande pour l'ouvrir et la retirer après l'avoir accor- 
dée? — Oui. (Consultation signée: Bardou, Thomine- 
Desmazures, A. Trolley, Feuquerolles, A. Bertrand, 
avocats de Caen). Impr. Valm, à Séez, i856, in-8 de 
8 pages. 

Question (La) des biches, par Emile Villars. Paris, 
Dentu, i865, in-32, 62 pp. 

Question (La) des femmes à l'Académie française ; 
lettre aux 40, par Louis Lacour. Paris, i865, in-32, 
44 PP- 

Question (La) des files à marier, par Gaston Four- 
cade-Prunet. Paris, Dentu, 1861, in-18 Jésus, vii-i32 
pages, 2 fr. 

Question (La) des maris, études de mœurs contem- 
poraines, par Félix Deriège. Paris, Chappe, 1860, 2 
vol. in-8. 

Questions d'amour, ou Conversations galantes, dé- 
diées aux belles, par Jaulnay (en vers). Paris, 1 67 1 , 
in-12 de i3o pp., plus 6 ff. et front, gr. — Nyon, n° 
3g5g ; La Jarrie, i re partie, n° 3ôo5. 

A cette question: a Si les dernières faveurs se peuvent don- 
ner par une honneste maistresse , comme des preuves de son 
amour 1 ? » L'auteur répond ex cathedra: « Une lionneste mais- 
tresse doit aimer son amant plus que sa réputation , et sur ce 
pied , elle doit accorder la dernière faveur à son amant, comme 
une preuve de son amour, jamais autrement. » 



QUESTIONS — Q.UID i5 9 

Cet ouvrage se vendit sans doute fort médiocrement, puisqu'on 
le fit reparaître, trois ans plus tard, avec un nouveau titre, 
mais celte fois sans le nom de l'auteur: Maximes et questions 
d'amour , avec les responses aux questions pour s' entretenir 
aux compagnies des dames. Paris, Loyson , 1674, in-12.— 
Nyon, n° 3960. 

Questions (Les) de l'amour. Messieurs les cerfs, par 
A. Touroude. Paris, Ach. Faure, 1866, in-ib 1 jésus, 
33 1 pp., 3 fr. 

Questions illustres, ou Bibliothèque des livres sin- 
guliers en droit, par J.-M. Dufour. Paris, 181 3, in-12. 

On trouve dans ce volume l' indication de nombre d'ouvra- 
ges relatifs aux mœurs, et tels que ces deux-ci, que nous pre- 
nons au hasard: De matrimonio, ob turpe facinus quod pec- 
catum soJomiticum vocant , jure solvendis , dissertatio Her- 
manni Noodkerk. Amstelodami , 1733, in-+°, pp. m, et De 
jure occidendi prehensum in adulterio quatenus palri et ma- 
rilo competit, authore J. Zestopf. Lipsiœ , 1667, iu-4 (même 
ouvrage, pp. 116). 

Questions plaisantes et récréatives, avec leurs déci- 
sions, pour se divertir agréablement dans la compa- 
gnie des dames, ensemble un Discours problématique 
touchant le célibat et le mariage, où l'on void les rai- 
sons qui peuvent persuader ou divertir les jeunes hom- 
mes ou les jeunes filles de se faire religieux. Paris, 
Ch. de Sercy, i65q, in-12 de 88 pages. — C'est une 
espèce de jeu; 48 demandes et réponses combinées par 
des chiffres. Peu intéressant. — Nyon, 2400; Claudin, 
en mai i858, 6 fr. 

QUÉVÉDO DE VILLEGAS (Fr.), né à Madrid, en 
i58o, mort en 1645. Voir: L'Aventurier Buscon — 
le Coureur de nuit — le Fin Matois, ou Histoire du 
Grand Taquin — ses Œuvres, ou Obras. 

Quevedo, qui possédait six langues et qui avait cultivé les 
sciences aussi bien que les lettres, auteur mordant et original , 
peut être rapproché de Cervantes. Dans Tacano Pabios de 
Buscon, il retrace les mœurs nationales. 

Qui femme a, guerre a, proverbe en 1 acte, en prose, 
par Mlle Augustine Brohan. Paris, i85g, in-18. — 
Nouvelle édition. Paris, Michel Lévy, 1867, gr. in-18, 
27 pp., 1 fr. (Théâtre-Français). 

Quid (Das) pro quo der.... (Le Quiproquo de la ten- 



i6o QUINAl'LT — QUINZE 

dresse conjugale, ou l'Innocence dans l'amour ecclé- 
siastique et incestueux). Leipzig, 1799, in-12. 

QUINAULT (Philippe), aut. dramat., né à Paris en 
i635, mort en 1688. Amadis (de Gaule) — l'Amant 
indiscret — les Amours des déesses — Armide — Atys 

— le Fantosme amoureux — la Mère coquette, ou tes 
Amants brouillés — Œuvres choisies — Ls Rivales — 
Théâtre. 

Quinque illustrium poetarum , A. Panormita? , Ra- 
musii Ariminensis, Pacifici Maximi Asculani, J. J. 
Pontani, Joannis Secunai H.igiensis, Lusus in Vcne- 
rem (edente Mercier de Saint-Léger). Paris, Molini, 
1791, pet. in-8. — Nodier, 28 fr.;Renouard, en i853, 
un des 5 ex. sur papier vélin, 48 fr. ; Chaponay, 28 fr. 

Quinzaine (La) angloise à Paris, ou l'Art de s'y 
ruiner en p^u de temps (par de Rutledge). Londres, 
1776 (Nyon , n" 10829), '7°^> in-12 (Van Hippe, n" 
3o8i. — Londres (Cazin), 3 vol. in- 18. 

«Les différents théâtres de la débauche et de l'escroquerie 
sont assez bien représentés dans ce livre; on y a reconnu de 
nombreux portraits. L'Espion anglais, tome 1 er , dern. page. 

— Réimpr. sous le titre: Premier et second voyages de my- 
lord de •*• à Paris, cont. la Quinzaine anglaise, par le che- 
valier de R. (Rutledge). Yverdon, 1777, 3 vol. in-12 (Fleischcr). 

— Londres, 1782, 3 vol. in-32 (cat. Monselet, p. 64). — Londres, 
1786, 3 vol. in-12 (Rouquette. en 1872, 5 fr.). — Supplément à 
la Quinzaine anglaise, ou Mémoires de M. de Provence, pnr 
de Rutledge. Paris, 1787, 2 vol. in-12 (Fleischer). Ce supplément 
existe aussi sous le titre: le Valet de chambre financier , ou 
Mémoires de M. de Provence. Londres et Paris , 1788, 2 vol. 
in-12. 

Quinze (Les) joyes de mariage (attrib. à Ant. de la 
Salle). S. 1. n. d. (Lyon, de 1480 à 1470), in-folio goth. 
de 48 ff. Il y en a un ex. à la Bibl. impér. — Nom- 
breuses édit. anciennes. — Rouen, du Petitval, i5qG, 
in-12 (Nyon, n° 10882). — Rouen, 1606, in-12 (No- 
dier, 55 fr. ; Solar , 3o fr. ; Chédeau , n° 1094). — 
Rouen, 1625, in-12 (un amateur de Paris, n" 35o, 
40 fr.). — Editions mises en lumière (c'est-à-dire re- 
touchées assez maladroitement) par Fr. de Rosset. Pa- 
ris, 1620, 1621, in-12 (Leblanc, 7 fr.). — Ed. retou- 
chée par de Rosset, suivie du Blason des fausses amours 
et du Triomphe des muses contre Amour, et accomp. 
de remarques de Le Duchat. La Haye, 1726, in-12 



QUINZE 161 

(Potier, 12 fr. ; La Bédoyère, i8fr.; Solar, 53 fr.). — 
Editions avec les variantes. Paris, Techener, 1837, 2 
part, in-iô, tig. sur bois (Coll. des Joyeusete^). — 
Paris, Jannet, 1 8 5 ? , 1 S 5 7 , in-16 de 180 pp. (Cigongne, 
n° 22o3). — La pre'face , de xvi pp., renferme l'énu- 
mération des anciennes éditions; plusieurs sont aujour- 
d'hui absolument introuvables. 

Les Quinze Joyes de mariage, étude satirique du XV e sii- 
cle. traduite par Gaston de Paray (Marius Chaumelin ). Mar- 
seille et Paris, Dentu, 1860, in-12 de vii-i '3 1 pp. — Satire com- 
plète du mariage, mêlée à des détails de mœurs inappréciables 
(Leroux de Lincy, cat. Cigongne, p. xxi). Ce n'est ni une sa- 
tire froide et railleuse, ni un tissu d'invectives et d'obscénités, 
c'est une étude approfondie du cœur humain, une analyse pa- 
tiente et délicate, un tableau achevé. C'est l'œuvre d'un grand 
maître, et c'est à coup sûr son chef-d'œuvre. — On ne connaît 
pas encore d'une manière certaine l'auteur des Quinze Joyes, 
mais l'opinion qui attribue cet ouvrage à l'auteur du Petit Jehan 
de Saintré, Antoine de la Salie, est fondée sur des considéra- 
lions qui lui donnent une vraisemblance presque équivalente à 
la certitude. C'est M. André Pottier, bibliothécaire de la ville 
de Rouen, qui, en faisant connaitre l'existence d'un manuscrit 
de eu ouvrage, a le premier émis celte opinion. Il l'a fort bien 
déve'oppée dans une Lettre à M. Techener, publiée dans la 
Revue de Rouen, octobre i83o , et tirée à part in-8. Ce serait 
donc à un même écrivain qu'il faudrait attribuer les Quinze 
Joyes, le Petit Jehan de Saintré et une part dans la rédaction 
dis Cent Nouvelles nouvelles. Ce premier ouvrage, railleuse 
antiphrase, analyse satanique de toutes les douleurs sans remède, 
de toutes les infortunes sans retour, dont l'auteur se plaît ex- 
clusivement à tresser le lien conjugal; le second , peinture de 
mœurs élégantes, mais faciles et relâchées, dans laquelle perce, 
en définiti\e, une satire piquante de la légèreté des femmes; 
le troisième, curieux répertoire d'anecdotes scandaleuses , véri- 
table martyrologe de maris trompés. — M. Jannet a mis en 
tète de l'édition de i853 une préface dans laquelle il signale di- 
verses petites circonstances qui semblent de nature à corroborer 
l'opinion émise par M. Pottier; il donne ensuite quelques dé- 
tails bibliographiques ; le manuscrit conservé à la bibliothèque 
de Rouen est le seul connu ; l'édition originale , petit in-folio , 
donne un bon texte qui se rapproche beaucoup de celui du ma- 
nuscrit; malheureusement elle offre aussi de nombreuses lacu- 
nes L'édition in-4 faite à la fin du XV e siècle , reproduit 
l'édition originale avec ses lacunes et quelques fautes de plus. 
L'édition de Trepperel (v. 1499, i n_ 4°) est la plus mauvaise de 
toutes : le style a été maladroitement retouché , et il y a des 
lacunes considérables. L'édition petit in-8goth., imprimée à 
Paris, suit l'édition de Trepperel, mais avec quelques additions 
déplorables que M. Jannet a cependant données dans les Va- 
riantes. L'édition de 1837 reproduit le texte de Trepperel cor- 
rigé parfois sur le manuscrit ; on y trouve aussi un avant- 

Tojie VI. 21 



i62 QUINZE - RABAN 

propos et un glossaire, mais l'édition originale n'a pas été con- 
sultée. Le texte publié par F. de Rosset en i5g5 et reproduit 
en 1596, 1607, 1620, 1726 et 1734, est celui d'un bon manus- 
crit assez récent ; les changements faits par Rosset ne sont pas 
aussi considérables qu'on pourrait le croire ; le prologue seul a 
été entièrement défiguré. L'édition de i853 , fort soignée et ac- 
compagnée de quelques notes, est celle qui peut le mieux faire 
connaître un livre dont l'influence sur la littérature française est 
incontestable, qui n'était pas inconnu à Rabelais et dont Mo- 
lière a profité. 

Jannet a publié en 1866 la Seizième Joye de mariage, mor- 
ceau trouvé dans un vieux manuscrit à la suite des Quinze Joyes. 
Pour en faciliter la lecture, il a modifié légèrement l'orthogra- 
phe et rajeuni quelques expressions.il est d'ailleurs facile de re- 
connaître que c'est un pastiche composé longtemps après les 
Quinze Joyes (in-16 de 3i pp. , les 3 dernières occupées par un 
glossaire). 

Quinze marques approuvées pour connaître les faux 
c... d'avec les légitimes, à la requête des chercheurs 
de midy , courrière de la foire Saint-Germain. S. 1. 
(Paris), 1620, pet. in-8. — Vers 1G20, on imprimait 
sans trop de gêne des gaillardises de ce genre. — La 
Vallière, n° 3g 1 3, art. 92. 

Quinze minutes, ou le Temps bien employé, conte 
(par Laus de Boissv). Paris, i/5j, in-12. — Leber, 
n° a5i 1.— Voir Les' Filles femmes et les femmes filles. 



R 



R sbadita sopra la poten^a d'amore, da G.-Nic. Ci- 

minelli (Vinc. Carbone,). Todi, Annibale Alvigi, 1627, 
pet. in-8. — Libri, 4 sh. — Poëme singulier dans le- 
quel l'auteur a évité de faire usage de la -lettre r. — 
Manuel, II, 70. 

RABAN (Louis-François), fécond romancier, né à 
Damville (Eure), en 1795. Amours secrètes, ou les 
Fourberies d' une jolie femme — Aventures d'une grande 



RABELAIS iû3 

dame — la Baronne et le bandit — Biaise l'éveillé, ou 
le Magister amoureux — Comme l'esprit vient aux 
filles — le Comte Ory — les Cuisinières — les Deux 
Eugènes, ou Dix-sept pères pour un enfant — Dix ans 
de la vie d'une f m me — l'Epoux parisien, ou le Bon- 
homme — Farville, ou lilanc, noir et couleur de rose 
— la Fille d'amour, ou les Péchés mignons d'une jolie 
femme — la Fille du commissaire — la Jeunesse d'un 
grand vicaire — Mes cara -ânes, ou Folies sur folies 

— Mon cousin Mathieu — les Péchés mignons d'une 
joli: femme — Quinze ans de la vie d'une jolie femme 

— le Siège d'Anvers , ou Amour, guerre et fulie — 
Sujette, ou le Bailli amoureux — Victoires, conquêtes 
et revers d'une femme de qualité — la Vie d'un gar- 
çon — la Vie d'une jolie femme. — Pigoreau , Petite 
bibliographie, p. 290, trouve cet auteur un peu libertin. 

RABELAIS (François), célèbre écrivain, né en 1483 
à Chinon, en Touraine. Il était fils d'un apothicaire; 
il entra chez les cordeliers de Fontenay-le-Comte , en 
Poitou, et fut ordonné prêtre. Il se consacra à la chaire 
et y réussit. Sa réputation commençait à s'établir, 
lorsque sa liberté d' allures le fit renfermer dans une 
prison monastique, d'où il eut le bonheur de s'é- 
chapper. On lui accorda la permission de passer dans 
l'ordre de Saim-Benoît, mais il quitta bientôt l'habit 
religieux, et alla étudier la médecine à Montpellier, 
où il prit le bonnet de docteur. Son mérite lui procura 
une chaire dans cette faculté en 1 53 1 ; puis il quitta 
Montpellier pour Lyon ; là, tout en exerçant la méde- 
cine, il commença, vers 1 534, la publication de sa fa- 
meuse histoire de Gargantua et de Pantagruel, roman 
satirique, rempli de folies, d'extravagances, de quo- 
libets, de mots barbares et même de passages difficiles 
à comprendre. Sous cette apparence frivole, le livre 
est plein d'esprit et même de bon sens, l'auteur dé- 
fend toujours les droits de la raison , de la justice et 
de la vérité. La Sorbonne censura l'ouvrage et le Par- 
lement le condamna au feu. Rabelais, s'attachant au 
cardinal Du Bellay, avec lequel il s'était lié au collège, 
et qui était nommé ambassadeur à Rome, y partit avec 
lui en qualité de médecin. Dans cette ville, bien qu'il 
n'épargnât dans ses railleries, ni le sacré collège, ni le 
pape lui-même , il obtint par l'influence du cardinal 
une bulle d'absolution et une prébende à l'abbaye 



164 RABELAIS 

de St-Maur-des-fossés. Enfin, le ig janvier i55i , 
il fut nommé curé de Meudon , et termina ses jours 
en 1 5 5 3 à Paris, rue du Jardinet. En i55a, il publia à 
Paris, chez Michel Fezendat, les livres III et IV de son 
roman ; le V e et dernier livre ne fut publié que long- 
temps après sa mort, en i564, à Lyon. On s'est donné 
beaucoup de peine pour trouver la clef de ce roman ; 
la plupart des commentateurs reconnaissent François I e '' 
dans Gargantua, Louis Xlldans Grandgousier, Henri II 
dans Pantagruel, Anne de Bretagne dans Gargamelle, 
la reine Claude dans Badebec, Diane de Poitiers dans 
la Grande Jument, le cardinal de Lorraine dans Pa- 
nurge, mais il est problable que le fond et le cadre 
sont tout d'imagination, et que les allusions ne se trou- 
vent que dans les détails. Il y a de cet ouvrage un si 
grand nombre d'éditions et le Manuel les détaille avec 
tant de soin (tome IV, col. 1037 a 1070) que nous ne 
saurions mieux faire que d'y renvoyer le lecteur. — 
Contentons-nous de rappeler ici quelques-unes des 
principales: 

Œuvres de Rabelais, avec des remarques histor. et critiques 
de Le Duchat. Amst. , Jerm-Fréd. Bernard, 1741, 3 vol. pet. 
in-4 , avec belles fig. de Bernard Picart. Cette édition varie de 
prix, selon sa condition, depuis 60 fr. jusqu'à 1000 fr. 

— Les mêmes œuvres, édition publiée par M. de l'Aulnaye 
(suivie d'un glossaire erotique français, intitulé: Erotica verba). 
Paris, Desoer, 1820, 3 vol. in-i8, fig. — Chaponay, 82 fr. 

— Les mêmes œuvres, édition variorum. augmentée de piè- 
ces inédites, etc. , et d'un comment, par Esmangart et Johan- 
neau. Paris, Dalibon, 1823-26, 9 vol. in-8, avec 12 fig. et 120 
caricatures des Songes drolatiques de Pantagruel , dernière 
Œuvre de Rabelais. — Chaponay, 106 fr. 

On pourrait encore citer l'édition du bibliophile Jacob (M. 
Paul Lacroix) donnée chez Charpentier (en 1849, in-12) . la 
belle édition en grand format illustrée par Gustave Doré, 
celL- de Marty-Laveaux, illustrée par Bracquemond (en 1872), 
celle très-esti.née de MM. Burgaud et Ralhery , chez Didot , 
celle de M. Louis Lacour, donnée chez Jouaust , et;., et 
surtout celle que M. Sardou père prépare depuis quinze ans et 
qui, imprimée en même temps que la présente bibliographie , 
promet d'être pour l'homme d'étude, la plus utile de toutes 
celles parues jusqu'ici. Parfaitement complète, collationnée sur 
Ls meilleures éditions anciennes, réimprimée aver l'orthographe 
la plus simple et la plus compréhensible, le texte y est accom- 
pagné de nombreuses notes explicatives, courtes, claires, pré- 
cises, notes indispensables et sans lesquelles, la plupart du 
temps, il serait impossible de saisir la pensif de Rabelais, 
pensée que, par crainte du bûcher, ou au moins d'une persécu- 



RABELAIS — RACCOLTA i63 

tion implacable , il était souvent obligé de voiler sous une forme 
cnigmatique ou follement bouffonne. 

Le Gargantua et le Pantagruel sont analyses dans la Biblio- 
thèque des romans, numéro de mars 1776. 

Rabelais, journal illustré, format gr. in-4 , parais- 
sant le mercredi et le samedi, à Paris, rue Richelieu, 
92. 1" numéro, 16 mai 1857. 20 fr. par an. 

Ce journal faisait suite au journal Triboulet. — Lapostolle , 
gérant, et Delvau ; auteur, ont été condamnés en i838 , pour 
outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs, pour les 
articles suivants: Un jésuite (n° du 25 juillet i85jj ; —Quand 
on prend du Viennet... et à la fin, C'est-à-dire, avant le Sex- 
tus; — Cela vaut mieux... et finissant par: Vous ave^ le droit 
de rougir, lectrice (n° du 26 juillet); — Excentricités litté- 
raires (n° du i er aoûtj; — Correspondances (n° du 12 août); 

— Billets au porteur (n° du i5 août). 

RACAN (Honorât de Bueil , marquis de), poète, né 
en 158g, mort en 1670. Les Bergeries de Honorât de 
Bueil, etc. — ses Œuvres complètes. 

Raccolta compléta délie opère di G. Baffo. Constan- 
tinopoli, 1860, 2 vol. in-18. — Alvarès, i5 fr. Edition 
complète. 

Raccolta di novelle del padre Atanasio da Veroc- 
chio (de Domenico Batacchi). Londra , anno VI délia 
repubblica francese (Italie, en 1708), 4 part, (ou 2 vol.) 
petit in-8 ou in-12, 236, 192, i58et i5o pp. — Cette 
édition , d'une mauvaise impression et sur mauvais 
parier, contient 19 nouvelles ou petits poèmes galants 
tirés, la plupart, du Masaccio; elle est peu commune. 

— Baur, en 187 3, 20 fr. 

Raccolta di poésie inédite in dialetto Milanese , di 
Carlo Porta. Italia, 1826, in-; 2, portr. — Libri, 18 fr. 5o; 
Auvillain, n" 914. — Ce recueil, qui contient la Pri- 
ncipe, la Ninetta et d'autres pièces fort libres, a été 
sévèrement défendu en Italie, et est devenu très-rare. 

— On sait que les écrits de Porta sont le chef-d'œuvre 
de la poésie milanaise. 

Raccolta di poésie satiriche (Aretino, Settano, San- 
sovino, etc.). Milano, 1808, in-8, avec portrait de P. 
Arétin et de Salv. Rosa. — Scheible, en 1866, 2 fl. 42 kr. 

Raccolta di storie galant i. Venezia, 1768, 6 parties 
in-8. 



i66 RACCOLTA — RAGÎONAMENTI 

Raccolta universelle délie ojpere di G. Baffo. Cosmo- 
poli (Venezia), 178g, 4 vol. in-8, portr. — Vendu, en 
1843, 60 fr. ; Auvillain, n° 873. — Poésies obscènes 
en patois vénitien. 

RADET (Jean-Baptiste), aut. dramat., né à Dijon en 
1761, mort à Paris en i83o. Le Faucon — le Mariage 
de Scarron — la Matrone d'Ephèse — Pauline, ou la 
Fille naturelle — les Préventions d'une femme — Re- 
naud d'Ast — Roméo et Pdquette — les Trois Saphos 
lyonnaises. 

Radolcite (Le) amarezze, comedia (3 a. et prol. pr.) 
di Girolamo Campana , Bellunese. Venetia, P. Farri , 
1620, pet. in-12 de 72 ff. — Soleinne, n° 4485. 

Une des dernières pièces où l'on ait mis en scène le type 
classique de la Ruffiana ; c'est con licen\a e privilegio qu'il 
se montre encore ici. 

Raga^^o (II), comedia (5 actes et prologue pt\) di 
Lod. Dolce. Vinegia, Bindoni, 1541, in-8 de 55 n\ — 
Soleinne, n° 422.1. 

Dans cette pièce licencieuse , comme dans la Clitia de Ma- 
chiavel et dans plusieurs comédies de l'Arétin, ie déguisement 
d'un jeune garçon en fille est le nœud de l'intrigue. 

Rage (La) d'amour , parodie de Roland , 1 acte , 
en vers, par Dorvigny. Paris, Ballard, 1778, in-8. — 
Nyon, n° 18394; Soleinne, n° 2197. 

Rage d'amour, ou la Femme d'un ami, vaud. en 1 
acte, par Bayard et Léon Laya (Gymnase dramatique). 
Paris, 1849, in-8. 

Ragguagli del regno d'amore Cipro, da Luca As- 
sarino. Venetia, 1646, 1654, in-12 (Noël, n° 10 10), 
et sous le titre : Ragguagli amorosi. Venetia , 1 742 , 
in-12. — Nyon, io655. 

Ragionamenti (capricciosi et piacevoli) di messer 
Pietro Aretino, cognominato il Flagello de' principi, il 
Veritiero, etc. 

Les Ragionamenti qui, sous le rapport du style, sont le meil- 
leur ouvrage de leur auteur, sont des dialogues entre deux fem- 
mes de Florence ; l'Arétin se vantait d'y avoir traité les ma- 
tiir-s les pius obscènes, sans qu'il lui fût échappé un terme 
deshonnète. Le I er dialogue intitulé: Ragionam^nto de la 
Nanna e de la Antonia (V. ce titre ) traite des désordres des 



RAGIONAMENTI 167 

nonnes, des femmes mariées et des courtisanes; le 2 e (il Pia- 
cevale ragionamento deW Aretino , nel quale il Zoppinofrate 
e Lodovico putaniero trattano de la vita e de la genealogia 
di lutte le cortigiane di Roma) est à peu pris du même genre; 
le 3 e (Ragionamento nel quale M. P. Aretino figura Quattro 
suoi amici che favellano de le corti del monda e di quella 
del cielo) qui contient des histoires curieuses sur la cour de 
Rome et sur les personnages les plus considérables du temps , 
ne s'occupe que des cours et des courtisans ; il est regardé comme 
le meilleur des trois. Ce 3 e dialogue est complété par une se- 
conde partie dans laquelle il est question du jeu et des joueurs, 
mais qui, quoique renfermant des anecdotes très-intéressantes , 
est restée peu connue, n'ayant pas été comprise dans le recueil 
des Ragionamenti publié par les Elzéviers. Les deux premiers 
dialogues seulement ont été traduits en français et encore d'une 
manière tout à fait inexacte dans la Bibliothèque de l'Arétitf. 
Ils ont été trad. en espagnol et en lat. (V. Pornoboscodidas- 
calus), puis en allemand (V. P. Aretini italianischer...). 

Ragionamento délia Nanna e délia Antonia, fatto in Roma 
sotio una licaia, composto dal divino Aretino per suo capriccio 
a correttione de i tre stati del e donne. — Parigi (Venise), i5 34, 
pet. in-8 de 198 pp. en lettres ital. et le feuillet de souscription. 
C'est l'édition orig. très-rare delà i re partie des Ragionamenti 
(Mac-Carthy (avec le Dialogo, 2 e partie des Ragion.), 5o fr. ; 
Nodier (id.j, 121 fr. ; Chédeau, n° 1073). 

Opéra nova del divo et unico signor Pietro Aretino , la 
quai scuopre le astutie, scelerita, frode , tradimenti, assassina- 
menti, inganni, truffarie, stringarie, calcagnarie , robarie , et le 
grant fintion et dolce paroline ch'usano le cortigiane, o voir dir 
tapune , per ingannar li simplici gioveni , per la quai causa i 
poveie li per cio restano appesi corne uccelli al visenio et al fin 
con vitupio et dishonor posti al basso con la croya leggiera. 
— In Napoli, i534, pet. in-8 de 32 ff. , lettres rondes, titre 
rouge et noir, dans une bordure gr. en bois (La Vallière , 40 
fr). — Venise, i535, copie de l'éd. préc. , avec le même titre et 
le même nombre de ff. — Napoli, i535, in-8 (Usage des rom.). 
C'est le 3 e dialogue de la 1" partie des Ragionamenti, et non 
cette i re partie tout entière, comme l'ont dit quelques bibliogra- 
phes, etc. 

Dialogo di M. Pietro Aretino, nel quale la Nanna, il primo 
giorno insegna a la Pippa sua figliuola a esser puttana; nel 
secondo gli conta i tradimenti che fanno gli huomini a le 
meschine che gli credono; nel ter\o, etc. In Torino (Venise}, 
i536, pet. in-8 (Gaignat, 80 fr. ; Mac-Carthy, 34 fr. ; Potier, 
80 fr. ; Libri, 49 fr.). 

Edition originale de la 2 e partie des Ragionamenti, non moins 
rare que la i re , et pareillement divisée en trois journées. Cail- 
leau, tome 1, p. 5i , dit qu'il y a une édition de Venise, 1540, 
qui est la même que celle-ci, à laquelle seulement on a fait de 
nouveaux frontispices. 



i68 RAGIONAMENTI 

Dans la dédicace de cet écrit licencieux, l'Arétin ne craint 
pas de dire que son livre est plus nécessaire à l'humanité que 
les prédicateurs. 

Ragionamento nel quale P. Aretino figura quatlro suoi 
amici che favellano de le corti del mondo e di quelle del 
ccelo. Sumpata in Novara , 1 538, pet. in-8 de 78 ff. non chif- 
frés, lettres iial. (Gaignat, 27 fr. ; Mac-Carthv, 39 fr.). — S. 1. 
i53g, 63 ff. (Libri, 16 sh.j. — S. 1., i53g, pet. in-8 de 55 ff. 
(Hibbert, 14 sh.j. — S. 1. , 1541, in-8 de 56 ff. (Leber, n° 2836). 
Ce dialogue, qui contient des histoires curieuses sur la cour de 
Rome et'sur les plus considérables personnages du temps, n'est 
pas obscène. C'est la 3 e partie des Ragionamenti. 

Dialogo di Pietro Aretino nel quale si parla del gioco con 
moralita piacevole. Venise, G. de Farri, Ô43, in-8, édit. orig. 
— Vinegia, per Bnrtolomeo detto l'imperador , ID45, pet. in-8 
de 127 ff. — Cat. Nodier (n° no5), avec le Ragionamento nel 
quale M. P. Aretino figura quattro suoi amici, etc., 53 fr. 

Ce volume peut s'annexer aux 3 premières parties des Ra- 
gionamenti auxquelles on le regarde comme faisant suite. On 
forme ainsi une collection qu'il n'est pas facile de réunir au- 
jourd'hui. Ce dialogue a été réimpr. à la suite de la troisième 
partie des Ragionamenti,, édition de i58g, et pas dans celle de 
1660. Il a aussi été réimprimé sous le titre: le Carte parlanti, 
dialogo di Partenio Etiro (Pietro Aretino). Venezia, M. Sessa, 
i545, in-8. — Venise, i65o, 1 65 1 , in-8. Dans les éditions por- 
tant ce titre, ce dialogue est précédé d'une épitre très-hardie 
adressée au prince de Salerne. 

Ragionamento del Zoppino fatto frate , e Lodovico putta- 
nicre, dore contiensi la vita e genealogia di tutte le corti- 
giane di Roma. S. 1. (Venise), i53g, in-8 de 20 ff . , dont 1 
blanc. Edition orig., très-rare, d'un des ouvrages les plus licen- 
cieux de l'Arétin (Libri, 5i fr.). Réimpr. dans le recueil des 
Ragionamenti, édit. de 1584. 

Dialogo del divino Aretino, che scopre lefalsità, rubarie, 
tradimenti, et fatuchiari ch'usano le corteggiane , per in- 
gannare li simpli huomini, che de loro s'innamorano , inti- 
lolato la Nanna e Antonia. Parigi, s. d. (milieu du XVI e siè- 
cle) , pet. in-8 de 144 ff. Rare. L'ouvrage est divisé en 4 jour- 
nées, dont la t re est la même que la 3 e de la première partie 
des Ragionamenti. Les trois autres sont les trois journées de 
la 2 e partie des mêmes dialogues. 

La Prima {e seconda) parle del Ragionamento di P. Are- 
tino. Xella nobil città di Bengodi , i584, 3 parties pet. in-8, 
lettres ital. On connaît quatre éditions sous cette même date. 
La plus belle, qui est regardée comme la i re , parait avoir été 
impr. à Lyon. Elle a 6 ff. prélim. et 219 pp. pour la i re partie, 
3 ff. prélim. et 373 pp. pour la 2 e partie, 6 ff. prél. et 116 pp. 
pour la 3 e pariie. La 2 e édition a 228 , 401 et 142 pp. La 3 e 
108, 339 et 118 pp. Dans la 4 e les pages se suivent; la der- 
nière pùrte 522. La 3 e partie (118 pages) de la 3 e édition con- 



RAGIONAMENTI 169 

tient le Commente di ser Agreste da Ficarvolo sopra la prima 
Jicata del padre Siceo, con la diceria de' nasi. Cette partie 
manque souvent (Langlès, 39 fr. ; Tross, 28 fr. ; Nodier, 49 fr.; 
Libri, 5,(. fr. — Les autres éditions sont moins chères; Bolle , 
8 fr. 5o; Du Roure, 7 fr. 5o; Techener, 1S fr. ; Bignon, 1 fr. 23) 

La Ter\a e ultima parte de' raggionamcnti del divino Pie- 
tro Aretino, ne la quale si contengono due raggionamenti , 
cioè de le corti e del giuoco, cosa morale e bella. S. 1., Gio. 
Andr. del Melagrano , 1389, pel. in-8. Cette 3 e partie est la 
qui ait été publiée en i38q pour servir de suite à l'édition 
de Ô84. Elle n'a pas été réim'pr. dans les Capricciosi , 1660 
(Monmerqué, 28 fr. ; Libri, en 1859, 2 liv. 3 sh. ; Chédeau , 
n° 1075). 

Capricciosi e piaccvoli ragionamenti di Pietro Aretino. 
Cosmopoii (Amsterdam, Elzévier) , 1660, pet. in-8. Edition la 
plus belle et la plus recherchée des Ragionamenti; cependant 
elle est moins correcte que l'édition de 1624. Elle est ordinai- 
rement suivie de la Puttana errante, overo dialogo di Ma- 
dalena e Giulia. Le volume perd de son prix lorsque la Put- 
tana errante ne s'y trouve pas , ou qu'elle est d'une édition 
postérieure , c'est-à-dire, quand elle a 48 pp. ou davantage, au 
lieu de 38. Voir une note de Nodier dans le Bulletin du bi- 
bliophile , 1844, p. 892. Gaignat, 43 fr. ; Bolle, 81 fr. ; id. 
avec la Puttana, en 62 pp., 41 fr. 5ocent.; Techener, r. rel.. 
90 fr. ; id. 60 fr. , Nodier, 169 fr. ; Potier, i3o fr. ; Libri, 60 
fr. ; id. 99 fr. ; Crozet, 102 fr. ; Du Roure, 58 fr. ; Gellert. 
38 fr. ; Cailhava (607). 125 fr. ; de Chaponay , i85 fr ; id. 
222 fr. ; H. de L. en i863, 147 fr. — On ne connaît pas les an- 
ciennes éditions qui doivent avoir été faites de la Puttana er- 
rante. Nous ne pouvons guère citer que des éditions s. 1. n. d , 
pet. in-12 de 48 ou 62 pp. Réimpr. pet. in-8 ou pet. in-12, en 
54 et 84. pp. , et dans il Libro del perché. — On lit dans le 
Catal. général des manuscrits des biblioth. publ. des départe- 
ments, p. 428, que la biblioth. de l'Ecole de médecine de Mont- 
pellier possède un manuscrit (H 335) contenant , entre autres 
copies, une traduction en franc, des dialogues de l'Arétin. 

Traductions : 

Coloquio de las damas, agora nuevamente corregioy emen- 
dado (trad. espagnole de la 3 e journée de la 3 e - partie des Ra- 
gionamenti de l'Arétin, par Fernan Xuarez). S. I., 1348. pet. 
in-8 de o5 ff. , lettres rondes (Nodier, 46 fr.; Heber , 1 liv. 6 
sh.). — Médina del Campo, P. de Castro, 1549, P el - ' n '8 guin- 
dé 59 ff. (La Vallière, t5 fr.) — S. 1., 1607, in-12 de 141 pp., 
lettres rondes (Nodier, 28 fr. 5o c. ; Bolle, 21 fr. 5o ; Crozet, 
i3 fr.). Voir De Bure, n° 3952. Il a grand tort d'annoncer cette 
traduction de Xuarès comme bonne, car de l'aveu de tous les 
connaisseurs, il n'a fait que gâter l'Arétin. 

Porno.iidascalus, seu Colloquium muliebre P. Aretini de 
astu nefario horrendisque dolis mulierum , etc. Trad. lat. de 
la i re partie des Ragionamenti de l'Arétin , par Gaspard de 

Tome VI. 22 



i 7 o RAGOT — RAGUENEAU 

Barth. Francfort, 1622, 1623, in-8 (Bolle, 33 fr. ; Chaponay , 
20 fr.)- — Zwichau et Francfort, 1624. — Cygneae , Gopneri , 
1660, pet. in-8. Edition plus correcte et recherchée à cause du 
catal. des écrits de Barthius (Scheible , en 1866, 2 fl.; Piget , 
n° 1843). Le Pornodidascalus a été réimpr. à la suite du 
Meursius, édit. pet. in-8, s. d., de 430 pp. 11 faut remarquer 
que Barthius n'a pas fait sa traduction d'après l'original italien, 
mais d'après la traduction espagnole de Xuarès , dans laquelle 
l'espagnol avait rendu l'original plus honnête, par conséquent 
moins bon. — Barthius aimait tant les titres grecs , qu'ayant 
traduit un roman espagnol qui est une continuation de la Diane 
de Montemayor, par Gilles Polio, il lui a donné le titre de: 
Erotodidasealus, et à une traduction de la Celestina, celui de 
Pornoboscodidascalus (Voir Van Hulthem, 4893). 

Le Miroir des courtisans , où sont introduites deux cour- 
tisannes, par Vune desquelles se découvrent plusieurs fraudes 
et trahisons qui journellement se commettent ; fait en dialo- 
gue par P. Arétin, trad. de l'itaJ. en franc. Lyon , Cl. d'Ur- 
bin, i58o, in-8. Cette traduct. du dernier dialogue de la 1" 
partie des Raggionamenti , est, selon Du Verdier, donnée d'a- 
près le Coloquio de las damas. 

Tromperies dont usent les mieux affétées courtisanes à 
l'endroit d'an chacun, principalement des jouvenceaux desbau- 
chez qu'elles attirent en leurs filets , faisans que sous propos 
emmielez perdent honneur et chéent en pauvreté. Œuvre partie 
en dialogue, orné de saincts enseignemens, conseils et avis à la 
jeunesse, pour éviter les déceptions, tromperies et traverses de 
telles femmes. Traduit d'ital. (de P. Arétin) en françois. Plus, 
la Courtisane de Joachim du Bellay. Paris, P. Chevillet, iî>8o, 
in-16 de 88 ff. , plus ir pour la Courtisane (La Vallière, 17 fr.; 
J. G. , en 1844, i3 fr. 5o; Tripier, n° 634, 3o fr.). — Imita- 
tion des 2 premières parties des Ragionamenli. Réimpr. sous 
le titre suivant: Histoire des amours feintes et dissimulées 
de Lais et Lamia, récitées par elles-mêmes; mise en forme de 
dialogue par P. Arétin , où sont découvertes les fallaces et 
communes tromperies, dont usent les mieux affectées courtisan- 
nes de ce temps à l'endroit de leurs amis, etc., et augmentée 
de la Vieille courtisanns de J. du Bellay. Paris, Antoine du 
Breuil, i5q5, pet. in-12 de 96 ff. en tout (La Vallière, 16 fr.). 
— Lyon, 1599, in-12 (Thierry, t5 fr.). — Lyon, Cl. Lacarpe, 1609, 
in-12 (Belin junior, en 1797, 37 fr.). — Réimpr. aussi sous le titre: 
Amours faintes et dissimulées de Lais et Lamia. Paris, 1601, 
in-12 (Bignon, i5 fr.). 

RAGOT (Nie. ou Ch.-Franç.). Voir GRANDVAL. 

RAGUENEAU DE LA CHENAYE (Armand-Henri), 
compilateur d'anas, né à Paris, en 1777. Amours de 
Manon la ravaudeuse et de Michel Zéphir. S. d. — 
Angotiana , ou Suite des calembourgs comme s'il en 



RAISON - RAMBLER'S 171 

pleuvait. 1S00. — Grivoisiana. — Ninon de Lenclos. 

— Rousseliana. i8o5. 

Raison [La), l'hymen et l'amour, on. -pastorale, en 
1 acte et en vers libres, par Patrat fils. Paris, Cor- 
beaux, 1804, in-8. 

Raison (La) pourquoi les femmes ne portent barbe 
au menton aussi bien qu'à la penillière , et ce qui a 
ému nos dittes femmes à porter les grandes queues 
(il y a aussi une édition de 1600 et une réimpr. faite 
par Caron), in- 12 de 8 pp. , Paris, 1601 (Cigongne, n° 
2104; Leber, n" 25oo). — S. 1. , 1606, in-8 (La Val- 
Hère, n° 3g i3 55 ). — Opuscule en prose réimprimé à 
la suite du Proce% et amples examinations sur la vie 
de Caresme-Prenant , etc., et des Entretiens de Mag- 
delon et de Julie. Luxembourg, 1866, pet. in- 12. 

RAISSON (Horace-Napoléon), littérat. , né à Paris 
en 1798, mort en 1854. Amours secrètes des Bourbons 

— Code conjugal — Code de la toilette — Code des 
boudoirs — Code galant — Une blonde. 

Rake's (The) progress, or the Humours of Drury 
Lane, a poem in 8 cantos , vvhich is a compleat key 
to the eight prints lately published by celebrated M. 
Hogarth. Londres, 1705, in-8 de 54 pp. — Ce poëme 
contient des scènes libres. 

Rambler [The), or Fashionable Companion, for april 
1824 (vol. 1, n° 1), being a complète register of gal- 
lantry. In- 12, fig. (la Vénus de Médicis). 

Art, nature, tvit and Love display 
In every page a rambler's gay. 

Londres, T. Holt. Mensuel. A chaque numéro une 
gravure. — Janvier 182D est le n° 10, tome IL — Jour- 
nal donnant des anecdotes, des analyses littéraires, des 
poésies, etc. — 8 pence chaque numéro. 

Rambler's (The) Magasine, or Fashionable Empo- 
rium of Polite Littérature, Theatrical Excellencies , 
Wit, Humour, Genius, Taste, Gallantry , and ail the 
gay varieties of Suprême Bon Ton. 1822, in-8, avec 
figures. 

Rambler's (The) Magasine, or the Annals of gal- 
lantry, pleasure and bon ton. London, Randall, 1784, 



i 7 2 RAPE- RATTAZZI 

in-8. — Publication mensuelle; les 33 premiers nu- 
méros contiennent 2,000 hist. de galanteries, amours, 
tête-à-tête, procès pour rapt, pour adultères, intrigues 
privées, chansons, anecdotes, poésies gaillardes, etc., 
g7 grav. et 90 lettres hiéroglyphiques. 

La collection de ce journal forme, de iy83 à 1787, 5 vol. in-S 
avec figures. 

Râpe [The) of Lucrèce (le Viol de Lucrèce), poëme 
de Shakespeare. L'édition originale de 1^94 (47 ff. 
in-q ) est excessivement rare ; un exempl. réparé , le 
seul qui ait passé en vente publique , a été adjugé à 
58 1. st., et un amateur, M. Holford, en a, dit-on, payé 
un autre 100 livr. st. — Quoique l'édition de 161 6, 
in-8, ne soit que la sixième, on a donné en i858 la 
somme fort respectable de 2 3 liv. st. 10 sh. pour un 
exempl. dont le dernier feuillet était imparfait. Nous 
mentionnons ces faits pour constater jusqu'à quel degré 
s'élève dans la Grande-Bretagne le thermomètre de la 
bibliomanie. 

Rapport fait des pucelages estropie^ de la pluspart 
des chambrières de Paris, par les matrones jurées, 
tant françoises que bearnoises, ensemble les noms des 
ustencilles trouvées dans leurs bas guichets. Paris, 
161 7, in-8. — La Yallière, n° 3gi 3 7T . — Voir Le Ré- 
veil du chat qui dort. 

Raritâten. Ein hinterlassenes Werk.... (Curiosités. 
Œuvres (erotiques) du sacristain de Rummelsbourg , 
dédiées au pape, etc., par B. Schwarzbuckel). Berlin. 
1785, g tomes in-8. 

Raritâten von Berlin und merkwùrdige geschichten 
einiger Berlin' schen freudenmâdchen.... (Curiosités de 
Berlin. Histoires remarquables de quelques-unes des 
filles de joie de Berlin). Berlin, 1702, 5 vol. in-8. 

Rathgeber (Der) vor... (Le Conseiller avant, pendant 
et après la copulation, par le D. G.-W. Becker). — S. 1., 
1816, in-12. 

RATTAZZI (princesse Marie Studolmine Bonaparte, 
dame de Solms , puis épouse de M. Urbain), née à 
Londres vers i83o. Le Chemin du paradis — Made- 
moiselle Million — les Mariages d'une créole — le 
Piège aux maris — Si j'étais reine ! 



RAUQJ'IL-LIEUTAID — REBOURS i 7 3 

RAUQJUH.-LIEUTAUD, auteur dramat. du XVIII* 
siècle. Alcibiade enfant, etc. — les Amants brouillés — 
Bianca Capcllo, imité de l'allemand — Heraclite, ou 
le Triomphe de la beauté. 

Ravissement [Le) d'Europe, par Jean-Ant. de Baif. 
Paris, veuve Maurice de la Porte, i552, pet. in-8 de 
8 ff. — Nyon, n° i52o3; Potier, en 1870, n° 852. 

Ravissement {Le) d'Hélène, le siège et l'embrase- 
ment de Troye, grande, pièce en 3 actes et en prose, 
par Fuzelier. Paris, A. Chrétien, 1705, in-8 de 32 pp. 
— Soleinne, 3406. 

Ravissement de l'Hélène d'Amsterdam , contenant 
des accidents étranges tant d'amour que de la fortune, 
arrivez à une demoiselle d'Amsterdam en plusieurs 
endroits du monde, et principalement en Turquie, où 
elle a été esclave. Amsterdam, Timothée ten Hoorn, 
i683, in-12, fig. Rare. — Nyon, n° 85 19; Trosse, 
10 e catal., 8 fr. 5o ; Luzarche, n° 2944. 

Ravissement [Le) d'Orithye, poëme composé par 
Barth. Tag. (Tagaut) à M r R. de Vaudetar , seigneur 
de Pouilly. Paris, Wechel, 1 558, pet. in-8. — Nyon, 
n° i5222 ; Potier, 1860, n° 1204, 5o fr. 

Ravissement [Le) de Proserpine , poëme dramatique, 
par Al. Hardy. Paris, 161 1. 

CJrès se plaint aux dieux de l'enlèvement de sa fille. Jupiter 
assemble les dieux et reçoit leurs avis ; il décide que Proser- 
pine passera six mois avec sa mère et six mois avec Pluton. 
Momus avait donné un avis différent en proposant que « le jour 
Cérès aura sa fille et Pluton chaque nuit. » 

Ravissement (Le) de Proserpine , poëme burlesque, 
par D'Assoucy. Paris, 1643, 1 653 (Nyon, n° i5228), 
1664, fig. — Cailhava, 19 fr.; Luzarche, n° 2 33g. 

RAYSSIGUIER (N. de), ou RAYSSEGUIER, aut. 
dramat. du XVII e siècle. L'Aminte du Tasse, trad. en 
franc. — les Amours d'Astrée et de Céladon — la 
Bourgeoise, ou la Promenade de Saint-Cloud — Pa- 
linice , Cireinice et Florise — Tragi-comédie pasto- 
rale, où les Amours d'Astrée et de Céladon sont mes- 
lées à celles de Diane, etc. 

Rebours (Le) de Mathéôlus , ou le Résolu en ma- 



i 7 4 RECETTE — RECHERCHES 

riage (par Jehan Le Febvre de Thérouanne). Paris , 
sans date, i5i8, in-4 goth. de 60 ff., fig. sur bois 
(Heber, 5 liv. ; Mac-Carthy, 88 fr.). — Lyon, Ol. Ar- 
noullet, s. d., in-4 S ot h- — Solar, 430 fr. 
Le prologue, qui a 94 vers, commence ainsi : 

De femmes sommes tous venus, 
Autant les gros que les menus; 
Pourquoy celluy qui en dit blasme 
Doit eslre réputé infâme. 

De ce pnëme, il a été fait, à 40 exempl. , une réimpression fac- 
similé, en 1846, à Paris, dans le format pet. in-4, e t en caract. 
goth. — Voir le Livre de Mathéolus : 

Sensuy le livre du résolu en mariage, traictant et démon- 
trant la grant proesse et résistance qu'ont eu et ont de présent 
les femmes contre les hommes et principalement contre les puis- 
sans, fors et preux. Paris, veuve J. Trepperel, s. d., in-4 goth. 
de 3o ff . à 2 col. , avec 25 fig. en bois. — Edition augmentée 
du Rebours de Malhéolus. — La Vallière, 24 fr. ; 174 fr. en 1841. 

Recette pour marier sa fille , vaud. en 1 acte, par 
Mélesville (Anne-Hon.-Jos. Duveyrier) et Raoul. Paris, 
Barba, 1827, in-8. — Soleinne, n° 2648 (Variétés). 

Recette pour marier ses filles , vaud. en 1 a. , par 
Lemercier de Neuville (Ambigu-Com.). Paris, i85g, 
in-8. 

Recherches historiques et philosophiques sur l'amour 
et sur le plaisir, poëme en 3 ch., par de Toulongeon. 
Paris, Dentu , 1807, in-8. — Lanctin , 9' cat , ■> fr. ; 
Claudin, en 1869, 4 fr. 

Recherches médico-philosophiques sur les causes 
physiques de la polygamie dans les pays chauds, ou 
Réflexions sur l'opinion de Montesquieu et de quel- 
ques autres philosophes qui ont prétendu qu'il naissait 
dans les pays chauds plus de fines que de garçons, et 
que les femmes y étaient nuSiles à huit, neuf et dix 
ans et vieilles à vingt, thèse par le doct. N. Chervin, 
de Lyon. Paris, Didot jeune, 1812, in-4 de 40 pp. — 
Silv. de Sacy , n° i853, dit 71 pp.; Quérard dit 40 
pages. — Rare. 

Recherches sur le culte , les symboles, les attributs 
et les monuments figurés de Vénus en Orient et en 
Occident, par Félix Lajard. Paris, 1837, in-4 de 4 
feuilles 1/2 avec un atlas cont. 40 planches gravées. 



RECHERCHES — RÉCRÉATION i -]b 

Recherches sur les prérogatives des dames chez les 
Gaulois, sur les cours d'amour, etc., par le prés. Rol- 
land. Paris. Nvon, 1787, in-12 de 220 pp. — Cailhava, 
8 fr.; Cl. de M., en 1864, 3 fr. ; Baur, en 1873, cat. 
n° 3, 8 fr. 

Récit exact de ce qui s'est passé à la séance de la 
société des Observateurs de la femme, le mardi 2 nov. 
1802 (par Lemontey). Paris, Déterville, an xi (i8o3), 
in- 18. — La Bédoyère, 7 fr. 5o; Aubry, en 1860, 
4 fr. ; Claudin, en 1867, 6 fr. 

Plaisanterie suggérée à l'auteur par le titre bizarre sous le- 
quel s'étaient réuuis, en 1800 , des savants et des philosophes 
distingués, entre autres Cuvier, Sicard , etc. , qui formaient la 
Société des observateurs de l'homme (Catal. Pixérécourt). 

Récit véritable de ce qui s'est passé au plaisant et 
facétieux mariage d'une jeune affriandée au jeu de 
passe-outre et de ses subtilités et finesses, ensemble le 
festin de la sausse à la Roberde. Paris, Claude Wy- 
mouth, 1626, in-8. — Opuscule très-rare, dont un ex. 
figure au catalogue Cigongne, n° ?. 121. 

Réclamation des Courtisanes parisiennes à l'As- 
semblée nationale, concernant l'abolition des titres 
déshonorants tels que garces, putains, toupies , ma- 
querelles, etc. 1790, 8 pages. — Leber, IV, p. 221; 
Claudin, juin i858, 10 fr. 

Reclusières (Les) de Vénus , allégorie. A la Nouv. 
Cythéropolis, 1720, pet. in-8 de i3 pp. — Relatif à 
l'hôtel du Roule , à sa fameuse abbesse, M me Paris, et 
à ses pensionnaires, Rosette, Fatime, etc. — Nodier, 
avec deux autres opuscules, 14 fr. ; Alvarès, en 1861, 
8 fr. 5o. — Laissé en blanc au catalogue Rochebrune. 
— Réimpr. à Bruxelles, en 1869, pet. in-8 de 16 pp., 
tiré à petit nombre, 3 fr. A la suite se trouve le Temple 
de l'Amour, 8 pp. 

Récolte , ou Moisson que Satan a faite chez lui en 
1748, ou Critique sur l'état présent du concubinage, 
de l'adultère et d'autres vices qui sont présentement 
si communs sur la terre, trad. de l'angl. par James 
de Lacour. Francfort, 1749 , in-8. — Nyon, n° g35; 
cat. de Dresde, n° 876. — Rare. 

Récréation {La}, ou Mignardises et devis d'amours. 



176 RECREATION — RECREATIONS 

avec les pourquoy, demandes, rcsponses et les ventes, 
le tout composé au plaisir et contentement de tous 
vrays amans (pr. et vers, attribué à Guill. des Autelz). 
Paris, s. d., i58i, 1 5g6; — Lyon, s. d., i 583 , i5qa, 
toujours in-16 ou pet. in-12.— Solar, 41 fr. ; Tripier, 
100 fr. ; Chaponay, 178 fr. ; Techener, en i838, 60 fr. 
Ce recueil contient des pièces très-libres et qui ne figure- 
raient pas mal dans le Cabinet satyrique ; nous citerons, par 
exemple, la dernière, intitulée : Demandes joyeuses d'un amant 
à sa dame, en manière d<: reproche de sa vilenie. 11 y a des 
changements dans les titres des diverses éditions. Voir ces 
changements dans le Manuel. 

Récréation {La) et passe-temps des tristes, traic- 
tant de choses plaisantes et récréatives , touchant 
l'amour et les dames pour resjouir toutes personnes 
mélancholiques. Paris, P. L'Huillier, 1 5y3 , in-16, 96 
feuillets — et s. 1., 1274, in-16. — Potier, en 1870, 
143 fr. 

Volume très-rare, contenant un choix d'épigrammes et de 
petites pièces de vers, parmi lesquelles il s'en trouve un certain 
nombre sorties de la plume de Clément Marot. Ce livre fut re- 
produit en 1595, à Rouen, chez Abraham Cousturier, de la fa- 
çon la plus incorrecte, et une douzaine de pièces dirigées sur- 
tout contre les moines, et frisant l'hérésie en turent retranchées. 
Xyon, u° i5.i3o. Une réimpression a été fuite ù Paris (J . Gayj 
en 1862, et a été tirée à 1 1 5 exempl. pet. in-12, xn et 192 pp.; 
les notes placées à la fin commencent a la p. 17G. L' auteur de 
l'avant-propos démontre que c'est à tort que divers bibliogra- 
phes et biographes, se copiant aveuglément, ont avancé que 
Guillaume des Autels avait dirigé la formation de cette collec- 
tion récréative. — Cette réimpression a été condamnée par juge- 
ment du tribunal de po'.ice correctionnel de la Seine , en i863. 

Récréations {Les) des capucins, ou Description his- 
torique de la vie que mènent les capucins pendant leurs 
récréations. La Haye, aux dépens de la Compagnie, 
1738, 1744, pet. in-12. — Cigongne , n° 1940; Mac- 
Carthy, t 3 fr. ; Bignon, 14 fr.; Crozet, 6 fr. 2 5 ; Potier, 
i5 fr. ; Veinant , 48 fr. ; Techener, i5 fr. ; Chaponay, 
16 fr. ; La Bédoyère, 18 fr.; Leber, n° 021 3. 

Récréations {Les) françaises, ou Recueil de contes 
à rire, pour servir de divertissement aux mélanco- 
liques, et de joyeux entretien dans les cours, les cer- 
cles, les ruelles. Paris, veuve E. Pépingué, 1 658. pet. 
in-8 (Veinant, 57 fr.). — Lyon, A. Olyer, 1662, 2 tom. 
en 1 vol. in-8, titre gravé, original (Veinant, 5i fr.). 



RÉCRÉATIONS — RECUEIL 177 

—Rouen, Ferrand, i665, 2 vol. in-8 (Nyon, n° io883). 

— Utopie (Holl., à la Sphère), 1681, 2 tom. en 1 vol. 
pet. in-12 de 327 et 207 pp., front, orné de fig. gro- 
tesques. Rare (Potier, 20 fr. ; Auvillain, n° 1 1 5g, 70 fr.; 
J. Pichon, n° 765, 75 fr.). — Utopie, 1705 (Tripier, 
i5 fr.). — Amst., Desbordes, 1765, pet. in-12 de 72 
pages, y compris la table (Alvarès, en i858, 4 fr.). 

Plaisante tromperie faite par une femme à son mari — 
Différentes humeurs de deux demoiselles pour le coucher 

— Simplicité d'un enfant qui découvrit le pot aux roses — 
Discours d'un homme à sa femme la première nuit de ses 
noces — Gaillardise de deux mariés, etc. — La dernière : D'un 
prince et d'un astrologue. Le tout en prose. 

Récréations (Les) galantes, contenant diverses ques- 
tions plaisantes, avec leurs réponses. Le Passe-temps 
de plusieurs petits jeux. Quelques énigmes, en prose. 
Le Blazon des couleurs sur les livrées et faveurs. 
L'Explication des songes et un Traité de la Physiono 
mie. Paris, Est. Loyson, 1671, in-12. 

« Volume à la fois curieux et rare, dont l'auteur est Ch. So- 
rel. La plupart des Questions plaisantes sont d'un goût telle- 
ment équivoque, que nous nous refusons à croire qu'une société 
polie se soit jamais abaissée au point de permettre des jeux sem- 
blables: tout le reste à l'avenant. » (Note du calai, du marquis 
de M... , 1871, n° 937). 

Récréations lubriques des f. de tout sexe, de 

tout âge et de tout parti. F....opolis (Paris), 1791 , 
in-12, fig. — Cat. Pixérécourt, p. 3g 1. 

Récréations morales et galantes, ou Histoires véri- 
tables , avec des réflexions très-utiles. Dédiées au 
beau sexe. Cologne, 1717, in-12. — Gancia, i3 fr. ; 
Nyon, n u 946g ; Scheible, en 1872, 2 th. 20 sgr. 

Récréations {Les) poétiques, amoureuses et galantes, 
ou les Joyeux divertissements de la poésie française, 
en faveur dis mélancoliques, par Durour-Crespelière. 
Paris, 1669, in-12, front, gravé. — Chaponay, 20 fr. ; 
Alvarès (juillet i838), 22 fr. ; Nyon, n° 13257. 

Ce volume contient des petites pièces libres, assez piquantes. 

— M. Viollet-Leduc ne parle pas de ce recueil de ce poète mé- 
decin, et ne cile de lui que deux autres ouvrages. Ses poésies 
sont plus ou moins risquées. Aucun dictionnaire biographique 
n'a parlé de cet auteur. 

Recueil complet des chansons de Collé, publié par 

Tome VI. 23 



i 7 8 RECUEIL 

Auger. Hambourg et Paris, 1807, 2 tomes in-18 de 
vin- 198 et 177 pages. — Tripier, 3o fr. ; Chaponay , 
5i fr. ; Cigongne, n° i2 5o. — On trouve dans ce Re- 
cueil toutes les chansons de Collé que son censeur a 
pu lui permettre et toutes celles qu'il ne lui a pas 
permises, c'est-à-dire les chansons libres que Collé 
avait écrites lui-même sur son exempl. de son Théâtre 
de société. — Il en a paru en 1864, à Bruxelles, sous 
le même titre, une édition revue et corrigée, tirée à 
146 ex. pet. in-12. Elle est plus complète que l'édit. 
de 1807, laquelle ne contient pas les chansons conte- 
nues depuis la page 219 jusqu'à la page 2 58 de celle 
de 1864. 

Voir Chansons qui n' ont pu être imprimées , et que mon 
censeur n'a point dû me passer. Voir aussi une notice sur 
Collé, par M. Clément de Ris, dans la Revue française, t. V 
(i836J, pp. 25 et 1 3 1 . — Cliansons galantes et même souvent 
très-licencieuses, mais toujours fines et spirituelles. Qu'on nous 
permette d'en citer une des plus réservées: 

Tonton Va donné rendez-vous ce soir. 
Que de plaisirs. Toutain, tu vas avoir! 
Toutain, mon Toutou , ton air et on ton 
T'ont attendri le cœur de ta Tonton. 
Tôt, tôt, tôt, il est temps, Tonton t'attend, 
Saisis l' instant 
(Cet instant est tentant ) 
Et fais tant, tant, 
Que tu sortes content. 

A cela Toutain répond d'un air doux: 
Il faut trop jaser à ces rendez-vous. 
Tonton m' en a déjà donné plus d'un, 
Et trop parler me devient importun. 
Mardi dernier je lui parlai neuf fois, 
Mercredi sept, jeudi cinq, hier trois; 
Ce soir je dors , car je suis aux abois. 

Recueil contenant un dialogue du mérite et de la 
fortune, les maximes et les lois de l'amour, plusieurs 
lettres, billets doux et poésies. Rouen, J. Lucas, 1066, 
1667, in-i2, front. — Nyon, n° 13499; Soleinne, 
n° 4001. 

Recueil curieux de contes à rire. Les Récréations 
françoises pour servir de divertissement aux mélanco- 
liques, etc. Utopie (à la Sphère), 1681, 2 tomes petit 
in-12 de 327 et 267 pp., titre gr. — Gancia, 80 fr. ; 
Chaponay, 40 fr.; Techener, en i858, 80 fr. — C'est, 



RECUEIL 179 

avec un autre titre, le même ouvrage que les Récréa- 
tions françoises, même date. 

Recueil curieux des chansons nouvelles de ce temps. 
Paris, veuve J. Promé, s. d. (vers 1660), pet. in-12. 
— Veinant, 5o fr. 

Recueil de chansons amoureuses de divers poètes 
français, non encore imprimées. Paris, Nie. Bonfons, 
i3u7, in-16 de 86 pp. et 2 ft. — Méon, 6 fr. ; Morel- 
Vindé, 1 3 fr. ; Veinant, avec un autre recueil de Chan- 
sons nouvelles à la suite, 180 fr. — Manuel, IV, 1 161. 

Recueil de chansons choisies, par Coulanges. Paris, 
Bernaid, 1698, 2 vol. in-12 (Cigongne, n° i23o; Nyon, 
n° 13046). — Voir Viollet-Leduc, Chansons, pages 14 
et 53. 

De Coulanges, maître des requêtes, mort en 1716, était très 
à la mode, et ses chansons plaisent encore aujourd'hui. A qua- 
tre-vingts ans, il répondait par ce couplet à un directeur qui 
l'engageait à s'occuper uniquement de son salut : 

Je voudrois à mon âge, 

II en seroil tems. 

Etre moins volage 

Que les jeunes gens, 

Et mettre en usage 

D'un vieillard bien sage 

Tons les smtimens. 
Je voudrois du vieil homme 

Etre séparé: 

Le morceau de pomme 

N'est pas digéré. 

Recueil de chansons nouvelles fort plaisantes et ré- 
créatives, pour le temps présent. Paris, J. Promé, s. d. 
(après iôooj, pet. in-12. — La Vallière, n° 3147. — 
Manuel, IV, 1161. 

Recueil de chansons pour servir à l'histoire-anec- 
dote de la cour et de la ville, depuis 1600 jusqu'en 
1756. Manuscrit sur papier du aVIII* siècle, en 11 
vol. in-4 . — La Vallière, 450 fr. — Les 8 premiers 
vol. du même recueil ont été revendus séparément 
124 fr. à l'hôtel Bullion, en 1786; le 8 e vol. s'arrê- 
tait à 1738. 

Recueil de comédies et de quelques chansons gail- 
lardes. Imprimé pour ce monde, 1775, in-18 de 3og 



,8o RECUEIL 




lonne ; 6" La Nouvelle Messaline; 7 Le Luxurieux. 

— Scheible, en 1872, 6 thaï.; Auvillain , n n 977. — 
Le Théâtre gaillard contient toutes ces pièces, excepté 
Léandre et le Mal d'aventure. 

Recueil de contes (par le comte de Mirabeau). Lon- 
dres, 1780, 2 parties in-8, front. (Grassot , n° 237, 
3 fr. 75). Peu commun. — Réimprimé sous le titre : 
Contes et nouvelles adressées du donjon de Vincennes 
à Sophie Ruffey, etc. Tours, an iv, in-8 de 388 pp. 
(Claudin, 1859, 4 fr. 5o). 

Contenant: le Filet de Vulcain, ou les Amours de Mars et 
Vénus, imitation abrège de la Rete di Vulcano de Pallavicino. 

— Licéride ,.ou les Netturales (iêtes religieuses et débauchées 
tout à la fois instituées par Néron). — Ùiane et Endymion , 
imitation d'un épisode de la Sêcchia rapjta. — Anasillis et My- 
siclée. — Larisse , imit. d'un conte latin de Théophile Viaud. 

— L'Ile des pécheurs.— Nouvelle, extraite (et abrégée) des Jour- 
nées de J. Yver. — Nouvelle, tirée d'un ouvr. espagn. — Eury- 
nomeet Dosiclès- — Euphrosie. — Songe de Poliphile, tiré de 
l'Hypnérolomachie. — Char mus , Elise et Thersandre. — Les 
Amours de Théogène et de Charide , d'après Alhénagoras. 

— Les Hommes d: Promélhée. — Armide et Renaud, épisodes 
de la Jérusalem délivrée. — Déiphire (d'AlbertiJ, dialogue de 
Polimacre et de Philarque. 

Recueil de contes et de poèmes, par M. D*** (Cl.-Jos. 
Dorât). La Haye (Paris, Delalain), 1770, in-8, fig. 
d'Eisen. — Nyon , n° i 5362 ; Aubry, en 1862, 8 fr. ; 
Baur, en 1873, cat. n° 3, 5 fr. 

Contenant: Ir\a et Marsis, ou V Isle merveilleuse. — Al- 
phonse, conte. — Les Cerises et la méprise. — Selim et Selima, 
poème. — V Hermitage de Beauvais, conte. 

Recueil de diverses pièces choisies d' Horace, d'O- 
vide, Catulle, Martial, Anacréon, et du \" chant de 
l'Adonis du cav. Marini, par le prés. Nicolle. Jouxte 
la copie à Paris, chez Ch. de Sercy (Bruxelles, Fop- 
pens), 1666, pet. in-12 (Nodier, 3g fr.; Dinaux, n° 
2725, 2 fr. 7b). — L'édition de Paris, 1693, 2 vol. 
in-12, est la plus complète. 

Recueil de diverses pièces comiques , gaillardes et 
amoureuses. Suivant la copie imprimée a Paris, chez 



RECUEIL 181 

Loyson (Bruxelles, Dan. Elzévier), 1671, pet. in-12 de 
14D ff. (Nodier, 3o fr.; Nyon, n e 10233; Solar, 148 fr.). 
— Leide, 1699, in-12 ÇMac-Carthy, n° 3280, 12 fr. 70; 
Gancia, 2 liv. 2 sh. ; Techener, en 1 858, 25 fr.). 

Ce recueil contient: les Amants trompés et les dames enle- 
vées — le Praticien amoureux — l'Assemblée des filous et des 
filles d' joye — le Poêle extravagant — l'Assemblée des mais- 
tres cThoAel, le jour de la my-caresme — le Cavalier gro- 
tesque — l'Apothicaire empoisonné. — Voir une note dans le 
Bulletin du bibliophile, 1861 , p. 236. « Ce volume imprimé 
« en petit* caractères est très-facétieux et fort divertissant. Il est 
«tellement rare que nous ne l'avons vu figurer dans aucune 
" vente. Bérard ne le cite pas dans son ouvrage sur les Ejzé- 
« viers. La vérification des fleurons et des lettres capitales jus- 
« tifie l'attribution de ce volume aux presses de Lambert Mar- 
chand de Bruxelles. « (Note de Millot pour l'édit. de 1671 J — 
Le Manuel cite trois adjudications à 73, 101 et 148 fr. ; nous 
en avons noté deux autres. 101 fr. Garcia en 1868, et 180 fr. 
Luzarche, exempt, relié en maroquin. 

Recueil de diverses pièces servant à l'histoire de 
Henri III. Cologne (Holl., Elz), 1660, 1662 (Nyon, 
22443; Luzarche, n° 3948), 1 6^3 (Veinant, 5o fr. ; 
Aubry, en 1860, 12 fr.), 1666 (La Bédoyère, 3o fr. 5o), 
1693, 1699 (Nyon, 22444), in-12. 

Contenant: Journal du règne de Henri III (par de Servin) 

— le Divorce satyrique , ou Amours de la reine Marguerite 
de Valois (première temme de Henri IV, par Palma-Cayet); 

— le Grand Alcandre . ou Amours du roi Henri le Grand 
(attrib. à la princ. de Conti) — la Confession de M. de Sancy 
(par d'Aubigné) — et Discours merveilleux de la vie, actions 
et deportements de la reyne Catherine de Médicis , attrib. à 
Henri Estienne, ou à Jean de Serres, ou à Théod de Beze. 
Celle dernière pièce se rencontre souvent seule. Elle manque 
dans les premières éditions de ce recueil curieux. Barbier (Ano- 
nymes, n° i c '464) cite une édition in-4 de ce recueil, dans la- 
quelle Y Alcandre porte pour litre : Hist. des amours du roi 
Henri IV ; par la princ. de Conty, et présente les noms réels 
au lieu des noms masqués. 

Recueil de diverses pièces choisies des sieurs de la 
Ménardière, Brébeuf, Segrais, Du Ryer, Rotrou, etc. 
Recueil rare, renfermant des pièces libres et qui ne 
se retrouvent pas ailleurs. Paris, Ant. de Sommaville, 
1660, pet. in-12. — Hebbelinck, n° ii23. 

Recueil de diverses poésies des plus célèbres auteurs 
de ce temps, contenant la Belle gueuse, la Belle aveu- 
gle, Métamorphoses des yeux de Philis change^ en 
astres, et autres pièces curieuses. Paris, 1637,2 part. 



182 RECUEIL 

de 1 56 et 179 pp., en 1 vol. pet. in-12. — Baur, en 
1873, cat. n° 3, 10 fr. 

Recueil de diverses poésies héroïques et burlesques, 
contenant: la Belle recluse. — La Vieille layde. — 
L'Amour honneste. — Le Doute amoureux. — La Nuict 
amoureuse. — L'Inquiétude amoureuse. — Les Sou- 
pirs de Sylvie. — Caprices burlesques. — Orphée aux 
enfers. — L'Aurore du bois de Vincennes, et autres 
pièces curieuses, recueillies par Tristan l'Hermite. 
Paris, veuve G. Loyson, 1 653, in-4 .— Nyon, n° 13401. 

Recueil de (74) farces, moralités et sermons joyeux, 
publié d'après les manuscrits de la Biblioth. royale, 
par Leroux de Lincy et Francisque Michel. Paris, Te- 
chener, 1 83 1-37, 4 vol. pet. in-8, tiré à 76 exempl. 

Ces manuscrits sont ceux du n° 33o4 du catal. La Vallière. 
Du Roure, 92 fr. ; Veinant, 10 1 fr. ; Tripier, 120 fr. ; Chapo- 
nay, 79 fr. — Techener avait publié en i83o le prospectus de 
l'ouvrage ; c'est un in-8 d'un touille. Il donne le titre des 74 
pièces, lesquelles peuvent être vendues séparément et coûtent 
2 fr. 5o quand elles n'ont qu'une feuille d'impression, 5 fr. 
quand elles en ont deux. 

Recueil d'histoires intéressantes , amusantes et ga- 
lantes. La Haye, van Cleef, 1702, in-12. — Scheible, 
p. 2 56 de 1860; Nyon, n° 9912. 

Contenant : la Trahison punie — le Prince jaloux — la 
Méprise concertée — Histoire de Mlle de '" , racontée par 
elle-même à M mt la comtesse de ••* — l'Aveugle clair- 
voyant — les Apparences trompeuses — le Sommeil indiscret 
— l'Innocence justijiée, ou Histoires de Salned et de Garal- 
die — les Amis rivaux. 

Recueil de lettres de deux amants (attribuées à Car- 
not et à M"" Pipelet de Leury , depuis princesse de 
Salm, ou à une autre dame restée inconnue). Paris, 
an ix, P. Didot l'aîné, 9 vol. in- 18, tiré à 12 exempl. 

iles 6 premiers volumes ont été réimpr. sous le titre: 
.ettres secrètes et amoureuses de deux personnages 
de nos jours. Paris, 181 7, 1819,4 vol. in- 18). — Ro- 
man d'amour extrêmement rare. — Debure, 82 fr. ; 
La Bédoyère, 79 fr.— La France littéraire, tome VIII, 
p. 418, nie que la princesse de Salm soit en aucune 
façon auteur ou héroïne de ce roman. 

Recueil de lettres tendres et passionnées, écrites par 



RECUEIL i83 

une jeune dame. Amst., 1787, 2 vol. in-8. — Scheible, 
p. 168 de 1859, 3 fr. 25. 

Recueil de livrets singuliers et rares, réimprimés 
par les soins de M. de Montaran. Paris, 1827-30, 17 
pièces pet. in-8, tirées à 28 exempl. (le titre à 20 seu- 
lement). — Veinant, 1 5 1 fr. — Voir, pour le détail 
desdites pièces, au mot CARON. 

Recueil de nouvelles poésies galantes, crit., latines 
et francoises. Londres, s. d. (vers 1740), 2 part, in- 12, 
4 feuillets et 192 pp.; 1 83 pp. et 3 pp. pour la table. 

— Pixérécourt, 28 ir. 5o ; Solar, 98 fr. ; Chaponay, 
47 fr.; Nodier, 3i fr. ; Aubry, en 18O2, G fr.; Nyon, n° 
1 532 7;Techener, 35 fr.; Bramet, 21 fr. 

Il n'y a qu'un très-pelit nombre de pièces latines dans ce 
volume* qui porte pour faux titre : Recueil de poésies paillar- 
des. On y dislingue deux pièces libres, en patois bourguignon, 
imprimées d'une façon fort incorrecte: loti Menou d'or et lou 
Véritable Vey de %ôdô (72 vers et 178), composées en 1611 et 
■»en 1620. Dans une'note du catal. Pixérécourt, n° 907 , No-icr, 
en parlant de ce recueil « qui parait avoir été lait par un homme 
d'esprit », dit que les pièces en patois bourguignon sont char- 
mantes, mais il se trompe en les attribuant à Aimé Piron, père 
du célèbre poète. Gabriel Peignot donne quelques détails à leur 
égard dans un extrait de sa Bibliothèque idio-bourguiçnonne 
(ouvr. resté inédit, inséré dans le Bulletin du bibliophile , de 
janv. 1840, p. 3 3 J. V. aussi Y Histoire de l'idiome bourguignon, 
par M. Mignard, Dijon, i856. in-8, p. 238. Il v a lieu d'attri- 
buer ces compositions à Pierre Malpry. La Monnoye a repro- 
duit pesque littéralement les premiers vers de lou Véritable 
Vey de gôdô dans son septième noél. 

Recueil de patentes facétieuses (de vénérien, de 
goutteux, de gourmand, de menteur et de cocu). 
Lille, s. d., in-4 . — Cat. \V. et AA., n" 1072. 

Recueil de pièces choisies, rassemblées par les soins 
du Cosmopolite. Anconne, chez Lriel Bourriquant , à 
l'enseigne de la Liberté (impr., selon De Bure, par le 
duc d'Aiguillon, dans sa terre de Verret, en Touraine; 
la dédicace à S. A. S Mademoiselle est signée L. D. D.), 
1735, in-4 de 4?4 pp., plus g pour le front., la dé- 
dicace et la préface, et 9 autres pour la table; tiré à 
très-pet. nombre d'exempl. (7 selon quelques biblio- 
graphes, 12 suivant d'autres, ce qui est plus probable). 

— La Bédoyère , avec 4 sujets peints à la gouache, 
400 fr. ; Méon, 3oo fr. ; Pixérécourt, 265 fr. ; Duriez, 



184 RECUEIL 

326 fr. ; Nodier, 3 1 5 fr. ; Châteaugiron, 430 fr. ; Belin 
junior, avec 4 sujets col., 35 t fr. ; Baudelocque, 3o 1 fr.; 
Bignon, ex. médiocre, 21 5 fr.; Bolle, 2 52 fr. ; Solar , 
825 fr. , etc. 

Recueil renfermant un grand nombre de pièces qu'on ne trou- 
verait pas ailleurs et qui sont encore comme inédites à cause 
de sa rareté; entre autres, le texte des véritables sonnets de 
l'Arétin fpp. 83 à n3), les Dubbii amorosi (pp. 49 à 62), le 
Capitolo del Forno , etc. L'Ode de Piron est augmentée de 
3 strophes. Comme le fait observer M. Tricotel dans ses Va- 
riétés bibliogr., p. 340, les poésies qui turent la cause de la 
condamnation à mort et de l'exécution du malheureux Cl. Le 
Petit, ne s'y trouvent point, bien que cette erreur soit répétée 
dans la nouvelle édition du Manuel du Libraire. L'épitre dédi- 
catoire, très-spirituelle, est de Moncrif. 

Il a été fait une réimpression du Cosmopolite, Leyde (Bru- 
xelles), i865, par une société de bibliophiles, à i63 exempl. dont 
3 sur vélin, 10 sur papier de Chine, i5o sur pap. de Hollande, 
x et 512 pp. (les pages 5oi-Si2 pour la table. A la fin une no- 
tice bibliographique de 14 pp.}. — Une remarque que l'on n'a 
pas encore faite et qui pourrait bien concilier les deux opinions 
différentes sur le nombre du tirage du Cosmopolite, c'est qu'il 
y a deux tirages différents. Dans l'un (exempl. de la Biblioth. 
de l'Arsenal, de Chaponay, etc.) la dédicace est adressée à M me 
de Miramion; dans l'autre (exempl. Méon. passé chez M. 
Chédeau , etc. j, elle est adressée à S. A. S. Mademoiselle. 

Du reste, c'est dans les deux tirages exactement le même texte, 
le même nombre de pages , le même papier et le même tirage. 
Il y a beaucoup de fautes d'impression. 

L'Ode de Piron ne contient ordinairement que douze stro- 
phes; le Cosmopolite en donne trois de plus (les 6 e , 7 e et 9 e ); le 
manuscrit des Stromates de Jamet contient 16 strophes. C'est 
la 14' qui manque dans le Cosmopolite. Il y a également plu- 
sieurs variantes, et l'ordre des strophes n'est pas le même. 

L'ordre dans lequel les Sonetti de l'Arétin sont placés dans 
le Cosmopolite n'est pas le même que celui de l'édition de 
Rome (Paris), 1792. Les variantes avec la même édition sont 
nombreuses et ne doivent pas être négligées. 

Recueil de pièces diverses (par le cardinal Raymond 
de Boisgelin de Cucé). Philadelphie (Paris), 1783, 
pet. in-& de 172 pp., tiré, dit-on, à 12 ex. Poésies 
erotiques, même un peu libres. — Bignon, 14 fr. 5o. 

Recueil de pièces en prose les plus agréables de ce 
temps, composées par divers auteurs. Paris, Ch. de 
Sercyj, iô58, pet. in-12 (Nyon, n° 1 1 6 5 7 ; Baschet, 
n° 235). 

On y trouve : la Loterie d'amour — l'Origine et progrès des 



RECUEIL i85 

rubans — leur Défaite par les princesses Jarretières — les 
Loix de la galanterie — la Carte du royaume d'amour, etc. 
Le cal. Monmerqué donne une édition de 1659-62, 4 vol. pet. 
in-12. — Orléans, 1660-61, 4 vol. in-12 (Nyon, n° 1 1658). — Pa- 
ris, Ch. de Sercy, 1662, pet. in-12, front, gr. (Claudin, en i83q, 
5 fr J. On y trouve les pièces suivantes: le Voyageur fortuné 
dans les Indes du Couchant, ou l'Amant heureux, contenant 
la découverte des terres inconnues au delà des trois villes de 
Tendre — Sur une rencontre d'yeux — les Amours du jour et 
de la nuit, etc. — Voir le Manuel, IV, n5i. 

Recueil de pièces galantes en prose et en vers de 
M m ° la comtesse de La Su^e et de Pellisson. Paris, 
G. Quinet, 1664, in-12 (Nyon, n° 13242). Réimpr. en 
1667. — Sur la copie à Paris, G. Quinet (Holl. , Elz.), 
167&, 3 part, en 1 vol. pet. in-12 de 617 pp. (Nodier, 
5i fr.; La Bédoyère, 45 fr. ; Poiier, 45 fr, ; Pixéré- 
court, 29 fr. 5o). — Paris, Quinet, 1680 (Leber, 10 fr.), 
1684, 4 tomes en 2 vol. in-12. — Paris, 1696, 4 vol. 
in-8 (Bibl. de Grenoble, n° 16146). — Paris, Cavelier, 
1698, 4 tom. en 2 vol. in-12 (Nyon, 13243). — Tré- 
voux, 1725, 4 vol. in-12 (Techener, i5 fr.) ; — I 74 I > 
5 vol. in-12 (J. Gay, en 1873, 7 fr. 5o); — 1748, 4 
vol. in-12 (Scheible, 11 fr.). — Voir Nodier, Mélanges 
tirés d'une petite bibliothèque, la note de la page 22. 

Recueil de pièces héroïques et gaillardes. S. 1. , 
1676, 1678, in-12 de 82 pp. — Entre autres pièces, 
l'Occasion perdue et retrouvée. 

Recueil de pièces pour et contre, contenant l'affaire 
de Mlle Petit, actrice de l'Opéra de Paris. Cythère, 
de l'imprimerie de Vénus, 1741, in-8. — Truebwasser, 
n° 194; Alvarès, en déc. 1861, 12 fr. 5o. 

Ce recueil se compose des pièces suivantes : Factum pour 
Mlle Petit, danseus • de l'Opéra, révoquée. La demoiselle Pe- 
tit est accusée d'avoir été surprise sous le théâtre de l'Opéra, 
tel que Vénus et Mars furent exposés aux yeux de l'Olympe 
assemblé, dans les rets de Vulcain. — Réponse au factum pu- 
blié sous le nom de la demoiselle Petit , pour Mlle Jacquet , 
accusée d'imposture et de calomnie. La demoiselle Jacquet 
s'exprime ainsi pour se défendre de l'accusation de calomniatrice: 
« Je passe dans l'instant du combat , il étoit assez difficile de 
distinguer du premier coup d'oeil s' ils en étoient aux prélimi- 
naires ou à la chose même...» — Véritable réponse de la de- 
moiselle Jacquet, au factum de la demois lie Petit, avec le 
jugement de MM. les commissaires députez du public. Dans 
ce factum, la demoiselle Jacquet continue son accusation en ces 
termes: «J'ose à peine m'en rappeler la mémoire, tout ce que 

Tome VI. 24 



i86 RECUEIL 

je me permettrai de dire, c'est que la toile estoit levée, et qu'au 
bruit de mon passage, on la baissa... » — Demande au public 
en réparation d'honneur contre la demoiselle Petit par mes- 
sieurs les fermiers généraux. — On trouve aussi dans les Cau- 
ses amusantes , 1756, deux de ces pièces. 

Recueil de plusieurs belles chansons nouvelles et 
modernes. 1 5g3 , in-24. — Un exempl. à la Biblio- 
thèque de l'Arsenal. — Manuel, IV, 1161. 

Recueil de plusieurs farces tant anciennes que mo- 
dernes. Paris, Nie. Rousset, 1612, petit in-8 de 144 
pages. — Baron d'Heiss , 84 fr. ; Veinant, 45 fr. ; La 
Vallière, 124 fr. ; Soleinne, 417 fr. 

Contenant 7 farces en vers, loutes de la fin du XVI e siècle : 
Farce joyeuse d'une femme qui demande les arrérages à son 
mari, à 5 personnages. — Le Débat d'un jeune moine et d'un 
vieil gendarme par devant le Dieu Cupidon pour une fille. 
La fille désire moins d'honneur et plus de profit ; Cupidon juge 
le procès en faveur du moine, qui lui parait mieux convenir à 
la fille. — Farce nouvelle du Médecin, à 4 personnages, très- 
libre et qui a donné lieu vraisemblablement au conie du Fai- 
seur d'oreilles. — Farce nouvelle des femmes qui aiment mieux 
suivre et croire Fol-conduit et vivre à leur plaisir que d'ap- 
prendre aucune bonne science, à 4 personnages, etc. Ce re- 
cueil a été réimpr. par Caron, même format, à 55 ou 56 exempl. 

— Gandin, en iS58, 16 fr. ; Techener, 3o fr. — Voir, pour 
d"autres réimpressions du même auteur, au mot: Caron. 

Recueil de plusieurs histoires secrètes et aventures 
du temps, nouvellement arrivées, par messieurs ***. 
La Haye (Paris), 1746, 2 parties en un vol. in-12, en- 
semble 214 pp. — Nyon, n c 9910. 

Volume rare et peu connu, contenant ig anecdotes intitulés : 
le Mari infortuné — le Dragon amoureux — le Soufflet v:ngé 

— le Baron apaisé — le Martyr d'amour — le Soldat déguisé 

— le Comte flamand — l'Ami épousé — le Surtout des folies 
amoureuses — le Bourgeois devenu docile — la Dame aux 
vapeurs — le Riche corsaire — le Portier consciencieux — la 
Mascarade — V Aventurière — le Campagnard qui prend l'air 

— le Marquis à fracas — le Soufflet avantageux — la Fausse 
dévote. 

Recueil (Le) de poésie françoise, prinse de plusieurs 
poètes les plus excellent^ de ce règne. Paris, veuve 
François Regnault , 1 5 55 , in-i 6. Très-rare. — J. Pl- 
chon, en 1869, n" 496, 1 3o fr. — Renfermant plu- 
sieurs pièces très-singulières. 

Recueil de poésies d'amour et de galanterie , ou la 
Muse coquette. Paris, i685, in-12. — Nyon, n° iS3i6. 



RECUEIL 187 

Recueil de poésies d'amour extraites de 140 poètes 
de la Souabe, tirées des manuscrits de la Bibl. royale 
de France, par Ruedger Manessen (en allemand,). Zu- 
rich, 1758, 2 vol. in-4 . Peu commun. — Châteaugiron, 
n" 1059. 

On peut citer encore, dans les anciens po5tes allemands, Adol- 
plius, qui écrivit, en i3i5, huit fables en vers, retraçant d'une 
façon assez libre la perfidie des femmes à l'égard de leurs maris; 
Leyser les a fait connaître dans son Historia poetica medii 
cevi , pp. 2007 à 2o36. 

Recueil de poésies de divers autheurs, contenant: 
la Métamorphose des yeux de Philis changez en astres; 
la Belle Gueuse, la Vieille amoureuse, la Belle aveu- 

f;le, la Riche laide, la Muette ingrate, la Dame fardée, 
a Belle enlevée. Paris, A. Besongne, 1670, pet. in- 12. 

— Solar, 26 fr. ; Claudin, en 1869, 7 fr.; Dinaux, 
14 rr. — 11 y avait eu déjà un Recueil portant le même 
titre, Paris, Et. Loyson, 1661, in-12 (Alvarès, en 1 858, 
34 fr.; Claudin, en 1860, 5 fr. ; Techener, n" 14661). 

— Voir le Biblioph. fantaisiste, pp. 66 et 68. 

Recueil de poésies françoises d?s XV e et XVI' 
siècles, morales, facétieuses , historiques, réunies et 
annotées par M. Anatole de Montaiglon. Paris, Janet, 
1 85 5-i 865, tom. I à IX, in- 16, à 5 fr. chacun (Bibl. 
El^évirienne). — Recueil très-curieux et bien connu 
des bibliophiles. 

Recueil de poésies fugitives et contes nouveaux (par 
Piis et Barré). Londres (Cazin), 1781 (Duprat, 2 fr.), 
1784, in- 18, 3i2 pp. — Lanctin, en 1871, 5 fr. ; Tripier, 
20 fr. ; cat. Monselet, p. 14. 

82 Contes: la Mort des dieux — la Remouleuse — le Théo- 
logien confondu par son père — Iris et sa bonne — la Pre- 
mière emplette en ménage — A deux de jeu, etc. , pp. 3-182; 
les poésies, couplets, odes, épitres, etc., de la p. 182 à la fin. 

Recueil de poésies héroïques et gaillardes. S. 1. n. d. 
(1676), in-18 de 84 pp. — S. 1. n. d. (1678), in-12. 

— Nyon, n" i35o5. — Contenant entre autres, l'Oc- 
casion perdue et recouvrée. 

Recueil de poésies héroïques et gaillardes de ce temps. S. 1. 
(à la Sphère), 1717, in-12. — Techener, juin i853, 80 fr. ; Ché- 
deau, n° 569. — Augmentées de nouveau (pas de titre) , 96 pp. 
L'Occasion perdue — la Jouissance imparfaite, caprice — Mé- 
tamorphose des yeux de Philis en astres — le Temple de la 
mort — Jalousie"— Impuissance — Sur un pet qu'un amant fit 



188 RECUEIL 

en présence de sa maîtresse , p. 75 — Sur un pet lasché en 
bonne compagnie, p. ?8 — Stances énigmatiques à Idalie — 
Réponse — Des épi grammes, des madrigaux — le Niais, son- 
net, p. 85. 

Recueil de poésies légères, par C.-J. prince de Ligne. 
1782, 3 vol. in-i8, format Cazin. Le 3* vol., de 82 pp., 
est très-rare et fort libre. — Voir le Bull, du biblio- 
phile belge, tome 1", pp. 121, 167 et 168. 

Ce recueil fut mis sous presse dans l'imprimerie particulière 
que le prince de Ligne avait établie dans son château de Belœil. 
Le 3 e volume est d'une rareté extrême; il est du genre le plus 
épicé et se compose de 82 pages. Le Bulletin du bibliophile 
belge, tome 1, p. 121, en parle avec détail. Il n'y a pas de litre; 
le volume débute par une ode, espèce de panégyrique burlesque 
des écarts auxquels Onan a légué son nom et que précèdent ces 
mots: » J'étais bien jeune quand je fis cette ode. Je ne me sou- 
t viens plus de ce qui me dégoûtait des femmes dans ce mo- 
u meut là; peut-être qu'elles m'avaient trop mal ou_ trop bien 
« traité. » A la 3o e page commence un Supplément à Apprius, 
ouvrage utile à tous les hommes, surtout aux souverains , à- 
Vusage desquels on trouvera à chaque page des traits de po- 
litique et de morale, sans oublier ceux d'histoire. Cette suite 
Ai \'Apprius est en prose et se prolonge jusqu'à la 79 e pige 
inclusivement. A la 8o* on trouve la prélace qui commence ainsi: 
O/i ne doit point être étonné, après ce qu'on a vu, qu'on trouve 
à la suite dj cette mauvaise plaisanterie , ce qu'on met ordi- 
nairement par devant , etc. 

Sens, devant derrière, par le prince de Sur l'im- 
primé de Belœil, sans titre, sans nom d'auteur, sans nom de 
lieu, sans date (Bruxelles, 1867), petit in-8 de vu , 75 pp. , 
tiré à 70 exemplaires — Le nouvel éditeur a donné ce litre 
au 3 e et dernier volume d' un recueil sans titre , signalé pour 
la première fois par M. Voisin, en 1840, dans le Messager 
des sciences d.' Belgique , sous celui de Poésies légères du 
maréchal prince de ; les deux premiers volumes ap- 
partenaient à M. R. Chalon. Le 3* volume n' a été retrouvé 
que plus tard. M. Le Hon en a donné une description dans le 
Bibliophile Belge de 184.5, d'après le seul exempl. alors connu. 
Un second a été retrouvé depuis. Le prince a rejeté, dans ce 
troisième volume, ses péchés de jeunesse. 

Ce sont des chansons, des épigrammes, un amphigouri, deux 
contes (sans litre, p. 10 et 24). A partir de la page 3i: Sup- 
plément à Apprius, continuation de son histoire, ou, si l'on 
aime mieux, seconde partie qui ne vaut pas la première, qui 
est écrite à merveille ; peu importe. C'est un récit à clef, mais 
à la fin une table: Priapus, Cléon , Mina, Danbre , Ebugors, 
Bratides. 

Recueil de quelques pièces curieuses servant à l'é- 
claircissement de l'histoire de la vie de la reyne Chris- 
tine. Cologne, P. Marteau (Holl.) , 1668, pet. in- 12 



RECUEIL 189 

de 166 pp. et le titre (Veinant, 20 fr.; Nodier, nofr.). 

— Col., P. Marteau, 1669, pet. in-12 de 216 pp. (Be- 
rard, 6 fr. 75). 

Recueil de quelques pièces curieuses tant en prose 
qu'en vers, dont on peut voir les titres à la page sui- 
vante. Cologne, P. Marteau (Holl., Elzev.), 1670, pet. 
in-12 de 60 pp., rare. — Cat. Nodier, n° 564; Solar, 
37 fr.; Gancia, 41 fr. 

Cont.: La Requeste des dames de la cour sur le luxe des 
bourgeoises — la Réponse des bourgeoises — la Coupe en- 
chantée (conte de La Fontaine, le prologue seulement^ , eic. 

— Le Plaisir des plaisirs, etc. 

Recueil de quelques vers amoureux, par Jean Ber- 
taut, évtque de Seez. Paris, 1601, 1602, pet. in-8 de 
91 ff. (Nodier, 71 fr. ; Veinant, 190 fr. ; Nyon, n° 
i 3456).— Paris, Pâtisson, i6o5, in-8 (Méon, 1872). — 
Paris, du Bray, 1620, in-8 (Leber, n° 1728). 

Recueil de tous les plus beaux airs bachiques. Paris, 
G. de Luyne, 1671, in-12. — Alvarès, 6 fr. 5o. 

Recueil de tout soûlas et plaisir. Paris, J. Bonfons, 
i552, pet. in-8, fig sur bois. — Stanley, 7 liv. ; He- 
ber, 5 liv. 5 sh. — Paris, J. Bonfons, pet. in-8 de 
96 ff . , fig. sur bois, i56i (1 liv. 17 sh. Heber;6o fr. 
Bignon), i5Ô2 (Nyon, n° 13443), 1 563 (Manuel, IV, 

1 1 38). 

Même ouvrage que la Fleur de toute joyeuseté , augmenté 
du Plaisant boutehors d'oisiveté , réimprimé dans les Joyeu- 
sete^, tomes V et Vil, 2 et 1 52 pp. — et même ouvrage aussi 
que le Plaisant traiclé contenant en soy, etc. (Voir ce titre). 
Les Enigmes bibliographiques, pp. 175 et suiv. , parlent de ce 
volume. 

Recueil de toutes les chansons nouvelles, rustiques 
et musicales, comme aussi de ceulx qui sont dans la 
défloration de Vénus. Lyon, 1 555 , in-i6. — Volume 
très-rare, contenant quelques chansons remarquables, 
une, entre autres, de la Vérole, sur l'air: Or', t'en 
va, bonhomme, va. — De Bure, n° 3288; Biblioth. 
Nat., Y, 6082 ; Manuel, IV, col. 1167. 

Recueil de vraye poésie françoyse , prinse de plu- 
sieurs poètes les plus exceîlentz de ce règne. Paris, 
Denys Janot, Ô44, pet. in-8 de 56 ff. , fig. sur bois 
(Heber, 4 liv. 6 sh. ; Libri, 60 fr.; Nyon, n° 1 3489 ; 



igo RECUEIL 

Techener, 125 fr.). — Lyon, J. Temporal, i35o, in-16 
(Nyon, n° i 3440). — Paris, Fr. Regnault, 1 555, in- 1 1). 

— Méon, 4 fr. ; Heber, 19 sh. — Voir le Manuel. 
Une autre édition sous ce titre: Poésie facétieuse exlraitte 

des œuvres des plus fameux poètes de notre siècle. Lyon , B. 
Rigaud, i5?9, in-16 de 80 pp. — Nyon, n° 15427. — Ce petit 
von me a été réimprimé à cent exempl., à Genève, par J. Gay 
et fils, en 1867. 

Recueil des causes célèbres et des arrêts qui les ont 
décidées, rédigé par M. Méjan. Paris, 1808-1814, 21 
vol. in-8. 

Séducteur surpris dans l'appartement d'une jeune file et 
frappé de mort par le père — Affaire du colli.r — Procès de 
M. de Mirabeau contre son épouse — Affaire de A/ me de Dou- 
hault — Affaire de la veuve M or in et de sa fille — Effet d'un 
mariage in extremis — Accusation de bigamie — Demande en 
divorce pour cause d' adultère et d'inceste — Procès de Ca- 
therine Estinées — Accusation de viol, d'inceste et de parri- 
cide — Affaire de la fille Salmon — Enfant d'un prêtre, etc. 

— Scheible (1860, p. 634), 17 ti. 3o kr. 

Recueil (Le) des chansons amoureuses de divers 
poètes françois, etc. Paris, Nie. Bonfons, 1 582 (Cigongne, 
n" 1207), 1597, in-16. — Cat. M*** (Tross. en i855); 
Chédeau, n° og3. 

Recueil des meilleurs contes en vers, par Voltaire, 
Piron, La Monnoye, Gréccurt, etc. — Genève et Paris, 
Delalain, 1774, in-8 de 464 pp., 5 vign. de Marillier 
dans le texte (Contes de Boufflers, Dorât, Moncrif , 
Piron, Voltaire, etc.). — Nyon, n° i536q; Aubry, en 
1862, 8 fr. — Nouveau recueil des meilleurs contes 
en vers. Paris, Delalain, 1784, faisant suite à celui 
imprimé en 1774, in-8, 496 pp., sans vign. — Vergier, 
Gudin, Piis, Imbert, et autres auteurs moins connus. 
Ces contes ne sont pas très-piquants. 

Recueil des meilleurs contes en vers, par La Fon- 
taine, Voltaire, Vergier, Senecé, Perrault, Dorât, Cham- 
fort, Moncrif, Grécourt, Piron, De Cerceau, La Mon- 
noye, St-Lambert, etc. Londres (Paris, Cazin), 1778, 
4 vol. pet. in- 18 avec le portrait de La Fontaine et 
1 1 3 vignettes très-jolies de Duplessis-Bertaux non si- 
gnées. Les tomes I et II , qui contiennent les contes 
de La Fontaine, ont 64 vignettes; le tome III, 21 ; et 
le tome IV, 28. Aux 60 premiers exemplaires, il y a 
eu une transposition de iig. ; la vign. de la page io5 



I 



RECUEIL 191 

doit être à la page 110 et réciproquement. Quelques 
figures sont un peu libres. — Méon, 61 fr. ; Veinant, 
6q fr. ; Solar, 147 fr. ; Cigongne, n n 1 1 16. — Cet ou- 
vrage a le défaut d'avoir été tiré sur papier tellement 
court que, en le reliant, il n'a presque plus du tout de 
marge. — L'éditeur Leclère a réimprimé ce recueil 
en îHbz, toujours en 4 vol. in-18 (St-Denis et Mallet, 
en 1872, 3o fr.). 

Recueil des pièces du temps, ou Divertissement cu- 
rieux pour chasser la mélancolie et faire passer le 
temps agréablement, contenant vingt pièces burlesques 
et facétieuses. La Haye (Rouen), J. Strik, 1 685, petit 
in-12 de 1 56 pp. — Méon, 6 fr. 60; Nodier, 21 fr. ; 
Nyon, u" 10887. 

Riiimpr. à Bruxelles, Mertens et fils (pour J. Gay), iS65, in-18 
à 106 exempl., dont 4 sur pap. de Chine et 2 sur vélin. Les 
pages 123-t 3o sont occupées par une notice signée f (Paul La- 
croix). Ce livre est contemporain de Bruscambille et de Gar- 
gui le. Il contient un cho>x des discours joyeux que Guillot 
Gorjeu débitait sur le théâtre pour amuser le public; de très- 
fréquentes sorties contre les médecins et les apothicaires. 

Recueil des plaisants devis récités par les supposts 
du seigneur de la Coquille. Lyon, Louis Perrin, 1857, 
pet. in-8 de 187 pp., tiré à petit nombre , figures. — 
Lanctin, g' cat ., 10 fr.; Fontaine, en 1870, reliure de 
Cape, 60 fr.; Rouquette , en 1872, n° 3916, 12 fr. ; 
Aubry, 3o fr. — Réimpression de 8 pièces publiées 
à Lyon de i58o à 1601, avec une Notice bibliogra- 
phique par M. Monfalcon. 

Recueil des plus beaux airs, accompagnés de chan- 
sons à danser, ballets, chansons folâtres et bachanales, 
autrement dites vaudevires. Caen, Jacques Mangeant, 
1 6 1 5, in-12, 48 ri. — Le Recueil des plus belles chan- 
sons de dances de ce temps. Caen, J. Mangeant, 161 5, 
60 fï. — Recueil des plus belles chansons des comé- 
diens françois , en ce comprins les airs de plusieurs 
balkts qui ont esté faits de nouveau à la cour. Caen, 
J. Mangeant, s. d., 96 ff. — 3 parties en 1 vol. in-12. 
Très-rare. 

Recueil très-rare à trouver complet. Exempl. complet, Bignon, 
75 fr. : Bourdil on, 3oi fr. ; Cigongne, nos 1209, 1210 ; So^einne, 
tome V, n»s 579-80; De Bure, les deux premières parties, 40 fr.; 
Duplessis, 190 fr. ; Solar, 23o fr.; la 3 e seulement, Heber, % 
liv, 10 sh. 



i 9 2 RECUEIL 

Recueil des plus beaux vers des meilleurs poètes 
françois. Paris, Toussaint du Bray, 1626, 1627, iô^o, 
pet. in-8 de q55 pages. — Nyon, n ,s 13468-13469; 
Auvillain, n° 58 1. — Réimpr. en 1 638, sous le même 
titre à peu près (Nyon, 13470; Auvillain, 582; Aubry, 
en 1861, 10 fr.). 

Le Manuel cite aussi : Nouveau Recueil des plus beaux vers 
de ce temps. Paris. Toussaint du Bray, 1609, pet. in-8 de 1 52 
pp. (Techener, en i858. 60 fr.; Dupless's. 20 fr.; Gancia, 42 fr.; 
Nyon , n° i3 (.58 ; Auvillain, en i865, 21 tr.). — Lyon, Barth. 
Aiîce in, i6i5, in-12. — Nyon, n° 13459. 

Dans l'édition de g55 pages , il doit se trouver de plus, au 
milieu du volume, entre les pages 608 et 609, 34 feuillets de 
cartons. Voir aussi les Variétés bibliograph. de Tricote), p. 227. 

Recueil des plus belles chansons de ce temps, mises 
en trois parties, dont la première contient les chan- 
sons musicales et d'amours ; la seconde et tierce par- 
ties contiennent les chansons rustiques et de la guerre, 
avec la déploration de Venus. Lyon, Jean d'Ogerolles, 
i559, in-16. 

On remarque dans ce recueil : Chanson d'une dame de Paris 
et d'un jeune moine; d'une religieuse laquelle regrette mariage; 
on v trouve aussi la Chanson nouvelle (satirique) de la belle 
cordiire de Lyon (Louise Labbé). Un exempt, de ce petit vol. 
fort rare , richement relié par Bauzonnet , 2900 fr. vente J. P. 
(Pichon, 1869, 11? 637) et i33 fr. en janvier i85i , à Paris. 

Recueil des plus belles chansons de ce temps, tant musicales 
que rurales, anciennes et modernes. Orléans, Eloy Gibier, 
Ô7., in-16 de 80 fF. Rare. Le dernier chiffre de la date a été 
omis (Nodier, 90 fr. ; Audinet, 80 fr. ; J. Pichon, n° 640, 3o5 
fr). — Lyon, i58o, in-16. — Méon, 3 fr. ; en 1841, 62 fr.; 
Manuel. 

Recueil des plus belles chansons et airs de cour 
nouvellement imprimés. Paris, Oudot, 1724, in-12 
(Duplessis, 43 fr.). — Paris, Oudot, 1726, in-12. — 
Duplessis, 2 3 fr. 5o. 

Sous le même titre on trouve plusieurs recueils, composés de 
petits cahiers publiés sous diverses dates, et qui ne sont pas les 
n èmes. 11 y en a d'autres du même genre indiqués aux nos 488, 
489, 491 et 404 du catalogue Duplessis. Leber , 1844; Cigon- 
gne, 1239 et 1240, etc. — Voir le Manuel, IV, 1168. 

Recueil des plus belles pièces des poètes françois 
tant anciens que modernes, depuis Villon jusqu'à Ben- 
serade ^choisies par Fontenelle). Paris, Cl. Barbin , 
1692, vol. in-12, front, par Schoonebeck (Solar, 



I 



RECUEIL i 9 3 

q fr. ; Aubry, en 1866, 12 fr. ; Auvillain, 6 fr. 5o ; 
. Pichon , i35 fr.). — Amsterdam, G. Gallet, 1692, 

5 vol. pet. in- 12. — Veinant, 253 fr. 

Ce livre est connu sous le titre de Recueil de Barbin, parce 
que les notices sur la vie des poètes, qii en font partie, pas- 
sent pour être de Fr. Barbin, fils du libraire. Cependant dans 
la 2 e édition, ces notices sont attribuées à M ra * d'Aulnoy. — Edi- 
tion avec des augmentations. Paris, Desaint el Saillant, 17D2, 

6 vol. pet. in-12 (Nyon, n° 13428; Bignon , 14 fr. 5o; Auvil- 
lain, 16 trj. 

Recueil des plus excellents ballets de ce temps. Paris, 
Toussaint duBray, 161 2, in-8. Très-rare. — Nyon, 
i852i ; Soleinne, 27 fr.; Bertin, 5o fr. 

On sait que presque tous les ballets et mascarades joués à la 
cour de France sous les règnes de Henri IV et de Louis XI II 
sont d'une grande licence. Citons une chanson des plus réser- 
vées du ballet des Suppléeurs. 

Le roy qui est le bon des bons, 
Voyant les dames effrayées. 
De leurs rentes si mal payées 
Par leurs mari;, faute de fons : 
A pris sur nous un suplement, 
Pous payer ce reculement : 

Outre le fonds des proratas, 
Y a pour les veufves gentilles. 
Pour les nonains et pour les filles, 
Un p tit fonds par nos estas: 
En attendant^ que sur leur deu, 
Le roy plus à plain ait pourveu. 

Pour celles que leurs froids mari\ 
Ne payent qu'en fauce monnoye: 
Et qui d'enfant:r n'ont la joye, 
Dont ils ont les coeurs bien marri\: 
Le roy en a semblabl ment 
Pris sur nous le remplacement. 

Afin donc qu'un tas de resveurs, 
(£ui à causer tousjours s'amusent, 
De peculat ne nous accusent. 
Comme ils font d'autres recev urs, 
Sachent les dames s'il leur plaist. 
Que nous avons leurs fonds tout prest. 

Voir le catal. Soleinne, n° 3254. 

Recueil des plus excellents vers satyriques de ce 
temps, etc. Paris, Ant. Estoc, 161 7, in-12. Rare. — 
Nyon, n° 15482. 

Tome VI. 25 



194 



RECUEIL 



Réunion de poésies libres reproduites presque toutes , mais 
dans un antre ordre dans le Cabinet salyrijue qu'il a précédé 
d'un an. Ce livre, ma'gré son genre, a paru avec privilège du 
roi. Voir Tricolel, Variétés, pp. 221 et 246. 

Recueil des poésies diverses de La Fontaine, Piron, 
Voltaire, Grécourt, etc. Paris, chez les marchands de 
nouveautés, 1 833, petit in- 1 S de 206 pages. Ce livre 
renferme en outre un opuscule intitulé: Gaudrioles, 
qui a 36 pages, 8 gravures. — Condamnation insérée 
au Moniteur du 9 juin 1859. 

Recueil des questions curieuses rencontrées cheç 
divers bons auteurs et amassées icy pour la vieille ire 
commodité du lecteur, composé par le révérend père 
Nicaise de Sainte-Thérèse, carme déchaux. Tournay, 
Adrien Quinquet, 1642, in-8. 

Entre autres questions on rencontre celles-ci f « La femme 
«est-elle nécessaire à l'homme? Comment se sauvoii la iemme 
« en la loi mosaïque, ne pouvant eslre circoncise % E*t-il per- 
«mis au père de tuer sa fille paillarde trouvée au fait avec le 
«paillard; et au mari de tuer sa femme surprise en adultère ?_» 

Nous n'avons pas eu l'occasion de constater quelle est l'opi- 
nion du bon père sur celte question délicate, disculée avec 
éclat, on le sait, en 1872, par MM. Dumas fils, Emile de Girar- 
din et aulres. 

Recueil dit de Maurepas, pièces libres, chansons, 
épigrammes et autres vers satiriques sur divers per- 
sonnages des siècles de Louis XIV et de Louis XV, 
accompagnés de remarques curieuses du temps, pu- 
bliés pour la première fois d'après les manuscrits con- 
servés à la Bibliothèque Impériale, à Paris , avec des 
notices, des tables, etc. Leyde (Bruxelles, J. Gay), 
i865, 6 vol., tirés à 106 ex. numérotés, format pet. 
in-12, 120 fr. ; plus 2 ex. chine et 8 grand papier de 
Hollande à 240 fr. chaque. 

Ce recueil de pièces, toutes libres et qui étaient encore iné- 
dites, est fort curieux; aussi a-t-il été promplement enlevé, et 
le libraire Rozsz en a fait à Bruxelles même , et avec le même 
mil'ésime que l'édit. orig., bien qu'elle soit de 1868, une conlre- 
façon assez mauvaise et tirée sur un papier fort médiocre. On 
la reconnaît, de plus, facilement en ce que, tirée à un nombre 
élevé, les exempl. ne sont pas numérotés comme à la première 
édition, aussi est-elle loin d'avoir la même valeur. 

Recueil faict au vray de la chevauchée faicte en la 
ville de Lyon le dix-septième de novembre i5y8, avec 
tout l'ordre tenu en icelle. Lyon, chez les trois sup- 



RECUEIL i 9 5 

posts, in-12 de 24 pp. — Bignon, 90 fr. ; Nodier, 84 fr.; 
Soleinne, 99 fr. ; Baudelocque, 220 fr. 

Facétie très-rare, réimprimée à Lyon en 1829, à 100 exempl. 
et insérée dans le 2 e volume de la Collection de dissertations 
sur l'histoire Je France, publiée par M. Leber. 

Recueil Jes chevauchées de l'Asne, /ailes à Lyon en i566 
et i5;8; augmenté d'une complainte inédite Ju temps, sur 
les tnaris battus par leurs femmes ; précédé d'un Avan;-propos 
sur les fêtes populaires en France, par P. A. Lyon, Selieui in;;, 
1862, in-8 de xx-48 et 33 pp. avec front. , tiré à 200 exempl. 
(Techener, en 1869, 12 fr.). 

Recueil général des caquets de l'accouchée, ou Dis- 
cours facétieux où se voient les mœurs, etc. (Paris), 
1623 (Duriez, 180 fr. ; Pixérécourt, 191 fr. ; Potier, 
en 1870, n° 1 568, 1000 fr.), 1624 (Crozet, 6i fr.); — 
Poitiers, i63o(Bignon, 3ofr.); — Troyes, s. d. (Potier, 
12 fr.), pet. in-8. — Réimpr. à Metz, en 1847, in- 16, 
tiré à 76 ex. — Veinant, i5 fr. 5o ; Alvarès, en 1861, 
10 fr. ; Aubry, en 1862, 10 fr. — Et à Paris, Jannet, 
1 855, in-16, 5 fr. Cette édition a une introduction de 
M. Leroux de Lincy et est annotée par M. Ed. Four- 
nies 

Ces diverses éditions contiennent de 9 à 12 pièces, mais il en 
a paru bien davantage en 1622 et 1623. Un recueil de 18 piè- 
ces a été vendu La Bédoyère, 296 fr. ; Nodier, 243 fr.; La Bé- 
doyère , 160 fr. ; Mac-Carthy, 191 fr. ; Solar, 117 fr. — Voici 
les" titres de quelques-unes des fa;éiies qui ont paru séparé- 
ment : le Caquet de l'accouchée; la 2 e Après-dînée; la 3 e A- 
près-dîué.' ; la Réponse aux trois caquets (1622, îft pp .); /' Anti- 
caquet (1622); le Relèvement de l'accouchée ; Réponse des da- 
mes et bourgeoises au caquet ; le Passe-partout du caquet des 
caquets (1622); la Dernière Après-dinée ; les Essais Je Ma- 
thurine 11622); Sentence par corps obtenue par plusieurs fem- 
mes Je Paris contre Vauleur des caquets (1622) ; les Com- 
mentaires de César (1622, 14 pp.); le Caquet des femmes du 
faubourg Montmartre, avec la réponse des filles du faubourg 
Saint-Marceau (1622, i5 pp.); le Caquet des poissonnières; 
la Réjouissance des harengères (1624, 14 pp.); la Grande Di- 
vision arrivée entre les femmes et les filles de Montpellier ; 
le Grand proce\ Je la querelle des femmes du faubourg Si- 
Germain avec les filles du faubourg de Montmartre sur l'ar- 
rivée du régiment des gardes; à Paris , imprimé de jour et se 
vendant en plaiti midy, 1623, in-8. Cet opuscule fut écrit lors- 
que Louis Xlll, après ses expéditions dans le Midi, rentra 
dans Paris avec le régiment des gardes; il a été réimprimé 
dans les Variétés historiques et littéraires éditées par M. E. 
Foumier, tome XIV, pp. 323-333. — Le Recueil général des 
caquets est un curieux tableau des mœurs et des manières de 



ig6 RECUEIL 

parler bourgeoises sous le règne de Louis XIII. L'auteur ano- 
nyme prétend qu'une de ses cousines étant en couche de son 7* 
enfant, il se cacha, de son aveu, dans la ruelle de son lit, et là, 
pendant huit jours , écouta les propos et les caquets de toutes 
les femmes qui vinrent la visiter. Ce livre est plein de sarcas- 
mes sur des personnages du temps, mais , aujourd'hui que la 
clef en est perdue, la plus grande partie des anecdotes ne nous 
offrent que des énigmes impossibles à deviner. On y rencontre 
aussi quelques contes gaillards. Voir la Biblioth. des romans, 
de mai 1778. 

Recueil général des chansons du capitaine Savoyard, 
par lui seul chantées dans Paris. Paris, J. Promé, 
164S, in-12 de 48 pp. Très-rare. — Recueil nouveau 
des chansons, etc. Paris, Promé, s. d., in-12 de 118 
pages, et, V e J. Promé, i656, 1661 , in-12, 12g pp. 
— Chédeau, n° 611. — Paris, 1 665, in-12 de t3g pp. 
et table. Toutes ces éditions sont rares. — Sur la der- 
nière, il a été fait une réimpression à Paris, en 1862, 
pet. in-t2, xv-i20 pp., tiré à 100 exempl. 

Voir, sur ce Philippe, surnommé le Savoyard , du nom de 
son pays, le Bulletin de l'Alliance des Arts, tome 1 er , p. 170. 
Ce recueil contient encore des chansons assez vives pour cho- 
quer la bienséance en vigueur au XIX e siècle; elles sont ce- 
pendant moins audacieuses que celles de son prédécesseur Gaul- 
tier-Garguiile. D'ai leurs, Philippe éiait plus un buveur qu'un 
amoureux , comme le témoignera la chanson suivante qui res- 
semble, pour l'esprit, à la plupart de celles qu'il chantait: 

Marc Antoine, roy des Romains, 
Qui ne demandoil qu' à combattre, 
S'il n'eut point aimé Cléopatre 
Il eut vaincu tous les humains. 

Quittons, quittons le dieu volage. 
Il vaut bien mieux boire à longs traits, 
Que de vivre dans l'esclavage 
Sous la puissance de ses traits. 

Cupidon ne peut chês Bachus 
Trouver un lieu qui soit propice , 
Panny l?$ beuveurs c'est un vice 
De s'adonner trop à Vénus. 

Quittons, etc. 

Un amoureux morne et transy 
N'a jamais tant de bonne grâce, 
Que moy qui bois à pleine tace 
Sans avoir de Vamour soucy : 

Quittons , etc. 



RECUEIL 197 

Pour avoir méprisé le vin 
Salomon perdit la sagesse : 
Pour accoler trop sa maîtresse 
Fut frustré du monde divin. 

Quittons, etc. 

Fuyons les beautés et V amour , 
Beuvons du vin quoy qu'il en coûte, 
Puisque Cupidon ne voit goûte, 
Il nous pourroit priver du jour. 

Quittons, etc. 

Voir, sur ce recueil, les Variétés àt Tricotel, pp. 296 à 3i6. 

Recueil général des rencontres, questions, demandas 
et autres oeuvres tabariniques. Paris, Ant. de Som- 
maville, 1622, in-12 de 108 fh 1 rc édit. collective des 
facéties de Tabarin. La 8° question, dit Brunet, est 
tout-à-fait ordurière et n'aurait pas été réimpr. depuis, 
non plus que 2 autres, la 20 e et la 52* qui ne se trou- 
vent plus que dans l'édition suivante (Chédeau, n° 
1622, 80 fr. ; Leber, n° 2472). — 3' édit. augmentée 
de plusieurs questions (62 au lieu de 55). Paris, Ant. 
de Sommaville, 1622, in-12 de 94 ff. — Arras, Cl. 
Breton, 1624, in-12 (Soleinne, 5o fr. ; Baudelocque, 
2î) fr.). — Lyon, Cl. Armand, 1625, in-12 (Courtois, 
15 fr. 60). — Lyon, Cl. Fontaine, i632, in-12 de i63 
pages (Nodier, 3o fr.). 

Recueil général des œuvres et fantaisies de Tabarin , di- 
visé en 2 parties contenant ses rencontres, questions et deman- 
des facécieuses avec leurs reponces. Sur l'imprimé à Paris , 
chez Ant. de Sommaville, 1623, 2 part, en 1 vol. in-12. La 1" 
partie reproduit la 3 e édition du Recueil général aes rencon- 
tres de 1622, moins les questions 20 et 32. A la fin de la 2 e 
partie doit se trouver les Rencontres de Grattelard; Paris, 
A. de Sommaville, IÔ23 (Solar, 175 fr J. — Paris, A. de Som- 
maville , 1623-24, 2 part, en 1 vol. in-12. Cette édition con- 
tient de plus ta Farce des amours d: Piphagne avec Isa- 
belle et de Lucas avec Francisquine, et la Farce de Ro- 
d ,mont , Tabarin et Lucas. — Rouen, 1624, 2 part, en 1 
vol. in-12 (Courtois, 12 fr. J. — Paris, Pli. Gaultier, 1625, 
in-12 A cette édition sont réunies les Advenlures et amours 
du capitaine Rodomonl (Leber, n° 2474). — Paris, Ph. 
Gautier, 1626, 2 part, en 1 vol. in-12.— Rouen, David Geuf- 
t'roy , 1627 , in-12 (Gaillard, 20 fr. ; Nodier, oq fr. ; Leber, n° 
2476). — Rouen, David Ferrand , i632, 1637, 1640, in-12. 
Ces quatre dernières éditions contiennent le Rodomont (Nyon , 
n° 10878). — Troyes, s. d. (vers i63o) , in-12. — Rouen, Du- 



198 RECUEIL — REFLEXIONS 

mesni! (Holl.), 1664, pet. in-12 (Mac-Carthy , 46 fr. ; Bignon , 
5o fr. ; Nodier, 171 tr.; Soleinne, 102 fr. ; Solar , 145 fr*. ; Cha- 
pbuay, 5o fr. ; vicomte d'Auteuil, en 1864, 139 fr. ; Giraud, 
149 ir. ; Potier, en 1870, n° ibÔ2, 2y5 tr). 

Recueil général des pièces concernant le procès en- 
tre la demoiselle Cadière et le père Girard, jésuite. 
S. 1. (Aix, J. David), ijii, 2 vol. in-fol. , avec 32 
grav. color. très-curieuses. Rare, avec les 32 grav. — 
V. le cat. Leber, n u 6y2. Aubry, en i86t, i5 fr. ; Te- 
chener, en 1864 , avec des pièces manuscr. ajoutées, 
80 fr. — Sur l'impr. à Aix, par David, 1 j3i, 5 vol. in-12. 

— La Haye, 1731, 8 vol. in-12. — Il y a aussi sur le 
même sujet, une suite peu commune de 5 jolies fig., 
format in-8, gravées par Larmessin, d'après Vanloo. 

— Traduit en angl. sous le titre: A complète trans- 
lation of the sequel of the proceedings of miss Ca- 
dière against the fatlier Girard. 

Recueil général des pièces contenues au procès de 
M. le marquis de Gesvres et de Mlle de Mascrani, 
son épouse , par Begon. Rotterdam (Rouen), 171 3, 
in-12 — id. , 1 7 14, 2 tom. in-12. — Leber, n° 747 ; 
Claudin, en mai 1 858, 5 fr.; Tripier, i5 fr. — Procès 
pour cause d'impuissance. 

Il y a des exemplaires auxquels on a aiouté des placards du 
temps tirés à petit nombre et relatifs à celte affaire. Un d'eux 
a po'ir titre: Question de médecine, s'il est des signes qui as- 
surent de la puissance des hommes autant que le font ceux 
qui assurent de la sagesse des filles. 

Réflexions historiques et philosophiques sur l'amour 
et le plaisir, par D. L. — Paris, 1807, in-8. 

Réflexions on the polygamy and the encouragement 

ffiven to that practice in the Old Testament , by De- 
amy. London, 1737, in-8. Rare. 

Réflexions philosophiques sur le plaisir, par un cé- 
libataire (Grimod de La Reynière). Neufchâtel (Paris), 
1785. — Lausanne et Paris, 1784, in-8, 1 36 pp. — 3 e 
édition, revue, corr. et augm. 1785, gr. in-8 (Teche- 
ner, 4 fr.). 

Réflexions sur ce qui peut plaire ou déplaire dans 
le commerce du monde, par l'abbé de Be'legarde. 
Amsterdam, 1708, in-12. — Cet ouvrage satirique est 
surtout dirigé contre la galanterie des femmes. 



RÉFLEXIONS - REGNARD 199 

Réflexions sur le procès de Madame Traisnel, avec 
l'arrêt qui la condamne au baniss ment perpétuel 
(pour avoir fait trousser la jupe et baiser la gorge de 
Madame de Liancourt par un de ses valets). i6(|2. — 
Leber, n" 661. — Voir Faits des causes célèbres et 
intéressantes. Amsterdam , 1727, p. 123 , et le Dict. 
de l'amour, au mot liancourt. 

Réflexions sur les écoles de lénocinie. Impr. Grollier, 
à Montpellier, i856, in-8 de 88 pp. 

L'autour demande la suppression des maisons de tolérance, 
« de débauche, lupanaiies. et que ces écoles de libertinage, qui 
» ne sont pont un mal nécessaire , comme osent dire les es- 
« clavcs de la vo upté , Soient remplacées par des écoles tout à 
«la fois chrétiennes, industrielles, et par là même moralisa- 
« tikes. » 

Réflexions théologiques sur l'amour et le plaisir, 

Êar un religieux, ci-devant officier de cavalerie. Sainte- 
aume, de l'imprimerie mystique et quietiste (s. d.) , 
in- 12. — Techener, en i858, 4 fr. 

Réformation sur les dames de Paris, faicte par les 
Lyonnoises. — Réponse et réplicque des dames de Paris 
contre celles de Lyon. 2 pièces s. 1. n. d., la 1" impr. 
à Lvon, la 1' à Paris, toutes deux vers i5io, peut 
in-8 goth. — Revoil, 3oo fr. 

Réimpr. fac-sim. à Paris, en i83o, in-8 de 12 ff. et dans le 
tome VIII du Recueil Montaiglon, p. 241-252. — Cette pièce 
est d'une grande liberté de langage , et les Parisiennes y sont 
représentées sous des traits dont elles n'ont nullement à se fé- 
liciter. 

Dedans Lyon, où femmes sont famées 
Et renommées par leurs charivaris, 
Fust ordonné que celles de Paris 
Seroient en tout par elles reformées. 

La Réplicque des dames de Paris vient ensuite , et elle est 
tout aussi vive. — Voir aussi Viollet-Leduc, 11, 100, et le Ma- 
nuel, tome IV, col. 1178, 1240 et 1246. 

Régence (La) galante, par Augustin Challamel. 
Paris, Oentu, 1862, gr. in-iS angl., 287 pp., 3 fr. 
(Biblioth. de l'amour et de la galanterie). 

Régent [Le], com. en 3 a., mêlée de couplets, par 
Ancelot (Vaud.). Paris, Barba, i832, in-8, 2 fr. 5o. 

REGNARD (Jean-François) , poète comique , né à 



200 REGNAULT — REINE 

Paris, en 1 665 , mort en 1709. Arlequin homme à 
bonne fortune — le Bal — le Carnaval de Venise — 
Démocrite amoureux — les Folies amoureuses— Œuvres 

— Satyre contre les maris — Théâtre et poésies di- 
verses. — Le Dict. des anecdotes de l'amour, tome V, 
p. 101, parle de quelques-unes de ses galanteries. 

REGNAULT DE PRÉBOIS (M me Adèle), romancière 
contemp. Les Infidélités conjugales. i85o. — Marion. 
1 85 r . — Le Rjman d'une honnête femme. 1868. — 
Trèfle à quatre feuilles. 1839. — Une femme char- 
mante. 1840. — Une pécheresse. 1860. 

RÉGNIER (Mathurin), né à Chartres en i5j3, mort 
à Rouen en 161 3. Voir Œuvres de Régnier. 

Regrets (Les) des filles de joye de Paris sur le su- 
jet de leur bannissement. Paris, s. d. (1570), pet. in-8 
de 7 pp. (La Vallière, n" 3g 1 33 ;s ; Bibl. imp., Y-, 1 296). 

— Pans, veuve Du Carroy , s. d., in-8 (La Vallière, 
n" 42S7 5 ). — En prose. 

La Procédure faicte contre les filles de joye, et l'Infortune 
des filles de joye , paraissent, ainsi que les Regrets, des piè- 
ces relatives à une ou plusieurs expulsions des filles de la ca- 
pital;, de 1619 à 1624. — Les Regrets ont i!té réimpr. dans le 
tome 111 des Variétés, de M. Ed. Fournier, pp. 77-81. 

Regrets (Les) lamentables et tragiques d'une dame 
signalée de la ville d'Eph'ese sur la mort de son mary 
et de ce qui en est arrivé. Paris, Poinsot, 1623, in-8, 
4 ff. — C'est l'histoire de la matrone d'Ephèse mise 
en vers. 

Reine (La) Argot, parodie en 7 tabl. et en vers, 
par Lubize, Guénée et Leprévost (Folies-Dramat.). 
Paris, 1847, in-8. 

Reine, cardinal et page, comédie en un acte, par 
J.-A.-F.-P. Ancelot. Paris, i832, i835, in-8. 

Reine (La) Carotte , pièce fantaisiste en 3 a et en 
12 tabl., dont un prol. en deux parties, par Clairville, 
Victor Bernard et Victor Koning (Menus-Plaisirs). Pa- 
ris, Dentu, 1872, in-4 à 2 col., 16 pp. 

Reine (La) Crinoline, ou le Royaume des femmes, 
pièce fantastique en 5 a. et 6 tabl., par Hippolyte Co- 
gniard et Ern. Blum. Paris, Michel Lévy, 1867, in-4 



REINE - RELATION ' 201 

à 2 col., 16 pp., 5o cent. (Variétés, 1" représentation 
le i* r sept. 1866). 

Reine (La) de Golconde, conte (par de Boufners). 
Paris, 1768, in-8, titre gravé (Nyon, n° ioo55; Baur, 
en 1873, 10 fr.). — Paris, Duchesne , 1767, in-32 
(Nyon, n° 1 5383). — Paris, 1708, in-12 de 33 pp. 

Reine (La) de Golconde, op. en 3 actes, par Sedaine. 
Paris, Ballard, 1771, in-8. — Paris, 1782, in-8. 

Celte pièce a paru d' abord sous le titre : Aline , reine de 
Golconde. Paris, Delormel, 1766, in-4 . 

Reine (La) de Lesbos, drame en 1 a., en vers, par 
M. P. Juillerat. 1854. — Cette pièce portait d'abord 
le titre de Saplio. 

Reine (La) des carabines, par Max. Perrin. Paris, 
de Potter, 1844, 2 vol. in-8, i5 fr. 

Reine (La) (Marie-Antoinette) dévoilée. Londres, 
1790, in-8. Rare. — Marq. de Martinville, n" 453. 

Reine (La) Margot (Marguerite, première femme de 
Henri IV), par Alex. Dumas. Paris, 1845, 1847, ° 
vol. in-8.— Paris, 1847, 1802, 1860, 2 vol. in-12, 2 fr. 
— Paris, Maresq, 1 85 3, gr. in-8 illustré, 4 fr. — Cet 
ouvr. a deux suites: la Dame de Montsoreau et les 
Quarante-cinq (8 vol., 1848). 

Reine (La) Margot, ou Comment l'amour vient aux 
pages, vaud. en un a. , par Couailhac (Théâtre Beau- 
marchais). Paris, Vert, 1840, in-8. 

Reines (Les) des bals publics, folie-vaud. en un a., 
par Delaporte et de Montheau, mus. de Nargeot (Va- 
riétés). Paris, i852, in-8. 

Reisen des jûengeren... Voyage du jeune Lachiise 
dans la Terre promise; frontispice et carte allégorique. 
En Arcadie, chez les héritiers de l'Amour, 1799, in-8. 

Reiçenden (Die) Verkâuferinnen,... (Les Jolies Mar- 
chandes, ou Aventures galantes de Juliette et de Jenny 
à la foire de Leipzig). Baltimore (Allemagne), i85o, 
3 tomes in-8, avec b grav*. érot., ouvrage fort libre. 

Relation curieuse et intéressante des malheurs ar- 
rivés à une jeune demoiselle, âgée de 16 ans, demeu- 

Tome VI. 26 



202 RELATION 

rant à Paris. Paris, impr. Beaulé, 1837, in-ia de 12 
pages. 

Relation de diverses aventures arrivées au Rouîle. 
Paris, 1707, in-12. 

Relation de la cour de Savoie, ou les Amours de 
Madame Royale. Paris (Holl., à la Sph.), 1666, 1667, 
1668, pet. in-12 de 33 pp. — Un amateur de Paris, 
n° 345, 100 fr. ; Leber, n" 2188 ; Monmerqué. — L'hé- 
roïne des galanteries que suppose l'auteur est Christine, 
seconde fille de Henri IV, qui épousa, en 1619, Victor- 
Amédée, prince de Piémont. 

Relation de l'isle imaginaire, et l'histoire de la 
princesse de Paphlagonie (par Mlle Anne-Marie-Louise 
d'Orléans, duch-.sse de Montpensier). S. 1. (Bordeaux), 
i65q, in-8, tiré, selon le Sègraisiana, à 100 ex., que 
Mademoiselle aurait distribués à ses amis (Nodier, 
26 fr. ; Monmerqué, 12 fr.; De Bure, 160 fr. ; Nyon, 
n" 8401 ; J. Pichon, n u 752, 600 fr.). — Sur l'impr. 
de 1639, in-12 (Leber, n° 2195). — Paris, Renouard, 
i8o3, gr. in-i2, portrait. 

« Sous des noms empruntés , dit Segrais , Mademoiselle a 
mêlé beaucoup de choses satiriques contre les dames de la cour... 
Les personnages ne sont pas inventés à plaisir : la princesse de 
Paphlagonie, c'est Mlle de Vandy; Cyrus , M. le Prince; la 
princesse Parthémie, M me de Sablé; la reine des Amazones , 
Mademoiselle elle-même. » 

Relation d'une écosseuse de pois, qui par sa beauté^ 
son esprit et sa sagesse, est devenue dame de qualité. 
S. 1., 1763, in-4". Peu commun. — La Jarrie, n"3i28. 

Relation des voyages, des malheurs, du procès et de 
la mort de S. A. R. la princesse Caroline de Galles, 
princesse de Brunswick, etc. Paris, Chassaignon, 182 1, 
2 vol. in- 18, ens. 6 feuilles, 1 fr. 

Relation extraordinaire, contenant le véritable récit 
du siège de Beauté. 1643, pet. in-8.— Leber, n"2435. 

Relation du siège de Beauté. Paris, r652, in-12. — La Val- 
Hère, n° 391288. 

Relation historique de l'amour de l'empereur du 
Maroc pour M wt la princesse de Conti, par le comte 
D. (attribué à Freschot). Cologne (HolL), 1700 (2 édit. 
différentes sous cette date , l'une en petit caract. , de 



RELATION — RELIGIEUSE 2 o3 

140 pp. , l'autre de 256 pp. (Voir le cat. Leber, n« 
2226 et 2227; Alvarès, en 1866, 5 fr.), 1707,10-12 
de 1 3g pp. — Gancia, 12 fr. ; Renouard , 18 fr. 5o ; 
Veinant, 29 fr.; La Bédoyère, 22 fr. 5o; Leber, n° 
2226 (V. la note). 

Dans cet ouvrage, il s'agit du portrait de M me la princesse 
de Conti, fille du roi et de M me de La Vallière. Muley Ismaél, 
le despote le plus sanguinaire de son temps, sur la peinture , 
en devient amoureux. — M. Thomassy a publié en i8ji, une 
notice curieuse de 32 pp. : De la politique maritime de la 
France sous Louis XIV, et de la demande de Muley Is- 
maël, empereur de Maroc, pour obtenir en mariage la prin- 
cesse de Conti. Voir aussi le catal. Leber , tome 1 er , p. 544. 

Relation véridique qui a l'air d'un songe. Genève, 
1 779, in- 1 2 de 55 pp. (de Paulmy). — La Haye, 1 782, 
1789, in-8. — Bergeret, 2 e vente; Auvillain, n" 1075. 
— Petit voyage à Lampsaque, fantaisie erotique, en 
prose. 

Religieuse {La), par Diderot. Paris, 1796, in-8 de 
411 pp.; et 2 vol. in-18, fig. ; 1797, 1798, in-12; 
1804, x vol. in-8, 5 grav. d'après Le Barbier; 1799, 
in-8. — Paris, Taillard, 1822, in-18; Pigoreau, 1822, 
in-12 ; Lad range, i83o, in-18; Hiard, 1 83 1 , in-18; 
i8?2, in-18, fig.; i83 2 , in-8, fig.; i833, in-18 (Ri- 
gnoux); 1 833, in-18, fig. (Chassaignon) ; 1834, in-18; 
1841, in-18, fig.; France et Belgique (Bruxelles), 
1871, in-12 de 240 pp., 4 fr. 

Cond. le 24 nov. 1826. Histoire intéressante, qui présente 
quelques détails libres, et dont le fond est vrai. On a cru, mais 
à ton, que cet ouvrage était hostile à la religion, ou du moins, 
au clergé. Des exemples récents ont prouvé qu'il n'y avait point 
eu d'exagération dans les récits de l'auteur. Voir le Mémoire 
de M. Tilliard, avec les notes de la sœur Marie Lemonnier , 
dont les journaux ont publié des extraits, en mars 1845 (Louis 
Blanc, Histoire de la Révolution, tome lij, p. 338). — P. Bry 
dit, dans un renvoi à la p. 21 de son édition : « Les manus- 
crits de Diderot qui n'étaient point destinés à l'impression con- 
tiennent en cet endroit des peintures révoltantes. Ces manus- 
crits ont servi de base à une foule d'éditions, plus ou moins 
subreptices, justement condamnées par la morale publique et les 
tribunaux. — Des éditeurs consciencieux, et entre autres MM. 
Firmin Didot frères et Genin , appuyés de l'opinion de Nai- 
geon, ami intime et constant admirateur de Diderot, ont sup- 
primé avec raison ces passages dangereux , etc. » 11 serait cu- 
rieux de connaître les éditions expurgées et celles qui ne le sont 
pas. L'édition de Paris (Berlin) , 1797 , 3 part. pet. in-12 , et 
celle de Paris (Hiard), i83i, io-18, renferment des passages li- 



204 RELIGIEUSE - REMEDE 

bres. Nous ne connaissons pas les autres éditions. — La Reli- 
gieuse a été traduite en anglais (Dublin, 1797], en allemand, par 
Cramer (Riga, 1797), et en espagnol. 

Religieuse (La) intéressée et amoureuse, avec l'his- 
toire du comte de Clare, nouvelle galante ( par M m * 
de Tencin). Cologne, i6q5, in-12 (Scheible. en 1866, 
1 fi. 45 kr.). — Amsterdam, 1700 et Cologne, 170?, 
in-12, fig. — Cologne, Pierre Le Jeune, 1*307, in-12, 
fig. (Potier, 1870, n° 1423; Techener, en i858, ?4 fr.). 

— Cologne (Paris), ï 7 1 5, in-12 (Nyon, n° 858 1 ). — 
Cologne, 1 73 1 (Baschet, n° 420) ; 1732, in-12, fig. 
(Aubry, en 1867, 12 fr.). — Cologne, 1774, in-12. — 
Alvarès, en 1 86 1 , 6 fr. 5o. 

Religieux (Les) et religieuses laborieux, ou les Fruits 
de la liberté , opuscule patriotique dédié aux nonnes 
élargies depuis la régénération , orné de 14 figures et 
suivi des Étrennes a Priape. Paris, l'an second de la 
liberté (1790), in- 18, fig. 

Religion saint-simonienne. Affranchissement des 
femmes. Prédication du 1" janv. 1 832, par Abel Tran- 
son. Paris, 18 32, in-8 de 12 pages. 

Remarcks on the french and english ladies , in a 
séries of letters, etc., by Andrews. Dublin, 1783, in-8. 

— Cat. Deneux. 

Remarques curieuses pour savoir à quel âge on doit 
se marier, etc. (en prose). Paris, 171 1, in-8. — Vei- 
nant, n° 490. 

Remarques historiques sur le dieu Priape; in-fol., 
ms. du XVIII e siècle, accompagné de 8 dessins à l'encre 
de chine, qui a figuré à la vente Barraud. — La Val- 
lière, 9 fr. — Voir La Vallière, n° 5446, et le Suppl. 
au i er volume, même numéro. 

Remède à la guérison entière de M m< de Polignac. 
S. 1., 1789, in-8. — La Jarrie , n° 5885; Alvarès, en 
juillet i858, 4 fr. 5o. 

Remède (Le) contre l'amour , poëme en 4 chants, 
dédié aux dames aimables, par Cailhava de l'Estandoux. 
Paris, Prault, 1762, in-8. — Payn, n° 454. 

Remède (Le) du mal à la mode, ou Consolation aux 
cocus, par un excellent auteur de Paris (en vers). A 



REMONSTRANCE - RENCONTRES 2 o5 

Pleimbeuf, chez Jean Le Fort, i6ç6, in-12 de 6 ff. — 
Potier, 20 fr. 

Remonstrance charitable aux dames et damoyseUes 
de France sur leurs ornements dissolus (en prose), 
avec une Elégie de la France, se conwlaignant de la 
dissolution d sdittcs damoyseUes ; P. F. A. E. M. (par 
fr re Ant. Estienne, mineur). Paris, S. Nivelle, 1277, 
i58i, 1 585, pet. in-8 de 36 ff. — Coste, n n 110; La 
Vallière, 9 fr. bo , Chalabre , 26 fr. ; Aimé-Martin, 
27 fr. ; Leber, n° 260. — Réimpr. à Genève, en 1867, 
pet. in-12, tiré à 100 ex., 7 fr. 

Remonstrances des filles du Palais-Royal à MM. de 
lanobles.se. 1 789, in-S.— Vente A. S., en i855 ; Leber, 
IV, p. 220; Gandin, en 1861 , 10 fr. 

RENARD (Jules), aut. dramat., né à Paris, en i8i3. 
Le Chemin des amoureux. i85i. — Chérubin, ou la 
Journée aux aventures. t852. — Monsieur est de la 
noce? 1 856. — Ronde des filles d'opéra. 1 855. — Un 
monsieur qui voit tout en jaune, 1854. — Une noce 
sur le carré, 1868. — Un tailleur pour dames. 1864. 

Renaud (Le) amoureux, histoire procédante de Ro- 
land V amoureux et furieux, imité de l'italien de Tor- 
quato Tasso, par de La Ronce. Paris, Du Bray, 1620, 
in-8, front, gravé par L. Gaultier. — Dinaux, n° 2944; 
Nyon, n° 16871. — Réimpr. à Paris, en 1724, in-12, 
fig. — Vassé, n° 80. 

Rencontra {Le) des cocus à Fontainebleau. S. 1. , 
1609, pet. in-8 de 14 pp. (Potier, 35 fr. ; Chédeau, 
n° 554). — Et, sous le titre: Le Pasquil du Rencon- 
tre, etc. S. 1. , 1623, pet. in-8 de 16 pp. (Nodier, 41 fr.; 
Cigongne, n° 11 45; Leber, n° 1721). — Réimpr. dans 
le tome III des Variétés histor. et littér., pp. 217-228. 

— Satire piquante, à la suite de laquelle on trouve une 
autre pièce intit. : La Consolation des cornards. 

Rencontres (Les) , fantaisies et coq-à-l'asne face- 
cieux du baron Grattelard, tenant sa classe ordinaire 
au bout du Pont-neuf, avec ses gaillardises , concep- 
tions joyeuses et farces joviales. Paris , Julien Tros- 
tolle, s. d. (iÔ23), pet. in-12 de 72 pp. (Bolle, 10 fr.; 
Soleinne, n° 974). — Troves, P. Garnier, 1625, in-12. 

— Paris, P. Clinchet, i6S3, pet. in-12. — Troyes, J. 



2o6 RENDEZ-VOUS — RENOULT 

Oudot, 1699, in-12 de 48 pp. (Soleinne, n° 973). — 
Troyes, Garnier, s. d. (1728), in-12 (Aubry, en 1 858 , 
18 rr.). — Troyes, E. Prévôt, s. d., pet. in-12. — 
Troyes, Garnier, 1738, in-12 (Cigongne, n° 2118; Au- 
bry , en 18C0, 12 rr.). — Rouen, s. d., in-12 (Payn, 
n° 1040). 

C'est une imitation des farces tabarines, qui, avec les Aven- 
tures et Amours du capitaine Rodomont, a élé réimpr. dans 
les éditions des Œuvres de Tabarin, publiées en 1624 et posté- 
rieurement. L'auleur de ces pièces pourrait bien être le rr.ê.ne 
que celui des Œuvres mêlées d'Antoine Gaillard (Paris, 16J4J. 
Baron de Grattelard était le surnom du charlatan Desiderio 
Descombes, ou Decombes, rival, peu favorisé par le public, du 
fameux Mondor, médecin universel, etc. — L'édiieur Gay en a 
fait, sous le même titre une réimpr. à i5o exempl. (Bruxelles, 
1866, pet. in-12 de 56 pp.}, avec une petite Notice, par M. 
Gust. Brunet. 

Rendez-vous (Les) bourgeois, op.-bouffe en 1 acte 
et en prose de Hoffmann, mus. de Nicolo (Op.-Com., 
1807). Paris, Vente, 1807 (Soleinne, 2291), 1817, 
18 19, in-8. — Paris, 1844, in-8 de 16 pp. — Réimpr. 
en i85i, i853, i856, i858, 1868, etc. 

Rendez-vous (Le) de M mt Elisabeth, sœur du roi, 
avec l'abbé de Saint-Martin, aumônier de la Garde 
Nationale, dans le jardin des Tuileries. Paris, impr. 

de la F manie, 1790, in-12 de 23 pp. — Cigongne, 

n° 2575. — Pièce contre M m0 Elisabeth. Epitre dedi- 
catoire aux admirateurs des grands hommes. 

Rendez-vous (Le) du mari, ou le Mari à la mode, 
com. en 1 a. et en vers, par André de Murville. Paris, 
veuve Duchesne, 1782, in-8. — Soleinne, ^2279. 

Rendez-vous (Les) nocturnes, ou V Aventure comique, 
com. en pr. , par le chevalier de Nerciat. Prague, 1787, 
in-8. — Soleinne, n° 3oi5. 

RENÉ D'ANJOU, roi de Sicile, né en 1408, mort 
en 1480. L'Abusé en court — la Conqueste qu'ung 
chevalier surnommé le Cœur d'amour épris, jit d'une 
dame appelée Doulce-Mercy. — Voir le détail de ses 
Œuvres dans la Littérature franc, contemp., VI, 1 56. 

RENOULT (Jean-Baptiste), d'abord cordelier et pré- 
dicateur catholique, ensuite protestant. Les Aventures 
de la Madona et de François d'Assise. 1 70 1 . — His- 



RENVERSEMENT — RÉPONSE 207 

toire de donna Olimpia Maïdachini , trad. de Pital. 
1666. 

Renversement (Le) de la morale chrétienne par les 
desordres du monachisme (texte en franc, et en holl.). 
Hollande, s. d. (vers 1700), 2 part, en 1 pet. in-4 n , 
arec 3r grav. grotesques. — H., en r8r>6 , 63 fr. ; Pi- 
xérécourt, 99 fr. ; La Vallière, 71 fr. ; Picart, en 1-780, 
120 fr.; Rer.ouard, 60 fr.; d'Essling, 48 fr. ; Bignon , 
5o fr. ; T. S., en i85i, 102 fr. ; Auvillain , 40 fr. — 
Voir Du Roure, Analecta biblion , tome II, p. 392. 

Ce volume curieux imprimé en Hollande, se divise en 2 par- 
ties, contenant ensemble 5i planches gravées en manière noire. 
Il y a une autre édition plus moderne, mais mal gravée, et que 
le Manuel du Libraire regarde comme ayant été laite en Suisse; 
elle est bien facile à reconnaître , car, dans l'édition originale, 
les personnages sont en buste et chacun d'eux accompagné d'un 
quatrain satirique. Dans la réimpression ils sont en pied, et il 
n'y a plus de quatrains. Dans l'une comme dans l'autre, le 
texte est en français et en hollandais. 

Repentir (Le) de Marion et les peines de cœur de 
Madame de la Popelinière , par Arsène Houssaye. 2 e 
édit. Paris, Michel Lévy, 1870, în-18 jésus, 284 pp., 
5 fr. — La 1" édit. avait été publ. en 1864, par Lecou; 
in-16 de 96 pp., 1 fr. 

Réplique (La) à V anti-malice , ou Défense des fem- 
mes du sieur Vigoureux, par de La Bruyère. Paris, 
1617, p-t. in- 12. — Potier, 1 5 fr. ; Nyon, n" 4060. — 
Voir le Bulletin du bibliophile, 14 e série, p. 1483. — 
Voir aussi Alphabet de l'imperfection et malice des 
femmes. 

Réponse à la Confession de M m ° de P ... (Polignacï, 
ou les Mille et un meâ culp.i. (Paris), 178Q, in-8 de 
i3 pp. — Leber, IV, p. 201 ; Alvarts, en juillet t858, 
4 fr. 5o; marquis de M... (Schlesinger, 1871), n 05 1947 
et 1948. 

• N: convenez-vons pas d'avoir empoisonné par vos pervers 
conseils, le cœur d'une mère tendre 1 etc. » Insignifiant. 

Réponse à M. de B..., auteur de la Liste jaune des 
cocus de Paris. Leber, IV, p. 221. 

Répons? aux impertinences de l'aposté capitaine Vi- 
goureux, par Jacques Olivier. Paris, 16 17, pet. in-12. 
— Nyon, n" 4059; Chédeau, n° 1089. — Voir Alphabet 
de l'imperfection et malice des femmes. 



2 o8 REPONSE — REPRESENTATIONS 

Réponse de M. Engin anx pétitions des filles pu- 
bliques, suivie de deux scènes historiques de révolte 
occasionnées par la nouvelle ordonnance de police. 
Paris, chez les marchands de nouv., i83o, in-8 de 
i5 pp. 

Réponse de M. le préfet à toutes les pétitions et réclama- 
tions des files publiques de Paris. Paris , chez les libr. du 
Palais-Royal, i83o, in-8 de 14 pp. Prix : 5o cent. 

Réponse des femmes de Paris au cahier de l'ordre 
le plus nombreux. Paris, 1789, iri-8 (Trjpier, n° 871; 
Leber, tome IV, p. 221). — Voir Procès-verbal et pro- 
testation de V assemblée de l'ordre, etc. 

Response et réprimande de M. Guillaume sur la 
mal-façon du Fléau des putains et courtisanes. Paris, 
Lefebure, 1612, in-8. Rare. — Monmerqué. 

Responces (Les) de bonne ou mauvaise fortune, con- 
tenant l'heur ou malheur des amans fortunez , par J. 
d'Ongoys, Morinien. Lyon, B. Rigaud, 1 586, pet. in- 12. 

— La Vallière, n° 2200. — Anvers, 1 5g 1 , in-8, fig. 
(Veinant, 25 fr.; J. Pichon , en 186g, n° 8i5, 20 fr.). 

Représentation à Mi'ord, maire de la ville et Cité 
de Londres sur les filles entretenues de Franc?, par 
un Anglais. Paris et Londres, dans le XVIII e siècle 
(vers 1775), in-8. — Deneux. 

Représentations à M. le lieutenant général de police 
de Paris sur les courtisanes à la mode et les demoi- 
selles du bon ton. Paris, de l'imprimerie d'une société 
de gens ruinés par les femmes, 1760, avec approbation 
des demoiselles du bon ton, in-12 de x-226 pp. (cat. 
C. de M., en i852 , n° 457; Scheible, en 1808, 1 th. 
10 sgr ). — Autre édition, 1762, in-12 de ix-117 pp. 

— Hebbelinck , n° ibjb; Techener , en 1869, 10 fr.; 
Bachelin-D., en 1872, 12 fr. 

Réponse à l'auteur des représentations à monsieur le lieu- 
tenant général de police de Paris, sur les courtisanes à la 
mode et les demoiselles du bon ton. Par une demoiselle du 
bon ton. — Première partie. Paris, de l'imprimerie d'une so- 
ciété de femmes entretenues, T760: avec l'approbation des de- 
moiselles du bon ton: in-12 de 108 pp. 

Ces deux pièces satiriques paraissent sorties de la même im- 
primerie, et pourraient bien être du mène auteur 1%) La 2* est 
complète , quoique portant la désignation : première partie. — 
Sont toutes deux à la iiiblioth. royale de Bruxelles, 



REPUBLIQUE - RÉSOLUTION 209 

République (La) des femmes, journal des cotillons. 
Juin 1848, n° 1, in-4" d'une demi-feuille. Impr. de 
René, à Paris, rue de ^eine, 32. Prix du numéro, b c. 
— Contient : La Marseillaise des femmes en Van 1 848, 
par L. C. — le Lhant du départ de ces dames, ou 
Grande expédition c mtre ces gueux de maris, par L C. 
Le second numéro sera moitié prose, moitié chansons. 

Requête adressée à M. le duc d' Orléans par les de- 
moiselles de Launay, Latierce, Labacante, et autres, 
pour obtenir l'entrée du Palais-Royal, qui leur a été 
interdite. S. 1. n. d. (vers 1789), in-8. — Luzarche, n° 
332b. — Il y a aussi des ex. avec la date de 1790. 

Requeste des courtisanes de Paris au syndic des 
bourgeois de la Samaritaine. S. 1. , i63i, in-8, 8 ff. 
— Pièce écrite d'un style fort rabelaisien. — Voir une 
note insérée au Bulletin du bibliophile, 1861, p. 237, 
où un exempl. relié en mar. rouge est mis au prix de 
125 fr. 

Requête des femmes pour leur admission aux Etats- 
généraux. 1789, in-8, 16 pp. — Bachelin-Derlorenne, 
en 1869, n° 4688, i3 fr. ; Leber, tome IV, p. 222. 

Requête des filles de Paris à l'Assemblée nationale. 
In-8. Deneux; Leber, IV, p. 221. 

Requeste (La) faicte et baillée par les dames de la 
ville de Tolose, etc. (suivie de diverses poésies, signées 
Gabridle Brunette; Marguerite de Bon-Vouloir; Johana 
Perla, etc.). Tolose,' 1 85 5, pet. in-8 de 16 ff. — Voir 
Las Ordonansas et coustumas del libre Blanc. 

Requête présentée à M. Sylvain Bailly , maire de 
Paris, par Florentine de Launay, etc. Voir Etrennes 
aux grisettes. 

Requiem (Le) plaintif et le cierge funèbre de la rose 
sauvage et de la friande aconite , qui ont tendu leurs 
gluaux pour prendre des cocus. — Item le Relais en 
poste de la Rose sauvage au Q crotté qui a fait coirre 
la bague dans sa pièce décousue. i632, in-8. — Pièce 
très-rare, faisant partie du n° 25o3 de la coll. Leber. 

Résolution d'amours, pièce licencieuse commençant 
par ces vers: 

ToilE VI. 27 



210 RESOLUCION — RETIF 

Combien que l'indignation 

De Dieu nous soit bien fort doubteuse... 

S. 1. n. d. (Paris, vers la fin du XV e siècle), in-4 goth. 
de 8 ff. Très-rare.— J. Pichon, en avril 1869, n° 486, 
rel. de Bauzonnet, 55o fr. 

Résolution (La) de ny Trop tost , ny Trop tard 
marié, opuscule de 8 ff. in-8 goth. , 5 vign. en bois. 
— Réimprimé dans le Recueil de M. de Montaiglon, 
tome III, pp. 129-137. — Dans quelques éditions du 
Rebours de Mathéolus , on a placé cette Résolution 
comme introduction; 2 5 strophes de neuf vers cha- 
cune. La dernière résume: 

Jeunes et viel\, désormais apprenez, 
Tost et Trop tard Mariés, retene\, 
Faille; avi\, comme pove\ entendre, 
Puisqu'ainsi va, prenez-vous par le ne\, 
De vos femmes sere\ chasse;. vene\ 
Comme besles que Von veult au las prendre. 
Pour faire fin, je vous veulx dire et prendre 
Que vous estes, sans aullre fiction, 
Deux parfai\ fol\ pour résolution. 

Ressource qui reste aux demoiselles du Palais-Royal 
après la réponse des Etats-généraux à leur requête 
(1790). In-8. — Deneux; Leber, IV, p. 220. 

Rete (La) di Vulcano, di Ferrante Pallavicino. Ve- 
nise, 1 641 , 1646 (cat. de Dresde, n° 55). — Amsterd., 
i65o, Villafranca, 1660, 1666, 1773, pet. in-12. 

Rete {La) di Vulcano, poema eroi-comico del mo- 
naco Beda Ticchi (D. Batacchi). Siena , 1779 (Milan, 
Mussi, vers 1812), 2 vol. in-12. — J. Barrois, n° 536. 

RÉTIF DE LA BRETONNE (Nicolas-Edme), l'un 
desplus singuliers et des plus féconds auteurs du XVIII e 
siècle. Ecrivain cynique et bizarre par système, Rétif 
était né à Sacy, près de Noyers (Yonne), le 22 nov. 
1734, et mourut à Paris, en février 1806. Sa faible 
santé ne permit pas à ses parents, honnêtes cultiva- 
teurs, de lui faire entreprendre les travaux des champs, 
ils le placèrent chez son frère aîné, honorable ecclé- 
siastique, qui lui apprit le français et le latin. Le jeune 
Rétif avait des dispositions pour l'étude; il fit de rapides 
progrès, et à dix ans il composait déjà des petits ro- 
mans qui n'étaient pas sans intérêt. Mais en même 



RETIF 2ii 

temps que l'instruction son tempérament s'était déve- 
loppé, et il ne tarda pas à devenir un libertin précoce. 
A quinze ans il avait douze maîtresses et composait 
pour elles un poème enflammé. Son inconduite déter- 
mina son père à l'envoyer en apprent ; ssage chez un 
imprimeur à Auxerre. Rétif séduisit bientôt la femme 
de son patron, et se fit chasser de la maison. En 1755 
il vint à Paris. Il avait à peine 21 ans, il s'empressa 
de fréquenter les caveaux du Palais-Royal, où il se 
lia avec des nymphes de la vie la plus irrégulière. 
C'est alors qu'il contracta des habitudes avilissantes 
et qu'il fit des liaisons crapuleuses qui eurent plus tard 
une fâcheuse influence sur ses productions. Fatigué 
d'une vie aussi accidentée et souvent misérable, il 
réussit à entrer à l'imprimerie royale comme compo- 
siteur, au prix de 5o sous la journée. Cependant le 
temps qu'il ne travaillait pas, il allait le passer dans 
ses lieux de prédilection , aux cafés du Palais-Royal, 
ou au cabaret de la Grosse Flamande. Son inconduite 
fut connue de l'administration, et Rétif dût changer 
plusieurs fois d'imprimerie. En 1767, il était correcteur 
chez Quilleau. Ayant du goût pour la littérature, Rétif 
profita de sa position de correcteur et de compositeur 
pour ébaucher quelques romans qui ne manquent pas 
de certaines qualités, quoique souvent mal écrits. Le 
premier ouvrage qu'il publia fut sa Famille vertueuse, 
qui lui fut payée 7b5 livres. Ce succès l'enhardit, et 
il quitta l'imprimerie pour s'adonner à son genre de 
littérature. Les frais d'imagination lui coulèrent peu, 
car il ne fit que reproduire ses impressions, c'est-à-dire 
tout ce qu'il avait vu, fait ou appris; il puisait ses 
inspirations dans les tavernes, les tripots et les lieux 
de débauche qu'il continuait à fréquenter. Cependant 
ses productions ont eu un certain succès , surtout à 
l'étranger, où on les regardait comme une peinture 
fidèle des mœurs de Paris , tandis qu'elles n'étaient 
qu'un résumé de ses aventures propres ou de celles 
de ses compagnons de débauche. — ■ Consulter sur 
Rétif le Journal de Paris du 9 février 1806; la Dé- 
cade philosophique, des 11 avril 1806 et 16 juin de la 
même année; la Biographie universelle-, 1824, tome 
XXXVII, p. 3gi-97;'le journal la Presse, du 4 sept. 
1 8 3 6 ; la Biographie univers, et port, des contemp., 
tome IV (i838), p. 1086-88; la Revue des Deux- 
Mondes, du i5 août ou i5 sept. i85o. Ces articles de 



212 RETIF 

Gérard de Nerval ont été reproduits dans les Illuminés , 
récits et portraits, du même auteur (l85a, in-12). — 
Voir aussi une notice de Ch. Matharel de Fiennes, dans 
le Siècle, en 1 85 1 , et dans V Entr' Acte , n Ji des 29 et 
3o oct. 1 85 1 ; deux articles de M. Paul Lacroix dans 
le Bulletin du Bouquiniste, 1867, pp. 372-74, '^3-94; 
et surtout l'ouvrage de Ch. Monselet: Rétif de la Bre- 
tonne, sa vie et ses amours, etc. Paris, 1854, in-16 de 
212 pp., portrait, irur ce dernier volume, il est bon 
de consulter la note de l' Anti-Justine (réimpr. de Bru- 
xelles). — Adèle de Com***, ou Lettres d'une file à 
son père — V Andrographe — l'Année des dames ga- 
lantes — V 'Anti- Justine , ou les Délices de l'amour — 
les Beaux rêves — les Contemporaines, ou Aventures 
des plus jolies femmes de l'âge présent — la Décou- 
verte australe — la Dernière aventure d'un homme de 
45 ans — le Drame de la vie — les Ecarts de la jeu- 
nesse — l'Ecole des pères — la Famille vertueuse — 
la Femme dans les trois états de file , d'épouse et de 
mère — la Femme infidèle — la Fille naturelle — le 
Fin matois , trad. de l'espagnol — les Françaises , ou 
34 exemples choisis, etc. — les Gynographes — His- 
toire des compagnes de Maria, ou Episode de la vie 
d'une jolie femme — Ingénue Saxancourt, ou la Femme 
séparée — Lucile,ou les Progrès de la vertu (ou sous 
les titres: la Fille enlevée, prostituée et vertueuse; ou 
la Fille entretenue ; ou l'Innocence en danger; ou 
encore Zoè ou les Mœurs de Paris) — la Maledic i. n 
paternelle — le Marquis de T***, ou l'Ecole de la 
jeunesse — le Ménage parisien — Munsieur A"icolas, 
ou le Cœur humain dévoilé — Monument du costume 
physique et moral de la fin du XV II F siècle — les 
Nouveaux mémoires d'un homme de qualité — le Nou- 
vel Aùailard, ou Lettres de deux amants qui ne se 
sont jamais vus — Iss Nuits de Paris, ou le Spectateur 
nocturne — le Palais-Royal — les Parisiennes , ou 
XL caractères, etc. — le Paysan perverti — la Pay- 
sanne pervertie — la Pliilosophie de Monsieur Nia-Lis 
— la Philosophie par amour , ou Lettres de deux 
amants passionnés mais vertueux — le Pied de Fau- 
che te — le Pomographe — les Posthumes — la Pré- 
vention nationale — le Qiiadragenaire , ou l'Age de 
renoncer aux passions — Tableaux de la vie, ou les 
Mœurs du XVII F siècle — son Théâtre — Thèse 
de médecine soutenue en enfer — le Thesmo graphe — 



RETOUR - REVEIL 2 1 3 

les Veillées du Marais — la Vie de mon père.— Voir 
aussi : Dont Bougre aux Etats généraux. 

Retour (Le) du mari, com. en 1 a., en vers libres, 
par le vicomte Alex. -J. -P. de Se'gur. Paris, Gattey , 
1792, in-S. — Soleinne, 2404. 

Retraict (Le), farce nouvelle et fort joyeuse à IV 
personnages, c'est à sçavoir: le mary, la femme. Guil- 
lot et l'amoureulx. Paris, 1 83 5, pet. in-S de 38 pp. — 
Réimpression à petit nombre. — Techener, 5 fr. 

Retraite, tentations et confessions de M ad. de Mont- 
cornilion. Voir Les Dévotions de M mc de Bet^amooth. 

Rettorica (La) délie puttane composta conforme alli 
precelti di Lipriano (di Ferrante Pallavicino). Cambrai 
(Holl., Elz.), 1642, 1646; Villafranca (Holl., Elz.), 
i6y3, pet. in-12 de 124 pp. (Solar, 40 fr. ; Leber, n° 
252S; B. Imp., Y 2, 1462; Solar, n° 1080). — Voir 
Techener, 7 e partie, n" s i522, 024. Réimpr. dans le 
Opère scelte di Ferrante Pallavicino. — L'édition de 
Cambrai de 1642 se trouve à la Biblioth. de Grenoble. 

La Rliétorique des putains , ou la Fameuse maqueielle ; 
ouvrage imite Je l'italien. Rome, 1771, in- 1 8 de 320 pp., avec 
3 fig. Celte trad. ou imitation est très-rare. — Rome, aux dé- 
pens du Saint-père, 1794, 2 pari. pet. in-12, 134 et 116 pp. — 
Anire édition, Rome, in-12 de 36g pp., sans fig. , même texte. 
— Rèimpr. en 1 8*36 à 5o èxempl. avec préface, notes et les por- 
traits de 12 courtisanes célèbres. — Dialogue entre Angélique, 
Marguerite et Marthe. 

Rêve d'amour, op. -com. en 3 actes; par Adolphe 
Dennery et Eugène Cormon, musique d'Auber (Opéra- 
Comique, 20 cléc. 1869). Paris, Alichel Lévy, 1870, 
in- 18, 94 pp. ,1 fr. 

Rêve (Le) d'une mariée, par Molé-Gentilhomme. 2* 
édition. Paris, G. Roux, i8j8, 2 vol. in-8, i5 fr. 

Rêve (Le) du mari, ou le Manteau, com. en 1 acte 
en vers, par Andrieux. Paris, 1826, in-8. — Soleinne, 
n° 2292. 

Réveil (Le) du chat qui dort , par la connoissance 
de I.j perte du pucelage des chambrières de Paris, ave 
le moyen de le r accoutrer , etc. Paris, jouxte la copie 
imprimée par P. le Roux, 1616, pet. in-8 de 16 pp. — 
Cette facétie, terminée par deux pièces de vers, a été 



2i 4 REVEIL-MATIN 

réimpr. sous le titre: Rapport fait des pucelages estro- 
pie^ ... 1 6 1 7. — Les deux éditions sont fort rares. 

« Nous Marie Teste, Jane de Meaux , Jane de la Guignans 
et Magdeleine la Lippue, matrones jurées de la ville de Paris, 
certifions à tous qu'il appartiendra que le quatorzième jour de 
juin dernier, par ordonnance de ladicte ville, nous sommes trans- 
portées en la rue de Frepauit , ou pend pour enseigne la pan- 
toufle , où nous avons veue et visitée Henriette Pdkière, jeune 
fille âgée de 18 ans ou environ, sur la plaincte par elle taicte 
à justice contre Simon le Brayard , duquel elle dict avoir esté 
forcée et déflorée — Suivent des détails curieusement tech- 
niques qui se retrouvent dans la Grande division arrivée ces 
derniers jours (Voir cet article). 

« Rien n'est si difficile à juger et cognoistre que la perte du 
pucelage, et encore plus d'en respondre, suivant ce qu'en a es- 
crit ce grand philosophe Phrygien Esope de celuy qui avoit 
tousjours porté deux filles jumelles dans une besasse pendue à 
son col, dès q'el es furent nées; interrogé si elles estoient pu- 
cel'es , il dist qu'il le respondoit bien de celle qu'il portoit de- 
vant; mais non pas de celle qu'il portoit derrière. C'est un bes- 
tail de tiès-mauvaise garde, comme dict le proverbe. Et quant 
à la cognoissance tant de la défloration que du pucelage , les 
sages femmes quelquefois en font trop bon marché...» 

A la fin : « Recepte approuvée de Dame Alix pour en brie/ 
temps raccoutrer le pucelage perdu. 

Mette{ bouillir dans un neuf pot 
La cervelle d'un escargot 
Coque d'ceuf en eau estringente 
Puis l'applique\ dessus la fente 
Du bas de ventre bien à point; 
Serrer vous fere\ le maujoint, 
Après cela garde\ la chambre; 
Que frère Bidaut plus n'y entre; 
Fuye\-les folaslres devis , 
Chasse\-la compagnie des vis; 
La mort ne vous fera outrage, 
Ennemie est du pucelage 
Puis estant ainsi quelque temps 
Mise arrière des passe-temps 
Je donne au diable tous les chiens 
Si de Paris jusques à Reims 
On ne f ai et courir les nouvelles 
Que sere\ la fleur des pucelles. » 

Réveil-matin (Le) des curieux touchant les regrets 
de la petite Nichon, poème burlesque sur l'emprison- 
nement du prince de Condé. Paris, i65o, 7 pp. — Vei- 
nant, n° 878; Leber, n° 4602 (portef. IX et a). —Voir 
Lettre de la petite Nichon du Marais à M. le prince 
de Condé. 



REVEIL-MATIN - REVERBERES 2 1 5 

Réveil-matin (Le) des esprits mélancoliques, ou Re- 
mède préservatif contre les tristes. Rouen, Gruel, 1664, 
pet. in-12. — Saint-Martin, en 1840, 29 fr. ; Leber, 
n° 2429. 

11 ne faut pas confondre ce recueil avec le Facétieux réveil- 
matin des esprit^ mélancoliques ; il n'ont que le litre de com- 
mun. Voir ce titre, et voir aussi le Facétieux, drolifique et 
comique réveil-matin. 

RÉVEL fie capitaine). Voir Quérard: la France litt., 
VII, b?2. Bonaparte et Murât, ravisseurs d'une jeune 
femme. 18 1 5. — Cause en nullité de divorce entre 
M. Rével et M mt Denuelle-Laplaigne , son épouse, 
181 5, in-8 de 16 pp. — Désaveu de paternité de Léon, 
âgé de quinze ans, fils naturel de Napoléon Bonaparte. 
1822 (i" cahier), in-8 de 40 pp. — Nouvelles preuves 
du rapt de M me Rével. Paris, 1816, in-12 de 84 pp. 
— Préliminaires de l'instance en désaveu de paternité 
de l'enfant dit Léon, fils naturel de Napoléon Bona- 
parte. 1822, in-8 de 40 pp. 

Révélations (Les) indiscrètes du XVIII e siècle, par 
le card. de Bernis , Bossuet, Cabanis, Cerutti , etc., 
avec une Galerie des portraits, etc., le tout précédé 
des Confessions, etc. (publ. par Auguis). Paris, 1814, 
i n - 1 8 de 56o pp. — Rare en papier vélin, et surtout 
avec les pp. 280 à 296, 445 à 496, 529 à 536, 547 à 
5^7 doubles, plus la table des matières et la liste des 
auteurs qui figurent dans le recueil. — Veinant, 3o fr. ; 
Cigongne, n" 2 56i. 

Voici la liste des morceaux supprimés. Portrait de M me d'Hou- 
detot, par Laclos, 18 morceaux en prose ou en vers de Fon- 
tanes. On trouve entre autres morceaux dans ce volume : Pe- 
tit traité de l'amour des femmes pour les sots , par Champ- 
cenetz - Histoire secrète des amours du card. de Richelieu 
avec Marie de Médicis et M tne de Combalet — 21 Portraits , 
d'après Cerutti, Laclos, Mirabeau (Galerie) — le Concile de 
Constance, conte par Chénier. 

Réverbères (Les) chroniques de nuit du vieux et du 
nouveau Paris (par Touchard-Lafosse). Paris, Lacha- 
pelle, i833-i83 4 , 6 vol. in-8, 4 5 fr. 

L'auteur a supposé que le livre de police de M. de la Reynie, 
le premier qui fit éclairer Paris par des réverbères, afin d'en 
chasser le vice, lui est tombé dans les mains. Ses histoires sont 
amusantes et intéressantes; jusqu'à quel point sont-elles vraies? 
On y voit l'Aigle de Meaux courir Paris en boune fortune, les 



216 REVERIES — RIBAUDE 

intrigues de M ma de Sévigné avec Bussy-Rabutin , Marguerite 
de Bourgogne, Catherine de Médicis , la charmante Gabrielle , 
Ninon de Lenclos, etc. 

Rêveries (Les) d'un amateur du Colysée, ou les 
Femmes sans dot. Londres (Paris), 1776, in-8. — Bou- 
lard, tome l* r , 3404. 

RÈVÉRONI SAINT-CYR (le baron Jacques-Ant. de), 
né à Lyon, en 1767, mort à Paris, en 1829. Nos folies, 
ou Mémoires d'un Musulman connu à Paris en 1798. 
— Pauliska, ou la Perversité moderne — le Sybarite, 
ou le Voluptueux — le Torrent des passions, ou les 
Dangers de la galanterie. 

Rêve* d'amour, corn. 3 a. en pr., par Scribe et de 
Biéville(Edm. Desnoyers). Paris, 1859, in-8 (Théâtre- 
Français). 

REVOIL (Bénédict-Henry), littérat., né à Aix (Bou- 
ches du Rhône), en 18 16. L'Amour qui tue — les Ha- 
rems du Nouveau-Monde. Vie des femmes che\ les 
Mormons, trad. de Pangl. — Un cœur pour deux. 

Révolte (La) au sérail, ballet en 3 a., de Taglioni, 
mus. de Labarre (Opéra). Paris, i8?3, in-8, 1 fr. 5o. — 
Cette pièce a fait naître les imitations suivantes: 

La Révolte des femmes, vaud. en 2 a. , par Ch. de Livry et 
de Villeneuve (Palais-Royal). Paris, Duvernois, i83+ , in-8, 
1 fr. 5o 

La Révolte des modistes, vaud. en 3 a., par Valory (Ch. 
Mourier) et Cogniard t'r. (Fol.-dram,). Paris, i834, in-8. 

Révolution en vaudevilles des jolies femmes de Paris 
contre le costume des merveilleuses et incroyables du 
Palais-Royal. Placard in-fol. , fig. s. b. — La Jarrie, 

n° 35q8. 

Revue des boudoirs en vaudeville, ou Liste des jolies 
femmes de Paris, leurs noms et leur demeure. Paris, 
au Palais des Plaisirs, an VllL, in- 18. 

Rhétima, ou la Belle Géorgienne (par du Haùtchamp). 
Paris, 1735, et Amsterdam, 1736, 2 vol. in-12.— Vassé, 
n° 77; Nyon, n° 865o. 

Ribaude (La) du Palais-Royal , ou Anecdotes inté- 
ressantes et gaillardes , tirées de la vie libertine de 



RICARD - RICHE-EN-Gl KULE 217 

Marguerite Brunet , dite de Montansier, ancienne di- 
rectrice des spectacles à la suite de la cour , et main- 
tenant la doyenne des matrones du Palais-Royal, ré- 
digées par le sieur Neuville, dit le Roué, coopérateur 
de la Montansier dans toutes ses entreprises. 

Impudent, fat, escroc, ce fut là mon destin; 
Pour compléter mon sort, je pris une putain. 

(Portrait du sieur Neuville, extr. de cet ouvr.). Paris, 
1790, in-18 de 60 pp., avec 8 grav. 

Cet ouvrage a été réimpr. dans la collection de la Biblioth. 
libre à Neutchâtel, en 1872, in-16 de 90 pp. tiré à 100 exempl., 
8 francs. 

RICARD (Auguste), romancier contemporain. L'Ac- 
trice et le faubourien — Celui qu'on aime — la Fré- 
tillon de Béranger — la Grisette — la Lisette de Bé- 
ranger — Monsieur May eux — V Ouvreuse de loges" 

— les Vieux péchés — la Vivandière de la Grande 
armée — le Viveur — le Vol et l'amour. 

RICCOBONI (Antoine-François), acteur et aut. dra- 
matique, né à Mantoue en 1707, mort à Paris en 1772. 
Seul ou en collaboration: Les Amans de village — les 
Amusemens à la mode — Arlequin Huila — Armide — 
les Caquets (en collabor. avec son épouse) — le Pré- 
tendu. 

RICCOBONI (Marie-Jeanne Laboras de Mézières , 
dame), épouse du précédent, actrice, née à Paris en 
1714, morte en 1792. Amélie — les Amours de Roger 
et de Gertrude — les Caquets (avec son mari) — Hist. 
de M. le marquis de Cressy — Lettres de milady Ju- 
liette Catesby — Lettres de mistress Fanny Butler 

— ses Œuvres — Recueil de pièces détachées — Voir 
aussi la Vie de Marianne. 

Riche d'amour, vaud. en 1 a., par Xavier (Saintine), 
Duvert et Lausanne (Vaudeville). Paris, 184.5, in-8. 

Riche d'amour, par Max. Perrin. Paris, 1 855, 2 vol- 
in-8; et 1861, in-4 . 

Riche-en-gueule, ou le Nouveau Vadé, contenant: 
gueule-de-fer; les aventures plaisantes et divertissantes 
du carnaval; précédé de la vie, des amours et de la 
mort de mardi-gras, patentes comiques; déclarations 

Tome VI. 28 



2I 8 RICHELIEU 

burlesques d'amour; chansons grivoises pour s'amuser 
en société, etc. Paris, s. d. , et 1812, in-8, fig. color. 

L'Anthologie scatologique, p. 124, reproduit une Déclara- 
tion d'amour de Gadouilleux , maitre vidangeur, à Mlle Noye- 
Etion, blanchisseuse, que Ton trouve dans ce recueil. 

RICHELIEU (L.-Franç.-Armand Duplessis, duc de), 
maréchal de France et membre de l'Académie franc, 
dès l'âge de 24 ans. Petit-neveu par les femmes du cé- 
lèbre cardinal, il naquit à Paris, en 1696; il fut connu 
d'abord sous le nom de duc de Fronsâc. En 1726, il 
fut nommé ambassadeur à Vienne; puis, en 1 733, 
s'étant signalé aux sièges de Kehl et de Philipsbourg, 
il fut fait successivement maréchal de camp, lieute- 
nant-général et gouverneur du Languedoc. Ambassa- 
deur à Gênes en 1748, il reçut à son retour le bâton 
de maréchal avec le gouvernement de Guyenne et de 
Gascogne. En 1756, il s'empara de Port-Mahon, place 
qui passait pour imprenable. De retour à la cour, il 
ne vécut plus qu'en homme occupé d'intrigues et de 
plaisirs. On l'avait marié à l'âge de 14 ans, sans con- 
sulter son goût et même malgré sa volonté, aussi sa 
femme n'en eut-elle que le nom, et il ne voulut pas 
consommer son mariage avec elle. Il s'en dédommagea 
par un nombre infini d'amourettes; il en faisait usage 
jusque dans ses négociations diplomatiques, lesquelles 
ne réussirent souvent gue par les femmes. Avec toutes 
ses histoires il amusait infiniment Louis XV , et en 
effet le récit en est plus piquant que le meilleur ro- 
man. On en trouve un abrégé dans le Dictionnaire des 
anecdotes de l'amour, tome V, p. i32 et suivantes. 11 
mourut, en 1788, à l'âge de 92 ans. On a sous son 
nom des Mémoires (1790, 9 vol. in-8) qui ont été ré- 
digés par Soulavie, d'après des documents qu'il avait 
fournis lui-même; ils ont été abrégés par F. Barrière, 
en i858. Voir la France littéraire, de Ouérard (t. III, 
p. 71 — VIII, p. 34 — IX, pp. 223 et 224 — et XII , 
p. 369), pour les articles suivants concernant ce per- 
sonnage : 

Vie privée du maréchal duc de Richelieu , contenant ses 
amours et intrigues, etc. (par Faure, secret, du duc de Fron- 
sâc). Paris, 1791, 3 vol. in-8.— Saint- Mauris , 21 fr. 5o ; Du 
Roure, i3 fr. ; Leber, n° 4680. 

Mémoires historiques et anecdotiques du duc de Richelieu 
fpar le baron de Lamothe-Langon). Paris, Marne, 1829, 6 vol. 
in-8, 45 fr. —Nouvelle édition. Paris, G. Barba, i856, in-4 à 



RICHELIEU - RIDEAU 219 

2 col. , avec 120 dessins de Janet-Lange et Foulquier dans le 
texte, 4 fr. 

Richelieu à 80 ans, com. en 1 a., par Ancelot et L. 
Lurine (Vaudeville). Paris, Barba, 1 833, in-8, 1 fr. 5o. 

Richelieu ht love, or the Youth of Charles / st , in 
5 a. , as accepted at the th. roy. Haymarket. New- 
York, 1844, in-8. — Filippi, n° ibbj. 

RICORD (Philippe), docteur médecin, hé à Baltimore 
en, 1800. Clinique iconographique de l'hôpital des vé- 
nériens, recueil d'observations et considérations pra- 
tiques, etc. — Lettres sur la syphilis — Traité pra- 
tique des maladies vénériennes. 

Rideau (Le) levé, ou l'Education de Laure (attribué 
à tort au comte de Mirabeau), avec cette épigraphe: 

Retire\-vous, censeurs atrabilaires; 

Fuye\, dévots, hypocrites ou fous , 

Prudes, guenons , et vous, vieilles mégères, 

Nos doux transports ne sont pas faits pour vous. 

CythiL-re (Alençon), 1 786, 1788, 1790, an v, 1800, 2 
parties in-12 ou in-18, hg. — A été réimprimé vers 
i83o sur l'édition de 1790, 2 vol. in-18 de 144 pp. 
chacun et 12 fig. libres (l'édition de 1790 a 122 et 
i5 4 pp.). 

D'après une note de M. Louis Dubois, bibliothécaire d'Alen- 
çon, possédée par M. de la Sicotière , le Rideau levé est d'un 
certain marquis de Sentilly , gentilhomme bas-normand (Sen- 
tilly est une commune de l'arrondissement d'Argentan). Il suf- 
fit," du reste, de lire l'ouvrage pour reconnaître qu'il n'est pas 
plus de Mirabeau que le Libertin de qualité et les autres obs- 
cénités imprimées sous son nom dans la même imprimerie 
clandestine , celle de Jean Zacharie Malassis, à Alençon. L'édi- 
tion originale (1786) avait 2 vol. in-12 de vi-98 et 122 pp. , 
avec 12 gravures , fleurons et culs de lampe, gravés par Godard 
père d'Alençon , artiste sur lequel M. de la Sicotière a fourni 
une notice au Magasin Pittoresque. — Le Rideau levé, qui a 
motivé une condamnation insérée au Moniteur du 9 juin i83g. 
a eu plusieurs réimpressions. L'une portant la rubrique Lon- 
dres, 1788, a des lithographies. Lue autre réimpression belge 
porte l'indication de Rome, avec approbation , 87 et 404 (pour 
104) pages. Une 3 e réimpr. , faite aussi à Bruxelles , en 1864, 
par l'éditeur Poulet-Malassis, descendant de Zacharie Malassis, 
est en 2 vol. in-16 et ornée de 6 grav. , 20 fr. — Il existe une 
trad. anglaise intit. : The Curtain drawn up , or the Educa- 
tion ofLaura (Londres, vers i83o), in-12 fig. 11 existe une au- 
tre édition exécutée à Londres en 1862 , 125 pp. , 8 grav. La 



220 RIDICULOSA — RTME 

i re édition est fort incomplète ; la 2 e est plus étendue , mais 
elle offre encore diverses suppressions. 

Ridiculosa cançonetta dove s'intende un giovine ina- 
morato in una vecchia, composta <da me Paolo Britti, 
cieco da Venetia. Venetia, 1626, pet. in-8. — Libri, 
n° 1679. 

Ridiculosa can\onetla fatta sopra una giovine la quai ha 
preso un marito vecchio, di Paolo Britti. Venetia, 1624, petit 
in-8. — Libri, n° 1679. 

Rime amorose del sign. Diomede Borghesi. Padova, 
Lor. Pasquato, 1 585, in-4 . — Farrenc, n° 1441. 

On a, du même auteur, des Lettere discorsive, Padova, 1578, 
1584, in-4 . 11 était né à Sienne; il mourut en 1598. 

Rime et prose volgari di G. Brevio (prélat et poète 
vénitien). Rome, i545, in-8. — Libri, 149 fr. ; Heber, 
2 liv. 7 sh. ; Riva, 1 38 fr. 

Six nouvelles fort libres, dont l'une est le Belphégor de Ma- 
chiavel, qui ne parut qu'en 1549 sous le nom de son véritable 
auteur. Voir VHist. litt. d'Italie, tome Vlll, p. 440; History 
of fiction, of Dunlop , t. II, p. 409; et la Bibl. des romans, 
avril 1778. 

Rime et prose di Giovanni délia Casa. Vinegia, 1 558, 
in-4 . — Rare. 

Florence, Giunti, i5Ô4, 1572, 1598, in-8. Editions plus com- 
plètes que la précédente. — Paris, Jolly, 1667, in-8. — Naples, 
1694, in-4 , portraits. — Paris, Davitte , 1727, pet. in-8. Cette 
édition contient un supplément de poésies libres (Mac-Carthy. 
exempt, sur vélin, 80 fr. ). — Florence, Manni, 1707, 3 vol. in-4 

— Venise, Pasinello, 1728-29 , 5 vol. in-4 . Edition plus com 
plète que la précédente. — Naples, 1733, 3 tomes en 6 vol. in-4 

— Venise, 1752, 3 vol. in-4 . — Milan, 1806, 4 vol. in-8, portr 
St-Mauris, n° 917, 1 fr. — Voir pour plus de détails sur les 
œuvres de cet auteur, le Manuel, la Notice sur les écrivants 
erotiques, pp. 18 à 21, et Gudin, Recherches, p. 125. 

Rime erotiche, di Giovanni Ghinassi. Faenza, tip. 
Conti, 1870, in-12, 24 pp. — Voir Passano, / Novel- 
lieri in ver si , p. i85. 

Rime {Le) di Ant. Franc. Gra^ini, detto il Lasca. 
Florence, 1741-42, 2 vol. in-8, portr. (Libri, 19 fr. ; 
Techener, 7 e partie, n° 121 3). — Londres, 1756, in-8. 

— Poésies fort libres, particulièrement les Canti et les 
épitaphes, qui sont, en général, très-mordantes. 

Rime, di Th. Stigliani. Venezia, i6o5, in-12. Edi 



RIME — RIMES 221 

tion très-rare, le 4 me livre a été retranché en entier 
dans les réimpressions comme étant trop libre. — Nous 
croyons que c'est un recueil de chansons (Voir la Mer- 
deide). 

Rime burlesche di eccelenti autori , raccolte , ordi- 
nate e postillate da Pietro Fanfani. Firenze, 1 856, in- 12, 
xi et 475 pp. 

On trouve dans cette collection tormée avec goût des compo- 
sitions de Lorenzo de'Medici, de Luigi Pulci, de Baldovini, de 
Fagiuoli.deFirenzuola, de Grazzini, des capitoli de F. Berni, 
d'Annibal Caro, du barbier Burchiello , etc. A la fin des poésie 
fiden\iane, sorte de style macaronique. 

Rime degli accademici occulti con le loro imprese 
et discorsi. Brescia, 1 568 , in-4 , front, gr. et i3 pi. 

— Luzarche, n" 2 55g. 

Le frontispice est une figure priapique d'un genre tout à fait 
remarquable. 

Rime piacevoli del Berni , Casa , Mauro, Varchi e 
d'altri autori. Venetia, 1627, 3 vol. petit in-12. 

Parmi les nombreuses pièces facétieuses contenues dans ce 
recueil , nous indiquerons celles de Berni (In lamentation d'A- 
more) , de Jean de la Casa (In Iode del Bacio et In Iode del 
martel d'Amore), de Mauro (Délie donne di Montagna), de Bino 
(In Iode del mal francese) , de Strascino da Siena (Belle\\e 
délia Dama alla riuer\a), de Lasca (Avisa un Pédante a non 
far l'amore), de C. Aviano (Scrive a una donna , dolendosi 
di amore) , d'un anonyme qui s'intitule V Academico confuso 
(descrive una donna bruta). 

Rimedio per curare la vanità feminile, composto di 
tre ingredienti, da un sacerdote regolare (par Lodovico 
Maracci). Roma, 1680, pet. in-8 (Libri, 8 fr. 5o ; Flon- 
cel, 8 liv. 12 s.). — Anecdotes pour effrayer les co- 
quettes. — Il a été réimpr. à Naples, en 1681, in-8. 

Rymes (Les) de gentille et vertueuse dame D. Per- 
nette du Guillet , Lyonnoise. Lyon, J. de Tournes, 
1545, pet. in-8 de 70 pp. (La Vallière, 3 fr ; Teche- 
ner, en i85o, iood fr.). 

Sous le titre: Rithmes et poésies de gentile et vertueuse da- 
me..., avecq le triumphe des muses sur amour, et autres nou~ 
velles composicions. Paris, J. de Marnef, 1546, in-16 de 79 pp. 

— 3 e édition augmentée. Lyon, J. de Tournes, i552, pet. in-8 
de 84 pp. A la page 81 , commence : Momerie de cinq postes 
d'amour, suivie de deux autres pièces (Heber, 1 liv. 18 sh.). — 
Réimpr. à Lyon, par Perrin, en i83o, sous le titre de Poésies 



222 RINALDO - RIVAUX 

de Pernette du Guillet , in-8 de 140 pp. tiré à 100 exempl. — 
Lyon, L. Perrin , i856, pet. in-8, tiré à 125 exempl., 10 fr. 
Edition publiée par M. Monfalcon d'après les trois éditions 
originales. — Voir Viollet-Leduc, p. 179. 

Rinaldo (ou Rinaldo innamorato ) poëme en 12 en.), 
di Bernardo Tasso (père de Torquato). Venetia , Fr. 
Senese, i562, in-4 (Nyon, n° 16870). — Venise, Aide. 
1 583, in-12. — Ferrare, 1589, pet. in-12 (Potier, n" 
i553, 12 fr.). — Venetia, Misserini, 1637, in-12. — 
Nyon, n° 16870 bis. 

Ce roman chevaleresque, en vers n'est pas sans mérite , bien 
qu'il ait été complètement éclipsé par la Jérusalem délivrée. — 
Anal. Bibl. des romans, février 1788. 

Rinaldo appassionato in cui si contiene battaglie 
d'armi e d'amore, composto per Hectore di Lionello 
di Francesco Baldovinetti. Vinegia, Zoppino, i528, 
in-8, fig. sur bois. — Fiorenza, i533, in-4 à 2 c °l-> 
fig. (Heber, 4 liv.). — Vinegia, i538, in-8 (Libri, en 
1847, 28 fr.). — Milano, Valerio da Meda, vers 040, 
pet. in-8 (Libri, 10 sh.). — Venetia, Agost. de Bin- 
doni, 1 554, in-8. — Venetia, i56o, pet. in-8. — Siena, 
1576, pet. in-8 de 48 ff. (La Vallière, i5 fr.). — Pe- 
rugia, Pietroiacomo Petrucci, 1578, in-8. — Venezia, 
i586, pet. in-8. — Milano, Valerio da Meda, s. d. 
(XVI e siècle), in-8. — Firenze, Antonio Padovani 
(XVI e siècle), in-8.— Trevigi, 161 3, in-8. — Firenze, 
1628, in-8. — Lucca , Francesco Marescandoli, s. d., 
in-12 allongé. — Bologna , Costantino Pisarri, s. d., 
in-12. — Venetia et Bassano, Remondini, s. d., petit 
in-8, fig. (Hibbert, 16 sh.). — Lucca, 1797, in-8. — 
Colle, 1829, in-8. 

Risette, ou les Millions de la mansarde, com. en 
1 a., par Edm. About (Gymnase). Paris, 1859, in-12, 
1 fr. 

Rivale (La) travestie, ou les Aventures galantes 
arrivées au camp de Compiègne (par F. Nodot). Paris, 
i6g5, 1699 (Nyon, ^9477; Leber, n°225i; Claudin, 
en 1867, 6 fr. 5o), 1713, in-12. — une édition de 1700, 
est intitulée: Les Rivales, ou le Mari dupé. Paris, 
Barbin, in-12. — Techener, 6 fr.; Nyon, n° g552. 

Rivaux (Les) de village, ou la Cruche cassée, op.- 
com. en 1 a. (en pr.) , par Viollet d'Epagny. Paris , 
Barba, 1820, in-8. — Soleinne, n" 2679. 



ROBBE — ROCHESTER ii3 

ROBBÉ DE BEAUVESET (Pierre-Honoré) , poëte 
erotique, né à Vendôme en 1725, mort à St-Germain 
en 1794. Ses Œuvres badines — les Pucelles d'Or- 
léans. 

Robert le diable, op. en 5 a. de Scribe et Germain 
Delavigne , mus. de Meyerbeer (Opéra). Paris, 1 83 1 , 
i832, 1834, in-8, ? fr. — Très-souvent réimprimé. 

ROBINEAU (Alex.-L.-Bertr.), dit de Beaunoir, au- 
teur dramatique. L'Amour quêteur — Armide — les 
Cabotines — le Danger des liaisons — le Mariage 
d'Antonio — les Masques arrachés — la Nouvelle 
Omphale — la Rose et le bouton — le Sculpteur, ou 
la Femme comme il y en a peu — Théâtre d'amour 

— la Triste journée, ou le Lendemain des noces — 
Vénus pèlerine. 

Beaunoir naquit à Paris en 1746, et y est mort en 1823. A 
la révolution, il quitta la France , et s'était retiré , d'abord en 
Belgique, puis en Russie, où il dirigea les théâtres de la cour. 
Il revint en France sous l'empire. La plupart de ses pièces ont 
été publiées sous le nom de sa femme, M me de Beaunoir, qui 
y avait plus ou moins de part. 

ROCHE (E.), auteur dramat. En collaboration : Le 
Bal de l'avoué. i83o. — L'Alcôve. 1 833. — La Gri- 
sette de Bordeaux. 1840. — Madame Peterhoff. 
i836. — La Mariée à l'encan. i83o. — Les Maris 
vengés. 1 83g. — Les Trois couchées, ou l'Amour en 
poste. i83o. 

ROCHEFORT (le marquis Claude-Louis-Marie de 
Rochefort-Luçay. connu sous le nom d'Edmond), vau- 
devilliste. En collaboration: La Belle tourneuse. 1841. 

— La Blanchisseuse de fin. \8zb. — Madame Gré- 
goire, ou le Cabaret de la Pomme de pin. i83o. — Les 
Pages et les poissardes. 1 840. — La Pénélope de la 
cité. 1824. 

ROCHEFORT (le comte Victor-Henri de Rochefort- 
Luçay, dit Henri), fils du précédent, journaliste, vau- 
devilliste, né à Paris en i83o. La Marquise de Cour- 
celles. — En collaboration: Les Mémoires de Réséda 

— les Roueries d'une ingénue — Sortir seule.' — la 
Tribu des rousses — Une martingale — la Vieillesse 
de Brididi. 

ROCHESTER (J.-Wilmot, comte de), mort en 1680. 



224 



ROGER — ROI 



Amatory poems and songs — ttie Flower of gallantry 

— Poems on several occasions — Sodom — the Works. 

Roger Bontemps en belle humeur, donnant aux tristes 
et aux affligés le moyen de chasser leurs ennuis, et 
aux joyeux le secret de vivre toujours contens , par 
le duc de Roquelaure (pseudonyme). Cologne, P. Mar- 
teau (Holl., à la Sph.), 1670, pet. in-12 (Crozet, 80 fr.; 
Nodier, 5i fr. ; Veinant, i3i fr. ; Chaponay , 275 fr. 
et 140 fr. ; Desq, 125 fr. ; Solar, 140 fr. ; J. Pichon, 
100 fr. ; Potier, en 1870, 200 fr.). — Autres éditions 
de Hollande, s. d. , 1708, 170g (Chédeau , n° io38), 
1 73 1 (Nyon, 10888), 1732, 1734 (LaBédoyère, 3i fr.), 
1766 (Desq, 21 fr.), 1770, 1772,2 tomes in-12. — 
Amst. (Rouen), 1753, 2 part, in-12 (Cigongne , n° 
2i3o).— Amst., 1757, 2 vol. in-12 de 184 et 180 pp. 

— Amst., 1763,2 part, in-12 d'ens. 408 pp. (Alvarès, 
en 1862, 6 fr. 5o). — Amst. (Rouen), 1776, 2 vol. 
in-12 de 190 et 186 pp. Edition plus complète, dit-on, 
que les précédentes (Leber, n° 243o. — Amst., 1789, 
2 tomes en 1 vol. in-12 (Baur, en 1873, cat. n° 3, 
8 fr.). — Paris, 1797, 3 part, in- 18. Assez bon recueil, 
quoique, parmi ces anecdotes, tout ne soit pas spiri- 
tuel. A la fin de la deuxième partie, on trouve 22 
aventures assez libres. 

ROGER DE COLLERYE, dit ROGER BONTEMPS, 
né à Paris vers 1470. Il était prêtre, secrétaire de l'é- 
vêque d'Auxerre et président, dans cette ville, d'une 
société facétieuse dont le chef s'appelait Abbé des Fous. 
Mort en 1 540. Voir ses Œuvres. 

Roi (Le) che\ la reine, ou Histoire secrète du ma- 
riage de Louis XIII et d'Anne d'Autriche, d'après le 
journal de la santé du roi , les dépêches du nonce et 
autres pièces d'Etat, par Arm. Baschet. Paris, 1864 
(Fontaine, en 1870, 10 fr.) , 1866, in-8. — Fontaine, 
en 1870, 12 fr. 

Roi (Le) des ribauds, histoire du temps de LouisXII, 
par Paul Lacroix. Paris, E. Renduel, i83i, 2 vol. in-8, 
avec le portrait du roi des Ribauds, par Tony Johan- 
not. — Aubry, en 1866, ex. avec fig. sur papier de 
Chine, 8 fr. 

Le titre ne dit pas encore tout ce qu'il y a de joyeux et de 
gaillard dans cette bonne histoire , où l'on assiste aux épisodes 



ROI — ROMAN 2 2 5 

les plus secrets de la première nuit des noces du roi Louis XII, 
et où le roi des Ribauds exerce magistralement les devoirs de 
sa charge sur les filles amoureuses suivant la cour. — Souvent 
réimprimé et trad. en italien et en allemand. 

Roi (Le) et la grisette, par l'auteur des Mémoires 
de M "" Du Barry (le baron de Lamothe-Langon). 
Paris, La Chapelle, i836, 2 vol. in-8. — Superch. 
lit ter. , II, 1283. 

Roi {Le) Guiot, histoire nouvelle, tirée d'un vieux 
manuscrit poudreux et vermoulu (par Vesque de Put- 
lingen). 1791, in-12, 144 pp. — Cat. Hebbelinck, n° 
2i' u; Leber, n" 5o2i; Claudin, en 1867, 4 fr. 5o ; 
Luzarche, n° 3o3c). 

Ce volume renferme des passages fort libres. C est une spi- 
rituelle critique des dernières années du règne de Louis XVI. 
— On voit, dans l'Introduction, que l'auteur de ce roman po- 
litique fut incarcéré. Les pp. 137-144 sont occupées par Baga- 
telle, ou le Plus joli conte du monde, petite aventure person- 
nelle à l'auteur et assez libre. — Il est beaucoup question, dans 
ce livre, de Marie- Antoinette. 

Roland furieux, de l'Arioste. Voir Orlando furioso. 

Roland furieux, folie-vaud. en 1 a., par Cogniard 
frères (Folies-Dramat.). Paris, 1840, in-8 de 16 pp. 

Roman (Le) comique, par Scarron. Paris, i65i, 2 
vol. in-8, front, gr. — Bertin, bj fr. 

La première partie parut, pour la i re fois, en i65t, chez Tous- 
saint Quinet , la 2 e chez Guillaume de Luynes (Quinet était 
mort dans l'intervalle) en 1657. Cette première édition est fort 
raie: la Bibliothèque de l'Arsenal, seule à Paris, possède la 
première édition de la i re partie. Aussi est-elle restée incon- 
nue à la plupart des éditeurs modernes. Cette rareté a entraîné 
des différences assez importantes dans certains passages entre 
la i re édit. et les éditions postérieures. — Parmi les éditions qui 
ont vu le jour dans le siècle dernier, il faut signaler comme la 
plus belle, celle de Didot (Paris, an îv), 3 vol. in-8, avec les fi- 
gures de Le Barbier. Un exempl. en grand pap. vélin , fig. 
avant la lettre et eaux-fortes, s'est payé 227 fr. à la vente Po- 
tier en 1869. — La meilleure édition du Roman comique est 
celle qui a été publiée par M. Victor Fournel (Paris , 1867, 2 
vol. in-16) et qui fait partie de la Bibliothèque El\évirienne. 
Elle est précédée d'une ample et judicieuse introduction (lxxxviii 
pages), et accompagnée de notes instructives et nombreuses. 
L'éditeur y a joint la suite d'A. Offray , beaucoup plus répan- 
due que lés autres et qui est venue aujourd'hui à faire corps, 
pour ainsi dire, avec l'œuvre de Scarron auquel elle est réunie. 

Tome VI. ao. 



22 6 ROMAN 

et qu'elle complète dans presque toutes les parties. Elle abonde 
d'ailleurs en allusions, en documents, en renseignements sur le 
bon vieux temps, et M. Fournel l'a annotée avec beaucoup de 
soin , ce qui en rehausse singulièrement la valeur. — Sur le 
Roman comique et sur son auteur, voir les Grotesques de Théo- 
phile Gautier, p. 396. 

Roman (Le) de deux jeunes mariés, par Charles 
Joliet. Paris, Ach. Faure, 1866, in-18 jésus, 244 pp., 
3 fr. (Monselet, p. 101). — Paris, libr. internat., 1870, 
in-18 jésus. 38i pp., 3 fr. 

Roman {Le) de la cour de Bruxelles , ou les Aven- 
tures des plus braves cavaliers qui furent jamais et 
des plus belles dames du monde (par Puget de 1j Serre). 
Spa et Aix, 1628, pet. in-8, front, gr. fLeber, n" 2307). 
— Paris, 1667, in-8 (Vassé, n° 67). 

On prétend que l'auteur de ce roman 5- a fait figurer, sous 
des noms supposés, les principaux personnages de la noblesse 
belge de l'époque, la duchesse de Croy, la duchesse d'Aer- 
schott, le prince de Chimay , etc.; voilà pourquoi l'exemplaire 
richement relié, et regardé comme le seul qui renferme la clef 
des noms véritables, a été payé 440 fr. à la vente de Jonghe , 
en 1860. — Cet ouvrage est-il le même que celui intitulé: la 
Clitie, ou Roman de "la cour ? 

Roman {Le) de l'infidèle Lucrine , par N. G. G. D. 
(Gougenot). Paris, 1634, in-8. — Rare. De l'usage 
des romans; Nyon, n° 9C09. 

Roman (Le) de la Rose , manuscrit du XV e siècle 
sur vélin , avec mignatures peintes en camaïeu gris. 
Desq, 1000 fr. 

Guillaume de Lorris (en Gâtinais) , mort vers 1240, imagina 
le Roman de la rose, et il en fit les 4, i5o premiers vers. Jean, 
de Meun (ou Mehun sur Loire), mort en 1364, continua et 
acheva ce grand travail, qui comprend 22,000 vers, et qui est 
peut-être le poème le plus important de la langue française. Il 
forme une sorte d'encyclopédie , dans laquelle est contenu tout 
le savoir du temps. Le héros du livre veut cueillir une rose , 
l'Amour le fait prisonnier et entreprend son éducation ; au dé- 
noûment, il obtient la rose, objet de ses désirs. Cet ouvrage est 
un peu mordant contre les femmes ; un seul passage suffit pour 
le démontrer: 

Toutes estes, serei ou fustes 
Défait ou de volonté putes, 
Et qui bien vous recercheroit 
Toutes putes vous trouverait. 



ROMAN 



227 



Du reste, l'auteur ne se pique pas de leur donner de bons 
conseils : 

Folle est qui son ami ne plume 
Jusques à la dernière plume ; 
Car qui mieux plumer le sçaura 
Est celle qui meilleur l'aura; 
Et plus chère sera tenue, 
Quand plus cher se sera vendue. 

Ls mariage y est vivement attaqué , et les principes moraux 
qui y sont énoncés rappellent étonnamment ceux de quelques 
socialistes modernes : 

Car nature n'est pas si sotte 

Que elle fist naistre Marotte (Mariette) 

Tant solement por Robichon (Robert). 



Ni Robichon por Mariette, 

Ni por Affnes, ni por Perette. 

Ai ns nos a faict, biau fils, n'en doutes, 

Toutes pour tous et tous pour toutes , 

Chacune por chacun commune 

Et chacun commun por chacune. 

Cette hardie philosophie est celle de Jean de Meun, car Guil- 
laume de Lorris avait le sentiment et l'expression plus chastes. 
Mais son poème ne faisait aucun bruit et aucun de ses contem- 
porains n'en a fait mention. L'ouvrage de Jean de Meun , au 
contraire, jouit pendant trois siècles d'une immense célébrité , 
et l'auteur recueillit , dès son vivant, une admiration enthou- 
siaste. — Comme le Manuel du Libraire donne un grand dé- 
tail sur les nombreuses éditions de ce poème , nous y renver- 
rons les bibliophiles, et nous nous contenterons d'indiquer ici 
l'édition originale. Lyon, vers 1485 , in-fol. goth., à 2 col., de 
i5o ff. , fig. sur bois (Cailhava, 176 fr. ; Solar, 1620 fr. ; Desq, 
935 fr.). — Clément Marot revit, corrigea et voulut rajeunir, 
mais défigura un peu les éditions faites de son temps; la pre- 
mière qu'il donna: Paris, J. Petit et Galliot Dupré , i52Ô , in- 
fol. goth. à 2 col. fig. s. b. , s'est vendue, Solar, 265 fr. — La 
suivante, dont le texte est très-pur, Paris, 1529 , pet. in-8, let- 
tres rondes, de 412 ff. en tout, fig. sur bois (Cailhava, 400 fr. ; 
Solar, 355 fr. ; Chaponay, 85o fr. ; Pichon, en 1869, n° 45o , 
4700 fr.). —Paris, 1 538, pet. in-8 goth., fig. s. b. (Chédeau , 
n° 422). 

Le Roman de la Rose, revu, et:. , et accompagné de notes , 
d'un glossaire, etc. (par l'abbé Lenglet-Dufresnoy). Paris. 1735, 
3 vol. in-12, auxquels on en ajoute un 4 e intitulé: Supplément 
au Glossaire, etc. (par Lantin de Damereyj ; Dijon, 1737, in-12. 

— Cette édition a été réimprimée: Paris , Didot jeune, an 
vi (1798J, 5 vol. in-8 , avec figures de Monnet, 40 à 5o fr. — 
L'édition est b.*l!e, mais elle fourmille de fautes. 



228 ROMAN 

Le Roman de la Rose , nouv. édition revue et corr. sur les 
manuscrits par Méon. Paris, Didot aîné, i8i3-i8i5, 4 vol. in-8 
avec fig. el 2 portr. — On y ajoute quelquefois un extrait du 
Journal des savants, par Raynouard , concernant cette édition 
(Chaponay , 40 fr.). Cette édition est un peu volumineuse, mais 
elle est regardée comme la meilleure. 

Enfin, il a été fait du Roman de la Rose une version en prose 
intitulée: 

C'est le Roman de la Rose, 
Moralisé clair et net , 
Translaté de ryme en prose, 
Par rostre humble Molinet. 

Paris, Ant. Vérard, in-fol. goth. — Paris, Mich. Lenoir, i52i , 
in-fol. goth. de 128 ff. , fig. sur bois (Solar, 140 fr.; Desq, 178 
fr.). — Lyon, G. Balzarin', i5o3, in-fol. goth. à 2 col., i53 ff. , 
fig. sur bois.— Solar, 200 fr. 

Pour les diverses appréciations de ce poëme, voir Viollet- 
Leduc, p. 57; De Bure, nus 2985 à 2987; un article dans la 
Revue de Paris, 5 mars 1837 , et le tome I er de l'Usage des 
romans, p. i83 et 238. 

Roman de la Violette, oit de Gérard de Nevers, en 
vers, du XI1F siècle, par Gibert de Montreuil, publié 
par Francisque Michel. Paris, Silvestre, i83_i, grand 
in-8 de 2 5 feuilles et demie, plus 7 lithogr. et 2 fac- 
similé. — Gorlay, 96 fr. ; Solar, 100 fr.; Aubry, en 
1861, 3o fr. 

M. Rennuard a fait sur cette publication un article dans le 
Journal des savants d'avril i835; M. Wright en a rendu compte 
dans le Genlleinan's Magasine de janvier i835,et un autre ar- 
ticle sur le même sujet a paru dans The Athencenm du 28 mai 
i836. — Ce roman n'a rien d'historique. Planard en a tiré un 
op. -coin, intit. : La Violette. Voir : Hist. de très-noble et va- 
leureux prince Gérard, etc. 

Roman (Le) de Molière, suivi de fragments sur sa 
vie privée, par Edouard Fournier. Paris, Dentu, i863, 

f;r. in-8. — L'auteur s'exprime ainsi au début de son 
ivre : 

Ce n'est pas l'auteur de comédies dont on a tant parlé sans 
tout dire que nous allons ici étudier en Molière, c'est l'homme 
même, en le cherchant surtout dans la passion qui le pos- 
séda le plus et tout entier: l'amour. 

« S'il entra dans la voie où 1' attendaient tant d'épreuves et 
tant de gloire, c'est que l'amour l'y entraîna. — Si, parmi tant 
d'oeuvres admirées, il en est quelques-unes où le sentiment hu- 
main éclate encore mieux qu'ailleurs, c'est que, pour ces œu- 
vres supérieures aux autres, parce qu'il y laissa plus de lui- 



ROMAN 229 

même , l'amour avec ses dépits , ses douleurs et ses désespoirs, 
l'inspirait. » — Voir, sur ce volume, les Dissertations biblio- 
graphiques de M. Paul Lacroix, pp. 246 et suiv. 

Roman (Le) de toutes les femmes (suivi de 5 autres 
nouvelles), par Henri Murger. Paris, 1854, i858, i85y, 
in- 16, 1 fr. 

Roman (Le) d'une femme , par Alex. Dumas fils. 
Paris, 1849, 4 vol. in-8, et 1 8 5 5 , 1857, 1869, in-16, 
1 fr. — Paris, Michel Lévy, 1870, in- 18 jésus, "3 5 2 pp., 
1 fr. 

Roman (Le) d'une honnête femme, com. en 3 a., par 
M mf Régnaudde Prébois et Th. Barrière. Paris, Michel 
Lévy, 1868, gr. in-18, 86 pp., 2 fr. (Gymnase, 4 
no\\ 1867). 

Roman (Le) d'une jeune fille (1770-1794), par Er- 
nest Daudet. Paris, Charpentier, 1869, in-18 jésus, 
38 1 pp. 

Roman (Le) d'une jeune mariée, par Ernest Fey- 
deau. Paris, Michel Lévy, 1867, 1868, in-18 jésus, 
352 pp., 3 fr. 

Roman (Le) d'une lorette parisienne, par Esménard 
du Mazet, avec une vignette de L. Dulac. Paris, Cour- 
nol, 1 865, in-i8, 283 "pp., 3 fr. 

Roman des dames , par Gilbert Saunier , sieur Du 
Verdier. Paris, Villery, i63o, in-8 (Nyon, n° 9723). — 
Réimprimé sous le titre des Amans jaloux. Paris, de 
Sommaville, i63i, 1634, in-8. — Nyon, ^9724; 
Vassé, n" 80. 

Roman (Le) des duchesses, par Eug. Chapus. Paris , 
1S44, 2 vol. in-8, i5 fr. 

Roman (Le) des ouvrières, par Emile Bosquet. Paris, 
Faure, 1867, in-t8 jésus, xi-32Ô pp., 3 fr. 

Roman (Le) pris par la queue, par un officier de 
dragons. Paris, 180 3, 2 vol. in-12. — C'est probabl. 
le même ouvrage qui avait élé imprimé sous le titre : 
Ma vie de garçon, aventures galantes d'un officier de 
dragons. Paris, an vu, in-12, fig., et qui a été cond. 
le 5 août 1828. — Voir Les Confidences réciproques. 



2 3o ROMANS — ROME 

Romans de chevalerie (imités) , par Tressan (m. en 
1783). Histoire de Tristan de Léonois et de la reine 
Yseult, ?. vol.; Histoire de Huon de Bordeaux, 1 vol.; 
Histoire de Gérard de Nevers et de la belle Euriant, 
1 vol.; Histoire du petit Jehan de Saintré et de la 
dame des Belles cousines, 1 vol. Paris, Déterville et 
Didot, 1791 et 92, 5 vol. in-18, fig. de Moreau et 
Berthon. Ces 5 vol. sont difficiles à réunir. — Bailly, 
1 33 fr. ; Pixérécourt. 

Romans (Li) de Parise la duchesse, publ. d'après 
le manuscrit unique de la Bibliothèque royale, par de 
Marlonne. Paris, Techener, i836, pet. in-8 ou in-12 
de 1 1 feuilles, 8 fr. ; Bignon, 3 fr. — En vers. 

Romans et contes de l'abbé de Voisenon. Londres 
(Paris), 1767, 5 part. pet. in-12 (Aubry, en 1 858, 3 fr.; 
Nyon, n° io33i). — Londres, 1775, 2 vol. in- 12 (Al- 
varès, en 1860, 10 fr. 5o). — Paris, an vi (1798), 3 
vol. in-18, ou 2 vol. pet. in-12, avec 3 fig. de Oué- 
verdo (Du Roure, n° 1161, 10 fr. 5o; Bramet, 11 fr.). 

— Paris, 1818, 3 vol. in-18. — Bolle, n° 610. 

Cont. : le Sultan Misapoufet la princesse Grisemine ; VHist. 
de la félicité ; Zulmis et Zelmaïde ; Tant mieux pour elle ; 
et, dans le 3 e vol., plusieurs petits contes: // eut raison— Il 
eut tort — Ni trop, ni trop peu — les A-propos — la Navette 
d'amour — Aphanor et Bellanire. 

Romans grecs. — Daphnis et Chloé, de Longus, trad. 
d'Amyot. — Théagène et Chariclée, d'Héliodore, trad. 
d'Amyot. — L'Ane, de Lucius de Patras, trad. de 
Denné-Baron. — L'Eubéenne, ou le Chasseur, de Dion 
Chrysostome, trad. de F. Alban. Paris, Lefèvre, 1841, 
in-12. 

Romans grecs , trad. en français par Zevort. Paris , 
Charpentier, i855, 2 vol. in-12, 7 fr. 

Cont.: Daphnis et Chloé; Leucîppi et Clitophon; Anthla 
et Abrocome ; Hist. véritable (de Lucien); Théagène et Cha- 
riclée ; Lucius, ou l'Ane; Hist. eubéenne, ou le Chasseur, de 
Dion Chrysostome. 

ROME (Mlle Marné de Morville, dame de), roman- 
cière, née vers 1750. Les Egarements réparés — l'In- 
tendant et son seigneur — la Jarretière — Madame 
de Lignolles — Maria Doriville — Mes délassements. 

— M™ de Rome a encore donné: Aune Petrowna , 



ROME — ROSALINA 23 1 

file d'Elisabeth (Paris, 1 8 r 3, 2 vol. in-12) — Aurélie, 
ou le Bigame (1814, 3 vol. in-12) — le Caissier et 
sa fille (181 2, 3 vol. in-12) — Célestine, ou la Vic- 
time des préjugés (1795, in-12) — Eulalie, ou le Re- 
pentir (1799, * v °l- i n_I 8), etc. 

Rome galante, ou Histoire secrète sous les règnes 
de Jules César et d'Auguste (par le chev. de MaillyJ. 
Paris, 1695, 1606, 2 vol. in-12, fig. — Nyon, n° 82 58; 
Claudin, en 1800, 5 fr. ; Luzarche, n° 6353. — Livre 
mal écrit, comme les autres ouvrages de l'auteur. — 
Réimpr. sous le titre des Amours des empereurs ro- 
mains Jules César et Auguste. Amst., 1702, in-12. — 
— A'yon, n° 82 5g. 

ROM1EU (Marie de). Le Devis amoureux de Ma- 
riende et Florimonde, trad. de l'ital. 1607. — Instruc- 
tions pour les jeunes dames, en forme de dialogue.... 
pour se bien gouverner en amour, trad. de l'ital. 157J. 
— La Messagère d'amour, ou Instruction pour inciter 
les jeunes dames à aymer, trad. de l'ital. 161 2. — Ses 
Premières œuvres poétiques. i58i. 

RONSARD (Pierre), poète vendômois, né en i524, 
mort en 1 585. Les Amours— Elégies, mascarades et 
bergeries — les Folastries de la bonne chambrière à 
Janot Parisien — les Gayete\ — Livret de folastries 
à Janot Parisien — ses Œuvres. 

Rosalie, ou le Triomphe de l'inconstance. S. 1., 1783, 
in-12. — Scheible, en 1860, p. 211. 

Rosalina, ou les Méprises de l'amour et de la na- 
ture, par M. G*** (Suzanne Giroux de Morency). Paris, 
1801, 2 vol. in-12 de xi-206 et 217 pp., portrait de 
l'auteur. 

Epigraphe: 

S'il faut pour être sage, abjurer la tendresse, 
Je garde mon délire et proscris la sagesse. 

On lit dans l'avant-propos de ce roman assez singulier: «ce 
nouvel ouvrage de l'auteur d'illyrine porte encore le caractère 
d'une parfaite originalité et d'une excessive vérité, puisque l'on 
peut mettre le doigt sur tous ses héros. Cette seconde folie est 
de même divisée par lettres et par chapitres.» — Voir catal. 
Monselet, p. 74, et les Originaux du siècle dernier, p. 288. 



2 32 ROSALINDA — ROSE 

Rosalinda, da Bern. Morando, spiegata in dieci libri. 
Venetia, i655, in-12. — Nyon, n° io53g. 

La Rosalinde, imitée de l'italien. La Haye (Paris), 1732, 2 
vol. in-12. — Rosny; Nyon, n° 10540. Traduction peu estimée 
de l'ouvrage de Bern. Morando. Il avait déjà paru, en 1648 , 
une Suite de Rosalinde , par M. Duverdier. Paris, in-8. — 
Anal. Bibliolh. univ. des romans, t. XXVII. 

Rosalinde, ou Ne joue^ pas avec l'amour, com. en 
1 a. , par Lambert Thiboust et Aurélien Scholl (Gym- 
nase). Paris, i85g, in-8. 

Rôschens geheimnisse... Les Secrets de Rosette. Pirna, 
1801, 2 part, in- 18. 

Rose (La) d'amour, par le sieur de la Fuldière, Ru- 
thenois (du Rouergue). Lyon, S. Rigaud, 161 1 , pet. 
in-12. — Comte de C***, en i85z, n° 106; Soyecourt, 
n° 5o8. 

Rose et Blanche, ou la Comédienne et la religieuse, 
par J. Sand (Jules Sandeau et George Sand). Renault, 
i83i, 5 vol. in-12. — Paris, i833, 2 vol. in-8, i5 fr. 
— Un des premiers ouvrages de G. Sand. 

Rose et Colas, com. en 1 acte, en prose et mêlée 
d'ariettes, par Sedaine. Paris, Cl. Hérissant, 1764, in-8 
(Nyon, V, p. 191). — Copenhague, 1767, in-8. — Paris, 
Ballard, 1760, "in-8. — Paris, veuve Duchesne, 1770, 
in-8. 

Rose et Colas, ou Une pièce de Sedaine, com.-vaud. en 2 a., 
par Victor Ratier, Léon de Villiers (Ed. Léon Delalain) et St- 
Yves (Déaddéj. Paris, Michaud, i838, in-8. 

Rose (La), ou les Jardins de l'hymen, op. -com. en 
1 a. et en pr., avec prol., par Piron (Op.-Com.). Paris, 
1745, in-S. 

Pièce lestement tournée, et que le lieutenant de police Hérault 
interdit quelque temps et jusqu'à ce que le comte de Maurepas 
levât cette interdiction. Favart, Lagarde et Lesueur la remirent 
au théâtre, en 1753, sous le titre : les Fêtes de l'hymen (So- 
leinne, n° 33g6). — V. Hisl. du théâtre de V Op. -com. tome l fr . 
et Anecdotes dramat., tome I, p. 475. 

Rose {La) sans épines, ou Vénus affranchie du re- 
pentir par la découverte d'un moyen infaillible de 
neutraliser les effets du virus vénérien, par E. Girouard. 
Paris, an vin (1800), in-18, lig. — Bolle, 8 fr. ; Al- 
varès, en 1 858, 4 fr. 



ROSES - ROSSET 2 33 

Roses (Les) et les épines du mariage, par R. de la B. 
— Paris, march. de nouv. , 1847, et édition revue et 
corr., 1849, in-18 de 5 feuilles. 

Nous ne trouvons cet ouvrage ni parmi ceux de Rétif de la 
Bretonne, ni parmi ceux de deux autres Rétif que mentionne 
M. Monselet. C"est un ouvrage seulement tiré de ceux de Rétif 
de la Bretonne. 

ROSIER, aut. dramat. Seul ou en collaboration: A 
trente ans, ou Une femme raisonnable. i838. — L'A- 
mour. 1 83g. — Les Assurances conjugales. i838. — 
Croque-poule. 1849. — La Jolie voyageuse. 1 835. — 
La Lune rousse. 1840. — Le Mari de ma femme. 
i83o. — Le Mariage par dévouement. 1 83 1 . — Le 
Songe d'une nuit d'été. i85o. — Un mari trop aimé. 
i85l. 

Rosier [Le) des chansons nouvelles, tant de l'amour 
que de la guerre. Lyon, B. Rigaud , i58o, in-16 de 
04 ft. Rare. — De Bure, n° 3290; Bibl. nat., Y, 6081. 

Le Rosier des chansons nouvelles et amoureuses. Lyon , 
1600, in-16. Biblioth. Nat., Y, 6o83. 

Rosière [La) de Salency, com. en 3 a. , en prose, 
mêlée d'ariettes, par Favart. Paris, Ballard, 1769, in-8 
(Soleinne, ?22i). — Paris, Duchesne, 1770, in-8. — 
Nyon, V, p. 193. 

La Rosière de Salency, op. lyri-com. en 4 a., par Masson 
de Pezay. Paris, Ballard, 1773, in-8. — Paris, Delalain, 1774 , 
in-8. — Soleinne, n° 336o. 

Rosières (Les) de Paris, vaud. en 1 a., par Brazier, 
Simonnin et Carmouche (Gymnase-Dramatique). Paris, 
1825, in-8, i fr. 5o. — Soleinne, 2566. 

ROSNY (Ant.-Joseph-Nicolas de), littérat., né à Paris 
en 1771 , mort en 1S14. L'Amoureux des on^e mille 
vierges — le Censeur, ou Voyage sentimental autour 
iu Palais-Royal — Claude et Claudine, ou l'Amour 
au village — Discours sur l'influence que les femmes 
ont exercé en France sur le goût et la littérature — 
l' Enfuit de trente-six pères — l'Optique du jour — 
les Six nouvelles, ou Confession galante de six fem- 
mes d:t jour. 

ROSSET (Fr. de), poète et romancier, mort vers 
i63o. Les Abus du monde, trad. de l'espagnol — les 

Tome VI. 3o 



234 ROSSIGNOL — ROUILLARD 

Douce beautés de Philis et autres poésies — Histoire 
des amans volages de ce tems , où sous des noms em- 
prunte^ , sont contenus les amours de plusieurs prin- 
ces, etc. — Nouvelles de Miguel de Cervantes, trad. de 
l'espagnol — les Portraits des plus belles dames de la 
ville de Montpellier, et d'une vieille demoiselle — Ro- 
land V amoureux, trad. de l'ital. 

Rossignol (Le), op.-com. en i a. , en vers. Rouen, 
Machuel, 17^2, in-8. — Nyon, V, p. 2o3. 

Le Rossignol, com. Paris, 1756, in-8. — La Jarrie, n° 2736. 

Le Rossignol, ou le Mariage secret, com. en prose. La Haye, 
1764, in-8. 

Le Rossignol, op.-com. en 1 a. et en vers; par Etienne. Pa- 
ris, Roullet, 1816, in-8. Réimpr. dans le tome 11 du Théâtre de 
M. Etienne. 

ROTROU (Jean de), né à Dreux en 1609, mort en 
i65o. Amarillis — Amélie — Angélique , ou la Pèle- 
rine amoureuse — la Belle Alphrede — la Céliane — 
la Cèlimene — Clarice, ou l'Amour constant — Cléa- 
genor et Doristée — la Clorinde — les Deux pucelles 

— la Diane — la Florimonde — l'Heureuse constance 

— V Hypocondriaque , ou le Mort amoureux — l'In- 
nocente infidélité — Laure persécutée — les Occasions 
perdues — ses Œuvres — la Sœur — les Sosies. 

Roués (Les) de Paris, par A. Frémy. Paris, Dcses- 
sart, i838, 4 vol. in-8, 3o fr. 

ROUGEMONT (Michel-Nicolas Balisson de), auteur 
dramat. , né à la Rochelle, en 1781. Seul ou en colla- 
boration: Les Amants valets — l'Amour à l'anglaise 

— la Belle Bourbonnaise — Chansons et facéties — 
la Femme innocente, malheureuse et persécutée — la 
Fille unique — l'Ingénue de Brives-la-Gaillarde — 
Jeanne Vaubernier , ou la Cour de Louis XV — la 
Laitière de Montfermeil — Madelon Friquet — Ma- 
demoiselle Musard — le Mari supposé — le Mariage 
du ci-devant jeune homme — la Matrimonio-manie — 
Monsieur et Madame Denis — Paméla , ou la Fille 
du portier — la Reine des blanchisseuses — le Rôdeur 
français — la Rosière de Verneuil — Salvoisy , ou 
l'Amoureux de la reine — Sophie , ou la Nouvelle 
Cendrillon — le Voile bleu. 

ROUILLARD (Séb.), avocat, né à Melun, vers 1564. 



ROUP..TES — ROXANA 2 35 

Capitulaire auquel est traicté, etc. — le Divorce, pour 
Phil. de Danneval, etc. — Plainte sur rapt, etc. 

Roup.Jes (Les) des calotins. In-8 de 8 pp.; pièce 
en prose, assez curieuse, mais obscène. Critique des 
galanteries de divers prêtres. British Muséum, 1 577*3. 

— Nous croyons que c'est la Paillardise ecclésiastique 
sous un nouveau titre. 

ROUOJJETTE (Jules). Seul ou en collaboration : Ce 
que coûtent les femmes. 1868. — La Chasse aux amou- 
reux. 1867. — Les Drames de l'amour. 1867. 

Rousier [Le) des dames, sive le Pèlerin d'amours, 
par Desmarins de Masan. S. 1. n. d. (Paris, vers 1 53g), 
in-8 de 24 ff. goth., fig. sur bois (Veinant, le seul ex. 
connu, 255 fr.; Chédeau, n° 447^1*5, ex. de M. Veinant). 

— Réimpr. i° par M. Veinant, à 62 exempl. Paris, 
Crapelet, i852, pet. in-8 goth., fig. sur bois (Desq, 
ex. sur vélin, 100 fr. ; Lanctin, 9 e cat., 10 fr.); et 2 
dans le tome V des Anciennes poésies françaises des 
XV et XVI' siècles, publiées par M. A* de Mon- 
taiglon. 

ROUSSEAU (Jean-Bapt.), poète, né à Paris en 1671, 
mort en 1 741. La Ceinture magique — la Mandragore 

— ses Œuvres choisies ou diverses. 

ROUSSEAU (Jean-Jacques), philosophe, né à Genève 
en 1712, mort à Ermenonville, en 1778. Julie, ou la 
Nouvelle Héloïse — ses Œuvres. — Voir Pygmalion. 

ROUSSEL (le docteur Pierre), né à Ax (Arriège) 
en 1742, mort à Châteaudun en 1802. Système phy- 
sique et moral de la femme. 

Rousseliana, ou Recueil de tous les bons mots, vers, 
calembourgs, la^^is et facéties de Cadet-Roussel, où 
l'on a réuni toutes les additions de M. Brunet, qui 
ne se trouvent pas dans les pièces imprimées, et la tra- 
gédie de Matapan, ou les Assassinats de l'amour; par 
Anagramme a'Auneur (Armand Ragueneau). Paris, 
i8o5, in- 18, 177 pp. 

Roxana, or the Fortunate tnistress. London, F. and 
J. Noble (vers 1757), 1 vol. (Cat. à la fin de The Muse 
in good humour). 



2 36 ROYAL — RUFFIANA 

Royal (The) cuckold, or Great bastard, giving an 
account of the birth and pedigree, of Lewis le grand, 
the first trench king of that name and race; transla- 
tée! out or the german, by P. Vergerius (nom supposé). 
London, 1693, in-4 . — Rhodes, 2 liv. 6 sh.— Manuel. 

Royal (The) wanton. London, s. d.— Cat. de Wynne. 
n° 972. 

Royaume (Le) de la galanterie, contenant les pro- 
vinces de l'opulence, du jeu, de la bonne chère et de 
l'amour, et la Promenade des amants au royaume de 
V amour. Paris, 1659, in-12. Rare. 

Royaume (Le) des femmes, ou le Monde à l'envers, 
vaud. en 2 a., avec danses, par Ch. Desnoyer et Co- 
gniard (Ambigu). Paris, i833, 1834, in-8. 

Rue (La) Mercière , ou les Maris dupe% , com. en 
1 acte (en vers^, de M. le Grand, représentée par les 
comédiens de Mgr. le Maréchal duc de Villeroy, établis 
à Lyon. S. 1. n. d. (1694), pet. in-12. Edition originale. 

— Soleinne, 3217; Techener, 6 fr. 

« C'est une petite intrigue bourgeoise , dit le Dictionnaire 
des théâtres, remplie de traits mordants contre ces jolies mar- 
chandes de province, qui font de leurs boutiques des bureaux tou- 
jours ouverts aux militaires excédés des ennuis de la garnison. ■ 

— Réimpr. dans le Théâtre de Le Grand. 

Ruffiana (La), comedia (5 a. et prol. pr.) di Hipp. 
Salviano. Roma , 1 553 , in-8 de 120 pp. 1™ et rare 
édition. — Réimpr. à Rome et à Venise, en i554, 
1564, 1 568, i584 (Nyon, n° 18727), 159D, 1606, 
1627, in-12. 

« Le contenu répond à l'étiquette de cette pièce , et il est 
étrange que l'on pût imprimer et publier à deux pas du Va- 
tican des passages tels que celui-ci (il en est de plus vifs) : 
Questa Venetiana marivola vuol pur spsdirmi per una ba- 
lorda, col darmi ad intendere che la sua figlia e vergine, 
si corne io non sapesse che hoggidi tulte le cortegiane che 
arrivano in Roma fanno prova di passare per vergine , se 
bene altrove sono state diece anni in chiasso , con riveren\a 
parlan^o, in nome di Dio, s'io non la tratto corne la mérita 
mio danno. » (Cat. Soleinne, n° 4278). — La Dame d'intrigue, 
traduction française adoucie du titre de la pièce de Salviano , 
est (comme le remarque fort bien M. Victor Fournel , auquel 
nous empruntons ces observations) un des cinq ou six types les 
plus fréquemment employés par notre ancienne comédie. On 
la rencontre dans la plupart des pièces du XVI e et du com- 



RIHESTATT — RUSES ^7 

mencement du XVII e siècle , où elle est appelée, presque tou- 
jours , d'un nom plus expressif et plus cynique , que noire lan- 
gue ne supporterait plus aujourd'hui. La dame d'intrigue est 
le plus souvent une hideuse vieille dans le genre de la Macette 
de Régnier, l'exemplaire idéal du genre ; quelquefois, c'est une 
jeune femme, comme celle de Chapuzeau. On pourra la retrou- 
ver à chaque page dans les Ebahis de Grévin, les Contents de 
Tournebu, les comédies de Larivey , etc. Regnard et Dancourt 
n'ont eu garde de la négliger. C'est aussi une vraie dame d'in- 
trigue que la Clarice des Intrigues de la loterie, par de Visé. 
Enfin, Molière lui-même ressuscita ce type dans la Frosine 
de l'Avare. 

Ruhestatt (Die) der Liebe, oder der Schoos der Ge- 
liebten... Le Repos de l'amour, ou le Sein de l'amante, 
par J. von Besser; fin du XVII e siècle. Rare. — Poésies 
très-érotiques. 

Ruse (La) d'un jaloux, ou la Double intrigue, com. 
en i a. et en vers, par Jean Aude et Lion. Paris, Barba. 
i8o5, in-8. 

Ruses (Les) d'amour, com. en 3 a. et en vers, par 
Phil. Poisson. Paris, Le Breton, 1736, in- 12 (Soleinne, 
n° 1743). — Paris, Belin et Brunet, 1784, in- 12. 

Ruses (Les) d'amour pour rendre ses favoris confens. 
Villefranche (Holl.), 1079, 1681, 1697, pet. in- 12 de 
514 pp., 1 fig. (quoiqu'on lise à la fan du vol.: Fin 
de la première partie , il n'a rien paru de plus). — 
Nodier, 19 fr. ; Pixérécourt, 29 fr. 5o; J. Pichon, en 
avril 1869, 57 fr. — Facéties en prose. 

Ruses (Les) de l'amour, ou les Repentirs favorables, 
past. en 1 a., pr. et vers, par P. Dufour. Paris, 17^3, 
in-8. — Nyon, V, p. 202; Soleinne, n° 2396. 

Ruses (Les) des filous et escrocs dévoilées..., aven- 
tures auxquelles leurs friponneries ont donné lieu, etc. 
Paris, s. a., 2 vol. in- 12, fig. 

Le premier Consul, le duc de Loo\ et Flachat — une Xym- 
phe de Cythère et le fermier — Friponnerie sans exemple — 
!a Servante et ta Sorcière — l'Intrigante et le lord — Trois 
aventurières préchant la morale — les Deux frères de la 
ville de Chartres — le Mari cocu et volé par son ami — la 
Diligence de Bordeaux — la Belle Victorine et le jeune sei- 
gneur — le Curé et sa cousine — le Voleur dans l'église de 
Rouen — Un Capucin de Meudon — Une femme de Paris, etc. 

Ruses (Les) du mari, com. en 3 a. et en vers, par 



2 38 RUSES — RUT 

Et.-Jos.-Bernard Delrieu. Paris, Prault, an x (1802), 
in-8. — Soleinne, n° 25 1 5. 

Ruses (Les) et finesses de Ragot, jadis capit. des 
Gueux, avec plusieurs discours plaisants et récréatifs, 
par Noël Du Fail, sieur de la Hérissaye. Paris, J. Ruelle, 
i573, in-16. — Lyon, de Tournes, Ô76, in-16. — 
Cailleau, 3 à 4 fr. — Même ouvrage, sous un titre 
différent, que les Discours d'aucuns propos rustiques 
facecieux et de singulière recréation. 

Ruses et finesses découvertes sur les chambrières 
de ce temps, composé par Goguelu , allant souper en 
ville. Rouen, 1621 , et Paris, s. d. — La Vallière, n° 
4287 8 . Rare. — Reproduit dans les Joyeusete^ , sur 
l'édition de Paris, 1 1 pp. 

Ruses (Les), malices et cachotteries des amoureux. 
Paris, 1847, in-18 de 108 pp. 

Ruspia, ou la Belle Circassienne (par du Haut- 
champ). 1754, in-12. 

Russische Gùnslinge... Les Favoris russes (par Hel- 
big). Tubingue, 1807, in-8 de 5oo pp., 2 fl. 42 kr. — 
Se classe dans l'histoire. 

Rut (Le), ou la Pudeur éteinte (par P. Corneille 
Blessebois). Leyde (Elzevier), 1676, 3 part, in-12. 
1™ partie, 3 ff. non chiff. pour le titre et 72 pp., y 
compris la dédicace à Mlle de Sçay. 2° partie, 3 ff. non 
chiff pour le titre et la dédicace et 71 (73) pp. 3 e 
partie, 3 ff. non chiff. pour le titre et la dédicace à 
Mlle de Sçay, et 87 pp. 

Roman satirique , comme tous les autres ouvrages de l'au- 
teur, et qui semble dirigé contre Mlle de Sçay. Montaran , en 
1849, 22 9 n *' — Réimpr. en 1866 sous la 'rubrique de Leyde 
(Bruxelles) avec l'Almanach des Belles. Avant-propos xxiv pp. 
210 pp. et un feuillet.— M. Paul Lacroix a voulu reconnaître en 
Mlle de Sçay, Mlle Cosnard de Seis , auteur de la tragédie des 
Chastes Martyrs qui, née en 1618, pouvait avoir 55 ou 56 ans, 
lorsque Blessebois était encore mineur. Un vol. de Blessebois 
qui valait un peu plus d'un franc en 1676 peut être poussé au- 
jourd'hui dans les ventes à 400 fr. et au-delà. Blessebois a eu 
(ses biographes récents paraissent tous 1' avoir ignoré) un bio- 
graphe sérieux, Violant Desnos : Mémoires sur Alençon , t. II. 
V. Desnos avait eu communication d'un ouvrage de Blessebois 
moitié en vers, moitié en prose: Les Amours du. pas d 'Alençon; 
il en cite 3 strophes. Ce manuscrit est, dit-on, dans la riche 



SABATIKR - SACRIFICE 23g 

bibliothèque de M. Léon de la Sicotière , avocat à Alençon. 
Blessebois figure dans le Rut sous le nom de Céladon. Le livre 
lourmille de scènes de la débauche la plus crapuleuse. C'est 
peut-être le seul roman ordurier de quelque étendue qu'ait laissé 
le XVII e siècle. — L'Almanach des belles, tout en vers, insipi- 
des lieux communs. 



SABATIER DE CASTRES (l'abbé Antoine), né à 
Castres en 1742, mort à Paris en 181 7. Catherine II, 
sa cour et la Russie en 1772 — le Décaméron, ou les 
Dix journées galantes , trad. de l'ital. — les Quarts 
d'heure d'un joyeux solitaire. 

Sabina, oder Morgensenen, par C.-A. Bœttiger. Leip- 
zig, 1806, 2 vol. in-12, fiç. — Deneux; Scheible, en 
1867, 3 ri. 36 kr. 

Sabine, ou la Matinée d'une dame romaine à sa toilette, à 
la fin du i cr siècle de l'ère chrétienne , pour servir à l'histoire 
de la vie privée des Romains ; trad. de l'allem. de C. A. Bœt- 
tiger, par Clapier. Paris, i8i3 , gr. in-8, fig. Du Roure, 8 fr. 5o; 
Chaponay, 16 fr. ; Alvarès , en i858 , 8 fr.; Aubry , en 1861 , 
12 fr. — Ouvrage intéressant et curieux. 

Sac (Le) blanc, ou Extrait de différentes corres- 
pondances , etc., relatives au caractère, aux mœurs, 
etc. , de V infortunée Caroline de Brunswick , reine 
d'Angleterre, trad. de l'angl. de sir Ch. Popham, par 
M. M***. Paris, 1820, 2 vol. in-12. 

Sac (Le) vert, pot-pourri, ou Récit véridique du 
procès de la reine d'Angleterre, par Eustache Lasticot. 
Paris, Barba, 1820, in-18, 18 pp. Assez piquant. — 
Ce Lasticot, pêcheur de la Guernouillère, est un pseu- 
donyme derrière lequel s'est caché C.-F.-J.-B. Moreau. 

Sacrifice (Le) de l'amour, ou la Messe à Cythère, 
suivi du Sermon prêché à Gnide , et d'un Nouveau 
Dictionnaire d'amour, etc. Sybaris, chez l'imprimeur 



2 4 o SACRIFICES — SADE 

ordinaire du plaisir, 180g, in-12. Cette édition a été 
donnée par le docteur J.-B. de Saint-Cricq (Bergeret, 
2' partie; Luzarche, n° 3285 ; Ravanat, en 1872, 21 fr.). 

— Sybaris, 1812, in-12 (Alvarès, en 1862, 5 fr.). — 
Ouvrage dans le genre de la Messe de Gnide. Sylvain 
Maréchal est l'auteur du Dictionnaire d'amour. 

Sacrifices (Les) amoureux, ou les Amours d'Alcan- 
dre et Ro^orée, Floridor et Cléonée, etc., par le sieur 
Du Verdier, gentilhomme charollois. Paris, 1623, pet. 
in-8 (Techener, 18 fr. ; Nyon, n° g5o5). Prose et vers. 
Roman sous la forme de lettres et en grande partie 
allégorique. — 11 avait d'abord paru sous le titre: Le 
Temple des sacrifices. Paris, Ant. Estienne, 1620, in-8. 

— Nyon, n° 9504. 

Sacrifices (Les) de l'amour, ou Lettres de la vicom- 
tesse de Sénanges et du chevalier de Versenay (par 
Dorât). Amsterd. et Paris, Delalain, 1771, 2 vol. pet. 
in-8, 2 fig. grav. d'après Marillier, par Du Clos et de 
Ghendt (Nyon, n" 9807; Scheible, en 1870, 1 th. 10 
sgr.). — Amst., 1772, 2 vol. pet. in-8, fig. (Aubrv, en 
1861, 5 fr. ; cat. de Dresde , n° 688). — Paris, Le 
Prieur, 1783, 2 vol. in-24, 2 grav. — Cat. de Dresde-, 
n" 794. 

SADE (Donatien-Alphonse-François, marquis de), né 
à Paris le 3 juin 1740, m. à Charenton, en déc. 18 14 
Aline et Valcour, ou le Roman philosophique — V Au- 
teur des Crimes de l'amour à Villeterque — les Crimes 
de l'amour — la Double intrigue, comôdie — Justin ■, 
ou les Malheurs de la vertu — Juliette , ou la Suite 
de Justine — la Marquise de Ganges — Oxtiern, ou 
les Malheurs du libertinage — Pauline et Belval, ou 
les Victimes d'un amour criminel — la Philosophie 
dans le boudoir — Vénus dévoilée —Zoloé et ses deux 
acolytes. 

Cet homme , l'un des fous les plus extraordinaires et en même 
temps les plus repoussants que l'on connaisse, a été l'objet de 
plusieurs études. Nous citerons notamment le volume intitulé : 
Dissertations sur quelques points curieux de V hist. littér. ; 
par Paul Lacroix. Pans, i838, 11 liv. in-8, tiré à 5o exempl. 
La 5 e ' : Sur les deux procès criminels du marquis de Sade , 
est un des -documents les plus utiles à connaître sur cet indi- 
vidu. — 11 faut voir ensuite le Marquis de Sade , l'homme et 
ses écrits, étude de M. Gust. Brunet publiée en 1866. M. Bru- 
net avait aéfà donné une Notice sur Zoloé . dans les Fantai- 



SAINT -AMAND — SAINT-GEORGES 24 1 

sies bibliographiques, p. 63, en 1864. — Il resterait cependant 
encore beaucoup a dire. 

SAINT-AMAND (Amand Lacoste, plus connu en 
littérature sous le nom de), aut. dramat., né à Paris 
en 1797. En collaboration: L'Amour et les poules — 
Brun et blond — la Fille unique — les Jarretières 
de ma femme — l'Idée de Toinette — la Partie d'ânes 

— le Trombone du régiment — Une jeune veuve. 

SAINT-ELME, ou SAINT-EDME, ou la Contem- 
poraine (Elzelina Tolstoy van Aylde Jonghe, connue 
dans le monde sous le nom d'Ida), courtisane, agent 
de la police secrète de Napoléon, née en 1778, morte 
à Bruxelles en 1845. Mémoires d'une contemporaine 

— Mes dernières indiscrétions. 

SAINT-FÉLIX (Félix d'Amoreux, connu sous le nom 
de Jules de), littérat., né en Uzès, en 1806. A l'hôtel 
Chantereine — les Amoureux de la comtesse — Aven- 
tures de Cagliostro — les Aventures de Gogoloff, 
vainqueur des belles — les Charmilles de Trianon — 
le Chevalières du tour de France — Cléopâtre reine 
d'Egypte — Dalilah — Madame la duchesse de Bour- 
gogne — Madame la duchesse de Longueville — Mlle 
de Marignan — les Nuits de Rome —le Roman d'A- 
rabelle — les Soupers du directoire — Vierges et 
courtisanes. 

SAINT-GELAIS (Octavien de), poète, évêque d'An- 
goulême , né à Cognac, vers 1466, mort en i5o2. 
La Chasse et le départ d'amours — l'Histoire de Eu- 
rialus et de Lucrèce, trad. en franc. — les XXI épis- 
très d'Ovide, trad. du latin. 

SAINT-GELAIS (Mellin de), poète, né à Angoulême en 
1491, mort en i5S8. — Le Courtisan, trad. de l'ital. , en colla- 
boration avec Est. Dolet. — Ses Œuvres poétiques. 

SAINT-GEORGES (Jules-Henri Vernoy de), auteur 
dramat., né à Paris en 1801. Seul, ou en collabora- 
tion: L Ambassadrice — l'Ame en peine — l'Amour 
et l'appétit — les Amours du diable — le Bal des 
Variétés — Belphègor — le Diable amoureux — la 
Fanchonnette — la Fée aux roses — le Fidèle berger 

— la Fille du régiment — Jenny — Lady Henriette 

— Laurette — Mademoiselle la marquise — Made- 
moiselle îs'ichon — Margot — la Marquise — Pierre 

Tome VI. 3i 



242 SAINT-GLAS — SAINT-YVES 

et Catherine — la Reine d'un jour — la Séraphina — 
Un mariage de prince — Zanetta. 

SAINT-GLAS (de), abbé de St-Ussans de Toulouse, 
nommé Pierre de St-Glas, mort en iôgg. Contes nou- 
veaux en vers. 1672. — Billets galans. 1688. 

SAINT-HILAIRE (Emile-Marc Hilaire, plus connu 
sous le nom de Marco de), littérat. , né vers 1790. 
L'Art de réussir en amour — Biographie des nymphes 
du Palais-Royal — Ca^ilda — Lieutenant et comé- 
dienne — Mémoires d'une célèbre courtisant des en- 
virons du Palais-Royal — Petite biographie drama- 
tique—Réclamation adressée à S. Exe. Mgr. Delavau 

— Traité de la toilette à l'usage des dames— la Veuve 
de la grande armée. 

SAINT-LAMBERT (Charles-Jean-François), littérat., 
né à Vezelise, en Lorraine, en 171 7, mort à Paris en 
i8o3. Abénaki — Contes et fables — Discours prononcé 
par l'abbé Cannella à l'Académie de Païenne sur les 
maux que le célibat cause à la société — ses Œuvres 

— Poésies — les Saisons. 

SAINT-LÉGER (Mlle A. de), dame de Colleville, 
romancière, née à Paris en 1763, morte en 1824. 
Alexandrine, ou V Amour est une vertu — les Dangers 
d'un tète-à-tête — Lettres du chev. de St-Alme et de 
Mlle de Melcourt — Madame de M***, ou la Rentière 

— Salut à Messieurs les maris, ou Rose et d'Orsin- 
val — Sophie et Derville — Victoire de Martigues. 

SAINT-VENANT (M me de), romancière, morte vers 
18 16. Angélina Alsthertone , ou le Deshonneur ima- 
ginaire — V Amour papillon (?) — Catherine de Bourbon, 
Marguerite de Valois , etc. — Emerance , ou les So- 
litaires de Marly — Laurette, ou la Grange Saint-Louis 

— Sélisca, ou le Prieur des Bénédictins — Thérèse 
vertueuse , ou le Bon curé — Thérésia, ou les Sou- 
terrains du château de Zeintelberg — Zir\a. — Voir 
Pîgoreau, p. 314. 

SAINT-YVES (Edmond Deaddé, connu sous le nom 
de), auteur dramat., né vers 181 o. En collaboration: 
Alice, ou l'Ange du foyer — V Amour au daguerréo- 
type — l'Amour d'une reine — les Amours du comte 
Bonneval — Au vert-galant — l'Autre, ou les Deux 



SAINTE — SAINTINE 2 4 3 

maris — Belphégor — Détournement de majeure — 
Eva, ou le Grillon du foyer — les Femmes et le secret 

— la Fille de Frétillon — Flâneuse — Histoire de rire 

— Mademoiselle Carillon — Mademoiselle Grabutot 
— Mademoiselle Pacifique — le Mari d'une jolie femme 

— le Mariage d'orgueil — Odette, ou la Petite reine 
— la Paix du ménage — les Quatre femmes d'un pacha 

— Rose et Colas — Rosette, ou Promettre et tenii — 
Turcs et Bayadères — Une femme dégelée — Une 
femme exposée — Zerbine. 

Sainte (La) Agagomachie, ou le Saint Célibat com- 
battu, servant d'apologie au sieur C. P. (Popion). A 
Cosmopoli, chez André A kaki as, à l'enseigne de l'In- 
nocence reconnue, 1675, in-8. — Leber, n° 799; Te- 
chener, i858, 9 fr. 

Voir, au sujet de ce livre , la note insérée au Bulletin du 
bibliophile, i855, p. 5iq. — Il s'agit d'un fait réel; le sieur 
Popion, professeur de philosophie à Dijon , avait fait vœu de 
chasteté , ainsi que sa femme. Des oppositions furent faites 
par un grand vicaire de I.angres, qui prétendait que la femme 
avait été violentée, ce qu'elle niait. En i663, Popion alla à 
Rome et demanda à être promu aux ordres sacrés , permission 
qui lui fut accordée, pourvu que le vœu fût volontaire de pari 
et d'autre. 

Sainte (La) d'OUioules, ou Eclaircissement sur le 
rapport mystérieux entre le P. Girard et la demoi- 
selle Cadiere. S. 1. , 1732, in-8. 

Sainte (La) philosophie d'amour. Paris, ibgô, in-16. 

— Cat. Abrial, n" 2003 (Facéties en prose). 

SAINTINE (Xavier Boniface, connu sous le nom de), 
poète, romancier , aut. dramat. , né à Paris en 1798, 
mort en i865. 11 a souvent signé ses pièces du seul 
nom de Xavier. En collaboration : L'Amour à l'aveu- 
glette — Angélique et Jeanneton — Babiole et Joblot 

— le Beau Narcisse — Beaugaillard, ou le Lion amou- 
reux — la Belle Cordière et ses trois amoureux — 
Brelan d'amoureux — les Cabinets particuliers — Ca- 
rabins et Carabines — Che^ un garçon — tes Coutu- 
rières — Derrière l'alcôve — le Diable amoureux — 
la Femme de ménage — l'Ile des noirs, ou les Deux 
ingénues — Lau^un — le Leycester du faubourg — 
les Liaisons dangereuses — la Ligue des femmes — 
Madame Favart — Mademoiselle Salle — le Mari de 



244 SAISONS — SALM (Princesse de) 

la favorite — les Métamorphoses de la femme — Mon- 
sieur Beauminet — Monsieur et Madame Galochard 

— la Nouvelle Geneviève de Brabant — l'Odalisque — 
la Parisienne en Espagne — Riche d'amour — le Sé- 
ducteur champenois — la Servante du curé — le Souf- 
flet et le baiser, ou les Fiancés irlandais — le Timide, 
ou le Nouveau séducteur — les Trois reines — Un ca- 
price de grande dame — Un Monsieur et une dame — 
Une femme sous les scellés — Une maîtresse de 
Louis XIII. 

Saisons (Les), poème, par Saint-Lambert ( suivi de 
pièces fugitives, de contes, etc.). Amst. et Paris, Pissot, 
1769, in-12, sans fig. , ou in-8, 5 fig., par Gravelot 
et Le Prince, gr. par Delaunay, Prévost, Rousseau, 
Saint-Aubin et Watelet, 1 fleuron sur le titre et 4 vi- 
gnettes par Choffard (Marquis de M..., n° 359). 

Poème souvent réimpr. dans les formats in-8, in-12 et in- 16. 
La 7 e édition fut publiée à Amst. (Paris), 1775, in-8, fig. de 
Moreau (La Bédoyère, exempl. en gr. pap. de Holl., 18 fr. 5o). 

— D'autres éditions ont été faites en 1781, in-24, en 1782, 1785, 

— Paris, Pissot, 1782, in-18. — Paris, P. Didot aîné, 1795, 
2 vol. in-18, 4 fig. gr. en taille-douce d'apr. Chaudet. — Paris, 
Didot aîné, 1796, in-4 , mêmes fig. (Mac-Carthy, 6 fr.). — Pa- 
ris , Didot jeune, 1795, gr. in-8, fig. de Le Barbier. — Lyon , 
veuve Buynand, 1818, in-18. — Paris, Salmon, 1822, 1823, ih-32, 
portrait. — Paris, Janet et Cotelle, 1822, in-8, 1 fig. de Roger 
d'après Desenne, 6 fr. — Lyon, Janon, 1823, in-18. — Paris. 
M me Dabo, 1825, in-18. — Paris, Froment, 1825, in-32, portr. 

— Paris, Servier, 1828, in-18. — Paris, Hiard, i835, in-18. — 
Ce poëme a encore été impr. avec d'autres ouvr. de l'auteur , 
sous le titre d'Œuvrcs. Clermont, 1814, 2 vol. in-18. — Paris, 
Depelafol, 1822, 2 vol. in-18.— Paris, 1824, 2 vol. in-18 ou 
in-12. 

Salammbô, par Gustave Flaubert. Paris, Lévy, 186 3, 
gr. in-8. — Selon le cat. Monselet, p. qb , ce roman 
carthaginois n'a pas échappé au reproche d'immoralité. 
Heureusement l'auteur était d'accord avec les dieux 
de l'époque, et il n'y gagna que la croix... de la légion 
d'honneur. 

SALM-REIFFERSCHEID-DYCK ( Constance-Marie 
de Theis, d'abord épouse de Pipelet de Leury, puis 
princesse de), née à Nantes en 1767, morte à Paris en 
1845. Poésies — Sapho — Vingt-quatre heures d'une 
femme sensible. — Voir aussi Recueil de lettres de 
deux amants. 



SALMIGONDIS — SAND 245 

Salmigondis (Le), ou le Manège du genre humain. 
Liège (Hollande), Louis le Fort, 1697, 1698, in-12.— 
Solar, 96 fr. ; La Vallière, 10 tr. — Voir Le Moyen 
de parvenir, 

Salomos verschmachte Liebe (l'Amour de Salomon 
dédaigné, ou la Fidélité recompensée). Leipzig, 1795, 
in-8. — Ouvrage relatif au Cantique des cantiques. 

Salut à Messieurs les maris, ou Rose et d'Orsinval, 
par l'auteur de la Rentière (M me de Colleville). Epigr.: 
Maris, aimeç vos femmes. Paris, Borniche, 1806, 111-12 
(Bairaud , en 1870, 2 fr.)- — Paris, Desenne, 1810, 
in-12. 

Sammlung erotische Schriften... Recueil d'écrits ero- 
tiques: Mémoires secrets d'une chanteuse; le Pape en 
déshabillé; Soupirs sous les rideaux de Rosa; Amours 
secrets des dames de la cour, à Paris; la Conjuration 
à Berlin; par J. W. Bruckbrau. Stuttgard , i832, 10 
part. in-8. — Scheiblc, i3 fl. 3o kr. 

Sàmmtliche Schriften... Œuvres diverses de Heinse, 
recueillies par H. Laube. Leipzig, i838-i855, 10 vol. 
in-8. — Nous avons déjà signalé plusieurs ouvrages de 
cet écrivain (ses trad. de Pétrone, Laïdion, Ardin- 
ghello). 

SANCHEZ (le P. Thomas), jésuite espagnol , mort 
en 1610, à l'âge de 60 ans. Compendium totius trac- 
tatus de S. matrimonii sacramento — De matrimonii 
sacramento — Disputationum de sancto matrimonio 
tomi très. 

SAND (Amandine-Lucile-Aurore Dupin, dame Du- 
devant, connue sous le nom de George), célèbre ro- 
mancière, née à Paris en 1798 ou en 1804. André — 
— l'Autre — le Beau Laurence — les Beaux messieurs 
de Bois-Doré — Cadio — Claudie — la Comtesse de 
Rudolstadt — la Confession d'une jeune fille — les 
Dames vertes — la Daniella — le Dernier amour — 
Elle et lui — la Filleule — le Foyer de l'Opéra — 
Indiana — Jacques — Jeanne — Lélia — Lucre^ia 
Floriani — Mademoiselle Merquem — la Mare au 
diable — le Mariage de Victorine — le Marquis de 
Villemer — le Meunier d'Angibault — Narcisse — la 
Noce de campagne — Nouvelles — Œuvres — Pauline 



246 SANDRIN — SAPHO 

— le Péché de M. Antoine — la Petite Fadette — 
Rose et Blanche (avec Jules Sandeau) — le Secrétaire 
intime — VUscoque — Valent ine. — Cette dame a fait 
un très-grand nombre de romans, mais ils n'ont, en 
général, qu'un faible droit de figurer dans notre biblio- 
graphie. 

Sandrin (Le) , ou Verd galand, où sont naïvement 
déduits les plaisirs de la vie rustique. Paris, A. du 
Brueil, 1609, pet. in-12. — Auvillain, en i865, court 
de marge et sans titre, 22 fr. 

Une réimpression de ce livret a été faite à 100 exempl. , à 
Bruxelles, en i863 , in-iS, i3j pp., y compris une notice bi- 
bliogr. commençant à la p. 99, et accompagnée d'un appendice. 
Le Sandrin est'un vol. des moins connus; il parait que le seul 
catalogue où il se soit montré jusqu'ici est celui de M. Duples- 
sis (i836, n° 3q6) ; il est orné de figures sur bois, et il offre 
un mélange de'prose et de vers. Le nom de Sandrin est celui 
d'un personnage qui figure dans une des pièces de ce recueil . 
où l'on trouve des morceaux extraits d'un roman de Béroalde 
de Verville {les Amours de Florinde ; Rouen, 1601), et du Plai- 
sirs des Champs, poëme de Cl. Gauchet. — L'appendice con- 
tient les imitations de VOarislys, par A. de Baïf , le Satyreau 
en strophes de 5 vers, dans ses Jeux, i?73 , ff. 5o-52 , et par 
Cotel, le i er livre des poésies de A. D. C. A. M. Paris, 1^78, 
in-4 . 

SANSOVINO (Franc), né à Rome en i52i, mort à 
Venise en i586. Lettere amorose di diversi huomini 
illustri — Lettere sopra le diece giornatc del Decj.me- 
rone di Boccaccio — Ragionamento di Fr. Sansovino, 
nel quale s'insegna la bella arte d'amore. 

Santeuil victime de l'amour , et histoire de Claire, 
nouvelles galantes, où se trouvent les intrigues de la 
belle cordonnière avec un chanoine. Paris, an vi, in-iS, 
fig. — Cat. de Dresde, n° 120 3. 

SAPHO seule, le texte grec : cura J.-C. Wolfii. Lon- 
dini, 1733, in-4 (Soubise, 18 fr. ; La Vallière, 24 fr.). 

— Cum comment. M. Vogleri. Lipsiae, 1810, petit in-8. 

— Edit. C.-F. Neue. Berlin, 1827, in-4 . Bonne édit. 

Les Poésies de Sapho ont été trad. en vers fiançais, par de 
Sauvigny et par beaucoup d'autres; mais elles se trouvent or- 
dinairement à la suite d'Anacréon. — Consulter sur Sapho un 
article de M. Deschanel (Revue des Deux-Mondes , i5 juillet 
1847). 11 Y eut deux Sapho : l'une joueuse de lyre, et l'autre, 
femme musicienne et poète, voluptueuse et passionnée. « Nous 
voudrions penser que notre Sapho fut exemple des souillures 



SAPHO — SATIRE 247 

imputées aux Lesbiennes, mais comme nous aimons encore plus 
la vérité que l'idéal, c'est a l'opinion contraire que nous nous 
rangeons à regret. En vain alligue-t-on que cette opinion ne se 
trouve exprimée que dans des écrivains qui vinrent longtemps 
après elle; cela ne prouve qu'une chose, c'est que, de son temps 
cette corruption était trop générale pour être remarquée. La 
morale ne s'en indigna que plus tard et encore faiblement. » — 
On peut voir aussi, au sujet de Sapho, des articles de Boisso- 
naJe (Journal de l'Empire, 3 déc. l8i3): de Tiiéoph. Gautier 
{Artiste, i3 déc. 1837), de Joubert, dans la Revue Européenne, 
i5 août 1861, et une notice remarquable de M. Mangin dans 
V Encyclopédie Nouvelle. 

Sapho, opéra en 3 a. et en vers ; par la citoyenne 
Constance Pipelet (la princesse de Salin), mus. de 
Martini. Paris, an 111 (1794), in-8. — Edition préc. de 
la Vie de Sapho. Paris, 1795 , 1810, in-8. — Cette 
pièce eut plus de cent représentations. On la trouve 
aussi dans les Poésies de la princesse de Salm (Paris, 
Didot, 181 1, 1817, in-8). 

11 y a eu d'autres opéras de Sapho avec musique de Pacini, 
de Gounod, etc. 

Sapho, poëme en 3 ch. , suivi de poésies lyriques , 
par C. de T. (Chauvet, de Toulon). Paris, 181 5, in-8 
de 96 pp. , 1 fr. ^o. 

Il y a eu d'autres poëmes de Sapho, l'un en 10 ch., en 
i8o5 , de Gorsse; un autre par Touzet, en 1812; etc. Puis la 
traduction des poésies deSapho; par P. -P. Rable. Paris, Claye, 
i855, in-8 de 23 feuilles, 10 fr. 

Sapho, ou l'Heureuse inconstance , par M ,ne de ***. 
La Haye, itxn, in-12. Usage des romans. 

SARDOU (Victorien), aut. dramat. , né à Paris en 
1 83 1 . Bataille d'amour — la Famille Benoiton — les 
Femmes fortes— Fernande — Séraphine — les Vieux 
garçons. 

Satira sotadica di Eloisa Sigea da Toledo , nuova 
traduziene del lat. , corretta ed accresciuta. S. 1. n. d. 
(Gênes, vers 1798), 2 vol. pet. in-8. 

Melzi dit savoir le nom de ce traducteur de VAloisia, mais 
il ne veut pas l'indiquer. « Ce traducteur erasi dimenticato di 
aver vestito abito regolare , cui in seguito ripigliô dando non 
equivoche prove di vero pentimento e di christiana resipiscenza.» 
— Voir : Philippi Garneri Gemmulœ, etc. 

Satire contre les femmes et les chimères qui les ont 
perverties, par Ch. D... (Delanaux). Paris, 1804, in-8 



248 SATIRE — SATIRES 

fig. — Jannet, 2 fr. 5o ; Bergeret, n° 1497; Lanctin , 
9 e cat. 3 fr. ; Aubry , en i858 , 3 fr. 5o ; Leber , I, 
n° 2766. 

Satire di Dotti. Ginevra , 1757, 2 tom. in-12. — 
Libri, 8 fr. Recueil de pièces fort libres. 

Satyre du triomphe de Cypris , ou Avertissement 
aux curieux de ce temps. S. 1. n. d. (vers 1620), pet. 
in-8 de 24 pp. 

Pièce en vers, fort rare, et des plus remarquables, contre la 
vérole. — Leber, 1, n° 2404. Un exempl. figure dans l'ancien 
catal. in-fol. de la Biblioth. Impériale (Y, "5142 2). Elle a été 
réimprimée dans le Bibliophile Fantaisiste , pp. 97 à 119, et 
une lettre de M. Prosper Blanchemain , insérée dans le même 
recueil à la page i83 , signale comme le seul auteur possible 
de cette belle satire Jacques Du Lorens. 

Satyre sur le luxe et la vanité des femmes et des 
filles au sujet des modes, de leurs coëffures, guimpes, 
fard, postiches , boute en train , jardinières , tatez-y , 
coëffures à la culbute, galante ou à la doguine, nom- 
pareilles, abattants, rayons, maris, collinettes, crémo- 
nes, sourcils de hannetons, mousquetaires, souris, bat- 
tans pouce, battans l'œil, assassins, suffoquans, favoris, 
bouquets, stinquerques, bagnolettes, et autres modes 
sans bornes; avec l'infidélité des amans. S. 1. n. d. 
(Paris, 1724), pet. in-8. — J. Pichon, n° 628. 

Satyre nouvelle contre le luxe des femmes pour la réfor- 
malion des modes, nompareilles, falbalas , abattans, rayons, 
colinettes, crémones, sourcils de hannetons, mousquetaires, 
souris, battant pouces, assassins, suffoquans, stinquerques et 
prétintailles (eu vers). Réimpr. à Lille vers i855, in-12, à io3 
exempl. , 8 pp. 

Satyre nouvelle, réponse des femmes à celle qui a été faite 
sur les doguines, bagnolettes et oreilles de chien , contre les 
mœurs et les modes des hommes, perruques de crin et de che- 
veux , quarnées, financières, espagnolles , cavalières , allonges , 
toupet et barbe de bouc. S. 1. n. d. (Paris, 1724), pet. in-8. 
— J. Pichon, n° 628. 

Satyre sur les cerceaux , paniers , criardes et manteaux- 
volants des femmes ; et sur les autres ajustements; avec la 
réponse des femmes. Paris, 1727, in-12. — Cat. Bergeret , i re 
partie, nos i538 et i53g, 2b fr.; Leber , n° 1768; Aubry, en 
1857, 22 fr. ; La Bédoyère, i3 fr.; Nyon, n° i553i. 

Satyres (Les) bastardes et autres œuvres folastres 
du cadet Angoulevent (Nie. Joubert , seigneur d'An- 
goulevent, était le fou d'Henri IV). Paris, Ant. Estoc, 



SATIRES 240 

i6i5, pet. in-12 de 167^. — Pixérécourt , 77 fr. ; 
Nodier, 1 5 1 fr. ; Bolle, 1 3 1 fr. ; Chaponay , 478 fr. 
Voici l'épigraphe de ce recueil: 

Quiconque aura le mal d-j ratte 
Lisant ces vers pais et joyeux ; 
Je veux mourir s'il ne s'esclate 
De rire, et ne pleure des yeux. 

Le recto de la page 104 contient un dialogue ainsi conçu : 

Angélique, dis moy quelle action te semble 
Plus douce estant couchée auprès de ton Médor, 

Ainsi se termine la page; la piè:e est évidemment restée im- 
parfaite (elle finit par une virgule). Au verso commence une 
autre pièce intitulée: A Janne. 

Janne, au beau mois de may, etc. 

Les Satyres bastardes sont un de ces livres dont on ne con- 
naît que 2 ou 3 exempl. : le dernier qui ait passé en vente , 
ceiui de M. J. P. (Jérôme Pichonj en 1S60, s'est adjugé à 700 
fr. ; il était revêtu d'une riche reliure de Bauzonnet. 

Le titre pourrait faire croire qu'il y a là des poésies d'An- 
goulevent (Nicolas Joubert) , maïs ce serait une erreur. Le li- 
braire Estoc, en prenant le nom d'un bateleur à la mode, a sim- 
plement voulu se dérober à la responsabilité d'avoir formé un 
recueil craint du chaste lecteur ; il a rassemblé des pièces 
échappées à la verve d'écrivains spirituels qui fiorissaient alors, 
tels que Régnier, Sigogne, Motin , Berthelot , d'Esternod, etc. 
— Ce petit volume a été réimprimé textuellement par Mertens, 
à Bruxelles, pour J. Gay, sous la rubrique Quimper Corentin, 
1 865 , pet. in-12 de 188 pp., tiré à 106 exempl, numérotes, 
dont 2 sur vélin. — V. Brunet, Fantaisies, p. 121. 

Satires . contes et chansonnettes , par Boucher de 
Perthes. Paris. Treuttel et W. , 1 3 3 3 , in-12 de 24 
feuilles. — Baur, en 1871, 4 fr. 

Satyres (Les) du S. Du Lorens, divisées en 2 livres. 
Paris, 1624, in-8 de 4 et 2o3 pp. 

Ce premier recueil est entièrement différent de deux autres 
parus plus tard: i° Satyres du S. Du Laurens (sic), Paris, i633, 
in-8; — et 2 Satyres de. M. du Lorens, président de Chasteau- 
neuf, Paris, 1646, in-4 de 8 et 206 pp. — Ce dernier volume 
contient 26 satires, le vol. de 1624 en contient 25; les deux 
réunis si complètent. Le vol. de i633 est un choix de 16 sa- 
:ires; il a été réimprimé à Mons, pour J. Gay, en 1868, in-12 
ie xvi-75 pp. , avec une note de M. Prosper "Blanchemain sur 
l'auteur et sur ses ouvrages — Voir De Lorens. 

Satires et diatribes sur les femmes , l'amour et le 
mariage, avec une réfutation, par L. J. Larcher. Pa- 

Tome VI. 32 



2 5o SATIRES 

ris, Delahays, 1860, in-16 de 287 pp. (Nouv. bibl. de 
poche). 

Ce volume se compose de citations empruntées à des auteurs 
fort connus, à des écrivains très-ignorés; elles sont rangées 
dans l'ordre alphabétique du nom des auteurs. Lamennais: 
« La femme? machine à sourire, statue vivante de la stupidité. 
Parlez à sa raison , son regard flotte au hasard. Insistez, elle 
bâille derrière l'éventail. » 

Satyres, ou Choix des meilleures pièces de vers qui 
ont précédé et suivi la Révolution. 

Ah! quand il serait vrai qus V absolu pouvoir 

Eut entraîné Tarquin par delà son devoir, 

Qu'il en eut trop suivi l'amorce enchanteresse ; 

Quel homme est sans erreur et quel roi sans faiblesse? 

(Voit.). 

A Paris, l'an premier de la liberté, in-8 de 32 pp. . 
avec une rig. libre. — Luzarche , b° 4340. 

Ouvrage contre Marie-Antoinette et d'autres personnages de 
l'époque. Rare. — Opuscule très-curieux; on y trouve des pièces 
de Camille Desmoulins, une chanson poissarde de J.-M. de 
Chénier, avec ce refrain : 

T ly Jich'rois mon pied par le c. 

Tout le premier f m'en torche le c, etc., etc. 

Il y a une pièce intitulée la Diarrhée diabolique ; dans d'au- 
tres chansons les expressions crues ne sont pas non plus mé- 
nagées. 

Satyres sur les femmes bourgeoises qui se font ap- 
peler Madame, avec une distinction qui sépare les vé- 
ritables d'avec celles qui ne le sont que par le ca- 
price de la fortune , la bizarrerie et la vanité de ce 
siècle; par M. le chevalier D... (d'Hennissart). La Haye, 
ou Paris, 171 3, 2 part, en un vol. in-8, rig. (10 et 1 
front.). Leber, 1769; Bignon, 9 fr. 5o; Desq, 41 fr ; 
Nyon, n° 15527; Jérôme Pichon, i5o fr. 

Satires très-curieuses sur les mœurs du temps , et à propos 
desquelles M. de Gaillon a écrit un article très-intéressant dans 
le Bulletin du bibliophile, année 1857, pp. 5i5 à 527. 

Sur l'exemplaire de la vente Pichon , on lit la note manus- 
crite suivante à la fin de la table , en face de l'approbation et 
du privilège: «Cette approbation et ce privilège n'ont jamais 
été donnés pour ce livre-cy, tel qu'il est. Ils ont été donnés 
pour un livre qui portoit le même titre et du même auteur, 
mais qui étoit purgé de tout ce qui se trouve d'insolent, de 



SATURNALES — SAXE 25 1 

mauvais et d'impertinent dans celui-ci, que l'auteur a eu la har- 
diesse et la témérité de mettre à l'impression sous la même ap- 
probation et le même privilège. Ce qui, estant venu à la con- 
noissance de M. le Chancelier, l'auteur a été mis à la Bastille 
et tous les exemplaires saisis chez l'imprimeur, mis au pilon, à 
la réserve d'un très-petit nombre demeurez es mains de M. 
d'Argenson (alors lieutenant-général de police). • — L'exempl. 
Pichon est évidemment celui qui a servi à l'instruction du pro- 
i il porte la note suivante au bas du titre: « Paraphé 
suivant notre procès-verbal de ce jourd'huy, 12 avril 171 3.» 
Le chevalier d'Hennissart. — Les exemplaires qu'on rencontre 
ordinairement sont sans doute ceux qui avaient échappé à la 
saisie, et qui ont , ou un nouveau titre, avec la rubrique : La 
Haye, che^ H. Frick, 1713, ou l'ancien, mais dont on a en- 
levé la partie intérieure . contenant le nom de Paris , celui du 
iibraire (Damien Beugnié) et la date. — Quérard , France lit- 
téraire , VI, 41g, indique une édition de La Haye, 1712. Il 
dit que ces satire's ont été publiées sous le nom de Jean-Felix 
Ecuyer, sieur D..., et que l'auteur s'appelait le ehev. de Nisart. 

Saturnales (Les) modernes, ou la Soirée de carnaval, 
com. en 2. a. en pr. (par Bodard de Tezay). Paris, 
Cailleau, 1787, in-8. — Longuemare, n° 1 147. 

SAUVAGE (Thomas-Marie-François) , aut. dram3t., 
né à Paris en 1704. Seul ou en collaboration: L'A- 
mazone — Angélique et Médor — le Carnaval de Ve- 
nise — Gille ravisseur — Madelon — Mademoiselle 
Hamilton — Ninette à la cour — les Xoces de Gama- 
che — les Roués— la Pêche aux beaux-pères — les Trois 
beaux-frères — Un cordon bleu — Une aventure de 
Faublas. 

SAUVAL (Henri), historien, né à Paris en 1620, 
mort en 1670. Les Amours des rois de France. — 
Mém. histor. et secrets concernant les amours des 
rois de France. 

SAUMGNY (L. Edme Billardon de) , littérat. , né à 
La Rochelle en 1730, mort en iSog. Les Après- 
soupers de la société — Histoire amoureuse de Pierre 
Le Long et de Blanche Ba^u — Odes anacréontiques 
— le Parnasse des dames — Poésies de Sapho , trad. 
en vers franc. 

Saxe (La) galante, histoire des amours d'Auguste P' 
roi de Pologne (par le baron de Poellnitz). Amst. , 
1734, in-12, 416 pp., titre impr. en rouge (Aubry, 
en 1866, 5 fr. no ; J. Pichon, n" 754, 78 fr.). — Amst., 



sSa SCAPiN — SCELTA 

1735, in- 12 (Alvarès, Gfr. 5o; Aubry, en 1867, 3 fr. 5o; 
Scheible, en 1872, 1 thaï). — Amst. , 1^36, in-12, 
titre rouge, 428 pp. (Scheible, en 1S72, 1 thaï.; La 
Bédoyère, 24 fr.;. — Amst. 1737, 1763, in-12 (Potier, 
en 1870, n" 1470). 

D'après une; iiote de Paulmy (Biblioth. de Marie-Antoinette 
.3 Trianon, p. 44), et le Bulletin du bouquiniste , 11 e nnnée . 
p. 107, ce roman très-agréable et très-amusant serait le fruit 
de la jeunesse du chevalier de Solignac qui a été témoin de la 
plupart des aventures qu'il a racontées. — Trad. en allemand: 
Das Galante sachsen. Francfort, 1739, in-8. — Scheible, en 
1872, 20 sgr. 

Scapin marié, cora. en 1 acte , en vers ; par Le'o- 

Eold Laluyé (Odéon , 1 2 nov. 1 869). Paris , Michel 
évy, 1870, in-iS jésus, 32 pp., 1 fr. 

SCARRON (Paul), poète burlesque, né à Paris en 
1610, mort en 1660. Jodelet , maître et valet — 
Léandre et Héro — Nouvelles tragi-comiques — Œu- 
vres — la Précaution inutile — Recueil des œuvres 
burlesques — le Roman comique — les Trois Doro- 
thées — Typhon. — Voir, sur cet auteur, les Grotes- 
ques de Théoph. Gautier , de la p. 335 à la fin du 
volume. 

Scarron apparu à M mt de Maintenon, et les repro- 
ches qu'il lui fait sur ses amours avec Louis le Grand. 
Cologne (Holï. , à la Sph.) , 1694, pet. in-12 de 1 36 
j p. . front, représ, la statue équestre de Louis XIV en- 
chaînée par quatre femmes : La Yallière , Fontanges , 
Montespan et Maintenon. — Perret, 35 fr.; Leber , 
n° 221 5; Chedeau , n° 917 bis; Montaran, 20 fr. ; A. 
Berlin, 48 fr. 

Pamphlet fort rare, n'ayant eu que cette édition et ayant été 
'étruit avec le plus grand soin ; en novembre [694, un ouvrier 
imprimeur et un garçon relieur furent pendus à la place de 
Grève pour avoir contribué à sa propagation , et deux autres 
personnes furent mises aux galères. On pense que l'éditeur était 
un parent du P. La Chaise, nommé Chavance, et que la pré- 
face avait été faite par un nommé Laroque. — Voir la note du 
cat. Dinaux , n° 3498. 

Scelta curiosa et ricca officina di varie antiche et 
moderne istorie, composta da G. -F. Astolfi. Venetia , 
Her. di Sene, 1602, in~4 n , nombr. ng. s. b. — Libri, 
14 fr. — Ouvrage cont. des nouvelles curieuses dans 



SCELTA — SCÈNES 253 

11, chapitres intit. : Féminine di mon do ; Donne la- 
scive, etc. 

Scelta di prose e poésie italiane. Prima edizione 
(recueil attr. à l'abbé Casti). Londres (Paris) , Giov. 
Nourse, i;65 , pet. in-12. On trouve des exempl. de 
la même édition portant un titre : Parigi , Connifilo 
\ugipono, 17(0 (Libri , i85g, n° q53, 17 sh.). Libri, 
■n 1837, n°2523, 20 fr.; Chaponay, 90 fr. — Auvil- 
!ain , n" 912. 
Recueil àe pièces facétieuses et libres : // Ga\ettino del Gigli 

— Eloisa ad Abelardo — Panegirico délia carità pelosa — 
Capitolo del Cini — Capitolo del Ssminetti — Il Cotai bruc- 
ciolato — Ode a Priapo (la trad. de VUde à Priape est de 
i r il. PanantiJ — Novella délia Giulleria. Cette dernière pièce, 
qui n'avait jamais paru, est de Grazzini. Voir au sujet de ce 
iecueil un article de Molini dans la Biblioteca italiana de 

lilan, inséré en i833; Gamba, Novelle , 146; et le Manuel 
u mot Scelta. 

Scelta nuova di villanelle di diversi autori, con la 
canzon délia Catarinou. Torino, Bern. Grasso, i5g4 , 
in-8 de 4 ff. — Libri, 28 fr. 5o. Recueil très-libre, en 
espagnol et en italien. 

Scènes de jour et de nuit au Palais-Royal, ou Ta- 
bleau par soirées des délices et des périls de ce séjour 
enchanté. Paris, March. de nouv., i83o, in-18, 144 pp. 
avec 1 gr. 

Scènes de la vie privée ou de la vie parisienne. V. 
Mémoires de deux jeunes mariés — Splendeurs et 
misères des courtisanes. 

Scènes de la vie de théâtre. Les Mères d'actrices , 
roman de mœurs; par L. Couailhac. Paris, 1843, 3 
vol. in-8, 18 fr. 

Scènes de la vie orientale : Les Femmes du Caire. 

— Les Femmes du Liban, par Gérard de Nerval. Pa- 

j8-i85o, 2 vol. in-8. 

Scènes de la vie turque , par la princesse de Bel- 
giojoso. Paris, Lévy, i858, in-12, 3 fr. Emina. — Un 
yrince kurde — les Deux femmes d'Ismail-Bey. 

Scènes et proverbes , par Oct. Feuillet. Paris, Lévy. 
8 e édition en i856, se réimprimait à peu près tous 
les ans, in-12, 3 fr. — Contient: le Fruit défendu; 



25 4 SCHEISSEREIEN — SCHONE 

la Crise; Rédemption; le Pour et le contre; Alix- la 
Partie de dames ; la Clef d'or. »■*,«« 

Sçheissereien und arsclnvische herausgeeeben (col- 
fpârt irf-f, Cyni£ i UeS >- S - '- ou Haarburg"i846, 

m a R n CU , e iÎM rariSsime des p ! us sales Plaisanteries, fait par Beck- 

a; swfc.ïïBU"^ • *■* = fts: 

Safcrp d' a », or g expressi da Odoardo Fialetti 
Venetia, 1617, in- 4 ,. 14 rig. à l'eau-forte. 

Scher^i geniali , ovvero Raccolta erotica de^li viù 
famosi autori (da Gio.-Fr. Loredano). Macerata^.ftL, 
n-12 (Bibl de Grenoble, n» i5i5 4 ). Autre édition 
fn Citera, s. d., in-12 (Auvillain, n° 911). 

Schleifermddchen(Das)... (L'Emouleuse de la Soua- 
be). Francfort, ijqo , 2 vol. in-8, avec fig. erotiques. 
— 1796, in-12, flg. ° ^ 

Schoenen (Der) Ariane liebes geschichte.... (Amours 
de la belle Ariane) In-8 de 084 pp. avec planches 
Roman rare de la fin du XVIP siècle. 

!S S ^HOLL (Aurélien) littéral., né à Bordeaux eu 
1*5 3. Seul ou en collaboration : les Amours de théâ- 
tre - l Art de rendre les femmes fidèles - les Mau- 
vais instincts , histoire d'un premier amour - la Ques- 
tion d amour - Rosalinde, ou Ne jouer pas avec l'a- 
mour. \oir le catalogue Monselet, n« 141-142 pour le 
poème Denise (1 5 e édition en i863j. * + F 

S<&5b* (Zterï ^o//?fc, oder... (le Bel Adolphe, ou 
Hist. secrète du prince de***)- Deutschland , i8o3, 
m-12. Rare. 

uSî? "* n D u\P ia r? a Berlin ' s ; crstes ôffentliches 
Madchen (la Belle Diane de Berlin , première femme 
publique) Berlin, , 79 6, 2 part. fn-8. - Cat.de 
Dresde, n 167. 

JchÔne (Der) Eduard, oder... (Le Bel Edouard, ou 
les Plaisirs de l'amour). Cythère , 1798, in-12. 

Schône(Die) Gerlinde... (La Belle Gerlinde de Hen- 
neberg). Riga, 1807, in-8. 



SCHOOL — SCOGLIO 255 

School (The) for husbands, written by a lady. Lon- 
don, J. Bew . 1774, 2 vol. in-12. — Boissonade . 
n° 3824. 

SCHURIG (Martin) , docteur très-instruit, de Dresde, 
est l'auteur de plusieurs dissertations formant un en- 
semble complet d'études sur un sujet délicat , sans 
doute, mais utile aux médecins et traité pour eux seuls: 
Gynœcologia... etc., 1730. — Mulieoria historico- 
medica , etc. , 1 729. — Parthenologia , hoc est virgi- 
nitatis consideratio, 1729. — Spermatologia, 1720. — 
Syllepsolo 

Schwarmende (Der) und doch gescheite Cupido, oder.. 
Roman badin dans lequel quelques aventures diver- 
tissantes et amoureuses sont exposées aux curieux . 
par Galander. Col., P. Marteau, 171 5, in-12. 

Science de l'homme. Physiologie religieuse, par Pr. 
Enfantin. Paris, V. Masson, i858, in-4 de xxii-488 pp. 
Ouvrage important et contenant des remarques cu- 
rieuses sur l'organisme sexuel, etc. 

Science (La) et l'école des amans, ou Nouvelles dé- 
couvertes des moyens in faillible s de triompher en amour, 
par Fr. Savinien d'Alquié. Amst. , H. etThéod. Boom, 
1677, 1679, 1693, pet. in-12 , front, gr. — Potier. 1 : 
t'r. : Eug. Piot, 4 fr. 5o; Claudin , en i858, 2 fr. 5o ; 
Aubry, en 1862, 6 fr. ; Nodier, 12 fr. :o ; Leber , 
n" 2 2 3o. 

La Science pratique des filles du monde, divisée en 
40 façons de /..... Pékin, s. d., in-12 de 09 pp. Cette 
édition est abrégée et sans figures et paraît être la plus 
ancienne. Le marquis de Paulmyla possédait (n°6o72 
de son cat. ms.). — Edition augm. et avec des couplets 
à chaque façon. Lampsaque, 1755, in-12 (catal. de 
Paulmy, n° 6102). — 11 a été fait récemment une très- 
mauvaise réimpression allemande et avec de très- 
mauvaises figures, indiquée, Bruxelles, 1 833, 7 fr. 5o. 

Scoglio (Lo) dell'umanità, ossia Avvertimento salu- 
tare alla gioventùper cautelarsi contro le maie qualità 
délie donne cattive , operetta lepido-critico-poetico- 
morale, di Dionilgo Valdecio , pastor arcade. S. 1., 
l'anno 1775, très-pet. in-iS de 262 pp. — Il y a eu 
d'autres éditions: Venetia, 1776; Torino, 1776, 1770: 



2 56 SCRIBE 

Venezia, 1807, in- 11 ( Auvillain , n ' go8 et 909). — 
Poème écrit avec facilité et souvent avec agrément. 

La Difesa délie donne, ossia Risposta apologetica al libro 
detto lo'Scoglio dell'umanità, dalla marchesa di Sanival. Siena. 
17S6, in-18. — Bolle, n°928. 

SCRIBE (Augustin-Eugène) , célèbre aut. dramat. , 
né à Paris en 1791, mort en 1861. Seul ou en colla- 
boration: Actéon — Advienne Lecouvreur — l'Amant 
bossu — l Ambassadrice — l'Amour platonique — 
Avis aux coquettes, ou l'Amant singulier — Babiole 
et Joblot — le Baiser au porteur — le Bal champêtre, 
ou les Grisettes à la campagne — la Barcarolle , ou 
V Amour et la musique — Bataille de dames — la 
Bayadêre amoureuse — le Beau Narcisse — la Belle 
au bois dormant — la Belle-mère — Caroline — • Cé- 
cily, ou le Lion amoureux — la Chambre à coucher, 
ou Une demi-heure de Richelieu — les Comices d'Athè- 
nes, ou les Femmes orateurs — le Comte Ory — le 
Concert à la cour — les Contes de la reine de Na- 
varre — la Dame blanche — ■ la Demoiselle à marier 

— la Demoiselle et la dame — les Deux maris — Dix 
ans de la vie d'une femme — Encore un Pourceau- 
gnac — Etre aimé ou mourir — la Famille Rique- 
bourg , ou le Mariage mal assorti — la Favorite — 
la Fée aux roses — la Fête du mari — la Fiancée — 
le Fidèle berger — la Figurante , ou l'Amour et la 
danse — le Filleul d'Amadis — Frontin mari-garçon 

— Giralda, ou la Nouvelle Psyché — les Grisettes — 
la Haine d'une femme — Héloïse et Abailard — l'Hé- 
ritière — Irène , ou le Magnétisme — la Jarretière 
de la mariée — Jeune et vieille — Lestocq , ou l'In- 
trigue et l'amour— le Leycester du faubourg — Louise, 
ou la Réparation — la Lune de miel — Madame de 
Sainte-Agnès — la Maîtresse anonyme — la Maîtresse 
du logis — les Malheurs d'un amant heureux— Mal- 
vina, ou Un mariage d'inclination — Manon Lescaut 

— le Marchand d'amour — Marguerite — le Mariage 
d'argent — le Mariage de raison — le Mariage en- 
fantin — Marie Jobard — le Médecin des dames — 
Mémoires d'un colonel de hussards — le Ménage de 
garçon — les Moralistes — la Neige, ou le Nouvel 
Eginard — le Nouveau Pourceaugnac — les Nouveaux 
jeux de l'amour — la Nouvelle Clary — Nouvelles 
et proverbes — l'Orgie — Oscar , ou Un mari qui 



SCRIPTORES — SECUNDUS 2 5 7 

trompe sa femme — le Paradis de Mahomet — la 
Pensionnaire mariée — la Petite fille — Philibert marié 

— le Philtre — le Plus beau jour de la vie — les Pre- 
mières amours — le Prince charmant — la Princesse 
de Tarare — le Puits d'amour — le Quaker et la 
danseuse — la Reine d'un jour — Rêves d'amour — 
Robert le diable — la Rosière de Rosny — Salvoisy, 
ou l'Amoureux de la reine — la Sirène — la Som- 
nambule — son Théâtre — le Timide, ou le Nouveau 
séducteur — Toujours — les Trois maîtresses — les 
Trois Maupin — Une chaumière et son cœur — Une 
femme qui se jette par la fenêtre — Valérie — le 

Valet de son rival — la Veuve du Malabar — la 
Weille — le Vieux garçon et la petite fille — le Vieux 
mari — les Vieux péchés — la Volière du frère Phi- 
lippe — Zanetta , ou Jouer avec le feu — Zoé , ou 
l'Amant prêté. 

Scriptorcs erotici grœci : Achilles Tatius, Heliodo- 
rus , Longus et Xenophon Ephesius, gr. et lat. , cur. 
Mitscherlich. Biponti , 1792-94, 4 vol. in-8. — Du 
Roure, 6 fr. ; La Bédoyère, 2 3 fr. 

SCUDERI (George de), poète, né au Havre en 1601, 
mort à Paris en 1667. L'Amant libéral — l'Amour 
caché par l'amour — l'Amour tirannique — le Caloan- 
dre fidèle, trad. de l'italien — la Comédie des comé- 
diens. — Harangues, ou Discours académiques , trad. 
de l'ital. — le Voyageur fortuné dans les Indes du 
couchant. — Voir les Grotesques, de Th. Gautier, p. 
285 à 333. 

SCUDERI (Mlle Madeleine de) , sœur du précédent, née au 
Havre en 1607 , morte à Paris, en 1701. Almahide , ou l'Es- 
clave reine — Art amène, ou le Grand Cyrus — Cclinthe — 
Clélie — les Femmes illustres — Ibrahim, ou l'Illustre Bassa 

— les Jeux de Mat /tilde d'Aguilar — Mathilde d Agidlar — 
la Morale du monde — la Promenade de Versailles. 

Scudo fedele ad ogni huomo, nel quale s'insegna a 
conoscere le malitie , astutie et inganni che usano le 
cattive cortigiane. Trino, 1594, in-8 de 4 ft'. — Libri, 
n° 2>)65. 

S'aimer sans y voir, folie-vaud. en 1 acte, par A. 
Montjoye et J. Chaulieu. Paris, 1 856. 

SECUNDUS ou SECOND est un nom d'emprunt 

Tome VI. 33 



2 58 SECONDES — SECRET 

que le chantre des Baisers jugea à propos de prendre 
à la tête de ses ouvrages. Il se nommait Jean d'Eve- 
rard, son père était président au conseil souverain de 
Malines ; il naquit à La Haye en 1 5 1 1 , et il mourut 
avant l'âge de 2 5 ans, universellement aimé et regretté. 

— Les éditions les plus notables du texte des Baisers 
sont les suivantes (renvoyant au Manuel pour les 
Opéra omnia): 

Joannis Secundi Opéra. Paris, Wechel, i56i, in-i6, peu 
commun. — Editio cum nolis P. Burmanni , etc. Lugd.-Bat. , 
Luchtmans, 1821, 2 vol. in-8, bonne édition. — Ibidem, Bas in; 
Lugduni, S. Gryphius, i53o, , in-4 de 61 pp. 

Les trad. franc, sont très-nombreuses. Voir: les Baisers de 
Jean Second, trad. de Moutonnet-Clairfons , — d'un amateur 
de 22 ans, — de Tissot, — de P.-J. Heu, — de M me Céleste Vien, 

— de Vict. Develay; — et Jean Second, trad. en vers de Loraux. 

— Versions anglaises ; l'une : Londres, 1775, in-8; — une 2 e : 
Londres, i8o3, in-12; — 3 e : J. Secundus and J. Bonne/ons 
Basia. The Kisses. Londres, in-32, très- jolie édit. avec fig. — 
Trad. en 2 langues (lat. , allem. et franc.); Allemagne, 1798, 
in-8, fig. , etc. 

Secondes (Les) amours, com. en 1 acte, par Anicet 
Bourgeois (Amb.-Com.). Paris, i83o, in-8 de 32 pp., 
1 fr. 5o. 

Secondes (Les) noces, com.-vaud. en 2 a., par Mé- 
lesville ( Anne-Hon.-Jos. Duveyrier) et Carmouche. 
Paris, Tresse, 1841, gr. in-8. 

Secret (Le) d'amours, composé par Michel d'Am- 
boyse , où sont contenues plusieurs lettres tant en 
rithme qu'en prose , fort recréatives à tous amans ; 
ensemble plusieurs rondeaulx, ballades et épigrammes, 
le tout composé nouvellement. Paris, les Angeliers, 
1542, in-8. — Cigongne, n° 62 5; De Bure, n° 3092: 
Nodier, n° 366. 

Secret (Le) de triompher des femmes et de les fixer, 
etc., par L. de St-Ange. Paris, 1825, 1827, in-18. — 
Les 1", 2 e et 3 e éditions ont paru à la fois. 

Secret history of Betty Ireland, her amorous life, 
adventures and crimes. London, s. d., 1701, in-8 (La 
.larrie, n° 33o5). — Souvent réimprimé. 

Secret (The) history of queen Elisabeth and the 
earl of Essex. S. L, 172D, in-18. a A scurrilous pu- 
blication often reprinted. » Lowndes. 



SECRET — SECRETS 2 5g 

Secret history of the court of Charles II. London, 
1792, 2 vol. in-8. — Il y en a une traduction alle- 
mande, Goetlingue, 1 794-1 795, 2 vol. in-8. 

Secrétaire (Le) des amants, par un gentilhomme à 
la cour de France. Paris, 1694, in- 12, fig. — Teche- 
ner, n° 114?. 

Le Secrétaire des amours, ou Lettres d'amours, etc. Paris, 
18 17, in-12, front, gravé. — Deneux. 

Le Secrétaire des Amants , ou Choix de lettres d'amour. 
Troyes, Poignée, 1849, ' n "'8 de 71 pp. — M. Ch. Xisard, Lit- 
térature du colportage , tome 11, pp. 371-376, en cite un art. 
curieux intitulé : Catéchisme des amours; il dit que ce livre a 
eu beaucoup d'éditions. 

Secrétaire (Le), guide et conseiller des amants, en- 
seignant aux deux sexes les vrais moyens de réussir 
dans les affaires de cœur, etc. Paris, librairie popu- 
laire (supp. vers i85o), in-18 de 216 pp. — Livre 
assez bien écrit, assez spirituel et dont M. Ch. Nisard, 
tome II, pp. 365-371, donne une analyse et des cita- 
tions curieuses. 

Secrettes (Les) ruses d'amour , où est montré le 
vray moyen de faire les approches et entrer aux plus 
fortes places de son empire, par le S. D. M. A. P. — 
Rouen, 16 10, pet. in-12 (Veinant, 43 fr. ; Bignon, 
10 fr. ; Chédeau, n° 1077). — Paris, Th. Estoc, 1610, 
2 part, en 1 vol. in-12. Rare (Méon, 6 fr. ; Leber, n° 
2772; Bibl. Nat., Y2, 1457).— Paris. Ant. Du Breuil, 
ioii, pet. in-12, 3 part, sous la même série de sign. 
A-Y (Nyon, n° g638). 

Première partie: Secrettes ruses, 3± ff. — 2 e : Paradoxes 
d'amour, par de La Vallelrie, 25 ff. — 3 e : Dialogue de l'Aré- 
tin. où sont desduites les vies , mœurs et déportements de Lais 
et Lamia. trad. d'ital. en franc., 72 ff. (au 60 e f. commence 
un morceau en vers : la Maquerelle, ou Vieille courtisane de 
Rome). — Réimpr. en 1618, sous le titre: le Cabinet des secrè- 
tes ruses d'amour. Voir ces mots. 

Secrets (Les) de la génération , ou l'Art de procréer 
à volonté des filles ou des garçons , etc. , précédé de 
la description des parties naturelles de l'homme et de 
la femme, avec l'indication de l'usage particulier de 
chacune d'elles, etc., par J. Morel deRubempré. Paris, 
1829, in-18, 1 pi., 3 fr. 5o. — Nombreuses éditions. 
La io me en 1842. 



2 6o SECRETS — SEDUCTEUR 

Secrets (Les) de la procréation, cont., etc., par Va- 
lentin. Paris, Garnier fr., 1 838 (1839), 2 vol. in-18, 
avec 2 fig. — C'est encore une sorte de Tableau de 
l'amour conjugal. 

Secrets (Les) de l'amour. Paris, 1690, in-12. — De 
l'usage des romans. 

Secrets (Les) et loix de mariage , par le secrétaire 
des dames (Jean Divry. Un acrostiche placé à la fin 
forme le nom de l'auteur), en vers de 8 syllabes. — 
S. 1. n. d., pet. in-8 goih. de 20 ff., 2 fig. sur bois. — 
Tripier, 1 7 5 fr.; Solar , 2i5 fr. ; Cigongne (5qi). — 
11 y a deux édit. ; celle dont le titre est sans abrévia- 
tion contient 64 vers de plus que l'autre. 

Réimpr. dans le recueil de M. de Montaiglon, t. 111, pp. 168- 
204. Toute la première partie de cette pièce est une réminis- 
cence évidente des Quinze joyes de mariage. 

Salut à vous, gens marie;, 
Par ceste lettre vous envoyé; 
Quant ainsi vous vous harie\ , 
Tense;, foule;, mal charie;, 
Je ne m'ose trouver en voye 
Ne marier, qu'on ne me voye 
Ainsi harié que vous estes ; 
Tous fol; ne portent pas sonnettes... 
Par manière de passetemps 
J'ay ces secrel;-cy compose;: 
Se aucuns en sont malcontens , 
Pardonnent-moy , car je pretens 
Den rendre les faulx advise;; 
Je l'ay fait pour les abuse; , 
Qui croyent ung petit de legier ; 
hn femmes y a grant dangier. 

SEDAINE (Michel-Jean), né à Paris en 1719, mort 
en 179;. Amphitryon — Anacréon, ou l'Amour vain- 
queur — Aucassin et Nicolette — le Faucon — • les 
Femmes vengées — le Jardinier et son seigneur — le 
Magnifique — ses Œuvres — Ou n.' s'avise jamais de 
tout — Pièces fugitives — Recueil de poéies — la 
Reine de Golcondè — Rose et Colas — la Tentation 
de Saint-Antoine. 

Séducteur (Le), com. en 5 a. et en vers, par le marq. 
de Bièvre. Paris, 1777, 1783, in-8. — Pixcrécourt ; 
Soleinne, 214g; Méon, 2334. 



SEDUCTEUR - SEGUR 261 

Séducteur (Le) champenois, ou les Rémois, vaud. en 
1 acte, par Dartois, Saintine (Xavier Bonifacel et Saint- 
Laurent. Paris, 181 9, 1820, in-8, 1 fr. 23 (Variétés). 

Séducteur (Le) en voyage , ou les Voitures versées, 
com.-vaud. en 2 a., par Dupaty. Pars, 1807, in-8. — 
Plusieurs fois réimpr. sous le second titre et mise en 
op.-com. par le même auteur. — Soleinne, n° 2522. 

SÉGUR (le comte Louis-Philippe de), littér. et his- 
torien, né à Paris en 1753, mort en i832. 

Contes, fables, chansons et vers. Paris, Buisson, an ix f 1801J, 
in-8 de 25- pp. (Soleinne, 2337). —Suivis d'Adèle, ou les Mé- 
tamorphoses. 2' édition revue et corrigée. Paris, Buisson, 1809, 
in-8 de 220 pp. 

Romances et chansons. Paris, Eymery, 1819, in-18, 2 fr. — 
V. Quérard, La France littéraire', pour plus de renseigne- 
ments. 

SÉGUR (vicomte Al.-Jos. -Pierre de), frère du pré- 
cédent, né à Paris en 1736, mort à Bagnères en i8o5. 
Adèle, ou les Métamorphoses. Voir ce titre — l'A- 
mant arbitre. Voir ce titre — Comédies , proverbes 
et chansons (1802). Voir ce titre — Correspondance 
secrète entre Ninon de Lenclos, le marquis de Villar- 
ceaux et M me de M. — la Dame voilée — les Femmes, 
leur condition , etc. . — le Retour du mari — Roméo et 
Juliette — Rosalinde et Floricourt. 

Correspondance secrète entre Ninon de Lenclos, le marquis 
de Yillarceaux et Ai me di M. (Maintenon). Paris , 1789 in-8, 
ou 2 vol. in-!2 (ouvrage supposé, écrit par A. J. P. de Sigurj. 
Aubry, en 1861, 12 fr. — Réimpr. en 1797, 2 vol. in-18. en iS ô, 
in-8, et dans les Œuvres diverses du vie. J.-A. de Ségur. 
Paris, Dalibon, 1829. in-8. — Voir Quérard. Superch littér., 
Y 737. 11 y a beaucoup d'esprit dans cette correspondance, mais 
ce n'est ni le ton, ni le style de l'époque, que Ségur n'3 point 
conservés. On assure qu'il y fit entrer des billets que lui avaient 
- quelques dames , ses maîtresses. Quérard indique 3 
biographies de Ninon et 26 écrits en vers dont elle est l'objet. 

Les Femmes, leur condition et leur influence dans l'ordre 
social che\ les différais peuples anciens et moaernes; par le 
vicomte Jos.-Alex. de Ségur. Paris, iHo3, 3 vol. in-12 (Van 
Bavière. 1826, n° i3iô). — Noiv. édition, augmentée de l'in- 
rluence des femmes sous l'empire et de notes 'par Ch. Nodier). 
Paiis, 1820, 4. vol. in-12. fig. [Archives du bibliophile , 1869, 
6 fr.). — L'ouvrage a été réimpr. plusieurs fois, et en 2 vol. 
in-8, fig. — Le 4 e vol. de l'édition de 1822 a pour tiire: De la 
condition des femmes sous l'empire et sous la restauration. 



262 SÉJOUR — SEMAINE 

Séjour des muses, ou la Cresme des bons vers^ tirez 
du meslange et cabinet des sieurs de Ronsard , Du 
Perron, Aubigny père et fils, de Malherbe, Lingendes, 
Motin, Maynard, Théophile, etc. Rouen, Th. Doré, 
1626, in-12. — Rouen, M. de la Motte, 1627, in-8. 

— Rouen, M. de la Motte, i63o, in-8. — Scheible, 

5 fr. ; Nyon, n° 13473. — Voir Tricotel, Variétés bi- 
bliographiques, p. 246, et Viollet-Leduc , p. 3^. 

Select collection ofenglish plays. Edinburgh, 1756, 

6 vol. in-12. — Boulard, tome V, n° 175g. 

Select collection of the best modem english plays. 
The Hague, 1760, 10 vol. in-12. — Boulard, tome V, 
n° 1760. 

Select Odes from the poet Hafe\, transi, into en- 
glish verse, by Nott. London, 1787, in-4 . Il y a une 
autre trad. angl. de ces odes, par J . Richardson. Lon- 
dres, 1802, in-4 . 

Hafiz, mort vers 1J94, a été surnommé l'Anacréon persan; 
son recueil contient 56g odes, dont la plupart célèbrent l'amour 
et les belles filles du Firdoustan. 

Selva de aventuras, repartida en nueve libros , los 
quales tratan los amores, que un cavallero de Sevilla 
llamado Lu^man tuvo con una don^ella llamada Ar- 
bolea ; compuesta por el capitan Hier, de Contreras. 
Sevilla, 1578, pet. in-8. — Alcala de Henares, 1 388 , 
1590, pet. in-8. — Bruxelles, 1592, in-8. — Saragosse, 
i6i5, pet. in-8. — Cuença, 161 5, pet. in-8. 

Traduction : 

Eslranges aventures contenant l'histoire d'un chevalier de 
Sévi Us dit Lu\man à l'endroit d'une belle demoiselle appelée 
Arbolea, trad. par Gabr. Chapuys. Lyon, Rigaud, i58o, in-16. 

— Nyon, n° 10400. 

Riimpr. sois le titre: Histoire des amours extrêmes d'un 
chevalier de Séville... Paris, Nie. Bonfons, 1587, pet. in-12 
(Nyon, n° 10401), et sous celui d' Aventures amoureuses de 
Lu^nm, chevalier esp. , et d' Arbolea, sa maîtr.sse. Rouen, 
1598, pet. in-12. — Salmon, 18 fr.; Morel-Vindé, i3 fr. 

Roman d'amour et ouvrage édifiant tout ensemble , assez 
agréable. 

Semaine {La) amoureuse où, par les amours d'Al- 
cide et d'Hermise, sont r. présentés les changements de 
la fortune, par Fr. de Molière, sieur d'Essertines. Pa- 



SEMAINE — SENS 2 63 

ris, 1620, in-8. — Cs 5 « de Verrue, 10 liv. 4 sh.; Nyon, 
n° 8769. 

Semaine (La) de Montalvan , ou les Mariages mal 
assortis, contenus en 8 nouvelles, etc., trad. de l'esp. 
(par Vanel). Paris, 1684, 2 vol. in-12 (Cat. de Dresde, 
n°5io; Nyon, n° 10447). — Suiv. la cop. impr. àParis 
(à la Sph.), 1 685, 1686, in-12. —Nodier, 2g fr.; So- 
lar, 39 fr. 

Le texte espagnol Para iodos exemplos morales, a eu de 
nombreuses éditions. Cet ouvrage contient : L'Amour conjugal 
— la Double infidélité — l'Amazone , ou le Faux brave — la 
Persévérance heureuse — le Palais enchanté — la Force du 
sang — le Généreux bandit — Il ne faut jamais faire de son 
maître son confident. 

Semaine (La) des amours, roman-vaud. en 7 cha- 
pitres, par Philippe D. et Julien de M. (Variétés). Pa- 
ris, 1828, in-8. 

Il n'est plus ni plaisir ni peine , 
Quand les dénouements sont prévus. 
Nos amours n'ont qu'une semaine 
Dont tous les jours sont convenus : 
Le lundi on voit une femme ; 
On fait l'aimable le mardi ; 
Le mercredi, on peint sa flamme ; 
Elle vous répond le jeudi. 
On est heureux le vendredi. 
On se brouille le samedi , 
Et dimanche tout est fini, 
Pour recommencer le lundi. 

Semonce à une demoiselle des champs pour venir 
passer la foire et les jours gras à Paris. Paris, 1609, 
in-18. Petit poëme que M. Ed. Fournier qualifie de 
fort curieux ; c'est une description très-détaillée de la 
foire Saint-Germain , et il y est parlé longuement des 
filles de joie qui y faisaient leurs caravanes. — La 
Vallière, n° 3i8i 5 ; Soleinne, n° 3252. 

Semplicità (La), over Gofferie, etc. , da Bart. Ho- 
riuolo (Venise, vers i56or), in-8 de 24 ff. — Libri , 
80 fr. Parodie des romans de chevalerie, en patois de 
Trévise, en octaves, suivie de pièces fort libres en ita- 
lien, en terza rima; le Remedio d'amore se fait sur- 
tout remarquer. 

Sens (Les), poëme en 6 ch. , par Farmian Derosoy. 
Londres (Paris), 1766, pet. in-8, 4 fig. d' Eisen et 3 



264 SENSUYT — SENSLYVENT 

de Wille, 3 vign. d'Eisen et 3 de "Wille , et 2 culs de 
lampe par Eisen, gravés par de Longueil (Nyon, 14504; 
Potier, i5 fr.). — Paris, s. d., in-8, front, gravé par 
Marillier. — Londres, 1767, pet. in-8, fig. d'Eisen. 

Sensuyt l'histoire des deux vrays amans Eurial et 
la belle Lucresse (traduction de l'ouvrage de Piccolo- 
mini , par Anthitus , en vers mêlés de prose). Lyon , 
Olivier Arnoullet , pet. in-4 goth. de 32 ff. , fig. en 
bois. — Paris , Michel Le Noir, in-4 goth. de 34 ff.. 
fig. Edition très-rare. ■ — S. 1. n. d., in-4 § otn - de 40 
ff, , fig. en bois (Chenest , 680 fr.). — Lyon, 1528, 
in-4 (Biblioth. de Grenoble, n° 17421). Voir JEnex 
Sylvii, etc. 

Sensuyt le débat de réveille-matin de deux compa- 
gnons couchés en un g lict , dont lung estait amou- 
reulx et lautre vouloit dormir, par Alain Charretier 
(Chartier). S. 1. n. d., pet. in-8 (en vers). — Nodier, 
3o fr. 

Sensuit le Sermon des frappe-cul^, nouveau et fort 
joyeulx, avec la responce de la dame, sus: je me ré- 
péta de vous avoir aymée (en vers de 8 syllabes). S. 1. 
n. d. , in-8 goth. de 4 ff. , fig. s. b. — Nodier , 64 fr. ; 
Leber, I, n° 2498:; J. Pichon, en avril 1869, n° 485, 
avec 17 autres pièces impr. vers 022, et pour la plu- 
part historiques , 3900 fr. Ce recueil avait figuré à la 
vente La Vallière, n° 3971. Réimpr. en i83o, par Pi- 
nard , avec les Estreine's des filles de Paris, in-8 goth. 
de 32 pp., tiré à 60 exempl. 

Sensuyvent dix-sept belles chansons nouvelles, etc. 
S. 1. n. d.(vers ibzb), pet. in-8 goth. Très-rare (Nyon, 
n° i5oi3). — Réimpr. à Paris, en 1861, fac-similé, par 
les soins de M. Percheron, in- 12 de 14 ff. , tiré à 7 5 
exempl. Voici une des 17 chansons: 

Je me repens de vous avoir aymee 
Puis quaultrement nave\ voulu mon bien 
Et que jamais vous ne luy fistes rien 
Chose qui fust au gre de sa pensée. 

Cest grant folli; a créature née 
De tant aymer chose qui nest pas sien 
Ung jour sen va après l'autre revient 
Amours sen vont comme fait la rosée. 



S'ENSUIVENT 2 65 

Tu cuydes estre fine faulce et rusée 
Car a chascun tu fai^ de beaulx semblants 
Tu ne fais n'en si largejit ne<t devins 
Il ten faillirait pour fournir une armée. 

Juge loyal qui sçavc\ ma pensée 
Je vous supplie et requiers humblement 
Quenvers ma mie facie\lappointemcnt 
A sçavoir mon sell a sa foi faulcee. 

11 y a aussi: S'ensuyvent vin belles chansons nouvelles, 
dont les noms s'ensuyvent. S. I. n. d., in-4 goth. de 4 ff. — 
Bibl. lmp. , Y, 4457. — Réimpr. dans le Recueil de Montai- 
glou, VIII, pp. 3io-'32i. 

S'ensuivent les Blasons anatomiques du corps fémi- 
nin . ensemble les contreblasons , etc., composes par 
plusieurs poètes contemporains, etc. Paris, Ch. l'An- 
gelier, 1 54-3, in- 1 6, fig. (White Knights, 3 liv. iosh.). 
— S. 1. (Paris), Ch. l'Angelier, i55o, trts-petit in-8 
de 86 ff. , plus 2 lï. pour la table, "fig. Rare (Nyon , 
n° 14572). Paris, Nie. Chrestien , i5Ô4, in-16 , rig. 
sur bois. 

Méon a fait, sous le titre suivant, une nouvelle édition de 
ces poésies, augmentée de plusieurs autres pièces anciennes ana- 
logues : Blasons et poésies anciennes des XV e et XVI e siècles. 
Paris, 1807, in-8 (et exempl. avec un titre à la date de 1809, 
augmenté d'un glossaire). Les pp. 53 à 64 et 145-148 doivent 
se trouver doubles, à cause de cartons qui contiennent des piè- 
ces libres (Veinant, 17 fr.; Leber, n° 1675; J. Pichon, en 1870, 
n° 498, 40 fr.). — Cette édition est fort incorrecte, et beaucoup 
de vers sont omis ou défigurés. — Après avoir été quelque temps 
politique, moral ou religieux , le blason aborda des sujets plus 
scabreux; il mit à nu sans vergogne le corps féminin. Marot 
donna l'exemple en composant le Blason du beau teton en 1 534; 
la foule des imitateurs suivit. Le Blason du sourcil , de Mau- 
rice Scève, fut regardé comme le meilleur, et on mit au second 
rang le Blason des cheveux, de Mellin de Saint-Gelais. M. Ch. 
d'Héricault donne la préférence au Blason de la nuit, d'E- 
tienne Forcadel , qui lui paraît moins pâle et un peu mieux 
senti que tous les autres. Marot envoya de Ferrare le Blason 
du laid teton, c'est-à-dire un contreblason ; la foule se tourna 
vers cette voie nouvelle. Charles de la Hueterie composa une 
longue série de contreblasons du corps féminin. 

Les Blasons anatomiques du corps féminin, édition de i55o, 
ont été réimprimés à Bruxelles en 1866, par Mertens , pour 
J. Gay, pet. in-12 de 1 56 pp. tiré à 104 exempl., 8 fr. ; le 
volu ne est accompagné d'une Notice de M. Paul Lacroix. 

S'ensuivent les Ténèbres du Champ-Gaillart (an- 
cienne rue de Paris affectée à la prostitution) compo- 

Tome VI. 34 



2 66 SEPT - SERAIL 

sées sur Testât dudict lieu et se peuvent chanter ou 
lire à plaisir (en vers). Paris, Nie. Buffet (1540), pet. 
in-8 goth. de 4 ff. ; rare (J. Pichon , en avril 1869, 
rel. de Bauzonnet, n° 488 , 5oo fr.). — Réimpr. avec 
une not. par Veinant. Paris, impr. Lahure, 1 856, pet. 
in-8 goth. de 12 pp. , fig. s. b. , tiré à 62 exempl. Vei- 
nant, 5 fr. — Réimprimé aussi dans le Biblloph. fan- 
taisiste, pp. 241 à 247. 

Sept (Les) Entretiens satyriques d'Aloysia. Colo- 
gne (Holl.), Ignace Le Bas, 1681, pet. in-12. Conte- 
nant: un titre, 294 et 122 pp., plus un feuillet d'er- 
rata. — Nodier, 58 fr. ; Cigongne, n" 21 83. 

Sept (Les) livres de la Diane di Georges de Mon- 
temayor; trad. par Nie. Colin. Reims et Anvers, 1 D78, 
et Tours, 1 588, in- 16. — Amelot, 18 fr. — Voir: La 
Diane de Montemayor , où sous les noms de bergers 
et de bergères sont compris les amours des plus si- 
gnale^ d'Espagne ; trad. par Nie. Colin. 

Sept petites nouvelles de Pierre Arétin concernant 
le jeu et les joueurs, trad. en franc, et préc. d'une 
étude sur l'auteur et sur divers conteurs italiens ; par 
Philomneste junior (Gust. Brunet). Paris, Jules Gay, 
1 86 r , pet. in-12 de ç5 pp. et portr. , 4 fr. — Ce vol. 
a été condamné par le tribunal correct, de la Seine , 
en i863. 



Pa 

Cett 



Sérail (Le) à l'encan, corn, en 1 a. en pr. Amst. et 
aris, Cailleau , 1783, in-8. — Avignon, 1791, in-8. 
«-eue pièce avait déjà été jouée à l'Ambigu-Comique, 
en 1781. Ersch attribue cette pièce à Sedaine, et Qué- 
rard à Audinot et Mussot (Arnould). 

Sérail de Delys, ou Parodie de la tragédie d'Alci- 
biade, corn, en vers. Cologne, P. Marteau, 1735, in-8, 
i5 pp. (Soleinne, n° 3843). 

Cette pièce en vers et en 1 acte , tris-obscène et tris-rare , 
est une imitation d"un livre italien des plus rares , l'Alcibiade 
fanciullo ; d'innombrables fautes d'impression s'y trouvent. 
Delys était un juif fort riche qui scandalisait alors Paris. 11 
existe un ouvrage intitulé: Mémoires anecdotes pour servir à 
l'histoire de M. Duli\, fameux juif portugais. Londres, S. 
Harding, i 7 .3q, in-8, 188 pp. — Consulter les Mélanges histo- 
riques de Bois-Jourdain , tome II, p. 376, et les Anecd. dra- 
matiques de l'abbé de La Porte, t. Il, p. 240. La Biographie 
universelL', t. LXlll, consacre un article à Delys. 



SERAIL — SÉREES 267 

Sérail (Le) , ou Histoire des intrigues amoureuses 
des femmes du grand-seigneur, par Grasset Saint- 
Sauveur. Paris, an iv (1796), 2 vol. in- 1 8, avec 8 fig. 
— Cat. Méon, n" 8697; Luzarche, n" 3332 ; Fontaine, 
en 1870, reliure de Chambolle-Duru, 65 fr. 

Sérails (Les) de Londres , ou les Amusements noc- 
turnes. Contenant les scènes qui y sont représentées , 
les portraits et la description des courtisanes les plus 
célèbres et le caractère de ceux qui les fréquentent. 
Paris, 1801, 1804, 4 vol. in-18, hg. — Alvarls (juin 
i858), 10 fr. 

Sérails (Les) de Paris , ou T7<?s et portraits des 
dames Paris, Gourdan, Montigni, et autres appareil- 
leuses ; ouvrage contenant la description de leurs sé- 
rails, leurs intrigues et les aventures des plus fameu- 
ses courtisanes; le tout entremêlé de réflexions et de 
conseils pour prémunir la jeunesse et les étrangers 
contre les dangers du libertinage. Paris, Hocquart , 
an x-1802, i8o3, 3 vol. in-12, et 3 portr. — Scheible, 
8 fl. ; Alvarès , en i8'6r , 22 fr. ; en 1 863 , 2 5 fr. ; 
Aubry, 18 fr. ; Leber, IV, n° 3 11. 

Séraphine , com. en 5 a. , par Victorien Sardou 
(Gymnase, 29 déc. 1868). Paris, Mich. Lévy, 1869, 
in -S, iq5 pp., 4 fr. — 3 e édition. Paris, Michel Lévy, 
1869, m- 18 jésus, 195 pp. 2 fr. 

Sérées (Les) de Guillaume Bouchet, sieur de Brocourt, 
divisées en trois livres , où sont contenues diverses 
matières fort récréatives et sérieuses , utiles et profi- 
tables à toutes personnes mélancholiques et joviales ; 
reveues et augm. par l'auteur. Paris, J. Perier, 1608, 
3 vol. in-12 (Nyon, n" g85 1 ; Potier, 3o fr. ; Méon, 
16 fr. ; Tripier, 36 fr.). — Première édition complète 
et la plus jolie de cet ouvrage. Il y a des exemplaires 
avec un titre daté de Lyon , Thibaut Ancelin , 1608, 
parce que le privilège pour imprimer ce livre ç-t com- 
mun aux deux libraires (Soleil, en 1872, 1^5 fr.}. — 
Lyon, P. Riçaud , 1614, 3 part, en 1 vol. in-8 (Cha- 
pônay, 145 fr. ; Cigongne, n" 2012; De Bure, 36?2 ; 
Bibl. Nat. Y 2,629).— Rouen, Rob. Valentin , ou 
Jean Berthelin, 161 5, 3 vol. pet. in-12 (Veinant, 145 
fr. ; Bergeret, 55 fr.; Solar , i5o fr. ; Mac-Carthy , 
25 fr. 5o). — Lyon, S. Rigaud, i6i5, 3 vol. pet. in-8 



2 68 SERIA — SERMONS 

(Nyon , n° 9852; Cailhava, 5g fr.). — Lyon, P. Ri- 
gaud, 1 6 1 8, 3 vol. pet in-8. Edition estimée (LaVal- 
lière, 24 fr. ; en 1816, 40 fr.). — Rouen ? Loudet , 
1 635, 3 vol. pet. in-8 (Nodier, q5 fr. ; Bertin, 88 fr. ; 
Aubry, en 1807, 52 fr.; Potier, 20 fr. ; Leber, n° 2571; 
G hé d eau , 959). — La 1™ édition des Séries qui ne 
contient que le premier livre, a été impr. à Poitiers , 
chez les Bouchetz, 1584, in-4' J (Chédeau , n° 957), 
et réimpr. en 1 585, sur la copie faite à Poitiers , et 
aussi en 1 588, in-r6 (Chédeau, n° g58, et Aubry, en 
1860, 35 fr.). — Voir la note du catal. Leber, n°257i 
et Viollet-Leduc, p. 1 55. 

Séria jocique, auct. Mich. Scoto. Argentorati, i52g. 
Cet ouvrage renferme des traductions de Plutarque et 
de l'Anthologie. 

Seringue (La) spirituelle pour les âmes constipées 
en dévotion. 

Cet ouvrage bizarre et dont le titre a tout l'air d'une plai- 
santerie existe-t-il ? Nous ne le trouvons sur aucun catalogue , 
et l'auteur du Manuel du Libraire, en l'indiquant (article Mou- 
tardier) déclare ne l'avoir jamais vu; cependant un bibliogra- 
phe sérieux, M. Peignot, le cite à la p. 42 d'une Notice sur des 
ouvrages qu' il fit imprimer à Paris en i83o; il cite même un 
passage emprunté à cette Seringue (p. 180) ; nous le transcri- 
vons, car la Notice dont il s'agit, ne se trouve pas facilement, 
c'est une apostrophe adressée aux dames qui mettent du fard : 
11 Vilaines carcasses, cloaques d'infection , bourbiers d'immon- 
dices, n'avez-vous pas honte de vous tourner et retourner dans 
la chaudière de l'amour illicite , et d'y rougir comme des écre- 
visses,_ lorsqu'elles cuisent, pour vous faire des adorateurs? Au 
reste, il est juste que des visages qui ne savent plus rougir de 
pudeur, rougissent au moins par artifice ; mais puisque vous 
avez voulu imiter la rougeur des écrévisses, comme elles vous 
irez à reculons dans la voie du ciel. » (Livres perdus et exempt, 
uniques. 

Serment (Le) civique des demoiselles fonctionnaires 
publiques du Palais-Royal, avec la liste de celles qui 
ont refusé de le prêter. Dialogue-vaudeville. Au Pa- 
lais-Royal, 1791, in-8. — Catal. Pixérécourt, p. 38o; 
Soleinne, n° 2410. 

SERMONS (XV e et XVI e siècles). Les farces ou dis- 
cours facétieux récités par un seul personnage, por- 
taient alors le titre de Sermon ou de Monologue. Nous 
allons en indiquer ici les principaux, ou les plus ana- 
logues à notre sujet. 



SERMONS 269 

Sermon de l'Endouille. L'édition ancienne de cette facétie ne 
se retrouve plus, mais le texte a été publié par M. de Mon- 
taiglon dans le 4 e volume (p. 87) de son recueil d'Anciennes 
poésies françaises, d'après une copie manuscrite faisant partie 
d'un volume do Sermons joyeux , écrit de la main de M. Grat- 
tet-Duplessis. La vieille plaisanterie de l'Andouille , prise dans 
le même sens que dans le chapitre de. Rabelais sur la bataille 
des cuisiniers contre les andouilles, est ici traitée avec toute la 
complaisance d'un fabliau. La scène se passe aux étuves , et 
quoique les interlocutrices soient deux bourgeoises, leur langage 
est bien sans façon , et les trois anecdotes racontées dans le 
Sermon sont passablement gaies. Qu'on nous permette une ci- 
tation : 

Pendant que je suis de loisir 
Je vous veulx racompter et dire 
Une histoire où prendre^ plaisir 
Et qui vous fera, je crois, rire. 
C'est de deux mignonnes bourgeoises , 
Bonnes commères et galoises , 
Qui se sont ensemble baignées 
Depuis dix ou dou^e journées, 
Ainsy qu'ont acconstumé fayre 
Femmes pour dadvantage plaire. 
Elles estans soubs les courtines, 
Survint une de leurs voisines, 
Aiant, au lieu d'une quenouille, 
Soubs son bras une grosse andouille, 
Qu'elle mit dedans une escuelle. 
Se dit l'une: « L'andouille est belle. 
Béni soit de Dieu le pourceau 
Dont est sorti boiau si beau ! 
Que je la manie un petit ; 
Manenda , j'y prens appétit. » 

Sermon du curé de Colignac , prononcé le jour des Rois. 
Paris, pour l'auteur dans la rue Saint-Jacques, 1736, petit in-12, 
23 pp. 

Sermon du P. Esprit de Tinchebray , prononcé dans l'é- 
glise des religieuses de Hautes-Bruyères, en 1694.. Petit in-12 
de 10 lf. Facétie contre les prédicateurs capucins, attribuée à 
Esprit Fléchier. — Manuel, 11, 1064. 

Sermon du R. P. Proloplaste , prédicateur capucin, pro- 
noncé à Nantes le 10 janvier 1702 , dans le couvent des Ur- 
SUlines. Nantes, 1702, in-8. — Réimpr. à Nantes, en 1734, in-12. 
— Manuel, 11, 1064; Biblioph. fantaisiste, 248-260. 

Sermon en faveur des cocus (ou pour la consolation des 
cocus). Cologne, Pierre le Grand, s. d. , 1697, 1704, 1706, 
1741 ; Amsterdam, 1717 ; Amboise, 175 1 (édition renouvelée par 
Crozet , vers 1810); Cocupole, 1752; Rouane, chez Dom. Vendu 



270 SERMONS 

(Paris, Lemoine) , i833 ; etc. — Très-souvent réimprimé, et 
ordinairement suivi de plusieurs autres pièces du même genre. 
Il a été reproduit dans le Biblioph. fantaisiste, p. 359. — Selon 
le Manuel , V, 3og , cette pièce remonterait environ à 1' an- 
née 1624. 

S'ensuit un s?rmon fort joyeulx pour l'entrée de table, avec 
grâces fort joyeuses '; plus, apologie des chambrières qui ont 
perdu leur mariage à la blancque. On les vend à Paris, par 
Alain Lotriau, demeurant en la rue Neufve Nostre-Dame, à 
l'Escu de France. — « Imitation fort habilement lilhographiée 
sur papier de Chine avec cinq vignettes sur bois également 
figurées, tirées à 40 exempl. , pet. fn-12. — La première de ces 
deux petites pièces est une parodie fort libre et même obscène 
du Benedicite et des Grâces, témoin irrécusable de la dévotion 
de ce bon vieux temps. La seconde pièce n'est pas beaucoup 
plus morale, mais du moins n'est-elle pas impie. » (Viollet- 
Leduc, p. io3j. 

Sermon joyeux de la patience des femm?s obstinées contre 
leurs maris, fort joy-'ux et récréatif à toutes gens. Opuscule 
de 4 ff. goth. in-8, fig. s. b. (Cigongne, n° 740). Il y en a eu 
une réimpression à Rouen, Louis Costé , sous le titre de Dis- 
cours joveux. Ce Sermon a été aussi réimprimé fac-similé , à 
40 exempl. ; puis, il a éié inséré par M. de Montaigljn dans 
le III e volume de son Recueil de poésies, p. 261-268 , et par 
M. Techener dans les Joyeusete^. 

Sermon joyeulx d'un dèpucell-mr de nourrices. Opuscule de 
4 tf . , in-8 goth. (Leber, n° 25oo); il en existe au moins trois 
anciennes éditions. Il a été réimprimé dans le recueil intitulé: 
Procès et examination de Caresme prenant, dans le Momus 
redivivus de Mercier de Compiègne (très-incorrectement ) ; 
dans les Anciennes poésies de M. de Montaiglon , tome VI ; 
et à la suite des Entretiens de Magdelon et de Julie. L'œu- 
vre est un peu hardie , ainsi que le titre le fait soupçonner , 
mais une certaine liberté de langage n'effrayait personne au 
quinzième siècle. Voir le Manuel, tome II, p. 549. 

Sermon joyeulx dun fiancé qui emprunte ung pain à ra- 
battre sur la fournée advenir. S. 1. n. d., pet. in-8 goth. de 
4 ff. , fig. s. b. (Xodier, 52 fr. ; Leber, I, n° 2498; Cigongne, 
n° 710). — Riimpr. fac-similé, par Pinard, en 1829, in-8 de i3 
pp., tiré à 60 exempl. (on y joint souvent 5 autres facéties 
réimpr. par Pinard à la même époque: Monologue nouv. et 
fort joyeux de la chambrière, etc. — Le Banquet des cham- 
brières. — La Vraie médecine de M e Grimuche — S'ensuit 
le Sermon desfrapp:-cul\. — Le Plaisant discours et adver- 
lissement aux nouvelles mariées, etc. Voir ces titres. Ensem- 
ble, Veinant, 18 fr. ) ; et dans le Recueil Montaiglon. III, 5-io. 
— Facétie un peu libre; la plaisanterie du titre était tout à fait 
proverbiale; l'expression se retrouve dans Brantôme et ailleurs. 
L'anecdote roule sur un fiancé qui, après s'être diverti avec 



SERMONS — SERVANTE 271 

une fille, en épouse une autre, à laquelle il avoue qu'il a deux 
fois caressé sa première maîtresse. L'épousée lui répond: No- 
tre gentil valet si me l'a tait p. us de cent fois! Le marié 

De cela ne fut pas contens : 
Si se teust, grisant les dens. 

Sermon joyeux d'un ramoneur de cheminées. S. 1. n. d. , 
pet. in-8 goih. de 4 ff. — Pièce en vers, assez libre. Recueil 
de M. de Montaiglon , I, pp. 235-23(). — Il y a dans l'ancien 
Théâtre une larce sur le même sujet. 

Sermon joyeulx cCung verd galant 
Et d'une bergière jolye 

Bue peut nommer chacun lisant 
amour la Fortune ou follye ; 

suivi du De profundis des amoureux. Paris , s. d. (comra. du 
XVI e siècle), 2 "part. pet. in 8 goth. , fig. sur bois. — Nodier, 
80 fr. — Ce dernier opuscule a été réimpr. à Chartres en :832 
A 5o exempl. et M. de Montaiglon l'a inséré dans le tome IV 
de son recueil. 

Sermon joyeux pour advertir la nouvelle mariée de ce 
qu' elle doit faire la première nuict. Rouen, Nie. Lescuyer, 
s. d., pet. in-8 de 4 ff. Catal. Crozet. — Facétie en vers, réim- 
primée à Paris, chez Guiraudet, 1829, in-16 de 12 pp., sous 
le titre: Discours joyeux pour advertir , etc.; et à Strasbourg, 
en i85i, pet. in-8 de 16 pp. , tiré à 99 exempl. — Voir Plai- 
sant discours, etc. 

Sermon nouveau et fort joyeulx auquel est contenu tous les 
maux que l'homme a en mariage. Nouvellement composé à 
Paris. S. d. (fin du XV e siècle) . pet. in-8 goth. de 8 ff. , fig. 
sur bois.— La Vallière, n° 3og54 ; Méon , n° 2473. Cigongne, 
n° 711. — Réimpr. en i83o dans les Poésies des XV e et XVI* 
siècles, et dans le Recueil de Montaiglon, II, 5-17. 



Serrefesse , tragédie-parodie (de Lucrèce, de Pon- 
sard) , par... (L. Protat), membre du Caveau, mais 
avoué près la Cour Impériale de Paris. Partout et nulle 
part (Bruxelles), 1804, in-8, avec un front, libre de 
S. P. Q.. R. (Rops). De 20 à 3o fr. , selon le papier. 
Pièce spirituelle, en 5 actes , bien conduite et versi- 
fiée avec facilité. Biblioth. Scatol., n" 56. 

Servante (La) justifiée, op.-com. en 1 a., par Fa- 
gan et Favart (foire St-Germ.). Paris, 1740, in-8. — 
Paris, Prault, 1744, in-8 (Soleinne, n° 33q6). — Paris. 
Duchesne, 1760, in-8, beau portr. de M"" Favart par 
Garand, gravé par Chenu. — Paris, Ballard, 1 773, in-8. 



2 72 SERVANTE — SIBYLLA 

La Servante justifiée, ballet par P. -Gabriel Gardel , 1818. 

La Servante justifiée, ou la Rose et le Baiser, vaud. en 1 a., 
par Brazier, Carmouche et Jouslin de Lassaile. Paris, Pollet, 
1821, in-8, 1 fr. 5o Qoué en 1821 aux Folies-Nouvelles, et en 
1822 aux VariétésJ. 

Servante (La) maîtresse, mœurs populaires, par Max. 
Perrin. Paris, Lachapelle, i836, 2 vol. in-8, i5 fr. 

SEWRIN (Charles-August.), auteur dram. et romane, 
né à Metz en 1 771, m. en 1 8 5 3 . Seul ou en collabora- 
tion: Les Amours du Port au blé — les Anglaises pour 
rire — la blonde et la brune, ou les Deux n'en font 
qu'une — la Chambre de Su^on — Chansons et poésies 

— la Famille des innocents, ou Comme l'amour vient 

— les Femmes de chambre — Jeannette, ou Six mois 
à Paris — la Laitière de Bercy — la Leçon conjugale 

— le Maurico de Venise — le Pour et le contre, ou 
le Procès du mariage — la Première nuit de mes noces 

— Trois Faublas de ce temps là — le Villageois qui 
cherche son veau — la Vivandière. 

Sganarelle, ou le Mari qui se croit trompé, com. de 
Molière , arrangée avec un nouv. dénoûment et mise 
en 1 a. et en vers par J.-A. Gardy. Paris, 1S02, in-8. 

— Soleinne , n° 314g. — Il y a des exempl. sous le 
titre du Portrait, ou le Cocu imaginaire. 

SHAKESPEARE (William), célèbre auteur dramat. 
anglais, mort en 161 5. As you like it — Beaucoup 
de bruit pour rien — Peines d'amour perdues — The 
Râpe of Lucrèce — Sonnets — Venus and Adonis. 

S'il est des signes certains qui assurent de la puis- 
sance des hommes autant que le sont ceux qui répon- 
dent de la sagesse des filles;, par Hecquet. Paris, Ga- 
neau, 1741, in- 12. 

Si ma femme le savait, vaud ; en 2 a., par Lubize 
et Chiarini Lange (Variétés). 1854, 20 cent. 

Si nos femmes savaient! com.-vaud. en 1 a. , par 
Philippe de Marville (Létang) et Auguste Lefranc. Paris, 
Hennot, 1840, in-8 (Variétés). 

Sibylla trigandriana , seu de virginitate , virginum 
statu et jure tractatus jucundus, auct. H. Kornmann. 
Francofurti, 1610, pet. in-8. — Hagecomitun , 1654, 



SICILIEN — SIEGE 2 7 3 

in-12 (Auvillain, n° 164). — Cologne, 1764, in-8. — 
Cologne, Marteau, 1765, in-12 (Claudin, en 1 858, 
5 fr.). — Cologne, 1786, in-8 (Scheible, en 1867, 
1 fl. 36 kr.). — Réimpr. en 1694, 2 vol. in-8, sous le 
titre: Opéra curiosa. — Env. "10 fr. 

La plupart des questions qu'examine l'auteur de ce livre sin- 
gulier sont bizarres et ridicules; il recherche si les femmes 
doivent cultiver les arts, si elles sont propres aux fonctions 
d'ambassadeurs, s'il leur convient d'embrasser l'état militaire. 
Dans un autre chapitre, il traite des couleurs que les femmes 
doivent préférer dans leurs vêtements , et après avoir décidé 
qu'elles feraient bien de rejeter le rouge, le jaune, le pourpre et 
le noir, il les engage à choisir le bleu , parce que c'est la cou- 
leur du ciel et l'emblème de la constance; le rose, parce qu'il 
plaît à la vue; le vert, parce qu'il rappelle les plantes médici- 
nales et les herbes qui sont la nourriture des troupeaux, et, 
enfin, le blanc, parce qu'il désigne la simplicité, la pureté et la 
candeur de l'âme. — Voir des extraits de ce livre dans le Bi- 
blioph. fantaisiste, pp. 121 à 128. 

Sicilien (Le), ou l'Amour peintre, com. en 1 a. en pr., 
par Molière. Paris, 1667, 1668, in-12. — Solar, i 55 fr.; 
Chédeau, n° 740; Soleinne, n os 1296 et 238 du Suppl. 

Le Sicilien, ou l'amour peintre de Molière, arrangé en 
opéra, par Levasseur et mus. de Dauvergne (Versailles, 1780). 
Paris, 1780, in-8 de 44. pp., plus 2 pp. de musique. — Nyon , 
n° 18445; Soleinne, 3149. 

Siècle (Le) d'or de Cupidon, ou les Heureuses aven- 
tures d'amour. Cologne (Holl., à la Sphère), s. d. 
(Auvillain, n' 1 io58), et 1 7 1 2, in-12. — Nodier, 18 fr. 5o; 
Renouard , 41 fr.; Nyon, n os 9634-35. — Nouvelles 
fort galantes. 

Siècle (Le) de progrès, ou le Mariage Saint-Simo- 
nien, com. en 2 a. et en pr., par Guinoyseau. Angers, 
1837, in-8 de 76 pp. — Soleinne, n" 2868. 

Siège (Le) du paradis, macédoine infernal ico-diabo- 
lieo-comique en quinze chants. Paris, Lemoine, li- 
braire, place Vendôme et chez les marchands de nou- 
veautés, i83o, in-18. 

Les chants ne remplissent chacun qu'une page. Voici un 
échantillon de cette composition amphigourique : 

Un patriarche attaque Robespierre ; 
Le pauvre sot n'y voyait que du feu; 
Avec Numa Louis n'a pas beau jeu, 
Et Salomon mort la poussière. 

Tome VI. 35 



a 7 4 S1ETE 

Plus loin Attila 

Sabre Loyola 

Près de la vierge de Nanterre, 

Et quand Ravaillac 

Décolle Isaac, 

On voit saint Martin 

Et saint Augustin 

Battus par Memnon 

Près aAgamemnon. 

Destruction ordonnée, comme outrageant les mœurs, par le 
tribunal de Senlis le 9 décembre 1829. 

Siete (Los) libros de la Diana enamorada (en 7 
livres, par Georges de Montemayor , mort en 1 56 1 ). 
L'édition orig. doit avoir paru vers i56o; les plus an- 
ciennes qui nous restent sont : Valence, 1564; Anvers, 
1567, 1.570, 1 D74, i58o; Venise, 1574; Madrid, 1 585, 
1 5g5, etc., petit in-8. 

Ces éditions, toutes rares, mais d'une assez faible valeur, 
sont suivies des compléments faits à cet ouvrage par Ait". Pe- 
rez (8 livres) et par Gil. Polo (5 livres). La Diane est un ro- 
man pastoral ennuyeux et qui a servi de modèle à l'Asirée. 
Comme pour ce dernier ouvrage, on a dit que ces bergers re- 
présentaient de grands personnages du temps. 11 en a été fait 
cinq ou six traductions françaises: 

La Diane de Monte-Mayor (de Perez et de Gil Polo), en 
laquelle sont descriltes les variables et étranges effects de l'hon- 
neste amour; liad. de l'espagnol en français par Nie. Coin. 
Reims, i5;8, in- 12. — Les tomes 2 et 3, tfad. par Gabr. Clia- 
puys ont paru Lyon, t582, et Paris, Bonfons, 1537 (M*" Bo- 
naire, en 1K39, n° 1824; Monmerqué; Nyon , n° 10370) — 
Tours, Moulin, 1592, 5 vol. in-12 (Nyon, n° 10371}. V. les Sept 
livras de la Diane, etc. 

La Diane de Montemajor, où sous le nom de bergers et ber- 
gères , sont compris les amours des plus signalés dEspagne , 
trad. d'espagnol en franc., et conférée es deux langues avec 
l'esp. à côté. Paris, i6o3, 161 1 , i6i3 , in-12 (Nyon, nos 10372 
et 10373). 

Los Siete libros de la Diana de George de Montemayor , 
où, sous le nom de bergers et bergères, sont compris les amours 
des plus signalez d'Espagne, trad. d'esp. en franc, et de nouv. 
revuz et corr. par Benranet. Valencia, 1602, pet. in-12, format 
allongé. Edit. rare de ce roman. — Paris Du Bray, 1611, in-8. 
Ttchener, riche reliure, 38 fr. 

La Diane de G. de Montemayor , trad. en franc. ( par Ant. 
Vitny). Paris, Fouet, s. d. (162J), 3 tomes in-8, eris. 1210 pp.. 
titres gr. et belles fig. de Crispin de Pas. — Nyon, n° 10374. 

La Diane d.' Montemayor, trad. par Abr. Remy. Paris, Ro- 
colet, 1624, b vol. in-8. — Nyon, n° 10375. 



SIMON - SINGE 275 

La Diane de Montemayor, mise en nouveau langage, par 
M me Gilloi de Siiimonge* Paris, 1696, 1699, 1733, 2 vol. in-12. 

— Nyon, n° 10376. 

Voir aussi le Manuel à Montemayor et à Polo. 

SIMON (Ed.-Thoma?), né à Troyes en 1740, mort 
à Besançon en 18 18. L'Ami d'Anacréon, ou Choix de 
chansons — Choix de poésies, trad. du grec, etc. — Epi- 
grammes de Martial — l'Hermaphrodite , ou Lettre 
de Grand Jean à Françoise Lambert, sa femme. Gre- 
noble, 1764, in-8. 

SIMON (Henri), vaudevilliste. Seul ou en collabo- 
ration : L'Ingénue de Brives-la- Gaillarde. 1820. — Le 
Mari en bonnes fortunes. 18 16. — Ninon, Molière et 
Tartuffe. 181 5. — Le Pdté d'anguille. : 81 8. — Les 
Sabines de Limoges. 181 1. — La Soirée anglaise, 
ou le Mariage à la course. 181 5. 

SIMONNIN (Antoine-Jean-Bapt.), aut. dramat. , né 
à Paris en 1780. Seul ou en collaboration: L'Ane mert 
et la femme guillotinée — Arlequin au café du Bos- 
quet , ou la Belle limonadière — l'Art de quitter sa 
maîtresse— la Belle aux cheveux d'or —Catherine II, 
ou l'Impératrice et le cosaque — les Cauchoises — la 
Ci-devant jeune femme — le Code et l'amour — les 
Filles à marier — la Grammaire en vaudevilles — Je 
fais mes farces — la Jeune comtesse — Lisette toute 
seule — Mlle Gertrude, ou le Malentendu — le Ma- 
riage dans une rose — le Mariage par autorité de 
justice — le Mariage par commission — le Mérite 
des femmes travesti — Monsieur et Madame Denis — 
la Papesse Jeanne — la Petite revue , ou Quel mari 
prendra-t-elle? — les Rosières de Paris — la Seri- 
nette des dames — le Valet en bonne fortune -*- Zer- 
line, ou le Peintre et la courtisane. 

Singe (Le) de La Fontaine, ou Contes et nouvelles 
en vers, suivis de quelques pièces (par de Théis) Flo- 
rence, aux dépens des héritiers de Boccace, à la Reine 
de Navarre (Nantes), 1773, 2 tomes in- 12, front, gr. 

— Tripier, i5 fr. ; Claudin, en i85ç), 5 fr. ; Soleinne, 
2171. 

Contes ingénieux et spirituels. Le tome 1 er a 191 pp., 48 con- 
tes ; tome 11, 232 pp., i5 contes et des poésies fugitives.— 
Voir VAnthol. Scatol. , p. 128 ; et Viollet-Leduc , p. 100. Ce 
dernier fait beaucoup d'éloges des contes de Théis. 



276 SINGERIES — SIRÈNES 

Singeries (Les) des femmes de ce temps descouvertes 
et particulièrement d'aucunes bourgeoises de Paris. 
S. 1. , i623,in-8 de 8 ff. — Potier, 40 fr. ; Solar, 41 fr.; 
La Yallière, n° 43-jb 2 - 5 ; Leber, n° 2504; Méon, p. 427. 

— Pièce satirique et facétieuse. Réimpr. dans le 1" 
vol. des Variétés historiques et littéraires , publiées 
par M. Ed. Fournier, p. 55-63. 

S'RAUDIN (Paul), vaudevilliste et confiseur à Paris, 
né vers 18 14. Seul ou en collaboration: L'Amant de 
cœur — Amoureux de la bourgeoise — le Bal Ma- 
bille — le Beau Léandre — la Belle Françoise — 
Bréda street , ou Un ange déchu — Claudine, ou les 
Avantages de l'inquiétude — la Dame de Francboisy 

— Détournement de majeure — Elle était à l'Ambigu 

— le Favori de la favorite — les Femmes sérieuses 

— les Filles des champs — la Gammina — le Jardinier 
galant — Lorettes et artistes — Madame Absalon — 
le Mobilier de Rosine — la Nouvelle Clarisse Har- 
lowe — Roméo et Marielle — Trois amours de pom- 
piers — Trois chapeaux de femmes — les Trois polkas 

— Un avocat du beau sexe — Un mari qui ronfle — 
Une femme aux cornichons — Vente d'un riche mo- 
bilier — la Veuve aux camélias — la Veuve de quinze 
ans. 

Sirena (La), Marflsa, ed Angelica, tre poemetti di 
Etiro Partenio (Pietro Aretino). Venise, i63o, petit 
in-12. — J.-J. De Bure, n° 682; Chardin, 12 fr. ; 
Nyon, n° 16881 bis. 

Sirène (La), de messire Honoré d'Urfé. Paris, Mi- 
card, 1606, in-12. — Paris, 161 1, in-12 (Monmerqué, 
19 fr. 5o ; Solar, 61 fr.). — Paris, 161 5, 1617, 16 18, 
in-8. — Solar, 119 fr. 

Sirène (La), op.-com. en 3 a., de Scribe , musique 
d'Auber (Op.-Com.). Paris, Tresse, 1844, in-8 de 36 
pages. — Reimpr. en i85g. 

Sirène (La), par Xavier de Montépin. Paris, i856, 
2 vol. in-8 et 1 vol. in-12. — Roman emprunté, pour 
le fond et même pour une grande partie des détails, 
aux Archives de la police, de Peuchet. 

Sirènes (Les), discours sur leur forme et leur figure 
(par l'abbé Cl. Nicaise). Paris, 1691 , in-4 , avec fig. 



SIROP-AU-CUL — SODOM 277 

dans le texte. — On y remarque une délicieuse figure 
représentant les Sirènes. Rare. 

Sirrp-au-cul, ou V Heureuse délivrance, tragédie 
héroï-merdifique , par M.... (Grandval fils). Au Tem- 
ple du goût, s. 1. n. d., in-8, titre gravé (Aubry, en 
i85j, 7 fr. ; Leber, n" 249'vi). — Kéimpr. à 104 ex. 
Berg-op-Zoom (Brux., J. Gay, 1864), pet. in-12 de 
48 pp. , 3 fr. 

Sittliche (Der) Zustand von Berlin (l'Etat moral de 
Berlin après la suppression des maisons de tolérance). 
Essai pour l'histoire de l'époque actuelle, accompagné 
de biographies des prostituées les plus célèbres, par 
Rohsmann. Leipzig, 1846, 1847, in-12. — Scheible, 
i th. 

Six {Les) nouvelles, ou la Confession galante de six 
femmes du jour, par A.-J. Rosny, auteur d'Adèle de 
Germeuil. A Paris, chez Delalain fils, libraire, quai 
des Augustins, n" 34, 1797 (le titre de la première 
feuille est): Confession galante de six femmes du jour. 
ln-18 de 177 pages. — M. Potier en annonçait en 
vente pour 8 fr. un exempl. où les noms de ces six 
personnes étaient écrits au verso du faux-titre. — 
Claudin, en 1867, 2 fr. 5o. 

Ski^en aus den Leben (Esquisses de la vie de di- 
verses favorites célèbres). 1802, in-12 de x et 324 pp. 

Contenant : Maria de Padilla ; Marie Touchet ; Isabelle de 
Limeuil; Diane de Poitiers; Léonore Telles de Menesses ; 
Açnès Soreau; Eléonore de Guienne; Jeanne Shore ; Ara- 
belle Korbel (sous Elisabeth) ; Louise Qiierouailles , duchesse 
de Porlsmouth ; Charlotte Davis (sous Charles 11) ; Maro\ia; 
Frede^onde : Nanlilde. 

Société {La) du doigt dans l'œil, vaud. en 1 a., par 
Clairville, Siraudin et Moreau (Eug. Lemoine). 1860 
(Gymnase-Dramat.). 

Sodom , a play, by the earl of Rochester. 1 658, et 
Anvers (Londres), 1684. 

Tr.s-rare; M. de Soleinne possédait 2 trad. manuscr. de cet 
ouvrage fort obscène, nus 3885 et 3886 de son catalogue. La 
1" était intitulée: Le Roi de Sodome , tragédie eu pr. en 5 a., 
1744. — En voici quelques phrases : 

Ses yeux annoncent un tempérament qui n'est pas de pâte 
« d'orgeat.» — « Ne voilà-t-il pas un grand casseur de noisettes?» 



278 SŒURS — SOIREES 

— Sara dit à Abraham: «Si toutes les servantes étaient sin- 
« cères, on verrait peut-être que toute leur habileté se réduit à 
« parler et à ne rien dire. » 

Le 2 e manuscrit, format in-8, sur papier, écriture du XVlll* 
siècle, est intitulé : Sodome, et porte la date de 1682. Voir sur 
cet ouvr. le Dictionn. de Prosper iMarchand, tome 1 er , p. 164. 

Sœurs (Les) rivales, hist. gai., par D. — Paris, Bru- 
net, 1698, in-12 de xn-296 pp. (le privilège porte, 
avec la date de 1698, la mention: imprimée pour la 
première fois). — Amst. (à la Sphère), 1689 (Van 
Hippe, n° Siy), 1699, petit in-12. — Cat. de Dresde, 
n u 997. 

C'est l'hist. des demoiselles Loison , dont la beauté et les 
agréments agitèrent beaucoup les galants de Paris , vers la fin 
du règne de Louis XIV. 

Soirée (La) du Labyrinthe, débauche d'esprit, suivie 
du Portefeuille galant , par M***. Paris, Guillaume, 
1732, in-12, front, gravé. — Scheible, p. 211 de 1800; 
Nyon, n n 9485. 

Soirées amoureuses du général Mottier et de la 
belle Antoinette, par le petit épag\\eul de l'Autri- 
chienne. Persepolis, 1790, in-8 de jz pp. — Dinaux, 
n° ?745; Cigongne, n° 2372. — Pamphlet contre Marie- 
Antoinette. — Réimpr. à Turin, en 1872. 

Soirées (Les) de Céline, ou Recueil de chansons en 
vaudevilles et ariettes, orné de 12 jolies gravures. 
Paris, Janet, s. d. (vers 17S1), in-32. — Tripier, 12 fr.; 
Cigongne, n° 12 56. 

Soirées (Les) de la campagne, ou Choix de chan 
sons grivoises, bouffonnes et poissardes (par Cailleau). 
Paris, 1 766, in-12. 

Soirées (Les) de la HMe. A Athènes , dans le ton- 
neau de Diogène, s. d., in-12. — Jannet, n" 2469. 

Soirées (Les) de l'automne et les épanchements de l'a- 
mitié, par Mercier, de Compièene. Paris, 1792, 2 vol. 
in-12. — Paris, 1796, 3 vol. jn-18, fig. — Cat. Mon- 
selet, page 16. — Cet ouvrage contient le poème très- 
libre des Amours de Magdeleine, et quantité de petits 
morceaux du même goût. 

Soirées (Les) de Paphos. Paphos, 1773, 2 part, in-12. 

— Nyon, n° 9487. 



SOIRÉES — SONAGLIO 279 

Soirées (Les) des auberges, nouvelles comiques. 
Paris, Loyson, 1664, i665, i66<j, in-12. — Nyon, n° 
10278; La Vallière, 9 liv. — Recueil de 4 nouv., dont 
2 avaient déjà paru dans les Diversité^ galantes. — 
Réimpr. aussi dans le recueil intitulé: Galanteries di- 
verses arrivées pour la plupart en France. Nuremberg, 
1 685, in-12. 

Soirées du bois de Boulogne, ou Nouvelles françai- 
ses et angloises, par M. le comte de *** (Caylus). La 
Haye (Paris), 1742, 2 vol. in-12 (Therrin; Nyon , n° 
10 107). — Londres (Cazin), 1782, 2 vol. pet. in-18. — 
Scheible , en 1872, 1 th. 20 sgr. — A été réimprimé 
dans les Œuvres de Caylus. 

Soirées (Les) du Palais-Royal sous l'arbre de Cra- 
covie, ou les Veillées d'une jolie femme. Paris, 1762, 
in-12, fig. — Nyon, n° Q486; cat. de Dresde, n° 772; 
cat. Noèl, n° 82 3; Alvafès, en i863, 8 fr. 5o. 

Les Soirées du Palais-Royal , recueil d'aventures galantes 
et délicates, publ. par un" invalide du Palais-Royal. Paris, 
Plancher, 18 1 5, in-i8 de 4 feuilles, fig. — Alvarès, en juin i858, 
4 fr. 5o; Aubry, en 1859, 2 fr. 5o ; Lanctin , g e catal. , 5 fr. ; 
Claudin, en 1860,2 fr. 5o ; Scheible, en 1872, I th. 20 sgr. — 
Voir aussi les Matinées du Palais-Royal. 

Solitude (La) amoureuse , par de Beaulieu. Paris, 
Benar, i63i , in-8. — Usage des romans; Nyon, n° 
949 1- 

SOMAISE(Ant. Baudeau, sieur de), auteur du XVII 
siècle. Alcippe , ou Du choix des galands — l'Amour 
innocent , ou l'Illustre cavalier — le Grand diction- 
naire historique des Précieuses — les Prétieuses ri- 
dicules — le Procès des Prétieuses — le Secret d'être 
toujours belle — les Véritables Prétieuses. 

Somatologie de la femme, études physiologiques, par 
Romain de Bierzynski. Paris, Roy et Comp., 1869, 
in-i 8 jésus, 220 pp., 3 fr. (Somatologie, discours sur 
le corpsj. 

Some Passages of the Life and Death of John , 
Earl of Rochester , by G. Burnet. Glasgow, 1752, 
in-12. — Boulard, tome V, n° 2686. 

Sonaglio (II) délie donne (in ottava rima), da Bern. 
Giambullari. S. 1. n. d. (Florence, fin du XV e siècle), 



2 8o SONETTI 

in-4 de 4 ff. — Libri, 77 fr.; Gancia, 2 liv. 12 sh. 6 d. 

— Cette satire facétieuse a été réimpr. Leyde (Li- 
vourne), en 1823, in-18. — Voir Passano, / Novellieri 
in versi, pp. 43-47. 

Sonetti , par Nie. Franco. Florence, s. d. et Venise, 
i520, in-8. — Le medesime, con la Priapea. Torino 
(Casale di Monferrato), 1 541 , et s. 1., 1546, 1548, 
1579, in ~& de 22 ^ PP- — Randon de Boisset, 12 fr. 

Sonetti amorosi , da G. Bertola. Citera, s. d. , in-8. 

— Scheible, 36 kr. 

Sonetti di M. Math. Franco e di Luigi Pulci, jocosi 
e da ridere. S. 1. n. d. (commencement du XVI' siècle), 
in-4° de 5o ff. (De Meyzieu, 27 fr.). 

Sonetti giocosi e da ridere (Firenze), P. Pacini da Pescia 
(vers i5i3), in-4 de 19 ff. à 2 col. — Pinelli, 1 liv. 16 sh. ; 
Heber, 2 liv. i5 sh.; Méon, 21 fr. — Venise, Zoppino, i520, 
in-8. — S. 1. (Lucca), 1759, in-8. 

Sonetti lussuriosi, ou la Corona di ca^^i,cioè Sonetti 
lussuriosi di P. Aretino. Sans nom de lieu ni d'impri- 
meur et sans date, in-16, maroquin rouge (supplé- 
ment du catal. de Boze, 17^9, in-8, n u 1170). — 
Ebert dit qu'en 1781, le gouvernement saxon en fit 
détruire un exemplaire qui se trouvait dans la biblio- 
thèque de Dresde, avec hg. d'après Jules Romain. 

Corona di^Ca\\i (suivie de) Dubbii amorosi. S. 1. n. d., 
in-4 de 7 ff. pour la Corona, paginés I à 14, et i5 ff. pour les 
Dubbii, paginés 83 à 11 3. Tirage à part fait pour Flnn^el de 
ces deux pièces, imprimées dans le Recueil du Cosmopolite ; 
l'exemplaire était, il y a quelques années, entre les mains de 
M. Hubaud, de Marseille. L'ordre des sonnets y est interverti 
et ils présentent des leçons différentes de celles des éditions or- 
dinaires. 11 y en a 18, après lesquels viennent un Dialogo, un 
Sonetto ullimo et un Epilogo. — Editions portant le titre de 
Sonetti lussuriosi : Vinegia, i556, in-16 de 22 ff. impr. seule- 
ment au recto (l'exempl. de De Boze avait de plus un frontis- 
pice représentant la Corona) ; Nodier, 41 fr. — Venezia, 1779, 
pet. in-t2; Barrau (à Paris, en 1 841) , n° 809 du catalogue. 
Melzi, Di\ionario, 1, 256, parle de la Corona , mais succinte- 
ment et sans rien dire de neuf. Voici ce que M. Hubaud dit, 
relativement à cet ouvrage , dans sa Notice bibliographique 
sur les sonnets de l'Arétin (Marseille, 1857 , in-8 de 16 pp.), 
pp. 7 à n: 

«Vers 1524, Jules Romain, peintre de l'école de Raphaël et 
le premier de ses élèves , s'avisa de dessiner seize sujets ou 
postures erotiques ; et Marc-Antoine Raimondi , autre artiste 



SONETTI 281 

célèbre, en les gravant, leur donna une publicité qui attira l'at- 
tention de l'autorité. Le pape Clément VU (Jules de Médiois) 
donna ordre de sévir contre les auteurs du scandale. On ne put 
atteindre Jules Romain, parti de Rome pour peindre une gale- 
rie du duc de Mantoue. Mais le graveur fut saisi et mis en pri- 
son ; et il n'en eût pas été quitte, peut-être , à si bon marché , 
si les démarches de plusieurs personnes de considération, parmi 
lesquelles on comptait le cardinal Hippolyte de Médicis, parent 
du pape, qui s'intéressèrent à lui pour son talent, n'avaient 
réussi à obtenir sa liberté. Pierre Arétin, qui s'était employé en 
faveur du graveur, fut curieux de voir les objets qui avaient 
occasionné et motivé les poursuites. 11 n'en fallut pas tant pour 
échauffer son imagination naturellement portée au libertinage. 
Elle lui inspira l'idée décomposer autant de sonnets explicatifs 
pour mettre au-dessous des gravures ( i Sonet ti che ci si veg- 
gano a i pitdi). Tout cela est attesté par deux lettres de l' Aré- 
tin lui-même, l'une datée de Venise , le 9 novembre i52Ô, adres- 
sée au seigneur César Frégose, par laquelle il lui annonce l'en- 
voi de il libro de i sonetti e de le figure lussuriose ; l'autre 
écrite à Battista Zatti da Brescia, sous la date du 19 décembre 
i537, dans laquelle il lui raconte les particularités dont je viens 
de parler relatives à la composition de ces sonnets. 11 est à 
présumer, d'après cela, que les vignettes de Marc-Antoine étaient 
en travers et laissaient dans le bas de la page une marge suf- 
fisante pour recevoir, après coup, les dix-sept vers du sonnet 
exp icatif, et de plus une ligne pour son numéro, ce qui exi- 
geait environ 2 1/2 pouces. Mettons-en autant pour la vignette; 
cela supposerait, les marges du haut et du bas comprises, un 
volume d'au moins 7 pouces de hauteur. Ce ne pourrait être 
alors ledit, qu'on veut faire passer pour l'originale, de format 
pet. in-12. ou même in-16, laquelle n'a qu'une figure au frontis- 
pice. Et même en admettant que, dans l'édition mentionnée par 
l'Arétin , il n'y eût sous les gravures que les premiers vers des 
sonnets, dont la continuation se serait lue au verso du feuillet, 
ce ne serait pas encore l'édition pet. in-12, dont les feuillets, 
au nombre de 23, sont blancs au verso. La vraie édition ori- 
ginale ne comprenant que 16 sonnets (dits i Suppositi) , selon 
Mazzuchelli, n'ombre égal à celui des vignettes, auxquels nous 
pouvons ajouter un sonnet servant d'introduction , devait être 
composée de 17 feuillets seulement. J'ai quelque raison de soup- 
çonner que l'édition pet. in-12 que possédait de Boze contient , 
outre le sonnet servant d'introduction, dix-huit sonnets, tous de 
17 vers, sortis de la plume de l'Arétin, et de plus deux autres 
sonnets, de 14 vers seulement, suivis d'un huitain intitulé: 
Epilogo , qui seraient d'une autre main peu amie de l'Arétin, 
à en juger par la première de ces trois pièces. Dans mon opi- 
nion actuelle, formée d'après un nouvel examen des pièces jus- 
tificatives, cette édition ne serait pas la véritable édition origi- 
nale, laquelle aura totalement disparu à la suite des poursuites 
rigoureuses dont elle a été l'objet. Que sont devenus les dessins 
de Jules Romain ? Seraient-ils cachés dans le cabinet de quel- 
que prince d'Italie? Les planches elles-mêmes ont-elles été 

Tome VI. 36 



282 SONETTI 

anéanties? S'il faut en croire CheviHier, Jollain, marchand de 
la me Saint-Jacques, à Paris, ayant su où il y avail'de ces 
planches infâmes, qui représentaient les dessins abominables de 
Jules Romain et ces sonnets impurs de l'Arétin , y alla et les 
acheta cent écus, somme considérable pour le temps , dans le 
dessein de les détruire entièrement , afin qu'on ne pût en tirer 
aucune épreuve, ce qu"il exécuta. On prétend, et il fut toujours 
persuadé que c'étaient les planches originales gravées par Marc- 
Antoine Raimondi qu'il avait détruites. Si la chose est exacte- 
ment vraie, il s'ensuivrait que les sonnets de l'Arétin auraient 
été non imprimés, mais gravés sur la même plan:he au-dessous 
des estampes de Marc-Antoine , et par conséquent nécessaire- 
ment réunis, à moins de scier les planches. D'après cela, l'édi- 
tion sans indication de lieu ni Jj dite, in- 1 6 ou pet. in-12 , 
ne serait tout au plus que la seconde ou même la troisième. 

« Ainsi, contrairement à l'opinion émise par Nodier dans sa 
Description raisonnèe de ses livres, n° 670, de Boze possé- 
dait réellement un exemplaire de l'édition réputée originale, 
sans doute mal à propos, mais qui en lien irait lieu en que'que 
sorte. Ce n'est point Ménage, comme il le dit inexaetement , 
mais bien La Monnoye qui désirait, à défaut de cette préten- 
due édition originale , au moins une copie manuscrite dont il 
se serait contenté , et à laquelle il a tenté de suppléer par la 
composition de i5 distiques latins précédés d'un autre distique, 
pour mettre sous le portrait de l'Arétin, et de 10 vers latins 
pour ten r lieu de préface à ces i5 distiques. Le sens de ces dis- 
tiques, fort éloigné de celui des sonnets italiens, témoigne qu'il 
n'a eu aucune connaissance de ces derniers , ne se doutant pas 
qu'ils avaient été réimprimis et augmentés jusqu'au nombre 
de xxvi, à la suite des Dubbii amorosi. Celte édition, réputée 
l'originale, ne devait pas offrir les gravures de Marc-Antoine 
Rai ondi, ou si jamais elle les a réunies, elles ont dû être ti- 
rées à part sur des feuillets séparés pour être placées en regard 
du teste imprimé; mais certainement ce n'était pas là un pre- 
mier tiraue. Quant au prix de mille francs, auquel de Boze 
avait évalué son volume, qu'il regardait comme unique, s'il pa- 
raissait à Nodier exorbitant pour ce temps, il n'avait qu'à faire 
attention aux prix auxquels étaient portés d'autres livres à cette 
époque: le Morlini, qui se vendit 1,121 francs, chez Gaignat, 
le Chrislianismi Restitutio, par Servet , qui, quoique endom- 
magé par la pourriture, fut p mssé à 3, 000 francs, chez le même 
amateur, et jusqu'à 4,120 francs chez le duc de la Valliere. 

?i Résumons-nous: i° L'édition originale du recueil dont nous 
nous o.cupons nî comprenait que le premier tirage des gra- 
vures, sans les sonnets de l'Arétin, puisque ce fut la vue de ces 
gravures qui lui fit composer ces sonnets. 2 La seconde édition 
originale, comprenant le second tirage des figures accompagnées 
de la première publication des sonnets de l'Arétin, placés au- 
dessous (i SonHti die ci si veggano a i piedi) , devait former 
un volume, non in-16 ni même petit in-12, mais in-8 de la 
hauteur au moins de 7 pouces. 3° L'édition in-16, dont de Boze 



SONGE — SONNET 283 

s'était procuré un exemplaire et qui, si elle a réuni les gravu- 
res, ne les à présentées que tirées à part , serait la troisième. 

« Dans son origine, l'ouvrage n'a dû porter que le titre So- 
netti lussuriosi , et si ensuit!.* on lui a donné celui de Corona 
di Ca\\i, c'est sans doute à raison delà gravure libre servant 
de frontispice, laquelle représentait une couronne de priapes. » 

Réimpression sous la rubrique Leyde (Bruxelles , Mertens) , 
i865, pet. in-8, 6 fr. — Tirage à part à 73 exempl. de la Corona 
et quelques autres pièces italiennes, du Recueil du Cosmopolite. 

Sonnets luxurieux de Pierre Arétin, suivis des Doutes amou- 
reux, avec leurs solutions; trad. de l'italien en franc, pour la 
première fois, par A. P*", précédés d'une notice. Rorne (Bru- 
xelles), 1524-1871, in-18 , front, et 18 grav. libres par Elluin, 
d'après Jules Romain et Marc-Antoine. — Vital Puissant, en 
1871, 24 fr. 

Songe (Le) doré de la pucelle (en stances de 7 vers 
de 8 syli. en.). Brehant-Lodéac (en Bretagne), 1484, 
in-4 (1 exemplaire à la Biblioth. impér., Y, 61 56). — 
S. 1. n. d. (probabl. Lyon, vers 1 5ooj, in-4 g ot h- de 
1 3 fF. , 1 fig. en bois (1 exempl. à la Bibl. impér.) — 
S. 1. n. d., m-16 goth. (Aime'-Martin, io3 fr.). — Paris, 
impr. Crapelet, 1 83 1 , in-8 de ?i ff. , car. goth., tiré 
à ipo exempl. (Poésies du XV e et XVI' siècles). 
Le catal. de la bibl. des ducs de Bourgogne (tome 1", 
p. 221) en indique un ms. commençant ainsi: 

A l'heure du somme doré 

Songe allégorique composé d' un dialogue entre Honte et 
Amour. Selon l'usage, la pucelle, réveillée, laisse le lecteur in- 
décis sur ie resu'tat que doit avoir ce plaidoyer , fort sérieuse- 
ment fait (Viollet-Leduc, p. toi). — Réimpr. dans le 3 e vol. 
du Recueil de Montaiglon, p. 204-231. 

Songes (Les) de la pucelle , avec la Fontaine d'a- 
mours, et se commence: Nescio quid sit amor, etc. (en 
vers de 8 syll.). Avignon, s. d. (vers i525], pet. in-8 
goth. de 16 ff., fig. en bois. — Baudelocque, i5i fr. — 
Réimpr. dans les Joyeuscteç, tome IX. Paris, Teche- 
ner, i83i, 42 pp. — C'est le même ouvrage que le 
Songe doré de la pucelle. 

SONNET (Thomas, sieur de Courval), né en 1577. 
Il était de Caen ou de Vire, et médecin de profession. 
Les Exercices de ce temps , conten. plusieurs satyres 
contre les mauvaises mœurs , etc. — ses Œuvres sa- 
tyriques — Satire Ménippée contre les femmes, sur 
les poignantes traverses et incommodité^ du mariage. 



284 SONNET 

— Suite des exercices de ce temps. — Voir Viollet- 
Leduc, p. 408, le cat. Cigongne, ii5i, 52 et 53, et 
les Enigmes bibliographiques, pp. îdo à 257. 

Satire Ménippée contre les femmes, sur les poignantes tra- 
verses et incommodité^ du mariage, par Thomas de Courval- 
Sonnel (plusieurs éd. sont intitulées : Satires du S. de Courrai, 
etc., avec les Exercic s de ce temps, ou Satire contre les 

mauvaises mœurs et les fâcheuses traverses au mariage 

Suite des Exercices, etc. Satires contre le joug nuptial}. Pa- 
ris, 1609 (Chédeau, n° 553; Nyon, n° 14.557J, 1610 (Solar , 110 
fr.), 1621, 1622, 4 part. pet. in-8, avec portr. (Veinant, 160 lr.; 
Soleil, en 1872, 295 fr.). — Lyon, IÔ23, pet. in-8, avec carton à 
la fin (Tripier, 40 fr. ; Solar, 76 fr. ; Desq , 3o fr. ; Nyon, n° 
i5493) — Rouen, 1626, 1627, pet. in-8 (Crozet, 80 fr.). — Toutes 
les éditions sont rares. — Une foule de mots bannis depuis long- 
temps du langage de la bonne société se trouvent dans les poé- 
sies de Courvai-Sonnet. Voici les titres des Satyres qu'il a 
lancées contre les femmes: le Joug nuptial: Contr'aff.ction ; 
le Hasard des cornes espousant belle femme; le Desgout e*pou- 
sant laide femme; la Riche et superbe; la Pauvre et souffre- 
teuse, etc. Voici un échantillon de la poé.->ie de Courval-Sounet : 

Bref, Vimportunité de tant de coups divers 
Mettent à la parjin une femme à l'envers, 
Qui de sa part estant d'une chaleur touchée, 
Que celle de Phœbus se voyant recherchée 
De mille et mille amants qui, d'un pressant langage, 
Luy font rompre le nœud dunopeier mariage, 
Et brescher laschement sa gloire et son honneur 
Pour l'exposer en proye aux désirs du vainqueur. 
De tant de serviteurs', de mignons perruque\, 
Déjeunes Adonis, frise^, poudre^, musqué^, 
Propres, lestes, gaillardes , en habits magnifiques, 
Et qui sçavent d'amour les ruses et pratiques, 
Les passages, les traicts et les doctes leçons 
Du livre Paphien; les uns usent de dons... 
Jls la font succomber au plaisir amoureux. 
Sentant de l'Archerot les brandons et les feux, 
Le ver tousjours au cul et la puce à l'oreille 
Qui la picque souvent et son âme réveille, 
Pour luy faire gouster les gracieux discours 
Et les mignards b.iisers de ces mignons d'amours, ' 
Estant à les cueillir plus prompte et plus soudaine 
Que n'est une jument oyant cribler l'aveine. 
Voirlecatal. du marquis de M.... (Schlesinger, 1871), n° 677. 
La Satyre Ménippée a été réimpr. en 1864 à Brux. , par Mer- 
tens pour J. Gay, avec portr., 8 fr. 

Les Œuvres satyriques du sieur de Courvai-Sonnet. Paris, 
Rolet Boutonné, 1622, in-8, portr. — Alvarès, en 1861, 55 fr. ; 
Cigongne, n° i5 1 . — La i re édition avait déjà paru en 1621 , 
chez le même libraire, sous ce titre: Satyres du sieur Th. de 



SONNETS - SOPHA 2 85 

Courval-Sonnet et Satyre Menippée sur les poignantes tra- 
verses du mariage, in-S, pour. (Veinant, 160 fr.j. — Rouen. G. 
de La Hjye, 1027, in-.S. — Gunci.i, 79 fr. — Celte édition contient 
de plus les Exercices de ce temps du même auteur. 

Sonnets de Shakespeare, première édition anglaise. 
Londres, 1G09. — Elle est très-rare et très-recherchée 
des bibliophiles anglais (Voir Lowndes, Bibliographer's 
Manual, 2"' édition, p. 2307). — Un exemplaire de ce 
même livret de 80 pages s'est payé jusqu'à 1 54 liv. st. 
7 sh. en i858 (3,8ï!3"fr. -]b). 

Les réimpressions séparées sont assez nombreuses, et ces son- 
nets se trouvent dans une foule d'éditions des œuvres du grand 
poète. Us ont été traduits en français par M. François Victor 
Hugo et ils ont été l'objet d'une 'appré.iation remarquable de 
M. H. Taine dans la Revue germanique (cahier du 1" avril 
iSôij. ls reiracent la passion indomptée que le grand poète, 
n'éianl plus jeune, marié et père de famille, avait pour une 
espèce de Marion Delorme, misérable passion aveuglante et des- 
potique, dont il sentait le p.>ids et la honte, et dont pourtant il 
ne pouvait ni ne voulait se délivrer. 

Sonnettes (Les), ou Mémoires du marquis d'*** 
(par Guiard de Servigné). Utrecht, 1740, in-12. Rare. 

— Berg-op-Zoom (Londres), 1751, 2 part. in-12, jolies 
fig. en taille-douce. — Lenoir, n" 14D8; Rochebrune, 
n 2458; Claudin , 1860, 4 fr.; Leber, n" 2o5o. — 
Utrecht, 1776, in-18. — Edition avec l'Histoire d'une 
comédienne et Nocrion,ou l'Origine des bijoux indis- 
crets. Londres (Cazin), 1781, pet. in-18 de 212 pp. 

Le duc de*** (Richelieu), voluptueux et libertin, avait épuisé 
ses facultés de bonne heure, et, pour les ranimer dans les bras 
de ses nouvelles maîtresses, il avait imaginé , dans un vaste 
château où il attirait la p'.us fringante jeunesse des deux sèves, 
de pourvoir tous les lits de ressorts et de fils qui faisaient mou- 
voir des sonnettes placées tout autour de l'appartement du duc, 
chacune avec son étiquette portant le nom des dames qui oc- 
cupaient les chambres. L'auteur du livre fut mis à la Bastille. 

— Voir les Galant, du XVIII e siècle , p. i3(). — Le manuscrit 
original, n° 178 de la Description raisonnée d'une collection 
d'anciens manuscrits (Techener, 1862J , contenait des passages 
retranchés à l'impression. 

Sopha (Le), conte moral, par Crébillon fils. Gaznah, 
La Haye, Pékin, Gennes, Francfort, Amsterd., Maes- 
tricht, Londres (Paris), sans date, 1742, 1745, 1740. 
1701, 1762. 1 763, 1764, 1770, 1773, 1774, 1776,1779, 
1781, 2 vol, pet. in-i2 / ou in- 18 ; en moyenne, 7 à 8 fr. 

— Paris, i835, 2 vol. in-18, et i8bi, in-4 , avec illus- 



286 SOPHA — SOPHIE 

tration par E. Frère. — Bruxelles, J. Rozez, 1860, 
in-18, 3 58 pp., 6 fr. ; in-8, 18 fr. — Ce conte moral 
est, comme on sait, au moins un peu libre. 11 est sou- 
vent enrichi (éditions de Pékin, 1770, etc.) d'un fron- 
tispice, de 4 ng. et 2 jolies vignettes dess. par Clave- 
reau, grav. par Pelletier et de 2 fleurons par Cochin, 
gravés par Lessard. 

Sopha (Le), conte fantastique en 3 a., mêlé de chants, 
précédé de Schahabaham XCIV, prologue en 1 acte, 
par Mélesville (Anne-Hon.-Jos. Duveyner) , Ch. Des- 
noyer et Labiche (Palais-Royal). Pans, i85o. 

Sopha (Le) amoureux, roman (par M'"' la comtesse 
de Murât, née Julie de Castelnau). — Ce ms., qui ap- 

Eartenait au marquis de Paulmy, n'a jamais été imprimé, 
'auteur était une femme de beaucoup d'esprit et de 
goût. — Analysé dans le Cabinet des fées, t. XXXVII. 

Sophie Arnould, d'après sa correspondance et ses 
mémoires inédits, par Edm. et J. de Concourt. Paris, 
Poulet-Malassis , i85y, 1859, in-12 de 2o3 pp. (à la 
fin du volume, qui n'a que 199 pp., il doit se trouver 
un carton). — Le prix de publication n'était que de 
un franc, mais avec le carton, le volume vaut au moins 
2 ou 3 fr. 

Sophie de Francourt , par M.... Paris, 1768, 2 vol. 
in-12. 

On trouve dans l'ouvrage de M. Louis Lacour , Livres du 
Boudoir de la reine Marie-Antoinette, i863 , p. 123, que'ques 
détails sur ce roman, qui ne semble pas toujours justifier la 
promesse de l'auteur. « Je commence un roman qui ne peut por- 
ter qu'a l'amour de la vertu. » Le succès de Sophie de Fran- 
court semble d'ailleurs attesté par une comédie , en 4 a. et en 
prose , du marquis de la Salle, ayant le même titre. 

Sophie et Mirabeau, ou 1773 et 1789, vaud. en 2 
actes, par Théodore Anne et René (Périn). Paris, Barba, 
i83i, in-8, 2 fr. (Vaudeville). 

Sophie, ou Mémoires intéressants pour servir à 
l'histoire des femmes du XVIII' siècle (par Constant 
d'Orville). Amsterd. et Paris, 1779, 2 part, in-12. — 
Nyon, n° gai 2. 

Sophie Printemps, par Alex. Dumas fils. Paris, 1 853, 
in-4'; 18D4, 2 vol. in-8; 1857, iSbg, in- 16, 1 fr. — 
Paris, Michel Lévy, 1869, in-18 jésûs, 320 pp., 1 fr. 



SORCIÈRES — SOTTISES 287 

Sorcières (Les) blondes, par Emm. de Lerne (Emm. 
Le Boucher). Paris, i833\ in-12. 

Neuf petites nouvelles: Deux nuits d'été — lu Laitière et le 
Pot au lait — la Pantoufle rose — le Chevalier de Rouville — 
les Sorcelleries de l'amour — la Nuit des cendres — une Cou- 
ronne d'épines — Madame de la Sablière — les Sorcières 
noires. 

SOREL (Charles), sieur de Souvigny, né à Paris, en 
15^9, mort en 1674. Le Berger extravagant , où, 
parmi les fantaisies amoureuses, ou voit les imperti- 
nences des romans. 1627. — Nouveau recueil des pièces 
les plus agréables de ce temps en suite des Jeux de 
l'inconnu, etc. 1644. — Les Nouvelles choisies, où se 
trouvent divers incidents d'amour et de fortune. 1645. 

— Polyandre. 1 648. — La Solitude et l'amour phi- 
losophique de Cléomede. 1640. — Voir aussi la Vraye 
histoire comique de Francion. 1622. 

Sort (Le) des femmes, ou V Infortunée Eniçe, nou- 
velle apologie du beau sexe (par Ant. Galland). Paris, 
1797, in-18, fig. (Charles V**, en 1857, n° 1099; Al- 
varès, en 1861, 3 fr. 5o). — Paris, an vi , 1798,10-18. 

— Réimpr. sous le titre : Le Sort des femmes, ou le 
Club d'amour, suivi des Infortunes de deux amants. 
Paris, 1809, in-12, fig. — Deneux. 

SOTADES, poète grec du IIP siècle av. J.-C, ancien 
poète licencieux, d'où vient le mot sotadique (Voir 
Graesse, Lehrbuch, tome i" r , p. 218). — 11 est ques- 
tion de cet auteur dans Athénée , 1. XIV; — Plutarque, 
De puerorum educatione, c. XIV; — Quintillien, Instit., 
tome VIII; — et Pli ie le jeune, Epist., v, 3. — Les 
fragments qui restent de lui ont été recueillis par Gaul- 
min {ad Theoiorum Prodromum, p. 55b), par Brunck 
(Poetœ gnomici, p. 276) et surtout par Hermann (Ele- 
>nenta doctr. metricce, Leipzig, 1816, in-8, p. 444). — 
Parmi les ouvrages de Sotades, on cite Adoni-; et 
Priape. Voir Suidas, Fabricius, Bibl. grœc, tome II, 
p. 4g5 ; Smith, Dict. of greck biography , la Biogra- 
phie générale, tome 44, col. 21 3. 

Sottises (Les) du temps, ou Mémoires pour servir à 
l'histoire générale et particulière du genre humain. 
La Haye, N. Daulen, 1754, ?. vol. in-12 de 160 et 
1 5g pages. — Scheible, en 1872, 3 thaï. 

Cet ouvrage est en forme de lettres. Quelques extraits de la 



288 SOTTISIER - SOUPE 

table des matières feront juger de son contenu. — Actrices: 
ordonnance qui leur défend de monter sur le théâtre sans ca- 
leçons; — Cocus : aventures diverses fau nombre de dix); — 
De Gilbert (la dame) surprise en flagrant délit et renfermée 
dans un couvent; — Le Sage (M me ) s'enfuit avec tin laquais; 

— Procès suscité au mari par la femme de ce laquais ; — 
Eveque: aventure galante et comique; — Vestris (la), danseuse 
de l'Opéra: aventjre plaisante avec un jeune milord. 

Sotisier, ou Recueil dj B. , S. et F (Bêtises , sot- 
tises et fadaises). « Sunt mala, sunt bona quœdam. » 
Paris (Hollande), 171 7, pet. in-8. — Nodier, 44 fr. ; 
Chaponay, 6t fr. ; Alvarès, en 1864, 20 fr. ; Schei- 
ble, en 1866, avec un autre ouvrage à la suite, 7 fi. 
12 kr. — Il y a des exempl. sous ia date de 1 721, et 
avec le titre: Rapsodies , billevesées , Rogatons, pet. 
in-8. — Nodier, 52 fr. ; Pixérécourt , 20 fr.; Leber, 
n° 1825, ex. avec les cartons. — Poésies gaillardes, mais 
non obscènes. 

Souhai^ (Les) des femmes. S. 1. n. d. (e'd. lyonnaise 
de la fin du XV e siècle), pet. in-4 goth. — Cailhava, 
avec les Souhait^ des hommes, 1 70 fr. 

Lés Souhait des femmes ont été réimprimés dans le 3 e vol. 
du Recueil de M. de Montaiglon , p. 147-154. On y voit des 
femmes de condition bien différente; depuis la royne et la du- 
chesse jusqu'à la macquerelle, la p....n de chambre et lap....n 
commune. Cherchons des Souhai\ plus honnêtes que ceux de 
ces demoiselles et mentionnons le quatrain de VAdvocate: 

Moy qui suis femme d'advocat, 
Je souhailte une chaine d'or, 
Ung diamant ou ung grenat, 
Belles bagues en mon trésor. 

SOULIÉ (Fréde'ric) , littérat., né à Foix en 1800, 
mort à Bièvre en 1847. Les Amants de Murcie — les 
Amours de Victor Bonsenne — Amours françaises — 
la Chambrière — la Comtesse de Monrion. La Lionne. 
Julie — le Conseiller d'Etat — les Deux reines — le 
Lion amoureux — Marguerite — Mémoires du diable 

— Œuvres complètes — les Prétendus — les Quatre 
sœurs — Si jeunesse savait , si vieillesse pouvait — 
Un rêve d'amour. 

Soupe (Le) de Julie, poëme éroti-satirique en 3 ch. 
Bagatelle, 1788, et Pans, i795,in-i8. — Jannet, 4fr.; 
Aucry, en 1860, 2 fr. 5o. 

Soupe (Le) des petits-maitres , ouvrage moral ( en 



SOUPERS 289 

prose). Londres, s. d. (vers 1770), pet. in- 12 en deux 
parties, ensemble 248 pp. 

Cet ouvrage moral est le récit d'une partie fine, où chacun 
raconte son histoire. Les personnages s'appellent Persac. Sain- 
val, le Président, la Bouquetière, la Marchande, la Danseuse, 
etc. C'est très-gai, et l'on en peut juger par les titres des cha- 
pitres : La Petite maison ; le Bain ; les Vers à soie ; Deux 
bonnes fortunes manquées , comment ? L'actrice de province 
raconte son histoire; Attrapez-moi toujours de même! l'A- 
mour est un futé matois, etc. — Ce petit tableau de mœurs 
ayant réussi, 'l'auteur . Cailhava (nommé communément Cail- 
hava de l'Estendoux parce qu'il était né dans un endroit de ce 
nom, près de Toulouse), en fit paraître une nouvelle édition 
intitulée simplement: Le Soupe, conte moral, Londres (et Pa- 
ris, Bastien), 1771, 1772, 2 parties in-12; puis, en 1782, dans 
la Bibliothèque amusante de Cazin , une petite édition rema- 
niée et augmentée de quelques contes en vers. — Vers le com- 
mencement de l'empire, il le fit réimprimer de nouveau sous le 
titre suivant: Contes en vers et en prose de l'abbé de Colibri, 
ou le Soupe , conte composé de 1001 contes. Paris, Didot jeune, 
an vi (1798), 2 vol. in-18. Cette réimpression du Soupe est 
augmentée de plusieurs chapitres et de plusieurs contes, et , en 
même temps, élaguée de quelques longueurs; elle est jolie et 
recherchée et s'est vendue: La Bédoyère, 35 fr. ; Baur, en 1873, 
i5 fr. ; mais ordinairement de 12 à i5 fr. — Enfin une nou- 
velle réimpression vient d'en être faite en 1870 à Bruxelles sous 
le litre original: le Soupe des petits-maîtres (in-16 de V111-2S2 
pp.). tiré à 147 excmpl.; prix, 16 fr. L'éditeur a rétabli comme 
supplément quelques épisodes retranchés de l'édition de 1782, 
et quelques notes utiles. — Citons , comme échantillon, le plus 
petit des contes en vers contenus dans les dernières éditions ; 
il est intitulé: le Calcul. 

Une pré tresse de l'amour , 
Soupant che\ Qjiincy l'autre jour , 
Vantait, d'un ton de pruderie, 
Et sa constance et ses beaux sentiments. 
«J'ai, dit-elle, cédé quelquefois dans ma vie; 
Mais tout le monde ici peut compter mes amants. 
— Oui, lui répond Quincy, te calcul est facile : 
Qui ne sait compter jusqu'à mille?» 

Soupers (Les) de Daphnê et les Dortoirs de Lacé- 
démone (par Meunier de Querlon). Oxfort (Paris), 
1740. in-12 de 96 pp. (Leber, n" 2268), et 1746, in- 12 
de 78 pp. en tout. — Solar , 18 fr. ; Châteaugiron , 
20 fr. ; Aimé-Martin, 17 fr. ; La Bédoyère, 20 fr.; Cha- 
pon ay, \6 fr. 5o. 

Les excmpl. avec clef impr. sont rares; on trouve dans le 
Dictionn. des Anonymes, n° 17.203, une clef différente. On sait 
que cet ouvrage est une satire des soupers donnés par Samuel 

Tome VI. 37 



2 9 o SOUPIRS — SOURCE 

Bernard à Marly. Voir Ch. Nodier, Mélanges tirés d'une pe- 
tite bibliothèque, p. 90; et la note du catal. Leber, i.° 2268. 
— Ch. Nodier, dans une Notice de quelques livres satiriques 
et de leur clef, égarée à la suite d'un vieux numéro du Bul- 
letin du bibliophile (octobre 1834), a écrit, au sujet de ces Sou- 
pers, quelques lignes qu'on aimera sans doute à retrouver ici: 
« Dans une catégorie assez large et où notre malignité françoise 
aime à s'exercer, je m'en tiendrai, pour exemple, à cette satyre 
toute parfumée de fleurs attiques, parce qu'elle a du moins en 
sa faveur, à travers un peu de molle afféterie et de grâces ma- 
niérées, l'avantage d'être bien écrite. Querlon était un honnête 
homme, formé à de bonnes et utiles recherches qu'il savoit ré- 
sumer dans un bon style et que j'approuverois en tout point si 
l'amour des raretés philologiques n'avoit quelquefois entraîné 
cet esprit naïf à l'exploration de certains auteurs que la décence 
condamne. Lorsqu'il s'agit d'une langue morte, c'est un petit 
défaut dans lequel l'abbé de Rancé et le grand aumônier Jac- 
ques Amyot étoient tombés avant lui. L'habitude de ce travail, 
si précieux pour les langues, le conduisit, presque malgré lui, 
à une imitation de Pétrone, où il ne manque que le nerf élo- 
quent et le cynisme du modèle ; les Soupers de Daphné sont 
un véritable 'Festin de Trimalcion, accommodé à nos mœurs , 
et qui se ressent de l'urbanité de la bonne compagnie et de la 
politesse de la cour. Les Soupers sont un joli pastiche françois 
du Décaméron , et c'est comme cela qu'il faut les voir. » Ajou- 
tons que , dans les Mélanges extraits d'une petite bibliothè- 
que, 1828, p. 90, Nodier parle aussi de ce pamphlet. — Les 
Dortoirs sont un dialogue sur la volupté entre Aristippe et 
Laïs. 

Soupirs (Les) amoureux de Béroalde de Verpille, 
avec un Discours satyrique de ceux qui écrivent d'a- 
mour, par N. Le Digne. Paris, ou Rouen, 1 583, i584, 
1 597, i5g8, 1606, pet. in-8 de 60 ff. dans les pre- 
mières éditions. — Chaponay, 38fr. ; Nyon, n os 1 3o56-5y. 

Parmi les poésies de Béroalde , il s'en trouve de fort libres. 
Le Discours satyrique de Le Digne, qui n'a jamais été imprimé 
séparément, a été reproduit dans les Variétés bibliographiques 
de M. Tricotel (Paris, i863, pp. 98 à 109J. 

Souspirs (Les) d'Olivier de Magny. Paris, Jean Dal- 
lier, 1357, pet. in-8. — J. Pichon, 186g, n u 53g, 1-275 fr. 
— Réimpr. à Turin, en 1870, 14 francs. 

Source (La) d'honneur, pour maintenir la corporelle 
élégance des dames en vigueur fleurissant, et pris ines- 
timable, avec une belle epistre d'une noble dame à son 
seigneur et amy. Lyon, i53i, pet. in-8. 

Opuscule rare; il y a de la prose mèk'e aux vers. Un exempt. 
106 fr. Nodier, en 1844. Une autie édition, Lyon, i532(Solar, 



SOURCE 291 

180 fr.), paraît être la même que celle de 1 53 ï , avec un sim- 
ple changement de frontispice, mais celle de Lyon , i538, est 
bien réelle (Cigongnc, n° 719). Le Manuel du libraire fait ob- 
server que c'est à tort que Niceron, croyant qu* il s'agissait du 
Parement des d.vnes d'Olivier de la Marche, a attribué à ce 
poète li Sourc.' d'honneur. 

Source (La) du gros fessier des nourrices et la rai- 
son pourquoi elles sont si fendues entre les jambes, 
avec la complainte de M. le Cul contre les inventeurs 
djs vertugalles, etc. Rouen, Yves Bomont, s. d., in-8. 

— Leber, n" zboo. — Réimprimé à la suite de Proceq 
et amples examinations sur la vie de Caresme-Pre- 
nant, etc.— et à Bruxelles, en 1871, in-18, 3 fr., ou 
in-8, 5 fr. 

Cette Source est en prose; c'est comme une variante de la 
Branche de Renaît: Comment Renart parfist le c. (tome III e , 
p. 1). et du vieux fabliau: Du c. qui fut fait à la besche (id. 
Méon, tome IV, p. 194); seulement on n'y trouve ni Adam, 
ni le diable. Voici en quels termes débute cette facétie : 

« Considérant que tems perdu entr'aulres choses est bien dif- 
ficile à recouvrer , et voyant que la debille, languissante et mal- 
heureuse oysiveté vouloit tendre ses lacs et filets de pigruité , 
pour ainsi que grues me prendre à l'englux ou pipes , afin de 
plus sûrement m' enesloigner, j'ai entreprins estendre mon vol 
jusqu'aux theastres philosophaux et d'iceulx extraire une des 
plus naturalistes raisons que je sache sur laquelle moins d'uti- 
lité que récréation vous verrez. Et si est autant loing de men- 
songe qu'est un chien de sa queue. — Après avoir attentive- 
ment et avec pénetrance, contemplé les astres du ciel et joinct 
à ma raison les grans argumens et autorité de l'infiny nombre 
de nos prédécesseurs, souverains philosophes, je me suis mis à 
remémorer comment Prometheus donna charge à Pandora de 
faire à sa compaigne une ouverture, etc. » 

La Biblioth. Impériale en possède un exempl. goth. de 8 ff. 
11 en a été fait une réimpression à la suite des Entretiens d: 
Mâgdelon et Julie; Luxembourg (Bruxelles) , 1866, pet. in-12. 

Source (La) et origine des c... sauvages et la ma- 
nière de les aprivoiser, etc. ; plus la cruelle rencontre 
de messer Bidault Culbute et ses compagnons contre 
Moujlard le Baveux, ses alie? et confédéré^. Lyon, 
Jean de la Montagne j 1610, in-8 de 12 S. (l'édition 
originale est de 1590, mais elle est introuvable). — 
Leber, n° 2 5oo; Cigongne, n° 2104. — Réimprimé à 
Lyon, chez Jean de la Montagne, 1790, in-18 de 70 pp. 

— et à Bruxelles, en 1 871 , in-18, 4 fr., ou in-8, 6 fr. 

— L'auteur commence ainsi son prologue: 



SOURICIERE — SPANISH 

« Moi, considérant les profits et dommages de se marier ou 
non, et par une, studieuse et ingénieuse curiosité, longuement 
ambigueuz et dôuteuz, lequel on devoit faire ou laisser, m'alai 
adviser d'une aspre et difficile demande , autrefois menée entre 
aucuns gentilshommes , é'.udians trop douteux, et faisant diffi- 
culté si, en se mariant, seroit convenable de prendre une vefve, 
dont on sourdit une grosse question non accoutumée. » 

Voici la fin du texte : 

« Pour ce que les déchifFremens de ces secrets intérieurs en 
si profonde région, ne peuvent porter grande récréation, et moins 
de décoration à notre forest, et que je m'en suis pu passer un 
bon contentement de notre question, je m'en suis déporté. Qui 
en voudra savoir davantage, recoure aux livres d'Avicenne et 
Hypocrate et aux traictés d'anatomie. Dieu qui a tout fait vous 
doint à tous et toutes qui le lisez , le comble de vos gentils 
désirs. Et de prendre plaisir et contentement de lire ce petit 
livret qui a été fait pour vous recréer. » — Réimpr. récemment 
en Allemagne avec l'indication de Constantinople, 1700. et à la 
suite de Proce\ et amples examinalions sur ta vie de Caresme- 
prenant , etc. , et des Entretiens de Magdelon et de Julie. 
1866. 

Souricière (La). The Mouse-Trap, a fàcetious and 
sentimental excursion through part of Austrian, Flan- 
ders and France, etc., byTimothy Toucht, esq. 2 vol. 
pet. in-8. London, J. Parsons, 1794. 

Souvenirs d'Asnières. Mlle de Fontanges , roman 
d'amour, par A. d'Augerolles. Paris, libr. nouv., i852. 
in- 18 de 3 feuilles, 1 fr. 

Marie- Angélique de Scoraîlle de Roussille, duchesse de Fon- 
tanges, née en 1661 , était fille d'honneur de Madame. Belle 
comme un ange, dit l'abbé de Cboisy , mais sotte comme un 
panier, elle n'en subjugua pas moins le cœur de Louis XIV. 
A une partie de chasse, le vent ayant dérangé sa coiffure , elle 
la lit rattacher avec un ruban, dont les nœuds lui tombaient 
sur le front , et cette mode passa avec son nom dans toute 
l'Europe. Le roi la fit duchesse; elle mourut des suites d'une 
couche en 1681. 

Souvenirs de jeunesse , extraits des Mémoires de 
Maxime Odin , par Gh. Nodier. Paris.. i832, 1 833, 
in-8, et 1841, in-12. — Bruxelles, 1842, in-12. — 
Vital Puissant, en 187", 3 fr. — Six chapitres: Se'ra- 
phine; Thérèse; Clémentine; Amélie; Lucrèce; Jean- 
nette. Séraphine est un souvenir d'enfance; Clémentine 
un amour fougueux; Amélie, un amour sentimental; 
les deux dernières sont des amours sensuels. 

Spanish baivd, a tragi-comedy. London, 1C61, in-8. 



SPECULUM — STAA TS-UEBES-UND 2 9 3 

Spéculum concubinariorum sacerdotum , monacho- 

rum ac clericorum , auct. Henrico Cuyckio. Colonice, 

111-4" (La Vallièrc, n° 1017, 18 fr.). — Lo- 

vanii, 1601, in-8 (Yerbcyst, n" 4t>3). — Col., ibo5 , 

in-8, 3 à 5 fr. 

Ce titre semble indiquer une satire contre l'église romaine , 
cependant, selon le catalogue de Crevenna , VI , addit. p. 22 , 
l'ouvrage est orthodoxe. 

Speechés of lord Auckland in support of the Bill 
for the punishment and more effectuai prévention of 
the crime of adultery. London, 1800, in-8. 

Spermatologia historico-medica, hoc est seminis hu- 
mani consideratio , par Martin Schurig. Francfort , 
1720, pet. in-4". — Scheible , en i855, 4 ri. 48 kr.; 
Leber, n" 10^4, Baillière , 8 fr. 

Dans ce gros volume de 721 pp., il est question, entre autres 
choses, des tentations d'Origène . du culte des phallus (p. i5o), 
des effets de la flagellation (p. 253), d'une femme qui réclamait 
le divorce, en se fondant sur l'excessive ardeur de son mari 
(p. 246] , et à cet égard l'anecdote de la Catalane dont parle 
Montaigne. Une dissertation sur les personnes qui ont changé 
de sexe, occupe les pp. 6S9 à 721. 

Sphère {La) de la lune, composée de la teste de la 
femme (par Mlle de B***). Paris, A. de Sommaville, 
i6:>2, pet. in-8 (Techer.er, 8 fr. ; Leber, n d 2y53). — 
Chalon-sur-Saône, Tan, 1 658, in-8. — • Nyon, 4066. 

Livre curieux et peu commun sur les femmes. 11 cherche à 
prouver que le beau sexe est lunatique, c'est-à-dire sujet aux 
influences et changements de la lune. 

Splendeurs et misères des courtisanes, par Hon. de- 
Balzac (Esther heureuse. — A combien l'amour re- 
vient aux vieillards. — Où mènent les mauvais che- 
mins). — Paris, 1844, 3 vol. in-8, 22 fr. 5o. — Paris, 
Marescq, i852, t85q, 1860, in~4" illustré. — Paris, 
libr. nouv. , i856, i858, iS5g, in-16 de 400 pp., 1 fr. 

Staats-Licbes-und Helden-geschichte.,. Histoire po- 
litique, amoureuse et héroïque de la grande princesse 
de l'Indoustan Amira et de Son Altesse le prince Zicu- 
farnes. Francfort, 1745, in-8 de 535 pp. 

Sous des noms supposés, ce volume, devenu rare, est une 
satire contre l'empereur d'Autriche, François 1 er , contre le roi 
de Prusse et contre d'autres personnages'considérables de l'é- 
poque. 



294 STANZE — STERNE 

Stan^e amorose sopra gli liorti délie donne ed in 
lodz délia ment a (da Tansillo); la Caccia d'amore , 
del Bemia, etc. (Venise), 1574, pet. in-12 de 48 ff. , 
avec jolies fig. sur bois (Nodier , 47 fr. ; Chaponay, 
5o fr. ; Mac-Carthy, 3o fr. ; Libri, 29 fr. ; Techener , 
y' partie, n° 1229; Cigongne, n° i35o; Chédeau, n" 
G45). — Les stances licencieuses iw Iode délia menta 
avaient déjà été imprimées une première fois, s. 1. (Ve- 
nise), 1 538, pet. in-8 de 16 ff., fig. en bois remarqua- 
bles. — Libn, 18 fr. 5o. — Réimpression de II Ven- 
demmiatore, de Luigi Tansillo. — Voir à ce titre. 

Stan^e di diversi illustri poeti, raccolte daLodovico 
Dolce. Vinegia, Giolito, i553, in- 12. — Giolito, 1 563- 
65, 2 vol. in- 12 (Libri, 16 fr.). — Recueil estimé et 
qui contient ie Vendemmiatore de Tansillo et des petits 

Eoèmes ( en ottava rima) de Laurent de Médicis, de 
embo, de Poliziano, d'AIamanni, de P. Aretino, etc. 

Statuts (Les) de l'ordre et société de la Culotte , 
arresteç dans l'assemblée générale des frères et sœurs 
culotins et culotines, en 1724, et rédige^ par le frère 
Béquillart. Manuscrit, in-4 , orné de dessins à la plume. 

Leber, n° 2527. C'est le registre original de cette singulière 
association d'amis des deux sexes. Les noms des frères y sont 
donnés, et on remarque entre autres celui de Saint- Amarand, 
fermier-général, trésorier de l'ordre, et dépositaire du registre, 
dont le cabinet fut vendu en 1770. Le frontispice du manuscrit 
porte les trois légendes suivantes : Ordre et société des culo- 
tins et culotines — Rien de trop et de la santé — Vive la dé- 
licieuse culotte. 

Stephanor, oder.... (Stéphanor, ou Aventures d'un 
jeune portugais). Cologne, chez P. Marteau, 1800, in-12. 
— L'indication supposée de P. Marteau annonce pro- 
bablement un ouvrage licencieux. 

STERNE (Laurent), auteur anglais, né à Clonmel 
(Irlande) en 17^3, mort en 1768. 11 est surtout connu 
par les. deux ouvrages suivants: 

Le Voyage sentimental (A Sentimental journey) dont la 
première édition a paru à Londres en 1768, in-12 , et qui a été 
réimprimé fort souvent. On cite entre autres l'édition de 1792 
in-8, avec 6 fig. d'après Stothard. Les traductions françaises de 
cet ouvrage sont nombreuses: Frénais, en 1769, très-souvent 
réimprimée et en tous formats ; — Pau'.in Crassous, en l'an vu 
('799); — Moreau-Cristophe , en 1828; — J. Janin, en 1840; — 
Léon de Wailly, en 1841 , etc. — Le Voyage sentimental ne 



STRAMBOTTl 2 9 5 

ressortit pas à notre bibliographie , bien que l'anecdote de la 
petite marchande de gants soit réelle , et qu'elle ait même été 
poussée beaucoup plus loin que Sterne ne juge à propos de le 
dire dans son livre. Lafleur, le valet de chambre de Sterne, qui 
n'était pas un être fantastique, a donné sur son maître quel- 
ques détails intéressants. Quelquefois, Sterne était très-mélan- 
colique; « d'autres fois, dit Lafleur, on eût dit que ce n'était plus 
le même homme; le ciel de la France opérait sur loi et il s'é- 
criait: Vive la bagatelle! Ce fut dans un de ces moments qu'il 
fit connaissance avec la petite grisette du magasin de gants qui 
vint le voir chez lui à plusieurs reprises. » Mlle de Lespinasse 
a donné une suite au Voyage sentimental de Sterne , en deux 
chapi res, imprimés dans le tome II des Œuvres posthumes 
Je d'Alembert et réimprimés depuis dans quelques éditions des 
Œuvres Je Sterne, notamment dans celles de 1818 et de 
1825-37. 

Laurent Sterne, m. en 176.8, était romancier en même temps 
que ministre protestant. Son voyage en France a été fait en 
1762. 11 avait commencé à se faire connaître en 1759 par la 
publication de: The Life anJ opinions of Tristram ShanJy , 
gentleman. L'édit. de Londres, 1763-67, 9 tomes en 5 vol. in- 12, 
fig. JBiblioth. de Grenoble, n° 17739J est complète tt très-belle; 
les figures, en manière noire, sont remarquables. — 11 y a eu 
aussi plusieurs traductions françaises de cet ouvrage. La p!us 
ancienne, qui est toujours la préférée , est due à Frénais et de 
Bonnay : elle est de 1776 et a été souvent réimprimée. Griffet 
de la Baume en publia une autre en 1785 ; — et M . Léon de 
Wailly en a donné une nouvelle chez Charpentier en 18+2. — 
La Vie et les opinions Je Tristram ShanJy sont tout simple- 
ment une suite de scènes, de dialogues, de tab'eaux humoris- 
tiques plaisants ou^ouchants. Shandy est un esprit bizarre qui 
veut se conduire d'après les diverses théories inventées par les 
pédants des sièc'es passés; sa bonne femme, au lieu de l'en 
détourner, semble l'admirer. Yorick, gai, spirituel et insouciant 
curé , est Sterne lui-même. L'oncle Tobie et son fidèle servi- 
teur sont de délicieuses et très-originales individualités. Parmi 
toi'S les traits licencieux et critiques de l'ouvrage, la cause de 
l'humanité est toujours chaleureusement plaidée. Le clergé n'en 
fut pas désarmé , et il lança contre l'ouvrage un anathème dont 
Sterne ne fit que rire. « Avez-vous lu men roman? demandait-il 
un jour à une dame de qualité. — Non, monsieur, répondit-elle, 
et s'il faut vous parler franchement, en m'assure qu'il n'est pas 
convenable qu'une femme le lise. — Ma chère dame, répliqua 
l'écrivain, ne soyez pas dupe de ces contes-là. Mon ouvrage res- 
semble à cet enfant de trois ans qui se roule maintenant sur le 
tapis et qui montre quelquefois fort innocemment des choses 
qu'on est dans l'habitude ce cacher. » — On nous a signalé 
1 existence d'une série de gravures fort libres , se rapportant à 
cet ouvrage, et ayant des légendes en français et en anglais. 

Strambotti a la villanesca , freniticati de la Quar- 
tana de l'Aretino, con le stanqe de la Serena appresso 



2 9 '3 STRAMBOTTI — STRAPAROLE 

in comparatione degli stili, da Pietro Aretino. Venise, 
Marcolml, 1344, in-8 de 40 ff. (Libri, 8b fr.). 2 pet. 
poèmes en octaves; les Strambotti sont une imitation 
en langage rustique de la Nencia et de la Beca et sont 
adressés à la Viola; la i c pièce esta la louange d'An- 
gela Serena; la dédicace de cette pièce donne la liste 
des ouvrages publiés et inédits de l'Arétin. 

Strambotti fin oîtava rima) e fioretti nobilissirni d'a- 
more... , per cl nnb. homo Alvise Pulci , fiorentino 
(Louis Pulci). Venise (commencement du XVI' siècle), 
pet. in-4 de 4 ff. — Libri (n° 1 388 du catal.), 109 fr 

Une autre édition sans lieu ni date, mais aussi ancienne que 
la précédente, figurait dans la vente La Vallière, n° 35t,o,8. 

Strambotti gentilissimi ad esempio d'ogni innamo- 
rato (in ottava rima). S. 1. n. d. (Venise, commencement 
du XVI e siècle), in-4° de 2 ff., avec 1 fig. sur bois. — 
Libri, 28 fr. 5o. 

STRAPAROLE (Jean-François), aut. italien du XVI" 
siècle, ne à Caravage; il a donné un recueil de contes 
dans le genre de Boccace. sous ce titre: le Piacevole 
notti, Venise, f55o, 2 part, in-8 (Nyon , 10637), re- 
cueil réimprimé très-souvent. — Les éditions du XVI' 
siècle sont recherchées parce qu'elles n'ont pas été 
châtrées. — Les suivantes ont peu de valeur. 

Les Facétieuses Nuits du seigneur Straparole, trad. de l'it. 
par J. Loti veau et P. Larivey. Lvon, 1560-72, 1576, 1577, i58i- 
.S2. 1596. i6it. 2 part. in-16 (Chéd'eau, n° 986): —Paris, ir;3, 
1:76. t585. t6i5, 2 part, in-16 (de Laleu , 16 fr. ; Cigongne . 
n° 2o5o;. —Rouen, ?6oi. 2vol. in-16 (Potier. i5 fr.). — Amst., 1723. 
3 vol. î n- 1 2 'Fontaine, en 1870, reliure de Petit. 60 fr. ; Baur. 
en 1873, cat.' n° 3, 8 fr.}. — Edit. avec préf.. par B. de la Men- 
noye. s. 1. (Paris), 172s, 1726. 2 vol. in-12 (Bolle. 25 fr. ; Tri- 
pier, 3o fr. ; Mac-Carthy, 255 fr. ; Solar, 40 fr. ; Auhry, en 
iS?o. 10 fr.: Radziwill, en 1866, 145 fr.).— Paris, Jannet,"i857, 
2 vol. in-16, 10 fr. Cette édition, très-soignée, se recommande 
par un bon travail critique et littéraire sur les sources et les 
imitations des récits du conteur italien. Ce travail, très-bien 
fait, offre cependant quelques lacunes inévitables: car qui est-ce 
qui peut se flatter d'avoir tout lu, tnut consulté? M. V. Four- 
nel (Revue française . XL 24) a signalé l'imitation faite par 
Shakespeare dans la Méchante femme mise à la raison (ihe 
Tamins of the Shren') du second conte de la huitième nuit. 
Parmi les origines, l'histoire d'Andromède (X. 3), celle de Hero 
et Léandre (Vil, 2) ne se trouvent pas indiquées, bien qu'évi- 
dentes et incontestables. L'éditeur, qui fait observer que deux 
contes de Straparole sont sortis des Mille et une nuits, en ou- 



STRATENI — SUCCESSO 297 

blie un troisième (VIII, 5). — Les Nuits de Straparole contien- 
nent 74 nouvelles fort libres, suivies chacune d'une énigme ana- 
logue. Plusieurs de ces contes sont tirés du Morlino. 

STRATENI (P.) Venus Zelanda, et alla ejus poe- 
mata. Hagaecomitis, 1G41 , in-12, titre gr. , portr. — 
Auvillain, n° 490. — Rare et curieux volume, cont. un 
Recueil de Baisers du genre de ceux de Jean Second. 

— On y trouve aussi Amorum liber Anacreon latinus, 
Prœlium rosarum inter Nymphas et Cupidinem. — Le 
sujet de la Venus Zelanda est expliqué par le sous- 
titre; sive Amores Chloes et Blonaœ. — L'auteur mou- 
rut en 1640, à l'âge de vingt-quatre ans. 

StrazyOsa (La) canzone di Maffeo Veniero , ripro- 
dotta. Venise, i85o, in-8. — C. R***, de Milan, n° 
11 73. — V. Capitoli burleschi d'incerto autore. 

Streifoûge durchs gebiet der liebe (Excursions sur le 
territoire de l'amour). Saint-Pétersbourg et Leipzig, 
1804, in- 12. — Cat. de Dresde, n° 168. 

Stromates (Les), ms. de la main de Jamet le jeune, 
2 vol. in-4 . — Biblioth. impériale. 

Les Stromates offrent de nombreuses pièces de vers d'au- 
teurs de l'époque (Gacon, Rey, Voltaire, etc.), et d'écrivains 
plus anciens. Parfois des variantes nombreuses sont indiquées. 

— Lorsque Jamet transcrit quelque morceau d'un vieil auteur, 
il y joint habituellement une note. C'est ainsi qu'à propos de 
l'épigramme qu'il rencontre dans l'édition de Marot (La Haye, 
1731, tome VI, p. 263): 

« Robin tnangeait un quignon de pain bis, » 

il fait observer que le même sujet a été traité par Saint-Gelais, 
et se trouve dans la Légende joyeuse (1751), tome III e , épigr. 
78. Les livres qu'il parcourt (VHexaméron rustique, les Let- 
tres de Guy-Patin, etc.) lui offrent-ils quelques faits qu'il juge 
piquants, quelques réflexions malignes, il s'empresse de les 
transcrire. 11 puise amplement dans un ouvrage qui nous semble 
peu connu: les Ridiculités anciennes et modernes, Londres, 
Tonson, 1731, in-12 ; nous nous bornerons à mentionner une 
seule de ces ridiculités; dans l'église des Carmes, à Licge, le 
tableau du maure-autel représentait le Père éternel habillé en 
carme. 

Successo bellissimo d'amore d'una giardiniera, con 
l'astutie da lei usitate al marito, infavore delV amante. 
S. 1., i3g4, in-8 de 4 ff. — Libri , n° 1447 du catal. 
de 1847, ex - reu é en mar., 19 fr. 5o. — Nouv. assez 

Tome VI. 38 



298 SUCCESSOS — SUETONE 

curieuse et libre, en octaves. — Voir Passano, / No- 
vellieri in versi, p. 114. 

Successos y prodigios de amor. Voir Nouvelles de 
Montalvan. 

SUE (Marie-Joseph, dit Eugène), chirurgien, roman- 
cier, aut. dramat., né à Paris en 1804, mort à Annecy 
en 1859. Arthur — Cécile — la Cour d'amour, ou 
Mylio le trouvère — le Diable médecin. La Femme 
séparée de corps et de bien. La Grande dame. La Lo- 
rctte. La Femme de lettres. La Belle fille — les En- 
fants de l'amour — la Famille Jouffroy. Mémoires 
d'une jeune fille — Fernand Duplessis , ou les Mé- 
moires d'un mari — la Luxure: Madeleine — la Mar- 
quise d'Alfi — Mathilde — Miss Mary, ou l'Institu- 
trice — les Mystères de Paris — la Salamandre — 
les Secrets de l'oreiller — Thérèse Dunoyer — la 
Vigie de Koat-ven. 

SUÉTONE. Caius Suetonius Tranquillus, biographe 
latin, né vers l'an 70 de J.-C. , secrétaire d'Adrien, 
puis disgracié. 11 écrivit les vies des douze Césars, 
ouvrage qui contient nombre de détails et d'anecdotes 
curieuses. On peut se fier en général à la véracité de 
l'auteur, auquel on reproche seulement de ne guère 
ménager la décence. Les meilleurs éditions, après l'é- 
dition princeps (Rome, 1470, in-fol.), sont celles de 
Dukor (Leyde, 1 7j5i), de Wolf (Leipzig, 1802), de 
Beaumgarten-Crusius (Leipzig, 181 6- 18), de Hase, 
dans les Classiques de Lemaire (Paris, 1828^, et d'E. 
Gros, dans la collection Panckouche, i836. — Reifter- 
scheid a donné à part les fragments (Leipzig, 1860, 
coll. Teubner). — Il epste un assez grand nombre de 
traductions françaises; voici les principales: 

Suétone Tranquile, des faicts et gestes des XII Césars > 
trad. de lat. en franc, (par Guill. Michel de Tours). Paris, G. 
Du Pré, i520, in-fol. goth. , fig. s. b. très-curieuses (Ch. Gi- 
raud, 85 fr. ; Solar, 70 fr.). — Paris, Petit, i53o, in-4 . — Pa- 
ris, L'Angelier, 1540, 1542, in-8 (Veinant, 16 fr.). 

Suétone Tranquile. De la Vie des XII Césars, trad. par G. 
de La Bouthière. Lyon, J. de Tournes, i566, 1569, in-4 , por- 
traits grav. sur b. — Ch. Giraud, 28 fr. 

Caie Suétone Tranquille, de la Vie des dou^e Césars, trad. 
et illustré d'annotations, par de Baudouin. Paris, Richer, 1611. 
in-4 . — Cette traduction a été réimpr. sous le titre: Histoire 
des empereurs romains. Paris, Nie. Legras. 1700, in-12. 



SUITE — SULAMITIDE 299 

Suétone, des Vies des dou^e Césars, empereurs romains, 
de la traduction de M. Du Teil. Paris, 1661, in-4 . — Amst. , 
L. et D. Elzevir (Rouen?), i663, pet. in-12 (Nodier, 3o fr.). 

Les Dotqe Césars, trad. du lat. de Suétone, avec des notes et 
des réflexions, etc. ; par J.-Fr. de Laharpe. Paris, 1770, 2 vol. 
in-8. — j e édition. Paris, Warée , i8o5, 2 vol. in-12, i3 portr. 
— I* éd. revue, etc. , par Auger. Paris, Samson fils, 1822, 3 
vol. in-18. 

Histoire des dou\c Césars de Suétone , trad. en franc, par 
Henri Ophellot de la Pause (par Delisle de Sale, avec dés no- 
tes histor. et le texte latin). Paris, 1771, 4 vol. in-8. 

Histoire des dou\e Césars, trad. du latin avec des notes, 
par A.-L. Delaroche. Paris, Debray, 1807, in-8, 3 fr. 

Histoire des dou%e Césars, trad. du latin (texte en regard), 
sans aucun retranchement, avec des tables indicatives, des notes 
et des observations, par Maurice Levesque. Paris, Arthus-Ber- 
trand, 1808, 2 vol. in-8, 12 fr. 

Suétone, trad. nouvelle par M. de Golbéry (texte en regard). 
Paris, Panckoucke, iS32-33, 3 vol. in-8, 18 fr. 

Suétone, avec la trad. en franc.; par Baudement. Paris, Du- 
bochet. 1846, in-12 de 21 feuilles', 3 fr. (Collection Nisard). 

Suétone. Les dou\e Césars , trad. nouv. (avec le texte latin), 
par Pessonneaux. Paris, Charpentier, i858, in-18 Jésus, 3 fr. 5o. 

Suite de la Pucelle d'Orléans, en 7 chants, poëme 
héroï-comique, par de Voltaire , trouvée à la Bastille, 
le 14 juillet 1789 (par P.-J.-B. Nougaret). Berlin et 
Paris, Laurens, 1790, in-18 de 10 et 102 pp., avec 
3 fig. 

Beuchot a dit de ce livret : « Quelque peu d'étendue qu'il ait, 
je ne crois pas qu'il existe des personnes qui aient eu la pa- 
tience de le lire en entier. » 11 cite aussi un fragment de 36 
vers par Prault, addition au 12* chant de l'œuvre de Voltaire, 
morceau excessivement rare. — Cat. Dec. 

Suivante (La), comédie en 5 a. et en vers, par 
Pierre Corneille. Paris, A. Courbé, 1 63y , in-4 de 5 
ff. et 1 38 pp. (Soleinne, ii3o). — Suiv. la copie impr. 
à Paris (Holl., au Quaerendo), 1680, pet. in-12 (So- 
leinne, 1143). — Représentée en 1634. 

Sulamitide (La), boschereccia sacra (5 a., en vers . 
di G. Neralco, pastore arcade ( Giuseppe Ercolani, di 
Sinigaglia). Roma, A. de Rossi. iy32 (Soleinne, 4322', 
175:), pet. in-4 rp de 66 fr. , vign. — Roma e Bologna, 
\ olpe , 1733 (Luzarche , n° 2786), 1740 (Manuel), 
ïjbz, in-8. — Paraphrase du Cantique des cantiques, 
dont le texte latin est mis en marse. 



3oo SULTAN — SUPPLEMENT 

Les personnages de ce drame sont la Sulamile , Salomon , 
une compagne de la Sulamile , un berger confident de Salo- 
mon, un capitaine avec des gardes, un chœur de jeunes filles 
de Jérusalem, des bergers, des bergères, et enfin le Peuple. 
La scène se passe dans les châteaux de Salomon et dans le 
désert. 

Sultan (Le) Misapouf et la princesse Grisemine (par 
Voisenon). Londres (Paris), 1746 (Nyon, n'' 10060), 
1760, 1767, petit in-8, ou petit in-12. — Pseaume, 
n° 63; A. S., en i855. 

Sultane (La) Ro\rea, ballade traduite de lord Byron, 
par Exupère , etc. ( fantaisie libertine, attrib. à Alb. 
Glatigny). Paris (Bruxelles), 1870, in-8, 3 fr. — Réimpr. 
avec un choix de chansons libres et satiriques, en 1871, 
in-16 de 95 pp., faisant partie de la coll. de la Bi- 
bliothèque Libre, 5 fr. 

Sultanes (Les) de Gu^arate, ou les Songes des hom- 
mes éveillés; contes mogols (par Gueulette). Paris, 
Moucher, 17S2, 3 vol. in-ii (Nyon, 10028). — Utrecht, 
1736, 2 vol. pet. in-12 (Claudin, en 1867, 3 fr. 

Ces contes , dans le genre de ceux des Mille et une nuits , 
sont assez galants. Ils ont été réimprimés sous le titre de Mille 
et une soirées. La Hâve (Paris), 1749, 3 vol. in-12 (Nyon, 
n° 10029). — Paris, 1765 , 3 vol. in-12 (Leber, n° 2102). — Us 
font probablement complément aux Mille et un quarts-d' heure 
du même auteur , et ont été réimprimés dans le Cabinet des 
fées, tomes XXII et XX1U. 

Sultanes (Les) nocturnes de Paris contre nos sei- 
gneurs les réverbères. A la Petite Vertu, 1768, petit 
in-8 de 16 pp. — Alvarès (octobre i8b8), 4 fr. 5o; 
Leber, n° s 1837 et 2533. — Voir les Ambulantes à la 
brune. 

Supplément aux diverses éditions des Œuvres de 
Molière , ou Lettres sur la femme de Molière , etc. 
(publ. par Fortia d'Urban). Paris, Didot, 1825, in-8. 

Supplément aux Œuvres de la Chaussée. Amster- 
dam, 1762, pet. in-12. 

Ce supplément de 92 pp. qui se joint au 5 e vol. des Œuvres, 
contient le Rapatriage , comédie-parade en vers, et 9 contes 
dans le genre de ceux de la Fontaine: le Cancre; la Clémen- 
tine (même sujet que la Bulle d'Alexandre VI , d'Andrieux , 
mais traité bien moins spirituellement); Irma (c'est-à-dire Emma 
et Eginhart); l'Origine de la barbe; le Roi Hugon (même 



SUPPRESSION — SUZANNE 3oi 

sujet que les Miracles de Chénier, si ce n'est que c'est le moine 
Turpin qui est le héros); la Linotte de Jean XXII; Origine 
de la fossette du menton; le Visa de l'amour; l'Aventure du 
bois de Boulogne (cette dernière pièce en faveur du système de 
Law). — Aubry, en 1860, 10 fr. 

Suppression de la syphilis. Pétition à la Chambre 
des députés (terminée par un projet de règlement), 
par A. Guépin, de Nantes. Paris, G. Baillière, 1846, 
in-8 de 08 pp. 

Surprise (La) de l'amour , com. en 3 a. en prose , 
par Marivaux. Paris, Gandouin, 1733,111-12. — Paris, 
veuve Guillaume, 1723, in-8. — Paris, Flahaut, 1728, 
in-12. — Paris, Briasson, s. d., 1733, in-12. — Et sous 
le titre de Surprise de l'amour français. Paris, veuve 
Duchesne, 1785, in-8. 

Susanna, auctore E. Candido. Anvers, 1 534, in-8. — 
R.-S. A***, en i85i, n° 3 7 5. 

Susanna (La), di Ferrante Pallavicini. Venetia, Sar- 
zina, 1639, pet. in-12 (Lenoir, n° 1 1 37 ; Biblioth. de 
Grenoble, n° 17639). — Venetia, Turrini, 1654, in-12. 
— Nyon, n° 10487. 

Susanna, tragedia, auct. H. Jordanio. Paris, 1654 
in-12. — R.-S. A***, en i85i, n" 414. 

Susanna, comœdia nova... scripta a Nie. Frischlino. 
Argentorati, i6g5, petit in-8 de 94 pp. 

Suranné, vaud. en 2 a., par Melesville (Anne-Hon.- 
Jos. Duveyrier) et Eug. Guinot (Palais-Royal). Paris, 
1837, in-8 de 28 pp. 

Suzanne, par Ed. Ourliac. Paris, Desessarts, 1840, 
in-8 (cat. Monselet, p. 87). — Paris, Bourdilliat, 1860, 
in-12 de 281 pp., 1 fr. 

Suzanne aux bains (en vers). Paris, impr. Setier , 
1820, in-8 d'une demi-feuille. 

Suzanne (La) de Didier Oriet , escuyer lorrain. 
Paris, Den. Du Val, i58i, pet. in-4 de 4 fl'. et 147 
pages. — Potier, en 1870, n° 870. 

Le sujet de ce poème en trois chants est l'histoire de la 
Chaste Suzanne. L'auteur dédie son livre à Suzanne Oriet , sa 
sœur. 



3u2 SUZANNE — SYLVIE 

Suzanne, ou la Matrone vertueuse, com. à i3 pers., 
par Pierre Heyns. Harlem, i5g5, pet. in-8, front. — 
Rare. 

Sujette, com.-vaud. en 2 a., par Bayard, Duraa- 
noir et Dennery. Paris, i838, gr. in-S. 

Sujette et Pétrin. Voir Lucette, ou les Progrès du 
libertinage. 

Sylphe (Le) galant et observateur , contes antimo- 
raux, par F. G. — Paris, Tiger, an ne, in-18, 177 pp., 
fig. — Suite de contes en prose souvent fort libres - , 
Ëlisca , ou le Nouveau Gabriel; Jeunes demoiselles, 
craignez la musique; le Mari philosophe, etc. — B***, 
en i853, n" ii5o; Bramet, n" 397, 3 fr. 

Sylva? nuptialis, in qua ex dictis modernis plurimae 
quœstiones quotidie in pratica occurrentes... in materia 
matrimonii , dotium, nliationis, adulterii, etc. Joan. 
Nevizano Astensi , authore. Paris, i52i , in-8 goth. 
(Manuel). — Lugduni, 1624, in-4 goth. à 2 col. (Te- 
chener, 7 e partie, n° 707; Bibl. de Grenoble, 7735). 
— Lugduni, i52b, in-4 goth. à 3 col. (Auvillain, n" 
144). Editions rares et curieuses, plus recherchées que 
les réimpressions suivantes dans lesquelles on a adouci 
les passages contre les femmes. D'un autre côté, les 
éditions postérieures, divisées en six livres, sont aug- 
mentées de plus de moitié. — Lugduni, 1545 (Libn , 
n°742), 1 556 (Auvillain, n° 147), 1572 (Piget, n" 
1 85 1 ) , 1602, in-8 (Bibl. de Grenoble, 6401-02). — 
Venise, 1570, 1 573, in-8. — Francfort, 1647, in-8. — 
Techener, 10 fr. ; Peignot, 17 fr. 

Livre bizarre , où l'auteur déroule , avec un sérieux soutenu, 
une érudition facétieuse. Les sarcasmes les plus grossiers con- 
tre les femmes émaillent cet ouvrage d'un bout à l'autre. C'est 
là que l'on trouve que « Dieu ayant formé l'homme, ajourna la 
création de la femme, pour s'occuper d"elle en même temps que 
des animaux, et qu'encore se borna-t-il à façonner son corps ; 
quant à la tète, il ne voulut s'en mêler et en abandonna l'or- 
ganisation au diable.» (Note du catal. du marquis de M..., 
n° 1021). —Voir la Forêt nuptiale, de Cholières. 

Sylvie (La), du sieur Mairet , tragi-com. pastorale. 
Paris, 1629, in-8 (Techener, 34 fr.). — Caen, i63o, 
in-8 (Bibl. de Grenoble, 17003). — Paris, F. Targe, 
i63o, in-8 (Bibl. du th. franc.).— Paris, Est. Saucié, 



SYLVIE — SYPHILIS 3o3 

i633, in-8 (Potier, 8 fr.)- — Troyes, veuve Oudot . 
1681, in-12. 

Sylvie, étude, par Ernest Feydeau. Paris, Dentu, 
18b 1, in- 18, 3 fr. 

Symon de Blonay, ou le Combat des mariés et des 
non mariés. Chronique du XV e siècle. Paris, Didot , 
i836, in-8 de 10 pp. goth. — Bergeret, n° i6o3. 

Synode (Le) conjugal, ou Aloisia sacra, recueil de 
conférences , fait et mis au jour par Charles Bona- 
venture, ex-récollet. Paris, Marandan , an iv (1796), 
2 part, in-12. — E. Piot, 22 fr. 

Discussions antireligieuses en faveur du divorce. On a attri- 
bué, mais à tort, croyons-nous, cet ouvrage à Louvet de Cou- 
vray. Destruction ordonnée par arrêt du 19 mai i8i5. — Ce 
sont des dialogues entre Chaos , Candide , et autres interlocu- 
teurs qui s'entretiennent du mariage et du devoir conjugal , en 
s'appuyant de l'autorité de Sanchez et d'autres casuistes. Epi- 
graphe: 

Mariés, aime\ vos femmes^ ; 
Femmes, soye^ soumises à vos maris. 

Syphilis, trad. du poème latin de Fracastor. Voir 
FRACASTOR. 

Syphilis, poëme en 2 chants, par Barthélémy, avec 
des notes par le D. Giraudeau de Saint-Gervais. Paris, 
Béchet jeune, 1840, in-8 de 5 feuilles 1/2. — Ce n'est 
point une trad. de Fracastor. — Paris, 1848, in-18; 
Ch. B***, n° 3o2. — 4 e édition revue et augmentée 
d'un chant. Paris, Martinon, 1 85 1 , in-8 de 7 feuilles 
(Cette édition à 4 chants). — Aubry, en 1862 , 4 fr. 
— Voir Giraudeau dans le Dict. Vapereau et le cat. 
Monselet, n° 1 13. 

Syphilis (La) dans l'antiquité (en allemand), par 
le doct. Julien Rosenbaum. Halle, 1 83g , in-8 , tome 
I er , seul paru. 

Ce volume fort curieux, et qui témoigne d'une grande érudi- 
tion , montre, en s'appuyant d' une foule de textes, grecs et la- 
tins, les conséquences fâcheuses qu'entraînaient, chez les peu- 
ples de l'antiquité , les écarts de l'amour physique. 11 en existe 
une traduction française par J. Sauthus. Bruxelles, Grégoire, 
1847, ' n "8' 383 pp. — Pp. 9-29, une liste d'ouvrages sur les 
origines de la syphilis. — Voir, pour le titre allemand de l'ou- 
vrage au mot Lustseucfte. 



3 o 4 SYSTEME — TABLE 

Système physique et moral de la femme , par le 
docteur Roussel. Paris, Vincent, 177$, 1783, in-12 
(Nyon, n° 5942; Techener , en i858, i5 fr.). —Le 
même ouvrage; suivi du Système physique et moral 
de l'homme. 6° édition , préc. d'un Eloge de l'auteur, 
par Alibert. Paris, 181 3, in-8, 2 fig. ; 1820, in-8, 3 fig. 
— On cite encore des éditions de i8o3, 1814, et une 
autre sous ce titre: De la femme considérée au phy- 
sique et au moral. Paris, 1788, 2 vol. in-12. — Nouv. 
édition, avec une Notice sur Roussel et une esquisse, etc., 
par le docteur Cerise. Paris, Fortin, Masson, 1845, 
1 855, gr. in-18, 3 fr. 5o. — Paris, Charpentier, 1869, 
in-12 de 70-258 pp. — Ouvrage bien écrit; nous ne 
citerons que ce trait: 

■ La beauté dépend du caprice des individus. Les mêmes 
objets qui sont capables d'enflammer l'un, refroidissent l'autre; 
et souvent le hasard ou des circonstances quelquefois bizarres 
ont fixé le goût de certaines personnes. Descartes disait que 
toutes les femmes louches lui plaisaient, parce que la première 
femme qu'il avait aimée , était louche. » 



T 



TABARIN (le sieur), farceur du commencement du 
XVII e siècle. Almanach prophétique — les Arrests 
admirables et authentiques — Bonjour, bon an à MM. 
les cornards de Paris et de Lyon, avec les privilèges 
de la grande confrairie des Jans, etc. — Inventaire 
universel des œuvres de Tabarin, etc. — ses Œuvres 
— Recueil général des rencontres, etc. 

Table généalogique des héros de romans, avec un 
catalogue des principaux ouvrages en ce genre ( par 
L. Dutens). Londres, Edwards, s. d. (et 2 e édition, 
Londres, 1796), in-4 obi., 11 tableaux. — Van Hippe, 
n° 287; Techener, 18 fr. ; Claudin, en 1870, i5 fr: 

Volume rare en France ; outre la généalogie des divers héros 



TABLEAU 3o5 

des romans de chevalerie, ce livre renferme des renseignements 
bibliographiques sur les diverses éditions des romans de che- 
valerie et un catalogue des livres dont se composait la Biblio- 
thèque de Don Quichotte. 

Tableau de la vie, ou les Mœurs du dix-huitième 
siècle. Voir Tableaux de la bonne compagnie. 

Tableau (Le) de la volupté , ou les Quatre parties 
du jour, poème en vers libres, par D. B. (Du Buisson). 
A Cythère, au Temple du Plaisir (Paris), 1771, 1 78 1, 

Jiet. in-8, avec un front., 4 fig. , 4 vign. et 4 culs-de- 
ampe, par Longueil, d'après Eisen. — Nyon, n" i534D; 
Dinaux, n° 328g, 17 fr. 

La vignette qui figure la nuit est composée avec finesse, el 
elle est en même temps charmante de gravure. C'est un lit à 
demi-fermé; un petit amour s'enfuit avec une torche après avoir 
allumé le feu sacré ; un autre tient une couronne qui lui a été 
offerte, et le troisième pénètre dans le lit. 

Tableau des piperies des femmes mondaines, où, par 
plusieurs histoires, se voient les ruses et artifices dont 
elles se servent. Paris, J. Denis, 1 6 3 .1 (Piget, n" 1898; 
Morel-Vindé, G fr. ; Techener, i858, 24 fr. ; Nyon, n° 
4065), i633 (Mazoyer, i5 fr. ; Leber, n° 261 ; Lu- 
zarche, n° 33o3), et Cologne (Holl., à la Sph.), i685, 
1686, 1687, pet. in-12 de 284 pp. — Nodier, 49 fr.; 
Bignon, 19 fr. 5o ; Veinant, 5q fr. ; Solar, 5o fr. ; 
Criaponay, 170 fr. ; E. Piot, 21 fr. — Réimpr. à Bru- 
xelles, A. Mertens (pour J. Gay), 1866, 184 pp. et 

1 ff., tiré à 106 ex. pet. in-12. 

D-' la beauté louable et de la beauté trompeuse — Descrip- 
tion de la femme lascive — Des ruses et artifices de la femme 
pour perdre l'homme le plies sage du monde — De la super- 
Jluité des habits des femmes mondaines — Invective contre la 
paillardise — Des chastiments el peines ordonnées contre les 
adultères, etc. , etc. — L'auteur resté inconnu était probable- 
ment un prêtre et mauvais écrivain. — Voir: Tableau histori- 
que des ruses et subtilité^ des femmes, etc. 

Tableau (Le) des Sabines, vaud. en 1 a., par Jony, 
Dieulafoy et Longchamps. Paris, an vm (1800), in-8. 
— Soleinne, n° 2526. 

Tableau (Le) du mariage , représenté au naturel , 
par Paul Caillet. Orange, 1 635, in-12. — Bignon, env. 

2 fr. ; L. R. D., 20 fr. ; La Bédoyère. 45 fr. ; Bibl. de 
Grenoble, n° 10982. — On trouve une courte analyse 

Tome VI. 3o. 



3o6 TABLEAU 

de cet ouvrage dans les Questions illustres, ou Bi- 
bliothèque des livres singuliers en droit, par Dufour, 
1812, p. 173. — Ouvrage sérieux. 

Tableau du plaisir et de la volupté. Paris, Mercier, 
an vu, 2 vol. in. 18. Cont. le Plaisir, par le comte 
d'Estaing; Y Ecole de la volupté ; les Quatre heures de 
la toilette des dames, par de Favre; et V Asile des 
Grâces. — Nouv. édition, augmentée du recueil inti- 
tulé: YEcole de la volupté (Voir tome III, p. 1 36). 

Tableau du temple des Muses (par de Marolles). 
Paris, Sommaville, i655, in-fol. , fig. (60), gr. par 
Bloemaert d'après Diepenbeke. — Lolliée, 84 rr. ; Da- 
vid, 41 fr. 

Le Salmacis et Hermaphrodite de Bloemaert a été remplacé 
dans beaucoup d'exempl. par une estampe de Poilly; les cu- 
rieux recherchent les deux fig. Dans la gravure de Jupiter et 
Sémélé, des draperies ont été ajoutées , et dans Alphée pour- 
suivant Arélhuse , une touffe de roseaux a été ajoutée atin de 
cacher la nudité du fleuve. 

Tableau et liste de toutes les jolies marchandes des 
48 divisions de Paris (par M. Saunier). Paris, Renau- 
dière, 3 numéros, in-8 (ayant paru successivement, et 
rarement réunis). — Cat. Pixérécourt, p. 392. — Hatin 
(Bibliographie, p. 174) classe cet article parmi les 
journaux. 

Tableau général des cocus des différents quartiers de Pa- 
ris. i er numéro. Halin, Bibliographie des journaux, p. 174. 

Tableau historique des ruses et subtilité^ des fem- 
mes, où sont naïvement représentées leurs mœurs, hu- 
meurs, cruauté^, tyrannies, feintises, artifices, trom- 
peries... , par L. S. R. (le sieur Rolet). Paris, 1623, 
in- 12. — Potier, i5 fr.; Nodier, 43 fr. 5o; Leber, n° 
2744; Nyon, n° 4063 ; Desq, n° 85i. 

Ce volume doit avoir beaucoup de rapports avec le suivant : 
Tableau des piperies des femmes mondaines , où, par plu- 
sieurs hist. se voient les ruses, etc. (Voir ce titre). — Livre 
rare et curieux. Ce n'est pas du côté plaisant que l'auteur a 
envisagé son sujet. 11 était réellement rempli de fureur contre 
les femmes; il n'avait pas non plus une bonne opinion de Pa- 
ris de son temps. Je crois qu'il n'y a ville au monde si con- 
sommée en salletez et ordures comme est Paris ; aussi à juste 
titre l'a-t-on appelée en latin Lutetia , à Luto , veu qu'il n'y a 
rien de plus dissolu en luxure par tout l'univers , et tout par 
a détestable conversation des femmes, etc. » (p. 607). 



TABLEAUX 3o 7 

Tableaux (Les) d'amour, par Claude Boitel. Paris, 
Guillemot, 1618, in-8. — De Wynne, n° 167g. — 
Classé par V. der Mulhen , n° 540, dans les romans 
historiques. 

Tableaux de la bonne compagnie , ou Traits carac- 
téristiques , anecdotes secrètes, politiques, morales et 
littéraires, recueillies dans les sociétés du bon ton, 
pendant les années 1786 et 1787. Paris, 1787, 2 tom. 
se réunissant en 1 vol. pet. in-12, avec 17 jolies fig. 
gravées par Moreau le jeune (réduites sur des planches 
de dimension gr. in-4 , dessinées par cet artiste). — 
Duplessis, n u 712; J. Pichon , n° 774, 56 fr. ; Leber, 
n° 475c). — Réimpr. à Neuwied, s. d. (vers 1797), 2 
tomes in-18, fig. Gorlay, n° 20g, 11 fr. 

Les Petites parties et les grands costumes de la dernière 
cour. Paris, s. d. (v. 1760), 2 vol. in-18, avec les fig. de Mo- 
reau jeune. C'est encore une réimpression des Tableaux de la 
bonne compagnie et, quoique Rétif de la Bretonne y soit in- 
diqué comme auteur, l'ouvrage a été attribué à Métra, le nou- 
velliste, et au marquis de Luchet. 

Monument du costume physique et moral de la fin du XVIII' 
siècle, ou Tableaux de la vie. Neuwied, 17S9, gr. in-fol. de 
36 pp. avec 26 pi. dessinées et gr. par Moreau le jeune et au- 
tres artistes. — On y trouve les mêmes gravures que dans les 
Tableaux de la bonne compagnie , mais le texte (attribué à Ré- 
tif) est tout à fait différent (Solar, 100 fr. ; Guntberger, en fé- 
vrier 1872, 3oo fr.). — Londres, Poultry , 1790, 2 vol. in-12, 
avec une grav. seulement. — 11 y en a encore deux autres édi- 
tions , sous le titre de Tableau de la vie , ou les Mœurs du 
dix- huitième siècle, Neuwied et Strasbourg, s. d.,2vol. in-18, 
avec 17 fig. en taille douce, et 1791, 2 vol. in-18 de 168 et 186 
pp. , sans fig. (Malassis, en 1872, n° 77, 24 fr.; Alvarès, 7 fr. 5o). 
— Pour ce qui concerne les planches dans les divers formats, 
consulter Cohen, Guide de l'amateur des livres à vignettes, 
pp. ii5-i 17. 

Tableaux des mœurs du temps dans les différents 
âges de la Vie (en dialogues, suivis d'une 2 e partie, 
intitulée Histoire de Zaïrette). Amst. , s. d. (Paris, 
vers 1760), in-4 , avec 20 grandes miniatures de la 
plus grande fraîcheur et du plus beau faire, attribuées 
à Carême ou à Chardin. Ces peintures représentent 
des sujets libres. 

Bachaumont dit, qu'à la mort de M. de La Popelinière (en 
1762), le ministre, M. de Saint-Florentin , s'empara de cet ou- 
vrage pour Sa Majesté. Voici, du reste, la note manuscrite qui 
se trouve sur le seul exemplaire connu, exemplaire qui a passé 



3o8 TABLEAUX 

des mains de Louis XV, peut-être , dans celles du duc de La 
Vallière; puis, à sa mort, dans celles du marquis de Paulmy. 
Il a fait partie, plus tard, de la bibliothèque du prince Galit- 
zin, et en 1844 il figurait au catal. de la biblioth. J. G., n° 329, 
et était mis à prix pour la somme de 5ooo fr. Enfin , dans les 
derniers temps, il appartenait à M. le baron Jér. Pichon, pré- 
sident de la Société des Bibliophiles français; aujourd'hui il est 
en la possession d'un amateur étranger distingue. Voici, disons- 
nous , la note manuscrite qui se trouve sur cet exemplaire 
unique : 

« Ce livre a été imprimé à un seul exemplaire dans la mai- 
son et sous les yeux de M. de la Popelinière, fermier générai, 
connu par son opulence, son luxe et son goust pour les fem- 
mes. A sa mort, il est passé dans les mains du duc de La Val- 
lière , et de là dans les miennes. Son grand mérite consiste 
daus le fini des miniatures sur vélin, bien au-dessus de ce qu'on 
trouve ordinairement dans ces sortes de livres. C'est la propre 
figure de M. de la Popelinière qui est représentée partout et 
quant à la femme qui joue le principal rôle, non-seulement 
j'ignore son nom, mais , si je le savois, je ne le dirois pas. » 

P. (de Paulmy). 

On trouve une analyse de cet ouvrage dans ['Artiste du 16 
septembre i855; elle est due à M. Ch. Monselet, qui l'a re- 
produite dans son volume intitulé : Galanteries du XVIII* siè- 
cle. M. Gust. Brunet en a aussi donné des extraits dans ses Fan- 
taisies bibliographiques, Paris, i863, in-12.— De plus, il a été 
fait, en i863, une réimpr. textuelle , offrant exactement les mê- 
mes titres et texte que l'édition originale: elle a été tirée à i5o 
exempl. Ce volume a deux parties: la i T * finissant à la p. 285 
et comprenant 17 dialogues, la plupart libres, mais extrêmement 
spirituels et dont l'auteur ne saurait Être que Crébillon fils, ou 
un homme de la même trempe. La 2 e partie, description inter- 
minable et mal écrite de scènes prétendues voluptueuses d'un 
sérail d'Asie, se traîne péniblement de la page 287 à la p. 341 
et dernière. Cette seconde partie intitulée: Histoire de Zaï- 
rette , doit être aussi la deuxième de Daïra, méchant roman 
de La Popelinière , qu'il a ainsi essayé de sauver de l'oubli. 

Autre réimpression : Paris (Bruxelles) , impr. des ci-devant 
fermiers généraux , ,1867, in-8 de VI11-170DP. et 1 feuillet; 
frontispice, 4 vign., une en tète et une à la fin de chaque vol., 
avec une notice "de Monselet, 40 fr. 

Tableaux (Les) plastiques, poésies, par Ch. Dugçe, 
suivis d'une romance et d'un sonnet du prince de Ca- 
rignan en l'honneur de Madame Keller,' Lyon, impr. 
Chanoine, i85o, in-8 de 24 pp. 

Tableaux (Les) vivants, ou Mes confessions aux 
pieds de la duchesse. Anecdotes véridiques, par un 
rédacteur de la R. D. D. M. — Amsterdam (Bruxelles), 
1870, pet. in-8 de 166 pp., 12 fr. 



TABLETTES - TAHUREAU 3oo 

Ouvrage libre qui ne recule pas devant 1' emploi des expres- 
sions les plus vives; il est divisé en i5 chapitres: La Chair 
de poule ; Un mari d'Afrique ; Secours aux veuves; Un cha- 
pitre des liaisons dangereuses, etc. —Les initiales ci-dessus ne 
signifient-elles pas Revue des Deux-Mondes ? On a attribué ces 
Tableaux à l'auteur d'Un été à la campagne , ou Correspon- 
dance de deux jeunes parisiennes; en un mot, à un fils de 
l'académicien Droz. 

Tablettes (Les) de l'Oracle , ctrennes pour les de- 
moiselles; contenant un jeu nouveau pour amuser 
toutes sortes de compagnies. Paris, Mesnier, 1749, in-8. 
— Leber, n" 2546. 

Les Tablettes de l'oracle, par mamselle Nanette, tome 1 er . 
A Hymenopolis, chez Cornichon, à l'enseigne de Momus,i75o, 
in-4 . — Cette publication, plus rare que curieuse, et dont le 
premier volume seul a paru, est un recueil de lettres de faire 
part de mariages où figurent les noms les plus illustres de l'a- 
ristocratie moderne. Son seul mérite consiste dans l'idée qui a 
présidé à la réunion et à l'impression de ces lettres et dans une 
préface burlesque qui n'est pas sans originalité (J. Gaigard , 
Bibliothèque du blason, p. 309). 

Tactique (La) de la galanterie, ou Paris, l'amour, 
le vin, la folie et les femmes , en l'an d'épicuréisme 
1820, revue semi-morale, semi-folâtre des sérails 
patentés de la capitale, etc. , par une Vedette du Pa- 
lais-Royal et des boulevards panoramistes. Paris, Lé- 
crivain, 1820(1819), in- 18 de 4 feuilles et 1 fig., 1 fr. 5o; 
Alvarès, en i858, 4 fr. ; Claudin, en 1867, 3 fr. 

Tagebuch eines Frendenmddchens... (Journal d'une 
fille de joie, ou Histoire d'Emilie Bergj. Leipzig, 1804, 
in-8. — Cat. de Dresde, n° 140. 

Tagebuch eines neuen Ghemannes... (Journal d'un 
nouveau marié). Leipzig, 1779, in-12. 

TAHUREAU (Jacques), né au Mans en i527, et 
mort en 1 55 5 , à peine âgé de 28 ans; poëte élégant 
et naïf. On a de lui les ouvrages suivants: 

Les Premières poésies de J. Tahureau. Poitiers, i554, in-8 
de 84 ff. — Sonnets, odes et mignardises amoureuses de l'Ad- 
mirée (par le même). Poitiers, i554, in-8 (Cigongne, n° 856, 
les deux parties rel. en un vol.). 

Les Poésies de J. Tahureau du Mans. Paris, 1574, in-8 de 
viii-i35 ff. (Veinant 5o fr. ; Solar, 101 fr. ; Chaponay , 120 fr.; 
Bibl. Imp. Y, 4 658). 

Odes, sonnets et autres poésies gentilles et facétieuses de 



3 io TALANTA — TAINSILLO 

Jacques Tahureau. Lyon, B. Rigaud, 1574, in-16 (Nycn, n° 
12942). 
Voir, pour l'appréciation de cet auteur, Viol'.et-Leduc, p. 210. 

Talanta (La), comedia di P. Aretino. Venise, 042, 
1 553, in-8. Ed. rares. — Soleinne, n° 4083, 12 fr. 5o. 

La Talanta est une courtisane romaine qui se plaint de la 
fuite d'un Maure et d'une esclave. Armillio, jeune seigneur, 
avait feint de rechercher la courtisane pour pouvoir parler à 
l'esclave qu'il aimait; fâché également de l'avoir perdue , il fait 
des recherches qui l'amènent à reconnaître que cette esclave était 
un jeune homme déguisé : il reporte ses vœux à une autre jeune 
fille, et Talanta se console avec un ancien galant. — Franc. 
Buonafede fit reparaître cette même comédie sous le nom de 
Cesare Caporali , avec le titre de- la Ninetta (Venise, 1604, 
in-i2) ; mais cette édition est mutilée. 

Talismans [Les) de Rosine, vaud. en 2 a.; par de 
Jallais et Alex. Flan, mus. de Oray (Fol.-Dramat .). 
Paris, i858, in-8 à 2 col. 

Tangu et Félime, ou le Pied de ne\, poème en 4 
ch., par J.-F. de La Harpe. Paris, 1780 (Baur, en 
1873, cat. n° 3, 10 fr.), 1781 , in-8, titre gravé et 4 
jolies fig. par Marillier, gravées par Dambrun, de 
Ghendt, Halbou et Ponce (Potier, 10 fr. ; Nyon, n° 
15271). — Paris, 1824, in-18, tïg. 

Conte spirituellement écrit, tiré des Aventures dAbdalla, 
de l'abbé Bignon, du Fortunatus de la Bibliothèque bleue, et, 
plus anciennement, d'un conte arabe. Tangu , amoureux fou de 
la fille d'un Sultan, perd, pour la posséder, de précieux talis- 
mans. Pour les ravoir, il mange des figues qui allongent les 
nez. 11 se venge de la perfide Félime en lui laissant un pied 
de nez , etc. 

TANSILLO (Luigi), poëte ital., né à Noie en i5io . 
et célèbre de bonne heure par sa pièce intitulée: // 
Vendemmiatore. Voir aussi ses Poésie, et Sonetti et 
Can^oni. 11 est question de ce poëte dans la Notice 
sur les écrivains erotiques, p. 66. 

Il Vendemmiatore, poemetto in ottava rima di Luigi Tan- 
sillo. Napoli, i534, in-4 de 8 ff. Edit. orig. , très-rare; elle 
passe pour être la seule qui n'ait pas été corrigée (De Bure , 
n° 35i6). 

Stan^e di cultura sopra gli horti de le donne , stampate 
nuovamente, et historiate. S. 1. ni nom, i537, pet. in-8 de 16 
ff. lettres ital., fig. s. b. 

Il Vindemmiatore del S. L. Tansillo, per adietro con im- 
proprio nome intitolato : Slan\e di cultura, etc.; di nuovo 



TANT 3xi 

riformato et accresciuto, Venise, 1549, P et - ' n_ 4° (Nodier, 35 fr.; 
Nyon, n° 16713) . — Autre édition, s. I. n. d. , in-12 , édition 
avec les Capitoli burleschi de Gir. Magagnati (Randon de 
Boisset, 9 fr.). — Caserta, 17S6, in-16 (Baur, en 1873, 5 fr.). 
— Avec la Priapea, sonetti lussuriosi satirici di Nie. Franco 
et un avis de l'éditeur, l'abbé de Saint-Léger; Peking , nel 
XVIII secolo (Paris, 1700), pet. in-18 (vin et 187 pp. ; le Ven- 
demmiatore occupe les "60 premières pages; la Priapea va de 
la page 61 à i65; le surplus se compose de diverses lettres de 
Franco; elles sont curieuses (Libri, 21 fr. ; Alvarès , en i858 , 
16 fr. 5o). On lit au catalogue Van Hulthem , n° 12718 , une 
note de Mercier de Saint-Léger ; il convient que c'est lui qui a 
vendu rédigé en français l'avertissement placé en tète du vo- 
lume; l'éditent Molini' le traduisit en italien. 11 fut tiré deux 
exempl. sur peau vélin, ornés chacun d'un frontispice peint en 
miniature. L'esempl. ayant pour frontispice un sacrifice à Priape 
fut vendu 10 louis au libraire Sanctus qui le revendit 14 ou n 
louis à Mirabeau. L'autre exempl. représentant un lupanar fut 
acheté au prix de 10 louis par Huet de ... 

Le Vendangeur, poëme de Tansillo, trad. par de Grainvilie; 
Paris, 1792, in-12. Dans sa traduction (le Jardin d'amour ou 
le Vendangeur) Mercier fait remarquer que Grainvilie a sup- 
primé un grana tiers du poème en retranchant surtout les sa- 
tires de Tansillo contre les ecclésiastiques. Souvent, en ne ren- 
dant que deux lignes sur huit , il a privé le lecteur d'une ély- 
mologie précieuse, d'une explication historique et géographique. 
Le choix de l'épigraphe de Grainvilie : La mère en prescrira 
la lecture à sa fille, est passablement singulier. 

Le Jardin d'amour , ou le Vendangeur , trad. par Mercier 
de Compiègne; Paris, an m, an vi, et 1800, in-12, fig. Trad. 
peu exacte et sans élégance, mais elle rend le texte complet 
avec les 12 stances supprimées dès la 2 e édition du Vendem- 
miatore. Mercier s'excuse des reproches qu'on peut lui faire 
d'avoir traduit ce poëme, en citant l'exemple de J.-B. Rousseau, 
de La Fontaine, de Bayle, d'Ausone et d'Apulée. 

On trouve une analyse de ce poëme , dans YHistoire litté- 
raire d'Italie, par Ginguené , continuée par Salfi , tome X, 
p. 60. — Voir aussi De Bure, n° 35i6. 

Tant mieux pour elle, tant pis pour lui, conte plai- 
sant. Villeneuve (Londres, vers 1760), pet. in-12 de 
140 pp. (Nyon, n" go35; Baur, en 1873, 8 fr.). — 
Réimpr. à Avignon, 1798, in-12 (cat. de Dresde, n° 
891); et Paris, Tiger, s' d., in-18, fig. (Hébelinck , n° 
1274; Rochebrune, n° 2460).. 

Attribué par les uns à l'abbé de Voisenon et par d'autres au 
fameux Calonne, le ministre, dont cet opuscule singulier serait 
la première production. Favart affirme pourtant (dans sa Cor- 
respondance littér. avec le comte Du RazzoJ, que l'auteur est 
véritablement Voisenon, homme respectable par les mœurs aussi 



3i2 TANT — TARIFFA 

bien que par son état. Celui-ci fut obligé de faire cette débau- 
che d'esprit dans sa jeunesse, par complaisance pour une grande 
dame qui avait exigé de lui un ouvrage dans le genre du Sopha, 
ou des Bijoux indiscrets. Il ne s'attendait pas à voir celte plai- 
santerie publiée. Favart possesseur du manuscrit, en fut dépos- 
sédé par un libraire qui le lui vola, circonstance qui obligea 
l'auteur à écrire au duc de Choiseul pour faire supprimer l'é- 
dition. 

Tant pis pour lui, ou l'Amant Salamandre. S. 1., 
1761, 2 tomes in-12, titre gr. — Charles V***, en 
1857, n° 919, Alvarès; en 1862, 4 fr. 5o ; Nyon, n" 
9497- 

Tançai et Néadarné (les premières éditions étaient 
intit. : L'Ecumoire, histoire japonoise), par Crébillon 
fils. Pékin (Paris), Lou-Chou-Chu-Lu, seul imprimeur 
de Sa Majesté chinoise pour les langues étrangères, 
1733, 1734; Amst., 17M; Londres, 1 7 3 5 ; Pékin, 
1740, 1743, 1736, 1758, 1 78 1 ; Maestricht, 1779; 
Londres (Cazin), 1785; 2 vol. pet. in-12 ou in- 18, 6 
à 8 fr. 

Les éditions de 1740 et de 174.3 sont recherchées pour leurs 
jolies grav. : cette dernière, vendue, Chaponay, 80 fr.; et celle 
de 1740, J. Pichon, n° 736, 90 fr. ; Techener , en 1869, 40 fr. 

— Roman licencieux et satirique dirigé contre le cardinal de 
Rohan et la duchesse du Maine; l'auteur fut mis pendant quel- 
que temps à la Bastille pour l'avoir publié. — Voir Pigoreau. 

Tarif des filles du Palais-Royal et autres lieux 
circonvoisins, 5 num. in-8 de 8 pp. chacun (cat. Pixé- 
récourt, p. 392; Leber, IV, p. 22). — Peu spirituel. 

— Voir Hatiri, Bibliographie , p. 174. 

Tariffa délie puttane , overo Ragionamento del fo- 
restière e del gentilhuomo , nel quale si dinota il prc^o 
e la qualità ai tutte le cortigiani di Vinegia, col nome 
délie ruffiane, e alcune novelle piacevoli da ridere fatte 
da alcune di queste famose signore a gli suoi amorosi 
(Venise, Zoppino?), t53b, in-8 de 19 ff., 3g3 fr. — 
Nodier; revendu: Libri, 355 fr. Cet exempl. avait été 
mis à 18 guinées, en 1 816, sur un catalogue de la 
maison Longman, de Londres. — De Bure, n" 3962. 

Dialogue écrit en vers , et dans lequel un gentilhomme ra- 
conte à un étranger la vie et les aventures des courtisanes de 
Venise. Le bibliophile Jacob en parle dans les Œuvres choi- 
sies dArétin (Paris, 1845, in-12, p. 373), en même temps que 
d'un autre ouvrage curieux qui était aussi chez Nodier (n° 1014), 
Angitia cortigiana, De natura del cortigiano , Roma, 1^40 , 



TARTUFFE — TASSE 3i3 

in-4 , et où l'on trouve les noms d'un grand nombre de cour- 
tisanes du temps. — Voir sur cet opuscule qu'on doit peut-être 
àTullie d'Aragon, G. Passano : I Novellieri italiani inversi. 
Bologna, 1868, in-8, pp. 114 à 118. — Tullie d'Aragon, nie à 
Naples, descendait de la branche royale d'Aragon; elle vint à 
Rome, puis s'établit à Venise , où ses talents la firent recher- 
cher de tous les amis des lettres: elle florissait vers l'an i5 5o. 
On a d'elle des Poésies ; un Traité de l'infinité de l'amour; 
il Meschino, espèce de poème épique en 36 chants, etc. 

Tartuffe (Le), ou l'Imposteur, corn, en 5 actes et en 
vers, par Molière. Paris, Ribou, 166g, in-12. — Il y 
a deux éditions et 2 contrefaçons sous la même date. 
— Veinant, 48 fr. ; Solar, 34b fr. ; idem, 35 fr. 

Réimpr. très-fréquemment depuis cette époque. La pièce fut 
jouée d'abord en 1667; mais, dès la 2° représentation , elle fut 
interdite par M. le premier président. Ce ne fut qu'en 1669 
que le roi leva cette interdiction, mais en exigeant que la pièce 
fut annoncée sous le titre: V Imposteur. On raconte que Louis 
XIV , en sortant de la représentation de Scaramouche /termite, 
dans laquelle un moine monte la nuit par une échelle chez une 
femme mariée et parait de temps en temps à la fenêtre en di- 
sant: Questo per mortificar la carne, dit au grand Condé 
qu'il ne savait pourquoi l'on se scandalisait de la comédie de 
Molière et l'on ne disait rien de celle de Scaramouche : « C'est, 
« répondit le prince, que Scaramouche joue la religion, ce dont 
« ces messieurs ne se soucient guère, mais que Molière les joue 
« eux-mêmes, et c'est ce qu'ils ne peuvent souffrir. » — On peut 
joindre aux anciennes éditions la Lettre sur la comédie de 
l'Imposteur (ou de Tartuffe par Molière) ; 1667, in-12. Vei- 
nant, 48 fr. — et 1668. Cette lettre, très-curieuse, est attribuée 
à Molière lui-même. — Voir les Dissertations bibliographiques 
de Lacroix, pp. 267-271; et, pour diverses éditions, Soleinne, 
nos 1296, 1297 et i3o2; puis la France littéraire de Quérard. 

Tartuffe (Le) libertin, ou le Triomphe du vice. A 
Cythère, chez le gardien du temple (vers i83i), in- 18 
de 107 pp., avec 6 mauvaises lith. erotiques. — Lip- 
pert, 3 risdales. — Ce livret, extrêmement libre, ne 
peut être de De Sade, à qui on l'a attribué sans le lire 
probablement, car il y est question de personnages du 
règne de Louis-Philippe. — Une traduction anglaise a 
paru à Londres, s. d. (vers 1840), in-8, avec 4 ng. 
color. — Cat. Dec. 

Tasse (La), comédie propre pour être exhibée au 
temps de Caresme-Prenant, extraicte du cabinet de la 
muse du comte d'Aulbe Geurin, plus une salade d'espis 
de graine. Le tout avec tant de facesieuseté et plai- 
santerie que l'autheur et l'imprimeur se condamnent 

Tome VI. 40 



3 14 TASSO — TCHAO-MEl-HIANG 

à payer le vin à qui le pourra lire sans rire, moyen- 
nant que ce ne soit quelque ladre d'esprit , ou quel- 
que chassieux hérachte, ou pour le moins quelque 
cerveau anormalement songe creux, ou rechineuse- 
ment hétéroclite; en 5 actes et prol. , en vers franc, 
et provençaux. S. 1. , impr. sous le quadre à la presse, 
s. d., pet. in-8 de 53 ff. — Bolle , 71 fr.; Soleinne, 
80 fr. — Une tasse d'argent est dérobée à la femme 
d'un jaloux par deux fripons; le jaloux bat sa femme, 
et sa femme s'en venge. — Cette pièce singulière et 
très-spirituelle , analysée au catalogue Soleinne, n° 
?8o7, est suivie de poésies fort libres en patois pro- 
vençal. — Elle paraît avoir été imprimée dans une 
ville du midi de la France, vers le milieu du XVII e 
siècle. Très-rare. 

TASSO (Torquato), célèbre poète, né à Sorrente en 
1544, mort à Rome en 1 5g5. Aminta , favola bosche- 
reccia — Discorso délia virtù feminina — la Gerusa- 
lemme Hberata (ou // Goffredo) — Intrighi d'amore 

— Opère — Rime. 

Taureau (Le) banal de Paris. Cologne (Holl., à la 
Sph.), 1689 (Nyon, n° 949S;Bolle, 19'fr. 5o); Nodier, 
26 fr. ; Chaponay, i5 fr. 5o); 1691 (Chardin, 12 fr.), 
1692 (Nyon, n" 9499, et Bibl. de Grenoble, n° 17606), 
171 2 (Renouard , 14 fr. ; La Bédoyère , 39 fr.) , petit 
in- 12. 

Petit roman satirique qui a reparu sous le titre: l'Homme a 
bonne fortune, ou le Galant à Vepreuve; La Haye, 1691, in-12. 

— Le marq. de Paulmy dit, n° 6066 de son catal. , que ce pe- 
tit roman liistor. et satir. des aventures de ia cour de Louis XIV 
contient principalement celles d'un comte de Monrevel, du che- 
valier de Lorraine et de la princesse de Monaco. 

Tausend und eine Tollheit, etc. (Mille et une folies, 
ou Voyages d'un négociant de Brème à travers les 
promenades de l'amour et le labyrinthe du mariage). 
Brème, i8o3, in-12, avec 1 fig. 

Tchao-mei-hiang, ou les Intrigues d'une soubrette. 
com. en pr. et en vers, trad. du chinois, avec des notes, 
par Bazin aîné. Paris, impr. royale, i833, in-8. — 
Réimpr. dans le Théâtre chinois du même auteur. 

A Constantinople les ombres chinoises se livrent aux plus 
révoltantes obscénités. Voir Pietro délia Valle, Viaggi, tome I, 
p. 5i, édit. de 1843; Ed.DuMéril, Hist. de la comédie. Voir 



TEA-TABLE — TEMPLE 3i5 

aussi p. 147 pour le théâtre chinois. Dans l'Inde, des bouffons 
de profession jouent souvent des scènes de la vie réelle dont 
l'obscénité brutale ne garde aucun voile. — C'est à ce genre 
qu'appartient une pièce en tamoul,le Bossu de Tirocukha- 
tocor (id., p. 189J. — Les Ouparoupakan sont des farces gros- 
sières et obscènes dont nous possédons un échantillon dans le 
Dhoûrtasamagcoma (la conjonction du Vaurien) , publié dans 
VAnthologia sanscrilica de Lasscn ( id. p. 223). 

Tea-table [The), or a collection of choice songs, publ. 
by Allan Ramsay. 10 e édition. London, 1740, 4 tom. 
in-12 en 1 vol. (la pagination suit), portr. — C'est un 
recueil de chansons galantes. 

Télégraphe [Le) d'amour, vaud. en 1 a., par Ser- 
vicres et G. Henrion. Paris, an ix (1801), in-8. — So- 
leinne, n° 2546. 

Le Télégraphe d'amour, vaud. en 3 p., par Mich. Mas- 
son et Fréd. Ihomas (Folies dramatiques). Paris, Marchant, 
184.5, in-8 de 28 pp. , 5o cent. 

Tempérament (Le), tragi-parade en 1 a. , en vers, 
trad. de l'égyptien (comp. par Grandval Mis). Au 
grand Caire, i?56, in-8 de 29 pp. — Soleinne,n° 
3853; Leber, n° 2491. — Réimpr. dans le Théâtre 
gaillard. 

Tempêtes (Les) du célibat, folie-vaud. en 1 a., par 
Ed. Montagne et J. Delahaye (Théâtre Déjazet, 1862). 
Paris, Beck, i863, in-8 de 8 pp. à 2 col., 60 cent. 

Tempietto di Venere, scelta di prose e poésie ero- 
tiche del cav. Marino, Pananti, Billosi , Franco , Are- 
tino, etc. Londra, s. d., in-18. — Alvarès, 8 fr. 5o; 
Scheible, en 1872, 2 th. 16 sgr. 

Contient: Memorie di Saturnino — Poésie del cav. G. B. 
Marino — Poésie scelte del célèbre Pananti — Avventure di 
Fany Will, ossia la Meretrice inglese — la Putlana errante, 
di P. Aretino ed altre poésie eroliche. 

Tempio d'amore, di Nie. Franco, in ottava rima. 
S. 1. n. d. (Venise, XVI e siècle), in-8 de 20 ff. (Libri, 
36 fr.). — Venise, Fr. Marcolini, 1 636, in-4°(Nyon, 
n° 16882). — C'est le portrait des plus belles femmes 
de Venise. 

Temple (Le) de chasteté, avec plusieurs épigrammes, 
par Franc. Habert. Paris, Michel Fezandat, 1 549, in-8. 
— Teche'ner, rel. Bauzonnet, 275 fr. ; Potier, cat. de 



3i6 TEMPLE - TENDRESSES 

1860, 2 5 fr. ; La Vallière, n° 3 127, 7 fr. ; J. Pichon, 
1869, n° 520, 200 fr. 

Temple (Le) de Gnide, roman pastoral en prose 
poétique, par Ch. de Secondât, baron de la Brède et 
de Montesquieu. Ed. orig., suivie deCéphise et l'Amour. 
Paris, 1725, in-12 (Dinaux, n° 3o57 ; Techener, 8 fr.). 
— Paris, 1738, in-12 et Londres (Paris), 1742, in-12. 
Paris, 1772, gr. in-8, texte gravé par Drouet et titre 
gr., i portr., 9 belles fig. et 1 fleuron gravé par Le- 
mire, d'après Eisen (Potier , 40 fr.). — Il existe des 
exempl. avec les fig. avant la lettre, et où le frontis- 
pice et 3 figures sont découverts. — Edition suivie 
à'Arsace et d'Isménie. Paris, Didot, an ni, in-4 , avec 
i3 fig. color. d'après Eisen et gr. par Coiny (Grassot, 
8 fr.). — Ed. avec une note préliminaire, par Ch. No- 
dier. Paris, 1824, in-fol. de 21 feuilles, tiré à 140 ex. 

Beaucoup d'autres éditions, mais peu importantes. Publié 
après les Lettres persanes et l'Esprit des lois , deux ouvrages 
qui firent fureur et qu'on lit peu depuis longtemps , le Temple 
de Gnide est le seul ouvrage de l'auteur qui conserve quelque 
intérêt. Colardeau et Léonard en ont fait des imitations en vers. 

r 

Temple (Le) de Gnide. poème imité de Montesquieu, 
par N.-G. Léonard. Paris, 1772, 1773, in-8, 1 front, et 
1 1 fig. par Desrais, gravées par de Mouchy, Levillain 
et Patas. — Deneux , n° 3344. — Cet auteur a fait 
aussi des romances et des idylles estimées. 

Temple {Le) de Vénus, poëme. S. 1., 1752, in-8. — 
La Jarrie, n" 1952. 

Est-ce le même ouvrage que le Temple de Vénus , histoire 
amoureuse en 36 tableaux. Londres et Paris, sur le quai de 
Gèvres, 1777, in-8 fig.; recueil d'épisodes libres pris dans Thè- 
midore, dans les Confessions de Wilfort. etc. (Cat. de Dresde, 
n° 599; Potier, en 1870, n° 1490)'? 

Temps (Le) perdu , ou Histoire de Mlle de C***. 
S. 1. (Paris), 1756, in-12. — De Paulmy (n° 6io3 de 
sa Bibl.) dit que l'auteur est M. Thorel de Campi- 
gneulle. — Nyon, n° g5o6. 

Tender (The) Husband, or the Accomplished fools, 
a comedy (1 a pr. ) by Earquhar. Plusieurs éditions, 
celles qui ont suivi la mort de Farquhar, en 1707, 
sont expurgées. 

Tendresses bachiques, ou duos et trios mêlés de pe- 



TENDRILLETTE - TERENCE 3 17 

tits airs tendres et à boire ; recueillis par Chr. Ballard. 
Paris, 171 2, 2 vol. in-12, avec fig. de Séb. Leclerc et 
mus. notée. — Grassot, n° 343. 

Tendrillettc, tragédie en 3 actes et en vaudevilles. 
Londres, 1753, in-"i2, 38 pp. Rare. — Bolle, n° 389; 
Soleinne, n° 340,5; Leber, n° 2492^; Nyon, V, p. 202. 

Ténèbres (Les) de mariage. Voir: Cy tu verras, en 
brief langage. 

Tentation (La), ballet-opéra en 3 a., par (Gavé : et) 
Coraly. i832 (Opéra). 

Tentation (La) de Saint-Antoine (par Sedaine). — 
Le Pot-Pourri de Loth (par P. Lalman, ou, selon la 
France littéraire , par Poinsinet). Londres (Paris), 
1781, 1 part, en 1 vol. in-8, avec mus. grav., portr. 
de Sedaine, front, et 17 pi. en taille-douce, dont quel- 
ques-unes libres. — Bozerian, 20 fr. 

Ce volume, dont les exemplaires sont très-rares, se payerait 
fort'cher aujourd'hui, car les gravures, qui paraissent être fai- 
tes par Borel d'après Elluin , sont fort bien exécutées. Il s'en 
trouve un exempl. à la Bibliotk. Nationale. — On en ren- 
contre des exempl. avec l'indication de Londres, 1784, ou 1786, 
in-8 également, mais les figures ont des numéros et le texte est 
gravé (V. H. Cohen, Guide, p. 127, 128). 

La Tentation de saint Antoine , par Sedaine. Londres (Pa- 
ris, Cazin) , 1782 , in-18, 1 front, et 8 fig., dont 2 ou 3 un 
peu libres, par Borel, gravées par Eluin (non signées). Ces fig. 
sont des réductions de quelques-unes de celles de l'édition in-8. 
Le volume contient : la Tentation — Saint-Pierrs — Loth — 
et même le Parapilla de Borde (Leber, n° i83o). — La meil- 
leure de toutes ces pièces est la Tentation de saint Antoine , 
facétie véritablement originale et qui ne s'oubliera point tant 
qu'il y aura des gens qui fêteront les saints. Elle se trouve re- 
produite, ainsi que le Pot-pourri de Loth dans les Contes théo- 
logiques qui parurent en 1783. 

Tentations (Les) d' Antoinette , vaud. en 5 a., par 
Clairville et .1. Cordier (Gymnase). Paris, i85o, in-8. 

TÉRENCE (Publius Terentius Afer), affranchi, cé- 
lèbre poète comique latin, né en Afrique vers 193 
avant J.-C , mort, vers i5g. On a de lui 6 comédies 
d' un style élégant et pur, mais où l'intrigue est pres- 
que nulle et la gaîté absente. 

P. Terentii comœdiœ. On ne connaît pas la i re édition. 11 
y en a eu une vingtaine sans date, avant l'année 1490. Nous 



3x8 TERZE — TESTAMENT 

renvoyons au Manuel du libraire pour le détail de ces édi- 
tions. Quant aux meilleures modernes, on cite celles de Bothe, 
Berlin, 1816 ; de Westcrhovius, Halle, 1801 ; de Perlet, Leip- 
zig, 1821; et de Lemaire (dans les Classiques latins, 1828, 3 
vol, in-8). — Voici maintenant l'indication sommaire des prin- 
cipales traductions françaises : 

Therence en françois, prose et rime, avecques le latin. Pa- 
ris, Ant. Vérard , s.'d. (vers i5oo), in-fol. goth. à 2 col., fig. 
s. b. — La Vallière, 21 fr. ; Heber, 3 liv. 3 sh. ; Soleinne , 
i58 fr. 

Les Comédies de Térence, trad. en franc. . avec des remar- 
ques, par M me Dacier. Paris, D. Thierry ,' 1688, 3 vol. in-12. 
Edition originale (Radziwill , n° 869J. — Rotterdam, Fritsch , 
1717, 3 vol. pet. in-8, fig. de E. Picart (Mac-Carthy , i32 fr. ; 
Solar, 100 fr.; Radziwill, en 1867, 190 fr.].— Amst., VVetstein, 
1724, 3 vol. in-12. — Hambourg, 1732, 3 vol. in-12, fig. 

Les Comédies de Térence , trad. avec des notes , par l'abbé 
Lemonnier. Paris, 1771, 3 vol. in-8, fig. de Cochin (Mac-Carthy, 
112 fr.; La Bédoyère, 76 fr.J. — Editions châtrées: Paris, 1771, 
3 vol. pet. in-8."— Dresde, 1777, 2 vol. in-12. — Paris, Dela- 
lain, 1812, 3 vol. in-12. — Paris, 1820, 3 vol. in-8. — La même 
trad. revue par Auger. Paris, Didot, 1825, 3 vol. in-18. 

Les Comédies de Térence, traduction nouvelle, par J. -A. 
Amar (avec le teste). Paris, Panckoucke, i83o-3i, 3 vol. in-8, 
21 fr. 

Lés Comédies de Térence, traduction nouvelle, par M. Ferd. 
Collet (avec le texte latin au bas des pages}. Paris, Lefèvre , 
1845 , in-18 angl. 

Les Comédies de Térence, trad. par Alfr. Magin (sous la 
dir. de M. NisardJ. Paris, Dubochet, 1845, in-12, 5 fr. 

Comédies de Térence, traduction nouvelle par Eugène Tal- 
bot. Paris, Charpentier, 1860, 2 vol. gr. in-18, 7 fr. 

Théâtre complet de Térence , trad. en vers par le marquis 
de Belloy. Paris, Lévy, 1862, gr. in-18, 3 fr. 

Ter\e rime piacevole, con una Scelta délie migliori 
rime burlesche del Bemi, Maaro, Dolce, ed altri au- 
tori incerti. Benevento, 1727, in-8 de 112 pp. Rare. 

Il y a dans ce recueil des poésies fort libres. On le trouve , 
mais très-rarement , à la suite de Prose e rime di G. délia 
Casa, 1727, in-8 de 297 pp. , plus la table. Les Ter\e rime 
font aussi partie de l'édition de Naples , 1733, in-4 , avec une 
pagination à part et la souscription in L'secht al Reno, op- 
presso Jacopo Bredelet , 1726.— Voir aussi: Opère [tutte le) 
del Bernia, etc. 

Testament de Madame la duchesse de Polignac. S. 1. 
n. d. , in-8 de 16 pp. — Alvarès, en i858, 4 fr. 5o. 
Testament de M me la duchesse de Polignac. De l'impr. de 



TESTAMENT — THEATRE 3 19 

Laporte, rue des Poitevins, hôtel de Boutliillier , s. d. (1789) , 
in-8 de i3 pp. — Marquis de M..., en 1871 , n° 1949. — Autre 
édition (en gros caractères). Même rubrique (1789), in-8 de 24 
pp. marquis de M... , n° 1949 bis. — Pièce insignifiante au fond, 
peut-être un peu orléaniste. 

Testament d'une fille d'amour mourante, Rose Bel- 
vue (en vers). Londres (Paris), 1768, 1769, in-8 de 
8 ff. Leber, n" s 18S7 et 2533; Alvarès, en 1 858, 4fr. 5o; 
Techener, 4 fr. ; — Réimpr. dans le Choix de pièces 
désopilantes, pp. 2,3-32. 

Têtes à prix, suivies de la liste de toutes les per- 
sonnes avec lesquelles la reine a eu des relations de 
débauche, chez Sans peur, 1792, 28 pp. in-8. — Cat. 
D. S. , en 18 '3 3, n° 425. — Voir les Pièces désopilan- 
tes , 1866, p. 2 32. 

Théâtre (Le) anglois (trad. en partie en pr. et en 
v. , et en partie analysé , p. de Laplace). Londres et 
Paris, 1745-49, 8 vol. in- 12 , portr. 

Contient entre autres pièces : les Femmes de bonne humeur, 
ou les Commères de Windsor, de Shakespeare ; la Pucelle, de 
Fletcher; la Belle Pénitente, de Rowe; Amour pour amour, 
de Congrève ; V Adultère innocent, de Southern, etc. Soleinne, 
n° 4g:5; Nyon, n° 191 57. 

Théâtre burlesque, choix de tragédies et comédies 
^facétieuses, 2 e édition. Paris, Foullon , 1840, 2 vol. 
in-32. — Soleinne, n° 3484; Baillieu, en 1873, 6 fr. 

Recueil en partie factice, contenant: la Mort de Bucéphale, 
par P. Rousseau. — Muscadin et Margotine, trag. burlesque 
en vers — les Amours de Montmartre , par Fonpré de Fra- 
cansalle, suivie de V Enlèvement d'Hélène, par Laffichard (et 
Pannard). — Gargamelle vaincu, par le même. — Les Héros 
d? cuisine, 01c l'Enfant de l'amour, par Jacquelin. — Coca- 
trix, par Collé. —Les Chiffonniers et les Balayeurs, par V. 
Benoist. — Vercingentorix, par le marquis de Bièvre. — Mis- 
toufflet, ou le Jaloux de Charenton, par Gardy. — Turlututu 
et Cascarinette, trag. héroï-burlo-comique en vers. — Carma- 
gnole et Guillot Gorju, par Dorvigny et Dancourt. — Les Ef- 
fets de l'amour et du Vert-de-Gris , par Coqueley de Chaus- 
sepierre (c'est-à-dire Chauveau, Donat et Simon). — L'Ecu- 
moire, ou Tan;ay et Néadarné, par Collé. — La Mort de Go- 
ret, par Delorme. — Matapan, ou les Assassinats de l'amour, 
par Aude et Tissot. 

Théâtre d'amour (par de Beaunoir). Cythère et Pa- 
ris, Cailleau , 1783, 1784, 2 part, in-24. Soleinne, 



320 THEATRE 

22 3 1 ; Luzarche, n° 2738; Dinaux, 6 fr. 5o.; Alva- 
rès , en 18 58, 4 fr. 5o. 

Contenant: l'Amour quêteur — Vénus pèlerine — l'Hymen . 
ou le Dieu jaune — la Rose et le Bouton — Colinette, ou la 
Vigne d'amour — le Naufrage d'amour — les Quatre coins 

— Daphnis et Zirphée. Ces quatre dernières pièces n'ont pas 
été représentées. 

Théâtre d'Anseaume. Paris, veuve Duchesne, 1766, 
3 vol. in-8. — Nyon, n° 18370, Soleinne , n° 338o. 

Recueil de pièces publ. séparément et réunies sous un titre 
général. Contient entre autres: Les Amans trompés — Ber- 
tholde à la ville — le Peintre amoureux de son modèle — la 
Fausse aventurière — le Médecin de l'amour — Cendrillon — 
les Deux chasseurs et la laitière, etc. 

Théâtre de M. Baron (en vers et en pr.). -Paris, 
Ribou, IJ36, 2 vol. in-12. — Paris, libraires associés, 
1742, 2 vol. in-12 (Nyon, 17449; Soleinne, i5>o5). 

— Paris, 1759, 3 vol. pet. in-12. 

Contenant: Le Rendez-vous des Tuileries, ou le Coquet 
trompé — les Enlèvements, — la Coquette et la fausse prude 

— l'Homme à bonne fortune — l'Andrienne — le Jaloux — 
l'Ecole des pères. 

Théâtre de Corneille de Blessebois , cont. 38 piè- 
ces. Cologne, P. Marteau, s. d., in-12, fig. Filheul, 
10 fr. — Nous ne croyons pas que depuis cette époque 
(en 1 779), aucun autre exerapl. ait paru dans les ventes. 

Théâtre de campagne, ou les Débauches de l'esprit 
(par Granval père et Granval lils). Londres et Paris , 
Duchesne, i~5b, 1758 (Fontaine, en 1870, belle re- 
liure, 60 fr.); 1767, 1768, in-8. 

Contenant: L'Eunuque, ou la Fidèle infidélité — Agathe , 
ou la Chaste princesse — Sirop au cul , ou l'Heureuse Déli- 
vrance — le Pot de chambre cassé — Mad. Engueule, ou les 
Accords poissards — la Mort de Bucéphale — les Deux Bis- 
cuits. Chaque pièce a une pagination particulière. — , Soleinne , 
nos 3479 et 3886 - Aubry, en iS5g , i5 fr. ; Nyon, n» 18398.— 
Les deux dernières éditions ont pour titre: Théâtre de cam- 
pagne, ou Recueil des parades les plus amusantes ou délas- 
sement de l'esprit. 

Théâtre de campagne, par Carmontelle (proverbes 
en prose). Paris, Ruault, 1775, 4 tomes in-8. Cont.: 
les Amants indiscrets ; l'Amante de son mari ; la Cour- 
tisane amoureuse ; la Veuve singulière ; te BrA de 
province, etc. — Nyon, n° 18166 : Soleinne, n- 3542. 



THKATRE 821 

Théâtre de M. Favart , ou Recueil de comédies , 
parodies et opéra-comiques qu'il a donnés jusqu'à ce 
jour, avec les airs, rondes et vaudevilles notés dans 
chaque pièce. Paris, Duchesne, 1763-72, 10 vol. in-8, 
portrait de Favart par Liotard, gravé par Littret, celui 
de M me Favart par Cochin, gr. par Flipart, 8 fleurons 
sur les titres par Eisen et (au tome VHI), par Cochin, 
gravés par Aliamet , Chédel , Fessard , Lemire , Lon- 
gueil et Sornique, et 7 très-beaux frontispices par 
Boucher, Cochin, Eisen et Gravelot, gravés par Alia- 
met, Chédel, Cochin, Lebas , Lemire et Simonet. — 
Du Roure, 16 fr. 5o ; Grassot , 14 fr. 5o ; Soleinne , 
n" 200D. 

Réunion de pièces déjà imprimées pour laquelle on a fait 
des titres. La Belle Arsène doit se trouver à la fin du tome X- 
— Théâtre choisi. Paris, Léop. Collin, 1810, 3 vol. in-12. — 
Un travail étendu et curieux sur Favart, par M. G. Desnoi- 
resterres , fait partie du 4" vol. de la Revue parisienne. 

Théâtre de Jacq. Grévin. Paris, Rob. Estienne, i56o, 
in-8, et Sertenas, 1 56i -1 5Ô2. Rare. 

Contient la Trésorière et les Esbahis, deux com. en 5 a. et 
en vers, amusantes et assez libres; puis une tragédie, une pas- 
torale et quelques poésies galantes. — De beaux exemplaires 
de l'édition de 1 562 se sont payés 77 fr., Vente Soleinne; 74 fr., 
Nodier; 145 fr. en 1847; Nyon , n° 17191. Une analyse de ces 
pièces se trouve dans la Bibliothèque du Th. franc. , tome 1 er , 
p. i4+-i53. 

Théâtre de la Foire, ou /' Opéra-comique , recueilli 
et revu par Le Sage et d'Orneval. Amst. et Paris, 1 72 1- 
'5- . io vol. in-r>, fig. de B. Picart et mus. — Nyon, 
n" 18357; Leber, n° 1901 ; Grassot, 16 fr. ; Aubry , 
en 1 861, 3o fr. 

Contient entre autres : Arlequin sultane favorite — la Cein- 
ture de Vénus — les Arrêts de l'amour — le Tableau du ma- 
riage — l'Ecole des amans — le Jugement de Paris — les 
Amours de Nanterre — le R:mouleur d'amour — la Force de 
l'amour — les Amours déguisés — les Amours de Protée — 
la Grand' mère amoureuse — le Mariage du Caprice et de la 
Folie — l'Amour marin — le Mari préféré — le Rival de lui- 
même — la Mère jalouse — l'Isle du Mariage — l'Amour des- 
œuvré, ou les Vacances de Cythère, etc. — Paris, 1810, 4 vol. 
in-8, fig. Renouard, 12 fr. 

Théâtre de Qjtinault. Suiv. la cop. impr. à Paris 
(Holl. Elzev.), 1662-63, 2 vol. pet. in-12 (Aimé- 
André, 100 fr. ; Soleinne, n° 1776). — Amst., Ant. 

Tome VI. 41 



322 THEATRE 

Schelte, 1697, 2 vol. in-12, fig. (Soleinne, n° 1277, 
Potier, 10 ïr.). — Paris , 1 71 5 , 1739, 1778, 5 vol. 
in-12, fig. ; édit. peu communes. — Nyon, n u * 18437- 
38; Soleinne, n° 33o8. — L'édition de 1662 est moins 
complète que les suivantes. 

Théâtre de N.-E. Rétif de la Bretonne. Londres , 
ou Paris, veuve Duchesne , 1770-93, 10 part, ou 5 
vol. in-12 (V. le catal. Busche, n° 1254; le catal. 
Noël; Soleinne, n°2 3o8; Quérard, la France lit ter. — 
leurs renseignements ne sont pas d'accord). 

Théâtre de N.-E. Rétif de la Bretonne. Neufchâtel, 1789 , 
3 vol. in-12, fig. (Grassot, 10 fr.). —.Rare. 

Théâtre de société, ou Recueil de différentes piè- 
ces^ tant en vers qu'en prose (par Colle). — La Haye 
et Paris, 1768, 2 vol. in-8, avec mus. et fig. d'après 
Gravelot. — Aubry, en 1860, 6 fr. ; Nyon, n° 18094. 

Contenant : Le Rossignol, ou le Mariage secret — la Veuve 

— le Bouquet de Tlialie — la Partie de chasse de Henri IV 

— les Adieux de la parade — le Galant escroc — la Lecture 

— Tatiîay et Néadarné — l'Espérance — Joconde — Nicaise — 
la Vérité dans le vin , ou les Désagrémens de la galanterie 

— Madame Prologue^ — Ce que Dieu garde est bien gardé — 
Cocatrix — la Tête à perruque — le Jaloux honteux (par Du- 
fresny), réduite en 3 actes — Arménide, ou le Triomphe de la 
constance — l'Orpheline. — Nouvelle édition revue, corr. et 
augm. La Haye (Paris), Gueffier, 1777, 3 vol. in-12 (Soleinne, 
n° 2064; Nyon, n° 18095; Alvarès, en décembre i858. 7 fr. 5o: 
Leber, n° 1904). Contient de plus que la précédente : l'Isle son- 
nante — Dupuis et Des Ronais — les Vendanges de la folie — 
le Rendez-vous manqué par Pierrot. Un manuscrit autographe 
de Collé vendu dans la seconde partie de la Biblioth. Solar 
(n° 32i6, 20 fr.) renfermait 16 pièces de théâtre, parades, etc. , 
dont 11 sont encore inédites; en voici les titres : 1. Le Berceau, 
op. -corn, en 1 acte (inédit). — 2. Cocatrix, trag. en 5 a. — 
3, Tragi flasque , trag. en 3 scènes (inédite). — 4. Alphonse 
l'impuissant , trag. en 1 a. — 5. La Foire du Parnasse , fête 
donnée à Estiolle, le 7 sept. 1760 (inédite). — 6. La Promenade 
du boulevard, fête (inédite). — 7. Le Monde renversé, com. en 
1 a. et en prose (inédite). — 8. Nicaise, com. bourgeoise en 2 
a. et en prose. — 9. L'Amant poussif, parade. — 10. Les Deux 
files, prologue de parade. — 11. L'Enfant rouge, parodie d'une 
scène à'Athalie (inédite). — 12. La Lettre de cachet, parade en 
1 a. (inédite). — 1 3. Gilles, chirurgien allemand, parade (iné- 
dite). — i5. Les Belles manières, parade de cour en 1 a. (iné- 
dite). — 16. L' Accouchement invisible, parade en 2 a. (inédile). 

Théâtre de société. S. n. et s. d., 2 part, en 1 vol. 
in-8. 



THEATRE 32 3 

Ce recueil fort mal imprimé, est composé de pièces la plu- 
part avec pagination séparée, i re partie: Les Plaisirs du cloî- 
tre , corn, en 3 a. en vers libres , par M. de M. D. L. C. A. 

P Sans nom, 1773, 54 pp. — L'Appareilleuse, com. en pr., 

27 pp. — Alphonse l'impuissant, trag. de Colle, 23 pp. — La 
Comtesse d'Olonne, com. en vers de Bussy-Babulin, i3 pp. — 
La Chauve-souris de sentiment, com. en pr. 44 pp. — 2 e partie: 
Vasta, reine de Bordelie , trag. en 3 a. en vers (par Piron). 
S. n. , 1773, 24 pp. — Les Femmes à la mode, dr. en vers li- 
bres, tiré du 6 e dial. de Meursius, 84 pp. —Les Deux biscuits, 
trag. en vers, par Grandval fils, 23 pp. — La Nouvelle Mes- 
saline, trag. en vers, par Pyron, dit Prépucius (Grandval fils,). 

— Cat. Soleinne, n° 3888. 

Théâtre d'un poète de Sybaris , trad. du grec (comp. 
par Delisle de Sales). Sybaris (Orléans), et Paris, maren. 
de nouv. , 1788, 1792, 3 vol. in-18. — La Bédoyère, 
6 fr. ; Soleinne, n° 2 35o; Fontaine, 1870, belle rel., 
90 fr.; Techener, 9 fr. — Réimpr. de nouv. en 1809 
dans les Œuvres dram. et litter. de l'auteur. 

Picces non libres, mais dont l'amour est le sujet. Voici le 
contenu des 3 volumes: Tome V r , Histoire de la découverte 
du manuscrit sybarite , des Anecdotes sur Sybaris, et Con- 
jectures sur l'auteur de cet ouvrage. — La Vierge d'Otaiti , 
com. en 3 a. et en vers, avec un prol. — Le Volcan, ou la 
Fille de Psyché en Sicile, drame lyr. en 3 a. en vers, avec 
un prol. — Tome 11 : Egérie, nouvelle. — Alexandre et Apelle, 
com. en 1 a. en pr. —Alexandre sur les bords de VHydaspe, 
drame héroïque en 3 a. et en vers. — Tome 111 : Le Couron- 
nement d'Alexandre, ou la Chute de Bagoas, drame héroïque 
en 3 a. en pr. 

Théâtre des boulevards, ou Recueil de parades, par 
Fagan, Moncrif, Collé, Salle, Piron, etc., publ. par 
Corbie. Mahon (Paris), 1756, 3 vol. in-12 , front, gr. 
Veinant, 19 fr. ; Solar, 9 fr. 5o ; Aubry , en 1860, 2 5 
fr. ; Leber, n° 1902; Nyon, n° i83g6; Soleinne, 3496. 

Contient: Lettre de M. Gilles sur les parades ; — Léandre 
Fiacre, la Confiance des cocus , et la Chaste Isabelle , par 
Salle. —Le Doigt mouillé , par Armand , comédien françois. 

— Caracalaca et Caracataquè, par Gueulette. — Léandre hon- 
gre, par Collé. — Le Marchand de merde, par Piron. — Ah! 
que voilà qui est beau ! par Salle. — Lettre à Af™ 8 ■•• sur les 
parades. — L'Amant cochemard , par Moncrif. — V Amant 
poussif, par Collé. — Isabelle grosse par vertu, par Fagan. — 
Le Remède à la mode , Isabelle double , Léandre magicien , 
les Deux doubles, ou la Surprise surprenante, Blanc et noir, 
la Vache et le Veau, le Bon homme Cassandre aux Indes, 
Léandre ambassadeur, la Pomme de Turquie, et le Courrier 
de Milan, par Salle. — La Mère rivale , et Léandre grosse, 



324 THEATRE 

par Collé. — Le Mauvais exemple, par Salle. — Le Muet, aveu- 
gle, sourd et manchot, par Gueulette. — Le Chapeau de For- 
tunatus , par Fournier. — L'Amant poussif — la Mère rivale 
— Léandre grosse — Léandre hongre (dont le vrai titre était 
Ra\ibus) , sont défigurés dans ce recueil. Collé, auteur de ces 
pièces, a laissé des manuscrits dans lesquels on retrouve le vé- 
ritable texte. On trouve encore dans ce recueil : Isabelle grosse 
par vertu , parade en i acte, par Fagan, etc. Voici pour échan- 
tillon de ces parades, quelques couplets du vaudeville final de 
Ra\ibus : 



Igna, dans ces climats. 
Plus que che\ les Calmuques, 
De b;aux Messieurs t'unuques, 

Qui ne s'en vantent pas ; 
Ceux dont le poil est ras, 
Ccux-la qui sont trop gras , 
Les gens qui n'mettent 

Rien que leux rabats, 
Marguilliers, avocats, 
Colonels, magistrats , 
Le sont, s'ils me l' permettent, 

Mais not' clergé n' l'est pas. 

(En parlant) « Mesdames. 

Qu'on ne vous trompe plus 
Par l'apparence des vei-ius : 

J'ai vu quelques gens barbus, 
Fourbus, 

Et semblables à Raiibus. 

Mais, parguenne, et pourquoi 
Vais-je vous dire cela, moi ? 

Chacun est ici, ma foi, 
Pour soi. 
Mon plaisir est ma seule loi. 

Pour mon bien, je voudrois 

Que tous nos beaux François, 

D'vinssent d's unuqu's infâmes; 
Excepté moi ■(et deux ou trois. 

Alors j' espérerais, 

Je croirois, oh ! oui, j'aurois 

A moi seul toutes les femmes : 
J' sais bien c' que j'en ferois. « 



Qu'on nous dise qu'une veuv' fait cas 
Des preuves d'amour les plus fortes, 
Et sans nombre et de toutes sortes , 
Cela ne me surprend pas. 



THEATRE 325 

Mais qu'on dise que moi, jeun personne, 
Qui m'unis par le saquerment; 
Cherche aute'r chose en mon amant 
Que les plaisirs du sentiment, 
C'est là ce qui m'étonne. 



L's unuques et les chapons 
Sont gros et gras, blancs et blonds; 

Voilà la ressemblance. 
L'unuque est bon à garder , 
Le chapon bon à manger, 

Voilà la différence. 

Théâtre (Le) erotique de la rue de la Santé , suivi 
de la Grande symphonie des punaises. Partout et nulle 
part (Bruxelles), l'an de joie 1864, 2 vol. in-8 de 
iv-144 pp. et iv- 186 pp., avec 2 front, dessinés etgr. 
à Teau-forte (par Rops) , 40 fr. 

Contenant: Tome I er : la Grisette et l'étudiant, par Henri 
Monnier — le Dernier jour d'un condamné, par Tisserant (de 
l'Odéon) — les Jeux de l'amour et du ba\ar , et Un Caprice , 
par Lemercier de Neuville — Scapin Maquereau , par A. Gla- 
tigny. — Tome II: Signe d'argent, par Jean Duboys et Amé- 
dée Rolland; le Bout de l'an de la noce, par Lemercier de 
Neuville — la Grande symphonie des punaises , par Nadar et 
Charles Bataille. — Même ouvrage, 2 e édition. Batignolle (tou- 
jours Bruxelles , Poulet-Malassis), 1866, 2 part, en 1 vol. gr. 
in-16 avec 2 iront. ; 24 fr. — Chaque pièce de ce Théâtre de 
Société qui a, dit-on, existé à Paris en 1861 et 1862, est pré- 
cédée d'un avertissement anecdotique. 

Théâtre espagnol; Paris, De Hansy, 1770 , Nyon , 
n° i8568; Soleinne, 4865, 4 vol. in-12. 

Peu commun. C'est un recueil curieux de comédies espa- 
gnoles trad. en pr. franc., par Linguet. Tome I": La Cons- 
tance à l'épreuve (la Esclava de su galan, de Lope de Vega), 
en 3 journées. — Le Précepteur supposé, du même. — Les Va- 
peurs, ou la Fille délicate (la Dama melindrosaj, du même, 
3 journées. — // y a du mieux, de Calderon , 3 journées.— 
Tome 11: le Viol puni, de Calderon, 3 journées — la Cloison 
(el Escondido y la tapada) , de Calderon, 3 journées — Se dé- 
fier des apparences (Nunca lo peor es ciertoj , du même , 3 
journées — la Journée difficile , du même , 3 journées. — 
Tome 111: On ne badine point avec l'amour , du même, 3 
journées — la Chose impossible (Non puede ser) , de Don Aug. 
Moreto, 3 journées; la chose impossible est de garder une 
femme malgré elle — la Ressemblance , du même , 3 journées 
— l'Occasion fait le larron, du même, 3 journées. — Tome IV: 
le Sage dans sa retraite, de Fragoso, 3 journées — la Fidé- 



3 2 6 THEATRE — THEAULON 

lité difficile (el Duelo contra su dama) , de Bandes y Can- 
damo, 3 journées — le Fou incommode, de D. Ant. de Solis , 
3 journées. — Le volume est terminé par plusieurs intermèdes. 

Théâtre gaillard. Glascow, 1776 , 2 vol. in- 18 de 

167 et 1 5 5 pp., avec 10 fig. — Glascow, 1782, 2 vol. 

in-18 de 198 et iq3 pp. , 10 fig. — S. 1. , 1787 , 2 

vol. in-18, 10 fig. 

Edition Cazin. Londres, 1788, 2 vol. in-18 , 187 et 179 pp., 

8 fig. Soleinne, 3889. Cette édition contient : tome I er le Luxu- 
rieux , en vers, par Legrand; le Tempérament, en vers; le 
Bordel, ou le J... F... puni, en pr. , par le comte de Caylus; 
l'Appareilleuse, en pr. — Tome 11: la Comtesse dOlonne , 
par Bussy-Rabutin ; Vasta , reine de Bordélie , trag. en 5 a. 
et en vers; la Nouvelle Messaline , par Piron , dit Préputius; 
Alphonse l'impuissant; les Plaisirs du Cloître; les Deux 
Biscuits. — Constantinople, 1793, 2 vol. in-18, fig. — Constanti- 
nople, 17000000, 2 vol. in-18 de i3o et i52 pp. , 9 fig. — Lon- 
dres, Alfeston et Compagnie, iSo3 , 2 vol. in-18 , avec 12 grav. 
libres (Soleinne, 3890). Rare. Même contenu que l'édition de 
1788, seulement, au lieu des Deux Biscuits, il y a l'Intrigue 
au bordel, vaud. en 1 a. et en pr. , par D. (Scheible, en 1866, 
5 fl. 24 kr.). — Une réimpr. a été faite en Allemagne, avec l'in- 
dication de Londres, i8o3 , sans fig. Ce recueil a été réimpr. 
sous la Restauration, toujours en 2 vol. in-18 et avec 12 fig. 
— Il y a eu plusieurs condamnations prononcées contre cet ou- 
vrage. Voir le Moniteur des 26 mars 1825, 26 juin i83S et 

9 juin i83g. — Dans une réimpression faite à Bruxelles en i865, 
2 vol. in-12 , un feuillet supplémentaire reproduit Vavis de l'é- 
diteur, qui dans l'édition de i8o3, se trouve en tète du tome II, 
précédant immédiatement la Comtesse d'Olonne. Cette der- 
nière édition coûte 32 fr. 

Théâtre impudique. Ms., 2 vol. in-8, écrit du XVIII e 
siècle. Cont. : le Luxurieux; la Nouv. Messaline; 
le Bordel, ou le J. -F. puni; Ancône, 1736; Alphonse 
l'impuissant ; l'Appareilleuse, com. nouv. , 3 a. en pr., 
1740; l'Ombre de Deschauffour , 1 a. en pr. , 1740. 
Cat. Soleinne, n° 3885. 

THEAULON DE LAMBERT (Marie-Emmanuel- 
Guillaume-Marguerite) , fécond auteur dramat., né à 
Aiguës-Mortes en 1787, mort à Paris, en 1841. Seul 
ou en collaboration: Anacharsis , ou Ma tante Rose 
— Angéline, ou la Champenoise — l'Arbitre, ou les Sé- 
ductions — le Bal champêtre au cinquième étage — 
le Bal de l'avoué — Cache-cache, ou la Fiancée de 
Berlin — la Comtesse du Tonneau, ou les Deux cou- 
sines — la Danseuse de Venise — le Dragon de vertu 



THËLENE — THELYPHTORA 327 

— Elle et lui — Faust — le Faux duel, ou le Ma- 
riage par sensibilité — les Femmes rivaux — les Fem- 
mes romantiques — les Femmes soldats — les Femmes 
volantes — les Fiancés, ou l'Amour et le hasard — 
Gascon et normand, ou les Deux soubrettes — le Gre- 
nadier de Fanchon — Héloise , ou la Nouvelle som- 
nambule — l'Ingénue de Paris — Judith et Holopherne 

— Lidda, ou la Servante — Mlle de Fontanges, ou Si 
le roi le savait — le Mari aux neuf femmes — le 
Mariage à la Iiussarde — le Mariage de convenance 

— la Mariée à l'encan — le Marin , ou les Deux in- 
génues — les Maris anglais, ou la Conversation cri- 
minelle — le Matin et le soir, ou la Fiancée et la ma- 
riée — la Mère au bal et la fille à la maison — Na- 
tion, Ninon et Maintenon , ou les Trois boudoirs — 
Numéro i3 , ou la Nuit d'avant la noce — l'Oiseau 
bleu, ou la Princesse ingénue — les Pages au sérail 

— Partie carrée, ou Chacun de son côté — le Paysan 
perverti , ou Quinze ans de Paris — le Père de la 
débutante — la Perle de Marienbourg — les Perro- 
quets de la mère Philippe — le Petit chaperon rouge 

— Psyché , ou la Curiosité des femmes — les Rosiè- 
res — la Solliciteuse — la Somnambule mariée — le 
Soufflet conjugal — les Trois couchées , ou V Amour 
en poste — Un ange au sixième étage — Un mari 
pour étrennes — Une heure de Charles XII , ou le 
Lion amoureux — Venise , au sixième étage, ou la 
Manie des bals masqués — la Vénus hottentotte — la 
Veuve de quinze ans. — Théaulon signait quelquefois 
ses pièces du pseudonyme Léon. 

Thélène, ou l'Amour et la guerre, par Victor Du- 
cange. Paris, 1823, 4vol. in-12, et 1 833, 5 vol. in-12. 
18 fr. Cond. en 1824, comme outrageant la morale. 

Thelyphtora , or a Treatise on female ruin , by 
.Martin Madan , 1780, 3 vol. in-8 ; 1781, 3 vol. in-8. 

Dans ce singulier ouvrage, écrit par un docteur en théologie, 
la polygamie est recommandée comme enjointe dans l'Ancien 
Testament et comme ne pouvant ainsi être un crime pour les 
chrétiens. — La pluralité légale des femmes a trouvé quelques 
défenseurs parmi des écrivains modernes; les évèques anglais 
Berkeley et Burnet se sont montrés favorables au principe de 
la polygamie. Ce dernier prélat dit qu'il ne peut rien voir con- 
tre la polygamie d'assez fort pour balancer les grands dangers 
qui pèsent si visiblement sur tant de milliers d'êtres , si "elle 
n'est pas autorisée. — Dans Madan, il y a une ferveur philan- 



3^8 THEMIDORE 

tropique qui exclut l'idée de paradoxe. La polygamie qu'il dé- 
fend doit être surtout restrictive et pénale, donnant à l'acte de 
la séduction toutes les responsabilités du mariage et protégeant 
ainsi , à ce qu'il croit , les femmes contre le vice et le châti- 
ment. Richard Still y répondit par un écrit spirituel : The Bles- 
sings of polrgamy displayed, qui eut pour résultat de clore la 
discussion plutôt que les objections tirées de la Bible , qui fu- 
rent dirigées contre Madan (Rantzow). 11 avance que Fré- 
déric , roi de Suède , avait proposé aux Etats de ce royaume 
d'autoriser la pluralité des femmes, et que ce projet, accepté 
par la Chambre basse, avait été repoussé par la haute. Est-ce 
vrai?— Un autre anglais, sir W. A. W. Capell Brookes , 
dans ses Sketches ofSpain and Marocco , i83i , a de même 
recommandé cet usage; il avance que ce serait un bienfait in- 
estimable (an invariable benefit) pour les nations européennes, 
et qu'il serait accueilli avec reconnaissance. — Voir aussi les 
Annales de philosophie chrétienne, mars iS58, au sujet d'une 
lettre de Leibnitz favorable à la polygamie. 

Thémidore (par Godard d'Aucourt, fermier général). 
La Haye (Paris), 1745, 1747, 1760, 1775, 1770, in- 12. 
— Thémidore , ou Mon histoire et celle de ma maî- 
tresse. Londres (Cazin), 1 78 1 , 1782, 1785, 1797, 
in-18 de 1 58 pp., sans ng. 

Cond. les 19 mai i8i5 et 16 novembre 1S16. — Ce livre, dans 
lequel on trouve l'hist. du président Dubois , non conformiste, 
a fait mettre à la Bastille le libraire Mérigot , ne pouvant y 
mettre l'auteur lui-même (note mss. de l'abbé Sépher ; voir Bar- 
bier, n° 17743). — L'ouvr. suivant en est probablement la simple 
réimpression: Thémidore, ou Mes fredaines, 1702,2 vol. in-18, 
fig. Cat. Noël. Ce roman est écrit d'un style léger, et qui n'est 
pas sans agrément; comme il est peu commun aujourd'hui, 
nous demandons la permission d'en donner ici un échantillon: 

« Rozette étoit sans paniers, avec le plus beau linge du monde, 
une chaussure fine et une jambe dont elle savoit tirer mille 
avantages. Le président dort, s'écria-t-elle, veillons ! Et puisque 
le dessert a été réservé pour mon arrivée , tâchons qu'il n'en 
reste rien. Nous suivîmes son avis. Une heure se passa à ba- 
diner, à faire partir des bouchons , à casser des verres et quel- 
ques porcelaines. C'est le goût de ces femmes. Depuis le départ 
des officiers pour l'armée , elles se plaisent dans les soupers où 
l'on fait carillon ; elles trouvent un esprit infini à briser un 
miroir ou une table , à jeter des chaises par les fenêtres. Ro- 
zette et Argentine firent l'amusement du repas par une infinité 
de chansons plus jolies les unes que les autres , qu'elles débi- 
toient à l'envi. Laurette excitoit à boire et faisoit circuler la 
joie avec la mousse qu'elle excitoit dans les verres. » 

Puis, Thémidore prend une distraction avec une dévote: 
<■ Un matin, quoique en robe du Palais, j'allai lui rendre vi- 
site, excusant mon habillement sur la passion que j' avois de 



THEODOR'S — THÉOPHILE 3a0 

lui faire ma cour. Elle me reçut à sa toilette; les dévotes en 
ont une moins brillante que celle des coquettes du monde , 
mais mieux composée. Les odeurs qui remplissoient les boites 
n'étoient pas fortes et en grande quantité , mais elles répan- 
doient un parfum suave qui embaumoit légèrement la chambre. 
Son linge de nuit, garni d'une petite dentelle, ctoit travaillé 
avec goût; sa robe de perse, son jupon de satin piqué , ses bas 
extrêmement tins, ainsi que sa chaussure , enfin tout son dés- 
habillé accompagnoit bien sa taille et sa figure. Tandis qu'on 
nous préparoit le chocolat, je m'approchai d'elle et cueillis mille 
baisers sur ses belles mains. » 

Enfin, pour complaire à son père, il se sépare de Rozette: 
«Depuis ce temps, cher marquis, selon que je l'ai promis à 
mon père, je ne l'ai point vue d'habitude, excepté les quinze 
premiers jours. Cette fille est rentrée en elle-même, j'ai contri- 
bué à son arrangement. Comme elle avoit une douzaine de mille 
francs, elle s'est établie et a épousé un marchand de la rue 
Saint-Honoré . riche, sans enfants, qui l'a prise pour compa- 
gne. Elle est maintenant attaché à son commerce et heureuse 
avec son mari. C'est une union de gens qui ont vu le monde. 
Je la vais visiter quelquefois et je suis avec elle comme avec 
une amie; je l'estime même assez pour ne plus lui parler de 
galanterie. » — Voir Galant, du XVIII siècle, pp. 93-98. 

Theodor's Liebesbriefe , etc. Lettres d'amour de 
Théodore à Wilhelminè , oit Choix des hymnes d'a- 
mour de Salomon, par G. Steger. Kiel, 181 1, in-8. — 
C'est une trad. libre du Cantique des cantiques, faite 
en forme de lettres. 

Theophila, or Love's sacrifice . a divine poem , by 
E. Benlowes. London, iG52. in-fol. avec portr. et fig. 
s. bois et s. cuivre. 

Il est très-rare que ce livre soit complet. Des exemplaires se 
sont payés de 5 à 12 guinées en Angleterre; un autre, regardé 
comme le plus complet qu'on connaisse , 26 liv. 5 ^h. , "vente 
Nassau. Voir Lowndes , Bibliographer's Manual , édition de 
1857, p. i53. L'ouvrage est d'ailleurs un poëme mystique et bi- 
blique; il s'agit des amours de l'âme avec Dieu. Le portrait de 
l'auteur, qui est en tète, est seul estimé par J. Caufield , 2 liv. 
12 sh. — C'était un homme aussi bien portraituré que pieux. 
Voilà tout ce qu'on peut dire à son éloge. 

THÉOPHILE de VIALT) , né en i5qo, m. en 1626. 
— Les Adventures de Théophile, au Roy — ses Œu- 
vres — le Parnasse des poètes satyriques — la Tra- 
gédie de Pasiphaé. — Voir catal. La Vallière, n" ^2?g, 
55 pièces en v. et en pr. sur lui. Voir aussi Biblioth. 
du Th. franc. , p. 474 du tome 1 . 

Tome VI. 42 



33o THEORIE — THERESE 

Théorie de l'amour et de la jalousie , par P.-J. 
Stahl (Hetzel). Paris et Bruxelles, i853, in-18 de 84 
pp. , 1 fr. 

Thérèse philosophe, ou Mémoires pour servir à l'his- 
toire de D. Dirrag et de Mlle Eradice (du père Gi- 
rard et la demoiselle Cadière) ; avec l histoire de M' ' 
Boislaurier. La Haye (à la Sph.), s. d. (1748), 2 vol. 
ou parties, pet. in-8 de 148 et 72 pp. encadrées, avec 
16 gr. fig. libres se repliant dans le volume. Edition 
originale et extrêmement rare. — De Paulmy , n° 6072 
de son catal. manuscrit. 

Ouvrage célèbre et très-souvent réimprimé. L'abbé Sepher en 
attribuait la paternité à d'Arles de Montigny, commissaire des 
guerres, qui fut mis durant huit mois à la Bastille. Barbier , 
dans son Dictionn. des anonymes (tome IV, p. 417), était du 
même avis. Mais le marquis de Sade , dans la Nouvelle Jus- 
tine, Hollande, 1797, tome VII, p. 97 , dit que l'auteur de Thé- 
rèse est le Marquis d'Argens. A l'appui de l'assertion de Sade, 
on peut invoquer plusieurs arguments; D'Argens (d'après ses 
Mémoires, ëdit. de Paris, 1807, in-8, p. 304) avait vu les pro- 
cédures les plus cachées de l'affaire du P. Girard et de la Ca- 
dière. De Sade, qui était d'une ancienne famille aristocratique 
et cléricale de Provence y connut certainement d'Argens qui 
était du même pays. — La scène de Thérèse se passe en Pro- 
vence (Vencerop) et à Toulon (Volnot). Le style de ce roman 
est médiocre, mais la fable en est attachante. L'histoire de la 
Boislaurier, qui tient presque toute la 2 e partie, offre des ta- 
bleaux fort licencieux , mais il en est un au moins bien ima- 
giné (Voir Clément , Cinq années littéraires, lettre 24). On 
rapporte la publication de Thérèse philosophe à l'année 1748; 
tous les livres qui sont cités dans la 2" partie de l'ouvrage sont 
antérieurs à cette année, et un autre ouvrage publié pour lui 
seivir de réponse ou de commentaire (/' Anti-Thérèse , ou Ju- 
liette philosophe) est de 1750. Les 16 grandes eaux-fortes qui 
ornent l'édition originale de typographie hollandaise ne sau- 
raient être réellement du comte de Caylus auquel on les a at- 
tribuées. Cet artiste a laissé d'assez nombreux spécimens de 
son talent comme aquafortiste pour qu'on ne puisse lui attri- 
buer raisonnablement ces 16 estampes médiocres ou même mau- 
vaises, à l'exception d'une , toutefois , la sixième , qui est un 
chef-d'oeuvre. Elles sont d'un dessinateur français, peut-être de 
Pesne, peintre de Priapées, et dont Voltaire parle dans sa Vie 
privée du roi de Prusse. 

Les éditions anciennes de Thérèse sont fort nombreuses , et 
toutes sont devenues rares ; voici l'iudication de quelques-unes. 
— Londres, 1771, 1776, très-pet. in-12 de 172 pp., plus 20 fig. 
(libres) y compris le frontispice. — La Haye (ou Constantino- 
ple), 170000, très-pet. in-T2. — Glasgow, 1773, 1776, très-pet. 
in-12, 20 fig. Les caractères de ces petites éditions sont très-fins. 



THÉROIGNE — THESAURUS 33 1 

— Paris, chez moi. malgré lui, 1774, sans approbation ni pri- 
vilège (avec une épigraphe de Fréret, tirée des lettres de Thra- 
sybule à Leucippe). Une préface de 8 pp.- particulière à cette 
édition. Les figures au nombre de douze, paraissent empruntées 
à quelque série d'estampes gravées en Hollande , au commen- 
cement du XVIII e siècle dans l'école de Bernard Picart. — 
6 e Jdition, plus correcte et plus complète que les précédentes. 
Paphos, chez les frères Cupidon, à l'enseigne de Vénus-Uranie, 
2 part, en un vol. pet. in-8 , avec une suite de 18 figures fort 
dissemblables entre elles pour les dimensions, le dessin et la 
gravure, elles peuvent avoir appartenu dans le principe à dif- 
férentes suites gravées pour les éditions précédentes , mais el- 
les ont été réunies en une seule suite pour cette édition ainsi 
que l'indiquent les lettres de classement A à R T. Cette édit. 
a été contrefaite à une époque plus récente. — Londres, 1780, 
2 tomes ou parties gr. in-8, 99 et 66 pp. Les gravures de cette 
édition diffèrent de celles des autres éditions. — Londres (plu- 
tôt La Haye), 1783, 2 vol. in-12; 2 frontisp. , 2 titres et 36 
fig. libres, en tout 40 fig. Les illustrations de cette édition ex- 
trêmement rare paraissent à n'en pas douter (selon M. Co- 
hen) devoir être attribuées à Binet. Leur nombre prouve que 
Cazin a eu tort de dire sur le titre de l'édition de 1/85 qui 
n'en contient que 20: « Ornés d'un plus grand nombre de figu- 
res que toutes les précédentes. » — Editions Cazin. Londres , 
1/85, 1791, 1796, 1797, iSoo, 2 vol. très-pet. in-12, avec 20 jo- 
lies grav. (les anciens tirages sont les plus recherchés). 11 a été 
fait, aver les rubriques Londres, Paris, Bruxelles, diverses con- 
trefaçons peu estimées de cette édition. L'on trouve aussi une 
suite' complète de 24 figures tirées sur format in-8 [en y com- 
prenant le frontispice de chaque partie et le frontispice général . 
Voir Cohen, Guide de l'amateur, p. 92J ; les costumes sont 
de la fin du règne de Louis XV , époque à laquelle les cha- 
peaux des femmes avaient parfois des dimensions extrava- 
gantes. — A partir de 1825, il y a eu un grand nombre de 
réimpressions de Thérèse philosophe , mais la plupart très- 
mal faites , avec de mauvaises lithographies , et sans valeur. 
La seule qui mérite une mention est celle faite à Bruxelles 
en 1866 et 1868, sous la rubrique La Haye et sans date; c'est 
un in-12 de 182 pp., avec 20 figures grav. sur acier et repro- 
duisant celles de redît. Cazin, 24 fr. Cette édition est précé- 
dée d'une Notice bibliographique. 

Théroigne de Méricourt, la jolie Liégeoise, corres- 
pondance publiée par le vicomte de V..,y. Paris, Al- 
lardin, i836, 2 vol. in-8, i5 fr. 

Thésaurus croticus. Voir : Glossarium eroticum. 

Thésaurus proverbiorum Italico-Bergamascorum , 
a Bertolomeo (sic) Bolla. Francofurti , i6o5, in-8 de 
70 S. 

M. Delepierre a donné quelques détails sur ce recueil très- 



332 THESES — THIBOUST 

rare dans le volume qu'il a publié à Londres, en 1862, sous le 
titre de Macaroneana andra, overrum Nouveaux mélanges de 
littérature macaronique , p. 49 et suiv. Il transcrit quelques- 
uns de ces proverbes italiens accompagnés d'une traduction er 
latin macaronique ; ils sont placés dans l'ordre alphabétique: 

Al tempo de la spiga , la star la moglie. 

Ad tempus frumenti noli tangere uxorem. 

La femina non e tanto malada che non posse tener la schena 
a basso. 

Fœmina nunquam adeo cegrotat ut non possit jacere su- 
per dorsum. 

Le femine sono corne le peccore , chi si lassa manezar Ja 
lena. 

Fœmina; sunt sicut oves qux permittunt ut tangatur eis 
lana. — Etc. 

Le Thésaurus proverbiorum avait été précédé d'une première 
publication du même auteur sous ce titre : Nova novorum no- 
vissima , sive poemata stilo macaronico conscripta , quae fa- 
ciunt crepare lectores ob nimium risum, et saltare capras et si- 
mias composita per Bart. Eollam Bergamascum. S. 1., 1604, 
pet. in-8. — Luzarche, n° 2172. 

Macaronées fort singulières, et dont plusieurs sont licencieu- 
ses, en latin, italien et patois bergamesque. 

Thèses (Les), ou Conclusions amoureuses, cont. 67 
articles adressés aux dames , par le bachelier Ero- 
phile , etc. — Les Antithèses des dames de Cypre con- 
tre le bachelier Erophile et le D. Philarète. Paris . 
1621, 2 part. pet. in-12. — m*** (Bohaire, en 18S9): 
Bignon, 1 1 fr. 5o. 

THIBAULT IV, comte de Champagne et de Brie, 
né en 1201, mort a Pampelune en i255. Chansons , 
publiées par P. Tarbé. — Les Poésies du roy de Na- 
varre. 

THIBOUST (Lambert), aut. dramat., né en 1826, 
mort à Paris en 1867. En collaboration : l'Amour que 
qu' c'est qu' ça ? — l'Amour dans tous les pays — les 
Amours de Paris — Avait pris femme le sire de Fram- 
boisy — la Beauté du diable — le Capitaine Chérubin 
— la Chasse aux biches — la Corde sensible — Diane 
de lys et de camélias — les Enfers de Paris — les 
Filles de marbre — les Jocrisses de l'amour — Ma- 
dame Lovelace — Madelon Lescaut — la Mariée du 
mardi gras — les Mémoires de Mitai Bamboche — 
Minette — les Mystères de l'été — les Néréides et les 
Cyclopes — le Passé de Nichette — le Pays des chan- 



THOMAS - TI BULLE 333 

sonnettes — les Princesses de la rampe — le Quart de 
monde — Rosalinde — le Supplice d'un homme — Un 
mari dans du coton — Une femme dans ma fontaine 
— Une femme qui se grise — Une maîtresse bien agréa- 
ble — La veuve au camélia. 

THOMAS (Antoine-Léonard) , membre de l'Acadé- 
mie, né à Clcrmont en 1732, mort en ijSb. L'Isle 
de France, ou la Nouvelle colonie de Vénus. 175-2. — 
Essai sur le caractère, les mœurs et l'esprit des fem- 
mes dans les différents siècles. 17 71. 

Thse hioung hioung ti, c' 'est-à-dire ,les Deux Frères 
de sexe différent; nouvelle trad. du chinois, par Stanis- 
las Julien. In-8 de Go pp. Silvestre de Sacy, n° 3262. 

T1BULLE (Albius Tibullus), poète latin du siècle 
d'Auguste, né à Rome vers l'an 44 avant J.-C. d'une 
famille équestre distinguée, m. avant Tan 17 de J.-C. 
Ami d'Horace, de Virgile, d'Ovide, il a composé 4 
livres d'élégies remarquables par l'élégance et la pu- 
reté du style. Les meilleures éditions du texte sont 
celles de Heyne, Leipzig, 1777 ; d3 Voss, Heildelberg, 
1S11; de Dissen, Gcettingue , 1 835 ; et de Golbéry 
(coll. Lemaire), 1826. — Dans les traductions, on le 
réunit souvent à Catulle et à Properce (Voir ces noms). 
Voici les principales traductions séparées que nous en 
citerons: 

Elégies de Tibulle, trad. en franc. , par Delongchamps. Pa- 
ris, 1776, in-8. 

Elégies de Tibulle , trad. en franc, par Pastoret. Paris , 
1783, in-8. 

Elégies de Tibulle, trad. en franc., par Mirabeau et La 
Chabeaussière, avec des notes, et suivies des Baisers de Jean 
Second. Tours, 179S, 1796, 1798, 3 vol. in-8, avec 14 fig. gr. 
par Borel et Elluin. — Aubry, en 1862, i5 tr. 

Elégies de Tibulle, trad. en vers franc. , par Mollevaut. Pa- 
ris, 1806, 1808, 1810, 1814, 1816, i82i,'in-i2 ou in-18. 

Elégies de Tibulle, trad. en vers franc., par de Carondelet- 
Potelles. Paris, 1807, in-8. 

Les Elégies de Tibulle, avec la trad. en vers franc., par 
M. le comte de Baderon St-Geniez (texte et traduction] .' Paris, 
Dondey Dupré, 1814, 1823, in-8. 

Elégies de Tibulle, trad. en vers franc, par Ed. Corbière. 
Paris , 1829 , in-18 , 3 fr. 5o (Voir, pour quelques autres trad. 
récentes, Bouillet, Dict. d'hist.). 



334 TIGE — TOCSIN 

Tige de myrthe et Bouton de rose , hist. orientale 
(par Delisle de Sales). Paris, chez Arthus Bertrand , 
1809, 2 vol. in-8. — Fontaine, en 1870, rel. de Cham- 
bollé-Duru, 120 fr. 

Cet ouvrage (qui forme les tomes IV et V des Œuvres dra- 
matiques et littéraires de Delisle de Sales) est une nouv. éd., 
rectifiée dans toutes ses parties de : Le Vieux de la Montagne, 
publié en 1799 , 4 vol. in-12 (Barraud, en 1870, 10 fr.). Tige- 
de-myrthe et Bouton-de-rose sont les noms de deux beautés 
piquantes dont les aventures erotiques , tragiques et féeriques 
sont spirituellement racontées. 

Timide en amour, com. prov. en ta., par Ad. 
PoujoJ, i858. 

Timide (Le), ou le Nouveau séducteur, op.-com. en 
t a. , par Scribe et Xavier (Boniface) , mus. d'Auber. 
Paris, Bezou, 1826, in-8, 2 fr. — Soleinne, n° 2640. 

Tina {La) , equivoci rusticali , da Ant. Malatesti , 
Londra (1757), in-8, tiré à 5o exempl. — Libri, i5 
fr. 5o. — Cinquante sonnets licencieux, composés en 
1637 et encore inédits. 

Tipocosmia {La), di Aless. Citolini. Venetia, i56i, 
in-8. Sorte d'encyclopédie très-curieuse, dans laquelle 
on traite même 'dell'arte del bordello. — La Jarrie , 
n° 4 53. 

Dans le Paradoxe de Corneille Agrippa sur l'incertitude , 
vanité et abus des sciences , traduit en franc. , par Mayern. 
Turquet, s. 1., 1587, i6o3, in-12, il est aussi question des pu- 
tains et du maquerellage. 

' Tis Merry when Gossips meet. 1 609 , in-8 , avec 
bois curieux. 

Rare petit dialogue qui a été attribué à Sam. Rowlands , et 
qui contient une satire piquante des femmes de la classe moyenne 
à cette époque. Réimpr. à petit nombre. — C'est un dialogue 
entre un marchand de vin, une fille, une femme, et une veuve. 
La 1" édition est de 1602. Lowndes en cite 8. Réimpr. par les 
soins de Singer en 1818, pet. in-8 de 100 ff., et eu 1841, à 100 ex. 

TISSOT (Simon-André), doct.-méd., né près de Lau- 
sanne en 1728, mort en 1797. Voir: L'Onanisme, dis- 
sertation sur les maladies produites par la mastur- 
bation. 

Tocsin {Le) de ces demoiselles , ou Mémoire à con- 
sulter adressé à tous les barreaux de France , et dé- 



TOCSIN — TOMBEAU 335 

nonciation aux Cours royales, au sujet d'un arrêté de 
M. Mangin contre les filles publiques; suivi de plu- 
sieurs lettres édifiantes et curieuses. Et pour être p , 

je n'en suis pas 7noins femme. Paris, chez les march. 
de nouv. , |83o, in-8 de 16 pp. 

Tocsin (Le) des filles d'amour. Paris, J. Bouillerot, 
1618, in-8. 

Facétie réimpr. dans les Variétés historiques et littéraires, 
de M. E. Fournier, tome 11, pp. 265-273; elle a toute la li- 
berté qu'on accordait alors aux productions de ce genre , et elle 
e«t sipnee du nom de deux farceurs fort connus à cette époque: 
Turlupin et Pierre Dupuis. Transcrivons quelques lignes du 
début: «Autant de frais comme de salé, autant de bond comme 
«de volée, disposé de tout sens, ainsi qu'un compteur de fa- 
« gots à la douzaine, de vous réciter de quoy satisfaire à vos 
«curiositez plus curieuses et sçachant bien qu'il estoit permis 
«de mentir à ceux-là qui viennent de loin, j'ay tracé ces plai- 
« santés nouvelles qui vous serviront de cure-dent (si bon vous 
« semble) et à telle heure qu'il vous plaira. » 

Toilette (La) galante de l'amour (par 1' abbé de 
Torche). Paris, 1669, 1670, in-12, avec 1 vign. cu- 
rieuse. 

Ouvrage en vers et en pr. Dans le privilège , il est indiqué 
comme étant la 2' partie de la Cassette des bijoux, également 
donnée par l'abbé de Torche. Nyon, n° 3968 ; Claudin, en i858, 
8 fr. bo. Contient: le Tombeau d'un petit amour; le Ma- 
riage d'amitié; Sur une nouvelle mariée; Sur Vestat des fil- 
les et des femmes, etc. 

Toinette et son carabinier, en 1 a. , par Mich. De- 
laporte. Paris, 1 856 (Folies-nouvelles). 

Toletana (La) disenta, por Eugenio Martinez. To- 
ledo, i5o,g, in-4 . — Ouvrage peu commun et assez 
estimé, dit Lenglet-Dufresnoy. 

Tom-Jones, trad. françaises. Voir: The history of 
Tom Jones. 

Tom K-g, or the Paphian Grove, with the humours 
of Covent-Garden. London, 1738. 

Tombeau (Le) de la mélancolie , ou le Vray moyen 
de vivre joyeux, par le S. D. V. G. Paris , Rafflé, s. 
d., in-16 (Nyon, n° io8q3). — Paris, 1625, pet. in-8, 
fig. de Crispin de Pas (Chédeau, n° 1032). Paris, Se- 
vestre, 1634, in-16, avec front, gr. par Mich. van Lo- 
chom. représentant la mélancolie portée en terre par 



336 TOMBEAU — TORRENT 

quatre bouffons. Ce front, manque souvent (Veinant, 
77 fr. ; Chaponay, 61 fr. ; Desq, 5o fr. ; Techener, en 
1 858, 75 fr.). — Lyon, Cl. Layot , 1634, in-16 (Cro- 
zet, 14 fr. 5o ; Renouard, 24 fr. 5o ; Nodier, 46 fr.). 
— Rouen, s. d. (Chédeau, n° io33); 1639, in-12 (So- 
lar, 21 fr.). — Paris, Preudhomme, i63q, pet. in-12 
(Techener, en i858, 38 fr.). — Paris, Sêvestre, 1640, 
in-12 (Chaponay, 5i fr.; Desq, 20 fr.). — Rouen, Ber- 
themont , 1643, pet. in-12, front, gr. (La Vallière, 
2 fr. Go ; Techener, 48 fr.). — Rouen , J. Besongne , 
i63o, pet. in-12 (Crozet, 14 fr. 5o; Techener, en 1869, 
3 4 fr.). 

Tombeau (Le) des amours de Louis le Grand, et ses 
dernières galanteries. Cologne (Holl., à la Sph.) . 
i6q5, pet. in- 12 de 171pp., front, gr. — La Bédoyère, 
25 fr. ; le même, en 1862, 49 fr. ; Renouard, 18 fr. ; 
le même, 2 e édition, mêmes lieu et date, mais en plus 
gros caractères, 24 fr. 5o ; Veinant , 5i fr. ; Leber , 
n" 2219; Solar, 60 fr. ; Nyon , n" 22840. 

Pièce qui n'a pas été réimpr. On lit au-dessus du front. 
gravé , représentant Louis XIV repoussant les Amours, le qua- 
train suivant, qui ne donne pas une haute idée du talent poé- 
tique de l'auteur : 

Adieu, trop aimables Amours, 
Qui ave\ sçu me charmer si tendrement, 

Ha ! je ne sens plus pour vous 
L'ardeur qui me touchait si vivement. 

Tondeux (Le) (de c.) qui court les rues en cer- 
tains quartiers de la France . et pourquoi il tient la 
campagne. S. 1. , 16 1 5, pet. in-8 de 14 pp. — Facétie 
très-rare. — La Vallière , n° 4^7? ,fil ; Leber, 2404 f; ; 
Veinant, n° 666; Desq, 52 fr. 

TORCHE (l'abbé de) , littérat. , né à Béziers vers 
1 635 , mort en i6y5. — L'Aminte, du Tasse, trad. en 
franc. — Le Berger fidèle, trad. de l'ital. — La Cas- 
sette des bijoux. — Le Chien de Boulogne, ou l'Amant 
fidèle. — La Philis de Scire, trad. de rital. — La Toi- 
lette galante de l'amour. 

Torrent {Le) des passions , ou les Dangers de la 
galanterie ; aventures du général-major comte de G'". 
par le bar. Reveroni Saint-Cyr. Paris, Barba, 1818 . 
1819. 2 vol. in-12. — Claudin, en 1870, 6 fr. 



TOU Ar AT — TOUR1ÈRE 33 7 

Tou'Afat el-Arous, ou le Cadeau des époux; trois 
chapitres sur les femmes et le mariage, par le Cheickh 
Mohammed ben Ahmed el Tidjami. Texte arabe, au- 
tographié. Paris, Hachette, 1848, in- 12 de 3 feuil- 
les 11. 

TOUCHARD-LAFOSSE(G.), littéral, né à la Châ- 
tre en 1780. — Agnès Sorel — les Amours d'un poète 

— le Bosquet de Romainville — Chroniques pittores- 
ques et critiques de l'œil de bœuf — Chroniques se- 
crètes et galantes de l'Opéra — les Jolies filles — Mé- 
moires authentiques d'une sage-femme — la Poule aux 
œufs d'or, ou l Amour et là fortune — la Pudeur et 
l'Opéra — les Réverbères — Romans historiques. 

Tour (La) de Nesle .drame en 5 a. et en q tabl. , 
par Gaillardet et Alex. Dumas (Porte St-Martin). Paris, 
i832, i833,in-8 , 3 fr. 5o. — Souvent réimpr. depuis. 

Tour (La) de Nesle, roman histor. du temps de 
Marguerite de Bourgogne (de i3o5 à i3i5), suivi des 
Crimes et amours des reines de France , par Fréd. 
Ge'rard. Paris, impr. Baudoin, 1840, in-18; et Paris. 
Delarue, 1842, in-18 de 3 feuilles, 1 fr. 

Tourelle (La) de Saint-Etienne, ou le Séminaire de 
Vénus , chronique, trad. du lat. par un clerc tonsuré. 
A Cythère (Paris), in-18 de q3 pp., avec 6 lith. li- 
cencieuses. 

Condamné le 21 août i83r. Mauvaise composition moderne 
dirigée contre M. de Quëlen , archevêque de Paris, contre les 
moines et les nonnes ; c'est sale et sans le moindre esprit. — 
L'action roule depuis le Consulat jusqu' aux premières années 
du règne de Louis- Philippe. 

TOURNEMINE (Pierre), aut. dramat. contemp. Seul 
ou en collaboration: A dix-sept ans. 1 836. — Bai- 
gneurs et baigneuses. 1842. — Clarisse, ou la Femme 
et la maîtresse. 1829. — L'Ecole des servantes. 1887. 

— Les Femmes libres. i838. — La Nièce du pédicure. 
1843. — La Noce du boulanger. i833. — Les Secondes 
amours. i83o. — Une femme sur les bras. 1840. 

Tournemont , ou les Confidences d'une jolie femme, 
2 vol. in-18, fig. 

Tourière (La) des Carmélites. Voir: Hist. de la 
tourière des carmélites , et Entretiens de Magdelon. 

Tome VI. 4 3 



338 TOURTERELLES — TRACTATUS 

Tourterelles (Les) de Zelmis, poëme en 3 chants , 
par l'auteur de Barnevelt (Cl.-Jos. Dorât). S. I. n. d. 
(Paris, 1766), in-8, 1 front., i fig. , 1 vign. et 1 cul- 
de-lampe par Eisen , gravés par Longueil. — Nyon , 
n° 16274; Dresden, n° 614; Potier, 1870, n° 999. 

Tout pour l'amour, ou le Monde bien perdu, trag. 
en 5 a., trad. de l'angl., de Dryden (en pr.), par 
l'abbé Prévost. Paris, Didot, 1 ^35, in- 12. — Soleinne, 
n° 4961 ; Nyon, n° 19162. Voir: AU for love, etc. 

Toutes les épigrammes de Martial. Voir : Martial: 
Traductions françaises. 

Tracas (Le) de la foire du pré , où se voyent les 
amourettes, les tours de passe-passe , la Manque, l'in- 
trigue des charlatans, le courtage des fesses, etc. Dial. 
burlesque (en vers , attribué à Gaultier-Garguille). 
Rouen, Maury, s. d. (vers 1620) , pet. in- 12 de 48 pp. 
(Nodier, 5i fr. ; Cigongne, n° 844). — Réimpr. par Pi- 
nard en i836, pet. in-12, tiré à 60 exempl. — Potier, 
6 fr. Lanctin, 9 e catal. , 10 fr. 

Réimpr. avec commeniaires de M. Epiphane Sidredoulx. pré- 
sident de l'Académie de Sotteville les-Rouen (M. Prosper Blan- 
cliemain, de la Société des bibliophiles françois, et de celle des 
Bibliophiles normands). Turin, J. Gay et fils, 1869, pet. in-4 
de 70 pp., tiré à 100 exempl. numérotés, 8 fr. 

Tractatio quâ lupanaria , vulgo hurenhauser , ex 
principiis medicis improbantur , auct. Georg. Franco. 
Halae, 1743, in-4 . — Magdeburg, 1743, in-4 . — Te- 
chener, en 1 858, 6 fr. 

Tractatus de pollutione nocturna , an impediat ce- 
lebrantem vel non; — de Cognicione castitatis et pol- 
lutionibus diurnis ; Forma absolutionis sacramentalis. 
S. 1. n. d. (ib* siècle), petit in-4 imprimé vers 1470 
avec les caractères d'L'lric Zell. — Cat. W. et A. A. , 
n° 207. — L'auteur de cet ouvrage est Gerson, dit le 
Docteur très-chrétien. 

Tractatus de usu flagrorum in re medica et vene- 
rea, etc. (par Meibomius). Lugd.-Batav. , 1629, pet. 
in-12. C'est l'édition originale de cet ouvrage, mais 
elle est moins complète que les suivantes — Vendue 
By, 6 fr. 

Editio secunda. Lubeck, 1639, pet. in-12 de 48 pp.; édition 
encore très-incomplète et très-fautive. — Lugd.-Batav. , Elzev. , 



TRACT ATUS 33g 

1643, in-4 . — Londres, i655 , in-32 (il a été fait de celte 
édition, à Paris, en 1757. une contrefaçon pleine d'erreurs et 
d'omissions. Du Roure, 3 fr. 25). — Copenhague, 1669, in-8. 
— Francfort, 1669, 1670, in-12 (Nodier, 24 fr.). — Ces der- 
nières éditions sont intitulées; Th. Bartolini , Jo. H. Meibo- 
mii, etc., de usa flagrorum , etc. ; elles sont estimées. — Le 
libraire Mercier de Compiègne, en a publié une trad. franc., 
avec le texte latin, intitulée : De V utilité de la flagellation dans 
les plaisirs du mariage. Paris, 1792 (I.eber, n° io5i; Auvil- 
lain. en 1 863, 12 fr.) , 1705, 1800, in-18 de i56 pp avec une 
jolie fig. qui manque quelquefois (Nodier, 26 fr. ; Veinant, 40 
fr.!. Dans ces éditions v on trouve page 39, une note concernant 
Marie-Antoinette et le Théâtre gaillard et un passage lubrique 
de deux lignes sur la courtisane Thé'.éluse. — Londres (Besan- 
çon), iSoi, in-8 de 100 pp. (édit. rare, qu'on dit avoir été si 
rigoureusement supprimée, qu'il n'en -subsisterait qu' une dou- 
zaine d'exemplaires. Du Roure, 17 fr. ; Chaponay, 22 fr. ; Bi- 
gnon, 16 fr.; Châteaugiron, 3o fr.; Auvillain, 16 fr.). — Traduc- 
tion anglaise: A Treatise o/the use of flogging al venereal 
affairs... , by Henri Meibomius, to tvich is adied a Treatise 
of Hermaphrodites, and Curlicism display'd, or a appeal to 
the Curch, being just observations npon soin? Books, publis'd 
by M. Curl , vi~, the Cases of impolency ; Eunichism dis- 
play'd; Onanism display'd; a Treatise oj flogging, etc. Lon- 
don, Curll , 1718, in-12 de 68 , 6 et 88 pp.. avec une fig. en 
t. d., représentant un homme fouetté par une femme et une 
autre femme qui attend. Bolle, 8 fr. 

Pour épuiser ce qui concerne la flagellation, nous citerons de 
suite quelques autres ouvrages sérieux , publiés ou seulement 
préparés à son sujet: Aphrodisiaque externe, ou Traité du 
Jouet et de ses effets sur le physique de l'amour ; ouvrage 
médico-philosophique , suivi d'une dissertation sur tous les 
moyens capables d'exciter au plaisir de l'amour, par Doppet. 
S 1. (Paris), 1788, in-18, fig. — Leber, n° 1032 : Crozei, 7 fr.; 
Du Roure, 8 fr. — Nous croyons que le Médecin de l'amour, 
du même docteur Doppet, Paphos (Paris, Leroy), 1787, 2 part. 
in-8, fig., est un essai du même ouvrage. — Les Flagellants, 
par Félix Mallet. Montauban , 1843; thèse qui mérite d'être 
consultée. — Un docteur allemand prépare aujourd'hui un nou- 
veau livre sur le sujet de la flagellation , et l'on peut espérer 
qu'il aura profité du travail dont parle M. Graesse ( Trésor des 
livres rares, IV, 420): 

C'est dommage, dit-il, que l'ouvrage bizarre entrepris par le 
baron Charles de Marteus (l'auteur du Manuel diplomatique , 
des Causes célèbres du droit des gens , etc.) , sur les peines 
et punitions des moines et religieuses, qu'il croyait uniquement 
inventées et opérées pour le chatouillement de leurs émotions 
vénériennes, n'ait pas été terminé. Comme base de ses recher- 
ches à ce sujet , il avait rassemblé une collection presque com- 
plète d'instruments pénitentiels de toute sorte, laquelle a été 
vendue à l'enchère après sa mort (à Dresde, eu 1862). 



3 4 o TRACT ATUS — TRAGEDIE 

Tractatus physiologicus de pulchritudine juxta ea 
quce de sponsa in Canticis canticorum mystice pro- 
nunciantur , auth. Ern. Vaenio. Brux. , F. Foppens, 
1662, petit in-8 de 35 ff. , avec jolies fig. au trait. — 
Nodier, 11 fr. 5o; Cailhava. n° 171 , 14 fr. 5o; Tri- 
pier, 20 fr. ; Du Roure , 3 fr. 5o ; Tross, 6 e catal., 8 
fr. — Livre singulier et rare. 

Traduction (française) de la 20' mécamé de Hariri, 
intitulée: El Ghourmoul, ou le Héros au cercueil (par 
Venture). De l'impr. française de Constantinople , s. d., 
in-4 de 7 pp. — Langlès, 32 fr. — Pièce dont le sujet 
est libre. Hariri est mort en ii&i. 

Traduction (en pr.) du théâtre anglais , depuis son 
origine jusqu'à nos jours (par la bar. de Vasse , née 
Wouters). Paris, 1784, 12 vol. in-8, portr. ; cont. : 
The Provoked Husband (le Mari poussé à bout;: 
Miss in her teens (la Fille de quinze ans, de Garrick); 
The Bell' s stratagem (la Belle artificieuse, de M. Cov- 
ley) ; The School for scandai, etc. — Boulard, tome IV, 
n u 416; Soleinne, n° 495g. 

Traduction en pr. et en vers d'une anc. hymne (de 
Catulle) sur les fêtes de Vénus, intitulée: Pervigilium 
Veneris (attrib. à l'abbé Ansquer de Ponçol). — Lon- 
dres et Paris, 1766, chez Barbou, in-8; a été réimpr. 
dans la même ville, en 1825 , in-8 de 20 pp., sous 
le titre : Fêtes de Vénus. 

Traductions de latin en françois , imitations et in- 
ventions nouvelles, tant de Clément Marot que d'au- 
tres des plus excellens poètes de ce temps. Rouen, P. 
Cornier, 1 553, in- 16. — Pichon, n°4gg , i5o fr. Voir 
la note de ce catalogue. — Il y a aussi une édition de 
Paris, 1 554, in-16 (Voir les Enigmes bibliogr. p. 176). 
— Ce volume contient des épigrammes assez libres ; 
il en est cité quelques unes à la suite de: De VUsage 
des romans. 

Tragédie de la chaste et vertueuse Suzanne , où 
l'on voit l'innocence vaincre la malice des juges. 
Rouen, Abr. Cousturier, 16 14, in-8 de 24 ff. — Duc 
de La Vallière, n° 340g , 1 1 fr. 

Tragédie (La) de Pasiphaé. Voir : Œuvres de Théo- 
phile. 



TRAGEDIE — TRAITE 3 4I 

Tragédie française des amours d' Angélique et de 
Médor, avec les furies de Rolland et la mort de Sa- 
cripan, etc. Troyes, s. d., 1614, 1620, pet. in-8 de 
3i ff. , fig. s. b. — Cigongne , n° i5i3; Soleinne, n" 
go3, 10 fr. ; Veinant, 29 fr. 

Cette pièce est en 5 a. et en vers. Angélique trouve un che- 
valier blessé ; elle lui donne du secours et en devient amou- 
reuse. Médor partage bientôt sa tendresse. Mais Roland sur- 
vient, tt trouve gravés sur les arbres les noms de ces deux 
amants ; il devient furieux , et fait mille extravagances. Sacri- 
pant, autre amoureux d'Angélique , vient aussi se promener 
dans la forêt et se livre aux mêmes fureurs. Enfin, la pièce finit 
sans savoir pourquoi. 

Tragédie nouvelle dicte le petit Ravoir des orne- 
mens mondains (en 5 a. en vers), composée par Phi- 
lippe Bosquier. Mons, 1 58g, pet. in-8 de 58 ff. Rare. 

— Nyon, n° 17243 ; Soleinne, n° 845. 

Réimpr. dans les œuvres latines de l'auteur, avec le titre : 
Tragcedia nova dicta novacula cultus mundani. — La Tra- 
gédie nouvelle a été aussi réimpr. à Bruxelles, en i863 , par 
Mertens pour J. Gay, petit in-12 tiré à 100 exempl. 

Tragi-comédie très-célèbre des inimitables amours 
du seigneur Alexandre et d'Annette (5 a. en vers). 
Tr ves, Nie. Oudot, 1619, 1628, pet. in-8 de 3i pp. 

— Soleinne, n° 1009, 3i fr. 5o. 

Train (Le) des maris , opérette en 1 a. ; par Em. 
Abraham, mus. de Henri Cartier (Th. de l'Athénée , 
déc. 1867). Paris, Dentu, 1868, gr. in- 18, 3o pp., 1 fr. 

Traité clinique et thérapeutique de l'hystérie , par 
le docteur P. Briquet. Paris, Baillière. i85q, in-8 de 
624 pp. 

Traité complet de l'hystérie, par H. Landouzy. Pa- 
ris, Baillière, 1847, in-8, 7 fr. 

Traité contre l'impureté , par Ostervald. Amster- 
dam, Thomas Lombrail, 1704, 1707, pet. in-8 (Leber, 
n°256). — Amst., Jordan, 1712, in-8 (Nyon, n° 1370). 
Bâle, 1750, in-12. — Abrial, n° 114. 

Traitté contre les danses, par Jean Boiseul. La Ro- 
chelle, 1606, pet. in-8 de 5o pp. Rare. — Soleinne, 
26 fr. — Ouvrage écrit par un protestant. 

Traité contre les danses et les comédies , composé 



3 4 2 TRAITE 

par St-Charles Borromée. Paris . Soly , 1664 , petit 
in-12. — Leber (273). 

Traité contre les danses et les mauvaises chansons 
(par l'abbé Gauthier). Paris, Boudet, 1769, in-12. — 
Edit. revue par Rondet. Paris, 1775, in-12. — Paris, 
1785, in-12. — Claudin , en 1860, 4 fr. 

Des chansons obscènes et dissolues. —Des chansons d'amour ■. 
— Des chansons qui ne contiennent que des invitations à 
jouir des plaisirs de la vie. — Des chansons à boire. — Des 
chansons où l'on fait entrer des paroles de l'Ecriture sainte, 
etc. — Cet ouvrage se réimprime toujours : Lyon, Rusand, 1820, 
in-12 de 14 feuilles 1/2. 

Traité curieux des charmes de l'amour conjugal 
dans ce monde et dans Vautre, trad. du latin d'Emm. 
Swedenborg, par de Brumore (Guyton). Berlin, 1782, 
in-12 (Bibl. Royale). Leber, n° 487; 1786, pet. in-8 
de 206 pp. — Leber dit: « Rien de plus curieux en 
effet que l'amour conjugal de l'autre monde. » 

Traité de la dissolution du mariage par impuis- 
sance de l'homme ou de la femme , par Antoine Hot- 
man; Paris, 1 57 1, in-8 ; réimpr. avec le Second traité, 
etc., par le même. Paris, i58i, i5q5 (Biblioth. de 
Grenoble, n° 8671; Radziwill, n° i5q), 1610, i656, 
2 part, in-8 d'ens. environ 120 pp. (Pixérécourt , 24 
fr. 5o; Veinant, 40 fr. Leber, I, n u 744). 

Traité de la dissolution du mariage pour cause d'impuis- 
sancs, par Hotman; avec quelques pièces curieuses sur le même 
sujet (par le président J. Bouhier). Luxembourg, chez J. Marie 
Vander Kagt (Dijon), 1735, in-8, vi et 237 pp. On trouve p. 
i35 à 184. le factum d'Estienne Pasquier pour Marie de Cor- 
bie ; p. 185-237, la relation du procès de Charles de Quiilence, 
baron de Pont avec Catherine de Parthenay. — On y joint 
une Consultation sur ce traité (par Fromageol) , 1739 , in-8. 
Cailhava, n° 63, i5 fr. 5o. — Londres, 1756, in-8. Techener, 
12 fr. — Voir Du Roure, Analecta Biblion, tome II, p. 444. 

Traité de l'excellence du mariage , de sa nécessité 
et des moyens d'y vivre heureux, où l'on fait l'apo- 
logie des femmes contre les calomnies des hommes, par 
lo,-,-, rt.ono^ ,-.•„.,.- j.» r „ nr„ :x d„_:^ ,c_„ ,£•!£. 



*w 1 1 . , A,jrv^w, 11 —^.wi, J-'iuauA , 11 _* j ; u , L<Uj(.aitiiv j 

3z88 ; Auvillain, n° 1465). — 1707, in-12 (Claudin, 
en 1873, 5 fr.). 



TRAITE 343 

Traité de l'hystérie, par J.-L. Bréchet. Paris, Bail- 
lière, 1847, in-8 de 33 feuilles. 

Traité de la jalousie, ou Moyens d'entretenir la 
paix dans le mariage (par A. de Courtin). Paris, 1674 
(Claudin, en 1861, 5 fr.; Baer, en 1872, 5 fr.), 1677, 
i685, 1746; et Josset (Holl., Elz.), 1677, 1682, petit 
in-12, frontisp. de Rom. de Hooge. — Solar, 82 fr. 
— Ouvrage ennuyeux et mal écrit. 

Traité de la maladie vénérienne, par J. Hunter, 
trad. de l'angl. par G. Richelot et annoté par le sieur 
Ph. Ricord; 3 e édition, corr. et augm. Paris, Baillière, 
i85g, in-8 de 800 pp. — Additions nombreuses et im- 
portantes de M. Ricord. 

Traité de la pudeur naturelle et de la dignité hu- 
maine, par Velthuysen (Lambert), théologien protes- 
tant. Utrecht, 1(122-1 685. — L'auteur passe en revue 
toutes les infractions possibles à la pudeur; séduction, 
fornication, adultère, polygamie, divorce, etc. , de sorte 
que son livre, paru en 1076, est peu pudique. 

Traité de la séduction, considérée dans l'ordre ju- 
diciaire, par J.-F. Fournel, avocat au Parlement. Paris, 
1781, in-12. — Ouvrage curieux par les faits qui s'y 
trouvent rapportés. 

Traicté de mariage entre Julian Peoger, dit Ja- 
nicot, et Jacqueline Papinet, sa future espouse. Lyon, 
161 1, pet. in-8. — Bignon ; Cigongne, n°2i04; Leber, 
n° 25oo. 

Réimprimé à la suite de Procès et amples examinations sur 
la Vie de Caresme-prenant, et des Entretiens de Magdelon et 
de Julie. 1866. 

Traité de médecine légale, relatif à la génération, 
ouvrage dans lequel sont amplement exposées toutes 
les connaissances qu'il importe aux juges, aux jurés 
et aux avocats de connaître sur la virginité , la déflo- 
ration, le viol, l'impuissance, la stérilité, la puberté, 
etc.; par Morel de Rubempré. Paris, l'aut., 1829, in-8 
de 3 feuilles 1/2, 6 fr, 5o. (La couverture imprimée 
porte : La Physiologie de la liberté, ou Tableau mé- 
dico-philosophique des droits naturels et des facultés 
physiques et morales de l'homme). 

Traité des combats que l'Amour a eus contre la 



344 TRAITÉ 

Raison et la Jalousie, avec le duel innocent du corps 
et de l'âme, l'apologie du mariage et un petit discours 
sur l'élection que l'homme doit faire d'une femme, en 
prose, avec des maximes d'amour, en vers } et autres 
poésies, par Fr. Joyeux. Paris, 1697, pet. in- 12, titre 
gravé. — Techener, 4 fr. 5o; Nyon, n 14676 ; Clau- 
din, en 1869, 4 fr. — Dans le catal. Truebwasser, n° 
1 385 , cette édition est intitulée: Joyeux traité des 
combats, etc. 

Traité des danses , auquel il est démontré qu'elles 
sont accessoires et dépendances de paillardise , etc. , 
par le fr. Ant. Estienne, minime. Paris. 1 564 , in-8. 
Rare. — Aimé-Martin, 17 fr. 5o. 

Traité des danses, auquel est amplement résolue la 
question, à sçavoir s'il est permis aux chrestiens de 
danser (attribua Lambert Daneau). Paris, iS^g, in-12 
(Nodier, 20 fr. ; Solar, 62 fr.). — S. 1. (Genève), 
i58o, i582, pet. in-8 de 5o ff. — Techener, 18 fr. ; 
La Vallière, 7 fr. ;. Chédeau, n° ïi3 ; Leber, n° 272. 

1! est question ai cet ouvrage , très-curieux d'ailleurs , dans 
les Mélanges extraits d'une grande bibliothèque , tome I. La 
dédicace de ce traité , qu'il ne faut pas confondre avec celui de 
A. Estienne, esi adressée au roi de Navarre par les « ministres 
du saint Evangile es églises françoises réformées. » Des trois 
sonnets adressés à l'auteur, un seul est signé M. F. A. Inutile 
d'ajouter que Daneau conclut contre la danse, dangereuse sur- 
tout pour les filles, car le garçon, etc. «l'ayant desja choisie, 
quand il la baise si tendrement , qu'il la caresse de tant de 
tours et de gambades : qu'à mesure qu'elle danse, l'autre s'es- 
chauffe à redoubler ses efforts, que peut-elle penser?...» (Cat. 
de livres provenant d'une biblioth. de province, Tross, 1870 , 
n° 88). 

Traité des eunuques , dans lequel on explique les 
différentes sortes d'eunuques... s'ils sont propres au 
mariage et s'il doit être permis de se marier , etc. , 
par m***d*** (dans quelques exempl.), ou parC. d'Ol- 
fincan (Ch. Ancillon). S. 1. (Holl. , à la Sph.), 1707, 
in-12. — Du Roure, 8 fr. 5o. ; Veinant, 11 fr. ; Cha- 
ponay, 24 fr. ; Leber, n° i838; Claudin , mai 1 858 , 
10 fr. ; Rouquette, en 1872, 6 fr. 

L'auteur présente dans cet ouvrage, comme une histoire vé- 
ritable, la plaisanterie de Fontenelle, intitulée: Relation de 
l'île de Bornéo. Mréo (Rome), reine de cette île, veut que tous 
ses ministres soient eunuques, tandis que Eénegu (Genève) ne 
veut, au contraire, aucun eunuque à sa cour. 



TRAITE 345 

Traité des maladies des femmes grosses, etc., avec 
une description très-exacte de toutes les parties de la 
iemme qui servent à la génération, avec figures, par 
Fr. Mauriceau. Paris, 1721, 2 vol. pet. in-4 . 

Traité des maladies des voies urinaires, par le doc- 
teur Ch. Philips. Paris, Garnier-Baillière, i85<5, in-8 
de 684 pp. , avec 97 fig. dans le texte, 10 fr. 

Traité des maladies physiques et morales des fem- 
mes, par Boyveau-Laffecteur. Paris, s. d. , in-8 (Di- 
naux, n° 33o8). — ■ 4' édition rev. et corr. Paris, 1812, 
181 9, in-8 de 17 feuilles. 

Dinaux avait ajouté à son exemplaire le portrait d'une jeune 
tille, Jacquette Renaud, qui à 9 ans était enceinte de 8 mois. 
L'a i re édition parut sous ce titre: Essai sur les maladies, etc. 
Paris, Dentu, 1798, in-8. 

Traité des maladies vénériennes , par le docteur A. 
Vidal, chirurgien de l'hôpital du Midi. Paris, V. Mas- 
son, i853, 1 855, in-8, avec 6 pi. col., 10 fr. 

Traictie [Le) des quatre degre% damour et charité 
violente, par maistre Thomas Gaillard. Paris, impr. 
au Champ-Gaillard pour J. Petit, 1507, in-8 goth. 

Traité du véritable amour , dialogue dédié à M " 
I3 *** par M"' ***. Paris, Guill. Valleyre, 1716, in-8. 
— Claudin, i858, 10 fr. 5o; Nyon, n° 3g6i. Rare. 

Traité philosophique, théologique -et politique, de la 
loi du divorce, demandée, etc., où l'on traite du célibat 
des deux sexes et des causes morales de l'adultère , 
par Hubert Matigny. 1789, in-8. — Deneux. 

Traité pratique des maladies des voies urinaires et 
des organes générateurs de l'homme et de la femme, 
parle docteur Jozan de Saint-André, 8' édition (la i r ' 
en i85o). Paris, 1860, in-12, avec beaucoup de fig. 
en b. , 5 fr. 

Traité pratique des maladies vénériennes , ou Re- 
cherches critiques et expérimentales sur l'itioculation 
appliquée à l'étude de ces maladies, par Ph. Ricord. 
Paris, Rouvier, i838, in-8 de 5o feuilles 3/4. 

Epuisé. 11 n'y a pas eu d'autre édition, mais la Clinique 
monographique du même auteur (1842-51. V. ce titre) forme 
m traité complet des maladies vénériennes. 

Tome VI. 44 



346 TRAITÉ — TRAVAUX 

Traité singulier de la modestie des habits des files 
et femmes chrétiennes, par Timothée Philalèthe. Liège, 
1675, in-12. — Livre de la même famille que l'Abus 
des nudités. On ne connaît pas l'auteur caché sous le 
pseudonyme que nous venons d'indiquer. 

Trastullo délie donne da far ridere la brigata, com- 
pilato per Pier Paulo Phantino da Tredotio. S. 1. n. d. 
(vers 1 5oo), in-4 , 6 ff . à 2 col. — Opuscule en octaves. 

— Manuel. 

Tratado en loor de las mugeres, par Christ. Acosta. 
Venetia, Cornetti , i5o,2, pet. in-4 . — Rare et re- 
cherché. 

Trattato del prête cole monache (en vers). Paris, 
Crapelet , 1840, in-8 de 8 feuilles, caract. gothiques, 
tiré, dit-on, à 5o ex., dont 6 sur vélin. 

Ce conte dans le genre de ceux qui ont servi de modèles à 
notre La Fontaine, est écrit , dans le plus pur langage toscan , 

far un des grands poètes de l'Italie; il remonte au XV e siècle. 
1 est précédé d'une lettre de Luigi Pulci qui envoie cet élégant 
badinage à son ami Matheo Franco. La réimpression due à 
M. Audin, de Florence, conserve l'orthographe vieille et incer- 
taine de l'auteur; le titre est orné d'une gravure sur bois, re- 
produisant assez rudement un dessin du XV e siècle. Cette nou- 
velle est fort libre. Voir le Bulletin du bibliophile, 4 e série, 
p. 463 , et 1 Novellieri in versi de Passano, p. 277. 

Trattato délia virginità e dello stato verginale, 
composto per il R. P. D. Basilio. Roma, 1584, in-8. 

— Tross, 12* cat., 7 fr. 5o. 

Travaux (Les) amoureux du marquis de la Rotonde, 
gentilhomme de la nouvelle fabrique, par le sieur De- 
saci le jeune (com. en 1 a. et en pr.). Amsterdam, 1660, 
pet. in-12 de 45 pp. — Soleinne, n° 1 338, 41 fr. 5o; 
Baillière, en 1873, 8 fr. 

Travaux (Les) d'Hercule, ou la Rocambole de la 
f....rie, par un émule de Piron, Grécourt, etc. 2 e éd. 
Paris, 1790, in-8, 6 fig. ou 12 fig. (cat. Dec). — Paris, 
l'an iv de la liberté et le premier de l'égalité, 1792, 
in-12 de 60 pp., avec i3 fig. (cat. A. S., en i855). 

La 12 e fig. se rapporte à la bonne manière, ou celle du bou- 
grement patriotique père Duchesne. — 12 pages (3i-42) sont 
consacrés à La Guillotine, ou les Caprices amoureux du mé- 
decin Gui llotin , député de l'assemblée nationale , et delà 



TRAVAUX — TRENTE 3 47 

demoiselle Maillard, catin bourgeoise de la rue des Fossés- 
Monsieur-le-Prince. 

Travaux [Les) de M. l'abbé Mouche (conte en pr. 
et en vers, dont quelques-uns assez lestes, par E.-F. 
de Lantier). Londres (Paris), 1784, in-12. — Cat. de 
Dresde, n° 1098; Bergeret, 2' partie. 

Tre (I) giardini de' madrigali, di Maur. Moro. Ve- 
netia, 1602, 3 parties in-12. — La 5 e partie contient 
un poëme en ottava rima, intit. : // Ritratto délie cor- 
tigiane. 

Treatise of love (Traité de l'amour et des quatre 
amours les plus spéciaux qui sont au monde) , petit 
in-folio, sans lieu ni date (imprimé par Caxton, à 
Westminster, vers 14S0). 

Ouvrage d'une rareté extrême. II ne parait pas avoir jamais 
passé en vente publique, mais lord Spencer en possédait un 
exemplaire que Dibdin à décrit (Bibliotheca Spenceriana, t. IV, 
pp. 339-343). 11 ne faut pas, d'ailleurs, se tromper sur le sujet 
du livre ; c'est une composition ascétique, et il s'agit de l'amour 
divin. 

Treize (Les) nuits de Jane. Confessions d'une jolie 
femme, par H. de Kock. Paris, Cadot, 1864, gr. in-18, 
288 pp., 1 grav. , 3 fr. 

11 en a paru une trad. ou imit. italienne , sous le titre : Le 
Undici notti di Giovanna. Milano, 1871, in-32, 128 pp. 

Treizième (Le) arrondissement, par L. Lurine. Paris, 
i83o, in-8 de 22 feuilles 1/2 et 1 fïg., 5 fr. ; Aubry, 
en l86ij 3 fr. 5o; en 1860, 7 fr. 5o. 

On sait que ce i3 c arrondissement était celui des mariages 
morganatiques ou de la main gauche. Auiourd'hui, le nombre 
des arrondissements de Paris est considérablement augmenté , 
et le i3 e n'a rien qui le distingue des autres , sous ce rapport. 

Trentaine (La) de Cythère (par J.-Fr. de Bastide). 
Londres (Paris), 1753, 1763, in-12. — La Jarrie, n° 
352o; Aubry, 1861, 5 fr. ; Nyon, n° q5i2. — Peu 
commun. — Conte dans le genre de Crebillon fils. 

Trente (Les) contes de Cigognibus, par J.-B. Hugon, 
préc. d'une biographie de l'auteur par ses amis. Lyon, 
impr. de Vingtrinier, 1861, in-12 de 144 pp. (câtal. 
Monselet, p. 41). 

« Grave, négociant lyonnais qui employait ses loisirs à imi- 
ter les vieux conteurs italiens et français. Rien de lui ne fut 



3 4 8 TRENTE-NEUF — TRÉSOR 

publié qu'après sa mort, arrivée en 1860. « Ceux qui connais- 
saient la sévérité de ses mœurs, dit M. Vingtrinier, s'étonnent 
de trouver dans quelques-uns de ses plus jolis contes une liberté 
d'expressions qui rappelle Boccace. On a recueilli une trentaine 
de ces contes les plus châtiés pour en former un ballon d'es- 
sai. » Les meilleurs sont: Cadet-Papon , le Fou d'Athènes, le 
Hareng-saur, Pisserote, qui commence par ces vers: 

Si vous voule\ rendre un livre éternel, 
Saupoudrez-en tous les feuillets de sel. 
Est-il très-fin? le gourmet s'en régale; 
Est-il grossier ? n' importe, cela sale, 
Salei, sale\, c'est là l'essentiel. » 

Trente-neuf hommes pour i<ne femme , par Emile 
Chevalier. Paris, Charlieu et Huillery, 1864, in-4 à 
2 col. , 64 pp., 1 fr. 

Très-merveilleuses (Les) victoires des femmes du 
nouveau monde, et comme elles doivent à tout le 
monde par raison commander, par Guill. Postel. Paris, 
1 553, in- 12 de 67 ft. — Solar, 3o fr. ; La Vallière , 
144 fr. 

11 existe deux éditions anciennes sous la date de i553, et deux 
réimpressions modernes portant la même date, mais que le pre- 
mier coup d'œil fait reconnaître. L'ouvrage est un tissu d'ab- 
surdités au sujet d'une femme Messie que Postel croyait avoir 
trouvée à Venise. Dans l'avertissement il est dit que : ce livre 
est fort rare parce que l'on n'en a tiré qu'un très-petit nom- 
bre d 'exemplaires après avoir rectifié la ponctuation défec- 
tueuse qui rendait l'auteur encore plus embarrassé et obscur 
qu'il ne l'est déjà par lui-même. Malgré ces corrections, l'ou- 
vrage est encore un véritable chaos sans aucune division. 11 n'a 
de bon que le titre, qui le fait rechercher des amateurs. Du 
reste, il n'a pas le moindre rapport à la galanterie. — Consul- 
ter les Mélanges extraits d'une grande bibliothèque , tome 1, 
p. 160 et les Mémoires de Sallengre, tome 11, p. 196. — Une 
nouvelle édition avec Notice bio-bibliographique de M. Gustave 
Brunet a paru à Turin chez J. Gay et fils, en 1869, gr. in-8 
de xvi-ii5 pp. tiré à 100 exempl. , 12 fr. 

Trésor des arlequinades. Bons mots et scènes plai- 
santes de Dominique et de ses camarades, etc., publ. 
par Anagramme Blismon. Paris, Delarue, i856, m-32 
de 320 pp., î fr. — Ce vol. cont. : Arleauiniana — 
Carnavaliana — Scaramouchiana — Caremiana. 

Trésor (Le) des chansons amoureuses recueillies des 
plus excellents poètes de notre temps. Lyon , Hugue- 
tan, i5q6j in-16 (Leprevost, en i85/, 69 fr.). — Le 
Manuel du libraire signale deux autres éditions. Lyon, 



TRÉSOR 3 49 

Huguetan, i 584 et 1616, in- 16 (La Vallière, n°3i44; 
Auvillain, n" 828). 

Le Trésor des chansons amoureuses. Rouen, l'Oyselet, 1602. 
2 vol. pet. in-12 de 232 et n5 pp. non compris les tables. — 
Bignon, en iS3û, i5 fr. 

Le Trésor des plus belles chansons amoureuses et récréa- 
tives (livre premier et second), augmenté de plusieurs airs nou- 
veaux , et autres chansons nouvelles non encore veues. Rouen. 
Pierre de La Motte, 1600, 2 tomes en 1 vol. pet. in-12. Recueil 
rare et précieux. — Veinant, 235 fr. ; Chédeau, n° 396; Desq , 
exempl. de Chédeau et Veinant, 355 fr. 

Le Trésor et cabinet des plus belles et récréatives chan- 
sons de nostre temps, avec plusieurs beaux airs de cour nou- 
vellement inventez par les plus anciens excellents musiciens. 
Paris, Henry Bouriquant, s. d., pet. in-12. Nodier, 1844, u ° 544; 
J. Pichon, n° 644, 235 fr. — Manuel. 

Le Trésor des chansons nouvelles , ensemble plusieurs airs 
de cour nouveaux , etc. A Paris, chez P. Deshayes, s. d. , in-12 
de 120 pp. — Cigongne (I2i3). 

Le Trésor et recueil des chansons amoureuses et récréati- 
ves, recueillies des plus excellents airs de cour, et augmenté 
d'une infinité de très-belles chansons nouvelles. Rouen , D. 
Ferrand, 1619, in-12 (Tripier, 5o fr. ; Auvillain, n° 829, 435 fr.). 
et i63i, pet. in-12 de 342 pp. — Bergeret, n° 1087, 40 fr. ; Ci- 
gongne, n° 1214. 

Le Trésor et triomphe des plus belles chansons de ce temps, 
tant pastorales que musicales , propres pour dancer et jouer 
sur toutes sortes' d'instrumens. S. 1. n. d., Joseph Guerreau 
(Paris) , in-12 de 575 pp. — Duplessis, 25 fr. — Manuel. 

Le Trésor et triomphe des plus belles chaîisons et airs de 
cour, par le sieur de St- Amour , et autres beaux esprits de ce 
temps. — Paris, Rolin Baragues, 1624, in-12 (Nyon, n° 15029). 

— Paris, veuve J. Promé (vers 1670), pet. in-12 (Veinant, 70 
fr.). — Troyes, J. Oudot, 1699, in-12. 

Trésor des joyeuses inventions, enrichy de plusieurs 
sonnets et autres poésies pour resjouir les esprits mé- 
lancoliques. Rouen, Abr. Cousturier, 1 599, pet. in-12 
de 96 pp. — Busche, 42 fr. ; Auvillain, en 1 865, 69 fr. 

— Manuel. 

Le Trésor des joyeuses inventions du paragon de poésies , 
contenant epistres, ballades, rondeaux, dizains, huictains, épi- 
taphes et plusieurs lettres amoureuses fort récréatives. Paris , 
veuve Jean Bonfons, s. d. , in-16, fig. s. b. — Catal. Nyon , 
n° 13437. Réimpr. à Bruxelles en 1864, à 106 exempl. pet. in-12, 
123 pp. , d'après l'exempl. de l'Arsenal , h seul connu. Voir les 
Enigmes bibliogr., p. 76. 

Trésor (Le) des lettres douces et amoureuses, pleines 



35o TRESOR — TRIBUNAL 

de désirs et imaginations d'amour. Rouen, 1602, pet. 
in-12 (Comte de C***, en i852, n° 8o3). — A Lranie 
(Troyes), Nie. Oudot, in-12. — Solar, 29 fr. 

Thrésor des recréations, cont. histoires facétieuses 
et honnestes, propos plaisants et pleins de gaillardise t 
faicts et tours joyeux tant pour consoler les per- 
sonnes qui du vent de bi\e ont été frappe^ au ne%, que 
pour récréer ceux qui sont dans la misérable servitude 
du tyran d'Argentcourt, le tout tiré de divers auteurs 
très-fameux. Douai, Bellere, 1600, pet. in-12 (cat. 
Bramet, n° 45o; Durand de Lançon, en 1867, 68 fr.). 

— Douai, iéo5, pet. in-32 (Potier, 1870, n° i552). — 
Rouen, 1611, in-16 (Mac-Carthy , i5 fr.; Veinant, 
81 fr. ; Chaponay, 166 fr. ; Cigongne, n° 2107; J. Pi- 
chon, n° 787, 20 fr.). — Douai, 1616, in-16 (Crozet, 
24 fr. 5o; Tripier, 40 fr. ; Chédeau, n° 10 17). — 
Douai, 1625 , in-16 (Bignon, 10 fr.). — Rouen, 1627, 
in-16 (Nodier, 66 fr. ; Chaponay, 80 fr. ; Desq, 60 fr.). 

— Rouen, i63o (Claudin, en i858, 22 fr.), ib35 (cat. 
L*** [Claudin, 1 865], n° 468), 1437, in-16. — Morel- 
Vinde, i3 fr. ; Nyoh, n° 10892; Baur, en 1875, 8 fr. 

— Recueil d'anecdotes assez niaises, mais que la plus 
sévère décence peut avouer. Le grand mérite de cet 
ana est d'être le plus ancien connu. 

Trial (The) of Mrs Harriet Errington for com- 
mitting adultery with Aug. Murray Smith, capt. 
Burkley and many others. London , E. Rundell (de 
1786 a i79o),in-8, 85 pp., 1 grav. représentant 3 scènes 
assez libres. 

Trials for adulteries, fornication, impotence, etc. 
London, 1 779-1 781, 7 vol._in-8; fia. assez explicites. 

— Recueil de procès singuliers. — Nous avons vu le 
même recueil indiqué sous le titre suivant : Trials for 
adultery, or the Hystory of divorces. London, 1781, 
7 vol. m-8. 

Tribu (La) des Rousses, vaud. en 1 a. par H. Ro- 
chefort et Ern. Blum (Palais-Royal; juillet 1 865). 

Tribulations d'un jeune homme qui veut se marier, 
par J.-J. de La Croix de Fer. Lyon, Glairon-Mondet, 
1867, in-8, 49 pp. 

Tribunal (Le) de l'amour, ou les Causes célèbres de 
Cythère (par .Î.-F. de Bastide). A Cythère (Paris), 



TRIBUNAL - TRIOMPHE 35 i 

1749, 17D9, 2 tomes in-12, front, gr. — Mac-Carthy, 
ir 909, 11 fr. 5o ; Nyon, n° 1062 5; Techener, en 
i838, 8 fr. ; Claudin, en 1866, 6 fr. — Petit roman 
dans le genre de Crébillon tils. 

Tribunal (Le) des femmes, ou les Vacances de Cau- 
debec , com.-vaud. en 1 a., par Dumersan. Paris, 
1814, in-8. — Soleinne, 2563. 

Tribut (Le) de la toilette. Paris, s. d. (vers 17^9), 
in-8. — Une note du Bulletin du bibliophile , i863, 
p. 202, signale ce recueil comme rare et audacieux; 
il commence par le Comptoir et se ferme par YAb- 
besse discrète. 

Trinutia (La), corn. (5 a. et prol. pr.) di Agn. Fi- 
renzuola. Fiorenza , B. Giunti , 1549, m-8 de 44 ff. 
(Soleinne, ^4242). — Réimpr. deux fois en i55i, 
par les héritiers de Junte, in-8 (Nyon, n° 18642), et 
a Naples, vers 1730, in-12. 

Pièce à triple intrigue, très-licencieuse , et qui a plus d'un 
rapport avec la Calandra. Nodier en admirait beaucoup le 
style [Mélanges, tome I er , p. 191): «Ces deux comédies, sont, 
dit-il, des modèles achevés d'élégance et de véritables trésors 
pour l'intelligence des idiotismes de la langue toscaue. ■ 

Triolets sur le tombeau de la galanterie. 1649, 24 
pages. — Veinant, n° 877. 

Triomphe (Le) de l'amitié, histoire galante, par de 
Préchac. Lyon, Amaulry, 1679, in-12 (Nyon, n" 9625). 
— Suiv. la copie impr. à Paris (Holl. à la Sphère), 
s. d., pet. in-12. — Payn, n" 828. 

Triomphe (Le) de l'amitié, par Mlle Fauque. Lon- 
dres, 1750, in-12; 1 y5i, 1753, in-12. 

Roman allégorique et un peu léger ; les personnages, Ismène, 
Chloé, Agenor, Myrtil , etc., sont dans des positions délicates. 
Clément {Cinq années littéraires, tome II, p. 106) donne une 
analyse de cet ouvrage , auquel il reproche un style coupé, 
haché, sec, et de mauvais goût. 

Triomphe (Le) de la Basoche et les Amours de 
maistre Sébastien Grapignan. Paris, 1698, in-12, lïg. 
— Hébelinck, n° 1 507 ; Veinant, 21 fr. ; Nyon, n" 1 0279. 

Triomphe (Le) de la chasteté , ou Panégyrique du 
bienheureux Robert d'Arbrissel, fondateur de Fonte- 
vrault. 



35 2 TRIOMPHE 

Ouvrage manuscrit, classé dans la catégorie des livres li- 
cencieux au catalogue imprimé de la bibliothèque de la ville de 
Bordeaux (belles-lettres, n° 5i28). — On connaît les attaques di- 
rigées contre les mœurs de Robert. — 11 existe une Disserta- 
tion apologétique (par Spris), Anvers , 1608, in-8. 

Triomphe (Le) de la déesse Monas, ou l'Histoire 
du portrait de M me la princesse de Conti, fille du roi. 
Amst., 1698, in-12 de 1 58 pp. — Bignon, i3 fr. 3o; 
Renouard," i5 fr. ; Leber, n° 2225; Nyon, n° 8352. 

Il s'agit de la fille de Louis XIV et de La Vallière, qui avant 
d'épouser le prince de Conti , porta le nom de Mlle de Blois. 
L'auteur suppose qu'un portrait de cette belle, égaré en Amé- 
rique, y devient un objet d'adoration ; il est substitué à l'idole 
jusqu'alors vénérée. C'est un livre adulateur, bien différent des 
écrits satiriques que multipliait la Hollande. 

Triomphe [Le) de la f....rie, ou les Apparences sau- 
vées, com. en 2 a., en vers (auteur inconnu). S. 1. n. d., 
in- 18 de 3i pp., fig. 

Pièce très-libre et très-bête. Voir Soleinne, n° 3877. — Réimpr. 
dans le Nouveau Théâtre gaillard. Concarneau (Bruxelles), 
1866, tome. I, p. 129-157, et tiré à part à 100 exempt, pet. in-12, 
3 francs. 

Triomphe (Le) de la saine philosophie, ou la Vraie 
politique des femmes, par la cit. B*** (citoyenne Boo- 
ser). Paris, à l'imprimerie des femmes, sous les aus- 
pices de la Convention Nationale, s. d. (vers i7q3), . 
in-8 (Luzarche, n" 43q2 ; La Jarrie, n° 35g6; Arcnives 
du biblioph., 1867, n° 3oo8o, 8 fr.). — Paris, Dubray, 
an v (1797), in-8. — France littér. 

Triomphe (Le) de l'amour. S. 1. n. d., petit album 
in-18 oblong de 48 pages, dont 12 lithogr. obscènes. 

Pour chaque fig. il y a une petite anecdote erotique, qui lient 
deux pages. Voici les titres : Le Triomphe de V amour — la 
Nonchalante — le Caprice — l'Orgie — l'Education première 
— le Chéri — Contemplation — les Deux amies — Récréation 
champêtre — le Nègre voluptueux — la Carte de visite — le 
Modèle complaisant. 

Triomphe de l'amour sur le fanatisme et le maté- 
rialisme. Paris, i838, 3 vol. in-8. 

Triomphe (Le) de l'intérêt, com. en 1 acte et en 
vers, avec un divert. et des vaudevilles , par Boissy 
(Italiens, 1730). Paris, Prault, 1730, in-8. 

Pièce très-rare et qui obtint un succès prodigieux , à cause 



TRIOMPHE 353 

de ses allusions aux aventures scandaleuses du riche juif Delys 
ou Dulis, qui, dans ce temps-là , menait grand train à Paris, 
de la Pclissier, actrice de l'Opéra, etc. Le lieutenant de po!ice 
fit supprimer une scène où Delys paraissait à découvert. N'est- 
ce p.is la même pièce, mais avec beaucoup plus d'obscénités, 
qui a été réimpr. sous le titre suivant: le Sérail de Delys, ou 
Parodie de la tragédie d'Alcibiade, corn, en i a. et en vers, 
par M #, *1 Cologne, P. Marteau, 1733, in-8 de i5 pp.; très- 
rare (Voir les Anecdotes dramatiques , tome 11 , p. 240; le 
catal. Soleinne, nos 3843 et 1711 , et les Mélanges histor. Je 
Boisjourdain, 1807, tome 11, p. 376J. 

Triumphe (Le) de tres-haulte et puissante dame 
Vérole, royne du pays d'amour, nouvellement com- 
posé par l'inventeur des menus plaisirs honnestes. 
Lyon, i539, 1540, pet. in-8 de 42 ff., avec 42 fie. sur 
bois. — Morel-Vindé , 200 fr.; Me'on , 107 fr. ; Desq , 
99 fr. ; De Bure, n° 3o5o; Biblioth. Nat., Y, 4464 a. 

Pièce en prose et en vers, d'une morale singulière et fort li- 
bre. On y remarque la pièce intitulée: Le Pourpoint fermant 
à boutons. — Des deux éditions qui ont paru en deux ans, il 
ne semble exister que deux exempl. de l'une et un seul de l'ai- 
tre. — Les grav. sur bois de la première édition montrent, par 
l'intelligence du dessin et de la tarie du bois, un artiste habile; 
cette suite peut être regardée comme une imitation de la Danse 
des morts. — L'exemplaire du comte d'Hoym, après avoir été 
acheté pour la Bibliothèque Nationale , en disparut en 1701., 
passi en Angleterre, se montra dans diverses ventes, et fut 
acquis à celle d'Heber, en i8'36, par le libraire Crozet, qui le 
céda à M. Cigongne , au prix de 1.000 fr. — Le seul exempl. 
connu de la seconde édition est à la Bibliothèque impériale, 11 
y minque quelques pages. Les grav. ne sont pas reproduites — 
Cet opuscule a été réimprime dans les Ancienn:s poésies fran- 
çaises éditées par M. A de Montaiglon (Paris. Jannet) t. IV , 
p. 214. La pirtie médicale des notes a été revue par M. le doc- 
teur Payen L'ouvrage original offre une série de 3+ figures en 
bois ( non reproduites dans la réimpression) offrant les princi- 
paux accessoires du mal de Naples et de son traitement. « Ici 
Vénus, la Volupté, Cupidon, etc.; là , les médecins ou refen- 
deurs, la Diète, etc. » Ces figures, exécutées dans le goût d'une 
danse macabre, rappellent celles des Songes drolatiques (attri- 
buées à Rabelais) , et sont accompagnées de rondeaux , de di- 
zains ou huitains, habilement versifiés. 

Après avoir donné d'amples descriptions bibliographiques , 
M. deMontaiglon aborde une question insoluble, peut-être: quel 
est l'auteur du Triumphe? Les bibliographes le cataloguent 
d'ordinaire sous le nom de Jean Le Maire, mais il est certain 
que le lourd et traînant auteur de l'Amant vert et des Illustra- 
tions des Gaules était incapable de trouver sons sa plume les 
habiletés et les élégances des deux préfaces, qui sont la partie la 
plus remarquable et la plus importante du livte. Duverdier , 

Tome VI. 4 5 



35 4 TRIOMPHE — TRIOMPHES 

dans sa Bibliothèque françoise, a bien dit qu'il s'agissait d'une 
traduction de l'italien , mais personne n'a jamais signalé en 
Italie, comme auteur, le prétendu Martin Dorchesino, l'inven- 
teur des menus plaisirs honnêtes , et l'aisance du style , peu 
compatible avec l'idée d'une traduction , les allusions à des lo- 
calités françaises, démontrent qu'il s'agit d'un ouvrage français. 
— L'éditeur discute ensuite une opinion qui a été mise en avant 
par M. Lacroix, et qui attribuait le Triumphe à Rabelais. Elle 
est séduisante, mais, tout bien examiné, il ne pense pas qu'elle 
repose sur des bases assez solides. 

Triomphe (Le) des femmes, où il est montré, par 
plusieurs raisons que le sexe féminin est plus noble 
et plus parfait que le masculin. Anvers (à la Shpère), 
1700, in- 12. — Taylor , n° 1448; Picard, en 1780, 
n° 821. — Réimpr. à Paris, Delaunay, en 1822, in-8 
de 90 pp. 

Triomphe (Le) des femmes, ou Esquisse des vertus 
et des talents du beau sexe, et réflexions sur les avan- 
tages que les jeunes gens peuvent recueillir de la so- 
ciété des demoiselles vertueuses , etc. , par C*** B***. 
Paris, Chassaignon, 1834, in- 18 de 108 pp. 

Triomphe (Le) du beau sexe, ouvrage dans lequel 
on démontre que les femmes sont en tout égales aux 
hommes et on examine quel doit être l'amour réci- 
proque des deux sexes ("par l'abbé Dinouart). Amst. 
(Arras), Ignace Raçon, 1749, in-12 de 94 pp. — Livret 
estimé et que l'abbé Dinouart, depuis chanoine à Paris, 
fut obligé de rétracter. — Taylor, n° 1456; Claudin, 
en 1860, 10 f'r. 

Triomphe (Le) et exaltation des dames, auquel est 
déterminé par 5o raisons que la femme est plus noble 
et de plus grande excellence que l'homme (traduction 
de l'espagnol de Jean Rodrigue de La Chambre, attri- 
buée à Ferd. de Lucenne, en prose, suivie d'une petite 
pièce de vers , à l'honneur et triomphe des dames). 
Paris, impr. pour P. Sergent (vers i53o), pet. jn-4 tl 
goth., 5 cah., sign. a-e. — Morceau plat et peu ingé- 
nieux, dit Brunet. — B ,ln d'Heiss, 10 fr. ; La Vallière, 
n° 4294, 3 fr. ; Heber, 2 liv. 12 sh. ; J. Pichon , en 
avril, "1869, n° 812, 3oi fr. 

Triomphes (Les) de l'abbaye des Couards, sous le 
resveur en décimes Fagot, abbé des Conards , conte- 
nant les criées et proclamations faites depuis son ad- 



TRIOMPHES - TROIS 355 

venemcnt jusques à l'an présent. Plus l'ingénieuse 
lessive qu'ils ont conardement monstrée aux jours gras 
en l'an MDXL. Rouen, Loys Petit, ou Dugort, i587, 
pet. in-8 de 56 ft'. non chiffrés, avec la fig. du triomphe 
au verso du dernier. — Chaponay, 470 fr. ; Gaignat , 
16 fr. ; La Vallière, 37 fr. ; Nodier, i83 fr. ; Solar , 
3oi fr. ; Leber, n°26i2. 

Cet opuscule facétieux est un des plus curieux et des plus 
singuliers monuments de la gaieté de nos aïeux. Les Conards 
de Rouen étaient une association joyeuse qui égaya cette ville 
en temps de carnaval durant plusieurs siècles. Voir la Biblio- 
thèque des Chartes, novembre et décembre 1839. 

Triomphes (Les) de la noble et amoureuse dame et 
l'art ethonnestement aymer, composé par le Traver- 
seur des voyes périlleuses (par J. Bouchet). Paris, 
1 5 1 4, 1 334, i535, 1 53G , 1 537 (Nyon, gSçS") , i53g, 
1 54 1, i555, in-8 (Nyon, o,5g8; Techener, 18 fr.). — 
Poitiers, i532,in-fol. goth. (La Vallière, iôliv. i5 sols). 
— Louvain, 1 563, in-8 (Nyon, n° 9599). — Ouvrage 
où il s'agit de l'amour de Dieu; l'amoureuse dame est 
l'âme. 

Triste (La) et lamentable complainte faicte par 
François de la Motte, en la garnison de Mct%, pour 
avoir violé la fille d'un bourgeois de ladite ville, et 
a eu la teste tranchée à Paris. Lyon, 1608, pet. in-8 
de 16 pp., avec une fig. sur bois. — Opuscule en vers 
de la plus grande rareté; 35 fr. Perret, en 1860. 

Tristine , ou Chaillot , Surette et Charenton (paro- 
die de Stockolm, Fontainebleau et Rome, d'Alexandre 
Dumas), trilogie en 3o actes d'une scène, etc., par 
Carmouche, DeCourcy et Dupeuty (Amb.-Com.). Paris, 
i83o, in-8, 1 fr. 5o. 

Triumphus Veneris Henr. Bebelii , cum comment. 
Joannis Altenstaig. Argentinae, i5i5, in-4 de 126 ft., 
fig. sur bois. — (D'Ourches, 24 fr. ; un amateur de 
Paris, 1847, n° 397, 3o fr. ; Baur et Détaille, en 1872, 
12 fr.). — Nuremberg, Ô27, in-8. — Voir Brunet 
(Manuel, col. 726, tome I", et la Notice sur lesécriv. 
érot., p. 73). — Poésies. 

Trois (Les) amoureux de Mariette, vaud. en 3 a., 
par Lubize et Brisebarre (Folies-Dramatiques). Paris, 
Guarin, 1846, in-8. 



356 TROIS 

Trois amours de pompiers, vaud. en i a., par E. 
Moreau (Eug. Lemoine), Siraudin et Delacour (Varié- 
tés, 2 5 janv. i85?). Paris, i852, in-8. — Paris, Michel 
Lévy, 1870, gr. in- 18, 36 pp., 1 fr. 

Trois [Les) baisers, vaud. en 1 acte, par Labié et 
Xavier de Montépin (Vaudeville). Paris, Marchant, 
1846, in-8, 40 cent. 

Trois [Les) blasons de France (les bons vins, la 
belle fille, le beau cheval) , par P. Danche, escuyer. 
S. 1. n. d., pet. in-8 goth. de 4 ff. ; très-rare. — A été 
réimpr. dans l'édition de Coquillart de 1546. — C'est 

frobablement de ces blasons dont il est question dans 
Origine des c... sauvages. — Ces pièces de vers sont 
fort libres. 

Trois cœurs de femmes , vaud. en 3 a., par Ach. 
Danois, Ad. Dennery et Burat de Gurgy. Paris, Nobis, 
i836, gr. in-8. 

Trois {Les) couchées, ou l'Amour en poste , com.- 
vaud. en 3 a. (en prose), par Roche Dunot (etThéau- 
lon). Paris, Boulland, i83o, in-8. — Soleinne, n° 2562. 

Trois (Les) cousines, com. en 3 a. et 1 prol. en pr., 
avec trois interm'.des, un en vers, par Dancourt. Paris, 
veuve Ribou, 172D, in-12. — Réimpr. dans lesŒuvres 
de Dancourt. 

Trois (Les) culottes de l'abbé Maury. ('Paris, vers 
1790), in-8 de 8 pages. — Leber, n° 5o5o 4 ; Claudin, 
juin i858, 2 fr. 

Trois déclamations esquelles l'ivrongne, le putier et 
le joueur de de^, frères, debatent à sçavoir lequel 
d'eux trois (comme le plus vicieux), sera privé de la 
succession de leur père; trad. du latin de Phil. Be- 
roalde, par Calvi de la Fontaine. Paris, V. Sertenas, 
1 556 , in-16 de 99 ff. Très-rare. — Bonnier, 21 fr. ; 
Renouard, en 1804, 55 fr. ; Morel-Vindé, 3q fr.; No- 
dier, 102 fr.; Potier, 1870, n° 1597. — Voir Décla- 
mation ebriosi, scortatoris , aleatoris , de vitiositate 
disceptantium. 

Trois (Les) Déesses rivales, ou le Double jugement 
de Paris, divertissement en 1 a., en vers, par de Piis. 
Paris, 1788, in-8. — Soleinne, n° 2223. 



TROIS 35 7 

Trois dixains de contes gaulois. Paris, Poulet-Ma- 
lassis, 1861, in-8. — Auvillain, i8o5, n° 689, 17 fr. ; 
cat. Monselet, n° ig3. 

Conies en vers. — Le catalogue Pincebourde, n° 27, mai 1870, 
a» 3, qui en annonce un cxempl. à 125 fr. , donne les détails 
suivants: 

« L'auteur est M. Jayber, ancien avocat à la cour d'Appel. 11 
a publié ce vol. par souscription et à 200 ex. ; il contient 3o contes 
très-piquants, très-originaux et remplis d'esprit. La souscription 
fut entièrement couverte et aucun ex. ne fut mis dans le com- 
merce; ce livre devait être illustré de sujets semi-gaillards. Pour 
des raisons dans lesquelles nous n'avons pas à entrer, le volume 
parut sans gravures. L'exempl. que nous annonçons est unique 
parce qu'il contient les épreuves d'essai (à peu près terminées) 
des grandes gravures et des fleurons dessinés et gravés par 
Bracqucmond. Le frontispice est fort beau , il y a 3 grandes 
compositions hors texte et 6 vignettes ou culs de lampes déli- 
cieux de désinvolture et d'originalité. On a ajouté aussi à l'ex. 
2 lettres extrêmement curieuses de l'éditeur M. Poulet-Malassis, 
relatives à la publication de ce livre, que l'on chercherait vai- 
nement aujourd'hui en librairie. Ces lettres contiennent des ren- 
seignements relatifs à cette publication ; leur caractère privé 
ne nous permet pas de les donner ici. » 

Trois Eoliennes, par une société de gens de lettres. 
Paris, 1823, in-8, 72 pp., avec une feuille de musique. 
— Claudin, i85g, 3 fr. r>o; Barraud, en 1870, 4 fr. 

Chaque éo'.ienne se compose d'une stance, qui fait de la mo- 
rale ou de la politique à propos de pets et de vesses. Chaque 
stance est précédée de nombreuses épigraphes qui attestent la 
fécondité et l'érudition de l'auteur. C est un ouvrage original 
et agréable. — Bibliot h. scatologica, n° 25 1. 

Trois (Les) fanatiques, poëme philosophi-comique 
en IV chants , par Népomucène-L. Lemercier. Paris, 
P. Didot, an x, in-8, 5g pp. — Cigongne, n° io85. 

11 y a dans ce petit poëme quelques passages hasardés. Le 
Fanatisme, pour séduire un musulman , prend la figure d'une 
houri : 

« Belle en tous points ; des yeux noirs et dévots; 
Teint fleurissant des couleurs de l'Albane ; 
Cheveux ondes laissant voir sous leurs flots 
Dun jeune sein la blancheur diaphane ; 
Air pudibond d'un tendre séraphin, 
Taille, genoux, cuisse au contour divin, 
Et par delà... Mais baste! la peinture , 
Cachant ceci, fait comme la nature...* 

Nous laisserons aux lecteurs le soin de chercher comment la 



358 TROIS 

Liberté est violée par un jeune Grec fort ardent et pour qui 
tout était bon... 

«... Les géantes, les naines: 
11 n'était Jille aux environs d'Athènes 
Qu'il n'eût étreinte en ses bras vigoureux. » 

Nous signalerons de plus quelques épigrammes à la fin de 
la brochure: V Amant distrait: 

« Une Atalante experle et surannée 
D'un Hippomène avait le cœur féru..." 

Et la Pieuse exhortation : 

« Un bon curé permit dévotement 

Qu'après salut, à sa nièce Thérèse , 

Un jouvenceau lût le Vieux Testament. ..» 

Trois Faublas de ce temps-là, publ. par Sewrin, 
manuscrit trouvé dans les panneaux d'une ancienne 
voiture de la cour. Paris, Barba, i8o3, 4 vol. in-12, 
4 fig. — Les trois héros de ce roman sont le comte 
de Guiche, le célèbre peintre Ferdinand et l'abbé de 
Choisy. — Cat. de Marc; Scheible, en 1872, 2 thaï. 

Trois hommes à jupon , vaudeville par Carmouche 
(Théâtre-Déjazet). Paris, i863, in-8. 

Trois (Les) lionnes, com.-vaud. en 2 a. , par Bayard 
et Dumanoir. Paris, 1841, gr. in-8. 

Trois (Les) luronnes, par H. de Kock. Paris, Ach. 
Faure, i865, 5 vol. in-8, iôi5 pp. 

Trois (Les) maîtresses, ou Une cour d'Allemagne, 
vaud. en 2 a., par Scribe et Bayard (Gymnase). Paris, 
Pollet, i83i, in-8, 2 fr. 5o. 

Trois (Les) mariages, op. -bouffe, en 3 a., par A. 
Berettoni, mus. de G. Alary (en ital. et en franc. — 
— Th. -Ital.; à Paris, mars 1 85 1 ). Paris, i85i, in-8, 
2 fr. 

Trois (Les) maris, corn, en 5 actes et en pr. ; par 
L.-B. Picard. Paris, an vm (1800), in-8. — Soleinne, 
n° 3217. 

Trois (Les) Maupin , ou la Veille de la régence , 
com. en 5 a. en pr., par Scribe et H. Boisseaux (Gym- 
nase-Dramatique). 



TROIS — TROMPERIES 35g 

Trois (Les) moines (par de Faverolle, ou M me Gué- 
nard). Paris, an xi (i8o3), 3 vol. in-18. — Paris, Dabo, 
i8i5, ou Masson, 1821, 2 vol. in-18, fig. — Cond. 
le 2 1 décembre 1822. 

Trois mois à Bréda-Square , par J. Moirit. Paris, 
i853, in-18 de 72 pp. 

Trois nourrissons en carnaval, folie-vaud. en 3a., 
par E. Hugot, et P. Boisselot, mus. de Oray (Folies- 
Dram.). Paris, i858, in-4 . 

Trois ouvrages de goût; sçavoir : i° Dissertation 
sur un ancien^usage de la ville de Troyes; 2 L'Art 
de péter, essai théori-physique; et 3° Sirop-au-cul, 
tragédie héroï-merdirlque. Au temple du goût, 1752, 
in-12. — Techener, en i858, 5 fr. 

Trois (Les) Saphos lyonnaises , ou Une cour d'a- 
mour, vaud. en 2 a. , par Barré, Radet et Desfontaines 
(Vaudeville). Paris, 181 5, in-8, 1 fr. 5o. 

Trois (Les) Sultanes, com. en 3 a. et en vers, par 
Favart. Paris, 1761, in-8. — Souvent réimpr. sous les 
titres suivants : 

Soliman second, com. en 3 a. en vers . par Favart. Paris , 
1762, 1766, in-8. — Sous le titre: Soliman second, 01c les Sul- 
tanes, etc. Paris, 1776, in-8. — Sous le titre: les Trois Sulta- 
nes. Paris, 1817, in-8. 

Les Trois Sultanes, com. en vers libres ds Favart, mise en 
1 a. et en vaud., par MM. (Dupin et Sauvage). Paris , 1826 , 
in-8, 1 fr. 5o. 

Les Trois Sultanes , com. de Favart , en 3 a. et en vers , 
mêlée de chant et de danse ; arrangée par Lockroy (Variétés) 
Paris, i853, in-18 Jésus. 

Trois (Les) voluptés. S. 1. (Paris), 1746, in-12. — 
Nyon, n° g5 1 3 ; Dinaux, n" 3286, 21 fr.; Rouquette , 
en 1872, 2 fr. 

Trombone (Le) du régiment, vaud. en 3 a., par Du- 
peuty, Cormon et Saint-Amand (Variétés). Paris, 1843, 
in-8, 60 cent. 

Tromperies (Les) de ce siècle, avec des annotations 
qui contiennent des moralités excellentes esquelles se 
voyent la nature de l'amour et ses effets, le pouvoir 
de la beauté, et les mœurs et inclinations des femmes, 
trad. de l'espagnol de Loubayssin de la Marca (Enga- 



36o TRONUS — TURCA 

nos deste siglo), par le sieur Deganes. Paris, 1639, 
pet. in-8 (Nyon, 10417 ; Bignon, 4 fr.). — Rouen, de 
la Haye, 1645, in-8. — Nyon, 10418; Claudin, en 
i85g, 8 fr. 5o. 

Tronus Cupidinis, sive Emblemata amatoria. S. 1. 
n. d., et Amst., 1618, 1620 (Potier, en 1870, n° 1682, 
seulement 3i grav.), pet. in- 12 obi., contenant 48 
jol. grav. de Crispin de Pas, avec un texte en vers 
franc., un en latin et un en holl. 

Trop beau pour rien faire, com. en 1 a. mêlée de 
chant, par Ed. Plouvier et F. Adenis (Vaud.). Paris , 
i855, in-18. — Réimpr. en i856. 

Trop heureuse, ou Un jeune ménage, com. en 1 a., 
par J.-A.-P.-P. Ancelot et Leroux. Paris, Marchant, 
1837, gr. in-8 de 16 pp. 

Trop long, conte très-court, parTégété. SA., 1770, 
in-64 de 40 pp. — Potier, 2 fr.; Nyon, n° 10060. — 
Livre rare, remarquable par l'exiguité de son format. 
— Anal. Nouv. B. des romans, 2° année, tome XIV. 

Troqueurs (Les), op. -com., en 1 a. et en vers, par 
Vadé. Paris, 1 753, 1758, 1761, 1778, in-8. —Nyon, 
V, p. ao2 et p. 207. 

Troqueurs (Les) , op. -com. en 1 a. , par Achille et 
Armand Dartois, mus. de Hérold (Opéra-Comique). 
Paris, Barba, 1819, in-8, 1 fr. 25. 

TROTEREL (Pierre), sieur d' Aves. L'Amour triom- 
phant — Aristène — les Coi-rivaux — la Driade amou- 
reuse — Gillette — Philistée — Tragédie de sainte- 
Agnès — Théocris. 

Trottin (Le) de la modiste, vaudeville en deux actes, 
par Clairville. Paris, Michel Lévy, 1847, in-18. 

Trottin, ou le Retour du sérail, folie-vaud. en 1 a., 
par Ymbert et Varner (Porte-St-Martin). Paris, Quoy, 
1820, in-8, 75 cent. 

Turca (La) , com. (5 a. et prol. pr.), del sig. Gio. 
Francesco Loredano, di nuovo posta in luce. Vinegia, 
1597, in-8 de 64 ff. — Pièce vivement intriguée, dit 
le cat. Soleinne, n° 4319, mais où se rencontrent des 
saillies d'un genre trop tabarinesque. 



TURCS — TUTTI 36 1 

Turcs et Bayadères , ou le Bal de l'Ambigu , folie 
de carnaval en 2 tableaux par St-Yves (Déaddé) et 
(Villain) St-Hilaire (Amb.-Com.). Paris, i838, in-8. 

Turlwette , vaud. en 1 a., par Laurencin et Bern. 
Lopaz (Vaud.). Paris, 1844, in-8. 

Turlurette, par Max. Perrin. Paris, 1857, 2 vol. in-8. 

Turlutaines (Les) de Françoise, vaud. par Varin, 
Laurencin et Fournier (Pal. -Royal). Paris, 1 85g, in-8 
à 2 col. 



Turliitutii et Cascarinette , tragédie héroï-burlo- 
comique, en 1 acte. Paris, 1802, in-8. — Leber, n° 
8492. 

Tuteur (Le) d'amour, auquel est comprime la for- 
tune de l'innocent en amour, poème en 4 chants, par 
Gilles d'Aurigny, dit le Pamphile. Paris, 1546 (Heber, 
32 fr. 5o; Cigongne , n° 791), 1549 (Heber, 1 liv. 
19 sh.), i553, pet. in-8 ou in-12 (Nodier, 100 fr.; 
Aubry, exempl. en mauvais état, 2 5 fr. ; Nyon , n° 
i2g33). — Lyon, 1547, in-12. — Ouvrage estimé et 
très-rare. L'édition de 1 558 est augmentée de plusieurs 
des œuvres de l'auteur. 

Tuteur (Le) jaloux, opéra- bouffon, en 2 a., par 
M. de G*** (l'évêque de Gravelle). Avignon et Mar- 
seille, Jean Mossy, 1759, in-8. — Soleinne, n° 297g. 

Tuteur (Le) trompé, battu et content, ou la Pupille 
rusée, vaud. en 1 a., par Maréchalle et Ch. Hubert 
(Ambigu-Comique). Paris, Duvernois, 1824, in-8, 1 fr. 

Tutti i trionfi , carri , mascherate , Canti carna- 
scialeschi, andati per Firen^e dal tempo del magn. 
Lorenço vecchio de Medici, race, dal S. Lasca, con 
Can^oni di M . Battista dell'Ottonaio. Florence, 1 55g, 
in-8. — Boutourlin, 270 fr. ; Libri, 180 fr. 

Recueil contenant des pièces fort libres de Machiavel , de 
Laurent de Médicis, du card. Divizio, etc. Ce volume fut mu- 
tilé et on en arracha, pp. 298 à 396, les Can\oni dell'Otlonaio, 
mais ces Canzoni furent réimpr. séparément l'année suivante , 
et, de plus , quelques autres pièces qui n'avaient pas encore 
paru; le volume n'est complet qu'avec ce supplément. — Cos- 
mopoli (Lucques), 1750, 2 vol. in-8, avec beaucoup de portr.; 
édition complète et cependant peu chère. — Luzarche, n° 2537. 

Tome VI. 46 



362 TUTTI — UEBER 

Tutti li quattro triomphi d'amor di M. Fr. Pe- 
trarca, nov. trad. in stanze. (Venetia), i55i, in-8 de 
20 ff. — Très-rare. — Paraphrase en ottava rima des 
Triomphes de l'amour. — Libri, i3 fr. 

Two marriages, by the author of John Halifax, etc. 
Londres, Hurst and Backett, 1867, 2 vol. in-8, 588 pp. 

Tyran (Le) d'une femme , comédie en 1 acte , par 
Bayard et Regnault (Potron). Paris, 1841, gr. in-8. 

Tyrannie que les hommes ont exercée, dans presque 
tous les temps et les pays, contre les femmes , ou In- 
conséquence de leur conduite envers cette belle moitié 
de l'espèce humaine, par Laugier. Londres (Paris) , 
1788, in-8. — V. der Muhlen, n° 701; Claudin, en 
i8b8, 4fr. 



u 



Uccelliera (L') d'amore , da G.-C. Croce. Bologna, 
1606, in-4 (Libri, 18 fr. 5o). — Bologna, 1629, pet. 
in-8 de 8 ff. , fig. en bois sur le titre. — Techener, 
28 fr. — Cette Volière d'amour, en vers, est facétieuse. 

Ueber Bordelle , etc. (Les Bordels au point de vue 
de la police médicale, par F.-J. Wolffsheim). Hamb., 
1845, in-8. 

Ueber Bordelle, etc. (Les Bordels et la démoralisa- 
tion de notre époque, par A. Patze). Leipzig, 1845, 
in-8. 

Ueber den Beischlaf... (Sur le coït, sermon prêché 
dans l'église de Santa Fé, par dom Garcia y Campo). 
Trad. de l'espagnol. S. 1. , 179,3, in-8. — La Jarrie, 
1" partie, n° 353g. 



UEBER — UN 363 

Ueber den Beischlaf, und die verschiedenen Arten, 
etc. (Du coït et des différentes manières de l'exécuter). 
Leipzig, 1799, in-8. 

Ueber die Idéale... (De l'idéal de la beauté féminine 
chez les Orientaux), par A.-T. Hartmann. Dusseldorf, 
1798, in-8. 

Ueber die Mittel , etc. (Des moyens de donner une 
direction innocente au désir de se multiplier) par K.-G. 
Bauer. Leipzig, 1791, in-8 de 498 pp. 

Ueber die Sittlichkeit der Wollust (Sur la moralité 
de la lasciveté), par E.-F. Ockel. Mitau, 1772, in-8. 

Ueber Frauen^immer und Ehe (Des femmes et du 
mariage), ouvrage trad. du français. Leipzig, 1789, 
in-8. — Scheible, en 1868, 16 sgr. 

Ueber meinen Umgang... (De mes rapports avec les 
hommes dans la fleur de ma vie) , par Emilie D***. 
Halle, 181 2, in-12. 

Ueber moralischen Ehebruch... (De l'adultère moral, 
des caprices et de la jalousie des femmes, et la Femme 
comme il y en a peu), trad. de l'esp. de don Garcia 
y Campo Santo; 1793, in-8. Leipzig, 181 1, in-8. 

Ueber staats und privât bordelle , kuppeler und 
Konkubinai , nebst einem anhang iïber die organisi- 
rung der bordelle in alten and neuen jeiten... (Sur 
les bordels d'état et particuliers, les maquereaux et 
le concubinage, avec un appendice sur l'organisation 
des bordels dans les temps anciens et modernes). 
S. 1., 1796, in-8. 

ULRIC LE RIEUR, pseudonyme inconnu à Qué- 
rard et à ses continuateurs. Il a revu et corrigé des 
pièces burlesques. Agathe — Muscadin et Margotine 
— les Rêveries renouvellées des grecs, insérées dans 
le Théâtre pour rire — la Veuve de Cancale. Paris, 
G. Sandre, s. d., in-12. 

Ultime (Le) novelle di G.-B. Casti. Amst. , 1 804 , 
4 vol. in-12; fig. assez libres; édition remarquable et 
peu commune. 

Un amant qui ne veut pas être heureux , vaud. en 
1 a. , par de Comberousse et Lubize (Gymnase-Dram.). 



36 4 UN 

Un amant trop aimé, par Max. Perrin. Paris, Cadot, 
1862, 2 vol. in-8, 647 pp. 

Un ami de ma femme, par Max. Perrin. Paris, i858, 
3 vol. in-8. 

Un amour de grande dame, par Alfred de Besan- 
cenet. Paris, Dentu, 1 865, in-18 jésus, xx-222 pages, 
3 fr. 

Un amour de Molière, cora.-vaud. en 2 a., par 
Th. Pernot, dit Colomb. Paris, 18 38, in-8 de 16 pp. 

— Soleinne, 3 189. 

Un amour en Touraine , côm.-vaud. en 1 a. , par 
Adolphe Chevassus. Tours, Mazereau, 1872, in-8 de 
23 pp., 5o cent. 

Un an de la vie et des amours d'une jeune fille , 
roman en couplets, par Mlle Alexandrine, tiré des li- 
thographies de M. Wattier. Paris, 1826, in-32, de 16 
pages. 

Wattier avait déjà publié en 1823, une suite de 17 lithogra- 
phies intit. : Un an de la vie d'une jeune fille. 

Un an de mariage, par M me Emilie Carlen (roman). 
Bruxelles, 1 855, 2 vol. in-18. Paris, i858. — Trad. 
en ital. par Clément Mapelli, sous le titre: Un anno 
di matrimonio. Milano, Trêves, 1869, 5 vol. in-32, 
480 pp. , 1 fr. 5o. 

Un ange au sixième étage, com. en 1 a., par Théau- 
lon et Stephen A*** (Arnoult). Paris, i838, in-8. 

Un anglais amoureux (roman), par Adrien Paul 
(Jean Charles Paul, dit Paul de Saint-Germain). Paris, 
Blanchard (impr. à Bruxelles, chez Lebègue), i855, 
in-32 de 224 pp. — Paris, Hachette, 1861, in-16, 2 fr. 

— Paris, Faure, 1867, in-18 de 214 pp., 3 fr. 

Un avocat du beau sexe, com.-vaud. en 1 a., par 
Siraudin et Choler (Palais-Royal, 1862). Paris, Dentu, 
i863, gr. in-18, 36 pp., i fr. 

Un baiser anonyme, com. en 1 a. et en pr. , par 
Albéric Second et Jules Blerzy (Théâtre-Français). 
Paris, Michel Lévy, 1868, 1869, in-18, 52 pp., 1 fr. 

Un bal dans le grand monde, par P. de Kock. Paris, 
Dolin, 1845, 2 vol. in-8, i5 fr. 



UN 365 

Un bal du grand monde, com.-vaud. , par Varin et 
Desvergers (Chapeau). Paris, i836, in-8. 

Un bal en robe de chambre, vaud. par Eug. Labiche. 
Paris, i85o, in-8. — Preyre, n° 4183. 

Un beau mariage , com. en 5 a. , en vers, par Ed. 
Foussier et Em. Augier (Gymnase). Paris, 1859, in-12. 

— Preyre, n° 4160. 

Un bal de grisettes , vaud. en 1 a., par Paul de 
Kock. Paris, i83g, in-8 de 18 pp. 

Un brieve îrattato delVeccellentia délie donne, com- 
posto dal prestantissimo philosopho (il Maggio) et di 
lat. lingua in ital. tradotto. Brescia, Damiano, i545, 
pet. in-8 de 55 ff. en lettres rondes. — Nodier, i5 fr. 

Un caprice, com. en 1 a. et en prose, par Alfred de 
Musset ( Th. -Français, 1847). 3° édition. Paris, Char- 
pentier, 1848, in-'i 8. —Paris, Charpentier, 1870, in-18 
jésus, 52 pp., 1 fr. 

Un caprice de femme , op.-com. en 1 a. , par Les- 
guillon (et Alissan de Chazet). Paris, Marchant, 1834, 
in-8. — Soleinne, 5423. 

Un caprice de grande dame, com. en 2 a., mêlée 
de couplets, par Ancelot et Xavier (Vaudev.). Paris, 
i832, in-8, 2 fr. 

Un caprice de grande dame , par le marquis de 
Foudras. Paris, Cadot, i85o, 3 vol. in 8, 21 fr. 5o. 

— Bruxelles, i85i, 3 vol. in-12. — 2 e édition, suivie 
de Madelaine repentante. Paris, Cadot, i852, 3 vol. 
in-12 , 10 fr. 5o. — L'auteur a fait une suite sous le 
titre: Madeleine repentante. Paris, Cadot, i852, 4 vol. 
in-8, 3o fr. 

Un cœur pour deux amours, par Jules Janin. Paris, 
Dupont, i8>7, in-8, 7 fr. 5o. 

Un de plus, vaud. en 3 a., tiré du Cocu, par Paul 
de Kock et Dupeuty (Vaudeville). Paris , Marchant , 
i832, in-8. — Paris, 1 835, in-8 de 28 pp. 

Un divorce, histoire du temps de l'empire (18 12- 
1814), par Paul Lacroix. Paris, Renduel, i83i, in-8. 

— Bruxelles, i832, in-8 (Scheible, en 1872, 16 sgr.). 

— Paris, Barba, i838, 2 vol. in-12. 



366 UN 

Un double ménage, com. en 5 a. en vers, par Amé- 
dée Lefebvre. Paris, 1857, in-8. — Preyre, n° 4232. 

Un dragon de vertu, folie-vaud. en 1 a., par Marc 
Michel et Albéric Second (Fol.-Dram.). Paris, i83(), 
in-8 de 10 pp. 

Un duel au baiser, vaud. en 1 a., par Clairville et 
J. Cordier (Palais-Royal). Paris, 1854. 

Un duel che% Ninon , com.-vaud. en 1 a., par Th. 
Barrière et Michel Carré. Paris, Michel Lévy, 1849, 
in-18. 

Un été à la campagne, correspondance de deux 
jeunes parisiennes, recueillie par un auteur à la mode. 
(Bruxelles), 1868, in-18 de 228 pp., front, à l'eau-forte, 
20 fr. 

Roman erotique, moderne, et qui peut soutenir la comparai- 
son avec d'autres productions du XVIII e siècle en ce genre. 

Un gendre aux épinards, scène de la vie bourgeoise, 
par Brisebarre et Louis Couailhac. Paris, 1840, gr. in-8. 

Un Hercule et une jolie femme, vaud. en 1 a. , 
par Varin. Paris, 1861, in-12. — Preyre, n° 3874. 

Un homme à marier, suivi de Recette pour faire un 
mariage, etc., par P. de Kock. Paris, Barba, 1843, 
in-12, fig., 3 fr. 5o. — Suivi de Un mari perdu. Paris, 
Barba, i865, 1868, in-4 à 2 col., 32 pp., vign. de 
Bertall, 5o cent. 

Un jésuite et Sophie Arnould, poëme dialogué (en 
3 scènes, suivies de bons mots de Mlle Arnould), dé- 
dié aux divinités de l'Opéra , par Constant Taillard. 
Paillard, 1826, in-32 de 3/4 de feuille, 2 5 cent. 

Un jeune homme charmant, par Ch.-P. de Kock. 
Paris, Barba, i83g, 2 vol. in-8, i5 fr. ; — 1840, 4 vol. 
in-12, 6fr.; — 1841, in-8, 4 fr. ; — 1843, in-12, avec 
1 grav. , 3 fr. 5o; 18Ô9, in-4 à 2 col., 80 pp., 3i 
vign. par Bertall, 1 fr. 10. 

Un jeune homme en location, com.-vaud. en 1 acte, 
par Hipp. Lefebvre. Paris, 1860, in-12. — Preyre, n° 
4473. 

Un lendemain de noces, ou la Première leçon con- 



UN 3G 7 

jugale (trad. de l'anglais , avec le texte en regard). 
Paris, 184D, in-12. — Aubry, en i858, 2 fr. 

Un mari, par M°" la comtesse Dash. Paris, Potter, 
1843, 2 vol. in-8. 

Un mari à l'étouffée, vaud. en 1 a., par Commerson 
et E. Vachette (Folies-Dramatiques). Paris, 1854, in-8. 

Un mari à la porte, opérette en 1 a., par Delacour 
et Léon Morand, mus. d'Offenbach (Bouffes-Parisiens). 
Paris, 18D9, in-8. 

Un mari à l'hameçon, folie-vaud. en 1 a., par Fer- 
gus (Théâtre de Grenoble). Grenoble, 1861, in- 16, 
3a pp. 

Un mari aux champignons, vaud. en 1 a., par 
H. Lefebvre (Théâtre-Déjazet). Paris, Michel Lévy, 
1861, in-4 à 2 col,, 7 pp., 20 cent. 

Un mari charmant, vaud. en 1 a. , par Dumanoir 
et Lafargue. Paris, Barba, i835, 1837, in-8 de 20 pp. 
— Preyre, n° 3796. 

Un mari complet, vaud. en 1 a., par R.-P. Radon- 
Sterne et Civilis. Abbeville, 1845, in-8. 

Un mari dans du coton, com.-vaud. en 1 a. , par 
Lambert Thiboust (Variétés, avril 1862). Nouv. édit. 
Paris, Michel Lévy, i865, gr. in-18, 27 pp., 1 fr. — 
1867, gr. in-18, 32 pp., i rr. 

Un mari dans l'embarras, com.-vaud. en 1 a., par 
Jules Renard. Paris, i852, gr. in-8. — Preyre, n° 4295. 

Un mari d'occasion, com. en 1 a., par Hipp. Lucas 
(Odéon, i852). Paris, Lévy, 1859, in-4 u à 2 col., 20 
cent. 

Un mari dont on se moque, par Ch.-Paul de Kock. 
Paris, Sartorius, 1868, 1869, 1872, in-18 jésus, 288 
pages et 1 gr. , 8 fr. 

Un mari en i5o, vaud. en 1 a., par Emile de Najac 
(Vaudeville). Paris, i853, in-8. — Paris, Michel Lévy, 
1869, in-4 à 2 col., 12 pp., 20 cent. 

Un mari en vacances, trad. de l'angl. Paris , i865, 
in-8, portrait. 



368 UN 

Un mari fidèle, com.-vaud. en i a., par Varin et 
Louis Dugard. Paris, Michel Lévy, 1847, in-18, 5o 
cent. 

Un mari mystifié, par M me Olympe Audouard. 
Paris, Dentu, 186?, in-18 jésus, 272 pp. 

Un mari perdu, suivi de les Mésaventures d'un 
anglais, Edmond et sa cousine, contes envers et 
chansons, par Paul de Kock. Paris, Barba, 1843, in-12, 
1 grav. , 3 fr. 5o. 

Un mari perdu, com.-vaud. en 2 a., par P. de Kock et 
Varin. Paris, 1846, in-8, 60 cent. 

Un mari qui lance sa femme, com. en 3 a., par 
Labiche et Kaimond Deslandes. Paris, libr. centrale, 
1864, in-18 jésus, 107 pp., 3 fr. 

Un mari qui prend du ventre, vaud. en 1 acte, par 
Labiche et Marc Michel (Variétés). Paris, 1854, in-12. 

Un mari qui ronfle, vaud. en 1 a. , par Siraudin et 
de Beauplan (Variétés). Paris, 1834, in-12. — Preyre, 
n° 4104. 

Un mari qui se dérange, vaud. en 2 a., par Cormon 
et Eug. Grange (Gymnase). Paris, 1846, in-8. 

Un mari sur des charbons, com.-vaud. en 1 a. , par 
Eug. Grange. Paris, 1864, in-18. — Preyre, n° 4000. 

Un mari tombé des nues, vaud. en 1 a. , par de 
Jallais et Audeval (Délass.-Com.). Paris, i853, in-8. 

Un mari trop aimé, vaud. en 1 acte, par Rosier 
(Gymnase-Dramat.). Paris, 1862, in-12. — Preyre, 
n° 385 1. 

Un mariage à la six-quatre-deux, tableau populaire 
en 1 acte et en vers burlesques, par Hippolyte Mai- 
gnand. Amiens, Lambert-Caron, 1869, in-8 à 2 col., 
16 pp. 

Un mariage aux Petites-Affiches, vaud. en 1 acte , 
par Albert Vanloo et Eugène Leterrier. Paris, libr. des 
auteurs, 1867, in-18 jésus, 24 pp., 5o cent. 

Un mariage dans un chapeau, bouft. en 1 acte, par 
Vivier. Paris, i85g, in-12. — Preyre, ^4464. 



UN 36g 

Un mariage de Paris, com. en 3 a., en prose, par 
Edmond About. Paris, 1861, in-12. — Preyre, n 43&7. 

Un mariage de Paris, par Méry. Paris, De Vresse, 
1864, gr. in-18, 201 pp., i fr. 

Un mariage en province, par M m ' Léonie d'Aunet 
(M me Biard). Paris, Hachette, i856, 1857, i85g, 1861, 
in-12 de 33o pp., 2 fr. 

Un mariage en trois étapes, com. en 3 a., en prose, 
par Rosier. Paris, i85o, in-12. — Preyre, n° 385 1. 

Un mariage raisonnable , com. en 1 a. , en prose , 
par J.-A.-F.-P. Ancelot. Paris, Marchant, i835, in-8. 

Un mariage russe, com. vaud. en 2 a., par de Léris 
(Alfred Desroziers) et Dutertre. Paris, 1840, in-8. 

Un mariage scandaleux , par André Léo (Madame 
Champseix)/Paris, Faure , 1862, i863, 1867, in-18 
jésus, 504 pp. , 3 fr. 

Un mariage sous l'empire, com. en 2 a., par J.-A.- 
F.-P. Ancelot et Paul Duport. Paris, i835, in-8. 

Un mariage sous l'empire, par Sophie Gay. Nouvelle 
édition. Paris, Michel Lévy, 1869, gr. in-18, 309 pp., 
1 fr. 

Un mariage sous Louis XV, com. en 5 a., par 
Alex. Dumas (avec Adrien de Leuven et Brunswick). 
Paris, Marchant, 1841, in-8, 144 pp. — Paris, Mar- 
chant, 1841, gr. in-8, 48 pp. à 2 col. 

Un ménage à la mode, com.-vaud. en 1 a., par Louis 
Marguery. Aix, Makaire , 1867, gr. in-18, 24 pp., 73 
cent. 

Un ménage en ville, com. en 3 a., par Théodore 
Barrière (Gymnase, 17 oct. 1864). 2 8 édition. Paris, 
Michel Lévy, 1869, in-18 jésus, 98 pp. 

Un ménage parisien , com. en b actes, en vers, par 
J.-F.-A. Bayard. Paris, 1844, i n ~&- 

Un merlan en bonne fortune , vaud. en 1 acte, par 
Varin, Labié et Gérard (Palais-Royal). Paris, i853\ 

Un million dépensées sur les femmes et le mariage, 
par un vieux militaire. Nouv. édition collât, avec soin 

Tome VI. 47 



3 7 o UN 

par Eug. le Gai. Paris, Passard, 1860, in-32 de xn- 
5oo pp. (Petite encyclopédie récréative, 1 fr. 5o). 

Un mois de fidélité, vaud. en 1 a., par Ach. Dartois 
et Moreau (Eug. Lemoine) (Variétés). Paris, 1 835 , 
in-8 de 16 pp. 

Un mois de folie , poëme en 8 ch. (imité d'un ou- 
vrage de Kotzebue, intit. les Bijoux dangereux), par 
A. d'Egvilly. Vaucluse (Avignon) , et Paris , Lamy , 
i8o3, in- 12. — Alvarès, i858, 3 fr. 5o; Claudin, en 
1869, 5 fr. 

Un mois d'hiver d'Alphonse, ou Campagne d'hiver 
d'un hussard français, par J.-F. Dognon. Paris, an vu, 

2 vol. in- 12, fig. 

Un monsieur et une dame, com.-vaud. , par Xavier, 
Duvert et Lausanne (Vaud.). Paris, 1841 , 1844, in-8 
de 16 pp. — Id., en 1857. 

Un monsieur qui a brûlé une dame, com.-vaud. en 
1 acte, par Anicet Bourgeois. Paris, i865, in-12. — 
Preyre, n° 3833. 

Un monsieur qui suit les femmes, vaud. en 2 actes, 
par Théod. Barrière et Decourcelle (Palais-Royal). 
Paris, i85o, 1854. 

Unmonsieur très-tourmenté, parCh.-Paul de Kock. 
Paris, Huillery, 186g, in-4 à 2 col., 40 pp., vign. 
sur bois, 80 cent. 

Un monsieur qui voit tout en jaune, com.-vaud. en 

3 actes, par Jules Renard. Paris, i855, gr. in-8. 
Preyre, n° 4295. 

Un notaire à marier, com.-vaud. en 3 actes, par 
Marc Michel, Labiche et A. de Beauplan. Paris, Lévy, 
i853, in-18; — i855, in-8; — i865, in-4 à 2 col. 
26 pp. 

Un point curieux des mœurs privées de la Grèce. 
Paris, J. Gay, 1861, in-12 de 29 pp. 

Cet opuscule se rattache au sujet de YAlcibiade fanciullo 
(Voir ce titre); il renferme des détails curieux et des rensei- 
gnements bibliographiques intéressants. 11 est dû à un biblio- 
graphe belge établi en Angleterre, et connu par d'excellents 
travaux relatifs à l'histoire littéraire (M. Octave Delepierre). 



UN 3 7 t 

Réimprimé à Bruxelles, 1870, in-8 , tiré à i5o exempl. — Athè- 
nes (Bruxelles) , 1871, in-18. —Vital Puissant, 3 fr. 

« L'honorable bibliographe a négligé quelques particularités 
qui rentrent dans son sujet : 

« i° 11 n'a pas parlé du Bataillon sacré des Thébains, com- 
posé de 3oo jeunes gens tant amants qu'aimés (Plutarque, Vie 
de Pelopidas). 

«2° 11 passe sous silence l'enlèvement des garçons pratiqués 
chez les Cretois et chez les Lacédémoniens 'Plutarque , ibtd. , 
et Athénée, Déipnosophistes, liv. XI, ch. iv). 

«3° Il n'a rien dit des filles de Sparte, qui accoutumées à 
lutter toutes nues avec des garçons tous nuds, ne pouvoient guère 
conserver de pudeur; ni de la' permission de jouir d'elles, avant 
le mariage, à la manière des garçons. C'est Athénée dans ses 
Déipnosophistes , liv. XIII, chap'. vin, qui nous informe de 
cette coutume , qui avait lieu aussi chez les Macédoniens au 
rapport de Mimas le Pythagoricien. 

« 4 II se tait sur l'amour des femmes lacédémoniennes pour 
les jeunes filles, dont fait mention Plutarque (Vie de Licurgue). 
« L'amour, dit ce biographe, étoit si bien reçu , et si approuvé 
« chez eux (les Lacédémoniens) , que même les plus honnêtes 
«femmes aimoient les filles» (Plutarque, trad. de Dacier). 
Voyez aussi, sur les tribades, Athénée, liv. VI, ch. xn. 

»5° Enfin Platon (VIII* liv. des Loix) cite une loi qui dé- 
fendait le commerce criminel des hommes avec les hommes, et 
des femmes avec les femmes, ce qui indique que ces dérègle- 
mens étoient communs chez les Grecs. » (Note de M. Hubaud 
de Marseille). 

Un pompier de service, vaud. en 1 a. , par Edouard 
Devaux. Marseille, 1867, in-8, 32 pp. (Gymnase de 
Marseille). 

Un premier amour , vaud. en 3 a. , par Bayard et 
Em. vanderburch (Vaudev.). Paris, 1834, in-8. — 
Lyon, 1834, in-12. — Paris, i836, gr. in-8 à 2 col. 

Un rêve d'amour, par Fréd. Soulié. Paris, 1840, 
in-8, et i85g, in-12, 1 fr. 

Un rêve de mariée, vaud. en 1 a., par Anicet Bour- 
geois et Ferdinand Laloue. Paris, Beck, 1842, in-8. 

Un serment de femmes , vaud. en 1. a,, par Lafitte 
et Eug. Cormon. Paris, Nobis, 18 36, gr. in-8. 

Un souper sous la régence, com.-vaud. en 1 a., de 
Commerson et Raimond Deslandes (Délass.-Com.). 
Paris, 184D, in-8. 



372 UN — UNE 

Un spectacle dans un fauteuil, par Alfred de Musset. 
i" livraison. Paris, Renduel, 1082, in-8. — 2 e livr. 
Paris, 1834, 2 vol. in-8. — Soleinne, n° s 2760-61. 

Le I er volume contient : la Coupe et les lèvres, poëme dra- 
mat. — A quoi rêvent les jeunes filles, com. et 1 conte en vers. 
Les 2 derniers contiennent: Loren\accio ; les Caprices de Ma- 
rianne; André del Sarto ; Fantasio; On ne badine pas avec 

1 amour ; la Nuit vénitienne , ou les Noces de Laurette ; 
ces 6 scènes sont en prose. 

Un tribunal de femmes, vaud. en 1 a., par Léonce 
(Laurençot), Pierre-Michel Delaporte et Petit. Paris, 
Gallet, 1844, in-8. — Superch. littér., II, 751. 

Un troupier qui suit les bonnes, vaud. en 3 a., par 
Clairville, Pol-Mercier et Léon Morand (Variétés). 
Paris, 1860. 

Un truc de mari, vaud. en 1 a., par Raimond Des- 
landés. Paris, i85g, in-12. — Preyre, n° 4349. 

Una notte, ossia Un momento di piacere (par Ma- 
rino). Svizzera, 1800 (1862), in-12, 78 pp. ; 4 fig. 
(Campbell). 

Une amourette, com. en 4 a., par Edouard Cadol. 
Paris, libr. internat., 1871, 1872, in-18 jésus, 108 pp., 

2 fr. (Th. de Cluny). — Preyre, n° 45o6. 

Une aventure d' amour , par Alex. Dumas. Paris, 
Michel Lévy, 1867, gr. in- 18, 372 pp., 1 fr.;— 1871, 
in-18 jésus, 279 pp., 1 fr. 

> Une aventure galante, par Xavier de Montépin. Pa- 
ris, Lécrivain et Toubon, 1860, gr. in-8. 

Une bonne fille , vaud. en 1 a. , par Salvador et 
Commerson (Porte-St-Martin). Paris, 1849, in-8, 12 
pages. 

Une bonne fortune , vaud. en 1 acte, par Paul de 
Kock et St-Alme (Amb.-Com.). Paris, 1825, in-8, 
1 fr. 5o. 

Une bonne fortune , vaud., par de Comberousse et 
Bayard. Paris, Breauté, i832, in-8. 

Une bonne pour tout faire, vaud. en 1 acte, par 
Jules Adenis et Jules Rostaing (Théâtre-Déjazet, mars 
1867). Paris, Michel Lévy, 1867, in-4 à 2 col., 20 cent. 



UNE 373 

Une chaumière et son cœur, com.-vaud. en 2 actes, 
par Alphonse (Alph.-Théod. Cerfberr) et Eug. Scribe 
(Gymnase-Dramat.). Paris, i835, in-8, 28 pp. — So- 
leinne, 2640. 

Une courtisane au XIX' siècle. Etude de mœurs, 
par Henri Bernard. Paris, 1866, gr. in- 18, 3 10 pp., 
2 fr. 

Une dame de l'Opéra, chronique de l'Opéra, par 
E.-L. Guérin. Paris, Lachapelle, i838, 2 vol. in-8, 
i5 fr. 

Une demoiselle en loterie , opérette en 1 acte , par 
Jaime fils et Crémieux (Bouffes-Parisiens). Paris, i858. 

Une dette d'amour , com. en 2 actes, en vers, par 
Auguste Chirac (Th. des Jeunes-Artistes). Paris , libr. 
internat., 1869, gr. in-18, 60 pp., 1 fr. 

Une drôle de maison , roman inédit , par Ch.-Paul 
de Kock. Paris, Sartorius, 1868, 1869, in-18, 282 pp. 
et i grav., 3 fr. 

Une drôlesse , par Jules-Armand Claretie. Paris, 
1862, in-8. 

Une femme à deux maris, vaud. en 1 a., par Paul 
de Kock et Boyer (Gymnase). Paris, Gallet, 1847, 
in-8 de 16 pp. 

Une femme aux cornichons, vaud. en 1 a., par Si- 
raudin. Paris, 1860, in-12. — Preyre, n° 4104. 

Une femme dans ma fontaine! vaud. en 1 a. , par 
Barrière et Lamb. Thiboust (Palais-Royal). Paris, i853. 

Une femme est un diable, com.-vaud. en 1 a., par 
de Lemven et Desforges. Paris, i835, in-8. 

Une femme libre, par la comtesse Dash. Paris, 1862, 
in-8 ou in-18 jésus. 

Une femme qui déteste son mari, com. en 1 a., en 
prose, par M me Emile de Girardin (Gymnase-Drama- 
tique). Paris, Michel Lévy, 1867, gr. in-iS, 54 pp., 
1 fr. 

Une fille à marier, com.-vaud. en 2 a. et en prose 
par Edmond-Furcis-Sosthène Clabaut. Saint-Pol, 1841, 
in-8. — Soleinne, 3o3i. 



3 7 4 UNE 

Une fille à marier, par Max. Perrin. Paris, Chappe, 
1860, 2 vol. in-8. 

Une fille d'Eve, com.-vaud. en 1 acte, par Camille 
(Ed. Lafargue), Dumanoir et Solar (Variétés). Paris, 
Barba, i833, in-8, 2 fr. 5o. 

Voir aussi : Mémoires de deux jeunes mariées. 

Une fille de neige, par Louis Beaufils. Paris, De 
Vresse, 1864, gr. in-18, 270 pp., 1 fr. 

Une fille de roi, par Oct. Didier. Suivie de: Qui 
gagne perd, et le Baiser de la 3 e rencontre. Paris, 
Lévy, i858, gr. in-18, 1 fr. 

Une fille du peuple et une demoiselle du monde , 
scènes de la vie privée, par E. Guérin. Paris, La- 
chapelle, i835, 2 vol. in-8, i5 fr. 

Une fille du régent, par Alex. Dumas (comp. par 
Couailnac, selon Eug. de Mirecourt). Paris, 5 vol. 
in-18; 1848, 1860, in-12, 4 fr. ; i8bj, in-4 , illustr. 
par Beaucé, 4 fr. 40. 

Une fille du régent, com. en 5 a. et en pr. , par Al. Dumas 
(avec de Leuven et Lhériej. Paris, 1846, gr. in-8, 35 pp. à 2 
col. (Théâtre Français). 

Une fille terrible, vaud. en 1 a., par Eug. Deligny 
(Variétés). Paris, 1847, in-8. 

Une fleur au soleil, ou la Femme aimable, roman 
de mœurs, par Louis Couailhac. Paris, Lachapelle, 
i838, 2 vol. in-8, i5 fr. 

Une fleur aux enchères, par Xavier de Montépin. 
Paris, Lécrivain etToubon, 1861, 2 part, in-4 à 2 col. 

Une folie à Rome, opéra-bouffe en 3 actes , par 
Victor Wilder, mus. de Federico Ricci (Fantaisies-Pa- 
risiennes). Paris, libr. internat., 1869, gr. in-18, 83 
pages, 1 fr. 

Une gaillarde, par Paul de Kock. Paris, 1849, 6 
vol. in-8, 45 fr. — Réimpr. en 1857, in-4 , n S- s - D v 
1 fr. 80. 

Une heure de Charles XII , ou le Lion amoureux, 
com.-vaud. en 1 a., par Théaulon. Paris, Barba, 1837, 
in-8 de 28 pp., 2 fr. 



UNE 3 7 5 

Une heure de mariage, op.-com. en i a., par Ch.- 
Guill. Etienne, mus. de Delayrac. Paris M me Masson, 
1804, in-8. — Soleinne, n° 2534. 

Une idée fixe , ou les Amours du grand monde, 
vaud. en 2 a., par Mich. Masson et Lefranc (Variétés). 
Paris, i85o. 

Une invasion de grisettes , vaud. en 2 actes, par 
Varin et Et. Arago (Pal.-Royal). Paris, Tresse, 1844, 
in-8 de 26 pp. 

Une jolie jambe, vaud. en 1 a., par Duvert et Lau- 
sanne (Vaudeville). Paris, i853. 

Une loge d'Opéra, com. en 1 a. , en pr. ; par Jules 
Lecomte (Théâtre-Franc., 12 juin i863). Paris, Dentu, 
1868, gr. in-18, 54 pp., 1 fr. 

Une Lucrèce de ce temps-ci, par Valéry Vernier, 
Paris, Dentu, 1864, in-18 jésus, 265 pp., 3 fr. 

Une maîtresse bien agréable, vaud. en 1 acte, par 
Henri de Kock et Thiboust (Variétés). Paris, i858. 

Une maîtresse de François I", par M me Gottis. 
Paris, i838, 2 vol. in-8, i5 fr. 

Une maîtresse de Louis XIII, par Saintine (Xavier 
Boniface). Paris, 1834, 1846, 2 vol. in-8; i85o, in-4 ; 
i858, i85g, 1860, in-16, 2 fr. — Paris, 1867, 1868, 
1870, in-4 à 2 col., 104 pp., 1 fr. 20. 

Une maîtresse femme, com. en 1 a. , mêlée de chants, 
par Laurencin. Paris, Nobis, 1837, in-8 de 32 pp. 

Une niche de l'amour, com. -vaud. en 1 a., par Victor 
Koning(Folies-Dramat.). Paris, Dentu, 1 863, gr. in-18, 
35 pp., 1 fr. — Preyre, n° 4508. 

Une noce du gros genre, fait hist. poissard, acco- 
modé en dix couplets, entrelardé de prose, par un 
homme de goût. Paris, Martinet, an xn (1804), in-12. 
— Claudin, en i865, 2 fr. 5o. 

Une noce sur le carré, com.-vaud. en 1 a., par Jules 
Renard (Palais-Royal). Paris, Dentu, 1868, 1869, gr. 
in-18, 33 pp., 1 fr. 

Une nuit au sérail, vaud. en 2 a. , par Deforges et 



376 UNE 

Paul Vermond (Vaudeville), Paris, Tresse, 1841, in-8 
de 28 pp. 

Une nuit de Babylone. A Kehl et à Paris, chez 
Volland, 1789, in-18 de 1 1 1 pp. — Deneux. 

Ouvrage philosophique, moral , expressions convenables. Un 
génie montre à un jeune homme les défauts ou vices des hom- 
mes et des femmes de Babylone, qui n'est autre que Paris. 

Une nuit de carnaval, par Auger St-Hippolyte (Hip- 
polyte-Nicolas-Just Auger). Paris, march. de nouv. , 
1826, in- 12, 3 fr. 

Une nuit de Marion Delorme , vaud. en 2 a. , par 
Brazier, Alboize et Dulac (Théâtre des Nouveautés). 
Paris, i83i, in-8. — Soleinne, n° 2587. 

Une nuit de Paris, ou l'Ecole des jeunes gens, vaud. 
en 3 a., par Carmouche et de Courcy. (Vaudeville). 
Paris, 182g, in-8 de 64 pp. 

Une ordonnance de police (concernant la salubrité 
publique, pot-pourri de 12 couplets, signés: Moinaux 
et L. Protal, membres du Caveau). Paris, impr. Appert, 
i85o, in-12 de 8 pp. 

Une parisienne, com.-vaud. en 2 a., en pr. par Em. 
Souvestre. Paris, 1844, gr. in-8. — Preyre, n° 3994. 

Une passion en province , par M me Camille Bodin. 
Paris, Dumont, i836, 2 vol. in-8. 

Une pécheresse, par Ars. Houssaye. Paris, i836, 2 
vol. in-8. — Roman du genre ironique, assez hardi 
peut-être pour être le chef-d'œuvre de l'auteur. 

Une pécheresse, par Paul Féval. Paris, i855, i856, 
gr. in-8, illustré, 1 fr. 5o — et sous le titre: la Pé- 
cheresse. Paris, Dentu, 1867, in-18 jésus de 3g5 pp., 
3 fr. 

Une reine de petite ville, par Charles Joliet. Paris , 
Faure, 1867, in-18 jésus, 285 pp., 3 fr. 

Une reine du demi-monde , simple histoire qui n'a 
d'autre mérite que celui de la vérité, par Wilhelm. 
Paris, Viat, 1857, in-12 de 24 pp., 40 cent. 

Une séduction, drame en 2 a., par Ancelot et Auger 
(Gymnase). Paris, i832, in-8, 2 fr. 



UNE 3 77 

Une séduction, roman intime, par Félix Davin. Paris, 
Ch. Béchet, i833, in-8, 7 fr. 5o. 

Une tombola de maris, ou l'Ile joyeuse, vaud. en 3 
actes, par Paul de Kock (Th. du Panthéon). Paris, 
Morain, 1 836, in-8, 40 cent. 

Une vengeance de modistes, vaud. en 1 a.; par Lu- 
bize et Ed. Brisebarre (Fol.-Dram.). Paris, Michaud, 
1 83g, in-8 de 28 pp. 

Une vengeance par le mariage, par Auguste Demmin. 
Paris, Ach. Faure, 1866, in-18 jésus, 309 pp., 3 fr. 

Une vie de courtisane, par Nap. Landais. Paris, La- 
chapelle, i832, 3 vol. in- 12. — Ouvrage fait dans un 
but moral, mais peu estimé. 

Une vie de garçon, roman de mœurs, par Ch. Soulier. 
Paris, Recoules,' 1844, ' n_ 8 de 18 feuilles, 7 fr. 5o. 

Une vie de Polichinelle, folie-vaud. en 1 a. , par Éd. 
Montagne (Délass.-Com.j. Paris, i858, in-8, à 2 col. 

Une vieille maîtresse , par J. Barbey d'Aurevilly. 
Paris, Cadot, 1 85 1 , 3 vol. in-8, 22 r'r. 5o; — 18 38, 
in- 1 6, 1 fr. — Paris, Ach. Faure, 1866, in-18 jésus, 
404 pp. , 3 fr. 

Mélange ennuyeux de morale et d'érotisme, d'un style ridi- 
cule affectant l'euphémisme et le dandysme , et qu'une citation 
seule peut faire comprendre: 

« Ce front envahi par une chevelure mal plantée , ce front 
d'esclave étroit, entêté, ténébreux, grossit, grandit et commande 
au visage. Ce nez, commencé par un peintre kalmouck , finit 
en narines entr' ouvertes , fines, palpitantes, comme le ciseau 
grec en eût prêté à la statue du Désir. Ses yeux emplis par des 
prunel.es d'une largeur extraordinaire s'avivent d'une clarté qui 
brûle le jour... Sa jambe est une jambe de promesse et déper- 
dition, tournée pour faire vibrer dans les plus folles danses de 
l'amour le carillon de tous les grelots de la fantaisie, et autour 
de laquelle l'imagination émoustillée... » On comprend que, de 
toute façon , nous-nous arretions-là. La sévérité religieuse, de 
l'auteur'dans les bons journaux, où il écrit, lui a fait repro- 
cher cet ouvrage, et ce petit scandale en a pu seul motiver une 
seconde édition. 

Une vierge aux enchères , par Adrien Paul (Jean- 
Charles Paul, dit Paul de St-Germain). Paris, 1842, 
2 vol. in-8. 

Tome VI. 48 



3 7 8 UNE - UNTERROKCHEN 

Une vraie femme, par A. de Gondrecourt. Paris, de 
Potter, i856, 4 vol. in-8. 

Unfortunate (The) concubine, or the History of 
fair Rosamond and Jane Shore. 1700, in-12. 

Union [L') d'amour et de chasteté, past. en 5 a. et 
en vers, par A. Gautier. Poitiers, veuve J. Blanchet, 
1606, pet. in-8 de 66 ff. Rare. — Nyon, n° 17297; 
Soleirme, n° go5. 

Celle pièce est d'un bon style, et il y a de jolies chansons, 
mais elle n'a point d'action suivie. C'est un long débat entre 
Diane, honorée dans le Poitou , et l'Amour , des atteintes du- 
quel elle veut préserver ses bergers et ses bergères. 

Dans la dispute. Amour fait des plaisanteries sur ce que Diane 
veut exiger de lui, et lui reproche d' avoir été elle-même sen- 
sible. Diane lui répond: 

. . . Car qui sera celui sur toute la rondeur 

De la sphère céleste et de la terre verte, 

Qui tesmoigne pour toy de m'avoir descouverte . 

Faisant jouir quelqu'un de ma virginité ? 

Vénus mère d'amour et d'impudicité 

L'a fait souventes fois, or au bouvier Anchise, 

Or à Mars captivant sa plus douce franchise 

Et or (cette putain) au beau Cynerien. 

Mais que je Vaye fait? méchant, il n'en est rien, 

Qui le pourra prouver ? 

CUPIDON 

Le vieillard de Latmie 
Recevant tes baisers sur sa face endormie. 

Universidad (La) de amor, bayle, nueva impression. 
Madrid, veuve Ibarra, 181 2, in- 12 de 1 3 pp. ; et Paris, 
1812, in-16. 

Universidad de amor y escuela de el interes , par 
Antolinez di Piedrabuena. Saragosse, 1640, 1642, 
i6,p, 1664, pet. in-S. — Paris/ 1661, pet. in- 12. — 
Claude Le Petit en a fait une traduction française: 
L'Ecole de l'intérêt et l'université d'amour. Voir ce 
titre. 

Unpartherisches. .. (Interrogatoire de la comtesse de 
Lichtenau, ou 2 e partie de sa confession). Pyrmont , 
.ï 798. 

Unterrokchen (Das)... (Le Cotillon tel qu'il devrait 



LRBANO - URSULE 3 79 

être, deux mots entre quatre veux). Leipzig, s. d. , 
in-18, 1 fig. 

On joint à cet ouvrage ; Das Busenstuck.. La Collerette , 
pour servir de pendant au Cotillon comme il devrait être. 1S04, 
in-12, 1 tig. — DL' Freuden des Ehestandes. Les Joies du 
mariage, par Arnim pour servir de pendant au Cotillon. Leip- 
zig , s. d., in-12, 1 fig. — Pitt's Reisa in' s Ehebett... Voyage 
de Pitt dans le lit conjugal, par l'auteur du Cotillon, etc. Leip- 
zig , 1804, 1806, in-12. 

Urbano (L'), di M. Gio. Eoccaccio. Yenetia, Zcppino, 
i53o, in-8. — Ginevra, Bart. da Londrone 13.4.3, in-8 
(River, 16 fr.). — Lucca, Vincenzo Busdrago, 1 5Ô2 , 
in-8. — Firenze, Giunti, 1 5gS, pet. in-8. Bonne édi- 
tion. — Bien qu'ayant une numération particulière, 
elle fait ordinairement suite à un autre ouvrage in- 
titulé: Opéra di M. Gio. Boccaccio tradoita di lat. 
in volgare di M. Xic. Liburmo. Firenze, Giunti, 1 5qS. 
— L' Urbano a été réimpr. à Florence, en 1723, in-8, 
et à Parme, 1801, in-8. 

La i re édition avait été publiée avant i5oo sous le titre : Opéra 
jucundissima novamente relrovafa del facundissimo et ele- 
gantissimo poeta messer Joanne Bocchacio. S. 1. n. d., pet. 
in-4 (Libri, 27 fr.). On en trouve aussi une édition sous le 
titre: Historia molto dileltevole di M. Giov. Boccaccio. Ve- 
nise, 1526, in-8. 

Traduction: 

Urbain le Mescongneu , fil\ de l'empereur Federic Barbe - 
rousse qui par la finesse de certains florentins surprist la 
fille du souldan. Trad. d'ital. en franc. Lyon, Cl. Nourry, 
in-4 S otn - Rare. 

Ce roman, attribué peut-être à tort à Boccace, est dirigé contre 
uni veuve que l'auteur avait aimée , mais qui l'avait trompé ; 
il rencontre son mari dans le purgatoire et il s'entretient avec 
lui de la méchancheté des femmes. 

URFE (Honoré d'), comte de Châteauneuf, marquis 
de Valromery, romancier, né à Marseille en 1 567 , 
mort en Piémont en i6-25. L'Astrée — Epistres mo- 
rales et amoureuses — la Sirène — la Sylvanire — 
les Tristes amours de Floride. 

Ursule, par Méry. Paris, Bourdilliat , 1860, in-12, 
3 fr. — Paris, Michel Lcvy, 1864, in-12, 270 pp. 

L'auteur dit dans sa préface: «Je tiens dans la main quatre 
«vérités un peu crues et fort scabreuses; il me faut un volume 
« par vérité. — Le sujet d'Ursule est vieux comme le monde ; 



38o USEFUL — UTILITE 

« l'Evangile lui consacre un chapitre admirable, et tous les au- 
.> teurs profanes , l'ont traité avec plus ou moins de bonheur. 
k L'adultère, puisqu'il faut l'appeler par son nom, a fourni 
* prétexte à tous les moralistes du livre et du théâtre. « Quand 
-on l'ignore, ce n'est rien; » telle est la définition au point 
« de vue du vaudeville ; cette définition a généralement prévalu. 
i' Ah ! ce n'est rien. Examinons la question sous un point de 
« vue nouveau et sérieux. » 

La donnée mise en œuvre par Méry et qui ne se trouve pro- 
bablement nulle part ailleurs, c'est un amant donnant à la femme 
qu'il séduit une maladie qu'on ne saurait nommer , et qu'elle 
communique à son mari, personnage de mœurs fort pures, le 
quel ne saurait s'abuser sur la cause de son infortune. Il en 
résulte des événements fort tragiques ; Ursule est atteinte de 
cette folie furieuse qui n'a que deux solutions, la mort ou la 
guérison ; elle eut le bonheur de ne pas guérir. 

Useful Hints to single gentleman.... (Avis utiles aux 
célibataires, ou Réflexions sur le mariage, la fornica- 
tion et l'adultère , avec un mot ou deux au sujet des 
filles entretenues, le tout entremêlé de notes morales, 
critiques et explicatives). Par le petit Isaac. 179b, in-8. 

USSIEUX (Louis d'), littérat. , né à Angoulême en 
1747, mort en i8o5. Angélique de Limeuil — le Dé- 
canterai français — Endymicn, trad. de l'allem. — 
les Grâces, trad. de l'allem. — Nouvelles espagnoles, 
trad. en franc. — les Nouvelles françoises — Roland 
furieux de l'Arioste, trad. de l'italien. 

Utilité (L') du divorce , com. en 3 a., en prose, par 
Prévost. Paris, Fages, an vi (1798), an x (1802), an 
xi (i8o3), in-8. — La Jarrie, i rc part. , n° 367; So- 
leinne, 233o. 



VACANCES — VAGABOND 38 1 



V 



Vacances (Les) de Camille, par Henri Murger. Paris, 
Lévy, 1857, i858, in-12, 1 fr. 

Vacances (Les) de M. L. P. (Louis Protat) , avoué 
près la cour impériale de Paris. C'est à savoir: Serre- 
fesse, tragédie-parodie; Examen de Mlle Flora, etc., 
etc. Précédés d'un avertissement sur l'auteur. Au Pa- 
lais, sous les robes. (Bruxelles, Poulet-Malassis), 1867, 
in-12, front, de Rops, i5 fr., et, pap.de Chine, 3o fr. 

C'est le même frontispice que celui du Serre/esse, édition de 
1864. Il y a eu plusieurs tirages successifs de cet ouvrage. 
L'Epitaphe pour un beau-père, qui termine ce volume, est une 
épigramme de M. Roger de Beauvoir. 

VADE (Jean-Joseph), poète et aut. dramat. comique, 
né à Ham, en Picardie, en 1720, mort en 1757. Le 
Confident heureux — Folette , ou l'Enfant gâté — 
Jérôme et Fanchonnette — le Mauvais plaisant — 
Nicaise — la Nouvelle Bastienne — ses Œuvres — la 
Pipe cassée — le Poirier — le Suffisant — le Trom- 
peur trompé — les Troqueurs — les Troyennes en 
Champagne — la Veuve indécise. — Voir aussi: Lettres 
de la Grenouillère. 

Vade-mecum des jeunes gens, ou Guide pratique des 
maladies syphilitiques.... cont. l'exposé d'une méthode 
de préservation certaine, infaillible, par le docteur A. 
Lebel. Paris, France, 1 855, in-32 de 112 pp. 

Vagabond (Le), ou l'Histoire et le caractère de la 
malice et des fourberies de ceux qui courent le monde 
aux dépens d'autruy. Troyes et Paris, Ant. de Rafle, 
pet. in-8 (Crozet, avec une autre pièce, 9 fr.). — Paris, 
Villery, 1644, in-8. — Nyon , n° 10280; Picard, en 
1780, n° 722, 4 fr.; Nodier, en 1844, 17 fr. 5o. 

Ce volume a été réimprimé textuellement à Genive en 1867. 



382 VALENTINE - VALET 

dans le format pet. in-12. C'est la traduction d'un ouvrage ita- 
lien intitulé : // Vagabondo, overo Sfer^a de birbanti e vaga- 
bondi, etc., dal sig. Raffrianoro, dont la i re édition serait de 
Venise, 1627, et la seconde, Paris, 1628. Il y en a aussi une 
de Macerata, 1646, in-16 de 95 pp., et une réimpression de 
Bologne 1708, in-12. Frianoro est un pseudonyme sous lequel 
s'est caché l'auteur, fra Giacinto Nobili, savant moine de l'or- 
dre de Saint Dominique, où il était entré en 1594.. Le Vaga- 
bond est plutôt une paraphrase qu'une traduction exacte ; en 
tout cas, elle est due à Desfontaines, auteur de l'Entretien des 
bonnes compagnies (Voir ce titre), que l'on trouve quelquefois 
relié à la suite du Vagabond. 

Valentine, par George Sand. Paris, Dupuy, 1882, 
2 vol. in-8. — 3' édition. Paris, Gosselin, i833, 2 
vol. in-S. — Paiis, Michel Lévy , 1867, in-18 jésus, 
532 pp., 3 fr. — Suivi de la Marquise. Paris, Michel 
Lévy, 1869, gr. in-8 à 2 col., 96 pp. , vignettes, 1 fr. 5o. 

— Paris, Michel Lévy, 1869, in-18 jésus, 838 pp., 3 fr. 

— Voir la Revue dé Paris, i832, tome XLIV, p. 196. 

Valentine, ou le Pasteur d'Usés, par Victor Ducange. 
Paris, Barba, 1820, 3 vol. in-12, et 1849, in-4 à 2 
col. — Ouvrage condamné en 1824 et 1862 comme 
outrageant la morale publique et religieuse. 

Valentine, ou le V.. coupé, poème en 7 chants, par 
l'abbé Bazin , évèque de Mizoura. — Le Chevalier 
d'Aigremont , ou Histoire de l'anneau qui fait roidir 
et allonger les v... — De l'anel qui faisoit les v... 
grands et roides. — Le Consommé. Paris, vu, in-8, 
2 fig. erotiques. — Scheible, en 1872, 3 thaï. — Voir 
La Vie et l'Œuvre de feu l'abbé Bapn. 

Valet (Le) à lout faire, farce (en vers), par Roc- 
Bien-Acquis (Jacq. Corbin). Lyon, 1606, in-8, 16 pp. 

— Pièce licencieuse fort rare ; un ex. relié en maro- 

Ïuin, i5o fr., vente Soleinne et 125 fr. Baudelocque; 
igongne, n° 1514. — Réimpr. dans le tome XIV des 
Joyeusete\ , 24 pp. 

Valet et marquise, com. en 1 a., par E. Habert, 
représentée par la 1" fois le 1 déc. 186., sur le 
théâtre particulier de M. le prince de ***, à Munich. 
Paris, Valette, s. d. (1867), in-8, 40 pp. — Barraud, 
en janvier 1872, 40 cent. — Cat. Dec. 

L'autorisation pour jouer cette pièce à Paris fut refusée. 11 
s'agit d'une marquise qui fait des avances à son domestique , 



VALET - VANITÉ 383 

lequel la force à terminer ainsi : « Mais il faut donc, Monsieur, 
vous le dire tout haut ; il faut donc , lâche que vous êtes , que 
ce soit moi qui me jette par dessus les moulins , et vous crie 

la première: Jasmin!... je t'aime! — Jasmin: Tu m' (il 

s'élance dans les bras de la marquise qui les lui tend de bon 
cœur). — Le marquis de la porte du fond hurle: Victoire ! (11 
agite la tète d'un superbe dix-cors qu'il vient de tuer; glorieux, 
il la montre à la marquise). — (Jasmin a disparu.) — Voyez, 
marquise, voyez quelle ramure superbe ! (Les chiens aboient , 
les porteurs du cerf chantent un chœur: Quand l'amant quitte 
sa compagne, le cerf entre dans la maison, tonton , etc. On 
sonne la curée, et le rideau baisse). 

Valet (Le) de cœur, par Xavier de Montépin. Paris. 
i853, 3 vol. in-8 et 2 vol. in-12. 

Valrose , ou les Orages de l'amour , par Loisel 
Tréogate. Paris, Leprieur, 179g, 2 vol. in-t2, rig. 

Vanda, reyne de Pologne, hist. galante, par A. T. 
— La Haye, 1705, 1706, in-12. — Comtesse de Verrue, 
en 1737, 4 liv. ; Nyon, n° 8354- 

VANDERBURCH (Louis-Emile), aut. dramat. , né 
à Paris en 1704, mort à Rueil en 1860. En collabo- 
ration: Alle% vous coucher — Amaglia, ou la Fille du 
Danube — Amour et pruneaux — les Baigneuses, ou 
la Nouvelle Suzanne — Balocliard — le Baron d'Hild- 
burghausen — les Charmettes, ou Une page des Con- 
fessions — Cotillon III, ou Louis XV che^ M' uc Du 
Barry — la Dame du second — les Deux créoles — 
Fragoletta — la Grisette mariée — la Grisette roman- 
tique — la Laitière de Montfermcil — le Marchand 
de parapluies , ou la Noce à la guinguette — Marie 
Michon — Peau d'Ane — le Petit souper, ou Louis XV 
et le régent — le Procès du cancan — Sylvandire — 
Un premier amour — Une maîtresse, ou Filer le 
parfait amour. 

VANEL (Ch.). Histoire du temps, ou Journal ga- 
lant. 1 685. — Intrigues galantes de la cour de France 
depuis le commencement de la monarchie jusqu'à pré- 
sent. 1 694. — La Semaine de Montalban , trad. de 
l'espagnol. 1684. 

Vanité (La) bonne à quelque chose, conte, histo- 
riette, anecdote ou poème (aut. inc). Paris, chez les 
march. de nom., 1780. — V. YAlm. litt., 1783. 

Opuscule assez libre. Voici 4 vers sur les puces: 



384 VANTO — VARIN 

C'était temps oit chaque jeune fille 

Loge en secret l'insecte malfaisant 

Que rien ne fixe et qui toujours sautille, 

Qu'on voit à peine et que trop bien l'on sent. 

Vanto (El) délia cortigiana ferrarese quai narra 
la belle^a sua. Con il lamento per esser réduit a in 
la carretta per el mal fran^ese et l'amonitorio che fa 
aile altre donne. Seguita V epigramma con el purga- 
torio délie cortigiane, per Giov.-Bapt. Verini. Venetia, 
i532, pet. in-8 de 8 ff. (Libri, 27 fr.). — S. 1. n. d., 
pet. in-8, vignette sur bois. — Libri, 19 fr. 

Opuscule en vers d'un ton assez libre. Il a été reimpr. sous 
le litre suivant: Il Vanto e lamento délia cortigiana ferrarese 
per esempio a tutte le donne di mala vila. Con il lamento 
d'una villanella che desiderava maritarsi. Siena, senz'anno 
(circa 1540}, pet. in-8 goth. de 4 ff. — Libri, 25 fr. 

Variétés (Les) amusantes, ou les Ribauds du Palais- 
Royal , corn, en 3 actes et en prose, par Monvel le 
Sodomite (par Mayeur de Saint-Paul, auteur du Chro- 
niqueur désœuvré et de l'Autrichienne en goguette, 
selon M. P. Lacroix). Paris, et se trouve aux Variétés 
amusantes, à la nouvelle salle, 1791, in-18 de 84 pp., 
3 fig. — Satire obscène contre Monvel et d'autres ar- 
tistes des Variétés amusantes; curieuse et très-rare. — 
Cat. Noël; Soleinne, n° 0842. 

Variétés historiques et littéraires. Recueil de pièces 
volantes, rares et curieuses, en prose et en vers, revues 
et annotées par Edouard Fournier. Paris, Jannet, 1 835- 
63, 10 vol. in-16 (coll. Elzev.). 

VARIN (Charles), aut. dramat., né à Nancy en 1798, 
mort à Paris en 1869. En collaboration: Ah ! que l'a- 
mour est agréable — l'Amour au daguerréotype — 
Amour et biberon — l'Amour et la guerre — Amour 
et pruneaux — l'Ange de mes rêves — Au clair de la 
lune, ou les Amours du soir — les Belles femmes de 
Paris — Casanova au fort St-André — le Choix d'une 
femme — la Couturière — la Dame aux giroflées — 
la Demoiselle majeure — le Dernier des Gaillards — ] 
les Deux font la paire — Deux profonds scélérats — 
l'Enfant et le vieux garçon, ou la Réputation d'une 
femme — la Famille de l'apothicaire , ou la Petite 
prude — la Femme de l'épicier — les Femmes d'emprunt 
— Georgette — le Jeune homme à marier — les Jeunes 



VARIOS - VARNER 385 

bonnes et les vieux garçons — les Jeux innocents — 
la Jolie fille du faubourg — Madame Pot-au-feu — 
les Malheurs d'un joli garçon — le Mari à la ville 
et la femme à la campagne — le Oui fatal, ou le Cé- 
libataire sans le savoir — les Pages de Bassompierre 

— la Plus belle nuit de la vie — les Saltimbanques 

— les Soupers de carnaval — les Turlutaines de Fran- 
çoise — Un bal du grand monde — Un mari fidèle — 
Un mari perdu — Un merlan en bonne fortune — Une 
femme qui bat son gendre — Une femme , un melon 
et un horloger — Une invasion de grisettes — Une 
passion — Zarine, ou V Enfant chéri des dames — 
Zipne. 

Varios effectos de amor, en cinco novelas exemplares, 
y nuevo artincio de escrivir prosas y versos sm una 
de las cinco letteras vocales; por Alonzo de Alcala y 
Herrera. Lisbonne, 1 64 1 , in-8. — Usage des romans, 
II, i35. 

Peignot (Dictionn. histor.) rectifie ainsi le nom de l'auteur: 
Alphonse Alcala y Henares. Son ouvrage se compose de cinq 
nouvelles, dont la première est sans A , la seconde sans E, la 
troisième sans /, etc. 

Varios prodigios de amor , en onze novelas ejem- 
plares, por Isidoro Robles. Madrid, 1666, 1709, 171 9, 
in-4 (De l'usage des romans). — Barcelone, 1709, 
1760, pet. in-4". 

Voir aussi, pour une comédie de Franc, de Rojas portant le 
même titre, au mot: Las comedias nuevas, etc. 

Varlet à louer, à tout faire. — Chambrière à louer, 
à tout faire (par Christophe de Bordeaux, Parisien). 
Rouen (vers 1600), pet. in-8 de 8 et de 10 ff. , fig. 
sur bois. — Nodier, 41 fr. ; Solar, io3 fr. 

Ces deux pièces sont très-rares ; elles ont été réimpr. en i83o, 
par les soins de MM. Giraud et Veinant; l'une 8, et l'autre 
12 tf . , avec fig. sur b. tirées à 42 exempl. ch. (Potier, les deux, 
16 le). Réimpr. dans le 1 er vol. du Recueil Montaiglon , pp. 
73-108. 

VARNER (Antoine-François), aut. dramat. , né à 
Paris en 1790, mort en 1854. — En collaboration: 
L'Autre part du diable, ou le Talisman du mari — 
la Belle et la bête — C'est Monsieur qui paie — les 
Deux maris — les Echelons des maris — la Léocadie 
de Pantin — Madame de Sainte-Agnès — le Mari 

Tome VI. 10 



386 VASO — VAUDEVILLE 

sans le savoir — le Mariage de raison — Marino 
Faliero à Paris — les Moralistes — la Pensionnaire 
mariée — la Perle des servantes — ■ les Petits appar- 
tements — le Plus beau jour de la vie — Toujours 
^~ Trottin, ou le Retour du sérail — Un monstre de 
femme. 

Vaso (II) di Pandora, sonetti erotici. ïtalia, 1861, 
in-12 de 107 pp. (la Puttana per i poveri, etc.). 

V ASSE (la baronne de), née Cornélie Wouters, née 
à Bruxelles en iy3u, morte en 1802. L'Art de cor- 
riger et de rendre tes hommes constants — les Ai>eux 
d'une femme galante, ou Lettres de M m: la marquise 
de *** à Milady Fanny Stapelton ■ — la Belle Indienne, 
ou Aventures de la petite fille du Grand Mogol, trad. 
de l'angl. — les Imprudences de la jeunesse, trad. de 
l'angl. — Traduction du théâtre anglais, depuis son 
origine jusqu'à nos jours. 

Vasselage (Le), ou Droit des anciens seigneurs sui- 
tes nouvelles épouses, fondation de Nice , etc., poème 
satirico-comique. A Devirginopolis, l'an 11 de la liberté, 
et se vend à Niort, 1791, in-12. — Van der Muhlen, 
n° 1409; Claudin, en 1867, 18 fr. — Trad. de // Fo- 
dero, osia il Jus sulle spose, etc., de Colombo Giulio. 

Vasta , reine de Bordelie , trag. en 3 actes. S. 1. , 
1773, in-8. — Soleinne, n Q 3888. — Réimpr. en 5 a. 
et en vers , par M. le M*** de L*** (par Al. Piron). 
Lausanne, Pierre F. .teur, rue du C... au grand v..., 
1777, in-8 de 52 pp. — La comédie n'occupe que i5 
pages ; le reste est rempli par des poésies libres de 
divers auteurs. — Soleinne, n° 3856. — Ces deux 
éditions sont rares. 

Cette pièce, attribuée peut-être à tort à Piron , et dans la- 
quelle on remarque une parodie assez plaisante du récit de la 
mort d'Hippolite de Phèdre, a été réimprimée dans les diver- 
ses éditions du Théâtre gaillard, et l'a été aussi plusieurs lois 
séparément. Dans l'une des dernières réimpressions , elle est 
suivie du Pucelage nageur, et d'épigrammes , et préc: d'une 
Notice bibliogr. Glascow, Pierre F.... , rue du C... , au grand 
V.., 1871, in-18, avec une grav. libre, fac-similé de celle de 
l'édit. de Londres, i8o3. —Vital Puissant. 5 fr. 

Vaudeville curieux de la comédie du Bordel natio- 
nal, chanté à M. d'Orléans à l'instant de son arrivée. 
S. 1. n. d., 8 pp., pet. in-8, sans titre. —Les couplets 



VAUX-DE-VIRE - VEILLÉES 38; 

sont obscènes; personnages: Mademoiselle Théroigne, 
la reine, etc. — Leber, IV, p. a33. 

Vaux-dc-vire (Les) d'Olivier Basselin , poète nor- 
mand de la tin du XIV e siècle. La i" édition qui ait 
été faite de ces chansons remonterait à 1576; mais 
elle paraît aujourd'hui complètement perdue. — Vire, 
s. d. (vers 1670). • — Très-rare. 

Edition avec une not. , par Asselin ; Vire (Avranches), 18 ! 1, 
gr. in-8, tiré à 110 cxempl. Edition impr. aux frais de quel- 
ques amateurs, et qui n'a pas été mise dans le commerce; il 
s'y est glissé quelques fautes d'impression ; on peut consulter ù 
cet égard les Mélanges de Ch. Nodier, 1828 , p. 249 (Vendu 
Solar, 27 fr. : Chaponay, 19 fr.). — Ed. suivie d'un Choix de 
bacchanales, etc., publ. par L. Dubois. Paris et Caen, 1821, 
in-8, 7 fr. — Edit. avec les poésies de J. Lehoux et une not. 
de J. Travers. Paris, i833, in-18, 3 fr. — Edition publiée par 
Paul Lacroix. Paris, Delahays, i858, in-16 , 2 fr. 5o. — On 
trouve dans les Mémoires de V Académie de Caen deux dis- 
sertations sur 01. Basselin, l'une de M. E. de Beaurepaire , 
l'autre de M. Vaultier. 

Vecchio (II) geloso, corn. (5 a. et prol. pr.), di'R.ic- 
cioli. Viterbe, i6o5, pet. in-12 de 196 pp. — Rare. 

Pièce facétieuse ; un des personnages se fait donner il cata- 
logo di tulle le pullane del bordello con il lor pre^o. Le 
héros de la pièce, le vieux Demetrtd, est un becco; sa femme 
Plautilla a deux amants , etc. 11 y a aussi uue édition de Ve- 
nise, 1606. — Soleinne , n° 4608. 

Vedova (La), com. facetissima (5 a. et prol. pr.), di 
Nie. Buonaparte, ciltadino ftorentino. Florence, 1 568, 
1 583, i5q2, in-8 de 110 pp. — Libri, 22 fr. — Paris, 
Molini, iSolî, i8o5, in-8. 

La cortigiana Hortensia et la ruffiana Papera remplissent les 
principaux rôles de cette pièce, dont on peut voir l'analyse 
dans YAnalecta biblion. L'auteur, est, comme on sait, un des 
ancêtres de la famille Bonaparte. P. de Larivey en a fait une 
imitation française. — Soleinne, nos 4079, 4080. 

Veille (La) et le lendemain , ou II faut bien aimer 
son mari, com.-vaud. en 2 a., par Francis (Lerov 
d'Allarde), F.-V. Armand Dartois' et Achille D. (Daf- 
tois) (Variétés). Paris, 1828 (1829), in-8. — Soleinne. 
255g. 

Veillée (La) galante, par Mlle de L'- (de Lubert). 
La Haye (Pans), 1747, in-12. — Nyon, n" g5i6. 

Veillées d'un f.Aeur, ornées de 12 figures gravées, 



388 VEILLEES — VENDANGES 

dédiées à la folie, par .... Chez Vénus, à Bagatelle, 
imprimerie de M me Onfout, au coq châtré, i832, in-18. 

Cont. entre autres pièces, le Roi Dagobert ; Chanson de 
noces; les Bambocheurs ; le Vieux Rentier; le Voyageur cos- 
mopolite ; la Maladie des dieux; le Gladiateur; la Vraie 
catin. 

Veillées (Les) des maisons de prostitution , et des 
prostituées, nouv. lanterne magique, curieuse et plus 

que galante en 12 tableaux. C polis, 1700 (Paris, v. 

i832), in-18 de 66 pp., plus un suppl. de 6 pp., cont. 
une liste d'ouvrages erotiques; 12 fig. érot. — Scheible, 
en 1854, 2 fl. 24 kr. 

Veillées (Les) du couvent, ou le Noviciat d'amour, 
poëme éroti-satyrique en prose et en 5 livres, par 
C. F. X. M. D. C. (par Mercier de Compiègne). Luti- 
polis (Paris), 1790, 1796, in-18, fig. — Jannet, 7 fr.; 
Alvarès, en i858, 6 fr. 5o. 

Il y en a eu d'autres réimpr. ; c'est un ouvrage libre , mal 
écrit et fort médiocre à tous égards. — La 2 e édition a paru en 
1793, sous le titre: Œuvres libres d'un citoyen qui ne l'est 
pas. Les Veillées du couvent, 2 fig. d'apr. des dessins de Mo- 
reau. — I e édition. Lutipolis, del'impr. du libraire-auteur (Mer- 
cier J, l'an 2496, pet. in-18 de 169 pp., en y comprenant un 
avis de l'éditeur placé à la dernière. A la page 167, se trouve 
une pièce de vers intitulée : A Manon , en lui envoyant un 
exemplaire de cet ouvrage. 

Velleville et Juliette, ou les Etourderies d'une jolie 
femme , par J.-R. Ronden. Paris, Chaumerot, 1817, 
3 vol. in-12. Catal. Monselet, p. 11 5. — Pigoreau dit 
de cet auteur que ce n'est pas par la morale que bril- 
lent ses ouvrages. 

Vendanges (Les) gaillardes , recueil de contes en 
vers, chansonnettes, etc. Paris, an xn, in-18 de 184 
pages. — Pixérécourt; Cigongne, n° 11 19. 

Les contes insérés dans ce volume sont les suivants : La Con- 
fidente adroite. Lorsque nous sommeillons au bord d'un préci- 
pice. — Les Cocus. Tous vous savez combien nos bons ayeux. 
— L'Amour confesseur. Pour un objet glacé d'indifférence. — 
Les Deux Pucelages, ou le Double quiproquo. Jeunes mondains, 
vous qu'on voit chaque jour. — une nuit d'erreur. Mes cliers 
amis, ayons de la prudence. — L'Origine des rideaux. J'ai 
lu naguères en un livre admirable. — L'Anguille, ou le Gour- 
mand mystifié. Un homme qui jamais ne meurt. — La Religieuse 
malade. On ne peut faire au gré de tout le monde. — La Dou- 
ble confidence. Messieurs les époux, les amants. — La Semaine 



VENDANGEUR — VENERES 38g 

des dévotes. Illustre abbé, je vois l'impie. — L'Eunuque. Un 
jeune eunuque engraissé des largesses. — Les Mécomptes, ou 
le Cautère. Le mariage est-il un bien ? — L'Histoire mise en 
conte. Dans certains cas nécessiteux. — Le Serment violé. Ja- 
dis Satan, esprit fourbe et trompeur. 

Dans la notice en tète des Poésies choisies de Jean Hubert 
Hubin (Bruxelles, i85i, in-18), signée N. L. (Loumyer) , on lit 
que ce poète « a contribué aux Vendanges gaillardes , avec 
plusieurs de ses confrères de la société de littérature de Bru- 
xelles... Sa coopération au recueil se borne à cinq articles: le 
Trou manto, l'Anguille et le Gourmand mystifie , le Malen- 
tendu, la Religieuse malade, l'Histoire mise en contes. « — 
M. Loumyer ajoute que les Vendanges gaillardes furent sui- 
vies d'un autre opuscule du même genre, les Œufs de Pâques. 

Vendangeur (Le), trad. de l'italien. Voir TANSILLO. 

Vendangeur {Le) . ou Recueil choisi d'événements 
rares et singuliers , d'aventures galantes , etc., pour 
servir ;i l'histoire de nos jours. La Haye, A. Van Dole, 
1750, in-12. — Boissonade, ^4709; Nyon, n° 11 726. 

Vénères Blyenburgicœ , sive Hortus amorum 

opéra Damasi Blyenburgi Batavi. Dordraci, 1600, pet. 
in-8, 5 part., prec. de 8 ff. limin. et suivies d'un ap- 
pendice de 42 ff. — Recueil très-agréable de poésies 
erotiques. — 11 y a des exemplaires de la même édit. 

ftortant le titre: Apicula Batava, etc. Amst. , i6i3: 
a table des auteurs y est supprimée, ce qui fait pré- 
férer les exempl. à la date de 1600. — Renouard . 
3o fr. ; Barrauu, en 1870, 4 fr. 

Vénères et Priapi uti observantur in gemmis anti- 
quis (rec. attrib. à d'Hancarville). Lugd.-Bat., s. d. 
(Naples, vers 1771), 2 part. pet. in-4 , avec 45 pi. 
(texte franc, gravé) (Lamy, fig. col., 40 fr. ; d'Ourches, 
44 fr.). — Edition orig. et très-rare de cet ouvrage. 

— Edition avec des explications en angl. et en français, de 
quelques lignes seulement). Lugd.-Batav. (édition probablement 
faite en Angleterre, vers 1785), 2 part, in-8, avec front, gravés, 
70 gravures et 72 pp. de texte. Le texte et les planches se sui- 
vent jusqu'au n° XXXV et le texte n° XXXVI commence au 
n° 2 d'une nouvelle série de figures, et continue jusqu'au LXVII 
qui correspond à 33 ; LXV1I1 à 35 , LXIX à 34 et LXX à 36. 
11 y a des exemplaires de cette édition où le texte est encadré 
et les figures tirées en rouge. Une partie de ces gravures ont 
été mises dans les Monuments du culte secret des dames ro- 
maines, dont cet ouvrage est comme l'esquisse. 

— Monuments de la vie privée des dou\e Césars, d'après une 



3go VENERES 

suite ds pierres et médailles gravées sous leur règne. Caprée, 
chez Sabellius, 1780, in-4 . Il y a deux éditions sous cette date. 
Sur celle qui est à préférer, le titre occupe 11 lignes et les 4 
sont longues, tandis que dans la réimpression le texte n'occupe 
que 10 lignes et les s sont courtes. 

— Monuments du culte secret des dames romaines, pour ser- 
vir de suite aux monuments des dou\e Césars, etc. Caprée, 
1784, in-4 . Les 2 vol. Bolle. 61 fr. ; Potier , en 1870, i65 fr.: 
La Bédoyère, 170 fr. — Les 5o gravures que renferment cha- 
cun de ces deux volumes sont presque toutes, à ce qu'on croit, 
de l'invention de Hancarville ; le texte en offre une explication 
remplie de passages empruntés à Suétone, Martial, etc. Le tout 
fut, dit-on, imprimé à Nancy. Il existe une autre édition, 1782 
et 1784, grand-in-8. Dans celle de 1787, in-4 , ' es citations 
sont supprimées. Dans une autre édition sous la rubrique de 
Rome, imprimerie du Vatican , les Césars portent la date de 
1786 et les Dames celle de 1790; beaucoup de notes sont ajou- 
tées et l'ordre des chapitres est sensiblement modifié. — Des- 
truction ordonnée par arrêt du 19 sept. 1826, à cause des gra- 
vures obscènes que l'ouvrage contient. Voir le catalogue de la 
vente M., faite par l'Alliance des arts, en 1846, n° 1454, 
pour la différence que présentent diverses éditions. Voir aussi 
Noël, Collections lorraines , p. 787; et le Bibliophile illustré, 
Londres, i5 juin 1862, p. 181. — L'éditeur s'exprime en ces ter- 
mes dans l'Avant-propos des Monuments du culte secret des 
darnes romaines : 

« Les personnes raisonnables feront une distinction bien sen- 
sible entre l'ouvrage que je leur présente et ces productions li- 
cencieuses produites par la dépravation des mœurs et par le li- 
bertinage. 

« Les anciens ne regardaient pas du même œil que nous les 
plaisirs de l'amour. Cette tendre union des deux sexes appelait 
la vénération, parce que la religion semblait consacrer cet acte 
de la nature. Non-seulement les auteurs païens s'exprimaient 
librement sur les sujets pour lesquels nous avons inventé la 
pudeur, mais encore les peintres et les sculpteurs ne gardaient 
aucune retenue à cet égard, 

Afin que les amateurs puissent vérifier si leurs exempl. sont 
bien complets, nous allons donner ici la liste des 5o planches 
de chaque volume. Chaque sujet est contenu dans un médaillon 
ovale ou oblong numéroté : 

Monuments de la vie privée des dou^e Césars , frontispice : 
Les Délices des Césars, etc. — 1. César à la cour de Nico- 
mède. 2. César à qid Servilie présente sa fille Tertia. 4. Cé- 
sar couronne Cléopâtre. 5. César avec une couronne obscène. 
6. Auguste qui se prostitue à son grand oncle César. 7. Au- 
guste et Livie. 8. Auguste avec sa fille Julie. Carnée d'Apol- 
lonius et de Sicyone. 9. Auguste à qui -Livie présente deux 
filles. 10. Auguste, sous l'habit d'Apollon, soupe avec six dées- 
ses. 11. Marc-Antoine et Cléopâtre sur un vaisseau. 12. Cléo- 
pâtre à table avec Marc-Antoine , avale une perle. i3. Marc- 



VENERES 3gi 

Antoine en Hercule et Citheris en Iole. 14. Auguste avec Fui- 
vie , femme de Marc-Antoine. i5. Auguste avec la femme 
de Mécène. 16. Tibère avec ses mignons et ses femmes. 17. 
Tibère dans son jardin. iS. Tibère nage avec ses enfants. 
19. Tibère et le Tableau d'étalante et de Méléagre. 20. Ti- 
bère s'enflamme pour deux jeunes hommes. 21. Tibère assis 
avec une troupe de femmes. 22. Tibère et Mallonia. il. Cali- 
gula jeune encore couché avec sa sœur Drusille. 24.. Caligula 
et ses trois sœurs. 25. Caligula voit la femme de Pison et 
en devient amoureux. 26. Caligula épris des charmes de Cé- 
senia. 27. Caligula au milieu de deux jeunes gens. 28. Cali- 
gula prié par Cassius de lui donner le mot de guerre. 29. 
Messaline épouse publiquement C. Silius. 3o. Messaline se 
déguise et va dans un mauvais lieu, sous, etc. 3i. Messaline 
consacre à Priape 14 couronnes de myrthe. 32. Néron abuse 
de la vestale Rubiria. 33. Néron en chaise avec sa mère 
Aurippine. 34. Néron épouse le jeune Sporus. 35. Néron 
avec son affranchi. 36. Néron, une femme et trois mignons. 
3~. Néron sort de la grotte couvert d'une peau d'ours. 38. 
Néron et Doryphorus. 3q. Agrippine , pour recouvrer son 
autorité, offre ses charmes à son fils. 40. Othon avec une 
vieille et Néron. 41. Othon à table avec Poppée. 42. Othon 
présente sa femme Poppée à Néron. 4Î, Néron et Othon à 
table. 44. Vitellius et son affranchi. 45. Vitellius et Asiati- 
cus son affranchi. 46. Titus à table avec la reine Bérénice. 
47. Titus faisant ses adieux à la rein? Bérénice. 48. Domi- 
tien entre Domitia , sa femme , et Julie sa nièce. 49. bomi- 
ti.-n aux genoux de Julie. 5o. Domilien qui nage au milieu 
d'une troupe de femmes. 

— Monuments du culte secret des dames romaines , front, 
de la i re partie; idem de la 2 e . 1. Pierre inconnue, gravée 
sur une cornaline. 2. Un sacrifice à Priape, gravé id. 3. Un 
satyre qui baise une femme sur un autel antique, id. 4. Au- 
guste et Livie, grav. sur une pierre de cornaline. 5. Pierre 
inconnue , id. 6. La Roue de la fortune , id. 7. Mars et Vé- 
nus, id. 8. Sacrifice au dieu Priape, gravé sur une sardoine. 
9. Pierre inconnue, gravée sur une cornaline. 10. Le Triomphe 
de Priape, porté sur un char, id. 12. Hercule et lole. grav. 
sur une cornaline. 14. Pierre inconnue, id. i5. Un Therme 
d'un Priape avec un satyre , id. 16. Vulcain qui enveloppe 
Mars et Vénus , grav. sur une pierre d'améthiste. 18. Un 
amour à cheval sur un priape, gravé sur un onyx. 19. Lèda 
et Jupiter transformé en cygne, grav. sur une cornaline. 20. 
Hercule et Hébé, grav. sur une pierre d' 'Amèlhiste. 22. Mé- 
daille en or représentant une dame romaine qui offre à Priape 
des parfums précieux. 23. Camée trouvé dans l'île de Caprée, 
représentant une bergère qui fuit son amant. 24. Antique en 
or, représentant un homme couché sur son lit , etc. 25. Un 
t riape marchant sur des pattes de coq, gr. sur une cornaline. 
26. Vénus callypige , grav. sur un onyx. 27. Un sacrifice à 
Priape, grav. sur une pierre de cornaline. 28. Un therme de 
Priape, id. 29. Le dieu Pan avec la nymphe Siringa , grav. 



3 9 2 VENERIS - VENETTE 

sur une pierre d'eau marine. 3o. lole portant la massue d'Her- 
cule, grav. sur une pierre de jaspe verd. 3i. Sacrifice au 
dieu Priape , grav. sur une pierre de Calcédoine. 32. Un 
dieu Priape à côté d'une colonne , grav. sur tcne sardoine. 
33. Sacrifice au dieu Priape, grav. sur un onyx. 34. Hébé 
tenant la coupe du nectar des dieux, grav. sur une sardoine. 
35. Les trois grâces, grav. sur une pierre de cornaline. 36. 
Bac chus et Ariadne, grav. sur une pierre de jaspe vert. 3j. 
La Conversation secrète de Priape , grav. sur un onyx. 
38. Sacrifice à Priape, grav. sur une pierre de jaspe. 39. Sa- 
crifice à Priape , grav. sur une pierre d'Agathe. 40. Un 
thèrme de Priape, grav. sur une cornaline. 41. Les Heures, 
id. 42. Messaline assise devant une œdiulx ou petite chapelle 
à Priape, grav. sur une pierre de cornaline. 43. Invectiva 
— Messal — Claudi. 44. Les trois Grâces, grav. sur une pierre 
de cornaline. 45. Un satyre avec une nymphe , id. 46. Sa- 
crifice au dieu Priape , gr. sur une pierre de Calcédoine. 
47. Un satyre qui veut découvrir une nymphe , gr. sur une 
cornaline. 48. Un berger caressant une chèvre , gr. sur une 
cornaline. 5o. L'Amour présente à Véfius les armes d'Enée, id. 

Veneris tribunal, por Lodovico Scriva. Venecia, A. 
Pincio, 1 537, in-8 goth., titre gr. , 71 ff. — Nodier, 
39 fr. ; Reina, 8 fr. ; Luzarche , n° 32Ô8. — Roman 
espagnol rare et peu connu. 

VENETTE (Nie), né en 1 633 , mort en 1698 à La 
Rochelle, sa patrie. Il étudia à Paris sous Gui Patin, 
et voyagea en Italie et en Portugal. Son ouvrage le 
plus connu est le suivant qui a changé plusieurs fois 
de titre et a été réimprimé des centaines de fois. Les 
premières éditions étaient très-belles, mais les der- 
nières, destinées au colportage, sont ignobles. 

Tableau de l'amour considéré dans l'état du mariage, par 
Nie. Venette. Amst. , Jansson , 1687, pet. in-12; édition peu 
commune et regardée comme la première de ce livre. — Parme, 
Franc d'Amour (Holl. à la sphère), 1687, 1688 (Claudin , en 
1864, 8 fr.) , 1689, 1691 (Aubry, en i858, 12 fr.); s. d., pet. 
in-12. Thierry, 21 fr. ; Nodier, 38 fr. — Edition intitulée: La 
Génération de l'homme, ou Tableau de l'amour conjugal. 
Col. , 1696, 1702, 1705, 4 part. pet. in-12, ens. 672 pp. et hg. ; 
Veinant, 9 fr. — Hamb. , 1745 (Nyon , n° 5o53) , 1748, 2 vol. 
in-12. — Edition avec remarques par le D. Fr. Planque. Lon- 
dres (Paris), 1751, 2 vol. in-12, fig. (les exempl. sur gr. pap. 
sont recherchés). La Vallière, 37 fr. Pixérécourt , 61 fr. Cha- 
pon ay , 122 fr. — S. 1., 1776, 2 vol. in-12, fig. — Refondu et 
mis à la hauteur des connaissances modernes, par J. R. J. D. 
(Dubuisson). Paris, 1812, 4 vol. iu-16, avec 19 grav. en taille 
douce. 

3o à 40 réimpressions de cet ouvrage, toutes mal exécutées, 



VENGEANCE 3g3 

faites dans le XIX e siècle, n'ont absolument servi qu'à alimen- 
ter le colportage. Voir l'ouvrage de M. Ch. Nisard sur la lit- 
térature populaire. Poursuivi plusieurs fois, il a toujours été 
acquitté, à l'exception d'une cond. prononcée par la cour d'as- 
sises de la Haute-Garonne, le 8 juin 184.3, cond. motivée par 
les fig. obscènes. Est-ce pour l'édition intitulée: Véritable Ta- 
bleau de l'amour conjugal , revue par le D. More] (de Ru- 
bempréj, Paris, Terry, 4 vol. in-18, avec 19 gravures? — Cet 
ouvrage a été trad. ou imité en plusieurs langues étrangères ; 
nous ne citerons que trois de ces imitations: Kurze Abhand- 
lung... Traité court, mais complet, de la génération de V homme 
et d 1 la grossesse. Francfort, 1700, in-8. — Conjugal love, or 
the Pleasures qf the marriage bed, considered in several lec- 
tures on human génération. London, in-12. — Rare verilies. 
The cabinet qf Venus unlocked and her secrets laid nren , 
being a translation of part oiSinibaldus, etc. London, P. Briggs, 
i658, pet. in-12 de 3o pp. pré'iminaires , 72 de texte et 6 de 
table. — Ce dernier ouvrage, qui est composé à peu près sur le 
même plan que celui de Venette et qui lui est antérieur, ne 
pourrait-il pas lui avoir inspiré le sien? 

Vengeance des femmes contre les hommes, satyre 
nouvelle contre les petits-maîtres et les vieillards 
amoureux. Rouen, chez L. Besongne, sur l'imprimé 
à Paris, 1704, in-8. — Picard, en 1780, n° 807. — 
En vers; réimpr. à Lille, en i852, à io3 exempl. , et 
dans les Variétés histor. et Uttér., éditées par M. Ed. 
Fournier, tome V, p. 3 1 1. 

Vengeance [La) des femmes contre leurs maris, à 
cause de l'abolition des tavernes. Paris, E. Denise, 
1 55y, in-4°de 4 fi. , dont 1 pour le titre. — Cigongne, 
n° 8 4 5. 

Cette pièce eut pour raison d'être une ordonnance de Henri II, 
interdisant aux cabaretiers de recevoir chez eux d'autres gens 
que des étrangers et des passants; elle a été insérée dans le 
Recueil de M. Montaig'on , tome VI, pp. 171-178. 

Vengeance (La) des marquis, ou Réponse à l'Im- 
promptu de Versailles , com. en prose, par J. de Vil- 
liers, jouée en 166 3, à l'hôtel de Bourgogne à Paris. 
Notice par le bibliophile Jacob. Turin, J. Gay et fils, 
pet. in-32, tiré à cent ex. seulement (Collection Mo- 
lièresque), 4 fr. 

Pièce satirique contre Molière et sa femme. Imprimée en 1664 
par lit. Loyson et par Gabr. Quinet; on lui refusa le privilège 
nécessaire, et elle ne put être publiée que dans le volume inti- 
tulé les Soirées des auberges. Paris, G. Quinet, 1664. 

Vengeance (La) des satyres, pastorale en 5 actes et 

Tome VI. 5o 



3g4 VENTS — VENUS 

en vers, par Isaac Du Ryer. Paris, du Bray, 1614 , 
in-S. — Nyon, n° 1781 3. 

Cette pièce est la même que les Amours contraires (Voir ce 
titre), du mè:ne auteur, augmentée de quelques scènes , et di- 
visée en 5 actes, au lieu de 3. On exécute à la fin une danse 
on rond, où Lil.is chante une chanson et raille les satyres de 
l'avoir laissée sortir du bois avec son pucelage: 

Hélas ! faut-il tromper 
Les filles d; la sorte ! 
On lui devroit couper 
Les trois pièces qu'il porte. 
Non, ne lui coupe\ pas ; 
Laissez-lui son pauvre cas. 

Ces deux derniers vers servent de refrain à toute la chanson. 
(Bibl. du Théâtre franc. I. 423). — La Vengeance d:s satyres 
a eu une réimpression.' Paris, Pierre Deshayes, i(i.'4. pet. in- 12 
de 41 pp. Dans ceit- édition, e le est suivie d'une autre pasto- 
rae du même auteur: Le Mariage d'amour (Voir cet'tie) qui 
occupe les pages 43 à 97, la pagination se suivant (J. Gav, en 
iS/3, 10 fr.). 

Vents (Les), essai poétique. Paris, Hubert, 1826, 
in- 18. — Petit poème scatoloinque assez bien versiné. 
— Voir V Anthologie scatologique, p. 1 36. 

Vénus à confesse, ou Lettres d'une comédienne re- 
tirée du spectacle à une de ses amies. En Phrygie, chez 
Esope (Paris). 1 7 5 1 . 3 tomes en 1 vol. in-12 de 77, 
79 et 96 pp. (J. Gay, en 1873, 8 fr.). — D'après le 
titre de cet ouvrage, on s'attend à trouver une histoire 
piquante, et l'on tom e sur un récit lourd et sans 
intérêt. C'est une déception complète ; aussi l'ouvrage 
n'a-t-il pas* été terminé. 

Vénus à la fraise, folie en 1 a., par Clairville et J. 
Cordier (Palais-Royal). Paris, i85i. 

Vénus à l'encan, ou les Bolivariennes du Palais- 
Royal en 18 10, ébauche badine, etc., par un paire 
de l'île d'Otaïtï. Paris, Palais-Royal, 181 9, in- 18 de 
204 pp. — Alvarès, en i858, 4 fr. 5o. 

Venus and Adonis , poème de Shakespeare. 

La première édition qui vit le jour à Londres en i5o,3, est un 
in-4 de 27 feuillets. On n'en connaît qu'un seul exemplaire; 
il se trouve dans la collection formée par Malone et léguée à 
la Bibliothèque Bod^eyenne à Oxford. Quoiqu'elle soit parfois 
susceptible d'alarmer "le chaste lecteur , cette oeuvre parut avec 



VÉNUS 3g5 

l'autorisation de l'archevêque de Cantorbery; elle obtint rapi- 
dement d'autres éditions, que les bibliophiles anglais, passion- 
nés pour les écrits de leur grand poète, payent au poids de l'or. 
Lu exempt. , quoique rogne et raccommodé, fut adjugé en 1844 
au prix de 116 livres sterling; il est de la seconde édition, 
l5 4. aujourd'hui dans la Bibliotheca Grenvilliana , léguée au 
Musée britannique. — Un cxempl. de la 3 e édition', i5gô, s'est 
adjugé successivement à 91 1. st. et 91 10. 

Ce poème respire une passion ardente; M. H. Taine, dans 
la Revue germanique (cahier du i er avril i863), à la suite d'une 
appréciation des sonnets de Shakespeare, s'exprime en ces 
termes : 

« On n'a jamais vu de cœur si palpitant au contact de la 
beauté, si ravi de la fraîcheur et de l'éclat des choses, si âpre 
et si ému dans l'adoration. La poésie déborde du cœur du 
poîte ; le trop-plein de la jeunesse regorge jusque sur les cho- 
ses inanimées ; la campagne rit au jour levant : l'air pénétré de 
clarté n'est qu'une fête. Peut-être Shakespeare vit-il qu'il avait 
dépassé les bornes, car l'intention de son second poëme, le Viol 
de Lucrèce, est toute contraire. » 

Venus Batava, sive Amœnitates amorum, suavissimis 
et artijiciosissimis iconibus ob oculis positœ, ut instar 
albi amicorum studiosis inservire possint. Ex libéra 
Batava, 16 18, pet. in-4 . — Vol. de la plus grande 
rareté, comp. de 4 ff. , avec texte en vers latins, et de 
24 planches gravées en taille-douce. Quelques-unes 
de ces planches, très-intéressantes, pour les costumes, 
portent le monogramme de J.-N. Wischer. — Vendu 
Perret, en 1860, n° 417, 45 fr. 

Vénus dans le cloître, ou la Religieuse en chemise, 
entretiens curieux, par l'abbé du Prat (attribué par 
Barbier à l'abbé Barrin, et par d'autres, à Chavigny). 
Edition originale, s. 1. et s. d. (vers 1682), in-12, avec 
fig. (Bibl. du marquis de Paulmy). — Cologne, i685 
(Nodier, 35 fr.), 1686, 1692, 1696, 1702, 171 9, pet. 
in-12 de 38o pp. (à la page 287 commence L'Adamite, 
ou le Jésuite insensible). Londres, 1737, 1740, in-12; 
Pékin, 1782, in-12 de i3i pp., préc. d'une lettre de 
6 pp., 3 fig. libres, et 1793, in-18, fig. (Noël). 

Ouvrage erotique, réimpr. aussi sous le titre suivant: Les 
Délies du cloître, ou la Religieuse éclairée. Cologne (Ho I.), 
1709, in-12. — Amst., s. d. (vers 1720); La Haye, 1747. >7- s o, 
1760, 1761, 1774, in-12. 11 y a une contrefaçon de 1 édition de 
1774. (Paris, vers iS3i , 2 part, in-18, avec '10 mauvaises lith. 
erotiques). L'édition de 1760 se trouve ord. jointe aux Lauriers 
ecclésiastiques , même date. 



3g6 VENUS 

La Nonne éclairée, ou les Délices du cloître , nouvelle éd. 
revue, corr. et augm. Amsterdam, 1774 (Nyon, n°g475), 1775. 
Cette édition contient 4. entretiens entre Agnès et Angélique, 
un entre Julie et Dorothée, et un entre Julie et frère Cosme. 
Ces deux derniers entretiens ne se trouvent pas dans Vénus 
dans le cloître. 11 y a de cette édition une réimpression faite 
en Allemagne (in-18 de 226 pages). — De celle de 1774 il a été 
fait une réimpr. à Paris, en i83i, 2 vol. in-18, 178 et 116 pp., 
avec 10 mauvaises lith. obscènes. 

La Religieuse en chemise , ou la Nonne éclairée. Paris et 
Londres, )86o, in- 16 de 64 pp. Cette brochure contient seule- 
ment les préliminaires et les deux entretiens entre Dorothée et 
Julie et Cosme, et Cosme et Julie; mais, sa curiosité consiste 
dans la liste des ouvrages qui y sont annoncés , dont pas un 
seul, peut-être, n'a jamais paru, ni même dû paraître, et dont 
nous nous bornerons à mentionner les premiers : L'Extrême 
onction de la virginité mourante — Recueil des amours se- 
crettes de Robert d'Arbrissel — Remèdes doux et faciles con- 
tre l'embonpoint dangereux — la Chasteté féconde, nouvelle 
curieuse — le Passe-partout des jésuites, pièce galante — la 
Prison éclairée , ou l'Ouverture du petit guichet — le Jour- 
nalier des feuillantines — les Prouesses du chevalier de Saint- 
Laurent — Règles et statuts de l'abbaye de Cogne-au-fond, etc. 

Du reste, Gracsse a transcrit ce catalogue tout au iong dans 
son Histoire littéraire universelle (en allem.) , t. II, 3* sect., 
p. 733. 

La Religieuse (c'est-à-dire la nonne) éclairée , a été aussi 
réimpr. dans le 1" vol. de la Bibliothèque erotique , Rome , 
1700, 2 vol. in-12. 

Graesse, Trésor des livres rares, dit qu'il a paru une trad. 
anglaise: The Nun in lier smock, et que Ed. Curl, le libraire, 
fut mis au pilori, et eut les oreilles coupées pour avoir publié 
ce volume. 

11 y a un ouvrage intitulé: Les Petits propos du parloir , 
ou ii Xonne sans chemise (en hollandais); Bolswert, 1682, 
pet. in-12, fig. (voir le cat. K. , Paris, Leblanc, i836, n° 820 ; 
est-ce l'édition originale de Vénus dans le cloître, ou est-ce 
une simple traduction? 

Vénus dans le cloître, ou la Religieuse en chemise, suivie 
de l'Adamiste ou le Jésuite insensible. Nouvelle édition réim- 
primée textuellement sur celle de Cologne, Pierre Marteau, 1719.' 
Cnive, imprimerie particulière (Bruxelles, Jules Gay) , 1866, 
pet. in-12. Tiré à 106 exempl. num. , i5 fr. , ou 18 fr. avec une 
eau-forte de Rops. — Cette édition, précédée d'une lettre d'en- 
voi à M œc l'abbesse de Beaulieu, contient six entretiens , les 
5 premiers entre Agnès et Angélique, et le 6 e entre Séraphi- 
que et Virginie. L'Adamiste (Voir ce mot) occupe, dans ce 
petit volume, les pp. 211 à 277. 

Vénus {La) de Gordes, par Adolphe Belot et Ernest 



VÉNUS 3g 7 

Daudet. Paris, Faure, 1867, in-18 jésus de 267 pp., 
3 fr. 

Vénus [La) de Milo, com. en 3 a., en vers, par 
Louis d'Assas (Odéon). Paris, i85g (i858), gr. in-18. 
— Preyre, n° 4448. 

Vénus (La) de Paphos et son temple, par J.-D. Gui- 
gniaut. Paris, 1827, in-8 de 24 pp., 1 fr. 

Vénus en rut, ou la Vie d'une célèbre libertine. A 
Luxur ville, 1770, 1790, 1791, 2 vol. in-18, fig. — 
Cat. Noël; cat. de Dresde, n" 5i5. 

Venus {La) Hottentote, ou Haine aux Françaises, 
vaud. en 1 acte, parThéaulon, Danois, Brazier. Paris, 
Martinet, 1834, in-8. — Soleinne, 2562. 

Vénus la populaire, ou Apologie des maisons de 
joie. Londres, chez A. Moore (Holl.), 1727, pet. in-8 
(Nodier, 22 fr. ; Leber, n° 2481 ; Luzarche, 6370). 

Réimpr. en 1751 , 1767, 1796, et s. d., vers 1800, in-12 ou 
in-8. — Aubry, en 1857, 8 fr. 5o ; Alvarès , en i858, 6 fr. 5o ; 
Fontaine, belle reliure, en 1870, 35 fr. Cette dernière édition 
était publiée par Mercier , dit de Compiègne, impr. libraire à 
Paris. Il y a dans cet ouvrage un fragment de Buchanan: Pro 
Lœna apologia , qui n'est pas dans les œuvres de l'auteur. — 
On trouve une analyse de Venus la populaire dans l'Avant- 
propos de la réimpression donnée en i863 chez J. Gay, de 
l'Infortune des filles de joie , de Montluc de Cramail , pp. xi 
à xvi. — Voir : A viodest défense of public stews. 

Venus'' looking glass , or A rich store-house of 
choice drollery, by O. J. — London (sans date), in-8. 

Vénus pédéraste, pet. in-8. — Leber, tome I er , n° 
2777. — C'est une des pièces curieuses qui font partie 
du recueil intitulé: Çythéréana. 

Venus pèlerine , com. en 1 a. , en prose, mêlée de 
chants et de danses, par M me Beaunoir (Robineau). 
Paris, 1777 (Soleinne, 225o), 1778, in^8 (Nyon , 
18378). — Amst. et Paris, 1782, in-8. 

Venus und Priapus (Vénus et Priape). Francfort, 
s. d., in-8. 

Venus Urania, ueber die natur der Liebe (Vénus 
Uranie, sur la nature de l'amour, son développement 



3g8 VENUS — VERITABLES 

et son essence), par F. W. B. von Ramdohr. Leipzig, 
1798, 4 vol. in-8. 

Vénus vengée, ou le Triomphe du plaisir, poème 
par de Morande. Paris, 1757, in-8. — Kyon, n° 25235. 

Vénusalgie [La), ou la Maladie de Vénus, poème, 
par J.-F. Sacombe. Paris, 1814, in-18 de 270 pp. 

Réimpr. avec un 4 e chant et quelques suppressions . sous le 
titre : Vénus et Adonis, etc. Bordeaux, chez l'auteur, 1816, in-18 
(Cigongne, n° 10S1). — Il y a de ce poème de nouvelles édit. 
sous le titre du Mal de Vénus. Paris, 1821, in-18 de 3 feuilles. 

— 5 e édition ; Paris, l'auteur, 1826, in-18 de 5 feuilles, 1 fr. 

— Nous croyons que la i re édition du poëme Vénus et Adonis 
avait paru, sans indication de lieu, en 1793, in-8 (La Jarrie, 
1964). — Sacombe, né à Carcassoune versîjSo, est mort à Pa- 
ris en 1822. 

VERGIER (Jacques), poète, né à Lyon en 1657, 
mort à Paris en 1720. 

Œuvres de Vergier, ou Contes et nouvelles. Amst. , 1726 , 
1727 (N'yon, nos i5 354, i53:5), 1731,1742, 1743, 2 tomes in-12. 

— Paris, Coustelier, 1727, 2 vol. in-12. — Lausanne, i/5o, 1722, 
1764, 2 vol. pet. in-12, front, gr. Châteaugiron , 7 fr. 25 c. — 
Londres, s. d. et 1780 (Paris, Caziti), 3 vol. pet. in-18 ; Per- 
ret, 12 fr. 5o c. ; La Bédoyère, 46 fr. ; Aubry, en 1866 , 8 fr. 

— Contes et poésies erotiques de Vergier. Paris, i8oî, 2 vol. 
in-18, rig. — Bramet, n° 180, 9 fr. 5o. — Contes ingénieux et 
chansons agréables. On remarque parmi les contes: le Ton- 
nerre; l'Avenir de trois sœurs: Histoire de Si-Guignolet; 
la Culotte, etc. 

Vergier (Le) amoureux, tel est le titre qu'on peut 
donner à un poème mystique imprimé vers i52û par 
Gaspard Philippe, et dont un exemplaire, qui passe 
pour unique, est conservé à la Bibliothèque impériale 
de St-Pétersbourg. Il a été l'objet d'une Notice de M. 
Paul Lacroix dans le Bulletin du bibliophile, 1860, 
p. i6o3. — V. Enigmes bibliogr., p. 160. 

Vergier (Le) florissant des belles chansons, avec le 
Printemps des chansons nouvelles. Lyon, 1 583, in-16. 

— De Bure, n° 32g3, Biblioth. Nat., Y, 6o83. 

Vergine (La) parigina, da Franc. Fulvio Fragoni. 
Venetia, 1661, pet. in-12. — Lenoir, n° 11 38. — Lan- 
glet-Dufresnoy dit 3 vol. in-12. 

Véritables (Les) amours de MM. de Grandlieu et 



VÉRITABLES - VÉRITÉ 3gg 

de Mlle de Beauval (par Jean Martin). Paris, 1604, 
in-12. — Rare. 

Véritables (Les) et heureuses amours de Clidamant 
et Marilinde , par le sieur des Escouteaux. Rouen , 
i6o3, pet. in-12. — Techener, i3 fr.; Nyon, r^Sçig. 

Véritables (Les) prétieuses, com. en 1 a. et en pr.; 
par A. Baudeau, sieur de Somaize. Paris, J. Ribou , 
1660, pet. in-12. — Soleinne, 1" suppl., n° 241. 

Moliire voulut faire supprimer cette comédie, mais il n'y réus- 
- : on força seulement Somaize à retrancher dans sa s:- 
condc édition le passage de Lustucru lapidé par les femmes, 
lequ:l avait trait probablement à la vie privée de Moliire. — 
Réimpr. dans la Collection Molièresque tirée à cent exeropl., 
avec une Notice bibliogr. , par M. Paul Lacroix, Genève, 
J. Gay et fils, 1868, pet. in-12 de xn-55 pp., 6 fr. 

Véritables secrets pour rendre les femmes fidèles , 
ou Consei's aux maris et aux amants pour s'attacher 
et fixer d'une manière certaine le cœur de leur épouse 
ou de leur amante, etc. Paris, vers i832, in-18, avec 
2 gr. — A été condamné. 

Vérité (La) aux femmes sur l'excentricité des modes 
et de la toilette, par le chev. A. de Doncourt fia com- 
tesse Drohojowska, née Symon de Latreiche). Paris et 
Lyon, Périsse, 1 858 , in-18 de 12 pp. — Brochure 
écrite dans un esprit religieux. 

Vérité (La) dans le vin, ou les Désagréments de la 
galanterie, com. en 1 acte et en pr.,par Collé. Paris, 
1789, in-18 de 70 pp. — Une note fait observer que 
le vrai titre de cette comédie est le second, et qu'elle 
est d'un genre à ne pouvoir être jouée qu'en société. 
La pièce mérite d'être lue. 

Vérité (La) sur la femme, au point de vue philoso- 

Jihique, au peint de vue social et au point de vue de 
a famille , par J.-C. Docteur. Luxeuil, impr. Docteur, 
i85o, in-8 de 180 pp. 

Vérité (La) sur les deux procès criminels du mar- 
quis de Sade, par P. Lacroix. In-8 de 3i pp., tiré à 
petit nombre et rare. 

C'est une des dissertations sur quelques points curieux de 
l'histoire de France et de l'histoire littéraire. Paris, Teche- 
ner, 1838-1S47, 12 liv. in-8, tirées à 5o exempl. numérotés. 



4 oo VERITE — VERSCHWÔRUNG 

Vérité (La) sur les femmes et sur ceux qui s'en 
plaignent, par J.-N. Bidaut. Paris, Dentu, i85g, in-18 
de 35 pp. — Paris, 1864, in-12 (Lanctin, 9 e cat., 1 fr.). 

— Edition augmentée de lettres adressées à l'auteur. 
Paris, De Vresse, 1866, 1868, in-16, 72 pp., 75 cent. 

Vérités (Les) plaisantes, ou le Monde au naturel. 
épigrammes, contes en vers, etc. (par Dutuit). Rouenj 
Maurry (à la Sphère), 1702, in-12. — Nyon, n° 14444; 
Claudin, i865, 7 fr. 5o. — Recueil curieux; de petites 
pièces et de contes en vers. On y distingue : la Fille 
à marier, la Fausse dévote, l'Homme riche du côté 
de sa femme, le Cocu vindicatif, Sur le fard des co- 
quettes , la Boutique spirituelle, l'Indiscrétion mona- 
cale, etc. 

Verliebte (Der) eremit... (L'Ermite amoureux, his- 
toire du comte de Castro et de Mlle de Montai, écrite 
pour l'amusement du monde galant, par Melataon). Nu- 
remberg, 1720, in-8 (Scheible, en 1867, 1 fl. 48 kr.). 

— Francfort, 1741, in-12. 

Verliebten (Des) Frauençimmers Schulkrankheit... 
(La Femme amoureuse est une malade en bonne santé; 
ce que les docteurs en droit et en médecine doivent 
faire pour la guérir , par Gallus Galenus). Leipzig, 
i683, petit in-12, avec une pi. 

Verliebten (Die) Nonnen, oder Liebe in den Klôstem 
(Les Nonnes amoureuses, ou l'Amour dans les cou- 
vents), trad. du franc. Hambourg, 1748, in-8. — Cat. 
de Dresde, n° 21 5. 

VERMOND (Paul), pseudonyme d'Eugène Guinot, 
aut. dramat , né à Marseille en 1807, mort en 1861. 
En collaboration: la Belle Cauchoise — Colombine, ou 
les Sept péchés capitaux — l'Enfant de l'amour — 
le Lion et le rat — le Marquis de Lau\un — la Polka 

— Une nuit au sérail. 

Véroles (Les) de l'Assemblée nationale. In-8 de S 
pages, en prose. — Pamphlet politique ; haineux. — 
British Muséum, 1577I-; Leber, IV, p. 221. 

Verschwôrung (Die) in Mûnchen... (La Conspiration 
à Munich, ou Galerie des Intrigues galantes les plus 
intéressantes des deux sexes), par Bruckbraû. Stuttgart, 
1829, 2 vol. in-8. — Scheible, en 1867, 4 fl. 48 kr. 



VERSUCH - VERTU 401 

Histoires dans le genre de Pigault Lebrun , ouvrage moins 
libre que Die Verse hwôrung in Berlin (La Conspiration à 
Berlin), par Carlo Landini. Rome, s. d., pet. in-8 ; composi- 
tion dans laquelle plusieurs jeunes gens racontent leurs aven- 
tures galantes. 

Versuc'i einer biographie dsr grâfin von Lichtenau... 
(Essai d'une biographie de la comtesse de Lichtenau), 
par A. \V. Baranius. Lindau, 1800, in-8. — Scheible, 
en 1868, 25 sgr. 

Verd {Le) galant, com. en 1 a., en pr. , par Dan- 
court. Paris, veuve Ribou, 1714, in-12. — feoieinne, 
n° 1496. — Réimpr. dans les Œuvres de Dancourt. 

Vertu (La) chancelante, ou la Vie de Mlle d'Armin- 
court (par Baugin, Rossel, Mercier et Mérard Saint- 
Just. M u " d'Ormoy en donna seulement le titre, quoi- 
qu'elle ait passé pour être l'auteur de ce roman). 
Paris, 1778, in-12. — Van Hippe, n° 366; Nyon, n° 
8 94 3. 

Vertu {La) de ma femme, com. en 1 acte, par 
Pierre Berton. Paris, Lévy, 1868, gr. in- 18, 47 pp., 
1 fr. (Gymnase, 1867). 

Vertu {La) de Rosine, roman philosophique; par 
Ars. Houssaye. Paris, 1822, in-3a ; réimpr. plusieurs 
fois. — Baur, en 187?, cat. n° 3, 2 fr. — Traduit en 
italien par Ambrogio Barletta. 

Vertu et tempérament, histoire du temps de la Res- 
tauration , 1818-1820; par le bibliophile Jacob (Paul 
Lacroix). Paris, Renduel, i832,2 vol. in-8, rlg. , i5 fr., 
et 4 vol. in-12. — Bruxelles, i832, 2 vol. in-12, 294 
et 272 pp. 

Le titre ne dit pas tout ce qu'il y a de joyeux et de gaillard 
dans cette histoire, ou l'on assiste à la dissection complète de 
la société parisienne à l'époque de la Restauration. Ou remar- 
que dans cet ouvrage une franchise , une certaine crudité de 
mœurs qu'on ne comprendrait guère à notre époque plus raffi- 
née. L'auteur prend d'office la défense des femmes, dussent-elles 
crier au scandale, à l'immoralité ; dussent les prudes plâtrées 
de candeur et... d'innocence s'effrayer des privautés du vieux 
gaulois. Il va son train, sans s'inquiéter des criailleriez de ces 
vertus de parade, qui posent de chastes feuilles de vigne aux 
statues, qui allongent les robes de gaze des danseuses tout en 
condamnant le bonhomme Montaigne, et faisant grâce à Cré- 
billon fils et à l'auteur de Faublas. Bref, il fait complètement 
fi des jérémiades d'Agnès, des convulsions de pudicité et des 

Tome VI. 5| 



4 02 VERTCS — VESPILION 

fulminations de morale cramoisie des hautes dames, dont il 
raconte les mœurs et les galanteries. 

Vertus (Les) du beau sexe, par F*** D* ' C 
La Haye, 1733, in- 12. — Nyon, n' J 40 15; Dinaux, a" 
32QQ. 3 fr. 5o. 

Réponse (faite par Bruys lui-même) à l'auteur de l'Art de 
connaître les femmes du chev. Plaute-Amour (Bruys). C'est 
un éloge d:s femmes ironique et malin où l'auteur défend très- 
mal et très-faiblement leur cause. Rare. 

Vespilion [Le) adultère, ou le Triomphe de l'inno- 
cence, tragi-comédie eri 3 actes, en vers, avec chi 
; ar MM, J. C. E. A, et A. C. , -musique de M. A. 1... 
représentée à Strasbourg au commencement de i85g. 
Genève, J. Gay et fils, 18G8, pet. in-12, avec front., 
tiré à 100 ex. , G fr. 

Voici une note sur les auteurs et acteurs de cette pièce , qui 
nous a été communiquée; elle a encore son petit intérêt, et 
nous la reproduisons sans commentaires : 

LE VESPILiON ADULTÈRE 

par MM. J. Caron, ingénieur, aujourd'hui chef de bureau à la 
direction des tabacs, à Paris (1 er u. et fin du 3' ! ). 

E. Ackermann, avocat à Strasbourg. 

» A. CufciER, fils, vérificateur de l'Enregistrement à 
Mulhouse. 

Les deux prologues par feu Egmont-Massé , rédacteur en 
chef du Courrieur du Bas-Rhin (de 1848 à 1832) . 

Musique de M. A. Lippmann, percepteur. 

Frontispice par M. Ch. (Esinger, négotiant en bois de tein- 
ture à Strasbourg. 

Acteurs: Davus . . . MM. J. Caron (l'un des auteurs). 
» Lydia « P. Arousohn, professeur agré- 

gé a la faculté Je m 
Svtylax . . < Ch. Mehl , inspecteur de la 

librairie. 
Le Préteur . - E. Ackermann (l'un des aut.). 

Pandore . . > Nœtinger, ancien notaire. 

Fcetida (jeune 1 Votre serviteur. 

Décors de MM. Hapfner (très-connu) et Cailliot, capitaine 
de Chasseurs d'Afrique. 

Les deux représentations ont été données à 8 jours de dis- 
tance en i85q. chez M. Cunier , père, alors directeur des do- 
maines à Strasbourg. 

Les femmes avaient été exclues de la représentation, ce qui 
amena un assez joli tapage et des commentaires à perte 



VESTALE - VÉSUVIENNES 408 

L'Orchestre était composé de membres de l'Académie du 
Dimanche: 

MM. Bevsser, avocat, 1" violon. 

Grodwelle, professeur au conservatoire, /'./. 

. iH, banquier, id. 
Comte de R,vois>ET-BorL0ON" , directeur des haras 

sbre aventurier, petite Jlule. 
Boyé, sous inspecteur des forêts, fiston. 
Cailliot, capitaine aux chasseurs d'Afrique, piano. 
M aver, avocat, violoncelle. 
' , contrebasse. 

A la première représentation ont été invités les membres de 
la Société dn— Dimanche. — A la a'-, les fonctionnaires amis du 
1 unier; le président du Tribunal; le piocureur impérial; 
rai de division, un lot de magistrats et le chef de ser- 
' itne ce personnes. 
Le théâtre était fort beau , assez élevé, rampe, cage à souf- 
fleur, etc. Chaque soirée s'est terminée par un copieux souper 
et un jeu d'enfer. 

Pendant la -représentation j'ai eu l'idée de faire distribuer un 
petit journal admirablement imprimé par Berger-Levraull, ayant 
pour litre: La Grenouille verte. C'était ma surprise. 

Celte facétie à laquelle il y a eu p'ius de 3o collaborateurs a 
été jouée il y a 10 ans, et ia plupart n'avaient guère que 25 
ans, — c'est leur excuse. 

Vestale (La), op. en 3 a. , par de Jouv, mus. de 
Spontini. Paris, 1807, in-8. — Plusieurs fois réimpr. 

Vésuviennes (Les), ou la Constitution politique des 
finîmes, par une ; brançaises. Paris, impr. de 

uche, 1848, in-8 de 36 pp. (Hennequin, en 1861, 
n u 2060). 

Les Vésuviennes étaient un bataillon de femmes enrôlées par 
la police, en 1848, dans le but Je ridiculiser les femmes d'opi- 
Lre, et ceux qui songent à émanciper ce sexe. Elles cou- 
raient à travers Paris dans~un costume ridicule et faisaient du 
le. On faisait de nombreuses suites de caricatures sur 
elles: i fr régiment de compatriotes, etc. — Voici 3 articles, 
avant rapport à ton: 

Pétition des lorettes aux membres du gouvernement pro- 
visoirs (cinq couplets, signe: Ag.the, Vésuviennej. S. 1. (Paris), 
1848, in-4 de 2 pages. 

Les Montagnards de 1848, etc. , par Chenu. Paris, Guirau- 
det et 85o, in-12 de 5 feuilles et portraits. 

Réponse des Vésuviennes au libelle de Chenu (si_:né: Fré- 
tillon 11, e<-major du régiment des Vésuviennes]. Paris, passage 
Jouffroy, i83o, in-8 de 22 p .■_ 



404 



VETULA — VEUVE 



Vetula, ou la Vieille, poëme écrit au XIIP siècle, 
par Richard de Fournival , et dont Jean Lefebvre a 
donné une traduction en vers français, que M. H. Co- 
cheris a publiée en 1861, pour la première fois, chez 
Aubry. 

Voici les titres de quelques-uns des chapitres de cette pro- 
duction singulière: Comment les prophètes jadis dirent et pu- 
blièrent qu'il naistroil de une vierge un enfant qui seroit 
Dieu et homme tout ensemble. — Comment Sébile de Thunes 
prophétisa à Romme que le Créateur naistroil de une vierge, 

— Des gratis loengcs que Ovide rent à la vierge, laquelle 
nous est signifiée par les quinze estoilles reluisantes — Com- 
ment Ovide, qui cstoit paien , fait son oraison à la vierge 
qui devoil naistre que. quant elle rendra en gloire, elle se 
recorde de luy, et de tous en priant son fils. 

Veuve (La) à la mode, com. en i a., en vers (par 
Jean Donneau , sieur de Visé). Paris, Nie. Pep ; 
1667, in- 12 (on lit à la fin de cette édition: Fin de 
la Veuve à la mode, comédie de M. Molière). Paris, 
Ribou, 1668, in-8. — Nyon , n' J 17680; Soleinne, n" 
14 1 2 ; Bibl. de Grenoble, n' J 1 7042 ; Baillieu. en 1873, 
3 fr. 

Veuve (La) aux camélias, vaud., par Siraudin, Thi- 
boust et Delacour (Palais-Royal). Paris, 1837, in-12. 

— Preyre, n' J 4104. 

Veuve (La) coquette, com. en prose, par Desportes. 
Paris, Briasson, i7?2, in-12. ■ — Nyon, n" 18817; S°" 
leinne, n° 336o (Italiens, année 1721). 

Veuve (La) de la grande armée, roman histor., par 
Em. Marco de Saint-Hilaire. Paris, Magen, 1844-46, 
2 vol. in-8, i5 fr. — Réimpr. en 1873. 

Veuve (La) de Nulcifrote, parodie de Didon, toute 
en vaudeville, par Coursiaux. Paris, 1782, in-8. — 
Soleinne, 3487. 

Veuve (La) de i5 ans , com. -vaud. en 1 acte, par 
Théaulon et Adolphe (Capelle). Paris, 1826, in-8, 
1 fr, 3o. — Soleinne, n" 2 5Ô2. 

La Veuve de n ans, vaud. en 1 a., par Dupeuty et Sirau- 
din (Variétés). Paris, 1846, in-8, 5o cent. 

Veuve (La) indécise, op. -com. en 1 acte, en vers, 
par Vadé, parodie de la Veuve coquette. Paris, Du- 



VIAGGIO — VICOMTE 4 o5 

chesne ou Samsort, 1759, in-8. — Nyon , V, p. 190. 

— Marc. 

Viaggio al regno d'amore, per Agostino Santonini. 
Padova , Ô92 , in-4 . — Poème peu commun. Vendu 
33 fr. en mars 1823. — Manuel. 

Vi.iggio (II) in Eliconia, da Sebastiano Fanfarana. 
Bergamo, per Comin Ventura, i5q5, in-4 . — Libri, 
iô tr. 

Petit poëme in ottava rima, dans lequel l'auteur célèbre la 
beauté de 32 dames nommées dans la table du livre [Manuel 
du libraire). 

VIAS (Ant.). La Diffinition et perfection d'amour. 
1 5-| 1 . Très-rare. 

Sophologe d'amours , œuvre plaisante et recréative, par 
Ant. Vias. Lyon, Cl. Nourry, s. d. , in-8 goth. de 22 ff. avec 
1 gr. sur bois (Crozet, 55 fr. ; Nodier, en 1844, n° 986, 83 fr.; 
Yemeniz, en 1867, n° 1686 , 260 fr.). — Le Sophologe a été 
aussi réimprimé à la suite de la Diffinition, etc. (Voir ce titre) 

Vice (Le) et la faiblesse, ou Mémoires de deux pro- 
vinciales. Lausanne, 1786, 2 vol. in-8 (roman assez 
libre). — Scheible, en 1868, 1 thaï. 18 sgr. ; cat. de 
Dresde, n°485; Cat. E. R. 

Vice (Le) puni, ou Cartouche, poème héroïque, com. 
et trag. en XIII chants, suivi du Dict. argot-Franc. ; 
par Grandval fils. Anvers (Paris, Prault), 1725, in-8 
(Nyon, n° 14378; Chédeau, n" 532; Leber, n° 180 3). 

— Paris, 1726, in-8 (Aubry, en 1866, 5 fr. ; Techener, 
8 fr.). — ISouv. édition rev., corr. et augm. , avec 17 
lig. grav. par Scotin d'après Bonnard. Anvers et Paris, 
1700, in-8 (Cigongne, n" 1084; Bergeret, 2 e partie, 
n u 11 57). — Amst. , Rey, 1761, front, gr. et 17 pi. 
en taille-douce (Baur, en 1873, 6 fr.). — Paris, 1768, 
in-8, fig. (Chédeau, n" 533). — Paris, 1827, in-18 de 
108 pp. , 1 planche. 

Ce poëme avait déjà paru en 1723, in-8, sous le titre de 
Cartouche, ou le Vice puni. — France littéraire. 

Vicomte (Le) de Barjac, ou Mémoires pour servir 

à l'histoire de ce siècle, par M. C de L (par le 

marquis de Luchet). Dublin et Paris (Versailles), 
1784, in-8 et 2 vol. in-18, avec 4 jolies fig. à l'eau- 
forte et col. (Barraud, en 1870, 8 fr. ; Pixérécourt). 

Dans l'édition in-18, il y a une clef à la fin de chaque vol.; 



4 o6 VICTIMES - VICTOIRE 

on y nomme Mlle Arnould , Necker , M me de Maurepas, Beau- 
marchais, Linguet , Fréron, de Boufflers, le duc d'Orléans , de 
Lauraguais, la princesse de Soubise, Mlle Raucourt, Mlle Clai- 
ron, le prince de Corili , etc. ; dans les Mémoires de la du- 
chesse de Morsheim (Dublin, 1786, 2 vol. in-18), qui sont la 
suite du Vicomte de Barjac, Luchet désavoua cate clef, qui, 
cependant, a l'air d'être bonne. Les romans de cet auteur ont 
une prétention philosophique. — Voirlecat. Monsclet, p. ôo. et 
Littérature française, p. 63o du tome 11 à l' art. Cho; 

Liste des chapitres contenus dans l'ouvrage: Dangers de la 
musique — Mlle d'Alison y succombe — Portrait d'Elmire . 
femme voluptueuse — Tendres faiblesses des femmes du XVIII' 
siècle — M me de Berlil^ surprise en chemise par le vicomte 

— M me Orithée , veuve philosophe, et magicienne volupteuse 

— le Boudoir impromptu — lin philosophe d'un nouveau 
genre — Réception à la grecque— Un bon repas, un bon Ut 

■; une jolie fille — Combat de l'innocence et de la pudeur 
contre l'amour — Inutile de dire qui fut le vainqueur — Ca- 
tinisme d' une princesse polonaise — Exemple rare d'une jeune 
file qui sacrifie sa vertu à son amant', et ne veut pas se ma- 
rier avec lui — le préjugé sur la noblesse existe encore 
dans toute sa force — l'Amant, aussi généreux, que sa maî- 
tresse était délicate, l'épouse malgré elle, et malgré tout le 
monde. 

Victimes {Les) cloîtrées, dram. en 4 a. et en , 
par Momel. Bordeaux et Paris, 1792, in-8. — Pari.-,, 
Bourgeois, 1826, in-32 de 80 pp. — Paris, Bezou, 
i83o, in-8. — Paris, Barba, i83_j., in-8 de 20 pp. 

« Drame où il y a de fortes situations , mais où toutes les 
convenances sont blessées, et qui dut principalement son grand 
succès aux circonstances.» (Quérard, France liitér.). 

Victimes (Les) d'amn ir, par Hector Malot. 1" 
Les Amants. Paris, 18:0, in-12, ? fr. — Paris. 
in 18, 423 pp., 3 fr. — ^'édition, revue et augn. 
Paris, Hetzel, 1867, in-18 jésus, 346 pp.. 3 fr. — 
2 e partie. Les Epoux. Paris, Michel Léw, i865, i 
80 pp., 3 fr. — 3 e partie. Les Enfants. Paris, 1 
in-18. 

Victimes (Les) du mariage, par Max. Valrey (M m< 
Soler). Paris, Michel Lévy, 1 863, in-18 jésus, 304 pp. 

Victimes (Les) du mariage, par Albert Caise. Pari.-., 
Barba, 1870, in-18 jésus, 3 1 5 pp., 3 fr. 

Victoire (La) et triumphe d'argent contre Cupido , 
Dieu d'amours, nagv.ierres vaincu dedans Paris, avec 
la responce. Lyon, Fr. Juste. 1 r ?■ 7 . in-16. 



VICTOIRE - VIC 407 

La Victoire est un piëme anonyme d'Almanque Papillon, et 
la ripons;; seule est de Charles Fontaine. Ce petit vo'ums, peu 
connu, est d'une rareté extrême. Le Manuel du libraire (5 e édi:., 
tome II, col. 1326J n'en signale aucune vente. 

Victoire 'La) spirituelle de la glorieuse Sainte Reine 
remportée sur le tyran Olibre, trag. en ? a. et en 
par Corneille Blessebois. Autun, 1686, in-4 de 40 
pages et un feuillet, 3 rig. sur bois, dont la dern. est 
ie par Ambroise (cat. Soieinne, n° 1465). 

Cette tragédie est dédiée aux Vertueuses et chastes filles du 
siècle. Blessebois était devenu vieux et repentant; il a cepen- 
dant des retours de jeunesse quand il peint le supplice de 
Reine : 

Evandre incontinent, la mettant tonte nue, 

D.- son beau teint de lait nous a charmé la vue, etc. 

Victoire, conquêtes et revers d'une jolie femme, par 
Raban. Pa: vol.in-12. — Paris, 1843 (Schei- 

ble, en 1872, 2 t -18. — Cond. au 

Moniteur du 4 mai : 

Victoires (Le) de l'amour, ou Histoires de Za'ide, 
de Léonor et de la marquise de Vico. Amst. , 1714, 
pet. in-12, 16 jolies rig. en taille-douce et front, gr. 
fGellert, 2 fr. -b ; Tecnener, 24 

Fontaine, en 1870, belle reliure, 5o fr.). — Ut'recht, 
tn-12 (cat. de Dresde, n° u 

Viçtorine (roman), par l'auteur de Blançay (Gorgy). 
Paris, Guillot, i _ :. in-18 (Crozet, 6 fr.). — 

Paris, 1794, 2 vol. m- 18. 

Viçtorine, histoire très-véridique d'une jolie femme 
du quartier 1 vers et pr.). Paris, imprimerie 

Caron-Noel, 1804, in- pp. 

« Cet ouvrage d'ailleurs bien anodin, est du fameux Fortuné 
Roust.i:. jlstrement, auteur ces Subti.itès 

de la librairie parisienne, aujourd'hui , ou du moins il y a 3 
ou 4 ans, libraire à Versailles.— M. Roustan . d:.ns une lettre 
de juin i865 , me dit: «J'ai aussi publié Viçtorine , folie de 
jeunesse, que je désavoue maintenant. » — 11 m'envoie ce livre, 
seulement, dit-i!, après avoir obtenu l'autorisation de son 
confesseur, et sous conditions que j-' ne le prêterai pas — Sa 
correspondance est tout ce qu'on peut imaginer de plus... im- 
possible. Le M r a positivement un nid d'araignées dans le 

Viçtorine, ou la Nu . \ 5 a., 



4 o8 VIDA 

mêlé de couplets, par Dumersan, Gabriel et Dupeuty 
(Porte Saint-Martin). Paris, Barba, i83i, in-8, g6 pp. 
— i832, in-8, 2 fr. — i S 3 7 . in-8 de 28 pp. 

Vida (La) de La^arillo de Tonnes, y de sus for- 
tunas y adversidades (por Hurtado de Mendoza). An- 
vers, 1 553, in-i6,et 1 554-1 555, 2 part, en 1 vol. pet. 
in-8 (Heber, 5 livr. st.; Hanrott, 20 liv. 10 sh.). — 
Burgos, 004, pet. in-8 goth. de 48 ff., fig. en bois. — 
Très-rare. 

Cet ouvrage de Hurtado a eu un iris-grand nombre d'édi- 
tions. Les dernières remarquables sont de Paris, 1829, in-32 , 
et Madrid, i83i, pet. in-12. Nous indiquerons seulement ici les 
traductions françaises qui en ont été faites. 

L'Histoire plaisante et facétieuse du Lazare de Tonnes, etc. 
(trad. en franc., par J. Saugrain). Lyon, i56o. — Paris, i56i, 
pet. in-S de 60 ff. (Nyon, n° 10466J."— Anvers, G. Jansens, 
i5ç+, in-16 (Baudelocque, 12 fr.). — Anvers, G. Jansens, 1398, 
in- 16 de 3o8 pp. — Nyon, n° 10467. 

Histoire plaisante, facétieuse et récréative de Lazare de 
Tormes , trad. en franc. , avec l'espagnol à côté. Paris, Bon- 
fons, 1601, in-12. — La'Vallière, u° 33oô. 

La Vie de La\arille de Tormes et de ses fortunes et adver- 
sités. i re partie, trad. par P. B. P. Paris, *J. Corrozet, iGi5, 
1620, IÔ23, in-12. — 2° partie, trad. par L. S. D. (le sieur d'Au- 
diguier). Paris, Boutonné. 1620, pel. in-12. — Lyon, Bachelu, 
1649, in-12. — Paris, J. Cotinet, 1660, 2 tomes en 1 vol. in-12, 
avec le texte espagnol. — Nyon, n° 10468. 

La Vie et les aventures d? La\arille de Tormes, tnduction 
nouvelle. Bruxelles. G. Backer, 1698, 2 vol. p^t. in-12, fig. 
(Nyon, n° 10470 ; Nodier, 26 fr.). Réimpr. en 1701 et plusieurs 
autres fois. 

La\ari\le de Tonnes, trad. par l'abbé de Charnes. Paris, 
Cl. Barbin, 1678, 2 vol. pet. in-12. 

Histoire facétieuse du fameux drille La\arille de Tormes 
trad. en franc. Lyon, J. Viret, 1697, in-12. — Nyon, n° 10469 

Aventures et espiègleries de La\arille de Tormes, écrites pai 
lui-mène. Paris, DiJot, jeune, 1801, 2 part, in-8, avec 40 fig 
de Ransonnette. — Potier, 8 fr. ; La Bédoyire, 60 fr. 

— Les mêmes aventures, trad. de l'esp3gnol par Horace Pel 
letier. Paris, Plan, 1861, in-18 de 1 3o pp. 

Cette traduction ne contient que la i re partie , la seule qui 
soit d'Hurtado de Mendoza. 

Vida politica de todos los estados de mugeres ; di- 
vidsse in cinco tradados : el premero es , del estado de 
las donqellas; el segundo, de las monjas; el tercero, 



VIDA — VIE 409 

de las casadas; el quarto de las biudas ; el quinto , 
contiene diversos capitulas de mugeres en gênerai; 
por Juan de La Cercla. Alcala de Henares, i5gg, pet. 
in-4 . — Gros volume estimé par Salva 16 sn. 

Vida y hechos del picaro Gu^man de Alfarache , 
por Mateo Aleman. Madrid, l5gg, in-4 . Edition ori- 
ginale de la i re partie de ce roman célèbre. — Sara- 
gosse, 1299, in-12. — Barcelone, i5qg, in-8 , avec la 
seconde partie datée de i6o3. — 2* partie. Madrid, 
1600, in-4". — Les deux pariies. Milan, i6o3, peu in-8. 
— Amberes, 1681, in-8, ng. (Nyon, n° 10419). — 
Anvers, 1736, in-8. — Madrid, i75o, in-4 . — Va- 
lence, 1773, 1787, 2 vol. in-8, etc. — M. Gancia a 
signalé une édition impr. à Lisbonne, en 1600, qui 
renfermerait une 3 e partie en 56 ff. , jointe aux deux 
autres en 120 ff. 

Nous connaissons quatre traductions françaises de ce roman: 
Gu\mand d' Alfarache, de Gabr. Chappuis'; les Gueux, ou la 
Vie de Gupnan , etc. , de J. Chapelain; Vie de Gu^nan, etc., 
de Bremond, et Histoire de Gu^man , de Lesage (pour cette 
dernière trad., voir au mot histoire). 

Les Gueux, ou la Vie de Gu\man, image de la vie humaine, 
en laquelle toutes les fourbes et toutes les méchancetés qui se 
pratiquent dans le monde, sont plaisamment et utilement dé- 
couvertes, trad. de l'espagnol de Mateo Aleman (par J. Cha- 
pelain). Paris, Le Gras, 1621 , i632 , 2 part. in-8. — Nyon, n° 
10422. 

Vie de Gu\tnan d' Alfarache , etc., trad. de l'espagnol de 
Mateo Aleman, par Gabr. Bremond. Paris, 1696, 1709, 3 vol. 
in-12, fig. 

Vie, amours et galanteries des étudiants, commis 
marchands, etc., et des jolies grisettes , etc. Paris, 
Terry, 1843, 1846, in- 18 de 286 pp., fig., 2 fr. 5o. 

Vie, amours, lettres et épitres tant amoureuses que 
sentimentales d'Hélolse et a" Abailard, etc.; par le doc- 
teur Morel de Rubempré. Paris, Terry, 1 838, 2 vol. 
in- 18, avec 4 gr., 3 fr. 

Vie (La) de garçon dans les hôtels garnis de la 
capitale, ou De l'amour à la minute, petite galerie 
galante , pittoresque , sentimentale et philosophique, 
faisant voir la lanterne magique des intrigues des hô- 
tels garnis, par un parasite logé à pouf dans un grenier 
(par J.-P.-R. Cuisin). Paris, au Palais-Royal, 1820, 
in-18, 1 fr. 5o. — 2 e édition. Paris, 18^3, in-18, 1 

Tome VI. 52 



410 



VIE 



pi. gr. Cette édition porte pour second titre : ou Cujas, 
Esculape et l'amour, etc. — Fontaine, en 1870, 45 fr. ; 
Luzarche, n° 3342. 

Vie de la Bourbonnoise. S. 1. n. d., in-12. Sous ce 
titre on a réuni plusieurs petits recueils de chansons, 
imprimés en 1724 et 1723. 

Vie de la Bourbonnaise, écrite par elle-même, à sa 
mère. 1760, in-8 de 76 pp. et 3 pour la table, 17 
chapitres. En tête une gravure représentant la Bour- 
bonnaise écrivant dans une chambre d'hôpital. — Au 
dessus : « Le repentir efface les fautes. » 

C'est te récit des aventures d' une jeune fille qui tombe entre 
les mains d'une intrigante, M m " Simon, qui la livre à un finan- 
cier; elle s'abandonne ensuite au désordre, et finit par être en- 
fermée à Saint-Lazare, où elle meurt. Quelques détails hasardés, 
mais l'ouvrage n'est pas libre. — Veinant, 8 fr. 5o; Leber , 
n° 2529; Nyon, n° 8853. 

Vie (La) de la duchesse de La Vallière, où l'on voit 
une relation curieuse de ses amours et de sa pénitence, 
par ***. Cologne (Hollande), chez Jean de la Vérité, 
i6g5 (Renouard, 2 5 fr. ; Méon, i5 fr.) , 1704, 1708, 
1757, pet. in-12, fig. 

Edition la plus ample de Y Hist. du Palais-Royal , précédée 
des premières amours du roi . et poursuivie jusqu'à la retraite 
de la duchesse. Leber, n° 2205. — Mis à l'index à la vente Ber- 
geret, en 1859. 

Vie de M me de Brancas et autres dames de la cour 
(la comtesse de Brancas, née Suzanne Garnier, m. en 
i685). Fribourg (Holl., Elzév.), 1668, pet. in-12 de 
28 pp. (Leber, n" 2202; Nyon, n° 16120). — Edition 
originale, rare, de cette satire obscène (en vers), et qu'on 
retrouve dans plus d'un recueil. — Fribourg, 1686, 
in-16 de 36 pp. — Avoir soin que l'addition en vers 
gaillards, pp. 3y à 49, s'y trouve; une pièce a pour 
titre: le Libertin, et l'autre, la Tribade. — Nodier, 
71 fr. 

Vie de M mt la comtesse Du Barry, suivie de ses 
correspondances épistolaires et de ses intrigues ga- 
lantes et politiques. De l'imprimerie de la cour. S. 1. 
n. d. (vers 1780), in-S de q5 pp., portrait curieux, 
ayant au bas 4 vers qui commencent ainsi: 

La Messaline que tu vois 



VIE 411 

Vie [La) de Madame Olympe Maldachinï, par 
Gualdi (trad. en franc., de l'italien de Greg. Leti, par 
Renoult). Cosmopoli, 1G60, in- 12 (cat. deDresde, n° 
1193). — V. aussi: Hist. de dona Olympe Maldachini. 

Vie (La) de Mademoiselle Car ville, actrice de l'O- 
péra de Paris. Cythère, 1745, in-8. — Cat. de Dresde, 

n' G70. 

Vie (La) de Marianne, ou les Aventures de Madame 
la comtesse de *** (par Marivaux). Paris, 1 73 1 , 17^4, 
1736 (Nyon, n° 9078), 1755, fpG, ordinairement 4 
vol. in-12. — Amst., 1746, 1746, 4 vol. in-t2; — et 
Amst., 1778, 2 vol. in-12, fig. (cette dernière édition 
Du Roure, 26 fr. ; La Bédoyere, 40 fr.). — La Haye, 
1742, 1750, et Francfort, 1737, 1742. 1745, 1750, 
1773, 12 part, in-12, fig. — Londres (Cazin) , 1782, 
4 vol. in-18, 4 jolis frontispices de Chevaux, gravés 
par Duponchel (Desq, 27 fr. ; Aubry, en 1861, 10 fr.). 
— Paris, Dauthereau, 1826, 5 vol. in-32; 1829, 2 
vol. in-12 ; et avec une notice de J. Janin, 1842 (Char- 
pentier), in-12. 

Roman déparé par un style affecté, mais présentant une image 
assez fidèle des mœurs de l'époque. Si le style était meilleur , 
l'ouvrage pourrait rivaliser avec Gilblas ; il lui reste du moins 
le mérite d'être une histoire de la coquetterie et une espèce de 
confession du sexe féminin. M m0 Ri:coboni y a ajouté une suite, 
dans laquelle elle imite Marivaux de manière à s'y méprendre. 
Un abrégé bien fait de ce roman , où les faits seraient conser- 
vés en en élaguant les réflexions fastidieuses qui les noient, 
formerait un livre intéressant. Analysé Biblioth. des romans , 
janvier 1781. 

Vie de Marie-Antoinette d'Autriche, reine de France, 
femme de Louis XVI, depuis la perte de son pucelage, 
jusqu'au i cr mai 1791, ornée de 26 fig. et augmentée 
d'une 3"' c partie. Paris, s. d., 2 vol. in-18 (cat. de 
Robert, du Var). 

La y partie indiquée ne formerait-elle pas un 3° vol. in-18, 
avec fig. , et intitulé: Vie scandaleuse et libertine de Marie- 
Antoinette ? 

Vie de Marie- Jos.- Antoinette... , reine de France 
et de Navarre (par Babié). Paris, Capelle, 1800, 1802, 
3 vol. in-12, fig. et portr. (Boulard, tome III, n° 3004). 
— Peu commun. 

Vie de M. l'abbé de Choisy, de V Académie française, 



412 



VIE 



publiée par l'abbé d'Olivet. Lausanne, 1742, 1748, 
in-8. — Barraud , en 1870, g fr. ; Claudin, en 1870, 
8 fr. — Voir Histoire de Mad. la comtesse des Barres- 
Vie (La) d'Olympe, ou les Aventures de M mt la 
marquise de ***, hist. véritable. Utrecht, Et. Neaulme, 
1741, 6 part, in-12 en 3 vol. — Gancia, 10 fr. ; Nyon 
n" 85o2. 

Vie (La) de Pierre Abeillard , abbé de St-Gildas , 
et celle de son épouse, 1" abbesse de Paraclet (par dom 
Gervaise). Paris, Musier, 1720, 2 vol. in-12 (Nyon, 
21860).— Paris, Fr. Barrois, 1728, 2 vol. in-12 (Ch. 
Giraud, n° 32o6). 

Vie (La) de P. Arétin, par Boispréaux (Dujardin). 
La Haye, Neaulme, 1750, pet. in-12, portr. — Cette 
vie a été réimprimée en tête des Œuvres choisies de 
P. Arétin. Paris, 1845, in-12. 

Vie (La) de puissante et très-haute dame Madame 
Guelinine, revue et augmentée de nouveau par M. Frip- 
pesausse. Rouen, 1612, in-8. Facétie en vers. — Char- 
din, 1 2 fr. 

Vie de Salomon (par l'abbé de Choisy). Paris, Cl. 
Barbin, 1687, pet. in-8. —Dans cet ouvrage, l'auteur 
fait allusion à Louis XIV. — Potier, 10 fr. 

Vie de Scipion de Ricci, évêque de Pistoie et Prato. 
et réformateur du catholicisme en Toscane , sous le 
règne de Léopold , etc. , par de Potter. Bruxelles, 
Tarlier, 1825, 3 vol. in-8, portr. et 3 fac-similé. — 
2 e édition, corr. et augmentée. Bruxelles, 1826, 3 vol. 
in-18, portr. 

Il a été fait de cet ouvrage à Paris , par les conseils de l'é- 
vêque Grégoire, une contrefaçon, mais très-châtrée, sous le titre: 
Vie et mémoires de Scipion de Ricci , évêque de Pistoie el 
Prato, etc. Paris, 1826, 4 vol. in-8, portr. — Les mutilations 
qu'on avait été obligé d'y faire, nécessitèrent la publication sui- 
vante : 

Extrait de la vie de Scipion de Ricci, ou Supplément con- 
tenant tous les retranchements exigés par la police française 
dans la contrefaçon faite à Paris. Bruxelles, 1826, in-8. 

Une note du catal. Luzarche, n° 558 , parle ainsi de cet ou- 
vrage: « Curieux détails; jugements passionnés. Le premier 
vol. est rempli de documents sur la destruction des jésuites et 
d'ane;dotes scandaleuses sur les religieuses de Prato et de Pis- 



VIE 



413 



loie, qui turent accusées de honteux désordres. Leur interro- 
gatoire, en italien, se trouve là tout entier, dans les pièces jus- 
tificatives; il ne se peut imaginer rien de plus impie et de plus 
ordurier. Sachons gré à l'auteur de n'avoir pas traduit en fran- 
çais de pareilles révélations , dont le huis clos aurait dû être, 
selon nous, éternellement respecté. L'énoncé de débauches les- 
biennes, d'incestes monastiques et de pratiques monstrueuses . 
dans lesquelles une hostie consacrée servait à des usages infâ- 
mes, rappelle les horreurs qu'on rapporte des manichéens , des 
albigeois, des templiers. L'initiation à des mystères diaboliques 
s'y fait sentir de la même façon deshonnête et sacrilège, et 
c'est ce que Potter eût reconnu lui-même , s'il n'avait pas été 
imbu d'idées étroites et hostiles à l'église. Son livre fut inter- 
dit en France. » 

Vie (La) d'un garçon, par Rahan. Paris, Labot et 
Lelong, i835, i838,'3 vol. in-12. 

Vie d'une courtisane du dix-huitième siècle (M me 
Du Barry, par Charles Théveneau de Morande). 1776, 
in-8. 

Cet ouvrage fut annoncé , en 1774, sous le titre de : Mémoi- 
res secrets d'une femme publique. 11 devait former 4 vol. in-8. 
Le prospectus fut répandu. Cet ouvrage devait être pis que le 
Gautier cuirassé, du même auteur. La Du Barry, attaquée , 
envoya des gens de police à Londres pour acheter le manus- 
crit ou enlever et jeter à la Tamise l'auteur cynique. Morande 
échappa, et il s'arrangea de manière à faire regarder ses en- 
nemis comme des espions. Ils pensèrent être pendus. (Superch. 
littér. , 2 e édit. , tome 1 er , col. 990}. 

Vie (La) d'une jolie femme , par Raban. Paris, i83 1, 
4 vol. in- lu. 

Ce roman a été réimprimé dans les Œuvres compl. de Ra- 
ban, tome 11° (et dernier; , Paris, i836. C'est un des mieux 
réussis de l'auteur ; ce qui ne veut pas dire qu'il vaille les ou- 
vrages de Paul de Kock et de Pigault Lebrun. 

Vie du chevalier de Faublas. Voir Les Amours et 
les galanteries, etc. 

Vie {La) du pape Alexandre VI et de son fils César 
Borgia , trad. de l'angl. d'Alex. Gordon. Amst. , P. 
Mortier, 1732, 1 y5 1, 2 vol. pet. in-8, fig. — Un ama- 
teur de Paris, 23 fr. ; Leber; Tripier, 40 fr. ; La Bé- 
doyère, 16 fr. 

Vie du roi Salomon, surnommé le Sage, rédigée 
par Théophile, prince R... C... (Rose-Croix), souverain 
d'Héredon. Jérusalem et Paris, 5802, pet. in-8, fig. — 
J.-B. de B., in-12 (558). 



4M 



VIE 



Vie (La) et actes triumphans d'une damoiselle nom- \ 
mée Catharine des Bas-Souhai^, par Jean de LaRoche, 
baron de Florigny; imprimé sur la copie de Nie. 
Paris, impr. à Troyes, 1546, pet. in-4 de 80 pp. — 
La Vallière, 22 f'r. — Réimpr. à Paris, J. Gay, en 
1862, pet. in-12 de xiv-74 pp., tiré à 1 1 5 exempl. — 
Condamné par jugement du tribunal de police correc- 
tionnelle de la Seine, en i863. 

L'auteur de cette histoire est , comme le démontre la notice 
mise en tête de la réimpression, Jean de Luxembourg, évêque 
\le Pamiers, savant et éloquent prélat. Quant à l'imprimeur , 
c'est bien Nicole Paris , de Troyes , et non Jean Girard , de 
Genève, comme on l'avait prétendu. L'auteur donne de sa Ca- 
therine une idée toute semblable à celle que Pétrone a donnée 
de sa Quartilla et Clément Marot de son Alix. Elle vécut, se- 
lon lui, dès sa plus tendre jeunesse dans la prostitution. Son 
mariage avec Jean de la Borne , conseiller au parlement de 
Bordeaux, ne la rendit pas plus réservée. Elle s'abandonna 
comme auparavant au premier venu jusqu'à ce qu'étant deve- 
nue amoureuse d'un jeune et beau gentilhomme , elle s'y atta- 
cha et se ruina , engageant, pour l'entretenir, ses pierreries, la 
vaisselle de sa maison et jusqu'à ses habits. Ce fut alors que 
le mari, tout débauché que l'histoire médisante le peint, ou- 
vrant, mais trop lard, les yeux sur les désordres de sa femme, 
voulut la tuer. On voit cependant peu après comment il lui par- 
donna et l'entremise blâmable par où elle parvint à obtenir son 
pardon. 

La Courtisane bourdeloise, ou la Vie , mœurs et départe- 
ments de damoiselle Catherine des Bas-Souhaits, native delà 
ville de Bourdeaux et fidèlement décrite par Jean de la Roche, 
baron de Florigny. Paris, Ant. du Breuil, 1599, in-12 de 83 
pp., dont les trois dernières sont occupées par la 3 e folastrie 
de Ronsard, intitulée ici: Folastrie de P. Ronsard à Catin 
du Bas-Souhait, bien qu'en réalité cette pièce ne paraisse avoir 
que peu de rapport à l'héroïne. Edition aussi rare que la pre- 
mière. Le style y a été retouché ; nombre de mots et même les 
24 dernières lignes du volume ont été retranchés; le mari de 
Catherine y est devenu un médecin, et n'est plus un conseiller 
au parlement. Nyon, n° 10246. — M. L.-J. Hubaud fait remar- 
quer dans sa Dissertation sur les contes de la reine de Na- 
varre (Marseille, i85oj, que Brantôme (Œuvres, tome 11, p. 99) 
dit que, sous le règne de François 1 er , une dame de la Borné , 
sachant que son mari avait intention de la faire périr, et vou- 
lant le prévenir ci l'accusa et le déféra à la justice de quelques 
a folies laites et crimes possibles énormes qu'il avoit faits avec 
«elle et autres, le fit constituer prisonnier, et sollicita contre 
« lui, et lui fit trancher la tète. » Les mêmes circonstances sont 
rapportées dans la première nouvelle de la reine de Navarre : 
Une dame d'Alençon avoit deux amis... elle fit tuer celui des 
deux qui premier s'en aperçut, dont elle impétra rémission 



VIE 41 5 

pour elle et son mari fugitif, etc. M. Hubaud pense que c'est 
la même histoire, mais que lès héros jouant un rôle odieux ou 
peu honorable, Marguerite a pris la précaution d' en déguiser 
les noms. 

La Nouvelle du révérend père en Dieu et bon prélat, quoique 
des mêmes auteurs et imprimeur que Catherine des Bas-Sou hai\, 
n'a aucun rapport avec ce dernier ouvrage, et ce n'est qu'acci- 
dentellement qu'on les aura trouvés réunis dans un volume cité 
par M. Brunet, mais qui aujourd'hui même n'existe peut-être 
plus. — Voir le Manuel à l'article Royer (Collin). 

Vie et amours d'un pauvre diable (par Haudart). 
Paris, 1784, 2 vol. in-12. — Genève et Paris, Hilaire, 
1788, 2 tomes en 1 vol. in-12. — Rouquette, en 1872, 
5 fr. 

Vie et aventures de la princesse de Monaco , par 
Alex. Dumas. Paris, Cadot, 1854, 6 vol. in-8, à 
7 fr. 5o ch.; — i855,2vol. in-18 jésus, ens. 7 fr. 

Vie et aventures de Marion Delorme, par de Fa- 
verolles (par M™ 1 ' Guénard, baronne de Méré). — Paris, 
Dalibon, 1822, 4 vol. in-12. 

Biographie très-intéressante de cette femme admirablement 
belle, hardie, spirituelle, mais corrompue. 11 paraîtrait qu'un 
certain nombre d'exemplaires de la i re édition portaient pour 
titre: Vie et amours de Marion Delorme, et que l'éditeur aura 
considéré cela comme une 2 e édition. 3 e édition, Paris, Feret, 
1828, 4 vol. in-12. 

Vie et histoire de l'Arêtin, ou Entretiens de Made- 
lon et Julie. Rome, l'an des plaisirs, in-12, 67 pp. — 
24 figures sont annoncées , mais elles n'existent pas 
dans les ex. que nous avons vus. D'après Bérard, ces 
fig. sont les mêmes que celles de VArétin français. — 
Réimpr. de la Putain errante, trad. de P. Arétin. 

Vie (La) et l'œuvre de feu l'abbé Ba^in, évêque de 
Mi\oura , en Miqpurie (par Verdan). Ride si sapis, 
1794, in-18 de 179 pages, 2 fig., dont une obscène. 

Contenant: la Vie de Ba\in — Valentine, poëme en vers et 
en 7 ch. — Histoire de Raoul d' Aigremont — Haly , conte 
arabe — le Consommé, conte en vers; le tout assez libre. Voir 
le Bull, du biblioph., 4 série, 1841, p. 826. — Ce personnage, 
ancien directeur des haras et espèce de bohème , est mort à 
l'hôpital. Quérard n'en parle pas. — Légendes des deux fig.: 

Et, après la messe, il la... faisait danser. 

Puisse cette œuvre qu'il va faire , calmer ses sens, apaiser 

Dieu . 



4 i 6 VIE 

Vie (La) et les amours de Charles-Louis , électeur 
palatin. Cologne, Jérémie Plantie, 1692, pet. in-12, 
portr. (A. Baschet, n° 3i5; Payn, n° 83g). — Amst. , 
i6t)7, pet. in-12, portr. — Maske, 1 R. ; cat. de Dresde, 
n" 541. 

Vie (La) et les aventures de la jeune Olinde , avec 
les billets d'une jeune dame à son amant. Londres, 
1741, in-12. — Nyon, n" 9122; cat. de Dresde, n° 71 5. 

Vie (La) et les aventures du petit Pompée, trad. de 
l'angl. de Coventry, par Toussaint. Londres (Paris), et 
Amst., 1752, 2 tomes pet. in-12, avec le portrait de 
Pompée. — Potier, n° 1923, i5 fr. ; Techener, en 1 858, 
6 fr. 

Vie (La) et les opinions d'un bijou, ouvrage pos- 
thume d'un bijou cosmopolite, écrit par lui-même, 
et traduit de la langue du Congo, par A. B. C. D...., etc. 
(J. Ferrary). Paris, Michelet, an xn(i8o4), 2 vol.in-18. 
— Scheibîe. en 1872, 2 th. 20sgr. — Ouvr. licencieux. 

Vie et mœurs de Mademoiselle Frétillon, comédienne 
de Rouen. La Haye, 1739, in-12. — Leber, n° 2527. 

Vie (La), les amours et les aventures de Diogène le 
Cynique, surnommé le Socrate fou, écrites par lui- 
même, trad. du grec (comp.) parWieland, et de l'al- 
lemand, par le baron de H. — Paris, Pigoreau, 1819, 
in-12 de 2 52 pages, 3 fr. 

Vie (La), les amours, le procès et la mort de Marie 
Stuart , reine de France et d'Ecosse. Paris, 1792, 
1793, in-8. — Leber, n° 6277; Bearzi, 3449. 

Réimpr. faite par Mercier de Compiègne d'un opuscule du 
jésuite Caussin, publ. en 1647. Voir aussi Histoire de Marie 
Stuart. 

Vie militaire, politique et privée de demoiselle Char- 
les-Geneviève-Louise- Auguste- André-Timothée Eon, 
connue sous le nom de chevalier d'Eon , par de La 
Fortelle. Paris, Lambert, 1779, in-8 (Nyon, 24 191). 

Vie (La) parisienne. Regain, par Nestor Roqueplan. 
2' édition. Paris, Michel Lévy, 1854, 1869, ia- 18 jésus, 
324 pp., 3 fr. 

Vie (La) parisienne , pièce en 5 actes , par Henri 
Meilhac et Ludovic Halévy, musique de J. Offenbach. 



VIE 417 

Paris, Michel Lévy, 1867, gr. in- 18 de 129 pp., 2 fr. 
(Palais-Royal, 1866). 

Vie politique de Marie-Louise de Parme, reine 
d'Espagne contenant ses intrigues amoureuses avec 
le duc d'Alcudia et autres (notamment Godoy). (Paris) 
1793, in-18, portr. — Il y a des détails fort libres et 
beaucoup d'histoire dans ce roman. — Leber (2317); 
Bachelin-Deflorenne , avec les 4 grav. qui manquent 
presque à tous les exemplaires, rS fr., en 186g. 

Vie privée, amoureuse , secrète et authentique de 
Nap. Bonaparte , des princes et princesses de sa fa- 
mille, faisant connaître leurs liaisons particulières et 
leurs intrigues galantes, etc. Paris, Terry, i835, 2 vol. 
in-18, ens. de 12 feuilles et 2 lith. cont. 10 sujets. 

Vie privée de Charles-Philippe de France, ci-devant 
comte d'Artois, etc. Turin, 1790, 1791, in-8, portr. 
Rare. — Boulard , tome IV, n° 11 20; La Jarne, n° 
56g6; Leber, n n 487?. 

Vie privée de l'abbé Maury, écrite sur des Mémoi- 
res fournis par lui-même , pour joindre à son Petit 
Carême. S. 1. (Paris), 1790, in-8 de 28 pp. — Alvarès, 
en nov. 1860, 3 fr. 5o ; Leber, n" 5o5o. 

C'est, sans doute, le même article que celui qui, dans le ca- 
talogue Psaume, n° 1 172 , est intitulé: Vie privée de l'abbé 
Maury, suivie de ses amours avec Proserpine, in-8. 

Vie privée de Louis XV, ou Principaux événements, 
etc., de son règne (parMoufrle d'Angerville). Londres, 
1765, 4 vol. in-12, portr. (Luzarche, n° 4246). — 
Londres, Lyton, 1781, 4 vol. in-12, portr. Cette e'dit. 
est augmentée de morceaux omis dans la contrefaçon, 
entre autres de Y Histoire du sieur de Lachaux pendu 
à Paris, en 1762, pour un crime aussi singulier que 
rare. — Londres, 1785 (Van den Zande), 1788, 4 vol. 
in-12, portr. — Techener, 10 fr. 

Le même ouvr. se trouve sous ce titre : le Siècle de Louis XV, 
contenant les événements, etc. , ouvrage posthume de Arnoux 
Laffrey ( publ. par Maton de la Varenne). Paris, Guerrier, 1796, 
2 vol. in-8 (Van den Zande). Cet ouvrage n'est autre chose que 
la Vie privée de Louis XV, retouchée par Maton de la Va- 
renne. — France littér. 

Vie privée de très-sérénissime prince Mgr. le duc de 
Chartres (depuis Louis-Philippe-Joseph d'Orléans) , 

Tome VI. 53 



4 i8 VIE 

contre un libel (sic) diffamatoire écrit en 1781 , mais 
qui n'a point paru à cause des menaces que nous 
avons faites à l'auteur de le déceler. Par une société 
d'amis du prince. A cent lieues de la Bastille (Londres, 
Hodges), 1784, in-8 de vi-ioi pp., fig. — Impr. sur 
les_ débris de la Bastille, 1790, in-8 (J. B. de B. , n° 
11 53). — Biographie satirique attribuée à Thévenot 
de Morande, et où il y a des détails fort libres. 

Vie privée de Voltaire et de Madame Du Châtelet, 
pendant un séjour de six mois à Cirey ; par l'auteur 
des Lettres péruviennes ( Mad. de Grafhgny ) , etc. 
Paris, 1820, in-8. — Renouant, 35 fr. 

Vie privée des cinq membres du Directoire exécutif 
séant au palais du Luxembourg. A Paris, an v, 8 pp. 
in-8. — bachelin-Deflorenne, en 1869, n u 4582, 6 fr. 

Est-ce la même pièce que : Vie secrète et privée des cinq 
membres du Directoire. S. 1. n. d., in-8 (Catal, La Jarrie, 
n» 6072) ? 

Vie privée des maîtresses , ministres et courtisans 
de Louis XV, et des intendatits et flatteurs de Louis 
XVI. S. 1., 1790, in-8. — Voir Le Parc au cerf, ou 
l'Origine de l'affreux déficit. 

Vie privée du cardinal Dubois, archevêque de Cam- 
brai (par Antoine Mongez). Londres (Paris), 1 789, in-8, 
portr. , et Londres, s. d., 3 vol. in-12. — Cat. Pixéré- 
court. p. 893 ; Leber , n° 4641, pour l'in-8 ; et Noël, 
n° i55i, pour l'in-12. 

Vie privée du comte de Mirabeau , député du Li- 
mousin. Londres (Paris), 1790, in-8, portr. — Cat. Pi- 
xérécourt, p. 3g3. — Voir aussi Ma Conversion. 

Vie privée et amours secrètes de lord Byron, trad. 
de l'angl. par F. — Paris, 1837, i838, 1840, 1842, 2 
vol. in- 18, fig. 

C'est une traduction du : Private life of lord Byron, by John 
Mitford. Un bibliophile anglais nous écrit qu'il possède un vo- 
lume imprimé aux Etats-Unis: The Lyre of lord Byron. Scot- 
land. s. d., avec 4 mauvaises gravures libres; c'est peut-être 
la reproduction d'un livre publié en Angleterre. 

Vie privée et politique de Louis-François-Joseph de 
Conti, prince du sang, avec des notes historiques et 
morales, ornée de son portrait gravé d'après nature par 



VIE — VIEIL 419 

J. P***. Turin, chez les frères Desseins, 1790, in-8 de 
100 pages. Un peu libre. — La Jarrie,n° 3707; Leber, 
n° 4873. 

Page 62. Louis XV fit périr par un poison lent le dauphin, la 
daupïiine , la reine et le duc de Bourgogne. Le dauphin avait 
voulu, à diverse» reprises . sur le conseil de son confesseur jé- 
suite , empoisonner son père; il trempait dans le complot de 
Damiens. — Page 35. Le père du prince de Conti se vantait 
d'avoir couru 12 postes avec la Deschamps. Pour annoncer ses ex- 
ploits il avait fait mettre le n° 12 sur les boutons de ses habits, de 
ses culottes, de ses chapeaux; ses chemises étaient ma rquées du 
n° 12. H voulait que tout chez lui fût par douzaine , 12 épées, 
[2 mets sur sa table. 

Vie privée, libertine et scandaleuse de Marie-Antoi- 
nette d'Autriche , reine des Français, depuis son ar- 
rivée en France jusqu'à ce jour. Ouvrage orné de 
vingt-six gravures. Château des Tuilleries , et dans 
toutes les cours étrangères, 1792, 3 vol. in-12 de 144, 
142, 1 38 pp., en 4 parties. 

Les figures des 3 premières parties sont numérotées jusqu'à 
26, y compris le portrait. Les fig. du tome III, au nombre de 
6, ne portent pas de n° , mais seulement une pagination. Le 
titre de ce tome III e est ainsi modifié: Vie privée, libertine 
et scandaleuse de Marie-Antoinette d'Autriche, ci-devant reine 
dss Français; depuis son arrivée en France jusqu'à sa dé- 
tention au Temple. Ornée de gravures. Nouvelle édition, a)ig- 
mentJe d'un 3 e volume. Tome III e . A Paris, au Palais de la 
Révolution, 1793, seconde de la République. Un exempl. bien 
complet devrait donc avoir: 3 premières parties, 26 fig. avec 
le portrait; 4 e partie, 6, total 32 figures. 

Vie scandaleuse, anecdotique et dévote de Charles X. 
Paris, march. de nouv., i83o, in- 18 de 4 feuilles, 
avec 1 grav. Rare. — Lanctin, 9' cat. , 4 fr. 

Vie secrète de Louise- Marie- Adélaïde de Bourbon- 
Penthièvre, duchesse d'Orléans. Londres (Paris), 1790, 
in-8, portr. — Tripier, 2 fr. — Voir le cat. Leber, n° 
4876. 

Vie voluptueuse entre les capucins et les nonnes , 
par la confession d'un frère de cet ordre. Cologne, 
i 7 55, 17.S9, 1764, 1774, i 77 5, 1779, pet. in-12, fig. 
— Nodier, 28 fr. ; Desq, 12 fr. 5o; Payn, n° 910. — 
A été réimpr. récemment en Allemagne. 

Vieil (Le) amoureulx et le jeune amoureulx. Voir 
FARCES , Deux personnages. 



4 2o VIEILLARD — VIEILLES 

Vieillard (Le) amoureux, par Charles de Bernard. 
Paris, Michel Lévy, i855, in-16. 

Vieillard (Le) amoureux, ou l'Heureuse feinte, com. 
en i a. et en vers, par Françoise Pascal. Lyon, Ant. 
Offray, 1G61 (Manuel), 1664, in-12. — Nyon, n° 17590. 

Vieillard (Le) et la jeune fille , com.-vaud. (imitée 
de l'espagnol), par Brazier, Mélesville et Carmouche. 
Paris, Barba, 1821, 1824, in-8, 1 fr. 5o. — Preyre , 
n" 352o. 

Vieillard (Le) jaloux tombé en rêverie à la louange 
des cornes, avec une expresse défense aux femmes de 
ne plus battre leurs maris sur les peines y mention- 
ne^, etc. Paris, 1618, pet. in-8^de i3 pp. — Cat. Pi- 
xérécourt, p. 195; La Vallière, *n° 4287 10 . 

Vieille (La), op.-com. en 1 a. , par Scribe et G. De- 
lavigne. Paris, Bezou, 1826, 1828, in-8 (Soleinne , 
2640). — Paris, Barba, 1834, gr. in-8 à 2 col. 

Vieille (La) de 16 a»s, vaud. en 1 a. , par Méles- 
ville fAnne-Hon.-Jos. Duveyrier) et Carmouche. Paris, 
Bouquin de la Souche, 1825, in-8, 1 fr. 5o. — So- 
leinne, n° 2648. 

Vieille (La) fille, com.-vaud. en' 1 a. , par Bayard 
et Chabot de Bocien. Paris, Marchant, 1834, in-8. 

Vieille (La), ou les Dernières amours d'Ovide, 
poëme français du XIV e siècle, traduit du latin de Ri- 
chard de Fournival, par Jean Lefèvre, publié pour la 
première fois et précédé de recherches sur l'auteur du 
Vetula, par Hippolyte Cocheris. Paris, Aubry, 1861, 
pet. in-8 de uv et 2g5 pages, 12 fr. 

L'ouvrage est divisé en 3 chants: Comment Ovide vivait 
quand il n'était pas amoureux ; Comment il vivait quand la 
vieille lui ménageait de faux rendez-vous; enfin Comment il 
vivait quand il ne fut plus amoureux. — Au i er acte , Ovide 
se livre à toutes sortes de jeux innocents. — Au 2 e , il faut ti- 
rer le rideau, tout réservé que veuille paraître l'auteur. — Au 
3 e , le poète se livre à des méditations philosophiques, astrolo- 
giques et religieuses. Le Vetula a été traduit en français au 
XIV e siècle par Jehan Lefèvre (Journal des Débats ,'3o dé- 
cembre 1861}. 

Vieilles (Les) amoureuses, nouvelle galante. Cologne, 
P. Marteau, 1705, in-12. 



VIEILLESSE - VIERGES 421 

Il s'agit de M" e de Lionne, de la marquise de Cœuvres, du 
duc de Sault, etc. Ce libelle fait partie de diverses éditions de 
V Histoire amoureuse des Gaules. — lmpr. imag., p. 1 35. 

Vieillesse (La) de Brididi, vaud. en 1 a., par H. Ro- 
chefort et A. Choler (Variétés, mars 1804). Paris, 

1864, in-12. — Pieyre, n" 4373. 

Viel (Le) papiste (par Claveson). S. 1. , 1609, petit 
in-8 de 128 pp. — Chaponay, 100 fr. 

Recueil de 100 sonnets. Les deux des pp. 117 et 118, donnent 
de singulières raisons aux dames pour les déterminer à quit- 
ter leurs ministres. — Manuel. 

Viens, gentille dame! com.-vaud. en 1 acte, par 
L. Judicis et L. Lagarde (Délass.-Com.). Paris, i852, 

in-8. 

Vierge (La) aux œillets, par St-Sard (F.-D. Gibory). 
Paris, Souverain, 1840, in-8 de 20 feuilles 1/2, 7 fr. 5o. 

— Super ch. littér., III, 555. 

Vierge (La) aux pervenches , par Adrien-Robert 
(Charles Basset). Suivie de: La Comtesse d'Arnheim; 

— Xanette Lallier, etc. Paris, Cadot, i858 (1857), 3 
vol. in-8, 12 fr. 

Vierge et courtisane, par Paul Roger. Paris, Havard, 
i85ç>, in-18. 

Vierge et modiste, roman de mœurs, par Max. Perrin. 
Paris, Lachapelle, 1840, 2 vol. in-8, t5 fr. 

Vierge et prêtre, 1 789-1793; par Boue de Villiers. 
Paris, 1862, in-18. 

Vierges (Les) d'Arabie, étude des mœurs musulmanes, 
par M me Olivia de Rocourt. Paris, E. Pick, 1862, in-12, 
162 pp. — C'est un roman. Portrait de l'auteur; buste 
de femme, type arabe, longs cheveux rejetés de deux 
côtés. 

Vierges (Les) de Lesbos, poëme antique, par Méry. 
Paris, i858, in-4 de 24 pp. et 3 photogr. d'après les 
dess. de Hamon ; tiré à 3oo ex. (Solar, 5o fr.). — Suivi 
du poëme inédit : ffuit Lesbienne, par le même auteur. 
Eras, Kirchberger, s. d., in-18 de 54 pp, 

« Cette édition, faite sous les yeux de Méry pendant un de 
ses fréquents séjours à Ems, n'a été tirée qu'à 5 ou 6 exempl. 
pour autant d'amis et amies. C'est la seule qui contienne la 



422 VIERGES — VIEUX 

Nuit lesbienne, indispensable complément du poème et morceau 
achevé, mais que des raisons faciles à comprendre n'ont pas 
permis de publier en France. » {Catal. Monselet , p. 56}. 

Vierges (Les) de vingt ans , ou le Miroir magique, 
com.-vaud. en i acte, en vers libres, par Laus de 
Boissy. Paris, Cailleau, an n (1794), in-8. — Soleinne, 
n° 2233. 

Vierges et courtisanes, par Jules de Saint-Félix. 
Paris, i83y, 2 vol. in-8, i5 fr. 

Vierges (Les) folles — les Vierges sages — les 
Vierges martyres, par Alph. Esquiros. — Publiés à 
Paris, de 1840 à 1 855, ces petits in-32 ont eu chacun 
plusieurs éditions. 

Vies des femmes, trois nouvelles, trad. de l'allemand 
de M me Wildermuth, parM mc Durand. Lausanne, i858, 
in- 12. — Cat. G. B. 

Vies des dames galantes, de P. de Bourdeilles, sieur 
de Brantôme, avec une préface de Phil. Chasles. Paris, 
Abel Ledoux, 1834, 2 vol. in-8. — Avec des remar- 
ques hist. et crit. Paris, Garnier, 1841, 1848, 1849, 
i852, iSSy, 1868, 1860, in-12 de 394 pp. — Edition 
avec annotations par Vigneau. Paris, Delahays, i852, 
1857, 1860, in-12, 3 fr. 5o. 

Histoire amoureuse de la cour de France, sous les règnes de 
Henri II, Charles IX et Henri 111. Cet ouvrage se trouve éga- 
lement dans les éditions des Œuvres de Brantôme , 1740, i5 
vol. in-12; 1787, 8 vol. in-8; 1822-24, 8 vol. gr. in-8; i838 
(édition revue par M. Buchonj, 2 vol. gr. in-8. — Voir, sur ce 
livre, De l'Usage des romans , I, pp. 178 et suiv. ; et Talle- 
mant des Réaux , Historiettes, IV, 342. 

Vieux (Le) célibataire, com. en 5 a., en vers , par 
Collin d'Harleville. Paris, Maradan, an 11 (1793), in-8. 
— Paris, Barba, 1806, in-8. — Préc. d'une notice par 
Andrieux. Paris, Panckoucke, 1824, in-8, 3 fr. 5o. — 
Soleinne, n° 32 18. 

Vieux (Les) conteurs français, contenant: les Cent 
Nouvelles nouvelles du roi Louis XI; les Contes et 
joyeux devis de Bonaventure Desperriers ; l'Hepta- 
méron de Marguerite, reine de Navarre, et le Prin- 
temps d'Yver, par Jacq. Yver, revus et corrigés 
sur les éditions originales, accompagnés de notes 
explicatives du vieux langage et précédés de notices 



VIEUX — VIGÉE 4*3 

historiques, par Paul-L. (Lacroix) Jacob, bibliophile. 
Paris, 1837, 1840-41, gr. in-8 (Panthéon littéraire). 

Vieux (Le) garçon et la petite fille, com.-vaud. en 
1 a., par Scribe et G. Delavigne. Paris, Fages, 1822, 
in-8, 1 fr. 5o. — Paris, 1829, gr. in-32, 1 fr. — So- 
leinne, n° 2640. 

Vieux (Les) garçons, comédie en 3 actes, en prose, 
par de Vilorié. Paris, 1761, in-12. — Nyon, V, p. 161; 
Soleinne, n° 2o32. 

Vieux (Les) garçons, com. en 5 a., en pr.; par 
Victorien Sardou (Gymnase, janv. 1 865). 3' édition. 
Paris, Michel Lévy, 1 8 6 5 , gr. in-i2, 177 pp., 2 fr. 

Vieux (Les) libertins, par L. de Vallières. Paris, 
1870, in-8, vignettes. 

Vieux (Le) mari, com.-vaud. en 2 a., par Scribe et 
Mélesville. Paris, Pollet, 1828, in-8, 2 fr., ou gr. in-32, 
1 fr. — Soleinne, n° 2640. 

Vieux (Le) mari, com. en 3 a. et en vers, par De- 
laville de Mirmont. Paris, i83o, in-8. — Soleinne, n° 
2621 . 

Vieux (Les) péchés, com.-vaud. en 1 a., par Méles- 
ville, Ph. Dumanoir (et Scribe). Paris, Barba, i833, 
in-8, 2 fr. — Réimpr. en i833. 

Vieux (Les) péchés, esquisses de mœurs, par Max. 
Perrin et Aug. Ricard. Paris, Lachapelle, 1 83g, 2 vol. 
in-8, i5 fr. 

Vieux (Les) polissGns, par Alfred Sirven , avec une 
lithographie par Lucien Dulac. Paris, Cournol, 1 865 , 
in-18, 280 pp., 3 fr. — Condamné par le tri b. correc- 
tionnel de la Seine. 

Vieux (Le) troubadour, ou les Amours , poème en 
5 chants de Hugues de Xentralès, trad. de la langue 
romane sur un manuscrit du XI e siècle, (composé) par 
Fr. Fournier-Pescay. Paris, Le Normant, 181 2, in-12. 
— La Bédoyère, 10 fr. 

\IGEE (Louis-J.-Bapt.-Et.) , littérat. , né à Paris 
en 1758, mort en 1820. La Fausse coquette — la 
Matinée d'une jolie femme — Ninon de Lenclos — 
la Princesse de Babylone. 



4 2 4 



VIGIE - VILLE 



Vigie (La) de Koat-Ven, roman maritime (1780-1830), 
par Eugène Sue. Paris, Magen, 1834, 4 vol. in-8. — 
Paris, Paulin, 1846, 4 vol. m-16 à 1 fr. le vol. 

C*est, comme la Salamandre et peut-être plus encore , un 
roman à abominations du mauvais genre de Justine, etc. , où 
l'on voit toujours le vice et le crime triompher et la vertu mal- 
heureuse. Un drame a été tiré de ce roman et représenté à la 
Porte St-Martin, sous le titre de Rita l'espagnole. 

VIGNACOURT ( Adrien de La Vieuville d'Orville, 
comte de), mort en 1774. L'Amour suivi des regrets, 
ou les Galanteries de Gaston de Foix — la Comtesse 
de Vergy — Ed'ele de Ponthieu — le Prince Turc. 

VIGNALI (Ant.) di Buonagiunta. Il fut, en ibib , 
l'un des fondateurs de la célèbre Académie des Intro- 
nati. — Alcune lettcre amorose. 1 57 1 . — La Ca^a- 
ria. i53o. — La Floria, corn. i56o. 

Villa {La) des amours, vaud. en 2 a., par Bourdois, 
Em. Colliot et Delacour (Folies-Dramatiques). Paris, 
iSbj, in-8. — Preyre, n° 4248. 

Villageois (Le) qui cherche son veau, op.-com. en 
2 actes, en vers, par Lévesque de Gravelle. Marseille, 
Sibié, 1759, in-8. — Nyon, V, p. ?o5. 

Le Villageois qui cherche son veau, vaud. en 1 a., par Sew- 
rin (Variétés). Paris, Barba, 1798 (Soleinne, n° 2440), ou 1811, 
in-8 , 1 fr. 25. 

Villageoise (La) somnambule, ou les Deux fiancés, 
corn. -vaud. en 3 a., par F. V. A. Dartois et Dupin. 
Paris, 1827, in-8. 

Villanelle nove, faite in dialogo, tra il Garofalo e 
la Rosa, date in luce da Lucretia Rosetta, detta Pim- 
pinella in comédie. Venise, vers 1600, pet. in-8. Rare. 
Cette pièce, comp. par une femme, en patois vénitien, 
est pleine d'équivoques très-libres. — Libri, n" 167g. 

Ville (La) de Paris en vers burlesques, par Berthaud. 
Paris, veuve G.Loyson, i653, in-4° (Nyon, n° 16093;. 
— Paris, i655, in-4" (Nyon, n° 16094). — Augm. de 
la Foire St-Germain , par Scarron. Paris, Rafflé, 1 665 
(Nyon, n°i6og3), 1666, in-12 (Baillieu , en 1873, 
12 fr.). — Troves et Paris, v e Oudot, 169g, in- 12. — 
Aubry, en 1861 , 1 5 fr. — Voir: Description de la 
ville de Paris. 



VILLEDIEU — VILLENEUVE 42.0 

V1LLEDIEU (Marie-Catherine-Hortense Desjardins, 
dame de) , femme auteur et galante, née à Alençon en 
i632, morte en i683. Alcidamie — les Amours d'Al- 
cibidde — Amours d'Aspasie — Amours de Mlle de 
Tournon — les Amours des grands hommes — les 
Amours des principaux personnages du règne d'Au- 
guste — les Amours du comte de Dunois — Anaxan- 
dre — Annales galantes — Annales galantes de Grèce 
— Cléonice, ou le Roman galant — les Désordres de 
l'amour — les Exilés — les Galanteries grenadines — 
le Jaloux par force — le Journal amoureux — Li- 
sandre — Mémoires de la vie de Henriette Sylvie de 
Molière — Nouveau recueil de quelques pièces galantes 
— Ses Œuvres — Portrait des faiblesses humaines. 

11 est question de cet auteur dans les Historiettes de Talle- 
mant des Réaux, édition de M. Paulin Paris , et M. Clogen- 
son lui a consacré une notice curieuse dans VAt henceum fran- 
çais. Voir aussi, pour sa vie la Bibliotli. du Th. français, 
111, 76, et le Dictionn. de l'amour. 

VILLEGAS Selvago (Alonso de). Comedia llamada 
selvagia, en que se introdu^en los amores d'un ca- 
vallero llamaao Selvago, etc. j.554. 

VILLEGAS (D. Est.-Manuel de) , poète esp. , né en 
i5q5 , m. en 1669. Las Eroticas — las Amatorias, 
con la traducion de Horacio , Anacreonte y otros 
poetas. 

V1LLENAVE (Mathieu-Guill.-Thérèse) , publiciste , 
né en 1762, m. en 1846. Abélard et Héloïse , leurs 
amours , leurs malheurs , etc. — les Métamorphoses 
d'Ovide, trad. en franc. — les Œuvres , du même, 
trad. en franc. 

VILLENEUVE (Gabrielle-Suzanne Barbot, veuve 
de Jean-Baptiste de Gaalon de), morte en 17 5 5. Anec- 
dotes de la cour d'Alphonse XI, roi de Castille — les 
Belles solitaires — le Phénix conjugal. — Voir aussi 
le Loup galeux, et la Jeune vieille. 

VILLENEUVE (Théodore-Ferd. Vallou de), vaude- 
villiste, né à Boissy-St-Léger (Oise) en 1801, mort en 
i858. En collaboration: L'Actrice — Alice, ou les Six 
promesses. — Angélique et Jeanneton — l'Art de se 
faire aimer de so)i mari — le Bateau des blanchisseu- 
ses — les Batignollaises — la Femme à trois maris — 

Tome VI. 54 



4 a6 VILLIERS — VINGT-QUATRE 

la Fleuriste — le Hussard de Felsheim — VInconnue 
de Ville-d'Avray — Jacket's club — Lorettes et Aris- 
tos — Mlle Dangeville — le Mariage par autorité de 
justice — les Modistes — Nicaise, ou te Jour des no- 
ces — le Oui des jeunes filles — la Révolte des fem- 
mes — Tout pour les filles. 

VILLIERS (Hubert Philippe de). Cinquante jeux 
divers et d'honnête entretien, trad. de l'haï. 1 555. — 
Lettres amoureuses de Girolamo Parabosco. trad. de 
l'ital. i555. 

VILLIERS (de). L'Apothicaire de qualité. 1670. — 
L'Apothicaire dévalisé. 1660. — Les Diversité^ ga- 
lantes. 1664. — Portrait d' une inconnue. 1660. 

VILLON (François), poète, né à Paris en 1431, m. 
en 1490. Ses Œuvres. 

Vin (Le), le jeu et les femmes, ou les Trois défauts, 
vaud. en 1 a. , par Chazet et Bonafont. Paris, Barba, 
i8o3, in-8. — Soleinne, n° 252i. 

Vinaigres diachomériques découverts par le docteur 
Clissorio et publiés par M. Og. Og. , chef des Oruc- 
teroscores. A Stercopolis, sur la mer de Candie (Dijon), 
1808, in-12 , tiré à 25 exempl. — Peignot , n° 1960; 
Anthol. scatologique, p. 1 3g. 

Vingt ans de folie; par M. Athier (Athanase Gar- 
nier, selon Quérard). Paris, 1823, 3 vol. in-12, 7 fr. 5o. 

Vingt ans de la vie d'une femme, ou Mémoires de 
Julie R***. Londres, 1789 (vers i83o), in-i8 avec 6 
grav. libres. — Londres, 1 790 (toujours en Belgique, 
en 1854 et en 1864). — Condamnations en 1842 et en 
i852. 

Vingt ans de la vie d'un jeune homme (faisant suite 
à Vingt ans de la vie d'une femme). AV.. C. C..C..., 
1789, 1790, in- 18 de o3 pp., avec 6 fig. libres assez 
jolies. — Réimpr. en 1854 et en 1864. Condamnations 
en 1842 et en i852. 

Vingt-quatre heures d'une femme sensible, ou Une 
grande leçon , par la princesse Constance de Salm. 
Paris, A. Bertrand, 1824, in-8, et in-18, 1 pi. —Pa- 
ris, 1825, in-18, fig. (Voisin, 3 fr.). — 3 e édit. Paris, 
i836, in-8, 4 fr. 



VINIZIANA - VIRGILE 427 

Tableau des douleurs occasionnées par la jalousie. Le suc- 
cès de cet ouvrage fut grand ; il eut en peu de temps plusieurs 
éditions, et fut même traduit en allemand. 

Vini^iana (La) di spirito, o sia le Avventure d'una 
vini^iana ben nata; da P. Chiari. Parma, 1762, 2 vol. 
in-8. — Venezia, 1762, in-12, 1 fig. 

Viol (Le), par l'abbé Maury (pièce satirique dirigée 
contre l'abbé). Paris , s. d. (vers 1 790) , in-8. — Leber, 
n° 5o5o 6 . 

Violette (La), op.-com. en 3 a. , imité du roman de 
Gérard de Nevers, par Planard. Paris, Barba, 1828, 
in-8 , 2 fr. — Soleinne, n° 2606. 

Violon (Le) de Franjolé ; par Ars. Houssaye. 6 e éd. 
Paris, Hachette, i858, gr. in-18, 3 fr. 5o. La 1" éd. 
a paru en i836. 

Cont. : Le Domino rose et le domino noir — la Meunière et 
le soldat— la Fontaine aux loups — Morte et vivante — Su- 
zanne aux coquelicots — Mlle de Lavergny — la Chanson du 
vitrier — le Mal du pays — Mlle de Cormeilles. 

Virelay sur l'excès des modes en France. Rouen , 
Besongne , 1599, in-8, 8 pp. — Cat. Veinant, i863, 
n° 40e. 

VIREY (Julien-Joseph) , docteur-médecin, né à Hor- 
tès (Haute-Marne) en 1772, mort en 1846. De la 
femme sous ses rapports physiologique , moral et lit- 
téraire. — De V influence des femmes sur le goût. — 
Des médicamens aphrodisiaques, et, en particulier sur 
le Dudaim de la Bible. — Histoire naturelle du genre 
humain. 



études a 



VIRGILE (Publ. Virgilius Maro), poète lat.. 
ans avant J.-C. , près de Mantoue. Il fit ses éu.„ 
Milan et à Naples et, à 25 ans, composa sa première 
églogue. Ses grands poèmes, les Bucoliques, les Géor- 
giques, et V Enéide ne concernant point notre biblio- 
graphie , nous n'en parlerons pas. Nous mentionnerons 
seulement les Amours de Didon (Voir à notre I er vol.), 
les Eglogues et les Œuvres complètes, parce qu'elles 
sont souvent suivies d' un petit recueil de poésies li- 
bres, intitulé : Diversorum poetarum in Priapum lusus. 

Virgilii Maronis opéra. Antuerpiae, Chr. Plantinus , 1 564 , 
in-16 (Cat. M. L. , Claudin, en i8<55, n° 3o6). — Charmante 
édition. 



428 VIRGINITÉ — VISITANDINES 

— Idem, cum annot. C. G. Heine. Lipsiae, 1800, 6 vol. in-8, 
avec 204 iol. vignettes, «qui sont, en partie, assez libres (Te- 
chener, vente du 12 mai 1859). 

Œuvres de Virgile, trad. franc, delà collection Panckoucke). 
Nouv. édition, rev. corr. , avec des changements dans la trad. 
de l'Enéide par Félix Lemaistre, et préc. d'une étude sur Vir- 
gile, par Sainte-Beuve. Paris, Garnier, 1860, in-12 de 703 pp., 
4 fr. 5o. 

Eglogues de Virgile , trad. en franc. , le latin à côté , avec 
des notes critiques et historiques (par le P. Fr. Catrou). Paris, 
J. Estienne, 1708, in-12 (Dictionn. des anonymes). 

Eglogues de Virgile , trad. nouv. en vers franc. , avec le 
texte en regard (par Cl. Deloyne d'Autriche). Paris,' Leprieur, 
i8i3, in-18, 5 feuilles, 2 fr. 

Eglogues de Virgile , trad . en vers franc. , par F. G. de 
Larochefoucauld (lat. -franc.). Paris, Brunot Labbe, 1814, in-12 
de 8 feuilles. 

Eglogues de Virgile, trad. envers, par Théod. Boyer (texte 
en regard). Albi, impr. Baurens, 1817, in-12, 5 feuilles. 

Eglogues de Virgile, trad. en vers franc, par J. C"*. Mor- 
tain, 1825, in-8. 

Les Eglogues de Virgile, trad . en fr. par Espérance Picard. 
Paris, Didier, i853, in-12 de 36 pp. 

Virginité, roman; par André Delrieu. Paris, Ren- 
duel, 1837, 2 vol. in-8, i5 fr. 

VISE (Jean Donneau de), littérat. , né à Paris en 
1640, m. en 17 10. Les Amours de Vénus et d'Ado- 
nis — les Amours du soleil — la Cocue imaginaire, ou 
les Amours d'Alcippe et de Céphise. 1660. — Les Da- 
mes vengées — l'Embarras de Godard, ou V Accou- 
chée — le Mariage de Bacchus et d'Ariane — les Nou- 
velles galantes, comiques et tragiques — la Veuve à 
la mode. 

Visir (Le), ou Histoire amusante du premier mi- 
nistre favori du roi de Caboul, etc., par J. K...t P. R. 
— Bassora, chez Ouzoun-Harou (impr. Gueffier, à 
Paris), 1820, in-8 de 4-255 pp. 

Visitandines (Les), op.-com. en 3 a., par L. B. Pi- 
cart. Paris, 1793, in-8 (Preyre, n° 3309). — Paris, 
an x (1802), in-12 (Soleinne, 2400). 

« Cette pièce fut d'abord jouée en 2 actes : plus tard l'auteur 
changea le dénouement, et y ajouta un 3 e acte, adapté aux cir- 
constances, en 1793 ; puis ensuite elle reparut dans son état 



VITA - VITU 429 

f>rimitif. — Elle fut reprise en 1825, avec des changements sous 
e titre du Pensionnat de jeunes demoiselles. » (France litt.). 

Vita di donna Olimpia Maldachini che governô la 
Chiesa durante il Pontificato d'Innocentio X (1644- 
1 65 3) , manuscrit in-4 sur pap., 1666. — Libri (t85g, 
n° 459). 

.La même, scritta dalVabale Gualdi (Greg. Lcli), nuovamente 
ristampata , con un' aggiunta considerabile. Ragusa, 1667, 
in-12. — Nyon, n° 25220. 

Vita di Pictro Aretino, del Berni. S. 1., 1 53y (Lon- 
dres, v. 1820), in-8 , portr., tiré à 3o exempl. (Re- 
nouard, 19 fr.). — Milano, 1864, in-18 (Baur, en 1873, 
7 fr. 5o). 

Divers bibliophiles ont pensé qu'il était fort douteux que 
Berni fût l'auteur de ce livret, et on a même soupçonné que 
l'édition de 1 537 n'existait pas; mais M. Gaetano Melzi (Ùi- 
lionario di opère anonime, tome I er , p. 126) constate sa réa- 
lité. Cette Vita est un dialogue entre Berni et Mauro, dans 
lequel l'Arétin , encore vivant, est représenté comme le plus 
méprisable et le plus dépravé des hommes. Sa fin sera la força 
l'hospedalc. Les détails licencieux sont loin d'être rares dans 
ee libelle. — L'édition anglaise passe pour être due aux soins 
d'un philologue éclairé, F. VV. Singer. — Quant à Berni, on 
sait qu'il était prêtre, chanoine de la cathédrale de Florence et 
secrétaire de Ghiberti, évèque de Vérone. Ses poésies, du reste, 
sont tout aussi libres que celles de l'Arétin. 

Vita di P. Aretino (par J. M., comte de Mazuchelli). 
Padoue, 1741, 1749, in-8, portr. — Randon d« Bois- 
set, 8 fr. Excellent ouvrage. — La 2.' édition est indi- 
quée, 1763, in-8. 

Vita , patimenti et innocenta délia regina Oliva , 
fgliuola di Giuliano imperatore e moglie del re di 
Castiglia. Fiorenza, s. d., in-4 de 4 ff. à 2 col. , ng. 
en bois sur le titre. — Libri, 8 fr. 

Vitœ matrimonialis régula fratris Cherubini. Parme, 
1487, in-4 . 

Ouvrage rare, et dans lequel on trouve des détails singuliers 
sur les devoirs des épouses. — C. R*'*, de Milan (126). 

Vittoria délie donne, nella quale si scuopre la gran- 
de^a donnesca , e la basse^a virile ; da Lucr. Bur- 
sati. Venetia, 1621, pet. in-8. — Sandras, 7 fr. 

VITU (Auguste-Charles-.Tos.), publiciste, né à Meu- 
don, en 182 3. Les Bals d'hiver. Paris masqué. — Pa- 



4 3o VIVANDIERE — VŒU 

ris l'été. Le Jardin Mabille. — Physiologie de la polka. 

— Physiologie du bal Habille. 

Vivandière (La), com. en i a. , mêlée de couplets, 
par Sewrin. Paris, Fages , i8i3, in-8. — Soleinne , 
n° 2440. 

Vivandière (La) de la grande armée , ou Encore 
une contemporaine , roman de mœurs, par Aug. Ri- 
card. Paris, Lecointe, 1828, i832, 4 vol. in-12, 12 fr. 

Vive le divorce, ou Ma femme m'adore, vaud. en 1 
a., par Derville (Louis Desnoyers) et Laurencin. Pa- 
ris, i833, 1834, in-8 de 32 pp., 1 fr. 5o (Vaudeville). 

Viveur (Le), par Aug. Ricard. Paris, G. Barba, i83q, 
2 vol. in-8, i5 fr. — Paris , G. Barba , 1841 , 4 vol. 
in-12, 6 fr. — Paris, G. Barba, 1849, i n_ 4° de 8 feuil- 
les 1/2, avec 2 5 vign. par Bertall (Rom. pop. illustrés). 

— Paris, Havard, i858, in-4 à 2 col., 64 pp. et vign., 
5o cent. 

Viveurs (Les) d'autrefois , par le marquis de Fou- 
dras et Xav. de Montépin. Paris, Cadot, 1848, 4 vol. 
in-8, 3o fr. 

Les Viveurs de Paris (Un roi de la mode ; le Club des hi- 
rondelles; un Fils de famille; le Fil d'Ariane); par Xavier de 
Montépin. Paris, 1852-53 , i3 vol. m-8 , et i856 , 4 toi. in-16, 
4 francs. 

Les Viveurs de Paris, drame en 5 a. et 8 tabl., par Xav.de 
Montépin (Ambig.-Com.). Paris, Lévy, 1837, in-12. — Paris, 
1860, in-8. 

Les Viveurs de province, par Xavier de Montépin. i re part.: 
la Belle provençale ; 2' partie: le Commandant. Paris, de 
Potter, 1859-60/10 vol. in-8, 40 fr. 

Vivre libre et mourir, lettres bougrement patrioti- 
ques de la mère Duchêne. (Paris) de l' imprimerie de 
mon mari, 1791, ng. in-8, 18 numéros (complet). En 
tête de chaque lettre, fia. sur bois de la mère Du- 
chêne, la pipe à la bouche, la quenouille d'une main 
et le sabre de l'autre. — Leber, n° 4926. 

Vœu (Le) de la nature, ou les Aventures plaisantes 
d'une jolie femme, écrites par elle-même. Paris, an m, 
in-18 de iv-ibg pp. , avec un front, et 6 ng. libres. — 
Paris, an vi, in-18, fig. 



VŒUX — VOL 4 3i 

Vœux (Le) des Cretois, histoire renouvelée des Grecs, 
par M. Xanferligote (anagramme de Félix Nogaret), 
chevalier défenseur du plaisir. Venise (Paris) , 1 776, 
in-8 de 120 et 112 pp. 

Ce livre est on recueil de poésies erotiques, accompagné d'une 
préface en prose , espèce de pot-pourri satirique et littéraire , 
dont les notes sont plus longues que le texte. Dans sa préface, 
l'auteur déclare hautement qu'il aspire à monter au temple du 
Plaisir, plutôt qu'au temple de Minerve. 11 s'élève contre les 
péJants rigoristes qui ne craignent pas de mutiler les poètes 
latins dans l'intérêt de la morale; il raconte, à l'appui de la 
thèse qu'il soutient, des anecdotes un peu risquées, une entre 
autres qui se retrouve presque textuellement dans le poème de 
Parny. Nogaret ne se gênait pas et il proclamait qu'il voulait 
être un Polymathe et un polylogue en amour fBulk'tin du 
Biblioph., 1860, p. i588). — En résumé, conteur spirituel et 
assez amusant. 

VOIART (Anne-Elisaheth-Elise Petit-Pain, dame}, 
née à Nancy en 1786 , morte en 1866. Coralie — la 
Femme, ou les Six amours — le Mariage et l'amour 
*— la Vierge d'Arduen^a (Traditions gauloises, ou 
Esquisses des mœurs et des usages, etc.). Paris, 
1820, 1822, in-8, 6 fr. 

Voile (Le) bleu , folie-vaud. en 1 a., de Jules Du- 
long, Léopold (Chandezon) et Rougemont. Paris, 
1829, in-8, 1 fr. 5o. 

VOISENON (l'abbé Claude-Henri de Fusée de), lit- 
térateur, né près de Melun, en 1708, mort en 1773. 
La Coquette fixée — les Exercices de dévotion de M. 
Henri Roch — Histoire de la félicité — ses Œuvres — 
Romans et contes — le Sultan Misapouf — Tant 
mieux pour elle — Zély, ou la Difficulté d'être heu- 
reux — Zulmis et Zélmalde. — \ oir aussi Journée 
de l'amour. 

Voitures (Les) versées, com.-vaud. en 2 actes, par 
Dupaty. Paris, Barba, 1820, in-8, 1 fr. 75. — Cette 
pièce avait déjà paru en 1807. Voir Le Séducteur en 
voyage. 

Vol (Le) et l'Amour, ou l'Article 286, par Ricard. 
Paris, i838, in-8. — Lanctin, 9' cat. , 2 fr. 

Vol (Le) plus haut, ou V Espion des principaux théâ- 
tres de la capitale, contenant une histoire abrégée des 
acteurs et actrices, etc. ; dédié aux amateurs (par Du- 



43a VOLAGE — VOLTAIRE 

mont, comédien). A Memphis (Paris), chez Sincère, 
libraire réfugié au puits de la vérité, 1784, gr. in-8 
de 142 pp. 

C'est l'hist. scandaleuse du Concert spirituel et de VOpéra; 
devait être continué. Critique très-mordante sur les artistes de 
l'époque; l'on pourra, du re6le , juger de ce pamphlet par l'é- 
chantillon ci-dessous: 

« Le public est prévenu que les demoiselles Château, Audinot 
et Gavaudan, toutes trois attachées à l'Académie royale de mu- 
sique, tiennent, rue St-Honoié, près l'Oratoire, un entrepôt de 
beautés destinées aux plaisirs publics, depuis la grisette du tiers- 
étage jusqu'à la beauté que la renommée met en vogue ; le ma- 
gasin sera complété de manière à satisfaire les humeurs et les 
fortunes différentes. Dans un besoin, pressant, les entrepreneuses 
même se mettront à toutes maias pour ne pas discréditer leur 
établissement. » 

Volage (Le), ou le Mariage difficile, com. en 3 a., 
en pr. , par Caignez. Paris, Barba, 1807, in-8. — So- 
leinne, 2548. 

Voleuse (La) d'amour, par Henry de Kock. Parie, 
Faure, i8f53, in-18 jésus, 242 pp., 3 fr. — Paris, De 
Vresse, 1864, 1869, in-18 jésus, 2 52 pp., 3 fr. 

Volière (La) de frère Philippe, vaud. en 1 a., par 
Scribe, Delestre-Poirson et Mélesville (Vaudeville). 
Paris, 1818, in-8, 1 fr. 2 5. 

Volsidor et Zulménie, conte pour rire, moral si l'on 
veut et philosophique en cas de besoin (par M m ° Fanny 
de Beauharnais). Amst., 1776, 2 part. pet. in-8, 1 fis. 
de Marillier. — Voir Mélanges de poésies. Conte de 
fées, admis dans les Œuvres de Dorât, 1767, 20 vol. 
pet. in-8. 

VOLTAIRE (François-Marie Arouet , dit de), cé- 
lèbre auteur français, né en 1694 à Châtenay, près 
Paris, et mort à Paris en 1778. Nous avons déjà parlé, 
dans les volumes précédents, de la Bégueule, de Can- 
dide et de la Femme qui a raison (V. ces titres); il 
nous reste à parler de beaucoup d'autres de ses ou- 
vrages qui ont droit à notre attention, à plusieurs 
titres. 

La Bible enfin expliquée , par plusieurs aumôniers de S. M. 
L. R. D. P. (par Voltaire). Londres (Genève), 1776, in-4 et 
in-8; — 1777, in-8. — On trouve dans cet ouvrage beaucoup 
d'histoires et de commentaires fort libres. 



VOLTAIRE 4 33 

Ce qui plaît aux dames , conte en vers (par Voltaire). Par- 
tout, chez des libraires françois, 1764, in-8, 23 pp. — S.l. n. d., 
in-8 , i5 pp. — Dictionn. des anonymes, et Quérard, France 
litlér. X, 3o8 (n° 98 e de Voltaire). 

Contes de Guillaume Vadé, en vers et en pr. (par Voltaire). 
En Europe, 1763, 2 vol. in- 12. — Genève, 1764, in-8 (Nvon, 
n° i535q). 

Contes et poésies diverses 'ou Contes en vers, satires, etc.) de 
Vo'taire. l.a Hâve, 1777, in-2^ — Londres (Cazin), 1780, pet. 
in-iS — Paris, Didol. an nt, in-18. — Ménard et Desenne, 1822, 
in-18, fig., etc. — On publie toujours de temps en temps quelque 
chose de nouveau de Vo'taire, mais, pour lui comme pour Piron, 
Maynard et tant d'autres, tout n'est pas publié encore. Voir: Mé- 
moires tour servir à l'hist. de la bonne compagnie dans les 
Nouvelles archivas. Histoire des Pays-Bas, t. Vf, p. 266. Voir 
aussi le Bull, du biblioph. b.'lge, tome I er , 1845, p. 14. Vol- 
taire raconte qu'on lui tu, en 1722, les honneurs de la capitale 
des Pays-Bas, et qu'on le mena dans le lupanar le plus célèbre 
du lieu, où il improvisa des vers qu'on me dispensera de rap- 
porter, ajoute M. de Rciffenberg. — Voir la France littér. , 
art. Voltaire, nos 97 et 98. 

Le Droit du seigneur , com. en vers, par Voltaire. Genève, 
1763. in-8. — Voir la France litlér. , art. Voltaire, n° 1 3g. — 
Soleinne, n° 1680. 

Le Huron, ou l'Ingénu (par Voltaire). Lausanne, 1767, pet. 
in-8. fig. (Grassot, 2 fr. ; Lanctin, 9 e catal., 3 fr. 5o ; Xyon , 
n° 8753). — Voir la France littér. , art. Voltaire, n° i5g0. 

Les lettres d'Amabed tradu'tes par l'abbé Tamponet, re- 
vues et corrigées (comp. par Voltaire). Genève, 1769, in-8. — 
Londres, 1772, in-8 (V. France littér., art. Voltaire, n° 09'.) 

— Roman phi osophique et licencieux . condamné par décret de 
la cour de Rome du 26 mai 1779. — Se trouve dans le tome 1 er 
des Choses utiles et agréables du même. 

L'Odalisque, roman libre, trad. du turc, par Voltaire. Cons- 
tantinople, 1779, pet. in-8 de 85 pp. Truebvvasser, n° 1 5g3. 

L'Odalisque, ouvr. erotique, lubrique et comique, trad. dit 
turc, par un membre exlraord. de la joyeuse faculté p/iallo' 
coïro-pygo-glottonomique. Constantinople, 1787, in-12. (Fisch- 
haber). — Constanlinople, 1796, in-12 de 75 pp. avec 4 grav. — 
Paris, 1797, in-iS de 108 pp. avec 2 grav. erotiques grossière- 
ment exécutées. — D'autres réimpressions modernes ont été faites 
à Bruxelles L'une, Constantinople, 1797, est un in-18 de 80 pp. 

— L'autre faite en 1 863 , est un in-18 de 92 pp. avec 4 fig. li- 
bres sut acier ; prix : 10 fr. — Xous supposons que ce petit ro- 
man pourrait bien être dû à Andréa de Nerciat, parce que, 
dans une réimpression faite en Al'emagne, il parait que le titre 
est ainsi conçu: l'Odalisque, ouvrage erotique, lubrique et 
comique, traduit du turc par un membre extraordinaire delà 
joyeuse société phallo-coïro-pygo-glottonomique, à Stamboul, 

1787. — Selon Du Croisy, cite par Barbier, l'auteur de ce ro- 

Tome VI. 55 



434 VOLTAIRE 

man serait Pigeon de Sainte-Paterne, bibliothécaire de l'abbaye 
de Saint- Victor. Quant à l'opinion de M. Ch. Monselet , qui 
attribue cet ouvrage à Mayeur de Saint-Paul , elle est peu ad- 
missible; car Mayeur, en 1779, n'avait que 21 ans , et il était 
bien jeune pour commettre une telle supercherie. Dans tous les 
cas, l'ouvrage ne saurait être attribué à Voltaire, car il est écrit 
sans esprit et même avec ignorance. On sait que les eunuques 
noirs, seuls chargés de la garde des femmes, ne sont pas seu- 
lement châtrés, mais sont coupés ras. Un autre détail sur Zéni 
montre aussi que l'auteur ignore un usage, bien connu cepen- 
dant, et invariable, des femmes turques. — Le sujet du livre est 
l'histoire des amours d'un eunuque, nommé Zulphicara , avec 
une odalisque appelée Zéni, très-jeune fille, que l'on élève pour 
la couche du sultan. On a reproduit une portion de ce volume 
sous le titre suivant: Zulphicara, histoire