(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Biodiversity Heritage Library | Children's Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Bibliothèque linguistique Américaine, originally Coleccion lingüística Americana or Collection linguistique Américaine"

CINQ LANGUES 

DE 

LA COLOMBIE BRITANMQL E 






BIBLIOTHKQUE LINGUISTIQUE AMÉRICAINE 
roMi- XXIV 



CINQ LANGUES 



COLOMBIE HRITANMOUE 

HAiDA, TSHIMSHIAN, KWAGIUTL 
NOOTKA ET TLINKIT 



(.RA MIMA 1RES, VOCABULAIRES 

TKXTKS TRADIITS ET ANALYSÉS 



liAOl L 1)1. LA (.liASSClUL 

Lauréat de l'Institul de France 

Correspondant du Ministère de i Instruction Publique 

Juge au Tribunal de Nantes, Docteur en Droit 

Membre de ta SociiHé des Gens de Lettres et de la Sociélé de Linguistique de Paris 





PARIS 

MA is()\\i:i \' i:. i.Ki I II 

li. HUE MÉZIÈKES 1:T «UE MADAMK, 2C 

1902 



ïMinODl CTION 



\a' picsent livre ne coiiipiuiid pas loiites les langues 
(le la (^olunihie hritannique ; d'autres familles se ren- 
contrent sur ce territoire, notamment la grande famille 
Salish, nous a\ons choisi seulement cinq d'entre elles : 
rilaUla, leZimshian, le Kwagiutl, le Tlinkit et le Nootka, 
donl l'habitat esl situé sur la c(He occidentale et dans 
les lies adjacentes, cl pour lesquelles les documents 
existants, (pu>i(|uc eticore peu nombreux, nous siun- 
blaicnt suilirc. Toutes ces langues sont reliées par la 
position gé(),i>iaphi(pie des peuples qui les parlent, elles 
présentent beaucoup de phénomènes grammaticaux 
communs et un aspect d'affinité phonétique, si bien 
qiu- |)lusicurs linguistes en ont fait l'objet simultané 
de leurs études. Mais nous n'entendons nullement pré- 
tendre (piil y ait, sauf entre le KwagiutI et le Nootka, 
aucune parenté réelle entre elles. Elles ne forment point 
généalogi(|uemcnt une famille, mais figurent cependant 
(•oinme un groupe naturel. On a remarqué d'ailleurs 
rpi'il existe une grande ressemblance physique entre les 
peuples (pii les parlent, due en partie à de nombreux croi- 
sements ; (les eni|)runls aux vocabulaires respectifs en 



ont été aussi parlbis la conséquence. Parmi les carac- 
tères communs au point de vue linguistique on peut si- 
gnaler Taccumulation des consonnes, les nuances nom- 
hreuses des «gutturales, le phénomène du déterminant nu- 
méral, la formation du pluriel par l'emploi d'une racine 
différente, les nombreuses particules agglutinées, le jdu- 
riel autonome des verbes, etc. Malgré ces points iden- 
ti([ues , les langues étudiées n'en sont pas moins lin- 
guisti(|uement très distinctes et la connaissance qu'on en 
possède ne permet pas qu'on puisse tenter encore de les 
rapprocher. 

Voici la position géographique des peu|)les qui les 
parlent : 

Les Haïdas forment une famille bien distincte. Ils ha- 
bitent les lies de la iîeine Charlotte, presque tout l'ar- 
chipel du Prince de Galles, ainsi que le littoral opposé dans 
lAlaska méridional et la Colombie, ils occupaient un 
espace de .50,000 kilomètres carrés et s'élevaient au 
nombre de 1 000 âmes. Ils sont compris entre le .")! et le 
T);")'' degré de latitude nord ; la partie extrême de leur 
pays est au sud du cap Saint-.lames ; la plus grande de 
leurs des est l'île Gresham ; cette région a été découverte 
en 1774 par. Juan Perez. Leur langue comprend les dia- 
lectes suivants : le Skidegate, le .Masset, le RumshiAva r\ 
le Kaigani. 

Les Ziinshians demeurent au nord de la Colombie 
britannique auprès des ileuves A'ass et Skina, ils oc- 
cupent aussi les îles adjacentes, les îles Pitt, Banks, de 
la Princesse Royale et plusieurs autres petites dont la 
plus méridionale est celle de Roderick, non loin du pays 
qu'habitent les Billiooli, tandis qu'au nord ils remontent 



jusquen iace du pays occupé par les Tlinkits, au détroit 
do Portlaiid. Ils parlent deux dialectes diflléients ; le Zims- 
hiaii et le Aaivska, le premier est usité chez six tribus et 
le second (•iicz deux seulement. 

Les Kwaujutls habitent la côte depuis le canal de 
Gardin jusqu'au cap Mudgc, à l'exception du pays situé au- 
tour du Deau Inletetdela côte ouest de Vancouvert. Leur 
langue comprend trois dialectes principaux : le Kwagiutl 
proprement ilit, rileiltsulc etle Caisia ou Gyit'a, le second 
s éloignant des deux autres, mais il y a des sous-dialectes, 
pour le premier le Nimskish, le Le'Kwiltok, le Tlma'tlasi- 
khoala, et le Kwagiutl proprement dit, pour le second 
rileiltsulc et rAwi-Kyènoq. 

L'Heiltsuk proprement dit est parlé depuis le canal 
de Greenville jusqu'au Rivers Inlet, et le Kwagiutl pro- 
prement dit, de ce dernier à la partie centrale deTile de 
\ ancouver. 

LesNootkas habitent la côte occidentale de l'de de Van- 
couver et la rive opposée. Leur langue a une grande affi- 
nité avec celle des Kwagiutl. 

I']n(in les Tlinkits ou Kolosli s(Mit situés au sud de l'A- 
laska, on les retrouve au nombre de 70UU à 8000. 

Les langues parlées par ces peuples ont donné lieu à 
«les études jusqu'ici |)eu nombreuses où nous avons puisé. 
-Nous indicpierons seulement les piincipaux ouvrages. 
Il faut d'abord citer ceux <pii s'étendent à toutes ce- 
langues. Ce sont : 

1" Les rapports fait^ |)ai- Hoas à la lliilisli Assucùuior 
lo'r tlir advaiiceinnil ofsrieiia's, précédés d'une étude 
ethnographique de lloratio llale. On y trouve unegram- 
maii'c des cinq langues ci-dessus, et en outre, dos langues 



Salish laisscos en dehors de notre livre, ainsi qu'une liste 
(le mots comparés dans toutes ces langues. 

2" IjCS mémoires présentés par le même à V American 
philosopliicdl Socieft/ , comprenant des vocabulaires ah- 
o-iais-Kwagiutl, anglais-haïda, anglais-zimshian et anglais- 
tlinkit. 

:{" l'n ouvrage de MM. Fraser Tolniie et Georges DaA\ so.n 
(intS'ij intitulé Coinparath'e vorahulaiij of t/ie Indiaii tri- 
l>(s of hritish Cofii/iifna, suivi d'une courte ethnographie 
très intéressante. Cet ouvrage comprend les mots les plus 
usités en anglais-, traduits successivement dans ces 
langues , moins le nootka , et dans un certain nombre 
d ai.tres qui ne nous intéressent pas ici. 

4" Une collection de textes du nouveau testament tra- 
duits en Zimshian, en [laïda et en KwagiutI par la Société 
bibli(|ue de Londres et par la Société for promoting 
Christian Knowledge. 

Il faut remarquer que l'orthographe suivie n'est pas la 
même dans les ouvrages de l5oas, d'une part, el dans l'ou- 
vrage de Tolmie et les textes biblicpies âc l'autre; elle 
est beaucoup plus simple dans ces derniers. 

Voici quelques ouvrages spéciaux. 

Une excellente grammaire, suivie d un vuiabulairc, du 
Zimshian, publiée par le comte de Schulenberg. 

Une grammaire, développée aussi, de l'Ilaïda , par 
C. llarrison. 

Une grammaire du TlinUit (écrite en russe) p;:r N'eniia- 
ninow. 

Nous exprimons nos vifs remerciements à M.d(^ Schulen- 
berg pour les textes (ju'il a bien voulu nous conimuni((uer. 

Nous avons faità ces ouvrages les emprunts nécessaires ; 



nous avons pu, en dépouillant leurs vocabulaires et ceux 
Inurnis i)ar l5oas et Tolmies, comprendre les textes qui 
nous oui lourui ensuite des mois nouveaux. Cela nous a 
permis de suivre notre programme complet, au moins pour 
trois de ces langues, et qui consiste à donner pour cha- 
cune une grammaire, un vocahulairt> ou le mot fran- 
çais ne doit pas être le premier, mais le dernier terme, 
par exemple, un vocabulaire zimshian-francais, et non 
iVancais-zimsIiian , cependant aussi un vocabulaire des 
mots usuels avec le français pour premier terme, enfin 
des textes avec traduction interlinéairc, et autant que pos- 
sible, analysés par des tirets. Nous regrettons que 1 ab- 
sence de textes n'ait pu nous donner ce dernier élément 
pour le tlinklit et le nootka. 

Cliacune des cinq langues traitées ici aura donc, après 
un coup d'a'il jeté sur son caractère : l" sa grammaire, 
2" un vocabulaire accompagné d'une nomenclature des 
objets les plus usuels, '.i" des textes traduits et analv- 
sés, de manière à ce <[ue le lecteur puisse en acquérir 
une connaissance théori([ue et pratique suffisante, en 
■ itlcndaul (pie de nouvelles constatations permettent 
une synthèse meilleure. Nous terminons par le tableau 
comparatif d'un certain nombre de mots dans l'Ilaïda, 
le /.imshiau, le Rwagiutl. le Xootka et le Tlinkil. 

HvotL VIE LA (jltASSKIlIK. 



Itiiiiies. V' juin lUO 



I / 



HAIDA 



i 



CINQ LANGUES 

DE 

LA COLOMBIE BRITANNIQUE 



HAIDA 



I 

Lllaïda comprend plusieurs ilialcttes : dont le princi- 
pal est le Skidegate. 

Au point de vue phonélicpie, il rcnlernie île nomlireuses 
accumulations de consonnes, cependant dans renseMd)le 
il reste assez. euplioni(pie. Ilest écrit d'une manièrediiïé- 
icule dans la tratluclion tics l']\ angiles et dans les ou- 
viages de Boas où de nombreux signes diacriti(|ues accom- 
pagnetit les consonnes. Les gutturales y sont tré(|uent('s. 

La (Iri'ix'alion cl la couiposition uc lent'enuenl pas 
de particularités, elles se rapprochent de celles de la p'u- 
part des autres languc^s, elles ne présentent point le ca- 
ractère si marcpié de concrélismc <pic nous aurons à re- 
lever en i'vwagiutl. 

\jC phénomène tlu dèterniinanl numéral apparaît (Imp- 
ies MKJts de nomhre; les objets sont classés wn diver-c^ 
calégorics, assez variées, et lorscpiil s'agit de nonilucr 



un objet, on exprime d'ahord cet objet, puis la classe à 
laquelle il appartient, enfin le mot de nombre. Quant au 
classement, il se base d'abord sur la forme des objets : 
longue, ronde, plate, puis sur leur emploi. On sait que ce 
phénomène apparaît dans un assez grand nombre de 
langues. 

Le nombre s'exprime d une manière très curieuse et très 
variée, d'autant plus qu'il ne concerne pas seulement le 
substantif, mais directement aussi le verbe. Les moyens 
les plus connus sont ceux de la sulfixation et de la pré- 
fixation des mots vides. L'Haïda les cumule quelquefois; 
ce qui est surtout à noter, c'est l'expression par mo- 
ilification de racine, laquelle, il est vrai, a pour point de 
départ une réduplication avortée. Mais dans les verbes, il 
s'agit d'un changement total du radical : aidtn/g, courir, 
a |)our pluriel hhùstang- kaUtai/, aller, pour pluriel is- 
/iidang; la liste est nombreuse de ces verbes. Cette par- 
ticularité se rencontre ailleurs , surtout dans le Jagan, 
langue de la Terre de Feu. Nous l'observerons ici en 
Zimshian. Le genre s'exprime souvent aussi par des ra- 
cines différentes, surtout dans les noms de parenté. 

Le pronom démonstratif prend des formes différentes, 
suivant qu'il s'agit des personnes, des choses ou des lieux. 
C'est un essai de classification. Le pronom personnel de 
la ± personne distingue s'il s'agit d'une personne sim- 
plement ou dune personne prise parmi beaucoup d'autres. 
On trouve un possessif réfléchi, unga^ qui s'applique à 
toutes les personnes. 

Le verbe présente quelques particularités. On peut 
noter les suivantes : 

A la troisième personne, on remarque deux sortes de 



pluriel : le pluriel ordinaire et le pluriel restrictif: dans 
ce (leinier, il saisit il un petit nombre seulement. (]ette 
ilisliiution s'exprime morphologiquement ; le pluriel res- 
trictif emprunte le pronom du singulier, mais le verbe su- 
bit une flexion spéciale : tl(n)ù ichiftg, je suis; pluriel or- 
dinaire : /f/i(i iiliiiiii\ ils sont ; pluriel restrictif, tlaoï't 
isuri/ii^, ils sont en petit' intmbre . 

Les temps ordinaires sont en usage, mais cluuun subit 
deux modilications : il âewent pro<i/-essif, ([uand il s'agit 
dune action ([u on est en train d'accomplir, il devient 
initidtifow i/ic/mati/' c[imnd on est sur le point de la com- 
mencer. La présence de ces catégorier, est bien connue 
en anglais : / 'f/n Icn'irig, I lea.s- loving, s'opposent ainsi à 
f loiu- et à / loved. La seconde est tout à l'ait spéciale à 
lilaïda. La plupart des temps se conjuguent ainsi de trois 
manières. La seconde catégorie est qualifiée par les gram- 
mairiens anglais rpii ont écrit sur lilaïda d'i/ite/itio//- 
nelle. 

Les modes ne répondent pas directement aux nôtres, 
du moins si l'on suit la nomenclature des grammairiens 
anglais : le subjonctif est le mode de ce verbe précédé 
de si. leur conjonctil est un conditionnel. 

Parmi les voix figurent, outie la voix passive, le 
causalif, le })otentiel, la voix de commandement ; 

Dans la conjugaison objective, c'est le complémenl 
qui tient la tète. 

I)t' nond)reux mots détachés marquent les nuances sui- 
vantes : la gradation, l'essai, le désir, la feinte, la lausa- 
lité, le doute, la léciprocité, la possession. 

On reti'ouve ici la cun|ugais mi négative, ce (pii n'ol pas 
un phénomène très i-arc. 



— 12 — 

Celui des verbes concrets est plus remarquable. Les 
diverses actions emploient pour s'exprimer des radicaux 
différents^ suivant ([u'elles sont accom[)lies, soit sur des 
objetfi, soit par des moyens différents. C'est ainsi que 
du-gu/ii;, signifie porter du bois; t<'ii/ia-iiu/ig, porter sur 
le dos, hnii-duiiii, porter vine fois ; chii-dung, porter un 
habit. Dans tous ces exemples il faut faire abstraction de 
la désinence verbale générale : dungowgung. On voit 
que les radicaux différent alors complètement, ce qui est 
1(,' degré suprême du concrétisme. 

L'ordre des mots dans l'Haïda et celui du Zimsliian 
tiirinenl un contraste complet; tandis que dans ce der- 
nier cet ordre est direct, comme, par exemple, en français, 
ladjectif et même le mot de nombre suivent le substan- 
tif, c'est l'ordre contraire et inversif qui règne en llaïda. 

Dans le vocabulaire, il faut noter un |)hénomène re- 
marquable , qui se rencontre d'ailleurs dans d'autres 
langues, surtout de l'Amérique, mais qui a ici son plein 
épanouissement. Il s'agit de l'expression de la parenté. 

Dans nos langues déjà, le genre se marque souvent 
par remploi de racines tlilférentes, tandis qu ailleurs il 
différencie seulement la (lexion terminale ; c'est le der- 
nier cas dans (Hius, /ilia, taralis que c'est le premier dans 
/xilei- vl nialci-. C'est même le premier (pii domine, ainsi 
que le témoignent : oncle, tante, gciidie, hiu, /'i-ère,sa'iir. 
il y a là une sorle de si//icrétisme, le même degré de pa- 
renté se rendant par des radicaux tout à fait différents, sui- 
vant le sexe ilu parent, objet de la parenté. .Mais ce syn- 
•rétisme n'existe qu'à Ciin des deu.v bouts de la parenté, 
à celui du non-moi. c'est donc un syncrétisme objevtif. 
.Mais, ce cpi'on remarque en llaïda et dans quelques 



autres langues est clillérent, c'est le si/mn'tisme suhjechf 
(lui vient se joindre à l'autre, il affecte une autre extrémité 
iK' la chaîne : Ir moi. et par conséquent est cette fois sub- 
jectif. Le père et ia^ luère s'expriment toujours par deux 
racines dilïérenles. mais le père hii-mème ne s'exprime 
j)as de la même manière, si c'est son lils ou si c'est sa 
fille qui l'appelle : de même, le fils n'est pas appelle de la 
même manière i)ar son père ou par sa mère. Le père est 
appelé lunuiii par son fil- et liahta par sa fille: le fils 
est appelé keet par son père et Ixin [lar sa mère ; le frère 
aine est appelé i/iiifi par son frère et dai par sa sœur. 
Ouelquefois le concrétismesui)jectif disparait; la mère est 
appelée ouy/// soit par son fils, soit par sa fille . quelque- 
fois le lien réciproque |)orte le même nom au hout subjec- 
tiftju'au bout ob|eclif : le père appelle sa fille hahta, et la 
fille a|)pelle S(jn |)ère du même nom ; on voit combien 
sont singulières ces particularités. Il y a un certain 
rapport entre ce phénomène et celui du bilinguisme où 
tous les objets, non plus seulement les noms de parenté, 
sont expiimés aiitrcMuent par les hommes et par les 
femmes. 

A cette distinction il faut joindre celle qui apparaît 
ilans d'autres langues déjà, basée en- collatérale sur l'an- 
tériorité île la naissance. La différence est profonde entn- 
le frère aine et le frère cailet. aussi bien (pientre I,, so'ur 
ainée et la s<eur cadette. 

On distingue alors 1" entre le frère et la soMir, 1" entre 
l'ainé et lecadcl, .i" ml rc riiomme et la femme (pii parlent. 



PREMIERE PARTIE 



GRAMMAIRE 



PUKMIIUKMENT. — PI I ()M:TI(^) T E 

Les voyelles sont : «, c, i, o, ii ; à, r, /, o, //. 

Elles ont le même son qu'en français, sauf Vu qui a le 
son de ïeii, comme dans l'anglais but. 

Les mêmes voyelles peuvent être marquées d'un accent 
circontlexe ; elles ont alors des sons niixles. 

fi, comme dans l'anglais nhrodd. 

c, comme dans l'anglais open. 

/', comme dans Itali/. 

n, connue tlans rollcction . 

Le son i-V II est mal déteri.iiné. 

Les tliplithongues sont les siiivanles : 

Al =r'; oi'i r= o ; ui= oi dans l'anglais ru// \ où = au 
dans in (Ht se. 

Les consonnes sont les mêmes ([u'en français; il faut 
y ajouter L/i = .r grec. Les indigènes prononcent 1'/ 
comme un /•, le /.■ souvent comme un i,-, /. et /./i soulignés 
cori'espondenl au c/i allemand. 



- 16 — 

Les II; liens contomlcat dans \vyiv prononciation le b et 
le /;, le (' et V/'. 

Lorsque le g est surmonté d'un liait horiz()ntaL cela 
signifie qu'il commence une syllabe. 

Les préfixes et les allixes sont séparés de la racine. 

Le son /> se rapproche de très près du son n. 

La différence entre les sourdes et les sonores est très 
faible. 

Les groupes suivants île consonnes peuvent terminer les 
mots : 

S/,-, /s/,-.f/,-. /s/,\ llili. llli, inj. In , 1,-s, IIS. si. cl, iidl. ni. si/. 



Deuxièmement. — LEXICOLOGIE. 

1° Dkiitvviion et ('(iMi'dsiTinx. 
(Quelques substantifs sont formés des verbes. 

!" Suffixe tr. 

Tla<Hi Âw/du/ii^ , ji- mesure, /.tc/^/o/ïA', celui qui mesure. 
. . . . kcisilciii:;, je protège, /.ffsitlc, protecteur. 
— hwollhldiii^. je voie. h<.v()lllitah-. voleur. 

On obtient ainsi des noms d'agents. 
Des substantifs sont formés de substantils par le même 
moyen. 

2" Même suffixe tr. 

Tfuiirtiii, jardin. laiii>fl/i/<\ jardinier. 

A'f, maison, //r/r, maître de maison. 

Da/fi. argent, dahilc bancpiier. 



17 



■i" SullixL' /ir. 

Xini'^, jouer, ruini^-nr. tliéàtiv. 

TU II al un g, cuisinier, tlinnluny^-nr , ( iiisiiiL'. 
lûilsou, chant, katsoii-nè, théâtre à musif[ue. 

^i" Suflixe (dilzdii . 

lltiiHi liddii'j;, |(' dors : tlitzdit lllia-titlds. diirtoif; 

Taluiiii naaiij^ung, nous habitons; ilitzan tdhiiii^ naans, 
où nous habitons. 

.")" Préfixation de nun^- et suppression de la dernière 
syllabe du verbe. 

TItioii l,\v(ii/(idun^, ["aime : /tii//^ /{irn//adii-.s , l'amant : 

Thioii /i//rf/i/(f//';\ jv lutte : /tii/ii; /i/irlf/t/a-s , hitteur: 

/)/ .s7/:,'u//i,', je suis mahide : nu/ii( sfis, un maladv'. 

(î" Au phiriel, préfixation de i^'a et suffixation de :,'<•. 

7'ii/u/i^ istnli^uiii^, nous nous promenons ; ;,'y< istuls t^r. 
le.s promeneurs. 

Tnlunp; /calu/i^t/i^iuti;, nous écrivons ; i^^ri /,a/ii/ii;//s :,•(■. 
les sciibes. 

7" l*réfixation de l/ha et suppression de la dernière 
sxllabe du verbe. Ce mode n'est usité (pi au pluriel. 

Tiilunif telaakiui'uiti', nous haïssons ; lel''(i IiIdi Lin'j-.'i. 
les ennemis ; 

Taluii^ /i//ai^^fii;it/i^. vous êtes faibles ; /f/ia Innii^as, le- 
faibles; 

Llliii sti^i(ii<^, ils sont malades ; lllm s/i\, ]v malade. 

2" Mors u\: NuMiiiiK. 

/{nas. 
I. SsK'(tiuishi(ii^, sf/ii/i. S//II si;i>. 

i. Sfu/ii^, siiii. 



18 



.'5. Llh-'iuiith, dikhuuntl. 

'\. Stanshun^, std'nsF.h. 

5. K le II h, tlctl. 

6. L/hininillh, dll.hiirio^ iitl. 

7. (-liiirwan, dzi gu/n. 

8. Stanshani>;a, sfa'nsEF/ra. 

*). KI<ilths\K\aiisiniiu, tJat%n fifjuàns^/i. 

10. Klaalth, tlaatl. 

Au-dessus (jn ajoute les unités en intercalant uo/,-, 

I 1. KUdth '.vok swdunsJiwi'^. Boas, Itaatl \\-oiii\ 

12. KUdth ivol; s/iwi,^. 

Voici pour les dizaipes. 

20. Kl(dc sfiifii;' ou /m^waii sariit/is/iii/ii^. 

21. Lai^iVdu swaunshung wol,- Siraii/is/ni/ii;-. 

M). Klnlr hh' iind/h. 

W. l^di^waii s/u/ig. 

50. K/a/r /dclt/t. 

(iO. Laii^raii llh'^ iiniltli. 

70. Kldlr c/nf^tma. 

80. Lcii^svaii .sfaii/is/iu/if^. 

00. Kl (de Idrdf/is i\'asi/i<j[u . 

100. Lui^waii /dridi. Boas — Ui'gna tla ail. 

I 10. Ldi^ivau Idrllh H'o/.- //^//M. 

120. Lafi^faii Itlnmidlth. 

|:J0. LaguHiu llhnuiidth ',\'ok kldllh. 

140. Lagwnu cing^vaii. 

I.")0. Lagivaii iliigiVdii ^vuk Id(dth. 

160. Lag^vad slanshangd. 

170. Lagwad sla/is/id/iga nnk klàlth. 

180. LdgiVdd kidlllis ^vdiisingit n-ok kldll/i. 



— 19 — 

lioas — l<^if;ua siiîi. 

■ïm. LdiiWdK klnltli. 
;;()(). _ Wol; lagsvait klclth. 

'lOO. I.(i"\rai( klâlc stuns. 
1000. LdiiWfiii hldh' kleUh. Boas — In'guatlii'lf tln'nilc. 
Au-dessus de 1000, Idi^waii l.ldir kwan, = j^lus qu'où 
ne [K'ut compter. 

DÉTERMINAMS NIMÉHAIX 
AV. — Désigne les objets ronds. 

Ddld ki s\i'nufis/nt/ig, dollar un. 

W'dlc/ii^c l;i stun<^, montres deux. 

Sliibili kii^d ki /f/i'uni/f/i, tourtes pains trois. 

i. - Sd, les liymnos, les fouets, etc., ce qui est est l()n<^-. 

Slidldiii^ sd s\Vdii/is/idN^\ hymne un. 

Kdivc Sd sfdfts/m/t<f, routes quatre. 

(idd joii Hd klflih, tambours cin(|. 

Kintdii slndaiiQ^vc sa klclt/i. chevaux loucls dix. 

•{. • — 7Y, les maisons, les brosses, h's values. 

Xc II sidii'^, maisons deux. 
Tlakiduddl te klclt/i, brosses cinq. 
Ld ti staiis/ning, vaguer (piatre. 

't. — Sddsgud, concerne le teiu|)s. 

Miiiiilr sddsL^dd. montre une. 
AsLdLit sdds^iul, heure une. 
Sin sd{/si;iu/, jour ui\. 



— 20 — 

Suiidisa saasffud, semaine une. 
Kung aaasgud, mois un. 
Toda aaasgud. année une. 

.') — Siiaska'(i/i, pay^. etc. 

T/igi' stufig saaskwdri, terre deux morceaux. 
Zu saaskii-a/t, cèdre (un) morceau. 
An'ufungr saasku'aii , coeur entier. 
lû^'ai sanskira/i , corde entière. 



(î. — ■ 7'iiskiia/i, corps, vêtements. 

77// tliskua/i. (un) corps. 

/:V//V lliskkttn, (un) oiseau. 

Cln'n gli/Hiiiilu fliski^^t/t, (un) saumon. 

7. — 7(1, les cordes. 
/ûvtii 1(1 sfN/tg, deux cordes. 

S. — C/ii. les mains, les pieds. 

S//f clii sfam;. mains deux. 

S///i c/ii /,fr///i, |)ie(ls cin(|. 

lù^it/i fin san/i/iskii/ig, ne/, un. 

.S7,ir//.s/('// cf/i sff/ns/iung, habits quatre. 

Sliibili g^K-iiiilr clii sliinslidiigd . sacs farine ([uatre 

\). — .SV.v/, (cil, (iMir, botte. 

Ilitinj^i sLd swiii(iislni/ig. (cil un. 
Kliiiii s/.-ti stdiisliiuig, (l'uis quatre. 
Sfliii sl.d llliiiiiil/i , ai^-uilles six. 
CliiLii skii itiniiiinuli , fusils six. 



I 



10. — (êu. cliapcau. houlon. 

Iiit/itiii i!;u c/ni;\rnu, cliapeaux sept. 
(îiilniiir i^u sl(insli(iniifi, houtons huit. 
Chili i/illti i;u x/iiiil;. saumons secs deux. 

II. — fil. cuillers, éventails. 
SiliiiiK\/il lu Lhilf stuiiii. «uilK'rs vingt. 

12. — .1. villages, poites, paniers. 

hr/i/iLii II s/iiiiu, assiettes deux. 
Linina a l.lrllli, villages cinq. 
Ii(isl;et<j[r a ilii'j;\\(iu . paniers sept. 

V-\. — .SV.s-, boites, chemises. 

lliit sis suriuiis/iuiii;, boîte une. 

Kndcls sis s/uiii;, habits deux. 

hodrts lidtli sis s/uiins/iii/ii;. chemise (piafre. 

//iiii/.\ru/e si.s Idcltli. chaudrons cinq. 

14. — lin. <uiotti's, bas. 

fdruitc lift i/ii^t, pantalons sept. 

TIadi nijiii'^c tin stiiiisli(int::n, peintures huit, 

Sttitillhdim lin l.lnll/i.sirnn.siii^ii. neuf Itas. 

I.-). — f.l/r'l.n, lits, tables. 

Tiiliiii lilr'Ln siniisliuii^, lits quatre. 
(iiiiiiii lili'Lii siun^, fourciiettes deux. 
.\\illlil,nnuiiii,^v . Illr' hii \y\iiiiiis Inin^, une cliaisc 
/.iiintf llli'l.ii l.lnllh. bois dui-. 



— 22 — 

On trouve cependant queU(uefois des déterminants nu- 
méraux différents de toutes ces classes. 

sfdi kiskwan. main (une) ; ne tiskwdn, maison (une); 
stli' c/i/s/.ir/iri. pied (un). 

NOMBRES ORDl.Wl \ 

Boas donne comme douteuses les foruies suivantes : 
Dckuna\t, le premier; lâtlala'iui, le quatrième. 
Dctlfiii. le second. 
Li(KV(i<!;(>st, le troisième. 

ADVERBES NUMÉR.VIJX 

On suffixe i^én : Sf/oniisEn<^ni , une fois, slini(iif> . 
deux fois. 



TRoisiÈJtEMENT. — MORPHOLOGIE 

l" ARTICLE 

Il faut distinguer l'arliclc indéfini ////, ii/h\ vl larticle 
défini. 

L'article indéfini ne s'euiploie pas souvent après le mot 
de nombre : siraù/is/iufti^' qui est usité pt)ur les choses et 
les lieux et se postpose. 

Nr ti swdùnshung, maison une : 

Lduna (i suriu/is/tu/if;, ville une. 

Mais pour les êtres humains, ou se sert du //un<^ qui 
est préposé. 

Nuriij; itliiiifri. un homme ; iiuriii hahut.sd. un garçon. 



— 23 — 

Larliclc délini s'exprime comme il suit : 
f" Aiiuiii^, seulemenl pour le singulier et les personnes. 
A/uin<:^ c/iadff. la femnio ; afiurii^ /iri/iufsù, le garçon, 
ntiiiii^' /f/i/ii^fi. r ho III me. 

2" L//i seulement pour le pluriel et les personnes. 
/>/// fiiiiidd. les iiommes, Itli t.hmida, les femmes, //// 
lidliittlild. les enfants. 

;{" (id-gi-, dans les mêmes cas. 

(tk ddUfigas <f(% les méchants ; gd Ids ^r. les hons ; gd 
l.dittngds gc, les sages. 

V A-i.st's. relatif aux choses. 

.1 kùi isis Idgung, les choses sont l)f)nnes ; n liogina 
isis Idgarig, les livres sont bons. 

.")".! Itli-isis ytonv les personnes. 

.1 //// /idudr isis ddù/igu//g, les hommes sont méchants, 
i/l/Zi liaadd isis n'dutli^vdn sfi-gnug, les femmes toutes 
méchantes sont. 

2" SI!?ST.\.\T1I' 
.\ii\Eliin:. 

Le pluriel se forme de diverses manières. 

I" Suffixation de iliing. 

hctsitlc-ilung, les conslahles ; t,\vi>lihidlr-iUmg, h-s 
voleurs; loùgdnlr-ildug , les jardiniers; Itlidniigsvilr- 
iid/ig, les ouvriers ; s/,ddddd/r-ilu/ii;. \cs professeurs. 

i" Suffixation de r. 

A\/;dJ:ff-i\ les heures; shunlltinr . les jours ; Inifi'j;!', les 
mois ; fndr, les aum'-es. 



'.V' Prélixiiliim de ^'y/ et suffixation de ^i». 

(ia /f//iL;i(//is i,'v, les cliefs ; ga diiungas gc, les média nts ; 
ga i^a/inf/ja/i i;(', les disciples; ga yetas gc, les croyants. 

V Sulfixation de nlung. 

hwai-dliing, frères aînés ; aii/ig-a/it/ig, les pères ; rluts- 
filimg, les sœurs ; oii-alung, les mères ; hitzad-aliing, les 
ser> iteurs ; c/ia-iiliifig, les épouses. 

.")" Suffixation de do, das, las. 

Hdiilth i/iiati-das, les flots ; kiiivi- tum-dahis, les routes ; 
jiiig. long, yV//c/r/, longs. 

(i" DilTéreneiation de racines. 

Itlingd, homme ; iflansidas, les hommes ; Ixihutsii, 
garçon, luihudila \ hi/iutsu, enfant, lu/iitdilo : chada, 
femme, ihaada ; kirufsimriu, montagne, /.ii-'oth^y/ngc ; 
shalnng, hymne, saalimgai. 

7" Pas de pluriel. 

Taga'ia. pouvoir; data, argent; lagr, bonté; //icw- 
/if/tgrs/is, chagrin ; de/a, pluie. 

Il n'existe pas de pluriel par emploi de racines entiè- 
rement autres. Le pluriel se forme aussi en suffixant sko/, 
djuata s/:(d :\es femmes, ou l;/ioân ,• naklioan, les maisons. 

CAS 

LHaïda possède seulement le nominatif et le génitif 
i|iiant à la forme, mais il exprime aussi la relation de 
Taccusatif. 

l^e génitif se marque par le mot_i,'ïV', (juand il s'agit de 
1.1 possession ; il se place avant le mot dont il dépend. 

Shalana gic kôgina. Dieu de le livre : liici/ gii- tntjingr, 
(I ' Lvieie le chapeau; i/ctltli gic llhlclgc, du corbeau le nid. 



\'oici (les exemples du iioiiiiiiatit i-l île raeciisiitif les- 
(HicU n'ont pas trintliecs. 

./((//// (iJslii iuilihktiaini>j;i- ll(iiiitll(ii(in<i , Jean cette 
chaise a fait. 

Tdiif saats i/iia/i-i;u/ii; , Idiirs est très sauvage ; ilami 
stlih'ii tii;i(n. je le loutre ai tué. 

M ou l;()>rïu(i (Il nu di i,'// i.stti^iiii. ce livre ma mèrr nmi 
à a donné. 

Les pronoms, an eontraire. ont niorpliologiqiiement les 
trois ras. 

SiNCLi 11 K. 1'lli;ii l. 

.\. /aou, il ////(■/, 

Ace. //"', \r(il(ll/iiis. 

G. //. It/ia. 

S'il n'y a pas de génitif proprement dit, il existe des 
noms composés qni en font la fonction. 

TILi/iiii khd illd, plaide \)o\% : hli' otlln Ini'rio maitie 
de vol ; llt;ha ii//ilt, banc de pierre. 

Il jjeut y avoir aussi trois composantes : 

(l'at Lli'dl i^i/d' (i/L. cerl-pean-couvertiire : i^d Id lu'n, 
cela manger instrument = table. 

On place parfois des adverbes de lieu entre les ilcii\ : 

(In u IIS,' i^lidid' . aile-poinl-blanc. 

C.lvM!!': 

Il -'exprime : 
1" l'ar prélixes : 

itldnsiilu liHilild, les gaicims ; //// rliddihi liuilild. les 
lilles : lidlddiii^d. lin csciaNc ; //// ilidild linlduiiL^d . une 



— 26 — 

esclave; i,'<r It/utofii^a-ilns i^r. les ouvriers : //// ilnuidd — 
Ithiinnii; i\-ilns<(â, les ouvrières. 

2' Par suffixes : 

/fi/i. Tours, f(f/i c//ada ; s/iOii, co([. s/.on c/ia/lfi. poule ; 
hitiaddlnrii^, serviteur , fârzadafiini; t-lnuidnsi ; citii. 
oiseau, ettit Jtlini^a. oiseau màfe ; fflnl,illiin , uue oie". 
ItfiLiftitm îflin<^(i. un jars. 

;{" ['ar différence de racines : 

Dfia. frère, duis. sœur; kagr, oncle, skti/i, tante ; (luiii:;, 
père, <iii, mère ; l,i\'iiiiii(i, heau-père. Junan, belle-mère ; 
c//^////r^ grand -père, //c^//;, grand-mère ; //V, (ils, ijn •«<//>/// - 
fille. 

A noter I bilinguismei, la fille appelle son père hnf, et le 
fils l'appelle (iiui. 

Hdl ii/ii;ti triiid Itli Liiiiiitn^ = père mon je hais. 

Di hdt d'dun^ jiiKiii'^mi^. mon père mécliant très est. 

Aiiiiii uni^d " '''/' kniif-s/idfi^, père mon vers j'irai. 

/)/ durii^ di dii hn'uludgr Id'j^unii, mon père moi avec 
content est. 

.î° PlU».\C).\fS 





l'.u 


INOM l'KISSdWKI.. 






-NOMINATll 


.\,:..:tsA,n. 


(„>,,... 


.Je 


lldOÙ. 


dl 


d,. 


Tu 


dd/ioi'i. 


ddlid , 


dit/ii;. 


II. elle 


Iddi'i . 


ht. 


il. 


il, neutre 


on. 






?\(.)us 


/d/ti/ii^. 


itil. 


rtil. 


Vous 


ddliiii'^'. 


daluiig. 


ildluri 


lis 


Ithd. 


KVdtdhds, 


llhd. 



Au Hominatif /r/(i/> est usité pourla ."}• personne du plu- 
riel s'il y a peu de personnes ou de elioscs : alors le verbe 
>eul diirérencic. 

Au possessif ou i>énitit, //est usité à la '.V personne du 
pluriel, s'il y !i peu de personnes, nu de choses, et la 
dilVérenee ressoi t sciilcineut ilu vei'lie. 

l'itoNoM roSSKSSIl- llKl'I.KCIll. 

I" (ria/ii;, le mien en propre: 2" diint^ioK, le tien en 
pr()|)re: ;5" /i'/:,'/o/^. le sien propre. 

I" hiliiioii, le nôtre en propre; 2' da/u/ii^ioù le vôtre 
propre: '.V Itlui^ioù, le leur propre. 

l'itONOM POSSKSSIF MKI'IM. 

Di na. le mien ; daitiid, le tien ; l((ny;(i, le sien ; l'f/af/i^rt. 
le nôtre ; dal(ini((i, le vôtre : Itlinniiti, le leur. 
Les formes du possessif sont très nombreuses. 

I'hiiNOM OII.IKCIII. 

l)i-(i, à moi: ddlui . à toi : l(ih<i à lui ; ///'/, ;i nous ; 
ddluii'^a^ à vous; lllnin, à eux. 

iioas dislini^iie deu.v formes |)our le pronom personnel : 
la première iudicpie simplement la personne, la seconde 
(pi il s'agit d'une |)ersonne entre beaucoup d'autres, (leltc 
dernière forme est usitée pour conjuguer le veri)e tran- 
sitif, la première pour le verbe intransitif 

Il donne le paradigme suivant : 



— 28 



S. 1' 


|). Din 


tln\i. 


2e 


De/u/ 


(ln\i 


:v 


La' Il 


la' a 



dr 

<lv.i 

la 



PI. 



sul.|,.cli|- 


"bjcctir. 


tl„, il 


de 


du 


dv.ri . 


(a, 1 


la. 


d'fi/E/i 


ni 


dfi/i: Fi 


dalv.il 


la, 1 


la 



V' E lia d'alh/'iga cil 

'2" Dah'nira dal^hs[a dalv-'à dalv.'n 

■i" La a la a la 

L'a final est celui qu'on alfixe à tous les mots quand 
ils sont indépendants. 

PlIONdM UKI.AIll'. 

h /si I/O, (|ui 

J//^////.v, eelui-ci (non visible), h/lildou, qui (pluriel). 

Alf/isj^r, ceux-ci (non visibles), //s/ii;t\ ceux-ci. 

hinaso, lequel, ivasl/^r. ceux-là. 

\\ ads/n\ celui, adslii, celui-ci. 

Tlih/i, ce que, liin//, comme. 



Ai/is. 
\\ //i/is, 
A (la lit/ s. 
\\'ad//llas, 
Adsiii, 
\\'ads/,i. 



PlKINOM DKMONSTliATI V. 

relatif aux pcisonnes. 



celui-ci, 

celui-là, 

ceux-ci, 

ceux-là, 

ceci, 

cela, 



()/'/ Lit/ isis, ceux-ci, 
\\'(i/i l.iii isis, ceux-là, 
Asi/ç^r, ceux-ci. 



rchiti taux choses et aux lieux, 
ri'lalil aux cho- s. 



MV/.s/(-.'v. 
THLu. 

Util II. 

hri/iiifii ■ 

huit/ kùiiiiih, le inèiiK', 



ceux-là. 
(•('(|U(',(<)iiimc 
coiniiic. ainsi, 
comme. 



— 29 — 

relatif aux choses. 



lioas cite comme (léiiioiislratir // ou ne/i qui se préposent, 
//(//' a (lia. une lemmc ; nciiiilui ija . un bébé. 

Ou combine aussi avec c/.v, d où nets, très usité, qu on 
termine aussi par un a. m-tsa, et même nnî-tsa. 

Amis niiraii r'fsi. •"est sa maison, ou "■n/ir/s //a/au i-/.si. 
(•"est sa maison. 

117/ indique la distance : là-bas, n'a //<>'//,■//. tout lan loini.. 



PkONOMS I.NTEKnOi;\Tll s. 



/,i/i/(loii , qui pbiriel). 
I>i/iasii , ([uoi isiuij^. . 



/\is//ii>, qui ? 
(ilis/lll. (pioi, 

/u.s/i^aii, le<[uel jduriel 

/\/s/ai^mO. lesquels (sing.), hasi/m. comment. 

Kislii, combien, huildatiiou , de qui. 

hasi/i /af/ï/ig fd i^ii flii/i^ islalla/iu '.' de <pioi avez- 
vous iiesitin .' 



l'nilN(l\l lil.l' l.l.( Il I . 



Il >'expiime en ajoutant : a'jiain. 

Tliioit iii^ii/i^, moi-même : i/a/m/i a^ii/n;, toi-inèmc : 
/.aoii i(u/ii:\ lui-même. 

Aiiiiui; talii/Kj, iious-mi''nu'>, a^ii/ii: ilaliiiiii, vous- 
uièmcs, a^iii/i; /non on iii^iuii; lllia. 



3(> — 



l'iKtNOM ItKCIl'KOQlK. 



Giiiida tdluiiii l,\\'(>i/tiditHi^, nous nous aimons. 

Gn-uda dfi/ii/ig , nous vous aimons 

Gunidii Ithfi ils s'aiment 

I'konom im)i-;i-ini kt distriditif 

Kiii lu lit, quelques. 

Ltli waiitlùvan /uinii, chacun, i^ti ktilat, les autres. 
Tliitaslian , lun ou l'autre, i^d adda, les autres. 
Kumtlinnsliaii , ni l'un ni l'autre, swtiûns/iuni^. l'un. 
Ko lot, l'autre. 
Adda, l'autre. 
hùiasii, lequel des deux. 

Adshi isheii \vaigeti kalat is/i/n, l'un et l'autre. 
11 faut ajouter le réiléchi u/if^n. quand il s'agit de ses 
hiens ou de ses parents. 

Aung unga a Ith l,(iutshniig. père mon vers je irai. 
Kit iingri llh hvoijtiduiig^ 'ils mon je aime. 
hivntu/igf itiiga Ith lUcidskada. cœurs vôtres fortifiez. 
Tligdungd giviltha stilguii ; contréeleur vers ils revinrent 

V ADJECTIFS 

Il se place après le substantif. 

Xuiig itiiiigd Id, un homme bon ; Logina dnunga, livre 
mauvais : laljingc lioiifld, chapeau nouveau. 

tl se termine ordinairement en r/. du reste, comme les 
substantifs eux-mêmes. 

On ne l'emploie guère seul ; s'il n'y a pas de substantif 
actuel, on ajoute gi/iiid, ([uelque chose. 



1 



— 31 — 

(ri/i/Ki ghada. blanr ; iiifvta J-ttuHi^n. mauvais. 
I.e oomparatil s'exprime t° en suffixant fdiifiij à la ra- 
ine. 
Dtiuft^ii, mauvais, d(iuny;a iduns:. 
La, bon, Iti i-dtirii;. 

2 — en préfixant \rtiiiJimt<:^<isf. 
Hulsii, petit, >^iiiiluini^(ist i /m/su. 

•V' — en piélixant ^ifUiteli^H. 

h\\(i/i. plusieurs. ««V/H^<7ij7/ />>\<i/i, davantage. 

\\ aufi'/i><>a \i(ii<^'f/i liottslien ^l'oufflgu, dv plus en plus. 

\u(i/i. grand ; ^'■autelgu t/iinn. 

\" — en postposant kùig/i/i. 

Ilif. bas, /tel /,i/ig;/i/i : n/ia. liaut, s/ia kingnii. 
Ji/iiiclgun. tard: ot g\v(tù l.ingan. 
\'oiei des comparatifs irréguliers : 
l\i(i. vieux : l.însitli. 
Kid, extrême ; kia/.giis/ langtiii. 
(iii/iufsiii, peu nombreux ; iJY/,s7//A7if. 
hxrniiiiti, le premier; lagust, plus près. 
Ostid. devant; gust. 
Ildii /li/ign/i . devant: </.r«///i. 
/.'/, bon. /(/id, meilleur. 
Ji/igr/gung. tard, afg^ran liiiii^dti. 
(ju hutsdi, peu ; i,'« siif.sa, moin-. 
()fg\rdd, ilernier; /agnsf. 

I.f superlatif se foiiue en poslpo-ant tig,ii ou siittli 
fii^ii/ti;. 



— 32 — 

hiii sitliguiig, hi-daaiigddd. !<■ plus âgé. 
I\i(i-l{gust 'igt^'i-, rcxtrême. 
du sillihliguiig, le moins. 
Hit fign'i, le plus bas. 
Hriiuiigag^yi. le plus haut. 
Wfititelgu (igivi i/iia/t. lo plus gianil. 
Ddiinga sitltliligung. le pire. 
Jûttltlnizii, le plus en avant. 
W'didrlgu (igiri /,UV7//, le plus. 

Pronoms pk oiantiti': inijkume. 
Il ^?r///At'(7//, tous, .sii/iii/siis, peu. 

KirtJuin, quelques-uns, shiidung, assez. 

Titcli, id. /•ii'a//, beaucoup. 

(f\.rudilaed, divers, i dii/ig, assez. 

////, certains, cliilnui, plusieurs. 

LiIki iK'dutlùvdii , ludiii. (|uel(iues-uns. 
lùid/'n/f/iidung, assez-, siiuiiiuii , tous les deux. 

Tlinnshan. 1 un ou l'autre. 

IVXEMI'LKS : 

Ltli liaada ^raii(/i\rfin, les gens tous. 

Stiuigan ddii/igang, les deux sont méchants. 

/j/i liaada kva/i Ith kingung. des gens beaucoup je vois 



."V DU VERBE 

uSiiivant les graniinaiiieus anglais). 

Les modes ont le même sens qu'en français, saut h 
exceptions sui\antes : 

Le subjonctif indicjue une proposition dépendante r 
liée à \\x\ç autre proposition par: afin 'lue, '/ue, si, etc. 



— 3.3 — 

1,0 conjoiu-til a le sons de notre «onditionnel. 

1,0 conclitionnol ii lo sens exprimé en anglais par 

/ Hl(l)/. I/Kll llKljl '■ If l Li<>. I/IHI 1)1(11/ al.SO •ru. 

Il existe aussi le caustitif : je fais aimer, je tais aller; 
\ im/irrati/ : \Q comninnde d'aimer; VinterttinnncI : je suis 
sur lo point d aller : lo drsidrrtilif : je désire aller. 

Il V a ti-ois participes : \e /J/rsc/i/, travaillant; \e passe, 
ayant travaillé; le pn-sciit proi^ressif, étant travaillant.* 

NKI'.liK AT XI LIAI Ht; : l-THI: 

Comme dans Ions les verbes ipii >ui\ent, la '.V personne 
du pluriel, lorsqu il sagil d'un |)etil nombre de personnes 
ou de choses, prend lo pronom du singulier, mais jiar 
contre la terminaison du verbe est modiliéo. ou plutôt il 
s'v intercale un élémout nouveau. 

Lo pronom précède et a toujours la moino lorinc. 

Sauf lo cas ci-dessus, le radical du veibo cl sa termi- 
naison sont idenliipies à toutes les personnes d'un même 
temps. 

Il sullira tlouc pour rluupio temps de donner la \" per- 
sonne du singuliei', la .■{'■ personne du pluriel rostriclil. 

JNnrcA m ckksknt. 

Tldoii tchi-ii'^. |o suis. 
Dahnu ichi-nn^ tu os. 
Lnnii ichi-iiii, il est. 

l'r 1 HIFI . 

Tnlitn^ ir/ii-n^. nous sommes. 
Dnhuii: i(lii-ti<^, vous êtes. 



— 34 — 

(Pluriel ordinaire , Il lui nln-nti. ils sont. 
(Pluriel restriclili, Idoù is-wd-tiL^, quelques-uns sont 
(un petit nombre). 

I'assk. 

TIaon id/-rin<j;. j'étais, pi. rcstrictil. hinù i<i-où-\vfinn lau- 
dessous (le lOi. 

, FliTLlI. 

Tlaoii isi-so-iig, \v serai : pi. restr. laoù isi-i\'nii-.sa/is;. 

ImI'KIIATIK. 

h, sois; l/inn isd-dziiii^. cpi il soit. 

fsso, sovez ; lihn isti-i/zi/ti;. (piils soient. 

(jiN.luNCTll ritKSKNT. 

Tlnoit isli-an-i^ung^ 'l^'^^J*-' •'^*^'^ '^ nini/ he). 
PI. restr. laoù isoii-linn-iitiiig. 

( )l'IA lll' l'UiisKNT. 

TIaoîi is-tling(i-iiiiiig, t|ue je lusse (/ niiglil be], 
PI. restr. (au dessous de dix laoù is-llingti-gtina. 

Ol'TATU llTl n. 

TIaoù is-ungha-shang, I miglil bc nboiif /o be. 
PI. restr. laoù is~u/igl;a-iiaù-shang. 

JMl.MTIF. 

Présent : if^-g'' ; futur : is-tingha-sas-gc. 

l'AliTlCll'E. 

Présent : /.s-r/.t ; futur : is-ungkds-as. 



35 — 



vKRHKs [{iKii i,ii:r$s 



Suivant les gra m ni a irions anglais, la conjugaison serait 
assez complexe. Il laut d abord distinguer pour chaque 
temps, le temps simple et le temps progressif; au pré- 
sent, par exemple, le temps simple est : /'aime, et le 
temps progressif: Je suis nimanf : au passé, le temps 
simple est : f aimai et le temps progressif /V'/ms aimant; 
au futur, de même ; j itimerai ou Je serai aimant ; I love, 
/ ira loi'ing. Ainsi chaque temps se dédouble régulièrement. 

Les temps relatifs : jaimais, j'avais aimé, sont appelés : 
temps ///.s/(;/7</W(',s\ Il \ a alors deux i^ropositions corréla- 
tives. 

.V (•(■>((■' de la forme /)/<)<jirssi\'i- qui indique un temps 
pentlant lequel laction se développe, continue île s'a<- 
complir, il y a le temps j)endant lequel l'action se pré- 
parait, allait commencer: je suis, jetais .s»/ le point de, 
I iiy/s about to love ; ces grammairiens appellent cette 
forme, forme intentionnelle. 

Nous savons déjà (jue leur subjonctif est plutôt un cou- 
jonctif, et le conjonctif un conditionnel. Leur conjonctif 
est pur : I s/iould lovr, ou conditionnel : / nould love. 

JMIICAIII . 

i*réseul. - Tlaon kiroifad-nn^. j'aime. 

3' p. pi. restr. Ituni lurafiadit-wa-nii. 

progressif. ^ Ijaitu l'iri,ipida-'^ui>-'^un'j[, |e -.uis aimant. 

3" p. pi. r, Lava l>ii',ii/(ida-fiunii-iiun^. 

Passé. ■• Tlaan hinniada-fiii-ni, j'aimai. 

.'{"p. pi. r. Latin InDipid-n'o-i^ii-ni. 



— 3(i — 

progressif. — Tlnon La'Oi/(ida-iii-gi-/ii. je fus aimant. 

ii'p. pi. r. — Llnnti kivn>/ndn-gi-s:i-ni. 

Parfait. — l'inoii hwoiinân-^^i-ni. j'ai aimé. 

3' p. pi. LnOH UivnyfuI n-^^o-gi-ni . 

progressif. — Tlnon l.wài/niifi-giirt. j'ai été aimant. 

•{' p. p. r. Laoïi l:K\<)i/<it]ti-^yo-i>((n . 

Plus-que-parfait. — Tltion /,\\(ii/udci-gi-gu/ig-wnii, j"a- 
vais aimé. 

.3' p. p. r. Ltion l,\\<)i/(id-\vo-gi-iiung-\K'nii . 

progressif. - Tlitoii h\vôi/nd<i-iii~gun-gung , j'avais 
été aimant. 

•>' p. p. r. Liiou /: 1^111/1/ r/-iVo-i;i-i^iifi-g(wi^. 

Futur. - Tlnou /tn'oi/(/dfi-sti//i;. j'aiuu'. 

3' p. p. r. Ldofi l,\votjii do-wô-so ng. 

progressif. — Thmii k^rôi/z/da-gti/ig-so/iu. je serai aimant. 

3'' p. pi. r. laoïi /tii'ui/âdi'-gung-a'O sn/ig. 

Futur passé. — T/anii f>i^'ô?/fidn-/ig-sang, j'avais aimé. 

3" p. r. TIanii l;^vnif(idn-ng-snng. 

Futur progressif. — Tlnon l>ii'ô}/nda-gi-gung-/tnng. 

3" p. pi. r. r. I^non k^roi/ndn-gi-gung-^^'n-sinng. 

On voit que les temps progressifs se forment le plus 
souvent des temps principaux par l'introduction ou la 
réduplication de gung ou d'un autre indice. 

hi\'oi/nd-nni;, l><.K'<ii/ndn-gnng-gung. 

An oifn dn -gn -// i. /ii « -ni/n dn -g i-gi-n i. 

hn'ôi/ndn-gi-gunii, \^'nn. /•\'t'()i/ndn-gi-gufi-gu/ig. 

hwnyndn snng, /titun/ndn-gnng-snng. 
h.wôyndn-ng-xnng, kwot/nda-gi-gung-sntig. 

D'autre part, à la 3', p. pi. restrictive, on conserve la 
forme verbale des autres personnes, mais on inti'oduit l'é- 
lément 'C(^/, iCo. uv/. 



-^ 37 — 

Ku'iii/nt/-urtg, lirnj/nt/n-uii-//^. 

/\i'<ii/(tda-}^ii-fii, UiiU)ij(i(i-ii-,t.iru-tii. 

Ki'oj/ada-gi-n i, huoi^ti da-n'o-^i-n i. 

h"()j//ido-<(it/i . fi"oj/fid(i-nti-i{u/i . 

A ii'oi/(ida-gi-f^uni^-i^'(iii . lai'oifti(la-ir(i-^-^imii.-ii'aii . 

Kiiiitjoda f^i-^urig-san<i: Kiioifada-iii-f^unii-ii'fi-saiii;. 

I'kmps intk.ntionnei.s. 

Présent iiileiitlunnol. — Tlaon Uif(ii/(id(i-uni;ka-saii^. 
je suis sur le point il'aiiner. 

3' p. pi. r. f,ni>ti kiooi/fida-un^Jùi-iiut-san^. 

hupaitait. — Tldim kn'diiaada-tal-^un'^, \<tt suis sur le 
point d'aimer. 

'•V p. pi. l\ii'oi/ùda->ou-Uil-guiii(. 

Parfait. — • Tlaon liii-'(ii/fida-unghi-iii-i;i-iii,\t lus sur le 
point d'aimer. 

;{" p. pi. Kiv()//,i//-i)u-a/ig/ta-gi-gi-rii. 

Kutur. — l'tdnii liivoynda-gi-uniilio-satig, je serai sur 
le point d'aimer. 

3" p. pi. l^ii'oi/(ida-gi-ungliu-ii'a-s<ing. 

Tk.MI'S lIISrOKIi.XKS Ol' HEl A'1I1"S. 

Passé. - Tldoii Inroi/iidd-icifig. j aimais. 
.}' p. pi. r. Ldou liiiioi/(ida-i'^(i-i(tng. 
Plus-que-parfait. - Tlaon kir,,,f,id(i-guii-L;anii. j'avais 
3° p. pi. Laoïi kii'iii/ddd-ii'o-gtifi-gang. 

Imi'khktii. 
Présent. — I. l'idou li-iroi/ddd-dzing. 

'1. I\ir<ii/ddd-lllia . 

3. Lduil /,tttd/(l(/d-(/zi/ig. 



- ,S8 — 

pluriel. I. Taluni:: l.irni/tida-dzing. 

1. Kiiôijàd II Itlin. 

'■\. Ltlid linoi/dda-dzins;. 
'.\. r. Lnoii bii'ôt/ad-ico-adzin^. 
progressif. — I . Tlnoii kiroifôda-gia-dzing. 

2. Ku'oifdda-gi-lthn. 

;$. Lnoii U»dif(ida-gin-dziii^. 

pluriel. t. Tiilung ki'nijâdn-cria-dzing. 

1. Kiini/dda-gifi-ltha. 

'i. Ijhu kir<it/(idti-i^i(i-dzin<;. 

li. r. Laoïi J;irOi/fid-ii'ô-gia-dzing. 

SuB.lf»NCTU-. 

Présent. — Thion Imoi/tida-stlu. si jaime. 

'.V p. pi. Laoïi /iicôi/âdn-i'-'a-stlo. 

progressif. — -Tlaoïi hii'nifâda-gung-stlu,^'\\e suis aimant. 

V p. pi. L'nnû kiroi/ôda-gung-ya-stlo. 

Passé. — TIaoïi kirôi/ndn-in-stlo, si j'aimai. 

3'' p. pi. Laoïi kirntfddn-ii'n-stlo. 

progressif. — Tloon bi''oi/âdn-gi-ga-na-stlo. si je tus 
aimant. 

■V p. pi. Lnoii hiootjnda-gi-ii'n-iia-stlo. 

Parfait. — Tlaou fiirôi/âdo-gi-ga-sflo, si j'ai aimé. 

3* p. pi. Laoti kwôijâda-gi-oiia-stlo. 

progressif. — Tloon kiroynda-gana-stlo , si j'ai été 
aimant. 

3* p. pi. Laoïi kiroyada-K'o-gatia-stlo.. 

Plus-que-parfait. — Tlaoù kiroiiode-gi-ga-si-stlo. 

3* p. pi. Tlaoù kioot/nda-gi-oii-si-tlo. 

progressif. — Tlaon kwaytidn-gi-gung-as-tlo. si j'avais 
été aimant. 



— 39 -- 

'.V p. pi. Luoit l'^^'oi/tidd-i^i-oii-gunga-stto. 

Kiitiir. — Tlooii f,i\(>i/nd(i-si- sf/o, si j aimerai. 

."$■ p. pi. Laoïi t'i^'m/ndii-iru-sr-sflo. 

progressif. — Tlann Initii/dda-gi-giui-si-stlo, si je ai- 
mant. 

."{' p. pi. Lauu Uiriifiiidd-gi-gunir-ird-sr-Hllti. 

l'iitur passe. — Tlinm loiiiiiddn-guii-ga-nr-atlo. si 
I avais été aimant. 

•')' p. pi. Ldoii l;ii'>(/dda-^UHg-u:d-st'-.stlo. 

Futur progressif. — Tldou ùuix/dda-tsun-gunga-sr- 
sf/o, si j'aurai été aimant. 

■i' p. pi. Laoïi id. 

CONJONCTIF 

Kn réalité, <-ontlitionnel. c e>( le jilii- souvent la con- 
tre partie du mode précédent, mais non toujours. 

Kn effet, on distingue le conjonctif |)ur : f aimcnii. et 
le conjonctif conditionnel : jr KinuliaU aimer s il ru cinit 
digdr. 

1" CON/O.XITIK HIK. 

Présent. — Ttaoïi knoi/dd-ir-ld-gnng, j'aimerais. 

3* p. pi. Lnoii l>ii'o}/ddit'-lou-ii'an.^. 

progressif. — Tlaon l;irt)i/dd-i<--ld-gitng-giing. je serai-' 
aimant. 

'.Vu. 1)1. I.nod... Id-gutig-ii:niig. 

Parfait. — l'inon I.niii/ddir A/-i'/-/// . jamais aime. 

3' p. pi. f, (11)11 l>irni/ddi<lnd-gl-Hl. 

progressif. — Tlaon Linnifadif-td-gun , j'aurai» cte 
aimant. 

;{• p. Laoïi... loii-gun. 



40 -- 



(!i>>.i(>.\i:rii 1 o.Mii rioNNu 



Présent. — 'llanu kimi/âdd-tliniid-i^iin^, j aimerais si. 

■V p. pi. Laïui Ini'oi/fidn-tlitig-oii-gurig. 

])rogressif. Tlaoû Incni/ddd-tlingd-gun-giing. je se- 
rais aimant si. 

■V p. pi. Ldoii /nrii//ddd-//ifig-iro-gn/i-gung. 

Imparfait. — • Tldou knofidàd-u-dii . I niighl love. 

'•V p. Lnod kiroi/ddd-iri'-dfL. 

Parfait. - lUxui ku-nt/ada-tlidgd-gi-ni, j'aurais aimé. 

y p. pi. Laod kii(,tf(ida-ii<>-gi-rii. 

progressif. — 1 Itiod kn-o'/ddd-tlingd-gitn , j'aurais été 
aimant. 

'■V p. pi. Ldoit kir(ii/ddd-//i//i(-i'i>-gd/i. 

VOIX C.\rS.\TI\K 
Imiicatif. 

Présent. — Tlaou kiooi/add-lidl-gung. je fais aimer. 

'^'^ p. pi. Laoit k)i'oi/ddd-lial-ii'diig. 

Fvitur. — Tlaun kiroi/dda-lf/ia-su/ig. 

'.V p. pi. Laoïi kiroi/add-lf/id-iivi-sd/ig. 

Parfait. - - TIaod kiroyadd-luil-diig. 

'■\* p. pi. Laoû kiC(Hfâd-<)ii-hdl-an.g. 

Plus-que-parfail. — Tlaou huoi/ddd-hdl-gang-nng. 

SlH.IO.NCTIF. 

Présent. — Tldou 1; no i/d dn -li a Id -slln , 
3' p. pi. Kti-di/dda-lidl-irfi-stlo. 
Futur. — Tlaou l,-a'(>i/ddd-/idl-th-srstlo. 
!>• p. pi. Laon hicui/dda-lidlth-ii'd-.'icsflo. 



— 41 — 



\'01X DE COMMANDEMENT. 

Présent. — Tlaoïi hil l.ii'ot/dd-ung, je commande d'ai- 
mer. 

3' p. pi. Lnou lafoijdda-vang. 
Passé. ^- rUuni hil l;irOyada-gu-ni. 
'■V p. pi. Lddit l,il ii/,'t//fi(lfi-iro-gii-:n. 
Futur. — - Tliimi l.il l,iri)i/n(l(i-siiiig. 
'.Y |). [)1. Ldini l;il l{ii'iii/d(ld-ii-d-saK^. 

\oiX DÉSlDÉH.\TtVK. 

Présent. — Tldou l:irni/dd.-if du hniidungiing, je dé- 
sire aimer. 

'.V p. pi. Laoïi kirOi/dd-ii' da Lictidung-irang. 
Passé. — Tlaou laroyad-ii' du kiruduti-gu-ni. 
'.V p. pi. » » /.iradiwg-ivou-fn. 

Futur. — Tldou kirdijdd-if da kuudung-sdug. 

» » kii'itdting-ii'a-sa/ig. 

POTKMIKI.. 

Présent. — ■ Tlindi Liroi/ddd-liiin-iiUdLi, je puis ainu-i', 

'■V pers. Lddd l< ir ii/ddd-di'i-hd/ig-gdjig. 

progressil. - ildod hii'Di/ddd giuig-lidii-gung. 

'.V y. |)l. Lddu Idi'id/ddd-oii-liung-luu'i-gung. 

Passé et lutur. l'Idini hii'of/ddd-hd-sing-ung. 

'.V pers. Ldidt hiiiiH(idd-ird-lid-sing-un^. 

progressif. — Thudt kirit//dd.ti-gi-//d-si/tg-urig. 

'.V p. LfKdl-l'iriijidil-oii iidii^lidn-Lilllli^. 

Pailail. - Tldidi l:iii)iiddd-iidni^d-hdii-i^uiiii. 

progressif. - Tlduii l:iti>iidddii-i^dn^d-lidn-^tiiig. 

3" p. pi. Ldiiii kirdjjddd-icd-id-haii-i^ting. 



42 — 



Infinitif. 



Présent. ■ — KwOgàd-îë. 
progressif. — Kinni/ôda-gl-gf- . 
Parfait. — Kirôi/ada-gu-fir. 
progressif. — KK^ôi/nda-gi-gu-m' . 

Participe. 

Présent. — KirOijada-s. 
progressif. — KicOjjada-gi-gi-iii. 
Parfait. — Ku-cnjada-gu-ni. 

^■(>1X P.VSSIVE 

Au passif les pronoms personnels employés sont autres : 

l'"' di, 2'' dii/ig, -i" il. 

PI. l" irel, -2" da/n/ig, IV llhn. 

Il suffit ]iar ailleurs de ehanger a en zV/, di kwoi/ndia 
gu/ii/, je suis aimé. 

Il n'existe pas de 3 peisonne plurielle restrictive. 

lly a d'autres différences à l'impératif et à l'inliaitif 
ainsi cpi'au participe. 

Im PEU AT II'. 

On prépose à tous les temps et à toutes les personnes 
agwari Ith. 

Le radical est au présent kicoyada-da et au pro- 
gressif kaOyada-gi-da. 

Agwan Ith dl kivôyadada, cjue je sois aimé. 

Agwàn Ith dî kwoyada-iji-da, que je sois étant aimé. 



-43- 

I>n>tiTiF. 

Prksenti Kirôyad-ùi-dc-ètre aimé. 

Progressif. Kooi/ful-iû-f^i-i:^!'. 

Parfait. Kirfujdd-ia-gu-ur . 

Pro(;ressif. Kifoyad-ùi-gi-gu-në. 

Particu'e. 

Pricsent. Kirôyadids. 

P R o ( ; r E s s a- . Ki r <nj a d- ia -gi-gï- n i . 

i\\Hi-AiT. Kii<nj(id-ùi-gu-ni. 

dette langue possède des verbes déponents qui ont la 
conjugaison passive et le sens actif. 

Di stiguiig, je suis malade ; du//;/-sti-gufig, etc. 

FOIÎMATIO.N DES TEMl'.S DES VERBES 



Tldoù da/ig-u/ig, je ^eltc. 

dang-sfing, je jetteva'i. 
dafig-han-gung, je puis jeter. 
darig-stlo. si je jette. 

TIcioii ist-dng, je prends. 

ista.s-hang, je prendrai. 
ista-hari-gung, je puis prendre. 
istd-slld, si je prenils. 

Tldini kaiit-iing, je vais. 
laiiit-sditg, i 'l'ai. 
lidiit-luin-gung. je puis alli-r. 
I,(tii/-sllit. si je vais. 



T/fioù /,i/////,a-diini(-u/ii>\ je suis couché. 
. . . Idltlila-dung-sans;, je serai couché. 
. . . killhl<a-dung-han-gung. 
. . . kiltlika-dung-stlfl. 

Thioù s/iii-gufig, je dis, 
. . . shùa-sang. 
. . . shu-han-gung. 
. . . shm-sflo. 



CONJUGAISON AVEC LE PRONOM SUJET 

ET LE PRONOM COMPLÉMENT. 

Il n'existe pas en Haïda de conjugaison objective pro- 
prement dite. Nous donnons cependant des exemples de 
la conjugaison du verbe avec les deux ])ronoms. 



La Ith kwoyadung, 

La il kivoi/ûdung, 

La Ith kiiigung. 

Là il kingung, 

La telga Ith kingung, 

La tlh skwiint lang. 

Là il skwiint lang, 

Tlaou u tdgung, 

Laoii u tùgung, 

La alth Ith nagung, 

La alth il nagung, 

La Ith kœudungung, 

Di e;u durig ktroi/ada us, 

Tung a Ith kil/i/g/i//n. 



lui je aime, 
lui il aime, 
lui je vois, 
lui il voit, 
lui à je hais (vois). 
lui je baise, 
lui il baise, 
je cela mange, 
il cela mange, 
lui avec je vis. 
lui avec il vit. 
lui j'écoute. 

moi à vous aimez est- 
ce (]ue :' 
vous à je remercie. 



^ 



— ïo — 

Da/ioù (Il an /in-a/u/ii^r Ui us, vous moi à co-ur bon 

est-ce que ? (ètes-vous 
content de moi). 

Dung l.drii^cduii {(ilititg islliiguii, vous voir jesuis revenu. 

La lalurig kingasan<r. le je verrai. 

I>ifa^iii(i-filln (Ji lilui kiiigdsang, moi tort lorsque moi ils 

verront. 

Dung llli lcuk>i/(ida-gu-iii. vous je aime. 

Llha an (lung IfhaagiciUisliang, eux pour vous tr.ivail- 

lerez. 

Il laingf (lagu (lung hicujjung us ? le voir à vous désirez 

est-ce que. 

La an (li Iiallii/tldiingini. lui avec je suis fâché. 

Bihlc an gu dalung iinshil us, bible à vous comprenez 

est-ce que ? 

/)i lelga dalung king liangung, moi à vous pouvez liaïi-. 

VEHUES or .MUTS AI XIMAlItlIS 
MonriiANT I.1-; sKNs m xioiihk 

KiiHiluriiic, le coMir, se joinl à tous les verbes indiquant 
une opération morale. 

I)i l,icii/itn'^i- la gung, un bon idMircsl —je suis 

heureux. 

/)i liii-utungf glaiang. je suis traucpiillc. 

I)i liK'ulungc daan-gang, j(! suis malheureux. 

Pi /,iiiifu//g(' sfi-î^ung. j<' suis triste. 

tIaLiridist-lang, jesuis troublé. 

tlibii^itlagung, je me réjouis. 

saliaillliliim:. jr m'at triste. 



— 4B — 



Signe de gradation : ii'ruui^ (liiuiis:^ kasllt. 
Dl inastlagc icaù<^ ^^i^i^'g />ris/a- 



tung, 
Kingin dal/i sauge, 

Laoït kagc 

Singé Jwaunalr 

Singe jingdie 

5'?// .ç/^^/^i,'- indique l'essai. 

Tlaoù flen/lnlgnle sinslniig, 
Tlaoii tlathtanel sinslang, 

Tlaoii h((tlis.: 

Tlddi'i (Inli 

Tlaoù lîing 



je vieillis. 

mon argent diminue, 
il continue son voyage, 
les jours s'accourcissent. 
les jours s'allongent. 

'essaie de sécher, 
'essaie d'adoucir, 
'essaie de dormir, 
'essaie d'acheter, 
'essaie de recrarder. 



Awiulu/igi 



indicrue le ilésir. 



Tleillhtannge dn dïl,ictirlungung, adoucir à je désire. 
Kin dah-gi'da di Inriidungung, chose acheter à je désire. 
Hdnlflie il dugung, eau il désire. 

Chn ungd il langiigun, femme sa (pour) il voit, il 

cherche. 

Kiraù'dttiigung indique : feindre de (to prétend). 

Tlnou hsvoijdd hicdieduiidung, je feins d'aimei'. 
Tlaoù llhaangiril.... je feins de travailler. 

Tlaoù gds/ioù je feins de converser. 

Tld et /'// indiquent le causatif. 

Là Ith tlahirulungesligun, je le rends triste. 

La Ith tla-stigun, je le rends malade. 

la Ith tla-lacotalgun, lui je fais mourir. 

L(f Ith lld-tdgiridijuii , lui ic rends lort. 



1 



'llaoù lil /,/iii(fi/ii;. je le fais aller. 

Tldoù ne tld-outhii^iifi. je maison ai bâti. 

I.<i It/i hil li(iilt/tlcii^iin, lui jo fais eombattrc. 

Hangiiti<i- et hasùi^uni^ expriment le doute. 
Antid il is/uif/i^^tini;-, à la maison il est peut-être 

Où Intadr ihi isfhii^/Kuigiiiii::. les llaïdas viennent |)cut- 

être. 
Laou snfi-/i(//i^ii//s^. il est probablement ma- 

lade. 

(iirù indi(|uc la /('•ci/i/ocift''. 

Ciirù dfi Itli lia ta. s'cntr'aider. 

Ciirîi fia Illt sl>idiitig(), s'entrefrapper. 

(iiiii h'Igci Itli Litigo^ se haïr. 

(l^K'ù idlung latlfitzùig, aidons-nous. 

(iiru tclga tnlàiig l>iiigzing, haïssons-nous. 

Gngiing (wvhG être) iiidicpie l'existence.- 
Diii tunuiii liclsitli' i^iii^iiiig, je suis un berger. 

Dià tlillc gy/ginig\ je suis un meurtrier. 

Dtù sluidâlc gdgiwg, je suis un écolier. 

Xg et 'igii'ig lorment des verhcs adjrilijs. 
Tndn-ng, c'est froid ; sliflldn-ng, c'est rouge; /nù/t-giing, 
il neige ; tnl>algung. il gèle ; dela-gung, il pleut \hina-iig\ 
c'est chaud. 

Ditfiitg indicpie \e possessif. 

Il en est de même de duagiing qui est une ré|)onse 
affirmative. 

Ne tlli dfKigiing. maison j'ai. 

Kiiildii llli (Iddiiung, cheval j ai. 

Clid llli ilddt^iiiii:. Irmmc j'ai. 



— 't8 — 

Is marque Vinterrogation. 
Statilthdnii gu dung dà us ? avcz-vuus des has ? 
Dahou ga kit kai us ? vous à entant est-ie que • 

D'après Boas : 

Gi! indique l'action de devenir. 
Dr slc'-gitlvjiga, je deviens pire. 

T atscgi'/ga, le vent augmente. 

Gi/in indique la cause, 
(iijuui tl td'gan degijiùst'e'go, j'ai mangé qnel(|ue chose 
qui me rend malade. 

Gei indique la répétition. 
De st ë-gë'iga, je suis souvent malade. 

G/ (gën) Vhabitude. 
L k/ia-gi' gEnga, il rit toujours. 

77a gatagi ga, je mange toujours. 

CONJUGAISON NÉG A'I'IVE 

Ktvni kalurigane , ne pas écrire. 
Indicatif. 

Kum Ith kalunga-ngung, je n'écris pas. 2. du/ig : 3. il. 
pi. 1'" talung, -l" dalung, 3° Itha. 

3° restr. Kuni il kalung-ie/i-ngung. 

Progressif. Kuin Ith k/f/i/ng-iV/m-gu/ig. 

3" p. pi. kuni il kaiit//gi///g-iVf///-f/u//i/. 

Passé. hu/» hini knlutigun-gu-ni. 

3'" p. pi. -ivan-gu-rii. 

Progr. Kuni Ith ka!iing///i-gi-gi-ni. 



— 'id - 

Parfait Kum ItJi kâlungân-gi-ni. 

Progr. Kum II h halungùn-gun. 

Plui;-qùe-p. Kuni tth h(ilungiangung-i.vai( . 

Pi-( )gr. K(i lungigun gûn-gun g . 

l'iitur. Kum llh hùlun-giing-sang. 

Progr. Kumlth kdlung-ungfing-sang. 

Futur passé. Kum Ith kâlungungung-ângsang. 

l'rogr. Kum Ith kalungîgungânsang. 

Intentionnel. 

Présent. Kum Ith k<'ilu/if^u/ig-kash///igu/i^, je no suis pas 
sur le point d'écrire. 

Imp. Kum Ith kfiluiigiitalaiiguiig. 

Passé. Kum Ith kn/ufigungkaa/if/igï/ii. 

Futur. Kum Ith kû/un^/unurgkusa/ig. 

iMI'KHATlf. 

Présent. I. Ku/u /th /i"/u/t(/u//-<l:-i/ig. 

2. Lth litdunguiig. 

',\. Il kulu/igtta-dzi/tii. 

l'I. I. lalung lidluugfin-dziiii^. 

2. Lth k(ilungiuiiii<). 

3. Ltha hdluugian-dzini^. 

.'{ restr. // lùiliiiig in'un-tlzini^. 
Progressif. Kuii-llh hiiliiugid-dziiii;. 

[•'unMK iiisToiui.u i;. 

Kum lth kiilu/ii;nfiL;ii/ii^y jc m'(''( ri\ais pas. 

/»>//// //// hiiliiHi^iiNgdtii^uiiL^. jf n'avais pas écrit. 



50 — 



Imi.mtii 



Présent. Kiini knluiiga-iic. 

Pï'Og. Kitin l,(iluni^ian-ge. 

Parfait. Kiini hnlunguniia-nc. 

Prog. I\it/n l:aluni:;ir,nng(i-n('. 

Pauticipk. 

Prés. Kiiin /.//lungfins. 

Pi"Og. /\i//// /.f.'/u/tguingii/ii. 

Parlait. /ûi/n /,aiiH/oringii//i. 

Nous ne donnons pas les autres mctdcs comme pou- 
vant être facilement formés sur Faflirmatif. 



VOICI LK P.VRADIGMK DE l/INDICATIF Dl' VKRHK 
1) Ai'ni:s BOAS 

VKHBE IXTIîANSITIF 
St'é, être malade. 

I'lil-:si:.M-. I.\]P,\R1.UT. 

S. I'» ])ersonne. Di sf'c'gtt, t/c s/' r'gn/t. 

■2" — De/'i st'\-ii-ga E//, dvJi st'r'gdgan. 

:V — Ls^^cga, i s/'r'grui. 

Pi. 1" personne, /ùl sf^c'ga, rtl sf^ê'ga/i. 

2° — Ddhn sf\z's<igen, d al vît sf 'rg/igri/i. 

'■]" — / ■'^■/' /■'/•ôgri, I si' r'roiïdti . 



— 51 — 

l'AHI'Arl 

s. !'■'■ |)orsonnc'. De st' ci^aiif. 

'1' — Deh .sf'''^a/>i\ 

■i" — / st'r'<ya/ir. 

IM. 1'* personne. /{// sf'r'i^nf/r. 

'2'' — DalvJi si' riidtu- 



W 



I s/' r/<)'"n/t<'. 



KlTLIl. 

de sf-^c'raiga. 
dfJi si' r'ras^a. 
I sf l'rasga. 
cil s/' i-'insgfi. 
(Idlv.h si c/as<r(t. 
l s/' rgliitasga. 



AKRBE TIIAXSITII" AVEC COMPLÉMENT 

Iniiicatii i'uksk.nt 
Khin, voir. 

sr.lKT .VU SINGULIER 

!*Fîi\iiini fiii^<iNM. I)ir\ii"\rr: I'Ihs!).n.\f . Thoisikml i*khso.\>'f. 

\''V. Oll.lKT (Sint;.) I)r lia Ulil'li^d , !),■ 1(1 IJnil 1^(1. 

2'' l)cH il kiniiiiii . Uv.ii Iti l.hiiiL^ii . 

'.V I il II IhiFiiiii, Lu (In l,liiii<^a , 
— liai lliiiii^ii , 

l'KKMII ItE l'IÎKSONM-: UIXXlK.Mi: l'i:KSON?iE TIIOISII .Ml; l'KRSON.XE 

l^'P, OiMicT (l'IiH.) Eli ilahhiiiiin, Eli du hiiiiid . 
2' l)(i lv.il .il lliitii^ii, Diilv.h du l/ii/'igii, 

'.V /.a lllliiii/iiiift, /.Il du li/'iroi^ii. 

SUJKT AI i'j.l lilKL 

l'IlEMII HE PERSONNE IIIIMIME IM IIMINNE TIlOiSH'.ME PEHSONM 

1"i'. OliiKi (Sinfjf.) (lO (hiv.i'i Uii iij^ii . (loin ki'iirl'i^ii. 



2" n iiicrniv.nlihi nfiii. 

■i" l.\. llv.n khi /,;.-/. /./ ,l„li.„IJli llfTU. 



tll'.n lu kiitro"ii. 



52 



l'-'-P. OïLiirr (Phir. cil ,l<ih.n hiiiif^i. Pll le khiù rôi^n dcù. 

'1" Dalvii hlii }ii^ii, iliilvji lu klmirogu. 

3° I.e dEi'i lihi'nrogn, lu dnlv.n hliinroi^ti ^ 

D'après Boas, le négatif se forme en préposant ^e/« et 
en suffisant ran. 

(iv.ni (lest' (-'rd/iga. je ne suis pas malade. 
Geih In tl khin raiiinga, je ne les vois pas. 

VERBES IRRÉCxULIERS 

L'irrégularité consiste en ce que la racine du pluriel 
est différente de la racine du singulier. 

Kaiitang, je vais, istiëdang. 

Tlidzgustlnnd, bander une plaie, tlidzndung. 

Kagang, se promener, istnlgiing. 

Giatlindagivangurig, divulguer, giotlindachndiingfing. 

T/ig'oa/uin aidung, errer, hiidjangung. 

Aidufig, courir, l'Imstaiig. 

Kdgivâlarii^, s'écarter de la voie, issagung. 

Si/i kfithing, grimper, istalthûgung. 

Kdijddiig, marcher en droite ligue, istdijdaiig 

Gidstidiig, verser, giaddgung. 

katsong, entrer, isizang. 

Kattigung, dormir, kaslang. 

Ltha nlth aidung, courir avec, kfiâd/nngung.. 

A^dgung, habiter, naanguiig. 

Hall an g, boire, nllgurig. 

Tilt Laiitddg, partir par canot, ostang. 

Husfnng, briser, tlalnidjangung. 

Td/nisfiing, craquer, tdhudjdngurig. 



- 53 — 

Kukdkwudung, cracjuer, llnhudjatigiuicr. 
Tdkhoùlihwudunguns; , écraser un œuf, tnlhoùhit- 

Jangung. 
Tidang, être couché, tislang. 

k'ufillinagung, être assis par terre, tikungawangung. 
Changa liagung, passer à gué dans la mer, chaiiga 

istalgung. 
Kiang, choisir, kingstang. 

Gihalaidung, courir porter des nouveWes, f/ihalkhi(sfri//g. 
Giangung, se tenir dehout, tlnziigiagung. 
Gidgung, s'arrêter, tUizugianguiig. 
Gluidzang, tomber dans, lioàwlt/ang. 
TcitliticJiing, to embrace, tltthaliching. 
H<il-liiigung, conduire, halistangung. 
h'il-kaiùang, envoyer, kil isliedang. 
Tigung, tuer, tlilang. 
Saliailthlaiig, crier, stiliaigung. 
Tlidaltfitung, tomber, lumivigung. 
Isantigung, être pauvre, isanlislaiig. 
Koàwaiig, être assis, lluadtmg. 
Tlistalthang, lever sur ses genoux, hastallhoiis;. 
Yhitgii'angung, fuir, ungâdalguiig. 
TligungiDanguiig, nager, guii gungwatigutt g. 
Agung dalthitlang, se cacher, (iguiig taluillhlang. 
Gluniiddg, être couché, giuanslaij . 
Kwuluiigkatsing altli kuuxoang, s'agenouiller, kniiliirig- 

katsing ait kaouslaiig. 
Gluidzdiig, tomber dans, hoàivifza/ig. 
//i////dzii/ii/igiifi^, (tu l>c ///oir/t ahoiil) nil Imi -nlnn^iiiig. 
Kiroiiili^iiiig, Mioiirii-, kn'i'ltillligiing. 



— 54 



VERBES CONCRETS 

Il faut entendre par verbes concrets ceux qui em- 
ploient une racine verbale différente suivant l'objet de 
l'action ou son mode d'exécution. 

(ridlugiinii : porter (d'une manière abstraite). 

Sis(/it/i(/, porter de leau. 

SkiiltJiijdiidiiinj . — sur ses épaules. 

Cluidiiiiij . porter un hal)it. 

W'tirivliifiiitKiuiiii , porter un paquet. 

Zisl'iduiKi, — avec des ^jinces, 

WuiiafiiiiK/, — sur le dos. 

.. Sùzf dif/u/i;/u/n/, — r une épée. 

Sis/>aùdu//(/, — le sucre avec des pinces. 

Clnagung, — l'eau du puits (puiser). 

Chilai slutlfiaiujitug, — un fusil. 

Dullddcliiitiiii, (to carry up). 

Diigung, porter du bois. 

(natliridaiitl'uaiiijiiitij, porter des nouvelles. 
(Tiu<Jgti/igsfiiL'uf/isf;idit/ti^, porter dans ses bras. 

Hdiîduiuj, porter une fois. 

Halujungung, jîorter plusieurs fois. 

Kivaùaiduiiij , porter sur sa tête. 

KwoisKjiiJujiunj, porter dans sa bouche. 

Tldlnistaiiii : briser (sans autre indication). 

Aitlahadêdutuj , rompre une poutre. 

Gilk tdkurKjiing^ — des biscuits. 

Skid/diin;/, — en deux. 

Tldhddcdunij , — ma promesse. 



— 55 — 

— Tldlaicjuny, — en pièces. 

— TlaliurKjunijy — le pain en morceaux. 

Tlatumichinij, — de manière à détruire. 

TIairliauniiiin'i, — le corps. 

Tiltliic(iii<iitn<i, — le corps avec un fouet. 

Kirtiii lii'niiduiKi , — les picnes a\ec la poudre. 
Kirnii ll(ilit((l,/)iiiiii(ii(i , — les pierres. 

Sl>iiij(>iii(iiii , — lesjainUes. 

Skohirulujinniuiiii , — à travers. 

Tidiiislti ii</, faire craipiei". 

I)tui<iiicltlniii-(ii</i(iii/ : déchirer en morceaux. 
Duinjultlniii'diijiiiiii. -^ un halnt. 

Dutii/izitziiin/ . — en morceaux. 

HduiiiiniiiK/uiiii , — du [)apier. 

I\h(iii(nni/i(juii</ , — des vêtements. 

Ehiritii(unii(<iuit<i , — avec les dents. 
Skididiiini , — en deux. 

Ail,ii-(ii'icdisll(iiiii , — en bandes. 

{{liVKTIll 

Tlaoii sidiillltdou KiKjd lidslldi/'/ .\i- pouillc un de mes has. 
Tlaoù stalUthdoà Kin/d is/ldnij, je pouille deux tie 
mes has. 

Tlaoù lllil.ll'ld l(d</d flàslIil.lKi, |(' pouillc 1111)11 li:d)i(. 

Idtjiidir uni/a ijirusllaïKj, je pouille mon chapeau. 

Aode/s u/u/a />atsa/if/, je mets mon hahit. 

Ididels kalii u/if/a chisfld/i;/, je mets ma chemise. 

dsifir/iifif/, ... je mets mou hahit. 

... stiisldxjd Nf/i/a /lasf fan;/ ,\f iiicls dvuK de mes hottes. 

stdshiitjd nniia istUiiKj , ... une de mes hottes. 

collar uiiijd islldiiij, ... mon collet. 



— 56 — 



— hfl t'skât liiiayuntj , quelque chose de rond autour 
de mon cou. 

On voit que la racine se modifie suivant que l'objet 
d'ailleurs ici séparément exprimé est au singulier ou au 
jiluriel : hastlarig, istla/ig, et aussi suivant la nature de 
l'objet ; hasllang, chistla/ig. 



Tin o ù ch iss it iirii/, 

Dï /chitziii/u/u/, 

Di ïdumzuijiiny , 

Di ikf'tZlKJÙfKI , 

Dï ithlkitzCu/imij, 

Di ikunitziiyurK/, 

Di iskamzûtjuny, 

Di iskatziKjunfj , 



e SUIS gras. 

e suis très gras. 

e suis court et gras. 

e suis grand et gras. 

e suis grand et très gras. 

e suis très grand et gras. 

e suis grand et maiere. 

e suis inaigfre. 



On voit ici la réunion de plusieurs états réunis indi- 
visiblement. 



WasiKjung , 
Kâdsdançi, 

Sindai/it/Kj , 

Ddlii (illli shfiiddiiij , 



ouer pour des habits, 
ouer aux cartes, 
ouer avec des bâtons, 
ouer pour de l'argent. 



ADVERBES 

DE TEMPS 

llan, alors, awolth, d'abord. 

Silid, après, /.ndi ai/izanan , présentement. 

Hoù/fang, immédiatement, clt/iki, déjà. 

Kicu/Kiat, devant, tidaltJi, hier. 



Addltlislo, demain, 
(îast. en suite, tie suite, 
\\ (i(ll((, ensuite, 
.\i(i!(i . aujouiiriuii, 
Edgù, toujours. 
Tldd, longtenips, 
Sicfi l'i/i luii^. ton I ours, 
(iii, souvent, 
(lifilatt, quelquefois, 
L/lnf<ii(i!^ii\ de nouveau, 

(U' plus belle, 
lldUshcii. de nouveau. 



/Uiiilù, il y a depuis. 

ivcd/d, maintenant. 

i/d/id/i, bientôt, 

llislludd, bientôt. 

////// llihu. jamais. 

Iiaitdii , pendant (|uelque temp^ 

liddsl'il , contiiiuellemenl . 

1,111 hdtld, l'aienient. 

fiuiii:^ an g, i^'é né ra le m e n l . 

Iiodtidgii, de nouveau. 

iiisild. le plus ^(juvent. 



SU,, Mir \(iii , 

Illl.d, SUI' id/IO/l . 

Tcigd, sur [i>\'ci\ 

]\'dùd/u/t . là, 
Adluii, iei, 
Tliiddii, partout. 
Kiiiinast, devant, 
Wdùft, là- bas, 
hidi;dsf, delior>, 
.A di^dsl , dedans. 



OK I.IF.I 

Ihtil. sous. 
UrI, en bas. 
Kriligiid. à lia\ers. 

/•///// lliiddd. nulle part. 

hdiiild, vis-à-vis de. 

sidi. tlessus. 

d. dans. 

Iicl. di'ssons. 

I,id, bois de. 

gid, ilerrieie. 



.\\ va: Mol \ i: M i: .N r 

Adshi-sldhd , d'ici, ddd//d,dfig, de ((Hé 

OlrllIiLdiig. en aiiicre de. sil.gdiig, en liaiil. 

Ailddllhhditg, aulonr. ir,>rslil, (Iku-s dci. 

Ilrliidnij. en bas. /////'A'"// , vers ici 



— TiS — 

Sffi/in, en avant, a/z/i/a, au loin. 

]\'adsln-stahfi, d'ici, ./'"S"- loin. 

Annan, près de, oùdhtn., vers ici. 

Kiuitingnil' . id gfi, vers dans. 

Wadsiigiri au loin, ai. id. 

((à. vers. 

DK (UALI ri-: ET QIANTITE 

Lagiing, bien. I>ii'uii(iii. fermement. 

Hoàitang, vite. /■n'uiiingr l,ladsl,as, hardiment. 

Klddsha, Fortement. I.utaiigllidziidi. sagement. 

/////. ainsi, //«, id. 

Yuan, très, l,ivudujiiial/liait tout à fait. 

Teh/u, plus, i/rnl,ien, excessivement. 

TIait siriiunaii , seulemenl, Irhjn (n/n'i /as, id. 
Siiltliliiiun<i , vite. //v/// /r/yc/ r^/, le jilus. 

Waiilch/ii aijici, le plus. hrinlal. à peine. 
]\dahan<j((sl ed, le moins, l,ii-an, beaucoup. 
^7/7,9//^/.'/, presque. idant/ , a^'se/.. 

Tahianij, presque, hl'uhjan, peu. 

daiaadanij , entièrement. 

tilcli, un peu. 

lafilzini, jKirtiellement. 

DE NO.MliUE 

Sa siraà//sha/ii///, une fois, 

Waui/ùd Ith'iinillli, triple, olijiraà, enfin. 

\\'au<iad stun<j , double, icadla, secondement. 
Tlaiianij, premièrement, atfiionii a//iri, dernièrement. 

sfan'juf/'j. deux fois, 



I 



— 5<l — 

D'AÏ I IH.MAllO.N, DE .NKCIATION, DE DUl TE ^ 
ET DT.NTElîRUGATION 

Ainj, oui. hiradlilidiK/att, certaiiieiiient. 

YcNsIr. vraiment. (ilni oh cli^ sûrement. 

KalidiKi, 1,111)1, (■////,i(//n/ , non. 
kiiin llihu hlifnii' 1,(1111/ iiddiniiun/ , non. 
AsiinjKiHj , peiit-êtic, n'uiLum, improbablenient. 

.Im, probablement, (tlhlituinnij , possiblement. 

llatK/iim/ , i(.i. 

Kidaiin, où, l,(isliiii/l(iii , pourquoi. 

Il t si 1 11(1 II . loisipic. (//is/iif /.'(//////((in ^c csl pouTipioi. 

hi.shindo, itl. 

PRÉPOSITION 

.1, tlans, l,(ililil,(i(ii( . -.[ la place de. 

(iiKi, ijii-iiii, à, lia, ilerrière. 
^/V^dansiavec mouvement I, h<i(jHii<in, à cause tie. 

Siiihd, bors de, slui, parmi. 

Ail, pour, "'fisJi/, de (of). 

Kii'Hiiiiii, devant, allli, avec. 

Aduiiij, excepté, hiinidii, coidormément. 

.\(iil(i, ciitic. /'(i/l/i;/ii'id, anU-dscvs. 

////,//, ->ur, ^'//, dans (avec mouvement). 
Ilclil, sous, 

iii/i/m , prés de. 

.1//, devant. 



m 



CONJONCTIONS 



]\'//if;('//, et 
/fan, alors, 

Il o/>, que, 
/s/n'/t, aussi, 
S/it'//, si. 
/s/,r//, et, 

riislludii . I()rs(jne, 
. [Ilithi , à cause de, 



(uitsiiirtiii , ou. 
//(■//> sii'duiuiii , seuliMiient. 
finisf/ii'dù. ou. 
(iddiKj, excepté. 
s/ir/ta/i, quoif[ue. 
isliin, aussi. 
Iioùslieii , de nouveau 
//(y«, mais. 



INTERJECTIONS 



Oldiif/. arrête. 
(ildua, viens, 
lûro/,[/tfj, voilà, 
.1/?/, (//(/, admiration, 



/'7/, ilégoùt. 
ma//,-, fi ! 
/'toitfd. id. 
hnùd, cri de jf>ie. 



Addiiid, expr. de douleur, /■'*), dégoût. 



Diax I i;.\i !■: i-ah iie 



FKEMIEH CHAPITRE 

KRANCAIS HAIDA 



NoMlCNCLATl KK 

CetU' mtmciiclature coinpivnd les dialrctcs Shiilf^alc 
Mil SSCI et J{ii/ns/u\y//. 

lloM.Mi:.^ 

Humilie, ililiirj^d. il lil itiiint . 

Femme, LlHuhi. /nda. 

Vieillard, hcia. hua. 

Jeune femme. Iicli>liniili<i . nlzi-da. 

(iarcuii, litillflii, illii (ihtiilst)ti. 

l'aille, LIkkIiiIiiIziki. /(iddliulsii. 

N'eut, t//iit/ii;ii/ii, (iwalilllziihoullli . 

N'euve, llliii/iiiiitti, lll;ltill;()()llli . 

N'ieux garçon, s/.ii//L;iiti/ri. hiuiiilLIidiliKiti^. 

N'^ieille (ille, sl;iin^iuit(i , LiirnldiiKiiiiL;. 

r.\i;i'ii;s dt cours 

■j'èle, l.iiilzi'. I.diz. hhitlz. hniz. 

Cheveu N, Lashnitl, l.dlll.aitl. I.ids. 

{.'() lionne (le la lèle, llliiid Z(\ 1,1 iiii;in>tz. 



— G2 - 

Crâne, hasiL katzhul. 

Figure, ho.(iiii:;(i, Iniiigc, liiiii^c. 

Front, kivul. 

Œ'\\, /lll/tS>(\ IlOlli^C. 

Pupille de Toeil, hiinf^ihltaiiirtii, hungkon. 

Cil, huiigihlfriifufsejningilt(ihi.\iiti 

Sourcil, .s/,c/s-/nm\ slatilz. . 

Paupière supérieure, /la/ti^r/k///, liuiiiiLiil. 

Inférieure, /iitfiiifuvd'u/. 

Lobe de l'oreille, ofii/ii/ii;rn\ i;rùsff/i. 

Oreille, o-i-ù. 

Trou de l'oreille, orù-hc/, i^rùsfcn'/,'//. 

Ouverture extérieure, iiiTi/.-n/ir, i^rùlif-l. 

Nez, hiviin, /,tri/,. 

Ridge of the nose, l;^\'un(iii(i , l,i\'iinill,ini . 

Narines, l;\\'iin-h((llr, L-wurizool . 

Cartilage du nez, k^vuntungai , l:^vun ihltatz. 

Perforation du carlilage, kwaiihcl, ksVHnluthi . 

Joue, l;itn tscdri. tifzul. 

Barbe, .s7,vni7v, l,(iiow((. 

Bouche, hcth-, hr/lc halIc. . 

Lèvre supérieure, ktilsu-iun . /.^rdnsfixi// . 

Lèvre inférieure, kursiruii , Lwnothediioosc. 

Dent, tfiiiiga, tsi/zi^, /shin. 

Langue, fa/>gi/, titnp;!. 

Salive, klâna, tita, kldn. 

Palais, shtngi/e, slngitz. 

Gorge, ' kagùizoo. 

Menton, f/kai. 

Cou, kîl. 

Pomme d'Adam, fsisn//i:^a. 



— ti:-! — 

Corps, hall,-, hloo, iltlih,. 

l']|Kuile, slail. 

Omoplate, sl;ull;atiltiitii<\ shaltiid. 

l'oitiinc, l;liiir\\e, (linoon, kiui. 

— lie leinine. Idiiiiwc. llinhitic. 

M aine II es, l.liiinwcLtdin , Lliitnncliootzon, 

il IKXI i . 

Ilaiiclic. (iiilh^vdii . 

(>eintiirc, hixilimr^c. 

N'entre, l.iLlii. liiz. 1,-,-itsli. 

Xombril, s/,//. 

Bras droit, liic, solgoosi, l'Iiai. 

Bras gauche, lii'r. s/tiiii;o()sl, Uuii. 

Aisselles, sL-^viahidU, sl,n'iil/,alle. 

liras au-dessus du coude, It/i'l.wnl. 

Coude, liirlsil,-trc. l/il.a'usr. 

Bras au-tless()us du coude;, lif// I.ihw 

l'oini>\ sliiil.n-iilliii^c, slrh\v,)litutgf. 

.Maiu, sidi, sllf/i. slillai. 

l'auiue de la uuiiu, sll-l;(i<^iui , sllai-huii . 

Dos de la uiaiu, sll-dann, slhii-shnai. 

Pouce, sll-luyi>d(i,sll(-l,iV(ii,sliluL\K((i(i. 

Bout du doii^t, slI-LooiKi. 

Second doi^t, .slItii-uAsr, shilatiii^e. 

Petit doigt, sil-l,\voi/ti, slla-nt. 

Ongle, s/l-l,nui/i, slla-knuii, shlukitit. 

Articulation, sll-ldiiiiir. sll-liiimii. 

Espace l'iilir I('saili((ilali()ns,.s7//,v7^/.s('. 

Croupe, sll-liiil, sll-ixil. 

•Iauil)c, liiil. /,((■///(*. 

.laudic au ilcssusdu liCMou, Ici. l'L til. 



Genou, hwidhi. /i^vn/o/i af:. 

Ilotiilc. f>'\vii/-o(>/,-/i/N//i:<\ Lwul-olinl . 

.1 a mhe au-dessous du g'cnoii, l;i<itl-l;<iiuii . 

Mollet, hi(tll l;o,v. 

Ciieville, slalcvnltiiujr, stdiLwanl lini^ai . 

(Js de la eheville, tnnuirr, tunuii. 

Cou de pied, sfiion/in. sfnon/i. 

Pied, s/f/;\ l;l-st((i. s/a. 

Plante de |)ied, sfu-hanm , slai-hnit . 

Talon, std-L'.viii. siii-l,\vi)<ic. 

Doigt de pied, sta-l<un<j;i\stu-kuiiiii\sl(thiin<^i. 

Orteil, fita-hivunc. sfa-Incai. 

Ouati'ième doigt, .s/a-/<\ri)f/i, stn-nt. 

Ongle de pied, s/(/-/,n'ii//. 

Sang, /,ai\ ai. h ni. 

Veine, /,-(ii-//>s/,ù/, ai-i/i.sh/a. 

Cerveau, /,fisi/i/sT//a, /,/isi//fzif//i;'. 

Cœur, liouii'fi, /•'""/''• 

Hognon, ill.lidi. 

Poumon, /i//,'(ici/i()on'/ir. 

Foie, tlhit'ul. 

Estomac, kc/zi, l;itz. 

Pouls, stiii ili (I ili I Ittin^i. 

Vertèbres, isooi, llctzai. 

\Vstiges, sid-sil. s<ii-sil('. 

Intestins, hinc. s/a//. 

VKTEMENTS 

Cliapeaii, talsimi^. 

— ■ de plumes. hllianvu. 



()5 



.Masiiur, 
Collier (l'os, 
Pagne, 
Morassiii, 
Couverlurc. 
liiickshin , 
l'eau (le castor, 

— (le loutre, 
Peinture noire, 

— rouge, 

— jaune, 
Tatouaae, 



hlhist d<j;c. 
hWit kildi^r 
sidl ^itiihi . 

lUIlliC . 

luiiddDKiNd. 
lit m II . 
Imiitlnilli . 
Id,l„. 



iiAmrATio.Ns 



Sliil)lodiii\ 

l'olr loiloT, 

Do()rsv<ni i)f Iddgc 

Trou à luiiu'e, 

Natte, 

Foyer, 

Vi'w , 

liois à hniler, 

(lendies, 

l''uint''e. 

Suie, 

l-'laniinc, 

iîiaise, 

('liarl)iHis ('teints. 

Tisonnier', 

Lit, 



lui . 

ii/is liousil. 

hiii. 

Liiiit. 

ili^{ifili . 

IsdiKiodiiii . 

ISdIIII. 

Isdiidd. 
hltiillidil. 
I.diitw. 
lutlhiil . 
I,iilidi^l(ll<i. 
/dS. 
stilli . 

hiiiilihoiv. 
Ididdii . 



— (3(5 — 

l.XSTr.CMK.XTS 

Arc de bois, tlhi-t. lUiait. 

Corde d'arc, slan. 

Flèche, liUiii^dl, /s/i/ii//u/ti^. 

f]ntaille pour la corde, slostai-ai. 

Pointe de tlèclve, shoodsiKiluiiif. 

Carquois, lni\vill,^\'odc. 

Glu, Lhdil. 

Massue de guerre, sliidzf. 

Flèche de guerre, Lliatl , susnidil . 

Flèche à poisson, A?'/", Iihill.indil . 

Canot, 1,1(1(1. 

Ligne, :,'///. 

Ligne de soude, tltidi. 

Filet, lidtlioo. 

Hameçon, /<uv///i/. 

Tambour, /.otr/,//// . 

Pipe de pierre, sl.ddsootla. 

— de bois, kivai skadsoxw ludhcdoù. 
Coupe, skddlhu. 

Plat de bois, haitlci. 

Bole, kdiiilo. 

Mortier de pierre, laro. 

Pilon, larotsuii^. 
^'rille pour allumer le l'eu, hlltaige. 

Cuiller de corne, skoodslagul. 

Hache, Idtllion'. 

Ilerminette, hola. 

Couteau, slunv. 

— manche. slùiiv-^iisiif. 



J 



(n 



(](>iitcau |)()iiiti', 
tranchant, 
— dos, 
Hàtissoirc. 
Vrille, 

Couteau à poisson, 
Alêne tl'os. 
Tamis, 
Fil, 
Fil de peaux. 



\' lande. 
Ragoût, 
Tabac du pays, 

iNoir, 

Bleu, 

\ert, 

llouge, 

Vermeil, 

Blanc, 

Bayé, 

Jaune, 

Taclie.s, 



s/,i>iV-/,(ii. 
sl:oiV-l,-i)n(i . 

Ldtll.tilld. 
1.11 lulo. 

hitull.;nv. 
lun. 

luii-thntiia. 
Ldillid. 

.XOIHIUTIÎRF 

Lira . 

/.i///i(i/sai;(i(i(/a . 
luiidd lnviiiru. 

COlLKlIiS 

hinhi. 

I.in-hlilh. 

o/,l/,. 

si<i. 

mus. 

ni 1(1. 

Sc'S(il;i(lii/ig . 

fSflll/>l(l. 

Iilrll,<i(li.s. 



NOMBIU-: 

I Si{'aii//.st//ii; : '2 sfoo/ii^fi ,• ;{ ///,i(v////'/// ,• 'i .stdiisuiit; 
5 1:1(1 lia ; (■) l,l(U)uiiilil : 7 sil.wn : H stttcn.stini^d ; '.( hlnnls- 
H'H/i.^i/ii;(i<i ; \{) 1,1(1 1 \ Il /,/(// n'()/iSii'(i/i sii/ii; : 'iO ///:,',cv 



— GS — 

DIVISIONS Dr TEMPS 

Année, sinil.iiiii. 

Mois, /,ii/ii^/,(iiss^// . 

Nouvelle lune, /<u///ird/a/ii^. 

Demi-lune, kuiiiiKic. 

Jour, (i//,/iiia/i. 

Nuit, alf;ri. 

2't heures, sinsi^'a/isi/t . 

Soleil, izDorc. 

Lune, liiiii^:. 

Etoiles, hnifzd. 

Etoile tombante, Jtdilzoonarr. 

Aurore, y un h oh a. 

Arc-en-ciel, hwot sa/,- ^vohiui. 

Brouillard, i/riiiiit u/i^w/ifa. 

Gelée, ku/ooni^- fol. 

iNeige, tao^v. 

Grêle, kti/sa/uni^-. 

Glace, /,ulii>ri. 

Icir/c, tddistil i^oo/i . 

Eau, lamll. 

Foaiu, sl,\vulrii. 

Vague, /('((. 

Courant, tzooa. I,<.vuli i/îiii 

Flux, Izoohwi' liai. 

Pluie, /////. 

T( ) n n er re , // iliiiiia . 

Eclair, slnithiniha . 

Vent, tdjoii'. 

— du nord, //«)tr. 



— (;<» — 

\'t'nt (In nord-est, /mosn//. 

- <-'ï>t, liddislalaidoo. 

— sud est. hhv. 
(Hicst, hahoonlfiiiti. 

— nord -ouest, Idii^iatlutonsl. 
I.C sol, llii<i- 
Tourhillon, IfidzoUairc. 
Poussière. IciiuK'liooliinii. 
Boue, lilidii. 

Sel,, hiN^d. 

Pierre, /il Lu. 

Nord. 1,1a //oos/ii^a. 

Kst. sundluii<i liiliid. 

Sahie, las. 

Sud, lihioo. 

Ouest , /('iri'hiiiiicitu . 

l'AiiK.N ri-: 

Orphelin, lllJii'ji^it'd . 

Père dont les onfiints sont iiciiil iiii^lmilniia. 

morts, 

Kpouse. iIhi, s/iii. 

.Mari, ihiluil. 

Kils, (I. |.,r, |..iilr) /,•,•/ ; lia llliMV|,.iil,> /,,,. 

Père. (If ll|s|,;irlui/,«H/li,.;(l.. llljr |,..rl.) /,«/,^i 

Kille, il. |M 1, |,.,il,|/i«/i/,»; (lailll'li|.aill.vX<'.T 

.Mère, I. (il- |.,irl,- ,M. ,n : (la lillr |.ark-^ •w,i\ . 

<_■ I .. (Il' Iriri iiaïUl rlius-liiiiii : (la stciii- 

So'ur cadeUc, , ^ 

|..ulc) hlUllllt. 

Frère aine, (l. Inn- |.,iilf* </««/ , (la ■iuiii|iai-|i) .Im. 

Krèr<' cadet , (!.• liiir |,ai|f) luun , (la Kiiiir |.ai'l>' i /...,;). 



7(1 



Soeur aillée, 

Feinnic du iils aino. 

Le père du maL-i, 
La mère du mari. 

Le mari de la lille aiuée, 

l^e père tle la femme, 
La mère de la femme, 

La femme du frère cadet, 



L- Ircro |iai'loi cliiisi ; ^hl somii |i.u Ir 

t/nifiy. 
o pcr.' |.,nlU') /.crlrllii : ( h, inùrc ii:nlr 

/•('(•^/H ilrliii. 

■.t luiiniu; |j;uk-i Ihihiilliiiiiiig. 

a icnnne p.u-lc.; u^vllal,,,/. 

<■ pÙFc parli'i /.rrl ,/iii<(tl(ili((l ; (la iiht, 

par-loi /,<;■! i/iiidliihii/. 
<■ mari paili- rhiiiilil. 
a mari parle) ihiwtf. 
V pùrc jjai-K'i /icri liidiiclui ; (la nii'r( 

|,arl<.) /„■,•/ Utoii clia. 



Le mari de la iille cax.lette, ^ i ' 

ilamcrc parle) iichriKcel tixiiitltilirii. 



ATTllES XUMS DK PAlUiNTE 



ChiiiiKi^ grand-père. 
Aùng, père. 
Kdgc, oncle. 
A/7, enfant. 
Kit itliiiiiiis, fils. 



.\:iiii, sjranii ini'ia 
Oii. nu'ri-. 
Sl.aii. l.iiiU'. 
lui. 1.1. 
(;,vi„l/,ni,i. lillr. 



Kif itlinga hivaias, (ils aine. Kn cinula Lmuns, liiK- ainrr. 

Kit Itlillga tuaiias, fils cadet. Kil .lunlu lumnis. IIIU' lad.-Ur. 

lllifli^a liatsu, enfant mâle. Chada Imlsu, onlam an frminin. 

hwitnnti, beau-père. Jnimn. licllc-mérc. 

T/(//. mari. t/m. rpmisc. 

Kitlltil, beau-iils. Kitch.,. h,.iK-iiiie. 

Sn'aii/i/i, beau-frère. s.v»»//.) ixllc-sa.iir. 

KiVai /,if iflingaSy neveu par K^i'ni i;,i'inl,aii(i. nlrc.' par i.- fr.T, 

le frère aine. ■''"''■ 

Tua// kit It/ingds, neveu par /■»„„ ^.viulinna. niùrc par la sd'iir 

le frère cadet. riHirUc. 

Di nllh niins />ii\.ra.s, cousine. 



— 71 — 

Du a. iVèro. 

Al)//i; l,t(siL iMMU-piiedMiiplovi' s.Hili'iHLilt p;M' les (;;ir,-..ii». 
11(1 1 li<lsil . iil. feiiiplovi- pni- Ks 1111, s;. 

Oit /<asil, h.lle-iiiiiv (.iiiployé par les deux). 

Itliiiiida, le chef. ùiUùlzida. 

Kitzdddliiuii illdiisidas. serviteur m;ile. 

hilzaddliirii^ c/uindas. 

lllin'j^a, liomme. 

( hada. femme. 

Itldiisidd, les hommes. 

Cluiadd, les femmes. 

.NOMS DE.S -MOIS 

Tan /iit/if^as. ours-mois — janvier. 

Ijhldltùii kuiigns, oies-mois = février. 

YlitiLtias Au/i^as, riantes oies nïois = mars. 

]\ /lifi^'afis, étrangères oies mois = avril. 

Tiihclli- /,un<j;as, temps des (leurs — mai. 

Hansl>aila />ufi<ias, les Iruits rommeiucnt à nnirir= juin. 

/fa/ialu/i<;/,u/ii(fis,\cii fruits sont tout à fait mùis — juillet. 

('/lin l<itn<i(ts, le mois du saumon = août. 

Kislutlsli /'.u//g//s, le mois du i/()i;-.sii///i = se|)t<'ud)rc. 

/ùi//> /,iiii<((i.s, mois delà glace = octohre. 

(lui)' l<un^as, les ours gi'atteut la terre = nnxcnduc 

hn/oiif^r, très froid = décendjre. 

.SL'l'l'LK.MK.NT 

.\i Litre, UliKusliiiuisliod. 

hicu, suniiilliiidii\. 

A nie, Ldlluiidnii . 



Diable, haidetaua. 

Un mort, tU^odo. 

Tombeau , sntlingimnni. 

Bière, saflini^im. 

.Médecine, skai^a. 

Pourpre, ,"'/• 

Grelot de bois, shis/ia. 

Chant, s/,nh<iii;-. 

pigm- /ni//,tv(i/,ist'i. 

Chat, /""■^• 

Cheval, /■aiàtiu. 

<,q\\q^ inv///i:if//in()n. 

Hache. lànlllzinv. 

•Tarière, Ualhnu'. 

Alêne, k,tUl,<Hv. 

Vrille la main, tlLuika. 

\\-^\-^x\. ■ llhialdalo. 

Pei"ne, tlkilluni^a . 

Couteau de poche, ,/(it-J,^vtU'ii^a. 

Couteau, j/iil-n. 

Fourchette, LiUtno^v. 

\h\rteau, kUUilâ. 

Chaudron de i'er, totlangoo. 

Feuille d'étain, Idklatlsla. 

Ciseaux, tsailo. 

Table, kitsuiin,'. 

Pistolet, Iz-ooL la>i> l.ivnolzno. 
p^jgiJ^ tz.ool. I,(}(> hi-gdiiga. 

Baguette, '"" ""'>'>■ 

Canon, k^vantoii. 
Boulet, l.lushal.itii. 



I 



TA — 



l'oiulro, 

Ploml), 

Ar^fcnt, 

Cliapeau, 

Habit. 

V'èteinent, 

Clicinisc, 

Pantalons, 

Bottes, 

Pantoufles, 

Les bas, 

Ch(it(\ 

Hobc, 

F'riction. 

Tabac, 

Whishcij. 
Anneau de (er, 
Miroir, 
Scie. 
Peinture, 
Pa|)ier, 
Houle, 
Aurore, 

Lever du soleil, 
Midi, 

Couclier (lu soleil 
Minuit, 
Avant-hier. 
Hier, 
Aujourd'liui. 



oldldou. 

ificdzi. 

Itht^inlliùi. 

talhli'a. 

talsun^. 

lihitiskoo. 

\v/if//fis/ion. 
koon. 

■•^Ifts/.aiocll/.adla. 
Iiildliuhaon'. 
l'untaiiiiiil . 
tlhill.u-. 
tal<<i()/ill()(t. 

I,inlall,n's. 
hauslianjon. 

làllxdanoo. 

satidlinlidil . 

sintatzd . 
sinp;i(i. 

(iddlilldlisi . 
adahl. 
ai II m. 



Maintenant, etriu. 

Autrefois, aa'riJir. 

A l'avenir, /,i\'ai. 

ANIMAUX 

Castor, tsung. 

Ours gris, hoots. 

Ours noir, . tan. 

Chien, ha. 

Cerf, hit. 

Hermine, kJika. 

Chèvre, mut. 

Souris, siang. 

Taupe, kagun. 

Martre, l'oohoo. 

Loutre, .^ligoo. 

Loutre de mer, hoh. 

Porc épie, Qwhtc. 

Ecureuil, tas-ga. 

Loup, koodze. 

Belette, /digaskida. 

Baleine, s/<iroori, sl,agoot. 

Marsouin, .slni'ul. 

Veau de mer, lioot. 

Bois de cerf. /"V/ ilnll>i(iii. 

Os, ' shoodzc. 

Griffe, .stl-lnrun. 

Fumier, tiare. 

Entrailles, stlane. 

Gras, lu à 1 00. 

Poil. tV^ov-, 



^>;ilj<'t. st<(-hu()n. 

•loiiUiiic, l,i>olu. 

tïosier, kaginzo. 

Poumons, llhooliooirlic. 

Grue. hll.o. 

Corneille, Laltzcln. 

Corbeau, liai/a. 

Canard, IkiIki. 

Aigle, l,„ut. 

L'oie, hlhitoon. 

(loq de bruyère, sl.oir. 

Mouette, si. in. 

Oiseau inouclie, l.a/sitalsna . 

Lion, idil. 

Hibou, l.u/l.ii-uiics. 

Péiiean. sLai. 

Pigeon de mer, shaiiuii^d . 

Cygne, tlirlmon. 

Shuii, /"■/"• 

Pivert, sloo/sada. 

Ailes, liidi. 

(Kuf, l,,nv. 

Coque d'œut', /i//n/i;a/T. 

Jaune d'irui', /i/ii's /:ai(l<'i;/ii. 

Ulane /,/u7.iiidi'^. 

Bec, l,(H)(l(i. 

Langue, /ii/ii;i7. 

{'iriHes, idl.oKii. 

Saumon, l(iii\ lahil, sl.di^i, liirtin. 

Truilc, /(/ ihil. 



— 76 

Dugfish, hdlnidd. 

Plie, lidltl.u. 

Hequin, kahuttauwga. 

Hareng, inung. 

Carrelet, ta t. 

Olahen, saow- 

Morue, simili. 

Maquereau, skilltega. 

Morue, staidcii, slaigai. 

Clams, kaga, sl.o^y. 

Moule, kiil, tahdow. 

Nockcod, s/iun, hitshaliing. 

Crabe, /,us(â/i, houga. 

Oursin, /iTunga, kaioutsaioultd. 

Etoile de mer, si an m. 

Raie blanche, k/iifra. 

Nageoire caudale, stdi. 

Ecailles, hu//. 

Bouche, khiricltrtli. 

Œil, kinchunge. 

Ouïes, k II a II. 

Œufs de hareng, /.cn'. 

Saumon, hhi. 

Grenouille, tlkuiikostal, xvu/ihas. 

Fourmi, koutlskahoKV. 

Abeille, a/y//. 

Puce, skai. 

Mouche, ka-ul/iaigiriifi . 

Moustique, tshikuldigwa. 

Araio'née, Iwotzea. 



PLANTES 

Bourgeon , shansaslàttan . 

Feuille, ////. 

Branche. lilas. 

Ecorce externe, hits liiintil. 

— interne. kmn. 

Ti'onc, tsuue. 

kl., kwulre. 

Hacine, hlniga. 

ELEMENTS 

Nuayes, /.ai'inr. 

Ciel, //e/i. 

llorizuii. I(waist si/t \V(is/i. 



CHAPITRE DEUXIEME 
IIAIDA-FKAXCAIS 



VOCABULAIRE 



1° (d'après boas 



A 



L'ordre alphabéti((ue exact n'a été suivi tjue pour la 
lettre initiale et la lettre suivante : 

A c, sou|>e de fruit. 

Adl dziiidd, longue rame. 

-le//, rame. 

Ai>a'lou(i, obscurité. 

A'nî>a, oui. 

A'o, mère, tante, mère de sœur, 

A'f/r/ri, près. 

A'qat, le fdet. 

Arft/ri, bouleau. 

A n'iaf, maintenant. 

A'i/a, je ne sais pas. 

Ayahfa, bécasse. 



c 

Clid'non /,K/i, danger en mer. 

Ci/,, le ver. 

Ci//, frire, cif/ ^h('>!n\ pierres (^elées. 

Cl,h(i\i perdrix. 

CI, h' ru. mouette. 

C/i/iEl chaudron. 

Clcfi, coin d'une Ijoite. 

Cl ois i^li add il , pi ve rt . 

Ct v.la, limaçon. 

Ct' d'il, sorcellerie. 

Cil' nck' K/ftnl, pomme de pin. 
Cuvii'c. perdrix. 

CH 

CIki r lli olil ('ii^o, joint du i)ras. 

Chi. cliia'i hras au-dessous du coude. 

ChCi, aile. 

Clii llri, au-dessous. 

Chi, écorce. 

Chid'tl, danser. 

( 'Il i ts v.ij^ui V , la I ) ra sse . 

(Jliil, médecine. 



D 



ly'amv:'!, articulations 
iJalaii/a, fort. 
DdIvJi, vous. 
Diinin, le pilon. 



— 80 — 

Du'sr/a, écureuil. 
Daa, épine. 
Dfidl, la pluie. 
Da^ frère cadet. 
Dargatt, demain. 
Dtirn, le mortier. 
Du dzE/i, le chapeau. 
Da, faire. 
Da'ola, buveur. 
Dcidcn, la mouche 
Dn, frère cadet. 
D(i , mauvais. 
J)/' n, l'épouse. 

D/it' i'sliii, habits. 

D/as, la sœur. 

Dja afa, la femme. 

Djiro ria'n, belle-mère. 

D/ris, œufs de poux. 

Dll.h'^n'n^iuil, feuille. 

Dclgyit-iii/it-li^jja , tablier de femme. 

Dctl-^'tlqct, cendres. 

DPdsij;ii\va, ceinture. 

Dle1i\ (crumberries). 

Dlcùt, racine de cèdre. 

/J/gii. rôtir du poisson. 

Dlchidu, célibataire. 



Dzin, long. 
DzEn, la dent. 
Dzieofu/'fi, belle fille. 
DziHi^a, loin. 
Dzi<ra, fusil. 



— 81 — 



E 



E'ista, donner. 
Esgae, tomber de. 
tthid, aider. 
E'tlinga, homme. 



G 



Gan, bouillon. 

GalEusEln, <il/iu(s, bouillis. 

GalE'nsEl, fruit bouilli. 

Gâ'ndjaû, tombeau. 

Gciyneta, une tête. 

Ga etlichil, la Heur. 

Gii ta\ le pied. 

Gan tratl, vert. 

Gci'ù, perdu. 

Gaù, anu, non. 

Gaù gE'tsO, petit. 

Gela dd'ri, _ti\\)\e, (in.sliiniu'nl pour uiauger). 

Gi, en haut. 
Gaa, pomme de pin. 
GecIcs, poupée. 
GEfido, le lapin. 
Ge/h, le nom. 
(lElltstili^, écumeux. 

Gasu, ^if^'us, ce que. 
Go 'ifus<;/uinô, pou r(j uoi . 
Gl suie, le loup. 



- 82 — 

Gutkitl k'a'tsù, jouer à la balle. 

Gudi, irère aîné (le frère parle). 

GiatUEn khatleqagas, frère cadet. 

Giid Id'un, le troisième Irère. 

Gu 'dv.Fi , escadre . 

Gu(i'(\ l'île. 

Gu dE/'i, esprit. 

Gud, sur. 

Gui, tabac. 

Gull i std , yuei'rier 

G H 

Gghak^â it, accompagner. 

Ghat ghoa'cja qigh aurai, corne de cerf. 

Glnn haiia, petit fruit ; hil gâta, fruit desséché. 

Ghai, le sang. 

Ghaiû gha'FigK, la mer se brise. 

Gha'na, un seau. 

Gk'at, cerf. 

Gîta, sec. 

Gli'âù, plumes, pubis. 
Ghah, hgudatl, gelée. 
Ghal, la glace. 
Ghalyd ko, minuit. 
Gghat, la nuit. 
GhaVga, il est nuit. 
Gha'éù, gyinë'it, fumée. 
Ghai usgherê, veine. 
Ghandl, Teau. 



— 83 — 

Gha'eù. la vayue. 
Glc'a'da^ hiaiic. 
Ghats, rond. 
Ghederi. aussi. 

GEdês, poupée. 

Ghnf qulga dant^a/l, aurore. 

Ghôta, la botto. 

Ggh' i)f ut/, un mort. 

Ghot, aii?e. 

Ghôtlra, taire. 

Ghutu, pierre. 

G Y 

Gif otif^ aniKt, cheville. 

Gfja, vêtement. 

Gyaatk, couverture. 

Gya'ist, une fête. 

Gi/aran, colonne liéralcli,|ue. 

Gi/alt, jambe au-dessou.s du ^rc-n,,,, 

G;/aran, se tenir debout. 

G, j'ai/ l,l,a'u, le mollet. 

GijetL dsao, herbe. 

G;j,;i, chair ; gyrnu/g.rn. charme. 

Gij'i-'/.sf, Testomac. 

Gy\''t/n\>, le h'I. 

Gui uguta s/,uts(', échine. 

Gyit/, rivage. 

Gi/ic't, écorce de cèdre. 

Gi/tt'\ enfant. 

Gyil /rarlti't/, reflux. 



— 84 — 

Gi/irau, piège pour poisson. 

Gyih, faire. 

Gyit^ fils du frère, fils de la sœur. 

Gyinadai, trou de la fumée. 

Gyîda^ tatouage. 

Gyinn, chose. 

Gylmii, où. 

Gyïsto, qui. 

Gyit, propre. 

Gyii, oreille. 

Gyii dan, cheval. 

Gyn State, lobe de l'oreille. 

Gyuqal, trou de l'oreille. 

Gy'ù,, la rue. 

H 

Halun, ours polaire 

Hana, fruit. 

Halslgya, bracelet. 

Hala, viens. 

Haa gyit ë\ framboisier. 

Ha ulas, doux. 

Helân, tonnerre. 

Hiô' tsëqun, lèvre supérieure. 

Hil duhan, fraise. 

Hat, l'aigle. 

I 

lân, nuages. 

lan (zngan), brouillard. 
Inau, hareng. 



- 85 - 

Frets, le fer. 

Irê'fs qaëtra, homme de fer, un blanc. 

IsK/'i, de nouveau. 

Ise/i, davantage. 

IfE/Kfi, jaune. 



K 



Kaac, Taulne. 
A' (isè\ 1 anus. 



A' (l'itfiv.da, corneille. 

K(i\i, organes génitaux de la femme. 

hd'gan, souris. 

A' (il/ , hihou hlanc. 

(Oti/'l ma tsa, pointnic i-ouge. 

((Jtih) kh (l'isd, peinture noire. 

Kctlch ida 'n, martinet. 

hi/'/ta, queue d'oiseau. 

h'f/ <: l'Uad, parler. 

A'/' Il ina, chauil ; Li/cllknl hrii'rra, causeur. 

l\i/ii, [rlams). 

Kif a'ian, coi'moran. 

Kifcorê, ligne médiane du c()i|)S. 

Kif i"hn\ clicvre de montagne. 

hi/!tsfjv.lii iigtt, tisonnei'. 

Kit, lancer la lance ; /,if'ii\ manche de lance. 

A' (l'util, Icvrc iniérieure. 

A' otlii'no, pendre. 

Kii iinistn, avant ceci. 

hiiri, la halciru". 

l'étui, le ne/.; l'iiiK/dl, iK'ifi nal uni du nez. 



— 86 - 

T{unlsqitl, narines ; kun iJhitni (//ose /-/di^e) 
Kun tl-rAFigarê, cloison du nez. 
Kon'Ha, marée. 

KH 

K/iapF.n s/,/'/fs/~', os du poumon. 

hhnli-(i, un autre. 

hh' (/i/tsrllqn'p;//a, tablier de danse. 

K/i^fin/sc/l////'o/^n, armure pour le ventre. 

Khâ'r/a, bébé. 

A7?'V/ VVc/.s, panier pour les fruits. 

Kh^'atlfso qaln, chauve souris. 
[tl] hhatl, noir. 
{s) hhatl, non. 
Khas"'^' i/tsvJ/, cerveau. 
Khan, poitrine. 
Kh'^a'flga, frères et sœurs. 

Kh'^ntltso, fesse, cuisse. 

Kh'^n'n ts'ita, haut de la joue 

Kh'^aotl, dague. 
Khadèga, il fait jour. 
Khaitla, le plat. 

KhPàqata, chien de mer. 
Khâ'tlc, trou de l'oreille. 
Kh^'a'ratsgha, le vent d'est. 
Kha'ù, l'œuf. 
Khadl, entier. 
Kh^â, se révolter. 
Khar'qnt, le foyer. 



87 — 



K/i(i, is/>/ias, aller. 

Khan, le gazon. 

K/ias khè'tl, cheveux. 

Klt\i, har|)on; IJi'a tl' (use, ligne à harpon; k'ud-E'n 

lijjil, pointe du harpon h saumon. 
K/i (i'tsë, tète. 
Klidllii'l sAii'tsi-, hanches. 
Kha' tlel>\, intérieurement. 
Khùrnn, rotule. 
Khii , rii'c. 

Khd'^enskc <^a. poumons. 
Khfiù, le muscle. 
A//' cichustc^d, vent du nord. 
Khu, ouvert. 

{Qcui} hh'd'isn, |)eiiiture noire. 
I\h' lin ff II/, il/a', roseau. 
Khii ura, rivière. 
Kha'cfiit, cousu. 
/\7//is'e7. cr.àiie. 
h'/i' lit. requin. 

K/i'iiol/ /xh'al, fourreau de dague. 
K/i'au'n, être assis. 

A//' ni. la |)('au. 
l\/iii s/,'ii7sr, crâne. 
I\7iiii/iicia/i, la suie. 
l\/t''iifi^if//,i7ii/a (soûl catcher). 

A//' II' rti/iiiii , pierre. 
A//' ii'i/d. Iroiic (I arhrc. 
A//' iiliii ru . amant. 



- 88 — 

Kh^a'gan , c'est pourquoi. 

Kh'^adô, ayant soif. 

Kh'^âtc, ulva. 

Kha, frère de mère. 

Kha, se promener. 

Khâcja, faible. 

Khât, le requin. 

A7/ p'gu^ grand panier. 

Khea, beau-frère. 

Kheiq, pomme sauvage. 

(qîl) Kh^rtl, couper le cou. 

Kli^cda, le visage. 

Kliês, les intestins. 

Khccjatlgha,\>rQ\w\ev cvo\9'?'A\\\^ (la lune ouvre les yeux 
ihailô dul^Ef}, dernier croissant ; i,''(7/.s;'ôi,'7' /i,v/, coiiiiiumic( 
à être pleine ; kh^umd Ion, brille. 

Kheejatlglia, ouvrir les yeux. 

Khët, khàe, lion de mer. 

Kh êi, navire. 

Klië'itsân, étoile ; lih'^r'ilsiio Adv/ idii, éloilc (liante. 
Klict , k/ui\\ aibrc. 
Kh'^l ghctdâ'a , homme blanc. 
Khifi, k/irah, voir. 
Kh i/i rad, printemps. 
.A/« (ïfsr, écorce d'arbre. 
Kho'nc, beau-père 
Kh'nrnt, luicra. menteur. 
hh' orat, martinet. 
hhoà'n. beaucoup. 



— 89 — 

A7/" o'ùy martinet. 

h.liouini no. nù. 

h./i' ôtg/i(t'ni;ô, pilier de maison. 

Khoq^'n, poule «l'eau. 

Khoanii. id. 

Khoa'c, corde d'écorce de cèdre. 

Kho'a, loutre de mer. 

Khodzdo, court. 

Khoië'kharun, le ciel. 

Khô'nê beau-fils. 

KhPôtlta, dérober. 

Khôtlta bra'era, voleur. 

hh od(t i, le tissu. 

K/ioan, sorte de veau marin. 

K/Poetn, alïaire. 

KIPu'Fi<:;al, flèche émoussée. 

Kh u(:t\in. crube. 

KIl uj\ la terre. 

K/uiN, le père, (dit Ihomme). 

KfntI, le fruit. 

K/iii/'i i^i'/itrotir, dcnii-lune. 

Kluicclidzi nriiK . Iiori/.on. 

KIl' iild, le ^enou. 

(ii/iit hinild' v.'/i^i. articulation di's jambes. 

hh' nii, lutic, i/ia/7iii;\:// , demi-lune. 

Kli' ii'lzii, \i('ux \èlctn«Mit. 

him iilld , coicK- d«! racine de pin. 

A//' tillf Ui' (il, peau des I csl iculcs. 



— 90 

Kh"' utlsiâ n , araignée. 
Kh'^utlc, testicules. 



La, il. 

Là, bon. 

Lfi'na^ ville. 

Lâ'fia a'orn, chef, maire. 

Lgila, se guérir. 

Lguc, natte. 

Lracra, moitié. 

M 

Mat, mouton de montagne. 

N 

Ne'iina, toit rie la maison. 
Nakharn'n, intérieur de la maison. 
Xn ta mil. le mur intérieur. 
Nad, le fils de la sœur. 
Nacâ'nrc, bois de cerf. 
Nagatsc , rena rd . 
Xan, grand mère. 
Xa, maison. 
Xar/a/i, la façade. 
Xai^Lisf, à l'intérieur. 
Xft ca'/'/go, le masque. 
Xu, (squid). 



— 91 — 

Q 

Qnt'^a', herminette. 

Qai'ii^hga, en vie. 

Qa, le chien. 

Qa'qa, canard. 

Qah^, œil. 

Qungadlt'agutcf. les cils. 

Qa'hga ghaal, paupière. 

Qa'rigu, visage. 

Qat, père, (la femme parle). 

Qneda, haida. 

Qnl, un trou. 

Qnedgd, le peuple. 

f/tit. tutiiulus mortuaire. 

Qangc Itân har/csi. pupille de IVeil. 

f/ô'c, nerfs. 

QaldKnga, esclave. 

Qfi'i, chaîne, tissu. 

(Jrisf/, tempête. 

(Jrigf/' lis, le ;{" doigt. 

Or//r\ bouche. 

Oc'n. vent de pluie. 

(Jf\ri\ la côte. 

(Jrtc/ . oiseau. 

(Jiii , |)armi. 

(Jil. le cou. 

Oui, froid. 

Oi'i'iils, p.irnii. 

Ooiti. corlican. 



— 92 — 

Qôt. le côté. 

Qoatia, l)ouillir. 

Qutl, l)oue. 

Qu udata, renverser,- écraser. 

R 

Rnchitita bradera, guerrier. 
Raùht, combattu. 
BEf/z/'^EN, mouillé. 



C3 -' 

o n ga, pomme. 

Sdls^u, loutre terrestre. 

Seini^atsc, palais. 

Se/i ncçEfi, le matin. 

Se/i tatscra, le midi. 

5e// gitlcnga, Taurore. 

Sefi ta tscra f^d'isfa, après-midi. 

5e//, le jour. 

SEnc/ii, le soir. 

SEngn'f, matinée. 

5e«, baguette pour jouer. 

Sgil, nombril. 

Sîsa\ le bruit du corbeau. 

Si'ge, serpent. 

Si, l'Océan. 

5;V/, cuire avec des pierres chauflées. 

Sk'^a\ long. 

Skai'l, beaucoup. 

Skhnl. marsouin. 



— 93 — 

Skhd i(/ia, le shaman. 

Skana, souffle. 

Skhal, épaule. 

Sk/uiù, fille (Je la sœur du père. 

Skha i/t~'(l, rréer. 

5 k/tâ g/ia, le dauphin. 

Sk/i'(/'am, étoile de mer. 

Sk/ieal, poussière. 

Skhuf, aisselles. 

Sk/i r'oir, barbe. 

Sk/uiii, morue rouge. 

Skhil, morue noire.- 

S ku'ngadEn, sentir une odeur. 

Skya'niskan, épervier. 

Skya'ts(/ota, temps. 

Sk En kha'nda, femme célibataire. 

Skia'tsê, sourcil. 

Sk arû'ô, piège à poisson. 

Shua'ga, marée haute. 

Skua'é, le dos; gyCugutà sku'tse. vertèbres. 

Skaqà's, tête chauve. 

Skti'lse, un os. 

Skù'e (clams). 

Skaênan, grande morue. 

Slkh''an(\ le doigt. 

Std //agi sla't', main gauche. 

SU g ua, ongle. 

S/i k/ifiro/i, paume de la main. 

S/i k' iisi\ le pouce. 

SU s///, la main. 



- 94 - 

sa rai/i'/tasc, intervalle "entre les doigts. 

SU khuâ IIS, le premier doigt. 

SU gô'uf.s, lé quatrième doigt. 

Sfona, le dos de la main. 

Sln, aiguille. 

Sln'gul, cuiller; s//i'gu/ i;/ia/iio/u, gvande cuiller. 

Srja'ii, caution. 

Sqt'f (rliauldaii, éclair. 

S(/un, sejà, sgn, sr/on'n.'iEfi , un. 

Sqcl, rouge. 

S(j(itsf dadzen (seehat). 

Sqa'/ia, portion. 

Sqala'n, chanter. 

Sqâ'à, couteau. 

Sqat E^ldaii, gravier. 

Sral, guêpe. 

Statel, désirer. 

Stagholsting elgen , avant-hier. 

Stingen, deux fois. 

S^ a klia'ngc, doigt de pied. 

St c, malade. 

St akharti'n, plante du pied. 
Stlqu'tsê, coche de flèche. 
St^dtlk unkijc, mocassin. 
StEri, la porte. 
SPaë, le pied. 
StasKl, vestige. 
St^a-kôsc, talons. 
Stella 6, hameçon de fer. 
Na-sthn, derrière de la maison. 



— 95 — 

Stlakham, papillon. 
Staètac, petite vérole. 
Std'tel, désirer. 
Staghalstiagê'lgeri , avant hier. 
S linge//, deux fois. 
St fi-A/i'^a'/igf, doigt du pied. 
Sf i\ malade. 

St a-kinua II, |)laute du pied. 
Sllqatsc, coche de llèche. 
St atlk uukye, mocassin. 
Su, le lac. 



T (iskc, hàton de chanian. 

T(in, ours blanc. 

Tàtl, le ventre. 

Tas, le sable. 

T(i, frère (la sœur parle) 

TfY daiitsC gyida, linge. 

Tadaghïlga, l'hiver vient. 

T aô, planche de cuivre. 

Ta (cranberry). 

Ta, manger. 

Ta'ghatao, couteau à poisson. 

Taquc, nom ami. 

7 agy^n, petit-fils. 

Tao, hameçon. 

Tan, instrument. 

Ta'utayai, chaîne en bois. 

J'atja'o, couteau en co({uillages. 



— 9G — 

Td'iitd kh'ddl. couvercle. 

'l'^am , le pou. 

Tatl.gyïf^e\ être enceinte [gi/it''), entant. 

7V7'(rE/, arc-en-ciel. 

T((i (i-almon liosk nose). , 

'i(iun, saumon blanc. 

Tailla ii/i>is;'^(i' >iel (mer sèche). 

Ttis, sable, 

Ta'fu/a, la mer. 

l'^atsu ko<-'\i-r, gémissement. 

'r^ïngat/, la langue. 
Tn'tlat, la truite. 
T'^alEtigua, nous. 

Tâtsaô, le vent; — sg/in, de mer; — agul, de terre 
t^atselga, vent qui augmente. 
t^atsô khu'\ve, gémissement. 
Tada, hiver, année. 
Tcïn, saumon. 
Tcan, la fange. 
Tcanut hharat, tomber. 
Tcitl, poisson. 
Tcâë, rogner. 
Tc'^e'na, eau fraîche. 
Tcin, grand-père. 
Tcanan, chêne. 

Tcidlku, armure en bois. 

Tceatl, lance. 

Têane, le corps. 

Tëk^ogO, le cœur. 

Tê'aqan, tuer. 



— 97 — 



Tctl' Klkal, le foie. 
fcnf.'niia, le mien. 
/'■ c'is, montagne. 

T ci, dormir. 
Tlieidari, le lit. 
lY/iro. plumes, duvet. 
JYo/K/E/i. bien, droit. 
Tift un. cygne. 
Thil. la jambe. 
Tod'f, œufs de poisson. 

TL 

Tlak/tid, large. 

Tl al, cotonnier. 

Tlal, mari. 

Tlaii, salive. 

TL (dise, ligne. ' 

Tlgyit gun, une oie. 

Tl^ûdait, vallée. 

Tlga, pays, jambe de table. 

Tlga ïldvJi, tremblement de terre. 

Tlgt liai, sommet de la.maison. 

Tl dcràù, montagite. 

Tlga '/dn/'i, tremblement de terre. 

Tl' /i/uf, jais bleu. 

TlE/iara. mari de la sœur. 

Tt eI/,/i<i'(s<', couronne de la tète. 

7/i;A7/, licrmine. 

'Tl' E/mai, mamelon. 

Tl E/yoV.s' eI, (l'sopliage. 



— 98 — 

TIk hitagango^ bec de poule deau. 

Tl eI, coudre. 

TlE^nara, femme de frère. 

TlEgE^fi, nager. 

Tlkhatlk, érable (acer). 

Tlkhc'it, arc. 

Tlkheitt'eitsê, corde d'arc. 

Tlkyi'n (ra)^ buisson. 

Tlkaë, menton. 

Tikho'na, gras. 

Tlkiak^é, instrument pour allumer le feu. 

Tlkhu, forme. 

rikhâtl, noir. 

Tlkhaama (kelp, soude i. 

Tlkha khntse, quartz [tlkha, pierre). 

Tlkha s^aga, ardoise (pierre pourrie). 

Tlkh^agha, sommeil. 

Tlkhu, pierre. 

Tlkha tsô, des pinces. 

Tlkyaû, un bois. 

Tlkyan k'^ôst'^âu, craquer (arbre de bois). 

Tlû, laver. 

TlôO, soi-même. 

Tlû'ù, le canot. 

Tlçu'tsë, coche d'une flèche. 

Tlga, hermine. 

Tiqua kha, effrayé. f 

Tlràtl, colon. -f 

Tlsta, il V a longtemps. 

Tlsta dé /sT/iga, mon grand-père. 



— 99 _ 

TS 

y.s- a/x' s, indien de l'intérieur. 

Ts (III sk'a'iiet, |)(jutres. 

Tsan-ui/. fronde. 

Ts// itY/'/>oY/, laneer des pierres. 

fs f/'/io, bois de ehauf'fjige. 

'/s' fOtos//a. tas de bois. 

/*■ " tso khi<''n'c, gémissement. 

Ts i'\/()a. marée basse. 

Ts crdllvjiunn, la mouelie. 

is r kije , nuque. 

Ts V'OTK// cerveau. 

Ts'eii, le castor. 

Ts^Eît kk ul, gencives. 

Ts'^ltalvJi, flèche. 

Ts' il(i, le bas de la joue. 

Ts i'^ui iioia, souris mère. 

Tsttsî, le pénis. 

Ts italK n dani\> , i)Oite à Iliclic. 

Ts inga, femme Au fière (le frère parle). 

Ts'l'a'n, lios de saumon. 

Ts gi/il' I', jeune cèdre. 

'Ts'(i/i, organes génitaux de la Iciunic. 



— lUO — 

U 

Uskiin, enfant de frère de mère. 
Uaras, manger ensemble. 
Unsëda, savon. 

■ w 

Wai^i/t'tui, toujours. 
Wallqult, (potlatch). 
Wask, baleine fabuleuse. 

Y 

Ynko, moitié. 
ïetl, corbeau. 
Yi'ltEn, seringue. 
Yuan, baye, grand. 

2° (^d'après les textes db la traduction biblique) 



A, numéral des villages. 

A, dans. 

Ail, vers. 

Aada, entre. 

Adshi, celui-ci. 

Adaltas, ceux-ci. 

Adda, l'autre ; ga adda, les autres. 

Aadùltltlistlo, demain. 

Adalth, hier. 

Adlun, ici. 



— lot _ 

Adslii sfa/ifi, d'ici. 

Addtilthkang, autour. 

Adang, excepté. 

Adda, autour. 

Agung, même, soi-même. 

Agwi, signe du superlatif. 

Ahu oh eh. sûrement. 

Aiatd. iuijourd'liui. 

Ainhiii , non piolxiblcmcnt. 

Aid, pinhaMcincnt. 

Aidung, courir. 

AUhsgi\ ceu.K-ci. 

Altlila, an large. 

Al(/igi{'i/,\ vers ici. 

Altlilin^niig. possihlcnient. 

Altli, avec. 

Althlii, parce que. 

Allhl'ivi, \cnir. 

Ainiitg, II'. 

Anis, celui-ci. 

.4//^', oui. 

An , devant. 

A/iisgiVdi (eitlier). 

Anna, dans. 

AsIidLii . l'heure. 

Asiigc, cen.K-ci. 

A singung, pc M l - c t !( ■ . 

Al lu/lis, celui-ci. 

Aung, le père ; ddiig-bisil, l)eau-père. 

AnI/li l^lulllllj^\\^(\ la chaise. 

AiVn///i. i\':i\n>yt\, auticr<iis. 



102 — 



GH 

Chu, la femme; chada, id. 

Chas, la sœur. 

Chîshalgds, obscurité. 

Chiniui, grand-père. 

(7i/fi, saumon; c/ii/i ?////i, saumon desséché. 

( hikun, pluvieux. 

Chi, numéral des mains, des pieds. 

Chihu, fusil. 

ChikiaiH/, nullement. 



D 



Dringung, jeter. 
Dû a, frère. 
Ddùiiga, méchanceté. 
Dala, l'argent. 
Daiadung, entièrement. 
Da/igui/, répudier. 
Daindung, entièrement. 
Daaiig, avoir. 
D<i hsvudiing, désirer. 
Delà, la pluie. 
Duang, avoir. 
Ditulang, vers de côté. 
Duunga, près. 
Duan, qu'il soit ainsi. 



Edinso, chute d'eau. 
Edun^. signe de compai 



E 



alif. 



103 



Et lit, oiseau. 
Edgu, toujours. 



Ga (untoi. 

6'«, ga-nge, indice du pluriel. 

(ia, numéral des chapeaux, des boutons. 

Giatlindd cha dungung, divulguer. 

Giadugu/ig, verser. 

Giangurt, se tenir debout. 

GiaguiH/, s'arrêter. 

Giastlnng, verser. 

Ginsoùasn/ig, payer. 

Girmgfuii^gdii , sans \ak'ur. 

Giatlingc, des nouvelles. 

Giê^ indice du génitif. 

Gioùng, coton. 

Giaso ù^iitig. payer. 

Ginng, mon. 

Gialiigiiini . porlci-. 

Glfiïdzdiig, tomber dans. 

Glunndnng, «^tre couché. 

Gna, giuiù at). 

(•iisli<)n/ing\\'ns. long discours. 

G\vi(d/<iii , lille. 

Guk gii.s/iigii/ig, prêcher. 

Gits/inù, quoi !' 

(in Intlsii, peu. 

( iiisliiignng, parler. 

GsvudUaiul , (li\<'i's. 



— 104 — 

Gii'i\ vers. 

(iU((shanp;, périr. 

Giishii hagunc, c'est pnurqvioi. 

H 

Halhtiiitiini,^. porter. 
Haiiskit, continuellement. 
Haiitlu, vis-à-vis de. 
Hancjuni^, vraisemblablement. 
Hanguns;, indice du potentiel. 
Hanskitung, tousser. 
H ai, le chien. 
Haikosil, beau-père. 
Mal. indice du causatif. 
Hatp;otsJiott, fenêtre. 
Hdhutfsn, enfant. 
Hnulth ^iians, le flot. 
Hàcithtale, combattant. 
Hohlitiif;a. esclave. 
Hains, le tapis. 

Hnku, (une plie). 

Hangin, indice du polcnliel. 

Hangâgung, être faible. 

Hnngi, l'œil, le visage. 

Hankirutr, chaudière. 

Hdl-kagiing, charger. 

Hefif, à cause de. 

Hctgaiig, vers en bas. 

Hcldtnl, à peine. 

H dit, sous. 

H<t, end)as. 



- 105 _ 

Hetgwaii^c, les portes. 

Hetga-nùlaiia, le démon. 

Ht'adla^ le sceau. 

Hin, ainsi. 

Hina\\'ë, à moitié. 

Hinho, navet. 

Houîtarig, immédiatement. 

Hoûan, pendant quelque temps 

Houslien, de nouveau. 

Hoiltlagii, de nouveau. 

Houivitzang, tomber dans. 

Hoùtla. nouveau. ' 

Houln. doux. 

Hoiifjut, amer. 

Hot, boite. 

Huinvùjuiig, tomber. 

H a, aussi. 

Jfutsn, l'enfant mâle. 

Hugo, un pain. 

Hutsu. petit. 

lliitlnng, boire. 

Ihid/iingung, crier. 

1, J 

Iduiig, ânes. 

Ji/tg, lon<(, \t)'\n, /iitgc/gitng, dernier. 

///lige, \'\\\:i(rc. 

////y/, sur. 

Istgting, entier. 

/s.sngii/igitc ^o out sidei. 



— 106 — 

Isantigung, être pauvre. 

Istang, prendre. 

Ishin, aussi. 

Istaltagung, grimper. 

Isthalo, suivre. 

Iske/\ et. 

Isis,à... isis, indice du pluriel. 

a... Ith... isis. id. 

Istagung, donner 

Istaiang, envoyer. 

Isis, être, isas, étant ; id/'ang, j'étais. 

Istang, faire. •« 

Istaila/ig, avoir besoin de. 

Ititkingan, comme nous. 

Itlagidn, le chef; itilkitzlda, chef féminin. 

Itaii in/ias, jeunes gens. 

Itan hingan, devant. 

Itli, certains. 

Itnn, alors ; italien, bientôt. 

JiUKin, bel le- mère. 

K 

Katlaga/ig, arrivée. 

Kalthgud, à travers. 

Kâhano, non. 

Kalh, bouteille. 

Kalungé, crayon. 

Kâgung, se promener, kagang, id, 

Kôlungôgung, écrire. 

Kâgwalang. sortir, 



J. 



— 107 — 

Kaskintlou, pourquoi? 

Kaxinfo, comment. 

Kâtliijil dungnngnn , être en colère. 

Kalnt, autre. 

Kngi'nda, déclarer 

Kalthkaan, à la place de. 

Kalk. la glace. 

Katti, sur le rivage. 

Katsoloûho, la lampe. 

KaiUsIiang, aller. 

Katkingam, cloche. 

Katlagun, se lever. 

Katsoti, le chant. 

Katsa/ig, entrer. 

Kattuguiig, donner; kdsldiiis, id. 

Ki'isitlc, constable. 

kitsitdng, protéger. 

Khitstaiig, r(n\Y\v: hluul jaiigLuio^ coiirii' ensemble 

KhiuigHd, raciicnienl. 

hidiig, l,id, dehors. 

kiiiddii , (|uel(|ues-uns. 

A tsdiguiig, jci'i lier. 

I^idgiii, mien. 

A?/, indice de cansatil, ordonner. 

A/7, la voix. 

I\i.s//i), (pii, le(|uel. 

/\i/dsd. ce (|ni. 

iMllItltiii , ceux (|iii. 

l\ls/iigdn I , lesiiiiels. 

hlstdgini . id. 

I\islii. coinhien. 



108 — 



Kinasu, quoi. 

Ki/itlù/gnqii/tg, être riche. 

Kingan, conformément. 

Kitîldâgiou^ de qui ? 

Kinhan, quelques-uns. 

Kinasu, lequel des deux. 

Kilthkndunirurijy, être couché. 

AY, numéral des choses rondes. 

Kiakgiitil, extérieur. 

Kinliuthi, rarement. 

Kin , vieux, dehors. 

Kintlirif^a, riche. 

Kùita/t^et, une rame. 

Kinqusf. dehors. 

Kit, l'enCant ; l;it itliriiids, le fds. 

Kilclui, helle-liile. 

Kitthd, héau-fds. 

klsfu'ndo, quand } 

Ki//ai!ia/i^\ remercier. 

Kitz.<id, serviteur. 

hilthlxadunp;as, menteur. 

KitlaïKK où ^ 

KiiiL;iini^, haïr. 

h/nf^/t'/f/i, le printemps. 

Ki/ii^^sfang, choisir. 

Kilt fan, cheval. 

Kianf;. choisir. 

Kil hdiitnn^, envoyer. 

Ktads-I,a, fort. 

Kk'lt, cin([. 

Kliii<i(tii. peu. 



Kodctsa, habit. 

Kogina, le livre. 

Kontlime, bateau. 

Kungas, le mois. 

Kim-f, le chemin. 

Klingan, peu. 

Kutunga. la sagesse. 

'Knulrh ildigung. médecin. 

Ka-agfduiiir, faire semblant 

J^icu(/,i/io(i//, le même. 

h-niidutiganguiig, désirer. 

Acvrt/i, beaucoup. 

Kwunan, id. 

Kwunna, le premier. 

Kwunast, devant. 

kwïe, poursuivre. 

h'nu'r, porter. 

Kum eliAû, jamais. 

/\u//ungi{'i/i\ près de. 

hum, non. 

huliitlmudung, écraser avec les tlents. 

huntlinngung, être assis par terre. 

Ku'ai, une corde. 

Kuan (lurseal). 

hnufi<\ pantalon. 

Kiiufiast, devant. 

Kicai-amzaiian , actuellement. 

huuiduiignll/um entièrement. 

Kioiin , beaucoup. 

hii'csun, toujours. 

hii-fiu/f/'ii/i'^u, certainement. 



— 110 — 

l\waiiiii<lit/(ii, coni|)ter. 

Kiru/f/ii/t/taiing, penser. 

Kivuluiig hatsing altli Aouira/ig, s'agenouiller. 

I\i\uiina, beau-père. 

/\\\-ot/adit/ig\ aimer. 

Kwaialurig, les anciens. 

Ka-ai-luni-bln, jumeaux. 

I\\vutu//g(\ cœur; — kladska, brave. 

lùvatsuiraù, montagne. 

Kwulthtdtr, voleur. 

/\i'utii//g('sf/s, chagrin. 

Kirôtal, la mort. 

Kivutungi' tlahwida^ le trouble. 

Ktridung. mesurer. 



Lanna, la ville. 
La, las, bon ; lagc, bonté. 
Langa, son, le sien. 
Lamatoc, monter. 
Lé, indice de l'agent. 
Lthicaùgung, craindre. 
Lthkittun, l'oie. 
Lthaalth, soir. 
Lth-haada, le peuple. 
Lth-kenkwastan, grenouille. 
Lthakittan, l'oie. 
Lthathidas, dormir. 
LlhwaudUvaii haiiu, chacun. 



- m — 

Ltk ka, numéral des lits, des tables. 
Llhwoiagii, récem ment. 
Lu, les vagues. 

N 

Xakadjut, un renard. 
Narig, jouer; nangurig, id. 
Naanist(n<'\ habiter: nûffuno-. 
Ne, maison. 
Me, sutlixe de lieu. 
Nëgust, à l'intérieur. 
Ningung, boire. 
-.Mlgung, la boue. 
y un g, le. 

o 

Ostla, devant. 

Ostang, partir par canot. 

Ot^n'uu, le dernier. 

Otelthkang, vers l'arrière. 

Otgu'aa, fin;Uement. 

Ou, la mère ; ou kasil, belle-inere. 

Ou, cela. 

Ou kin isis, ceux-ci. 

Ougus, ceux-ci. 

Oudlun, vers ici. 



Sa, numéral des hymnes, des fouets. 
Saasgud, numéial du temps. 
Saaskwait , numéral des pays. 



— 112 - 

Siihitii^un'^. crier. 

Saoûgu/ig, payer. 

Sfinl£^u/ii^', cacher. 

S/iats, sauvage. 

S/iibili, farine, pain. 

Shu, parmi. 

Slu'tUt [vcA luicivie berry). 

Shuit, parmi. 

Sha-niug-itloiiddus, Dieu = haut le chef. 

Shantlanc, le jour. 

Sh(i, haut. 

Shaudan, le jour. 

Sic et, rouge. 

Sik, en haut. 

Sitlthlïgung, entièrement . 

Sik^aiiii, vers le haut. 

Sisfla/tg, poêle. 

Sirisfla, principalement. 

Silid, après. 

SingêlthkanggJshoù, prière. 

S/nit/ig, haut. 

Sis, numéral des boîtes. 

Si/t, le jour. 

Sins lang, essayer de. 

Silthliquig, indice de superlatif. 

Skan, si. 

Skinanung ang, couper. 

Ska, numéral des yeux, des œufs. 

Skida/tgH'e, fouet. 

Skusliit, pommes de terre. 

Skcnan, quoique. 



— 113 — 

■^/in'n////arii,^, un baiser. 

S/ni-usfoù^ nettement. 

S/\i\ un pou. 

S/,oi'ia/, poiijsôu à écaille. 

Sl,adadal<\ professeur. 

Skd/i. la lande. 

Sku-sliif, pomme de terre. 

Skaddiig, apprendre. 

S/xf/daduni;, enseigner. 

St(>rung, être malade. 

Stilgunp:, retourner. 

Staia, mince. 

Sfanhoga, les bottes. 

Stnidtcug, assez. 

Stuitgaii , les deux. 

S (le, mon. 

Stai, pied. 

Sflnùtnuget, savoureux. 

Sti, maladie. 

Stdsliogft, soulier. 

Stlihu, le loutre. 

Stlaldigaan , moustique. 

Sivaùiiii. le beau-frère, la belle-s(pur 

Sirnùn.s/iu/ig, un. 

Suiidiga, semaine. 

TL 

1 hin tuxu'uiHut , seulement. 
I Iddiilliilr, création. 
Tliii(ll(in<', faire. 



— 114 ~ 

Tlagneaù, sur un vaisseau. 

Tlaihu, le fil. 

Tla, préfixe, convertissant un verbe en substantif. 

Tlagu, le plus, en avant. 

Tla, numéral des bas. 

Tlakioùdal, brosse. 

Tladinîjingê, peinture. 

Tlagu, autrefois (ago) 

Tlaà, longtemps, (long). 

Talgurig, presque. 

Tlàkanitang, partir par canot. 

Tlagu, autrefois. 

Tlakivide, trouble. 

Tlahudzangung, briser. 

Tla zufjuangung, tenir debout. 

Tlazugiagun, s'arrêter. 

Tluadang, être assis. 

Tlahatiching, embrasser. 

Tlal, le nom. 

Tla, causatif. 

Tlauoutlang, force. 

Tla, préfixe convertissant un verbe en substantif. 

Tlïstaan, lorsque. 

Tlinowë, le lait. 

Tliiialungung, cuire . 

Tlige kwidung, surveiller. 

Tlitzan, lieu où. 

Tlitzan Ithatidas, dortoir. 

Tlitzan Ith isis, lieu où je suis. 

Tlitzan naans, habitation. 

Tliguenan taidung, errer. 



— 115 — 

Tlif /an talan<^ isficdas, on nous allons. 

Tlitang, tuer. 

Tlidzqustland, panser des blessures. 

Tlil^u, ce qui, comme. 

Tlùiasha/i, l'un ou l'autre; kum tlinashan, ni l'un ni 

l'autre. 
Tlitlai kiilangasi hani, de tonte sorte. 
Tliku kdlungc cdsi h(ini, de toute taille. 
Tligung ivangung, nager. 
Tlidalthtang, tomber. 
Tlikalthdoù, acier. 
Tlidalthlatig, tombe. 
Tliidan, partout ! 

Tliskiran., numéral des corps, des vêtements. 
Tloù, mais. 

Tlugwan, sur un vaisseau, 
Tlu, un corps. 
Tlugu, autrefois. 



Tdhustang, craquer, écraser, 
Tatlilirhitig, embrasser. 
Tada, froid. 
Tatilzù, en partie. 
Tan, l'ours. 
Takat, aider. 
Tagung, manger. 
'fnd, l'année. 
Tagmagung, être fort. 
Ta^n'ia, le pf)umon. 



— 116 — 

lat/ingc, le chapeau. 

Tatlit'dzaiii^, Taide. 

Talu/ig isfiedris, où nous allons. 

Tagtcidi^itfiij; , être fort. 

7(1, numéral des cordes. 

Talgung, presque. 

Telgu, sur. 

Telgii pis, signe de comparatif. 

Telgakings, haïssant, Inngs. voyant. 

Telgu agici lus, éminemment. 

Tidang, être couché. 

Titkung aivangung. être assis parterre. 

Titch, un peu. 

Tiang, tuer ; tiguii , iti. 

Titch, quelques-uns. 

Ti, numéral des maisons. 

Tidan, le lit. 

Toù, nourriture. 

Tnkwuntz, entailles. 

Tougan, jardin. 

Tunanlthkitig, prends garde. 

Tush, le chat. 

Tuinnn kingung, prendre soin. 

Tu, numéral des cuillers, etc. 

V, w 

Wast, (of). 

Washtkishuguug, nettoyer. 
Wastdaaskitung, enfermer. 
Wastdanstlaiig, ouvrir. 



— 117 — 

\V(iiidd(iniii(\ itlie store). 

Wadlti, secondement. 

W'nddutii^, ventile. 

\\a.t!>^<\ ceux-là. 

Wadshi, cela. 

Wddaltus, ceux-ci. 

Wdikinriani, le même. 

Il a//fcli,ri), signe du comparatif, le plus. 

Watihangast, id. 

W'aiif/i^^'dn, tous. 

Wadla, plus loin. 

Wartg (i^ttng haskit, indice décroissance. 

Wdudlouft, comparatif. 

Wdùd, là-bas. 

Wadshistdhd, de là. 

Washi, hors de. 

]]'ans/iarigafid cd, le moins. 

Wdntelgu dg^vi, le plus. 

]Vdig<'ii, et. 

]\'cd/d. maintenant. 

I itgddclguiig, (to llyi. 

/J/igdSd/ig, être sur le point. 

\\'ti/iigiVd/\ où. 

Won, (pie. 

W'oii, celui-ci. 

W II /lis, celui-là. 

WDiigd.s, ceux-là. 

W'oi'i kin isis, ceux-là. 

W'iK/s/iiJi/dù . loin. 



- 118 - 



Yi'-tlsh yuans, grande rivière. 
Yetus, le croyant. 
Yëlth, corbeau. 
Yenkien, extrêmement. 
Yens/)/', vraiment. 
Yetang, croire. 
Yhil, remède. 

Yhittvangung, s'envoler, fuir. 
Yitanguy, être grand. 
Yotz, le fer. 
Yuan, grand, très. 



Zanoioê, le bois. 
Zanedan, poètes, étuves. 
Za/tié, le bois. 
ZamtluK'ê, le steamer. 
Zu, le cèdre. 
Zuejing, de haute taille. 



TROISIÈME PARTIE 
TEXTES TRADUITS ET ANALYSÉS 

SAINT MATHIEU 



CHAPITRE I" 

18. Itan Jesu Christ tla-kaiang-tlo, Mary il où Joseph 

Lorsque Jésus Christ naquit Marie sa mère Joseph 

inâsan-gang, waigen gwu il iiu'lthawc kwunast 
était mariée et ensemble ils s'unirent avant que 

Hauts Las alth il tclthkiayelan. 
Esprit Saint de elle fut enceinte. 

19. Waigen Joseph il tlâl kwutungc skowunaiang, 
Et Joseph son époux cœur juste était 

waigen Itha hangku il tlaCdagô kum il gwulaan-gang, 

et honte elle faire non il voulut 

il dang-kwolthtic tloù il gwulâ-gang. 
la renvoyer secrètement mais il voulut 

20. Waigen hoiian a kin isis addu il kwiillhilgun-dang, 

Et lorsque ces choses à il songeait 

kwoking, Shrdflu,'» gif angelg*^ la an kntlangil kungaiAni, 

voici Dieu de nnno lui ft nWo il apparut 



— 120 - 

Avaigen himi il shoùan, Joseph David kitu dung iching, 

et ainsi i! ilil Josepti l)avi<l tils tu es 

altsiilthkum Mary cha unga an istie ga Ith Ithwaùgang, 

donc non Marie femme ta pour prendre de crains 

Hants Las alth il telthkielths althla. 
Esprit Saint de elle est enceinte car. 

"il. W'aigen il kit kaiash-ang, waigen Jésus hin la 

Kt elle entant enfantera et Jésus lui à 

dung kcyadashang, il touilung kin daunga istâs stàha 

lu tu nommeras son peuple les péchés ses de 
il kagindasesi althla. 
il délivrera car 

"22. Tliku Shalana nung Prophetga shouan kingan 
Comme Dieu le prophète par dit conformément 

àdshi waiitliwan ëlthkigang waigen hinii il shoùan. 
ces toutes choses soient accomplies, et ainsi il dit. 

il). Kwoking, nung chitlthlinga nung hahutsâ 
Voici une vierge un enfant 

telthkia-shang waigen la il keyada-shang, waigen 

concevra et lui elle enfantera et 

ImmanuelShanunget lagidas itil alth stungs hinu edung. 
Emmanuel Dieu uous avec nom il est 

'24. Itan Joseph il kattaiang staha il katlouang, waigen 
.Mors Joseph son sommeil de il s'éveilla et 

tliku Shalana gie Angelge la ga shouan kinganu il 
comme Dieu de Ange lui à a dit conformément il 
waugang, waigen sha unga kinung an il istaiang. 
fil et femme sa elle à il prit. 



— 121 — 

•2"). Kum la altli il tida angang il kit kaiasês kwunast. 
Non elle avec il s'unit son (lis enfanta avant que, 

waigen Jésus lim la il kôyadaiang. 
ei Jésus lui à il appela. 

CHAPITRE II 

1 . W'oatii, f listuan Jésus Bcthlehein tligê gu tia-kiang-tio, 

Or, lorsque Jésus Hetliléeiii pays à naquit 

Herod king gagang : kwoking llli haada 

Hérode roi au jour voici signe du plui'iei hommes 

kutunga hougust staiia Jérusalem tligc gu istla-gang, 

sages orient de Jei-usalem lerre-à vinrent 
waigen hin il shiiou-ang. 
et ainsi il dirent. 

2. Kitlano la tia-kaigun .lew haade an nung king 

Où né Juifs gens à le roi 

gas a ? kaieltlia hougust langa talung kingu-ni altlda, 

étoile orient dans nous avons vu rai' 

waigen singelthang la a gusliuc annu talung istlaguu. 
et adoration lui à lairc pour rrous souiiues-veiuis ? 

.'5. Waigen llistuan Herod nung kinggas kwudangan-tio, 
Rt lorsque Hérode le r<ii eela enlendil 

il kwutungc tia-kwidistlai-ang waigi-ii Jcrusali-m li.iailc 
il en son cœur lut troublé- et Jérusalem gens 

wautliwan la dung-althan. 
liiiis lui avec. 

^t. (Ja la|)l('t itlagidas gc wautliwan isktMi, Itli 

Signe du pluriel prêtres chefs pluriid tous ei les 



^ 122 — 

hâada an takâlung-lôilung wautliwan ishin gwuda il 
gens h scvilies tous et ensemble il 

istaiang, waigen tlitzan Christ tla-kaiases ta Itha alth il 
fit venir et quand Christ devait naître eux de il 

kiânangang. 
demanda. 

5. Waigen hin la Itha shutaiang, Bethlehem tligê 

Et ainsi à lui ils dirent Bethléem terre 

â Judea tligê gu la tla-kaigun, altsiilth nung Prophet- 
dans Judas terre li il doit naître car les prophètes 

gas hin kâlangâni. 
par ainsi est écrit. 

6. Waigen dahoii Bethlehem Judah tligé gu dung 

Et toi Bethléem .ludah terre dans tu 

iching ; waigen .ludah Princes-ge hangast kum dung 

es et Juda principautés-de la plus petite non tu 

edan-gung ; dung stâhâ nung rlagida katlasesi althia, 

es, toi de le chef viendra car 

waigen kiagin Israël haadê an il itlagidâ-shaiig. 
et son Israël peuple à il régira. 

7. Itan Ith haada kutungas an Herod aiyin- 
\lors (pluriel) les hommes sages à Hérode 

kwolth-tai-ang , waigen askakit-kîslûs-tlo kaiêlthta 
appela-secrètement et le temps qu'ils virent l'étoile 

skatsalè la alth il kianung yiianouang. 

eux de il demanda. 

8. Waigen Bethlehem tligê a la il kil-istiêdouang. 

Et Bethléem pays à eux il (factitif) envoya 



— 123 — 

waigen hinû il shofian. gundiëchvala. waigen nung 

et ainsi il dit allez et 1' 

hâhutsiis da Ith yenkien kindalwang waigen tlistluan 

enfant à soigneusement rherchez et lorsque 

la dalung kias-tlo. hoùshen di ga Ith shûd-wang , 
lui vous aurez trouvé aussi moi à dites 

waigen tlaou ishin ;ï kaiitshang la a singetlhkang Ith 

et je aussi j'irai lui à adoration 

gûshiièanâ. 
que je fasse. 

S). Tiistuan iiuiig king gas shiis il kwudungwas-tlo 
Lorsque le roi de mots ils entendirent 

il gundiedoù-ang, waigen kwoking, kaielthta hougust il 
ils allèrent et voici Téldile orient à ils 

kingou-ang la kwunast il skatsudaloii-ang waigen 
avaient vue eux devant olle marcliait et 

giouk nung hahatsu isis gc sha il skatsalthgi-gang. 
où r enfant était dessus elle s'Arrêta. 

10. Waigen tlistunn kaielthta il kingoùang-tlo yenkien 

El lorsque étoile ils virent beaucoup 

kwutungè layuan alth il tlikagidoù-ang. 
cœur hon-frès avec ils se réjouirent 

11. N<' ik il isisaoï'i-ang, miiig lialiutsiis où unga 
Maison dans ils c-iitifreiil T i-nlant mère sa 

il kingou-ang .Mary a, waigen la a singellhkang il 
ils virent Marie avei- et lui h adoration ils 

gushiioù-ang ; itao kiii kwov^i unga il kikiiNlliion-ang 
dirent ensuite les trésors leuis ils ouvrirent 



— 124 — 

^TaigeIl sat)i'ihadan la ga il istaoùang gold isken 

ot (Ions lui à ils doniK'rent or et 

skAvunaloii ishin, waigen kinthkai skwunalou ishin. 
encens et et myrrhe aussi. 

12. Il kungouang-tlo, Shânuiigetlagîdas hin il 

Ils dormaienl-lorsque Kieii les il 

shiulaoù-ang, kumhoùshen Herodgwi Ith r^tilthâng-wang, 

avertit non ensuite Hérode vers qu'ils retournent 

altstiltli kuwi' kalat giid tliga unga gwi silthkang il 

donc ctiemin autre par pays leur vers en arrière il 

stdthoi'i-ang. 

retournèrent. 

l;}. Tlistuan il istiedoii-ang-tlo, kwoking Shalanâ gic 

Lorsque ils furent partis voici Dieu de 

Angelgé Joseph an Katlang il Kungai-ang, waigen hinu 

auge Joseph à songe il apparut et ainsi 

il shoùan, kritlfdtha waigen nung haliutsiis Ith ista, il 

il dit lève-toi et I" entant prends sa 

où han ishin, waigen houitang Egypt tligê a Kaiit : gii 

mère avec aussi et ensuite Egypte terre à va là 

Ith ising dung va Ith skoùge kii, llerod nung hâhutsiis 

sois loi je dise juscju'à Hérode 1' enfant 

takangnngkases althla la il tliyoana.- 
clierche car lui qu'il tue. 

14. 11 katloi'iang ken nung hahutsns il istaiang, il où 
il se leva 1' enfant il |)ril sa mère 

han ishin, waigen halgwau Egypt tligr a il istiedoùang: 
avec aussi cl Kgypte terre vers il alla 

Heiod kwotalc ku gu il idjani. 
Hérode uiorl jusqu'à là il resta. 



— 125 — 

I."). W'catn, tlikii Shal;in;i iiuiig Prophet-gas ga shoiian 

Vuici (loiiiiiit' Dieu le prophète piir fut dit 

kiiigaiiu cdani, waigeii hiùii il shoùan. Kgypt tlige 

ronforiiK'iiu'iil lui et ainsi il dit Kgypte terre 

staha kit iinga an Itli aiyingun. 
de lils son .'i j ai appelé. 

I(i. Itan llerod Itli liaatia kutungas il kinkonan-gang 
Alors Hérodc les hommes saj;ps il vil 

ai il katithkias-tlo, yenkiii wil katliyilthdai-atig, waigeri 
qu'ils se moquaient heaiicoup il se fâcha el 

itiansida Iiudila waùtliwan Bethieheiii tligc gii is il 
mâles enfants tous Helhleem terre à il 

tlitataiang, waigen ilnigc waùtliwan giougust isliin : 

chercha el environs Ions et 

tada stung da liclosi isken waùhangasl glàgasi ishin 
ans deux an-dessous el et 

giadlii Itli liaada kiitiinga altli il kianiing vùanan : 
les hommes saj^es de il avait appris comme 
ge niid Itha ga kaiawai-ang gc a. 
eux à liia. 

17. Tlika Jeremiah nung Prophet- gas shoùan itan 

Comme Jérémie le pro()héto par est dit alors 

kinganii edaiii, waincii liinii il shoùan. 
•onrornu'menl lui el ainsi il dil. 

18. Rilu itaniali tligc gn kwudiinga-giing kagininaynan 
Une voix Uamah terre dans lut entendue sanglots 

isken, saliaigc isliin : lllia kwiilnngr Ithtiinagwiitynan 
et pleurs et rceur tristesse 

ishin ; iiaclicl kitilung hagiinan sahaigynan-giing, waigen 
et Kachel ses ijnlanls pour pleure el 



— 126 — 

kum tliku il kwutiingo wausaaskit tlingêkang gaen-giing, 
non son cœur consolation non reçoit 

kum hâagë langa kring gaansi althlâ. 
non ils sont eux non désormais parce que. 

19. Herod Kwotalang-tlo, kwoking Egypt tligê gu a 
Hérode quand il mourut voici Egypte terre à 

Shâlanà gïê AngelgC Joseph an kâtlang kungai-ang, 
Dieu de ange Joseph à sommeil apparut 

waigen hinu il shouan. 
et ainsi il parla 

20. Râtlultha, nung hahûtsus Ith ista il où han ishin 

Lève-toi 1' enfant prends sa mère avec aussi 

waigen Israël tligë à Ith isticdo, nung hahûtsus tiied 
et Israël terre à va 1' enfant tuer 

nung kwudungun kwotalths althla. 
le voulant est mort parce que. 

'il. Waigen il katlouang, waigen nung hâhatsûs il 

Et il se leva et le enfant il 

istai-ang ken il ou han ishin, waigen Israël tligc gu il 

prit sa mère avec aussi et Israël terre à il 

istlâ ou-ang. 

alla. 

22. Herod kwotalang silîd Archelaus Judea tligë gu 
Hérode mort après Archelaus Judée terre dans 

aung unga siliâ il nayëlang il kwudangan-tlo, altsiilth 
père son après il règne il lorsque-apprit alors 

â kâgë gan il Ithwaiigaiang ; altsiilthu tliku Shâuangetla- 
là aller de il craignit alors comme Seigneur 



-^ 127 — 

gidas la ga shilling il kiingaiang kinganu il idjan. 
lui à songe il parla conformément il fit. 

23. Waigcn Galilée tligc gwi il stria iig, waigen ilnigê 

Et Galilée terre dans il alla et ville 

gu il katlasken gu il nayolam waigen ilnige Nazareth hin 
dans il . arriva il habita et ville Nazareth elle 

kêyagun. 
est appelée. 

24. Tliku ga Prophet-gas ge shouan kinganu edâni, 

Comme prophète par dit ainsi fut 

waigen liiii Ithii shouan Xazarene iiin il keya sang. 
A il est dit Nazaréen il sera appelé. 

CHAPITRE III 

1. Waigen ashgc shantlanc gud John the Baptist 

Et ces jours dans Jean le Baptiste 

katlagang, waigen Judea tligc daungas gu tlaguk il 

vint el Jiida terres mauvaises préditation il 

gushouang. 

il tit. 

2. Waigen hinu il shouan : kwutiinge iinga Ith 

El ainsi il dit cœur sien 

stilthlo , shagc kingdoingi' :ianan isis althla. 

convertissez-vous <'iel royaume proche est parce que. 

3. Altstiith anisu Isaiah niing Pro|)hc'l- gas shutaiang. 

Car ainsi Isaïe le prophèle- par a été dit 

waigen hinu il shouan Nutig kil swannshung tlig* 
et ainsi il dit la voix nm- terre 



— 128 - 

dnunga gu hin sahailthlang, Shalana g'ic kiiwé tla-èlthkiu, 
mauvaise dans criant Dieu de riiemins préparez 

waigen kiiwc tuniziisi ianga tla-yagulthii. 
et ('liemîns lisses, de lui faites. 

4. Wêata, John kin giandas camels hou idjan. waigen 

Or Jean le vêtement chameau poil était et 

skidal tlidskoii aith il tîidzginvaiigaag, waigen ton 

ceintiir(^ cuir avec ses reins et nourriture 

Ianga locusts idjan. waigen ntlthwnn ton 

sa sauterelle était et iiiiei sauvaj^e nourriture 
ishin. 

aussi. , 

5. Itan Jérusalem liaado isken. Judea haade ishin Ith 
Alors Jérusalem hommes et Judée liommes et les 

hâada wautliwan .lordan addii ilnigc \vautli^^an isis 
hommes tous Jourdain a\itour villages tous aussi 

staha la a iswa-gang. 
de lui vers vii'ent. 

6. Waigen Jordan hanlthé shengs a hànithc Itha gwi 

Et Jourdain eaux baptême <à 

il istaiang Itlia daungas hansta unga itha shiigangan. 
ils vinrent mauvaises actions leurs avouant. 

7. Tlistuan Pharisee haade kwan iskan, Sadducee 

Lorsque Pharisiens hommes beaucou]> et Sadducéens 

haade kwan ishin hanlthe an Ianga istlatalsi il 

hommes beaucoup et baptême à sieu venants il 

kangang-tlo, hin Itha il shutai-ang. () gwudistakangé 

vit ainsi à eux il dit. O vipères 



— 129 — 

sik tlaliino- isis. kiitli-yildtals stalia dalung gundicdc; â 
rai'' vdiis ('les venant colère de vous fuir ft 

kistlio dalung shiitai-ang? 
i|iii vous enseigne? 

S. Ilana laguns kingan kin la Ith istou dalung 
l-'ruils bons lonformémenl les à lui donnez vous 

kwutungf tlastelgcana. 
l'ieur repenlir. 

'.). Abi;yliani itil aungu iching kum hin agung 

Abraham noire père esl non ainsi en vous 

Itli shudangu ; yenkien dalung ga llh shiigung, 

dites vraiment vous à je dis 
Shanung-ge-tlagidas ashgc kwauê stâhâ kîtilung Abraham 

Dieu ces pierres de enfants Abraham 
an tlakâtluë an tagwia-gung. 
à susciter à peut. 

10" Waigen wOata kinithkai skusliaiigwo gu 

El maintenant arbre racine à 

kuliljou iching, alsiiltli kinithkai waulliwan ai kuni 
coijjnée est donc aibre tout ((iii non 

hana la inastlans-tlo Itlia skikundalgungun. waigen 
fruit bon rapporte qu'il soit arraché et 

/.nnoa si Itlia istogungung. 
au l'eu <|u'il soit jet<''. 

il" llaiiltlic allli dalung Ith hapliz-dangalth kwutung.' 
liau avec vous je baptise cour 

unga dalung stillhticana : waigt'ii di lia nung katlas 
votre vous vous repentie/. el moi après un se lève 

lloii (Il tclgu tagwiashung : slankaga h\nga haiid. 
mais uKii plus(|ue forlesl souliers siens «ItMier 

10 



— 130 — 

annu kuni dî Ifi-ngung. Hânts Las alth â dalung il 
pour pas moi digne esprit saint avec vous il 

baptizdiishang, waigen zanoa alth ishin. 
liaplisera et feu avec aussi. 

12. Il stlai ou yhitouwo ishin iching, \\aigen wheat-nï 
Sa main son Iléau aussi est et l)lé 

stlin-kou\vi> unga yenkin il tlaskwunâshang weatiK- 

aire sa loutàfait il nettoiera hlé 

ai gronda wheat unga il istâshang, kul tlou zanoa 

grenier blé son il placera déchet mais feu 
hëninga swaiinung alth il ougulthtâsang. 
durant toujours dans il jettera. 

13. Itan Jésus Galilée tlige strdiâ Jordan tligc gu 
Alors Jésus Galilée terre de Jourdain terre à 

katlâgang John an a, lianltho la ga il isticanii. 
alla Jean vers baptême (eau) lui de il reçoive. 

Kl. John langa kwudâungaiang, waigen hinii il 

.lean le empêchait et ainsi il 

shouan dung staha hanitho istie da di kwudung. 
disait loi de eau recevoir de je ai liesoin 
wâigen di an dung katla us. 
et moi vers tu viens pourquoi. 

15. Waigen Jésus hangtian il shutai-ang 

Et Jésus répondant il dil 

agwan Ith waikingan wêatâ eda kin la waulliwan 

laisse maintenant choses ces toutes 

talung tiaou-tlië itil an lasi althia. Waigen 

elles que je fasse nous à il convient parce que il 
itan kingân la il islaiang. 
alors conformément ù lui il donna. 



m 



— 131 — 

1<;. Waigen .Icsus, tlistuan hanltlic il istai an--tlo. 
l'^t Jésus lor.-^quo baplémo il re.iit 

houîtang hanlthc staha sik il kâtiai-ang, waigen 

ensuite nau dt' en liaul il vint i-t 

kwoking, sha tl.gc la an lielthllalang, ^vaigen Shanungé- 

voici ciel région lui ;'i s^ouvril et Dieu 

llagidas liants kaltsiclaylmiatalguMs kingan eds la inkn 
ri'sprit colomlie comme lui sur 

k()ii\van.g. 
se reposa. 

17. Waigen kwoking, kil swaunshung sha tligc staha 
''^ ^'"'f' voi.\ une ciel région de 

h.n sliouan : anis di kit kwoyayi.ans icliing, la an di 

'""■'^' ''il celui-ci mon (ils aime ,..s( hii h je 

kwutungc ia-gung. 
cœur bou-suis. 



CilAPITHK OUATRIKMI-; 

1. llan liants Jésus lligcdaungas ai halkagang hctgwan- 
Alors Irspril Jésus terre mauvaise conduisit dénum- 

lana il cAi\c kilkingédca-na. 

lui V(;r.s lr-lenl,i. 

2. Tlistuan sil kl;ilc sl.inshiino i^k^•|l liai Maie slanslning 
Lorsipie joins dix ,pialre et nuits dix ijuahv 

ishin il kisalang-tio, silid il kwotagalung. 
<•! il eut jeune ensuite il eut l'nim. 

.'{. Waigen llha cddf nmi;^ l^il-kingnn^s hin 
l'A lui vers le I.Milaleui' .inisi 



1 



— 132 — 

il shutai-anj^', Sha-nunye-tlagidas kit dung isto-aith 

il parla Dieu fils toi es-si 

adshi kvvauê shibili gaiêltlia hin Ith shiida. 

ces pierres pains qu'elles soient ainsi dis. 

'i. W'aigen liin liangtlan il shoiian, on kaliingagun, kiim 
Et ainsi ropondant il tlil ceci est-écrit non 

iiung itlinga shibili alth swaunan hcniiigangsang : kil 

le "homme pain avec seulement vit parole 

wautlïwan Sha-minge-tlagidas helthi stâha isis altli 
toute Dieu bouche de ('tant avec 

swaunan il lieningasang. 
seulement il vit. 

.). Itan hetgwaiilana lana la a il istai-ang waigen 
Alors le démon ville sainte à il porta et 

churchnc la-ynans tlimtis inku agwi la il kondai-ang. 

église sainte sommet sur à lui il |ilai;s. 

(). Waigen hin la il shutai-ang, Sha-nunge-tlagidas 
Et aussi lui il dit Dieu 

kil dung isto-aith, Ith agung katalth, krdungagani althia, 
fils toi es-si toi-même jette, il est écrit car 

angel-gas gc tunian dung unga il kingaltliasang, waigen 
aux anges toi même il ordonne et 

stIc unga alth sha an dung hatlthi-dzua-sang, waigon 
mains leurs avec en haut à toi qu'ils jiortent et 

kum tliku timegO ed gud dung stai kwaù î liatawang-sang. 
non ainsi pierres à tes pieds lu heurtes. 

7. Jésus hin il shutai-ang ishin où kalungàgun, 
Jésus ainsi il dit aussi ceci écrit 



— 133 — 

Sli,i-I;ma Itlagida unga kum eddô Ith kil-kingang. 

Dieu Ion non à quo tu li-ntn^ 'kil. imliie 

(lu transitif). 

8. Ilouslicn, hetgwaùlana Ithdon jinga yuan gwi la 
De nouveau le diable colline haute très sur lui 

il istagang, waigen hëtk tlige gii kingdomgewautliwan 
il porta cet toule lern^ de royaumes tous 

isis la il kingdaiang, waigen kin anyakwudunga gu isis 
étant lui il montra el la gloire à étant 

isiiin. 

ri 

y. Waigen liet-gwaùlana hin il shùtaiang dung 
lil le diable ainsi il parla toi 

tikwuslitloa-s-ken, waigen di a singeltlikang dung 

(agenouilles si (!t moi a adoration loi 

giisliiis-ken, a kin is wautliwan dung ga Itli istas-liang. 
t'ais-si CCS toutes toi à ji- donnerai. 

10. Itan Jésus liin il slintni-ang. hinda Satan : où 

Alors Jésus ainsi il paria arrici-c Salan ceci 

kalungasi althia : Shalana dung Itigidou itliing, la a 

écrit car Dieu ton Seigneur est lui à 

singeltliang giiahu, waigen llan la an swaunan llli 

Mdoratioii lu l'ais et lui à seul 
tia-angwiln. 



11. llan hclgwaùlana la slaiia kaiitang, waigen 

Kl le diable lui de s'en alla el 

kwoking, ga angelgas gc istlagang «aigen 

vdici aiipes vihient cl 



— 134 — 

il kwutungê wau Itha saaskidang. 

lui cœur (même) ils servirent. 

12. John kotsit nai à isis tlistuan il kwudangan-tlo, 
.lean prison dans est lorsque il apprit quand 

Galilée tlige gwi silthkang il stelang. 
(ialilée terre à en arrière il retourna. 

1;>. Nazareth tligO stâha i! kaiitang waigen Capenaum 

-Nazareth pays hors de il alla et Capharnaum 

tligv gu nayëltini tunge guslga oùàdeiani. Zabulon 



demeura Zabulon 
ishin aiyûvû 
et limites 



giougu 
sur 



terre à hahita, mer côtes 

tlige ishin Naphtâli tlige 
terre et .\ephtalie terre 

Capernaum tlige iching. 
Capharnaum terre est. 

14. Tliku Isaialî nung Prophet-gas shoùan kingan 
Comme Isaïe le Propiiète par dit conformément 

ediSni, waigen hinu il shoùan. 

fut et ainsi il dit. 

15. Zabulon tlige isken, Na|)htali tlige ishin, tunge an 

Zabulon terre et Nephtalio terre et mer à 
duungâgung, Jordan hûnlthê shengs waugust iching, 

chemin .lourdain lleuve derrière est 

waigen Galilée tlige gu a Ith haada isis, idjani. 
et Galilée pays à les peuples (payens) sont. 

IG. Lth haada halga a tluadai-ang hatga yuan 

F^es hommes ténèbres dans assis lumière grande 

kangan, waigen kwotal tlige a ga tluadaing ishin, waigen 

a paru et morl pays dans assis aussi el 

kwotal hânts a ga idjan ishin da hatga clang. 
mort ombre dans étant et clarté brille. 



% 



— 135 — 

17. Ashgi> timegc stalu. .lesu,^ tla-gulcgushon iduni. 
Ces temps de Jésus prêchant fut 

waigcn liinii il shouan, kwutungO unga Ith stilthto shâgë 

et ainsi il dit cœur votre repenlez-voiis ciel 

Ivingdom-gë àaaan isis althla. 
roviiiiine près est parce que. 

IS, Waigen Jésus Galilée tlige skwaiis jinit kâgan- 

Rl Jésus (iaiilée pays mer près se-promenail- 

tlo. kwaialung stung il kangang. Simon Peter hin 

li)i-sc|Uf frères deux il vit Simon Pierre celui-ci 

kcyagang, waigen Andrew il Luan ishin, chan ga àatê 

s'appelle et André son frère aussi qui filets 

unga il istaouang. aatalëilung il isoiianiVilthla. 
leurs ils Jetaient pécheurs ils élaienl pift-ce cjui'. 

1'.). lliu la il shutaouaag. di lia llli istalo, waigen 
Ainsi eux il dit moi après aile/. et 

aat staha skatlink dalung istaguns kingan kin daunga 
lil('t> de poissons? vous prenez comme le mal 
slalia Ith haada dalung kagindasliang. Venkieii Ith 

lU- les hommes vous pécherez. \raiment 

liaada tiaunga washt kil-kagiiiu' au dalung Ith tia 
les hommes mal hors de ci--faisaiit en tous 

ouiashang. 
retirerez. 

20. W^aigen liouitang aalf unga staha la tl.i il 

Kl uus.siti'il lilcls leurs hors d.' iU 

istaluaug, waigcu aiiug unga il iiiaouang. 
.iliaudonuercMil cl |i''re hur ils laissèrent. 

21. Slaha il kaïitang-ken kwaialung adda stung il 

De là il alla-jorsipu' frères iiulre.s deux il 



— I3fi — 

kangang, James Zebedee kit idjan waigen John il tiian 
vit Jean Zebedée lils étnnl et Jean son frère 

isliin aûnge unga alth kontluwc gwau il isoiiang, waigen 
aussi père leur avec bateau ensemble étant et 

a atê unga il tlinglâoûany-tlo la an aiyingouang. 
filets leurs ils laissèrenl-lorsque lui à ils suivirent. 

23. Jésus Galilée tligô askwanai il Kaouang ang, waigen 
Jésus Galilée terre à travers il parcourut et 

churchne hudila ai Ithanga isis a kin Itha il 

églises 
dadagang skagang kingdomê giatlînge las alth tlaguk il 
royaume les nouvelles il 

giishugangang, w-aigen Itha helthilthkias isken sti 

disait et les faiblesses et maladies 

gwudila ed waùtliwan ishin il tlaunun gistlagangang. 
diverses toutes et il guérissait. 

'2\. ^^'aigen giatlingo Syria tligë askawan gu langa 

Et nouvelle Syrie terre à travers à de lui 

kokguslowai-ang, waigen Ith hâada sti waùtliwan la à 

le-bruit-fut et hommes malades tous lui à 

Itha istai-ang, gwudila helthilthka ed waùtliwan ishin, 

on apporta diverses infirmités toutes et 

Itha hoùagun ishin hetgwaùlana alth Itha staoï'i as ishin, 

maladies et démons par tourmentés et 

Itha konungala ishin , Itha stigliida ishin, là â Itha 

lunatiques et paralysés et lui à 

kelthilungàngang, waigen Itha waùtliwan il 
ils apportèrent et eux tous il 

tlanûngistlagangang. 
guérissait. 



— \31 — 

2ô. Galilée tlige st;ih;i isken, iJocapolis tligr st;ih:i 
(JalilcM- pays de étant Dccapolis terre de 
isliin, Jerusaleiu tligo st;iha ishin .ludea tligë stâha ishin, 
aussi .lénisaleiii tiMiv de aussi .luda terre de 

waigen Jordan haiilth shrng waugust stâhâ ishin Ith 

cl .iDiirdan lleuve b(r;ds auprès de aussi 

liaada skiila yuan là tia istîedang. 

(leiiple nombreux beaiieoup lui après alla. 



CIIAPITHK CINOriK.MK 

I. Ltlia slviila yuan il kangang-tlo, Ithdoii gwi 
.Nombreux beaucoup il vit-lorsque montaf{ne sur 
sik il kâtlai-ang, waigen tlistuan il koinvai-ang-tlo 
on haut il alla et lors(|ue il l'ut assis-cpn- 

laga ga liatijangc la an istlagang. 
ses disciples lui à vinrent. 

'2. Waigen helthli unga il kisistlai-ang, waigen liin 
Kt _ bouche sa il ouvrit i t ainsi 

Itlia il skadadai-ang. 
eu\ il enseif^na. 

;{. Ltha liants kuniskidcgasu la-gung, sliagc liingiloni- 
Les esprits pauvres heureux-sonl ciel ro>aunie 

gc Itliagion isis altlila. 

leur est |iarce ipie. 

'i. Ltha kagininasn la-gung, llha kwntnngc 
l^es tristes hein-eux-sont leur cieur 

waii-saaUtangsesi allhia. 

sei'a cciiisiih' parer <pi<'. 



— 138 — 

5. Iletk Itha kwulungc cdsu lagung adshi tligê 
Tous C(eur doux heiireux-sont cette terre 

Itha istasêsi althla. 
ils posséderont parce que 

6. Kin la ta Itha kwotsken isken ta Itha kattiiwaiû 
ceux justice ils ont faim ei justice ils ont soif 

ishin la-gung, Itha skisûsOsi althla. 
et heureux-sont seront rassasiés parce que. 

7. Kin kalthshint Itha kwutungsu la-gung 
Les miséricordieux de co'ur heureux-sont 

Sha-nunge-tlagidas Itha kalthsint kwutungsi althla. 
Dieu fera-miséricorde à eux-mêmes parce que. 

8. Ltha kvviitungc skwunasu la-gung, 
('.eux cn'ni' ]iur heureux-sont 

Sha-nungc-tlagidas Itlia Mngascsi altlila. 
Dieu ils verront parce que. 

9. Tloiiwa gidsgutli'ilung isken kintlin-lanlcihing ishin 

Paix faisant et pacili((ues et 

la-gung, Sha-nunge-tlagidas kitilung hin ltha keyascsi 

lieureux-sonl Dieu (ils ils seront appelés 

althla. 

parce que. 

10. Kin la hagunan Itha cliakwudung la-gungsu, 
La justice pour ceux poursuivis lieureux-sont 

shage king dom-gO Ithagiou isis althla. 
cieiix royaume d'eux est pai'ce que. 

il. iMislluan Ith haaila dalung altli kij-tlinangs-tlo : 

Lorsque k'S hommes vous avec r;ii(uiiniei'Onl 



M 



— 139 — 

Thstuan kin singt-tzas dalung Itha handungdas-tio : 

'oi^^Miii' vuus perséiiilerool(|iH' 

\vaii;i'n kin (l;nniga ^-wiidila cd waiitliwan altli di 
l'I k's mauvais iiml-. Ions moi 

liag iinan dalung allli Itha kililikadungs-llo daluiig 
à cause vous coiitii' ils diront vous 

la-gung. 

hriiiTU\-i't('S. 

\'2. Ivwutuiigc unga Ith ladoga, waigen kwunan 
(jo'iir votre réjouissez-vous et très 

tlika Itli giiloiiga, (laliin^; gic giasoiigc sli;i viiaiisi 
soyez conleuls vous de l'éeompense eiel granile 

altida : dalimg kwunasta ga propliet-gas gO kin 

l)ani'i|iie vous auparavanl(sigiiede|)lurie|i les pruphèles pluriel 

singctzas Itlia liandungtia gangani althla. 
persécution ils laisaieut ainsi parée ijue. 

I.'>. iiuig yilla liclk lligc gu dainng icliing, waigi'n 
Sel toute leri'e de vous êtes et 

tung yilla lionkivc wast liclo-stio, giislui althla 

sel K'J'd liors di' > il perd ipioi avec 

limgcltitliasang ; asiigc tinicgc o|u jairn kiidian an 
saleru-l-ou ce tem|)N a mui chose à 

la-ngung : kiak Itha danggcan tlou la-gung, Ith haada 
lion-est seulement mais lioa-est le> liouuues 

stc iinga akli inkn Ladlcidungi'an. 
[lied leur par som> l'Ire foulé. 

l'i. Ilalga hrl-k lligc gii daliing iching : lana 

I. Minière loule Icrre d.' vous éles \dl.' 



— l'iO — 

kitsiiwaii inku atlindasu kuni tliUu saalga tlingo kafig 
montagne sur placée non ainsi être caciiée 
gaangung. 
peut. 

15. Lth haada kâsotoiiho hokulthtas-tlo, kum 

Les hommes lumièie allument si non 

kwidoii skakona hetgwi Itha istagungangung, kasotonho 
boisseau sous ils placent lumière 

kuasi inku Itha istagungung, waigen Itha wautliwan 
ciiandelier sur ils placent et tous 

nâ-gud isis da hatgagungung. 
maison flans étant à elle ('claire. 

IG. NN'aikingan agwaii lth (hdung hatgas lth haada 
Ainsi votre lumière les hommes 

wautliwan hangku hatgadoii Ithaangwila la dalung 

tous ilevanl brille li's actions bonnes vôtres 

istas Itha kangcaii, wazen dalung Aung sha tligc -gii 
étant ils voient et votre père ciel limi dans 

isis an Itha ya kwudungasang. 
étant à ils glorilienl. 

17. Ga piophet-gas ge kil isken, lawge ishin 

i Pluriel) prophètes pluriel) el loi au'^'^i 

lth tlahustiean lth katlatalthing lth kum kwudungango : 

je détruise Je suis venu non pensez 

ga prophet-gas go kil isken, laNvgc ishin lth tlahustiean 

les prophètes el loi et je détruise 

kum lth kâtlâangun ; kingan lth waùgeanù lth 
non je suis venu conformément que je fasse 

katlatalgun. 
je suis venu. 



— l'tl — 

IS. Alsiiltli yenkien dalung ga Ith shiigung sha 
Dune (Ml vérilé vous à je dis haute 

lligc isivcn hctk tlige isliin lielôwe kii, kuni tliku 
rv^Um l'I basse région aussi passeront jusqu a non 
kin Itir allhliiitis ska swavinsluin»)- kisen, hiii th'atlh 

(|iH'lqilc si^lic iili et quelque 

liutis lui swai'msluing ishin lawgc stahû is tlingt- kang 
parcelle une et loi de ne 

gaangiing kin wautliwan kiiigaii 

passeront ees lous conforiuéiuenl 

ed^c kii. 
s'acconiplissenl Jusiju'à ee que. 

l'J. Altsiill kistlio adslii kingwogungc swauii 
iJom; celui ces coinniandemenls un 

"ai'iliangastihutsnsi thalistang, waigen waikingan Itli 
très pelil brise el ainsi les 

liaada il skadada-stio, sliagf kindom-gc gu 
liommi's il enseigne ciel royaume dans 

waiihaiigasliliutsiis liin il kcya-shang ; xvaigcn ki^tlio 
le i)liis pelil celui-ci il s'aiipellcra et celui (|ui 

kingwfigiiiis kingaii waù— giiiig, waigen Itlia 

couiiiiaïKleiiieMl eonl'oruK'inenl agit el eu\ 

il skada das-llo, iiun;^ yuansi liinii il kcya-shang. 
il enseigne le plus grand cebii-ci il s'appellera. 

■20. .Misiillli dalung- ^a !lli sliii'^ini^ lakalnnt; l<'ilinig 
ItiMic VOUS dis légistes 

iskcn, I^liariscc liaadc isliin kwiitungc skwiinah Iclgu 

et Pharisiens f;ens l'I lem- pislice plus ipie 

kuin dalung kwiihingc skw unaiis-kcn knni ilikn sha 

non Mille pnipre pl'^lice-e-.l l|i>n :ilM-l • "•' 



— 142 — 

tligë kingdom-gê gu dalung istza tllngè Uaiig gaano-ung. 
pays royaume dans vous entrer non pourrez. 

21 . TIaglu agwi lliku Itlie slioiian tlalung kwudangang. 
Anciens à ainsi on a dit vous avez entendu 

llin Ithn shoûan : kum nung haada Itl tiang ; waigen 
11 est dit non un homme lue et 

kïstho nung ïtlinga tias-tlo, ginkilislang ga agiing il 

relui qui 1" liomme lae-si juji;ement à lui-iiièuic il 

Ithanstlâsang. 
sera soumis. 

22. Tlaou llin dalung shudang, kisiho kwai unga ga 

Je cela vous dis celui-qui frère son 

katliyil dungs-tlo, ginkilislang ga agung il Ithanstâsang, 

se làche-si jugement à lui-même il est soumis 

waigen kistho Râca kwai unga hin shiitasken, concil ga 
et celui qui Raca frère son ainsi dit conseil à 

agung il thanstlasang ; waigen kistho dung koiiungung 
lui-même il est soumis et celui qui toi fou 

hin shiisken hetgwaiigë zanoa ai agung il Ithanstlâsang. 
cela dit enfer feu lui-même il est soumis. 

2'-i. Shidana g\v tahlegc a saoïdiadan kin unga dung 
Dieu de aulel sur offrande la tienne loi 

gialas-tlo, waigen gaingu dung kwai dung an katliyildungas 
apportes-si et ton frère toi à est f;'icli(' 

ai dung kcis-tlo. 
toi te souviens. 

24. Shalânagic table-gchangkusaouhadan kin ungadung 
Dieu de autel oiVraude la tienne tu 

istas Ith ina, kuwc gud Ith unga kaiit, kwai unga 
donnant laisse chemin à ton va frère ton 



à 



— 143 — 

an kwutungO la-geitlitlagung, waigen itan althkwi 
;'i loi-m(hne réconcilie et en suite en arriére 

Itli ka, waigen Itli saoiihadan kin iinga dung istas ista. 
viens ot olli'ande la tienne tu donnant «lunne 

■2.K lloùan kiiwc gud nung aith gwutelga dung kings 
Kl ciiemin sur le tant que ton ennemi 

aIth dung kagundang hoùitang la altli kwutunge 
avec tu te trouves vite lui avec cu'ur 

unga swaùnshung ëlthta : kuni waikingan edans-tlo 
ton un deviens non ainsi est-si 

nung telga dung kings ginkilislanglc ga dung istasliang, 

ton ennemi juge à te donne 

waigen nung ta ginkilislungs ketsitlo ga dung istasliang 

et le Juge serviteurs à te donne 

waigen ketsinai a dung Itha istiishang. 
el prison à toi ils donnent. 

^2('^. \'cnkicn dung Itii sliiidang, cent ostlie altli dung 
Kn vérité vous je dis centime dernier avec tu 

giasouge kii, kiiiii iliku slalia kiak dung is tlinge kang- 

paies sinon non là de loi inm 

gaangung. 

sortiras. * 

27. Tlaglu agwi lliku Itha sliouan dalung kwudangang. 
Anciens à ainsi fut dit vous ave/, entendu 

waigen liin lllia slioiian, kmii Itli la-aigi.ngangu, waigen 
el .liiisi il dil non si>' iidnllere la. Iioninii' el 

liuni II II clia-aigungangii. 
iu)n sois adultère (clia, l'enuiie^. 

■2H. 'l'Iaou liiii dalung sliiulang . kistlio nung «liada 

.le .linsi \0US dis celui <pii la fem 



— l'i'l — 

kingung l;i alth tïdic da il kwudungsken, Itha alth Itlia 
regarde elle avec coucin'i' à il désire-si elle avec il 

tidaguns kinganu il I^\n utiiii;;,' à élthkigung. 
ooiiciie Cl ume-si il cœur dans fornique. 

2i). \\'ai,nen soolgust diing hanj^i duni; tlidiltadas-ken, 
Kl driijl Ion (eil toi scaiidalise-si 

itliaalgwi waslit llli ista waigen stagan Ith-dang : 
rorps hors de le ai-rache o\ au loin Jetle 

duiig ani swai'in goiigt.' waiilcdgii dung an lagung, 
les membies un périsse plus tu! à bon-est 

waigen kuni dung tlu tliskwan hetgwaùg can isangs-hang. 
et non ton corps entier enler dans soit jeté. 

'M). Soolgust dung stlc dung tlidiltadas-ken. waslit 

Droite ta main la scandalise-si hors de 

Itli kcsitla, waigen stagan Ith-dang ; dung ani swaun 

■ arrache et loin jette tes membres un 

gougf dung an l;i-si altlda, waigen kum dung tlu tliskwan 
périsse toi à bon-est car et pas ton corps entier 

hetgwaugê ai isângs-hang. 
enfer soit jelé. 

;{l. Iloushen, tliku Itlia sliaiian dalung kwudaugang, 
De nouveau ainsi a été dit vous avez entendu 

waigen liin Itlia sliouan, kistho clia unga d;idgung, 

et ainsi on dit celui qui femme sa répudie 

gwud staha lllia ilzgO kalungc la ga il islaou la-gung. 
répudiation de lettre elle à il donne bon-est. 

)i2. Tlaoïi dalung: shudany,-, Uistlio clui unga dan^una' 
Je vous dis celui qui femme sa répudie 

kuui il la-gaanskenan, laga an la il tla-outlang; 
non elle était adultère adultère dans elle il in<luil 



— 145 — 

waigen kistho nung Itha dangs inêlgung la ishin hinganu 

el celui <nii la répudiée elle aussi épouse 

la alth tigadashang. 
elli' avec est adultère. 

Xi. TIagii agwi tlilui Itlia shoiian daluiig kwudanoang 
Anciens à ainsi a tHt' dit vous ave/, entendu 

waigen hin Itha shouan : kuni agung Itli kilth 
ft ceci a été dit : non toi même faussement 

kadungadanga waigen tliku Shalâna ga dung shus 
j'Te mais Dieu à Ion serment 

kingan Ith waiiga : 

conformément fais. 

34. 'A'aigen tlaoù dalung shudang: kum klingan sutsu 
Ht je vous dis: non du tout 

gia lanu-wangu : kuiushagc lanuwangu Shanungr-tlagidas 
jure; non ciel jure Dieu 

gic aiiltlikaam'igwc isis altlila. 
de tn'iiii' (îst parce que. 

3"). lûiiii lictk tiigc laniiwiingu, il stai kuasi laiiga isis 
.Non liasse région jnrc. rilc iiiariiic|)icd son est 

allhla. 
parce que. 

;{G. Kiiin kals iiiiga laïuiwaiigan, kuni liikii kalsa saas 
.Non ir'lc la jure, non li'ti- clii-vcu 

SvvaiiMsIiiing adda iskcn illialtii isin diiiig tiaoùtia 
un hiauc on n(Mr ou tu l'airi' 

>'aaii althia. 

MOU |iru\ parce (|Ur. 



— 146 — 

37. Hinlth Ith sluiù : Ang, âng ; Kâhano, kâhano ; ashgo 

Ainsi dites: oui, oui; non, non; ces 

gushoinvO teigu kin edis kin dâunga an nung Itlagidas 
mots plus que le étant cela mal de le chef 

stâhà iching. 
de est. 

38. Tliku Itha shoùan dalung Ivwudang ang waigen 
Ainsi a été dit vous avez entendu et 

hin Itha shoùan : nung hangi a nung hangi kâgungung, 
ainsi a été dit; V œil pour le œil soit, 

waigen zing ki swaùns hung â nung zing kâgungung. 
et dent(numéral) une pour la dent soit. 

39. Tiaoù dalung shud ang, kuni ith nung dâungas 

Moi vous dis non le mal 

hangtlan istaangu ; waigen kistho soolgust dung 
en retour donnez; et celui qui droite ta 

kânsita skodas-tlo, hinawê ishin Ith la gvvi clthta. 
joue frappe, l'autre aussi lui à tourne. 

40. Nung Itlinga lawgë dung an istas-tlo waigen 

Le adversaire loi toi à donne-si et 

kodets dânga il istasken, agwan Ith kodets chakiinas 
habit ton il prend de plus l'habit extérieur 

iskin dûnga il dâdi. 
ainsi toi qu'il prenne. 

41. Kîstlio tligu kwidie swaunshung gud dung kil- 
Celui qui lieue une à loi 

kaiis-tlo kwidie stung gud la alth ka. 
fait-marcher lieues deux à lui avec va. 



- 147 — 

42. Kistho dung alth nung kianungs là ga Ith ista, 
Celui qui toi ili' le demandant lui à donne 

waigen kistlio dung alth kju Itliakàkitung kuni la 
et celui qui toi de emprunte non lui 

stahâ hangoiiarig. 
de refuse. 

43. TIagluagvvi tliku Itha shonan dalung kwundangang, 
.\ncien.s aux ainsi a été dit vous avez entendu. 

waigen hin Ith shouan, dung kwulth nung naas 

et cela a été dit. loi aimant le prochain 

Ith kwoyada : waigen dung telga nung kings telga 

aime : et toi vers le haïssant vers 
Ith king. 
hais. 

44. Tlaoï'i dalung shfidang, dalung tolg Itiia kinga 

Je vous dis. vous vers les haïssant 

Ith kwoyadoù, waigen kin singctza dalung Itha hangdung 
aimez, et vous les maudissant 

das singelthgushu. 
bénissez. 

4,"). Dalung Aung sha isis kitilung dalung iseig^'Sna 
Votre père ciel qui est les enfants vous soyez 
Ith haada daunga inku isken, Ith haada la inku 
les hommes méchants sui' et les hommes hons sur 

ishin, khuyigcan juic unga il kàkidalthiàthidag 

et également soleil son il fait liriller 

uiigung, waigen Itha la isken, Itha daunga ishin 
et les bons et les inéciiants et 

gwi guiviaiiu (Icli- unga il gvvouoiidagungung. 
sur l'galeiiieiil pluie sa il l:iil pleurer. 



— I4R - 

46. Diilung Itha kwoyadas swaùnan daluni^' 

Vous les aimants seuls vous 

kwoyâdasken, kasin giasoù eddù dalung daashang? 

aimez-si quelle récompense à vous aurez 

kum gu giasoùgunungleilung kingan edang us ? 
non les publicains comme cela est est-ce que'.' 

47. Toùilung hanga swaunan dalung wkaùkalthtas-tlo, 

Frère vos seuls vous saluez-si 

kasin Ith haada kalut telgu dalung istang ? kum gu 

quoi les hommes autres plus que vous faites? non 
gwaigange kalat kingan t'dang us ? 
les peuples autres comme cela est est-ce (|ue? 

48. Dalung Aung sha isis kwutu nge glaias kingan 

Votre père ciel étant un son cœur parfait comme 

Ith kwutungè unga glaiado. 

cœur votre soyez parfaits. 

ORAISON DOMINICALE 

Itil aung sha dung isis; agwan lith kcyi unga kvvoyâda, 
.Notre père ciel tu es, que nom tien soit aimé, 

ag>van Ith king-dom althgwiiii unga ista ; lu'tk tligè an 
que royaume tien vienne; basse région à 

dung kwuduns kfngan Ith shagc kingan cdr. 
ta volonté comme ciel comme soit. 

Shantlan wautliwan singwud ton itil ga Ith ista; 

Jours tous aujourd'hui nourriture nous à donne ; 

itildaungas kalthshinl Ith kwutung itiI an ga dâungas gr 

nous mauvaises actions pardonne nous à les méchantes 



- 149 — 

kalthshint talung kwiitunguns kingân. Kum ga druingàsgê 

ailidiis nous pardonnons (!omnie. Non les mauvaises 

slni Uil istaldang, waigennung dâungas staha itil 

tontations nous induis el les maux de nous 

kaginda. 

délivre. 

LA PARABOLP] DU SEMKUlî (XIIIj 



;J. Kwokiiig fatli(l:;alc kiak kagwulguiiK talidzacana. 

VoiJM le seniiMir di'lioi's va semer. 

4. \\'aigcii tlstluan il tatlidzaiang-tlo, mâtla titch, 

VA lorsque il sema semences quelques 

kiiwc katli khiigaiatii, waigen eltit iinga atlagaiig, 
chemin sui- tomlti-riMil cl iiise,iu\ ses volèrent 

waigen ii tagangani. 
el les mandèrent. 

à. riiga k\\;iii ingw i matia lilcli kliiigaiang giouk 
Terre légère sur ([iielqnes semenees lomlièrenl «u'i 
kiiiii kwic kwanangan gwaii, waigen hoiiitang kwiistajani 

non sol Ijeaiiidup sur el viti' levèrent 

kum kwic giingangani .altlda. 
non sol [U'olond |iar<'e (|iie. 

(). Waigen tlisliian jnir kiillallai.ini-tlo saliadnng 

Et lorscpie soleil se leva rll,-> 

killhistlaiang, waigen knni skùsliangii wau angani 

lirftlèrenl el non racine elles avaient 

alllilà kodansUaiani. 

parce ((ue se dessi'clièrent . 



- 15() — 

7. Itli îshin hôtdungal shûit khûgaianî, waigen hôt- 
Autres et épines dans toml)èrent et les 

dungalê inastlasken hnkhoujistlaiang. 
épines grandissant étouflèrent. 

8. Waigen ga kalat kwiê la ai khûgaiang waigen 

Et les autres terre bonne sur tombèrent et 
hanê waûgûd koustlaiang, titch gud lagwau klêlth 
fruit rapportèrent quelques-uns à cent 

kangang ; titch qud isliin lagwaù Ith'unilth gangang, 

fois quelques-unes à et soixante fois 

waigen titch gud ishin klâlê Ith âiiiltli _ii;angan. 

et autres à et trente. 

9. Kin kwudungung kii nung daas agwan Ith il 

Le entendre organe le possédant que il 

kwudang. 

entende. 

LES VIERGES SAGES ET LES VIERGES FOLLES (25) 

1. Wadlu, shâgê kingdomgê chitlingâ klâalth kinganu 

Or ciel royaume vierges dix comme 

êdasang ; kâsotouho unga Itha istaiang-kên chaduënêlths 

est lampes leurs ayant-pris époux 

an istlagëan kiak Itha issâgang. 

à recevoir pour dehors elles allèrent. 

2. Klêlthu kôun-gang, waigen klélthu kutfingâgâni. 

Cinq folles-étaient et cinq sages-étaient 

3. Ga kônungs gô kaso-tou-ho unga 
(indice pluriel) folles i^indice pluriel) lampes leurs 

istaiang-ken ton kum wau an Itha istaangang. 
ayant pris huile non elles avec elles prirent. 



— 151 - 

4. G\ kiitungas gô kâsotouho iinga istai-ang waigen 

Les sages lampes leurs ayant pris 

toû ishin Itha istaangang. 
huile et elles prirent. 

5. Hoùan nung chadimëlths gùstalth Itha waûtliwan 
Comme 1' époux tarda toutes 

tîslaiang waigen Itha kaslaiang. 
s'assoupirent et s'endormirent. 

Ci. Waigen halyakwulêlth-stlo sahaiga idjang : 
Et milieu-nuit-fut-lorsque un cri fut : 

kwoking nung châdunëlths kâtla-talgung, kiak Ith 

voilà r époux vient dehors 

isso l;i a ilalung istalëana. 
lui vers vous allez. 

7. Itan ,1 Itli chitliagas waûtliwan katloù-kwudangang- 
Mors les vierges toutes sommeil • s'éveillant 

ken kasotoûho unga Itha hokulthtaotziiang. 
lampes leurs préparèrent. 

8. Waigen ga kônungs gc hin kutungas gc shutaiaiig, 

Kl pi. folles pi. les sages pi. dirent, 

tou itil ga Ith unga isto itd gié kasotoulia kilthgas 
huile nous A votre donnez nous de lampe éteinte 

althlâ. 

parce que. 

9. Waigen ga kutungas go hin shoùan kAhano , 

Rt pi. sages pi. ainsi dirent nullement 

kuin itil an isken dalung an ishin kwAnangsaiig , 

non nous à et vous h il sutlil 



— 152 — 

althsïilth .waddalëilung â Ith isticdo waigen kiniing an 
donc vendeurs à allez et eux de 

Ith dahwoù. 
achetez. 

10 Tou Itha dahawas talth anung châdfinelths 

Huile elles achetaient lorsque le époux 

kâtlâgang, waigen ga clthkigas gr la alth na 

arriva et pi. les prêtes pi. lui avec 
ga istzai-ang gwud Ith inêlths higunungs ai a waigen 

allèrent ensemble se rt^jouissant et 

kiiwê waû askidâni. 

portes furent fermées. 

IJ. \A'adla, ga chitlingas kalat isthlgang waigen hin 
Mais pi. les vierges autres vinrent et ainsi 

Itha shouan, Shrdanâ, Shrdânâ itil kiist Ith daastla. 
dirent Seigneur, Seigneur nous à ouvre. 

12. \N'aigeii liin Iiangtlan il shouan, yenkien tialung ga 
Kt ainsi répondant il dit en vérité vous à 
Ith shugung kum dalung an di ùnshitiingung. 
je dis non vous à Je connais. 

1."}. Alslilth shanlthahadzii,thstlu shantlanc isken Itlstlu 

Donc veillez lorsque jours et lorsque 

askaskit gud ishin nung îtlinga kit kathises kum an dalung 

heure à et le homme fils viendra non à vous 
finshitânsi althhi. 
savez parce que. 



— 153 — 



Lr<:S TALENTS (XXV) 

\'i. Shâgé kingdom-gc nung itiinga tliga jinga fi 

Cil»! royaunif un homme terre lointaine à 

kaiitaiig kiiiganii cclimg : kitzadalung an il aiyangang, 

allant s('inl)lal)l(> est ; serviteurs à il appelle 

waigen kin wautliwaii Itha ga unga il istaiang. 
et les iDus eux à le sien il donne. 

lô. Waigen nung swaunsliung ga daki ki kU-llh 
Rt r un à talents (numéral cinq 

il islaiang; nung kalat ga dala ki stung il istaiang! 
il donne : 1' autre h talents deux il donne ; 

waigen nung kalat ga ki swaunshung il istaiang ; tliku 
et r autre à un il flonne ; ainsi 

Uha lagwiâtals kingan Itlia ga kin il istagangang-ken 

l'apacilés eonl'orméinenl eux à cela il donnant 

liouitang il kaiitiini. 
ensuite il part. 

H), lloiiitang dala ki kicith nuiig istaiang kaiitang : 
Aus.sitAt talent cinq le ayant reçu va : 

itan gwudista il tiakaiidani waigen dala ki kiritli waûg 
ensuite il travaille et talents rini| travail 

agung la kaaskidang. 
lui-même ajuiile. 

17. Kingan isliin dala ki stung nung istaiang waugang. 
De mt''me aussi talents deux le avant reçu travaille 
waigen lagic ki stung ishin waug agung kaaskidaii»; 
l'I antres deux aussi avec lui-même ajoute. 



— 154 — 

18. Ki swaunshung nung istaiani kaiitang la tloù 

Un le ayant reçu va mais 

hingangatléé waiang-ken îtlagida unga gie dalâ il saâlang, 
la terre creusant maître son de l'argent il cache. 

19. ^^'ash ed koùt a ga kitzadas an nung itlagidas 

Or temps longaprès pi. serviteurs de le maître 

kallagang waigen ithanga il kwaiundaiang. 
vient et avec eux il compte. 

20. \\'aigen dalâ ki klclth nung istaiang katlagang. 

Et talents cinq celui ayant reçu vient 
waigen ila dala ki klclth kalat il hatlthlâgang-ken hinu 
et lui à talents cinq autres il apporte ainsi 

il shouan, Shalana dala ki klclth di ga dung istagun, 
il dit, Maître talents cinq moi à tu avais donné 

kwoking ilâ gâ ki klclth hoùshen Ith istagun. 
voici eux avec num. cinq de plus je donne. 

21. Il îtlagida hin il slnitaiang. la-gung kitzado las 
Son maître ceci il dit, bien est serviteur bon 

is-ken waigen yetoù ishin dung iching , kin gu hutsu 

étant et ' iidèle et tu es, cela peu 

tunian dung Ith itlagid-cl thtâshang dung Ttlagida 

plus toi te ferai maître ton maître 
kwutunge las ik Ith katsi. 
sa joie dans entre. 

22. Dâlâ ki stiing nung istaiang katlûgang ken 
Talent deux le ayant reçu vint 

hinû il shouan, Shidana, dala ki stung di ga dung 
ainsi il dit. Seigneur talent deux moi à lu 

istagun, kwoking ilâ ga ki stung dî gwi kaclgun. 
as donné, voici eux avec num. deux je en outre ai gagné- 



I 



F 



— 155 — 

■l:\. Il itlagida hin la il shutaiang, Lâ-gung 
Le maître ceci à lui il dit, bien est 

kitzatle las is-ken waigen yetou dung iching : kin gu 
serviteur bon et . et fidèle tu es : cela à 

hutsu tuman dung kangàni althl;), altsriith kin kwan 

petit plus toi fidèle puisque, alors beaucoup 

andiinglth itlagid-êlthtâshang ; dung itlagida kwutunge 
sur loi je ferai maître : ton maître sa 

las ik Ith katsi. 
joie dans entre. 

2^1. Itan dalii ki swaùnshung nung istaiang katlâgang- 

Alors talent un le ayant reçu vint-lorsque 

keii hinù il shouan : Shâlanâ, nung itlinga skalthja dung 

cela il (lit : Seif^ncur le maître dur tu 

isis un di unshitung, giuk kum dung tatlidzangunu 
es je sais, où non lu as semé 

dung tliidung, waigen giouk kum kin dung dangwangunu 

lu moissonnes, et où non tu as dépensé 

g\\uda liung istang. 
là tu reçois. 

25. Waigen di Itliwaugagun-ken Itli kaiitun, 
El moi craignant je suis allé 

waigen dungié dâlâ ki swaùnshung tligc katli a 
et ton talent (numéral) un terre dans 

Ith saalguni, kwoking dungic iching unga dung daidgiiug. 
j'ai caché voici ^'i loi est propre loi jjrend. 

2f). Waigen il itlagida liangllan liin il shutaiang : 

Kl le maître répondanl cela il dit : 

kitzada dauiiga isken, skmisahimga isliiii dung uhiug : 

servileiir mauvais el méclianl l'I lu es 



— 15fi - 

^■ioùk kum Ith taslidzângas Ith tlïidungung, \vaigen gioiik 

où non j' ai semé je récolle et où 

kum kin Ith dangwângas gwuda Ith istagiing an dung 
non cela j'ai dépensé là je . prends à tu 

iinshîtungung. 
savais. 

27. Altsiilth kashinthi kiagin drda kum dalrdô ga 
Donc pourquoi mon argent non l)anquier à 

dung istaang udjang, waigcn waug agung kaskittas-tlo 
tu as donné, là moi-même reviens-lorsque 

silthkang Ith stîlths-tlo Ith istasgaiaungung. 
ensemble ce que j'ai gag;né je prends. 

28. Altsiilth dala la staha Ith isto, waigen dala ki 

Donc talent lui de prenez et talent 

klâalth nung daas go Ith isto. 
dix le ayant à donnez. 

29. Altsiilth Itli waiitliwan han kjn kwoyâ daas ga ga 

Donc tous les ayant les à 

istiâshang, waigen wautclgu il daolthasang : kum kin 

sera donné, et davantage il posséderont non celui 

nung daangs thoù kin il daas là stâha istiâshang. 
le ayant mais celui il aura lui de sera tiré. 

;{(). Anung kitzada skunsalungas kiak halga â 

Le serviteur inutile deliors ténèbres dans 

dângu gioùk sahaigâsési gwau waigen zing unga 

jetez où cri et dents ses 

kôkoputâsêsi gwaù. •» 

grincements. r 



à 



lô- 



LA PASSION (XXVI). 

Waigen tlistluan Jésus ashge gushowe wautliwankilth 
cltlitai-any-tlo. laga-gahatijangê (disciples) hin il shii- 
taiang. 

Et lorsque Jésus ces paroles toutes termina lorsque, ses dis- 
ciples ceci il dit. 

2. Sliaiitlan stiing cltlis-tlo Passover laguiiunge i>is an 
dalung iinshitLing, waigen nung itlinga kitaith Itii gia- 
(lashang il zitoliskideana. 

Jours deux seront lorsque Pà(iues fêle sera à vous savez, et le 
iKiuime fils il .isera livré il soit crucifié. 

■i. \\ adlii ga laplct itlagidas gc isken takalunglcilimg 
isliiii. Itii liaada an Itlia kias ishin, laplet an nung itlagida 
yuans gic ginkiiislang roonigc a gwuda Itlia idjang : 
Taiplias hinii il kcyaiang. 

.Mois les prêtres princes aussi les scril)es aussi le peuple de 
les anciens, prêtres le cliel' grand de maison place ensemble ils 
l'urenl : (',aï|(lie celui-ci, il est nonnné. 

'i. riikii .liMix Itlia islakwuitlilalli d/.iiascs eddca lllia 
kaoukgaiang la lliia tii'ana. 

Alors .ji'sas ils livicrairul ronnnenl ils déliliérèrenl lui ipi'ils luenl. 

."). \\ aigcn liin itlia siioiian, lagunugc singe gud la lalung 
isticM kuni la-ngung, Ith haada gushoù saatsgasès althia. 

E( cela ils dirent fête jour à lui ils livrent non lion-esl les 
liomines l'assenl liimulle alors ile peur ipie. 

(). Wadlii, Jésus Siiiiuu min;,^ lieludas gie ne .i iiljaiig 
Bclliany llig<' gwaii. 

(»r, Jésus Simon \r Ic'preux de inai'^iui daii> l'I.iii IhIIimim- i .lilii ,i. 



— 158 — 

7. ^^'aigen nung chada kalk a toi'i Icwo^â yuan istaiang 
la an kàtlagang, waigen hoùan il Itlitanugundang il 
kats ingAvi il giastlaiang. 

Et une femme vase dans liuilepi-écieuse beaucoup apportant lui vers 
vint, et lorsqu'il était à table sa tète sur elle versa. 

S. Tlistluan laga-ga-hatijan-gë kangang-tio Itha 
kwudeêlk il waugang : waigen hin Itha shoùan ; kashitloù 
toù kwoyasiken an gùgung ? 

Lorsque ses-disciples virent mécontents ils firent, et cela ils dirent : 
pourquoi huile précieuse à perdre. 

9. Adshi toù kwoyasi dala kwan allh daawau tlingagiig 
Itha kuniskidega ga istâan. 

Cette huile précieuse ar}j;ent beaucoup pour marchands aux se vend 
pauvres se donne. 

lu. Waigen Jésus anung-shitalang-tlo hin Itha il 
shûtaiang; kashintloù anung chadas kwutungc dalung 
kilth kwîidang ? Ithangwila la di an il istas Ith gwau. 

Et Jésus cela ayant su ainsi il dit : pourquoi cette femme cnpur 
vous ètes-vous irrité? Action bonne moi à donnant elle a faite. 

11. Ltha kuniskidegas dalung kAvulthlu ishgiigung, 
di tlou kuni dalung dàagiiangung. 

Les pauvres vous toujours aurez, moi mais non vous posséderez. 

12. Adshi toù di tiagwi ilgiastlasi althla di tleOwaugêanu 
il istang. 

Cette huile mon corps sur elle versa car moi sépulture pour elle 
a donné. 

!.'{. Yenkien dalung ga Ith shugung tliidan tligô 
askwan ai ashgé giatling las alth Ithaguk ltha gushûs-tlo 



— 159 — 

tlikii anungchada waiis isliin la an Itha kil-unshitgasang. 
En vérité vous je dis : entier monde sur ma la nouvelle bonne évan- 
gile) à eux sera prècliée, ainsi cette femme action aussi elle à sera 
divulguée. 

l'i. W'adla, Itha klaalth wok stung shu staha ga lapltt 
itlagidasgea nung kaiitang, Judas Iscariot hinu il keyaiaiig. 

Alors des dix et deux de prêtres princes à un alla. Judas Iscariot 
celui-ci il est nommé. 

15. Waigen hinii il shoiiaii , giishu di ga dalung 
istashang, waigen Jésus dalung a Ith istàshaug, waigen 
dalâ hudila klalc Ith'ûnilth saoïitka la ga Itha kilth 
«'Ithtaiang. 

Et ceci il dit, quoi moi à vous donnez, et Jésus vous à je livrerai ? 
et argent trois dizaines salaire lui à ils promirent. 

1(). Waigen altsgc tiniegc staha la alth giadagi- il 
ista kwudangang. 

Kt ce temps de lui à livrer il cherche occasion. 

17. W'aillii, shihili tlikulthdc gu shanllaiic tlugangu 
idjan ; waigen laga-ga-hatijange Jésus an istlagang-ken 
hin la Itha sluitaiang, kitlano Uil dung tlaelthtad.ishaiig 
Passovcr lagununge dung Uigeaena. 

Or présentation pain di- jour le premier était, et ses-disciples Jésus à 
cola lui venant ils dirent, où nous loi préparions Piques lële loi dc-clari'. 

IS. Waigen himi il shoiiang, nung itlinga dnige gu isis 
a Ith istieilo, wai^en hiii llh il sluida^ang : l<ia>,'in liniege 
dnun^cIguMn, diingie ne a di ^a^ahatijange alth l'assuver 
lagunun^rc lih lasang hinu nung itlagidas shngnng. 

I';t cela il dit, un lionuiie demeure à étant aile/, el cela dili'> : iiinn 
temps e^l veiiM, toi maison dans me- disciples avec l'A(|ues l'éles je 
passerai ainsi K- iiiailn' ilil 



— 160 — 

19. Tliku Jésus Itlia shiitaiang kinganu Itlia waiio-ano-, 
waigen Passoverge Itha etlhkidiang. 

Comme Jésus leur avait dit ainsi ils firent et la Pàque ils prépa- 
rèrent. 

20. Waigen singyas-tlo , lagagchatjange klaalth wok 
stung alth il koiiwaiang. 

Et le soir-fut-lorsque, ses disciples dix et deux avec il s'assit. 

'2\. Waigen houan itha Ithanugundang, luiii'i il shoùan : 
yenkien dalung ga Ith shugung, dalung sAvaun di alth 
giadas-ang. 

Et lorsque ils eurent mangé, cela il dit : en vérité vous à je dis. 
vous un moi trahira. 

2"2. Waigen itha kwutunge Ithanga stiynanan, waigen 
Itha waùtliwan han hin il shudiedang Shalang tiana gwaii. 

Et cœur beaucoup ils s'attristèrent, et eux tous cela ils dirent, 
Maître, moi est-que. 

23. Waigen liangtalan il shouan adshi kcltlika ai di 
alth stle unga nung istasu di alth giadashang. 

Et répondant cela il dit : ce plat dans moi avec main s i le plaçant 
moi trahira. 

24. Tliku nung itlinga kit edases Itha kalangang kingan 
il edasang : nung itlinga kit alth nung giadas ai kin ga 
Itlnvogigasang! anung itlingaskuni awolth Ithkaiangasken 
il lâ-dadungung. 

Ainsi l'homme fils s'en ira il est écrit conl'ormément il s'en va ; le 
homme lils à le trahissant à celui à malheur: cet homme non , 
jamais serait né cela meilleur est. f 

I 

25. ^^'aigen Jésus la alth nung giadàgung hangtian 



— ir,i — 

hinu il shoi'ian. Nung itligidas, tlaoù gwaù? Waigen 
liangtlnn liiii l;i il shiitaiang yen dung shi'igung. 

lit Judas lui à k' tialiissant répondit cela i! dit : le Maître, moi est- 
ce ((lie ? Kl répondant (■(■la lui il dit : en vérité tu l'as dit. 

26. Iloùan Itlia Ithtauiiguiuiang .Icsus shibili istai-ang : 
waigen u il tlalagalaiig-tlo, lu- il ginanangang waigen 
lagagahatijangc ga il istaiang, waigen liiiiii il shouaii, 
istalhtà, t;ilth:i, adshi di tlii iching. 

Lorsque ils mangeaient .lésus pain prit, et il le bénit loisque, il le 
rompit, et ses disciples à il donna, el eux à il dit ; prenez, mangez, 
cela mon corps est. 

27. Waigen skallaiigwc il islaiang-kcn sing il killagang 
Itha ga ilistaiang-tlo hnni il shouan, dalung uaiitliwan 
Ith adshi niltlio. 

Kt le calice ayant-pris liéni'diction il lit, eux à il donna lorsque 
ainsi il dit, vous tous cela buvez. 

28. Adshi di ai, giatiing hisu iching, waigen Itha kwan 
kin daiingas dalciskite an hagwnaodji nagiing. 

Ceci mon sang, nouvelle bonne est, et beaucoup les péchés rémission 
pour il sera répandu. 

2U. Waigen hin dainngga Ith shngung, adsi slah;i kuiu 
lionshen vine liana Ith hntlangshang. .\iitig nnga K'f king- 
domgc vine hana hoiitia daliing allli llli luillic kii. 

Kl cela vous à je dis; maintenant à partir de non de nouveau vigne 
fruit je boirai. l'èr'e mon de royaume dans vigne l'ruil tie nouveau 
vous avec je boive jus(iu'à ce (|ue. 

;{U. Shalang sas swaunshung Itha kat/.ouaii -tlo. Olives 
Ith douwc a Itha issagang. 

Hymne riiuinial im il eut clianté-lorsi|ue, Olivier montagne A il 
alla. 

12 



— 162 — 

;U. Wadki, Jésus liin Itha il shutaiang, aiathalgwau 
dahmg wafitliwan di an kwutunge stiungkashang : 
kâlungasi altlila, lamatoc krtsitic Itli sahaskidashang. 
waigen lamatoc tligwanan istalgunga-shang. 

Alors Jésus cela eux il dit : relte nuit vous tous moi pour vous 
coMir scandaliserez, il est écrit \n\rce i\\\v, aj^neaux gardien je vous 
frapperai et brebis troupeau sera dis|)i'isé. 

32. Waigen lioiishen k\V(»tal slaha Ith katlus silid, 
Galilée tlige a dalung kwunast Ith kaiitshang. 

Et de nouveau mort de je me lèverai après que (iaiilée terre à vous 
devant j'irai. 

'33. Peter hantlaa hiii la il il r.liutaiang, dung an Itha 
^valltli^^an kwutungi- sti-stlo, di tloù kuni dung an kwu- 
tungesti tlingagung. 

Pierre répondant cela lui il dit. toi à tous se scandalisent, moi 
mais non toi en moi-même me scandalisera cœur. 

3'!. Jésus liin la il shutaiang, yenkien dung Ith shudang, 
aiat halgwau, skou itlinga kingange kwunast dï da dung 
kada Ith'unilth-shang. 

Jésus lui à il dit, en vérité toi je dis : cette nuit, le coq mâle chante 
avant que moi à tu renieras trois fois 

3ô. Peter hin la il istaiang, dungaith di kwoialths-kon 
kum dung da Ith kadangsang. W'aikingan laga-gahati- 
jangc wautliwan ishin shouan. 

Pierre cela lui il dit : toi avec je niourir-devrais. non toi à je renir. 
Semblablement ses disciples tous aussi dirent. 

36. \^'adlù Jésus Gethsemane tlige gu Itha aith katiagang, 
waigen laga-gahatijange hin il shutaiang : kwai Ith adiun 
tlûadawang wadshgvvi singelthkang Ith gfishUwas talthla. 

Alors Jésus liellisemani terre à eux avec alla, et ses-disciples cela 
il dit : ici asseyez-vous, prière j'aie fait jusqu'à ce que. 



1 



^ 163 - 

37. W'aigen Peter isken, Zcbedee kitilung stung ka- 
tiliiiig il istaiang ken il kwutiingc sticdang, waigen 
il tiakwiclistlayiianan. 

Et Pierre et Zébedée fils doux ensemble ayant pris, en cœur fut 
triste, et il se mit à trembler. 

38. W'adiii, liin hi il sluitaoiiang, di kwutungc stiyùan- 
giing , di kwolaltalgung âdliia Ith isiwang, waigen di 
alth Ithahadzuwang. 

Alor.s. cela eux il dit, mon cu-ur est triste, je prie jusqu'à re que 
restez et moi avec veillez. 

39. W'aigen Jésus tiii-tlast il kagangwaigen il tikwusht 
loaiang waigen hinii singeltlikang il giishoiiang. O di 
Aung, dung gwida-stlo agw:in Itli adslii skatlangwe di ila 
ista : tliku dung kwudungs kingan swaiinan Ith waus- 
hang : Ith kwudungs kingan kuni Ith waugshang. 

El .lésus plus loin il alla et il se prosterna iH ainsi adoration il lit. 
U mon père, lu peux-si (|ue ce calice moi de soit, ainsi ta volonté 
conforniénienl seule fais, iii.i volonli' confoi'mément ne fais pas. 

''«(). W'aigen laga agaliatijange kaslaiang an il katlagang, 
waigen liin Peter il slnitalang kashinlloii askakit 
swaimshung giid kiini di allli daliin shanlthahadzan- 

gfidja ;> 

Alors ses-disciples dormant à il vicnl, et le Pierre il dit : pourquoi 
heure une |)endanl |)as moi avec vous veiller-pouvez- 

41 . Shanlllia-liadza-lllia, waigen singelthkang llligusliu . 
waigen kuni l<in daiinga ai dahmg isangshang; liants 
gwulasiken kc i tloù liaagagung. 

Veille/., cladoialinu faites, el non i-e miiuvais dans vous tondiie/.. 
l'cspril proiiipl. I;i chuirmai> faible-esl. 



— 164 



4'2. Iloiislien otgwaù Itha stalui il kaiitang-waigen sing- 
clthkang hin il gTishoiiang. O cli Aung kum adslii skat- 
langw(" wadsligwaù di staha isàn-sllo kum Ith liutlaiiskcMi : 
tliku dung kwuduns kingân Ith waù. 

Ensuite de nouveau là de il alla et adoration il dit : ( i mon père, non 
ce calice de moi passe-si, mm (jnc je iidive, comm(> ta volonté con- 
formément soit fait. 

4;{. Waigea hoiishen iaga-gahatijangc kasiaiang an il 
katlagang il hangi langa kinagultho-ùani altlila. 

El de nouveau ses disciples dormant à il vint, l'esprit leur appe- 
santi était parce que. 

44. La il tastlaoùang, waigen hoùshen wadsiigwi il kaii- 
tang, waigeii kingan hoiishen singeltkhang il giishot'i Ith 
Ithiinilthclang. 

Eux il laissa, et de nouveau là lias il alla, et coni'ormément de 
nouveau adoration il dit troisième fois. 

4."). Wadli'i, houshcn iaga-gahatijangt- an il katlagang, 
waigen il Itha il shutaiang, woata Ith kasloo, waigen ans- 
hanszouta Ith unga isto, kwoking, askakit duungelgiing, 
waigen ga daunga gv stlc an nung itlinga kit aith Itha 
giadagung. 

El de nouveau ses disciples à il alla, et il leur dit : maintenant 
dormez et reposez-vous vous-même voici heure est venue, et mé- 
chants de mains à le homme lils sera livré. 

46. Katluultha, taliing isticdzing, kwoking di aIth 
nung giadas aanân iching. 

Levez-vous, nous allons, voici moi à le livrant près est. 

47. ^Vaigen hoùanil gnshiigundang, kwoking Judas Itha 
klaalth wok slangang swaiin katlagang, waigen Ith haada 
an Itha kiasi isken, ga lapilct itlagidas gc ishin stâha 



— i(;5 — 

Itlia skiila yuans sitze isken skidangwc isliin dungalth là 
altl) isllayanii'. 

lit i-nsiiiti' il leur dil : voici Jiulas des dix plus deux un est venu, 
cl anciens et les prêtres princes aussi do envoyée Iroupe et glaives 
hâtons el ,irmes lui avec est venue. 

'i.S. \N'aigen la altli imn» giadagang- Uin kiioiialtsida 
Itliagail istaiang-ken hinii il slionan: nung Ith skwuntlas 
laoïi isisang, "kv\ iiiiaii Itli il gisgildawang. 

Kt lui aie livrant ce signe eux à il dcuinanl, ceci il ilil : le Imiser je 
donnerai, celui là le saisisse/.. 

W. \\'aigen hoiiitang Jésus an il katlagiuig waigen 
hinii ilshoiian, liai di itla_i;ida, waigen kwimanlâ ilskwunt- 
laiang. 

Kt aussit()t Jésus à il vint et ceci il dil : ali .' loi maître, et lui il 
emhras.sa. 

.")(). Waigen Jésus hin la il shiitaiang, tofii, kashintloii 
adiun dung k:itlagun .' tliku kin gu dung istatlas kingan 
Itli wau. Wadlii Itha istlagung, waigen Jésus Itha gidsgil- 
daiang, waigen staha la Itha istaiang. 

Et Jésus cela lui à il dit: ami, pourquoi es-tu venu ? Connue cela 
loi destiné conformémeni lais. .Mors ils vinrent el .Jésus se jetèreut 
el hors lui à ils saisirent. 

.")1. Waigen kwoking Jésus altli llli idjan swaun stlc 
unga (lunchistaiang : silzc un^a il oidsgiklaski'u, ^a 
Laplct gas gr an nung Itlagidas kil/.ail il saliaskidung, 
waigen il kii langa washl il skiallaiang. 

Kt voici J('sus avec étant un main sa ('tendil, glaive son il saisit, 
prclre du h' prince serviteur il IVappa el oi'cilli' sa hors de il coupa. 

'yî. Wadlu .i(-.u hin l.i il slintaJaiio, linuslicu -it/r kal 



166 



ai sitzè unga Ith gidsa : tlha wautliwan stizô istas sitzê 
alth Itha gûasasi althla. 

Or, Jésus ceci lui il dit : de nouveau épée fourreau dans épée ta 
mets, tous épée prenant épée par ils périront parce que. 

53. Aung unga â kum tliku wéata singelthkang Ith 
giishou tlingë kâng goang gu dung kwudung us ? waigen 
ge angelgas gê-klalê kwan di ga il istashang gudî istlat- 
la-stlo. 

Père mon à non ainsi maintenant prière je fais, pasje pourrais toi 
crois est-ce que? et les anges dix plus moi à il donnerait si je le 
voulais. 



ZIMSHIAN 



ZIMSHIAN 



La langue Ziinshiaii ((impirnd deux dialectes princi- 
paux : le Zinishian proprement dit et le Naksha ou Nishga ; 
c'est du premier principalement que nous traitons ici. 

Klle renferme des particularités dont nous devons si- 
gnaler quelques-unes. 

Le phonétique se distingue par une grande accumula- 
tion de consonnes que nous retrouverons plus grande 
encore dans le KwagiutI ; parmi les consonnes se ren- 
contre un son particulier, celui de //.■ ; il existe des gut- 
turales profondes. 

La confusion entre les diverses parties du iliscours est 
très notable ; le même mot peut être à la Ibis verhe et 
substantif, il peut être aussi verbe et préposition : hniUik, 
signifie i\ la fois pèches et prfliè ,• naili-, de et venir. 

De nombreux suffixes indiquent dans les verbes l'in- 
lerrogatif, le |)Otestatif, rindéterminé , le passif, ils 
lorment ainsi les modes et les voix. Le (piotitatif est un 
concept très spécial, il répond au mot : oti dit (/uc, il 
s'agit de rapporter ce qu'on a simplement entendu dire. 

Au contraire, ce sont des nujts détachés (|ui indi(|uent 
les temps, ou les prépose; Ithd iiuli(|ue le passé, na le 
parfait . "// le passé immédiat , diini le futur, sliin, 
le (lubiliilif, Idii^vil, 1 aci oinplisscniciil ; la conjugaison 



— 170 — 

proprement dite se l)orne donc au coté pronominal. 

Les déterminants numéraux sont en vigueur, eomme 
dans les autres langues de la Colombie; on distingue sept 
classes d'objets suivant leurs formes d'abord : les ronds, 
les longs, les plats, puis certaines catégories qui ont 
frappé davantage l'attention , les arbres, les canots, les 
hommes. 

Le pluriel concerne non seulement les substantifs, 
mais aussi les verbes, on l'exprime par nnv foide de pro- 
cédés que parfois on cumule et qui sont : 1" la réduplica- 
tion totale ou partielle, 2" les préfixes, 'A" la variation 
vocalique. 4" le changement de racines. La modification vo- 
calique peut accompagner la réduplication. Cette dernière 
est initiale ou finale, l'^nfin on peut insérer, en outre, 
un ^ euphonique. 

Le procédé le plus remarcpiable cpie nous retrouverons 
ailleurs est celui de changement total de racines ; il est 
fréquent dans les verbes, d/tû, s'asseoir, donc au pluriel 
a'dii : sa/t\ mourir, du. Ces préfixes employés sont fort 
nombreux. (^)uelques substantifs ont à la fois plusieurs 
pluriels. 

L'article a plusieurs formes : grâce à elles on fait une 
distinction entre une personne et une chose, entre le pré- 
sent et l'absent. Cette dernière distinction se retronve 
dans le pronom personnel (pii distingue en même temps 
le cas direct et le cas oblirpie. I^e pi'onom a. en outre. 
une forme isolée et une forme dépendante. 

Cette distinction entre le présent et l'absent est de la 
plus haute importance. Nous la retrouverons et nous 
essaierons de l'interpréter pour lui quand nous étudierons 
le gii'agiutl. 



— 171 - 

Li" pronom possessif le repiotluit en Zimshian ; ce pro- 
nom en ajoute d'autres non moins remarquables, celle 
entre l'objet possesseur et l'objet possédé, celle entre 
le présent, le passé et le futur; le temps qui ne s'ap- 
plique d'ordinaire qu'au verbe s'applique donc ici au pro- 
nom lui-même. Le présent ou l'absent se calcule relati- 
vement à la personne qui parle; on indique si l'objet pos- 
sesseur est présent ou absent vis-à-vis d'elle et de même 
si l'objet possédé est présent ou absent à son égard ; 
enfin si l'objet possédé existe actuellement ou a existé 
ou existera. L'Algonquin présente aussi l'application de 
l'idée temporale au substantif, le passé s'y exprimant 
par ban. D'autre part dans les langues Bantou le pro- 
nom se rapporte à la fois à l'objet possesseur et à l'objet 
possédé. Ici on a le résumé de tous ces phénomènes qui 
constituent alors un ensemble très complexe. Nous ver- 
rons que le KwagiutI décompose encore davantage l'idée 
de présence. 

D'autre part, le pronom personnel, quant à sa morpho- 
logie, a une expression double ; il se marque à la fois par 
préfixe et par suffixe, ne (verbei o, dans la conjugaison 
verbale; l'indice temporal se fait pai- le préfixe. 

Le verbe prés(>nte la voix négative et la voix interio- 
gative. 

Il faut signaler deux particularités : lors(|uc le veibc est 
accompagné d'un adjectif, c'est ce dernier qui se conjugue, 
il s'opère une sorte de transposition. Le verbe s accorde 
en nombre, non pas avec le sujet, mais avec l'objet. 

L'ordre des mots dans la j)roposition est ascendant, 
l'adjectif se place avant le substantif: c'est l'inverse de ce 
qui a lieu en Haïda, 



PREMIERE PARTIE 



GRAMMAIRE 



Pkemikukmknt. — PnOiNKTIQlI-: 

Les renseignements sont peu nombreux ; il ne s agit 
point ici de lois phonétiques, r,"est-à-clire de liniluence 
de phonèmes les uns sur les autres, mais seulement de 
la prononciation des lettres emplovées. 

Il faut distinguer les caractères qui ont servi dans la 
traduction des Evangiles et ceux qu on trouve dans les 
• Mivragcs de lioas. 

a Lettres employées dans la traduction des Evangiles. 

\'o^Kij.i:s. 

(t. ti , (', h, i, u, u. 

La prononciation de Va est intermédiaire entre Vu et 
\'a<', le son ilc h est celui d'r muet. 

DllMITdNia ES. 

ni ^= '■' ; (III = Il \ it =■ en. 

CONSO.NNES. 

I), /), ir, /ii,i://, iii/,1/, /., ^'/^ /.'/', /■, y, /, '/, fi, ds, (s, s, 

/, f/, //. 

Ia' son tl v SI' l'approclu' de s/i ; 



— 174 — 

L7 se prononce la pointe de la langue touchant les 
dents supérieures, le dos pressant contre le palais ; le i,'//. 
et le kh sont des gutturales profondes. 

11 faut ajouter : 

iTi gutturale profonde ; A ~ le ch allemand dur : th . 
son particulier à cette langue ; Ith = 17/ du Gallois et 17 
mouillé du français ; « ^= ds ou ta. 

Combinaisons he consonnes initiales. 

ml, rif.s, ni. 

IiS, ksp, ksk, ks/f/ \ pt, pts, ptl. 

rjp, qk, qt, qtk, qts. qs, qll, qtski/, qsk, qsf, /gq, (k, fka\ 
tk, fq,flp,flg, tlk, sp, .s7,y/, soh, sqk, sk, .s/V, s/,stz. 

Des accumulations aussi nombreuses ont lieu à la lin des 
mots. 

ù] Lettres employées, en outre, par Boas. 

g' = "■guttural, analogue à gr ; A" = k guttural analogue 
à /'/•; q = le (7/ allemand dur ;7/ = le c/> diemand doux de 
icli. O est intermédiaire entre q et /> ; c ^=^ th ; <; = lit an 
glais ; fl z=:e9,l une ex|)losive ; dl est une palatale dorsale. 

Deixikmkment. — Liv\l(X)i>()GIK 

1" DÉRIVATION 

n) Pfif préfixe. 

(,a = plus, davantage, dans la pluralité comme dans 
l'intensité. 

C/iuk = I" pluralité, 2° nom d'agent. 

Shil = le comitatif. 

Klthna = en bas. 

Bak = direction en liaul 



— 17Ô — 

Man =■ id. 

I\l>a, employé seulement en réunion avec ga nu sin -u- 
lier et dok au pluriel = hors de. 

7V/.7, =dans la direction d'en bas. 

Libillh — contre, envers, dans un sens hostile. 

Lihiin = envers. 

In. employé en réunion avec '^nnk = devant. 

l)i --. devenir, faire. 

/A/ = sens causatif surtout avec les verbes de mouve- 
ment en avant. 

Sha= 1° causatil surtout pour les verbes de mouve- 
ment ; 2" au lieu, hors de. 

Slia-dogdsh, dévêtir : slia-nuihshit, rejeter. 

Slm = taire. 

S/iu-a-ilai. enseigner. 

/\s/iu = hors de, et (ormatil. 

/,t/ = dans. 

Lti'i^nlt, rester dans. 

Li = dans. 

(ïii'iin =: ici et là. 

Kani, gun r= misérable, bon à rien. 

(), /»■ = manger, recevoir. 

Q-pciano. t'umer, manger de la tumée. 

()-att(if, manger du pain, (/-^i/at, mangeur (riiomiii("> 

/// r= sinndtanéiti'" ou suite immédiate. 

I\sli = sens comitatii. 

0/,s/t. wvvc Ixi el iwrcgau. 

1)) /'(■//• siijli.ic. 

Sli--\c déterminé, l'exclusil'. 

Adfi lioùsli Maria i/tt — et Marie dit : 



^ 176 - 

Ilth = le général., l'indéterminé, s'emploie pour expri- 
mer l" l'indétermination ; i" la négation ; 3" l'interroga- 
tion ; 4" l'impératif; 5" le conditionnel. 

///, un, (Boas : e/^. r'nn)^^\v causatif. 

/ = l'interrogation. 

Khd = le quotitatif . 

Uni = sens attributif. 

Il se joint à beaucoup d'adjectifs et d'adverbes. Entre 
deux substantifs il joue le rôle de génitif. 

A'= marque le passif. 

11 se lie au substantif par l'intermédiaire de s/i, ou de /. 

Sa et (/ = forme aussi le passif. 

et /i ^= événement mallieureux. 

c) Mofs i/idr/)('/id/i/ifs indiquant le tcmj)s et la inodalitc . 

Za := marque le futur et l'iiypotliétique, l'incertain ; ré- 
pond à âv du grec. 

Gup = l'affirmation. 

Il signifie 1° seulement, précisément ; 2" nécessairement, 
devoir; 'î° tous, toujours. 

Lth = ce qui est accompli. 

Wil^ ce qui vient d'avoir lieu. 

Duni = ce ([ui est futur. 

Le temps dérive, du mode : 

iVrt = indique aussi le parfait, mais ne se rapporte |)as 
à une autre action. 

Sliin=^ le dubitatif ; dans les calculs, signifie: à peu près. 

Gin = dit que le contraire est la vérité. 

Lugiril =^ l'accomplissement. 

Ltha, goudish. s/iij^a/in, na, marquent le parfait. 



— 177 — 



fl l'répositioiincllr. 

/.s.=///-/.s-.^y = clanslone/.= ln narine 

TVk.,-..'.^ = dans la main = la paume .le la n,ai„ 
.\dy., =p|;ue u.i Ton garde. 
~\dE-sui,rf/_ sucrier. 
Mo = sans. 

^^ H = lieu. état. 

Il il-<^nat = naissance ; v^-il-/„nk. odeui'. 
Ltiui = ce ((ui dure. 
Ltha-gigiat, vieillard. 

5A, devant guu. l'arbre, en spécifie lessence : /,s,,es. 
place fréquente d'une action. 
han, <;un ^ l'instrumenf. 
(iui,-gihshzal(/;, léixjnge. 
Hn-li = sur. 
Ha-li-dn/,. le tribunal. 

//«=r-nstrument: W/.-.,, L. ....pe. inMnuuent pour 
noire. ' 

A... = la place de; A.. .:-/.-./. A, ,i,„ .,, ,,, ,,.^. ,. . 
I<eiiv.-I;liann o, lieu de marché. 

iw =rormatif des adjectifs. 
Zrag-um hnih = muet esprit. 
On emploie aussi a au lieu de «//,. 

'"'« >"<itshh = honne nouvelle. 

AVk, lieu où l'on a l'habitude de faire une ,h.,sc 
hspv.-l;hn„'elv.,i, lieu de jeu. 
hs/n.-da, lieu on l'on s assied. 

l:< 



— 178 — 

K.y>E-si)uf, lieu où toujours a été. 
Kham. misérable, bon ti rien, dérivé de k ha mf.se. 
h'/wmc'e/cf/. pas bon pour dire, jouer. 
Khan, instrument. 
I\haiuv(i'i, instrument pour ramer. 
Khaiitlo'opc.s, un dé à coudre. 
Q-ka, une infortune. 
Q-hasi'ep-ka, étant malade. 
Qpî, moitié, de f/pî}/<'. 
(Jj)ï-inal;, Ijlanc en partie. 
Ha, l'instrument. 

Ha-aks, instrument pour i)oire, coupe. 
Ha-a'latj;ija(j, instrument pour parler. 
H-ija wif/kh^ instrument pour manger, fourcbette. 
Ha d'ô'osk, balai. 
Ha, causatif. 

Ha-sl'epk, rendant malade. 
Ha-lc/natk, sauvant, sauveur. 
7'aï', futur 

Tse-dEnda, quand.' t.sc-iit/ctsr'ip, demain. 
Se, faire. 

5e walù'i.sk, faire j)reuve, adopter. 
5e wala, faire parent, enseigner. 
Il u/, action faite une seule fois. 
A', lieu, seulement dans les noms géographiques. 
K^n^-k-cja'lc, lieu où l'on scalpe. 
1IV>, sans. 

VVô-nll'otU;, sans un nid. 

117, grand; wi-haut, crier; n'/ /^Eo/ja/^ grand peuple. 
Ani, en u:^age pour. 
Aniliala it , coiffure de dames. 



I 



— 179 — 

2° Radicaux. 
Le même radical exprime souvent sans aucune modifi- 
cation, tantôt un substantif, tantôt un verbe. 
Hadnk, pécher et péché. 
De même, la préposition et le verbe : 
Wàtk signifie à la fois de et i-enir. 
Ga, à et prendre. 
Ks(>(/, hors de et sortir. 
Da, avec, et prendre avec soi. 
Ts'eIe/h, dans, et introduire. 

Pour exprimer é'/zr, on emploie le veibe n/t/, faire. 
Pour exprimer de on emploie le verbe iv?////- : im/k. 

3" Mots de nomiihk. 

Les mots de nombre présentent une particularité très 
remarquable qu'on peut signaler dans un certain nombre 
d'autres, c'est l'emploi du déterminant numéral. 

L'idée essentielle de ce déterminant, c'est que le mot 
de nombre d'un objet ne peut s'y appliquer, sans que soit 
on intercale entre les deux un mot exprimant la classe 
d'objet auquel cet objet appartient, soit le mot de nombre 
lui-même varie suivant cette classe. 

Il y adonccieux sortesde déterminants numéraux. Dans 
l'un, il y a addition du classificateur ; par exemple, s il 
s'agit d'un objet rond, on intercalera le nujt rondeur, ou 
mieux, le nom d'un objet très usuel entre les deux. Ce 
système est praticpié, par des langues assez nombreuses. 

Dans l'autic, il n'y a l'addilion d'aucun mol , mais h- 
mot de nombre \arie dans sa (inale suivant la classe à la- 
quelle appartient l^jbjet tu)mbré. (]c système est plus ra- 
rement applii|iié. 



— 180 — 

l'infin un procédé plus rare est celui qui fond le mot de 
iKunbre avec robjet nombre et exprime le tout indivi- 
siljlement. (lent cocos s'exprimeront par une racine 
différente de celle de cent-pirogues ; on ne retrouve pas 
la même racine dans l'un et dans l'autre. C'est le sys- 
tème usité à 1 île Viti. 

Le Zimshian emploie le déterminant numéral de la 
manière suivante : 

Les objets sont divisés en sept classes. 

1" CLASSE. — Le nombre abstrait ne se rapporte à 
aucun objet. 

2" CLASSE. — Les objets plats et les animaux. 

.■}'■ CLASSE. — Lesobjets l'ondsct les divisions du temps. 

■\'' CLASSE. — Les hommes. 

.V" CLASSE. — Les objets long.-i, 

suffixe : /,/ia// L'i/igu/i) arbre. 
6" CLASSE. — Les canots. 
~' CLASSE. — Les mesures :(nion. mainl. 

Nous donnons dans la page suivante le tableau des 
douze premiers nombres suivant ces classes (I). 

Les nombres dans les textes bibliques publiés sont de 
forme un peu différente. On trouve : 

l" (hjal,\ ^tiel pour les objets ronds, ou réputés tels : 
pays, heure, jour, livre. 

'!" Dupkd, go'bel, dup/iadal, gciiibs/igu/i , i^iibhclt/, . 

3" (rua/i, guili. 

4° nalph. 

5° Gitis/ilinshaul . 

1 Voirie tableau page 1S2. 



G" (iiil. i^aiil. 

~' iJiip/ifiii/. (Ittplailddtil . 

H" Yol>l(i. i/iil>il<i. 

\)" Kslitanidiis/i , />s/f/fi/iia.s/iaii/. 

10. lûipit, hapùiil. 

I I . Kapaul iiii. iidiil. 

['î. hiipil (l<( i^iibnl : jt/ipaiil da (lii/il.ddnl. 

Nombres ordinaux. 

l.e nombre un a deux formes : lune pour l'animé el 
1 autre poui' 1 inanimé. De même le nombre deux. 

I. i\n\mC' k.s/i/if/o// \ inanimé /i.v/.voy. 

'2. iKtanhuilishhâofp iKutnhialistsoq, 

Tous les autres se forment du iinnd)re cardinal suivi 
de it(i(inlit/(i ([ui signifie le plus proche de; on joint /au 
nombre cardinal comme lettre de liaison. 



Adverbe de nombre. 

(]el ad\'ei'l)c est idcntiijue au mol de nombre car'dinal 
des objets ronds. 

G'crcly une fois; i^iiiipvJ, deu.K lois; v.utiv., li'ois lois; 
Itpilpf/, (|uatrc fois ; h</<>//c, cinci lois. 



— 182 — 



-^ 'S 1.1 -1 ■§ ^ '^ -^ 

; oxD ir. -^ -^ -^ ~ -j:~^ ^ 



^■^ %: 1 1^ 






5> 
■S '^ ^- - .. 
■ >< H S « S^ 






S . « i tS 
■< ï -;S <; -^ ~' 



~s; bjD OJD •C -^ -^ -^ ^"si -i; >i; 

^ - ^ '? :« :^ ~S s- 

<- cr^ "^-H ^ >* c^ -^ ^ iS 



■^ 

e 





'Il il. 

H S « <; 




r~ -^ --- 


-x: 'î. c/: -i -< -< 


'■^ 5^■<: -L 



^^ ?PS 



"■^ - s s B ^ 

'<'^' >H <; < 



td ^ ~^ -t -f- 



-^ :j ïs 



r> i- 5^ S S 



— ■ri r^ <r »'ï «O 1^ 3C C O — ■ (>)" 



vr r^ so ~ O 



— 183 



Distributifs. 



On |)laio la syllal)e niv.tlv. devant les numbres cardi- 
naux : inEtle' ii'v.'tel. un à chacun. 



Troisikmement. — MORPHOLOGIE 
l" DU PLURIEL 

Le piniiel n'est pas une catégorie gram m. iticale parti- 
culière au substantif, il s'applique aussi au verbe, nous 
lui faisons donc une place à part que mérite d'ailleurs 
sa morphologie originale. 

Le pluriel commun au substantif et au verbe se forme 
pour les deux de la même manière. Les procédés sont 
d'ailleurs très divers et ce chapitre de la iiior|iliologieest 
très curieux. 

PItKMIEH ritocKnK 

DIVERSES SOK'IES DE RÉDUPLICA'I'IO.X 

a) Réduplication sinnple. 

(jhien, IuinIi, pi. hasliliash : bon, <ini, pi. lunnni : pied, 
a7//, pi. s/'/s/i/ : faire l'injustice .i,'7.s//, pi ^/s/ii^/s/i. 

Comme on le voit dans cette rcdu|)li( alion la voyclli' 
radicale est allongée. 

b) Réduplication avec nnodification vocalique. 

Habit, ira.t/i, pi. ^risliirnsli ; |)ierrc, liiù/i, pi. UpUiùp : 
bâtir, zap, pi. zipzap ; heurter, diisli, pi. dishilnsli . 
C'est la première syllabe qui est niodiliét-. 



184 



Ci Réduplication partielle, avec ou sans modification 
Vocalique (de la l"" syllabe^. 

Aimer, s/iicbun., pi. shipshicbun ; converser, ddlak, pi. 
dadûlah ; parler, nlgiak. pi. alalgial> ; donner, gi'/irini, pi. 
gilginain \ savoir, ir/'lai, pi. irila^i/ai \ tomber, <)/>sh, pi. 
aliolxsh \ attendre, bôislt , pi. bahnish. 

di Réduplication avec K ou A" euphonique. 

Faible, alas/ik, pi. aliiilasliji \ accompagner, slitol, pi. 
shihshtol ; répondre dilaniak, pi. dak-dilainak \ juste, hoi- 
giak, pi. kak hoigiak ; compter, lib((k pi. luk/iba/ \ séduire^ 
i/aniuk, pi. i/ak-i/amuk. 

ei Réduplication de la dernière syllabe avec ou sans 
modification vocalique. 

Désirer, hasliak, pi. hashashak ; femme, kanak, pi. 
hananak ; péché, hadnk, pi. hadadak ; devant, Iiazak Ithk; 
pi. hazazak-JtJik : branche, anish, pi. anaiiâsk. 

DEUXIÈME l'HOCÉDÉ. 
MODIKICATIO.X V0(;.\L1QUE SEULE 

Sortir, ks/in, pi. kskaùk ; prendre, /y/y, pi. i/aiar/. 

TROISIÈME PROCÉDÉ. 
E.MPLOJ DE R.\C[XES UIKFHRENTES 

Enfant, /f/i//aùmlthk, pi. gubutgalkkt. 
.Manger, yaicuk, pi. t-kauk. 
S'asseoir, dhn, pi. uï/«. 
Entrer, ;?'/», pi. lamzak. 
Nourrir, zak, ni. r///. 



— ISÔ — 

Courir, bti. pi. go/f/i. 

Hors de, au loin, n'/itk, pi. fiitii/it. 

Tuer, zof/, pi. ijcz. 

Ktre couché, ruil>, pi, Intlk. 

Petit, Iffigira. p\. i;uùû. 

Veiller, lo/nà/irn, pi. Iôliiti/nl;ca. 

Se tenir dehout, litiiik, pi. innk-fihk. 

Pleurer, n'ihon, pi. baùk. 

Grand, n-i, j)l. midd . 

Tomber; laldak, pi. (/iwaluil. 

Prendre, o^^/, pi. dok. 

Séparé, laksh, pi. luiiiiil. 

Se jeter, lilthna-daul,. \)\. hltlnui- shgùùt. 

ou .K\' lllk M K l'UOC K I)K . 
K.MI'LOI DE l'RK|-|.\ES 

Préfixe : lu, li. Il, la. 

)àl.\ suivre, |)1. li-ijàk ; (judali. délaisser, pi. lu-f/iida- 

dak ; aksh, boire, pi. Ui-nqsh ; giiiinus/ik, se cliauller, pi. 

la-niuks/i ; n/au'à, crier, pi. al(i//a"'à\ hàsli, craindre, li- 

bàsh . 

Préfixe : huk, hu. 

Ile?/, faire, pi. //;/-"v?/ .• a'â/p. maison, \)\. /iu-nii//>\ "V/. 
le nom, pi. /in-hw/. 

Préfixe : ga. 

.VV^^J•u•rt/, |)ère, pi. ga-/i(i^wrtt , zii/tio. oreille, pi. ^a-zti- 
mo ; zu/Hfik, bouche; pi, ^ti-zuiiidk : gdd, le lit; pi. :,■//- 
^d(t : niii/dii. monsieiii', pi. i^ii-inii/nii : i/cfis/i. feuille. 
pi. ga-i/i'/ts/i . 



isn — 



AXOMAIJIÎS 



1° Une seule forme pour les deux nombres, ou ab- 
sence de pluriel. 

01, Tours; ira/;, le cerf; iv.'la. le sceau; ^/lE/fl'/- . le 
cèdre; li(tînvfi'l, la flèche; cû, le jour ; ^r?//, l'année ; //k- 
cjzno', entendie ; ne, voir. 

'T Deux formes de pluriel. 

Du et diidu ; liiiii'aii et ^van. 

'.\" Pluriel dans un seul des deux membres d'un com|)osé. 

Pays, lak-i/op, pi. Iak-i/ipi/o/). 

Se liiclier, It/ii/ii^oslt, pi. /f/ii/n-siushoosh. 

DU GENRE ET DES CAS 

Il n'y a ni genre ni cas oblique. 

La relation génitive s'exprime par l'ordre de mots ou 
en intercalant k/zi. 

Wdlp sEinâ'ijit, la maison de chef, maison-chef. 

Mia'ii khaq, maître du corbeau. 

C'est l'ordre français. 

Ou qsâc ?.mkh'(in-ksi'oa, canot tlu blanc. 

LEqsncpwfE/n '/Ùe/, porte-maison. 

Le nominatif précède toujours le génitif. 

Parfois on trouve fiE préfixé à l'objet possédé. 

Ne qsae io'ota, le canot de l'homme. 

Ne fs'nÙE lias, la queue du chat. 

(Juand le possessif est un nom propre, ce nom se 
suffixe. 

(hâ'e-s Dords, le canot de Georges. 

Tous les autres cas sont exprimés par des prépositions 



— 187 - 

qui prennent un s final quand elles se rapportent à des 
noms propres. 

Les substantifs prennent sur eux la marque de beau- 
coup des temps. 

Pour le passé (c est qu alors 1 objet e.xprimé a péri ou 
a été perdu), le suffixe cIee est usité. 

Iô'ocIee, l'homme qui fut, l'homme mort. 

Qsf/'dEE, le canot qui fut, le canot brisé. 

Pour le futur, le préfixe est dE/n. 

Deiii ntiks, le mari futur. 

Dv.nt c/sa\:, le canot futur. 

On distingue aussi la présence de labseut, la première 
s'exprime par le suffixe /, et la seconde par <^i/. 

2" DE L ARTICLE 

Il marque seulement la présence ou l'absence; il ne dé- 
termine pas et ne porte ni le^enre, ni le nombre. 

Les articles sont : 

Da et dida pour l'objet présent. 

Ga et gagd pour l'absence, le passé ou l'avenir. 

Tin s'emploie pour les personnes qui sont présentes et 
intéressées dans une action. 

3° DE L'ADJECTIF (avec L'ADVERBE 

1.,'adjectif est ordinairement invariable et se place avant 
le substantiL 

Quelquefois il est mis après, avec le suffixe itfii, e/h 
zêag-uni /inik, esprit muet. 

Nnhs Ein io'ol, liomm(> marié, n'uidd'gi/tit e/h lii'ot, 
grande personne homme; /iiidd'f/ \:m ioKt. méchant 



— 188 — 

homme ; dm ew iool. bon homme ; sO/j'as E/n in'of. 
jeune homme. 

Quelquefois il n'y a pas de liaison, "/ l'u/p. grande 
maison. 

On peut Jiiettre ^/, au lieu de uni, am-a malksli, bonne 
nouvelle. 

Souvent l'adjectif s'abrège sEmral, tri'S. abrév.. sF.m ; 
sE/iihalûit, danse importante. 

KharnsfE ^vfilp, et .vhani n-àlp, misérable maison. 

l.a présence ou Tabsence de e/« peut faire varier le 
sens i.\-îhâ\'i, crier, et nû E/n hau ; grande. 

Le comparatif s'exprime en préfixant : kha,^a:I>li(i ^vilcks 
(Ie John tEst kha dzorz. .lean est plus grand que Georges. 

Pour le su])erlatif on emploie s/ii//gii/. très. 

4" DU PRONOM 

PRONOM PERSONNEL 

Forme isolée. 
Si/igiilier l'Iiiriel 

.NOMI.VATII- AmsAriK NoMINAni AlXVSATIF 

1" p. n(ii/fi goi iiiiguni giini 

i' niigiin gf'an inishini g^vashini 

3° prés, niat, niadif dupniat. diipnïiidii 

abs. niatg'a dupnintga. 

Forme dépendante. 
Singulier Pluriel 

I'kksem Absent I'kksent Absent 

l" p. // / uni 

2'' p. nui un shini, iy.iisv.ni) 

■V p. ?V, / '/i,'Y/, tga, Egd il ifgu. tgii, Egu. 



— 189 — 

Les pionoins subissent les modifications suivantes : 

I' ■ personne, (orme suffixée. 

Après une voyelle devient if// ; après s/t, z-, /, ilt/i, rare- 
ment), 1)1,11, (/', rarement) devient ... u \ après It/i. i/.-, 
rarement) s//, /, devient du ; après a. devient nu et m: 
après /, devient ^''t^et gi, ou i. 

Les deux autres personnes subissent des modifications 
analogues. 

Le paradigme de pronoms d après lioas est un peu 
différent. I..e voici : 

Indki'knda.nt Dkpenkaxt 

DiRicT Oui lui F 

I"" iiv.'rio gai pr. (//)-o ; al)s. -/•. 

1' ii¥.'rv.ri gua(n) [/he)-e/i. 

'■V \)f. nc'v.dv./ -v.l. 

al). iir'cigd -E/ga, Kgu. 

Pi.. 

I'' UEIEUI 

1" iiv.'resv.ni 

■V pr. (Iv:/)nc EdvA 
V ab. dv.pnc'elga 

FdHMK l'OSSKSSIVK. 

l'MIe est identique à la forme isolée au noininalil ilu 
pronom personnel. 

Poui' l'autre forme il faut ilistin-^uer entre l'absent et 
le présent d'un c()té, entre le passé, le présent et le futur 
de l'aiilre. 

Ln voici le tableau. 



if cm 




-E/ll . 


gttd SK/n 




E/isEni. 




pr. 


-El. 




ab 


-Et"U. hgn 



- 19() — 

TABLEAU DU POSSESSIF 
Passé Prksent FuTun 





PRES F 


NTE ABSEl 


VTE PRl 


ÈSENTI 


ABSENTE 


PRÉSENTE 


ABSENTE 


1" 


= l'EKS. RING. 


HE-6. 


im-cdai', 


'', 


pga.i'da. 


dEm-0 , 


dEm-i'dne . 


2f 


. 


H-E«. 


n-undai 


. EH. 


E'igd, 


dF.m-Eti, 


dEin-unga 


3» 


i>RKSENri;. 


ri-iLl. 


u-ulga, 


V.t, 


ziffa. 


dcni-Et 


dEin-Etgii . 


3» 


ABSENTE. 


n-da, 


n-ga. 


daa, 


■ ga. 


dr.m-daa. 


dEin-ga 


Ir 


« PLURIEL. 


«-e;h, 


n-F.mda 


Ein, 


Eitiga. 


dEin-Ejn, 


dEtn-Enga 


2': 





ii-sEin. 


n-SEindi 


(. SEin. 


sF.ntga, 


dEin-sriit, 


dEm-sEnga 



PRONOM ET ADJECTIF DEMONSTRATIF 

(jirt/ et ^ivai, le premier après le substantif, le seeond 
en tête de la piirase : au pluriel, dup i,'hy/, diip i^n'ai : 
ni, nini^inni i^wdi, sliùu iniii : irhati //,as/'/n,ayec l'idée du 
passé llluini. 

PRONOM RELATIF 

Gh, lequel, i'YZ// au neutre. 

Xamiaduin gn ziim lakai^n ga = notre père qui êtes 
aux cieux. 

PRONOM INDÉFINI 

.yc^ f[uiconque : Z/^'// z?*^/, (|uelqu'un : allhgat na, aulth 
11(1, personne ; /l'gi gaù, cjuelque ehose ; altitga, rien. 

PRONOM INTERROGATIF 
-V(7 flfr/ i,'7/ = qui est-ce qui ; gaù i/a r/ii, quoi. 

PRONOM ET .\DJECTIF NUMÉRAUX 

Nagazon, quelques-uns; abo. peu; zoslilx, peu; liël, 
wilicl, beaucoup; zû, beaucoup, ikaiii, tous; gouuzgun, 
un seul ; mila, les deux ensemble : //,y/, totalement ; 
skllginf, le premiei": k/i/e, la moitié. 



- 191 - 

5" DU VERBE 
VERBE INTRANSITIF 

Pri-isent. 

I" V. in)-r> (dEp)-Em. 

i' i>. i/nE)-En {niESEm)-E//sK/)i. 

;{'■ l>. (-E/,-(E/) (dE/j)-Kt,-(E/). 

Absint. -E/o^rt, Egn [dEp)-Etge,-Ega. 

Les préfixes entre parenthèses ne sont pas toujimi- 
cMuployés, ils sont emphatiques. 

Le tiiel répare le préfixe du suffixe. 

I M l'A ni' AIT. 

Ce temps préfixe he ; les autres préfixes sont ciuplovés 
et contractés avec hii. 

SlNGULIKH l'i.UltIKI. 

1"^" P. Afl«-(), Nap-Ein. 

2° p. i\'v.in-En, Nam-sEt» ,-EiisKm. 

3° PIIÉS. iVc-E/, Na-pE/y IlE-El. 

AusENT. .Ve-e^w, A'ap-kga, ne- Egn. 

FUTIII. 

II préfixe r/i:///. 

SlN(.li|,IEIl l'i.l IIIKI.. 

I"^'' p. /)e//I (IiI-'I, J)l./)l (dE/JI-K/fl. 

i" p. /)i:/ii I/IIKI-/I. Ihiii liiiESEiiij- v.nsv.tn. 

'.V pitiis. /)k/h-\J, I)\ III (dK/))- K/. 

Absent. I)\:ih-e<;ii , J)e/ii ld\:/)l- e^/i . 



192 



AlTHES TEMPS. 



Le parfait, lo futur passé et le plus-que-parfait se 
forment des temps ci-dessus en préposant tla; (lu afcpiiv.l . 
il a été malade ; na tla si'cpgEt, il avait été malade. 

C0N.IU(;aIS0N lNTEIUi<><;vTIVE. 





S 


INdLLlER 


Plurie 


l.c',. 




-E/iaH'C^ 


-Eiiainr 


2° r 




Me-e/ic, 


-Esemë. 


3» 1- 




-E, 


-ë. 



GON.JUGAISON nÉ(;ative 

1"' p. .l//i;E-E, Af/oE-E/fl. 

2' p. AflgE-E//, AtlgE-ES/C/>l. 

3" p. A/lgE-Ef, AtlgE-Ef. 

Les substantifs et les adjectifs se conjugent comme les 
verbes intransitifs. Si le nom est accompagné d'un ad- 
jectif, c'est le premier qui reçoit la flexion f.s'Emsi/i/Ki' . 
je suis tsimshian. /s'E/tis/f/'/t.sE//i , vous êtes tsinishian ; 
ama haiiô'rann, je suis une bonne femme. A ia 3" per- 
sonneon ajoute souvent le pronom démonstratif: IsEnisian 
cIe/j gufisgu, il sont tsimshian. 

V'ERBE TRANSITIF 

Le verbe s'accorde en nombre, non avec le sujet, mais 
avec l'objet, ce qui est remarquable : lorsque l'objet est 
au pluriel, le verbe est au pluriel ; il est aussi au sin- 
gulier quand l'objet est au singulier. 

Le temps se forme de la même manière qu à l'intransitif. 



iî»;i — 



Il s'agit cruMC v('rital)le conjugaison oijjcc'tivc : le pro- 
iiu-i'égimc est coiuiii'is dans le vcihe. (l'est le |)i()n(>iii- 
)iel (|ai est snflixé. 

(>()N.I l (.AISON l'OMI i\i;. 

Pcisoinifs. du su/cl. 



SlNCl I.IEI! 

!'■■ I-. -J 

1/. 



I^I.UHIKI. 



H/i;.si./ 



'M I'. i'i;i's. ni. 



'^' l'His. lî* Alis 

t~\:nii, l-i:ni-.gu, 

l-rtiP. t-tuKga. 

/i://, l-tugfi, 

-fut. -ii/il. -idil. -mil. -kskh;/ 

-iJlliit, -\ftt:ii -\:t/^ti. Lni''(l. -i:.vi:///l'^J 



'/" 



\/i-i III, i-i.iiiiii, t-y.ii\ III 
ii-w III. l-y:iis\iii^ rli:ii-!>f. 



l-i •lui lllgll 
iiil. -i.di'.l, -Lili.l. -i.iiit, i.siiiil 



5 :2 1 :>" 1' Pin—. -/// 

1 ' ',',' I'. Al», l'Kgit, -Kiign, -i.ilgii, -r.ilgii. -inigii ismigii 

A la première personne, le suffixe est souvent i:///o. au 
lieu (le o, surtout loi'Sfpi'il n'v a pas d'ohict actuel: cpiand 
le ladital litiil par une vom'IIc. i/a remplace <i. 

(loN.IKiAISUN l\IKIU(OI.\ïl VK 

/'f/sii/i/ii'.s (lit su/ri. 



ni 



-v.iir , 
.\l\:-\ lin 



1- 


<(lC< 


1- 


•://(■ 


-1 


<!,■, 


1- 


\.iiii 


1- 


SV.II 


, 


'A. 



iiiy..sK/)i-iiiK\ 



iin.s[ iii-\:nii 



i:,L/iu , 



/-.ne 
l-\:lir. 
-v.,1.-. 

I \ III. 

ul,-. 

li 



— lU-i 



Co.N.IL"(;.\lS().\ NKCAin E. 

Personnes du su/et. 

SlN(;ULIEll 



Pl.lIlIliL 



i"ï|l"r. J/i>c, T-c, Mesv./ii-c. 

^^^'2° V. .)'-K//, 7'-E//, De/j-k//, 

~ :V V. X-/. Me-/, T-/, JJE/j-t, Mesej/i-/. 

ï^\l"'i'. Me-ehi, T-eiii . Mese//i-e/ii. 

1^(2" p. .^-^E/», T-sEiii. JJEp-sEm. 

Impératif. 

Les tornies de ce mode semblent llottantes. l/indicatif 
le remplace souvent, ou l'infinitir en sutïixant // .■ (////) / 
gap-tl, mange-le, n\lcm, viens ; i^ul, viens ; it'za, apporte. 

Impératif négatif : i;!//7r/dsc, ne le fais pas. 

Il faut remarquer qu'au négatif et à 1 interrogatif, la 
première personne du singulier finit en r, tandis qu'à 
l'indicatif elle Unit en o, c est tpie la personne est consi- 
dérée alors comme absente. 

La première personne du singulier a souvent <'/i(> au 
lieu de o. Dans les verbes Iransitils ez/o est usité ipiand 
il n'y a pas d'objet défini. Tfi iisl.ciial, je le frappe, nuiis 
lousi) hlici'i/ct/o, je frappe ma poitrine. Dans le verbe in- 
transitil le choix dépend de Lailverbe joint. 

Sfr/joE/iu, je suis malade. 

Tla'ivola si'épgô, je suis toujours malade. 
SoiuiiIeni), je suis fatigué, lla^ijU' snnit'lla, je suis fa- 
tigué de nouveau. 



— 105 — 

Si ic mot se tcniiiiic pur une voxclle, on intercale 1/ 

l'iilrc l;i lia (le la racine et I n : nidnija, je sais ; on insère- 

aii-^i un k. 

l'AKI u.ii'i; 

i^c présent se forme pour la réclu|ilicatiiin. 

El^yak, |)arler, <-cliii/til,. parlant : llnopl:. coudre ; 
///f)o/7/iV cousant. 

Le passé suffixe dr : t/sla//, ilorinir : t/slaf/dr. 

Le substantif verhal se forme ])ar dv.'/n : nu dv. m 
Is (i/>dr.t, celui qui lait. 



Le passif se f( unie en sullixant/,. (piaiulle laclical Unit 
par .v ou par / ; mail, dire, inalll,, être dit. / nus, fra|)pei' ; 
/'ous-/, être frappé : de même : 
//c/', se servir; lidi/cl,'. 
.\ (1 , voir : ne es/, . 

.Xiilf/, hrùlei' : >////i;/i fs/, , ctie hrùlé. 
(Jll.d, paver, i/ll.nl,. 
//// i^i'/s. envoyer, //<i\>/;c//,-. 
Si:/i{i i/il'S, irappe, s>r/i(ii/il>sl,. 

Ts dp. laire, Is tipsl, . 

Wulii, savoir, ^yiihiill,. 

Il va aussi d autres former 

Ts (il,, hier, Is <il,sii. 
Lv.bii'l\i(js, liair, Iv.lxi l\.t/<li\ 

W(iL faire, ni'ldr. 

Iliiii, dire, li(i'iidr. 

\a- i-oiisiili/ >.v forme par -1.// et riin. 

Ts (1/) vjiiii\ je le lais laiic 

.|/'.vK// , |e l.iis lioii'i' 



- 196 



Gijilà']-./), je tais sarrèter, j'empèclie. 
Gi/il(('vj)(). alisvj), je vous empêche de boire. 
\ iiw'irdiiot. je le tais mander. 
\j iiicliodti/' s exprime par la rédiiplication. 

Sisfap^vjio, je deviens malade ; kul; tv.no, je commence 
à avoir laim ; scsoiidtLvjio, je me fatigue. 

\j imitatif se forme à la fois par la réduplication et la 
])réflxation de sis. 

Sissis/'e/)/iE/it>, je feins ilètre malade. 

Ssi/cii// té'EgE/iû, je feins d'avoir faim. 

Sis(/a(/stafjsE/iô, je feins de dormir. 

\.,' habituel , ou le iiécessatif s'exprime par /■ r//;. 

li a/i si'r/)],v.it(i. je suis malade depuis longtemps. 

Il (i/> 7/r/\\'ii/^E//(). je mange lialntuellement. 

fi fi/> 'jstt/'r/K/iO, il faut que |e dorme. 

Le />cy«c///rt/i/' s'exprime par /iu/>. 

Hul, iJicÎEdEh-Et, il vient souvent. 

Hiik nepi^Et, il est souvent malade. 

Le f/iKitittitifioa dit cjue) s'exprime par /,-/n/ .■ /,7/c?, dérivé 
de (iinv.l,h<i(it . entendre dire. 

l\h(iv.dv.};sl;Ji(i, ou dit ([u il vient. 

Le dubitatif i^Q forme par sev.ii, placé après le sutlixe 
personnel. 

Sic' ptj^ESEEit , il est [)eut-ètic malade. 

ME.iic'rtscsEv.n, vous me voyez peut-être. 

La première personne du singulier a toujours la forme 
de l'absent en r. 

Le réiléchi se forme par ÏEp i,'7//7i:/,-,s, soi-même , en 
arrière : 

Zk/O ;:;i/i/eIs /' o'a.s/tc/io. je me Irappe. 



1 



ifn 



AVXII.IMHK^ INDIQLA.NT LKS MANCKS IIF >i;KNS 

Sens df: i.'e.rifUr/icr. 

Ia' plus souvent le verbc" rV/r est sous-entendu. 
I/(>/:s/i/: exprime l'existence dans i'espaee. 
De même, d/ia et uv/// ,• nv//, pi. hinval. faire, signifie 
aussi ("'tre : enfin wuth, pi. (tinija, venir, déii\(M' de. 

.Skns : devenir . avoir. 

Slui = devenii' (piehpie rlnisc : s//i;//. ;i\oir : dadiui. 
avoir ; diddii , a\'oir. 

Sk.ns l'itoiimii'i I'. 
(lihiK : llhiiiisli, ne pas pouvoir. 

Skns m: : tlrvoir, pouvoir . 

(îii/), devoir: ditiii. am diiin. luènie sens. 
Aldllili. poii\<>ir; l/htiiiLsIi . ne pas pouvoir. 

Sk>s de : désirer. 
Diiin , IkisIkiI:., fiiKuil;, .<:lui<;fiiid . filiit^ilili . 

Skns iik : encore^ aii.ssi. 
Di. i;i/,\ inizitl: ^huiit . tlnili ijà . niandii/a. 

Skns iiK : setileiiieiil . 
.\iniil.slni . i^ii/i. pas seulerneni, dllliiiu. niinthsliu . 

SiCNs m: : lonnne. jioiir ainsi dire . 
.Xni'iil, Indsiiii-I, . tidiadel, iviid/. 



IU8 



(W DK L ADVERBE 

(îsvri, i,ntv//. ici. H(nvctiuï. désormais. 

.\////, là-bas. S/ioaù/,, d'abord. 

)ai^\i'i'i, ici. Shiigîrii)/i , enfin. 

Zi/ii/N. vers (avec entréci. Shinislioii, vraiment. 

Loi^-uiii. sur, dans. Sliini. très. 

Yd^a, en descendant. Sliiiigut, très. 

Hdlduiu, sur. Iiy, très. 

^/;7v, en arrière. Wtant, très. 

Ha:ul>shuni, en arrière. Shimgit, très. 

Kbishumjibashin . (iidr, tranquillement. 

avec s/igu. S/i/t/i, souvent. 

GuluksJia, à travers. (i/i/iizi/i, secrètement. 

.1»H7, dehors. . 1///, librement, ouvertement 
Zi//s//, au loin. 

W't/gdif daù, au loin. /-'^'^ pout-ètre. 

5//C/ if/Yi"'», aujourd'liiii. (ii/,. de nouveau. 

Zagcrzicp, demain. .\nnil,sli(i , excepté. 

Tsciuitn' tscgi/rtscj), hier. (hif), seulement. 

Lth(Hvil, toujours. S/ia/i, ensemble. 

(itaoti, maintenant. Ai/ga, réciproquement. 

JJil, bientôt. .\//i/. aussi. 

\\'hahii/(i, bientôt. S/igr/, id. 

Hdzisli, désormais. Niadil, a' a. oui. 

Altiui, de bonne heure. Aiit, non. 
^/7(c/,<,'/;rt/c///, un pende temps. Altluiu, kIki, non. 

(ial,pu, souvent. Wagait. r////, jamais. 

Ain gait. déjà. Hanalkt, pas encore. 

Hosliha, •>■' Bi, i,^?/., encore. 



JE 



1 1:111 - 



l.iiiiiiil. (Icv.'inl. anpnr.ivanl. Tlatlii^à . nitindii/à . oiirruo 

Uazuk s/ium, id. 

Annds/ia, seulement. 
A'/nv//, comme. 

.Vc/</ i'Y//?, coniiiieiil, X'dd, ii'dadd, d'où. 

(lUii iiiin, pourquoi, Duiiutislm, comhien. 

"■ l'Ria^OStTIOXS 



llit'j^du. (U'irièic. 
11,(1 In II, i(l. 
. \in i/n . au loin. 
.Iiiv/. vei's, 
\\ii<i(tit. jus(|u'à. 
. \du/)l'. vis-à-vis. 
(iiiii, à cause de. 
. 1 . 1^/. où. vers. 



/.uni. dans. 

Loi- . sur. 

Lal.dii, Itil.o. siii'. 

]\ liali. sans. 

Sh/xii^d . au milieu. 

.\adiiti. de I auti'e ciité. 

(Juddii . le loMi;- de. 

Zoi^ns/i. id. 

Hazalilllih , en pri'senic <le. 

(îfiiili. devant. 

.Ic/o, el, 

S" coNjoxrnoxs 

, l(^</. •(■( Il iiuiiil diiiii .\\\siy\{\ e<'(|ne 

J)lia , part i<' n le (1:1 tient il )n . 

///. simnitanémeni . (iiiii. parce ipu'. 

y.idd, (dans la pn )p(isil ii m hc//. car. 

sidiordonuéei. iuliir an- Ain kIi<^<iiiiiI, . pcudctemp- 
térieni'. .ipre- 

Ihini. aliii ipu'. 

Ilii^anl., aiiparavanl, hum xkIki.aWw (pu- pas. 

(ii/nil. iil. A/i zii, id. 

/,///" •■(iinll :iprr>. ipie. \nil. si 



— 2œ — 

-YV^'u^r?/?/, ensuite. désormais. AmF zn. id. 

Lis;i-U'^i. où. Zn, zlio. (|uoi(nie. 

î. suffixe il'interroo-atioii. 

()\\\)\\V: UKS MOTS 

L? vorl)i> s(> pinrc avaiU li> sii|et dda IkuisIi ./csii.s = et 
.lésus (lit. 

L'objet, après le sujet. 

i.c mot qui en détermine un autre se place avant celui- 
ci ; ladjectif avant le substantif; de même, les mots de 
nombre et les adverbes : au contraire, le yénitif se place 
après le nom dominant. 



DEUXIEME PARTIE 



VOCABULAIRES'" 



CHAPITHI- PRKMIKi; 



/■ i(iiiiais-7.imsli ùin . 
NoilKNCI.Ml \\v.. 

(Dialectes kitunlo ri Inlluilhi si^pIcnlriDnaiix). 
Ilomnu', nvn-()()/, //ok//. 
Vrmww. hutiiitili, uiiiiah. 
Garçon, lil Loolli-ini-i/aol, l.liffiniill;. 
l-'illc, lil liOolli-ini-iiniKili . IsliiisLiin iiinmli. 
ICiiFaiit, // !;iH>lli, I.ILii atnilli. 
Mdu |)('rc (dit le lilsi, in'iiiD/iooiin'ddli , m'uionoo'ji^iiddli . 

Iil. (dit la lille), abo. 

Ma inèfc idil le lilsi, lunvns, iion'us. 

\{\. (dit l;i lille), iiaii/oii. 

Mon iniii'i, MKi Icnimc, iiii.tsoo. 
Miiii liTi-c iiini', sliilil.ii i/'it/n'ùti^o, ^liiliiiii. 
.Mon lix'fc Ciidcl. Is()<n\aiil,iliiii ir/iti^n,, /soo iniini^il. 
Ma soMir ainéc, sliilHiltiiit ihliiti nlitut, sliilii^il. 

I l);ins lis vmaliiiliiii'i'S, ainsi i|iii' iliiis Irs lc\li's i|iji siiivriil. 
1rs li-Mrr.s /.. ^' sniiscrils (I'iiik- liafi-i' hoi-i/nnliile cl )|iii o\|ii'iiiii'iil <\r- 
iliiiiis -i|ii'riaii\ siiiil, à iliWaill ilr cararti'rrs I v|i.i^i ii|(lili|iirs, i'riii|ilai-i'<'s 
i.ai' l.s tii.'.riirs l.nivs ,v,|,,„l,|,;,.s/,/. "... 



202 



Ma sœur cadette, tsoo'ii-aiil.it tliliniahlio. lsoo\V(iin^:it . 

Un Indien, /s/iinisi/in. 

Peuple, /,//, iiiisdhuDi. 

Tête, /undoirs. 

(Iheveux, Lrùish, k/ions. 

Visni^e, tsalc-gcdil. Izcl. 

Front, n'oc/ puh. 

Oreilles, Isini-ooli ^ /inxi. 

Œil, iv/i/r/f, ^vih'il. 

,\ez, Isuh. 

Boiuhe, iili. 

]^an_o-ii(\ tsdoii'ld. /(xnviilld. 

Dent, ^'•'(in. 

Barbe, ïimih. 

Cou, t un) la ni. 

Bras, uiioii\ 

Main, Inhs'iKjin . u/io/i. 

Doigts, f.ii/sooi^'// iioiilnimuiioii , l.ulsodald. 

Pouee, inaùsho, //tons. 

(angles, Liitlilulisho. l/ihihs. 

Corps, iiikeddo, ll<l;a//ut. 

Poitrine, Imaiti^ool , Iniil;. 

N'entre, pn'i. /xm ■ 

Mamelles, //tus//, //insh. 

Jamhe, asi. 

Pied, /luli^ iiraslio, r/si. 

Ijdigts de pieil, lud soo\vniiiilishl/tislii. 

Os, saie/), .s(tii/>. 

Cœur, fioad, l;nlii. 

San.o', fhlthir, ihllhlr. 



1 



— 203 — 

N'illage, liooirnli/), nvv//y. 

• ;iief, s/iiinoil.it . st'm ni/,// . 

Giicn-icr, nl///t. luit hil uni i/odIiI. 

Ami, nissltipnii , idsi apuiniHl, . 

Maison, ^^'(illii/i. w<il jt. 

GhaiulicMV, hniklcin/dulsl., I.aiflilmi) Imitul, 

Arc, lidiil.lul,, liiil,xvii/al.. 

Flèriic, liowdl, luiii-dl. 

Ilaclu', l.i^iofitil,-, l;i<^ioalil;. 

Couteau, il I II 1(1 ]>islil. . 

Canot, Inihslin. 

Mocassins, Isolifsi/lslia , /saos/is. 

Pipe, //ali/)if/////. Iidliixiidu . 

Tabac, iiiidohiiiislicnd, dinii/ishi.va. 

(]iel, lu h lin. 

Soleil, l'i'/iinliiiiintiil'\'l;iininiil,-. 

Lune, hinidlaiiti a/iil, . 

I'] toi le, ])iiilsi . 

.jour, isiDohiu, tsioos. 

Nuit, li<)<ifi/)iiii , h on pi. 

Matin, l,u/il.lnh, htinlLil,. 

Soii', Isradlsini, llnditnilid/il. 

Printemps, htiiiim, llaldhldini.i . 

VX(\ .hIuioiuL slioDunt. 

Automne, Irshooii'/, t:ldl,.-ilididil . 

Ilivei', hdiitnslniii . 

\ eut, /iddsl, . 

'roiitici Tc, l.iillupliiiildlid. hdldpiliip. 

l'iclair, tsuiili, Isn/iili. 

Plllir ..V,v 



- 204 

Neige, niou.r. 
Feu. lui. h, lah. 
Eau. ux. 
Glace, taiiir. 
Terre, lulu/um ^ //"o/;. 
Mer, luhinaÙN, niaon. 
Rivière. Lulmiks. I.iilaùl,. 
J^ac. liihtn. 

Vallée, tllwiti'n, tsaùoii. 
Prairie, Inliinjxi. lalitinchn . 
Montagne, shainshl. hilitc 
lie, liksfa, luksta. 
Hochor, lo(ip. 
Sel, infidii . 
Fer. Is^^'iilsl,-, tniiisL. 
Forêt, hunnlain. 
"Arbre, l;(is^utshiiitiil<iiii. hiui 
Bois, lulili, 1,11)1. 
Feuille, ii/innifi, i/anis. 
Ecorce. ntnish. nuls. 
Gazon, l<inaht\ Inonht. 
Pain, iiahaluhsliftkun. 
\ iande. s/iu/ii/n/. .'i/if/zn/ni. 
Chien, lidns. 
Ours, olli. 
Loup, hibdusv. 
Gerl. ivuiii). 
l'élan, ivi/zi. 
Castor, sisàdlli. 
I^ièvre. nnlihuiiuiuh . 



— 20.") - 

Mouclic, /,///,-. 

ScM-peiU, liillitilcl. nnllinlaU. 

( )is(^;ni. fsoii/.s. 

Uùif, tlkuiiiDm, llkunuit. 

1*1 unies, liintsoùls, li. 

Ailes, iml.iilrai. I,ul,(ii. 

L oif, /uni h, hausli. 

('anarcl. iitina/i. 
Saumon, lux m. 
.Nom, nul II. 

lilanc. inoaksi. iimlsh. 
.Noir, iiHK-lsI.ul, liiii'Hlsk. 
IJou^t', niislil.ii , iiiisi,-. 
Kk'u clair. I,\vslil,iin-~l.ii. /.\{'fi.s. 
(irauil. iiilciks. 
i'clil, tsooshl;. 
Fort. I.ull'il. 
\ icux. \vilii^j^lil;i(l . 
.Iciiiic. slidupiisli . 
I5(ui. Il II ni . uni . 
.Mau\ais, iilitlili. 
.Mort. (sul.. 
\ i\aut, IflniiniUis. 
l''roi(l, l.ivitlul,, /in/is/,niifu.i . 
riiaud, /.iiini/i/i. 
.le. iifiiin. 
Tu. iiriiiil, iinoii. 
Il, Il/mil. ml. 

iSou.s, iiriinti. li/i iiiiniii , iniiiiii . 
VHus, ncii'i'.sini . 



2t)6 



Ils, tip-nït, lif)-ki\it. 

Cokii-ci, l<wiil. /,ira. 

Celui-là, iKihliiiiit , liwïA. 

'l\)ut. liluini. 

Beaucoup, ivilicill. 

Qui, ne ndii^ tipini. 

Loiu, wcito, i\'(iil(). 

Près, J>tiii///ii^\r/i. 

Ici, /iH'd, hi. 

l.à, hiisLd, l.irit. 

Aujourclhui, Idaun. 

Hier, kilLship, l,it.si/>. 

Demain, tsInL-dtshij). 

Oui, ////. 

Nou, (uii. 

! kvkl., -J koopl, ;> ii'lilliJ:irulU\ '\ I lui I /mil, liilinl/iiili, 
.") hasiooiis , (') liiihl, kdirult , 7 tupliohl, ^ ijoolilil , 
Idiildli, i) sfiiiii oasht. kiistuinons 10 heap, l:aii/>, 
Il l,i/iiil In Liiil, liiiip ti hnali, \'l làpul tu koopiii : 
biipli tiij)liiil ^ ^ïi^ l,o()/)l irll.cap, hoopl ni/ /,ip, 30 
irliUiwIl.cap, l>ii'iiUi irilliip ; \{){) sliin slioaii, kshi/i 
sliodl . 

Manj^'er, i/noliL-uii , laipil. 

Fioire, ti.vls/iin. nl,si. 

Couiir, iiIIdIiiiii , iiiUuihiiii . 

Danser, /nili^il, niliili. 

Clianter. ///;//. liini. 

Dormir, liistoli, hulislinvy;iiii . 

Parler, nliili. iia/L;u/iii/i. 

\'oir, iii/(//i. iiiillli. 



— 207 - 

Aimer, s/iipin . 

TiiL-i-, fsal,\{'lint, f.sfi^ii/i//. 

S'iisscoir, tca/, Kkhi. 

l-ltre debout, liaiLkin, haiill.iiii. 

Aller, 1(11(1 l'm'l II, iduiUiaii. 

Venir, landu.r, lad. 

S(r |)n)inencr, f/ati, l.lddunii/diii. 

'ri-av;iill('i-, nuthldl, dlUilis. 

I)éi-()l)ci-, hdiil,. I.diul;. 

l'.tic couclié, piil;, piik. 

Donner, hitluin, Lilldrnilh . 

Hire, sisairslis , skis d/is/ii/i. 
Crier, a-c/iowc//, . i{'///()\viif/:ii// 
lidiayc, pdds. 
Ours qris, inid.dinl,. 
Xiui^'e, ifiii . 
l'.iys, hullsul). 
Oi-eillc, /sinioo/i. 
IVtit (l(>i^^. sL/ii. 
(ii'eiiouillc, l,liniiidiii.\\ 
Maison, iduli. 
Montagne, sLumis/ii . 
Kselave /id. 
lialeiiie, ll/mii. 
S'eiivolci', l,i/iiiil,\ isidtdd. 



208 



CIIA1>ITRI<: DEL'XIK.MK 



Zl.MSUIAN. h^n.VNÇAlS. 

Voi-dhulairc 
{dajiri's le //ouvcaii U'Hl(iniciit\ 



J. a. 






où, tiaiis le temps et l'es- 
pace avec proximité. 


A' a. 






oui. 


AIhk 






peu. 


:vbn. 






père. 


AhuL 






sesoux'cnir, pcusci". |il. (//di- 

(llxiL^llsId . 


Ada. (1(1(1 






el. 


Ada\vitf/ 






récit. 


Adïguel, 






eusemble, en uiéme lenlp^ 


ÀdiiL 






chose. 


Ad api,. 






vis-à-vis (le. 


-4-H7, 






liorsde ; ^/<,'H7-/,.s7/i'//^l)a1eau 


Abd. 






iuterj. 1.1e répulsion. 


Ainldird . 


(lidiid . 


crier. 


Ain, 






non. 


Aioi. 






jeter. 


Aiyoni^-ushl, 




coinmandenu'ut. 


Ah. 






la bouche. 


Zuin-ah\ 


pi. 


i;(i-:ii/i(f//,, 


dans la bouche. 


Akaïunitl 






|)erniettre de \euir. 


Akrshh. 






promettre, devoir. 


AhUih 






pouvoir. 



im 



l)a-„l;hltl>. 
hshd'-dklxitlnii , 
'/.iliim-dkllhiti, 

M.ol.sk, 
.I/-.S-, ,ll,sll, 

(iil-nl,sli, 
Luii-ti-luiii-z.uiii-i(l,sli 

.\is/i(i-(il.sli . 
lia '(lis/i , 
Slidi^i-dl.sli , 
(îdiduin-dl.sli . 
Ldl.-dl.sii. 

(i'dla-dl.s, 

(îiHi/d'nc. 

S II iiii- s il is iiii-di,sii . 

Siui-di.siiii/d . 

-1/, 

.1 Id = l>i-id'll . 

Aldsii-v^^visii . 

Aid s il L, 

Alasii^iiii-lidil.c. 

Alasli-'j;iruiit. 

Aidldsii-^'ii/ii. 

. \l^idl,. 

.i/^iand, 

À in, 

Ali II d. 

Allii-lidi^-iiiiil.. 

AUli-lidiiiuisiil . 



donner, livrer, 
cntrcren navire ou en voiture 
liors (le. 

ICiiu, l)oirc, pi. Iri-di.xii. 
faire boire. 

Miiinial \i\ anlilans l'oan, pois- 
son, 
source. 

( -o u I )e , ( • u i 1 1 ( • 1' . |) I . // r/A/// /■//. s// . 
nier tranquille, 
cruciie d'eau, 
la \\\ev (sur l'eau). 
Ileiive. |)l. (î\ild-di.d is. 
Mir le lleu\ c. 
au milieu de la mer. 
rentl tort, 
mais, eepeudanl. 
la hnnee. 

souiexer, faire cesser, 
laible, malade, 
esprit laihle. 
la maladie, pi. Ai.dld.sii-i,. 
notre faiblesse, 
dire. 

^onvei'neur. 
onvi'itenienl. 
t(">t. 

eouiple 
le r ( I m p I (■■ 



1 



210 - 



AU h lia. 
Aitlga-'j;ait . 
Waiitiitl-aiti 
(jup-ai/hiia , 
AltJuiiil-iiti , 
Ahi. 

Ain, (iina. 
Am, 

TIaildii}. |)1. tLiilamoni , 
Aniduni, 
Ania-jxis, 
A'/iitm. 
Anu'k'ad. 
A ni f •/('/' , 
A/zii^dif, 
Ain-(iaiil, 
A/n^ai^aiis/i. 
Ami, (iniiza, 
A/n()\ 
A/Iln's, 
A//(igii/i, 
Amalishd . 
A If/ii^Yi-a m /i/,sh (I , 
Au(t(j. 
An ai. 
Alt a s. 
Anau(J>, 
Anaidl, 
An bat, 
Anisli , 



non. 
rU'ii. 
jainais. 
nullement, 
personne. 

ouvertement, lil)rement. 
bon, pieux, pi. ainàin. 
mais (après les négations), 
tligne. 

devoir, être utile, 
joli. 

supporter. 
I)ruil, ré])étition. 
masque, 
déjà. 

tout à fait seul, 
le fruit, 
si. 

le coin. 

coin de la maison, 
se réconcilier, 
seulement, excepté, 
pas seulement, 
le pain, 
le pain, 
la penu. 

vouloir, permettre, accueillir 
permettre de venir, 
le ('(Mé. 
la hranche. |)l. an-anisli . 



- 211 



l;i main, le \>vay.p\.^a'-ann// . 



Aiitiii . 

A aoi'i. 111)1. oiiaoïh. sf plaindre. 

l/>. l'abeille. 

Ash. nlàasii. se eourher. 

Ash, aslii, pendant que. 

-I ^•"/- coniestihle, san<;sne denier 

Asti. retirer i\\\ l'eii. 

.is/i\va/. passible de. sn|eta. 

.1/. le filet. 

Iliil--iifi(il. les pêcheurs. 

Atdixiil. plenrei-. 

. !/, le eouN'erele. 

.1//.. la nuit. 

AlliiKi . le palais. 

Allnin-t/sii . la vi)ile. 

Aiidii. la lance de lépée. 

Anz. l'àme. 

A\i/i, à, vers. 

Aif't//. le liériss(jn. 
.I>r//, 



pa 



rce 



Ai{ii/. Iiainecoii. 

Ai/itl'li. asse/. 

:\i/iil,l'sli . s'élever an-dessns. 



lia, lavr. 

lia. Cduiii-. 

lidliliiiii-liini . Ieve-l(ii. 

Iliililiini-iii)!tl(iiiii . Ic\ (■/-Miii-.. 

l'rélixe : ImU', en liant a\ ec inonvenu'nl 



212 — 



linU. 
lidJiiia-IJ.sh. 

Bail . 

lin fi. Ixisli. hast. 

li(lsJll'\ />l(s/,, 
lldshdl, \ 

liai si,. 

liez. 

Passif, lu-bnzh\ 

Hali-l)az-iiiis]il,\ 

lirai,. 

Ben, 

Bha. 

Bliai^nln . 

Bho-hlin, 

Bialsli , pials, 

B 1(1(1. 

BjI,. 

B(gu//i -//( (((/(( ('(Il s h /, , 

Bilan, 

Bil('(ii-((ni-/l,(( , 

Bili(('(, 

Bilha, 

Bih>. 

B(sl(, 

Bo, 

Ihri.'ili. 



gnùtrr. 

loiiril. 

(sing. inusité). Pi. hilsh 

hallh. étendre, 
le ventre, 
goûter. 

craindre. [M. U-IkisIi. 
le Vent, 
se séparer, se disputer. 

partager. PI. bish-basul,\ 
atteindre (avec la ilèche). 
lever. PI. hish-haz. 
rester, 
briller, 
déchirer, 
ventre, 
laver. 

souilrir, faire violence, 
verser, répandre, 
étoile, 
lune. 

mentir, être faux, 
faux témoignage, 
ceindre. 

ceinture d(> cuir, 
hriser. 
perle. 

transgresser, hi'iser. 
attendre, 
le bruit, 
attendre. Pi. hahô. 



— 213 — 

/>"/, disperser 

l)(>-iitl<\ (Uspersé. 

liunbnint, il rompit. 



D 



Du. préfixe caiisulif. 

Du. ilada. indice de présence. 

Du. palissade. 

D(i -tnvil. liamecon. 

Dd-dnà. avoir. 

Dddil. frapper avec le poing. 

Dii'eks. le courant d'un lleuve. 

Ddgaudit . saisir. 

Da<j:iUk , à côté. 

Dagoidal.sli , enfanter. 

Dalieres, hache tir picii-c. 

Diiltousli-gum. dans les airs. 

D(ili-dfiiil,\ suer. 

Dal.-lfh. lier. [>l. di-dah-Uh. 

Dnli-di-dal;l;-llli , pris 

Dulisliiiii, stalle. 

Dut. conihatlre, haltre. 

W'il-dogùiil.. la guerre. 

W'ul-doi/ill; . combattre. 

Ul-dôi/fl. la guerre. 

Dulhitii . s'approcher. 

Diili(/d,, s'approcher, pi. d,i-ililu/i 

(ia'ÊIII<l(lllt/)l. . 1(1. 

Delhi) Jii-diihli placer dans, laire<-nlrer 

Li-daltli. s'asseoir sur. 



214 — 



Shu-daltli, 
Ihilil,-, ludultl,- 

Tgir//(//l///i. 

Dti/n, 
D(ini-isli . 
Hiil,(l(ii>i-isli . 
lla-dain-isli , 
Ha-li-dti rn-Isli , 
Daim, 
Danisliin, 
[)<iniulsli . 
Dan. 

jjum-d(i/)-slie. 
Dliam-dapt. 
Ha-li-daj), 
Hdl—dab-it, 
Da<[s. 

Daii, ii(iq-ait daù, 
Dau, 

Sli(ih-dan . 
Wil-dau, 
Daù-ldlh, pi. daU-dauk-lth. 

Daù-lul,sh. 
DH, diL daL 
lful,-del-yùl)it. 
Il td.dil-viriet, 
Dr,.. 



déj)oiiiller. pardonner, pi. 

dilth-dalt . 
se renfonlrer. \>\. Iii-ilid<- 

daltk. 
environner, 
écrire, pi. duin-dam. 
l'écrilnre. 

écr i va i n , pi . /' ^//, -i,'// -dam -ish . 
écrire avec. 
laLle pour écrire, 
nous, 
remuer, 
étendre, 
juger, 
jugement, 
siège de juge, 
tribunal, 
le juge. 
1 theerbutj. 
éloigné. 

être placé, avoir, 
rassembler, 
tombeau, 
lourd, diUicilc. triste, digne. 

malheur à . 
se chaufïer. 
travailler un objet, 
jardinier, 
vigneron, 
poumon. 



— 215 — 

Drsh, le lien. 

h'Kiiil,, L'iiclnirc. 

niiinil. rester. 

I >li(i , s asseoir, rester ; pi. iiv/// 

Lii-iiKin, être dans. 

Il(i-li-dli(i, siè<^e, pi. Iiiili-i.v(iii, 

Li-diui , s'asseoir, pi. Ii-^\iui. 

S/u7-tra/i. s'associer. 

A/i/rl/i. appai'aitre, [)l. a/iin////. 

Dhfiriiiiil . la |Oiic. 

DIki . a l'instant. 

Dlid. Ira|>p(r. 

Dlioii/ul^, reniercier. 

Di. préf: devenir, faire. 

I)i . cl . aussi, avec. 

hilxi. dérober. 

iJiddlfiliiiin , vivant. 

DU, bientôt. 

Dillh, et. 

Dilannihl, . répondre. 

Dildiiiattll.l, , délivrer. 

Dit. il. 

Diiin, saiiNcr. 

Di, nettoyer, halayei'. 

Dok. balayé. 

Lii-do, balayei' dans. 

DoiuLshti, saliiei'. 

Dolsh, vivre. 

DepLh. If |)ied. 

Disli. Ira PI ICI'. 



— 216 — 

Dish-dnsh , {Vapper à. 

hslia-disli , passer hors de. 

Sliga-dush . fermer. 

I)s'al<\ mourir. 

Dà '()//,_//. ( waschba r' . 

Dsor/. eam[)er sur le rivage. 

D(/, mourir. 

Dn. 

Du a/a. 



Jf- 



la Janine, le lans^aye. 
Daala-algial{, murmurer, pi. dil-daala. 

Dal,ia(/a, tenir, s'attaclie à quelqu'un, 

accueilli, porter. 
Du in, voulons. 

afin que. 
Duini^oit. devons tète. 

Dani-inliii , afin (pie pas. 

Wdgait-duii , jusqu'à ce <[ue. 

Diini-aislia , combien. 

Dum-laiii, le cou, 

Dit/K ensemble. 



Ecjx'ii, tran(juille. 

Eniq, la barbe. 

Einslil,. . accuser. 

Ejiuiia. léger. 

Eslil,, |)romettre être de bien. 

Eiiittl>\ être fiancé. 






217 — 



G 



(j'i^, plus, iiiiiiquc le coniparatil 

et I intensif. 

Ga, gO'g"'^ indice de l'altsent et du 

futur. 

Gd ut d()l,\ prendre, conserver. 

Kslia-g(i, emporter. 

Siluni-gfi, héberyer, 

Tilà-iia , enlever, tirer de. 

Kba-gN. emporter. 

Tluit-dttI:. emporter. 

I\Ij(i-(I(iI,. (Mdever. 

De (ini'r^d. faire produire. 

Dal,-(lnl,, obtenir. 

Man-doL, imposer, piaeei- sui . 

Sliin-dol,, emporter a\x'i- soi. 

Ga-hnl,slil,. sautiller. 

(hi-hlisli, les environs. 

(rii-hogd. sombre (le ciel). 

G-daalty partir. 

Ga-gaini^ endormii-. 

Gagas/i, ouvrir. 

G(i-ti(iit, étonnés. 

Gdgdl.sli , prend re. 

Ga-tidotl , les l<\\ ajjiutl. 

G(ilioislil<, ^loiri'. 

Gdi, g/i, les ailes, 

Gaidii. |»rés de. 

Gtiiain<i~ii'<ï, s approclier. 



— 218 — 

Gaia/n-gu/is/i/,, fouir, Ijréclu'. 

Gaii/,, la poitrine. 

GainiU\ souliers. 

Gaiish^ une lettre d'écriture. 

G-ailth, la clef. 

G-diiKi, le chemin. 

G-aiiu(, tomber. 

G-nit, couronne. 

Gii'it, le fil. 

I\.(('ijel,, posture. 

Diskanéis, demi fil coude. 

G<il,-, ouvrir. 

Gà/,-di(, j'ouvre. 

G-ag-un, ouvre-toi. 

G-ag-uin-l(iini), ouverture dans la pii^nc. 

Lii-o-(il^-n(iiid. penser. 

Da-g-a-k, reconnaître. 

Ga/.-sliin, éveiller. 

G (I A, le corbeau. 

G (I A', mourir. 

Ln-gdli, mourir dans. 

Lii-gagun, tuer. 

Ggakk-gaifui., la rue. 

Ggakk-lidshlcpk, épidémie. 

Ggakk-pa, au milieu de, souvent. 

Gala, remonter le courant. 

Gû'lon, poignée des rames. 

Galuk, le voleur. 

Gilau-giilguiu, ne vole pas. 

Huk-galuk, voleur. 

Gai//, la suie. 



— 21!» — 

(iamiyaii, racine. 

Ggan-inoudil, téter. 

Cd/nuksl), marteau. 

fÀ/)-ganu, seul en !-oi. 

('(ip, manger. 

(ian -clallli , isolé . 

G-<inaCi Zu/iiakh, isoler, ombre. 

Gat. prendre. 

G-atl., le bateau. 

Gau, ce qie. 

Ggau, chose. 

Ggau gun, pourquoi. 

Shif-gan, nouveau. 

Ggf/u/,(i, aller. 

Dii-ggau, apporter. 

Ziliiin-ggdu, entrer. 

liiil.h-ggati , monter. 

Daiillli, s'en aller. 

Maii-dotillli , monter. 

[jt-tilà-dindsli, se coucher (le soleil i 

Kslid, kser, sortir. 

Dul.-shii, emmener. 

0-l,slil)(i, sortir. 

Kshaùk, sortir. 

If((/), aller. 

Zilitin-lKip. entrer. 

liiildi-ha/t, mouler. 

Til.i liiip, (lescentlre. 

Y(i, aller, v(jyaj,'er. 

Ya-sha-shi. les pieds. 

Nddii-ipiit, va-l'en. 



220 — 



Gash , 

Ynyu , 

Lî-j/a . 

Tkkn-li-i/a , 

Mandi-ya . 

Gwun-yà, 

Waluksh , 

Ks'i-gark, 

Âdu/,, 

.Ydaa. 

Wil-gaù, 

Wil-gaùsh , 

1 1 'il-nn-gnùsli-giiDi , 

Mi-hilth-gausL , 

1 1 'ha-q(i-</an-bunl , 

Gaù-huii U//I -yo/a , 

Ggaud, 

pitié, bénir, taire cadeau, 
Gg um-ggautk, 
Bikth-gaudk, 
Lu-am-gaud, 
Halî-gaud, 

Hadag-unt-hall-gdiul , 
Wha-gaud^ 
Lii-zagum-ga ud , 
Sha-ffaud, 
Dïk-gaud, 
Slipalt'gaud, 
G un-shpalt-g(i iid . 
lloum-gaud , 
Shaluksh-g(i-ii(iu(l . 



prendre, 
je vais, 
monter, 
croître, 
encore plus, 
s'approcher de. 
aller. 

aller devant rpielqu Un. 
s'en aller, délaisser, 
va, \*\.n' ddii shiiu. 
comprendre, 
sagesse, 
les sages, 
ennemi, 
les muets, 
les mangeurs. 
PI. ga-gaud, le cœur, avoir 
louer, remercier, 
heureux, 
mépriser. 

joyeux; (en bon esprit . 
être d'avis, 
mauvaise pensée, 
adultère, (mauvaise pensée . 
avarice, (cœur mort/, 
vouloir, 
être patient, 
tester. 

la contestation, 
désirer (une femme), 
détourner de. 



221 



i.anl.. 
///-y////./. 

^V/ ////., 

('fi-f/aù/'-s/i, 

(idul. 

(iddlsli . 

(iaùlsli . 

(inulslillli , 

Gaùllli , 

(îaùlii, 

Gaùni, 

G a II m, 

Gamn-shiin . 

Gauiti-the, 

( idùn-diis/i . 

G<tu/>, 

Gausli , 

Gaav/i-a/ii-dd/tz/:, 

Ggaz, 

G-razidfili , 

Hidi-iyif<ijd li'sli -•^uni , 

G,'l.l^ul. 

C.fl'hin , 

Cicv-id nisl , 

GpJd' 

(ielù/c/i.s/id/di, 

Gclulisli , 



s apercevoir. 

se quereller. 

devant, auparavant. 

aller devant. 

devant. 

sarcler. 

le i)uisson. 

un. 

l'esprit. 

oublier. 

les fruits. 

Tannée. 

seul. 

poussière. 

doux. 

l'hiver. 

plein de sève. 

tresser. 

la vague. 

retourner. 

l'épée. 

ikauikopf). 

la source. 

écliangjer. («unniercer. 

le niarclié. 

tirer en haul. 

moudre. 

la cerise. 

le cèdre. 

se repeiilir. 

eu arrici'c. 



(lelu/is/i-a itiksh , 

Ggém-i^gunit, 

(ien Egii , 

(î'y.r dnid , 

GKrvIhn. 

(n'tl;. 

C.fùk, 

GcuÀf', 

G ha, gâ, 

G lin, ghalam, lamghn, 

Gliakklthia-icuii . 

GhalakCil , 

Ggiaggul, 

Ggîaggul, 

Gïnk, 

Gîak, 

Giatkksh , 

Gîalak, 

Gialthkk, 

Gïain-gum-atk, 

Gtarn-gum-ziusk fti , 

Giamitk, 

Giamuk tlakscwdull', 

Giain u/t tkiâsa , 

Sis i-gi/am uk, 

Giainukksh, 

Gijaniiikshit, 

Gian, 

Shila-\vil~gian, 

GtaOn, 



se repentir, 
creuser. 

fruits desséchés, 
il A" ;i <|ucl(|iics |(iiirs. 
le nonl. 
proposer, olirir. 
humble, 
s'enfuir. 

indice du pluriel et du com- 
paratif, 
un peu de temps, 
déchirer. 

dans les hauteurs, 
cracher. 

rouler (une pierre), 
acheter, 
une mouche, 
le pain. 

le côté extérieur, 
ouvrir. 

la lune (lumière de nuit), 
soleil (lumière du jour), 
soleil. 

— ée lève. 

— se couche 
les rayons, 
se chauffer, 
le soleil. 

la possession. 

comparer. 

maintenant. 



_ 223 

S/i n-gin on, a u j ou rd " 1 1 1 1 i . 

(ii'ri/, g//nf, riiommo. 

W il-hrl-^i(it. beaucoup tlhommes 

Shiri-^i-iiiai . les chefs. 

Wil-giat. l'incarnation. 

Iliil;-i((iduii-'j,i<il . le marchand. 

Ijha-^i-i>;i(il . les vieux, les aïeux. 

(iif/i enii-^^fil'l/li , bénir, prier. 

V'toif^ùi/. tombeau. 

lVui/fi-i>ia/. vieux. 

.S /i im o i-v;ia f, chef. 

(la /ak/.-nga. Seigneur du ciel. 

'/Vis/i//-f/ia/, les anciens. 

S/i iln-iiial . \ o i s i n . 

Luksh~i;i(il, un autre. 

Ilitk-^fisli ii-iiiai , a rni ée . 

IJp-f^i-^ùil , libre. 
Wha-gul-giatli-gum-lianàk, jeune femme. 

Whana-holifili-gum-'^int, I esprit. 

Yù-giatk, le fort. 

.\iin-ginl, un spectre. 

Dulii-ginllt , apprivoise. 
Zana-gidI, . le |)lus jcnru'. 

iiihnù, le loup. 

Ciddl, rejeté. 

(Udigfi, • saisir. 

(nf/)sli, haut. 

(iiC(/, s'eiiluir. 

CigKiàhsh , dcsubéissaiil . 

(uginuf/>, la hache 

(nirifiidl'l', prier. 



224 



<'nlioit1i. 




sauvage. 




Gh/.; 




acheter. 




lir/,. 




et, aussi, autre. 




(iilaii . 




partie postérieuie. 




<ii]<iù. 




cesser, que non (impéi 
prohibitif). 


;itii 


('iI-gi(ihif/iisJi . 




ivre. 




(ii7-/i<>n/i. 




pays, désert. 




<'>ilipavi. 




renverser. 




(iil-wil. 




auparavant. 




<îiu(ini. 




donner. 




(rïcn. 




donner nourriture. 




(iî.uamù. 




donner. 




<iiiûat. 




se lever, se réveiller. 




(li/i/i/if/i. 




lever. 




(,luth\ 




se rassasier. 




(•ish^ 




vers. 




C.ish. 




pécher, se tromper. 




<i/s/i-i^rs/i/,\ 




jaloux. 




(i(s/i-gii//:-. 




morceau. 




Gishhja, 




appartenir. 




(iishi. 




en descendant le coui 


an t. 


(•isln-luiiirash . 




sud-est. 




<'>islu-aslil,\ 




est. 




(•ïshi-i/(i. 




posséder, hériter. 




(nslik. 




s'en aller. 




<nsh^\'iim. 




feindre. 




Git/>\ 




aigre. 




Wa-gù-giiiii. 




non aigre, doux. 




W(iI/)-gil-/i iui-'j;in//. . 


une tour. 




(,n. 




jjrésumei', conseiller. 





— 225 — 

i.ohrlili. tirer d'un nrc ; deux. 

(.odiiz. riiabit 

(•oi. moi ;à l'accusatif). 

CoUki , la lumière. 

(ioidu/ts/i. venir. 

/)a goidalish , conduiie. 

Dagut guidai' sh , a pporter. 

Mangut guidai' sli, venir en immlMnl. 

(loidaltsha, être conçu. 

l)a-goidal,s'lia, enfanter. 

(io/ik. faire signe. 

(rol. tombeau. 

La-ggain-iii^ol, tomber mailieureuseiuent. 

(,oli/ul<\ porter. 

(iosli. heurter. 

(,g()u-di. finir. 

(,où-(iii, accomplir. 

(,g()us//u/n, le prix. 

< ig< )u-a 'ggii a, unique. 

(i(>à-u:./\ l'huile. 

''///, viens. 

(i(i/i nzi;////. cheveux. 

(i(iit-\{ilf^. h.iliillé. 

(igdz, l'I. (>a.sli-go:- coupcf, (rapper. 

Ila-ggn:.. famille. 

(lir/l///-gasli-g<>z, sauter. 

(iii, le<piel. 

(iaadall , in ter l'u <.{■(■ r. 

(inaddii. le cheval, l';iiic 

(iuadcs, maïKjuer de. 

(îiianalsli . ilessé<-lier. 



f 



226 



Gubiit v;iilt/il>. 

GiicJ. 

(hicl-shi'. 

Gû-gv'altili-sh . 

Ou-Quri / ti /,■///// a s/' . 

(hd'shta. 

Ggul. 

(jidaniiaii . 

Gu Iba , 

Guïdum, 

Guldum aksli. 

Gulfluin Y(nvul,\ 

(kilduni iak, 

Guldum Laoqush, 

Guldum ) 'ihs h-zùll. 

Guldusna, 

Guldumon, 

Ggu l-ggula k k , 

Gutïamuksh, 

H ak-guliamuksh , 

(ndô, 

Gu/uk-sha, 

(jgulaplôbum-lal>(i . 

GulM'a'anun. 

Guhop. 

(jum. 

Gum, 
(j^umhô, 
Gumhôbô, 
Gumgaulf/i, 



les enfants. 

couper. 

moissonner. 

briller. 

|iresrri|)tion. 

voyez. 

préfixe (le linipéiatil. 

tirer, vider. 

double. 

un récipient. 

cruche d'eau. 

crèche. 

tour. 

lampe. 

cuvette. 

boisseau. 

la mesure. 

déchirer. 

semer. 

semeur. 

délivrer. 

à travers. 

tonnerre. 

vide. 

ville. 

préfixe : malheureusement, 

mal. 
nous, 
copeau, 
miettes, 
heureux. 



227 



(•uiii-d(i dal>\ 

<■ Il m zut, 
(■iini-ii-^fil . 
(•un , 

S/i-gu/t-//i;\ 
Shgun-Vùw. 
Sh-guii-(>ia/)cil. 
Gu/i , 

Giifi , 

Gundi didshhli , 

Gun.dlllt, 

Gunashti, 

Gunnng-nush, 

Ggunanzunakii , 

Gungunf, 

Gunltluih, 

tîunllhùitiùli, 

Guiiotl; , 

Ggun-shn-viiic, 

( fi; u/i-s II a -gi dit s hlx . 

Giinlioiisli , 

Ggutnviil, 

Ggiiiizizoli. 

Gu/) (iikH aiixiliiiirc 



Giis Mal,! 
Gushi'on, 



lave. 

bienlieurciix. 

secret. 

en serret, en partirulirr. 

l'arhre. 

le flg'iiier. . 

la vigile. 

id. 

instrument, terrain, à cause 
de, parce que. 

ordonner. 

se nourrir. 

à jeun. 

se scandaliser. 

briser. 

l'ombre. 

l'arbre. 

le matin. 

colère. 

la semaine. 

la cave. 

le levain. 

tiécidi'i-. 

à cause ilc. 

ce qui sert à I eutrelit'n. 

I" seulemeni, précisément, 
î" iiécessairenu'iit, ilc- 
viiii', tous, tou|(>iirs. 

la c<iu\crlurc. 

couvi-rliirc blanclic. 

asHC/., sullirc. 



— 228 — 



Gus/io'uld/s/i. 

Gus/if^uni-iini'i. 

Gushgoz, 

Gushîlsh, 

Gtiz-giat, 

S/uioutoif/f^ 

Gut-lët. 

GauddI.lit, 

Giiùt. 

Gii iifi/,s/i . 

Gaz. 

S/ia-guz, 

Gguzak, 

Gu'a, gwai, 

Gu 'fi uda-m u/>/,s/i , 

Gn'ala/>, 

Ggivan, 

(ii.vân(ln-niiil,l,sli . 

(n\'û ////>', 

(Tà'ashaù, 

Givalhk, 

Gi.K'islig\yrik, 

Gwatk, 

Gwâùn, 

Ga'dfk, 

Gwât-gunit, 

Gi\;-a, 

Gircultli, 

Girilth, 

Givil-dii/n . 



mépriser. 

le fiel. 

arracher. 

filer. 

la force. 

victoire. 

la force. 

interroger. 

briller. 

chercher. 

puiser, verser. 

continuer de puiser. 

la croix, 

celui-ci, cela. 

être enceinte. 

le feu. 

toi. 

heurter. 

toucher. 

le porc. 

vous. 

emprunter. 

débiter. 

froid. 

perdre. 

perdu. 

nous perdons. 

pauvre. 

la poche. 

indice de ré|)(''lilioii. 

d'avance. 



22<l 



'ii'i/f/i dtiulsli. 
("■vil th-i^aguri. 
Gnil-gagial, 

ihK'ishfit, 

(m is/i -i,'i c as II il. 

Gwislitii/nin . 

Hul,-i^a ■isli-<li i/cin I . 

(nrul/l>/tl.l,\ 

Al I (I (j <,' i KH II II ni: I; , 

(nviuiuizuii . 
(nvuiii). 
(mti/i . 

tru/iiél,sli . 
('iK'ut-<nvttnk, 
(it/(i , 
i.iirck. 
(,iir-gi/ti'(,l,\ 
l'.jH-llk, 
(ii/rll<ni . 
(iijcllon (ii/rl,\ 
(ii/rt-f/ti 'ul(/ . 
(iijin'if/, 
(iifinist. 
(ii/î/irc.'i, 
(i//i/c/n//i/s. 



lia 



parcourir. 

ioterroger. 

chercher. 

faire signe. 

la chemise. 

briser. 

livrer, prêter. 

usurier. 

la lèvre. 

lèvre supérieure. 

ici et là. 

menton. 

prier. 

devenir. 

Iiypocrisic. 
toucher à. 
couper, sétahlii'. 
,sous, dessous, 
la hache. 

percer de part en pari, 
tatouer le hras. 

— la poitrine, 
il V a c|uclques scmiiincs. 
re<'i'voii' un punilioirc. 
écorce d arhre. 
petit garçon, 
pays des Tongas. 



H 



préfixe d instrument on il 
cause. 



— 2:^0 



Ha, 

Ha-oloifi/dk. 

Haaksh , 

Haaq, 

H abat, 

Habaul , 

Haddi, 

Hddagum . 

Hadak, 

Ha da k-ii uin-a Idia k , 

Ksh-liadaiiuii, 

Hadôosk, 

HaEfiEr, 

Hagaû . 

Haiiinak-zaltk, 

Hacjaak , 

Hùhangaùtk, 

Haiatlilatf/, 

H a Un , 

Haik. 

Wil-haik, 

Haitk. 

Haiyaksh, 

Haiyouz, 

Haiizumakht, 

Haiz, 

Haizk, 

Hai-zumak, 

Hai-zum-gushk, 

Hakk, 



l'air. 

trachée-artnc. 

celui-ci. 

l'oie noire 

sortir, venir. 

prendre soin ilc. 

diriger. 

témoignage. 

faute, péclié, mauvais 

maudire. 

condamner. 

le balai. 

le mollet. 

derrière. 

tablier. 

presser, surprendre. 

nuire. 

la peste. 

bâtir. 

1 esprit. 

l'odeur. 

se tenir debout, 

apparaître. 

jeter dans. 

se moquer de. 

ordonner. 

envoyer. 

envoyé. 

ordonne. 

l'ordre. 

petit, étroit. 



— 2'il — 



liai, h, 

lltii^iui , 

Huli-i^adamisli . 

N II k-lia l^-kli(i^un.sli I, . 

Ilaksli, 

llalllial, 

Ihildiii). 

Ilali-lii <dtlil,. 

tl(ili-i/ez(il . 

Iliiliin'^a . 

Ihilisli-fjuiiitl,, 

llaliznka. 

Il (ill lu ils II, 

lliili-cnigausli . 

lliihl.liallIuUsIiin , 

lliik, 

llallluiulshii , 

llallliiiù, 

(iii'isk-f^a:i/>i. 

Il du , 

Mr.l, li'f/s, 

llniiiikk, 

/jli^aii, 

llanc^a, 

llatilinii , 

lldim'ild^ii , 

Uiisii OknvjKin . 

Udsii. lias. 

Il a s h al.!.. 

Il as II 1)11, 

ll<isliii\\'iiiish, 



sdudrir, soufFranic. 

tourmenter. 

les scribes. 

les bourreaux. 

Ijlàmer, maudire. 

servir. 

guérir, panser. 

le lit. 

grange. 

dessécher. 

jour de repos. 

la terre. 

servir, travailler. 

autel. 

faire tiavailler. 

travailleur. 

aitidiis. 

(ira|). lin^c. 

le sac. 

le sauiiiuii. 

les uniis (le.. . 

la femme. 

jeune lille. 

femme. 

remplir. 

nuire. 

aimer. 

le chien. 

a voir besoin, devoir, vouloir 

déjà. 

pelle à vanner. 



2;i2 — 



Hashoshic, 

Hasicpli. 

Haï, 

Hatâ (js, 

Hatlchîcsk, 

Hatso'v.rcll, 

Hat.yalhl>t. 

Hazish, 

Hazazôklth , 

Hazukshunt, 

Hazul, 

Hëkid, 

Hrlt. .vi-hdl. 

Hi, 

Hîaoqusli, 

Hîdo. 

Hï-ggaùk, 

Hobel, 

Hoi, 

Hoigiakk, 

Lii-hoigiak, 

Hois/ik, 

Hoij/un , 

Hokshk. 

Lii-hohslik. 

Tkkul-hokslik, 

Holtk, 

Honizak, 

Hosh, 

Hoù, 

Shaiis'a-lioù. 



se révolter, 
maladie, 
les entrailles, 
voyager, 
le couteau, 
la limace, 
avant que. 
désormais, 
en présence de. 
en arrière, 
remettre. 

attendre avec patience, 
beaucoup de, préfixe de si- 
multanéité ou de suite, 
commencer, 
le cri. 

auparavant, 
la nuit. 

avoir besoin de. 
com me, droit, pieu. \, justice, 
remplir, 
majesté, clarté, 
revêtir, 
exister, 
être dans. 

s'attacher à cpielipi un. 
plein de. 
baiser, 
la racine, 
dire, 
converser. 



nli — 



A />/-// on, 

.\in-li<)ù-i/ii. 

Widin-lioù, 

l\ /-/ion, 

lin ni;. 

Sliiin-lioù, 

Sliiin-lioiiilisl.dli , 

Ut)ani-ii<in(l(i . 

Dalah, 

Lii[xa-(l(il<iL . 

AlLiinl;!;. 

A/^ù/L;-ns/i/;. 

l.lILiiiil-nlLlV^idlJ., 

l)n(il((-abj:i(il;. 

Shim-(tl'jii(iL , 

M ail h, 

(nvildiim-iiKilksIi . 

Slid-inrillinli. 

Phnu. 

Va, 

llonz-nl;. 

Hnilk. 

Huk-hcuia (luiLinsli . 

Uni,, 

Il 111/(1, 

llniil, 

llnh-'^and , 

tlul-ii(ivînmv.<i , 



la VOIX. 

iiiif voix. 

crier. 

[)lcurci'. 

i(l. 

\ riiiiiu'iil. 

(loi IX' à. 

désiici'. 

pnrk'i' a\(-c. 

iiiaïuiirc. 

parler. 

le clicl ipriiK ipai parlciin. 

calomnier. 

inurnuircr. 

traduire. 

raconter, prtclier. 

|)io|)liélie. 

traiiir. 

annoiicei'. 

dire. 

\v torrent. 

a|)j)eler. 

|)acili(|ue. d a^enl 

préfixe de pluralité , non 

se eaelier. 

luir. 

perlielir. 

miséricordieux. 



234 — 



Je riE. 

Ilt/ir, 
I/:aid, 



AV.-, 

^7^ 

Khan/. 

Khagha, 

Kâg/i vni-itlt' 

Khait. 

Khdhiiô uin. 

K/iaf// us, 

KkalKÙrn/, . 

Khainaks, 

Kamê'clek. 

Kh'anik.'iida. 

h' ha /n (se, 

K/uinao, 

Khann' (j. 

Khanâqs, 

Kluuiaùwalc. 

Kancqs, 

Kansp'à\ 

Kh'àà, 

Kli(ij) v,là . 



le maître, 
agir envers, 
le sang, 
être rassasié. 



K 



préfixe signifiant : manger 

recevoir, 
le lapin, 
le bâton, 
corbeau de mer. 
la veine, 
le chapeau, 
la mouette, 
les entrailles, 
coffre à vivres, 
un cap. 
jouer, 
européen, 
malheureusement, 
crapaud . 

sabot d'un gibier. 
l'échelle. 

courroie de panier. 
le pont. 

frapper la mesure, 
le dos. 
le fusil. 



■2An - 

/\<if//)/i. ([uclquefois. 

/\7i'fisf/à\>s. la <i;ruc. 

I\li'<ï mil, mordre. 

haiinddsh , tresser. 

h'a'u.sf/, branchies, ouïes. 

h/tfiii/s. ornement des lèvres. 

Kaii^vdi. massue. 

hlillidiiKuld . se prostei'ncr. 

hidxt, préfixe : au loin, hurs de. 

Kklxild. l'ouest, le soir. 

l\hhn\ la moitié. 

hl'hic. meiniMO. 

hhliis/i. le \crrc. 

I\hul,lis, fraciii-r. 

hlchislniin . en bas. 

I\d(i, le lit. 

h/iv.lniiis. éc r('\iss<', canrrr. 

kl'Ciiah. bave. 

I\i(i(il,\ herbe. 

I\l<liini «enivrer. 

hl'ItliLidi'i, \i', salaire. 

Kldtli^ii, nouveau-né, très jeune. 

KIdlliiKi. en bas. 

Kldllnui Slrj^ui. se jeter. 

KItliuin. être en bas, étic luulé. 

KUItiniish. se prosterner. 

-liul^disli . . t(Mnl)er sur les i,'eiu)u\. 

Klly;a'duin . les publicains. 

Kouly dénu)lir. 

Kttluh. dessécher. 

I\st'l-'r.pi/ddd I . les junuMUX 



— 23fi 



/us7/, 
A.s/ui, 

l^slifi ni-gialisli , 

A's/ui-lah/a/is/i, 

hsh-aiiia-uliikshal{. 

As/ia-lag/ui/is/i , 

l\sli((iial,\ 

Kslid-lniit. 

I\slin-it(il>-iiislil,, 

Kslid-diillli . 

ksha-iKiItlil,. 

Kslid-dl.llhl;. 

I\slui-sln-sliilis/i . 

Kslia-icfitl:, 

h's/niit. 

Ks/l-d/IL^H/, 

Ksitawaitl,, 

K^iligdiihl,, 

Ksha-lllidu-ddsh , 

A7, *■//-//.. 

Ks/ig/u/,', 

Ksli-i^icd'((nsli, 

Ks/ii/, 

ks/i iiii , 

Ks\iiii-d l,s, 

Kslnni-i\'lid-j,lid-'j,lidU(ldi. 

h/,:s/i-/>d//.-, 
Kl'shld. 



sens l'ouiitatif. 

sens : liors de. 

olIVir, dunncT. 

chasser. 

délivrance. 

Ljénération. 

vinaigre. 

naître. 

lenier. 

a Placier. 

choisir. 

jeter. 

le souille. 

sortir. 

déraciner. 

sortir de. 

un can(jt. 

renier. 

le rêve. 

précétlent. 

iraljord. 

étendre. 

Taig-le. 

être sduniis. 

faire se lever. 

une larme. 

Icininin. 

le lail. 

|irostituée. 

la sueur. 

Liaiîiier, l'éccun pense. 



l\l,sli-/(i/nL^iis/il;, 

kskhtl.Lalainld , 

KLsIiilol.l;, 

hsn'of, 

hia- l/tl/i. 

l\i\'(tnf'il<H. 

hi\'f//// , 

/\'/E/)nr/:, 

/\t/i>/. 



le hniil. 

le dernier. 

(lonnir. 

1 aiiloiiine. 

la iiuirmotle. 

le |)riiit('iii|)s. 

(lesceiidie. 

s'(^iiv()lef. 

adultère, 

iiiolif. 



Laahrl, 
L<i<j;(iil(ilnl; . 

I.U'JUUI. 

I.tti^ti nnslil. . 
I^itL^a nli^idl,. 
I.ii//ivil , 
La 1,1,. 
L(il,l,-'i^<i , 
1.11 1,1, -aLsIi. 
I.,tl,l.-fln, 
Slui-l,i 1,1,(1. 
L,il,l.-ili. 

L(il,l,-i/<i/>. 

L(i//-iiv./) fi . 

I.nl,. 

I.„l.-,lil. 

(.ii-ii-hil, . 

I,(i<i-iiin-iiilitm-iltiii'. 



ilaiis un lUdUieuf . 

|)ers(''euler. 

cliei'eliei'. 

iM.lé. 

I)laspli(''uier. 

eiiveloppi'i-. 

prép. sur. 

le riel. 

la mer. 

le lae. 

i'le\ cr. 

iiHUilaLîiie. 

le pays. 

prairie. 

le Irerc. 

in.irtv rr. 

alliiMier. 

c liai'l)i>ii. 



— 238 — 



77,■/^-/^ 

Ts v.in-liil, , 

Ô'niK-lal:-. 

Lakk-lagaL 

Lï-lal,l,- Iak. 

rUù-lahl.-hihk, 

Lu-tiki-lakk-lal;. 

Ksha-lahk-lfikk, 

Hali-tal.h-lalJ.. 

Qurl-lidl. 

Tiln'-i/iii-lthiil. 

l\shii-(/ucllh((l. 

Khdiiui. |jl. Icinn. 

Latkk-ski/if/i. 

Lab. 

Lnltk. 

Lnnizak, 

fjfKKJUsh. 

(iuldmii-l(i(i(ji(s/i . 
La Ois. 

IaI(j(1(I . 

Laùilgiiksliiti ^ 
JAiùlok. 
Lait p. 

I^aivaluni ilthe. 
Ldi/ek, 

]jVj)V.'o>l , 

L^ks-d'a, 
LHsh. 
(ialik-li'kshs 
Li:p-v.-tsal, 



iHre-drill). 

le loyer. 

la pcnulre, 

voir, visiter. 

tomber sur. 

tomber de. 

tomber dedans. 

naître. 

jour lie naissance. 

PI. de lakk-lakk. 

tomber de. 

naître. 

tomber. 

lavé. 

un ver. 

lentement. 

entrer, tomber. 

la hiinièi'e alliiin<-('. 

la lam|)e. 

sureau. 

des deux (■(")tés. 

mouiller. 

suppurer. 

picric. rocher. 

gouttes de sang. 

changer de campement. 

a\ant-l)ras. 

l'ile. 

grand. 

plus grand. 

roynon. 



— Ziy — 



Lzf/-h.(/-s-d'a. 

U, 

II. 

Luinii. 

Liiinml;, 

lAl)iii!['j:iiil , 

LihnL 

LUxiluhsh , 

LU) lit, 
Liduksh . 
Li-dhnt. 
Ligi, 



les cheveux, les plume: 

préfixe : à, sur. 

chanter, cantique. 

dessécher. 

tout seul. 

compter. 

haïr. 

préfixe : contre. 

s'éveiller. 

se reposer sur. 

peut-être. 

( ) Il . 



Lliiiiiiiiù , 

LUI h, 

LUthhsh iiutli, 
LUfhksIi, 
LimU, 
Lip, 

Lî-sliii-(tùslU\ , 
Li/tit/iishi/ , 
Lî-luarnal<l> , 
Lii/ii'fiui , 
Loitri <in , 
LiKi'h/, 
L(\i^um , 
Lokh. 

LdltKt liCd , 

Lùis^-<ti\ 



pleurer. 

lire. 

veiller sur, protéj^-er. 

Lergei-. 

servi te ui'. 

Iiapper. 

sens rélléclii. 

conseiller, assenihléc 

clic attaché. 

caché. 

le chemin. 

enlcri'cr. 

la houe. 

sui\ dans. 

pdurri. 

s'éveiller. 

hras de fleuve. 



— 24(1 — 

I.thn, ce q>ii est tormiiié ot dmc 

— lorsque. 

Ltiuil;. recourbé. 

Lf/iiik, ■ se suspendre. 

Lthdl, inouvoii-. 

Llliainsh^ lieau-|)ère vi helle-mère. 

— /ian/il,l,\ bru. 

Lthtdni, personne d'un autre. 

Ltlnij), fosse, creux. 

Jjluiiidi, adorer. 

L/liaul, honorer, louer, adorer. 

Ltliinvil, toujours. 

Lthaùddsh , louer, vanter. 

Jjliêuh, manger un morceau. 

Ltliganuit, un a>uf. 

Llhgfdthk, un enfant. 

Ltlimil.sh, n'être pas jiossible. 

L//ii;\ra, petit. 

L//ii(a-iso-u. se réjouir. 

Cu// //o/i,vi.sgu. la joie. 

Ltliigïath-, estropié. 

Lthïl. délier. 

SluillIiiL pardonner. 

LlhiL cracher. 

Liliiltlni, briser. 

Llhiin, prép. : envers. 

Llliiiiuiitin , aider. 

L//u//i-iiv.s/i, se fâcher. 

Llhiinuhli, la sœur. 

Lthqaum Itlil,, l'enfant. 

Ltlifjudïii. la vallée. 



— 2'i[ — 

l.llni. le loit. 

Aa-tilp, id. 

/-///". délier, hichcr. 

Llliiil;, délié. 

Sluililiit, délier. 

I.ihuiii i^us/ii^iis/iii, ahaiuldiiner. 

/.///Il, l'escaheaii. 

— la partie inféiieure. 

Llliiiuitdi, être en colère. 

LilindiH: . mêler. 

A'^ préfixe : dans. 

L'i-dli^iiit , la fV-le. 

Lii-aliiid-dtini , P;'i(| nés. 

Litdal:daiil,\ inipr(''cali(m. 

I.ii-dali-d(i(/i(liliiiil:'<i . uioxen. 

Lu-dulitl'-ltlil.-i^i , être in(|niet. 

LngiausHi , le contenu. 
Ln-i^(il'-g() 'ùc/-u/ti-^a-u/ntd. orgueil leux. 

/, n -!(fi/>s/i-^nii(i iid, ré 1 1 é c 1 1 i r . 

Lii-i^aiiiiid, hnilec dans. 

/.ii-i;/ii//i:^-/i'/L;n, avoir soil. 

Lii-i(ii iin-!^iv<il,. avoir soif. 

Lit-im'il, indi(|iie I ac( oniplissenient. 

Lu-liititiia , s'accomplir. 

Ltil.ii, serviteur. 

Luhfili, élran;^-er. 

Lul'slidiiiii , doi'mir. 

Lul,lli-^\'il-z(il,-'oii;iit, les païens. 

Lnhsh-'j^rdnin-hi'dîih, manvaises lierhes. 

IjiI,sIi-zii/>, cl ran;^cr, 



242 — 



Lithsli giotscli, 

J^uksh-giat. 

L H ksh -i^i-p:ia l . 

Lukshdiik, 

Liilth-gol. 

Luqdaduk. 

Luc/uzilt, 

J/k r/tla , 

Lunigakl, 

Lii-sh-anidtli, 

Lu-sh-analtli ns/ik, 

Lushawilni. 

Lù-zi-^hitlh-irahsh , 



autre 

un étranger. 

espèce. 

la porte. 

étroit. 

laisser. 

paralysé. 

long et étroit. 

canal. 

s'étonner. 

merveille. 

poursuivre. 

la fosse. 



M 



Ma, un, 

Mâ'dE/n, 

Mae, 

Maggnùnd, 

Maggait//s/ik, 

Mai, 

Mak, 

Sha-»ial,, 

Ma/dsh, 

Makk-shinsh, 

Shamaksh. 

Mâlk, 

Malt h II, 

Mdlul.sli , 

Man, 



toi. 

la neige, 
mûre sauvage. 
porter témoignage, 
témoignage, 
le fruit, 
prendre, 
abandonner, 
jeter, 
placer, 
jeter au loin, 
la crémation, 
le coussin, 
holocauste, 
survivre. 



.«tiJ; 



— 24:i — 

Mail, préfixe (en haut) av<T inovi- 

veiiient. 

.\/fi/i-^^aiis/i . monter. 

MantUdoil,, pi. être effravé. 

Maul, lunatique. 

Mâonll;, lés chaînes. 

Mn'qai', l'arc-en-ciel. 

Maqiiii-'ek, gelinotte. 

Mtiqtl, gravir une iiioutayne. 

MofilihLn. mamelle. 

Mali, la brebis. 

— d(iw(\ le bouc. 

— woishii, — brebis. 
Mon. mère. 
MduLI.. bassesse, doux. 
.]/aù/,s/t, blanc, neige. 

0/j/-/na'/,. demi IjIuuc. 

Slia-tiKiiil.sh. blanchir. 

— lau/>, la pierre blanc lie. 
huskitti'.sli. bleu. 
MiUlirtli, bleu. 
Srl(H/lii'/), brun. 
h's/iila/.-s/iu/ii-iiiin. bois verl. 
Mardiy;uiii, forcer. 

Mcs/i/i. rouge. 

Ksiiinusiihsii. pourpre. 

MiuilL. forcer. 

M (Util, !«' sel. 

Maùt-I,. sain, heureux. 

lÀ-nitiHl, sauver. 



lla-nidul, 

MoM'aza, 

.]l,-v.k, 

A/n^//Te/i, 

Mrd,\ 

Mcistdo , 

MctIdulaL 

MvJs(i(/(tla'i, 

MiiI'IiiiJkiI.sIi , 
Mfl.sh. 
Mila, 
Mil II h, 
Mis/i in , 
Misli-mûsh , 
Mii/ûii , 
M il/ ai) , 

Ma, 

Zii//in, zd/no. 



le sauveur. 

le f..u. 

ie canard. 

canard noir. 

(der nimhusi 

(astloch). 

serpent, vipère. 

la ileur. 

faire de la fumée. 

épices. 

mûrir. 

les deux ensemble 

danser. 

airain, métal. 

la vache. 

monsieur. 

seigneur. 

l'oreille. 



N 



Xa, 

Xa, 

.\V^ 

/.ii;if 'là. 

Alfhi^d/ iKi, 

Xaal;, 

.\ (l'dlH-l,-. 
Xd'dfd, 



F- 

indi(:|ue la [^ossessioi 

])ronom relatif, 
interrogatif. 
(pu'l(|u un. 
personne, 
avoir besoin de. 
se réconcilier, 
l'opsopliage. 



— 245 



.\ (il) lia (tin, 
\(id. 
X (1(1 ail II, 

Xadoii. 

.Vagiid. 

Xol.s. 

A a 1,(1 i^isliidsli , 

.\ as;li(iii-lsr'csl' iiDi , 

.\air<r(tZ((Olt, 

Xafiazc, 
X(if;i(il. 

.\p;iiv//, 

XaL 

IjIki-ikiI.-. 

X(,l. 

.\ (il,(i-(iii(liL 

.\ (il,(i-L;islii(islih , 

X(il.-h,il. 

X(i-I.lnrsli. 

.\ aldh-.u . 

X ail -iKi tin (I -lin III II 1,1, s II , 

.\ (il, 1,11 II. 

A nu il,-. s II , 

Xdhsli. 

Xdlisliiii . 

Xdis. 

Xals/dii . 

Wil-ddUi. 

\ d-l.slii-lli i/diiii 



commercer. 

mon cher. 

accomp;igncr, compagnie, 

troupeau, 
lie l'autre C(")té. 

— à travers. 
rc<ipro(piement. 
époux, 
l'orient. 

ancêtre féminin. 
(|uelqucs-uns. 
le renard, 
les père et mère, 
le père. 

depuis longtemps. 

être couché, courbé. 

lilicre. halle, paille. 

l'orient. 

un morceau. 

ton pays. 

craindie. 

exciter. 

entendre. 

écouter. 

se marier. 

marier — époux. 

mari. 

antre. 

noces. PI. iiiiiiil;sli . 

.1 t.i diuilc. 



246 — 



Na-kshî-mi/nonuif. 

Metakiaori , 
Xakskooil . 
Naît h, 
Nantik, 
jSaos, 
Na'osô, 
Xdaii. 
y càn , 
Nhaaaà. 

Ni, 

Gau^-niksh, 

Giva-niazun^ 

Mau-nizk, 

A ma -m, 

Tgivi-nïazk, 

Kshanlshk, 

Ni, 

Niadi, 

Nint-gun , 

Niat, 

Nla-dù, 

Niya, 

N'iai-duksh , 

N'Lthî-duksIi. 

N'iailthk, 

Nokaoïi, 

Nâ'otl, 

Nasha-fruu, 



à ma droite. 

oreille droite. 

à gauche. 

une large route. 

jeûner. 

prodigue. 

tante paternelle. 

le puma (lion). 

aller. 

reconnaître. 

saleté; débris. 

voir. 

apparaître. 

montrer. 

surveiller. 

se garder de. 

regarder autour. 

choisi. 

un démonstratif. 

oui. 

c'est pourquoi. 

comme. 

lui, il, PI. dup-nint. 

c'est ainsi. 

grand-père. 

condamner. 

saint. 

le nid. 

alentour.. 

le tambour. 

être d'avis. 



.\ (if<li<^(tllx. se moc|in'i- tic. 

.Mshkdt. id. 

.\(isliij;ii-uinlllil,. ventre df la mère. 

.^ (lù. _ la mcrc. 

\aùl,\ la table. 

Xaiillh. le pot. 

.Va/i/N. iiié|)risci'. 

.\ (iii-a-a^diid. s'ahandoiiiiei". 

Xdivaiia. le bic. la semence. 

.\a-n'/ir/-:;nti . absoi'ber, (i(>pensei 

.y dd. le lien. 

.VV/c/ i,^U/l. COIllIllCIlt. 

.y da, (ii'i .' dOii ' 

.V\/ri-.s/i^(//)(i. combien de t'ois. 

.\ d/if/d/. la eouriMi<'. 

.\Fjiiip, oncle mateinel. 

.\n^a'a(, oncle [)aternel. 

AEÙKf.s-c, nidifier pour piler 

.\ e/ie/)ui. sucer. 

\ri/,a/i, peu à peu. 

.\v.k(iim'ii i na^-eoire. 

Xv.kld' , la laiiti'. 

Ve/j'u. la prairie. 

.yE/ufa'///, ^lanil. I^Ml^^ 

.\cf/iu>'r^, èlic siirnaliii'el. 

.\rf//)/i/ii a/i'o/i , le poignet. 

Xlidii. rancune. 

Xrsdp, visible. 

X lavait. posséder. 

Xld'^di , la l'ée. 

.V7//'.. ,lul,^U saint. 



— 248 — 

.\ (iimhdt . saisir. 

.\'t(i, la poche, le roffrc. 

.\i/nlt/i<>au.s/i/' , enneiiù . 

.\ ta-d((l(i. la bourse. 

Xlhiihnish. à la place de. 

Xts ccisi, la graiurmèi'C. 

Xiia/i/:, 'ong. 

Xui:;uni. nous. 

.Vu ou//, loi. 

Xaks/t. ctouiTcr. 

X(iu/i, habiller. 

A'uit/i/i(i/. se précepte. 

Xin/ii. moi. 

.\"r», apporte ici. 

.Yz-rniii-st, les cliaussurcs. 

Xziiis/i, perdre. 



o 



()/)///, afin que pas. 

C)/. jeter. 

Kshoi, id. 

Oksli, tomber, hors de. 

O/. l'ours noir. 

(')mo(u/sL-. la victime. 

()//etlv.lt, le seau. 

Ôiinal.sliil,. cendre. 

0^/.s7/. sable. 

Ldh-ousli. sur le rivage. 



240 



P'aqs, culotte dcnfaiit 

/Vf, le foie. 

Pc'eI, ' déchirer. 

P'i'id'n. la fumée. 

(Jp'cian, fumer. 

à la, trou à fumer. 

Plîfiii, avertir. 

l'sha, saleté. 

Plnl, une côte. 

/Vry, la race. 

l'il'iti, loutre de mer. 

Pisdii. eoloiine iiéra!(li(|U(' 







(hi'lr, le scalp. 

Qnlla, la mer. 

()dc\viil, payer l'enterreMienl. 

<J^i)((i. cannibale. 

<Jin(il,^'\i(l<\ pri.x lie rincinéralicin. 

Màlk, crémation. 

Qj)aliv.nitlL. le hibou. 

()udal;s, laisseï-. 

Qs/i<^yi/ns\:/i, sorte de vaulnur. 

Qlhti, compter, pa\cr 

Olliill, buisson. 

Olsdliliàts. (KUpcr de. 

()ls() HM/s/ , l'aucdri, 

IK 



— 250 



Qudakk, 

Qudf, 

Qudnu, 

Qulthi. 

Quzil, 

Oiidonl . 



Uana, 
Ry.ln, 



abandonner, 
avoir faim, 
l'extérieur, 
l'intérieur, 
trembler, effrayer, 
les environs. 



R 



sur la montai^nc. 
veau marin. 



Sa'ik, 
Sa'n/s. 

Sàra. 

5e, 

SE/nEn, 

Sv.ntsaaïHsk, 

SEpEgiE/n-aks , 

Serliaqs, 

SewuIû'ïs/, 

Sha, 

Sha-ashagak, 

Sha-gîaon, 

Sha-gtm, 

S/mn, 

Shûba, 

Shagozilt, 

Shasunidouthln, 



déchirer. 

espace entre le pouce et 

l'index, 
ressembler, 
faire, 
être orné, 
essuyer, 
hirondelle, 
avant-midi, 
adopter. 

ciel couvert de nuage, 
lisser. 

aujourd'hui, 
id. 

préfixe causatif, devenir 
la fin. 
arracher, 
se consoler. 



--J 



251 — 



Sfia<j:ut-got((sh, 

S/iaip, 

Shaipk, 

Shah. 

Shald. 

Sliak-dausfi. 

Shaksh, 

Sha-mauhsh /.• , 

Sha/ishin, 

Shaonsla^un, 

Sha-ksligalsh, 

Shamaga, 

Shame, 

S h a ma, 

Shanliat, 

S/ia/na/ï-s/ii/, 

Sliiionshk, 

S/iâshakk, 

Sheik, 

S/iggn, 

Shgadaùk, 

Shgganak, 

Shgaii, 

Shggai/agash, 

S/igrutk, 

Shgoksiib, 

S/igN. 

Shgunis/i, 



ravauder. 

l'os. 

dur, au cœur dur. 

prompt. 

ensemble. 

rassemble. 

pur. 

blanchir. 

purifier. 

le livre, le billet 

acheter. 

renvoyer. 

la chair. 

renvoyer. 

essayer, tenter. 

être jeté. 

le livre. 

buisson d'épines 

tirer, arracher. 

ainsi. 

sens du paitail . 

protéffer. 

éloigné. 

rejeter. 

le rideau. 

ténèbres. 

iii;iiii|iier de. 

être couché. 

— avoir place. 

a*- 
montagne. 

jiiiidn-, pied 



— 252 — 

Shi-d(itk, commencer. 

1 1 ^ildàlk , com m encement. 

S/iidi, souvent. 

Sluebun. aimer. 

Xa-shiebiin-shk, ami, 

Shïepk, malade. 

— triste, 

S/iio-ilt/i, vouloir. 

S/ii/.s/iin'/, en colère. 

SliU'slidkli , pur. 

Sliil, |)réf. ; avec. 

S/iila, en échange. 

Skils/i, filer. 

Shiluli, avoir besoin. 

Sh ihj indu m , pre mier-né . 

Shim, très. 

Shi?n-i^it. id. 

Sliiinoii;iat. seigneur. 

Ski ni -gui, très. 

Ga-shiri^ gens ivres. 

S/ii/i, particule de doute. 

Sliim-Jiiiii , vraiment. 

Sliini-duintl. . le jardin. 

Huli-d.uiiitl:. jardinier. N 

^S7/ iinoigùil, seigneu r. 

Shiniyaagic, porter en marchant. 

Shin-do/<lt/i, lier. 

Sliir-lnid. signifier. 

-fjksh, le signe. 

Sliipshiep, souffrance. 



253 



S/lis /u/ iil<sli, 

ShislunK'nut-iia-i^ial . 

Shitùdusli, 

S/ifiijtm'i(/>, 

S/ilinliiil. 

S II pu , 

Sliptii^d. 

Slif/uai, 

Shtol, 

S hit, 

S II i s lui. 

Sliii. 

Shu-i(i(i(lii. 

Shu-wilin. 

S lin, 

Sliu-wilfiri, 

Sliiihasii. 

Sllll-<^fllOft, 

Simula/ , 
Simili., 
Shii-mnlsli, 
Shii-aiilt. 
S II nu 'unsli . 
Sliu'u/i/, 
Sliii'itnzd, 
Siiii-niinaii , 
Sl'u-^vat, 
Shii-\vil(il>sli , 
Shu-^vil^uni-'f:;tiiil . 
Sltft-i^'ilL'iiii , 



rire. 

I^rior instamment. 

les descendants. 

changer de Targent. 

restituer. 

empêcher. 

le fossé. 

au milieu. 

cesser. 

accompagner, cnsemhle. 

mouvoir. 

secouer. 

particule lactitive. 

tuer. 

faire savoir. 

poursuivre. 

nouveau. 

jeune. 

enfin. 

tirer. 

liori'eur. 

fornication. 

être fatiiifué. 

aveugle. 

l'été. 

mot tl cxhorlalioii. 

fatiguer (piehpiiiti. 

appclei'. 

apprendre. 

luxure. 

respecter, craindrf 



— 254 



Sha-H'ilîn. 
Shû-n'ilak, 
Shû-H'ilri. 
S'iô/i . 

Sid'uq, 

Sigv.r. 

S/'isf, 

Sit/cl. 

S/ifi'neiti, 

SA-Ktgin ga, 

Skï'yetlaks, 

Sk'nai'it, 

Skyet, 

Sokgogut . 

Spaqtl, 

Squats\r. 

Stsal, 

Suwansk, 



poursuivre. 

le milieu. 

enseigner. 

un élan. 

le glacier. 

la pomme d'Adam. 

sécher. 

la masure. 

côtés, ailes. 

le coude. 

le hareng. 

choses ordinaires. 

le soir. 

tous les jours. 

araignée. 

pays. 

prendre le saumon. 

afFreux. 

le castor. 

le prêtre. 



T'iiO, 

T'ê'epv.n, 

Te' es, 

Tëhatlom , 

T'E.rnba, 

T'Emg'ti\\ 

Tgamuk. 



la glace. 

loup marin. 

flèche pour les oiseau.v. 

cosse, gousse. 

la hanche. 

l'épaule. 

caché. 

alentour. 



T^wa-dalalikllkt. 

Tg^viyen. 

Ti/d. 

Tiki/t''ef/f>, 

Tin, 

TU. a. 

Tl.ka. 

'ikhàai . 

Tkkadoiidsli . 

Tkka^itk, 

Tkktiinli. 

Tkalaunl. 

Tk(ilù/ii , 

Tkfikfihu'tin. 

Tknm , 

Tkkamnù, 

Tknni. 

Tka/)Lautsk, 

'Ikashrn, 

Tkcm'ildiiui. 

Tkkaii, 

Tkkau. 

Tkauli, 

Tkkrluk, 

Tkkoi-i^i'il. 

TkkuL 

TkkuLnn , 

Tkalaiii, 

'Ikul-dii/>-^uiit. 

Tkktil-lh III II ii/risk k , 

Tkkul-^\iiuliiiillkk. 



femme enceinte 

offrir. 

préfixe : en bas 

aUancloniuT. 

sorte d'article. 

tout-;i-fait. 

le cuir. 

un palais. 

acheter. 

aigrir. 

accuser. 

vouloir, être utile. 

davantage. 

renverser. 

en secret. 

le corps. 

la totalité. 

apparaître. 

le m (■•me. 

déshonorer. 

large. 

plat, lisse, cuirasse 

iiiangir. 

brûler. 

le prisonnier. 

prélixe : vers, à. 

derrière, après 

être digne de. 

crucilié. 

mélangé. 

serviteur 



— 256 — 



'f/a-dan/f-f^i/a 'muk. 

TU,, 

Tla-gjjig,/(il , 

Tlrckij, 

Tl% Iv.p . 

Thcja, 

TlgKgc'ntl.s, 

TIgushs, 

Thtaph. 

K'antloopcs. 

Tlpon, 

Tlul'td ijriu 

Toiipqs, 

Ta' us, 

Tfjan, 

Tqc'el, 

Tfjtakicfil', 

Ts'd-al>s. 

Lclis-nks. 

IVal, 

Ts'ap, 

Tsarp 

Ts'nq, 

Ts^in-ls'ac/. 

Khalhh-tsitldosl,. 

Tsfifj, 

Tsats'a. 

Ts^é 'ep , 

Tschtsil,. 

Ts Kin-dii On . 



venu au jour. 

après-midi. 

précipice. 

depuis longtemps. 

blessure. 

lisser. 

Tongle. 

beau -frère. 

mère. 

coudre. 

aiguille. 

haleine. 

petit-fils. 

le talon. 

le chat. 

(der heihuttV 

jeter au feu. 

le menton. 

le reflux. 

le flux. 

l'estomac. 

construire. 

coquillage. 

le nez. 

la narine. 

ornement nasal. 

fi! 

la grêle. 

lier. 

voiture. 

paume de la main. 



Ts E/ii-lf/p. cnteircment de sorcier, 

TsKpi'srp. le colibri. 

T.sk'/k//. sur la rive. 

Ts'è'j/uk. • cautionner. 

TsiaU. martin-pêcheiir. 

Ts'ôp. la queue. 

Ts'ofj. rivage. 

T'uf/sitlc. le mât. 



u 



I (ishaii, haie. 

Ul>-w(iibun, (cm me enceinte 

I l'ishl;, sentir, puer. 



V 



W'a, voyez ! 

\Va, attendre, trouver. 

11/7, le nom. 

W'ngdit, jusqu'à. 

— dnù, loin. 

— dtmi , jusqu'à ce <|ue. 

— nul. janiiiis. 
Iidw'ditkk, pas encore. 

1 1 'dg v.rY.dvJ . rarement. 

llaV, rainer. 

H'rti, mais, (('peniiaiil . 

Waii», trouver. 

Wdilà. le Irérc. 

{\'diipiiil'sli ^ avoir condance, cspcrei 



— 2ÔR 



U'al, 

Ania-t' , 

Ashti-n'ol. 

Wùld. 

Walc, 

Wâlp, 

1 \ 'alp-gigîeni^iral,l I il 

Wâlp-dakle. 

Wnlp-anai. 

A-n-alp. 

Wan, 

Wanan. 

]\ nnsh. 

Wantk, 

Wôpk. 

Wnsh, 

Hai-wfisl). 

Wash, 

Wâtk, 

Waù. 

Waùtk, 

Waà mal;. 

Waù in-gushi;. 

Wùwok, 

Wênsihil, 

Wha\ dum-svhn . 

Wha-litga, 

Wlian, 

Wlia-shalsh , 

Whati. 

1 1 11 a -i,'Y/ /-i:/afk-L; un . 



faire, être. PI. hu-aal. 

être. 

coupable. 

appartenir à. 

le fardeau. 

la maison. PI. hû-wn/p. 

maison de prière. 

prison. 

grange. 

le toit. 

le cerf. 

inquiétude. 

sommet. 

elfroi. 

le front. 

pleuvoir. 

le sud. 

le vêtement. PI. ivis/t-irash. 

venu, dérivé de. hors de. 

inviter. 

Ihôte. 

être triste. 

être en colère, malade 

enterrer. 

faire signe. 

afin que pas. 

bientôt, pus longtemps. 

la dent. 

faire violence. 

sans. 



4 



•Jôît 



\\ udn. 

Il lani. 

Wl^iatk. 

Il VA 

llVA/i'7.-. 

Wilni. 

Shu-ii'i/fu 

^^ilaishk. 

W'ila-lau . 

117/ tto'/ush. 

\\ ilrt-ua/(/u. 

\\'il-hntlk¥.llkh nn.i 

W'il-^anishu. 

Wil-gayansh '^um , 

Wil-hash. haiz, 

\ l il-shgun . 

WiliL 

[\'il.i-ùn. 

\f( mE.1, 
Skn ul, 

J.YJIdll l. 

Wil-kltlaLt. 
Wil-shii ii'fi/i/k. 
Wishinsligii . 
U7/ uri.s/i, 
Wianaùk, 
W„k, 
Wnmilk, 



douter. 

grand. 

crier haut. 

avoir la nostalgie. 

là. 

faire. 

savoir. 

enseigner. 

I ami. 

la loi. 

arriver i événements 

faire la même chose. 

le scalpé. 

place déserte. 

les sages. 

envoyer. 

le fourreau. 

l'œil. PI. ga-ni/ il 

ton œil. 

sourcil. 

cils. 

paupière inférieure. 

paupière supérieure. 

sommeil. 

les races. 

les parties. 

trouver. 

ihan>l)rette. 

punir, menacer. 

le garçon. 

piège. 



ir-,i\ 



Uitdi. 
Wulkntln'ntk, 

Wunaza-k. 

Wundà', 

Wundr/', 

Wi(fiEg/ians, 

Wiincya, 

IVufs'cE/i, 



comme. 
le temple, 
planter, 
fouetter, 
la joue, 
tabac indien, 
le cerveau, 
la nourriture, 
la souris. 



^ 



Va. 
Ya, 
Va, 

y non. 

Yagni, 

) n o^mn, 

y ni, 

Ynk, 

Ynki, 

Yak. 

) nnni-kli' . 

) nin^u.'ihk. 

Yanigu/n . 

Yana. 

Yùoùlt/irmnk. 

Yac/. 

Yn\if/. 

) aiil;sli . 

) (liish . 



aller. 

parler. 

là. 

vers en bas. 

séparer. 

ici. 

tonneau. ^ 

suivre. 

suis-moi. PI. li-i/nk. 

trembler (la terre). 

séduire, tromper. 

tromperie. 

rusé. 

aller. 

commander. 

prendre. 

couvercle de pot. 

laver. PI. //oii/iks/i . 

Kilir. 



— iC.I — 

)a\i'u/,\ manger. 

Tk(iù-i;i(n. faire manger, paître. 

Halil -kau-li , table à manger. 

f^iap. manger q. e. 

Zaltl). manger tout. 

llai/iiiKii/L\ loiirrhette. 

) cru, le nuage. 

>V7,-, tirer au sort. 

)i'lik, revenu. 

Tii\vi-i/rlil,\ se retourner. 

Yen, (;()nnaitre. 

) l'iia-dou-.h . \\\ rouille. 

) riisli , la leuille. 

)'/, frajjper, couper. 

Yezk, frappé. 

Slini/i'z, décapiter. 

)<i/), le champ. IM. ijif)i/<i/) 

)ntu. l'homme. 

) II, cocher. 

)Csislil., animal. 

) iiL . cacher. 

.\ n/iislil, . le seerel . 

) Il , i/liii . porter. 



z 



Zd, pai'lieule d'irrealile 

■~up|)(isili(ui. 
Zii<Jti, rti cniiv 

Ztif(uii, ileseiL 

Zfi-!^a:iiy). ilrniaiii 



2(V2 



'/.(ig;ua. 




tuer. 


Gazlep, 




hier. 


Natâ'daiii/e/s êi/j , 


avant-hier. 


Tsennta'tse^ 


i/ets'i'ip. 


après-demain! 


Zak, pi. dn 




mourir. 


Zakh. 




mourir. 


Z(i(/ti. 




tuer. 


ZAïisli-zaguin-hdiKik, 


veuve. 


Zhta-zagum 


-anoii. 


main desséchée. 


Zaish, 




content. 


Zakium , 




s'éteindre. 


Zukaùtk, 




nu. 


ZaU pi. S,az 


ilznl 


le visage. 


Zalth, 




perdre. 


Zallhinsh , 




condamner. 


Zam, 




l'œil. 


Zaïnaan, 




s'ellorcer. 


Zamti, 




l'éclair. 


Zaniat, 




l'oreille. 


Zdo^vilsh. 




dérober. 


Zap, 




faire, bâtir. 


Gul-Jap, 




la ville. 


Zap, 




le peuple, voisin 


Zaû, 




l'intérieur. 


Zoàk, 




avoir honte. 


Zaùksli, 




le pied, 
hotte, soidier. 


Zauksh , 




sec. 


Z.awdU 




le doigt. 


KutsO'atl. 




id. 


Mus, 




le pouce. 



lldlsrck, le premier doiyl. 

ksin (ik, le deuxième. 

Hastnleks, le troisième. 

Tlgô u.ikfti. le quatrième. 

Zawd/i. le bout, sommet. 

Znn'd-iiidl , le plus jeune. 

Zdzuksii. le cham|). 

Ziiil;. sourd. PI. Gaz-ral;. 

Zuksii. assidu. 

Zu/n, dans. 

Ziuk, dénicher. 

Zinnukslt, le bout. 

Zilxi, paralysé. 

Zida, lorsque, à cause de. 

Zii^aùsli. avoir horreur de. 

Ziin, entrer. PI. Lainzak. 

Dd-ziùi , i n l rod u i re . 

.\/()kk, entrer. 

Z/i/j. faillir, nian(|iu'r. 

Zi/"/jili^u>/s/i , dévorer. 

Zikshiiii. en haut. 

Zilii, panier de poissons. 

Iiiscl, panier de fruits. 

Zilai. visitei-. 

Ziluin. dans, avec mouvenienl. 

Zitumui, volontiers. 

Zinsh. an loin. 

Zi/t, lié à. 

Zius/ild, le jour. 

Zo, zllO. (pioi(|llr 

ZoL'd, liniilc, bord. P. ) </ :(>L:d- 



Znoas/i, le long (le, le rivage. 

Zogum, à. 

Zoi^un, remplir. 

Zokk, le pays. V\. Zal;k-:.okh 

Wil-zak-zok, les peuples. 

Sliii zak-zok, les voisins. 

Hnlî-zok, le monde. 

Zoslik peu. 

Zoiiz. l'oiseau, le coq. 

ZrnK'il-liukshk. s'enfoncer. 

Zti, beaucoup. 

Zuii (iksit, la bouche. 



troisii<;me partie 

lEXTES TI'.ADUITS ET ANALYSÉS 



SAI.XT MATHIEI 



CHAPITRE I' 



IS. W'a gwaiga \vila-\v;ilsli g,i wil-kslialakklakksh Jésus 

C(»llf>-(i lui l;i içt'nt'r'alion .lésiis- 

Christ ga ; Itlia goudisli L;a cnatk i;i-^!i Mai'\ giit iiau-t 

(llirisl. Apri'S (|ik' lui lianci' ,i M.iiii' iii(*re-sa 

gisli Joseph asli ge dum-iiakshl ga, liawaltlik ga'ncla 

à Joseph iivani ifiie ils se inarieni cnsenilili' 

lial)at. adat wil-aisli ga ltlia-al-\vail)\int gisli ^a 

vicnni'lil l'I lui lriiitvi''i' iM.iil l'iici-iiilr |i,ir li' 

Ami ga llaiik ga. 
>.iiiil l^piil 

l'.(. A(la al shiinnul ama vula-sh Joseph ga iiakshi j^a 

Kl liTs 1)1111 lioiiiiih' Josi'|ili niai'i 

allIiLja hashakkl <liltJi (liiiiil-l kkaw ilaiiiil l;iiiiIi(iii>Ii i;.i 

niiti voiiliiil (Icsiioiiiii'i' l'i'siihil 

gaiid gisli ga. diiinl-ginii/in-shaina-giit ^a. 
cu'iii' ik'iiis il-i'ii secri'l-Ni ifiivnii'. 

20. Ada ashi liigakksk-gagaiid ga ^wa, dha, ahidaga iia 

Kl Inl'Siplr ri'lli'i-|u<->.lll- lu- .■l'I.l V I .i|i|i.ll'lll 



— 2(>(; — 

angelsh ga Miyân ga ash mat gisli ga Ushawaukkt ga, asli 

1 ange Seigneur à lui en songe el 

ga hoùit ga, Joseph, miguii Ithgolthk gisli David, gilaù 
dit .losepii toi fils de David ne pas 

bashin da nia-dum-g<âsh Mary nakshin awil gaii 
crains que tu prennes Marie épouse parceque ee qui 

goichuksha da dish mat Am da Haiik ga wihvatk ga dit. 
est conçu en eili' Saint Esprit œuvre de lui. 

21. Ada diimt-dagoiduksha Ithgolthgviin ynt, ada 

El elle enfantera enlant mâle et 

ma-dum-shiiwat da dish .lesus : awil duint-dilamautk ga 
que appelleras lui a .lésus parceque il dc-livrera 

nzap-dit a na hadadak ga dit. 
le peuple-son des pécliés ses. 

22. Wai tkkani gwai \v;d di, dum-wil-Iohoigia-guntk 

El tout cela est pour que s'accomplisse 

ga na algiakksh ga Mryàn gish ga prophet ga. 

ce que dit Seigneur par le prophète 

ash ga hoiiit ga. 
iorsqu' il dil. 

2;}. Nt, dum-waihun gaul da wha-giil-giatkgum hanaga, 
Voici sera enceinte une vierge leinnie 

adadumt-dagoidukshalthgôlthgum yot,adaduint-shu-wat 

et elle enfantera enfant mâle et on appellera 

da dish Emmanuel, gii da shim-algi akksha da (hi, Hoksh. 

lui Eiiiiiianuel qui s'inlei'préle esl 

ga ga Shinioigiat ga hikkaga gum. 

Seigneur du liel. avec uous 

24. Ada Itha ginïat gish Joseph gish ga na Avil-kshlokl 

El se réveilla Joseph du sommeil 



— 3Û — 

ga, ada wjilt iîisli i^a nt haiizuniakkt ga angt-lshgc 
et lit à ce que ordonnait lange dn 

Miyan ga, arilat gâsh ga naksht gish niât. 
Seigneur l'I pi-il |)niir l'eiume à elle. 

2."). Ada althgiit tlalbunl wagait Avil-dagoiduksh ga 

l-t non la eonnul jusqu'j'iceque elle enfanla le 

slul-giadum lliii^dltlii^uni yùt ga : adat shii-wâ-dit gisli 

preniier-né enlani mâle el elle appela lui 

.Jésus. 
Jésus. 

CHAPITRE II 

I Wlia Itlia ksiialakklakksli .Jésus gisji ga iietliifeiii 
\'A liirs(|iie naquit .lésus en liettiléeni 

gisli L;a .hidea asli ga da king-sii Ilerod ga da gutgoiduksli 

en .ludi'e à les jours roi llérode vinrent 

ga \vil-gagau-slii;uin gial ga amival gish na naka-gishiask 
ie^ '.iages gens loin de. de l'Orient 

ash ga .Ici usalem ga. 
vers .lériisalein. 

2. Asli ga houil ga, .\da da <;ii ksliakklaga da king 
{•:i iliri'Ul On ne roi 

lia .Icwsit ' .\\\il Itlia - <liip -m iia lualslit gisli ga 
des .liiils car nous-avons vu son l'i'loile daii> 

iiaka-j^isiiiashK gi^ga iida gutgoiduk-sliuni du|)-dum- 
Oi'ii'nl et nous SKMiiiies venus pour 

llliaiida (lit. 
adniei' lui 

;{. Ada lllial, iiakUiKiil gut llcrodi's ga king !;•'. :>''■' 
Kl lorsqu.' .'nlendil eM\ llerudr I.- r.n 



— 2(;s - 

lu wantk "ish oa "aiid o-a, Jïlth tickànish i>a .lerusalem ^a. 
il Irembla dans ciinir, l'iisemble tous de .liM-usaleni. 

4. Ada Ithat slia^-ail, ooùunsh ga tkkanrsli ga inan- 

Aloi's il assembla tous les hommes- 

priests ga dilth hiik-ga-damïshk gisli ga giat ga, ada 

prêtres et les scribes j^ens l'I 

wilt-gfiâdakkshga'ndagadum-wil-kshalakklakshChristga. 

demanda d"eiix où doit-iiailiT le Christ. 

."). Ada hoùit gish mat : Bethlehcin da .ludea; awil 
Et ils dirent à lui Hetlhrem en .ludéc ear 

gwai na dam prophet. 
eeci a écrit le prophète. 

G. Adat migiin Bethleliem iakkyobum .ludea althga 
Et toi Bethléem pays Judée non 

gazôshkiin a shpagaît ga-bowalukshagum Judia, awilt 
la plus petite parmi les principales de .ludée car 

niigundmii-\\il-kslia\\'at ga Governor, gû dumt-in-algiaga 

toi sortira le ji;onverneur qui gouvernera 

lia zabiit IsraëL 
mon peuple Isrnél. 

7. Ada Ithat guin/.in luik-liuitk, gut gui llerod ga 

Et lorsque en secret a appelé llérode 

wil-gagaushguni giat ga, ada shimt-gutgua daklit giat 
les mages gens et Irès-demanda eux 

ga nda ga wila-aludash ga hialsli. 
où apparu I l'iMnitr. 

8. Adat wil-hasldiaii/. gisli ga HelhleluMu ga, ada lioùit 

Et il envoya à eux Helllieeni el il <lil 

ga, ndau sliini zuksli gwilth-gagutd il liguw aùiiilthk 
allez vniis avec soin iul'orme/.-Vdiis enlajil 



— 2(;;t — 

giit : alla ma /.a cl a Itlia shiiu uat shini piiaiii a du m 
sur l't aprt'-s que; vous Irou vert'/, vous annoncez afin (|iic 

di wil-goidiikslni luUmi-di-lthandil ga. 
aussi .i'aillr i|ui'-aussi-j'ador(' lui. 

'.). Llliat iiaUkiiosli _t;a kiiig ga, da w il-gadoidt ga : 
l.iiisijMc l'iili'ndircnt le roi ils partirent 

Gakksiitana ga bialslita ga iia-nizit gisli ga 
viiici TiMiiik' ils avaient vue dans 

naka-gishiashk gaga, kshgaugiit gish diipniat, wagail 

ri'riiMil iiiarcliiiil devant i'm\ Jusqu'à ce i|iie 

wil-wa adu wii-gidi-dliat gish ga Iakkaush ga wil-dasli 
elle arrivât el elli' s'arrêtât à la inaisim oii iMail 

^a itiigiiwamnithk gaga. 
rerifanl. 

H). I^hat iiisli ^a bialslita ga, ada slum wil-cksli 
Lorsqu'ils viicnt l'étoile et très Joie 

ga liianiamsh ga gagaud ga. 
se réjouirent rieur. 

11. Ada Itlia lainzaklil ■iish ya walii ijfa. adat 

Kt ils eiitrériMit dans la maison el 

iiisli ga Itligiiwaùmltlik gaga disli .Mary ga, iiaii-lga 
ils virent l'enlant l'nseuihle .Marie mère sa 

ada wil-kklllmadaidi giit ga, ada-t Ifliaiid-it ga ; ada lllial 
el ils se prosternèrent à lui et ad(U'érenl lui et alors 
gagasli ga-na-a'âmwalt ga, ada wil-kshaginamat gish 
ouvrirent leurs trésors et ils ollrireiit .1 

mat, a g(dd, dilth (rankinccnse dilth myrrh. 
hii iir il eiieens el myrrhe. 

12. ,\(lal |)liaiiil ;.;a Shiiiioi-gial ga Lakkaga gish oa 

K\ .iverli- SeiKiieur eiel dans un 



— 27(1 — 

kshawaùkkt a duni-wha-yilyeltli ^a da dish Herod, ada 
songe qu'ils ne retournent pas vers Hérode ils 

wilt-hapshga nliplakkyobgishga luksligiatsliga liyagutga. 
allèrent leur pays par autre chemin. 

13. Ada Itha yadoultht Qa, dah. aliidâ ffa ang-elsli aa : 

Ht lorsqu'ils furent partis voici apparut l'ange dn 

.Miyan gish Joseph gisli ga kshawaùkkt ga, ash ga hoùit ga 
Seigneur à dans rêve et dil 

Haldum ban, gà Ithgiiwaiimlthk giit dish naù-dit, ada 
lève-toi prends l'enfant aussi sa mère et 

luiiit shim a l^gypt dit., ada am wil-dhâut wagait 
allez vous à Egypte et là tu resteras Jusqu'à ce que 

'ndum-wil-piïaiiunt awil dumt-gewilthgaguêl dit Herod da 

J'avertirai car clioiche llérode 

Ithgiiwaum-lthk gut a-dumt-zagwa ilit. 
l'enfant atiii que il tuera lui. 

14. Ltha haldum bat ga, ada vvilt-gasli ga 
xVlors il se leva et il prit 

Ithgiiwaiimlthk ga ga dish nau-t gish lia atk gaga, 
l'enfant et ' mère dans la nuit 

adat hap-sh ga Egypt ga. 
et il alla en Egypte. 

15. Ada Itha-wilt-dhat gut, wagait wil-zaksh Herod 

VA il resta Jusqu'à ce que mourut Hérodo 

ga : dum-wil-luhoi giaguntk gish ga na-algiaksh ga Miyan 

afin que-soit accompli ce que dit le Seigneur 

gish gaprophet, ash ga houitga, Hlgypt da na-wil-kshahiiit 

par h' prophète qui dit d'Egypte ,i'ai appelé 

ga Ithgolthgut. 

rrrr.int . 



•J7I - 

IG. I^tliat iiislil ont lIcToiles ga u liat-ii-wat ^m wil- 

Lorsque vil Hùrode se sont moqués 

gagaùshgum giat ga, ada shimgul Ithuundit ga. ada 

l(!s magos f^ens (H beaucoup il se Hlcha et 

liaiizumshit ga, adat yez ga tkkanisli ga gubutgidthkga 

il envoya cl frapper tous les enfants 

gishga Bethlehein dilllitlvkanishgaqudmitga.watkgadada 

dans Bethléem d lotis environs à partir de 

Ithagohol (la gliagaultllk ga dit diltli sliini sliishoslia dit. 

deux ans ri MU-dessous 

asli ga tit w ila-sliiiii-gutgiiadakkshga wil-^agaiisligiim 
suivant lrl"iiips il avail très appris (li-ieni 

giat ga. 

IlOMlMli'S de. 



Alinqur soit aceoMipli rr i|iii icii l'ciil .Ji-rcniic 

ga prophct ga, asli ga hoiiit ga. 
proptiète lorst|u il dil. 

I(S. Kama \vil-iiakl<iii)itl< ga amliuii, wi-ain-laliouda . 
Kama a île enl(!ndue une voix lanienlations 

bauka dit, wi Ickshuiii liidakk dawkkitlk ga <,'agaiidit, 

pli'urs ses 1res grande iiiiprc'eatioii ch-mi 

ataodit Kacliel kkitligii dit, ada altligat anaukkitli diiiiil 

pUuiri' Uaeliel tMilanls se.-, el non vciil 

sliagiiiiiduidtliîi gau-dit awil ^(uiditga. 

S(M'onsciliTa ciiMii- son, parer (|mc iNonIlini 

11). Ada Itlia al /.aksh llcnxl, dlia alii da -a a.i,-.l..li 
l'il loi'S(|Mi' uiiiiirul llérode voii i apparut l'anj;!' 

ga Miyua gisli .Joseph -/isU ga ksliawaùkkl ga asiiga Kgvp» 
duSeiniii'ur a lii.r|,|i dan- ^on};l■ dan- l'^vpl.' 



— 272 — 

'20. Ash ga hoi'iit i^a : Haltlum ban, ga Ithgùwaùmlthk 
Et il ilil h'vr-toi prends renfant 

gut dish naù-t. ada ma gaii Iak-vnhum Israël ; awil 

aussi inère-sa et v;i pa>^ parce i[iic 

Itha du na t'in gwil-gaguel, ndidolsha Itligiiwai'imltlik 
sont morts ceux qui cherchaient tuer l'enlant 

gut. 

2 1 . Ada wil-haldum bat ga, adat gash ga Ithgiiwaùmlthk 
Et il se leva et il prit renfant 

gagadish nau-t, ada gutgoiduksht gish ga lakkvobmn 

et nière-s<i et il alla vers le pays 

Israël ga. 
Israël . 

"22. Adalthatnakknush ffutArchelausffa t'in-alfflayiishk 

Et lorsque apprit que Archelaiis gouverneur 

ga Judeaga 'ntkkiilaiisli iiagwa-tgut llerod ga, ada baslit 

de .hida à la place père-son Hérode et il craig;nit 

gish ga dumt-gautga ; ada al wilt-pluiiiit ga Shimoi-gial 

qu'il ira et lut averti le maître 

lakkaga gish ga kshawaukt ga gunt a gum-gaush ga 
du ciel dans songe non-il alla 

nakkbiesh ga Galilée. 

le pays de Galilée. 

23. Ada o-oiduksh ya ada dliat oish ffa ii:ulzaii \vat 
Et vint et habita dans une ville qui 

gulth Nazareth dum wil-lùhoigiaiguntk ga 

était appelée Nazareth afin que soit accompli 

na-algiakksh ga prophets ga, dum-shu\v-at ga daltli 
ce qui a dit le proi>h('te il sera appelé liahitani 

giat Nazareth, 
homme .Nazareth. 



CHAPITRE HT 



1 . Wiia tla tkkasliiiiat ga dlia goicliiksli gut John Baptist 
Ces jours mêmes vinl Jean liaptiste 

ga, malslik gut gisli ga zogtiiii vùhiitn .liulea. 
précliant dans déserls pays .Indée. 

2. Ada lioiiit ga, Gclu-ksha-taitikslii sliim : awil Itha- 

Kl il dit repenle/.- — vous car s'est 

gaiaingwaish ga na kingdom-sh ga Lakkaga. 
a|)[)i'in;li(' le royaume du l'ie!. 

;{. Awil nini gwai nnlia hoùsh ga jiropliot Isaiali 
Car lelui-ci eelui marque le iiropliélr! Isaïe 

ash ga lioiiit ya, Ani-hoii wi-ainlioù dadù zagiiin y<">l)iit, 
i|ui dit Voix criant déserl l'avs 

Shini gwildum-gonundiim yak gisli ga Miyan ga , 

vous redressez chemins de Seigneur 

sha-ashàzaksli ga na gainut ga. 
unissez ses sentiers. 

'i. .\da ninis .lolin ga na washk gisli ga goiisluMn 

Le l'e .leiili vêtement de poil 

«•amcl ga , ada hikuiinu ikkat ga, ,ida loc iists dillli 
chameau et iciulinc luir ri -liuilerrlle et 

liOiicyuMi gdioiili ga wiincyiil ga. 
miel s.iiiva^e nonrrilui-e. 

.'). Ada will-lialial ga aniiyal gi-sli ga .Icnisalcni, dillli 

Kl .,(,rlil ,ir .l,.rn^;d.'in et 

■J<> 



tkkanîshga Judea, tkkanishgaZakk-zogutgish-yu qudônsh 
tout .ludco loul pays à 1' enloiir 

ga Jordan, 
du Jourdain. 

G. Ada ga-baptizit gish niat ash ga Jordan ga 
Et étaient baptisés par lui dan,s le Jourdain 
t'nêunsh ga un hadada-kk gut ga. 
confessant les péchés d'eux. 

7. Ade al Itliat nish ga gnt-goisduk-sh ga licidit ga 

Et lorsque vit que venaient beaucoup de 

Pharisccsdiith Sadducees gish gana baptism ga.ada lioi'iit 
Pharisiens et Sadducéens vers lui au baptême cl il dit 

gislî dup-niat kklthgult methulal nâ kksin-plian-shim 

à eux race vipère qui a montre-vous 

dum-huunt sliini da golthuundi a dum-gdiiuksha dit. 
fuirez vous la colère qui vient. 

8. Ma gun shim dagut goidukshlth amgagaiishlth 
Cela pour vous rapportez des fruits 

t-kkuiamdilth iugeluksh aitikshum gaudit. 
dignes pénitence C(eur. 

9. Ada gilai'i za haligaùd shim a dem-lip-guluksh 

El que non pensez vous puissiez-vous 

lioùnnt gashiinit. Lthat Abraham nagwad-um, awil honyu 
dire en vous .\braham père-noire car Je dis 

dagwahimda aklth gish ga Shimoigiat ga Lakkaga dumi- 

à vous peut le Seigneur du ciel il 

ga-amiya dum kklthgiish Abraham a liplaup a gwa. 
fera sortir enfants Abraham pierres ces. 

10. Ada grinn Itha gik sligmitk ga gigiaùtk ga (Ui na 

Et uiainlenaiil ili-ià' rv.,1 h;irhr l.i 



i^amiyan ,<^unj>Lint : iiiiii guii l-Ukanîg'uiig-un gii t'iii wha 

r;iciii(; arlirc donc tout arbre non 

(la-goidnkslia ama amgagaùshit, gùshgoz ga dit ada 

rapporlc lion IViiil arrachera lui < i 

t-l<k('lukslia da da /iiin nlagiit. 
jctlcra lians fou. 

il. Yagainiad na l)aptizc a sliim da aksliit a 

En vérité Je baptise vous eau dans 

diim-wil- yelukshatai tiksha shim ; ada ait niatca o-n 
pour que repentirez vous et celui qui 

goidiiksha da da t-kkul anii gagutgiut da da goi, 
vient après moi fort que moi 

allliga t-kkidankk a' ndum-shindokkltli 'gaùs-t : niatagu 

non je suis digne que je délie cliaussures-ses il 

dumt-in-baptize a shim a Amt ga Ilaiik ga, ddtli Iak ga. 
baptisera vous Saint Ksprit et feu 

12. Sliinyaqiia-dit ga hashawanshk ga gish ga /uni 

I Fléau-son esl-niis à lui dans 

anont ga , ada diiinl-shiin-lioùin sliak-sliinsh ' ga na 

main el ij-lrés-neltoiera 

liali-yc/at ga, ada dumt-sha-kk daiisli ga na anaitk gut 
airi' sa cl il l'assemblera le bli' 

gisli ga ZUMI \v;dp anal ga, ail.i diini-;dt-tklvi'liik gisli ga 
dans maison bli- cl il brûlera à la 

naka ai'idil gisli ga wliakli zakiiini lal\ ga. 
p.'iille dans li' non s'eleliil feu 

l;{. A<la wil-goiduksli Jésus ga walk giik gi'-li ga (j.itiice 
i:i alla .lésns Inu-s de (ialilee 

gisli ga Jiii'dan iwasli .lohii duni-<li hapli/il gisli niât. 
à .liKiidaiii vers ,lean pnui-qu'il soit b;qilisi' par lui 



— 27(; — 

14. 'Adan ait shkaliiil gut .lolin ga, asli ga lioùit ga, 

El emprrli.i lui .le.iii el il dit 

yagai, niiyu hashaga da da diini — baptizc da gwaii. 

Seigneur ai besoin que je sois baptisé par toi 

ada gaii gun-goididvsliin da goi. 
et lu viens vers moi. 

15. Ada diliamakk gish .lesus lioiiit gisli mat : 

Ht répondant lui .lésas dit à lui 

Ga-ananklth gîaon ; avvil gup tkkidam da gum dup 

laisse maintenant car ainsi l'aul 

dum-ln-hoigia'-gun tkkanî hoigiagadit. Ada wil-t-anaukk-t 
que- .s'accomplisse toute justice lU il laissa-lui 



16. Ada Itha baptize .lesus ga da wll-wil-aini-vat 
l-;t lorsque l'ut baptisé Jésus il alla 

watk out ffish i^a zum aksh «a : Q-g-uksIitana "a Itlia «aksli 
hors de de l'eau voiii s'ouvrit 

ga lakka gish mat, adat nish ga na ilaiik gish ga 
le ciel sur lui et on vil I Vspril du 

Shimoigiat ga Lakkaga hoigia-giit ga dove ga ada lidliat 
Seigneur du ciel rcnnuie co^unl)!' et se ri'poser 

gishga lakkot ga. 
à sur lui. 

17 Ggukshtana ga amhou ga watk giit gish ga lakkaga. 
Voici la voix sortir du ciel 

ash ga hoùit ga : Gwai shrebunum Ltligoltlik-gii, 
qui dit celui-ci aimé lils-uion 

gii gun-lshgwishiiyti . 
moi me plais. 



CHAPITRE I\- 

1. Ada wil-tlciint giit ga Haiik gut Jésus gisli ga 

l']l ('(inJuisil l'cspril Jésus dans 

gilhoi'ili ga, (liimt-\^ il-slipall-gai'id ga liadal^k-gut-ga-haiik 

ili'scri Mlin qnil sciil Iciih' |>ar-|>('cli('-('spril 

ga . 

2. Adat Itlial tkkalpkksli ga \\il-gi('|)sli ga slia ga. 

Kl l()r'Si|iril qiKilr'c ili\ jours 

diUli tkkal|)kk gii \vil girpsli ga atk ga ga nfdtlit ga, 

l'I ([ualri' ili\ nuits il eul Joùik" 

ada w il ([udiit ga. 
ri il l'ul l'aiiii. 

)}. i\(la Itlia goiduksli ga liidvslipall-gaiidat gisli mat. 

\'A viiil le li'iilMicur * vers lui 

ada lidiiiL ga, Aiiii/.a \agai niadilli l-tlignltlik i^isli ga 

cl ilil si mais le llls (le 

Sliiiii-oigiat g a l>akkai^ag\\an. Iiaii/.nin ^a li|)l:iii|) gw a altli 

Scif^ncur' (ai'l loi m'ciniini' li's |iiiTri"~ ces 

na gvviiii anail. 
(IrvicinicMl |iMiii^. 

'i. Ada al (hiaiiiakk gnt ga, lioiiil ga. (iii|> daiiil-k ga 

l':i i-<''|iuii(l;iijl II lui il (lil il .'Si .'l'i'il 

aîlliga aniukslia ;iii;iill li diiiii L;iiiid-(|i lUIdl li giat, vagai 

non sciilciiii'iil |j;iiii \il Ihhumh' nuiis 

t-kkiiiii algiaga gii ksli;iv\;ilk gu( ;^isli g.i /.uiiiAkksIi ga 

lonir p.'ii'oli' (|ui soi'l lil' la lioiiilii' lic 

Sliimoigial. ga Lakkaga. 

Si'i^iiriir l'it'l, 



27<S 



mauvais esprit à lui 
i, aclât iKlIiadit ffish f>a /,a 



."). Ada wilt-cla^-aùdiil ^a liaciakk-gut-ga luuik juisli ga, 
El prit 

nlthoduksluim gulza p 

sainti- ville à et plaça à lui au 

wansh ga templega. 
sommet temple. 

6. jVda hoiiit gish mat. Ainiza vagai niad tlalth 

Et il dit à lui si mais 

Lthgolthk gish ga Shimoigiat ga LakUa-ga gwaii, 
le lils de Seigneur ciel lui 

lip geluksli tiki-oi gun ; awil Itha gup damt-k ga dit, 
loi-mème Jette en lias car il a été écrit 

dum-ginamt ga na angels gut ga dumt-in habauldun : 

il commandera ses anges que ils te veillent 

ada zum ga-anoii da dumt -in-shinîâqudint, op za ligi 

et dans leurs mains ils te portent de peur que 

gwân-damukshlth sliiii alth laùp. 

toi - lu blesses an\ pierres. 

7. Ada hoùsh Jésus gish niât, Gup gik damt-k gut, Gup 

El dit .lésus à lui aussi est écrit 

althga ma dum-shpaltgaudsh ga Mi^-ân ga Shimoigiatk-gun 

non lu tenteras le Seigneur Dieu-ton. 

ga. 

8. Ada wilt-gik dagaudit ga hadakk-gut-ga-haiik! 

El il- de nouveau- prit le mauvais-esprit 

gish ga shimgui giepshum shganish da ga, adâtd 

et très haute montagne à lui et 

gwuniazunsli ga t-kkânish ga Avilzak-zokk-sh ga hah-zol 

montra tout royaume la ' terre 

gish mat dilth na gahoishk gut ga. 
cl sa aussi leur gloire. 



— 27Î) — 

'.(. Ada lioiiit [^isli mat, tkkani gwai j^aii duni-^^inamii 
Kl il liil :i lui loulus ce.s clioscs je donnerai 

il.i gwan. zida kkllluuisligunt gun, ada ma Itliaùdi. 
toi si tu te prosternes moi et adores. 

10. Ada wil-liousli .lesus gisli mat ; bovin Satan : au il 

Ht dit .lêsus ;ï lui arrière Satan car 

Itha-gup-damtk ga dit. dum-gup-lthaùdun ga Miyan ga 
a été écrit tu adoreras Seigneur 

Shimoigiatk gun ga, adat amukshat mat ga-dum-yâkun ga. 
Dieu cl seul lui serviras. 

11. Ada will-qudakk-sliit ga liadakk-giit-ga-haïïk ga, 

Kl laissa le malin esprit lui 

dlia gut goiduksli ga angels ada halthalsht gish mat. 
et vinrent les anges el servaient à lui. 

12. Wai, Ithat iiakknoit ,i;ut .Icsu» L;a ziiiini uiaksliish 

Kt lorscpic cnicndil .li^siis dans prison 

.lohn gish ga waip dakic ga, ada w ilt-^aiisli ga (ialilci- ga. 
.lean maison lii- l'I vint à (ialilei'. 

I;i. Ada lllia-(|udakksiiisli ^a .Na/.art'tli ga, ada \\ d- 
l'X il laissa .Na/.arclh cl 

^(tidnkslit ga ada dliat gisli ga Capcinanni ga, gn -^.t 

il alla l'I lialiila à Ca|)liarnatMn ipii 

zogash ga aksii ga, nzogasg ga /.ahnloii dillli .N'oplitlialini 
à l'ivage nier conlins Zaltulmi .•! Nepliljialim 



l 'i. !)iiiii-\\ il-lu-iioi^ia-gunt-k gish ga na-alniaskh Isa la h 
l'(jur-(iu(^ soit ai'ciimpli rf ipir ili-,,ill U.iir 

;a |)i()|)lu'f ^a, ash Lfa hoùil i;.i. 
priiphcli' ipii dil 



— 2.S0 — 

i.). Lal<kynl)iim Zabulon, diith lakk-vi)l)um Xophthalim 
'ieiTH Zabulon el Iciix' .Neplhalie 

zoga akshit nhadaù (la .iordau, Galilée da Gentiles. 
limite mer i-ivai;eti .liuirdaii Galilée (lenlils. 

16. \\'ilt-nisli da gial yu wan dada shpagait shgeutk 

(Jiil - vil Kens aussi parmi obscurité 

^vllekshum goiba ; dup-niat ga gu want gish ga gulzap ddtli 

approchera lumière ceux étant assis dans le pays et 

ne gau nauzunakk ga gundidut wil-ksha-gwaiit ga goibut. 

l'ombre la mort .snrtii-a lumière. 

17. Ninisli ga wil-watk gish ga gwilth-malshk gish 

Alors conimeiiçM à prêcher 

Jésus ga, dillh hoiiil ga, Gekikshala itikksha shim ; a^vil 
,|('sus et il dit repentez - V(jus car 

lith-gaim gw aisli ga kungdoiiish ga lakkaga. 
est proche le royaume ciel. 

18. Ada ashi yash Jésus gish ga zogash ga aks^lium 

lit lorsque alla Jésus à rivage la mer 

Galilée adat nîsh ga dupkkadolt ga na waikiat ga, Simon 
Galilée et il vit deux Irères Simon 

ga wat gish Peter, disli Andrew ga waikt ga, hiaoqush 
qui sappelle Pierri; et .\ndré son frère jetant 

gut makshish ga al gish ga zum aksh ga, awil 

plaçant les lilrts de eux dans l'eau parce que 

huk-gaat ga. 
pécheurs. 

19. Ada hoùit gish dup-niat. Vaki, ada ndum- 

lit il dit à eux suivez-moi et 

sha-huk-gaa dum giat shimt. 
Je ferai-pecheurs lu mimes vous. 



— 281 — 

20. A(hi dilt giit qutlakksliisli K-' nii^a ^L .^a ailat 

lit aussi ils laissi-ront Ifiirs lilets i-t 

yakit ga. 
siliviri'iil lui. 

21. Ada iiinisli ^a wil-amiyat ga adal nisli qa qik 

VA alla j)Ims loin pt il vit antres 

diipkkadolt <^a na-waikint <j;n .lames Itligolthk gisli 

(len\ fréri'S .lal■([ln■^ iils lir 

Zt'licdcc, disli .loliii ga waikiat gisli ga, /.uni agwikksliaii 

Zohédi'o ol Jean IVùre de lui dans bateau 

disli Zrbedecga nagwatga hiâôqut shagutgotash ga naga 
l'I Z('Ik>i|cc leur |)èro se mettait îl réparer les lenis 

at ga : adat liuk-hiiitk gui ga. 
lilets et appela à eux. 

22. Ada (Idt giit liii|ladid<sliisli ga agwi-ksliaù ga di>!i 

Kt aussi 11^ laisserenl \r bateau el 

nagwatga, adat yakit ga. 
liïur père et siiivii'enl lui. 

'2'.\. Ada gwiltii-doulsli .loaii gisli ga tkkaiiish ga Galilei" 

i;i paicoiÉrnl .li'sus à loule la (ialiléf 

gisli ga sluiwi lai-giamgiisli giit gisli ga /.iim synagogos 

enseimiail à eu\ dans synapi^iues 

ga, adat mallliasli ga amt ga malshk gisli ga kingdoiii 

el pi-i'cliail l.i ImiMie nouvelle du inxaiinic 

ga, ddllit dilatnaiitk gisliga tkkânisli ga li|) \vila-s|ii|)slii(|) 

il miiTissail liiiile leni' maladie 

giit ga, dillli tkkanisli ga li|i \vila-\v(ikk waiimgtisii ,L;il^i-^ll 

d'eux et liilite leuf inlillilile a 

ga slipagait gial ^m. 
pauvre peuple je. 

il 



— 282 — 

24. Ada hîdôut, gish ga tUkanishga Syria ga : adat 

Et tut renommé à toute la Syrie et 

dagutgoidksh ga tkkânish ga shipshiep gum giatgish nîat 

on amenn tous les souffrants gens à eux 

gû ga lip wila-ship shiepk gutga dilth hakhâk gut ga, 
en eux-mêmes souffrants et faibles 

dilth lulthaùltk gish ga hadakk-gut-ga-haïïk-ga, dilth 

et tourmentes par malins esprits et 

ga-maolt-ga, dilth luquzîltgut ga ; adat dilamaùtk gutga. 
lunatiques et paralytiques cl il guérissait à eux. 

25. Adat liyakut ge wiheldit ga giat ga amiyât gish 

Et ils amenaient beaucoup gens de 

ga Galilée, dïlth Decapolis, dïlth .Jérusalem, dilth .ludea, 
Galilée et Decapolis et Jérusalem et ,ludée 
dilth nhadau gi3h ga Jordan ga. 
et enA'irons du .lourdain. 



CHAPITRE V 

1. Ada Ithat nish o-a wi wil-hel-ffiat «a, ada wilt- 

Et lorsque il vit grande multitude et il 

mangaush ga lakk shkunîshta ga ada Itha dhat ga, ada 
monta sur montagne et il s'assit el 

wil-gut-goidiiksh ga disciples gish nîat. 
vinrent les disciples vers lui. 

2. Adat gaaash gii zumakkt ga, adat shii-wilai-giam- 

Et il ouvrit la bouche et il enseigna eux 

gut ga, ash ga houit ga. 

el il (lil. 



- 2S3 — 

."». Ggiimgault vvâlsh ga gwoum ga -gaudit ga ; àwil 
f^ienlieiircux sont les pauvres esprit rar 

dup-nîatga nliawâlt gish ga kingdomsh ga Iakkaga. 
eux possiîdenl à le royaume les cieux. 

'\. r.iimgaulth walsli ga bai'igit ga ; awil duin-sha- 

hicnhcureiix sont les Irisles car ils seront 

gundoulthsha ga-gaudit. 
consolés cœurs. 

5. Ggiiiiigaultli walsh ga makkmaùkk gut ga, awil 

Bionlicurcux sont puciliqucs car 

dup-niada dum-wil-gishiya halïzokka. 
à eux appartiendra la terre. 

6. Ggumgaiilth walsh ga tin qudîat dïlth lûgùungwaga 
Bienheureux sont ceux qui ont faim et ont soif 

dadii hfdgiaga dit ; awil dum-'lzaida da. 
de justice car si'ront rassasiés eux. 

7. (jgutngaulth wfdsh ga hiik-gagumgao dit ga ; awil 
Bienlii'iireux sont miséricordieux car 

diipiuada duint-in-\v;i guingaiidit. 
;\ eux sera fait miséricorde. 

S. (îgiimgaullli walsli ga sliiksliaksligiini gaùdil ; a wil 
Micniii'iirciis sont pur ni'ur car 

duml-insli ga .Sliiiiioigiat ga Iakkaga. 
ils verront Seiniieiir ciel. 

'.). Gi,Miiugaullii waisli gu liiik-sliaua amgiisli giitga ; awil 

Hienlieiireux sont |)a('ilii|ues car 

duiii-slni-wat (l.illli kkgusli ga Shimolgiat ga l.akaga, 

ils M'iiiiil nppili- fil- Seigneur fuA 



— 28'. — 

10. Ggumgaulth wnlsh ga nat slui-wilint ga a lioigiaga 
Hienlieiirotix soni Ips ])oiii'suivis Juslicr 

(la gunw.il (lit ; n^^■il diip-inat ^a un wall gisli ga 

pour car i'ii\ sera If 

kingtloinsli ga lakl<aga. 

royamnc du ciol. 

11. Ggumgaiiltli walsh sliim, ziclat lagadaliikk shini 
nicnlieiiroii\ êtes vous lursqup pcrséruteiil vous 

giailit, dilth lusliii wilm sliomt dilth wiln-l da duni-higum 
les .wiis l'I poursuivent vous et beaucoup 

liadagiiin lioudit a gwasliiiii asli niiyii ga\>'anl dit 
mauvais «lisent contre vous moi cause pour. 

12. Ggalthgwishdan, ada wilc-i< sldth liiamamum gagaù- 

Réjonissez-vous et beaucon|) soye/. Iieureux voire 
cluml: awil wiU-ivsliadiiin-kksIita sliimgish-ga /.uni Iakkâga: 

cii'ur car nombreuse récompense votre dans ciel 

awil nini ndit wila-liishii propliets gii gaiikk 

car ainsi ils ont poursuivi les prophètes avant 
slumt. 
vous. 

13. Niisliim na iiiaun da lializokka ; ada al amizagwat 

Vous le sel de tiM-re et si 

ga ii/.imsh inauu niaiinl, "lulalth diuii gik w ila-inaùnt!' 

perd sel goùl salé ipioi désormais salera 

ada Nvil-altiiga gaultli gik wil-tkkulaiiit. aimiksha dum- 
et non chose di'sormais vaudra seulement 

kslia-dalth ga dit dilth duni-kk!thinin,giakksli da ga hasiii 
sera jeté et sera f(Milé ,sou.<; pieds 

giadit. 
hommes. 



i 



— 2«5 — 

l'i. Niisliim n.'i ^oiLa lializoka, Lllii^uksli ga diim-lûgii 
VdUï- la liiiniùre laonilL- m- peut soit cacliéc 

i^ulzaha lidlni ck' da Iakk-clit. 
ville placi'i' sur iiiontagnf. 

I."). IJ^à za tlil o\v;ilay;a daltli t^iadllh laoqusli, ada 
On aliiimi' liiinière et 

zit luklthisligiidallli lllniillli i^iildumon, vagai Iakk gulduin 

lin la place sous Ijoisseau, mais sur le rlian- 

I ii>(|iislrit. adat t-kka sha-goiba t-kaiii lu-wrd 

ilolier ré('i[iieiit-luinièi-e el elle éelaii'e tons étant 

dada za u, il but. 
lians inaisiin. 

I(). Xriidlh ma sliiiii s\ ila-di-golimi iia goiha shiint 
Ainsi vous laites briller lumière votre 

a liazazakkltli ga giadit, dunit-wil-m na aiiia halthalsha 
en présence de hommes pour (]uils voient les bonnes actions 
sliimt, ada diimt-wil-ltliaùdasli ga Nagwnt sliim gii zuin 
vôtres el (|u'ils louent père voire (|ui dans 

Iakkaga. 

ciel. 

17. Gdaii liali-gagaiid sliiiu za goidiikslidtli 

(Jlle non pensi'Z vous (|Ue je suis Venu 

nduiii-llildlliii wilalaiit dillli |)i(>|)lK'lsil : altliga 

pour i|ue je brise loi el propheles non 

goidukslidtli iiduiii-llhmil, yagai iidiiiii-lulioigiaguii dit. 

je suis venu pour que je brise, mais pour que j'accomplisse. 

IH. Avvil shiin-lioii lioùyii da gwa shim, W'agait 

(^ar en vérité je dis a vous jusqu'à ce (|ue 

iliiiii-wil-goiidisli ga Iakk.iga ddlli lializokki. allliga 
passeol le ciel et terre non 



— 'iSB — 

clum-goùdi /.n na am gaiisliu tlasli i^n wilalâu L;a, 

passera un poinl lui 

dum gup- liihoigiagunt giit. 

jusqu'à ce que s'accomplisse. 

19. Nini gun ligit nâ-t'in, bilâu giiel da gazoshk ga 
Donc quiconque auia brisé le plus petit 

dadâyâôulthunigiishk a gwa, ada nîiii dumt-slunvilaigi 

commandements ces et ainsi enseignera 

amga giadit, dum-shû-watk ga dalth gazoshk gut gisli 
hommes il s'appellera le plus petit dans 

ga kingdomsh ga lakkâga ; ada ait ligit na-dum-wal diltht 

le royaume du ciel et quiconque aura fait et 

shuwilaigiamga dit, nînï dum-shu-wâtk ga dalth wilëkshit 
enseigné ainsi sera appelé le plus grand 

gish ga kingdomsh ga lakUâga. 
dans le royaume ciel. 

20. Awil hoùyii da gwashim, amiza what gagiishk 
Comme je dis à vous si non surpasse 

ga da na am-shim na amam hak-gadamish a dit dîlth 

la justice votre la justice les scribes et 

Pharisees,gupalthgadum-lamzakkshim ash ga kingdomsh 

Pharisiens non entrerez vous dans le royaume 

ga lakkaga. 

le ciel. 

21. Ltlia nakknoishim na limi Itha gigiadit, ggup 
Vous avez entendu a (Hé dit anciens 

althga dum-slifi-giadun ; ada ligit na dnm-slnigiada 
non vous tuerez et (piiconque tuera 

dit dum ashtiwal da dum-dapsha dit. 
sera-soumis à jugement. 



— 287 — 

22. Ada al hoi'iyn dâ gwashim. ligit n;l lil)agaitkk- 

Kl je dis à vous quiconque 

za libilt Ithûundi dada waik dit dum-ashtiwâl da dum 
vis-à-vis se tâche à frère son sera soumis à 

dapsa dit : ada ligit nâ-dum-hoi'i dada waik dit Raca. 
jugement ot (|iiiconque . a dit à frère son Raca 

dum-ashtiwal da rouncilt ; ada ligit n:i-dum-hou dit, 
est soumis au conseil et quiconque a dit lui 

wha-gaud, dum ashtiwal da lagiim Gcheiineu. 
fou (non-espriti sera soumis à feu Géhenne. 

23. Nini gun-amilth ma da-goidukkslia na kshaginamuii 
.\insi lorsque tu apportes ton oll'rande 

da lakk hali-ômgauksh, ada ninî ma wil-a'buga dum ligi 

sur l'autel et alors éprouves quelque 

nhalioii waigiu du gwan. 
rancune frère contre toi. 

24. Da ma wil-qudakksha na ksliagiiiamunt awâ 

Toi laisse ton offrande à 

halïomgaukshit, ada daoùltliun, ksgaùgullh nàâmgun 
l'autel et va d'abord réconcilie toi 

il vvaigint, ada vviigoiduksliuti ada ma wil-ginari) na 

avec Irère et tu viendras et tu olli'iras ton 

kshaginamunt. 

(.Ilraiidc 

2.'). Dill aiiaiigush gun diltli liliill Intmiiil a^in 

\rranj;e-toi aussi vis-à-vis de ailversairc tant (|ue 

ma slitoldit; op zit dagaudun a àw a luik-dab-adit, 

êtes euseml>le de peur que il tu livre à leju^e 



_- 28S — 

ada/.it (Ia-L;nndun luilK-dah-adit a Idtlikshimi L;iadit, ada 

l'i Ir livre k' (u;;e à servitt'urs j;ens el 

dum-zilum-makksliiiit a \\al|) daklot. 
lusoisjcli' :(7(/(;i, dans* en maison prison. 

2(). Sliim-lioù hoiiyi'i da gwan, giip allliga duiii-kslia'- 

En vérité je dis à vous non sorlire/. 

àkltldv ga liât, wagait ma dum-wil-libàlda Usht-kkulaiula 

dr là jusqu'à cf qur payiez l(^ deriiii'i- 

CCIlllt. 

ei'iiliine. 

27. Ltlia naknoi shiiii iia lioi'i dit, Gii]) allliga duni 
Avez entendu vous a été dit non vous 

vvhagaù-dum. 

serez adultère iwha, non ; gaud, eœuri. 

2H. Ada al houYu da gwasht'in, ligit na-im-am-ni 

VA Je dis à vous quiconque aura regardé 

hamagaada jioùngaùdit ash mat, Itlia-al-libilt wlia-gaudit 

lemme et aura d('siré à elle a furniqué 

ash iiïat a ziiiii gaiidit. 
à elle dans cœur. 

*2y. Amiza nakshim-yâônum-zan guaaslitivvan , 

Si Ion droit leil te scandalise 

kslia-galtli, ada ma shamagat ; awil yagai ga-am da da 

arrache et jette car meilleur à 

gwan dum-gWiU-ga-guel da nakkbioùn, ada al aina gagai 

toi soit coupé membre et non 

tkkàiîi tkkamaun za shamakksliit a zum lagum Gehenna. 

lotit corps soil jeté' dans l'eu enfer. 

'M). Amiza nakktshimyaùnum anoiiuiu gunashti-wan, 
Si lu droite main scandalise 



— 2S'J — 

slinj^oziltli. ada ma shama<^at : awil va^ai ga-âm (la dâ 

.•ii-nu'he et jeUi' <iir meilleiii- à 

L;\\an tUim-gwat-ya-<>iicl, da nakl)ifiin, ada al aina vagai 

lui soil aiTaclH' inomhi-c et uoii 

tlckani ikkamai'in /.a sliam-akkshit a ziim lagum Gelieiina. 

loul corps-ton soit jett- dans l'eu enler 

.'51. Xltlia hou dit. Ligit na dumt-ia-shaiiiaga naksh 

Il a t'ti' (lil (iiiic.oiique veut renvoyer femme 

dit, am diimt-ginaiii shooashgum hsliuk ga dasli nfat. 

sa ((n'ilddiiiie hillel ré|>iiili:itic)ii ,'i elle. 

■i'I. Ada al lioiiya da gwasliiin, Gii ligit iia-t'in-shamaga 
\-'A je (lis à vous ([iiiconijui' reuvuii' 

naksli dit, aiiuikhsa zida l<V'it, iiiaila gun wutli 
reinriii' sa l'XLcptc' |ioiii' adullci-e . elle (jrdiiuiie coiuiiie 

Avha-gHildit : ada ligit iia-t ia-nakshk ga iiat shamaga dit 
l'aire adultère l'I i|ui((iii(|ue épouse la rerivovét- 

aiii naguliendit. 
est adultiTe. 

;>;{. Ltlia gik nakkrioisliini lioii lllia ;^ii^iadit. ,i;.i;M[) 
Aussi avez ciiteiidu V(ni> a i-ti' ilil aiMii'ii> 
alllia diim-hi^iiiu swcaniii, al iliiiii-lulioigiag-un naii 
lIou laussie/, si'riiii'iit mais ri'mplissc/. 

lia sweai'uii gisli ^a .Mi\an ga. 

le serment à le Seigneur. 

;J4. Ada al liuuyu da gwashiin, ikkakksh giloii /.a 

Kl je dis ii vous simplement que non 

swcarun, asli ga Iakkaga, awil iniiisli liali-dhasli ga 

vous iiiri(!Z, non |)ar le ciel car celui-ci li' Irone de 

Sliimoigial ga Iakagu. 

Seigneur ciel , 



— 290 — 

;35. Ligi halîzolcka, âwil nînl hnlîmakksh gishlc ya 
Ou par la terre car cela escabeau à 

gashishïat ga ; ligi Jérusalem, awil nînîsh ga gulzapsh 
les pieds-lui ou Jérusalem car elle la ville 

ga wîlêkshum king ga. 
le grand roi. 

36. Ligi dum-svearun a diimgou-shint, awil Itliguksh 

Ou vous jurez juir tète-volre car non pouvez 

ga ma dum-sha-maiikshk ligi ctôuzk ga goû'uzgun da 

que vous fassiez blanc ou noir un cheveu 

ma goii-shint. 
votre tête-votre. 

'M . Am gwai dum-wila-algiagunt, Niadit, niadit ; ain, 
Mais ceci parlez oui oui ; non 

ain: awil ligi gau tkkuligâ diyagwa liadakk ga wil-wâtk- 
non, car quelque chose davantage elle mal de sortira, 
ga dit. 

" 38. Ltha nakknoishim na houdit. Walil dâl silila wahl 
Déjà avez entendu vous a été dit œil en échange œil 
ada wlian dâl shila whândit. 
et dent en échange dent. 

39. Ada al houyû da gwashim, gilafi ma dâl da 

El je dis à vous que non vous opposiez à 

hadakk gut : al ligit nâ-tin-dhâ nakshim-yâô-num 

mal mais quiconque frappe droite votre 

dhaëunt, gik dr tgwïyenum nakshtaû da disli nïat. 
joue aussi tendez l'autre aussi elle. 

40. Ada ami ligit nâ t'in-dagaudun da wilalaut, ada 

Et quiconque le poursuit à la loi et 



— 2!)1 — 

tluint-gii lia gotlagum, anafik zat gik gà na 
veut prendre Ion habit laisse aussi à 

gelukshgamuksh gunt. 
manteau. 

'il. Ada ligit na-t in-malgun da ma dum-gaii gfiel 
Et quiconque te force que tu ailles un 

da mile yagai gohi'lth mile ma wii-slitolt. 
mille lieux milles que iras-enseinhle. 

42. Ginamiin asli mat gu gwano ma eada gwan. 
Donne à l'homme qui prie de loi 

ada gilai'i ma za zinsli tgwiyeltk ga diim-gwashk ga 
ri non pas refuse qui emprunte 

dada gwaii. 
(le toi. 

4){. Ltlia iiakkiinisliim na lioiidit, diim-giip-sliiebuii 
Avez enirndii a ét('' dit \ijus aimerez, 

sliilagiadun, ada ma hbaluksha nihilthgi'islik gim. 
proi-liain votre et vous haïr(,'z ennemis. 

'l'i. Ada al lumvi'i da gwashim. Sliiehiiii luliiitligaiislik 
Kt je dis à vous aimez ennemis 

ga sliim, gigïengwakkitli shim asli dup-niat gu t'in- 
de vous bénissez vous ceux qui 

liislmwilieii sliiml. 
mauilissc'iil \oii>. 

4.'). Diiin wil kklthgiisli ga Nagwat sliim ga ziim Iakkaga 
Ouesoyi'/. cillants lie père votre dans le ciel 

gwashim : a\\ ill inalga-L'iii-ksligsva'ansh ga lia gianuiksliit 
vous car il l'ail brilh'r son soleil 



— 292 — 

g;i lakkaùliadadakkgadil, diitliamam dit, dîltli gun-waslin 
sur péclieurs les aussi fidèles el il fait pleuvoir 

lakkaù hakhoigiaga dit, dilth wha-hakk-hoigiaga dit. 

sur les Justes el noii-jusles. 

'iG. Awilainiza ma shim-shiebun l'in-di-shiehun shimt. 
Car si vcnis-aiuiez aimants vous 

gaù kkshta shimt .' Ligi wliali walth tin dadoga 
quelle récOMipeuse vous esl-ce que mm font ainsi 

kklthga'aum di ? 
les piii)licaius aussi. 

M. Ada aindtli ainiikslia waikia shim dhoiuksha shiiu 
{■;i si seulement frères vôtres saluez vous 

gaù tkkuliga da wul sliimt.* làgi vvliati walth lin dadoga 
quel spécial faites vous esl-ce ((ne non font ainsi 

kithga' an m dit'.' 
les pulilicains. 

-'iS. Ani duni-vvha-nahukhokslik ga shiin, niwalt ga 
Soyez non imparlails vous eomme 

Xagwat sliini ga /.uni lakkao-a wliati-nahoksht gut ga. 
lepère votre qui dans ciel non imparfait. 

CHAPITHE XXVI 



1. Ada wil-waltga, Itha goudish Jésus ga tkkani algiaga 
gwa, ada hoùit gish ga na disciples gutga. 

El il fut, lorsque termina .lésus les toutes paroles dites, et il dit à 
ses diseiplcs. 

2. ^^'ilai sliim n'tkkidan gobel da shat ada wil-lugwantk 
ga Passovert, ada wil-dum-ginanUk gish ga Lthgôlthk 



— 2îir? — 

gish gagiatgisli ga diim liza(|usliil gisli ga lakk gu7,aklc-ga. 
Savcz-vous acromplis doux jouis pt sera la Pàque et sera livri' le 
lils (!<' riiomine à pour ([ne il soil ;illaclic à sur la croix. 

.'{. Ada wil-shagait-yasli ya inan-priosts ga , drlth na 
tashd-giatk gish ga giatga, ash ya Avalp-shga maii-pricst 
a ga, watgish Caiphus. 

I']l se rassemblèrent les hommes prêtres, et les anciens du. peuple, 
et allèrent liomnie prêtre s'appelait à Caïplie. 

1. Ada \vil-sliagagau(l gutgisli ga dumt-sliinakkno-ksli 
ga duint-wila-gash Jésus ga, ada dumt-/.ag\viit ga. 

Kt délibi'rèreiil ciiiiiiiienl ils parviendraieni ils saisiraienl .h-sus, et 
le liieraienl. 

5. Adaal iiointga, .Mua lii;i(|iii;a liiali^iadi op za liasthosli 
/.a giadil. 

I']! ils clisaieiil : nnn pciKl.uil l.i l'elr ilr peui- i|ue se r('Voltenl les 
Immuirs. 

6. W'ai ashi dhasli Jésus gisli ga Belliani . ga /.uni 
walpsli Simon ga leper ga. 

I'!l loi'si|ui' l'Iail .li'sus à liellili'eni. dans iiiaison Siiumi Ir lépreuv. 

7. i\da wil-goiduksli ga gaullga hanalvk gisli mat sliin- 
yaoqudit ga ga kkbislium alabasler ga wil-lugiansli ga 
sliimgul daùkkllligum goi'iu/.i ga ad. il iigu/it gisli ga dum- 
gouslit ga, ashi dlialgisli ya Avii-yaoïikk gut ga. 

Kl arriva une rciiiiiii' vei's lui pnrlanl un vase d'alhAIre, il coiitieul 
très pr('cieuse liiiili' el le ri'pand surli'le. lorsqu'il est assis pour 
(|u'il niante , 

H. .Ada al Itlial mslil ga disciples gui ga, ada llliiklt- 
limindit ga, asli ga lioùil ga, ganltli gun tilia-a'aù <li a gwa. 

\'A loi'sipir \ jri'id Ir-, iliNcipIcs a cela cl ds se IViclièrcnl el ils ilirenl ; 
l)unr(|uoi perdre ainsi ci'l.i .' 



— 29'i — 

9. Awil n dum-al-wîlôksha n'dum-wil-Avâ atk ga gwa, 
ada n'dum-ginamtk ga dada gagwca dit. 

Car aurait l)paucoup été vendu cela, et aurait été dogné aux gens 
pauvres. 

10. Adatwilait gut .Icsiis ga, ada hôuit gish dup-niat, 
Gaù ma gun shim shiianaû lianâ-gut ? awil Itha-wfd dâda 
ama halthalshit â goi. 

Et savait cela Jésus et dit à eux : quelle cause pour vous niurmnn'/ 
femme-contre? Car elle a fait action bonne vis-à-vis moi. 

11. Awil Ithawila hakliokshk ga gagwra dada gwasliim ; 
ada al aina goi. 

Car toujours pauvres seront parmi vous, et pas moi. 

12. Awil Ithat-liguzagou'uzi gwaiya Iakk tkkamaù-yCit, 
Itha wâl dit at gwildum goùunii da dum-wil-wâ'akshût. 

Car lorsqu'elle a répandu cette huile sur corps elle a fait cela iiil 
guildum goiinu) lorsque je serai enterré. 

13. Shim-hou houyu da gwashini, Ligi n dâ dum-wil- 
malthk ga Am da Malshk a gwa a tkkani halizogut, gau 
Itha-dî-waI hanag-a ijwa, dum-di-malthk t^a dit a diim- 
wil-â'abuks ha dit. 

En vérité je dis à vous : Partout serapréchée bonne nouvelle sur 
toute terre, ce qu'a l'ait femme cette sera ainsi prêché cela pour qu'on 
se souvienne elle. 

14. Ada gaultgish gakapault ga da dupkkadolt ga wat 
gish Judas Iscariot, t'iiigaiish ga awash ga man-priestsga. 

Et un des dix plus deux qui nommé Judas Iscariot alla vers les 
prêtres. 

15. Ada hoiiitgish dup-ni;»t, Gaû anaûga shim ma dum- 
shim-ginam dadâ goi, ada n\Uim-di-ginamt ga gwasliim .' 



J 



— 2<.»ô — 

Ada wilt-dapsh ga gwili wil giept ga gakkblem dâla gish 

mat. 

I!t dit à eux : Combien promette/.-vous que vous donnez à moi ; et 
je donnerai aussi à vous. Kt ils [)romirfnt tiois-dlx deniers k lui. 

16. Ada wil-watlv gish ga dunit-slngilth wadash ga 
dunit-shigilth wâdash ga duint-wila-ginamt gish dupniat. 

El il chercha à qu'il trouve occasion qu'il \r livre à eux. 

17. Wai Itha kshgaugut ga sha gish ga hialgiaduiu 
wha-gitgum anai ga ada gutgoiduksh ga disciples gish 
Jésus, ash ga hoùit ga, N'dà hashagun dup duni-^vil- 
gwil-dum goùùn ma dum-wil-gaba Passovi-rt ? 

Et le premier jour des azymes iféle non lermenlé paim et allèrent 
les disciples vers Jésus et dirent : où veux-tu que nous préparions 
Ir lieu (lii nous manf^erons Pâques. 

iS. Ada hoùit ga, Shim haba giil/.abit awa gaui da 
votât, ada hoi'i shim ash mat, Hoù-sh ga Miyan ga. itba- 
gai am gwai diim-wil-wahit : duiu l^assover ga nu da na 
waibunl ililtii na disciples giit. 

Kt il (lit : vous aile/, ville vers un homme, lit dite>-vous à lui : dit 
le maître : s'approche le temps que sera, que Pâques chez tdi je 
Casse avec mes disciples. 

h). Ada wil-ualsii ga disciples gish >>a nat hai/.iinakkt 
gut Jésus ga ; ada uilt-guildum-goù unsh ga Passover ga. 

RI llrent les disciples dt> lui connue ordiuina eux Jésus, el ils pré- 
parèrent l'!\c|ues. 

20. Wai islia-lilviash ga sha ga , ada wil-dlial -a ililth ka- 
pault ga da diipkkadolt ga disciples gish ga wil-tkkakk 
gutga. 

Kl loi'squ .iriiv.i le .|i)iir, el il s'assit euseinlile dix e| dc^iiv di^clple•< 
de lui. iii.'in){erenl. 



— 296 — 

21. Ashi tkkaùkU-gut ga, ada hoùit ga, Shim hou liuiijii 
(la awashim, cfaiil dada mvashim dumt-in-wa' adul. 

o ~ ^ ^^^ 

Lorsque man!j;eaicnl el il dit : en vériU', je dis à vous, nu dp vous ^H 
me trahira. ^H 

•22. Ada sliiiiigul liidiikkdaùkklshk uisli ga gagaiid ga, 
ada \vil hiaqusli ga hoi'ish ga ikkaniat gisli mat, Miyan. j 

alyht niitiii ? 

PA très s'altligèrent daus leurs (/(eurs et chacun dit, tous d'eux : 
Maître est-ce que moi ? 

23. Ada dîlamakk gut ga, ada hoùit ga, Na t'in-shihi- 
higian anon dada xùm gailthit dish nui, mm duuit-in- 
^va'adut. 

Et répondit eux et dit ; celui a mouillé main dans plat avec moi. 
celui-ci me trahira. 

•2^1. Walsh ga Lthgolthk gish ga giat ga mwald ga na 
damtk gut gish mat: ada gup daùkkltlik ga gish ga giat 
ga t'in-wa' adash ga lAhgolthk gisli ga giatga I nha duni- 
vagai ga' ain gisli ga giat ga ami n'za guj) whati ksha- 
lakk lakkt. 

S'en va le Fils de l'homme selon qur est écrit sur lui, et malheur 
à cet homme a livré h^ Fils de l'iKimuie, hou serait à cet homme 
si (whali, nom nou était né. 

2."). Ada dilamak gish Judas ga, gii t'in-wa' adit ga, ada 
houit ga, Mîyân alkkt nunui .' Ada hoùit gish niât, Na 
hoùunt. 

El répondant de nouveau .Indus, (|ui trahit lui, cl dit liù : Mailrc 
est-ce que moi :' El dit à lui : lu as dit. 

26. Ada ashi tkaukk gut ga, ada wilt-gat gut Jésus ga, 
anai ga adat gumgaudk gut ga, adat gwish-gwashilt ga, 
achit gwish-gwashit ga , adat ginanit gish g.i disci|)k's 
o-a, ada hoùit oa, Ggalth, gapith ; gwai ua tl<l<-amoù-vù. 



— 207 — 

Et lorsque mangeaient eux, et saisilJcsu.s le pain, et bénit à lui, 
l'Ile brisa, et le donna à disciples, et dit eux, prenez, mangez, ceci 
mon corps. 

27. Ada wilt-gash ga ha'aksh ga, ada dhoiyukkt ga, adat 
ginamtgish du|)-niat, ash ga hoi'iit ga, tkkanish niisliimt 
in aksht. 

Et il il pi'it le calice et bénit bii, et donna à eux, l'I dil eux, tous 
vous buvez. 

2S. Awilgwai na iltlicyù (la >shii lestament dit,gii dum- 
1)1k)I)1io dada wilicl da dit, dimi-wil-shaltlidtk ga na 
hadadakk ga dit. 

Car ceci mon sang nouveau leslaiiienl lui, sera-versé pour i)eau- 
coup, pour (|ue soient lavés les péclu's d'eux. 

29. Ada al hoù-yii da gwasliini, watk ga dada giacm 
althga n'diim-gik-akshil na mai vinct, wagait wilnmisli 
ija sha lia ndiim-da-u-ik-siiu-akslit Jîîsh ffa na kin^doinsli 
ga Nagwiidi ga disli niishiin. 

I']l je dis à vous, désormais maintenant non je — de nouveau — 
boirai ce i'iuil vigne, jusqu'à ce que sera ce jour je boirai clu nou- 
V(!i,iu dans le royaume du ciel avec vous. 

:{(). Ada itlia-liam'it gish ga go 
ada vvilt-liapsh ga shgimisluim Olives ga. 

Et il chaula :i caulii|ue, et il alla ,i Mdiilagnc Oliviers. 

;n. Ada wil-hoiisli .Icsusgisli dupniat, Tkkanisli niisliiin 
diun-illiiin giisligosha dada goi a lioiicl gwa ; awil Itlia- 
daint-kgai[il,l)iun-yt"/.ii liltliksii mal i dit, ada duiii lihagail 
bout ga lia wil iiadaltiia malil. 

El dil Jésus à eux : liais vous vuiis-scaiidalisere/. pour moi iiiiil 
celle ; car a él(''-écrit ceci : je frapperai gardien brebis celui-ci, et se- 
ra flispersi' le (roiipi',111 bii'bis. 



— 298 — 

32. Ada zida Itha-gik-gînïuntk gi, ada dum-kshgaugu 
dâ gwashim à Galilée. 

Et lorsque je de nouveau me lèverai, et j'irai au devant à vous en 
Galilée. 

■'3. Ada dilamakk glsh Peter, ada houit gish nîat, zô 
tkkâni da dum-lthimgushgosha dada gwan, gùp althga 
duin-dî-lthimgoshi. 

Et répondit à (lui) Pierre, et dit à lui ; quoique tous abandonne- 
ront à toi, non j'abandonnerai aussi. 

34. Ada hoiish .Jésus gish mat, Sliimliou hoi'iyii da gwan : 
Hobel gwa, hawalthk ga duin-algiaga zoùzit. ada gwili ma 
dum-kkshangutt. 

Et dit Jésus à lui : en vérité, je dis à toi : Nuit cette, avant que 
chantera coq, et trois fois moi tu renieras. 

35. Ada housh Peter dish nîat, zô n'dum-shila zak-shint. 
gup althga n'duni-kkshângun. Ada gik dî hoùsh tkkâni sh 
ga disciples ga. 

Et dit Dieu à lui : quoique je ensemble ,|e mourrai, non ju renierai. 
Et de nouveau aussi dirent tous les disciples. 

36. Ada wilt-wat gut Jésus ga dish dup-niat ga lakk 
zâzuksh ga wat galth Gçthsemane, ada hoùitgish ga dis- 
ciples gut ga, ggha wan shim a gwa, ashî dum-doùlthii a 
dum-gigieng wakk-lthî gish ga gwash ga. 

Et alla Jésus avec eu.\ sur lieu que nom Gelhsémani, et dit à dis- 
ciples de lui : asseyez-vous ici, pendant que je m'en aille, que je prie 
à là-bas. 

37. Ada wilt shikshtùlsh dup Peter dîlth dupkkadolt ga 
klthgùsh Zebedee-ga, ada wil-hîâqush ga lûdaùkk Ithk ada 
shimgûl lûwantk gish gu gaud ga. 

Et prit Pierre ensemble deux lils Zébédée et commenta à s'attrister, 
el très s'affliger dans son cipur. 



y 



— 299 — 

."58. Ada wil-hoiiit gisli clupniat, Itha-dum-zagu a shga 
sluiiigiil liulaukkltlik ga gaudii : wan shim â gwa, ada ma 
shini sliila hitlikshi. 

El il dit à eux : s'osl allristé beaucoup s'est assombri mon cœur ; 
tenez vous ici et vous ensemble veillez. 

39. Ada wil-am-shgunaksh ga wil yàt ga, ada wil-shim 
kklthnashgûutk gut ga, ada gigïengwakkltht ga, ash ga 
hoùit ga,ONag\vadî, amiza da'akklthkshit amdumt-gîshgii 
ha'aksh a gwa ; ada am althga dum lip gaudi, yagai gaù 
hashagunt. 

Kt il s'avança, et il se prosterna et il pria, quand il dit : U père, si 
tu peux passer calice au loin, et non soit mon propre (lip) cœur, mais 
ta volonté. 

40. Ada vvil-goidukshl gish ga awash ga disciples ga, 
adat wash ga wil-lukshdoiagut ga, ada houit gisli Peter, 
Gaii, Ithgukslîk gultli ma duin-shiin-sliila-ldthksln a gucl 
da liour dî ? 

Kt il vint vers à les disciples et voilà ils dormaient, et il dit à 
Pierre : Est-ce que avez pas pu ([ue vous veilliez ensemble une seule 
heure aussi. 

41. Ldth ada gigiengwakkitli shim, dum-wil-wlia-laïu- 
zakk-sliim da shpagait gunslipait gaudat ; sliimshoii 
slia-kk ga haigut, ada al sliamc alasligwa dit. 

Veillez et priez voiis,que-|)as-tomljiez vous parmi tentation cteur ; 
vraiment prompt l'esprit, et la cliair faible elle. 

42. Ada al gik doiiltlit ga lllia guhcisli ga walt ga, ada 
gigieag wakkillil ga, asli ga houit ga, () Nagwuadi, ainizat 
wha gislik gi ha'aksh a gwa, ii'/.a dum gha gup akshil, 
shagaud gun dum wal dit. 

Et do nouveau uni! secondo l'ois (^obolsli) il alla et pria, «'l dit : O 
père, si non passer pcul ichi, sans (pic ji' le bdivi', vidiinlé soil taileclli'. 



— 300 — 

43. Ada gik goidukslit ga adat wash ga wil-gik luksh- 
doiâgut ga : awikbilbalgiakshk gish ga gazilzalt ga. 

Et en arrière il alla et trouva ils • — étaient — de — nouveau — en- 
dormis ; car appesantis leurs yeux. 

44 . Adat qudakkshit sa ada s^ik doidtht ga, ada 2:i2:Tcn£î- 
wakkltlik ga Itha gwilish ga walt ga, ash ga hoiiit gish ga 
Ithânish ga algiakk ga. 

Et il alla, et de nouveau son alla l'I pria trois fois, et dit à toutes 
ces paroles . 

45. Adar Avil-goiduksht gish ga awash ga disciples gut 
ga, ada hoiiit gish dupniat, Wisha'ana kikkshdoiagunt, 
ada lïshcjualtk ga shim : ni, Itha gaiam gwai hoi'irl, ada 
Itha-ginamth gish ga Ithgôlthk gish ga gial ga zum 
ga'anon hadadakk ga dit. 

Et il alla vers à disciples de lui, et dit à eux : maintenant dormez 
et reposez-vous ; voici, s'approclie rin'ure (hour, mot anglais) et 
sera livré le Fils de l'homme, qu'il soil remis mains pécheurs. 

46.Maldum golthun, shuunza walukshum : ni,lthagoiani 
gwai t'in-wa'adut. 
Levez-vous, allons; voyez, s'approche celui livrera. 

47. Ada ashï a algiakkt ga, gukshtanâ ga goiduksli .lu- 
das ga, gault gish ga kkapault ga da dupkkadolt ga, adat 
shikshtolsh ga wi wilhel-giat ga yû gag awaium douzk gaga 
dilth gagat ga, amiyat gish-ga nian-])riests ga, dilth na 
tashilgiatk gish ga giat ga. 

Et lorsque il parlait, voici vint Judas un de dix et deux les, et 
ensemble grande multitude avec cpées (gawaium douzk) et bâtons, 
de la part (amiyal) de prêtres, ensenihle anciens de peuple. 

48. Adat ginamt a l'in-wa'adit ga shinlaichiksh gish 



— 301 — 

ga giat ga, asli ga hoiiit ga, Ltgit na-clinn-hômzagout, 
ninish nïadit ; za ga da shim. 

Et le livrant donna sigae ;i eux, et il dit : i-i-lui qm- jVinlirasserai, 
celui lii celui ; saisissez lui vous. 

49. Da wila goidusht gish ga awasli Jésus ga, ada 
hoùitga, 'Ndoiyukshint, Xabbi, adat hômzakkt ga. 

Et il alla vers à Jésus, et dit : Salut, Kabbi et baisa lui. 

50. Ada housh Jésus gish niât, N'shie bunsbk wan a 
gaii gungoidakshint. Ada wil-gutgoiduksht ga ada wil- 
nuunkat ga, adatgash Jésus ga. 

Et dit.Iésusù lui : mon aimé, pourquoi es-tu venu? Et il alla et 
ils se précipitèrent et saisirent Jésus. 

51. Gguksht ana ga, gault ga na shtolsh Jésus ga t'in- 
kshalthaùdash ga anont ga, adat slicgish ga gawaiam 
dôuzk gut ga, adat yez ga gault ga tkkuhv;iulimlthk gish 
ga manpriést ga, adat sha-yezish ga zamotga. 

Voici, un qui avec Jésus étendit la main (anont) et saisit son épée 
et frappa un serviteur du grand prélre, et coupa oreille. 

52. Ada wil-housh Jésus gish mat, Ilazuk-sliip.i yf'iim 
gawaiam douzk ga da na wil-sligna dit : awij ikkanish na 
t'in-ga-gawaiani dduzk gut. 

Et dit .Jésus à lui : remette/.-vous l'épée dans le Coun-i'au d'clli' ; 
comme Imil l'i-apiiaiil épée avec périra lui épi'e par. 

5;j. llaligaudiin aith Ithguksh guith n'duui-gwant» dasb 
ga Nagwadi ga giaon, ada dunit-baiz galiclda d.itli kapilt 
a goljel da legionsum angels a da goi. 

Pense/. j(! ne puis demandera l'ère maintenant el il i-iivirra |iIm-. 
(|ue dix (!l deux lésions d'unKcs vers moi (goi). 

5'i. .\(la iiMallii iluMi-wila-in-iioi gia-guntk gish na 
U'itlio duksimni tlainisli ga, a duiu-gup-wal diya gua ' 
Et comment s'iu-cdiuplirait le livri- l'criliUT i|iii' r,eru ainsi. 



— 302 — 

55. Ada ninîsh ga hour ga lioush Jésus gish ga wilhclgiat 
ga, Aleh gutgoidukslia shimi a wudî t'in-libilt wal huk- 
zâowulshum gïadit a yfi gawaiam douzk ga shimt dilth ga 
gâ'adit mu dum-shim-ga dût ? Tkkani sha dhaiyû da awâ 
shimt shii-wilai-giam-gush gût a zum templet, ada althga 
ma shim ga dl. 

Et cette heure dit Jésus à la foule : êtes venus vous comme vis- 
à-vis un menteur homme avec épées et bâtons pour que vous saisi- 
rez? Toujours j'étais aussi avec vous enseignant dans le temple et 
pas moi vous avez saisi aussi. 

56. Ada al tkkani gwai wâl dï, â dum-wil-lu-hoigia-guntk 
gish ga Nlthôdukshuvii Damish ga prophets ga.Adawilt- 
qudakshit ga tkkanish ga disciples ga, ada houit ga. 

Et tout cela a été ainsi, pour que s'accomplisse le livre écrit pro- 
phète. Et abandonnèrent tous disciples et s'enfuirent. 

57. Ada wilt-dagaudit ga na t'in-gat gut Jésus gish ga 
awâsh Caiaphas ga man-priest ga, wil-shagait-yash ga 
hukga-damîshit ga ddth tashilgiat ga. 

Et conduisirent ceux qui avaient pris à Jésus à vers Caïphe le 
prince prêtre, étaient rassemblés les savants loi ensemble les 
anciens. 

58. Ada al wagait daiish gut wil-yagut gut Peter, gish 
ga awâsh ga walpsh ga manpiiets ga, ada zînt ga, ada 
dhât gish ga shpagait tkkulhnkvvaùlimlthk ga ga, dumt- 
nlsh ga, du m wila-shabat ga. 

Et à la suite de loin allait Pierre vers maison du grand prêtre, 
et entra, et s'assit parmi serviteurs de lui, pour qu'il vit comment 
finira. 

59. Ada ait gwilth-tgucl ga gu man priests ga dilth 
tashilgiat ga dilth tkkanish ga Gouncil ga-dum-bïgura- 
nagaùnshk gut gîsh Jc^us, ash ga dumt-wila-zagwut ga. 



— ;-!()3 — 

Kl cherchaient principaux pn-tres el anciens et tout lo conseil 
qu'on fasse témoignât à Jésus afin qu'ils le tuent. 

(')(). Ada althgat wat, zô wilhêl ga gabïgum magaiinshk 
gut gagutgoidukshit ga. Shûgîaôn ada wil-gut-goiduksh 
ga dupkkadolt ga. 

El non trouvaient quoique plusieurs faux lémoins fussent venus. 
Hnfin en vinrent deux. 

61. Ada houit ga, Gwai hon yota gwa, dâ'akkithk go 
n'dum-golda templesh ga Shimoigiat ga Lakkaga, ada 
n'dum gik ha'in dada gwili da shat. 

Et dirent : ceci a dit cet homme celui-ci je puis que je détruise le 
temple du Seigneur ciel el je l'élève de nouveau (gik) dans trois 
(gwili) jours (sha). 

62. Ada haldum bâsh ga manpriest ga, ada hoùit gish 
mat, Aim gwilth-dîlamakk gun ? Gai'i ya gfi magaunshk 
gisli dup gwai a gwan ? 

Et se leva le grand prêtre, et dit à lui : non lu réponds; quoi té- 
moignent ceux-ci contre toi. 

6;{. Ada althga kkshdaltk gish .Icsus. Ada hoùsli ga man 
|)riests gish mat, N'dum-swearuri gish ga didolshiim 
Shimoigiat ga, a ma dumt-maltlia dada gum za njnish 
Christ dit nugun, Itligolthk gisli ga Shimoigiat ga Iakkaga ? 

Et non parla Jésus ; et dit le grand prèlre à lui : je conjure par 
vivant Seigneur (|ue tu nie dises si re Christ celui-ci loi, lils du Sei- 
gneur ciel. 

(Vi. Ada lioiish Jésus gish mat; Itlia-lioù'iiii dit : .\da 
al gup di hoùyii da gwashim, Ihiwcani ada ma dum-sliim- 
nïsh ga wil-dliasli ga, Itligolthk gish ga giat gish ga 
nak shimyaimsh ga giit giat ga. dllfh diim-wil-goi»luksht 
gish ga shpagait sha gish ga Iakkaga. 



— 3U4 — 

Et dit Jésus à lui ; tu as dit cela ; et Je «lis à vous, plus lard cl 
vous verrez sera assis le l'ils de l'homme à droite de lui, et viendra 
à parmi le eiel. 

65. Ada wilt-beâgult ga manpriest ga na washgut ga, 
ash ga hoùit ga, Itha laga-al-giakkdit ; gaù gun gik hasha- 
gum da duin-magaùnsh ga dit? Ni Itha nakknoi shim laga- 
algiak dit. 

El déchira le grand prêtre ses vêtements, et il dit : il a blasphémé 
cela ; quoi pour de nouveau nous avons besoin qu'on témoigne 
cela ? Ainsi avons entendu vous blasphème ce. 

G6. Gaù haligagaud shimt ? Ada dilaniakk gut ga. ada 
hoùit ga, thkulam da dum za-qusha dit. 

Quoi pensez-vous? Et répondant à lui et diienl ; il est digue qu'il 
soit tué. 

67. Adat wîl-lukpidvsh ga zalt ga adat n'ndosht ga ; ada 
nagazaoùt ga t'in-dhaat gish ha ga' anont ga. 

Et ils crachèrent sur visage et fouettèrent lui et d'autres frappaient 
à lui mains avec. 

68. Ash ga hoùit ga, Gwildmn-malsh gun a gum. 
Christ : Nâ da gut in yezint i' 

Et disaient : prophétise à n(Uis Christ, qui l'a frappi'. 

()9. W'in al dliâ gut Peter gish ga tkka-gihlgul ga ; ada 
goiduksh ga shiibashum hanakk gish nïat, ash ga hoùit 
ga, Dish niigun na-hoksh ga dash Jésus a giat Galileet. 

Or était assis Pierre à cour, et vint une servante femme à lui, et dit : 
aussi toi tu étais avec Jésus de Galilée. 

70. Ada alth kkshânakkt gish ga huzaz à kkithk gish ga 
tkkaniat ga, ash ga hoùit ga, Althga na-wilai gaù hou unt. 
Et il renia en présence à tous et il dit non je connais celui-ci. 



— 3U5 — 

71. Ada Ithat klia-gaùsh ga zilum lukshaukk ga, adat 
nishl ga gik gault ga shubashum hanakk ga, ada hoùit 
^isli ga hiiwalt gut, Na di hokshk ga yotagvvai ash Jésus 
a giat Nazarethit. 

l>;t lorsque il sortit dans vestibule, et vit de nouveau une servante 
femme et dit à présent ceux aussi était homme celui-ci avec Jésus 
de Nazareth. 

72. Adat gik kkshànakkt gïsh ga sweart gu, Althga na 
wilai y"ta na houunt. 

El de nouveau il nia avec serment (sweart), (mot anglais) non je 
connais homme celui-ci. 

73. Ltha am sligaiiukt ga ada gutgoidiiksh ga nagwun- 
makkslik gut ga ada hoùit gish Peter, Sliiinhoù gaid da 
disli dupniadit migunl; ;i\vil ne algiag un t'in-aliida'an dit. 

Lorsque un peu passa, et vinrent ceux étant là et dii'eut à Pierre : 
vraiment un d'eux toi, car ton lanj^age révèle toi. 

7^1. Ada \vil-lii;u|usli gut lagatlalakkga diltii sweart ga. 
asli ga iKJùit ga, Altiiga na wilai yota na huù shinit. 
Wlia iiiyat ga da algiakk ga /.oùz ga. 

i:t il ciHiiuieni;! ((ui' nie aussi serment el il dit : non je connais 
homme celui-ci eux. .Non passé cela chanta le coc]. 

7.'). Adat a'ahugul gut Peter ga na algiakksli Jésus ga. 
gti na hoiiit gisii mat. Ilawalthk ga algiaga zôuzut, ada 
gwili na diiiii-k II iiiagoùt. Ada wil-ksliu'ut ga, ada sliiiii 
zush ga wihouit gutga. 

Kt se .souvint l'ierre ce que ilil .lésus ipii dit à lui : avant que 
chante le co(|, el tmis lois lu nie renieras, l'it il sorlil, et 1res amére- 
inenl II {ileiiia. 



— 306 — 



CHAPITRE XXVII 

1. Ltha gunlthaga, ada wil-shagait-lishaoùslik gish ga 
tkkânish ga manpriests ga dlltli n'tashîlgiakk gish ga 
giat ga, ash ga dumt-woila-zagwush Jésus ga. 

Lorsque fut-jour, et se réunirent tous les princes prêtres et les 
anciens des hommes, et afin que ils tiient Jésus. 

2. Ada Ithat didakklth ga ; ada wilt-dountk gut ga, 
adat ginanitk gish Pilate ga governor ga. 

Et le prirent et conduisirent lui et livrèrent à Pilate le gouverneur- 

3. Ada Ithat nisht gut Judas ga gii nâ ti'n-wa'adit ga. 
Avil-tkkulmakkshish ga dum wila-wihî-oqushit ga, ada 
gelukeshaitikshit ga, adat hazukshum dagut goiduksh ga 
gwilit ga wil giapsh gabiëm dala ga ash ga manpriests 
ga ddth tashïlgiat ga. 

Et lorsque vit Judas qui avait livré lui qu'il était condamné pour 
qu'il fut Lue, et se repentit', et en arrière rapporta les trois sur dix 
deniers aux princes-prêtres et anciens. 

4. Ash ga hoùit ga, Ltha hadakk gut a na wil-wâ'ada 
whatî hadaffum iltheut, Ada hoùit ara, Liffi sraù da S'uma ; 
lip nûgunt in nlsht. 

Et dit: j'ai péché, j'ai livré non coupable sang (wati liadagum, non 
pécheur) (iltheut, sang). 

.5. Ada wilt-tkkakksh guhaniukksh ga gwilit wil giapsh 
ga gabîëm dâla gish ga zum temple ga.ada wilt-qudakkshit 
ga ; ada doiilthtga, ada lip geluksh gulth-hoù'ut gut ga. 

Et il jeta les trois sur dix deniers dans le temple, et s'en alla, cl il 
alla et lui-même se pendit. 



— 3(17 — 

(i. Ada wilt-dokkt <^a mnnpricsts ga gabîem dâla ga, ada 
hoiiit ga, Althga hoigiakkith dum liidalthk ga da zuni n'ta 
1 auwalt, awil ma gimksha ilthcâ dit. 

Et prirent les princes prêtres ces deniers (gahiem dala) et dirent : 
non juste que nous mettions dans le sanctuaire, car salaire sang cela. 

7. Ada wil-lishaoûshk gut ga, ada nïnîsh gut giuksh ga 
na zazukkshk gish ga hushka-naulthitga, ashga dum wil- 
wawokshish ga lukzipzap ga. 

Et délibérèrent, et ainsi, ils achetèrent à le champ de potier, afin 
que on enterrera étrangers (hushka-naulthit, potier). 

8. Ninish ga gun shii-\vrd<t gish ga zazuksli gulth Iaki 
yobum iltlio, wagait hahofi dit giaôn. 

Ceci pour (gun, pour) on appelle à ce champ le terrain du sang, 
jusqu'à ce maintenant. 

9. Ada wil llihoigiaguntkgish ga naalgirdvksh .leromiali 
ga prophct ga, ash ga houit ga, Adat vvilt-dokksh ga gwilit 
ga wil giapsh ga gabïcm dala ga, na gîukshish ga niât was 
hitga, gii na wash dash ga kklthgùsh Israël ga. 

Et s'accomplit ce qu'a dit (algiash) .lérémie prophète, lorsiiue il 
dit: et ils ont pris trois sur dix deniers, comme le prix de l'estimé 
qa(î ont estimé les lils d'Israèl. 

10. Adat na gîugat gisli ga zazuksiik gisii ga liukslia- 
naultiiit ga m walt ga n't wila iiaizuingai ga Miyan ga. 

Et l'ont versé pour le cliani|i d'un |M)ljer, <'omme a iirdouuc Ir 
Seigneur. 

1 1 . Ada liailk gisli Jésus gisliga lia/.akkitli gisliga j^nvcr- 
nor ga ; adat giiadakkl ga govornor ga, asli ga litxiit ga, 
Niiguni gwullli kiiig;^iihli Jésus ■' Ada IidusIi Jésus gisli 
mut, da ma yani . 



— 308 — 

Et se tint debout Jésus en présence ilu gouverneur et l'interrogea, 
le gouverneur et dit : toi nation roi est-ce que Jésus ? Et dit Jésus ù 
lui : tu l'as dit. 

12. Ada Ithat libîlt hoiiit gut ga manpriests ga diltli tas- 
hilgiat ga, ada althga gau za dilamakk gut. 

Et lorsque contre disaient les princes prêtres et les anciens, et non 
il répondait. 

13. Ada wil-hoiish Pilate gish nîat, Alth ma nakkno 
shgabô gaû magaûnshk ga dî da gwani ? 

Et dit Pilate à lui : tu entends ce que ils témoignent aussi contre 
toi. 

14. Althga ligi guOl za wil-dilamakk gut, gunt shimgul 
lushanaithk gut ga governor ga. 

Non quelque mot il répondait, beaucoup (shinigul;, s'étonnait le 
gouverneur. 

15. Wai Itha nïnish ga halî-lualgiat ga wil-gup-wiLi- 

walsh ga governor gut ksha'akklthinsh ga gault gut 

didakklthit gish ga giat ga,ligit lip na gû hashakkt di ga. 

Or ainsi fêtes étant habitué le gouverneur délivrer un des prison- 
niers au peuple, le quelconque eux-mêmes désiraient. 

16. Ada al liidashga gault ga tkkawilait ga didakk Ithit, 
ga, wat gish Barabbas. 

Et était un célèbre prisonnier, il s'appelait Barrabas. 

17. Ada Itha shagait-goudit ga, ada wil-hoiish Pilât 
gish dupniat, Na hashakk shim dutn ksha'-akklthinû dâ 
Qwashim .' Barabbas , ligit Jésus e'ii shiiw-at y-a dïlth 
Christus. 

Et lorsqu'ils se furent réunis, et dit Pilate à eux : qui désirez vous 
(shim") que je délivre à vous'.' Barabbas, ou Jésus qui est appelé aussi 
Christ. 



— .309 — 

18. Awilt wilaish ga gishgeshkum gagaud gat giint 
\\il:i-g\vtit ga. 

Car il .savait jalousie cimu' ils l'avaienl livré. 

19. Ada ashi dhat gish ga wil-dham-dapt ga, ada 
haizumshish ga naksht gish nïat, ash ga hoiiitg.-i. Gilati 
za gaulth wân a ama yôta awânt ; âwil luhâkk-gagaudu da 
wi sha a wila kshawogoû ash niada gun houyùt. 

El lorsque il était assis à son tribunal-siige et envoya sa femme 
vers lui, et dit : non pas tu agisses contre innocent (ama, bon) 
homme ce ; car j'ai souflert beaucoup en songe celui-ci à cause. 

20. Ada ait shagagaùdk gish ga manpriests ga dilth 
tasiul-giatga, ash ga dumt-gwanôsh Barahbas, ada dum- 
al-zaqushish Jésus ga. 

Et exhortèrent à eux les princes prêtres et les anciens-gens, et ils 
dcrnandêrenl Harabbas et qu'on tue .lésus. 

21. Ada dilaiiiakk gish na govcrnor ga, a(hi hoi'iit gish 
du|)-niat, \ agai, n'dada thipk-kadol dada gii hashakk sliini 
ii'dum— kslia-akkllliin dada gwas-him ! Ada hoùit ga T 
|{aral)has. 

El répondit le gouverneur el dit à eux : lequel de ces deux dési- 
rez-vous (liashak sliiin) que je délivre à vous igwansliiinl et ils 
dirent: liarabbas. 

22. Ada lioiish Pilât gish diipnial, (laiilliiiii duiu-al- 
wil-agvvush .Icsus gû shû-wat-k ga dalth (Ihrist ? Ada 
hoùsh ga tkkaniat ga, Ani dum za(|uslKr tlada lak 
giizagiil. 

l'U (lit Pilate à eux ; i|Moi je ferai Jésus qui gui e>l a|i|iele Chrisl! 
Et ils dirent tous, (|iril uieLire sur iroix. 

2:5. .\da lioiiit L'a, Caultli liadakk ^ iilt li wal dada ' ada 



— 310 — 

yagai zûsh ga wlani-lahoùdat ga, ash ga hoùit ga, Am 
lîzaqusha dada lakk-guzagut. 

Et il dit : Un péché est ce que a fait ? Et mai? plus fort ils crièrent 
et dirent : qu'il meure sur croix. 

24. Ada Ithat nisht ga Pilatega althga gaulth da' akk- 
Ithk gut yagai âm hashhosh gaga, ada wilt-gâsh ga aksh 
ga, adat yoiyuksh ga' aiiont gish hazazâklth gish ga 
giat ga, ash ga hoùit ga, Althga hadakk gl a na ilthe ama 
giat a gwa, shim nîlth. 

Et lorsque vit Pilale que non un profite, mais (gagai) tumulte, et 
il prit de l'eau, et lava mains en présence des gens, et dit : non cou- 
pable je suis le sang bon homme ce, vous voyez. 

25. Ada dilamakk gish ga tkk-anish ga giat ga, ada 
hoùit ga, Amsh nûgum dum-wil-Hdoùltha na flthea dit, 
dilth na gakklthgû'umt. 

Et répondit tout le peuple (giat) et dit : sur vous retombera sang 
ce, aussi nos enfants. 

26. Ada wilt-ksha'akklthinsh Barahhas gish dupniat : 
adat wunazukksh .Jésus ga, adatginamt gish ga dum-wil- 
lizaqushit gish ga lakk guzakk ga. 

Et il déljvre Barabbas à eux, et fouette Jésus et livre à eux qu'ils 
attachent à sur croix. 

27. Ada wilt gat ga na soldiers gish ga governor ga 
tMesus ga adat dagaudit gish ga zum wi walp g.\, adat 
shagait-ya'unsh ga tkkânish ga wilnadalsh ga soldiers 
gish ga awàt ga. 

Et saisirent les soldats du gouverneur Jésus et conduisent à lui à 
grande maison et rassemblent toute troupe soldats à contre lui. 

28. Adat zakk au'unt ga, adat hoiyinsh gameshgura 
wash gâ gïsh mat. 

Et déshabillèrent lui et vêtirent pourpre vèlemcnl h lui. 



— Mi — 

î\). A<lat kaiinclash ga shaUaiduin sh-gun gashashukkt 
ga, atlat hoiyint gïsli ga dumgoùsht ga, adat shiny;lonsh 
gadonaqugishganakshimyaôntya;adakkIthumguIgaishuk 
gutgish mat, ada haiyozt ga, ash ga hoùit ga : IfaU, king 
gulth Jews ! 

Et ils tressèrent couronne arbre épine, et placèrent ;\ la tète, et 
mirent roseau (donagu) à main de lui, et se moquaient et disaient : 
Salut (bail), (mot anglais), roi peuple Juif. 

;50. Adat giagul kabûkshtga, adat gâsh ga donaqu ga, 
adat ycz a dumgoùsht ga. 

Kl craclièrunl sur lui, et prirent le roseau et rraiipèrenl lèlc. 

■i 1 . Ada Itha goùdish gut haiyozt ga,ada wilt-gungash ga 
wash gish mat, adat hoiyinsh ga na lip washt ga, ada wilt- 
druntk gutgishga duntwil-hzagwulgishga lakkguzakk ga. 

Kt lors(|ue l'unianl railler et tirèrent vêtement ;i lui, et remirent son 
propre habit id conduisirent afin qu'il soit attaché à croix. 

32. Ada Itha kshaùkkt ga, adat wash ga gaùlt ga yotani 
Cyrènc ga, Simon ga wat ga; ninish ga maul gunt gish 
ga dumt-golzakksli ga na guzakkt-ga. 

Et lorsqu'ils sortaient, et rencontrèrent un homme bon de Cyrène, 
qui s'appelait Simon, celui-ci ils forcèrent à porter la croix. 

;{:{. Ada ithat vvasli ga Golgotha ga, gwai na hoù dit 
wil-shgullh diiniwilwalgiat. 

El lorsqu'ils passaient à (iolj;dtlia, celui-ci est appelé Iroiii cadavres 
(êtes. 

'Vi. ,\dal giaanish ga vvino ga Ithwaiksiijv gut gish ga 
gushgiim gaii gisli ga dam aksht ga ; ada llhal-hakkl ga, 
ada althgat aksht. 

{■;i ils donnèrent vinaigre mêlé ù licl pour qu'il boive, et il ^Oi'lta, et 
non il liiit . 



— 312 — 

35. Ada Ithat-lihokshint gish ga lakkguzakk ga, ada 
wilt-bislibashagunsh ga na wishwash gut ga, ash ga wudi 
na yëyuk gut. 

El ils fîxèrenl à sur la croix, et ils parlafi'ùrcnt les vùtemenls de 
lui. après ils tirèrent au sort. 

36. Ada want gish gut lilth ga. 
Et s'étant assis à lui j;,ardèrent. 

37. Ada lîhokshint gisli ga lakkaùsli ga dumgoûshtga 
gaù gut gun wilagwut gish ga damtk gut ga, Gwait -Jésus 
king ga .lewsit. 

Et ils fixèrent à sur sa tète une inscription à laquelle écrit : voici 
.lésusroi des Juifs. 

38. Ada dupkkadolsh ga hidc-gazacwilshum giat gut 
shila hyezit gish ga lakU guzâkU ga gaul ga nak-shimyaônt 
ga, ada gaùlsh ga nàkniedakïaont ga. 

Et deux malfaiteurs gens ensemble étaient attachés sur croix, l'un 
à droite et l'autre à gauche. 

39. Ada laga-alalgiakksh ga t'in hliyagut ga, ash gut 
shlshiish ga gadoum goiisht ga. 

Et disaient ceux passant branlant leurs tètes. 

40. Ada hoùit ga,Nugunt gii na t'in-golda tciiiplet.adat 
ingik ha 'in dada gwilï da shât, lip geluksh-diniautkshin ; 
àmiza Lthgôlthk gïsh ga Shimoigiat ga Lakkaga gwan, 
tikiyan Iakk guzâgut. , 

Et disaient, toi qui renverses le temple et de nouveau construit 
lui trois jours, toi-même sauve, si Fils de Seigneur ciel toi, descends 
de sur croix. 

41. Ninish ga gik di wih^-nishkat gish ga manpriests 



gi\, diltli huk-ga danishit i^a, ddtli taslidj^iat gu, ash ga- 
hoùit ga. 

Mors de noiivoau aussi se mij(|uùrenl les princes prêtres, ensemhle 
les législes, ensemble les anciens et disaient. 

V2. Na dilâinaùtk ga da giadit; ada al Itliguksh ga dum 
lipgcluksli-dimaùtksha dit : kinga Israelt ; amt tikiyâ dit 
giaon aiakk guzagut.ada dum-sliimhoù diksh-umdishnîat. 

11 a sauvé les hommes, et il ne peut pas (Itliguksli) que soi-même 
il sauve lui ; ro' d'Israël, descends maintenant de sur croix et nous 
croirons à lui. 

'l'i. Wai-yaùkshk ga gishga Shimoigiat ga lakkaga ;amt 
dimaùt- ga dit giâon ; amiza hashakk disli niât ; asvil na hou 
dit, Ithgolthk gish ga Shimoigiat ga lakkagat nfiyfit. 

Il se conllG en Seigneur ciel : qu'il le délivre maintenant s'il il 
aime (liaskak) <i lui, car il dit l'cii : l'ils de SeigncMif ciel moi. 

Vi. ("lik lioiish ga liiik-ga/aowilsliiiin giat gut shila- 
liyozit gisli gish ga Iakk gir/.akk ga ash ga dit slia-zaukt ga. 

!)(! nouveau dirent les malfaiteurs gens qui l'iiseiiihlc-altacliés à 
sur croix, et le maudissaient. 

^1."). W'ai ada wil-shashgi'utk gish ga tkkanish ga lakkyop 
gisli ga shiiilgiaksh gi ash ga gwihsh ga hour ga «ait ga. 

Or et ténèbres à toute la terre de la sixième jusqu'à la la-uvième 

liir'ciil . 

'iG. lAlia goiidisi» ga gwilislj ga lioiir ga ada wil- 
wiaiidioiisli .Icsus, gfsh ga honit '■^.x, Kli, Kli, lama sa- 
haclaiii :'a gwai na lion dit, Ma SliiniDigialk gi, na .Slunioi- 
gialkgi, gaii ma gnn (judakkalnit .' 

Lorsqiii' lui linif U'Miviènie liciii'c i-l s'i'cria Jésus, et il ilil : Kli, Kli, 

lamina saJi.ichiiH, ri'la signilii'; Seigucun-, mon Seigneur, (fuoi 

pour lu m'as di^iai^^i' 

-J.t 



— 314 — 

47. Ada Itliat-nakkiioitga nagazaoush gu gwuii-niakUslik 
gut ga, ada lioùit ga, Huit ga yota gwait Elijah. 

Et lorsqu'onk'iidirent quelques-uns clant là el ils dirent : il 
;ippelle homme EUie. 

48. Ada waihtyât ga da bà ga gault ga, adat gâsh ga 
gunyikslizaltkgaga, ada, zogunsh ga kshamaùhikshak ga, 
ada lihokshint gish ga Iakk donâqu ga, adat ginamt gish 
ga dunt-aksht ga. 

Et courut d'eux l'un, cl saisit une éponge, el eiiiplil vinaigre el 
présenta à lui sur roseau el donna à lui pour qu'il boive (aksht, 
boire). 

49. Ada hoùsh ga tkkaniat ga, Lthâ am dit, diim nizum 
za dum-ligi goiduksh Elijah a dumt dimautk, ga dit. 

Et disaient les autres : laisse cela, voyons (s\) viendra Elle et le 
sauvera. 

50. Ada gik wiâmhoîsli .lesus ga,ada wil-gozagut ga. 
Et de nouveau cria Jésus, et il expira. 

51. Gukshtaaaga, libagait shga-bcaksh ga shkeiagum 
temple ga watk gut gish ga na Iakkot ga ada wagait na 
zianaksht ga, ga ada gut-gulak gish ga liplaup. 

Voici, se déchira le voile du temple hors de jusqu'au bas et 
trembla la terre et se fendirent les rochers. 

52. Ada gaksh ga n'toigiat ga, ada haldiim-golthintk 
gish ga gatkkaiiia ush ga wdiêldit ga aiiiamt ga gii na 
lakkshdoigut ga. 

Et s'ouvrirent les tombeaux et se levèrent les corps beaucoup de 
ceux qui dormaient. 

5:{. Ada ksha'amiyat gish ga n'toigiat ga ashga Itha gik 



— :{I5 

g'inïtiv, adat liapsh ^a nltliudukslinin ^iilzap ga alûwant 
gish ga wïhc'Idit ga. 

Kt sortant des tombeaux lorsiiii'il l'ut ressuscita l't nlliTcnl li;i};isli 
.1 sainte ville et se montrèrent à beaucoup. 

54. Ada Ithat mslit ga centurion ga, ddtli na sliila^ult 
ga, giit in liltlish .lesus ga, wil-yrdvsh gayop ga, dilth gai'i 
ga walt ga' ada shinigul llbasliit ga, asli ga hoùit ga, 
Shimiioii Ijthgoltldv gish ga Shinioigiat ga Lakkaga ga. 

Kt lorsque vit le centurion et les ensemble gardaient Jésus le trem- 
blement I wil-gaksh) de la terre (gop) et les choses étant (wal), et 
beaucoup furent effrayés et dirent : vrainumt (ils de Seigneui- 
ciel il. 

.").). Ada wdiclsdh ga hanânaga t'in nîslit gish ga wagait 
daù ga, gfi na t'in hyak gish .lesus g;itk gut gish ga Galilée 
ga, liakhalthalshil gish mat. 

Kt beaucoup femmes vient de loin, qui étaient venues vt)ir ,lésus 
(le (jaliir'(! s(>rvanl à lui. 

.")(). (Ju w il-liakiiosh gish dup Maiy MagdahMic, ilish 
Mary ga naiish James ga, disli Joses, dilth naush ga kkltli- 
gushZebedee ga. 

Qui étaient Marie-Madeleine, et Marie iiièiiMle .l;ui|uesel iiièi-e îles 
lils de Zébédi'e. 

57. Ada Itha likiyasli ga sliu ^a, ada \vil-g(iiiliik>h 
ga gaull ga aniawaluin yota ga gial Ariiualhca ga, wat 
gish Joseph, gn ga di lip disciplck gish Jésus gu. 

Kt lorsque baissa jour el viiil un I 'tant lioiimie d'Arinialliie, 

étant .ippi'li: .losepii, ipii .iiissi lui-iiièuii' disciple i\ Jésus. 

■ )H. Nmish ya l'in-itansh l'ilalc ^a adat «jwaiicish u^a na 



— 3U) — 

tldvamausli .Icsus ga, Atla w il-liaiziimgushk yisli Pilule gisli 
a dum ginamtk gut ga. 

Celui-ci vint à Pilale et demnnda li' corps do .lùsiis. Et ordonna 
Pilatc à co qu'on donne à lui. 

.")9. Ada gat gut Josepli ga tkkamai'i ga, ada \a agwult 
gish ga shakshgum maùkshgum halthaù ga. 
El prit Joseph le corps, et ensemble à blanc linceul. 

GO. Adat lûshgiiit gisli ga na lip shu sha n'toigi-at gut 
ga, gfi ga na shii gwun zilum-yezit gish ga laùpga : adat 
tkkulgiâgulsh ga \\i lanp gish ga na hdvshaùkk gish ga 
n'toigiatga. ada \vil-doùltht ga, 

Et plaça à lui-même nouveau tombeau lui, qLie pour lui dans 
creusa A pierre, et il ferma grande pierre à l'entrée dukshank;, du 
tombeau et s'en alla. 

Gl. Ada wansh dup Mary Magdelenc, dilth gik gault ga 
awâsh ga n'toîgiat ga. 

Et était Marie-Madeleine et de nouveau une Marie, assise au tomjjeau. 

G2. W'ai Itha gazTep ga sha ga, t'in yagàsh ga hali- 
gwildum gouunshk gaga, ada shayait yash ga nianpriests 
ga dilth Pharisees gishga awash Pilatega. 

Et le matin au jour de la préparation et se rassemblèrent les 

princes prêtres et Pharisiens à était Pilate. 

G3. Ash ga hoùit ga, Miyan A'abukkduni nahoùsh dà 
hidc-yânigushk gut da ashï didolsh da, Zida Itha goud| 
gwili da sha ada dum-gik-ginTt gut. 

Et dirent : Seigneur, nous nous souvenons dit cet imposteur, lor 
((ue il vivait -, lorsque auront passé trois jours et je ressusciterai. 

()^ . Nllth gun haizumgush-gun a dum doiyagultkga n'toil 
giadit wagait awn dum wil gwilîshat, op za gut goiduks 



— ;{|7 — 

liM ilis( iplosga ilit,;ula (liimt-(lïl)adit ada dum al liofi dada 
t;iadit, Itha i^ik i^initU ga da watk ga da (la shpagait du dit : 
ada dum yagai ga liadakU ga kshtalanda yamgiishk gut â 
ksligaiiga dit. 

|)()iK' ordonne qu'on garde le toiuljoaLi jusqii à ce qne soient passés 
les jours, de peur que viennent les disciples de lui et le volent et 
disent aux gens : il ressuscité est hors de parmi les morts ; et sera 
l'erreur seconde plus que la première. 

G.'). Ada hoiisli Pilate gish dupniat, itha shgu Idthksha 
shimt ; ndati shim, shim lip doiyagulth. 

Kl dit IMIate à eux : faites gai'de vous ; allez vous, vous même 
veillez. 

(j6. Ada wil-gadoulthl ga, adat wll doiyagalsh ga ntoi- 
giat ga, ash gut shka. 

l'A alli'rent, et gardèrent le tombeau, et scellèrent la pierre. 



DIALECTE NISIIGA 

(Tiré (lu hook nf rommini praijcr). 



A ze dâ dum t zcnsh yaltqulth hadakkan giat Itlic 
hadak-kquit, Ithi zabit, nilth dum gï t weldanlth aiyok gan- 
Ith hôgiakk auzunt altli dum didolist. 

Lorsque l'homme méchant se détourne de hi méchanceté qu'il a 
commise, et fait ce qui est légitime et juste, il sauvera son àme 
en vie. 

Nt'tani Ithi wil glshi, nilth gl ganiwila amgaudi Ithi wil 
hadakkqui. 
Je reconnais mes péchés et mon péché est toujours devant moi. 

Yaoultlî zâlin alth Ithe hadakkqui , nilth mi gi shâgim 
gilth tkkânëtqulth Ithi wil gîshim weli. 

Détourne ta face de mes péchés, et efface toutes mes iniquités. 

Gwashim haiiqu, nilth nolth gamilgwaùkstii althShimoi- 
giat lakkhage : alth gwashit ganlth gwilikshctqushim gaud, 
O Shimoigiat, nigi mi dum milthgaudquit. 

Les sacrifices pour Dieu sont un esprit contrit ; un cœur brisé et 
contrit, ô Dieu, tu ne le mépriseras pas. 

Bisbisith gagaûdshim gî no alth gagwilashimist, nilth 
gï-hilyaltqushim alth Mïnshim Shimoigiat lakkhage: althwil 
âma gaudge, nilth gï gwîk'-gaiùmgaudgc , laltqulth wil 



— 310 — 

Itliintiktgo, niltligi widcsli Itha ainagiatgc, niltli gi t shim 
goganlth hadakkqii. 

Drc'liirt'z votre c(L'iir ul non vos vcteinonis, cl ri;toui-noz au Seigneur 
voire Dieu, car il esL j;ruci(!ux et niis('ricoi(lii'n\. lent à la colère, et 
• l'une grande bonté, et se repont du mal. 

Ze-libelt-welum althMinum Shimoigiat lakkliagcganlth 
ze nigi clip wcldaiilth amln-tgc altli dip duin yokkqullh Itha 
aiyokit Iliii slidit aith gagashcwum, gi giip shkdth gaiiiiii- 
gaiid altli Miruim Shimoigiat hikkage, alth iluiii shagiin- 
gisliquil alth Iiadakkqii. 

Au Soign(!ur notre Dieu appartiennent les miséricordes et le par- 
don, quoi(|ue nous ayons été en réhellion contre lui; nous n'avons 

pasoiiéi à la voix de Dieu noire Seigneur pour iiiarclicr dans ses 
lois (|n'il a mises <levant nous. 

() .Mm shita gaùdi, gi am ini duni wiia dai)i, iir alth 
gai liiyiikitli Itiiintikin op mi siiisk\v(>t([ui. 

Seigneur, corrige-moi, mais avec jugeiiieul non dans ta colère, 
de peur (fue lu m; me réduises à néant. 

(iwilitsh-etctqushim ; althwil llha gaiiimgunlth llhc 
zapllli lakkagc. 

Ilepenlez-vous, car le royaume des cieux est proche. 

Duni liaiduinbakk ne iiilth dum gi daoultlii alth awaltli 
nagwaiidi, niltli dmii gi hci asg net, Xagwaiid, ni dum 
y aui, Itha hachikkipii alth lakkhage gaiisniiiist, iiilth gi 
nigi (d< tkalami allli diim ligi t sliiwati alth Itlignltliqiiin 
laiii. 

.le mi- lèveivii el j'irai à mon père, et je lui dirai : pèro, j'iii péché 
■contre le ciel il ronlre loi et je ne suis plus digne d'être appeh' 
Ion llls. 

(lilaii mi /.c dapllh tkaiwilimil hipiiii O Mm. .iltliwil 



— 320 — 

nigi ligi t na alth didolisim giat ze akk waiith liadakkqu 
alth zalin. 

N'entre pas en jugement avec ton serviteur, o Seij^neur : car à la 
vue aucun homme vivant ne sera justifié. 

A ze da hciim-lth nigi di liadadakkgiim, nilth gan lip 
gwiliskh-shigishgishgum, nilth gi nigi hokshqidth shimo 
launi ; kshakk a ze da digagum Ithi hadada-kkgnni, Itha 
shimot£ïe ganlth liogiank alth dum t shagim-gilth Ithe 
hadadakkgiim,ganlth dum t shikshakshanum alth tkkanrt- 
qultli Ithi wil zilthli amanium. 

Si nous disons que nous n'avons pas de péciié, nous nous trom- 
pons nous-mêmes, et la vérité n'est pas en nous ; mais, si nous con- 
fessons nos péchés, il est fidèle et juste de nous pardonner nos péchés 
et de nous purilicr de toute injustice. 

gai âmltli dum limum alth Min ; amlth liamamltli 
gagaudum alth Ith dakkgiat-Ith ganllmaut giam. 

viens, chantons au Seigneur, réjouissons-nous de cœur dans la 
force de votre salut. 

Amlth dum atadiksgum alth zaltge a dip dum doiukkstge ; 
nilth dip dura gwingiâdiith wil luamamltii gagaudum laiit 
alth limik. 

Venons en sa présence avec remerciements, et montrons-nous • 
joyeu.K en lui par des psaumes. 

Althvvil t Jeliovah-lth widesim Shimoigiat ; ganith 
widesim kingt alth tkkanctqulth shimgigiat. 

Car vous Seigneur est un grand Dieu ; et un grand Roi sur tous les 
deux. 

Zim anontge-lth tkkancsqulth wil lulthi pithapith liali- 
zok; ganith uk nctgc-ith wilctalth. Ith dakkgiatlth sliiks- 
kunisht. 



- .321 — 

Dans sa main sont ton lus lus extrémilos de la terre, et la force des 
nionlaKnes est la sienne. 

Nctge-ilii wilet alili iakkaks, gi net tan zaptge ; gi niith 
ya-anontge tan gwuicliin gaiidanlth Iakk zêziksli. 

La mer i;st sienne l'I il 1 a laite, et ses mains ont préparé le 
eonlinenl. 



24 



III 



LANGUE KWAGIUTL 



LANGUE KWAGIUTL 



La lang-iie Kwngiull compiciul Irois diiilectcs princi- 
paux, ainsi (|Lit' nous l'avons dit : le (^)aisla, ou Gyitaniat, 
l'IIeiltsuk et le Ivwagiutl; c est île ce dernier que nous 
pr'îsentons ici la grammaire ; le vocabulaire portera, au 
contraiic. sur les trois et même sur les subdivisions de 
chacun d'eux, à savoir le Lekwiltok, le .\in)kisli, le Ttalla- 
sikhoala, rAwj'ky'enoq, en dehors de ces trois dialectes 
principaux, et contiendra la nomenclature des mots les plus 
usuels du Kwiha et de l'Ilaishilla. Les divergences entre 
ces dialectes sont assez considérables ; quant aux Formes 
grammaticales, nous distinguerons souNcnt rileillsuk tlu 
KwagiutI, ce sont, en ellcl. les deux hianclK's les plus 
importantes. 

il faut noter fju'ainsi qiu' les aulr<'S langues comprises 
au présent livre, le Kwagiutl s écrit de deux manières dif- 
férentes ; l'écriture adoptée pour la trailuction des Evan- 
giles ne tient pas compte des nombreuses nuances des 
sons en ce qui concerne les consonnes, le texte est ainsi 
moins encombré graphiquement, ce cpii est un avantage, 
mais il en l'ésulte une confusion entre des mots (pii ne 
sont pas réelIcMH'iil identiques, I\(uis avons tléjà lail la 
même obsi'rvatiou pour d'autres langues. Ces signes dia 
critiques, quelquefois pénibles, parce qu'ils -.ont trop 
multipliés, ont été conservés par nous, sauf un seul, le 



320 



puiiiL (|ui suil les n-uiturak's, point qii(> nous avons reni- 
plarc par un parce que son cumul avec un autre signe 
diacritique rend l'impression difficile. Mais nous ne les 
avons pas établis dans les extraits bibliques dont nous 
n'avons pas voulu modifier arbitrairement l'écriture. 

Le caractère général de la langue Rwagiutl, au point 
de vue phonétique, consiste, comme celui de plusieurs des 
langues précédentes, mais d'une manière plus accentuée, 
dans l'accumulation d'un grand nombre de consonnes et 
dan^ l'emploi de gutturales nombreuses et profondes, ce 
(|ui lui donne un aspect de grande dureté. Ces accumula- 
lions ne sont pas d'ailleurs primitives, ainsi qu'il résulte 
de la comparaison entre l'Heiltsuk et le Kwagiutl, le se- 
cond contenant des formes plus pleines, mais proviennent 
d une abréviation extrême, telle que celle que nous 
obser(-ons dans notre propre langage populaire, elles 
sont devenues telles cju'elles comprennent souvent jus- 
{pTà cinq consonnes initiales ou finales. Les gutturales 
ont tiiute une gamme des plus riches qui peut rivali- 
ser avec celle du cpiichua. et celle des langues sémi- 
li(|ues 11 existe même un son intermédiaire entre \c c/i 
dur et le (7; doux allemands. Lue autre gutturale est ren- 
. tlue par /:/' ou i^r ; une autre l'essemble, paraît-il, au croas- 
sement du corbeau. 

Au point de vue de la lexicologie et de la morphologie 
le Rwagiutl présente un caractère plus spécial, car en 
phonétique, il partage sa dureté avec des idiomes voi- 
sins d'origines très dirtérentes, par exemple, les langues 
Atliapaskes. 

C'est d'abord dans la lexicologie la composition déri- 
vante qui doit appeler notre attention : nous la retrouve- 



— 327 — 

ions identique dans une langue apparentée, le Nootka : 
elle existe d'ailleurs chez d'autres familles linguisti- 
ques, la famille algonquine, la famille esquimaude et 
plusieurs autres, elle est très développée ici, elle consiste 
essentiellement à classifier lés mots d'une manière con- 
crète, en les terminant par une syllabe qui indique qu'ils 
ont rapport à tel objet; cette syllabe exprime cet objet 
dans le conglomérat, mais le plus souvent, s'il s'agissait 
du même exprimé séparément, on emploierait un autre 
mot ; c'est ainsi que «/.s-, ixprime le canot, mais seule- 
ment en composition, on dira : la-qs-ut, aller en canot, 
1(1 signifiant aller ; mo-fjs-elii charger un canot ; toutes 
les actions relatives au canot contiendront cette syllable 
générique y.s ,• de même na exprime le corps, mais seu- 
lement en composition; llo/jod-na-la, malade de corps; 
is, signifie l'intérieur de l'homme, seîl-îs, serpent dans 
l'homme. Il est vrai que le mot dérivant n'est souvent 
autre ([ui- la déformation extrême du même mot isolé, 
mais il n'en est pas toujours ainsi. L'emploi d!un tel pro- 
cédé devient un instrument de concrétisme ; la plupart des 
verbes prennent ainsi une base matérielle, on ne se figure 
pas l'action sans son objet ou son instrument actuels. 

Les mots de nombre ofirent le phénomène si curieux, 
(iuoi<[ue bien connu, du détenninanl numéral. Le substan- 
tif actuellement nond)ré ne peut se joindre au mot de 
nombre sans rintermédiairc duii autre plus général et 
louaul un l'ole de ciassificatc-ur. Nous l'avons trouvé 
déjà plus haul dans plusieurs langues; ici les classes sont 
plus nombrcusi's et [)resque infinies, on ne se ctuitenti- 
plus de répartir les objets sni\anL leurs lornies ou leur 
emploi, Mi.iisnii desceml daii^ <l infini'^ dt'taiU, Ir mol de 



— 32S — 

nombre change de «lassification, suivant qu'il s"agi(.crun 
objet plein ou vide, d'une coupe, dune boîte ou d'un 
canot, cette circonstance qu'un objet est plein ou vide 
semble avoir frappé l'esprit : il s'agit là cependant d'une 
sous-classification exprimée par l'addition d'un second 
mot. 

Il faut noter en passant la singulière expression de 
nombres 8 et 9 par les mots : moins deux, moins un, qui 
se réfèrent au chiffre supérieur commun, dix. 

Le pluriel est très faiblement marqué, il n'y a pas même 
de pluriel proprement dit, mais seulement un collectif qui 
s'exprime par le mode le plus primitif : la réduplication. 

Le verbe porte à la première personne du pluriel une 
catégorie qui est rare, quoiqu'elle se rencontre spora- 
diquement un peu partout, celles de l'inclusif et de l'in- 
clusif; on distingue si le nom comprend les deux inter- 
locuteurs, alors il est inclusif, ou seulement celui qui 
parle et une tierce personne, le plus souvent absente, alors 
il est exclusif. 

11 possède, comme quelques autres langues, une con- 
jugaison interrogative. 

Le pronom personnel a deux formes dont lusage dis- 
tinct est difîcile à préciser, il a, en outre, un cas direct 
et un cas oblique dont les racines sont différenciées. 

Mais la particularité sur laquelle nous voulons surtout 
attirer l'attention, rencontrée partiellement ailleurs mais 
qui n'a son plein développement qu en kwagiutl, c'est 
un phénomène qui n'a pas encore reçu de nom technique 
et que nous nous proposons d'appeler V obticisme gram- 
matical ; il constitue une classificntion sub/ectivc. 

Psychologiquement, il se conçoit très bien que, quand 



— 32il — 

ils aii-iulcla troisième pei M);ine,oii n'ait pas ilans tous les 
cas une seule manière de l'exprimer pronominalement. 
Le wo/est tuiif/ue, le toi ou le vous (|ui résultent de l'in- 
terlocution sont restreints, et se bornent à ceux qui 
peuvent entendre ; au contraire, lui, ci/.r sont infinis et il 
va intérêt à distinguer dans ce hloc On le fait souvent 
objectivement, comme par exemple, dans les langues 
Uaiitou et comme dans le KwagiutI lui-même, en ce qui 
concerne le déterminant numéral, en divisant lesobjets en 
plusieurs larges classes : les objets longs, les objets ronds, 
les objets plats, distinction optique aussi, mais inhérente 
;iux objets, et indépendante de celui ([ui parle, puis par 
extension, en les classifiant d'une manière plus intellec- 
tuelle : suivant qu'il s'agit d'objet de cette classe ou 
(1 objet de telle autre, on emploieri un pronom de la troi- 
sième |)ersonneililï'érent. Mais cette classilication, au lieu 
d'être oh/ccfivr. peut être suù/rr/ive, on ne s'inquiétera 
pas de l'objet en lui-même, mais ilc la situation |)ar rap- 
port à celui qui parle, proche ou éloignée ; s'il est 
proche l'est-il de l'un ou de l'autre des interlocuteurs.' 
.S il est éloigné, est-il encore visible ou ne l'est-il plus? 
r/est l'idée de lieu qui domine. D'ailleurs n est-elle 
pas déjà au fon<l de la distinction universelle en trois 
personnes ' Le plus près, c'est sans contredit le moi, 
puisrpic c'est h- point de départ ; c'est ensuite l'interlo- 
cuteur; si l'on |)arle à voix basse, cette proximité doit 
être extrême; cm loul cas. il cs| habitui'licmcnl pUiN 
procln- (pic tous les autres ; la personni' dont on parle est 
par hvpolhésc plus éloignée, elle es! même le plus souvent 
absente, (^)uoi i\c plus naturel que (\r développer cette 
distinction davanlii-fc et de ciêcr des dcij-rés intenin- 



— 330 — 

(liaires : celui ddiit on paile peut rtre quelquelois présent ; 
s il l'est, il est proche de celui qui parle, ou proche de 
l'interlocuteur, il peut être éloigné des deux et cependant 
rester visible. C'est cette sériation nette qui s'est imposée 
à l'esprit du Ivwagiutl. Cette distinction entre la présence 
et l'absence se trouve d'ailleurs en germe dans celle entre 
l'inclusit" et l'exclusif. L'expression de la troisième per- 
sonne par un seul pronom, toujours le même . tel que 
l'emploient nos langues, est bien pauvre, il est vrai que 
nous la différencions par le genre et le nombre; celle 
usitée en RwagiutI est très riche, mais plutôt faite poui' 
la conversation que pour le livre. 

Cette méthode optique n'a pas été employée par le 
langage, seulement comme expression subjective, elle l'a 
été quelquefois comme expression ob/eclh'e. C'est ainsi 
qu'on distingue dans d'autres langues pour le pronom de la 
'■V personne si la personne dont on parle est debout ou 
couchée ou accroupie, c'est encore de Topticisme, mais 
qui n'a plus rap|>ort à la personne {|ui parle. 

Cette distinction entre la présence ou l'absence a per- 
mis de fragmenter non seulement la troisième personne, 
mais aussi la première, de là l'inclusif et l'exclusil ; la 
première personne au pluriel est en réalité soit le mélange 
de la 1" et de la 2" (deux présents) soit celui de la 1" et d(> 
la 3' (un présent et un absenti. 

Ce procédé est évidemment matériel et doit être très 
ancien. .le vois ou je ne vois pas; je vois plus ou moins, 
déplus ou moins près, la personne dont il s'agit; c'est 
d'après cela que je la classe, d'après cela que je me la 
représente, (jue je la rappelle à mon esprit, lorsque j'ai 
dit une fois son nom, ou même que je la nomme pour la 



— 3;}| — 

première fois; dans ce cas, je la montre sans doute en 
même temps du doigt si elle est présente. 

On peut dire que le pronom ainsi développé contient 
à la fois la distinction auditive et la distinction optique ; 
la première existe entre celui qui parle et qui fait en- 
tendre, I interlocuteur qui entend, et la troisième per- 
sonne absente ou éloignée, qui n'entend pas ; la seconde 
existe entre celui qu'on peut voir de près, celui qu'on 
voit de loin et celui cpii est iii\ isihle. A ces distinctions, 
lorsque la mentalité se développe, s'est joint une autre 
plus profonde celle entre le moi, (I"' personne) , le non- 
moi relié au moi par l'interlocuteur ('2" personne) et le 
non-moi uJ' personne). 

Ce sont les trois distinctions siiù/ci-/nTs ,• nous n avon> 
pas à nous occuper des distinctions où/rcfives. 

Mais le Ivwagiutl fait de l'opticisme une double appli- 
cation s'il s'agit du pronom possessif. Lorsque je dis : 
le livre de l'riuius. ou plutôt s<»n livre, étant entciulu 
que so/i se rapporte à Piimus, si je me pose au j)oint de 
vue lie la proximité locale, j'ai à exprimer si le livre 
est |)rès de moi, ou de nujn interlocuteur, ou visible ou 
invisibb- ; mais je dois dire en nuMue lem|)S, et ceci peut 
sembler un luxe, si l'rimus lui-même le possesseur est 
|)rès de moi, (ju près de mon iuti'rlocuteur, ou visible, ou 
invisible. Ces deux expressions vont se croiser en tous 
les sens ; le livre peut être près de moi, tandis (|ue Pierre 
esl invisible cl iiièmc absent ; on aiiroiilraire c'est l'ierre 
qui est près de moi ou ili' mon interlocuteur, l't le livre 
(pii est absent. Il en résulte une grande i()nq)lexite. mai> 
uru' graiule |:récision. Seulemi-iil (ui peut se ilemander 
si la(piestioii opli(|ueest bien inli'ressante en ce qui con- 



— 332 — 

rerno le possesseur. l'^lIc ne l'est |ias sans doute pour 
l'ensemble de la proposition et au point de \nv subjec- 
tif, mais elle peut l'être en ce cjui concerne les rapports 
entre le possesseur et le possédé, rapports qu'elle fixe 
indirectement en les mettant l'un et l'autre en relation 
optique avec celui qui parle. 

Il est à noter que cette double relation dans le pronom 
possessif est marquée aussi dans plusieurs des langues 
qui expriment non la distinction subjective, mais la dis- 
tinction objective à la IJ'^ personne. C'est ainsi que parmi 
les langues Gafrcs qui classifient objectivement certaines 
comme le Suahili, ne marf[uent sur le pronom possessif 
c|ue la classe du nom dominant, là, le possédé, tandis que 
d'autres, le Cafre, marquent à la fois la classe du possédé 
et la classe du possesseur. 

Cette double distinction n'existe naturellement pas à 
la première ni à la seconde personne, elle n'apparaît et 
ne peut apparaître en Kwagiutl qu'à la troisième. 



l'IU-liVIUiHI''. l'ARIiK 



GRAMMAIHK 



La lnii^uc ha'rif^iufl pusscdc pliisiciir.s ilialcclcs. 
Kwa^iull et le Ile' Ulsuk. 



1'II().\I;TI(UK. 

Voyelles : n,n,c, k, i. <>. ii . 

Consonnes : />, /) ; n' : /ii : i;//, hcli ; :,'. /. ,■ i^li . I;li : t/. () . 
)/, r/i ; dj,n: v, As,- \(\ Icj: (IL tli: li . 

Les V()V('llc> s (''lirniiK-iit lacilcmciil , d ou do ( oii^^lo- 
niérats de (•()ns()iine>- ([u'il sciuLIc (|iU'li|iu'tois iiiipossiMc 
de prononrer sans insérer un < iniicl 

i^es sourdes fl les sonores ne >(■ disliii;,;uciil |»a> lueu. 
s et Is ont souvent un son (|ui s'a|)|ir(ulie de c et île li\ 
e'cst-à-dire (|ue les dents sont laissées de eoté et que 
rartieulation est |)ost-alvé<daire 

Le son /•■'■/' «'si une liu;^iu) |ial.ilale auh'iieure «'l re- 
snnlilc au rioas-^fiiiciil du (nilieau. 



— 334 — 

Voici les combinaisons initiales de consonnes dans le 
dialecte Hciltsiik. 

B<^ ks, k/i/is. Lchk, clin), y/.', inLi/.s// 
khkrli, krhqh <Ji 

khp, kchp, (jll. 

khs, kr/isk, 
kkf, 
khi s. 



tss. 
Ces accuinalatioiis se sont formées par ties élimina- 
tions de voyelles, ainsi que létahlit la comparaison avec 
ie'k^vakiiitl. 



.sy. 


Ikh. 


///,-. 


ss . 


Il kl/. 




srhs 


h/kk. 


Ilkk. 




N/s. 


llvli. 




tf/ll. 


Ilvkh. 




Ickl. 


II.,. 




IskI, , 


Il (/Il h. 




/.SY/, 







IlEII/rSl K, 


KWACllLLT. 


Parler. 


l/^iu/lû. 


h^guaUi. 


Œil, 


kkks, 


kJia'gakhs 


Veuf, 


kliki/ffsit. 


kkckt/â'sil 


(Bark), 


f/k'uin^ 


(/a 'l,-'!i/}> . 


Canot, 


s(/(un , 


sE/jc/n , 


Sauter, 


t(/uil. 


lu'g'uil. 



Les mots ne se terminent pas par une sonante, ni 
|)ar te ou kck ; on trouve les groupements finaux suivants. 

h'k. 



Khk, 


kkkk 




m lu 


■h. 


inp , 


Iks. 


r/l. 


(jk. 




l'h 


nk, 


k. 


lllck . 


kks. 


kk</l. 


lukk 


,lkk. 


//y. 


y.sV 


vil. 


iii.'ick 


'/s. /v/.v. 


ml. 


Lh, 


Ilkk. 


l'h 








Is. 


ni. 


Sk, 


I.skk, 










/U.S. 


si. r/sl 


r.skk. 


Ikh. 










IKS. 




Xik, 


Ilkk, 










I.s, nl.s. Ils. 





— 3.?5 — 

II 

LKXlCOLOGir- 

I" m: i.\ niiarvTio.N des mots i>\h i>éiu\ atki.n 

KL DÉRIVATION COMPOSANTE. 

Beaucoupdc mots apparaissent dans deux formes séparées, 
I (lie dépendante et celle isolée. La dérivation ne se fait que- 
par suffixes. 

Xous dési<^n<>iis les dciix dialectes par K et II. 

K. — iiili-l(i. environ, fie l;-uilila, se mouvant 

ici et là. 
liil.-nilihi . campant ifi et 
la. 

K. — wlald. le lon^ de. pour les objets ronds, se" 

compose avec -nuls. 
(•('tté et pour les objets 
plats avec' ez/c/, le tran- 
cha ni. 
/,//// /.s-/ui/.s-K/i/n//i.sc pro- 
iiiciu'r le lonj;' il objets 
ronils. 
khfi i.s-vjif/-\.ni(tl(i , se pro- 
mener le lonfj d'objets 
plats. 

K. - // toujours. '////(^/(/«///-//.iloimant tou- 

jours <les couvertures. 
1x11/ litil.u l(i-ll , nian^^'caiil 
tou|(uii's lie II cliair 
liiimainc. 



3;«> — 



K. II. 



K. Il 



iklin. 



-siapc. 



K. II. — rsia. 



K. W.—iki/a, 



K. Il 



-is. lis. 



K. — 



IfSiC. 

II. — y/r. 

Iv. 11. — poc. pod. 



nariiii. Dvjfaklut'-lit . tirer tic par- 

mi um- boite pleine. 
■ nui' ldi-(il;li(i . jeter parmi. 

avant-Uras, ((y-.s7V//;r,a\ ant-bras; tPct- 
siapf, |:)eau de lavant- 
bras ; l<hiikluil-si((pc\ 
peau des avant-bras. 

autour, IJiii'is-i-sta-ln , se prome- 

ner autour ; lo-c'sla-lti, 
aller autour ; an'cs-fa. 
bord. 

en arrière. (nv-ïkyd, osk tiiiic -ki/a, 

çnaivxève „nii-c/iîki/cii/. 
frapper en jettant en 
arrière. 

rivao-e bord. /r'yo-i.v, large Ijord ; ^r/ /.- 
Ao-i'.s.driltwoodsurleri- 
vage : cigi/ispal-is, ciç;- 
1/ispnl-is, sand.spit sur 
le rivage : ciiii/is, sable. 
j)(i, point lis. rivage. 

corps, nko-na. corps ; lUup^-a 

iKi-la. malade sur tout 
le corps. 

le fond de. ^/-(^.v/rjefondd unechosc, 

id. klii/ii-//n' . eoclie d'une 

tièclie. 

poitrine. o-poc, poitrine ; hakli- 

()po(\ os de la poitrine. 
Is iô-poa, id. 



— :«7 

Tv. M. — à, (ja. appeler, 



K. II. — (jsa. y.s. en canot, guâqsala , s'asseoir en 

canot ; la-r/s-ut. aller 
en canot. 

K. II. — /.s-'e.s, /ES, capable de, d(y(j-ts\s,\evoyax\V.klia- 

na/Es, capable d en- 
tendre. 

K. — c/sila, prendre soin mamu-c/sila , prenant 

de, soin des filets de sau- 

mon. 

K. — ne, le coin de, <(ud-në, s'asseoir en un 

coin. 

K. H. — us, iv, lia, f/ lis. pays, (àtv exté- bEgus , homme <lans les 
rieur de la bois"; tina-us. se tenir 
maison, dehors; hcsta-lis. au- 

tour du monde. 

K. 11. — f/u, en bas, /«-c'a, descendre; A/r^vVs/'- 

(ja-la, id. 

K. II. — /ns\:ln. en aval, la-tuse la, descendre la 

rivière en canot. 

R. II. — atoc, (ihxi, oreille, is'cini'lola , lorcille vz'^ 

malade. 

iK'dlisod-KtOfi , les deuv 
I oreilles. 

K. H. -gi/ilis, leire, latfi/ilis , aborder (/<. . 

aller'. 



— 338 — 

K. II. — nqt\ le bord. timni-nf/r anui petit, 

ii(/c. le bord) le plus 
jeune enfant. 
inakha-nqa-ut le long). 
jeter le long de. 

— pis, -ilbli. habile, un kh-pis . ivrogne ; 

habiter. na'hii-iikh . id. 

— qstoe, (/stoii. œil. <iAchsO-qstot\ aux beaux 

yeux. 
/iô'ba-(/stoa,\es cilsi/j<>/^<', 
poils). 
— zmar. znw. face. nu'mnatlz-moc . deux 

faces. 
— fi/iE/n. SEW faire q. chose /,7;/".s-///('. peau du visage, 
avec le visage. ,,Y^.ya_^.£,„_,./,-,7_ regar- 
der, en haut \(iikija. en 
haut -c/iif, verbe suf- 
fixe) — voir — côté 
extérieur d'une chose 
ronde. 
— khaùa. lo jilus loin. iiikya-khaùa,\<-- y>\u^\o\n 

en haut. 
— f/llala, feu. hu'n-qtlala . chaudron 

sur le feu. 
kh'ëqtlald. beaucouji «le 
feu. 
— sitsi\ pied. kliod' klioach-sJtsi.àoV^ii 

de pied. 
otjlldk-si'tsc. le talon. 



— .i35) — 

K. II. — (7 or. -rVo(7, le front, aik)/~rioë, joli lau beau 

front). 
tlàkh-eioa (headring of 
cedar bark). 

— /,9E.<, fragment, quakunfl-tsEs , fragment 

de canot. 
— aiala, aller chercher, Art '/ta</rtïW<2, aller acheter 

(to go to look) un fusil, 
for. 
— ^.sEm, un groupe, iiy<'\(jsv.in, un groupe de 

chefs. 
-(sana -s/, 1/(1 nu, main . khEnif/ôtl-tsâna, la main 

gauche. 
— k/ira. la tête, ft\ik/i-/,héa, la tête nue. 

— mtl, couverture de //if/ n -ni il, masque (cou- 

tête, verture de tête pour la 

danse. 
— </tlcc. partie de der- ""-y//''V,arrièrede canot, 

rière, walà-qtl('lihs\,x plusjeune 

lîUe. 
— tso, /son, dans, la'-fsna. entrei'; fs'êc/t- 

Istilii, mal de tête (ma- 
lade à l'intérieur). 
— ".'/"• iiistruiiK'iil. si-\\-(ii/(i. lAnxi.' \ (/f-ii'i/o, 

couteau. 
— tli, intérieur de i^oa-if/, êti'C assis à la 

maison, maison. 

— '*> intérieur de scil-is , serpent dans 

riiominc, l'homme. 



— 340 — 

K. H. — /sr. -ki/a'oc. grand, ,i^y/,-/.sv', grande maison ; 

f '(' s K /« - fil/ a 'or, gra n d e 
pierre. 
— gi/iln. -lia, faire, hâ'mg-gila. mourir : lui' 

iatl-ila. raccommoder, 
réparer. 
— nnl<ula. mouvoinent. khr'i-nakula , aller droit 

ilevant soi. 
— acjstr. r/tr/'r,\a bouche, /iii'-/i(ii/sf('. I)arhe ; /la/) 

(jta c, id. 
— -ctlqii'oc intérieur de la wap-ctl qnoê, salive leau 

bouche. dans la bouche. 

— siwaé, embouchurede tliu-f!ï\vai\ embouchure 

rivière. de navire avec des ra 

cines de trèlle. 
—f/noë, f/fi'oa , le cou, oqa'or. cou ; tValihqn on. 

collier d'écorce de 
cèdre. 
— ki/(ila.-ala, le bruit, kh'ônnhsîùa-ki/ala , lan- 

gage des blancs; bgiid- 
la, parler lun hommei 
khki/ala , parler lunc 
femme). 
— itlpn, le ne/., a7/,"-?///jfl,saignerdunc/.. 

— lntlv.(l(i}, sur, (un toiti, guii'IatUla. être assis sur 

une ciuîise. 
— tsuc. tsoa- sur un f;/iii' Isv.l-tsuc , niarciicr 

objet plat. sur une planche. 

ti)'-ts(t(i, id. 
— ki/ena, sur un i,';//^/ -/lyr/^^/, être assis sur 

objet long, un objet long. 



— 341 — 

K.. II. — kijitl. cil lacr. r?Ky-/iy/<V«,vis-;"i-vis d'un 

rocher. 
— sut, de l'autre côté, khor'-siit, loin de l'autre 

c(")té. 
— oelfson, liors de, /ç»'-f>//;5oa,sauterhorsde. 

— ay.sv, hors de la mai-g-àtt-^/sê, être assis hors 

son, de la maison. 

— ili, dehors dans les d'a/)i7s, tn flood '^round. 

bois. 
—so, participe pas- A/'/'//(c//,//(^//rt-5(5, le haï. 

s if, 
— sakh'io. le pénis, nuxf-salihàO. avec le pé- 

nis lié. 
— cnof/. -iiif, le peii|)le, tlasldi'-c'not/ . le peuple 

-Il lu. de l'océan : 

incCif-i'iwq, peuple pour- 
suivant en secret. 
hal(] -f'noq , baleine qui 

tue, meurtrier. 

kh()kh(iit(/ , peuple de 

klidkltd ; //tif/dsik lio- 

(ilii, peuple de l'océan. 

— as. -iKfus, place habi- (^i/o'lo/ as, lieu du mar- 

tuelle, souin. 

ou (|.c.estfaite, IJiui'Ids tv.rits. licudeléte. 

— atsc. réceptacle, /nK/rr>-/^//.sv,mortierà |)iler. 

— pa. -/)ik'. pointe, rVi'Ac//-/;^, à i)onnc pointe: 

ni()'(/-i)ikli . colonne hé- 
raldi([ue. 
— huila. laire semblant /«('y^/-/'////*/ . luire scui- 

tle, bhnil \\r ilipiiinr. 



— 342 — 

K. H. — numa, avoir dessein /i/t'fi/,/iofIû'-/nj//ta , venir 

de, pour apprendre. 

— kha, atteindre, (a'-kha, to go past. 

— ki/aso, réel, hRoit/i'/fum-kj/asô , \\n 

lîomme réel. 
— mût,-rioa, un reste, ha mût, reste de nourri- 

ture ; 
hâmas-aoa, id. 
— mp, parenté, aii'-mp, le père. 

— fiiilf, côté d'une ô-'nutl-Emr, la joue, 

chose ronde, 
— pifù, pi. petit, gyok-pïtu , pi. gyôk-n/K- 

mEfie', -oé, n^q, petite maison. 

giik'ôë, id. 
— p'alu, le goût, ûaq-p'ala, le goût de fu- 

mée. 
— a, pierre, g«^//-a, être assis sur une 

pierre. 
— khanic, superlatif, noJo-khanu\\e plusgrand 

fou. 
— tlf, la surface de g7/î7o-^/'<^, glisser sur l'eau. 

l'eau, 
— p-'a, goût, aikvhp'a, doux au goût. 

— qsi'oa, à travers, Iti-qsi'oa, traverser. 

— -Eiiq, le temps de, tlî-v.nq, le temps de pot- 

la tch. 
— chc, -chsia, la dent, /r/^oycA^', brèche dans les 

dents, ayant perdu une 
dent. 
llnqoii-chsid, mal de dent. 



É. 



— 343 — 

Il — (jto'c, le bout, ^'^«a'-y/oa, s'asseoir sur le 

bout d'une cbose. 
— kiiaë, bout d'une uv'-/ryaé,pasentièremcnt 

boîte, plein. 

mis, un nrbrê, /w açru-mis, éi'able(feuillr 

arbre). 

a'noa, sous, tù-àput , se promener 

dessous. 

(istâ, dessus tl'z/)ust(Vla, monter sur 

-s(tsfr<ra, montagne. 

d ôf/-zus/i'a'à, regarder en 
haut. 
—rhit. -il, -la. suffixes tl'àpchit , temps de la 
verbaux, marée. 

tiakh -il, l)oire; tlàkliôd- 
hi, être malade. 
—1,-ut, verb(> actif, /« A/h//»-/ , se couvrir le 

visage d'une couver- 
ture ; laqsà-l , charger 
un canot. 
nti' klt'-f(/sl, ayant suil. 
li'ifj-fita^ sauterdans l'eau. 
H'hiiii/f/'f'i po-is, le fond de 
la ni('Vjr/f/(\\ttnil:ii/>(ir/, 
sous, is, eau). 
-/i/ia, -/,/ia.s. feinuie, //o/c-k/ius, nièce; a'f'n- 

-a//.sE/n, -/:s, l;lui , |)ct - daughter ; 

lif lnl(/ul-nt/sv.ni Snn\mc 
l$il(|ula ; ftiKMii\i/a-/i/t's. 
su'ur. 



— ry.s/ , 


avoir 


bcso 


— sta, 


eau. 




— is. 


dans 


l'eau 



34'. — 



MOTS DK NOMBRE 



Nombres oahoinaux. 



1 riE/n , 

2 matl. 

3 yutq, 
h mil, 

5 ski/ a, 

6 khatla\ 

7 atlibu 

8 mâtl-guanatl, 

9 na-riE/no, 

10 lastit, 

11 ri^'ni-(iyu, 

12 mâtla -gyii, 

13 i/utqwâgijù, 

14 mu -agyû, 

15 sA:j/'a -gyii, 

16 khatla -gyù, 

17 atlibu' -agyu, 

18 màtl-guanalt agyu. 

19 /i^' -fiEmô-gyU, 
aO matl -sKmgyustnù, 

21 na -n^mkh -(lia, 

22 matla-nla, 

23 yùtqa-ùla. 
24 

25 



I WE//. 

2 W(7//. 

3 yutq. 

4 /?î«. 

5 sky'a. 

6 khatla'. 

7 matlaaù's. 

8 yutq-ùaùs. 

9 mâ'-m^nP. 

10 ai'ky'as. 

11 mE/i -ëegyu. 

12 /H(7/ -agyu. 

13 j/«/o -agyu. 

14 /w« -a'gyil. 

15 sky^a -gyù. 

16 khatla -gyu. 

17 /fiatla aù's -gyû. 

18 yutq-ùaûs-gyu. 

19 wc/' /uE/ii'' -agyu. 

20 masK mkôstfyo. SEm- 

kuisteùa. 
1\ mEue'khaôla, 

22 matla -ô'ia. 

23 yutqa -o'ia. 

24 mokhoâ -ola. 

25 sky'akliti -n'Ut. 



345 — 



30 yûtq-szm gyusla ù , 
.'Jl yCUq-S%mgyustaù hï- 

niisa fiEfii , 
40 
50 
60 
70 
80 
90 

100 la kint, nzm-p eu y a "07, 
200 rncitl pznyàgi, 
1000 lo'(j SE/nchît, 



30 yulf/suk. 

3 1 yii/f/suk£^yi<^yi m vjiuk 

40 mokhsu/c. 
50 sky V/ '/isu/i . 
60 khatlai chsuk. 
70 mat.iû'ùkaùs. 
80 yutqsCikaùs. 
90 //?(^/ inv,nE(hsùkoa. 
100 opEiiv listais. 
200 niatl pv.nvtlistais. 
1000 loqsKmch'if. 



Kn Kwagiutl, le nombre /(//«V est formé de deu.r, et le 
nombre /Jt'«/' de «« ; cela signifie, dix moins di-ux et dix 
moins un. 

En Heiltsuk, le noml)re se/v/ est formé de deux, et le 
nombre /?uiV de /rois. l^our(|uoi ' Neuf est formé il un, 
c est dix moins un. 

Le nombre un présente une inversion suivant les dia- 
lectes riKfn et niEri. 

Le déterminant numéral existe en cette langue en ce 
sens que les noms de nombre prennent une terminaison 
dilférente suivant certaines catégories d'objets. Ce sys- 
tème s'étend davantage, et le mot de nombre |)rentl, en 
outre, tous lea éléments de dérivation composée <(ue nous 
avons énumérés dans la lexicologie. 

Voici les principales classes en llcillsuk. 







un 


ilrilj- 


Iniis. 


(JbjelN i 


n\mi-> 


,n,n o/c'- 


mii-iili) /'■, 


yi}(iii'\ 


KoikIh, 




niv n-s/cliatii. 


111.1 smi. 


yiiii/-.snii. 


l.ouB.. 




lin: ii-ls tik'h. 


111,1 -s„U,, 


w( l-(ll.^•'u/. 



1. 



- 346 — 

Plais, ntKit^aqsà, niritl-qsd^ mtii-sd. 

Le jour, Op Enfouis. niùtt-penf'quls. ynlq-penequls. 

Le fond, iipznlicli, mfilt-p vnkch . yiitfj-p'>en/!ch . 

Groupés ensemble. mnlt-oiilt. viil'-oîill. 

Groupe d Objets, HEm-tsmûlautl. mdll-tsiiwls iill, yutq-tsmû'is-'utl. 

Coupe remplie, miLn-qila'ta. mali-aqtluUi. ru tq-tla'la. 

Coupe vide. niEn-qtlii, Di.i'tl -aqtla, yn'tq-llti. 

Boite pleine. iHEn-skhiim:i lu, iii:i-ST-m:da. yii tq-SEiiiâlii. 

Boite vide. niE h-sIkidi, iiiri-si.m, yi'ilq-SEiti. 

Canot chargé, iiiEit-ts ti/.li'\ ni.i -Is ii/:lii', yùt-uts->ailii>' . 

canol avec équipage. un n-ts'akhis, uin -Is akli-la, rùt-uts^a/ihlu. 

Ensemble sur lerivage, mù'-alis. 

Ensemble J> la maison, mu-a lill. 

Comme on le voit, il n'y a pas, en réalité, modification 
du mot de nombre, mais seulement adjonction el'un 
déterminant. 

Nombres ordi^.vux. 

i" gyr/'/a; 2" a'tl-'it; W wana kifa ; le dernier, H'a/«V///r,- 
d'abord gyàlvh'it. 
Le tout en Hcdisuh. 

Adverbes numiîraux. 

1 foi.s-, dpenchit^ 2 mâtl-jm nchit ; 3 ijCtt(/-pz'nchit ; 
h^ mû-pEnvIlit ;b'' sky'a-pKncliit ; dix ïois, hnitlô-pEnc/tif. 



III 
MORPHOLOGIE 

SuBST.^NTIF ET AD.IECTIF. 

Il n'y a pas de pluriel proprement dit, mais seulement 
un collectif dans les substantifs, et celui-ci s'exprime 
par la réduplication. 

Bci^uâ'/uini , homme ; l)rliv.p;iiâ'iium^ un groupe d'homme. 



— -.wi — 

KIki inila, un cerf ; Llinl.liti' mêla. 
Tf. sK/n, une pierre ; / r'/'asE/n. 

l (tij pisin , je suis ;iii iumeur ; àiùaf/pisùds, nous 
sommes des fumeurs. 
TIeI, mort, pi. tli-'thl. 
TsEfildui , malade, pi. IsctsEr//,//. 
Le pluriel du verbe se lorme de In même faeon. 
L'indice du génitif est is. 
Qôn('>'k'^ is Nantse, l'enfant de Nantse. 
De même l'adjectif. 
Khc'lit/as is tsk/ienifili, un grand pays. 

PHONOMS 
Pronom «k.monsthaiii- 

On distingue (|uatre distances. 

A // 

I. Près de celui (|ui parle, — ikc/i, — l,i/. 

1. Prés de celui à fpii on |)arle. — //«•/. — wy. 

;{. Eloigné visible, — <', — a (r). 

'\. Kloigné invisible, — <'', — atsiêtu). 

l<]\K\ii'i !■: : 

( lelui-ci est mon père. 

1. K. h//i-niE/i (ttiipilicli. II. rtiski/ itù'inp. 

2. K. Yii'rnErt ô'mpuq. 11. iirsuij (tiiinp. 
'.\. K. Ilifnn.ii <>'tn[)i\ IL ni' se ait ni p. 
't. i\ . Ilii'nn.n o'nipr. 11. iir'si/.s aiiiiip. 



— 348 — 

Rn Kwagiutl le pronom démonstratif indépendant est : 

I" Gyat, '2° i/iit 3° ^visible et invisible) hët. 

Au pluriel V" gi/nc/daofj, ^1° yHr/dao(/, 'i" hcqdaoq. 

Pronom personnel. 

11 a deux formes, il semble pourtant n'en avoir qu une 
en Heiltsuk, l'emploi de ces deux formes est difficile à 
déterminer. 



K (nomin. 




K CaccusatiI' 


11 


1. N'ogua, yin. 




gyaq^n. 


no'gua. 


■1. Sô\ yntL 




sôt. 


kli(/sô. 


Pluriel. 








1 " i n c 1 . No gu a n (s . 


yir 


its. gya'//v.nst. 


noguants. 


P*^ excl. No^wanufj 


y^ 


nufj, gyarfEnuf/. 


nogua'ntk'. 


'1' Soqdfifj, >/o 


oda 


qôlt. 


hhaehsonea 



La double forme n'existe qu'au nominatif. Voici les 
exemples de rem|)loi. 

C'est moi. nogiiEin. 

Qui fera cela ^ moi, y in. 

Oui fait cela ? moi, nogua. 

.lirai, noguuatl. 

Toi (en réponse) yutl. 

La racine de la 2° personne est so. 

Pronom possessii-. 

1" En kwagiult. 

Sing. P* ]). n, 2" p. {5,3' p. s ; Plur. P" p. incl.//^ç, 
excl. nuf] : 2' p. is daoq, V p. daoqa. 



— :wj — 

On multiplie cette expression par Tindication de la 
j)n)ximité de l'objet (de 1 objet possédé). 

1" Près de celui qui parle. 

Mou j)ère, qii\i/in dmp-ikch ; ton père, i/ka'ijàiky ; notre 
père incl. f/gj/i-nts o'mpiltj, excl. (jg;ii-niu(i o'mp-ih/ : 
votre père, «7^7/ a-s-danf/-il;q. 

2" Prés de celui à qui ou parle. 

\. (Jk /t o'/np-uq, 2" qu-q a-s-uq, l" pi. incl. qh-nis 
omp-u'/, excl. (/K-nuf/ onip-uq, 1' quq as-da-o-quq. 

3° Absent visible. 

I. (>K-// (l'inp-a, 2. qa'-s-a, pi. I incl. (/v.-tits ù'm/i-u. 
t^xcl. t/K-fiuq (lin pa., 2" qà'-s-dao-qu. 

4" Absent invisible. 

I. <Jv.-u o'nip-c' 2. c/-rt-'sc pi. 1. incl. qE-n/s o'-nip-r' . 
e\v\. qE-n/s n'/np-c, 2" (ja-sdao-qe. 

Tkoisikme l>KKso^Nll:. 

Son pèr*', 

Oistiinci' (lu possesseur. 

Dislance de. i oh- pios de celui pit-s lic l'iiil<i- ahsiMil visihU- absent invi- 

jet possédé. ijui parle. iDiiitiur. sibli'. 

l'ii^'s <li' celui ) i</-)/if ô'iiip- \i/it/l;\f iiip- yi(i-kjie II iiip- rn/hyeo'ni- 
ipii pailc Ityc's, /(Yii-siK/, /iVci-sc, p-ya-asf.- 

l'ci-s il. I iulcr- yir/-iii/ ô'iiiy- yiii-iif/ n iiiji iii/s. y iii-ik/o m iliii/-yir/iiii o mp- 

loculiur. mi-siky, sf. iitf-.if . 

AliH.ul \ isilili- ) u/ ii'inp a- yn/ (nii/i ii-sut/ . yii/ u inp-n-s, vu/ diu/iAsi- 

siky. 

AliHi'iil invisible lu/ uiiijii'- yit/ iiiDii-r-siiii. ri</ « "'/'-■'-■'■<', .>"/"'"'/' ''■ 

Sl/i). àf. 



— ;<5() ~ 

Leur père. - 

Mêmes formations : ijiqkye ùinp-daoq-kyen. 

ômp se compose de r/, racine de a^va etKmp, désignant 
la parenté : ri-s, ton père se compose de â. mva etde s, in- 
dice de la personne, omp y a été supprimé. 

C'est le sui)Stantif lui-même qui marque le degré d'éloi- 
gnement, la personne n'est marquée que sur l'article qui 
précède. Cet article se forme lui-même par r/, s, ts ; en 
général on emploie y pour le sujet et l'objet et s et /s pour 
le génitif et l'instrumental. 

Les pronoms desdeux premières personnes ne marcpient 
la situation que de l'objet possédé, le troisième manpie 
en outre celle de l'objet possesseur. La place du posses- 
seur est indiquée entre la caractéristique du pronom, y. 
.s-, /A-, et sa terminaison, et est ainsi affixée au substantif. 

Exemple d'emploi. 

hë%m \\'a'tld%m qn o'mpa. cela la parole à mon père, 
c'est ce qu'on a dit à mon père. 

liëKni Kva tld^m sEn o'/iipa. ce de mon père le mot, c'est 
ce que mon père a dit. 

/iPE/n a'a'/ldEm/l fsfi ô'/npn, c'est ce que mon père dira. 

gyukoa seii o'mpa, de mon père la maison. 

qn o'mpa aq'etEk, mon père prit cela. 

ts'alsEm (ItEmtliiq la (pi ompa, donne mou chapeau à 
mon père. 

f'ap'etEUtla qi/is/,i//i/ikt/a'//u/,c/i , je brisai cela avec 
mon marteau ici. 

q/i'o'mpa aq'c't fs/i tltEmlld . mon père prit mon 
chapeau. 



— 851 — 

Si la phrase conlicnt un pronom interrogatif ou dé- 
inonstratiF, K' pronom possessif y est agglutiné. 

K'î'dE/i liki^ayâ ? Où est mon marteau ? 

irt'/iK/i n'nipa ? Où est mon père .' 

i^i/en nii^i/in ômpky ne'ki/a, mon iei — dit ceci. 

/ic'niE/i o'mpn nr'/,//a, mon père (aljsent) a dit cela. 

'^'agglutination se fait aussi au substantif : 

litfv.m iiiiipc, ou hâ'eni ft se, il est ton père. 

Même au verbe à l'impératif. 

S^hc'tsôs fftKfn/liifp donne-moi ton chapeau. 

PkonoM POSSKSSir SUUSTANTII-. 

f.e mien I.c tien l.e udirr incl. Le iiiUre i-.rrl. Le viiln' 
l'i'èsdcM-eliii iin-siky, lio-siky, wi-sinl-si/iY. iiii-stiiu-ij/irli. hii-sdiKi-i/lyy. 

c|iii pailo : 
l'r'is de I in- iiu-siii/, li<j'-stii/. no'-siiil-saq, imsi iiii-iju<i, lui -/tdau-ijiKi, 

Irilocuteur : 

.MjSfUl vi- Illi-Sl-, lll>-st>. (/Il -.SK/I/-.SC, /(O -.SF/IH-(/i\ ll(l'-Sllai)-iji', 

siblc : 
.Misi'nl iii- iiii'-sr . Iiii-si^, iio.siitl-X'\ iiu -si.iiu-i/r, l/n'-sdaii-iji^' . 
visible : 

Le siKN. 
DislaïKC du posscsseu/'. 

Distance de I oh- pn\i df rrliii (/ai /iirs //,■ I iiilri- alisi'iil %isil,h ulisi-iil invi- 
jrl posséili'-. parle. luculfur. sihtr. 

l'ii'sdic-cliii i|iii liiis-/iy;i-ilii/ifh, li(is-iy:i -iliut/, liSis-/iy:i lili, //a.ï-X v.i'-//»', 
|„.rl,- : 

l'irs de i ililtr- lia.'<ii-i/llrf-/.h(/;<li,lia.s-iii/<ii\-/.llili/,/ca'<-ii-iioa.ill,lias-ii'iiuai-lll<' 
U,vu\rny ; 

Ahsi-m visil.l.- : has-o-hhilirli. lias-,,-khii,i. h,is-,-kh, liiis-o' -khe. 

.Mis.Diiiivisilil.- Ii,is-r-kliikcli. Ii,is-fj-kl,,i,/. Inis-r-ikh. /ia»-'-'ii-X7i.'. 

bi:i'it. 

// o.i-dfK >//-/,// Il /,'■// //, A . 

l']!! Ilrillsiil,. 



— 3.52 — 



PnoNûM l'ûssESsir. 

Sing. : 1" p. khs PI. : 1" incl. khants 

excl. khantk'^ 

2» (ô).v ■> {ô)s l 'ïyec .»-é(lu- 

i pJicationtiu 
^' *"■ •^'' '^ ) substantif. 

Il faut aussi dans ce dialecte distinguer aux deux pre- 
mières personnes la situation de l'objet possédé et à la 
troisième à la fois celle de l'objet possédé et de l'objet 
possesseur. 

En voici le tableau : 

miju père Ion jièri' nuire père noire père foire père 

(inol) (exo.) 

Près de relui h'hs-aLÛnip- (iîtmp-/iys. Ihanls-âfiinp' /ihanlk- ai-fiii mp- 

qui parle. /'c//, keli, ?Lrt nnUrli . /cys, 

l'résdel'inler- Klis-aii mp- m'inip-in/s. khnnis-afi mp- khank':-aii inp-ni-iiii mp- 

locuteur. iiq, ix<i, Uij. ii/js. 

Absent visible Klis-aii mp- an mp-ôs, khanlx-aii mn- khantk-an - iii-aùmp- 

n, iils mpa. Os. 

Absent iiM'i- Kh^-nh mp- an mp- kants-nnmp- khantk-niimp- ai-an mp^ 
sible ais. nUo.s, n, nls, (ilaos. 

SO.\ PRRb: 

Distance du possesseur. 

nisliince dn près de celui près de rinti'r- absent visible absent invi- 

possédé qui parle locuteur sible 

l'rés de celui aLiim-kraiS-kcfi. an nip-nij-skr, an mp-as-krii. a» mp-als- 

qui parle /<•//. 

l'rès de Tinter- anm-kyas-nr/. an nip-ni/-m</ , an nip-as-iui . aumo-als- 

locuteur m/. 

Absent visible anm-kras-e, aiimp-uq-es. an rnp-as-e. aump-als-e. 

Absent iuvisible aiim-kras-ils. ai^i'mp-itr/-sits, au mp-as-lls, aus>n-ats-tls. 
l'ar rédnpiication : iii~an nts~kvas'krh. 



- 35r$ — 

Pronom slbst\.\tik. 

te mien le tien le nôtre le notre te viilre 

(iiicl. (excl. 

Prés do celui qui parle. 
ne-sokrh. iliaii-so kch, nfl-so'/ih-En.ts- ne-so /.li-uil/^''- li/n-l, ,( ii- 

/<■/. ici,. sokcli 

Près lie riiilerloeuleiir. 
ne -suq, /.liaii-siif/. ne-so ilt-F.nts- ne -.soi-hnlti-iui/.klie-k a'/-N'<»/ 

Absent visible. 
Np'-se, //ia'/-S''. ne-S(yl:lh-Ents-e,ne-.si,k<^iinl-kc. kliek lt:i use 

Absent invisible. 
nc-scts, itiaii-se ts, iie-.sokh-Rnts- ne-snkli-tnlk- klie-kh:i u-sels. 

ots, ets, 

I>c sien (absent visible) aso-iho-e. le leur (absent visible) a-e-sn kkoe . 

(absent invisible) asô7lA«-<"/.s le leur labsenl invisible) a-e-siikho-els. 

DU VERBE 

\'ehi!E intuvnsitii 

Imi had^iiitl. 

Il faut distinguer le veihc nominal ou adjectif formé 
du nom oti de l'adjectif avec le verbe ('ire et le verhe in- 
iraiisitif piopremcnt dit. 

I" \ ERI11-; .MI.IKCTII 

\a' fiiinetir ii(n//)i^. je suis liimeur, etc. 

Mri^iiliir Pluriel 

l" )iii~ lin i/DO'-iii, !'^ |ji'rs. incl. iN-iiaill>i\i iil\ . 

i\<l. ni-ii&<ipis-i niiq 

2'' iiai/iiil-s, '2' |iirs. iii-iiaiij)isi-s . 

3" prcirlie <le l.i |>iTs. liai/iji.s-lkeli :t° proclu- <li' relui 

qui parli- qui parle i;i-ua<//)i.<-iAi7(. 

proelieje I iiiterl. uni/ fiis-iik. pimlie lie linlcrl. iii-iiai/ fJis-ini. 

abiienl visible iilVj /use, abolit viiiible iii-ûaïf fiis-e. 

absiiil iM\iKil>li iinij /iiH-ei , .ili-.ul invi-ibli ni-iiail /nuet. 

iti 



— 354 — 



2" 1 



NTHANSrni PIUIPREMK.NT DIT. 



H(imn />. mander. 

Si>(;LLiiii;. Pli iuki.. 

I" |i. luiiii(i/>-v.ii , incl. lu(/H(i'/)-Kiits. 

2' |i. hii//if//>-K.s, excl. Ii(inu'ij)-v.ini<i . 

:!» |i. (|iu pailc lidDiap-ikck, 2'" p- li(iin(ip-daof/-s. 

. . .)i..l('l iiiuiliHuiidii lniin<i'j)-ni/ , :>. |). hainfi/)-d(io(/'-ikcli . 

visibli', haiixi' i>-<\ h(iinfi/>-d(io'/-U(j . 

invisiblr. Iinmapc . hamâp-dfi.otf-r. 

liait((/)-dfio(/-<'\: . 
Hrillsuh. 

Piiinciir. iui(//)is. 

Si^r.i LiKii. Pi.riiiKi.. 

I. ùf////ii.s-nnoiia, I. incl. ùa-tiuf//ns-v.nts. 

1. iKipit-so, '1. excl. i'i(i-riù\//)i.s-E/if/,''. 

.'). \'isiblc, àdf/pù-sc. '.\. visible, ùti-fiii'///)i/-sn. 

ùri-fii'if//iis-r. 

Xn'hhii. Ijt)irc. 

I. p. iKt' hlui-iKii^iut, I. excl. inihhfiiiis. 

1. p. iHil' li('i-s(i. I. incl. nnl.hàiitk' . 

'■\. p. iuiIîIki'-sc, 1. akhdsiln. iiciid'hhdso. 

'.\. iiiil<'li(isc . iicitd II luise. 

Vehhk TitvNsrni 
el objcclil, coinpri'iiaiil le pronom régime. 
En Jùi'di^iuf/. 

Su.IKT 

SlîvGLl.lEli. 

Oh.iht l'*^ 1'i:ks. 2" '■'•' l'Hociri,. 



^i.ntl-d/Jn/,rh, 



l.|l.pl. iiul. 
■ xcl. 



— ;ri5 — 

— as,' /./,-,/.-,■/,, 

— as jfv.i q-y.nti<i . 



— Haoïi-uil-t-iill. — 

— (/a<)f/-l;«/-/a-/./'-'^7^ — i/ai/y-as'' Ui-ikrh. 

l'i.l KIICL. 
y- exrl. 



— /.v.iiluhrh. 

— ikcli g\a ij-enls. 

— îkcb gya q-enuij. 

— dSiO// iky-iitl. 
—daoïj-kyu kh-ikch. 



:i' p. 



i)ii.M:T l'^ ji. i'K-l. ]'•■ c.rrl. :" /,. 

f" pi'i-s. — — — danij-a!' — Jiun/-ikcligt/.i- 

*'.'/'■''-'/'•"' 'I'"- 

2' — — Hiiu-qull, — — dauij-iky-iitt. 

W — \.iilsalih-ikili, - i.nH-qii&kli-ikch , — daoq-asi'kli daoq-kyn lilii- 

ikch. kcli. 

IM. 
I" iiiil. — IlolUlumas-daoq- 

ikcli graquenls. 
l't e\«l. — — dao(/-as — lletti^lamaa- 

— ^raq-nriiiq daoqiiikcli gya- 
qciiuq. 
2« — — llodidumas. 

iladqiky-utl. 
S' — — daoq-asiikli — iIi'IIilI.iiiio,''- 

-ikcll. dauqk\.,kll-ikrli. 

A lii -i" |)crs()nnc le Uil)lcaii ne (Icjtiiu' (|iu' cellf proche 
(le celui qui parle; poui' celle proelie tli' liiilei-locutcur à 
ikc/i on substitue ////, |)our l'iibsenle visible, c : pour 
l'absente invisible <i.; ou i\ 

A la ;{'■ (lu pluri(!l avec (/(^/oy, on remplace i/doi/ pai- la 
i'L'(lu|)licalii)M ; llftlv.la ma-sasc lihihch . 

A la 2" tlu singulier, au lieu de ihclmll. le proche de 
l'interlocuteur //y/^//, l'absent ritil . 

Les lorines du sujet à la h |)(Msonne singulier, de robjetà 
la ;{' peisonue du pluriel tlu sujet à la 2" personne 
pluriel, de robjetà la !{" personne singidier et |)luriel sont 
identujues. 



— 356 — 

Les caractéristiques des temps sont utl pour le passé 
et // pour le futur, elles suivent la racine ilu verbe 

nous t'avons tué; tlclnmas uti-v.tiu ([-iill . 
nous le tuerons, tlv.lâmastlv.nii (/-iitl . 

On peut conjuguer à l'aide des verbes auxiliaires 
Lkihkh tlEla"/>iasi/tl, je t'ai tué. 
Le/hk// tlvÀn maxkhihch, je l'ai tué. 
Lek'/»s f/E/a/nas <;//f/\/K//, tu m'as tué. 

En Hcillsnk. 
m ¥,li/a, tuer ; pi. aÎEU/a. 

Singulier. 

Objet t"^" p. 2" pers. -V pers. 

1" p. — — sont la, — hytinla. 

2" — -Nôgutla, — hifiiiila. 

3' — Nô guakh -kch , — sôk/i/,ch , 

PI. 

1" incl. — hi/mllints. 

1''" expl. — sontlinl,-'^ — kyiilliitt};' . 

1" — nngutla, — — stlsôsL/ikch. 

'■V — ■ nâ^uakhkch — snkkh.ch. 

Pluriel. 

/"77. incl. Ire excL t'- T 



Ob.iet. 










\", 


— 


— 


— siintla. 


• —kyiiillA. 


■i\ 


— 


— mEiilkiilla. 


- 


— kyiilla. 


l'i.. 


— manlskhkrli. 


—iiiKiitkkrh. 


-s„khkcli. 




1" incl. 









—l,Yilltllllt 


1. excl. 






— soiilbiitk'i. 


kyiiithiitk. 


2s 




- my.nlkiitlck. 


— 





'i'^, — ment.skhkcli, — munlkkih. — sakhkrh. 



! 



— 357 — 

La caractéristique des temps e?>t airhte pour le passé et 
// pour le futur, ils sont suffixes. 

A la différence du KwagiutI, le lleiltsulv redouble cons- 
tamment la racine. 

Il incorpore la !"' personne objet. 

La T personne du possesseur est pour le proche de 
l'interlocuteur, — iiôgiuikhuf/ , pour l'absent visible, — 
nôgûafi'/ië, et pour l'absent invisible, — nôguakêts. 

S'il s'agit de la 3'' personne de l'objet possédé, le proche 
de l'interlocuteur s'exprime pav uc/uintia, l'absent visible 
par rintla, et l'absent invisible par i-tsinihi. 

ImI'KHATIF. 

h\i'agiufl. Hëillsuk. 

Mange, lininaf), liamsv.ns. 

.Mangeons, luitnhî'latsv.iils, /iaia'/i/sEc/isE//ts 

Mangez, lu' indjK lutin msv.rlis. 

Ilcillsuk. 

(^u'il mange (près de celui ([ui parle), luinisv.chsi'' iJikli. 

(prés de rinterlocuteur), lin/iisEchse'Itlikc/i. 

(Absent visible, lia/>i sEchst-k/iek/i . 

I Ai)sent invisiblei, liamnv.rhficlcls. 

AVKC COMI'LKMENT. 

A n 'agi II 1 1 . Ilcills tik- 

'■'■■'IM"' rr,.|,|HV rra|,|„- IVa|.|..-/. 

Moi, iiinli illls ;4).i,/i n, iliulii llilldd (>l/cla'<- vllijllrlisx ii tla. nil Ii/Uflltiv illltl . 

l.iii, iiiirlii liislJiikrh, mirliilirlu'uf/elas- ili/iirlisik- aiy.liiachsi!'- 
lalc-l,, ktlcch, khikch. 

Nniis, miihi /as^'\.i i/i niiij. i li/achsi: ni- uith/achsi: ni 

linlli, linik . 

lîiix, (coiiiiiii' au -^lii^^'iiliiT). aii;///af/i.s<'fr/(i ail /i/n<7iM''A/i//iii 

A-c/i. 



— 358 — 

Que je le nourrisse. hfiiigifïlfilast.iiilnr. 

Que je vous nourrisse, luiiiirijïIdddDt/la.'iv.nlIjiil . 

Que nous le nourrissions. Ii n ii ^t/ïlald'sKiux/ n 1 1 . 

Frappons-le. m/ch/fasE/ifsaA/i . 

Tuons-le. r.Ujachsv'iitsklic. 

Tuons-les. fiiY.U/(t(lisv.nlshlir. 

1nte«iio(;\tii . 

Manges-tu? Iia/nsasa. 

Mang'e-t-il .' lumisn ciH/isa. 

Mangez-vous,. luiid ntsv.s. 

Quand le verbe est accompagné tlun adverbe, c'est 
l'adverbe qui se conjugue et non lui. 

•le ne mange pas, hyco'snogua hâmsa. 

11 ne disait pas cela, /li/rsi/.c/i nvhiia. 

S'il ne s'agit dans ce cas d'un verbe transitil. l'adverbe 
prend les désinences du verbe intransitif, et le verbe a 
l'objet incorporé. Quekpiefois il en est ainsi de l'objet. 

Nous les voyons tous, (i^jiantvjitl' (lul,h'olàl;lnu-. 



Ui 



D K U X I h; .vr E H A 1^. T I E 



NOCABULAIHRS 



CHAPITRE PHEMIEK 

ITIA.MAIS KW'AGIUIL 



.XnMKNCI. kTl IIF 

oo ~ OU IVancais, ii =;eu, ou = au allcuiaiid. 

Noms iie cxiiENTi': 

(Sont représentés 'i dialectes I llaisliilla, I llaill/uk 
le kwiha du .Nord et Likwiltoln. 

Ilumiiif. j)ul<\\anuiu, pookwaiiuiii. 

l'ciiinir, kunnuni. sittak. 

Garton, liapuli, hapusli, kiuanuni. 

Fille. aineskanum, kaikunnuni, tsatsata- 

kum, satsatakuni. 
Kn/tnil. anie, kinanuni, kiiisilas^ow i . 

Mon j)in- idil le /ils), oodp.kusli-aooinp-kins.liuii aoompi 
M(i mire. apookwunse, ksapook, luinapuui|)i. 

Miinnudi, klaw iniiiuiuiinK. kslakooimiii . tla- 

\\ M nuu Ml. 



— ;jBu — 

}l(i fcninw , kuiiiuiiiiinakiints, kuskuiinuiii , tla- 

kiinnum. 

Mon /ils. kusNvliunoôk. kunw hiinookwi. 

Mon l'rcrc (liin'. lakuiii, nolokiimiiii. noln. 

Mim frerc cadet, notsaikum, mi t/.aia. 

Mon /'rcrc aiiic, tsaiakummi, nôla. 

In Indien, wisolium, nuinmook-pahoos. 

Peuple. geokkeloutakuns , pipakwaiiiiinali, 

giookwilowt. 

Parties uu cokps 

Tèle, haihtr, heimis, hioomis. 

Clieveu.v. tzia, saia. 

Figure, kokummi, kowkomai. 

Front, tukaia, kokuio, oùkooiwa. 

Oreille. pispaio, pishpaio. 

Œil, Ruks", kaiookash. 

Xez, hoomuh,hooinak,t'himsas,ghintasli 

Bouche, sums, sims, simsh. 

Langue, Killiim. 

Dent. Kik. 

Barbe, liapuhsta. 

Cou. kowkonë, kowkoon. 

Bras, haiisho, haiasso, aiasliu. 

Main, haiasso, kvvak-wastanna. 

Doigts, kwakawdsanai. 

Pouce. kowna, khona, howma. 

Corps, owkwunna, owkweina. 

Poitrine. tukupoa, owpoal. 

]'entre, tike, takf. 



— :m — 



Mamelle 

Jambf, 

nied. 

Os, 

C(vur. 

Snft"\ 



tsami, tsaum, thâuni. 

goohgui, Icokwio, giokvvaio. 

pulkahsite. 

luth, hak. 

owaUte, oahte, pookwanumkilth. 

pililitliim, ulkoom, ulkwa, alkwa. 



Haiutatkins kt instruments 

Villiiiie. kainiiniioliloali , googwilla , awin 

akwusli. 

Clu'/. haimash, emash, kekunimi, eimasli, 

kikunima. 

Guerrier. tliliala, tleakookoo, llilawisli. 

Ami, maiatia, numook. 

Maison. giooli, gook, gioak. 

Chaudière. mikiiin, kcali tialiitatse, niikatslii. 

FU'ciie, liiiiitliim. 

Hache, kiokwio, kukwinokwilla, soopaio. 

Arc, tlilikwiso, tliliikwisli. 

Couteau, liainiim. hooktaio, kiawaio. 

CauoI, kilwlia, wliakwiiina, whakwiniia. 

Mocassius, kainali, Icpaio, kwikw iili sliuhsitsai. 

Pipe, kalikiipadzi, wuliatsi 

Tabac, kapilla. tlokwa. 



Ciel, 
Soleil, 
Lune, 
Etoile . 



eikiali, loùwa, iialaykii. 
tlikcoùalUMili;klitslii()(ialhi.lli»liilla. 
kitsiia, iKislii, Miiikwilla. 
kiliikalsawa. lolua, toto 



3(32 



.Jour. nulikwa, kwâkillâ, nrila. 

.\iiit, kanoolh, kanoootl, kanoùtl. 

Malin, kialimnuhkwa, wiootle, kaaia. 

Sdir, ihalakanoolh . kanootlenikwilla . 

jakwa. 
l'riii temps. hainiilienakwiUa; koolnvhannokwil- 

la, haiumpahit. 
/iV<% hainuhena , naiinnuh ; kohwha , 

haiùnuli. 
Automne. gehallatsùiinnoli , tsiiinnuhino 

kwille, tsaw-unuhpahit. 
Hiver, tsooannohenna, tsùinnuhinokwilla, 

tsawunuh. 
Vent. ùalla, yola. 

Tonnerre. lunehalîshla; sùa, kwnwha. 

Eclair, sua, tlini-wha. 

Pluie, yoakwa. 

Neige, nai. 

Le feu, wlîiltah, whilullu, thlikulla. 

L'eau. waùp, ùamp, wamp. 

La glace. tloali, tloh. 

L^a terre. takum, skumsh , tîkkia. 

Z« mer, tiimini, timinisht, timst. 

Rivière, wa. 

Lac, kowss, tzilla. 

Prairie, eik-illish-tukoomow: eiklskulish , 

siksainikwish. 
Montagne , eikalli, kikai, nikie. 

Ile, klikai, Iclikstais, mikyona. 

lioclier, pierre. oùmashkittishteisum, teisiini, teis- 

siini. 



— 363 - 

Si'/. tummix, timpn. timst. 

/'(■r. tsodilla, kellih, sihim. 

Forrf. lukwa, tlatlos. 

Arbre, i^lo-osh, kla-osh, niin (zakus. 

Du hais. lukwa, klaosli, gloosh. 

Feuille. kwahulla, mamaiani, kiamliumma. 

Ecarte. huhkum, hakoom. 

Gazon, herbe sâkwan, keituni, kitum. 

fin. Iiowh-mush. 

Viande. uoolukummi, meus, uitzi. 

Chien. wats, watsa, wats. 

Ours nuir, sai, tia, tlâi. 

J^oup. tewha, kooshoils, atlliiliim. 

lîenard. ha tse i ii h . 

Cerf, kâmeila, liaiwas. 

Elan. tlowils, alikum, alagin. tlools. 

Casio/-. kouloon, tsaaoo. 

Mouche. kakuttenna, kakeitic. kakaleiiia. 

Oiseau. tsiko, siwkli. 

Cer/\ kulluim, kulliamin, sikwuno. 

l'iumes. tsiltsilih, tsilkcm. tsiltsilk. 

aies. klelapum, malihmiatiini. palliiii. 

/^'oie. urikuh, unkak. 

Canard. iianiik, iiisiiak, tlalt|(iiiali;ilv 

l'ii^fo//. hiimkia. Iiaiim 

/'(tissa//. ma. luainauniasli. 

S/iunio//. ilsawiin. Iiaisliiui, kiolilla 

L'esl///-^e(i/i . kwataido. 

Le /lot/i. toi'iiil, Llikiini. llikiiiii. 



— 364 



Blanc 

Noir, 

Rouge, 

Bleu clair. 

Vert clair. 

Grand, 

Petit, 

Fort, 

Vieux, 

Jeune, 

Bon, 

Mauvais, 

Mort. 

Vivant, 

Froid, 

Chaud, 

Je, 
lu, 
II, 

Nous, 

I uus. 

Ils, 

Ceci. 

Cela, 

Tous, 

Beaucoup. 



Ad.ikctifs 
moakwa, mil la. 
tsoùltlum, shotla. 
tlakwa, tiakwa. 
tëlisto, thlinihsto, kowwhilish. 
tateshal, teihsum, thliniha. 
owmash, kaikash, walash. 
iimme. Iiowlal, ania paito. 
thiow kwemush, thiow keiinas. 
noahkulla. nomash. 
haapah, hapaho, haithla. 
aik, yk. 

yeih, yuk, yashim. 
thiil, thlul. 
kwilla, k\vu!lâ. 
kenneish, kinaish. 
kooshwa, silkwa. 

Çronoms 
neisho,neisemo,nookwa, nookwam. 
yeii-so, soo-um, kus-sô, soo'am. 
kai-tama, yu multa, kai-kwunna , 

yuk. 
nukwânnuh, kaiamkeata, nookun- 

tuh, yinooh. 
lieyuhso, kaikussa, yih, tahoot. 
kaitaùna, kaikwanna, yil tawhuk. 
haigigana, illiguhkwana, yih-kiâ. 
eaidubeitshina, illikaikhwana, yihla. 
akaimme, wailum. 
kaiuiim. 



— 365 - 

Qui, unkwaits, akwoits, unkwi. 

Loin, kulalla, huislialla, whishala. 

/'/r.v. nooh walla, noowhala. 

Ici, haidikcada, lawlia. 

Aujoiird hui. cishtlan, kwakulaio, kwanala. 

Demain. klunslatsh, tlansla. 

Oui, keaa, lahma, kahti. 

Non, kio, kioosh, ki. 

iNoMS HK NOMlillE 

i. noah, mimook, muokk, niim. 

5, malooh, maki, màh. 

.9, yutooh, yutsli, yootooh. 

4, moli, mook, inoascum, moh. 

o, skeaskuin, skiowk, sika. 

6, katlaskuin, katloskum . katlowk . 

katla. 

7, masemows, atlpo. 

<9, yootooksiniowH, malkoonatli. 

9, ma-num-kumuia, naniiinskumma , 

nanaiiia. 
iO, kapusluirn. tastoo , liaitli luskuin, 

lasto. 
//, kapusliiim iioali, toimuinook, lasto 

iinmiiii . 
/i?, kapiisluiin rnalooli, ta iiialook, lasta 

niaili. 
20^ iiialpiiina kapiisluiiii. iiiaNluiinkwis- 

lio, mas imisgoolilo. 
SO, yntoolipiniia kapuslmm, yuolooli 

iniis "(lolilo 



3(36 



100. lakcnt, opunishstaiks, lakin. 

tOOl). loahsumalla, loohsuiii, losliiiiiki. 

Vkrhes 

Manger, humsha, umsha, amap. 

Boite, naka, nahauit. 

Courir, kewhilla, tsiliwhilla. 

Danser, uniil thla, youhwha, iwha. 

Chanter, iiinoca, niiiuya, tini hilla. 

Dormir, kealthia, niehha, mehait. 

Parler, pakwalla, kaiùta, yakutala, 

Voir, tatokwella, tokwal thla. 

Aimer, meshilla, sawhilla. 

Tuer, ulha, keilaka. 

S'asseoir, kwailh. kwailiit, kwaheit. 

Etre debout, tlawilil, tlawhalthla. 

Aller, laiktsi, akia. 

Venir, kaina, kailaka. 

Se promener. kathia, toowhet, towa, hasha. 

Travailler, pala, eyuhella, yahilla. 

Dérober. kelootla, kelotla. 

Etre couclic. kaikoos, tiekoos, tlilaikwali. 

Donner. tetsinia, tsooa, tso. 

Rire, tathlilla, tatlileit. 

Crier, kwassa, kwash. 

Ours gris, nun, nani, gih. 

Nuages, tli kwilli. 

Pays. mah-ooish. 

Grenouille. atsi. 

Montagne, likalli sheilahow, aikashuin. 

Saumon. haislim. 



Kscidvc. hagliko. 

](>lciu. këloetlonosli. 

Balciiif. kwaïuni. 

S finiclirr. matilla. 

S enfuir. kcwlia. 



CHAPITRE DEUXIEME 
KWAfilUTL-FFiANC AÏS 



A 



J, le rocher; wiiuiklto-a, place roclieiise. 

Aa owr, awatsc, écume. 

.\(i inlliilii , se iiin(|ucr de. 

Ani Chtlala /inchsa'/w, arc-en-ciel. 

Achiila, tiésirer. 

Adv.in, nerf. 

AÙE/np, (il)(inl,\ mère. 

A'rtscsta, inviter. 

Ailicli, tiil,i/(i, au-dessus, en liaiil; (iil,i/(i-(/(t-ht . d en 
\\.\\i\. [ar/Ud, en l)as); aikija-lihK. ni-cliil, vc\^m\\vv en liant 
i/i/iK/n. surface d'objet rondi: f/(i'//,hi> iailkili . rouge 
en haut ~ liel du soir. 

I I Lo iiiiils ne sont iMiigc») Uan.s ce voi Mliiilairc (|ui' siiivaiil li- l'.iii^ 
.il|ilial)ilM|iir lies (Iriix |ireiiiii'-i'cs initiulos. 

I.r I |>nii-di'' d'un Ifail linri/imlal iiiili(|iic uin' racine mise à la lin 

il lin iiiiii|pii.,i il rpii ne -^ ciiiplDic ijii rn ciiiM|iii>iliiin ilciivanlc, c\ . 
-I.lli|. le lclll|ls lie I liei-l.lll|, I l'Ie i . 



— 368 — 

Hê'lf-ahhn, chercher parmi. 

A'yaso, haidsô, le bras. 

Aikchoa, conquérir. 

Aikcli. aich, bon; aichahaln. lever parmi les autres; 
i-akch, mauvais; aich-ra, bon goût,- cikch-so-qstoc, aux 
beaux yeux ; i-aqsum. mauvais (aikch -\- kala] ; aikch'- 
ckala Advint agréable ; aikyekEla, heureux ; aich-'-akhi-la, 
bon parmi les autres ; aiki/'aoc. joli = beau front. 

-Aiô, rinstrument. 

Aickpa. aigu = bonne pointe, 

Aichp'a, doux. 

À'kyimc, proue de canot. 

Akh, ouvert; akh-slù^la. boite ouverte; alik-àfla, 
bouche ouverte. 

A'ich'nit.alkoa, saigner; akuittpn, le nez saigne {itipa, 
le nez) alk-maia, la figure saigne {ma, la l'ace). 

A'it-ar/, ssali, snlc, le 3° doigt. 

-/1/m/, vers ;/yi<-rt7«/, sauter vers ;o^y'(''//o'rt/M/, courir vers. 

A'iatle, (lies, terme, immobile; alctsEtn, fermeté. 

Aie a'i/io(j, harpon pour le saumon. 

Ala, Lila. koala, le bruit; bafjuy-ala, cliant de nuit; 
qznt-ala, ronfler ; (iE'//yE-/rt, chanter ; kc/^-ala, bruit de 
scie. 

A'iqa, se frapper réciproquement. 

A'rntla, jouer. 

À'miacja. louer, vanter; khanits-aniiqa-ta'soc, vanter 
Dieu. 

Ania\, (imaE-nqc. petit, très petit. 

Àmâ'pitoq t'echila, étroit chemin. 

Aiii-s, sœur de père, tante. 

Anûc. a'ii-khalfi . nuageux. 



— 369 — 

A'noa, aller chercher du fou ; ane'oas, bois de cliauf- 
fage ; anek', anôkch, instrument pour allumer le feu. 
Anô, torche. 

Aoa, reste; hâmas-aoa, reste de nourriture. 
AowlVa, parfait, réel. 
Apsut, sût, l'autre côté. 

— Ap, réciproquement ; alcf-ap, s'entretenir. 
Apatsô, femme de l'oncle, belle-mère. 

Aqa, en bas; teklia-aqa-la, égoutter ; khas^-f/a-la. 
se promener en bas ; akyaï-aqa-la, d en haut; tsv.'qo- 
aqa-la, cataracte; chuctl-aqo-lo, tond)eau; d'û'kho-aqa, 
regarder en bas. 

AquO kuat(\ il l'a ; — nuk, ayant. 

Aqakh'^m, joint des mâchoires. 

— Aqsi-, hors la maison ; gô-a'qsê, s'asseoir dehors. 
Aq'c'l, prendre. 

— Aqsv,m, la femme. 

A sa, cuire sous la cendre. 

A sin'i-, sin'ac, embouchure de ileuve ; haur/i-shV(H\ 
canota l'embouchure; tliqsi\\'a<\ maison à l'embouchure. 

— ■ A'sî', lieu, \)\m:e; y;i/'iolo(iiii-(i st\ lii'u des < anols sui' 
le rivage. 

Ascfifsil, éternuer. 

AlItitiKOi, long. 

A' 1(1, favori. 

,1 liv.ld, dentalia. 

A'/lfi, l'intérieur de pays. 

At, mère (les enfants parleuli. 

A'tltsE/n, muiveau. 

At, place, lieu ; ts'ckii-nt. ilc aux d-ufs. 

.l/.sv', réceptacle ; \i'ti i/-ti/sr, \)i\\r ; /iikii-h/sc, laud)()ur; 



^ 37U — 

/ta lih-dtsc, seau; ts'F.p-a'tse, petit plat ; kli'o'l-(itsi\ cliaii- 
(Iron de bois; sln-atsc , nid; hantlzm-atsP. carquois: 
dadôkhol-âtsë, aisselles; të'q-atsë, pustule; tEriguà-tsé, 
boîte à graisse. 

A'tlibu, matlos, sept. 

.1 tla/iEm, loup. 

— Atsë, petit, descendant ; lih'ots-atsê, jeune crabe. 

A wctlë sela , base. 

An'tsë. la joue. 

Awihijala, langage correct. 

Atiiipa. nuque. 

B 

Baskh-' oalaiiii, chauve-souris. 

Bakii inë'i, les hommes; ba'kuni, hv.i^^iia'num , -ciuxj. 

peuple; bâ-bakuin, jeune homme ; b/ii^iui/a. parler. 

Bekum, solennel. 

Bëqua ë, âme. 

Be kij'asil, veuve. 

Batln, faire semblant ; hanta butlv.n, feindre de 

manger. 

CH 

Chë'khala, -fjtlala, le feu ; lE'ku-itl. feu dans la mai- 
son ; tu-qtlala, sauter dans le feu ; hanch-lala, chau- 
dière sur le feu ; të'qtala, tomber dans le feu. 

Chil/far/sto. araignée. 

D 

Dà'akhola'tsë^ aisseller (atsë, réceptale). 
D'aka'/i, canot de guerre. 
Dâ'la, porter dans la main. 



:W 



— 371 — 

l^âpâ, inondci'. 

/J^asO'/f, œuls de poisson. 

D/i'chù, saisir. 

f^K k//n, /lEsa, la terre. 

DErif/Ela, chanter pour la danse. 

ly'o'khoa, examiner. 

iyùlikc\\(t, un faon. 

ûôkhoala, du cjtsas, voir. 

Dû c/iif, saisir. 

Dhn'àis. se levei'. 

M 

E\n^ en colère. 

E'ikifcs, sable. 

E'iowe, voyager. 

E^kijisila, sucre. 

hriv.(/llr, après, dernier. 

Elk, a'igum, v.'ltclitlv.ni, le sang ; alkoasa, sang dans le 
corps ; al(li()-kijau(t-la, sang sur la main ; (l'ich'uit. sang- 
sue. 

— Elk, habitué ; han-Klk, mangeur; nak/i-Klk. ivrogne. 

— Elfs^U", lieu de. 

— lùnp, — (i/). les parents \ giig-v.inp, granil-père ; ap- 
v.nip, mère; ut-^u -inp. beau-père ; <ii/-inip. ; bcUe-su-ur ; 
(fllv.tnp, oncle; gaiiti-/), grand-père. 

— Eiiiiip i^cuplc ; fliishli-i'iKup ptnipics de l'Océan ; 
ha'l(/-<'fio(/, peuples marilimes. 

— Enof/,\e lieu de Jioi-'sd-fntx/, licuoii ilncige toujours. 
Kii(p\ très petit. 

— lùuj, le temps de; litiv.in/, l'été , tsdwa-v.nq, l'hiver. 
Iù>i\ le Iront ; (liktpt of, le bon Iront, ll'ist'of. peau ilu 

front. 



— 3l2 — 

— /u/st, ayant besoin de ; >ic'ff'-f/st-K/i, j'ai besoin de 
doiinir. 

Etâlts, de nouveau. 

E't^ôs. bisaïeul. , 

E'icxja. recouvrer sa propriété. 

E'fsecfa, revenir. 

E'n'ûk/tùfj, visiter. 

G 

(llidùi. troisième enfant. 

Ga/nala, homme commun. 

Ghatsar/ala, marié. 

GhâcrliEnip, grand-père. 

Gagôtla, apprendre. 

Gaùm, (skales). 

G'auioa. second fils. 

Goa'ctE/na, chaise. 

Goiâk, pesant. 

G^OgumekliEitO, œil malade. 

Goa, être assis; gon-qsala, être en c&noi ; goa'-goa- 
gyitl, être au milieu de la maison ; goà-nc, être dans un 
coin ; goa-tsâitl^ être au lit ; gualsud, être sur une chose 
plate ; goà-pa , être sur le bout ; goa-la^ être sur une 
pierre ; gon-gyena, être sur une chose longue ; goa-skham, 
être sur le rivage : goù-qs, être en canot ; goa-qtoa, être 
à la maison. 

Gu/if, cendres. 

Gua'ê, en bas. 

Gy 

Gr/d'l^mgi/ilis, automne ; gyilis, terre. 
Gi/âc/i-gyiiaid, le premier de la maison. 



— 373 — 

Gyar/, v€nir ; ffyaf/tsoa, entrer ; /wyay', venir ; tsoa, 
dans). 

Gyegyêka. penser. 

Gyilxhnitc, chef (^7/f, frère aine; ; fij/cr/sErn. groupe de 
chefs. 

Gî/iIe/u, hermine. 

Gyil, premier. 

Gi/ilta, long ; <^yilia-ln, rivière. 

Gyi<,n/fi'ts/>/>, souris. 

Gi/ilal, marsouin. 

Gifim/). helle-sœur. 

Gyili lia, d é r o I j e r . 

GyiltEc/st. de haute taille {iij/i'la, long) 

Gyitatlik, voleur. 

Gyinlikyv.lcy parents avec les enfants. 

Gifihm, langue. 

Gi/igy, dent; gyi'gyadEfi, avoir mal aux dents. 

Gynk, gukula, ville ; gyôq, gôk'\ village ; gyôk, maison ; 

Gyiqun-qlsè, grande maison. 

G'yikkh ntaam. inutile. 

Gyâkouii ^ yAn\\ie au-dessous du genou. 

H 

Hd'asdr, souille; lia (/ait, lio'Uaui , vomir; hii'cliiln . 
bailler. 

Nac/i/s-'a.s, maitre di' clianl. 

Hac'q.s/i). tresse. 

Haiitius. fruits. 

Hnliskh. niai'ié. 

Ilaiit spriiisfr, l;i vciive. 

Il Ifiv.ld. prcstpic. 



-- 374 — 

Halakzla, travailler vite. 

Halô'pekha, tourbillon. 

Hnmch'it, manger; luimaa, essayer de manger; 
/iamï.'lkun, je mange souvent; hamaspis, mangeur; 
ha m - ts'imas, n o u r r i tu r i» . 

Hamala, bouche pleine d'eau. 

Hamatlala, jouer. 

Ha'ntzni, ha nthmpo , flèche, pointe de flèche. 

-Han, vaisseau creux ; hanchî'wac, canot à l'embou- 
chure d'un fleuve ; hanaqtis, canot sur le rivage. 

Hânitsum, l'aurore. 

Hariî'tl, chaudron. 

Hanakkalie (sea monstcr). 

Hantlitl, tirer d'une arme à feu ; hantlv.-matsc. l'arc. 

Hana, chanter pour plaisir. 

Hanakhais, étranger. 

Hapaqslcya, barbe, menton; {hep, poils, qstc, I)ouche); 
ha'pclikhy cils; hàp-qsfer. moustaches. 

Hasa, compter. 

Hats^-qsteë, que de quadrupède /y,s/r, fond). 

Hai'lt-qtKS, orateur. 

Hoàaqala, bâton. 

Hâwînatla, effrayer. 

Hù-umitl, entendre. 

Hnnanakh'^, plate-forme des canots; lia\\'as. planches 
de la voûte. 

Hawakue, alnki/edekli , rapide, vit. 

H a a' Use, fds. 

Hê't'ët, de nouveau. 

Hêitlâ' lit y hirc le lit; hcilln'IiL id. 

Hrnakyala, être envié. 



— 375 — 

Hrlus, bisaïeul. 

Hvnuna, dessin. 

Hc'itlnla. droit. ^ 

Hc'illxi/ul, i-ôto droit. 

Heiligyila, roriigcr. 

Heili'gy, shainan, le sorcier. 

Hr inrij , linftiq, 1 été. 

Hôkotn hala, assembler: nel,uln. inouvement. 

Holntlpetno, peu. 

Hîmhoiu, t grouse). 

Hoi atlild, corriger. 

Hdulhd, guerre. 

Hdùqoa, siffler. 

Huctlar/itl, tomber de. 

I 

I-(if/Num. mauvais; i-nkvlu i-ach, mauvaisff, négation) ; 
i-af/-/)-'a-r/sla, parler mal de; {r/stn, bouclie); i-<iluha 
klinla. mauvais bruits. 

Inia(/p(i la-misy le pin. 

Iti'lvji, grelot, bruit. 

Iii'i>/)v.iti , la voile, )/ai^iinl-sI;. 

la /XI, envoyer. 

l(i\\'iilu'litL, secouer. 

Idkluinldl. faire un discours. 

I(iliy(ioi\ lard. 

la ha, le vent. 

Ichak-arnc, le |)lus solide : ndui, si)lidei. 

laî ùaspv.kh , le mât. 

Ir'icli-/)(i, stiipide. sobre. 

/(■//(/ idsy.ld. dcscemlir la ri\i< ic 



— 376 — 

— Ihi/c. is(y(i< -î'gyi'! en arrière; ts'îlk-igyila, placer sur 
le dos ; pEnegyalitl, chauffer le dos ; li'ats'Eme-gya, peau 
du dos. 

— lut . cause de ; ï-akch-im, cause du mal. 

— Ista, awista, autour: awista-lis, autour du monde; 
maqs-istala, se promener autour: dfoqs-istala^ regarder 
autour \ gy'erjs-is/ala, courir autour. 

— /s, -lis, -owis, rivage ; tat-is, couché sur le rivage ; 
dnpi-lis, couvert par le flot ; gon'-is, assis sur le rivage. 

— /s, dans la mer : tsa-rkk-is. secret dans l'eau ; 
kliain-is, crabe. 

— ///. le sol de la maison. 
lunnkhod, la marée, le flot. 
fi'ikon, la pluie. 



) E ///,V?/~o, lancer. 
Vù/oa', -latl, danser. 
Yiki,{-ftl, parents de jumeaux. 
Ytkha, araignée. 
Y ut (jfi a, huit. 
Yadiu/, trois. 

K 

A'-' participe passii ; h<unnat-l,\ mangé \r/ac'tL fiancée. 

Kakhamela, chasser le cerf. 

Â''<2'/y^a/«(labret) qte, bouche. 

Ka'lkuitl, couche. 

K^akchk, saumon desséché. 

K^a'tsck, haut de semble. 

Kcqkh, planche sciée, Av'^r?, scier. 



J 



— 377 — 

— Keqségâiô, kêqccda, le sac. • 

K'eIs, tlrna, huile. 

Kij)6, Européen. 

KilchsEn, rond. 

Qoana laq , au j ou rd h u i . 

Koa'kuistfic, larmes. 

K''()tsc, corde de peau. 

h.hoa ù'ina, corbeau. 

h(>fi'tv.in, l.h'o<ïtbmis. (hucklc hcrrics. i 

K'ô'tso, vertèbres. 

Koit ydnlih s. l{oil(i f/sto. bleu. 

Koa //lEsidf. mettre en pièces. 

Koekiionlloii'ln . fente dans un plat. 

Kotlala. recourbé. 

Koa'a-sfa, coupe; i.sVc/, eau); nal,iim-sl(i . boire de 1 eau. 

Kotla. dessécher le saumon. 

Ko a l/i, hermaphrodite. 

Kd'/soola. <^Uf/f/<)c, un trou. 

Ktxi' 1,11111/(1 . oiseau (|ui bimrdonnc iluimbirdi. 

Koa Cil, ruer. 

Kon'/ac/iùs llrf //.s //(>/). 

Koldrian'^n'iin. couvercle. 

Koii'd, l,un(i'(/, partons. 

K'^usfis, changer de demeure. 

l\oat/st(i, borgne. 

kuni(/u(i. le tonnerre. 

Koa, perloratiiui ; l.ad-slioniic, perl(uati()U de l'oreille. 

Koti-witli>i\ iii. du ne/,. 

Kuii'f/uL(i , le bruit. 

Knlhni , rouge-gorge. 

()iirl(i, (piiirl/.. 



— 378 — 

Kwilkaa, caille. 
Kwn'kUiqs\ni, biscuit. 
Kiveta, les brisants. 
Kueqit, hud tirant . fciulrc. 

K^ueqala, conseil : <//('/. bruit: f<'i/r'qfsns. conseiller; 
kunuqtlë'e, le scalp. 
Kuih, ivik", l'aigle. 
Kheqaln, conseil (ala, bruit). 
Kvilaq'il, tomber (un arbre). 
Kul-îtl, se couclicr ; ///. maison. 
K^ues'a, nager. 
A'm/, loger. 
Kulcit (cracher). 

Knri'/,olE-q(lf', os du palais (-qtlc). 
Kula, arracher les cheveux. 
Kulaw pinces. 

Kh^okhoqa'oa, pomme d'Adam; qnoa, cou. 
Kchilchoa, tlea, acheter. 
KchinLqa, descendre une montagne. 
Kclfnmscnem, tomber en marchant. 
Kck'tcl, le 4" doigt. 
Kchinmichit, cueillir, arracher. 
Kcht' miasto, jeune veau marin. 
K'td, jeune lion de mer. 
Kch'Elkhiifi. uriner (riiomme). 



K H 



Khaiutlatl, il y a longtemps. 
Kh'alaûe, nâ'qun, a^i/, u'a'qnu, tout. 
Khaliao-is, l'ancre : -is, dans l'eau. 
h/r^agiu/i"^, mordre. 



— 379 — 

Rhnlkuis, le corps. 

Kh^afs-is, le fond de la mer, (/.v, IVauV 

Khauf/hhala, calme. 

Khaûkhonr/iselà k/i I le . canot à la dcrivc (lie, surface de 
la mer). 

Khapa, l^pac, chavirer. 

Khatetl, -qs^m, compagnie ; <j;i/c-f/sv.iii . groupe de gens. 

Khauiaqtlcks, seconde fille (/i//,s-, femme . 

Khasa, manger de la viande. 

Kh(ii/(ihhs, hliks, osloc, — f/slua, l'œil ; — ('S(i/,/ios,tes 
yeux ; cihchsô-f/stoc, aux beaux yeux, k''o(i-(/sto, borgne ; 
h(('kunnv.m-f/st<>a, homme de l'œil — [)upille de l'œil, /'/o- 
fjstoa-ln, \\v'\\ malatle, /Jic/)eIù-f/stoc. prunelle tle 1 œil ; 
l,h('pela-(/slO)\ la paupière. 

Kam, khain, en face ; o-khani-alis, rivage de face; llas- 
l,li(ui(i'-lltn , en face de la mer. 

Khaiia, très loin ; />'■' heiui-hhdud , le plus bas. 

l'^lifi/nqua, les plumes. 

Kli'alkli, khuiiv.in, ligue de pèche. 

Klifist, mon ami. 

Kli'nkcioâ , (glabella ). 

Khdiils'o' itnp. Ml lire Père = Dieu. 

hk'iitidin, klidhi, savoir; clnthi. \v ne sai-- pas. 

Kh'antsd., paresseux. 

I\k'd\vdlv.ld , écouler. 

Khnid'tlntl. il y a hmgtemps. 

I\k^d\'(/d, mousticpie. 

l\kdHdll. i^/i'//ii//, iickh, la uuit ; nv. khi' kir. luinuil. 

Kh'd\-khcd . midi. 

Khatid. vieux. 

f\/i'f/M/,/it./ijc/iid , trcss"'!'. 



— 380 — 

Khâs, pomme de terre. 

Kfr'aïuq, précieux. 

Khàkhëchit, poursuivre . 

Kha, se diriger, ki/i m-hlm . remonter , hluui-hha, sur- 
presser. 

KJv'ayamala, riche. 

Khain, khein, -sem, la surface dune chose ronde; ta- 
k h unit, rouvrir la face. 

Kka mina, ohjet sacré. 

Kh^asa, loutre de mer. 

Kh^ana, coudre ; kh^anaio, fd. 

Kh^a'kyù, l'esclave; kh^n^ko, kli^acho. 

Kh'a 'tlagîù , seize. 

Khakhpa, fumer ; khakhpa-tsc. pipe. 

Kh^antitla, vexant, blessant. 

Khakyala, khkijala, parler (la femme). 

hhùlskh, (starfish). 

Kli^n tlin, courroie d'un panier. 

— Khanic, superlatif: î'c/ui/i-k/ui/nc, le plus gras ; gi/c- 
khanic,le plus grand chef; notld-khanf. l'entant aine: 
khon klia, surpasser. 

Kh'apo, dix. 

hh-'akhatie, épines. 

Kh-'a'naiô, fd. 

Kh'anil-' ¥.ni6tltnt, chanter en dehors du canot ; klia- 
nfE/i, chanter, -(7 (f/, hors du canot. 

Klfapc, ensemble. 

Khâsa, se promener ; kh'nsn-slùla, se promener autour. 

Khaky-, femme; khaky-aln, la femme parle; A/^aa-, 
femme, nv.mv ma-khas, la sœur, liai atlila-khns, shanian 
féminin. 



— 381 — 

l\li<ichhso(i e<i . vous. 

Kli'a c({a, moustique. 

Kk^opa, toucher, atteindre. 

Kli''a'tlin, courroie dt; panier. 

Klictsis, lisse, 

Klic tiutl, klioai, ku'lilas, le lit ; kutiil. duniiir; las, le 
lieu). 

K/ien'as, le cerf. 

Khc'stKni. le cerf. 

k/i)'-kh(ttsK(/ll(', annulaire. 

Kli-'r taio, crocliel. 

Kl;i'tl;hta, couteau de poclie. 

KIr'c-Isuà , oranile (>au ; klr'f clilhili. tiraïul leu. 

Kkcn, gaina, le pou. 

Kh'r'nv.ni, beaucoup; lili r'Iii/rs. nianL;eanL hcaucoup. 

Kh-'echi'tlsaù, becqueter. 

Kk^cioil, vieux. 

Khi-inatl, oreiller 

Kk.''('S(''to, se venger. 

Khc'inakuia Istraiglil aheadj. 

Kh'c'nian, mouvoir en rond. 

Kh-'c f/sowokli , gilet. 

Kli-'c'f/all, bois sur le rivage. 

Kh'v' mkyJin, pointe de flèche. 

kh'.v.'nitsuh , isaluion berries). 

Khv. Hu/otL-lsajia. gauche (Isana, main). 

I\hv.lc't', la vague. 

h/iKki/'-a'si/, sanslc.mmc, vcid ; hv.Li/'a'.sil. sans honiiuc, 
veuve. 

l\k\:/\:/(>'k/i()//sc. iu)ndirii. 

Kli-'Miui'iii. aiguille. 



— 382 — 

K/ie/e/n, rôle. 

KhK'/ik//a, senii-li<|uitle. 

Kh^ESEfuii', chemise. 

Kh^Eflôq, six. 

fi.hî'la, la tête en bas. 

Khô'la, en vie ; kho'la-sla. eau-de-vie. 

Khoa'tlhhokh. rlievill(> de pied. 

Khô'lokhoain, llèche pour les oiseaux. 

Khouai, ^uiic. les cendres. 

Khop'klwasa ^ demander, mendier; — Idtl. danse de 
mendiant. 

Kho'tick , couverture. 

Kh^ot-khoc. hiacelet de cuivre. 

Kholis, gi/iim/j. beau-frère. 

KlioatleniùslL tout à l'heure. 

Khô'kliuatla, canot courbé sur le coté. 

Klioa-tlaio, couteau. 

K/iok-'oakû'oa, copeaux (aoa. les restes). 

K/i'afsac/a'oa, clavicule ; f/âoa, le cou. 

Kh^o'mis, crabe ; is, mer. 

K/foasa, crier. 

K/iuala, ne fais pas ! 

Khâs, duvet. 

Klfômchsi'fta, Européen [hh^om. riche ; c/isïiiu, à l'em- 
bouchure d'un fleuve; kyala, son langage. 

Khokhomë ; nie, visage ; (l'csE-nië, peau du visage ; 
(f mtl^-nië , côté du visage, la joue ; ts'ô'tsocj-nla, laverie 
visage. 

Khoë'kh, loin de. 

Khoaklioaf/-tsaiii\ main et doigt [tsanc, siti/anc, main). 

Khùek/totsE/nai. le poing. 



— 3«3 — 

l\/i(>(i'sii/i, la llc'iir. 

l^/toHi, Heur blanclie. 

Khduta, plein. 

Kh-'o'scnae, les ouïes. 

K'h'ûésatl, empoigner. 

Kh?ô'toq, grèbe. 

Kh^oac/a, croître. 

KIt'oalitkch, gomme. 

Khoa'(/oa(/-tsarie^ main et doigts : luiiaso, luiisii. 

-Isana, Isatic, kijaiu-, même sens ; klicmffoll-tsù nu. 
main gauche; l,ul<hus-liifani\ |)eau des mains; alchs- 
Ixijanâ'-la, sang sur les mains. 

l\lio'(/'ttil ; -k/icflioa, pendre aune corde. 

l\ho(''gi/ilis((, reniire heureux. 

KhoHantsc, chaudron de bois : {-atsc. le réceptaclei 

I\h()'kli0(i, no'ud d'un arijre. 

h/i'o/n</isiùak//n/a, langage de llnimnie blaiK-. 

Korfl/îkieiif, terme à clef. 

Kli"'ol,li'(tii; (Ki<i\)i\ (jd'or, le cou. 

KIi'<)a'//)<i, becfpieter. 

l\liO(/, entailler. 

l\/it>'/ia, payer. 

KhokhoiiKi, le requin. 

l\.h-'o(jls(i'l(i, mettre une couverture. 

J\lioa\\'in(i , corbeau. 

Klfo'lis, attendre ; ki/as, réel \ i^ifilv.niahi/(ts, réellenienl 
effrayé. 

kk'o iiKitlan , rouge-goi'ge . 

Khoegi/lisa, rendre iieureux. 

KIkxi, I écorchure ; kluxi-ii-Odc, id. sur le lionl : 
k/ion-tsti //!■, id. sur la main ; khiKi-lv.nn^d , id. sur la lout'. 



— 384 — 

hhoa 'ts^vÀh , i i maçon. 

Kho'sa, khdchpis, la sue\ir. 

Kkoina, khfna, le pouce. 

Khoakkoa-sifsc, doigt de pied. 

Klv'oéchit-'â'àstl, heureux tout-à-coup. 

Kh'o€in, baleine. 

Khi't='-is, gouffre. 

Khula, loutre. 

Khu'lchmas, la bile. 

Khuilhuela. couverture. 

Kh^u'mrho, tomber d'en haut. 

Khuî'las, fétu. 

KWiitla, épouiller. 

Kh^u'liak, vieillard. 

KhuEç, tard blanc pour le visage. 

Khums, rouge. 

Khuku'rii, perdrix. 

Kh-'urikoas, gorge. 

Khulë, oncle. 

Khuitla, délier. 

Khcaqit , couper la viande. 

KhqtsEm, couteau à poisson. 

Khtis, une partie de. 

Khqsis, pantalons. 

K/ipétla. la tête en bas. 

Ky-'atsaias, marée basse. 

Kijngyiqa , le compagnon. 

Kif (■'tinta, eH'rayé, ky'eth.ii, je suis elfrayé. 

Kiju(/'tnl, — k//(>kkoa. briser. 



— 385 — 

l\i/'nlnt'o. balai. 

Ky'a'tnio. brosse. 

hi/'i'/t'', image sculptée. 

Kfi'vtetf, fille de clicf. 

Kiiniutla, eonstellation. 

K!i''(illnt\ rêver. 

l^if'Mla. eliiite d'eau. 

Ki,a'Uu,tla , fnndati..n . ///r///,-^/. londatio,, .^nr pieux. 

Ky'nh/i-is, londalioii sur eau. 
f^yf^d'ildin, jeune fille de 12 au^. 
Ki/-'ap(t. roujL;ir. 
KifetF.ni. ga/.t)n. 
K'/'r/ooiu/.'\ tué. 

/yi/'aiHvai'o. khainram. louteau pour iieltover les pieux 
l\//u/.(/fitfi ' lit oa , ge n o u .\ . 
Kl ml,hti , rencontrei-. 
Ki/ila'k' , rat niastpié. 

Kyul, -hal, eu lace : ///y-/,/////-,//, ou face dans la maison. 
Ki/r', ,c/, /. non. 
kl/Il' laii.-i. ornenicnl dt- ne/.. 
Kyi tu, brosser, pendre. 

Kinmkhit, passage où les Novateurs se rencontrent, 
Kjfi inklia, rencontrer. 
Kt/'(i taio, pincer. 
A'//o7oy, saumon dessérlié. 
l\i/<> tld, la rivière baisse. 
hif-'i'd'ld, vierge. 
f\t/c'lr/sK.m. couverture bhincbc. 
I\i/<i' p'ns. bois sec. 
l\(/(iii, oui. 



28 



— 386 - 



Lan, nui. 

Là ki/iisld, oUe capable ilc rivaliser nf^tn, sur). 
Ltialklmit, se tromper réeiproquctncnl 
Lainkhit, aller tète en a\anl. 
LdiDv.iild' kl/a . arriver. 

Ijdiiiinsld'la. monter une montagne //•/, aller; nstn. en 
haut. 

LaUif/iunn, petit panier. 

/,/'//?E/(^////r , ensorcelei- en laisant loucher le vétemcnl 
(I une personne à un cadavre. 
La kh<)nl(is<K appelei'. 

Z///, aller; /àrt-iV/c<, aller dans la maison ; lar/si na. aller 
à travers ; là qa, aller en bas. 

-Los, -lis, le lieu de, iKi^ui-lus. lieu de feu ; l' li-los. ma- 
gasin ; kuli-lds, le lit. 
Ld\f(>i/o, In rjdl, vendre. 
Lii-jx-id, coucher ilu soleil. 
LiLInid. envelopper. 
Lc'IL-lioldlIr. tribu. 
Lv.t/ii, panier. 
Lv.q(i, tousser. 
Lv: nicliuil. dessécher. 
Lv.'khod, bois de chaullaLre. 
Likifdid. marteau. 

Lo'p-ill. maison vide ; lips-ij, canot Aidp. 
Lo (>l-lli, sortir de canot. 
LoHd. le ciel. 



M87 — 



M 



Md/L icjctini. 

Mn'khd. /)irl,hn/)\ jeter ; iiialJi' nhlia. |elcr hu leii 
Makoct, IVappei- avec un ruarleau. 
Maqts'n. avoir honte. 
Ma i/<ill<iii , enfanter. 
Ma i/acliila. traiter avee soin. 
Ma'wd, eharger un canot. 
M(i' ma/lis, le ehat. 
Mn'lekiild, mâcher. 
Ma ll^ueiiall, huit. 
Ma i/f)i\ le l)ont, la fin. 
Maiic nui ^ famille. 

M(i'gi)ilis. le poisson i//<cr/, saumon ; ^'/////.'j, terre). 
.\l(im i.s, |)anthére. 
Mr/kc/'id, crustacc. 
.\la\i/ufi. laeiooni. 
Mdiiiid. pèchei- le saumon. 
Ma/la sijiii, tlix-se|)t. 
Mnrhis'a honte. 
Ma, mil luikdld . (uif.;iT. 
\ld lidnidiv.ni . I oncle. 
Md fdlldlsii, \ cnti I'. 
Me itld , tourmenter. 
.\/<''s\:ld. seiilir odeur. 
.\lr i/il. tlormir. 
Mi'Chih- . /II//. |)orc cpic. 
.1/(7/ , saumon. 
-Mv.iilsi/ , vin^l , 
I/k iiln/dlsr, cuisses, lesses. 



— 388 — 

M^nka, grand canot de guerre. 

Mv.lz'lf/uit, cuire. 

MeseIû, désirer. 

MEna'fse, tamboîir. 

MvJla's, l'est. 

MvJioa io, pilon. 

M^'ntlec, satisfait. 

Mzkuat, plie. 

MEnnyaks, sœur. 

MEsë'k, (sea egg)- 

MEsniEs, luette. 

.1/e/ay'.s, le sifflet. 

MeIu, blanc. 

-Mis, l'arbre; /i//f/u-niis, sapin; panq-inis, érable 
(arbre à feuilles) ; tla'qo-mis, aulne (arbre rouge) ; mi- 
chila, qui bat le tambour. 

Michit. figure. 

Morf, ma fjpEk, lier. 

Mo (\ piège pour le poisson. 

Mokpta ut, recourber avec le marteau. 

Mof'gyinit, porter sur le dos. 

Moqcjpikh, colonie héraldique yinoq], lier ; pikh, pièce. 

Mokltoa, blanc. 

Motlada, décharger. 

yiokhsu/i. quarante. 

Mu qsint, briser avec un marteau. 

Mumuqsia, briser dun coup. 

Mu. u/c. le visage, f/ i)q<>-niu-(é. malade au ^■isagc : on'/i 
mut, la jonc. 

Mn, niuq. (|uatre. 

Muql.sn'ln, squille. 



1 



— 389 



N 



Xdln. l'air. 

.Va /lana, seul ; n^niok-', un; lui'/fala, manger seul. 

Xnii. ours gris: iinn-tsë, granil ours. 

Xâtlv.iiiiK'i itl, les parents. 

Xâ'klmisi'. vase à iioirc. 

.VnflE/i, morue. 

X(i la. le jour: iinlu(/<i Uiu. \onv de pave. 

.\(it/^il. ii(i'l<li(t, hoife : tnïniikha, essayer de hoice : 
niik-'-r. U'-iiii , |e bois souvent : inii/-/)s : ivrogne; naka'tn- 
sta. coupe; niikhciin , le seau ; fiti-l,lit-(fst , avant soif. 

Xdld, sauver. 

Xiilii. le ciel. 

X(i l-li(i/)('. estomac. 
\(i l(i<\ partie supérieure du lieuve. 

Xii'Id. la lem|jératiire. 

Xr'/il.ji'i-Ut'dli. croire. 

X<'fic/iseirr'fi/,c/i, ils luc disent. 

Xe/,/i/'ioi\ moitié. 

.\'c'r, //d'i\ neige. 

.\ r/./iii/d /d//n/ii . <'ni;loutir. 

.\'k///o '/.7/-/.S, le seul --ur (eire ; /n./n. un; uv.inO lni-a . 
seul sur le rocher. 

Xv.h^di u. Iiaclie de pierre pour la guerre. 

Xvj/ushin . le fruit du savonnier. 

XF.r/-'u/ii\ /,/io/ac/i, tsdlsd^hd' êtl. — nlt, — .si:///, kitfiit . 
I.si-jii. couverture de tout genre ; al d lii/ini, couverture de 
|(»uriur'es \ ki/fl-f/sv.ni . couverture hlaiiche ; l'iita -ntl, cou- 
verture (le peau. 

.\k //oc////, Ireie idit I iKjuiiue/. 



- 390 — 

.\\:niun/. rousin. 

A'ic.sY/. l;i lorrt'. 

.\ K /•/'!■; Vi/' éclipse (hi soleil. 

Ne' mai/ u, onze. 

Nv.gump, beau-père. 

Nv.nolô, nnntlKHt, loii. 

N^gulili. Foie. 

\Ki^u/»p, beau-fils. 

Nv.khà, rester à la maison. 

Nv.liluila, droit, direct. 

.Xv.mcla, en.^emble. 

\nkhn-mn, né, sage. 

JVo'la, frère aîné. 

Xo'ntsifitatl, décrépit. 

.Yo'la, sœur ainée. 

Notla, être troublé. 

yciklmt, seize. 

Nr/tsK-/Ualn, le long d'un objet long ; nu(/?.-ntala, le long 
d'iin objet plat. 

Niii/am, histoire. 

Nr/ë, le bout ; s;,tid q-'v^-iicjc, une maison au bout ; wu- 
/i<jre, bout d'un objet plat ; waqov^-nqè, les deux cotés ; 
t.iâ'i-nqc, le plus jeune enfant ; — nta llej, le long de. 

O 

0(1 tua. le coin. 

Oc'sta, le bord. 

Ogwi/K', okof/a, |(> corps. 

Okyé, un amas. 

Oniû, femme de chef. 

Of/i//, tiu'/)//j, (i/jf, père : uiii/)te, père mort. 



— :m — 

(fimil'ct, pain reases). 

(hiittsc. Cl')!*' (lo. 

Ofxi'c, — i>(>i\ poilriiH' : lia h II' ofxic, os de la poitrine: 
nah-po' c. eslomac : llixjod-pndht . nialadie de la [)«)ilriiie. 

Oijtli-, poiipc (lucaiiol. 

()i/llc'<\ i)t/(i. —r/ll<\ derrière, — ot/lltil^-sïl'tsë, les ta- 
lons : d'()l>/i'o-f/tlal(i, regarder en arrière. 

Offsti',— f/sh'. le fond : /xi la-f/ste, laniis, sn'-tfstâë, 
ceiiitiirr autour du ventre. 

O'/sK, en ranot : ht-r/s, aller en ranot ; 'j^ijù ifa-qHa-la, 
venir en canot •.guf'i-qHc-ln , être assis en canot ; mô'-tjse- 
1(1. cliari^-ei- un canot. 

i()(/l silsi' , o'/xifst'/sr, le pied. 

Oiisdkhfi ai', le pénis. 

ijuiiKi, épaule. 

— O///. hors du canot. 

Ulsiilis. pavs plat. 

Ù'isalla. droit. 

OiVi'tl/xi. poule d'eau lill/jii. iiezl, 

1* 

l'-'iip'ds. b-'tiUi. a\'eugle. 

I\i(/a 1(1. /)(!(/ il. cou|)('r. 

I'(i ll'il . une lii'asse. 

— Pli. \vi tl-pa, lance. 

l'd'liils. |)croMé, omoplate. 

l'iill. cinpan. 

/'■'il, IcL^'oiil : /i/i/i-/i(i , (\i){\\ ; tv.'ni-pii. le sid 

l'ii lilii . aniaiil . 

l'rliiiillv.inc (\ le temps. 

/'i/.ski/N II. Iracliei'-arli-rc. 



— 392 — : 

Pêchit, porter du feu. 
P^erJiula, sentir, éprouver. 

Mnq-pi\ le bout ; — pckli, perclie, bâton ; tseff-p^bh, 
hampe d'un drapeau. 

— P'eki/f, n jfchyc, |)éroné. 
Pv.lpitï, mince. 

Pk ma, ô a/)(>fi, l'^iifxxi , dessous; Iwsd-po-ifl , en bas dans 
la maison. 

PE'nl\i/atfi-(/st(\ menton (/>e//, ilessous : kt/nt, vis-à-vis; 
qste, bouclie . 

PEfi/i/iEi//(/iif. regarder en bas. 
P'Ef/iif, nioven. 
P^ESfiai, le eoin. 

P''e spai/a, p'v.sf)¥. 1/(1. oreille; -atoa: iVO(/-sod-v.tO(i , les 
deux oreilles; hlioii-IJum-iod, perforation tles oreilles; 
kulclik'o't-nto, sourti crune oreille. 

-Pes. expci-t, habitué; //kV/ea'/^ea- , en colère; naq-ps , 
ivi'OiJne; luiins-ps. nag'er. 
/'■'e V/K/^ plumes îles ailes. 
l'-'Elf/\l(i, o-renouille. 
Pv.'lpEll>\ pierre du marteau. 
PE/ifli'/is, tort, r(>i)uste. 
P'ôtr, (lialibuti. 

P'olêkliolit'uiii, niakin^' sea roughi. 
Piiquit, allumer le feu. 
Pu qhala. solives. 



-Qa, appeler. 

Qaiô'tl, vent du nord. 

(Ja'ikii, maei'euse. 



- 393 — 

^ 
(Ju(i'/\"'un, canot. 

()(i' lili'utii , (jk^um, écorce. 

(Jtil<\Vos ; halili-o' poi, le slernum. 

Qa/i/iaù, (/ukliKiii. peigne. 

Qalgyilis , caution. 

Qull>h()n, plat de terre. 

Qarnns, saumon sec. 

Qaap, (japc, ffa'ht/. eu la ut. 

QE/ifc/a. renifler. 

Qhoala, ne fais pas. 

Qonukh, enfant. 

Qu ittii, h' uld, loutre. 



Sdipi, s/'ti, hap-, cheveux ; hdp-ni/stcija, baihe : hap 
<-U^/i, cils ; /lap-lac, barbe. 

SnuiKip'dl , (rope of sea^^a^(ll. 

Sa Itild. clianter pai" plaisii-. 

Sr/'/i/ia. aigre. 

Ser/uit, r;iuier. 

Sc'illv/n, serpent; srUlis, serpent clans le ventre. 

St'/i///i\ percei' d'un coup de pique. 

Se/(i . laire du f(ui. 

Sist/'/m-i////is, iiuinial. 

Si wn'iù, lanie. 

Sin^a. écorcer le cèdre. 

S(tp/ii n. lia (lie. 

Sofxi, liachci". 

-So-siir, parlicipc actif, nom d'agenl ; /■'>///, pi'olond ; 
S()(i/'/i. siu'itc. 

S11//1S. I:i l)<iu<iie ; -i/ntr. -(/tiii\ iil. ; If'-hisc/s/u. por 



394 



tant dans la bouche ; Siali-f/lr. les lèvies; po'-(fint'. œso- 
phage ; luip-cft(u\ nioiistaehes. 
S/'t/0</. cent. 



7 -'ai/n (jdi II , ancre. 

T-'aynÙK/. le canot est à l'ancre. 

T amiaio. bâton poiii- la danse d'hiver. 

T aniiasildlii . le rvthnie. 

T (ilihkh, couverture. 

Tnkhkhfâla. chapeau ; — khra, tête. 

Tâkumt, secourir. 

T (l'I^kli . saumon. 

T akhoa, (sf|uid). 

T (l'iii'tiri.'i, écureuil. 

T ô\iq, fernie, solide. 

Tnlek. coupei' le saumon. 

Telékcliv./nrli'ii laver. 

— Tcis. passé défunt ; (/ua /,n/iii-f('/s, canot brisé. 

7 rcldla, route. 

Ti'kula. bercer. 

T p'chit, aiguiser. 

T*'peio, soulier; /V'/>k//<, plate du pied ; /■'c'/>m//^/, niar 

cher sur \ ti'\:l(/ts\i, les guêtres. 

T ('suni, pierre ; ts-'rsum-tsv.s, lait de pierre. 

j 
T i'khaqte, queue de haleine. 

Trrfuil, tomber. 

Ft'gya if(\ le tombeau. 

IVkuitl, pendre à un clou. 

TckôNiii, perdre. 

Tch/iod. rnancpier. 



— ;{()5 — 

T elilia. Iriiits desséclK's. 

Tc'c/untsr . piisliilf. 

Tf l<u-f/stn. partnnl dans la Ixxiche. 

T icha. morue noire. 

Tebyaio, pierre à aiguiser. 

Tf ijn. jaune. 

l'v.ii^u tsc, hoite à graisse. 

ivjid smis, tv.Dicfi, eédre ; — mis, arbre. 

Temzli', froid. 

Tk/ij/o, fst/onis : — is. //.s, i/n. — ciinij, pays ; ôllii'l- 
«.«, contrée plate. [)rairie; or/'tilk-us. sang- sur la terre; 
hh(t nill-ilii . pays des eerts ; ii'il,ii-cin>(f , pays. 

T ^Cliild. Ii'iili , tl(ipv.in, la porte. 

— Tv.m , partie supérieure. 

7' KfEpv.nir, haute marée. 

y K/ia I', la biM'Iie. 

Tznii'lkhoalla , tranqudie. 

Tr.msch, sel. 

Tv. m/ya, goût de sel. 

Tv.rnsq, la mer ; -llr. eu mer : 
tlkh'asi, liei'he de nier. 

Tv.llt'li, dons. 

Tv.iupa. s<d. 

Tif>t((\rii'lh\ dauphin. 

/' i'chti^us, éperviei'. 

Ton il, eouper du tabac. 

Topiatsc , mouche. 

Tdt't), étoile. 

Topralsf, mouc'lie. 

TnatiisKlai^^ilis, lever de soleil 

'/' i('si(il<'(i (cranberries). 



llc-oi'ii, lion de mer 



— 396 — 

Tus [Ela), en aval : /a-fus-zla, le canot descend la mer. 
Tuq'uil, sauter: tu'ijwouls, sauter à terre: luq-sta. 
sauter dans l'eau: !af/-tla-la. sauter dans le feu. 
Tchtc/iifi . hibou. 

TL 

T/^nsa^, océan; t/iisrnoq, peuple de l'océan. 

Tlahlioubala, lier minette. 

Tla'luimis, l'aune ; [ira'kiio. rouge, mis, arbre. 

Tlariis, tt'v'tlespis, en colère. 

Tlakha, t'ùplia. pécher à la ligne. 

Tl(i /)iil, grand panier. 

Tlnfjald, battre la mesure. 

T-'a msF.la, battre la mesure. 

1(1 il>i/e, ihif (', Iv.litli . le ventre. 

Tld'kiiis, tiv.huis. Taie. 

llaliU. prendre un saumon dans un filet. 

Tlfililioii , |)lanche île cuivre. 

Tldbîxtnc, le coude. 

Tla'kijd, nageoire de baleine. 

Tlanahliiia, s'envolei". 

Tlas, le front; tins (inoa, façade de maison. 

'J7(/\{'u//Em. mari. 

Tldkluniiil- , <pii avance sui. 

Tlaric, sur. 

TlatlasatL loin du rivage. 

Tlfitux'. tige de pipe. 

Tlaukh, tabac. 

rràf/sv.m, pieu d une tente. 

Tliitn, poteau d'une maison. 

ri<( khod , rouge. 



~ 397 — 

T/a '/fty/n . coin ortiire rouf^c. 

T/r/'f/f/. gratter. 

TldsthUr, épaule. 

iUnachila tiarhit. gouverner. 

Tln-fd, Frapper avec la main. 

TInUla, su|)p(>rter. 

Tlakim, filet. 

Tlâ'lêatsa. \\xmeàu\. 

T/ff/isufla. flanufsf. hier. 

Tlatlar/n, morue rouge. 

Tlaqtlas. -kkod'as, lE^/ioa, arbre. 

Tfa'lan'ufa/,u/<', parler rudement. 

Tla'h-halxli, collier. 

Tic, fine, tl'a, l'i'Choua, ours noir. 

Tic Islàntd, l'avaiil d'un canot. 

Tlcfi, acheter. 

Tlrihs, garde magasin. 

TlcacHes. magasin. 

Trvtlcktfa, mollet: eh fia. jambe. 

TlcClni. tomber en morceaux. 

Tic na. graisse d olache. 

Tlrseldsiie, haï. 

Tir lion la, mentir. 

Tic f/l\hain, le nom. 

Tic ma, l'huile. 

Tlclaln. ipotlalch). 

-Tic. en mer. 

Tlc'f/rn. lieu de m(!r. 

'Tl'cs, 1,'afsf. la peau; /l'c'/.iipac. peau de la poitrine 
ll'r'isit/ilr. peau du nez ; fl'tsi'nc. peau du front ; tl'r-/.sani 
peau de la main ; fl'cf.sKqa/c, peau delà bouche. 



;îf»8 



Tlv.t(f les, magasin. 

Iljsv.la. soleil. 

Tic, surtacc do 1h iik-i- ; nuf llcln . napper. 

Tl^nia\ floo'/N, himilli. 

7'Ieo'Ie/,Ii///>ic. (ils aillé du clicl. 

TlK/jf! . monter tlaiis un arhif. 

Tl''v,pnsttil(i , monter une monta^'iie. 

77e/, mort; — le, mort; oinp-ic, père mort. 

riEiii//!. !(■</((, \erl. 

llv.tv.intl. chapeau: — v.iiitl. couverture de télé 

Tlviiv.kh, eigué. 

Tl¥Jirt/iiit, éclair. 

Tr^gi/fs, le foie. 

TlEkliE/.//, Ihn.liil.h. martinel. 

7'Ik/,//(>'/.se/// , (inarlin blankeli. 

Tlvluaiir, vieille temmc. 

Tlv:/)ili//(/in, tin init, coin pour K-ndrc. 

Tlv.itil<h(i, if. 

Th.nid'f, petite- xérole. 

Ttz nichil , casser du bois. 

Tlviistla, tlaiisllats. démon. 

TlEfista. demain. 

TIeIJkxi, ihjtlhixf tsud , cerveau. 

Tli(/U(\ tlli/sfwnc. lacinc de tL-éilc. 

Tl'okli, nu ; ib'olihkhcc., léte nue. 

ri'dkhtt s, paysan; ll'o-t/sE' niln . monlagnc nue. 

TI'oeIs. l'élan ^animal). 

Ttoff, la glace. 

Tl'o'/ii.sdào, pieu pcnii' griller le s;uimon. 

Ti'o/>, le pas. 

Tl'd fxi. rolir le saumon. 



— M) — 

ii'o pil.cli . ihihliili, IMciiiCH. 

Tl'dl; iiiiiiis, ihil.uni, loil, 

Tlo-l'on 1(1 . sm-ii;itiiicl. 

Tl<>'/)ala, toucher. 

Tldir iievt'ii. 

Tloir' l;/ins, iiiècr. 

Tlu cli'il, solanccr. 

Tlitini/(uii(i(/is, volcan. 

1 ll<y(i t/{i , après midi. 

7Y/.V/ Vv.v/, licrl)c de mer. 

Tll;uilsv:/n , corde d arc. 

l'/f/isa/a, à mainais caiaclere. 

T/t/itfif, respirer. 

TIchsv.ldhhs. pie-<;iieclie. 

Thfsld ul . mettre im caii<)| a ICau ; (.s7r/, 1 raip 

Th/sidlisa . id. 

rs 



Tsani , Isdfiii , dzdni. mamelles, 
Isa/), tablier. 

/s'f/ d, tsd'or. Isa' hlidd , le castor. 
Tfidin//<\ l<" plus |eniie Irere. 
Ts'/i tsà<i\ doiiMcr. 

Fsulull, le lac ; Isd'hitl ts,\ \v ^land lac : t^i/n' l.-tsr 
;iMiide maison. 

Tsd t/iid, Kilaclieni. 

I s'd' ls'dlil;li . pupille i\c \\v\\ 

is'd <<idii' Is d' irj . coi'de. 

Ts'di' tiv.ld . courir. 

r.s'd i/nd , sucei'. 

7 s'd Id , marée. 



— 400 — 

Tsjû {S/a. 111 a réf. s/o. eaui 

Ts-^ô' khnm . un mur. 

Tso'fofi vent du nord. 

Trawn uq , hiver. 

Is r, grand ; i,'7/f//,-/.sv, grande maison : sn-tsr, grand 
homme; f/tr-i.s-fsa, géant ; nap-lsi. grand ours. 

Ts'r'thila, avoir mal au cœur. 

Ts-'fk. /s^t'ko, fs't'/if, oiseau : /s-'K'k-'i/iio. cerf. 

Tsckwala, les mamelles. 

Ts^echit. tremper, plonger. 

r.sVVsrt, grenier pour le drift wood. 

Ts-'ekha^ secret. 

Ts^ë'floala, fameux. 

J s'r ki/i/»(ih.rnf , jTiàt de voile de canot. 

Ts^r chila. malade. 

Is-'ekliala. chant. 

Ts^cqta, grand. 

Ts^ciK/n, (gutts). 

l's^rkôki/a/a, trompette. 

Ts^ekois-l;hv.>n . cuvette. 

-TsErns. grande maison; -///, intérieur de la maison; 
Inp-itl. maison vide ; loa-iti, g on' -itl, être assis. 

Ts'v., inkhon. verrouiller, entrer. 

Ts^Eiii, fsE/iiala. premier doigt. 

/'.f-'E.s, capable. 

-7s ES, fait de. 

Ts^Eqo-af/aln- . cataracte: -aqa, en bas. 

Tfi'Epntsr, plat de graisse. 

Ts'Etlk^d. IsEnlii/im. être effrayé. 

Ts^E/nfs E/n, ongle. 

Ts'EqstKnt, mettre l'hameçon dans leau. 



— W[ - 

7'.s-^Ef)i7/y (to spudderi 

Ts^E/iUa, court. 

-TsES, fragment. 

Ts-'K/r/iEla, source. 

T.s-'Kqtsv.khoa Is, marécage . 

Ts-'E/cha/nf, lancer. 

Ts'Ef/a lltlila, dans la maison. 

Ts^E^U/ua, chaud. 

TsEtay, femme. 

Ts'E'malhod, verrouiller. 

Js^ilhK/n, plumes*. 

Ts-'i'lr/a, /sflq/nis, saluer. 

Tsi'kyE, (sinus ot hair . 

Tsic/iù, éveiller. 
Tsichala. courir (rivière) 

Ts-'o't/na, charbon. 

Ta'o'dd, noir. 
Ts'ûaiu, dague. 
Ts-'Okhoala, tablier de danse. 
Ts'ô'sa, dessécher. 
Ts^'iits'olEm , saumon nii-desséchc. 
Ts'o'f/trrud, petit-fils. 
Ts''(>f/s(tf/sits(', sabot de cheval. 
Tso'yayuk, maison à beaucoup de marches. 
Tsupa, faire une digue. 

TsqEfus, fsr/ams, la terre ; /.v, la terre; hcislal-is. autour 
du monde ; c'tcl-is. de nouveau en terre. 
Takhuls, objidienMe. 
Ts</a, iiachcr i'écorcc de bouleau. 



•IW 



402 — 



u. w 



II '(itJdv.m, parole. 
Wd'chsala, essayer. 
Wama, beau-fils, belle-fille. 
Wap. n'ae//, leau. 
War/ofi, sœur (le frère parle). 
Wâ'taio, les draps. 
Wapf(lnejô'î/a , salive. 
Wû, trapf. rivière. 

9 

Waf/s. tous les deux. 
Warys-Enqc, des deux côtés. 
WacjsodE'toa, les deux oreilles. 
Wô'khoa, frère (dit la sœur). 
Waqsa, cape. 
Wânumgi/ila. la mort. 

Waq-nistant. diviser Iwoq les deuxi ; -niâtl-.t'al-illd, 
diviser une maison en deux. 
Wa-ls(\ chien. 
Walipoln, craindre. 
Waqntsc, pipe. 

Waiatirintv.ntlasoq, avoir pitic 
Walaggila, poison. 
Wô'natlc. pauvre. 
Winakuis, le monde. 
Wfquit, mettre un canot à l'eau . 
Witl, le sol de la maison. 
Wikliaszla, ne pas avoir assez 
T'F^■/■^ l'aigle. 
Wtsa. bébé. 
Widar' noq, guerrier. 



— 403 — 

rUila, environ, autour ; ;/('^-wi///a, se mouvant autour: 
lit-li-itililo. campant autour. 
-i'itla, à travers. 
I "itlpa, bec des oiseaux. 
Wia'gyiori, printemps. 
Wis. frère cadet. 
HV)/, épais. 

Wti^koo, \'fi/-i/a, abover. 
Wokôc/ta n'o'fsi', le chien aboie. 
]l'(i/,/f'a <• , grenouille. 
-Ts, — usta, le lieu ou, en haut : logis. 
Lstci-la,. monter. 
IVulrtl, vessie de poisson. 
Wiitlsanê, branche. 
Wuta, froid. 

Wuns'it, échouer, couler à fond. 
Wusi'hi/anr.ni, ceinture de femme. 



TROISIEME PARTIE 



TEXTES TRADUITS ET ANALYSES 
(TRADUCTION NO\ INTERLINEAlRE) 



SAINT LUC 

CHAPITHK IV 

1. Lî Jésus ka is kutu maya ka Holy Spirit aidaaka gchid 
lakk Jordan, la la yii sa Spirit lakka liiblsa avina gwis. 

Alors Jésus rempli du Sainl-Esprit revint du Jourdain et fut con- 
duit par l'Esprit dans le désert. 

2. La mûskum gùstau pun hwâs gvvana sus Satan ; 
hi we kkâ ta humhid lakkis wawayas ; gil mis qilastu 
masa la puskah-ïda. 

Et pendant quarante jours il fut tenté par Satan, et il ne inanpea 
rien en ces jours, ellorscjuils furent linis il eut faim. 

■l. Li da Satan nik lak, kâsusu um lakk kwaniiq si dalkc- 
Gikumi, wiga wekka kkwa tisum ikkâ qaquh-sumliidî su. 

El Satan dit à lui ; si tu es (kasa, si ; su um, tu es) le fils (kwanaq), 
de Dieu, dis à ces pierres (tisum, pierre) qu'elles deviennent pains. 

4. Li Jésus nanâkmik nikia, kianuiq a sikks kisa i hihia- 
mi da qaquh-sum hamezï mats bagwanum kàs qilatla-yaù, 
hi di da nâhwa wâtidum gaya naqil lâkk simpsa sa Ike 
Gikumi. 



405 



Kt Jésus répondant dit ; il est écrit que pas le pain seul l'homme 
vil, mais de toute parole inaliwa, toutes : walldun, paroles) qui 
snrlenl de la hiiuclie isinipsa de Dieu. 

."). iÀ Satan (lagiistiids lakka ikiala nuj^e, kas dfiqâ masis 
iialiwakk. egim sa awingawis ikkiakka nuinâti-îd pidawi. 

Kt Satan le conduisit sur une haute montagne, il lui montra tous 
les royaumes du monde et leur gloire. 

G. Li Satan nik yik, nahwa uni klok da tlâhwâyik zawe 
klin klûkl, ula\\ ûkkegim âkks; ka ùkks zawya ikkïgàkkun ; 
kun zawe sukk lakkun qayaù kun zâwâtsûkk. 

Kt Satan dit lui, toute puissance et gloire d'eu.v je te donne, car 
elle a été donnée à moi (gakun, moi) et je les donne à qui je veux. 

7. Kasû umy;lkk-ld kla gâkkun, la mi sukk wiJa um-kl 
kiis-kl. 
Si Kasu) tu adores moi, tniil sera à toi. 

S. Ll .lesus nanakkmi kas nik yik, haga ulkk-glind gâk- 
kun, ka ikks kiaduq ma T, umy:ikka-kl tsi kka Givâ- 
Gikumâyûs, higanm-kl kka a \vi sis nakafi sii kli. 

Kl .li'sus rt'|i(iMilaril dil à lui, va loin de moi, car il est écrit : tu 
adoreras Ion Dieu, lu serviras seuleiiienl ùlui. 

K. La las Iakk .Icrusalcn), kas (jagaakii-ludis lakk witia 
tauya saôki umyakkulazi kas nik kasii su uni lakk kwanuq 
sa Ike Gikunu, /.ukakka laga ([ilixiitakk laq. 

Kt il 11' conduisit à .h'rusaleni et le plaça sur le soimnot du lem()le, 
II lui dil : si lu es le Mis de Dieu, jette loi en bas. 

iO. Ka ikks kiadiKj nia i, zawe kla sis piyagliim iiU(| 
ka aakksiliikl kas yoklaii iikl. 
<';ir il esl l'i ril, | ■ toi il a (u-donni'' à ses anges qu'ils te gardent. 



— 406 — 

11. La kli ayasuh dakkwa ï klâkilâla kltikl, a klas qâsâ- 
Ifi da Iakk sus gûgwayaû, kus lakka tisum. 

Et dans leurs inains ils le porteront, de peur que tu ne blesses 
tes pieds contre les pierres. 

12. lii Jésus nanakkmî nîk yik. kiaduq ma a sî, kis klis 
gwânâtl ka Gîkumâya Gîyûs. 

Et Jésus répondant dit lui : il est écrit : lu ne tenteras pas ton Dieu. 

\'.\. Gil mi si satan qatlâ mas kkis tlalârkula ïnâyî, la bos 
yâwas ida. 

Lorsque satan eut fini ses tentations, il s'éloigna de lui. 

14. Li Jésus aidaakâ Iakk tlâhwaya sa Spirït lak Galilée : 
hî mïs lagegihzâ tsa zithva-les laka nahvva awîstas. 

Et lorsque Jésus retourna dans la puissance de l'esprit en Galilée, 
et le bruit se répandit dans tous les environs. 

15. — l^a kâkûkla mas Iakk kapika wàzili dakkwas, la 
liylla su sa nâhwa. 

Et il enseignait dans les temples d'eux et il était loué par tous. 

16. — La gakk Iakk Nazareth, lakkis qakka lîgas dî : la 
mis lâkkis qigilas nahwa, là lakka kapïkawazT lâkka Sun- 
day, la mis glakkwâ kas kiâkkiaduq-siiî. 

Et il vint à Nazareth, oii il avait été élevé : et il alla suivant l'usage 
dans la synagogue le jour du sabat, et se tint pour lire. 

17. — La zawe lak ê da kiaduqas Isaiali : gil mis 
klupid kk;î kiaduq, la nukâ kka kiadaqi nikikk. 

Et on donna (zawe) à lui le livre (kiadaqi) d'isaïe, lorsqu'il eut 
ouvert ce livre, il trouva où le livre disait : 

18. — Yik Spirit a sa Gikumâya gâkk gakkun, kâ Fkks 
gwukukk-klelâ-bînda a gakkun kun gliks-ulc sa ekl zikia 



— 407 — 

lum lâka wfwùsïlâkâ ; In yâlkâ gâkkun kun ûmâ tida masi 
kka zihyiles nazkayfi, îun gliks aies lawilsa lakkâ \vahk. 
wâlitlî, glu ïtidi duqila lâkka papâsi. kun qitl îdâ masî kâ 
yilkutlâ î. 

L'Esprit du Seigneur est sur moi : ce pourquoi il a oint moi pour 
que je prèclie la bonne nouvelle aux pauvres, il a envoyé moi, afin 
que je guérisse les brisés de cœur, afin que je rende aux possédés la 
liberté et aux aveugles la vue et que je libère les opprimés. 

19. — Kum gliks-ales dadâlali duin asa IkeGikumi. 
Alin que j'annonce l'arrivée future du Seigneur. 

20. — La kiswuti îd kà kiaduqi, la zawas lakka aksjja, 
kâs qagalitli : li da kayakiitsi da nahwa k;ipika-\v;(zi 
duqâtiak. 

Kt il ferma le livre et le donna izawes, donner' aux serviteurs, et 
s'assit, et les yeux de tous dans la synagogue étaient sur lui. 

21. — La gil bund kas niki lali dakk-wuk, la nmkk da 
kiaduqîkkaiilâ mat su kkwâ nâlâ Iakkùs wuglil dakk^va kùs. 

Kt il commença à dire à eux ; aujourd'hui l'écriture s'est accom- 
plie dans vos oreilles. 

22. La nahwa aùlakkâk glî kkunyasa sa eki watldum 
gayaù iakk situp sas : lali dakkw nikia. izaù ga îim kwaïuiq 
Joseph. 

Kt tous (nahwai lui donnèrent témoignage et s'étonnèrent de ces 
panjles de grâce ((ui venaient (lak simp sasu de sa bouche i : ils di 
saicnl (daku luixi est ce que pas le tils de .loseph. 

2;L La nd< iah dakkwuk, la ums uk hyis kla gakkuii klas 
gada glikksala-yuq ; patiiik, qilix la ga patak : yikuniih 
nalivvf unidi llha kha tlùs (pgdas lak (lapenamii, lu la ^st 
kigd Iakkus kiisa kiis giqilhûta. 



— 408 — 

Et il dit à eux, certainement vous me connaissez ce proverbe : mé- 
decin, toi-même guéris, ce que nous avons entendu que tu as fait à 
Capliarnauni fais le ici. 

24. La nikia, aùlin nikifilctl, kiyosa i niiwâlaq dâdâla su 
sis kus mâk gûqilfizîsa. 

Et il dit, vraiment je vous le dis, il n'est aucun prophète bien reçu 
dans son pays. 

2."). La mis glin nikiiiklfikks aiila ma ï kinum i da kîkakiaùs 
wûtla lakk nfdutlas Elijah, yikks la util da ïkl klaùkk-sta- 
waq ma mukk unkkila sa kukla skum gïla, yikks la iitli 
nahwa paùlï da awïnagwïs. 

Mais en vérité je vous dis : qu'il y avait beaucoup de veuves au 
temps d'Elie lorsque le ciel fut fermé pendant trois ans et six mois, 
tellement qu'il y eiil une famine par toute la terre. 

26. La glâ ta klyos y;llâkum yu wâs wiitlts Elijah hî ga 
mfitllakkZarephathgfiqilesSidonlidvâzidrdcigika kakiaùsi. 

Et à aucune d'elles ne fut envoyé Elle, seulement à Zaeplialh, ville 
de Sidon, à une veuve. 

27. Glâ wa klnum utla kkasalâtl-un lakk Israël lakk ba- 
guanumk dum iitlas l']lislia kka nawalaq ; kiyos wiitl ta iâh 
dilkkwiik ek idâ matsii, hi ga miitli Naaman kâ Syrian. 

•El beaucoup de lépreux l'taient en Israël au\ jours d'Elie le pro- 
phète inawalaq, prophète) cependant aucun d'eux ne fut guéri, se\i- 
lement Naamen de Syrie. 

28. Lah tlakkw wdi da qazitlî laka kâpikawazi yikks la ï 
wûklila kkik. hok tlakku kiitakk yakia-yi. 

Et tous ceux qui rcnli'iuiaienl dans l'é^disc kapikawazi , église! 
étaient en colère. 



29. La glrdvkwumgalrtl k;is kiaqa-wilsik Iakka giiqila. 



à 



— 4^) — 

lalalaâs lakk mrthîwûyas giiqilas dakkwas, kas zukâkkfi dï 
lakks dis. 

Kt se levant ils le chassèrent de la ville (laUa, hors de ; guqila, ville) 
le conduisirent sur la montagne de la ville eux, afin qu'ils le préci- 
pitent. 

'.iO. La mis gla lah sai'i lakk mikukih dakkwas kâs le 
lâkkis la la a. 

Et il alla au milieu d'eux et il s'éloigna. 

:{1. Lagakkakka lakk Ca])ernaum,griqiles Galilée, la ka- 
kiiklâ-mas dakkawuk Sunday nahwA. 

Kt il vint à Capharnaum, ville <le (jalilée.et là il enseigna eux pen- 
dant le sabat. 

.'52. Lah dakku kkunyas as kakiiklâ-mayum nahwes; kâ 
is watldum âkks tloqï-masa ë. 

El eux s'étonnèrent sur son enseigiiemeiil, tous, car sa parole était 
puissante. 

;{.'{. La mi sa bagwânum lakka kapl-kâwâzï yikkn uknfig- 
wade sa qixduni a sa kïsi ek devil, la hâsil laqrda. 

El il y avail un homme dans l'église qui avait un esprit impur et il 
criait haut. 

'.i^. Nikia, qâtlas gatul gakkunfdi ; ma zaù niihwiis yùkl 
Jesuts Nazareth? Gakkas kàskiyo-hwidà masa nsgakuniihi' 
kaiiklika mun klukl, su uin maya-uiUl Isa. Tlie Gikuini. 

Disant : ah ' quoi entre moi et loi, .lésus de .Nazareth ? Tu es venu 
pdiir nous détruire ? ,1e sais qui lu es le saint Dieu. 

iJ."). jj .lesus kliilgiàtluk nikia, (jikhitla la ga, kasgâkka 
IIS lokau laq ; gil mf sa devil zukk iilsas lakk mikiikili ila- 
kkwas, la lokaù lak, kîs yilqa mas iik. 



— 'tlO — 

El Jésus menaçant dit : tais-toi, et sors de lui. Alors le diable le 
jetant au milieu, sortit de lui, sans lui nuire. 

36. Lah dakkwnàhwa um kàyàkkàs,ntnâ kiaûla, ma sfikk 
da wâtldum ikk. 

Et eux tou.s craignirent et ils dirent entre eux : quelle est cette pa- 
role. 

Kâ fis tloqimasa ikk wekka kka kîs ek-devil, wa la mïs 
gâkkau. 

Qu'avec force et puissance il commande aux démons et qu'ils sortent. 

'M. Wa la kukàtlaO lâyû Iakka nâhwâ awi nâgwis awis- 
tâlisa. 

Et le bruit se répandit dans tous les villes d'environ. 

38. Wa la glàkkwulîtl Iakka kàpikâ-wâzi, la la-ïkl lakk 
guqas Simon : la ti abumpas kunum as Simon kulqatla sa 
zulqa zihkiilum, lali dakkw hawâkkulak kkâi. 

Et il sortit de la Synagogue et entra dans la maison de Simon et la 
belle-mère de Simon kunum, femme; abumpas, pèrei avait une 
grande fièvre, et ils le prièrent pour elle. 

39. Wa la gla-vvanu-zilitlak, kâs kvil-tagiâtli kkazulqâ: 
la bos : wa hlh-idâ mis glàkkwulîtl kâs âakksîlâh-idî lah 
dakk wuk. 

Et il se tint près d'elle, il menaça la fièvre ^zulqa, lièvre) et la 
chassa (bos) et aussitôt elle se leva et servit à eux. 

40. Wayikks la â si daklîsula linzanacjila, nahwah dakkw 
nii si da zihkâ niiq yisa ugwakâtlâ mas zihkulum gakk 
dakwuslak ; !aklukk-wid taisayâsiis lâkïkks wila ï, la ck-idâ 
mas lah dakkwuk. 

Et lorsque le soleil se coucha, tous ceux qui avaient des soufîrants 
de diverses maladies les conduisaient vers lui ; et il plaçait la main 
sur chacun Œaiasis, la main) et il guérissait eux. 



— ^^\ — 

'il. Gla wa démons giikkaii lakka kinum, qaqâtl-tse 
nikift. su um kkwaniiq sa Ike Grl^umî : la as yâkiâlah 
dakkwuk , kïs hitlkalâk vâkuntâlâh dakkwâ : ka îkks 
kaiiklilah dakkwa â kikks hî ma r da Christ. 

Kt le.s (iéiuuns sortaient de beaucoup (kinum , beaucoup) et ils 
criaient disant (qaqatl, crier) tu es le (ils de Dieu, et il menaçait 
eux, il lie permettait eux de dire qu'ils savaient qu'il est le Christ. 

42. VVagil mis nâh-rda, gâkk gâkka-wulsa kâs le là kkâ 
liibis a\vinâgwis ; lî da kikakaiila alek.wagâkk. lak, wah 
/.ilg\\ atluk, ka kisis boh dakkws. 

Kl lorsqu'il fut jour, sortant il alla vers un lieu désert ; et ils le 
clierchaient et le veillaient de peur qu'il s'en aille d'eux. 

43. Au mis nfk lah dakkwuk, krsi gin is glikksâlà sa ek 
zikialum yisa glkâsa sa Ike Gikumi lakka atl-iigwile gùq- 
gagwisa : kakk gin hi ml gin yaklaum gitli. 

Et il dit à eux ; j annoncerai le royaume de Uieu, aussi dans 
d'autres lieux, car pour cela j'ai été envoyé. 

44. W'a la misglikksâla lakka kikapikawazes Galilée. 
El il prêchait dans les églises de (ialilée. 

CHAPITIiK V 

I. -Ma gil mi si da kikakaiila tukia lak, kâs wuklihkk 
wutldum a sa Ike Gikumi, la i glâkkwatla iakk zulâtlas 
Gennesaret. 

Kl lors(|ue les gens le pressaient afin qu'ils entendent lu parole 
(\vatidiiiii) de Dieu, il se tint sur le lac de Jenezaretli. 

'i.iiadukkwâklila kkâmati sàkilisa huhhunis lakka zulûtl: 
la gla ti da kikia-kUnûkk la lothl tau lak, la zukwûli dakw 
kis kikigiuin. 



— 412 — 

Et (dukwaklila, il vit) \mall, deux) (sakilisa, barques) se tenant 
sur (zulatl, le lac ; et des pécheurs sortant d'eux, péchaient ave(' leurs 
tilels (kikiaklnuU, péclieurs). 

.'5. La lakks kka num ï lakka sâkilisa, yikk ukâs Simon, 
la ukkiâlâk kas klâklasatli lakkaawinagwis ; la qfigaritluks 
kas kakfiklamasî ka kikakaûtla lakka sakilîs. 

Et il entra dans (num, un) de ces barques, qui était de Simon, et 
le pria qu'il s'éloigne de la rive, et il s'était assis, alin il prêchât les 
gens de la barque. 

4. ^^'a gil mis qati yakuntala, la nîk yikk Simon, klasîs- 
tala lakka wunkula kas zAïnqâkkûda usa sfikks kikïglum à 
kiis ka num pun stun de. 

. Et lorsqu'il Unit dp prêcher (gil, lorsque ; yakuntala, prêcher) il 
dit à Simon : va vers la profondeur afin que vous jetiez vos lilels 
pour pécher. 

5. Li Simon nanakmi nïkia Gi, yawïhianùh sunbunda 
umkk kaniikl, kiyos tanfikk yanum a ; we la gla kkls 
watldum ûs, la mun zunqakud klukk gada kighimk. 

Et Simon répondant dit : Maitre, nous avons travaillé toute la nuit, 
nous n'avons rien pris, cependant sur ta parole, je jetterai les lilets. 

6. — We gillîdakku mis hi qïh idi, lah dakw kîtl-zaù 
kka kînum maimaimas : la as qiibanâqili kïglumh dakk 
vvas. 

Lorsqu'ils le tirent, ils prirent quantité beaucoup de poissons 
^kunuma, beaucoup, marna, poisson; et se déchiraient les tilets 
d'eux (kighumh, filet. j 

7. — Lah dakkw kiklâkkîs ninumriq lakka num l sakilis 
a, kagakdakkwis glidiwîduk wa gak, kiita mas kk;i mât! 
sakilis, lah dakkw wuni naqila. 

Et eux retournèrent vers leurs compagnons sur l'une des barques. 



pour qu'ils les aidassent, et il> vinrent et ils remplirent les deux 
barques ,maU sakilis) jusqu'à ce qu'elles s'enfom-aient. 

S. — La 1,'la ti Simon Peter, vikksia i diikkwaklilak, la 
humliwatluks lakk giiigwayaiis Jésus, nigataùya, hâgia bo 
\\ un, la Gikumi, kakk gin kuti gakk yekinayi. 

Lorsque vint Simon Pierre, il loniha aux pieds giugwyaus, piedsi 
disant, va-t-en de moi, Seigneur, car je suis un pécheur. 

\). Ka-ikks kkunyasa i. gla \vi da nahwa kïti-wuts. yisa 
kitl-zau niania-imas vikk-lah dakkwi yanums. 

Car la peur le saisit et tous qui étaient ensemble de cette pèche 
de poissons qu'ils avaient pris. 

10. Gluh dakw kka i .lames, glu .lohn. sasum as Zede- 
dee. yikk ninumuqas Simon : li ,lesus nik yikk Simon, qala 
kitlil,gegaklilà-kl laq. la ums laklila kluk bagwanum. 

.\ussi eux et .lacques et Jean (sasum, fils) de Zébédée, qui com- 
pagnons de Simon, et Jésus dit : Simon : que non tu craignes, dé- 
sormais, tu seras pêcheur d'hommes. 

11. W'agilhdakw mis a klista mas kkis sisakilis dakkw 
Iakka awinagwis, lali dakkw bo sa nahwa, la laskum ik. 

lit eux trouvèrent la barque sur le rivage (awinagwis, rivage et 
eux laissèrent tout, et le suivirent. 

12. Wa vikks la i lu li da guqila, dokkka bagwanum 
kulakk kliika-i ; wa gil mis-dukk-\\ aklilak Jesus, la glaga 
lisa, kas luiwakk-ulh-idik, nikia, Gikumi, gil mi Iakka kûs 
nik lakk, lala kkus ek ida mas Iakk gakkun. 

Kt il arriva lorsqu'il était dans une ville guipla, ville qu'il y 
avait un liniuuie (bagwanumi plein de lèpre, et lorS(|u'il vit (duk- 
waklilak, voir) ,Iésus, il .se prosterna et il pria disant : .Maître, si lu 
veux, tu pi'iix guérir uioi. 



— 414 — 

13. Wa la sah-îd tsis ayâsvi, kas pâgaâklilïk, nikia, la 
mun : wiga ekU idukk ; wa hihidâ misi da kluka-i bos. 

Et il étendit la main ayasu. inain;, afin qu'il le touche, dit : je 
veux sois guéri, et aussitôt la lèpre ikikail s'en alla (bos). 

14. La havâklulak ka kiyosis netla sus lakk bagwânum ; 
au uma hyi glati la, kas là us nitlâ sus bagwânum maya 
kuslakka priest. glu kas yaqa us ka is la-rnayus eki da. 
nukutl tawek watldun utlas Moseskakala-gilalahdakkwuk. 

Et il ordonna qu'il ne le dit pas à honune. mais va-t'en et montre- 
toi aux prêtres et oftre pour ta guérison romme a ordonné Moïse 
en témoignage pour eux. 

15. Aa mis gla las khimah-id gwitl-idi da zikium 
qaqix-al Iak ; gakki da kinum kikakaùla kapikia kas htiklili . 
glu kas ek-ïda matsawi sis luzulumh dakkwi. 

Et la renommée s'étendit davantage au sujet de lui. et il vint de 
grandes foules pour l'entendre et être guéri de leurs maladies. 

Ifi. Au mis la wunhid lakka lublabis kas le hawakula. 
Mais il alla dans le désert ilablabis. déserti atin que il prie. 

17. Wa laka nikk sanala, yiks kaka-klamasa i, la ta 
Phariseesgla wakikaùkklilekka law qatla nuhwatia, yika 
gigakaùlis laka nahwa guqil lakk Galilée, glu Judœn, glu 
Jérusalem : la mi si da t'iabwaya sa Ike Gîkumi kupetl gla 
wi kas hïtlî. 

Et il arriva un jour qu'il enseignait, et les parisiens et les profes- 
seurs de la loi (law, mot anglais) étaient assis, puis gens étaient 
venus de toutes les villes de Galilée et de ,luda et de Jérusalem et la 
puissance du Seigneur était pour les guérir 

IS. Wa dokk, bibagwanum gakk sa gizaùya ka tagil 
baguanum tlitlilkina : lah dakkw aie kas la iklis, glu 
kas (|ulga-litlis lakk nukuma-litlas. 



à 



Rt voici, les gens porlt-riMit sur un lit un homme paralysé, et ils 
s'elVon-aient de le porter et de le placer devant lui. 

19. Wa kis dakw t;i kha kâs gâyai glats ka i da kikakaiila, 
lah dakku lagiistaù lakka iigwes. kas dunâkkûdik làksaù 
Iakka sela gla wis tagîtl, nukukas Iak nukuma-litlas lesus. 

Et eux ne trouvaient pas qui le portait à cause du poids, eux mon- 
tèrent sur le toit ugwesi, ils le descendirent avec le lit par le toit 
devant .Jésus. 

20. W'a la dnqilakk nqizalazih dàkkwâs la n(k. hagwa- 
num, kkîs yekinâyiis la um digaklilaq liikl. 

Et il vit la foi luqizalazih, foi: d'eux, et dit : homme, les péchés de 
toi sont pardonnes. 

21. Li da scrihes gla wi da Pharisees kakistaah-id. nikia, 
ungwa ziikk da yakuntâlekk sa yâksainâk watlduni, ungwa 
7,i da digakliludf'k yekini, hïga ma a gla si Ike Gikumi. 

Et les Scribes et beaucoup de Pharisiens pensèrent, disant : qui 
pst celui qui dit des blasphèmes paroles? Qui ungnaipeut pardon- 
ner les pochés (yekini, péchés) si non seulement Dieu. 

22. Diiqila mis gli .Icsus ftk kakista-inili dakkwas. nanâ- 
kmi nlk lâhdakkwuk, ma /.is kakistaàh dâkkwitla n« lakûs 
ninaùkaya kfls? 

Et connut (duqila, savoir) .iésus les pensées d'eux, répondant dit 
à eux ; que pensez-vous dans vos cieurs. 

2;{. \Vr/.i da hiitlamatlc, lakk nik, kkis yckinayiis digak- 
lilaq liikl, glu niki, glakk wid kas kasida us ^ 

Lequel est plus facile, ou dire, les péchés sont pardonnes, ou dire, 
lève loi afin que tu marchcK. 

i'i. Iva glati k.is kaukiilali dakkw lui Iakkiisa ka kkwanuqa 
sa hagwaiiuin ukkniigwadaas tliahwayi Iakwa awinag- 



— 416 - 

wisik kas digakliliidikk yekinayi, (la nik kka tlitlilkin) ni- 
kinklûkl, glakwrd, kas dàgustuda usakkûs tâgitlik, kkas la 
us lâkkîs gCiqa us. 

Kt afin que vous voyiez que le tils de l'homme peut sur la terre 
qu'il remette les péchés (il dit au paralytique) Je te dis, lève-toi., et 
prends ton lit, et va toi dans maison toi (awinagwisik, terre ; digak- 
liladik, remettre; tlitlilkin, paralytique; klu, a, kl. toi; glakwid 
seulement ; tagitlik, lit ; lakis, aller : us, toi. 

25. Wa hihida mis glakk-wid lakk-nukumaeh dakk-was, 
kas dâgustudi kkis qulatla as, la qista la lakkisguq hydk- 
tawikkâ Ike Gikumi. 

El aussitôt il se leva (nus gla-k-widi en présence (nukumah^ eux, 
et prit le lit où il était couché, alla à sa maison, louant Dieu. 

"26. Wa nahwa dakku wis la kkunyasida lah dakku hiyas- 
hyilâkka Ike Gikumi, lah dakkw kka la kutakk kitlila, nikia, 
atlâ yints diiqilakk umkla kkwa nalakk. 

Kt tous ils admirèrent et eux louèrent Dieu, et eux étaient pleins 
de crainte, disant : nous avons vu aujourd'hui choses étonnantes. 

27. We atla-kawis gada, la la\vils,la duqila-kka hatla- 
kulilgis, glikads Levi, qatla Iakka hatlakas, nik yik, legda 
gàkun. 

Et ensuite il alla et vit un publicaiu (^hatla-kulilgis, publicain), 
nommé Levi, assis, dit lui, suis-moi. 

28. La bo SIS nahwa, glak-kwid kas lega yik. 
Et il (bo, laissa) tout et se levant il alla après lui. 

29. Li Levi walas qilasuk lakkisguq : la kinum i dahi- 
atla kulilgis gla wa atl ligwila yikka qatla Iakka humap 
gluhdakkvvi. 

Et Levi prépara un grand repas, et beaucoup de puitlicains cl 
d'autres étaient rassemblés qui étaient à table avec lui. 



— 417 — 

M. Li da Pharisccs jjla \vi da scril)et dakkwas kiltalakk 
disciples-as, nikia, mas dakw zis humapitla glu naka gla 
\va hi-hatlakulilgis gla wa ya-ïksami? 

Alors les Pharisiens el beaucoup de Scribes eux murmurèrent à ses 
disciples, disant : pourquoi mangez-vous (humapitla, manger) et bu- 
vez-vous (naka, boire) avec les puhlicains et les pécheurs. 

;jl. Li Jésus nanakwi nik lah dakkwuk, yik dakkwT da 
oki kisi ukkikksda kka patinùkk, hi ga um gli da zizihke. 

Kt Jésus répondant dit à eux : les bien portants n'ont pas besoin du 
médecin, mais les malades. 

.12. Risin gak kuii kidali kki dt- ekia, lu gli lyaiksaniï 
ka mayatïs. 

Je ne suis pas venu pour (jue j'appelle (klilali, appeler) les justes 
fekia, justes), mais les pécheurs, au repentir. 

;{;{. l^ali dakw nik yik ; yikk disciples as John qatl- 
qunala i kis hurnap, la iiâs hawâ-kula, hi um kka a wîs 
ugwak qigîlat sa disciples a sa Pharisees ; la gla tus usha 
keis liumapa, naka kkad. 

Kt eux dirent lui : les disciples de Jean souvent jeûnent et prient 
(hawakula, prier) comme les disciples des Pharisiens, mais les liens 
mangent et boivent. 

'.Vi. Li Jésus nïk lah dakkwuk, qdi ida as nuq ma i kîs 
luin)a[)i da gliglaglaula sa tiâvvunum kli yikks kupetla ma 
I da tlawunuin kli gla wi ;' 

l'it J('siis (lit il i'ii\, poiivez-vous l'aire ((ue jeûnent les amis de 
l'époux, tant ipic Ii'ihjux est av(!C eux. 

;{r). La nus gli gakk mu kh da nala kla yjKk l.ihduni klas 
ukk id su kii da tlawuuiiin klilah dakku iik;lakl \vis gla kis 
hiniaikulaki Iakk, l.ik duru k|as lu (pli idM 



— 'il8 — 

Et viendroiil les jours que l'époux sera loin d'eux, alors ils jeûne- 
ront en ces jours. 

;J6. '/Valu kka a nik sa parable lâh dakl<wuU : kîgyosa i 
hagwanum qapud gâyutli lakk alu-mas qitl-qela kas 
ukkakliliidis Iakka la keti qitl-qela ; qakutla i qapid kka 
aliimas, Iakk-a i da gayutl Iakka aliimas kis hayatlaul 
gla wa la ketla. 

11 dit celle parabole à eux : que personne n'ajoute des morceaux 
de drap nouveau à un vieux drap (kigosa, aucun : bagwanum, 
homme), car autrement le nouveau déchire le vieux et le morceau 
de nouveau ne sert pas au vieux. 

•ï7. Wa kkcyos iimkia a wisbagwanum ukzudis aliimas 
wine Iakka la ketI wine azc aklida aliimas wine yumtl-za 
mas kka<|uzi, la lakk gwukk-ïda la la kka i da quzi 
yaksumh ido. 

Et aucun homme ne met nouveau vin lalumas . nouveau) dans 
vieille (ketl, vieux) outres, car autrement le jeune vin rompt les ba« 
rils, et il s'écoule et les barils pourrissent. 

oS. La gla ti da aliimas wine ukkziiyii laka atlkinas 
wune-azO. 

Et il faut le nouveau vin mettre dans nouveau baril. 

31;). Wa kiyos um kka a wis bagwanum la nakaagutia 
kka la kiniosa naikks dukkaltkinas; ka iks nikia i yikka la 
ketl lu um ek î. 

Car aucun homme quia bu du vieux ne veut boire du nouveau, mais 
il dit : meilleur est le vieux (Ketl). 



419 



CIIAIMTHK XXFI 

I- — Wa la mi da (jitla sa kis hcq rjuniqa ihia tia, yi- 
kka glikula sa was hayakutl-tsumayi. 

El s'approcha la fêle des Azymes qu'un appelle la fête de Pâques. 

2. — Li da gigikuniayi la-ulbled gla wi da kikiatin-ûkk 
aie kas qrli-ïda as kah dakkws tlila masik ; kaks kitlilah da 
kkwa a sa bagwanum i. 

Kl le.s princes des prêtres et les savants dans la loi clierclièrent 
à le tuer, mais ils craignaient les hommes. 

3. — Li Satan lalakalakk Judas yikaglika des Iscariot, 
gayiitli lakk wakaa sa si da malii gwagiyu. 

Et Satan entra dans Judas lequel s'appelle Iscariot, qui était 
dans les douze. 

4. — La kasida kas huklïla kùwi gla wi da ([ilsgilyàq, 
kas qdiida as kiis zawis lah dakkwuk. 

El il s'en alla et il conversa avec les princes des prêtres et avec 
les capitaines du temple afin qu'il le livre à eux. 

."). Lah dakkw inula, la qa(|ullaùl kas zawes dale Iak. 

Eteu\ déiibérèrenl, et ils convinrent qu'ils donnent (zawes, donner i 
deniers à lui. 

6. La misekka. \va la liayatla kka akkaszawas lah dak- 
kwuk Iakks la i kiydSid kmuiii haj^wamiiii. 

Et il promit et il cherchait le Iciiips opportun pour Ir livrer eux 
sans tunmlle hommes. 

7. W e li da rude sa k's hc(| (|iiui(| gaka, yik lali duui 
kla sa hayakutltsaniayi kilaliid tsii-kl. 



— 420 — 

Et vint le jour des agneaux, où devait étr? immole l'agneau de la 
grande fête. 

8. La yalakk-idis Peter glu John, niUia haga kas qatlala 
masa ûs ka unts kka hayakutl tsumayi, kunts humapi. 

Et il envoya Pierre et Jean, disant : allez et préparez à mort l'a- 
gneau de la grande fête pour que nous mangions. 

9. Lah daki nlkwk , wi dis qayaù us kunuh atlatla 
maya sa ? 

Et eux dirent : où veux-tu que nous le préparions. 

10. La nik lah dakwuk, dok, kasu lah, dakw-kl lazaûlls- 
kl lakka gùqila, la klis nakûkl gla wa bagwanum tsayazi- 
watila kkawap ; laskuin i lak lakka gûq yikk lai-glas klas. 

Et dit à eux, voici fdok) si (kasu) vous entrez dans la ville, se ren- 
contrera avec vous un homme, portant une cruche d'eau, \vap, (eau), 
allez après lui dans la maison où il entrera. ^ 

11. Lah dakku klis nik kla kka ekia bagwanum sa gûq 
yikka kakuklamas nik Iukl,kkidïda bagwinyaze, kkun hu- 
maas kla kka hayakutl tsumayi gla wun kikakuklamat- 
sawi ? 

Et dites au principal homme de la maison, votre maître dit à vous : 
où est la salle que je mange (humaas) la Pâques avec mes disciples. 

12. La kli zazumh sda klii kla sa tkiaziya qaldqa : hi mï 
sis la qatlatla mazas h. 

Et il vous montrera une grande salle ornée, là vous ferez le repas. 

13. Wa lah dakku, la khak la umk watldum-as lah dakk- 
vvuk, wa lah dakkw qatlatla mas ka hayakutl tsumayi. 

Et eux allèrent et ils trouvèrent comme il leur avait dit, et il pré- 
parèrent la grande fête. 



— 'i21 — 

14. Wa gil mis lustuda la qagalitla himisa malûgwa. 
gîyû i-yalakum gla vvi. 

Et lorsque (gil) vint l'heure, il s'assit à table, et ses douze apôtres 
avec lui. 

15. Wala nik lah dakkwuk aûlih-dihehwila kun humhidl 
kkwa hayakutl tsumayikglûskismi-kl gin tlala \vilkula-k|. 

Et il dit ù eu\ : avec désir j'ai désiré que je mange cet agneau 
pascal avec vous, avant que je souffre. 

16. — Ka un klakk gin nîki gukl, kis klin humap kluq, 
is mi klakks aûla hïdaniatsutl lakk gikasa sa Ike Gikum. 

Car je vous dis que je ne mangerai pas de nouveau, avant que 
s'accomplise dans le royaume de Dieu. 

17. W'a la dahid kka nakatlala; gil mis qatl mulas, la 
nik,ukkidagakkga,kaii gwitl-zih dakkwa Os'q. 

Et il prit le calice, et il le bénit et dit : prenez cela et partagez-le 
entre vous. 

18. Ka un klakk gin niki gukl, kis klin naka-kl 
gegiklila-kl laq lakkwa nijinawïniasakk sa qakulakkis mi 
kla SI da gikasa sa IkeGîkumi gakk-kl. 

Et je le dis à vous, je ne boirai pas du fruit de la vigne jusqu'à ce 
que vienne le royaume de Dieu (gikasa, royaume). 

19. Wa la dahïd kka <{iinlq, gil mis (jall mulas la walu- 
duk, kas zawes lali dakkwuk, nikia, ga mun uqinigyikka 
zaw-yi kas: ga uma qigili lakk mulqils gakkun. 

i:t il prit le [tain wninifi pain) et il hi'uit, et le donna à eux, dit : c'est 
mon corps qui se doiiiie pour vous, laites cela eu im^nioire de nmi. 

20. Ml um kka a wistjilud tsa nakastala atlakawi sa liu- 
ma|), nikia, yikk gada nakiistalak ga um aliimas (|a(|atlaulig 
Iakkiiii iiiiri, ya nui I^Im da L,'\v.'ilvaii lllalsa^Vl kas. 



— 422 — 

Pareillement et le calice quand ce fut après le souper ,humap) di- 
sant : ce calice est le nouveau testament dans mon sang (ulqa, sang) 
qui sera répandu pour vous. 

21. Dûqâtlâll hyï glâgl, yikkukk ayasaû kksûkk da yâqe 
um, numâ-itl gla wun lâkkwâ humhdunîitlîkk. 

Et voici, la main (duqatlalî, main) de celui qui me trahit est avec 
moi dans le plat. 

22. Ra î da kkwanfiq sabagwanûmla ma îafilâkkl lakkl, 
la umkk qâyii kâ qîhîda âts : uminâ kias glâgl »vis gli da 
bagwânum yîkk yâqes. 

Et le fils de l'homme i^kwanuq sa bagwânum) s'en va, comme il a 
été établi, mais malheur à l'homme qui l'a livré. 

23. Wa lah dakkw waklâpigilïtla awâkaOla, ungwï lah 
dâ uk yikkâ hî kla qïhicl klî. 

Et eux commencèrent à interroger l'un l'autre lequel d'eux qui le 
ferait. 

24. Wa lah dakkw kka a kâtâpïgilltl awfdvafila, ungwâ 
klî lah dakkwukk yikki da walaziki kla. 

Et entre eux une discussion s'éleva qui d'eux serait le plus 
grand. 

25. La nîk luk dakkwuk,yikk gigikumàya sa iigwukksu- 
mâqî gïgakkiila l lah dakkwuk hîh dakkw mî si da awila 
aakksila lah dakkwuk glîkula sus hî-tlîla. 

Et il dit à eux : les rois des peuples dominent sur eux et ceux qui 
ont force sur eux seront appelés bienfaiteurs. 

26. Ris dakw gla ta klis hi qïx klî: yighi kki da wâlas 
kla lah daklovûkl, wîga hyl la hi qix î da ginul-kuyî : gla \vî 
da gîkumâyï hl qîx î da îâkkulgisî. 

Mais comme eux ne soyez pas. mais celui qui est h- plus grand 



à 



— 423 — 

parmi vous, qu'il soit comme le plus petit, et celui qui est le chef 
qu'il soit comme celui qui sert. 

27. W'i di wâlasa-kâwâya, yikkî da qatla lakUa humâp, 
glu lu di da humgllâ? kisa î hî di da qaïtl Iakka hiimap .' 
la gla tin nukukayûs hï qix da humgila. 

Mais qui est le plus grand, ou celui qui est assis (qatla) à table 
(huinap), ou celui qui sert (liumgila). Est-ce que pas celui qui est 
assis à table '? mais je suis parmi vous comme celui qui sert. 

28. Siih dakkw nu da yikki da hîmounâtla gla wun 
Iakkun tlâlâwût lila. 

PA vous êtes ceux qui ont dun- près de moi dans mes tentations. 

29. Lamîsin qatl-akli liisisa gïkasa ya uml< (|:itl-akli 
Ifidayafi sin Umpa gakkun. 

J'envoie vous, comme a envoyé mon l'ère moi. 

;}0. Kas huinap dakkwi la Ickus glii naka lakkun lumih- 
claniïtla lakkun glkâsa : lah dakkw klis qâtla-kl Iakka 
qahdume dâdalîta kla kka matltsiima-gwigiyu lil(|idaklis 
Israël. 

.Min que vous mangiez (humap) et que vous buviez (nakai à ma 
table (liumh-damitla) dans mon royaume, et que vous soyez assis 
(qatla-klj sur des trônes, jugeant (dadalita) les douze tribus d'Israël. 

;{|. Simon, Simon, dok, la lui Satan cliwila kas In kla 
ukl, kas kyitia ukl lu qix i da zizidanu. 

Siiniiii. Simiui, voici Satan a (l('sir(> alin (|iie il crible vous cduime 
du blé. 

:{2. i.a iiiisglin hawfdvk- nia kas, ka kisi sis uqiz.ala/.i yiis 
kiyoliwida : \va wigiti la, kasii aidaaka-kl itid-kl, tlocpmas 
idâ mas la kkus nati Inumwivuta kiis. 



— 424 — 

Et j'ai prié pour toi, que ta croyance ne faiblisse pas, et quand tu 
te seras retourné afïermis tes frères. 

33. La nikik, Gilvumî, la mî gin qâtlâlâ kun le glfis 
lakka walazi glu la lekk tlilî. 

Et il dit : Seigneur, je suis prêt à aller avec toi jusqu'à la prison 
(walazi), et à la mort (tlili). 

34. La nîkîa, nikin kliikl, Peter yikki da kaka-ii kis kli 
kaka qigatlklnalakk , kasu la-kl yiidih punakkl hihvakkl 
kauklila gâkkwa. 

Et il dit ; moi te dis, l^ierre, ne chantera pas le coq aujourd'hui 
que tu ne jures auparavant trois fois que tu ne connais pas moi. 

35. ^^^^ la nik lah dakkwuk, yikk gin lahidih yalâkkùs 
kiyos dalazi, glu giilaze, glû tîpayaù , wanatla su nuq 
widû masa ? wa lah dakku nikia, kiyos. 

Et il dit à lui : lorsque je vous envoyais sans bourse et sans sac 
et sans chaussures (tipayaù) qu'est-ce qui vous manquait? et eux 
dirent ; rien (kiyos, sans, rien). 

36. Wa la nïk lah dukkwuk, we, a gla kkwa âtlmikk, 
gikki da ukknfigwâdes dalazi , wiga hyi ukk-îduk, hî 
nin hyi kkâd qih-id tsii wi da gulazl, wa yikkï da kîyos, F 
ukka wlga hyi lakkfid kkis wokk-saù , kas kilhwîdîkk 
qîkkayau. 

Et il dit à eux : mais maintenant celui qui a de l'argent qu'il le 
prenne, de même celui qui a un sac; et celui qui n'a pas d'argent 
qu'il vende ses vêtements et qu'il achète une épée. 

37. Kakk gin niki giikl, yikk gada kioduqik kisik ïs 
qâtla matsu gakkun, huzukun-dayoù i lakka hdiatululq : 
kâ ï da qaqixala gakkuni wulbi nuqa ï. 

Car je dis à vous (giikl) que l'écrit doit accomplir s'accomplir sur 



425 



¥ 



I 



moi, notamment il siii-a Irnilc comme les mallMiteiirs, i;ar ce (jiii est 
écrit sur moi a sa fin. 

'.iH. Lah dal<k\v nîkia, Gîkumi, dok, mâtl gada qlkkâ 
yûgw ; \va la nik lah dakkwuk, la mûk hilt-lâ. 

Et eux dirent : Seigneur, voici deux (matl, deux); (qikkqaugw, 
épées) ; et il dit à eux, et c'est assez, 

39. Wa gâkk lawilsa, kas le, lakkis qïgilas Iakka nuge 
sa Olives, gla wîs kïkâkkûklrimatsawi legïk. 

Et il sortit et alla suivant sa coutume ;ï la montagne des Oliviers 
et ses disciples le suivaient. 

'lO. \\'a la laga â Iakka awînâqîs, la nïk lah dakkwuk, 
liawakkula la kas kis dakkwa us lazau lakk tllâaikula. 

E[ il arriva à ce lieu, et dit à eux : priez que vous ne succom- 
biez pas dans la tentation (tlalaikula). 

41. La mî sî wrdatla asas lah dakkwuk, hi walatliikk 
nupnûsikk tisum a, la klak walis kas hawakk-uli. 

Et il s'éloigne d'eux, environ distance d'un jet de pierre, et il 
s'agenouilla afin qu'il prie. 

42. Nikia Ump.kasû nik Iak, klikkwidâkk gada nakas- 
tûlakgakkun ; qala hyi gla nus naukaya, luis unia hyi qela 
kli 

Il dit : Père, si lu veux, éloigne ce calice de moi, mais que pas soit 
faite ma volonté, mais la tienne. 

43. VVa Iniiiis la nitl iîdaâs laki sa pagluiu iuk] gayana(|il 
Iakka iki, tl()(|iinasa masuk. 

Et apparut du cicd un ange pour le fortifier. 

44. !ja kliima zihyilaga, la aula kialalud liawakkula : 
wa Ir kus(!H hi la gi.v awavvastii ulcpi tsaMujakkul iakka 
avviiia(|is. 



— 426 — 

Et étant en agonie, plus chaudement il prie et sa sueur était comme 
des gouttes de sang coulant à terre. 

45. Wa gil mis glâkk-wils lakis hawâkkulâ înayî, gâkk 
lakkis kikâkûklâ niatsawi, la kha kïkks mikkah dakkwa 
î, kaîs hwilsa. 

Et lorsqu'il se leva de prière, il alla vers ses disciples (kiRakùldîT 
disciples; lakis vers), et les trouva dormant de fatigue. 

46. La nîk lah dakkwuk, mazis mîkkah dakkwrtla? 
glakkwid kâs hawakulh ida iis, kas kis dakwa us lâzaft lakk 
tlalai kulâ. 

Et dit à eux : pourquoi dormez- vous? levez-vous et priez (hawakulh) , 
afin que vous ne tombiez dans tentation (tlahaikula). 

47. Yikks yâkuntâla ma î, dokka kimaiila, wa yikkî da 
glikâdes .Judas, numiiq lakka raalûgwigiyii, gâlagîwîh 
dakkws ; wa la nahwâhid lakk .Jésus kâs mizih-îdîk. 

Lorsqu'il parlait, voici (doka) celui- des qui s'appelait .hidas, un 
(numuq) douze, vint vers lui, et s'approcha de .lésus afin qu'il le 
baisât (nugih, baiser). 

48. Au mi si Jésus nlklk : .Judas, lakkiidasï kki da kk%va- 
nuqa sa hagwânum yis mizihïdi ? 

Et Jésus dit : .ludas, est-ce tu trahis le fils de l'homme par un bai- 
ser (lakudasi, trahir). 

49. Wayih dakkw kki da qestalek didikwaklilakk qihida 
as klas, lah dakku nikia, Gdvumi, ïs ma unuli qikk-id klis 
gada qîkkâyii gwâ ? 

Et ceux qui étaient avec lui viri'nl ce qui arrivait, cl ils dirent : 
Seigneur, devi;:;- nous frapper avec l'épée? 

50. Lï da nûmuq gayûtl lah dakkwuk qikïdukk hilu 
batlzanaya sa gikumayi labled, la ta qikkudfikk 
hltlkiûtumayï puspûyus. 



— 427 - 

Et l'un (numuq) parmi eux frappa (qikedukkj, ^liiluballzamaya, le 
serviteur) du grand prêtre, et lui coupa la droite oreille (puspuyas- 
oreille). 

51. Aumisî Jésus nanakkmi nikia, hïtl aùh îdih dakkw 
umâ : la pâga-akiilakk puspuayùs kâs hitl ida masik. 

Et Jésus répondant dit : laissez jusque-l;\ eux, et il touche l'oreille 
afin qu'il la guérit. 

.">-2. Lî Jésus nîkk kki da gïgimàyi laùlbled, glû 
gTkumîh dakkwa sa uniuyâkkulazi, gla wa qulsqulyâq, 
yika yikka gakki lak, lah daku mas gâkk hî qîxa ukke kka 
gilûkliqa, yisûkk da qîqikkâyûkkglu wa hunihweya kkwâ ? 

l-^t .lésus dit ceux qui étaient venus contre lui eux les princes des 
prêtres, eux les préposés à la garde du temple, eux les anciens; 
vous êtes sortis comme contre un malfaiteur avec des épées et des 
bâtons fliwiliwégu, bâtons.) 

53. Yikk gin la-nahwrhdi gâkkfikk nînâlakk glus lakka 
uinyâkkulazi, lah dakkw dis kîs sidiîd tsiis ayasaii kfis kas 
dàhida us gâkkun : wa yû um glas fikk dum ukk, glû 
tlaliwis pudikila-lazi. 

Lorsque J'étais tous les jours avec vous dans le temple, et vous 
n'avez pas mis la main sur moi (ayasaù, main) (gakun, moi) ; mais 
c'est votre heure et la puissance des ténèbres. 

Vi. VVa lah dakudahîduk, kas lî wâti lakk,gâkkïs lakka 
gn<|a SI da gîkumayi habled : la ti Peter laskum î 
qisàkk-kleya. 

El ils saisirent lui (dahiduk, saisir) et le conduisirent el i'inlro- 
ciuisiri'iil (l.uis la maison du principal prêtre (labled, prêtre; (gU(|a, 
maison) et l'ierre suivait de loin. 

;")."). Wa gilh dakkw mis lukkwahll iakli nukk/aùlitla sa 
guq, lah dakkw nus (|âhida ; la mis IVtcr ([ahul Iakk 
nukukayas. 



— 428 - 

Et lorsque eux allumèrent (mis, signe du parfait) du feu (lakk) au 

milieu de la cour, et eux s'assirent, et Pierre (qahid. étant assis) au 

milieu d'eux. 

» 

56. La numOqï da hïtl-âkas dûkk-waklilà klkks qâh- 
klalîtla I Iakka luqitl, la dudukks alitlâk nîkia, vikkwâ 
bagwânumkk yù um kkâd wa-iiq dis. 

Et une des servantes le vit qui était assise au feu et le regardant 
dit : cet homme était avec lui. 

57. Au mis-hihwâ, nïkia, zidak, kîsin mâtl telâk. 
Et il s'en défendait, disait : femme, Je ne le connais pas. 

58. Wa kîs ta ketlakks la a kkad diikkwâg-litl tsa iigwila, 
nîkia, su um kkadgayûîl lah dakkwuk : au niîsi Petit nîkia, 
bagwanum kisin. 

Et peu après un autre le vit (dukwaglitr, voir) dit : tu étais avec 
lui ; et Pierre dit : homme, non (kisin). 

59. We lakkuntâ numza kuklilâ gîlâkks la l da numûqâ 
kkâd aùlîsta morsa, nikia, aùla zaù mfikkda baguânamkk 
wa uq dis : kg ùkks Galileama ikk. 

Et s'accomplit environ une heure, dit un autre vraiment cet homme 
était avec lui, car il est (ialiléen. 

60. Au mî sî Peter nîkia, bagwanum, kisin kaùklila 
kkûks watlduma kiis, wa hîh-ida mîs, kis ma î qïtl-lda, 
kaka-û qigâtlî da kaka-ii. 

Et Pierre dit : homme, je ne sais pas (kisin, non) ce que lu dis 
(watlduma, parler) et aussitôt lorsqu'il eut parlé, le coq chanta. 

61.Walida Gïkumayï muls-îda, kâs dûkkwîdîkk Peter ; 
h Peter mulkkwâklilakk wâtldumhde sa Gîkumayi, yikni- 
kkînâya sîk, kis mi kla sa kâka-a kâka-ûqigatl-kl kkwa 
nâlâkk, la klls hîhwn kigâkkun yùduhw punà-kl. 



— 429 — 

Et le Seigneur se retouina (muls-ida) alin qu'il voie Pierre , et 
Pierre se souvint (mulkwakklil) la parole du Seigneur, lorsqu'il lui 
avait dit : avant que le coq chante, tu me renieras trois fois. 

(j2. Li Peter lâwilsâ kâs qegatii. 
Et l'ierre sortit afin qu'il pleural. 

63. VVa yikka bibfigwanum datlakk.lesus la a-umtlalas, 
la kka a hwisak. 

El les hommes saisirent Jésus et se moquaient de lui et le frappaient. 

64. Wa gil mis kùh-studuk kekks lah dakkwa l klakla- 
kumh-îduk, kas wuklek nîkia, nltla laga, ungwï da klukk- 
îde ûkl. 

Et lorsqu'ils lui couvrirent la face, et eux le souflletèrent, et ils 
disaient : prophétise (nitlalaya) qui t'a frappé. 

65. Himîsa kuiuin i wattdumh dakku sik, y;ikpakkstak. 
Et d'autres nombreuses paroles eux disaient contre lui. 

66. Wa gil mis-nali-ida, li da qulsqulya(|a sa lilqi- 
laklayi kapikaii, wïla mï da gigikuinayi la ulbled gla 
wa kikiatinuk ; wa lah dakku nikkulak lak qikkulas dak 
was, nikia. 

El lorsqu'il fui jour, vinrent les armées du peu|>le et les princes 
des prêtres et les docteurs de la loi, (!t eux le conduisirent à leur 
conseil, disant : 

67. Kasu su um lakki da Christ, uitla laga gakkuuah, 
au luis-nuklah dakkwuk, gil nu lakk gu nitla la kkuki, 
la la kkus kkîs dakku lakk uqis lak. 

Si lu es le Christ, dis-nous et il dit à eux : si je le disais à vous, 
vous ne; me croiriez pas. 

68. Wa nil uni lakk wisin wukia lakkiikl, lah dakku 
lakks kis lakk nanakkiui lakk, glu liillkalin la. 



— 430 — 

Et si je vous demandais cela, et vous ne me répondriez pas ni me 
renverriez. 

G9. Gegiklilâ glagl laq, la klî da kwanûqa sa bay^^'oiim 
qahidâyukkl lakk hitlkkiutzoncs tlahwaya sa Ike Gikumi. 

l'ius tard, le lils de l'homme sera assis à la droite de la majesté 
de Dieu. 

70. Wa lalih dakku nahwa um mkia. Su ma igl kkwa- 
nuq sa Ike Gikumâya a? la nik lah dakkwuk, nik dakku 
sïkk gin kkwanûki ga si. 

Et eux tous dirent : tu es le fils de Dieu ? tu es le tils de Dieu ? et 
il dit à eux : vous Tavez dit : je suis son lils. 

71. Wa lah dakkw nikia, iiiazints hanâtli kla wutl- 
umkl ukk klukk nitle? Ivakk gmts la raig wuklilâq lak- 
>[ùkk simsakks. 

Vous l'avez entendu vous-même de sa bouche (simsaks. bouche). 



CHAPITRE XXIIl 

1. Wa la wdgilrtl qagilitl dakkwa kas les lakk Pilate. 
Et multitude se leva eux atin conduire à Pilate. 

2. Wa lah dakkw kulhuduk, nîkia, kha nûhwakk gada 
bagwânumk klâliqill taù ga a mas kkuniih guqiliit, glu 
bulâ. kâ qatlis zaw su wi Cœsar, lakkâ, ak nikkiks gimik 
Christ Gîkwniaya. 

Et eux accusèrent disant : (kulhidak accuser) ; nous l'avons surpris 
qui pervertit les gens et défend de donner le tribut à l'Empereur^ 
disant qu'il est le Christ roi. 

3. Li Pilate wuklak mkia, su ma Gikumi sa Jésus i'wa 
la nânakkmik. nikia, la ums nikia. 



- 431 — 

Kl l'ilali,' ririteri'ogL'a disant: tu es le roi (tiikumi) des Juifs? et 
répiiiidit disant : et toi (ums) l'as dit. 

1. Li Pilatc nik lakki da gigikum ayi laulbled, gla vvr 
da kimaùla, kïyosin kha su yaksum lakk gada bagwanuink. 

l'it l'ilalc dit aux princes des prêtres élan peuple (kimaull. peuplr) 
il n'\ a pas de faute dans cet honiiiie. 

."). Aiili dakkii iiiisla tlocjala, nikia, ([elihyila mas-iikkwa 
kka lilqilaklayi, kakukiamas lahsau wihikk Judea, glu 
gillnind gehid lakk Galilée, gakk aklila uni laq. 

l-;t eux s'ellrayaient criant : il ameute les gens, enseignant dans 
toute la terre (wilaki de Judée et il counnence de la (ialilée .ius(iu'ici. 

(). Gil mis gli l'ilate wukiila kkik, la wukia isa i da bag- 
wanum Gali la-an .' 

Lorsque entendit l'ilate ee pays, il demanda si est cet lionmie (ia- 
liléen. 

7. \Va gil nus kaiitl-akkiila kikks gayntia i lakk aakksila 
su was llerod, la yalakk-idis lakk llcrud, yikka hiniakkad 
Il Jérusalem. 

Kt lorsqu'il a|ipiit qu'il était de la principauté d'Israël, il l'envoya 
à liérode, qui était en ces jours (kad, jour) à Jérusalem. 

S. Wa gil mi SI llerod dukkwaklilakkJesus, la aul miilas ; 
ka ikks la i ketia dukkwaklila ikksduk, ka is kliala inayak ; 
la wotlakikul diiqilak kisa a-iims (jihida-as ul<k id t/.iis. 

Kt lorsque liérode vit Jésus, il se réjouit beaucoup: car depuis 
longtemps il désirait le voir, parce qu'il avait entendu beaucoup de 
lui, et il espi'rail i|u'il verrait un mii'acle fait [)ar lui. 

\). Lawakidelak sa kinum i watldiun a ; kiyos ta uanak- 
kmi sus Iak. 

Kl il interrogea par nomijreiises (kiiumil [laidlcs ; iiim il répcui- 
dil ,'i lui. 



- 432 — 

10. Lî da gigikumayi la-ulbled gla wi da kikiatiniikk 
giakwâtl tloqimas kâlak 

Et les princes des prêtres et les docteurs de l'écriture étaient l'ac- 
cusant vivement. 

11. Li Herod gla wis bibagwanum wâtl-wâtl tsista ma- 
suk, glu a-umtlâtlas, lakka i kûkkzûduk yisa qalahnikin 
qïtiqela kas yalakk-idls, aidaâkâs lakk Pilate. 

Et Ilérodeet ses hommes guerriers le méprisèrent et le raillèrent, et 
ils l'habillèrent dans un vêtement blanc, et le renvoyèrent vers Pilate. 

V2. Li Herod glu Pilate ek-ld kka nala ; yikks klîsîla- 
pihde glagl. 

Et Ilérode et Pilate devinrent amis de ce jour ; auparavant ils 
étaient ennemis. 

l'.i. Li Pilate klilâtlii kî da gîgikumagî laulbled gla a\I 
da îaakksîle kka hlqilaklayi kas nlki lah dakkwukk. 

Et Pilate appella les princes des prêtres et les préposés et le peuple 
et dit à eux. 

14. Gâkk dakkwih-de kiisas gada bagwanumk gakkiin, 
nîkgakks kluliqutl tawiga kkwa lilqilaklayikk : we dok, la 
umh din gwunhid kuk lâkkis duqilt dakkwus, lin kîyos khà 
su yaksuni lakk gada bagwanumk lakki da kalidumh 
dakkwa usa kuk. 

Vous avez amené cet homme vers moi, disant qu'il corrompt le 
peuple, et voici (dok) je l'ai interrogé devant vous, et non j'ai trouvé 
de faute dans cet homme de ce que vous l'accusez. 

15. Kiyo, kiyos um kkad kha sus Herod, ka ikks la ma a 
kkâd yâlâkkid aidaaka sik gakkunts ; wa dok, kîyos qihl- 
daatsik katlilgiti lakk sik. 

Non, non à son tour Herode ; car je l'ai envoyé vers lui, et voici, 
non il a fait qui mérite la mort (shil, mort). 



— 433 — 

l(>. Ili mis hi critl |<lin anakila kla kik, '^\u kiin lawil 
sa masi kik. 

t'est |)inirquoi je le décharge el je le renvoie. 

17. Ka ikks kisa i is lawilsa masiikk nuiniiqa kali dakk- 
wiik Iakka qiliinkk. 

i:t il (li'vail li'iir livrer un coupable pour qu'il soit en liberlc . 

IS. .\iili dakkw mis numazaqa niki;i, haga tsa haowa- 
numkk. kas lawilsa masa iisakk liaral)l)as ka uniili : 

Ei eux la uiulliliiile dirent punis cet homme, atin (jue tu nous dé- 
livres Barrabas. 

l'.l. \ ikka c[ili-iclaas miqa sa yaqsami Iakka guqila, glu 
ka kilagk|iia, laiglum gitl-ts Iakka walazi. 

Oui j)oiir nue i-evoltc faite dans la villi-. et pour meurtre avait été 
jeté en prison. 

20. 1.1 Piiate yakugati iali tlak kwuk itida, lawilsa ina- 
zikks -diikk Jésus. 

Kl l'ilatc (II! ilr nouveau désirant libérer Jésus. 

"21. .\iili dakkw mis hasil nikia, kayiiyuda tsnkkw . kavii- 
yiida tsiikkw. 

.Mais eux s'écriaient iliasil. crier i disant: croix attache, croix allache. 

22. W a la nik lali dakkw uk la yuduh punzacpi, ka i da- 
masa, masi yaksamà, cjih-idaats gâda bagwan umk ' Kiyosi 
gin kha su ka tlil gill Iakk sik ; In mi sin lagill-kl aiia 
kila-lvl kik, kuii lawilsa masi kik. 

Ht il (lit a eux ti'oisii'iiic fois : (|u'a-t-il l'ail de mal? Non j'ai trouve 
digue <l<' iiiortillil eu lui, r isl pouii|uoi je le libère et le mets en 
liberté. 

M 



- 'iH'i — 

2-). Aiih dakkii mis Llo(|al liasila. ukki;ila ka ka vii\ iula\ ii 
wis. \va lah dakkw tloi^wiliksta. 

Mais eux insisli'i-ciil rrinnl. cli'iiiaiiilanl i|u il lui ciiicilii', ri Unirs 
viiix rempoi'lcri'iil . 

■2^1. l.i Pilati wckkiiUk ukl<iala siili dakkw as ka ukk-id tsa 
w 1 s . 

El PilatP liéfida ipiil sci-ail sallslail a leurs ilcsirs. 

25. Wa lalaw ilsa nias kka qih iclaas nii(|a sa \aksami, glu 
ka kila giqila laigliim gitl dis lakka walazi, \\k iikkiala siili 
dakkw'as : au mis gla zaws Jesvis Iakk nankih dakkwas. 

El il k'iir délivra ocini inii pour rriielliiin ci niciirlvc avail de |i'li^ 
eu prison, el (ju'ils dciiianilaii'iil l'I il leur livra Jésus poiir le liori 
plaisir d"eu.\. 

26. Wa gilhdakkw mis la watulak, lah dakkw daliidkka 
numuq Simon as Cyrene gaya-nàqil lakka aklinagwis . 
wakiqrnatsa kayiiyaida lak, ka les legis Iakk .lesus. 

IjOrsqifeiix l'eiii-i'iil pris i waliilak, saisir; l't eiiN rencoiilrereiit un 
Simon de Cyrène, venant des clianiiis, ils uiireul la cniix (ka\ iivaula 
sur lui pour qu'il le portai derrière .lesus. 

27. \\ a lu mis la iaskiima ya a suk visa vvalas ki mania 
i)ag\vanum, gla Avazidak yikka lagwatli ka i. 

|-;i suivi! une j;raiide iiiiiililiide irh(iiiime> el île reiuines ipii pleii- 
j'aient sur lui. 

28. Au mi SI .lesus miilsul lob dakk\vid< iiikia, sasiims 
Jérusalem qala qas ka un. c|asa ia hyi glagl qilfkiala 
umkk, glu ka us sasumli dakkwa kiis. 

Et Jésus se retournant vers eux dit : Mlles (sasuins) de .leriisaleiii. 
i[ue non vous pleuriez sur moi, mais pliiUil ])lenrc/. siirMiii-, el les 
eufanls île vous. 



— 'i35 — 

î\). Ka dok, yikka nala c|asiitlila, yikU lali duiiili dakkw 
klas nikl-kl, ek wis ti ila kiyosa sasiniia , t>la w) da kïsi 
ininia\ iikli-niikwa, ^la \\ i da iiihoyi kis Zama mazinukk. 

("-ar voici, vicudronl les jours et ou dieu ; hienlieiireuses les stériles 
et les ventres qui n'ont pas cnl'anlé. et les mamelles qui n'ont pgs 
nourri (kis, kisii. iioii. 

:{(). \\ a lali dakkw kii ink kla kka na-ungc. kuqsumda 
o-akkunidi ; i>la vi da tunlitiingis. tehida gakkunidi. 

\lors i'ii\ l'onuiienccront à dire (kli uik) aux montagnt^s : toniiicz 
sur MOUS ! et aux collines : rt>eouvre/.-nous. 

;{ I . Km liili dakku lakk ((igda Iakki da thiinka glosa, 
ina> ta kli (|igilas kla iakki da lumhwa ' 

Car. si reia se l';iit sur un aritrr vei't. qui' sera d'un arhi-c sec-. 

'.V2. La ta inalii(|i ila (|di-idaas nii(|a sa vaksami . la 
kad wadiifj gla wi kas li kdakia ;>ii \va. 

On couthiisil aussi iliMiN auli'es uiaH'aitrur- v.iksaunl |ioin' i|u'il- 
rus--rul tui> ,1VI'C lui. 

:>:>. \\ a gilli dakkw mis gakk Iakka a\Vlnag^^ is ghkadis 
kkawigwis, Inh dakkw mis laka\iiyiHla a tsik. gla wi da 
yaiksamas ([ili-idaas, mimiiq Iakku hitl-kiiitl-zana. Ii da 
numiK[ Iakka kumkkiitl-/,aiiayi. 

E[ lorsqu'eux arrivèrent au lieu ((u'on appelle tètes de cadavres, 
la eux (•rucilièrcnt, el les deuv malfaiteurs, un à sa droite, et l'autre 
à sa fiauclii'. 

:{'i. \À .Icsus iiikia. nm|i. (|;il,i akkilakk ga (|ili-idaas 
dakkw gai-, kaks kii» dakkwdv kaiikdilakk gas t|igilasiK ; 
la gwitlapukk (|itl(|('k's, lipali dakku ka i. 

I'!l .lesils dit : l'en'. i|ur non lu iriili's lUx. iiuiinii' Ils ne savent 
ce (pi ils Inul. \'A a\anl parla^c ses vètenienis, \\> les linienl au >orl . 



- 436 — 

O.S. Li da kinurvi baywanuni glakkwatla diujatla : li ela 
gigikumayi Uliklaya lak nikia, (|aqiliii dek ugwila ; wïga 
hiyidvk qilixum qaqila ka kku yii lakki da Christa (]avubii7,i 
sa Ike Gdvumi. 

Kt heaucoup d'Iiommes se tenaient regardant ((liiqatlai ; et iks se 
iiioqiiai.enl de lui, même les placés avec lui, disant : il a sauvé les 
.iiitres : qu'il se sauve lui-même, s'il est le (Ihrist , ce lilaspliémateur 
de Dieu. 

:\{i. Là kka i da soldiers ugwaka a umtla tlas, gakk lak, 
y.awk yisa viiiegar. 

l-;i aussi les soldats se moquant dr lui , s'approchent et lui 
donnent du vinaigre. 

;{7. La kka a nikia, gil mi lakkâ kus sa uni Gdciimi sa 
.lews, qilix laga vnna qâqilakk. 

Kt (lisant, si tu es le roi des Juifs, sauve toi-même. 

))(S. W'a la ka a kiatala um kkad lakk d<;iayas : Ga uni 
gîkumi sa .lesus. 

Et étaitun écriteau écrit, et était tel : voici le roi des .juifs. 

;59. Wall da numiiqi lakkayâksâmusqihïdaas,yihdakk\va 
kayiiyndavu , vagalak nikia, kisa su nii da Christ 
qaqda zaù ga ga gakkunts. 

Kl un des malfaiteurs iieudiis lilasphcmait disant : si lu es le 
Christ, sauve-toi et nous. 

W. Au mi SI da nunuuf nanakkmi, kas kluwilgathk 
nikia, kizum as kitlila sa Ike Gîkumi duyila ma a kfis akks 
la ma a kka a kûs yaksama. 

Kl répondant l'autre le reproche disant : ne crains lu pas Dieu, 
étant dans cette punition. 



— 4R7 — 

'd. \Va la niTs glints hitlu lakkakk gunts ai'i mik lo-kl 
kuiits qenuin ikk lakkunts (|igilas : la gla ta gaida 
l)ag\vaminik kiyos (jihidaas kliqa. 

Kt nous justement, car nous avons reçu juste punition de nos 
actions, mais eel liomme non a lait le mal. 

'l'I. La nikiukk, Jésus, (Ir, niiilqilala gakkun ka su 
gakk-kj Iakkis gikasa Os. 

I';t dit à Jésus : Seigneur, souviens-toi moi i|ii,ind lu entreras dans 
l'iiyaume lien qikasa. royaume; us, tien). 

'i.'}. W'a la Jésus nikik, aula kiasin iiikkiiikl. kkwa 
iialakk la unis Iakkl gla wun lakka ekia awinagwisa. 

Kt Jésus dit : vraiment je te le dis, ce joui- tu viendras, ums IakM. 
Lcla wun, avec moi) dans mon paradis. 

\'\. Wa la ta la kukla zakila, wa la pudilih uli da iiali- 
\va awinagwis laga a lakka nanunia /akila. 

Kt était environ la sixième heure, et lurent les ténèbres sur 
toute (awina^'wis, la terre) jusqu'à la neuvième heure (zakila. heure: 
nanuma. neuviènie: kukla, sixième'!. 

'i.'). Li da khsila pudiliida : h da \a" ahilla sa uMiva 
kkula/.i la qapid nukksa. 

Kt le soleil s'obscurcil et le vfiile du leinple se déchira en deux. 

'i(). Wa II Jésus qalagatl liasila nd<ia, rm|). Iakk us 
ayasaii kus lin k|as gin Ijaliwunck : wa gil nns-qatl 
nd\ sik, la w d\yik nia. 

Kl .lesus vivemeni si'crianl dit : père, dans In main (luk. dan> ; 
us. la, aj^asan, main , je renie!-- iikim .iiiii'. et lursipiil cul dil l'cja. 
il expira. 

'i/. W a !^il Mil ~-i lia (rii I iiridii ilii(|ila kU.i c|i li-id.i.i-- 



— 'iris — 

la r.ilvvakkîd kl<:i l\<v (iikumi iiikia aula umh da Ukn 
gliikk ek bagwanum a. 

i:i lorsque le centurion vil ((iiiqilii Cl- i|iii arrivail. il loua Dica. 
dit : en vérité était un iiislc i-cl lioiiime. 

'hH. Glii nahwi da kînum bagwanum kka gakki dîc[atla, 
gilh dakku ma i la diiqila kka nahwa la qdiliTdasa, aida 
kka muhia kkis tittikiibaiivi. 

De ini'Uic tuas lirani-(iii|i lidniuies à ce speclaek'j loi'si|M'ea\ 
virent liial le qui arrivait, --r trappaii'iil la poitrine s eu retournaient 

'i'.). (ila wis nalnva iiia-umtl-tatl. gla wi da /.ulak kka 
legavak goliida Iakk Galilée, glqkkwati Iakka qisiiuuj. 
diiqilakk gada naliwak. 

\'A beaucoup de ses aini.s, et di-s reiiiines qui étaient venues apri> 
lui de (ialilée se tenaient de k)in. vircnl tout rela. 

.M). W'a dok, ka numii(( hagwanam glikadis .Jojsepli, 
naiikudala inukkw i, ek hagiiauum a. 

Kt voici, un hounne noiuini' .losepli ipii élail conseillei'. lion el 
juste homme. 

51 (Ivis di e- kkakk naiikih dakku des glu la (|di-idaas 
dakkwsjgayutl Iakk Arimalheen giuplesa .le.sus, vlkka da- 
du{|atlek gikasa sa Ike Gikumi. 

Non avait participé an conseil ni aux actions d'en\ d Aiiiualliic 
ville de .Judée qui (yika altendail dadapatlei^ , le royannic de hien. 

.")2. Vikk gada hagwaauuik la IakkPilate. kas ukkigallik 
u{|inayas Jésus. 

Le(piel lionuiie vient ver.s l'ilale, alla (|u il demande le c(U'ps di' 
Jésus. 

5;{. La mis ukkakkuduk, kas kiinipidik sa yawaba/.ii. 



l;i L;i/.uclis laUUa dii^-azi kl'lvii(| hiklvi lisiim. \ikka ki/.ii\n- 
iihi ([ul/.iidaasii|<K l)ai>'\\anuin . 

l'il il lr|ii'il,i'l l'cin l'IcippM i\i\\i<. liliicul cl II' |il,ir,i i|;ilis hmIdiii- 
bcaii hi il II' dans 1.1 |)i('i'i-c lisiini i|n('\ ait eh' placi' aiiriiii liMiiuijr. 

j-'i. \\ a yikki da iiala In uni (|ac|athla uiikki, la mis 
nahwa-naqili da sal)l)atii. 

I-]I (■'(■'laiL le jiuir lics a/.imi"^. ri siiixanl Ir sahlial. 

.")."). tila w I da /ulak, yikka ^akk di ^'la wei ^elicd Iakk 
( "lalilcc. laskiiniayu, la iliuphdi dakkw ka diyay.i. i^lii la/ii- 
dalla iiuuak, 

l'^l ii(iiuliriMiM.'> l'iMmiirs liai claii'iil m'iilics a\ri- lui ilc llalili'c, Vf- 
iiaii'ul api'c-- lui. iTf;ar(li'rriit k' liunlH'au (lii;a/.l '•! la plari' ilu 



àC). Walali tlakkii aidaaka. Kas iikk-idi kka qasfjulNulazis, 
yla \xa kladiim i ; nM' hd^ki da sal)l)alli lali dakku livusid 
luikkstaNVi kka \\alldimi ka (|i^'das. 

j'^l elles >'('ii relduiaiereiil aliii i|u'('lles [iic|iarenl îles iini;ueulsel 
parlunis, niais dans le salijial elle-, se reposèi-eiit suivaiil le-^ pres- 
criplinnsl wallduni. iinires;. 



LANGUE NOOTKA 



LANGUE NOOTKA 



Le iNoolkii est apparenté au K\\ at>iiitl, ainsi (pie nous le 
verrons pai- leur vocabulaire ((juiparé ; cette resseni- 
blance s'étend à la graniniaire et cral)ortl aux nonihieux 
suffixes employés dans la composition dérivante, pour 
lestpiels il va souvent identité. 

Au point de vue plionéti<|ui" les sons se trouvent iden- 
ticpies et la dureté de l'un est celle de l'autre. C'est le 
même système t-cjunu déjà ; nous ne ri'viendrons pas sur 
sa tlescription. 

Le déterminant numéral se retrouve pour lapplication 
des mots de nond)re ; la classilication (pii préside est sou- 
vent double ; on ne se contente |)as de classer suivant ([ue 
r<d)jet est rond, long, plat etc., mais on distingue encore, 
par exemple, la chose ronde en canot cl la chose ronde 
sui' le rivage. 

La composition dérivante est aussi riclie qu'en Uw agiull: 
//// in(li(pic. par e\emple, toute place ou une action s ac- 
complit, ou dit doue Arncr/-////, table a manger ;</ pierrt', 
Iran, s'asseoir sur une picire. 

Le pluriel sCvpi'ime par la moddicatiiui vocalicpicel la 
i(''duplicalion. ( !'esl iin col I cet il. Il e\ist<- d irei'lemcnl lia ils 



— 444 — 

le verl)e, mais son expression a lieu souvent alors par 
changement complet de racine : iiv/iVr, dormir, pi. Iioilc. 

I>e pronom de la première personne est sous-entendu 
pour la parenté. 

11 existe dans le verbe un mode relatif, il remplace le 
pronom relatif, il s'agit de la proposition qui commence 
chez nous par le mot (/ui\ les langues celtiques anciennes 
employaient le même procédé. 

11 y a une conjugaison intcrrogative, et une quotitative 
où l'on rapporte ce qui a été dit. 

La flexion de la conjugaison souvent se LransjKJse àw 
verbe sur l'adverbe. 

Nous n'avons pu nous procurer de textes bibliques ou 
autres en Nootka, ni remplir par conséquent, pour cette 
langue, complètement notre programme ; nous avons 
dû nous bornei- à sa grammaire. 



PREMIERE PARTIE 



GRAMMAIRE 



IMIOXKTIOUE 

\ oycllcs : (i-, c, k, i, o, <>, u. 

(Consonnes : /v. n', in,ki/,h, /,/i, y, (^ //, <■/'./,/!, s-, /s, 
le, tel, il, h. 

Il n'y il |);is(lc oi-()U|jes de consoiuics au (•oniinciiccinL'iit 
(les mots, mais il y en a à la fin. 

.S7., ////, lis. //i.s, ntl. Il 

Tili. I,hs, y,v, mis, 

■/'/., /<•/, y//, /////, 

Th. 
li /;/ el \ Il s allongent à la lin. 



— 44C) — 

II 
LKXICOLOGIK 

I" — Mots uk .nomiuîe 

1 -Vf//;, i) fs'i,\ynht(ll, 100 siilc'<'l>li. 

1 À/la. 10 /if/i'/i. 120 no'/r'oLIt. 

;{ Kha'tstsn. Il haf i(iv-ls'(i\v(il.\ \'\{] (l'/lpol.li. 

'\ Mo. 20 Isa 1,1, rÙ s. \m alhihutlrhh. 

.S Sù'fcn. .')() isnUiriis-ic-haf u. I<S0 f.s'(>\ra/,--iif/c'/>/i . 

fi -\Vi'-/K*, 'lO afir'kh. 200 lutiuhh. 

7 A'tl-po. fiO kluitstsc'kh. 1000 suU-'rkhpv.lukh. 

8 .Vtla-kud, 80 inoyckh. 

8 = 2 + ( I ) : i) = 2 — ( I ). 

I']mmiS\NT m MliliAl. 

Outre ceux ci-ilessous, il y en a qui prennent tous les suf- 
fixes de nonis et de verbes; cependant le mot de nombre 
conserve la même racine excepté /s()\vak, lequel signifie : 
u// lioinnn-. Par une anomalie étrange 2*) s'exprime en 
emportant la racine de Is-Uhvali . (pielquc soit lobjet. 

un ticu.r 

Objets ronds, années, lut'p-khaniitl. (itUi-khiiiiiitl . 

Objets longs, /la'/i-f.s-'ak/i. ii'tlii-ts\il,h . 

Le jour, imp-lcill, ti'tla-liitl . 

Le fond, nu'ji-irll, n'i-lirll. 



(S[>;uii. iiit />-il. d' ll-fi[l(iiiikiiil , 

(îi'()ii|K> (I '()l)|(>ts. nu p-lakhakii , 

Panier. mip-lilati, «fla-lilfil, . 

(JiDsr roiulc en caiiol, ii(if)k-li(i ntifin. (itla-kha mias. 

(!liiise ronde sur le rivai>e. iiu/>-l;lia iniis, alld-lilia miis. 

XoMliHKS oliliINAUX 

l av. premier. Olisiiull. troisième. 

()/>ifctts. second. ()ak/i//r, deinier. 

.Vdveurks m \n:i{\r\ 

.\ii -/>!/, une (ois. 
\'ll-/)il, denx lois. 
Klia tsisd-pii. trois t'ois. 

.\uMHnES DISTIÎIIUrilS 

Tsnisd ivrih. niinii p. un a eiiaenn 

Aft'tld. deux à eliaeun. 

A hnkli (I tsisii . t ro i s . 

MniiK), f|uatre. 

Susii/f'f/, (■in(|. 

.Yiinu/x). six. 

l'^IH.MATIO.N mes MOi'-> 



////, accpuTir. llu' li-hii, maria<^-e =^ aelial. île 

lemme. 
Ainill. le lonj^' de, /////-r/ //////. le lonj^' île la rivièiH'. 

ptts-(i iiHll . eiirile d éeiiree de 

codie. 



448 — 



Ekstn, 


parmi, 


P<\ 


on arrière 


Is, 


rivage. 


Iitnkhc, 


le ventre. 


Jets, 


appartena 



As ho ((II, 

Ap, 

Otlta, 

Ahs, 
Inek. 

Is, 

AtO. 

Uct, 

ImlL 

yiuk. 

Sut/. 

UtL 

ItL 

Qte, 



okkw-i'lika . parmi certain 

peuple. 
fip-pi\ en arrière ; i-a kpc (soi-e- 

back). 
k'anis, camper sur le rivage. 
hitlasë^-is, rivage sablonneux. 
nacs-ii)khp. ventre fort. 

appartenant à, ivek-iets, orphelin, n'apparte- 
nant à personne. 

poitrine, inka-shotl, (poitrine malade . 

tcà'upkha ashom, os de la poi- 
trine. 

faire, causer, khaps-ap. tuer, cf/s-ap, faire 
crier. 

hors du canut, tlou-u'tito , débarquement 
d'une femme. 

en canot, 

danse, titskatk-ituik, (thunder bird 

dance). 

fdle de, tokwil-ifi, (ille de Tokwit. 

en bas, natcd'-atô, regarder en has. 

sec, lloss-uct. hareng sec. 

oreille, tV7mrt'-OTjV/,aux longues oreilles. 

expert, rapablo, kiu-nuk, fumeur. 

œil, id'iak-sutl.. aux yeux malades. 

ligure, kftlull, figure: /ink/w/na. 

mascpie. 

aller chercher, hn'-iunilL chcrcherdc la nour- 
riture. 

pied, t¥.tci-(/tun, frère aine dw pied, 

trros orteil. 



— Vi9 — 

y.sc, |)l(Mii, lia-it'mtsu. contenant de la 

nourriture. 
As. aller vers, /la-i/ûs. aller manger. 

yi//,\ main, ùikia'IcK-nuk, mains blessées. 

Pi\ (hanging), //rtj/r/'-/jr, ten hanging ones. 

Klic. tète, pointe, a's-Â/n\ à la tète chauve. 

Akhdc, derrière, liitd -khtlc , partie de derrièie. 

TsO, l'intérieur r/VcA-Zsci, grand sac. 

Tscill, id.avccmou- ialstseitl, entrer. 

vement, 
Itl. intérieur de t'r'kn-ill. être assis sur le sol. 

la maison, 
TsiilJid. intérieur de la iû'k-tsuk/ui, intérieur blessètle 

bouche, la bouche. 

Ak/if/, intérieur de /r^V;/////, crevassedanslacliair. 

riionime mâle. 
StKjtl, iutérieurde la okh-su(/il, femme. 

femme, 
ijckh, instrument, lltifc'-i/ek/i , ciseau. 

Sit. ii([uidê, h-(ui riss-i/. liquide doux. 

Auk, ressemblant, sf\s-i/s-kuk, ri/, ressemblant à 

d(>s mites. 
Tù/. lait de, iiiil'sr-liii , lait de bois. 

hlitikh. nouveau, neuf, ll<i iia-khaLli . canot neuf. 

Alli, lidUiiiif, |)rii|)li', o'alli , peuple d'un ccrlain 

pays. 
mu' ploi/s-dlli , guerrier, 
Winis , milieu , la -iviiiis, élever verticalenn'Ut 

an centre, 
hsull. boiiclic. m l'ti-l<siill . avec lionchc bles- 

sée. 

:f_' 



— 450 — 

//////, cou, iakunitl, avec le cou blessé. 

Alita., nez, pointe, anclitcis, au nez court. 

hôpa-a hta, ayec une pointe 

ronde. 
Tcc, non ou , sa 'a/nfc-lce, pays qu'on n"a pas 

vu. 
Ye/J, obtenir, iig-i/ep, honneur. 

U/,f, obtenir, /?MC'''«/4z,(obtained at potlatch). 

K/iùa/iES, sur une chose t-'e-k^ua/iES, s'asseoir sur une 

longue, chaise longue. 

Khoas. sur une chose t^ekhoas , s'asseoir sur une 

ronde, chose ronde. 

Sfatl, l'un l'autre, tsu'kh-statl, se frapper. 

(Out of), kusfafsj, iats-kustas, se promener hors 

de. 
I/ii (d), extérieur d'une /«'//-i'm// , se promener hors 

chose ronde. de. 
As, côté extérieur, tlaas, l'extérieur. 

t'f'-as, s'asseoir par terre dans 

les bois. 
Akstë, prendre partà, tse-aktse, prendre part à la 

conversation. 
Eisy participer de, tld'mahs^ëis , boire de 1 eau 

chaude. 
Utskai, gens d'une fa- ha-ùia-hutskin, (chief fanii- 

mille, lies). 

Utl, place de, Aauv/ 'a;/, table à manger. 

Nill, place de, mall-nit, place de froid. 

Snacitl, jouer avec, 

Tcitla, faire sen)l)lanl, wcitc-tritkla, faire semblant 

de dormir. 



— 451 — 

Xak, posséder, tlittc-nak, avoir une femme, 

être marié. 

Mis. qualité de, tciinifjlu-mîs, avarice. 

iSe/s, réceptacle, luc-SEfs, pipe. 

Ek/isn^ parenté, nàw-c'kso, père. 

Tcih, route, àe/iëiatcik (c\ose in shore), 

Ei/c, saison, tlôff-eitc, saison chaude. 

Patl, saison, k^okh-patl, saison de chasse. 

AtC)^ séparer, mak-ati, séparer par com- 

merce, vendre. 

P<i. côté, khats-pa, côté gauche. 

J/v, côté, numata'-ak , roues de côté, 

rames de steamer. 
pcpcna-ak-un, ornement d o- 
reillcs. 

.l.v, côté du cor|)s, khdtsa'-as, côté gauche. 

/s, petit, ana'h'-is, petit. 

Puklis, sentir(odorat), tca'/iins-pukhs, sentir bon. 

Mil, (ils de, ntuc-mit, (il d'Atuk. 

Atuk, son de, khuahtsas-'la(uk,{mcesound). 

A, pierre, /Vyâ'«, s'asseoir sur une pierre. 

Tcict. surface de I eau, hi'na-tcict, surface de l'eau. 

Mdtliif. (drifting on /«(-/'/««//«<•, maison portée sur 

water), l'eau, européen. 

P'dll, le goût, Ira mas j)^ ad, doux au goût. 

Tuj>. chose, fh-tup, chose grosse, haleine. 

Sni\ à travers, /ii\/stif, sautei- à travers. 

Jkk/io. temps on une initia' l:it-il;hli(i. mnm<'nt de I.i 

iluise .urivi', haute iiiaréc. 

/'(■. le hoiil, "/"', en avant de. 

iiap'cas, maison au limit d un 
mont. 



— 452 — 

Tsnrjtik, vers, envers, ap-tsàqluk yu!ê, bon vent. 
Mapt, arbres, bois, hluit-mapt, bois dur, chêne. 

Apon, en bas, hit-ripons, en dessus, dans les 

bois. 
Tskîti, inutile, frag- /«'(jr-Zs/iWi, eau inutile^ salive- 

ment, ki'tl-ts/iui, fragment. 

KnitcitI, devenirinutile, inik-l,uit cifl, être brûlé. 
Kiiia/), rendre inutile, in/k-kuiap, brûler. 

/uk, haliiuiellemeni, ha/i-fk, mangeant toujours. 

[Khji-'iiitl, voix, pii-kkliiiatl, voix mauvaise. 

AkhsLip, femme, 

111 
MORPHOLOGIE 

1° Substantif et adjectifs. 

Le pluriel se forme en suffixant /«e/ia: ; quelquefois 
cependant par réduplication ou modification radicales. 

Inik, feu, pi. a/'inik et i/iik-oiE/in. 

Mûkti', inaison ; pi. marna htc. 

.l/rf'«^/, village ; pi. nia'maûtl. 

Mffsfcim (common man) ; pi. maia'slciina. 

Ta lia, enlanl ; la'tiie-is. 

Tca'pats, canot; fceizâ'paf s, ou h-apat-mvjia. 

h'os, homme ; pi. ko' os. 

TcKkup, homme ; pi. tca' kupia. 

Tcaok, île ; ])1. ti-a'tcali. 

TU-i'tsma^ femme; pL tlolsania. 

Tca'niata , cher, Ic'alra'nia/a . 



— 453 — 

Souvent le singulier s'emploie au lieu du pluriel. 

Tiod tr tcv'cuj). 

Peut-être nivMn est-il un véritable pluriel, et les autres 
expressions, des distributifs. 

Le pluriel des adjectifs joints au verbe être se forme 
de la même façon. 

y'c'iV/, malade ; pi. latê'itl. 
Id'kli, long iaiahh. 

Ih, grand Ith- 

'J" Pronom. 

PnONOM PERSONNEL. 

Sing. PI. 

nominatif accusatif nominatif accusatif 

1'° p. sc'ijii^ sr'lc'itl, nc\va, nchaitl. 

2° so'hd^ so'tltl, .sv'u'ffl, selmitl. 

.\ O/S. o/s. 

( )n liouvc aussi : 

i\ous, a'niiw ; vous, (//ic/su ; eux, n/n^' a/l. 

PoSSESSIl'. 

Sing. PI. 

1 si'ia'.sa, //ntv/'.sii//. 

2 S0ÙflM\'i/S, .SV'tlY/.Sr' ifso. 

){ o'tstnn, otsnin' dtl. 

My, -/,v, -Ichiiir. 

Tliv, -e, -itl'lisn. 



— 454 — 

Sing. PI. 

Is, présent, yë^ -ycetl. 

Is, absent, -/", îêtl. 

Pour les noms de parenté, ëkhso est omis à la V° et à 
la 2^ personnes. 

Nôwckhsô, père ; nôwis, mon père ; nOwc, ton père ; 
nOive'khsô, son père. 

Démonstratif. 

HitVic^ celui-ci ; aqlia, celui-là. 

On emploie hit avec les suffixes indiquant le lieu. 

Hitapois, celui en bas sur le banc. 

Hitahs, celui sur le canot. 

Hititl, celui dans la maison. 

3= VERBE 

Indicatii-. 

Présent Imparfait Parfait Pl.q-parfait Futur Fi t. passé 

1. Ila-u'kw- ha-uk-it- ha-ak-Ktl- ka-uk-Ell-il- ha-uk-u ktl- ha-uka- 

ak, ah. iih. nh, iili, klitlit-ah. 

2. Ha-uko- ha-itkit- hn-tik-Ktl- 

e'its, l'its, fils. 

3. Ha-u'k- ha-iik-it- 

m a , ma, 

Plurikl 

1. Ha-ukw- ha-ukil- 

i'nc, i'no. 

2. Ha-uk-o- ka-ukit- 

f'itso, f'itso. 

,T. Ha-u'km- ha-ukit- 
:,tl. ;,ll. 



— 455 — 

l.e caractéristique de l'imparfait est //, du parfait e//, 
du futur akhtl. 

Hàùkwiue, ou hawalaimine. 
Voici des pluriels irréi^uliers. 

Haijimhe, ignorer, pi. h(ihai/i/n/ie. 

Wa'ïtc, dormir, pi. Iiôilc. 
Tlu'pka, s'éveiller. tloyupka. 

Tn'jfitscitl^ éternuer, lotop'itscitl. 

Ouand la racine du verbe finit par une voyelle, on in- 
sère m entre cette racine et la désinence ; il en est de 
même après e//, le caractéristique du parfait. 

Tcatiic-m-ali, je ne vois pas. 
Ha-ukEtl-m-dh, jai mangé. 

Conditionnel. 

(1 sliould), 1 sliould Ikivc. 

Je saurais. 

{" p. Kamrttipusali, kdinctapd-int/i . 

2' lui m l'tajjoseits , 
W KamêtapOsma, 

l'I. 

I " Kaniciiiposinie. 

SlIl'I'OSITIONNEL. 

.le tuerais. 

(ir I shnlll(l) l'ASSr Kl'IlIH KuTLtt l'.VSSÉ. 

I" Khai/siiiikhù s, Uhttiisdmlkhn's, l<liui/f:,ti><ililill/.,i.i, liliiii/sii/xiililliUliiys. 
'i'- K(i(is(if)kliii'li. 
■A' hdii'iiiiiUi', 



— 45G — 





PI. 






jr 


Khaqsapkhu' ne . 






2' 


Khaqsaphha'sO . 






3« 


Khaqsapkho'otl 


Impkratif. 






Mange. 


ha-aluvi, bois. 


noUicii . 




Mangez, 


ha-u/iivî/e, buvez, 


nakhciitc 



Relatif. 

Ce temps comprend la proposition qui commence chez 
nous par qui \ \e mot qui n'est pas exprimé. 

Wanali tco yakhkhas ucta'khyu 

Je dis ainsi moi-qui-suis un Shaman. 

SiNG. Pi.. 

l" p. YakhAhâs, yùkhkhine. 

'2° p. Ya/ihk/u'i/i, yakhkhcsO. 

.'î° p. Yakhkhei, yukhkhc' itntl. 

Passé : Yak" liitk lias. Futur : yak hakhtlkhas ou 

yakhalihtlû. 

Autre forme : 

SiNG. Pl. 

1" p. Anes, anine. 

2° p. Anek, anrsô. 

3" p. Ane aue'tatl. 

Interrogatif. 

Te'itl, malade. 

SiNC. Pl. 

l" p. Té'itlhas , lé'itUiant'. 

2" p. TeitUiak, Ir'ltlhasô. 

3° p. leitlha, tc'itlhaatl. 



— 'toi — 

pAssir, 
Hi'scitl, ébranler. 

Présent. 

T' |). Ilisciatd/i , Jiiscialiite. 

'1' |). Hisciatrïts, hisciatë'itso. 

'.V |). Hi sciatrna, hisciat maafl. 

Im|'AE!1A1T. I'aKKAIT. KfTLIl. 

Hiscùinitah, hiscirjlatdh , liiscitlakhlatah. 

KiTin PAssK. Conditionnel. Subjonctif. 

llisci(itl(il>litl(unt(ih , hiscialosah , liisciatlis. 

DANS LE DIALECTE TLAO KATll 

L'évèquc ,1. N. Lemmens donne un tableau plus com- 
plet pour ce dialecte. 

Indu ATii. 

IkIiu f/saji, tuer. 

l'ilKSKNT. I.Ml'AUIAIr. I'aRKAIT. 

I"p. Kli(i(/s<i/>^, l,lia(/s(i/)si<\ l;li(i//s(iniils ou /.luKisapaiis 

k/iaf/stf/)ifi/s. 
'!'' p. /\/ia'/.'<a/)i/s/,\ liluK/samititsk, 

'■V \). I\h(ii/s(i/)ii\ l>lui(isa/)inti(\ 

Vl UlUI !.. 

I '° p. A li(if/s(i/)tn<\ l>li<u/s(ii)iiinr, 

2" p. K/ui(/sri/ti/s(/c, kha(is(ii)untit soc. 

'.V p. h/ui//s(i/) ln/i'/ilic, /Juif/s{i/)irifir. 

MM 



— 458 — 

2* PARFAIT. I'I.lS-(jl r-CARFAIT. ll'TLIi. FL'TUR PASsf . 

l":y>. Kaqsapùmits, hhsaqsapatlnUs, khuqsdpakh th, klwq^apUhlUnts 
2« Kaqsapamititsk, khaqsapailintisk, khaqsapakh llilsk, 
3' Khnqsapumilir. khaqsiipatlintir. khagrapnklillic. 

Vl. 

I"p. Khaqssapa minic, kl aqsapatlminic. khuqaaphakhtlnic . 

2» Khaqssapemititsoc. k/iaqsapatmitilsoe, bhaqsiipakhtlitsoP. 

3" Kaqsapùmilic. khaqsapamitic, khaqsapakhtlic. 

Conditionnel. 

i" (^o^D. 2' Coxu. 

l^'p. Kaqsaptsimits, khaqsapccjdtli/its ou c/amits. 

2' Khapsaptsinii'ilsk, 

Subjonctif (impéralii). 

que je tue, etc., Pl. 



l'^p. Khaqsapfi'fjs, 
Khaqsapâ efs , 
Kaqsapa at , 



hhaqsapa me. 
kli aqsapa atsO . 
khaqsapâ at. 



Impératif. 

Kliaqsapc. ou pelle, tue. 
Khaqsapic, ou khaqsapatlic. tuez. 





Rel.\tif 


Présent. 


Passk. 


l"p. Yachis, 


yakhcmitis. 


■2" Yakh ik, 


yakheinî'tik. 


S"^ Yakhëi, 


yakheinô'te , 




ou titk. 



("ONUITION.NEL. 

yakhosis. 
yakhosik, 
qakkôs'e, yakosilek. 



l'i. 

T'' p. YdIJi riir, i/aJxIiemn' tidnc, ydiJiosiiic , yaUtoseciii 
W Ydiilii'i, yaklicnid le. i/akhosc. 

iNTItHliOl.Alll-. 

Tsi<-i^a/. î'trv sale. 

I'rkskni'. Passk. Passk. 

I"|). Tsirgalhas, Isicf^alinlhs, a'CM'ainiit/uis. 

'2° Isicgalk, tsicgaliiilk, a'CM'aniitk. 

'■V Tsicgal, ffiicnri/i/if/i , 

y,.. 

\" [). Tsi(ga//irfii\ /sicga/ift//ii/i(', 

2" Tsicgdlso, tsicgalinlsi), 

'.Y Tsicgalliinfli , lsi<galiiith , 

Hisfcill, frapper. 

Présenl. Passé. Futur. 

1""' p. Hiscials, kis(ia//i/s, hiscilUikh tlitlsi. 

2" llisrialilsk, liisriatiililsk. kiscif/a/'kt/afrisk 

;{'■ llisicidiic, hisciantii-, 

(lu liiscialniinic. 



1 
1" 


'1. 

). Iliscidlrnic. 


hisrianiletiic. 


2" 


IliscialilKoc, 


hisiùanilitsDc. 


;]= 


lliscitilik. 


kiscidinni' . 




l'^itur passé, 


hisritidkktidtiils 




l'^Cond. 


kiscilllsinidtfiic. 




2M:()n(l 


histitl'Uttikiiits. 



— 46U — 

Slh.ionctif passif. 

l"" p. Que je sois frappé, hisciis, Insciê'nc. 

2" Que tu sois frappé hisciê'itsh. Inscie ilsô. 
'.V /liscië'it. /lisfif'if. 

Infinitif. 
Hiscitl, frapper, hisciat, être frappé. 

Pauticipe. 

Kliaqsapc, tuant, hhasapati. tué. 

Khaqsaptskme, ayant tué, kliarjsapnahai, devant tuer. 

EN DIALECTE TS^ICIA'ATH. 

Exemple de conjugaison objective en composant les 
pronoms. 

Sujet. 

Objet Singulier Pluriel 

ir. p. 2» 3« 1" 2« 3" 

1. — -p'itseSj -ata, — -fitso, -atahatl. 

2. -ah so'titl. — -aloits, -ine so'litl, — -ato'itsatl. 

3. -a, -f'it.i, -atEma, -ine, -oiiso, -aiiiaatt. 

Pluriel. 

1. — -,^ ils ne'heil, -atinr.. — -i^ilioih-'heh, -atincall. 

2. -ail so'haitl, — -ati> etso, -inesohaill, — -alo'elsoatl. 
S. atl, e'ilsath -atumaa'll, -ineritl. -nitsOall, -utr.muatL 



— '4fil — 

IMPKRATIF 

SUJKT. 



)bjet. 


2° 


PEIIS. SING. 


2' 


PERS. PL 


{'* 




-«, 




-itces. 


3- 




-i. 




-itc. 


[" pi. 




-ine, 




-itcine. 


3« 




-iatL 




-it&atl. 



Si le verbe est accompagne d'un adverbe, c'est souvent 
ce dernier qui prend les flexions. 

Wrkali nonn'l,\ moi je chante. 

(hiclquefois aussi le verbe prend l'indice temporal, 
tandis que l'adverbe prend à la fois les deux indices, le 
temporalet le personnel : itt/cllifdh wihcaha mîthhôswoha- 
Itliall^^ si j'avais été bien, je serais allé. 

OuoTiTATii-, mode où l'on rapporte seulement ce qu'on 
a entendu dire -n'o-i'n, en TlaoUath: wa-i-'c. 

On dit qu'il est malade, tcùh^'o-iii ou tritUva-i-c 

l)i':sriiKHATii\ 'Hiaaif/tl. rncli. 

Il (lésii-c manij'ci' : li<i-nhiiitiii (jllnui. 

.1 ai soil, luih-licnu'lni luiUi, hoii'ei. 

DiiiAi'ii, -rili . 

.le mange toujours, lunvr ihdli . 

InCIIO.VI'II', -uli. 

.le commence à dormir, ^vaihiitldli . 

h'uKQiKNTAi'ii : réduplicalioii. 

Bailler. Iin(fi<l>li<ill , bailler souvent luilidCi/iUid. 



— 462 — 



IV 



RESSEMBLANCE ENTRE LE RWAGIUTL 
ET LE NOOTRA 

DANS LES SI IFIXES t)Él\ 





Kw.VKIL IL 


iSoOTKA 


En bateau, 


-aqs (a;, 


-ahs. 


Hors du bateau. 


-nltla. 


-nllta. 


Rivage, 


-/■v. 


-is. 


Ayant, 


-nak. 


-inik. 


Intérieur de la maison. 


-itL 


-itl. 


Tête, sommet. 


-khi'a. 


-klu\ 


Partie, bout, 


-p>\ 


-pr. 


Peuple, 


-iUj, -enorf. 


-ath. 


Pierre, 


-a, 


-n. 


Dessous, 


-apoa. 


-(ipoa. 


Récipient, 


-dise. 


-sets. 


Choses rondes. 


-l'Iiani , 


-kham. 


Choses longues, 


-Is'ak, 


-f'sal,-, 


Femelle, 


-a/i/isup. 


-akhsE/», nklis 
khas. 


Flottant, 


-fie, 


-mat le. 


Participer de, 


-es, 


-ris. 


A travers. 


-sioû. 


-sur. 


Partie postérieure. 


-(irlitic. 


-aktlr. 


A l'intérieur. 


-tsoa. 


-Iso. 


Rien, 


-es! a. 


-Ils. 



— 'i<i;5 — 

Sentir (odeur). -jfala, -puhhs. 

Goût. "IV*- -jfdtl. 

En liant, -usid. -Iiusta. 

Liquide. -sta, -sit. 

Dehors de la maison, -as -ils, -as. 

Le côté de; -us, -as. 

En Xoolka, les suffixes peuvent devenir des mots in- 
dépendants en ajoutant o. un certain : ôc, quelques-uns. 
/lit- et /////, celui-là ; ap. coté. 

\'a\ Kwagiutl, le même résultat peut être obtenu en suf- 
fixant a, oh, os. Iii. an'L 



Ua.NS les mots RADICAIX. 



Cbcvenx, 

S envoler. 

Chef, 

Oreilles, 

Œil, 

Etoile, 

Vent, 

l>une. 

Terre, 

Sel, 

Pierre, 

Boire, 

Manf^er, 

.NeiH:e, 

Hacine, 

Wcl^e, 

Mcrc, 



/na/f (/al. 


mainate, (oiseau' 


Iic'was. lie' mas 


, liaa'ia. 


p'Es/r^'' I/o, 


P' f />'<■■ 


l^ha'ijal'lis. 


liha'si'. 


t^f/f'oa. 


ta l'as. 


IJU. 


!/"''• 


no' si, 


lias (soleil 1. 


tsqanis. 


t.'i^aU'ii mts. 


1 Kl II p. 


to(ui. 


niljir. 


na'/'si. mu l<si. 


iiakh, 


aa/i/i. 


l.fiii. 


Iiaaii . 


Iiiii'sa. 


hoi's. » 


tlopalii-ii . 


t/o/)'atr. 


lia' mil. 


tia'iial. 


ahnl,. 


amal'O , 



— 464 



Ouverture 


creuse, 


ah- h. 


akh. 


Non, 






n'/, hî, kchi. 


H'/, hî. 


Sauter, 






(uç, 


tuq. 


Un, 






n%m, 


nup. 


Deux, 






matl, 


fitla. 


Quatre, 






m II , 


ma. 


Cinq, 






■sk^ya , 


sutca. 


Sept, 






atlilu. 


ntlpo. 


Les fois. 






penvhit, pana 
Pronoms. 


pil. 


Je, 






nô'gua, 


se 7/a. 


Tu, 






sn. 


sô'-wa. 


Nous, 






rw' fumants, 


nrwa. 


Les mêmes 


suffixes 


au verbe à 1 


indicatif. 


Je, 






-noi;iui, -in. 


-siic], ail. 


Tu. 






-so, -ES, 


-itsh\ -cils. 


Nous, 






-£.ll(t;-VJ){Uf]\, 


-nie, inc. 


Vous, 






-iiso. 


-ifsOc, -citso. 



Dans ia dnA-MMAinK 

Les deux langues ont une forme collective pour les 
substantifs, le pluriel dans les verbes, la flexion de 
Tadverbe accompagnant le verbe au lieu de celle tlu 
veibe lui-même. 



V 

LANGUE TLINKIT 



LANGUE TLINKIT 



Le Tlinkit ou Kolosche n'est pas une langue à propre- 
ment parler de la Colombie britannique, mais plutôt de 
l'Alaska ; cependant son caractère général doit le faire 
comprendre dans le même groupe que ces dernières, 
sans cependant cpi'il en résulte pour cela de parenté 
entre elles. 

La phonétique est très dure, et eu suivant les litres 
diacritiques établis par Boas, on y rencontre des gutturales 
nombreuses, \c c/i dur,lerA doux, et un son intermédiaire 
entre les deux, s;ius coiupterdesgullurales plus |>rolontlcs. 

La com|)Ositioii est en honneur dans cette langue, et il 
en résulte de nombreuses figures ; on dit, par exemple : 
\'oile-arbrc, poui- mât, tèle-|)oil pour cheveu : h^s adviM'bes 
de lieu forment un troisième élément : fumée-autour- 
boîte pour pipe ; dos-sur-s'asseoir pour cheval ; cliicn- 
fermier-couleur pour jaune ; (H'ia est naïf cl souvent pit- 
l()res(pie. 

Des paiticub's nuancent le degré de l'accomplissement 
de l'action verbale ; //*■/, iudicpic le comincnccmciit i\v 
l'action ; uv/, I acticui iiicom|)le(c. 

Il n'y a pas de déterminants nuincraux. 

Le |)r<)nom pcrsotiiu'l possède la Inniic ,s(7c(7/cc ,■ ou 



— 468 — 

distingue une personne d'une personne en général sur 
plusieurs. 

La conjugaison objective est développée. 

Il existe une voix interrogative. 

Le pronom est prédicatif ou possessif, quelques verbes 
se conjuguent avec la forme possessive. 

Nous avons pu donner un vocabulaire du Tlinkit d'après 
Vemianinow et Boas ; nous n'avons pu nous procurer 
de textes. 



PREMIERE PARTIE 



GRAMMAIRE 



PIlOXKTigUE 

Voyelles : n, (\ e, i, o, it. 

Consonnes : d, t; gy. I,i/ ; i^, />'. I'"' : g/i, f> ,• ir, /■. y, .- h. 
cil , //. ,• n ; s. c ; dj\ ts, dj, le ; (II. tl. 

Le k^ est un k suivi d'un u, très bref; nous désignerons 
pari,'/', /l'A, ce que Boas écrit '^, A', suivis d'un point laté- 
ral, c'est-à-dire une gutturale très reculée. 

L'e = notre c muet. 

Nous écrivons ch ce que Boas écrit h, c'est le son ilu 
vil doux allemand dans Irh. 

Le () majuscule indique un son intermédiaire entre 
ch doux et ch dur. 

Le y a le son de <■// allemand. 

Les sonores sont rares en terniinaisun. 



— Mi) -^ 



LEXIOLOGIE 

Il existe beaucoup de substantifs composés. 

Ca cjawu, tête poil = cheveu. 

Kk'os t'aktl, (le g-knuckle) = cheville. 

Se sa a se, voile arbre = màt. 

Kho kha toril, homme cœur = (lit mouse.) 

TâO s'â'te, vol maître =: voleur. 

Les adverbes de lieu entrent souvent en composition. 

Az-'i'I^h da l'ct, fumée autour lioîte = pipe. 

Ta ai/ rirr'l, dans souffler instrument ^ sifllet. 

Difj kara Iddjc l, dos sur s asseoir = cheval. 

K'irit'f'lih-'ê, sur glace = (icicle). 

hhanijiq hhu ati\ feu comme temps covileur = aurore. 

C'est ainsi qu'on exprime les noms de couleurs. 

Khan yi'qatê. feu comme couleur = rouge. 
Tlcd yiqaff, neige comme couleur = blanc. 
Kott lia tic ijujatc, chien fumier couleur = jaune. 

Beaucoup d'adjectifs ont pour suffixe dérivatif lie [tl], 
indiquant la négation. 

Tli'tl wu tlitscn, faible; tlctl h'h cA-'e, mauvais; tlètl u'» 
d^tl, léger. 

Ku '>'>'atl, court {l<ii \'>'al, long). 
Tl'hoctcii, aveugle 'trn, voin. 



- Ml — 

Tlhhôtl-'ar/t, sourd (r/y, i-ntendroi. 
Rrt, indique le nom de lieu. 
Kli'on'tl rifi'd, plume place = lit. 
T !'/<■' a rid'ti. pilon place = mortier. 
Ya'k'r¥.-i-r'l, canot lieu. 
Gufs-rct. nuage lieu = ciel. 
Ghan flê\ feu lieu. 
Tl'cne\ sable-lieu = rivage. 

Le verbe a des dérivatifs spéciaux quien modifient le sens, 
et dont la signification propre n'est pas toujours claire. 

jSUi semble indicjuer le commencement d'un état. 
Ttrtl l,ijë (jat a'ii iia tliiicn, je deviens faible. 
De rd l,r na en , il commence à faire jour. 
Hiii va /E na l-'cii. l'eau commence à chauller. 
Hin ra na s'zt, leau commence à froidir. 
-ly te na nanckli-', si mon père mourait. 

lia, /E. 
/ /E ftcl'\ vous êtes malade. 
Hk /iV, bon. 

Qat /E la Ui\-a //a, je suis endormi. 
hhu, le temps, dehors. 
K/u/ sia'f, il fait froid. 
K/iu II' la, il fait chaud. 
Khiiga'ts, l'horizon. 
Kii (apparence physique de l'homme). 
Ku iiv/7, mince; /.a hy///, petit; ka (/a, gros. 

W ,1. 
yVa quiili, sec ; a ka nw /v//.v, ciel clair. 
Il », action iiicoiiiplclc, ou n'existant plus, ou existant 
à clislauce. 



W'ii iirl>'. il est malade ; tlrli qal ant iick\ je ne suis pas 
malade ; tictl it w tli tse, facile ; qat i'u ti f/uf t/, je suis fa- 
tigué ; u'« na, mort ; has h-u ta sëtf ri, nous les voyons. 
}>. 

Ye q sine, j"ai fait cela. 

/?E k^ê yë kha, c'est un hrave homme. 

TU tscri i/ë li/ia, c'est un homme fort. 
Tll. 

Tli an, de bonne nature ; lit tscn, fort; tlitsc. difficile. 

Kyë précède souvent le temps futur. 

Kyë qat kliuk ra /ië/>^, je serai malade. 

Tlëtl kyc qat n'« na tlitucn, je deviens faible. 
De. 

De qat rail luve ha, je deviens ayant faim. 

De u'rt di qui'tl, je deviens fatigué. 

De aq tana\ j'ai bu. 

Mots de nombre 



D'après 


D'après F. 




U'.pr,-.. 


D'après 


Boas. 


MÙLLEK. 




HOAS. 


.MllLLER. 


1 Tkk, 


Ild'l, 




20 rlf /clia. 




2 Doii, 


t,;,. 




30 iYatsk<- djinkat. 




i yatsk'. 


iKilii; 




40 Dakho on djinkci t, 


ttiijka. 


4 Dûkh'on, 


latfuii, 




50 Kedjin djinkat. 




5 Kedjin, 


/letshin, 




60 Tle durcu djinkû l. 


iiiilskkd 


6 Tle durcu , 


lle-tushu 


(1+5) 


70 Bai/a durcu' djinkat 




7 Daqa durcu 


, taf/a tusliu (2+Ô 


80 .\at.ika durcu' d/inkfi 


t. 



8 Natska durcu, netska-lusliu{3-\-b) 90 Go'cukh d/ink.i't. 

y Go'cukh, ku-ikut. 100 Kedjin kh:i. kl^iuka. 

10 Djinkat, tsinkat, 200 Djinkat khu. Isinkaka. Isinktitka. 

11 Djinkat kliu, tleklf, 300 A«/s* djinkiVt klui . 

400 Duktfion d/iuka t kliû. 



— 473 — 

\ dérive de 2; drf/ ; dchii^on; 5 dérive de d/in, main; 
<) = un autre un ; 7 = un autre deux; huit = un autre trois ; 
10 = les deux mains; 20— un homme, te sont tous les 
doigts de l'homme. 

Lorsqu on compte les hommes, on se sert des numé- 
raux suivants : 

I Tir n\ùq kha : 1 dv.(j riKf/ khà ; -S initsktjc iiv^q khà eic. 

II en est de même pour compter les choses. 

NoMiiHES 01lDIN\l X. 

Ciiklui, le [)i'emier : tl(i(/l,h(ii(i. .")' , 

]' ta. le '1\ tic durcurci, (')', 

Ta 1(1, '.V , dar/a durcura, 1'. 
Ani/a, 4°, 

Adverbes miméraux. 

On ajoute le suffixe dahr n. 

Tli'dahr ti , une lois; ddif dalic'n, deux lois. 

NoMDHES KISTIIIBUTIFS. 

Tic iilid luq, un à un ; dvj/ inn/, deux à deux ; iiaslki/c 
nv.q, trois à trois. 



34 



— 474 — 

III 
MORPHOLOGIE 

Premii'reincnt, d'après Boas. 

Substantif. 

Il n'existe pas de genre. 

(Test le nom au génitif qui se place le premier 

L'instrumental a pour suffixe tsli: te, pierre; fe-ks/i , 
avec la pierre. 

Avec les verbes transitifs l'agent se met à l'instrumen- 
tal : ashakaii-tsh hjtat/at a^atiii, Dieu connaît tout. 

Il n'y a pas non plus d'indice du pluriel, cependant on 
trouve quelquefois khtoq , postposé. 

D'après Fr. MûUer, suffixation de A-, q; te, pierre, pi. 
le-k : in, l'eau, pi. inrj. 

Ad.tectif. 

L'adjectif suit le substantif, à moins qu'il n'ait une signi- 
fication verbale. 

Tccid qôk, (dried halibut). 

Rétl gE'tslo, jeune chien. 

Hit thn, grande maison. 

A titre d'attribut du \evhe.être il précède le substantif. 

A tien hit, c'est une grande maison. 



475 — 



Pronom. 



Pronom personnel. 

Il y a deux formes : la f'onne ordinaire et la forme sé- 
lective. A la question : (jui est là, je réponds : qat, qui 
est la forme ordinaire ; à la question : qui parmi vous m'ai- 
dera, je réponds : fjatv. 

II y a, en outre, une forme pour le verbe transitif, et 
une autre pour le verbe intransitif; cette dernière servant 
aussi de pronom objet du transitif. 





FORME 


SÉLECTIVE, 


INTRAN- TRA.\'S1TIVE 






OROINAIKE 




SITIVE 

SUBJECTIVE 




OBJECTl 


s. 1" p. 


Qat, 


f/atc. 


rjat, fja{f/},c/u. 




r/at, 


2» p. 


Woe', ùe. 


/roe'll\ 


ï, i, lii. 




1, 


:rp. 


Ha, M, 


hàtc. 


— (aj. M, 




— 


Pl.lr-,.. 


Ohon, Lian, 


à/tantc, 


ha, ta, tu. 




ha. 


2" p. 


Riwnu,iàan, 


riwnntc. 


ri, ri, lii, i. 




ri. 


3' p. 


I/as, 


liante. 


lias, lias(a),sa, 


.saù. 


lias 



Les formes transitives et intransitives sont préfixées. 



PhoNoM DKMONSTH.VTll 



Yatat, celui-ci \ifulat, celui-ci ; souvent il n'existe que a. 

A ta, quelque chose à luitcrieur ; a tien hit, cette 
grande maison ; hit atlrn a, c'est une grande maison ; aq 
ariaiia, ceci est à moi ; i liiti asia, c'est votre maison. 

Démonstratif wè : vvotc f/at n'« si neq. cet homme me 
sauva. 



— 476 — 

Pronom possessif. 
Deux formes dérivées du pronom personnel. 

1'' forme. 

Singulier l" p. Aq, Pluriel hci , a. 

2° 1^ ih ; ia^ ri, i. 

3"' To, tu, has-lo, as-fa. 

'!'' forme. 

Le substantif se suffixe /•/. 

Singulier V' p. Afj-ri, Pluriel ha-ri. 

1'^ I-ri, rï-ri. 

i' Ti i-ri, haslo-ri. 

DU VERBE 

Il y a six temps suivant Vemianinow : présent, impar- 
fait, parfait, plus-que-parfait, futur, futur passé. Boas ne 
donne que le présent, le passé et le futur. 

Ni'l>\ être malade (intransitif). 



IMPARFAIT 



S. 1" p. Qat /'E nck", qat (te} negun, (kijEl (jat l,Iiu^hrK. 

2" I rE nëk'sE, / (rz) ne guriEse, {kyejkhugh rEînck". 
'.V Re nclf, (rE)negun, (kyëjkhughrEHEk^. 

P. l"' Ha i-E fU'k'', ha (/-e) negiin, (/•^yc) ha khugh te 

nèk\ 



- 477 — 

■1 RiiEnrk-', n (, ■¥.)„<■ <ri„i, ^Injri ,., khui(h rv. 

nck-'. 
;{'• Hasrv.nf'k, has irs) nr'ouri, (kycj has khugh pk 

Souvent le verbe a unobjet indéfini a/ qui est placé avant 
le sujet et le verbe : at (ja(ja,]e le mange, at qa ci, je le 
chante, at (/a sac, je le cuis. 

Si le verbe se compose d'une racine dénotant l'action ou 
l'état, et d'un attribut de temps ou de manière, le pronom 
sujet se place entre les deux. 

Sklia qa da tsfk, bouche je autour fume. 
To qa uq, je souffle dans. 

En règle générale l'objet se place avant le sujet, mais 
quand l'objet est un pronom et a une forme objective 
distincte, on peut renverser. 

Has, la '.V pers. du pluriel précède toujours l'objet, il 
précède la première partie du verbe composé. 

V'khiuc thansitif 
(Srti'n, voir). 

sujirr 

SlN(;ULIEH 

I" pers. 2- pers. ;{- pers. 

''"!'• — q<i/ ri srh'n. qui i.vu si-tt-ii , 

- I '/" ••>•''/'''", — , .vu.srfrn. 

;{■ n<»/ srfr'//, ri srfr'ri. ar .(■// srfr'/,. 

PI. 

'"'i'- — ka /i si'frn. kti sv/i srt,'/i. 

- If' '/" ■'••'■^ '//, — ,-, ,^i, srl.'n. 

."{' Iliis i/nd sfif'ii , lias ri sricn. kiifc ,ru srfr'/i. 



— 478 — 



Pluriel 



r^p. 


— 


•2'^ 


/ wu tu setë'n. 


3- 


Wu tu sêté'n. 


Pl. 




Vp. 


— 


2" 


Rï wu tu sêtë'n. 


3' 


Has ti'M tu sf'tP'n 



peis. 2'' pers. 3° pers. 

r/at rirî sctên , lias qat wu scten . 

— has i wu seten. 

r/rï sëtê'n, has ac wusêtën. 



ha rlrî séten., has ha wu sëtên. 
— has rï wu sëtën. 

has rîri sëtë'n, — • 

Quand l'objet est un substantif, il précède le sujet. 
Hïn qa tana\ je bois de l'eau ; hln a tana\ il boit de l'eau. 
Souvent la V' personne est en qoa^ au lieu de qa. 
La cai-actéristique du passé est g'w«, ghën, ou -en. 
I qasëtë'n -en, je viens de vous voir. 
Qoa aq-ën, je l'ai entendu. 
Dn° sawu stan-ën, il a plu. 

Verbe : manger au parfait. 

Sing. If p. At qoa qa, PI. l" p. at wu to ra qa. 

At i ra qa, at iri ra qa. 

At wu ra </a, has at wu ra qa. 

Ra serait l'indice du parfait. 

Le futur a pour caractéristique khugh, placé entre 
l'objet et le sujet. 

At khugh qa tana\ je boirai. 

Khughqoa ag, je l'entendrai. 

Are khugh ra dan, il va neiger. 

Rë a khugh dag gfin, le soleil va paraître. 

Manger, au futur. 



— 479 — 

S. !"• p. Af kliugh qa qa\ PI. l''"' p. at hhugh to qa ig^)- 
2*" At khagli i qa IgEj. 2'" at khugh ùqa IgE). 
3'' At khagh qa(gz), 3' lias atkhugh a qa. 

Verbe : voir, au futur. 

.le verrai Vous verrez 

Moi — irej qat khagh ri séten- 

Toi (reikh'qoa sctrn, — 

Lui {rc} kh'qa sëte'n, ('/■«) kh^ ri sëtp'n. 

Nous — {rt') ha kh" ri srtf'n. 

V^ous [rc) ri kh^qoa srtc'n, — 

Eux Iri-j has k/ijqoa si'trn, (rfj has kliagli ri sctëii. 

L'initial /r n'est pas nécessaire pour former le pluriel. 
On ajoute souvent la particule kyr. 

Voix ixterrogative 

Elle se forme en postposant agF.; s'il y a un adverbe à 
l'intercale. 

A l'Intransitii 

Verbe agv. : être malade. 
Présent 

S. l"p. Qatra nék'agY., P. lia ra nëk^ agE.. 

ri ra nek-' agE. 
has ra rick* «ffE. 



2' 


/ ra ni'k'' 


agE 




3- 


Ra tiëk' 


agE, 








Imparfait 


Qat né 'gun agz . 












Futur 


(Ki/c) 


(/at khugh ra 


nëk- 


' ''f.'E . 



480'- 



Av Transitif 

Qat ri sëtrn agK ? me voyez-vous ? 
Ri sëten agE (s) ? le voyez-vous. 
Ha ri sf'ten agê ? nous voyez-vous. 
H a s ri sr te' Il ai>E ? les voyez-vous. 

Imparfait 

[De) qal ri sctcncii agE ? m'avez-vous vu ? 

De ri setcnen agE ? l'avez-vous vu ? 

Ha ri si'fénen agE ? nous ayez-vous vu ? 

On peut répéter agE. 

AgE aq hiti agE ? est-ce ma maison ? 

Il y a deux formes Tune en de suffixe, l'autre en Klia 

préfixé. 

Impératif 

^4/ qa-dE, mange, cên-d.E, monte. 

Af ïrJ qa-dE, mangez. 

hha sctc'm, regarde ici. 

Qat kha sêteit, regardez-moi. 

l'Ella scte'ri, regardez-le. 

Ha kha sêtë^n, regardez-nous. 

Has kha sëtc'a, regardez-les. 

Qat a khaq scten, qu'il me regarde. 

Ye kha sine, faites-le. 

At kha to qa, mangeons. 

CoNIUTlONN'EL. 

Le suffixe est nëk-' : en outre, le verbe prend souvent 
la particule lia. 

Dag si-taitiiek\ tlêtl lia de kliugh ira gnd. s'il pleut, je 
ne viendrai |)as. 



— 481 — 

A(j dag gaunu'kh^, ha dé khugh i''n god, si le soleil 
brille, je viendrai. 

fh. nck'nekh^, tletln khagh nier/, s'il est malade, je ne 
danserai pas. 

Qat gE nch'nakh\ si je suis malade. 

Qat ran hanc^kk, si j'ai faim. 

TU c/oa scic'n/iek, si je ne vous vois pas, avec /ta. 

Af/ ic fit/ iKÏnêk", tlctla kliughatlcf/, si mon père meurt, 
je ne danserai pas. 

Nkgatif. 

Tlill, non ; on ajoute la particule, wu. 
Tli'tl f/at i''u nëk^, je ne suis pas malade. 
Dans l'interrogatif-négatif, l'interrogatif suit le négatif, 
et le tout se contracte en tlegltl. 

Tlëgïtlqat nu tiëk^ ? Ne suis-je pas malade? 

ImPKIIATII NKC.ATII'. 

Tlrfl at i(f(il>h, ne mange pas. 

Verbe substantif. 

La particule ye a la signidcation du verbe substantif; 
de même le démonstratif a. 

Un a ticiia, c'est une grandi; maison. 
/ ///// nsid, c'est notre maison. 

An VERBE. 

On le met au commencement de la proposition. 
• Yiiriilv.t h(is ri srt/n, vous les voyez maintenant. 
licsii' f/at mu ru'k',]e viens de tomber malade. 
T'k/c/e' ngK risi-trn , l'avez-vous vu hier .' 
Parfois à l;i (in. 
<Jat kluifiickidi'tf sitf' , je suis très pauvre. 



482 — 



Dérivatifs du verbe. 



Se, 


ten, regarder. 




aq, entendre. 


m, 


tën, voir, 


Te, 


aq, entendre, 




iiêk'^, malade, 



se-ten, voir. 

si'-aq, écouter. 

qa tlï-têti, regarder. 

aq-tc, savoir. 

npks>-tc, longtemps malade. 

Dubitatif giitl. 

Gutl ts^OtsqE'n woe\ vous êtes peut-être un Tinisshian. 

Deu.vièmemenf ; d'après Fr. Millier. 

Fr. Millier, dans le supplément à son Grundriss, traite 
la conjugaison d'une manière autre que Boas, nous devons 
indiquer ici ses constatations. 

Les pronoms personnels ont deux ou trois formes qui 
sont les suivantes : 







FORME ISOLÉE 


F 


ORME PRÊDICATIVE 


FORME POSSESSIVE 


Sing. 1" 


P- 


Xatqat 




qa, qu 




aq. 


2" 




Ue, 




hi, i, 




i, ih. 


3' 




u, 


Pl 


-u. 

URIEL. 




tu. 


1" 




Ûan, 




-tu. 




a. 


2-^ 




lùan. 




-hi, -i. 




i. 


, 3-= 




.45, 




-sa, -s. 


-saà 


as-tu. 



La forme possessive est préposée au substantif, elle l'est 
aussi auxve; li-^s quand ilsemploientle possessif poursujet. 



SUBSTANTIF 



!'■'" Akh-ish, mon père, 
2'" /-ish, ton père, 
3* Tu-ish, 



aq-tshiihù, j'ai. 

i-tshiihu. 

tu-tshiihu. 



— 483 — 

Pl. 

l"' A-ish, a-tshiihu. 

2' I-isfi, i-tshiihu. 

3^ Astu-ish, nstu-tshiihu. 

Au contraire, la forme prédicative est suffixée au verbe 
lorsqu'il l'emploie. Mais le verbe emploie le plus souvent 
la forme prédicative. 

Les temps se divisent morphologiquement en temps 
principaux et temps secondaires ; les seconds dérivent des 
premiers en ajoutant comme finale hin, signe de l'anté- 
riorité. C'est ainsi que l'imparfait se forme du présent. 

C'est la racine verbale qui vient en tète, puis le pronom 
précédé ou suivi ou à la fois précédé et suivi d'un indice 
temporal, puis, s'il y a lieu le signe du temps secondaire 
hini. 

Voici le paradigme du verbe je ou e, faire. 

Actif. 

Prp'Sent. Sing. I. Je-ta-qa-ni, i. je-ta-hi-ni, '.\. je-ta- 
ni pl. I . je-ta-tu-rii, 2. Je-la-lii-ni, 3. jf-sa-tu-ni. 

Imparfait. Sin(;. I. Je-la f/a-ne-hin, 2. /e-ta-lii-ne-ltin, 
3. je-ta-ne-hin. 

Pl. 1. Je-ta-tu-ru'-liiit, 2. Jc-la-l^i-ne-liin, 3. je-su-ta- 
ne-hin. 

Parfait. 1 . Jf-r/u-si-ni, 2. je-hi-si-ni, 3. Je-u-si-ni-iii. 
pl. I. je-lu-si-ni, 2. Je-fii-si-ni, -i. jf-sa-u-si-ni. 

Pi.us-QUE-PARFAiT. { .Je-f/u-si-nr-hin, 'Î.Je-lii-si-ne-lùn ,et(\ 

Futur dktermink. I /r-liaf/-i/a-se-iii, 2. /r-lanf-i-xc-iii. 
'.\. je-kaq-se-ni. 



se-ni 



— 484 — 
Pl. 1. Je.Aar/-tu.se-,u. i. je-kug-i-se-nL 'i. ,/e-ni-/caç. 



FvTVR INDÉTERMINÉ. \ . jcr^ay-çu-se-ni, 2. /e-naç-ise-ru, 
'i. je-naq-se-ni. 

PI. 1. Je-naq-tu-se-ni, 2. ie-naq-i-se-ni, 3. je-sa-naq- 



se-ni 



Potentiel, i. Je na-qu-se-ne-hin, etc. 
Conditionnel. Sing. \. Je-na-q-,nn-Hni, ±. je-n-i-san- 
"ini. /e-na-san-''ini. 

PI. Je-n-(u-san-^ini. 2. ,e-na-hi-san-'ini, 3. /e-sa-na- 
s an--' in i. 

Prohibitif, l. Je-fa-qu-nek, 2. Je-ta-i-nek, à. je-t a-u- 
ne k. 

PI. \.Je-ta-tu-nek, 2, je-ta-hi-nek, 2. je-sa-ta-nek. 
Passif 

Présent, i. Jeshta-q-tani; 2. Je-sha-i-taniri. /e-shla- 
ta-ni. 

PI. I. Je-shta-t-ta-ni, 2. je-slita-hi-ta-ni. 2./e-shta-ta-ni. 

Parfait. [. Ju-q-imi, 2. ju-i-imi, :). ju-uni. 

IM. 1. Ju-a-uni, 2. ju-i-uni, ;{. /usa-uni. 

Futur, l. Ju-qà-kukani, 2. /-i-kukani. li. ju-ù-kukani. 

Pi. 1. Ju-a-kiikauL 2. /-i-kukani, 3. /u-s-kitkani. 

CONJUGAISON AVEC LE POSSESSIF 

Tshi, possession, dans le sens de avoir. 
Présent positif. I. .4y-/.s/uW///«, j ai . 2. i-tslii-hi, , 
3. tu-tshi-ihu. 

PI. A-tshi-hu, 2. i-tshi-hu. 3. astu-tshi-hu. 

Négatif. I. Tlrkl aq-tsl>ir2. tlekl i-tshi, 3. r/ekl as/u-ts/>i. 



— 485 — 

PI. l. Tlekl a-lshi. 2- ttckl i-tshi. -5. tUid astu-tshi. 

Imparfait. \. Aq-txhik jcti-liin, 1. i-tshi-k jeti , '■\. tu- 
tfthi-k jeti-hin. 

PI. I. A-tshi-k l'cti-hin, i. i-lshi-k jeti hin, H. aslu- 
tshi-k Jcti-hin. 

Futur, l. Af/-tshi-ke-kuk-(iti, 2. i-lshi-ke-kuk-ati-, 3. tu- 
tshi-ke-kuk-nti. 

PI. 1. A-lshi-ke-kik-ali. 2. i-tshi-l^e-kuk-nti, 3. aslu- 
tsbi-kc-kiik-nti. 

Permissif. 1. Aq-tahi-k, 2. i-tshi-k. 3. tu-tslà-k. 

PI. {. A-tshi-k, 2. i-ishi-k, 3. nstu-tshi-k. 

Impératif, l. Tshircka-(/-tshi-k , 2. Ishua-i-tsl>i-k, 3. tsh- 
geka-tu-tshi-k. 

PI. l. A-tshi-k tshgeka, 2. tshgcka-hi-tshi-ak,'.i. fshgcka- 
stu tshi-k. 



DEUXIEME PARTIE 



VOCABULAIRE 



CHAPITRE I" 

FRANÇAIS-TLINKIT 

Dialecte septentrional Skutkwan. 



NOMENCLATURE 



Homme, 

Femme, 

Garçon, 

Enfant, 

Mon père. 

Ma mère, 

Mon mari, 

Ma femme. 

Mon fils, 

Ma fille. 

Mon frère aîné, 

Mon frère cadet. 

Ma sœur aînée. 

Ma sœur cadette. 



shâwut. 

kakutzko. 

lokwunêc. 

uhJsh. 

uhkla. 

uhooh . 

uhshit. 

uhhig hutti. 

shâ wut uhggutti. 

uh hoonooh. 

uhkîk. 

shookoùhtlâk. 

kikaùhtlak. 



— 487 — 



Un Indien, 


thlinkit. 


Peuple, 


uhsliuh. 


T(Hc, 


fihusawo. 


Cheveux, 


ulieyuh. 


Visage, 


uhkak. 


Front, 


kaJiook. 


Oreille, 


ka-nuik. 


Œil, 


kleù. 


Nez, . 


kake. 


Bouche, 


kathloot. 


Langue, 


kaah, kaooh. 


Dents, 


kakatatsai. 


Cou, 


kahletik. 


Bras, 


katshiri. 


Main, 


uhtleik. 


Doigts, 


uktshikoolh. 


Pouce, 


uhkoosh, uhoosh. 


Ongles, 


kakàku. 


Corps, 


tshaltukahoQt . 


Poitrine, 


kawoo. 


Ventre, 


kaaia. 


Mamelles, 


katla. 


Jambe, 


kakoos. 


Pied, 


kakoos-lihU. 


Doigts de pied. 


kakoos-hawk. 


Os, 


katsak- 


Cœur, 


katchk. 


Sang, 


akuli. 


Village, 


lakullukalit . 


Chef, 


unkcM'. 


Guerrier, 


klit-inika. 



— 488 — 



Ami, 


uhakhawo . 


Maison, 


hit. 


Chaudière, 


koott. 


Arc. 


sooks. 


Flèche, 


tshoonet. 


Hache, 


tsinahni. 


Couteau, 


thlitta. 


Canot, 


ijoawh. 


Mocassin, 


kwiinn. 


Pipe, 


tsuh-takeit. 


Tabac, 


kunsh. 


Ciel, 


koofz, iiki. 


Soleil, 


knkan, khaknn. 


Lune, 


/IS. 


Etoile, 


kutliaiiaha. 


Jour, 


yukie. 


Nuit, 


taat. 


Matin, 


tsoo tat. 


Soir, 


hana. 


Printemps, 


kwtankuwuha. 


Eté, 


teakawutah. 


Automne, 


uès. 


Hiver, 


tawh. 


Vent, 


kiltsha. 


Tonnerre 


haieatl. 


Eclair, 


liai eatl-tàwatliak 


Pluie, 


siwo. 


Neige, 


tleit. 


Feu, 


kân. 


Eau, 


hïn. 


Glace, 


tlhk. 



48'J - 



Terre, 

Mer. 

Hiviere. 

Lae, 

Vallée. 

l 'rai rie, 

.Montai^'iic. 

Ile. 

Sel, 

Fer, 

Forel, 

Arbre, 

liuib. 

Feuille. 

Ecoree, 

(!azon. 

Pain. 

\ iande. 

(ihien, 

lUiflle, 

( )urs noir. 

Loup. 

Cerf, 

Elan, 

Castor, 

Lièvre. 

.^louche, 

M 1 1 s l i ( 1 1 1 ( • , 

Serpciil,, 

Oiseau, 

flMiL 



kootlk. 
fit. 

lutiiiKi . 
(ih. 

sluilicr . 
i/alicl,lal.i. 
shah, 
khnl. 

rfll l.on/nu.l; 
hniijcls. 
'/as. 

shilUd'ds. 
kuii . 
lisvuimii . 

Il I non. 

/I (il. Isa. 

as. 

I.Uiia. 

I.rll. 

hanr... 

/s/1. . 

I.oicisii. 

kual'an. 

wulsisli. 

isigcdi. 

I.al.. 

Ik/lhia. 

fahl.ha. 

s/rL 

/saisi. 

I.ir/l//l. 



Jo 



490 



Plumes. 

Ailes, 

L'oie, 

Pigeon, 

Saumon, 

Blanc, 

Noir, 

Rouge, 

Bleu clair. 

Jaune. 

Vert clair. 

Grand. 

I*etit, 

Vieux, 

.leune. 

Bon. 

Mauvai-^. 

Mort, 

Vivant, 

Froid. 

Chaud. 

.le, 

Tu, 

11, • 

^'ous, 

\'ous, 

Hux. 

Ceci, 

Cela, 

Tout, 

Beaucoup, 



luhaiim . 
utiiikihe. 
taimd . 
nulacttt. 

liai . 

toolif/alii/alitr. 

l'dni/uslu'ti. 

Isui/iihi/dkc. 

ni 1,1 ri II,. 

Isiii/ulit/ale. 

(iltrufsirn. 

Uittsliiii. 

slitiii . 

hlrhliiltishans. 

!IhI,I,c . 

lilcl,-oosl;i . 

irooua. 

l'Icii'oona . 

iiliusii/n(. 

Ion 1 1(1 . 

Iinl, liiil. 

wch . 

ijiila. 

oIkiii . 

ihicdii. 

Ishulluliilns. 

1/(1 1. 

i/oot. 

I. si, Il II ni ut. 

shiUtihaiit. 



— Wl — 

Celui qui, tnsio. 

Loin, natlilt'. 

Près, UcUuiKihlf. 

Ici, iffit. 

Là, Idêgha. 

Au jourd lui! . i/(iii/ul'i/ii . 

Hier, i(itsil,c. 

Demain, sel, un. 

Oui. l,Tl,(i. 

Non. klrb. 

l'n, fslifji Ici,. 

2, Irh. 

•{, //u.sl'. 

4 , /a/ioofi . 

."i. I. il s h in. 

(i. I.lclooslid. 

7, laliatoosho. 

8, ntil.'itnioosint . 
'J, l.oo.sliool,. 
10, Lsin/.af.. 

I I , I s h in Lai la il cl. 

12. tshinhall.diih. 

2(1, iLcckha. 

:{(), nusli-l .shiiilnl. 

'lO. l(di)(>n-lsliinlnt . 

.')(). / iV.s7) ;>/ - As// />/ /, Y/ / . 

(')(), llclooslid-ishinlnl . 

7(1, tslialoosho-tslunkat. 

H( ) , // ul.stat(i(>.'ilii>tslnnl,<tl. 

'.)(), looshdol-lshinltil. 

KHI. l.-<l,inl(itlliii. 



— 492 — 

1000. liishtahiiil.all.lui. 

.Manger. utha. 

Boire. hinitunna. 

(]ourir, l.uhi.on. 

Danser. uinttli'h. 

('hanter. ull.ashi. 

Dormir. nctitli. 

Parler, i/ukualun. 

Voir, llahtin. 

Aimer, nnttwncook. 

Tuer. lioitmuUsIiul, . 

S'asseoir. latiiuo. 

Se tenir cIel)Oiil, ifcuihuii. 

-VUer, tciiookut. 

Venir. Itakoo. 

Se promener. Uikaiiialilanonhuit. 

Travailler, i/iniiasinh . 

Dérober, ninn/unt. 

Couché. hulthliai. 

Dormir, lulshild. 

Rire, ulknsliooli. 

Crier. Liil'dh. 



CllAPlTIÎI-: UKI'XIÈME 
TLI.NKIT-IHANC.MS. 



A. 



Vitiitbuliiirc. 



. I. oui. 

Acithuii, ancêtre. 

A-)// II//, rêver. 

Adh/<i. ramer. 

Ada//aiô. alors. 

A^liii-ctU'/ ilf/iôl', je me sens mieux. 

Aijiu-'i/ll<\ saixit (le elieval. 

Al>aii'ar/a'ts. eiel clair. 

Al>if(''t, bailler. 

\Ali(itV /frtl. elfraye. 

A//, ville. 

A/il>liiii>, le ehei, riche. 

\ '/i [r . le pays. 

Ai/ii'klli\ ville. 

.ly, i/i/l<\ eiilemli'e. 

A(/tr, savoir leiiteiulre soiiveiiL). 

A///il'd(u-v.l , la longue rame. 

Aij/i . la rame. 

Al II hiiii'ii lin II, il nein'e. 

Arii iiilctc , la tempclc . 

All,li' riT (/iiL , s.-nimon Si'clic. 

Alhiiij ton' h ', conseil. 



— 494 — 

Af, enfant de la sœur du père. 
A-trêfj, danser. 
\Ai-) ([(>, manger. 
A(/u'l<tle, riche. 
.1/, aller. 

G 

Ci'nva hil,, rassasié. 

Cft\r{if l'an, vieille. 

Cân. vieillai'd. 

Catj^ ours hianr. 

Ca, tète.- (Y/-//, sommet de la tète ; ca-sa/i, crâne ilète 
os) ; ('a-q<i\K'u, les cheveux. 

Catk-, fille. 

Cakhct, coiflure pour la danse 

Cal<liuii(i' l,n, rotule. 

Caii, helle-mère. 

Ciil,li'f/(ii/<), crâne de i idavre. 

Cal,-', (stromherryi. 

Ck, la fin. 

Crdi\ corne. 

C'e/u/oû'/i, hache. 

Ce/,e ' (bow of canoë) . 

Ca/,Es/'f, tresse. 

Ce£^()/,\ comprendre. 

CEca, petite cuiller. 

CirEneqî, main droite. 

Cîn, grande cuiller. 

Citl, cuiller. 

Ci y le sang. 

{At) ci, chanter. 



4yô — 



lA/i tvtt/./i, rire. 
( iit/f't^d. tablier. 
Cti-ri). nKJitier. 
Cuqdii l>, \\ij\vv. 



CH 



Clii-ll, toniK-nv. 

CIiciIiIki. poitrine. 

Clii'ld, brossi' : nt Llm du' ta. brosse pour habits. 

Cliits, [eggs uf ici'). 

C/ii^lc, grenouille, 

Clir'tln, râteau à hareng-. 

ChetH'kgUy réciaii'. 

Chi'lsa, rôtissoire. 

I) 

Da. ;'i l'extérieur. 

i)(i. autour, dehors. 

U(t i/a (/o(t gtil, je me prouièiu' autour de la maison. 

Ua, l'hermine. 

Dii/i/iuKclr'f/ . la marée. 

/y/, daidcdc. danse de shaman 

D(', la rue. 

Delà, en haut. 

Di'tsô, d(> nouveau. 

Dcsi-'itl.. le souille. 

Dclaji. au large. 

Di'khen , s'envoler. 

Drhi/ind, haida. 

Dis , le mois, la lune. 

Dis fufd, dcini-uiois. 



— 'ilHj — 

Dis mil râ\\'nicet, mciiN cntiiT. 

DiL, rarrivéc de. 

Dv.l'Ulc. se haigner. 

Dz'tlul,, toujours. 

D/in, l)ras. main ; d/iii l.'itl. le dos de la main. 

nzinlfu/?. fv:. râteau ; dzin-tol. pauvi'e. 

Dzeî-ti, donner. 

Dzenû . moutons aux cornes épaissies. 

Dùic, boucle d'oreille. 

Dicta g ^\e chènti ; dU-la (/ /.y/i,'7< ////cpommed'Adam.eou. 

DIct, neige. 

Dla. la viande. 

Doul,\ la peau . 

D(>\\-aiiul,\, souf(lei'(le vent :. 

DliLIi, à l'extérieur. 

Duf. uu chat. 

Dzci. échelle. 

E 
AV/r, la graisse. 
I'JL la mer. 
lui i/Oli. sel (iner sèche i. 



G 



(j/ul/c, ècoicc de cèdre frottée i match). 

(ùi/,\ choisir. 

(îa/si(o, pèi'e. 

(r/iafa gufifs^o, béhé. 

G(i/i da, écorce (bois auLoui). 

Ciditdasn dji, a bei I le . 

(îaii'â'Lli . IruiL noir. 



— 497 — 

(r/i/ii/T/, plaiiclic pour s(''cliiM' le saumon. 

(//(lu/, vvirv . 

(lazd, poteau. 

(i/ifinfc, tabac. 

i/injiian. soleil. 

(TÙrii. désirer. 

Gaii. voûte. 

Ciatago, petit. 

(îat, iiàii. Icoii (le riiin(''(\ 

Caiiôh, épei'vier. 

(ili (III s/i' /r, un odcrriei-. 

Gif II. un l)ois. 

Ghnnt(\ le tabac. 

Gd'lfit^o, jeune. 

Gini, tambour. 

Glifiù, combattre. 

Gnti, bois (le chauliaoc;. 

GIkiI,' , (labreti. 

(jhuh\ lapin. 

fr/iK/<E/ii\ <)'|-aiss(> d'un |)lat. 

(irmi, (ilet. 

(ili<\ à riul(''rieur. 

Glii/iri. je mur. 

Gi/il,l,a, proue (l'un canol. 

Gi/o, se tenir debout. 

Gi/idn'ii, l('ve-toi. 

Gi/i/.s'()/,\ l'aurore. 

Ghi/il'(i\ enfant (le p(''re parlei. 

Gif lui ail., cheval. 

Gic, à riiil('-rieur. 

(iiiilc. se iH'oiuciu'i'. 



— Ay8 — 

Oour, U' poiiro. 

Go'uq, esc'lavo. 

Ghoulc, un Iou|>. 

Gui'tL I arc. 

(iuls. les nuages. 

(îliul.lill, cygne. 

GutsK/('\ le ciel. 

G^'uts, canard. 

^;/A-, oreille. 

(iicatla. grand couteau. 

Gli-'uts, massue. 

Khu tli i^uts. c'est nuageux dehors. 

Gli'u/s, (crubappletriee). 

H 

Hat, la main. 

Hatle, excrément. 

Hastolem, (shore-line). 

Hasto, lent. 

Has, ha'str, eux. 

Hr'idvJ, manteau. 

H in t(ili'ii'fi\ poisson. 

Hit, maison. 

Hinq^rôdiu-dlf . marié, haptisé (figure mise dans Teau). 

Hit-ha, maintenant. 

///'// kc/i'ri'i-o, voûte. 

HïtltSftlsccn \vat, veuf. 



1(1 ijii^K/i, aujourd'hui. 
Icaii, populace, pauvre. 



Y.YJ 



le. le |3('re. 
Iri/l (lra|)i. 
/<//, le sharinan. 



K 



l'^'al/. liiboM l)hinc. 

K(i. au-tlessiis de. 

K(in, beau-frère, beau-fils. 

hnra l,f dzel, une chaise. 

AV?/', le front. 

Kaf/ud'n, la gelée. 

Kadv.'ts, la grêle. 

Knfjrct. la poutre. 

KaluLiid, r< tgnons . 

Ka^'u/i//. articulations. 

Kii'ical.is. hnie nouvelle. 

Kn^hti'kh, souris. 

K<\ie, aulne. 

Kft, boîte. 

Kv.ltcanc I, sorbier. 

KEfldd/v.'/,, nu. 

Ki/c. l'aile. 

Aï/v, vis-à-vis. 

hit de triui. (straiglit, upriglitl. 

K-'ifs, habit (le poil de chameau. 

Kyetl, chien. 

Kijcr, genou. 

I\yi'<fn, les poumons. 

h'ifrLhili'ii, le palais. 

KindclliUiic't. canard. 

A'/ cllc(i\ le vi'iil . 



— 500 — 

KyctO, pierre de hache. 

Kifi' aiiachirh, lever du soleil. 

/v75, bracelet. 

AY/, frère cadet. 

Kiteannglion't, l'arc en ciel. 

Ki/rtl. chien. 

Ki/ril, ligne de pêche. 

Kijrtldl, mouettes. 

Kotria, colonne héraldique. 

God, i^iil, aller. 

Kn'uf/. nombril. 

KiidnrPt, long-. 

Ku ira'/, id. 

Kûtlt'O/' tJrv.ii, dano-ei' en mer. 

hullt'r. vêtement pour nager. 

Ku/sùt, souris, pie-grièche. 

Kiicfa, loutre. 

Kiiicail, court. 

Kilt la. fort. 

K 11 

Kh-'afalsd rr , barl)p . 

l\li^nl,-\ panier de fniils. 

Kli'iiii //(■, cendres ifcn-plan). 

Kh^aJin't, la porter. 

Kh^at. île. 

h'/ta/s, jambe au-dessus du genou. 

K/i'â tlryO a'atc, fniouth play master). 

Kli^n tlô, lèvre supérieure kh'a, bouche 

klin, Phomme. 

Ivlr'n, la bouche. 



— 501 — 

K/iatlk^, entant de la sœur. 
Kh^nn ickidc<i , | )a u v re . 
Klian-fii (ja, rasoir. 

KluimjKj (lie, rouge ifeu comnic couleur). 
Klidts. arbre. 

A;<y hdludaa't , s'en retourner a pietl. 
Kk-'dlc, ulva. 
AflA, frère de la mère. 
Kliascsfd'ti , araignée. 
K/i.-'ci/it, assiette, plaque. 
hhf\\'aliv.'o(ju\v(), la tribu du ciel. 
AAr/, costume. 
l\/r'fch', bleu de jais. 
Kir'ccd. seau. 
Klirwd, lumière tlu jour. 
Kln-s'cldja , poussière. 
Kli-'c'ijc. vis-à-vis. 
Kli'cl((k\ talon. 
Kliof/, le martinet. 
kli-'oslak, plante des pietls. 
Kli-'oskd /us, anneau des pieds. 
Kh'od'l. truite. 
Kk-'o'ukhokh , troue . 
I\li:'(i^ti'cl,\ orteil. 
Khds l'dktl, cheville. 
Kh'iui il, plume. 
Klr'onll. liai, iil i plu uie lieu';. 

A7/''o.s,le pied.la |and)e ; hlinshlu-i , vêlement dcsj;unbe^ 
Kho^vdli'it , laisser. 
KhdLd II . le (crl. 
hhini/, beaucoup. 



— 002 — 

Khullk, If l)out. 

Khiita n\ l'été. 

hhuqritla, s'en retourner en canot. 

Kh^utari ', village d'été. 

hliut-fiq-'' aiciiaha, étoile. 

hhitiifits. l'horizon. 



{W'u) ncq, être en convalescence. 
L('(/, très. 

X 
Xdh' , (squid. 
Naru, cadavre. 
Na, le mort. 
Xa/K/f/cf, le vent d est. 
Xaghafs''f, renard. 
Xasr, (gults). 
.\ rujf. (lialibul. Iiook . 
Xnk', médecine. 
Xr\'tl, panier pour couverlurc. 
Xrtlrid'i'ri, le tapis. 
Xcg, nouvelles. 

Xagun'tl, peindre; — s'atc. peintre. 
Xrg, saumon. 
Xn, roc, petite ile. 
Xôsk, blaireau. 
Xuk\ les plats. 
Xuklcyn'n, loutre aquaticjue. 
A'n/a/i, luette 



5f« 



Olinn, olid'nv, nous. 

(')<l. la dent. 

0(ial<a caille . le cliaiidn 



V> 



(}(ir. sweat lodj^c). 

()<n\ rédro jaune. 

()(iL racine de eédrc. 

<)nlts^at/, chapeau de (;édre. 

Oa'iKi. le soir. 

Ont. tf(i;c, je. 

(y/K. màchoiix' iidérieure. 

(Jak/i, ono-ic 

Qa/lai;~'K te porc épie. 

fja/. saumon. 

Ordd, peif^iie. 

/ Ka I Ofi^iui. un j > il o n . 

(Jrù/:, (liair sliarpj. 

(Jikea'. épaule. 

()titi.(\ ami. 

(Jdii, veau marin à fourruro. 

(Ji( l.llr, soupe de fruits. 

(Juii . mince. 

|{ 

fh(l:, moule, c<>(plilla;^(^ 

lin l.hr'ixifn , dernier en (iss;i ni. 

/iV//v kn'iinkis, id. 



— 504 - 

Ran, tète en avant. 
Haniial'Elc, nuf^cr. 
Ha/n/K/i , porter à la main. 
/laù, hareng. 

Rnn, avoir faim; r/af /(in onaZ/n. j ai laini ; /iiti'f ran a 
n'ii si //(!, il nous affame ; f/a/ nui Jn'iic. ^i.| ai laim. 
RenatU' 11^ le rellux. 
Resd, il y a peu elc temps. 
Rr (uicchich. coucher du soleil. 
{Reï k-'c, bon. 
(Rcj (1(1 tV , pesant. 
Re(/.e /,'', jeune homme. 
RKk/i(/k, la mer. 

Rv.ii'1. rifi ti, instrument, place jMJur. 
Re/kIi'ù do' iVdinik, le vent du sml souille. 
Riu'd /i, vous, ri. votre. 
Ru, beau-père. 
/?«, blanc. 
Riin ri^^'a tld. l'eau baisse. 

S 
S'akii, un os. 
S'd'a, crabe. 
Sd'rc, rotule. 
Sd ni, Frère de père. 
S^n'U', montrer. 

S-'dck, scf, collier, chaîne de cou. 
S'd'gc, oblique. 
S^dr/, racoon). 
S'ESd, ceinture. 
S-^Ksa/os'd'i;!', longue |icrche. 



— 505 — 

Shik/is, arc. 

Sec/is iin'sî, corde d arc. 

S-'K.sa ka rr'g.sr, draps. 

S'e.sv/, marchandises de coton. 

Su-sE/K/i. jjanier à poisson. 

Seso (fil a SI-, mât (voile dans l'arbre 
•SV'w/, ceinture. 

.S'^Vi-, la voix. 

Scrr'/t/i/t, demain. 

Si'iiAa pluie. 

lOng) st'ff, il pleut. 

Srqit'r/, le beau-lils. 

^iiio. désirer. 

Sitr, très. 

Sit, canot tlitii;il. 

Sin'i, froid. 

•S'/,, faire. 

Si, la fille (la nierc parici. 

Si, pourquoi. 

Si'yikii , entraîner. 

Si-aq. écouter. 

So'ukii, herbe, ^azon 

l)/itn, l'snklil. le poignet. 

T'(iiii/(il, étranger. 



T(il//\:. \\\cr ; lliiriial,\: t . la veille. 
l'ii , doi'iiiir ; lo ona/ir/. endormir 
hune, borne. 
Tas. ru-rl . lil . 



— 51)0 — 

Ta/F./'/ Il . m inuit . 

Jiilih. liiiKHoii. 

Tât, la nuit. 

Thô, ilérober. 

T^fi. saumon blanc. 

T'tnr. la sueur . 

Tan. lion de mer. 

Tak. hiver. 

Ta os'(ii(-. voleur. 

T^a, chaud. 

iDe) tc'ak'. un long temps. 

Tc^i'cli, poussière. 

Tc'âk^, l'aigle, fr'ok-' ics, l'aigle noir. 

7cE//. (stire house in the woodsi. 

Tc-ec/. premier doigt. 

Tcâtl, le plie. 

Tc^atl, le saule. 

Tc^ôtla'k, il y a longtemps. 

(Df) fc'ckr, un longtemps. 

(ci/c, marsouin. 

Tcâfs, sahmon humphacks . 

Il i/// l<(i Irrij, \' doigt. 

Ti-ii. setcii, (litcn, voir. 

T-'i-r, le coude. 

T-'fkh, le cœur. 

T'cq, (hook round) . 

T-'/'kh, la glace; /,-'iri fck/r\ .above iai 

T^rhli-'a. lieu de pesage. 

TvJs'ck. plate made of slatei. 

77; E. la |Mei-re. 

Tlntl. (saliuon dug^'. 



007 



Till. le soulier. 

Tit, les vagues. 

Toûllf, instrument pour allumer le feu. 

To, à l'intérieur. 

Toril, l'esprit. 

T'oie, chaîne de montagne. 

Tôtc, peinture noire. 

Tnutlciin, rond. 

T'oli-, la suie. 

Ta II'/ siii-l, souiller. 

Tn/s'. recjuin. 

T L 

Tlnl;.'. héron. 

Tl-'iikliakiifi'/, le vent d'est. 

Tlahha'sk ikelp cake). 

TldgliEls, ouvrir un saumon. 

Tlaliiidzi\ roseau. 

llar/, terre. 

Tlak, sœur aînée. 

Tl^et/ khel, costume de danse. 

Tlitl lii is<\ pas diHicile. 

Ttrkh, le doigt. 

TteVhllcn, second doigt (doigt grand). 

Tl'rkii '^-'als'j^o, '.V doigt. 

Tlctll,"\ granil-pcre, grand mère. 

Tlfti , grand. 

TIrll (17/ r/i://, non pesant. 

Tlcin^Ll., I homme. 

TIi'h /'h-' a r/ii , \ m i n k ) . 

7'Av/, licaucoiip. 



— 508 — 

Jlrl;'. 111)11. rien. , 

fictif non. 

Tlckal cu'ff'v, sareopliage. 

Tlcvaùira hhc , bovaii. 

TU'dgùjdIc, blanc. 

Tlcl;, peinture rouge. 

Tlcf'irû lli Iscii, pas fort. 

7îc'k''ii'ed(., framboise. 

Ttcg-'it' n , les bois. 

Ti'ckli kakis, le bagne. 

Tl-'ét, la queue. 

Ttcn, sable. 

T/fJ,Ii, henni de. 

'flEkha frk. paralysé. 

iKal lh.cjv.k'lL broyer au pilon. 

TU ise, difficile. 

iTlil -a/i, de bonne nature. 

iTli, /se, pesant. 

Tlin('\tl, (mounlain horn;. 

Tl^ik^, ouvrir les yeux de qucKprun. 

T// ii-tt's. fort. 

TU nahts. doux. 

7'/Â;/(a^7 tY/(^7'/rM, dragon volant( non honi nie. tète, (lie veux 

TUxholt^f/lc. sourd. 

Tlkhûqwits, (squirréls). 

Tl'okh, le foie. 

Tlu, le nez : llo u >uis, ornement du nez. 

Tlo ttirii t/i, narines. 

Tlo to m tic. profondeur du nez. 

Tlogiitc, ailes du nez. 

llo, point. 



— :)U9 — 

Tl'nf. la laiiniie. 

IT'olJi, [joiirri. 

Tl^ii uk, - sa linon ho(>knose\ 

Tlo (-"ahà -iseptum), 

rita, conteur. 

Tint lia 'kh , serpent. 

TIsukh, les vers. 

T S 

Tsn'ghall, d'azur. 

Tsats, loin. 

Ts-'of/, chapeau. 

Tsd. le sceau. 

/'s<-r/\ amant. 

T.s'cf/i, la boue. 

'J's-'c, sommeil. 

TsE/i . la vie. 

Ts-'cl.li da ki't, pipe = fumée autour boile. 

Ts'rlih ; fumée; sklie dats^rkli, fumer. 

y.s'K /fucft. corneille. 

fsEtifc, (flounder). 

7Ve///e r/i dzin, main gauclic. 

'A'/.v/i-', Fclau. 

Tstnr'/'//. sentir odeur. 

'/s'ihr. venir. 

Tfi'Otat, nuit l)leu(', devenir croissant. 

Ts''<il;li. une c(")te. 

Ts'ii/s, ployant. 

l 
//(/, frapper. 
l'/iuf/, Irere ainc'. 



— f)l() 



Wil.li </<i (/(■ (/■'ô. les cils. 



V 



W 



W'ahhcù, les tempes. 

Wakh, l'œil; ii^akli tzri, paupière; ur//./' klui\ paupière 1 

supérieure ; n'âkh qd r/r' q'ô, cils. 
Wac, la joue. 
W'aqoli. sec. 
Wat, brosse. 

Wakh khcl, chapeau de guene. 
Wëks, grand couteau. 
Wës^, un pou. 
WoCy toi. 

Wûclên-ta, ensemble. 
Wntsaga, bâton des hamacs. 
Wutade, canot haida. 
Wakh kaladu'k, masque. 
Wmsî khr/i, premier croissant. 
W'u/s, rejetons. 
Il ii/r kH.r^'dc. jiiiueaiix. 



\ 



ïdir', canot. 
Y/ir, baleine. 
Yi'nt, un lit. 
Ycl;' /l/gc. grand 
)(■//, vautour. 
)>/;, l'esprit. 



:^\\ 



) ii^v./i. le jour, le luiili. 
) ii(/, coniiuian. 
) i'j, ^iMnlilahlc j. 
)'iik(f, tonjours. 
Vitra , ventre. 
) uf/'fiff./'/'/L;/. laiiL;ay;('. 
) ii(/lc. IomI 10 de mer. 
YKi^'d-lfii , pai'ler. 
Ylii-u ihut, niiuvcriH'i-. 



VI 

CCXMFARAISC^X 



CINQ LANGUES CT-DESSUS 
COLOMBIE BRITANNIQUE 



N'OCAlîULAIIih: COMl'AliA'IIK 

i)i:s i.\M,u:> sii\ANTi:s m; i.v (icii.oMiiiK hiutanniolk 

(TliiiiJiil. Ilnïdd, Tsldinsliid/i . Kwat^iidl j)r()|)reiiu'nt dit, 
Kiiatiiiifl . (li;ilc(te Hcihsuk, Xoulkal. 

I D'après Boasi. 

On (listiiiLfiKMa la racine des mots iinlépcndants et ceux 
des mots dc'rivés. Il esl, en eiret, remaiY[iiabIe (|ue dans 
quelques-unes de ces langues, notamment dans les deux 
dialectes du Kwag'iutl et en Xootka, le mot qui est em- 
|)ioyé dans la dérivation conqiosanle ait une racine spé- 
ciale. Le même |)liénomène se retrouve d ailh^nrs dans les 
langues algonquines. 

Une autre distinction est faite, lorsqu'il s'agit des noms 
de parenté, ils varient selon qu'ils sont (Muplovés par un 
liomme ou i)ar une femme. 



;:i zr. 



:^u> — 



~f •- :r. 



— 517 



P i" ï 



C ~." 



<r :5 "^ 



— '■> n ,^ 



"« 



i/. 



^ J. 



518 



I - I 



't < 



•r. :r. 






r-j -. .~ ^ 






''^ .u: ^ > U <^ 



:>!!» 



<? -'- i 



-/. ^ ^ 






- ^K -r. 



i % % ?/- 






brj 



î: 5 '^ j. ï C 
5: -^ <c ^ -^ ^ 



c «j o 
" '~ :^ 

^ — y. — 



— 520 -. 



•~ r -^ 



■^ 



> -«^ 



C i 
à $ 



:^- î?- C ï- 



— 021 



li 



i ''^ y >■ 






c? 5 






;< 



Cl o c o 



M 



— 522 — 



^ ^ <î >" 



î> .- i 






-? '^ g = « 

c ce r ra c: 

3 = a. o = 



-2 


'3 


C 


X 

"5 


3 


s 

c 


!.l^ 


j 


U 


a. 


V3 


J^ 



^v^ ^ .-*- ^ 



r/2:i 



.^ V 



-r. i~ 






i 1! 



.i- ? s ^ = =« £ c 



— Ô24 



îr^-^S'^^S^ 



1^ "[S \ 






-j. 'c ~ ■; 



~ "^ I I 'O 

5- ' ^ '5~' < 't 



« =: S 



S - 5l 



." ,= ^ S ,= 

'5 Ç s u ~ 



Î^P .t ,~ 









5 ■^ 






J Q ce U S 



ce 



C- O 



■^ 



525 — 



^ 'Z 's 






^ '- ^'■- 



§^. 



SB > 

^ 't „' « 



<= 'c "S s 



C Ç !2 =0 



^^ 


<u 












u 




"S 




c 










_y 




o 


"3 
S 


'S 
(fi 


(fi' 


3 

8 


te 01 

a z3 




3 


s 




r^. 




O 


u 


r; > 


C_^ 


O 


< 



— 520 



% ' '-^^ ' 



^•- H > 



^' '-^ S 



5 i ~ 






■f. I. 



7^ ^ a2l4.u;g>UOO-!UKUU,K 



:)27 — 



~« "^ ï- :, 



■^ ' > -s. \ 






=: c 



^ Ji ^ 



.Z V o 



< iL. 



528 — 



^ 



2 i=ï, 5^ 



« -s ::S ^ 

'5- -'^ 'Iv §~ 



î s 



i: i «0 



'« «s 

3jj Of) 



„- "^ 






^ 


__5> 


« 


è 


Ss 




'*^ 


s: 




t3 


Î=X1 


:/; 



■^ 






-S.^ « o- 



o 



O. r- 



bc 



'_v 




— 






O 


o 


3 




■j: 


J 


K 



i 3 « 

-; ^^ S 



r)2!) 



t % ':; 



'^ -"^ ":; <; 



<i 


&> 


c: 


^ 


^ 


^ 


u 










'^ 


"e 






■i; 




i 






■^ 






ôl a ■< 



o S -^ = 
.— . ^ /M ^ 



■s j: ç c _2 



= > h- 



.i fcc 



LU £- y. 



-ce 3 •- 

-i < ::: 



53(1 



« ï <: -=; 



~ g" 'c 






S^ fa] - =/; 

ir. 

if. , ^ 



5 — ' c c 

U 3 C K 

::: c ^. s 



y i r.' 

.= c c 

C a; CO 

::: ry^ :2 



^ 



TABLE DES MATIERES 



(liiicj liinn'iifb lie la (^]|(iMiliii- l>rilaiiiiii|iif t 

I. — IJAIDA 7 

(Iraniinaire IT» 

\..ral>iilaii-es 7.S 

Ti-xli-s li'aduit^ ft analysi'S 11'.- 

II. — TsiMMSIllAN 1(>7 

(rraiiiiuaire 17.'« 

ViKaliulaii-es :^(ll 

Ti-Mis traduils el analysés HiT> 

III - KvNA.MiTi 32;J 

Graiiiiiiaii'e. . . .... .i.'i.i 

Vocabulaires ;ir>î> 

Textes Iraduits el analysi-s 'lO^i 

IV. — X.M.IKA ^'il 

Ciraumiaire 'i'»."). 

\ . - l'i.i.NKrr WT, 

fifaiiimaii'i- 'iW* 

Ni.calMilaiiv- MUi- 

VI. — l'aldeaii ((iiiipaialil des langues ci-dessus .">1.'{ 



Im,|. I..VI--(ll.VI-. l'ni.Hl.s. L'. |,l.i,-.' d.- I.i 






§> 






,0 



Uniyersity of Toronto 
Library 



DO NOT 

REMOVE 

THE 

CâRD 

FROM 

THIS 

POCKET 




Acme Library Card Pocket 

Under Pat. "Réf. Index File" 
Made by LIBRARY BUREAU