Skip to main content

Full text of "Bulletin de la Commission royale d'histoire = Handelingen van de Koninklijke Commissie voor Geschiedenis"

See other formats


A 
ACADÉMIE KOYALE DE BELGIQUE. 



COMPTE RE^Dll DES SÉANCES 



DE LA 



COMMISSION ROYALE D'HISTOIRE 



ou 



RECUEIL DE SES BULLETirsS. 



CIKQUIEMK !9F>KIE. 



TOME SEPTIÈME. — IV« BlLLETIiN. 




BRUXELLES, 

HAYEZ, IMP. DE LA COMMISSION ROY. D'iIISTOIRE, DE l'ACAU. ROY. 

DES SCIENCES, DES LETTRES ET DES BEAUX-ARTS DE BELGlQUi:. 

Ilue de Louvain, 112 

4897 



TABLE DES MATIERES. 



Séance du li juillet 1891. 

Pagei. 

Ouvrages envoyés a la Commission 464 

Correspondance 46b 

Rapport ANNUEL 467 

Publications 473 

Comptabilité 476 

Communications et lectures. — Documents relatifs à l'histoire de 
la Flandre pendant la première moitié du XIV» siècle ([noie sup- 
plémenlaire] par Henri Pirenne, professeur à l'Université de 
Gand.) 477-495 

Nouveaux documents relatifs à la Guerre dite « de la Vache de 
Ciney • (par Edouard Poncelet, conservateur adjoint des 
archives de l'État à Mons) 494-510 

Les archives de Vienne et l'histoire des gouvernements de Kônigsegg 
et de Prié (par A. Delescluse, chargé de cours à l'Université de 
Liège 511-557 



COMPTE RENDU DES SÉANCES 



DE LA 



COMMISSION ROYALE D'HISTOIRE, 



RECUEIL DE SES BULLETINS. 



CINQUIÈME SÉRIE. 



TOME SEPTIÈME. — IV" BILLETIN. 



séance du 5 Juillet fl809. 

Présents : MM. Stanislas Bormans, président; Alphonse 
Walters, secrétaire- trésorier; Léopold Devillers, Gil- 
liodts-Van Severen, Léon Vanderklndere, Napoléon de 
Palw, membres eiïectifs; Godefroid Kurth, Henri Pirenne 
et Alfred Gauchie, membres suppléants. 

Le procès-verbal de la séance du 5 avril 1897 est lu et 
approuvé. 

Tome vu", 5"" série. 32 



( 464 ) 

OUVRAGES ENVOYÉS A LA COMMISSION. 

La Commission a reçu : 

De M. le Minisire de la Guerre : 

Catalogue de la Bibliollièqne du Ministère, Supplément 
au lome I". Bruxelles, 4897, in-8°. 

De M. le Ministre de l'Inslruclion publique de France : 

Lettres de Peiresc, publiées par Philippe Tamizey de 
Larroque, t. \l\ Paris, 1896, in-4°. 

De la Fédération archéologique : 

Congrès de Gond, 2-5 août 1896, 1" et 2* parties. 
Gand, 1897, 2 vol. in-8°. 

De la Société d'archéologie de Bruxelles : 

Annales, t. XI, 2° et 5" livr. Bruxelles, 1897, 2 livr. 
in-8". 

De la Bibliothèque des écoles françaises d'Athènes et de 
Rome : 

Louis XII et Ludovic Sforza (8 avril 1498-24 juil- 
let 1500), vol. I et II. Paris, 1896, 2 vol. in-8°. 

De la Société des antiquaires de la Morinie : 

Bulletin historique, XLV^ année, 5" et 4" fascicules el 
table, et XLVP année, 1" fascicule. Saint-Omer, 1896- 
1897,in-8°. 

Les chartes de Saint-Bertin, t. IV, l"^" livr. Sainl-Omer, 
1897, 1 hvr. in-8». 

De la Société d'histoire et d'archéologie de Genève : 

Bulletin, t. I", livr. 5». Genève, 1897, in-8°. 

De la réunion des historiens allemands : 

Bericht ùber die vicrte Versntunihing deulscher Histo- 
riker zu Innsbruck, H bis 14 Sepiember 1896. Leipzig, 
1897, in-8«. 



( ^65 ) 

De \''A7nerican Imtorical Association : 

Annual Report for the year i895. Washington, 1 vol. 
in-8°, carionné. 

De la Société américaine pour l'histoire juive : 

Publications, n° 5, 1897, 1 vol. in-8°. 

De iM. Criiizen, à Louvain : 

Le moyen âge, janvier-août 1897. Paris, 1897, 4 liv. 
in-8°. 

De M. Joseph De Ras, archiviste de la ville de Maes- 
tricht : 

Mémoire sur la souveraineté du prince- évêqiie de Liège 
sur la ville de Maestricht avant la promulgation de l'an- 
cienne charte {i28û). Maestricht, 1897, in-8''. 

Remerciemcnis et dépôt à la bibliothèque de l'Académie 
royale de Belgique. 



CORRESPO.NDANCE. 

M. le Minisire de l'Intérieur et de l'Instruction publique, 
par dépêche du 25 avril 1897, annonce à la Commission 
qu'il approuve le choix l'ait par elle de M. Gilliodls-Vau 
Severen, membre eiïeclif, pour remplacer M. Piot, démis- 
sionnaire, dans l'achèvement de la publication des 
Eclations politiques de l'Angleterre et des Pa])s-Bas, 
restée iDachcvce par suite de la mort de M. le baron 
Kervyn de Ldtcnhove. Il fait savoir en même temps qu'il 
a donné des ordres pour arrêter la li(|uidalion du subside 
de 500 francs accordé pour liavaux relatifs à cet achève- 
ment. 

P;ir dépêche du 50 avril, M. le Ministre accuse récep- 



( 466 ) 

(ion du récépissé qui lui a été envoyé le 13 du même mois 
cl qui constate le versement au Trésor de la somme de 
fr. 426 57, prix de la vente à M. le Ministre de rinstruc- 
linn publique de France de cinquante exemplaires du 
tome Xll" et dernier de la Correspondance du Cardinal de 
Granvelle. 

Le même jour, le même haut foneiionnaire fait connaître 
que, à la demande de la Commission, il a accordé à M. J. 
Halkin un subside pour se rendre à Hanau, afin d'y con- 
tinuer ses recherches sur les archives de l'ancienne abbaye 
de Slavelot. 

Par dépêche du 7 mai, M. le Ministre approuve le 
budget de la Commission pour l'année 1897. 

Par dépèches des 6 et 7 mai M. le .Ministre accuse 
réception de l'envoi des publications destinées à la revue 
intitulée Le Polybiblion et à M. Stocknians. Le 50 juin, il 
réclame pour le Département de l'Intérieur une collection 
complète des chroniques belges; il a été immédiatement 
satisfait à ce désir. 

M. le chevalier Marchai, secrétaire perpétuel de l'Aca- 
démie royale de Belgique, accuse réception, le 15 avril, 
des ouvrages qui ont été déposés entre ses mains le 5, 
comme provenant de la Commission, 

Par lettre du 21 juin, adressée à M. le Secrétaire, M. le 
chevalier Marchai l'informe de ce qui s'est passé à Besan- 
çof), lors de l'érection d'une statue au cardinal Granvelle. 
— Pris pour communication. 

M. le Secrétaire communique à la Conmiission les 
lettres par lesquelles MM. le doyen Schoolmeesters, de 
Liège; Lecal, bibliothécaire de la ville de Valenciennes; 
Mathieu^ secrétaire de la Société archéologique d'Engliien, 
et l'Académie des Lyncécs, de Rome, remercient de l'en- 



( 467 ) 
voi du tomo IX de la Table des diplômes; MM. le Directeur 
des Archives de l'État, à Florence; Pastor, professeur 
d'histoire à Innsbruck, de l'envoi du tonne XII de la Cor- 
respondance du cardinal de Granvelle; MM. Crutzen, les 
bibliothécaires des Universités de Marburg et de Giessen, 
le bibliothécaire de l'abbaye de Maredsous, M, Barbier, 
au nom du Collège de la Paix, de Namur, le Ministère de 
l'Agriculture et des Travaux publics, de l'envoi de numéros 
des Biiltelins. 

RAPPORT ANNUEL. 

M. le Secrétaire donne lecture du rapport ci-après : 

Monsieur le Ministre, 

La Commission royale d'histoire a l'honneur de vous 
présenter le résultat de ses travaux pendant l'année 1896. 
Elle s'est réunie cinq fois, à savoir : le 6 janvier, le 
16 mars, le 15 avril, le 6 juillet et le 9 novembre. 

Dans la séance tlu 6 janvier, nous nous sommes parii- 
culièrement occupés d'arrêter des Instructions pour la 
publication des textes historiques, instructions dont le but, 
comme nous nous sommes empressés de le déclarer, est 
purement pratique,- elles ne s'occupent pas des principes 
scientifiques qui doivent guider l'auteur de toute édition 
critique. Klles visent seulement Vinipression des textes 
mis au jour par la Commission royale d'histoire. iNous 
avons évité de formuler des règles absolues et d'entrer 
dans le détail, laissant ainsi aux éditeurs une liberté (|u'il 
serait dangereux de restreindre outre mesure La revision 
de ces règles nous avait fortement occupés pendant plu- 
sieurs séances. 



( 468 ) 

La Commission n'a pas publié, pendant l'année 1896, 
moins de huit volumes, dont six in-4'' et deux in-8". Cinq 
de ces volumes sont dus à des membres effectifs : 
MM. Waulers, Pioi, Devillcrs et Gilliodts-Van Severen, et 
trois d'entre eux terminent des publications entreprises 
depuis longtemps et qui ont exigé une somme considé- 
rable de travail : la Correspondance du Cardinal de Gran- 
velle et le Carlulaire des comtes de Hainaut de i357 
à 4456. 

Le tome IX de la Table chronologique des chartes et 
diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, par 
M. Alphonse VVauters, comprend les années 1520 à 1359 
et forme un volume de 953 pages, dont 161 sont occupées 
par la table alphabétique des noms de personnes et de 
lieux, par une notice bibliographique, et(3. Il est inutile 
d'insister sur l'importance de la période traitée dans ce 
volume où les actes notables se multiplient, tant pour 
la Flandre et les contrées voisines que poui- le pays de 
Liège et les contrées environnantes. On voit s'y dérouler 
tous les incidents de la terrible lutte qui aboutit à la 
défaite des Flamands à Cassel, de même que ceux des 
querelles interminables des Liégeois contre leur évéqiie 
Adolphe de la Marek. La politique du duc de Brabant 
Jean III et celle des comtes de Hainaut Guillaume I*"" et 
Guillaume II d'Avesnes, ainsi que les négociations de ces 
princes avec le roi d'Angleterre Edouard III, peuvent y 
être largement étudiées. 

Un XII^ volume, comprenant 305 documents, une pré- 
face de Lxin pages et 26 pages occupées par la table 
alphabétique des noms de lieux et de personnes, termine 
l'importante publication de la Correspondance du Car- 



( 469 ) 

dinal de Granvelle. Ce travail considérable fait suite aux 
Papiers d'État de Granvelle (Paris, 1841 et années sui- 
vantes, huit volumes in 4" par VVeiss), qui ont été édités 
aux frais du Gouvernement français. Vous n'ignorez pas, 
Monsieur le Ministre, qu'ils restaient inachevés lorsque le 
Gouvernement belge, à la sollicitation de la Commission 
royale d'histoire, résolut de les compléter et chargea de ce 
soin feu M. Edmond Poullet, membre de noire Commis- 
sion, qui publia les trois premiers volumes de la Correspon- 
dance. A la mort de ce regretté confrère, le soin de mettre 
fin à un labeur dont le monde scientifique avait salué avec 
empressement la continuation, fut confié à M. Charles 
Piot, notre savant confrère, qui a mis tous ses soins aux 
neuf volumes suivants. La préface est consacrée à élucider 
les questions importantes auxquelles Granvelle, quoique 
éloigné alors des Pays-Bas, prit une part très importante 
depuis le l" janvier 1585 jusqu'à la fin de l'année 1586. 
On peut y constater la grande influence dont le Cardinal 
jouissait alors, tant à la cour de Madrid qu'auprès de 
Marguerite de Parme, ancienne gouvernante des Pays-Bas, 
et qui continuait à séjourner dans nos provinces. 

C'est également la fin d'une publication considérable que 
nous soumettons à votre appréciation, Monsieur le Mini>;(re, 
en vous signalant les deux volumes formant le tome VI 
du Carlulaire des comtes de fJainaut, de Vavènement de 
GuiUautne II à la mort de Jacqueline de Bavière (1557- 
1456), par M. Léopold Devillers. L'éditeur, auquel est 
confié depuis longtemps la charge d'archiviste de l'État à 
Mons, était mieux placé que personne pour publier cette 
série de volumes, où toute l'histoire du comté de Ilainaut, 
pendant un siècle, vient se refléter. Il en a augmenté 



( 470 ) 

l'importance par les détails qu'il donne sur l'ancienne 
administration du comté dans les 1050 pages formant 
ce VI" volume. 

C'est à la suite d'une visite que notre auguste Souve- 
rain fit il y a quelques années au British Muséum que 
le manuscrit de cette richissime collection intitulé le 
CoUon manuscrit Galba B I. fut signalé à notre Commis- 
sion, à qui la copie en fut envoyée par M. Edouard Scott, 
l'un des conservateurs. La Commission reconnut immé- 
diatement l'utilité et l'opportuniié de la publication de ce 
manuscrit, qu'elle confia à M. Gilliodts-Van Severen. Le 
travail de notre confrère vient de se terminer et forme un 
volume de xlvi-552 pages comprenant 288 documents, 
plus 11 annexes, datant des années 1541 à 1475. Ces 
pièces diplomatiques, presque toutes d'un grand iniérèi, ont 
surtout pour objet la négociation d'alliances, soit matri- 
moniales, soit commerciales, entre la Flandre et l'Angle- 
terre; elles présentaient d'au tant pi us de difficultés à l'éditeur 
qu'un certain nombre d'entre elles ne sont pas datées et 
sont d'un classement chronologique malaisé. 

M. A. Delescluse, avocat à la Cour d'appel de Liège, 
docteur en philosophie et lettres, nous a communiqué une 
collection de Chartes inédites de l'abbaye d'Orval que 
nous avons fait imprimer pour la joindre au Cartulaire 
de la même abbaye, édité par le père Godinet. Ces 
chartes sont au nombre de vingt et une, et sont accompa- 
gnées d'un relevé des variantes principales que M. Deles- 
cluse a trouvées dans les textes des chartes d'Orval 
consultés par lui, et d'une table alphabétique des noms de 
personnes et de lieux. Les 66 pages de son volume servi- 



( 47i ) 

ront de oomplément au travail du père Gofïinet, qui offre 
un grand intérêt pour l'étude de In géographie ancienne du 



Luxembourg. 



Si nous parlons en dernier lieu du Livre de l'abbé Guil- 
laume de Ri/rkel, pohjpliquc et comptes de l'abbaye de 
Saint-lVond au milieu du .XlIP siècle, par M. Henri 
Pirenne, membre suppléant de la Commission, c'est qu'il 
se distingue des précédents par son format. Il constitue 
un volume in-8° de lx-440 pages accompagné d'une 
photographie et d'une carte géographique. L'éditeur y a 
reproduit avec le plus grand soin un manuscrit qui donne 
sur l'histoire, l'administration et les possessions de l'abbaye 
de Saint-Trond, les renseignements les plus intéressants 
et les plus complets ; l'auteur était, en effet, l'administrateur 
même de celle institution monastique : Guillaume de 
Ryckel, qui txerça une grande influence à la cour de 
Guillaume, comte de Hollande et roi des Romains, On 
comprend combien ces actes, analysés par M. Pirenne, 
peuvent servir à la connaissance du régime intérieur 
auquel étaient soumis, au XIH" siècle, les biens de nos 
grandes abbayes. 

(^ommc volume in-S", signalons encore l'Inventaire des 
cartulaires conservés dans les dépôts des archives de l'État 
en Belgique. Comme il est dit dans la préface, ce volume 
est publié en conformité d'une résolution prise par la 
Couïmission dans sa séance du 1"' avril 1895. Il inaugure 
la série des répertoires qui seront consacrés successive- 
ment aux principales catégories de documents conservés 
dans nos dépôts publics et privés. Ces répertoires servi- 
ront de base pour le choix des publications futures de la 
Commission. Dans l'intérêt de la clarté el pour faciliter les 



( 472 ) 

recherches, on s'est efforcé de donner aux notices la plus 
grande simph'cilé possible. Toutefois, comme elles sont 
l'œuvre de divers auteurs, on n'aurait pu, sans ineonvé- 
nienis notables, essayer de les ramener toutes à une uni- 
formité absolue. 

La Commission a reçu des communications de MM. Sta- 
nislas Bormans, Charles Piot, Léopold Devillers, Léon 
Vanderkindere et Napoléon de Pauw, membres effectifs; 
de MM. Goovaerts, Desmarez, Gaillard et Joseph Halkin. 

M. Bormans, aidé par son collaborateur, M. le doyen 
Schoolmeesters, s'est occupé, dans un travail intitulé : Le 
Liber officiorum ecclesiae Leodlensis, de trois documents 
très étendus et très importants, mais que ces savants n'ont 
pas considéré comme des chartes, et que, pour cette raison, 
ils n'ont pas compris dans leur grand travail sur Téglise de 
Liège. Ce sont plutôt des documents relatifs à l'administra- 
tion des offices d'une grande église telle qu'était celle de 
Saint-Lambert, ils ont publié le texte entier du troisième de 
ces documents, en y ajoutant de nombreux commentaires. 

Nous devons à M. Charles Piot, d'abord la table d'un 
recueil de lettres adressées, à partir du 5 novembre 1655 
jusqu'au 26 mai 1657, à Ferdinand Nipho, secrétaire de la 
nonciature aux Pays-Bas, volume qu'il vient d'acquérir 
pour les Archives générales du Royaume; puisdeuxcomptes 
rendus d'ouvrages publiés à l'étranger, comptes rendus 
qui ont le grand avantage de nous tenir au courant, jusqu'à 
un certain point, des travaux imprimés hors du pays et 
dont la connaissance est utile à nos écrivains. 

M. Léopold Devillers a consacré un assez long travail 
à l'étude des actes posés par une députation des États de 



(475 ) 

Hainaut en Espagne, de février à novembre 1572, à PelFei 
d'arrêter les projets du duc d'AIbe, qui voulait introduire 
dans nos provinces l'imposition du dixième et du vingtième 
denier. Les documents que notre collègue a publiés ren- 
ferment des détails curieux sur le voyage des députés et 
sur leurs négociations, et l'or) y voit aussi la ténacité avec 
laquelle ils poursuivirent une entreprise aussi téméraire 
que politique. On sait d'ailleurs que les Etats de Hainaut, 
aidés par leurs collègues des autres provinces, finirent par 
obtenir gain de cause, le roi Philippe II leur ayant fait 
donner lecture, le 27 juin 1572, d'un écrit dans lequel il 
exprimait son intention de remplacer par une aide la levée 
des dixième et vingtième deniers. 

M. Guillaume Desmarez ayant présenté à la Commission 
un travail étendu sur un diplôme d'Arnoul le Vieux, 
comte de Flandre, diplôme par lequel le comte restitue à 
l'abbaye de Saint- Pierre, de Gand, les biens dont elle avait 
été dépouillée précédemment, M. Léon Vanderkindere a 
soumis cette notice à une critique détaillée, dans laquelle, 
au surplus, il reconnaît le soin et la méthode qui ont pré- 
sidé au travail de M. Desmarez. On ne saurait entrer dans 
le détail des arguments de l'un et de l'autre de ces auteurs, 
mais on doit reconnaître que leur travail est des plus inté- 
ressants pour l'histoire de la Flandre au X" siècle. 

Dans une notice de quelques pages, M. Napoléon de 
Pauw a insisté sur le surnom de buveurs d'hydromel que 
les Gantois portaient au XIV" siècle et sur la qualification 
de brasseur que quelques historiens donnent au tribun 
d'Artevelde. Il a fait suivre celte notice du texte d'une 
charte de l'année 1506 attestant que l'historien Villani se 



( 474 ) 

trouvait alors en Flandre comme associé de la maison des 
Péniches, de Florence. La présence du célèbre chroniqueur 
italien dans le pays où se déroulèrent alors les incidents de 
la grande lutte des Flamands contre Philippe le Bel, donne 
une grande aulorilc au témoignage des faits qu'il rapporte. 

Dans une première communication. M, Alphonse 
Goovaerts, archiviste adjoint de TElat, nous a fait connaître 
d'intéressants détails sur quelques agents de bas étage 
auxquels le célèbre Walsingham, l'un des ministres de la 
reine Elisabeth d'Angleterre, avait confié la triste mission 
de nouer en Belgique des intrigues ayant pour but de 
compromettre la reine d'Ecosse, Marie Sluart, alors prison- 
nière. 

Une seconde étude a été consacrée par lui aux ordonnances 
données en 1480 à Tournai par l'administration munici- 
pale de cette ville au métier des peintres et des verriers 
(auquel étaient affiliés les enlumineurs, les peintres de 
caries à jouer, de jouets d'enfants, de papiers de tentures, 
les badigeonneurs à la colle cl les mouleurs). 

Une troisième reproduit le texte d'une ancienne des- 
cription du village de Court-Saint-Elienne, près de Wavre, 
datant de l'aimée 1G40 environ, et que M. Goovaerts a 
découverte aux Archives du Royaume. 

Nous devons à M. Arthur Gaillard, docteur en droit et 
en sciences politiques et administratives, chef île section 
aux Archives du Royaume, un travail intitulé : L'origine du 
Grand Conseil et du Conseil privé. M. Gaillard nous semble 
avoir étudié avec beaucoup d'attention l'origine de ces 
corps politiques, qui jouèrent aux Pays-Bas un rôle si im- 
portant pendant le XV® et le XVI° siècle. 



( 475 ) 

Nous devons également signaler, à cause de l'impor- 
tance des renseignements qu'il renferme, le mémoire de 
M.Joseph Halkin, docteur en philosophie et lettres à Liège, 
intitulé ; Dépèches des officiers au service de la France co7i- 
cernant les opérations militaires des armées de Louis XIV 
en Belgique, pendant les 7nois de mai, juin et juillet 1675, 
suivies d'un inventaire des archives du Ministère de la 
Guerre en France concernant la Belgique. Inutile d'in- 
sister sur l'intérêt qu'offre cette compilation et sur les 
nombreux renseignements qui y sont contenus. 

Nous avons l'honneur, Monsieur le Ministre, en termi- 
nant ce rapport, de vous présenter l'expression de notre 
haute considération. 

Le Secrétaire, Le Président, 

Alphonse Wauters. Stanislas Bormans. 



Ce rapport est approuvé par la Commission; il en sera 
envoyé copie à M. le Ministre de l'Intérieur et de l'Instruc- 
lion publique. 



PUBLICATIONS. 

M le Secrétaire communique une lettre de M. Martin, 
directeur de la maison Ilaycz, indiquant l'élal d'avance- 
ment des travaux au 5 juillet. 



(470 ) 



COMPTABILITE. 

La Commission décide, sauf approbation de M. le Mi- 
nistre de rinlérieur el de l'Instruction publique, qu'une 
somme de 150 francs sera mise à la disposition de M. Lon- 
chay, professeur à l'Université de Bruxelles, afin de lui 
pernu (Ire de se rendre à Paris, pour y rechercher et revoir 
les documents servant à la publication des Commentaires 
sur In guerre de Frise, par le colonel Verdugo. 

Elle autorise IVIM. Pirenne et Kurih à faire prendre 
copie : le premier, de documents inédits concernant 
l'organisation des njétiers en Flandre ; le second, de pas- 
sages d'un manuscrit existant en Angleterre et concernant 
Lambert le Bègue. 



COMMUMCATIONS ET LECTURES. 

Il est donné communication à la Commission : 

\° D'un travail de M. Pirenne, membre suppléant, 
intitulé ; Documents relatifs à l'histoire de la Flandre pen- 
dant la première moitié du XI V" siècle ; 

2" D'une notice de M. Poncelet, archiviste adjoint de 
l'Etat, à iMons, portant pour titre : Nouveaux détails relatifs 
à la guerre de la Vache ou de Cincy ; 

3° D'une dissertation de M. Delescluse, chargé de 
cours à l'Université de Liège : Les archives de Vienne el 
l'histoire des gouvernements de Kônigsegg et de Prié. 

Ces trois travaux seront insérés dans le compte rendu 
de la séance. 



( «7 ) 



Documents relatifs à l'histoire de la Flandre pendant 
la première moitié du XI V" siècle. 

(Note supplémentaire.) 

(Par Henri Pirenne, professeur à l'Université de Gand.) 

Une obligeante communication de M. E. De Sagher, 
archiviste de la ville d'Ypres, à qui je suis heureux de 
pouvoir adresser ici mes meilleurs remerciements, me 
permet de rectifier la date que j'avais donnée à un docu- 
ment publié récemment par moi dans le Bulletin de la 
Commission royale d'histoire, 5* série, t. VII, pp. 24 et 
suivantes. 

Ce document renferme de curieuses instructions rédigées 
pour les délégués envoyés par la commune d'Ypres au roi 
de France, dans le but d'obtenir l'autorisation de conserver 
le fossé de la ville et les portes de l'enceinte intérieure. 
Comme il y est fait allusion aux travaux à exécuter à 
l'étang de Dickebusch, travaux autorisés par Robert de 
Bélliune en 15':20, et comme, d'autre part, la ville reçut 
en 155^ l'autorisation de reconstruire ses anciennes 
portes, j'avais cru devoir placer entre ces deux dates 
extrêmes la rédaction de notre texte. Dès lors, il me parais- 
sait se rapjtorter à la paix d'Arqués (15'iC), qui in)posa 
aux Flamands, comme on sait, la destruction de leurs for- 
teresses. Cette conjecture était erronée. Fn réalité, notre 



( 478 ) 

doctimenl est anlérieur non seulement à la paix d'Arqués, 
mais même à la prise d'Ypres par Zannekin en 1525. 
M. De Sagher me signale, en effet, un grand nombre 
d'extraits des comptes communaux, desquels il résulte à 
toute évidence que le parti populaire, après s'être emparé 
d'Y'pres, y fit exécuter de nombreux travaux de défense. 
Or, le texte que j'ai publié affirmant que depuis 1502 on 
n'a plus fait de forteresses dans la ville, a été écrit évi- 
demment avant 1525. Il est non moins évident que j'ai 
eu tort de l'invoquer contre la tradition qui altribue à 
Zannekin, ou du moins à ses partisans, la construction de 
nouveaux remparts à Ypres. 

Le commun victorieux agit en 1502 et en 1325 d'une 
manière identique. En 1502, après avoir livré la ville à 
Gui de Flandre, il s'empressa de fortifier les faubourgs, 
c'est-à-dire précisément cette partie de la ville qu'habi- 
taient la masse des tisserands et des foulons, et que les 
patriciens, pour mettre ceux-ci dans Timpossibililé de se 
défendre, s'étaient toujours gardés d'entourer de remparts. 
Après la paix avec la France et le triomphe de la bour- 
geoisie riche sur les métiers, qui en fut la conséquence, la 
nouvelle enceinte des faubourgs fut abattue, mais les bonnes 
gens laissèrent subsister, au mépris des ordres du roi, 
l'enceinte intérieure qui les mettait à l'abri d'un coup de 
main des artisans. Les faubourgs, où résidait « l'effort du 
commun «, furent démantelés, tandis que le centre de la 
ville, habité par les propriétaires fonciers et les marchands, 
conserva ses portes et sa ceinture de murailles. Ainsi le 
contraste que présentaient les deux groupes sociaux entre 
lesquels se répariissail la bourgeoisie apparaissait jusque 
dans l'aspect extérieur de la ville. Au centre des faubourgs 
ouverts des artisans s'élevait, comme une solide bastille, la 



( 479 ) 

ville des poorters, et rien ne prouve mieux que cet étrange 
spectacle, la défiance et la haine que le parti des bons et 
celui des mauvais nourrissaient à l'égard l'un de l'autre. La 
prise d'Ypres par Zannekin fut le signal d'une terrible 
réaction. Le commun s'empara du pouvoir, tandis que 
les échevins et les riches fuyaient vers Gand ou vers la 
France, et son premier soin fut, comme en 1502, de 
construire une solide enceinte autour des faubourgs. Les 
extraits de comptes qu'on lira plus bas montrent avec 
quelle vigueur et quelle activité les travaux furent poussés. 
On ne se contenta pas d'ailleurs de munir de remparts les 
quartiers populaires, on s'empressa de détruire les ancien- 
nes portes qui avaient servi pendant si longtemps de 
sauvegarde aux bonnes gens. Mais lorsque, après la bataille 
de Cassel, ceux-ci revinrent au pouvoir, ils agirent comme 
ils l'avaient fait déjà auparavant. Les nouvelles fortifications 
furent détruites, tandis que, avec l'autorisation du roi, les 
anciennes portes et les anciennes murailles fermant la 
ville bourgeoise furent rétablies (1). Les textes que M. De 
Sagher a eu l'obligeance de me communiquer se rappor- 
tent, on le voit, à un épisode caractéristique des luttes 
sociales qui ensanglantèrent la Flandre pendant le pre- 
mier (|uart du XIV^ siècle. On remarquera avec intérêt 
que, sauf le premier, tous sont rédigés en flamand. La 
langue populaire se substitua au français pendant les années 
où la ville fut administrée par les tisserands et les foulons. 
Le français reparut dans les comptes après leur défaite en 
1328. 

Pour en revenir aux instructions qui ont été l'occasion 

(1) DiEGERicK, Inventaire des chartes de la ville d'Ypres, t. II, 
pp. 65 et 79. 

Tome \n\ 5""" si^irie. 33 



( 480 ) 

de celte courte note, il me reste à en déterminer la date le 
plus exactement possible. INous venons de voir qu'elles ne 
sont pas postérieures à lo2S. Mais on peut fixer l'époque 
de leur composition d'une façon plus précise. Au moment 
où elles furent écrites, en effet, les travaux à l'étang de 
Dickebusch n'étaient pas encore commencés. Or on les 
entreprit dès le mois de novembre de la même année, 
comme le prouve la rubrique suivante du compte com- 
munal d'Ypres de novembre 1520 à novembre 1521 : «Ce 
sont les cous et les frais fais pour le grant vivier à Dicke- 
busch que la ville a fait faire de nouvel par le tans Jehan 
de Lo et Jehan Bierzebond trézoriers de le année (1). » 
Ainsi notre mémoire a certainement été écrit avant le 
mois de novembre 1520. M. De Sagher le croit même 
avec beaucoup de vraisemblance antérieur au l*"" septem- 
bre 151 G. On possède, en effet, à celte date un concordai 
entre le régent du royaume de France et les Flamands, 
décidant entre autres que « mesire le régent [envolera] 
bone gent gracieuse au pais qui verront les nouveles et les 
vieilles forteresces cl ce qui sera pour les nécessitez des 
villes, des eaus ou autres choses, ou par quoi se elles 
cheoienl en deslruisant édifices les villes seroient défigu- 
rées ... (2) ». 11 est très possible que nos instructions aient 
été écrites pour les délégués d'Ypres envoyés aux confé- 
rences d'où sortit le concordai de 1516. La présence de 
l'expression caractéristique : défigurées, dans les deux 
textes permettrait même de supposer que le premier n'a 
pas été sans influence sur la rédaction du second. 

(J) Je dois également ce renseignement à l'obligeance de M. De 
Sagher. 

(2) Limburg-Stirum, Cod. dipl. Flandr., t. Il, p. 286. 



( 481 ) 



EXTRAITS DES COMPTES DE LA VILLE D'YPRES 
DE 4325 A 1328. 

[Communiqués 

par 

M. E. De Sagher, archiviste de la ville d'Ypres.) 

Premièrement le semmedi devant le s. Jehan-Babtiste pour 
2 semaines. 

Item à pluseurs ouvriers mâchons, carpentiers et pynres 
qui ont esté as portes en ceste semaine pour mètre et warder 
les espringales et les portes collices (1) et pour oster les portes 
et briser ce qu'il i appartenoit 

Pour mener et trainer portes qui furent ostées et les 
espringales des portes et autres coses en le ville et al ost de 
Bruges et des Francs. 

(Compte en rouleau, du iô juin 1325 au 
24 août i325. Rubrique « Commun brief » 
ou Travail et matériaux, w 3i-B-II-B.) 

Item glieleivert Willem Âmeide ende Wouter Tac omme 
stene ghecocht te Betunc ten porlen bouf, 92 Ib. 5 s. 
Janne den Corten igheiven ter veste bouf, 2000 Ib. 

[Compte 3 octobre au 2S décembre 1325, 
l\ubri(iue « Diverse persoiien », n» 32-A-lI.) 



(I) Herses. Voy. Ducangc, v» culacius. 



( 482 ) 

Ilem saterdaeghs vor Onser-Vrouwen dach ter Lichtmesse : 
timmcrmnns van 512 dachwerken endc 2 halve dachwerken 
werkende int nicwc werc van dcr port van 4vvouken,321b. 8 s. 

Jtem salcrdaeglis iip den 8*''" dach van marte : van delvers 
ende van butdraghers werkende in de niewe vesle bachlen 
Cordenerigglicn endc ter Elverdincporle endc ter Minnenbru- 
ghe, dl Ib. 8. d. 

Ilem saterdaeghs vor Passche daghc : delvers endc bu tiers 
werkende in de niewe vesle bnchtcn Cordenerigghen ende 
elre, 20 Ib. 8. s. 

Ilem salerdacghs vor Qiiasimodo : van den coslen de porten 
te brcikene endc van waghenen ende kerren van 4 daghen, 
84 Ib. 

Item saterdaeghs na Qiiasimodo : van den coslen de porten 
te brekene ende ommc de stoffc ocli te voerne, 190 Ib. 

Item saterdaeghs up den 12'"" dach van aprille : van den 
porlen te breikene ende de stoffe och te voerne ende van 
andren werke achier porlen, 205 Ib. 

Item saterdaeglis vor s. Maercx daghe : van den porten te 
breikene ende de stoffc och le voerne endc van andren 
werke achier porten, 120 Ib. 

Item salerdacghs na S' Maercx daghe : van den porlen le 
breikene ende van sloffen och te voerne ende van andren 
werke achier porlen, 77 Ib. 

Ilem saterdaeghs der Ilelegher-Crusen daghe : van den porlen 
te breikene van stencn en Icighclen le bringhene up S' Mar- 
tins kerchof 02 Ib. 

Item saterdaeghs Tsinxe avonde : van den porlen le rumene 
endc van wercllcden 49 Ib. 

Norhoudc van sincn taschwerkc ter Dixmudeporle, ter Boe- 
singporle endc ter Elverdincporle van stcnen te hauwenc 
ende te levernc ende mids descn ende andren ghclde dat hem 
ileent was in de oude rekeninghe so es hi ol betaeit os van 
dien werke, 50 Ib. 9 s. 



( 483 ) 

Item saterdaeghsnaTsinxenrvandcn portcn le nimene ende 
van den tunen te makene daer de portcn stoeden ende van 
andren werke achter porten, 28 Ib. 

Item saterdaeghs na den Sakermente daghe : Hannin van 
der Cruce van 8 zacke cales 1er Timpelportc ende ter niewer 
Hanguaerporte, 20 d. Clais den Cuencch van den wcighen le 
makene an de nieuwe (1) biden niewcn porten van 2 daghen, 
2 s. 6 d. 

{La même citation pour douze autres individus.) 

Item saterdaeghs up den ecrsten dach van woedemaent : 

37 limraerlieden van 536 dachwerken werkcnde ende 

van tunen ten ouden porten te makene, 54 Ib. 16 s. 

\\ d. 

Gluydeckers van 25 dachwerken ende 2 halve werkcnde 
ter niewer Hanguaerporte ende ter Timpelporle ter water- 
molne, 44 s. 

Van3l2scovegluysibcseghtter niewer Hanguaerporte, 38 s. 

Cruskine van calke te draghcne 1er niewer Hanguaerporte. 
Delvers ende kerdewaghencruders ende heyers ende hazcrs(2) 
werkcnde an de stadboomniinghc ende eh-e an de niewe veste 
van 2 wouken, 16 Ib. 5 s. 2 d. 

Item saterdaghs up den 7''^" dach van woedemaent : van 
Iccnrocden ende van hocpcn ten husckine bouf (5) bider 
niewer Hangwaerporte, 8 s. 4 d. 

Jan Veisc, Chrisliane van Rozcbeikc ende Svmon Cockaerde 



(i) Un mot semble manquer dans le texte original. 

("2) Heycr, ouvrier enfonçant des pilotis au moyen d'un mouton 
(heye, Kiliacn). Ilazcr ou Ascr, ouvrier chargé d'épuiser les eaux. 
Voy. Gaillard, Glossaire arch. Bruges, V ascr. 

(3) Tecnroedcn, dos verges d'étain ; lioepen, des cercles. V'oy. 
Gaillard, op. cit. v» houpen. Il s'agit peut-être de la construction 
d'une machine de guerre. 



( 484 ) 

van harcn tascliwerke ter Bocsingporle, ter Dixmudeporte 
ende ter Elverdincporte de welke si namcn te makene ilike der 
Thoroutportc ende mids desen ende don andren ghelde dat 
hemlcden glieleent was so syn si vulgouden, 8 Ib. 

Janne van den Kerchove ende Danine den Maits van haren 
taschwerken ter Bueterporle ende 1er Posterne ton Heimcl- 
dale de welke si namen te makene ilike der Tlioroudporle 
ende mids desen ende den andren gliclde dat hem Icden ileenl 
was so syn si vulgouden, 42 s. 6 d. 

[Compte en rouleau, 2S décembre J325 au 
12 juin 1326, Rubrique k Commun brief », 
n» 32-B-II-C.) 

Item salerdaeghs na s. Vincensis daghe : Jan Spieringh 
van dat hie ontfine ende screef ende leverde tghclt van den 
veste, 6 Ib. (1). 

Item saterdaeghs na Quasimodo : Calheline Ypermans van 
dat soe Pieter van den Ghilthuse den waghenmakere inas van 
ère wonde die hi onlfinc ter Cominporle os men de porte 
brac, 18 s. 

Item 51 zelscotters die tcn niewen porten laghen van 
40 daghen die begonsten lighen s. Visensis avonde, 77 ib. 
7 s. 6 d. 

[Compte ul supra, Rubrique « Diverse per- 
sonen, etc. », n» 32-B-II-D.) 

Item saterdaeghs na s. Maertins daghe in den zomer : 
21 timmerUede, 97 dachwerke werkende ten tunen an de oude 
porten, ten drawende hecken (2) enden ten dammen 



(i) Cette citation tendrait à prouver rinstitution d'un fonds spé- 
cial des fortifications et de comptes spéciaux quidoiventavoirdisparu. 
(2) Herses. 



( 485 ) 

21 personen onder delvers, stampers, kerdewaghencruders 
werkcnde len ouden porlen len damme 

Item saterdacghs na der octave van s. Marlins daghe : 
van 15 kcrren zavels ende 12 kerren teghelen ivoert van der 
ouder Boesingporte ten Bride . 

Item s. Lauwerens avonde : 2 calcdragliers van G8 zacke 
cales le draghene baehten Cordencrigghen ende ter niewer 
Hangwaerporle 

Item salerdaeghs na Onser-Vrouwen dach : Picter den 
Caramere van 4000 teighellattenaghelen ibeseglit ter niewer 
Hangwaerporle meide le makcne, 18 s. 8 d. 

Item salerdaeghs s. Berteiraeus avonde : 14 limmerlieden 
van 74 '/a daghwerken werkendc ten overdraghe, an de sprin- 
ghale ende an de tune ten ouden porlen. Janne den Blonden 
van enen laschwerke van te deckene met leighelen de Hang- 
waerporle, 45 s. 

Item salerdaegh na Onser-Vrouwen daghe in septembre : 

ende van andren yscrcnne werke ybeisecht ten huse- 

kinen ten niewen porlen. 

Item salerdaeghs na s. Malheus daghe : Pieter den straie- 
makere van enen laschwerke van der strate te makene lus- 
schen der Zinnebeicslrate ende der Curlricporle 

[Compte en rouleau, 1-2 juin 1326 au 8 octo- 
bre 1326, fiubrique « Commun brief », 
no 3:2 C-II-C.) 



Item saterdaghs na s. Martinsdaghe : Jacob Ghengen van 
1 laschwerke van le makene 1 brigghc ovcr de Ypre 1er 
niewer Boesingporte, 6 Ib. 2 s, 8 d. 

Item saterdaghs vor s. Kalhclinen daghe: Pieter den Strate- 
makere van 1 laschwerke van der strate te cauchiedene lus- 
schen der niewer Hanguar porte ende der Curlricslrale. 

Thicrine den slratcmakerc van 1 laschwerke van der Mes- 



( 486 ) 

sinstrate te niakenc len uterslen [veste] ende bi der niewer 
porte. 

Item satcrdaghs s. Niclaus daghe : cnen caucliiedere van 
i daghe ter ouder Elverdingporte. 

Item saterdaghs na Onser-Vrouwen daghe in décembre : 
Pieter Tourlemaine vaii 550 staken van 5 vuerinecortelin- 
ghe (1), van 5 rcghelen van 30 voeten van 150 esschinelatlen 
ende van 5 ekinen voellatlen (2) ende 2 balken païen of te 
makene len niewen vcsten. 

Item saterdaghs na middcwintere : 51 personen delvers 
werkendc an de niewe veste 1er Curtricporte elken van 
2 daghen, de welke beiterden de veste. 

Janne van denDamme van te vuhnakene tende van der veste 
tussche der Thoroudporte ende den damme ende te diepene. 

Item saterdaghs na niewe dach : 46 personen delvers wer- 

kende an de niewe veste ter Curtricporte, de welke 

beiterden de veste. 

Van I niewer lanterne ter niewer Dixmudeporte 

Ilem saterdaghs na s. Pauwels daghe : Jehanne van den 
Dararae van te diepene de niewe veste tusselien der Curtrie- 
porle ende den da.mme bachtcn Cordenerighen van 155 roeden 
i zestendeel min, van der roede 45 s., 289 Ib. 17 s. 10 d. 

{Compte en rouleau, octobre 1326 au 6 fé- 
vrier 1321 (u. St.), Fiubrique « Commun 
bricf », u<>3;!-A-II-C.) 

Item saterdaghs s. Marx daghe : van delfwerke ende van 
buttiers ende van dat daer toebehordt int werc van den scoven 
ute te draghene in de niewe veste ter Hanguarporte van 
1 wouke, 19 Ib. 4 s. 

(1) Pièces de bois de sapin (vuerinhout). 

(2) Mol à signification inconnue. Voy. Gaillakd, Glossaire arcft. 
Bruges, v» voelatte. 



(487 ) 

Item saterdaghs na s. Marx daghe : idem 21 Ib. 15 s. 

Item saterdaghs na der Heligher-Crucen daghe : idem 22 Ib. 
7 s. 

Item saterdaghs voor Ascensi dach : item 25 Ib. 8 s. 

Item Janne van den Darame van den overwerke dat hi deide 
an de scove in de niewe veste ter Hanguarporle. 

{Compte en rouleau, 6 février au 29 viai 
1327, Rubrique « Commun brief », n» 33- 
B-ll-D.) 

Item saterdaghs vor s. Jchans messe : item Jan Crestiene 
van 2 parthueren van dat hi vocr alomme len niesven vesten 

4 s. 

(Compte en rouleau, 29 mai 1327 à octo- 
bre 1327, Rubrique « Pardekiu », n» 33- 
C-II-C.) 

Eerst saterdaghs vor Tsinxen : van delfwerke ende van but- 
tiers die werken in de scove ter Hanguarporle in de niewe 
veste, 47 Ib. 2 s. 

Jan Tacke, Paulin Tonizc, Lammin de Coninc ende Lammin 
Aloud van cnen scavole te makene ter niewer veste bachte 
Thorins Vos. 

Item saterdaghs der Triniteit avondc : van delfwerke ende 
van bottiers ende bedrivers die wrochlen in de scove ter 
niewer Hanguarporle in de veste. 

90 timmerlieden van 453 dachwerke oiider hem ollen wer- 
kcnde olomme up de niewe vesle an de ordyche (I). 

Hem saterdaghs na den Sacrement daghe: van delfwerke van 
huiliers ende bedrivers die wrochlen in de niewe veste ter 
Hanguarporle onnne de scoven ule le draghene. 



(1) Mcmc mot que ^> hordyt -, liourdis, palissade. Voy. Ducange 
v" hurJiciuiu. 



( 488 ) 

Van 199 vocderen die hoiit voerden van dar het yhauwen 
was butcn niewen vesten loten porten. 

Item saterdaghs vor s. Jehans messe : 20 houlhauwers van 
81 daclîwerken onder hem ollen van houle te hauwene 
omirent de niewe veslen omrae de ordiche meide te makene. 

Item saterdaghs na s. Martins daghe van 5 wouken : Jacob 
Giiengen van dcn ordichcn te makene up de niewe vesten 
tusschen dcr Boesingporte ende den darame ieghen de Coe- 
slrate van 65 doeren te slakene 4 Ib 17 '/a s. 

WilIcm Benedicle van den zelven tusschen den vorseiden 
damme ende der Eiverdingporte van 14 roeden yreighelt ende 
36 roeden ystaecl (I) 1 voet min, 3 Ib. 49 s. 

Item tusschen der Eiverdingporte ende der 

Albelmolne van 79 '/s roeden vulmaect ende zi hebben de ene 
heit te wide ystaect 2 voeten, 7 Ib. 12 s. 4 d. 

Item tusschen der Albelmolne ende der Bueter- 

porte van 29 roeden vulmaect, 58 s. 

Item tusschen der Buelerporte ende Stassins 

Snoucs werke van 52 '/a roeden vulmaect, 5 Ib. 5 s. 

Item tusschen den vorseiden werken ende tote bi 

der Timpelporle van 40 roeden 1 vierendel ystaect, 3 Ib, 4 d. 

Item van der Timpelporle zuulwart van 27 roeden 

ystaect. Item 16 roeden yreighelt. Ilem darna 13 roeden 
ystaect, 4 Ib. 12 s. 

Item van den vorseiden werke zuutwart van 

129 roeden 1 vierendel min ystaect, 9 Ib. 15 s. 3 d. 

Item van den vorseiden werke toter Messinporte 

van 35 roeden vulmaect, 5 V» Ib. 

Item van der steide werke ter 3Iessinporte oosl- 

warl toter steide werke ter Comminporle van 62 roeden vul- 
maect ende 105 roeden yslaect ende de ene heit es te bindenc 
ende 1 voet le wyt ystaecl, 13 Ib. 4 s. 

(I) Clous de fer? 



( 489 ) 

Pieter Stassin van der Sleide werke van der Comminporte 
ooslwart toter posterne van 55 roeden vulmaect ende 64 '/î 
l'oeden ystaect ende 1 voet le wyt, 7 Ib. 17 s, 5 d. 

Item van der posterne nortwarl van 26 roeden 

ystaect ende 25 '/î roeden vulmaect, 4 Ib. 10 r. 

Ilem van den vorseiden werken nortwart van 12 

roeden vulmaect ende 36 roeden ystaect ende 10 roeden 
van reighelne inder stcide werc, 4 Ib 3 s. 

van den vorseiden werke loten werke van der 

Hanguarporte van 63 roeden i vierendel min ystaect, 4 Ib. 
14 s. 2 d. 

van der steide werke van der Hanguarporte nort- 
wart van 18 roeden vulmaect, 56 s. 

van den vorseiden werke nortwart van 30 roeden 

ystaect ende 93 roeden vulmaect, 11 Ib. 11 s. 

van den vorseiden werke toter Thoroudporte van 

29 roeden vulmaect, 58 s. 

van der Thoroudporte nortwart van 57 roeden 

vulmaect ende 23 roeden ystaect ende 1 9 roeden vulmaect, 9 Ib. 
9 V. s. 

van den vorseiden werke toter steide werke 1er 

Dixmude porte van 21 roeden vulmaect ende 11 roeden 
ystaect ende 45 roeden vulmaect, 7 Ib. 8 '/î s. (1). 

Lammin van Ardoye van in tassclie te makene ende te slich- 
tene een dal in de niewe veste ter Kemmele. 

Riquart Stevcn van te slichtene de weighe 1er niewer veste 
tusschen den Heimeldale ende 1er Vormezele strate 50 s. 



(1) Ces divers passages donnent toute l'cnccintc fortifiée de la 
ville, excepté de la porte de Dixmude à la porte de Bocsinghe, dis- 
tance égaie à peu près à celle qui existe entre la Hanguarporte et la 
porte de Thourout. 



( 490 ) 

Ilcni salerdaglis vor s. Maricn-Magdalenen daghe van 

4 wouken : Christiane van Rozebeike ende Jan Havclose van in 
taschwerke le hoghcue de niewe Hanguarporle van niaehourien 
van 9 '/o voeten 13 Ib. 6 7-2 s. 

Item salerdaglis vor s. Bertelineus daghe van 5 wouken: van 
wachtcnede2 damme len niwen veslcn van 6 wouken. 

{Compte en rouleau, 29 mai 1327 à octo- 
bre 1327, Rubrique « Commun brief », 
no38-C-lI-D.) 

Mecster Jan Stivelboude ygbeven in hovescheiden van dat hi 
halp besien ter steide werkc als me de ordiche maecle up de 
niewe vesten, 4 Ib. 16 s. 

Jehan Pauwelse van dai hi bescadichl was van der niewer 
veste 6 Ib. 

[Ibidem, Rubrique « Diverse personen. », 
11° 33-C-II-E ) 

Item saterdaeghs na don loghedaghen van der Ypermarct : 

5 delvcrs clken van 5 daghen, 2 stampers elken van 5 daghen 
werkende ter niewer veste, 7 s. 

Item saterdaeghs vor half vastencn : i 2 dclvers wer- 
kende te2overdraghcn cnde ten 5 dammen buter Boesingportc 
an de niewe veste, 55 s. C d. 

Item saterdaeghs Palraezondaghe avondc ; 16 handwerc- 
lieden dclvers, kerdewagheneruders, bultcrs werkende an de 
niewe vesten ende elder 4 ib. 18 s. 6 d. 

Item saterdaghs na Assensi daghe : 9 delvcrs wer- 
kende ter Bueterporte ende bachlen Cordencrigghcn in de 
niewe veste 

Item saterdaeghs Tsinxe avondc : 12 mailsc wer- 
kende ande niewe porten. 

18 fondercrs, dclvers, hazers, kerdewagheneruders 

werkende in de niewe veste ende eldere, 7 Ib. 5 s. 



( 491 ) 

Butdraghers ende laders die wroghten in de niewe vesie hi 
der niewer Hanguaerporte ommc de scove iite te draghenc. 
Willem Hughen van te makene in tassche ene riole tussche 
der Marcslrate ende ter Dixraudstrate binnen der niewer 
veste. 

Item van den sloten van den 2 Messinporten te verbeiterne 
ende te vermakene. 

{Compte en rouleau, 31 janvier au 27 mai 
1328, Rubrique « Commun brief », n° 34- 
B-Il-C.) 

Item salerdaeghs na der Heleghcr-Crucen daghe in septem- 
bre : Jan Taispile isent nachts octrent de niewe vestem met 
scepcncn van 14 nacliten van parlhueren, 28 s. 

[Compte en rouleau, 27 mai à novembre 
I328,l\ubrique «Pardekin »,iio34-C-lI.B). 

Eerst saterdaeghs derTriniteil avonde:delvers endebuttiers 
werkende in de niewe veste der niewer Hangwarporte van 

4 daghen, 24 Ib. 3 s. 

Item saterdaegbs na Sacremen daglie : delvers ende butters 
werkende inde nieuwe veste ter Hangwarporte van S dagben 
28 Ib. 14 s. 

Item saterdaegbs s. Barnabas dagbe : delvers ende buttiers 
werkende in de niewe veste an beden ziden van der Hangwaer- 
porte van 6 dagben, 32 Ib. 12 s. 

Item saterdaegbs vor s. Jebansmesse middczomer : delvers 
ende butters werkende in de niewe veste ter Hangwarporte 
van G dagben, 35 Ib. 5 s. 

Item saterdaecbs na s. Jebansmesse te middelzomere : idem 

5 daghen, 27 Ib. 13 s. 

Item saterdaegbs vor s. Martins daghe in den zomer : idem 

6 dagben, 3y Ib. G s. 



( 492 ^ 

Item saterdaeghs na s. iMarlins daghe in den zomer : idem 
6 daghen, 59 Ib. 10 s. 

Item saterdaeghs vor s. Marien-Madalen daghe : van 
2045 rawe berden te canlene ende van an le slane ten ordi- 
chen an de niewe veste, 40 Ib. 3 s, 6 d. 

Item saterdaeghs na s. Marien-Madalenen daghe : van 
huiliers ende delvers wcrkende in de niewe veste 1er Curlryc- 
porle van 6 daghen, 57 Ib. 12 s. 

Item saterdaeghs vor s. Pielcrs daghe in den oust : idem 
van G daghen, 37 Ib. 4 s. 6 d. 

Item saterdaeghs na s. Pieters daghe in den ousl : idem van 

5 daghen, 24 Ib. 2 s. 

Item saterdaeghs vor Onser-Vrouwen daghe in den oust : 
delvers delvende up de niewe vesten daer me de berden 
slelde van 21 1/2 dachwcrken onder hem ollen, 27 s. 8 d. 

Delvers ende buldraghers werkende in de niewe veste ter 
Curtrycporle, 27 Ib. 15 s. 

Item saterdaeghs na Onser-Vrouwen daghe in den ousl : 
delvers ende buldraghers werkende in de niewe veste 1er 
Zeilebeicstrate van daghen, 27 Ib. 

Item saterdaeghs na s. Bertelnieus daghe : delvers ende 
buldraghers werkende in de niewe veste in veile sleiden van 

6 daghen, 14 Ib. A s. 

Item saterdaeghs na s. Jehans daghe in den ousl : delvers 
ende buldraghers werkende in veile sleiden an de niewe 
vesle van 4 ^/^ daghen, 18 Ib. 5 s. 

Ilem saterdaeghs na der Heileghen-Crucen daghe in sep- 
tembre : van den berden te wachlen die in vielen 1er niewer 
vesle len scove van 1 nachl, 12 d. 

{Compte eu rouleau, 21 mai à novembre 
1328, Rubrique « Commun brief », n'Si- 
C-ll-C.) 



( 493 ) 

Nous arrivons ici à Vépoque de la soumission de la ville 
d'Ypres au roi de France, après la bataille de Cassel. (Voir 
J. Diegerick, Inventaire des chartes et documents de la ville 
d'Ypres, n<" 428, 429, 430, t. II, pp. 49 à nô.J On s'en 
aperçoit aisément dans les comptes. En effet, tous les travaux 
de fortifications sont arrêtés net et les conventions pour l'en- 
treprise de ceux-ci sont rompues. On lit en effet : 

Item salerdaeghs vor Aire SS. daghe : Jan Veise, Jan Loudon 
ende Janne van den Hille van te hoghcne de Zinnebeicporte 
van den rniddelsten ghreiidelen slicht den uppercanten van 
den neidersten zoldere ende te bewerpenc in tassche orame 
lo Ib. ende omnie dat zyt nict vulmaecten zo was hemleiden 
ymindert 10 s. ende tremenant vsai liemleiden ygheven, 14 Ib. 
10 s. 

Jan Havelose ende Jehanne van den Kerchove van te hoghene 
de Elverdincporte ende de Dixmudcporle in tassche, 14voeten 
hoghe ende daerboven 7 voeten, 2 teighelen dicke ycarteelt 
omrae 34 Ib. ende van te hoghene de Bueterporte 7 voeten, 
'2 teighelen dicke omme 4 Ib. ende omrae dat zyt niet vul- 
raaeclen zo was hemleiden ymindert 14 Ib. 4 s. 8 d. ende 
tremenant was hemleiden ygheven, 23 Ib. 15 s. 4 d. 

[Compte 11° 34-C-II-C ut supra.) 



( 494 ) 



II. 



Nouveaux documents relatifs à la guerre dite 
a de la Vache de Ciney ». 

(Par Edouard Poncelet, conservateur adjoint des archives de l'État, 

à Mons.) 

Nous avons vu, dans une notice publiée dans les Bulle- 
tins de la Commission royale d'histoire (1), qu'il fallait 
mettre au rang des légendes l'histoire de la guerre de la 
Vache telle que la racontent les chroniqueurs, et que le 
véritable motif de ce conflit fut une contestation territoriale 
provenant de l'inféodation au comté de Namur, par le 
chevalier Jean de Beaufort, de la seigneurie de Goesnes, 
terre allodiale de l'évêché de Liège. 

Le bon accueil fait à notre communication par ceux qui 
se sont occupés de l'histoire de celte époque, nous engage 
à publier quelques nouveaux documents, recueillis aux 
archives de Paris, de Lille et de Namur, qui permettent de 
mieux préciser certains épisodes de cette sanglante que- 
relle. 

L'un de ces documents donne la date des premiers 
conflits à main armée ou, plutôt, du commencement de la 



(1) K'« série, t. III, pp. 275-595. 



( m ) 

guerre entre Jean d'Enghieu, évéque de Liège, et Guy de 
Dampierre, marquis de Namur; car les différends et même 
les actes de violence entre les Liégeois et les membres de 
la famille de Beaufort durèrent assez longtemps avant que 
Guy de Dampierre se soit cru obligé d'intervenir officiel- 
lement dans le litige et que cette dispute entre l'évéque 
de Liège et son vassal se soit transformée en une guerre 
de pays à pays. 

La guerre éclata en avril 1276; les villes liégeoises voi- 
sines du comté de Namur conçurent, pour leur sécurité, des 
craintes que la suite des événements ne justifia que trop et 
s'occupèrent, sans retard, à construire ou à restaurer les 
remparts, bien primitifs encore, qu'elles pouvaient opposer 
aux attaques de l'ennemi. 

Fosses, ville du pays de Liège, était, par sa situation, une 
des plus exposées aux entreprises des Namurois; les bour- 
geois décidèrent de l'entourer de palissades et de barrières; 
mais, ne trouvant pas dans les forêts communales assez de 
bois pour achever leurs travaux, ils allèrent prendre dans 
les possessions de l'église collégiale de Saint-Pholien les 
perches et les matériaux qui leur manquaient; le chapitre 
de Fosses, vu la destination des bois qu'on lui enlevait et 
l'imminence du danger, ne fit pas d'opposition, mais pour 
que cela ne pût, à l'avenir, porter préjudice à l'église, le 
maire, les échevins et les habitants de la ville se présen- 
tèrent, le 22 avril 1276, devant Nicole de Condé, sire de 
Morialmé et de Bailleul, avoué de l'église de Fosses, et 
déclarèrent qu'ils avaient usé du bois appartenant au cha- 
pitre, non en vertu d'un droit, mais par nécessité, pour la 
sécurité de la ville; ils offrirent d'ailleurs de restituer, soit 
en argent, soit par le produit de leurs forêts, ce qu'ils 
avaient enlevé dans le bois de l'église. 

Tome vm', 5'"" séiue. 34 



( 496 ) 

Les annales de Fosses présentent, dans la relation de ces 
événements, une lacune qui ne permet pas de savoir si 
celle ville subit les actes de pillage et de meurtre dont 
furent victimes les autres localités (i) et qui durèrent 
jusqu'à ce que les belligérants, fatigués eux-mêmes de ces 
violences, décidèrent un temps de répit. 

D'ailleurs, Guy de Dampierre avait en ce moment bien 
d'autres préoecupalions ; l'insuccès relatif de la croi- 
sade de 1270, où il avait accompagné et vu mourir 
saint Louis, roi de France, ne l'avait pas découragé et, de 
même que Jean, duc de Brabant, il était bien décidé à tenter 
une nouvelle expédition en Terre-Sainte (2). En présence 



(1) Les Annales Fossenscs relatent qu'en 1277, Guy, comte de 
Flandre, après s'être associé les comtes de Luxembourg et de Lira- 
bourg, le duc de Brabant et les évêques de... (lacune), dévasta le... 
et incendia complètement le village deMeeffe ainsi que l'église, et que 
beaucoup d'autres localités furent brûlées et détruites dans l'évêché 
de Liège, le pays de IVamur et le comté de Luxembourg. Pertz, 
M. G. H.f t. IV, p. 33. — Alexandre, Publications des bibliophiles 
liégeois. 

Les annales de Floreffe, qui, pas plus que celles de Fosses, ne font 
la moindre mention de la vache légendaire, rapportent les événe- 
ments comme suit : En d276 éclata une grande guerre entre le comte 
de Namur et Jean d'Enghien, évoque de Liège, pendant laquelle un 
grand nombre de villages furent brûlés départ et d'autre. Des Namu- 
rois étant entrés de force dans la ville de Dinant, y furent enfermés 
et massacrés par les bourgeois; Ciney, Meeffe et beaucoup d'autres 
localités du pays de Liège furent brûlées. Le comte se rendit à War- 
iiant avec une immense armée, mais Tèvéque n'osa se présenter pour 
lui livrer bataille. — Annules Flore/penses, dans Pertz, M. G. H., 
t. XVI, p. G28. 

(2) Bull, de la Comni. roy. d'histoire, 4« série, t. XVMI, p. 89. 



( 497 ) 

des difficultés qu'il rencontra dans le gouvernement de ses 
Etats et des différends qu'il eut dès celte époque avec les 
communes flamandes, il dut renoncer à son projet; mais, 
voulant donner une suite à ses préparatifs, il accompagna, 
en 1276, le roi de France Philippe le Hardi dans sa 
guerre contre le roi de Castille (1). 

Ces événements ne furent pas étrangers à la conclusion 
de la trêve dont le second de nos documents indique les 
conditions : le 4 août 1276, Guy de Dampierre, les comtes 
de Luxembourg et de La Roche, et Gérard de Luxembourg, 
sire de Durbuy, qui se trouvaient alors à Binche, accor- 
dèrent à Jean d'Enghien, évèque de Liège, une trêve de 
soixante-dix-huil jours, du 16 août au \^' novembre 1276; 
l'acte relatif à cet armistice donne le nom de plusieurs des 
seigneurs qui furent, dans cette guerre, les principaux auxi- 
liaires des deux souverains et qui, pour ce motif, furent 
spécialement compris dans la trêve ou en furent exclus; 
Kigaud de Beaufort, sire de Fallais, Gérard de Villeret et 
ses gens (2) du côté du comte de Namur y furent admis, 
mais le comte de Salm (3), partisan de Guy de Dampierre, 



(1) Kervyn de Lettenhotb, Histoire de Flandre (3= édition), t. I, 
pp. 265, 267, 278. 

(2) Lors des enquêtes faites en 1278, sur les torts réciproques des 
belligérants, Tévêque de Liège se plaignit que plusieurs de ses bour- 
geois avaient été faits prisonniers «en la maison monsignour Walhier 
de Vilcrecli, ki est juslcceauie le conte ». Bull, de la Comm. roy. d'his- 
toire, b" série, t. III, p. ô25. Tiré à part, p. 53. 

(3) Henri, comte de Salm, cilé en 1270, 1279, 1280; Wauters, 
Tahle des diplômes, t. V, pp. 545, BOI, 570, 596. 



( 498 ) 

mcssire Baré d'Alleur (1), les de Rahier et Colon de 
Sohet (2), tous sujets et partisans de l'évéque de Liège (3), 
en furent exclus; en vertu de cet acte, l'évéque devait, 
jusqu'au jour de l'expiration de la trêve, a resasir le liu 
dont débas », c'est-à-dire remettre les de Beaufort en pos- 
session du chàleau de Goesnes dont il s'était emparé; il 
était convenu que les prisonniers, de part et d'autre, 
devaient être raisonnablement ostagiés, c'est-à-dire échan- 
gés ou libérés moyennant équitable rançon. 

Nous avons déjà signalé dans notre première notice 
l'intervention dans le conflit du roi de France Philippe le 
Hardi; cette intervention, très remarquable, est mise en 
relief par deux nouveaux documents : l'un est une lettre 
originale écrite de Huy, le 14 juin \'277, par l'évéque Jean 
dEnghien au roi de France, par laquelle il lui fait savoir 
que, sauf sa vie et sa santé, il sera à Paris le H août sui- 
vant, comme le roi le lui a mandé, et qu'il consent à ce que 
la trêve existant entre lui et le comte de Flandre soit pro- 
longée jusqu'au 1"^ octobre. 

Au jour dit, l'évéque de Liège était à Paris, à la cour du 



(i) Barc d'Alleur, chevalier liégeois, figure dans les chartes du 
5 mars 12b9, 4 juillet 1265, 12 juin 1277 et 16 avril 1278. .Jbhayc 
du Val-Saint- Lambert, chartes n»^ 258, 288; Collégiale Saint- Martin, 
chartes n«« 102, 107. 

(2) Colon de Soiiain, ou Sohet, et ses ficres Wauthier et Renier 
sont cités dans des documents de 1278 et 1283. abbaye du Val Saint- 
Lambert, chartes n<" 363, 573 et 375. 

(3) Parmi les principaux alliés de révêque Jean d'Engliien se 
trouvaient encore son cousin Jacques de La Roche et le seigneur de 
Farciennes. C. R. II., 5« série, t. III, pp. 527 et 543. Tirés à part, 
pp. 55 et 70. 



( 499 ) 
roi. D'après les conseils ou, peut-être, les ordres de celui-ci, 
il consentit à faire Philippe le Hardi arbitre de ses diffé- 
rends avecGiiy deDampierre;il jura d'observer la sentence 
royale et de faire tous ses efforts pour obtenir à ce sujet, 
avant la Toussaint, l'approbation de son chapitre cathé- 
dral (1). 

Mais l'accord ne put encore se conclure à ce moment, 
à cause, surtout, du refus de Guy de Dampierre d'entrer 
en négociations avant que Jean d'Knghien ne lui eût 
donné satisfaction pour la terre de Goesnes; ce n'est qu'au 
mois d'avril 1278 que les belligérants confièrent la décision 
de leurs différends à des arbitres (2), mais lorsque Jean 
d'Enghien mourut, la plupart des questions qui divisaient 
les deux pays étaient encore en suspens. 

Peu de temps après cette mort, le 19 novembre i28l, 
Guy de Dampierre, qui désirait voir placer son fils Jean de 
Flandre, alors évéque de Metz, sur le trône épiscopal de 
Liège, et le chapitre de Saint-Lambert, qui gouvernait la 
principauté pendant la vacance du siège, résolurent de 
terminer leurs débats par un compromis définitif; le comte 
de Flandre nomma comme arbitres le chevalier Warnier 
de Dave et maître Henri de Poiivache; le chapitre de Liège 
choisit, de son côté, Guillaume de Petersheim, chanoine de 
Saint-Lambert, et le chevalier Henri de Fexhe; si l'accord 



(I ) Ces deux documents, qui fout partie du Trésor des chartes des 
rois de France, aux Archives nationales à Paris, nous ont été commu- 
niqués par M. A. Delesclusc, charge de cours à riliiivcrsilc de 
Liège. 

(2) Du 9 janvier au ^20 août l'iTS, Guy de; Dampierre se reii lit 
deux foi"- à Paris. Saint-Genois, Inventaire des chartes des comtes de 
Flandre, à Gnnd, n» 257. 



( oOO ) 

ne pouvait se faire entre ces quatre personnes, sire Jean 
de Tliuin leur était adjoint comme arbitre supérieur; le 
comte et le chapitre promirent, sous peine d'une amende 
de 1000 marcs liégeois, d'observer la sentence arbitrale, 
laquelle devait être prononcée endéans la fête de Saint- 
Jean-Bapliste. 

Quelque temps après, Jean de Flandre devint évêque 
de Liège, ce qui termina les débats et eut pour résultat de 
mettre, pour ainsi dire, le pays de Liège sous la tutelle du 
comte de Flandre. 

La guerre n'avait pas causé aux belligérants que des 
dommages matériels; elle avait aussi troublé profondément 
le pays au point de vue religieux. 

Le comté de Namur dépendait au spirituel de l'évèclié 
de Liège; pendant les hostilités, l'èvéque Jean d'Enghien, 
en vertu sans doute de la constitution pontificale contre les 
ravisseurs des biens CLclèsiastiques, jeta riiiterdit sur la 
terre de Namur ; Guy de Dampierre appela au pape 
Martin IV de cet acte qu'il considérait comme une injus- 
tice. Jean d'Enghien mourut avant la décision de cette 
affaire et, le 30 octobre 1281, le pape chargea l'archevêque 
de Reims, le doyen de cette église et le chanoine Hufinus 
de s'enquérir de la vérité de ce débat et de prendre à son 
sujet une décision canonique et sans appel. 

Gérard de Luxembourg, sire de Durbuy, avait été pen- 
dant la guerre «de la Vache», avec les comtes de Luxem- 
bourg et de La Roche, le principal allié de Guy de Dam- 
pierre; après la paix conclue entre le comte de Flandre et 
l'ëvéque de Liège, les débats de celui-ci avec le seigneur 
de Durbuy, compliqués encore de contestations territo- 
riales, continuèrent aussi violents qu'auparavant ; ils se 
livrèrent, en 1280, à Rahiermont, une bataille sanglante 



( ^01 ) 
où de nombreux prisonniers furent faits de part et d'autre. 
Une sentence arbitrale rendue le 12 septembre 1280 par 
Jean, duc de Loihier et de Brabant, n'apaisa que momen- 
tanément la querelle et, dix ans après, des arbitres durent 
de nouveau s'interposer entre eux. 

Guy de Dampierre se porta garant, pour chacun des 
belligérants, de leur lidélité à respecter l'accord fait entre 
eux; ceux-ci, de leur côté, s'engagèrent, le 25 janvier 1290, 
à dédommager le comte de Flandre des frais et pertes qu'il 
aurait pu souffrir à ce sujet. 

L'acte d'obligation de Jean de Flandre, évèque de Liège, 
étant inédit, nous le publions en annexe, ainsi que les 
autres documents mentionnés ci-dessus. 



Les habitants de Fosses déclarent que, s'ils ont coupé des per- 
ches dans le bois de l'église Sainf-Pholien, ce n'est pas en 
vertu d'un droit, mais parce que cela leur était nécessaire 
pour fortifier leur ville, en prévision de la guerre entre 
l'évéque de Liège et le comte de Flandre. 

22 avril 1276, à Fosses. 

Nos Nicoles de Condci sire de Morialmcis et de Uailluel 
avoué de Fosses faisons a scavoir a tos chiaus kl ces présentes 
lettres verront et oronl kc coin cnsi fuisl que li beriois de le 
ville de Fosses ewissent mcslicr de perches por lor ville a 
border, por la dotanclie de la guerre ki asloit entre le évekc 
de Liège de une part et le co/Uc de Flandres d'aire et alasscnt 
en bos le Eglise de Fosses por prendre ces perches ki lor 
falloient, lesquelles il ne pooent en leur bos de la ville Irovcr, 



( 502 ) 

il maire, cskevins et atres plusors de part la ville vinrent 
devant nos aie rcqucste del église devant dilte cl reconneu- 
rent que les devant ditles perches n'avoient prises en le hos 
del église par nulle droiture, par nulle costume ne par nulle 
usance kil y ewissent ne clamer y poissent, mais par droite 
nécessité de lor ville a liorder, et offrirent a la ditte église 
rendre atretant de lor propre bois u le vaillant en deniers que 
les perches valoent, se prendre les voloient, et partant que la 
ville devant dilte ne poist dehormais clamer droiture, costume 
ne usage dan tele chose do bois del église devant ditte a faire, 
nos en témoignage de ches choses, a la requeste del église, 
avons fait saeller ces présentes lettres de notre propre saial, 
ki furent faites et données a Fosse l'an del incarnation notre 
Seigneur J.-C. 1:276 le merkedi devant la feste saint Marc en 



le mois de avril. 



Cartulaire de l'égliie de Fo'sses, f. 82. A rchi- 
vesde l'Èiat, à Namur. 



Lettres par lesquelles Guij comte de Flandre cl marquis de 
Namur, et ses alliés accordent à Jean d'Enghien, évêque de 
Liège, une trêve de septante- huit jours. 

4 août 1276, à Binche. 

Nous Guys, cuens de Flandres et marchis de Namur. Ilenris, 
cuens de Lucclbourg, Hcnris, cuens de la Roiche, fis ainsneis 
au conte de Lucclbourg descure dit, et Gcrars de Lucclbourg, 
sires de Drubuy, faisons asavoer a tous que nos, a rcverain 
peire Jehanc, par la grasse de Dcu, eveske de Liège et aus 
tous ses aideurs, avons doneit et outroïl boues Iriwes, loiaus 
et fermes de nous et de nos aideur, du lendemain del assiimp- 
tion Nostre Dame em mi aoust ki vint prochainement juskes 
au jour de la Tos sains et le jour tout. Et si sont en ces Iriewes 



( 503 ) 

raessires Rigaus de Falaiz, Gerars de Villerech et lî sien; mais 
i en sont fors mis li cuens de Sames, messires Barres Daleur 
et cil de Rahieres et Colons de Sohain. Et si doit resasir le liu 
don debas est li evesques devant dis jusques au jour de la 
triewe, saul tous drois, et dolent estre ostagies rainaublement 
d'une partet d'autre li prisons, s'il ostegier se veillent. Et pour 
che ke che soit ferme chose et enstauble, nos avons ces pré- 
sentes lettres sailees de nos saiaus. Ce fut fait et doneit a 
Bynch, l'an del incarnacion noslre signeur mil deus cens 
sixante et sesse, le mardi après le faste Saint Plere entrant 
aowst. Ce fu donc a Andenne, par copie, l'an del incarnation 
mil deus cens et setante et wit, le mardi après les octauves 
de le Trinité. 

Copie autheniique en parchemin à laquelle 
est joint ua extrait des lettres de l'Empe- 
reur Frédéric l" du 7 septembre 1153. 
Ces deux pièces sont attachées par plu- 
sieurs bandes de parchemin où il n'a pas 
été mis de sceau. 

Archives du département du Nord, à Lille, 
article B. 139; n» 1924 de V Inventaire 
Godefroy 



Lettres par lesquelles Jean d'Enghien, évêque fie Liège, fait 
savoir à Philippe, roi de France, qu'il sera à Paris, à la 
cour du roi, le 11 août suivant, et qu'il consent à la prolon- 
gation de la trêve conclue entre lui et le comte de Flandre. 

A juin 1277, à Huy. 

A très excellent prince et segiieur Ph. par le gracie de Dieu 
roi de France, Jelians par celc meismc gracie evesques de 
Liège, salus et lui aparelliet a sen siervice et a sen comman- 
dement. 

Sire, ie fac asavoir a vostre cxcellencle ke, sauve me vie et 
me santé, ie serai a Paris Icndemaiu de le saint Leurent ki 



( 504 ) 

vient prochainnement, si que vos m'avez mandet, el me plaisl 
bien ke li respis et les triwes ki sont entre le . . conte de 
Flandres et ses aiwes, d'une part, et mi, de l'autre, soient 
alongies iusques a le saint Rémi ki vient prochainnement. Ce 
fu donet a Hoy, l'an del incarnation nostre segneur MCC 
et LXXVII, le lundi apries le fiesle saint Barnaban l'apostle. 

Original sur parchemin. Archives nationales. 
à Paris. Trésor des chartes, J. 527. 



Lettres par lesquelles Jean d'Enghien, évêque de Liège, soumet 
à Philippe, roi de France, la décision des conflits existant 
entre lui et Guy, comte de Flandre, 

Août 1277, à Paris. 

Nos Johanncs Dei gratia Leodicnsis episcopus, notum faci- 
mus universis quod nos, de exccllenlissimi domini Philippi, 
Dei gralia régis Francorum illustris et curie sue legalitale et 
prudcntia confidentes, oinncs querclas et controversias que 
sunt inter nos pro ecclesia nostra " ex una parle et illuslrem 
virum dominum Guidonem comitem Flandrie, ex altéra, de 
alto et basso, bciioplacito et ' ordinationi prefati domini rcgis 
in totum commillimus et submittimus, ita quod, de querelis 
et controversiis ipsis, pronuntiare possit et ordinare ad suam 
omnimodam volunlatem. Et sacrosanctis euvangeliis coram 
posilis firmavimus, preslito juramento, nos servare et complere 
dictum seu ordinationem ipsius ' domini régis ac per nos vel 

a. Le texte li porte .•...et nobis adhérentes, ex una parle et nobiles 
viros... Flandrensem,... Luceburgenscm comités et dominum Gerar- 
dum fralrem eiusdem comilis Liicelburgensis ex altéra. 

6. B : ... et voluntati ac ordinationi. 

c. B : ... ipsius manque. 



( WJ ) 

pcr alium, ullo unquam temporc, in conlrarium non venire. 
Et si contingeret, quod absit, quod aliquis de fidclibus vel " 
subdilis nostris seu nobis adberentibus satagerent venire in 
conlrarium, nos ipsos ad parendum dicto seu ordinalioni 
predictis*, pro viribus distringereraus etesscmus contra ipsos 
de parte dicti comitis " et sibi adherentium in premissis ■*, cura 
quibus per prefalum dictum regem pacern oplaraus babere, 
et iuvaremus eos ad rebeliioncm lalium cohibendam. Et ad 
maiorem securiiatem, per idem iuramenlum promisimus nos 
facturos et curaturos, iuxta |)Osse nostrum, infra instans 
festum Omnium Sanctorum quod capitulum Leodiensc factum 
nostrum * in liac parte raliGcabit, approbabit ac eliam pro- 
mittet quod in conlrarium non veniet in fulurura et quod de 
hoc dabit suas patentes liltcras domino régi predicto. Et 
simililcr faciemus dari litleras magnarum villarura et insi- 
gnium, nobis subdilarum, iihid amplius continentes, videlicet 
quod si venirent in conlrarium, nec observarcnt dictum seu 
ordinalionem predicli domini régis, quod homines et bona pre- 
dictarum villarum in regno Francie licite caperenlur etarresta- 
renlur ubicumque invenirentur, donec sue transgressionis, ad 
dictum predicli domini régis, cmenda congrua preslaretur 
Promitlimus eliam nos facturos et curaturos, infra predictum 
terminum, si potucrimus, quod amici et parentes nostri de 
regno Francie se obbgent in manu domini régis ^ usque ad 
summam quadraginta milium librarum parisiensiura solven- 
dam eidem domino rcgi pro nobis si conlingeret, quod absit, 
quod nos non servaremus dictum seu ordinalionem ipsius. In 

a. B : vcl de. 

b. Au lieu de prediclis, B porte : dicli doniiiii régis. 

c. B, art lieu de dicli comitis : dictorum nobiluin. 

d. B : et sibi adhcrenlium in premissis deest. 

V. B : ... suprascriplum ratificet, approbel ac cliain proniitlat. 
/. B : ... predicli. 



( 506 ) 

cuius roi teslimoniura, prcsentibiis littcris nostrtim fecimus 
api)Oni sigillum. Dalum Parisii, anno domini millesimo ducen- 
tesimo septuagesimo, mense aiiguslo. 

A. Original sur parchemin, avec fragment de 
sceau pendant à des queues de parchemin. 

B. Original sur parchemin, avec fragment de 
sceau beaucoup plus grand. 

Archives nationales, à Paris. Trésor des char- 
tes, i. o27. 



Le pape Martin IV remet à l'archevêque, au doyen et à un 
chanoine de Reims la décision de la cause d'appel portée au 
Saint-Siège par Guy de Dampierre, au sujet de l'interdit 
lancé par Vévêque de Liège sur le pays de Namur. 

50 octobre t28l, à Orviéto. 

Martinus episcopus scrvus servorum Dei, venerabili fralri 
arcliiepiscopo et dilectis filiis decano ac Rufino canonico Re- 
inensihus saliitem et apostolicam beriedictionem. Sua nobis 
dilectus filius nobilis vir Guido cornes FlandiMae et marchio 
Namurcensis pclilionc monstravit quod bone mcniorie Johan- 
nes episcopus Leodiensis, nulla ipsius iiobilis culpa scu contu- 
macia exigenle, ac alias sine causa ratioiiabili, tcrram Namur- 
cetiseni ejusdem nobilis consistentcm in diocesi Leodiensi, 
auctoritate propiia, supposait, ccclesiastico intcrdiclo. Propter 
quod dictus Guido ad sedem apostolicam appellavit; quocirca 
discrctioni vestre per apostolica scripta mandamus quatinus 
vocatis qui fucrinl evocandi et audiiis bine inde propositis, 
quod canonicum fuerit, appellalionc postposita, deccrnatis, 
facientes quod decreveritis auctoritate nostra firmitcr obser- 
vari Testes auteni qui fuerint nominati, si se gralia, odio vel 
timoré subtraxerint, per censui'am ecclesiasticam, appeliatione 
cessante, cogatis veritali teslimonium perbibcre. Quod si non 



( S07 ) 

omnes hiis exequendis potueritis interesse, tu frater archie- 
piscope cura corum allero ca nichilominus exequaris. Datura 
apud Urbem Velerem in kal. novembris, pontificatus nostri 
anno primo. 

Original scellé d'une bulle de plomb pen- 
dant à double corde de chanvre. Légende : 
Martimis pp. IIII. 

Bibliothèque nationale, à Paris, Chartes des 
Flandres, Fonds latin, 9124, t. 1, p. 126. 

Lettres par lesquelles Guy, comte de Flandre et marquis de 
Namur, et le chapitre cathédral de Liège, pendant la vacance 
du siège épiscopal, soumettent à des arbitres la décision des 
conflits existant entre l'évéchè de Liège et le pays de 
Namur (1). 

19 novembre 1281. 

Universis présentes litteras inspecluris Guido cornes Fian- 
drie et marchio Namurcensis, niagisler i. decanus, arehidia- 
conus tolumque capitulum eeelesie Lcodiensis. sede catedrali 
vacante, salutem et scirc veritatera. Noveritis univers! et 
singuli quod cum inter nos comilem, ex una parte, et nos 
decanum et capitulum, nomine et occasione episcopatus 
Lcodiensis, ex altéra, super pluribus et diversis articulis, 
questionum nialcrie jam essent orte et oriri timerentur, tam 
terram episcopatus Lcodiensis quam tcrrani comitatus Namur- 
censis tangenlibus, nos tandem, usi bonorum consilio, pro 
bono pacis et concordie, dictas questionum matcrias concor- 



(1) Cet acte porte dans le carluhiirc le titre suivant : Lettre 
comment le comte Gwj et viestrc Jehan, doyen, l'archidiacre et tout le 
capitle dcl cytise dou Lieyc se misreiit en arbitres. 



( 508 ) 

diter sopire cupienles, super dictis arliculis omnibus ex quibus 
aliqua inler nos occasione premissorum orta esset hactcnus 
vel oriri posset dissentio, in quatuor viros probos, videlicct 
Warnerum de Daules, militem et magistrum Henricum do 
Poilcvace, a nobis comité, Willelmum de Pitresem, canonicum 
ecclesie predicte et Henricum de Febe, militem, a nobis 
decano et capitulo electos, tanquam in arbitros seu amicabilcs 
composilorcs compromisimus, promittcntcs bona fide et sub 
pena mille marcarum Leodiensium parti arbitrium observanti 
a parte ab eodem resilieiite persolvcndarum nos inviolabiliter 
observaturos quicquid dicti quatuor arbilri super premissis 
omnibus, de jure vel amicabilifer componendo, inter nos 
partes ordinaverint, statuerint et pronunciaverint de alto et 
basso observanduin ; ita tamen quod si dicti quatuor arbitri 
in unam sentenliam arbilralem seu compositionem amicabilem 
concordare non possent, stabitur illorum arbifrorum sentencie 
seu ordinationi vel compositioni amicabili, quibus dominus 
Johannes de Tudinio, miles, quinlus arbiler et superior a 
nobis communiter, in bac parte, electus et nominatus 
adliercbit; et potcrunt dicti arbitri super premissis articulis 
omnibus, symul et semel vel divisim, nunc super uno et 
nunc super alio, diversis vicibus, diebus et horis, si fuerit 
necesse, statucre, sentenciare, ordinare et amicabiliter com- 
ponere, prout eis utile videbitur et expediens; quorum arbi- 
Irorum sententie, ordinalioncs seu compositiones amicabiles 
infra fcslum beati Joliaunis Baptiste nuper fulurum debent 
termiiiari nisi, de conscnsu noslrarum partium, terminus 
fuerit prorogalus ; qui etiam arbitri, antequam in aliquo 
procédant circa prcmissa, debent proniittere bona fide preslita 
ab eis corporali quod fideliler super premissis hinc inde 
procèdent et jus utriusque partis, videlicct tam nostri comilis 
quam episcopatus Lcodiensis, equaliter, pro suo posse, conser- 
vabunt. In quo quidem arbitrio eondictum est et adjectura 
per nos decanum et capitulura, de consensu nostri comilis, 



( 509 ) 

quod noluraus nec nostre est intentionis per hanc compromis- 
sionem personas nosiras vel etiani bona specialia capituli 
nostri in aliquo obligari, sed tantummodo episcopatum Leo- 
diensem, nomine et occasione cujus hanc inivimus compro- 
missionem. In quorum premissorum omnium lestimonium et 
porpetui roboris firmitatem, presenlibus litteris nos comes 
sigilhim nostrum, et nos decanus et capilulum sigillum ecclesie 
nostre Leodiensis duximus apponendum. Datum et actura 
anno domini millesimo CC ociogesimo primo, in crastino 
octavarum bcati Martini hycmalis. 

4<= Cariulaire de Flandre, ait. B. 1564; pièce 
186. Cariulaire de ISamur, art. B. 439-1 ; 
pièce 47. Archives du département du 
Nord, à Lille; n» 2314 de l'Inventaire 
des Godefioij. 

Jean de Flandre, évêqite de Liège, s'étajit engagé, sous peine 
d'une amende de 2,000 marcs liégeois, à respecter l'accord 
fait entre lui et Gérard de Luxembourg, sire de Durbuy, 
promet de dédommager Guy, comte de Flandre et marquis 
de Namur, son père, lequel s'est porté caution pour assurer 
le paiement de cette somme, de tous les dommages qu'il 
pourrait souffrir à ce sujet. 

25 janvier 1290. 

Nous Jehans, par le grâce de Diu, eveskes de Liège, faisons 
savoir a tous, com emsi soit que nous soiemes mis en mise, 
nous d'un cpart et nobles hom li sires de Durbui, d'autre part, 
des dcbas qui estoient entre nous et luy, selonc che qu'il est 
conlenut ou conpromis sour che fait entre nous et lui saele de 
nos seaus, et nous aions enconvcnt a tenir et a warder le dit 
de chenus qui sunt sour che pris, sour painiie de dcus mil 
mars de ligois, pour les quels nous avons mis en plege no ehier 



( 510 ) 

segneur el père le conle de Flandres et marchis de Namur, 
nous, par ces présentes lettres nous oblejons et le nostre, par 
tout, de lui aquiter de tous cous, de tous frais et de tous 
damages qu'il poroit avoir par le raison de le dite plegerie. En 
tiesraoingnage de ces présentes lettres saelees de nostre propre 
saicl, faites et données en l'an rail deus cens quatre vins et 
noef, le merkedi après le mois de Noël qui fu jours de le 
convertion saint Pol. 

Au dos : Obligations Johans de Flandres, vesques de Liège 
envers le conte Guy pour tenir un dit. 

Original sur parchemin dont le sceau est 
"pevAxi. Archives du département du Nord, 
à Lille, art. B. 286; n» 31iS de l'Inven- 
taire Godefroy. 



( -511 ) 



III. 



Les Archives de Vienne et l'histoire des gouvernements 
de Kônigsegg et de Prié. 

(Par A. Delescluse, chargé de cours à l'Université de Liège.) 

Les Archives de Cour el d'Élal à Vienne sont 1res con- 
nues du monde savant; malheureusement, un bien petit 
nombre de nos historiens a pu y travailler d'une façon 
Miivie, et personne, jusqu'ici, n'en a entrepris le dépouille- 
ment méthodique. 

Lors de mon dernier séjour à Vienne, j'ai pu travailler 
|)endant quelques semaines dans ce vaste dépôt, dirigé à 
celte époque par Son Excellence M. le chevalier von Arneth, 
lient les savants de tous les })ays ont pu apprécier la vaste 
érudition et la complaisance sans limites. Je voulais 
rechercher tous les documents qui peuvent mieux faire 
connaître le gouvernement du marquis de Prié dans nos 
provinces. Mais un intérêt spécial me paraît s'attacher à 
l'histoire des premières années de la domination autri- 
chienne; aussi, tout en étudiant le gouvernement du 
marquis de Prié, me suis-je appliqué à réunir les docu- 
ments sur l'administration de Kônigsegg. A mesure que 
j'avançais dans mon travail, je constatais davantage l'im- 
portance du dépôt de Vienne pour les différentes périodes 
de notre histoire moderne. 

Le présent rapport a pour but de faire coimaiire les 
fonds que les historiens de Kônigsegg et de Prié auront à 
Tome vn', 5"" série. 35 



( 512 ) 

explorer, mines d'une richesse extrême dont les trésors 
combleront les lacunes de nos archives nationales (1). 

Le gouvernement de Konigsegg fut de courte durée; 
aussi ai-je pu dresser la liste complète de ses rapports et 
des dépèches lui adressées. 

Je ne pouvais malheureusement songer à entreprendre 
le même travail pour le gouvernement de Prié; j'ai dû me 
borner ici à quelques indications sommaires. 

Le premier objet de mes recherches a été le fonds des 
Berichte ou Rapports envoyés des Pays-Bas au gouverne- 
ment central à Vien7îe. 

Celte élude terminée, j'ai examiné les Dépêches impé- 
riales, puis la Correspondance du prince Eugène. 

Enfin, j'ai dépouillé pour le premier quart du XVIII" siè- 
cle un fonds dont M. Magnette (2) a, dans une étude très 
remarquable, signalé l'existence aux Archives de Vienne. 
Ce fonds n'a pas de nom, il n'est connu que par son 
numéro de classement : Repert. D. D. Abtheilung B. (3). 

J'ai été ainsi amené à diviser mon rapport en quatre 
parties. 



(1) Les archives et bibliothèques d'Italie conlieiinent également 
de nombreuses sources pour celle période de notre histoire. Dans 
son mémoire sur La création d'une école belge à Rome, pp. 24 et suiv. 
(Tournai, 1896), M. Gauchie a dressé la liste des nonces et inter- 
nonces de Bruxelles ainsi que des volumes renfermant leur corres- 
pondance avec la coui- romaine. Il a aussi signalé l'existence à Milan 
de fonds importants pour notre histoire à l'époque de Marie-Thérèse 
et de Joseph 11. (Voy. Bull, de la Comm. roi/, d'hisloire, 5" série, 
t. V, pp. 257 et suiv. Bruxelles, 1897.) 

(2) Bull, de la Comm. roy. d'histoire, H' série, t. IV. 

(5) Le fonds des Weisungen, que M. Magnette signale dans son 
rapport, ne remonte pas jusqu'au gouvernement de Prié. 



( 513 ) 



PREMIERE PARTIE. 

«Berichte» ou rapports adressés par les gouverneurs 

AUTRICHIENS DANS LES PaYS-BaS A LEUR GOUVERNEMENT A ViENNE. 

Ce fonds s'élend sur toute la durée de la domination 
a utrichienne dans nos provinces, mais je ne me suis occupé 
que des rapports adressés par Kônigsegg et par Prié à 
l'empereur, au prince Eugène et aux ministres établis à 
Vienne. 



I. — Rapports de Kônigsegg [26 décembre 1715- 
12 novembre 111 6). 

(Tous les rapports de Kônigsegg conservés dans ce fonds 
ont élé analysés ci-dessous.) 

Le gouvernement du comte de Kônigsegg dans notre 
pays est à peu près inconnu. Gacliard s'est surtout occupé 
des conférences d'Anvers et les quelques indications 
qu'il fournit sur l'administration intérieure sont loin d'être 
suffisantes. Au milieu des difficultés que rencontrait 
l'établissement du gouvernement régulier et des contes- 
tations avec les puissances maritimes et la France, en face 
de la ruine des finances et des troubles naissants, il est 
nécessaire de connaître l'attitude de Kônigsegg, sa ligne de 
conduite, ses vues sur l'administration du pays. 



(314 ) 



Analyse des rapports de Kunigsegg. 

1. Bruxelles, 26 décembre 1715. — Kônigsegg à l'empereur. 
Il rinforme de la nécessité de ciianger les magistrats des 
provinces et des villes. Les magistrats de Flandre, parlieuliè- 
rcment les ecclésiastiques, excitent les habitants contre les 
modifications de terrain stipulées par le traité de la Barrière. 
Les états de Brabant se plaignent de la cession du Limbourg. 

2. Bruxelles, 24 mars 1716. — Kônigsegg à V empereur. 
Situation du pays. La religion catholique a beaucoup souffert, 
il est nécessaire de rétablir le Conseil privé. Pour les réformes, 
il faut procéder avec lenteur et grande prudence. Le peuple 
est très jaloux de ses privilèges, l'état dos finances est déplo- 
rable. 

5. Bruxelles, 13 avril 1716. — Kônigsegg à l'empereur. Il 
lui présente onze personnes dignes d'enlrer dans le ministère à 
créer à Vienne. 

4. Bruxelles, 16 mai 1716. — Kônigsegg à l'empereur. 11 
lui transmet le rapport des commissaires de Lille qui engagent 
l'empereur à promettre de ne jamais établir de bureau de 
douane à Morlagne et à Dculcmont, moyennant la cession par 
le roi de France des villages et territoires contestés. 

5. Bruxelles, 28 mai 1716. — Kônigsegg à l'empereur. Le 
vicomte d'Audcnarde, le conseiller Thisquen, le conseiller 
Wynanls sont disposés à entrer dans le nouveau ministère à 
Vienne. 

G. Bruxelles, 8 juin 1716. — Kônigsegg à l'empereur. Il a 
ordonné la fermeture de tous les temples protestants dans le 
Limbourg (Eupen-Hodiraonl). 



( 5^5 ) 

7. Même date. — Kônigsegg à l'empereur. Le culte protes- 
Ijint n'est plus exercé à Audeuarde. 

8. Bruxelles, 1 S juin 1716. — Kônigsegg au minisire. Les 
clats de Lirabourg protestent contre les décisions de l'empe- 
reur. Ceux de Brabant se sont joints à eux; ils se prétendent 
lésés dans leurs privilèges, demandent la suppression des 
tribunaux provisionnels du Limbourg et la remise de toutes les 
afTaircs au Conseil de Brabant. 

9. Bruxelles, 22 juin 1716. — Kônigsegg au ministre. Le 
Limbourg se plaint du baron de Villcrs et du procureur général 
Tiège. Kônigsegg incline à penser que Villcrs cl Tiègc abusent 
de leur auîorilé pour exercer des vengeances personnelles. 

10. Bruxelles, 2o juin 1716. — Kônigsegg au ministre. Il 
semble que Villcrs et Tiège agissent avec précipitation et 
violence, sans observer les formalités requises. 

H. Bruxelles, 1" juillet 1716. — Kônigsegg à l'empereur. 
Rapport sur les conférences de Lille. 

12. Bruxelles, 13 juillet 1716. — Kônigsegg au ministre. 
Il espère voir finir bientôt les désordres du Limbourg, grâce 
aux assurances qu'il a données des bonnes intentions de 
l'erapereur. 

13. Bruxelles, 20 juillet 1716. — Kônigsegg au ministre. 
Il a informé les états de Limbourg que les ordres de l'empe- 
reur ne contiennent rien de contraire à leurs privilèges et 
a pris des mesures pour permettre à Villers et à Tiège de 
travailler, tout en les empècbant d'oiilre[)asser leurs pouvoirs. 

14. Bruxelles, 27 juillet 1716. — Kônigsegg an ministre. 
Il attend l'arrivée de Prié et demande ce qu'il doit faire 
ensuite. Il irait volontiers en France comme ambassadeur. 



( 316 ) 

15. Même date. — Kônigsegçj au ministre. Il lui fait 
connaître les conditions auxquelles le baron de Horion a 
révélé que les états de Liège doivent à l'empereur douze ans 
d'une rente de 10,000 cous. 

16. Bruxelles, 3 août 1716. — Kônigsegg uu ministre. 
Le comte d'Elissem pourrait rcm|)Iacer Thisqucn aux confé- 
rences de Lille. — Lui-même a eu beaucoup de peine à faire 
comprendre à Villers et à Tiègc l'impossibilité d'user de 
rigueur vis-à-vis des étals de Lirabourg 

17. Bruxelles, 10 août 1716. — Kônigsegg au ministre. 
Les états de Limbourg refusent le subside. 

18. Bruxelles, 17 août 1716. — Kônigsegg au ministre 
Il attend les députés du Limbourg qui lui offrent une somme 
inférieure au subside demandé. 

19. Bruxelles, 20 août 1716. — Kônigsegg au ministre. 
La chancellerie trouve-t-elle inconvénient à continuer l'affaire 
Hoi'ion (ci-dessus) 1 

20. Bruxelles, 24 août 1716. — Kônigsegg au ministre. 
Villers cl Ticge ont depuis longtemps tous les pouvoirs 
nécessaires pour exécuter les ordres de l'empereur. — Le 
moment est venu de demander les subsides aux différentes 
provinces, mais il ne |)eut réussir si on ne lui accorde le pou- 
voir de changer les magistrats. 

"21. Bruxelles, 25 août 1716. — Kônigsegg d l'empereur. 
Même sujet. 

22. Bruxelles, 3 septembre 17 16. — Kônigsegg au ministre. 



( 817 ) 

La chancellerie devrait s'occuper de l'affaire Horion. De plus, 
les états de Liège offrent 150,000 florins si par le traite 
de la Barrière ils pouvaient obtenir la démolition des cita- 
delles de Liège et de Huy. 

23 Bruxelles, 14 septembre 1716 — Kônigsegg au minisire. 
Il est urgent de changer les magistrats; ils sont la cause des 
embarras pour l'oblenlion des subsides. 

24. Bruxelles, 17 septembre 1716. — Kônigsegg au ministre. 
Le marquis de Taracena n'a pas voulu recevoir Bollaert 
comme auditeur d'Anvers. Taracena n'avait pas ce pouvoir. — 
L'augmentation de la garnison d'Anvers n'est pas nécessaire. 

2o. Bruxelles, 5 octobre 1716. — Kônigsegg au ministre. 
Le baron de Tonderfcld prétend pouvoir arranger les dilFi- 
cultés de Limbourg en apaisant les griefs contre les membres 
du tribunal. La situation de la province devient de plus en 
plus embarrassée. Villers est trop violent pour qu'on puisse se 
confier à lui. 

26. Bruxelles, 12 octobre 17 16. — Kônigsegg au ministre. 
Les affaires du Limbourg se brouillent de plus en plus. Villers 
et Tiège eux-mêmes ne s'entendent pas. Le Limbourg est trop 
faible pour se révolter, mais le Brabant est menaçant. Seul un 
gouverneur spécial et intègre résidant sur les lieu.x pourrait 
arranger les affaires. 

27. Bruxelles, 19 octobre 17 16. — Kônigsegg au ministre. 
ffaire Boll 

(ci-dessus). 



Affaiie Bollaert et de Taugmcntalion de la garnison d'Anvers 



28. Bruxelles, 2 novembre 17 16. — Kônigsegg au ministre. 
Le tribunal de Limbourg ayant fait brûler à Henri-Chapelle 
une requête des états, l'animation dans le pays est très grande 
et il est à craindre qu'elle s'étende à toutes les provinces. Le 



( Ïil8 ) 

tribunal a été beaucoup trop vite; il avait cependant été 
averti. 

29. Bruxelles, i2 novembre 1716. — Kônùjsegg à l'empe- 
reur. Affaires du Limbourg. Konigsegg est hostile à Villers. Il 
conclut à la réunion du Limbourg et du Brabant, à la suppres- 
sion du tribunal provisionnel, ou tout au moins à la nomina- 
tion d'une commission de trois personnes chargées d'instruire 
complètement cette affaire. 

50. Même date. — Konigsegg au ministre. Même sujet. 



II. — Rapports de Prié (6 octobre 17 16-12 niai 1725). 

Faute de temps, il m'a été impossible d'analyser tous les rapports du 
marquis de Prié; je me boruedoncà donner un aperçu général de leur 
contenu et à dresser une liste complète des liasses qui les renferment. 
(Voir également la quatrième partie de ce travail.) 

A. — Rapports sur les conférences de La Haye 
(6 octobre- 12 novembre 1716). 

Le marquis de Prié, chargé de suppléer le prince 
Eugène dans le gouvernement des Pays-Bas, n'arriva pas 
immédiatement à Bruxelles. Il passa d'abord quelques 
semaines à La Haye, où l'appelaient les difficultés relatives 
au traité de la Barrière. 

Les résultais du séjour de Prié à La Haye sont connus, 
en partie du moins; il n'en est pas de même de ses négo- 
ciations dont les divers incidents nous échappent. Les 
rapports qu'il envoya de La Haye à l'empereur ou au 
prince Eugène comblent heureusement les lacunes de 



( S19 ) 

cette histoire. Tout d'abord ils font connaître les contesta- 
tions réciproques sur les différents arlicles du traité de la 
Barrière; en outre, et c'est là surtout le point intéressant, 
ils donnent le détail des projets d'alliance entre certaines 
puissances. 

Dès le 9 octobre 1716, Prié déclare ne pouvoir arriver 
dans de plus mauvaises conjonctures : une triple alliance 
est près d'être conclue entre l'Angleterre, les Etats géné- 
raux et la France, aux dépens de l'Autriche. Le 20 octobre, 
il constate les efforts de l'Angleterre pour pousser la 
Hollande dans les bras de la France. La Hollande, au con- 
traire, cherche à ménager en même temps l'Angleterre et 
l'Auiriche. 

Du rapport du 26 octobre, il résulte que la Hollande est 
résolue à proposer à l'empereur une alliance conforme à 
la dignité de celui-ci et à l'intérêt des deux pays. Prié 
espère empêcher ainsi l'alliance de la Hollande et de la 
France. 

Le 27 octobre, il constate que les Anglais et les Fran- 
çais n'ont pas obtenu ce qu'ils voulaient des Elats géné- 
raux. 

Enfin, le 10 novembre, il annonce son départ pour 
Bruxelles, heureux d'avoir pu empêcher l'alliance de la 
France et de la Hollande. 

Ici s'arrêtent les relations de Prié sur les conférences 
de La Haye : je n'en ai d'ailleurs cité que (|uelques-unes. 
11 y a, en tout, sur ce sujet dix-huit lettres ou rapports 
adressés tantôt à l'empereur, tantôt au prince Eugène. Ces 
documents sont dalés de La Haye, les G, 8, 9, 16, 20, 25, 
26, 27, 29, 50 octobre et 10 novembre 1716, et de 
Bruxelles, le 19 novembre de la même année. 



( 520 ) 



B. — Rapports sur les Pays-Bas autricliieus 
(19 novembre 1716-12 mai 1725). 

Arrivé à Bruxelles, Prié annonçait au prince Eugène, 
dès le 19 novembre 1716, que désormais il lui enverrait 
directement ses relations et lui ferait connaître la situation 
du pays. A partir de ce jour jusqu'au moment où il quitta 
le gouvernement, en 1725, Prié ne cessa d'envoyer au 
prince Eugène, à l'empereur ou à Rialp des rapports 
détaillés sur nos provinces, leur situation et leur adminis- 
tration. Il le fit, selon les circonstances, avec plus ou moins 
de régularité, et ce défaut d'exactitude donna souvent lieu 
à des plaintes amères; mais ces documents n'en restent 
pas moins une des sources les plus importantes de l'histoire 
de notre pays, au début du XVIII" siècle. 

Toutes les questions d'administration et de gouverne- 
ment extérieur ou intérieur y sont successivement traitées. 
Souvent, ces rapports sont rédigés siu- l'ordre du gouver- 
nement central ou du prince Eugène. Parfois ils accom- 
pagnent des mémoires, des requêtes ou des lettres de 
particuliers, de personnages officiels, de représentants des 
corps constitués, des résidents étrangers. La plupart des 
documents ainsi annexés aux rapports ont été conservés 
aux Archives de Vienne, en originaux ou en copies, et il 
en est un bon nombre qu'il serait impossible, aujourd'hui, 
de retrouver ailleurs. 

Trois questions de grande importance ont principale- 
ment attiré l'attention de Prié. 

Nous citerons en premier lieu les Troubles des villes au 



( 521 ) 
sujet de la levée des subsides. Les Archives de Vienne 
possèdent sur les troubles de Bruxelles un certain nombre 
de rapports qui ont échappé à Gachard dans ses Documents 
inédits concernant les troubles de Belgique sous Charles VI. 
Gachard voulait consacrer tout le troisième volume de cet 
ouvrage aux troubles d'Anvers et de Malines à la même 
époque, mais cette partie de la publication n'a jamais vu le 
jour. Les documents des Archives de Vienne permettraient 
de faire une histoire complète des troubles de ces deux 
villes. 

Un second objet des préoccupations du gouvernement 
à cette époque fut Vorganisation financière, le déplorable 
état des revenus publics et les moyens de remédier à 
celle fâcheuse situation. Il s'agissait de régler les condi- 
tions de la ferme des impôts, de paver les subsides dus 
aux États généraux, de dégager les Postes de la lourde 
hypothèque dont elles étaient grevées, de pourvoir aux 
frais d'entretien des troupes, de répondre aux demandes 
continuelles d'argent de la cour de Vienne, et surtout 
d'obtenir régulièrement les subsides des provinces et des 
villes, souvent récalcitrantes. Les questions financières 
furent, dès le début de son administration, une cause de 
grands soucis et de déboires pour Prié ; elles finirent par 
amener sa disgrâce et sa chute. 

Un troisième grand groupe des rapports de Prié nous 
conduit dans un autre domaine, le commerce. Celle 
branche jadis si importante de notre activité nationale fut, 
dès le début du XVIII" siècle, l'objet de la sollicilude 
du gouvernement autrichien. Un certain nombre de négo- 
ciants belges faisaient à cette époque, et à intervalles assez 
rapprochés, des expéditions commerciales aux Indes 



( 5-22 ) 
orientales et même parfois sur les côies africaines. Le 
gouvernement prenait grand intérêt au résultat de leurs 
entreprises. 

Prié s'enquérail des détails de leurs voyages et en 
référait à l'empereur ou au prince Eugène; il leur faisait 
connaître les divers incidents de l'expédition, les facto- 
reries établies sur les lieux, la nature de la cargaison 
amenée à Ostendc, enfin les bénéfices réalisés. Ces 
rapports, avec Ks pièces y annexées, forment une page 
curieuse de l'histoire de notre commerce. Dès ce moment, 
on commença à parler des moyens de le développer. 

Divers projets furent mis en avant; enfin on s'arrêta à 
ridée d'une Compagnie des Indes orientales. On connaît 
déjà en partie riiisloire de celte compagnie, les difficultés 
multiples de sa création, les protestations intéressées de 
l'Angleterre et des Etats généraux, les violences auxquelles 
ces deux puissances se livrèrent pour ruiner notre com- 
merce, enfin la façon dont échoua cette grande entreprise 
qui semblait pleine d'espérances et d'avenir. Les rapports 
de Prié feront mieux connailre la gravité du conflit auquel 
donna lieu la création de la Compagnie des Indes et la 
nécessité où se trouva l'empereur, en dépit de sa bonne 
volonté et de ses efforts consiiencieux, d'accepter une 
solution imposée par l'Angleterre et la Hollande. 

C. — Inventaire complet des liasses de « Bericlile » (t 715-1725J. 

i. (1715 à 171 G) Ra|»ports de Kônigsegg cl de Prié. 

2 (2 janvier '1717-21 juin 1717) 51 rapports. 

3. (1" juillet 1717-27 décembre 1717) 55 rapports. 

4. (6 janvier 1718-25 décembre 1718) 114 rapports. 



( 523 ) 

s. (() janvier 1718-25 décembre 1718) 98 rapports, 
f). (16 janvier 1719-27 juin 1719) 104 rapports. 

7. (6 juillet 4719-30 décembre 1719) 97 rapports. 

8. (8 janvier 1720-16 avril 1720) 22 rapports. 

9. (23 avril 1720-13 décembre 1720) 54 rapports. 

10. (8 janvier 1720-30 décembre 1720) 40 rapports. 

11. (7 janvier 1721-30 décembre 1721) 51 rapports. 

12. (9 janvier 1721-8 décembre 1722) 88 rapports. 

13. (20 mars 1722-30 avril 1723) 33 rapports. 

14. (5 mai 1725-28 décembre 1723) 50 rapports. 

15. (11 janvier 1724-6 octobre 1724) 58 rapports. 

16. (18 janvier 1724-12 mai 1725) 58 rapports. 



DEUXIEME PARTIE. 

Dépêches impéuiales (.i.oùt 1715-27 j.\nvier 172o). 

11 existe à Vienne un fonds de Dépèches impériales, dont 
ia première est datée du mois d'août 171.0. Elles ont un 
grand intérêt pour notre histoire. 

Ces dépèciies sont des ordres de l'empereur de l'infor- 
mer de certaines affaires, ou des arrêts tranchant des 
difïicultés, réglant l'administration et le gouvernement, 
nommant des fonctionnaires. En un mot, elles touchent à 
tous les points de l'administration, de même que les 
Berichte, dont elles ne sont qui- le point de départ ou le 
point d'aboutissement. Toutes sont adressées par l'empe- 
reur au prince Eugène, à peine (pielques-unes à Prié. Elles 
sont généralement très courtes et rédigées en une langue 



( 524 ) 

claire ; il est toujours aisé de les résumer en quelques 
lignes. 

J'ai examiné les différentes dépêches expédiées sous les 
gouvernements de Kônigsegg et de Prié, mais je ne crois 
pas utile de reproduire ici, m extenso, le résultat de mes 
recherches. Je me bornerai à donner l'analyse de dépêches 
de l'empereur à Kônigsegg et à dresser l'inventaire com- 
plet des liasses de dépèches expédiées sous le gouverne- 
ment de Prié. 



I. — Dépèches impériales à Kônigsegg. 
(août i7 15-25 août 1716). 

(Toutes les dépêches à Kônigsegg sont analysées ici.) 

1. Vienne, août 1715. — Approbation du contrat et des 
conditions accordées à Maringh pour la ferme des droits 
d'entrée et de sortie dans le Luxembourg. — Demande d'infor- 
mation exacte au sujet des revenus des Pays-Bas sous 
Charles II. 

2. Vienne, 7 décembre 17 1o. — L'administrateur des domai- 
nes dans le Luxembourg peut demeurer en fonctions jusqu'à 
nouvel ordre. 

5. Vienne, 25 décembre 1715. — Ordre d'accepter le don 
gratuit que les États feront à l'occasion de l'inauguration. 

4. Même date. — Pleins pouvoirs accordés à Kônigsegg en 
vue de l'inauguration. 



( 525 ) 

5. Vienne, 5 mars 17 16. — Ordre de nommer trois nou- 
veaux juges provisionnels à Limbourg, en plus des quatre déjà 



désignés. 



6. Même date. — Autre dépèche relative aux affaires du 
Limbourg. 

7. Vienne, 6 mai 1716. — Ordre de lever la saisie des 
biens du baron de Villers, saisie opérée à l'occasion de la 
reddition de ses comptes. 

8. Vienne, 16 mai 1716. — Ordre de saisir les biens des 
sujets qui ne quitteraient pas le service des ennemis dans le 
délai fixé. 

9. Vienne, 3 juin 1716. — L'empereur fait connaître ses 
intentions sur le règlement des limites à la frontière française. 

iO. Vienne, 27 juin 17 16. — L'empereur accorde son plucet 
aux bulles obtenues par Charles Jacobs pour une prébende 
dans la cathédrale de Gand. 

11. Vieruie, 14 juillet 1716. — L'empereur fait connaître 
les formalités essentielles pour l'expédition des pleins pou- 
voirs que les commissaires devront exhiber aux conférences 
de Lille 

12. Vienne, 18 juillet 1716. — Ordre de faire sortir du 
pays tous les anciens serviteurs du duc d'Anjou qui n'ont pas 
fait leur soumission en mai, 

i3 Vienne, 22 juillet 1716. — Ordre d'accepter le don 
gratuit offeit à l'occasion de l'inauguration. 



( 526 ) 

14. Viefme, ;^ 9 juillet 1716. — Ordre d'enjoindre à la 
Chambre supérieure du Limbourg d'exécuter les ordonnances 
adressées au gouverneur de la province, au sujet des assigna- 
lions d'argent. 

15. Vienne, 25 août 1716. — Ordre de remettre 560 florins 
à la caisse du Conseil d'Espagne. 



II. — Dépêches impériales au marquis de Prié, 
{août 1716-janvier 1725). 

(Je me suis borné à faire rinvenlaire de toutes les liasses de ces dépêches.) 

Les quelques analyses ci-dessus sufliront, je crois, à 
faire connaître rimporlance de la collection dos dépêches. 
On s'en rendra encore mieux compte quand on saura que 
les dépêches sont beaucoup plus nombreuses sous le gou- 
vernemeni de Prié et que parfois elles sont seules à l'aire 
connaître certains faits, soit que les Berichte correspondants 
aient été égarés, soit que Prié ait négligé de répondre à la 
dépêche ou même d'y donner suite. Enfin il y a encore un 
enseignement dans la fréquence avec laquelle l'empereur 
revient sur certains sujets. 



hiventairc des liasses de dépêches. 

Première liasse, août 171 0-15 décembre 1717,168 dépêches. 

Deuxième liasse, 12 janvier 1718-24 décembre 1718, 
171 dépèches. 

Troisième liasse, 7 janvier 1719-50 décembre 1719, 
150 dépêches. 



( 527 ) 

Quatrième liasse, 3 janvier 1720-25 décembre 1720, 
149 dépêches. 

Cinquième liasse, 22 janvier 1721-27 décembre 1721, 
109 dépêches. 

Sixième liasse, 10 janvier 1722-11 décembre 1723, 
180 dépèches. 

Septième liasse, 8 janvier 1724-30 décembre 1724, 
121 dépêches. 

Huitième liasse, 10 dépêches adressées à Prié, 10-27 jan- 
vier 1723. 



TROISIEME PARTIE. 

Lettres politiques du prince Eugène intéressant l'histoire 
DES Pays-Bas (21 mai 1717-5 mars 1725). 

Inventaire de cette correspondance. 

Tous les historiens qui se sont occupés du XVIIP siècle, 
connaissent l'importance des lettres du prince Eugène; 
mais, chose curieuse, jusqu'ici personne n'a songé à publier 
ses lettres politiques. Ses lettres et rapports militaires ont 
seuls fait l'objet d'une publication complète, on sait que le 
gouvernement autrichien a édité en vingt et un volumes les 
campagnes du prince Eugène, mais les Archives de Vienne 
possèdent presque toutes les lettres du prince, et les inté- 
rêts belges y sont longuement traités. 

Ces lettres sont conservées dans deux fonds. 
Tome vu", 5"* série. 56 



528 ) 



I. — Fonds des Vortràge. 

Les lettres du prince conservées dans ce fonds sont au 
nombre de cinquante-huit, écrites entre le 21 mai 1717 et 
le 4 novembre 1724. 

La première liasse (2i mai 170-26 octobre iT24-) con- 
tient trente-sept lettres du prince à Charles VI. Elles trai- 
tent exclusivement des affaires des Pays-Bas. 

La seconde liasse (5 novembre f72/-4 novembre '17 2â) 
contient des documents de même nature. Vingt et une 
lettres du prince Eugène à l'empereur. 



11. — Fonds spécial de la grande correspondance 
du prince Eugène. 

Les documents énumérés jusqu'ici font partie du fonds 
belge, mais la correspondance du prince Eugène forme aux 
Archives de Vienne un fonds spécial a [) pelé :^rawrfe corres- 
pondance du prince Eugène. Je l'ai dépouillé au point de 
vue belge; en voici l'inventaire : 

1 . Z,e n» 95'' {27 juillet i 723-6 décembre i72i) est une liasse 
de minutes de lettres. Ce sont des brouillons écrits sur mauvais 
papier grand format, partagé en deux colonnes; celle de 
droite est seule remplie. Le texte est chargé de ratures et de 
corrections. Celte liasse contient 107 lettres du prince Eugène 
à l'empereur sur les affaires des Pays-Bas. 



■ ( 529 ) 

2. Le n" 153 {51 juillet 1716-29 décembre 1717) est un 
volume grand in-quarto de 511 pages; il renferme une quan- 
tité considérable de lettres du prince Eugène adressées à des 
personnages multiples et intéresse exclusivement l'histoire 
de Belgique. Ces lettres sont classées par ordre chronologique; 
ce sont des copies dont on a seulement supprimé les formules 
du début et de la fin. L'adresse et la date sont placées dans la 
marge. J'ai relevé dans ce volume 575 lettres adressées à 
Prié. 

5. Le n' 154" [1"^ janvier-31 décembre 1718) présente les 
mêmes caractères que le volume précédent, mais il est divisé 
en deux parties, ainsi que les quatre volumes suivants. La 
première partie est formée par 617 lettres à Prié. La seconde 
contient des lettres à différentes personnes, mais toujours sur 
les Pays-Bas. Le volume est un grand in-quarto de 45i et 
404 pages. 

■i. Len" 154'' {I I janvier-ôl décembre /7/5], grand in-quarlo 
de 541 et 449 pages, présente les mêmes caractères que le 
précédent et contient notamment 500 letties à Prié. 

5. Le n" 155 [10 janvier-:28 décembre 1720), grand in- 
quarto de 936 et 240 pages, avec les mêmes caractères, con- 
tient environ 500 lettres à Prié. 

6. Le n' 156" { 1" janvier- 51 décembre 1721), grand in qiiarlo 
de 400 et 501 pages, mêmes caractères. Environ 540 lettres 
à Prié. 

7. Le n" 156'' {5 janvier 1722-19 juin 1723) est une liasse 
de minutes analogue à celle que j'ai signalée sous le n* I. Elle 
contient environ 700 lettres à Prié. 



( 530 ) 

8, Le n" 103" (U juillet 1723-50 décembre 1724) est une 
liasse de minutes de plus de 200 lettres adressées à Prié, 

9. Le 11" 103'' {1^'^ janvier-5 mai 1725) est encore une liasse 
analogue; elle renferme 63 lettres du prince à Prié. 

Je dois encore signaler comme intéressant notre histoire 
les lettres du prince aux marquis de Rialp et de Perlas en 
1716, 1717, 1718. Ces documents sont conservés dans la 
liasse 104'' de la correspondance du prince et dans la liasse 
du fonds belge cotée Bepert. DD, Ablheilung B, Verzeich- 
niss 8", n"' 15-17. 



QUATRIEME PARTIE. 

Fonds de mélanges pour l'histoire des Pays-Bas. 

Inventaire des liasses contenant des pièces intéressant 
l'histoire des Pays-Bas sous les gouvernements de 
Kônigsegg et de Prié. 

L'existence et même la nature des fonds que j'ai signalés 
jusqu'ici, surtout les Berichte étaient déjà connues par des 
travaux antérieurs; mais il existe aux Archives de Vienne 
un fonds très considérable qui est demeuré presque totale- 
ment inexploré jusqu'ici. Il est placé tout entier sous la 
rubrique Belgien Bepert. DD, Ablheilung B ; il embrasse 
quatre siècles complets et s'étend même sur le premier 
quart du XIX* siècle. Ce fonds contient les documents les 
plus divers, depuis des lettres des rois et des empereurs, 
des rapports des ambassadeurs et des résidents étrangers, 



(S5I ) 

jusqu'à des pièces de minime intérêt et des requêtes de 
particuliers demandant des emplois du gouvernement. 
Désormais, tous ceux qui étudieront notre histoire mo- 
derne, à n'importe quel point de vue et sur n'importe quel 
sujet, devront passer par les Archives de Vienne. Pour moi, 
je n'ai examiné que les liasses qui pouvaient contenir des 
documents du commencement du XVIU'' siècle; je n'ai 
pas à en faire ici l'analyse ou l'inventaire. Les quelques 
indications sommaires que je puis fournir donneront une 
idée suffisante de la grande variété des documents qui 
forment cette partie des Archives et de son importance. 
Un dépouillement méthodique et complet du fonds four- 
nirait certainement aux hisloriens des indications très 
précieuses et révélerait l'existence de documents aujour- 
d'hui complètement ignorés ; en même temps, il mettrait 
peut-être sur la voie des recherches à entreprendre dans 
d'autres dépôts étrangers. 

Je dois prévenir le lecteur que dans la liste ci-dessous, 
lorsque j'ai indiqué le contenu d'une liasse, c'est seulement 
pour les premières années du XVIll" siècle, jusqu'en 172o. 
Je ne me suis pas occupé des documents antérieurs ou 
postérieurs qu'elle pouvait contenir et me suis contenté 
d'indiquer toujours les deux dates extrêmes de ces 
pièces (1). 

1. Repert. DD, Ahth. B, n" 4 {1647-1752). — Correspon- 
dance de l'ambassadeur prussien à Bruxelles. Ces documents 
sont nécessaires |)Our I histoire des prétentions de la Prusse 
dans les Pays-Bas au XVllI' siècle. Ce sont des mémoires et des 
lettres sur les piéleutioiis du roi de Prusse en liainaut, en 
Gucldre, à ïurnhout, llureraondc, Venlo, au fort Saint-Michel, 
à Herstal. 

Tome vii% 5"" série. 36* 



( 532 ) 

2. Repert. DD, Abth. B, n" 5* (1715-4794). — Correspon- 
dance de l'ambassadeur prussien à Bruxelles. Ce sont des 
lettres de Borckenfeld au gouverneur des Pays-Bas au sujet 
des diflicullés avec le Luxembourg et au sujet du préjudice 
causé à la Prusse par le traité de la Barrière. 

3. Repert. DD, Abth. li, n" 7 {aiS-1752). — Correspon- 
dance du résident britannique à Bruxelles. 

4. Repert. DD, Abth. B, n° 8 {17 18-1793). — Correspon- 
dance du consul anglais d'Ostende avec le gouvernement dos 
Pays-Bas. 

5. Repert. DD, Abth. B, n" W [16^1-1716). — Pièces de 
la liquidation des comptes de l'administration des puissances 
maritimes dans les Pays-Bas, et autres documents pour l'his- 
toire financière. 

6. Repert. DD, Abth. B, n» W {1716-1795). — Pièces 
rel itives aux nc'gociations de Prié à La Haye pour l'exécution 
du traité de la Barrière et à la liquidation des comptes avec la 
Hollande. 

7. Repert. DD, Abth. B, n" 15 {1690-1728). — Documents 
relatifs au traité de la Barrière et à son exécution. 

8. Repert. DD, Abth. B, n" 59 {1711-1788). — Documents 
concernant les comtés de Juliers el de Clèves. 

9. Repert DD, Abth. B, n" 42 {1701-1741). — Relations et 
différends entre les Pays-Bas el la principauté de Liège. Nous 
devons signaler dans cette liasse les lettres relatives à l'affaire 
du baron de Horion, qui, sous certaines conditions pécuniaires 



( 533 ) 

et honorifiques, proposait de révéler le moyen de faire payer 
aux Pays-Bas des sommes importantes leur ducs par la prin- 
cipauté de Liège. La même liasse contient de nombreux docu- 
ments sur les difïîcullés commerciales et douanières entre les 
Liégeois et les Limbourgeois. 

10. Reperl. DD, Abth. B, n" 43 {1680-'I794). — Relations 
avec Liège. Contestations de territoires. 

il. Repert. DD, Abth. B, n" 65. — Inventaires et pièces 
diverses, notamment un inventaire des traités de paix, 
d'alliance et de commerce des XVI*, XVII* et XVIIP siècles. 

12. Repert. DD, Abth. B, n" 68' (1716-1774). — On trou- 
vera dans cette liasse de nombreux documents sur les jésuites, 
leur fortune, leurs trésors, les membres de la compagnie au 
moment de sa suppression. 

13. Repert. DD, Abth. B, n" 83-84 {171 3-17 9S). — Docu- 
ments sur riiisloirc de la Gueldre, notamment un gros manu- 
scrit autrefois relié, intitulé : Recueil des principaux traités, 
conventions, édils et privilèges du duché de Gueldre, avec un 
traité méthodique de l'usage que l'on en peut tirer. Outre 
l'examen des lois et coutumes du pays et de son administra- 
tion, le manuscrit contient vingt-neuf documents des XVII» et 
XVI II" siècles. 

Repert. DD, Abth. B, n"' 89-91. {1722-1802). — Lettres 
écrites au prince Eugène par le secrétaire d'Etat et de guerre 
Nény, entre le 13 janvier cl le 29 décembre 1722. Nény, le 
père du célèbre homme d'Etat, semble bien avoir occupé une 
situation toute spéciale dans le gouvernement des Pays-Bas. Il 
était officiellement chargé de faire rapport directement au 
prince Eugène sur les affaires du pays, el ses lettres, comme 



( 534 ) 

celles de Prié, traitent successivement de tontes les questions 
d'administration. Celte mission de Nény était connue de Prié, 
nous en avons la preuve dans ses lettres elles-mêmes. Il arrivait 
souvent à Nény de conférer avec le gouverneur avant de les 
rédiger. Mais, chose curieuse, à la plupart de ces lettres est 
jointe une feuille non datée ni signée, et totalement ou pres- 
que totalement chiffrée. Les employés de la chancellerie de 
Vienne ont heureusement toujours placé en interligne la tra- 
duction des chiffres. Cette partie des lettres de Nény est relative 
aux affaires les plus secrètes de l'Élat. Celle eoi'respondance 
emprunte un intérêt particulier au fait qu'elle remplit les 
dernières années du gouvernement de Prié. Souvent Nény 
parle de son maître, de ses occupations, des motifs (jui Pem- 
péchent d'envoyer régulièrement ses rapports, des soins qu'il 
donne au gouvernement. Toutes les lettres de Nény méritent 
une grande attention. Celles que l'on trouvera plus loin ont 
les mêmes caractères que les quarante-cinq de la présente 
liasse. 

14. Repert. DD, Abth. B, n" 92° {septembre à novem- 
bre 1722). — Quelques rapports de Prié qui comblent heureu- 
sement des lacunes de la treizième liasse des Berichte, et cinq 
lettres du prince Eugène à l'empereur. 

15. Repert. DD, Abth. B, n° 92'' [1722). — La composition 
de celte liasse est analogue à la précédente, plus quelques 
documents de 1717 et des années suivantes. 

16. Repert. DD, Ablh. B, n° 95" (1722). — Rapports de 
Prié au prince Eugène et à l'empereur, rédigés pendant les 
quatre premiers mois de 17'22, outre deux autres de 1721. 

17. Repert. DD, Ablh. B, n° 93' {1722). — Lettres et rap- 
ports de Prié envoyés au prince Eugène entre le 6 mai et le 
14 août 1722. 



( SÔ5 } 

18. Repert. DD, Abth. B, n° 9r [1123). — Soixante lettres 
de Nény au prince Eugène plus seize lettres du directeur des 
postes Jaupain au même sur l'organisation de son adminis- 
tration. 

19. Heperl. DD, Abih. B, «° 94'' {janvier à juin 1724). — 
Quatre-vingt-deux lettres de Nény au prince Eugène. Vingt- 
cinq lettres de Jaupain au même. 

20. Reperl. DD, Abth. B, n" 94' (juillet à décembre 1724). — 
Quatre-vingts lettres de Nény au prince Eugène. 

21. Repert. DD,Abth. B, n» 155 ^l^{1716-J718). — Lettres 
de Jaupain au prince Eugène. 

22. Repert. DD, Abth. B, n» 136 {1719-1722),— leltres de 
Jaupain au prince Eugène. 

25. Reperl. DD, Abth. B, n" 136 %' {17 19-1721). — Docu- 
ments de provenance et d'intérêt très divers. Lettres relatives 
au commerce des Indes. Lettres du baron da Fonseea, chargé 
d'affaires des Pays-Bas à Paris, au prince Eugène ou à Prié. 
Vingt-quatre lettres de Nény au prince Eugène, de 1720 
et 1721. 

24 Repert. DD, Abth. B, n" 136 V^* {1721-1722). — Qua- 
rante-six lettres de Nény au prince Eugène. Lettres de 
Jaupain et du conseiller des finances Fraula au même. 

25. Repert. DD, Abth. B, n" 152-133 [1722-tS26). — 
Lettres des do la Merveille, père et fils, écrites au prince 
Eugène en 1722. Toutes ces lettres sont relatives au commerce 
des Indes. Les de la Merveille étaient négociants à Osicnde, ils 
avaient fait différents voyages aux Indes et y avaient fondé des 
établissements. 



( 536 ) 

26. Repert. DD , Abth. B, n"' 158-i59 (1720-1792). ~ 
Lettres du baron da Fonseca au prince Eugène en 1720 
et 1722. 

27. Repert. DD, Abth. B, »»" 174 [1716-1770). — Docu- 
ments divers sur les conférences de Lille et les contestations 
de frontière avec la France, rapports de da Fonseca au prince 
Eugène en 1725 et 1724. 

28. Repert. DD, Abth. B, n" /7.5" (17 09-1764). — Docu- 
ments concernant l'administration centrale des Pays-Bas. 
Information sur certains ministres du gouvernement des 
Pays-Bas et d'autres personnes qu'on pourrait employer 

(1724). 

29. Repert. DD, Abth. B, no 176" (15S5-1768). — Docu- 
ments concernant l'administration centrale des Pays-Bas. 

50. Repert. DD, Abth. B, n 194 (1106 1716). — Rap- 
ports de de Meulenieester, seigneur de Terlooven, à l'empe- 
reur (1714 à 1716) sur la forme du gouvernement, les attri- 
butions des différents conseils, les personnes capables d'y 
entrer, les cbarges inutiles, la situation des Gnances, les per- 
sonnes qui ont servi le i;ouvernemcnt du duc d'Anjou, la fixa- 
tion de la frontière française. 

51. Bepcrt. DD, Abth. B, n" 197" (1714-1794). — Divers. 
Lettres du conseiller des fin-inces Fraula à Kônigscgg et Prié 
sur l'organisation du gouvernement et la création du Conseil 
suprême des Pays-Bas à Vienne. 

52. Repert. DD, Abth. B, n" 198 (171i-1802). — Divers. 
Documents concernant le baron de Villers, ancien conseiller 
et receveur général du Limbourg. 



( S57 ) 
55. Repert. DD, Abih. B, n» 220" {1712-1788} — Divers. 

54. Repert. DD, Abth. B, n' 221' {1o59-1S02). — Divers. 
P.apicrs et documents concernant le cardinal et le duché de 
Bouillon et la baronne de Reck. 

54. Repert. DD, Abth B, Verzeîchniss 8", n" U {1720- 
1733). — Lettres du marquis de Rialp à Prié, écrites entre 
le 10 février 1720 et le M avril 1725. 

Je ne pense pas devoir développer davantage ce rapport. 
J'ai dressé ci-dessus l'inventaire soninriaire des pièces 
relatives aux premières années de la domination autri- 
chienne. Sauf quelques liasses de papiers des familles 
nobles et quelques autres intitulées « Ecclesiastka », je n'ai 
rien omis de tout ce qui, dans le fonds belge des Archives 
de Vienne et dans la correspondance du prince Eugène, 
concerne cette période de notre histoire. Si ce travail a 
quelque mérite, il le doit certes à la complaisance de 
Son Excellence M. d'Arneth et aux conseils qui m'ont été 
donnés par tout le personnel des Archives. Je dois une 
mention toute pariiculière à MM. le directeur Winler, 
Arpad Giory de Nadudvar, Hans Schlilter, le baron von 
Nadlierny, le chevalier von Siegenfeld; qu'ils me permet- 
tent de leur offrir ce modeste gage de gratitude el de 
sympathique souvenir. 



AVIS. 

Tous les livres et brochures destinés à la Commission doivent lui élre envovos 
par l'intermédiaire de M le Secrétaire perpétuel de l'Académie. 

Toute réclamation relative a l'envoi des Bulletins ou des Clironiques doit lui 
être faite par le même intermédiaire. 



PI]BI.ICAT14>\S DE l,\ COMUIiSSIOlf. 



IN-QUARTO. 

RiD'ikrnnyk van Jan Van Heelu, uilgegeveu met oplielderlngen en aenteeke- 
ningen van J.-F. Willems; \9iM. 

Chronique ritnée de Philippe Mnnskés, publiée par le baron DE Reiffenberg : 
t. \". 1836; t. II, I8î8; SuppL, 184o. 

Corpus Chronicorntn Flandriae, edidil J.-J. De Smet, cathed. S. Bavonis 
canon : t. 1". 1837; t. Il, 1841 ; t. Ifl, I8.jG; t. IV, ISlîo. 

BiabaiHsche YeesUn of Ripnkroinjk van Brabnud, door Jan De Klerk van 
Antwerpen, uiigegeven door J.-F. Willems : t. \", 1839; 1. II, 1843; t. III (par 
BORMANS), 1869 

Monuments pour servir à l'histoire des provinces de ?îamur, de Hainaut et 
de Lnreiiibourg. (Les tomes I, IV, V, VII et VIII ont été publiés par le baron 

DE PiEIFFKNBKRG.) 

T I«^ — Chartes de Namur et de Hainaut; -1844. 

T. II — Cartulaire de Cambron, publié'par J.-J. De Smet, iSWl 

T. III. — Suite et complément des Chartes de Hainaut, publié par M. Léopold 
DEViLi.h:RS; 1874. 

T. IV et V. — Le Chevalier au Cygne et Godefroid de Bouillon; 1846 et 1848. 

ï VI. — i"^" iiartie : Suite du Chevalier au Cygne et Godefroid de Bouillon 
(publiée par Adolphe Borgket), 1854; l2"« partieVclossaire, par Ém. Cachet et 

LlEBliECHT; '18o9 

T. Vil. — Gilles de Chin, poème; Chroniques monastiques; 1847. 

T. VIII. — Auires chroniques monastiques du Namurois et du Hainaut, 1848. 

Documents relatifs nur troubles de Liéije .^ous tes princcs-évéques Louis de 
Bourbon et Jean de Homes, publiés par le chanoine de Ram; 1814. 

Uelaiion des trcihlei de Garni sous Charles-Quint, suivie de 330 documents 
inédits sur cet événement, publiée par G.aghard; 1846. 

Chronique de Brabani, par de Dvnter. avec la trndiiclion de Wauquelin, publiée 
par DE Ram : 1. 1, part. I et II, \hU et I8,i0; t. Il, I8"i4: t. III. J8.-i7. 

Jodiini^ Molani historiae Lovaniensium libri XIV, publiés par DE Ram : 
pan. I et II; 1861. 

Chronique de Jean de Siavelot, publiée par Adolphe Bokgnet; 1861; Table, 
par M. Sta.mslas Hûkman.'^, 1887. 

Chronique de Jean d'Outreuieuse : t. I, ISG'»; t. II. 1869; t. III, 1873; t. V. 
1867, publiés par BoRGNET; t. IV, 1877; t. VI, 1880, et Introduction cl Table. 
1887, publiés par M. Stanislas Bokm.ans. 

Table clironoloqique de<! chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire 
de la Briiique, f.ar M. Alphonse Wauters : t. I, 18GG; t. Il, 18lî8; t. III, 1871 ; 
t. IV. ISTV; t, V. 1877; t. VI. 1881; t. VII, 1" partie, 188o; ti-' partie 1889; t. VIII, 
1892; t IX. 189ii. 

Chroniques relativei à l'histoire de la Belqique sous les duct de BourfjQfjne, 
publiées par le baron Kehvyn de Lf.ttenhove, t. I, 1870; t. II. 1873; t. III, 1876. 

Co'leetion (les vniiatjes dfs souverains des l'uiis-Bas : toine l": 1876; tome II. 
1874; tome III, I8-!I; tome IV. ISSi (Les tomes 1 et II ont été publiés par 
Gagmari). le tome III |)ar MM. Gaghard et IMot. le tome IV par M. IMiiT.) 

Cartulaire de l'abbaye de Saint-Trond, publié par M. Ch. Piot : t. I. 1879; 
t. II. 1S7.';. 

Lcî Bibliothèques de Madrid et de l'Escurial. yoUces et Er traits des manu- 
scrits (fui conrernfnt l'histoire de Belqique, fiar GAClLVRti, 187;). 

Coder Dunen^is ■•ivc Dinlomalnm et Chnrtarum medii aevi amplissima Col- 
lectio; |iar le baron KKitvvN DE I.ETTKMIkvi:, 187."). 

La Bibliothèque natinnalr a Paris, y'oiices et Extraits des manuscrits qui 
eoncernenl l'histoire de Behjique; par Gac.HARD: t. 1". I87.">: t II, 1877. 



Coyrcs})ondiincf. du cardinal de GranueUe : t. l'^^ 1878; t. Il, ISSQ; t. lU, 
1881; t. IV, 488'i.; t. V, '188(;; t. VI, 488"; t. VII, 4889; t VIII, 4890; t. IX, iSHS: 
t. X,4893; t. XI, 4894; t. XII, 48^6. Les tomes I, 11, 111, publiés par Edm. Poui.let; 
les t. IV à XII. par M. Ch. Piot. 

fstore et Chroniques de Flandres, publiées par le baron Kervyn de Letten- 
HOVE: t. I", 4879; t. 11,4880. 

Chroniques de Brabaut et de Flandre (en flamand), publiées par M. Chari.ES 
Piot, 4879. 

Cariulaire de l'abbaye d'Orval, publié par le P. Hippolyte Goffinet, 4879. 

Carlulaire des comtes de tlaiiutui, par M. Léopoi.d Devillers : t. I'=^ 188i: 
t. Il, 4883; t. III, 4886; t. IV, 4889; l. V, 4891; t. VI, 489o. 

Relations politiques des Pai/s-Das et de l'Amileierre sous le règne de Phi- 
lippe II, publiées par le baron Kf.iuyn de Lettkmiove : t. ['•f, 4882; t. Il et III, 
4883; t. IV, 4884; t. V, 4886; t. VI et VI 1,4888; t. VIII, 4^89; t. IX, 1890; t. X,4891. 

Histoire des troubles des Paijs-lias, de lienon de France, publiée par 
M. Chafu.es Piot : 1. 1<^\ 4886; t. Il, 4889; t. III, 4894. 

Cartulaire de l'éiilise de Saint- Lambert de Liège, publié par M. Stan. 
BOKMANS, t. 1", 4893; t. 11, 489.5. 

Le Colton manuscrit Galba D. I. transcrit sur l'original par M. Edw. Scott, 
conservateur des manuscrits au Bntish Dhtscum, publié par M. Gii.LIODTS-Van 
Severen. 

Chartes inédites de l'abbaye d'Orval, publiées par M. Delescluse, 1896 

IN-OCTAVO. 

Compte rendu des séances de la Commission )-oi/ale d'histoire, ou neciieil 
de ses Bulletins : i^'^ série, 46 vol.. l834-i8;i0; ii""^' série, \'i vol., 4850-4839; 
3""^ série, 44 vol., 1839-187^2; i'»^ série, t. I à XVII; 1873-4890. 

Table générale des Bulletins (i" série, t. I à XVI), rédigée par Ém. Cachet 
iSo-I; — ("2n'« série, t. 1 à XII); par M. Ern. Van Bruyssei.,"486o; — (o'"" série, 
t. [ il XIV); par M. J.-J.-E. Proost, 4875. 

Table générale, chronologique et analytique, des chartes, lettres, ordon- 
nances, traités et autres documents contenus dans les 1"^, 2'"° et 5""= séries 
des Bulletins; par M. J.-,l.-E. Proost, 4874. 

Retraite et mort de Charles-Quint au monastère de Yuste. Lettres inédites 
publiées par Gachard: Inlrodiiciion, 4831; t. I'"', 4834; t. Il, 4833. 

Relations des ambassadeurs vénitiens sur Charles-Quint et Philippe If; par 
Gachard, 4833. 

Synopsis aciorum ecclesiae Anlverpiensis; par de Ram, 485(i. 

Revue des Opéra IJiplomatica du Hlirœus; par Le (îlay, 4836. 

Correspondance de Charles-Quint et d'Adrien VI, publiée, pour la première 
fois, par Gachard; 4839. 

Actes des Etats généraux des Pays-Bas, 4376-4383. JSoticc chronologique et 
analytique, par Gachard : t. I", 4861; t. Il, 4866. 

Don Carlos et Philippe 11; par Gachard, t. I et II, 4863. 

Le Livre des feudataires du duc Jean III ; par L. Galesloot, 4863. 

Le Livre des Jiefs du comté de Looz sous Jean d'Arckel; par M. le chevalier 

G. DE BORMAN, 1873. 

Table générale des Notices concernant l'histoire de Belgique publiées dans 
les Revues belges, de 1S30 à JS65; par M. Ernest Van B'ruyssel, 48li9. 

Documents inédits relatifs à l'histoire du X]'l'^ siècle; par le baron Kervyn 
DE Lettenhove, 4''^ partie, 4883. 

Le mémoire du légat Onufrius sur les affaires de Liège, i46S; éditeur, 
M. Stamslas Bormans. 

Obituaire de l'église Saint-Jean, à Gand, 4889; éditeur, M. DE Pauw. 

Polyptique de Guillaume, abbé de Sainl-Trond, 4896; éditeur, M. Pirenne. 

isocs pnEssE : 

M. BoRMAN.'i, Cartulaire de l'église de Saint-Lambert, de Liège, t. III. 

M. Wauters, Table chronoloijigue des chartes et diplômes imprimés concer- 
nant l'histoire de Belgique, t. X. 

M. Gilliodts-Van Severen, Relations politiques entre les Pays-Bas et l'An- 
gleterre, t. XI. 

M. DE Pauw, Cartulaire généalogique des Van Artevelde. 

M. Kurth, Les chartes de l'abbaye de Saint-Hubert, t. 1. 

M. d'Herromez, Les chartes de Saint-iSlartin, de Tournai, t. I. 

M. PONGEI.ET, Le livre des Jiefs de l'église de Liège sous Adolphe de la 
Marck.