Skip to main content

Full text of "Bulletin de gographie botanique"

See other formats




"'-■ 







BULLETIN 



DE 



GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



hew okk 

BOT. 
(i 



BULLETIN 



DE 



Géographie Botanique 



ORGANE MENSUEL 



De l'Académie internationale de Botanique 



Tome XXVII 

(ANNÉE 19 i 7) 



« J'ai vu Dieu; j'ai vu son passage et 

< ses traces, et je suis demeuré saisi et 

« muet d'admiration. Gloire, honneur, 

, il;KAKÏ * ,oua 8 e infinie à Celui dont l'invisible 

« bras balance l'univers et en perpétue 

W YORK „ toug , es êtres# 

fiOTANlCAU « Linné » 

ri A KliEN 



LE MANS (Sarthe) 
AU SIÈGE DE LA SOCIÉTÉ 

78, RUE DE FLORE, 78 
1917 



I 



TABLE DES MATIERES 



(Année 1917). 
A 

PAGES 

Affinités entre les Chenopodium album L. et C. amaran- 

ticolor, Coste et Reynier 221 

Anomalies chez le Plantain lancéolé, D r Delaunay 6 

Aperçu sur la Géographie botanique du Globe, H. Lé- 

veillé 89 

Arthonia de la Flore d'Europe (les), H. Olivier 181 

C 

Caractères spécifiques chez les Rubus (les), H. Léveillé. 93 
Catalogue définitif de la Flore de la Mayenne, H. Lé- 
veillé 8, 125 

Catalogue des Plantes de Pékin et du Tché-Li, H. Lé- 
veillé 70 

Carex de France (les), H. Léveillé et C. Blin. ... 161, 23o 

Contribution aux Orchidées de Roumanie, P. Grintescu. 219 

D 

Dispersion du Nartheciwn ossifragum (la), H. Léveillé. 96 

F 

Flore adventice des Nilgiris ou Montagnes Bleues de 

l'Inde (la), H . Léveillé 94 

H 

Hybrides de France (les), H. Léveillé 34 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE H<iTANIU< I 



I 

Sur l'identité spécifique conjecturale des Sisymbriwn 
polyeratutn L., S. runcinatum et S, hirsutum Lag., 
Alk. Reynier 226 

Itinéraire d'une excursion à quelques localités classiques 
de Déséglise, A . Félix 102 

Matériaux pour l'étude du genre Hieracium VI, 

H . Sudre 114 

Nouveautés de Madagascar, H. Léveillé 3 

I» 

Phagnalon du Var et des Bouches-du-Rhône (les), 

D r Marnac et Alf. Reynier io5 

Plantes des environs de Salonique (quelques), H. Lé- 
veillé 97 

X 

Irifolium Charrierii, hybride nouveau, Chan. Coste. . . 1 



6 e Année (4 e Série) N~ 325-326-327 Janv .-Fév.-Mars 1917. 



BULLETIN 



7 



DE 



GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



ORGANE MENSUEL 

de l'Académie Internationale de Botanique 

FONDÉE LE i er DÉCEMBRE 1891 

Jouissant de la Personnalité Civile depuis le 11 Octobre 1901 

(ANNÉE 19 17) 
TOME XXVII 



-^$zr 



A. le Chanoine H. Coste. — Trifolium Charrierii T. inaritimura X pratense. Coste 
(Hybride nouveau). 

4gr H. Léveillé. — Nouveautés de Madagascar. 

) r P. Delaunay. — Double anomalie chez le Plantain lancéclé. 

vlgr H. Léveillé. — Catalogue définitif de la Flore de la Mayenne 

I LE MANS (sarthe) 

AU SIEGE DE LA SOCIÉTÉ 

78, RUE DE FLORE, 78 

19 17 



26 e Année (4 e Série). N° s 325-326-327 Janvier-Mars 1917 

_B T_J LL ETI ]N[ New york 

DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 
Organe mensuel de l'Académie internationale de Botanique 



Nominations. 

Ont été nommés membres de l'Académie au cours de la 
guerre : 

R. P. Costes (Nathanael), professeur au Collège des Pères 
français, à Santiago (Chili), présenté par M. Porter et Mgr Lé- 
veillé. 

Dubouchet (Louis), 40, rue Michelet, Saint-Etienne (Loire), 
présenté par Mgr Léveillé et M. Gentil. 

R. P. Jaffnel (Félix), supérieur du Collège des Pères fran- 
çais, à Valparaiso (Chili), présenté par M. Porter et Mgr Lé- 
veillé. 

Médaille scientifique. 

M. Jean Brèthes, de Buenos-Aires (Argentine), pour l'en- 
semble de ses travaux. 



TRIFOLIUM CHARRIERII T. maritimumxpratense) Coste. 

(HYBRIDE NOUVEAU.) 
par M. le Chanoine H. Coste. 

Dans la famille des Papilionacées, à cause sans doute de la 
disposition particulière de la corolle, les produits hybrides 
paraissent très rares. On en connaît cependant quelques 
exemples fort remarquables : tel le Genista Martinii (G- Scor- 
pius x Villarsii), rencontré en 1909 dans les montagnes de 

Janvier-Mars. 1 



BULLETIN DE GKOOIIAPIIIK B0TAN1QIT. 



l'Hérault, par mon collaborateur M. l'abbé Soulié, et décrit par 
M. Verguin (aujourd'hui lieutenant-colonel), dans le Bulletin 
de la Société botanique de France. 

Dans sa Flore de France M. Rouy décrit deux hybrides du 
genre Trifolium : T. Bertrandi (T. médium X rubens) de la 
Haute-Saône, et T. Ncyrauti (T. médium X montanum) des 
Hautes-Pyrénées. Je viens en publier un troisième récemment 
découvert dans la Loire-Inférieure par mon ami et correspon- 
dant M. J. Charrier, pharmacien à La Châtaigneraie (Vendée). 
Herborisant le 18 mai 1916 aux environs de Savenav, où il 
était mobilisé, il observa dans une prairie couverte de Trifo- 
lium maritimum Huds. et de T. pratense L. une touffe fleurie 
d'un Trèfle singulier, rappelant par son port, ses capitules assez 
petits et ovo'ides-oblongs la première espèce, et la seconde par 
de nombreux caractères. 

Prié de donner mon avis, après un sérieux examen de cette 
plante, je n'hésitai pas à le confirmer dans ses soupçons d'hy- 
bridité, et autorisé par lui à la faire connaître aux amis de 
la Flore, je suis heureux de la dédier à notre vaillant confrère 
qui a depuis suivi à Salonique notre Corps expéditionnaire 
d'Orient. Voici la description du nouvel hybride : 

Plante vivace d'environ 3o cm. de haut, faiblement poilue, à 
tiges ascendantes rameuses; feuilles toutes pétiolées, les infé- 
rieures à folioles ovales, les supérieures à folioles obovales ou 
oblongues en coin, obtuses, non maculées; stipules supérieures 
dilatées, ovales, fortement nervées, rétrécies en pointe fine plus 
courte qu'elles; capitules assez petits (16-20 mm. de long sur 
10-14 mm. de large), ovoides-oblongs, solitaires, les terminaux 
longuement pédoncules et nus à la base, les latéraux plus ou 
moins entourés par les feuilles florales; calice à tube obeo- 
nique, pubescent, à 10 fortes nervures purpurines, à dents 
linéaires sétacées, ciliées de longs poils blancs, inégales, l'infé- 
rieure un peu plus longue que le tube, les autres à peine plus 
courtes que lui; corolles roses, petites, égalant presque ou 
dépassant peu les dents du calice. 

Le T. maritimum Huds. en diffère : par sa racine annuelle, 
ses folioles moins larges, ses stipules toutes étroites, à partie 



BOLLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



libre linéaire, plus longue que la partie soudée; par ses capi- 
tules moins poilus; par le calice blanchâtre, largement campa- 
nule, à dents herbacées, à la fin étalées, lancéolées-acuminées, 
trinervées, l'inférieure égalant le tube, les autres sensiblement 
plus courtes; par la corolle d'un blanc rosé, de moitié plus 
longue que les dents du calice. 

Le T. pratense L. s'en éloigne : par ses folioles plus larges, 
souvent maculées, les supérieures subsessiles; ses stipules 
encore plus dilatées; ses capitules plus gros, subglobuleux ou 
ovoïde?, presque toujours involucrés par les stipules des 
feuilles florales; par le calice à tube ovoïde, à dents linéaires- 
sétacées, l'inférieure une fois plus longue que le tube, les autres 
l'égalant; enfin par la corolle généralement une fois plus longue 
que le calice. 

Habitat. — Loire-Inférieure : Savenay, dans une prairie, au 
milieu des parents présumés. Fleurit en mai. Les fruits son 
inconnus. 



NOUVEAUTES DE MADAGASCAR 

par Mgr H. Léveillé. 

Epilobium Perrieri Lévl. — Très curieuse plante, ayant 
l'aspect de l' Epilobium palustre, dont elle a le système végé- 
tatif et la forme des feuilles. Celles-ci, cependant, sont dentées; 
la base des tiges est rouge, les fleurs d'un rose clair, sont aussi 
grandes que celles de Y Epilobium hirsutum. 

Endroits humides, i.5oom. environ d'Antirabe, n° 6.627. 
Marais, 2.000 m. Ankaratra. Avril 19 14, n° 6.63o [H. Perrier 
de la Bathie). 

Folia et aspectus Epilobii palustris; habitus Epilobii Leveil- 
leani; caules tetragoni elineati; flores magni pulchre rosei; illis 
Epilobii hirsuti non minores. 

Clematis Bathiei Lévl. — Plante remarquable par ses feuilles 
simples, tantôt trilobées, tantôt grossièrement dentées, par sa 
glabrescence, par ses fleurs blanches de la grandeur de celles 



BUI.LET1.N DE GÉOGRAPHIE IlOï ANKjIK 



des renoncules, solitaires au sommet de pédicelles grêles. Les 
inflorescences sont légèrement pubescentes, les styles ne sont 
poilus que dans leurs 2/3 inférieurs. Les filets des etamines 
sont velus. Les inflorescences sont pauvres, 4-0 flores. Le port 

1 celui de C. vital ba, La plante, d'après le collecteur, est véné- 
neuse. Le nom vulgaire est : bahenooraha. Bois 800 m. Août 
[912, Analamazoatra n* 4.916 [H. Perrier de la Bathie). 

Planta subglabra; folia nunc triloba, nunc grosse dentata. 
subtus valide parallèle nervata; inflorescentia valde taxa; 4-6 
flora. Flores albi médiocres; styli partim plumosi, brèves. 

Glematis bi-Perrieri Lévl. — Cette plante dioique est 
toute velue; les feuilles, a cinq folioles, ont celles-ci tomen- 
tueuses en dessous et à nervures parallèles, les folioles sont, en 
outre, entières et cordiformes à leur base. Les fleurs nom- 
breuses et petites, sont disposées en une longue panicule. Les 
sépales sont certainement discolores étroits. Les etamines sont 
nombreuses, anthères très petites au moins 6 fois plus courtes 
que les filets. Les styles sont plumeux jusqu'au stigmate. 
Comme chez la précédente les poils sont blancs. 

Roeailles crétacées des environs de la baie de Bombeloke, 
Mahevanana, juin 1908, n° 4.903 (H. Perrier de la Bathie). 

Planta villosa, imo tomentosa, folia pinnata, bijuga; foliola 
basi cordata ; inflorescentia longissime paniculata; corvmbis 
3-4 floris formata; flores parvi; sepala discoloria angustissima," 
styli breviter plumosi, achœnia ut in praecedenti villosa. 

Nous donnons a cette espèce le nom de bi-Perrieri, parce 
que la clématite précédemment dédiée par nous au savant col- 
lecteur, rentrera probablement dans la synonymie. 

Carex Lebrunei Lévl. nov. sp. [Vignea). — Caespitosa ; 
culmi gracillimi; inflorescentia misera 4-5 flora; utriculi vix 
vel non nervati ; stigmata 3. 

Cette plante est en outre d'un vert gai ; les feuilles plus courtes 
que les chaumes, sont larges de 2 mm.; les bractées florales ne 
sont pas vaginantes; les écailles blanches-scarieuses sont munie s 
au dos d'une nervure verte aristée; les utricules sont verts ellip- 
tiques. C'est seulement la seconde espèce de ce groupe rencon- 
trée jusqu'ici dans notre grande île africaine. 



BULLETIN DE GEOGRAPHIE BOTANIQUE 



Bois humides, i5oo m., Manaskazo, au Nord-Est d'Anka- 
zobe, nov. 1913 [H. Perrier de la Bathié). 

Garex Perrieri Lévl. nov. sp. (Indicae). — Caespitosa; brac_ 
teae anguste vaginantes; spiculae stellatae; squamae violaceae; 
ore utriculi utriculum ipsum aequante. 

Fort belle espèce à aspect d'avoine quant à l'inflorescence; 
chaumes et feuilles d'un beau vert, d'égale longueur; les gaines 
de la souche sont de couleur pourpre; l'inflorescence très lâche 
est composée d'épillets violacés d'un bel effet; les écailles sont 
lancéolées, à nervure verte, acuminées. Elles égalent l'utricule 
sans son bec remarquablement long qui égale le corps de l'utri- 
cule. Celui-ci est trigone elliptique, lisse semble-t-il; le bec est 
bidenté. 

Centre de l'île : mont Tharatanana, silves et cimes à lichens, 
2000-2500 m., déc. 1912-13 (H. Perrier de la Bathie 7429). 

Carex Bathiei Lévl. nov. sp. {Indicae). — Caespitosa; 
culmi 1 o- 1 5 cm. alti, glauci; spiculae stellatae; squamae dorso 
vix carinato viridi-trinerviae; bracteae longissimae longe vagi- 
nantes; utriculus trigonus, glaber, striatus, ore bifido. 

Plante haute de 3o à 40 cm.; chaumes beaucoup plus courts 
que les feuilles; celles-ci glauques; inflorescence peu fournie à 
épillets rappelant ceux du C. stellulata; écailles ovales, brunes 
sur les bords, verdâtre au dos; bractées comme celles du 
C. remota quoique moins divariquées, utricule d'un jaune-ver- 
dâtre contracté en bec bifide. 

Rocailles (gneiss et basaltes) ombragées et humides des bords 
des torrents vers 1000 m., source de l'Andranomalaya dans le 
massif du Trisorutraina, oct. 1908; province centrale de l'Ana- 
balava [H. Perrier de la Bathie, 261 5). 

C. spicato-paniculata C. B. Clarke var. sambiranoensis 
Lévl. var. nov. [Indicae). 

Differt a specie culmis semper i5 cm. longis, foliis multo 
brevioribus, utriculis^glabris. 

Cette variété locale a le port et l'inflorescence de l'espèce pré- 
cédente, mais non les feuilles. 

Lisière des bois, grès liasique, base du massif de Manonga- 



I1ULLETIN HE GHoi. RAPINE IJMTAMQUE 



riva, versant du Sambirano vers 100 m., sept. 1909. Sambi- 
rano [H. Perrier de la Bathie, 2648). 

Carex Valbrayi Lévl. nov. sp. (Indicae). — Bracteae longe 
vaginantes; utriculus parvulus olivaceus, dimidia parte supe- 
riore hirtus, dimidia parte inferiore valide costatus; ore longo 
fere utriculum aequante, integro. 

Plante maigre; chaumes munis à leur base de bractées brunes 
sans limbe ; rhizome grêle ; feuilles larges de 2 mm.; écailles 
lancéolées, brunes, acuminées, égalant Tutricule; celui-ci 
presque sphérique mais terminé en long bec. 

Rocailles des torrents, vers 5oo m.; Masoala, oct. 19 12 
(H. Perrier de la Bathie, 2578). 



Double anomalie 

(Prolifération axillaire et chloranthie) chez Plantago lanceolata Lin. 

Par le D r Paul DELAUNAY. 



Nous avons recueilli, avec M. le D r Jeannel, un pied de 
Plantago lanceolata L., présentant de curieuses anomalies. 

La souche est beaucoup plus fournie que de coutume. De la 
touffe foliaire radicale jaillissent une vingtaine de pédoncules, 
de longueur et de diamètre normaux, terminés par des épis 
monstrueux. 

Tous ces épis, en effet, sont atteints de chloranthie. Chacun 
d'eux est transforme en une sorte de bouquet ou verticille de 
couleur verddtre, formé de folioles linéaires, aiguës, légèrement 
ondulées, et longues de o m oi à o m 025. 

En sus, cinq ou six de ces épis donnent naissance, par proli- 
fération axillaire, à 3-5 pédicellcs grêles, longs de o m o3 à o ra 04, 
et que termine un épi nain, verdâtre, également chloranthique. 

Echantillon récolté le 27 août 1916, sur le talus crayeux d'un 
chemin de terre allant de Davenescourt à Gontoire (Somme), sur 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



la gauche, à 200 mètres en amont de la lisière du bois de la 
cote 100. 

Les pieds voisins de Plantago e'taient tous normaux. 




Nous avons soumis cet échantillon à la compétence de 
M. Lemée, d'Alençon, qui estime que cette malformation, raris- 
sime chez P. lanceolata, « n'est pas l'œuvre d'un parasite acarien 



8 BULLETIN !>E GKOGItAPIIIK ItOTANIQUE 

ou autre, dont on netrouve aucune trace; elle est d'ordre simple- 
ment tératologique, » 

M. Gentil, du Mans, possède dans son herbier un spécimen 
analogue, récolté par M. Clerc, le 2 i mai 1882, aux environsdu 
Gué-de-Maulny, près Le Mans (Sarthe). 

A. de Brcbisson a décrit (Flore de Normandie, 5' édition 
publiée par Morière, Caen, Le Blanc Hardel, 1879. p. 317), un 
cas assez semblable, mais concernant la variété eriophora Hoff. 
et Link. du Plantago laneeolata L. « M. Duhamel, de Camem- 
bert, a rencontré, dit-il, un cas tératologique fort curieux de ce 
Plantago : une hampe longue, au lieu d'être terminée par un 
épi simple, porte une rosette de feuilles à poils blancs à la base 
des pétioles, entremêlées de pédicelles, ayant chacun à leur 
sommet un épi oblong, court. » 



CafbsiloQ"u.e cLéfirLitif 

DE LA 

FLORE DE L_A MAYENNE 

Par Mgr LÉVEILLÉ. 

Voici vingt-deux ans qu'a paru notre Flore de la Mayenne. 
Depuis lors, six suppléments se sont succédé^suivis par des relevés 
annuels des herborisations dans le département. C'est dire que 
la flore est aujourd'hui connue, non pas qu'on ne puisse décou- 
vrir encore des espèces nouvelles pour la Mayenne. On en 
trouvera certainement, mais en petit nombre. L'heure nous 
paraît donc venue de dresser la liste de toutes les espèces ou 
formes notables jusqu'ici signalées dans nos limites. Nous indi- 
quons la rareté de chacune. On pourra y voir que bon nombre 
de plantes réputées rares sont devenues peu communes ou assez 
communes, ce qui indique qu'elles ont été l'objet de multiples 
observations. 

Durant ces vingt années, nous avons perdu plusieurs collabo 
rateurs. Les uns sont morts, d'autres ont quitté le département 



BULLETIN DE GE0GIUPH1E BOTANIQUE 



Parmi les premiers, nous devons mentionner: MM. Bonho- 
met, Chédeau, D r Chevalier, Coilliot, Aug. et L. Crié, Jos. 
Daniel, Estève, Faucon, Lambert, abbé Le Bêle, Magaud, abbés 
Nourry et Nugue, Rousseau, Vaniot. Nous devons saluer parmi 
eux Joseph Daniel, comme ayant excellemment mérité de la 
flore de la Mayenne, par la découverte de plusieurs espèces 
nouvelles. 

Parmi les seconds, MM. Castanet, Chenu, Aug. Chevalier, 
Luc Daniel, Evêque, Geslin, Jouanault, Le Hir, L. Mercier, 
P. Reverchon, Savouré, Trillon, en s'éloignant de la Mayenne, 
nous ont privé d'utiles auxiliaires. Cela est surtout vrai des 
chercheurs perspicaces et heureux que furent MM. Mercier et 
Chenu. 

A propos des défunts, nous sommes en mesure de rectifier le 
nom du R. P. Haeruterecheo, paru en tête de notre i er supplé- 
ment. C'est Hinterœcher qu'il faut lire. 

Doivent, par contre, être ajoutés à la liste de ceux qui ont 
apporté leur pierre à l'édifice : MM. Angibault, J. Barré, Bro- 
chard, Chabrun, Corfec, abbé Coupard, Delaunay, Desnos, 
Foucault, Gerbault, Heuzey, Jardin, Labbé, Marchais, Morin, 
Péan, R. P. Pottier, Rocher père et fils, M me3 Le Vard et 
Levrat. Mettons à l'ordre du jour un jeune : M. Ernest Rocher. 
C'est lui qui, à l'heure présente, a enrichi la Mayenne de plus 
d'espèces nouvelles. Qu'il soit donc à l'honneur, et que son 
exemple soit pour tous un encouragement et un modèle. 

Puisse Mayenne-Sciences continuer l'œuvre de ses devan- 
ciers et parfaire l'étude scientifique complète du départe- 
ment. Il reste à étudier les Characées, les Mousses, les Algues 
et les Lichens. Le champ est vaste et attend les moisson- 
neurs (i). 

Nota: Sont seuls indiqués les inventeurs des espèces. ! Indi- 
que une localité vue par l'auteur ou contrôlée récemment. 



(i) Pour ne pas surcharger ce Catalogue et ne pas faire double emploi 
avec la Géographie botanique de M. Barré, nous ne répétons pas ici, sauf 
pour les espèces, nouvelles, depuis 1800 les noms des collecteurs. 



10 BULLETIN HK GÉOGRAPHIE ItnTAtlIQl'E 

1. NUMÉRATION DES ESPÈCES 
Elenoncalacéeti 

Ranunculus hederaceus L. AC 

— Lenormandi Sch. PC. 

— aquatilis L. C. 

— trichophyllus Chaix. AC. 

— radians Rcvel. PC. 

— fluitans Lamk. RR. La Poôté, dans la rivière (Mon- 
quillon). 

Ranunculus divaricatus Schr. Aron. (H. Lévei lié ei Rousseau); 
Pontniain, Forcé, Evron, Saint-Laurent-des-Mortiers, Grez- 
en-Bouere. 

Ranunculus hololeucos L. RRR. Marcillé : mares des Tuileries 
(Rousseau et Chedeau) ! 

Ranunculus tripartitus DC. R. Deux-Evailles, Bois de Brée 
près l'étang de Mortry, Chàteau-Gontier, Evron, Saint- 
Georges-sur-Erve, Melleray, Meslay. 

Ranunculus Lingua L. R. Grez-en-Bouère : étang de la Gue- 
naudière, Marcillé: le Bois Rouillé, étang de la Bazouge de 
Chemeré, étangs d'Aron, Evron, Melleray, Hardanges, Gra- 
zay : marais du Mortier, Parné : étang des Hairies, Meslay : 
marécage de Pontgaud. 

Ranunculus Flammula L. CCC. 

var. ophioglossoideus Lévl. PC. 

Ranunculus Ficaria L. CCC. 

Ranunculus flabellatus Desf. (chaerophyllos non L.) A R. 
Saint-Denis d'Anjou, Laval: nord de la ville, Daon, Chemeré, 
Epineux-le-Séguin, Louvigné, Bazougers, Saulges, Cossé-en- 
Champagne, Voutré, Ballée : 

Ranunculus sceleratus L. PC. 

— bulbosus L. CC. 

— arvensis L. CC. 

— repens L. CCC. 

— auricomus L. PC. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE il 

Ranunculus parviflorus L. AC. 

— sardous Cr. (philonotis Retz.) G . 

— nemorosus RR. La Chapelle-Rainsouin : bois des 
Vallons (Rocher), Livré : bois entre la Jouanière et le Grand- 
Chauvigny. 

Ranunculus acris L. CCC. 

Clematis vitalba L. AC. 

Clematis viticella L. Echappé de culture. 

Thalictrum rlavum L. PC. 

Anémone nemorosa L. C. 

Caltha palustris L. AC. 

Helleborus foetidus L. PC. 

Helleborus viridis L. PC. 

Isopyrum thalictroideum AR. Voisinage de La Mayenne; de 
l'Ouette, laJouanne, deTAron, du Vicoin et de TErve; Ghemeré. 

Myosurus minimus L. RR. Montsûrs : route de Saint-Ouen- 
des-Vallons et près le Berky [Ern. Rocher et Legeay.) 

Nigella arvensis L. AR. Ghantrigné, Andouillé ! Courcité, 
Saint-Jean-sur-Mayenne, Forcé, Mayenne. 

Delphinium consolida L. R. Laval, Evron, Niort, Louverné, 
Saint-Denis-d'Anjou, Argentré, La Selle-Craonnaise, Forcé. 

Delphinium Ajacis L. Echappé de cultures, Ernée, abondant. 

Aconitum Napellus L. N'existe pas, indigène, dans nos limites. 

Aquilegia vulgaris L. C. 

Nymphéacées. 

Nymphaea alba L. C. 
Nuphar luteum Sm. C. 

Berbéridacées. 

Berberis vulgaris L. AR. Château-Gontier, Grenoux, Azé, 
Laval, Evron, Voutré, Chemeré, Mayenne, Bonchamp, Evron, 
Parné, Meslay, Saint-Georges-Buttavent. 

Papavéracées. 

Papaver Argemone L. AR. Saint-Brice, Laval : route du 
Mans, Thévalles, Chattemoue, Saint-Fraimbault-de-Prières, Le 
Genest, Voutré, Champéon. 



12 BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

Papaver somnilerum L. Echappe Je culture. Port-Brillet, 
Melleray. 

Papaver dubium L. AC. 

— rhaeas L. C. 

Chelidonium majus L. CCC 

Fumarlacéefii 

Corydallis solida Sm. PC. 

— claviculata DC. AR. Bords de la Mayenne, Belgeard: 

bois de Bourgon, Jublains, Hardanges, Bazougers, bords de 
l'Aron, Soucé, bords de la Jouanne, du Quartier, étang de 
Barbe, Laval : coteaux du champ de tir, Chailland, Livré, bords 
de rUudon, de la Colmont, de l'Ouette, Craon. 

Corydallis lutea DC. Echappe de jardins, naturalisé : nainte- 
Suzanne, Laval, Bourgon, Le Bourgneuf, Saint-Dcnis-de-Gas- 
tines, Château-Gomier. 

Corydallis ochroleuca Koch. Echappé de jardins, naturalisé. 

Fumaria caprcolata L. R. Bouère, Méral, Laval, 
var. Bastardi Bor. AC. 
var. Boraei Jord. PC. 

— grammicophylla Lévl. et Parmentier R. 

var. Vaillantii Lois. 

var. parvirlora, Lamk, Mayenne. 
Fumaria micrantha Lag. (densitiora DC.) R. Laval, Mayenne, 
Chemeré. 

Fumaria ofncinalis L. C. 

var. média Coût. AC. 

« :i-n«*iIV'i*es. 

Raphanus raphanistrum L. C. 

— silvestris Lamk. Adventice-Aron (Savouré). 
Cheiranthus Cheiri L. AC 

Brassica cheiranthus Vill. AC 

Sinapis alba L. R. B<»uessay, N'outré, Hardanges, Aron. 

— dissecta L. Aron {S. Savoure*, Adventice. 

— nigra L. PC. 

— arvensis L. C. 



BULLETIN Uli GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 13 

Barbarea vulgaris R. Br. AC. 

— intermedia Bor. AC 

— praecox R. Br. PC. 
Sirymbrium officinale Scop. C. 
Nasturtium officinale R. Br. AC. 

var. siifolium Reich. AR. Ruillé-Froid-Fonds, 
Villiers-Charlemagne, Balle'e, Martigné, Ju- 
blains. 

— amphibiurn R. Br. AC. 

— silvestre R. Br. AC. 

— palustre DC. PC. 

— pyrenaicum Br. RR. Fromentières, bords de la 
Mayenne près La Roche, sur le bord de la grande route de 
Laval à Chàteau-Gontier (Duclaux), Villiers-Charlemagne, 
bord de la Mavenne au-dessous du bois de Gaudrée, Menil : 
presque en face Fourmusson ! 

Cardamine pratensis L. CCC. 

— amara L. R. Bords du Vicoin à Saint-Berthevin ' 
Duclaux), de l'Erve à Saulges, Thorigné, Sainte-Suzanne et 
Voutré, de la Mayenne à Mayenne, à La Haie-Traversaine et à 
Brétignolles, Chemeré, Thévalles, Maubusson, Ernée, Bran- 
ches, Brécé. 

Cardamine impatiens L. PC. 

— hirsuta L. CCC. 

race silvatica Link. PC. 

Hesperis matronalis L. Echappé de culture, Voutré, Mayenne, 
Saint-Ouen-des-Toits, Saint-Georges-Buttavent, Montourtier, 
Averton, Pré-en-Pail. 

Eruca sativa Lamk. Chemeré (J. Daniel), adventice. 

Arabis perfoliata Lamk. PC. 

— thaliana L. CCC. 
Rapistrum rugosum Ber. 

var. Linnaeanum Boiss. et Reut. Aron (S. Sa- 
vouré), Laval, Avesnières. 
Lunaria biennis Mœnch. Echappé de culture. 
Arabis alpina L. Echappé de culture. 

Alyssum calycinum L. RR. Environs de Laval {Brayer-Lan- 
glois). 



14 BULLETIN DE CÉOGRAPHII BOTANIQUE 



Alyssum saxaiile L. Echappé de culture. 

Camelina sativa Fr. R. Saint-Pierre-des-Landes, Saint-Mar- 
tin-du-Limet, Entrammes, environs de Laval, Avesnieres, 
Changé. Aron, Ernée. 

Neslia paniculata Desv. R. Changé (L. Mercier). 

Draba muralis L. PC. 

— verna L. CC 
Senebiera coronopus Poir AC. 
Lepidium campestre R. Br. PC. 

— heterophvllum Benth. AC. (Smithii Hook.). 

— graminifolium L. RR. Craon [Ducloux), Saint-Ber- 
thevin. 

Lepidium ruderale L. RR. Château-Gontier (Duclaux), Saint- 
Berthevin, Laval : voie ferrée et hauteurs de Bootz. 

Lepidium virginicum L. RR. Entrammes, Port-Ringeard 
(L. Mercier), Laval, hauteurs de Bootz, La Chapelle-Craon- 
naise. 
* Lepidium Draba L. RR. Chemeré : champ près Les Tablettes 
(Jos. Daniel), Bannes : la Moineterie, Vaiges : la Croisette, 
Bouére : gare. 

Lepidium sativum L. PC. Echappé de culture. Azé (Desnos). 

Sisymbrium alliaria L. (Alliaria officinalis) Andrz. CC. 

Thlaspi perfoliatum L. RRR. Hardanges (abbé Hachct)\ 
Chemeré : La Cropte. 

Thlaspi arvense L. C. 

Teesdalea Lepidium DC. (Iberis DC.) CC. 

Capsella bursa-pastoris Mœnch. CCC. 
var. gracilis Gren. PC. 
var. rubella Reut. AC 

Iberis amara L. RRR. Chemeré : champs près le bois de la 
Forge (Jos. Daniel)] Saint-Denis-d'Anjou près la Chapelle! 
Couptrain, Saulges. 

Ci»ttt<*ées. 

Helianthemum guttatuin Mill. AC. 

— vulgare Gaertn. R. Argcntre : bords de la Jouanne 
près le Pâli, sur la Grotte aux Fées (Boullier) et four à chaux 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 15 

de la Mouette, Saint-Pierre-sur-Orthe, four à chaux de la 
Boissière. 

Helianthemum umbellatum Mill. Signalé très douteusement 
à Averton : forêt de Pail près La Prisonnière. 

Violacées. 

Viola odorata L. CC. 

— hirta L. C. 

— canina L. AC. 

var. lusitanica Brot. R. Laval : la Croix-Bataille 
(L. Mercier), L'Huisserie, le Bocage, Aron, les 
Rochers, Houssay, Saint-Fraimhault-de-Prières : 
Glaintin, Saint-Aignan-sur-Roë, Montsurs, 
Sainte-Suzanne, 
f. ericetorum Schrad. PC. 
Viola silvestris Lamk. CC. 

race Riviniana Reich. AC. 

f. bicalcarata Lév. Cossé-le- Vivien [H. Léveillé). 
Viola palustris L. R. Pre-en-Pail, Désertines [abbé Letacq, 
Luc. Daniel); Champéon, Fougerolles. Montaudin, Aron, 
Hercé, Levaré, La Dorée, Landivy, Saint-Aubin-Fosse-Lou- 
vain, Brécé. 

Confiné dans l'arrondissement de Mayenne. 
Viola tricolor L. C. 

var. meduanensis Bor. PC. 

Résédacées. 

Reseda luteola L. C. 

— lutea L. AR. Commer, Jublains, Azé, Château- 
Gontier, Bonchamp, Voutré, Montliours, Andouillé, Parné, 
Chemeré, Saulges, Evron, Saint-Pierre-sur-Orthe, Grez-en- 
Bouère, Ernée, Louvigné, Le Genest, Cossé-en-Champagne, 
Argentré,Saint-Ouen-des- Vallons, Saint- Frai m bault-de-Prières, 
Athée, La Chapelle-Anthenaise, Livré, Hambers. 

Reseda Phyteuma L. RRR. Château-Gontier [L. Daniel). 



|6 BULLETIN Dl GÉ0CRAPH1I hnlAMQlB 



E»olyg&lacées. 

Polygala vulgare L. CCÇ. 

race serpillaceum Weihe AC. 
CcuryopbyllacéeSa 

Dianthus armcria L. CC. 

prolifer L. AR. Bazouges, La Bazouge-de-Chemerc, 
Saulges, Laigné, Chàteau-Gonticr, Houssay, Sainte-Suzanne, 
Voutré, Chemerc, Cossé-en-Champagne, Ballée, Thorigné, 
Saint- Pierre-su r-Erve. 

Dianthus caryophyllus L. R. Mayenne (Brayer, Langlois); 
Sainte-Suzanne, Entrammes, Montsurs : Savigny-le-Vieux. 

Saponaria officinalis L. PC. 

— vaccaria L. RR. Saint-Berthevin (D r Lambert); 
Laval. 

Gypsophila muralis L. AR. Château-Gontier [Chédeaû] ; Bon- 
champ, Avesnières, Laval, Jublains, Marcillé, Parigne', Aron, 
Bourg-Nouvel, Mézangers, bois d'Hermet, Melleray, Mayenne, 
La Bazoche-Montpinson, Andouillé, Voutrc. 

Cucubalus baccifer L. AC 

Silène nutans L. PC. 

— gallica L. PC. 

— cucubalus Wibel (inflata Sm.) CCC. 

— armeria L. R. Jublains (abbé Loyson)', Ernée, Saint- 
Mars-sur-la-F'utaie, Montsurs, Livre, Hambers, Bais, Saint- 
Cyr-en-Pail. 

Silène cretica L. Adventice, Change' [Chcna et Mercier). 
Lychnis githago L. (Agrostemma), C. 

— flos-cuculi L. CC. 

— silvestris Schk. (diurna Sibth. AC). 

— dioica L. (vespertina Sibth.), CC. 
coronaria L. Echappé de culture, Laval. 

Bagina nodosa Fenzl. RR. environs de Laval (abbés Loyson 
ci cPArgy ; Pré-en-Pail. 
Sagina procumbens L. C. 

— apetala L. CCC. 

var. filicaulis Jord. Parigne [Chédeau). 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 17 



Spergula arvensis L. CC. 

— pentandra L. PC. 

race Morisonii Bor. Mayenne (Chédeau); Laval : 
champ de tir et Daon. 
Stellaria graminea L. CCC. 

— palustris Ehrh. RR. Prairies de la Chesnaye aux 
environs de Thévalles-lès-Laval (Boullier), dans la haie d'un 
fossé. 

Stellaria holostea L. CC. 

— média Cyr. CCC. 

— uliginosa Murr. PC. 
Cerastium aquaticum L. (Malachium), AC. 
Cerastium semidecandrum L. PC. 

— triviale Link CC. 

— glomeratum Thuill. C. 

— pumilum Curt. PC. 

— brachypetalum Desp. PC. 

— quaternellum Fenzl (erectum Coss. et Germ.). PC. 

— arvense L. R. Laval, chemin d'Argentré {Duclaux, 
Boullier et Le Tissier), Chemeré : Maubusson, Bonchamp : 
champ de la Grande Courteille et champ près l'étang de Barbé, 
Louvigné : entre la Grande Corbinière et la Doyère, Saulges. 

Spergularia rubra Pers. C. 

Polycarpon tetraphyllum L. RR. Château-Gontier, dans les 
rues \Duclaux), Bierné, les Agets-Saint-Brice. 

Alsine tenuifolia Crantz C. 

Arenaria montana L. RRR. Laval, bois de l'Huisserie (Wri- 
te r ce cher). 

Arenaria trinervia L. C. 

— serpillifolia L. CC. 

I-I.ilinarrc». 

Elatine hexandra L. A. R. Méconnu, Château-Gontier 
(Duclaux), Saint-Martin-de-Connée : Orthe, Aron, Mézangers, 
Averton , Chemazé , Saint-Georges-Buttavent , Champéon, 
Alexain, Launay-Villiers. 

Janvier-Mars. 2 



18 [tULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOI ANIQCE 



Liuacées. 

Linum caiharticum L. CC 

— gallicum L. R. Thorigné : au-dessus du village des 
Boutinières (Fournier), Cossé-en-Champagne, environs de la 
Navellière, Chemere, Saint-Laurent-des-Mortiers. 
Linum angustifolium L. PC. 

race usitatissimum L. Echappe de culture. 
Radiola linoidea Roth. AC 

Malvacées. 

Malva moschata L. CC. 

f. acaliculata Lévl. Ambrières {Mercier), La Roc : 
chemin de Brains. 
Malva Alcea L. A rechercher dans le département. La variété' 
fastigiata, signalée à Saint-Samson par M. l'abbé Menu et par 
nous et M. Chenu à Landivy, près Les Orgères. 
Malva silvestris. L. CC. 

— rotundifolia. L. C. 
Althaea officinalis L. PC. 

— hirsuta L. PC. 

A.mi>éli<lî«*éos. 

Vitis vinifera L. PC. Reste d'anciennes cultures. 

Xiliacéea* 

Tilia ulmifolia Scop. (silvestris Dexf.). RR. Averton, forêt de 
Pail, bords du Merdereau (Rommc), Aron, Cossé-en-Cham- 
pagne ! 

Gérauiacée». 

Géranium lucidum L. C. 

— rotundifolium L. CC. 

— Robertianum L. CC. 

race purpureum Vill. PC. 

var. Perraudieri Lévl. Saulges. 

— pyrenaicum L. R. Mayenne, Averton. Courcite, 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 19 

Pré-en-Pail ! Château-Gontier, Saint-Georges-Buttavent, Azé, 
Meslay. 
Géranium striatum L. Sainte-Suzanne iPéari). Adventice. 

— sanguineum L. Marcillé, gare (Laborde), Adventice. 

— molle L. CC. 

— pusillum L. AC. 

— dissectum L. CC. 

— columbinum L. C. 
Erodium cicutarium L'Hérit. CC. 
Oxalis acetosella L. AC. 

— stricta L. AC. 

race corniculata L. PC. 

Rutacées. 

Ruta graveolens L. Echappé de culture. Villiers-Charle- 
magne ! Laval, Andouillé ! Cossé-en-Champagne, Saint-Fort. 

Hypéricacées. 

Androsœmum officinale Ail. PC 

— hircinum Spach. Echappé de culture. Evron! Athée. 
Helodes palustris Spach. AC. 

Hypericum quadrangulum L. AC 

— tetrapterum Fries C. 

— humifusum L. C. 

var. linarfolium^Vahl. PC. 

— pulchrum L. C. 

— perforatum L. CC 

— hirsutum L. AC. 

Sapindacées. 

Acer campestre L. C. 

Célastracées. 

Euonymus europaeus L. AC. 

Rhamnacées. 

Rhamnus frangula L. C. 

— catharticus L. AC 

— alaternus L. Planté. 



20 BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



Dicinacécs. 
Ilex acjuifolium L. C. 

■Légumineuses* 

Colutea arboresccns L. Plante. 
Ulex europaeus L. CCC. 

race nanus Sm. AC. 

race Gallii Planch. RRR. Vallée de Contest (abbé 
Nourry) . 
Genista anglica L. C. 

— tinctoria L. AC. 

— sagittalis L. RRR. Couptrain, bords de la Mayenne 
[Rigault). 

'Genista candicans L. Livré (J. Barré). Adventice. 
Sarothamnus scoparius Wimm CC. 

var. Andreana Puissant. Ernée [Jouannault). 
Genista Scoparia Lamk. 

f. lactea Chenu, La Selle-Craonnaise [Barré). 

— Cytisus Lévl. (Cylisus Laburnum L 
Robinia pseudo-acacia L. 

Ononis vulgaris Rouy [repens L.) CCC. 

var. spinosa L. RR. Saint-Baudelle, près Mayenne 
(abbé Menu). 

Medicago sativa L. CCC. 

— lupulina L. CCC. 

— arabica Ail. [maculata Willd.) C. 

— hispida Gaertn. 

race polycarpa Willd. RR. Saulges [Jos. Daniel), 
Laval, Thévalles, Chemerc. 

Medicago falcata L. RR. Chemeré [Jos. Daniel) l Cossc-en- 
Champagne. 

Medicago minimaGriïf. R. Argentré [Boullier), Saulges, Che- 
meré, C -en-Champagne, Sainte-Suzanne, Thorigné. 

Mehiotus albus Desr. R. La Chapelle-Anthenaise, Laval, 
Saint-Pierre-la-Cour, Saint-Fraimbault-de-Prières, Montsurs : 
La Braconnière, Commer, Voutré. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 21 



Melilotus arvensis Wallr. C. 

— altissimus Thuill. RR. Evron [Houlbert). 

— indicus AU. RR. Mayenne (Reverchon). 
Trifolium patens Schreb. AC. 

— micranthum Viv. (filiforme L.) AC. 

— minus Relh. C. 

— campestre Schreb. (procumbens) C. 

— ochroleucum Huds. AC. 

— subterraneum L. PC. 

— incarnatum L. C. 

— fragiferum L. AC. 

— resupinatum L. R. Laval, Château-Gontier : le 
halage. 

Trifolium médium L. AC. 

— arvense L. AC. 

— pratense L. C. 

— striatum L. PC. 

— scabrum L. R. Laval ; queue de l'étang de Barbé, 
Argentré, Chemeré, Saulges, Origné, Sainte-Suzanne, Thori- 
gné, Ballée. 

Trifolium glomeratum L. R. Azé et route d'Azé à Coudray 
(L. Daniel), Laval, Château-Gontier, Jublains, Saulges, Bon- 
champ, Montsurs, Mézangers. 

Trifolium laevigatum Desf. (strictum W. et K.), R. Laval : 
bord de l'étang de Barbé près la route du Mans (Duclaux), 
Moulav : halage, Brecé, Château-Gontier, Louvigné. 

Trifolium repens L. CCC. race Biasolettuianum Steud. et 
Hochst. 

var. meduanense Mercier et Lévl. RRR. Laval : 

port du quai Paul Boudet et à trois kilomètres 

de la ville, Arquenay : route de Villiers entre 

la gare et le bois de Bergault [L. Mercier), 

Trifolium elegans Savi. AR. Saint-Berthevin, Entrammes, 

Pontmain, Saint-Christophe-du-Luat, Le Genest, Chemeré, 

Saulges, Louverné, Meslay, Château-Gontier. 

Trifolium stellatum L. Changé : fours à chaux (Labbé), Adven- 
tice. 



22 BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

Lotus hispidus Desf. RRR. Cossé-le-Vivien, bord de la route 
de Méral. 

Trigonella ornithopodioidea DC. RRR. La Chapelle-Craon- 
naise : Fouleray (Barre et Péan). 

Lotus uliginosus Schk. CCC. 

— angustissimus L. PC. 

— corniculatus L. CCC. 

Anthyllis vulneraria L. AR. Argentré, Thorigné, Saulges, 
Chemeré, Saint-Christophe, Evron, Loigné, Saint-Fraimbault- 
de-Prières, Saint-Pierre-sur-Orthe, Cossé-en-Champagne, An- 
douillé, Neau, Saint-Pierre-sur-Erve, Chemeré. 

Astragalus glycyphyllus L. PC. 

Ornithopus perpusillus L. AC. 

Hippocrepis comosa L. RR. Argentré, bords de la Jouanne» 
près le Pâli (Boullier) et four à chaux de la Mouette. 

Onobrychis viciifolia Scop. (sativa L.) CC 

Vicia gemella Cr. (tetrasperma Mœnch.) AC. 

— hirsuta Koch. C. 

— Ervilia Willd. RRR. Laval (Duclaux). 

— cracca L. CCC. 

race villosa Roth. R. Laval, Parné. 

race varia Host. RRR. Chemeré : près la Croix, 

Maubusson (Jos. Daniel). 
race tenuifolia Roth. RRR. Mayenne : la Chouanne 

(Chédeau). 

— lutea L. PC. 

— sativa L. C. 

race angustifolia Reichdt. Ail. CC. 

— sepium L. CC 

— pannonica Jacq. 

— Faba L. Echappé de culture. 

Lathyrus macrorhizus Wimm. (Orobus tuberosus L.) CCC. 

— Aphaca L. PC. 

— pratensis L. CC. 

— Nissolia L. PC. 

— hirsutus L. R. Vaiges, Laval, Argentré, Châtres, 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 23 

Saint-Christophe-du-Luat, Ballots, route de la Roë parla forêt, 
Bazouges. 
Lathyrus silvestris L. PC. 

— latifolius L. Echappé de culture. 

— angulatus L. RRR. Cossé-le-Vivien, champs route 
de Me'ral [Duclaux). 

Lathyrus sativus L. AC. 

— cicera L. Echappé de culture. 
Pisum arvense L. Echappé de culture. 

Scorpiurus subvillosus L. RRR. Laval, chemin des Fourches 
[Gendry et Corfec.) 

Rosacées. 

Prunus cerasus L. Cultivé. 

— spinosa L. CC. 

var. fruticans Weihe R. Ernée, Chemeré, Bon- 
champ, Jublains, Saint-Céneré, Sainte-Suzanne, 
Chailland, Mayenne, Pré-en-Pail, Laval. 

— avium L. C. 

— Padus L. R. Sainte-Suzanne, Mayenne, Jublains. 

— Mahaleb L. RR. Chemeré. Echappé de culture 
(Jos. Daniel), Laval. 

Prunus sativus RouyJet Camus. 

race domesticus L. Cultivé. 

race insititia L. Averton (abbé Menu). 
Spiraea Ulmaria L. CC 

— cantoniensis Lour. Planté. Origné, Cigné. 

— hypericifolia L. Echappé de culture, Evron, Châ- 
teau-Gontier. 

Spiraea salicifolia L. Planté. Fougerolles. 

Rubus idaeus L. R. Saint-Georges-Buttavent, Mayenne, bois 
de Sallair (Desportes), bois de Langet, de Bourgon et d'Hermet, 
Pontmain, forêt de Mayenne, Menil, en face Daon, Fougerolles, 
Pontmain. 

Rubus caesius L. C. flore pleno. Andouillé, près le moulin 
de la Forge (J. Barré). 



2i BULLETIN DE GÉOGRAPHIE ItoTANIQUE 



Rubus ulmilolius Schott. C. 

suberectus Anders. Vimarcé (A. Gentil). 

— glandulosus Bell. 

— foliosus W. N. Bouessay. 

— radula W. N. Parné : le Plessis. 

— adscitus Genev. x R- Chedceanus Sudre, Mayenne : 
chemin de la Croix (Chédeau). Forme du suivant. 

Rubus vestitus W. N. Saint-Pierre-sur-Orthe (Gentil . 
Andouillé, bords de l'Ernee en face le moulin de la Forge. 
Rubus Questieri M. et Lef. Bouessay. 

— thvrsoideus Wimm. Mayenne : chemin de la Croix 
(Chédeau). Parné : le Plessis. 

f. Linkianus Ser. Landivy : La Madeleine (Chenu). 
Rubus discolor W. N. 

— silvaticus W. N. Parné: le Plessis. 

— mucronatus Blox. 

— sulcatus Vest. 

— plicatus W. N. 

— BellardiW. N. 

— serpens W. 

— hirtus W. K. 

— hedycarpus Focke Andouillé', en face le moulin de 
la Forge. 

Rubus bifrons Vest. 

CLEF DES RUBUS DE LA MAYENNE. 

( Fruits creux R. idaeus. L. 

1 * j Fruits non creux 2. 

Etaminesmarcescentes après l'anthèse; R. suberectus. 

turions dresses Anders 12. 

2. ( Etamines appliquées sur le fruit après 
l'anthèse ; tiges décombantes, puis 
radicantes '5 . 

Stipules linéaires ou filiformes 4. 

Stipules lancéolées (dilatées en leur 
milieu) sur les tiges de 2 e année... R. c.*:sius. L. 

Des soies et des glandes stipitées se 
confondant avec les acicules R. glandulosus. 

Ni soies, ni glandes ; ou alors très dis- Bell. 14. 

tinctes, des aiguillons 5. 

Î Turions et rameaux très glanduleux. R. radula. W. N. 
Turions et rameaux peu ou pas glan- 
duleux 6. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 25 



6. 



Turions et rameaux glabres ou gla- 

brescents 7 . 

Turions et rameaux densément velus, 

ordinairement glanduleux R. vestitus. W. N. 

Foliole terminale au plus 2 fois plus 
longue que le pétiolule ;~ sépales 

7. { tout à fait réfléchis R. questieri. M. et Lf. 

I Foliole terminale 3 à 4 fois plus lon- 

^ gue que son pétiolule 8. 

Ï Folioles incisées ou grossièrement 
dentées 9. 

Folioles régulièrement dentées en scie. 10 

/ Plante humble ou débile à turions les 

\ uns redressés, les autres rampants. R. tomentosus. Borkh. 

9- i Plante robuste à turions conformes, R. thyrsoidejs. 

feuilles blanches en dessous Wimm(i). 

! Folioles [blanches tcmenteuses en 
dessous • R. discolor W N. 16. 
Non ii- 

(Folioles vertes en dessous, à dents 
médiocres R. silvaticus. W. N. (2). 
Folioles pâles en dessous à dents très 



j fines; la terminale cuspide ; rameaux 



de l'inflorescence en grappe R. mucronatus. Blox(3). 

/ Aiguillons robustes, entièrement corn- 

) primés 

I2 - 1 Aiguillons ténus, subulés ou coniques, R. suberectus Anders. 

f comprimés seulement à leur base.. i3. 

o ( Etamines dépassant les styles R. sulcatus. Vest. 

" t Etamines plus courtes que les styles.. R. plicatus. W. N. 

{ Folioles elliptiques cuspidées R. Bellardii. W. N. 

^' ( Foliolesovalesouoblonguesacuminées i3. 

g \ Inflorescence pâle R. seri-ens. W. 

( Inflorescence à glandes rousses R. hirtus. W. K. 

/' Page inférieure de la feuille à tomen- 

.n \ tum étoile blanc 17. 

i Longs poils, simples dépassant le 

tomentum R. hedycarpus. Focke. 

Turions à angles aigus; sillonnés, 

, \ pruineux R. ulmifolius. Schett. 

'" y La plupart des turions à angles obtus 

non sillonnés R. mirons. Vest. 

(1) Le R. paniculatus Schldt (R. Linkianus Ser.) est une forme à fleurs 
semi-doubles. 

(2) Le R. nemorosus Hayne a les turions couverts à la base d'acicules 
nombreux et subulés et les folioles inégalement serrées. 

(3; Le R. cenomanensis Sudre = R. Briggsii Bloxam forme du mucronatus. 

Geum urbanum L. CC. 

Fragaria vesca L. CC 

— elatior Ehrh. R. Hardanges (abbé Hachet). Laval, 
Ravigny. 

Fragaria collina Ehrh. R. Evron, Saint-Christophe-du- 
Luat ! Livet ! Thorigné, Chemazé. 



26 DULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQI E 

Potentilla Comarum Scop. PC. 

— fragariastrum Ehrh. CCC 

— supina L. RK. Saint-Laurent-des-Mortiers : excava- 
tions tertiaires (L. Daniel), Nuillé-sur-Ouette, ancien étang de 
la Ramée, Chemazé, ancien étang des Roserais. 

Potentilla argentea L. C. 

— anserina L. C 

— tormentilla Neck. CC. 

— procumbens Sihth. PC. 

— reptans L. C. 

— verna L. AC. 

mixta Nolte, Melleray : Malingue [Aug. Chevalier). 
Agrimonia eupatoria L. CC. 

— odorata L. R. Jublains, Mayenne (Chédeau), Port- 
Brillet, Suzanne, Voutré, Mayenne, Parigné, Forcé, Neau, 
Saint-Christophe-du-Luat, Cossé-le-Vivien, Aron. 

Rosa pimpinellifolia L. RRR. Bazouges : les Aunais 
(J. Barre). 

Rosa alba L. Route de Saint-Céneri à Argentrc [Em. 
Rocher). 

Rosa arvensis Huds. AC. 

— canina L. CC. 

race stylaris Gent. C. 

race subcinerea Gentil PC. (stylosa Desv. ex p.) 

— viscaria Rouy. 

race rubiginosa L. PC. 
race micrantha Sm. PC. 
f. permixta Deségl. PC. 

— communis Rouy (sepium L. p. p.) AC. 

— tomentosa Sm. AC. 

var. fœtida Bast. RR. Mayenne, Laval, bois de 
l'Huisserie. 
Rosa canina X provinciales. Chemeré : la Diochére [Jos. 
Daniel). 
Mespilus germanica L. AC. 
Crataegus oxyacanthus L. (monogynus Jacq.) CCC. 

race fœtidus Lévl. {oxyacanthoideus Thuill.) PC. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 27 

Pirus aucuparia Gaertn. AC. 

— torminalis Erh. PC. 

— communis L. AC. 

— Malus L. AC. 

race acerbus DC. AC. 
Alchemilla arvensis L. C. 
Poterium sanguisorba L. C. 

Onothéracées. 

Epilobium angustifolium L. AR. Saint-Georges-Buttavent, 
(Desportes), Mézangers, bois d'Hermet, Marcillé, Azé, Saint- 
Pierre-sur-Orthe, Izé, Ernée, la Dorée, Martigné, Montsurs, 
Andouillé, Olivet, Moulay, Port-Brillet, Hercé, Ahuillé. 

Epilobium parvifîorum Schreb. CC. 

— hirsutum L. C. 

— montanum L. C. 

race lanceolatum Seb. et Mauri C. 
var. Gentilianum Lévl. PC. 

Epilobium palustre L. AR. Aron (Desportes); Grazay, Saint- 
Georges-Buttavent, Champe'on, Sainte-Anne, Lassay, Niort, 
Landivy, La Dorée, Pontmain, Laval, Olivet, Saint-Denis-de- 
Gastine, Saint-Aubin-Fosse-Louvain, Deux-Evailles, Lesbois, 
Marcillé, Alexain, Mézangers, Hambers. 

Epilobium tetragonum L. CC. 

race Gillot Lévl. CCC. 

Epilobium roseum Schreb. PC. 

Onothera communis lévl. R. Château-Gontier (L. Daniel), 
Port-Brillet, Pontmain, Mayenne, Parigné, Averton, Saint- 
Berthevin-la-Tannière, Laval, Chailland, Gorron. 

Ludivigia palustris L. PC. 

Circaea lutetiana L. C. 

Haloragacées. 

Myriophyllum alterniflorum DC. AC. 

— verticillatum L. PC. 

— spicatum L. AC. 



_'S BULLETIN DE GÉOGRAPHIE HOTANIQri 



Hippuris vulgaris L. RR. Aron, marais et ruisseau [de Vil- 
le 1 1 c s [Savouré). 

Trapa natans L. AG. 

f^ytluracées* 

Lythrum Salicaria L. CC. 

— hyssopifolium L. AC 
Peplis portula L. AC. 

Portulacacées. 

Portulaca oleracea L. AC. 
Montia minor Gmel. AC. 

race rivularis Gmel. AC. 

Paronychiacécs. 

Scier anthus annuus L. C. 

— perennis L. PC 
Illecebrum verticillatum L. PC. 
Corrigiola littoralis L. PC. 
Herniaria glabra L. AC 

— hirsuta L. AC 

• 

Crassula rubens L. AC 

Tillaea muscosa L. PC. 

Cotylédon umbilicus L. (Umbilicus pendulinus DC), AC. 

Sempervivam tectorum L. AC 

Sedum Forsterianum Sm. (elegans Lej.), AC 

— rupestre L. (reflexum L. p. p.) PC 

— acre L. C. 

— cepaea L. CC 

— Telephium L. C. 

race Fabaria Koch. R. Brétignolles, Melleray 
[Aug. Chevalier); Mayenne, Saint-Jean-sur- 
Mayenne, Brécé. 



BULLETIN DE GÉOGHAPHIE BOTANIQUE 29 

Sedum stoloniferum Gmel. R. Echappé de culture, Changé 
(L. Mercier); Lesbois! Moulay, Changé, Montflours. 
Sedum album L. AC. 

— anglicum Huds. R. Laval (Duclaux), Voutré, Les 
Çoëvrons (L. Crié); Montigné, Voutré, Bonchamp, Louvigné. 

Sedum villosum L. R. Louvigné, en face la Grande-Corbi- 
nière [J. Barré), Hambers, Saint-Gemmes-le-Robert, Saulges. 

Sedum dasyphyllum L. RR. Avesnières ! Villiers-Charle- 

magne ! Sainte-Suzanne. 

Sedum sexangulare L. RRR. Saint-Pierre-sur-Orthe, Ori- 
gné. 

Saxifragacées. 

Ribes Grossularia L. (uva crispa L). Echappé de culture. 

— rubrum L. AR. Mayenne, Mézangers, bords de 
l'Erve à Saulges, Thorigné et Chemeré, bords de l'Oudon à 
Cossé-le- Vivien et àMéral et de l'Ernée à Ernée, Montourtier, 
forêt de Bourgon. 

Ribes nigrum L. Cultivé. 
Saxifraga granulata L. C. 

— tridactylites L. C. 
Chrysosplenium oppositifolium L. AC. 

Parnassia palustris L. R. Assé-le-Béranger, près le moulin 
de Launay [Houlbert), La Poôté, route de Saint-Léonard. 

Droséracées 

Drosera rotundifolia L. PC. 

— intermedia Hayne PC. 

Ombellïfères. 

Eryngium campestre L. AC 

Bupleurum tenuissimum L. RR. Bords du chemin de Laval 
à Argentré [Boullier), Chemeré, Saulges, Cossé-en-Champagne, 
Saint-Pierre-sur-Erve, Louverné, Ballée, La Bazouge-de-Che- 
meré. 



30 IfUI.LETIN DE Gl OGRAPHIE BOTANIQUE 

Bupleurum rotundifolium L. RR. Chemeré, champs près le 
bois de la Forge (Jos. Daniel), Château-Gontier. 

Bupleurum protractum L. RRR. Épineux-le-Seguin {Jos. 
Daniel). 

Hydrocotyle vulgaris L. C. 

Sanicula europaea L. AC. 

Fœniculum officinale L. PC. 

Apium graveolens L. Echappé de culture, Saint-Pierre-la- 
Cour! Port-Brillet! 

Partinaca sativa L. PC. 

Carum verticillatum L. CC. 

Orlaya grandiflora Hoffm. RR. Argentré, près du pont de la 
Corbinière (Boullier), Thorigné, environs de Saulges, près la 
cave Rochefort, Cossé-en-Champagne, rive droite du Treulon. 

Scandix Pecten L. CCC. 

Dancus Carota L. CC. 

Apium graveolens L. 

Pimpinella magna L. AC. 

— saxifraga L. AC. 
jEgopodium podagraria L. PC. 

Smyrnium olus-atrum L. Echappé de culture, Laval, Châ- 
teau-Gontier, Daon, Craon. 

Silaus flavescens Bernh. 
— pratense Cr. CC. 

Angelica silvestris L. CC. 

Heracleum sphondylium L. CC. 

Selinum carvifolia L. R. Changé : halage bas du coteau de la 
Maison-Neuve (Boullier et Bachelot de la Pilaye)^ Laval, 
Ambrières, Athée : près Maupertuis. 

Tordylium maximum L. AR. Château-Gontier (Duclaux), 
Neau, Voutré. Saint-Christophe-du-Luat, La Chapelle-Anthe- 
naise, Chemeré, Saulges, Laval, Montsurs, Thorigné, En- 
trammes, Evron, Châtres, Sainte-Suzanne, Loigné. 

Torilis hclvetica Gmel C. 

— rubella Mœnch (anthriscus Gmel.) CC. 

— nodosa Gaertn. RR. Chemeré, Saulges {Jos. Daniel), 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 31 

Cossé-en-Champagne, Saint-Denis-d'Anjou, Ballée, Sainte- 
Suzanne. 

Torilis heterophylla Guss. RR. Laval (Duclattx), Saulges, 
Thorigne', Epineux-le-Séguin, Cossé-en-Champagne, Chemeré. 

Caucalis daucoidea L. R. Laval, Saulges (Duclattx), Chemeré, 
Thorigne, Cossé-en-Champagne, Montsurs, Saint-Christophe- 
du-Luat. 

Anthriscus vulgaris Pers. C. 

— Cerefolium Hoffm. 

— silvestris Hoffm. RR. Saint-Georges-Buttavent, Fon- 
taine-Daniel (Coulange), Aron, parc du tissage de caoutchouc. 

Chaerophyllum temulum L. CC. 
Helosciadium nodiflorum Koch. C. 

var. ocreatum DC. PC. 

f. Barreanum Lévl. Bonchamp (Barré). 

race repens Koch. RR. Mayenne (Michelin) 

— inundatum Koch. PC. 
Œnanthe Phellandrium Lamk. AC. 

— fistulosa L. PC. 

— filipenduloidea Thuill. AC. 

— Lachenalii Gmel. 

— média Gris. RR. Saint-Denis-d'Anjou, Daon, Menil, 
Laval. 

Œnanthe crocata L. C. 

Sium angustifolium L. AC. 

Conium maculatum L. C. 

Petreselinum segetum Koch. AR. Pré-en-Pail, Cossé-en- 
Champagne, Chemeré, Saulges, Argentré, Sainte-Suzanne, 
Neau, Saint-Christophe-du-Luat. 

Petroselinum sativum L. 

Myrrhis odorata Scop. Echappé de culture, Ambrières (Chenu), 
Chailland, Saint-Pierre-la-Cour. 

Sison amomum L. C. 

Conopodium denudatum Koch. CC 

jEthusa cynapium L. CC. 

Peucedanum carvifolium L. RR. Saint-Denis-d'Anjou, bords 
de la Sarthe (H. Léveillé). 



3"2 BULLETIN DE GEOGRAPHIE HOTa.MoI i 

\i-;ili:i<*ées. 

Hedera hclix L. CC. 

Cornacéet. 

Cornus sanguinea L. C. 

I .< »i-.-i ii i li:i<*écs. 

Viscum album L. CC. Rare sur Le chêne, l'Huisserie, Saint- 
Germain, Sainte-Suzanne. 

diciii*l>itacéee. 

Bryonia dioica L. C. 

i :i| u-i loi i: m- «'m — . 

Adoxa moschatellina L. AC. 
Lonicera periclymenum L. CC. 

— xylosteum L. Echappé de culture, Mayenne, Che- 
meré. 

Viburnum lantana L. C. 

— Opulus L. AC. 
Sambueus Ebulus L. AC. 

— nigra L. CC. 

Symphoricarpos racemosus Michx. Echappé de culture. 
Houssay, Saint-Christophe-du-Luat, Brée. 

Rublcfecéee* 

Sherardia arvensis L. CC. 
Rubia peregrina L. AC. 
Galium cruciatum Scop. CC. 

— palustre L. C. 

var. débile Desv. PC. 
var. elongatum Lange PC. 

(A suivre). 



Le Secrétaire perpétuel, Gérant du h Bulletin »: H. LÉVEILLE 
Le Mans. — Imprimerie Monnoyer. — i < . r y . 



/ 
V An'Nêr (4 Sf.rie) N° jubilaire 328 Mai 1917 



BULLETIN 

DE 

GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



.!>(!• 



ORGANE MENSUEL 

de l'Académie Internationale de Botanique 

FONDÉE LK I er DÉCEMBRE 1891 

louissant de la Personnalité Civile depuis le 11 Octobre 1901 

(ANNÉE 1917) 
TOME XXVI I 



MAI 1892 — MAI 1917 



s * 



LE MANS (Sarthe) 

AU SIÈGE DE LA SOC 

78, rue de Flcre, 78 

1917 



26" Année (4" Série) N" jubilaire 328 Mai 1917 

BULLETIN 

DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 
Organe mensuel de l'Académie internationale de Botanique 

POURQUOI CE NUMÉRO ? 



Xous avons été très ému de la fidélité, sans aucune 
exception, de tous nos Confrères, et nous avons tenu à 
commémorer, sinon à feter, le vingt-cinquième anniver- 
saire, non de ce recueil (il est passé, car il fut fondé au 
sommet des Montagnes Bleues de l'Inde en aoûl i<Sç)i et 
Le premier numéro parut en octobre 1891), mais de 
l'Académie établie en mai [892. Dieu a daigné la bénir et 
la rendre florissante. Qu'il en soit loué! 

Nous publions donc dans ce numéro spécial deux 
travaux symboliques de ceux qu'a contenus jusqu'ici 
notre Bulletin. L'un sur la ilore française qui sera certai- 
nement le bienvenu et que Ions nous aideront à compléter; 
l'autre sur la Ilore exotique qui aidera à implanter en 
Ghine l'amour et l'étude de la Botanique déjà florissante 
au Japon. 

Des maintenant nous pouvons annoncer qu a la lin de 
la guerre non- apporterons d'importantes moditications 
dans nos publications. 

A tous notre plus cordial merci et rlemnnde 
concours et de recrues pour l'avenir. 

H LÉVhlLL . 

Le Mans, le 12 avril 1917. 



LES HYBRIDES DE FRANCE 

par Mgr H LÉVEILLÉ 



Y a-t-il des hybrides? Oui. Sont-ils nombreux? Non. Les 
connaît-on? Non. Uu certain nombre ont été signalés Les uns 
sont certains. D'autres sont douteux. Beaucoup ne sont pas 
hybrides ; mais il est si facile d'invoquer l'hybridité pour se 
tirer d'affaire. 

Le présent travail donne l'Inventaire des Plantes hybrides de 
France arrêté au 31'décembre 1916. Nous le croyons complet : 
du moins avons-nous essayé de le rendre tel. Fidèle aux idées 
émises jadis, nous désignons les hybrides par la désinence 
indéclinable oiJcs, déclinant au coutraire tous les noms d'espèces 
porteurs de cette désinence, oideus, oa, um. Nous donnons à 
l'hybride un ou deux noms binaires, laissant les autres en 
synonymie. 

A m.ai'ylliclacées 

Narcissus juncifolius Req. 

Linnaeoides = Magneni Rouy. 

— Linnaeanus Rouy, 

poeticoides = Grenieri K. Richter. 
pseudo-narcissoides lobatus Poir. 

— poeticus L. 

Linnaeoides Loreti Rouy. 

— pseudo-narcissus L. 

juncifolioides Buxtoni K Richter. 

Linnaeanoides odorus L. linfundibulum Poir. 

trilobus L, laetus Salisb. 

— poeticoides = incomparabilis Mill. Bernardi DC. ; 

incomparabiliformis Rouy ; juratensis Kouy; abcis- 
sus Rœm. et Sch. Boutignyanus Philippe. 
Nous ne pouvons accepter les nombreux hybrides issus d'une 
espèce et d'une race ou variété d'une autre espèce. Outre que 
cela multiplierait indéfiniment les formes, ces croisements sont 
ordinairement purement hypothétiques. Nous parlons d'expé- 
rience : il n'y a pas d'ordinaire d'hybride identique môme issu 
des mêmes parents. 

I3or , acjiiiacées 

Pulmonaria affinis Jord. 

ioncrifolioi Jes -- ovalis-Bast. 
Voila une famille dans laquelle on a observé peu d'hybrides. 
Plut au ciel qu'il y en eut beaucoup de telles. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 35 

Caryophyllacées 

Cerastium semidecandrum L. 

pumiloides = Corbieri Levl. 

Dianthus attenuatus Sm. 

monspessulanoides = Richter Rouy et Fouc. 
Requienoides = heterophyllus Rouy et Fouc. 

— Balbisii Ser. 

caryophylloides = Hanryi Burnat. 

— deltoideus L. 

monspessulanoides = subfissus Rouy et Fouc. 
silvaticoides = Loreti Rouy et Fouc. 

— geminiflorus Lois. 

monspessulanoides = Borderi Rouy et Fouc. 

— monspessulanus L. 

neglectoides — Ponsi Rouy et Fouc. 
Requienoides = fallens Timb. 
Seguieroides = saxatilis Fers, 
silvaticoides == arvernensis Rouy et Fouc. 

— neglectus Lois. 

furcatoides — Lisae Burnat. 

— Seguieri Vill. 

monspessulanoides ; varians Rouy et Fouc. 

— serratus Lap. 

monspessulanoides : = digeneus Rouy et Fouc. 
— silvaticus Hoppe, 

deltoides = Lamyi Rouy et Fouc. 

— superbus L. 

monspessulanoides = paradoxus Rouy et Fouc. 
Lychnis dioica L. 

silvestroides = dubius Hampe. 

— silvestris Schk. 

dioicoides = intermedius Schm. 
Sagina procumbeus L. 

subulatoides = micrantha Bor. 

Cistacées 

Cistus albidus L. 

crispoides = D< hl> i Mur 
sulvifolioides = alb ne i.-iss G lu 
— crispus L. 

albidoides= pulverulentus Pourr. 
salvifolioides = novus Rouy et Fouc. 



36 BULLETIN DR GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



Gistus ladaniferus L. 

monspeliensioides - Loreti Rouy et Four. 

— laurifolius L. 

monspeliensioides - glaucus Pourr. 
salvifolioides Costei G. Cajn. 

— monspeliensis L. 

ladaniferoides = maculatus Rouy et Four, 
laurifolioides = recognitus Rouy et Fouc. 
populifolioides = nigricans Pourr. 
salvifolioides = llorentinus Lamk. 

— populifolius L. monspeliensioides = longifolius Lanik 

salvifolioides = petiolatus Martr-Don. 

— salvifolius L. 

albidoides — Gautieri Fouc. et Rouy. 
laurifolioides - Pechii Pourr. 
populifolioides corbariensis Pourr. 
L'hybride ternaire? x Ponsi Fouc. et Rouy narbonemsis x 
monspeliensis x salvifolius nous laisse un peu rêveur. 

Helianthemum hirtum Pers. polifolioides majoranifolium DC 
vulgaroides = Chatenieri Rouy et Fouc. 

— polifolium Mil]. 

hirtoides hispidum Dum. 

montanoides monspessulanum Rouy et Fouc. 

vulgaroides sulfureum Willd. 

— vulgare Gaertn. 

hirtoides digeneum Rouv et Fouc. 
polifolioides == ochroleucum Rouy et Fouc. 

Nous ne donnons pas de variétés des hybrides ; elles seraient 
innombrables car les générations d'hybrides ne sont pas identi- 
ques à elles-mêmes. 

MM. Coste et Soulié ont indiqué le Cistus Sahucii Costc et 
Soulié ; Cistus salvifolius x Helianthemum umbellatum. Les 
hybrides bigénériques indiquent que les genres sont purement 
artificiels. C'est ici le cas. Les genres devraient reposer sur la 
morphologie du fruit et les espèces sur celle de la graine. 
Nous en sommes loin. 

Composacées 

Achillea herba rota Ail. 

nanoides Grava Boyer. 
— millefolium L. 

tomentosoides Schneideri Rouv. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTAN'IQUE 37 

Achillea moschata Wulf. 

nanoides — hybrida Gaud. 

— nana L. 

atratoides — Laggerri Sch. 

— odorata L. 

millefolioides pseudo-odorata Rouy. 

Artemisia atrata Lamk. 

canipestroides = insipida Vill. 
multellinoides Perrieri Petitmengin. 

— camphorata Vill, 

canipestroides subsericea Rouy. 

— çhamaemelifolia Vill, 

cainpestroides gapensis Rouy. 

— Mutellina Vill, 

absinthoides Alberti Petitmengin. 

Carduus crispus L. 

nigrescentioides Vill. albescens Rouy. 
nutantioides = dubius Balb. 

— nutans L. 

acanthoides = orthocephalus Wallr. 

crisDoides Stançni Bueck. 

medioides Loreti Rouy. 

monspessulanoides = Borderi Rouy. 

nigrescentioides = nutantiformis Shuttlew (Lesurinus 

Rouy). 

spinigeroides = Puechii Coste. 

tenuifloroides = mixtus Corbière. 

— personatus Jacq. 

crispoides = personatiformis Rouy. 
défloratoides = Michaleti Beck. 
nutantioides = Grenieri Sch. 

— tenuiflorus Curt. pycnocephaloides - Therioti Rouy. 

On a signalé comme hybrides bigénériques : 

Carduus nutans x Cirsium lanceolatum = Carduus cirsiophilus 
Arv. Touv. (Carduus parisiensis Cam.) et l'hybride 
inverse == Cirsium carduophilum Arv. Touv. 

— Carduus personatus x Cirsium heterophyllum = Carduus 

Khekii Petitmensfin. 
L'aspect des genres Carduus et Cirsium est le même. L'aigrette 
plumeuse et non simple différencie le second. Grosses mais 
fécondes conséquences si on faisait tomber cette barrière ! 

Garlina acanthifolia Ail. 

acaulioides - Vayredae Gaut. 



38 BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



Centaurea aspera L. 

calcitrapoides Chaixiana Rouy. 
paniculatoides = Serrcsïi Rouy. 
solstitialoides Fabrei Bonnet. 

— Calcitrapa L 

asperoides = Pouzini DC. 
maculosoides Souliei Coste. 
paniculatoides = Legrandi Rouy. 
pectinatoides = arisitensis Coste et Scnnen. 
variabilioidcs = jaceiformis Rouy. 

— collina L. 

scabiosoides = silvatica E 3 ourr. 

— paniculata L. 

calcitrapoides . — , adulterina Moretti. 
intybaceoides = Donatiana Sennen. 
variabilioides = ligerina F ranch v Cardanica Rouy). 

— solstitialis L. 

asperoides - druentica Rouy. 

— ■ variabilis Lévl . 

calcitrapoides ■■- Nouelii Franch. 

nervosoides - Perrieri Rouy. 

pectinatoides = corbariensis Sennen (Guichardi 

Coste et Soulié ; vivariensis Révol). 

solstitialoides = mutabilis St Ain. 

Girsium acaule Scop. 

anglicoides == Babingtonii Rouy. 
erisithaloides = tiroliense Treuinf. 
arvensioides médium Ail. 
spinosissimoides = fissibracteatum Peterm. 

— anglicum Link. 

acauloides = Woodwardii Wats. 
monspessulanoides = arisitense Coste et Soulié. 
palustroides — spurium Delastre. 

— eriophorum Scop. 

arvensoides u= Senneni Rouy. 

— Erisithales Scop. 

acauloides = Michaleti Rouy. 

— ijlabrum DC 

monspessulanoides = Gayi Rouv. 

— heterophyllum Ail. 

acauloides = alpestre N;eg. 
montanoides -= montaniforme Rouy. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 39 

Girsium lanceo latum Hill. 

acauloides = sabaudum Lœhr. 
arvensoides csepeliense Borbas. 
echinatoides = narbonense Rouy. 
eriophoroides = grandiflorum Kittel. 
ferocioides = Reyi Rouy. 
palusiroiles = subspinuligerum Peterm. 

— monspcssulanum Ail. 

palustroides = Borderi Rouy. 

— montanum Spreng. 

heterophylloides = bifrons Arv. T. 
spinofsisimoides = Thureti Burnat. 

— oleraceum Scop. 

acauloides — rigens Wallr. 
anglicoides = inermis Rchb. 
arvensoides = sessile Peterm. 
eFisithaloides = Candolleanum Naeg. 
rivularoides = erucagineum DC. 

— palustre Scop. 

acauloides Kirschlegeri Sch. 
anglicoides = semi decurrens Richt. 
erisithaloides = Haussmanni Rouy. 
lanceolatoides = Bipontinum Sch. 
oleraceoides = hybridum Koch. 
rivularoides — subalpinum Gaud. 

— rivulare Link. 

monspessulanoides = bigerriense Rouy. 

— spinosissimum Scop. 

heterophylloides = Corvini Koch. 
oleraceoides = Thomasii Naeg. 

Crépis praemorsa Tausch x Hieracium murorum L. Nous 
paraît singulièrement douteux. = Crépis Garnieri ; 
Petitmengin. 

Filago arvensis L. 

germanicoides = subspicata Bor (Lamottci Le Grand), 
niinimoides = média Gagnep. 

— germanica 1^. 

arvensoides = mixta rloluby. 

II ierac ium 

Des hybrides chez les Hieracia comme si les espèces n'étaient 
pas assez difficiles à reconnaître ! Evidemment, beaucoup de 
ces hybrides sont problématiques; ils ne sont pas aussi nom- 



40 BULLETIN DE GÈOGKAl'HIK lioTANKjrK 

br^ux qu'on a cherché à le faire croire. Ils nous ont d'ailleurs 
fourni une éclatante confirmation de notre classification des 
Hieracia parue dans notre Dictionnaire invent or ici de la Flore 
française. 

— amplexicaule L. 

errinthoides - Salvatorum A. -T. et Gaul salvi- 

folium A. -T. et Gaut ; Aymericianum A -T.; Ber- 

nardi Rouy.) 

Jordanianoides adenophorum Scheele (ucenicum 

A -T. cordatum Scheele.) 

Sudreanoides = Lazergesii Jeanb et Timbal. 

tomentosoides == pedemontanum Burn et Gremli 

(spelaeum A. -T. ; Ravaudi A. -T. ; Shuttlewoithia- 

num Rouy.) 

variabiiioides = pulmonarioides Vill. (delphinale 

A -T. ; Blanci Serres ; Garidelianum A. T. et 

Gaut. urticaceum A.-T et Rav.; rupigerium A. -T.) 

— Arvet Touvetianum Lévl. 

Sudreanoides — Sauzei A -T. 

— aurantiacum L. 

auriculoides = pyrrhanthes N. et P. (nervisetorum 

Huter.) 

cymosoides = aurantiacoideum A.-T. 

— Auricula L. 

Arvet Touvetianoides ^= Verguini Lévl. 

aurantiocoides = fuscum Vill. 

cymosoides = sciadopliorum N. et P. (Smithii; 

A.-T.; corymbuliferum A.-T.) 

Piloselloides = auriculiforme Fr. 

— Jordanianum Lévl. 

cerinthoides - Loreti Fr. (pseudo sericeum Rouy ; 
Gavarnianum Rouy.) 

— pandunforme Lévl. 

glaucoides = isatidifolium A.-T. 

Sudreanoides — meianotrichum Reut. 

umbellatoides = praecelsum Ravaud (constrictum 

A.-T.) 

variabiiioides brumale A.-T. 

— PilosellaL., 

Arvet-Touvetianoides -= Lavergnci Lévl. 
aurantiacoides = fuciflorum A.-T. (biflorum A . -T.) 
auriculoides = Schultesii Sch. 
cerinthoiiles : bellidioides A.-T. et Gaut. 
rvmosoides angustifolium Moppe (Faun ; A.- I . ; 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 41 

sDurium Chaix ; hybridum Chaix. Lautareticum 
Rouv ; brachiatum Bertol ; pedunculatum Wallr.; 
fallacinum Sch florentinoidum A. -T.) 

— Sudreanum Lévl. 

variabilioides orthoglossum A. -T. et Gaut. 

— tomentosum Ail. 

amplexicauloides — thapsoideum A -T. 
Arvet-Touvetianoides = Pamphili A. -T. 
cerinthoides = Chaboissaei A. -T. (Fuxianum 
Rouy ; axaticum A -T. et Gaut.) 
lanceolatoides == menthifolium A. T. 
panduriformoides = melandryifolium A -T. (lan 
sicum A. -T. et Rav. ; Thapsifolium A. -T.) 
piloselloides pteropogon A. -T. 
variabilioides Liottardi Vill (oligocephalum 

A. -T.; Kochianum Jord.; crispatum Jord. ; pseudo- 
lanatum A. -T. ; leiopogon Gren. ; lanatellum 
A. -T.; lychnioides A. -T.; cephalotes A. -T.; pic- 
tum Schl.; Seuseanum A. -T.; œnochroum Jord ; 
gnaphalodes A. -T.; pellitum Fr.) 

— variabile Lèvl. 

amplexicauloides - Reichenbachii Verlot. 
Arvet Touvetianoides = dentatum Iloppe (cryp- 
ta de nu m A.-T.); 
cerinthoides = Conillii Lévl. 

Jordanianoides == Huetii Timbal (galbense Rouy. 
tomentosoides = Reboudianum A.-T. (gratiano- 
politanum Rouy ?) 

Sont des métis les H. densicapillum N. et P. scle- 
rotrichum A.-T.; praetensum A.-T. et Briq.; vi- 
duatum A.-T.; mespiliiolium A.-T.; squalidum 
A.-T.; heterodon A.-T. 

Inula hirta L. 

salicinoides = rigida Doell. 

— salicina L. 

Hallerioides — semiamplexicaulis Reut. 

Lappa major Gaertn, 

minoroides = subracemosa Simonkai. 
tomentosoides = ambi^na Celak. 

— minor D C. 

tomentosoides == mixta Simonkai. 

— tomentosa Lamk, 

minoroides = Bretoni Rou\-. 



42 BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



Leontodon montai) us Lamk, 

autumnaloides = Lannesii Rouy. 
pyrenaicoidec Joufïroyi Rouy. 

Petasites albus Gaertn. 

niveoides - Lorezianus Bruëgg, 
officinaloides == sabaudus Beauverd. 
— niveus Baumcr, 

officinaloides aipcstris Bruegg. 

Senecio alpinus Scop, 

Jacobaeoides = Reisachii Gremblich. 

— Fuchsii Grael. 

cacaliasteroides = Lamottei Rouy. 

— incanus L. 

unifloroides = Laggeri Sch 

— Jacobaea L. 

cinerarioides = telonense Albert. 

— leucophyllus D C. 

adonidifolioides = mirabilis Rouy. 

Tragopogon major Jacq. 

crocifolioides = Lacaitae Rouv. 

Conifères 

Pinus halepensis Mill. 

pinasteroides = Saportac Rouy. 

Crassulacées 

Sedum altissimum Poir. 

rupestroides = luteolum Chaboisseau. 
Sempervivum arachnoideum L. 

Candollcoides = barbulatum Schott. 

tectoroides = rubcllum Timb (villosulum Rouv et 

Cam.) 

— Candollei Rouv et Cam. 

arachneoides fîrnbiiatum Schn. et Lehm. 

— tectorum L. 

arachnoides Pomeli Lamt. i Fontanac Briigg.; pseudo- 
arachnoideum Lamt. ; piliferum Jord. ; Lautaretirum 
Lamt. Oliveri Gaut.) 
Candollcoides = Verloti Lamt. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 43 

Cruciacées 

Gardamine amara L. 

hirsutoides = Kerkii Kerner. 

— latifolia Vahl. 

pralensoides ± = undulata Laramb. 

— pratenns L. 

latifolioides = Larambergiana Rouy et Fouc. 

Dentaria digitata L. 

pinnatoides = digenea Gremli. 

— pinnata Lamk. 

digitatoides = Rapini Rouy et Fouc. 

Iberis amara L. 

intermedioides = Bretonii Petitmengin. 
Nasturtium amphibium R. Br. 
paiustroides = erythrocaule Borb. 
silvestroides = terrestre Celak. 

— palustre R Br. 

silvestroides — - brachystylum Wallr. 

— silvestre R Br. 

amphibioides = anceps DC (barbarum Borbas ; Hyi 

Fouc. et Rouy). 

paiustroides = Gerardi Fouc. et Rouy (Mairei Rouy 

et Fouc. 

pyrenaicoides = procerum Hv. 

Cupulifères 

Alnus glulinosa Gaertn. 

incanoides = hybrida A. Br. 
Betula nana, 

pubescenlioides = intermedia Thomas. 

Quercus coccifera L. 

ilexoides — Auzandi G-G. 

— Ilex L. 

cocciferoides — aquifolia Trabut. 

— lanuginosa Thuill. 

Tozoides = firmurensis Hy. 

— pedunculata Ehrh. 

lanuginosoides = semilanuginosa Borb. 
sessilioides = intermedia Boenningh. 
Tozoides = andegavensis Hy. 



44 LLET1N DK GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



Quercus se-silis Ehrh. 

Tozoides = Trabuti ny. 
— subcr L. 

Ilcxoides _ Morisii Borzi. 

Cypéracées 

Carex brizoidea L. 

remotoides = Olimullcriana Lang. 

— canescens L. 

dioicoides = microstachya Ehrh. 
paniculatoides = ludibunda Gav. 

— contigua Hoppe, 

remotoides = pseudo axillaris Richt. 

— dioica L. 

stellulatoides Gaudiniana Guthnick. 

— clistans L. 

flavoides = luteola Sendtner. 
glaucoides = Alberti Levl. 
Hosteanoides — Muelleriana Sch. 

— elata Ail. 

llaccoidcs = Le Grandiana Levl. et Lanib. 
fuscoides = pseudo-turfosa Levl. 

— elongata L. 

paniculatoides = Fiissii Simonkai. 

— extensa Good. 

flavoides = Valbravi Levl. 

— flacca Schreb. 

hispidoides = Chatenieri Levl. 
lasiocarpoides = Labbei Lévl. 
paniceoides = Barrei Lévl. 
tomentosoides = Daniclis Levl. 

— llava L. 

Hosteanoides r_r xanthocarpa Degland 
punctatoides = adultérina Chenevard. 

— fœtida Ail. 

brunnescentioides = microstyla Gay. 
lagopinoides __ Kukenthalii Dorflcr. 

— fusca Ail. 

elatoides . tuifosa Fr. 

— gracilis Curt. 

paludosoides = auroniensis Lamb. 
elatoides = stagnai is Lamb. 

— hirta L. 

lasiocarpoides = Mercieri Levl. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 45 

Carex Hosteana DC. 

distantioides — Bouvieri Lévl. 
flavoides = fulva Good. 

— inflata Huds. 

vesicarioides = Pannewitziana Figert. 

— paludosa Good. 

elatoides = Felixii Lamb. 
lasiocarpoides = Larminati Lévl. 

— panicea L. 

Hosteanoides = Clairei Lévl. 

— paniculata L. 

elongatoides = Corbieri Lévl. 
remotoides = Bœnninghauseniana Weihe. 

— paradoxa Willd. 

diandroides = limnogena Appel, 
paniculatoides = solstitialis Figert. 

— remota L. 

vulpinoides = axillaris Good. 

— riparia Curt. 

distantioides = Loreti Rouy. 
paludosoides = Lambertiana Lévl. 
inflatoides = Beckmanniana F'igert. 
lasiocarpoides = evoluta Hartman. 

— silvatica Huds. 

strigosoides = strigosula Chatenier. 

— vesicaria L. 

riparioides — Gentiliana Levl. 
Scirpus lacustris L. 

triquetroides = carinatus Sm. 
Schœnus ferrugineus L. 

nigricantioides = intcrmedius Celak. 



■&■ 



Croséracées 

Drosera rotundifoîia L. 

intermedioide? = Beleziana G. Camus. 

JbZ cjuisé ta. c é e s 

Equisetum arvense L. 

limosoides = littorale Kuhlew. 

Ericacées 

Erica ciliaris L. 

tetralixoides = Watsoni DC. 



46 BULLETIN DE CKOGRAPHIE BOTANIQUE 

Rhododendron ferrugineum L. 

hirsutoides - intermedium Tausch. 

Euphorbiacées 

Euphorbia Characias L. 

amygdaloides = Martini Rouy. 

Mercurialis tomentosa L. 

annuoides = Bichei Magn. 

JFilicinacées 

Aspidium aculeatum Sw. 

lonchitoides = illyiicum Borb. 

Les A. Bicknellïi Christ et Luersseni Dorfler sont des métis. 

Aspidium fragile Sw. 

Triehomanoides (Asplenium) = A Blindi Par- 
mentier. 

Asplenium adiantum-nigrum L. 

septentrionaloides = paradoxum Beauv. 
Triehomanoides = dolosum Milde. 

— lanccolatum Huds. 

septentrionaloides = Costei de Litardière. 
Triehomanoides = Pagesi de Litardière. 

— Ruta-Muraria L. 

septentrionaloides = Murbeckii Dorfler. 

— septentrionale Hoflm. 

adiantonigroides = Souchei de Litardière. 
Triehomanoides == germanicum Weiss (Hansii Asch.) 

— Trichomanes L. 

lanceolatoides = corbarienne Rouy. 
septentrionaloides = Heufleri Reich (Baumgarteneni 
Dorfler) 

Dryopteris cristala A. Gray. 

spinulosoides = uliginosa Rouy. 

— fïlix-mas Schott 

spinulosoides = remota A. Br. ( Borbasii de Lit.) 

Gentianacées 

Gentiana bavarira L. 

vernoides = Favrati Ritt. 

— campestris L. 

germanicoides = chlorifolia Nées. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 47 

Gentiana lutea L. 

Burserioides — Mareailhouana Rouy (média AT.) 
purpureoides = hybridaSchleich(purpurascensGris.) 
punctatoides = Dorfleri Ronning. 
puuctata L. 

Burserioides — Grisebachiana Rouy 
luteoidesz= Thomasii Giliaboz. 

— purpurea L. 

luteoides = Hegetschweileri Ronninger. 

Globulariacées 

Globularia cordifolia L. 

nudicauloides = fuxeensis Giraudias 
vulgaroides = Galissieri Giraudias. 

Grraiïiinacées 

Agropyrum junceum PB. 

caesioides = acutum Rœm. et Sch. (acutiforme 
Rouy. 

— pycnanthoides = Duvalii Rouy. 
Il faut y joindre le curieux hybride : 

Agropyrum elongatum x Hordeum maritimum : A. Rouxi 
Gren. et Duv J. 

Alopecurus geniculatus L. 

pratensoides = hybridus Wimm. 

Calamagrostis arundinacea Roth 

epigeioides = subulata Dum. 

— epigeios Roth. 

littoreoides = Wirtgeniana Haussk. 

Festuca pratensis Muds x Lolium italicum Braun = Festuca 
Braunii Rouy. 
— pratensis Huds x Lolium perenne L = Festuca adscen- 

dens Retz. 
Bien curieuses combinaisons ?? 

Hordeum maritimum With. 

secalinoides = Pavini Préaubert. 

Polypogon monspeliensis Desf. x Agrostis alba L. = P. litto- 
rale Sm. 

Setaria veiticillata PB. 

viridoides = ambigua Guss. 





48 BULLETIN I>K GÉOGRAPHIE BO I AMOUR 



Spartina : îricta Kotli. 

altcrnifloroidcs Neyrauti Fouc. 

— alterniflora Lois 

strictoidcs »* Towsendi Groves. 

Triticum sativum Lamk . Kgilops ovata L = T. Requieni 
Ce?. T. ( îrenieri Richt.) 

— salivum Lamk x /Egilops triuneialis L. = T. Loreti 

Richt. 

Uypéricacées 

Hypericum perforatum I 

acutoides = médium l'eterm. 

— quadrangulum L. acutoides = commutatum Nolte. 

Joncacées 

Juncus alpinus L. 

lampocarpoides = Buchenaui Briq. 

— anceps Laharpe 

lampocarpoides = Murbcckii Sagorski (Livetianus 

Lévl) 

silvaticoides = Valbrayi Lévl. 

— communis E. Aley. 

inflexoides = difïusus Hoppe. 

Lu2ula erecta Desv. 

campestroides = Chaberti Rouy 

Labiacées 

Brunella grandiflora Jacq. 

vulgaroides = spuria Stapf. 

— hastifolia Brot. 

vulgaroides = Coutinhoi Rouy 

— vuigaris L. grandifloroides = bicolor Beck 

hastifolioides = Giraudiasii Coste et Soulié. 
Le B. hy brida Knaf est un métis. 

Galeopsis dubia Leers 

Tctrahitoides = elegans Bor. 

— Ladanum L. 

dubioide s Wirtgeni Ludwig. 

Lamium album L. 

maculatoides = holsaticum Prahl. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 4g 



Lavandula officinalis 

latifolioides = Burnati Briq. 

Mentha aquatica L. 

arvensoides — verticillataL. 

silvestroides = pipenta Huds. (dumetorum Sch.) 

— arvensis L. 

rotundifolioides = stachyoidea Host. 
silvestrioides = gentilis L. 

— rotundifolia L. 

aquaticoides = canescens Rolh. 

silvestrioides = alopecuroidea Hull (Timbali Rouy.) 

— silvestris L. 

aquaticoides == Langii Steud. 

rotundifolioides = villosa Hads. (amaurophylla Timb.) 

viridioides. 

Hybrides ternaires : ?? aquatica x arvensis x viridis 

= rubra Huds. 

aquatica x rotundifolia x silvestris -== La myi Malin- 

vaud. 
Le x M- Nouletiana Timb. est un métis. 

Scutellaria galericulata L. 

minoroides — Marlrinsii Rouy. 

Stachys germa nica L. 

alpinoides = intermedius Ait. 

— palustris L. 

germanicoides = ambiguus Sm. 

Teucrium Marum L. 

Polioides = corsicum Rouy. 

— Polium Koch. 

chamaedryoides = ruthenense Coste et Sennen. 
pyrenaicoides == Contejeani Giraudias. 

— pyrenaicum L. 

Polioides = Mailhoi Giraudias. 
Sont des métis : arisitense Coste et Sennen ; castrense Ver- 
guin ; corbariense Coste et Sennen ; Guilhoti Fouc. 
Thymus vulgaris L. 

serpilloides == aveyronensis Coste et Soulié. 

Léguminacées 

Astragalus lapponicus Burnat 

Parvopassuoides = Madioti Rouy. 

2 



50 BULLETIN DR GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

Genista Seorpius DC. 

Villarsioides = Martini Verguin et Soulié. 
Medicagx» falcata L. 

sativoides — varia Thomas Martyn. 

Ornithopus compressus L. 

perpusilloidcs = Martini Giraudias. 

Trifolium médium L. 

maritimum Iluds. 
pratensoides = Charrierii Coste. 
montanoides = Neyrauti Rouy 
rubensoides = Bertrandi Rouy. 

Vicia lutea L. 

sativoides = Marchandi Grill . et Rouy. 

Liliacées 

PoJygonatum multiflorum Ail. 

officinaloides = intermedium Bor. 

Malvacées 
Malva intermedia Bor. quels sont les parents? M. Aleea L. x ? 

INaiadacées 

Potamogeton lucens L. 

perfoliatoides == decipiens Nolte. 
— polygonifolius Pourr. 

rufescentioides— spathulatus Schrad. 

Ombellacées 

Ghaerophyllum aureum L. x Anthriscus silvestris iloffm. = 

Loreti Rouy et Lam. 
Sont-ce bien deux genres distincts ? 

EryDgium Bourgati Gouan 

campcstrioides = Chcvalieri Sennen. 

Laserpitium gai lieu m L. 

sileroides — Gaveanum Beauv. 

Œnanthe crocata L. 

Lachenalioides ■=. Boissieui Levl. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 51 



Onothéracées 

Le Circaea alpestris Wallr. est un métis. 

Nous sabrons nos épilobes hybrides comme nous avons réduit 
d'autres hybrides donnant seulement les hybrides d'espèces. 
C'est là le seul moyen pour nos Confrères d'y voir clair et aussi 
de ne pas décourager les débutants. Ceux-ci d'ailleurs ne doi- 
vent pas s'occuper des hybrides. 

Epilobium alpinum (L.) Lévl. 

montanoides = subalgidum Haussk (salicifolium 
Facch. ; Grenieri Rouy et Cam.) 
palustroides = Haynaldianum Haussk. 
roseoides — alpicolum Rouy et Cam. 
tetragonoides = Gerardi Rouy et Cam. 

— hirsutumL. 

parvifloroides = intermedium Rchb. 

— montanum L. 

alpinoides = Sennenianum Lévl ^Narjozii Lévl.) 

palustroides = montaniforme Knaff (udicolum 

Haussk.) 

parvifloroides = limosum Schur 

roseoides = heterocaule Borbas 

tetragonoides = Freynii Celak. 

— palustre L. 

alpinoides = gemmiferum Bor. 
parvifloroides = rivulare Wahl. 
tetragonoides = Schurdstianum Rostk. 

— parviflorum Schreb. 

montanoides = crassicaule Gremli 

palustroides = Simoni Lévl. 

roseoides = persicinum Rchb. 

tetragonoides = palatinum Sch. (Dorflerianum Lévl. 

= raymondiense Lamb.) 

— roseum Schreb. 

parvifloroides = opacum Peterm. 

— tetragonum L. 

alpinoides = arvrrnense Rouy et Cam. 
montanoides == Beckhausii Hauskn. (Le grandianum 
Lamb. ; Charbonnelianum Lévl. ; Martrini Lévl.) 
palustroides = Schmidtianum Rostk. ; Laschianum 
Hausskn. 
parvifloroides = dacicum Borbas (Weissenburgense 
Sch ; Imbaultianum Lamb.) 



52 lîl'I.I.Kl IN ni. GKOGR \PHIE BOl ANIQUE 

roseoides = brachiatumCelak. (Borbasianura Hausskn). 
tngonoides — Uechtritzianum Pax (carthusianorum 
Lévl.) 

— trigonum Schr. 

montanoides = Hugueninii Brtigg. (Nincki Corbicr. 

— roseoides- Mouillelarinei Lévl. 

Sont des métis : Borderianum Haussk. ; semiadnatum Borb. 
Tarni de Laramb. ; intersitum Haussk. 

L' x Onothera Braunii Dœl. est un métis. 

Orcliidacées 

Cephalanthera pallens Rich. 

ensifolioides = salevensis Rouv 

Ophrys antliropophora L. 

— militaroides = Jamaini Rouy 

purpureoides (Orchis) Melsheimeri Rouv 
simioides = Bergeni de Nantcuil. 

— apifera Huds. 

arachnitoides = Albertiana Cam. 
araniferoides = Luizeti Cam. 

— arachnites Lamk. 

apiferoides = insidiosa Duffort: 

bombylifloroides = Rainei Albert et Jahandiez 

scolopaxoides = vicina Durïort. 

— aranifera Huds. 

apiferoides = pseudo-apifera Caldcsio (epeiropliora 

Peter) 

arachnitoides = Aschersonii DC (Chatenieri Rouy) 

Bertolonioides = Saratoi Camus (Barlae Camus) 

fuscoides = pseudofusca Alb. et Cam. (quadriloba 

Rouy. 

scolopaxoides = Nouleti Camus. 

— fusca Link 

scolopaxoides = pseudo spéculum DC. 

— muscifera Huds. 

arachnitoides = Devennensis Rchb 
araniferoides = hybrida Pokorny (Jeanperti Cam). 

— Scolopax Cav. 

araniferoides = IMiilippi Gren. 

— Orchis conopea L. 

bifolioides = Borelii Rouy. 
latifolioides = cornigera Rrlib. 
maculatoides — . Le Grandiana Cam. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 53 

coriophora L. 

latifolioides = Schulzei Hausskn. 

laxifloroides = parvifolius Chaub. (Tirnbali Velen.) 
hircina Crantz. 

simioides = Lacazei Rouy. 
latifolius L. 

laxifloroides = Uechtritzianus Hausskn. (LegueiCam.; 

Kayanus Cam. 

maculatoides = Braunii Halacsy (maculatiformis 

Rouy.) 

Traunsteineroides = Duftii Haussk. (approximatus 

Rouy.) 

laxiflora Lamk. 
conopeoides = Evequei Rouy. 
cordigeroides (Serapias) Rousii Dupuy 
linguoides (Serapias) = complicatus Rouy. 
maculatoides = Valoni Rouy. 

maculata L. 

bifolioides = Chevallieranus Cam. 

conopeoides = Regeliana Rouy. 

laxifloroides = neglectus Cam. 

Traunsteinerioides = ienensis Brand. 
mascula L. 

pallentioides = Lorezianus Briigg. 

militaris L. 

anthropophoroides Ophrys) = spuria Rchb. 

latifloroides = Jeanperti Cam. et Luizet. 

laxifloroides = Bonnieranus Cam. 
Morio L. 

coriophoroides — olidus Bréb. 

laiifolioides = Boudierl Cam. (Arbosti Cam.) 

laxifloroides = alatus Fleury (genevensis Chenevard). 

maculatoides z= neustriacus Ascii. etGraebn. 

masculoides = morioidea Brand. 

purpureoides = Perreti Richt. 

militaroides = Jacquini Godr. 

sambucinoides = Luciae Rover, 
nigra Scop. 

conopeoides = fragrans Saut (Heufleri Kern.) 
papilionacea L. 

cordigeroides (Serapias) — stupratorius J. Briq. 

laxifloroides — Nicodemi Cyr. 

Morioides =. Gennarii Rchb (Bornemanni Asch.) 



54 BULLETIN DE GÉOGRAPHIK BOTANIQUE 

— pyramidalis L. 

conopeoides = gymnadenia Rouy. 
ustulato'nles = Durandi Bréb. 
-- sambucina L. 

bifolioides = Fournieri Royer. 

— simia Lamk. 

militaroidcs = Beyrichij Kern 
])iirpurcoides : - anguslicruris Franck. 

— tridentata Scop. 

militaroides = Canuti Richt. 
ustulatoides = Dietrichianus Bogenhard. 

Serapias cordigera. 

laxifioroides (Orchis) = Nouleti Rouy. 
parvifloroides = Alfredi Briq. 

— hirsuta Lap. 

cordiçeroides = Alberti Cam. 
coriophoroides _z purpurea Doumenjou. 
laxifioroides (Orchis) = Dupuyana Rouy. 
linguoides = Forestieri Rouy. 
parvifloroides = olbia Verguin. 

— Lingua L. 

cordigeroides = ambigua Rouy (meridionalis Cam.) 
hirsutoides = digenea Cam. (Philippi Rouy.) 
laxifioroides = splendens Sudre. 
morioides (Orchis) = capitata Rouy. 
papilionaceoidcs (Orchis) = Barlae Richt. 

Sont des métis : x Ophrys Todaroana Macch ; x Orchis hy- 
brida Rouy ; Lloydianus Rouy ; Aschersonianus Hausskn. ; 
heracleus Verg. L'x O. coriophorus x laxiflora x Morio = 
alatoidea Gadeceau serait un hybride ternaire ? 

J 

Papavéracées 

Corydallis fabacea Fers. 

solidoides = Kirschlegeri Issler. 

Fumaria capreolata L. 

officinaloides = Chevallieri Camus. 

— grammicophylla Lévl et Par m. 

officinaloides = Alberti Fouc. et Rouy. 

Papaver dubium L. 

somniferoides = Godroni Rouy. 

— somniferum L. 

Rhaeoides = Vesionii Rouy. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 55 

Paronychiacées 

Scleranthus annuus L. 

perennoides == intermedius Vittel. 

— perennis L. 

polycarpoides = glaucinus Chatenicr. 

Plombaginacées 

Statice confusa Godr. 

echioides = Companyonis Gren. et Billot. 
Girardianoides = pseudo confusa Rouy. 

— virgata W illd. 

confusoides = ambigua Rouy. 
duriusculoides = Senneni Rouy. 
Le S. abnormis Rouy est un métis. 

Polygonacées 

Polygonum Hydropiper L. 

Lapathifolioides : laxum Rchb. 

mitoides = oleraceum Schur. 

— Lapatlufolium L. 

minoroides = Langeanum Rouy. 

— minus Huds. 

Hydropiperoides = subglandulosum Borb. 

— mite Schr. 

Lapathifolioides — bicolor Borb. 
minoroides = digeneum Rouy. 

— Persicaria L. 

Hydropiperoides = hybridum Chamb. 
Lapathilfolioides = lenticulare Hy. 
minoroides = Braunianum Sch. 
mitoides = condensatum Sch. 
Rumex acutus L. 

maritimoides = Hoschedei Levl. 

— aquaticus L. 

crispoides = similatus Hauskn. 

— conglomeratus L. 

maritimoides = limosus Thuill. 
pulcheroides = Mureti Hausskn. 

— Hydrolapathum Huds. 

obtusifolioides = Weberi Prahl. 

— obtusifolius L. 

sanguineoides = Duftii Hausskn. 



56 BULLETIN Dl GRAPHIE BOTANIQUE 



1-* r*iin\ala.c é e s 

Primula elatior Schreb. 

ofrïcinaloides = média Pctcrm. (bifrons Chaten.) 
vulgaroidcs = digenca Kern. 

— marginata Curr.. 

farinosoides = Bonatii Petitmenein. 

— ofrïcinalis Scop. 

clatioroides = Tommasinii G. G. (pyrenaica Mieg.) 
vulgaroides = brevistyla DC. ^ternovaijia Kern.) 

— vulg.iris Huds. 

officinaloides = hvbrida Gentil. 

W enonculacées 

Anémone coronaria L. 

hortensioides = variata Jord. 

— Halleri Ail. 

alpinoides == Girodi Rouy. 

— horlensis L. 

coronarioides = lepida Jord. 

Ranunculus aconitifolius L. 

pyrenaeoides = lacerus Bell. 
Seguierioides = Faurei Rony et Gain. 

— auricomus L. 

geraniifolioides = aurigeranus Rouy 

— parnassifolius L. 

pyrenaeoides == Luizeti Rouy 

— pyrenaeus L. 

Seguierioides = Yvesii Burnat, 

— Thalictrum 11 ivum L. 

Bauhinioidcs = hybridum Jord. 

— minus I . 

Bauhinioidcs = ambigens Jord. 

Rosacées 

Alchimilla alpina L. 

pentaphylloides cuneata Gaud. 

Crataegus oxyacantha L >, Mespilus. 

germanica M. Lobala Pourr. 
Ges deux genres n'en font probablement qu'un seul. Plu iieurs 

Grataegus asiatiques rappellent le Mespilus. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 57 

Fragaria collina Ehrh. 

vescoides = praestabilis Beck 

— elatior Ehrh. 

vescoides = intermedia Buch. 

Geum montanum L. 

rivaloides = Billietii Gillot 

— pyrenaicum Willd. 

montanoides — tirolense Kern, 
rivaloides = Timbalianum Rouy etCam. 

— rivale L. 

pyrenaicoides = Thomasianum Ser. 

urbanoides = intermedium Ehrh (rubellum C. A. Mey.) 

— silvaticum Pourr. 

urbanoides = cebennense Coste etSoulié 

— urbanum L. 

rivaloides = rubifolium Lej. (umbrosuni Dum.) 

Pirus Aria Ehrh. 

— aucuparioides -=- thuringiaca Fritsch 

Chamaemespiloides ■= ambigua Michalet (sudetica 

Nym.) 
torminaloides = confnsa Gremli 

— Chamaemespilus Ehrh. 

arioides = erubesceus A. Kern, (arioides Michalet.) 

Potentilla argentea L. 

cinereoides ==• Rouyana Lévl 
vernoides *= collina Wibel 

— aurea L. 

frigidoides = Eynensis Rouy etCam. 
salisburorensioides = Huteri Siegfr. 

— grandiflora L. 

frigidoides = Valesiaca Huet 

— heptaphylla Mill. 

salisburgensioides = Mathoneti Jord. 

— procumbens Sibth. 

— reptantioides = mixta Nolte 

— formentilla Neck. 

procumber.tioides =■ fallax Zimmet 
reptantioides =- italica Lehm (Gremlii Zimmet). 

Rosa alpina L. 

caninoides = salaevensis Rap. (anachoretica Schmi- 

dély) 

pimpinelloides = reversa \V. et K. 

mcntosoides = spinulifolia Dematra (Buseri Rouy). 



5S BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

villosoides —■ longicruris Christ 
viscarioides = Iserana Rouy 

— arvensis Huds. 

caninoides = rusticana Desegi. (stylosoformis Rouy, 
Rouyana Duffort. 
viscarioides = adenoclada Hy 

— canina Baker 

sempervirentioides — = bibracteata Bast. 
tomentosoides = Cotteti Pug. 

— gai lira L. 

arvensoides = Polliniana Spreng. (Senneni Rouyi 

— caninoides = polymorpha Levl. Waitziana Tratt. ; 

collina Jacq.; kosiusciana Bess.; Boreykiana Bes>.. 

Timeroy Chabert ; Friedlandnana Bess.; venustula 

Duffort.) 

Jundzdlioides = speciosa Déségl. porrigens Gremli.) 

ruhrifolioides = scopulosa Briq. 

sempervirentioides = Boreauana Béraud. 

— pimpintllifolia L. 

caninoides = hybernica Sm. (areniensis Rouy). 

rubrifolioides = Gaillardi Coste. 

tomentosoides = involuta Sm. (pseudo-involuta 

Rouy.) 

villosoides = hetorogenea Gillot (tephrophylla Gillot i. 

viscarioides = gapensis Gren ibiturigensis Bor. ; cavi- 

niacensis Ozan. ; Anjilloniana Rouy. 

tomentosoides = genevensis Puget(.Marcyana Boulin . 

viscarioides .= subdola Deségl. (silvicola Déségl. et 

Rip.; consanguinea Gren.) 

Les R. Schleicheri Braun, Amiliavensis Coste et 
Sennen, Lamberti Rouy, sont des métis. 

— rubrifolia Vill. 

caninoides = improvisa Duffort. 

— sempervirens L. 

caninoides — conspicua Bor. (brachysepala Rouy.) 
viscarioides = Costei Duffort ( vitupcrabilis Duffort.) 

— tomento?a Sm. 

alpinoides ^= vestita Godet, 
caninoides = alpestris Rapin. 
viicarioides = avrayensis Rouy. 

— viscaria Rouy. 

carinoides =» longicolla Ravaud 

pimpinellifolioides = aveyronensis Coste. (Sagoti 

Rouy.) 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 59 

Les K. praestans Duffort et bigeneris Duffort sont des métis. 

A noter deux hybrides ternaires? 

x R. sabanda Rap. canina x pimpinellifolia x tomentosa. 

x R. Wasserburgensis Kirschleger alpina. x Jur.dziili x to- 
mentosa. 

Que d'hybrides supprimes ! Faut-il le regretter? Dans une 
monographie on peut Cet nous l'avons fait pour les Epilohes) 
donner les hybrides issus d'une espèce avec les races et variétés 
d'une autre espèce ou de celles-ci issues de deux espèces diffé- 
rentes. Dans un travail tel que celui-ci, ce serait le grossir 
inutilement et décourager plus d'un botaniste, car alors où s'ar- 
rêter ? 

Rubus. — Dans ce genre où les espèces européennes ont été 
e mbrouillées et où les hybrides restent fixés comme chez tou- 
tes les plantes à rhizome, on ne saurait distinguer nettement 
ceux-ci tant qu'on ne sera pas fixé sur le nombre et la valeur 
des espèces. Nous y travaillons en concluant des Ronces asia- 
tiques si tranchées à nos ronces européennes si critiques. Il y 
a peu d'espèces, beaucoup d'hybrides et d'innombrables métis. 

Métis : collinus Merc. 

Rubus BellardiW. et N. 

hirtoides — deflexidens Boul. 
— bifrons Vest. 

caesioides = neosudreanus Lévl . 

hirtoides =- podophyllus Muell. (ervthrocaulon Boul.; 

obsectifolius Muell.; aspratilis Muell.; hirtodiscolor 

Harm.) 

pilocarpoides = Boulayanus Lévl. 

tomentosoides = exalbatus Lef. et Muell. 

vestitoides = conspicuus Muell. 

— caesius L. 

hirtoides = Villarsianus Focke. 
idaeoides = Blinii Lévl. 
ulmifolioides = Provosti Gen. 

— hedycarpus Focke. 

cyesioides = Corbieri Lévl. 
Genevieroides = Grenieri Lévl. 
tomentosoides =- chnoophyllus Muell. 
vestitoides Rouyanus Lévl. 

— Kœhleri W. et N. 

Bellardioides ^= Camusianus Lévl. 
hirtoides = Malinvaudi. Lévl. 
macrophyllus W. et X. 



6o BULLI ■" l IN DK GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



sioides roseiflorus Muell. 
Menkioides = neurophanes Boul. et Corn. 
pallidoides — Foucaudi Lévl. 
rhamnifolioides _ orthoacanthus Muell. et Lef. 
Thyrsoideoides ■= bigilloti Lévl. 
tomentosoides — formosus Muell. et Lef. 
ulmifolioides « cavaticaulis Boul. et Gillot. 
vestitoides = obvallatus Boul. et GUI. 
Menkei \V. et N. 
hirtoldes = ternatispinus Muell. 
serpentoides concinnatus Boni, et Luc. 
nitidus \\\ et X. 

serpentioides = Lamberti Lévl. 
Sprengelioides = ambigens Boul. 
thyrsoideus = constrietus Lef. et Muell. 
obscurus Kaltenb. 

raesioides = erythracanthus Muell. et Lef. 
pallidus W. et X. 

caesioides = fruticetorum Muell. et Lef. 
chlorostachyoides = Gérard-Martini Muell. 
foliosoides = serratifolius Muell. et Lef. 
hirtoides = aristicalyx Muell, etc. 
scaberoides =^ cerinistylus Muell. 

serpentioides capitatus Muell. denslfolius l J ierrat ; 
anisortvlus Boul. et I'ierr. ; drymophilus Muell. et 
Lef. 
pilocarpus Gremli 

hirtoides = Bonapartei Lévl. 
plicatus \V. et X. 

caesioides Balfourianus Gen. 
macrophylloides = stenacanthus Lef. et Muell. 
Sprengelioides = inopacatus Muell. et Lef 
sulcatoides canaliculatus Muell. 
villicaulioides nemoralis Muell. 
pyramidalis Kaltenb. 
caesioides — nemorosus Hayne. 
hedycarpoides megalacanthus Muell. et Lef. 
Questieri Lef. et Muell. 
caesioides = Hollandei Gen. 
hedycarpoides = occiduus Boul. et Bouv. 
rhamnifolioides = recticuspis Boul. et Malbr. (bipar- 
titus Boul. et Bouv.) 

ulmifolioides = inuncatus Lef. et Muell. 
thyrsoideus Bouvetianus Lévl. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 6l 

radula Weihe. 

raesioides = diversifolius'Lindl. , etc. 
Kœhlerioides = Lefevrei Lévl. 
vestitoides = splendidus Muell et Lef. 

rhamnifolius W. et N. 

caesioides = macropetalus Muell. et Lef. (psammophi- 
lus Rip.) 

Menkeoides = adenanthus Boul. et Gill. 
serpentioides = morvennicus Gillot. 

rudis W. et N. 

caesioides = implexus Lef. 
foliosoides = eriostachys Muell. et Lef. 
hirtoides — setulosus Muell. et Lef. 
pallidoides == brevithyrsus Boul. et Muell. 
scaberoides = argutifolius Muell. et Lef. 

scaber W. et N. 

caesioides = axilliflorus Lef. et Muell. 

Sehleicheri Weihe. 

hirtoides = congestiflorus Muell. (stenobotrys Boul.) 

serpens Weihe. 

Bellardioides clegans Muell. (polyadenes Boul. et 

Pierrat.) 

caesioides = pseudopsis Greinli. 

hirioides = clinobotrys Muell. (exacutus Muell.) 
Sprengelii Weihe. 

caesioides = Costeanus Lévl. 

foliosoides = coronatus Boul. 

hedycarpoides = : philyrophyllus Lef. et Muell. 

îr.acrophylloides — granulatus Lèf et Muell. 

pallidoides = retrodentatus Muell. et Lef. 

Questierioides rothomagensis Boul. 

thyrsoideus Wimm. 

caesioides =scabrosus Muell., etc. 

tomentosus Borckh. 
caesioides = fasciculatus Muell. 
thyrsoideoides z= collinus Merc. 
vestitoides = bifockeanus Lévl. 

ulmifolius Schott. 
adscitoides = separinus Gen. 
caesioides — Mougeoti Genev. 
Genevieroides = sertifiorus Gen. 
hedycarpoides = Martini Corb. 



62 BULLETIN DE GEOGRAPHIE BOTANIQUE 

tlivsoideoides propinquus Mucll. (stenopotalus Lef. 
et Muell.; rhodobatus Boul. et Mack.) 
tomentosoides andegavensis Focke. 

Nous renonçons à donner les innombrables synony- 
mes. 

vestitoides lùcolor Muell. et Chab. (expansus Lef. 
et Muell.; acutatus Muell. et Lef.) 

— vestitus \V. et N. 

Bellardioides —■ longirulpis Gen. 

caesioides --=z degencr Muell. 

hirtoides = decorus Muell., etc. 

kœlerioides Guffroyi Lévl . 

pallidoides = sericatus Mucll. et Lef. (lasiostachys 

Muell. et Lef.; vestiferus Muell.; polyacanthus Boul. 

serpentioides = Lucandi Boul. et Gill.ireniformis Boul. 

et l'ierr.; lasiocaulon Boul.) 

— villicaulis Kœhl. 

caesioides = \\ r ahlenbergii Arrh. 
foliosoides = Conillii Lévl. 
pallidoides =^ horridicaulis Boul. 

Rubiacées 

Galium arenarium L. X Asperula Cynanchica L. - A. occi- 
dentalis Rouy. 
— Mollugo L. 

arenarioides — Dangeardi Four, et Jouss. (Simoni 
Kouy). 

veroides = ochroleucum Wolf. 
Le x G. fictum Camus est un métis. 

SulioiiiîAoées 

Salix amygdalina L. 

cinereoides = accedens Rouy. 
fragilioides - speciosa Host. 
viminalioicles = multiformis Dœll. 

— arbuscula L. 

caesioides — Trefferi Muter, 
glaucoides = autaretica AT. 

— aurita L. 

hastatoides = I?sleri Rouy. 
repentioides ambigua Ehrh. 
viminalioides _^ fruticosa Dœll. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 63 

Caprea I.. 
auritoides = capreola Kerr. 
cinereoides = Reichardti Kern, 
incanoides = Seringeana Gaud. 
purpureoides = Wimmeriana G. G. 

cinerea L. 

auritoides = multinervis Dœll. 

fragilioides — Barbeyi Gérard. 

hastatoides = Boutignyana A. et E. G. Camus. 

incanoides = hircina Kern. 

nigricantioides == puberula Dœll. 

purpureoides = sordida Kern. 

repentioides = subsericea Dœll. 

viminalioides = holosericea Willd 

daphnoidea Vil!. 

incanoides Reuteri iMoritzi. 

iragilis L. 

alboides = rubens Schr. 

pentandroides tinctoria Sm. 
glauca L. 

grandifolioides = Laggeri Wimm. 

nigricantioides = Amandae Anderss. 
liastata L. 

glaucoides = - devestita A T. 

retusoides == alpigena Kern, 
incana Schr. 

auritoides = oleifolia Vill. 

nigricantioides = Mant/ii Rouy. 

pyrenaicoides = abnormis Rouy. 
pentandra L. 

auritoides = basaltae Coste. 

cinereoides = altobracensis Coste. 
phylicifolia L. 

lapponoides = Gilloti A et E. G. Camus, 
purpurea L. 

auritoides = dichroa Dœll. 

pedicellatoides = Flichei Rouy. 
repeus L. 

purpureoides Doniana Sm. 
viminalis L. 

capreoides = Smithiana Willd. 

purpureoides =s= rubra Huds. 



64 BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



Sapinclacées 

Acer campestre L. 

mon?pcs?ulanoides «= Bornmiillen Borb. 

S>cixifr*£icj£\cées 

par M. le Chanoine Cosrii) 

Saxifraga aizoidea L. 

caesioides patens Gaudin. 

mutatoides = Girtanneri Hruegg. (inclinata Kern , 

Haussmanni Kern., Regelii Kern.) 

— ai/.oon Jacq. 

cotyledonoides = Gaudini Bruegg (Tiinbali Uouy 

et Cam.) 

longifolioidcs = Lhommei Coste et Soulié. 

— ajugifolia Lap. 

aquaticoides _=* capitata Lap (Borderi Rouy et 

Cam.) 

moschatoides ciliaris Lap (Ramondii Luizet et 

Soulié.) 

— arctioidea Lap. 

medioides = luteo-purpurea Lap. (ambigua 1) C.) 

— cotylédon L. 

longifolioidcs _^ superba Rony et Camus. 

— exarata Vill. 

moschatoides = Burnati Luizet, inédit. 
pedemontanoides = Vetteri Burnat, FI. Alp., 
Mar m. 

— fastigiata Luizet. 

lirmatoides = Sennenii Luizet. 
i*eranioides = Man<nnii Luizet et Soulié. 
pubescentioides = chloranthn Luizet, 

— geranioidca L. 

Iratianoides - Lcvcillei Coste et Soulié. 
moschatoides-- Costei Luizet et Soulié. 
moschato-pentadactyloides — miscellanea Luizet 
et Soulié. 

nervosoides = Yvesii Neyrant et Verguin. 
pentadactyloides Lecomtei Luizet et Soulié. 
pubesrentioides . obscura G. (i. Gaulieri Rouy.) 
-f Vayredanoides Cadevallii Luizet et Soulié. 

— Hariotii Luizet. 

Iratianoides Darrieuxii Luizet et Soulié. 
moschatoides = Richterii Luizet et Soulié. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 65 



— hirsuta L. 

umbrosoides = hirsutoformis Rouy et Camus. 

— hypnoidea L. 

Lamotteoides = Desetangsii Luizet et Soulié. 
pedatifîdoides — Souliei Corte (Rouy, XL 400.) 

— intricata Lap. 

Iratianoides = Luizetii Coste et Soulié, inédit. 
moschatoides = baregensis Rouy et Camus. 

— Iratiana Sch. 

moschatoides = Jouffroyi Rouy. 
nervosoides = Wilczekii Verguin et Neyr. 

— moschata Lap. 

nervosoides — = Sudrei Luizet et Soulié. 

+ paniculatoides = aragonensis Coste et Soulié, 

inédit. 

pentadactyloides = Martyi Luizet et Souzié. 

pubescentioides = Jeanpertii Luizet. 

— pentadactylis Lap. 

pubescentioides =. Verguinii Luizet et Soulié. 

Les hybrides, marqués du signe + n'ont pas encore été trouvés 
en France, mais végètent tout près de notre frontière espagnole. 

Saxifraga firmata Luizet =- confusa Luizet olim non Lejeune. 

Saxifraga paniculata Cavan. = corbariensis Timba), espèce 
répandue surtout en Espagne. 

Le S. Maubernuana, mentionné dans notre Floride du Val 
d'Aran, p. 5?, ne me paraît être qu'une variation du S. ajugi- 
folia et doit, jusqu'à nouvel ordre, être considéré comme non 
existant. 



H C0S1E. 



Scrofulariacées 

Digitalis ambigua Murr. 

luteoides = média Roth. 
purpureoides = fulva Lindl. 

— purpurea L. 

luteoides == purpurascens Roth. 

Euphrasia odontitées L. 

— luteoides = ruscinonensis Rouy. 
Linaria striata L. 

vulgaroides — sepium Allimann. 

— vulgaris L. 

— arvensoides — Heribaudi Cam. 

Le x L. confinis Lacroix est un métis. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



Pedicularis Barrelicri Rchb. 

incarnatoides - bibonatii Lévl. 

tuberosoides - alpicola Rouy et Faure. 

— ceniaiaGaud. 

Barrelioroidcs Blanci Rouy et Faure (delphi- 
nata Steining.) 

ijvroflexoides = Gillotiana Rouy et Faure. 
tuberosoides Rouyana Wolf. 
= gyroflexa Vill. 

Barrelieroides = eamberiensis Rouy. 
incarnatoides Mathoneti Bonati. 
tuberosoides Penzigii Steining. 

— incarnata Jacq. 

tuberosoides = Vulpii Solms-Laub. 

— pyrenaica Gay. 

rostratoides — Monnieri Rouy. 
— tuberosa L. 

gyroflexoides = Verloti AT. 

Scrofularia alata. 

nodosoides = Costei Biau. 

Verbascum Blattaria L. 

floccosoides ~ macilentum Franch. 
nigroides — intermedium Rupr. 
phlomoides = Bastardi Rœm. et Sch. 
sinuatoides = geminatum Freyn. 

— Chaixi Vill. 

floccosoides «= camberiense Rouy. 
Lyclmitoides = Lemencianum Rouy. 
montanoides sabaudum Rouy. 

— iloccosum W. et K. 

Blattarioides = furcipilum Franch. 

Chaixioides = fluminense Kern. 

Lychnitioides = ramigerum Link. (euryale Franch.) 

nigroides W'irtgeni Franch. 

phlomoides nothum Koch. (subphlomoideum 

Hausskn.) 

sinuatoides -= hvbridum Brot. 

— Lychnitis FI. 

blattarioides pseudo-blattaria Schl. 
Chaixioides — Favisii Rouv. 
floccosoides Regelianum Wiretg. 
nigroides = Schiedeanum Koch. 
phlomoides 1= heterophlome Franch. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 67 

— maiale DC. 

sinuatoicles = ruscinonense Rouy. 

— nigrum L. 

floccosoides = mixtum Ram. 
Lychnitioides == Guttinianum Rouy. 
phlomoideum = seminigrum Fr. 
Thapsoideum =- collinum Schrad. 

— phlomoideum Fr. 

Blattarioides = pilosum Dœll. (flagriforme Pfund.) 
blattarioideoidf,s = Martini Franch. 
floccosoides = Nouelianum Franch. 
Lychnitioides = denudatum Pfund. 
nigroides = adulterinum Koch. 
Thapsoides = Humnickii Franch. 

— sinualum L. 

Blattarioides .—. Barrandoni, Rouy. 

phlomoides «= Debeauxii Gaut. (subsinuatum 

Rouy.) 

Thapsoides = longeramosum Chaub. 

— Thapsus L. 

Blattaria — pterocaulon Franch. 
blattarioidoides = Lemaitrei Bor. 
Chaixioides — Freynianum Borb. 
floccosoides = Godroni Bor. 

Lychnitioides = spurium Koch (foliosum Franch ; 
dimorphum Franch.) 
maialoides = Larambergaei Rouy. 
nigroides — > semialbum Chaub. 
phlomoides =^ germanum Franch. 
sinuatoides — calyculatum Chaub. 
Veronica chamaedrys L. 

montanoides = Godroni, Rouy. 

Tér»ék>iïit,h.a.cées 

Pistacia Lentiscus L. 

Terebinthoides = Saportae Burnat. 

Typhacées 

Typha angustifolia L. 

latifolioides =^= glauca (iodr. 
— latifolia L. 

angustifolioides = Shuttleworthii Koch et Sond. 
elata Bor., provincialis Cam ) 



BULLETIN DE GEOGRAPHIE BOTANU 



Vuléràumicées 

Gentranthus ruber 1) C. 

angustifolioides = Gilloti Giraudias (aurigeranus 
Giraudias.) 

Violacées 

Viola allia Bess. 

odoratoides •- multicaulis Jord. 

silvestroides -= digenea Kouy et Fouc. 

— calcarata L. 

tricoloroides = gracillima Chatenier. 

— Iiirta L. 

alboides = adulterina Godr. 

odoratoides = permixta Jord. (Gremblichii Murr.) 
Le x V. interjecta Borh. est un métis. 

— mirabilis L. 

silvestroides = spuria Celak. (Schalmauseni Rony 
et Fouc.) 

— odorata L. 

hirtoides = mertenstenensis Wiesb. 

— silvestris Lamk. 

alboides := Dufforti Fouiilade (Timbali Fouillade.) 

— tricolor L. 

Les x V. cebennensis Chatenier et granitica Chatenier sont 
des métis. 



L«- Mans. — Imp A. Bienaioié, L. Chaudouroe S 



«B^Annèr ( 4 - Série) N .. 329-330-331 Avril-M ai-juin .9,7 



BULLETIN 



DE 

"1 



EOGRAPHIE BOTANIQUE 



->5-:<oi > <. i. - . 



ORGANE MENSUEL 

Je l'Académie Internationale de Botanique 

i FONDÉE LE I- DÉCEMBRE 1891 

Jouissant de la Personnalité Civile depuis le 11 Octobre 1901 

(ANNÉE 1917) 
TOME XXVII 



, SOMMAIRE 

Catalogue des Plantes de Pékin et du Tché-Li. - Aperçu sur la 

Géographie botanique du globe. — Les caractères spécifiques chez 

les Rubus. - La flore adventice des Nîlgiris. — La dispersion 

du Narthecium ossifragum. — Souvenir de guerre, H. LÉVEILLÉ. 



LE MANS (Sarthe) 

AU SIÈGE DE LA SOCIÉTÉ 

78» rxie de Klore, 78 

1917 



26 Année (4" Série) ,'J 329-330-331 Avril-Mai-Juin 1917 

BULLETIN 

DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 
Organe mensuel de l'Académie internationale de Botanique 

Ce travail aurait dû paraître avec le N° jubilaire 

PRÉFACE 



C'est ù vous, futurs botanistes chinois, que je dédie celle 
œuvre élaborée el rédigée au cours de la célèbre guerre 
mondiale 191/Î-191J. 

Groyez-moi : cultivez les sciences e\ arts de la paix Vous 
êtes le quart : bientôt vous serez le tiers du genre humain. 

Votre pays est le plus riche du globe. Défendez vos 
richesses, mais donnez la paix au inonde. Ce sera votre plus 
grande gloire. 

Instruisez-vous: étudiez les richesses de votre immense 
empire, en particulier votre flore qui est la plus riche el la plus 
variée du inonde el que celle élude élève vos cœurs et vos esprits 
vers Celui qui a créé ces formes ravissantes qui procurent à 
l'esprit d'inénarrables jouissances, vers le Dieu ;i qui soient tout 
honneur et toule gloire. • 

J'ai donné successivement la Flore du Kouy-Tchéou, le 
Catalogue des plan/es du Yun-Nan, le Catalogue des plantes du 
Kiang-Sou. Aujourd'hui, en publiant ce Catalogue, je vous offre 
un petit guide fort simple qui vous permettra d'étudier la flore 
de votre capitale et de la province du Tché-Li. Vos hôtes en 
useront avec plaisir pour utiliser leurs loisirs et mieux connaître 
les êtres charmants qui les entourent; qu'ils les conduisent eux 
aussi par l'amour des Heurs à celui du Christ et de la Vierge 
Marie. 

Le Mans, le 4 septembre igi(». 



Catalogue des Plantes 



DE 



PEKIN el «lu TCHE-L1 



Par H. LÉVEILLÉ 



Alismaceae 

Alisma Plantago L. (var. latifo- 

lium Kunth. 
Butomus umbellatus L. 
Sngitlaria sagittifolia L. 

Amaryllidaceae 

Lycoris squamigera Maxim. 
Narcissus Tazelta L. 

Var. chinensis Rœm, 

Ampelidaceae 

Vitis aconitifolia Bunge. 

— hcterophylla Thunb. 

— inconstans Miq. 

— Labrusca L. 

— lanata Roxb. 

— serianifolia Maxim. 

— vinifera L. 

Apocynaceae 

Apocynum venetum !.. 
Nerium odornm Sch. 

Araliaceae 

Acanthopanax divaricatum Seem. 
— sessiliflorum Seem. 

Eleulherococcus senticosus Maxim. 
1 ledera he lix L. 

Aristolochiaceae 
Aristolochia conlorta Bunj 



Aroidaceae 

Acorus calamus L. 
Arisaema consauguineum Scholt. 
Pinellia pedatisecta Schott. 
— tuberif< ra T< n 

var. subpandurata Engl. 
Typhonium giganteum Engl. 

Asclepiadaceae 

Cynanchum amplexicauSe Hemsl. 

— atratura Bunge. 

— Bungei Donc, 
chineuse K. I ir. 

— roseum R. Br. 

— sibiricum K. Br. 
v r: icolor Bunge. 

Metaplexis Stauntoni Rœm. et Sch. 
Periploca sepium Bunge. 
Rycnostelma chinense Bun 

— laterillorum Hemsl. 



Begoniaceae 

B coma Ewansiana Andrews. 
— sinensis A. I)C. 



Berberidaceae 

Berberis sinensis Desf. 

var. anguslifolia Regel, 
— vulsfai is L. 
Nandina domestic i Thunb. 



71 



Bignoniaceae 

Catalpa Bungei L. A. Mey. 

— Duclouxii Dode. 

— Kaempferi Sieb. et Zucc. 
Incarvillca sinensis Lamk. 
Tecoma grandiflora Lois. 

Boraginacese 

Arnebia saxatilis Benth. et Hook. 
Bothriospermum chinense Bunge. 

— Kusnezowii Bunge. 

— secundum Maxim. 

— tenellum Fisch. et 

Mey. 

var. asperum Lévl. 

Planta robustior, foliis asperrimis. 

Cynoglossum divaricatum Steph. 

Echinospermum an isacan thum 

T urcz. 

— lappula Lehm. 
Eritrichium peetinatum DC. 
Lithospermum arvense L. 

— officinale L. 

Myosotis silvatica Lehm 

var. alpestris Rchb. 
Tournefortia sibinca L. 
Trigonotis peduncularis Benth. 

Galycanthaceae 

Chimonanthus fraçrans Lindl. 

Campanulaceae 

Adenophora latifolia Fisch. 

— polymorpha Ledeb. 

— remotiflora Miq. 
Campanula Bodinieri Lévl. 

— Chaneti Lévl. 

— punctata Lamk. 
Campanumaea pilosula Franch. 
Codonopsis convolvulacea Kurz. 
Platycodon grandiflorus DC. 
Wahlenbergia homallanthinum DC. 



Capparidaceœ 

Gynandropsis pentaphylla DC. 
— viscida Bunge. 

Gaprifoliaceae 

Abelia biflora Turcz. 
Adoxa moschatellina L. 
Diervilla florida Sieb. et Zucc. 
Lonicera chrvsantha Turcz. 

— Elisae Franch. 

— japonica Thunb. 

— phyllocarpa Maxim. 

— Tatarincvii Maxim. 
Sambucus racemosus L. 
Viburnum divaricatum PalL 

— fragrans Bunge. 

— Opulus L. 

Caryophyllaceae 

Arenaria juncea Bieb. 

— serpillifolia L. 
Cerastium arvense L. 

— Fischerianum Ser. 
Dianthus barbatus L. 

— chinensis L. 

— superbus L. 
Gypsophila acutifolia Fisch 

var 
Lychnis apetala L. 

— Bungeana Fisch. 

— fulgens Fisch. 

— senno Sieb. et Zucc. 
Sagina Linnaei Presl . 
Saponaria Vaccaria L. 
Silène aprica Turz. 

— Tatarinonii Regel . 

— tenuis Willd. 

var. staticifolius Bodinier. 
Spergularia média Don. 
Stellaria aquatica Scop. 

— Davidi Hemsl . 

— dichotoma L. 



chinensis Resrel 



- 72 - 



Stellaria discolor Turcz 

— graminea I . 

— média ' yr. 

— 1,1 morum I . 

— palustris Ehrh. 

— rupestris Ilemsl . 

Celastraceœ 

Celastrus articulatus Thunb. 

— flagellaris Rupr. 
Kuonymus alatus Regel. 

— Bungeanus Maxim. 

— Thunbersjianus Bl. 

Geratophyllaceae 

Ceratophvllum demersum L. 

Gommelinaceae 

Commelina communis L. 
Streptolirion volubile tùlgew. 

Gompositaceae 

Achillea sibirica Ledeb. 
Ageratum caeruleum Maxim. 
Anaphalis Chanetii Lévl. 

— Hancokii Maxim. 
Arctium Lappa L. 
Arîemisia annua L. 

— apiacea Hance. 

— Besseriana Led. 

— brachyloba Franch. 

— campcstris L,. 

— eriopoda Bunge. 

— Feddei Lévl. 

— frigida Willd. 

— glauca l'ail . 

— japonica Thunb. 

— laciniata Willd. 

— Moxa DC. 

— sacrorum I .edeb. 

— scoparia Waldst. et Kit, 

— Sn\ ersiana Willd . 

— vesti(;i Wall . 

— vulgaris L. 



Aster alpinus !.. 

— al taie us Willd. 

— Chaneti Lévl, 

— Glehnii F . Schm. 

— hispidus L. 

— liai ophyl lus 1 lemsl. 

— integrifolius Franch. 

— inillefolius Vaut. 

— mongolicus Franch. 

— scaber Thunb. 

— tatarirus L. 

— trinervius Roxb. 

— Tripolium L. 
Atractylis ovata Thunb. 
Bidens bipinnata L. 

— cernua L. 

— parviflora Willd. 

— tripartita L. 
Brachyactis ciliata Led. 
Callisteplius hortensis Cass. 
Carduus crispus L. 
Carpesium cernuum L. 
Centaurea monanthos Cicorgi. 
Chrysanthemum Chaneti Lévl. 

— indicum L. 

— oreastrum 1 tance. 

— sinense Sabine. 
Cirsium arvense Scop. 

— japonicum DC. 

— seeetum Bunsfe. 
Crépis Chaneti Lévl, 

Chirbonnelii Lévl. 

— japoni :a Benth. 

— Turczaninowii G A. Mey. 

— Vanioti Lévl . 
Crossostephium artc misioide u m 

I ess. 
Echinops davuricus Fisch. 
Eclipta alba Hassk. 
Emilia flammea ("ass. 
Erigeron canadensis L. 
Eupatorium japonicum Thunb. 
— Lindleyanum DC. 

Gerbera anandria Schultz 



- 73 — 



Hieracium umbellatum L. 
Inula ammophila Bunge. 

— britannica L. 

var. japonica Franch. et Sav. 
var. linariifolia Regel. 

— salicina L. 

Lactuca brevirostris Champ. 

— denticulata Maxim. 

— gracilis DC. 

— scaricla. 

— sibirica Maxim. 

— subrevoluta Vaut. 

— tatarica C. A. Mey. 

— versirolor Sch. 
Leontopodium alpinum Cass. 

— sibiricum Cass. 

Ligularia sibirica Cass. 

var. oligantha Miq. 
Myripnois dioica Bunge. 
Picris hieracioidca L. 
Prenanthes macrophylla Franch. 

— Tatarinowii Maxim. 
Saussurea affinis Spreng. 

— amara DC. 

— Davidi Franch. 

— eriolepis Bunge. 

— glomerata Poir. 

— iodostegia Hance. 

— japonica DC. 

— pectinata Bunge. 

— salicilolia DC. 

— serrata DC. 

— triangulata Trautv. et 

Mey. 

— ussuriensis Maxim. 
Scorzonera albicaulis Bunge. 

— austriaca Willd. 

— macrosperma Turcz. 

— parviflora Jacq. 

— radiata Fisch. 
Senecio aconitifolius Turcz. 

ambraceus Turcz. 

— argunensis Turcz. 

— campestris DC. 



Senecio mongolicus Schultz, 
nemorensis L. 

— sagittatus Schultz. 

— stenocephalus Maxim. 
Serratula atriplicifolia Benth. et 

Hook. 

— centauroidea L. 

— coronata L. 

— radiata Bieb. 
Siegesbeckia orientalis L. 
Sonchus arvensis L. 

— lactucoideus Bunge. 
Tanacetum sibiricum L. 
Taraxacum officinale Web. 
Vernonia cinerea Lcss. 
Xanthium strumarium L. 

Goniferae 

Chamaecyparis obtusa S. et Z. 
Cryptomeria japonica Don. 
Cupressus funebris Endl. 
Gingko biloba L. 
Juniperus chinensis L. 
Larix davurica Turcz. 

— sibirica Led. 
Picea obovata Led. 

var. Schrenkiana Mast. 
Pinus Bungeana Zucc. 

— densiflora Sieb. et Zucc. 
var. tabuliformis Fortune. 

— Massoniana Lamb. 

— Thunbergii Pari. 
Thuya orientalis L. 

Convoi vulaceœ 

Calystegia dahurica Choisy. 

— hederacea Wall. 

— sepiurn R. Br. 
Convolvulus Ammannii Desr. 

— arvensis L. 

— tragacanthoideus Turcz 
Cuscuta chinensis Lamk. 

— japonica Choisy. 



- 74 — 



Cuscula lupulifonnis Krork. 

— pi dicellata Led. 
Ipomaca aquatica Forsk. 

— Batatas Lamk. 

— Chanetii Lévl . 

— hed< racea Jacq. 

— sibirica l'ers. 

Cornacese 
Cornus alba L. 

Crassulaceae 

Cotylédon fimbriatus Turcz. 

— malacophyllus Pall. 

— ramosissimus Maxim. 
Crassula mongol ira Franch. 
IVnthorum sedoideum L. 
Sedum aizoon L. 

— algidum L. 

— drymarioideum l lance. 

— (lumulosiim Franch. 

— Kiritow i Regel, 

— pekinense Lévl. et Vant. 

— Khodiola DC. 

— sarmentosum Bunge. 

— spectabile Bor. 

— spinosum Thunb. (Chaneti 

Lévl.) 

— Tatarinowii Maxim. 

Cruciaceœ 

Arabis Chaneti Lévl. 

— Charbonnclii Lé v\. 

— pendula L. 
Bras: ica cernua Thunb. 

— juncea Hook. et Thomps. 
Bunias tcheliensis 1 >eb. 
Capsella Bursa-Pastoris Mœnch. 
Cardamine hirsuta L. 

— macroph) lia Willd. 

— parviflora L. 
scaposa Frai eh. 

Cheiranthus auranliai us Bunge* 
Chorispora tcnella PC. 



Dontostemon dentalus Led. 

— micranthus C. A. Mey. 
Draba incana L. 

— nemoro i L 
Erysimura cheiranthoideum L. 

— hieracifolium L. 

— ma< ilentum I tun . 

— igmatos um F ranch 
I lesperis aprica 1 '<>ir . 
Lepidium latifolium L. 

— ruderale L. 
Moricandia sonchifolia Hook. 
\ i i urtium amphibium R. I ;r. 

— austi i icum ( rantz. 

— obostim Tun/.. 

— microspermum I >C. 
montanum Wall. 

— officinale R, I !r. 

— palustre OC. 

— silvestre R. Br. 
Raphanus Chaneti Lévl. 

— Monneti Lévl. 
Sisymbrium hetcromallum C. A. 

Mey. 
Irio T.. 

— Sophia L. 

Cucurbitaceœ 

Actinoslemma lobatum Maxim. 

— panicutatum Maxim 

— racemosum Maxim. 
Cucumis Melo L. 

— sat i v u s L . 
Momordica Charantia I . 
Thladiantha dubia Bungc. 
Trichosanthes Kirilowii Maxim. 

Cupuliferœ 

Bctuia alba L. 

var. mandshurica KeLrel. 
var. Tausi Lu Regel. 
var. \errucusa Franch. 

— chinensis Maxim. 

— ffuticosa l 'ail. 



- 75 - 



Betula dahurica Pall; 
Carpinus Turczaninowi Hauce. 
Castanea mollissima Bl. 

— sativa Mill. 
Corylus heterophylla Fisch. 

— rostrata Ast. 

var. mandshurica Maxim. 
Ostryopsi^ Davidiana Dcne. 
Quercus aliéna BI. 

var. acuteserrata Maxim. 

— Bunçreana Forbes. 

— dentata Thunb. 

— Fabri Hance. 

— mongolica Fisch. 

var. liaotungensis Kuid- 
zumi. 

— scrrata Thunb. 

— variabilis Bl. 

Gyperaceae 

Carex arenicola F. Schm. 

— nristata R. Br. 

var. orthostachys Clarke. 

— Arnellii Christ. 

— breviculmis R. Br. 

— caespilosa L. 

— tioodenoughii Gay. 

— Hancockiana Maxim. 

— heterostachya Bunge. 

— japonica Thunb. 

— leiorhyncha C. A. Mey. 

— neurocarpa Maxim. 

— nutans llost. 

— pediformis C. A. Mey. 

— siderosticta Hance. 

— stenophylla Wahl. 

— Trappistarum Franch. 
Cyperus amuricus Maxim. 

— difformis L. 

— glomeratus L. 

— Iria L. 

— pilosus Vahl. 

— polystachyus R. Br. 



Cyperus rotundus L. 

— umbellatus L. 
Dichostylis nipponica Palla. 
Eriophorum alpinum L. 
Fimbristylis dichotoma Vahl. 

— ' diphylla Vahl. 

globulosa Kunth. 

— miliacea Vahl. 

— schcenoidea Vahl. 

— subspicata Nées et 

Meyen. 
Heleocharis acicularis R. Br. 

— attenuata Palla. 

— dichotoma Vahl . 

— palustris R. Br. 
tuberosa Schultes. 

Juncellus nipponicus Clarke. 

— serotinus Clarke. 
Kyllinga brevifolia Rottb. 
Mariscus cyperinus Vahl. 
Pycreus eragrostis Palla. 

— globosus Rohb. 
var. strictus Clarke. 

— sançniinolentus Nées. 
Rhynchospora Wall ichiana Clarke. 
Scirpus erectus Poir. 

— lacustris L. 

— maritimus L. 

— Michelianus L. 

— radians Schkuhr. 
setaceus L. 

— triqueter L. 

Dioscoreaceee 

Dioscorea acerifolia Uline. 

var. Rosthornii Diels. 

— Batatas Dcne. 

— polystachya Turcz. 

— quinqueloba Thunb. 

Dipsaceae 

Dipsacus japonicus Miq. 
Scabiosa Fischeri DC. 



_ 7 6 - 



Ebenaceae 

Diospyros Kaki L. 

— Lotus L. 

Elaeagnaceae 

Elaeagnus umbcllatus Thunb. 

Ericaceae 

Pirola rotundifolia L. 
Khododcn:lron dahuricum L. 

— roicranthum Turcz. 

Euphorbiaceae 

Araîypha australis L. 

— brachystachya Hornem. 
Andrachne rhinensis Bunsre. 
Eupborbia Esula L. 

— humifu?a Willd. 

— lumdata Bunge. 

— pekinensis Rupr. 
Phyllanthus simplex Relz. 
Securine^a ramillora Muell. 
Speranskia tonkinensis. 

— iuberculata Baill. 

Gentianaceae 

Crawfurdia pterigocalyx Hemsl. 
Gentiana aquatica L. 

— Chaneti Lévl. 

— detonsa Kottb. 
macrophylla Wall. 

— squarrusa Lcdcb. 
Halenia sibirica Borkh. 
Limnanthcinum ny mphoidcu il) 

Hoffm. et Link. 
Swertia rhinensis Francli. 

Geraniaceae 

Erodium slephanianum Willd. 
Géranium davuricum OC. 

— eriostemon Fisch. 

— pratense L. 

• — sibincum L. 

— Wilfordi Maxim. 

— Vlassovianum DC 



Impatiens noli-tangcre L. 
( )\alis cornirulata I.. 
race ^tricta L. 

Gesneraceae 

Boe t hygrometrica K. Br. 

Didi li dra lanuginosa Clarke. 

Gnetaceae 
Ephedra equisetina Bunge 

Graminaceae 

.Eluropus littoralis Pari. 
Agropyrum caninum PB. 

— riliare F ranch. 

— repens PB. 

-- strigosum Franrli. 

Agrostîs scabra Willd. 
Andropogon assimilis Steud. 

— Ischaemum L. 
Aristida adscensionis L. 

var. vulpioidea Hack. 
Arthraxon ciliaris PB. 

— lanceolatus Hochst. 
Arundinella anomala Steud. 
Atropis distans Gris. 

Avena pratensis L. 
Beckmannia eruciformi.- 1 1 os t. 
Briza minor L. 
Calamagrostis epigeios Roth. 

— Onaei Francb. etSav. 
Chloris barbata Sw. 

— virgata Sw. 
Coix lacryma-Jobi L. 
Crypsis aculeata Ait. 
Cvnodon dactyJon L. 
Deyeuxia elatior Hook 
— silvatica Kunth. 

var. brachytricha Hook. 

var. latifolia Kendle. 

var. sciuroidea Ha< k. 
I )igitai 1 1 sanguinalis Scop. 

var. ciliaris Dœll. 



— 77 - 



Diplachne fusca PB. 

— serotina Link. 
Eleusine indica Gaertn. 
Elvmus dahuricus Trin. 

J 

var. cylindricus Franch. 
Enneapogon brachystachyus Stapf. 
Eragrostis major Host. 

— mcgastachya Link. 

— minor Host. 
Eriochloa villosa Kunth. 
Glyceria aquatica Wahl, 

— distans Wahl. 
Hicrochloa dahurica Trin. 

— glabra Trin. 
Imperata arundinacea Cyrill. 

var. Kœnigii Hack. 

— cylindrica PB. 
Kœhlcra cristata Pers. 
Melica Gmelini Turcz. 

— radula Franch. 

— scabrosa Trin. 
Miscanthus sacchariflorus Benth. 

et Hook. 
Oplismenus undulatifolius PB. 
Panicum crus-galli L. 

var. irumentaccum Tri- 
men. 

— mandshuricum Maxim. 

— miliaceum L. 

— sanguinale L. 

var. b 1 e p h a r a n t h u m 
Hack. 

— trypheron Schult. 

— violascens Kunth. 
Pennisetum compressum R. Br. 

— flaccidum Gris. 

— japonicum Trin. 

— typhoideum Rich. 
Perotis indica (L.) K. Schum. 
Phalaris arundinacea L. 
Phragmites communis Trin. 
Phyllostachys Stauntoni Munro. 
Poa annua L. 

— attenuata Trin. 



Poa pratensis L. 
— sphondylodes Trin. 
Rottboellia compressa L. 

var. japonica Hack. 
Setaria glauca PB. 

— italica PB. 

— viridi^ PB. 
Sorghum vulgare Pers. 

var. bicolor Hack. 

var. nervosum Hack. 
Spodiopogon sibiricus Trin. 
Stipa Bungeana Trin. 

— capillata L. 

— sibirica Lamk. 
Themeda triandra Forsk. 

var. japonica Hack. 
Tragus racemosus Scop. 

— tcheliensis Debeaux. 
Tripogon chinensis Hack. 

var. coreensis Hack. 
Triticum vulgare L. 
Zizania aquatica L. 

Haemodoraceœ 

Aletris japonica Lamk. 
Liriope spicata Lour. 
Ophiopogon japonicuD Ker. 

var. umbrosus Maxim. 

Halorag"aceae 

Callitriche aquatica Hy. 
var. verna L. 
Hippuris vulgaris L. 
Myriophvllum spicatum L. 

— verticillatum L. 

Trapa natans L. 

Hydrocharidaceee 

Hydrilla verticillata Royle. 
Hvdrocharis morsus-ranae L. 

J 

Vallisneria spiralis L. 



- 7 : - 



Hypericaceae 

1 lypericum ascyron !.. 
— chinense L. 



Iridaceae 

I!- Icmcanda punctata Mœnch. 
Iris dichotoma l'ail . 

— ensata Thunb. 

— japon ica Thunb. 

— rutbenica Dryand. 
var nana Maxim. 

— Tigridia Iîuno;c. 

Juglandaceae 

Juglans mandshurica Maxim, 
var. sinensis I >C. 

Juncaceae 

Juncus bufonius L. 

— bulbosus L. 

— compressas L. 
Luzula campestris I )C. 

Labiaceœ 

Ajuga ciliata Eunge. 

— genevensis L. 

— lupulina Maxim . 
Amethvstea caerulea !.. 
Calamintha chinensis Ben th. 
Dracocephalum grandiflorum L. 

— Moldavica L. 

Ruyschianum L. 
Elhostzia cristata Willd. 

— Stauntoni Benth. 
Leonurus macranthu; Maxim. 

— i ibiricus I . 
Lophanthus rugosus Fisch. i t M< y, 
l ycopus curopaeus !.. 

lucidus Turc/.. 
Mari ubium incisuin Béni li . 
Menlha arvensis L. 



Ni péta Gle\ homa Bentli. 

— tenuifolia Benth. 
• )rimum Basilicum I . 

i 'n alla avium Dunn. 

— ocymoidea L. 
Phlomis umbrosa Turc/. 
Plectranthus ami thj B th. 

— glaucocalyx Maxim. 

Salvia miltiorrhiza Bunge. 
plebeia R. Br. 

— umbratica I lance. 
Satureia chinensis Benth. 
Scutellaria baikalensis I i • rgi. 

— galericulata L. 

— indira I . 
Stachys aspera Michx. 

— oblongifolia Be nlh. 

— Sieboldii Mit] . 
Thymus serpylluin L. 

Leguminosae 

Albizzia Julibrissin Dura/. 

— Lebbek Benth. 
Amphicarpaea Edgeworthii Benth. 
Astragalus adsurgens l'ail. 

— bicolor (Oxytropis 

Bunge.) 

— capillipes Fisch. 
complanata R. Br. 
dahurica 1 )C. 

— Uiraldianus Ulbrich. 
glandulifer Debeaux. 
1 lancockii Bunge. 

— hirta (Oxytropis Bunge) 

— melilotoideus l'ail. (Me- 

lilotussuaveolens e- 
deb ) 

— Mœllendorfii (Oxytro- 

pis Bunge.) 
oxyphylla Oxytropis 
DC.) 

— psammocharis Oxytro- 

pis I lance.) 



79 



Astragalus scaberrimus Bunge. 

— sciadophorus Franch. 

— subfalcatus (Oxytropis 

Hance.) 

— sylinchanensis? 

— tartaricus Franch. 

— tennis Turcz. 

— trichophorus (Oxytro- 

pis Franch.) 

— uratensis (Oxytropis 

Franch.) 
Caesalpinia pulcherrima Swartz. 
Caragana Chamlasru Lanik. 

— frutescens DC. 

— jubata Poir. 

— Leveillei Ko in. 

— longiscapa Franch. 

— rnicrophylla Lamk. 
Cassia mimosoidea L. 

— nictitans L. 

— occidentalis L. 

— Sophora L. 
Cercis chinensis Bunire. 
Crotalaria albida Heyne 
Gleditschia heterophylla Bunge. 

— sinensis Lamk. 
Glycine hispida Maxim. 

— Soja Sieb. et Zucc. 
Glycirrhiza glandulifera Waldst. 

et Kit. 
— uralensis Fisch. 

Gueldenstaedtia multiflora Bunge. 
— paucitfora Fisch. 

stcnophvlla Bun^e 
Hedysarum brachypterum Bunge. 

— obscurum L. 
Inaigofera Bungeana Walp. 

— hendecaphylla Jacq. 

— macrostachya Vent. 

— tinctoria I. . 
Lathyrus Davidii Hance. 

— humilis Fisch. 

— palustris L. 
Lespedeza bicolor Turcz. 



Lespedeza caraganae Bunge. 

— floribunda Bunge. 

— japonica Schindler. 

— juncea Pers. (sericea 

Mip.) 
var. inschanica Maxim, 
var. Personii Lévl. ( /un~ 

cea Pc?' s.) 

— macrocarpa Bunge. 

— medicaginoidea Bunge. 

— striata Hook. et A nu 

— trichocarpa Pers. 

— villosa Pers. 
Medicago falcata L. 

— lupulina L. 

— ruthenica Ledeb. 

— saliva I . 
Melilotus alba Desr. 

— arvensis Desf. 

— dentata Wijld. 

— palustris Kit. 

— parviflora Desf. 
Phaseolus anguinus Bunge. 

— chrysanthus Savi. 
Pueraria Thunbergiana Benth. 
Sophora flavescens Ait. 

— japonica L. 

— viciifolia Hance. 
Sphaerophysa salsula DC. 
Thermopsis alpina Ledcb. 

— lanceolata R. Br. 
Vicia amœna Fisch. 

— gigantea Bunge. 

— megalotropis Ledeb. 

— pseudo - Orobus Fisch. et 

Mey. 

— ramosissima Franch. 

— sativa L. 

— tridentata Bunge. 

— unijuga Al. Br. 
Vigna sinensis Hassk. 
Wistaria brachybotrys Sieb. et 

Zucc. 

— chinensis DC. 



- 80 - 



Lemnaceae 
Lemna minor L. 

Liliacese 

Allium Boudhae I V beaux 

— Ccpa L. 

— Chaneti Lévl . 

— chinensc Don. 

— çondensatum Turcz. 

— fistulosum L. 

— Grayi Regel. 

— jeholense Franrli. 

— macrostemon Bunge. 

— odorum L. 

— sacculilerum Maxim. 

— sativum L. 

— senescens L. 

— tenuissimum L. 

var. anisopoilium Regel. 

— Thunbergii Don. 

— uratense Franch. 

— victoriale L. 

— weichanicum Palibin. 
Anemarrhenaasphodeloidea Bunge 
Asparagus brachyphvllus Turcz. 

— davuricus Fisch. 

— gibbus Bunge. 

— longiflorus Franch. 

— schoberioideus Kuntb. 
var. su bse taceus 

Franch. 

— trichophyllus Bunge. 
Clintonia udensis Trautv. et Mey. 
Convallaria maialis L. 
Uisporum smilacinum A. Gr. 

var. viridescens Maxim 
Fritillaria dagana Turc/,. 
Hemerocallis fulva L. 

— minor Mill. 
Hosta < Funkia japonica Tratt. 
Liliura concolor Salisb 

Var. Buschianum Bak. 

— tenuifolium Fisch. 



Lilium tigrinum 1\- r-Gawl. 

— bilolium 1 )C. 
Maianthemum Convallaria Wigg. 

— japontcum ? 
Nuthoscordum nerinifolium Bcnth. 

et Hook. 
Taris hexaphylla Cham . 
Polygonatum macropodum Turcz. 

— multiflorum Ail . 

— officinale Ail. 

var. japonicum Ma- 
xim. 

var. Maximowiczïi 
Maxim. 

var. papillosum 
Franch. 

— platyphyllum Franch. 

— sibiricum Red. 
Scilla chinensis Benth. 
Smilax pekingensis D( . 
Tovaria japonica Bak. 
Tricyrtis pilosa Wall. 
Veratrum album !.. 



nigrum 



Linaceœ 

Linum stellariouleum Tlanch 
— usitatissimura L. 

Loranthaceae 

Loranthus curop^cus L. 
Viscum album L. 

Lythraceae 

Lythrum Salicaria L. 
— virgatum L. 

Magnoliaceae 

Magnolia compicaia Salisb. 
Schizandra chinensis Baill . 

Malvaceae 

Abutilon Avicénnae Gaertn. 

Hibiscus Trionum L. 



— Si 



Malva silvestris L. 
— verticillata L. 

Meliaceae 

Cedrela sinensis A. Juss. 

Menispermaceae 

Menispermum, davuricum DC. 

Myitacées 
Bœckia frutescens L. 

Naiaceae 

Naias marina L. 
Potamogcton crispus L. 

— densus L. 

— rluitans Roth. 

— Gaudichaudi Cham et 

Schl. 

— peetinatus L. 

— perfoliatus L. 

— polygonifolius Pourr. 

— Dusillus L. 

— Tepperi Bcnn. 
TriLilochin maritimum L. 

— palustre L. 

Nympheaceae 

Euryale ferox Salisb. 

Oleaceae 

Chionanthus retusus Lindl. 
Fraxinus Bungeana DC 
— chinensis Roxb. 

v a r . r h y n c h o p h y 1 1 a 
Hemsl. 
Jasminum floridum Bunge. 

— nudiflorum Lindl. 
Ligustrum japonicum Thunb. 
Osmanthus fra^rans Lour. 



Syringa amurensis Rupr. 
Emodi Wall. 
oblata Lindl. 

— pubescens Turcz. 

— villosa Vahl. 

Ombellaceae 

Anirelica anomala Lall. 

— grosseserrata Maxim. 

— laeviçata Franch. 

— Miqueliana Maxim. 

— mongolica Franch. 
ApiumcicutifoliumBenth.et Hook. 
Bupleurum falcatum L. 

race scorzonerifolium 
Willd. 

— octoradiatum Bunge. 

— pekinense Franch. 
Carum buriaticum Turcz. 
Cicuta virosa L. 

Cnidium Monnieri Cuss. 
Conopodium cyminum Bentli. et 

Hook. 
Coriandrum sativum L. 
Daucus Carota L. 
Œnanthe stolonifera DC. 
Peucedanum rigidum Bunge. 

— terebinthaceum Fisch. 
Sanicula europaea L. 

Selinum Monnieri L. 

Seseli Libanotis Koch. 

Siler divaricatum Benth et Hook 

Torilis Anthriscus Gmel. 

Onotheraceae 

Circaea alpina L. 

— cordata Royle. 

— lutetiana L. 

— mollis Sieb. et Zucc. 
Epilobium hirsutum L. 

— palustre L. 

— roseum Schreb. 

— spicatum Lamk. 

— tetragonum L. 



- Nj - 



Orobanchaceae 

Orobanche albo lanata Steud. 

ammophila C. A. Mey 
— qmbrochares 1 lance. 

pyenostachya ll.'ince. 

Orchidaceae 

Corallorhiza innata R. Br. 
Cypripedium calceoliis L 

— iuittatuin Sw. 

— macranthum Sw, 
Habenaria sagittifera Rchb. 
Herminium monorchis R. lîr. 
Microstylis monopbylla L 
Orchis conope-a L. 

var. sibirica Turc/.. 

cucullata L. 
Peristyius viridis Lindl. 
Platanthera fia va Lindl . 
Spiranthis australis Lindl. 

Papaveraceae 

Chclidonium leptodum 1). Prain. 

— majus L. 
Corydallis bulbosa DC. 

1 lungeana Turcz. 

— Chanetii Lévl. 

— oehotensis Turcz. 

— odontopelala Lévl. 

— pallida Pcrs. 
Dicentra spectabilis Miq 
Fumaria micrantha Lasr. 
llypccoum chinensc Franch. 

erectum L, 

— millofolium I cvl . 
Papaver alpinum L. 

— nudicaule L. 

Var. chinensc Fcdde. 

Pedalinaceae 
Scsamum indicum L. 



Phytolaccaceae 
l'hvtolacca acinosa Roxb. 

Plantiginaceae 

Planlago depn a Willd . 
major L. 
\'ar . asialica I >cne. 

Plumbaginaceae 

Ceratostigma plumbaginoideum 

Bnn^c. 
Plumbago rosea !.. 
Stalice bicolor Bungc. 

Polemoniaceae 
Polemonium caerulcum L. 

Polyg-alaceae 

Polygala sibirica L. 

— Tatarinowii Regel (! 

— tcnuifolia Willd . 

Polygonaceae 

Polygonum alatum Ham. 

— alpinum Ail . 

— amphibium !.. 

— aviculare L. 
Bistorta L. 

— Bungeanum Turcz. 
Chancii Lévl . 
cymosum Trevir. 
divaricalum L. 

— Fagopyrum L. 

— hydropiper L. 

— interruptum Bunge, 

— lapathifoliura L. 
var. nodosum l'ers . 

— orientale L. 

— Persicaria L. 

— Posumbu Ham . 

— saiiittatum L. 

— scandens L. 



— 8- 



Polvgonum serrulatum Lag. 

— sibiiicum Laxm. 
tataricum L. 

— trull.um Maxim . 
Thunbergii Sieb et 

Zucc . 

— viviparum L. 
Rheum Emodi Wall. 
Rumex Acetosa L. 

— crispus L. 

— Hydrolapathum Huds. 

— Marschallianus Rchb. 

— Patientia L,. 

— pulcher L. 

Pontederiaceae 

Monocharia Korsakowi Regel et 
Màack. 

— vaginalis Presl. 

Portulacaceae 

Claytonia. 

Portulaea oleracea L. 

Primulaceae 

Androsace saxifragifolia Bunge. 
Cortusa Matthioli L. 
Glaux maritima L. 
Lysimachia barystachys Bunge. 

— candida Lindl. 

— davurica Ledeb. 

— leurantha Aliq. 

— pentapetala Bunge. 
Primula Maximowiczii Regel. 

Ranunculaceae 

Aconitum Anthora L. 

— barbatum Pair. 

— Rusnezoflii Rchb. 

— Lycoctonum L. 

— oehotense Rchb. 
Actaea spicata L. 
Anémone chinensis Bunge. 



Anémone japonica Sieb. 

— narcissiflora L. 

— Pulsatilla I,. 

— rivularis R. Ham. 

— vernalis L. 
Aquilegia viridiflora Pall. 

vulgaris L. 
Cimicifuga davurica Maxim. 
Clematis acerifolia Maxim. 

— aethusifolia Turci. 

— alpina Mil!. 

— angustifolia Jarq. 
brevicaudata D(^. 

— Chanetii Lévl. 

— heracleifolia DC. 

var. Davidiana Franch. 
Kirilowi Maxim. 

— macropetala Ledeb. 

— orientalis L. 

var. inlricata Maxim. 

— pinnata Maxim. 

— Tatarinowii Maxim. 
Delphinium cheilanthum Fisch. 

— grandiflorum L. 
Isopyrum trichophyllum Lévl. 
Paconia albiilora Pall. 

— Moutan Sims. 
Ranunculus acris L. 

— aqualilis 1>. 

— cymbalaria Pursh. 
var.alpinus Hook etTh. 
var. major Hook et Th. 

— japonicus Langsd. 

— Moellendorfii Hance. 

— pennsilvanicus L. 

var. chinensis Bunge. 

— sceleratus I,. 
ternatus Thunb. 

Thalictrum fceniculaceum Bunge. 

— m a c r o r h y n c h u m 

Franch. 

— majus Jacq. 

— minus L. 

— petaloideum L. 



- 8 4 - 



Thalictrum simplex L. 

— squarrosum Steph. 

— tenue Franch. 
Trollius asiaticus L. 

Rhamnaceae 

Hovcnia dulcis Thunb. 
Rhamnus argutus Maxim. 

— davuricus Pall. 
globosus Bunge. 

— parvifolius Bunge. 

— tinctorius Waldst. et Kit. 
Sagcretia Chanetii i.èv\. 

— theezans Brongn. 
Zizyphus vulgaris Lamk. 

Rosaceae 

Agrimonia cupatoria L. 

— viscidula Bunge. 
Chamaerhodos erecta Bunge. 
Crataegus pinnatifida Bunge. 
Fragaria elatior Ehrh. 
Geum strictum Ait. 

Pirus Aucupari i Gaertn. 

— baccata L. 

— betulifolia Bunge. 

— japonica Thunb 

— Malus L. 

— sinensis Lindl. 

— spcctabilis Ait. 
Potentilla ancistrifolia Bunge. 

— Anserina L. 

— betonicifolia Poir. 

— bifurca L. 

— chinensis Ser. 

— discolor Bunge. 

— flagellaris W'illd. 
fragarioidea L. 

— fruticosa L. 

— nivea L. 

— pennsilvanica L. 
sericea L. 

— sischanensis Bunge. 



Potentilla subacaulis L. 

— supina L. 
tanacetifolia W'illd. 

— verticillaris Si<-|>li. 

— viscosa I h 

Poterium officinale Benth.ct I look. 
Prunus Armeniaca L. 

— - Amygdalus Baill . 

— communia 1 luds. 

— humilis Bunge. 

— Padus L 

— pauciflora Bunge. 

— Persica Sieb. et Zucc. 
tomentosa Thunb. 

— triloba Lindl. 
Rosa aricularis Lindl. 

— davurica Pall. 

— macrophylla Lindl , 

— pimpinellifolia L. 

— ru «rosa Thunb. 

Rubus crataegifolius Bunge. 

— saxatilis L. 

— triphyllus Thunb. 
Spiraea angustiloba Turcz. 

— betulifolia Pall. 

— dasyantha Bungei 

— pal mata l 'ail. 

— pubescens Turcz. 
sorbifojia L. 

— tiilobata L. 

Rubiaceae 

Galium aparine L. 

— asprellum Michx. 

— boréale L. 

— gracile Bunge. 
linearifolium Turcz. 

— verum L. 

Leptodermis Chan< tii Lévl. 

— oblonga Bunge. 

Rubia chinensis Regel. 

— cordifolia L. 



- 8 5 - 



Rutaceae 

Evodia Daniellii Hemsl. 
Peganum niçellastrum Bunge. 
Phellodendron amurense Rupr. 
Ruta dahurica DC. 
Zanthoxylum Bretsclmeideri 
Maxim. 
— Bungei Planch. 

Salicaceae 

Populus alba L. 

— balsamifera L. 

var. laurifolia Wesmael. 
var. Simonii Wesmael. 
var. suaveolens Fisch. 

— euphratica Olivier. 

— laurifolia Ledeb. 

— tomentosa Wesmael. 

— Tremula L. 
Salix babylonica L. 

— longiflora Anderss. 

— phylicifolia L. 

— purpurea L. 

var. stipularis Francb. 

— triandra L. 

Salsolaceae 

Amarantus Blitum L. 

— gangeticus L. 

— retrollexus L. 
Atriplex littoralis L. 
Axyris amarantoidea L. 
Chenolea divaricata Hook. 
Chenopodium acuminatum Willd. 

— album L. 

— aristatum L. 

— Botrys L. 

— glaucum L. 

— incisum Lévl. (hy- 

bridum L.) 

— urbicum L. 

— viride L. 



Corispermum Redowskii Fisch. 

— tylocarpum Hanee. 
Eurotia ceratoidea C.A. Mey. 
Kochia scoparia Schrad. 

var. densiflora Miq. 
Salsola oollina Pall . 

— Kali L. 
Suaeda glauca Bunge. 

— linifolia Pall. 

Santalaceae 

Thesium Chanetii Lévl. 

— chinense Turcz. 

Sapindaceae 

Acer Lobelii Ten. 

— pictum Thunb. 

— tataricum L. 

— truncatum Bunge. 
i^Esculus chinensis Bunge. 

— indica Coleb. 
Kœlreuteria paniculata Laxm. 
Xanthoceras sorbifolia Bunge. 

Saxifragaceae 

Astilbe chinensis Franch et Sav. 
Chrysosplenium alternifolium L. 

— pphaerospermum 

Maxim. 
villosum Franch. 
Deutzia Chanetii Lévl. 

— grandiflora Bunge. 

— parviflora Bunge. 
Hydrangea vestita Wall. 
Oresitrophe rupifraga Bunge. 
Parnassia oreophila Hance. 

— palustris L. 
Philadelphus coronarius L. 

var. pekinensis 
Maxim. 
Ribes grossularioideum Maxim. 
— Meyeri Maxim. 

2 



- 86 — 



Kibes multiflorum Kit. 

— nigrum L. 

— pctraeum Wulf. 
pulchellum Turc/. 

Saxifraga cernua L. 

— pekinensis Maxim. 

— sarmcntosa L. 

— unguiculata Engler. 

Scrofulariaceae 

Bartsia odontites Huds. 
Cvmbaria daurica L. 
Euphrasia ofïicinalis L. 
Linaria buriatica Turcz. 

— vulgaris Mill. 
Ma/us ru^osus Lour. 

— stachydifolius Maxim. 
Mimulus tencllus Bunge. 
Pedicularis resupinata L. 

— spicata Pall. 

— striata Pall. 

— Tatarinowii Maxim. 
Phteirospermum chinense Bunge 
Rehmannia Clianetii Lévl. 

— glutinosa I.ibosch. 
Scrofularia Oldhami Oliver. 
Siphonostegia chinensis Benth. 
Torcnia concolor Lindl. 
Vandcllia crustacea Benth. 
Veronica anagallis L. 

— longifolia L. 

— spuria L. 

Simarubaceae 

Ailanthus glandulosa Desf. 
Picrasma quassioideum Uenn. 

Solanaceae 

I > itura alba Nées. 

stramonium L. 
Lycjum chinense Mill. 
Physalis Alkekeogi I,. 



Solanum 1 )ulcamara L. 

— nigrum L. 

— septemlobum Bunge. 

Sterculiaceae 
Sterculia platanifolia L. 



Tamariscinaceae 

Tamarix chinensis Lour. 
— juniperina Bunge. 
Pallasii Desv. 

Terebinthaceae 

Pistacia chinensis Bunge. 
Rhus Cotinus L. 
— semiaiata Murr. 

Ternstrœmiaceae 
Actinidia areruta Planch. 



Thymeleaceae 

Diarthron linifolium Turc/.. 
S'.ellera Chamaejasme I . 
Wikstrœmia Chamaedaphne Mcisn 

Tiliaceae 

Corchoropsis crenata Sieb.et Zucc. 
Grcwia Clianetii Lévl. 

— parvitlora Bunge. 
Tilia mandbhurica Rupr.et Maxim. 

— mongolica Maxim. 

Typhaceae 

Typha angustata Bory et Chaub. 

— angustifolia L. 

— latifolia L. 

l.ixinanni Lepechin. 

— Mari i n i lord. 

var. Davidiana Kronfeld. 



- «7 



Typha minima Funck. 
— orientalis Presl. 

Urticaceae 

Bœhmeria spicata Thunb. 
Broussonetia papyrifera Vent. 
Cannabis sativa L. 
Celtis Bungeana Bl. 
Cudrania triloba Hance. 
Girardinia cuspidata Wedd. 
Hemiptelea Davidi Planch. 
Humulus japonicus Sieb. et Zucc. 

— lupulus L. 
Morus mongolica Schrad ? 
Parietaria debilis Forst. 

var. micrantha Wedd. 
Pilea mongolica Wedd. 

— pumila A. Gr. 
Pteroceltis Tatarinowii Maxim. 
Ulmus campestris L. 

— Davidiana Planch. 

— japonica Sarg. 

— laciniata Mayr. 

— macrocarpa Hance. 

— parvifolia Jacq. 

— pumila L. 
Urtica cannabina L. 

— dioica L. 

var. angustifolia Ledeb. 
Zelkowa Davidii Benth. et Hook- 



Valerianaceae 

Patrinia heterophylla Bunge. 

— scabiosifolia Fisch. 

— scabra Bunge. 
Valeriana officinalis L. 

Verbenaceae 

Clerodendron fœtidum L. 

squamalum Vahl. 
— trichotomum. Thunb. 

Phryma leptostachya L. 
Verbena olficinalis L. 
Vitex incisa Lamk. 

— Negundo L. 

Violaceae 

Viola acuminata Ledeb. 

— birlora L. 

— canina L. 

— hirta L. 

— japonica Langd. 

— mongolica Franch. 

— Patrinii I)C. 

— pinnata L. 

— Selkirkii Pursh. 

— variegata Fisch. 
var. chinensis. 

Zygophyllaceae 

Tribulus terrestris L. 



- 88 _ 



APERÇU GÉOGRAPHIQUE 



Il serait peu utile d'instituer ici une comparaison entre la flore de 
Pékin et celle des provinces occidentales. Il y a bien un double courant 
l'un allant de ces provinces vers )es îles Kouriles, l'autre vers Formose, 
mais les flores du Tché-Li et du Kiang-Sou échappent à ces influ 
Les courants de dissémination des espèces ont deux grands véhicules : 
les fleuves Bleu et Jaune et si l'action de l'homme si intensive en Chine, 
disparaissait, ce double courant de dispersion végétale serait très frap- 
pant. Intéressante au contraire est la comparaison des flores de Pékin 
et de Chang-Hai, ou mieux encore du Tché-Li et du Kiang-Sou. La 
première a un cachet beaucoup plus septentrional qui se traduit d'une 
part par l'absence de certaines familles ou de certains genres: Acantha- 
cées, Mélastomacées, Myrsinacées, Nyctaginacées, Olacacées, Pipé- 
racées, Pittosporacées, Roxburghiacées, Scitaminacées, Styracé 
Ficus ; d'autre part, par la plus grande richesse en Gentiana, Géra- 
nium, Astragalus, Allium, Asparagus, Potamogeton, Epilobium, Pirus, 
Typha, Ulmus, Viola, genres, qui caractérisent les flores tempérées. 

La flore du Tché-Li est en outre plus pauvre que celle du Kiang-Sou, 
ce dernier plus humide et plus riche en lacs et en lagunes. Ce qui e>t 
plus surprenant, les flores sont assez différentes : ce qui s'observe sur- 
tout chez les Graminées et Cypéracées. Alors que ces provinces comp- 
tent respectivement 24 et 16 espèces de Carex, on n'y relève que 
3 espèces communes entre elles. A noter au Tché-Li la présence des 
Catalpa. Ceux-ci caractérisent avec les Primula et les Rhododendrons 
le Yun-Nan, tandis que les Ficus abondent au Kouy-Tchéou. Le Tché- 
Li est la terre des Astragalus, Potentilla, Artemisia et Aster. Les 
espèces de ces genres ne sont pas les mêmes que celles du Kiang-Sou. 
Les Caryophyllées au contraire présentent d'étroits rapports. Enfin les 
plantes aquatiques présentent comme partout un caractère d'ubiquité. 



Sg 



Aperçu sur la Géographie botanique du Globe 

Par Mgr H. LÉVEILLÉ 



La dispersion des espèces dans un département, une province, est 
toujours intéressante mais permet peu de conclusions : cette même dis- 
persion étudiée sur une surface plus ample est encore plus intéressante 
mais les conclusions sont encore imparfaites. La flore comparée des 
diverses régions du globe devient passionnante mais il ne faut pas 
s'attendre à des résultats sensationnels. Elle fournit pourtant, nous le 
verrons, de très utiles instructions. 

Les principaux facteurs qui agissent dans la répartition des espèces 
sont la latitude, l'altitude et leurs agents immédiats : chaleur et humi- 
dité. La composition chimique du sol, composition détaillée est très 
variable eu un même lieu. L'action de l'homme par les incendies volon- 
taires, le défrichement, le dessèchement et même le simple sarclage est 
énorme. 

La comparaison des grandes flores : Europe occidentale, Orient, 
Inde, Chine, Australie Afrique, Amérique, est très captivante non 
seulement au point de vue du nombre des espèces, de la présence de 
certaines familles et de certains genres mais surtout au point de vue de 
la répartition des espèces de moyenne rareté et des espèces à aires dis- 
jointes. Il en ressort que l'hypothèse des centres de création doit être 
rejetée. Nous savons bien qu'il existe des sortes de courant de propaga- 
gation des espèces de l'ouest à l'est, de l'Himalaya au Japon et à ses 
dépendances (Corée, Formose) mais au contraire de l'est à l'ouest plus 
rien : l'Himalaya présente une barrière infranchissable et si la flore de 
l'Inde présente une certaine parenté avec celle de la Chine occidentale, 
il y a au contraire une grande dissemblance entre les flores d'Orient et 
d'Extrême-Orient. 

Nous croyons à l'apparition simultanée (création) des stirpes végé- 
taux sur toute la surface du globe avec action sur les stirpes, des fac- 
teurs qui constituent le milieu et élimination de très nombreuses espèces 
dont quelques unes ont survécu comme témoin (Arabis cebennensis 
DC, Saxifraga hieracifolia L., S. Hirculus L. viola piunata L. Wahlen- 
bergia nutabunda DC ). En même temps que l'espèce variait dans ses 
limites par métissage, il se produisait dans nos climats humides et plutôt 
froids une hybridite persistante chez les plantes à rhizome : H ubus, Men- 
thes, Epilobes, Carex. Sous ces mêmes climats on rencontre : Hellebo- 
rus, Astragalus, Saxifraga, Erica, Veronica, Orobanche, Plantago, 
Rumex, Asphodelns, Narcissus, qui les caractérisent. 



- 90 - 

At-on remirqué l'analogie voire même l'identité des espèces, sous 
des noms divers, dans les dores australe et boréale «1 :s Amériques et 
de certaines plantes des hauts sommets avec les plantes des plaines, 
notamment chez les Epilobium alsinifoliura, E. palustre, Saxifraga 
tidactylites. 

La vraie llore primitive du monde est dans l'Asie occidentale. Notre 
flore d'Europe (sauf l'Espagne) est fort pauvre. 

Les genres Ruta, Centaurea. Verbascum, Linaria, Lamium, Armeria, 
Statice, Mentha Hieracium, Scila sont presque nuls dans la flore 
d'Extrême Orient, aussi bien que les Renoncules à (leurs blau int 

terrestres qu'aquatiques. 

Dominent au contraire en Extrême Orient les Clematis, Dioscorea 
Primula (caractéristique du Yun-Nan avec les Rhododendron- . F'n 
(si nombreux avec les espèces du genre précédent au Kouy-Tchéou , 
Corydallis, Aster, Senecio, Parnassia, Paris, Quercus. 

Les Crucifères aussi bien que les Caryophyllées sont plus nombreuses 
en Europe. Quant aux Cistes, inconnus en Extrême Orient ils caracté- 
risent la région méditerranéenne. 

Composées et Légumineuses dominent partout. Il faut joindre dans 
l'Inde les Orchidées. 

La présence des espèces arborescentes chez les Rubiacées, Com- 
posées et chez les Rubus sont une des particularités de la llore 
d'Extrême-Orient; en particulier des régions subtropicales. 

La Chine occidentale est excessivement riche en Fougères. Elle le 
doit à son climat extrêmement varié comme son altitude. 

Veut-on à présent avoir une idée d'ensemble des grandes llores ? 
Nous allons donner des listes des genres les plus riches en espèces. On 
aura ainsi une vue d'ensemble et une idée des rapports île ces llores 
avec la nôtre. 

Voici la llore d'Orient avec : Ranunculus, Nigella, Delphinium, 
Erysimum, Malcolmia Hespcris, Alyssum, Draba, Thlaspi, Ethionema 
l.epidium Isatis, Cleome, Reseda Helianthemum, Viola, Dianthus, 
Saponaria Gypsophila, Sileae, Alsine Arenari.i Cerastium, Paro- 
nychia, Tamarix, Hypericum, Géraniacées, Haplophyllum (Rutacée), 
Trifolium, Astragalus, Onobrychis, Vicia Rosa peu de Rubus , 
Potentilla, Asperula Galium, Anthémis, Pyrethrum, Senecio, Echinops, 
Cousinia, Cirsium Centaurea, Scorzonera, Lactuca, Gampanula, 
II- liotropium, Onosma Alkanna, Verbascum, Linaria, Scrophularia, 
Veronica, Origanum, Micromeria, Salvia, Nepeta Scutellaria, Marru- 
bium, Sideritis, Stachys, Lamium, Teucrium, Achantholimon, (Plom- 
baginée), Quercus relativement peu nombreux, 22) Salsola, Thesium. 
Euphorbia, Crocus, Iris. Colchicum, Fritillaria, Ornithogalum, Allium, 
Muscari, Cyperus, Carex. 



- gi — 

Nous avons imprimé par ordre d'importance en caractères spéciaux, 
les genres dominant. 

Comme familles de transition avec la flore Extrême-Orient *on remar- 
quera combien elles sont peu nombreuses) citons : Sterculiacées, Ruta- 
cées, Simaroubacées, Burséracées et les genres Crotalaria, Hedysarum, 
Vernonia. 

Voici maintenant les grands genres de la flore de l'Inde. Nous n'y 
inscrivons pas les genres qui comptent moins de 40 espèces : Elaeocarpus, 
Impatiens 124 Vitis ,175, Crotalaria, Indigofera, Astragalus, Des- 
modium Rubus, Potentilla, Bugenia 131, Sonerila, Memecylon Bégonia 
Hedyotis, Psychotria, Lasianthus. Vernonia, Senecio, Saussurea, Rho- 
dodendron, Primula, Ardisia, Diospyros, Symplocos, Jasminum, Ipo- 
maea, Didymocar^us, Strobilanthes 154, Justicia, Polygonum, Piper, 
Loranthus, Euphorbia Phyllanthus, Glochidion, Mallotus, Ficus 1 12, 
Çjuercus 58. Oberonia, Li paris, Dendrobium 158, Bulbophyllum, Eria, 
Cœlogyne, Saccolabium, Habenaria, Amomum, Ca/amus, Eriocaulon, 
Cyperus, Fimbristilis, Garex 142, Panicum, Andropogon. 

Voila pas mal de noms qui sonneront bizarrement aux oreilles des 
botanistes européens. Cette fois nous sommes loin de la flore europé- 
enne ou même de la flore d'Orient. Comme cette dernière, la flore 
indienne renferme beaucoup de petits genres et plus encore de genres 
monotypes. 

Les botanistes qui s'occupent de la flore asiatique, auront remarqué 
l'étroite parenté avec la flore de Chine, à tel point que l'on peut prévoir 
la découverte de nouvelles espèces chinoises et à quel genre elles ont 
chance d'appartenir. 

En somme la flore lumuiayenne qui rayonne en Chine est la plus riche 

du globe. 

Au fur et à mesure que l'on s'éloigne du nœud de l'Himalaya, en 
allant vers l'Est, sauf deux courants d'espèces himalayennes d'ailleurs 
contrariées par la culture intensive chinoise, la flore s'apauvrit et 
devient plus... . européenne. 

La flore de la Corée tient à la fois de la flore chinoise et de la flore 
japonaise ; celle de l'île Sagalien [Sachalin) devient franchement 
boréale. La flore du Japon, de mieux en mieux connue, grâce à l'activité 
croissante des botanistes japonais, avec ses Acer, Rubus, Viburnum 
Senecio, Rhododendron Primula, Veronica Polygonnm Quercus, 
Salix, Lilium, Cyperus, Scirpus, Carex, Panicum Asplenium, Aspi- 
dium, participe de la flore chinoise, de la flore européenne et aussi de 
la flore américaine. Celle-ci malgré des espèces à faciès américain n'est 
pas si étrangère à l'Europe, du moins dans les zones tempérées et gla- 
ciales de ses deux hémisphères. 

La flore la plus aberrante du globe est certainement celle de l'Aus- 
tralie. Là beaucoup de genres spéciaux. Si au Japon on trouve peu de 



•» — 



- 92 

genres à nombreuses espèce?, c'est le contraire en Australie. Toutefois, 
si les espèces sont différentes, beaucoup de genres sont les mêmes que 
ceux des autres parties du monde 11 en est cependant de spéciaux. 
Jugez-en : llilbertia, Cappiiris, Drosera, Boronta, Eriostemon, Tribulus x 
Hibiscus, Lasiopetalum s Phyllanthus, Ficus, Casuarina, Dodonaea, 
Ptilotus, Atriplex, Kochia, Pimelea, Jacksonia, Daviesia, Pultenarai 
l'-.t- siaea, < a ia, Acacia, Eialoragis, Darwinia, Vesticordia, Calyco- 
thrix, Bfeckea, Melaleuca, Eucalyptus, Kugenia, Çryptandra, llydro- 
cotyle, Persoonia, Grevillea, Hackea, Banksia, Dryandra, Aster, 
Helipterum, Lobslia, Candollea, Scaevola, Goodenia, Limnanthemum, 
Mitrasacme, Ipomaea, Solanum, Styphelia, Conostylis, Restio, Cype- 
rus, Fimbristylis, Schœnus, Gahnia, Panicum. L'Australie compte plus 
de 8.800 espèces. C'est beaucoup par rapport à la Flore française 
puisque c'est le double, mais c'est peu par rapport aux flores asiatiques. 

On y compte un certain nombre d'espèces de nos climats. Citons 
seulement : Alyosurus minimus, Ranunculus parvillorus, R. aquatilis, 
Barbaraea vulgaris, Lepidium ruderale, Stellaria palustris, Sagina 
apetala. Ces espèces ne sont pas toutes adventices, même en supposant 
une introduction déjà ancienne. A mentionner aussi la présence de 
l'Hypericum japonicum. 

Les Rubus n'y comptent que peu d'espèces, ce qui indique que les 
espèces d'Europe ont été étonnamment multipliées si on en compare le 
chiffre à celui des diverses régions du tdobe. 

Disons en terminant que la flore d'Afrique dans sa zone tropicale 
n'est pas si différente de celle des autres tropiques et qu'il y a une 
parenté de flore entre celle de la côte orientale d'Afrique et en parti- 
culier de Madagascar et celle de l'archipel Malais et du sud île l'Inde. 

La géographie botanique confirme l'hypothèse de continents disparus 
entre l'Afrique et l'Amérique d'une part, et entre l'Australie et l'Asie 
de l'autre, mystères aujourd'hui insondables. 



— 93 - 

Les Caractères spécifiques chez les Rubus 

Par Mgr H. LÉVEILLÉ 



H existe 4 espèces très nettes de Rubus en Europe. Ce sont : R . hu- 
mulifolius, R . saxatilis, R. idaeus, R. caesius. 

Peut-être pourrait-on distinguer sous le nom de cylindricus les 
formes dont le turion est arrondi dans toute sa longueur (R. Bcllardii, 
R. rosaceus, R. scaèer, R. serpens.) Hors de là, il n'y a plus aucun 
caractère lixe. C'est avec ses turions anguleux le R. fruticosus L. si 
disséqué. 

Nous espérions qu'un caractère tiré des feuilles simples de l'inflo- 
rescence pourrait donner un groupe spécial. Chez certaines formes 
(adscitus, apiculatus, Boreauanus, clethrophilus, fissus, Genevieri, 
gratus, hvpomalacus, Kœhleri, Lejeunei, macrophyllus, mucronatus, 
myricae, nitidus, obscurus, pallidus, pilocarpus, radula, rhamnifolius, 
rosaceus, rudis, silvaticus, Sprengelii, thyrsoideus, tomentosus, vestitus, 
villicaulis, vulgaris); il existe parmi les feuilles florales une feuille ou 
deux plus ou moins nettement trilobées, comme s'il y avait eu jadis en 
Europe, comme cela existe dans l'Extrême Orient tempéré, des espèces 
à feuilles simples lobées. Malheureusement ce caractère n'est pas 
constant. Il manque souvent chez les formes précédentes et se ren- 
contre chez d'autres formes. On n'en peut donc rien tirer au point de 
vue de la classification, pas plus que de l'asymétrie des folioles pas 
rares chez les Ronces et qui est souvent question d'appréciation ; pas 
plus que du tomentum blanc, question d'ombre ou de soleil. 

H. L. 



04 — 



La Flore adventice (les Nilyiris ou Montagnes Bleues rie l'Inde 



Par Mgr H. LÉVEILLE 



Ii y a 25 ans, nous avons publié dans ce même bulletin !a Flore des 
Nilgirisoù nous avons h- aucoup herbori 

I I .us c< ttc Klorc figuraient les espèces suivantes dont nous étions 
alors incapable de certifier ['indigénat ou d'établir l'adventicité. 11 n'en 
est plus de même aujourd'hui cl nous verrons si ces espèces sont adven- 
ou non 1. 1 dans l'affirmative d'où elles viennent. 



*i* Argemone mexicana L. 
Fumaria parviflora Lamk. 
^ Nasturtium officinale P>r. 
( ardamine hirsuta L. 
Capsella Bursa Pastoris Mœnçh. 
►i< Lepidium sativum L. 
Silène gallica L. 
Cerastium vulgatum L. 
Stellaria média L. 

uliginosa L. 
Spergula arvensis L. 

pentandra L. 

* Portulaca oleracea L. 
Hypericum humifusum L. 

— japonicum Thunb. 

* Oxalis corniculata L. 
Vf Melia Azedarach L. 
►î< Ulex europaeus L. 
Vicia hirsuta Koch. 
TrifoHum repens L. 

^ Acacia dealbata Link. 

*■}> — melanoxylon K. Br. 

►P Eucalyptus globulus L. 

* Circaea alpina L. 
Onothera ti traptera Lamk. 

rosea Lamk. 

odorata Jacq. 
•:: S tnicula < ui opaea L. 
Vf Galium Mollugo L. 
■;; ( !arpesium cernuum L. 
-/.- Xanthium strumariumL. 



v- Artemista vulgaris L. 

* Picris hieracioidea L. 

-V Sonchus arvensis L. 
— oleraceus L. 
Taraxacum officinale Wigg. 
Centaurea melitensis L. 
Hypochaeris glabra I.. 
Anagallis arvensis L. 
Centunculus tenellus Dub. 
Vf Solanum nigrum L. 

* Datura alba L. 

Vf Veronica Anagallis L. 

>%* Vitex Negundo L. 

►î« I intanacrenulataOttoct Dii.tr. 

A l 'runella vulgaris L. 

Mentha aquatica L? 

Vf l 'lantago m ijor L. 

Chenopodium murale L. 

<ft — ambro. ioideum L. 

Sft — album L. 

*i» Atriplex hortensis I . 

^t Amarantus paniculatus L. 

>l-i caudatus 1 .. 

iV Polygonum minus L. 

Fagopyrum esculentum Mœnch? 

►î< Cannabis sativa L. 

►I* Ricinus communis L. 

•:.- Euphorbia helioscopia L. 

•:,- Ceratophyllum demeri um L. 

•;,- Vallisneria spiralis L. 

-.v Juncus glaucus Ehrh. 



- 95 - 



# Luzula campcstris DC. 
•& Acorus calamus L. 
Lemna gibba L. ? 

& — polyrhiza L. 

if Fimbristylis dichotoma Vahl. 

Scirpus fluitans L ? 

# — supinus L. 



& Paspalum sanguinale Lamk 

* Panicum crus-galli L. 

* colonum L. 
% Setaria viridis L. 

* Andropogon centortus L. 
Aiithoxanthum odoratum L. ? 



Les espèces précédées d'une ►£ ont été intentionnellement introduites; 
celles marquées d'un % sont certainement indigènes. 

Ces dernières jusstifîent les deux lois que nous avons dès longtemps 
posées : de la presque ubiquité ou de la plus large diffusion des 
espèces aquatiques et de l'apparition initiale et simultanée des espèces 
sur toute la surface du globe. 

Il ne nous reste donc comme plantes adventices que les suivantes : 



►J< Fumaria parviflora Lamk. 

►î< Cardamine hirsuta L. 

if* Capsella Bursa-Pastoris Mœnch 

ifr Silène gallica L. 

►i< Cerastium vulgatum L. 

►i< Stellaria média L. 

►ï< Spergula arvensis L. 

►i< — pentandra L. 

►ï< Hypericum humfusum L. 

>i< — japonicum Thunb. 

>i< Vicia hirsuta Koch. 

>ï< Trifolium repens L. 

Les 3 Onothera. 



►J Sonchus olcraccus L. 

& Taraxacum officinale Wigg. 

«V Centaurea melitensis L. 

►£ Hypochaeris glabra L. 

►î< Anagallis arvensis L. 

! Centunculus tenellus Dub. 

! Mentha aquatica L. 

*fr Chenopodium murale L. 

►!■ Fagopyrum esculentum Mœnch. 

! Lemna gilba L. 

! Scirpus fluitans L. 

►ï< Anthoxanthum odoratum L. 



La presque totalité de ces espèces sont attribuables à l'action de 
l'homme. Ont été importées dans les cultures accidentellement les 
espèces précédées d'une ►£. Les plantes précédées d'un & sont dues à 
des emballages ou des déchets. Sont enfin advenues grâce à des oiseaux 
migrateurs les végétaux devant lesquels on a placé le signe ! Restent 
les Onothera. D'où sont-ils venus ? Evidemment d'Amérique. Par où par 
l'Est ou par l'Ouest. Nous répondons : par l'Ouest. Il n'y en a pas dans 
les Ghattes orientales. Nous ajouterons : en faisant un crochet par la 
Grande Bretagne. Ils sont près, notamment, des casernes de Wellington. 
Taraxacum officinale auxNilgiris n'est pas antérieur à 1S80. 



- - 

La Dispersion du Narthecium ossifragum 

Par IVIgr H. LÉVEILLÉ 



Cette rare et belle Liliacée si voisine des Tofielda, genre richement 

représente dans le domaine himalayen, se trouve en France dans le 
nord-ouest, l'ouest et le rentre. Elle occupe en Europe une large bande 
du Portugal à la Suède et se retrouve dans l'ancienne Colchide (aire 
disjointe.) Creusons un peu cette dispersion : 

L'espèce qui nous occupe habite donc le nord du Portugal, en 
Espagne : la Galice où elle abonde dans la province de Lugo, les Astu- 
ries et l'ancien royaume de Léon, les Pyrénées, mais dans nos Pyrénées 
françaises elle ne compte dans les Basses-Pyrénées qu'une seule sta- 
tion, se fait plus commune quoique éparse dans la < rironde et les Land< 
s'étend jusque dans l'Auvergne où elle est rare. Signalée comme 
rarissime dans l'Allier, elle manque au Berrv, mais existe dans la 
Haute-Vienne, la Creuse, la Charente-Inférieure et la Vendée où elle est 
toujours rare. Le Loir-et-Cher, la Vienne et les Deux-Sèvres ne la pos- 
sèdent pas. Dans la Sarthe, la localité du Mans est aberrante et très 
intéressante à ce point de vue. Elle semble y remonter au temps des 
grandes alluvions queternaires. Très rare en Maine-et-Loire, elle a, 
dans la Mayenne, une dispersion très spéciale due à l 1 LCtion de l'homme 
dans le dessèchement des marais car assez commune dans l'arrondisse- 
ment de Mayenne, rare dans celui de Laval, elle fait totalement défaut 
dans celui de Château Gontier. 

La Normandie la renferme dans trois de ses départements : Orne, 
Manche, Calvados. Plie y est toujours une rare.é. Ne la cherchez pas 
dans la Flore parisienne. Au contraire, elle est en Bretagne plutôt assez 
commune, sauf pourtant dans la Poire-Inférieure, justifiant ainsi le 
rattachement de la Mayenne au massif breton. Elle s'élève en latitude. 
La voici, grande rareté dans le Pas-de-Calais et la Belgique d'où elle 
g igné la Suéde. 

Le dessèchement lui est fatal. Nous avons vu jadis d'énormes espao s 
quelle couvrait jadis dans la Mayenne, dans la région de Viliepail, 
devenus en peu de temps aussi secs qu'ils étaient tourbeux et la 
bruyère croît ou jadis poussai», le Narthecium. On a détourné ou d 

; ix qui assuraient l'existence aux Drossera et là où 

vivait en abondance le Narthecium, on a Fait de. ; landes à Antennaria 

dioica. 

II. LÉVEILLÉ. 



-97 



SOUVENIR DE GUERRE 

Par Mgr H. LÉVEILLÉ 



Un de nos Confrères ayant pris part comme aide-major à l'expédition 
de Salonique, a bien voulu nous adresser un bon nombre d'espèces de 
cette région dont suit rénumération. Presque toutes ces espèces sont 
mentionnées dans la Flora oriental is de Boissier. Une cependant nous 
a paru nouvelle. Le D r Dugué, obéissant à la consigne, homme de 
discipline, n'a pu relever les localités comme il l'eut désiré. Disons 
seulement que ces plantes ont été recueillies autour de Salonique dans 
un rayon de 30 kilomètres à l'ouest et au nord, et de Doiran à l'ouest, à 
20 kilomètres. 



Renonculacées 

Ranunculus arvensis L. 

— peloponnesiacus Boiss. 
Adonis microcarpa DC. 
Clematis vitalba L. 

— i. crenata. 

— viticella L. 
Anémone blanda Schott et Ky. 
Nigella arvensis L. 
Delphinium consolida L. 

— pereorinum L. 

— tomentosum Auch. 

Papaveracées 

Papaver Rhœas L. 
Hypecoum pendulum L. 

Crucifères 

Alyssum edentulum W. K. 
Berteroa incana DC. 
Erisymum calycinum Gris. 
Iberis Spenneri Jord. 
Lepidium Draba L. 
Sisymbrium Sophia L. 

Capparidacées 

Cleome ptentaphylla L. 



Gistacées 

Cistus villosus L. 
Helianthemum Duguei Lévl. 

Caryophyllacées 

Dianthus carthusianorum L. 

— pubescens Sibth. et Sm. 

— tenuiflorus Gris. 
Lychnis coronaria L. 
Mœnchia mantica L. 

Linacées 

Linum catharticum L. 

Malvacées 

Althaea hirsuta L. 
Malva Alcea L. 

Geraniacées 

Géranium tuberosum L. 

— sanguineum L. 
Lysimachia punctata Jacq. 
Oxalis acetosella L. 



Hypericacées 

Hypericum barbatum Jacq. 
— ciliatum Lamk. 






I lypi riciim olympium L. 
perforatum L. 

— Richerî Vill. 

— rumelieum lîoiss. 

Zygophyllacées 
Tribulus terrc^tris L. 

Leguminacées 

Anagyris fœtida L. 
Anthyllis vulneraria L. 

— tetraphylla L. 
A tragalus cicer. 

— sp. 
Dorycnmm herbaceum Vill. 
Galesra officinalis L. 
Glycyrrhyza glabra L. 
Hymenocarpus çircinnatus Savi, 
Lathyrus aphaca I.. 

— cicera L. 
Lotus decumbens Poir. 
M- dicago mi ni ma L. 

— orbicularis Ail. 
praecox DC. 

Ornithopus ebracteatus P>rot. 
Psoralea bituminota L. 
Trifolium arvcnse L. 

— aureum l 'ail. 

— dalmaticum Vis. 

— rnbens L. 

— subterraneum L. 
Vicia angustifolia Rchb. 

— lJarb izitae Ton. et Jus?. 

— melanops Sibtb. 

— sativa L. 

Rosacées 

Polentilla hirta L. 

— reptàns L. 
Rubus discolor W. et X 



Onothéracées 

Epilobium montanum race lai. 

tum S< b.et M. 

— rare COllinUOl 

( i;nel . 

Lythracées 
Lythrum virgatum L. 

Rubiacées 
A<pcrula longiflora W . K . 

Dipsacées 

Cephalaria auibrosioidca Sibth . 

Scabiosa maritima L. 

Composacées 

Achillea tomentosa L. 
Anacyclus radiatus Lois. 
Calcndula arvensis L. 
Carlina lanata L. 
Centaurea cirrata Rchb. 
— solstitialis L. 
Chondrilla juncea L. 
Cichorium [ntybus L 
Crcpis vire m L. 
Echinops Kitro I . 
Hieracium auricula L. 
Inula sp. 

Microlonchus salmantlcus DC. 
Pulicaria dysenterica L. 
Scolymus hispanicus I 
Scor/.oiura pygmaea Sibth. et Sm 
Senecio viscosus L. 

Gampanulacées 

Jasionc montana L. 
cularia hybrida L. 
spéculum L. 

Primulacées 
Cyclamen europaeum L. 



— 99 - 



Gentianacées 

Erythraea centaurium Pers, 

Conlvolvulacées 

Convul valus cantabrica L. 
althaeoidea L. 

Borraginacées 

Echium sp. 

Heliotropium europaeum L. 

Hyocyamus albus L. 

Scrofulariacées 

Bartsia latifolia Sibth. 
Euphrasia officinalis L. 
Gratiola officinalis L. 
Linaria Pelisseriana. 
— simpiex DC. 
Odontites serotina Lamk. 

Labiacées 

Ajuga chia Poir. 

— chamnepitys L. 
Brunella vulgaris L. 
Salvia verticillata L. 
Scutellaria albida L. 

— Columnae Ail. 

Stachys arvensis L. 
Teucrium cham?edrys L. 

Verbénacées 

Verbena supina L. 

Plombaginaçées 

Plumbago europaea L. 



Liliacées 

Allium schœnoprasum L. 

— sphaerocephalum L. 
Colchicum latifolium Sibth etSm. 
Muscari racemosum I . 
Ornithoçjalum nanum Sibth. et Sm. 

— umbellatum L. 

Scilla autumnalis L. 

Iridacées 

Crocus chrysanthus Bot. Mag. 

— variegatus Hoppe et 

Hornsch. 
Gladiolus segetuni Lamk. 

Orchidacées 

Serapias occultata Guss. 

Cypéracées 

Carex glauca Scop. 
Cyperus longus L, 
Scirpus Holoscha-nus L. 

Graminacées 

^gilops ovata L. 
Andropogon Ischcemum L. 
Anthoxanthum odoratum L. 
Briza minor L. 

— maxima L. 

Bromus commutatus Schrad. 
Koehlera cristata Pers. 
Phleum tenue Schrad. 
Seslera argentea Savi. 

Fougères 

Ceterach officinarum Wild. 



Il nous reste à donner la diagnose de l'espèce nouvelle mentionnée 
dans la précédente énumération et que nous n'avons pu identifier. 

Helianthetnum Duguei Lévl . 

Planta 5-I0 cm. alta, pubescens : folia serpilliformia, obtusa distan- 
tia ; flores parvi ; sepala 3, petala 3, sepala vix sequantia. 



~ lOO — 



Corrections aux Hybrides de France 



Pour les Rubus nous n'avons pas cru devoir conserver à un hybride, 
même en le déclinant, le nom de questicroides donné par M. Sudre à 
la combinaison questieri x thyrsoidens pour éviter toute confusion avec 
d'autres questieroides. 

Par contre, le nom de sericophyllus donné à la combinaison tomen- 
tosus x vestitus est valable par droit d'antériorité et le vocable 
bifockeanus Lévl. doit lui faire place et tomber en synonymie. 



A D D IT IONS 

Kanunculus aquatilis L. 

Baudotioides — - Lamberti Félix, inédit. 
radiant ioides virzionensis Félix . 
trichopliylloides = Lutzii Félix. 

— Baudotii Godr. 

trichophylloides — Segretii Félix. 

— hololeucos Lloyd. 

Lenormandioides Preauberti Félix, inédit. 



L<" Alan». — I inp. A. Bieoaimé, !.. Cbaudouroe, S' 



BULLETIN 



DE 



GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



ORGANE MENSUEL 



de l'Académie Internationale de Botanique 

Jouissant de la Personnalité Civile depuis le n Octobre 1901 

(ANNÉE 19 17) 

TOME xxvn 



^$?r 



VI. A. Félix. — Itinéraire d'une excursion a quelques localités classiques 
de Desegllse. H 

3» Marnac et Alfred Reynier. - Les Phagnalon du Var et des Bouches-du-R. 

VI. H. buDE. — Matériaux pour l'étude du genre HIERAGTUM. 

Vlgr H. Léveillé. — Catalogue déûnitif de la Flore de la Mayenne. 

Vlgr H. Léveillé.— Les Carex de France. 

,d. l'Abbé H. Olivier. — Les Arthonia de la Flore d'Europe. 

jh. P. Grintescu. — Contribution aux Orchidées de la Roumanie. (A suivre.) 



LE MANS (sarthe) 

AU SIÈGE DE LA SOCIÉTÉ 
78, RUE DE FLORE. 78 

19 17 



26 e Année (4 e Série). N° 3 331-332 333 Juillet-Sept. 1917 

BULLETIN 

DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 
Organe mensuel de l'Académie internationale de Botanique 



Au moment de mettre sous presse nous avons le regret d'ap- 
prendre la mort du R. P. B. Merino, notre Directeur ( 1 9 1 4- 
1917), décédé à Vigo (Espagne), le 3 juillet 1917, à 72 ans. 



Ouvrages du R. P: MERINO. 

Contribuciôn a la Flora de Galicia, Tuy, 1897. 
Contribuciôn a la Flora de Galicia: Supl. I, Tuy, 1898. 
Contribuciôn a la Flora de Galicia: Supl. II. 

(Anales de là Soc. Esp. de Hist. Nat. 1899), Madrid. 
Contribuciôn a la Flora de Galicia : Supl. III. 

(Anales de la Soc. Esp. de Hist. Nat. 1901), Madrid. 
Contribuciôn de la Flora de Galicia : Supl- IV. 

(Mémoires de la Soc. Esp. de Hist. Nat. 190), Madrid. 
Flora descriptiva e ilustrada de Galicia : 

T. I, Santiago, 1902. 
Flora descriptiva e ilustrada de Galicia : 

Tome II, Santiago, 1906. 
Flora descriptiva e ilustrada de Galicia : 

Tome III, Santiago, 1909. 
Adiciones a la Flora de Galicia. (En cours de publication). 

Météorologie. 

Observaciônes meteorologicas efectuadas. 



En prévision de la crise du papier, nous faisons ce numéro 
beaucoup plus gros que le suivant. 



Juillet-Septembre. 



ITIUSTÉR^IIRIE 



n i.m: 



Excursion à quelques localités classiques de Deséglise 

par M. A. Félix. 



Les noms de Marçais et de la Servanterie se retrouvent à 
chaque page dans les ouvrages de Déséglise. Il ne peut en être 
autrement, car, bien que les défrichements aient fait disparaître 
en partie les haies et les champs incultes où les rosiers crois- 
saient en abondance, c'est encore aujourd'hui le paradis de l'ami 
des Roses. 

Un coin de cette région, voisin à la fois de iMarçais et de la 
Servanterie, se nomme du reste Rosier, et doit assurément son 
nom à l'abondance des espèces du genre Rosa qui croissent aux 
alentours. 

Marçais, la Servanterie, Rosier, sont des localités dépendant 
de la commune de Quincy, dont le nom est aussi, du reste, très 
souvent rappelé par Déséglise. L'éminent rhodologue habita, en 
effet, pendant de longues années Lamotte d'Incé, commune de 
Mehun-sur-Yèvre, à quelques kilomètres de la Servanterie qui 
fut, avec les environs de Marmagne, d'Allogny, de Berry, le but 
préféré de ses excursions. 

Les indications que je donne plus loin sont très incomplètes. 
Moins favorisé de la fortune que Déséglise, je ne dispose chaque 
année que de rares journées à consacrer à ces localités qui exi- 
geraient de nombreuses et longues visites. 

Descendre à Mehun-sur-Yèvre par le chemin de fer. Aller à 
pied ou en bicyclette jusqu'au pont suspendu de Quincy. Tour- 
ner à gauche et prendre la route de la Servanterie. 

A ioo mètres du pont, sur la gauche, on trouvera un pâtureau 
boisé; dans la haie qui le borde du côté des champs cultivés : 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 103 

Rosa vinetorum Rip. 

— Jund\illii Bess. 

— — — variation subinermis . 

Dans le pâtureau à proximité de la haie et non loin de la 
route, le long des sentiers laits par les bestiaux : 
Rosa separabilis Déségl. 

— lutetiana Lem., variation viridis Rouy. 

— dumalis Bechst. variations. 

— squarrosa, Rau. 

— andegavensis, Bast., variations. 

— Rousselii Rip. 

— fragrans Gren. 

A proximité de la route et à moitié dissimulé dans une touffe 
buissonneuse sur la bordure d'un sentier. 

Rosa silvicola Dés. et Rip. [Gall. X micrantha, Crép.) un 
seul pied se distinguant à première vue des micrantha environ- 
nants, par son port beaucoup plus grêle et son aspect. 

Un peu partout sur la bordure opposée à la route : 

Rosa lutetiana, dumalis, andegavensis, variations. 

— micrantha, Sm. 

— permixta Déségl. 

— micrantha Sm., var. parvifolia, etc. 

Sur la droite, entre la route de la Servanterie et le Cher, avant 
la ferme de Marçais, entrer dans le pâtureau qui borde la route 
et qui est entièrement planté de Rosa. 

Prendre le grand saule comme point de départ; on trouvera 
en partant de ce saule et en faisant le tour : 

Rosa Blondaeana Rip. 

— semiglandulosa Rip. 

— systyla Bast., variation glandulosa. 

— Jund\illi Bess., variations, et notamment une forme inté- 
ressante à gros aiguillons et à fleurs agglomérées en ombelles. 

Rosa lutetiana dumalis andegavensis, diverses variations. 

— micrantha Sm. 

— rubiginosa L. var. apricorum, Rip., etc.. 

Dans la haie qui fait face au mur du parc de la Servanterie, et qui 
borde le chemin continuant celui qui vient du pont de Qulncy: 



104 BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

A l'intérieur : 

Rosa Jundfillii Bess., variation à très grandes folioles. 

— Subdola Déségl. [gallica agrestis Christ). 
Côté du chemin : 

Rosa cinerascens Du m. 

— X subdola Dés. 

— systyla Bast. var. lanceolata. 

— ramossissima Rau. 

— insignis Des. et Rip. 

— permixta Déség., etc.. 

Quitter ensuite le chemin venant du pont, passer devant la 
porte d'entrée du parc de la Servanterie et prendre à gauche le 
chemin qui se dirige vers Marçais. A droite, entrer dans le 
pâtureau enclos de haies. 

On y trouvera en extrême abondance : 

Rosa Jundçillii Bess. presque typique. 

— Jund\illii Bess. forme voisine de R. Pugeti Bor. et, 
avec, par place : 

Rosapumila L. f. , à grandes folioles. 

— X subdola Déség. 

— systyla Bast. 

— hem i trie ha Rip. 

— urbica Lem. 

— andegavensis Bast. 

— agrestis Savi, etc.. 

Cette énumération est très incomplète. Je n'indique, en effet 
que quelques points à visiter; celui qui pourrait visiter l'en- 
semble des localités ferait certainement une récolte bien plus 
variée et composée d'espèces et variétés qui ne sont pas nom- 
mées ici. Il est à peu près certain qu'on devrait rencontrer 
d'autres hybrides du Gallica, du canina, du rubiginosa, etc. Il est 
fort probable, par exemple, que le X R- Fricdlaudcriana existe 
dans ces parages, ainsi que le X R- speciosa. Déséglise indi- 
que à la Servanterie le R. ruralis, que je n'y ai pas encore vu. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 103 

LES PHAGNALON DU VAR ET DES BOUCHHS-DHHONE 

Par les D rs MARNAG et Alfred REYNIER. 



A. — Classement systématique. 

Première espèce : 

Phagnalon sordidum DC (Gnaphalium sordidiim L,., Sp. 
PI., éd. i ; Cony\a sordida L. Mant.) 

Floraison, d'habitude, précoce: partielle quand la fin de 
l'hiver est tempérée ou le premier printemps assez doux ; totale 
en mai ; anthèse des sujets retardataires en juin-juillet. 

Type (genuinum). Si l'on fait abstraction de la variabilité 
numérique (1-6) des calathides chez cette espèce, on pourrait 
adopter, comme qualificatif du Type et expression du nombre 
moyen (3 calathides), l'épitbète tricephalum par laquelle Cas- 
sini, créateur du genre Phagnalon, désignait le Cony^a sordida 
L. Mais nous ne voyons pas le besoin de ressusciter ce quali- 
ficatif tricephalum comportant une trop grande précision ono- 
mastique, fallacieuse pour les jeunes disciples de Flore ; genui- 
num demeure préférable. — Feuilles étroites parce que enrou- 
lées en dessous par les bords, linéaires, longues d'environ 
4-6 centim. Pédoncules peu allongés, montrant le plus souvent, 
chacun, 3 calathides courtement pédicellées ou sessiles, néan- 
moins pouvant porter 6 calathides ; comme aussi le nombre de 
3 s'abaisse tantôt à 2, tantôt à 1 (ce qu'avait reconnu Linné, 
dans son Hortus Cliffortianus, par le caractère « floribus sub- 
ternis )>). Ecailles du péricline, vers le milieu de sa hauteur, 
ovées, obtuses ou parfois obtusiuscules. — Commun sur les 
rochers et vieux murs du Var et des Bouches-du- Rhône, zones 
littorale et intérieure. — Exsicc. : Cénomane, n° 72 (Aubagne, 
B.-du-Rh.). 

a) Sous-variété laxiflorum (Albert, pro varietate ; Bulletin de 

V Académie Internationale de Géographie Botanique, année 

1904) Nob. « Plante moins trapue et plus tardive : juin-juillet. 



106 BULLEIIN DE GÉOGRAPHIE BUTANIQrE 



a Les feuilles sont généralement plus allongées: 5-7 centim. 
a Les pédoncules, également plus longs, ponent 1-2, rarement 
« 3 calathides. N'est pas rare dans les lieux ombragés aux envi- 
a rons de La Farlède (Var). — Albert. » 

b) Sous-variété serotinum Alb., pro varietate; op. cit.) 
Nob. - Feuilles un peu élargies: celles de la tige presque 
« planes. Les pédoncules, plus ou moins allongés, portent 
u 1 calathide ou 2 dont une alors est sessile. Plante tardive : 
.. juin-juillet. Endroits un peu trais aux environs de La Far- 
« lede. — Albert. » 

Variété corsicum (Rouy pro subspecie, Flore de France, 
1903) G. Camus, Bulletin de la Société Franco-Helvétique, 
année 1910. — « L'observation d'un grand nombre d'individus 
« ne permet de voir dans cette plante intéressante qu'une simple 
« variété du Phagnalon sordidum dont elle diffère par ses cala- 
« thides d'un diamètre de près du double. — Camus. » M. Rouy 
avait noté, de plus, que les calathides du corsicum sont « moins 
rapprochées au sommet des rameaux, l'inférieure plus longue- 
ment pédicellée ». Après l'anthcse la calathide perd sa confor- 
mation conique et prend un aspect subcampanulé, les écailles 
périclinales devenant lâchement imbriquées : on croirait avoir 
affaire à la sous-espèce telonense (voir ci-après). — M. Camus 
a distribué des exsiccata de ladite variété, de La Nouvelle 
(Aude), mais il ne l'a pas trouvée dans le Var ; toutefois il la 
connaissait, dit-il, des Alpes-Maritimes. L'un de nous a décou- 
vert, de 191 3 a 10 17, cette plante en plusieurs localités du lit- 
toral varois.- La Valette, sur les murs du chemin conduisant à 
Dardennespar l'hubac du Faron, et sur les poudingues le long 
de la route de La Farlède; La Garde : ruines du vieux château ; 
Toulon : rochers au bord de l'ancien chemin de La Valette et 
autour du fort d'Artigues. La variété corsicum, maintenant 
qu'elle est connue sur le continent français, sera rencontrée 
sûrement ailleurs le long de la Côte-d'Azur, sinon dans les 
l'.ouches-du-Rhône. Par ses calathides assez grosses, elle éta- 
blit le passage du Phagnalon sordidum Type et sous-variétés à 
la variété ambiguum (voir plus loin) de la sous-espèce 
telonense. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 107 

Sous-espèce telonense (Jordan et Fourreau, Breviarium, 
1868) Nyman, Conspectus Florœ Europeœ, 1889. — Exsicc. : 
Cénomane, n° 1 1 74, avec prière de corriger l'erreur d'impres- 
sion (oubli des trois mots essentiels : « sous-espèce telonense ») 
de l'étiquette, ainsi qu'il fut rectifié au Monde des Plantes, n° 
de janvier 191 7. 

Par rapport au Phagnalon sordidum Type et à la variété cor- 
sicum, la sous-espèce telonense a pour caractèçes : Pédoncules 
généralement monocéphales, assez longs, munis d'une seule 
feuille raméale à leur base (chez l'espèce Phagnalon saxatile, 
dont nous parlerons dans un instant, on voit plusieurs feuilles 
raméales groupées à la base de chaque pédoncule). Calathides 
(un peu inférieures en grosseur à celles du Phagnalon saxatile) 
habituellement plus volumineuses que celles du Phagnalon 
sordidum genuinum, lesdites calathides encore tant soit peu 
plus grosses que celles de la variété corsicum. Péricline non en 
cône (la conformation conique est constante, avant l'anthèse, 
chez le Phagnalon sordidum Type], mais plus large, subcam- 
panulé. Ecailles périclinales vers le milieu de la hauteur de la 
calathide (non celles tout à fait inférieures) manifestement 
ovées-subarrondies au sommet (elles sont lancéolées-acuminées 
chez le Phagnalon saxatile), lâchement imbriquées, à la fin 
étalées (point réfléchies comme celles du Phagnalon saxatile). 

En vertu de ces caractères on jugera tout à fait naturel le 
classement systématique qu'a proposé Nyman, op. cit., pour la 
plante de Jordan et Fourreau. Le Phagnalon telonense doit 
être rattaché, à titre de sous-espèce, au Phagnalon sordidum 
DC, nullement au Phagnalon saxatile Cass. (1) ; car la confor- 
mation des écailles du péricline, dans le genre Phagnalon, a 

(1) Avec perspicacité Jordan et Fourreau (Breviarium, 2, p. 61), observent: 
« .... Phagnalon telonense absque dubio recedit a Phagnalon saxatile : 
« capitulis minoribus et involucri squamis ovatis vel ovato-oblongis nec 
t lineari-lanceolatis, obtusiuscu,lis nec acuminatis.. . 

(2) C'est en se basant sur les différences des écailles périclinales chez le 
Phagnalon saxatile Type et chez la variété intermedium DC de cette 
espèce, que Cassini n'a pas craint d'élever la plante de De Candolle au 
même rang spécifique : Phagnalon Lagascœ Cass. C'est encore en s'ap- 
puyant presque'exclusivement sur les écarts morphologiques des écailles du 
péricline. que M. Rouy, FI. de Fr., accorde le rang de race, par rapport au 
Phagnalon Tenorei Presl, au Phagnalon annotinum Jord. des Basses-Alpes. 



10H BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BnTAN'IuUE 



une importante valeur distinctive 2 ; il serait illogique d'éloi- 
gner deux plantes dont le plus grand nombre des écailles péri- 
clinales sont, à très peu près, identiques : ovées-subarrondies 

au sommet. Si, arbitrairement, on rattachait le Phagnalon 
telonense à l'espèce de Cassini écailles lancéolées-acuminées), 
il faudrait convenir de l'existence d'une dissemblance considé- 
rable quant à la conformation de l'organe floral le mieux appro- 
prié pour mettre en relief tout de suite le Phagnalon de Jordan 
et Fourreau. 

La sous-espèce telonense normale est assez répandue sur le 
littoral du Var, y croissant tantôt en colonies isolées, tantôt au 
voisinage du Phagnalon sordidum ou du Phagnalon savatile; 
chacune de ces plantes, par son envahissement des murs et 
rochers, stations indispensables aux xérophiles, restreint le 
champ de lutte pour la vie indépendante des deux autres. 
Habitat : Toulon (localité classique) ; Hyères (Jordan et Four- 
reau) ; Bormes (Roux) ; La Valette : au pied méridional du Cou- 
don (Reynier); La Farlède (Albert); forêt du Dom et île de 
Port-Cros (Flahault) ; Sixfours (Roux); Pépiole (Marnac). Dans 
les Bouches-du-Rhône : La Ciotat : au Bec-de-1'Aigle et à 
N.-D. de la Garde (Castagne, Roux, Marnac et Reynier). L'aire 
géographique méditerranéenne de la sous-espèce telonense est, 
d'après M. Rouy : Italie, France, Espagne, Algérie. 

a) Variété ambignum Albert, Bulletin de /' Académie Inter- 
nationale de Géographie Botanique, année 1004. (Synonyme: 
« Phagnalon hybridum » Albert, même Bulletin, année 1902.) 
Sous deux noms différents, — remarquer la postériorité (indice 
de la tergiversation d'Albert devenu moins aftimatifj du vocable 
t ambignum iqoq» s'appliquant à la même plante, sauf 
minimes écarts morphologiques d'ordre végétatif, que 1' « hybri- 
dum » de 1902, — la variété en question ne saurait être admise 
comme un incontestable produit adultérin des espèces sordi- 
dum et saxatile. Notre confrère défunt de La Farlède avait été 
influencé, en 1902, par ce qu'un ami lui apprit (il en causa 
avec l'un de nous : Le Phagnalon telonense, lui avait-on fait 
savoir, est tenu, dans l'Herbier Normal édite par Dorfler, à 
Vienne en Autriche, pour un hybride, d'origine ancienne, se 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE. 109 



comportant aujourd'hui comme une espèce véritable (i). Sous 
l'empire de cette interprétation plus ou moins plausible, Albert, 
ayant observé, chez sa plante de La Farlède, des écailles péri- 
clinales « plus atténuées au sommet », détail, au fond, sans 
grande portée, mais pouvant être conçu sans doute comme une 
transition vers les écailles aiguës du Phagnalon saxatile, sup- 
posa la production d'un croisement actuel analogue à celui qui 
aurait, selon le botaniste autrichien, donné naissance jadis au 
Phagnalon telonense. Vu la théorie, à la mode, de l'hybridation 
affirmée sans preuves, nous ne sommes point surpris que le 
vocable « hybridum » (celui d' « ambiguum » passé sous complet 
silence) ait prévalu dans la Flore de France de M. Rouy, qui 
ajoute un second caractère : « écailles du péricline jamais réflé- 
chies » ; par malheur cette prétendue particularité confirme 
purement et simplement ce qui se voit sur tous les pieds nor- 
maux de la « race telonense » nullement crue hybride, avec 
raison, par notre distingué confrère. Il reste à démontrer expé- 
rimentalement, en jardin-laboratoire, l'influence positive du 
pollen du père hypothétique, sinon tout esprit pondéré inter- 
prétera avec réserves judicieuses l'assertion dont le Catalogue 
des Plantes du Var, 1908, par Albert et Jahandiez, souligne 
l'incertitude : « X ? [sic] Phagnalon ambiguum. Parmi les 
parents supposés [sic]. » 

Habitat de la variété ambiguum : La Fariède : vieux murs 
(Albert) ; Toulon : sur des rochers autour du fort d'Artigues 
(Reynier). Immanquablement cette plante sera retrouvée dans 

(1) Ecartant comme insoluble le problème d'une origine du Phagnalon 
telonense par voie d'hybridation dans les temps préhistoriques, nous esti- 
mons que la place de cette plante (manifestant, de nos jours, son autono- 
mie par la production d'akènes fertiles) se trouve sur les limites indécises 
où confluent les congénères Phagnalon sordidum DC et Phagnalon saxatile 
Cass. Pour ces deux espèces, suffisamment tranchées dans leurs caractères 
d'ensemble, il en va comme pour les trois quarts des types linnéens que 
toutes les Flores enregistrent : maints passages naturels sautent aux yeux 
des botanistes les moins attentifs (il suffit de remémorer les classiques 

« intermedius », « transiens », « vergens ad », etc.). — M. Rouy signale 

chez le Phagnalon methanœum Hausskn., de Grèce, une affinité étroite 
avec la sous-espèce occidentale telonense ; nous admettons volontiers cette 
proche parenté; toutefois, à la suite de Nyman, nous faisons dépendre la 
plante de Jordan et Fourreau du Phagnalon sordidum; le Phagnalon 
methanœum, oriental, se rattache mieux, d'après le Novus Conspectus Florœ 
Europœ de M. Gandoger, au Phagnalon saxatile. 



ll<> BILLETIN DE GÉOGRAPHIE UdTA.IIQUL. 



les Bouches-du-Rhône et dans les Alpes-Maritimes ; nous ne 
nous expliquerions pas, d'ailleurs, son absence à l'ouest et a 
l'est du département du Var, si l'on persévère à imaginer un 
croisement possible, puisque les deux prétendus i parents » 
végètent depuis Cassis (B.-du-Rh.) jusqu'à la frontière ita- 
lienne. 

b) Variété latifolium Albert, même Bulletin, 1904. « Plante 
« formant de maigres touffes, à tiges peu développées. Feuilles 
« caulinaires largement linéaires, les raméales plus étroites, 
« légèrement roulées par les bords. Péricline campanule, à 
« écailles largement orales, subarrondies au sommet , les internes 
« linéaires, brusquement atténuées. La Farlède. Plus tardive 
« que le Phagnalon telonense typique. — Albert. » Cette 
variété est éminemment instructive par ses écailles « largement 
ovales, subarrondies au sommet » ; personne n'hésitera à recon- 
naître une frappante corrélation entre de telles écailles péricli- 
nales et celles du Phagnalon sordidum. On chercherait vaine- 
ment, sur n'importe quel pied de Phagnalon saxatile, une con- 
formation identique et nous ne voyons pas sous quel autre 
rapport, en présence de l'espèce de Cassini et de la variété lati- 
folium Alb., on relèverait des points de contact morpholo- 
giques battant en brèche le rattachement, si naturel, de la 
plante de Jordan et Fourreau à l'espèce de De Candolle : Pha- 
gnalon sordidum. 

Deuxième espèce : 

Phagnalon saxatile Cass. (Gnaphalium saxatile L.,Sp. PI., 
éd. 1 ; Cony\a saxatilis L., Sp. PI., éd. 2.) 

D'excellentes descriptions se trouvent dans les Flores fran- 
çaises, nous y renvoyons le lecteur. — L'époque de floraison 
est la même que pour le Phagnalon sordidum. — Habitat : 
coteaux arides, rochers, vieux murs, toitures délabrées, de la 
zone littorale ; le Phagnalon saxatile ne s'avance pas à l'inté- 
rieur de nos deux départements. Dans le Var cette espèce n'est 
pas rare : L'Esterel, à Colle-Rousse et dans le Malpey (Perrey- 
mond); Toulon, au Fort-Rouge (Robert); Hyères : rochers 
maritimes vis-à-vis des îles (Gérard); Grimaud (Hanry) ; Six- 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 111 

fours et Val d'Arèn, près du Bausset (Roux) ; Solliès-Toucas, La 
Farlède, La Crau : au Fenouillet (Albert) ; Carqueiranne 
(Jahandiez) ; Le Pradet, La Valette et Bandol (Reynier) ; Saint- 
Tropez: à Saint-Joseph et à Château-Martin (G. et A. Camus). 
Dans les Bouches-du-Rhône le Phagnalon saxatile est beau- 
coup moins répandu : La Ciotat : du Bec-de-PAigle à N.-D. de 
la Garde (Castagne, Roux, Marnacet Reynier) ; Cassis: rochers 
de l'anse de Portmiou (Reynierj. 

Aucunes variété' ou sous-variété de l'espèce de Cassini ne nous 
sont connues en Provence; mais il se peut que l'on finisse par 
trouver le Phagnalon saxatile var. intermedium (Lagasca pro 
specie, sub « Cony^a ») DC, Prodrome, plante signalée en deux 
localités des Pyrénées-Orientales par M. Rouy. 

B. — Remarques. 

I 

Grenier et Godron, Flore de France, vol. 2, 1 852, indiquent 
l'espèce Phagnalon saxatile Cass. à « Marseille ». A notre con- 
naissance, personne n'a encore vu cette plante sur le territoire 
marseillais et il est à croire qu'il y a eu interprétation inexacte 
du dire de Mutel FI. Fr., tome 2, i835 : « Soleirol a reçu de 
Marseille le Convia rupestris L. et Desf. [Cony^a saxatilis 
Bory et Chaubard, Plantes de la Morée, non Linné). » D'après 
la diagnose fournie par Mutel, l'espèce reçue de Marseille par 
Soleirol ne serait pas du tout le Phagnalon saxatile, ce serait 
bien le Phagnalon rupestre DC Or cette dernière plante n'a, 
modernement, été cueillie par quiconque dans les Bouches-du- 
Rhône, ni dans le Var. En résumé, l'indication à Marseille, soit 
de l'espèce de De Candolle, soit de celle de Cassini, demeure 
problématique, l'exsiccatum, disparu, de Soleirol ne pouvant 
être vérifié. 

II 

Castagne, Catalogue des Plantes des Bouches-du-Rhône, édi- 
tion Derbès, 1862, n'indique pas le Phagnalon saxatile Cass. à 
Marseille, mais à Puy-Sainte-Réparade, localité du nord-ouest 



112 BULLETIN il GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

du département, rive gauche de la Durance. Voici sur quel 
texte s'appuyait, c'est à croire, Castagne : 

L'Histoire des Plantes des environs J'Ai.w 1715, de Garidel, 
dit, d'abord, page i5j : « Elichrysum silvestre, latifolium, flore 
« parvo, simplici Inst. Rei Herb., 452. Elichryso silvestri, dore 
ci oblongo, similis C. B. Pinax, 265. Staechadi citrino alteri 
« inodoru.' Lobelii affinis, capitulis minoribus J. B., Hist. PL, 
« i5j. M. Luc de Beaumont, illustre Consulaire de cette ville 
» d'Aix, a trouvé cette plante aux environs du vieux château du 
« Puech ou du Puy-Sainte-Réparade, où elle vient assez abon- 
« damment. » Les noms donnés par Tournefort, Gaspard et 
Jean Bauhin à cet Elichrysum se rapportent, d'après la concor- 
dance synonymique, au Phagnalon saxatile Cass. ; toutefois 
n'y avait-il pas eu une erreur de détermination imputable à 
Garidel ? 

Ensuite, pages 1 5j, 1 58 du même livre, on lit : « Elichrysum 
« silvestre, latifolium, flore magno, singulari Inst. Rei Herb., 
« 432. Heliochrysum saxatile, singulari capitulo, acuto et 
« angusto, Staechadi folio Bocc. in Museo part. 2, 142. Heli- 
« chrysum saxatile ejusd. Tabern., Icon. 104. M. Joannis a 
« trouvé cette plante dans le territoire de Rognes et il me l'a 
« communiquée. » A cause de la particularité « Hore magno », 
il ressort que cet Elichrysum ou Heliochrysum n'était point 
identique à celui de Puy-Sainte-Rcparade. Pour expliquer la 
chose, Gérard, Flora Gallopt ovincialis, 17 16, p. 21 3, a émis 
l'opinion que la plante de Rognes (Joannis legit) serait une 
variété à grandes fleurs de l'espèce précédente, « flore parvo », 
cueillie a Puv-Sainte-Réparade par Luc de Beaumont. Gérard 
se fonde sur l'adaptation probante (selon lui d'un nom-phrase 
accompagnant l'icône n° 426 des planches de Barrelier: « Chry- 
socome latifolia major singulari flore ». 

En l'état de la glose, ce qui est répréhensible chez le Flora 
Gallopr ovincialis, c'est l'abandon de la question d'habitat. Ne 
se préoccupant plus de Puy-Sainte-Réparade et de Rognes, 
Gérard cite le « Gnaphalium... [ 1 1 mots pour le nommer en le 
décrivant d'après le mode archaïque bauhiniejl] » de VHortUS 
Clijfortianus de Linné \Con}'\a saxatilis L., Sp. PI.) : « in 



BULLETIN DE GÉOGUAPHIli BOTANIQUE 113 

maritimis rupibus versus insulas Stœchadum », parages d Hyères 
(Var) assez loin d'Aix 1 Nous nous demandons quelle plante 
avait visée, au juste, Barrelier par son « Chrysocome latifolia» ■. 
du Phagnalon saxalile on ne peut guère dire qu'il possède de 
larges feuilles ! Revenons à Y Histoire des Plantes des environs 
d'Aix. Comme les habitats de Puy-Sainte-Réparade et de 
Rognes présenteraient un réel intérêt phytogéographique à cause 
de leur éloignement de la zone littorale où se cantonne d'habi- 
tude, chez nous, le Phagnalon saxatile, il nous sera permis d'en- 
gager quelque zélé botaniste aixois à aller, à tout hasard, 
explorer le massif de laTrévaresse poursavoirsi,ouiou non, il s'y 
trouve un EUchrysum autre que 1' « Elichrysum silvestre, 
angustifolium, capitulis conglobatis C.B., Pinax [Phagnalon 
sordidum DC] ». 

III 

Castagne, op. cit., indique en outre le Phagnalon saxatile 
Cass. à « Arles ». Ici on est en face d'une bévue identique à 
celle qui lui fit citer à Tarascon et à Arles (B.-du-Rh.) le 
Kochia prostrata Schr., voir Notes Rectificatives Botaniques, 
par Alfred Reynier. Bulletin de la Société Botanique de France, 
séance du 12 octobre 1906. Une lecture tant soit peu attentive 
des lignes où Grenier et Godron, Flore de France, indiquent le 
Phagnalon saxatile dans le Roussillon, aurait fait comprendre 
le sens non ambigu de ce que dit le 2 e volume, p. 95, de ladite 
Flore : « Phagnalon saxatile Cass. : Le Boulou, Prats-de- 
Mollo, Arles, Prades, Villefranche, Olette, etc. » Certes, il était 
facile à Castagne, à moins d'une grande distraction d'esprit, de 
ne pas confondre Arles-sur-Tech (Pyrénées-Orientales) avec 
Arles-sur-Rhône (B.-du-Rh.) ! 

IV 

Autre cas d'application de YErrare humanum est! M. Rouy, 
Flore de France, indique à « Hyères », sur la foi, dit-il, de 
« Duby », le Phagnalon Tenorei Presl. (= Phagnalon rupestre 
DC). Il suffit d'ouvrir le Botanicon Gallicum de Duby, vol. 1, 
p. 267, pour lire, aux localités: « Conyça saxatilish. [Phagna- 



114 BULLETIN Dl GÉOGRAPHIE BOTAMQOE 



Ion saxatile Cass.] : circa Olbiam ». Tous les botanistes savent 
que la ville appelée Olbia par les Romains conquérants des 
Gaules porte aujourd'hui le nom d'Hyères. L'indication de la 
région hyéroise par Duby correspond évidemment au texte 
d'A.-P. De Candolle, Flore Française, vol. 4, p. 140 : « Cony^a 
saxatilis L. [Phagnalon saxatile Cass.] : près les isles d'Icres, 
selon Gérard». (Ce dernier avait écrit, Flora Galloprovincialis: 
« in maritimis rupibus versus insulas Sthcvcadum ». (Iles 
Sthaecades = îles d'Hyères.) 

Nulle incertitude donc : ni Gérard, ni De Candolle, ni Duby (qui 
onques n'herborisa en Provence et ne distribua le moindre exsic- 
catum cueilli à Hyères, si ce n'est peut-être pas son compatriote 
suisse Stire habitant Nice) n'ont confondu le Phagnalon saxatile 
avec le Phagnalon Tenorei Presl. Cette dernière plante, mieux 
dénommable Phagnalon rupestre DC, n'a été trouvée par qui 
que ce soit dans le Var. A Annot (Basses-Alpes 1 , non loin de la 
limite départementale varoise, feu Reverchon découvrit, il est 
vrai, en 1888, un «Phagnalon fragile » auquel Jordan donna le 
nom de Phagnalon annotinum, binôme changé, par M. Rouy, 
en Phagnalon Tenorei Presl race annotinum. Mais, pas plus 
que le Phagnalon rupestre DC, ce ^fragilc-annotinum » ne croît 
dans le Var; en conséquence, le Phagnalon indiquable aux 
environs d'Hyères, sur la foi de Gérard, De Candolle et Duby, 
est simplement le Phagnalon saxatile Cass. ! 



Matériaux pour l'étude du genre HIERACIÏÏM 

par M. H. SUDRE 

Fragment VI (19 17) 

Sect. Cerintlioidea Koch. 

Groupe de l'H. LA\VSO\ll Vill. 

H. rurpivivum Sud. ; H. eriocerinthe var. confusissimum 
Sud. prius; H. neophlomoides Arv.-T. Cat. p. 07 p. p.\H. 
saxatile A. -T. et G. exsicc. p. p. — Exsicc. : Arv.-T et G. H, 
H. N'' 74-75 {H. saxatile), 279, 284-290 p. p. [H. phlomoides 
var. Friesii =— H. neophlomoides p. p.). 

Ab Lawsonii Vill. distinguai) r : foliis viridibus, haud 
glaucis, radicalibus acutioribus vel subacuminatis, intimis lart- 
ceolatis, caulino inferiore ovato-acuminato, basi leviter atte- 
nuato ; caule crasso, omnino piloso, usque ad basin parce glan- 
duloso ; pedunculis aperte canofloccosis, sat dense longeque 
glandulosis, disperse pilosis, squamis apice ± patulis, akeniis 
4 mm. longis. Inter H. Lawsonii Vill. et H. eriocerinthe Fr. 
intermedium sed neutiquam hybridum. 

Ab H. eriocerinthi Fr. differt caule reducto, 8-1 5 cm. alto, 
o-i-phyllo, foliis integerrimis, pilis fere semiplumosis. 

France: Ariège, rochers calcaires de la chaîne du Plantaurel, 
au Mas d'Azil, 5oo m. ; Hautes-Pyrénées, entre Luz et Gèdre, 
75o-8oo m.; Espagne: Aragon, Sallent (Soulié); vallée 
d'Aran, mont de Ruda, rocailles calcaires, vers 2000 m. ; 
Artiés, Bazerques, etc. 

Groupe de l'H. GERIMTHOIDES L. 

H. benearnense Sud. ; H. cerinthoides var. benearnense? — 
Exsicc. : Sud. Herb. Hier. [fasc. prop.) 

Gymnopodum ; caulis glaber, laevigatus, 2-5 dm. altus ; folia 
subtus et in petiolis disperse pilosa, integerrima vel sinuato- 
dentata, radicalia ovata, elliptica vel obovata, in petiolum 



M»; RULLITH DE CÉOGnAPBIE BOTANIQUE 



rt abrupte contracta, exteriora obtusa. intima acuta, caulina 
2-3, remota, imum vulgo radicalibus simile, petiolatum, 
snpremum sessile, basi rotundatum : pedunculi parce floccosi, 
glandulosi, glabri vcl disperse pilosi; involucrum glandulosum 
et pilosum, 11-12 mm. longum ; sii^mata fuscescentia. 

1. pseudalatum, — Caulis 3-5 dm. altus; folia± dentata, cau- 
lina vulgo 3, imum ovatum, in petiolum alatum subcontracto- 
attenuatum. Habitus H. alati Lap. a quo differt foliis glaucis, 
lucidis, caulinis paucioribus, caule glabro, Isvigato, stigmati- 
bus obscuris, etc. 

2. gracilentiun. — Caulis 20-35 cm. altus, gracilis, 2-tolius ; 
folia integerrima vel sinuato-dentata ; capitula pauca, 1-4. 

Basses-Pyrénées : vallée d'Aspe, rochers calcaires, lieux her- 
beux, entre Sarrance et Bedous, à 1 kilom . 5 en aval de Bedous, 
altitude 400 m. 

Assez nettement intermédiaire entre H. cerinthoides L. et 
H. alatum Lap. Les pieds robustes ont tout à fait le faciès de ce 
dernier, tandis que les pieds grêles rappellent plutôt le premier. 
Si l'on voulait, à l'exemple de Negeli et Peter, donner une for- 
mule à cette plante, on pourrait écrire: H. cerinthoides-alatum. 
Toutefois YH. benearnense n'est pas hybride, car YH . alatum 
Lap. manque dans la vallée d'Aspe. 

H. Boutignyanum A. -T. — Exsicc. : Sud. Herb. Hier. 
[fasc. propinq .). 

Basses-Pyrénées : Vieux murs calcaires, à Pontsuzon, com- 
mune de Sarrance, dans la vallée d'Aspe, 370 m. Paraît avoir 
disparu de Lourdes, sentier des grottes du Calvaire, où je l'ai 
vainement cherché dernièrement. 

II. VltIVI<;01l>l>* G. G. /. c. II, p. 3-i. 

Espèce peu connue jusqu'à ce jour et mal interprétée. Elle 
manque dans la plupart des grands herbiers et n'a pas été 
signalée ailleurs que dans la vallée d'Aspe. Dans l'herbier 
d'Arvet-Touvet, l'espèce est représentée par une simple rosette 
de feuilles radicales et l'étiquette porte : "ex herb. Rouy. cum 
H. Coderiano A. -T. et G. 2 specim. mixtum » (leg. Loret). 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE. 117 

Grenier et Godron ont décrit cette espèce dans le groupe des 
Vulgata et depuis tous les auteurs qui ont eu à s'occuper de 
cette plante ont accepté cette interprétation. Fries {Epie. p. 91) 
l'a rattachée à son H. murorum * silvaticum, mais il est possible 
que cet auteur n'ait pas vu de spécimens authentiques <V H. arni- 
coides, car il cite la table 159 des Icônes de Reichenbach, qui 
représente un simple H. murorum et non l'espèce de la vallée 
d'Aspe. il est vrai qu'il mentionne aussi le n° 2299 de Billot, 
provenant des environs de Lourdes et qui, sans être exactement 
VH. arnicoides G. G., en est très rapproché, ainsi que je l'éta- 
blirai tout à l'heure. 

M. Rouy, dans le tome IX de sa Flore de France, a considéré 
VH. arnicoides G. G. comme une sous-espèce de VH. cine- 
rascens Jord. ; mais les spécimens de Loret sur lesquels il a 
établi sa diagnose appartiennent à la sect. Cerinthoidea, ainsi 
que cela résulte de la note d'Arvet-Touvet donnée plus haut. 
De plus la var. (3. convenarum Rouy l. c. de VH. arnicoides 
appartient aussi incontestablement à cette section . Arvet-Touvet, 
dans son Catalogus, a aussi classé VH. arnicoides G. G. dans 
ses Trivialia, c'est-à-dire dans les Pulmonaroidea Koch, mais 
j'ai déjà dit que cette espèce manque dans l'herbier de ce bota- 
niste, ou n'y est représentée que par un exemplaire absolument 
insuffisant pour l'étude. 

Afin d'être fixé sur cette espèce, qui me paraissait un peu énig- 
matique, je me rendis le 9 juin dernier dans les Basses-Pyrénées 
et remontai la vallée d'Aspe depuis Oloron jusqu'à Bedous. Je 
pus la récolter en assez grande abondance du côté d'Escots, 
de Sarrance et de Bedous, où elle croît pêle-mêle avec 
d'autres formes de la sect. Cerinthoidea: H. anglicum Fr., 
prasiophœum. A. -T. et G. etc. Or j'ai maintenant la certi- 
tude que cette espèce appartient bien à cette dernière 
section: le réceptacle est un peu cilié et la feuille caulinaire 
supérieure est presque toujours sessile et même assez souvent 
un peu embrassante à la base. Certains pieds ont tout à fait le 
faciès de VH. Coderianum A. -T. et G., mais s'en distinguent par 
leurs stigmates livides et non jaunes. Je n'ai pas vu ce dernier 
dans la vallée d'Aspe de sorte que j'ai tout lieu de croire 

Juillet-Septembre. 8 



118 BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



qu'Arvet-Touvet aura été trompé par les apparences et que les 
spécimens de Loret appartiennent bien tous a YH. arni- 
ca ides G. G. 

Ce type étant bien connu, je me suis demandé s'il était spécial 
à la vallée d'Aspe, ainsi qu'on l'avait cru jusqu'ici? Or, parmi 
mes nombreux spécimens que je possède des Pyrénées, j'en ai 
trouvé qui ne diffèrent en rien de la plante du Béarn, et d'autres 
qui se relient à ce type par des intermédiaires insensibles et 
qu'il v a lieu d'envisager comme de simples variétés. En parti- 
culier une plante du Pech de Foix, qu'Arvet- Touvet avait 
déterminée H. prasiophœum A.-T et G., est un H.arnicoides 
G. G. très typique. Il en est de même d'autres échantillons pro- 
venant de la Roque-de-Fa, dans les Corbieres, du Val d'Aran, à 
Salardu, de Catalogne et d'ailleurs. 

Voici les caractères essentiels des principales variétés de Y H. 
arnicoides G. G. et leur synonymie : 

a. genuinum Sud. — Exsicc. : Sud. Herb. Hier. fasc. pro- 
pinq. — Feuilles radicales, largement ovales, les externes obtu- 
ses, les internes aiguës, ± brusquement contractées à la base, 
entières ou sinuées-denticulees, les caulinaires 1-2, la supé- 
rieure réduite; ligules à dents glabres ; réceptacle à peine cilié. 

p. laurentinl'm ; H. laureiitinum Jeanb. et Timb. Bull. Soc. 
Se. phys. et nat. Toul. (1883-84), p/. '4î H- subalatum f. lau- 
rentina A.-T. et G. — Exsicc. : Sud. : Herb. Hier. n° 328. — 
Feuilles radicales ovales ou ovales-elliptiques, aiguës, denti- 
culées, brusquement contractées ou même subcordées à la base, 
la caulinaire ordinairement unique ; plante plus ériopode, à 
réceptacle ± cilié. 

Corbieres, Capsir, Laurenti. 

y. isLiToiDES Sud. Herb. Hier. N" 276, 32ô, 327; H. arni- 
coides Billot n° 2299; H. blitoides Arv.-T. et G. H. G. (1898 
cum diagn.) ; Bull. Soc. Bot. Fr. t. LI (1904)/?. XLV ; Arv.-T. 
Cat. p. 329/7. p.; H. anglicum var. blitoides Rouy l. c. 3i 3 ; H. 
thlaspidifolium Arv.-T. et Neyr. Bull. Soc. Bot. Fr. t. LI 
(1904),/?. LXI; Arv.-T. Cat. p. 221; H. convenarum Timb. 
pr. mm.p; H. subovatum $ viduatum, prasiophœum, falcidens t 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 119 

chondrosœoides Arv.-T. et G. p.p.\H. neochrysanthemum A. -T. 
Cat. p. 190 p. p. — Exsicc. : Arv.-T. et G. H. G. n is 110 
[H. viduatum) 218, 219 (p. p.) 221-223, 224 {H. viduatum) : 
1202 {H. chondroseoides), 1439 (H. thlaspidifolium) ; H. H., 
n is 56, 110 [H. viduatum). — Feuilles radicales oblongues ou 
ovales-lancéolées, denticulées ou profondément dentées, les 
caulinaires i-3; ligules ± ciliolées ; réceptacle plus manifeste- 
ment cilié. 

Cette variété, parfois à peine distincte du type, est beaucoup 
plus répandue que ce dernier et se rencontre sur toute la chaîne 
des Pyrénées, de préférence dans les terrains siliceux et les lieux 
herbeux. Les var. a. et (3. paraissent calcicoles. 

De Y H. arnicoides G. G. envisagé comme espèce principale, 
on peut rapprocher, à titre d'espèces de 2 e ou 3 e ordre : 

H. solidagineum Fr., H. Coderianum Arv.-T. et G., H. Guil- 
hotii Sud. et H. olivaceifortne Sud. 

Sect. Cnaïtocerintliea A. -T. 

H. LAMYI F. Schultz. f. brachyphyllum. — Exsicc. : 
Sud. Herb. Hier. n° 372. — Folia caulina breviter ovata, sub- 
cuspidata, serrato-dentata. 

Tarn : Montcouyoul, rochers des Fontanelles. 

Ces caractères, que j'avais remarqués sur la plante spontanée, 
se maintiennent par la culture et donnent à l'espèce un faciès 
particulier. 

M. le D r Biau a décrit sous le nom à'H. Verguinii une plante, 
paraissant différer du type par son port très grêle et ses pédon- 
cules moins poilus. Or les individus que j'ai obtenus en repro- 
duisant VH. Verguinii par semis ont atteint, dès leur seconde 
année, près de 1 m. de hauteur, de sorte qu'il n'y a pas lieu de 
conserver cette force même à titre de variété. 

Sect. Aurella Koch. 

H. (lllOHOPSls G. G. var. spectabiliforme Sud.; H. 
corruscans f. genuina A.-T . in hb. Sud., non Fr. ; H. Mutelii 
var. giganteum et H. Mutelii var. subobscurans A.-T. in hb. 
Sud. 



120 BULLETlft DE GÉOGRAPHIE HOIAMQIK. 



Hypophyllopodum, elatum, foliosum, ubique mollitcr pilo- 
sum; folia caulina 5-8, elliptico-lanceolata, sinuato-denticulata, 
supra glabra vel disperse pilosa ; involucrum 13-14. mm. lon- 
gum, squamis obtusuisculis vel subacutis; stigmata lutea. Ad H. 
Morisianum vergens sed squamis minus acuminatis, involucris 
minoribus. 

Alpes: Le Lautaret, au Picd-du-Col (Neyra) ; Villard-d'Arènc, 
bois de Soûles; le Lautaret, sous la Mendette, 2000 m. 
(A. Faure). 

11 Moiti^iwi M Rchb.; H. t<nnentosum-scor\oneri- 
foliitm N. P. 

J'estime que la plante appelée H. blepharanthum par Arvét- 
Touvet correspond exactement au type de Reichenbach. A YH. 
Morisianum appartiennent les variétés suivantes : 

a. suberiophyllum; H. Pamphilii var. subvillosum et var. sube- 
riophyllum Arv.-T. Cat. 49 et H. Monnieri A.-T. H. G. n° 724. 

p. coloratum ; H. Pampliilii var. coloratum Arv.-T. Alp . 
p. 27; H. Mutelii var. canescens A.-T. prius ; H. Monnieri 
A.-T. H. G. n* 335, 556. 

y. subdepilatum Sud. Hcrb. Hier, n 3o5; H. Pamphilii v . 
genuinum A.-T. Cat. p. 49 [pr. max.p.) et H. chloropsis A.-T. 
Cat. p. 47 p. p. et en outre la suivante, découverte par M. Cl. 
Bicknell : 

S. ANGusTiFOLif.M. — Exsicc. : Sud. Herb. Hier. f. IX. — Folia 
supra glabra vel vix pilosa, caulina anguste oblongo-lanceolata, 
acuminata, H. scorqonerifolium revocant ; pili ubique densis- 
simi ; caulis dense floccosus, ramosus, ramis rlexuosis elon- 
gatis. 

Ligurie : Val Casterino di Tenda, i55o m. (Cl. Bicknell . 

II. 4RGOTHRIX N. P.; H. Michclianum A.-T. et 
Bell i . — Exsicc. : Sud. Herb. Hier., n° 304. 

Très belle plante, à port d'H. valdepilosum Yill., mais beau- 
coup plus velue, à poils subplumeux. N'est pas une variété de 
Y H. floccosuni A.-T., ainsi que le dit Arvet-Touvet(Caf.p. 263). 

Ligurie: Pian Tendasco, au-dessous del Val délia Miniera di 
Tenda, terrain calcaire, 2000 m., et val Casterino, 1800 m. (Cl. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE. 121 

Bicknell). Croît aussi dans les Alpes du Dauphiné, à Malrif en 
Queyras, 1800 m. (Arv.-T.). 

Une plante de Gap distribue'e par M. .laquet et nomme'e H. 
argothrix (Zahn de'term.) appartient à YH. Morisianum var (3. 

H. DEXTATUM Hoppe. 

H. euryphylloides Sud. ; H. earyphyllum N. P. /. c. IL 
175, 182 (1886) non I p. 167 (i885). 

Forme très remarquable, de laquelle on peut rapprocher les 
H. prœdentatum A. -T. et Briq. p. p. et H. Gortanianum A. -T. 
et Belli. Naegeli et Peter ayant déjà fait usage, en 1 885, du 
terme H. euryphyllum, il y a lieu de désigner autrement cette 
forme du groupe de YH. dentatum Happe. 

Sect. Pulmonaroidea Koch. 

H. Gougetianum G. G. — Exsicc. : Sud. Herb. Hier; 
n°375. 

M. Rouy, /. c. 322, a subordonné YH. echinanthum A.-T. et 
G. à YH. Gougetianum G. G. à titre de variété; mais Arvet- 
Touvet, dans son Catalogus, a fait de YH. Gougetianum G. G. 
une variété de YH. SchmidtiiTsch et a conservé son H. echinan- 
thum comme espèce principale, qu'il a placée dans un autre 
groupe. Or mes spécimens des Albères, qui représentent exacte- 
ment le type H. Gougetianum G. G., ont été déterminés par 
Arvet-Touvet, l'un H. echinanthum t. opima ! et l'autre H. 
cyaneum var. Gougetianum A. T. (— H. Gougetianum G. G.). 
J'estime que 17/. echinanthum n'est pas autre chose que YH. 
Gougetianum G. G. et qu'il n'y a pas lieu de l'en distinguer, 
même à titre de simple variété. Le type admis par M. Rouy 
correspond à la forme des lieux herbeux ou des fentes des 
rochers. 

Groupe de l'H. STELLIGERUM Frœl. 

H. pictogilvum Sud. 

Ab H. stelligero Frœl. differt foliis in margine petiolisque 
breviter pilosis, basi subcontracto-attenuatis, breviter et acute 
sinuato-dentatis, supra purpureo-maculatis. Pedunculi crassi; 



122 BULI.ETIK HE GÉOOBAPHIE ItOTANIQUE 

involucrum io-ii mm. longum. albo-floccosum, epilosum, 
minute parce que glandulosum. 

Atdèche: Vallon, au Pont d'Arc et du Pont d'Arc a Chame 
Revol), inconsortio H. stelïigeri. 

Groupe de l'Il RAMOSUM W. et K. 

H. nudisquamum Sud.; H. pulchellum Lindg. Hier.Scand. 

n° 70(1872 cum. diagn.), non Gren. 

Norvège occident, marit. : Bergen (Meisniers in Lindg. /. c.j. 

* 

Sect. ^renïintlioidea Koch. 

H. trichoneuroides Sud; H. sparsifolium {non Lindg. nec 
Prantl) var. trichoneurum Arv.-T. Cat. p. ?55; non H. tricho- 
nenron Prantl, N. P. ; H. brnmale ssp. pogoneuron Zahn H. E. 
n°484 (1909, sine descript.) ; H. brumale ssp. platypterum Zahn 
H. E. n° i.85 {ig 12, sine descript.) ; H. jaceoidesvav . trichoneu- 
ron et H. crepidifolium var. trichoneuron Arv.-T. prius. 

Dauphiné : Monêtier-les-Bains, au Reboisement, 2200 m. 
(A. Faure). 

H. pseudofastigiatum Deg. et Z. ; M. et Z. Icônes t. 86. 

Cette plante n'est pas autre chose qu'une forme luxuriante 
de Y H. albinum Fr. ! et quelques exemplaires de cette dernière 
espèce distribués dans mon Herbarium Hieraciorum (n° 124) 
sont tout à fait identiques à la plante figurée par la planche 86 
précitée. 

Or YH. albinum Fr. est pour M. Zahn un H. prenan- 
thoides < murorum tandis que YH. pseudofastigiatum est un 
H. transsilvanicum-vulgatum-bifidum, de sorte que ces deux 
plantes — qui n'en forment qu'une seule en réalité — semblent, 
d'après leur formule, n'avoir rien de commun. Elles sont en 
effet placées, dans les Icônes, dans deux sections différentes ! 

Sect. ^\<*«'ï|>ili*iiiïi Koch. 

Il \lt-\ll V|i:x^i: Sud.; H. armeniacum A. -T. Cat. 
p. q'3i (191 3), non N. P. (i885j. 

Arménie : Calvert Vzohrab"., s. n. H. foliosi. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 123 



Groupe de l'H. BOREALE Fr. 

H. vagum Jord. ; Sud. Hier. Cent. p. 27, t. V. 

Var. pesianum ; H. pesianum A. -T. et Belli ; A.-T. Cat. 430. 
— Plante mise à tort par Arvet-Touvet dans les Virosa. Est très 
rapprochée de VH. vagum Jord. et appartient comme ce dernier 
à VH. boréale Fr. 

Var. lactucaceum ; H. lactucacenm Frœl. in DC. Prodr. VII, 
p. 222 (i838); Fr.. Symb. 193 et Ep. p. 1 25 p.p. ; Arv.-T. Cat. 
43o (excl. syn. Gren.). 

Se relie aussi insensiblement à VH. vagum Jord. et ne saurait 
constituer une espèce distincte de VH. boréale. Certains exem- 
plaires de l'Isère de la var. subrectum Sud. de VH. vagum Jord. 
sont très rapprochés de VH. latucaceum d'Italie. 

Sect. Alpin» Fr. 

H. arcticieolum Sud. ; H. melanadenium Dahlst. nonN. P. 

Norvège arctique : Tromsœ (Noto). 

Voisin de VH. nigrescens Willd., mais involucre très glandu- 
leux, glabre ou à poils épars. 

H. murorifrons Sud. 

Je groupe sous ce nom des plantes voisines de VH. atratum 
Fr. mais à involucre glabre ou à poils rares, à feuilles radicales 
larges et brusquement contractées ou ± cordées à la base, la 
caulinaireordinairement unique: H. VollmaniiZahn{=alpinum- 
vulgatum-silvaticum ej.) p. p % ; H. atratum ssp. dolichœtoides et 
ssp. samnaunicumZahn ; H '. atratum ssp. squalidiforme M. etZ.; 
H . Cottetii ssp. salvanicum Zahn et H. silvaticiforme ej., etc.. 

Suisse, Tyrol, Bavière supérieure, etc. 

Sect. Amplexicaulia Fr. 

H. glaucophyllomorphum Sud. ; H. glaucophylloides Sud. 
Bull. Acad. p. 5i (1912), non Zahn (190 5). 

H. euplecoides Sud. ; H. Guetlardianum Arv.-T. Cat. p. 
1 10 (191 3), p. j?., non Arv.-T. et Briq. (1902). 

Il y a dans l'herbier d'Arvet-Touvét, sous le nom d'//. Guettar- 
dianum, deux plantes différentes : l'une, des Balmes de Voreppe, 



124 BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE. 

entre la Buisse etVoreppe, qui est Y H. Guettardianum primitif et 
qui doit conserver ce no m, et une autre, provenant de S. l'an crasse, 
rochers des Eymes, qui en est sensiblement ditférente. 
M. Cortey m'ayant adressé de nombreux spécimens de ces deux 
plantes, je vaisjdonner les caractères de celle de S. Pancrasse. 

Folia parum glandulosa, supra glabra, in margine et subtus, 
proecipue in nervo dorsali. pilosa, sinuato-vel subserrato- 
dentata, radicalia oblonga vel elliptica, in petiolum contracto- 
attenuata; caulina 2-3, remotissima, imum basi attenuatum, 
sœpe panduratum, cetera cordato-amplexicaulia, ovato- 
lanceolata, acuminata; caulis 35-6ocm. altus, inferne laxe pilo- 
sus, disperse glandulosus, superne floccosus, laxe corymbosus ; 
involucrum io-ii mm. longum, dense glandulosum, flocco- 
sum, epilosum, squamis obscuris, subacutis: ligularum dentés 
ciliati ; stigmata livida; akenia fusco-atra ; receptaculum cilia- 
tum. • 

Habitus H. speluncariim var. spelœi (A. -T.), a quo differt 
caule elatiore, folio caulino inferiore basi angustato, capitulis 
minoribus, stigmatibus lividis. 

Ab H. puhnonaroidi Vill. distinguitur foliis supra glabris, 
radicalibus aperte petiolatis, caulinis superioribus cordatis, 
capitulis minoribus, stigmatibus lividis, receptaculo ciliato, etc. 

Ab H. Guettardiatio [ver 6) colore viridi, haud purpurascenti, 
pedunculis involucrisque magis glandulosis, epilosis, minus 
floccosis, foliis caulinis minus patulis, pappi setis rectis, non 
basi flexuoso-geniculatis, caule arcuato-ascendente, haud stricto. 

Dauphiné : Isère ; rochers cale, des Eymes, à S. Pancrasse, 
8oo m. (Arv.-T., Cortey). 

Je l'appelle H. cuplecoides à cause de sa ressemblance avec 
YH. euplecum Sud., de l'Aveyron, dont il diffère surtout par son 
involucre glabre. 



Rectifications au fr. IV (191 5) p. 67 

Ligne 2, lire : H. inuloides Tsch. var. striatulum. 
Ligne 29, lire : H. subabortivum. 



CsiteiloQru.e définitif 

DE LA 

FLORE DE LA MAYENN 

Par Mgr LÉ VEILLÉ. 



{Suite et fin). 



Galium uliginosum L. PC. 

— commune Rouy. 

race umbellatum Lamk. (silvestre Poil.) PC. 

— aparine L. CC. 

— verum L. CC. 

— hercynicum Weig. (saxatile) AC. 

— parisiense L. 

race anglicum Huds Aron. R. Argentré (Boullier). 

— mollugo L. CC. 

f. pubescens Spenn. Neau (Chenu). 
Aspemla arvensis L. RR. Bazouges, Moulin à Vent, Bour- 
gon. 
Asperula odorata L. RR. Montourtier, bois de Bourgon, 

Saint-Fraimbault-de-Prières, bois de Sallair (Desportes), 
Ampoigné; la Morandière, Couptrain, Bourgon. 

Centranthus ruber DC. AC. 

Valeriana dioica L. AR. Courberie (Rousseau)\ Courcité, 
Voutré, Aron, Saint-Pierre-sur-Orthe! Laval, Landivy Assé-le- 
Bérenger ; moulin de Launay, Saint-Thomas-de-Courceriers, 
Meslay : la Bussonnière ! 

Valeriana officinalis L. AC. 

Valerianella olitoria Poil. C. 

— carinata Lois. C. 
— eriocarpa Desv. PC. 

— Morisonii DC. R. Thorigné, les Halais (Jos. Daniel) ! 
Laval, champ de tir, Saulges, Cosse'-en-Champagne, Laigné, 
Meslay ! 

Valerianella rimosa Bast. 

var. auricula DC. AC. 



I^ti BULLETIN DE r,ÉOGK\PHIE BOTANIQUE 



Dipeacées. 

Dipsacus pilosus L. RR. Jublains (Chédeau). 

— silvestris M i 11- C. 

Scabiosa polvmorpha Schm. (arvensis L.)- 

— communis Rouy L. 

race Columbaria L. AG. 

— succisa L. C. 

Composées. 

Aster salignus Willd. Moulay : Bords de l'Aron (Chedveau). 
Aster Tradescanti L, Montsurs : confluent de la Jouanne et du 
Jarrier, naturalisé [Ern. Rocher). 
Carlina vulgaris L. C. 
Centrophyllum lanatum DC. PC. 
Cirsium acaule Scop. AC. 

— lanceolatum Hill. C. 

— palustre Scop. AC. 

— eriophorum Scop. AR. Château-Gontier [Duclaux , 
Grez-en-Bouère I Argentré, Voutré, Torcé-en-Charnie, Saint- 
Germain-le-Fouilloux, Saint-Pierre-sur-Orthe! Torce-en-Char- 
nie. 

Cirsium arvense Scop. CC. 

— anglicum Link. AC- 

race tuberosum Ail. RRR. Meslav, mare de la 
Chevraie (Ern. Rocher et H. Léveillé . 
Onopordon acanthium L. PC. 
Silybum marianum Gaertn. PC. 
Carduus nutans L. CC. 

— tenuirlorus Curt. PC. 
Eupatorium cannabinum L. C. 
Bidens cernua L. AC. 

— tripartita L. CC. 
Erigeron acre L. PC. 

— Karynskianus DC RR. Montsurs, place Crotigné 
[Ern. Rocher , Mayenne, les quais et le Pont-Neuf! 

Erigeron canadense L. CCC. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 127 

Bellis perennis L. CCC. 

Leucanthemum vulgare Lamk. CC. 

Pyrethrum parthenium Sm. AC. 

Chrysanthemum segetum L. AR. Pré-en-Pail : les Avaloirs ! 
Champéon, Marcillé, Javron Voutré, Fougerolles, Niort, Lassay, 
Saint-Samson, Averton, Landivy, Hardanges, Ernée, Gouesmes, 
Gorron, Champfremont, Le Horps, Brecé, Saint-Fraimbault- 
de-Lassay, Athée, Bazouges, la Bazouge-des-Alleux. 

Anthémis mixta L. RR. Azé, Saint-Avertin [Duclaux), Laval : 
route de Sablé, aux Landes Guichard. 

Anthémis arvensis L. AC. 

— nobilis L. C. 

— cotula L. PC. 
Matricaria chamomilla L. PC. 

— inodora L. C. 

discoidea DC. RR. Pré-en-Pail [Hariot)\ Pruillé, 
La Roë! Craon, Montsurs. 
Tussilago farfara L. C. 
Petasites officinalis Mœnch. (vulgaris Desf.) PC. 

— fragrans Presl. R. Mayenne (abbé Nourry), Grez-en- 
Bouère, Ernée ! Brécé, Bazouges. 

Doronicum plantagineum L. AR. Houssay [Duel aux), Château- 
Gontier, Argentré, Villiers-Charlemagne, St-Berthevin, Mont- 
surs, Chantrigné, Châtelain,' Bonchamp, Contest.Ménil! Méral. 
var. Willdenowii Rouy (scorpioideum Willd.) R. 
Château-Gontier : le Bout du Monde [Evêque)\ 
Chailland : la Forge ! 
Senecio erucifolius L. PC 

— Jacobaea L. CCC. 

race aquaticus Huds. AC. 
var. barbareifolius Krock. PC. 
Senecio vulgaris L. CCC. 

• — viscosus L. R. Laval : près la gare et voie ferrée 
vers Louverné (L. Mercier), Bonchamp, voie ferrée à Meslay, 
Montsurs, Brée, Chapelle-Anthenaise et Château-Gontier! 
Senecio silvaticus L. C. 
Tanacetum vulgare L. PC. 



128 BULLETIN DK GÉOGRAPHIE BOTANIQUE. 

Solidago glabra Desf. Echappe Je culture, Montsurs, Saint- 
Pierre-la-Cour. 
Artemisia Absinthium L. Echappé de euhure. 

— vulgaris L. C. 

— selengensis Turcz. RRR. Montsurs, route de Brée 
[Ern. Rocher) . 

Achillea ptarmica L. C. 

— millefolium L. CC. 
Centaurea cyanus L. C. 

— variabilis Lévl. CC. 

race Jacea L. R. Pré-en-Pail [ChéJeau); Chemeré! 
Méral, Grez-en-Bouère, rive droite de la 
Mayenne vis-à-vis le Port-Ringeard, Désertines, 
Saint-Georges-Buttavent. 
Centaurea scabiosa L. AC 

— solstitialis L. R. Château-Gontier, Loigné, Ampoi- 
gné, Voutré, La Cropte, Laval, Laigné, Craon, Saint-Léger, 
Montsurs. Plante vagabonde. 

Centaurea calcitrapa L. AC- 
Lappa major Gaertn. AC. 

— minor DC. C. 

var. pubens Bor. R. Argentré {Boullier). 

Serratula tinctoria L. R. Montigné, les Forges [Duclaux et 
Morin-la-Bauluère , Montgiroux, Grazay, Montsurs: bois de la 
CarTorie ! Louvigné, Bonchamp. 

Gnaphalium silvaticum L. AC. 

— uliginosum L. AC. 

Antennaria dioica Gaertn. RR. Pré-en-Pail : landes de 
Mévitte [Chédeau)\ forêt de Mayenne, Champéon : landes du 
Fresne, Aron! en face Glaintin, Hardanges! les Aulnais, Saint- 
Cyr-en-Pail : vis-à-vis le Froc! 

Onaphaliurn luteo-album L. AC. 

Filago galliea L. AC. 

— germanica L. AC. 

race spathulata Presl. AC. 
Filago minima Pers. 
Solidago virga aurea L. CC. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 129 

Inula graveolens Desf. R. Raillé-Froid-Fonds, Bazougez) L. 
Daniel), Chemeré, Saulges, Cossé-en-Champagne, Hardanges, 
Mayenne, Meslay. 

Pulicaria vulgaris Gaertn. (Inula Pulicaria L.) CC. 

— dysenterica Gaertn. (Inula) C. 
Inula Conyza DC. C. 

— Helenium L, AR. Marcillé, le Bois-Rouillé (Chédeau 
et Rousseau), Le Bourgneuf-la-Forêt, carrières, Bonchamp, 
Boesse', Azé, Saint-Léger, Livet, Grez-en-Bouère. 

Inula britannica L. RRR.,quai Paul-Boudet à Laval (L. 
Mercier). 

Cichorium intubus L. CC. 

Arnoseris pusilla Gaertn. AR. Saint-Fraimbault-de-Prières 
(Rousseau), Champéon, Aron, Jublains, Andouillé, Hardanges, 
Marcillé, Brécé. 

Lapsana communis L. CCC. 

Tragopogon porrifolius L. AR. Saint-Laurent-des-Mortiers, 
Châtres, Saint-Christophe-du-Luat, Changé, Neau, Cossé-en- 
Champagne, Arquenay, Mayenne. 

Tragopogon pratensis L. C. 

Helminthia echioidea Gaertn. RR. Mayenne, talus du chemin 
de fer (D r Lambert), La Cropte: Comté, Bazouges: la Chesnaye, 
Laigné : route de Bazouges, Saint-Céneré, Montrond. 

Hypochaeris glabra L. PC. Nous appelons l'attention sur 
cette plante peut-être rare dans le département. 

Hypochaeris radicata L. CC. 

Thrincia hirta Roth. C. 

Lactuca perennis L. AC. 

— saligna L. AR. Laval \Boullier), Château-Gontier, 
Voutré, Port-Brillet, Montsurs; Cosmes. 

Lactuca muralis E. Mey. PC. 

— scariola L. PC. 

race virosa L. AC. - 
Taraxacum officinale Webb. CCC. 

var. erythrospermum Andr. AC. 

race palustre DC. PC. 
Chondrilla juncea L. AR. Loigné (Duclaux), Château-Gon- 



130 HOLLF.TIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



tier, Mayenne, Saulges, Chcmeré, Villiers-Charlemagne, Cossé- 
en-Champagnc. 

Barktaausia setosa DC. PC 

— foetida DC. AC. 

— taraxacifolia DC. CC. 

Crépis nicacensis Balb. RR. Argentré, moulin du Petit Gre- 
nusse [Boullier , Chemeré, la Petite Haie. 
Crépis virens L. CCC. 
Picris hieracioidea L. AC. 
Scorzonera humilis L. CC 
Leontodon proteiformis Vill. (Lhastilis L.) AC. 

var. glabratus GG. AC. 
Leontodon autumnalis L. C. 
Sonchus arvensis L. AC. 

— asper Vill. CC. 

— oleraceus L. CCC. 

Pterotheca nemausensis Cass. Chàteau-Gontier, champ bor- 
dant la voie ferrée vers Segré [Ern. Rocher). 
Hieracium Pilosella L. CC. 

— auricula L. C. 

— variabile Lévl. AC. 

race vulgatum Fr. AC. 
var. murorum L. AC. 
Hieracium Sudreanum Lévl. AC 
race boréale Fr. AC 
Hieracium umbellatum L. C 

race tridentatum Fr. PC. 

Cauipanulacées. 

Lobelia urens L. AC 

Wahlenbergia hederacea Reichenb. AC. 

Specularia spéculum DC. PC. 

— parvirlora Saint-Lager (hybrida DC) RR. Jublains: 
hauteurs de Douce (Chédeau), Saulges: champ delà Lande 
près le moulin de Thévalles, Laigné, Bazouges: Bel-Air. 

Campanula glomerata L. RR. Saulges, la Cité en face la 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 131 

cave Rochefort [Duclaux)\ et le Pont-du-Gué! Saint- Pierre-sur- 
Orthe. 
Campanula trachelium L. C. 

— rotundifolia L. AR. Lignières-la-Doucelle, Villepail, 
Saint-Julien-du-Terroux, Pré-en-Pail! Mayenne, Saint-Samson, 
Saint- Georges-Buttavent, Saint-Calais-du-Désert. 

Campanula rapunculus L. GCC. 

var. parviflora Lévl. AC. 

— rapunculoidea RRR. Sainte-Suzanne, chemin des 
Dévirolettes [H. Léveillé). 

Campanula patula L. AR. cantons de Mayenne, Ambrières, 
du Horps, Lassay, Gorron, Montsurs, Evron, Bais. 

Campanula pyramidalis L. Echappé de culture. Naturalisé. 
Laval [Mercier). 

Phyteuma spicatum L. AC. 

Jasione montana L. CC. 

Ericacées. 

Vaccinium myrtillus L. AC. 

Oxycoccos quadripetala Gilib. (palustris Pers.) RR. Melleray! 
landes de Malingue (Rousseau) ! Saint-Fraimbault-de-Prières: 
landes de Glaintin, Saint-Denis-de-Gastine: près la Richardière, 
Champéon : marais du Fresne. 

Calluna Erica DC. (vulgaris Hull.) CC. 

Erica cinerea L. CC. 

— tetralix L. C. 

— ciliaris L. AC. 

X Erica Watsoni DC. R. Champion: le Fresne (D r Perrier) 
Saint-Fraimbault-de-Prières, près Glaintin, Aron : landes des 
Bas-Villettes, Viviers ! Torcé-en-Charnie. 

Mouotropacées. 

Pirola minor L. RR. Montsurs : bois de la Cafforie [Ern. 
Rocher) ! Olivet : bois de Misedon ! 

Pirola rotundifolia L. RR. Montsurs. Bois de la Cafforie 
{Ern. Rocher) ! 



132 I!l!LLETIN DE GÉOGRAPHIE HOTANIQUK. 



Monotropa hypopitys L. PC 

var. hypophagos Dum. R. Forêt de Concise, 
Saint-Georges-Buttavent : Fontaine-Daniel, Montsurs : bois de 
la Cafforie. 

Oléaoée». 

Lilac vulgaris L. Echappé de culture. Brétignolles, Saint- 
Ouen-des-Vallons. 
Ligustrum vulgare L. CC 
Fraxinus excelsior L. C. 
Jasminum fruticans L. Naturalisé à Sainte-Suzanne, Argen- 

tré. 

Vincetoxicum officinale Mcench. (Asclepias vincetoxicum L.) 
RR. Voutré : buttes du Tertre (Desportes), Entrammes : rive 
droite de la Jouanne, au pied des rochers de la ferme du Pies- 
sis, Mayenne : rochers près la ville ! sur la rive droite et rochers 
de Haute-Brive. 

Apocynacées. 

Vinca minor L. G. 

— major L. Naturalisé. Martigné, Méral, Athée, Livré, 
Bannes, les Agets, Daon, Melleray, Saint-Céneré, Chemeré. 

Gentianacées. 

Menyanthes trifoliata L. AC. 
Limnanthemum peltatum Gmel. PC. 
Gentiana pneumonanthe L. PC. 
Chlora perfoliata L. PC. 
Erythraea Centaurium L. CC. 

— ramosissima Pers. (pulchella Hornem). PC. 
Cicendia filiformis Delarbre AC 

Cicendia pusilla Gris. AR. Laval {Brayer Langlois et Boul- 
lier). Argentré, Aron, Mézangers, Melleray, Saint-Aignan-sur- 
Roë, Jublains. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 133 

Convolvulacées. 

Convolvulus sepium L. C. 

— arvensis L. CC. 
Cuscuta epithymum Murr. C. 

— major DC. europaea L. RR. Château-Gontier 
(Duclaux), dans une lande près de la Guitterie. 

Cuscuta epilinum Weihe RR. Craon (Manceau). 

Boraginacées. 

Echium vulgare L. CGC. 

var. Schifferi Lang PC. 
Borago officinalis L. C. 
Symphytum officinale L. AC. 

— asperrimum L. Arquenay (J. Barré). Reste de cul- 
ture. 

Symphytum tauricum Willd. Laval, Origné, Naturalisé. 

Amsinckia angustifolia Lehm. DC. Laval, plateau de Bel 
Air et des Ribaudières et coteau de Bootz [Chenu, Mercier). 
Couptrain. 

Omphalodes verna Mœnch. Echappé de culture, Athée : bords 
de l'Oudon (/. Barré). 

Lycopsis arvensis L. PC. 

Cynoglossum officinale L. PC 

Anchusa sempervirens. L. Echappé de culture, Changé, 
Mayenne, Montigné. 

Anchusa italica Retz. RR. Cossé-en-Champagne [Manceau), 
Chemeré : prèsThévalles. 

Myosotis palustris Roth. CC. 

race repens Don PC. 
race caespitosa Sch. AC. 

— intermédia Link. C. 

— hispida Schl. C. 

— versicolor Sm. AC. 

— silvatica Hoffm. AR. Laval, Chemeré, Villiers 
Charlemagne, Houssay, Origné et le long des rives de la 
Mayenne jusqu'à Daon et Menil ! 

Juillet-Septembre. 9 



134 BULLETIN IH GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

Heliotropium curopaeum L. RR. A/.c abbé Landais . 
Lithospermum officinale L. PC. 

— arvense L. C. 
Pulmonaria tuberosa Schr. L. AC. 

X Pulmonaria ovalis Bast. Louvigné, Bonchamp (J. Barré). 

Solanacées. 

Physalisalkckengi L. K. Chemazé, Loigné: le Grand Auteux 
[L. Daniel '), LaSelle-Craonnaise, Averton, Juvigné. 

Lycium vulgare Dun. Naturalise, Mayenne, Andouillé, Le 
Genest, Château-Gontier. 

Solanum Dulcamara L. C. 

— Morella Desv. CC. 
Datura Stramonium L. PC. 

Hyoscyamus niger L. AR. Grez-en-Bouère, Saint-Laurent- 
des-Mortiers (L. Daniel) ; Argentré, Voutré, Neau, Sainte- 
Suzanne, Daon, Chemeré, Saulges, Saint-Christophe-du-Luat, 
Evron, Montsurs, Laval, Châtres, Athée, Jublains, Bouille. 
Plante vagabonde. 

Atropa Belladona L.R. Hardanges: la Rongere (abbé Hachet). 

Scrofulariacées. 

Verbascum nigrum L. PC 

— blattaria L. PC. 

— blattarioideum L. PC 

— thapsus L. C. 

— phlomoideum L. R. Villiers-Charlemagne, coteaux 
de Fureau (Duclaux), Saint-Georgcs-Buttavent. 

Verbascum pulverulentum Vill. PC 

— lychnitis L. AC 

Linaria pelliceriana Mill. RR. Forcé : bords de la route de 
Laval à Sablé, sur la hauteur au delà de la rivière [Duclaux), 
Cossé-en- Champagne. 

Linaria vulgaris Mill. CC. 

X Linaria ochroleuca Bréb R. Laval (D r Lambert). Château- 
Gontier: Mirwault, Mayenne, Craon, La Chapelle-Craonnaise. 

Linaria repens Mill. (striata DC.) CCC 
var. albirlora Desf. PC 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 135 

Linaria viscida Mœnch. AC. 

— cymbalaria Mill. CO 

— Antirrhinum Lévl. 

race elatine Mill. C. 
race spuria Mill. C. 
Antirrhinum orontium L. CC. 

— majus L. C. 
Pedicularis palustris L. AC. 

— silvatica L. 
Veronica officinalis L. CC 

— Teucrium L. R. Saulges et la Bazouge-de-Chemeré, 
entre les rochers (Duclaux) ! Chemeré, Saint-Pierre-sur-Orthe: 
la Boissière ! Cossé-en-Champagne, Contest, Thorigné, Saint- 
Pierre-sur-Erve, Balléel Voutré. 

Veronica Anagallis L. C. 

— Beccabunga L. CC. 

— scutellata L. AC. 

var. parmularia Poit. et Turp. PC. 

— montana L. AC. 

— hederifolia L. CCC. 

— Buxbaumii Ten. (persica Poir.) CC. 

— agrestis L. C. 

race polita Fr. C. 
Veronica serpillifolia L. CCC. 

— arvensis L. C. 

— chamaedrys L. CC. 

var. Rocheri Lévl. Toutes les feuilles pétiolées non 

cordiformes, tige radicante aux nœuds, Meslay 

{Ern. Rocher). 

Veronica acinifolia L. AR. Château-Gontier (Duclaux), 

Laval, Changé, La Bazoge-de-Chemerc, Louvigné, Brécé, 

Saulges. 

Veronica triphyllos L. RR. Laval : environs des landes et de 
l'église de Thévalles (L. Mercier). 

Veronica praecox Ail. RR. Laval : sur les murs en ville, Thé- 
valles et près l'étang de Barbé (L. Mercier), Louvigné, entre 
la Corbinière et le Moulin-Neuf, Laigné, Bazouges: Bel-Air. 



136 BULLETIN DK G fcOC.Il a PII IB BOtAMQOB 

Sibthorpia europaea L. RR. La Bazouge, entre Azé et Menil 
abbè Barthement). 

Limosella aquatica L. AR. Aron [Desportes ), Saint-Laurent- 
des-Mortiers : Beaumont, Change', Château-Gontier, Laval, 
Hardanges. 

Vandellia erecta Benth. RR. Château-Gontier et Entrammes, 
bords de la Mayenne [Bachelot de la Pilaye, Duclaux) ! 

Gratiola officinalis L. PC. 

Scrofularia aquatica L. C 

— nodosa L. C. 
Digitalis purpurea L. CC 

Mimulus moschatus Dougl. RRR. Sainte-Suzanne [Labbé . 
Rhinanthus major L. (crista galli L.) CC. 
Melampyrum arvense L. R. Laval [Duclaux , Bouère! Forcé, 
Saulges, Saint-Céneré, Ballée! Saint-Germain-le-Fouilloux. 
Melampyrum pratense L. CC. 
Bartsia viscosa L. PC. 

Euphrasia Boskowiana Hayne (officinalis L.) C. 
Euphrasia Odontites L. C. 

Orobanchacéc». 

Lathraea squamaria L. RR. Villiers-Charlemagne, bords de 
la Mayenne Duclaux), Chemeré: Maubusson, dans les brousses 
de la Noë Lengue. 

Lathraea clandestina L. AC 

Phelipaea caerulea C. A. Mey. Vill. AR. Laval, hauteurs de 
Bootz [D r Lambert), Changé, Champéon, Azé, Mayenne: près 
Notre- Dame-de-la- Vallée, Saint-Frai mbault-de- Prières. 

Orobanche cruenta Bertol. C. 

var. citrina Coss. et Germ. PC. 

— rapum Thuill. C. 

— minor Sutt. CC. 

— epithymum PC. RR. Grez-en-Boucrc (L. Daniel). 

— amethystea Thuill. RR, Chemeré : route de Cosse, 
près le bourg et près Thévalles, Maubusson (Jos. Daniel), Tho- 
rigné:les Halais, Saulges: la Lande et rochers du Pont du Gué, 
Ballée, Bouille.' 



BULLETIN l)E GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 137 

Orobanche hederae Duby. RR. Saulges, Chemeré, Thorigné: 
bord de l'Erve (Jos. Daniel) ! 

■ 

Labiacées. 

Lycopus europaeus L. CC. 
Mentha pulegium L. CC 

— arvensis L. C. 

— sativa L. C. 

— viridis L. RR. Laval, près la rivière (M me Cauviri), 
Changé : chemin de la carrière de Saint-Roch, Vimarce', Brée, 
Vieuvy, Saulges, Ravigny. 

Mentha silvestris L. R. Azé : cimetière de Saint-Aventin 
(Duclaux), Coudray: chemin longeant la Mayenne, Ampoigné, 
la Morandière, Laval, Rouessé. 

Mentha rotundifolia L. CGC. 

— aquatica L. CC. 

X Mentha piperita Huds. Echappé de culture, Fougerolles, 
Jublains. 

X Mentha rubra Sm. Bords de la Mayenne, entre Montrlours 
et Sacé {Duclaux), Chemeré. 

X Mentha citrata Ehrh. Cultivée. 

Ajuga chamaepitys Schreb. PC. 

— reptans L. CC. 

— genevensis L. RR. Chemeré, chemin du cimetière 
[Jos. Daniel), Cossé-en-Champagne. 

Teucrium scorodonia L. CC. 

— scordium L. RRR. Bannes, prairie de la Huaudière 
(Fournier) ! 

Teucrium chamaedrys L. AR. Saulges, la Bazouge-de-Che- 
meré, Thorigné, Cossé-en-Champagne, Bannes, Saint-Pierre- 
sur-Erve, Ballée! 

Salvia sclarea L. RR. Louverné : près la gare (D T Lambert), 
Sainte-Suzanne : flanc sud du coteau, Bannes, pied des murs, 
Saulges : four à chaux de la Place, Forcé, Changé. 

Salvia Verbenaca L. R. Chemeré, Saulges (Jos. Daniel), 
Argentré, Sainte-Suzanne, Château-Gontier, Changé, Menil, 
Azé. 



1 : ;St BULLBTifl DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

Saivia pratensis L. C. 
Bcutellaria galericulata L. C. 

— minor L. AC. 
Prunella vulgaris L. CC. 

var. alba Pallas PC. 
Thymus serpillum L. CC. 

var. chamaedrys Fr. CC. 
Melissa officinalis L. PC. 
Calamintha acinos Clairv. C. 

— Clinopodium Benih. CC 

— officinalis Moench. R. Villiers-Charlemagne IDuclaux), 
Bourgon, Laval, Saulges, Chemeré, Argentrc, Thorigné, 
Changé, Saint-Pierre-sur-Erve, Daon. 

var. menthaefolia Host AC. 
Marrubium vulgare L. AC. 
Ballotta nigra L. CC. 
G-aleopsis tetrahit L. C. 

— ladanum L. AC. 

— dubia Leers. AC 
Leonurus cardiaca L. PC 

Stachys recta L. AR. Saint-Cyr-en-Pail (H. Léveillé), Cossé- 
en-Champagne! Grez-en-Bouère, Epineux-le-Seguin, Saulges, 
Bannes. 

Stachys annua L. PC. 

— germanica L. PC. 

— arvensis L. CC 

— palustris L. AC. 

X Stachys ambigua Sm. R. Louverné {Rousseau), Youtré, 
Saint-Martin-de-Connce, Orthe, Parigné, Landivv, Laval, 
Saint-Ouen-des-Toits, Sainte-Suzanne, Brecc. 

Stachys alpina L. HHH. La Pooté, les Toyères (Abbé Letacq)\ 

— silvatica L. CC 
Betonica officinalis L. C 
Origanum vulgare L. CCC 
Melittis melissophyllum L. AC 
L.imium album L. CC. 

luieum Saint-Lager (Galeobdolon luteum Huds.) 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 139 

— amplexicaule L. AC. 

— purpureum L. CC. 

— incisum Willd. PC. 
Glechoma hederacea L. CC. 
Nepeta cataria L. PC. 

Verbénacées. 

Verbena officinalis L. CC. 

Lentïbulariaeées. 

Utricularia minor L. RR. Laval, la Croix-Bataille (Duclaux), 
Melleray: Malingue ! Pontmain, Fougerolles, Landivy, Maison- 
celles, Parné ! Montsûrs. 

Utricularia vulgaris L. PC. 

race major Schmidel (neglecta Lehm.) RRR. Saint- 
Aubin- Fosse-Louvai ri (Savouré). 

Pinguicularia lusitanica L. AR. Pré-en-Pail (abbé Letacq et 
H.Léveillé), Viviers, Laval, Montjean, Aron, Mayenne, Sainl- 
Fraimbault-de-Prières, Juvigné, Villaines-la-Juhel 1 Boulay, 
St-Germain-le-Guillaume, Champéon, Entrammes, Hardanges. 

Pinguicula vulgaris L. RRZ. Laval {Broyer- Lan glois.) 

I*i*iiiiulacées. 

Centunculus minimus L. AR. Château-Gontier (Duclaux), 
Saint-Fraimbault-de-Prières, Argentré, Aron, Ruillé-Froid- 
Fonds, Melleray, Ernée, L'Huisserie, Olivet, Andouillé, Craon, 
forêt de Ballots. 

Hottonia palustris L. AC. 

Primula vulgaris Huds. CC. 

— officinalis Scop. C. 

X Primula hybrida Gentil A.C. 
Lysimachia vulgaris L. CC. 

— nummularia L. C. 

— nemorum L. AC. 

Samolus Valerandi L. RR. Entrammes La Roche (Boullier, 
abbé Loysori), La Bazouge-de-Chemeré, Saulges ! Brée. 
Anagallis arvensis L. CC. 

— tenella L. AC. 



140 BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

Globularlnc^es. 

Globularia vulgaris L. RRR. Laval [Brayer-Langlois). 

Plauta^inacées. 

Littorella lacustris L. AR. Hercé, Chemazé, Launay-Villiers! 
Argentré, La Bazouge-des-Alleuds, Ghâteau-Gontier, Aron, 
Jublains, Port-Brillet. foret de Pail, Saint-Aignan-sur-Roë ! 
Mézangers, Alexain, Hercé, Maisoneelles, Olivet, Martigné, 
Ahuillé, Saint-Aubin-Fosse-Louvain. 

Plantago coronopus L.C. 

— lanceolata L. CC. 

f. capitellata Ten. Origné [H. Léveillé). 

f. eriophora Hoffm. Saint-Pierre-sur-Erve : la Clé- 

mencière (Jos. Daniel). 
f. polystachya Lévl. Chemeré (Jos. Daniel). 
Plantago major L. C. 

f. intermedia Gilib. Laval (L. Mercier , étang 
d'Olivet. 
Plantago média L. AC. 

var. minima DC. Montsûrs, La Chapelle-Rainsouin. 

Amarantacées. 

Amarantus deflexus L. AC. 

— silvestris Desf. (viridis L.) PC. 

retroflexus L. R. Laval (D T Lambert)'. Chemeré, Ernée, 
Craon, Andouillé, Voutré, Sainte-Suzanne. 

— adscendens Lois. 

Polyonemum arvense L. RRR. Courcité [Ern. Rocher). 

Cliénopodiacées. 

Atriplex hastata L. CC. 

— patula L. C. 

Chenopodium angulosum Lamk. (hybridum L.) AR. Sainte- 
Suzanne (Houlbert , Mézangers, Jublains, Le Bourgneuf, 
Viviers. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 141 

Chenopodium Bonus-Henricus L. PC. 

— vulvaria L. C. 

— polyspermum L. AC 

— album L. GCCC. 

— rubrum L. RR. Laval, port d'Avesnières (Duclaux). t 

étang d'Olivet. 

— urbicum L. (intermedium Mert. et Koch) AR. Vaiges, 
Nuillé-sur-Ouette, Evron. 

Chenopodium glaucum L. AC. 

— murale L. C. 

Polygonacéea. 

Polygonum Fagopy ru m L. C. 

— tataricum L. PC. 

— dumetorum L. C. 

— convolvulus L. C. 

— aviculare L. CC. 

— Bistorta L. R. Couptrain [Desportes), Laval, Voutré, 
Saint-Pierre-sur-Orthe ! Evron. 

Polygonum sachalinense Schm. Bouchamps. Naturalisé (J. 
Barré). 

— amphibium L. C. 

— lapathifolium Ait. C. 

var. incanum PC. R. Aron. 
var. nodosum Pers. PC. 

— hydropiper L. CC. 

— mite Schr. R. Saulges, Chemeré (Jos. Daniel), Bour- 
gon, Saint-Aignan-sur-Roë, Saint-Pierre-la-Cour ! Parigné, 
Ballée. 

Polygonum Persicaria X mite RRR. Chemeré, Maubusson 
(Jos. Daniel). = condensatum Sch. 

— persicaria L. CC. 

var. incanum Duclaux R. 
Polygonum minus Huds. A. R. Aron (Desportes), Azé, 
Argentré, Chemeré, Désertines, Arquenay: étang de Vassé! 
Rumex Patientia L. Echappé de culture. 

— acetosella L. CCC. 

— Acetosa L. C. 



1 VI BULLETIN DE r.Éof.RAPIIIE B07AMIQI/E 

Rnmix pulcher L. C. 

— obtusifolius DC. C. Tics riche en 1er. 

— conglomeratus Murr. C. 

— sanguineus L. 

var. viridis Sm. (nemorosus Schrad.) AC. 

— maritimus L. R , Nuillé-sur-Ouette : étang desséché 

de la Ramée, Daon : étang desséché (Duclaux . 

— hydrolapathum Huds. C. 

— crispus L. CC. 

Dnplinéacées. 

Dapbne laureola L. AC. 

Aristolochia Clematitis L. R. Loigné : moulin de La Roche 
{Duclaux), Menil, écluse, Château-Gontier : bords de la 
Mayenne, Saint-Denis-d'Anjou: bords de la Sarthe! 

Urtîcacée». 

Morus nigra L. Cultivé. La Selle-Craonnaise. 
Humulus lupulus L. AC. 
Urtica dioica L. CCC. 

— urens L. 
Parietaria officinalis L. CC. 

Cérntopliyllneée». 

Ceratophyllum demersum L. C. 

— submersum L. PC. 

<:.-i II it ri «-h :i «•«"'<'-.. 

Callitriche aquatica Hy. 

var. autumnalis L. AC. 
var verna L. CC. 

var. pedunculata DC. R. Aron {Desportes), Châ- 
teau-Gontier, Laval, 
var. stagnalis Scop. AC. 
var. hamulata Kùtz PC. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 143 



Euphorbiacéee . 

Buxus sempervirens L. PC. 

var. microphylla Sieb. et Zucc. Parné : le Plessis 
(H. Leveillé). 
Euphorbia Lathyris L. AR. Château-Gontier (Duclaux), 
Vaiges, Argentré, La Bazouge-de-Chemeré, Saint-Laurent-des- 
Mortiers, Laval, Averton, La Haie-Traversaine, Chailland, 
Menil, Brecé, Saulges. 
Euphorbia helioscopia L. CC. 

— dulcis L. AC. 

Euphorbia platyphylla L. AR. Château-Gontier (Duclaux), 
Laval, près Louvigne', Saint-Céneré, Cossé-en-Champagne, 
Saulges, Argentré, Bazouges! 

race stricta L. R. Château-Gontier {Duclaux), 
Laval, environs de Saint-Berthevin, et chemins 
des Allumettes et de Vaux, Argentré : La Renau- 
dière, route de Senonnes, Craon, Loigné, 
Bazouges, Laigné, Houssay. 
Euphorbia exigua L. C. 

— cyparissias L. RRR. Changé : bois de pins à i kilo- 
mètre, sur la route de Changea Louverné (L. Mercier). 

Euphorbia amygdaloidea L. CGC. 

Euphorbia peplus L. C. 

— Esula L. R. Château-Gontier, la Roche {Duclaux). 

— pilosa L. RR. Route de Changé à Louverné (Corfec) 
Mercurialis annua L. CCC 

— perennis L. PC. 

Cupulifères. 

Ulmus campestris L. C. 

Fagus silvatica L. AC. 

Castanea sativa Mill. C. 

Quercus Ilex L. R. Chemin de Parné à Bazougers, près La 
Hune [Fournier], Château-Gontier : chemin de Terre Rouge, 
Saulges, Le Bourgneuf, Laval: vallon de Bel Air; Chemeré. 



1-44 BULL! Il> DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

Quercus cerris L. RR. La Chapelle-Rainsouin : Bailly [de 
Tascher) . 

Quercus Toza Bosc. R. Aron, Saint-Fraimbault-de-Prières : 
Glaintin Desportes , Cossé-en-Champagne! Sainte-Suzanne. 

Quercus pedunculata Ehrh. CCC. 

— sessilis Ehrh. AC. 

— lanuginosa Thuill. (pubescensWilld. R. Maisoncelles, 
bois de Bergault (Chenu et Jos. Daniel)\ 

Corylus avellana L. PC. 
Carpinus betulus L. C. 
Alnus glutinosa Gaertn. C. 
Betula verrucosa Ehrh. AC 

— pubescens Ehrh. (alba L.), AR. Forêts de la Grande- 
Charnie,de Bourgon, d'Hermet, de Vallès, de Fontaine-Daniel 
et de Mayenne. Jublains, Chemeré. 

Saliencée*. 

Populus alba L. AC. 

— tremula L. AC. 

— nigra L. AC. 

race pyramidalis Roz. AC. 
Populus virginiana Desf. AC 
Salix amygdalina L. AC. 

race triandra L. PC. 

— purpurea L. RR. Aron, les Poteries {Rousseau, Neau, 
Marcillé, Chailland, Aubert, Ballée. 

var. hélix LR. Saulges, la Bazouge-de-Chemeré, 
Menil. 
X Salix rubra Huds. RR. Chemeré: Thévalles, Saulges: 
Montguyon (Jos. Daniel). 
Salix repens L. AC. 

var. argentea Sm. PC. 

— Caprea L. AC. 

— aurita L. AC. 

— cinerea L. CCC- 

— alba L. C. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 145 

Salix rubens Schr. 

var. viridis Fr. AC. 

— fragilis L. R. Grenoux: le halage (Chédeau), Cossé-en- 
Champagne : la Guérinière, Château-Gontier: près et avant 
Mirwault ! Meslay : La Chevraie ! Aron. 

X Salix Seringeana Gaud. RR. Louverné. 

X Salix sordida Kern. var. rugosa Bor. Grez-en-Bouère, 
près Bois-Morin (H. Léveillé), Chemeré : la Foltière, Saint- 
Laurent-des-Mortiers, Jublains, halte de Saint-Berthevin. 

X Salix Russeliana Forbes, Cossé-en-Champagne : la Guéri- 
nière (Jos. Daniel). 

Alismacéee. 

Sagittaria sagittifolia L. AR. Laval [Duclaux), Aron, Neau, 
Cossé-en-Champagne, Grez-en-Bouère, Château-Gontier : le 
halage avant Mirwault, Saint- Germain-d'Anxure, Bazouges, 
La Bazouge-de-Chemeré, Ballée, Montsûrs, Brée, Saint- 
Céneré, Chemeré, Préaux. 

Alisma natans L. AC. 

— ranunculoidea L. AC. 

var. repens Cav. PC. 

— Plantago L. CC. 

var. lanceolatum Will. PC. 

— Damasonium L.= suivant. 

Damasonium stellatum Rich. R. Aron, Laval [Michelin), 
Ampoigné, Jublains, Hardanges, Montjean ! Mézangers, 
Saulges, Saint-Aignan-sur-Roë, Senonnes, Athée, Craon. 

Joncaginacéee. 

Triglochin palustre L. RR. Parné, landes des Antes [Boul- 
lier) . 

Butomacées. 

Butomus umbellatus L. R. Laval, près la Coconnière (Du- 
claux et Boullier), Forcé, Saint-Denis-d'Anjou ! Brée, Mont- 
sûrs. 



116 BUl.LBTIX DE i.éoGJWPHIK BOTANIQUE 



IIy<IrocIiai*i«la<*éos. 

Hydrocharis morsus ranae L. PC. 
Helodea canadensis Rich. AC. 

>î»i;i<lïteée». 

Potamogeton gramineus L. R. Chàteau-Gontier [L. Daniel), 
Olivei, Saint-Jean-sur-Mayenne ! Bonchamp, Martigné, Parné, 
Brécé. 

Potamogeton densus L. AC. 

— natans L. CC. 

var. tiuitans Roth. PC. 

— polygonifolius Pourr. AC. 

— perfoliatus L. AC. 

— crispus L. AC. 

— lucens L. PC. 

— obtusifolius Mert. et Koch. RR. Aron (Desportes), 
Averton : route de Gesvres, en face la butte du Sentinier, Saint- 
Aubin- Fosse- Lou vain. 

Potamogeton pusillus L. PC. 

— pectinatus L.'RR. Averton, route de Gesvres, en face 
la butte du Sentinier (H. Léveillé). 

Potamogeton trichoideus Cham. et Schlecht. RR. Argentré, 
mare voisine de la ferme des Trétonnières [Chenu et Mercier). 

Potamogeton rufescens Schrad. RR. Laval: ruisseau du 
Quartier (Chenu et Mercier). 

Zannichellia palustris L. AR. Me'sangers, étang du Gué-de- 
Selle (Houlbert), Saint-Fraimbault-de-Prières dans la rivière, 
Argentré, Meslays : marécage du Tertre. 

Naias major Ail. R. Château-Gomier, vis-à-vis la prairie 
Saint-Fiacre (Duclaux), Chapelle-Anthenaise : étang de Gresse, 
Saint-Denis-d'Anjou 1 

Naias minor Ail. R. Chàteau-Gontier : vis-à-vis la prairie 
Saint-Fiacre (Duclaux), Saint-Denis-d'Anjou ! 

Leninacées. 

Lemna polyrhiza L. AC. 

— gibba L. PC. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 147 

Lemna minor L. PC. 

— trisulca L. R. Montsûrs, vers Brée [Cam. et Ern. 
Rocher) ! Grez-en-Bouère : La Guenaudière, Meslay : marécage 
du Tertre! 

Aracées. 

Arum italicum Mill. R. Bazouges : le Poirier (Fournier), 
Chemeré, Saulges, Ambrières, Laval, Montsûrs, Epineux-le- 
Séguin, Thorigné, Château-Gontier. 
Arum maculatum L. C. 

var. Tetrelii Corbière R. Saint-Céneré (Léveillé et 
Rocher). 

Dioscoréacées. 

Tamus communis L. AC. 

I^ïliacées. 

Colchicum autumnale L. AC. 
f. vernale PC. 

Muscari comosum Mill. AC. 

racemosum L. RR. Hardanges (abbé Hachet), Juvi- 
gné: la Tuilerie! Azé: champs du Buron, Laval: la Perrine. 

Muscari Lelievrei Bor. RR. Craon : champs vers le bois du 
Bigot [J. Barré), Meslay, parcs. 

Tulipa silvestris L. R. La Chapelle-Anthenaise, Laval: prai- 
ries de Beauregard et de la Valette. 

Fritillaria Meleagris L. AR. Saint-Fraimbault-de-Prières 
(Chédeau), Gesnes, Brée, Saint-Cénéré, Saint-Ouen-des-Toits, 
Senonnes, Saint-Ouen-des-Vallons, Montsûrs. 

Allium ursinum L. AR. Changé, Saint-Berthevin, Chemazé, 
Bazouges, Saint-Fort, Ampoigné, Grez-en-Bouère, Villiers- 
Charlemagne, Port-Brillet, Le Buret. Inconnu dans l'arrondis- 
sement de Mayenne. 

Allium oleraceum L. PC. 

— vineale L. AC. 

— paniculatum L. RR. Azé (Duclaux), Saint- Laurent-des- 
Mortiers : la Petite-Roche. 



148 BULLETIN DE r.ÉOf.RAI'HlE ItOTAMQUE 

Allium sphaerocephalum L. R. Argentré : bords de la Jouannc 
près le Pâli [Boullier), Evron, Neau, Voutrc. 

Scilla nutans Sm. C. 

— autumnalis L. AR. Argentré (Rousseau), Loigné, Bon- 
champ, Louvigné, Forcé, Laval. 

Lilium martagon L. Echappé de culture, Saint-Cénéré : à 
200 mètres au-dessus de l'ancien moulin de Grenusse ./. 

Barre). 

Lilium bulbiferum L. 

race croceum Chaix. Echappé de culture. Bon- 
champ : Griponce [J. Barre). 

Ornithogalum umbellatum L. AC. 

race divergens Bor. R. Chemeré, Cossé-en-Cham- 
pagne (Jos. Daniel). 

Ornithogalum pyrenaicum L. PC. 

Ruscus aculeatus L. AC. 

Paris quadrifolia L. R. Villaines-la-Juhel : forêt de Pail 
{Rousseau), Marcillé: le Bois-Rouillé et la Dérouinière ! 

Asparagus officinalis L. R. Château-Gontier (L Daniel). 

Narthecium ossifragum Huds. PC. Manque toutefois dans 
l'arrondissement de Château-Gontier ! 

Polygonatum multirlorum Ail. AC. 

Convallaria maialis L. AR. Bazouges : bois des Aunais [Du- 
claux), Laval, bois de Bourgon, Jublains, Marcillé, Ruillé- 
Froid-Fonds, Renazé, Craon, Saint-Suzanne, Viviers, Bon- 
champ, Forcé, Montflours, Loigné ! Saint-Charles. 

Phalangium bicolor Kunth. AR. Champéon (Chedcau et 
Reverchon), Ruillé-Froid-Fonds, Loigné: les Rouillières, 
Saint-Fraimbauh-de-Prières : Glaintin, Aron : les Rochers, 
Marcillé, Saint- Georges- But taven t. 

\ ni(«r> lli<l;i«-4''«»*. 

NarcisBus pseudo-Narcissus L. PC. 

— poeticus L. R. Montigné : Corçu, sur le halage (Ché- 

deau), Laval, Chailland, Contest, La Bigottière, Bannes, Brée. 

race biflorus Curt. AR. Changé [Boullier], Laval, 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 149 

Saint-Céneré, Château-Gontier, Sainte-Suzanne, 

Saulges, Bonchamp, Villiers-Charlemagne. 

Nareissus odorus L. Echappé de culture, Marcillé (Chédeau). 

Galanthus nivalis L. AR, Saint-Sulpice : la Touche (Z)w- 

claux), La Dorée, la Bigottière, Hardanges, Saint-Berthevin, 

Saint-Germain-le-Fouilloux, Laval, Moulay, Andouillé, 

Evron, Montgiroux, Saint-Martin-de-Connée, Averton, Chail- 

land, Saint-Denis-de-Gastines, Epineux-le-Séguin, Bonchamp, 

Montsûrs, Brée, Marcillé Brecé. 

Iridacées. 

Iris germanica L. Echappé de culture. 

— pumila L. RR. Laval : murs de l'ancien prieuré d'Aves- 
nières. 

Iris pseudo-acorus L. G. 

— fœtidissima L. PC. 

G-ladiolus segetum Gawl. Laval (L. Mercier). 

Oi'cliiclacée». 

Orchis bifolia Lindl. AC. 

race montana Sm. AC. 

— viridis Crantz PC. 

— morio L. C. 

Orchis purpurea Huds. R. Marcillé: le Bois-Rouillé (Ché- 
deau et Reverchon)\ Epineux-le-Séguin. 

Orchis simia Lamk. R. Saint-Berthevin (Duclaux), Saint- 
Christophe-du-Luat ! Chemeré, Changé. 

Orchis ustulata L. PC. 

— coriophora L. PC. 

— pyramidalis L. RR. Neau : près et sur la voie ferrée 
(L. Crié)\ Saint-Berthevin : près du pont du Vicoin, le Grand 
Coudray entre Laval et Argentré, Louverné : fours à chaux. 

Orchis mascula L. CC. 

— laxiflora Lamk. C. 

— conopea L. PC. 

X Orchis alata Fleury PC. 

Juillet-Septembre. 10 



150 BULLETIN DE CÉOGRAPH1R BOTAMQUE 



Orchis hircina Crantz (Aceras hircina Lindl.i PC. 

— maculata L. CCC. 

race helodes Gris. RR. Entrammcs : les Roches 
(L. Mercier). 

— latitolia L. AC. 
Listera ovata R. Br. AC. 
Epipactis palustris Crantz PC. 

Epipactis latitolia Ail. AR. Coulonges [Duclaux), Athée, 
Montsûrs, La Chapelle-Anthenaise, Azé, Loigné, Changé, Châ- 
teau-Gontier, Montigné, Ruille'-Froid-Fonds. 

Spiranthes aestivalis Rich. AR., Aron [Chédeau), Saint- 
Fraimbault-de-Priéres, Mayenne, Champéon, Saint-Germain-le- 
Guillaume, Deux-Evailles, Saint-Céneré, Boulay, Laval. 

Spiranthes autumnalis Rich. PC. 

Malaxis paludosa Sw. RRR., Boulay, sources de l'Omette 
(Letcllier) ! Pré-en-Pail, marais du Fourneau. 

Op'hrys apifera Huds. PC 

— aranifera Huds. AC. 

race atrata Lindl. R. Saulges ! 

Typli»cée». 

Sparganium ramosum Huds. CC 

— simples Huds C 

— minimum Fr. RR. Pré-en-Pail: marais du Fourneau 
(abbé Letacq) '. Aron: étang de la Forge vers Château-Fouillet. 

Typha angustifolia L. AC 

— latifolia L. C 

•loncacées. 

Juncus inflexus L. (glaucus Erh.) AC 

— communis C- A. Mey. (effusus L.) CC. 

race conglomeratus L. C 

— capitatus Weigg. RR. Duclaux l'indiqua sans localité 

— tcnuis Willd. RRR. Brece: la Poissonnière (Halouse). 

— squarrosus L. AC. 

— supinus Mœnch. (bulbosus L.) C 

— compressus Jacq. PC. 

— lampocarpus Ehrh. C. 



BULLETIN DE GÉOGIiAPHIE BOTANIQUE 151 

— silvaticus Reichardt. C 

— pygmaeus L. AR. Etangs d'Aron, de Mézangers. de 
Jublains, de Pouriette (forêt de Mayenne) et des Trétonnières 
(Argentré), de la Guiardière Saint-Aignan-sur-Roë), du Moulin 
Neuf (Saint-Pierre-la-Cour), de Boulay, du Fourneau (Pré-en- 
Pail), de Vassé (Le Bignon)! Brecé. 

Juncus insulanus Viv. (fasciculatus Bert.) PC. 

— bufonius L. CCC. 

— Tenagea L. PC. 
Luzula Forsteri DC. AC. 

— vernalis DC. (pilosa Willd.) AC. 

— maxima DC. PC. 

— campestris DC. 

— erecta Desv. (multiflora Lej.) C. 

• 

Cypéraeées. 

Eriophorum angustifolium Hoppe PC 

— latifolium Hoppe PC. 

var. decipiens Lévl. R. Hardanges : les Aulnais! 

— gracile Koch. R. Aron : autour des étangs (Desportes), 
Bazouges : marais des Fouillais, Melleray: landes de Malingue! 
Meslay, la Bussonnière ! 

Eriophorum vaginatum L. RR. Melleray, landes de Malingue 
(-D 1 Perrier) ! 

Cyperus longus L. PC. 

— flavescens L. PC. 

— fuscus L. PC. 

Scirpus (Heleocharis) acicularis L. AC. 

— (Heleocharis) palustris R. Br. CC. 

race uniglumis Link. RR. Melleray : landes de 
Malingue ! 
Scirpus (Heleocharis) multicaulis Sm. C. 

— (Heleocharis) ovatus Roth. RR. Argentré : étang des 
Trétonnières (Boullier), Champéon : étang du Fresne; étang 
d'Olivet. 

Scirpus fluitans L. CC. 

— caespitosus L. AR. Pré-en-Pail (Chédeau), Villepail, 



152 BDLLBTIH D1 GB06RAPBIE BOTANIQUE 

Fougerolles, Dcser.tines, La Pôoté, Boulay, Ravigny, Champ- 
frémonts, \illaines-Ia-J uhel ! 

Scirpus lacustris L. C. 

— setaceus L. C. 

— silvaticus L. AC. 

— maritimus L. RR. Bords de la Mayenne entre Chà- 
tcau-Gontier et Menil [Luc. Daniel), Laval, Saint-Denis-d'An- 
)OU ! 

Rhynchospora alba Wahl. PC. 

— fusca Rœm.et Sch. RR. Désertines : lesCruaux (C/iénu, 
Barré, Léveillc . 

Cladium Mariscus R. Br. RRR. Parné : étang des Aulnaies 
[Harel) ! 

Carex dioica L. RR. Melleray : landes de Malingue (L. Crié), 

— pulicaris L. AC. 

— intermedia Good. (disticha Lamk.) AC. 

— paniculata L. AC. 

— vulpina L. C. 

— paradoxa Willd. RR. Champéon : marais du Fresne, 
Aron :étang de Beaucoudrais (Chédeau). 

Carex contigua Hoppe (muricata L.) C. 

— divulsa Good. C. 

— remota L. CC. 

— canescens L. AR. Aron {Desportes), Laval, Saint- 
Georges-Buttavcnt, Champéon, Lignières-la-Doucelle, Melle- 
ray, Lassay, Ernée, Olivet! Chailland, Landivy, Saint-Fraim- 
bault-de-Lassay. 

Carex leporina L. C. 

— stellulata Good. C. 

— elongata L. RR. Melleray: landes de Malingue [D r Per- 
ricr ! Sacé environs du Port ! 

Carex elata Ail. (stricta Good.j AC. 

lusca Ail. (Goodenoughii Gay. C. vulgaris Fr.j AC 
f. Rousseaui Lévl. Hardanges [H. Léveillc . 

Carex gracilis Curt. (acuta Good.) CC. 

— pilulifera L. AC. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 153 

Carex verna Chaix (praecox Jacq.) C. 

var. umbrosiformis Fleisch. R. Laigné [H. Léveillé). 

— pallescens L. C. 

— depauperata Good. R. Saint-Brice : forêt de Belle- 
branche [Duclaux)\ Chemeré : bois de Staouëly, Chailland : 
Aubert, Saulges: la Bidaudière, Chemazé: forêt de Vallès, Châ- 
teau-Gontier : le halage. 

Carex pendula Huds. (maxima Scop.) PC. 

— panicea L. G. 

— limosa L. RRR. Melleray : landes de Malingue (D r Per- 
rier) ! 

Carex pseudo-cyperus L. PC. 

— silvatica Huds. AC. 

— strigosa Huds. RR. Pré-en-Pail (R. Ménager). 

— flava L. (Œderi Ehrh.) C. 

race lepidocarpa Tausch. PC. 
race pygmaea Anders. CC. 

— laevigata Sm. AC. 

punctata Gaud. RR. Saint-Martin-de-Connée : Orthe, 
Pré-en-Pail. 

Carex Mairei Coss. et Germ. RR. Lignières-la-Doucelle, à la 
limite du département [Manceau). 
Carex Hosteana DC (Hornschuchiana Hoppe) PC. 

— distans L. AC. 

— binervis Sm. PC. 

— flacca Schreb. (glauca Murr.) CC. 

— hirta L. C. 

var. hirtiformis AC. 

— tomentosa L. RR. Saulges : fossé de la route de Cossé- 
en-Champagne (H. Léveillé). 

Carex (umbrosa Host) polyrrhiza Wallr. RR. Laval [Braycr- 
Langlois). 

Carex lasiocarpa Ehrh. (filiformis L.) RR. Parné : étang des 
Aulnaies (L. Mercier)\ Melleray : Malingue. 

var. meduanensis Lévl. et Vant. Parné : étang des 
Hairies [H. Léveillé). 



154 BULLRTl> DE GÉOGRAPHIE BOTAMQUl 

X Carex lasiocarpn ■ flacca. Parné, étang des Hairies 

aussard] ' .< C. Labbei Lévl. 

Carex in fia ta Huds. (ampullacea Good.) AC. 

var. rotundata Wahl. R. Melleray (//. Léveillê) 

— vesicaria L. CCC. 

— riparia Curt. AC. 

— paludosa Good. C. 

var. Kochiana DG. PC. 

X Carex fulva Good. PC. 

X Carex Barrci Levl. R. Saulgcs ! 

X Carex Daniclis R. Saulges ! 

X Carex xanthocarpa Degland R. Aron, marais de Villettes 
(Savouré). 

X Carex Bœnninghauseniàna Weihe. RR. Laval: Saint- 
Joseph, landes du Breil (L. Mercier). 

Graïuinées. 

Panicum crus-galli L. DC 

— (Digitaria) sanguinale L. C. 

— glabrum Gaud. (Digiiaria filiformis) Kœl. PC. 
Cynodoa dactylon L. AC. ) 
Nardus strictus L. AC 

Hordeum murinum L. C. 

— secalinum Schreb. PC. 

Lolium perènne L. CC. f. cristatum AC. 
race niultillorum Lamk. PC. 
race Boucheanum Kunth. (italicum A. Br.) AC. 

— temulentum L. AC. 

— remotum Schr. linicola A. Br.) RR. Aron (Desportes), 
Saint-Fraimbault-de-Lassav. 

Gaudinia fragîlis PB. PC. 

Agropyrum caninum Rœm. et Sch. PC. 

— repens PB. C. 

Nardurus Lachcnalii (Jodr. AR. Chàteau-Gontier (Duclaux), 
Menil, Daonl Bazouges, Sainte-Suzanne, Bonchamp, Laval, 
Alexain, Scnonnes, Saulges, Bouère. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 155 

Nardurus tenuiflorus Boiss. (tenellus Reich.) AR. Daon 
(Duclaux), Saulges, Sainte-Suzanne, Chemeré, Villiers-Charle- 
magne, Thorigné, Cossé-en Champagne, Senonnes, Grez-en- 
Bouère. 

Brachypodium silvaticum Rœm. et Sch. C. 

— pinnatum PB. AC. 

Mibora verna PB. (Chamagrostis minima Borkh.} RRR. 
Daon: rochers, ancien chemin de Querré, non loin du ruisseau 
des Vallées [Duclaux) ! 

Cynosurus cristatus L. C. 

Setaria glauca PB. PC. 

— verticillata PB. PC. 

— viridis PB. PC. 
Anthoxanthum odoratum L. CC. 

— aristatum Boiss. (Puelii Lecoq et Lamt.) R. Saulges: 
talus de la route entre le pont de Thévalles et Haut-Pré (Jos. 
Daniel), Château-Gontier et Meslay : voie ferrée. 

Phalaris arundinacea L. PC. 

— canariensis L. Azé [Desnos), Adventice. 
Alopecurus agrestis L. AC. 

— pratensis L. C. 

— geniculatus L. C. 

race fulvus Sm. AC. 
Phleum pratense L . C. 

var. nodosum L. PC. 
Leersia oryzoidea Sw. PC. 
Calamagrostis epigeios Roth. PC. 
Agrostis canina L. C. 

— alba L. CC. 

— vulgaris With. 

— spica venti L. R. Environs de Château-Gontier (abbé 
Barthement), Chemeré: La Cropte, Grez-en-Bouère, Meslay. 

Gastridium australe PB. (lendigerum Gaud.j R. Forcé: près 
l'étang de la Mazure, Athée, la Mounière (J. Barré). 

Melica ciliata race nebrodensis Pari. RRR. Laval : mur du 
Lycée [Chenu) ! 

Melica uniflora Retz C. 



156 BULLhTIN Dl (.KOGRAI'HIK liGIANHjlK 
« 

Hoicus lanatus L. < - 1 

— mollis L. AC. 
Avena saliva L. C. 

race strigosa Schreb. R. Aron. 

race orientalis L. Cultive [Desportes), entre Pré-en- 
l'ail et Lignieres-la-Doucclles, Brécé, Saint- 
Aubin-Fosse-Louvain ! 
Trisetum (Avena), flavescens PB, C 

Avena pubescens Huds. R. Ncau [Reverchon . Chemerc, 
Saulges, Thorigné, Arun. 
Arrhenatherum avenaceum PB. (elatius Mert et koeh C. 

race precatorium PB. PC. 
Avena fatua L. C. 

race barbata RR. Château-Gontier, voie ferrée (Ern. 
Rocher.) 
Kcelera cristata Pers. RR. Saint-Pierre-sur-Frve, Saulges» 
Cossc-en-Champagne (Jos. Daniel . 

Arundo Phragmites L. (Phragmites communis Trin.) AC. 
Deschampsia (Airaj, caespitosa PB. AC. 

— (Aira), rlexuosa Trin. C. 

discolor Rœm. et Sel. (Aira uliginosa Weihe) R. 
Forêt de Mayenne, Mézangers, étang du Gué-de- 
Selle, Saint-Pierre-la-Cour : bords de l'étang du 
Moulin-Neuf. 
Aira praecox L. AC. 

caryophyllea L. PC. 

race multiculmis Dum AC. 
Dactylis glonurata L. CC. 

\ulpia ciliaia Link (Festuca myuros L. R. Saulges, la 
Bazouge-de-Chemeré, Cluheau-Gontier (abbé Barthement), 
Chemeré, Cossé-en-Champagne, Thorigné, Saint-Pierre-sur- 
Erve. 
Vulpia myuros Gmel (pseudo myuros Soyer-Will.) AC. 

race sciuroidea Gmel. C. 
Molinaea Festuca), caerulea Mœnch C. 

Festuca arundinacea Schreb. AR. Saint-Jean-sur-Mayenne, 
Neau, Saint* Berthevin ! Laval, Change 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 157 

Festuca pratensis Huds. (elatior L.) C. 

— rubra L. G. 

— heterophylla Lamk. R. Laval (Duclaux). Champéon, 

Voutré. 

— ovina L. PC 

— duriuscula L. C. 

— gigantea Vill. R. Chemazé : forêt de Vallès {Duclaux), 
Mayenne, Montgiroux, Moulay, Saint-Fraimbault-de- Prières, 
Voutré, Avesnières, Brétignolles, Souce', Saulges, Saint-Ber- 
thevin, Chailland, Athe'e, Andouillé, Saint-Jean-sur-Mayenne, 
Saint-Germain-le-Fouilloux, Saint-Germain-d'Anxure. 

Danthonia decumbens DC. AC. 
Bromus asper Murr. AC. 

— erectus Huds. AR. Laval, Saint-Germain-le-Fouil- 

loux, Chemeré, Saulges, Andouillé', Montsûrs, Bal- 
lée, Cossé-en-Champagne, Parné, Saint-Fraimbault- 
de-Lassay, Louverné. 

— tectorum L. PC. 

race maximus Desf. AR. Laval, Château-Gontier 
(Duclaux), Saulges, Daon. 
Bromus sterilium L. CC. 

— arvensis L. PC. 

— secalinus L. PC. 

— racemosus L. 

race commutatus Schrad. PC. 

— mollis L. CC. 

Airopsis agrostidea DC. R. Etangs et fossés d'Aron et de 
Mézangers (Desportes), de la Guiardière (Saint-Aignan-sur- 
Roë I) de Jublains, de l'Etang-Neuf (Juvigné.) 

f. caespitosa Desp. Aron {Desportes}, Le Bignon : 
étang de Vassé. 
Glyceria aquatica Presl. (airoidea Reich.) AR. Mézangers, 
Châtres (Desportes), Grez-en-Bouère, Château-Gontier, Melle- 
ray, Athée, Saint-Aubin-Fosse-Louvain, Brecé, Bourgon. 
G-lyceria spectabilis Mert et Koch. AC. 

— fluitans R. Br. C. 

race plicata Fz. PC. 



r.R BULLETIN i.r. ChoCKAPHlt BOTANIQUE 



Eragrostis pilosa PB. R. Chateau-Gontier : bords de la 
Mayenne, près Mirwault Duclaux), Laval : quai Paul-Boudet. 
Scleropoa maritima Pari. var. rigida Gris. AC 
Poa palustris L. RR. Voutré, bords de l'Erve (Houlbert . 

— bulbosa L. C. 

— compressa L. AC. 

— pratensis L. CC. 

— annua L. CCCC. 

— trivialis L. C. 

— ncmoralisL.CC. 
Briza média L. C. 

— minor L. PC. 

Coleanthus subtilis Seidel RR., étangs d'Aron (L. Crié.) 

Conifères. 

Juniperos communis L. PC 
Pinus Laricio Poir. 

var. austriaca Ant. 

— silvestris L. 

— Pinaster Sol. (maritima Lamk.j. 
Picea excelsa Link. 

Abies alba Mill. (pectinata DC). 
Larix decidua Mill. 
Taxus baccata L. 

l''on^<''res. 

Ophioglossum vulgatum L. AR. Bazouges. Changé [Duclaux), 
Marigné-Peuton, Saint-Berthevin, Châtelain, Saint-Denis- 

d'Anjou, L'Huisserie. Chàteau-Gontier, Marcillé. Saulges, Saint- 
Céncré. Evron, Laval, Bourgon, Arquenay : bois de Bergault. 

Phyllitis Scolopendrium Newm. (Scelopendrium officinale 
Sm.) C. 

Osmunda regalis L. AC. 

Blechnum spicant Sm. C. 

Botrychium Lunaria Sm. RR. Hardanges : camp des Sarra" 
sins, route du Ribay et à la Verderie (abbé Hachet et Mon- 
tagu\ ! Sainte-Gemmes-le-Robcrt : Rochard. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 159 

Ceterach officinarum Willd. AC. 
Polypodium vulgare L. CC. 

var. cambricumL. (lobatumChauv.)RRR. Bazouges: 
près de Mirwault (J . Desnos). 
Asplenium septentr. Hofl'm RR. Pré-en-Pail (R. Ménager). 
Asplenium filix femina Bernh. AC. 
Trichomanes L. CC. 
var. incisum Moore, Sainte-Suzanne (H. Léveillé). 

— lanceolatum Huds. R. Mayenne: rive droite de la 
rivière (Desportes), Daon : hauteurs dominant le ruisseau des 
Vallées! Saint-Pierre-sur-Erve : route de Saulges. 

Asplenium ruta-muraria L. AC. 

— adiantum-nigrum L. C. 

Hemesteum (Aspidium) Oreopteris Lévl. RR. Saint-Georges- 
Buttavent (Savouré), Laval, Landivy! Fougerolles, Saint-Mars- 
sur-la-Futaie, Pontmain, Saint-Ellier : Olivet, Saint-Aubin- 
Fosse-Louvain. 

Hemesteum Aspidium) Thelypteris Kuntze AR. Saint-Pierre- 
des-Landes (Bachelot de la Pylaie). Laval, Thévalles et la 
Chesnaye, Le Bignon, Arquenay, forêt de Mayenne. 

Aspidium fragile Sw. R. Château-Gontier (Duclaux), Lan- 
divy, Laval, Saint-Berthevin : grotte, Meslay: route d'Arquenay, 
en face le Noyer. 

Aspidium aculeatum Sw. C. 

— spinulosum Sw. PC. 

var. dilatatum Sw. PC. 
Dryopteris Polypodium) Phegopteris L. RR. Pré-en-Pail 
(abbé Letacq), forêt de Mayenne. 

Dryopteris (Aspidium) filix-mas Schott C. 

f. paradoxum Lévl. et Daniel R. Saulges, chemin de 
la Croisnière à Montguyon. 

Equisétacées. 

Equisetum limosum Willd. C. 

— arvense L. C. 

— maximum Lamk (eburneum Roth.) R. Chemazé: forêt 
de Vallès iDuclaux), Marcillé : le Bois-Rouillé. 

Equisetum palustre L. C 

var. polystachyum Vill. PC. 



100 HULLETI.n DE GÉOGRAPHIE BOTAMQCF. 



■ „> ropoiliatM'Ofl. 

Lycopodium clavatum L. AR. Hardangcs, Le Ribay (abbé 
Hachet\ Larchamps, Pré-en-Pail! Laval, Houssay, Yzé, Saint- 
Berthevin, Torcé, Landivy, Voutré, Saint-Georges-sur-Erve : 
bois d'Hermct. 

Lycopodium inundatum L. AR. Laval [Bachelotdc la I "y laie), 
Aron, Pré-en-Pail ! Saint-Céneré, Soulgé, Bonchamp, Levaré, 
Hardanges, Saint-Cyr-en-Pail ! Villepail, Déserti nés. 

Lycopodium Selago L. RR. foret de Villepail fabbé Loyson), 
Pré-en-Pail ! près les Avaloirs. 

Rhi7.o<*nr|)ncéc8. 

Pilularia globulifera L. AR. Aron [Desportes:, Château- 
Gontier, Chemazé, Laval, La Bazouze-des-Alleuds, Mézan- 
gers, Marcillé, Grazay, Melleray, Saint-Aubin-Fosse-Louvain! 
Jublains, Le Bignon : étang de Vassé. 

var. natans Mérat AR. Aron, Grazay, Marcillé, 
Villaines, Melleray. 
Marsilea quadrifoliata DC. Bourgon fabbé Loyson). 



Les Carex de France. 

Par H. Léveillé et C. Blin. 
(Suite) 

35. — C. elongata L. Spec. PI. I ( 1 76 3), p. 974; Schkiihr, 
pi. E, fig. 25 ; Reichb., pi. 278, fig. 565 ; Sturm, pi. 1 3 18 ; Hus- 
not, p. 21; Coste, p. 5oo; Rouy, p. 429; Kiikenthal, p. 235; 
C. multiceps Gaud; C. divergens Thuill. 

Souche cespiteuse. Epi brun roussâtre, allongé, formé de 
6-12 épillets, un peu espacés, allongés-cylindriques. 

Ecaille largement ovale, obtuse, ferrugineuse, à carène verte, 
blanche-hyaline au bord. 

Utricule presque double de l'écaillé, finalement étalé-recourbé, 
presque membraneux, oblong lancéolé, plan convexe ou bicon- 
vexe, long de 3 1/2-4 mm., d'un vert brunâtre, parfois grisâtre, 
glabre, de tous côtés à côtes nombreuses, contracté en pédicelle 
court, peu ou pas bordé, terminé peu à peu en un bec médiocre, 
scabre au bord, fendu en avant, légèrement bidentulé à son 
sommet. 

Akène jaune pâle, presque lâchement inclus, oblong-ellip- 
tique, à peine stipité. 

Base du style presque dilatée. 

Stigmates 2. 

var. Gobhardii Willd. 

Chaume moins élevé; épillets très petits, peu nombreux, pau- 
ciflores. 

Hab. — Forêts humides des hautes montagnes. Savoie : forêt 
de l'Aut du Pré au mont Mirantin. 
f. heterostachya Wimin. 
Epillet terminal entièrement mâle. 

Hab. — Bord des eaux, fossés, marécages. Disséminé çà et là 
en France, et toujours rare; nul dans les régions méditerra- 
néenne, pyrénéenne, le Sud-Ouest, le Sud-Est et en Corse. — 
Mai-juin. 



1H-J BULLETIN DR GÉOGKAI'HIE BOTAMQl E 



C. distachya Desf. FI. Atl. II. 11800), p. 336; KtJken 
thaï. p. 255 ; C. Linkii Schkûhr, pi. Bbb. 6g. 118 1806) 
Boott IV, pi. 412 et 4i4;Sturm, pi. 290; Husnot, p. 23 
C. longisïta Brotero (18041; Rouy, P« 4?° '• Coste. p. 5oi 
C. gynomane Be'rtol. (1806 ; Reichenbach, pi. CCI. NUI, 
flg. Ô2q; C. binata I J oir. 

Kpillcts 2-3 androgyns, écartes, bractée intérieure légèrement 
vaginante. 

Ecaille lancéolée -ovale, acuminée, enveloppante ;i la 
base, châtaine, largement hyaline au bord, à carène verte i-3 
nervée. 

Utricule subégal, subdressé, membraneux, ovale-elliptique, 
trigone. long de 5-6 mm. présentant une forte nervure dans ses 
flancs un peu concaves, par ailleurs sans nervures, vert, glabre, 
luisant, stipité à la base, contracté brusquement en un bec 
court, obliquement tronqué, finalement légèrement bidenté, 
hyalin à son sommet. 

Akène étroitement inclus, trigone, à peine stipité. jaune olive. 

Style caduque, à peine dilaté à la base. 

Stigmates 3. 

Hab. — Lieux stériles du midi : Provence, Languedoc, Rous- 
sillon, Aveyron, Corse. — Avril-mai. 

Nous suivons MM. Briquet et Kukenthal dans l'emploi du 
nom de distachya qui a pour lui la priorité. Les quelques 
caractères qui semblent aberrants dans la diagnose de Desfon- 
taines ne portent que sur des points très secondaires. 

3;. C.bicolor Ail. FI. Ped. II d 783), p. 297; Schkûhr, 
pi. Aaaa, fig. 181 ; Reichb., pi. 223, fig. 377; Sturm, pi. 1 332 ; 
Boott, IV, pi. 427; Husnot, p. 26; Coste, p. 5o3 ; Rouy, 
p. 5o8; Kukenthal, p. 297. 

Chaume élevé de 3-i3 cm. Epis 2-3 tastigiés, le terminal 
gynécandre, rarement entièrement mâle; bractée supérieure 
squamiforme. l'inférieure un peu foliacée, brièvement van- 
nante. 

Ecaille ovale, obtuse, cuivrée ou pourprée, à nervure verte 
s'évanouissant avant le sommet, parfois 3-nervée. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 163 

Utricule dépassant un peu l'écaillé, subdressé, membraneux, 
obovoide, long de 2 mm. 1/2, biconvexe, bleuâtre ou blan- 
châtre, densémcnt âpre granuleux, vaguement nervé, obco- 
nique, stipité, sans bec distinct. 

Akène suborbiculaire, densément ponctulé, brun marron. 

Base du style à peine dilatée. 

Stigmates 2. 

Hab. — Bords des lacs et marais des hautes montagnes, où 
il est rare: Savoie, Hautes- Alpes, Basses-Alpes, Alpes-Mari- 
times et Hautes-Pyrénées. — Juillet-août. 

38. G. trinervis Degl.ap. Lois. FI. Gall.,éd. I, t. II (1807), 
p. j3 1 ; Kunze, pi. 1, fig. 2; Boott, IV, pi. 520-521 ; Husnot, 
p. 29 ; Coste, p. ; Rouy, p. 496 ; Kukenthal, p. 3i 2. 

Rhizome à longs et forts stolons. Epis rapprochés, les supé- 
rieurs 1-4 mâles, les femelles 2-4 souvent mâles au sommet, 
densiflores, subsessiles; bractées non vaginantes. 

Ecaille oblongue-ovale, subobtuse, d'un rouge brun, blanche 
hyaline au bord, à carène verte ou grisâtre, 3-nervée. 

Utricule égalant, mais plus large que l'écaillé, densément 
imbriqué, ovale ou plan convexe, long de 3 1/2-4 mm. d'un 
vert paille ou pourpré et ponctué résineux, glabre, plurinervé, 
stipité, bordé, apicole par un bec assez court subentier. 

Akène lâchement inclus, subovoide, remplissant à peine la 
moitié de l'utricule. 

Base du style égale. 

Stigmates 2. 

Hab. — Marécages sablonneux. — Basses-Pyrénées, Landes, 
Gironde, Charente-Inférieure, Manche, Somme, Pas-de-Calais 
et Nord. — Juin-août. 

39. C. fusca Ail. FI. Ped. II (1785), p. 269 = (C. oboesa 
Ail. 1785 non auct.; C. Goodenoughii J . GayinAnn.Sc. nat., 
Sér. 2, vol. 10 (1839), p. 191; Rouy, p. 5oo ; C. caespitosa 
Good. in Trans. Linn. Soc, II (1794), p. 192, non L. ; 
Schkûhr (f a polyandra), pi. Dd. fig. 90; C. vulgaris Fries, 
Mant. III (1842), p. 1 53 ; Reichenbach, pi. 226, fig. 579 



1f,i BULLETIN l»F. GÉOGRAPHIE BOÎANIQl r 

(plante de gauche); Boott, IV, pi. 53; ; Husnot, p. 3i ; Coste. 
p. 3<>4 ; C. stolonifera H<>ppe, Sturm pi. i 3 3 1 . 

Rhizome longuement stolonifère ; épis 2-6, les supérieurs, 
i-3 maies, les femelles subsessiles, sauf l'inférieur ; utricules 
souvent disposés sur six rangs. 

Ecaille toute petite ovale, obtuse, d'un pourpre-noir à peine 
blanche-hvaline au bord, à carène verte rarement rougeâtre. 

Utricule plus long et plus large que l'écaillé, subdressé 
ovoïde ou orbiculaire, plan-convexe, long de 3 mm., verdàtre, 
souvent teinté de noir, finement ponctulé, glabre, finement 
nervé, peu stipité, bordé, apiculé par un bec court entier. 

Akène lenticulaire, orbiculaire-ovale, brun-clair. 

Stigmates 2. 

f. sabulosa Meinsh. [pumila Kuk.) 

Chaume de 4-9 cm., épis rapprochés, ovoïdes. 

t. polyandra Schkiihr. 

Epis supérieurs tous mâles, l'inférieur portant quelques 
fleurs femelles. 

f. androgyna Bussow. 

Epis tous androgyns. 

f. basigyna Reichb. 

Epi inférieur presque radical. 

f. subramosa Meinsh. 

Epi inférieur distant, longuement pédoncule, mais non radical. 

f. subfastigiata Schur. 

Tous les épis presque fastigiés au sommet. 

f. badia Sanio. 

Ecailles de couleur bai. 

f. fuliginosa Br. (melaena Wimm.) 

Ecailles et utricules noirâtres. 

f. Roussiaei Lévl. 

Ecailles noirâtres à nervure dorsale rose, égalant les utri- 
cules. 

t. chlorostachya Reichb. 

Ecailles toutes petites, bien plus courtes que les utricules, 
d'où la teinte verdàtre des épis. 

f. leucolepis Meinsh. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 16o 

Ecailles blanchâtres, puis légèrement fauves. 

f. oxylepis Sanio. 

Ecailles subaiguës. 

f. ^onata Nyl. 

Utricules portant une ligne fauve transversale. 

f. polygama Peterm. 

Fleurs des épis inférieurs hermaphrodites. 

f. gracilis Lambert. 

Epis longs de 9 cm., larges de 4 mm. ; écailles subulées; dépas- 
sant les utricules ; épi mâle unique ; épi femelle inférieur sou- 
vent basilaire. 

var. stolonifera Hoppe. 

Rhizome stolonifère plus long que les chaumes, écailles très 
larges. 

Hab. — Alpes et Pyrénées. 

f. intermedia Miégev. 

Plante de 6-10 cm. dont les bractées pour la plupart sont 
pourvues de 2 grandes oreillettes. 

var. tornata Fries. 

Rhizome court ; chaume droit, haut de 3o-5o cm. ; feuilles 
planes. 

Hab. — Cher, Sarthe. 

var. recta Fleisch. (Girodi Le Grand.) 

Rhizome très stolonifère; chaumes de 3o-8o cm., grêles, 
munis à leur base de gaines sans limbe, pourprées; feuilles très 
longues ; épis espacés, longs de 4 cm. ; bractées dépassant sou- 
vent les chaumes. 

Hab. — Sarthe, Hautes-Alpes. 

f. silvatica Bussow. 

Feuilles flasques, épis très espacés. 

var. juncea Fries. 

Souche cespiteuse à peine stolonifère ; chaume élancé, muni 
à sa base de gaines sans limbe, fauves et luisantes, parfois 
noires fibrilleuses ; feuilles très longues, enroulées filiformes ; 
épis maigres, distants. 

Hab. — Vosges et Cher. 

f. stenostachya Uechtr. 

Juillet-Septembre. n 



166 BULLETIN DE GÉOGRAPHIE HOTANIQUE 



Epis femelles très étroits, larges au plus de 3 mm. 

Hab. — Prairies tourbeuses, bords des mares et des fossés. 
— Dans toute la France, mais rare dans le Sud-Ouest. — Avril- 
juin. 

Le cas du C. fusca Ail. FI. Pedem. II. i;85,p. 269(11011 
Ail. herb.) très difficile et compliqué, a tait l'objet d'une longue 
n<»tc critique (Schinz et Thellung in Vierteljahr Naturf. (ie^. 
Zurich. LVIII ' 1 9 1 3), pp. 45-48.) L'espèce d'Allioni contient 
sans conteste sous forme de synonymes de Haller et de 
Scheuchzer, le Goodenowii. Ce dernier nom ne saurait en nul 
cas être maintenu, avant un nombre considérable de synonymes 
plus anciens (les deux plus anciens sont C fusca Ail. et C. 
obesa Ail.). Puisque un changement de nomenclature est iné- 
vitable, en tout cas, nous avons proposé à nos confrères de 
donner la préférence à l'un des deux noms les plus anciens qui 
entrent en question. 

Le seul reproche qu'on puisse faire au nom de fusca est qu'il 
est embrouillé en quelque sorte par des homonymes plus 
récents : C. fusca Bailey, Britton et Brown, Ostenfeld, non 
Ail. =» C. polygama Schkùhr C. Buxbaumii Wahlenb.) (A. 
Thellung in litt.). 

40. — C intricata Tineo ap. Gussone FI. Sic. syn. 2 (1843), 
p. 574; Rony. p. 5o3; Coste, p. 504; C. minima Boullu. 

Plante naine 2-12 cm.]. Tiges et feuilles raides, glauces- 
ecnies. Epis 1-4. le supérieur mâle, petits, courts, l'inférieur 
pédoncule. 

Ecaille ovale, d'un brun pourpre, a carène verte. 

Utricule égalant l'écaillé, ovoïde, d'un pourpre noirâtre dans 
la partie supérieure, vert dans la partie inférieure, pas ou peu 
nervé, atténué en un bec très court, bidenté, vert. 

Akène brun, ovoide, comprimé. 

Hab. — Tourbières des montagnes de la Corse. — Juillet. 

La valeur systématique de ce Carex a été très contestée. Cer- 
tains, tels MM. Husnot, Kukf.nthal en ont fait une variété du 
C. Goodenouglui, le dernier auteur sous le nom de stolonifera; 
d'autres : Nyman, Briqikt, de Litardière l'ont rattaché au 
C. rigida Good; d'autres enfin, MM. Coste et Rouy l'ont élevé 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 167 

au rang d'espèce distincte. Nous donnons raison à ces derniers^ 
L'utricule de Yintricata est assurément tout à fait voisin de 
celui du rigida, mais celui du Goodenoughii est plutôt aigu 
qu'obtus ; enfin le bec est nettement bidenté, ce qui nous décide 
de l'accepter comme espèce. — Aussi bien Yintricata existe 
aussi dans les Sierras espagnoles. 

41. — G. gracilis Curt. FI. londin. IV (1777-1787 p. 282, 
pi. 62; Kukenthal, p. 319; C. acuta Good. (1794) an L.? 
Schkuhr, pi. Ee. et Ff. fig. 92; Reichb. pi. 23 1, tig. 584; Boott, 
IV, pi. 548-550; Sturm pi. 1329; Husnot, p. 32; Coste, p. 5o5 ; 
Rouy, p. 498; C. striata Gilib. ; C. virens Thuill. non Lamk. 

Rhizome longuement stolonifère; feuilles larges de 5-8 mm. 
Epis 8-10, les mâles 2-5, les femelles 2-5 souvent androgyns, 
longs de 5-io cm., les supérieurs sessiles, les inférieurs pédon- 
cules, souvent pendants; bractées foliacées non vaginantes, les 
intérieures plus longues que les chaumes. 

Ecaille lancéolée-acuminée, noirâtre, à carène verte ou rous- 
sâtre. 

Utricule plus court, mais plus large que l'écaillé, ovale, 
biconvexe, long de 3 mm., d'un vert paille, densément et fine- 
ment ponctulé, ou glaucescent, parfois maculé de rouge, glabre, 
finement nervé, nettement stipité, bordé, apiculé par un bec 
court subentier, noirâtre à son sommet. 

Akène d'un jaune pâle, orbiculaire. 

Stigmates 2. 

f. polystachya Lévl. 

Epis femelles 8-10. 

f. corynephora Peterm. 

Epis femelles cylindriques en massue. 

f. \ygostachya Reichb. 

Epis femelles rameux à la base. 
• f. stenophylla Kiik. 

Chaume grêle, feuilles larges de 2-4 mm. 

f. fluviatilis H art m. 

Plante robuste; épis sessiles, épais de 7-8 mm.; écailles plus 
courtes que les utricules. 



[68 BULLETIN HE t. i:o<,i;aph 1 1: ItoTAMIUUB 



f. graciliftora Le Grand. 

Epis femelles longs de 7 cm., larges de 2 mm. 

1. stricti/olia Opiz (prolixa Fr.). 

Uiricules comprimés, très nervés, plus courts que les écailles, 
Ctlles-ci très acuminees. 

f. megastachys Lévl. et Lamb. 

I i femelle inférieur arqué-pendant long de i5 cm. 

1. brachystachys Lamart. 

Epi femelle long de 3 cm. au plus. 

f. prutensa Fries. 

Epis grêles, laxifiores; écailles presque subulées. 

f. sulcata Lévl. et Lambert. 

Chaume plan sur une face, concave sur les deux autres; utri- 
cules fortement nervés; épis courts. 

\ar. Moenchiana Wend.(i823) = personata Fries (1828). 

Epis très allongés pendants; écailles dépassant les utricules. 

var. tricostata Fries. 

Epis courts, sessiles; écailles obtuses; utricules disposés 
par 8, portant sur le dos trois côtes saillantes. 

\ar. im'.rsonata Fr. (1828); C. touranginiana Bor. (1849). 

Epis très allongés, pendants; écailles dépassant les utricules, 
à carène rougeâtre. Vosges. 

Hab. — Bords des eaux. Dans toute la France, sauf en Corse 
et dans le Midi de la Provence. — Mai-juin. 

Le C. acuta L. est douteux tant par la place que Linné lui 
attribue que par la diagnose qu'il en donne. Dès lors, l'antério- 
rité du nom de Curtis est indiscutable, par rapport a l'adoption 
par Goodenough du nom d'acula. Il est certain, par ailleurs, 
que c'est la forme robuste qui prédomine en France. 

42. — Carex elata Ail. FI. Pedem. II (1785), p. 272; Gau- 
din, Agrost. Helv. II, 1811, p. 121; C. Hudsoni Bennetr 
(1895); Kukenthal, p. 33o; C. stricta Good (1794) non Lamk.; 
Schkuhr, pi. V, rig. j3\ Reichb., pi. 23o, f. 383; Sturm, 
pi. 1 327 ; Boott, IV, pi. 584- 5 exci. n° 1 ; Husnot, p. 3o ; Coste, 
p. D04 ; Rouy, p. 490; C. data Ail. (1785); C. melanochloras 
Thuill. (1799J; C. compressa Gaud. (1804); C. caespitosa Gay. 

Souche cespiteuse, formant ordinairement au bord des étangs. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 169 

d'énormes touffes; gaines basilaires sans limbe, luisantes d'un 
brun jaune, toutes déchirées en réseau. Epis 4-5, les supérieurs 
1-2 mâles. Et les femelles souvent androgyns; bractée inférieure 
foliacée, mais non vaginante. 

Ecaille caduque, lancéolée, d'un noir foncé, à carène verte, 
parfois jaunâtre, s'évanouissant avant le sommet. 

Utricule plus long et plus large que l'écaillé, dressé, imbriqué, 
comprimé-trigone, caduque, long de 3-4 mm., glaucescent, 
ponctulé, parfois maculé de rouge, nettement nervé, stipité, 
bordé, apiculé par un bec entier presque nul. 

Akène jaunâtre, ovoïde, remplissant les 2/3 de Putricule. 

Base du style égale. 

Stigmates 2. 

f. leucorhyncha Lévl. et Lambert. 

Bec de l'utricule blanc. 

f. melanorhyncha Lévl. et Lambert. 

Bec de l'utricule noir. 

f. macrocarpa Lambert. 

Utricules lancéolés-linéaires, 5,5 mm. X 2 mm. 

f. polystachya Asch. et Graebn. 

Epis mâles 6-8. 

f. reticulosa Peterm. (brachylepis Lambert). 

Epis femelles oblongs; écailles courtes peu visibles. 

f. humilis Fries. 

Chaume ne dépassant pas 20 cm.; épis femelles ovoïdes. 

f. ramosa Lambert. 

Epis femelles rameux. 

f. trimas Lévl. et Lambert. 

3 épis mâles. 

f. pendula Lange. 

Epis femelles pédoncules pendants. 

f. nigrans Beck. (brunnescens Lambert). 

Ecailles noires cachant les utricules. 

f. subrotunda Serres. 

Epis femelles très courts, ovales arrondis. 

var. homalocarpa Peterm. 

Plante plus grêle; utricules plan-convexe à nervures peu 



1 BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



llab. — B les eaux, surtout des étangs, marécages. Dans 

toute la France sauj en Corse. — Avril-juin. 

1 i vocable de C. stricta ne peut .1 aucun prix être maintenu, 
puisqu'il est déjà porte par un Carex américain nomme en 1789, 
par Lamarck. 

Le nom de C. Husdsoni Bennett est superflu et par conséquent 
contraire aux règles. Voir Rendle et Britton : List. Brit. Seed. 
pi. and Ferns, 1907, p. ?-. Schinz et Thellung in Bull. Herb. 
Boissier 2 e ser. \ 11, 1907, pp. ; , .-400. 

— G. Reuteriana Boiss. Pug. PI. nov. (i852), p. 116; 
Kukenthal, p. 3 

Epis q-3, le terminal mâle, parfois flanqué d'un second petit 
épi mâle; les femelles lâches à leur base, dressés, les supérieurs 
subsessiles, l'inférieur un peu espacé, pédoncule, dressé; brac- 
tées non vaginantes. 

Ecaille toute petite, oblongue, obtusiuscule, d'un noir de sang 
à carène de couleur paille. 

Utricule dépassant l'écaillé, tout petit, long de i-3 mm., 
plan-convexe, de couleur paille, nerves, apiculés par un bec 
très court colore. 
Stigmates 2. 

1 [ a b. — Bords des ruisseaux. Pyrénées-Orientales : vallée de 
Prats, aux Planais de Maloza, ait. 2.000 m. — Juin-août. 

Nous suivons Kukenthal en donnant à cette forme le rang 
d'espèce. Le C. Reuteriana appartient bien, comme le C. fusca 
(Goodenoughii) à la section des acutae, mais tandis que ce der- 
nier se range naturellement dans les Vulgares qui sont phyllo- 
po 'est-à-dire à gaines inférieures des chaumes foliifères et 

non tibrilleuses, le C. Reuteriana est aphyllopode, autrement 
dit, à gaines basilaires sans limbe, déchirées en réseau et appar- 
tient au groupe des Forficulae. 

— C. nigra Ali. FI. Ped. éd. 1 i 1 7 8 5 . p. 267; Schkuhr, 
pl. \ . 1 1 5 ; Reichb, pi. 236, fig. 590; Sturm, pi. i334; 

Boott, III, pl. : Husnot, p. 26; Coste, p. 5o2; Rouy, 

p. 307; Kukenthal, p. 392 ; C. aethostachya Schkuhr. pl. LU, 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 171 

fig. 196. 

Plante de 10-20 cm. à souche cespiteuse; chaume incurvé; 
épis 3-4 subglobuleux, agrégés en tête, peu ou pas pédoncules, 
le terminal gynécandre; bractées non vaginantes. 

Ecaille ovale, subobtuse, noirâtre, à carène brune. 

Utricule dépassant peu récaille, subdressé, trigone, long de 
3 mm., d'un pourpre noir, mais vert jaunâtre au bas, légère- 
ment scabre au sommet, papilleux, sans nervures, contracté 
brusquement en un bec court émarginé. 

Akène trigone, jaune pâle, stipité. 

Base du style persistante. 

Stigmates 3, parfois 2. 

f. bina Schkuhr. 

Epis 2 ; chaume plus grêle. 

f. chlorogona Chatenier (C. alpina Chat, non Sw.). 

Chaume scabre; utricule ellipsoïde-lancéolé. 

Hab. — Pâturages et rocailles humides des Alpes et des Pyré- 
nées; Drôme. — Juillet-août. 

45. — C. polygama Schkuhr, Riedgr., I ( 1801), p. 84, pi. X, 
fig. 76; St-Lager, in Cariot, Et. Fleurs, éd. 8, t. II, p. 872; 
C. Buxbaumii Wahlg. (i8o3); Sckhuhr (1806), pi. Gg. fig. j6'-> 
Reichb., pi. 235, fig. 58g; Sturm, pi. 1 3 3 3 ; Boott, IV, pl. 4 38; 
Husnot, p. 27; Coste, p. 5 12; Rouy, p. 5o8; Kukenthal, 
p. 3p3. 

Rhizome longuement stolonifère; épis 2-5, densiflores, obtus, 
contigus, le terminal gynécandre, très rarement purement 
mâle; bractées non vaginantes. 

Ecaille ovale, cuspidée-aristée, d'un pourpre-noir, à carène 
verte ou jaunâtre. 

Utricule égalant l'écaillé, mais plus large, subdressé, blanc 
verdâtre, comprimé-trigone, long de 3-4 mm., densément papil- 
leux, glabre, plurinervé, peu stipité, apiculé par un bec très 
court bidentulé parfois noirâtre. 

Akène étroitement inclus, trigone, gris-olive, très ponctué. 

Stigmates 3. 

Hab. — Marais tourbeux. — Hautes-Alpes, Rhône, Jura, 



172 BULLETIN DI GBQGRAPHII BOTâNIQDl 

Alsace, Cher, Loir-et-Cher, Loiret et Manche, ou il est très 
rare. — Juin-août. 

Il esi probable que l'on trouvera des points de liaison pour 
la dispersion de cette espèce que la culture a fait disparaître. 

Le terme polygama antérieur de deux années à celui de 
Buxbaumii doit être préféré. 

46. — C. atrata L. Spec. PI. éd. I , 1 j53), 976 ; Sckhuhr. 
pi. X. fig. 77; Reichb. pi. ^\-, 1 ; Sturm, pi. i336; 

Husnot, p. 26; Coste, p. 502; Rouy,p. 5o6; Kukenthal, p. 

Souche cespiteuse; épis 3-5, lastigies, densirlores, aigus au 
sommet, ± pédoncules, finalement penchés, le supérieur gyné- 
candre; bractées non vaginantes, les supérieures squamiformes. 

Ecaille ovale, aiguë, d'un pourpre noir, a carène brune 
parfois blanche hyaline au bord. 

Utricule plus court, mais plus large que l'écaillé, dressé, 
comprimé-trigone, long de 3 mm. 1/2 ; tantôt jaunâtre maculé 
de pourpre, ou entièrement d'un noir pourpre, densément 
ponctule, glabre, sans nervure, termine brusquement en un 
bec médiocre cylindrique, d'un noir pourpre, légèrement biden- 
tule. 

Akène bien plus petit, obovoïde, stipité, finement ponctué, 
jaune pâle. 

Stigmates 3. 

I. distança Mielich. 

Ecailles châtaines. 

var. atkrrinu Hoppe. 

Chaume atteignant 80 cm., scabre aux angles, feuilles larges 
de 5-9 mm.; épis obtus dépassant 2 cm., utricule d'un violet 
foncé ou noirâtre. 

Hab. — Pâtures rocailleuses des montagnes. Alpes, Pyrénées 
et Cantal. — Juillet-août. 

47. — C. flacca Schreb; (1771); Scklmhr.pl. O, lig. 57 a, 
PI. P. fig. b- b., pi. Zz, lig. 11 3; C. glauca Prodr. Stirp. 
Gotting. (1770. p. [6; Reichb. p. 2?<k tig. 648; Sturm, 
pi. 1357: Husnot, p. 28; Coste, p. 5o5; Rouy, p. 491 ; Kuken- 
thal, p. 41 o. 



BULLETIN DE f.ÉQGRAPHIE BOTANIQUE 173 

Rhizome longuement stolonifère; épis très variables 1-7, les 
supérieurs 2-4 mâles, les inférieurs souvent androgyns; bractée 
inférieure peu ou pas vaginante. 

Ecaille ovale subaiguë, noirâtre ou brune à carène verte ou 
de couleur paille, parfois blanche hyaline au bord. 

Utricule trigone, d'environ 3 mm. maculé de pourpre, après 
granuleux, paraissant parfois pubescent, sans nervures, apiculé 
par un bec tronqué souvent noirâtre, parfois incurvé, très court. 

Akène trigone, de couleur carnée, jaunâtre aux angles. 

Stigmates 3. 

Hab. — Prairies, bois, bords des chemins aussi bien arides 
que marécageux. Dans toute la France. — Août-juin. 

Le C. glauca Murr. Prodr. Stirp. Gotting., 1770, p. 76, tel 
qu'il est cité par quelques auteurs, est aussi inexistant que le 
C. glauca Scop. FI. Carn. 1760, p. 214, cité par M. Rouy : 
dans les deux ouvrages, l'espèce est bien décrite mais sans 
nom binaire! ! Le nom de glauca n'a été publié qu'en 1772 par 
Scopoli, FI. Carn. éd. 2, p. 223; il est postérieur d'un an à 
C. flacca Schreber, Spicil. ri. Lips. 1 77 i,App. n. 669. Voir 
Schinz et Thellung in Bull. Herb. Boiss. 2 e série VII, 1907, 
p. 570 et in Vierteljahr. Naturf. Ges. Zurich LVIII, 1 9 1 3, 
pp. 48-49 (A. Thellung in litt.). 

On peut regretter le nom de glauca. Ce n'est pas d'ailleurs le 
seul Carex glauque. 

Utricule. 

f. pubicarpa Rohlena — Utricules pubescents ou légèrement 
hérissés. — Pyrénées-Orientales (Fre Sennen) ; Sarthe (Lé- 
veillé); Var (Comar). 

Forme des écailles. 

var. cuspidata Host. — Epis pédoncules, dressés; écailles 
femelles mucronées ou aristées à mucron cilié ; utricules oli- 
vâtres, plus courts que les écailles. C'est le serrulata Biv. 

Var, Aude, Corse. 

f. acuminata Willd. : Husnot. — Epis femelles très allongés 
cylindriques, à écailles longuement aristées; plus longues que 
' les utricules. 



\~t\ BOLLMI> DE GKOCKaI'HIE BOTANIQUE 

f. aristalepis Kukcnth. — Ecailles femelles aristées, mais 
plus courtes que les utricules. 

COI LBOB m s ÉPIS. 

var. i hvthrostachvs Hoppe. — Utricules rougeâtres; épis 
femelles dresses, assez gros et peu pédoncules. 

Var; Bouches-du-Rhône; Hérault; Loire; Dordogne, 
Vosges, Corse. 

\. nigra Corbière. — Utricules tout noirs. 

f. melanostachya Uechtrich. — Epis noirâtres. 

f. chlorocarpa Keller. — Epis d'un beau vert. 

f. jlavescens Kukenth. — Epis jaunâtres à écailles petites. 

f. pallida Beck. — Epis femelles à écailles pâles à carène 
verte. 

f. subustulata Christ. — Epis noirâtres courts légèrement en 

massue. 

Formk DES ÉPIS. 

var. clavckkormis Hoppe. — Gaines basilaires purpurines: 
épis légèrement en massue, pédoncules, pendants à la maturité: 
utricules ellipsoïdes d'un pourpre noir; écailles cuspidées. — 
Savoie; Haute-Savoie; Pyrénées. 

I. lemaniana Christ. — Chaume de Ko cm. à 1 mètre; écailles 
étroites. 

f. Micheliana Sm. — Plante robuste â épis femelles, allonges, 
épais; urticules à bec presque nul, plus courts que les écailles. 

f. thuringiaca Will. — Epis petits, globuleux, sessiles; l'in- 
térieur brièvement pédoncule. 

f. subrotunda Kukenth. — Epis globuleux longuement 
pédoncules. 

f. bulbosa Drejer. — Epis ovales, brièvement pédoncules. 

f. depauperata Hoschedé. — Epis femelles à un seul utricule. 

f. leptostachys Schur. — Epis femelles presque linéaires; 
feuilles rigides. 

f. laxiflora Schur. — Epis grêles, laxiflores; feuilles flasques. 

f. Pagesii Lévl. — Epis linéaires, grêles allongés, androgynes; 
utricules â bec nul; bractées ondulées à la base. 

f. gracillima Lévl. et Lambert. — Epis femelles filiformes. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 175 



f. silvaîica Aschers et Graebn. — Plante élevée à feuilles 
flasques; épis denses. 

Disposition des épis. 
f. abbreviata Kùkenth. — Un seul épi femelle sessile. 
Lusus mas Lévl. — Chaume sans épi femelle, le mâle parfois 
unique. 

Lusus feminea Lévl. — Chaume sans épi mâle. 

Lusus androgyna Spenn. — Epis femelles mâles au sommet. 

Lusus gynœcandra Lévl. — Epis mâles femelles au sommet. 

f. aggregata Rchb. (ramosa (Corbière). — Epis femelles 
rameux. 

Lusus cladogyna Desportes. — Epis femelles rameux, à ra- 
meaux androgyns; l'inférieur très longuement pédoncule. 

Lusus decomposita Lévl. — Pédoncule radical dur raide 
dressé, portant une série d'épis; les supérieurs simplement 
rameux, les inférieurs à longs pédoncules filiformes. 

f. gynobasis Spenn. — Epi femelle supérieur droit, à long 
pédoncule radical égalant parfois le chaume. 

Hybrides. 

f. tenuicula Martr. — Un seul épi mâle, épi femelle 1-4 flore, 
sessile à l'aisselle d'une bractée filiforme. 

48. — C. hispida Willd. ap. Schkuhr, Riedgr. I (1801), 
p. 63, pi. 5, fig. 64; H.usnot, p. 29; Coste, p. 5o6; Rouy, 
p. 494; Kûkenthal, p. 420; C. echinata Desf. ; C. fasciculata 
Link.; Sckhuhr, pi. Zz, fig. 114; C. serrulata Mut. 

Rhizome épais, fortement stolonifère, gaines inférieures des 
chaumes glauques, très fendues en réseau; feuilles larges de 
4-10 mm., glauques; épis 5-i 2, les supérieurs 2-6 mâles, les 
inférieurs 3-6 femelles souvent androgyns, très épais, longs de 
4-10 cm.; bractées brièvement vaginantes. 

Ecaille lancéolée, parfois émarginée au sommet, d'un rouge 
brun, blanche hyaline au bord, à carène d'un blanc jaunâtre, 
terminé en arête scabre. 

Utricule plus court, mais plus long que l'écaillé, ovoïde ou 
comprimé-trigone, long de 4-5 mm., légèrement fauve ou carné, 
souvent maculé de pourpre, à moitié supérieure ciliée sur les 



176 BULLETIN ni GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



bords et hispide sur les faces, muni sur le dos de plusieurs 
nervures dont 3-5 plus marquées, apiculé par un bec court 
émarginé, noir à son sommet. 

Akène tout petit, très lâchement inclus, trigone, nettement 
stipité, brun marron. 

Stigmates 3, parfois 2. 

Hab. — Marais et étangs de tout le littoral méditerranéen y 
compris la Corse. — Mars-mai. 

f. Soleirolii Duhv. — Ecailles plus courtes que les utricules. 
retuses à leur sommet. 

49. — C. pendula Huds. Fi. Angl., éd. 1 (1762), p. 352; 
Sckhuhr, pi. Q., fig. 60; Reichb., pi. 2q3, fig. 604; Husnot, 
p. 33; Coste, p. 517; Rouy, p. 462; Kukenthal, p. 424; 
C. maxirha Scop. (1772); C. agastachys Ehrh. : Sturm, pi. 1 36o. 

Souche cespiteuse; feuilles larges de 8-16 mm. à 3 nervures 
principales; épis 5-6, espacés, longs de 5- 12 cm., densiflores, 
finalement pendants, le terminal mâle, les femelles souvent 
androgyns, tous ± moins pédoncules; bractée longuement vagi- 
nante. 

Ecaille petite ovale, d'un brun pourpre, parfois un peu hya- 
line au bord, à carène hyaline verte à son milieu, terminée en 
mucron scabre. 

Utricule dépassant l'écaillé, trigone, long de 3-3 mm. 1/2, 
verdâtre, luisant, densément ponctulé, souvent strié de pourpre, 
glabre, vaguement nervé, à peine stipité, contracté abruptemcn t 
en un bec court blanchâtre, cylindrique, peu émarginé, cilié à 
son sommet sous un fort grossissement. 

Akène tout petit, lâchement inclus, trigone, nettement stipité, 
de couleur grise. 

Stigmates 3. 

f. pallida Asch. et Graebn. — Ecailles blanchâtres ou fauves 

Hab. — Bois et rochers humides, bords des ruisseaux. — 
Cà et là dans toute la France. — Mai-juin. 

5o. — C. microcarpa Bert. ap. Moris Stirp. Sard. éd. I ( 1827), 
p. 48; Kunze, pi. L; Husnot, p. 33 ; Coste, p. 5 17 ; Rouy, 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 177 

p. 461 ; Kukenthal, p. 426; C. corsica Degl. (1828) ; C. laevi- 
gata Duby non Sm. 

Feuilles glaucescentes, larges de 5- 12 mm., à 2 nervures 
principales. Epis 5-8, dressés, espacés, densiflores, longs de 
4-1 5 cm., le terminal mâle, le femelles souvent androgyns ; 
bractée inférieure longuement vaginante, les supérieures squa- 
miformes. 

Ecaille ovale, d'un rouge foncé, à carène verte, 3-nervée, 
mucronée. 

Utricule égalant l'écaillé, trigone, long de 2 mm. 1/2, d'un 
brun noir, ponctulé de pourpre, glabre, très vaguement nervé, 
terminé en bec court, cylindrique, émarginé. 

Akène trigone, brièvement stipité. 

Base du style égale. 

Stigmates 3. 

Hab. — Lieux humides de la Corse, depuis le littoral jusqu'à 
1.200 m. d'altitude. — Mai-juillet. 

5i. — G. pallescens L. Spec. PI. (1 753), 977; Sckhuhr, 
pi. Kk, fig. 99; Reichb, pi. 25i, fig. 617; Sturm pi. 1 362 ; 
Boott, IV, pi. 450; Husnot, p. 34; Goste, p. 5i8:Rouy, 
p. 457; Kukenthal, p. 432; C. undulata Kunze, pi. IV, fig. 2. 

Souche cespiteuse ; chaume, feuilles et gaines légèrement 
velus; épis 3-4, le terminal m41e, les femelles 2-3 densitiores, 
obtus, ± pédoncules, dressés ou penchés, à pédoncules capil- 
laires, bractées non vaginantes, sauf parfois l'inférieure sou- 
vent ondulée. 

Ecaille ovale, cuspidée -mucronée, blanchâtre, parfois ferru- 
gineuse, à carène verte. 

Utricule dépassant l'écaillé, subdressé, oblong, trigone, long 
de 2-3 mm. vert, luisant, glabre, finement nervé, très finement 
ponctulé, obtus-arrondi au sommet sans bec, ou à peine^apiculé. 

Akène lâchement inclus, trigone, de couleur paille. 

Style court et épais. 

Stigmates 3. 

f. pygtnœa Lackowitz (orophila Briq.). 

Plante naine. 



1"8 Bl LLETI.N DK GÉOCR\Plill BOTAMQUB 

t. alpestris Schur. 

Ecailles nettement ferrugineuses ; utricules souvent noirâtres 
à leur sommet. 

f. brevibracteata Neuman. 

Bractées courtes. 

f. elatior Asch. et Graebn. 

Chaume haut de 50-70 cm. 

t. cylindrica Peterm. 

Epis cvlindriques. 

t. glaberrima Koch. 

Feuilles glabrescentes ; utricules parfois munis d'un bec. 

f. gynobasis Lévl. et Lambert. 

Epi infe'rieur radical. 

Hab. — Bois et prairies. Dans toute la France. — Mai-juin. 

52. — G. tomentosa L. Mant. I (1767;, p. 123 ; Sckhuhr, 
pi. F., fig. 28; Reichb, pi. 263, fig. 638 ; Sturm, pi. 1 34 1 ; 
Husnot, p. 38; Coste, p. 509; Rouy, p. 446; Kùkenthal, 
p. 434; C.filiformis Thuill. et probb 1 L. in Spec. PI. 

Rhizome à longs stolons grêles ; épis 2-4, le terminal mâle, 
les femelles densiflores ; bracte'es foliacées, l'inférieure peu 
vaginante. 

Ecaille toute petite, largement ovale, aiguë, d'un rouge 
pourpre, parfois un peu hyaline au bord, rarement blanchâtre, 
à carène verte, brièvement mucronée. 

Utricule double de l'écaillé, orbiculaire, obtusément trigone, 
long de 2 mm., bleuâtre, densément et brièvement tomenteux, 
sans nervures, contracté brusquement en un bec presque nul, 
coloré, émarginé. 

Akène étroitement inclus, trigone, jaune pâle. 

Style souvent exsert, à base persistante. 

Stigmates 3. 

f. gracilis Lang. 

Chaume nain et grêle. 

f. globifera Schur. 

Epis globuleux; écailles brusquement acuminées ; blanches 
au dos. 

1. Grasmanniana Rabenh. 



BULLETIN GÉOGRAPHIQUE DE BOTANIQUE 179 

Plante plus robuste ; écailles égalant les utricules. 

f. luxurians Waisbecker. 

Chaumes nombreux atteignant 5o cm. 

f. pallida Waisbecker. 

Ecailles vertes à large bordure blanche. 

f. nigrescens Kuken. et Litwinow. 

Ecailles entièrement noirâtres. 

Hab. — Pelouses et bords des routes calcaires. Dans toute la 
France, nul en Corse et en Bretagne, où on le trouvera sur les 
calcaires. — Mai-juin. 

53. — C. Grioletii Roem. op. Schkuhr Riedrg. II 
(1806), p. 2i5, pi. Rrrr, fig. 209; Husnot, p. 38; Coste, 
p. 5 1 1 ; Rouy, p. 442 et Illustr. Plant. Europ. rar. pi. CCCL. ; 
Kukenthal, p. 437 ; C. grisea Viv. (1804), non Wahlg (1801.) 

Epis 4-6, le terminal mâle ; les femelles densiflores ; bractées 
foliacées, les inférieures vaginantes. 

Ecaille toute petite, ovale-aigiie, scarieuse-blanchâtre, 3 ner- 
vée, souvent mucronulée, à dos vert. 

Utricule dépassant l'écaillé, obtusément trigone, long de 
1-2 mm., de couleur paille et glabre en bas; d'un vert intense 
et brièvement hispide en haut, parfois hérissé en totalité, pré- 
sentant sur chaque face latérale (ou au moins sur Tune d'elles), 
une nervure bien marquée et d'autres peu distinctes, apiculé 
par un bec court émarginé. 

Akène étroitement inclus, trigone, blanc-verdâtre. 

Base du style oblique, un peu dilatée. 

Stigmates 3. 

Hab. — Lieux herbeux. — Alpes-Maritimes: bords du Do- 
naréou, à 2 kilom. en amont de son confluent avec le Var, près 
delà gare de Colomars [Vialon.) — Mai-juin. 

54. — G. montaua L. Spec. PI. éd. 1 (1753), p. 975; 
Sckhuhr, pi. F., fig. 29; Reichb, pi. 261, fig. 633 ; Sturm, 
pi. 1342-3 ; Husnot, p. 36; Coste, p. 5o8 ; Rouy, p. 447; 
Kukenthal, p. 441 ; C. conglobata Ail.; C. pubescens Gilib. ; 
C. globularis Wild. ; C. emarginata Willd., Sckhuhr, pi. ooo, 
fig. i53. 



180 BULLETIN DS GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

Feuilles légèrement velues en dessous, épis 3-4 rapproches, 
sessiles. panciflores 14-8 flores), le terminal mâle ; bractées 
écailleuses amplexicaules, l'inférieure souvent brièvement 
sétacée. 

Ecaille ovale, tronquée ou émarginée au sommet, ciliée, 
d'un brun noir, mucronulée, à carène de couleur paille. 

Utricule dépassant les écailles, trigone, long de 3-4 mm., 
d'un vert olive ou fauve, densément hérissé, très nervés sur les 
faces, atténué à la base, stipité, terminé peu à peu en un bec 
très court noirâtre, à peine émarginé. 

Akène étroitement inclus, obovo'ide, longuement stipité, 
jaune olive. 

Base du style dilatée persistante. 

Stigmates 3. 

f. bulboidea Waisbecker. 

Chaume bulbeux à la base. 

f. procerior Gaud. 

Chaume raide ; feuilles larges de 3-5 mm. 

f. gracilior Waisbecker. 

Feuilles filiformes. 

f. truncata Waisbecker. 

Epi mâle en massue. 

f. remoti/lora Waisbecker. 

Epis espacés. 

f. pallesccns Doëll. 

Ecailles légèrement brunes. 

f. marginata Waisbecker. 

Ecailles très largement blanches hyalines au bord. 

f.Jimbriata Waisbecker. 

Ecailles cilicées au bord. 

f. albescens Bornm. et Kuk. 

Epis espacés à écailles presque entièrement blanches. 

Hab. — Bois et prairies surtout calcaires. — Dissémine et 
rare, manque dans presque tout l'Ouest et le Nord. — Avril- 
mai. 



Les Arthonia de la Flore d'Europe 

Par M. l'Abbé H. OLIVIER. 

iVi*tlionï» Ach. 

Thalle crustacé, peu développé, très mince le plus souvent 
hypophléode ou nul, rarement épiphléode ; sans stratification 
distincte. 

Apothécies généralement planes ou un peu convexes, immar- 
ginées, la plupart du temps irrégulières, maculiformes, lirel- 
lines, étoilées ou lobées. Paraphyses indistinctes. Thèques 
pyrit'ormes, très épaissies au sommet. Spores diversement cloi- 
sonnées, hyalines, ovoïdes, plus grosses à une extrémité. 

Spermaties cylindriques, arquées, non constatées partout. 



CLEF ANALYTIQUE 

es 

Spores 2 à 7 cloisons 2 3. 



i Spores uniseptées 2 



i . 

Parasites 5j 

Saxicole; apothécies pâles en dedans. 3. 

' Saxicole; apothécies foncées en de- 

f dans 4 

. Sur les bois, les écorces ou les mousses. 6 

Apothécies nues Lilliei 40). 

Apothécies pruineuses; thalle indis- 

3 » \ tinct calcicola (32). 

f Apothécies pruineuses; thalle fendillé- 

aréolé lecanorella (3g). 

sothécies aggrégées 

f Apothécies non aggrégées; sur les gra- 
nités graniticola (381 



I Spores murales 55 



( 



Apothécies non aggrégées: calcaire, 
micaschiste 5_ 



, Apothécies aggrégées aggregata (4 1 ) 

( 

( Apothécies o,3 — o,5 mill., noires en 

5 # | dedans lapidicola (2?). 

I Apothécies 0,1 — o,3 mill., simple- 

l ment brunies en dedans ruderella (29). 

Thecium K + violacé; thalle épais, 

^ farineux farinosa (17). 

»■ \ Thecium K + violacé; thalle mince, 

f non farineux -» 

\ Thecium K — , ou à peu près q 

( Thalle blanc, maculiforme, continu. . . galactites (16). 

7. ! Thalle blanc, en petites granulations, subluridula (10). 

f Thalle plus ou moins foncé 8 

Juillet-Septembre 12 



10 



182 BULLETIN HE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



Apothéciea paies nu jaunâtres en de- 
i dans pineti (b). 

8. y Apothécies foncées en dedans; spores 

I longues de io, i 5 lu rida (i). 

Apothécies foncées en dedans; spores 

* longues de 6, io spadicea (2). 

\ Thalle K + jaune; sur les mousses .. e\centrica (23). 
' » Thalle K -f jaune; sur les écorces.. . . Dalmaticola (10). 

Thalle K — Io. 

Apothécies à pruine bleuâtre cœsiella (33). 

Apothécies à pruine blanche marginella (34). 

Apothécies nues 11. 

Apothécies convexes, subglobuleuses; 

spores longues de 29 punctilliformis (21). 

11. J Apothécies convexes, subglobuleuses; 

spores moins de 20 1:. 

Apothécies planiuscules ou irrégu- 
lières 14. 

Apothécies pâles en dedans epimcla (28). 

Apothécies foncées en dedans; spores 

longues de 12, 1 5 i3. 

Apothécies foncées en dedans; spores 

longues de 6, 1 2 exilis (24). 

I Spores larges de 6, 7 rugulosa (26). 
Spores larges de 3, 5; sur les écorces. apatetica ^19). 
Spores larges de 3, 4; sur les vieux 
bois convcxclla (35). 

Apothécies en séries le long des fibres 

\ du bois melaspermella (3i). 

14. . Apothécies éparses, foncées en de- 

/ dans i5. 

\ Apothécies éparses, pâles en dedans. . 18. 

Spores larges de 6, 8, ovoïdes celtidicola (i5). 

j5 1 Spores larges de 6, 8, aiguës aux deux 

extrémités copromya (37). 

Spores larges de 3, 5 16 

Apothécies maculiformes macularis (27). 

Apothécies non maculiformes; thalle 

brun cendré ■ subspadicea (3). 

Apothécies non maculiformes; thalle 

blanchâtre ou indistinct 17. 

Apothécies anguleuses, difformes betuleti (20). 

I7 } Apothécies arrondies, 0,1 à 0,2 île 

/ diam tenella (22). 

. Apothécies arrondies, 0,7 de diam.. . . patcllulata (18 . 

Spores longues de io, 25 cembrica (14). 

Spores moins de 20; sur les détritus 

18. j de végétaux albinula (3o). 

Spores moins de 20 ; sur les écorces et 

le bois 19. 

L Thalle pâle jaunâtre, maculiforme... . aspersella (9). 

,n. \ Thalle brunâtre, mince luridofusca (5). 

f Thalle cendré ou hypophléode 20. 



( 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 183 

iApothécies subétoilées, noires cytisi (i3). 
Apothécies subétoilées, brun-rouge... Souliei (8). 
Apothécies non étoilées 21. 

iApothécies pu ncti formes ou oblongues. minutissima (36) 
Apothécies irréguiières; spores larges 
de 3, 5 mi nu tu la (11). 
Apothécies irrégulières; spores larges 
de 6, 7 22. 

i Spores longues de 1 1, 14 sapineti (7). 

22m ( Spores longues de 14, 20 excipienda (12). 

ISaxicole 24. 

Bois et écorces; thalle C -f- rouge 28. 

Bois et écorces; thalle G — 29. 

1 Thalle G + rouge a5. 

Thalle C — ; apothécies pruineuses.. subpruinosa (49). 
Thalle G — ; apothécies nues 26. 



j 
( 



Thalle déçusse par Fhypothalle decussata (53). 

Thalle non déçusse; apothécies noires, 



25. { subarrondies psimmythodes (91). 

Thalle non déçusse; apothécies pales, 

difformes pruinosa (48). 

Spores longues de 18, 22 paralia (71). 

Spores longues de 10, 16: apothécies 

26, ^ pâles en dedans petrensis (73). 

Spores longues de 10, 16: apothécies 

foncées en dedans 27. 

t Spores 10, 12 X 3, 4 myriocarpella (61). 

'* l Spores 10, iô X 4> 7 lecideoides (72). 

o ( Apothécies pruineuses pruinosa (48 ). 

' Apothécies nues bacastroidea (5o). 

Spores aciculaires-acuminées hypobela (8g). 

Spores ovoïdes ou oblongues; thalle 

29. ^ ou apothécies rouges 3o. 

Spores ovoïdes ou oblongues; thalle 

et apothécies non rouges 3 1 . 

Spores longues de 20, 3o cinnabarina (42). 

Spores longues de 10, 16; thalle rou- 

30. ^ geâtre parastroidea (44). 

Spores longues de 10, 16; apothécies 

seules rougies ochracea (43). 

, Spores 3 à 4 cloisons 3g. 

Spores 4 à 7 cloisons 32. 

Spores à loges inégales 34. 

Spores à loges égales; thalle bordé de 

32.^ noir montellica (80). 

Spores à loges égales; thalle non 

bordé 33. 

Spores longues de 20, 28 astroidestera (65) . 

Spores longues de 14, 20; apothécies 

33.^ lireilines stellaris (66). 

Spores longues de 14, 20; apothécies 

oblongues, irrégulières insinuata (47). 

Apothécies en taches orbiculaires melanospila (q3). 

Apothécies non en taches orbiculaires. 35. 



3 4 . j 



|si IirLL.fc.TIW DE GÉ0GKAPH1E BolANIQUE 



Spores longues de plus de 20; thalle 

bordé de noir subexedens ;ô3). 

35. { Spores longues de plus de 20; thalle 

non bordé 

Spores longues de 20 au plus 

' Apothécies foncées en dedans polymorpha 58). 

\ Apothécies pâles en dedans: gélat. 
3h. \ hymen. I + bleu persistant ilicina 43). 



j Apothécies pales en dedans; gélat 



3 



hymen. I + rouge vineux ilicinella (46). 

Apothécies gyriformes gyrosa I 

Apothécies non gyriformes; thalle oli- 
vâtre reniformis 



Apothécies non gyriformes; thalle 

pale 38 

^ s j Thalle bordé de noir melanopthama (70). 

"j Thalle non bordé turbidula (74). 

I Apothécies pruiheuses 4°- 

3g. j Apothécies nues, en lignes parallèles, stictoides (76). 

' Apothécies nues, sans ordre 44. 

Thalle K 4- jaune cinereopruinosa (54). 

Thalle K — ; spores longues de 9, 12. medusula 5i). 
Thalle K — ; spores longues de 1 1 , rti 

ou plus 4 1 • 

Apothécies pales en dedans pinastri (84). 

Apothécies foncées en dedans, arron- 

41. ■{ dies coesia (90 . 

Apothécies foncées en dedans, irrégu- 
lières 4 2 - 

Spores longues de 20,24 fuliginosa 5o). 

* 2 ' | Spores n'atteignant pas 20 4^- 

f Gélat. hymen. 1 + bleuie marmorata (88). 

\ Gélat. hymen. 1 4- rouge-vineux; apo- 

4?. < thecies étoilées ramulosa (77). 

j Gélat. hymen. I 4- rouge-vineux; apo- 

( thécies lirellines asteroma (79). 

i Thalle K 4- jaune velata (52) . 

44.] Thalle K — ; spores à 2 cloisons helvola (56). 

f Thalle K —; spores à 3, 4 cloisons.. . 4^- 

1 Spores longues de plus de j.o 4^« 

\ Spores 20 au plus; thalle subfarineux, chroolcpida (92). 
4°' \ Spores 20 au plus; thalle non fari- 

| neux 48. 

r Spores à loges inégales polymorpha (58). 

\ Spores à loges égales; apothécies tout 

41",. ) à tait rayonnantes astroidestera (65). 

) Spores à loges égales; apothécies non 

[ rayonnantes 47- 

1 Spores à 4 cloisons, non resserrées... Armoricana (69). 
17. Spores a 3 cloisons; ou à j, mais res- 

' serrées aux cloisons punctiformis 78). 

( Spores longues de 9, m tabidula (S7). 

i s - } Spores 12, 1 , /. -•'■» 49- 

' Spores 12, 17 X - s . 7 



BULLETIN 1>E GÉOGRAPHIE BOÏAMQLE 185 



t Thalle bordé de noir ectropoma (94). 

49- | Thalle non bordé de noir 5o. 

Spores à loges inégales affinis (81). 

Spores à loges égales; apothécies 

5o ^ punctiformes oleandri (83). 

Spores à loges égales; apothécies ellip- 
tiques-allongées Rassanensis (82). 

Spores à loge supérieure plus grande, 

à 2 cloisons incarna ta (57). 

5i J Spores à loge supérieure plus grande, 

à 3 cloisons 52. 

Spores à loges égales 53 . 

Apothécies exactement arrondies mediella (86). 

Apothécies oblongues; spores longues 

5 2 . 1 de 12, 14 aspersa (62). 

Apothécies oblongues; spores longues 

de 1 7 .* griseoalba (85) . 

Apothécies foncées en dedans; thalle 
hypophléode punctiformis (78 . 

53. ^ Apothécies foncées en dedans: thalle 
brun-glauque, déterminé melantera (67). 

Apothécies cendrées en dedans 54. 

i Apothécies plus ou moins rayon- 

54. < nantes astroidea (64). 

f Apothécies oblongues ou linéaires cascarillae (60). 

Spores larges de 12, 16; thalle bordé 
de noir taediosa (99). 

55. I Spores larges de 12, 16; thalle non 
bordé 56. 

Spores larges de 6, 1 2 57 . 

Apothécies anguleuses-arrondies Scandinavica (95).. 

Apothécies oblongues ou diflormes; 

56.^ spores longues de 16, 20 dispersa (102). 

Apothécies oblongues ou difformes; 
spores longues de jo, 36 spectabilis (97). 

\ Spores longues de i5, 23 58. 

7' | Spores longues de 20, 3o 5q. 

Apothécies subpruineuses anastomosans (100). 

Apothécies nues; spores à 3 cloisons 

58.^ transversales Beltraminiana (106). 

Apothécies nues; spores à 7 cloisons 
transversales ruana (io5). 

Thalle tuberculeux fusispora (96). 

Thalle en granulations subpulvéru- 
lentes elabens (to3). 

Thalle ni tuberculeux ni granulé 60. 

Apothécies lirellines lirellans (98). 

Apothécies oblongues ou arrondies; 

60.^ thalle en taches orbiculaires Sardoa (104.). 

Apothécies oblongues ou arrondies; 
thalle non orbiculaire phlyctiformis (101). 



39. 



186 BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



ires tri sept ces va ri ans (107). 

\ Spores uniseptées; thecium K 4- \ i . » - 

'■'•i let neglectula (119). 

( Spores uniseptées; thecium K — 62. 

! Spores I -f rouges ou bleuies amylospora (1 1 " . 
.spores I —, i5, 24 de long 63. 

spores I —, i), 1 5 de long 64. 

< Thèques 5o, 60 X 2 5, 3o peltigerea (1 14). 

° 3 - j TBèquea 3o, 35 X '8 Pelveti (117 . 

Apothécies disposées en cercle ci rein a ta (121). 

Apothécies sans ordre ; spores 4, 6 par 
thèque tabescens (1 1 1). 

* Apothécies sans ordre; spores S par 
thèque 65. 

Spores brunies à la tin punctella (1 10). 

gc ' Spores hyalines; thalle distincte pcltigcrina (116). 

f Spores hyalines; thalle nul V... 66. 

, Spores longues de 1 2,1 5 07. 

op. | Spores longues de 6,12 au plus 

Apothécies pâles en dedans subvarians (10S). 

Apothécies foncées en dedans, maculi- 
U7 J formes oxispora (1 18). 

* Apothécies foncées en dedans, non ma- 
culiformes Almquisti (120). 

Sur les Lecidea inundata (1 1 5). 

68.) Sur les Ph\ scia epiphyscia (109). 

f Sur les Nephromium ou Pannaria nephromaria (1 12). 

A. Spores uniseptées. 

1. — Arth. lurida (Ach.) Nyl. Arth. p. 91 ; vinosa Leight ; 
Conangiu/n vulgare Fr. 

Thalle mince, brun-cendré ou hypopléode — Apothécies, o, 3 
— 0,7 mil. ; brun-foncé, concolores en dedans, subarrondies ou 
oblongues ; spores 6,8 par thèque, ovoïdes, uniseptées, à loges 
inégales= io,i5x3,6. Spermaties 4,6X1 »i/a. 

a Var. radiata Harm. L. Lorr. p. 454 — Apothécies allon- 
gées, rayonnantes. 

R. Ch. Gélat. hvmén. I -f- rouge-vineux. 
Thecium K -f- violet. 

Habit. Ecorces diverses, rarement sur le bois. Assez répandu 
par toute l'Europe, mais généralement peu commun, a) dans 
les Vosg< 

2. — \him. spadk i \ Nyl.) Leight. L. Flora p. 417; Spiloma 
paradoxUm Ach. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 187 

Thalle brun-cendré, mince, indétermine' — Apothécies brun 
noir, concolore en dedans, oblongues ou arrondies ; spores 
ovoïdes, uniseptées, à loges inégales: 6,ioX3,4- 

R. Ch. Gélat. hymen. I + rouge vineux. 
Thecium K-f- violet faible. 

Habit. Sur les écorces. France : environs de Paris. Suisse, à 
Genève. Belgique. Tyrol. 

Assez répandu en Angleterre : Pays de Galles, Irlande, 
Jersey. 

3. — Arth. subspadicea Nyl. ; Conangiwn spadiceum Arn. L. 
Tyrol XI, p. 507. 

Diffère de l'espèce précédente par le thecium incolore, mar- 
quant K, — spores souvent un peu aiguës : 10,12X4,5. 

Habit. Sur les écorces dans les montagnes du Tyrol . Serlos- 
gruppe. 

4. — Arth. sublurida Anz. Neosym. p. 1 3. 

Thalle lépreux, à petites granulations blanches, éparses sur un 
hypothalle concolore — Apothécies noires, foncées en dedans, 
planiuscules, déformées; spores uniseptées, ovoïdes: 9,12X3,4. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 
Thecium K-f- violet. 

Habit. Italie: troncs de pins dans la province de Vérone, 
près Assiago. 

5. — Arth. luridofusca Nyl. in Flora 1875, p. 363. 

Thalle mince, brun-cendré, indéterminé — Apothécies régu- 
lières brun-roux étant humides, subincolores en dedans ; spores 
uniseptées, à cellules à peu près égales : 14,17x5,6. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 

Thecium K, — ou à peu près. 
Habit. Allemagne : sur le hêtre à Heidelberg. 

6. — Arth. pineti Nyl. L. Scand. p. 261 ; didyma Krb. 

Thalle très mince, roussâtre ou verdâtre, distinct — Apothé- 
cies brun-obscure, pâles ou jaunâtres en dedans, irrégulière- 
ment oblongues ou lobulées ; spores ovoïdes, uniseptées, à 
loges inégales, parfois brunies : 16,18x6,8. 



ISS BDLLETII Dl RAPHIJ BOTA 

a) Var. atrofuscella Nyl. in Flora, 1875, p. 363. Spores un peu 
plus petites ■ 1 j. 1 5 + 5, 

K. Ch. Gélatine hvmenialc 1 bleu violet ou vineux. 
Thecium K -\- violet . 

Habit, Sur l'écorce des pins. Répandu par toute l'Europe, 
mais souvent passé inaperçu, a France: Ouest, Haute-Saône, 
Meurthe-et-Moselle. Kylemore, Galway en Irlande. Viborg, en 
Finlande. 

7. — A.RTH. SAPiNETi Nyl. in Hue, Addend. n° 1 3jg ; deci~ 

piens Krb. 

Thalle verdâtre, maculiforme, étale — Apothécies noires, 
pales en dedans, sublobulées; spores ovoïdes, uniseptees, à 
loges inégales : 11,14X6. 

R. Ch. Gélat. hymen. I + bleu > violet <>u vineux. 
Thecium K — . 

Habit. Sur les écorces. France: Ouest, \vevron. Allemagne. 
Connemara en Irlande. 

8. — AniH. So.dliei Lesd. Notes Lichénolog. XI. p. 3 3. 

Thalle hypophléode, indique par une tache cendrée — Apo- 
thécies brun-rouge, pâles en dedans, oblongues, souvent 
étoilces-difformes ; spores ovoïdes, uniseptees, à logea inégales: 
i5,i6X6. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- bleu-sale. 
Habit. Tarn. Sur le houx a ,Lacabarède. 

9. — Ariii. aspersella Leight. L. Flora, p. 41 5. 

Thalle pale jaunâtre, maculiforme — .Apothécies noires ou 
brun-noires, pâles en dedans, ires petites, ponctiformes, linéai- 
res OU anguleuses, continentes ; spores uniseptees: 14X-S6. 

R. Ch. Gélat. hymen I bleu ou vineux. 
Thecium K — . 

Habit. Sur le houx. ('.a et la au Pays de Galles en Angleterre. 

[O. — Ai; 1 h. DaLMaticOLa Zahlbr. I) al mat. VI. p. 1 5. 

Thalle blanchâtre, très mince, étalé, membraneux — Apo- 
thécies brun-noir, pâles en dedans, oblongues, simples ou sub- 
étôilées; spores ovales-oblongues, uniseptees et rétrécies à la 
cloison, a loges égaies: 12.14+5,6. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 189 

R. Ch. Gélat. hymen. I -|- rouge-vineux, 

Thalle K -f- jaune. 
Habit. Sur les pins dans la presqu'île de Lapad, en Dalmatie. 

ii. — Arth. minutula Nyl. Arth. p. 102; dispersa Nyl. L 
Scand.; epipasta Moug. 

Thalle indiqué par une mince tache cendrée, ou presque nul 
— Apothécies noires, pâles en dedans, flexueuses, irrégulières, 
simples ou divisées, parfois ponctiformes ; spores ovoides- 
uniseptées : 9,i3x3,5. ' 

a) Var. ribis Bagl. Jatt. FI. Crypt. p. 753. Spores plus gran- 
des : i4,i8x 3,4. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -\- bleu > violet-obscur. 

Habit. Sur les écorces. Répandu par toute l'Europe, mais 
passe souvent inaperçu, a) Riva dans les montagnes d'Italie. 

12. Arth. exçipienda Nyl. Almq. Arth. p. 45. 

Thalle indistinct — Apothécies noires, pâles en dedans, fortes, 
flexueuses, irrégulières, rarement rameuses; spores uniseptées: 
14,19X6,7. 

a) Var. hibernica Nyl. in Flora 1876, p. 237. Type à spores 
plus grandes : 16,21x6,9. 

b) Var. stelluîata Lesd. Notes Lichen. XII, p. 239. Le même 
à spores étoilées. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 

Habit. Sur les écorces. France: Paris, Meurthe-et-Moselle. 
Italie. Allemagne. Irlande. Suisse. Suède sepententrionale sur- 
tout, a) Killaray Bai, Gonemara en Irlande, b) Haute-Garonne. 

i3. —Arth. cytisi Mass. Almq. Arth. p. 44; astroideaf. 
cembrae Anz. 

Thalle indistinct — Apothécies noires pâles en dedans, fortes, 
lirellines à bord élevé, en masses subétoilées ; spores uniseptées, 
à loge inférieure plus longue : 16, 18x6. 

R. Ch. Gélat. hymen I -|- bleu > parfois violet. 

Habit. Sur les écorces lisses en Italie. 

14. — Arth. cembri va Anz. Jatt. FI. Crypt. p. 753. 

Thalle très mince, indéterminé, hypophléode — Apothécies 



190 BULLETIN HE GÈOWtAPHIE IIOTANIUUE 



noires, petites émergentes, de tonne variable; spores oblon- 
gues, uniseptees: 19,25X4. 
Habit. Sur les pins des forêts, près P,ormio en Italie. 

1 5. — Arth. celtidicola Zahlbr. Dalmat. II. p. 6. 

Thalle hypophléode, indiqué par une tache ochracée — 
Apothécies petites, noires, foncées en dedans, oblongues, rare- 
ment linéaires ou brièvement rameuses ; spores uniseptees, à 
cellule supérieure plus grande : 1 3, 16X7,8. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- violet-pourpre. 

Habit. Dalmatie : sur le Celtis australis à la presqu'île de 
Lapad, près Raguse. 

16. — Arth. galactites Nyl. Arth. p. 101 ; galactina Ach. ; 
punctiformis Mass. Rie. 

Thalle formant des taches blanches nettement déterminées — 
Apothécies noires, peu foncées en dedans, planes, oblongues ; 
spores uniseptees, à loge intérieure plus allongée: 8,i5X4,ô. 
Spermaties arquées : 12, 16X 1/2,1. 

a) Var. depwicta Nyl. Pvr. Or. Nov. p. 90. Apothécies plus 
éparses et plus petites. Spermogonies nombreuses. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 
Thecium K -f- violet. 

Habit. Sur le tremble et le peuplier. Commun dans l'Europe 
méridionale surtout. Non signalé en Suède. Norvège. Russie. 
a) Hérault, à Ribaute; Perpignan. 

17. Arth. karinosa Harm. L. Lorr., p. 456. 

Thalle blanc farineux, assez épais — Apothécies petites, sub- 
arrondies, noires; thèques très courtes, subarrondies; spores 
uniseptees 10,1 5x3,4- 

Habit. Sur les écorces en Meurthe-et-Moselle, à la Mal- 
grange. 

18. Arth. patlllulata Nyl. Arth. p. 102 ; Krempelhuberi Krb. 
Thalle blanchâtre, hypophléode, indéterminé — Apothécies 

noires, foncées en dedans, planiuscules, subarrondies; spores 
uniseptees, ovoïdes, à loges inégales: 9, 1 5 X 3,5 . Spermaties 
cylindriques. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 191 

a) f. orbicidaris Mass. Jatt. FI. Crypt. p. 763. Thalle orbicu- 
laire, limité. 

b) f. effusa Mass. Jatt. supr. Thalle étalé. 
R. Ch. Gélat. hymen. I -\- rouge-vineux. 

Habit. Sur les écorces. Assez répandu en Europe, mais rare 
ou peu commun dans beaucoup de contrées. Italie. Ecosse. 
Allemagne. Hongrie. Suède. Norvège. 

19. — Arth. apatetica Mass. Flag. L. F. C. p. 534; dis- 
puncta Nyl. in Flora 1876, p. Sj. 

Thalle brun-cendré, lépreux-pulvérulent, indéterminé — 
Apothécies noires, foncées en dedans, arrondies, globuleuses, 
ou déprimées, et souvent furfuracées ; spores uniseptées, un peu 
resserrées au milieu : io,i5x3,5. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 

Habit. Sur les écorces. Assez répandu en Europe. Suisse. 
Italie. Allemagne. Suède. Norvège. Finlande. 

20. — Arth. betuleti Nyl. in Hue Addend. n° i6o5 ; connec- 
tens Wain. 

Thalle très mince, un peu jaunâtre ou indistinct — Apothé- 
cies noires, foncées en dedans, planes, anguleuses, difformes ; 
spores uniseptées, un peu resserrées au milieu : 11,14X4,5. 

a) Var. salicicola Nyl. supr. n° 1606 — Apothécies plus 
petites, arrondies. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -\- rouge- vineux. 

Habit. Sur le bouleau. Laponie; Carélie boréale, assez fré- 
quent, a) Hollola en Finlande. 

21. — Arth. punctilliformis Leight. L. Flora, p. 417. 

Thalle mince, membraneux — Apothécies très petites, brun- 
noir, foncées en dedans, irrégulièrement arrondies, convexes ; 
spores uniseptées, oblongues : 29X13,14. 

Habit. Sur le houx, très rare. Trefriw au Pays de Galles. 

22. — Arth. tenellula Nyl. L. Paris, p. ii3; P. dryina 
Dub. 

Thalle cendré-verdâtre, très mince, indéterminé — Apothé- 
cies pressées, noires, foncées en dedans, planiuscules, arron- 
dies ; spores ovoïdes, uniseptées: 11,14X5,6. 



192 BULLETIN Dl GÉOGRAPHIE BOTAfllQUI 



a Var. fomentaria Nyl. in Flora 1875, p. 448. Type à spores 
plus petites : 8,10x3,4- 

R. Ch. Gélat. hymen I -f- rouge-vineux. 

Habit. Sur les écorces, France: Sarthe, Finistère, environs de 
Paris, Nord. Ostrobotnie. a) Finlande, sur le Polyporus fo m en- 
taxi us. 

23. — Arth. lapidicola (Tayl. Nyl. in Flora, 1881, p. 535; 
ruderalis tiy\. ; Kœrberi Lahm. ; Conang. rupestre Krb. 

Thalle brun-olivâtre, mince, disperse — Apothécies noires, 
concolores en dedans, planiusvules, arrondies, difformes ; spores 
ovoïdes-oblongues, uniseptées : 1 5,1 8X6,8. 

a) Var. peregrina Wedd. L. Blossac, p. 20 — Apothécies 
eparses, tantôt sur la pierre, tantôt parasites. 

b) Var. abscondi ta Oliv. ; vagans var. b Almq. Arth. p. 53. 
Thalle blanc-jaunâtre ; apothécies moins foncées, brunies ; 
spores 6,1 2X3,5. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 

Habit. Sur les pierres calcaires par toute l'Europe; assez 
répandu mais généralement peu commun, a) Blossac, près Poi- 
tiers, b) Suéde : roches micaschisteuses à Margeroc. 

24. — Arth. exilis Flk. Almq. Arth. p. 53. 

Thalle foncé ou â peu près indistinct — Apothécies très petite-, 
noires, brunies en dedans, subglobuleuses ; spores uniseptées : 
P, 12X3, 5. 

R. Ch. Gelât, hymen. 1 -f- rouge-vineux. 

Habit. Sur les vieux bois, vieilles écorces, mousses, etc. Alle- 
magne. Suéde. Norvège. Finlande. 

25. — Arth. excentrica Th. Fr. L. Spitzb. p. 47. 

Thalle blanc sale, â verrues farineuses, épaisses — Apothé- 
cies noires, roussàtres en dedans, planiuscules, anguleuses : 
spores ovoïdes, uniseptées: 1 1 ,1 3 X4 -^ - 

R. Ch. Thalle K -j- jaune. 

Gélat. hymen. I -j- rouge-vineux. 

Habit. Sur les mouses des régions arctiques. Allemagne.' 
Suède. Norvège. Spitzberg, 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 193 

20. — Arth. rugulosa (Krmplh.) Almq. Arth. p. 55. 

Thalle brun-cendré, très finement granulé- lépreux — Apo- 
thécies petites, noires, brunies en dedans, hémisphériques ; 
spores uniseptées : 12,15x6,7. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 

Habit. Sur les écorces. Province de Vérone en Italie. Suissg. 
Eichstatt en Bavière. 

27. — Arth. macularis Oliv. ; Arth. vagans var. macularis 
Almq. Arth. p. 52. 

Thalle blanchâtre, lisse, maculiforme — Apothécies très 
petites, innées, maculiformes, irrégulières, noires, brunies en 
dedans ; spores uniseptées : 6,9X3,4. 

R. Ch. Gélat. hymen, I -}- rouge-vineux. 

Habit. Sur Técorce du hêtre en Norvège. 

28. — Arth.epimela Norm. Almq. Arth. p. 56. 

Thalle cendré-obscur, assez épaissi à la fin — Apothécies 
petites, noires, pâles en dedans, convexes, orbiculaires ; spores 
uniseptées: 9,15X4. 5. Spermaties 4,5X1 • 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 

Habit. Sur l'écorce des vieux chênes. Suède, à Upsal. Ça et là 
en Finlande. 

29. —Arth. ruderella Nyl. in Flora, 1881, p. 535. 

Thalle cendré-obscur ou un peu ochracé, très mince, con- 
tinu — Apothécies noires, brunies en dedans, subarrondies; 
spores uniseptées : 9,1 5X4,5. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -|- rouge-vineux. 

Habit. Roches calcaires et sablonneuses. France, à Fontaine- 
bleau, Transylvanie. 

30. — Arth. albimula Nyl. in Flora, 1886, p. 463. 

Thalle blanchâtre, granulé, mince — Apothécies noires, pâles- 
jaunâtres en dedans, irrégulièrement arrondies ; spores ovoides- 
oblongues : 14,17X6,7. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 

Habit. Sur des détritus de végétaux à Barèges, dans les Pyré- 
nées-Orientales. 



L94 BULLETIN HK GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

3i. — Arth. melaspermella Nyl. Leight. L. Flora, p. 416. 

Thalle pâle, étalé ou à peu près nul — Apothecies noires ou 
brun-noir, arrondies, planes, marginées, souvent disposées en 
lignes continues ; spores ovoïdes-oblongues, uniseptées : 1 1 v i 5 

X4.1/2. 
R. Ch. Gélatine hymeniale I + bleu-clair. 

Habit. Angleterre; s'a et là sur les vieux bois. 

32. — Arth. calcicola Nyl. Arth. p. 100. 

Thalle à peu près indistinct — Apothecies noires, pâles en 
dedans, convexes, arrondies, à pruine bleuâtre; spores ovoïdes, 
uniseptées : 11, 1 3x5. 

R. Ch. Gélatine hymeniale I -f- violacée. 

Habit. Roches calcaires à Mirval, près Montpellier. 

33. — Arth. coesiella Nyl. Arth. p. 101. 

Thalle hypophléode — Apothecies noires, pâles en dedans, 
irrégulières, allongées, à pruine bleuâtre : spores uniseptées, 
ovoïdes : 16X7. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- bleu > obscure. 

Habit. Sur les cyprès aux environs de Montpellier. 

34. — Arth. marginella Duf. Nyl. Arth. p. 100. 

Thalle à peu près indistinct — Apothecies noires, pâles en 
dedans, discoïdes, planes, à pruine blanche, bord mince, nu ; 
spores ovoïdes, uniseptées: n, 14x5, ô- Spermaties arquées : 
I4,I7X 1 à peine. 

R. Ch. Gélat. hymeniale I -f- bleu > rouge-vineux. 

Habit. Sur les écorces en Espagne. 

35. — Arth. convexeli.a Nyl Prodr. p. 169. 

Thalle cendré-verdâtre, très mince ou nul — Apothecies 
noires, foncées en dedans, arrondies et presque globuleuses ; 
spores ovoïdes-oblongues, uniseptées: i2,i5X4- 

R. Ch. Gélat. hymeniale I -f- rouge-vineux. 

Habit. Mont-Dore; vieux bois de sapin au bois du Capucin. 

36. — Arth. minutissima Nyl. L. Scand. p. 263. 

Thalle indiqué par une mince tache blanche cendrée — 
Apothecies très petites, ponctiformes, noires, arrondies ou 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 195 

oblongues, planiuscules, pâles en dedans; spores ovoïdes, 
uniseptées, 1 1 X6. 
R. Gélat. hymen. I -\- bleu-intense. 

Habit. Sur les e'corces en Suède. Très rare. 

3y. — Arth. copromya Anz ; Jatr. FI. Crypt. p. 764; myoco- 
podes Nyl. ♦ 

Thalle indique' par une mince tache blanche-jaunâtre — 
Apothécies ponctiformes, de'formées, très petites, noires, éparses ; 
spores uniseptées, aiguës : 16,26x6,8. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 

Habit. Sur l'écorce des pins. Montagnes de Lombardie en 
Italie. — Suisse. 

38. — Arth. granitophila Ur. Fr. ; Almq. Arth. p. 32; 
Conangium Buerianum Krb. 

Thalle très mince, jaune ferrugineux ou à peu près nul — 
Apothécies noires, foncées en dedans, planiuscules, anguleuses, 
ou un peu allongées et parfois divisées; spores uniseptées: 
12,17X5,6. Spermaties 4,5X2. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -j- rouge-vineux. 

Habit. — Sur les roches granitiques. Allemagne. Suède. 

39. — Arth. hecanorella Wain. L. Viburg. p. 70. 

Thalle pâle ou blanchâtre, fendillé-aréolé — Apothécies 
noires, pâles en dedans, planiuscules, à pruine bleuâtre, sublé- 
canorées ; spores ovoïdes, uniseptées : 1 i,i6X4,5. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- bleu > violet. 

Habit. Mortiers des murs à Viborg en Finlande. 

40. — Arth. Lilliei Lesd. Notes Lichen. XI, p. 34. 
Thalle noirâtre, peu développé — Apothécies noires, pâles 

en' dedans, arrondies, planes; spores oblongues, uniseptées: 
10,12X4,5. 
R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 

Habit. Sur le silex. Caithness, Achastle en Ecosse. 

41. — Arth. aggregata Wain. Adjum. II, p. 1 56. 

Thalle cendré olivâtre, mince, dispersé — Apothécies noires, 



196 B0LLBT1N DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



foncées en dedans. Etnguleuses-arrondies, plan ?ées, 

marginées ; spores ovoïdes oblcmgues, uniseptées : io,i5X 

R, Ch. Gelât, hymen. I -f- rouge-vineux. 

Habit. Roches granitiques du mont Riihivaara en Carëlie 
boréale. 

B. Spores de 2 à 7 cloisons. 

42. — Akth. cinnabarina Wallr. Nyl. Arth. p. 88; gregaria 
Krb. ; Spiloma elegans Ach. 

Thalle très mince, blanchâtre ou un peu rose — Apothécies 
brun-rouge ou brun-noir, pâles en dedans, aggrégées, planes 
simples ou difformes, nues ou pruineuses; spores à 5 cloisons, 
parfois 3 ou 4, à loge supérieure plus grande : 20,3oX6, 1 o. 

a) var. rubra Nyl. Prodr. p. 164. Thalle et apothécies a 
pruine rouge. 

b) var. pruinata Del. Nyl. supr. Apothécies à pruine blanche 
pulvérulente. 

c) var. opegraphoides Harm. L. Loir. p. 453. Apothécies en 
fragments allongés, linéaires. 

d) radiata Oliv. L. Orne, p. 25o ; astroidea Leight. ; cocci- 
nea Mass. Apothécies étoilées, rayonnantes. 

e) var. rubrofusca Malbr. Cat. p. 236. Thalle couleur lie 
de vin. 

f) var. anerythrea Nyl. L. Scand. p. ib~. Thalle et apothé- 
cies sans pruine rouge. 

g) var. rosacea Leight. L. Flora, p. 422. Apothécies rouge- 
vermillon, aggrégées. 

// var. marginata Leight. supr. Apothécies rougies surtout 
au bord. 

i) var. cuspidans Nyl. in Flora 1876, p. 3 10. Divisions 
aigués, â peine rougies. 

A') var. obscurci Schoer. Flag. L. F. C, p. 525. Apothécies 
plus obscures, brun-rouge. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f bleu > violet. 
Tbecium K -f- violet. 

Habit. Commun sur les écorces par toute l'Europe sous une 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 197 

forme ou sous une autre; plus rare cependant dans les contrées 
du Nord. 

43. — Arth. ochracea Duf. Nyl. Prodr., p. 164; Spiloma 
elegans Moug. (non Ach.) 

Tballe indiqué par une mince tache pâle blanchâtre — Ado- 
thécies roux-ochracé ou un peu foncées, nues ou pruineuses, 
lobées, difformes ou subétoilées : spores ovoïdes, 3-septées : 
12-14X6,8. 

R. Ch. Gélat. I -f- bleu-violet. 
Thecium K -j- violet. 

Habit. Sur les écorces. Assez répandu en France. Irlande. Pays 
de Galles. Italie. Suisse. Rare pour l'Allemagne et la Belgique 

44. — Arth. parastroidea Lamy, L. M. D. p. 1 52. 

Thalle mince, fendillé, roux cinabre pâle — Apothécies 
noires, brun-rougeâtre en dedans, déprimées, étoilées ; spores 
ovoïdes oblongues, 3 à 4 cloisons : 1 5, 1 6x6,7. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- violet. 
Thecium K -f- violet. 

Habit. Orne. Sur un tronc de pin, dans le parc de Blavou. 

45. — Arth. iuciNATayl. Leight L. Flora, p. 424. 

Thalle blanc crème, mince membraneux, limité — Apothé- 
cies brun-noir, pâle en dedans, planes, éparses, subarrondies 
ou oblongues ; spores à 6 cloisons, loge supérieure plus grande : 
3oX9,io. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -j- bleu-persistant. 

Habit. Sur le houx ; assez répandu en Angleterre et en 
Irlande. 

46. — Arth. ilicinella Tayl. Leight. L. Flora, p. 424. 
Semblable au précédent, mais plus petit ; spores 3 à 6 cloi- 
sons : 2i,36x8,i2. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 
Habit. Sur le houx en Irlande. Rare. 

47. — Arth. insinuata Leight. L. Flora, p. 423. 

Thalle pâle blanchâtre, très mince — Apothécies noires ou 
brun-noires, pâles en dedans, oblongues ou irrégulières; 
spores oblongues, 4 à 5 cloisons, à loges égales : 14,21 X6,8. 

Juillet-Septembre. i3 



i98 FHLLKT1N DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUK 



R. Ch. Gélat. hymen. I -f- bleu-clair. 

Habit. Sur les troncs: Killieczankie en Ecosse. 

48. — Arth. pruinosa Ach. Nyl. Art h., p. 90; impolita 
Ehrh. 

Thalle blanc ou blanchâtre, mince, fendille — Apothécies 
pales ou brunies, pâles en dedans, innées, planes, difformes ou 
lobées, rameuses, pruineuses; spores ovoïdes, 3 à 5 cloisons 
également distantes : 1 3, 1 8x5,8. Spermaties 4,7X2. 

a var. argillacea Malbr. L. Bernay, p. 19. Thalle plus 
blanc, pulvérulent : apothécies plus enfoncées. 

b) var. subfusca Nyl. Prodr., p. 1 65. Apothécies brunes, 
nues. 

c) var. lobata Flk. Nyl. L. Paris, p. 110. Type saxicole à 
apothécies mal développées. 

d) var. insulana Lesd. Notes Lichen. V., p. 5 18. Granulations 
réunies en petits groupes autour des apothécies. 

R. Ch. Gélat. hymen. I + bleu-violet. 
Thalle C -|- rouge. 

Habit. Sur les vieux ormes et les vieux chênes. Fréquent 
dans l'Europe méridionale ; rare pour les parties boréales de la 
Suède, Norvège, Russie, a) sur l'argile des murs: Eure • 
Manche ; Dunkerque. b) Paris, Haute-Vienne, c) rochers des 
Pvrenées-Orientales. Suisse. Dresde en Saxe, d) Rochers de 
l'Aveyron. 

49. — Arth. subpruinosa Lesd. Not. Lichen. IX, p. 173. 

Thalle indistinct. Apothécies de 1 mill . brunes, pâles en 
dedans, solitaires ou aggrégées, planes, arrondies, pruineuses; 
spores à 3, rarement 4 cloisons, à loges inégales : 14,2 1 X6.7. 

R. Ch. Gélat. hymen. 1 + bleuit. 
Thalle C — . 

Habit. Roches volcaniques de Roquehaute dans l'Hérault. 

5o. — Arth. baeastroidea Nyl. in Flora 1881. 

Thalle blanchâtre, mince, indéterminé — Apothécies bai- 
pale, pâles en dedans, planes, rayonnantes, spores ovoïdes- 
oblongues à 5 cloisons : 14, 17X6,7. Spermaties arquées. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 199 

R. Ch. Gélat. hymen. I -J- fauve-vineux. 
Thalle C + rouge. 

Habit. Sur les écorces, près Porto en Portugal. 

5 i . — Arth. medusula Nyl. L. Paris, p. 1 1 1. 

Thalle blanchâtre, fendillé, plus ou moins pruineux. — Apo- 
thécies brun-pâle, pâle en dedans, élégamment divisées-rayon- 
nantes, pruineuses; spores ovoïdes, 3 à 4 cloisons également 
distantes: 9,12X3,4. Spermaties bacillaires 4,5 X 1 . 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- bleu > violet. 
Thalle C — . 

Habit. Bois et écorces. France : Ouest, Nord-Ouest, Fon- 
tainebleau. Forêt de Liestal en Suisse. 

52. — Arth. velata Fw. Nyl. Arth., p. 91 ; byssacea Almq. ; 
biformis Flk. 

Thalle blanchâtre, mince, plus ou moins déterminé — Apo- 
thécies noires, brunies en dedans, innées, arrondies, planes ou 
convexes à la fin ; spores 3-septées, à loges inégales : 1 5, 20X6, 8. 
Spermaties cylindriques, droites: 5, 6X1. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -\- rouge-vineux. 
Thalle K -f- jaunit un peu. 

Habit. Sur les écorces, surtout celle du chêne. France. Ita- 
lie. Allemagne, rare. Plus répandu en Suède, surtout dans les 
contrées méridionales. 

53. Arth. decussata Fw. Jatt. FI. Crypt., p. 749. 

Thalle blanchâtre, épais, souvent farineux, granulé, bulleux 
ou lobule, largement étendu et déçusse de lignes noires. Apo- 
thécies arrondies, difformes, pruineuses ; spores ?. 

R. Ch. Thalle C + rouge. 

Habit. Sur les rochers. Haute-Vienne, près Châteauneuf. 
Hongrie. Par toute l'Italie. 

54. — Arth. cinereopruinosa Schoer. Nyl. Arth., p. 94; 
Pyrenotea lilacina Stenh. (non Ach.) Limboria stictica Ach. 

Thalle mince, blanc pulvérulent, étalé, souvent limité de 
noir — Apothécies noires, roussâtres en dedans, arrondies ou 
un peu difformes, à pruine bleuâtre, épaisse; spores ovoïdes- 



200 Dl I.LETIN ni: GÉÔGRAPIIIl BOTANIQUE 

oblongues, 3-septées. à loge supérieure plus grande : 10. 16X6,7 
Spermogonies ponctiformes, très nombreuses; spermaties 5,6 
de long. 
R. Ch. Gélat. hymen. 1 -j- rouge-vineux. 

Thalle K -f- un peu jauni. 
Habit. Sur les écorces. Calvados, Franche-Comte. Suisse. 
Allemagne. Çà et là en Suède. Laponie orientale. 

55. — Arth. melaleocella Nyl. Arth. p. 101 ; lilacina Ach. 
Thalle très mince, blanchâtre ou peu distinct. — Apothécies 

noires, foncées en dedans, arrondies ou oblongues; spores 1 
ou 2 cloisons, brunies: 1 1,14X4,5. 

R. Ch. Gela, hymen. I -\- rouge-violacé. 

Habit. Sur les écorces en Suède. 

56. — Arth. helvola Nyl. Alm. Arth., p. 17. 

Thalle verdàtre ou un peu bruni, très mince — Apothécies 
roux-ferrugineux, pâles en dedans, nombreuses, conrluentes, 
suborbiculaires ; spores ordinairement à 2 cloisons : 8,14X4,5. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -}- rouge-vineux. 
Thecium K -f- violet. 

Habit. Sur les bois et les écorces. France, dans les Vosges. 
Heidelberg en Allemagne. Suède. Laponie Orientale, çà et là. 

57. — Arth. incarnata Almq. Arth. p. 18. 

Thalle blanchâtre ou verdàtre, très mince — Apothécies brun- 
roux, pâles en dedans, arrondies, convexes, souvent confluentes; 
spores. à 2 cloisons, cellule supérieure plus grande : 1 2,17X5,7. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -j- bleu > rouge-vineux. 

Habit. Sur le bois et les écorces en Suède et en Finlande. 

58. — Arth. poi.ymorpha Ach. Nyl. Nov. Granat. p. io5. 
Thalle indique par une mince tache blanchâtre — Apothécies 

noires, subconcolorcs en dedans, difformes, arrondies; spores 
ovoïdes, ? à 5 cloisons : [ 8,24X7,9. 

A'. Ch. Gélat. hymen. I -f- bleu n> en partie rouge-vineux. 

Habit. Sur l'écorce du fresne en Portugal. 

59. — Arth. fuliginosa Fw. Almq. Arth. p. 27. 

Thalle mince, blanc-cendré, lépreux ou fendillé — Apo- 
thécies noires ou noirâtres, brunies en dedans, arrondies ou 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 201 



sublinéaires, pruineuses; spores 3 .septées, à loge supérieure 
plus grande : 20,24X7,9- 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f bleuil. 

Habit. Sur les écorces. France : Orne, Sarthe, Seine-Infé- 
rieure. Allemagne. Gotland. 

60. — Arth. cascarillae Fée. Leight. L. Flora p. 418. 

Thalle pâle-blanchâtre, très mince, étalé — Apothécies brun- 
noir, pâles en dedans, petites, simples, oblongues ou linéaires- 
oblongues, parfois confluentes; spores 3-septées, 18X6. 

Habit. Sur les troncs. Irlande : Pays de Galles, en Angle- 
terre. 

6t. — Arth. myriogarpella Nyl. Nov. Granat. p. 107. 

Thalle mince, pâle grisâtre, subaréolé ou subpulvérulent çà 
et là — Apothécies noires ou brun-noir, concolores en dedans, 
arrondies, planes ou convexes; spores 3-septées : 10,12X3,4. 

Habit. Roches mica-schisteuses en Ecosse. Très rare. 

62. — Arth. aspersa Leight. L. Flora p. 418. 

Thalle pâle-grisâtre, mince, indéterminé — Apothécies noi- 
râtres, brunies en dedans, arrondies, oblongues ou irrégulières; 
spores 3-septées, à loge supérieure plus grande : 12,14X4,6. 

Habit. Sur le houx. Angleterre; Irlande. Ile de Malte, en 
Italie. 

63. — Arth. subexcedens Nyl. in Hue add. n° 1 588. 

Thalle mince, cendré glauque, granulé, bordé de noir — 
Apothécies noires, subarrondies, ponctiformes ou allongées; 
spores ovoides-oblongues, à 5 cloisons, brunies à la fin : 

25,32X9,12- 

R. Ch. Gélatine hymen. I + bleu > rouge-vineux. 
Habit. Sur le houx en Irlande. 

64. — Arth. astroidea Ach. Nyl. Arth. p. 95. 

Thalle hypophléode — Apothécies noires, cendrées en 
dedans, planes, difformes; spores 3-septées, à loges égales : 
12,18x5,7; spermaties 3,4X1/2. 

a) var. radiata Ach. syn. p. 6 — Apothécies rayonnantes 

b) var. obscura Ach. supr. Thalle brun ou olivâtre. 



2ni BDLLBTIB l»E GKOGRM'HII HOTANIQCE 

c) var. tynnocarpa Ach. supr.; celtidis Mass.; quercus 
Chev. Apothécies plus petites, plus grêles, un peu flexueuses. 

d) var. opegraphina Ach. supr. Apothécies les unes dépri- 
mées-linéaires, les autres groupées, subetuilées. 

e) var. Swartyiana Ach. L. U. p. 142. Apothécies plus 
grandes, moins rayonnantes, convexes. 

/) var. subparallela Mtill. Apothécies subsimples, presque 
parallèles. 

g) var. galactitella Nyl. L. Pyr. Or. p. 65. Thalle blanc- 
farineux; apothécies non rayonnantes. 

h) var. epipàstoides Nyl. L. Paris p. 111. Apothécies peu 
nombreuses, sublinéaires, irrégulières. 

i) var. applanata Wain. Adjum. II. p. 1 bj. Apothécies macu- 
liformes, planes, à disque plus large. 

R. Cli. Gélat. hymen. I -f- bleu > rouge-vineux. 

Habit. Sur les écorces lisses; commun sous une forme ou 
sous une autre par toute l'Europe. 

65. — Arth. astroidestera Nyl. in Flora 1874, p. i3. 

Thalle hypophléode — Apothécies brunes, tout à fait rayon- 
nantes; spores 3 à 5 cloisons, le plus souvent 4, à loges égales : 
21,28X7,8. 

R. Cli. Gélat. hymen. I -f- rouge-vincux. 

Habit. Sur le houx et le hêtre. Angleterre, Pays de Galles. 

66. — Arth. stellàris Krplh. Jatt. FI. Crvpt. p. 755; Conan- 
gium albellmii Z\v. 

Thalle hypophléode, lisse, bruni — Apothécies immergées, 
lirellines, grêles, rameuses, flexueuses ou étoilées, brun-noir, 
planes ou convexes; spores oblongues, 4,6 cloisons : i8,2oX 

R. Cli. Gélat. hymen. I -f- bleu > rouge-vincux. 
Habit. Sur le sapin. Toscane. Allemagne australe. 

67. — Arth. kelantera Ach. Almq. Arth. p. 36; sorbina 
Krb. 

Thalle brunâtre, brillant, en petits îlots déterminés — Apo- 
thécies noires, brunies en dedans, innées, planes difformes, 
subconfluentes; spores 3-septées, à loges égales : 12,20X4,6. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 203 



R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 
Habit. Sur les écorces. Iles anglo-normandes : Jersey, Noir- 
mont. Monts Sudètes en Allemagne. Tromsoe en Norvège. 

68. Arth. gyrosa Nyl. Arth. p. 96; spilota Ach. 

Thalle hypophléode, bruni au pourtour — Apothécies noires, 
cendrées en dedans, difformes, aggrégées, gyriforjnes; spores 
4 par thèque, ovoïdes, à 5 cloisons : 1 3, 17x5,6. 

R. Ch. Gélat. hymen. I + jaunit. 

Habit. Sur les écorces lisses en Suisse. Très rare. 

69. — Arth. armoricana Nyl. in Hue addend. n° i 5g 1 . 
Thalle indiqué par une tache plus foncée — Apothécies 

noires, cendrées en dedans, plus allongées et plus simples que 
Arth. astroidea, subanastomosées, aiguës, planes; spores à 4 
cloisons et à loges égales : 20,23X7. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- bleu > rouge-vineux. 

Habit. Ecorces lisses. Orne, Ille-et-Vilaine, Finistère. 
Suisse. 

70. — Arth. melanopthama Nyl. Arth. p. 94; complanata Fée; 
conangioides Bagl.; sivart\iana Dr. (non Ach.). 

Thalle blanchâtre, mince, continu, maculiforme, bordé de 

noir — Apothécies noires, un peu foncées en dedans, planes, 
arrondies ou un peu difformes, d'abord légèrement pruineuses; 
spores ovoides-oblongues, à 5 cloisons, loge supérieure plus 
large : 14,19X5,8. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -j- bleu intense. 

Habit. Sur les écorces. Bonifacio en Corse. Çà et là en Italie 
et en Espagne. 

71. — Arth. paralia Nyl. in Flora 1877, p. 565; phœobea 
Norm. 

Thalle brun-cendré, mince, continu ou un peu fendillé — 
Apothécies brunes, pâles en dedans, arrondies, planes; spores 
ovoïdes ou resserrées au milieu, 3, 4 cloisons : 12,27X7. 

R. Ch. Gélat. hymen. I + rouge-vineux. 

Habit. Roches maritimes micaschisteuses près Kylemore en 
Irlande. 



204 BULLETIN DE GÉOGKAPIIII. B0TAN1QI I 



72. - Ar 111. 1.1 cideoides 1 li. lr. Almq. Arth. p. 3i ; trachy- 
lioides Nyl.; L. arthonioides Ach. 

Thalle blanchâtre, pulvérulent, mince ou plus ou moins 
épaissi — Apothécies noires, foncées en dedans, arrondies, 
difformes., convexes, immarginées; spores ovoïdes, 3-septées, à 
loge supérieure plus grande : 10,16X4,7. 

R, Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux sale. 

Habit. Sur les rochers. Angleterre, au Pays de Galles. Suisse. 
Lombardie, île de Caprera en Italie. Portugal. Allemagne. 
Adersbach en Bohême. 

73. — Arth. pktrknsis Nyl. in Flora, 1876, p. 309. 

Thalle blanchâtre très mince, inégal, fendille, dispersé — 
Apothécies noires ou brun-noir, pâles en dedans, convexes ou 
oblongues-arrondies; spores ovoïdes, 3-septées : 14,16x5,6. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -j- bleu obscure. 

Habit. Rochers silico-calcaires de province de Banatu en 
Hongrie. 

74. — Arth. turbidula Nyl. in Hue addend. n° i5<)6. 
Thalle indiqué par une mince tache pâle — Apothécies, 

noires, petites, assez pressées, arrondies-difformes; spores 
ovoïdes, à loge supérieure plus grande. 5 à 7 cloisons : iô,i8x 

7,8. 

R. Ch. Gelât, hymen. I + rouge-vineux. 

Habit. Sur les écorces en Portugal. 

75. — Arth. rf.nikormis Pers. Flag. L. F. C. p. 532. 
Thalle indiqué par une mince tache olivâtre — Apothécies, 

noires, pâles en dedans, difformes, plus ou moins ramifiées; 
spores ovoïdes, à 5 cloisons : 16,18x6,7. 

R. Ch. Gelât, hymen. I -f- rouge-vineux. 

Habit. Sur les écorces en Franche-Comte. Suisse, près 
Genève ; Zurich. 

y6. — Arth. stictoides (Desm.) Nyl. Arth. p. 07. 

Thalle indiqué par une mince tache blanchâtre. Apothécies 
noires, pâles en dedans, lancéolées-linéaires en lignes longitu- 
dinales ; spores ;i 1 a 3 cloisons, oblongues ou ovoïdes : 13,17- 

X 5,7. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 205 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 

Habit. Sur l'écorce du chèvrefeuille. Ouest; Marseille. 

77. — Arth. ramulosa Nyl. Prodr. p. 167. 

Thalle mince, blanchâtre ou grisâtre, souvent bordé de noir 
— Apothécies noirâtres, concolores en dedans, souvent prui- 
neuses, à ramifications courtes, divariquées, subétoilées; spores 
ovoïdes, 3-septées : 1 5, 18x5,7.. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 

Habit. Sur les écorces. Orne, dans le parc de Bellavilliers. 

78. — Arth. punctiformis Ach. Almq. Arth. p. q3 ; atomaria 
Mass.; quercus Mull. (ex Almquist.). 

Thalle peu distinct — Apothécies noires, subconcolores en 
dedans, oblongues-allongées, planes ou convexes; spores 3. 
septées, à loges égales : 16,24X6,8. 

a) var. populina Mass. Rie. p. 5o; microscopica Arn. Apo- 
thécies allongées, et même linéaires. 

b) var. quadriseptata Arn. L. Tyrol. XII, p. 44. Spores 4- 
septées, souvent rétrécies aux cloisons. 

c) var. boreella Wain. Adjum. II, p. 1 5q. Apothécies très 
petites, 0,1-0,2 mill., spores 14,17X5,7. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- bleu > rouge-vineux. 

Habit. Sur les écorces. Commun et répandu dans toute 
l'Europe avec a), b) : Aix-les-Bains; Tyrol. c) district d'Inara 
en Laponie. 

79. — Arth. asteroma Chev. Oliv. L. Ouest II, p. 219. 
Thalle hvpophléode, blanchâtre ou obscure, largement 

étendu — Apothécies noires, concolores en dedans, lirellines, 
pruineuses, paraissant rayonnantes par le rapprochement des 
extrémités; spores ovoïdes, 3-septées 15,17X6,7. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -|- bleu > rouge-vineux. 

Habit. Sur les écorces. France : Elbeuf dans l'Eure; Cher- 
bourg dans la Manche. 

80. — Arth. montellica Mass. Jatt. FI. Crypt., p. 755. 
Thalle hypophléode, orbiculaire, châtain bordé de noir — 

Apothécies noires centrales, papilleuses; spores 1 à 7 cloisons, 
elliptiques, arrondies, resserrées au milieu : 12,20X8. 

BULLETIN de géographie botanique. 



20fi BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

Habit. Italie : sur l'écorce des troncs en la province de 
Vicence. 

81. — Arth. apfints Mass. Jatt. Crypt., p. j56. 

Thalle sublimité, glabre, violacé-Apothécies noires, puncti- 
formes, arrondies-difïormes; spores polyseptées, a loge supé- 
rieure plus grande : 12,18X4- 

Habit. Italie : sur les noyers dans la province de Vérone. 

82. — Arth. Bassanensis Beltr. Jatt. FI. Crypt., p. j5j. 
Thalle hypophléode, blanc-sale, brillant — Apothécies noires 

ou brun-noir, immergées puis superficiaires, elliptiques, irrc- 
gulières; spores 3-septées, oblongues, obtuses à loges égales : 
12,16X2,4. 

Habit. Ecorce des chênes dans la province de Vicence en 
Italie. 

83. — Arth. oleandri Bagl. L. Sard., p. 1 10. 

Thalle lépreux, cendré-blanchâtre, maculiforme — Apo- 
thécies très petites, ponctiformes, nues; spores allongées, fusi- 
formes, 3-septées, à loges égales : 12,17X2,6. 

Habit. Sur lesécorces en Sardaigne. 

84. — Arth. pinastri Anz. Jatt. Crypt., p. 757; ncglecta 
Bagl. 

Thalle indiqué par une mince tache blanche — Apothécies 
petites, pâles en dedans, émergentes, suborbiculaires, prui- 
neuses; spores 3-septées, cunéiformes, à loges égales : i3,i6x 

3.4- 

Habit. Sur les pins. Italie : Ligurie, Toscane, Campanie, 

Dalmatie, île de Meleda. 

85. — Arth. c.riveoalba Anz. Catal., p. 94. 

Thalle hypophléode, blanc-grisâtre — Apothécies noires, 
très petites, adnées, solitaires; spores cunéiformes, 3-septées : 
i7Xb,6. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -|- bleuit. 

Habit. Sur le prunier en Lombardie. 

86. — Arth. mediella Nyl. Almq. Arth., p. 3o; sordaria 
Krb. ; trabellina Th. Fr.; globulosaeformis Hepp. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 207 

Thalle très mince, blanchâtre ou cendré, indéterminé, 
souvent nul — Apothécies noires, cendrées en dedans, proémi- 
nentes, exactement arrondies; spores obovées, 3-septées : 11,17 
X4>6. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 

Habit. Sur les écorces, surtout le sapin : Jura, Mont-Dore 
Allemagne: Carlstade, monts du Riesengebirge. Suède. Nor- 
vège boréale. 

87. — Arth. tabidula Anz. Analect. p. 19. 

Thalle à peu près indistinct — Apothécies noires, très petites, 
ridées; spores ovoïdes, triseptées, grêles : 9,10X2,3. 
Habit. Sur les pins dans les alpes Bormienes en Italie. 

88. — Arth. marmorata (Br. et Rostr.) Nyl. L. scand. p. 258; 
lencopellea Almq.; melaleuca Fr. 

Thalle blanchâtre, très mince sublépreux — Apothécies 
noires, foncées en dedans, oblongues, difformes ou lobées-divi- 
sées, nues ou pruineuses; spores ovoïdes, triseptées : 10,1 5x3,5. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -j- bleuit. 

Habit. Sur les écorces. Mont Gurnigel en Suisse. Allemagne. 
Suède. Norvège. Finlande. 

89. — Arth. hypobela Nyl. in Flora 1876, p. 576. 

Thalle indiqué par une mince tache blanchâtre indéterminée 
— Apothécies arrondies ou oblongues, noires; spores 3 à 5 cloi- 
sons, aciculaires-acuminées : 3o,38x5. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- bleu > fauve vineux. 

Habit. France : sur les pins à Brionne dans l'Eure. 

90. — Arth.'cœsia Flot. ; cœsiolivens Nyl. in Flora 1 878, p. 245 . 

Thalle blanchâtre, mince, lépreux, souvent dispersé — Apo- 
thécies noires, foncées en dedans, à pruine bleuâtre, planius- 
cules, arrondies; spores oblongues, 3 septées : 15,17X4*6. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- fauve vineux. 

Habit. Sur Técorce de l'aulne en Finlande. 

91. — Arth. psimmythodes Nyl. in Flora 1881 , p. 534. 

Thalle blanchâtre, très mince subdispersé — Apothécies 
noires, pâles en dedans, innées, planes, maculiformes, angu- 
leuses-arrondies; spores ovoïdes-oblongues, 3-septées i5,i8x6. 



208 BULLETIN HE GÉOGRAPHIE B01 \NIQUE 

K. Ch. Gélat. hymen. I -f- bleu rouge vineux. 

Thalle K (C. rose. 
Habit. Sur les roches sablonneuses en Hongrie. 

92. — Arth. chroolepida Nvl. in Flora 1873, p. 22. 

Thalle blanc jaunâtre, subfarineux ou très finement tomen- 
teux — Apotbécies noir sang, foncées en dedans, oblongues, 
subdifformes, convexes; spores ovoïdes-oblongues; 3-septées : 
9,13X3,4. 

R. Ch. Gclat. hymen. I -\- fauve-vineux. 

Habit. Branches mortes de sapin près le lac Onega en Russie. 

q3. — Arth. melanospila An/.. Jatt. FI. Crypt. p. 759. 

Thalle brun noir, maculiforme — Apothécies noires, brunies 
en dedans, petites, nombreuses, égalant le thalle, confluentes 
en taches orbiculaires; spores ovoïdes, à 5 cloisons. 

Habit. Sur les noyers dans la province de Vérone en Italie. 

94. — Arth. ectropoma Mass. Symm., p. 109. 

Thalle hypopléode, mince, continu, bordé de noir — Apothé- 
cies noires, confluentes, hémisphériques, puis dilatées, dif- 
formes; spores 3-septées à loges égales, resserrées çà et là aux 
cloisons : 1 5X4- 

Habit. Sur le fresne. Italie : île de Malte; Bassano dans la 
province de Vicence. 

C. Spores murales. 

95. — Arth. scandinavica (Th. Fr.) Almq. Arth., p. 38; one- 
gensis Nvl. 

Thalle indiqué par une mince tache pâle blanchâtre, subpul- 
vérulente — Apothécies noires, pâles en dedans, arrondies- 
anguleuses, planes ou légèrement convexes; spores 8 parthèque, 
ellipsoïdes, murales : 24/33X11,16. 

a) Var. karelica Wain. Adjum. II, p. 1 58 . Apothécies plus 
petues, difformes, en partie subrayonnantes. 

R. Ch. Gelât, hymen. I -J- bleu > rouge-vineux. 

Habit. Sur les écorces. Assez répandu en Suède, Norvège, 
Finlande, a) Carélie boréale. 

. — Arth. fdsispora Almq. Arth., p. 38. 
Thalle blanchâtre, très mince, couvert de tubercules brillants, 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 209 

noirs, gélatineux — Apothécies noirâtres, pâles en dedans, en 
taches conrluentes, subpruineuses; spores 22,33x8,12. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -j- bleu >, rouge-vineux. 

Habit. Suède. Norvège. Finlande, assez répandu sur les 
écorces, mais souvent stérile. 

97. — Arth. spectabilis Flot. Almq. Arth., p. 39; difformis 
Nyl. 

Thalle hypophléode, mince, indéterminé blanchâtre — Apo- 
thécies noires, concolores en dedans, oblongues ou difformes, 
recouvertes d'une fausse membrane- thalline; spores 3o,36Xi5. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -j- bleu > rouge-vineux. 

Habit. Sur les écorces. France : Ille-et-Vilaine, Aveyron. 
Irlande. Italie, çà et là. Suisse, à Basel. Allemagne, assez 
répandu. Suède, Norvège. 

98. — Arth. lirellans Almq. Arth., p. 40. 

Thalle jaunâtre, hvpophléode, déterminé — Apothécies 
flexueuses, irrégulières, lirellines, brunâtres, à bord élevé; 
spores 20,24X9,10. 

R. Ch. Gélat. hymen. I + bleu > obscure. 

Habit. Sur l'écorce du houx. Irlande : Killarney, Glencarn. 

99. — Arth. taediosa Nyl. L. Nov. Granat., p. 1 36, L.Chili, 
p. 171. 

Thalle hvpophléode, en tache blanchâtre, bordé de noir — 
Apothécies noires, pâles en dedans, irrégulières, linéaires ou un 
peu rameuses, le plus souvent légèrement pruineuses; spores 
27,35X11, i5. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -\- bleu > fauve-vineux. 

Habit. Sur l'écorce du platane en Portugal. 

100. — Arth. anastomosans Nyl. L. Scand.,p. 25g ;subastroi- 
dea Anz. 

Thalle blanc grisâtre, formant une mince tache déterminée — 
Apothécies noires ou brun-noir, pâles en dedans, petites, 
éparses, anastomosées, anguleuses arrondies ou difformes, sub- 
pruineuses; spores i5, 23x8, 12. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -}- bleu > rouge-vineux. 



-210 BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

Habit. Ecorces. Orne, Ille-et-Vilaine. Irlande. Belgique. Ita- 
lie. Tyrol. 

10 i . — Arth. milytiformis Nyl. Arth., p. 93. 

Thalle blanc, lisse, mince épiphléode — Apothécies très 
petites, irrégulières, simples; spores ovoides-oblongues, à divi- 
sions très nombreuses : 18.29X8,10. 

R. Ch. Gelât, hymen. I -j- bleu > rouge-vineux. 

Habit. France; sur Te'corce de l'Olivier à Agde. 

102. — Arth. dispersa (Duf.) Nvl. Arth., p. q3. 

Thalle blanchâtre, très mince, maculiforrne ou à peu près nul 

— Apothécies noires petites, oblongues ou difformes, con- 
vexiuscules; spores 4,8 parthèque : r6,2oX 10, 14. 

a) var. orbillifera Almq. Arth., p. 47. Apothécies disposées 
en cercle; spores 21,27X10,15. 

R. Ch. Gélat. I -|- bleu > rouge-vineux. 

Habit. France : sur les peupliers et les pins en Haute-Vienne. 
a) sur le houx en Irlande. 

io3. Arth. elabens (Flot.) Oliv. ; Micoparum elabens Nyl. 
Prodr., p. 171 ; Arthotelium Flottowianum Krb. 

Thalle blanc, à petites granulations pulvérulentes — Apothé- 
cies noirâtres, cendrées en dedans, arrondies ou irrégulières, 
papilleuses; spores brunies à la rin et un peu resserrées au 
milieu : 20,32X7,1 1 • 

R. Ch. Gélat. hymen. I — , ou jaunâtre. 

Habit. Sur les écorces. France, dans les Vosges. Zurich en 
Suisse. Munich en Bavière. Allemagne çà et là. 

104. — Arth. Sardoa Bagl. Sard., p. 109. 

Thalle blanc, mince, lépreux, souvent en taches orbiculaires 

— Apothécies noires, nues, arrondies, anguleuses ou aggrégées 
et déformées; spores souvent atténuées aux deux extrémités : 
19,28X9,12. 

Habit. Sur les écorces en Sardaigne. 

io3. — Arth. ri;ana Mass. Rie, p. 49. 

Thalle blanc, brillant, sublimité — Apothécies noires, planes, 
pressées, anguleuses, subétoilées; spores oblongues, un peu 
brunies : i8xr>. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 2H 

Habit. Sur les troncs. Italie : sur le hêtre, au mont Rua dans 
les monts Euganéens. Europe centrale et méridionale. 

106. — Arth. Beltraminiana Mass. Mem., p. 1 1 5 . 

Thalle blanc, orbiculaire, brillant, étalé — Apothécies noires, 
confluentes, arrondies ou un peu rayonnantes-étoilées; spores 
ovoïdes-elliptiques : 18,20X6,12. 

Habit. Sur les troncs. Italie : province de Vicence; île de 
Malte. Europe centrale et méridionale. 

D. Parasites. 

107. — Arth. varians (Dav.) Nyl. L. Scand., p. 260; glauco- 
maria, parasemoides Nyl. Arth.; Celidium grumosum Krb. 

Apothécies noires, cendré-obscur en dedans, maculiformes 
souvent confluentes, planes ou planiuscules, rugueuses; spores 
ovoïdes, 2 à 3 cloisons : 12,18x5,7. 

R. Ch. Gélatine hyméniale I -\- bleu > rouge-vineux. 

Habit. Sur les Lecanora subfusca, glaucoma, hageni, Lecidea 
elœochroma, Xanthoria parietina, etc., par toute l'Europe. 

108. — Arth. subvarians Nyl. Oliv. Parasit., p. 43; clemens 
Tul.; galactinaria Leight. 

Apothécies noires ou brunâtres, pâles en dedans, subarrondies, 
maculiformes, souvent confluentes; spores ovoïdes, uniseptées : 
i2,i5X4,5. 

a) var. apotheciorum Almq. Spores à loges égales. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -J- bleu > rouge-vineux. 

Habit. Sur divers Squamaria et Lecanora. France, Italie, 
Allemagne, Suède, Norvège. 

109. — Art. epiphyscia Nyl. in Flora 1875, p. 36 1 . 
Apothécies" très petites, noires, convexes; spores uniseptées, 

ovoïdes: 11,12X41/2. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -\- rouge-vineux. 

Habit. Sur Physcia cœsia à Hollola en Finlande. 

1 10. — Arth. punctella Almq. Arth., p. 48. 

Apothécies noires, brun obscure en dedans, très petites, punc- 
tiformes, suborbiculaires; spores uniseptées, obtuses, à loge 
supérieure plus allongée, brunies à la fin : i5X7- 



c 212 BULLETIN DK f.KOGRAPHIE BOTANIQUE 



R. Ch. Gélat. hymen. I -f- bleu > fauve-vineux. 

Habit. Sur Buellia alboatra. France, dans le Gard. Irlande. 

iii. — Arth. tabescêns (Anz.) Jatt. FI. Crypt., p. 752. 

Apothécies noires ou noir pourpre, roussâtres à l'intérieur, 
très petites, à peine émergentes, orbiculaires, souvent con- 
fluentes, promptement décomposées; spores 4,6 par thèque, 
oblongues, uniseptées : i5x6. 

R. Ch. Gélat. hymen. I X rougit. 

Habit. Sur le thalle du Parmelia saxatilisà. Bormio en Italie. 

1 12. — Art. nephromaria Nyl. Lapp. Or., p. 187. 

Apothécies noires, convexes, brunies en dedans; spores uni- 
septées, à loge supérieure plus épaisse, 1 1 X3,4. 

a) var. lepidiota Oliv. ; Arth. vagans var. 7. Almq. Arth., 
p. 53. Apothécies à peine visibles à l'œil nu, souvent con- 
fluentes; spores 6,9x3,4. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 

Habit, sur le Nephromium tomentosum en Laponie Orientale. 
a) Sur Panaria lepidiota. Norvège : Naessebyen Finmark. 

1 1 3 . — Arth. amylospora Almq. Arth., p. 48. 

Apothécies très petites, noires, brunies en dedans, arrondies 
ou anguleuses, planiuscules, scabres; spores ovoïdes oblongues, 
uniseptées: 18,24X8,10. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- bleu > rouge-vineux; spores I -f- 
rouges ou bleuies. 

Habit. Sur un thalle stérile, bulleux, amyloide de Lecidea 
(paneola ?), sur le mont Rannklaefven dans le Westernorrland 
en Suède. 

114. — Arth. peltigerea Th. Fr. ; Almq. Arth., p. 49. 
Thalle formant sur les Peltigera des taches d'un brun obscur, 

orbiculaires, minces, puis épaissies et pénétrant jusqu'à la 
couche médullaire du nourricier — Apothécies noires, brun-roux 
en dedans, orbiculaires, convexes; spores oblongues, i-septées: 
i5,3iX6,8. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -j- rouge-vineux- 

Habit. Sur Peltigera canina et Sôlorina saccata. Suède, dans 
le Jcmtland. Norvège : alpes de Dovre. Tromsoe. Finmark. 

1 1 5. — Arth. inundata Wain. Adjum. II, p. 162. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 213 

Apothécies très petites, noires, brunies en dedans, nues, con- 
vexes-immarginées; spores ovoïdes, uniseptées : 9,1 iX3,4- 
R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 
Habit. Sur le Lecidea inundata en Ostrobotnie. 

116. — Arth. peltigerina Almq. Arth-, p. 54. 

Thalle propre distinct. Apothe'cies très petites, noires, fon- 
cées en dedans, convexes ou subglobuleuses; spores oblongues, 
parfois subaiguës aux extrémités : i 3, 14X5,6. Spermaties cylin- 
driques-oblongues, 4,5 de long. 

R. Ch. Gélat. hymen. I — rouge-vineux. 

Habit. Sur le Solorina croccea et des débris de Peltigera 
canina en la province de Finmark en Norvège. 

117. — Arth. Pelveti (Hepp.) Almq. Arth. p. Sj. 

Thalle formant sur son nourricier de petites taches brun-roux 
ou brun-noir, sur lesquelles sont disposées sans ordre des apo- 
thécies pouvant atteindre jusqu'à 1 mill., de diam., solitaires ou 
confluentes ; spores oblongues-obtuses, uniseptées: 14,20x5,7. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -\- rouge-vineux. 

Habit. France : sur le Sticta aurata. Sur le Peltigera poly- 
dactyla dans le Jutland en Danemark. 

1 18. — Arth. oxispora Almq. Arth. p. 02. 

Apothécies noires, foncées en dedans, petites, planes ou pla- 
niuscules, maculiformes, souvent confluentes; spores-ovoïdes- 
lancéolées, uniseptées, à loge inférieure aiguë et plus courte : 
10,14x3,4. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -|- bleu > rouge-vineux. 

Habit. Sur Lecidea vorticosa à Areskutan dans le Jemtland en 
Suède. 

119. — Arth. neglectula Nyl. Wain. Adjum. II, p. 1 55. 
Apothécies très petites, noires, brunies en dedans, nues, arron- 
dies, planes ou convexes ; spores ovoïdes, uniseptées : 7, 1 1 X 34. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -\- rouge-vineux. 

Thecium K -f- violet. 
Habit. Sur le thalle et les apothécies du Bœomyces carneus 
en Finlande et en Ostrobotnie. 



?14 BULLl TIN DE f.KOGRAPHlE BOTANIQUE 

120. — Arth. Almquisti Wain. Adjum. II, p. i 5 6 ; neglectala 
Almq. 

Apothécies noires, très petites, foncées en dedans, arrondies, 
planes, scabres, simples ou composées; spores ovoïdes, uni- 
septees : 10,1 5x3,4 

R. Ch. Gélat. hymen. I -f- rouge-vineux. 

Habit. Sur le thalle des Lecidea (panaeola, cinereoatra ?), en 
Suède, à Haeglandsberg et dans le gouvernement de Wester- 
norrland. 

121 . — Arth. circinata Th. Fr. Almq. Arth. p. 56. 

Thalle formant de petites taches obscures, arrondies, de i à 
3 mill., sur lesquelles naissent de nombreuses apothécies super- 
ficiaires, noires, pâles en dedans, disposées en cercle ; spores 
oblongues, uniseptées, obtuses: i3,i5X5,6. Spermaties, 5,j de 
long. 

R. Ch. Gélat. hymen. I -\- rouge-vineux. 

Habit. Sur les Gyrophora vellea et spodochroa. Norvège: Ber- 
gen, Alpes de Dovre, Finmark occidentale. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 215 

Dispersion des espèces. 

Au point de vue de leur dispersion ge'ographique, les Artho- 
nia de la Flore d'Europe peuvent être répartis comme il suit ; 
abstraction faite des simples formes ou variétés. 

Les contrées du Nord: Russie, Suède, Norvège, Danemark, 
viennent entête avec 23 espèces endémiques, dont 11 parasites. 
Ce sont : n os 20, 27, 28, 36, 39, 41, 55, by, 90, 92, 95, 96. Para- 
sites : n os 109, 112, 1 13, 1 14, 1 1 5 , 116, 117, 118, 119, 120, 121. 

Suivent ensuite la France et I'Italie, avec chacune 14 espèces 
spéciales. Ce sont : 

France : N os 8, 17, 3o, 32, 33, 35, 44, 49, 76, -j-j y 79, 89, 101, 
102. 

Italie : N os 4, i3, 14, 37, 80, 81, 82, 83, 85, 87, 93, 94, 104, 
et un parasite : 1 1 1. 

L'Angleterre occupe le 4 e rang avec i3 espèces particulières: 
n«* 9, 21, 3o, 40, 45, 46, 47, 60, 61, 63, 65, 71, 98. 

L'Allemagne, Autriche, Hollande, ne nous offrent que six 
espèces spéciales : n*' 3, 5, 10, i5, 73, 91. 

Le Portugal en renferme 4 : n os 5o, 58, 74, 99. 

Viennent enfin avec une espèce chacune. L'Espagne : n° 34 ; 
et la Suisse : n° 68.. 

Le nombre des espèces ubiquistes, c. t. d. que l'on rencontre 
dans deux ou plusieurs des contrées ci-dessus est de 45 : n os 1, 2, 
6, 7, 11, 12, 16, 18, 19, 22, 23, 24, 25, 26, 29, 38, 42, 43, 48, 
5i, 52, 53, 54, 56, 59, 62, 64, 66, 67, 70, 72, 75, 78, 84, 86, 
88, 97, 100, 103, io5, 106, et trois parasites : n os 107, 108, 1 10. 



*16 



BULLETIX 1>E GLOiiRAÏ'HIF. BOTANIQUE 



INDEX 



abscondita Oliv. 
affinis Mass. 
aggregata Wain. 
albellum Zw. 
albinula Nyl. 
Almquisti Wain. 
amylospora Almq. 
anastomosans Nyl. 
anerythraea Nyl. 
apatetica Mass. 
apotheciorum Almq 
applanata Wain. 
argillacea Malbr. 
armoricana Nyl. 
arthonioides Ach. 
aspersa Leight. 
aspersella Leight. 
asteroma Chev. 
astroidea Arn. 
astroidea Leight. 
astroidestera Nyl. 
atomaria Mass. 
atrofuscella Nyl . 
baeastroidea Nyl. 
Bussanensis Beltr. 
Beltramiana Mass. 
betuleti Nyl. 
bi/ortnis Flk . 
bo réel la Wain. 
buerijnum Krb. 
byssacea Almq. 
caesia Flot, 
caesiella Nyl. 



23 


cœsiolivens Nyl. 


90 


81 


cœsiopruinosa Sch. 


54 


4i 


calcicola Almq. 


32 


36 


cascarillae Fée. 


60 


3o 


celtidicola Zahlbr. 


r5 


120 


celtidis Mass. 


64 


ii3 


ceynbrcv Anz. 


i3 


100 


cembrina Anz. 


'4 


42 


chlorolepida Nyl. 


92 


ig 


cinnabarina Wallr. 


42 


108 


circinata Th. Fr. 


12 1 


64 


clemens Tul. 


108 


48 


coccinea Mass. 


4» 


69 


complanata Fée. 


7° 


92 


conangioides Bagl. 


7^> 


62 


connectais Wain 


j.> 


9 


convexella Nyl. 


35 


7'.' 


copromya Anz. 




37 


"4 


cuspidans Nyl. 


4'- 


42 


cytisi Mass. 




1 j 


65 


dalmaticola Zahlbr. 


10 


78 


decipiens Krb. 


7 


6 


decussata F\\ . 


53 


5o 


depuncta Nyl. 


16 


82 


dydinia Krb. 


6 


106 


difformis Nyl. 


97 


20 


dispersa Duf. 


102 


T2 


dispersa Nyl. 


1 1 


/8 


dispuDCta Nyl. 


"7 


38 


dryxna Dub. 


2.2 


?2 


ectropoma Mass. 


94 


90 


effusa Mass. 


18 


33 


elabens Flot. 


io3 



BOLLETttJ DE GÉOGHAPHlÈ BOTANlQlE 



217 



e le g ans Ach. 42 

elegans Moug. 43 

epiraela Nyl. 28 

epipasta Moug. 1 1 

epipastoides Nyl. 64 

epiphyscia Nyl. 109 

erythraea Nyl. 42 

excentrica Th. Fr. 25 

excipienda Nyl. 12 

exilis Flk. 24 

farinosa Harm. 17 

Flottowianum Krb. io3 

fomentaria Nyl. 22 

fuliginosa Fw. 5o. 

fusispora Th. F'r. 96 

galactina Ach. 16 

galactinaria Leight. 108 

galactinella Nyl. 64 

galactites Nyl. 16 

glaucomaria Nyl. 107 

globulosceformis Hepp. 86 

granitophila Th. Fr. 38 

granosum Krb. 107 

gregaria Krb. 42 

grisea Anz. 85 

gyrosa Nyl. 67 

helvola Nyl. 56 

hybernica Nyl. 12 

hypobela Nyl. 89 

ilicinaTayl. 45 

ilicinella Tayl. 46 

impolita Erhr. 48 

incarnata Almq. 57 

insinuata Leight. 47 

insulana Lesd. 48 

inundata Wain. 1 1 5 

Karelica Wain. 95 

Kœrberi Lahm. 2 5 

Kœrmesina Sch. 42 

Krempelhuberi Krb. 18 

lapidicola Tayl. 23 

lecanorella Wain. 29 

lecideoides Th. Fr. 72 



lepidiota Oliv. 
leucopellœa Almq. 
lilacina Stenh. 
lilacina Ach. 
Lilliei Lesd. 
lirellans Almq. 
lobata Flk. 
lurida Ach. 
luridofusca Nyl. 
rriacularis Almq. 
marginata Leight. 
marginella Nyl. 
marmorata Br. 
medicella Nyl. 
medusula Nyl. 
melaleuca Th. Fr. 
melaleucella Nyl. 
melanopthalma Nyl. 
melanospila Anz. 
melantera Ach. 
melaspermella Nyl. 
microscopica Arn. 
minutissima Nyl. 
minutula Nyl. 
montellica Mass. 
myriocarpoid.es Nyl. 
myriocarpella Nyl. 
neglecta Bagl. 
neglectula Nyl. 
neglectula Almq. 
nephromaria Nyl. 
obscura Ach. 
obscura Sch. 
ochracea Duf. 
oleandri Bagl. 
Onegensis Nyl. 
opegraphina Ach. 
opegraphoides Harm. 
orbicularis Mass. 
orbillifera Almq. 
oxispora Almq. 
paradoxum Ach. 
paralia Nyl. 



1 12 
88 

54 

55 
40 
98 
48 
1 
5 
27 
42 

34 
88 
86 
5i 
88 
55 
70 
9 3 
6 7 
3i 
78 
36 
1 1 
80 

37 
61 

84 
119 
120 
1 12 

64 
42 
43 
33 

95 

64 

42 

18 

102 

118 

2 

7' 



218 



BULLETIN DU GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



parasemoides Nyl. 
parastroidea Lahm. 
patellulata Nyl. 
peltigerea Th. Fr. 
peltigerina Almq. 
Pelveti Hepp. 
peregrina Wedd. 
petrensis Nyl. 
phaeobea Norm.| 
phlyctiformis Nyl. 
pinastri Anz. 
pincti Nyl. 
polymorpha Ach. 
populina Mass. 
pruinata Del. 
pruinosa Ach. 
punctella Almq. 
punctiformis Ach. 
punctifortvis Mass. 
psymmithoides Nyl. 
quadriseptata Arn 
quercus Ghev. 
quercus Miïll. 
radiata Ach. 
radiata Harm. 
radiata Oliv. 
ramulosa Nyl. 
reniformis Pers. 
ribis Bagl. 
rosacea Leight. 
ruana Mass. 
rubra Nyl. 
rubrofusca Nyl. 
rudcralis Nyl. 
ruderella Nyl. 
rugulosa Krplh. 
rupeslris Krb. 



107 


s.ilicicola Nyl. 


2' 


44 


sapineti Nyl. 




18 


sardoa Bagl. 


lOi 


114 


scandinavica Th. Fr. 


9> 


Il6 


sorbina Krb. 


67 


"7 


sordaria Krb. 




a 3 


Souliei Lesd. 


8 


V 


spadicea Nyl. 


2 


7> 


spadiceum Arn. 




!OI 


spectabilis Almq. 


97 


84 


spilota Ach. 


68 


6 


stellaris Krmplh. 




58 


stellulata Lesd. 


12 


78 


sticlica Ach. 


54 


42 


stictoides Desm. 




48 


subastroidea Anz. 


100 


1 10 


subexcedens Nyl. 


63 


78 


subfusca Nyl. 


48 


16 


sublurida Anz. 


4 


[>7 


subparallela Miïll. 


64 


9« 


subpruinosa Lesd. 


49 


64 


subspadieea Nyl. 


3 


98 


subvarians Nyl. 


108 


64 


Swartziana Ach. 


"4 


1 


Swartfiana Dr. 


70 


4* 


tabidula Anz. 


87 


77 


t.u'Jiosa Nyl. 




75 


tabescens Anz. 


1 1 1 


1 1 


tenellula Nyl. 


22 


42 


trabellina Ach. 


86 


io3 


trachylioides Nyl. 


72 


42 


turbidula Nyl. 


74 


*> 

43 


tymnocarpa Ach. 


64 


23 


varians Dav. 


107 


29 


velata Fw. 


52 


26 


vinosa Leight. 


1 


2 3 


vulgare Fr. 


1 



Contribution aux Orchidées de la Roumanie 

par Gh. P. GRINTESCU. 



Les premières orchide'es connues dans la flore de la Rouma- 
nie sont celles indiquées par Edel (i), dans son excursion en 
Moldavie en l'an 1 835 ; elles furent récoltées dans les régions 
inférieures du Mont Ceahlàu ( 1 9 1 1 m. ait.); comme : Orchis 
globosa, O. latifolia, O. maculata, O. militaris, O. morio, 
O. sambucina, O. variegata, O. odoratissima (Gymnadenia odo- 
ratissima Rich./; O. bifolia (Platanthera bitolia Rich.); Epi- 
pactis latifolia; E. pallens (Cephalanihera pallens Rich.), 
E. ensifolia (Cephalanthera ensifolia Rich.); Malaxis Loeselii 
Sw. (Liparis Loeselii Rich.); Neottia spiralis (Spiranthes 
autumnalis Rich.). — Charles Guebhardt, pendant 6 ans, 
explora la Moldavie ( 1 842- 1 848) sous la protection de D. Moruzi, 
grand amateur botaniste. Le manuscrit de Guebhardt ainsi que 
sa collection se trouvent dans la bibliothèque et l'herbier 
d'Auguste Pyr. de Candolle avec lequel Guebhardt entretint 
une vive correspondance. 

On trouve à Paris, dans les différents herbiers ayant appar- 
tenu à Guebhardt, beaucoup de plantes roumaines. Les orchi- 
dées indiquées par lui sont : Cypripedium Calceolus L., Orchis 
fuciflora Bing. (Ophrys Arachnites Rich.); Orchis angustifolia 
Lois, O. incarnata L., O. Morio L., O. variegata Lam. O. mili- 
taris, O. coviophoraL., O. ustulata L., O. globosa L. ; O. pyra- 
midalis L. (Anacamptis pyramidalis Rich.); O. albida AU. 
(Gymnadenia albida Rich.), O. odoratissima L. (Gymnadenia 
odoratissima Rich.), O. conopsea L. (Gymnadenia conopsea 
R. Br.); O. bifolia (Platanthera bifolia Rich.); O.Monorchis L. 
(Herminium Monorchis R. Br.); Epipactis latifolia AIL, 
E. palustris Crant\, E. rubens Bing.; E. pallens Sw. (Cepha- 
lanthera pallens Rich.), E. ensifolia Sw. (Cephalanthera ensi- 
folia Rich.), E. rubra AU. (Cephalanthera rubra Rich.); Listera 
ovata L.; Corallorhi\a Halleri Rich. (Corallorhiza Neottia 
Scop.); Listera Nidus-Avis Pers. (Neottia Nidus-Avis Rich.). 

Nous trouvons des études plus approfondies sur les Orchi- 
dées de Roumanie dans : Briandza, Prodr. FI. Rom. 1879-1883, 
dont la plupart sont données d'après les exsiccata de Csihak, 
parmi lesquels beaucoup de plantes récoltées par Edel, ainsi 

(1) Julius Edel, ex-jardinier du Prince M. Sturdza. — En i853 il publia 
ses excursions. Il légua ses plantes au Musée de Jassy en i835 ; elles furent 
détruites plus tard par le feu. • 



-i-JU ItULLETIN l»E GÉOCRAPHH II'IaMQIJE 



que d'après les exsiccata de Szabo, Burri, Grecesco, etc. Le 
nombre des Orchidées énuméré par Brandza dépasse celui 
d'Edel et Guébhardt, et se trouve augmenté de: Ophrys musci- 
feraL.; O. fusca Jacq., O. cor digéra Fries, Coeloglossum 
viride Hartm., Chamaeorchis alpina R. Br. . Nigritella angus- 
tifolia Rie h., Listera cordata R. lir.; Epipogium Gmelini Rich. 
— A cette liste, il faut joindre les variétés publiées dans dif- 
férentes brochures et dans la : FI. Dobrogei 1898, comme : 
Orchis Sitnia, Loroglossum hircinum Rich., Limodorum aborti- 
vum Su-. 

En 1898, paraît le Conspectul FI. Rom. par Grecesco, et la 
liste des orchidées connues par les botanistes antérieurs s'agran- 
dit avec les espèces et variétés suivantes : Ophrys cormita Stev. ; 
Orchis papilionacea, O. pallens, O. speciosa Host., O. elegans 
Heuffel., O. sambueina L. var. purpurea Koch., O. maculata L. 
var. saccigera Brogn.; Herminium alpinum Lindl.; Epipactis 
microphylta Siv. : Caeloglossitm viride Hartm. var. braetcatum 
Rich. 

En 1915 paraît : l'Etude monographique des Orchidées de 
Roumanie par Zach-Pantu, étude de valeur, qui décrit et énu- 
mère toutes les orchidées connues et trouvées dans l'herbier de 
l'Institut de Botanique de Bucarest. Il faut joindre à la liste 
connue, les plantes suivantes indiquées par Zach-Pantu : Ophrys 
fusca Link. (trouvé dans la flore roumaine par M. le P r M. Vla- 
descu, directeur de l'Institut de Botanique de Bucarest), Orchis 
Morio L., var. albiflora Pantu, O. cari fora var. fragrans 
Boiss., O. tridentata Ail. var. commutata Rchb., O. sambueina L , 
var. bracteata M. Schulze, O. sambueina L., var. purpurea 
Koch. O. maculata L. a genuina Rchb. et la forme candidissima 
Krocher; Nigritella rubra Wettst; Gymnadfinia eonopsea R. 
Br. var.; leucantha Schur. et var. densiflora Fries; Listera 
ovata R. Br. (la forme trifoliata Aschers; Neottia Sidus-avis 
Rich. var. glandulosa Beck., Goodyera repens R. Br.; Micros- 
tylis monophyllos Lindl. 

D'autres connaissances plus étendues sur les Orchidées de 
Roumanie nous font défaut. Je joindrai, dans les pages qui sui- 
vent, à la liste ci-dessus les orchidées qui se trouvent dans mon 
herbier, les indiquant dans des stations tout à tait nouvelles 
pour la flore roumaine. 

Jassy, i er janvier 1917. 1 suivre 



Le Secrétaire perpétuel, Gérant du « Bulletin » : H. LÉVEILLÉ. 
Le Mans. — Imprimerie Monnoyer. — 1917- 



Octobre-Décembre 19 17. 



BULLETIN 



DE 



GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

ORGANE MENSUEL 

de l'Académie Internationale de Botanique 

Jouissant de la Personnalité Civile depuis le n Octobre 1901 

(ANNEE 19 17) 
TOME XXVI | 




MM. Coste et Reynier. — Affinités entre les Chenopodium album Linné 
C. amaranticolor. 

M . Alfred Reynier. — Sur l'identité spécifique conjecturale des Sisymbriu 

polyceratum L., S. runcinatum et S. hirsutum Lag. 
Mgr H. Léveillé et C. Blin. — Les Carex de France. 



LE MANS (sarthe) 

AU SIEGE DE LA SOCIÉTÉ 
78, RUE DE FLORE, 78 

19 17 



26 e Année (4 e Série).) N° 3 334-335-336 ■ Oct-Décembre. 1917 

BULLETIN 

DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 
Organe mensuel de l'Académie internationale de Botanique 



Les prix d'impression ont presque triplé. Cependant nous 
n'augmenterons pas d'un centime la cotisation. A la grâce de 
Dieu. Nous vous demandons en retour de tenir bon et de nous 
rester fidèles tous, comme il y a un an. 

Nos collections ont peu augmenté. A ce propos un 
arrangement est intervenu entre l'Académie et son fondateur 
Mgr Léveillé qui a mis dans celle-ci presque toute sa fortune. 

L'Académie conserve l'herbier de France avec toutes les 
flores et les travaux de Géographie botanique. 

L'herbier de Chine, devient la propriété de Mgr Léveillé, 
ainsi quje tous les ouvrages traitant de la flore d'Extrême- 
Orient, Inde, Chine, Corée. 



Afliiiilén entre les Chenopodium Album Linné 
et C. |Amaranticoloi*. 

Par MM. GOSTE et REYN1ER. 



Notre Note parue dans le Bulletin de Géographie Botanique, 
numéro d'Avril-Juin 1916, sous le titre : « Le Chenopodium 
amaranticolor [C. et R.) Murr, Ascherson et Graebner est-il 
identique en tous points au Chenopodium purpurascens Jac- 
quin? » ayant été jugée fort intéressante par divers botanistes, 
qu'il nous soit permis de joindre quelques explications pouvant 
faire la lumière sur certains détails du problème biologique à 
reprendre après la Guerre mondiale actuelle. 

Octob 5 -Décembre. 14 



222 BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

I. — Quand, pour la première fois, nous parlâmes en public 
de notre manière de voir touchant la plante trouvée à Mar- 
seille, sur des de'combres, par Honoré Roux, il nous parut que 
cette Ansérine se rapprochait beaucoup du Chenopodium 
album L., opinion qu'avait partagée M. Gagnepain, attache au 
Muséum national d'Histoire Naturelle : « — Dans les collec- 
« tions que j'ai compulsées, nous écrivit-il, quelques formes du 
« Chenopodium album, originaires de l'Auvergne, de l'Alsace, 
« des bords de la Méditerranée, se rapprochent de la plante que 
« vous me soumettez, par la forme des feuilles et de l'inflores- 

« cence » Nous soupçonnions fort la plante de Roux d'être 

la variété, du Népaul, appelée, en herbier, bicolor par Bojer 
(celui-ci ne l'ayant pas décrite) et connue par la brève diagnose, 
plus ou moins exacte, qu'en a donnée, d'après un exsiccatum, 
Moquin-Tandon, Prodrome de De Candolle : « foliis rhombeo- 
ovatis, sinuato-dentatis, supra purpurascenlibus, subtus pulve- 
rulentis, albidis, racemis sublaxis. » 

En face de l'utile création d'un nom provisoire, nous hési- 
tâmes consciencieusement, puisque le Bulletin de la Société 
Rochelaise, année 1904-1905, enregistra, sous notre signature, 
la plante critique marseillaise comme « sous-espèce du Cheno- 
podium album L. ». Par la Société pour l'Etude de la Flore 
Franco-Helvétique, nous distribuâmes, l'étiquette portant : 
« Chenopodium album L. subspecies amaranticolor C. et R. », 
une vingtaine d'exsiccata (n° 1 538), année 1904. 

Poursuivant l'étude instructive d'individus (que nous présu- 
mions devoir à la longue varier) chaque année soumis dans nos 
jardins à une culture méthodique, nous acquîmes ensuite la 
conviction que F Ansérine de Marseille est apparemment iden- 
tique à celle décrite par Lamarck, en 1783, d'après des sujets 
pris au Jardin du Roi. Dès lors, la salsolacée de Roux, de 
laquelle il s'agissait d'établir la place en Systématique (sa patrie 
exacte demeurant inconnue] devint conventionnellement Che- 
nopodium amaranticolor Coste et Reynier (Bulletin de la 
Société Botanique de France, n° d'Avril 1907), nom rectifié 
récemment par celui de Chenopodium amaranticolor (C. et R.) 



BULLETIN DK GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 253 

Murr, Ascherson et Graebner, forme typique (= Chenopodium 
purpurascens Lamarck non Jacquin). Il fut ajouté expressément: 
« Chenopodium amaranticolor affine Chenopodio albo L » 

E>e ce qui précède il appert que nous n'avons jamais reculé 
devant l'aveu que le Chenopodium amaranticolor est très proche 
voisin du Chenopodium album L. Si donc quelqu'un s'avise de 
considérer notre Ansérine comme une dépendance du Cheno- 
podium album {sensu lato), il aura le devoir de convenir qu'avant 
lui nous avons suffisamment témoigné notre persuasion de la 
commune descendance, d'un stirpe primitif, des deux plantes 
affines. 

II. — Depuis 1907, nous n'avons eu de cesse de nous infor- 
mer si le Chenopodium amaranticolor n'existerait pas, dans les 
lieux vagues à l'est de la frontière française, à l'état adventice 
(non à l'état de plante subspontanée provenant de graines dues 
à l'envoi, pour culture potagère, qu'a fait notre ami M. Bois, 
Assistant au Muséum de Paris). Les réponses furent négatives; 
toutefois l'une d'elles est à reproduire : 

« Zurich, 8 décembre 1912. — ...Un de mes correspondants, 
« M. Hager, a trouvé à Médels (Grisons), dans un champ de 
« pommes de terre, un Chenopodium ressemblant singulière- 
« ment à votre Chenopodium amaranticolor. Seulement les 
« feuilles ne sont pas tout à fait typiques et établissent un pas- 
« sage vers le Chenopodium album L. 

« Vu mes observations sur le genre Amarantus (cf. Amaran- 
« tus hybridus L. dans ma Flore Adventice de Montpellier) et 
« le fait que VAtriplex hortensis L. est tantôt vert, tantôt rouge, 
« je me demande s'il est permis d'attribuer une grande impor- 
« tance aux teintes des Chenopodium purpurascens et Chenopo- 
« dium amaranticolor. Si je connaissais des formes vertes, mais 
« d'ailleurs identiques, je n'hésiterais pas à regarder les formes 
« rouges comme des variétés des formes vertes. La plante de 
« Médels est donc peut-être plutôt une forme rouge du Cheno- 
« podium album Ç= var. bicolor Moquin?)... 

« D r A. Thellung. » 



■l'l\ BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQl E 

III. — Relativement au premier aline'a de la lettre ci-dessus, 
il nous est donné de fournir l'explication plausible de ce que ne 
peut manquer d'être l'Ansérine trouvée à Médels par M. Hager. 
Sans avoir vu cette plante, nous avons, pour croire à son iden- 
tité avec celle dont il va être question, des motifs d'ordre phy- 
togéographique assez sûrs : 

A partir de 1904, l'un de nous, s'étant mis à rechercher le 
Chcnopodium album var. pedunculare (Bertoloni pro specie) 
Moquin-Tandon, ne tarda pas à s'apercevoir de l'existence à 
Marseille, Aix, Les Pennes, Aubagne, Toulon, etc., de pieds 
de l'Ansérine blanche pourvus, sur le limbe des feuilles jeunes 
ou peu âgées, d'une poussière rougeâtre mimant de façon éton- 
nante l'efrlorescence couleur amarante du Chcnopodium ama- 
ranticolor. Ladite poussière disparaît après quelque temps : un 
mois au plus à partir de l'apparition des feuilles radicales; 
aussitôt que la plante, à l'approche de l'été, accélère le dévelop- 
pement de son inflorescence, il se produit un passage graduel 
de la teinte rougeâtre à celle blanche-farineuse (connue de tous 
les botanistes) qui n'attire plus le regard. (N. B. — Ne pas con- 
fondre ce phénomène de poussiéreuse coloration temporaire du 
limbe des feuilles avec celui consistant en stries rouges le long 
de la tige et des rameaux ainsi qu'aux pétioles et grosses ner- 
vures des feuilles, érubescence qui se montre, sur le tard plutôt 
que dans la jeunesse, chez plusieurs salsolacées, notamment le 
Chenopodium rubrum L.j. Les sujets d'Ansérine blanche dont 
nous voulons parler, à limbe foliaire teinté plus ou moins vive- 
ment par la poussière rougeâtre, ne sont pas du tout rares : on 
en rencontre avec fréquence des colonies dans les terrains 
fumés ou sur les décombres. Nous sommes, en conséquence, 
portés à croire qu'il s'en trouve, à chaque printemps, beaucoup 
dans l'aire entière de l'espèce. Celle-ci étant cosmopolite, rien 
de surprenant que M. Hager ait observé en Suisse des indivi- 
dus d'Ansérine blanche colorés en rougeâtre comme ceux de 
Provence. On en remarquera immanquablement dans une foule 
de pays, 'pourvu que l'attention s'y applique. Le vocable qui 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE . 225 

convient est : Chenopodium album L. variété viridescens Saint- 
Amans forme erubescens Coste et Reynier. 

IV. — A.ucune relation directe n'existe entre : i° la précé- 
dente forme erubescens de l'Ansérine blanche, laquelle forme 
ne se montre qu'accidentellement près des endroits où notre 
Chenopodium amaranticolor végète à l'état adventice-naturalisé 
ou bien à l'état cultivé; et 2° quelques rarissimes pieds de ce 
dernier chez lesquels nous avons constaté l'absence du pigment 
amarante. Dans ces sujets anormaux, à part la complète dispari- 
tion de très bonne heure (presque dès leur naissance) de la jolie 
couleur d'où dérive le nom spécifique, nous n'avons point cons- 
taté, malgré un examen sérieux, de changements dans la mor- 
phologie des organes végétants et reproductifs : aucun carac- 
tère mixte. Au surplus, lors du semis des graines récoltées en 
un sachet distinct, nul individu dépourvu du pigment amarante 
n'a fait suite immédiate dans nos jardins d'essais : toutes les 
graines produisirent des sujets vivement teintés. Nous n'avions 
pas eu affaire à un hybride, mais à une simple altération natu- 
relle de couleur, phénomène ordinaire chez les salsolacées et 
autres familles. 

En fait d'hybridation, c'est le Chenopodium amaranticolor, 
sous son état le plus normal, qui pourrait (par hypothèse gra- 
tuite) être prétendu provenir d'un croisement, antérieur à 
l'époque historique, entre le Chenopodium album et un congé- 
nère inconnu dont personne ne saurait affirmer le rôle pater- 
nel ou maternel. L'hybride serait, de nos jours, fixé, se com- 
portant comme une espèce autonome. Voilà de quoi satisfaire 
les botanistes en quête de vues hypothétiques. 

Telles sont les explications que nous avons cru utile de don- 
ner à nos bénévoles lecteurs portant intérêt à l'ultérieure solu- 
tion du problème biologique du Chenopodium amaranticolor. 

Abbé Hippolyte Coste et Alfred Reynier. 



Sur rï«l<*ntïté spécifique eonje<*tui*îilo «les 
Biftymbrium polyceratlum ■ „.. 

S. runcinatuiii et S. liïrAutum ■ ,««. 

Par M. Alfred REYNIER. 

Une double manifestation du polymorphisme du Sisym- 
brium polyceratium L. m'a apparu chez une variété conven- 
tionnelle que je nomme transiens. Mon herbier en possède plu- 
sieurs échantillons sous deux formes : a) forme unisiliquum, 
b) forme pilosum. Mêlées au type de l'espèce, lesdites formes se 
montrent, chaque année (récoltes de i g i 3- 1 9 1 7), sur le versant 
occidental de la colline du vieux château de La Garde, près de 
Toulon-sur-Mer, dans les ruelles des environs de l'église et de 
l'hôtel de ville. 

La première forme, unisiliquum, a tous ses organes glabres. 
Les siliques sont très généralement solitaires aux aisselles des 
feuilles; je dis néanmoins forme (non variété), car, sur le même 
pied, on observe quelquefois, le long de la tige, deux siliques 
côte à côte, dualité' qui, chez d'autres individus, s'augmente 
d'une troisième silique, et l'on retombe, alors, sur l'état normal 
du Sisymbrium polyceratium, espèce ainsi nommée par Linné, 
parce qu'à son époque le nombre de trois siliques était cru 
constant. 

Si les herborisateurs veulent bien prêter attention à la forme 
unisiliquum, ilsla. trouveront sansdoute dans maintes localités; je 
l'ai reconnue, identique à celle de La Garde, dans des exsiccata 
provenant de Figeac (Lot) re'coltés par Jordan De Puyfol, et de 
Bédarieux (Hérault) re'coltés par M. l'abbé Coste. 

Ma seconde forme pilosum, pourvue de i,ou de 2, ou de 
3 siliques, à l'aisselle de chaque feuille, ne les montre pas 
poilues quand la plante est jeune ; mais, à la maturité des sili- 
ques, le pilosisme apparaît. Mutel, Flore Française, t. 1 , p. 425, 
a mentionné pour la première fois ce phénomène : « A Bastia 
(Corse), M. Salis a trouvé le Sisymbrium polyceratium L. avec 
des siliques munies de quelques poils flexueux. » M. Gandoger, 
Novus Conspectus Flora? Europœ, signale de son côté, dans le 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTAN1QUB 227 

sud-ouest européen, sous le nom de Sisymbrium trichocarpum, 
la forme de Bastia, en lui donnant pour habitats : Portugal et 
France méridionale. D'après l'examen attentif que j'ai fait du 
Sisymbre de La Garde, outre les poils indiqués sur les siliques 
des plantes de Mutel et de M. Gandoger, il y a quelques autres 
poils semblables le long de la tige et sur le limbe des feuilles. 
Au surplus, tige, feuilles et siliques portent, visibles à la loupe, 
des aspérités (poils avortés) qui corroborent la déduction sur 
laquelle j'établis le nom transiens de ma variété convention- 
nelle varoise. 

MM. Rouy et Foucaud, Flore de France, ont mentionné, 
d'autre part, chez le Sisymbrium runcinatum Lag., une variété 
qu'ils appellent intermedium : « tige et feuilles hérissées, pédi- 
celles et siliques glabres » ; elle a été trouvée dans les Pyrénées- 
Orientales, à Notre-Dame-de-Pèna. 

Je suis, en outre, possesseur de deux exemplaires d'un 
Sisymbrium runcinatum Lag. provenant du lavoir à laines du 
pont des Trois-Sautées, à Aix-en-Provence (récolte de 
M. Bruyas), desquels l'un est tout à fait glabre (« var. gla- 
brum » Cosson), l'autre montre les tiges et siliques hérissées 
avec les feuilles glabres; au moyen de ce dernier exemplaire 
nous sommes donc en présence d'une forme de passage diffé- 
rente de celle (ci-dessus) de MM. Rouy et Foucaud. 

Par ces exemples de variations morphologiques, on voit que 
Sisymbrium polyceratium, Sisymbrium runcinatum et Sisym- 
brium hirsutum (je vais dans un instant parler de ce dernier) 
convergent réciproquement. C'est pourquoi, à mon sens, le 
Sisymbrium runcinatum est tout d'abord interprétable comme 
une pure et simple dépendance de l'espèce de Linné. MM. Rouy 
et Foucaud, op. cit. y avouaient que le Sisymbrium runcinatum 
« a le port » du Sisymbrium polyceratium; j'ajoute qu'en plus 
du port, les feuilles inférieures sont, chez les deux plantes, 
semblablement plus ou moins roncinées ; seules le^ feuilles 
caulinaires montrent une dentelure un peu différente, mais ce 
n'est qu'un caractère secondaire, d'ordre végétatif; Tunique 
principale distinction morphologique, si je ne me trompe, con- 



ÏÏX BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

siste dans l'isolement ou le groupement des siliques : celles-ci 
toujours solitaires chez le Sisymbrium runcinatum, agrégées 
(2,3) chez la plante de Linné. Ce caractère distinctif ne saurait, 
à lui seul, on en conviendra, entraîner une autonomie spéci- 
fique ; je proposerais d'admettre le « Sisymbrium runcinatum 
var. glabrum » de Cosspn comme variété runcinatum du 
Sisymbrium polyceratium, en réservant la valeur de sous- 
espèce à la troisième plante plus importante : Sisymbrium hir- 
sutum Lag. (« Sisymbrium runcinatum var. hirsutum » Cosson). 
Voici sur quelles présomptions j'appuie ma manière de com- 
prendre la chose : 

Vers 182 i Lagasca mit la main, en Espagne, sur un Sisym- 
brium polyceratium L., à très peu près semblable à celui unisi- 
liquum de La Garde. Vis-à-vis de l'espèce typique bi-trisili- 
queuse) de Linné, le botaniste espagnol se crut en droit d'éta- 
blir une nouvelle « espèce », puisque, en môme temps que les 
siliques solitaires, la dentelure des feuilles semblait dénoter un 
écart assez appréciable de morphologie externe. Il y a un siècle 
la création d'une nova species était plus acceptable qu'aujour- 
d'hui, où l'heure est venue de réduire le plus possible. 

Ensuite Lagasca découvrit un autre Sisymbrium polycera- 
tium plus remarquable: i° par ses siliques solitaires; 2 par de 
nombreux poils, serrés, recouvrant celles-ci ainsi que les 
tiges et les feuilles ; 3° par le stigmate en tête fort saillante, 
rétus c'est-à-dire un peu déprimé au sommet (tandis que le 
stigmate du runcinatum, du moins sur tous mes exsiccata d'her- 
bier, est en tête quasi avortée, obtus comme celui du Sisym- 
brium polyceratium); 4 par les graines oblongues (chez la 
plante de Linné et chez mes exemplaires de runcinatum, elles 
sont ovoïdes). Ce singulier Sisymbre espagnol reçut le nom 
spécifique: Sisymbrium hirsutum. Ne serait-ce pas faire injure 
au bon sens de Lagasca, que de croire qu'il a accordé, à la 
légère, à cette crucifère la valeur de seconde « espèce » unique- 
ment parce que le pilosisme formait, pour l'œil, une différence 
par rapport au Sisymbrium runcinatum très glabre? J'aime à 
croire la décision du Aoriste espagnol avoir été motivée plus 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 229 

rationnellement par les deux autres particularités : conforma- 
tion du stigmate et forme des graines (lesdits stigmate et 
graines ayant une certaine importance comme d'ordre repro- 
ductif). 

En i85o, revisant les deux a espèces » de Lagasca, Cosson, 
Not. PI. crit., se borna à les distinguer par l'absence ou la pré- 
sence du pilosisme. Le Aoriste français n'aurait-il pas rappro- 
ché trop étroitement les Sisymbrium runcinatum et Sisymbrium 
hirsutum ? Si j'en juge par les exemplaires de Sisymbrium hir- 
sutum Lag. distribués de Calatayud (Aragon), legit Vicioso, 
20 juin 191 2, les deux Sisymbres espagnols paraissent très dis- 
tinct quant à la conformation du stigmate et à la forme de la 
graine. L'affinitéentre les Sisymbrium runcinatum Lag. e\ Sisym- 
brium polyceratium L. s'impose visuellement d'une manière bien 
plus prononcée que le rattachement du Sisymbrium hirsutum 
Lag. au Sisymbrium runcinatum du même auteur. 

Bref, voici comment je classerais volontiers les Sisymbres en 
question : SISYMBRIUM POLYCERATIUM L., sensu lato. 
i° Forme typique, glabre (assez répandue en France). — 
2 Variété conventionnelle transiens Reyn. : a) forme unisili- 
quum Reyn., glabre ; b) forme pilosum Reyn. (variété mêlée au 
type). — 3° Variété runcinatum (Lag. pro sp.) Reyn. (variété 
indigène en Espagne, adventice en France). — 4 Variété inter- 
medium: a) forme du Roussillon, de Rouy et Foucaud ; b) 
torme d'Aix-en-Provence, de Bruyas. — 5° Sous-espèce hirsu- 
tum (Lag. pro sp.) Reyn. (indigène en Espagne, autrefois adven- 
tice à Port-Juvénal, puis naturalisée au Jardin des plantes de 
Montpellier). 

Il appartient — je les y convie — aux botanistes mieux docu- 
mentés que moi, d'élucider pareil problème de Systématique ; 
sa solution sera autrement intéressante que si l'on créait 
d'emblée une variété pseudo-runcinatum pour le Sisymbre de 
La Garde: cela n'apprendrait rien! 



Les Carex de France. 

Par H. Li.vKiLLi: et C. Blin . 
(Suite) 

55. — C. ericetorum Poil. Hist. PI. Palat. II (1777) 
p. 58o; Reichb., pi. 262, fig. 636; Sturm, pi. 1344; Husnot, 
p. 37 ; Coste, p. 509 ; Rouy, p. 445 ; Kûkenthal, p. 440 ; C. 
ciliata Willd.; Sckhùhr., pi. 7, tig. 42; Reichb., pi. 262, fig. 
637 ; C.membranacea Sturm, pi. 1344 bis. 

Epis 2-4 rapprochés, sessiles, le terminal mâle ; bractées 
écailleuses, amplexicaules, l'inférieure ordinairement vaginante. 

Ecaille obovale, obtuse, d'un brun rougeàtre, largement 
blanche hyaline et ciliée au bord. 

Utricule dépassant l'écaillé, obtusément trigone, long de 
2 mm., d'un vert olive, pubescent, pourpre au sommet, sans 
nervures, apiculé par un bec très court émarginé. 

Akène étroitement inclus, obovoide, jaune foncé. 

Style exsert, un peu dilaté à la base. 

Stigmates 3. 

f. pallens Kneucker. 

Ecailles jaunâtres. 

f. nigra Hùlsen. 

Ecaille noirâtre. 

var. approximata Ail. 

Epis subglobuleux, écailles subaiguës, largement hyalines au 
bord, peu ou pas ciliées. Croît dans les montagnes : Alpes et 
Pyrénées. 

Hab. — Pelouses sèches, bruyères des terrains siliceux. Nord 
et environs de Paris, Marne, Alsace-Lorraine et Puy-de-Dôme. 
— Avril-mai. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 231 

56. — G. pilulifera L. Spec. PI., éd. i ( 1 753), 976 
Sckhuhr, pi. 7, fig. 3g; Reichb., pi. 260, fîg. 632; Stùrm, pi. 
1 340 ; Boott, II, pi. 283 ; Husnot, p. 37 ; Coste, p. 5o8 ; Rouy, 
p. 447; Kiikenthal, p. 450 ; C. Bastardiana DC. 

Chaume incurvé, finalement arqué-incliné; épis 4-5, ordi- 
nairement agglomérés, sessiles, le terminal mâle, les femelles 
ovoïdes; bractées non vaginantes, la supérieure squamiforme. 

Ecaille ovale, aiguë, d'un rouge foncé, blanche hyaline au 
bord, mucronée, à carène verte. 

Utricule égalant l'écaillé, finalement divariqué, suborbicu- 
laire, obtusément trigone, long de 2 mm. i/2-3 mm., d'un vert 
pâle, pubescent, sans nervures, stipité, contracté brusquement 
en un bec court d'un noir pourpre émarginé, a sommet 
hyalin. 

Akène étroitement inclus, suborbiculaire ou trigone, jau- 
nâtre, apiculé au sommet. 

Base du style dilatée. 

Stigmates 3. 

f. major Wirtg. — Bractées dépassant longuement l'inflores- 
cence, écailles mucronées plus longues que les utricules. 

f. longebracteata Lange, épis inférieurs parfois nombreux à 
longues bractées foliacées. 

î.fallax Vatke. 

Bractée inférieure vaginante divariquée. 

f. réfracta Waisbecker. 

Chaume réfracté au-dessus de l'épi inférieur. 

f. pedunculata Waisbecker. 

Pédoncule de l'épi femelle inférieur long parfois de i cm. 

f. pallida Peterm. 

Ecailles vertes, légèrement brunes au bord. 

ï.fuscidula Waisbecker. 

Ecailles et utricules brunâtres. 

Hab. — Landes et clairières. Dans presque toute la France, 
sauf en Provence méridionale. — Avril-mai. 

57. — G. nitida Host. Gram. Austr. I (1801), p. 53, pi. 71 
Reichb., pi. 264, fig. 641; Sturm, pi. 1 353 ; Husnot, p. 34; 



232 BULLETIN DE CÉOGItAPHIE HOTAMQTJK 



Coste, p. 3i2 ; Rouy, p. 458; Kûkenthal, p. 467 ; C verna 
Schkuhr (180 1 ), pi. L. fig. 46, éd., 1804, pi. Pppp., fig. 1 56 et 
Ffff. fig. 189; C. liparicarpos Gava (1804); C. conglobata Kit 
(i8o5), Kunze, pi. 3, fig. 1 ; Reichb. p. 264, fig. 640 ; C. lucida 
Clairv.; C. brevirostrata Poir. (181 3) ; oboesa G. et G. ( 1 885), 
Boott, IV, pi. 533-4. 

Rhizome stolonitère, épis 3-4 le terminal mâle, bractées briè- 
vement vaginantes. 

Ecaille ovale, rousse, largement hyaline au bord, à carène 
verte, parfois rousse. 

Utricule dépassant l'écaillé, finalement étalé, trigone, long de 
4 mm., jaune châtain, luisant, glabre, muni de côtes, parfois 
scabre en haut sur les bords, terminé en bec court, tronqué 
obliquement puis bidenté à sommet hyalin. 

Akène étroitement inclus, stipité, trigone, jaune olive. 

Base du style dilatée. 

Stigmates 3. 

Hab. — Lieux secs et sablonneux. Disséminé dans tout 
l'Ouest, le Sud-est, le Midi où il est rare, le Tarn, les Cévennes, 
l'Indre-et-Loire et Seine-et-Marne. — Mai-juin. 

58. — C. ambigua Link in Schrad. Journ. Bot. II (1799), 
p. 3o8; Schkuhr, pi. Bbb. fig. 1 17; Husnot, p. 3g ; Kiikenthal, 
p. 459; C. œdipostyla Duv. Jouv. (1870); Coste, p. 5oi ; Rouy, 
p. 4 3i. 

Chaume de io-25 cm.; épis 2-8 androgyns, la partie mâle 3-5 
flores, la partie femelle à 2-4 fleurs, espacés, les inférieures lon- 
guement pédoncules. 

Rachis très flexueux, un peu ailé et excavé, bractées vagi- 
nantes, la supérieure squamiforme amplexicaule-cuspidée. 

Ecaille ovale, enveloppante à la base, brune au bord, large- 
ment verte au dos, à plusieurs stries, aristée en faux. 

Utricule dépassant un peu l'écaillé, subdressé, coriace, tri- 
gone, long de 3 1/2-4 mm., d'un vert pâle, glabre, parfois velu, 
luisant, à plusieurs côtes, aigu au sommet à bec presque nul. 

Akène étroitement inclus, trigone, fauve ou brun, blanchâtre 
sur les faces, papilleux, portant à sa base un rudiment aplani. 



■*% 



bulletinJ'de géographie botanique 233 

Base du style pyramidale. 

Stigmates 3. 

f. pilosa Lévl. 

Utricules velus. 

Lieux secs et montueux calcaires. 

Tout le littoral méditerranéen : disséminé. — Mars-mai. 

Le nom de C. ambigua de beaucoup antérieur à celui de 
œdipostyla doit prévaloir. Il est d'ailleurs impossible de 
séparer même variétalement le C. ambigua du C. œdipostyla. 
Les écailles dépassent toujours le corps de Tutricule par leur 
arête qui varie beaucoup en longueur. 

59. — C. depressa Link. in Schrad. Journ. II (1 799), p. 309 ; 
Schkuhr, pi. Ccc, rig. 120; Rouy, Illustr. pi. Europae rar. 
fasc. i,pl. 24, fig. 1 ; Husnot, p. 36; Coste, p. 5oi ; Rouy, 
p. 441 ; Kukenthal, p. 462. 

Epis 3-4, le terminal mâle, les femelles souvent androgyns 
pédoncules, à pédoncules capillaires. 

Ecaille oblongue enveloppante à la base, tronquée ou cus- 
pidée au sommet, fauve ou verdàtre, à carène verte, terminée en 
longue arête scabre. 

Utricule un peu plus court que l'écaillé, subdressé, trigone, 
long de 2 mm. d'un vert pâle, pubescent, vaguement nervé, 
terminé peu à peu en un bec court légèrement émarginé à som- 
met hyalin. 

Akène étroitement inclus, obovoïde, stipité brun ou de 
couleur paille, couronné par un anneau dilaté en forme de 
disque. 

Style à base dilatée. 

Stigmates 3. 

t. Neyrauti Rouy. 

Epis femelles 10-16 flores, écailles scarieuses rougeâtres aux 
bords. 

Hab. — Pyrénées : Cauterets. — Avril-mai. 

60. — G. basilaris Jord. Obs. PI. crit., III (1846), p. 246, 
pi. :2, hg. B; Boott, IV, pi. 418, Rouy, p. 441. 

Epis 3-5, le terminal mâle presque en massue, les ferrielles 



"234 BCLLETI.N IIK GKOGRAPBIE BOTAMQUE 

longs d'environ 2 cm., tous ± pédoncules à pédoncules basi- 
laires filiformes, finalement penchés. 

Ecaille fauve, en losange. 

Utricule trigone grisâtre ou jaunâtre, à côtes nombreuses très 
saillantes, pubescent, long de 3-3 1/2 mm., terminé en un bec 
dilaté tronqué obliquement un peu bidenté. 

Akène trigone, gris ou olive, à sommet brunâtre, non dilaté 
en disque. 

Diffère du C. depressa par ses pédoncules basilaires qui rap- 
pellent ceux du C. Halleriana, par ses utricules plus de deux 
fois plus gros, très fortement nervés, à nervures formant sou- 
vent de véritables côtes. 

Les caractères que nous avons précisés et que nous avons 
évité de noyer dans une longue diagnose, et le port de la plante 
que nous avons vue sur place abondante, dans le Var, ne nous 
permettent pas de suivre M. Kukknthal et plusieurs auteurs 
français, 'mais nous obligent à nous ranger â l'avis de M. Rouy 
dans sa Flore de France. 

Bois humides. 

Alpes-Maritimes, Var, Corse. — Mars-mai. 

61. — C. verna Chaix in Vil). Hist. pi. Dauph. II ( 1 7 n 7 
p. 204; C. caryophyllea Latourr. (1785) nom. subnudum; 
Rouy, p. 443; Kukenthal, p. 463 ; C.praecox Jacq. non Schreb. ; 
Schkuhr. pi. F. fig. 27; Reichb. pi. 261, fig. 634; Sturm, 
pi. i345; Husnot, p. 35; Coste, p. 509. 

Rhizome stolonifère; chaume de 8-1 5 cm.; épis 3-4, rappro- 
chés sessiles, sauf parfois l'inférieur : le terminal mâle un peu 
en massue; bractées écailleuses, l'inférieure un peu vaginante. 

Ecailles ovales, aiguës, cuivrées ou châtaines, luisantes, 
mucronées, à carène verte. 

Utricule presque égal â l'écaillé, subdressé, trigone, long de 
2 1/2 mm., d'un vert paille, puis ferrugineux, pubescent, à deux 
nervures latérales, par ailleurs à peine nervé, contracté en un 
bec très court ferrugineux, à peine cmarginé. 

Akène plus petit, ovoïde, stipité, muni d'un anneau brun au 
sommet. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 235 



Base du style dilatée. 

Stigmates 3. 

f. pygmaea Fleischer. 

Chaume de 4-5 cm.; feuilles récurvées. 

f. umbrosaeformis Fleischer. 

Chaume haut de 3o-5o cm. ; feuilles longues, dressées : épis 
écartés. 

f. luxurians Ktikenthal. 

Feuilles beaucoup plus longues que le chaume; deux épis 
femelles écartés. 

f. réfracta Roth. 

Chaume réfléchi à angle droit au-dessus de l'épi femelle infé- 
rieur. 

f. glomerata Waixbecker. 

Tous les épis agglomérés. 

f. globulifera. 

Epis femelles globuleux. 

f. laxiflora Waisbecker. 

Epis lâches. 

f. rhi^ostachya Cariot. 

Epi femelle inférieur naissant de la souche longuement 
pédoncule. 

f. longebracteata Beck. 

Bractée inférieure dépassant le chaume. 

f. longevaginata Ktikenthal. 

Bractées longuement vaginantes. 

f. pallescens Kneucker. 

Ecailles jaunâtres. 

t. argyrata Waisbecker. 

Ecailles obtuses, blanches hyalines aux bords. 

f. chlorantha Waisbecker. 

Ecailles très largement vertes au dos. 

f. cuspidata Royer. 

Ecailles longuement cuspidées. 

Lieux herbeux secs. 

Toute la France. — Mars-juin. 



231» BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

Le nom de C. praecox Jacq. doit rentrer dans la synonymie, 
puisqu'un Carex du groupe Vignea porte déjà ce nom; d'autre 
part, le vocable C. caryophyllea est un nom non accompagne 
d'une diagnose. Dès lors, le nom de C. verna doit s'appliquer à 
ce Carex. Il précise bien l'époque de sa fleuraison et rappelle la 
précocité de cette plante avec laquelle le C. ericetorum peut être 
facilement confondu, quand les utricules de ce dernier ne 
portent pas ses écailles à cils caractéristiques, car le port des 
deux plantes est le même, et la fleuraison ne diffère que d'un 
mois chez le C. ericetorum. 

62. — C. umbrosa Host. Gram. Austr. I (1801), p. 52, pi. 69; 
Schkuhr (1806), pi. Ffff. fig. 190; Reichb. pi. 263, fig. 639 ; 
Sturm, pi. 1346; Kukenthal, p. 466; C. longifolia Host. 1. c, 
IV (1809), pi. 85 non Thuill. (1799); C. polyrrhi\a Wallr. 
(1822); Husnot, p. 35; Coste, p. 509; Rouy, p. 444; C. infîata 
Huds. nec R. Br. 

Souche cespiteuse. 

Chaumes nombreux, munis à leur base d'un chevelu, prove- 
nant d'anciennes gaines. 

Epis 3-4 rapprochés, le terminal mâle, en massue; les 
femelles denses, le supérieur sessile, les autres pédoncules; 
bractées écailleuses, l'inférieure vaginante à lame scabre aux 
bords. 

Ecaille ovale tronquée ou émarginée-cuspidée à son sommet, 
ferrugineuse ou châtaine, luisante, à carène verte. 

Utricule dépassant l'écaillé, obliquement étalé, trigone long 
de 2 i/2-3 mm., d'un vert pâle, hérissé, très vaguement nervé, 
conîracté brusquement en bec court ferrugineux émarginé. 

Akène blanc jaunâtre, étroitement inclus, muni d'un anneau 
noir à son sommet. 

Base du style dilatée. 

Stigmates 3. 

f. diandrostachya Waisbecker. 

Deux épis mâles. 

t. gracilis Kohts. 

Epis femelles 4-5 grêles. Bractées longuement vaginantes. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 237 

f. longepedunculata Torges. 

Epis longuement pédoncules ou même penchés. 

t. gynobasis Murr. 

Epi inférieur sur un long pédoncule radical. 

Bois humide. 

Var. Huetiana Boiss. (1842); C. mixta Miégeville (1 865). 
Chaume haut de 12-2.0 cm. Epis tout petits. Ecailles plus larges 
et plus obtuses. 

Prairies des Pyrénées. 

Comme on le voit, cette forme ne présente aucun caractère 
spécifique. 

Manque dans tout le Nord et la Bretagne. Rare dans les 
départements où il existe. — Mars-mai. 

63. — C. alpestris Ail. FI. pedem. II (1785), p. 270; 
G. Halleriana Asso Synop. Stirp. Arag. (1779), p. 1 3 3, pi. 9, 
fig. 2; Boott, IV, pi. 415-6; Husnot, p. 39; Coste, ■ p. 5oi ; 
Rouy, p. 439; Kûkenthal, p. 487; C. alpestris Ail. (1785); 
C. gynobasis Vill. (1787); Schkuhr, pi. G. fig. 35; Reichb., 
pi. 259, fig. 63o; Sturm, pi. 1349. 

Epis 3-6, le terminal mâle; les femelles 2-5, souvent andro- 
gyns, rapprochés subsessiles; les inférieurs i-3 presque radi- 
caux, à très longs pédoncules inégaux et capillaires décom- 
bants; bractées écailleuses amplexicaules, l'inférieure sétacée. 

Ecaille ovale, cuivrée ou châtaine, blanche hyaline au bord, 
verte et trinervée au dos. 

Utricule dépassant l'écaillé, obliquement étalé, trigone, long 
de 4-5 mm. d'un vert brunâire, peu et brièvement pubescent, à 
côtes nombreuses, à pédicelle ailé, contracté en bec court, sou- 
vent incurvé, à sommet hyalin. 

Akène étroitement inclus, trigone jaune olive, stipité. 

Base du style dilatée. 

Stigmates 3. 

f. corsica M al ville (Mabilleana Rouy). 

Chaume de 4-8 cm. ; épis tout petits 2-3 flores. Forme sta- 
tionnelle. 

f. occultata Genn. 

Octobre-Décembre. i5 



238 BULLETIN M GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 



Epis femelles 3, 2-4 flores, sur des pédoncules radicaux-fili- 
formes. 

f. lerinensis Christ. 

Ecailles longues et acuminées. 

f. pedunculata Kûkenthal. 

Epi femelle inférieur nettement pédoncule, 10-12 flore, tous 
rapprochés de l'épi mâle. 

f. tenuifolia Poir. 

Feuilles filiformes. 

Bois, prés, pelouses, surtout calcaires. 

Disséminé dans une grande partie de la France, sauf dans le 
Nord. — Mars-avril. 

Il est évident que le nom à' alpestris est plutôt bizarre pour 
une espèce qui affectionne autant la plaine que la montagne et 
qui n'a rien d'alpin, mais le vocable Halleriana établirait une 
confusion avec le C. Halleri Gunn. FI. Norv. 1 j66- 1772), seul 
nom valable du C. alpina Sw. (8798). Bien que le C. Halleri 
Gunn. ne soit pas en France, pour éviter toute contusion entre 
Halleriana et Halleri, alpestris et alpina, le C. Hallcriana 
[gynobasis) doit s'appeler alpestris, et le C. alpina Sw. doil 
devenir C. Halleri, en vertu de la loi de priorité sans laquelle il y 
aurait de nation à nation, une véritable confusion en nomencla- 
ture. Dans le cas présent, il y a un bien curieux échange Je noms. 

64. — C. humilis Leyss. FI. Hal. (1761), p. \~b; Reichb. 
pi. 239, fig. 5g5 ; Sturm, pi. 1347-8; Husnot, p. 39; Goste, 
p. 5io; Rouy, p. 440; Kllkenthal, p. 493 ; C. scariosa Lamk. 
(1789). 

Chaume central long de 5— 1 5 cm. porteur, presque jusqu'à sa 
base, de nombreux épis et dépassé longuement par les feuilles à 
gaines basilaires d'un bai-pourpre. 

Epis 3-6, distants, le terminal mâle, les femelles 2-4 flores; 

Hachis flexueux ; bractées roussâtres et hyalines à leur soin- 
met, en forme de spathe. 

. Ecaille largement ovale, mucronée ou cuspidée, très largement 
blanche hyaline au bord, roussâtre, enveloppante, à carène verte. 

Utricule plus court que l'écaillé, subdressé, ovoïde, long de 






BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 239 

3 mm., gris-roux luisant, pubescent, sans nervures, stipité, api- 
culé par un bec très court, oblique, plus clair, entier. 

Akène marron au sommet, étroitement inclus, trigone. 

Base du style dilatée, oblique. 

Stigmates 3. On trouve parfois une rachilla. 

Coteaux calcaires. 

Disséminé dans toute la France sauf dans le Nord, la Bre- 
tagne et le littoral du sud-ouest. — Mars-mai. 

65. — C. digitata L. Spec. PI. éd. i (1753) 975 ; Schkûhr, 
pi. H, fig. 38; Reichb, pi. 240, fig. 599; Sturm, pi. i35o; Hus- 
not, p. 41 ; Coste, p. 5 10; Rouy, p. 45o; Kiikenthal, p. 496. 

Chaumes nombreux, latéraux, hauts de 1 5-25 cm. 

Feuilles serrulées sur leurs bords vers leur base. 

Epis 3-4, subfastigiés, le terminal mâle, les femelles 2-3, 
pédoncules, dressés, les supérieurs dépassant l'épi mâle. 

Rachis fiexueux ; bractées en forme de spathe, brunâtres, 
vertes au dos, blanches-hyalines aux bords. 

Ecaille enveloppante, obovale, émarginée-mucronée à son 
sommet, denticulée, rousse à carène verte. 

Utricule égalant environ l'écaillé, subdressé, piriforme, tri- 
gone, long de 3 1/2-4 mm., vert-olive, pubescent, muni sur 
chaque face d'une nervure saillante, stipité, apiculé par un bec 
court ferrugineux entier, un peu excurvé. 

Akène brun, étroitement inclus, trigone, à faces concaves, 
muni d'un anneau peu marqué à son sommet. 

Base du style dilatée. 

Stigmates 3. 

f. robustior Kiikenthal. 

Chaume de 20-40 cm. ; épis longs de 2-3 cm., 10-12 flores, 
l'inférieur écarté, à gaîne souvent pourvue d'un limbe. 

f. brevifolia Ascherson. 

Feuilles beaucoup plus courtes que le chaume. 

f. intennedia Crépin. 

Utricules dépassant les écailles. 

f. compactior Kiikenthal. 

Epis femelles agglomérés au sommet. 



240 BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

f. speirostachys Neuman. 

Epi femelle inférieur issu du milieu du chaume, 
f. pallens Fristedt. 
Ecailles d'un vert pâle, 
f. glabrescens Kiikenthal. 
Utricules peu ou pas velus. 
Bois des montagnes. 

Dans l'Est de la France et selon une bande allant de la 
Somme aux Pyrénées. — Avril-mai. 

66. — C. ornithopoda Willd. Spec. PI. IV (i8o5), p. 255; 
Schkûhr sub nom. C. pedatae, pi. H., f. 3j; Reichb. pi. 240, 
fig. 598; Sturm, pi. 1 3 5 1 ; Husnot, p. 41 ; Coste, p. 5 10; Rouy, 
p. 451 ; Kùkenthal, p. 497. 

Souche cespiteuse. 

Chaumes nombreux, latéraux, hauts de 5- 10 cm. finalement 
décombants; feuilles serrulées à leur base. 

Epis 3-4 fastigiés, le terminal mâle peu visible; les femelles 
2-3 pédoncules, dépassant l'épi mâle, l'inférieur parfois écarté. 

Rachis flexueux; bractées en forme de spathe, un peu ferru- 
gineuses, blanches-hyalines à leur sommet, l'inférieure souvent 
sétacée-cuspidée. 

Ecaille obovale tronquée arrondie à son sommet, parfois un 
peu mucronée, fauve ou ferrugineuse, blanche hyaline au bord, 
à carène verte. 

Utricule dépassant l'écaillé, subdressé, trigone, long de 2 1/2- 
3 mm., vert pâle, puis ferrugineux ou châtain pubescent, muni 
sur chaque face d'une nervure saillante, longuement stipité, 
apiculé par un bec ferrugineux entier, un peu excurvc. 

Akène marron ou noirâtre, étroitement inclus, trigone, a faces 
concaves, longuement stipité, muni d'un anneau peu marqué à 
son sommet. 

Base du style dilatée. 

Stigmates 3. 

f. major Bornmùller. 

Chaume de 1 5-25 cm. ; épis 6-8 flores. 

Montagnes et coteaux calcaires. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 241 



Tout l'Est; Cévennes; Corbières; Pyrénées. — Avril-mai. 

Race ornithopodioides Haussm. in Flora, 36 ( 1 853), p. 225. 
C. pusilla Arvet-Touvet; C. subnivalis Arvet-Touvet. Chaumes 
courbés en arc; écailles moins arrondies à leur sommet; utri- 
cule peu ou pas velu, luisant, akène jaune à faces concaves. 
Hautes-Alpes; Savoie; Alpes-Maritimes; Aude. — Juillet-août. 

Nous avons hésité à distinguer cette forme spécifiquement 
ainsi que l'ont fait Sturm, Coste et Rouy, mais en dehors de la 
couleur de l'akène, nous ne trouvons aucun caractère distinctif. 
L'utricule n'est pas toujours glabre et il présente comme chez 
le type, une nervure saillante sur chaque face. 

Notons deux particularités remarquées au cours d'analyse, 
chez le C. ornithopoda. L'akène collé s'est aussitôt dilaté au 
point de dépasser en volume celui de l'utricule; en outre, il 
nous a présenté à son sommet une touffe épaisse de poils blan- 
châtres qui paraissent provenir de l'effilochement de l'akène à 
son extrême sommet comme semblerait le faire croire un autre 
akène en voie de désagrégation. 

6y. — C. alba Scop. FI. Carn., éd. 2, II (1772), p. 216; 
Schkuhr, pi. O, fîg. 55; Reichb, pi. 239, fig. 596; Sturm, 
pi. 1 352 ; Husnot, p. 40; Coste, p. 5i2; Rouy, p. 453; Kûken- 
thal, p. 5oo. 

Rhizome stolonifère; feuilles filiformes. 

Epis 2-4, subfastigiés, pédoncules, le terminal mâle; les 
femelles 2-6 flores, dépassant souvent l'épi mâle, l'inférieur un 
peu écarté; bractées vaginantes, sans limbe, brunes à sommet 
hyalin obtus. 

Ecaille ovale, blanchâtre, acuminée, enveloppante à sa base, 
à carène verdâtre. 

Utricule dépassant l'écaillé, obliquement étalé, coriace, 
ovoïde, d'un blanc laiteux, parfois couleur café au lait ou cho- 
colat, luisant, glabre, sillonné, terminé en bec tronqué oblique- 
ment, hyalin à son sommet. 

Akène étroitement inclus, trigone, olive foncé, dénuement 
granuleux, vert aux angles. 

Base du style dilatée en anneau bulbeux. 



-M HLLLF.TIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

Stigmates 3. 

Bois et pâturages calcaires. 

Est: de l'Alsace- Lorraine au Var; Cévennes et Corbière». — 

Avril-juillet. 

68. — C. limosa L. Spec. PI. éd. 1 (17:01, 977; Schkuhr, 
pi. X et Aaa, fig. 78; Reichb., pi. 2?8, rig. 592 ; Sturm, pi. 1 338; 
Boou, II, pi. 216; Husnot, p. 27; Coste, p. 5 1 3 ; Rouy, 
p. 464; Kùkenthal, p. D04; C. glaucocarpa Saint-Lager. 

Rhizome stolonifère. 

Epis 2-3, longuement pédoncules à pédoncules capillaires 
dilatés sous l'épi: l'épi terminal mâle; les femelles souvent 
androgyns, ovales, un peu comprimés, pendants; bractées un 
peu vaginantes. 

Ecaille ovale euspidée-mucronée, cuivrée, enveloppante, i-3 
nervée, verte au dos. 

Utricule plus court mais plus large que l'écaillé, comprimé- 
trigone, long de 3-4 mm. bleuâtre, densément ponctulé, glabre, 
plurinervé, stipité, lisse, épaissi aux bords, contracté en bec 
très court, émarginé. 

Akène trigone verdâtre, remplissant les 2/3 de l'utricule. 

Style exsert; stigmates 3. 

Landes tourbeuses. 

Est, Centre, Nord-ouest, mais partout rare. — Mai-juin. 

69. G. panicea L. Sepec. PL, éd. 1 (1753), 977; Schkûhr, 
pi. Ll, fig. 100; Reichb. pi. 245, fig. 607; Sturm, pi. 1 355; 
Boott, IV,' pi. 472; Husnot, p. 33 ; Coste, p. 5 1 5 ; Rouy, p. 453 ; 
Kùkenthal, p. 5 10. 

Rhizome stolonifère. 

Epis 2-4, le terminal mâle ; les femelles dressées, lâches à leur 
base; bractées longuement vaginantes. 

Ecaille ovale, d'un brun noir, légèrement blanche-hyaline au 
bord, i-3 nervée, verte au dos. 

Utricule plus long que l'écaillé, obliquement étalé, excurvé, 
coriace, trigone long de 3 1/2-4 ™m., d'un blanc-jaunâtre ou 
d'un jaune verdâtre, densément ponctulé, glabre peu ou pas 
strié; apiculé par un bec court tronqué d'un pourpre noir. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 243 



Akène lâchement inclus, brun, trigone. 

Stigmates 3. 

f. humilis Meinsh. 

Chaume nain incurve', 

f. robusta Warnstorf. 

Chaume de 40-90 cm. 

f. gracilis Lange. 

Chaume grêle; bractées courtes. 

f. latifolia Waisbecker. 

Feuilles larges de 4-6 mm. 

f. réfracta Peterm. 

Chaume re'fracté au-dessus de l'épi supérieur femelle. 

f. longepedunculata Aschers. et Graebn. 

Pédoncule long d'environ 5 cm. 

f. binata Lackowitz. 

Epis femelles 2. 

f. ferruginea N eu m an. 

Utricules d'un rouge brunâtre au sommet. 

f. ramosa Lambert. 

Epis rameux. 

f. eburnea Lévl. 

Utricules d'un blanc d'ivoire. 

f. nigra O. Kuntze. 

Utricules noirâtres. 

f. tumidula Laestad. 

Bractées très courtes; utricules gonflés d'un brun noir. 

f. microcarpa Sonder. 

Utricules longs de 2 mm. au plus. 

f. conferta Nilsson. 

Un seul épi femelle à utricules denses. 

f. pauciflora Hornem. 

Epis femelles 2-5 flores. 

f. hercynica Lang. 

Bec de l'utricule presque aussi long que celui-ci. 

Lieux humides. 

Toute la France. — Mai-juin. 



-i-ii B1LLETIN HE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

70. — C. sparsiflora Wahlg. FI. Lapp. (1812), p. 236 ; 
Kiikenthal, p. 5 1 1 ; C. vaginata Tausch., 1S2 1 ; Kunze, pi. i5; 
Reichb, pi. 246, fig. 009; Sturm, pi. 1 356 ; Boot, IV, pi. 4 
Husnot. p. 34; Coste, p. 5 1 5 ; Rouy, p. 464. 

Epis 3-4 distants le terminal mâle presque en massue, souvent 
réfracte : les femelles pédoncules dressés ; bractées longue- 
ment tubuleuses-vaginantes. 

Ecaille suborbiculaire, obtuse, châtaine, luisante, largement 
verte au dos, parfois mucronulée. 

Utricule dépassant l'écaillé, finalement obliquement étalé, 
trigone long de 4 mm., vert-paille, glabre, vaguement nervé et 
à deux nervures latérales saillantes, contracté en bec court, 
excurvé, tronqué obliquement, puis bidenté à sommet pourpre. 

Akène gris noir, revêtu d'une pellicule blanche (1). 

Base du style un peu dilatée. 

Stigmates 3. 

Pelouses rocailleuses des montagnes, Savoie; Puy-de-Dôme; 
Pyrénées-Orientales. — Mai-juin. 

Nous estimons que ce carex avec ses utricules vertes, ses écail- 
les obtuses et ses gaines tubuleuses constitue une espèce distincte. 

71. — C. olbiensis Jord., Observ. PI. crit. Fr. III (1846), 
p. 241 , p). 1 2, fig. A ; Boott, IV, pi. 467 ; Husnot, p. 45 ; Rouy, 
p. 455 ; Coste, p. 5 1 5 ; Kiikenthal, p. 527. 

Souche cespiteuse. 

Epis 3-4le]terminal mâle ; les femelles sessiles sauf l'inférieur, 
pédoncule parfois très longuement ; dressés ; bractées vaginantes. 

Ecaille obovale, blanchâtre ou lauve, verte ou brune au dos, 
3-nervée, aristée, parfois scarieuse au bord vers le sommet. 

Utricule dépassant peu l'écaillé, subdressé, trigone long de 
4-5 mm., roux doré, très nervé, stipité, contracté en bec court, 
un peu excurvé, tronqué obliquement puis émarginé. 

Akène marron, étroitement inclus, trigone, légèrement papil- 
i'eux. 

Stigmates 3. 

— rois autres Carex nous ont présenté la même particularité. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 245 

Bois secs du midi, Aveyron ; Alpes-Maritimes; Var ; Hérault ; 
Aude, Pyre'ne'es-Orientales, Corse. — Mai-juin. 

72. — G. mucronata Ail. FI. Ped., II (1785), p. 268 ; 
Schkiihr, pl. K. fig. 44 ; Reichb., pi. 201 , fig. 5?7 ; Sturm, pi. 
1324; Husnot, p. 45 ; Coste, p. 5o3 ; Kukenthal, p. 532. 

Feuilles enroulées-fïliformes, souvent circinées à leur 
sommet. 

Epis 2-3 rapprochés, le terminal mâle; les femelles sont 
petits, ovoïdes; bractée supérieure écailleuse ; l'inférieure un 
peu vaginante. 

Ecaille ovale, aiguë, bai ou brun foncé, scarieuse au bord, à 
carène verte. 

Utricule dépassant l'écaillé, subdressé, plan convexe long de 
4 mm., verdâtre puis brunâtre, luisant, hispide au s ommet, strié 
ou à une seule nervure sur chaque face stipité, bordé, à bords 
hispides, atténué en bec long, tronqué obliquement puis un peu 
bidenté, parfois rougeàtre. 

Akène non luisant et papilleux, remplissant l'utricule, plan 
convexe. 

Base du style un peu dilatée. 

Stigmates 2. 

On trouve parfois une rachilla. 

Pelouses rocailleuses des hautes montagnes, Alpes de la 
Savoie, du Dauphiné et de la Provence. — Juillet-août. 

73. — C. brachystachys Schrank et Mohl, Naturh, Briefe, 
II (1785), p. 285; Schkiihr, Pl. P. fig. 58; Kukenthal, 
p. 541 ; C. tenuis Host (1809); Reichb., pl. 241, fig. 601; 
Husnot, p. 42; Coste, p. 5 1 3 ; Rouy, p. 467; C. linearis 
Clairv. (181 1). 

Souche cespiteuse ; feuilles enroulées-filiformes. 

Epis 3-4, écartés, le terminal mâle; les femelles très grêles, 
longuement pédoncules, puis penchés, à pédoncules capillaires; 
bractées vaginantes. 

Ecaille ovale, tronquée-émarginée au sommet, parfois aiguë, 
ciliée, noirâtre, un peu blanche-hyaline au bord, mucronée, à 
carène verte. 



_".•• BUI.LETI.N DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE 

Uiricule deux fois plus long que l'écaillé, subdressé, tri go ne, 
long de 3 1/2-4 mm -i vert, glabre, plurinervé, atténué en bec 
long, un peu bidenté à son sommet hyalin. 

Akène brun sur les faces, jaunâtre sur les angles, trigone, 
beaucoup plus petit; longuement stipité. 

Stigmates 3. 

Rochers humides des montagnes calcaires, Vosges, Jura, 
Alpes, Cévennes, Pyrénées. — Juin-juillet. 

Le vocable brachystachys par droit d'antériorité, appartient à 
cette espèce et la caractérise fort bien par rapport aux espèces 
affines. 

74. — C. atrofusca Schkhur. Riedgr. I, p. 106 (1801), pi. 
Y, fïg. 82; Kiikenthal, p. 553; C. ustulata Wahlg (i8o3 ; 
Reichb., pi. 25o, fig. 61 5 ; Sturm, pi. 1 364; Boott, I, pi. 193, 
fig. 3 ; Husnot, p. 28 ; Coste, p. 5 1 2 ; Rouy, p. 465. 

Epis 3-5 rapprochés, l'intérieur parfois distant penché à 
pédoncule capillaire ; le terminal mâle court parfois gyné- 
candre;les femelles ovales-obtus; bractées supérieures écail- 
leuses, l'inférieure vaginante. 

Ecaille ovale, acuminée noire sanguine, à carène fauve. 

Utricule à peine plus long mais plus large que l'écaillé, 
papyracé, comprimé-trigone, long de 5 mm. entièrement 
pourpre noir ou parfois verdâtre à sa base, quelquefois vert aux 
bords, finement granuleux, glabre, sans nervures, contracté en 
bec court émarginé, à sommet hyalin . 

Akène blanc jaunâtre, beaucoup plus petit, trigone longue- 
ment stipité. 

Stigmates 3. 

Pâturages humides des hautes montagnes siliceuses, Hautes- 
Alpes, Savoie, Ariège. — Juillet-août. 

Peu nous importe que le binôme Carex atrofusca ait été 
négligé pendant un siècle. Nous tenons à faire œuvre sérieuse. 
Qu'est-ce qu'un siècle dans l'histoire de la Botanique? A quoi 
bon les Congres internationaux s'ils établissent des lois desti- 
nées à ne pas être suivies? 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQCB 247 

75. — C. frigida Ail. FI. Ped. II (1785), p. 270; Schukhr, 
pi. L. Hg. 47 a et b sub nom. C. spadiceae ; Reichb., pi. 249, 
fig. 614 sub nom.' C. fidiginosae; Sturm, pi. 1 366 ; Husnot, 
p. 43 ; Goste, p. 514; Rouy, p. 466; Kukenthal, p. 5 56. 

Rhizome stolonifère. 

Epis 4-5 le terminal mâle; épis femelles pédoncules, les 
supérieures dressées, les inférieurs penchés à pédoncules capil- 
laires ; bractées vaginantes. 

Ecailles lancéolées, acuminées ou mucronées, noires, à 
carène scabre. 

Utricule bien plus long que l'écaillé, subdressé, trigone 
long de 6 mm., vert paille, ou 'entièrement vineux, noir à son 
sommet, glabre, vaguement strié, légèrement scabre aux 
bords dans sa moitié supérieure, atténué en bec bidenté. 

Akène deux fois plus petit que l'utricule de couleur crème, 
trigone stipité. 

Stigmates 3. 

f. pyrenaica Christ. 

Epis rapprochés, subglobuleux. 

f. flavescens Christ. 

Ecailles et utricules jaunâtres. 

f. Comari Lévl. 

Epi terminal mâle au sommet et à la base; les femelles très 
longuement pédoncules, à pédoncules capillaires. 

f. brevirostris Kukenthal. 

Utricules brusquement contractés en bec court et lisse. 

Lieux humides des montagnes, Alpes, Pyrénées, Vosges, 
Cévennes, Corse. — Juillet-août. 

jô. — C. fuliginosa Schkuhr. Riedgr. I (1801), p. 91, pi. Ce, 
fig. 47 c ; Reichb. pi. 25o, fig. 616, sub nom. C. frigidae; Sturm, 
pi. 1 365 ; Husnot, p. 43; Rouy, p. 467; Kukenthal, p. 556. 

Souche cespiteuse. 

Epis 3-5, longuement pédoncules, penchés à pédoncules 
capillaires, le terminal gynécandre en massue ; les femelles 
plus ou moins écartés ; bractées supérieures écailleuses ; les 
inférieures vaginantes. 



2ïR BULLETIN DE GÉOGRAPHIE ROTAMQUE 

Ecaille ovale, acuminée. noire ou châtaine, parfois blanche- 
hyaline au bord, à carène scabre, jaunâtre ou concolore. 

Utricule dépassant peu l'écaillé, subdressé, lancéolé-com- 
primé, trigone. long de 5-6 mm., de couleur paille, macule de 
nuir à son sommet, glabre, sans nervures, longuement stipité, 
subailé et scabre aux bords dans ses 2 3 supérieurs, atténué en 
bec long, noir, tronqué obliquement, puis bidenté, à sommet 
hyalin. 

Akène blanchâtre, plus petit, trigone. 

Base du style un peu dilatée. 

Stigmates 3, parfois 2. 

Pâturages rocailleux des hautes montagnes, Savoie: à recher- 
cher au col de Tlseran, où un pied isolé ne peut constituer une 
preuve suffisante de sa présence. — Juillet-août. 

jj. — G. rigida Sehrank Bayer. FI. I (1789), p. 290 non 
Good ; C. firma Host (1801); Schkuhr, pi. O et Y, fig. 54; 
Reichb. pi. 247, f. 610; Sturm, pi. 1 367 ; Husnot, p. 409 ; 
Coste, p. 5 14 ; Rouy, p. 469 ; Kùkenthal, p. 56/. 

Chaume de 5-20 cm. ; gaines basilaires entières. 

Epis 3-4 le terminal mâle ; les femelles oblongs, denses, plus 
ou moins pédoncules, dressés; bractées vaginantes; la supé- 
rieure écailleuse, amplexicaule. 

Ecaille ovale, aiguë, noirâtre ou châtaine, blanche hyaline 
au bord, à carène verte. 

Utricule dépassant beaucoup l'écaillé, subdressé, trigone, 
long de 4 mm. vert paille, glabre, finement strié, hérissé sur les 
bords depuis son milieu, terminé en bec coloré, tronqué obli- 
quement, puis bidenté. 

Akène brun, beaucoup plus petit, ellipsoïde, stipité. 

Base du style presque dilatée. 

Stigmates 3. 

/. longepedunculata Haussknecht. 

Epis tous écartés, longuement pédoncules : chaume de 3o cm. 

Rochers des Alpes siliceuses, Haute-Savoie ; Isère ; Hautes- 
Alpes; Basses-Alpes; Vaucluse; Pyrénées ? — Juillet-août. 

Sans aucun doute, le vocable rigida ayant la priorité, le 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE. 249 

C. rigida Good, qui d'ailleurs n'est pas français, devra s'appe- 
ler C. saxatilis Schkuhr non alioru m auct. 

Le C. rigida Schrank est spécifiquement distinct, ne fut-ce 
que par ses gaines basilaires intactes, du C. sempervirens à col- 
let fibrilleux chevelu. 

78. — G. sempervirens Vill. Plant. Dauph. II (1787), 
p. 214 ; Rcichb. pi. 247, fig. 611; Husnot, p. 44; Coste, p. 514 ; 
Rouy, p. 468; Kûkenthal, p. 567; C. /rigida Vill. non Ail. ; 
C. variegata Lamk. ; C. nana Lamk. ; C. alpestris Gaud. ; C. 
ferruginea Sckhûhr, pi. M, fig. 48, non Scop. 

Chaume muni à sa base d'un chevelu provenant d'anciennes 
gaines. 

Epis 2-4, le terminal mâle; les femelles ordinairement espa- 
cés; bractées vaginantes. 

Ecaille d'un brun-terrugineux, blanche hyaline au bord. 

Utricule dépassant l'écaillé, subdressé, trigone, long de 
4-5 mm., vert doré, maculé de brun ferrugineux, densément 
hérissé supérieurement ; cilié aux bords dans la partie supé- 
rieure, finement nervé, un peu stipité, terminé en bec noirâtre, 
tronqué obliquement, puis bidenté, à sommet hyalin. 

Akène ovoïde, stipité, marron, double en longueur de sa 
largeur. 

Base du style dilatée. 

Stigmates 3. 

f. Villarsiana Bonnet et Richter. 

Ecailles lancéolées. 

f. Schkuhriana Bonnet et Richter. 

Utricules dépassant 6 mm. 

f. pumila Schur. 

Chaume nain; feuilles extrêmement courtes recourbées; épis 
femelles 2 rapprochés. 

f. rigida Schur. 

Chaume à feuilles rigides ; utricules glabrescents. 

f. laxiflora Schur. 

Epis très grêles, lâches, très longuement pédoncules pen- 
dants. 



250 BULLETIN DE GEOGRAPHIE BOTANIQUE. 



f. stenophylla Schur. 

Chaume court, feuilles presque capillaires, égales au chaume. 

f. albicans Lackowitz. 

Epi-mâle argenté ; les femelles jaunâtres. 

f. semipallescens Kneucker. 

Ecailles fauves. 

f . fastigiata Lackowitz. 

Epis parvenant au même niveau. 

Var. urigerana Marcailhou d'Ayméric. 

Chaume robuste; gaines à base pourpre ; épis 2-5. Pyrénées. 
Hautes-Alpes. 

Pâturages et rocailles des hautes montagnes calcaires, Jura, 
Alpes, Pyrénées, Vaucluse, Drôme. — Juillet-août. 

79. — C. ferruginea Scop. FI. carn. éd. 2. II (1772), p. 22?; 
Reichenbach, pi. 248, fig. 61 3; Sturm, pi. 1 368 ; Husnot, 
p. 43; Coste, p. 314; Rouy, p. 463 ; Kùkenthal, p. 5 72 ; C. 
Scopoliana Willd. Schkuhr, pi. Nnnn, fig. 199; C. Mielichho- 
feri Schkuhr, pi. Mmmm, fig. 198; Sturm, pi. 1 369 ; C. brevi- 
folia Host; C. Scopolii Gaud. ; C. cristata Gaud. ; C. mela- 
norhyncha Lévl. et Vant. 

Rhizome longuement stolonifère. 

Epis 3-4 espacés, le terminal mâle; les femelles lâches à leur 
base, pendants, à pédoncules capillaires ; bractées vaginantes. 

Ecaille ovale, parfois tronquée, parfois mueronées, d'un brun 
noir, à carène verte. 

Utricule dépassant l'écaillé, trigone long de 3 1/2-4 mm -> 
vert, puis d'un brun-noir, plurinervé, stipité, glabre sur les 
faces, cilié au bord dans la moitié supérieure, contracté brus- 
quement en bec bidenté d'un brun noir. 

Akène lâchement inclus, brun-noir, trigone, stipité. 

Stigmates 3. 

f. angustifolia Beck. 

Feuilles larges de 1 mm. 

f. lati/'olia Beck. 

Feuilles larges de 3-4 mm. 

f. capillarioiJes Murr. 



BULLETIN DE GÉOGRAPHIE BOTANIQUE. 251 



Feuilles presque enroulées, épis lâches, pauciflores, à pédon- 
cules capillaires. 

f. transiens Kûkenthal. 

Epis denses et multiflores. 

f. leiocarpa Beck. 

Utricules devenant très glabres. 

f. spaaicea Hort. 

Utricules nettement velus, très ciliés aux bords. 

Var. caudata Kûkenthal. 

Epi mâle allongé en queue long de 4-6 cm. : utricules longs 
de 6 mm. Prairies et pelouses des hautes montagnes: Alpes, 
Pyrénées-Orientales, Vaucluse, Drôme, Jura. — Juin-juillet. 

80. — G. fimbriata Schkuhr Riedgr. II (1806), p. 61, 
pi. Uuu, fig. 1 65, Reichenbach, pi. 248, fig. 612 ; Husnot, 
p. 45 ; Coste, p. 5 1 1 ; Rôuy, p. 463 ; Kûkenthal, p. 5j3 ; C. 
fuliginosa Hort. non Schkuhr; C. hispidula Gaud. (181 1.) 

Epis 2-4, le terminal mâle, rarement 2 épis mâles, les femelles 
jamais pendants, souvent espacés ; bractées vaginantes. 

Ecaille ovale aiguë, d'un noir pourpre, blanche hyaline au 
bord, à carène de couleur paille. 

Utricule dépassant l'écaillé, subdressé, comprimé, trigone, 
long de 4 mm., d'un vert paille, teinté de brun noir, hérissé 
sur les faces et cilié, au bord depuis la base, vaguement nervé, 
peu stipité, presque ailé au bord, contracté en un bec médiocre 
noirâtre, coupé obliquement, finalement trèsbidenté? à som- 
met parfois hyalin. 

Akène blanchâtre, elliptique, stipité. 

Stigmates 3. 

Eboulis siliceux et pelouses de la région alpine des Alpes, 
Hautes-Alpes, Savoie. — Juillet-août. 

81. — G. réfracta Schkuhr apud Willd. Sp. pi. IV(i8o5), 
p. 297 et Riedgr. II (1806), p. 62, pi. Iii, fig. 1 36 ; Husnot, 
p. 42 ; Coste, p. 5 1 3 ; Rouy, p. 468 ; Kûkenthal, p. 574 ; C. 
tenax Reuter (1854.) 

Souche cespiteuse; épis 3*4 écartés, le terminal mâle; les 



252 BULLETIN f)E GEOGRAPHIE BOTANIQUE 

femelles souvent androgyns, laxirlores, longuement pédoncules, 
à pédoncules capillaires ; bractées vaginantes.' 

Ecaille ovale, brunâtre, parfois blanche hyaline au bord, 
mucronée, à carène verte. 

Utricule dépassant l'écaillé, subdressé, trigone, long de 
4 mm., vert, parfois teinté de brun noir ou de roux, cilié scabre 
au sommet, plurinervé, sti pi té. contracte en un bec médiocre 
noirâtre, obliquement coupé, puis émarginé, à sommet scarieux. 

Akène obovoïde, largement bordé ailé, stipité, vert olive. 

Base du style un peu dilatée. 

Stigmates 3. 

f. subferruginea Kûk. 

Epis dressés, écailles noirâtres. 

Prairies, surtout bois des montagnes. Drôme, Alpes-Mari- 
times, Basses-Alpes, Hautes-Alpes, Savoie. — Juillet-août. 

82. — G. strigosa Huds. FI. angl. éd. 2 (1778)^.411; 
Schkuhr, pi. N. fig. 53; Reichenbach, pi. 242, fig. 602; Hus- 
not, p. 46; Coste, p. 5 1 6 ; Rouy, p. 456; Kukenthal, p. 584; 
C. lepiostachys Ehrh.; Sturm, pi. 1 36 1 . 

Feuilles larges de 610 mm., épis 4-6, distants, le terminal 
mâle, parfois gynécandre, les femelles laxitiores, filiformes, 
pédoncules, pédoncules capillaires; bractées longuement vagi- 
nantes. 

Ecaille lancéolée, blanchâtre, parfois maculée de pourpre, 
mucronée, à carène verte 3-nervée. 

Utricule dépassant longuement l'écaillé, subdressé, trigone 
long de 3 mm. 1/2-4 mm., vert ou brun, glabre, plurinervé, 
terminé en bec très court, tronqué au sommet. 

Akène brun, trigone, stipité, à face concave, remplissant les 
2/3 de l'utricule. 

Base du style presque égale. 

Stigmates 3. 

Bois humides. 

Inconnu au-dessous d'une ligne allant de Niort à Gap. — 
Mai-juin. 

{A suivre). 



New York Botamcal Garden Library 



3 5185 00257 9 



73