(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Bulletin de la Société historique et archéologique de l'Orne"

Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http: //books. google .com/l 



Google 



A propos de ce livre 

Ceci est une copie numérique d'un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d'une bibliothèque avant d'être numérisé avec 

précaution par Google dans le cadre d'un projet visant à permettre aux internautes de découvrir l'ensemble du patrimoine littéraire mondial en 

ligne. 

Ce livre étant relativement ancien, il n'est plus protégé par la loi sur les droits d'auteur et appartient à présent au domaine public. L'expression 

"appartenir au domaine public" signifie que le livre en question n'a jamais été soumis aux droits d'auteur ou que ses droits légaux sont arrivés à 

expiration. Les conditions requises pour qu'un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d'un pays à l'autre. Les livres libres de droit sont 

autant de liens avec le passé. Ils sont les témoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont 

trop souvent difficilement accessibles au public. 

Les notes de bas de page et autres annotations en maige du texte présentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir 

du long chemin parcouru par l'ouvrage depuis la maison d'édition en passant par la bibliothèque pour finalement se retrouver entre vos mains. 

Consignes d'utilisation 

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliothèques à la numérisation des ouvrages apparienani au domaine public et de les rendre 
ainsi accessibles à tous. Ces livres sont en effet la propriété de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine. 
Il s'agit toutefois d'un projet coûteux. Par conséquent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inépuisables, nous avons pris les 
dispositions nécessaires afin de prévenir les éventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des 
contraintes techniques relatives aux requêtes automatisées. 
Nous vous demandons également de: 

+ Ne pas utiliser les fichiers à des fins commerciales Nous avons conçu le programme Google Recherche de Livres à l'usage des particuliers. 
Nous vous demandons donc d'utiliser uniquement ces fichiers à des fins personnelles. Ils ne sauraient en effet être employés dans un 
quelconque but commercial. 

+ Ne pas procéder à des requêtes automatisées N'envoyez aucune requête automatisée quelle qu'elle soit au système Google. Si vous effectuez 
des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caractères ou tout autre domaine nécessitant de disposer 
d'importantes quantités de texte, n'hésitez pas à nous contacter Nous encourageons pour la réalisation de ce type de travaux l'utilisation des 
ouvrages et documents appartenant au domaine public et serions heureux de vous être utile. 

+ Ne pas supprimer l'attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet 
et leur permettre d'accéder à davantage de documents par l'intermédiaire du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en 
aucun cas. 

+ Rester dans la légalité Quelle que soit l'utilisation que vous comptez faire des fichiers, n'oubliez pas qu'il est de votre responsabilité de 
veiller à respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public américain, n'en déduisez pas pour autant qu'il en va de même dans 
les autres pays. La durée légale des droits d'auteur d'un livre varie d'un pays à l'autre. Nous ne sommes donc pas en mesure de répertorier 
les ouvrages dont l'utilisation est autorisée et ceux dont elle ne l'est pas. Ne croyez pas que le simple fait d'afficher un livre sur Google 
Recherche de Livres signifie que celui-ci peut être utilisé de quelque façon que ce soit dans le monde entier. La condamnation à laquelle vous 
vous exposeriez en cas de violation des droits d'auteur peut être sévère. 

A propos du service Google Recherche de Livres 

En favorisant la recherche et l'accès à un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le français, Google souhaite 
contribuer à promouvoir la diversité culturelle grâce à Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet 
aux internautes de découvrir le patrimoine littéraire mondial, tout en aidant les auteurs et les éditeurs à élargir leur public. Vous pouvez effectuer 
des recherches en ligne dans le texte intégral de cet ouvrage à l'adresse fhttp: //book s .google . coïrïl 



oc 

\o\\ 



» r 



SOCIETE HISTORIQUE & ARCHEOLOGIQUE 



DE L' O R N E 



SOCIÉTÉ 

HISTORIQUE 

ET 

ARCHÉOLOGIQUE 

DE L'ORNE 



TOME XXVI I — «« 



publication Trin}e$trielle 



ALENÇON 

IMPRIMERIE ALEXÇON.NAISE. ii, RL'l; DES MARCHERIES 
1908 




1*3^03 



LISTE DES MEMBRES 



DE LA 



m\M HiSfOHiQUE ^ jiiicHtoLoeiQiiE 



DE L"ORNE 



S/ège de la Société : M.EHÇOH, Maison d'OzA, place de Lamagdelalne 



■<- x«t>«0,,'*C5IC8v.£>'0*v,->- 



Membres du Bureau 



0) 



Président : M. Henri TOURNOUER (1911) 

MxM. 

/ l'Abbé DUMAINE (1911) 
,,. ^, _, ) WiLFRiD CHALLEMEL (1911) 

Vice-Présidents < t ^ ^t. . \iir\rrT:'\r /^nru^\ 

Le Vicomte du MOTEY (1909) 
Albert CHOLLET (1909) 

Secrétaire général : Le Baron Jules des ROTOURS (1909) 

Secrétaire : l'Abbé LETACQ (1910) 

Secrétaire-adjoint : l'Abbé DESVAUX (1909) 

Trésorier : GILBERT (1911) 

Archiviste-Bibliothécaire: l'Abbé RICHER (1909) 

Bibliothécaire-adjoint : l'Abbé LETACQ (1910) 

Bibliothécaire honoraire : le NEUF de NEUFVILLE 



(1) La date qui suit chaque nom indique l'année d'expiration du mandat 
des Membres du Bureau et du Comité de publication. 



Comité de Publication 

MM. H. TOMERET (1909) 
.1. LEBOUCHER (1909) 
Reynold DESCOUTURES (1910) 
le comte de SOUANCÉ (1910) 
Louis DUVAL (1911) 
PaulROMET (1911) 



Commission du Musée 

MM. FEUX BESNARD 

Reynold DESCOUTURES 

l'abbé DESVAUX 

A. GILBERT 

le comle LE MAROIS 

Albert MEZEN 

Paul ROMET 

le comte de SOUANCÉ 

H. TOMERET 



Membres Titulaires 



(1) 



«* 



MM. 

* Adigard (Pierre), avocat, député, membre du Conseil 

général derOrne, à Domfront, et à Paris, 4, rue Chomel 
(vii'^). — 1884. 

Allard DuCHOLLET(le comte Maurice), A Q, à Paris, 114 bis, 
boulevard Malesherbes (xvii'^). — 1896. 

* Andlal (M"* la Comtesse d'), château de Voré, par Regma- 

lard, et 4, rue de Marignan, Paris (viii*'). — 1900. 

Angély-Sérillac (M*"* la comtesse d'), château de Sérillac, 
par Beaumont-le- Vicomte (Sarthe). — 1907. 

* Anterroches (Henri d*), château des Yveteaux (Orne), et 

64, boulevara Malesherbes, Paris (vin*'). — 1902. 

Arrou (M™* Joseph), 9, rue Bayard, Paris (viu'^), et château 
de la Gatine, par Villiers-sous-Mortagne (Orne). — 1902- 

Audiffret-Pasquier (le duc d'), château de Sassy, par Mor- 
trée (Orne), et à Paris, 118, avenue des Champs-Elysées 
(viii«). — 1906. 

Aveline (César-Prosper), avoué, membre du Conseil 
d'arrondissement, maire d*Alencon, rue du Jeudi, 33. 
— 1884. 

* Bansard des Bois (Alfred^ a Q, député, membre du Conseil 

général de l'Orne, maire ae Bellême, à Bellême, et à 
Parî^ 86, faubourg Saint- Honoré (viiP). — 1900. 

* Barillet (Louis), artiste-peintre 3, rue Vercingétorix, 

Paris (xiv*), et 28, rue au Pont-Neut, Alençon. — 1909. 

Farox (Auguste), ancien instituteur, à la Perrière -au - 
Doven. — 1904. 

Beau (Amédée), ancien député, notaire honoraire, château 
de Tubœuf, par Chandai (Orne), et à Paris, 3, rue Keppler 
(xvi«). — 1882. 

** Beau (Ferdinand), #, ancien officier de cavalerie, château 
de Tubœirf, par Chandai (Orne), et à Paris, 38, rue 
MarbeuE(viii«). — 1900. 

** Beauchesne (le marquis Adklstan de), vice-président de 
la Société Historique et Archéologique du Maine, château 
de la Roche-Talbot, par Sablé (Sarthe), château de Lassay 
(Mayenne), et à Paris, 8,. avenue Marceau (viii«). — 1883. 



(1) Les nt>ins des Membres titulaicM de^la Canmission des Mbnumenl? 
Ornais sont précédés d'un astérisque ; ceux des Membres fondateurs, de 
deux astérisques. Lia date qui figure à la suite de ciiaque nom est celle 
de riHioée de L'admission des Membres dans la. Sàciété. ^ 



VÏII MEMBRES TITULAIRES 

MM, 

* Beaudouin (le Docteur Frédéric), S5, rue du Château, à 

Alencon. — 1905. 

* Beaugé (l'abbé), curé de Saint-Laurent-de-Séez. — 1901. 
Beauregard (de), château d'Aché, par Alençon. — 1884. 

* Beauregard (Roger DE),châteaud'Aché,par Alençon. — 1903. 

Benard (M"**), Grande-Rue, à Mortagne (Orne). ~ 1904. 

Bernier (rabbé), chanoine honoraire de Meaux, docteur 
ès-letlres, supérieur de l'Ecole Saint-Apais, à Melun 
(Seine-et-Marne). — 1886. 

Besnard (Félix), élève de l'Ecole des Beaux-Arts, 13, rue 
du Collège, à Alencon, et 23, rue Oudinot, à Paris (vii«). 

— 19j7. 

Besnier (Georges), A Q, archiviste-paléographe, archiviste 
du Calvados, ancien archiviste de la Meuse et de l'Eure. 

— 1902. 

* Beudin (l'abbé), curé de Laleu, par Le Mesle-sur-Sarlhe 

(Orne). — 1893. 

* Bidard-Huberdièhe (le docteur), t^, château de la Bérar- 

dière, par Saint-Bômer (Orne), et à Paris, 9, rue de 
Suresnes (viir). - 1882. 

BiGNON (l'abbé), curé de Berd'huis (Orne). — 1900. 

Bigot-Pont-Mesnil (M"*Amédèe), 9, rue Basse-des-Pronie- 
nades, à Alencon. — 1904. 

BissoN, propriétaire, à Sainte-Marie-la-Robert, i>ar Car- 
rouges (Orne). — 1905. 

Blaizot (P.), juge au Tribunal Civil, 14, rue du Neufbourg, 
à Vire. — 1900. 

Blanzay (le comte de), château de la Tanière, par Tessé-la- 
Madeleine (Orne), et à Paris, 75, rue Saint-Jacques (v*). 

— 1892. 

Blin (^l'abbé N.-J.-B.), chanoine titulaire, aumônier de la 
Miséricorde, membre de la Commission diocésaine d'Ar- 
chitecture et d'Archéologie, à Séez. — 1882. 

* BoissEY (l'abbé), curé de Beauchéne (Orne). — 1889. 

BoissiÈRE (A.), château du Gast, à Tanville (Orne). — 1905. 

Bonneval (le vicomte Bernard de), château de Vimer, par 
Vimoutiers (Orne), et à Paris, 24, avenue d'Antin (vni«). 

— 1905. 

BouLLÉ (l'abbé), professeur au Petit Séminaire, Sées. — 1905. 

* BoLRNisiEN (Jean), à Belléme, et à Paris, 41, rue de Saint- 

Pétersbourg (viii«). — 1900. 

* BouRNisiEN (M™* Jean), mêmes adresses. — 1901. 
Brard, avocat, à Alençon, 15, rue d'Avesgo. — 1893. 
Brébisson (de), château des Forges, par Longny. — 1906. 



MEMBRES TITULAIRES IX 

MM. 

* Bricon (l'abbé P.), bibliothécaire au Grand-Séminaire de 

Séez. — 19(K). 

* Broc (le vicomte Hervé de), château des Feugerets, par 

Bellènie (Orne), et à Paris, 15, rue Las-Cases (vu*). 

— 1882. 

* Brochard (Henri), avocat à Donitront. — 1905. 

Broglie (le prince de), château de Cui, par Argentan. 

— 1906. 

* Brust (Constant), propriétaire à Laleu, par Le Mesle-sur- 

Sarthe (Orne). - 1886. 

BuGiET (Mgr), curé de La Chapelle- Montligeon (Orne). — 
1907. 

Cachet (le docteur A.), membre du conseil d'arrondisse- 
ment, député de TOrne, à Domfront (Orne), et à Paris, 
villa ScheiTer, 12 (xvi*^). - 18»4. 

* Caix de Chaulieu (M'"^ la baronne Camille de), château des 

Ostieux, par les Yveteaux, et à Paris, 26, rue Marbeuf 
(viir). — 1903. 

* Caix de Chauueu (M™* la baronne Gérard de), château de 

Bernav, par Ecouché, et à Paris, 1, rue Beaujon (viii*). 

— 1903. 

* Canivet (M"'* Auj^uste), château de Chambois (Orne), et à 

Paris, 11, boulevard Magenta (x*'). - 1883. 

* Cardon, instituteur en retraite, à Exmes. — 1903. 

* Cattois (l'abbé), chanoine honoraire, curé-archiprètre de 

la Cathédrale de Sées. - 1900. 

* Challemel (Wilfrid), A. Q, rue HauU vie, à La Ferté-Macé 

(Orne). - 1882. 

Champagne (M"''' la marquise de), château de Mesnil-Jean, 

()ar Putanges (Orne), et à Paris, 25, rue de la Villc- 
'Evêque (viii^. — 1882. 

Charencey (le comte de), membre du Conseil général de 
l'Orne, château de Champthierry, par Saint-Maurice-les- 
Charencev (Orne), et à Paris, 72, rue de l'Université (vu*'). 

— 1882. 

Chartier (Henry), avocat, à Mortagne. — 1885. 

Chennevières-Pointel (le marquis de), conservateur au 
Musée du Louvre, professeur à l'Ecole du Louvre, à Paris, 
1, rue de la Chaise (vu*'). — 1882. 

Chesnes (M""*" Henri des), chàter.u du Mesnil, par Nonanl- 
le-Pin. — 1893. 

* Chollet (Albert), docteur en droit, juge de paix, à Exmes 

(Orne). — 18^K). 



i MEMBHKS TITL'LAlliKS 

MM. 

CoxTADKS (le marquis dk), château de Saint-Maurice-du- 
Désert, par La Ferté-Macé, et château de Montgeoflroy, 
par Maze (Maine-et-Loire). - HKM). 

* Corbière (Henri), maire de Nonant, président de hi Société 

départementale d'agriculture de l'Orne, cliiiteau de 
Xonant-le Pin. — HK)1. 

Cornevillk(A.), maire de Saint-Victor-de-Reno, 16, rue des 
Marcheries, Alencon. — llHJô. 

CouRCiVAL (M'"*" la marquise de), ^, château de Courcival, 
par Bonnétahle (Saiilie), et à Paris, 4(5, rue de Belle- 
chasse (vu*'). 1887. 

* Cousin, à Domfront, Grande-Rue. — 1903. 

Creste (Georges), docteur en droit, trésorier de la Société 
Percheronne d'Histoire et d'Archéologie, liPuris^^V^, vue 
Vaneau (vu''), et à Mortagne. - 1ÇM)2. 

Darel (Kahhé Charles), professeur à Saint-François de 
Sales, 20, rue Labillardière, à Alençon. — 1900. 

* Darpentigny (J.-B.), greffier de la justice de paix, à Putanges 

(Orne). — 1882. 

* Dauger (le vicomte Guy), secrétaire de la Commission 

diocésaine dWrchitectiîre et d'Archéologie, château du 
Jardin, par Putanges (Orne). — HK)3. 

Daupeley (Paul), imprimeur, 33, rue Gouverneur, à 
Nogent-le-Rotrou. — 190ô. 

David (Fabbé), curé-doyen de Briouze (Orne). — 1900. 

* Descoutures (Reynold), ancien greffier du Tribunal de 

commerce, à Alençon, 42, rue de TEcusson. — 1882. 

* Desmonts (l'abbé), curé de Saint-Georges-des-Groseilliers, 

par Fiers (Orne). — 1900. 

* Desvaux (l'abbé), curé de Damigny (Orne). — 1883. 

* DiGUÈRES (Christian des), château de Mén»l-Glaise, par 

Ecouché. - 1903. 

* Du Buisson (Emile), à Longny. — 1904. 
DuLAU, à Londres, 37, Soho-Square. — 1887. 

* DuMAiNE (l'abbé L.-V.), vicaire général, président de la 

Commission diocésaine d' Architecture et d'Archéologie, 
à Séez, 15, inie des Cordeliers. — 1882. 

Dupont (l'abbé Joseph), chanoine honoraire, 20, rue 
Labillardière, à Alençon. -- 1886. 

Dupont (l'abbé Alexandre), curé de la Trinité-des-Laitiers, 
par Gacé (Orne). — 1899. 

^ DupRAY DE LA Mahérie (Lucieii), membre du Conseil 

fénéral de l'Orne, maire de Pervenchères, château de la 
'errière, par Pervenchères (Orne). — lj899. 



MEMBRES TITULAIRES XI 

MM. 

DupuY (rabbé), chanoine honoraire, ancien aumônier du 
Lvcée, à Alencon, 7, rue de TEcole. — 1882. 

Durand (Auguste), maire de Magnv-le-Déscrt, par la Ferté- 
xMacé (Orne). — 1896. 

* DuvAL (F'rédéric), archiviste-paléographe, archiviste de 

la ville de Saint-Denis, secrétaire de la rédaction de la 
Revue des Questions historiques, 59, boulevard Pasteur, 
Paris (xv<^). — 19()0. 

* DuvAL (Louis), I. i), archiviste du département de l'Orne, 

ancien archiviste du département de la Creuse, inspecteur 
des Archives communales et hospitalières, correspondant 
du ministère de Tlnstruction publique pour les travaux 
historiques, h Alençon, 47, rue Cazault. - 1882. 

DuvAL (l'abbé), curé de Courteille-Alençon. — 1907. 

Edouard (le Révérend Père) Lecorney, archiviste général 
des mineurs-capucins, à Rome, 71, via Boncompagni. 

— 1889. 

Farcy (Paul de), vice-président de la Commission histo- 
rique de la Mayenne, à Chàteau-Gontier, rue de la Poste 
(.Nfayenne). — 1882. 

Flaux (M"^), château des Hayes, par la Carneille (Orne). 

F'leury (Gabriel), A. Q, imprimeur, 28, place de la Répu- 
blique, à Mamers (Sarthe). — 1891. 

* FoRTiNiÈRE (Paul HoMMEY DE la), jugc au Tribunal civil, 

à Alençon, 2, rue Odolant-Desnos. — 1882. 

Foucault (Albert), avocat à la Cour d'Appel, château du 
Tertre, par Bellème (Orne), et à Paris, 10, rue de Copen- 
hague (viii«). — 1905. 

* Foulon (Eugène), architecte, à Laigle (Orne). — 1892. 

* France de Tersant (André de), à Paris, 11, rue des Pyra- 

mides (r**), et à Sannois (Seine-et-Oise). — 1898. 

* F'rance de Tersant (Urbain de), à Séez. — 1903. 

F'réville de Lorme (le comte Marcel de), ^, conseiller ré- 
férendaire à la Cour des comptes, château de Livet, par 
Beaufai (Orne), et à Paris, 12, rue Cassette (vi«). — 1901. 

* Frileuze (de), 11, rue des Promenades, à Alençon. 

— 1901. 

* Frotté (le marauis de), château de Couterne (Orne), et à 

Paris, 21, rue fearbet-de-Jouy (vu*). — 1901. 

Galpin (Gaston), député, membre du Conseil général de la 
Saiihe, château de Fontaine, par Fresnav (Saiihe), et à 
Paris, 61 , rue la Boètie (viii'). — 1882. 

•Garin (Paul), château d'Avoise, Radon, par Alençon et à 
Paris, 15, rue Greuze (xvi*^). — 1ÎK)3. 

"Gasté (Maurice de), château de h\ Genevraye, par le Meiie- 
rault(Oriie), et à Paris, 6, rueGeorges-Bizet(xvi*). — 1900. 



XII MKMBRES TITULAIRES 

MM. 

* Gatky (l'abbé), curé de Macé, par Séez. — 1890. 

Gehmain-Lacour (Joseph), maire de Moulins-sur-Orne, k 
Cuigny, par Argentan, et à Paris, 78, rue d'Anjou (viii*). 

— 1890. 

* GiBERT (Emmanuel de), château d'Echauffour (Orne). — 

1902. 

* Gilbert (A)., chef comptable divisionnaire en retraite aux 

chemins de fer de l'Ouest, à Alençon, 81, rue des Tisons. 

— 1896. 

* GiLLET (Charles), membre du Conseil d'arrondissement,. 

château de Dompierre, par Champsecret (Orne), et k 
Paris, 8, rue de Levis (xvii*). — 1903. 

Girard (l'abbé), vicaire général, à Séez. — 1883. 

GoBiLLOT (René), négociant, 24, boulevard Hippolyte-P'aure,. 
Châlons -sur -Marne (Marne), et à Mauves (Orne). — 

1904. 

* GoBLET (l'abbé F.), curé de Sainl-Jean-de-la-Forèt, par 

Noce. — 19(K). 

* Godet (l'abbé), curé du Pas-Saint-Lhômer, par Moutiers- 

au-Perche (Orne). — 1882. 

GoMOND (E.), ancien professeur agrégé au Lvcée, présfdent 
honoraire de la Société d'Horticulture de TOrne, à Alen- 
çon, 22, rue Candie. 1897. 

* GoLTiEON (l'abbé Daniel), curé des Tourailles, par la Car- 

neille (Orne). - 1903. 

* GouRDEL (l'abbé), curé de Sainl-Hilaire-de-Briouze (Orne)^ 

1893. 

*.Grente (l'abbé Georges), ancien élève de l'école des Carmes^ 
docteur ès-lettres, directeur du collège diocésain, à Saint- 
Lô. - 1903. 

* GuERCHAis (l'abbé), vicaire, à Mortagne. — 1903. 

* GuÉRiN (l'abbé R.), chanoine prébende, aumônier du Monas- 

tère de Sainte-C^laire, à Alencon, 5, rue de la Demi-Lune. 

— 1886. 

GuÉRiN (l'abbé Ambroise), curé de Saint-Pierre de Mont- 
sort, à Alencon. — 1ÎK)2. 

" GuESDON (l'abbé), chanoine titulaire, à Séez. - 1891. 

GuESNON (A.), membre de l'Académie d'Arras, correspon- 
dant honoraire du ministère de 1 Instruction publique» 
93, rue du Bac, à Paris. — 1904. 

* GuiLLKT (l'abbé), à la Chapelle-Montligeon. — 1904. 

* GuiLLOCHiM (Victor), maire d'Argentan, avoué près le Tri- 

bunal civil, 5, rue de l'Orne, à Argentan. — 1901. 



MEMBRES TITULAIKES XIII 

MM. 

^ GuiLLOUARD (Jean), professeur à la Faculté de droit de 
rinstitut Catholique de Paris, 3, rue Saint-Simon, à 
Paris (vir). — 1903. 

-GuiLLOUARD (Louis), aiicieu bâtonnier de Tordre des 
avocats, professeur du Code Civil à TUniversité, membre 
correspondant de l'Institut, à Caen, 9, rue des Cordeliers. 

— 1882. 

Harel (Paul), à EchauiTour (Orne). — 1883. 

'* Havas (l'abbé), curé-doyen de Saint-Léonard d'Alençon, 
10, rue des Marais, à Alençon. — 1904. 

Heurtaumont (le vicomte de), conseiller d'arrondissement, 
château de la Gohyère, par Saint-Mard-de-Reno (Orne). 

— 1907. 

^ HoMMEY (le docteur Joseph), A. Q, médecin de l'hôpital de 
Séez. - 1897. 

HoMMEY (Léon), ►{<, ancien membre du conseil municipal, 
à Alençon, 5, rue de l'Ecole. — 1882. 

Hubert (Joseph), notaire, à Sées, rue Billy. — 1906. 

HuLOT (Paul), architecte, diplômé par le Gouvernement, 
27, rue Singer Paris (xvi*). — 1905. 

^ Jamet (l'abbé A.), curé de Guerquesalles, par Vimoutiers. 

— 1899. 

JossE (l'abbé), chanoine titulaire, chapelain de l'Imma- 
culée-Conception, chanoine honoraire, à Séez. — 1882. 

JoussELiN DE Saint-Hilaire (Mauricc), ingénieur des 
Constructions civiles, 102, rue deVaugirard, a Paris (vi*), 
et à Alençon, 10, rue de Bretagne. — 1902. 

JouviN (Henri), 47 bis, avenue Bosquet, à Paris (vu*). — 
1902. 

* La Bretêche (A. du Moulin de), à Argentan, 17, rue des 

Vieilles-Halles. — 1883. 

* Lacroix (Fernand), ingénieur des Arts et Manufactures, 

47, rue du Ranelagh, a Paris (xvi*). - 1904. 

^ Lahaye (J.), propriétaire, 28, rue Cazault, Alençon. — 1904. 

LaiNde (l'abbé), aumônier de l'Hospice dAlençon, 20, rue 
Labillardière. — 1896, 

Laporte, ancien sous-préfet, à Alençon, rue de Bretagne, 20. 

— 1883. 

La Serre (Roger-Barbier de), #, conseiller référendaire 
à la Cour des Comptes, château du Houssay, par Moulins- 
la-Marche (Orne), et 25, rue de Grenelle, à Paris (vu®). 

— HK)1. 

La Serre (l'abbé de), professeur au Grand Séminaire de 
Paris, château du Houssay, par Moulins-la-Marche 
(Orne), et à Paris, au Grand Séminaire. - 1904. 



XIV MEMBRES TITULAIRES 

MM. 

* Lassaussaye (M"^), à Echauffour. — 1904. 

* Leboucher (Jean), ancien pharmacien, conseiller d'arron- 

dissement, vice-président de la Société d'Horticulture de 
rOrne, premier adjoint au maire d'Alençon, 118, rue du 
Mans, à Alencon. — 19()1. 

Lebreton (l'abbé J.), chanoine titulaire, ancien vicaire 
général, à Séez. — 1882. 

Lechevrel (Joseph), licencié ès-lettres, à Saint-Paul, près 
Fiers. — 1904. 

Leclère (Adhémar), résident de France à Kratié (Cam- 
bodge). - 1894. 

Lecœur, pharmacien, lauréat des Hautes Etudes, à Vimou- 
tiers (Orne). — 1896. 

Lecointre (M"'*' Eugène), 11, rue Saint-Biaise, à Alençon 
et château de l'Isle, par Alençon. — 1903. 

Lecointre (Georges), à Alençon, 4, rue Jullien. — 1890. 

Le Comte (Ernest), ^, membre du Conseil général de la 
Sarthe, château de Monti^ny, par la Fresnaye-sous- 
Chédouet (Sarthe), et à Paris, 124, rue de Provence (viii*'). 

— 1883. 

* Le Faverais, avocat général, à Amiens. — 1903. 

Lefébure (Léon), #, ancien député, membre de l'Institut, 
cluUeauaeRonfeugerav,par Athis(Orne),à Orbey (Alsace) 
et à Paris, 36, avenue Marceau (viii*'). — 1890. 

Léger (Louis), à Paris, 8, rue Le Peletier (ix'). — 1899. 

* Leguernay (François), ^, A. O, vice-président du Conseil 

âénéral de l'Orne, président ae la Société d'Horticulture 
e l'Orne, route de Sées, 1, à Alençon. — 1903. 

Le Hardy (Gaston), secrétaire de \a Société des Antiquaires 
de Normandie, château de Billy, Rots, par Bretteville- 
rOrgueilleuse (Calvados), et à Caen, 9, rue des Cordeliers. 

— 1882. 

* Lemaitre (l'abbé), chanoine titulaire, à Sées. — 1886. 

** Le Marois (le comte^, château de Lonray, par Alençon, et 
à Paris, 59, rue Samt-Dominique (vu'*). — 1893. 

* Lemarquant (Henri), L i}, #, sous-chef de bureau au 

Ministère de l'Intérieur, à Paris, 11, rue des F'euillantines 
(v*^), et à Ecouché (Orne). - 1883. 

Lemonnier (l'abbé^, chanoine honoraire, archiprêtre de 
Notre-Dame, à Alençon, 17, rue du Bercail. — 1900. 

Le Monnier (Romain), publiciste, à Fiers. ~ 1903. 

* Le Nei'f de Neifville (M.), I. ^|, président honoraire du 

Tribunal Civil d'Alençon, bibliothécaire honoraire de la 
Société historique et arcliéologiqiie de l'Orne, à Alençon, 
3, rue du Parc. - 18S2. 



MHMBRKS TITULAIRES XV 

MM. 

* LEPRKTRE(F'élix), avocat,!, rue de rEcole,à Alençon. — 19()3 

Le Rouillé (Jules), château de la Fayeiicerle, à Saint- 
Denis-sur-Sarthon (Orne). — 1907. 

* Leroy (Paul), quincaillier, à La Carneille (Orne). — 1904. 

Le Roy-White (J.), château de Rabodanges, par Putanges 
(Orne), et 120, rue du Bac, Paris (vii«). — 1907. 

Lessart, maire de Saint-Siniëon (Orne), h Alençon, 
5, place Saint-Léonard. — 1892. 

* Letacq (rabhé), aumônier des Petites Sœurs des Pauvres, 

à Alençon, 151 hfs, rue du Mans. — 1887. 

Levain (Charles), à Caorches, par Bernay (Eure). — 1882. 

Levassort (Docteur), rue de la Sous Préfecture, à Mortagne 
(Orne). — 1907. 

* Le Vavasseur (M'"'' Gustave), château de la Lande- 

de-Lougé, par les Yveteaux (Orne). - - 18%. 

Léveillé (labbé), chanoine honoraire, supérieur du Petit- 
Séminaire de La Ferté-Macé (Orne). — 1886. 

* Le Veneur de Tillières (M"'' la comtesse), château de 

Carrouges (Orne), château de Trégaret, par Sixt (Ille-et- 
Vilaine), et à Paris, 89, faubourg St-Honoré (viir).— 1904. 

Lévis-Mirepoix (le comte de), député, château de Chère- 
perrine (Orne), par Mamers (Sarthe), à Alençon. 41, rue 
du Cours, et à Paris, 121, rue de Lille (vii«^). — 1889. 

LoRiLLEUX (Pierre), à Chantecocj, Puteaux (Seine). — 1906. 

LoRMEAU (l'abbé), licencié ès-sciences mathématiques, doc- 
teur en droit, protesseur au Collège de Juilly (Seine-et- 
Marne. — 1905. 

LouTREUiL, manufacturier, à Moscou, 17, Pretchialenka, 
maison de la princesse Galitzin. — 1887. 

LouvARD (Fabbé), chanoine honoraire, supérieur de TEcole 
Saint-François de Sales, à Alençon, 20, rue Labillardière. 
— 1904. 

* LouvEL (Marcel), 110, rue Saint-Martin, h Argentan. — 1894. 

* Ludre-Frolois (le marquis de), membre du Conseil géné- 

ral de rOrne, maire de Longny, château de Longny, et à 
Paris. 4, square du Bois-de-Boulogne (xvi*'). — 1906\ 

Macaire (Henri), L O, chef de division honoraire à la Pré- 
fecture de rOrne, a Alençon, 10, rue de la Demi-Lune. 
- 1882. 

' Mackau (le baron de), ^, LQ, député, membre du Conseil 
général de TOrne, chiiteau de Vimer, par Vimoutiers 
(Orne), et à Paris, 22, avenue d'Antin (viir). — 1882. 

* Mallet (Tabbé), chanoine honoraire, ancien professeur 

d'archéologie au Petit Séminaire de Sées, membre de 
la Commission diocésaine d'Architecture et d'Archéologie, 
à Alençon, 9Î), rue des Tisons. — 1882. 



XVI MEMBUES TITULAIRES 

MM. 

Mallkt, à Coiidé-sur-Sarthe, par Alençon. - 1907. 

* Mallevoue (Fernand de), #, A. Q, à Paris, 22, rue de 

Verneuil (vu*), et manoir de Samt-Germain-d'Aulnay, 
par le Sap (Orne). — 1896. 

Marais (Paul), I. ii, archiviste-paléographe, conservateur- 
adjoint à la Bimiothèque Mazarine, à Paris, 23, quai 
Conti (vi«). — 18S2. 

Marais (Henri), hanquier, ancien président du Trihunal de 
Commerce, à Laigle (Orne). — 1907. 

Marcère (Emile des Hayes de), G.-C. ►îj, sénateur inamo- 
vihle, ancien ministre, au Logis, Messei (Orne), et à Paris, 
23, rue Montaigne (viir). — 1882. 

* Margaritis (Raoul), agent de change près la Bourse de 

Paris, à Versailles, 14, avenue de Vilieneuve-l'Etang, et 
château de la Gàtine, par Villiers-sous-Mortagne. — 
189^). 

Margaritis (Pierre), 14, avenue de Villeneuve-TÉtang, 
Versailles. — 1902. 

Martin du Gard (Roger), archiviste-paléographe, 1, rue 
du Printemps, Paris (xvii«). — 1905. 

* Mauté (le docteur A.), médecin des Hôpitaux, 9, rue de 

Monceau, Paris (viii^), et à Verrières, par Berd*huis 
(Orne). — 1901. 

* Méliand (l'abhé), curé de Villers-en-Ouche (Orne). — 1898. 
Mesml (l'abbé), curé de Vingt-Hanaps. - - 1905. 

* Mézen (Albert), architecte, diplômé par le Gouvernement, 

à Alençon, 29, boulevard Lenoir-Dufresne. — 1900. 

MoNTEMBAULT(Léon), aucicn magistrat, i\ Domfront. — 1901 . 

* MoTEY (le vicomte Renault du), C. ►{<, G. O. ►Ji, avocat, 

docteur en droit, membre du Conseil Héraldique de 
France et de V Association des Che\Hiliers Pontificaux^ 
à Alençon, 44, rue Saint-Biaise. — 1884. 

Moulinet, avocat, à Argentan (Orne). — 1902. 

Nanteuil (le baron Amaury de la Barre de), château de 
La Chevallerie, Hautéclair, par Arconnay (Sarthe). — 
1897. 

Nanteuil (le vicomte Emmanuel de la Barre de), château 
de Moire, par Fresnay (Sarthe), et rue de TAsile, 1, à 
Alençon. - 1899. 

* NoRis (Charles), au Val-Sainl-Bônur (Orne), et à Paris, 21, 

Villa d'Alésia (xiv*-). - 1904. 

* Normand (Charles), architecte diplômé par leGouvernement, 

président et fondateur de la Société des Amis des Monu- 
ments Parisiens, 98, rue de Miromesnil, Paris. — 1904. 



MKMBRES TITULAIRES XVII 

MM. 

Olivier (Fabbé), vicaire de Bazoches - en - Hoiihne. — 
1899. 

Parmentier (A.), ancien sous-préfet, receveur des finances 
honoraire du xx*' arrondissement de Paris, à Alençon, 
1, route de Paris. — 1907. 

Paixhans (Louis), château de la Bijude, par Brelteville-sur- 
Laize (Calvados), et 52, rue de Ponthieu, Paris (viir). 

— 1907. 

Patoi' (Urbain), avocat, à hi Fosse-Avrilli, par Doinfront. 

— 1882. 

Pavsant (rabl)é), curé du Mesnil-Gondouin, par Putanges 
(Orne). — HH)5. 

* Pelletier (Victor), maire de Condé - sur-Huisne. — 

IIKIO. 

Pierre (rabl)é I.), 115, rue Marcadet, Paris (xviir). — 
HK)2. 

* PiERREV (Maurice), château de La Guvardière, en hi Haute- 

Chapelle, et à Paris, 76, rue de la f'aisanderie (xvi'). — 
19():i 

* Porcher (Jac({ues), 1, rue du Regard, Paris, et Le Clos- 

André, à Gacé (Orne). - 1901. 

PoiugiET (Kugène), O. 4jjJ, sénateur, membre du Conseil 
général de r()rne. château de Blanche-Lande, par Mor- 
trée (Orne), et à Paris, 23, rue Galilée (xvr). — 1882. 

* Prempain (Charles), architecte, à Sées. — 1882. 

* Pringault (Raoul), agent- vover en retraite, à Écouché 

(Orne). — 11K)0. 

* Prodhomme (le docteur), maiiv de Putanges. — 1903. 

* Régnier (Louis). A. S,|, à Evreux, 9, rue du Meilet. — 

1890. 

RiBOUx(rabbé A.), curé deSte-Marie-la-Robert (Orne). — 
1904. 

* RiCHER (Tabbé A.), aumônier de la Providence, à Alencon, 

15, rue du Pont-Neuf. — 18S2. 

* Rivière (Albert), ^, ancien magistrat, château de la 

Gatine, par Viliiers-sous-Mortagne (Orne), et à Paris, 
52, rue d Amsterdam (ix^). — 1900. 

RoBET (M"'), château de Malefïre, par Alençon. - 1900. 

* Rocher (le docteur), rue des Cordeliers, à Sées. — 

1904. 

* Rœdeher (le comte), ^, nicMiibr.» du Conseil général de 

rOrne, château de Bois- Roussel, par Essai, et 5, rue 
Freycinet, Paris (xvi*'). — 1903. 

*. Roger (M""' G?orges), à Planchi?s, pur S:iinl>G:iul)u rge. — 
1904. 

2 



XVIII MKMBRKS TITULAIRES 

MM. 

RoMANET (le vicomte Olivier de), ►{<, archiviste-paléographe, 
fondateur des Documents sur la province du Perche, 
président de la Société Percheronne d'histoire et d'ar- 
chéologie, château des Guillets, par Mortagne. — 1882. 

RoMET (M'"'^ Paul), 24, rue du Pont-Neuf, à Alençon.— 1907. 

** RoMET (Paul), memhre du Conseil général, vice-président 
de la Société d'Horticulture de l'Orne, à Alençon, 24, rue 
du Pont-Neuf, et château de Saint-Denis-sur-Sarthon 
(Orne). — 1887. 

* RoMKT (M"»*^ Charles), à Alençon, 34, rue du Jeudi. — 1903. 

** RoMET (Charles), membre du Conseil d'arrondissement, à 
Alençon, 34, rue du Jeudi. — 1893. 

* RoTOURS (le baron Jules Angot des), A. Q, vice-président 

de la Société d' Economie sociale, membre de la Commis- 
sion diocésaine d'Architecture et d'Archéologie, maire 
des Rotours, château des Rotours, par Putanges (Onie), 
et à Paris, 35, rue Washington (viii*). — 1886. 

Rotours (le baron André Angot des), château des Rotours, 
par Putanges (Orne), et à Paris, 9, avenue de Villars(vn*) 
— 1906. 

RouLLEAUx-DuGAGE (le baroii Henry), château de Livon- 
nière, à Rouelle, par Domfront, et à Paris, 5 bis, rue de 
Berri (viir). — 1897. 

* Sainte- Preuve (M™* la baronne de), château de Boisbulant, 

par Alençon. — 1890. 

Saint-Pierre (Henri deGrosourdy, marquis de), conseiller 
référendaire honoraire à la Cour des Comptes, président 
de r Union Bas-Xormande et Percheronne, membre du 
Conseil général de l'Orne, château de la Vente, par le 
Bourg- Saint-Léonaixl (Orne), et 25, faubourg Saint- 
Honoré, Paris (viii^. — 1902. 

Salze (Edmond), 3, avenue de l'Eglise, Le Chesnay- 
Versailles (Seine-et-Oise). — 1885. 

Sandret (Jean), A Q, architecte du Gouvernement et du 
département de l'Orne, 15, rue des Champs, à Alençon. 
— 1907. 

* Sars (le vicomte Albert de), membre do Conseil d'arron- 

dissement, château de Bellebranche,parBouère(Mayenne), 
(Mayenne), et 31, avenue de Saxe, Paris (vii«). — 1903. 

* Savary (Georges), Caissier à la Recette des Finances, à 

Domfront. — 1901. 

* Schalck de iJi Faverie (M™*' F.), membre de la Société des 

Gens de lettres, au Val-Nicole, par Domfront, et à Pai'is, 
avenue de la Grande-Armée, 8,*i (xvr). — 1882. 

Semallé (le comte Robert de) château de Frebourg, jjar Ma- 
mers (Sarthe), 16 bis, avenue Bosquet, Paris (vii*=). — 1905. 



MEMBRES TITULAIRES XIX 

MM. 

* Sevray (labbé), à Montrée (Orne). — 1882. 

* SouANCÉ (le comte de), chtiteau de Montdoucet, par 

Souancé (Eure-et-Loir), et à Alencoii, 72, rue Saint- 
Blaise. — 1887. 

* ScRViLLE (Auguste), instituteur, à la Chapelle-Biche, par 

Fiers (Orne). — 1886. 

Tabourïer (l'abbé), vicaire, à Moulins-la-Marche (Orne). 
— 1902. 

Thoureau (Paul), château des Chaises, par Bellème (Orne), 
et à Paris, 12, rue de Penthièvre(viii*). 

Tomeret (Hippolvte), I. Q, (M. A.), ancien conseiller de 
préfecture de TOrne, à Alencon, 19, rue Desgenettes. — 
1882. 

** TouRNOiER (Henri), A. Q, O. ^, archiviste-paléographe, 
secrétaire d'ambassade honoraire, membre du Conseil 
général de l'Orne, vice-président de la Commission diocé- 
saine d'Architecture et d'Archéologie^ château de Saint- 
Hilaire-des-Novers, par Noce (Orne), et à Paris, 5, bou- 
levard RaspailXvir). — 1888. 

* TouRNOUER (M"'« Henri), château de Saint-Hilaire-des- 

Novers, par Noce (Orne), à Paris, 5, boulevard Raspail 
(vn^^). — HKK). 

* TouRNOUER (M"'^ Octave), château de Saint-Hilaire-des- 

Novers, par Noce (Orne), et à Paris, 203 bis, boulevard 
Safnt-Germain (vir). — 1888. 

Triboté (l'abbé L.), chanoine honoraire, curé-doyen de 
Bellème. — \Sm. 

* Triger (Robert), docteur en droit, ancien conseiller d'ar- 

rondissement, correspondant du Ministère de l'Instruction 
publique et des Beaux-Arts, président de la Société histo- 
rique et archéologique du Maine, aux Talvasières, près 
Le Mans, et au \Ians, 5, rue de l'Ancien-EIvèché. — 1882. 

Trified (l'abbé F.), curé-doyen de Noce. — 1900. 

TuRGEON (Charles), professeur d'Economie politique à la 
Faculté de Droit, de l'Université de Rennes, 21, boulevard 
Sévigné, à Rennes. — 1883. 

Ubald d'Alençon (le R. P.), 11, passage Stanislas, Paris 
(vi«). — 1903. 

* Vaucelles (le comte Jules de), membre du Conseil général 

de l'Orne, château ae Lignou, par Briouze (Orne), et à 
Paris, 18, rue de Marignan (vin''). — 1892. 

* Vérel (Charles), A. Q, à Nonant-le-Pin (Orne). 

* ViGAN (Victor de), à Bellème, et château de la Renardière» 

par Bellème (Orne). — 1900. 

ViGNERAL (le vicomte de), 16, rue Edmond-Valentin, Paris 
(vni*), et château de Ri, par Putanges (Orne). — 1906. 



XX MEMBRES TITULAIRES 

MM. 

* ViMARD (Achille), château des Tourailles, par la Carneîlle 

(Orne), et 12, place Rougeinare, Rouen (Seine-Inférieure). 
— 1904. 

* Voisin (Etienne^, château de la Gàtine, par Villiers-sous- 

Mortagne, et a Paris, 67, rue d'Amsterdam (viii*^). — 1900. 

* Voisin (Félix), 0.#, membre de l'Institut, doyen de la Cour 

de Cassation, ancien député, ancien préfet (le police, châ- 
teau de la Gàtine, par Villiers-sous-Mortagne, et à Paris, 
11 bis, rue de Milan (ix*-). — 1H99. 

Cercle Littéraire, 5, rue Matignon, Alençon. 



Sociétés Savantes et Etablissements Publics 

Auxquels la Société Jiishrique et Archéologique de VOrne 
adresse ses Publications et ses Correspondances. 



Aîx. — Université d'Aix. 

Alençon. — Archives départementales de TOrne. 

Alençon. — Bibliothèque publique. 

Angers. — Société d'Agriculture, Sciences et Arts. 

Angoulème. — Société Archéologique et Historique de la 
Charente. 

Argentan. — Bibliothèque publique. 

Arles. — Le Vieil Arles. — (Poste). 

Avranches. Société d'Archéologie d'Avranches et Mortain. 

.Bernay. Société libre d'Agriculture, etc., de l'Eure (section 
de Bernay). 

Bourges. — Société des Antiquaires du Centre. 

Caen. — Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres 
et Arts. 

Caen. — Société des Beaux- Arts. 

Caen. — Société des Antiquaires de Normandie. 

Caen. — Société Linnéenne de Normandie. 

Caen. - Comité des Assises de Caumont, 28, rue de Geôle. 
- (Poste). 

Chartres. — Société Archéologique d'Eure-et-Loir. 

Châteaudun (Eure-et-Loir). — Société Dunoise. 

Cherbourg. — Société académique. 

Compiègne. — Société française d'Archéologie. 

Guéret. — Société des Sciences Naturelles et Archéologiques 
de la Creuse. 

La Flèche. — Les Annales Fléchoises. — (Poste). 

Laval. — Commission Historique et Archéologique de la 
Mayenne. 

Le Mans. - Société Historique et Archéologique du Maine. 

Le Mans. — Société d'Agriculture, Sciences et Arts de la 
Sarihe. 

Mortagne. — Société percheronne d'Histoire et d'Archéologie. 

Moulins. — Société d'émulation de l'Allier. 

Nantes. — Société Archéologique. 

Paris. — Ministère de l'Instruction publique (Direction de 
l'Enseignement supérieur, 5*^ Bureau). — (6 exemplaires). 

Paris. — Bibliothèque Nationale, 58, rue de Richelieu. 



XXII KCHANGES 

Paris. — Bibliothc(|ue de la Sorbonne, rue de rUiiiversité. 

Paris. — Bulletin de l'Union Bas-Normande et Percheronne, 
34, rue de Vaneau. 

Paris. — Comité des travaux historiques et des Sociétés 
savantes. 

Paris. — Bibliothèque de TEcole des Chartes, 19, rue de 
la Sorbonne. 

Paris. — Revue des Questions Historiques, 5, rue Saint- 
Simon. — (Poste). 

Poitiers. — Société des Antiquaires de l'Ouest. 

Quimper. — Bulletin de la Commission diocésaine de Quim- 
per et de Léon (Finistère). — (Poste). 

Rennes. — Société Archéologique. 

Rochechouart. — Société des Amis des Sciences de Roche- 
chouart (Haute-Vienne. 

Rouen. — Société de l'Histoire de Normandie. 

Rouen. — Société Normande de Géographie. 

Rouen. — Commission des Antiquités de la Seine-Inlérieure. 

Saint-Dié. — Société Philomatique Vosgienne. 

Saint- Lô. — Société d'Agriculture et d'Archéologie, 23, rue 
des Images. 

Saint-Malo. — Société Historique et Archéologique de l'arron- 
dissement de Saint-Malo. 

Toulouse. — Société Archéologique du Midi de la France. 

Tours. — Société Archéologique de la Touraine. 

Vannes. — Société Polymathique du Morbihan. 

Versailles. — L'Art Sacré. — (Poste). 

Société^ Étrangère^ 

Abbaye de Ligugé, Chevetogne, par Leignan, Province de 
Namur, Belgique. 

Albanv. — Université de l'Etat de New- York. 

Bruxelles. — Analecta Bollandiana, 14, rue des Ursulines. 

Costa-Rica (Amérique Centrale). — Museo Nacional. 

Davenport. — Academy of Sciences. 

Mexico. — Museo Nacional. 

Monaco. — Annales du Palais de Monaco. 

Montevideo. — Museo Nacional. 

Neufchàtel (Suisse). — Société Neutchâteloise de Géographie. 

Rio-de-Janeiro — Museo Nacional. 

Stockholm (Suède). — Académie Royale des Belles-Lettres, 
de l'Histoire et des Antiquités. 

Washington. — Smitbsonian Institution. 



PROCES-VERBAUX 



Séance du 10 Octobre 1907 



Présidence de M. Henri TOURNOUER, Président 



La Société Historique et Archéologique de rOrnc qui 
n'avait pas eu de réunion mensuelle depuis le 18 juillet, tient 
aujourd'hui séance dans la salle de la Bibliothèque. 

Etaient présents : M"" la baronne de Sainte-Preuve, 
MM, Tabbé Bhicon, de Beauregard, Descoutures, Tabbé 
Desvaux, Gilbert, René Gobillot, Gomond, Tabbé Mesnil, 
l'abbé RiCHER, Paul Romet, baron Jules des Rotours, 
Tournouer, Robert Triger. 

Se sont fait excuser : MM. Félix Besnard, de Brébisson, 
l'abbé Desmonts, l'abbé Dumaine, Louis Duval, Le Roy- 
White, l'abbé Méliand, Paixhans, André des Rotours, 
Sandret. 

Plusieurs candidats sollicitent leur admission dans la 
Société : 

M°^ la comtesse d'Angély-Sérillac, château de Sérillac, 
par Beaumont-le-Vicomte, présentée par M™* la baronne de 
Sainte-Preuve et M»"*^ H. Tournouer ; 

M. Jules Le Rouillé, château de la Fayencerie, à Saint- 
Denis-sur-Sarthon, présenté par MM. Paul Romet et l'abbé 
Desvaux ; 

M. le vicomte de Heurtaumont, château de la Goyère, à 
Saint-Mard-de-Réno, présenté par MM. rabl)é Guillet et 
H. Tournoiier ; 



2 PROCKS-VEHBAUX 

M. Félix Besnard, 13, rue du Collège, à Alençon, présenté 
par MM. Descoulures et H. Tourn';ûer; 

M. Parmentiek, ancien sous-préfet de Morlagne et de 
Domfront, présenté par MM. Louis Duval et Descoutures ; 

M. le docteur Levassort, à Mortagne, présenté par MM. 
J. Creste et Tournoûer ; 

M. Le Roy-White, château de Rabodanges, présenté par 
MM. le baron Jules des Rotours et Tournoûer. 

H. l'abbé Desvaux fait part de la mort de M»"^ Millet, née 
Bigot-Pont mesnil, membre de la Société depuis 1904, décédée 
à Alençon, le 23 septembre dernier. M'"*' Millet était la mère 
de notre ancien et si regretté collègue, Ernest Millet, le poète 
de grand avenir, enlevé prématurément aux lettres fran- 
çaises, le 25 mai 1891. 



;. le Président interprète heureusement la reconnaissance 
des excursionnistes de la Société envers M'"*' la baronne de 
Sainte-Preuve, MM. Robert Triger et Paul Romet, présents, 
pour le charme, l'allégeance, le confort et l'intérêt que leurs 
superbes réceptions ou la maîtrise de leurs explications ont 
apporté à nos journées des 27, 28 et 29 août dernier. 



;. Robert Triger, à son tour, se déclare chargé par les 
membres de la Société Historique et Archéologique du Maine, 
d'exprimer leur gratitude pour l'accueil qu'ils ont reçu dans 
l'Orne, et le grand plaisir qu'ils ont eu à s'associer à notre 
tournée. 

H. l'abbé Richer annonce la mise en vente du balcon en fer 
forgé de la maison Desrues, rue du Château, que nous avons 
eu plusieurs fois l'occasion de visiter. Chacun de nous 
regrette que la pénurie de notre budget ne puisse permettre 
d'en faire l'achat pour l'adapter à quelque partie de notre 
futur musée. M. l'abbé Richer conserve la parole pour taire 
part du vol commis en l'église Saint-Léonard d'Alençon, la 
nuit précédente. Aucun des journaux, qui ont raconté par le 
menu les détails de ce cambriolage, n'a paru savoir que la 
tapisserie représentant une Sainte- Famille arrachée de son 
cadre, avait été récemment classée en 1904. Les cambrioleurs 
semblaient plus au courant de ces particularités. 



PROCES-VERBAUX 3 

M. le Président fait en résumé le récit de Texcursion du 
mois d'août, au Mans, à Fresnay et les environs d'Alencon. 
\\ parle de la nécessité de Tinstallation du Musée. Là,, encore, 
nous sommes arrêtés par le manque de ressources. Le corps 
de bibliothèque installé récemment dans la salle des réunions 
étant loin de suffire pour contenir tous les livres et publi- 
cations qui augmentent chaque jour, il est décidé de consacrer 
<l'urgence le reliquat de 250 hancs restant de la souscription 
pour Tameublement de notre local, à faire établir des rayons 
supplémentaires dans la même salle. Espérons que de nou- 
veaux bienfaiteurs permettront de réaliser Tinslallation du 
matériel d'un M usée pour lequel les dons commencent à arriver. 

M.Savary envoie des boucles d'oreilles d'homme qui se ven- 
daient autrefois à Domfront, telles d'ailleurs que beaucoup 
d'entre nous en ont encore vu l'usage autour d'eux, usage que 
dans les campagnes on regardait comme un préservatif contre 
les maladies d'yeux et quelques autres infirmités. 



Descoutures offre un dessin de M. Lisch représentant 
l'Exposition tenue à Alençon en 1858. 



[. le Président raconte la séance générale de la Société 
Percheronne d'Histoire et d Archéologie qui s'est tenue à 
la fin de septembre dernier, à Mortagne, devant une assistance 
d'environ cent personnes, ce qui constitue une manifestation 
de sympathie considérable, étant donnée l'indilTérence habi- 
tuelle des Percherons pour les questions qui s'agitent en ces 
réunions. Plusieurs de nos collègues y ont successivement i)ris 
la parole : M. Tournoùer, faisant lonctions de rapporteur 
général, et MM. Georges Creste, René Gobillot, Charles 
Turgeon, Louis Fournier, le docteur Levassort, qui vient 
aujourd'hui prendre rang parmi nous. Pour imiter ce qui 
se passe chez nous, une excursion avait été organisée dans la 
matinée pour la visite de l'église du Pin-la-Garenne et du 
manoir de Chanceaux. 

A première vue, l'église du Pin-la-Garenne avec ses galeries 
à jour, ses pinacles aux arrêtes capricieuses, donne l'illusion 
d'une structure ancienne et ornementée. Ce n'est en réalité 
-qu'une église fort commune du xi*^ siècle. Un vénérable 



4 PROCES-VERBAUX 

savant et antiquaire, M. Jules Patu de Saint-Vincent, l'a 
compliquée d*une ornementation aussi abondante qu*apo- 
cryphe. On a tôt fait de le reconnaître, car à part le pitto- 
resque de l'ensemble, on se trouve en face du genre d'arclii- 
tecture appliqué à Saint-Cénery par le baron Séguier, le 
contemporain et le collègue en ferveur gothique du châte- 
lain de la Pelonnière et du Pin. Plusieurs morceaux toutefois 
méritent de fixer l'attention : un rétable qui serait, paraît il, 
celui de l'église priorale de Chesnegalon, la grande fenêtre du 
pignon occidental qui figurait autrefois sur le mur de chevet 
de Notre-Dame de Mortagne. Elle fut apportée au Pin avec ses 
verrières, lorsque vers le milieu du siècle dernier, on pro- 
longea en hémicycle le chœur de Notre-Dame. A ne citer que 
pour mémoire les ossement enlevés au Val-Dieu de tombes 
déjà prohmées et fouillées en 1793, et que M. de Saint-Vincent 
emporta comme étant ceux du comte du Perche Pierre II et 
de sa fille Jeanne. Ceux qui assistèrent à cette exhumation, 
dont nous avons connu plusieurs témoins, ne semblèrent en 
prendre les résultats au sérieux que dans le procès-verbal. 

Chanceaux, sur la paroisse de Saint-Jouin-de-Blavoult, est 
un manoir de structure imposante avec de vastes salles aux 
énormes cheminées, datant du xv* siècle, avec modifications 
et adjonctions faites successivement jusqu'au xvui* siècle. 
11 a été l'objet d'une notice fort curieuse par M. Adolphe 
Vard, dans la Normandie Monumentale et Pittoresque. 

H. le Président dépose sur le bureau un plan de Mortagne, 
où l'état ancien se trouve indiqué de façon très habile sur la 
topographie actuelle. Ce plan, tiré à un nombre limité d'ex- 
emplaires, est en vente chez son auteur. M. Fournier, impri- 
meur et libraire à Mortagne. 

Il est ensuite fait choix des articles qui rempliront le pro- 
chain bulletin et on décide que MM. le chanoine Guesdon et 
Surville seront sollicités de faire des notices néci'ologiques de 
MM. l'abbé Barret et Appert, dont la publication s'est trouvée 
retardée jusqu'ici par des circonstances malheureuses. 

MM. Tournoùer et Wilfrid Challemel préparent les biblio- 
graphies de MM. de Contades et Appert et sollicitent les- 



PROCES-VERBAUX 5 

renseignements et documents qui pourraient leur aider à 
rendre ce travail aussi complet que possible. 

Il est annoncé qu'une nouvelle feuille du Pouillé du diocèse 
de Sées sera prête à être distribuée aux souscripteurs pour le 
l**" janvier. 

Il est donué communication d'une lettre demandant des 
renseignements sur les seigneurs qui ont accompagné Guil- 
laume le Conquérant à la conquête de TAngleterre. 

Lecture est également faite d'une lettre de M. de Brébisson, 
où se trouve agréablement narrée une collaboration impro- 
visée du célèbre botaniste normand, père de notre collègue, 
aux fêtes théâtrales données sous le premier empire, par le 
sénateur Rœderer. Les pièces, dont plusieurs étaient l'œuvre 
même du châtelain de Bois-Roussel, étaient jouées dans un 
pavillon construit à cet effet dans le parc du château. Il 
portait le vocable de Matignon, le seigneur de Lonray, gou- 
verneur d'Alençon, et ne fut démoli qu'il y a seulement une 
trentaine d'années. 

Enfin, pour clore la séance, M. le Président veut bien nous 
faire part de la promesse donnée par M. le Maire d'Alençon 
que des mesures vraiment efficaces seront prises pour la mise 
en place du vitrail du xiv siècle « l'Adoration des Mages », 
dont les pièces mêlées continuent de servir en remplage au 
tympan de la deuxième fenêtre sud de la nef de Notre-Dame 
d'Alençon. 

La Séance est levée à quatre heures. 

Le Secrétaire- Adjoint : 

L'Abbé A. DESVAUX. 



-6 FHOCÈS-VEHBAUX 



Séance du 14 Novembre 1907 



Présidence de M. Henri TOURNOUER, Président 



Le 14 novembre, à deux heures et demie, la Société Histo- 
rique et Archéologique de l'Orne a tenu sa séance ordinaire 
dans la salle de sa Bibliothèque, à la Maison d'Ozé. 

Etaient présents : M"*' L. Robet, MM. Descoutures, Tabbé 
Desvaux, Louis Duval, Urbain de France, Gilbert, Tabbé 
Letacq, Tabbé Mesnil, l'abbé Richer, Paul Romet et 

ToURNOUER. 

Se sont fait excuser : M'"*' la baronne de Sainte-Preuve, 
MM. de Brébisson, Tabbé Dumaine, Félix Besnard, labbé 
GuERCHAis, Tabbé Desmonts, Tabbé Guesdon, René Gobillot, 
Léon HoMMEY, le vicomte Dauger, Tabbé Mèliand, le 
comte Rœderer, le baron Jules des Rotours. 

M'nc jjj comtesse d Angély-Sêrillac, MM. Jules Le Rouillé, 
le vicomte de Heurtaumont, Parmentier, ancien sous-préfet, 
Félix Besnard, le docteur Levassort, Le Roy White, pré- 
sentés à la dernière séance, sont proclamés membres de la 
Société. 

M. Léon Hommey donne sa démission de trésorier du 
Comité organisé jadis pour recueillir les fonds nécessaires à 
la réparation de la Maison d'Ozé et dont la mission elle-même 
est terminée. Les pièces justificatives de la souscription, avec 
l'analyse du dossier, sont déposées sur le bureau. Décharge 
est donnée à M. Hommey de sa gestion, avec vote de l'inser- 
tion au procès-verbal des remercîments qui lui sont adressés 
pour le zèle, l'activité et le bon succès avec lesquels il a rem- 
pli cette laborieuse fonction. 

M. Mézen, architecte, fait présenter le règlement de compte 
pour la façon et l'acceptation du corps de bibliothèque qui 



PROCKS-VKRBAUX 7 

vient d'élre placé dans la salle de nos séances. Il a été payé- 
de ce chef la somme de 894 francs à M. Lehouc, menuisier à 
Alençon. La Société satisfaite de ce travail, décide, sur l'avis 
de M. le Président, que deux autres meubles dans le genre de 
celui qui est installé, seront i)lacés de chaque côté de la 
cheminée de la même salle, crédit étant accordé pour solder 
les frais de cette acquisition. 

M. Tabbé Richer, pour faire suite à cette question, annonce 
que les frais d'installation dans la Maison d'Ozé joints à un 
mémoire de reliure se sont élevés à la somme de 90 francs. 

M. le Président annonce qu'il a reçu une somme de 1.146 
francs pour rameublement de nos salles. Klle sera employée 
à payer les bibliothèques. 

M. Descoutures exprime un vœu chaleureux pour que la 
salle des séances soit pourvue d'un appareil de chaufTage 
d'effet pratique, certains sociétaires ne voulant pas, dit-il, 
exposer leur santé à l'atmosphère sibérienne de notre local. 
Satisfaction lui est promise. 

M. le Président propose d'organiser définilivement la Com- 
mission du Musée de la Société à la Maison d'Ozé. M. Tour- 
nouer est nommé président d'honneur, M. Paul Romet, 
président. Membres : MM. Descoutures, Louis Duval, 
Tomeret, le comte Le Marois, Mézen, Félix Hesnard, le comte 
de Souancé, Gilbert. Secrétaire, M. l'abbé Desvaux. 

M. l'abbé Gatry, qui a déjà donné une superbe collection 
de céramique ornaise, promet d'assurer plus tard à notre 
Musée la possession de ses autres collections archéologiques 
non moins précieuses. 

M. Paul Romet dépose sur le bureau plusieurs spécimens 
curieux des anciennes laïences de Saint-Denis avec un beau 
lot de vieilles gravures. 

M. le chanoine Guesdon offre une bulle de Benoît XIV, 
fuhninant institution d'un doyen à la collégiale des Andelys, 
en 1741. 

Dom Paul Denis moine Bénédictin de l'abbaye de Solesmes, 



8 PROCÈS-VERBAUX 

actuellement exilée au château d'Appuldurcombe House, à 
Wroxall, dans Tîle de Wight, demande des renseignements 
sur dom Petey de THostallerie et sa famille, sur dom Simon 
Bougis, né à Sées, en 1630, et sur les armoiries de sa famille. 

M. Urbain de France qui a fait une étude approfondie des 
vieilles familles sagiennes et argentanaises, possède sur ce 
dernier des renseignements qui intéresseront extrêmement 
l'érudition bénédictine. 

M. Surville annonce une biographie de M. Daligault, ancien 
directeur de l'Ecole Normale d'instituteurs de l'Orne, qui a 
laissé à Alençon et près de ses anciens élèves une mémoire 
entourée de vénération. 

M. Guesnon offre un exemplaire de son docte travail sur la 
surprise d'Arras par Henri IV, dont ^l. Louis Duval fait un 
éloge compétent avec promesse d'un compte rendu pour le 
Bulletin. 

M. Louis Duval est prié de vouloir bien se charger désor- 
mais de la bibliographie des travaux publiés par les membres 
de la Société. M. l'abbé Desvaux trouve, en effet, que cette 
Bibliograppie envahit trop sa Chronique Ornaise et que 
M. Duval est particulièrement désigné, par ses études et ses 
fonctions, pour s'acquitter de ce travail à la satisfaction et au 
profil de tous. 

Echange est voté de la collection de notre Bulletin contre 
les Annales du Palais de Monaco, 

M. le Président annonce que les plans de M. Wable sur le 
vieux manoir de Courboyer et sa restitution architecturale 
primitive, disparus de leur carton depuis plusieurs années, 
sont enfin retrouvés. M. Lheureux, architecte à Alençon, qui 
les avait acquis chez un marchand d'antiquités, s'est empressé 
de les offrir à la Société dès qu'il en a connu l'origine, sans 
vouloir accepter aucun dédommagement pour ses frais d'acqui- 
sition. M. le Président Ta prié de vouloir bien agréer l'expres- 
sion de notre reconnaissance. 

H. le Président fait part de la publication de comptes rendus 



PROCÈS-VERBAUX 9 

sur notre excursion du mois d'août, insérés dans la Reçue du 
Maine, \q% Annales Flèchoises, le Journal dWlençon, V Indé- 
pendant de VOrn^, YAlmanach de VOrne, le Bellêmois et 
autres publications pleines de sympathie pour la Société. 

Déjà il a pu préparer un projet d'excursion pour Tété pro- 
chain. Le pays à explorer est la région située entre Falaise et 
Argentan. Nous aurions à visiter successivement Falaise, 
Saint-André-de-Gouffern, le faubourg de Guibray, les anti- 
quités de Falaise, avec coucher en cette ville. Le lendemain, 
Mesnil-Villement sur les bords de l'Orne, la vallée de la 
Rouvre, la Roche d'Oitre, la Forêt- Au vray, Rabodanges, Ri, 
les Rotours, avec séance solennelle le soir à Putanges. Le 
troisième jour serait consacré à Commeaux, Bazoches-au- 
Houlme, Habloville, la Courbe et le Château -Gontier, Pom- 
raereaux, la Queurie, avec dislocation de la caravane à Argen- 
tan. Ce projet est acclamé à l'unanimité. 

H. Tabbé Desvaux demande que des mesures efficaces 
soient prises le plus tôt possible pour assurer la réalisation 
d'un vœu précédemment émis à propos de la restiiuration du 
monument élevé sur la tombe du curé Mérino, dans le cime- 
tière Noire -Dame. Cette tombe est menacée d'une ruine 
prochaine. Pareille observation à propos d'un autre vœu 
pour que des notices ou mémoires historiques soient consa- 
crés aux établissements religieux fondés dans le cours du 
xix*" siècle à Alençon et autres villes de noire ressort, et qui 
viennent d'être supprimés. Les chercheurs de l'avenir seront 
heureux de pouvoir se documenter sur ces monuments de 
notre histoire diocésaine dans les notes laissées par les 
contemporains. 

L'ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à quatre 
heures. 

Le Secrétaire Adjoint : 

L'Abbé A. DESVAUX. 



POPHAIT D'UflfOlNE U BOliUBOK 



Nous donnons celte année en tête de notre Bulletin, pour 
continuer la suite des personnalités qui nous intéressent^ 
le portrait d'Antoine de Bourbon. 

Antoine de Bourbon, pair de France, duc de Vendôniois» 
comte de Convcrsan, Marie et Soissons, vicomte de Meaux,, 
baron d'Espernon, Montdoubleau, Blou, Brion, Aurilly, 
Ailly-sur-Noye, Sourdon, Broyé, Nogent-le-Rotrou, seigneur 
d'Anghuien, Bournim, Bourbourg, Duneroles, Gravellinghes,. 
Roddes en Flandres, Oisy, Ham, Bohaing, Beaurevoir,. 
Hendinel, Tingry, Hucquelière, des Tonnelieux-de-Bourges, 
des Transports-de-Flandres, châtelain de Tlsle, était fils de 
Charles de Bourbon, V duc de Vendômois et de Françoise 
d'Alençon. Par sa mère, fille de René et de Marguerite 
de Lorraine, il se rattachait donc à la lignée des ducs d*Alen- 
çon. Il naquit le 22 avril 1518 et épousa en 1548 Jeanne 
d'Albret qui le fit roi de Navarre et père de Henri IV. Il fut 
gouverneur de Picardie et d'Artois, Lieutenant-général du 
royaume pendant la minorité de Charles IV; ayant embrassé 
la religion catholique il s'unit au duc de Guise et au maréchal 
de Saint-André contre les calvinistes ; il prit Bourges sur eux,, 
assiégea Rouen et s'en einpara, mais, blessé à mort, il 
succomba aux Andeivs le 17 novembre 15G2. 11 avait eu une 
fille, Catherine, mariée à Henri de Lorraine, duc de Bar, 

Cette gravure, de Balthasar Moncornet (1), porte comme 
légende : « Anthoine de Bourbon, Roy de Navarre, Prince de 
Béarn, duc de Vendosme et d'Alençon ». A gauche de 
l'ovale, en haut, armes des maisons de Bourbon et de Navarre 
surmontées de la couronne royale ; à droite, une couronne de 
lauriers. 



Il) Haltliasar Moncunict, peintre, graveur au burin, né à Rouen vers 
1630 et mort après 1670. 



EXCUi{S10^ Ali^I^OLOeiQUE 



DANS 



le Maine et le Pays d'Alençon 



(1) 



Dans une causerie très spirituelle faite à Bellême en 1906, 
M. de Broc disait : « La Société historique et archéologique 
de l'Orne est une société qui se promène et que l'on n'envoie 
pas promener ! » Ce sont là deux vérités qui ont reçu dans le 
Maine et le pays d'Alençon une éclatante réalisation. 

La fête fut brillante, ininterrompue. Les régals y furent 
infinis : il y en eut pour l'esprit, pour le cœur, pour les yeux 
et même pour l'estomac. Voilà qui est bien matériel, mais 
pour être archéologue, on n'en est pas moins homme; et puis 
les festins ne sont-ils pas de tradition dans cette fête si 
touchante des Noces d'argent? 

Des Noces d'argent ! le joli mot I II évoque des idées de 
joie, de prospérité, d'espérance ; tout cela tissé, il est vrai, de 
quelques respectables cheveux blancs, si peu perceptibles 
pourtant au milieu de nos blondes moissons historiques I 
Mais, au fait, qu'a-t-elle à craindre du temps, notre Société ? 
N'est-elle pas forte de tous les grands noms qui la fondèrent, 
la présidèrent, et dont la tradition est, aujourd'hui encore, si 
fidèlement continuée ? 



(1) Nous exprimons des sentiments très vifs de gratitude à MM. Robert 
Triger, Gabriel Fleury et Leboucher, qui nous ont permis de reproduire 
dans le compte ren<lu un grand nombre d'excellents clichés leur apparte- 
nant, et à M. Giraud, membre de la Société historique et archéologique du 
Maine, qui a eu Textrême amabilité de prendre à notre intention des vues 
fort intéressantes d'Alençon. Grâce à eux, notre récit est agrémenté 
d'illustrations qui seront pour nous des souvenirs et des documents 
infiniment précieux. 



12 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 

Avec d'aussi solides racines elle ne pouvait manquer de 
sève, et c'est là le fait le plus remarquable de ces vingt-cinq 
années si pleines de promesses : elle a su rester jeune, vivante, 
active. Ainsi la vit-on passer dans les rues du vieux Mans, 
sur les chemins de laSarthe et de l'Orne et même en Alencon! 



PREAIIËRE JOURNÉE (27 Août 1907) 

Le 27 août, vers huit heures du matin, la cour de l'hôtel de 
Paris, au Mans, était envahie par une foule d'archéologues, 
« vénérables Messieurs » de tous âges, auxquels se mêlaient, 
ce qui est moins fréciuenl, « nobles Dames et Damoyselles ». 

Au milieu des conversations bruyantes et des effusions des 
reconnaissances, la trompette présidentielle eut de la peine à 
se faire entendre. Peu à peu, cependant, par petits groupes 
Ton s'achemina vers la place de la Préfecture. Là, nous 
attendaient, en face de l'église de la Couture, deux immenses 
véhicules. Ce fut une véritable prise d'assaut. Tant bien que 
mal, tout le monde finit par se caser, et le cortège s'ébranla, 
guidé par la voiture de l'aimable Président de la Société 
historique du Maine. 

Notre passage n'est pas sans provoquer la curiosité : des 
Persiennes s'entr'ouvent ; des têtes paraissent aux fenêtres ; 
et des artilleurs, au flair si réputé, n'hésitent pas à prendre 
pour une noce le congrès des deux Sociétés réunies du Maine 
et de l'Orne. Mais, déjà, les dernières maisons s'égrènent 
derrière nous et nous sommes en pleine campagne, suivant 
au grand trot la route de Pontlieue qui se déroule au milieu 
des bois de pins et des landes mauves de bruyère. 

L'Abbaye de PEpau 

De la Victoria qui nous précède, est parti un signal. L'on 
s'arrête. Tout le monde descend et la caravane s'engage dans 
un petit chemin encaissé, rocailleux, au bord duquel, de 
chaque côté, pendent languissamment de longues tiges 




•«a 

-8 



o 
o 



es 

o 
CD 





es 
O 

o 



a 

09 
OS 

V 

u 







«> 

>> 

es 

•s 

4> 

1 

d 

d 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 13 

violettes de ronces. Mais cela dure peu. Devant nous, un 
pont : nous le franchissons, et dans un fouillis de verdure, au 
milieu des gazons épais et des hauts massifs d'arbres qui 
projettent une ombre mystérieuse très douce, nous appa- 
raissent les ruines grisâtres de Tabbaye de TEpau. 

Immédiatement, Ton est pris par le charme du lieu, par sa 
tranquillité ; et, à ce premier sentiment s'en ajoute, aussitôt, 
un autre, plein de gratitude pour M™*' Charles Thoré, qui a 
bien voulu nous ouvrir, toutes grandes, les portes de son 
domaine. 

Voici, entourée autrefois d'un cloître, la cour, au fond de 
laquelle on peut admirer une salle capitulaire et une sacristie 
aux ogives élégantes et légères (1). C'est là, dans cette cour, 
que M. Robert Triger, d'un coup de son sifflet, nous a réunis 
près de lui. Enfin, nous allons donc connaître les origines du 
si captivant monastère! 

En 1230, c'est-à-dire l'année même de sa mort, la reine 
Bérengère de Navarre, veuve de Richard Cœur de Lion, fonda 
l'abbaye de TEpau. Les moines de l'ordre de Citeaux qui y 
furent appelés construisirent, de 1230 à 1234, la première 
église, dans laquelle on retrouve plusieurs traces caractéris- 
tiques de leur architecture. Ils jouirent de leur œuvre pendant 
environ un siècle. Alors, s'ouvrit la guerre de Cent-Ans qui 
amena avec elle tant de vicissitudes, et, certes le couvent 
n'en fut pas exempt : ses alentours si calmes retentirent plus 
d'une lois des cris des hommes d'armes ; puis, un jour, les 
flammes s'élevèrent au miHeu des futaies, et, de l'abbaj'e, il 
ne resta bientôt que monceaux de cendres et ruines accu- 
mulées. C'était le moyen — radical, il est vrai — trouvé par 
les Manceaux pour empêcher l'Anglais de loger à l'Epau. 

Toute l'histoire du monastère, heureusement, ne fut pas 
aussi lugubre. Au xiv*= et au xv^ siècles des réparations furent 
faites accompagnées de remaniements nombreux. Ici, se 
place une anecdote quelque peu leste, mais fort joyeuse quand 
même et qui prouve que, toujours et partout, même dans les 
cloîtres, « notre ennemi, c'est notre maître ». Quelques 

(1) On aperçoit encore dans la sncriitie des restes de peintures du 
XIV siècle, représentant le lavement des pieds, l'entrée de Jésus à Jéru- 
salem, la préscit îlio.î au Temple. 



14 EXCIKSION «ANS LE MAINE ET LE PATS D'aLEN<;ON 

moines, à l'esprit vindicatif, ayant eu à se plaindre du Père 
Abbé, trouvèrent plaisant de se déguiser, une belle nuit, en 
diables, et d'infliger à l'autorité une discipline qui, pour 
n'être pas prévue par la règle, n'en fut pas moins vigoureuse- 
ment appliquée. Ce trait n'est évidemment pas un exemple de 
ferveur monastique, mais il a une certaine saveur gauloise 
qui n'est point pour déplaire. 



Ancienne é);llse abbatiale de l'Kpau. 
Demin de M. Boaet. — Communiqué par M. G. Fleury. 

Après avoir admiré les restes de peintures de la sacristie (1), 
et l'antique salle capitulaire. nous |)énétrons dans l'église, 
toute parfumée encore des foins de la dernière récolte. C'est 
un des plus beaux modèles de l'architecture cistercienne où 
l'on retrouve, de chaque côté du chœur, trois chapelles 
s'ouvrant sur le transept. Cette disposition donne au transept 
une importance considérable, et, de ce fait, l'édilîce affecte la 
forme d'une croix grecque. 

(l)Vo)r ]a note précédente et i'ëlude puliljée sur l'abbaye de l'Epaa, 
dans la Revtie hiatorique f( arehêotoglqae du Maine, par M. l'abbé 
Frogcr et M. HIcordeau. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LK l'AVS DAI.KXÇON 15 

Le chœur, sur plan carré, est éoliiiro ù son clievet par une 
Iner^'eîIleuse fenêtre, pur 
chef-d'œuvre du xiv siè- 
cle. 11 est regrettable qu'à 
une époque postérieure, 
on ait traversé cette rose 
par un arc de consolida- 
tion, qui, s'il n'enlève 
rien à la délicatesse de ta 
fenêtre, nuitàla sveltesse 
primitive et à la pureté 
des lignes. 

Dans la première cha- 
pelle, à droite du chœur, 
reposa autrefois la reine 
Bérengère. Il n'y a plus 
là , maintenant , qu'un 
moulage de son tomheau 
dont l'original a été don- 
né, en 18:^1, à la cathé- 

, . . ,, , Ablmje de l'Kpau. 

drale du Mans, par la cumé de M. H.<fAnterroch^s 

famille Thoré. 

La nef principale, par laquelle nous sortons, est composée 



16 EXCURSION DANS I.E MAFNE ET LE PAYS DALENÇON 

de trois travées, flanquées d'un seul lias-côté ; elle est éclairée 
par de délicates lenèlres en arc brisé, dont les plantes épou- 
sent les lignes élégantes ; le lierre court, ici. dans les ogives, 
grimpe le long des meneaux, sertît les fines roses, accrochant 
ses guirlandes tenaces dans les dentelles de la pierre. 



En quittant celle chapelle, on passe de l'enchanlement de 
l'art à celui de la nature. Ce ne sont que coins d'omhre 
calmes, grasses prairies frangées de saules, coupées de peu- 
pliers. Vraiment, l'endroit est charmant ; et il était bien 
choisi pour un monastère. L'atmosj>hère, seule, du lieu porte 
au recueillement, et l'on aime à se représenter les moines 
vivant ici dans la pénitence, se partageant entre la prière et 
l'admiration. Mais, au fait, l'admiration des beautés divines 
n'cst-elle ])as aussi une prière? 

A la sortie de cette demeure silencieuse. M"" Henriette Tlioré 
a l'amabilité de remettre à chacun une carte postale qui nous 
rappellera Ji tous, et toujours bien agréablement, les bons 
instants passés ici en « cette veille de la fête de saUil Augustin ». 

L'Usine de? Eau)( de la Ville du tAar)^ 

Nous quittons l'Epau pour nous rendre à l'usine des eaux 
de la ville du Mans, prouvant ainsi que notre Société a l'esprit 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS OALENÇON 17 

large et qu'elle sait admirer à la fois les merveilles de Tart 
antique et celles de la science moderne. 

Cette usine, en effet, est bien une merveille et nous avons la 
chance de la visiter sous la savante direction de celui même à 
qui en revient tout Thonneur : M. Morancé. Nous y pénétrons 
par une passerelle légère, en bois, d'où Ton aperçoit encore 
très bien la place des anciens barrages formés de rangées de 
pieux ou épieux : d'où le nom d'E^pau donné à toute cette 
contrée. 

En considérant ce site si pittoresque, on ne peut s'empêcher 
de regretter la disparition du vieux moulin qui s'élevait, 
autrefois, en cet endroit, et qui lui eût conservé un peu de 
poésie. 

Je n'entreprendrai pas ici un cours de mécanique. J'en 
serais, du reste, fort incapable. Voici seulement une idée 
générale du fonctionnement de cette usine : 

Deux séries de machines, les unes hydrauliques, les autres 
à vapeur, pouvant s'intervertir, actionnent de puissantes 
pompes qui envoient les eaux de THuisne dans des bassins 
de filtration fort bien aménagés. Ces bassins, eux-mêmes, se 
divisent en quatre parties ou cuves dans lesquelles les eaux 
passent tour à tour, y abandonnant chaque fois un plus 
grand nombre d'impuretés ; de la quatrième cuve, elles 
sortent aussi saines que possible. 

Mais cela ne suffit pas. On a créé dans l'établissement un 
laboratoire de bactériologie qui, tous les jours, analyse l'eau 
et s'assure que ceux qui la consomment n'absorbent pas, par 
goutte, plus d'un nombre donné de microbes. Heureux 
Manceaux, auxquels on mesure les bactéries ! 

Du reste, tout, ici, se fait avec une telle méthode, avec une 
si minutieuse propreté, que selon le mot de notre Président, 
« l'eau en vient à la bouche ». 

En sortant de ces bassins filtrants, le liquide n'est pas 
encore complètement traité. 11 est pur, mais il a perdu un peu 
de sa fraîcheur dans ces diverses opérations. Pour remédier 
à cet inconvénient, la mécanique intervient de nouveau. Des 
machines aspirent l'eau filtrée et la refoulent dans un 
immense réservoir souterrain où sa température s'abaisse de 
quelques degrés. 



18 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 

C'est de ce réservoir, situé non loin du château de Méhon- 
court, que les eaux se répandent dans l'économie de la ville 
du Mans. 

Le temps ne nous a pas paru long. Il s'est évanoui sans que 
Ton s*en soit aperçu, tant furent intéressantes cette visite et 
les claires explications données. 

Terminée depuis un an, à peine, cette usine modèle réunît 
tous les perfectionnement désirables. Elle a nécessité à son 
auteur une somme de travail considérable et de nombreux 
voyages dans les plus grandes villes d'Europe. Le Mans peut 
en être justement fier! 

Ce rapport ne serait pas complet et tout n'aurait pas été 
dit si Ton n'ajoutait que M. Morancé joint à sa science 
éclairée de très sérieuses qualités d'administrateur ; il a su, 
en effet, ne pas dépasser dans la construction de cet établis- 
sement la limite des crédits prévus dans son devis qui s'éle- 
vait à la gentille somme de 2 millions 500.000 francs. C'est 
assez rare, de nos jours, pour que l'on ne passe pas sous 
silence ce fait, tout à l'honneur de notre savant guide. 

Nous sommes à la grille, sur le point de sortir ; mais, aupa- 
ravant M. Triger tient à remercier notre cicérone et à nous 
faire admirer encore une fois la disposition générale de cette 
usine dont les bâtiments neufs et si parfaitement entretenus, 
revêtent un cachet d'élégance, trop souvent laissé de côté, 
aujourd'hui, par les ingénieurs. Tout cela est à l'éloge de 
l'architecte actuel de la ville, M. Chotard, et du directeur, 
M. Guinoiseau, désignés par la municipalité pour nous 
accompagner dans notre visite, et que nous sommes heureux 
de féliciter chaleureusement avant notre départ. 

Vep^ te Tertre de Changé 

Dehors, nos voitures attendent. Une seconde tbis nous 
nous élançons à leur conquête, et, toujours précédés de la 
Victoria présidentielle, nous filons vers le tertre de Changé, 
où nous voulons aller rendre hommage au vaillant ttô« mobiles 
qui s'y couvrit de gloire. 

Le temps, malheureusement, ne nous a pas permis de 
pousser jusqu'au tertre glorieux. Nous nous sommes arrêtés 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 19 

au fameux « Chemin aux Bœufs ». Là, un des combattants, 
M. Erard (1), ancien sous-oflicier du 33*^, nous a retracé 
certains épisodes de la mémorable bataille du Mans. 

Devant nous, quelques bouquets de sapins émergent de la 
lande rose. C'est ici que les mobiles de la Sarthe passèrent la 
nuit du 10 au 11 janvier 1871. nuit d'encre dont les deux partis 
mirent à profit l'obscurité pour avancer leurs travaux 
d'approche. Lorsque se leva l'auhe grise, nos lignes de tirail- 
leurs se trouvaient à quelques pas seulement de celles de 
l'ennemi. De leurs tranchées, les deux adversaires s'obser- 
vaient. A un moment donné, un officier allemand s'avança 
vers les nôtres. Les Français abaissèrent leurs armes ; les 
Allemands en firent autant et... l'on ne tira pas ; mais, tout- 
à-coup, une boule de neige vola dans l'air, partie on ne sait 
d'où. 

Ce fut le signal d'un combat homérique. Une bataille en 
règle s'engagea à coups de boules de neige, dont la victoire 
resta à ceux qui devaient être les vaincus du soir 

Cette lutte puérile, alors que gronde le canon et que sifflent 
les balles, fait honneur à ceux qui la soutinrent ; elle est, 
chez eux, la preuve d'une force morale peu commune, d'une 
gaieté que rien n'abat, d'un souverain mépris de la mort I 

Voilà un fait... d'armes (?) peu connu. Il n'en est pas moins 
digne de louanges et l'on aime à voir les Manceaux s'offrir 
au trépas, le rire aux lèvres, en grands entants insouciants 
et héroïques. C'était très crâne et très français. 

Aujourd'hui, de cette campagne riante, il ne vient que des 
bruits très doux, très atténués, comme ouatés de silence ; 
rien ne rappelle les tracas et les tumultes de la bataille, mais 
nous, nous nous souvenons, et nous saluons la mémoire de 
tous les vaillants qui tombèrent là pour la France ! 

(1) M. Erard, membre de la Société d*agiiculture, sciences et arts de la 
Sarthe, a fait paraître dans le bulletin de cette Société et en volume à 
part, de très intéressants mémoires sous le titre : Souvenirs d'un mobile 
de la Sarthe. 

Animé du plus ardent patriotisme, M. Erard nous communique les notes 
que « le Caporal de la 4* du deux » consignait chaque soir, sur un petit 
calepin. 11 a écrit son livre, hier, comme il avait tracé ses notes, il y a 
37 ans « le cœur tout chaud avec un réel enthousiasme », et l'on ne saurait 
trop féliciter celui qui, après avoir porté très crânement le fusil, manie si 
joliment la plume. 



20 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 

Nous rentrons au Mans à Tallure et par les voies les plus 
rapides. Déjà, la chaleur se fait vivement sentir et les estomacs 
commencent en chœur à crier famine. 

A l'hôtel de Paris, où nous arrivons bientôt, la société 
s'augmente de quelques retardataires. L'on peut dire que, 
maintenant, « la famille est complète » pour s'élancer à la 
recherche de nouvelles merveilles archéologiques ; et, au 
Mans, cela ne manque pas. Dieu seul en sait le nombre... et 
M. Triger ! 

Avant de nous perdre dans le dédale des places, des rues 
et des impasses, il est bon de se rappeler, en remontant aux 
origines de l'histoire du Mans, que l'on retrouve, ici, sept villes 
successives, la ville gauloise, la ville romaine, celle des 
invasions, la cité du moyen-àge, puis celle de l'ancien régime 
et enfin la ville de la Révolution, suivie de celle des temps 
modernes. Tour à tour, nous allons voir défiler devant nous, 
au hasard de nos pas, des restes de ces époques nettement 
caractérisées. 

Le Musée et l'Église de ta Couture 

Notre première visite est pour le Musée de la Préfecture. 
II faudrait pouvoir lui consacrer une journée et nous avons 
une heure, à peine, à lui donner. Dans ce passage si rapide 
on risquerait de ne rien voir, mais, par bonheur, le savant 
Président de la Société historique du Maine est là, dirigeant 
notre admiration indécise. 

Des salles de peinture, où les « Teniers » et les « Poussin » 
voisinent avec les « Philippe de Champaigne », je ne veux 
noter que quelques unités : quatre panneaux peints sur bois, 
provenant du prieuré de Vivoin, et qui, tout en se rappro- 
chant des primitifs, ont une origine régionale très certaine ; 
une toile de David, Michel Gérard, membre de V Assemblée 
nationale en lySg et sa Famille^ dans lequel l'artiste a rendu 
la vie avec une saisissante intensité ; trois tableaux des 
diverses batailles du Mans, celle de 1793, où l'on voit M"« des 
Melliers se jetant aux genoux de Marceau (1), et celle du 

(Ij Mii« Angélique des Melliers s'était vue, pendant la bataille, séparée de 
sa mère et de sa sœur. Tombée entre les mains de grenadiers, elle fut 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 21 

11 janvier 1871 dont deux peintres manceaux ont rendu 
différents épisodes : la Charge d'Aiwoiirs, par M. Lionel 
Royer, est particulièrement remarquée. 

Ici, aussi, se trouvent plusieurs toiles ou dessins du 
Mortagnais Monanteuil ; et, ce nous est une joie, à nous. 
Ornais et Percherons, de voir si brillamment rappelé en ce 
musée le souvenir de notre compatriote (1). 

conduite au général Marceau. Ce dernier, moins sanguinaire que la plupart 
de ses compagnons d'armes, fut touché de compassion. II prit sous sa 
protection la jolie infortunée, la fit conduire à Laval, comme elle en avait 
exprimé le désir, el la confia à une famille chez laquelle il la savait en 
sûreté. 

11 alla même lui rendre visite dans cette retaite, en compagnie de Kléber, 
qui a laissé dans ses Mémoires une phrase la concernant : « On ne vit 
jamais de femme ni plus jolie ni mieux faite et, sous tous les rapports, 
plus intéressante : elle avait à peine dix-huit ans et se disait de Montfaucon ». 

Aussi noble de sentiments que de nom, M>i« des Melliers apprend, un 
jour, que toute famille qui donnait asile aux aristocrates s'exposait aux 
derniers châtiments ; elle va, elle-même, se dénoncer et se voit jetée en 
prison. Quelques jours plus tard, sa tête tombe sur Téchafaud. 

La protection accordée par Marceau à W^^ des Melliers, n'en reste pas 
moins tout à l'honneur du jeune général. 11 mérita, certes, bien, en cette 
affaire, l'éloge qu'en faisait sa protégée dans une lettre écrite de sa prison, 
et datée du 9 nivôse an II : a Vous savez qu'au Mans l'armée républicaine 
a obtenu une victoire complète. J'ai eu le malheur affreux d'être séparée 
de ma famille dans cette horrible déroute. Je désirais la mort et je n'ai 
trouvé que de la pitié parmi les troupes républicaines. J'ai été sauvée par 
le général Marceau qui m'a traitée, non seulement avec humanité, mais 
encore ai-je à me louer de son honnêteté et de sa générosité ». 

(1) Jean- Jacques- François Monanteuil, naquit à Mortagnc le 11 juillet 
1785. Son père était d'origine Champenoise et se fixa dans le Perche par 
son mariage. Il était maichand de laine et devint secrétaire de la mairie 
de Mortagne. Patroné par M. Poissonnier de Prulai, le jeune Monanteuil 
entra à l'Ecole centrale de l'Orne. Puis, manifestant de sérieuses dispo- 
sitions pour l'art du dessin, il fut dirigé par son protecteur sur Paris, où 
il eut pour maître M. Fresnais d'Albert. Il devint ensuite l'élève préféré de 
Girodet, qui se l'associa pour la décoration du palais de Compiègne. Il fut, 
de 1843 à 1851, professeur de dessin au collège d'Alençon, et, lorsqu'il 
abandonna ses fonctions, il vint se fixer au Mans. C'est là qu'il mourut le 
10 juin 1860. /Monanteuil, dessinateur et peintre, par Léon de la Sicotière, 
Caen, 1865 in-8».) 

Voici la liste des œuvi es de Monanteuil qui se trouvent au Musée du 

N" 248 Deux Jeunes Filles (toile) 

249 Portraits de son Père et de sa Mère — 

250 Un vieux Maître d'école — 

251 Le Portrait de Monanteuil — 

252 Une jeune Bretonne — 

253 Un OuMer — 

254 Une jeune Paysanne — 

255 Un Paysan breton — 

Ces six derniers tableaux, nous dit le catalogue du musée du Mans, ont 
été offerts par sa fille. 

No» 433 Portrait de son Père (dessin) 
434 Un Breton au Cabaret — 



i2 EXCURSION DANS I.K MAINK ET [,K PAYS d'aLENÇON 

Dans la même salle, se trouve mi émail des plus aDCÎens et 
des mieux conservés ; il date du xii* siècle et senirait à lui 
seul àillustrer la mémoire de Geoffroy Plantagenet. Il faisait 
partie autrefois 
du tombeau de 
ce personnage, 
mort en 1151 , 
tombeau qui fut 
dans la suite dé- 
truit par les pro- 
testants. Jusqu'à 
la Révolution, cet 
émail resta atta- 
ché pardescram- 
poiis de fer à 
i 'avant dernier 
pilier de la net 
(le la cathédrale, 
du côté de l'épî- 
tre. 

Au dessus des 
bureaux admi- 
nistratifs, nicbc, 
dans les combles 
(le la prélecture, 
une des plus ri- 
ches bibliothè- 
ques que l'on 
puisse rêver. 

Dans cette cité 
des livres, règne, 
en souverain très 
accueilbint, M, 
Guérin, qui nous 
fait, avec une amabilité touchante, les honneurs de s;s tré- 
sors. Pour quiconque aime les manuscrits ou les miniatures, 
cette visite s'impose ; et, celui qui la tentera sera, certes, bien 
récompensé de sa peine, car il trouvera là-haut un crudit, 
du calme, et d'inestimables merveilles. 



Lk Mans, — Musil-c : Email i\e CieiiITriiy Plaiita(!<.iii-t. ' 



EXCLUSION DANS LE MAINE ET I.E PAYS Ij'aI.EN(;0\ 23 

On resterait volontiers ici, mais le programme nous rappelle 
et nous fait rejoindre au plus vite nos compagnons qui, déjà, 
sont à Notre-Dame de la Coulure. 

Ce monument est une ancienne église abbatiale de Béné- 
dictins, fondée vers 
la fin du VI* siècle; 
elle est un véritable 
musée d'architec- 
ture comparée, où 
se retrouvent tous 
les styles du xi" au 
xv siècles. 

« Au XI* siècle, 
l'édifice se compo- 
sait d'une nef ave( ■ 
bas-côtés, d'un tran 
sept à deux absidio- 
les et d'un chœur 
circulaire, entouré 
d'un déambulatoire 
sur lequel s'ou - 
vraient cinq cha- 
pelles ; au-dessous 
de ce cliœur se trou- 
vait une crypte à |_„, j,,^, _ x„,re.|)amc .U- lu CoiiUire. 
trois nefs. cnchéd- m. iLiCUti-n-ofiics. 

« De cette église 
primitive, il subsiste encore la cry()te, <lont les chapiteaux, 
très archaïques, semblent remonter à une haute antiquité, 
une chapelle du pourtour, le déambulatoire jusqu'à la nais- 
sance des fenêtres, et une partie des murs latéraux de la 
nef. 

« Dans la seconde moitié du xii" siècle, la construction des 
voûtes entraîna une translonnation complète de la nef. On 
supprima les bas-côtés et on renforça les murs de grands 
arcs en tiers-point et de piles vigoureuses qui formèrent 
l'ossature d'immenses voûtes domicales, analogues à celles 
de la cathédrale d'Angers et de la Trinité de Laval . 

« Le XIII' siècle termina la façade occidentale, les deux tours 



24 EXCLUSION DANS I.E MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 

et l 'élégant porche qui les réunit. Les sculptures du portail 
méritent une attention tonte particulière Sur le linteau se 
déroule un jugement dernier, très délicatement traité, et sur 
les pieds-droits se volent six statues d'apôlres, grandeur 
naturelle, d'une ampleur et d'un mouvement si remarquables 
qu'on serait tenté de les croire d'une époque postérieure, 

« Aux XIV' et XV* siècles enfin, appartiennent la plupart des 
ctiapelles actuelles a (1). 

Au milieu de tout cela, passerait presque inaperçue — et 
ce serait grand 
dommage ! — l'ex- 
quise Vierge de la 
Couture, à laquelle 
Germain Pilon a su 
donner une grâce 
délicate, une atti- 
tude souple et élan- 
cée, une très douce 
expression de vi- 
sage. La vue de celte 
madone provoque à 
la fois l'admiration 
et la piété, el c'est 
bien là le plus 
grand triomphe de 
l'artiste d'avoir su, 
en même temps , 
servir l'art et la 
mystique. 
Lb Mans. ~ Vkrgede Germain Pilon, à la Couture. 
Commaniiiaë par M. Robert Tri/fer. 

Le Mu^ée ;irehéolo0lque 

En nous dirigeant vers le musée archéologique, nous pas- 
sons, sur la place de la République, devant le monument de 
l'armée de la Loire. 

(1> Robert Triger. 



M 



II 
II 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 25 

Sur le socle, deux groupes en bronze, symbolisant Toflensive 
et la défensive, entourent le piédestal, sur lequel le général 
Chanzy se dresse dans un geste de mâle énergie. 

Les sculpteurs n'ont pas cherché ici Teffet dramatique de 
mauvais goût ; ils ont représenté, dans toute son héroïque 
vérité, la lutte suprême des mobiles et des marins, qu'ils nous 
montrent se battant et mourant sous les yeux de leur géné- 
ral (1). 

Dans un coin de la place, l'église de la Visitation, construite 
au xviii*^ siècle sous la direction d'une religieuse mancelle, 
sœur Anne-Victoire Pillon, nous apparaît fraîchement recou- 
verte d'un peu artistique crépi. L'intérieur, parait-il, mérite 
une visite, mais le chronomètre de Président s'y oppose 
formellement et répète, à sa manière, le mot du poète : Fugit 
irreparahile tempiis. Oui, le temps fuit, et il nous rappelle 
que le Musée archéolologique nous retiendra de longs instants. 

Le Musée archéologique, créé par une décision du 28 mai 
1846, n'est établi que depuis quelques années dans la crypte 
de Saint-Pierre-la-Cour ; et, il faut le dire, nul écrin n'était 
plus digne de recevoir les précieuses collections qu'on y allait 
abriter. 

Dans le jardin qui entoure ce musée, se trouve un fragment 
d'entablement d'un édifice gallo-romain des premiers siècles, 
découvert dans les fondations de l'enceinte de la fin du 
m* siècle. C'est sur ce piédestal digne de lui, que monte 
M. Triger pour nous donner quelques explications. Après 
quoi, respectueusement, nous pénétrons dans la crypte 
gothique, divisée en deux nefs et six travées, où tout a été 
ménagé au double point de vue de la conservation et de 
l'instruction. 

On n'imagine pas l'embarras d'un rapporteur lorsqu'il doit 
rendre compte de semblables richesses. Il taudrait tout citer, 
et, dans ce cas, on tourne au catalogue ; ou, rien du tout, et, 
c'est vraiment trop peu. La solution intermédiaire, quoique 
bien imparfaite, est peut-être encore préférable. 

En descendant les travées du milieu, on passe entre une 
haie de six pierres tombales, celles des vicomtes de Beaumont. 

(1) Ce monument, œuvre de Crauk et Croisy, a été érigé en 1885. 



EXCLUSION l>AXS I.E M,' INE ET LE PAYS D ALENÇON 



Destins de M. Hacher, d'après Gaignières. 
Gommaniqaés par la Socléli archéologiqae da Maine. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET I.K PAYS d"aI,EN<;ON 27 

Dans le fond de la nef de droite, un clumotne agenouillé, 
d'une perfection vivante, a été très remarqué. Puis viennent 



Le Mans. — Musée archéologique : Chanoine agenouillé. 
Dessin île M. Verdier. — Cotnm. par la Soc. arch. du Maine. 

des collections de poteries, de talences, de parures gauloises, 
de silex taillés et d'armes au milieu desquelles se trouve une 



28 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 

épée, donnée par Louis XIII comme prix de tir à Tarquebuse, 
en 1614, à un capitaine d'arquebusiers de la milice du Mans. 
Décidément, il n'y a rien de nouveau sous le soleil, pas même 
les concours de tir I 

Au point de vue de la curiosité, on signale une petite 
perruque en bronze destinée, parait-il, à recouvrir le chef de 
quelque statuette antique. 

Des émaux de très grande valeur occupent une vitrine dans 
une des travées de gauche. 

Mais ce que les amateurs de parchemins ne me pardonne^ 
raient pas de passer sous silence, c'est le fameux dessin de la 
fin du xv*' siècle, représentant le jubé du cardinal de Luxem- 
bourg à la cathédrale du Mans. Ce dessin, d'un travail et d'un 
prix inestimables, constitue une des pièces les plus remar- 
quables de toutes ces collections ; et, tout en l'admirant au 
milieu de tant d'autres reliques, nous ne pouvons nous 
empêcher de faire des vœux pour voir bientôt notre musée de 
la Maison d'Ozé égaler celui-ci. 

La Cathédrale 

A notre sortie du Musée archéologique, nous nous dirigeons 
à pas rapides vers la Cathédrale, dont nous faisons le tour 
avant d'en franchir le seuil. Nous nous arrêtons devant le 
magistral système de contreforts qui soutiennent les voûtes 
du chœur et qui « se bifurquent en Y au-dessus du premier 
collatéral, de manière à diviser plus également la circonfé- 
rence extérieure et à éviter l'impression de « maigreur » que 
produit sur ce point dans les autres édifices le trop grand 
écartement des contreforts » (1). 

Au dire d'un maître incontesté, M. Louis Gonse, cette 
abside du Mans est « une des créations les plus grandioses de 
Fart gothique, et toutes les hésitations, toutes les pauvretés 
même qu'on remarque dans les parties hautes de Bourges ont 
disparu dans le chœur du Mans. La construction y est conduite 
d'un bout à l'autre avec la même assurance, la même virtuo- 
sité ; à l'intérieur comme à l'extérieur, tout se fond dans une 

(1) M. Triger 



EXCURSION DANS LK MAINE ET LE PAYS D ALENÇON 29 

vigoureuse unité, dans une brillante harmonie... Au point de 
Tue statique, l'abside du Mans est avec celle de Cologne, 



Lb Mans. — Plan de la cathédrale. 



EXCLUSION DANS l.i; MAIXIi Ff l-K PAYS DAl.LXCON' 



Phol. G, Flei 
I.E Mans. — La catlicdrale : Tour. 
Extrait de La cathédrale Saînt-JuJien du Man«, par MM. A. Le 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'alENÇON 31 

qu'elle précède d'un demi-siècle, la plus savamment conçue 
des absides gothiques » (1). 

Devant le grand portail, nous avons pu considérer un des 
vestiges de Tancienne ville gauloise^ le fameux menhir situé 
à Tangle sud-ouest de la nef de la cathédrale, en lace de 
l'escalier des Pans de Goron. 

C'est une vieille pierre, élancée, jet dont ia surface présente 
un drapé assez réussi. Malheureusement, l'afficheur public le 
trouve un merveilleux emplacement pour y coller sa multi- 
colore marchandise, et c'est fort regrettable. Pauvre menhir, 
sur les flancs duquel s'étale aujourd'hui la fougueuse prose 
des batailles électorales I Dire qu'à son origine il tut pierre 
sacrée ! Quantum mutatus ab illo ! 

Nous gémirions bien longtemps sur cette déchéance, si 
notre attention n'était attirée par le Grabatoire, antique et tort 
jolie demeure du xvi*^ siècle, qui, après avoir servi d'habi- 
tation aux chanoines et aux gouverneurs du Maine, se voit 
transtormée aujourd'hui, par la force des choses et le malheur 
des temps, en Palais épiscopal. L'évèque, vraiment, ne pou- 
vait trouver gîte plus agréable et plus commode ; la largeur 
de la rue, seule, le sépare de son église métropolitaine à 
laquelle nous allons consacrer une longue visite. 

« Trop longtemps reléguée à un rang secondaire, la cathé- 
drale du Mans mérite de prendre place parmi les monuments 
les plus remarquables de l'architecture nationale. 

« Elle appartient, dans son ensemble, à trois époques 
distinctes. Sa nef est du xi*" et du xii^ siècle ; le chœur de la 
plus belle époque gothique, du milieu du xiii* siècle ; les 
transepts des xiv* et xv* siècles. 

« Bien que son style ne s'harmonise pas autant qu'on 
pourrait le souhaiter avec celui du chœur, la nef est d'un haut 
intérêt, grâce aux transformations dont elle offre encore les 
traces très apparentes. On y retrouve même trois nefs succes- 
sives, mélangées avec une hardiesse et un art surprenants : 
une nef primitive du xi*^ siècle, représentée par les murs 
latéraux des bas-côtés, les deux premières travées voisines du 
chœur et une partie de la façade ; une nef du commencement 

(1) Louis GoNSE : VArt gothique. 



32 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 

du xii*^ siècle qui comprenait deux rangées uniformes de 
colonnes supportant des arcades en plein cintre ; enfin, la nef 
actuelle, du milieu du xii® siècle, dont les remaniements 
s'expliquent par la construction des voûtes. 

« Les colonnes n'étant pas assez fortes, en effet, pour 
supporter les nouvelles voûtes, on les renforça de deux en 
deux par de gros piliers, et, pour rétablir la régularité des 
arcades, détruite par Tadjonction de ces piliers, on n'hésita 
pas à reprendre en sous-œuvre les arcades cintrées et à y 
substituer des arcades plus étroites en arc brisé. En même 
temps, on refit les parties hautes, ne conservant, par le 
fait de la construction précédente, que les colonnes rondes 
et les arcades cintrées, toujours visibles au-dessus des nou- 
velles arcades. 

« Cette reprise en sous-œuvre, si ingénieuse et si hardie, 
était admise depuis longtemps par la plupart des archéo- 
logues ; elle vient d'être prouvée définitivement par la décou- 
verte, lors des restaurations récentes, d'une colonne primitive 
demeurée intacte au centre d'une des piles de renfort. De 
plus à cette dernière nef du milieu du xii® siècle appartient le 
magniflque portail sculpté qui s'ouvre sur le milieu du bas- 
côté méridional » (1). 

Ne quittons pas cette nef avant d'avoir jeté un coup d'œil à 
la merveilleuse fenêtre du grand portail, et surtout au vitrail 
inestimable du xi^ siècle, situé en bas de la nef latérale de 
droite. Cette verrière est l'une des plus rares qui restent de 
l'époque romane. Elle est d'une extrême richesse de tons, et 
l'on ne se lasse pas de voir flamber le soleil dans les rouges 
foncés, les bleus clairs, les verts atténués et les jaunes vifs 
qui nous retracent si magnifiquement l'Ascension glorieuse. 

En sortant de la nef, on tombe en plein épanouissement 
gothique et Ton s'enfonce dans J'abside légèrement obscure, 
dont les fenêtres aux lancettes étroites et sveltes, s'élancent 
dans la lumière tamisée des vitraux. 

Si l'endroit est éminemment pieux, il est aussi très curieux 
et mérite l'attention. Le chœur est entouré d'un déambula- 
toire double et ressemble en cela à nombre de cathédrales, 

(1) Robert Triger. 



HXCUftSION DANS LE MAIXIi lii' LE PAYS D Al KXIJO; 



Pliot. G FI.'ur)r 

Lk >Tass. — La cathédrale : Chœur, déambulatoire. 
Exilait df La cathédrale Saint-Julien du Mans, par MM. A. Ledra et G. Flenrx- 



;i4 EXCURSION DANS LE MAINe'eT LE PAYS d'aLEN(;<>N 

entre autres à celles de Paris et tiv Chartres ; mais, ici, les 
deux parties du déambulatoire sont d'inéfîîde hauteur; c'est là 
ce (]ui en Fait l'origiiialifé et In valeur. 



Phol. G. Fleary 
Lu ÏTans. — La catlicdralc ; Emplai'cinent du lirévialre public. 
Extrait de La cathédrale Salut- Julien Hu Mans, par MM. A. Leitra et G. Fleiuy. 

Avant de commencer le tour du chœur, nous pénétrons 
dans la sacristie ornée de très jolis panneaux du xvi*^ siècle. 
En quittant celle salle, en lace de la porte.nous apercevons 



KXCLIISION DANS I.K MAIXK V.T I.E l'AYS DALKNljON îli» 

dans la piciTC une large excavation. Là, ]>ni-nit-il, était autre- 
fois le bréviaire publie qup venaient eonsullcr les chanoines 
trop peu riches pour s'olTrir un oOice manuscrit. 
Ce bréviaire était si prceii'ux que l'on dut l'abriter derrière 



n-'t. G. Fleury 
I.e Mans. — La cathtdrak- : SaliiU- Cécile, statut di; Hoyau. 
Extrait de La cathédrale Salnt-.Iulicn du .Matis, par MM. A. Lrdra H G. Flearx- 



36 EXCLUSION DANS I.E MAINK ET LE l'AVS D'aI.KNÇON 

une grille, pour ii? jirulégcr contro les ciiiioniales convoitises. 
Dès lors, les bons c)iiinoiiies n'eurent d'autre recours pour 
tourner les feuillets, que de passer, à travers les barreaux, 
leur index au préalable délicaleuicnt uiouillé. 

Si c'était pniti(iue, celait peu élégant et en complet 
■désaccord avec les règles de la plus élémentaire liygièue, voire 
même de la propreté. Les cbanoines, peu raninés, y virent 



Le Mank. ~ Callii-drale. 

TomiKau de (jiiillaume de Laiigey 

CUcIk- de M. II. ifAnlerrovh 



une niortiltcation encore assez douce, qu'ils adoptèrent immé- 
diatement en esprit d'Iiuniililé (1). 

Après avoir médité, quelque temps, sur les mortifications 
du vertueux chapitre du Mans, nous reprenons notre visite. 

Dans une des chapelles absidiales se voit une sainte Cécile 
de Hoyau, sculpteur manceau ; c'est une délicate terre cuite 
du xvH' siècle, traitée avec beaucouj» d'art, mais empreinte 

1 peut lire encore celte 



^^A^ 



Ofi 




''Q^j 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 37 

d*un certain cachet mondain qui contrarie, un peu, l'idée que 
nous nous faisons de la sainte (1). 

Avant de retrouver le bras gauche du transept, on va voir 
la sépulture du comte du Maine, Charles d'Anjou, et le 
monument de Guillaume du Bellay, seigneur de Langey, 
mais dont il ne reste malheureusement plus que quelques 
parties originales. Dans le transept méridional, repose, depuis 
1821, sous son authentique tombeau, la reine Bérengère, 
dont le souvenir nous était si vivement rappelé, ce matin. 

Admirons encore, avant de sortir, la magnifique rosace 
du transept septentrional ; elle offre, par sa légèreté et sa 
hardiesse, beaucoup d analogie avec celle de Tabbaye de TEpau. 

Le Vieuis M^H? et Sair)t- Benoît 

La Fontaine disait dans son discours à M">*' de la Sablière : 
Je vais de fleur en fleur et d'objet en objet... 



... Sur difl'crentes fleurs, Tabeillc s*y repose 
Et fait son miel de toute chose. 

Agissons-nous autrement ? Je ne le crois pas. Et voilà une 
preuve bien évidente des rapports de sympathie existant 
entre la poésie et Tarchéologie. 

Sortant de la cathédrale, nous abandonnons un moment 
l'architecture religieuse pour aller admirer les beautés du 
vieux Mans. Pour commencer, nous passons devant la maison 
de la reine Bérengère. 

Remettant à ce soir la visite de l'intérieur, nous nous 
contentons de jeter un regard sur Textérieur. La maison fut 
construite de 1495 à 1520 et a été restaurée de nos jours par 
M. Singher. Son ossature apparaît avec toutes ses parties 
sculptées, qu'ornent en façade huit statues de bois, dont les 
étranges pérégrinations méritent d'être rapportées. 

(1) A propos de cette statue, on a relevé sur une des faces de l'orgue 
rinscription suivante : 

EX DONC B. LE ROUGE, PRESBITFRI JURIBt'S LICENTIATI, ECCLEStiE CANONICI, 
FESTI BEATiE CECILIiE FONDATORIS C. BOYAU F. 1633. 



38 txci;nsioN dans i,k maink iît le pays d'alençon 

Vers le milieu du siècle dernier, un négociant des environs 
d'Argentan, M, Duval, qui se piquait d'aimer les arts, passa 
devant la maison de la reine Bérengère. Il aperçut les statues. 
Elles lui plurent ; il les marchanda. Le propriétaire d'alors 
les laissa pour peu de cliose et, par dessus le marché, se 
chargea de les scier pour les séparer de leurs supports. 
Notre marchand partit, enchanté, et arriva chez lui. Hélas 1 
il avait compté sans 
lamaîtressedu logis 
qui, plus positive, 
n'entendait rien à 
l'archéologie. Elle 
reçut si mal son 
mari que, séance 
tenante, les huit 
statues prirent le 
chemin du grenier. 
Quarante ou ciu- 
quante ans plus 
tard, on retrouvait 
ces cheis-d'œuvre 
dans les combles 
du château de Sacy, 
dont lepropriétaire, 
le duc d'AudifTret- 
Pasquier, ne se dou- 
tait pas avoir en sa 
possession sembla- 
Lr M*ns - Maison .le la rdne Béi-e..gii-e clans la ^jpg trésors . Cc 
Clrande-ltuc. , „. 

„,.,,, ^ ,, grand seigneur ht 

noblement les cho- 
ses ; il restitua à bon comjjte ces pièces importantes h 
M. SingliLT, qui s'occupait alors activement de la restaura- 
tion de l'édifice. Les statues retrouvèrent leurs places 
d'elles mJmes, leurs sections de base s'adaptaut aux tron- 
çons de leurs anciens socles. 

En face, se trouve la maison des « deux Amis ». Jetons-lui 
un coup d'œil sympathique ; elle le mérite, et hàtons-nous 
vers la rue du PîHer-Rouge. 



EXCURSION DANS LE MAINt F.T I.K PAYS D'aLENÇON 39 

Pour y arriver, il faut passer au-dessus du tunnel et, vrai- 
ment, le panorama est trop étendu pour que l'on y reste 
indifTérenl. A l'horizon, les riants coteaux de la Sarthe 



Lb Mans. -~ Maison d'Adam et d'Eve. 
Comm'inii/HK pnr M. Robert Triger. 

baignent dans la lumière ; plus près de nous, l'église du Pré 
dresse sa flèche hardie, tandis que, non loin de là, le pont 
en X atteste la science de nos ingénieurs. 



40 KXCURSION DANS LE MAINK ET LE l'AVS I) ALENÇON 

La rue du Pilier-Rouge a, pnrait-il, beaucoup souffert des 
travaux du luuuel ; mais roii voit toujours, au coin de la 



[.K Mans. - Itue de Vaux : Statue de sainte Madeleine et Hùle) (te Vai 
tii/né par la Soeiélé arclii-ologiqae du Mniitf. 



\S LK MAINK ET I.K PAYS D ALENC.ON 



K Mans. — Enceinte Gnilo-ltomalne ; Tour Madeleine. 
Co:iimaniqiiè par ta Socii'-lf aii:héo{ogi'iiie du Maine. 



42 EXCURSION DANS I.E MAINE ET LE l'AYS D ALENÇON 

Grand'Rue, le Pilier d'une éclatante couleur sang de bœuf, 
que l'on a soin de bîidigeoinier d'.nniiée en année. 



I.B Mass. ~ Ancienne porte de la Cigogne. 

Coinmiiniiiaé par la Société archpoinfriqiie du Maittf. 

A peu de distance de là s'ouvre la rue du Pilier-Vert, 
de l'Ecrevisse ou des Trois-Pucelles, où se trouve l'hôtel du 
Louvre. Malheureusement, l'on ne peut tout voir et quelque 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D*ALENÇON 43 

chose nous appelle, que nous sommes impatients de consi- 
dérer : la maison dite d'Adam et d'Eve. 

Cette dénomination est due au fronton de la porte, où Ton 
a cru reconnaître nos premiers parents. La vérité exige une 
rétractation. Cette demeure fut bâtie, de 1520 à 1525, par un 
médecin fameux, Jehan de TEspine qui, s'occupant d'astro- 
logie, fit sculpter sur la façade des signes cabalistiques, des 
astres et la scène mythologique que Ton prend pour un frag- 
ment de l'histoire du Paradis Terrestre. 

M. Triger nous explique tout cela et termine son petit 
speech par cette conclusion originale autant qu'inattendue : 
« Et maintenant, Messieurs, allumez vos cigarettes ! » 

Tel est, en efTet, le seul moyen d'atteindre, tout en ména- 
geant la susceptibilité des muqueuses nasales, la fameuse 
cour d'Assé, cour des miracles et cour des merveilles, à 
laquelle on accède par un couloir bas, saie et puant. C'est 
une fleur du moyen -âge, perdue dans une grande ville 
moderne, une fleur de robe délicate, mais pourquoi faut-il 
que son parfum corresponde si peu à sa beauté ? 

Par une autre venelle nous tombons dans une autre rue, où 
abondent vieilles maisons et cours antiques. Nous la dégrin- 
golons rapidement et notre élan vient se briser bientôt au 
carrefour de la rue de Vaux. Là, près du vieil hôtel de Vaux 
si remarquable, trône en une niche creusée dans l'angle d'un 
mur, une gracieuse sainte Madeleine ; et, elle est touchante 
infiniment, cette sainte qui, derrière sa balustrade de fer 
forgé, veille sur le vieux Mans et lui sourit ! 

Mais déjà la tète de colonne est repartie. Tout-à-coup, elle 
disparait sur la droite, et les retardataires la voient dévaler, 
au milieu d'un grouillement d'enfants, l'escalier delà Grande- 
Poterne, pour aller retrouver les restes si caractéristiques qui 
demeurent là de la cité romaine. 

Maintenant, il faut remonter, car, au numéro 9 de la rue de 
la Verrerie on voit un escalier en bois de 1628, véritable bijou 
perdu au tond d'une cour, où il voisine avec un vieux puits 
fort curieux, dont le toit aflecte une bizarre forme de cloche. 

De la rue de la Verrerie, où un commerçant âpre au gain a 
fait afficher dans son échoppe : « Le Crédit est mort », nous 
tombons dans celle du Petit- Saint-Pierre, puis, par les rues 



44 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D ALENÇON 

de la Tiuie-cjui-File et des Troîs-Son nettes, nous arrivons au 
carrefour de la rue Dorée, de sanglante mémoire. 



Au soir de la bataille du Mans, les Vendéens vaincus, 
pressés par l'armée républicaine, cherchaient à passer la 
Sarthe. Un seul pont leur restait : celui que commande la 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 45 

rue Dorée. Cet étroit passage devint en peu de temps le théâtre 
d*une inextricable mêlée et d'un affreux carnage. Les fuyards 
arrivaient toujours, serrés de près par les Bleus. La cohue se 
faisait plus grande et, des remous de cette foule apeurée, 
parlaient des cris horribles de désespoir et d'effroi. Le sang 
coulait à flots dans les ruisseaux et, dans cette boue rouge, 
les blancs achevaient de mourir. 

M™* de La Rochejacquelein a consacré, dans ses Mémoires, 
des pages émouvantes à celte dernière catastrophe de la 
défaite du Mans. 

Du carrefour de la rue Dorée à Saint-Benoît, il n'y a qu'un 
pas et il est vite franchi. Là, nous est faite l'agréable surprise 
d'un lunch. 

Dans la salle où nous pénéirons, au-dessus d'une porte, on 
aperçoit une pompe grossièrement peinte, sous laquelle 
s'étale cette inscription : « Quand l'eau de cette pompe cou- 
lera, ici crédit on fera ». Or, nous n'avons bu l'eau d'aucune 
pompe, cela est certain, et, pourtant, nous sommes partis sans 
payer. On ne peut s'expliquer un tel prodige que par une 
nouvelle attention de la bonne providence mancelle qui n'a 
cessé de veiller sur nous. 

Au dehors la nouvelle église Saint-Benoît dresse sa fière 
tour blanche, à peine débarrassée de ses échafaudages. On 
peut admirer sans réserve l'œuvre de l'architecte, M. Vérité, 
car elle ne pèche ni contre le style ni contre le goût ; et l'on 
aime à la voir s'élever sur l'emplacement des antiques sanc- 
tuaires, au milieu de ce quartier Saint-Benoît, que M. Triger 
appelle si justement « le champ de bataille de toutes les civi- 
lisations autour du Mans )>. 

A la fin du vii*^ siècle, après les invasions barbares, s'était 
établi dans cette partie de la ville, « entre les murs et la 
rivière » le célèbre monastère de Sainte-Scholastique, qui fut 
détruit au x® siècle par les Normands. Sur ses ruines, s'étendit 
bientôt une large place qui servit de marché aux bestiaux, 
jusqu'à ce que le comte du Maine y fit élever une chapelle 
sous le vocable de Saint-André. C'est cette chapelle qui 
devint au xii* siècle l'église Saint-Benoît ; mais ses vicissi- 
tudes n'étaient point terminées, car voici la guerre de Cent- 
Ans et, avec elle, le pillage et l'incendie. Vers le milieu du 



46 EXCURSION DANS LE MAINE ET I.E PAYS d'aLENÇON 

XV' siècle, l« pauvre sanctuaire fut teslauré tant bien que 
mal. 

Les remaniements qu'il subit au commencement du xvi» 
siècle furent les derniers. C'est ainsi qu'il arriva jusqu'à nous 



Le Mans. - Nouvelle é(îlisc Salnt-llenoil. (Projet de M. Vérité.) 
Commaniçtté par ta SocMê arehéologiqHt du Maine. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'alENÇON 47 

bien délabré, avec cependant quelques parties intéressantes, 
entre autres cette chapelle dite «de la confrérie de la Charité», 
que le plan actuel conserve dans toute sa pureté. 

C'est sur Tinitiative du curé actuel, M. Tabbé Praslon, 
reprenant les idées de son prédécesseur, Mgr Dubois, aujour- 
d'hui évêque de Verdun, que les premiers projets turent 
dressés. Nul doute, à en juger par ce qui existe déjà, que le 
reste n'accuse la même perfection ; aussi, félicitons-nous bien 
sincèrement M. le chanoine Praslon de l'habile direction 
donnée à ces travaux d'où sortiront bientôt un pur chef- 
d'œuvre (1). 

Nous ne visitons pas l'intérieur envahi par un véritable 
chaos de pierre de taille, une forêt de madriers, mais seule- 
ment la chapelle des catéchismes et l'ossuaire, où M. le Curé 
qui nous guide si aimablement, nous montre les restes de 
tous les anciens paroissiens de Saint-Benoit, dont on a 
retrouvé les sépultures dans l'église. 

Le temps d'aller donner un rapide coup d'œil à une impo- 
sante tour, vestige de l'enceinte romaine, puis au pont en X 
que nous saluons admirativement au passage, et nous arrivons 
à Saint-Julien-du-Pré. 

C'est une ancienne église abbatiale de Bénédictines du 
xi*^ siècle, bâtie sur l'emplacement du tombeau de saint Julien. 
De très pur style roman, elle nous apparaît quelque peu 
mystérieuse en cette demi clarté du soir, qu'atténuent encore 
davantage les couleurs sombres des grands vitraux cintrés. 

Seules les voûtes, reconstruites au xv*^ siècle, n'ont pas 
épousé la sévérité des lignes romanes ; elles couronnent élé- 
gamment ces murs construits en grand appareil, à l'intérieur, 
alors qu'à l'extérieur ils le sont en petit appareil. 

Au milieu de nombreux souvenirs, cette église nous rappelle 
celui du roi Charles VI. C'est ici, en effet, que ce monarque 
fit célébrer une neuvaine solennelle après son accident de la 
forêt, en 1392. 

Le temps nous manque pour nous permettre de nous 

(1) M. Tabbé Praslon vient d'être nommé archiprêtre de la cathédrale 
et chanoine titulaire (décembre 1907). Tous ceux qui, comme nous, ont 
admiré son œuvre à Saint-Benoît applaudiront à cette distinction si bien 
méritée. 



EXCLUSION DAN.S l.i: -MAINK i: i 



Li:il-Jtitk-ii (lu M:ii 



EXCLUSION DANS I.K MAINK KT I.K l'AVS D'aI.KNÇON 49 

absorhei- longuement. Il est tard. Vite l'on rentre à l'hôtel de 
Paris où a lieu le diner et d'où nous repartirons vers neuf 
heures jiour :;ssister à la réception qui nous attend à la 
maison de la reine lîérengère. 

Elle lui. cette réce|ilion, le digne couronnement de notre 
archéologique journée, et c'tst avec émotion que nous péné- 
trons en ces jardins où les merveilles dorment dans des 
berceaux llt'uris. Celte maison ! ces parterres «ù poussent les 
chefs-d'œuvre ! qu'eu peut-on dire '? sinon qu'ils sont un 
véritable petit Cluny, mais un Clnny provincial, tout intime. 



Lk .Mans. - Abside dt: l'êglisi.' du Pré eti 1880. 
Deisin (!•' M. Uoui-t, vommuniiiiié fiar M. G. Fleiirj; 
OÙ Ion a la bonne lortune de rcucontrerau lieu de rébarbatifs 
gardiens, un amateur li'arl très acueîllant, M. Singber, qui, 
lout-h- l'heure, nous fera, aidé de son (ils, M. Gustave Singher, 
les honneurs de ses collections. C'estàcedistingué, autautque 
généreux amateur, que le Mans doit d'avoir conservé la mer- 
veilleuse demeure historique, où ont été entassées, avec une 
ardeur inlassable, des richesses de tout genre, de tout style, 
de loute provenance. Nous |)Ouvons, du reste, nous en 
persuader bientôt, en parcourant des caves jusqu'au grenier, 
ce bijou des xv* et xvi' siècles. 



50 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 

Nous sommes ici non seulement cIict. M. Singher, mais 
aussi au siège de la Société historique du Maine ; et, voulant 
nous souhaiter la hlenvenuc au nom de cette dernière, son 
infatigable Président nous réunît daus la cour où les lampes 
électriques fouillent au plus profond des plus délicates 
sculptures. 



Le M*ns. - Maisfiii <le la reiiie BircngtTe. 
I^ jardin. 

Aucun lieu lie convenait mieux pour exprimer les regrets 
de notre éminent confrère, M. Lefèvre-Pontalis, directeur de 
la Société française d"arcliéologie, que tous eussent été si 
heureux de saluer en cette inoubliable soirée, dans ce cadre 
féerique, où nous allons entendre M. Triger se révéler avec 
toutes ses qualités d'esprit et de cœur. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 51 



Diçcourç de M* ÏÏ^RIGEH 

Mesdames, 

Messieurs et chers Confrères, 

Après la journée si bien remplie que nous venons de consacrer 
à la vieille cité des Génomans, l'heure n'est plus aux longs discours 
ni même aux dissertations savantes. 

J*espère, en effet, que notre visite aux monuments du Mans 
n'aura pas été une simple et agréable promenade, mais qu'elle vous 
aura laissé des souvenirs durables ; qu'elle vous aura permis 
d'apprécier d'une manière profitable l'intérêt d'une ville qui, 
selon l'expression de notre premier maître, Aristide de Caumont, 
présente les éléments d'un cours complet d'archéologie. 

Tour à tour, nous avons rencontré sur notre chemin un menhir, 
dernier vestige de l'oppidum gaulois, des remparts de l'époque 
romaine, des monuments grandioses de Tarchiteclure religieuse du 
moyen-âge, de vieilles maisons aux silhouettes pittoresques, 
d'élégants hôtels de la Renaissance, des œuvres d'art de réelle 
valeur. 

Cette excursion à travers les siècles vaut, certes, bien des exposés 
théoriques, car elle vous aura suscité des observations person- 
nelles qui sont les meilleures leçons. 

J'ose dire, dès lors, que nous avons bien travaillé, et qu'il n'est 
point nécessaire de mettre plus longtemps à l'épreuve votre bonne 
volonté et votre ardeur archéologique. 

Je ne puis au moins vous faire grâce des remerciements et du 
sympathique salut de la Société historique et archéologique du 
Maine à votre entrée dans ce logis de la reine Bérengère dont la 
générosité et le goCit exquis de M. Singher ont fait le plus charmant 
bijou de notre écrin. 

Votre visite de ce matin à l'abbaye de l'Epau vous a déjà fait 
connaître la reine Bérengère, cette gracieuse suzeraine de la ville 
du Mans au xiiie siècle qui fut, dit-on, la plus belle femme de son 
temps, et, ce qui vaut mieux. Tune des plus pieuses et des plus 
compatissantes aux misères humaines. 

Vous pardonnerez donc à la gratitude des Manceaux de s'abriter 
toujours sous son égide et de conserver son nom à ce logis, recons- 
truit vers la fin du xvc siècle par Téchevin Robert Véron, habité au 
siècle suivant par le premier de nos historiens, le conseiller au 
Présidial Le Corvaisier de Courteilles. 

Depuis le 24 juin 1892, date mémorable oii la maison de la reine 
Bérengère, sauvée d'une destruction imminente et merveilleuse- 
ment rajeunie par M. Singher, a vu s'ouvrir une nouvelle ère de 



52 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D*ALENÇON 

vie et de splendeur, nous avons eu Thonneur d'y recevoir de bien 
amicales et bien flatteuses visites. 

Aucune, mes chers conifères de TOrne, n'a évoqué de plus chers 
souvenirs que la vôtre. 

Les temps sont bien loin, assurément, où Normands et Manceaux, 
poussés par de malins démons, se cherchaient volontiers chicane, 
et, avec une égale vaillance, se pourfendaient d'estoc et de taille. 
En achevant l'unité nationale, la Sainte de la Patrie, notre 
héroïque et immortelle Jeanne d'Arc, les a si bien réconciliés 
qu'ils s'aiment maintenant autant qu'ils s aimaient peu jadis. 

Des liens intimes de confraternité et d'affection unissent parti- 
culièrement nos deux Sociétés, et la Société archéologique du 
Maine garde, entre autres, une inaltérable reconnaissance t\ votre 
éminent fondateur, à notre maître commun et toujours regretté, 
Léon de hi Sicolière, qui, aux derniers jours de sa laborieuse 
carrière, voulait bien encore nous témoigner sa sympathie en 
venant assister à notre installation dans ce logis cîe la reine 
Bérengère. 

Aujourd'hui, nous y voyons à votre léle, avec une bien vive joie, 
le jeune et distingué successeur de Léon de La Sicotière, le fidèle 
continuateur de ses traditions, notre excellent ami M. Tournoùer. 
Non seulement son érudition, son activité et son infatigable dévoû- 
ment garantissent à la Société archéologique de l'Orne un long 
avenir de prospérité, mais il a un talent spécial pour composer les 
gerbes de fleurs et renc're la science irrésistible en vous entraînant, 
Mesdames et Mesdemoiselles, dans les rangs des archéologues, en 
vous appelant à la rescousse pour stimuler si aimablement leur 
zèle et leurs travaux. 

Nous eussions été heureux aussi d'accueillir ce soir parmi nous, 
comme nous l'avions tout d'abord espéré, un groupe nombreux de 
membres de la Société d'histoire, lettres, sciences et arts de 
La F'ièche. Des déplacements de vacances n'ont pas permis de 
constituer ce groupe. Nous avons au moins le plaisir de voir les 
absents représentés par le dévoué Vice-Président de la Société, 
par le très sympathique directeur des A /ma/^s FléchoiseSy M. l'abbé 
Paul Calendini. Nous lui adressons nos meilleurs remerciements, 
et, en le chargeant de tous nos regrets pour ses confrères, nous le 
prierons de leur dire que, puisqu'ils n'ont pu venir à nous cette 
année, nous nous réjouissons d'aller à eux l'année prochaine dans 
cette jolie ville de La Flèche où vit toujours respectée la mémoire 
du bon roi Henri IV, et où nous attend la plus cordiale des 
réceptions. 

Au reste, Messieurs, nous aurions mauvaise grâce à garder 
rancune à nos amis de La Flèche d'être en ce moment en vacances. 
Beaucoup d'entre nous le sont également et notre Société historique 
et archéologique du Maine est réduite à sa plus simple expression. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS DALENÇON 53 

Si le temps nie le permeltait, j'iuirais à vous coninuiniquer près 
de cent lettres d'excuses et de regrets. Je me bornerai à vous 
transmettre les bien sincères regrets de mes confrères du bureau 
M. le marquis de Beauchesne, noire très érudit Vice-Président, en 
ce moment en Angleterre, MM. Brindeau, cic Lorière, l'abbé 
Patard, Mautouchet ; les excuses de MM. Galpin, député de la 
Sarthe, duc de Doudeauville et d'AilUères, membres du conseil 
général, de M. Moreau, Président de la Commission historique de 
la Mayenne, des généraux de Boisdeffre, de Verdière, de Cléric, de 
M. Tamiral Coulombeaud, des colonels Lusson et (iasselin. 

Par contre, une heureuse coïncidence est venue dédommager 
notre patriotisme qui tient à ce que l'armée soit toujours repré- 
sentée dans nos réunions, et nous avons Thonneur d'avoir parmi 
nous en ce moment M. le colonel de Saint-Rémy, de passage au 
Mans. Tous, j'en suis assuré, vous vous joindrez à moi pour exprimer 
à M. le colonel de Saint-Rémy la joie que nous cause sa présence. 

Messieurs, si les archéologues ont à redoubler aujourd'hui 
d'efforts pour assurer la conservation de nos anciens monuments, 
les historiens, eux, ont plus que jamais le devoir de revendiquer 
l'indépendance de leurs consciences et de leurs appréciations. Ils 
sont, en quelque sorte, les soldats de la Vérité, les justiciers des 
peuples et des individus. 

J'ai la ferme confiance qu'aucun de nous, dans sa modeste 
sphère, ne faillira à ce devoir, et que nos Sociétés d'histoire locale, 
toujours impartiales, contribueront à sauvegarder, sur notre terre 
de France, les principes essentiels du Vrai et du Bien. 

Unissons nos efforts dans ce but et marchons toujours en avant 
pour la Vérité et la Justice. Aux satisfactions intimes ou aux décou- 
vertes scientifiques que nous procurent nos études, ajoutons le 
mérite de défendre l'indépendance des caractères, la liberté des 
esprits. Ce sera l'un des plus beaux côtés de notre rôle, et, tôt ou 
tard, la Patrie nous en saura gré. 

A ce discours, M. Tournoùer répond par une improvisation 
charmante, où il se fait l'interprète de toutes les reconnais- 
sances. 

Nous nous répandons alors, à notre guise, dans Tintéres- 
sant logis, mais, hélas ! pourquoi faut-il n'avoir qu'une heure 
ou deux I Comme l'on regrette de ne pouvoir, ici, savourer 
toute chose en gourmet, la déguster en dilettante ! 

Chacun peut trouver à satisfaire ses goûts dans cette 
exposition artistique. Rien n'y manque... même pas le buffet, 
où derrière une table surchargée, des varlets, en costume 
Louis XI, s'empressent au service des invités. 

6 



54 EXCURSION DANS LE MAINE EN LE PAYS D'aLENÇON 

Quelques esprits chagrins pourront penser que, durant 
cette journée, l'intérêt... gastronomique ne le céda en rien à 
l'intérêt historique. A quoi nous répondrons d'abord, que nos 
pères étaient grands mangeurs et grands buveurs, ensuite que 
le but premier de notre Société est de conserver toutes les 
traditions et que, dans ces conditions nous n'avons fait 
qu'appliquer intégralement nos statuts. 

Onze heures sont sonnées. C'est l'heure de la séparation, et, 
en déambulant, dans la nuit tiède, vers Thôtel de Paris, je 
pensais, en moi-même, que celui qui, pour caractériser un 
chaleureux accueil, inventa l'expression, aujourd'hui prover- 
biale, d'hospitalité écossaise, celui-là, certes, ne connaissait 
pas l'hospitalité mancelle I 



SECONDE jJOURNl^E (28 Août 1907) 

« L'exactitude, dit-on, est la politesse des Rois » ; elle est 
aussi celle des archéologues qui se sont trouvés, ce matin, à 
la gare, à l'heure fixée par les deux présidents. 

Le train qui nous emportait, pour ne pas manquer aux 
traditions de la Compagnie de l'Ouest, est parti avec du 
retard, et, après nous avoir consciencieusement brouettés 
pendant une heure, nous a déposés à la halte de Piacé-Saint- 
Germain. Là, nous attendaient plusieurs véhicules, parmi 
lesquels on distinguait les deux grandes voitures bien connues 
des excursionnistes de l'Orne, où nous trouvons déjà installés 
bon nombre de nos amis et confrères d'Alençon, précédem- 
ment arrivés. L'embarquement s'opère non sans difficultés, 
au milieu du tumulte, et le convoi s'ébranle dans la direction 
de Fresnay, traversant cette campagne si diverse d'aspects, si 
riante sous le soleil, que parcourait, autrefois, montée 
modestement sur un âne, une souveraine infortunée, la bonne 
reine Berthe. 

La petite ville de Fresnay, un des principaux centres de 
tourisme des Alpes Mancelles, domine à pic la vallée de la 
Sarthe qui la contourne. Elle a conservé un cachet antique du 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D ALENÇON 




meilleur aloi, et se 
glorifie, à juste li- 
tre, de son église et 
de son château qui 
vont retenir long- 
temps notre atten- 
tion. 

L'arrivée a lieu 
sur la Grand'Place. 
Aussitôt les groupes 
se forment, les con- 
versations s'enga- 
gent et, au milieu 
d'une haie de cu- 
rieux, l'on s'ache- 
mine doucement 
versrégiise,aij seuil 
de laquelle M. Tri- 
ger nous arrête pour 
nous donner, avec 
son habituelle com- 
pétence , quelques 
explications. 

L'église de Fres- 
nay date de la se- 
conde moitié du xii" 
siècle, et reste un 
des plus beaux mo- 
numents de l'archi- 
tecture romane dite 
de transition. 

Son plan primitif 
comportait une seu- 
le nef, à .trois tra- 
vées, iterminée par 
un chœur en hémi- 
cycle. Ce n'est que Pressât. — Plan de régllse au xiii' sié de. 
vers 1865 que, l'édl- Commaniqaé par M. Robert Triger. 



imii 



5 que, 1 
fice se trouvant in- 



Exlrait de l'Eglise de Fresnay-aur-SarIhe, par 
EuK. Lefèvre-Pontalia. 



56 EXCL'RÎION DANS LE MAINE ET LE PAYS D ALENÇON 

sufTisant pour les paroissiens, on décida la construction des 
deux bras du transept, travail qui fut exécuté avec une rare 
perfection. Les fenêtres, closes de vitraux foncés, éclairent 
faiblement cet intérieur, déjà rendu sombre par l'emploi du 
grès roussard, que l'on trouve alternant ici avec la pierre 
blanche. Mais cette sorte de dcnii-lumière ne nuit en rien à 
l'impression artistique et religieuse. 
Le portail occidental est terminé par un plein cintre, dont 
les neoures présen- 
tent en abondance 
dents de scie et 
grosses étoiles, sur 
lesquelles apparais- 
sent en relief cinq 
tètes très expressi- 
ves, fort remar- 
quées. La porte qui 
le ferme est un vé- 
ritable ciief- d'oeu- 
vre. Elle date de 
1S28 et montre fine- 
ment sculptés sur 
les vantaux, à gau- 
che, un arbre de 
Jessé, à droite, les 
douze apôtres avec 
le texte du Credo. 

Sur le carré du 
transept se dresse 
un clocher particu- 
lièrement intéres- 
sant. Il comprend une tour carrée, surmontée d'un étage 
octogonal, percé d'élégantes baies géminées. Auxquatre coins 
s'élèvent quatre clochetons hexagonaux, qui atténuent le pas- 
sage du plan carré au plan octogonal. Cotte tour a pour pro- 
totype celle de Saint-Aubin d'Angers, et cette similitude s'ex- 
plique par ce fuit que les moines de Saint-Aubin étaient posses- 
seurs de l'église paroissiale de Fresnay. 
Quittant ce monument, nous traversons quelques petites 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE l'AYS D'aLEN(;ON 57 

rues étroites, aux pavés disjoints, qui ont beaucoup d'analogie 
avec celles du vieux Mans que nous parcourions hier ; 
cependant, elles sont plus propres que ces dernières, et nous 
pouvons atteindre sans encombre la place, au fond de laquelle 
le château dresse ses deux puissantes tours d'entrée. Cette 
place est l'ancienne hasse-cour ou baille du château. 

Par une subtile association d'idées, ce seul mot de basse- 
cour réveilla les appétits les plus engourdis, rappelant à tous 
que midi était proche et que, derrièro nous, au dessus de la 
Halle, dans la salle des fêtes, se préparaît un solide déjeuner. 



Fresnat-sub-Sarthe. ~ Portail de l'église. — L'Arbre de Je: se. 
Cliché de M. II. d'Anlerroehes. 

On ne le laissa pas attendre et personne ne se fil prier pour 
se diriger vers la grande table en fer à cheval, où chacun 
trouva à sa place, outre le Guide illustré des Alpes-Maneeiles, 
un charmant menu dessiné par M. Xavier Gasnos et très 
finement gravé par l'imprimerie Monnoycr du Mans. 

Au dessert, M. Tournoûcr se lève et, dans une fine et 
chaleureuse improvisation, remercie le maire, M. Horeau, et le 
curé-doyen de P'resnay, M. l'abbé Didion, de leur réception sî 
cordiale, félicitant la municipalité d'avoir conservé à la ville 
les restes du château de l'ancienne place forte. En même 
temps, il salue très courtoisement M, Le Vayer, conservateur 



58 



SCURSION DANS LK JIAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 



hoiioniire de la bibliothé(|ue de la ville de Paris, qui a bien 
voulu honorer de sa (irésence noire réunion. Après avoir 
adressé u:\ ir.ol de bienvenue à M. Normand, le distingué 
directeur de « l'Ami 
des monuments et 
des arts », qui suit 
noire promenade, il 
termine par un sou- 
venir reconnaissant 
envers le très dé- 
voué président de 
la Société histori- 
que du AJaine. 

Tour à tour, le 
maire, M. Horeau, 
MM. Tiiger et Nor- 
mand prirent la pa- 
role, et ce fut un 
assaut de senti- 
ments délicats, un 
mutuel échange de 
vifs remerciements. 
Après quoi, tout le 
monde se mit en 
marche vers la Porte 
de l'antique forteresse. 

Nous sommes ici en plein moyen-âge. Deux tours (1), 

(1) Au dessus de la porle du château, fut Inaugurée, le 4 Juillet 1901, 
par la ville de Fresiiay, la Société française d'archéo1<'gie et la Société 
îiiatorique du Maine, une plaque commémorai Ive avec cette inscription 
en lettres rouges ; A 

Capitaine de Fi-esnay 

1418-14-20 

DéTenseur du Maine contre les Anglais 

(lonipngnon d'armes de Jeanue d'Arc 

l4-i9 

Prévôt de Paris 

143l)-144l] 

A son sommet, la plaque pu^e Ici 

mines à trois quintefeuilles de gueule 

rinscriptlon, "' ■ 

sinople. et d' 



s d'Ambruise de Lo 

et, dans le bas, ai 

de la ville de Krcsuay ; « Parti u'oi 



é de fleurs de lys 



1 lion de même brochant 



EXCUKSION DANS LE MAINE ET l.E 1>AYS D AI.ENÇON o9 

réunies par une courtine, diiiis laquelle on aperçoit encore 
les rainures des chaînes du pont-levis, donnent accès dans 
l'intérienr du châ- 
teau. A gauche, des 
salles sont encore 
visihies , qui de - 
vaient servir de 
corps de garde. On 
sort de cet appareil 
tout militaire pour 
entrerdans un char- 
mant petit square, 
des pelouses duquel 

émergent des rui- Frësnav. - Porte du chàleau avant sa resUa* 
nés grises, édentées, """" l"^-''""* •"■)■ 

crevées de larges 
ouvertures où| le 
lierre règne en maî- 
tre (1).; 

S'arrachant aux 
évocationsdu passé, 
l'on se sent attiré 
vers les murs exté- 
rieurs dominant la 
... . Fbksnav. — Porte du château Ç. i; n). 

rivière ; mais, avant 

de rechercher les 
poternes de ravitail- 
lement, défendues 
de mâchicoulis et 
de petites tours ron- 
des , on ne peut 
s'empêcher de jeter 
un regard sur le Trais 

paysage que Jl'on i Fresnaï, - Porte du diii'.eau (Plan dt s Basscs- 
découvre du saillant F':vis). 

!— ;^^^'^». III ■ Commtiniqa'^ !. Il- M. Robert Triger. 

le plus avance. 

(I) C'est au mois de mai 1!)00 qur ':. Iloreau et son Conseil municipal 
rachetèrent les teirrains du chdtoau, nli(-nt's sous la Révolution. Avec juste 
raison. Ils voulaient conscivc^ l(s ri-rtCH de la forteresse que leurs pères 



60 EXCURSION DANS l.K MAINK ET I.K PAVS D'AI.KNÇON 

A trente mètres à pic, la Sarllie roule ses eaux d'un vert 
noirâtre, dans les remous desquelles le soleil jette quelques 
étoiles ; sur l'autre rive la pente remonte très douce, formant 
de jolis vallonnements couverts de prairies ou de cliamps 
aux teintes blondes, tachés de pommiers. En se penchant, l'on 
aperçoit très distinctement, suivant aussi exactement que 
possible les anfractuosités de la roelie, le chemin de ronde, 
que, d'une ruine voisine, l'on distingue se TimPilanl dans les 



Kri!Snav-si,'h-Sahtiir. — Porte de l'ancien clinteau. 
Ctii-liê deM.de Cânh-al. 

jardins entre de mélancoliques jioireiiux et des clioux plan- 
tureux. 

Vraiment le site est charmant et, à défaut d'hommes à 
occire, les défenseurs de Frcsnay devaient, d'ici, tuer fort 
aimablement le temps. 

Sur toutes ces choses mortes, place un lin souvenir, celui 
du vaillant que fut Amliroise de Loré. 

avaient si vaillamment défendue. Ils transformèrent tout d'almrd les 
terrains inoccupés d'alentour en un coquet jardin public, dont M. Dupuy, 
ancien élève d'AIpliaiid, dirii;cH la création. 

Puis l'on s'occnpa de la restauration des tours d'entrée. Ce fut M, Kol)erl 
Triger que sa haute compétence désigna pour prendre la direction de ces 

Ceci fait, on aménnitca dans la partie des bâtiments donnant sur te 
square les bureaux de la Mairie ; et cela ne manque pas de pittoresque de 
voir ces vieilles murailles guerrières abriter le pacifique rond de cuir 
administi-atir. 



EXCl'RSIOM DANS LE MAINE ET LE PAYS D'AI.ENÇON 61 

Comme beaucoup d'autres, ce grand capitaine est un grand 
méconnu, et c'est bien à nous, Manccaux et Ornais, à faire 
sortir de l'ombre cette loyale ngurc, à lui donner dans 
l'histoire la place qu'elle doit y tenir. 

Né au château de Loré,prèsdu Grand Oisseau(l), Ambroise 
de Loré n'eut jamais qu'un désir : se battre pour son Roi ; 
et, à 19 ans. il assiste au désastre d'Axincourt. Il en rapporte 
la haine de l'Anglais et la volonté de vaincre ; voilà ce qui va 



expliquer celle vie de perjwtuels combats autour des 
forteresses de Fresnay et de Sainte-Suzanne. Il a, semble-t-il, 
le don d'ubiquité, el surprend ses ennemis, en quelque lieu 
qu'ils soient, dans le temps qu'ils y jiensenl le moins. 

Puis s'ouvre cette page merveilleuse de notre histoire, 
l'épopée de Jehanne la Bonne Lorraine. Ayant d'alwrd, en lin 
routier, suspecté la mission de la Pucelle, Ambroise de Loré, 
après le siège d'Orléans, se cunvaincl de sa mission divine. 
Désormais, il ne la quitte plus. Il est à Jargeau, à Beaugenoy. 

(1) Le Grand Oisseau fait auJoui-<t'hui partie du département de, la 



62 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'ALENÇON 

à Patay, à Troyes, à Reims, à Paris ; partout, il se distingue, 
toujours clief Iiabile et soldat intrépide. 

Après le martyre de la Sainte, il reçoit du duc d'Alençon le 
commandement de la place de Saint-Céneri. Le voilà, de 
nouveau, sur le théâtre de ses premiers exploits; il va encore 
en allonger la liste, et, lorsque le Roi Tarrachera à sa tant 
chère terre du Maine, ce sera pour le nommer prévôt de 
Paris. 

Pourquoi Ambroise de Loré, qui fut peut-être le plus 
valeureux défenseur de Tindépendance nationale au xv® siècle, 
n'est-il pas plus connu ? Pourquoi son nom n'est-il pas cité 
près de ceux des La Hire, des Xaintrailles, des Dunois ? 
L'Histoire a de ces injustices inexpliquées. A nous, il appar- 
tient de réparer le mal ; à nous, il appartient de rendre au 
vaillant capitaine un hommage digne de lui. C'est ce que nous 
faisons, en cet instant où, Tàme empanachée de ses prouesses, 
nous évoquons sur ces ruines, témoins de sa bravoure, son 
ombre glorieuse ! 

Souvenons-nous, telle est la leçon qui se dégage de tous ces 
restes du passé I Souvenons-nous que ce pays du Maine n'a 
été longtemps qu'un immense champ de bataille; au xv« 
siècle, il vit la lutte contre l'invasion anglaise ; et, plus près 
de nous, il assista, il y a 37 an*- '^'! dernier effort de l'armée 
de la Loire. 

Que d'hommes ont dû mourir là qui .nt fait de cette terre 
une terre bénie ! 

Mais comme nous voilà loin de la bot r-e ville de Fresnay. 
Elle disparait au milieu de son histoire et, pourtant elle a 
une réelle valeur, un cachet spécial avec sa triple ligne de 
défense, ses rues étroites et tortueuses, son château hardiment 
campé sur la roche, commandant la pittoi îsque vallée de la 
Sarthe, qu'il nous sera donné d'admirer, à diverses reprises, 
au cours de cette journée. 

Le départ, qui a lieu prés de la Halle, es! des plus agités. 
Les coups de sifllet retentissent fréquents, iour à tour sup- 
pliants et autoritaires. Enfin l'on s'ébranle 'l, avec un tinte- 
ment allègre de grelots, notre convoi s', ngoufïre dans les 
petites rues de la cité, longeant d'anc'jnnes maisons de 
tisserands, aux escaliers fleuris. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 6^ 

Derrière nous, bientôt, tout disparaît, et nous roulons sous 
un soleil de plomb dont les ardeurs abattent un peu la nôtre. 
Pourtant, que de choses à voir ! les panoramas se succèdent, 
enchanteurs, et jusqu'à Sougé-le-Ganelon, nous les voyons 
changer constamment et s'étendre ! 

A Sougé, se trouvait autrefois un prieuré dont on aperçoit 
encore de vieilles fenêtres, et dont les restes échappèrent à 
rincendie de 1871. Ce bourg, en effet, étant très élevé, les 
Prussiens le choisirent, de préiérence à tout autre, pour y 
mettre le feu. Cette torche géante, aperçue de très loin, devait 
être un avertissement pour les pays environnants. 

Un autre souvenir se conserve de cette désastreuse guerre : 
c'est celui du Général Cambronne, le dernier ballon sorti de 
Paris qui atterrit ici, le 28 janvier 1871, et dont un brave, 
M. Moulard, sauva les dépêches au péril de sa vie. 

Tout remplis de ces tristes récits, nous saluons les jolies 
maisonnettes relevées de leurs cendres et dans lesquelles 
s'agite une population active. De nos voitures, nous jetons sur 
tout cela un dernier et rapide coup d'oeil ; notre curiosité 
avide n*est point entièrement satisfaite, mais les arrêts trop 
fréquents nous sont interdits par notre programme. Sans être 
descendus, nous repartons au milieu de la campagne aux 
horizons immenses. 

Quelques kilomètres plus loin, le paysage se resserre ; il 
devient plus intime, jusqu'à ce que, enfin, une agréable 
fraîcheur vienne nous annoncer le voisinage de la Sarthe. 
Bientôt, nous sommes en pleine vallée et c'est alors une 
succession d'enchantements. La route, taillée à vif dans la 
roche, épouse les caprices de la rivière ; elle en suit les 
sinuosités, et, tandis que le regard plonge à gauche sur un 
agreste paysage, il est arrêté, à droite, par une muraille 
granitique, à laquelle s'accrochent quelques pins silvestres 
au milieu des touffes de genêts et des hautes fougères. 

Voici la porte de Saint-Léonard, l'Axenstrasse de ces Alpes 
en miniature et, bientôt après, le vieux manoir de Linthes(l), 
dont une antique tour, des croisées à meneaux, et une toiture 
élancée attestent la vétusté. 

(1) Ce manoir appartient aujourd'hui à M. Giraud, de Fresnay. 



U4 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS U ALENÇON 

En un instant, l'antique demeure des du Hardatz (1) est 
envahie par une foule avide d'apprendre. Mais, en somme, il 
y a peu de choses à voir à l'intérieur. Seul, le cadre est 
charmant. C'est bien, du reste, l'avis des photographes qui 
s'en sont donné à cceur joie. 

De Linthes, on aperçoit très distinctement ce naysage 
étrange, auquel son aridité a valu le nom bien caractéristique 
de « Val de Misère », chaos de roches noirâtres, couvert, à 
de certaines heures, des plus merveilleuses colorations et 



Manoir de Lintlie. - Clirlié de M. de la Bretèt-he. 

qui contraste si vivement avec la riante campagne d'alentour. 
A pied, la Société gagne Saint- Léonard, dont le site est 
vraiment e\quis, dans une boucle de la Sarthe, entre les 
deux pittoresques hauteurs de Narbonne et de Haut-Kourché, 
rendues célèbres par un vieux dicton très prétentieux, d'après 
lequel « en mettant Haut-Fourché sur Narbonne, on verrait 
Paris et Rome ». Audacieuse afTirmation que nous n,'avons 
pas cherché à vérifier, nous contentant d'admirer la nature 
qui s'olTrait à nous. 

(1) Liiitbes aprùs avoir ùté la propriété des du Hardatz, passa dans la 
suite aux familles des Portes, de Courtarvel de l'czé, de Vassé et Hatton 
de la Gainlére. 



EXCLUSION DANS LE MAIMi ET I.E PAYS DAI.ENÇON 



Monoir de Liiitlic. - Clichc de M. di- in Uretèchi: 



Les excursionnistes an Manoir de Liuthe. — Cliché île M. de^n Brelèche. 



66 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇOX 

Du gris, du rose et du vert partout : ces trois couleurs se 
disputent la roche, la bruyère et le paysage qui les entoure. 
Devant nous, une pente très raide, avec une extravagante 
dégringolade de granits, et dont le sommet, couronné d'une 
ligne de hauts sapins foncés, se découpe en dentelle sur le 
bleu du ciel. 

DeTendroit où nous sommes, nous avons le plaisir d'assister 
aux prouesses et à rembarras d'alpinistes témérairement 
engagés au milieu des rochers, et nous jouissons avec un 
parfait égoïsme de leur situation pénible. Heureusement, 
l'église nous rappelle à la charité, en nous ouvrant ses 
portes. 

Très aimablement, M. le Curé nous accompagne dans notre 
visite, donnant à chacun toutes les explications demandées. 

D'origine très ancienne, ce monument a perdu dans de 
perpétuels remaniements toute trace d'originalité. On y 
vient uniquement chercher le souvenir du saint moine 
Léonard, qui, au vi® siècle, avait établi en cet endroit l'abbaye 
de Vandœuvre, et qui est représentée par une statue de bois 
placée sur le mur du chevet. Cette statue faisait partie 
d'un autel signalé par M. de La Sicotière, comme ayant 
quelque cachet et qui a été remplacé par une œuvre moderne, 
sans caractère. 

Ce qu'il y a certainement de plus remarquable ici, c'est une 
mise au tombeau de la Vierge, située sous l'autel d'une des 
chapelles latérales. Ce groupe composé de quatorze person- 
nages est entièrement en terre cuite. Il fut donné par un curé 
de la paroisse, Messire Brandelys Laigneau en 1626. Sa valeur 
artistique n'est pas discutable, malgré quelques anachronismes 
de costumes assez amusants, tels qu'un Saint Pierre en 
étole, flanqué d'un Saint Jean que ses moustaches feraient 
volontiers prendre pour quelque mousquetaire. 

A vrai dire, ce bas-relief n'est qu'une partie d'un monument 
plus important ; il devait se compléter par des panneaux 
représentant l'Assomption et le Couronnement de la Vierge 
et que l'on aperçoit, l'un, en face de la chaire, l'autre, au- 
dessus de la porte principale. 

Ces trois fragments forment une trilogie remarquable au 
double point de vue artistique et religieux : il est regrettable 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇDN 67 

qu'ils soient ainsi disséminés au milieu des grossiers bar- 
bouillages, qui ont la prétention de remplacer les antiques 
peintures à fresque de ce sanctuaire. 

Saint-Léonard est, maintenant, un lieu d'excursion assez 
Iréquenté. Sur la roule que nous suivons, l'on croise un hôtel 
Touring-Club tout flambant neut, et qui se trouve non loin 
du pont qu'emprunte la route de Saînt-Céneri. 

De ce pont, la vue est trè; jolie ; la rivière roule doucement 
ses eaux, dans lesquelles se mirent les hauts peupliers qui la 
bordent et que traverse un chapelet de grosses pierres noyées 
dans le courant. 



SAiNT-LÉUNARU-DKS-Boiiî. — Mise au tomheau Je la Vierge. 

Le chemin monte dès la sortie du pont et continue ahisl 
longtemps, mais ne nous en plaignons pas, car, tout-à-l'heure, 
nous serons heureux de dominer le joli Saint-Cénerï, pour le 
contempler tout à notre aise. 

C'est dans une échappée, entre deux buissons, que nous 
apparaît l'antique église aux pierres grisâtres, aux tuiles 
moussues : inondée de soleil, elle se dresse sur son socle de 
verdure, que la Sarthe frange de ses eaux ; et, le point de vue 
est si enchanteur qu'il soulève d'enthousiastes et unanimes 
exclamations. L'admiration, du reste, aura maintes occasions 
de se manifester durant cette descente, le paysage changeant 
d'aspect, comme à plaisir, à chaque détour de la route. 



08 KXCIHSION IJANS LE MAINK KT LE PAYS D'ALENÇON 

Voici le vieux pont si pittoresqucmeiit jelé à l'entrée du 
village ; nous le IravcrNOiis. D'un rude coup de collier, les. 
chevaux enlèvent la roiile cèle qui lui fait suite et nous 
sommes au cœur de la place. 
Ce dernier effjrt nous n lassés et nous fait vivement désirer 
de voir enlin l'au- 
berge du Soleil Le- 
i'iinl, où nous trou- 
verons dfe larges ga- 
lettes dorées , du 
cidre blond et des 
fruits excellents. Ce 
goûter très normand 
ne se prolongea pas 
et , bientôt , nous 
nous trouvions tous 
entrainés vers l'égli- 
se, dont M. le Curé, 
l'abbé Renault, al- 
lait nous faire les 
honneurs d'une fa- 
çon charmante (1). . 
Cet édifice . sur- 
monté d'une belle 
tour cariée romane. 



Saint-Cénbhï-ll-(;kuei, — L'églîs 



était destiné ; 



Cliehé de M. IL dWntiTi-oches. preuve. Témoin de 

nombreuses luttes, 
il eut à souffrir du vandalisme des gens de guerre et des 
hommes d'art. 

La description qu'en donne M, de La Sicotière, nous montre 
ce monument comme un échantillon du plus pur style roman, 

(1) Je suis heureux de pouvoir de nouveau, ici. remercier M. le Curé qui 
m'a remis à propos de la cluclic de Saint Céneri, le curieux document 
qui suit : 

• L'An 1K3T j'af été bénite pnr M' et nommée Louise- Antoinette 

5ar M'' Louis François Turpin ta l'rosiiere notaire, époux M"* Henriette 
e la Pournerie demeurant commune de Ligiiêre la boucelle dpt de la 
Mayenne et par dame Antoinette Francise Ueprevos famé Marchand. 
MM. Luui? Moysi maire, René Depicrre adjoint, Jcau Roulan capitaine, 
Etienne ConccI, fondeur. * 



SAiNT-CÉNEni-LB-GÉnei. — Cbteur de l'église. — Cliché de M. Hené Brt$ttl. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'ALENÇON 69 

avec « une porte ronde des plus simples, appuyée de deux 
contreforts plats » et une « nef longue sans latéraux, éclairée 
par des fenêtres très étroites en forme de meurtrières » (1). 

Tout ceci fut transformé en 1825 par le marquis Séguier, 
préfet de l'Orne, qui abîma le portail de motifs d'un gothique 
douteux, et ouvrit de chaque côté de la net de larges baies 
terminées en ogive. Le transept et le chœur, seuls, furent 
respectés ; mais Tunité n'en est pas moins rompue et l'on ne 
saurait trop blâmer les restaurations maladroites qui en 
détruisant l'harmonie des lignes, détruisent aussi celle si 
touchante des souvenirs. 

Ce que l'on vient voir surtout ici, ce sont les fresques du 
chœur dont P. Delasalle (2), lors d'une excursion en 1840, 
signalait l'existence, sans y attacher autrement d'importance ; 
« On a peint sur la voûte derrière l'autel un Christ aux 
formes bysantines, placé entre un ange et un oiseau symbo- 
lique qu'enveloppent de confuses arabesques ». 

Ces peintures, découvertes en 1856 seulement par le curé 
d'alors, M. l'abbé Retours, reçurent, tout d'abord, différentes 
explications et donnèrent lieu plus tard à de mémorables 
polémiques (3). Toujours est-il que, grâce à M. de La Sicotière, 
le département accorda un subside pour la restauration des 

(1) Monsieur de La Sicotière. Rapport inédit communiqué à M. l'abbé 
A. Desvaux qui en fait mention dans son Excursion archéologique à Saint' 
Céneri'le-Gérei. Caen, Delesques, 1895. 

(2) P. Delasalle. Excursion à Saint-Céneri-le-Gérei (Orne), Alençon^ 
Botlé, 1842. 

Nous sommes heureux de pouvoir donner ici des reproductions excel- 
lentes et tout a fait inédites de ces fresques, grâce à l'extrême obligeance 
de M. le Curé de Saint-Cénery. 

(3) M. l'abbé Retours avait été curé de Milianah ; c'est à son retour 
d'Algérie qu'il fut affecté à la cure de Saint-Céneri. D'une nature très vive 
et d'une exubérante activité, il finit par découvrir, on ne sait comment, les 
fresques de son église. Rempli de zèle, il se mit aussitôt à l'œuvre et, en 
juin 18SB, il signalait sa découverte au préfet Jeannin et à M. de La Sico- 
tière. 

Grâce à ce dernier, les restaurations se poursuivirent sans retard et, 
l'année suivante, l'Association Normande et la Société française d'archéo- 
logie venaient ensemble étudier le monument. 

De ce jour datent les premières polémiques. L'abbé Retours, en faisant 
les honneurs de son église, hasarda des explications personnelles qui ne 
furent pas toutes acceptées par les savants visiteurs. Quelques jours plus 
tardp même, dans un rapport, M. de La Sicotière en donna de très diffé- 
rentes. L'abbé Retours tint bon et défendit ses idées soit dans YAlmanach 
de "Orne, soit dans le Journal d*Alençon. 

Le différend subsistait toujours, lorsqu'en 1862, à la suite d'une affaire 



70 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 

fresques. Ce fut un peintre alençonnais, M. Chadaigne, qui 
fut chargé de cette tâche délicate. Il s'en acquitta « sans 
direction, mais avec un savoir faire et une habileté d'imitation 
destinés à déconcerter tous les archéologues de Tavenir » (1). 

A la voûte se trouve représentée la Vision d'Ezéchiel ; au 
milieu, le Christ bénissant. Sous ce tableau, sont placées en 
manière de frises, quatre scènes empruntées à la vie de 
saint Céneri. 

« Dans la partie du pignon qui surmonte Tabside, Ton voit 
le Couronnement de la Vierge (2) » complété, à gauche, par 
une Mise au tombeau et, à droite, par l'Assomption. 

De chaque côté de Tautel, deux autres scènes. Du côté de 
répître, un pape. Urbain V, tenant l'image de sainte Véronique 
en face, un homme à genoux que Ton suppose être Pierre 
Delaunay, auteur des peintures. 

De ce même côté, sur le mur du chœur, la Vierge protège 
sous son manteau une immense foule. En regard, se voient le 
pèsement des âmes et la légende de saint Nicolas ressuscitant 
les enfants morts. 

Ces explications terminées, nous sortons de l'église pour 
suivre le sentier herbu qui l'entoure. 

Du haut de ce roc escarpé. Ton perçoit la voix très douce 
des eaux et des feuillages, et Ton aime à regarder cette rivière 
fuyant, rapide et noire, entre deux rives verdoyantes, s'accro- 
chant aux roches grises qui émergent de son lit, et disparaissant 
là-bas, vers le vieux pont rustique à balustrade de bois. 

Devant une semblable nature, on comprend que saint Céneri 
soit un lieu cher aux artistes, et on se rappelle avec fierté qu'il 
reçut là visite des Harpignies, des Courbet, des Mary-Renard. 

poliUque, le curé fut, sur les instances du préfet, M. de Matharel, déplacé 
et envoyé à Saint-Maurice-sur-Huisne. 

Il quitta avec regret son église de Saint-Céneri, à laquelle il s'était 
entièrement dévoué, et son dépit ne tarda pas à se montrer ; mais, chose 
imprévue, il rendit l'archéologie responsable de sa mésaventure. En 1863 
et en 1866, parurent différentes brochures où tous les archéologues, et 
principalement MM. de La Sicotière et de Beaurepaire étaient traités plus 
que vertement. Puis, peu à peu, tout rentra dans le calme et l'abbé Retours, 
lui-même, abandonna la lutte violente dans laquelle il s'était lancé pour 
se consacrer entièrement à sa paroisse et à son ministère, 

(1) Abbé A. Desvaux. Excursion archéologique à Saint-Céneri-le-Gérei. 
Caen, Delesques, 1895, p, 13. 

(2) De La Sicotière. 



S*iST-CÉKERY-:.r.-GÉiiEl. — Eglise : D(tii)s des fresques. — Cliihéde\M.\Henr'BriMet.] 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 71 

Tout près de là, on montre encore l'endroit d'où se préci- 
pitèrent dans l'abîme, les deux chevaux que des impies 
avaient attachés à la porte de la basilique, ainsi que nous le 
rapporte un des quatre médaillons peints, de la vie de saint 
Céneri. Or, ceci se passait en 732. On a beau avoir la mémoire 
longue, j'ai peine à croire qu'elle n'ait pas été rafraîchie depuis 
cette époque reculée, et je me suis laissé dire que de bonnes 
vaches, soucieuses des traditions, avaient, il y a peu de temps 
encore, suivi cette voie désormais historique. 

A peu de distance de là, passe un petit chemin ; sa pente 
douce nous invite à le descendre. Il nous amène, après 
quelques centaines de mètres à la chapelle, élevée au xiii^ siècle 
sur l'emplacement du premier Ermitage de saint Céneri. 

L'endroit est charmant et si le saint anachorète s'y trouvait 
à l'écart des humains, la solitude devait lui sembler relative- 
ment douce dans ce coin exquis. 

Nous sommes ici dans une jolie prairie, à l'extrémité de la 
presqu'île qui supporte le village. Sur l'autre rive, se dresse 
une énorme muraille, hérissée de grands arbres qui lui 
donnent un aspect sévère, impressionnant. 

Dans la chapelle, dont les fenêtres à meneaux sont en partie 
bouchées, on peut voir un menhir renversé qui, aflRrme la 
légende, fut l'unique couchette du pieux ermite. De chaque 
côté de l'autel, deux statues Tune de saint Mammès (1) et 
l'autre de saint Céneri. 

Cette dernière est particulièrement vénérée des jeunes filles 
et des jeunes gens qui, ne se sentant pas le courage de 
parcourir seuls le chemin de la vie, viennent demander ici des 
compagnons de route. Tour à tour, chacun et chacune, selon 
la coutume, pique son épingle dans la robe du pauvre saint 
mutilé, et, s'en va, le cœur plein d'espérance, car d'aucuns 
prétendent que l'on a vu ici des cures merveilleuses I 

A Saint-Céneri, la caravane se disloque ; plusieurs Man- 
ceaux nous quittent, filant sur Alençon, et les deux voitures 

(1) La dévotion à saint Mammés ou Mamert est très répandue dans toute 
cette région ; c'est ainsi que, l'année dernière, nous trouvions déjà une 
statue de ce saint dans la vieille église de Courthioust. 

La simplicité et la naïveté un peu crue avec laquelle on le représente 
indique très suffisamment et sans aucun doute possible, le genre d'affec- 
tions internes pour lequel on vient l'invoquer. 



72 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 

de la Société de TOrne roulent, seules, dans la direction de 
Saint-Denîs-8ur-Sarthon. 

Les conversations bien vite s'engagèrent, pendant les- 
quelles fuyaient rapidement les distances ^t le temps. Déjà 
même le soleil avait disparu sous l'horizon et Ton jouissait 
pleinement de celte heure exquise, si reposante, des soirs 
d'été, lorque ce n'est ni tout-à-fait le jour, ni tout-à-fait la nuit. 

Les instants passèrent si vite ainsi, que l'on croyait à peine 
être arrivé, lorsque le convoi s'engagea dans la majestueuse 
avenue au tond de laquelle apparaissait, toutes fenêtres 
éclairées, l'antique château de Saint-Denis. 

Il y a un vieux proverbe qui veut que les amis de nos amis 
soient nos amis ; le proverbe peut être vieux, le sentiment est 
toujours vrai, et nous avons pu constater son éternelle 
jeunesse, au seuil de cette demeure, où M. et M™* Paul Romet 
accueillaient du même aimable sourire tous les archéologues, 
connus et inconnus. 

Avant de connaître la Société, j'aurais cru volontiers que 
recevoir ainsi quatre-vingts personnes était chose difficile; 
une fois de plus, je dois constater, ce soir, que ce délicat 
problème a été résolu le plus heureusement du inonde. 
L'orangerie, décorée pour la circonstance s'était vue trans- 
formée en salle à manger. Sur les tables brillamment éclairées, 
attendaient des menus à la fois somptueux et charmants, 
reproduisant le château ou le parc, sous lesquels se cachait^ 
pour les dames, un bouquet, pour les messieurs, un œillet. 

Au dessert. M, Tournoiier se leva et prononça le toast 
suivant : 

Madame, 

L'un de nos poètes nationaux les plus populaires, dont l'esprit 
fin et tant soit peu gascon, réjouissait les salons d'autrefois, Gustave 
Nadaud, a dit quelque part : 

Les voyages forment les hommes 
Et nous en avons besoin tous, 
Tant que nous sommes... 

Cette observation très juste et très vraie a fait son chemin depuis 
une trentaine d'années, et assurément, elle n'a mieux reçu son 
application qu'au sein de la Société historique de l'Orne. 



SAiKT-CËNKRi-LE-Gf>ni;i. - Eglise : Détails (îes fresques, - Cliché de M. nenë__Briaset, 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 73 

Les historiens et les archéologues, les savants de chez nous, 
puisqu'il faut les appeler par leur nom, ont compris la nécessité 
de contempler durant leur vie autre chose qu'un même clocher 
quelque attachant qu'il puisse être, et ont pensé qu'il convenait, 
pour parfaire leur instruction, de s'en aller à la découverte d'autres 
lieux et de nouvelles jouissances intellectuelles. Pleins d'ardeur, 
d'endurance et de joyeuse humeur, comme il convient à des fils de 
conquérants, ils se sont donc mis en chemin un beau jour et leur 
enthousiasme, grandissant avec le goût de l'inconnu, est arrivé à 
un tel point, que l'organisateur des tournées commence à désespérer 
de le pouvoir satisfaire dans les années à venir. 

Mais, lorsque ces vaillants pionniers normands ou percherons 
sont partis, ils ne se doutaient guère qu'ils trouveraient sur leur 
chemin, presque à chaque pas, des toits hospitaliers et des maisons 
amies pour les reposer des fatigues de la route, réparer leurs 
forces, et réchauffer leur zèle. Us ne se doutaient guère qu'ils 
auraient d'autres mets que le ragoût traditionnel de l'auberge de 
rencontre, accompagné de la salade non moins traditionnelle et du 
fromage du crû, le tout arrosé du petit cidre aigrelet. Us ne se 
doutaient guère qu'ils prendraient part à des festins dans des salles 
brillamment parées et illuminées en leur honneur, pas plus qu'ils 
n'auraient imaginé des réceptions en musique et des drapeaux 
flottants à l'entrée des bourgs visités, ou des théories de fillettes 
à gros bouquets, pour leur souhaiter la bienvenue. 

Qu'avons-nous donc fait, mes chers Confrères, pour mériter tant 
d'amabilité? La science archéologique aurait-elle perdu de son 
austérité et conclu un traité d*alliance avec la science gastro- 
nomique? Aurions-nous trop flatté le présent au détriment du 
passé ? Rassurez-vous, car l'explication de ces merveilles est bien 
simple, quand on connaît notre Société. 

Notre Société, mais c'est une grande famille provinciale dont les 
membres sont unis d'affection et d'amitié. Leur plus grande joie est 
de se retrouver chaque année, leur plus grande satisfaction de se 
convier les uns les autres. Mais, quand on se reçoit entre proches, 
la simplicité est de règle et vraiment. Madame, vous avez fait trop 
bien les choses. 

Il est vrai que nous ne sommes pas une famille ordinaire par le 
nombre et... l'importance; il est vrai aussi que c'est aujourd'hui 
fête dans la famille qui célèbre ses noces d'argent. Vous vous en 
êtes souvenue, sans doute. 

Il est pourtant un autre motif de réjouissance ici et vous me 
reprocheriez, mes chers confrères, de ne pas l'invoquer, puisqu'il 
s'agit de fêter l'un des nôtres, l'hôte même de cette maison, vers 
lequel, je le sais, vont toutes vos sympathies et toute votre estime. 

Nous sommes heureux, mon cher ami, très heureux et fiers de 
votre éclatante victoire, car, si c'est un membre de la Société 



74 KXCL'RSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D*ALENÇON 

historique qui reste Conseiller général, c est un homme de bien et 
de devoir, très justement aimé de ses concitoyens, héritier des 
traditions d'honneur paternelles, qu'Alençon a le bonheur de 
conserver à l'Assemblée départementale. Connne président et 
comme collègue, au nom de tous, je vous adresse d'affectueuses 
et chaleureuses félicitations, en confondant dans un même toast 
votre succès et celui de votre frère qui, lui aussi, a su vaincre pour 
la bonne cause. 

Mesdames, Messieurs, à la santé de nos aimables hôtes, à Monsieur 
et à Madame Paul Romet ! 

Ces paroles qui traduisaient si éloquemment la reconnais- 
sance de tous, suscitèrent de vifs applaudissements ; puis, à 
son tour, M. Paul Romet prit la parole : 

Mon cher Président, 

En amenant à Saint-Denis les membres de la Société historique 
de rOrne vous nous avez fait à Madame Romet et à moi un honneur 
dont nous sommes fiers et un plaisir dont nous vous sommes 
reconnaissants. Vous nous avez donné l'occasion d'ajouter un bon 
et heureux souvenir à tant d'autres qui nous attachent si étroite- 
ment à cette maison. 

C'est donc à moi de vous remercier de votre amicale sympathie. 
Nous n'avons fait que suivre de loin votre exemple, car nous ne 
saurions oublier votre accueil et celui de Madame Tournoùer- 
N'est-il pas tout naturel d'ailleurs que nous considérions comme 
un très agréable devoir de vous aider dans votre entreprise de 
faire mieux aimer ce pays, en le faisant mieux connaître. 

Je tiens aussi à souhaiter la bienvenue à Monsieur Robert Trigcr 
et aux membres de la Société historique de la Sarthe. Ils ont voulu 
par leur présence témoigner des liens d'amitié qui les attachent 
à nous dans le présent, et recherche dans le passé tout un 
patrimoine de souvenirs communs enf.re Alençon et le Maine. 

Saint-Donis n'est pas un de ces monuments curieux qui excitent 
rintérôt de l'archéologue ou de l'historien, mais il n'est pas sans 
souvenirs intéressants. 

Tout près de la vieille église séparé par un ruisseau ou une douve 
s'élevait autrefois le château. 

J'en possède un dessin exécuté au commencement du xix© siècle 
avant sa démolition. L'artiste sans prétentions d'ailleurs, une 
enfant de quinze ans, Adèle Du Breuil, s'est surtout appliquée 
à reproduire ses murs d'enceinte, son pont- le vis et ses tourelles. 
Sur une légère éminence il dominait la vallée du Sarthon encaissée 
par les collines de Bel-Air et de Souprat. 



'■) 



EXCLUSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENCON 75 

a 

C'était la demeure de la famille du Mesnil de Saint-Denis (1). 

Cette famille d'origine Alençonnaise descendait directement de 
Jean du Mesnil ; il lut anobli en 1449 par une charte de Jean, Duc 
d*Alençon et par lettres patentes de (Charles VII pour les services 
éminents qu'il rendit dans la lutte contre les Anglais. 

Jean du Mesnil fut l'un des quatre principaux bourgeois qui 
chassèrent les Anglais d'Alençon et y rétablirent l'autorité du duc. 
Ce fut lui qui fit édifier la Maison d'Ozé. 

Son troisième fils Pierre épousa Jeanne de La Pallu et fut l'auteur 
de la branche de Saint- Denis. Pendant plus de trois siècles, cette 
famille habita Saint-Denis et plusieurs de ses membres en s'établis- 
sant dans les environs v fondèrent des branches différentes. 

Gilles du Mesnil fils de Pierre, écuyer, seigneur de Saint-Denis, 
lieutenant général au baillage d'Alençon, eut trois fils : Gilles, 
Pierre et Jacques. 

Jacques est le héros de la première nouvelle de l'Heptaméron de 
la reine Marguerite de Navarre. Il mourut lâchement, assassiné à 
Argentan sur les ordres de Monsieur de Saint-Aignan, procureur 
de la Reine. 

Afin de se débarrasser d'un témoin compromettant, Madame de 
Saint-Aignan n'avait pas hésité à l'accuser auprès de son mari et à 
le taire attirer perfidement dans un guet-apcns. Pour le faire dis- 
paraître, son cadavre fut bralé dans un tour. Le crime lut découvert, 
mais le coupable échappa au châtiment en se réfugiant en Angle- 
terre. 

Gilles du Mesnil épousa Renée du Moulinet dont un fils, Isaac, 
qui épousa Marie Courtin, originaire de Beilème. 

J'ai retrouvé son contrat de mariage qui date du 6 juillet 1393. 
Il mourut le 31 octobre 1654, et fut inhumé dans le chœur de l'église 
de Saint-Denis, dans la tombe de ses prédécesseurs ainsi qu'en 
témoigne une ancienne copie de son acte de décès et en respectant 
les termes mêmes en lesquels il est conçu. 

Isaac de Saint-Denis eut une nombreuse descendance : cinq fils. 

Gilles, l'aîné, et Antoine, le cadet, auteur de la branche de Buhéru 
en la paroisse de Gandelain, épousèrent les deux sœurs : Marie et 
Madeleine Martel, filles de Claude Martel, conseiller du Roi et 
lieutenant en l'élection d'Alençon. 

Le troisième, Jacques, auteur de la branche de la Plaisse, paroisse 



(1) Les renseignements qui suivent ont été en partie empruntés à 
M. le comte de Souancé, qui publia sous le titre Une Famille Alençon- 
naise, une généalogie des du Mesnil. (Bulletin de la Société, 1906, p. 262). 

Dans les papiers que nous avons en notre possession, le nom de du 
Mesnil est presque toujours écrit en un seul mot. Il nous a paru plus 
conforme à la tradition et à l'histoire de l'écrire en deux mots ; c'est 
d'ailleurs un problème auquel nous n'avons pas la prétention de donner 
une solution. P. R. 

8 



76 EXCURSION DAJ^JS LE MAINE ET LE PAYS D'ALENÇON 

de Saint-Didier, de son mariage avec Louise du Mellenger eut deux 
fils, dout le cadet fut Tauteur de la branche de Saint-Didier. 

Si je ne me trompe, notre érudit Président nous a tout dernière- 
ment appris Texistence de souvenirs inédits sur la Révolution 
consignés par Madame Delahante, née Brossin de Saint-Didier, qui 
pourrait bien être une descendante de cette famille (1). 

Le quatrième, Abel, sieur de Colombiers, épousa Françoise 
du Hamei. J'ai de lui plusieurs actes d*achats et d'emprunts faits 
entre 1671 et 1676. 

Le cinquième, Pierre, fut curé de la Ferrière-Eochard. Si j'en 
crois les très nombreu c actes d'achat et de remboursement qu'il fit 
pour son compte et ceiui d'Abel, il dut être un homme tout parti- 
culièrement actit et avisé. 

Georges du Mesnil, écuyer, seigneur de Saint-Denis, fils de Gilles 
épousa en 1659 Françoise Le Goué, fille de noble Le Goué, bailli de 
Lassay. Il fit reconstruire la ferme de la Grande Cour dont les 
bâtiments entouraient la cour du château. Sur la maîtresse poutre 
de la grange qui subsiste encore il fit graver l'inscription suivante : 

G. DU MESNIL 1671. 

Il eut six enfants, entre autres Jacques l'aîné et Alexandre, auteur 
de la branche de Villiers. 

La fille aînée d'Alexandre, Catherine, épousa le 11 juin 1740, à 
Placé, Denis Duchène (ou Duchesne) procureur aux finances 
d'Alençon, un des ancêtres du vénéré fondateur de notre Société, 
Léon Duchêne de La Sicotière, dont nous gardons un fidèle et 
reconnaissant souvenir. 

Son frère, Pierre-Alexandre du Mesnil, eut deux fils dont l'un, 
Pierre, maria une de ses trois filles au sieur Normand. Le domaine 
de Villiers, qui est situé dans la commune de Saint-Denis, est 
encore entre les mains de ses descendants. 

Revenons à la famille de Saint-Denis. Jacques du Mesnil épousa 
en 1695 Charlotte Lemaire et en eut au moins quatre enfants, ainsi 
qu'en témoigne le curieux contrat de mariage d'une de ses filles 
Marie-Catherine du Mesnil, veuve en premières noces de Jacques 
Le Frère, sieur de Lerlignères, avocat au baillagc d'Alençon et 
officier au bureau des finances. 

Le fiancé était Messire François de la Haye, chevalier, seigneur 
de la paroisse de la Lande près Lougé. Le contrat fut passé le 
samedi 6«ne jour d'Avril 1726 au château deSaint-Denis-sur-Sarthon. 
Parmi les signataires figurent en qualité de témoins pour la fiancée 
Louis et Jean du Mesnil, écuyers, ses frères ; ceux du fiancé sont 



(1) Souvenirs de M^* Delahante née Alexandrine- Charlotte-Sophie 
Brossin de Saint- Didier, continués par sa fille Sophie Delahante, 
baronne de Gravier. Evreux, imp. de Ch. Hérissey, 1906, 2 vol. gr. !n-8«. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'ALENÇON 77 

Messire René -François de la Haye, chevalier, son frère et Messire 
Jean-Charles Doisy, chevalier, seigneur d'OUendon, parent du dit 
seigneur époux. 

Le contrat débute ainsi : 

« Pour parvenir au mariage qui au plaisir de Dieu sera fait en 
face d'Eglise Catholique, Apostolique el Romaine, les cérémonies 
d'i celle préalablement gardées et observées... » 

Suivent les clauses du contrat. Marie-Catherine du Mesnil appor- 
tait 200 livres de rente foncière avec les meubles, cedules, vaisselle 
d'argent et autres effets mobiliers estimés à la somme de 7.000 livres. 
En cas de décès de son mari, elle reprenait par préciput les habits, 
linges, bagues, joyaux et autres objets servant à son usage et à 
Tornement de sa personne. 

Assurément cette jeune veuve avait dû être un parti fort 
recherché. 

Parmi les nombreux parents et amis qui ont signé se trouvent 
Anne-Charlotte du Mesnil, sœur de la fiancée, Messire Jean- 
Baptiste d'Erard, son beau-frère, Jean Turpin, sieur du Moté, et 
J.-B. Loltin, curé de Saint-Denis. 

Sept ans après en 1733 Louis du Mesnil épousa Anne de Bi ossin. 
Il mourut à Saint-Denis en 1779. D'après les très nombreux actes et 
baux que j'ai entre les mains il semble avoir très habilement 
administré son domaine. 

En 1746 il acheta moyennant 10.250 livres, plus 48 livres de vin 
de marché, le moulin banal de Saint-Denis, nommé Gallet, qui avait 
autrefois appartenu à Gilles du Mesnil, son arrière grand-père. 

A propos de la banalité de ce moulin, il soutint un procès long 
et embrouillé contre son cousin Pierre-Jacques du Mesnil. cheva- 
lier, seigneur de Villiers, capitaine au régiment de Soissons. 

II passa régulièrement des baux avec ses fermiers de la Grande 
Cour, de la Petite Cour, de Mélivier et de Gallet. 11 ne négligeait 
pas les faisances ; à l'un il réclamait 12 chapons à Noël, 12 poulets 
à la Saint-Jean, 12 livres de sucre, 20 livres de beurre frais en mai 
et en septembre, un gâteau de 10 livres aux Rois. 

Avec un autre il partageait les fruits et les grains, il obligeait un 
troisième à faire tous les trois ans un voyage au vin à Orléans. 

11 élevait des bestiaux dans l'herbage du Parc réputé pour 
Texcellence de ses produits, il les vendait et en inscrivait le prix : 

2 bœufs, 157 livres. 

1 vache, 30 livres. 

2 cochons, 18 livres 7 sols. 

Il vivait du reste à une époque où le pays était en pleine 
prospérité. 

Sur le Sarthon, dans la pittoresque vallée qui s'étend de la Roche- 
Mabile à Saint-Denis, la famille Ruel de Belisle exploitait heureuse- 



78 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 

ment d^importanles forges. L'abondance du minerai qu'on trouvait 
en maint endroit de la paroisse et notamment aux Jarrias, entre 
Saint-Denis et la Perrière -Bochard, la proximité des bois, la facilité 
des moyens de communication étaient d'ailleurs de sûrs garants de 

réussite. 

En 1750 Jean-Baptiste Ruel de Belisle obtenait du roi des lettres 
patentes l'autorisant à fonder une manufacture royale de iayence. 
Il faisait venir des ouvriers et des décorateurs de Rouen et de 
Sinceny et donnait à toute la paroisse grâce à son esprit d'initiative 
une activité nouvelle. 

Le dernier seigneur et patron honoraire de Saint-Denis-sur- 
Sarthon fut Louis-Jacques du Mesnil qui épousa Adélaïde du BouUay. 

Ce fût lui qui fit construire le château où j'ai l'honneur de vous 
recevoir aujourd'hui. 

La route de Paris à Brest venait d'être tracée et le mouvement 
du bourg se trouvait transporté de ce côté. Il fit donc édifier sa 
nouvelle demeure en vue de la route avec une large avenue bordée 

de pièces d'eau. ^ 

En dehors de ce changement, il ne modifia guère les traditions 
paternelles. Les baux sont maintenus aux mêmes conditions et les 
faisances restent les mêmes. 

Il eut pour curé l'abbé Coulombet, un des hommes les plus 
remarquables du clergé de cette époque, sur lequel notre 
sympathique collègue le baron Jules des Rotours termine une 

étude. 
Peut-être Louis du Mesnil s'étonna-t-il tout d'abord des idées 

libérales et des théories utilitaires soutenues et propagées par son 

curé, en tout cas il faida de son appui et fut un des premiers à 

entrer dans sa Société d'agriculture. 

Madame du Mesnil, dont la charité est longtemps restée légendaire 
dans le pays et qui, devenue vieille, allait encore de village en 
village porter ses secours aux pauvres, montée sur un petit âne, 
dut s'intéresser davantage à la fondation d'une maison de la 
Providence où les petites filles étaient initiées par les religieuses à 
la science ménagère et à l'art de la dentelle, sans parler de la 
lecture et de l'écriture. 

Cette maison existe encore à Mélivier ; la porte est surmontée 
d'une plaque de granit sur laquelle se trouve l'inscription suivante 
en lettres en relief : 

La Providence 

Bureau de Point d'Alençon 

Depuis de longues années il existait déjà une école dont le maître 
était le chapelain de la chapelle Sainte-Anne ; elle avait été fondée 
en 1656 par Messire François de Samson et Marie de Montreuil, son 
épouse. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 79 

La Révolution vint, Monsieur et Madame Dumesnil ne voulurent 
imiter ni leur parent, François du Mesnil, ni leurs voisins de 
campagne, les Tiger de Roufligny, à qui appartenait la terre du 
Faux, ni Monsieur de Courtemanche, seigneur de la Roche-Mabile, 
qui émigrèrent. Ils restèrent à Saint-Denis, dont le nom avait été 
transformé en celui de Sarthon-sous-Chaumont, avec leur quatre 
filles. 

Au milieu de quelles craintes et de quelles alarmes vécurent-ils 7 
c'est ce que nous ignorons, malheureusement. 

Nous savons cependant que quelques énergumènes voulurent 
s'emparer de leurs archives pour les brûler et qu'elles ne furent 
épargnées que grâce au sang-froid et à Tinfluence de Tabbé Cou- 
lombet. 

Nous devinons aussi quels furent leurs sentiments lorsqu'ils 
apprirent l'affreux massacre des deux frères Martin du Puisérot, 
dont la famille était de Saint-Denis ; ils y étaient nés, ils y avaient 
vécu, l'un d'eux y avait été vicaire pendant plusieurs années. 

Quoi qu'il en soit, tout en restant fidèles à leurs convictions, 
Monsieur et Madame du Mesnil surent ne pas se compromettre au 
milieu d'une population qui du reste ne leur était qu'en très petite 
partie hostile. 

En 1804, le calme à peine revenu, Louis du Mesnil mourut à Paris 
laissant sa terre de Saint-Denis à l'aînée de ses filles, Adélaïde, qui 
avait épousé Nicolas de Château-Thierry Du Breuil. Elle resta entre 
les mains de ses descendants jusqu'en 1848. 

Peut-être, Mesdames et Messieurs, ai-je abusé de votre patience 
en vous racontant cette longue histoire et cette fastidieuse généalo- 
gie. J'espère qu'elle vous aura paru moins ennuyeuse dite à l'ombre 
des vieux arbres que plantèrent les du Mesnil, sous les murs du 
château qu'ils construisirent, au bord des sources qu'ils captèrent 
et en présence du paysage qui leur fut familier. 

J'espère aussi que votre indulgente bonté m'excusera puisque 
ce soir, plus heureux que l'ami de Socrate, j'ai une grande maison 
toute remplie d'amis. 



Ce mot si délicat de la fin provoqua d'enthousiastes et 
mérités bravos : après quoi, tout le monde se répandit dans le 
parc féériquement illuminé. Des rangées de lumières faisaient 
ressortir l'élégante ligne des pelouses à la française, tandis 
que des lanternes rouges éclairaient les plus épais feuillages. 

Le coup d'œil était vraiment charmant, et Ton eût aimé à 
en jouir longuement, mais déjà, l'on se pressait aux abords 
du salon où M. Toumoùer lisait une étude de M. des Rotours 



80 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 

sur le bienfaisant abbé Coulombel, curé de Sainl-Denis-sur- 
Sarthon, vers 1753 (1). 

Hélas! pourquoi le temps passe-t-il si vite? Ne pourrait-il 
pas ralentir un peu sa course, lorsque l'archéologue, après 
des journées de labeur, touche enfin Toasis rêvée. Déjà, onze 
heures sonnaient, et, devant le perron, nous attendaient nos 
voitures qu'il nous semblait à peine avoir quittées I Chacun 
reprit sa place à contre cœur et tandis que nos chevaux nous 
emmenaient grand train vers Alençon, des chants d'allégresse 
et de gratitude retentissaient, qui portaient à nos aimables 
hôtes un dernier merci de tous leurs invités reconnaissants. 

Vers minuit et demi, nous atteignons Alençon dont les 
pavés cahotants nous rappellent qu'ils sont un signe de 
civilisation ; nous nous engouffrons dans les rues silencieuses 
avec un grand bruit de fers, de grelots et de roues, pour ne 
nous arrêter que devant les hôtels du Grand-Cerf et de 
France. 

Là, régna quelque temps une certaine confusion ; mais, 

bientôt, la fatigue aidant. Ton se séparait, les yeux pleins de 

sommeil, la tête pleine de rêves ! 

René GOBILLOT. 



7FROI81ÈA1E TOURNÉE (29 Août 1907) 

AiiENÇON 
Histoire — Epcelnte — Porter — placer — Faubourg^ 

Malgré l'heure matinale du rendez-vous et malgré les 
fatigues de la veille, la plupart des excursionnistes se retrou- 
vent dès sept heures et demie au siège de la Société, en la 
Maison d'Ozé, lieu fixé comme point de départ de la visite 
d' Alençon. 

Tout d'abord, M. le Président fait les honneurs aux membres 
présents de nos deux nouvelles salles dont l'une est déjà 

(1) M. des Rotours, désirant compléter cette étude par des documents 
nouveaux, se réserve de 1 oublier ulté<*<eurement dans notre bulletin. 



EXCUHSION DANS I.K MAINK ET I.E l'AVS I>'aLEN(;0\ 81 

ornée d'une importante bibliothèque, due à la géuéiosité des 
souscripteurs, et l'autre en voie d'organisation, pour la cons- 
titution d'un musée essentiellement provincial. 



—(S—Uiw'^îr* 



At.ençon. — I^ Maiso:i il'Ozé (état avant la rcslaui-stiun). 
Extrait du Srcrrt de la Maison d'Osé. 

Avant la promenade en ville quelques explications étaient 
nécessaires tant sur l'histoire générale d'Alençon que sur sa 
configuration et ses transronnations successives. Si les sou- 
venirs qui lui restent du passé sont assez rares, il y a lieu 
d'évoquer toutefois les luttes dont elle fut le théâtre, les 
périodes glorieuses ou néfastes de son existence, les physio- 
nomies d'aspect bien différents qui présidèrent à sa destinée. 

Alençon (1) est cité très ancienne. Nos vieux écrivains en 
font remonter l'origine dès avant le vin' siècle. A cette époque 

(1) Alercum, Alerliiim, Alenctam, Aletiçio, Alenciaeam, Alfncionum. 
Aienconiam, — La plupart des renseignements qui suivent, sur la ville ou 
sur les curiosités d'Alen;on, ont été puisés principalement dans l'œuvre 
d'Odolant-DeMios et surtout dans un précieux manuscrit qui est en notre 
possession et qui n'a Jamais vu le Jour, formant un gros volume in-l" de 



82 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D ALENÇON 

elle avait titre de centaine, c est-à-dire qu'elle englobait sous 
sa juridiction cent villages ou paroisses. 

Dans une vaste pleine fertile, à égale distance des forêts de 
Perseigne et d'Ecouves, abritée des vents d'ouest par la butte 
Chaumont, elle est arrosée par la rivière de Sarthe, qui prend 
sa source à Somme-Sarthe, sur les confins de la Normandie 
et du Perche, non loin de la Trappe, et qui reçoit à Âlençon 
même la petite rivière de la Briante, venue de la forêt 
d'Ecouves. 

De peu d'étendue, Alençon était cependant assez peuplée. 
Au xviii* siècle elle comptait environ 15.000 habitants. Il y a 
cent ans, la population était tombée à 13.500. Aujourd'hui, 
elle est relevée à près de 20.000. 

S'il faut en croire les dires de nos historiens anciens et 
modernes, le pays d'alentour aurait été occupé du temps de 
César par les Aulerces, l'un des peuples les plus puissants de 
la Gaule, divisé en Aulerces-Cénomans (cap. Vindinum- 
Le Mans), Aulerces-Eburons (cap. Evreux), et Aulerces- 
Diablintes (cap. Mayenne ou Jublains). Alençon, dont le nom 
semble dériver de celui des Aulerces, aurait été le chef-lieu de 
la peuplade entière. 

D'autres prétendirent que les Alains, s'étant emparés de la 
ville, y auraient bâti l'ancien fort de l'île du boulevard, à 
l'entrée de Montsort, et que le mot Alenconium signifiait le 
fort des Alains; d'autres encore font venir ce nom de l'anglais 
alU tout, et du celtique Com, forteresse. Mais laissons là ces 
considérations très incertaines et ne nous perdons pas, 
comme le dit fort justement un chroniqueur, « dans les 
ténèbres de l'antiquité ». 

Au viii* siècle, Alençon fit partie de l'Hiémois, vaste comté 
qui comprenait Sées, les environs d'Alençon, le Corbonnois 
et le Bellèmois et avait pour capitale Hiesmes. 

La cité souffrit beaucoup de l'invasion des Normands. 
Charles le Simple céda à leur chef Raoul, en 911 (traité de 



plus de 400 pages et intitulé : Recherches historiques sur les Antiquités 
(VAlençon et sur les choses remarquables qui en dépendent^ tirées de 
différents auteurs, tant imprimés que manuscrits. Il fut rédigé en 1805^ à 
AJençon, et il porte Tcx-libris d'un René Morel qui semble en être 
l'auteur. H. T. 



EXCURSION DANS LE xMAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 83 

Sainl-Clair-sur-Epte), ou en 923, avec une partie du territoire 
actuel de la Normandie, le pays d'Alençon. 

Alençon fit partie du domaine ducal jusqu'à Richard I®"^, 
qui, prisonnier de Louis VI, à Laon, fut délivré par Yves de 
Creil ou Yves de Bellême. En reconnaissance de cette déli- 
vrance Richard céda à Yves les territoires d'Alençon et de 
Sées et une partie du Passais. 

Les seigneurs de Bellême et d'Alençon, véritables fondateurs 
de la ville, en firent une importante place forte en élevant son 
château et fortifiant son enceinte. Toujours en guerre avec leurs 
voisins, les ducs de Normandie et les comtes du Maine, furent 
violents et cruels; plusieurs laissèrent de tristes réputations, 
entre autres Guillaume II dit Talvas, persécuteur de Giroie, 
sieur d'Echauffbur, bienfaiteur pourtant de sa maison. Ayant 
fait étrangler, dit-on, sa femme en pleine rue d'Alençon, il se 
remaria à Hildeburge, fille du sieur de Beaumont, et aux noces 
invita avec d'autres seigneurs, Giroye. Au milieu des fêtes il le 
fit arrêter, enfermer dans la tour du château qui porta depuis 
son nom, lui fit crever les yeux, couper le nez et les oreilles. 
Il fut vengé par sa famille qui ravagea les terres de Talvas. 

Peu après, GeofTroi Martel, comte d'Anjou, s'emparait 
d'Alençon et de Domfront. Guillaume se retira chez Roger de 
Montgommery, avec sa fille Mabille, qu'il lui donna en 
mariage. Soutenu par son gendre il mit le siège devant 
Alençon, et ses troupes campèrent sur l'emplacement de l'Hos- 
pice; pendant ce temps GeofTroi amenait des troupes d'Anjou, 
qui se placèrent du côté de Montsort.Une lutte terrible s'engagea 
dont Guillaume sortit vainqueur. A sa mort, Montgommery, 
aux droits de sa femme Mabille, posséda Alençon et cette 
maison fournit à la ville cinq seigneurs. Montgommery, attiré 
en Angleterre par Guillaume, duc de Normandie, qui marchait 
à sa conquête, laissa l'administration de ses biens à Mabille. 
Femme cruelle, surnommée la Louve d'Alençon, elle est 
peinte sous les couleurs les plus défavorables. Elle sut cepen- 
dant défendre ses droits avec une énergie indomptable et 
travailler sans relâche à la défense de son comté. Elle mourut 
assassinée en 1082. Son fils Robert lutta en Angleterre pour le 
duc de Normandie; il y termina sa vie en prison. Guillaume 
qui lui succède, se voit dépossédé de ses biens par le roi 



84 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 

d'Angleterre qui prend Alençon. A la mort de ce dernier, il 
rentre en possession et part pour la croisade en 1147. La 
branche des Monlgommery s'éteignit avec ses enfants, morts 
sans postérité. 

Philippe Auguste acquit Alençon et ses dépendances en 
1220; Louis IX donna en 1269 le comté en apanage à Pierre, 
son cinquième fils. Après lui, les comtes d'Alençon furent 
Charles de Valois, Charles, son fils, tué à Crécy en 1346, 
marié à Marie d'Espagne, Charles, qui prit l'habit de domini- 
cain, Pierre II, passé comme otage en Angleterre lors du traité 
de Brétigny. Celui-ci résida à Alençon et y eut une cour bril 
lante. Il fréquentait le Val-Dieu et y fut inhume en 1404. Jean II, 
premier duc d'Alençon (le comté ayant été érigé en duché 
pairie en 1414) lutta contre les Bourguignons et contre 
Henri V, roi d'Angleterre, et fut tué à Azincourl en 1415. 

Il laissa un fils en bas âge, Jean II, qui ne put s'opposer à 
l'occupation anglaise d'Alençon du 22 octobre 1417. Le 
jeune duc s'était retiré auprès du dauphin Charles et fit ses 
premières armes h ses côtés. Fait prisonnier, il lut enfermé 
au Crotoy et ne dut la liberté qu'à une rançon de 300.000 écus 
d'or. Retourné auprès du dauphin, alors proclamé roi, il 
assista à ses entrevues avec Jeanne d'Arc. On sait que le duc 
d'Alençon ne quitta pas la Pucelle qui lui dit au siège 
d'Orléans : « Avant, gentil duc, à l'assaut ; ne craignez rien, 
j'ai promis à la duchesse de vous ramener sain et sauf ». Il 
combat près d'elle et au couronnement de Reims, il arme le 
roi chevalier et y représente le duc de Bourgogne. Après la 
cérémonie il le sert à table. 

Aussitôt après, il retourne en son duché pour combattre 
l'envahisseur. Saint-Cénery est attaqué par les Anglais, le duc 
y envoie le brave Loré qui les repousse. Puis, grâce aux 
quatre échevins d'Alençon, Jean du Mesnil, propriétaire de la 
Maison d'Ozé, Jean Brosset, Jean Moinet et Guillaume le 
Bouleur qui lui ouvrent la porte de Lancrel, il reprend 
Alençon (1449). A peine fut-il au repos dans son château, 
qu'il est accusé d'intelligences avec l'Angleterre, auprès du roi 
de France ; il est arrêté, jugé à Vendôme et condamné à mort 
en 1458. Enfermé à Loches, il y reste jusqu'à la mort du roi 
et Louis XI lui rend la liberté. Mais il reprend des négo- 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 85» 

dations avec l'Angleterre et il est de nouveau saisi. Condamné 
une seconde fois à morl, le roi, eu égard à sa vieillesse, se 
contenta de le garder dans une maison particulière où il 
mourut en 1476. 

A sa mort, René, son fils, réclama ses biens. On lui rendit 
seulement Alençon. Peu après, Louis XI le faisait arrêter et 
enfermer, dit-on, dans une cage de ier. On le transféra à 
Vincennes pour son procès et on le condamna en 1482 à la 
prison perpétuelle. Charles VIII le remit en liberté et lui 
rendit ses biens. Il épousa la pieuse Marguerite de Lorraine. 
Mort en 1492, il fut inhumé à Notre-Dame. 

Son fils, Charles, épousa la sœur de François I^^, Margue- 
rite de Valois, et fut nommé premier prince du sang, gouver- 
neur de Normandie, Bretagne et Champagne. Il fut à Mari- 
gnan et à Pavie, où il ne sut délivrer le roi. Accusé de lâcheté 
par la cour et par sa femme, il mourut, dit-on, de douleur 
quelque temps après, à Lyon, en 1524. Il n'avait pas eu 
d'enfants de Marguerite de Valois qui se remaria à Henri, roi 
de Navarre. François I*""" laissa à celle-ci l'usufruit de son duché 
d'Alençon où elle vint séjourner en 153() avec son mari. A sa 
mort en 1549^ le duché fut réuni à la couronne et François II 
le donna à sa mère Catherine de Médicis qui le posséda de 
1559 à 1566. Charles IX le reprit en 1567 pour en faire Tapa- 
nage de son frère François. C'est à ce moment que se place la 
Saint-Barthélémy, dont on ne connut pas à Alençon les 
scènes tragiques, grâce au sang-froid et à l'adresse de Mati- 
gnon qui accourut de son château de Lonray pour empêcher 
l'efTusion du sang. Le duc d'Alençon, de son côté, s'efforça de 
protéger les protestants contre la Cour, ce qui lui valut la 
prison dont il s'évada avec la complicité de sa sœur, la reine 
de Navarre. Il fut bientôt appelé par Jes Flamands pour les 
gouverner et fut nommé duc de Brabant. Après une malheu- 
reuse expédition contre Anvers, contraint de se retirer, il vint 
mourir en 1584 à Châteauthierry, Le duché fit retour à la 
couronne. C'était la pleine lutte entre catholiques et pro- 
testants. Les ligueurs tenaient Alençon malgré Montpensier» 
gouverneur de Normandie, et l'assassinat de Henri III 
leur donna des forces nouvelles. Le roi de Navarre ayant 
pris Le Mans, tenta de s'emparer d'Alençon et la ville 



S6 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 

tomba en son pouvoir. Il y mit Hertré comme gouverneur. 
Mais Henri IV, qui avait besoin d'argent, fut obligé de vendre 
le duché d'AIençon au duc de Wurtemberg qui le posséda 
huit ans. Marie de Médicis le racheta en 1612 et en fut nommée 
duchesse. Son fils, brouillé avec elle, l'y assiégea et Créqui 
emporta la place en 1620. Après elle, Alençon fut donné par 
Louis XIV à Gaston d'orléans, son oncle. A sa mort, le roi 
l'octroya à sa seconde fille, Elisabeth d'Orléans, appelée 
Mademoiselle d'AIençon, à l'occasion, en 1667, de son mariage 
avec Louis-Joseph de Lorraine, duc de Guise. Le duc mourut 
en 1671 et la duchesse fit son séjour à Alençon. On sait les 
souvenirs qu'elle y laissa et le bien qu'elle y fit. Elle légua, 
en 1696, son palais à l'Hôtel-Dieu. De nouveau le duché 
revint après elle à la couronne jusqu'en 1710. Louis XIV le 
donna alors en apanage à son petit-fils, Charles de France, 
mort en 1714. Il fut encore une fois réuni à la couronne jus- 
qu'en 1774, époque où Louis XVI le donna à son frère, Louis- 
Stanislas-Xavier, comte de Provence (1). 

La ville d'AIençon, ainsi que le montre le plan ci-contre (2), 
était ceinte de murailles, flanquées de dix-sept tours de 
distance en distance et percées de portes. 

Cette enceinte, qui avait environ 1.840 mètres de circonfé- 
rence et formait une espèce de cœur ou triangle irrégulier aux 
pointes arrondies, commençait à la porte de Lencrel et mon- 
tait le long du Cours, où elle est encore visible dans les 
jardins ; elle s'ouvrait à la porte de Sées, la plus forte de 
toutes, passait derrière les maisons du bas de la rue Cazault, 
à droite, et s'interrompait à la rivière, au bas de la rue de la 
Poterne. Tout le côté sud d'AIençon n'avait pas de murailles ; 
la rivière y suppléait ; seulement un fort, appelé le Boulevarty 
et un moulin fortifié, détruit en 1840, protégeaient l'entrée 
du côté du Maine. Les murs reprenaient à cet endroit, lon- 

(1) Aujourd'hui, le titre de duc d*Alençon est toujours porté par un 
prince de la maison de France, deuxième fils du duc de Nemours. Sa 
femme, une pieuse ducliesse aussi, a noblement et héroïquement payé de 
sa vie son amour des pauvres. Quant au prince, duc sans duché, il a 
pourtant voulu se souvenir des bienfaits qu' Alençon devait à ses ancêtres, 
en apportant tout récemment sa généreuse part à la restauration de la 
Maison d'Ozé. 

(2) Nous devons la communication de ce plan à notre obligeant archi- 
viste et confrère, M. Louis Duval. 



(^^ 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LK PAYS D'AI.ENÇON 87 

geaient la rivière pendant un certain temps et gagnaient la 
porte de la Barre, en passant par les jardins de l'Hospice et 
ceux compris entre la place Saint-Léonard et la rue des 
Fossés, Quelques parties en sont bien conservées. De la porte 
de la Barre, les murs allaient rejoindre le Château, en traver- 
sant le jardin de M. d'Hauteclair et tombaient auprès de la 



, — Porte de Laocrel. 

— iSoctété Pliotograpliique de l'Oroe). 

Tour Couronnée. La ligne reprenait à la rivière, derrière 
l'Hôtel de Ville, et allait retomber à la porte de Lancrel, en 
longeant les jardins du Collège. 

Encore debout vers 1730, au dire d'OdoIant-Desnos, l'en- 
ceinte était fort haute et épaisse, couronnée d'un parapet à 
mâchicoulis. Un large rempart régnait tout le long, à l'inté- 
rieur de la ville, converti en terrasses et jardins. Elle subit 



VS EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D ALENÇON 

des réparations à diverses époques, notamment sous Pierre II, 
comte d'Alençon, au xiV siècle, et sous le duc François, au 
XVI* siècle. Henri VI, d'Angleterre, avait obligé les habitants, 
en 1448, à les entretenir en bon état. 

Les portes de la ville étaient au nombre de sept, dont deux 
ouvertes à la fin du xviii* siècle, pour en faciliter l'accès : 

1. Porte de Lancrel, — Elle faisait communiquer la rue de 
l'Ecusson avec le faubourg de Lancrel et possédait ancienne- 
ment deux tours, bâties sous Louis XIII. Celte porte fut 
détruite vers 1800, sous prétexte qu'elle resserrai! trop le 
passage. 

2. Porte de Sées (anciennement de Sagory). — Défendue 
par un gros boulevard qui donnait sur le faubourg de Saint- 



— Porte de Sartlie. 

- (Société Ptiotographlque de TOrne). 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAÏS D ALENÇON 89 

Biaise et celui de Cazault. Elle avait quatre gro^'ses tours. Ce 
rempart et celte porte nuisaient au passage delà grande route 
de Paris, ils lurent abattus par les ordres de M. de Pomme- 
reuil, intendant en 1724. 

3. La Poterne. — Passage à pied. C'était une fausse porte 
autrelois. Son passage conduisait au faubourg Saint-Biaise et 
au faubourg Cazault. Détruite en 1724. 

4. Porte de Sarthe. — Près de l'Hôtel-DIeu. Composée de 
deux tours, dans l'une desquelles était le grand moulin 
d'Arondel, qui appartenait au domaine. Elle était détendue 
par un gros boulevard élevé dans une île de la Sarthe, et fut 
détruite en 1776. Cette porte conduisait à la grande route du 



Albnçon. — Porte de la Barre. 
Cliché de M. Leboucler. — (Société Photographique de rOroe). 



90 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 

Maine. En 1769 on ouvrit un second passage dans la même 
direction, ce qui forma une cinquième entrée. 

5. Pont-Neuf. — Ce pont, ou plutôt cette porte, prend son 
entrée à la Grande-Rue, en face la rue aux Sieurs et rejoint la 
rue du Mans. Elle fut ouverte par l'intendant Jullien en 1769 
et terminée en 1781. 

6. Porte de la Barre. — Composée de deux tours. Elle 
conduisait à la grande route de Bretagne. Rasée en 1776. 

7. En 1771, on ouvrit une nouvelle route vers la Bretagne, 
appelée la Route-Neuçe, C'est la septième entrée. Elle se fit 
malgré les protestations des habitants qui en redoutaient la 
dépense pour leurs propres bourses. 

Ces portes contenaient des logements qui servaient de 
casernes aux troupes de la garnison, à renfermer les prison- 
niers et à former des magasins. En temps de guerre elles 
étaient défendues par des seigneurs de la chàtellenie qui y 
avaient leurs jours de garde. 

En dehors de l'enceinte s'étendaient plusieurs Faubourgs. 

Le plus important, le faubourg de Montsort (1), faisait 
autrefois partie de l'évèché du Mans ; depuis la Révolution il 
appartient à celui de Séez. Il possédait deux paroisses : Saint- 
Pierre et Saint-Paterne, et n'a plus depuis 1803 que celle de 
Saint-Pierre érigée en cure en 1828. Au civil, Montsort a tou- 
jours relevé d'Alençon. L'église eut à subir de nombreuses 
transformations; on y retrouvait toutefois des traces évidentes 
de la première construction du xii® siècle. En 1881, elle fut 
réédifiée, sur un plan roman, par M. Hédin, architecte (2). 

C'est à Montsort que fut fondé, en 1659, le monastère de la 
Visitation qui occupa d'abord une maison de la rue du Mans, 
vis à vis Saint-Pierre. En 16S8, il se transporta sur la place 
des Poulies et y demeura jusqu'à la Révolution. Un instant les 
religieuses avaient pensé pouvoir s'installer en l'hôtel où 
demeuraient les intendants (3), mais la duchesse de Guise en 



(1) Recherches sur la paroisse et sur Vég'Use de Saint-Pierre de Mont- 
sort, par Tabbé Antoine, 1880. 

(2) M. Tabbé Desgenettes, fondateur de rarchiconfrérie de Notre-Dame 
des Victoires, en fut curé en 1816. 

(3) Elles en avaient même fait Taequisition du sieur Pierre Froment, 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'ALENÇON 91 

. ayant fait le retrait par droit de seigneurie, elles durent y 
renoncer. Après leur expulsion le couvent servit de casernes 
et le redevint en 1814 après avoir servi sous le premier 
empire de palais sénatorial à M. Rœderer. 

A Montsort également, furent établies les Bénédictines , en 
1636, par deux pieuses veuves : MM™" Charles de Vanssay et 
Marie Dauvet. L'installation sur la route du Mans était fort 
belle. Sur ses ruines on bâtit une auberge et une manufac- 
ture de basin. 

Non loin de là une chapelle fut élevée en 1699 sur les plans 
de la maison de la Vierge, à Lorette, par les soins de Louis 
Savin, bachelier de Sorbonne, curé d'Ancinnes, pour servir 
de sépulture à sa famille. Elle subsiste toujours. 

Enftn, dans ce même faubourg, la grande place nommée le 
Champ du Roi conserve le souvenir du camp que le roi 
d'Angleterre, Henri V, y avait établi, en 1420, lorsqu'il vint 
occuper Alençon. 

Le Faubourg de Lancrel était occupé par les Bénédictins 
qui y avaient anciennement un prieuré dépendant de Saint- 
Martin de Sées, au lieu nommé la « Fontaine Saint-Isige » et 
le Faubourg Saint-Biaise par un couvent de Capucins et la 
demeure des intendants, devenue la Préfecture. A l'extrémité 
de ce faubourg était l'église Saint-Biaise et, à côté, une chapelle 
sous le titre de Notre-Dame-de-Gràce. Un calvaire y avait été 
adossé, élevé par les soins du Père Duplessis, jésuite, en 1745. 
Non loin, le carrefour des routes était marqué par un obélis- 
que ou pyramide terminée par une fleur de lis dorée, et 
mutilée en 1792. 

Les autres faubourgs étaient ceux de la Barre, de Cazault, 
de la Poterne et de Bretagne, ce dernier créé en 1784, dans le 
parc du château. 

Au début du xix* siècle, c'est-à-dire à l'époque de sa trans- 
formation, par suite de la disparition de son enceinte, 
Alençon comptait sept grandes places : 

1° La Place Bonaparte, aujourd'hui place d'Armes ; 



sieur de Mieuxcé par contrat du 20 mai 1673, moyennant 40.000 livres et 
2.000 li\Tes de pot de vin. 

9 



92 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS DALENÇON 

2° La Place du Cours, qui servait de marché pour les bœufs 
et les vaches ; 

8° La Place du Palais, où se trouvait la Halle aux Toiles. 
Là était le Palais, c'est-à-dire toutes les juridictions, échi- 
quier, présidial, baillage civil et criminel, police, eaux et 
forêts, qui furent transportées dans la suite à Tancien château. 
Cest sur cette place que les criminels étaient exposés et 
exécutés ; 

4. La Place La Magdelaine, du nom du premier préfet de 
rOrne, formée de l'ancien cimetière de Notre-Dame, à la 
fin du xviii** siècle. Le marché des fruits et comestibles s'y 
tient ; 

5° La Place Napoléon, aujourd'hui place Saint-Léonard^ 
formée également de l'ancien cimetière de l'église ; 

6° La Place des Poulies, à Montsort, devenue un instant la 
place de la Sénatorerie ; 

7° La Place de V Egalité ou le Champ du Roi, aujourd'hui 
place du Marché au Bestiaux, dont nous avons parlé. 

Vieille? Maî?oi)$, Hôtel-Dieu, Saîi)t-Léoi>apd 

Après ces explications rapides, la caravane se met en 
route dans les rues de la ville, mais non sans jeter un coup 
d'œil à la ligne importante de remparts qui borne la cour de 
la Maison d'Ozé et fait face à la place du Plénitre (1). Ces 
restes précieux, encore munis de leur chemin de ronde et de 
deux fortes assises de tours, constituaient une partie de la 
défense entre la porte de Sées et la ri\ière. Classés parmi les 
monuments historiques en même temps que la Maison d'Ozé, 
leur conservation est assurée autant que faire se peut. Il n'y 
a qu'à souhaiter leur dégagement complet et la transformation 
en jardin public des terrains qui l'a voisinent. 

(1) Nous ne disons rien de la Maison d'Ozé, renvoyant nos lecteurs à 
l'article que nous lui avons consacré dans le Bulletin des Ainh des 
Monuments ornais, 1901, p. 29, et à l'élude très complète qui parut dans 
ce même Bulletin et en tirage à part sous la signature du vicomte du 
Motey, avec illustrations : Le Secret de la Maison d'Ozé, Imprimcri<^ 
ençonnaise, 1903. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 9^ 

Au sortir de la place de Lamagdeiaine, où le marché bat 
son plein, jetant sa note hebdomadaire de gaité et d'animation 
sur les alentours mornes et silencieux d'ordinaire, nous nous 
engageons dans la Grande-Rue pournous arrêter au numéro 70, 
devant la boutique de M. Mordefroy, marbrier, qui nous invile 
très aimablement à pénétrer dans sa cour intérieure. Nul ne 
pourrait, en effet, se douter.s'il n'en était averti, que là se cache 
l'une des façades les plus intéressantes du vieil Alençon. Que 



Albnçon. — Le Logis du Mesnil (Maison d'Ozé hu xv* siècle), et Remparts 
de la Cité. — Extrait dn Secret de la Maison d'Oié. 

lut-il ce logis aux murs épais et noircis, aux ouvertures de 
granit surmontées de l'arc traditionnel du xv siècle en acco- 
lade, à l'escalier usé, aux caves prolondes ? Les imaginations 
ont beau jeu en l'absence de documents et nul historien ne 
pourrait aifirmer ainsi que la tradition le veut, que ce fut là 
demeure de Templiers. Nous Iranchissons le seuil el vers la 
rue aux Sieurs nous retrouvons même façade, même archi- 
tecture. Puis bientôt, c'est un dédale de petites ruelles qui 
nous entraine en des cours ignorées et pittoresques, tout au 



94 EXCURSION DANS I,E MAINE ET LE PAYS d'aI.ENÇON 

bord de la Briante canalisée, et nous ressortons plus loin vers 
les rues de la Juwerie et des Oranges (jui vont nous retenir 
un instant. 

A la satisfaction que nous cause la vue de hauts pignons à 
rampants moulurés, de maisons ventrues à colombage qui 
surplombent la chaussée et nous ti-ansporlent en plein 
Moyen-Age, s'ajoute l'intérêt des souvenirs. C'est dans la rue 
des Granges, en effet, que vinrent s'établir, en 1701, les reli- 
gieuses de l'Union Chrétienne ou des Nouvelles Catholiques, 



rassemblées par M'" de Farcy, dès 1679. Le but de cette 
communauté était l'instruction de la jeunesse et en particu- 
lier des enfants protestants ou calvinistes, mais il se trouvait 
souvent dépassé par la contrainte qu'on exerçait sur eux. 
L'établissement étant devenu considérable en peu de temps, 
les religieuses durent abandonner leur premier local vis k vis 
le Collège pour se transporter en celte rue des Granges, où la 
supérieure. M"" de Bridière, fit élever de vastes bâtiments et 
une chapelle dont l'entrée était rue de la Juiverie (1), 

(1> La congr«gal)oD des Filles de l'Union Chrclienne fut fondée par 



EXCURSION DANS I.E MAINE ET LE l'AVS d'aLENÇON 95 

Tout proche cette comniunaulé vinrent s'établir, en 1780, 
les Carmélites, après avoir occupé au fanhourg de Lancrel 
une maison qui appartenait à M"' Rose des Chapelles, leur 
proti;ctrice (1). Par suite de diflicultés survenues avec cette 



Ai.HNi;oN. - U' \'leil Hôpital. — Cliché île M. de la lireircke. 

dernière, elles achetèrent, rue de la Juiverie, la propriété de 
M. Poulain de Marlenay, sieur de Saint- Paterne, où elles 
édifièrent d'iiniK>rtantes constructions. Le jardin, qui se trou- 
vait au même niveau que celui de l'Union Chrétienne, venait 
aboutir à la Sartlie. 

M°" Marie de Lomagne. veuve de M. Polaillon, résidaiil pour le roi à 
Raguse et Jean-Antoine Vacliet, saint prêtre, originaire du Uauphiné. Ses 
meinijres n'étaient pas, à proprement parler, des religieuses. Klles ne 
faisaient que des viuux simples, portaient le costumes des veuves, pou- 
vaient liériter, étaient obligées de Taire leurs Pâques à leur paroisse ; le 
cnré était leur supérieur. 

<1) Mil' des Cliapelles avait sollicité et obtenu de M°>° Louise de France, 
carmélite à Saint-[>enis, l'établissement à Aiençon d'une communauté de 
son ordre, lui assurant un asile dans une maison qu'elle avait acquise de 
M. des Landes et la jouissance de ses propres biens. Les Carmélites 
arrivèrent le '23 décembre 1777 et occupèrent cette habitation jusqu'au 
7 mai 1778. Parties assez brusquement du faubourg de Lancrel, elles 
durent accepter pendant vingt mois l'hospitalité à l'L'nion Chrétienne en 
attendant que leurs nouvelles constructions de la rue delà Juiverie fussent 
achevées. Elles y entrèrent le 30 décembre 1780. 



96 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 

La Gendarmerie et la Manutention occupent depuis la Révo- 
lution ces deux grands enclos. 

Nous quittons la rue de la Juiverie où, d'après Odolant- 
Desnos, devait s'élever jadis une synagogue, pour pénétrer à 
THôtel-Dieu. 

UHôtel'Dieu est de fondation très ancienne. Dès le xiii« 
siècle^ des donations lui sont faites par saint Louis et les 
comtes d'Alençon. Etabli d'abord à Montsort, au Champ du 
Roi, sur l'emplacement du cimetière de Sainte-Catherine, il 
fut, de crainte que les Anglais qui dévastaient le pays, n'y 
logeassent, transféré le 3 avril 1358 dans l'enclos de la ville, 
sur la rive gauche de la rivière. Les offices, qui se tenaient 
dans une chapelle assez vaste, construite par les habitants et 
les comtes d'Alençon, sous l'invocation de saint Louis, au 
boulevard de la porte de Sarthe, s'y continuèrent jusqu'à 
l'époque où la duchesse de Guise, devenue comme la seconde 
fondatrice de l'Hôtel-Dieu, fit ériger une chapelle nouvelle, 
sous le titre de Saint-Jean-Baptiste. 

Bientôt les locaux furent insuffisants et Louis XV, en 1724, 
ordonna la construction d'un hôpital général, proche l'ancien. 
De grands bâtiments s'élevèrent alors, qui constituent la 
partie la plus importante de l'Hôtel-Dieu actuel. 

En frontispice, sur l'un d'eux, l'inscription suivante se lit 
encore : 

D. O. M. 

LUDOVICUS DECIMUS QUINTUS REX CHRISTIANISSIMUS 

HAS AiDES 

EXCIPiENDlS, ALENDIS ET AD LABOHEM EXCITANDIS, 

ET CŒRCENDIS ERRONIBUS ET DESIDIOSIS 

FUNDAVIT 

D. LUDOVICUS FRANCISCUS LALLEMANT, COMES DE 

LEVIGNEN, DOMINUS d'ORMOY, REGI A CONSILIIS 

LIBELLORUM SUPPLICUM MAGISTER 
ET APUD ALENCONIOS REI POLITICiE PR.EFECTUS, 

OPUS PROMOVIT, 

FRATRE EJUS D. R. D. JACOBO CAROLO ALEXANDRO 

LALLEMANT, EPISCOPO SAGIENSI. 

La chapelle, refaite, fut bénite en 1741. Elle n'offre rien 
d'intéressant. 



EXCURSION DANS LE HAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 97 

Sous la conduite de l'économe, M, Lecomte, qui se met de 
la façon la plus obligeante à notre disposition et auquel 
l'Hôtel-Dieu doit la conservation de ses plus précieux souve- 
nirs, nous visitons la salle du Conseil où ont été réunis plu- 



sieurs portraits, sinon de grande valeur, du moins d'un 
intérêt très réel. Ce sont : 

1. S. A. R. Madame Isabelle d'Orléans, dachesse {TAlençon 
qui a rétabli, beaucoup aimé et augmenté cet hôpital. 

2. Marguerite de Lorraine, dachesse douairière d'Orléans 
et d'Alençon, femme de Jean-Baptiste Gaston, fils de France, 

3. Jean-Baptiste Gaston, Jîls de France, duc d'Orléans. 

4. Louis XIV à cheval. La renommée l'accompagne. Au 
lointain, vue de ville. 

5. Le comte d'Acesgo d'Oailly, né à Essqy le 3 septembre 

6. Portrait d'homme inconnu, du temps de Louis XIV, en 
hahit militaire. Buste de trois quarts dans un ovale (1). 

7. Maître Pierre Btar ( Belard ), docteur de Sorbonne, 

<1) C'est le meilleur portrait de la collectEoii. 



98 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'ALENÇON 

curé d'Allençon, bienfaictear de l'hôpital général de cette 

pille, décédé le 1 1 juillet lyao (1), 
Dans cette même salle sont conservés deux beaux bahuts 

renaissance. 
Nous passons ensuite à )a lingerie des sœurs où de pieuses 

reliques sont mises sous nos yeux : la quenouille de la 

ducliesse de Guise et du linge marqué à son chiffre. Ces 

humbles objets ne sont-ils pas restés là pour attester l'amour 

que la princesse témoignait à ses pauvres d'Alençon ? On les 

garde avec soin et avec reconnaissance (2). 
Avant notre départ, M. l'Econome nous entraîne dans son 
cabinet où il veut 
nous faire voir trois 
panneaux de bois 
sculpté de la lin du 
xviii' siècle, surles- 
quels ont été figurés 
en peinture le Châ- 
teau, Notre-Dame et 
l'église de Montsort. 
Ces panneaux.trou- 
vés par lui, dans 
une maison de Ja 
rue de l'Hospice, 
sont des représenta- 
lions fort curieuses 
de ces trois monu- 

, menls et constituent 

des documents de 
premier ordi-e. Il se- 
rait à désirer que 
des relevés précis 
en soient faits, car 
la reproduction par 

la photographie en est malUeureusementjmpossible. 

(1) Reproduit en tfte de Vlnvenlaire de» titres, papiers et fnaeiffnementa 
concernant la care a'Alençon en ijao, par iV' P, Bclard, IflîKi. 

(2) Nous avons publié daos le Bultetli) |1903, p. 9),"; une li)tért.'ssante 
cororoun[cation de M. l'alibé Dcsvnux ïur les^ curiosités conservées à 
l'Hôtel-Dieu. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE l'AVS D'aLENÇON 99 

En poursuivant notre route par la rue deSarihe, nous nous 
arrêtons un instant au numéro 14, chez M. Coureyeur, dont 
la demeure présente des baies dans le genre de celles de la 
Grande-Rue, mais plus riches, avec nervures flamboyantes 
d'un bel effet. L'escalier en pierre, du w" siècle, a été coupé 
au XVII* siècle dans sa partie inrérieure et toute la partie 
supérieure repose sur une poutre horizontale en bois. Si le 
temps ne nous pressait, nous pourrions noter encore bon 
nombre d'autres ha- 
bitations de style, 
peu connues des 
touristes, notam- 
ment 16, rue du 
Château et rue de 
la Barre, mais il 
faut se borner, car 
un fort groupe d'ex- 
cursionnistes doit 
nous attendre dans 
les environs de St- 
Léonard, où... une 
surprise, parait-il, 
leur est ménagée. 

Avant la cons- 
truction de la route 
de Fresnay, la place 
Saint-Léonard était 
le carrefour le plus 
animé d'Alençon, 

dont une partie se , ^ j j- w - i r-^-. 

•^ Ai,iîS(;oN, — Façade d une Maison rue du Chutcau. 

trouvait occu|)éepa r 

le cimetière. Après la Révolution, trois hallesy lurentélévées, 
couvertes en ardoise et composées d'un corps de logis et 
de deux ailes, avec fontaine centrale. Ces halles avaient 
remplacé les anciens étaux des boncliers et boulangers qu'on 
appelait les Etaux du Di.nanche, ou Haltes au Pain. Indépen- 
damment de ces étaux, les marchands avaient dans ce car- 
refour et dans les rues avolsinaiites des galeries ou auvents, 
appelés Porches, sous lesquels les chalands et promeneurs 



100 EXCURSION DANS LK MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 

pouvaient circuler à l'abri. La Grande-Rue, qui n'avait guère 
anciennement que cinq mètres de largeur et dont l'alignement 
devînt nécessaire pour la circulation des messageries et 
voitures publiques allant de Paris en Bretagne, était bordée de 
porches semblables du xV siècle, ce qui lui donnait un 
aspect des plus pittoresques (1). 



Alkncos. — Maison aux Arcades, Grande-Rue. 
Cliché tir M. J. Lfhoaeher, 

L'église de Saint-Léonard, dont le curé, noire aimable 
confrère. M, l'abbé Havas, nous fait tes lionneurs, n'a plus 
pour les archéologues beaucoup d'intért't i>ar suite des restau- 
rations important.'s qu'elle eut à subir, vers 1840, de la part 
de l'architecte, M. Dedaux, restaurations heureuses, hâtons- 
nous de le dire, qui se continuL-rent depuis, grAce au zèle de 
ses pasteurs, 

La primitive église fut entreprise sur l'emplacement, croit- 
on, d'un oratoire dédié à saint Martin (2), par les soins de 

<1) On peut encore remarquer l'un de ces porches dans l'épicerie qui fait 
le coin de la rue des [^mbarda. Ce porclic tut mis à découvert en 1901 
pour la réparation de la maison. Caché depuis par la dei'anture dn 
magasin, notre Société put du moins obtenir du propriétaire, M. Cliar- 
bonney, que les grasses colonnes caractéristiques fussent conservées et 
mises à découvert à l'intérieur. (Bail. rfM Amis des Monnmenls Omaie, 
1901, p. 197. — Les [>orclics d'Alençon, par René de la Noe, dans la Rtcut 
Normande el l'ercheronif, 189B, p, 315. — t*s Elaux, par G. Laoson, 
même Bévue, 189H, p. 150). 

(2) I..a sacristie occuperait l'emplacement de l'ancien oratoire. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 101 

René de Valois, duc d'Alençon, en 1489, et continuée par son 
épouse, Marguerite de Lorraine, qui l'affectionnait très parti- 
culièrement, Saint-Léonard ayant été considérée pendant 
longtemps comme paroisse du château. La pieuse duchesse 
y fit bâtir une chapelle sous le titre de Saint-Louis, près du 
chœur. On y remarquait les armes des ducs d'Alençon unies 
à celles de Lorraine, tant aux vitres qu'aux voûtes et murailles 
et aussi une petite cheminée dont la trace est visible encore, 
particularité qui s'explique par Thabitude qu'avait prise 
Marguerite de Lorraine, de venir assister de grand matin, en 
toutes saisons, aux mâtines et aux autres offices. 

Outre le spectacle édifiant de ses dévotions, cette église lui 
fut redevable de nombreuses libéralités, tant pour son entre- 
tien que pour Tembellissement de ses cérémonies. Elle alla 
jusqu'à lui abandonner son manteau ducal pour être converti 
en chappe. 

En 1560, les Huguenots pillèrent et ruinèrent Saint-Léonard 
qui ne garda que ses murailles. Paroisse à l'origine, elle 
devint succursale à la suite de ce vandalisme. Un vicaire 
amovible, à la volonté du curé de Notre-Dame, la desservit. 

Un second malheur vint l'atteindre en 1651. Le jour de 
Pâques, à l'issue de la grand'messe, la voûte, construite avec 
le lourd granit de Hertré, s'écroula. Elle fut remplacée long- 
temps après par un lambris de bois et dans les dernières 
restaurations par une voûte en plâtre (1). 

La communauté du Carmel, dont nous avons rappelé le 
souvenir en passant rue de la Juiverie, est aujourd'hui ins- 
tallée place Saint-Léonard, derrière l'église, dans un vieux et 
vaste logis que nous aurions grand plaisir à visiter si la 
clôture rigoureuse de l'ordre n'interdisait à tout profane, 
même archéologue, le moindre coup d'œil à l'intérieur. Le 
seuil, cependant, peut être franchi et l'accès de la cour 
d'entrée est autorisé. Les portes s'ouvrent donc devant les 
membres de la Société Historique de l'Orne et leurs amis qui 
témoignent d'un empressement vraiment singulier et quelque 

(1) Antiquaire de la ville d'Alençon on Factnm historique pour Végliae 
de Saint'Lt'Onard d*Alençon, par Lorphelin Chanfailly, 1685, réimprimé 
par M. de la Sicotière en 1868. — L'église Saiut-Léouard d*Alençon, par 
M. rabbé Hommey {Bull, de la^Soc. Hist. et Arch, de VOrne, 1887, p. 397). 



102 EXCURSION DANS LE MAINE Ff LE PAYS d'aLENÇON 

peu fébrile. Ce n'est pourtant pas cette partie moderne des 
constructions, ni même une amorce d'escalier en colimaçon 
d'une certaine allure qui attire leur curiosité ; ils cherchent 
autre chose : de Tinédit, de Tinconnu, du prodige. Quelques- 
uns ne vont-ils pas s'imaginer que le couvent n'aura pas de 
secret pour eux et que, plus heureux que bien d'autres, ils 
pourront à loisir contempler les restes importants de remparts 
qui bornent le jardin des religieuses ! Un instant ils peuvent, 
en vérité, le croire, car une seconde porte, celle-là intérieure, 
s'ouvre à deux battants, mais... la merveille la voilà, sous 
l'aspect de la plus jolie vieille Normande qu'il soit possible de 
rêver, assise au rouet, filant le chanvre, toute disposée, 
paraît-il, à nous causer du temps passé et à nous dire son 
histoire. EUle ne semble nullement émue de tant de regards 
fixés sur elle et son sourire aimable et accueillant ne se 
dément pas, lorsque des mains indiscrètes se portent sur sa 
robe de vieux linon ou sur sa coiffe en point d'Alençon. Il 
faut cependant y aller avec elle avec précaution et délicatesse, 
car si la belle dame n*est pas susceptible, elle réclame cer- 
tains égards. Tous, d'ailleurs, le comprennent aisément en 
examinant avec attention le merveilleux modelé de son 
visage et de ses mains où la vie semble circuler sous la cire et 
en énumérant les moindres détails de Thabillement recons- 
titué de façon irréprochable et le plus coquettement du 
monde. Tout est de l'époque de nos arriêre-grand'mères, 
étoffes, fichu, bonnet, anneaux d'oreilles, croix normande, petit 
fauteuil recouvert de toile de Jouy, rouet et fuseau, et c'est là, 
pièce unique, travail des carmélites d'Alençon, que nos 
aimables membres, M. et M"'*' Paul Romet, destinent au 
nouveau Musée de notre société. Ce don inattendu est accueilli 
avec la plus vive reconnaissance et le plus grand enthou- 
siasme et Ton ne sait qui féliciter le plus, ou celles qui ont 
conçu et exécuté un tel chef-d'œuvre, de leur admirable 
talent, ou ceux qui l'ont provoqué, de leur pensée si généreuse. 
En attendant, que la Normande puisse être reçue solennel- 
lement dans la salle qui lui est destinée, les objectifs se 
braquent sur elle, ce qui nous permet de donner dans ce 
compte-rendu une reproduction excellente et tout à fait 
inédite. 



I-a Normande du Musée de la Sociétc- — CUvhv de .W, Pifrre Oiraad. 



EXCURSION DANS LE MAIXK ET LK PAYS ÛALENÇOr; 103^ 



Il laul s'arracher poiirUuit aux charmes de l'apparition 
pour gagner par la porte de la Barre doiil nous contemplons 
la tour restée debout, et par les Promenades, la place d'Armes, 
où deux monuments nous retiendront un peu de temps : 
l'Hôtel de Ville, avec son Musée, et le Château. 

pFoni}ei}a<le?. fAU9ée, H^tel de Ville, GMÉeau, Sibliottr^que 

Les Promenades occupent l'emplacement du parc de l'an- 
cienne résidence des ducs d'Alençon. Ce parc lut abandonné 
à la ville par Louis XV, en 1774, et le premier arbre des 
nouveaux jardins Tut planté le 20 novembre 1784, au son des 
tambours et violons, dit la Chronique, Ce lieu agréable de 
rendez-vous pour les Alençonnais remplaçait une autre 
promenade que l'intendant, M. de Levignen, avait tenté de 
créer tout le long du Cours, en 1764, Des rangées de tilleuls, 
des bornes, des sièges y avaient été disposés, principalement 
du côté de la porte de Sées, mais l'idée eut peu de succès et à 
la mort de l'intendant, en 176(>, le tout fut rasé. 



104 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS DALENÇON 

La Mairie d'Alençon, en tant qu'institution, date de 147»S, 
mais rédifice qui lui sert aujourd'hui de demeure et orne la 
place d'Armes, est d'époque beaucoup plus récente. La 
Mairie fut, en effet, primitivement établie dans une petite rue 
qui aboutit dans la Grande-Rue, non loin de Saint-Léonard, 
et qui en a conservé le nom. Plus tard, on la transféra sur 
l'ancienne petite place du Palais, près le marché, au dessus 
de la Halle aux Toiles. En 1783, avec l'agrément de Monsieur, 
frère du roi, qui donna 20.000 livres, un bâtiment nouveau, à 
usage d'Hôtel de Ville, fut édifié sur l'emplacement de l'ancien 
Château. La première pierre en fut posée le 29 septembre, à 
dix heures du matin et dans la base du premier pilastre, à 
main gauche en entrant, fut placée l'inscription suivante, 
gravée sur cuivre : 

Le 29 septembre 1783, Messire Nicolas-Pierre 
Gamard, chevalier, conseiller du Roi en ses con- 
seils, auditeur ordinaire en sa chambre des comptes, 
conseiller de Monsieur, frère du Roi et du duc 
d'Alençon, en ses conseils, intendant de ses mai- 
sons, domaines et finances, a pose la première 
pierre de THôtel de Ville d'Alençon, au nom de 
Monsieur, frère du roi, suivant Tautorisation de ce 
prince dattéc de Brunoy du 4 août 1783, déposée à 
l'Hôtel de Ville d'Alcnçon. 

Bâti en arc de cercle, l'Hôtel de Ville actuel fait bon efïet 
sur la vaste place (1). Depuis 1857, il sert en outre d'asile au 
Musée de peinture, en attendant que des locaux mieux appro- 
priés permettent de mettre en valeur certaines œuvres et 
certaines collections vraiment dignes d'attention. C'est à la 
suite de notre confrère, M. Leboucher, premier adjoint de la 
ville, remplaçant le conservateur, M. Mary-Renard, empêché, 
que nous pénétrons dans les salles. Entre autres toiles, 
citons : 

Le Mariage de la Vierge, par Jouvenet (1691), provenant 
du collège d'Alençon. — La Trinité et V Assomption, attri- 
buées à Ph. de Champagne, provenant du Val-Dieu. — Le 

(1) UHôtel de ViUe et le Musée d'Alençon, par M. L. Duval (Norm. 
mon. Orne 1, 17). — Sur Vétablissement d'un Musée dans la ville d'Alençon^ 
par M. de la SicoUère, 1839. 



EXCLUSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 105 

Christ portant sa Croix, par Ribera, don de TEtal. — Lolh et 
ses Filles, attribuée au Dominîquin, don du comte Curial. — 
Le Mariage de sainte Catherine^ école du Pérugin, don de 
TEtat. — Nature morte, par Chardin. — Saint Bernard 
offrant la Communion au duc d' Aquitaine, par Restout (172^)), 
provenant de la Trappe. - Moïse recevant les Tables de la 
Loi, par Jollain (1780). provenant du Val-Dieu. — Portrait 
de Néel de Cristot, évêque de Sées, par Aved. — Combat de 
Chevaux, par Ach. Giroux. - Brume d'Octobre, Fin de 
Tempête, Falaise de Granville, par Lansyer. — Adoration des 
Anges, des Bergers et des Mages, par G. La Touche. — 
On attend le Parrain, par FZmile Adam. — La Mort du duc 
d'Enghien, par J.-P. Laurens, don de TEtat. — Charlotte 
Corday, par Jos. Court. — Le Naufragé, par Géricault. — 
Coucher de Soleil, par Français. — Portrait du comte Charles 
de Lasteyrie, par Ary Scheffer. — Chevaux à V Abreuvoir, 
par Veyrassat. — Le Denier de la Veuve, école hollandaise. 
— Moines en prières, par Mura ton. — Paul et Virginie, par 
Landon. 

Une Collection de Point dAlençon, donnée par M. Huignard 
et par M"'*^ Despierres. 
Des Dessins anciens, don du marquis de Chennevières. 
Un important Médaillier du célèbre graveur Chaplain, de 
Mortagne. 

Tout cela est disposé de façon bien désavantageuse dans 
ces pièces trop exiguës et sombres. Combien de ces peintures 
gagneraient à être isolées et mises en belle lumière ! Combien 
de ces objets, dont les vitrines sont encombrées, auraient 
intérêt à être classés et bien exposés ! C'est le souhait que 
nous formons en songeant à la Maison d'Ozé qui s'apprête, 
trop lentement à notre gré, à les recevoir. 

A deux pas de THôtel de Ville s'élève ce qui demeure du 
vieux Château ducsi\, restes encore imposants et importants, 
mais faible partie cependant de constructions vastes, puis- 
santes, dont le souvenir ne nous est plus conservé que par 
l'image et les Chroniques. Son histoire est connue (1). 

(1) O. Desnos, Histoire (VAlençon, 1787, I, 23. — Orne arch, et pilt., 
1845, 287. — Le Château d'Alençon, par M. L. Duval (Norm. mou. Orne, 1, 1). 

10 



106 EXCURSION DANS LE MAINK ET LE PAYS d'aLENÇON 

Ce sont les seigneurs de la maison de Bellènie qui en 
jetèrent les premiers fondements. Henri I'^'" roi d'Angleterre, 
lui octroya au xi*" siècle son donjon carré qui fut, au xiv% 
augmenté d'un étage et complété de quatre tourelles aux 
angles, par Pierre d'Alençon. Ce donjon subsista longtemps. 
En 1037, Marie de Médicis voulut le donner aux Jésuites, 
mais la Chambre des Comptes refusa Tenregistrement. La 
duchesse de Guise l'obtint pour elle-même. En 1712 on y 
enferma les prisonniers des campagnes de Flandre ; en 1724, 
les mendiants et vagabonds; en 1747, les régiments hollandais 
prisonniers. Il était alors dans un déplorable état, aussi 
songea-t-on à le démolir pour servir aux réparations de 
réglise Notre-Dame, après Tincendie de 1744. Le comte de 
RAnes, gouverneur, s'y opposa et, seul, le couronnement fut 
abattu. En 1770, le roi céda le Donjon, en même temps que le 
Château, pour y loger les juridictions, les finances et les 
prisonniers, à la charge de travaux considérables qui furent 
tel minés en 1775. Mais on eut la fâcheuse idée d'établir, pour 
diviser les étages, des voûtes d'un tel poids que les murs se 
lézardèrent et (jue i)cu d'années après, en 1786, on dut procéder 
à la démolition totale (1). 

Le pavillon d'entrée, qui subsiste, défendu par deux touis 
massives, (ut construit au xv*^ siècle, par Jean II, et modifié 
depuis. Le comble était orné de dentelles en plomb, et du 
centre s'élevait une lanterne à jour surmontée d'une aiguille 
dans laquelle reposait un lion. Il fut consumé par le feu en 
1714. La façade regardant le Donjon était décorée de quatre 
niches avec les figures de Pierre II, Marie de Chamaillard, 
Jean I**" et Marie de Bretagne, sa femme. Avant les trois rangs 
de petites fenêtres cintrées qui occupent l'intervalle des deux 
tours sur la façade extérieure, existait une immense fenêtre 
qui remplaçait elle-même d'étroites meurtrières et les longues 
rainures où passaient les chaînes du pont-levis. Ce pont-levis 
fut remplacé par un pont de pierre (2). 



(1) Le Donjon avait 122 pieds de haut, y compris les quatre tourelles, 
démolies dés 1773, qui avaient 14 pieds de haut et 8 de diamètre. Chaque 
face du Donjon mesurait 52 pieds de largeur. 

(2) Annuaire de VOine, 1842, p. 484. 



H 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 107 

Le Château étuil environné de fossés et de l'eau de la 
Briante et d'un mur d'enceinte garni de onze tours, entre 
autres la tour Giroie, démolle en 17S0, la tour Salée, qui 
servait de magasin à sel, et la tour Couronnée, que nous 
pouvons encore admirer. Elle est formée de deux tours super- 
posi^es, la première crénelée, de 19 mètres de haut sur 12 de 
diamètre, la seconde de 7 mètres de haut sur 11 de diamètre. 
Elle servit longtemps de logement aux capitaines et scuver- 
neurs, puis de magasin et enfin de prison. 



Ai.ENroN. — Entrée de l'ancien Chàleau. 

Une légende s'attache à cette lour qui a fait le sujet de 
maints récits et chansons (1) : 

A une époque très ancienne, la tour couronnée aurait été 
le séjour d'une jeune châtelaine, nommée Marie Ansoii. Cette 
dame, d'une rare beauté, était mariée à un de ces jaloux 
despotes du Moyen-Age, dont les passions ne connaissaient 
aucun trein. Compromise dans son honneur par de trom- 
I)euses apparences, la malheureuse châtelaine ne pouvait 
espérer de pardon. Condamnée au dernier supplice par son 
brutal époux, elle fut attachée à la queue d'un cheval indompté. 



108 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 

L'animal traîna l'infortunée dans tous les détours du parc 
d'Alençon et, suivant l'expression naïve de la romance popu- 
laire qui a conservé le souvenir de la légende : 

N'y avait arbre ni buisson 
Qui n'eût sang de Marie Anson. 

L'ordre de suspendre le supplice ne fut donné qu'au 
moment où la victime était près de rendre le dernier soupir. 
Alors le cruel mari tenta d'arracher à sa femme l'aveu de sa 
faute, et l'abusant par un déguisement sacrilège, réclama sa 
dernière confession à titre de ministre du Seigneur. Mais 
Marie Anson ne cessa de protester de son innocence et le 
remord pénétra l'àme du malheureux, juste expression de 
son crime. Depuis Marie Anson, la Dame du Parc, apparaît 
vers minuit, jette un cri de douleur et disparait. 

Une histoire plus véridique, mais non moins étrange, nous 
est rapportée. Dans cette même tour aurait vécu longtemps 
une fille désireuse d entrer chez les religieuses de « l'Ave 
Maria » qui ne purent la recevoir parce qu'elle avait été 
domestique. Elle se retira alors dans la tour, prenant Thabit 
du couvent et menant sa règle. Elle vivait d'aumônes qu'on 
lui portait. C'était sœur Catherine. Quand on voulut faire un 
magasin à poudre dans la tour couronnée, on lui loua une 
chambre dans l'Hérault où elle mourut en 1725 en odeur de 
sainteté. Son corps fut exposé dans la rue du Château où 
chacun coupait des morceaux de ses vêtements pour en faire 
des reliques et on l'inhuma au cimetière de Saint-Léonard, 
proche la grande croix. Sur sa fosse fut plantée une croix 
avec son nom . 

Le palais proprement dit habité par les seigneurs d'Alençon 
en temps de guerre était situé dans l'enceinte du château, au 
lieu appelé « les Hautes-Cours ». En temps de paix, ils rési- 
daient dans un autre palais situé dans le grand parc et qui 
fut détruit par Henri IV. 

C'est sur le sommet de la tour couronnée, où nous a conduits 
l'autorisation préfectorale et le gardien-chef de la prison, que 
nous échangeons tous ces souvenirs, reconstituant par la 
pensée les constructions disparues et embrassant du regard 
ce que fut la vieille cité d'Alençon. Le panorama est vaste, la 



EXCLUSION DANS l.K MAINE KT LE PAYS D ALENÇON 109 

vîile s'étend sous nos pieds et tout au loin la forêt d'Ecouves 
borne l'horizon, mais la situation sur les parapets ûtroîts et 
ajourés pour beaucoup d'entre nous qui ont l'horreur du vide, 
est périlleuse, et la descente s'opère assez promplement. 
D'autres s'attardent à hunier l'air pur des sotnmets élevés et 
c'est à grand'peine que le sifllet présidentiel rallie chacun 
sur la place. 

Nous voici cependant repartis en longue théorie vers la 
Bibliothèque où son conservateur, M. Richard, nous reçoit 
fort aimablement ne se contentant pas de nous ouvrir les 



portes de son sanctuaire, mais prenant la peine de mettre 
sous nos yeux ses |)l«s rares volumes et manuscrits, précieux 
souvenirs des abbaj-es de Saint-Martin de Sées, de Saint- 
Evroult. de la Trappe, de Silly, de Cerisy, du Val-Dieu ou du 
Chapitre de Sées. 

L'écrin lui-même est digne des trésors qu'il renferme, car 
se sont les célèbres boiseries du Val-Dieu qui encadrent les 
rayons, mais nous n'en dirons rien puisque nos savants 
conirères MM. Frédéric Duval et Félix Bcs[ ard en ont fait 
une étude spéciale ([ui suivra ce compte renc'u. 



110 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS b'aLENÇON 

La Bibliothèque occupe l'ancienne église du collège des 
Jésuites qui lut Fondé à Alençon jiar lettres patentes de 
Louis XIII, en 1620. Cette église fut édifiée » In On du xyii* 
siècle. Le 17 juillet 1679, le clergé de Notre-Dame vint en 
procession bénir remplacement et M"™ de Guise en posa la 



Alknçon. — Bibliollièque. — Ancieuur Chapelle du Collège. 

première pierre. La construction dura quatre ans ; le 18 sep- 
tembre 168;! elle était livrée au culte. Les cbroniqueurs de 
l'époque la louent grandement et signalent comme l'une de 
ses richesses un tableau de Pierre Jouvenet, représentant le 
Mariage de la Vierge (I), que l'artiste avait lui-même donné 
au père Le Rue, jésuite de grand renom h Paris, ^qui lui- 

(1) Aujourd'hui conservé au Musée de peinture. 



EXCURSION DANS l.K MAINK MT I.K l'AYS I)"a1.1£N(;i>N 111 

m^nie en fit don iiu collège (i'Aleiiçoii. A la Itcvolntion, les 
b;>tîinenls Tureiit eoiiv.'rtis en liosiiice el legiise (ut ]:nrti)gée 
en deux élages au iioyen d'un vaste plam-her. Le rez-de- 



Alknçom. — BiblioLbéque. — ClicM île M. Pift-ri- Giraui. 

chaussée servit de théâtre jusqu'au moment où le Maxée de 
seaîpture y fut installé ; te premier étage devint la Bibito- 
Ihèque (1). 



IVi KXCURSIUN DANS LE MAINE tT LK l'AYS D'aI-ENÇON 

' Sigiiaions dniis ce musée quelques-unes de ses curiosilés, 
(k'sliuées aussi à la maison d'Ozé : Statue de Catherine de 
Nogarel, dame de Joyeuse en marbre ; bustes de Béatrice, 
duchesse de Modène, du Docteur Desgenettes, par David 
<i"Aiigcrs, de Malherbe, par LeK'vre, AWlexandre Dumas fils, 
par Kil, Leroux, de M. de la Sicotière, pai- Denys Puecli 



Ai.KN'^ON, — Musée de Sculpture. — Cliché île M. J. Lfboacher. 

(moulage): moulages de l'œuvre tle Le Harivel-Du rocher, 
bas- reliefs provenant des ruines deThèbes, Ninive, Persépolis 
el Kliorsabad (estampages). 

A c-ôlé lie la gi-ande salle de travail a été ouverte, il y a 
quelques années, une autre salle très simple de décoration et 
de dimensions restreintes où ont été réunies les collections 
normandes et révolutionnaires léguées ii la ville par notre 



il'Ali-m-on. par M. L. Duval (Norm. tniin. Orne, I, 31). - .\otfs sur un 
tablrnu df Joiu-enet tippni li-nimt nit Maxrea'Alern'on, par M. dt Kobillard 
de Beaui'ppaire (Mém. de l'Aradémie de Caeii, 18(i4, p. 344-;j5."i). 



KXL'CItSlUN DANS LE MAI.VK KT 1-E !AYS DALEXÇON 113 

fondateur. C'est là que les érudïts ornais et les amis de 
M. de la Sicotière aiment à venir. Il y trouvent un peu de ce 
qui Faisait le charme du logis de la rue Marguerite de Navarre, 
raretés bibliographiques, livres souvent tetiilletésqui faisaient 
la joie de leur possesseur et de ses contrères, vieilles connais- 
sances qui parlent du disparu parce qu'ils furent les confidents 
de ses pensées. 

ppéfeeturc, Tribunal de Gon)n}ePce, Eglise Kotpe-Dan)e 

En sortant de la Bibliothèque nous rentrons dans le centre 
même de la ville par la place à l'Avoine où naquit Des- 
genettes (1) et par la grande rue du Cours, l'une des plus 



Alksois. — Hi'itel de la Préfcetuiv (aneicmie Iiilendoncei 

belles voies d'Alençon que l'intendant Levigncn, ainsi que 
nous le disions, avait eu la pensée de convertir en promenade 
pour les habitants. Elle longe extérieurement l'ancienne 
enceinte dont la trace se retrouve dans les jardins voisins et 
vient aboutir à l'emplacement de l'ancienne porte de Sées. 

Pour compléter notre visite il nous reste à voir la Préfecture, 
le Tribunal de Commerce et Notre-Dame. 

Par une laveur de M, le Préfet que nous apprécions vive- 
ment, les portes de sa résidence nous sont grandes ouvertes 

(1) Desifc nettes, le médecin de l'armée d'Egj'pte. serait né, ci-oit-on, en 
1762 au numéro 7 de cttti- place, dans une maison avec pavill on et premier 
étage en encorbellemenl. 



114 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 

et l'accès des appartements de réception nous est facilité. En 
son absence, son secrétaire particulier, M. Fromont, nous 
accompagne. Avant de gravir le grand escalier, un mot 
d'histoire était nécessaire ; M. le Président s'en acquitte et 
tous se groupent autour de lui. 

L'Hôtel, occupé aujourd'hui par la Préfecture, fut éle^é 
vers 1630, par M. Fromont de la Bénardièi"e, receveur des 
tailles. M"" Elisalieth d'Orléans, douairière de Guise, duchesse 
d'AIençon, désirant se réserver une habitation dans la ville, 
en fit l'acquisition en 1675 et dès son arrivée l'année suivante 
s'occupa de l'augmenter et de l'embellir. Elle y passait régu- 



Alençon. — Préfecture. ~ Cliché de M. de la Brelèehe. 

lièrement six mois de l'année. Elle mourut à Versailles en 
1696, et par son testament du 30 mars 1695 laissait sa demeure 
à l'Hôtel-Dieo de la ville, lui léguant en outre une rente de 
800 livres. 

L'Hôtel lut ensuite occupé par Louis-François Lallemant, 
comte de Levignen, intendant de ta généralité, moj'ennant un 
loyer de 600 livres. 

Les biens provenant de la saccesston de la duchesse de 
Guise ayant été donnés au domaiue du roi, par ordonnance 
du 7 juin 1748, Louis XV, deux ans après, l'abandonna Ji la 
ville d'AIençon qui en fil la demeure des intendants. Des 



EXCURSION DANS I.K MAINK ET I.E l'AYS o'Ar.ENÇON IIS 

réparations furent nécessaires: elles furent adjugées pour le 
prix de 22.426 livres. 

Sous l'intendant Jullien, d'importantes transformations 



Albnçon. — Tribunal de Commerce. — Cliché de M. Pierre Girand. 

eurent lieu. En 1766, l'Hôtel ne comprenait que le corps 
central (grand escalier et deux ailes adjacentes). En 1767, 
Jullien éleva le pavillon en retour, occupé aujourd'hui par le 



]1(» EXCLUSION KAN.-) I.K MA1M-: Kl I.K l'AYS UAI.KNÇON 

Conseil séiii'nil, et pour relier le iioiivenii |i»viIlon à celui sur 
la rue, il Ht conslruirr, en mîi, un liiilinuul comprenant une 
chiipelle cl diversis annexes. 



Cliciiiliiéc de la Salle d'Audience. - Clk-hè de M. l'ieriv (iirnud. 

Le pavillou tie 1767 caniprenail une gmnile salle à manger, 
un salon de compagnie, la cliambie <ie M""' l'Intendanle, un 



EXCLUSION DANS LK MAIM-; KT I.1-: l'AVS o'aI.ENÇON U7 

cabinet de repos, la chambre de MM"*"' Jullien, un cabinet de 
toilette el de bain, ilisiributiun qui n'a pas changé. Le devis 
de ces réparations s'éleva à 82.fti)!) livres 17 sols 4 denieis (1). 



<le la Salle d'«i 



C'est ce pavillon, le plus iiitéressatil de l'Hôlel, que nous 
sommes autorisés il visiter. Les décorations du s^tloii et de In 
salle à m iiiger ont été respectées. Elles sont d'un goût par- 

(1) Itap.Drt <l: M. Jean Saiiitret, architecte du département, au Conaeil 
général en l;ti;t. - L'Ililfl th la p ;■'--• -i--, pa- ?!. !. tîuv.il (Norin- 



118 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 

fait et de pur style. L'Holel ayant été classé récemment parmi 
les monuments historiques, d'importantes et excellentes 
restaurations ont pu y être faites, notamment sur la façade 
principale, dont Taspect a beaucoup gagné par la suppression 
de très fâcheux hors d*œuvres. 

Nous gagnons par un escalier dérobé la salle du Conseil 
général et la visite s'achève par le tour du parc où nous nous 
attarderions volontiers. 

Mais riieure avance et c'est un peu en courant que nous 
voyons le Tribunal de Commerce^ rue du Bercail, avec 
l'aimable autorisation de son président, M. Perrier. Cette 
charmante construction du xvi*^ siècle, avec sa tour octogone 
et son porche curieux, donna l'hospitalité tout d'abord au 
bureau des finances ou tribunal des trésoriers et grands 
voyers de France établi par un édit de Louis XIII, de mai 
16,%. La grande salle d'audience, décorée au xvii*^ siècle de 
boiseries sculptées et très fouillées, est une des curiosités 
d'Alençon. La cheminée accompagnée de deux cariatides qui 
supportent un fronton puissant où deux amours soutiennent 
un cartouche, est monumentale. Au centre, se trouvait jadis 
un portrait de Louis XIII ; il fut à la Révolution arraché et 
brûlé, La charpente du toit mérite une mention spéciale par 
sa conservation et son exécution qui simule si parfaitement 
la carène renversée d'un vaisseau. 

Du Tribunal de Commerce nous passons à V église Notre- 
Dame où M. l'archiprètre veut bien nous attendre ; ce sera 
notre dernière étape, non la moins importante par l'intérêt 
qui s'attache à son histoire comme à ses caractères architec- 
toniques. Si le fâcheux incendie de 1744 n'était venu la priver 
de son chœur et de son clocher contemporains de la nef, nous 
aurions aujourd'hui sous les j-eux l'un des monuments reli- 
gieux du diocèse les plus harmonieux et complets. L'adjonc- 
tion hélas! au xviii*' siècle dans le style lourd de l'époque de 
constructions massives en absolu désaccord avec la partie 
primitive produit l'efTet le plus déplorable et frappe de son 
incohérence l'œil le moins archéologue. Félicitons-nous tout 
au moins que la nef n'ait pas été rasée en cette même occa- 
sion et que nous puissions encore en admirer toute l'élé- 
gance, la délicatesse et la pureté. 



EXCl'RSION DANS LE MAIXK KT I.K PAYS d'aLENÇON 119 

L'église Nolrc-Daiiie aurait été édifiée au xv* siècle, sur les 
ruines d'un ancien prieuré de Bciu dictins, Tonde à la (in du 



Albnçon. — Kglise Notre-Dame. — Ciit-hi- de M. Pierre Uiraiul. 



13<) EXCLUSION DANS F.K MAINK KT I.K PAYS u'ALENÇO.V 

XI' sti-ok', par MM. (rAclu' l'ide Liirrey. (l)La nef fut élevée la 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 12Î 

première vers le milieu du xiv* siècle et terminée avant 
1444, par l'architecte Jean Tabur (1), à la suite du chœur des 
moines qui fut respecté, puis le bas-côté nord qui touchait au 
cimetière, ensuite le bas-côté sud pour lequel le prieur donna 
le terrain, du côté de la grange dixmeresse, et enfin le porche. 
Plus tard, Marguerite de Lorraine fit ajouter la chapelle du 
Rosaire ou de Madame. 

Dans la nuit du 2 au 3 août 1744, la foudre tomba sur la 
flèche, fort belle, paraît-il, qui couronnait l'édifice, et détrui- 
sit le chœur et la chapelle du Rosaire. Chœur et tour furent 
alors réédifiés aux dépens des habitants, sur les plans de 
l'ingénieur Perronet (2). Les travaux durèrent huit années, 
pendant lesquelles les ofiîces eurent lieu dans l'église des 
Capucins. Le 11 juin 1752, Notre-Dame était rouverte au 
culte et bénite par un grand vicaire de Sées. 

La nef subit des restaurations entre 18(52 et 1872 de la part 
de M. Arnoul. 

Le porche triangulaire, entièrement ajouré, à trois baies, 
est de beau style flamboyant. La Transfiguration y est figurée 
au dessus de l'arcade du milieu. Au centre le Christ, à ses 
côtés Moïse et Elie ; au dessous les apôtres Pierre, Jacques et 
Jean, ce dernier vu de dos. C'est l'œuvre de Jean Lemoyne, 
maître maçon et de ses gendres Jean Fleury et Benoist Hubelin. 
M. Dedaux, en 1847, y fit certaines réparations. 

MaUet (Nonn. mon. Orne, I, 41). — Portail et Vitraux de Xotrr-Dame 
dAlençon, par M™' Despierres, 1891. — Documents concernant V Eglise 
Notre-Dame (TAlençon, par M™» Despierres, 1890. — Chaire à prêcher 
dans V Eglise Notre-Dame cVAlençon, par M. Ruprich-Hobcrt (Bull, delà 
Soc. des ÂnUq. de Norm.. 1874, 118). 

(1) La première chapelle à droite en partant du chœur était la chapelle 
des Tabur et de ses descendants qui y avaient leurs sépultures. Elle fut 
depuis consacrée aux boulangers qui y placèrent leur patron, saint Honoré. 

(2) Cette inscription se lisait anciennement au haut de la voûte du chœur 
de réglise Notre-Dame d'Alençon, sur un carreau de marbre noir : 

t Cette église ayant été en partie brûlée par le feu du ciel, la nuit du 
2 août 1744, le rétablissement en a été achevé en 1750. Le chœur qui étoit 
trop petit a été augmenté de 24 pieds de profondeur et, pour que Messieurs 
les gros décimateurs ne fussent pas chargés d'un entretien considérable, il 
a été ordonné par un arrêt du conseil du 21 juin 1745, que la partie qui a 
été allongée resteroit à la charge des habitants qui ont fait poser la présente 
inscription et celle qui lui con^espond perpendiculairement à la voûte 
pour faire la séparation de ce qui sera entretenu et rétabli par Messieurs 
les gros décimateurs (les bénédictins de Tabbaye de Lonlay) à l'entrée du 
chœur, d'avec ce dont les dits habitans demeureront chargés, au bout de 
ce même chœur, 1750. » 



122 KXCURSION DANS I-K MAINK EN' LE PAÏS d'aLENÇON 

Le grand aulel, cii marbre, lu) procuré par l'inlendant 
de Levigiieii, Il est orné de quatre colonnes en inarbre rouge 
et de chapiteaux etcornicbes de bel ordre corinthien. Le centre 



Ar,KM_os. - roruhc de l-l-:(ilise Notre-Damp. 

était occupé pur une Descente de Croix reniplaccc en 171W par 
une Aiisoinjiliun du statuaire Tavcau. Le tout est couronné 
par un l)al(]a([uin soiilenu sur quatre consoles dorées. Au des- 



kxcuhsion'dans i.e MAIM-: i:t I.1-: i>avs ii'At.i;Nt;oN 123 

sous de l'autel se trouve le caveiiu q«rscivil <lc sépulliirc à la 
Maison d'Alençon et ijui reiiffinie, croît-on, entre autres 
corps, ceux de René de Valois, de Charles '.V, son fils, et de 



124 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 

Jean de Navarre, fils unique de Henri IL Leurs lombes 
auraient été constatées lors de l'ouverture du caveau en 1649, 
1673, 1675, 1676 et 1749. 

Dans réglise et sur le même emplacement, Marguerite 
de Lorraine avait fait élever à son époux René un mausolée 
-en albâtre. Au moment de la reconstruction du chœur, 
M. de Levignen le fit transporter dans une chapelle préparée 
à cette intention, près l'autel de la Vierge. On y avait joint un 
grand marbre, en forme d'inscription, sur lequel étaient 
rapportées les causes de cette translation (1). Mais le 8 sep- 
tembre 1792, ce monument fut détiniit par une armée révolu- 
tionnaire venue de Bretagne qui brisa beaucoup d'autres 
choses à Notre-Dame et ailleurs. 

L'une des plus belles œuvres d'art de Notre-Dame est la 
chaire. Construite en 1536, elle est de pierre blanche à sujets 
en reliefs du Nouveau Testament, L'escalier est pratiqué dans 
l'épaisseur du pilier contre lequel elle s'appuye et qui fut percé 
à coups de ciseau. L'abat-voix et le dossier furent ajoutés en 



(1) Voici cette inscription : 

« Ce mausolée de Monseigneur René de Valois, duc d'Alen^'on, mort en 
1492, et de Madame Marguerite de Lorraine, son épouse, étoit ancienne- 
ment placé sur le caveau de la sépulture de ce prince, situé au milieu du 
chœur de cette église, mais la duchesse, son épouse, n'3' a pas été inhumée. 
Sa sépulture est dans l'église de l'abbaye de S'* Claire d'Argentan, qu'elle 
avait fondée en 1517, où elle se fit religieuse en 1519. Monseigneur 
Charles IV de Valois, duc d'Âlençon, leur fils, décédé en 1524 à Lion, a eu 
■aussi sa sépulture dans ce même caveau sous le chœur, à côté du prince 
son père ; ainsi que Monseigneur Jean d'Albret, mort en 1530, âgé seule- 
ment de 5 mois et demi, fils de Henri II, roi de Navarre et de Madame 
Marguerite d'Orléans, son épouse, sœur de François I'% roi de France ; 
laquelle étoit veuve en première noce de Monseigneur Charles IV, de Valois, 
xluc d'Alençon, cy-dessus. 

« Ce mausolée de Monseigneur René de Valois fut changé de place, lors 
de la reconstruction de cette église ; et après avoir été placé d'alK)rd au 
milieu du chœur, ensuite au côté gauche du chœur entre deux pilliers, en 
dernier lieu, après que cette église fut incendiée en 1744 par le feu du ciel, 
il a été transporté dans cette chapelle prés l'autel de la Vierge^ parce que 
la disposition de la nouvelle réédification ne permettoit pas de le laisser 
entre ces deux pilliers. Ce changement fut fait en conséquence d'un brevet 
de permission du roi Louis XV, du 5 mai 1747, dont l'exécution a été 
renvo3'ée à M. Louis François Lallemant, chevalier, comte de Levignen, 
maitre des requêtes de l'hôtel du Roi et intendant de la généralité d'Alen- 
çon, par les Foins duquel la plus grande partie de cette église a été recons- 
truite et qui a procuré aux habitans le maitre autel, à quatre colonnes de 
marbre, le sanctuaire et les fonts baptismaux ». 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 125 

1765 (!). D'après une tradition, cette chaire serait Fœuvre 
d'un prisonnier, qui l'aurait faite pour sauver son existence. 
Ce qui est plus certain, c'est que l'illustre Bourdaloue, 
professeur au collège des Jésuites d'Alençon, y prêcha. 

Le huflet d'orgue est également remarquahle. Il fut construit 
par un facteur nommé Verdier en 1537, mais restauré à 
diverses reprises en 1652, 1720, 1847 et 1873 (2). 

Si nous avons à déplorer la disparition de l'ancien chœur, 
il nous faut aussi regretter la destruction des verrières du 
XIV* siècle, au moment de ce même incendie de 1744, qui 
ornaient les fenêtres des bas-côtés et qui représentaient des 
traits du Nouveau Testament. Cette suite, à en juger par un 
fragment très important, découvert dans l'une des verrières 
de la nef, lors des dernières restaurations, eût été pour 
Notre-Dame une richesse d'art incomparable et une beauté 
de plus et nous n'aurions pas à leur place cette série regrettîible 
de vitraux modernes dont le coloris et la facture jurent si 
cruellement avec les verrières de la nef. 

Ces verrières qui occupent dix grandes fenêtres viennent du 
moins adoucir ces regrets tant elles olîrent d'intérêt et 
d*admiration au visiteur. C'est entre les années 1527 et 1543 
qu'elles furent exécutées par un Suisse. Elles représentent des 
scènes de l'Ancien Testament, ainsi réparties : 

A gauche : 

I. Création. Sommeil d'Adam. Naissance d'Eve. 

II. Tentation. Fuite du Paradis. Mort d'Abel. 

III. Sacrifice d'Abraham (3). 

IV. Passage de la Mer Rouge (4). 

(1) Sur une plaque de plomb enfermée dans l'abat- voix on lit cette 
inscription : 

« La présente chaire a été réédifîée et remise dans un état plus décent 
par les soins de Maître Henri Loiseleur, curé d'Alcn(^*on, de Messieurs Pierre 
Toussaint, Jacques Paillard, écu3'er, s>' de Chenay, marguillier d'honneur 
et Gaspard Brisard, marguilier gérant de l'église de Notre-Dame de cette 
vUle. La sculpture par M* Aubineau, la menuiserie par Jacques Foncet 
Mesnil, la dorure par Jean Le Queu, dit Verdure, et François Hélène 
Dubourg, son neveu, en i'an 1765 ». 

(2) Madame G. Despierres a publié le devis de construction {Journal de 
rOrne, 1888) qui fut commandé à Gracin de Cailly et Simon Le Vasseur, 
organistes et faiseurs d'orgues. 

(3) Œuvre de Michel Fourmentin, 

(4) Donné en 1535 par Félix de Brie, abbé de S. Evroult. 



ia> ;..\t:riiSltlN DANS l.H MAIM-: ET 1,E PAYS d'aI.ENÇON 

V. Serpent d'Aîraîn. 
A droite : 

I. l'résciitalion de la 
Vierçe. 

[i. Miiriage de la 
Vierge. 

III. Notre-Dame de 
ritié. 

IV. Aii]ionciation{]) 

V. Assomption (2). 
Au dessus de l'orgue 

une onzième verrière, 
donnée en 1511 parla 
Confrérie des Tan - 
neurs, occupe la gran- 
di'ouverture du pignon 
L'arhre de Jessé y fi- 
jîure ; deux petits pan- 
neaux représentent , 
lun. des cordonniers 
dans une modeste 
éclioj)pe qu'orne une 
statuette de l'Amour, 
l'autre, des tanneurs 
entourant une cuve et 
des bourreliers façon- 
nant une selle. 

Ces vitraux, dont on 
ne saurait assez louer 
l'ordonnance, l'éclat, 
la composition et le 
dessin viennent de su- 
Ai.Esr.oN. - Chaire Je Noire-Daine. bir.gràceaux sacrifices 
'cik-hé de M. riri-re (Uraïui. que la Ville a su s'im- 

poser et Ji la 'partici- 
pation de IKtal une restauration des plus intelligentes et heu- 

(1) l'ar He]tliiii;.l)uvo1, 15;!1. 

(2) Dû à l'ierre Foiirmentiii, 1530. RelaiteapartiL- en 1840. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 127 

reuses. Le travail confié à MM. Anglade, Socard et Tourne!, 
peintres-verriers, vient de s'achever et il donne pleine satis- 
faction. Nous ne pouvons mieux faire, pour bien montrer leur 
importance, que de consigner ici les réflexions qui nous ont 
été si gracieusement soumises par Tun des artistes, M. Tour- 
ne!, et dont communication fut donnée au cours de notre 
visite : 

« Les sujets des vitraux de la nef de Notre-Dame d'Alençon 
accusent un programme double et un peu décousu. 

« A Test et au nord, ils se rapportent à Notre-Dame : 
Naissance de la Vierge, Arbre de Jessé, Présentation de Marie 
au Temple, Mariage de la Vierge, Notre-Dame de Pitié (sujet 
qui rompt Tordre chronologique), TAnnonciation et la Visi- 
tation, la Mort de la Vierge. 

« Au midi, les sujets sont tirés de l'Ancien Testament. 
Ce sont la Création, la Tentation, l'Expulsion du Paradis, 
les Premiers Travaux d'Adam et d'Eve, le Meurtre d'Abel. 
Ensuite vient le Sacrifice d'Abraham, préfigure de la Rédem- 
ption, puis la verrière de Moïse ; le peintre-verrier a pris 
comme sujet principal le Passage de la Mer Rouge, mais peut- 
être dans la pensée du donateur, et quant au programme 
religieux, le Moïse qui reçoit les Tables de la Loi avait-il 
autant et plus d'importance, enfin le Serpent d'Airain continue 
l'Histoire de Moïse, et représente aussi une préfigure du 
Christ Rédempteur. 

« Ces vitraux sont l'œuvre de plusieurs peintres-verriers. 
L'échelle des personnages, le style et le caractère d'exécution 
sont assez diflërents d'une fenêtre à l'autre. Ce sont des 
œuvres originales, et je n'ai pas trouvé de figures empruntées 
aux gravures ou peintures contemporaines, chose assez 
fréquente dans les verrières du xvi*' siècle. Quelques figures de 
la Présentation de Marie au Temple et d'autre part du Serpent 
d'Airain m'avaient d'abord paru se rapprocher de types connus 
mais je n'ai pu les retrouver ailleurs. 

« Les deux premières fenêtres du côté nord. Création, 
Histoire d'Adam et d'Eve, sont très belles. Les compositions 
sont très silhouettées et bien lisibles, d'un beau dessin, de 
style raphaëlesque. Cependant, on peut observer que les 



128 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'aLEXÇON 

corps nus présentent des extréniilés, bras et jambes, alourdies 
et massives. Le dessin eût gagné en élégance à avoir des 
formes plus dégagées et plus minces. Faudrait-il en conclure 
que Tartiste, auteur des cartons, connaissait insuffisamment 
la technique du vitrail, et que le peintre-verrier, simple 
■exécutant, a respecté scrupuleusement le dessin, en mettant 
le plomb en dehors de la forme, ce qui a contribué à 
l'alourdir ? C'est une hypothèse. 

« Ces deux verrières sont très remarquables par leur 
ordonnance et la finesse de leur coloration : on peut s'arrêter 
à de beaux morceaux, l'Eve de la Création, le groupe d'anges, 
les animaux, et dans la deuxième fenêtre le chérubin aux 
carnations rouges qui est d'un beau style. 

« L'exécution est très particulière par l'emploi, pour les 
draperies blanches, d'une grisaille transparente. Les grisailles 
employées par les peintres-verriers pour la peinture des traits 
et du modelé sont des couleurs noires, brunes ou rougeàtres 
à base d'oxyde de fer ; ici, le peintre-verrier a eu ce raflîne- 
ment d'employer pour les blancs une grisaille blanche, une 
sorte de terre épurée, qui donne un modelé gras et nacré, 
sans opacité et sans traits noirs. M. Henry Coulier, peintre- 
verrier, m'a dit que Philibert Delorme rapporte que Jean 
Cousin peignit les vitraux de la chapelle du château d'Anet 
avec une grisaille blanche. Je n'en connaissais pas d'exemple, 
et ces deux verrières d'Alençon, très probablement antérieures 
aux vitraux d'Anet, sont précieuses par celte particularité. 

« Les vitraux du château d'Anet out disparu, je crois. 
Ils représentaient, d'après Lenoir qui les avait recueillis dans 
son Musée des Monuments français : la Prédication du Christ 
dans le désert, Abraham rendant à Agar son fils, et la bataille 
gagnée contre les Amalécites par les Israélites, sous la 
conduite de Moïse. 

« La verrière suivante d'Alençon, le Sacrifice d'Abraham, 
est une composition un peu lâche dans un trop grand cadre. 
L'architecture présente une ornementation très riche. 

« Le passage de la Mer Rouge est d'une composition lourde 
et qui donne de grandes parties décolorées. 

« La verrière du Serpent d'airain est absolument remar- 
quable par sa chaude coloration, et par d'autres qualités sur 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 129 

lesquelles je veux m'étendre. Cesl une œuvre de peintre, qui 
s'étale de bord à bord du fenestrage, coupée par les meneaux, 
et sans cadre d'architecture. C'est bien le type du vitrail de la 
Renaissance, critiqué par Viollet-le-duc : c'est un vitrail- 
tableau. 

« Cependant ce vitrail a des qualités excellenles, des qualités 
bien verrières et de bonne technique. 

« Les vitraux de la Renaissance ne sont pas des tableaux : 
ils en diffèrent par la composition, par la coloration et par 
la facture. Ici, la composition est très lisible, conçue décora- 
tivement pour concentrer l'attention sur la figure de Moïse et 
sur le serpent en croix, tout en dispersant l'intérêt partout 
et sur chaque panneau : il n'y a qu'un seul sujet, mais toute 
la surface est garnie ; Tœil peut vagabonder comme devant 
un vitrail légendaire, à plusieurs compositions. 

« Le dessin n'est pas extraordinaire, il est assez bonhomme, 
dépourvu d'emphase ; les mouvements sont calmes, et à part 
les deux personnages couchés, les figures restent chacune 
dans sa lancette ; il y a là certainement la volonté de ne pas 
contrarier l'architecture et les divisions des meneaux de 
pierre. 11 faut observer que la perspective est tout à fait sim- 
plifiée. Les personnages, la foule des Israélites ne forment 
qu'un seul premier plan, à la fois compact et ajouré. 

« Les arbres, les tentes et quelques petites figures forment 
un second plan, à une distance indéterminée, et sont là avec 
un paysage lointain pour meubler, d'une façon plaisante, 
la partie haute des lancettes. 

« Ce vitrail diffère encore d'un tableau en ce qu'il n'y a pas 
de noir, pas de parties opaques, pas de mise à l'efTet. 11 y a 
un effet, certes, mais obtenu par les taches de coloration. 
Cette coloration est constituée de peu d'éléments, par une 
habile répartition de belles couleurs en nombre assez restreint : 
ce sont les mêmes couleurs qui sont semées dans tout le 
vitrail, d'où résulte une sorte de sobriété dans une gamme 
chaude de rouge et de jaune. Les costumes contemporains, à 
crevés, donnent une note pittoresque : le seigneur à grande 
barbe, coiffé d'un chapeau à plume, pourrait être un portrait. 

« Revenant à la coloration, je signalerai de beaux rouges 
dégradés, des rouges veinés dans les costumes et les tentes. 



130 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 

et surtout des bleus gris merveilleux, qui, coupés de nuages 
blancs, sufïîsent à décorer — et à peu de frais — tous les 
panneaux des tympans. 

<( Les deux premières verrières du côté Nord — Présentation 
de Marie au Temple et Mariage de la Vierge — paraissent 
traitées plus lourdement. Je ne les ai pas revues en place, ni 
la Pieta. Je crois que mon confrère, M. Socard, rédigerait 
volontiers une note sur ces vitraux. Des panneaux presque 
complets d'une Adoration des Mages du xv*^ siècle étaient 
dispersés dans les tympans et les panneaux droits de deux 
fenêtres. C'est une heureuse trouvaille, car l'exécution en est 
très belle et précieuse. Il tant souhaiter que ce vitrail soit 
reconstitué et placé dans une fenêtre basse de l'église, parce 
que le dessin expressif des têtes, la facture délicate demandent 
à être examinés de près. 

« Le vitrail représentant rAnnonciation et la Visitation est 
d'une belle tenue. 11 est conçu et exécuté un peu en dehors 
des traditions. Alors que d'ordinaire, les peintres-verriers 
meublent le vitrail de détails et d'accessoires, coupent les 
draperies de revers, de galons, de bordures de perles, pour 
avoir un effet plus riche et pour diviser les surfaces, ici, on 
trouve de grandes draperies d'un seul ton, des placards de 
même couleur ; le sol est blanc, blanches aussi les architec- 
tures d'encadrement et les architectures des palais des fonds. 

« Cependant, le vitrail ne paraît pas pauvre. Les blancs 
sont nacrés, le ciel bleu est très fin, les draperies sont riches 
et joliment nuancées. 

« Les silhouettes des figures sont lourdes, le dessin et 
l'exécution ont un caractère délicat et timide, de grande 
distinction. On rencontre d'ordinaire, pour les vitraux de 
clair-étage, placés à une assez grande hauteur, une facture 
plus brutale, un dessin accusé, des traits fermes. Ici, le 
peintre-verrier a une exécution de miniaturiste, faite à petits 
coups de pinceau, sans énergie, semble-t-il. Et le résultat est 
excellent, parce qu'il n'y a pas une facture, un procédé pour 
faire un vitrail, ni des principes de composition absolus aux- 
quels on doive rapporter toute technique. L'artiste qui travaille 
avec sincérité, selon son tempérament, apportant des qualités 
propres, fait une œuvre plus imprévue et plus attachante. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 131 

« Les panneaux inlërieurs devaient représenter autrefois 
un soubassement d'architecture analogue à celui de la 
verrière voisine — la Pieta — avec des inscriptions, des 
cartouches et une riche inouluration. Les panneaux actuels 
sont une fâcheuse restauration, répétant six fois le même 
indigent motif d'ornementation. 

« La dernière fenêtre représente la Mort de la Vierge. Tous 
les tympans et moitié de la surface des panneaux droits sont 
modernes. Dans bien des cas, Tœuvre des peintres-verriers 
sera maintenant de restaurer les restaurations : il a fallu se 
borner ici à faire le minimum de changements. 

« Les morceaux anciens sont en tous cas d'une facture très 
inférieure à celle des autres vitraux de l'église. Comme dessin 
et comme exécution, c'est de la camelotte du xvi^ siècle, un 
travail expéditif et sans recherche, tout à fait bâclé ; c'est 
néann:oins un ouvrage de peintre, et de peintre-verrier, 
conservant de l'intérêt pour nous par quelques qualités 
traditionnelles, les belles couleurs, le luxe des vêlements 
damassés, un métier assez vigoureux et fier, quand l'artiste 
a pris le temps de dessiner. 

« Dans la troisième lancette, on voit le Christ qui assiste 
à la mort de sa Mère, au milieu des Apôtres : il a le torse nu, 
il est revêtu d'un manteau violet-bleu ; il bénit de la main 
droite. Dans la dernière lancette, saint Thomas, venu trop 
tard, après les funérailles, reçoit d'un ange la ceinture de la 
Vierge ; ayant ce gage, il ne doutera plus de l'Assomption de 
la Mère de Dieu. 

(( L'inscription : Aquœ nniUœ non poiueviint exiinguere 
caritateni est assez singulière. Est-ce une allusion au voyage 
des Apôtres auparavant dispersés au-delà des mers, et 
miraculeusement réunis pour donner à la Sainte Vierge un 
témoignage de charité et d'amour ? ou ce texte comporte-t-il 
une autre explication? 

« Le féneslrage des verrières présente deux types de tym- 
pans, alternés. Les peintres-verriers ont été un peu gênés 
pour garnir de sujets tous les à-jours de ces tympans, en trop 
grand nombre et trop uniformes. J'ai déjà signalé le ciel bleu 
coupé de nuages qui couronne la verrière du serpent d'airain. 

« Dans la Présentation de Marie au Temple, les tympans 



132 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 

sont occupés par un énorme dôme d'architecture à écailles. 
Au-dessus du Passage de la Mer Rouge, ils continuent 
l'Histoire de Moïse. Dans la plupart des fenêtres, les peintres- 
verriers ont représenté un concert céleste, et ils ont respecté 
la construction et la forme des panneaux de tympans, en 
disposant un ange dans chaque compartiment, sans le faire 
dépasser dans le panneau voisin. Ils ont été évidemment em- 
barrassés par ces fénestrages trop importants et trop divisés, 
mais ils ont eu complète liberté de composer les vitraux 
à leur gré, sans trop, semble-t-il, s'être mis d'accord entre 
eux. 

« Les verres employés sont en majorité des tons plaqués à 
plusieurs couches. Ce procédé de fabrication, usité au xv*^ et 
au xvi*' siècle, donne des tons composés (pourpres, verts, etc.) 
nuancés et vibrants. 

« Les verres ont malheureusement été très attaqués par 
Teau de condensation qui les ronge, surtout sur les bords des 
pièces, et laisse un dépôt très noir, auquel on ne peut 
remédier. » 

Nous n'ajouterons rien à ces lignes ; elles sufTisent ample- 
ment à préciser la valeur de ces verrières et à confirmer tout 
l'intérêt que présente leur étude. 

Que dire de plus d'Alençon sinon souhaiter une monogra- 
phie spéciale, dont les éléments sont tout prêts, mais disper- 
sés. Nous n'avons fait que résumer les grandes phases de son 
existence et noter ses richesses en touriste curieux ; quel- 
qu'autre, nous Tespérons, se fera son historien. 

II est bientôt midi lorsque nous nous retrouvons tous, après 
ce tour de ville un peu rapide mais à coup sûr intéressant, 
sur la place Lamagdeleine, notre point de départ. En hâte, 
car nous nous savons désirés au logis si hospitalier de Bois- 
bulant, nous nous installons dans nos grandes voitures et 
nous quittons Alençon par le faubourg de Lancrel. 

BOISBULANïï^ 

C'est à la Dormie, en Valframbert, que naquit, le 3 février 
1812, Léon de la Sicotière et c'est à peu de distance de cette 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 133 

demeure, berceau aussi de notre Société par son fondateur, 
que le baron et la baronne de Sainte-Preuve eurent la pensée 
délicate et heureuse de nous recevoir, au vingt-cinquième 
anniversaire de notre existence. 

Nul lieu ne convenait mieux pour évoquer le passe et les 
souvenirs intimes qui s'y rattachent pour nous ; aussi la 
réunion fut-elle ce qu'elle devait être, une réunion toute de 
famille, sorte de prologue à la séance plus solennelle de 
raprès-midi. 

La route est vite franchie entre Alençon et Boisbulant et 
nous arrivons à Theure militaire devant le perron du château. 
A peine avions-nous mis pied à terre que la plus charmante 
apparition nous arrête. Une normande est devant nous, 
accorte et gracieuse, et nous croyons rêver en contemplant, 
après celle du Carmel, cette nouvelle restitution impeccable 
des vieux costumes Alençonnais. Mais ce n'est plus la vieille 
de ce matin, si séduisante pourtant dans son mutisme 
obstiné ; c'est la jeunesse et la vie qui vient à nous, qui nous 
fait la révérence et nous débite en bon patois, à l'adresse de 
^me Tournoiier, ce gentil compliment, accompagné d'un gros 
bouquet : 

« Bonjou, bonjou, tertous 

« Ah I vous v'ia pas moins arriveu, javas toujou peu que 
je n'veniez point !... 

« Lé veuilles gens y disant com'ça qu'dans l'temps passeu, 
y Tsant dé têtes aux grand' dames qui v'nant lé vas. 

« J'm'y songis, non de d'ià... pisque nout' grand'père y 
n'nuisit point à iestablir vont p'tite socieuteu, qui l'avant mis 
président tout comme vouf bourgeois. 

« Mei itout jvoulas faire queuque chose. 

« C'est point que si biau (le bouquet), mais nona fait c'quon 
nona pu et ce d'bon cœur pour seur. » 

La jolie normande, ou plutôt M"*' Antoinette de Lavererie, 
est acclamée à détaut du patois qui nous manque, même aux 
plus érudits, pour répondre comme il convient à semblable 
harangue. Nous ne quittons plus des yeux le petit bonnet qui 
se trémousse dans la foule archéoloqique et c'est lui qui nous 
introduit au salon où les présentations se font alors en règle 



134 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 

aux accueillants maîtres de maison. M. et M"**= de Lavererie, 
le comte et la comtesse de Massol, M. et M"** Fred. de Sainte - 
Preuve, la comtesse d'Angély, sont là pour nous recevoir 
avec eux. 

Peu après, au nombre de soixante-treize, nous nous trou- 
vions réunis sous un immense hangar converti magiquement 
en salle à manger et décoré de la façon la plus heureuse. 
Le petit bonnet est toujours là, jetant une note joyeuse sur 
nos habits sombres et monotones et animant de son entrain 
la gravité des savants. On lui redemandera tout à Theure son 
compliment qui sera de nouveau chaleureusement applaudi. 
En attendant le Président se lève et parle ; 

Toa^t de M l^OU^NOUE^ 

Madamk, 

Depuis sept années que nous recueillons pieusement les souvenirs 
du passé qui parlent le plus à notre cœur de Normand ou de 
Percheron, il n'est pas d'instants meilleurs que ceux où nous 
pouvons évoquer la mémoire de ('.onfrcres rej^rettés dont le 
concours a puissamment aidé au développement de notre Société, 
et, lorsque ces Confrères se trouvent avoir été les initiateurs 
nu mes de Tceuvre que nous poursui\ons, desquels nous tenons 
notre vitalité et nos traditions et dont l'influence heureuse se fait 
toujours sentir au milieu de nous, il nous incombe envers eux un 
devoir très doux de reconnaissance. 

Il y a six ans, notre passa j^e à La Ferté-Macé nous permettait de 
faire revivre, jjrès de Saint-Maurice, la noble et attachante physio- 
nomie, l'esprit essentiellement délicat et littéraire de Gérard 
de Contades, Tami enlevé si tôt à notre alléction. Deux ans plus 
tard, c'est à La Lande que nous portions un honuiiage bien du au 
vaillant Président qui tint d'une main si terme notre gouvernail, 
donnant une impulsion forte à nos travaux, se prodiguant pour 
nous à toute occasion, nous communiquant avec sa joyeuse 
humeur son ardent amour de la terre normande ; de cette journée 
il nous souvient toujours. 

Et maintenant, en cette 2;> année d'existence, qui marque la pre- 
mière étape dans la vie de notre Société, vous avez voulu. Madame, 
que notre pensée s'altachàt davantage h celui que nous pouvons nom- 
mer le chef de notre grande famille historique et, digne fille d'un tel 
père, héritière de ses qualités bienveillantes comme de son intelli- 
gence pourleschosesdu passé, vous nousavez attirés près du berceau 
de la Dormie afin que nous trouvions là, dans ce lieu privilégié, 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 135 

le souvenir plus vivant de rhomiue bon que nous n'avons cessé de 
vénérer et que nous ne cessons de pleurer. Si Dieu avait daigné 
prolonger son existence, si longue déjà pourtant et si bien remplie, 
jusqu'à ce jour, il eût éprouvé une de ses plus douces joies, sans 
doute, en voyant grandir sa chère Société dans le même esprit 
d'union et d'affection. Mais il en avait l'assurance lorsqu'il nous 
quitta, laissant à la digne compagne de sa vie et de ses travaux le 
soin de veiller sur elle, et c'est leur pensée à tous deux qui préside 
à cette réunion, bien telle qu'ils l'eussent désirée. 

Tout à l'heure nous dirons à nos compatriotes, à beaucoup de 
ceux qui l'ont connu, ce que fut pour nous Monsieur de la Sicotière 
et le rôle prépondérant qu'il joua dans le grand mouvement 
historique normand, mais c'est ici surtout que nous le retrouvons 
tel que nous aimons à nous le rappeler, accueillant pour tous, 
prodigue de ses conseils et de son érudition, sans étalage ni vanité, 
conciliant et indulgent et cependant ferme dans ses décisions 
comme dans ses convictions, vrai président et véritable ami. 

Pour moi, je ne puis me souvenir sans émotion des causeries 
charmantes que nous échangions soit à la Bibliothèque du Sénat 
où ses collègues admiraient Pendurance de ce travailleur infatigable, 
soit rue Marguerite de Navarre dans le sanctuaire préféré, ouvert 
à tous. Ni l'un ni l'autre, nous ne nous doutions guère alors que la 
Société Historique établirait entre nous un lien plus étroit et, si 
l'on m'eût dit que j'aurais l'insigne privilège de succéder à tant de 
valeur, je me serais défendu de tant de présomption. 

C'est aussi un grand honneur pour moi. Madame, de réunir 
autour de votre table hospitalière des Confrères qui sont les vôtres. 
Merci, ainsi que Monsieur de Sainte-Preuve, de votre accueil si 
particulièrement affectueux et confraternel. Merci de nous avoir 
rappelé que vous êtes le trait d'union entre le passé et le présent 
de notre Société. 

A cet hommage, M. le Curé de Damigny, au nom de notre 
Secrétaire général, retenu loin de nous par un deuil cruel, 
tient à en ajouter un autre et il le fait en termes des plus 
délicats, très goûtés : 

l^oa^t de M. l'abbé DESVAUX 

Madame, 

Il vous souvient de la première excursion de notre Société. 
En ces temps héroïques, seule, vous aviez osé risquer l'aventure 
d'un voyage en la compagnie de ces archéologues, qu'un public 
irrévérencieux se représente comme gens passablement originaux^ 
quelque peu maniaques, complètement... parcheminés t Depuis, 

12 



136 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'ALENÇON 

votre bon témoignage nous a acquis l'appoint de grâces charmantes 
et d*un juvénile entrain. 

En ce premier jour de l'enquête scientifique, qui se poursuit 
depuis sept années, nous lisions ensemble Tinscription bien connue 
de la tourelle de Courboyer : Musarum domus hujusque domi 
generi. C'est ici la maison des muses et du gendre d'un maître. 
Traduite ainsi largement, il me semble qu'elle s'appliquerait avec 
moins de prétention et plus de vérité à l'aimable logis, qui nous 
donne à cette heure tant délicieuse hospitalité. 

Au temps de notre jeunesse archéologique, nous allions à la 
rue Marguerite de Navarre, rechercher renseignements, conseils, 
encouragements de ce maître vénéré. Depuis, l'héritière très 
distinguée des goûts paternels a su faire renaître à Boisbulant 
même attirance, même empressement. Combien de fois, ce cénacle 
aimé de nos poètes, n'a-t-il pas eu la primeur des vers les plus 
conquérants de Gustave Le Vavasseur, Paul Harel. Florentin Loriot, 
Ernest Millet ; il entend aujourd'hui Germain-Lacour et Wilfrid 
Challemel. Ici, les musiciens ont trouvé les artistes, Frileuze et les 
Nanteuil, Philippe de Chennevières, Le Harivel, Denys Puech et 
notre jeune ami Louis Barillet. Les Ebel remplacent au piano 
Gérard de I^verrerie qui s'en va brosser lumineusement quel- 
que coin du paysage. A de certains jours, c'est réunion glorieuse 
d'érudits, généalogistes, philosophes, littérateurs, économistes : 
Mandat-Grancey, Tournoûer, Robert Triger, Eugène Grêlé, Maurice 
de Gasté, la marquise d'Angély, Biétry, jusqu'à cette étrange Sakel- 
laridès, si curieuse dans son allure d'étudiante russe et son archaïque 
passion pour Saint-Simon et le phalanstère. 

Les clercs, habitués de la cour de Marguerite de Navarre» 
Clément Marot, le curé d'Alençon Caroli, Etienne Dolet et les 
autres, s'y exposaient aux propos malsains. La plupart d'ailleurs 
étaient de doctrine suspecte et sentaient le fagot. Tout au contraire, 
les curés amis de Boisbulant sont gens de rigoureuse orthodoxie, 
et si d'aventure, ils y rencontrent ma vénérée voisine, Madame Louis 
de Fromont, elle leur apprend l'inappréciable secret de rester 
toujours jeune, dans le don absolu de soi-même aux œuvres de 
Dieu et de la charité. 

Ici, les gens du livre coudoient les grands éleveurs, les hommes 
de sport, les ingénieurs, les agronomes de marque, chez l'initiateur 
éclairé et le plus compétent promoteur de toute société de rénova- 
tion, de progrès et de protection agricoles. 

Et pourtant, mon cher Baron, il est heureux que vous n'y teniez 
point, car vous ne serez jamais décoré I Et vous ne devez pas 
l'être I — Comment donc le Glleul du roy (1) pourrait-il recevoir 

(1) Monsieur le baron Henri de Sainte-Preuve, fut baptisé à FrosdorfT et 
tenu sur les fonts du baptême, par Mgr le Comte de Chambord et M"** la 
duchesse d'Angoulême. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 137 

l'accolade d'un chevalier de pacotille ? Mais si vous n'eussiez trop 
tôt escorté la marche funèbre aux caveaux de Goritz, quelle 
acclamation pour le geste royal honorant du Cordon bleu celui 
dont seuls les intimes peuvent apprécier le grand cœur et la sûre 
amitié ! 

Et maintenant, mon cher Président, puisque retenu par un deuil 
impérieux, M. le Baron des Rotours me prie de vous exprimer les 
sentiments de tous nos collègues, je suis heureux d'y ajouter 
l'expression d'une amitié et d'une admiration déjà lointaines. Ces 
trois jours, si vite passés, d'une excursion agréable et instructive, 
les explications précieuses que vous donnez en cours de route, une 
organisation matérielle absolument extraordinaire, ces renseigne- 
ments énidits que vous avez condensés en une ravissante plaquette, 
— nous devinons trop ce qu'ils ont coûté de recherches, de travail, 
de démarches, pour ne pas vous en être tous profondément 
reconnaissants. 

Quant à mes confrères du clergé, ils vous ont une particulière 
gratitude, puisque en ces jours de pénurie, votre délicate prévoyance 
leur a permis de rester fidèles à la Société qu'ils aiment, quelques- 
uns depuis son origine. 

Hier soir, M. Paul Romet interprétait avec une grâce exquise la 
parole d'un ami de Socrate. Hélas ! à nous autres s'appliquerait 
mieux, mais avec trop de restrictions, la devise inscrite au fronton du 
vieux manoir de la Dormie par une grande dame d'esprit. Madame 
de la Sicotière : Parva domus, magna quies. Nos maisons de curés 
sont trop petites et trop pauvres pour prétendre à l'honneur de 
vous recevoir dignement, mes chers collègues, et encore à l'heure 
actuelle, nous sont-elles âprement disputées. Elles abriteront 
désormais plus de soucis que de repos. Et puisque pendant trois 
jours, vous savez si bien nous faire oublier les amertumes du 
présent, en délicieuse compagnie, chez des hôtes si aimables, tant 
pis pour vous, mon cher Président, plus que jamais, nous nous 
cramponnerons à vous I 

Après la réponse et les remerciments du baron de Sainte- 
Preuve qui se dit avec M*"* de Sainte-Preuve très heureux 
d'accueillir chez lui la Société Historique de l'Orne, dont le 
passage à Boisbulant est une bonne fortune pour ses habitants, 
c'est le tour des poètes. Paul Harel débute : 

ïï^oa^t de M. PauI HAI<EL 

O cher Boisbulant, maison neuve. 
Où du baron de Sainte-Preuve 



138 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 

J'entends souvent gronder la voix ; 
Maison de Tétude et du rêve, 
Beau logis dont le front se lève 
Devant les bois ; 

Ici nous trouvons Théritière 
Du grand nom de La Sicotière, 
Celle dont nous goûtons Taccueil, 
La fille, rhôtesse et Tamie, 
Qui semble garder la Dormie 
Près de son seuil. 

Dans le vestibule sonore 
La Sicotière parle encore, 
Il charme les ducs et les clercs. 
Je vois, au lieu d'une ombre absente. 
Rayonner sa tête puissante 
Et ses yeux clairs. 

Esprits sages ou folles tètes. 
Orateurs, savants et poètes, 
Comme il sourit avec douceur 
A vos discours, à vos boutades, 
Cher Millet, Loriot, Contades, 
Le Vavasseur I 

D'autres, que ramilié fidèle 
Appelait jadis autour d'elle, 
Jusqu'à Boisbulant sont venus : 
Prêtres, soldats, vieillards, éphèbes. 
Moines pensifs, foulant les glèbes 
De leurs pieds nus. 

Leurs regards plongaient dans l'histoire 
Et parfois des rayons de gloire 
Descendaient sur les fronts pâlis. 
Quelques-uns gardaient l'espérance 
De revoir sous le ciel de France 
Les fleurs de lys. 

Tous différents et tous les mêmes, 
Puisqu'en de multiples poèmes 
Ils s'appliquaient à révéler. 
Pieux, la France d'un autre âge. 
Ses héros, sa foi, son courage 
Et son parler. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 130 

Dressant la tour de rAlchimistc (1), 
L'un faisait trembler dans l'eau triste 
Des feux nocturnes sous les joncs. 
Et l'autre traînait la rapière 
Du reître, aux escaliers de pierre 
Des vieux donjons. 

Là, d'un galant sans amertume 
Challeinel montrant le costume, 
Le feutre, les éperons d'or, 
La perruque et le col sans tache, 
Piquait l'air avec la moustache 
De Philidor (2). 

Ici, debout pour une idée, 
La Normandie et la Vendée 
Chantaient l'hymne à la Royauté. 
Nous avons tressailli naguère 
En répétant le cri de guerre 
Du grand Frotté. 

Au loin, les cloches argentines 
Dans la forêt, sonnent Matines, 
La brume s'éparpille au vent. 
Les pèlerins sont à mi-côte (3). 
Je les attends, car je suis l'hôte 
Du vieux couvent. 

Je bois, sur les degrés du temple, 
A Germain -La cour qui contemple 
L'aube du siècle (4) aux feux ardents ; 
A des Rotours, l'ami fidèle ; 
A toi, Tournoûer, le modèle 
Des Présidents I 



Les allusions répétées à nos confrères sont soulignées par 
des applaudissements fréquents et nourris ; ils ne cessent que 
pour entendre notre ami Adigard interpréter les strophes si 
fines de Wilfrid Challemel : 



(1) Florentin-Loriot. 

(2) W. Challemel : Le Promenoir. 

(3) J. Germain-Lacour : A Mi- Côte, 

(4) Jules des Rotours : Aube de Siècle. 



140 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 



ïï^oaçt de M- Wilired CHAIiIiEMEIi 

A la baronne de Sainte-Preuve, qui m* avait 
invité à Boisbulant avec mes confrère» 
de la Société Historique . 

Le maître illustre, qu*on regrette, 
Et dont vivra le souvenir; 
Dans son logis, noble retraite, 
Un jour voulut nous réunir. 

Voilà juste quatorze années ; 
Quel festin savamment dressé I 
C'est une des belles journées 
Qui rayonne en notre passé I 

Lui, rhistorien magnifique. 
Couvait d'un paternel regard 
La famille archéologique 
Qui l'entourait de toute part; 

Et Le Vavasseur fit éclore 
(Jamais sa verve ne tarit) 
Une gerbe multicolore 
De son éblouissant esprit. 

Pour tous ceux que La Sicotière 
Aimait à nommer ses ami.s, 
Chez vous, sa très digne héritière, 
Aujourd'hui le couvert est mis. 

Dans ce château, qui les attire, 
Aucun savant n'est étranger : 
C'est pourquoi votre fin sourire 
Va de Tournoûer à Triger. 

Mon déplaisir ne peut se peindre 
D être loin de vous et loin d'eux. 
Mais il m'est défendu d'enfreindre 
Un régime trop rigoureux. 

Antiquaire que les bruines 
De l'Age ont glacé sans retour, 
J'ai tant contemplé de ruines 
Que j'en deviens Une à mon tour. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 141 

O baronne de Sainte -Preuve, 
Et vous baron, d'un ton dolent, 
Je dis : Pour moi la rude épreuve, 
Je ne verrai pas Boisbulant I 

Certes la rude épreuve est pour nous de ne pas avoir en cet 
instant notre cher ami et de ne pouvoir faire parvenir jusqu'à 
lui un peu des manifestations joyeuses qui accueillent ses 
spirituelles envolées. 

Ces lectures terminent agréablement le déjeuner et le cortège 
reprend solennellement mais gaiment sa route vers le château 
où les causeries se prolongeront longtemps encore, en dépit 
des invités impatients qui se pressent dans la Maison d'Ozé 
pour entendre une séance... académique, sans académiciens. 

Notre passage à Boisbulant marquera une date pour notre 
Société et c'est lui prédire de nouvelles années heureuses et 
fécondes que de mettre son avenir, en terminant ce compte- 
rendu, sous les auspices de la fille de notre éminent fondateur : 
la baronne de Sainte-Preuve. 

H. TOURNOUER. 



Ont pris part à tout ou partie de l'excursion : 

Membres de la Société Historique et Archéologique 

de rOrne 

MM'^^^Paul RoMET. 

la baronne de Sainte-Preuve. 

Henri Tournoùer. 
MM"®* Angèle Benard. 

Marguerite Benard. 

ROBET. 

MM. Adigard. 

Anterroches (Henri d'). 
Baron (Auguste). 
Besnard (Félix). 
Brébisson (de). 



142 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS D'aLENÇON 

MM. Bretèche (de la). 

Challemel (Wilfrid). 
Creste (Georges). 
Darel (l'abbé). 
Descoutures (Reynold). 
Desmonts (l'abbé). 
Desvaux (l'abbé). 
Foulon (Eugène). 
Germain-Lacour. 
GoBiLLOT (René). 
Goblet (l'abbé). 
Godet (l'abbé). 
GuERCHAis (l'abbé). 
GuiLLET (l'abbé). 
Harel (Paul). 
HoMMEY (le docteur). 
Jamet (l'abbé). 
La Serre (Roger de). 
Lemarquant. 
Margaritis (Raoul). 
Pringault (Raoul), 
Richer (l'abbé). 
RoMET (Paul). 

Rotours (Baron André des). 
Semallé (Comte Robert de). 
Souancé (Comte de). 
Tabourier (l'abbé). 
Tournoùer (Henri) 
Tripied (l'abbé). 



Membres de la Société Historique et Archéologique 

du Maine 

MM. Trioer (Robert), président de la Société historique et 
archéologique du Maine. 
Le Vayer (Paul), conservateur honoraire de la Biblic- 
ihèque de hi Ville de Paris. 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 143 

MM. SiNGHER (Adolphe). 

AuBURTiN, président du Tribunal du Mans. 

Calendini (Fabbé Paul), vice-président de la Société 

d'Histoire de La Flèche. 
Calendini (l'abbé Louis), curé de Chassillé. 
Candé (le docteur), ancien médecin de la Marine, 

du Lude. 
Chardon (Charles), capitaine au 28* Territorial, de 

Fresnay. 
Clouet (Baron), de Mayenne. 
Degoulet (Paul), du Mans. 
Descars (Amédée), du Mans. 
DiDioN (l'abbé), curé-doyen de Fresnay. 
"x Erard, ancien sous-ofïîcier au 33* Mobiles, du Mans. 
T LEURY (Gabriel), de Mamers. 
Gasnos (Xavier), du Mans. 
y GiRAUD (Pierre), du Mans. 

Grandval (Georges de), du Mans. 

GuÉRiN (Fénelon), conservateur de la Bibliothèque 

du Mans. 
Héry (Paul), du Mans. 
Labiche (Colonel), du Mans. 
LiNiÈRE (Raoul de), ancien officier, du Mans. 
Luzu (Roger), élève de l'Ecole des Chartes, de Bouloire. 
MoNNOYER (Charles), imprimeur au Mans. 
MoRANCÉ (Joseph), président de la Société d'Horti- 
culture, conservateur du Musée archéologique du 

Mans. 
MouLLÉ (Amédée), de Saint-Remy-de-Sillé. 
Patard (l'abbé), curé de Villaines-sous-Malicorne. 
Pralon (le chanoine), curé de Saint-Benoît, au Mans. 
RoMET (Adrien), du Mans. 
RoMMÉ (Edouard), de Sougé-le-Ganelon. 
Saint-Denis (Albert de), du Mans. 
M™e Saint-Rémy (de), du Mans, 
M. Surmont (Armand), du Mans. 
M"* Thoré (Henriette). 
M. Triger (Gustave), ancien ingénieur des Télégraphes, 

du Mans. 



144 EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'aLENÇON 

MM. TuAL, ancien capitaine au 33* Mobiles, du Mans, 
Vaublanc (Adrien de), du Mans. 



Étrangers aux deux Sociétés 

MM™**Adigard. 
Candé. 

Creste (Georges). 
Descoutures (Reynold). 
JouiN, 
Labiche. 
la marquise de La Haye-Monbault. 

DE LiNIÈRE. 

Mareau. 

Raoul Margaritis. 
Albert Rivière. 
la marquise de Saint-Pierre. 
la comtesse R. de Semallé. 
Thyébault. 
MM"** Germaine Blot. 
Candé. 

GUÉRIN. 

JouiN. 

Geneviève et Marie La Mâche. 
Isabelle Mareau. 
Louise Margaritis. 

Marie-Camille, Germaine et Jeanne du Martray. 
Suzanne Rivière. 
Henriette de Saint-Pierre. 
Gabrielle et Thérèse de Saint-Rémy. 
Adrienne de Semallé. 
Françoise et Anne de Souancé. 
Marguerite Tournoûer. 
DE Valbray. 
MM. Barbarix, conservateur à la Bibliothèque Sainte- 
Geneviève. 
Berthelot, architecte au Mans. 
Brébisson (Henri de). 



EXCURSION DANS LE MAINE ET LE PAYS d'ALENÇON 145- 

MM. Cénival (de). 

FoNTENAY (Jean de). 

Gasnos, de Fresnay. 

Gasnos (Henri). 

Gentil (A.), président de la Société d'Agriculture^ 

Sciences et Arts de la Sarthe. 
Guillaume (Joseph), professeur aux Facultés libres dea 

lettres et de droit de Lille. 
HoREAU (le docteur), maire de Fresnay. 
Lair (Comte), inspecteur divisionnaire de la Société 

Française d'Archéologie. 
La Villemarqué (Henri de). 
Patry, chef de gare à Fresnay. 
PocQUET DU Haut-Jussé, aiicicn président de la Société 

Archéologique d'Ille-et-Vilaine. 

PoCQUET DU HaUT-JuSSÉ. 

Rhein (P.). 
Rhein (André). 
Saint-Pierre (Louis de). 
Saint-Rémy (le colonel de). 
Saint-Rémy (Jean de). 
Semallé (Jean de). 
SiNGHER (Gustave). 



ORIGINES 



DE LA 



SOCIÉTÉ HISTORIQUE & ARCHÉOLOBIOUE 



DE L'ORNE 



Monsieur le premier Adjoint (1), 

C'est sous les auspices de la Municipalité d'Alençon que la 
Société historique et archéologique de l'Orne a fait ses 
débuts ; c'est aussi sous ses auspices qu'elle fête le 25® anni- 
Tersaire de sa fondation. En effet, nous tenions notre pre- 
mière séance le 16 janvier 1882, à l'Hôtel de Ville, et aujour- 
d'hui, vous nous recevez dans une maison qui est vôtre, je 
dirais presque qui est nôtre, puisque vous avez bien voulu 
que nous y fixions tout dernièrement notre demeure. 

Nous ne pouvons que nous féliciter de ces rapprochements 
heureux, renouvelés à plusieurs reprises, en 1887, 1893 et 
1899, lors d'assemblées générales, et que souhaiter la conti- 
nuation de rapports aussi excellents, dans l'intérêt même de 
la ville d'Alençon. 

Ne nous est-il pas arrivé plus d*une fois de faire œuvre com- 
mune, d'unir nos efforts pour son^développement et sa pros- 
périté, n'ayant d'autre souci, chacun, que de lui faire tenir 
une place d'honneur parmi les vieilles cités Normandes ? 

En aidant au relèvement de la Maison d'O/é, notre Société 
a voulu non tant assurer la conservation du logis de Jean du 
Mesni], l'un des vaillants échevins qui délivrèrent Alençon de 
l'occupation anglaise, que garder à la Ville un des rares monu- 
ments qui lui restent du passé et qu'elle peut offrir àla curio- 

(1) M. Leboucbep. 



ORIGINES DE LA SOCIÉTÉ 147 

site des étrangers. Cette œuvre vous allez la compléter très^ 
heureusement, en réservant ici à vos riches collections un local 
digne d'elles et les Alençonnais vous en garderont une grande 
reconnaissance. Ainsi nous aurons ensemble contribué à 
rembellissement d'une ville qui nous est chère à l'un comme 
à l'autre. 

Veuillez donc, Monsieur le premier Adjoint, transmettre 
à Monsieur le Maire, que nous regrettons vivement de ne 
pouvoir saluer aujourd'hui, ainsi qu'à Messieurs les Conseil- 
lers municipaux, nos remerciements chaleureux pour leur 
hospitalité si courtoise et si cordiale. 

Remerciements aussi, respectueux et très vifs, à Mon- 
sieur l'Archiprêtre d'Alençon (1), que nous sommes heureux 
de voir à cette séance. C'est une bonne fortune pour notre 
Société de pouvoir désormais abriter ses travaux sous le 
clocher du vieux sanctuaire de No*re-Dame, vénéré des 
archéologues comme des Alençonnais. 

Mesdames, Messieurs, 

J'aurais voulu laisser à d'autres, à quelqu'un de ceux qui 
furent à la peine il y a vingt-cinq ans, le soin et l'honneur de 
vous retracer les origines d'une Société dont ils surent encou- 
rager les premiers pas, soutenir les progrès avec une vaillance 
et une fidélité^inlassables et qui, timonniers fermes, en dépit 
des difficultés et des pertes irréparables, ont tenu sans fai- 
blesse, depuis sa sortie du port, la barre du vaisseau où 
vogue notre fortune. A eux, mieux qu'à moi, qui les ai suivis^ 
convenait cette tâche ; avec plus de précision et d'intérêt^ 
j'en suis sûr, ils eussent évoqué un passé que je n'ai pas connu. 
Mais, du moins, me sera-t-il permis, en toute liberté, de con- 
fondre dans un même hommage de reconnaissance les noms 
des chers disparus et ceux des amis qui demeurent. Dans 
cette phalange d'élite de la première heure les rangs se sont 
singulièrement éclaircis, des chefs aimés ont disparu, des in- 
telligences lumineuses se sont éteintes, des appuis ont manqué, 

(1) M. l'abbé Lemonnier. 



148 ORIGINES DE LA SOCIÉTÉ 

mais, si fortes étaient les traditions, si sage et si sûre Tim- 
pulsion donnée, que rien ne s'est perdu des résultats acquis. 
Le vaisseau a continué sa course, sous un ciel clément, sans 
tempêtes et le voici qui fait escale à la première étape, au 
bout de vingt-cinq ans. 

Faire escale dans la vie est devenu nécessaire au siècle où 
nous sommes, car la vie n'est plus vécue ; on la brûle. L'auto- 
mobilisme est dans toutes nos actions, aussi bien en affaires 
qu'en plaisir ; on veut faire de la vitesse sans s'inquiéter du 
chemin parcouru, au risque de se heurter à quelque obstacle 
imprévu et, si la bienheureuse panne ne survenait à propos 
de temps à autre, on ne saurait vraiment ce qu'il y a de beau, 
d'utile et d'agréable dans le voyage. Au reste, les sages vou- 
draient bien freiner l'existence ; ils ne le peuvent pas toujours, 
car le progrès, qui n'est souvent qu'un recul en bien des 
-choses, les emporte malgré eux dans un courant irrésistible. 
Il semble du moins qu'à certains points de la vie le retour au 
passé dut s'imposer, et, contradiction étrange, que plus l'esprit 
cherche à se dégager des errements d'autrefois, plus il s'y sent 
ramené par la force des choses. C'est que, tout semblables à 
ces petits qui cherchent dans leurs premiers pas des mains 
secourables, nous sentons le besoin, nous aussi, dans notre 
fragilité humaine, pour suivre le droit chemin, de nous 
laisser guider par l'expérience sur les traces de nos devanciers. 

Ainsi la Société historique et archéologique de l'Orne a 
marché depuis sa naissance et elle s'en est bien trouvée, de 
sorte qu'aujourd'hui, à jeter un regard en arrière sur le labeur 
accompli, elle a l'assurance de n'avoir pas dévié de la voie où 
ses fondateurs l'avaient engagée et de pouvoir, si Dieu lui 
prête durée, escompter un avenir fécond. Mais qu'a-t-elle 
fait pour mériter cet éloge, que fera-t-elle pour justifier ces 
espérances ? C'est ce que je voudrais vous dire en quelques 
mots, certain d'avance que vous recueillerez pieusement les 
souvenirs que j'évoquerai. 

Pour expliquer la raison d'être en 1882 d'une Société histo- 
rique dans l'Orne, pour comprendre la nécessité de faire 



ORIGINES DE LÀ SOCIÉTÉ 149 

appel à cette époque à toutes les intelligences appliquées 
aux études locales ou plutôt régionales en vue de se grouper et 
de s'unir dans la défense d'intérêts communs, il faut remonter 
à soixante ans et plus en arrière et assister à ce grand et pro- 
digieux mouvement provincial dont Arcisse de Caumont fut 
en Normandie l'instigateur le plus ardent. Au lendemain de 
la tourmente révolutionnaire, qui ne laissait après elle que 
ruines de toutes sortes, ruines morales, ruines religieuses, 
ruines intellectuelles et aussi ruines historiques, quand l'apai- 
sement commença à renaître dans la société nouvelle et que 
les forces revinrent avec l'espoir du relèvement, il fallut songer 
à réparer. Si l'ordre social réclamait des mesures énergiques 
et des lois sages, les traditions sacrées et le patrimoine artis- 
tique commandaient le respect et la protection. Comme 
après une mort, un inventaire s'imposait, l'inventaire du 
passé, de plusieurs siècles, où devaient se consigner les pages 
glorieuses, les revers hélas ! aussi, mais noblement subis et 
réparés, les actions d'éclat pour la défense du sol, la marche 
progressive jusqu'au plein épanouissement des sciences, des 
lettres et des arts, toutes ces forces, toutes ces énergies mises 
au service de la patrie, qu'elles se soient groupées autour du 
drapeau ou qu'elles soient venues du cloître, unies dans un 
même élan et dans un même amour du pays. Et ce labeur im- 
mense avait encore un autre but, non moins noble et non 
moins élevé : stimuler l'ardeur des générations futures par 
l'exemple des générations passées, mettre sous les yeux des 
jeunes les œuvres des ancêtres, en leur disant : Voilà ce qu'ils 
ont fait pour la grandeur de la France, voilà ce que vous 
devez faire pour que tant d'efforts n'aient pas été vains ; 
comme eux, préparez-lui des années d'honneur et de gloire, 
conservez ses richesses et ses souvenirs. 

A ne considérer que la vieille et chère province à laquelle 
tant de liens nous attachent, cette mission y fut entreprise avec 
un véritable dévouement, un sentiment patriotique des plus 
intenses et une ténacité qui en assurèrent le développement et 
le succès. Comme je l'ai dit, Caumont était à la tête du mou- 
vement ; ce fut un chef incomparable; par^l'influence qu'il 
exerça autour de lui et, pendant plus de cinquante ans, mer- 



150 ORIGINES DE LA SOCIÉTÉ 

veilleusement secondé par ses compatriotes, il prodigua sans 
compter son temps, son intelligence et son dévouement à la 
terre normande. Archéologue l'un des premiers, s'il ne put 
fixer avec précision les lois d'une science à ses débuts, il eut 
du moins le mérite incontestable d'être le précurseur de9 
VioUet le Duc, des Quicherat, des Lasteyrie, des Lefèvre- 
Pontalis. Il sut parler, il sut écrire, il sut agir ; ses œuvres 
sont de celles qui demeurent et qui servent ; ses deux grandes 
conceptions, les Antiquaires de Normandie et V Association 
Normande^ Sociétés toujours bien vivantes, continuent sa 
pensée "et^la^propagent parmi leurs sœurs plus jeunes. De 
tous les coins de la province on accourut à lui et sans tarder 
rOrne prit nettement position. On vit s'associer alors à cette 
nouvelle croisade des hommes tels que Libert, Patu de Saint- 
Vincent, de Vigneral, de Chazot, de Brébisson, Galeron, pour 
ne citer que ceux-là. Si ces noms et d'autres doivent être 
inscrits en lettres d'or sur nos annales à côté de ceux de nos 
chroniqueurs de jadis, il en est un que vous avez sur les lèvres 
et dont le souvenir qui plane sur cette réunion reste profon- 
dément gravé dans nos cœurs. 

L'Orne eut aussi son Caumont, son enfant de prédilection, 
auquel il^fit^la part large de dons et d'affection et dont il 
reçut en^ retour^ une abondante récolte de fruits cueillis un 
peu partout, au hasard des recherches et des découvertes, 
avec une patience et une volonté peu communes. Léon de 
la jSicotière^ naquit homme de travail, au sens le plus 
étroit^du^mot, et ce fut là tout son secret. Le travail fut 
pourjui toute sa vie un besoin, comme pour d'autres l'acti- 
vité et, chez lui, l'activité se joignait au travail, car, l'esprit 
toujours en mouvement, l'attention toujours en éveil, 
il appliquait sans cesse ses belles qualités à quelque 
problème historique, possédant de plus, si je puis m'exprimer 
ainsi, le flair qui est la providence des chercheurs et comme 
un don de seconde vue sur les choses du passé. Il avoua un 
jour n'avoir jamais perdu une minute de son temps, et le fait 
est que personne ne le trouva jamais inoccupé. ^ Je suis plus 
fatigué de mes vacances que de mes travaux dont elles do- 
raient me reposer, écrivait-il un jour, on a l'éternité pour le 



ORIGINES DK LA SOCIKTK 151 

faire (1). » De 1837, date de sa première œuvre, jusqu'à sa mort, 
c'est-à-dire pendant près d'un demi-siècle, il ne cessa d'écrire 
ou plutôt il ne cessa de penser. Venu à un moment où les 
documents et vieux papiers étaient quantités négligeables, 
il eut la bonne fortune pour lui et pour nous, de leur donner 
asile. Il empilait matériaux sur matériaux, notes sur notes, 
ju qu'aux plus futiles en apparence, il les complétait de ses 
souvenirs et de ses observations, des traditions recueillies ou 
des récits entendus et, doué d'une mémoire prodigieuse, en 
môme temps que d'une grande facilité de plume, il faisait 
éclore ces brochures multiples sur les sujets les plus divers, 
qui étonnaient leurs lecteurs et faisaient leur admiration 
Pendant ce temps, deux grandes œuvres se préparaient 
patiemment : VOrne archéologique et pittoresque et Frotté, 
L'une fut le début de sa carrière d'écrivain, l'autre en fut le 
terme. Si, comme le dit Gérard de Contades, M. de la Sico- 
tière « n'a jamais rien donné de mieux que son Frotté, parce que 
cette histoire eut la singulière fortune d'avoir été écrite 
précisément par l'homme qui pouvait et qui devait l'écrire, 
avec une entière impartialité et sans idées préconçues » (2), don- 
nons à VOrne pittoresque une place d'honneur parmi les publi- 
cations normandes. Elle parut en 1845 et préc da de quel- 
ques années l'apparition de la Normandie illustrée. Poulet- 
Malassis en fut le collaborateur principal, mais le grand mérite 
en revient incontestablement à notre fondateur qui, sans 
avoir en vue peut-être encore la création de sa Société, 
semble toutefois en avoir préparé l'éclosion par ces vastes 
monographies qui restent les bases les plus sûres de nos 
études. M. de la Sicotière excursionnait, en eiïet déjà, dans 
ce domaine inépuisable de nos richesses naturelles et monu- 
mentales ; il nous frayait la voie, traçait ces itinéraires que 
nous devions suivre après lui et notait les points où notre atten- 
tion d'historien, d'archéologue ou même de touriste devait 
se porter. Si nous avons eu à compléter ses découvertes, com- 
bien ne lui devons-nous pas de reconnaissance de nous avoir 
gardé tout au moins le souvenir et l'image de tant de monu- 

(1) Lettre à Gérard de Contades, 189C. 

(2) Souvenir du 9 Octobre 1890, p. 12. 

13 



152 OaiGINES DE LA SOCIÉTÉ 

ments détruits ou vandalisés. UOrne pittoresque demeurera 
donc vraiment le livre par excellence de notre département, 
qui ne vieillira pas et qui sera toujours utilement consulté. 
Il n'a qu'un défaut, celui d'être peu commun ; aussi pour- 
rions-nous souhaiter une édition nouvelle, si nous ne crai- 
gnions d'enlever à l'ancienne le charme qui vient de sa rareté. 
Fixer le moment précis où la pensée vint à M. de la Sico- 
tière de faire appel à ses compagnons de travail pour faire 
œuvre commune, est chose impossible. Elle dut se présenter 
tout naturellement à son esprit alors que, sous son influence 
entraînante, de toutes parts sur le sol départemental des 
intelligences s'ouvraient aux études locales et se passion- 
naient pour elles. Nous ne suivrons pas la marche progres- 
sive de ce mouvement depuis la publication de VOrne pitto- 
resque qui fut un pas décisif, qu'il nous suffise de le constater 
et d'en voir les résultats aux environs de l'année 1880. C'est 
l'époque où nous commençons à entrevoir la réalisation pos- 
sible du groupement si désiré. 






Sur tous les points du département en effet l'activité règne et 
des noms surgissent qui font de suite autorité. Ce sont : 
Gustave Le Vavasseur, Gérard de Contades, Philippe de 
Chennevières, Libert, Louis Duval, Henri Beaudouin, Jules 
Appert, Eugène Lecointre, Wilfrid Challemel, Reynold 
Descoutures, l'abbé Rombault, Florentin Loriot, Louis Blan- 
chetière. De la Lande à Alençon, de Saint-Maurice à Fiers ou 
à la Ferté-Macé, à Domfront, à Bellome, les idées s'échan- 
gent, des correspondances suivies s'établissent et c'est un 
chassé-croisé de communications qui sont les prémices de la 
grande œuvre en formation. Mais le centre de ce vaste rayon- 
nement, c'est la rue Marguerite-de-Navarre ; c'est de là que 
vient la lumière, la direction, et l'on sent déjà la main douce 
et ferme tout à la fois qui prendra le gouvernail du navire 
sur le chantier. 

En janvier 1 879, sur l'heureuse initiative du marquis de Chen- 
nevières, alors directeur desBeaux-Arts.une commission avait 



ORIGINKS DE LA SOCIÉTÉ 153 

été instituée à Alençon pour établir l'inventaire des richesses 
d'art conservées dans les archives, musées, églises, mairies, 
hospices et autres monuments publics du département de 
l'Orne. Elle fut composée de trente membres, dont M. de la 
Sicotière et la plupart de ses collaborateurs que je viens de 
citer. La première réunion de cette Commission eut lieu à la 
Préfecture le 14 août. M. de la Sicotière, quoique absent, fut 
élu au premier tour, président par douze voix ; M. Arnoul, 
vice-président ; M. Duval, secrétaire, et M. Alexandre, vice- 
secrétaire. C'est à cette séance que fut exposé pour la pre- 
mière fois, officiellement, par M. Le Vavasseur, le projet de 
création d'une Société historique qui paraissait se rattacher à 
l'objet même de la Commission. H fut approuvé en principe 
par tous les membres présents qui se réservaient de discuter 
les articles des statuts dont l'élaboration fut confiée à un 
Comité composé de MM. de la Sicotière, Le Vavasseur, Le- 
cointre, Libert, Arnoul, Alexandre, Duval et Poirier. 

Dès avant cette réunion, M. Appert, auquel M. de la Sico- 
tière avait soumis le projet, s'éiaii employé activement à 
recueillir des adhésions ; il y avait réussi et écrivait le 22 août : 
« Je vois avec plaisir que vous ne désespérez plus de trouver 
chez nous les éléments d'une Société et je considère déjà 
comme réalisé un rêve caressé depuis longtemps. Le moment 
parait opportun ; si vous voulez bien vous en occuper, ce 
sera vite fait. » Le lendemain même le Comité d'initiative 
se réunissait à Alençon pour la formation de la Société. 
M. Duval expose le projet, des idées sont échangées et celle 
qui prédomine est de limiter les travaux à l'histoire et à 
l'archéologie du département. 

Toutefois le projet avait encore besoin de mûrir. M. de la 
Sicotière s'y emploie de toutes ses forces. A la fin de 1880, 
il convoque chez lui « leur vieux doyen », comme il se nomme, 
ceux de ses amis dont le zèle est si grand pour les études d'his- 
toire locale. Enfin, un an plus tard, les Statuts sont adoptés 
et la première réunion officielle se tient dans la grande salle 
de la Mairie le 16 janvier 1882, sous la présidence de M. 
EugèneLecointre, ancien conseiller général, le vaillant maire, 
dont l'attitude énergique et digne en 1870 a fait l'admiration 



154 ORIGINES DE LA SOCIÉTÉ 

des ennemis en même temps que celle de ses concitoyens tou- 
jours reconnaissants. 

Le bureau de la nouvelle Société était ainsi composé : 

Président : M. de La Sicotière ; 

Vice- Présidents: MM. de Contades, de Vigneral, Lecointre ; 
Secrétaire général ' AL Le Vavasseur ; 
Secrétaire : M. Duval ; 
Secrétaire-Adjoint : M. Guillemin ; 
Trésorier : M. Beaudouin ; 

Comité de Publication : MM. l'abbé Rombault, J. Appert, 
Arnoul, Blanchetière. 

Le 28 février suivant les Statuts étaient approuvés par le 
Préfet, M. Reboul. 

Ainsi, après tant d'années d'efforts, la Société historique 
et archéologique de l'Orne était fondée. Si l'édifice avait 
demandé un tel labeur, il reposait du moins sur des bases 
puissantes qui assuraient sa solidité et sa durée. Les adhé- 
rents ne se firent pas attendre. Cent-soixante au début, ils 
atteignaient la première année le chiffre respectable de deux 
cents. Comment d'ailleurs refuser d'apporter son concours à 
un président aussi accueillant et bon. C'était une heureuse 
fortune de devenir son collaborateur et de nouer avec lui des 
relations suivies. On ne se faisait donc pas prier et tous pou- 
vaient dire comme M. de Vaudichon lorsqu'il adressait à 
M. de la Sicotière son adhésion : « Je ne fus jamais, dites- 
vous, quelque part, qu'un homme de bonne volonté. C'est 
sans doute pour encourager les candidats que vous ne leur 
demandez pour les accueillir. Monsieur le Président, que 
cette vertu modeste ? Si la Société d'histoire et d'archéo- 
logie de rOrne voulait bien m'admettre parmi ses membres, 
je me trouverais honoré d'être leur collègue sous la prési- 
dence d'un travailleur que l'histoire de notre temps placera 
au nombre des hommes de bonne volonté qui resteront des 
modèles (1)». 

Modèle il le fut assurément, et modèles aussi sont restés nos 

(1) Lettre du 12 mai 1882. 



ORIGINKS DK LA SOCIKTK 155 

fondateurs. Nous n'avons pour cela qu'à tourner les feuillets 
déjà jaunis de leur correspondance, conservée pieusement 
par une main amie, où nous retrouvons avec émotion quelque 
chose encore de leur vie agissante et de leurs entretiens affec- 
tueux que la mort seule est venue interrompre. Ce qui domine 
en effet dans ces lettres, c'est l'ardent amour du travail, le 
désir d'apprendre, la curiosité de l'inédit, c'est la confiance 
mutuelle que se témoignent leurs auteurs, c'est l'amitié 
fidèle et sûre, c'est par dessus tout l'affection profonde pour 
le pays, pour tout ce qui peut parler de son passé et de ses 
souvenirs ; sur cette terre aimée sont concentrées toutes les 
pensées, toutes les recherches. Voyez cette réponse de M. de 
la Sicotière à une demande de M. de Contades : a Demandez, 
demandez, mon cher confrère et ami, vous ne demandez 
jamais trop, jamais assez au gré de mon désir de vous être 
agréable, de vous seconder dans vos excellents travaux, de 
vous prouver ma reconnaissance et mon affection. )> 

Et plus loin : « J'appartiens tout entier à mes chers con- 
frères ». Et encore cet éloge bien vrai : « Vous avez le don de 
plaire à tout le monde en n'écrivant comme personne (1 ). » En 
deux lignes c'est tout Gérard de Contades, nature attachante 
au plus haut degré, écrivain bien personnel, duquel on pou- 
vait dire en toute sincérité : le style c'est l'homme, « styliste 
délicat et nuancé en sa prose légère et fine », comme disait 
Loriot. 

Puis une autre fois, c'est une partie projetée avec le bon 
Appert, cet homme d'une modestie aussi grande que son 
savoir, aimé de tous, serviable à tous, l'un de ceux qui contri- 
buèrent le plus à la fondation. M. de la Sicotière lui donne 
rendez-vous à Domfront, au greffe, où ils fouilleront en- 
semble les états-civils de la période révolutionnaire. De là^ 
ils iront à Saint-Maurice et en route ils découvriront des 
« pays inconnus ». Surtout ils n'oublieront pas de visiter 
l'allée couverte de la Bertinière et le champ de bataille de 
Cossé, où ils échangeront des observations. Ce voyage en- 
chante notre président ; il en règle les moindres détails, 
comme un écolier en vacances. Gérard de Contades est pré- 

(1) Lettre de 1893. 



156 OaiGIXES DE LA SOCIÉTÉ 

venu par ce mot : « J'espère vous trouver tout à fait rétabli. 
Dans tous les cas ne forcez pas vos jambes à cause de nous. 
Vous voir, vous remettre certaines bribes coUigées à votre 
intention, causer avec vous de beaucoup de bonnes et vieilles 
choses, me suffirait largement (1). » 

Plus tard, notre Société devait faire cette même excur- 
sion à Saint-Maurice et recueillir de ces souvenirs qui ne se 
revivent plus : « Quelles journées nous vous avons dues, 
mon cher ami, écrit M. de la Sicotère à Contades, quelle 
reconnaissance nous vous en gardons! Quelle page de jeu- 
nesse dans ma vieille mémoire (2). » De ce Saint-Maurice « si 

expressif, disait Loriot, dans son recueillement et sa tran- 
quillité douce, des sentiments et du caractère d'un habitant 
ami de l'étude (3) », il nous souvient comme d'une maison de 
famille... et il nous souvient aus<^i de même de cette autre 
demeure, La Lande, toute poétique comme son maître, 
tout imprégnée encore de son long séjour, 

logis rose entre les feuillages 

Avec des tons d'argent dans les mousses du toit (4) 

où les heures passèrent douces, il y a quatre ans, à nous 
ressouvenir. 

Entre La Sicotière et Gérard de Contades, Gustave Le 
Vavasseur fut notre président. « La jeunesse, par la joie, la 
vigueur et la fierté animait toute son œuvre » a dit de lui 
Contades. Elle anima aussi notre Société. La joie et la vi- 
gueur se manifestait à chacune de nos réunions, la fierté de 
sa Normandie, elle débordait dans ses discours comme dans 
ses vers. Loriot, qui eut des envolées de génie, l'a chanté 
excellemment dans un sonnet peu connu que je vous demande 
la permission de vous redire : 



(1) Août 1883. 

(2) Lettre de 1892. 

(3) Lettre de 1883. 

<4) Paul Harel. A l'Absent. 



ORIGINES DR LA SOCIÉTÉ 157 

Sous le vert demi-jour des vergers pleins de pommes 
Au sol cornélien toujours fécond en hommes 
La nature indulgente a fait fleurir nos ans, 
Mais tes robustes vers nous firent plus Normands. 

Cet amour fait des fleurs, des prés, des bois, des landes, 
Des gloires, des revers, des autels, des légendes. 
Et des mômes tombeaux que l'on foule à genoux, 
L'amour du sol natal, tu l'agrandis en nous ! 

Car tu prends dans ta main le faisceau de ces choses 
Qui font qu'une patrie est chère, et tu composes 
D'éléments si divers une seule unité. 

C'est ta patrie, ô maître ; et ta verve couronne 

Par un nouveau trésor les biens que Dieu nous donne 

Par le trésor gaulois de ta saine gaité. 

Historien, La Sicotière, poète, Le Vavasseur, littérateur, 
Contades, avec des natures et des aspirations très diffé- 
rentes, nos premiers présidents surent conduire la Société 
dans le même sillon ; liés tous trois d'une amitié qui ne fai- 
blit jamais ils ne voyaient dans leurs fonctions que le moyen 
de se rendre plus utiles à l'œuvre commune, toujours soucieux 
de sa marche régulière et de son avenir, toujours respectueux 
des traditions. 

Avec de tels chefs, nous ne pouvions faire que d'utiles et 
fécondes choses. Leurs collaborateurs furent de même vail- 
lance et d'égal dévouement. Pendant quinze années Henri 
Beaudouin, avec une fidélité admirable, tint la plume de secré- 
taire et ne la laissa que pour devenir secrétaire général. Je 
rends à sa mémoire un hommage très particulier de gratitude 
au nom de mes confrères. D'une grande rectitude de juge- 
ment, esprit sûr, écrivain consciencieux, homme de bien et 
de devoir, M. Beaudouin n'a laissé que des regrets parmi ceux 
qui l'ont connu. Il tontribua dans une part très large aux 
progrès et au développement de notre Société. A côté de lui 
M. de Broise et son gendre Renaut ont veillé avec trop de 
soins et d'intelligence sur nos publications pour que ne nous 
leur adressions aussi un souvenir ému. 



158 ORIGINES DE LA SOCIÉTÉ 

Si je limite à ces noms, Messieurs, les témoignages d'admi- 
ration que nous devons à tant d'amis dévoués, enlevés à 
notre affection, comme je le disais en commençant, notre 
reconnaissance va à tous, parce que tous, dans la mesure de 
leurs moyens et de leurs pouvoirs, ont fait la Société ce qu'elle 
est, c'est-à-dire une association essentiellement provinciale 
dont la force réside dans l'union de ses membres et dans 
leur amour du sol natal. 

Et maintenant, après la première étape, l'ancre est levé et 
le vaisseau va reprendre paisiblement sa route vers d'autre» 
destinées. Pendant vingt-cinq ans, ainsi que son nom l'indique, 
notre Société ne s'est occupée que d'histoire et d'archéologie. 
Je ne dirai pas comme l'écrivait encore l'excellent Loriot, ce 
bon compagnon, qui a peut-ôtre trouvé au milieu de nous 
quelques-unes des meilleures heures de sa vie douloureuse : 
a L'archéologie est comme le sommeil, elle procure un com- 
plet oubli des maux de la vie (1).» Mais assurément, combinée 
avec l'histoire, elle offre à celui qui s'y livre plus d'un délasse- 
ment. C'est un repos au milieu des agitations et préoccupa- 
tions des temps actuels; c'est une jouissance pour l'esprit» 
qui remonte, par ces études, à la source des traditions 
saines et de l'art pur; c'est une fierté pour le cœur, qui découvre 
des âmes généreuses et des gloires nationales dans les exem- 
ples du passé. 

Nos confrères ont beaucoup écrit ; ils ont aussi beaucoup 
agi ; ils ne se sont pas contentés de retracer des monographies 
ou ae publier des documents, ils ont cherché à exercer une 
protection efficace sur nos vieux souvenirs et nous les suivons 
dans cette tâche qui est devenue Tune de nos préoccupations 
les plus grandes. Depuis 1882, cette question de préservation 
des monuments et des richesses d'art a fait des progrès énor- 
mes. Les pouvoirs publics, les Sociétés savantes, même l'ini- 
tiative privée s'en inquiètent et de toutes parts des mesures 
se prennent pour lutter contre le vandalisme toujours en- 

(l) Lettre à Gérard de Contades, 1888. 



OKIGINES DE I.A SOCIÉTÉ liVJ 

vahissant. La Séparation des Eglises et de l'Etat ajoute de 
nouvelles craintes en ce qui concerne les édifices religieux, 
et la Commission des Monuments historiques, qui s'en rend 
bien compte, multiplie en ce moment les classements qui les 
sauvegarderont. Nous nous associons pleinement à son ac- 
tion, et nous ferons tous nos efforts pour prévenir des des- 
tructions ou des détériorations qui porteraient atteinte à 
notre patrimoine artistique. Les excursions que depuis sept 
années nous faisons dans tous les coins du département et 
même au-delà n'ont d'autre but que de faire connaître, 
aimer et respecter nos monuments et les accueils que nous 
recevons des municipalités et des populations nous sont un 
témoignage précieux de sympathie et d'encouragement. 
Cette sympathie et cet encouragement, vous nous l'ap- 
portez aussi, Mesdames et Messieurs, par votre empressement 
à répondre à notre appel aujourd'hui; mais faites plus encore 
en vous associant à l'œuvre que nous poursuivons, en prenant 
au milieu de nous, votre part d'action et d'influence, afin 
que dans une union toujours plus intime nous travaillions- 
ensemble au relèvement provincial. 

En terminant, laissez-moi adresser des remerciements 
chaleureux, puisque l'occasion m'en est offerte si agréablement, 
à tous ceux d'entre vous et aussi à tous les Alençonnais qui 
ont contribué si généreusement à la sauvegarde de cette 
Maison. Lorsqu'il y a quatre ans elle était si menacée, je ne 
me doutais guère que notre Société y fêterait peu après son 
25® anniversaire, dans cette belle salle. C'est à vous que 
cette transformation est due, à vous donc l'expression de 
notre reconnaissance. L'œuvre va être complétée. La muni- 
cipalité d'Alençon, qui vient de donner une preuve de l'intérêt 
qu'elle porte aux reliques du passé en contribuant largement 
à la restauration des vitraux de Notre-Dame, aura à cœur, 
j'en suis convaincu, de faire de ce monument, à l'aide des 
collections qu'elle possède et des dons qui lui viendront, un 
musée digne de vous et de la Ville. Souhaitons que dans un 
avenir prochain l'inauguration solennelle en puisse avoir 
lieu. Ce jour-là, ayant été à la peine, vous serez à l'honneur. 

TOURNOUER. 



RAPPORT ANNUEL 



9ixv le9 ïï^paVaU)^ de la Société 



Mesdames, 
Messieurs. 

Par une matinée de Janvier de l'an 1536, arrivait tout droit 
de Damigny, précisément en cette maison d'Ozé, noble 
homme Jehan de Frotté, écuyer, seigneur de la Rimblière. 
A la fois secrétaire du roi François I**" et de M"« Marguerite 
d'Angoulême, sa sœur, et contrôleur des finances, le poète à 
la lyre naïve et coquette n'y venait pourtant point lire ses 
vers devant quelque docte et gracieuse assemblée, comme il 
s'en réunissait alors à Alençon, et... aujourd'hui. Encore 
moins songeait-il à accabler ses hôtes de quelque rapport 
documentaire, comme vous en êtes, hélas I menacés. Il s'en 
allait tout uniment quérir en ce logis Théritière de céans, 
noble damoiselle Jehanne Lecoustellier, pour l'épouser à 
réglise Notre-Dame, en présence du roi et de la reine de 
Navarre. C'était un grave souci. Néanmoins il était guilleret 
et de mine épanouie, le manuel du parfait chevalier prescri- 
vant à tout galant homme, en pareille circonstance, d'être ou 
de paraître parfaitement heureux. 

Comme Jehan de Frotté, un autre secrétaire qui n'est plus 
celui de la reine de Navarre, et chercherait en vain finances 
à contrôler, vous arrive encore de Damigny. Avouera-t-il 
qu'en ses tréfonds, il ne trouve point cette fière assurance qui 
soutenait en son aventure le sire de la Rimblière. Celui-ci 
n'avait point à s'inquiéter de l'appétit el du goût des convives. 
Le Dangeau très informé de toute gentilhommière normande, 
notre érudit confrère M. le Vicomte du Motey, n'assure-t-il 
pas en un docte mémoire que M*"*= d'Ozé, triomphante belle- 



RAPPORT ANNUEL SUR LES TRAVAUX DE LA SOCIÉTÉ 161 

mère, avait préparé somptueuse victuaille pour recevoir 
royalement ses royaux invités. Sur ce menu littéraire qui 
vient de vous être soumis, en façon de programme, plusieurs 
auront déjà marqué d'un signe de désir les succulences 
mijotées à Echauffour, les gouleyantes épices de la Ferté, et 
les friandes gâteries renouvelées d'un vieux gourmet, en son 
vivant seigneur de Cuigny. Mais en toute frairie normande, 
il faut quelques plats de solide résistance. Celui que je vous 
présente sous forme de compte-rendu annuel des travaux de 
la Société vous fait redouter une macédoine indigeste. 
Rassurez-vous, les morceaux que Ton m'a fournis sont de 
qualité, et je les précipite au court bouillon. Cet obligatoire 
accompagnement de nos séances solennelles, distrayant pour 
l'auditoire comme le palmarès au jour des prix, que ne 
sont-ils plus là ceux qui pendant 25 ans surent le faire aimer 
par un art exquis, — Gustave Le Va vasseur également pétillant 
dans le verbe, l'image et la pensée, — ce gentilhomme de 
lettres que fut Gérard de Contades, l'élégance et la distinction 
même, — Henri Beaudouin particulièrement soucieux de 
l'érudition sûre en la correction d'une forme sévère, — enfin 
celui qui depuis bientôt 10 ans résume et fait applaudir ces 
qualités maîtresses dans sa diction charmeuse. Celui-là du 
moins vous avez le dédommagement de voir son nom à un 
numéro plus attrayant du programme. 

J'entre en matière et, selon l'usage consacré, je constate 
tout d'abord que des récrues nombreuses, pleines de pro- 
messes pour l'intérêt des bulletins et séances, sont venues 
porter le nombre des membres de notre Société à un chifïre 
qui n'avait point été atteint jusqu'ici. Par contre, ceux trop 
nombreux que la mort nous a enlevés n'étaient pas unique- 
ment des sociétaires aimables et simplement épris des choses 
de l'esprit, leur concours et leurs œuvres nous manqueront 
longtemps. A vous qui les avez connus et pratiqués, inutile 
de souligner des mérites divers mais également appréciés. 

M. le Comte Christian de Vigneral, l'un des fondateurs de 
notre Société, fut continué dans les fonctions de vice-président, 
aussi longtemps que le permettaient les statuts. L'Association 
Normande l'avait choisi comme directeur, c'est dire combien 
étaient estimés ses travaux sur l'histoire locale, l'archéologie, 



162 HAPPORT ANNUEL SUH LES TUAVAUX DE LA SOCIÉTÉ 

les questions agricoles et la sociologie. A cette heure inquié- 
tante, où la gloire militaire et le dévouement au pays sont 
notés de désuétude, nous autres archéologues, obstinés dans 
les errements du patriotisme, nous rappelons avec certaine 
fierté que notre collègue fut, aux jours douloureux, Tun des 
héros de la défense de Paris. Nommé commandant des 
mobiles d*Ille-et-Vilaine, il sut communiquer à ses Bretons 
l'ardeur qui Tanimait, accomplissant avec eux des exploits 
que n'ont point oubliés les vieux Parisiens de 1870. 

A MM. Auguste Canivet, conseiller général de Trun, et 
Gustave Daupeley, nos collègues MM. de Brébisson et 
de Souancé ont consacré dans le Bulletin des articles nécro- 
logiques. Ils auront été lus avec grand intérêt par ceux d*entre 
nous surtout qui ont pris part à Texcursion de 1902 dans le 
Pays d*Auge, à celle de Tan dernier dans le Perche. Vous vous 
rappelez avec quelle cordialité empressée ces regrettés 
confrères nous facilitèrent la visite de Chambois et de Nogent- 
le-Rotrou, tout en nous y préparant rhosj)italité la plus 
reposante. 

L'an dernier, M. le Baron des Rotours vous signalait les 
études consciencieuses et originales de M. Henri Chardon, 
maire de Marolles-les-Brau)t, sur le rôle de Matignon, au 
temps de la Saint-Barthélémy, à Alençon, à Caen, dans toute 
la Basse-Normandie. Depuis, d'autres travaux sont venus 
ajouter des chapitres très inédits à l'histoire littéraire et 
anecdotique du Maine et du Saonnois. Ils ne nous font que 
plus vivement sentir la perle de cet érudit confrère décédé en 
pleine activité scientifique. 

Ce bon M. Pringaull, un vieil Alençonnais d'origine, de 
cœur et de tradition, n'eut point les loisirs et la préparation 
nécessaires aux travaux d'érudition, et cependant il eut dans 
notre Société un rôle très utile, remplissant la charge de 
bibliothécaire-adjoint jusqu'au jour où sa santé afiaiblie le 
contraignit à s'éloigner d'Alençon. Notre ami, M. Emile Brière 
a très justement mis en lumière la physionomie attachante de 
cet industriel épris des choses d'art, dans lesquelles il trouva 
le charme de sa vie, le délassement des heures de travail. Il 
nous le montre taisant de sa maison « un des intérieurs les 
plus artistiques d'Alençon, la décorant avec goût de meubles 



RAPPORT ANNUEL SUR LES TRAVAUX DE LA SOCIÉTÉ 163 

anciens, de tableaux, de ces mille produits de Tindustrie des 
siècles passés, si féconds en belles et naïves choses, où le 
moindre objet sorti de la main d'un artisan portait en lui 
un cachet de personnalité. » M. Pringault se parait volontiers 
de son titre de membre de la Société archéologique, assistait 
avec intérêt à toutes les réunions mensuelles, suivait les 
excursions, et tous nous aimions à entourer d'égards afïec- 
tueiix sa vieillesse aimable et toujours bienveillante. 

Enlevé prématurément, peu de temps après son inscription 
dans notre compagnie, M. le chanoine Grenet, supérieur de 
la Miséricorde, a publié des écrits d'ascétisme, un manuel de 
thérapeutique et d'hygiène pratique à Tusage des gardes- 
malades. Mais la théologie mystique n*est accessible qu*à un 
petit nombre, les manuels de médecine s'adressent surtout 
aux protessionnels. Ce qui, hélas, est du domaine courant, 
ce sont la souffrance, la douleur, la maladie, le délaissement : 
par là, l'œuvre de M. le chanoine Grenet apparaît admirable- 
ment bonne pour tous. Œuvre plus haute que les meilleurs 
écrits, cette formation savante et pratique des religieuses 
gardes-malades, élaborée méthodiquement par un psycho- 
logue profond autant qu'éducateur d'âmes expérimenté. 
Comme résultat tangible, voyez le dévouement inlassable de 
vos sœurs de Miséricorde, qui ne grève point les budgets de 
l'assistance, cette charité dont la compétence affirmée par les 
brevets de l'autorité médicale, s'exerce de jour et de nuit, en 
face de toutes les misères, apaisante à toutes les douleurs, 
sous une livrée qui les désigne parfois à l'insulte lâche, peut- 
être à la proscription, qui ne sera point exaltée par les 
médailles d'honneur, les prix Montyon, les éloges ofïîciels. 
Quelque soir, on les verra après une journée de labeur, 
prendre simplement leur retraite dans la mort, sans autre 
joie que d'avoir bien servi Dieu dans l'humanité souffrante, 
sans autre espoir que ceux d'en haut. Mais à Alençon, comme 
ailleurs, le plus souvent la bonne justice de Dieu est précédée 
du respect attendri de tout cœur assez haut pour comprendre 
et glorifier la beauté morale dans sa forme la plus touchante. 

Ceux d'entre vous, mes chers Collègues, qui veulent bien 
parcourir le Bulletin, constatent qu'il est toujours parmi nous, 
comme à l'enthousiasme obligé de la première heure, des 



164 RAPPORT ANNUEL SUR LES TRAVAUX DE LA SOCIÉTÉ 

travailleurs assidus aux recherches du passé. Beaucoup de 
ceux, dont les savantes études remplissent les 25 volumes de 
notre collection, sont, hélas, disparus, mais quelques-uns 
continuent encore avec le même zèle, d'apporter leur contri- 
bution au trésor commun. Pour le comité de lecture, la diffi- 
culté ne gît point dans le souci d'approvisionner nos feuilles, 
bien plutôt dans l'art délicat d'espacer, sans en tarir la 
source, les multiples travaux qui lui sont adressés. En voj'ant 
certains noms plus souvent en vedette, on aurait tort de 
conclure qu'en ces luttes du labeur, il est mieux que ce soit 
toujours les mêmes qui se fassent tuer, sous prétexte qu'ils en 
on t pi us l'habitude . Ne vous semble-t-il pas que d'aucuns,surtou t 
parmi les jeunes, en pleine activité intellectuelle et avec plus 
de loisirs, hésitent trop à mettre en œuvre leurs observations 
et leurs découvertes. Les maîtres d'antan, Léon de la Sicotière, 
Gustave Le Vavasseur, Eugène de Beaurepaire furent encou- 
rageants pour nos timides essais, et nous^ ces anciens jeunes 
d'il y a 25 ans, nous aurions la même joie à savoir qu'après 
nous le sillon tracé par nos devanciers, creusé par nos efforts, 
ne sera pas déserté. 

D'ailleurs la fièvre des recherches locales qui tourmenta 
nos initiateurs est loin de se calmer. Selon que le prévoyait 
un jour G. Le Vavasseur, elle tend à se propager, à augmenter. 
Et ne sommes-nous pas tous un peu de ce ces fébricitants, 
dans la plaine d'Alençon, sur les bords de l'Orne, du Bocage 
Normand au Pays d'Ouche, dans le Perche et le Houlme? 
La contagion a poursuivi nos émigrants à Paris, au Mans, 
à Vire, Evreux, Mamers, Nogent-le-Rotrou, jusqu'à Chàlons- 
sur-Marne, et comme tout chemin mène à Rome, elle sévit 
dans les villas du Janicule, sur les pentes du Pincio, aux 
jardins de Salluste, et je sais très atteint mon vieil ami le 
P. Edouard d'Alençon, qui a popularisé le nom de votre ville 
parmi les érudits des bords du Tibre et les habitués des 
Archives Vaticanes. 

Dans cette rapide excursion à travers le monde de nos 
collaborateurs, ici même nous rencontrons tout d'abord l'un 
de nos vice-présidents, M. le Vicomte du Motey, En sa vie de 
publiciste, littéralement enfiévrée celle-là, vous vous demandez 
comment il a pu trouver l'heure propice aux recherches 



RAPPORT ANNUEL SUR LKS TRAVAUX DE LA SOCIÉTÉ 165 

longues et savantes sur les Origines des Antilles françaises > 
Peut-être aussi l'objet de son travail vous semblera-t-il tout 
d'abord d'un intérêt bien lointain. Soyez sûrs d'avance qu'il 
évoquera des souvenirs et des noms plus intimement liés à 
notre pays. 

Comme pour faire suite à Y Analyse des actes du tabellion- 
nage d^Alençon, que publia en notre Bulletin, il y a quelque 
vingt ans, M. de Courtilloles de regrettée mémoire, M. le 
comte de Souancé a eu la patience de feuilleter en les 
résumant les actes paroissiaux dressés autrefois par les curés 
d'Alençon, et qui forment le fonds d'archives de l'Hôtel de 
Ville. Assurément pareille œuvre n'est point appelée à 
devenir un livre de chevet pour les personnes amies des 
lectures capiteuses, pas plus d'ailleurs que les tables comman- 
dées par le ministère de l'Instruction publique, menées 
laborieusement par notre confrère, M. Louis Duval, dans le 
but de faciliter l'usage des volumes d'inventaires de nos 
Archives départementales, et encore ces autres tables que 
prépare consciencieusement M. de la Mahérie pour nos 
documents Ces graves publications resteront inconnues au 
public banal, mais elles tiendront place d'honneur dans toute 
bibliothèque d'érudition normande. Après les Études sur le 
Consistoire de Joué-du-Plain, le Collège de Domfront^ la 
Réouverture des Eglises^ dans le Bellesmois^ en Van III, et 
beaucoup d'autres, une collaboration active à divers pério- 
diques, et comme pour se distraire lui-même, M. Louis Duval 
a donné quelques pages moins austères sur Un enjant trouvé 
à Alençon, décoré à Montereau. et quelques autres petits 
soldats Alençonnais. 

Et puisque j'ai prononcé le nom de notre bon archiviste, 
comment n'y pas accoler celui de son neveu, M. Frédéric 
Duval, archiviste de la ville de Saint-Denis, secrétaire de la 
Revue des Questions historiques, toutes fonctions qui ne sont 
point sinécures, telles surtout que les comprend notre jeune 
collègue. Et pourtant, les heures libres que d'autres donne- 
raient avidement au repos, aux joies familiales, son dévoue- 
ment les consacre à l'éducation de la jeunesse ouvrière, dans 
quelque œuvre parisienne de préservation. 

Quelle vie bien employée. Messieurs, et quel exemple ! 



166 RAPPORT ANNUEL SUR LES TRAVAUX DK LA SOCIÉTÉ 

L'activité sans trêve ne semble-t-elle pas d'ailleurs le propre 
"de nos collègues alençonnais. A tout seigneur, Thonneur : 
celui dont je parle sait d'expérience qu'en nos démocra- 
ties agitées, l'honneur n'est pas sans gros soucis et de 
multiples charges. En plus du labeur administratif, appelé à 
chaque instant à présider, et par suite à porter la parole ou le 
toast en les réunions les plus diverses, banquets municipaux, 
solennités scolaires, fêtes mutualistes et autres, il parait 
redouter par dessus tout la banalité, écueil si fréquent des 
harangues officielles, où d'autres mettent un art suprême à 
voiler l'ambigu ou l'hésitation de la pensée, sous la redon- 
dance d'un vocabulaire fatigué. Et puisqu'elles ont été 
recueillies par la presse alençonnaise, nous devons enregistrer 
à notre actif littéraire ces allocutions, où chacun se plaît à 
remarquer la logique de l'idée, la mesure du ton, l'élégance 
de la forme, l'à-propos des raisons, le sens pratique des 
déductions. Votre secrétaire, Messieurs, ne veut parler en ce 
moment que d'un collègue estimé, toujours fidèle à notre 
Société depuis tantôt 23 ans. D'ailleurs, assez d'autres ne 
viennent-ils pas de proclamer la sympathie générale et la 
confiance publique pour le premier magistrat de cette ville, 
qui nous facilita jadis l'entrée de ce manoir historique et nous 
y ménage aujourd'hui accueil si courtois. 

M. Leboucher dirige en ce département les efîorts du 
Touring-Club pour la protection des sites et monuments et 
l'indication des objets d'art ou curiosités archéologiques. 
Les Sociétés d'histoire naturelle, d'horticulture, de photogra- 
phie le comptent parmi leurs coopérateurs les plus zélés. 
Au Conseil municipal, il est le défenseur toujours en éveil des 
causes qui nous sont chères. Dans la séance du 23 février, 
n'est-ce pas lui qui a attiré l'attention de vos édiles sur une 
superbe verrière du xiv** siècle, l'Adoration des Mages. 
Ce précieux débris de l'église primitive, découvert de façon 
si imprévue par M. Soccard, serait à l'heure actuelle l'une des 
principales curiosités artistiques de Notre-Dame. Et pourtant 
ses pièces viennent d'être replacées pêle-mêle pour continuer 
à servir de remplage au trumeau d'une des fenêtres dernière- 
ment restaurée. Provisoirement, assure-t-on. Chez nous le 
provisoire, c'est ce qui dure le plus. 



RAPPORT ANNUEL SUR LES TRAVAUX DE LA SOCIÉTÉ 167 

Chaque année la bibliographie de M. Tabbé Letacq s'aug- 
mente d'une douzaine de numéros ; heureux ceux qui lés 
auront collectionnés dès le début, ils auront en la partie où il 
s'est spécialisé, une bibliothèque unique et complète. 

Autour ou plus loin du chef-lieu, nos érudits témoignent 
d'une ardeur pareille. Le Baron des Rotours, collaborateur 
attitré de toute revue historique ou sociale, appuie d'une 
biographie substantielle et définitive le projet poursuivi par 
M. Eugène Grêlé pour un triomphal centenaire « de l'écrivain 
de grande allure », ce « Normand haut et glorieux que fut 
Jules Barbey d'Aurevilly. 

Les récents travaux de MM. de Marcère. Robert Triger, 
Louis Régnier, Paul Blaizot, le Vicomte de Broc, le Comte 
de Charencey, Surville, les PP. Edouard et Ubald d'Alençon, 
René Gobillot, les études données au Bulletin par MM. de 
France, Vérel, Guesnon, Darpentigny, Baron et Savary vous 
sont assez connues pour qu'il soit superflu d'en exquisser ici 
la plus simple bibliographie. 

J'aurais plaisir à vous parler de nos poètes, des vers qu'ont 
publiés à l'envie revues et journaux, d'autres réclamés par la 
troupe de Molière : ce sera mieux, vous allez les entendre, 
— d'un jeune artiste qui vous est très sympathique, M. Louis 
Barillet, dont une revue militaire, la Sabretache, publiait 
naguère une œuvre remarquée, mais cet hiver n'êtes vous pas 
tous allés stationner quelque peu devant son médaillier et ses 
paysages exposés en vitrine. 

Mes confrères du clergé ne sont point restés inactifs en ces 
labeurs de l'esprit. D'aucuns continuent à rassembler autour 
d'eux les éléments épars de l'histoire provinciale : M. l'abbé 
Godet au Pas-Saint-Lhomer, les abbés Macé et Gourdel à Athis 
et Saint-Hilaire-de-Briouze, l'abbé Dupont à la Trinité-des- 
Lettiers, MM. Mesnilet Loiseauà Vingt-Hanaps et la Chapelle- 
Souef, l'abbé Jamet à Guerquesalles. Leurs livres et leurs 
notices sont un régal pour tous ceux qu'intéressent les gestes 
et mœurs des ancêtres. 

Désormais en tête de sa belle collection d'histoire diocésaine, 
notre vice-président, M. l'abbé Dumaine, pourra inscrire 
comme le plus autorisé des imprimatur le bref très louangeur 

14 



168 RAPPORT ANNUEL SUR LES TRAVAUX DE LA SOCIÉTÉ 

que naguère lui envoya le Pape Pie X. Ce fui ce jour-là une 
véritable joie dans le clergé diocésain. 

M. le chanoine Guesdon augmente la série de ses études 
d'ordre plus ecclésiastique. 

D'autres prêtres, vu la situation critique faite à l'Église de 
France, ont pensé qu'à des mœurs nouvelles, il fallait adapter 
des méthodes d'évangélisation nouvelles. Le temps n'est plus 
où le premier Bulletin paroissial, publié dans un coin ignoré du 
Perche par un curé de village, dépourvu de tout prestige hiérar- 
chique excita plus d'étonnement que de faveur (1). Ils sont 
nombreux maintenant ceux qui se dévouent à cette œuvre de 
vulgarisation religieuse. Quelques-uns de nos sociétaires s'y 
distinguent entre tous: MM. David, Gougeon, Beaugé, Boissey, 
Duval de Courteille, Beudin, Méliand, Goblet, Robert et 
Tabourier. En même temps qu'ils s'efforcent de raviver 
autour du clocher une vie paroissiale plus intense, ils contri- 
buent aussi à taire aimer le sol natal, rappelant ses origines^ 
ses traditions, ses chroniques, à une génération absorbée par 
les soucis matériels du présent. 

Plus que ceux qui parlent, mieux que ceux qui écrivent, il 
en est dans nos rangs qui méritent un singulier hommage, ce 
sont ceux qui agissent. 

Le monde appartiendra à ceux qui l'auront plus aimé, a 
dit un sociologue que sa famille rattache à notre pays du 
Perche (2). N'est-ce pas à cette conquête pacifique et dénuée 
de tout retour personnel que se dévouent, en leurs mutualités, 
dispensaires, œuvre des prisonniers libérés, des engagés 
volontaires, de la réhabilitation des mariages irréguliers, 

(1) Le Balle tin paroissial de Verrières parut le !«»" Janvier 1900. En ce 
temps-là, un de nos plus vénérés confrères, directeur de la Semaine catho- 
lique de Sées voulut bien le signaler comme la première leuille de ce genre 
parue en Basse -Normandie. C'était constater aimablement la vérité. Un 
correspondant que rien pourtant n'intéressait à la que^tion, en prit 
ombrage. De façon très grincheuse, il revendiqua la priorité en faveur d'un 
autre périodique, imprimé et complètement rédigé par M. Grandrémy, 
curé de Balan, dans les Ardennes, sans autre intérêt pai*ticulier pour notre 
région que le nom d'uue paroisse percheronne ajouté pour la circonstance 
à un titre général. Le Bailetin paroissial de Verrières, émigré avec son 
auteur à la porte d'Alençon, paraît, depuis 1902, sous le nom à'Echo de 
Damigny, Il est aussi complètement bas-normand que jadis il était exclu- 
sivement percheron. A défaut d'autre mérite, il continue de revendiquer la 
priorité d'origine sur les autres bulletins paroissiaux du pays. 

(2) M. le Comte de Mun, député. 



RAPPORT ANNUKL SUR LES TRAVAUX DE LA SOCIÉTÉ 169 

oflîce central de la charité, patronage des apprentis, crèches 
ouvrières, organisation du travail à domicile, etc., ceux qui 
portent des noms entourés d'une respectueuse admiration. 
Et ici vous désignez avant moi les Lefébure, Félix Voisin, 
Macaire, Romet, Albert Rivière, André des Rotours, Laporte, 
Tomeret, MM"*** Tournoiier et Paul Romet, tous épris du 
besoin de diminuer, autant qu'il est possible, les suites inévi- 
tables de la maladie, parfois de l'imprévoyance, les douleurs 
ou les injustices dont souffre et souffrira toujours la société. 
D'autres trouvent mieux de l'agiter violemment cette pauvre 
société, ils prétendent la renverser de fond en comble, sous 
prétexte de la rendre plus habitable, en des lointains où nul 
de nous ne sera plus là pour contrôler leurs dires. 

Croyez bien, Messieurs, qu'il y aurait aussi profit et agré- 
ment à étudier ici des travaux et des livres parus autour de 
nous. Ne serons-nous pas des premiers à les utiliser 
et à les apprécier. Tels par exemple, la mise au jour, en 
six gros volumes, du catalogue de la Bibliothèque de la ville, 
par M. Edmond Richard, que j'appellerais volontiers un 
travail de bénédictin, si l'expression ne semblait de tendances 
suspectes, — puis l'enquête sur les documents économiques 
de la Révolution, conduite par un professionnel de haute 
compétence, M. Mourlot, inspecteur d'Académie, — enfin la 
participation très remarquée de quelques-uns de nos compa- 
triotes, tels que M. Mourlot lui-même, MM. Gabriel Fleury, 
Audollent, Bazeille, Veuclin au Congrès des Sociétés savantes 
de France, tenu à Montpellier en avril dernier. 

Comment ne pas ranger parmi les livres intéressants pour 
notre province la Vie du Père Eudes Mezeray, par M. Henri 
Joly, de l'Institut, pour sa contribution à l'histoire du Houlme, 
celle de Madame Louise de France, par M. Geoffroy de Grand- 
maison, où l'on trouve des renseignements peu connus sur 
les origines de l'ancien Carmel d'Alençon, — et bien, que 
très sujets à caution au point de vue de l'impartiale et véridi- 
que histoire, les Mémoires captivants d'Adèle d*Osmont, com- 
tesse de Boiffne, l'héritière spirituelle et médisante d'une 
grande famille normande, dont une miniature gracieuse, 
signée d'Isabey, se trouve tout près d'ici, au château de 
Verveine. 



170 RAPPORT ANNUEL SUR LES TRAVAUX DE LA SOCIÉTÉ 

Il parut au temps des roses, le Dictionnaire biographique 
de VOrne, et pendant presque un mois il eut grand succès de 
curiosité. Par lui les générations les plus lointaines appren- 
dront qu'en cette année de la comète, les hommes illustres 
abondaient chez nous, comme les généraux dans la république 
d'Haïti, Toutes les gloires y sont cataloguées, entre de nom- 
breuses vocations à une célébrité qu'il reste à conquérir. 
Vous qui n'avez point trouvé place en ce Panthéon tumultueux, 
n'enviez pas trop une apothéose coûteuse et fragile. Pour 
vous consoler, lisez plutôt Le Gars çiolonneux, Les iras Filles^ 
Les Chandeulles de mainnait et autres nouvelles de ce fln 
lettré qu'est M. Emile Brière. Il n'est déception et hypocondrie 
qui puissent résister à ces hilarantes patoiseries. L'auteur, un 
Âlençonnais de race, de goût, de traditions, vit près de la 
mélancolique demeure où vint achever de mourir notre cher 
Millet, porte à porte avec le conteur merveilleux de La Bête 
du Géçaudan, un publiciste de marque, et plus encore un 
artiste, un archéologue, M. Léon Boutr5% chroniqueur très 
dédaigneux de tout ce qui n'est point inédit en antiquités 
alençonnaises. 

Et maintenant. Messieurs, il me semble avoir rempli aussi 
consciencieusement que possible la tache un peu austère qui 
m'était dévolue. Je n'oublie point pourtant l'utile avertisse- 
ment donné par G. Le Vavasseur aux infortunés rapporteurs 
de ma sorte : « Si les petites mentions n'engendrent point les 
grandes reconnaissances, les moindres omissions font naître 
les grandes rancunes. » M'est-il échappé quelque oubli 
regrettable, croyez-le bien, c'est un effet des ans. Sous leurs 
cheveux blancs, les vieillards ont la vue courte et la mémoire 
confuse. 

A ces pages qui voulaient être sincères, reprochera-t-on le 
ridicule des admirations mutuelles? Peut-être. D'aucuns en 
effet arrivent difficilement à se convaincre qu'il puisse exister 

des hommes à la lois archéologues, poètes et amis. 

— Peut-être aussi quelque nouvelliste de la Reçue Hebdoma- 
daire ou autre, tentera-t-il encore d'animer mes pâles 
esquisses du coloris chatoyant de l'ironie. Je ne m'en offusque- 
rais pas outre mesure. On ne porte pas les toasts avec du 
tilleul. Entre gens d'esprit, l'ironie amicale et discrète/ 



RAPPORT ANNUEL SUR LES TRAVAUX DE LA SOCIÉTÉ 171 

qu'est-ce autre chose qu'aisance et abandon dans la cordialité. 
Ceux qui ont mauvais caractère n'y sauraient prétendre, ils 
ont le geste lourd, la plume atrabilaire. 

En notre pays normand, même quand on se va visiter entre 
amis, on ne s'appuie point pour cela sur une canne à sucre. 

L'Abbé A. DESVAUX. 



LA MORT DU CERF 



Pour Edouard Lecocq. 

Sous la lande où se fait V attaque matinale. 

Lancé d'un grand dix cors. On sonne la Royale, 

Bientôt, confusément y valets^ chiens, cavaliers 

Se mêlent à traders la brande et les halliers 

Se dispersent un peu, se rejoignent, se suii^ent. 

L'animal est au fond d'un ravin. Tous arrivent 

Sur son derrière, il fuit, s'en va ruser plus haut : 

Et c'est là qu'il échappe à la meute en défaut. 

Une chienne est collée à la voie encor chaude. 

Mais tout le gros des chiens .s'éparpille et clabaude. 

Au fumet d'une biche on les voit .s'entêter. 

Ils se nuisent entre eux. Il faut les rameuter. 

Là-bas^ le cerf qui souffle est remis dans la harde. 

Au fourré ténébreux il écoute, il regarde ; 

Il s'écarte et revient, le col haut, Vœil au guet. 

Soudain, plantant sa corne au ventre d'un daguet, 

H lejorce à courir devant lui : ruse étrange 

Et sentiment nouveau. Les chiens prennent le change. 

Le daguet , Jeune, frais , léger, file tout droit. 

Nous le suivons, la trompe aux dents, jusqu'à l'endroit 

Où le piqueur, des chiens découvrant la folie, 

Le^ devance au galop, les rompt et les rallie. 

Et l'animal de chasse est enfin relancé. 

Il s'éloigne en bordure, il refuse un fossé. 

Rentre à fond de forêts, puis, Jlairant quelque embûche, 

Il prend un grand parti, se forlonge et débuche. 

Nous le chassons à vue au milieu des vallons. 

Les chiens à travers champs lui mordent les talons, 

H reprend les devants, gagne le haut des routes 

Et là, plein d'épouvante, il se met aux écoutes. 



LA MORT DU CERF 175 

Enfin, rentré sous bois, il fait tête un moment. 
Tout à coup, l'hallali. C'est un long hurlement. 
Galopant aux lueurs d'un rouge crépuscule. 
Nous arrivons, L* étang est là. Le cerf recule. 
Il entre dans la case. Un chien, qui l'a mordu, 
Revient, s'acharne au col, y reste suspendu. 
Le fauve fait un bond, sa langue pend, V écume 
Argenté son poil noir qui se hérisse et fume. 
Lâchant prise, le chien laisse une plaie au cou. 
Il tombe alors au.v pieds du cerf qui le découd. 
Dans la bourbe, à deux pas, la meute en cercle aboie. 
Tout Vétang réfléchit tout le ciel qui flamboie 
Et le frisson du soir agite les coteaux. 
Les chasseurs descendus ont tiré leurs couteaux. 
L'animal songe à fuir, mais, avant qu'il se sauve. 
L'un de nous a planté sa lame au cœur du fauve. 
Et bientôt, effrayant la terre de son bruit, 
La fanfare de mort s'élève dans la nuit, 

Paul HAREL 



LE BUSTE 



Pour M"'* E. DE GiBERT. 

En des bras arrondis, affectueux et beaux. 
Vers le socle de pierre où luisent des flambeaux. 
Parmi le jeu des ors, des bronzes et des cuiçres. 
Dans le hall neuf et blanc où dorment les vieux livres. 
Le buste de V Aïeul fut porté doucement. 

Voici qu'il apparaît, çénérable et charmant. 
Sur la cravate énorme un petit nœud se joue^ 
Les pointes du haut col, effleurant chaque Joue, 
Unissent à Vorgueil de leurs sommets roidis 
Le menton volontaire et les cheveux hardis ; 
En un retrait profond les deux lèvres s'éploient. 
Le nez semble frémir, le front fuit, les yeux voient. 

L'Aïeul découvre ici les témoins du passé : 

L*abbé, sous la perruque, en un cadre effacé. 

Montre d'un doigt menu sa plume de Tolède 

A la dame au manchon, qui cache une main laide. 

Fière de son bonnet, droite, les yeux ardents, 

La gorge nue, avec du rire entre les dents. 

Quelle est, songe l'Aïeul, cette folle cousine 

Qui se fit peindre ainsi, debout dans la cuisine ? 

Passons. Le fleuve est là. Des barques, des roseaux. 

Une arche. La tenture isole des oiseaux 

Qui y gobant le poisson nécessaire aux voyages. 

Cherchent déjà le ciel à travers les feuillages. 

Çà et là, des châteaux ; en arrière, des bois. 

On imagine loin quelque cerj'aux abois. 

On entend retentir quelque galop sonore 



I^ BUSTE 175 

Dans le buste on dirait que Vhomnie écoute encore 

Et qu'il a, tout ému, retrouvé chez les siens 

Un des fastes nouveaux l'âme des temps anciens. 

Paul HAREL. 



LE PREMIER PREFET DE L'ORNE 



J. V. M. LAMA6DELAINE 



(1800-1815) 



L'un des plus notables préfets (1) de Bonaptirle rapporte» 
non sans satisfaction, que, lorsque celui-ci les reçut pour la 
première fois, il leur dit : « La France date son bonheur de 
rétablissement des préfectures ». En tenant pareil langage, 
il ne cherchait certes pas à être désagréable aux préfets. 
Mais s'il les conviait à prendre un sentiment aussi haut de 
leur mission, c'est qu'il l'estimait lui-même de première 
importance dans son œuvre de réorganisation française. 
Il pensait que, comme en devait rendre témoignage le chan- 
celier Pasquier dans ses Mémoires (2), le pays apprécierait 
singulièrement « le bonheur de voir disparaître une foule de 
petits fonctionnaires sans mérite, sans cai)acité, auxquels 
les administrations de département et d'arrondissement 
étaient livrées depuis dix ans », et qui, « sortis presque tous 
des derniers rangs de la société, n'en étaient que plus enclins 
à faire sentir le poids de leur autorité ». Puis avec cet art 
supérieur, que montre en lui M. Albert Vandal (3), « de dis- 
cerner dans le passé ce qui peut revivre », ce qui doit être 
repris, et de l'ajuster au présent, il se rendait compte qu'en 
restaurant, sous une désignation nouvelle, les intendants de 
jadis, il réparait et remettait en jeu l'une des maîtresses 
pièces de l'administration nationale, de même qu'il mettait 
triomphalement en valeur dans son armée les réserves de 
vaillance joyeuse et d'endurance héroïque amassées par une 

(1) Thibaudeau, Le Consulat et C Empire^ I, p. 136. 

(2) Tome I, p. 14«. 

(3i l'nvèneinent de Itonn parti', II, p. 4r>3. 



LE PREMIER PRÉFET DE L ORNE 177 

longue tradition d'honneur et d'esprit militaire. Rœderer (1) 
qui prit une si large part à l'élaboration de toutes les grandes 
mesures du Consulat, et spécialement de la loi du 28 pluviôse 
an VIII, assure que c'est Lebrun qui trouva le terme de préfet, 
désignation quelque peu romaine, qui ne doit pas surprendre 
venant d'un parrain aussi versé dans les lettres latines et 
portant lui-même le titre de consul. Quel qu'eut pu être le 
nom, Bonaparte eut tenu à l'institution : il lui attribuait un 
rôle capital. L'un des sujets d'études les plus intéressants 
pour cette époque est donc l'administration des premiers 
préfets, même lorsque ceux-ci n'ont laissé qu'une notoriété 
modeste, comme celui qui gouverna le département de l'Orne, 
aussi longtemps que Napoléon gouverna la France, et dont 
bien peu d'Alençonnais se doutent qu'ils jn'ononcent encore 
quelquefois et qu'ils estropient un peu le nom, lorsqu'ils 
parlent de la place de la Madeleine. 



I 



C'est avec un large éclectisme, qui était une nouveauté 
significative, que le premier Consul arrêta la liste des quatre- 
vingt-dix-sept titulaires de préfectures qui figurent dans 
l'arrêté du 11 ventôse an VIII (2 mars 1800). On y trouve 
d'anciens collaborateurs d'intendants (2), mais surtout des 
représentants de toutes les nuances du personnel parlemen- 
taire et administratif de la Révolution. Bonaparte n'éprouvait 
aucune répugnance à employer d'anciens Jacobins, pourvu 
qu'ils fussent de ceux qu'il appelait des Jacobins salés (3), les 
Jacobins sucrés lui paraissant indécrottables dans leur 
phraséologie pompeuse, collante et bête. Mais il se fit une 
règle d'envoyer dans chaque département un homme du 

(1) Œuvres, t. HI, p. 313. 

(2) Ainsi Colchen, ancien délégué général du dernier intendant d'Aucli 
et de Pau, Boucheporn, fut nommé préfet de la Moselle. — Rouillé d*Or- 
feuil fils et ancien adjoint de Tintendant de Champagne fut sous-préfet, 
puis préfet de l'Empire. — Et Talleyrand recommandait en l'an Vlli pour 
une place de préfet {Archives Nationales, A F«v 33) le comte d'Agaj', fils et 
ancien adjoint de l'intendant d'Amiens. 

(3) H. Welschinger, Journal des Débats, 7 juillet 19()7. 



178 LE PREMIER PRÉFET DE l/ORXE 

dehors, non compromis dans les luttes, les violences et les 
rancunes locales. C'est ainsi que tandis que la Sarthe donnait 
un préfet à Toulouse, l'ancien Conventionnel Richard, que 
rOrne, allait en 1802, tournir celui de Laon, l'ancien Consti- 
tuant Belzais de Courménil, c'est du Midi que vint celui 
d'Alençon (1). 11 était d'ailleurs d'une classe de fonctionnaires 
dont sept (2) obtinrent, et dont presque tous ambitionnaient 
assez naturellement, le titre de préfets, parce qu'ils en avaient 
ébauché les fonctions, je veux parler des commissaires du 
Directoire près les administrations départementales. 

Celui qui occupait ce poste à Toulouse, Joseph-Victor- 
Alexandre Lamagdelaine (3) était né le 9 décembre 1764 dans 
une localité voisine, faisant actuellement partie du Tarn-et- 
Garonne, Verdun-sur-Garonne. A\ocat et procureur du Roi, 
avec dispense d'âge, près le baillage de Rivière- Verdun, puis 
maire de sa ville natale, il était entré, dès 1790, dans l'admi- 
nistration départementale de la Haute-Garonne, avait été 
membre de son directoire et même, par intérim, procureur 
général syndic. Il avait ensuite rempli les fonctions de prési- 
dent du district de Grenade (près Toulouse) et de juge de 
paix avant d'être, en l'an IV, élu par la Haute-Garonne juge 
au tribunal de cassation. Alors il passa près de quatre années 
a Paris, et ne revint dans la Haute-Garonne qu'en 1799 avec 
le titre de commissaire du pouvoir exécutif près l'administra- 
tion centrale du département. Il prêta le plus actif concours 
qu'il put à la répression de soulèvements contre-révolution- 
naires. « Vous êtes surveillant institué pour l'exécution des 
lois », lui écrivait alors, comme à un vrai préfet, le ministre 
de la guerre qui, dans ce temps-là, maudissait les rois et 

(1) On voit {Archives Mationalea, A F^ 33) qu'au tableau préparatoire 
il était porté au départemnit de l*Aisne tandis qu'au département de 
rOrne figurait Thomas, autie commissaire central, du Midi aussi, de la 
Gironde. Dans des notes non signées que M. E Dejean {Un pré/et da 
Consulat, J.-C. Beufçnot igoy) attribue à la secrétairerie d'Etat, on avait 
écrit de Lamagdelaine : « 11 serait mieux placé dans le Midi dont il connaît 
Tesprit et le langage. On propose de le placer dans le département du Lot 
ou dans celui de la Haute-Garonne. » 

(2) A. Vandal, loc. citât., p. 230. 

(3) Voir son dossier aux -4rc/iiVe« Xationalest F«"» I667. — Voir aussi 
Dictionnaire de la liéçolulion, du D' Hobinet. et surtout Louis Duval, 
Le département de l'Orne en lyi/g-iSoo, Ephémérides de Van VIII 
(Alençon, 1901). 



LE PREMIER PRÉFET DE l'ORNE 179 

qui, plus tard, devait prendre rang parmi eux, le général 
Bernadotle (1). 

Est-ce à raison de cette expérience de la guerre civile que- 
le commissaire de la Haute-Garonne fut envoyé dans un 
département où Louis de Frotté avait prolongé une résistance 
obstinée et où Ton ne s'était saisi de lui à Alençon, malgré 
son sauf-conduit, que le 27 pluviôse an VIII (16 février 1800) 
pour le fusiller le surlendemain à Verneuil? Les documents^ 
qui nous restent ne contiennent rien qui appuie cette 
conjecture. Ils nous apprennent même que Lamagdelaine tut 
d'abord désigné pour le département de TAisne. Le consul 
Cambacérès qui, jurisconsulte et méridional, pourrait bien 
avoir été son patron, le recommandait en ces termes : « De 
rintelligence. Il s'est livré au parti de Texagération sans ei\ 
professer les dogmes. Il faudrait l'employer dans un départe- 
ment moins éloigné de ses habitudes ». On ne le rapprocha 
guère du Midi, puisque c'est comme titulaire de la préfecture 
de l'Orne qu'il figure dans les nominations du 11 ventôse 
(2 mars). Son acceptation donnée, il reçut sa commission 
datée du 23 ventôse (li mars). Retenu par une indisposition, 
il ne put quitter Toulouse que le 16 germinal (6 avril). Il passa 
par Paris, et c'est seulement le 19 floréal (9 mai) que les 
Alençonnais, vers la fin du jour, le virent arriver, que 
l'administration centrale s'assembla pour le recevoir et qu'il 
fut installé à la préfecture. 

Il n'y avait pas tout à fait dix années que le dernier inten- 
dant avait dit adieu (2) à ce grand logis Louis XIII, qui 
n'avait eu depuis lors que des hôtes de passage, — directoire 
du département — conseil générai — administration centrale 
— représentants en mission, sortes de commissaires départis 
intermittents. Maintenant seulement Jullien allait avoir un 
vrai successeur. Il restait sur les lieux un certain nombre de 



(1) Voir Proclamation 3 fructidor an VII (25 août 1799). Bib. Nat. Lb 2 
2472. — Voir aussi une Proclamation de Lamagdelaine 15 pluviôse an VIII 
(4 février 1800). Bib. Nat. L» a 473. Dans Les origines de la France 
contemporaine, Régime moderne, I, 133, Taine cite des lettres de Lamag- 
delaine de thermidor et fructidor an VII (août 1799). 

(2) En juillet 1790. — De Jullien, le dernier intendant de la généralité 
d* Alençon, j'ai déjà esquissé l'étude {Bulletin de la Société Historique de- 
VOrne, 1893), et je la développerai daus un volume en préparation. 



180 LE PREMIER PRÉFET DE l'oRNE 

ses anciens collaborateurs (1) el plusieurs allaient être appelés 
à reprendre leur tâche. Mais bien des changements s'étaient 
opérés. Beaucoup des obstacles, plus nombreux que Ton ne 
croit d'ordinaire, auxquels se heurtait l'administration royale, 
avaient disparu emportés par les progrès de la centralisation 
et de l'unification françaises. Néanmoins les préfets n'étaient 
plus d'aussi grands personnages que les intendants. Ils 
avaient moins d'initiative et d'autorité. Ils n'avaient point, 
par exemple, la nomination de leurs sous-prélets, tandis que 
les intendants choisissaient eux-mêmes leurs subdélégués. 
Surtout ils étaient plus nombreux — trois fois plus nombreux 
— et ils gouvernaient des circonscriptions moins vastes. 
D'Alençon par exemple avaient cessé de dépendre Falaise, 
Lisieux, Couches, Bernay, V^erneuil, Nogent-le-Rotrou. Ce qui 
n'empêche pas que le premier préfet n'ait dû être accueilli par 
beaucoup de ses administrés avec une déférence presque 
religieuse, comme une sorte de Providence, « représentant 
du pouvoir, avec tout ce que ce dernier mot contient pour la 
province de prestige in(|uiétant, de puissance anonyme et 
aveugle, d'alternative de manne bienfaisante ou d'inéluctable 
malheur (2) ». 

Le ministre de l'Intérieur Lucien Bonaparte avait tracé aux 
prélets leur ligne de conduite dans la circulaire du 21 ventôse 
(12 mars), dont un journal du temps (3) vante « l'éloquence 
vraiment sentimentale » et dans laquelle nous admirons le 
langage d'un gouvernement vraiment national ; puis par sa 
circulaire du 6 floréal (26 avril) il leur avait recommandé de 
ne pas abuser des proclamations et des placards (c reste 

(1) Poimbœuf, l'ancien secrétaire de l'intendance, n'a guère cessé durant 
toute la période intermédiaire, de remplir quelque fonction : il est payeur 
•du département en l'an VIII et sera l'un des premiers administrateurs du 
dépôt de mendicité reconstitué. Des contrôleurs des Contributions directes 
nommés en l'an Vlll plus d'un avait été jadis employé aux vingtièmes. 
Le vieil ingénieur Bœsnier dirige toujours le service des Ponts et Chaussées : 
il se décide en l'an IX à demander non sa retraite, mais un coadjuteur, et 
il meurt l'année suivante, dans son hôtel de la rue des Petites-Poteries, 
âgé de quatre-vingt-deux ans {Bulletin de la Société Historique de VOrne^ 
1897). L'hôtel où réside le préfet, après l'intendant, garde le même archi- 
tecte, Delarue. 

(2) L. BatifTol [Re^ue Hebdomadaire, 31 août 1907) à propos du livre de 
M. E. Dejean sur : Un préfet du Consulat. 

(3j Le Citoyen Français, 23 ventôse an VIII. 



LE PREMIER PRÉFET DE l'ORNE 181 

d'égarement révolutionnaire ». Le préfet de l'Orne ne crut 
pourtant pas qu'il lui lût interdit de s'annoncer par une petite 
proclamation (1). Ellle porte la date du jour même de son 
arrivée (19 floréal-9 mai). Il l'avait rédigée d'avance, et il n'y 
dit rien « d'un événement très fâcheux » dont il avait, 
raconte-t-il à son Ministre (2), failli être témoin le 18 floréal, 
entre Saint-Maurice et Mortagne, l'attaque par cinq hommes 
armés, emhusqués dans un bois, d'une diligence à laquelle 
ils avaient volé environ 1200 irancs. « Puissé-je... lit-on dans 
son adresse, ramener et maintenir dans ce département la 
paix et la tranquillité ! Que toutes les erreurs soient oubliées, 
tous les ressentimens éteints ; que ces iunestes dénominations 
de partis, qui produisirent tant de malheurs ne soient plus 
rappelées... Jt» protégerai spécialement les amis du Gouverne- 
ment ; justice aussi prompte qu'impartiale sera constamment 
rendue à tous mes administrés... Bons habitans des cam- 
pagnes, agriculteurs utiles, et vous, non moins intéressans 
pour la prospérité publique, manufacturiers, négocians, 
reprenez, continuez avec zèle vos précieux travaux ; la puis- 
sante protection du Gouvernement vous est assurée ». 

Les habitants de l'Orne ne durent pas être très renseignés 
par cette prose onctueuse sur le caractère de leur préfet. Nous 
le sommes davantage aujourd'hui. Sans parler du témoignage 
honorable (3) que lui rendit, dès l'an IX, le Conseiller d'Etat 
Fourcroy, lors de son passage à Caen, nous pouvons, en 
quelque sorte, écouter causer sur lui un homme de beaucoup 
d'esprit et très fin observateur, Rœderer, le titulaire de la 
sénatorerie (4) de Caen, auquel on avait donné une maison 
à Alençon. Il connaît bien Lamagdelaine et n'est nullement 

(1 et 2) Arch. Nat. F>"' 166i. J'ai donné le récit de cette attaque de 
diligence dans un Rapport sur les travaux de la Société historique de 
VOrne {Bulletin, 1900, p. 407). 

(3) « Le préfet de l'Orne est un liomme doux, qui a des formes agréables 
et dont l'administration plaît, en général aux liabitans de son département, 
il a la fermeté convenable pour résister aux entreprises et aux menées des 
prêtres fanatiques qui menacent souvent la tranquillité de ses administrés. 
11 parait avoir une connaissance exacte de tous les objets de son adminis- 
tration ». Arch. yai. A Fiv 1018. 

(4) J'ai donné au Correspondant du 25 octobre 1907 une étude sur 
Les sénatoreries et dans le Bulletin de C Union Bas-Normande et Perche- 
ronne de Novembre- Décembre 1907 quelques détails de plus sur la séna- 
torerie de Caen, 



182 LE PREMIER PRÉFET DE L'ORNE 

malveillant à son égard. Sans doute, d'après une tradition que 
l'on peut bien se permettre de rapporter, puisqu'elle a été 
recueillie par M. de la Sicotière (1), un jour où il se trouvait 
que le préfet était trop mauvaise maîtresse de maison et 
laissait trop voir qu'il manquait de femme légitime, il lui 
arriva de crayonner du bout du doigt, sur une de ses glaces 
sale de poussière, les lettres suivantes : c. o.. c h... Mais il 
en parle plus longuement et autrement dans ses rapports (2) 
sur la sénatorerie. En 1803, il le déclare « homme de cabinet, 
administrant avec fermeté, ayant le goût et l'habitude des 
affaires ». En 1805, il le montre « glorieux de penser que le 
département qui a été le plus troublé par la guerre civile et le 
brigandage est aujourd'hui le plus tranquille (3) ». En 1811, 
à la préfecture d'Alençon, il répond à l'Empereur qui lui 
demande si on est content du préfet : « Pour les affaires c'est 
un homme très sûr. Intégrité, probité, justice, il n'y a que du 
bien à en dire. Pour le personnel, il est un peu sauvage. 
Il entend mieux les affaires que le monde et la société. Dans 
un pays voisin de la Vendée, c'est un homme utile »-. 
On aperçoit quel genre d'homme dut être le premier préfet de 
l'Orne, qui signa d'abord le Citoyen, puis en 1809 le Chevalier,, 
et enfin, en 1810, le Baron Lamagdelaine. 



II 



Un admirateur passionné — je devrais du*e un adorateur 
— de l'œuvre napoléonienne, — M. Frédéric Masson, exaltant 

(1) VOrne historique et archéologique^ p. 165. 

(2) On trouve au tome III des Œnvres du Comte Rœderer ces deux 
rapports et les notes sur le passage de Napoléon à Alençon en 1811. 

(3) Il est absolument dévoué à l'Empereur; son collègue de la Manche, 
M. Costaz ne Test pas moins. <k M. Costaz, poursuit Hœderer, a quelques 
restes d'opinions républicaines, mais dés qu'il s'aperçoit qu'elles pourraient 
ne pas s'accorder avec les vues ou les intérêts de l'Empereur, il les secoue. 
M. Lamagdelaine, élevé dans la révolution et la république, mais moins 
raisonneur que M. Costaz, n'a pas même besoin de s'arraisonner. Dans les 
cas où les intentions de l'Empereur sont douteuses chacun se décide par 
l'opinion qu'il s'en forme. Ainsi ni l'un ni l'autre n'estime les prêtres ; 
mais M. Costaz croit que l'Empereur souhaite qu'ils soient honorés et 
M. Costaz les accompagne à la procession de la Fête-Dieu. M. Lamagde- 
laine croit que l'Empereur veut qu'ils soient contenus et surveillés... il n'a 
point été à la procession de la Fête-Dieu ». 



LE PREMIER PRÉFET DE l'ORNE 183 

réceiTimenl le préfet (1), disait de lui : « Enumérer ses attri- 
butions, ce serait résumer la vie nationale, dont il est l'agent 
essentiel ». On ne tentera pas ici ce résumé à propos de 
Lamagdelaine. Ce qu'il y a de plus important et de caractéris- 
tique en ces multiples fonctions semble pouvoir se ramener 
à deux grands chefs principaux. D'une part le préfet, cet 
empereur au petit pied, selon l'expression de Napoléon lui- 
même (2), a, dans sa circonscription, la haute inspection de 
tous les services de l'Etat, veillant à leur fonctionnement 
régulier et à leur coordination, au maintien de l'ordre, à la 
sécurité nationale ; de là le droit de prendre des arrêtés de 
police, de requérir la force armée, de là aussi le devoir de 
renseigner et d'éclairer le pouvoir central. D'autre part il a 
charge de gérer plus spécialement les intérêts de la région qui 
lui est confiée, ou d'exercer une tutelle impartiale sur leurs 
gérants. Quelques exemples suffiront pour donner une idée 
de la manière dont le préfet de l'Orne s'acquittait de cette 
double tâche, particulièrement difficile à remplir à l'issue de 
dix années de désordre révolutionnaire (3). 

Faire la police n'était pas une sinécure. Les documents de 
l'époque sont remplisd'histoires de brigands. Lamagdelaine, la 
veille même de son arrivée à son poste, avait failli être témoin 
d'une attaque de diligence. Des incidents du même genre sont 
relatés nombreux dans les curieuses Ephcmérides de Van VIII 
que nous devons à M. Louis Duval. On pourrait montrer (4), 
avec une abondance fastidieuse de pièces à l'appui, qu'ils ne 
cessent pas d'être fréquents les années suivantes. Les remous 
tumultueux ne tombent pas de suite après les grandes 
tempêtes. Le préfet sans doute n'avait point à faire propre- 
ment métier de gendarme, ni déjuge criminel. Mais il devait 
avoir le souci que les forces de résistance fussent suffisantes, 
et il ne se désintéressait pas des recherches. C'est ainsi que le 
17 messidor an VIII (6 juillet 1800) il met à la disposition du 

(Il Le Gaulois, 11 juillet 1907. 

(2) Las Cases, Mémoires de Sainte-Hélène, II, p. 400. 

(3) Voir mon étude L'an VI H dans VOrne au Bulletin de la Société 
historique de VOrne, 1899. 

(4) Voir notamment Extraits des rapports de police générale du 
i6 pluviôse an VIII (5 février 1800) an sy nivôse an IX (19 janvier 1801). 
{Bib. ^Vl^ Ms. fr. 11361). 

15 



184 LE PREMIER PRÉFET DE l'oRNE 

sous-préfet de Mortagne un peu des fonds modiques dont il 
dispose pour l'espionnage : il lui recommande de ne payer 
qu*après service rendu, de ne pas dépasser 80 fr., de n'ajouter, 
si Ton réclame pour menues dépenses au cabaret, que six ou 
sept francs (1). Puis il pouvait indiquer au gouvernement 
et appliquer lui-même, le meilleur moyen de mettre fin à ces 
troubles, de dissocier les éléments disparates qui s y mêlaient, 
bandits plus ou moins déguisés en militants politiques, ou 
honnêtes gens révoltés ne demandant qu'à travailler en paix : 
ce moyen c'était de donner au pays lassé un peu d'ordre et de 
justice. 

La police la plus ennuyeuse à faire, pensait vraisemblable- 
ment Lamagdelaine, est celle des cultes et du clergé. Vous me 
direz que ces ditficultés seraient bien simplifiées, si l'Etat 
considérait moins la religion comme une afi'aire de sa 
compétence, comme un service public à régir, ou une calamité 
publique à combattre. Mais cette manière de voir, que je 
crois juste, n'était guère répandue alors dans le monde 
gouvernemental. En tous cas, elle n'était nullement en faveur 
parmi les membres de l'Eglise constitutionnelle, qui essayait 
de se reconstituer et de redevenir Eglise officielle. Le préfet 
de l'Orne trouva ceux-ci assez actifs dans son département, et 
dut être influence par eux. Il admit vite dans son intimité 
Lelièvre, futur président du Conseil général et ancien vicaire 
épiscopal de Lefessier, qui était devenu maire de Séez. Lorsque 
l'évêque concordataire Mgr de Boischollet solennellement 
installé le dimanche 25 juillet 1802 (6 thermidor an X) vient, 
le mois suivant, pour la fête du 15 août, passer trois jours à 
Alençon, il est logé et nourri à la préfecture. Mais Lelièvre 
écrit triomphalement à Le Fessier : « Personne ne l'a fêté... 
Je ne lui ai pas seulement dit bon jour, quoique j'aie passé le 
dimanche trois quarts d'heure dans le même appartement que 
lui et que j'aie ensuite dîné avec lui chez le préfet (2) ». 
Contre les prêtres qui avaient refusé tout serment ou n'avaient 
prêté que la promesse de fidélité à la constitution, les récla- 
mations et les dénonciations des jureurs étaient incessantes. 
Ces dissensions prenaient parfois un caractère macabre, 

(1) L. Duval, Inr. citai, p. 220. 

(2) Arch. IVnt. Vi 7429. 



LE PREMIER PRÉFET DE l'oRNE 185 

comme il arriva au printemps 1802, à Carrouges (1), où deux 
fosses se trouvèrent creusées pour un seul cadavre. Sonneries 
de cloches, églises, presbytères, donnaient de continuels 
tracas au malheureux préfet. On devine de combien de solli- 
citations et de délations il fut assailli lorsque le gouvernement 
exigea que lui fussent soumises les premières nominations, 
non seulement aux cures, mais à toutes les succursales. C'est 
avec conviction que, le 25 novembre 1802, il écrit au citoyen 
Poriquet, juge au tribunal de Cassation, combien il souhaite 
d'être enfin débarrassé de « cette désagréable afîaire » (2). 

Est-ce pour veiller à la police de son département que le 
prétet se fit initier à la loge maçonnique d' Alençon la Fidélité, 
dont son secrétaire Louis Du Bois était un des frères les plus 
fervents, de même que le sous-préfet Barbotte fit partie, en 
1803, d'une loge qui eut la vie courte, comme le pendu de 
Domfront (3)? Je n'oserais dire ni oui ni non. 

Comme gérant ou tuteur des intérêts départementaux, 
Lamagdelaine fit d'utile besogne, dont le détail pourrait inté- 
resser ceux qui en ont charge aujourd'hui. Il désigna au 
choix du gouvernement les vingt-quatre membres du Conseil 
général, qui au terme de leur première session (14 thermidor 
an VIII — 2 août 1800) présidés par le général Le Veneur, 
donnèrent des louanges sans réserves audit gouvernement et 
à l'administrateur qu'il leur avait envoyé (4). Combien lui 
fallut-il de patients efTorts pour remettre en ordre et pour 
développer un peu les grandes routes et les chemins I Leur 
état de délabrement était l'image apparente et fidèle de beau- 
coup d'autres ruines. La plupart des établissements hospitaliers 
offraient un spectacle dont « la sensibilité est douloureuse- 
ment affectée », comme dit un conseiller général du temps, à 
propos de l'hospice de Domfront, où sur vingt-quatre enfants 
reçus il en était mort vingt-deux (5). Si peu dévot que fût 

(1) Arch. Nat. F' 9 45». 

(2) Curieuse lettre, dont l'original se trouve entre les mains de 
M. H. Tournoûer et qu'il m'a gracieusement communiquée. 

(3) Voir de Loucelles, Histoire générale de la franc-maçonnerie en Nor^ 
mandiPf 1875. 

(4) Dés la session de l'an IX on sollicite pour lui une augmentation de 
son traitement qui est de 8.000 fr. 

(5) L. Duval, loc, citât, p. 280. 



186 LE PREMIER PRÉFET DE l'ORNE 

Lamagdelainc il était heureux de voir dans ces maisons 
rentrer les religieuses, qu'il désignait sous cet euphémisme 
dames respectables ; il rendait hommage à leur économie, 
leur intelligence, leur dévouement. II admire en Tan XIII 
(13 Vendémiaire, 6 octobre 1803), les progrès merveilleux 
qu'elles ont su réaliser. « Que serait-ce, écrit-il (1) si le gou- 
vernement s'empressait de rendre aux hospices les biens dont 
ils ont été dépouillés avec autant d'ineptie que d'inhumanité I » 
Il faut signaler enfin la reconstitution, en 1809, d'un dépôt de 
mendicité, dont l'établissement avait tant occcupé, une quaran- 
taine d'années plus tôt, l'intendant Jullien. 

L'une des œuvres les plus laborieuses du premier préfet fut 
l'organisation des communes. On les maintint beaucoup plus 
nombreuses qu'il n'eût souhaité. Dans une lettre à son ami 
Poriquet (2), il semble n'en proposer que 300 seulement. 
Sa besogne eut été ainsi un peu simplifiée pour le choix des 
maires, qui n'étaient pas faciles à trouver au début. C'était à 
qui éviterait ces fonctions, qui ne sont un peu convoitées et 
demandées que plus tard. 

Lamagdelaine ne faisait pas tout son travail à la préfecture : 
chaque année il parcourait son département. Dans sa tournée 
de juillet 18l)3 (thermidor an XI), il passe à Juvigni, Dom- 
front, Sées, Mortrée, Argentan, Briouze, Exmes, Laigle, 
Tourouvre, Longny, Rémalard, Belesme, Le Mesle-sur-Sarthe. 
Il préside des conseils de recrutement et des séances de vacci- 
nation. Il voit et fait causer individuellement les juges 
de paix. Il s'intéresse aux établissements nouveaux qui 
peuvent développer la richesse du pays, ceux de Redern 
« un riche comte Prussien », dit-il (3), qui possède de 
grosses forges dans les arrondissements de Domfront et 
d'Alençon, qui s'occupe de procurer à ses ouvriers des habi- 

(1) Voir aux Archives Nationales (F « c m Orne 8 et 9) un certain 
nombre de ses comptes-renius trimestriels et de ses comptes de tournée. 
M. Léon Lallemand (La Révolution et les Pauvres, 1898, p. 144 et 150) cite 
une lettre de Lamagdelaine (Arch, Nat, F<5 387) datée du 16 Messidor an IX 
(5 Juillet 1801) se félicitant du retour des sœurs dans les hospices et décla- 
rant que leur renvoi avait été une calamité. 

(2) 17 floréal an X (7 mai 1802). (Lettre communiquée par M. H. Tour- 
noûer). — De même il avait rêvé, et il tenta sans aucun succès, d'organiser 
les bureaux de bienfaisance par canton. 

(3) Dans son compte de tournée du 16 octobre 1810. 



LE PREMIER PRÉFET DE l'ORNE 187 

talions salubres et propres, qui défriclie et plante, ceux de 
Richard Lenoir, ce hardi capitaine d'industrie dont les 
filatures occupent tant de bras à Alençon et à Séez, et dont la 
dernière usine en activité sera celle de Laigle, brûlée en 1814. 
Il convient enfin de ne pas oublier tout à fait ceux qui 
furent alors les collaborateurs de Tadministration préfecto- 
rale : — les membres du Conseil de préfecture institué par la 
loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800), Vaugeon et Levé, 
anciens membres de l'administration centrale du département, 
Frainais-Dupré, ancien commissaire du Directoire exécutif, 
Chartier, ancien membre du Direccoîre du département, et 
Vieilh, ancien maire d'Alençon en 1793 (1) ; — les sous- 
préfets (2), que Ton choisissait alors volontiers daiis le pays 
même, parmi les notables, comme Delestang à Mortagne, 
Barbotte ancien membre de la Législative à Domf ront, Boufi'ey 
futur député (1808) puis Roulleaux-Dugage à Argentan, 
M. de Chambray à Alençon quand le décret du 26 décembre 
1809 eut doté de sous-préfets les chefs-lieux de département ; 
— Renault, un secrétaire général qui était très antipathique 
à son préfet, et qui resta pourtant en fonctions juxqu'aux 
Cent jours ; — Louis Du Bois, son secrétaire particulier, 
ancien biblothécaire de l'Ecole Centrale, actif lettré, écrivant 
beaucoup et dont les Mémoires (3) seraient curieux à consulter 
pour connaître, sinon l'histoire, du moins les histoires de 
l'époque. 

III 

Sur le fond un peu monotone de vie régulièrement labo- 
rieuse qui fut celle de Lamagdeiaine dans l'Orne se détachent 
quelques journées marquantes : — installation solennelle de 
Tévêque à Séez le 25 juillet 1802 ; — réceptions à la sénatore- 
rie (4) ; — fêtes qui font sonner des noms de victoires ou 
solennisent de grandes dates napoléoniennes, depuis Marengo 

(1) Sur tous ces personnages, comme sur Louis Du Bois, consulter Louis 
Duval, loc. citât. 

(2) Voir mon étude Uan VUl dans VOrne. 

(3) Ces Mémoires inédits sont conservés par M. Emile Travers. 

(4) Ancien couvent de la Visitation, aujourd'hui caserne Ernouf. 



188 LE PREMIER PRÉFET DE LORNE 

en juin 1800 jusqu'à la naissance du roi de Rome (20 mars 
1811). — C'est deux mois plus tard, le vendredi 31 mai, 
avant-veille de la Pentecôte, à sept heures un quart du soir, 
que Napoléon et Marie-Louise, revenant de Cherbourg et 
partis le matin de Saint-Lô, arrivaient à la préfecture d'Alen- 
çon. Ils partirent le dimanche matin pour aller coucher 
à Chartres. Ce n'est pas ici le lieu de décrire les réjouissances 
et les réceptions, dont ce séjour impérial fut l'occasion, la 
brutalité avec laquelle l'Empereur traita Mgr de Boischollet 
et lui arracha sa démission, l'arrestation de son grand-vicaire 
Legallois : journées connues d'ailleurs, et durant lesquelles 
e personnage le plus en vue dans la ville ne fut pas le 
préfet (1). 

C'est vers lui au contraire que se portèrent beaucoup de 
regards, lorsqu'au commencement d'avril 1814 les Âlençonnais 
apprirent la chute de l'Empire. Qu'allait faire le haut fonc- 
tionnaire qui, en ces dernières années, surtout s'était proclamé 
le séide de Napoléon ? D'abord il ne fit rien, se tenant soigneu- 
sement coi et invisible. Puis, le 13, il partit brusquement pour 
Caen, afin de présenter ses hommages à Monseigneur le duc 
de Berry. Le 20, il fit imprimer pour les habitants du départe- 
ment une proclamation qui se terminait par un chaleureux : 
Vwe le Roi ! et dans laquelle il disait : « Jetons un voile 
prudent et religieux sur le passé : fixons uniquement nos 
regards sur la riante perspective d'un avenir réparateur » (2). 

Manifestation inutile. Le 27 avril, le Comte Beugnot, jadis 
son collègue comme préfet de Normandie, maintenant 
commissaire provisoire au département de l'Intérieur, lui 
écrit que « pour des raisons qui tiennent à l'état actuel des 
choses, et qui sont étrangères à toute personnalité, » on lui 
nomme un successeur. Le Vicomte de Riccé arrive le 3 mai, 
et très correctement le Baron Lamagdelaine lui fait, le 4, la 
remise du service. Onze mois plus tard, en avril 1815, les 
rôles sont renversés. A la préfecture dont s'est éloigné Riccé 



(1) EUes lui valurent pourtans la croix d'officier de la Légion d'honneur 
(Journal du département de VOme, 7 Juillet 1811). 11 était cheyalier depuis 
l'an XII. 

(2) Arch, Nat. F 1 b I I667. 



LE FKHMIER PRÉFET DE l'ORNE 189 

et oii il va bientôt reparaître, rentre Lamagdelaine venant 
comme l'Empereur, faire ses cent jours (1). 

Dans une lettre à Beugnot, qu'il écrivait le 1"* mai 1814, 
et qui est bien son testament de préfet, on lit : « Pendant 
les quatorze années que j'ai administré le département de 
l'Orne, je n'ai pas reçu un seul reproche ni de vos prédéces- 
seurs, ni des autres ministres, sur le fond d'aucune affaire et 
ma conduite administrative... J'ai exécuté les ordres de 
l'ancien gouvernement... Fonctionnaire depuis l'âge de vingt 
ans (ayant exercé avant la révolution au moyen des dispenses 
d'âge que j'avais obtenues) je rentre dans la vie privée... » 
avec le désir, aurait-il pu ajouter, de n'y être pas laissé trop 
longtemps par le gouvernement du roi. Il eût volontiers 
continué, comme nombre de ses collègues qui restèrent en 
place, ou changèrent seulement de préfecture, à servir... la 
France, n'est-ce pas? Le préfet de la Marne, le Baron de 
Jessaint ne demeura-t-il pas fixe à Châlons^ de 1800 à 1838 ? 
Longévité administrative comparable à celle de l'intendant 
d'Alençon Lallemant de Levignen, qui avait occupé la vieille 
maison de Madame de Guise de 1726 à 1766. 

Le souvenir et la trace du premier préfet de l'Orne se per- 
dirent vite, bien avant sans doute qu'il mourût obscurément 
à Paris le 5 novembre 1839 (2). Pourtant il n'avait pas fait 

(1) Il y a deux décrets de nomination de Lamagdelaine dans TOrne 
{Arch. Nat. F> - > 166 7) l'un du 22 mars, l'autre du 6 avril 1815. On avait 
hésité à l'envoyer dans ce département où l'Empereur songea à maintenir 
le préfet qui était en fonction — Lamagdelaine retrouva à Alençon comme 
sons-préfet, que « dans le courant de mai on en était encore a révoquer, 
M. de Chambray ancien officier amputé, qui avait déclaré que du seul bras 
qui lui restait il tuerait l'empereur », rapporte M. Jacques Régnier dans 
son intéressant ouvrage Les Préfets da Consulat et de VEmpire (1907). 
— Le 31 mai, le préfet écrit au ministre de l'Intérieur qu'il provoque des 
fédérations de bons citoyens ; il s'en est déjà formé à Argentan, Alençon, 
Domfront ; il s'en prépare à Mortagne. « Un des principaux avantages de 
cette fédération, continue-t-il, sera, je n'en doute pas, de ranimer l'esprit 
public, qui en a le plus grand besoin... Il y a encore beaucoup à faire, les 
fédérés se trouvant dans un nombre infiniment disproportionné avec la 
masse des habitans ». {^Arch, Nat. F« c m Orne 14). 

(2) Son acte de décès lui donne les titres de baron et d'ancien préfet, 
céiibataire, domicilié rue Colbert n» 2, âgé de soixante-quinze ans environ. 
Aucun des déclarants n'est son parent. 11 avait eu deux sœurs dont l'une 
avait épousé un M. de Binieix, cousin de l'amiral mort glorieusement 
au combat d'Aboulcir (1798). C'est seulement en 1819 qu'il avait transféré 
son domicile politique d'Alençon à Paris fArch, de VOrne série M, Etat-civil 
des électeurs, lettre L), • • 



190 LE PREMIER PRÉFET DE l'ORNE 

besogne inutile. N'aurait-on pu dire de lui, comme on Ta 
dit (1) de Beugnot, préfet de Rouen, qu'il s'était un peu 
modelé « sur l'intendant de l'ancien régime, l'intendant à la 
manière de Turgot », dont Alençon avait eu un excellent 
exemplaire? Renouant la tradition de ces administrateurs, qui 
n'avaient pu être supprimés que par un entraînement mani- 
feste d'esprit anarchique, il avait contribué, pour sa part, à 
restaurer une pièce essentielle de notre organisme gouverne- 
mental. Et si elle n'avait pas rendu entre sef= mains tout ce 
que l'on pouvait espérer, était-ce sa faute à lui seul ? Etait-ce 
sa faute, si la France taisait des révolutions, et si, manquant de 
racines traditionnelles assez fortes, le pouvoir qu'il servait 
n'arrivait pas à maintenir plus constamment dans la pratique 
le programme formulé le 11 ventôse an VIII (2 mars 1800)? 
(( Vous n'avez point, disait-on aux préfets, à administrer au 
gré des passions ou des caprices d'un gouvernement versatile, 
incertain de son existence, inquiet sur sa durée... Le Gouver- 
nement... ne connaît plus de parti, et ne voit en France... que 
des Français... Accueillez tous les Français... Les méchants 
et les ineptes sont seuls exclus de la confiance et de l'estime 
du Gouvernement ; n'admettez pas d'autre titre d'exclusion à 
la vôtre ». Belles instructions, trop rarement en honneur I 
Il faut pourtant se persuader que les bonnes maisons font les 
bons serviteurs, et que la bonne politique permet seule de 
tirer pleinement prrti des bons préfets. 

Baron J. A. des ROTOURS. 



LISTE DES INTENDANTS D'ALENCON 

Donnée, d'après Odolant-Desnos, dans VInçeniaire sommaire 
des Archives départementales de VOrne, séries G et D (1877)» 

1636-1644 Thiersault (Pierre), seigneur de Couches. 

1644-1664 Fa V 1ER (Jacques), seigneur du Bouley. 

1664-1672 MARLE(Bernard-Hector de), seigneur de Versigny. 

1672-1676 Colbert (Michel). 

(1) Et. Dejean^ loc% ciiat% p. 429. 



LE PREMIER PRÉFET DE l'oRNE 19^ 

1676-1677 Méliand (Claude), seigneur de Bréviande. 
1677-1684 Barillon (Antoine), seigneur de Morangis, etc. 
1684-1689 Jlbert de Bouville (Michel-André), marquis 

de Bizy. 
1689-1700 Pomereu (Jean-Baptiste de), seigneur de la 

Bretèche. 
1700-1702 PiNON (Anne), seigneur de Quincj'. 
1702-1705 BAUYN(Nicolas-Prosper),seigneurd*Angervilliers, 
1705-1708 Guerchois (Pierre - Hector de), seigneur de 

Sainte-Colombe, etc. 
1708-1713 Jubert de Bouville (Louis-Guillaume), marquis 

de Bi2j\ 
1713-1715 Feideau de Brou (Paul-Esprit), seigneur de 

Villeneuve-aux-AuInes, etc. 
1715 Foulé (Etienne-Hj'^acinthe), seigneur de Mar- 

tangis,. etc. 
1715-1720 Barberie (Jjjcques), marquis de Courteilles. 
1720-1726 PoMMEREU (Micliel-Gervais-Robert de). 
1726-1766 Lallemant (Louis-François) Comte de Lévignen» 
1766-1790 JuLLiEN (Antoine-Jean-Baptiste-Alexandre) (1). 



LISTE DES PRÉFETS DE L'ORNE 

{Annuaire de l'Orne, 1907). 

Le Baron Lamagdelaine, 23 ventôse an VIII (14 mars 1800). 

Le Vicomte de Riccé, 25 avril 1814. 

Le Baron Lamagdelaine, 22 mars 1815. 

Le Vicomte de Riccé, 14 juillet 1815. 

Le Marquis de la Morélie, 6 août 1817. 

Le Marquis Séguier, 2 janvier 1823. 

Le Comte de Kersaint, 2 avril 1830. 

Clogenson (Jean), 5 août 18i^0. 

Derville-Maléchard (Cl. J. F.), 14 juillet 1833. 

Mancel (Eugène), 21 octobre 18^i6. 

Le Comte Langlois d*Amillv, 25 mai 1837. 

(1) V Inventaire sommaire omet son dernier prénom et donne à tort^ 
pour la fin de ses fonctions, Tannée 179U 



192 LE PREMIER PRÉFET DE L'ORNE 

ViDAiLLAN (de), 9 décembre 1848. 

Le D*^ Berrier-Fontaine, com»"« du gouvernement, 1848, 

Hérouard, commissaire-adjoint, 10 avril 1848. 

Visinet (Auguste-Théodore), 6 juillet 1848. 

Paulze d*Ivoy (R.), 20 novembre 1849. 

Le Baron Clément (Ch.-J.-B.), 6 décembre 1851, 

Le Baron Jeanin, 4 mars 1853. 

Matharel (Victor de), 5 juillet 1859. 

Magnitot (A. Le Rat de), 5 mars 1863. 

Christophle (Albert), 6 septembre 1870. 

DuBOST (Antonin), 3 janvier 1871. 

Le Baron de Vaufreland, 23 mars 1871. 

Larnac (Léon), 16 décembre 1874. 

Lagrange de Langre (P.-S), 13 avril 1876. 

Béchard (A.), 12 juin 1877. 

Ferron (Henri de), 18 décembre 1877, 

Reboul (J.-L.-E.), 12 janvier 1880. 

Robert de Massy (Maurice), 28 lévrier 1882. 

DouciN (Eugène), 29 novembre 1883. 

Sée (Eugène), 12 février 1886. 

Leroux (Gabriel), 16 août 1887. 

Beverini-Vico, 25 mai 1889. 

CouppEL DU LuDE (R.), 12 tévricr 1890. 

Bret (Léonce), 26 mai 1896. 

MoussARD (Emile), 9 septembre 1902. 

Linière (Georges Fradin de), 5 septembre 1904. 



LE BULLETIN 



DE LA 



Société Historique et APc()éologIqUe de fOppe 



Hélas ! que f en ai çu tomber de ces Reçues 
Ecloses au printemps et mortes aux frimas ! 
Estimables pourtant, légères de béçues. 
Elles disparaissaient y un instant entreçueSy 
De toutes les couleurs et de tous les formats. 

Mais notre Bulletin, par son mérite insigne, 
Quand des çoix présageaient un avenir brumeux, 
De ses nobles parrains d^ abord se montra digne 
Et sans peur affrontant la critique maligne. 
Se fit place au soleil parmi les plus fameux, 

La Sicotière aimait ce fils de sa pensée 
A qui Le Vaçasseur chantait ses plus beaux çers ; 
Contades, plume fine, açec goût nuancée. 
Pour lui faisait reçiçre une époque éclipsée ; 
Beaucoup le nourrissaient de parchemins diçers. 

Pour Venleçer aux deux. Loriot dans V extase 
Empennait une strophe au pindarique essor ; 
Appert, peu curieux de clieçaucher Pégase, 
De documents précis lestait sa docte phrase; 
Bref tous s'évertuaient à lui faire un beau sort» 

Le temps fuit, allongeant la douloureuse liste 
Des premiers traçailleurs que nous avons perdus : 
Vigneral, érudit dont la mort nous attriste, 
Rombault au caste front, ce savant latiniste 
Que Loriot parfois nommait Romboaldus ; 



194 LE BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE L'ORNE 

Le graine historien de V auteur d'IIélotse, 
Beaudoin, qui fui pour nous secrétaire zélé ; 
De Broise, dont la presse est d'illustre maîtrise 
Et qui nous la prêta pour tenter V entreprise ; 
Blanchetière pleurant son donjon écroulé ; 

Lecointre, qui montra des vertus héroïques 
Contre les Prussiens vainqueurs de la cité ; 
Barret, que vous charmiez cartulaires antiques; 
Tirard, le doux chercheur de menhirs authentiques. 
Par qui notre Bocage est décrit et chanté. 

Grâce à tous ces vaillants de V Archéologie, 
Le Bulletin grandit, sûr de ne pas périr. 
Il contenait de tout dans sa sphère élargie : 
Histoire, linguistique, et généalogie, 
Jusqu'à des vers ! Cela ne Va pas fait mourir. 

Il poursuit son chemin depuis vingt-cinq années. 
Protecteur du gf^and art légué par les aïeux, 
S' indignant à V aspect d'églises profanées. 
Défendant vieux châteaux el tours abandonnées. 
Ruines qu'il dispute aux ans injurieux. 

Vous, que nous avons fait notre grand dignitaire, 
Tournoiier, par vos talents ce choix est mérit} ; 
Estimant notre groupe un peu trop sédentaire. 
Vous dîtes : Voyager sera plus salutaire : 
Donc qui'm'aime me suive ite et docele. 

A la voix de ce chef au savoir impeccable. 
Tous les ans on répond : De ta suite, j'en suis ! 
L'itinéraire est prêt, d'un tracé remarquable. 
Car notre Président, qu'aucun labeur n'accable. 
Nous laisse le plaisir et garde les ennuis. 

Le jour fixé. Von grimpe en de longues voitures 
Qu'une jeunesse agile escalade d'un bond. 
Des dames ont voulu leur part des aventures ; 
Notre regard s'égaie à leurs claires parures : 
Si V antique est divin, le moderne a du bon. 



LE BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE L'ORNE 195. 

Le même char-à-bancs côte à côte balance 
Voisin, le magistrat au renom glorieux ; 
Foulon qui sur nous tous étend sa vigilance. 
L'éloquent Adigard, brillant de pétulance, 
La Politique Vaime et lui fait les doux yeux. 

Plus loin, c'est des Rotours, le si fin moraliste 
Qui sur toutes les fleurs de V esprit {voltigea, 
Dess>aux né très malin, Dus>al fameux chartiste, 
U autres encore, par qui le Bulletin subsiste 
Et qui V inventer aient, s'il n existait déjà. 

O r Archéologie aimable et souriante 
Dont les rapides chars s'éclairent de gaieté ! 
Ses grâces ont séduit la jeunesse bruyante : 
Honneur à qui voulant la science attrayante 
En dérida pour nous l'austère gravité ! 

Aux haltes du chemin notre troupe visite 
Un manoir féodal que Vdge a dévasté. 
Quelque clocher antique et que le temps effrite. 
Ou bien un baptistère au très rare mérite. 
Orné d'inscriptions et beau de vétusté. 

Mais, longtemps oublié, l'estomac récrimine : 

Vite au château voisin ! nous serons bien servis ! 

Toute face à ces mots, d'un espoir s'illumine : 

(Test l'Archéologie avec sa bonne mine, 

Varlets, poussez nous Vhuis! baissez le pont-levis ! 

On entre, chaud accueil, sourire de la dame. 

Le mari fait : Sojyez les bienvenus ici ! 

Et plus tard, aux absents, le Bulletin proclame 

Qu'exquis fut le repas, ravissant le programme 

Et tout lecteur se sent archéologue aussi. 

Donc qu'il vienne avec nous qui faisons œuvre utile, 
Des menhirs inconnus sont encore à trouver 
Et plus d'un monument ancien, qu'on mutile. 
Va périr sous les coups d'une ignorance hostile ; 
La tâche est glorieuse à qui les peut sauver. 



196 LE BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE DE L'ORNE 

Bulletin, qu'illustra le kodak et la plume y 
Recueille encor le fruit de loisirs studieux. 
La France d'autrefois mérite qu'on Vexhame, 
Il est bon que Von puisse, en des Jours d'amertume, 
Se réchauffer le cœur aux gloires des aïeux ! 

Mais si quelque censeur^ d'arrogance hautaine. 
Jetait à nos labeurs un injuste mépris, 
PoarsuiçonSy sans faiblir , notre route certaine. 
Nous soutenant toujours du mot de Lafontaine : 
a: Laissez dire les sots : le sapoir a son prix » . 

WiLFRiD CHALLEMEL. 



Un Gentilhomme Cultivateur 



au XVIII» siècle 



Saïqliel de FI{0??£ de la HIJVIBIilÈItE 



Étude Biographique et Économique 



Jean de Frotté, écuyer, fils d'un maître d'hôtel du connétable 
de Bourbon, attaché à Marguerite d'Angoulême, duchesse 
d'Alençon, en qualité de secrétaire et cité parmi les beaux 
esprits qui faisaient l'ornement de sa cour, avait embrassé la 
réforme qui compta de nombreux adhérents à Alençon au 
xv!** siècle. Son mariage avec une riche héritière d'Alençon^ 
Jeanne Le Coustellier et l'acquisition de plusieurs fiefs 
aux environs, l'avaient fixé dans ce pays, où ses descendants 
se signalèrent, au temps de la Ligue, par leur zèle pour le 
succès de la cause du représentant de la royauté française. 
Henri IV, dit-on, leur en rendit lui-même un glorieux 
témoignage (1). 

Les conséquences de la révocation de l'Edit de Nantes 
pesèrent d'une façon particulièrement dure sur cette famille 
fortement attachée à la réforme. Deux de ses membres, 
Charles de Frotté, sieur de Vieux-Pont et Jacques, sieur 
de la Rimblière, sont cités parmi les réfugiés. Ils ne durent 
cependant pas céder au premier mouvement de protestation 
qui détermina un grand nombre de réformés à passer à 

(1) « n y avait dans la famille des souvenirs historiques qu'on aimait 
à réveiller et à citer aux enfants : a Si tu u'étois gentilhomme, gentil 
homme Je te ferois ». L. de la Sicotiére, Louis de Frotté et les insurrec- 
tions normandes, t. 1, p. 3. 



198 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVUl* SIÈCLE 

l'étranger bien avant 1683. Dix ans plus tard, on voit Jacques 
et Samuel de Frotté, fils de Jean de Frotté, écuyer, sieur de 
la Rimblière et de Marthe du Perche, verser, le 30 juin 1695, 
une somme de 300 livres pour renregistrement des lettres de 
réhabilitation dans les privilèges de noblesse, accordées, le 
28 mai 1628, à Josias de Frotté, leur grand-père. Cependant 
au mois d'août suivant Jacques de Frotté avait franchi la 
frontière et avait mis son épée au service de Guillaume III, 
roi d'Angleterre. A cette date il était incorporé dans le 
régiment de Morton, campé près de Bruges sous le comman- 
dement du duc de Wurtemberg, général de Tinfanterie, dans 
l'armée rassemblée par Guillaume III pour Tinvestissement 
de Namur. La ville et le château de Namur, conquis par 
Louis XIV en personne, furent forcés h capituler le 4 août 
et le l*^*" septembre. Au mois d'octobre Jacques de Frotté fut 
renvoyé dans cette ville pour y tenir garnison (1). 

Nous ignorons si Jacques de Frotté resta à l'armée jusqu'au 
traité de la Haye qui mit fin à cette horrible guerre, tristement 
marquée par le bombardement de Bruxelles, ville catholique, 
remplie de commerçants français qui n'avaient rien fait pour 
mériter de la part de leurs compatriotes un pareil traitement. 
Sous le règne de la reine Anne, fille de Guillaume, il prit le 
parti de se retirera Dublin, capitale de l'Irlande, résolution qui 
à première vue peut paraître étrange, quand on remarque que 
cette ville, comme toute l'île, était profondément catholique. 
Mais il ne faut pas oublier qu'il s'y était produit alors un 
mouvement en sens inverse de celui qui, en F'rance, avait 
amené la révocation de l'Edit de Nantes, et où la politique eut 
plus de part que le zèle pour la religion. Lorsque Guillaume 
d'Orange, après sa descente en Angleterre, se fut déclaré le 
protecteur des protestants, ceux-ci eurent soin de répandre le 
bruit que les Irlandais papistes avaient projeté le massacre 
général des protestants et préparé des chevalets, des scies, des 
haches, des grils pour leur supplice. Le 23 décembre 1688, le 
peuple de Londres saccaga et démolit les églises et les maisons 
des papistes, y compris celle de l'ambassadeur d'Espagne. 



(1) Documents communiqués par M. F. de Mallevoûe, que nous ne poU' 
TOUS assez remercier de son extrême obligeance. 



UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIIl* SIÈCLE 199 

De leur côtelés Irlandais de Dublin déclarèrent, le 28 décembre, 
qu'ils étaient résolus à sévir contre les magistrats s'ils ne 
concouraient pas avec eux à la défense de leur souverain 
légitime, le roi Jacques II. Le 2 février, Guillaume d'Orange 
exhorta le parlement à pourvoir aux besoins des protestants 
irlandais. Le 5 mai 1689 fut publié un édit tendant à déter- 
miner les Français protestants à se réfugier en Angleterre 
après s'être défaits des immeubles qu'ils y possédaient. 

Le triomphe définitif du roi Guillaume n'apaisa pas les 
ressentiments des protestants. La neuvième année de son 
règne, ils firent rendre un édit par lequel tous les enfants qui 
n'abjureraient pas, dèsl'àgede huit ans, la religion catholique 
furent déclarés inhabiles à hériter du bien de leurs pères 
dont la propriété fut transmise de droit à leurs plus proches 
parents protestants. La quatrième année du règne de la reine 
Anne, proclamée le 18 mars 1702, les étrangers protestants 
réfugies en Angleterre furent autorisés à se faire tous natura- 
liser Anglais (1). 

La séparation entre les deux frères, Jacques et Samuel 
de Frotté, sieurs de laRimblière, était ainsi devenue définitive 
et légale. Samuel, devenu chef de sa branche, épousa Suzanne 
de Cleray, fille de feu Jean de Cleray, sieur de la Perrière (2) 
et de d*"*' Suzanne Herbron. Les articles du mariage furent 

(1) a L'Irlande reçut après la mort de Jacques 11 (1688). plusieurs milliers 
de réfugiés qui se répandirent dans les villes de Dublin, de Cork, de 
Kilkenny, de Waterford, de Lisburn et de Portarlington. » { Weiss, Histoire 
des réfugiés protestants de France y depuis la Révocation de VEdit de 
Nantes, Paris, 1853, 2 vol. in-16. 

M. Ch. Weiss signale également un fait dont nous trouvons plus loin la 
preuve dans une lettre de Jacques de Frotté, à savoir les efforts faits par 
les réfugiés pour attirer en Irlande leurs coreligionnaires restés en France. 
Il ajoute que les protestants venus de France rendirent à l'Angleterre des 
services militaires dans la répression des soulèvements de l'Irlande. 

— On peut consulter également Salmon, Nouvel abrégé chronologique 
de VHistoire d* Angleterre, tomes 1 et II, Paris 1751, auquel sont empruntés 
les extraits ci-dessus. 

(2) La Perrière, canton de Pervenchères (Orne), où était situé le château 
de Montimer, propriété de la famille. 

Les relations entre les familles de Frotté et de Cleray remontaient beau- 
coup plus haut. Le 10 mars 1636 Josias de Frotté, écuyer, sieur de la 
Rimblière, avait reconnu que Jacques de Cleray, écuyer, sieur de Guichau- 
mout, lui avait baillé la somme de 2250 livres, pour ramortissement d'une 
rente de 150 livres due par Georges delà Haye, écuyer, baron de Coulonces, 
qui avait acquis de lui la terre du Ménil-Imbert {Archives de l'Orne, 
série E. Famille de Frotté). 

16 



200 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII® SIÈCLE 

accordés, sous signature privée, le 15 mars 1710. La mère de 
la future lui donna, par avancement d'hoirie, neuf mille 
huit cents livres en argent, la reconnut pour sa présomptive 
héritière et promit de lui garder sa succession. Marthe du 
Perche reconnut également son fils Samuel comme son 
héritier présomptif et promit de lui garder sa succession. 

Ces articles turent signés par les contractants et par leurs 
parents et amis convoqués comme Icmoins, à savoir : 

Antoine de Neufville-Cleray. 

Thomas de Cleray (sieur du Passage). 

N. de Neufville de Condé. 

Bordin (sieur de la Perdrière). 

Madeleine de Neufville de Belfonds. 

Hoiissemaine (Benjamin, sieur des Déserts, mari de 
Suzanne de Cleray, tante de l'épouse). 

G. Herbron ; Louise des Loges ; Loppé ; de Boislambert. 

De Neufville de Saint-Laurent. 

De Cleray de Saint-Clair. 
Le dépôt de ces articles fut fait le 8 juin 1710 en l'étude de 
M** Choisneet Bidon, notaires royaux à Alençon (1), 

Le mariage fut célébré, non pas au domicile de l'épouse, 
selon l'usage ordinaire, mais à la Haye, au diocèse d'Evreux (2). 
Comme la famille de Cleray n'était pas moins attachée à la 
réforme que celle de Frotté, tout porte à supposer que la 
bénédiction nuptiale fut donnée en secret à la Haye, par un 
ministre protestant. Samuel de Frotté fut père de trois enfants, 
tous trois nés à la Rimblière. L'aîné, auquel il donna le nom 
de Samuel, vint au monde le 12 mai 1711 et eut pour parrain 
Isaac de Cleray, écuyer, sieur de Rougemont, pour marraine 
Anne-Marie du Perche. Il fut baptisé dans l'église de Damigni 
le lendemain et fut tenu sur les fonts par Jacques Hubert, de 
Lonrai et par Suzanne Blivet, de Belfonds, pour l'absence du 
parrain et de la marraine (3), suivant la note inscrite en tête 
du Livre de raison de la famille. 



(1) Documents communiqués par M. de Mallevoue. 

(2) Probablement la Haye-de-Colleville, diocèse d'Evreux, élection de 
Conches, généralité d'Alençon, canton de Hrionne (Eure). 

(.S) C'est ce qui résulte de l'acte de baptême dressé par le curé de 
Damigni, le 13 mai 1711, dans lequel il est dit que l'enfant est fils de 



UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII« SIÈCLE 201 

2** Pierre-Jean de Frotté, né le 8 septembre 1713, baptisé le 
10, eut, d'après le Livre de raison de la famille, pour parrain 
Pierre Bordin, sieur de la Vergottière et pour marraine 
demoiselle Suzanne de Cleray. 

3° Jacques de Frotté, né le 14 mai 1716, porté baptiser le len- 
demain, eut pour parrain, par procuration, Jacques de Frotté, 
écuyer, sieur de la Rimblière, son oncle, et pour marraine 
Jacqueline du Percha, femme de Louis des Loges, écuyer, 
sieur du Fresne(l). 

Le réfugié de Dublin, Jacques de Frotté, avait été invité 
à être parrain de ce dernier enfant dès le commencement 
de Tannée 1716, et s'était empressé d'écrire à son frère 
qu'il acceptait. 

Cette lettre nous semble valoir la peine d'être tirée du 
carnet de famille dans lequel elle était précieusement 
conserv'ée : 

A Dublin^ ce 3 o^ Janvier i^i 6. 

Ija perte que nous avons faite ce mois icy de nostre fille ainée, 
mon cher frère, nous a mis dans une afiliction très grande ; elle est 
morte de la petite vérole qui a fait de grands ravages dans ce paîs. 
Le bon Dieu ne nous a pas laissés sans consolation : à Tâge de 
dix ans et trois mois, elle nous a dit des choses pleines de piété 
et de connoissance qui ont surpris tous ceux qui l'ont entendue. 
Ses dernières paroles, quand je luy demandai si elle estoit bienaize 
de s*en aller au bon Dieu, elle me dit : « Oui vraiment, mon bon 
papa. Je Tay déjà veu ». Voilà la fin de ma chère fille. Elle ressem- 
bloit si fort à ma mère que je Ten aimois davantage. Que j'ay de 
joye d'aprendre que ma chère mère se porte bien, quoi qu'elle soit 
absente de moy. 

Je rends grâce à Dieu que le reste de vostre famille se porte bien 
et le prie de tout mon cœur qu'il vous redonne la santé, afin que 
vous puissiez élever vostre famille en la crainte de Dieu. Je suis 



Samuel de Frotté, sieur de la Rimblière et de Suzanne de Cleray « qui ont 
dit avoir été mariés en la paroisse de la Haye, diocèse d'Evreux, demeurant 
actuellement en cette paroisse. » 

(1) Il faut ajouter qu'il résulte du Registre des baptêmes de l'église de 
Damigny pour cette année que, le 15 mai 1716, Jacques de Frotté, fils de feu 
Samuel de Frotte, fut l)aptisé par le vicaire de cette paroisse dans l'église 
de Damigny et qu'il fut nommé par Jean Houel et Marie Boul de la paroisse 
de Lonray. Il parait résulter de ceci que l'enfant fut baptisé deux fois, 
une première fois à la Rimblière, suivant le rite usité parmi les protestants 
et avec l'assistance d«*s membres de la famille attachés à cette religion et 
une seconde fois dans l'église de Damigni pour obéir aux ordres du roi. 



202 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII* SIÈCLE 

fâché que le cousin du Pasage soit dans Testât que vous me le 
dépeignés ; mais je suis estonné que vous vous fussiez chargé de 
cette Suson, puisqu'elle est toujours de mesrae. Faites mes baize- 
mains au cousin de Rougemont. Ne cessez point de prier Dieu pour 
le soulagement que Ton vous fait espérer. Il est puissant pour vous 
accorder vos demandes, pouveu qu'elles soient faites avec zèle. 
Nous y joignons les nostres tous les jours. L'inquiétude que vous 
avez de vostre famille augmente la mienne. 

Puisque vous me faites l'honneur de vouloir que je nonune 
l'enfant que le bon Dieu vous promet, si c'est un garçon, vous savez 
mon nom, si c'est une fille, ajoutez au nom de la marraine celuy de 
Madelaine qui estoit le nom de feu ma fille. 

Ma femme vous fait bien ses amitiés. Nous vous prions asseurer 
ma mère de nos respects et nos amitiés les plus tendres. Je suis de 
tout mon cœur vostre très humble et très obéissant frère. 

RlMBLlKRE. 

A cette lettre était joint le billet suivant adressé à Suzanne 
de Cleray, sa belle-sœur et cousine : 

Madame ma chère sœur et cousine, 

J'accepte avec plaisir l'honneur que vous me faites de nommer 
l'enfant que Dieu vous promet. Je ne l'accepterois pas si je n'étois 
persuadé que vous l'éleverés dans la crainte de Dieu, comme le 
reste de vostre famille. Vous estes née avec la connoissance de la 
vérité ; si vous ne la communiqués pas à vos enfans, vous répondrès 
devant Dieu de la perte de leurs âmes, mais j'espère mieux de 
vous. 

Vous me mandés que mon frère m'a écrit plusieurs fois. Je n'en 
ay reçeu aucune pendant quatre ans, mais je suis certain qu'il en 
a reçeu des miennes... Jcsouhaiteroisque vous me fassiez l'honneur 
de m'écrire, du moins deux fois par an, pour aprendre de vos 
nouvelles, car j'ay versé plusieurs fois des larmes dans ce long 
temps que j'ay esté à recevoir de vos nouvelles. Ostès tous les 
soupçons où me mettent ces longs silences et soyès persuadée que 
je suis de tout mon cœur vostre très humble et très obéissant 
serviteur. 

RiMBLIËRË. 

Ma femme vous embrasse. Tous ceux qui connoissent ma mère 
luy font leurs baise-mains. 

Samuel de Frotté ne devait pas tarder à succomber. Il était 
mort depuis plus d'un mois lorsque Madame de Frotté mit au 
monde son troisième (ils et avait été inhumé, à côté de sa 



UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII*' SIÈCLE 203 

mère, dans le jardin de la Rimblière. Cest ce que nous 

apprenons par une nouvelle lettre de Dublin, en date du 

21 juin : 

A Dublin, ce 21 Juin lyiG. 

Vous pouvès aisément comprendre, ma très chère sœur, combien 
a esté grande ma douleur lorsque j'apris, enmesmejour, la mort de 
ma chère mère et celle de mon cher frère. J'ay trouvé ma consola- 
tion en aprenanf qu'ils ont esté enterrés dans nostre jardin, car je 
voy par là qu'ils sont morts au Seigneur. Mais rien ne ma esté plus 
sensible que de voir trois pauvres petits enfans qui ne connoissent 
pas leur main droite d'avec leur gauche sur les bras d'une pauvre 
veuve qui est, à ce que je crois, dans de mortelles craintes pour 
ces chers enfans. Puisque le bon Dieu les laisse sous vostre 
conduite, vostre piété me fait espérer qu'ils connoistront Dieu et 
sa sainte vérité, car sans cela il vaudroit mieux qu'ils n'eussent 
jamais veu le jour. Vous en estes donc chargée, ma chère sœur, et 
si vous voulez que Dieu vous conseille, ce sera en vous acquittant 
de ce grand devoir que vous pouvez espérer la bénédiction pour eux 
et pour vous et vous faire connoitre qu'il ne vous a pas abandonné. 
Quand à nostre salut, il le faut atendre, non de nos œuvres, mais 
seulement de la mort et passion de nostre Seigneur Jésus Christ, et 
jamais de nos afilictions qui nous viennent à cause de nos péchés, 
ou au plus qui sont des espreuves où le bon Dieu nous veut faire 
passer, pour exercer nostre patience. Je vous remercie de la part 
que vous avez prise à la perte que j'ay faite. Il faut estre content, 
puisque c'est la volonté de Dieu. 

Je suis tort aise que vous soyez tutrice de mes neveux. Vous ne 
me mandés point si ce cousin qui est curateur est de mesmes 
sentiments que vous. Dieu veuille que tous ensemble vous fassiez 
vostre devoir envers eux. Je croyois mon cousin Bordin mort. 
Embrassez le bien pour moy, le cousin du Passage aussy. Quand 
vous escrirez au cousin de Rougemont, faites luy mes complimens. 
J'embrasse ma cousine du Perche ; j'embrasse aussy ce cousin que 
je ne connois pas et prie le bon Dieu qu'il vous veuille donner 

à tous l'assistance de sa grâce. Je suis, etc. 

Rimblière. 

M. de Cleray de Bellefonds, que Madame de Frotté avait 

piié d'accepter la charge de curateur, s'en était excusé par la 

lettre suivante : 

De Cleray, ce 14 avril iyi6. 

Ijà perte que vous avès faite, Madame, m'a, je vous assure, esté 
très sensible et que personne ne s'y intéresse plus parfaitement que 
moy. Je prie le Seigneur de vous donner les consolations qui vous 



204 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII*' SIÈCLE 

sont nécessaires dans vostre afilictîon. Je regrette bien Monsieur 
vostre mary ; je puis vous asseurer que dans toutes les occasions 
où je pourrai vous estre utile à quelque chose que je m'y emploirai 
de tout mon cœur. A l'esgard de vostre tutelle, je croj- que tous 
les parens y sont esgaux, et comme ordinairement ce sont les plus 
proches parens qui y sont appelés et que vous en avés. je croy, 
suflisamment, à des degrés plus près que nous ne sommes, et que 
mon employ souvent m'oblige à plusieurs voyages que souvent je 
ne puis pas prévoir et qui pourroient m'esloigner, dans un temps 
où vous pourriez avoir besoin des délibérans, ce qui arrive, dans 
les tutelles, dans le temps que Ton y pense le moins : pour éviter 
à ces inconvéniens, vous me fercs plaisir de m'en exempter, 
comme je l'ay desjà esté dans celle de Madame de Neuiville qui ne 
voulurent pas mesme m'y appeler, à cause de cette raison là. 
Au surplus, Madame, à vous parler naturellement, j'entends si peu 
les affaires que je ne serois de nulle utilité en pareille rencontre, 
quelque bonne volonté que j'aye. Employés moy donc, je vous 
suplie pour une autre faict, vous asseurant que je suis et seray 
toujours très zélé pour tout ce qui vous regarde, estant parfaite- 
ment, Madame, vostre très humble et très obéissant serviteur 

DE Bellefonds. 

Madame de Bellefonds vous fait mille complimens, priant Dieu 
pour vostre conservation et celle de vostre chère famille. Nous 
voudrions bien que vous fussiez plus près de nous, afin de pouvoir 
contribuer à vostre consolation (1). 

(1) Une lettre de Madame de Bellefonds à Madame de Frotté, sans date» 
mais certainement bien antérieure à la mort de son mari, nous ir«itie aux 
rapports qui unissaient les deux familles : 

« A Madame de la Kimbliére, à la Perrière. 

« Nous sommes arrivés, Madame, dans le moment que vou . estes partie. 
Je suis faschée de n'avoir pas profité du plaisir de vous voir. Vous aunez 
bien dû, tout au moins, nous donner un jour, puisque vous venès si rare- 
ment dans nos cantons. 

« Comme vous avés bien voulu vous charger de la lettre de Mademoi- 
selle de Saint-Denis, je vous dirai que c'est pour une pipe de vin blanc 
que peut estre l'on vous envera chez elle, ei f omme il ne faut pas qu'elle 
reste plus de 24 heures dans la ville, à cause qu'elle payroit de bien plus 
grands droits, je la prie de la faire mettre dans quelque faubourg. Mais 
puisque vous voulés bien que vostre harnois ait la peine de l'aler prendre 
chez elle, il faut que vous ayez la bonté de luy dire qu'elle vous fasse 
avertir dans le moment qu'elle arrivera, et vous la feriez donc mettre chez 
vous. Comme elle a peu de domestiques, il faudrait qu'elle vous envoyait 
un petit garçon à qui vous donneriez quelque chose que je vous rendrai 
bien ponctnellement. Je suis de tout mon cœur. Madame, de vous et de 
Monsieur de la Rirabliére, très humble et très obéissante servante 

DE MicE DE Bellefonds. 

« Je compte que M. de Rougemont ne nous abandonnera pas et qu*it 
nous restera. » 



UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII* SIÈCLE 205 

De Dublin, la pensée active de Jacques de Frotté ne cessait 
d'être fixée, avec une tendre et douloureuse sollicitude, sur ses 
neveux de la Riiiiblière, et particulièrement sur Taîné. A la 
date du 1718 nous trouvons une lettre de lui à sa belle-sœur 
qui nous montre de quelles inquiétudes il était tourmenté : 

A Dublirif ce i y Janvier lyiS. 

J'ay reçu hier voslre lettre, ma chère sœur, avec beaucoup de 
joye, ayant appris que vous esliès tous en bonne santé. Je vous 
avoue que j*étois estonné de ne point voir de réponse à deux lettres 
que je vous ay escriles, l'une par la voye de mon cousin de 
Valframbert et l'autre par la poste ordinaire : celle que vous m'avès 
fait l'honneur de m'escrire a resté un mois à venir. Je rends grâce 
au bon Dieu, ma chère sœur, de ce qu'il vous a rendue à vostre 
famille et j'espère, par là, qu'elle a part à son eslection. Feu mon 
frère m'avoit bien asseuré que vous estiez une personne et que je 
pouvois compter que si Dieu le retiroit, comme il ne doutoit pas 
que ce ne fût bientost, vous auriez un grand soin de ses cnfans et 
que vous les éleveriès dans la crainte de Dieu. Ces petites créatures 
qui sont la moitié de nous mesmes et qui sont dans un âge si peu 
avancé, dont le salut nous doit estre si cher, que ne demandent-ils 
point à nos soins et à nostre prevoiance, particulièrement selon les 
cstats où on se trouve ? Si le bon Dieu vous donne quelque calme, 
c'est pour l'employer à cela ; mesme, vous me mandez que vostre 
aine est de petite complection. Ah, mon Dieu ! qu'ils sont tous 
jeunes et ne sont point encore propres pour prendre aucune 
impression. 11 faut commencer par l'ainé qui, comme je croy, peut 
avoir six ou sept ans. Ma femme et ma fille, font des vœux pour vous 
et pour eux. La dernière ne les oublie pas dans ses prières ; elle 
est auprès de moy, elle vous présente ses respects et ma femme 
vous embrasse de tout son cœur. 

Que vous me donnez de consolation de m'apprendre que mon 
cousin du Pasagc (1) est mort au Seigneur. La bonne mort est 
préférable à la vie lorsque nous manquons de nourriture spirituelle. 
Je prie Dieu, ma chère sœur, en cette nouvelle année, qu'il vous 
remplisse de toutes ses consolations, qu'il vous donne son Saint 
Esprit qui vous fortifie par toute la puissance de sa force et qui 
vous garde de tout mal. Je suis de tout mon cœur, vostre très 
affectionné frère, 

RiMBLIÈRE. 

Je vous prie d'embrasser de ma part mes cousins de Rougemont 

(1) Thomas de Cleray, témoin du contrat de mariage de Samuel de Frotté 
en 1710. 



206 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII« SIÈCLE 

et du Bordin, mes cousines du Perche (1) et la famille de Bois- 
Erard (2) et n'oubliez pas mon ami Loppé (3). Je prie le bon Dieu 
qui bénisse mes pauvres neveus. 

A Londres, pour Paris, Mademoiselle 
de la Rimhlière à la Rimblière près d' A lançon 

A lançon en Xormandie. 

Les inquiétudes de Jacques de Frotté n'étaient que trop 
justifiées. Une lettre de cachet, en date du 28 novembre 1718, 
fut adressée à l'intendant d'Alencon, contenant ordre de faire 
enlever ses trois neveux et de les mettre dans la maison des 
Nouveaux Catholiques. Combien de temps restèrent-ils dans 
cette maison ? On ne le sait pas au juste, mais on sait que des 
ordres turent adressés, au nom du roi, à M. de Pommereu 



(1) Du Perche, probablement de la famille de Nicolas du Perche, avocat 
à Alençoii, auteur de la tragédie de liosimonde ou le Parricide puni, en 
cinq actes et en vers. Rouen, Louis Oursel, 1640, in-8«, et de deux comé- 
dies : Les Intrigues de la Vieille Tour de Rouen, 1640, in-12 et Rouen, 
J.-B. Besongne, s. d. (vers 1700) in-12 de 32 p. ; L'Ambassadeur d'Afrique, 
comédie, imprimé vers 1640, 

« Le sieur du Perche, auocat, et ses trois filles : Marthe, âgée de vingt- 
neuf ans ; Marie, âgée de vingt-sept ans et Jacquine, âgée de vingt-quatre 
ans » (Ârch. de l'Orne, C. 607. Dénombrement des protestants). 

Marie du Perche, en qualité de nouvelle convertie, fit représenter très 
humbletient au roi, le 8 janvier 1733 « que les pertes qu'elle a essuyées ne 
luy ayant pas laissé de quoy subsister, elle désireroit, pour se procurer 
une vie plus aisée, vendre à rente viagère une maison située dans la dite 
ville d'Alencon, seul bien qui luy reste dans sa vieillesse, dont on offre de 
luy laisser la jouissance et de luy payer pendant sa vie 150 livres de 
rente ». 

Il lui fut, en conséquence, délivré un brevet l'autorisant à vendre cette 
maison a sous l'inspection du sieur Intendant de la généralité d'Alencon, 
sans que, pour raison de ce il luy puisse être imputé d'avoir contrevenu 
aux ordonnances » (Ibid. Titres de Famille, série E. Du Perche). 

(2) « Le sieur de Bois-Hérard a dit avoir sept enfans, scavoir deux 
garçons et cinq filles, l'aisné des garçons aagé de neuf ans et l'autre de 
quatre ans. Les deux premières filles aagées de quinze à quatorze ans estant 
actuellement aux Nouvelles Catholiques et les autres demeurant chez luy. 
— Médiocrement riche. Le Roy paye en partie la pension de deux de ses 
filles. Il y en a une troisiesme mise aux Nouvelles Catholiques, par ordre 
de M. de Pomereu. — L'aisné des garçons seroit bien aux Nouveaux 
Catholiques et le Roy pouroit payer sa pension. (Ibid. n« 27). 

(3) « Le sieur Loppé, marchand, a dit avoir trois enfans, scavoir un 
garçon et deux filles et qu'une des dites filles est passée en Angleterre 
depuis treize ans. 

« Fort huguenot et riche marchand. Son fils a esté mis aux Nouveaux 
Convertis, par ordre de M. de Pomereu ». (Ibid., n° 17). 

Dans un état des Calvinistes d'Alencon en 1737 on voit figurer « le sieur 
Loppé, sa mère et sa sœur, tous majeurs, vivant de leur bien (C. 609). 



UN GENTILHOMME CULTIVATEUB AU XVIir SIÈCLE 207 

qui fut intendant à Alençon du mois de juin 1720 à 1726, pour 
les en retirer, probablement sur la réclamation de la mère et 
de la famille. Deux des enfants furent alors confiés à Michel 
Fouscher de la Rairie, grefiier de l'élection d'Alençon, qui fut 
chargé de veiller sur leur éducation. Quant à l'aîné, Samuel, 
il fut mis au Collège royal d'Alençon, tenu par les Jésuites et 
alors très florissant. Ses études achevées, il se fit admettre 
dans la compagnie de gendarmerie d'Alençon et y resta 
quelque temps, sans cesser d'être placé sous la surveillance 
du sieur de la Rairie, Une dernière lettre de Dublin nous 
apprend que leur oncle leur fit, en 1724, une part dans son 
testament, à condition qu'ils vinssent s'établir en Angleterre 
et qu'ils pratiquassent la religion réformée : 

A Dublin, ce 3 mai lya^. 
Ma très chère sœur, 

Comme je crains (jue vous n'ayez pas reçeu la lettre par laquelle 
je vous mandoisle mariage de ma fille avec Monsieur de Chenevière, 
capitaine de cavalerie dans ce royaume, je prends la voye d'un 
of licier, parent de ma femme qui m'a promis de mettre cette lettre 
à la poste si tost qu'il sera arrivé chez ses parens. Je croy que c'est 
la voye la plus seure pour la faire parvenir jusque à vous. Ma fille 
est déjà grosse, quoyque fort jeune ; elle a un fort bon mary et qui 
est en un beau poste, si bien que la voyià bien établie, Dieu merry. 
Je n'ay point oublié vostre famille en cette occasion : je donne, par 
mon testament, cent livres sterlings à celuy de vos enfans qui voudra 
venir vivre et exercer ia religion réformée dans ces royaumes. 
Je souhaiterois de tout mon cœur avoir peu faire davantage, mais 
j'ay perdu la moitié de mon gain sur la Mer du Sud (1), parce que 
Ton m'y a remis mal à propos en souscrivant pour une partie. 
Je vous prie présentement de bien réfléchir que ce que je fais c'est 

(1) La Compagnie de la Mer du Sud avait dû son importance au traité 
d'IItrech qui lui avait assuré le monopole à peu prés exclusif de la traite 
des Noirs. C'est ce qu'on appelait le traité de l'Assiente (de l'espagnol 
assiento, ferme). En vertu de cette convention, la Compagnie de la Mer 
du Sud s'était engagée à fournir à l'Espagne 4,800 nègres par an pendant 
trente ans pour ses Colonies. Elle faisait acheter de lourdes cargaisons de 
malheureux noirs sur les côtes d'Afrique et les faisait transporter non 
seulement dans l'Amérique espagnole, mais aux Antilles françaises. 

Lorsque ce privilège qui couvrait des abus révoltants et même des 
fraudes intolérables fut révoqué par le roi d'Espagne Philippe V, petit-fils 
de Louis XIV, connu par ses sentiments d'humanité et son amour de la 
justice, la Compagnie dut réduire le chiffre de ses dividendes. (Note 
communiquée par M. le baron Jules Angot des Rotours). 



208 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIIl* SIÈCLE 

en veue de leur salut, que je souhaiterois qu'ils vinssent pour estre 

mieux instruits, quoyque je ne ne doute pas que vous ne donniez 

tous vos soins à les mettre dans le droit chemin; mais je connois 

la jeunesse qui est aisément débauchée quand elle n est pas retenue 

par les prédications. Nostre âme a besoin de norriture aussy bien 

que nos corps. Voyez donc, ma chère sœur, ce que nous pouvons 

faire ensemble pour tâcher d'en faire venir un icy. Je croy que 

vous aurez eu soin de leur faire aprendre à bien escrire et à bien 

chiffrer, ce qui est tics nécessaire. Faites moy réponse, je vous 

prie, et croycs que je suis de tout mon cœur, vostre très humble et 

obéissant serviteur et frère 

Jacques Himblière. 

Ma femme, mon gendre et ma fdle vous embrassent de tout leur 
cœur. Nos amitiés à vos enfants. 

Les avantages offerts à ses neveux par Jacques de Frotté ne 
purent déterminer leur mère à s'en séparer. Elle n*en eut pas 
même, la faculté. Il régne d'ailleurs quelque doute sur le sort 
de Tun des trois enfants, si Ton s'en rapporte à Texposé fait à 
l'intendant dans deux requêtes, Tune par la veuve de Samuel 
de Frotté, l'autre par Fouscher de la Raisrie, chargé de leur 
garde. Il n'y est en effet question que de deux garçons, à 
savoir Taîné Samuel de Frotté et le cadet connu sous le nom de 
M. de la Perrière. Je me borne à citer la requête du sieur 
de la Raisrie qui est datée et suivie d'une ordonnance de 
rintendant et qui peut servir à mettre en évidence les situa- 
tions équivoques que créaient nécessairement les lois tyran- 
niques relatives aux prétendus nouveaux convertis : 

A Monsieur Tlntendant de la généralité d*AIençon 

Supplie humblement Michel Fouscher de la Raisrie, de cette 
dite ville. 

Et vous remontre que deux des enfants de la dame veufve du 
sieur de Frotey de la Rimbellière. escuier, demeurant en la paroisse 
de Damigny auroient esté retirez de la maison des Nouveaux 
Catholiques de cette ville, par ordre de Sa Majesté adressé à 
Monseigneur de Pommereu, cy-devant intendant, lequel après les 
avoir retirez les auroit fait conduire chez le supliant qui en 
auroit signé sa charge, par le sieur de Selame, son garde, il y a 
huit ans ou environ et de veiller à leur éducation, ce que le 
supliant auroit fait comme à ses propres enfants, les ayant fait 
étudier, Taisné ayant fait ses classes et se seroil mis ensuite dans 



UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII^ SIÈCLE 20^ 

la gendarmerie qui est dans cette ville depuis un an, sans néant- 
moins que le supliant soit déchargé ; et le jeune qui estoit resté 
chez luy s'en seroit ahsenté depuis quelques jours sans rien dire. 
Ce que voyant, le supliant auroit écrit à la dame sa mère pour le 
renvoyer, ce qu'il n'auroit voulu faire, et engagea la dame sa mère 
de venir chez le supliant plusieurs fois, laquelle luy tesmoigna 
qu'elle n'avoit jamais pu l'obliger de revenir, et mesme que pour 
engager son dit enfant de le faire, elle l'avait mis plusieurs fois 
hors de chez elle, n'estant nullement participante de cette absence. 
Pourquoy le supliant a esté conseillé de vous présenter sa 
requeste et de vous donner avis de cette absence et avoir recours 
à vostrc authorité pour requérir, à ces causes, qu'il vous plaise,. 
Monseigneur, faire revenir le dit enfant chez luy, veu la lettre de 
Sa Majesté dont il est porteur; à joindre qu'il en a signé sa charge 
et qu'il pourroit eslre inquiété en la suite, ce qu'il a bien inthérest 
de craindre et vous ferez justice, remettant à vostre prudence de 
décharger le supliant. 

Signé FouscHER. 

Et à la marge est écrit : 

Veu la présente requeste, nous intendant d'Alençon, ordonnons 
au sieur de la Rimbellière de retourner chez le sieur t'ouscher de 
la Raisrie, si non il y sera par nous pourveu à Alençon, ce dix-neut 
octobre mil sept cent vingt huicl 

Signé LÉviGNEN. 

Aussitôt qu'il fut en possession d'une copie de cette ordon- 
nance et le jour même où elle fut rendue le sieur de la Raisrie 
s'empressa de la communiquer à Madame de Frotté en y 
joignant le billet suivant qui établit dans quels termes il était 
avec cette dame : 

Alençon, ce ig octobre 1^26. 

Madame, 

Je me donne l'honneur de vous écrire, pour vous marquer ce 
que j'ay fait chez Monsieur l'intendant, au subjet de Monsieur de la 
Perrière. Y estant allé lundy dernier pour avoir l'honneur de luy 
parler, il me dit de luy présenter une requeste, ce que j'ay fait et 
m'y a mis son ordonnance dont je vous envoyé coppie du tout, 
tant de la requeste que de l'ordonnance. J'espère que vous serez 
contente de l'énoncé dans ma requeste, comme j'ay eu l'honneur 
de vous le marquer quand vous m'avez fait l'honneur de venir 
chez nous, Monsieur l'Intendant n'estant pas content de ce procédé 
ny de cette absence, ne voulant me décharger. 



210 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII*^ SIÈCLE 

Il semblerait résulter au contraire, d'une autre requête, 
sans date, adressée à l'intendant par la même dame qu'elle 
aurait eu grandement à se plaindre des exigences et des 
procédés du sieur de la Raisrie au sujet de la pension de ses 
•enfants dont il avait la charge. Je crois utile pour Téclaircisse- 
ment de cette situation, embrouillée peut-être à dessein, 
de citer encore cette pièce : 

A Monseigneur Tintendant de la généralité d'Alençcn, 

Supplie humblement Suzane de Clera}', veuve Samuel de Frotay, 
sieur de la Rimblière, demeurant en la paroisse de Damigny ; et 
nous remontre qu'elle a deux garçons, l'un âgé de dix ans et l'autre 
d'onzcj (1), lesquels ont esté mis par vostre ordre en la maison du 
sieur Fouchet de la Rairie, grefîicr de TElection de ce lieu, à la 
pension de cent cinquante livres pour chacun des dits enfans, 
laquelle fut arbitrée mesme par ledit Foucher qui en a esté tou- 
jours payé de quartier en quartier et par avance, jusques au 5 de ce 
mois qu'il fit refus de recevoir le payement du cartier écheu audit 
jour, disant qu'il vouloit davantage, sans dire d'autres raisons. 
Et quelques jours après la suppliante a esté surprise que ledit 
t'oucher luy a fait signifier, par un sergent, vostre ordonnance par 
laquelle il paraît que vous avez augmenté la pension desdits deux 
enfans de cent livres, en quoy ledit Fouchet a surpris vostre 
religion, parce que la somme de cent cinquante livres pour chacun 
est plus que sufïisante et le procédé dudit Fouchet n'est pas 
tolérable, parce que çà esté luy qui a fixé la pension à cette somme 
et a reçu un quartier depuis la date de vostre ordonnance sur le 
pied de cent cinquante livres. 11 n'a pas deu, arrière de la dite dame 
et sans luy en avoir auparavant parlé, tenir un pareil procédé. 
Mais comme la dite dame n'a de cpioy vivre que très médiocrement 
et que ses enfans n'ont aucuns biens, elle a trouvé une pension sur 
le mesme pied de cent cinquante livres chez un ancien catholique 
de cette ville dont le fils est ecclésiastique lequel aura soin d'élever 
les enfans et les instruire beaucoup mieux que ledit Fouchet. 
Ce qui fait que la suppliante a recours à vostre authorité et requiert 
à ces causes, qu'il vous plaise, Monseigneur, ordonner que les 
enfans de la suppliante seront mis chez la personne qui veut bien 

(1) Si les renseignements donnés par Madame de Frotté sur l'âge de ses 
enfants étaient rigoureusement exacts, on aurait la date de cette requête, 
puisque les deux aînés sont nés en 1711 et en 1715 et le troisième en 1716. 
Mais ces dates sont en désaccord évident avec les âges attribués à ces 
«nfants. S'il s'agit des deux aînés, la requête aurait pu être écrite entre 
1722 et 1724. S'il s'agit des deux jeunes il faudrait la placer entre 1724 
et 1726. 



UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIIl*' SIÈCLE 211 

s'en charger, pour y estre nourris et payer la somme de cent 
cinquante livres dont il se contente, et vous ferez justice. 

Ce qui est certain, c'est qu'à la suite d'un placet adressé par 
Samuel de Frotté au garde des sceaux, il fut autorisé, par 
décision en date du 13 octobre 1727, à se retirer chez sa mère. 
Il me parait utile de reproduire ce placet qui renferme des 
renseignements intéressants : 

A Monseigneur Chauvelin (1), ministre et secrétaire d'Etat, 

Samuel de Frotay de la Rimblière, de la paroisse de Damigny, 
proche Alençon, prend la liberté de représenter à Votre Grandeur 
qu'il y a sept ans qu'il fut mis, par ordre du Roy, chez le nommé 
Fouchet de la Rairie, pour estre instruit dans la religion catholique, 
pendant lequel temps il a aussy fait toutes ses études chez les pères 
Jésuites. II est temps présentement qu'il veille à ses affaires, parce 
que sa mère est toujours malade et ne peut plus avoir le soin du 
peu de bien qu'ils ont, quoique son inclination le porte à servir 
Sa Majesté, lorsqu'il trouvera une place, à l'exemple de ceux de sa 
famille, dont l'un de ses oncles a eu l'honneur d'estre capitaine 
dans le régiment de Goas (2) et l'autre est actuellement dans le 
régiment Dauphin-Dragons (3) et qui sert depuis plus de quarante 
ans. Il a mesme fait ce qu'il a peu pour entrer dans les Cadets (4) : 



(1) Chauvelin (Germain-Louis) fut nommé en 1727 garde des sceaux et 
ministre, secrétaire d'Etat, au département des Affaires étrangères. 
Il conserva ces fonctions jusqu'en 1737. 

(2) M. de Goas figure au septième rang dans la liste des brigadiers de 
dragons dressée en 1738. 11 avait été promu brigadier le l" février 1719. 

(3) Le cinquième régiment de dragons portait le nom de Dauphin. 
Il avait été crée eu 1673 pour le Dauphin de France, fils aîné de Louis XIV. 
M. le marquis de Vassé avait été nommé mestre de camp de ce régiment 
en 1727 ; il fut nommé brigadier le 12 octobre 1734, mais il conserva le 
commandement de ce régiment. (Lemau de la Jaisse, Abrégé de la carte 
générale du militaire de France. 

Le marquis de Vassé (Emmanuel-Armand), baron la Roche-Mabile, avait 
épousé en 1701 Anne-Bénigne-Fare-Thérèse de Beringhen, morte le 
16 septembre 1745. 

(4) Louis XIV avait créé en 1682 plusieurs compagnie de cadets-gentils- 
hommes qui devaient être instruits et entretenus aux frais de l'Etat. 

Louis XIV avait établi en 1682 des compagnies de jeunes gens à qui on 
donne le nom de Cadets. Les enfants des gentilshommes et de ceux qui 
vivaient noblement y étaient instruits dans tous les exercices militaires 
et lorsqu'on les trouvait capables de commander on les faisait sous- 
lieutenants, enseignes ou cornettes. Cet établissement fut renouvelé sous 
Louis XV et on frappa, à cette occasion une médaille du roi, gravée dans 
le Met cure de ianvier 1728. 



il2 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII® SIÈCLE 

il avoit, pour cela, toutes les qualités, ainsi quMla esté atestéparles 
certificats qu'il avoit envoyez à Monseigneur le Blanc (l). Et mesme 
comme il avoit pieu à Sa Majesté de créer des sous-lieutenances, 
on luy avoit fait espérer de hiy en faire avoir une ; mais comme 
cela n'a point eu lieu, il espère que Vostre Grandeur voudra bien 
luy permettre d*aller chez luy prendre soin de ses affaires, en 
attendant qu'il se trouve quelque place où il puisse servir selon sa 
condition. C'est la grâce qu'il espère de Vostre Grandeur et il fera 
toute sa vte des prières pour sa conservation. (Arch. de l'Orne, 
C. 605). 

Ce placet fui communiqué, le 3 octobre, à Tintendant d*Alen- 
çon qui, le 13 du même mois, fit connaître au garde des 
sceaux que le requérant n'avait pas attendu la permission 
qu'il sollicitait, et que depuis dix jours il s'était retiré chez 
lui sans vouloir revenir chez le sieur Fouchet quelqu'avertisse- 
nient qu'il lui ait fait donner. « C'est à la vérité, dit l'inten- 
dant, un jeune homme de dix-huit ans qui ne sent pas les 
conséquences de sa désobéissance, mais qui mériteroit, au 
moins, une sévère réprimande. 

« Au surplus, Monseigneur, le sieur Fouchet et les pères 
Jésuites chez lesquels il a fait ses études m'ont affirmé qu'il 
étoit assez instruit des principes de la religion catholique 
pour qu'il n'y ait nul inconvénient à luy accorder la grâce 
qu'il demandait ». 

C'est peut-être à cette affaire que se rapporte la lettre sui- 
vante, adressée à Madame de Frotté par le sieur de la Rairie, 
et dont la date n'est pas indiquée : 

Madame, 

Gomme le quartier de la pension de Monsieur votre fils est eschu 

du cinq de ce mois, je vous prie de me l'envoyer et donnerez 

quittance à la personne qui me le mettra aux mains. Comme vous 

souhaiteriez bien l'avoir chez vous, vous pouyez y travailler et 

écrire à Monseigneur le ministre. Je ne m'y opposeray point et, au 

contraire, je vous donneray une attestation comme il fait son 

devoir de catholicité. J'espère que vous me l'envoyrez par Monsieur 

vostre fils qui est chès vous que j'attends et suis, en attendant. 

Madame, 

Vostre très humble serviteur Foucher. 



(1) Claude Leblanc nommé pour la seconde fois ministre de la Guerre le 
19 juin 1726, mort au mois de mai 1728. 



UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII*' SIÈCLE 213 

La résidence de Samuel de Frotté à la Rimblière (1) et sa 
catholicité semblent établies à cette époque, par un acte de 
baptême, dans Téglise de Damigni, en 1728, dans lequel il 
figure comme parrain et Marthe-Augustine Le Coustellier 
de Bonnebos, sa parente. Madame de Frolté conserva cepen- 
dant rentière administration et la jouissance de ses biens 
jusqu'au 29 mars 1737. Par l'accord conclu entre Madame de 
Frotté et ses trois fils, Samuel, Pierre-Jean, sieur de la Perrière 
et Jacques de Frotlé, tous trois qualifiés du titre d'écuyer, elle 
leur délaissa le revenu de la terre de la Rimblière, avec toutes 
ses dépendances, pour vivre et s'entretenir, à l'exception du 
pré à Noyer dont elle se réserva la jouissance et à la charge 
de ne rien vendre, engager ou changer du fonds de la terre 
sans son consentement, de n'abattre aucun arbre et de ne 
faire des coupes de bois taillables qu'en tenîps et saison et de 
n'employer le bois de charpente que pour les réparations des 
bâtiments. Elle leur abandonna, en outre, deux petites rentes 
foncières de 11 livres 10 sols et la moitié de tous les meubles 
tant morts que vifs qui garnissaient le logis de la Rimblière 
et ses dépendances, mais elle se réserva l'argenterie. Elle leur 
laissa enfin une somme de 482 livres pour poursuivre et faire 
juger en dernier ressort un procès engagé contre Jacques 
Belivet, à l'occasion de Madeleine Doccaigne, son épouse. 
Il fut stipulé enfin qu'elle entendait « toujours conserver la 
maîtrise absolue de la terre de la Rimblière, et qu'elle se 
réservait le droit de la retirer à ses fils pour en disposer à sa 
volonté. Elle retenait, en outre, la jouissance de la chambre 
dessus la cuisine et un logement pour ses chevaux et pour les 
autres bestiaux qu'elle voudrait amener, plus un fanil pour 
loger le loin du pré à Noyer. 

Samuel de Frotté épousa, vers 1740, Marie-Anne Castaing, 

(1) Samuel de Frotté, après avoir cessé de faire partie de la Compagnie 
de gendarmerie d'Âlcnçon, avait consei*vé son habit d'uniforme. Le 16 mai 
1737, il l'avait troqué avec son frère Pierre-Jean de Frotté, sieur de la 
Perrriére, pour une pipe de petit cidre, fût et jus et lui avait, en outre, 
cédé à prix coûtant ses gros boutons argentés de Strasbourg. Il vendit en 
màme temps un autre habit à son frère, le chevalier de PYotté, pour 
16 livres ; mais au mo^s d'octobre suivant il racheta son uniforme à 
la Perrière qui lui céda, en outre, son manteau et son mauvais habit de 
Pinchinal, le tout pour la somme de 15 livres. — En juillet 1738, il fit 
retourner les parements de son habit uniforme. 



214 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIIl*^ SIÈCLE 

sœur de Jean Castaing, receveur des tailles d'Alençon, 
née le 9 décembre 1709. Elle avait été mariée en premières 
noces à Duval des Mares, qui, en 1735, ie l**" août, avait 
pris en fieffé les biens de Jacob Boulaj', religionnaire 
fugitif, sis à Cuissai, près de Damigni, et consistant en 
trois journaux de pré et quatorze journaux de terre en 
labour et en friche, moyennant une rente annuelle de 
60 livres payable à la régie des biens des fugitifs. Samuel 
de Frotté, après son mariage avec la veuve de Duval des 
Mares, continua à jouir de cette fieffé et, à ce titre, son nom 
figure dans les sommiers des rentes des biens des religion - 
naires mis en régie. On y voit que la propriété en question, 
nommée Roullée, était affermée, en 1755, au nommé Louis Fert 
qui était chargé du payement de la rente. Samuel de Frotté 
eut ensuite comme fermiers, pour celte terre, Mathieu Breu il 
et le nommé Rocher. Le 27 février 1777 une nouvelle adjudi- 
cation de cette terre eut lieu et la Roullée fut alors fieffée 
à M. Taunay du Parc, moyennant une rente de 214 livres. 
De plus le nouvel adjudicataire fut condamné, par ordonnance 
de l'intendant en date du 27 mai 1773, à payer à M. de Frotté 
de la Rimblière, une somme de 160 livres pour les planta- 
tions et améliorations faites par M. Duval des Mares (1). 

L'acte de mariage de Samuel de Frotté ne nous est pas 
connu. Il résulte, au contraire, des termes du contrat de 
mariage de Jacques de Frotté, son frère, et d'Anne Le Pistre, 
fille du sieur Pierre Le Pistre et de Marie Le Bourge, demeu- 
rant en la paroisse de Montmerré, passé à Bernay le 11 juillet 
1745 que le mariage devait être « fait et célébré en face de 
Nostre Mère Sainte-Eglise Catholique » (2). 



II 



C'est ici le lieu de donner une description du domaine de 
la Rimblière. Il était composé de vingt-trois parcelles dont 

(1) Archives de l'Orne. A 434, 435 et 436, et Livre de raison de Samuel 
de Frotté. 

La terre de Roullée fut adjugée en propriété à Joseph-Henri- François 
Le Dcmées de Bezille, le 10 juillet 1796, pour le prix de 6.3S0 fr. 

(2) Documents communiqués par M. de Mallevoûe. 



UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII* SIÈCLE 215 

la contenance variait de 55 perches ou trois quarts d'arpent 
à une acre. Il était, d'ailleurs, assez bien situé et arrosé par la 
petite rivière de Briante, par le. ruisseau qui alimente le 
moulin de Bourdon et par récoulement du trop plein des 
douves qui entouraient le logis principal. Les moyens d'accès 
y étaient faciles, grâce à sa proximité d'Alençon. On sait 
aussi que les nombreux hameaux de Dainigni étaient tous 
reliés entre eux par des chemins ruraux, aujourd'hui en 
grande partie supprimés. Les terres labourables formaient 
douze parcelles, les prés et pâtures, neuf parcelles. Outre le 
logis seigneurial de la Rimblière, la propriété renlermait une 
autre maison manable au village de la Corneillère. 

La mouvance féodale était partagée entre les fiefs de 
Damigni et de Lonrai. Les premiers propriétaires connus 
sont François Pérou et Catherine Le Guay, sa femme, qui 
vendirent cette terre, en 1536, à Jean de Frotté, écuyer, secré- 
taire du roi et de la reine de Navarre, duc et duchesse d'Alen- 
çon, fils de Jacques de Frotté, sieur de Neufvy, maître d'hôtel 
de Charles de Bourbon, connétable de P'rance et de demoiselle 
Jacquelte Séguier, pour le remploi des 2.500 livres composant 
la dot et le don nuptial de Jeanne Le Coustellier, son épouse. 

Il parait résulter d'un mémoire conservé dans le chartrier 
de Lonrai, qu'en 1588 Louis et François de Frotté reconnurent, 
en présence de Jean de Frotté, leur trère, que cette terre était 
tenue du fief de Lonrai ; mais que la régularité de cette 
déclaration fut contestée par le seigneur de Damigni. 

Ce qui est certain, c'est que le propriétaire de la Rimblière 
était sujet à contribuer à l'aménage des meules du moulin de 
Lancrel (1). 

Lorsque le marquis de Lonrai fut devenu seigneur direct 
de Damigni, tout litige au sujet de la mouvance féodale n'eut 
plus aucune raison d'être. En 1777, lorsque Samuel de Frotté 
rendit aveu au duc de Montmorency, il déclara simplement 
que la métairie de la Rimblière était située en entier sur le 
territoire de Damigni, à l'exception de deux arpents de terre 



(1) Quittance donnée à Samuel de Frotté le 17 juillet 1753, par le sieur 
Garnier, pour huit journaux de terre, sujets à l'aménage des meules du 
moulin de Lancrel, 4 livres 16 sols. — Archives de l'Orne, E. Famille 
de Frotté. 

17 



216 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII*' SIECLE 

situés sur le territoire de Lonrai. Ce qui est plus intéressant, 
c'est que dans cet aveu est énoncé le droit de colombier 
attaché à la propriété et Texistence d'une fuie à pigeons (1), 
l'exemption du service de prévôté et exemption pour lui et ses 
fermiers d'être tenus à moudre ses grains au moulin bannal 
du dit seigneur. 

Le revenu de la Rimblière parait facile à déterminer au 
moyen des baux, quoique les conditions en aient assez souvent 
varié. C'est ainsi qu'en 1698 elle fut baillée à moitié fruits, 
pour 250 livres, plus diverses charges. En 1705, bail également 
à moitié, pour 200 livres. En 1722, bail à ferme par la veuve 
de Samuel de Frotté, pour 400 livres, de la même métairie 
avec des réserves importantes retenues par la bailleresse, 
à savoir « le grand corps de logis, cave, poulailler, le grand 
jardin, le pré des Ebées, avec son écurie, et fanil dessus, 
et celui qui est sur la bergerie y joignant, le hangard dedans 
la cour pour lui servir de bûcher, l'herbagement de sa 
cavale et poulain et d'une vache et son veau qui seront nourris 
avec les bestes des preneurs dans les pastures et regains. 
Retenant aussy la dite dame bailleresse deux cents de grosse 
paille. Les parties pourront nourrir des volailles et cannes, 
sans oyes, pour en disposer séparément et cependant nourrir 
à la grange en commun. Retenant aussy tous les chesnes, 
ormeaux, tant étroignés que non. S'obligeant en outre les dits 
preneurs de nourrir un porcelet avec les leurs, parce qu'elle 
le fournira de ses deniers et ce jusqu'au jour qu'elle voudra 
l'enfermer pour l'engraisser ». 

En 1738, bail à moitié, par le même, pour 250 livres. 

En 1767, bail à moitié, par Samuel de Frotté, son fils, pour 
350 livres. 

Il faut dire que les propriétaires, à cette époque, cherchaient 
tous les moyens pour dissimuler le revenu réel de leurs 
terres pour échapper à la capitation. Au mois de janvier 1742, 
Madame de Frotté mère, toujours taxée aux rôles du dixième 
comme propriétaire de la Rimblière, adressa une réclamation 
à l'intendant au sujet de ses impositions, excessivement 

(1) 1743. Février « J'ai fait faire un pigeonnier dans leliaut du pavillon ». 
(Journal de Samuel de Frotté). 



UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIIl^ SIÈCLE 217 

augmentées, disait-elle, depuis huit ans. Ce qui est certain, 
c'est qu'il résulte de l'extrait du rôle du dixième qui fut 
adressé à M. de Frotté, en janvier 1712, qu'il y était compris 
pour la somme de 40 livres. 

M. de Frotté avait, en outre, à acquitter sa cote de la capita- 
tion pour laquelle il était porté au rôle de la noblesse, à la 
somme de 10 livres, en 1702, élevée à 16 livres en 1727 ; à 
18 livres en 1734 ; à 27 livres en 1739 ; à 29 livres eu 1742. 

Or en janvier 1742, Madame de Frotté mère se plaignait de 
ce qu'étant imposée à 30 livres dans le rôle du dixième en 
1734, elle aurait à payer cette année, pour son dixième, la 
somme de quatre-vingt-treize livres 15 sols, quoiqu'elle n'eut 
fait aucune augmentation à sa propriété. Le directeur du 
dixième, M. Le Camus, auquel cette requête fut renvoyée, 
estimant que, d'après les déclarations de Madame de Frotté, 
signées des habitants de Damigni et du préposé, ainsi que du 
certificat du sieur Desprès contrôleur (1) la Rimbliére, y 
compris les revenus, ne valait que 600 livres de revenu, 
déclara qu'il consentait, sous le bon plaisir de Sa Majesté, à 
ce que le dixième de la suppliante lût réduit à 60 livres, 
décision qui fut suivie d'une ordonnance conforme de 
l'intendant. 

Il résulte de ces constatations que le régime du métayage 
fut adopté presque constamment par les propriétaires de la 
Rimbliére à partir de 1698. Aussi Madame de Frotté affirmait 
en 1742, que son mari, Samuel, premier du nom, avait 
toujours fait valoir la dite terre et, qu'après son décès, elle 
avait continué à faire de même jusqu'en l'année 1738 où elle 
l'afferma à moitié, pour 250 livres. 

A la mort de Madame de Frotté, décédée en sa terre de la 
Perrière, le 19 juillet 1744, à l'âge de soixante-sept ans et 
sept mois, son fils Samuel fut mis en possession du préciput 
auquel il avait droit, en sa qualité d'aîné (2), mais il resta. 



(1) Ce certificat, qui existe dans le dossier de la famille de Frotté, est 
signé de H. Mallard, René Vienne et M. Girard, syndic de la paroisse de 
Damigni. 

(2) 11 eut à pa^'er, pour ce préciput, 500 livres à chacun de ses frères, 
P. de Frotté et le chevalier, suivant traité fait entre eux le 25 janvier 1745. 
Il faisait en outre une rente de 250 1. à M. de Frotté. 



218 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIIl*' SIÈCLE 

en outre, chargé de radministration de toute la propriété, en 
vertu de conventions acceptées par ses frères, à savoir Pierre- 
Jean de Frotté, sieur de la Perrière, et Jacques de Frotté, 
connu sous le nom du chevalier. 

Une note, consignée dans son Livre de dépense, à la date du 
mois de novembre 1744, nous apprend que, d'après le rôle de 
la taille de Damigni, il y avait dans cette paroisse six cent 
seize arpents de terre de toute espèce qui avaient été détaillées, 
et en outre quelques fonds dont le détail n'avait point été fait, 
mais qui avaient été évalués sur le pied du fermage. L'article 
de Jean Rattier est ainsi composé : « Taux personnel 12 livres, 
afferme de M. de la Rimblière sa terre, valant de revenu 
185 livres ; payera aux 2 sols 9 deniers pour livre, 25 livres 
6 sols » 

Une requête, adressée par lui à l'intendant, probablement 
vers la même époque, expose que les terres labourables 
dépendant de la Rimblière avaient été taxées sur le pied de 

10 livres de revenu par arpent, comme les meilleures de la 
paroisse ; tandis que toutes ces pièces étaient de propriété 
différente et, par conséquent de différente valeur, qu'une 
partie même était mélangée de cailloux et de peu de rapport. 

11 demandait, en conséquence, que la production de ces 
terres fût comparée avec celles de la plaine d'Alençon, pour 
mettre en évidence qu'elles leur sont de moitié inférieures, et 
qu'il en est de même des terres de Badoire, ce qu'il assurait 
pouvoir être vérifié par experts choisis dans les paroisses 
voisines et connaissant les dites terres. 

En 1754 Samuel de Frotté faisait valoir lui-même la terre 
de la Rimblière en tout son contenu, dont Jean Rattier était 
ci-devant fermier, plus diverses pièces qu'il déclara alors 
réunir à son domaine. Le détail en est exposé dans une 
intimation par lui faite le dimanche 8 septembre 1754, aux 
habitants en général de la paroisse de Damigni, d'avoir à ne 
pas le comprendre dans leurs rôles de la taille de l'année 
suivante, attendu sa qualité de noble. 

Il revint au métayage en 1767 et loua à moitié à René Rocher 
toute sa propriété, pour la somme de 350 livres, avec retenues 
au profit du bailleur et des charges nombreuses spécifiées 
avec précision dans le bail. 



UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII*^ SIÈCLE 219 

Dans rintervalle il avait ajouté à son patrimoine de la 
Rimblière plusieurs propriétés et divers morceaux de terre. 
En 1731 , une journée de pré dans le Pré-Hains, pour 257 livres, 
4 sols, et le champ de la Corneillère. Kn 1741, achat du pré 
de la Fuye. En janvier 1744, une journée de terre sur le terri- 
toire de Damigni, pour 374 livres, du sieur Frémont, bourgeois 
d'Alençon, en janvier 1744 ; la terre du Chêne, louée 300 livres 
au mois de décembre 1781 ; la terre de la Barre, louée 270 
livres au mois de juillet 1782. 

Il avait en outre une rente tontine de 121 Ir. et une rente de 
120 livres due par la famille Castaing. 

III 

Le Livre de compte, tenu par Madame de Frotté et par son 
lils aîné Samuel, nous fournit d'ailleurs des renseignements 
plus précis encore sur l'administration du domaine de la 
Rimblière et sur les améliorations qui y furent réalisées dans 
le cours d'environ trois quarts de siècle. Ce livre écrit par plu- 
sieurs mains était, en outre, une sorte de mémorial de famille. 
C'est ainsi qu'on y trouve les mentions des naissances et des 
baptêmes des enfants de Madame de Frotté, comme on l'a vu. 
A la date de 1686, on relève cette note intéressante : « Le Iiindy 
19* novembre 1686, mon frère de Kougemont est arrivé de 
Hesdin où est sa garnison ». 

En 1733, Madame de Frotté était en compte courant avec 
Gabriel Beaulavon, son métayer. Au mois d'août, elle 
avait reçu de lui 247 livres ; au mois de mars 1734, 84 livres ; 
120 livres au mois d'avril et 221 livres au mois de mai suivant, 
« y compris ce qu'il a donné pour le prébitaire de Cleray et 
une pipe de chaux. Fait à la Rimblière, ce 23 may 1734 ». 

« Le 5* jour de juin 1735, le dit Beaulavon m'a donné 
180 livres de deux bœufs gras vendus à Gacé ; 97 livres de 
deux bœufs qu'il m'a vendus et d'une pipe de poiré ; 9 livres 
12 sols pour la nourriture de mes bœufs pendant douze jours ; 
120 livres, tant du payement de Boisrel et de M. Bourdon, en 
loin que autres choses. Lesquels payements rassemblés se 
montent à la somme de 406 livres 12 sols, dont jeluy a}' donné 
quittance ce jourd'huy ». 



220 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIll® SIÈCLE 

Le 1*^^ septembre de la même année, vente à Urbain Girard, 
cabaretier à Damigni, de quatre pipes de cidre, à 15 livres la 
pipe, auxquelles l'acheteur mit sa marque ; plus trois tonneaux 
à 18 livres la pièce, dont deux logés dans la grande cave et 
l'autre dans la maison du fermier. 

C'est seulement à partir de 1735 que ce registre fut tenu 
par Samuel de Frotté. Celte date se rapproche de son 
mariage avec Marie-Anne Castaing, sœur du receveur des 
tailles d'Alencon. 

« Le 12 mars 1736, j'ay reçu 51 1. de ma mère, à compte 
pour ma part d'une rente de 75 I. qu'elle nous fait. 

« L'année 1736, ma mère avait 23 bestiaux sur la terre de 
la Rimblière, sçavoir 2 bœufs, 2 bouvards de quatre ans et 

2 de trois ans : 4 vaches, 4 génisses dont une avoit trois ans 
et les autres deux ans et un petit taureau d'un an, plus 

3 juments, un cheval prenant quatre ans et un autre prenant 
trois ans ; 2 pouliches prenant deux ans et un poulain prenant 
un an. 

« Je dois à mon frère le chevalier 4 livres 1 sol, par l'accom- 
modement que nous avons fait de ce qu'il me devait de ma 
jument, à raison de la jument noire, tombée en son lot, qu'il 
me cède le 6 avril 1737 ». 

IV 

Le Livre de comptes de Samuel de Frotté ne renferme pas 
seulement des documents précieux au point de vue écono- 
mique (1). Il contient, en outre, une véritable chronique 
agricole, particulièrement riche en observations météoro- 
logiques qui peuvent servir à compléter la série de celles que 
j'ai colligées dans les documents de la même époque (2). 
Je crois utile d'en donner ici un relevé : 

(1) J'ai cru devoir retenir ces chiffres, ces détails techniques pour une 
étude spéciale que Je me propose d'offrir, en toute simplicité, aux petits 
comme aux grands cultivateurs de noire réi^ion, pour leur révéler dans le 
gentilhomme duxviii« siècle dont J*ai esquisse le portrait, ce a bon mesna- 
gier des champs » qui m'a semblé pouvoir leur être proposé comme 
modèle. 

^2) Phénomènes météorologiques et variations atmosphériques, séche- 
resses, pluies, orages, etc., observés en Normandie, principalement dans 
l'Orne, par Louis Duval {Bulletin de la Société Hist» et Arch. de rOrne^ 
t. XII-XXII. Tirage à part, 1903. 



UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII* SIÈCLE 221 

Année 1732. « Le plus mauvais grain qu'on ait jamais vu ». 

1737. Novembre. « Le 16, nous avons fini nos bleds tard, 
rapport aux pluies qui ont duré depuis la fm de juillet jusqu'à 
quelques jours après la Toussaint. 

1738. Octobre. « Le 22, nous avons achevé nos bleds ». 

1739. Janvier. « La nuit du 17 au 18, il fit une foudre très 
très violente qui nous abattit six pommiers dans le plant ». 

1740. « Fort hiver, année stérile en bleds, rapport à l'hiver 
qui a été très rude. La gelée a duré sur la terre depuis les 
Rois jusqu'à la fin de mars, près de trois mois et la neige 
presque autant. Les terres froides ont produit très peu de 
bled. Les menus grains sont abondants. Nos orges sont 
passables. Notre avoine a manqué à lever ». 

1741. « Mars et avril ont été très secs et très rudes, surtout 
avril, pendant lequel il a presque toujours gelé. Le 5 et le 6 la 
glace étoit d'un doigt d'épaisseur. Il a tombé plusieurs gibou- 
lées de gresle et de neige. Le dernier jour du dit mois, au 
soir, la terre fut couverte de neige. 

Cette année est un peu moins stérile en bleds que la précé- 
dente, mais il est peu de menus grains. La sécheresse a été 
cause que les bleds n'ont point souche et que les menus grains 
n'ont pu lever comme il faut. Le printemps a été très rude. 
Nous n'avons point eu d'eau de pluie depuis le 17 février que 
par orages, encore très peu. Nos blés sont fort chers ; il en est 
mort et l'on n'a pas semé assez épais ; nos menus ne valent 
guère. Il n'y a point d'herbiers dans les grains. 

« Nous avons commencé à semer nos bleds le 3 octobre et 
fini le 13 ». 

1742. Mars. « Ce mois est remarquable par l'abondance de 
neige qu'il tomba, la nuit du 1*'* au 2, jusqu'au 4, par inter- 
valles. Elles étoient, dans ce pays, d'un demi pied de haut. 
Elles ont duré quinze jours par les endroits, à la Perrière, 
d'un pied et demi. Il y en avoit encore le 27. 

« Le 2 août, nous avons commencé à couper nos bleds. 
Nos menus grains ont été retardés de huit jours, après la 
récolle des bleds, parce qu'ils n'étoient pas à maturité. 

« Celte année a été abondante en grains dans ce pays ci, 
mais il y a beaucoup de nielle. Nous n'en avons cependant 
pas, à l'exception de sur le Parc où il s'en est trouvé très peu. 



222 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII^ SIÈCLE 

Ma mère en a beaucoup à la Perrière ; elle a celte année des 
bleds en abondance. 

« Cette année est remarquable par la sécheresse qui a 
toujours continué ; Tliyver même a été sec, à Texception des 
neiges qui sont venues au commencement de mars et qui 
étoient hautes. Voilà deux années sèches tout de suite. Il a été 
très peu de foins, ce qui Ta rendu fort cher : il valoit ici 
3 livres 10 s. le cent, pesé dans le pré. Il a été aussi fort peu 
de pois de toute espèce. Les chanvres sont fort rares 
aussi, parce que le chenevis n'a su tout lever ; la filasse vaut 
10 sols la livre, écrue. Il n'est point de pommes dans ce 
canton, mais on a eu des poires en récompense. Dans le pays 
du vin, la vendange a été abondante, mais la plupart du 
raisin n'a su mourir ; la sécheresse l'en a empêché. 

« Le blé se vend jusqu'à 40 sols le boisseau ». 

— Octobre. « Nous avons commencé à semer nos blés le 
5 de ce mois et nous n'avons achevé que le 25 viron deux 
journaux et demi, sous le plant, qui étoient restés faute de 
fumier ». 

1743. « Le foin est à très grand marché cette année... Notre 
orge et nos pois ne valent guère, quoiqu'ailleurs cette année 
abonde en toute sorte de grains, ce qui les rend à très grand 
marché. Le beau blé vaut 25 sols, l'orge 14 sols ; l'avoine 12 et 
les pois et jarosses 14 ». 

1744. « Cette année est très abondante. Les grains sont à 
viron trois sols meilleur marché que la précédente ». 

1745. « Le foin est très abondant cette année ; mais il est 
très gâté sur les rivières. Mon pré des Ebées et mon pré Hains 
s'en ressentent. 

« On a bien eu de la peine, cette année, à faire la récolte, 
rapport aux pluies abondantes qui ont duré la plus grande 
partie de Tété et surtout le mois d'août qui a été si mouillé 
que la plupart des blés ont germé dans les champs étant 
coupés. On ne pouvoit les ramasser, parce qu'il ne se passoit 
pas un jour qu'il ne plût. Il y en a eu qui ont resté trois 
semaines sur Fécot (1), dont la paille étoit toute noire. Nous 

(1) Escot, chaume coupé à ras de terre. On dit dans certains pays escoter 
i écoter un arbre pour l'étêter. 



ou 



UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII*' SIÈCLE 223 

avons attendu le beau temps qui est venu le dernier jour 
d*août. Nous avons fait une récolte bien sèche. Il y avoil déjà 
plusieurs épis qui germoient sur bout. Le blé a plusieurs 
prix : le moins bon vaut 22 et 23 sols ; le médiocre 26 et le 
plus beau 30. Il y a beaucoup de paille, mais peu.de grain. 
Le blé rend deux boisseaux le nombre. Les menus grains sont 
abondants et surtout les pois. En mars le grain a augmenté 
de 8 sols par boisseau et Torge, à la semaison, a valu jusqu'à 
27 sols. 

« Nous avons, cette année, sur la Rimblière cent pipes de 
pommes ». 

1746. « Cette année est passablement abondante en grains, 
quant aux gerbes ; mais ils ont peu rendu. Les blés ordinaires 
ne passent pas deux boisseaux, mais au dessous ; Torge viron 
deux boisseaux et demi et Tavoine trois et demi, jusqu'à 
quatre : le tout s'entend de la nombre (1). Le bled a valu 4 sols 
toute Tannée et au dessus et l'orge 30, jusqu'à 32 sols ». 

Cette chronique présente ici une lacune de six ans et 
Samuel de Frotté lui-même a eu soin de nous en prévenir en 
en taisant connnaitre la cause, à la fin de ses notes sur 
l'année 1746 : 

« J'ay discontinué à mettre en mémoire le produit des 
grains de la terre de la Rimblière, pendant six années, parce 
que Rattier l'a tenue à ferme de grain pendant ce temps ». 

1751. « Les pluies continuelles pendant tout le mois de 
juillet, jusqu'au 23 août, ont été cause qu'on a eu beaucoup 
de peine à tirer les foins qui ne valent guère cette année, 
parce qu'ils ont tous été mouillés ; une partie perdue sur les 
rivières. Nous avons fané trois fois plus longtemps que 
d'ordinaire ». 

1753. « Mémoire des blés, pour le compte de Rattier, qui 
est sorti à Pâques. Il y a peu de blé. Total, blé et seigle 
84 nombres 8 gerbes. Rattier a eu peu de blé, parce qu'il a 
levé très clair cette année, rapport à la grande sécheresse : 
le mal a été général. De plus Rattier avoit enterré son blé trop 
avant, de façon que la terre étant trop sèche dessous et le peu 

(1) Nombre (la), mesure locale. 



224 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII* SIÈCLE 

de pluie qui est venue n'ayant pu pénétrer jusqu'à la semence, 
elle n'a pu lever, faute d'humidité ». 

1754. « Observations sur le foin. Il est encore plus rare 
cette année que l'année dernière. L'année a été plus sèche, 
surtout le printemps ; l'herbe est morte sur les hauteurs. 
J'ai fait couper mon foin trop tost, ce qui Ta fait considéra- 
blement diminuer à sécher ». 

1755. « Blé et seigle. Total 160 nombres. Orge 54. Avoine 30. 
Pois gris 10. 

1756. « Le foin est abondant cette année. La rivière a 
débordé dans le pré des Ebées, où nous n'avons eu que deux 
buttes de gâtées à la chute de l'eau de la palle qui a inondé 
les veilloches (1). Nous avons eu bien de la peine à sécher le 
loin du pré des Ebées. Il a eu de la pluie en veilloches près de 
quinze jours, excepté quelques journées et quelques après- 
midi que nous éventions les veilloches. Nous avons fané un 
jour pour deux heures et demie, le temps d'étendre le foin et 
de le ramasser promptement. La grande rivière a débordé, de 
façon qu'il y a eu quantité de foin pourri qui avait été mis en 
ëtentente et qui étoit resté des quatre à cinq jours sans pouvoir 
être ramassé. Cela est cause que le dernier loin est recherché ». 

— Octobre. « Arbres fruitiers abattus par les vents et par 
la foudre ». 

1772. « Nous avons pour tous fruits à cidre cette année sur 
la terre de la Rimblière viron trois pipes et demie de poires 
et point du tout de pommes qui valent, aux environs d'Alen- 
çon, ainsi que les poires, 33 livres la pipe prise sous les 
arbres »• 

1773. « J'ai logé la Corneillère où il y avoit peu de foin, 
surtout dans le pré sur le chemin dont le côté joignant le 
grand pré étoit rempli de sonnettes (2) ». 

(1) Veilloehe, parvusfoeni camulas. Le Dictionnaire de Trévoux et celui 
de Littré ne font mention que de la forme veillote ou veillotte. Le Diction- 
naire du patois normand^ de Du Méril donne viellotte et vieilloche. 

(2, Le Hhinanthus eristata, connu vulgairement sous les noms de Crista 
gain « cocréte, crête de coq, pou des prés, trompe-cheval » et aux envi- 
rons d'Alençon sous le nom de c sonnette », a cause de ses fruits à deux 
loges, polyspermes, est considéré, par les cultivateurs, comme nuisible aux 
prairies. Cette plante est classée par M. A. de Brébisson {Flore de Xor- 
mandie, p. 223, Caen, Le Blanc-Hardel, 1869) dans la famille des Scrophu- 
lariées. 



UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII*' SIÈCLE 225 

1775. « La levée de foin du pré des Ebées : 49 buttes ont 
fait six charretées, dont deux un peu gâtées par la pluie à 
laquelle il a été exposé trois jours de suite étendu, ce qui Ta 
décoloré ». 

1781. « Peu de foin sur les hauteurs; abondance sur la 
grande rivière qui a été très vase par le débordement ». 



Les travaux agricoles de Samuel de Frotté, le soin avec 
lequel il notait dans son journal non seulement tous les faits 
qui intéressaient sa propriété, mais aussi tout ce qui concer- 
nait l'agriculture du pays le désignaient évidemment pour 
être inscrit au nombre des premiers associés de la Société 
royale d'agriculture d'Alençon. Il s'y trouvait d'ailleurs en 
compagnie de plusieurs voisins de campagne avec lesquels il 
était en communion complète d'idées et de sentiments, 
l'abbé Coulombet, curé de Saint-Denis-sur-Sarthon et doyen 
rural d'Alençon ; M. du Mesnil de Saint-Denis, seigneur de 
cette paroisse qui s'associa à son curé pour encourager la 
culture et l'élevage par des concours ; M. Bourdon de Badoire 
M. Bourdon de TAunai ; M. Chambay, fermier d'Avoise ; 
M. Leguernay, fermier de Cerisai. Il a eu un avantage sur 
eux, celui de se survivre à lui-même par son Journal agricole, 
qui nous le montre jusqu'à la dernière journée de sa vie 
toujours la bêche ou la plume à la main : tantôt dans ses 
vergers ou dirigeant les travaux de ses domestiques, tantôt 
dans le cabinet de travail qu'il avait fait accommoder dans 
son logis de la Rimblière. 

Il nous reste un autre témoignage de la part que Samuel 
deFrotté prit aux travaux de la Société d'agriculture d'Alençon. 
C'est une description de charrue des environs d'Alençon, 
écrite en réponse à un questionnaire adressé à toutes les 
Sociétés d'agriculture par celle de la généralité de Bourges. 
Dans le petit registre où j'ai trouvé ce mémoire, on remarque 
un extrait du Catalogue de la Bibliothèque de l'intendant 
Jullien où figurent des livres d'histoire, de littérature et d'éco- 
nomie politique, entre autres Mémoire sur les défrichements. 
Amélioration des terres. Spectacle de la nature, VAmi des 



226 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIIl' SIÈCLE 

hommes, par le marquis de Mirabeau, etc. S'agit-il de livres 
mis à la disposition de la Société d'agriculture par rintendant 
Jullien ? On est porté à le supposer. Il est dit, en eflet, que ces 
livres étaient contenus dans cinq caisses, ce qui indique un 
déplacement. 

Nous savons d'ailleurs que Samuel de Frotté ne resta pas 
étranger au grand courant d'idées nouvelles qui se fit sentir 
alors même à Alençon. Son beau-frère Jean Castaing ne 
s'était pas contenté de créer un Théâtre de Société, sur lequel 
il fit représenter vingt-quatre pièces, de 1753 à 1793, et qu'il 
imprima lui-même ; il avait introduit, en outre, la Franc- 
Maçonnerie à Alençon où l'on compta alors deux loges, 
celle des Cœurs-Zélés, dont il fut le premier vénérable et où il 
fut remplacé par M. de Foulongne, et celle de Saint-Christophe 
de la Forte Union dont Samuel de Frotté fit partie, ainsi que 
MM. Costard de Bursard, l'abbé Daguin, professeur de 
physique au collège dAlençon et Le Sage du Parc(l). Il avait 
pris, également, de moitié avec ce dernier, un abonnement au 
Journal de Bouillon, et l'on eût pu le rencontrer encore avec 
lui, en 1789, au Cabinet littéraire situé sur la place de l'Hôtel 
de Ville, discutant les questions du jour. Il avait même fini 
par se plier aux habitudes d'élégance qui distinguaient la 
société polie de son temps et qui convenait, d'ailleurs, à sa 
qualité de gentilhomme. Il s'était fait faire un bel habit de 
taffetas, avait fait ajouter une bordure d'or à son chapeau 
et un bout d'argent à son épée. Son carrosse lui servait à se 
faire conduire à Alençon avec M"** de Frotté. Lorsqu'il 
ramenait ses amis à la Rimbliêre, il était fier de leur faire 
admirer la richesse de son parterre, émaillé de fleurs qu'on 
ne voyait que chez lui. 

Le potager ne fut pourtant jamais négligé. On sait qu'en 
1739 il y avait fait faire un fort beau carré d'artichauts. 
En 1787, il fit encore vendre par le jardinier de M. Crochard 
pour 17 livres d'artichauts, en lui laissant 3 livres 13 s. de 
bénéfice. 

C'est en 1771 qu'il fit faire sa serre. Il n'y employa pas 



(1) Les Loges ma^'oniiiques d'Aleiiçon. Revue ncrmande et percheronne 
iUustréey quatrième année, 1895, p. 289 et suivantes. 



UN GENTILHOMME CLLTIVATELU AU XVIir SIÈCLE 227 

moins de vingt-sept charretées de pierres de blocage, sans 
compter les pierres de taille. Il paya 51 livres 16 s. aux 
perreieiirs de la Hantelle, pour l'extraction de ces maté- 
riaux. 

Au moins pendant quelque temps, René Chouippe, son 
domestique lui servit de jardinier, lui tailla ses arbres et 
reçut, pour cela, une petite gratification en 1780. 

Au mois de mai 1783, il vendit à Tabbé Desjardins, vicaire 
de Damigni, six vieilles cloches à melons pour 10 livres 15 s., 
mais en janvier 1787 il acheta, au prix de 6 livres, de Juffé, 
vitrier à Alençon, deux grosses cloches, garnies de fil d'archal 
et lui céda en outre deux vieilles cloches. 

Au mois de mars 1784, il s'était procuré par Saint-Jean, 
domestique de M. Bourdon de Badoire, un boisseau de pois 
verds cuisants, vendus par M. Martel, de Sées, au prix de 
3 livres 6 s. 9 d. 

Enfin à la vendue de François Belloche, de Damigni, en 
février 1786. Il avait acheté plusieurs outils de jardinage. 

Arrivons enfin au parterre. 

Vers 1770 il avait mis en réserve, pour M. Baudé, dix-huit 
espèces d'oeillets : la Marquise, le Dauphin, Tricolore parfait ; 
pour M. Vincent, trente espèces d'oeillets ; pour M. de la 
Planche, dix-huit espèces ; pour M. de Livet, douze. 

« En 1777, envoi à M. du Chesnay d'Authon de seize espèces 
d'œillets, entre autres TEvêque charmant, le Bel Evêque, 
TEvêque du Mans, le Cordon rouge, le roi de Maroc, THéroine. 

« En 1780, le 2 mars, planté anémones, renoncules et semi- 
doubles comme suit : dans l'ovale, en face des croisées de la 
salle, renoncules nommées Coqs. Dans la planche opposée, 
semi-doubles mêlées, les plus belles ; dans celle du côté 
gauche, les plus noires. 

« Le 3 octobre 1786, donné à M. des Fontaines, les marcottes 
d'œillets ci-dessous, entre autres Sémiramis, Déesse des Roses, 
l'Impératrice, l'Archevêque, l'Evèque de Cour, Ruban violet, 
l'Evêque d'Orléans, le Doux Evêque, le Violet séduisant, 
l'Evêque étranger, l'Adonis, Tircis. 

« Envoi au même, au mois d'avril 1787 : Grand Maître, 
Prince royal, l'Evêque de Chartres, l'Evêque de Nancy, 
l'Evêque d'Amiens, Sylvandre, etc. » 



228 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIlP SIÈCLE 

Notes sans date. « Reçu de M. des Chesnes 12 livres pour 
douze pots d'œillets qu'il a tait enlever ». 

« M. Bidon fils doit douze margotes d'œillets ». 

Ces noms de fleurs nous disent aujourd'hui peu de 
chose. On ne peut y voir qu'un pale reflet des idées du temps. 
Mais nous avons la preuve, grâce à Samuel de Frotté, de 
l'existence d'une Société de fleuristes amateurs dont il fut un 
des principaux membres et qui, d'Alençon, étendait ses rami- 
fications jusqu'au fond du Perche et au delà de Falaise. 
Le 12 février 1784 un correspondant aimable, spirituel et 
maniant l'ironie avec finesse, lui écrivait du prieuré de Chêne- 
gallon, près Bellême : 

Monsieur, 

La votre du 23 de Tautre mois a surpassé l'espoir que j'en a vois 
conçu. Le témoignage favorable et juste de M. Salle-Desjardins me 
rappelle avec plaisir notre ancienne amitié. Je suis très sensible à 
la gracieuse invitattion que vous me laites d'aller voir vos fleurs, 
si le hasard m'appelle dans vos cantons. Je ferai plus, j*y irai 
exprès, dans la force de la fleur. Ce voiage me procurera une 
double satisfaction. Celle de faire connoissance avec vous ne sera 
certainement pas la moindre, mais je crains d'avance pour mes 
œillets à mon retour. Je ne vous dirai pas combien je serois 
enchanté de vous voir ic3% surtout dans le temps des jacinthes, et 
je me persuade volontiers que vous ne voudriez pas venir dans ce 
pais sans me faige cet honneur. 

Je vous tais passer. Monsieur, une boîte renfermant des graines 
d'oeillets doubles de la Chine, de bonne giroflée et de choux-fleurs 
d'Angleterre, avec des griffes de renoncules et de semi-doubles et 
des pattes d'anémones. Vous aurez peu d'espèces de ces dernières 
parce que toutes les autres sont en terre dès le mois de novembre. 
Il manque aussi quelques renoncules. Mais je vous donnerai le tout 
l'an prochain. Si j'ai quelqu'autre chose qui puisse vous taire 
plaisir, j'espère qu'à notre entrevue vous me le demanderez avec 
autant de liberté que j'aurai d'empressement à vous les procurer... 

L'hiver étant une saison où tout est, pour ainsi dire dans une 
léthargie ou inaction, surtout l'œillet, je ne conçois pas comment 
j'ai pu vous demander des marcottes pour ce temps. Sans être 
riche, à beaucoup près dans ce genre, je sçai le temps de les trans- 
planter et empoter. Le ton de franchise avec lequel vous avez relevé 
ma balourdise m'a beaucoup amusé. Mais vous me permettrez, à 
mon tour, de vous dire que vous auriez pu vous dispenser de 
m'astreindre à garder scrupuleusement les œillets que vous aurez 



UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII*^ SIÈCLE 22^ 

la complaise de m'envoyer. Ah I Monsieur, ignorez-vous que comme 
la fourmi n*est pas prêteuse, les fleuristes ne sont pas donnants... 

Je ne me rappelle pas qu'on m'ait jamais reproché d'être pro- 
digue de mes flleurs. On traitera, si l'on veut, de manie ma façon 
de penser qui est de croire qu'une fleur devenant trop commune 
perd de son mérite extrinsèque. Nous avons même ici beaucoup 
de personnes qui demandent les fleurs les plus précieuses et pas 
une à faire seulement le sacrifice d'un louis pour s'en procurer. 
Enfin nous n'avons pas un amateur. J'en contente cependant tous 
les ans, par des fleurs communes, mais je n'en demande à qui que 
ce soit, pas même à un de mes confrères ; dans la crainte qu'il ne 
me demande mieux je rejuse celles qu'il m'ofirc. Il est bon de 
convenir qu'il a peu de chose. 

Je vous prie de faire tenir chez M. delà Fromentinière, conseiller 

en l'élection d'Alençon, près la porte de Lancrel, les marcottes que 

vous me destinez et de me croire, avec les sentiments les plus 

respectueux, etc. 

Lemperrière Grandmouun (1). 

Le 27 juillet 1785, un autre amateur, de goûts plus modestes, 
J.-M; Mignon, vicaire de Lonray, plus tard ami de l'astronome 
Lalonde et professeur de physique à TEcole centrale de 
rOrne (2) lui écrit : 

Monsieur, 

Vous avez eu la bonté de me promettre des œillets de ceux que 
vous abandonnez comme imparfaits. J'ose profiter de votre bonne 
volonté. Je les estimerai et les cultiverai avec soin pour différents 
motifs, et ce qui n'est pas digne de vos chapelles fera l'ornement 
de nos jardins. Ce sera un acte de bonté de plus de votre part et 
dont je serai reconnaissant. Je vous demande permission d'assurer 
ces dames de mon respect et vous. Monsieur, de me dire avec les 
mêmes senti mens, Monsieur, etc. 

Enfin au dos d'une lettre de faire part de la mort de 
Mademoiselle de Frotté de Couterne, en date du 27 août 1788, 
on trouve une lettre de M. de la Rimblière sans adresse, mais 
qui nous fournit une nouvelle preuve de l'existence d'une 

(1) Pierre Lempérière était un des religieux du prieuré de Chêne- 
gallon en 1784 (Archives de l'Orne. H 951). 

(2) Mignon (Jean-Michel), né à Alençon, le 18 janvier 1744, avait suivi à 
Paris le cours de physique professé à Louis-Ie-Grand par Sigaud de la 
Fond. En 1750 il était vicaire à Cuissai. Il fut directeur de l'Ecole centrale 
de rOme de Tan IX à l'an XII. Je lui ai consacré une courte notice dans 
les Kphémérides île Van VI II, p. 147-151. 



230 UN GENTILHOMME CULTIVATEUH AU XVIII*^ SIÈCLE 

Société de fleuristes amateurs à Alençon et jusqu'aux environs 
de Falaise, comme dans le Perche : 

Monsieur, 

Pour m'acquitter envers vous de mes anciennes promesses, je 
je vous envoie par la messagerie d'Alençon à Falaise Télite de mes 
œillets, en douze marcottes, que vous me demandez, avec leurs 
noms et leurs couleurs, comme vous le désirez. Je vous prie d'en 
agir de même à mon égard par l'envoi que vous me ferez de pareille 
quantité des vôtres et d'éviter d'y comprendre aucun de ceux que 
je vous envoyai Tannée dernière ; ils me seroient à charge. Vous y 
joindrez, s'il vous plaît, ce que vous me destinez dliyacintes, de la 
graine d'œillets de Chine, de balsamines et de giroflées. Je pro- 
fite de cette occasion pour vous renouveler les sentiments respec- 
tueux avec lesquels, etc. 

Nous avons mieux. Dans un carnet intime du comte Louis 
de Frotté, Léon de La Sicotière a eu la bonne fortune de 
relever les impressions fraîches encore d'une visite qu'il 
fit à la Rimblière, à l'époque où il était encore à l'Ecole 
militaire (1) et il en a tiré un tableau de famille que nous 
sommes heureux de reproduire : 

Au modeste logis de la Rimblière, son grand-père et son grand- 
oncle tenaient ménage commun à toute la famille » ; mais bons, 
aimables, pleins de gaieté et d'entrain. L'oncle, en promenant son 
petit-neveu dans ses jardins, lui disait sans cesse : « Mon ami, 
chaque arbre que je plante, c'est avec l'espoir que tu te reposeras 
sous son ombrage quand tu auras atteint mon âge, et que tu y 
penseras quelquefois à ton vieil oncle, qui te regarde et qui t'aime 
comme son enfant. 11 est bien naturel, à ton âge, d'avoir le désir de 
voir le monde et d'y parcourir une carrière brillante ; mais soit 
sûr qu'il vient un temps où l'homme sage, après avoir servi son 
Roi, aime et désire la retraite. 

Ce n'est que là que l'homme raisonnable trouve le bonheur sans 
regrets, lorsqu'il peut faire le bien. Tu as la perspective d'être un 
jour plus riche que je ne l'ai jamais été, mais tu ne seras jamais 
plus heureux que je le suis depuis que je me suis retiré dans cette 

(1) Dans son Livre de raison Samuel de Frotté, à la date du 2 mars 1785, 
a placé cette note relative aux titres de famille qu'il fournit à son neveu 
pour son admission : 

« J'ay mis aux mains du jeune fils de mon frère le chevalier trois pièces 
d'écritures en parchemin, pour preuves de noblesse, avec nos armoiries, 
dont il m'a donné reconnaissance ». 



UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII'^ SIÈCLE 231 

terre après la guerre de 1740, ma religion m*interdisant d'espérer 
les avantages auxquels j'avais droit comme d'autres » (1). 

Le grand-père, qui lui aussi, avait quitté le service de bonne 
heure, était le plus aimable homme du monde. Il avait aussi i)lus 
d'ambition pour son petit-fîls et vo^'ait avec plaisir toutes ses idées 
tournées vers la gloire. Hélas ! il devait lui survivre, et les rêves 
de gloire ou de retraite formées par les deux vieillards, au profit 
de Tadolescent devaient être tragiquement interrompus. Aucun 
même des arbres qu'ils plantaient pour lui n'existe aujourd'hui. 
Ombre et rêves, tout s*est évanoui (2). 

Cette page qui nous montre, dans le futur chef des insurrec- 
tions normandes, un esprit mûri avant lïige et même torte- 
ment imbu des idées de son siècle, nous donne en outre 
un portrait de son oncle fait d'après nature, tandis que, dans 
l'étude qui précède, il ne nous a été possible de deviner son 
caractère qu'au moyen de rapprochements de textes ou 
d'inductions qui laissent sans doute beaucoup à désirer. 
Il nous semble même que souvent quelques voiles nous ont 
caché encore ses pensées intimes. Quoiqu'élevé au collège 
des Jésuites, quoique ses maîtres lui aient délivré un certificat 
de catholicité, quoique lui-même ait été agréé comme parrain 
en réglise de Damigni, en 1728, quoiqu'il figure comme 
témoin au mariage de J.-B. Déniées, avocat à Alençon, le 
9 décembre 1760, et en 1775 au mariage de J.-B. de Chabet, 
seigneur de Lignères, avec Marie-Anne de Frotté, il n'est pas 
douteux qu'il était resté protestant de cœur. Comme son 
père, comme sa mère, morte à la Perrière, comme sa femme 
Marie- Anne Castaing, inhumée à la Rimblière, il fut inhumé 
dans les formes prescrites par Tédil de Louis XVI sur l'état 
civil des protestants. La mort, comme le prouve son Journal, 
le surprit la plume à la main, car il se poursuit jusqu'au 
n juillet 1789 et il mourut le 13 août suivant. La maladie 
de sa femme, au contraire, avait été longue. Elle avait débuté 
par un ulcère à la joue droite que soigna M. Dupont (3), 

(1) Ces paroles ne semblent pas avoir été dites par le grand-père du 
comte de Frotté et il est évident qu*il y a ici une interversion des noms 
des personnages, le grand-père étant mis à la place de Toncle et 
réciproquement. 

(2) L. de La Sicotière, Louis de FroW* et les Insurrections normandes, 
t. 1, p. 14. 

(3; Jacques Dupont avait été reçu chirurgien à Paris le 12 décembre 1758. 

18 



232 UN GENTILHOMME CULTIVATEUR AU XVIII* SIÈCLE 

chirurgien au commencement de 1786. Une sœur du curé de 
Kadon, M"* Paris, qui se mêlait de médecine, déclara ensuite 
qu'il s'agissait d'un cancer, mais que le mal était trop invétéré. 
M. Libert (1) qui fit quatorze voyages à la Rimblière pour 
soigner une fistule lacrymale dont soufi*rait Samuel de Frotté 
et qui l'avait guérie (honoraires 22 livres 10 s.) tut enfin appelé 
auprès de sa femme, lorsqu'il n'y avait pour ainsi dire plus 
d'espoir (le 14 juin 1787). Elle mourut le l*"" novembre sui- 
vant, entre six et sept heures du soir. Pour la faire inhumer, 
M. Castaing avança l'argent fourni à M. Le Sage tant pour la 
requête qu'il fallut présenter que pour son extrait mortuaire. 
Les mêmes formes durent être observées pour Samuel 
de Frottéj décédé le 20 août 1789. L'abbé Desjardins, son ami, 
vicaire de Damigni, dut se borner à enregistrer la déclaration 
d'inhumation qui suit, conformément à l'édit de 1788 : 

« Nous Samuel Poulet, Conseiller du Roi et de Monsieur, 
« leur Commissaire de police en la ville d'Alençon et dépen- 
« dances du bailliage d'Alenzon, y demeurant, soussigné, 
« certifions à qui il appartiendra que ce jourd'hui, 21® jour du 
« mois d'août 1789, sur les viron sept heures du matin, avons 
« vu mis en terre le corps de defi*unt messire Samuel de Frotté, 
« écuyer, sieur de la Rimblière, paroisse de Damigny, veuf de 
« dame Marie-Anne Castaing. Fait et délivré le présent 
« présence des parents et amis du deffunt qui ont signé avec 
« nous le dit jour et an, pour leur servir et valoir ainsi qu'il 
« aviseront bien, conformément à l'édit du Roi de 1788. 

« Le chevalier de Fkotté, neveu, de Frotté, neveu, 

« LoppÉ, Poulet. Enregistré comme dessus le dit jour et an. 
« Desjardins, vicaire. 

Louis DUVAL. 



Pendant la révolution il remplit les fonctions d'officier de santé au 
3* bataillon des X'^olontaires de l'Orne. 

^1) François Libert avait été reçu docteur en médecine à la Faculté de 
Caen le 8 février 1779. 



pour (e VI^IGÏÏ^-CINQUIÈ^E ANNIVERSAIRE 

de la Société Historique et Archéologique de l'Orne 



DIPTYQUE 

EN DEUX SONNETS 



L'HISTOIRE 



J^ai regardé s'enfuir, au large de VIJisioin\ 
Les grands faits du Passé comme de grands bateaux ; 
On les nomme de loin quand- ils fendent les eaux. 
Majestueux et lents, tout alourdis de gloire. 

Près du bord, où le phare a fait la nuit moins noire, 
Naviguent doucement, parmi des i?ols d'oiseaux, 
Les barques, humbles sa'urs des immenses vaisseaux ; 
Elles portent des noms qu' ignore la mémoire, 

Elles portent des noms qui nous sont chers pourtant ; 
Etfai bien reconnu^ tout près de moi flottant^ 
L'HISTOIRE DE CHEZ NOUS, petite barque à voile. 

Peut-être quelque jour, d'un élan libre et fier, 

Sur les chemins mouvants où la guide une étoile, 

U HISTOIRE DE CHEZ NOUS prendra la haute mer, 

J. GERMAIN-LACOUR. 



LA PIERRE 



La Pierre a dit : Je suis à jamais le symbole 
De ce qui traîne à terre et pèse lourdement ; 
(Test en çain que/aspire^ en mon accablement. 
Vers l'étoile qui brille et çers Voiseau qui oole. 

Or VHomme a répondu : J'aurai Vaudace folle 
De te faire à ton tour reine du firmament ; 
Tu connaîtras la fin de cet affreux tourment 
Où depuis si longtemps ta plainte se désole. 

Et voici que des monts, des plaines, des forêts, 
S'élancent çers le ciel les granits et les grès : 
C'est le triomphe ailé y dans Vazur, de la Pierre... 

Mais ri est-il pas ailleurs un miracle pareil. 
Lorsque notre âme, dans V Amour ou la Prière, 
Plane loin de sa boue et tout près du soleil I 

J. GERMAIN-LACOUR- 



;. - BiblktlùquL- : i:oisiiii- lUi Viil-lHeu. — Retiré /mi- M. F-'lix llrmanl. 



LES BOISERIES 



DE LA 



BIBLIOTHÈQUE D'ALENÇON 



Nous iVavons pas l'intention de raconter ici comment s'est 
formée la Bibliothèque d'Alençon, les vicissitudes par les- 
quelles elle a passé, Torigine et la nature des divers fonds qui 
la composent. Nous n'avons pas davantage le dessein de faire 
une étude archéologique sur le monument qui recèle ces 
richesses. 

Notre étude n'a d'autre objet que de mettre une fois encore 
en valeur les magnifiques boiseries qui la décorent en les 
reproduisant, d'une façon plus technique, pour la première 
fois, en cherchant à fixer leur origine, en racontant enfin les 
péripéties qu'elles eurent à subir pour échapper au vanda- 
lisme révolutionnaire et pour devenir la propriété de la ville 
d'Alençon qui les conserve avec un soin jaloux. 

Ces boiseries ont été plusieurs fois décrites et reproduites (1). 
La plus ancienne description qui en a été faite, à notre 
connaissance, depuis leur arrivée à Alençon, a paru dans 
l'Annuaire de VOrne de 1808 et a pour auteur Louis Dubois, 
bibliothécaire ; elle est d'une scrupuleuse exactitude. 

Après avoir raconté que la Bibliothèque avait été installée 
dans l'ancienne chapelle du collège des Jésuites, bâtie vers 
1620 et divisée, sous la Révolution, en deux étages pour y 

(1) Voir surtout L. de La Sicotikre : Le Département de VOrne archéo- 
logiqae et pittoresque^ Laigle, Beuzelin, 1845, p. 291, et Louis Duval ; 
La Bibliothèqae et le Muèé*» de sculpture d* Alençon, dans la Normandie 
monumentale et pittoresque, Orne, Le Havre, Lemâle, 1896-1897, 2 tomes 
en un vol., l*^* partie, p. 31, photograv. — M. Félix Ravaisson trouve les 
boiseries « splendides » : F. Ravaisson : Rapport sur les Bibliothèques de 
V Ouest, Paris, Joubert, 1841, p. 245. 



236 LES BOISERIES DE LA BIBLIOTHÈQUE d'aLENÇON 

installer TEcole centrale ; après avoir dit que la partie supé- 
rieure qui servait alors de salle de dessin, devint, après la 
suppression de cette école, la Bibliothèque de la ville, Louis 
Dubois décrit ainsi les boiseries qui, arrivées depuis peu de 
la bibliothèque de la Chartreuse du VaUDieu, avaient été 
mises en place par Delarue, l'architecte du département (1) : 

« Au pourtour sont distribuées vingt-six cases d*armoires, 
ornées de riches chambranles en menuiserie de la plus belle 
exécution et terminées à leur partie supérieure par des tra- 
verses entières, enrichies d'ornements et de cartouches fleu- 
ronnés ; ces cases reposent alternativement sur un lambris 
d'appui, formant armoire pour placer les manuscrits et les 
objets les plus rares. Au-dessus de ces armoires et de ces 
colonnes, on remarque un riche entablement composé d'ar- 
chitraves, de frises et de corniches d'un style composite, 
orné à sa Irise de consoles, de galbes, enrichi de feuilles 
d'acanthe. Cette distribution forme des métopes baiiongues 
ornées de médaillons et de cartouches, avec des guirlandes de 
lauriers qui s'agrafent aux consoles » (2). 

Nous ne pouvions donner de ces boiseries une description 
plus exacte. Cependant nous étudierons encore leur facture 
avant d'en raconter l'histoire. 

Parmi les vingt-six armoires sculptées, on remarque que 
les mêmes motifs sont répétés plusieurs fois. Il y en a six 

(1) Ces boiseries correspondaient aux travées ou armoires de la biblio- 
thèque. Ne pas confondre avec les boiseries de la chapelle du Val-Dieu qui 
sont aujourd'hui dans l'église de Mortagne et dont M. de la Sicotirre a 
donné une magnifique reproduction. — L. de La Sicotièrk, ibid, p. 2i>0. 

(2) Annuaire de VOrne pour 1808, Alençon, Lepernay, 1808, p. 99. — 
Une autre description qui ne manque ni de savoir ni de pittoresque est 
due à un certain Morel, qui a laissé un manuscrit sur Alcnçon et ses 
monuments, daté de 1805, appartenant à M. Tournoiier, à qui nous devons 
cette obligeante communication : « L'église, qui était fort belle, a été par- 
tagée en deux étages par le moyen d'un vaste plancher. Le bas, ou rez-de- 
chaussée, d'un Heu d'adoration et de culte divin a été changé en le lieu le 
plus profane; c'est un théâtre qui a pris la place du chceuret du sanctuaire. 
La, ceux qui tout des tours de gobelets, de gipesicre, de physique, toutes 
sortes de spectacles, la comédie, les danses, les concerts, etc., trouvent 
toujours une place assurée. L'étage supérieur a une destination plus noble. 
C'est là qu'est placée la bibliothèque publique... La boiserie et les tablettes 
sont superbes, d'un très beau dessin et ornées d'une sculpture correcte et 
hardie. Jamais la ville d'Alençon n'aurait pu faire exécuter un travail aussi 
cher et aussi accompli. Mais il n'en a coûté que les transports ; ce chet- 
d'œuvre de l'art a été pris à la riche abbaye du Val-Dieu, proche Mortagne ». 



UN. - Hibliothèque : Détails de la Frhe. 
{IMfvê dp M. Félix Jlesnartl). 



LES BOISERIES DE LA BIBLIOTHÈQUE d'aLENÇON 237 

différents que nous reproduisons ici après les avoir scrupu- 
leusement relevés et dessinés. 

Le style est composite ; on ne saurait l'attribuer ni au style 
Louis XV, ni au style Louis XVI. La guirlande est Louis XV; 
si elle était Louis XVI elle serait plus contournée et moins 
plate. Les feuilles sont grasses et sculptées plutôt lourdement. 
Les carrelages en losanges, formant remplissage autour des 
médaillons, indiquent au contraire l'époque de la Régence. 
Seuls les médaillons et cartouches couronnant le cinire des 
armoires, sont d'un style plus pur, plus riche et splendidement 
taillés à même le chêne. On voit, en effet, par une inspection 
minutieuse des sculptures, que les artistes ont taillé franche- 
ment d'une main sûre, en plein chêne. 

La tradition rapporle que ces boiseries furent exécutées par 
les religieux eux-mêmes, dans le cours du xviii'' siècle (1). 
Il semble qu'on doive s'arrêter aujourd'hui à cette opinion. 

Malgré bien des hypothèses émises, un fait parait certain : 
c'est que ces boiseries ne sont pas du même artiste ; après un 
examen attentif on s'aperçoit facilement qu'elles n'ont ni la 
même facture, ni la même manière. Certains motifs sont 
hardiment sculptés, d'autres sont plus timides, plus hésitants, 
plus mous. On croirait que le sculpteur était moins maître de 
son coup de ciseau, plus indécis sur la forme définitive qu'il 
donnerait à son œuvre. 

Nous ignorons donc à quelle époque et par qui ces boiseries 
furent exécutées. Aucun texte précis ne peut nous renseigner 
sur ce sujet. Les livres de compte des moines sont muets. 
D'ailleurs ceux que nous possédons remontent à l'année 
1753 (2), et nous en aurions de plus anciens que nous ne 
saurions y trouver, sans doute, les renseignements cherchés 
si, comme nous le supposons, ce travail a été fait par les 
moines eux-mêmes. 

Le style, avons-nous dit, est du milieu du xv!!!*" siècle. 
L'histoire corrobore cette opinion. En effet, le monastère du 



(1) Cette tradition est mentionnée par L. de La Sicotikrb, ibid., p. 175, et 
par H. Geraud : Visite à la Bibliothèque et aux Archii'es d^Alençon^ dans 
la Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, 1840, t. 1, p. 535. 

(2) Journal des Dépenses de dom Jacques Déjort, commencé le 20 mars 
1753. (Arch. de l'Orne, H 2616.) 



238 LES BOISERIES DE LA BIBLIOTHÈQUE D'aLENÇON 

Val-Dieu, en partie détruit au xvi« siècle et reconstruit tant 
bien que mal, fut complètement transformé au xviii'* siècle. 
Sur un plan, gravé en 1769, par le R. P. Miserey, quelques 
années après la restauration complète du monastère, rempla- 
cement de cette bibliothèque est très nettement marqué (1). 

« La Bibliothèque, affirme M. de la Sicotière(2), excitait Tad- 
miration de tous ceux qui la visitaient. Sur huit mètres de lar- 
geur elle avait vingt mètres de longueur, et contenait dans 
de magnifiques armoires 2.151 ouvrages et 3.510 volumes... » 



* 



Mais voici la tourmente révolutionnaire. 

Lorsqu'en 1789 l'Assemblée Nationale eut décrété la confis- 
cation et la vente des biens du clergé, le district de Mortagne 
nomma des commissaires pour faire Tinventaire des biens du 
monastère du Val-Dieu, situé à deux lieues de Mortagne. 
Quand ces commissaires eurent accompli leur mission et 
rédigé leur inventaire, ils prièrent les moines d'apposer leur 
signature au bas du document et d'exprimer leur avis sur la 
destination à donner à leur bibliothèque. Les moines accep- 
tèrent cette offre avec bonne grâce (3) et émirent le désir de 
voir leur bibliothèque transportée à Alençon pour y demeu- 
rer. 

Ce vœu ne devait se réaliser que dix ans plus tard. Dans 
l'intervalle les boiseries et la bibliothèque coururent les plus 
grands dangers. 

{\) y oavelle vue de la Chartreuse (la Val- Dieu , levé et dessiné par le 
R. P. Miserey, religieux bénédictin, gravé par V. J. B. de Poilly, en 1769, 
publiée dans la Normandie monumentale, Orne. Ibid., 2« partie, p. 194 : 
La Chartreuse du Val-Dieu^ par M. Tabbé Desvaux. 

(2) La SicoTiÈRE, ibid., p. 175. 

(3) Invités, ainsi que la municipalité de Feings, à émettre leur sentiment 
sur la destination qu'il convenait de donner à leur bibliothèque, les bons 
pères... signalent les inconvénients d'une vente sur place ; ce n'était qu'à 
Paris que cette pouvait avoir lieu avec avantage, si mieux n'aimait le 
département conserver le tout. On trouve encore leur avis écrit au bas de 
l'inventaire des livres du Val-Dieu signé par eux et par les commissaires. 
(Archives de la Préfecture). — La Sicotikre, ibid, p. 175. — Il nous a été 
malheureusement impossible de retrouver cette pièce aux Archives de 
l'Orne. — Petald rapporte ce même fait, ibid., p. 535. 



Albnçon. — Bibliotlièque : PUn et Coupe en Elévation. 
{D'aprisV «Annuaire de l'Orne n de i8io) 




Plan du 1°'' Etage (état actuel). — lielei-é par M. Félix Besnard. 



y) 






LES BOISERIES DE LA BIBLIOTHÈQUE d'ALENÇON 239 

La Convention, par son décret du 28 frimaire an II, avait 
nettement manifesté son désir d'assurer dans toute la Répu- 
blique la conservation des monuments. Son décret, malheu- 
reusement, n'eut pas partout la même efficacité, car il deman- 
dait à la fois du goût et de la tolérance, qualités qu'on ne 
rencontre pas toujours chez les administrateurs de districts 
et chez les membres des sociétés populaires. 

Précisément, la société populaire de Mortagne et les admi- 
nistrateurs du district où était l'abbaye du Val-Dieu qui 
possédait les riches boiseries, ne paraissent pas avoir, à 
l'origine, fait preuve d'un grand sens artistique ni avoir 
compris l'importance des pouvoirs dont le décret de la Con- 
vention les avait investis. Dans les procès- verbaux des séances 
de la Commission temporaire des Arts que nous avons 
scrupuleusement dépouillés aux Archives Nationales, nous 
trouvons en effet mention d'une lettre fort intéressante du 
citoyen Payes, ingénieur des travaux publics dans les districts 
de Mortagne et de Bellème. Le citoyen Payes, qui sans doute 
connaissait la valeur des boiseries du Val-Dieu et appréciait 
la richesse de sa bibliothèque, désolé de l'incurie dont il était 
témoin, appelle l'attention du Comité d'Instruction publique 
sur la nécessité de conserver les monuments des arts dont on 
ne s'occupait pas (1). 

Nous avons pu retrouver cette intéressante lettre qui nous 
montre l'extraordinaire étroitesse d'esprit des membres de la 
Société Populaire de Mortagne : 

« Dans la séance de la Société Populaire de Mortagne du 

5 prairial, écrit Payes, j'eus Toccasion de faire une sortie contre 
l'esprit destructeur dont je voyais déjà le poison se glisser parmi 
nous sous les couleurs du patriotisme. Vos profondes instructions 
sur la manière d'inventorier les productions des arts et des sciences, 
celles de Grégoire sur la Bibliographie m'avaient déjà éclairé sur 
les manœuvres perfides de nos ennemis pour anéantir toute supé- 
riorité en ce genre sur les autres nations. Je ne crus pas mieux faire 



<1) « Le président fait lecture d'une lettre de l'ingénieur des Travaux 
publics dans les districts de Mortagne et de Bellème sur la nécessité de 
conserver les monuments des arts dont on néglige de s'occuper dans ces 
districts. La Commission renvoyé cette lettre au comité d'Instruction 
publique ». — Procès-verbaux des séances de la Commission des Arts, 
séance du 15 prairial an II. {Arcn. \at. A F 17 7", f« 91). 



240 LES BOISERIES DE LA BIBLIOTHÈQUE d'aLENÇON 

que de lire à mes concitoyens quelques fragments de ces ouvrages 
et le peu de réflexions (|ue j'}' ajoutai (pour désigner plus particu- 
lièrement le genre de dévastation dont j'avais été témoin), restant 
bien au-dessous de la vigueur de vos idées, ne fut qu*un avertisse- 
ment, une invitation de s'en rapporter aux autorités constituées et 
aux gens d'art avant de rien détruire et un délaj* demandé jusqu'à 
ce qu'un ouvrage plus pressant (la salle de Société Populaire) fut 
achevée. 

Qu*ai-je obtenu pour toute réponse ? 

Des improbations tumultueuses, des inculpations même dont la 
fausseté plus encore que l'aigreur m'annoncèrent bien que je 
n'avais rien à craindre. Elles ont été suivies de mon exclusion de 
la Société 

Jetez un regard de lumière sur ces aveugles qui n'ont pas encore 
vu la raison. Eclairez-les sur leurs propres intérêts. Invitez même 
toutes les sociétés populaires en retard sur cet objet et particuliè- 
rement celle de Mortagne à nommer au plutôt des commissaires 
pour inventorier les monuments des arts et des sciences. Le soin 
qu'on leur verra* prendre à remplir leur mission fera peut-être 
sentir que le salut de la patrie tient à la conservation des arts. 
Alors ces citoyens, qu'un excès de zèle patriotique a sans doute 
égarés, cesseront de s'écarter des bornes que vous avez su poser 
pour garantir les arts et les sciences du choc impétueux du char de 
la Révolution » (1). 

Payes écrivit dans le même sens à la Commission des 
Travaux publics. Il se plaint de la négligence et même de la 
mauvaise volonté des administrateurs du district à nommer 
des citoyens experts pour la confection des catalogues des 
bibliothèques, pour la recherche et Tinventaire des objets de 
science et d'art (2). 

L'administration avait pourtant invité la Société Populaire 
le 14 germinal à nommer ces commissaires. Elle répondit le 

(1) Arch. Nat., F 17 1044, Orne : Copie de cette lettre fut envoyée au 
Comité de Salut Public de la Convention et à la Commission temporaire 
des Arts, 

(2) La Commission des Travaux publics fait parvenir à celle des arts des 
observations du citoyen Payes, ingénieur des travaux publics dans le 
district de Mortagne et de Bellême. Ce citoyen se plaint de la négligence et 
même de la mauvaise volonté des administrateurs de ce district à nommer 
des citoyens experts pour la confection du catalogue des bibliothèques, la 
recherche et l'inventaire des objets de science et art. La commission arrête 
qu'il sera écrit aux administrateurs du district de Mortagne et de 
Bellême pour les inviter à rendre compte du résultat de leur traitait d ce 
sujet. Uauteur de la dénonciation ne sera point désigné dans la lettre, 
Arch. Nat., A F 17 7, p. 121. Note et arrêté de la Commission des Arts^ 
séance du 20 messidor an II. 



Les fiOISERIES DE LA BIBLIOTHÈQUE d'aLENÇON 241 

5 floréal ne pouvoir trouver des sujets qui se livrassent au 
travail. Depuis, le Directoire lui proposa quelques noms 
a et le choix n'a pas été fait à cause qu'il aurait pu tomber 
sur jdcs citoyens qui auraient pu ne pas plaire et qui auraient 
pu se lii>rer au travail 9 (1). 

La mauvaise volonté de la Société Populaire était évidente. 
Les Sans-Culottes de Mortagne, malgré leurs adirmations, se 
souciaient donc peu des instructions de la Convention ou. 
dans leur zèle, les interprétaient mal (2). 

La Commission des Arts, à qui la lettre fut envoyée, avertie 
de ces faits, décida en conséquence d'écrire aux administra- 
teurs du district de Mortagne et de Bellême pour les inviter à 
rendre compte des résultats de leur travail. 

Il est probable que cette lettre produisit son effet car, le 
8 brumaire an III, le Directoire du district, se passant proba- 
blement du concours de la Société Populaire, nomma com- 
missaire de Bibliographie le citoyen Bonhomme, qui s'était 
acquitté avec soin de l'exécution des catalogues dans le dis- 
trict de Laigle (3). I..e citoyen Gros, de Mortagne, lui fut 



(1) Note des administrateurs du Directoire au district, en marge de la 
lettre de Payes. Delestangest du nombre des signataires. La lettre de Payes 
était certifiée par le Conseil général de la commune, par les adminisirn- 
teurs du Directoire du district de Mortagne et envoyée par ces derniers. 
Arch, Nat., F 17 1044, Orne. 

(2) Le citoyen Pizet écrit de Mortagne que a la Société Populaire de la 
même ville a reçu six lettres, une de la commune d'Avalan, une des 
sections et une de la Société Populaire de Saint-Quentin, tendantes à 
engager les citoyens de Mortagne a marcher sur Paris. Les trois autres 
sont : l'une de Bernay, une de Soissons et une de la Côte-d'Or. Celles-ci 
respirent le patriotisme, elles ont été lues et applaudies. Les Sans-Culottes 
de Mortagne se feront toujours un devoir de se rallier aux Patriotes et 
tVobéir aiix décréta rendus par la Convention. — Procès-verbal de la 
Convention Nationale, 15 Juillet 1773. 

(3) Les administrateurs du Directoire du district de Mortagne firent 
part de cette nouvelle le 19 frimaire an III à la commission temporaire des 
arts, a4Jointe au Comité d'Instruction publique. 

« L'administration ayant successivement nommé, pour le classement 
des livres des diverses bibliothèques, différentes personnes qui n'ont pu 
accepter cette fonction, un citoyen qui avait à en remplir une semblable 
dans le district de Laigle a enfin pu fixer son choix. Ce commissaire est en 
activité et déjà son travail donne lieu de croire qu'il aura terminé ses 
opérations dans un mois. Elles présenteront tout ce qui est demandé. On 
peut évaluer le nombre des volumes dont il offrira bientôt la nomencla- 
ture à 14 ou 15.000. — Arch. Nat„ P 17 1044. 

19 



242 LES BOISERIES DE LA BIBLIOTHÈQUE D*ALENÇON 

adjoint le 2 frimaire suivant, mais à ce moment un grand 
nombre d'objets d'art avait déjà disparu (1). 

Le district de Mortagne, du moins, n'en connaissait pas, 
car, le 20 pluviôse an III, l'agent national près ce district 
repondait à la Commission temporaire des Arts qu'il ne possé- 
dait en fait d'objets d'art qu'un télescope... (2). 

Il avait sans doute envoyé trop de statues précieuses au 
Creuset national (3), trop d'or et trop d'argent à la Conven- 
tion (4). 

La Commission, devant une semblable pénurie, renvoyé la 
lettre au comité de physique et il ne fut plus, à notre connais- 
sance, question de Mortagne à la Commission. C'était le 
20 pluviôse an III (5). 



(1) Louis DuvAL : Lps Commissions des Arts dans VOrne, dans : Réunion 
des Sociétés des ))eaux-Arts des départements, 12» session, 1888, Paris, 
l'Ion, 1888. 

(2) L'agent national près ce district de Mortagne écrit à la Commission 
de l'Instruction publique, le 14 pluviôse an III : 

« J'ai reçu votre circulaire avec votre arrêté du 12 vendémiaire dernier 
le neuf de ce mois... 

« Je me suis fait rendre compte, citoyens, des inventaires des objets 
mobiliers appartenant à la nation et destinés à être vendus et j'ai remar- 
qué qu'il n'e-xistait aucunes pendules à compensateurs ny autres propres à 
l'objet de votre demande. 

<< 11 existe seulement un télescope conservé lors de la vente des maisons 
religieuses. S'il eût existé quelque morceau précieux et digne d'être 
conservé, vous pouvés cuider qu'il l'aurait été... » — Arch. Aa^, F 17 
1()44. 

(3) L'agent national du district de Mortagne écrit à la Convention que 
les gros et petits saints sont en marche pour se rendre au creuset national 
et subir la métempsycose. — Procès-verbaux de la Convention Nationale, 
séance du 4 ventôse an II. 

(4) Les administrateurs du Directoire du district de Mortagne annoncent 
à la Convention Nationale qu'ils lui envoient 270 marcs 1 once 2 gros 
d'argenterie des églises de ce dist.» ict. — Procès-verbaux des séances de la 
Convention, 9 ventôse an II. 

Les administrateurs du district de Mortagne annoncent qu'ils envoient 
à la Monnaie 111 marcs 2 onces 7 gros d'argenterie, 1 marc 1 once d'or et 
97 marcs 5 onces 3 gros de galons et étoffes brochées d'or provenant de 
plusieurs églises de leur district. — Procès-verbaux de la Convention 
yationale, T2 pluviôse an II. 

(5) La Commission renvoyé à la section de physique uue lettre du 
district de Mortagne qui dit ne posséder en objets d'arts qu'un télescope. 
— Séance de la Commission des Arts, 20 pluviôse an III. Arch. Xat., 
F 17 8, f. 84. 



Ale.sçon. — Bibliothèque : Les quatre Evaiigêlistcs. 
(Clichés lie M. Pierre (iiraiid/. 



LES BOISERIES DE LA BIBLIOTHÈQUE d'aLENÇON 243 

Quelques jours plus tard, le 14 ventôse an III, la Société 
Populaire de Mortagne, le Rocher de Mortagne, dont le van- 
dalisme avait outré le citoyen Payes, se montrait plus avisée 
en réclamant au district les boiseries du Val-Dieu pour orner, 
sans doute, la salle de ses réunions... 

Il ne fut pas donné suite à sa demande, mais Delestang, 
dont on connaissait la science et le goût (1), lut chargé par 
le Directoire du district, le 1*"* floréal de la même année, de 
veiller au transport à Mortagne des livres et des boiseries de 
la bibliothèque du Val-Dieu et d'assurer leur conservation. 

Cinq mois après, les boiseries et les livres reposaient encore 
au Val-Dieu et le district de Mortagne, par délibération du 
2() brumaire an IV, sollicite de l'autorité supérieure la faveur 
de « procurer à la commune de Mortagne l'établissement 
d'une Bibliothèque Nationale et son placement défliiitif dans 
ses murs » (2). 

Quelques jours après, le 30 brumaire, le Directoire s'occupe 
de la réalisation pratique de ce projet. On propose, lisons- 
nous dans les délibérations du district, « l'ancien dortoir des 
sœurs hospitalières occupé actuellement comme salle de cou- 
pure dans l'atelier de confection et d'habillements militaires 
pour être transformé en bibliothèque. On le meublerait en y 
adaptant les boiseries du Val-Dieu, ou comme il est à crain- 
dre, si rinsulTisance de hauteur des plafonds ne le permettait 
pas, on échangerait ces boiseries contre d'autres plus en rap- 
port. Considérant aussi qu'il est nécessaire et urgent qu'il soit 
indiqué un citoyen dont les lumières et les connaissances en 
littérature soient un titre pour obtenir d'être proposé et 
nommé à la bibliothèque du district, est nommé à cet effet le 

(1) Dblkstang est l'auteur de divers ouvrages imprimés et manuscrits 
d'une certaine valeur. S. E. Frkrb : Manuel du Bibliographe Normand^ 
Rouen, 1857-1860, 2 vol. 

(2) « Considérant que par l'arliele 7 du décret du 28 frimaire an 11, la 
convention a manifesté sa volonté d'assurer dans toute la République la 
conservation des monuments 

« Considérant que le nombre des différents ouvrages dont le catalogue 
a été formé par les commissaires s'élève à prés de 2.600....*. 

« Arrête, ouï le procureur syndic, que telle autorité, commission ou 
ministre qu'il compte sont instamment priés de procurer à la commission 
de Mortagne, l'établissement d'une Bibliothèque Nationale et son placement 
définitif dans ses murs ». — Archives de l'Orne, série L (complètement non 
inventorié) : Administration du District de Mortagne. 



244 LES BOISERIES DE LA BIBLIOTHÈQUE d'aLENÇON 

citoyen Delestang un de ses membres, connu pour avoir 
rédigé Thistoire de lacy devant province du Perche, 3 volumes 
manuscrits, et par ses connaissance dans la botanique, pour 
avoir composé plusieurs volumes d'herbiers, de plantes 
naturelles, en conséquence arrête que le citoyen Delestang est 
autorisé et chargé de veiller au transport des biens du Val- 
Dieu en cette commune, d'en diriger le placement ainsi que 
des boiseries pour les contenir, soit que celles du Val-Dieu 
servent, soient qu'elles soient échangées par des boiseries 
ad hoc » (1). 

Mais le ministre de la guerre réclama le local que le direc- 
toire du district convoitait. On songea alors à la maison de 
l'émigré Blaru. « Elle aura l'avantage, étant plus haute de 
plafond, de pouvoir utiliser telles quelles toutes les boiseries 
de la bibliothèque du Val-Dieu » (2). 

11 faut croire que des difficultés surgirent qui empêchèrent 
la réalisation de ce projet, car près d'un an plus tard, le 
28 fructidor an IV, le domaine du Val-Dieu était adjugé en 
totalité à Jean-Nicolas Tou^tain, de Châlons-sur-Marne, pour 
85.000 livres. La bibliothèque et les boiseries n'avaient pas 
encore été enlevées, mais il avait été stipulé dans l'acte 
d'adjudication que les lambris et les boiseries de la biblio- 
thèque ne pouvaient faire partie de la çente, pas plus que les 
colonnes de marbre de l'église. Les scellés furent mis sur la 
bibliothèque (3). i 

Le sieur Toustain, qui avait payé 85.000 livres le monastère, 
voulait en faire une bonne affaire. Il démolissait tout. 

« Je veux payer le Val-Dieu, écrit-il au département le 
25 thermidor an V ; je veux par des actions frappantes rassu- 

(1) 2« registre du directoire du district de Mortagne. Archives de VOrne, 
série L. 

(2) 21 frimaire : Le local proposé pour la bibliothèque étant réclamé par 
le ministre de la guerre qui maintient les magasins de confection, on 
propose la maison de l'émigré Blaru servant actuellement au district. 
Elle aura l'avantage, étant plus haute de platon4« de pouvoir utiliser telles 
quelles toutes les boiseries de la bibliothèque du VaNÔièu. — .Archives de 
VOrne f série L, ibid. Registre du directoire du district. ~ Délibération du 
21 frimaire. 

(3) Cf. sur ce siyet Archives de VOrne^ série Q (non complètement 
inventoriée), et l'étude très documentée de M. Louis Duval : Les Commis- 
sions djf» Arts dans VOrne, déjà cité. C'est à cette étude que nous emprun- 
tons leé détails qui suivent. 



LES BOISERIES DE LA BIBLIOTHÈQUE D*ALENÇON 245 

rer les amis du Gouvernement; je veux au prix de ma vie (1) 
participer au triomphe de la République ». 

Et Toustain, dans son zèle, pénétrait, malgi'é les scellés qui 
avaient été fixés (2), dans la bibliothèque, y introduisait des 
étrangers à Tinsu des autorités constituées. 

L'administration du canton de Mortagne s*émut. Elle 
requit le juge de paix du canton de s'y transporter, de dresser 
procès-verbal de tout et de réapposer les scellés. Elle fit part 
au département des actes de vandalisme de l'adjudicataire. 

« La clameur publique vient de nous apprendre que le citoyen 
Toustain, adjudicataire du Val-Dieu, fait enlever tous les matériaux 
de démolitions, ainsi que différentes boiseries. Nous venons d'ap- 
prendre que les meubles s'enlèvent très rapidement et qu'il est 
temps d'y remédier. L'administration vous observe aussi, citoyens, 
qu'il est urgent qu'il ait un nouvel inventaire fait de la bibliothèque 
ou au moins qu'il soit vérifié, afin de connaître s'il y a quelque 
chose d'enlevé. Nous croyons qu'il est . de toute impossibilité que 
l'adjudicataire n'ait pas connaissance de la brisée des scellés. Nous 
vous invitons de nommer des commissaires pour faire cette vérifi- 
cation d'inventaire et de leur accorder une indemnité. Vous êtes 
aussi invité de nous faire l'envoi de l'inventaire qui vous a été 
adressé par l'administration de district concernant cette même 
bibliothèque. » 

Le citoven Toustain fut déclaré déchu de ses droits et 
l'administration centrale du département, « considérant que 
l'intérêt général exige qu'on assure au Gouvernement la 
conservation de la bibliothèque », approuve les décisions de 
l'administration municipale de Mortagne, ordonne au juge de 
paix de vérifier autant que possible les enlèvements et sous- 
tractions qui ont pu avoir lieu et ordonne au juge de paix de 
choisir un gardien parmi « les habitants ou les plus proches 
voisins de la maison ». 

Mais le citoyen Toustain ne se tint pas pour battu. 



(1) Toustain, en sa qualité d'acquéreur, faillit en effet être assassiné dans 
la nuit du 6 au 7 prairial an V par une demi-douzaine d'individus restés 
inconnus, qui, la figure noircie et vêtus de chemises ou sarrauts de toile 
par dessus leurs habits s'étaient introduits dans les bâtiments du Val- 
Dieu. Toustain put échapper à temps. Archives de VOrne, série Q, ibid. 

(2) Une enquête fut ordonnée à ce sujet, le 9 messidor an V, par le 
département. Archives de VOrnr, série Q, ibid. 



246 LES BOISERIES DE LA BIBLIOTHEQUE D^ALENÇOK 

« On vient de nous donner avis, écrit au département le prési- 
dent de Tadministration du canton, qu*un grand nombre d'ouvriers 
devaient se transporter demain, à la réquisition du citoyen 
Toutain, à la maison du ci-devant Val-Dieu pour renverser les 
bâtiments qui leur seraient désignés par ce dernier. Il apporte une 
si grande activité à ce travail qu'il parait vouloir faire disparaître 
cette maison du sol où elle est située. Il est temps, enfin, citoyens 
administrateurs, de songer a arrêter les dévastations qu'il commet 
journellement. En attendant, j'ai charge un huissier de faire une 
opposition aux entreprises du citoyen Toustain (1). » 

Mais Toustain, infatigable, démolissait toujours. Il enleva 
même les plombs des faitures (2). 

La force seule pouvait avoir raison de son mauvais vouloir. 
Le commandant du détachement de la 30* demi-brigade d'in- 
fanterie légère en garnison à Mortagne, prend Tordre d'envoyer 
au Val-Dieu pour y résider jusqu'à nouvel ordre, six hommes 
pour s'opposer à toute démolition nouvelle et veiller à la 
conservation des scellés de la bibliothèque. 

Enfin, en l'an VI, le ministre de l'intérieur, par lettre du 
9 floréal, fait savoir qu'il autorisait la réunion de la biblio- 
thèque du Val-Dieu à celle de TEcole centrale d'Alençon. 

Mais le temps passait. Une tentative de vol eut lieu dans la 
nuit du 27 au 28 brumaire au VII. L'administration centrale 
se souvint de la décision ministérielle et « considérant que 
les objets des sciences et des arts déposés dans cette maison 
sont trop précieux pour ne pas prendre les mesures conve- 
nables pour les mettre en sûreté et les soustraire au pillage 
dont ils sont menacés, chargea avec avis du commissaire du 
directoire exécutif les citoyens Foselie, membre dudit direc- 
toire, et Larue, architecte du déparlement, de se transporter 
sur le champ au Val-Dieu pour y faire réapposer les scellés et 
enquêter à Mortagne et aux environs « sur les mesures les 
plus efficaces et les plus économiques pour la translation à 



(1) Archives de l'Orne, ibid. 

(2) Le 8 fructidor les mêmes administrateurs prirent contre Toustain un 
nouvel arrêté dans lequel il est dit « qu'il est constant que le plus grand 
nombre des bâtiments couverts d*ardoise sont dépourvus de tous les 
plombs qui formaient leur faiiure et que ces plombs paraissent avoir été 
enlevés par le citoyen Toustain ». — Archives de VOrne, série Q, ibid. 



LES BOISERIES DE LA BIBLIOTHÈQUE d'aLENTON 247 

Alençon » des objets de science et d'art qu'ils y auront 
reconnus (1). 

Les commissaires s'acquittèrent avec soin de leur tache et, 
au reçu de leur rapport, l'administration centrale chargea 
l'architecte du département de s'occuper des moyens de faire 
enlever du Val-Dieu les boiseries, les colonnes et objets d'art 
destinés à l'Ecole centrale de l'Orne (15 frimaire). 

Huit jours plus tard (23 frimaire), le citoyen Jacques Fretlé 
fut nommé commissaire pour faire le démontage des boiseries 
de la bibliothèque et du cabinet d'histoire naturelle. François 
Lagrue et Jean Maillard f jrent chargés du transport. 

Le charroi se fit en plein hiver, en nivôse. Vingt-six voitures 
furent nécessaires pour amener à Alençon les livres, les 
boiseries, les colonnes et les objets d'art du Val-Dieu (2). 

Louis Dubois, bibliothécaire de l'E^cole centrale depuis le 
13 ventôse an VII, fil rentrer à Alençon tout ce que les anciens 
dépôts des districts renfermaient d'intéressant et fit décré- 
ter par l'administration que la bibliothèque serait installée 
dans lu partie haute de la chapelle, alors occupée, comme 
nous l'avons dit plus haut, par les salles de cours de l'Ecole 
centrale. 

Delarue fut chargé de l'aménagement. Il s'en acquitta avec 
un zèle et un goût que nous admirons encore aujourd'hui. 

Frédéric DUVAL, 

FÉLIX BESNARD. 



(1) Le 13 frucliclor, les régisseurs de l'enregistrement et du domaine 
national, écrivant au ministre des flnances, constatent à leur tour les 
dégradations considérables commises par Tadjudicatairc du Val-Dieu dans 
cette propriété et dans les objets précieux qui ne font pas partie de la 
vente, circonstances qui avaient déterminé la dépossession du citoyen 
Tonstain et des poursuites pour raison de dilapidation. — Archii^es de 
VOrne^ série Q, ibid. 

(2) Les honoraires de rarchitecte qui avait rempli sa mission à la satis- 
faction de l'administration s'élevèrent à 3(j0 livres. Archives de VOrne 
série Q, ibid. 

20 "^ 



BIBLIOGRAPHIE 



Nous sommes heureux de signaler à nos confrères et à tous 
ceux qui s'intéressent à l'histoire de la France ecclésiastique 
la nouvelle édition du Recueil historique des archevêchés^ 
évêchés, abbayes et prieurés de France, par dom Beaunier, 
que viennent de donner les Bénédictins de Ligugé (Ligugé, 
Abbaye de Saint-Martin, Chenetogne, par Leignoen (Belgique) 
— Paris, Vve Poussielgue, 1905 et 1906, 2 vol. inS^. 

Le tome I, consacré à la province ecclésiastique de Paris, 
contient, pour le diocèse de Chartres, des notices sur divers 
monastères qui nous intéressent plus ou moins directement. 

L'abbaye de N.-D. des Clairets, soumise à Tabbé de la 
Trappe et située sur le territoire des communes de Mâles, 
canton du Theil (Orne) et de Souancé, canton de Nogent-le- 
Rotrou (Eure et-Loir), est représentée aux Archives de TOrne 
par les art. 3919-3946 et 5538. Le Cartulaire de Vabbqye de 
N.'D. des Clairets a été publié par M. le Comte de Souancé. 

L'abbaye d'Arcisses, située également sur les limites de 
rOrne et de l'Eure-et-Loir, commune de Brunelles, canton de 
Nogent-le-Rotrou, mentionnée dans YEtat de la généralité 
dWlençon sous Louis XIV (p. 192-193) est représentée aux 
Archives de TOrne par les art. H 3918 et 5537, non cités dans 
la Bibliographie donnée par les Bénédictins. 

Le prieuré de Boissy-Maugis, canton de Rémalard (Orne), 
dépendant de l'abbaye de Marmoutiers, est mentionné d'une 
façon trop sommaire dans la nouvelle édition de l'ouvrage de 
dom Beaunier. Les huit articles relatits à ce prieuré conservés 
aux Archives de l'Orne renferment plusieurs chartes remon- 
tant au règne de saint Louis (H 2479 — H 2486). 

Le prieuré de Charcncey-le-Vieux, placé sous le vocable de 
saint Barthelemi, situé sur la commune de Saint-Maurice- 
Ics-Charencey, canton de Tourouvre (Orne), dépendant de 



BIBLIOGRAPHIE 249 

Tabbaye de Tiron, est mentionné dans le Cartulaire de Tiron, 
publié par M. Merlet et dans l'Inventaire sommaire des 
Archives d'Eure-et-Loir. Il avait été fondé en 1130, par 
Gérard, fils de Fulbert. Son revenu au xviii* siècle] était de 
480 livres. 

Le prieuré de Longny (Orne), d'un revenu de 1.000 livres 
au xviH* siècle était, comme Tiron et Saint-Martin-du-Vieux- 
Bellême, un établissement bénédictin, mais d'origine moderne 
puisque Ton fait honneur de sa fondation à M. et à M™* d'Es- 
pinay au commencement du xyii® siècle. Il était situé à la 
sortie du bourg, sur la route de Sainte-Anne. L'évêque de 
Sées, Jacques Camus de Pontcarré, permit aux Bénédictines 
d'Almenêches de s'y établir, avec le consentement de l'évêque 
de Chartres dont dépendait Longny. 

Le prieuré de Moutiers-au-Perche, canton de Rémalard, qui 
représente l'antique monastère de Corbion, fondé par saint 
Laumer au vi*^ siècle, dépendait de l'abbaye de Saint-Sauveur 
de Blois. La Bibliographie donnée par les Bénédictins (p. 282) 
fait bien mention de la notice sur le prieuré de Moutiers-au- 
Perche, par notre confrère l'abbé Godet {Bulletin de la Soc, 
hist et arch. de l'Orne, t. X), mais a omis de mentionner les 
articles H 2000 à 2003, analysés dans l'Inventaire sommaire 
des Archives de l'Orne, t. II, p. 20-21). 

Rémalard, autre prieuré de Saint-Laumer de Blois, sous le 
^ vocable de Saint-Germain, d'un revenu de 800 livres au 

xviii* siècle, suivant YEtat de la généralité d'Alençon sous 
Louis XIV (p. 197), Les derniers prieurs de Rémalard furent 
l'abbé David, dont la succession fut adjugée à l'évêque de 
Chartres en 1784 et M. de la Gottière, chanoine de Meaux, 
prieur en 1789. 

Réveillon, canton de Mortagne (Orne), qui figure dans le 
Recueil de dom Beaunier (p. 286) comme faisant partie du 
diocèse de Chartres a cependant toujours fait partie du 
diocèse de Sées. Le prieuré de Saint-Pierre de Réveillon est 
mentionné par dom Beaunier, comme dépendant de Saint- 
Père de Chartres et comme jouissant d'un revenu de 450 livres 
au xviii'' siècle. 

D'autre part, Bart des Boulais, dans son Recueil des Anti- 
quités du Perche (p. 251), publié par M. Henri Tournoùer dans 



!250 BIBLIOGRAPHIE 

les « Documents sur la province du Perche », nous apprend 
que l'abbaye de Saint-Launier de Blois prenait les deux parts 
des grosses dimes à Saint-Martin de-Réveillon, au diocèse de 
Sées. Nous savons en outre que Tévêque de Blois possédait le 
patronage de la cure de ce nom, dépendant du doyenné du 
Corbonnais (Almanaeh ecclésiastique du diocèse de Sées en 
ïySff, \>. 230. — Essai sur la topographie ancienne du 
département de VOrne, canton de Mortagne). 

Il est évident qu'il s*agit ici de Réveillon, section de la 
Ferté-Vidame (Eure-et-Loir). 

Réveillon (Orne) est représenté aux Archives de TOrne par 
les art. H 2869-2873. 

Louis DUVAL. 



Le Gérant : A. DUMOUCIIEL 



PROCES-VERBAUX 



Séance du 16 Janvier 1908 



Présidence de M. Hknui TOURNOUER, Président 



Le 16 Janvier, à deux heures et demie, la Société Histo- 
rique et Archéologique de l'Orne, a tenu sa séance ordinaire, 
dans la salle de sa Bibliothèque à la Maison d'Ozé. 

Etaient présents : M^^® Robet, MM. l'abbé Desvaux, 
l'abbé DuMAiNE, Gabriel Fleury, Paul de la Fortinière, 
Urbain de France, Gilbert, Leboucher, le comte 
Le Marois, l'abbé Letacq, le vicomte du Motey, l'abbé 
RiciiER, Paul Romf:t, le comte de Souancé, Tomeret, 
TouRNOUER, le comte Jules de Vaucelles. 

Se sont fait excuser : MM. Félix Besnard, de Brébisson, 
Creste, Corbière, l'abbé Desmonts, Louis Duval, l'abbé 
GuERGHAis, l'abbé Méll\nd, le marquis de Saint-Pierre, 
le baron J. des Rototrs. 

H. le Président fait part à l'Assemblée de deux réunions 
tenues par la Commission du Musée, le 19 Décembre et le 
16 Janvier. Il y a été délibéré sur les différents détails d'ap- 
propriation, tentures, ameublement et décoration, et de la 
façon dont seront utilisés, pour le meilleur coup d'oeil, plu- 
sieurs dons, tels que gravures, plans et une cheminée Louis XV 
provenant de l'ancien habitation des comtes du Perche à 
Mortagne. 

Le stock considérable des Bulletins et autres livres encom- 
brants seront placés dans une chambre des combles laissée 
à notre disposition par la Municipalité. 

21 



252 PROCÈS- VERBAUX 

H. le Président présente un devis dressé par notre collègue 
M. Mézen, pour deux nouveaux corps de bibliothèque des 
tinés à la salle de nos séances. Ce devis sera exécuté par 
M. Lebouc, menuisier à Alençon, pour la somme de 750 
francs, payable en deux ans. Il est approuvé. 

Des remerciements sont adressés à MM. Fleury, R. Triger, 
Leboucher, et Giraud du Mans, pour les clichés qu'ils ont 
offerts et qui illustreront le prochain Bulletin consacré à 
l'excursion. 

Des travaux promis par MM. Frédéric Duval et Besnard 
sur la bibliothèque d*Alençon, le Père Ubald d'Alençon, 
sur l'histoire du collège de Bueil à Angers, fondé par Grégoire 
Langlois, évêque de Sées, M. le comte de Souancé, sur les 
Gardes d'honneur du département de rOrne, en 1808 et 
1813, paraîtront dans les plus prochains Bulletins. M. le 
vicomte du Motey se propose pour faire le compte rendu biblio- 
graphique du travail de M. le comte de Souancé, déposé sur le 
bureau, qui a pour objet les registres paroissiaux d'Alençon, 
avec le titre de Documents Généalogiques. 

H. le Président donne lecture du projet de budget pour 
les monuments historiques de France, avec la liste des monu- 
ments historiques de l'Orne, et leur état budgétaire spécial ; 
en même temps qu'il dépose sur le bureau le programme 
du Congrès des Sociétés savantes. 

H. Salles, maire de Fiers, a envoyé les statuts d'une nou- 
velle Société historique, scientifique, littéraire, économique 
qui vient de se fonder en cette ville, en même temps qu'un 
Musée local. 

Nous apprenons avec grand intérêt que le fameux lit de 
justice du manoir d'Argentelles, dont VOrne archéologique 
et pittoresque a heureusement conservé le dessin et la descrip- 
tion, est enfin retrouvé. Après être passé par héritage de la 
famille de Fiers dans celle de Courtivron, et d'Argentelles au 
château de la Trinité-des-Lettiers, il avait figuré à une exposi- 
tion des arts décoratifs, aux environs de 1884. Vendu mysté- 
rieusement, on le croyait parti en Amérique. Il est tout sim- 



PROCÈS-VEHBAUX 253 

plement resté à Paris et appartient à M. Foule (4, rue de 
Magdebourg). 

H. Gilbert donne lecture de son rapport sur l*état financier 
de la Société avec projet de budget pour Tannée 1908. Le 
dévouement attesté par cette laborieuse gestion mérite à 
M. Gilbert l'approbation et les remerciements des Sociétaires 
présents. 

Sur la présentation de deux de ses membres, MM. Laporte 
et Tomeret, le Cercle Littéraire de la place d'Armes, à Alen- 
çon, est agréé comme faisant partie de la Société. 

II est ensuite procédé au renouvellement partiel des membres 
du bureau. M. Tournouer est réélu président par 15 voix ; 
M. l'abbé Dumaine, vice-président par 15 voix ; M. Wilfrid, 
Challemel, vice-président par 16 voix ; M. Gilbert, trésorier, 
par 16 voix ; MM. Louis Duval et Paul Romet, membres du 
Comité de publication par 15 voix. 

H. Leboucher émet le vœu que des monographies commu- 
nales soient entreprises sous le patronage de la Société par 
l'initiative de ses membres, et qu'elles soient conservées dans 
notre bibliothèque, dans le cas où leur étendue et leur 
nombre ne permettraient pas de les insérer au Bulletin. 

La séance est levée à quatre heures. 

Le Secrétaire- Adjoint : 

Alb. desvaux. 



Séance du 27 Mars 1908 
Présidence de M. Henri TOURNOUER, Président. 



Le 27 Mars, vendredi, à deux heures de l'après-midi, la 
Société Historique et Archéologique de l'Orne a tenu sa 
séance ordinaire dans la salle de sa Bibliothèque, à la Maison 
d'Ozé. 



254 PROCÈS-VERBAUX 

Etaient présents : MM. de Beauregard, de Brébisson, 
l'Abbé Desvaux, TAbbé Dumaine, Dupray de la Mahérie, 
L. DuvAL, Gilbert, Leboucher, l'Abbé Mesnil, le Vicomte 
DU Motey, Parmentier, TAbbé Richer, Tomeret, 
Tournouer. 

Se sont fait excuser : M^^ la Baronne de Sainte-Preuve ; 
MM. Adigard, Chollet, Corneville, le Vicomte Dauger, 
l'Abbé Desmonts, l'Abbé Letacq, le Comte Le Marois, 
l'Abbé MÉLiAND, l'Abbé Patry, l'Abbé Paysant, le Baron 
J. DES RoTOURS, le Comte de Souancé. 

MM. Dupray de la Mahérie et de Frileuze sollicitent l'ad- 
mission de M. Jochaud du Plessis, contrôleur des Contribu- 
tions Directes à Alençon. Par contre, M. Bunoust, curé de 
Fiers, envoie sa démission. 

H. le Président fait remarquer les nouveaux corps de 
bibliothèque, qui sont venus compléter l'aménagement de 
notre salle d'études, depuis la dernière séance. Un tiers de 
ces travaux a été payé sur le produit de la première sous- 
cription. 

La Commission du Musée s'est réunie dans la matinée. 
Elle a approuvé un devis de deux cents francs pour diverses 
boiseries à établir dans le local du Musée et cent cinquante 
francs pour la pose des tentures. Cinq cents francs ont été 
souscrits pour l'installation du Musée. Différents dons ont été 
offerts : De M. Parmentier, deux sanguines de tableaux 
de Leprince, le portrait de J. Huet, évêque d'Avranches ; 
de M. Paul Romet, un portrait du V. Jean Eudes, trouvé à 
Elbeuf ; le portrait d'une normande inconnue, curieux sur- 
tout pour le costume et en particulier par une reproduction 
des dentelles locales ; de M. Charles Romet, une vitrine 
garnie d'échantillons anciens de Point d'Alençon ; de M. Des- 
coutures, une vue de l'Exposition d'Alençon en 1858, peinte 
par M. Lisch ; de M. Hulot, de Mortagne, une cheminée 
Louis XV, provenant de la Maison dite des Comtes du Perche, 
à Mortagne, et qui sera installée au devant de la cheminée 
très commune de la Salle du Musée. 



PUOCKS-VEIUiAUX 255 

DifTérents travaux sont présentés pour ie Bulletin : Les 
Gardes d* honneur du Département de VOrne, avec une aqua- 
reHe, par M. le Comte de Souancé ; — Le Prieuré de la Ferté- 
Macéy par M. Louis Duval ; — Les Saint-Simon-Courtomer, 
par M. Vérel ; — Aubry-en-Exmes, par M. de Brébisson ; — 
Histoire de l'église Saint-Léonard d'Alençon, par M. Olivier ; 
— Les Protestants de Courtomer, par M. Ch. Vérel ; — 
La Bibliographie de M. de Coniades^et de M. Appert, par 
M. Tournouer ; — Guerres privées et Combats singuliers^ par 
M. le Comte de Charencey ; — Bures, par M. Baron ; — 
Histoire des Mines en Basse-Normandie, particulièrement dans 
VOrne, par M. Frédéric Duval ; — enfin la Bibliographie 
départementale, par MM. Tournouer, L. Duval et T Abbé Letacq. 



Parmentier signale dans Touvrage de l'abbé Prévost, le 
Monde Moral, la mention d'une mine d'or dans la foret de 
la Trappe. A cet endroit, et dans le récit d'un voyage en nos 
régions, se trouve une description intéressante d'Alençon, 
pendant la première partie du xviiie siècle. 

H. Adigard fait demander aux Membres de la Société 
qu'ils veuillent bien lui communiquer des renseignements 
inédits sur les mines en Basse-Normandie et les forges où le 
minerai était exploité. Au cercle d'études, annexé à l'Union 
Bas-Normande et Percheronne de la rue Vaneau, à Paris, 
il a donné une conférence sur les mines de la Ferrière-aux- 
Etangs, du Calvados et de la Manche, et il prépare un travail 
d'ensemble sur cette question d'industrie locale. Il serait 
heureux d'avoir également des renseignements analogues : 
1^ Sur les actes des représentants du peuple envoyés en 
mission dans l'Orne par la Convention ; 2° Sur les exécutions 
dans l'Orne à toute époque. C'est l'occasion pour les membres 
présents d'échanger différents aperçus sur les divers points 
de ce questionnaire. 

H. Louis Duval offre à la Société les volumes de l'Inven- 
taire des Archives de l'Orne (Séries C, D et H). Il promet 
une étude sur les Turgot, seigneurs de Ménil-Gondouin et 
Guibray. 

M. l'abbé Dumaine nous dit à cette ocrnsion au'il a 



256 PROCÈS-VERBAUX 

retrouvé le testament du plus connu de ces Turgot, dont le 
nom a eu tant de relief dans Thistoire du Houlme. 



[. Savary envoie une lettre pour signaler un acte de vanda- 
lisme qui aurait été accompli à Domfront, sur les rochers du 
Tertre Sainte-Anne que Ton transformerait en pavés. Une 
lettre de M. Becker, ingénieur en chef du département, dit 
qu'une délibération formelle absolument contraire a été prise 
par la Commission de protection des Sites et Curiosités natu- 
relles. On annonce à ce propos que ladite commission a obtenu 
le classement du parc de Fiers, des rochers de Bagnoles> 
dits le Roc-au-Chien, de la Roche-au-Diable, près Sées, pour 
laquelle nous avions, à plusieurs reprises, formulé des récla- 
mations contre les menaces et le commencement d'exploita- 
tion dont elle était l'objet. 

M. Leboucher signale les cartes éditées par le Touring-Club 
et annonce que le nouveau Catalogue du Musée de Peinture 
d'Alençon va être publié incessamment. 

M. Tabbé Gatry envoie Tinscription de la pierre tombale 
de l'historien de Sées, Pierre Maurey d'Orville, qu'il a relevée 
dans le cimetière de cette ville. Elle est ainsi conçue : 

ICI REPOSE 

Le corps du digne, du noble et respectable 

Pierre Claude S. Maurey d'Orville 

(Chevalier de S^- Louis, décédé le 10 Décembre 

1832 
homme de mérite et de bien et vertueux chrétien, 
il donna son âme à Dieu, son cœur à la Patrie, 
ses biens à ses héritiers, dont il fut le bienfaiteur, 
et aux pauvres dont il fut le soutien. 
Il contribua aussi à la tranquillité 
des bons habitants de la ville de Sées, 
|)ar rheureux effet de la harangue 
({u'il prononça et adressa en langue allemande 
au maréchal Ploucker (sic) et à sa troupe 

lors de l'invasion 
de notre malheureuse patrie par sa troupe 
Priez Dieu pour le repos de son âme 

E. G. E. P. U. — C T.... F. Y. b, is. 

en \KU. 



PROCÈS-VERBAUX 257 

« Un monument doit être prochainement élevé sur sa 
tombe, ajoute M. l'abbé Gatry. Il serait intéressant de 
recueillir les documents qui se rattachent à la vie de ce savant, 
dont la mémoire commence à être oubliée. Son portrait serait 
facile à retrouver, il existe. Plusieurs petites poésies de lui se 
trouvent dans le Cadeau des Muses, almanach falaisien. Mais 
le fameux Discours en langue allemande ???... mériterait 
copie et traduction. Il est sans doute chez ses héritiers et 
peut-être aussi à la mairie de Sées. » 

H. Sunrille qui vient de prendre sa retraite, annonce 
V Histoire féodale de la Perrière, puis un travail sur les Foires 
et Marchés de Fiers. 

M. le Président fait part d'un projet Ridouard sur la 
protection des objets d'art français. Les dispositions en sont 
tellement draconiennes, qu'il équivaut à une véritable main- 
mise sur la propriété individuelle et soumet les amateurs et 
les collectionneurs à une surveillance et à des répressions 
d'un autre âge. 

Il donne communication d'une lettre d'invitation de 
M. l'abbé Calendini et d'un programme de congrès régional 
à la Flèche, les 1®' et 2 Juin, sous la présidence de M. E. 
Lefèvre-Pontalis, à l'occasion du cinquantenaire de la Société 
d'histoire, lettres, sciences et arts de la Flèche. 



[. le Président signale au Catalogue des Livres d*heures 
imprimés au xv« et au xvi^ siècles, conservés dans les Biblio- 
thèques de Paris, publié par Paul La combe, en 1907 : 

a Les Heures à V usage de Sées, dont un exemplaire se 
trouve à la Bibliothèque de Versailles. Elles furent imprimées 
vers 1533, à Rouen, par la veufve de Jean Mallard et portent 
la marque du Pot Cassé, ancienne marque de Tary, le matériel 
de^ce dernier ayant passé en partie dans l'atelier de Jean 
MaUard (1). 

H. le Président transmet une demande de M. de Fiessac, 
sollicitant des renseignements et clichés pour une brochure 

(1) V. article d'Etienne Deville, dans la Revue Catholique de Normandie, 
15 fanv. 1908. 



258 PHOCÈS-VERBAUX 

sur la Suisse Normande, éditée par la Compagnie des Chemins 
de Fer. 

Il donne ensuite des renseignements complémentaires 
sur le projet d'excursion, à Falaise et environs, dont il a 
été question aux précédentes séances. A ce propos, commu- 
nication est donnée d'une lettre de notre confrère. M, l'abbé 
Paysant, invitant la Société à s'intéresser aux curiosités de 
Ménil-Gondouin ; « Probablement, écrit-il, la Société visitera 
à la J'resnaye-au-Sauvage les souvenirs des Vauquelin ; c'est 
voisin de Ménil-Gondouin, et près des souvenirs des Turgot 
de Saint-Clair-Ménil-Gondouin. Je serais honoré si vous 
pouviez et veuillez pousser une pointe jusqu'à la nouvelle 
église, elle vaut la peine d'un dérangement et d'un sacrifice. 
Quoi qu'on en ait dit, on peut y voir, quand on a des yeux, 
des choses qu'on ne rencontre nulle part ailleurs. » 

M. de Brébisson présente des vues de l'ancien Falaise. 
M. le Président signale un article de M. l'abbé Désers, curé 
de Saint-Vincent de Paul, à Paris, paru dans le Gaulois du 
24 Décembre 1907 : Les trésors d'art de nos églises. 

M. l'abbé Desvaux réitère un vœu plusieurs fois exprimé 
par lui au cours de ces dernières années, toujours bien ac- 
cueilli, mais resté sans exécution. Il s'agit de la restauration 
de plus en plus urgente du monument élevé dans le cimetière 
Notre-Dame sur la tombe du célèbre patriote et agitateur 
espagnol le curé Mérino, mort exilé à Alençon. Rappel d'un 
autre vœu pour la composition de notices historiques sur 
les Instituts et Maisons religieux fondés dans notre diocèse 
au cours du siècle dernier et qui viennejit de disparaître à 
notre époque sous le coup des lois portées contre les établisse- 
ments religieux. Ces notices composées par des contemporains, 
témoins de ce qu'ils racontent, et décrivant de visu un état 
de choses et de lieux que n'auront pas connu les générations 
nouvelles, seraient plus tard utiles et appréciées. 

L'ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à quatre 

heures. 

Le Secrétaire-A d joint. 

Abbé DESVAUX. 



PHOCkS-VKHBAL'X 259 



Séance du 30 Avril 1908 



Présidence de M. Henki T0URN()UP:R, Président 



Le jeudi 30 Avril, à deux heures de relevée, la Société 
Historique et Archéologique de rOrne a tenu la séance men- 
suelle, dans la salle de sa Bibliothèque, à la Maison d*Ozé. 

■» 

Etaient présents : M"^^ la Baronne de Sainte-Preuve ; 
MM. DE Bealregard, Chollet, TAbbé Desval x, L. Duval, 

Paul DE LA FORTINIÈRE, GiLBERT, LeBOLXHER, LeSSART, 

le Vicomte Dr Motev, J. du Plessis, TAbbé Richer, Paul 

ROMET, ToMKRET et TOURNOUER. 

Se sont fait excuser : MM. de la Bretèche, le Vicomte 
Dauger, Creste, Descoutures, l'Abbé Desmonts, l'Abbé 
DuMAiNE, l'Abbé Gatry, l'Abbé Ambroise Guérin, le Comte 
Le Mardis, l'Abbé Méliand, l'Abbé Riboust. 



[. le Président annonce le décès de M. de Courcival et la 
démission de M. de Neufville, bibliothécaire honoraire de 

* 

la Société. 

M. Jochaud du Plessis est admis parmi les Membres de la 
Société. 

Plusieurs nouveaux candidats sont présentés : M"^^ de 
Lavererie, fille de notre fondateur et premier président, 
M. de la Sicotière, présentée par M™^ la Baronne de Sainte- 
Preuve, et M. l'abbé Desvaux ; — M. Pichon, huissier à Saint- 
Paterne, présenté par MM. l'abbé Mallet et Gilbert ; — 
M. Chareyron, par MM. Tabbé Richer et Gilbert ; — 
M. Hubert, au collège de Domfront, présenté par MM. Tabbé 
Richer et Savary ; — M. l'abbé Bidard, vicaire à Saint- 
Pierre de Montsort, à Alençon, par MM. l'abbé Desvaux et 
Tabbé Ambroise Guérin ; — M. Louis Deshayes, notaire à 
Argentan, par MM, de la Bretèche et Tournoûer. 

. le* Président envoie au nom de la Société un hommage 



260 PHOCES-VEHBAUX 

de sympathie à M. Robert Triger, à l'occasion de la mort de 
son père. M. Triger père fut chef du service et inspecteur des 
télégraphes, dans TOrne, en 1870 et jusqu'en 1878. Le 8 No- 
vembre 1871, le conseil général de l'Orne lui vota des féli- 
citations pour la remarquable façon dont il géra ce service 
pendant la guerre et l'invasion allemande. Il est décidé 
qu'à ce titre, une notice nécrologique lui sera consacrée au 
bulletin. 

M. le Président annonce différents dons pour le musée« 
il en sera donné le détail en temps et lieu opportuns. Puis 
il nous entretient à nouveau de l'excursion projetée pour le 
mois d'Août, et dont il vient de refaire les différentes étapes. 

Il dépose sur le bureau le programme du Congrès de la 
Société française d'Archéologie, qui se tiendra à Caen, du 
23 Juin au \^ Juillet, et excursionnera également à Falaise et 
environs. Est annoncée la publication d'une nouvelle feuille 
du Pouillé de Sées avec les tables dressées par MM. l'abbé 
Richer et de la Mahérie. 



'.. l'abbé Gatry, de Sées, envoie la communication suivante: 

« Mardi dernier, 28 avril, Monseigneur a baptisé trois 
cloche.^ à la chapelle de T Hospice de Sées. Les deux vieilles 
petites cloches de cette chapelle possédaient les inscriptions 
suivantes. Sur la petite, l'inscription était fondue dans le 
métal en majuscules gothiques du xv© siècle. 

pia Magdalena 
Pro nobis jugiter ora, 

« Et au-dessous, gravé au burin dans le métal : 

L. Daquin, Ev. de Sées, 1702. 

« Cette cloche était vraisemblablement celle de la Maladrerie 
de la Magdeleine, qui a donné son nom au cimetière de Sées. 
Cette léproserie, écrit M. le chanoine Dumaine, en la Wie 
de Mgr d'Aquin, fut réunie en 1695 à l'hospice de Sées, La 
cloche portée à l'hospice, dont Mgr d'Aquin était principal 
administrateur, fut baptisée par ce pieux évêque en 1702, et 
prit place dans le beffroi de la chapelle. 



PROCÈS- VERBAUX 261 

a Sur la plus grosse des deux vieilles cloches, se trouve 
l'inscription qui pourrait sembler énigmatique : 

« Tay été bénie par M. Damien Dangereux prêtre curé 
de ce lieu, et nommée Marie Perrine par M^^ Pierre Thirauz 
de Montgerard, chev. comte de Médavy, seigneur de la Haye, 
Marigny, la Motte et autres lieux, et dame Marie-Henriette 
Hue, son épouse, 1763. 

« Mais précisément dans une commune voisine de Sées 
était restée cette tradition que la cloche de Téglise de Saint- 
Léger-de-la-Haye, paroisse réunie à celle de Macé par le 
concordat, était à Thospice de Sées. La preuve était facile 
à faire, M. Damien Dangereux, originaire de Bray-en- 
Mortrée, était à cette date de 1763, curé de la Haye et messire 
Thiroux de Montgerard (ailleurs écrit de Mauregard), 
en était seigneur présentateur, comme propriétaire des biens 
de Marie Joseph, duc d'Hostein, comte de Tallard, seigneur 
du duché de Lesdiguiéres, comte de Médavy etc., chevalier 
des Ordres du Roy, gouverneur du Comté de Bourgogne, gou- 
verneur de Bazonçon etc. (pour Bezançon, sans doute). 

« Ces divers titres sont énumérés dans la lettre de présen- 
tation de M'6 Damien Dangereux à Isr cure de la Haye, 
en 1738 (archives de TEvêché). 

« M. Damien Dangereux avait fait refondre le métal d'une 
cloche cassée en 1763 et le thrésor de la paroisse avait payé 
pour ce 31 1. 10 s. 

« Voilà rhistoire de la deuxième cloche. 

<c Pauvres tintenelles, descendues de leurs beffrois abattus, 
elles étaient venues, comme des vieilles, se réfugier à l'Hos- 
pice 1 » 

a Si vous communiquez ma note à la Société, veuillez 
ajouter que la cloche de Mgr d'Aquin ne sera pas fondue 
de nouveau, mais restera à l'Hospice de Sées, comme souvenir 
historique. Tel a été le vœu des administrateurs de la 
maison, et le désir de Madame la Supérieure. » 

M. Tabbé Desvaux, en suite de cette intéressante commu- 
nication émet le vœu que la cloche provenant de l'église de 
Saint-Léger-de-la-Haye, soit conservée, s'il en est temps 



262 PHOCKS-VERBAUX 

encore, comme dernier témoin et vénérable souvenir d'une 

I 

église et d'une paroisse disparues. Ce vœu est pris en consi- 
dération et M. le Président est prié de le transmettre à ceux 
qui pourraient le réaliser. 

A ce sujet, M. Louis Duval parle à nouveau des tableaux 
qui ornaient Tune des salles de l'Hospice de Sées, et qu'il 
n'y a point retrouvés, lors de sa dernière visite. 

Des communications de MM. le Président, l'abbé Méliand, 
l'abbé De^vaux annoncent la mise en vente pour le 17 mai 
prochain, en l'étude de M^ Grimbert, notaire à la Ferté- 
Fresnel, « des vestiges et emplacement de l'ancienne église de 
l'abbaye de Saint-Evroult, et une portion des bâtiments de 
cette abbaye, aujourd'hui transformés en logements, avec le 
portail d'entrée ». Un vœu est émis pour la conservation de 
ces précieux débris et leur classement, ne fût-ce qu'au point 
de vue de la protection des sites et du pittoresque. 

H. le Président fait part de la lettre qu'il a écrite au Maire 
d'Alençon pour la restauration de la tombe du curé Mérino, 
et la conservation et le relevé des choses intéressantes de 
l'ancien Présidial d'Alençon, appelé incessamment à dis- 
paraître pour faire place au nouvel hôtel des Postes, suivant 
le double vœu, déposé à plusieurs reprises par M. l'abbé 
Desvaux, et présenté à la dernière séance du conseil muni- 
cipal par M. Leboucher. 

H. Leboucher parle des travaux de la commission du 
Touring-Club. Il espère qu'à la prochaine séance, il pourra 
en communiquer le résumé par cantons. 

Il est déposé sur le bureau un exemplaire du Catalogue 
de la Bibliothèque municipale offert par la ville, en échange 
des bulletins de la Société. 

H. Louis Duval, sur le désir exprimé par M. Adigard 
lui a envoyé des notes sur le droit d'exploitation des mines 
au xviiic siècle. Dans les travaux du critique d'art Gault 
de Saint-Germain, il a trouvé mention de Charles Lamy, 
peintre d'histoire, membre de l'Académie, né à Mortagne 
au Perche. 



PHOCKS-VKlMiAUX 263 

H. Chareyron fait présenter et offre à la société des billets 
de logements délivrés par les Allemands pendant l'occupation 
de 1871. 

M. le Président parle de la protestation du Touring-Club 
contre la digue si discutée du Mont-Saint-Michel, et qui outre 
le danger qu'elle a fait naître pour la conservation des rem- 
parts, menace de transformer rapidement la situation pitto- 
resque du Mont de TArchange au Péril de la Mer, en éloignant 
la mer par suite de l'amoncellement des sables. M. Adigard, 
notre collègue, dans une réunion de la Pomme, s'est efforcé 
de provoquer un mouvement d'opinion et d'action contre 
cette malencontreuse digue, si appréciée des ingénieurs et 
des esprits utilitaires. 

Il est déposé sur le bureau plusieurs volumes des Mémoires 
édités par la Société d'histoire contemporaine, ainsi qu'une 
collection de photographies alençonnaises exécutées par 
M. Juglet. 



[. l'abbé Riboux, curé de Sainte-Marie-la-Robert, appelle 
de nouveau l'attention de la Société sur le manoir dit Logis 
de Sainte-Marie, qui ne trouve pas d'acquéreur pour en 
assurer la conservation et la restauration. M. Simil, inspecteur 
des Beaux-Arts, qui l'a visité par commission ministérielle 
l'estime à 40.000 francs, et pense qu'avec 25.000 francs 
consacrés à une réparation intelligente et artistique, il acquer- 
rait une valeur de 120.000 francs. Il est à craindre qu'acheté 
par les gens du pays, il ne soit abattu pour raison d'économie. 

Le Père Ubald d'Alençon, capucin, signale aux Archives 
Nationales un dossier intéressant les bénédictines de Vimoutiers 
(Cote G3 171, n. 6), au xviiie siècle. Il y a notamment une 
lettre originale de Jean Marie de Condorcet, datée de « Gacey » 
28 Juin 1762, où cet évêque de Lisieux réclame pour ses 
sujettes le droit de recevoir des novices, qui lui avait été 
retiré par lettre de cachet du 4 Mai 1732, — Plus une 
supplique des curés, vicaires, prêtres, gentilshommes et 
habitants notables du bourg de Vimoutiers et paroisses 
circonvoisines pour le même objet. Ceux qui exploreront le 
fonds très riche des Archives de l'Orne relatif aux béné- 



264 PKOCÈS-VERBAUX 

dictines de Vimoutiers ne devront pas oublier les Archives 
Nationales (G 9 171 n. 6 et suivantes). — Dans une brochure 
récente, Les Franciscains de Maine-et-Loire pendant la Révo- 
lution, par le P. Armel (Angers, 1908, in-S^) il y a plusieurs 
notes intéressantes sur : Paul-Isaïe Valframbert, né en 1761» 
à Alençon, chef de bataillon en 1792, au Mans (p. 46) ; — 
le P. Toussaint-Charles Valframbert, récollet de la Beau- 
mette (p. 46) ; — le P. Jacques AUoust, récollet, originaire 
d' Alençon, ou du pays alençonnais (pp. 58, 59). 

M™ la baronne de Sainte-Preuve demande s*il serait 
possible à nos confrères de donner quelques renseigne- 
ments sur les origines, alliances, etc.. de la famille Léguenot 
du Catel, d'Isigny en Basse-Normandie. Elle offre à la Biblio- 
thèque un vieux volume sur les travaux de la Société royale 
des Arts du Mans. Ce volume feuilleté, séance tenante, par 
plusieurs Membres, est trouvé des plus intéressants. 

Pour terminer, M. Frédéric Duval « propose à la sagacité 
« des Membres du Conseil — pour les distraire — en fm de 
« séance — le déchiffrement du petit rébus suivant. 

(( Lors de Tincendie qui dévora une partie de la Cathédrale, 
a en 1564, plusieurs cloches s'écroulèrent. Sur l'une d'elles, 
a on put lire l'inscription suivante, en lettres gothiques, — 
« avec les armes de France et de Lorraine : 

Je suis Anne, mère Marie 
Qui en sonnant point ne varie 
Et fut faite, sans plus enquierre 
Uan et four que fut fait Pierre. 

ê 

(D'après Leluaux-Moncelliers. — 
Bibl. Nat. n. acq. fr. 10557, fo 77 vo.) 

II s'agit de savoir à quelle date la cloche fut fondue. » 

La solution sera sans doute rapportée à la prochaine séance. 

Celle-ci prit fin sur les quatre heures, et notre esprit n'y 

chôma guère. 

Le Secrétaire- Adjoint^ 

Abbé DESVAUX. 



ORIGINES 



DES 



SAINT-SIMON -COURTOMER 



A la date du 25 Août 1556, le sire de Gouberville, près 
Coutances, écrivait sur son journal : « Frère Robert du 
Moncel, bailly de Tabbaye de Cherbourg, le Parc et ung 
autre que je ne cognoys, passèrent par céans et beurent. 
Ils me contèrent comme ceux qui n'avoyent fourni leur 
noblesse Tannée passée au Président de Mendreville, estoyent 
déclarés contribuables et condamnés à six années de leur 
revenu, du nombre desquels est maistre Jacques Davy, 
bailly du Costentin, et tous ceux de son nom, et le dict 
bailly condemné à 8.000 francs, Françoys Simon, sieur de 
Beuzeville-au-Plain et de Sainte-Mère-Église et tous les 
Symons, ses cousins et parents, comme les sieurs de Plainma- 
rais et Grosparmy frères ». 

En effet, par sentence du 19 Août 1556, Jean du Bost, 
Président de la Cour des Aides, avait condamné les Simon 
à payer 7.200 livres pour droits de francs-fiefs, mais ceux-ci 
portèrent appel de ce jugement et obtinrent Tautorisation 
de faire la preuve de leur noblesse devant le Parlement de 
Rouen, à rencontre d'une généalogie produite par le fisc, 
document qui semblait démontrer que les Simon apparte- 
naient à la roture. 

Cette généalogie ne se trouve pas au dossier de ce grand 
procès, mais on peut sans doute en voir le résumé dans une 
notice rédigée en 1675 par le marquis de Langey, lequel 
avait alors quelques raisons de ne pas se montrer favorable 
à la maison de Saint-Simon-Courtomer. 

« J'ai vu, dit-il, toutes les pièces qui furent produites^ 



266 ORIGINES DES SAINT-SIMON-COURTOMER 

dans ces procès tant de la part d'Artus (1), que de sa partie, 
entre lesquelles pièces j'ai vu une descente ou généalogie 
produite contre Artus, qui justifiait que les dits Cimon 
étaient manants et habitants de la paroisse de Beuzeville-en- 
Beautais, qui est un petit pays en Cotentin, qui porte le nom 
de Beautais, et qui est à quatre lieues de la ville de Carentan, 
séparé du pays qu'on nomme le Plain-Cotentin par un 
marais, où est bâti le château du Hom, qui est à Monsieur le 
Maréchal de Bellefons. 

« Cette généalogie prouve que vers Tan 1525, il y eut 
un paysan de cette paroisse de Beuzeville-en-Beautais 
qui se nommait Cimont, dont je n'ai pas retenu le nom de 
baptême, qui fit étudier un de ses enfants, dont je ne me 
souviens pas non plus du nom de baptême, qui parvint à 
être balli de la baronnie de la Haye-du-Puits, qui est à cinq 
ou six lieues de Coutances. 

« Ce bailly de la baronnie de la Haye-du-Puits eut trois 
enfants, dont il fit étudier les deux cadets. L'un fut curé de 
la paroisse d'Appeville, située dans le même pays de Beautais, 
dont les habitants n'obéissaient à aucun seigneur, de sorte 
que ce curé y ayant acquis du fonds de terre, il en fit aisément 
un fief et s'empara facilement des droits d'église, en sorte 
qu'il a laissé cette paroisse à ses héritiers et le marquis de 
Courtomer, qui vit aujourd'hui (1675), l'a vendue au comte 
de Franquetot près de 80.000 livres. 

« Ce même curé, par son épargne, fit encore une terre 
dans la paroisse de Bohons, qui se nomme la Petiteboudière, 
qui vaut 3.000 livres de rentes aujourd'hui, s'étant emparé 
de plusieurs marais qui étaient dans le voisinage de cette 
ferme. 

« L'autre cadet fut procureur du Roi, à Coutances. 

« Leur aîné s'appelait François Cimont, qui hérita d'Appe- 
ville et de la Petiteboudière, dans la paroisse de Bohon. 

« Ce François eut la bienveillance d'un Président de 
Rouen qui lui céda l'adjudication par décret de la terre 
de Sainte-Mère-Église, située au Plain-Cotentin, qu'il eut 



(1) Artus Simon était fils de François ; il avait suivi le procès intenté 
par feu son père. 



OHUilNKS DES SAINT-SIMON-COURTOMEH 267 

pour dix-huit cents livres et qui vaut aujourd'hui dix-huit 
mille livres de rentes (1). Il est vrai qu'on s'était emparé 
de quantité de marais et de terres vaines et vagues qui en 
font le plus grand revenu. Le même François eut encore 
par décret et à vil prix, la terre de Beuzeville-au-Plain-Coten- 
tin (2) ).. 

Les consorts Simon n'eurent pas de peine à prouver la 
fausseté de cette généalogie, qui ne soutenait guère du reste 
l'examen, au double point de vue de la vraisemblance et 
du droit féodal. Aussi, sur la production même des pièces 
authentiques que nous avons sous les yeux, obtinrent-ils 
facilement le jugement dont nous donnons le texte in-extenso, 
puisqu'il n'est autre chose que la filiation certaine des Simon, 
ancêtres des barons puis marquis de Courtomer : 

« A tous ceux qui ces présentes lettres verront, salut. Comme 
en la cause offrant et pendant devant nous entre Artus 
Simon, sieur de Beuzeville, Sainte-Mère-ÉgHse, les Bouhons 
et Appeville, fils aisné et héritier de deffunct François Simon, 
en son vivant seigneur des dites terres et seigneuries, et 
ayant reprins le procès en Testât que l'avoit le dit deffunct ; 
^les Pierre et Jean dits Simon frères, les dits M^^ Pierre, 
sieur d'Ingoville, et le dict Jean, sieur de Coudanges et de 
Grosparmy, respectivement appellans de feu M® Jean du 
Bost, en son vivant Président en la Court des Aides, com- 
missaire député par le Roy, sur la recherche, taxe et 
cotisation des droits deubs au Rov à cause des francs-fiefs 
et nouveaux acquests récollés au païs, duché et générallité 
de Normandie, d'une part, et le procureur général du Roy 
en la Court de Parlement à Rouen et spéciallement commis 
et député par ledict sieur en ceste partie, inthimé es dictes 
appellations, d'autre part. 

« Sçavoir faisons que veu par nous le procès d'entre les 
dictes parties, les lettres de commission adressées aux dicts 
commissaires du 8^ jour de Juillet et 26® jour de Mars 1556, 



(1) L'adjudication dont il s'agit eut lieu vers 1538. Quant à la seigneurie 
de Beuzeville, eUc appartenait à la famille Simon dès l'an 1513. 

(2) Généaloffie de la famille de Saint-Simon ^ mémoire donné par le 
Marquis de Langey^ aa mois d'octobre i6^5, mémoire que M. dllozier a 
demandé. (Bibliothèque nationale, cabinet d'Hozier, volume 312.) 

22 



268 ORKilNES DKS SAINT-SIMON-COL'KTOMKR 

avecqs les dictes lettres-patentes données à Paris le 7® jour de 
juing 1559 parmi lesquelles estoit mandé procéder au jugement 
et décision des dictes appellations par Tun des présidens 
en la Court de Parlement de Rouen et M® Xicolle Le Compte, 
M® des requestes ordinaires de Thostel du Roi et chacun 
d'eux premier, . 

« Sur ce premier requis appelles, des conseillers de la 
dicte Cour du Parlement et de la dicte Court des Aydes 
jusques au nombre de dix, avec les dictes lettres patentes 
du 15® jour de Septembre audit an 1559 et 2® jour de Janvier 
1560, confirmatives des dictes dernières lettres, arrest des 
dicts juges deslégués donné entre les dictes parties après 
avoir icelles ouyes en plaidoirie verballe le 16® jour d'Aoust 
1564 par lequel sans avoir esgard à Texpédient faict et 
accordé entre eux le 21® jour de juing dernier passé, elles 
auroient esté appointés au Conseil et à mettre présentement 
sur le bureau leurs lettres, tiltres et escriptures, joinct leur 
plaidoyé qu'elles pourroient revoir sur le plumitif dedans 
les dicts jours pour leur estre faict droict sur les dictes 
appellations et principal de cause ainsy que de raison. 
Le plumitif du greffier des dicts juges contenant des taxes 
et cotisations des dicts droicts de francs-fiefs et nouveaux 
acquêts faites par les dicts commissaires le 19® jour d'aoust 
1556, dont est appelle, par lesquelles taxes iceux appellans, 
pour n'avoir produit et faict apparoir de leurs Chartres, 
tiltres et enseignemens concernant leur qualité et estât de 
noblesse, auroient esté cotisés, à sçavoir : le dict François 
Simon, à cause de son dict fief et seigneurie de Beuzeville, 
à la somme de quatre-mille-huit cens livres ; le dict M® 
Pierre Simon, à cause du dict fief d'Ingoville, à la somme 
de huit cens livres tournois, et le dict Jean Simon, à cause 
du dict fief, terres et seigneuries de Gondanges et Grosparmy 
à la somme de saize cens livres tournois. Reliefs en cas d'apel 
respectivement obtenu par les dicts appellans les 7® et 11« 
jours djB décembre 1556. Sentence des dicts commissaires 
du 24® jour de décembre 1556 par laquelle suyvant la réquisi- 
tion faite par le procureur générai du Roy en la dicte Court 
des Aydes les dits appellans auroient esté permis augmenter 
et plus précisément articuler leur généalogie et descente de 



ORIGINES DES SAINT-SIMON-COUKTOMER 269 

noblesse et cependant les dictes taxes dont estoit appelé 
teneues en surcéance. 

« La dicte généalogie baillée par escript par le dict Artus 
Simon, par la déduction de laquelle il maintenoit que de 
defFunct Jean Simon, en son vivant, escuyer, seigneur de 
Groussy et de Beuzeville-en-Bauptois, son prétendu cin- 
quiesme ayeul (1) et de damoiselle Marguerite de Patoys, 
sa femme, seroient issus Michel, Jean et Jeanne dits Simon» 
escuyers. Du dict Michel, Taisné, et de damoiselle Denize 
de Paris ,son épouse : Thomas et Jean dicts Simon, escuyers. 
Dudict Thomas aisné et de damoiselle Thomine Âdigard, 
son épouse : Richard et Jean dicts Simon, escuyers.' Du dict 
Richard, aisné, sieur de Durescu et de damoiselle Marguerite 
Joucn, sa femme : Jean Simon, escuyer, seigneur de Sainte- 
Mère-Église, Beuzeville-au-Plain, Appeville et les Bouhons. 
Du dict Jean et damoiselle Marie de Houteville, dame de 
Rideauville, son épouse : le dict François Simon, escuyer, 
et du dict François, seigneur des dictes terres et sieuries 
et de damoiselle Renée de Trousseauville, son épouse, seroit 
issu ledict Artus Simon, escuyer. » 

PIÈCES JUSTIFICATIVES 

l^ Contrat en forme d'eschange passé devant Thomas 
du Marost, tabellion à Varenguebec, entre Jean Simon, escuyer, 

(1) Selon un mémoire composé en 1754 par Clairambault, retouché en 
1767 par Baujon et déposé le 20 décembre 1773 par (Ihérin, tous trois 
généalogistes officiels, la maison Simon était connue en Normandie dès le 
xu* siècle. Elle aurait eu pour premier auteur Robert Simon, chevalier, 
qui suivit Richard Cœur-de-Lion dans son voyage en Terre-Sainte« et qui 
était devenu, en 1169, l'époux d'Anne de Percy, de la maison des lords et 
ducs de Northumberland. De ce mariage serait issu Jean I Simon, écuyer, 
vivant encore au mois d'avril 1259, comme on le voit dans un acte du 
bailliage du Cotentin, où Robin du Maresc de Beuzeville reconnaît avoir 
vendu trois vergées de terre à Jean Simon, fils de Robert, écuyer, demeu- 
rant à Benzerilie (parchemin de notre collection). Il aurait laissé deux fils : 
1» Richard ; 2» Pierre. Ce dernier, écuyer, figure au nombre des gentils- 
hommes qui comparurent devant Du Guesclin en 1313 et laissa un fils 
unique, Guillaume Simon, écuyer, époux de Thomasse de Montmartin, 
dont il eut Jean Simon, marié à Marguerite Le Patoys (Arch. Nat. MM, 10, 
t. I, p. 613; extraits des preuves de noblesse de diverses familles faites par 
les généalogistes des Ordres du Roi, depuis 1765 jusque et y compris 17S0). 

Ces cinq dégrès ne purent être admis par la Cour parce qu'ils n'indi- 
quaient que deux mariages. 



270 ORIGINES DES SAINT-SIMON-COUUTOMEH 

seigneur de Beuzeville-en-Bauptois, d'une part, et Thomas 
Le Cheminant, d'autre, le 3^ jour de Mars 1389, produit 
par les dicts appellans pour justifier la qualité d'escuyer du 
dict Jean Simon, prétendu cinquiesme ayeul du dict Artus (1); 

2^ Autre contrat passé par devant Chrestien Feboir» 
tabellion au dit Varenguebec, le 14® jour de may 1408, par 
lequel Gilles Yon, escuyer, se faisant fort pour Jeannette, 
sa femme, fille de feu Jean Simon, escuyer, quitta à Michel 
et Jean ditz Simon, escuyers, soubz âge, fils et héritiers du 
dict feu Jean Simon, escuyer, leur père, de toutes choses 
concernant le mariage de la dicte Jeannette, leur sœur, 
pour les causes contenues au dict contract ; 

3^ Une antienne chartre en latin du feu Roy Henri d'Angle- 
terre, donnée à Rouen le 28® jour de fébvrier, an VII de son 
règne, contenant donnation par luy faicte de plusieurs 
fiefs, terres et sieuries appartenants au dict Michel Simon et 
et autres dénommés en la dicte chartre à Jean de Robessart, 
comme rebelles et désobéissans pour avoir suivy le party 
du Roy contre le dict Roy Henri, Roy d'Angleterre (2) ; 
lettres de vérification et de confirmation du dict don données 
à Caen en la Chambre des Comptes du dit Roy Henri le 
6e jour de Mars 1419 ; 

4^ Autre contrat passé par dvant les tabellions de la baronnie 
et vicomte de Bricquebec, le 17 novembre 1451, contenant 
appointement et transaction faicts entre Philipot Hurel, 
escuyer, pour luy, et la damoiselle, sa femme (3), fille de 

(1) Jean Simon s'était marié en 1380. ba femme, Marguerite Le Patoys, 
portait « un écusson chargé de dix pièces d'argent et d'azur, au chef 
d'argent chargé d'une mollette de gueules ». 

(2) « Au tomps de la scentc des Anglois faicte en pays et duchié de 
Normandie, ledict Michiel Simon, pour acquitter foy et loyauté, aban- 
donna tous ses biens et héritages et s'en alla demeurer en party du Roy, 
nostre sire, et furent ses dits héritages donnés au sieur de Robessart, qui 
tout le temps que les dits Anglois ont occupé la ditte duchié, en a jouy, 
et esté allé ledit Michiel Simon de vie à trépas en l'obéissance du Roy, 
nostre dit seigneur^ et sa subcession venue à Thomas Simon, son fils aisné, 
qui bientôt après la réduction du pa^'s alla de vie à trcspas et lessa 

^Richart, soubz âge » (Kxtrait d'un mandement d'Allain de Plumangart, 
conseiller et chambellan du Roi, bailli du Cotentin, en date du 27 janvier 
1467. - Collection Ch. Vérel.) 

(3) Denise de Paris. Sa famille était originaire de Sainte-Mère- Eglise. 



OKIOINKS UKS SAINT-SIMON-COL'HTOMKH 271 

deffunct Robert de Paris, escuyer, (1), en précédent veufve de 
deffunct Michel Simon, escuyer, d'une part, et Michel de Paris, 
escuyer, fils du dict defTunt Robert, d'autre, pour la dot et 
promesse de mariage^faictes au dict deffunct Michel Simon 
et elle en faveur du dit mariage ; 

5^ Coppie de partage faict et passé aux assizesde Carentan, 
le lundy 19^ juillet 1456, entre Colin Le Gendre, escuyer, 
conducteur et meneur par authorité de justice des enfants 
soubz aâge de deffunct Jean Simon, escuyer, d'une part ; 
et Jean Simon, escuyer, tant en son nom que comme meneur 
des enfants soubz aâge de deffunct Thomas Simon, escuyer, 
son frère aisné, d'autre, des successions héréditalles de deffunct 
Jean Simon, ayeul et bisayeul des dictes parties et avec leurs 
prédécesseurs, en ce non comprins bien entendu la succession 
de deffuncte damoiselle Marguerite Le Patoys, leur ayeule 
et bisayeule, laquelle succession demeureroit à partir une 
autre fois ; 

6^ Autre contract passé par devant les tabellions de Caren- 
tan au siège du Homme, le \^^ jour de septembre 1452, 
entre damoiselle Thomine Adigard, veufve de feu Thomassin 
Simon, escuyer, sieur de Durescu (2), d'une part ; et damoi- 
selle Jeanne Toustain et Guillaume Adigard (3), son fils, 
frère de la dicte Thomine, d'autre, par lequel lui auroient 
esté baillées plusieurs parties de rentes en assiette pour le 
fournissement de 42 livres de rente à elle et le dict Thomassin 
Simon promises en faveur du dict mariage ; 

70 Sentence donnée es assises de Carentan, le 25 janvier 
1466, par laquelle Richard Simon, escuyer, fils de feu Thomas 
Simon, escuyer, fust passé aâge en quahté de noble personne 

Lors de la recherche de Montfaut, elle possédait la seigneurie de Fosseville 
et portait d'or à six molettes de sable, avec une bande d'azur chargée de 
trois croisettes d'argent. 

(1) Robert de Paris était premier maître d'hôtel du roi Charles VI en 1380. 

(2) Thomas Simon, écuyer, mourut en l'an 1453, comme il est dit dans 
l'acte de tutelle de ses enfants, dressé le 22 octobre 1453 (parchemin, coll. 
Ch. Vérel). 

(3) Guillaume Adigart habitait la Chapelle-en-Jugier. Il portait : d'argent 
à trois équerres de sabie. 



272 ORIGINES DES SAINT-SIMON-COURTOMEH 

et des dictes assises le mandement obtenu par ledict Richard 
Simon, escuyer, du bailly de Cotentin, le 17® jour de Janvier 
1467, pour faire venir ses cohéritiers es successions de ses dicts 
prédécesseurs aux fins de la récision desdits partages ; 

8° Contract en forme de transaction faict et passé par 
devant Roger Ruole et Gilles Lespée, tabellions en la vicomte 
de Varenguebec, le 25® jour de Février 1470, entre Roger 
Simon, escuyer et ses frères, enfans et héritiers de feu Jean 
Simon, frère puiné de Michel Simon, escuyer, d*une part ; et 
Richard Simon, fils de Thomas, iceluy Thomas, fils de Michel, 
d'autre part, sur le descord d'entre lesdictes parties concer- 
nant lesdicts partages ; 

9'^ Acte de tutelle de Jean, Michel et Jeanne, enfans soubz 
aâge de feu Richard Simon, escuyer (1), passé devant le baillj- 
de Cotentin ou son Heutenant, le 17® jour de Mars 1474, par 
laquelle la garde des corps et biens d'iceux soubz aâge avoit esté 
baillée à Michel Jouen, escuyer, père de damoiselle Marguerite 
Jouen (2), mère d'iceux soubz âage à la dite damoiselle, leur 
mère, et à maistre Jean Simon, leur oncle (3) ; 

10^ Autre contract en forme de transaction faict et passé 
par devant Jean Guillebert et Gilles TEspée, tabellions à 
Varenguebec, le 8 octobre 1497 entre nobles hommes Jean 
Simon, sieur d'Aroult, fils aîné et principal héritier de deffunct 
Richard Simon, en son vivant escuyer, sieur de Beuzeville- 
en-Patoys pour luy et Michel Simon, son frère, d'une part ; 
et Guillaume de la Ruette, d'autre part, avec des lettres 
royaux obtenues en la chancellerie à Rouen, le 17® jour de 
juing 1504, par ledict Jean Simon, escuyer, sieur d'Aroult, 
fils et héritier de feu Richard Simon, escuyer, sieur de Durescu, 
les dictes deux pièces produites par le dict Artus, appellant„ 
pour la justification de sa dicte qualité de généalogie; 

(1) Richard avait été remis en possession en 1467 et 1470 des biens saisis 
partes Anglais sur son grand-père, Michel Simon. 

(2) Marguerite Jouen, fille de Michel, écuyer, portait d'argent, à six roses 
de gueules, 3, 2 et 1. 

(3) Jean Simon, écuyer, licencié en théologie, seigneur de Briqueville, 
curé du Lust et de Saint-Pair-sur-Mer, puis grand pénitencier et chanoine 
d'Avranches. 11 testa le 26 novembre 1507. 



ORIGINES DES SAINT-SIMON-COURTOMEH 273 

11^ Acte des assizes de Carentan- tenues le 5® jour de No- 
vembre 1523, entre noble homme Jean Simon, sieur de 
Beuzeville-en-Plain, pour lui et Marie de Houteville (1), 
damoiselle, son espouse, d'une part ; Et Jean du Bec, escuyer, 
sieur de la Bilonnière, pour luy et Marguerite de Houteville, 
sa femme, d'autre, contenant la recognoissance faite par les 
parties pour le faict de la terre de Rideauvillè ; 

12*^ La copie du traicté de mariage d'entre noble homme 
François Simon, seigneur et patron de Sainte-Mère-Eglise (2) 
Beuzevjlle, Appeville et Rideauvillè, fils et héritier de feue 
nobles personnes Jean Simon, en son vivant seigneur des 
dicts lieux de Sainte-Mère-Eglise, Beuzeville, Appeville et 
Rideauvillè, et de damoiselle Marie de Houteville, dame du 
dict lieu de Rideauvillè, d'une part ; et noble damoiselle 
Renée de Trousseauville (3), fille aisnée de noble et puissant 
seigneur Messire Jacques de Trousseauville, chevalier, sei- 



(1) Marie de HouteviUe était fille de Richard, écuyer, et de Catherine du 
Quesne. Elle portait de sable, au chevron d'or, accompagné de trois trèfles 
d'argent. 

(2) Selon un ancien mémoire manuscrit, la première maison de Sainte- 
Mère-Eglise, (autrefois Saintc-Marie-Eglise), était connue dés le xii^ siècle. 
En 1135, Pierre de Sainte-Marie-Eglise assistait à la bénédiction de l'abbaye 
de Montbourg en Normandie ; il portait d'azur, à six aigles en orle. 

Les Sainte-Marie-Eglise ont donné en 1240 un évéque d'Avranches et 
ont pris alliances dans les maisons suivantes : ChifTrovast en 1210 ; 
Massieu, Manthes, Camprond, Carbonnel en 1397 ; des Monts en 1448 ; 
Bosunam en 1500 ; de la Roque en 1501 ; de Her>'ieu en 1532 ; Mauduit, de 
Tbieuville en 1559 ; de Corbelliers en 1568 ; de Grimouville en 1589 ; de 
Mullot en 1620 ; de JaUot en 1660 ; de Lamare en 1667, etc. 

Par arrêt du Conseil d'Etat du V^ septembre 1670, Guillaume et Robert 
de Sainte-Marie-Eglise, à Auxcrre, furent maintenus dans la qualité de 
nobles. 

Louis-Anne de Sainte-Marie- Eglise, né le 26 novembre 1676, s'établit en 
Allemagne en 1709 et laissa un fils, Ferdinand-Michel, qui mourut conseiller 
à la cour d'Amberg, en Bavière. Le fils de ce dernier, Léopold, baron de 
Sainte-Marie-EgHse, fut chambellan du roi de Bavière et président de la 
Cour d'Appel de Neubourg sur le Danube. 

Richard- Laurent de Sainte-Marie-Eglise, né le 25 Juin 1672, frère du dit 
Louis-Anne, épousa en Irlande, à Dublin, Hélène de Morelle. Le fils, né de 
cette union, prénommé Robert, baptisé le 2 janvier 1704, s'est marié en 
1728 a Varly, près Bourges, avec Aune Brisson, dont il a eu : Anne-Cattie- 
rine-Côlette de Sainte-Marie-Eglise. née en 1734, mariée à Sennecay, près 
Bourges, en 1763, à Jean-Victor-Michel de Rochery. 

(Généalogie de la maison de Sainte-Mère-Eglise, manuscrit. — Coll. 
Ch. Vérel.; 

(3) Trousseauville : de sable, à la croix ancrée et fleurdelisée ; alias, 
de sable, à un fer de moulin d'or. 



274 ORIGINKS DES SAINT-SIMON-COURTOMEH 

gneur de Chesnebrun, Garennes et la Lacelle et de noble dame 
Jeanne de Garennes, dame des dicts lieux de la Garenne et de 
la Lacelle, d'autre part, passé devant les tabellions de Ches- 
nebrun, le dernier jour de Janvier 1533 (1). 

13° Adveu et dénombrement présenté à la Chambre des 
Comptes par François Simon, écuyer, pour les terres et sei- 
gneuries d'Appeville et Sainte-Mère-FLglise, le 19^ jour de 
Décembre 1528, à luy succédez par le décès de feu noble Jean 
Simon, son père, tenuz par foy et hommage du Roy à cause 
de sa vicomte et chastellenie de Carentan ; 

14° Autre adveu baillé par le dict François Simon, escuyer, 
pour luy et la damoiselle, sa mère, du dict fief, terre et sei- 
gneurie de Rideauville, au baron de la Hougue le 20 Décembre 
1530; 

15° Sentence donnée de M^' Jacques Mesnager, conseiller 
et commissaire député par le roy sur le recouvrement des 
reliefs, traiziesmes et droicts sieuriaulx deubs audit sieur au 
pais de Normandie, le 6® jour de Septembre 1536, par laquelle 
ledict François Simon, escuyer, auroit esté condamné payer 
les reliefs deubz au Roi pour le décez de feu Jean Simon, 
escuyer, son père, à cause des fiefs d'Appeville et Sainte- 
Mère-Eglize ; 

16<^ Extrait des registres des délibérations faictes par les 
desleguez des gens de trois estats du pays de Normandie 
en la convention d'iceux tenuz à Rouen par ordonnance du 



(1) François Simon avait épousé en premières noces, par contrat du 
18 septembre 1529, Jacqueline de Grimouville, fille de Jean, seigneur de 
Tournebu, gouverneur de Falaise, et de Henée de Saint-Gilles. Il mourut 
le 31 mai I.mS, laissant cinq enfants issus de son second mariage : 

1» Artus Simon, baron de Courtomer ; 

2» Jean, né en 1541, archiprêtre, curé de Sainte-Mère-Kglise, abbé de 
l'abbaye de Saint-Georges et de Saint-André de Houhons ; 

3" François, né en 1542, page en 1563 du duc de Bouillon, gouverneur de 
Normandie. Il fut l'auteur des seigneurs de Heuzeville et eut douze 
enfants ; 

40 Charles, né en 1543, déeédé étudiant au collège de Harcourt vers Tan 
1561 ; 

50 Marie, mariée par contrat du 3 septembre 1557 à Jean de Tilly, 
seigneur d'Ëscarboville, Taillepied et Franquetot. 

M(émoire imprimé. — Coll. Ch. Vérel.) 



ORIGINES DES SAINT-SIMON-COURTOMER 275 

Roi, le 15® jour d'Octobre 1552, par lequel noble homme 
François Simon, sieur de Beuzeville-au-Plain et Sainte- 
Mère-Eglize, estant deslégué pour TEstat de la noblesse du 
bailliage de Cotenlin, fut deslégué en icelle convention pour 
Testât de noblesse de Normandie aller vers le Roy ; 

17° Lettres missives du feu sieur de Langey, lieutenant 
du gouvernement de Normandie envoyez au bailly de Cos- 
tentin, le l^^ jour d'Avril 1554, pour exempter ledict François 
Simon, escuyer, du ban et arrière-ban, comme estant retenu 
par ordonnance du Roy pour l'un des deux gentilshommes 
ordonnez estre près ledict Gouverneur ; 

18° Accord et apointement faict entre noble seigneur 
Artus et Jean Simon, seigneur de Beuzeville et Sainte- 
Mère-Eglize, d'une part ; et noble seigneur François Simon, 
leur frère puisné, enfans et héritiers de feu noble homme 
François Simon, sieur des dictes terres et sieuries, touchant 
le partage des fiefs, terres et seigneuries à eux succédez et 
escheuz par le décez de leur dict deffunct père, recongnu 
par devant le bailly de Costentin ou son lieutenant le 8® jour 
de Juillet 1563. 

a Veu aussv la généalogie baillée par escript par les dicts 
Me Pierre et Jean dicts Simon, eux disans puisnez de la 
maison et famille du dits Artus Simon, par laquelle ils main- 
tenoient que du dict Jean Simon, escuyer, prétendu 5® ayeul 
du dit Artus seroient issus le dict Michel aisné, Jean et 
Jeanne, escuyer ; du dict Jean, puisné, et de damoiselle 
Lemarquand, sa femme : Roger Simon, escuyer, sieur de 
Plain-Marest et Grosparmy ; du dict Roger et de damoiselle 
Philippine Dyonis, sa femme : Philippe Simon, aussy 
escuyer, sieur des dicts lieux ; du dict Philippe et de damoi- 
selle Catherine de Houteville, sa femme : les dicts M®^ Pierre 
et Jean dicts Simon, appellans. 

PIÈCES JUSTIFICATIVES 

1° Le testament de Jean Simon, escuyer, sieur de Beuze- 
ville-en-Bauptois du 18® jour de juing 1446, par lequel il 



276 ORIGINES DES SAINT-SIMON-COURTOMER 

auroit nommé pour ses exécuteurs Jean et Thomas, escuyers^ 
damoiselle Marguerite Le Patoys, sa mère, et damoiselle 
Mariette Le Marquand, sa femme ; 

2p Un acte donné es assizes de Carentan le 8® jour de 
Novembre 1457, contenant la vérification faicte par M^ 
NicoUe de Mante, escuyer, et NicoUas Morant, de traicté 
de mariage faict et consommé entre Roger Simon, escuyer, 
fils aisné de feu Jean Simon, en son vivant escuyer, et de 
damoiselle Marie Lemarchand, sa mère, d'une part ; et 
damoiselle Philippine, fille de Nicolas Dionis, escuyer, sieur 
de Cacqueville et Thenelle, d'autre, le 4« janvier 1454 ; 

3° La foy et hommage faicts par les dicts Roger Simon, 
escuyer, es mains de Mons^ le Chancelier pour les fiefs^ 
terre et sieurie de Grosparmy, tenuz du Roi à cause de sa 
chastelenye et vicomte de Carentan, le 23 d'Avril 1485 ; 

4^ Accord et traicté de mariage d'entre Philippe Simon, 
escuyer, fils aisné de Roger Simon, sieur de Plain-Marest,. 
d'une part ; et damoiselle Catherine de Houteville, fille de 
defîunct Hélie de Houteville, en son vivant, seigneur de 
Cretesson, et damoiselle Marye de Brenville, son espouze, 
d'autre part, en dapte du 2® jour de mars 1493 ; 

5° Hommage et adveu présentez au Roy par Pierre Simon,, 
escuyer, pour ses terres et sieuries de Plain-Marest et Gros- 
parmy, teneues du dict sieur à cause de sa chastelenye et 
vicomte de Carentan, et à luy succédez par le décez de 
feu Philippe Simon, sieur des dictes terres et sieuries, son 
père, le 24^ jour de janvier 1518, avec le mandement des gens 
des comptes à Paris adressé au bailly de Costentin, ou son 
lieutenant, le l^^" jour de fébvrier ensuyvant au dit an, pour 
accorder main-levée de délivrance au dict Pierre, la sentence 
sur ce donnée es assizes de Carentan le 10® jour de mai 1519 
par laquelle, sur l'attestation et vérification de plusieurs 
gentilshommes, main-levée auroit esté accordée au dict 
Pierre Simon, escuyer, des dicts fiefs ; 

6^ Attestation de M« Jacques Davy, lieutenant du bailly 
de Costentin. du 15® de may 1534, par laquelle en faisant 



OKIOINKS DES SAINT-SIMON-COURTOMEH 277 

la monstre des gentilhommes noblement tenants se seroit 
présenté Roger Simon, frère de noble et discrète personne 
M® Pierre Simon, sieur de Plain-Marest et de Grosparmy» 
avec soy homme en armes et chevaux ; 

Plusieurs autres lettres, Chartres, tiltres et enseignemens 
mises sur le bureau des dicts juges ; 

Et oy le rapport du conseiller commissaire auquel par 
ordonnance des dicts juges le tout auroit esté distribué ; 

Le tout veu et considéré, nous avons dit et disons que les 
dictes appellations et ce dont est appelle ont esté et sont 
mises au néant, et en reformant le jugement, déclaré et décla- 
rons les dicts Artus et M® Pierre et Jean dicts Simon, appellans, 
exempts de la taxe et cotisation des dicts droits de francs- 
fiefs et nouveaux acquests, ordonné et ordonnons qu'ils 
seront rayez et distraicts du registre et roolle des dicts taxes. 

Sy donnons en mandement au premier des huissiers des 
dictes Courts de Parlement et des Aydes ce présent arrest 
mettre à deub exécution selon sa forme et teneur ; de ce 
faire, luy donnons pouvoir, mandons et commandons à tous 
les justiciers, officiers et subjects du Roy, nostre dict sire, 
et lui, en ce faisant , obéir. 

Donné à Rouen et prononcé aux dictes parties le dix- 
huitiesme jour d'Aoust l'an de grâce mil-cinq-cens-soixante 
et quatre. 

DU FOUR, greffier en ceste partie. » 

(Scellé en cire rouge.) 

Il est présumable que la Cour des Aides ne se décida pas 
pas facilement à renoncer aux grosses sommes mises à la 
charge de la famille Simon ; qu'elle chercha même à paralyser 
par une nouvelle procédure les effets du jugement de 1564, 
car ce ne fut que huit ans plus tard que les Simon furent 
rayés du rôle des francs-fiefs, comme on le voit dans ce certi- 
ficat mis au bas du jugement : 

« Suyvant la teneur du présent arrest monstre et exibé à 
moy, Guillaume Chonquet, demeurant en la ville de Rouen, 
l'un des commis à la poursuitte et recouvrement des deniers 
procédants de la recerche d'icelle commission des francs- 
fliefs, et ayant en précédent le présent arrest donné ; faict 



278 ORIGINES DES SAINT-SIMON-COURTOMEH 

poursuitle à l'adjonction de Mons'' le procureur général du 
roy pour le recouvrement des sommes esquelles les dicts 
Symon, nommez audict arrest, auroient esté taxés, sçavoir 
est : le dict François, à la somme de quatre-mil-huict-cens 
livres ; pour le dict Pierre ; huict cens livres, et pour le dict 
Jean ; saize cens livres, j'ay rayé d'iceluy roole les articles 
d'icelles taxes, par le moyen qu'aux dépens des dicts Simon 
et pour ma descharge m'a esté délivré extraict du dict arrest 
par M® Nicollas Dufour, grefîler en ladicte Commission. 
Pour tesmoing de quoy j'ay signé le présent de mon sing cy 
mis le saizième jour d'octobre mil-cinq-cens-soixante etdouze. 

CHONQUET. 

Artus Simon, devenu baron de Courtomer par suite de son 
mariage avec Léonore Le Beauvoisien, ne se contenta pas 
de cet arrêt, pourtant susceptible de terminer pour toujours 
les difficultés de sa famille avec la Cour des Aides. Invoquant, 
à bon droit, « les bons et loyaux services « qu'il avait rendus 
au duc d'Alençon « en plusieurs circonstances et manières » 
il obtenait du Roi Henri III des lettres patentes qui empê- 
chaient dorénavant toute confusion entre sa maison et 
celles des autres Simon : 

« Henry, par la grâce de Dieu, Roy de France et de Polo- 
gne, à tous ceulx que ces présentes lettres verront, salut. 
Sçavoir faisons que nous désirant bien favorablement traicter 
tant nostre amé et féal Chevallier Messire Artus Simon, 
sieur de Beuzeville et ses frères, que Jacques Simon, écuyer, 
sieur de Méantis et ses frères puisnais de la noble et ancienne 
maison et famille du dict Cymon, en considération des bons 
et aggréables services que leurs prédécesseurs et eux ont de 
de tout temps fait aux nostres et qu'ils nous font et espérons 
qu'ils nous feront, et continueront de bien en mieux à Tadvenir 
et affin de leur en accroistre le desain et affection, faire 
aussy qu'ils, et leur postérité, soient recongneuz et disernez 
d'entre plusieurs autres du mesme surnom qui ne sont aucu- 
nement de leur famille, et ce faisant éviter à la confusion 
qui par trait de temps s'en pouroit engendrer, leur avons, 
en inclinant libérallement à leur supplication et requête, 



ORIGINES DES SAINT-SIMON-COURTOMEH 279 

permis, accordé et octroie et de nostre grâce spécial, pleine 
puissance et auctorité royale, leur permectons, accordons 
et octroyons, voulons et nous plaît par ces présentes qu'ils 
et chacun d'eux et leur postérité, naye et à naistre en loyal 
mariage, puissent en adjoustant ce mot de Saint à leur dict 
surnom de Simon, prendre, retenir et se qualifier doresnavant 
et à toujours de Sainct-Simon, tant en jugement que dehors, 
sans qu'en ce faisant il leur soit préjudicié en aucune manière 
à leur tiltre et qualité de noblesse dont ils, et leur prédécess- 
seurs joisent de si longtemps qu'il n'est mémoire du contraire, 
ny que, soubz ce prétexte, aulcuns n'estant de leur dite 
famille puissent prendre et usurper l'écusson de Içurs antiennes 
armes, qui est de sinople, à troys lyons rempens d'argenU 
ce que nous leur defTendons très expressément sur telle peyne, 
amende et punission que de raison, pourveu toutesfoys 
que telle adjection au dit surnom des dicts suppléants soit 
sans fraulde et que tous les contracts, céduUes, obligations 
et autres actes qu'ils ont cy-devant faicts soubz leur dit 
surnom demeureront en leur force et vertu. 

« Sv donnons en mandement à nos amez et féauls conseillers 
tenans notre Court de Parlement à Rouen, Bailly de Costentin 
ou son lieutenant, et à tous autres justiciers et officiers 
qu'il appartiendra que ces dites présentes y facent lire, 
publier et enregistrer, et du contenu joyr et user, les dits 
supliants et leur dite postérité, pleinement et paisiblement, 
cessans et faisans cesser tous troubles et empeschements 
contraires, non obstant oppositions ou appellations quel- 
conques pour lesquelles et sans préjudice d'icelles ne voulons 
estre différé. 

a En tesmoing de quoy, nous avons faict mectre nostre 
seel à ces présentes. 

« Donné à Paris, ce vingtième jour de Mars, l'an de grâce 
mil-cinq-cens-quatre-vingts-cinq et de nostre Reigne le 
douzièsme. » 

HENRI (1). 



(1) Ces lettres patentes furent enregistrées au Parlement de Houen, le 
8 mars 1586. 



280 ORIGINES DES SAINT-SIMON-COUKTOMER 

Cette addition de nom se trouvait donc autorisée pour 
les quatre branches existantes des Simon : 1° les Simon» 
barons de Courtomer ; 2P Les Simon, seigneur de Beuzeville- 
la Bastille et de la Fière ; 3^ Les Simon, seigneurs de Plain- 
marais, Grosparmy, d'où sont sortis les Simons, écuyers, 
sieurs de la Coutellière, légitimés par lettres royales en l'an 
1622 ; 40 Les Simon, seigneurs de Méantis et de Digosville. 

C'était du reste avec raison qu'Artus Simon avait fait 
déclarer que lui et ses cousins, parties au procès, n'étaient 
pas de la même famille que les autres Simon, très répandus 
dans le Cotentin. 

Ceux-ci étaient issus de Martin Simon, anobli en Septembre 
1550 et de Richard Simon, qui reçut les lettres de noblesse 
en l'année 1551 ; tous deux habitaient la paroisse de 
Rauville-la-Bigot et portaient « d'azur, à la croix d'argent, 
chargée de cinq croissants de gueules, et cantonnée de quatre 
cygnes d'argent ». Ils ont formé dix branches, savoir : 

A. — de Martin Simon, sieur de Virandeville : 

l^ Les sieurs de Virandeville, Rondelaire, RoUonde» 
seigneurs et patrons de Theurtheville-Bocage, sieurs de 
Saint-André, seigneurs de Vandreville, sieurs des £stangs, à 
Rauville-la-Bigot, Breuville, Teurtheville-Bocage ; 

2P Les sieurs de Hercla et de Renouville, seigneurs de 
Montreuil-sur-Lozon, fixés à Cosqueville et Montreuil-sur- 
Lozon, dont sont issus les sieurs de Bertheauville, à Theur- 
teville-Bocage ; 

3^ Les sieurs de la Cour et les sieurs de Prémare, à Cou- 
ville ; 

A^ Les sieurs de Durescu, de la Chesnée, de Lillemont» 
seigneurs et patrons de Virandeville, sieurs de Baudretot* 

5^ Les sieurs des Moitiers, de Couville, la Chenée, Chau- 
vigny, Saint-Laurent, à Couville et à Vasteville. 

6° Les sieurs de Durescu, seigneurs et patrons de Carne- 
ville, par échange de Tan 1616, sieurs de Francouville, à 
Carneville. Ils portent le titre de comte depuis 1787. 



ORIGINES DES SAINT-SIMON-COU RTOMER 281 

B. — de Richard Simon, sieur de Claire : 

7° Les sieurs de Claire, les sieurs de Barnavast et les sieurs 
de Touffreville ; 

8^ Les sieurs de Clermont, Briquehoul, seigneur d'Arque- 
ville, à Colomby ; 

9® Les sieurs de la Sommaizerie, Clerval et Préfontaine ; 

\0^ les sieurs de Genestel, à Brix. 

De ces dix branches, celle des Symon de Carneville est 
seule survivante en la personne de M. Symon, comte de 
Carneville, demeurant à Carneville, près Saint-Pierre-Église 
(Manche). 

Ch. VÉREL. 



NOTICK 



SUR 



la Yie et les Œuvres 



DK 



M. Jcan-Baptistc DALIGAULT 

Ancien Directeur de l'École Normale d'Alençon 

(1811-1894) 



AVANT-PROPOS 

Celui dont nous entreprenons de retracer la vie, fut, au 
témoignage des gens qui l'ont connu, un homme vraiment 
remarquable et surtout foncièrement vertueux. Il était de 
ceux qui, plaçant le devoir au-dessus de tout, honorent 
autant les fonctions qu'ils remplissent que ces fonctions 
les ennoblissent eux-mêmes. Chez lui, pas de composition 
avec la conscience : ce qu'elle réclame devient par cela même 
sa règle de conduite. Instruit, actif, très intelligent et de 
manières agréables, il eût pu, mieux que bien d'autres, 
conquérir une haute situation ; loin de là, sacrifiant ses 
intérêts propres, il se dévoue à ceux d'autrui, en embrassant 
la carrière pénible de l'enseignement, après que sa grande 
piété eût paru quelque temps le porter vers l'état ecclésias- 
tique. 

C'est donc dans l'enseignement que nous allons le voir 
franchir les diverses étapes d'une longue existence, toute de 
désintéressement et d'honneur. 

Nous diviserons notre travail en cinq chapitres. 



NOTICE SUH LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 283 

Dans le premier, nous traiterons de la jeunesse de M. Dali- 
gault et de ses débuts dans renseignement. 

Dans le second, de sa charge d'Inspecteur des Écoles 
primaires du Calvados. 

Dans le troisième, de sa Direction à l'École normale d'Alen- 
çon. 

Dans le quatrième, de ses travaux littéraires. 

Enfin, dans le cinquième, de sa vie dans la retraite et de 
sa mort. 

Ancien élève de M. Daligault, c'est avec un sentiment de 
vive reconnaissance et de vénération profonde que nous 
nous mettons à l'œuvre. Puissent ces pages inspirer un 
souvenir ému à ceux qui, comme nous, ont eu le bonheur 
de recevoir les conseils et les leçons de ce maître regretté. 



CHAPITRE 1er 

La jeunesse de M. Daligault (1811-1837), — Sa naissance. 

— 5a fahiille, — Son éducation, — // est reçu bachelier- 
es-lettres. — Chargé d'une éducation particulière. — 
Régent au Collège de Bayeux. — Professeur au Collège 
royal (Lycée) de Caen. — Ses relations confraternelles. 

— Son mariage. — Mort de sa jeune femme. — Précieuse 
lettre d'un ami. 

M. Jean-Baptiste Daligault naquit à La Chapelle-Biche, 
hameau du Val-Tourneur, le 2 mars 1811, du mariage de 
Julien Daligault et de Marie Jenvrin. Un trait, qui emprunte 
aux circonstances critiques de l'époque un intérêt tout parti- 
culier, montrera la foi vive de ces bons villageois. Après 
avoir reçu la bénédiction nuptiale le 6 mai 1793, ils découvri- 
rent, au bout de trois ans de mariage, qu'il existait entre eux 
une affinité du quatrième au quatrième degré, exigeant une 
dispense de l'évêque. Sans hésiter, et quoiqu'un enfant 
fût issu de leur union, ils se séparèrent aussitôt et ne reprirent 
la vie commune qu'après réhabilitation en bonne et due 
forme de leur mariage par une nouvelle cérémonie religieuse, 
qui eut lieu, le 27 février 1797, en présence et par le minis- 

23 



284 NOTICE SU« LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 

tère des deux prêtres insermentés de la paroisse, MM. Banot 
et Dufav. 

Cette fermeté dans les principes religieux fut une 
seconde fois soumise à une rude épreuve pendant la tourmente 
révolutionnaire. Plusieurs énergumènes, ayant voulu forcer 
Julien Daligault à participer à la dévastation du mobilier 
de l'église (chaises, bancs, statues, etc.), furent tellement 
irrités de son refus énergique qu'ils Taffublérent d'une vieille 
étole, puis le traînèrent dans les rues de la bourgade en le 
couvrant de blasphèmes et d'injures, et le traitant d'insolent 
papiste, surnom qui est resté aux descendants et ne semble 
pas près de disparaître. Notre Directeur, loin de s'en froisser, 
regardait cette qualification plutôt comme honorable pour 
lui et les siens. Un jour que nous passions en revue, à sa 
demande, les surnoms, tous plus bizarres les uns que les 
autres, des habitants de la commune, nous avions omis 
intentionnellement celui de sa famille. Mais lui, vivement, 
nous interrompit, en disant : « Et les papes, vous les oubliez. » 
La probité du brave homme n'était pas moins remarquable. 
On en a la preuve par le fait suivant, consigné dans notre 
Histoire de La Chapelle-Biche : « Craignant le pillage de sa 
maison, qu'il savî^it être suspecte aux puissants du jour, un 
honorable et riche commerçant, Gabriel Jenvrin, dit le 
Gros-Père, co-propriétaire de la forge et des bains de Bagnoles, 
possédant une assez forte somme d'argent, renfermée dans un 
vase de grès, pria Julien Daligault, qui ne passait pas pour 
être riche, de vouloir bien emporter chez lui son trésor, et de 
le garder jusqu'à des temps meilleurs. Ces temps arrivèrent, 
mais le dépositaire, au moment de rendre la somme confiée, 
aperçut une étiquette indiquant une somme qui lui parut 
excéder le poids du vase, au haut duquel se trouvait un certain 
vide. Craignant qu'un vol n'eût été commis, soit chez lui, soit 
antérieurement nu dépôt, il s'avisa de compter les espèces, 
et trouva mille francs de plus que n'indiquait l'étiquette. 
Transporté de joie, il courut chez M. Jenvrin, la cruche à 
la main» et prenant un air embarrassé : « Monsieur, lui 
« dit-il, je vous rends le dépôt que vous m'aviez confié. J'ai 
« eu la curiosité de vérifier le chiflre inscrit sur l'étiquette, 
et je dois vous dire que j'ai constaté un mécompte de 



NOTICE SUR LA VIE ET IJES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 285 

« mille francs. — Que cela ne t'inquiète pas, mon cher ami, 
« répond aussitôt M. Jenvrin ; j'ai commis une erreur, qui 
« s'explique facilement par les transes au milieu desquelles 
« je vivais. Je te remercie bien sincèrement du service que 
« tu m'as rendu, et si jamais tu étais dans la gêne, je te prie 
« de croire que ma bourse est entièrement à ta disposition. » 
Non seulement Julien Daligault ne passait pas pour être 
riche, mais, en réalité, il lui fallait toutes les ressources d'un 
labeur opiniâtre pour subvenir aux besoins de sa jeune et 
nombreuse famille, composée de six enfants. Ayant une 
instruction un peu au-dessus de la moyenne, il enseignait, mais 
dans la matinée seulement, outre l'obligatoire catéchisme 
diocésain, à lire, à écrire et à chiffrer, aux enfants des villages 
de Chanu, voisins de La Chapelle-Biche, recevant en retour, 
à titre de salaire, une modique indemnité, tantôt en espèces, 
quelquefois en nature ; l'après-midi, pour grossir un peu 
ses gains, il travaillait au dur et pénible métier de cloutier. 
Après la mort de Mathieu Allain, instituteur titulaire de 
La Chapelle-Biche (1813), Julien Daligault fut autorisé, 
faute de postulant ecclésiastique, à occuper le même emploi. 
Il en exerça les fonctions jusqu'en 1820, dans son propre 
village, et même dans une dépendance de son humble habi- 
tation, en vertu d'un brevet du 3® degré, qu'il échangea, 
le 15 février 1817, contre un brevet du 2« degré, délivré par 
M. Alexandre, recteur de l'Académie de Caen, à la suite 
d'un examen subi devant M. Houel, principal du collège de 
Domfront. En rémunération de ses services pédagogiques, 
qu'il était tenu de donner gratuitement le matin seulement, 
il recevait du trésorier de la fabrique les revenus d'une 
rente spécialement affectée à cette intention, par un ancien 
curé, l'abbé Tablet, s'élevant à l'époque à 457 livres 18 sols (1). 
Comme par le passé, une petite forge de cloutier continua 
d'occuper le reste de son temps, venant apporter un appoint 
indispensable aux maigres ressources de la famille. 



(1) IVaprès les conditions de cette fondation remontant à 1744, Tinstitu- 
tcur devait être prêtre, et désigné par le ctiré du lieu, assisté des princi- 
paux paroissiens. Ce n'était donc qu a défaut d'un ecclésiastique qu'un laïc 
pouvait être choisi ; c»qui fut toujours le cas à partir de 1809. 



28o NOTICE SUR LA VIK KT LES (EUVRES DE M. DALIGAULT 






Ces quelques détails rétrospectifs étaient utiles pour 
faire connaître la situation de famille de notre futur Direc- 
teur. C'est dans ce milieu modeste qu'il grandit, et comme il 
était doué d'heureuses dispositions naturelles, de bonne 
heure les leçons de français reçues sous le toit paternel 
ne lui suffisant plus, il alla chaque jour au presbytère 
prendre connaissance des premiers éléments du latin, sous 
la direction du vénérable curé de la paroisse, M. Sebire. 
Dans la suite, il fut élève boursier du collège de Tinchebray, 
tenu par Tabbé Marie, puis entra à celui de Sées, avec l'in- 
tention d'embrasser l'état ecclésiastique. Il y fit même une 
année de théologie. Mais sa vocation l'appelait ailleurs. 
Dans ces divers établissements, il sut toujours, par l'amé- 
nité et la franchise de son caractère, se concilier l'afTection 
d'un certain nombre de condisciples, qui lui restèrent fidèle- 
ment attachés dans le cours de sa carrière, tels l'abbé 
Crête, qui deviendra curé de Montsort, à Alençon, et 
M. Lemonnier, qui occupera des fonctions universitaires 
pareilles aux siennes. 

Après avoir satisfait à la conscription dans le canton de 
Fiers, où lui échut le n^ 79, M. Daligault débuta dans l'en- 
seignement en qualité de précepteur, chargé d'une éducation 
particulière au Sap, et deux ans après, c'est-à-dire le 19 août 
1833, il se présenta à Caen pour subir les épreuves du bacca- 
lauréat-ès-lettres. Ses réponses, d'après l'attestation de 
M. Latrouette (1), président de la Commission d'examen, 
furent jugées : 

1" Kn grec, sur Sophocle Très Bonnes 

2«» Kn latin, sur Tacite et Jn vénal . . — 

3" Sur la rhétorique — 

•1'» Sur rhistoire et la j^éographie. . . ^ — 

5<> Sur la philosophie lionnes 

r>" Sur les mathématiques Assez Bonnes 

7" Sur la physique — 

(1) M. Latrouette avait prolessé, durant neuf ans, la rhétorique au conège 
de Domfront. Il est l'auteur de VHi'rmita^e Sninte-Anne^ notice insérée 
dans VJIistoire de iJomfront, par Liard. • 



r' 



NOTICE sua LA VIE ET LES ŒUVKES DE M. DALIGAULT 287 

Il fut donc reçu clans d'excellentes conditions, et son 
diplôme, délivré par M. Guizot, ministre de l'Instruction 
publique, porte la date du 24 septembre 1833. 

Ce succès lui ouvrit les portes de l'Université, d'abord 
en qualité de régent au collège de Bayeux, où il resta seule- 
ment du 24 septembre 1833 au 21 septembre 1834 ; puis 
comme professeur au collège royal (ou lycée de Caen), fonc- 
tion qu'H occupa trois ans (1834-1837). 

Ce laps de temps lui suffit pour gagner la confiante affec- 
tion d'un collègue très distingué, M. Charles Marie (1), auteur 
de plusieurs ouvrages remarquables, entre autres une His- 
toire de France et une Histoire sainte, à l'usage de la jeunesse, 
et VAbrégé chronologique de V Histoire universelle, continué 
sous la direction de M. l'abbé Daniel, d'abord recteur d'Aca- 
démie, puis inspecteur général de l'Instruction secondaire, 
et enfin évéque de Coutances et Avranches. Si Ton veut 
connaître le passe-temps ordinaire de nos jeunes professeurs, 
en dehors bien entendu des soins de leur charge, écoutons 
M. Marie, qui s'exprime ainsi, après douze ans écoulés : 

« Où sont nos flâneries (2), nos causeries éternelles d'autre- 
« fois au coin de votre feu que vous saviez faire si artistement. 
«^ Car vous aviez sur moi, entre autres avantages, celui d'une 
t cheminée qui ne fumait pas. N'allez pas croire toutefois 
« que ce fût là le motif qui m'attirât et me retînt auprès 
« de vous. Non, certes : parmi un personnel de collègues très 
« mêlé, j'étais heureux de fréquenter le plus grave et le 
« mieux élevé. J'ai donc gardé un bon et fidèle souvenir de 
« votre entresol. Les tribulations ne nous manquaient pas ; 
« mais grâce à plus de jeunesse, de santé, de loisirs, nous nous 
« faisions aussi de gais moments, qui aidaient à supporter 
« les autres. Mais depuis lors que de revers et de dures décep- 
« tions dans notre vie privée, sans compter l'amertume des 
« malheurs publics ! Pour vous du moins, dans ce qui vous 
a est personnel, vous n'avez rien à vous reprocher ; vous 

(1) Décédé à Venoix, prés Caen, eu 1888. 

(2) L'une d'elles faillit lui coûter la vie. Un jour, s'étant approché trop 
prés du canal, il tomba dedans et se serait infailliblement noyé si des 
mariniers ne se fussent aussitôt portés à son secours. Il avait eu, disait-il, 
le temps de faire un acte de contrition au fond de l'eau, mais n'avait 
conservé aucun souvenir de ce qui s'était passé ensuite. 



288 NOTICE SUH LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 

« n'avez qu'à vous incliner avec respect et résignation 
sous les coups de la main qui vous a frappé... » 

Nous verrons bientôt à quelle terrible épreuve M. Marie 
faisait allusion. 

Par acte du 6 avril 1836, passé en la mairie de Cormelles, 
près Caen, M. Daligault s'allia à M^ie Honorine-Bénina Pro- 
vost, née à Ranville, canton de Troarn, le 4 janvier 1815» 
fille d'un propriétaire-cultivateur. Ses apports en mariage 
avaient été estimés à 6.000 francs, et ceux de la future à 
7.500, par contrat sous régime dotal passé devant M^ Delà- 
vande, notaire à Caen, le 22 mars précédent. 

Les nouveaux époux s'installèrent à Caen, résidence 
presque obligée du jeune professeur. 

Le 30 décembre 1837, M. Daligault quitta la chaire qu'il 
occupait au Lycée, pour remplir un poste mieux rétribué, 
mais plus fatigant, celui de sous-inspecteur des écoles primaires 
du Calvados, qu'il devait occuper onze ans et demi. 

Mais avant de le suivre dans sa nouvelle position, il nous 
faut parler de la catastrophe qui l'atteignit dans ses plus 
chères affections. 

Après deux ans d'union parfaite, la jeune dame Daligault 
mourut presque subitement (1). Cette disparition rapide et 
imprévue fut un coup de foudre pour l'infortuné époux, qui 
voyait son bonheur à jamais évanoui. Les condoléances de ses 
nombreux amis furent impuissantes à cicatriser une blessure 
si cruelle. 

Sur ces entrefaites, une lettre de son bon ami l'abbé Moulin, 
curé de La Chapelle-Biche, arriva fort à propos. Nous en 
donnons les principaux passages, à cause de l'effet salutaire 
qu'elle produisit sur cette âme si profondément atteinte : 

(1) QueUe fut la cause de cette mort »i soudaine ? M. Daligault ne nous 
l'a jamais dit. De notre côté, nous nous gardions bien, dans nos longs 
entretiens, de faire seulement allusion à une circonstance si crucile de sa 
vie. Ou disait» entre élèves, à l'Ecole Normiale, que M"« Daligault était morte 
à ses côtés, dans une promenade, frappée par la foudre, ainsi que leur 
bébé, une petite fille. Mais, pas plus que la famille, nous n'avons de ren- 
scigoement positif à ce sujet. Nous Ignorons même s'il a eu un enfant, 
aucun écrit n'en faisant la moindre mention. 



NOTICE St'U LA VIE ET LES ŒLVIIES DE M. i>ALlGAULT 28B 

« La Chapelle- Biche, le 5 Mai 1838. 

« Mon cher ami, 

« Je prends part à ton affliction, et je me fignre bien la 
vivacité et Tamertume de ta douleur. Etre, après deux ans 
de l'union la plus heureuse, séparé de la personne qui, par ses 
précieuses qualités, en faisait les charmes l Le coup est atter- 
rant. Que ne puis-je, mon cher Daligault, te donner, dans un 
moment si critique, les consolations que mon cœur te souhaite. 
Mais, comme tu Tas fort bien pensé, tu n'as rien à attendre 
des hommes, quelque bien intentionnés pour toi qu'ils soient ; 
ils sont impuissants à te soulager dans une si affreuse cir- 
constance. Celui, de qui part le coup qui t'a si vivement 
frappé^ peut seul t'en adoucir le sentiment... 

« Que tu fais bien preuve de ta foi et de ton bon jugement 
en reconnaissant que la religion peut seule être ton soutien. 
Tu n'as jamais, je le sais bien, douté un seul instant de 
l'extrême besoin que l'homme a sur la terre de son secours ; 
mais si tu en avais douté, que le moment actuel te le ferait 
bien reconnaître ! Si tu n'avais les consolations de la religion 
en ce moment, que te resterait-il, sinon, comme tu le dis, 
un cruel désespoir ? 

« Demande donc à la religion, mon pauvre ami, des conso- 
lations, et elle t'en donnera de fortes et de puissantes. Elle te 
dira d'abord que tu n'es séparé que pour un moment de cette 
épouse chérie dont la présence faisait ton bonheur et qu'en 
la pleurant, ton sort est bien différent de celui des impies, 
parce que tu as, toi, l'espoir de la revoir un jour. 

a Tu ne connais pas maintenant, mon pauvre enfant, les 
secrets de la Providence, tu ne connais pas ses vues, tu ne 
vois pas le rapport qu'a l'allliction si accablante qu'elle t'a 
envoyée avec tes véritables intérêts. Tu sauras un jour le 
motif qui l'a fait agir; en attendant qu'il te soit révélé, tiens- 
toi bien persuadé qu'en ce que le Seigneur a fait il n'a consulté 
que ton plus grand bien. Je ne connais rien de plus capable 
de te consoler que cette considération bien méditée et de te 
porter à te soumettre aux ordres du Seigneur et à adorer ses 
décrets. 



290 NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 

« Je prends rengagement de mettre ta pauvre femme au 
nombre de mes amis défunts et de faire pour elle ce que j'ai 
coutume de faire pour eux, c'est-à-dire de penser à elle au 
saint Autel tous les jours pendant plusieurs années. Il suffit 
qu'elle te fût si chère pour qu'elle me le soit à moi-même, et 
que je regrette de ne l'avoir pas connue ! 

« Et toi aussi, crois bien que je ne t'oublierai pas, et que 
je prierai le bon Dieu de te faire tirer de ton malheur le parti 
qu'il s'est proposé et qu'il a eu en vue. » 

A la suite de cette lettre, M. Dahgault a écrit de sa propre 
main : 

« Que Dieu bénisse à jamais l'excellent abbé Moulin» 
« l'auteur vraiment inspiré de cette pieuse et admirable 
« lettre. Que ma famille, reconnaissante du bien qu'il m'a 
« fait, ne cesse de prier pour lui et de vénérer sa mémoire (1) 

(c Signé : DALIGAULT. » 



CHAPITRE II 

M. Daligault, inspecteur des Ecoles primaires du^Calvados 
(1837-1849), — Difficultés de ces fonctions en 1840. — 
Situation générale de r Instruction primaire dans les 
arrondissements de Falaise, Lisieux, Pont-F Evêque, 
Bayeux et Vire. 

M. Daligault, promu Inspecteur primaire sur sa demande, 
devait occuper ces fonctions dans le Calvados jusqu'au 
20 juin 1849, date de son entrée à l'École normale^d'Alençon. 

On peut se figurer combien ce poste, qui embrassait tout 
le département, était pénible à remplir, alors surtout que 
les voies ferrées étaient inconnues et les chemins vicinaux 
clairsemés. Il fallait presque quotidiennement^cheminer 
à pied, hiver comme été, par monts et par vaux, sans tenir 
compte des intempéries, et coucher souvent dans de petites 



(1) M. Moulin est décédé aumônier des Sœurs de Briouze, le 23 décembre 
1876. 



NOTICE sua LA VIK ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 291 

hôtelleries de village, très peu confortables. Heureusement 
le fonctionnaire était jeune, rempli d'ardeur et animé du 
feu sacré. En veut-on une preuve : du 17 novembre au 
31 décembre 1840, c'est-à-dire en six semaines d'hiver, 
il ne visita pas moins de 28 communes, tant grandes que 
petites. On peut dire avec vérité que personne n'a parcouru, 
plus que lui, les campagnes de cette partie de la province. 

En 1846, M. Daligault passa quelque temps dans sa famille 
pour remettre sa santé altérée par les fatigues de son dur 
labeur. Il aurait alors eu l'intention de faire ce que fit, quelques 
années plus tard, son compatriote l'abbé Duguey, c'est-à-dire 
de fonder une institution libre ; mais auparavant il aurait 
souhaité entrer dans les ordres. 

A ce sujet, le futur supérieur du célèbre collège de Tinche- 
bray, M. l'abbé Foucault, lui écrivait, à la date du 31 décem- 
bre 1850 : 

« ...Un regret que j'éprouve, c'est qu'on ne vous ait pas 
a mieux ménagé dans un temps. Avec la piété, les talents 
« et la sagesse qui vous distinguent, je me serais mis à 
« l'œuvre de tout cœur sous votre conduite, et je n'aurais 
« pas douté du succès. » 

Quoi qu'il en soit, notre inspecteur avait repris ses fonc- 
tions dès 1848, ainsi qu'en témoignent des rapports que 
nous possédons. 

Il nous a paru intéressant de profiter de ces titres officiels, 
particulièrement de ceux de 1839-40, pour montrer dans 
quel état était l'instruction primaire du Calvados, au milieu 
du siècle dernier. 

Ce tableau ne sort pas de notre cadre, puisqu'il appartient 
aux Œuvres de M. Dahgault. 






Situation générale de V Instruction primaire dans le Cal- 
vados en 1840. — Dans les arrondissements de Falaise, 
Lisieux et Pont-l'Évêque, les bonnes écoles de garçons sont 
presque toutes dirigées par des élèves de l'École normale 
ou des instituteurs brevetés depuis la loi de 1832 ; les plus 



292 NOTICE SUR LA VIE ET LES (EUVRES DE M. DALIGAULT 

mauvaises le sont par les anciens instituteurs. Dans celles-ci, 
l'enseignement est incomplet, la méthode vicieuse ou mal 
employée et les enfants ignorants. Comment ne le seraient-ib 
pas quand le maître lui-même ignore les choses qu'il devrait 
enseigner ? La plupart de ces instituteurs (1) n'ont sur la 
grammaire que des notions très superficielles ; ils enseignent 
le calcul sans raisonnement, presque tous ignorent complète- 
ment le système métrique. Les communes qui sont affligées 
de pareils instituteurs sont bien obligées de les supporter, 
mais elles ne veulent rien faire pour l'école avant d'être en 
possession d'instituteurs capables. On a beau leur faire 
Femarquer que le mobilier est insulFisant, que le local est 
trop exigu, insalubre, mal éclairé, on vous répond invaria- 
blement : C'est assez bon pour lui. Cette incapacité des 
instituteurs ne justifie pas la conduite des conseils municipaux» 
qui abaissent le taux de la rétribution ou élèvent le nombre 
des indigents au-delà des limites raisonnables ; mais elle 
l'explique en certains cas. 11 serait à désirer que l'on pût 
forcer à venir suivre les cours temporaires de l'École normale 
les instituteurs que l'on a reconnus n'être pas à la hauteur 
de leur position. Les nouvelles connaissances qu'ils acquer- 
raient, la bonne volonté dont ils feraient preuve finiraient par 
leur concilier la bienveillance des communes. Les conférences 
établies dans plusieurs arrondissements, quelque utiles 
qu'elles soient, ne peuvent remédier au mal que nous venons 
de signaler. Les instituteurs faibles n'osent avouer leur 
ignorance en présence de leurs confrères. Ceux-ci craindraient 
de les blesser en paraissant leur donner des leçons. Les pre- 
miers n'emportent donc souvent de la conférence qu'une 
idée confuse des matières qui y ont été traitées. 

Le nombre des mauvaises écoles de filles est encore plus 
considérable par rapport aux bonnes que celui des écoles 
de garçons. Le côté faible des institutrices, c'est l'arithmé- 
tique et surtout le système métrique. Il est vrai que la connais- 
sance des poids et mesures intéresse plus, peut-être, les 
jeones garçons que les jeunes filles, qui pour la plupart ne 

(1> Dans le nombre il y avait passablement d« vieu]L soldat» de Tépopée 
napoléonienne, que l'administration avait admis dans l'enseignement povCr 
fenr procurer des moyen» d'existence. 



NOTICE SUR LA VIE ET LES CECVRES DE M. DALIGAULT 293 

doivent pas se livrer à des opérations commerciales. Mais 
ces connaissances ont leur degré d'utilité, même dans le 
cercle du ménage. Or, les neuf dixièmes des institutrices 
ne connaissent du système métrique que l'unité monétaire 
et ses sous-multiples. Celles qui font exception sont des 
institutrices appartenant à la Providence de Rouen. En 
général, les institutrices appartenant à des congrégations 
religieuses sont beaucoup plus capables que les institutrices 
laïques, et parmi les premières les Sœurs de la Providence 
de Rouen semblent tenir le premier rang. Néanmoins, les 
sœurs récemment sorties de la Providence de Lisieux se 
distinguent aussi des autres institutrices. Les trois ans 
que dure leur noviciat, qui autrefois n'était que de deux, 
permet de les exercer plus sérieusement et sur un plus grand 
nombre de matières. Il est à regretter que cette maison 
cloîtrée repousse la surveillance des autorités préposées à 
l'instruction primaire, quelques améliorations introduites 
dans le plan d'instruction pourraient amener les meilleurs 
résultats. 

Les sœurs de Notre-Dame de Briouze sont les plus faibles 
et généralement incapables. 

La situation pécuniaire des instituteurs devient de plus 
en plus mauvaise. Il ne peut en être autrement, puisque à 
mesure que les communes se trouvent pourvues, chaque 
instituteur voit diminuer le nombre de ses élèves, sans voir 
augmenter son traitement fixe ou élever le taux de la rétri- 
bution mensuelle. La moyenne du traitement des instituteurs 
de campagne est de 350 à 400 francs. Encore que de pré- 
cautions n'ont-ils pas à prendre et de ménagements à employer 
pour parvenir à réaliser cette somme. Ils ne craignent rien 
tant que de perdre leurs élèves, puisqu'en les perdant ils 
perdent leurs moyens d'existen«e ; mais pour les conserver, 
ils sont obligés de se soumettre aux volontés les plus bizarres 
des parents, et de souilrir des abus qu'ils auraient le plus 
grand désir de réprimer. Ainsi, il leur faut admettre des 
livres non approuvés ou qui ne sont pas uniformes ; ils ne 
peuvent sévir contre les enfants qui s*absentent de la classe 
sans raison, ou qui s'y rendent trop tard ; ils doivent fermer 
les yeux sur une foule de fautes commises en leur présence ; 



294 NOTICE SUR LA V[E ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 

ils sont même quelquefois obligés d'abandonner une bonne 
méthode, pour en suivre une dont ils connaissent les incon- 
vénients. Les parents ne sont pas seulement déraisonnables, 
ils sont encore injustes. Si un enfant. a été retenu à la maison 
le mardi ou le vendredi, ils le retiennent encore le mercredi 
et le samedi, afin de comprendre le jeudi et le dimanche 
parmi les jours d'absence et de faire à l'instituteur une 
déduction de trois jours, quoiqu'il n'y ait réellement eu 
qu'une absence de deux. Lorsqu'un instituteur juge à propos 
de faire passer un élève d'une division inférieure dans une 
division plus avancée, comme le taux de la rétribution 
est souvent différent suivant le degré d'instruction des élèves, 
les parents, croyant à tort ou à raison que l'instituteur 
agit par un motif d'intérêt, s'opposent au dessein du maître 
ou retirent leur enfant. L'instituteur est encore exposé à 
perdre ses élèves, lorsque pressé par le besoin il réclame 
auprès des parents la faible rétribution qui lui est due pour 
le mois. En attendant qu'une grande mesure soit prise 
pour améliorer le sort des instituteurs, il serait à désirer : 
\^ que la rétribution mensuelle ne pût être perçue que par 
le receveur municipal ; 2*^ que cette rétribution fût due par 
tout élève qui aurait fréquenté l'école pendant le mois, 
quel que fût le nombre des absences et quel qu'en fût le 
motif, en exceptant toutefois le cas de maladie. 

Si les instituteurs actuellement en fonctions éprouvent 
pour vivre tant de difficultés, quel sera le sort des jeunes 
gens qui sont à l'École normale et de tous ceux qui se desti- 
nent à l'instruction primaire ? Les bonnes communes étant 
toutes pourvues, ils seront obligés de s'établir dans des 
communes pauvres, peu populeuses, manquant de local et 
de mobilier, qui n'ont pu conserver leurs instituteurs ou 
qui n'en ont jamais eu, communes dans lesquelles les incon- 
vénients que nous venons de signaler, se feront encore plus 
vivement sentir. Il est inutile de dire que les causes qui 
s'opposent au bien-être de l'instituteur s'opposent également 
à la prospérité de l'instruction. L'instituteur, préoccupé 
de ses besoins qu'il ne peut satisfaire, alarmé du présent et 
inquiet sur l'avenir, ne peut déployer le courage de celui 



NOTICE SUR LA VIE ET LES (EUVRES DE M. DALIGAULT 295 

qui apporte dans Texercice de ses fonctions une entière 
liberté d'esprit. 

Quant aux arrondissements de Baveux et de Vire, les 
remarques qui précèdent leur sont également applicables. 
De plus, il convient d'ajouter les observations suivantes : 

L'élan donné à l'instruction se fait généralement sentir 
parmi les populations. Cependant, dans beaucoup de commu- 
nes rurales, les parents, ou pressés par le besoin, ou trop 
préoccupés de leurs intérêts matériels, n'envoient leurs enfants 
à l'école que cinq ou six mois par an. Les autorités locales 
sentent presque partout le prix de l'instruction ; le clergé 
se montre généralement favorable à l'enseignement primaire, 
surtout lorsqu'il reconnaît dans l'instituteur des sentiments 
religieux. 

Le nombre des maisons d'école appartenant aux commu- 
nes est encore bien borné. Peu de Conseils municipaux se 
montrent disposés à faire des sacrifices pour cet objet. Il 
faut reconnaître qu'un grand nombre de communes sont 
grevées d'impositions extraordinaires, soit pour acquisition 
de presbytère, soit pour réparation d'église, soit pour cons- 
truction de routes nouvelles. Le mauvais état des maisons 
d'école louées par les communes est très préjudiciable à 
l'instruction ; la plupart de ces maisons sont trop petites, 
mal disposées pour la tenue de l'école et plus mal encore pour 
le logement de l'instituteur. Dans un certain nombre de loca- 
lités, l'instituteur réside à trois ou quatre kilomètres de 
l'école, ce qui est souvent pour lui une cause d'inexactitude. 

Les conseillers municipaux se montrent toujours peu 
généreux dans la fixation du taux de la rétribution. Au 
reste, tant qu'une mesure générale ne sera pas prise, l'éléva- 
tion de la rétribution serait souvent plus nuisibl-e qu'utile 
à l'instituteur ; les parents connaissant dans le voisinage 
une école où l'instruction se donne à meilleur marché ne 
manqueraient pas d'y envoyer leurs enfants. C'est cette 
même raison qui empêche des conseils municipaux bien 
intentionnés de remplacer par un seul taux moyen les diffé- 
rents taux de rétribution, qui ne sont pas sans inconvénients. 

Sauf quelques exceptions fort rares, le seul cas d'inconduite 
que l'on rencontre chez les instituteurs, c'est le penchant à 



296 NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 

l'ivrognerie, encore le nombre des instituteurs adonnés à 
le boisson est-il assez borné, et la révocation vient ordinaire- 
ment frapper ceux qui porteraient ce défaut trop loin. Le 
personnel des instituteurs s'améliore de jour en jour sous 
le rapport de la capacité. Les sujets actuellement admis au 
brevet sont certainement à la hauteur de leurs fonctions : 
il est même à craindre que l'instruction n'ait ses inconvénients 
chez les instituteurs qui vont s'établir dans les petites com- 
munes, les seules qui restent à pourvoir aujourd'hui. Réglant 
leurs prétentions sur leur savoir, et ne pouvant les satis- 
faire à cause de la modicité de leurs ressources, ils remplissent 
leurs fonctions avec langueur et dégoût et finissent quel- 
quefois par les abandonner. Le personnel des instituteurs a 
aussi beaucoup gagné sous le rapport de la considération ; mais 
il est à remarquer que les instituteurs célibataires sont les 
plus considérés, et que la détresse dans laquelle on voit 
souvent ceux qui ont des charges à supporter, diminue nota- 
blement la considération dont ils jouissaient auparavant. 

Il y a dans les arrondissements de Baveux et de Vire peu 
d'instituteurs appartenant à des Congrégations religieuses. 
Ceux-ci, pour le moins aussi capables que le commun des 
instituteurs laïques, leur sont généralement supérieurs par 
l'aptitude qu'ils ont pour l'enseignement, le dévouement 
dont ils font preuve, et souvent aussi par les résultats qu'ils 
obtiennent. Il est à regretter qu'un défaut d'allocation ait 
obligé les Frères de la Doctrine chrétienne, établis à Vire, 
de quitter cette ville où ils instruisaient gratuitement plus de 
trois cents enfants, et où ils rendaient les plus grands services. 
Quant aux institutrices, celles qui appartiennent à des 
Congrégations religieuses sont plus capables que les autres. 
L'arrondissement de Vire semble pourtant faire exception. 
Cet arrondissement, qui se distingue par son grand nombre 
d'écoles de filles, possède beaucoup de bonnes institutrices 
laiques. Cependant les mauvaises écoles sont plus nombreuses 
que les bonnes. 

La méthode simultanée est la méthode généralement 
suivie dans les écoles. La méthode individuelle n'est plus 
suivie dans les écoles communales que par d'anciens insti- 
tuteurs ou quelques institutrices sans capacité. La méthode 



NOTICE SVn LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 297 

mixte est pratiquée avec succès dans quelques écoles. Elle le 
serait dans un plus gran*d nombre, si les instituteurs ne ren- 
contraient pas, comme on Ta déjà dit, d'obstacles dans la 
résistance des familles et la mauvaise disposition des locaux. 
Le plus grand nombre des livres employés dans les écoles 
sont approuvés ; il y en a pourtant deux non approuvés qui 
sont bien répandus, et qui pourraient être remplacés par des 
ouvrages beaucoup mieux choisis. Ce sont V Instruction des 
jeunes gens et la Civilité imprimée en caractères gothiques. 
Mais les parents ont une affection particulière pour ces deux 
livres qu'un long usage a popularisés. 

Les comités locaux qui remplissent bien leurs fonctions 
contribuent puissamment à la prospérité des écoles ; mais 
leur influence se fait sentir bien rarement, d*abord parce 
que les membres dont ils se composent sont ordinairement 
des personnes occupées, qui pensent exclusivement à leurs 
affaires, et qu'ensuite ils sont pour la plupart complètement 
incapables. 

CHAPITRE III 

M. Daligault, directeur de V Ecole Xormale d'Alençon (1849- 
1871). — Félicitations de M. Ch, Marie, — Comment le 
nouveau titulaire comprend ses fonctions. — Epuration 
du personnel des élèves et améliorations diverses, — 
Cours professés par le Directeur et distinctions honori- 
fiques, — Invasion prussienne et installation de VEcole 
Normale au Lycée, — Admission ù la retraite. 

L'arrêté ministériel, qui envoyait T Inspecteur des écoles 
du Calvados à T Ecole Normale d'Alençon, est daté du 20 Juin 
1849. M. Daligault devait se rendre à son nouveau poste dans 
le plus bref délai, pour remplacer M. Valette, directeur 
sortant. C'est ce qu'il fit, bien résolu à se dévouer sans réserve 
à la mission importante qui lui était confiée. 

Ayant fait part de son changement de situation à son 
ami, M. Marie, alors chef d'institution à Paris, il en reçut 
la lettre suivante, datée du 9 Septembre : 

« Je vous félicite de votre nouvelle position autant que 



2^}H NOTICE SUK LA VIK ET LES (ELVKES DE M. DALKiAL'LT 

VOUS pouvez VOUS en féliciter vous-même. Vous aurez sans 
doute bien des ennuis à essuyer, une surveillance active et 
fatigante à exercer, une responsabilité délicate à porter ; 
mais en revanche vous serez à même de faire beaucoup de 
bien par une action quotidienne et durable sur de jeunes 
esprits. C'est là un genre de satisfaction que vous êtes capable 
de goûter autant qu'homme du monde. Puis, vous ne serez 
plus condamné à épuiser vos forces, à subir les intempéries 
des saisons diverses le long des chemins vicinaux Bas-Nor- 
mands. Aussi, j'espère que votre santé se trouvera bien 
de ce changement de position, et que vous trouverez d'ail- 
leurs, dans le séjour d'Alençon, bien des ressources et des 
facilités qui devaient nécessairement vous manquer à la 
campagne. Dieu veuille couronner vos efforts et votre zèle 
intelligent de succès tels que vous pouvez les souhaiter ! » 






Le nouveau titulaire jugea tout d'abord que l'organisa- 
tion de l'École était défectueux, les travaux multiples imposés 
au chef de l'établissement mettant celui-ci dans l'impossi- 
bilité absolue de remplir d'Mue manière convenable la plus 
importante de ses fonctions, la Direction. 

En effet, disait-il, obligé comme économe de faire les appro- 
visionnements, d'en régler la distribution, d'en surveiller 
la consommation, de tenir six registres différents pour en 
constater le prix et l'emploi (sans compter les mémoires 
en triple expédition), d'en tenir autant pour effectuer et cons- 
tater les recettes, de correspondre avec les fournisseurs, 
avec les familles des élèves, avec la commission de surveil- 
lance, avec la recette générale, avec la préfecture, etc., 
il était encore chargé de faire et par conséquent de préparer 
trois cours, ceux de grammaire, de pédagogie et de style. 
Pour faire cesser cet état de choses, il demande la création 
d'un troisième poste de maître-adjoint. 

Son rôle de directeur devait consister, suivant lui, à savoir, 
relativement aux maîtres, s'ils étaient exacts à remplir leurs 
fonctions, comment ils les remplissaient, comment ils se 



NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVHES DE M. DALIGAULT 299 

conduisaient à Tégard des élèves, quelle autorité ils avaient 
sur eux, quels exemples ils leur donnaient, quels sentiments 
ils leur inspiraient, quel soin ils apportaient à la préparation 
de leurs leçons ; en ce qui concerne les élèves, comment ils 
se conduisaient dans les divers exercices de la journée, com- 
ment ils observaient le silence partout où le silence était 
commandé, comment ils travaillaient à l'étude, comment 
ils répondaient en classe, quel était leur degré d'intelligence, 
quel était leur caractère, de quels procédés ils usaient les 
uns à l'égard des autres, quelles étaient toutes leurs qua- 
lités bonnes ou mauvaises, si leur maintien avait toujours 
cette décence qui est un des signes extérieurs de la pureté 
du cœur, s'il ne s'établissait pas parmi eux des sociétés parti- 
culières, si quelques-uns n'entretenaient pas de correspon- 
dances suspectes, si d'autres n'avaient pas dans les mains 
des ouvrages non approuvés ou immoraux. 

En parcourant cette longue énumération de projets d'inves- 
tigation, il est facile de prévoir que de grands changements 
ne vont pas tarder à modifier les errements du passé. 






Le 17 Juillet 1849, une perquisition générale, concertée 
entre le directeur et les maîtres-adjoints, amène la saisie 
de livres immoraux ou impies et de correspondances licen- 
cieuses, qui compromettent plus ou moins dix élèves. Un 
rapport signale ces faits à la Commission de surveillance, 
qui provoque le renvoi des inculpés. 

Cette exécution en masse ne tarda pas à être suivie d'une 
autre, non moins exemplaire. M. Daligault soupçonnait 
certains élèves d'avoir des penchants vicieux. En exerçant 
une surveillance toute particulière sur eux, tantôt en étu- 
diant leur physionomie, tantôt en examinant quels camarades 
ils fréquentaient, quel genre de récréation ils préféraient, 
tantôt en observant d'un œil scrutateur leur contenance 
quand la leçon faisait ressortir les funestes conséquences 
du vice, ou l'indispensable nécessité, pour l'instituteur, 
d'une âme vertueuse et d'un cœur pur, ses soupçons se chan- 

24 



3(10 NOTICE SUR LA VIK KT LES ŒUVRES DE M. DALlGAt'LT 

gèrent en une certitude, que des investigations dans les 
placards, surtout dans la lingerie, et des interrogations dis- 
crètes vinrent bientôt confirmer. La conséquence de ces consta- 
tations fut que six autres élèves furent encore congédiés 
(28 Janvier 1851). 

De tels exemples étaient bien faits pour inspirer une crainte 
salutaire aux élèves non compromis et les rendre plus cir- 
conspects que jamais. Aussi le Directeur put désormais, avec 
raison, porter sur eux ce témoignage : « Tous se montrent 
animés d'un excellent esprit : exacte observance de la règle, 
soumission entière aux supérieurs, bons procédés à Tégard 
des condisciples, application soutenue à Tétude, recueille- 
ment dans l'accomplissement des devoirs religieux, tenue 
décente au dehors comme au dedans ; tel est le tableau 
fidèle de leur conduite journalière. » 

De son côté, M. l'abbé Turcan, alors aumônier de l'éta- 
blissement, disait : «^Je comparerais volontiers les élèves de 
l'Ecole Normale à des séminaristes : leur docilité, la douceur 
de leur caractère, leur tenue modeste, leurs bons sentiments, 
sont autant de traits qui leur sont communs avec les élèves 
de nos séminaires. » Ces appréciations étaient corroborées 
par l'excellent curé de Montsort, qui, pendant le mois de 
Mai 1851, avait exercé différentes fois les élèves-maîtres au 
chant des cantiques. 

M. Daligault, strict envers les élèves, ne Tétait pas moins 
vis-à-vis de ses collaborateurs, dont il n'aurait pas toléré 
un sérieux écart de conduite. L'un d'eux (M. Barré), au retour 
d'une promenade avec les élèves, prolongée outre mesure, 
ayant eu l'inconvenance de répondre aux questions qui lui 
furent posées que, étant fatigué, il n'était pas en état de 
recevoir d'observations, fut l'objet d'un rapport, qui entraîna 
un déplacement d'office, onéreux et rétrograde. 

Une direction si vigilante et si ferme porta ses fruits. 
Sept ans s'écoulèrent dans un calme presque absolu. En 1858, 
deux élèves furent congédiés pour avoir entretenu avec le 
dehors une correspondance illicite, et, deux ans plus tard, 
sept autres furent l'objet d'un rapport sévère pour avoir 
pris, dans un débit de boissons, au cours d'une promenade, 
une tasse de café et fumé une cigarette, en violation d'un 



NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVKES DE M. DAUGAULT 301 

article du règlement, qui interdisait, sous peine d'exclusion, 
les cabarets, cafés et autres lieux publics. 

Mais si le Directeur était intransigeant, surtout au triple 
point de vue des principes religieux, de la conduite et des 
mœurs, en revanche il était bon, afiable, vraiment paternel 
avec ses élèves. La répartition des bourses était l'objet de 
tous ses soins, tant il craignait de commettre une injustice, 
susceptible d'entraîner un sacrifice immérité aux familles, 
pour la plupart peu aisées. Il lui arriva de s'attirer le rej^oche 
d'être inconséquent avec lui-même, parce que, après avoir 
proposé une mesure certain jour, il demandait le contraire 
vingt-quatre heures après ; s'il agissait ainsi, ce n'était pas 
par légèreté de conduite, bien loin de là ; mais plutôt par 
excès de scrupule. Il fut un économe modèle, surveillant 
l'emploi des ressources de l'établissement avec un soin ex- 
trême, regardant aux petites dépenses plus ou moins motivées, 
mais dépensant largement lorsque l'amélioration projetée 
lui paraissait d'une utilité incontestable. Aussi avec les 
excédents réalisés dans les recettes de chaque exercice, 
trouva-t-il le moyen de parachever l'installation de l'im- 
meuble, qui, quoique occupé seulement depuis 1843, laissait 
grandement à désirer sous bien des rapports. Un beau bassin 
de natation, qui coûta plus de quatre miUe francs, et des 
améliorations de toute sorte furent effectués en quelques 
années. De plus, la durée des études fut portée, à partir 
de 1851, de deux à trois ans, ce qui permit d'approfondir 
davantage certaines matières ; et, dans la suite, une véritable 
ferme agricole, appelée la Demi-Lune, et dirigée par un 
professeur spécial, servit de champ d'expérience aux élèves* 
maîtres. 

Nous avons vu que M. Daligault, dès son entrée à l'Ecole 
Normale, s'était réservé les cours de Grammaire, de Péda- 
gogie et de Style. Il ne tarda pas à abandonner à un de ses 
collaborateurs la Grammaire, pour la remplacer par un 
cours d'Horticulture fort bien conçu, ainsi qu'en témoigne 
le manuscrit illustré qu'il nous a laissé. En 1864, à la suite 



302 NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 

d'une modification dans la répartition des cours, il reste 
seulement chargé de la lecture (avec la récitation) et du 
français (exercices de style). 

Ses anciens élèves, nombreux encore aujourd'hui, peuvent 
témoigner du soin particulier qu'il apportait à l'exposé de 
ses leçons et à la correction des devoirs, combien il tenait à 
ce que les nuances de la pensée fussent convenablement 
rendues, et combien aussi étaient vifs sa parole et son geste, 
si connus et tant redoutés des auteurs novices, assez mal 
inspirés pour avoir contrevenu gravement aux règles gram- 
maticales. — « On parle français ici I » s'exclamait-il forte- 
ment. L'appréhension d'une scène de ce genre eût suffi, à 
elle seule, pour émouvoir les plus indolents. 

L'habitude étant, dit-on, une seconde nature, toute sa 
vie M. Daligault laissa percer le professeur, prêt à relever 
les incorrections du langage et du style. Point n'était besoin 
d'ailleurs d'être son élève, toujours le crayon en main il corri- 
geait, corrigeait encore : mandements épiscopaux, discours 
ou sermons ecclésiastiques, dictionnaires et livres divers, 
articles de journaux, même jusqu'aux lettres ordinaires, 
tout ce qui lui avait passé sous les yeux portait l'empreinte 
d'un correcteur rigide, impitoyable pour les phrases incor- 
rectes et les termes impropres. 

Cette sévérité pour les autres, il se l'appHquait à lui-même. 
Jamais aucun écrit, fût-ce un simple mot de billet envoyé 
à sa famille, ne sortait de sa plume, ou plutôt de son crayon, 
car il affectionnait particulièrement le crayon qui lui facili* 
tait les rectifications, sans avoir été précédé d'un brouillon 
ou minute, revu et corrigé jusqu'à ce qu'il approchât de la 
perfection. Il lui fallait le mot exact, et non un synonyme 
plus ou moins équivalent. Son écriture, toujours tracée à 
main posée, était d'une régularité étonnante. 

Un esprit si ordonné en toutes choses, allié à un amour 
extrêmedu travail, ne pouvait manquer d'attirer l'attention 
des autorités supérieures. Aussi, dès le 11 Janvier 1852, 
le Ministre de l'Instruction publique, M. Fortoul, écrivait 
à M. Jouen, recteur de l'académie de l'Orne : « J'ai l'honneur 
de vous annoncer que, prenant en considération les bons 
moignages dont M. Daligault est l'objet de votre part , 



NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 303 

je lui ai confère Je titre d'oflicier de T Instruction publique. » 
Et le recteur en transmettant cette lettre ajoutait : « Je 
n'ai pas besoin de vous dire, M. le Directeur, combien je 
suis heureux que M. le Ministre vous ait accordé cette preuve 
évidente de sa bienveillance et de sa satisfaction. » 

Cette récompense, qui est trop souvent Tobjet d'une vani- 
teuse recherche, fut reçue sans la moindre ostentation par 
cet homme positif et de devoir avant tout. Sans doute, il 
ne lui était pas indifférent de voir ses supérieurs apprécier 
ses efforts ; mais faisant le bien pour le bien, la satisfaction 
de sa conscience lui semblait primer toute autre considération. 
Il le fit bien voir, du reste, en s'abstenant, à moins de circons- 
tances exceptionnelles, de porter ses palmes, ainsi qu'il 
agira pour la croix de la Légion d'honneur, qui lui fut con- 
férée par décret du 13 Août 1866. 

Cette conduite réservée, d'autant plus méritoire qu'elle 
est plus rare, n'empêcha pas les félicitations d'aflluer à l'École 
normale. 

Tout d'abord, l'excellent M. Tourangin, trésorier général, 
se présenta spontanément pour être le parrain du nouveau 
chevalier ; puis, le préfet, M. de Magnitot, tint à devoir 
d'épingler lui-même, en présence du personnel et dans le 
local même de l'École, l'insigne glorieux sur la poitrine du 
chef vénéré. En quelques mots, dit un journal du temps, 
qui émurent profondément les élèves-maîtres, ce magistrat 
rappela que la croix d'honneur donnée à un brave sur le 
champ de bataille, en présence de ceux qui ont été les témoins 
de son courage et de son dévouement, emprunte à cette 
circonstance une valeur plus grande encore ; que c'était dans 
ce but qu'il avait voulu venir dans cet asile du travail et de 
l'étude, théâtre habituel du zèle infatigable de M. Daligault, 
lui remettre l'emblème de la haute distinction à laquelle 
il avait été appelé. M. le Préfet ajouta qu'il avait tenu à 
mettre ainsi les futurs maîtres, auxquels l'honorable directeur 
prodiguait ses soins et ses leçons, à même d'applaudir une 
fois de plus à la récompense exceptionnelle décernée par 
le Souverain. Ces paroles, d'abord religieusement écoutées, 
furent ensuite accueillies par des bravos, qui témoignèrent 



30-4 NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 

hautement de la gratitude des jeunes gens pour leur excellent 
directeur. 

Cette manilestation sympathique trouva de Técho chez 
les chefs les mieux qualifiés de l'Université. L'inspecteur 
d'académie de Laval écrivit : « Enfin justice est faite ! 
Jamais l'étoile de l'honneur n'aura brillé sur un plus noble 
cœur. » Un autre s'exprima presque dans les mêmes termes : 
« Enfin, justice est rendue 1 Vos bons et loyaux services 
sont reconnus et récompensés par une distinction que vous 
pourrez porter hautement ; car je ne connais personne 
qui s'en soit rendu plus digne que vous. Honneur donc et 
mille fois honneur au nouveau chevalier. » Celui d'Alençon, 
alors en voyage, manda de son côté : « Mon éloignement 
ne me permet pas de vous dire de vive voix par quels services 
réels est méritée cette distinction qui atteint le directeur 
modèle. » Le proviseur du lycée de Colmar disait : « Voilà 
aa moins une décoration qui est bien à sa place, et qui, con- 
firmée par tous les honnêtes gens, ne sera discutée par per- 
sonne. » M. Villemereux, l'auteur bien connu, se réjouissait 
en ces termes : « Personne n'a été plus heureux que moi 
à la nouvelle du succès de votre candidature, acceptée avec 
autant d'empressement qu'elle avait été posée. » Enfin, le 
Journal d'Alençon, le Nouvelliste de VOrne, et plusieurs 
autres publications, se firent avec joie l'écho de la satisfac- 
tion générale. 

Les années qui suivirent cet acte de haute distinction 
s'écoulèrent tranquilles et heureuses. Les rapports annuels 
sont unanimes à constater le bon esprit qui animait le per- 
sonnel de l'École. 

Cependant, le Directeur approchait de la soixantaine, 
et quoiqu'il eût conservé une vigueur que de plus jeunes 
auraient enviée, il aspirait à un repos bien gagné. Malheureur 
sèment survint alors la funeste guerre contre l'Allemagne» 
qui causa tant de ruines dans notre infortuné pays. Nos 
armées vaincues reculaient toujours* Les Prussiens, maîtres 
du Mans, prirent la direction d'Alençon. L'École normale 



NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DAUGAULT 305 

dut être évacuée pour servir d*ambulance, et le personnel 
(maîtres et élèves) fut casé à la hâte au Lycée. Qui ne se 
rappellerait, sans une émotion profonde, le dimanche 15 Jan- 
vier 1871, jour du combat, et le lendemain, jour de l'entrée 
des troupes prussiennes dans la ville d'Alençon ! Les transes, 
les soucis, les difficultés de toute sorte, causés tant par 
la présence des ennemis que par une installation des plus 
défectueuses, furent très préjudiciables à la santé de Texcel»- 
lent directeur. Laîssons-le raconter lui-même, avec sa modé- 
ration et ses ménagements habituels, les angoisses de cette 
période profondément troublée. 

« Les études à l'École normale d'Alençon, n'ont pas subi, 
dit-il dans son rapport de fin d'année, d'interruption propre- 
ment dite pendant la funeste année 1870-71 ; il est cepen- 
dant vrai de dire qu'elles se sont fortement ressenties des 
événements. 

« En effet, aux tristesses générales causées par les désas- 
tres de la patrie, sont venus se joindre pour tous les habitants 
d'Alençon les inquiétudes et même les terreurs résultant 
de l'invasion prussienne, avec ses menaces et plus tard ses 
exigences. 

« Mais ce qui a surtout porté atteinte aux études des 
élèves-maîtres par le trouble jeté dans leur vie morale et 
matérielle, c'est l'abandon de l'École normale, transformée 
en ambulance, et l'installation de nos jeunes gens au Lycée 
d'Alençon. Une hospitalité bienveillante les y attendait 
sans doute, mais que d'inconvénients inévitables ! 

« Ainsi, d'abord, faute de locaux (cuisine, cellier, bûcher, 
etc.), nécessité de suivre un régime alimentaire organisé 
par les soins du Lycée, régime suffisamment confortable, 
nous l'admettons, mais qui pourtant laissait regretter celui 
de l'École normale ; — repas fixés à des heures peu commodes» 
le réfectoire unique étant occupé, aux heures convenables, 
par les élèves du Lycée ; — mauvaise distribution des exer- 
cices scolaires, et souvent brièveté de certaines leçons résul- 
tant de rirrégularité dans le service du réfectoire. 

« Un autre inconvénient plus grave encore peut-être, 
c'est Tentassement des élèves dans une salle d'étude, en 
amphithéâtre, exiguë et mal disposée, où les jeunes gens 



IMHj NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒL'VKES DE M. DALIGALLT 

n'ayant devant eux que des tables beaucoup trop basses 
et trop étroites, n'ont pu ni écrire ni dessiner que lorsque, 
au bout de deux mois, de petits pupitres, faits aux frais com- 
muns de l'École et des élèves, ont été mis à leur disposition. 

« Faute d'espace, privation pour ces jeunes gens, pendant 
quatre mois et demi, de plusieurs moyens d'étude (livres 
de lecture, instruments de musique, harmoniums, instru- 
ments de physique, substances pour les manipulations 
chimiques, etc.). 

« Pas d'infirmerie à l'usage des élèves, et, par suite, néces- 
sité pour le directeur de faire soigner les malades, au dortoir 
lorsque les maladies étaient légères, et, quand elles étaient 
graves, de faire reconduire les jeunes gens dans leurs familles 
ou de les déposer à l'hospice d'Alençon. 

« Dortoir convenable, mais dont les lits étaient peu 
commodes, les sommiers en ayant été éventrés par les mobiles 
qui s'en étaient servis pendant les vacances précédentes, 
et qui y avaient laissé... Un élève n'a pu se débarrasser 
entièrement de ces sales insectes qu'en rentrant dans sa 
famille. 

« Chambre du directeur entourée de domestiques plus 
ou moins convenables, auxquels il n'avait aucun ordre à 
donner, et qu'il tenait, pour éviter un plus grand mal, à ne 
pas signaler à l'administration du Lycée. 

« Enfin situation pénible de MM. les maîtres-adjoints, 
obHgés d'habiter tous trois la même chambre. 

« Si du moins nos malheurs s'étaient terminés avec notre 
exil. Mais il n'en a pas été ainsi. Rentrés à l'Ecole, nous 
n'avons trouvé au dehors qu'un immense cloaque, et au 
dedans un immense foyer d'infection. Elèves et maîtres 
se sont aussitôt mis à l'œuvre, mais ce premier nettoyage n'a 
pas suffi : la mauvaise odeur persistant toujours, il a fallu en 
faire un second, et inonder toutes les pièces de l'établissement. 
Peut-être ne faisions-nous que remplacer une cause d'insa- 
lubrité par une autre. Ce qui est certain, c'est que depuis 
Pâques, c'est-à-dire dans une saison où il n'y a jamais de mala- 
des, presque tous les élèves sont entrés à l'infirmerie, le plus 
grand nombre pour bronchites ou rhumes de cerveau, deux 



NOTICE SUK LA VIE ET LES ŒUVKES DE M. DALIGAULT 307 

pour variole, un pour fièvre typhoïde, et un autre pour chorée 
ou danse de Saint-Guv. 

« Les maîtres n'ont pas été plus épargnés que les élèves. 
Quatre ont été obligés d'interrompre leurs leçons, Tun pen- 
dant trois semaines, les trois autres, dont le Directeur, pen- 
dant près de deux mois. »> 

Ce tableau, qui est loin d*étre chargé, fait voir dans quelles 
déplorables conditions la promotion de 1870, dont faisait 
partie celui qui écrit ces lignes, débuta dans la carrière 
universitaire. 



L'année précédente, M. Daligault avait terminé son 
compte-rendu par cette déclaration : 

« Ce rapport est le vingt-deuxième depuis notre entrée 
à l'Ecole normale et aussi le dernier, puisque dans quelques 
mois, l'heure de la retraite aura sonné pour nous. Si pendant 
cette longue période de vingt-deux ans, l'Ecole normale a 
été assez heureuse pour rendre quelques services à la cause de 
l'instruction primaire, en bénissant Dieu de ce résultat, 
nous devons constater la grande part qu'y ont eue nos zélés 
collaborateurs. Mais nous ne saurions oublier celle qui revient 
aux honorables personnages attachés par la loi à l'établisse- 
ment, pour en être à la fois les surveillants et les protecteurs. 
Oui, nous le déclarons sans hésiter, la prospérité morale et 
matérielle de l'Ecole est surtout l'œuvre de la Commission 
de surveillance, de cette Commission au sein de laquelle 
nous n'avons cessé de trouver, tantôt des conseils pleins 
de sagesse, tantôt de précieux encouragements, toujours un 
appui ferme et une bienveillance extrême. Aussi, était-ce 
pour nous un devoir, en même temps qu'une douce satis- 
faction, d'exprimer ici à chacun de ses membres notre pro- 
fonde et respectueuse gratitude ». 

Désormais, la carrière active de M. Daligault était finie. 
L'arrêté ministériel, qui l'admit à la retraite, est daté du 
1er Juillet 1871. Emanant de Jules Simon, alors ministre de 
l'Instruction pubhque, il porte en son article premier que 



308 NOTK.E SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 

M, Daligault est admis à faire valoir ses droits à la retraite 
par ancienneté d'âge et de services. 

Une lettre particulière du Ministre, accompagnant cette 
pièce officielle, était conçue en ces termes : « En admettant 
M. Daligault à la retraite, je ne puis m'empêcher de regretter 
que cet honorable fonctionnaire n'ait pas cru pouvoir rendre 
plus longtemps à l'Instruction publique ses bons et utiles 
services, dont mon administration gardera le souvenir 
ceconnaissant. » 

De son côté, M. Allou, recteur de l'Académie de Caen» 
ajoutait, laconiquement il est vrai, mais le cœur y était : 
« J'associe mes regrets à ceux de son Excellence. » 

Nombre d'anciens élèves envoyèrent aussi à leur vieux 
maître l'expression de leur reconnaissance. L'un d'eux 
écrivait : « Je laisserai à d'autres plus autorisés que moi 
le soin de faire l'éloge de votre paternelle administration, mais 
permettez-moi de vous témoigner de nouveau le sincère 
attachement que je n'ai cessé de ressentir pour vous ; laissez- 
moi vous dire que je n'oublierai jamais les sentiments d'af- 
fection que vous m'avez constamment prodigués pendant 
que j'ai été votre élève. » 

Il est beau de terminer une carrière longue et pénible, 
en laissant après soi des regrets aussi unanimes et aus« 
sincères. 

M. Daligault, élevé à la première classe de son emploi 
le 29 décembre 1865, jouissait, en dehors de certains avantages» 
tels que le logement, le chauffage et l'éclairage, d'un traite- 
medt de 3.600 francs. Sa pension de retraite, basée en partie 
sur ce chiffre, fut fixée à 2.384 francs. 

C'est avec ces ressources, auxquelles s'ajoutèrent quelques 
rentes, fruit des économies de toute une vie, que M. Daligault 
vécut ses longues années de retraite au n^ 8 de la rue de 
Mamers, à Alençon. 



NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 30^ 



chapitrp: IV 

M, Daligault prosateur et poète. — Cours pratique de Péda- 
gogie : félicitations, diverses éditions. — Autres ouvrages 
en prose, restés manuscrits, — Poésies : bouts-rimes^ 
chansons, acrostiches, compliments, quatrains, charades. 

Le principal ouvrage de M. Daligault et le premier en 
date est le Cours pratique de Pédagogie, qui parut à la librairie 
Dézobry, de Paris, en 1851. Chargé de préparer à la difficile 
carrière de renseignement des jeunes gens qui passaient alors 
à peine deux ans à l'Ecole normale, le nouveau Directeur 
rédigea son cours de façon à mettre ses leçons en rapport 
avec le peu de temps dont ses élèves disposaient, et à prévenir, 
par l'ordre des matières et la clarté de l'exposition, la fatigue 
qui accompagne ordinairement l'étude des questions arides 
et sérieuses. S'il se décida à publier son travail, ce fut unique- 
ment, dit-il, dans l'espoir de rendre quelques services, espoir 
fondé sur l'opinion de ses supérieurs. 

Connaissant ses principes religieux, on pense bien que la 
connaissance de Dieu et l'observance de ses commandetnents 
sont, pour lui, la fin pour laquelle chaque homme a été créé, 
l'œuvre que la conscience aussi bien que la religion, proclame 
comme la seule nécessaire. C'est le sentiment de cette vérité 
qui l'a constamment guidé dans son travail. 






Son livre, fruit d'une expérience consommée, fut fort 
bien accueilli dès son apparition, non seulement par le Ministre 
de l'Instruction publique, mais encore par tous les hommes 
compétents en la matière. Les inspecteurs s'empressèrent 
de le recommander aux instituteurs en exercice ; les Directeurs 
d'Ecoles normales le mirent aux mains de leurs élèves, et 
plusieurs en firent même la base de leur enseignement. Le 
Conseil académique de l'Orne, dans sa séance du 11 Mars 1852,. 



310 NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 

l'approuva d'emblée, comme étant écrit avec précision et 
clarté, et sous l'inspiration des plus pures et des plus hautes 
convictions. — « Grâce aux enseignements de ce livre, 
écrit le Directeur de TEcole normale des Deux-Sèvres, mes 
élèves ont gagné en jugement, en connaissance des devoirs 
de leur profession. Mon école annexe est, au dire des connais- 
seurs, une école modèle, sous le double rapport du travail et 
de la discipline. Deux instituteurs, ajoute-t-il, qui ont suivi 
les préceptes qu'il renferme, ont été signalés comme étant les 
meilleurs de leur arrondissement, en même temps que les 
plus habiles et les plus consciencieux. » 

M. Barrau, l'auteur de tant d'ouvrages estimés, y trouve 
tout ce qui peut rendre recommandable un livre de ce genre : 
sagesse dans l'ensemble des idées, vérité et exactitude dans 
les détails, précision et netteté dans l'expression. 

Un bon vieux pédagogue du canton de Fiers remercie 
l'auteur en ces termes : « Votre livre prolongera mes jours. 
Je regretterai toute ma vie de ne l'avoir pas possédé il y a 
trente ans, car assurément mon compte serait moins long 
et moins rigoureux devant Dieu, et ma santé serait moins 
délabrée. » 

M. Charles Marie, l'érudit professeur que nous connaissons 
déjà, ne pouvait manquer d'unir sa voix à ce concert de 
louanges. Il le fit en ces termes : « Vous devriez envoyer votre 
livre à V Univers, à V Union, à V Assemblée Nationale, Il ne 
faut pas craindre de le répandre le plus possible et de le faire 
mousser : car il est très bon, très sage, fort bien écrit, et, 
ce qui importe encore plus, d'un esprit parfaitement chrétien. » 






La première édition du Cours pratique de Pédagogie, quoique 
ayant fait l'objet d'un tirage important, fut enlevée dans 
l'espace de deux ans. A la demande de plusieurs personnalités 
marquantes, elle fut bientôt suivie d'une seconde édition, 
qui compta 247 pages, soit 26 de plus que la première, la- 
quelle en avait 221. Une préface indique qu'elle diffère peu 
de son aînée, vu qu'aucune observation importante n'est 



NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 311 

parvenue à l'auteur. Dans ces conditions, dit-il, il ne s'est 
pas cru autorisé à la modifier par des additions ou des suppres- 
sions qui auraient pu paraître regrettables. 

La troisième édition date de 1864. Une préface spéciale 
explique que les modifications y sont assez légères et peu 
nombreuses. L'auteur appelle l'attention des instituteurs 
sur une série de lettres, destinées à servir de types, pour le 
fond comme pour la forme, à celles que les maîtres peuvent 
être appelés à rédiger dans leur carrière pédagogique. Cet 
important Appendice aux éditions précédentes a fait monter 
la pagination à 266. 

Enfin une quatrième édition était toute préparée pour 
l'impression lorsque prit fin la carrière active de M. Dali- 
gault. Cette circonstance jointe aux événements de 1870-71, 
fit abandonner le projet. Une longue préface, destinée à 
servir de riposte à certains détracteurs, se termine ainsi : 
« Sans nous faire la moindre illusion sur les imperfections 
que doit présenter un livre dont nous sommes l'auteur, 
nous ne saurions, par respect pour des critiques de fantaisie, 
le déchirer de nos propres mains. Il a reçu jusqu'ici, des fonc- 
tionnaires de l'Instruction primaire, un favorable accueil ; 
c'en est assez pour que nous n'hésitions pas un seul instant, 
même au péril d'une condamnation nouvelle, à publier cette 
nouvelle édition. » 

Deux articles nouveaux (Enseignement de l'Histoire et 
de la Géographie), dont nous possédons les originaux, devaient 
être introduits dans cette quatrième édition. 






Outre le Cours pratique de Pédagogie, M. Daligault avait 
rédigé, avec le soin extrême qu'il apportait en toutes choses^ 
le Cours d* Horticulture, qu'il avait professé à l'Ecole normale. 
Cet ouvrage important est resté manuscrit, ainsi que des 
Notions sur le Calendrier, et des Observations sur VEcriiure 
expédiée. Les nombreux rapports qu'il eut à rédiger, soit 
comme inspecteur, soit comme directeur, et dont les minutes 
sont entre nos mains, formeraient aussi de véritables volumes,. 



312 NOTICE St'H LA VIE ET LES ŒUVHES DE M. DALIGAULT 

et mériteraient une mention à part, tant à cause de leur 
agencement remarquable que pour leurs qualités de style. 
Mais cela sortirait de notre cadre. Nous allons nous borner 
à parler du poète. 

M. Daligault, prosateur excellent, ne dédaignait pas, dans 
«es moments de loisir, de cultiver les Muses. Nous extravons 
de notre collection les pièces suivantes» qui, par leur diver- ' 
site, permettront au lecteur de reconnaître qu'il savait 
s'en tirer avec honneur. 

En 1865, Alexandre Dumas père, proposa à son intime 
ami, le poète Méry, improvisateur célèbre, et à tous les 
amateurs de poésie, les bouis-rimés suivants, qu'il choisit 
aussi bizarres que possible : 

feninie 

Catilina 

ànie 

fouina 

jongle ou jungle 

citoyen 

ongle 

païen 

mirabelle 

Mirabeau 

belle 

flambeau 

Orestie (1) 

Gabrio (2) 

repartie 

agio 

figue 

faisan 

ligue 

parmesan 

noisette 

pâté 

grisette 

bâté 

* 

(1) Titre d*une des pièces d'Alexandre Dumas. 

(2) Nom familier d'une actrice pleine d'esprit et. dit-on, très désintéressée. 



NOTICE SliR LA VIH ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 313 

Méi y releva le gant par deux pièces, l'une improvisée et 
l'autre méditée. Voici la première : 

A MADAME LA COMTESSE M 

(Vers imppo^nsés) 

En vous voyant ce soir, jeune et charmanie j%7?im^, 

Chez l'auteur iVHenri trois et de CatiliFia, 

Pour écrire ces vers, la peur glaça mon dr^te. 

Ma plume tressaillit, le poète ybama. 

Oui. je regrettai l'Inde, et le Gange, et la jonfcle, 

J'aurais voulu dans Rome être huniljle citoyen. 

Vivre obscur, labourer la terre avec mon ongle, 

Et m'appeler d'un nom musulman ou païen. 

Hélas ! le jardinier greffant la mirabelle, 

N'est pas digne, je crois, d'admirer Mirabeau, 

Et le poète nain qui vous trouve si belle 

Est l'aveugle devant la clarté iV un flambeau, 

C'est le sourd écoutant les vers de VOrestie 

Ou la divine voix de sa sœur Gabrio; 

Ou Dumas aiguisant sa fine repartie, 

Ou l'usurier chrétien réduisant Vag-io. 

Cependant au dessert, entre marron et figue 

Après un beau chevreuil, bien meilleur qu'un faisan^ 

Je me décide, enfin, contre moi je me ligue, 

Et je vous fais ces vers, sablés de parmesan ; 

Car vous m'avez promis, au lieu de la noisette, 

D'un bonbon, d'un gâteau, d'un citron, d'un pâté. 

De doux marrons glacés aimés de la grisette, 

Et que j'aime aussi, moi, comme un àne bdté. 

De son côté, M. Daligault prit part au concours par l'envoi 
de la pièce suivante, signée du prénom d'une filleule qu'il 
avait à Ecouché : 

RESPFXT AUX FEMMES 

11 faut être insensé pour juger de hi femme 

Par celle dont l'amour perdit Catilina ; 

Souvent à son cœur d'or est jointe une grande âme. 

Devant Jeanne, l'Anglais éperdu fouina ; 

Charlotte ose affronter un vrai tigre en sa jungle ; 

Arrie a les vertus d'un mâle citoyen ; 

La gracieuse Eslher sait d'Aman rogner Yongle ; 

Clotilde, en son époux, triomphe du païen. 



314 NOTICE SUR LA. ViK ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 

Si rheureiise province oà croît la mirabelle 

Ksi fière de Mérv comme de MirabeaUy 

Elle a vu naître aussi la femme noble et belle 

Qui du tendre Pétrarque alluma le flambeau. 

J'admire avec raison l'auteur de VOrestie ; 

Mais qui n est pas charmé par sa sœur Gabrio ? 

De ses lèvres jaillit la fine repartie ; 

Sa charité flétrit le perfide agio. 

Ah I vous trouvez plaisant de nous faire la figue. 

Gandins, chercheurs de dot, ou mangeurs de faisan ! 

Mon sexe s'inquiète autant de votre ligue 

Que l'ours du pôle est craint sur le sol parm^esan. 

Kt moi j'aimerais mieux dîner d'une noisette 

Qu'attaquer avec vous un succulent pâté ; 

Des gandins le moins sot, même pour la grisette. 

Ne peut-être qu'un fat et qu'un âne bdté, 

Mathilde. 



Pièce composée à l'occasion de la visite faite à l'Ecole 
Normale par M. Théry, recteur de l'Académie, et chantée 
en sa présence par les élèves de l'établissement : 

REFRAIN 

Allons, cite! qu'on s'apprête I 
Le moment est précieux ; 
Célébrons ce jour de fête 
Par nos chants mélodieux, (bis) 

Irp STROPHE 

Savez-vous, amis, la nouvelle? 
Celui dont nous admirons tous 
Les écrits, le cœur et le zèle 
Va paraître au milieu de nous, (bis) 

Allons, vite / etc. 

2<' STROPHE 

Faisant trêve à ces mille affaires 
Qui l'occupent matin et soir, 
Il apporte ici les lumières 
De l'esprit, du vaste savoir, (bis) 

Allons, vite! etc.. 



KOTiCE. SUR LA VIE £T LES ŒUVRES DE M, DALIGAULT 31Ô 

3e STROPHE 

Son premier vœti, c'est que Tenfance 
En vertu croisse à nos leçons, 
Pour ser\ir un jour cette France 
Qu'il honore et que nous aimons, (btis) 

Allons, i^ite/ etc., 

4c STROPHE 

Sans chercher si Tœuvre est austère 

Et demandé un rude labeur, 

 celui que chacun révère 

Montrons que nous avons du cœur, (bis) 

AUimSi vite/ etc.. 



4» 
♦ 4i 



VOIX DES AMES DU PURGATOIRE 
(A inscrire à l'entrée d'un cimetière) 

O vous, chrétiens pieux, qui venez en ce lieu 
Chargés de fleurs, présenta d'une amitié sincère. 
Voulez-vous désarmer la justice de Dieu? 
A vos fleurs unissez Tèncens dé la prière. 

En attendant ici que s'achèvent lès temps. 
Nos membres ne sont plus qu'insensible poussière ; 
Mais notre âme gémit dans des feux dévorants, 
Qu'éteindrait le secours puissant de la prière. 

Priez dbnc, chers parents, et vous tendres amis. 
Qui pleurâtes sur nous à notre heure dernière ; 
Le ciel pour nous ouvert, le ciel par vous conquis : 
Tel sera Theureux fruit d'une ardente prière. 

Surtout que, par vos soins, le prêtre offVe, à l'autel, 
Le sang qui ruissela sur le mont du Calvaire I 
Ce sang eut la vertu d'apaiser TEternel ; 
Il fut, il est, d'un Dieu l'ineff*able prière. 






25 



316 NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 



STANCES EN L'HONNEUR DE LA SAINTE VIERGE 

^ arie 1 Est-il un nom parmi les plus heureux, 

> ussi grand, aussi doux ? Sj'mbole d'innocence, 
50 évéré des chrétiens, trois fois cher à la France, 
NH 1 est, ce nom béni, le second dans les cieux. 

M ve coupable vit l'humanité livrée 

> l'empire des sens, aux penchants criminels. 
C ne autre Eve, Marie, à l'ombre des autels 
O randit et fut de Dieu la mère immaculée. 

C n jour, elle connut l'excès de la douleur : 
c/3 on cher fils expirait dans un affreux supplice. 
H riomphante aujourd'hui, puissante protectrice, 
n lie nous tend les bras et nous montre son cœur. 






PRIÈRE POUR LE SALUT DE LA FRANGE 

S ère du Rédempteur, appui des nations, 

> la France en péril tends une main propice ; 
5C ends à ses fils la toi, l'amour de la justice : 
i-i Is se perdent, jouet de folles passions. 

W levée au-dessus de la nature entière, 

> ssise dans la gloire et la splendeur des cieux, 
C nie auiTout-Puissant par d'ineffables nœuds, 

O rande Reine, à ce titre oh 1 joins celui de mère. 

rJ n de nos plus pieux et plus savants docteurs 
c/: ans crainte te disait, je te le dis de même ; 
H u nous protégeras, car le mortel qui t'aime 
Cfl t t'implore a toujours obtenu tes faveurs. 



NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 317 

LE BON SOLITAIRE 

D ans un joli manoir, coqueltement assis 

> u bord du frais vallon que le Gué-Huet arrose, 
\r 'un de mes vieux amis doucement se repose ; 
*^ 1 y vit en seigneur, il y dort sans soucis 

O ardez-vous de penser que sa porte soit lente 

> s'ouvrir, quand on vient implorer son secours ; 
C ne aumône empressée et large attend toujours 
r 'ouvrier sans travail et la veuve indigente. 

H oujours applaudissant aux utiles projets, 
O u champ des morts il a reculé les barrières ; 
C n jour (je le pressens) la maison de prières 
nomptera du chrétien quelques nouveaux bienfaits. 

O h ! s'il m'était permis de franchir la distance, 
H on manoir, cher ami, me reverrait bientôt^ . 
^ 1 me serait si doux de t'y dire : Là-haut 
n e bien qu'on fait ici reçoit sa récompense. 






LES VRAIS BIENFAITEURS DE L'HUMANITE 

r e plus solide appui de l'homme sur la terre, 

> u milieu des dangers, des soucis, des labeurs, 
ro ercé par le succès ou pleurant ses malheurs, 

CD énis prêtres de Dieu, c'est vous. — Quel ministère I 

M lever pour le ciel une foule d enfants, 

^ rodiguer au troupeau les paroles de vie, 

*^ nviter, conjurer, ranimer qui s'oublie, 

n e n'est là qu'une part de vos soins vigilants, 

> ccueillant les pécheurs avec un cœur de père, 
V épandant autour d'eux un parfum de vertus, 
N élés pour les conduire au festin de Jésus : 

O ui, votre rôle est grand, sublime,... nécessaire. (1) 






(1) L'abbé Picarzo, chanoine honoraire, coafesseur de M. Daligault, était 
né le 15 octobre 1807, à Guença (Espagae). Ordonné prêtre en 1831, il 
s'enrôla comme aumônier dans l'armée carliste, et en 1839 fut obligé de 
se réfagier en France. Il vint se fixer à Alençon, où il fat nommé aumô- 
nier des religieuses de Saint- Joseph de Gluny. Il est décédé le 27 janvier 1900. 



S^lfr NOTICE SUH LA Vl£ ET L£S ŒUVRES DE M. DALIGAULT- 

A M. L ABBÉ PICARZO (le jour de sa fête) 

Tous vos amis d'Espagne et de France et dlei 
Sonten fort grande joie (^n vous sachant guéri. 
Digne fils de BenoU, que Dieu vous rajeunisse ! 
Et qu'un guide si bon 

Don-don, 
Cent ans et par delà 
La-!â 
Néus prêche et nous bénisse I (1) 

♦ ♦ 

A A40NSE1GNEUR TRÉGARO 
(Le jour de la fête de M: Vabhé Pix^arzo) 

Monseigneur, 

Il est enfm venu ce jour. tant désiré 

De nous tous, et pourtant de qnelqirun redouté. : 

Du modeste héros de la présente fête. 

Grâce à Dieu, Monseigneur, nous voilà réunis, 

Heureux de saluer Tun de vos plus chers fils. 

D'honorer ses labeurs et ses vertus d'ascète. 

Méis ce qui .d'allégresse inonde notre coeur» 
(^est d*être présidés par Taimable pasteur 
Dont le mm seul veut dite exquise hfenveiUaivce ; 
C'est de revoir ce front qui jamais ne pâlît. 
D'entendre encor la- voix qiri jamais ne faiblH; 
D'admirer* I^énergie unie à la prudence." 

3 Octobre iSga. 

(1) Ce couplet était d'autant plus propre à flatter les principes lé^ti- 
mistes du prétre-prooerit, qu'ail éhiit une rémMseenee de cekri chante en 
1700 par le c«ré^ de Châtres (ainourcl'hui Arpi^oa» Seinc»-et^Oisc), lors du 

Sassage du petit-fils de Louis XfV, Philippe V, allant prendre possession 
u trône d'Espagne : 

Tous les bourgeois de Châtres et ceus de Montihéry 
Mènent fort grande! joie en vous.vojant id. 
Petit-fils de Louis, que Dieu vous accompagne 
Et qu'un prince si bon 

Don-don 
Cent ans et par delà 

La-la 
Règne dedans l'Espagne. 

Le jeune roi, charmé de la délicatesse du compliment, cria : « Bis i». 
Le pi'etre^ «'exécuta de bonne grâce, et le prince lui fît renrettre dix louis 
pour ses< œnrres paro^ssMes. Mais le nraKn curé^ se' tournant vers 
Plilfippei V, s'écria : « A .têboil toov; . sire^.dc dire» Bis ». Le moè éùdt 
s^ituei, la repartie plaisante, et la. somme fut ' doublée -. par ordre du 
pfinae.. 



NOTICE SUR LA VIE ET LES <I.UVHES DE M. DALIGAULT 3!'9 

AUX RR. pp. MAUREY ET GOURDIN 
(Cri de reconnait'tance) 

VÉNÉRABLES PÈRES, 

Vous êtes iali^és, épuisés, hors d'hakiae 
Par les rudes labeurs de votre apostolat ; 
Nous en gémissons, et ce n'est pas sans peine 
Qu'on vous verra partir pour un autre climat. 

Devant vous se dressaient le roi des noirs abîmes. 
Et l'orgueil de ses fils, et l'empire des sens. 
Et ce respect humain qui fait tant de victimes. 
Et ce triste mépris des saints commandements. 

Vous avez tout vaincu: pleins d'amour pour vos frères. 
Vous les avez instruits, charmés, persuadés. 
Aujourd'hui, grâce à vous, bénis et vaillants Pères, 
De la paix de Jésus leurs cœurs sont inondés. 

Les Habitants de Montsort (Alençon). 
xer Avril i8g3. 

A MES AMIS DE LA CH. B. 

Dans ce jour aux souhaits consacré par l'usage, 
Cinq noms, chers entre tous, ont fait battre mon cœur; 
Je les bénis ces noms, et je dis au Seigneur : 
« A mes amis, donnez santé, force et courage. 

« Sur leur aimable enfant, répandez vos faveurs ; 
« Elle porte déjà le doux nom de Marie : 
« Formée à la vertu, de vos dons enrichie, 
(« Elle ne connaîtra ni le mal, ni les pleurs. » 

itT Janvier iHSq. 



*% 



A MON MARCHAND DE VIN 

Je suis toujours content du vin de Saint- Pardon, 
Qull soit de la Cabane ou de la Jardinière : 
Chacun de ces deux crus, je raflirnie, est très bon ; 
Et je bois de tout cœur à leur propriétaire. 



320 NOTICE SUH LA Vlhi El Lfc.S ŒUVhEh DE M. DALIGAULT 

DÉDICACE D'UN EXEMPLAIRE DU COURS DE PÉDAGOGIE 

A Madame Alexandre, 

Ce livre, dont le titre est fort peu séduisant, 
Des femmes ne peut guère obtenir le suffrage ; 
Je vous Toffre pourtant, car il est mon ouvrage : 
Parfois le nom d'un père a sauvé son enfant. 






ENIGME INEDITE 

(Mots en carré) 

Nous sommes trois géants, vrais enfants de la terre, 
Et chacun de nous vit seul en son continent. 
Voyageurs au sortir du sein de notre mère. 
Nous marchons sans repos, chargés le plus souvent. 

Solution 



DON 




OBI 




N I L 




CHAPITRE 


V 



M. Daligault dans la retraite (1871-1894), — Membre de la 
Fabrique de V église de Montsort. — Ses occupations quoti- 
diennes, — Son affection pour sa commune natale. — Ses 
dispositions testamentaires, — Sa mjort. — Jugement 
d'un dignitaire de V Eglise sur le défunt. 

Voilà donc M. Daligault rendu à la liberté, déchargé de 
tout souci matériel. Paroissien de Montsort depuis vingt- 
deux ans, il y restera jusqu'à la fin. Ses^fidèles domestiques, 
les époux Marchand, continueront de le servir. Le quartier 
qu'il s'est choisi n'est ni trop central, ni trop excentrique ; 
à ce double avantage il joint celui d'être^un des plus tranquilles 
delà cité. De l'une des fenêtres du premier étage, l'on aper- 
çoit même un coin de la riante campagne alençonnaise. 



NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 321 

Dans cette paisible retraite, Tancien Directeur ne vivra 
pas obscur et oublié. Réputé homme d'expérience et de 
bon conseil, ses nombreux amis, ses anciens élèves continue- 
ront de recourir à ses bons avis. Son vieil ami et ancien con- 
disciple, le curé de Montsort, viendra des premiers faire 
appel à ses aptitudes d'administrateur, en le faisant entrer 
dans son Conseil de fabrique. Justement, on parle fort, depuis 
quelque temps, de la reconstruction de l'église. Cette entre- 
prise, grosse de conséquences imprévues, exige, pour être 
conduite à bon port, du tact, de l'habileté et de la prudence. 
Où mieux rencontrer ces qualités réunies qu'en M. Daligault ? 
Nulle part. Aussi son admission parmi les fabriciens de la 
paroisse fut-elle acceptée avec autant d'unanimité que 
d'empressement. Dorénavant, les délibérations de l'assemblée 
seront rédigées par ses soins, avec la concision et la netteté 
qu'on lui connaît. La question de l'église sera poursuivie 
activement, les difficultés seront surmontées, le succès cou- 
ronnera lés efforts. 

Cependant M. Daligault, habitué à tourner et retourner 
les choses, à traiter les questions financières aussi scrupuleu- 
sement que toutes les autres, en un mot exigeant que tout 
se passe selon les règles de la plus stricte légalité, crut s'aper- 
cevoir que sa façon d'agir était peu goûtée de ses collègues, 
peu habitués à un examen aussi approfondi. Alors, sans 
hésiter, il envoya sa démission écrite au Président de la 
fabrique, M. le baron de Sainte-Preuve, mais en même 
temps, pour ménager les susceptibilités de son excellent ami, 
le vénérable curé de la paroisse, il lui écrivit : 

« Mon cher Curé, nos relations d'amitié, plus encore que 
« le sentiment des convenances, me font un devoir de t'infor- 
« mer personnellement de la démarche que je viens de faire 
« auprès de M. le baron de Sainte-Preuve, à qui j'ai envoyé 
« ma démission de membre de Conseil de fabrique. Tu 
« connais à peu près les motifs de ma conduite, et tu sais 
« qu'ils sont sérieux. En tout cas, il est clair qu'il y aura 
« profit pour moi, sans aucun dommage pour la fabrique» 
« à ce que l'administration me donne un successeur. J'espère 
« donc, mon cher Curé, que ma détermination ne portera 



832 NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 

« aucune atteinte à notre vieille amitié, et je n*hésite pas à 
« t' offrir, persuadé que tu voudras bien l'agréer, une nouvelle 
« assurance de mon profond dévouement. 

« Signé : DALIGAULT. » 
17 Octobre 1873, 

Nous avons dit que M. Daligault était souvent consulté 
par ses amis et ses anciens élèves. Nombre d'ecclésiastiques 
ne dédaignèrent pas non plus de recourir à ses lumières, 
A tous il donnait des conseils sages et pratiques, marqués 
au coin du bon sens et de la raison. Il n'admettait pas qu'un 
prêtre s'occupât de choses étrangères à son ministère sacré, 
f Ce n'était pas sacerdotal », disait-il. Abonné au 'journal 
La Croix, il protesta auprès de la direction contre l'usage 
profane que l'on faisait de l'image du Rédempteur, en la 
plaçant en tête de cette feuille ; et comme il ne fut pas tenu 
compte de sa réclamation, il abandonna le journal. 

Jamais il ne connut le désœuvrement : la lecture, la médita- 
tion, quelques compositions poétiques occupaient ses loisirs,, 
après qu'il avait mis ordre à sa correspondance. Suivant sa 
vieille habitude, jamais il ne prenait de repos que fort avant 
dans la nuit. Un repas substantiel au milieu du jour, avec une 
frugale collation le soir, lui suffisait pour vingt -quatre heures. 
Ce régime qu'il observa rigoureusement de longues années, 
lui permit d'arriver à un âge avancé, sans ressentir d'inftrmrtés 
graves. Nous l'avons vu, à l'âge de soixante-quinze ans» 
monter et redescendre un escalier difficile, avec la rapidité 
et presque la souplesse d'un jeune homme. Cependant les 
longs voyages, surtout ceux en chemin de fer, à cause des 
trépidations de la marche, lui étaient interdits. Nous pensons 
que le dernier de cette nature qu'il ait entrepris, fut celui 
d'Alençon à Briouze, où il alla, en 1876, assister à l'inhumation 
de son meilleur ami, l'abbé Moulin. Chrétien pratiquant» 
jamais il ne manqua, à moins de raison de santé, aux céré- 
monies dominicales de sa paroisse. Dans l'église, il se faisait 
remarquer par la ferveur de ses prières ; mais sa présence» 
près de la chaire, était plutôt gênante pour le prédicateur, à 



NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 328- 

cause du mouvement désapprobateur qu'il ne pouvait retenir, 
si quelque expression l'avait choqué. 

Sa grande dévotion envers la Sainte Vierge lui avait fait 
accepter, comme indiscutables, les apparitions de Lourdes. 
Toutefois, il découvrit dans les beaux livres de Henri Lasserre, 
des erreurs et des discordances qui le frappèrent, au point 
qu'il en écrivit à l'auteur. Celui-ci ayant reconnu la justesse 
des observations et le sentiment chrétien qui les avait 
provoquées, en remercia M. Daligault par la lettre suivante, 
datée de Paris, le 29 Octobre 1877 : 

« Mille remerciements. Monsieur, pour les corrections 
« que vous voulez bien m'indiquer. C'est un véritable service 
« que vous me rendez. 

« Quelques-unes de ces fautes ont été déjà corrigées 
« dans la seconde édition illustrée, qui a paru dans le courant 
« de cette année. Mais il en est plusieurs qui avaient compléte- 
« ment échappé à notre attention, et je vous suis très recon- 
«c naissant de me les signaler. Je veillerai, dans une troisième 
« édition, à ce qu'elles soient faites avec le plus grand soin, 
« sauf un ou deux néologismes ou incorrections que je me 
« suis permis intentionnellement pour rendre ma pensée 
« presque dans sa nuance. 

« Permettez-moi, Monsieur, de serrer la main qui a eu 
« l'obligeance de me rendre ce bon office. 
« Votre bien dévoué 

« Henri LASSERRE, 

« 55, rue de Vaugirard. » 

Devenu octogénaire, M. Daligault conservait intactes 
la plupart de ses facultés : son jugement était toujours aussi 
sain, son esprit aussi pétillant, sa mémoire aussi sûre qu*en 
pleine jeunesse. Seules la vue et l'ouïe avaient un peu faibli. 
Néanmoins son amour du travail intellectuel était resté le 
même. Nous pourrions citer, à l'appui de ce fait, l'exemple 
d'un ouvrage historique, de plus de 400 pages, que, en vue de 
le rendre moins imparfait, il lut et relut à Vaide d'un stéréos- 
copCy ne pouvant plus lire les caractères ordinaires, qu'en 



324 NOTICE SLK LA VIK ET J.KS ŒUVRES DE M. DALIGAULT 

se servant de cet instrument grossissant. Il fallait vraiment 
que le souvenir du sol natal, uni à une affection particulière 
pour Fauteur, fût fortement enraciné chez lui, puisqu'il ne 
craignait pas de s'imposer une corvée si fatigante et si 
prolongée. 

Nous avons eu déjà l'occasion de parler de la répulsion 
qu'inspirait à M. Daligault toute manifestation extérieure, 
faite pour flatter la vanité. En voici un nouvel exemple : 

Un ancien instituteur, devenu commerçant à Fiers, avait 
adressé à tous ceux qui, comme lui, avaient reçu les leçons 
du vénéré Directeur, une circulaire les invitant à se réunir 
en un banquet à Alençon, pour offrir une œuvre d'art au 
Maître, en témoignage de leur reconnaissance collective. 
Cette démarche, agréée de l'administration académique, 
chaleureusement accueillie dans tout le département, promet- 
tait un plein succès ; mais l'auteur du projet avait agi sans 
pressentir M. Dahgauit à ce sujet, pensant que, comme tant 
d'autres, il serait flatté de cet hommage public. Avisé de la 
manifestation qui se préparait sur son nom, le vénérable 
vieillard n'eut rien de plus pressé que de protester énergique- 
ment contre toute tentative de ce genre. Cette fin de non 
recevoir était si catégorique qu'il ne restait plus qu'à s'in- 
cliner. 






L'amour de M. Daligault pour son pays natal se manifeste 
en maintes circonstances. 

Dès 1845, lors de la reconstruction de l'église de La Chapelle- 
Biche, il ne se borna pas à une générosité pécuniaire, il rédigea 
encore les circulaires qu'il fallut lancer de divers côtés pour 
provoquer des souscriptions. Nous avons sous les yeux les 
minutes de celles qui furent adressées au roi et à la reine. 
Ce sont des modèles de délicatesse et de style. 

En 1872, lorsqu'il s'agit de faire refondre les cloches, 
il prit encore une large part à la dépense. Au pasteur, qui 
lui faisait un reproche amical d'oublier sa paroisse d'origine, 
il répondit : « On le verra bien à mon décès ». _ 



NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 325 

Il devait justifier cette réponse au-delà même de ce qu'il 
était permis d'espérer, en établissant les pauvres de la com- 
mune ses légataires universels, par son testament olographe, 
daté du 24 Août 1892, dont l'article premier est ainsi conçu : 
« J'institue mon légataire universel le bureau de bienfaisance 
« de la commune de La Chapelle-Biche, représenté par le 
« maire qui se trouvera à la tête de ladite commune au 
« moment de mon décès ». 

Sa fortune n'était pas bien importante pour deux causes : 
la première, sa générosité envers sa famille ; la seconde, 
deux mauvais placements de fonds, entre autres celui-ci. 
En 1844, il avait confié 4.000 francs à un notaire de Caen 
pour les prêter sur hypothèque à un sieur Lebis, de Carentan. 
Malheureusement le notaire s'était laissé tromper : l'hypo- 
thèque se trouva de 3« ordre, et l'immeuble estimé au triple 
de sa valeur vénale. Le résultat fut donc que M. Daligault 
perdit ses fonds. 

Pour comble de malheur, il entreprit sur le même sujet, 
diverses procédures, qui tournèrent à son désavantage, et en 
fin de compte doublèrent presque la perte. Bref, sur le dossier 
de cette malheureuse affaire, on lit, avec la date 1872 : 
Rien à faire, 

M. Daligault, pressentant que sa fin ne pouvait être éloignée, 
mit ordre à ses affaires. Avec sa prévoyance habituelle, il 
régla ses funérailles, dressa la liste des personnes à inviter, 
rédigea la lettre de faire part, voire même le court article 
nécrologique à insérer au Journal d*Alençon, 

Cela fait, il disposa de petits souvenirs (livres, manuscrits, 
objets divers), en faveur de ses amis, mettant sur chacun le 
nom du destinataire. Puis se jugeant prêt pour le grand 
voyage, il attendit tranquillement la mort. 

Elle vint le 1^^ Août 1894, à la suite d'une attaque d'hydro- 
pisie, qui lui fit endurer de cruelles souffrances. Ses obsèques 
furent célébrées selon ses intentions. Une foule nombreuse 
et recueillie accompagna sa dépouille mortelle à l'église et 
au cimetière. Un tombeau très convenable surmonta sa 
tombe. 

Ainsi finit cet homme remarquable, dont la vie fut toute 
de droiture, de lovauté et d'honneur. 



326 NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DAMOAULT 

Nous ne saurions mieux conclure notre travail qu'en 
reproduisant l'article suivant, dû à la plume d'un pieux 
ecclésiastique, qui avait vu de très près M. Daligault à l'œuvre : 

« Le vendredi, 3 Août 1894, avaient lieu, dans l'église de 
Montsort, les obsèques de M. Daligault, ancien Directeur de 
l'Ecole normale d'Alençon, chevalier de la Légion d'honneur, 
décédé à l'âge de 83 ans. 

« Cet homme était un grand chrétien. Deux fois dans le 
cours de sa vie, il voulut se consacrer au service de Dieu 
en embrassant le sacerdoce. Il en était digne par sa foi vive, 
par sa vertu qui ne se démentit jamais, par son attachement 
inviolable à la cause de Jésus-Christ et celle de la sainte 
Eglise. Dieu ne permit pas que son désir s'accomplît. Il 
l'appelait à une autre fonction où il a fait plus de bien qu'il 
n'en aurait fait peut-être dans les rangs du Clergé. Cette fonc- 
tion, c'est celle de Directeur de l'Ecole normale. 

Il faut l'avoir vu à l'œuvre et avoir été témoin de la 
conduite de ses élèves, pour apprécier, comme elle le mérite, 
la carrière qu'il a remplie. 

« Eclairé par la lumière de la foi, beaucoup plus sûre et 
plus éclatante que celle de la raison, M. Daligault comprit 
de suite que son devoir était de former des instituteurs 
chrétiens ; que ceux-là seulement pouvaient former d'honnêtes 
gens et des citoyens vertueux ; que, au jour de la mort, ce 
serait le compte le plus rigoureux qu'il aurait à rendre à Dieu. 
Il vit ces choses et se mit résolument à l'œuvre. Il a été plus 
de vingt ans Directeur de l'Ecole normale, et, pendant tout 
ce temps, il ne s'est jamais proposé d'autre but. 

« Pour rien au monde il n'aurait souffert dans sa maison 
un jeune homme sans foi et sans vertu. Comment un tel 
jeune homme, lorsqu'il serait devenu instituteur, aurait-il 
élevé les enfants ? 

« Il exerçait sur tous une vigilance active, mais paternelle. 
Autant il les aimait, autant il avait à cœur de conserver leurs 
mœurs. La jeunesse d'ailleurs a plus besoin de surveillance 
que de liberté. 



NOTICE SUA LA VIE ET LES ŒUVRES DE Af. DALIGAULT 327 

« S'il rencontrait parfois un sujet dépourvu des qualités 
«essentielies à un bon instituteur, il demandait aussitôt son. 
■départ. Pourquoi le garder ? Les défauts de l'école ne font- 
piresque toujours que s^accentuer» quaad les jeunes gens en 
sont sortis. 

a Chose très rare I Malgré cette surveillance, il savait se 
faire aimer et estimer de ses disciples. Pas un seul n'aurait 
voulu le contrister. C'est qu'il était extrêmement bon pour 
tous. Dans leurs peines, dans leurs souffrances et leurs mala- 
dies, il avait pour eux une tendresse de mère. Cette tendresse 
jaillissait de son cœur, qui était très aimant, et de sa charité 
qui était très vive. Aussi continuait-il à s'intéresser à ses disci- 
ples, même après qu'ils avaient quitté l'école. Dans leurs 
embarras, ils étaient sûrs de trouver en lui un père affectueux 
et dévoué, en même temps qu'un guide plein de science et 
de sagesse. 

« La prêté ne fut jamais Tennemie de la science: Ml Daligault 
voulait que ses élèves fussent capables et instruits. C'est dans 
ce but qu'il leur procurait d'excellents professeurs ; qu'il 
exigeait d'eux un travail assidu, et qu'il se rendait compte 
par lui-même de leurs devoirs. Il obtint par ces moyens 
des résultats remarquables. 

« Aux levons de pédagogie, il ajoutait des leçons de vertu« 
Tous les jours, après l.\ prière du matin, il faisait lui-même 
une lecture dans le livre de l'Imitation ; et très souvent, 
à la fin de l'étude du soir, il venait en faire rendre compte. 
Puis, partant de là, il jetait à pleines mains, dans ces jeunes 
âmes, les semences de vertu qu'il avait cueillies dans son 
propre cœur. 

« Ce qu'il recommandait à ses disciples, il le faisait 
lui-même. Les jeunes gens assistaient à la messe tous les 
jeudis, et* aux offices du matin et du soir tous les dimanches. 
M. Daligault les accompagnait toujours ; et* son respect pt)ur 
nos saints MJ'Stères était tel qu'ils n'airaient qu'à jeter les 
yeux sur lui pour comprendre ce qu'ils devaient être. 

« Il communiait non seulement à Pâques, mais encore 
aux principales fêtes^ de Tannée. La sainte Ëuc^ristie était 
un aliment pour san âme, \ate cons&^tion pcKir son eœur, et 
*jne force dans l'accomplissement de se« devoirs. 



328 NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒIVRES DE M. DALIGAULT 

« La génération d'instituteurs qu*il a formée a porté son 
empreinte : elle a été bonne et chrétienne. Elle a fait un 
bien qui durera longtemps. 

a Heureuses les populations auxquelles Dieu donne de 
pareils instituteurs! Les enfants sont instruits et bien élevés, 
et, plus tard, ils deviennent des citoyens honnêtes et des 
hommes consciencieux. j> 

A. SUR VILLE. 



APPENDICE 



Li^te de? Élève? de M- DAL^IOAULl^ 



1850 

Beuzeval, Blin, Chénel, Demacé, Derouet, Dreux, Duguey, 
Favrie, Folloppe, Génissel, Glaçon, Groult, Legrain, Louvel, 
Martin, Pelletier, Piel. 

1851 

Aubert, Aubin, Avenel, Ballon, Brionne, Bisson, Chevallier, 
Deshayes, Durand, Duval, Esnault, Fleury, Fontaine, Gautier, 
Leconte, Lefèvre, Lory, Martin, Quignard, Roger. 

1852 

Ballon, Besnard, Beuzeval, Catois, Collet, Cordier, Decaux, 
Delaunay, Deslandes, Gougeon, Jean, Letellier, Loraille, 
Prod' homme, Renault, Richard, Roger, Seigneur, 

1853 

Avenel, Béziers, Châtelais, Déforges, Hamon, Lamelet, 
Lechâtellier, Lenormand, Marguerite, Menochet, Mesnîl, 
Onfray, Reine, Sauque, Savary. 



NOTICE SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 329 

1851 

Adam, Brard, Cardon, Chaligne, Charron, Gilbert, Lechat, 

Lelièvre, Lemai, Lemasson, Levesque, Loraille, Mortagne» 

Quentin, Préel. 

1855 

Binet, Blin, Bugleau, Gaillard, Fleury, Folie, Gouin» 

Guibé, Hellouin, Huard, Lafleur, Landier, Leconte, Leroy, 

Robieu. 

1856 

Gautier, Grandière, Lehugeur, Launay, Laurent, Lecoq, 
Lefavrais, Orgeval, Pellouin, Poirier, Rocher, Vaidie. 

1857 

Carré, Chartier, Dourdoigne, Ernoult, Leblanc, Lecointe, 
Leguay, Lemercier, Leroux, Louvel, Sébert, Vioilet. 

1858 

Bigeon, Bohard, Brard, Collée, David, Desvoies, Drou- 
lout, Duval, Fauvel, Landemore, Lefèvre, Marcis, Morel, 
Mousset, Pluet, Rainfray, Rivière, Rungette, Touche. 

1859 

Cholet, Dubos, Dufresne, Durand, Grier, Hellouin, Husnot, 

Labbé, Laîné, Lebailly, Marchand, Monsallier, Plomel, 

Prudent. 

1860 

Baron, Besnard, Bonhomme, Chesnais, Cusson, Delétang,. 

Drouet, Dumesnil, Fouquet, Gouin, Guilmin, Héroux, Mulard. 

Plannier. 

1861 

Boisgontier, Bourgine, Chevalier, Davy, Deséchalliers» 

Duverdier, Fouré, Hergault, Lefoyer, Onfray, Quentin, Surty, 

Thierry, Védier. 

1862 

Aunay, Bourdet, Frémont, Gendrel, Grippon, Hamelin, 
Houlier» Lechêne, Leguedey, Letoré, Mouzet, Petit, Quentin. 
Selles, Thomas, Vaidit. 



334) NOTICE SUR LA VI K ET LES ŒUVRES DE M. DALIGAULT 

1863 

Berthault,. Bigeon, Billard, Cholet, Groult, Guérin, Jou- 

veaux, Lefèvre, Lemauviel, Lepeintre, Morice, Piel» Pui»- 

tienne, Ravet. 

1864 

Beaumont, Béhu, Delaunay, Gaumer, Lecreux» Lemar* 
•quant, Lorieul, Louvet, Quettier, Sannegon, Signeux, Toutain. 

1865 

Baratte, Blanchard, Bourlier, Brisard, Deuzet, Fortin, 
Laîné, Lamier, Lesellier, Oury, Pottier, Quandieu. 

1866 

Bêliez, Besnard, Bidault, Bourban, Corbière, Dufay, 

Godet, Gruillère, Huet, Roussel (A.), Roussel (F.)f Sauvage, 

Toutain. 

1867 

Friquet, Garnier, Gendrel, Gibourdel, Gougeon, Guittard, 

Lepasteur, Manoury, Martin, Pauthonnier, Peilier, Ramond» 

Vimont. 

1868 

Retourné, Croisé, Cusson, Deverre, Dourdoigne, Epinette, 

Fourré, Germond, Grandguillot, Lelièvre, Ruel» Toutain, 

Villette. 

1869 

Chéroii, Collet, Croisé, Davoust, Fleury, Gautier, Groult, 

Halbout, Jean, Lemoine, . Louvel, Martin» Olivier, Réaux, 

Richard. 

1870 

Bouilly, Cotreuil, Frébet, Jean, Lecoq, Levannier, Levayer, 
Longuet, Loraille,. Marge» Mortagne, Roussel, Rupé, Surville 
Toutain. 



■■.1 K t 7 ^ -^ ' " '>*^.-.« 'lot 1 



LES GARDES D'HONNEUR 



DU DÉPARTEMENT DE L'ORNE 



(1808-1813) 1 



I 



En 1808, Napoléon eut l'idée de créer, sous le nom de 
garde d'honneur, un corps formé exclusivement de jeunes 
gens, qui s'équiperaient à leurs frais et recevraient, après 
une année de service, le brevet de sous-lieutenant. Ce projet 
dut être abandonné par suite du petit nombre de jeunBs 
gens qui répondirent aux appels pressants des préfets. Cepen- 
dant, dès cette époque, des compagnies s'organisèrent dans 
plusieurs départements pour former l'escorte de l'empereur 
à son passage et prirent le nom de gardes d'honneur. 

Elles ne pouvaient se réunir en tenue qu'avec l'autori- 
sation du général commandant la division militaire (2) sur 
la demande du préfet, et ne devaient pas compter dans leurs 
.rangs des jeunes gens de la classe prochaine (3). 

Dans les derniers mois de Tannée 1808, alors qu'il était 
question d'un voyage de Napoléon dans le département de 
rOrne, pour le commencement de 1809, le préfet, à l'exem- 
ple de ses collègues des départements voisins, résolut de 

(1) J'adresse tous mes remerciements à ceux qui ont bien voulu m'aider 
dans ces recherches et spécialement à M. Du val, archiviste du dép< da 
l'Orne, à M. Huet, capitaine au 14« hussards, à M. Detontaine, auteur d'une 
étude aussi ducumentée que soignée sur les gardes d'honneur du Calvados» 
et enfin à M. 'Poi*t, auquel est due cette remarquante flhistration représen- 
tant un officier des gardes d'honneur à cheval du dép^ de l'Orne. 

(2) Lettre du ministre de l'Intérieur du 24 avril 1810 au préfet de l'Orne» 
rappelant cette prescription. (Arc h. de VOrne), 

(3) Circulaire du miaistre de riirtérieur du 8 {anvfer 1810. 

26 



V 



332 LES GARDES d' HONNEUR DU DÉPARTEMENT DE l'oRNE 

m 

former une compagnie à cheval. Il adressa, à ce sujet, au 
préfet du Calvados, la lettre suivante : 

«27 Septembre 1808. 

« Mon cher Collègue, 

« Quoique j'ignore à quelle époque S. M. pourra se déter- 
miner à honorer de son auguste personne nos départements 
de rOuest, je me propose d'organiser, dès à présent, une 
garde d'honneur, d'autant mieux qu'il serait imprudent 
de remettre à un autre temps cette formation, qui ne doit 
pas être faite précipitamment. Comme vous venez de vous 
occuper d'un semblable travail (1), je ne puis mieux m'adresser 
qu'à vous. Obligez-moi donc, je vous en prie, en m'indi- 
quant confidentiellement la marche que vous avez tenue 
pour choisir les personnes qui doivent faire partie de la 
garde d'honneur. Je désirerais, savoir aussi, comment vous 
avez agi pour les réunir, leur donner des chefs, un uniforme 
et enfin une organisation complète, de manière qu'à votre 
premier ordre ils se trouvent préparés à s'acquitter dignement 
de leur mission (2)... » 

A la réception de la réponse de Caen, le chevalier de Lamag- 
delaine s'occupa de suite à faire dresser la liste des jeunes 
gens du département susceptibles de figurer dans les gardes 
d'honneur. 

D'Octobre à Décembre 1808, il réclama à maintes reprises, 
aux sous-préfets et aux maires, des listes de proposition, 
en leur rappelant que « cette formalité contribuera beaucoup 
à mériter, tant au département qu'aux individus de la garde 
d'honneur, l'attention, la protection et les faveurs de l'empe- 
reur, tandis que leur refus pourrait les faire noter d'une 
manière très-désagréable (3) ». 

Il est probable que le succès ne répondit pas à son zèle. 



(1) La garde d'honneur à cheval du département du Calvados fut orga- 
nisée le 9 août 1808. (Les Gardes d* Honneur da Calvados^ par Henri 
Defontaine, p. 22.) 

(2) Arch, de VOrne. 

(3) Lettres du préfet (Arch. de VOrne). 



LES GARDES d'hONNEUR DU DÉPARTEMENT DE L'ORNE 333 

car, le 21 Janvier 1809, il écrivit à son collègue de Seine- 
et-Oise... 

« Comme je vais faire incessamment une tournée relative 
à la levée de conscription de 1810, je me propose d'en profiter 
pour amener l'organisation complète et définitive de la garde 
d'honneur. Je laisserai aux individus qui la composent la 
nomination de leurs officiers. Quant au commandant, je 
n'ai pris encore aucune résolution à cet égard. Monsieur 
Amédée de Broglie était une des personnes auxquelles j'avais 
songé pour cette place, et son nom, comme les titres qu'il 
peut avoir à la mériter, m'étaient parfaitement connus. (1) » 

Dans le courant de Février et de Mars, autres lettres 
aux sous-préfets, pour stimuler leur zèle et les encourager 
à faire de nouvelles démarches auprès des jeunes gens ayant 
refusé. 

« Je vous avoue, écrit le préfet, au sous-préfet de Mor- 
tagne, le 4 Avril 1809, qu'il serait scandaleux, que des mes- 
sieurs de Saint-Pol, il n'y en eut pas au moins un dans la 
garde (2) ». 

Cependant dans son désir de réussir et de voir animés 
de son zèle, ses administrés peu enthousiastes, il écrivit à 
M. de Montalivet, ministre de l'Intérieur: 

« 8 Mars 1809. 

" Monseigneur, 

< Persuadé que S. M. daignerait d'ici quelque temps 
honorer de son auguste personne, ceux des départements de 
l'Ouest qu'Elle n'a pas encore visités, plusieurs proprié- 
taires, riches et jeunes, se sont empressés de me témoigner 
leur désir de composer une garde d'honneur et d'offrir en 
cette qualité leurs services à l'empereur. J'ai accueilli leur 
zèle et régularisé leur mouvement. Environ cinquante jeunes 
gens sont inscrits et désirent composer une compagnie à chevaU 
Avant des les autoriser à se former, à choisir leurs chefs, 
à déterminer leur uniforme, j'ai cru devoir. Monseigneur, 
prendre vos ordres à cet égard, afin de pouvoir, d'après vos 

{l) Are 'f. de L'Orne. 
(2) Arc h. de VOme. 



334 LES GARDES d'HONXEUR DU DÉPARTEMENT DE LORNE 

instructions, organiser définitivement ce corps, qui, comme 
moi, brûle du désir bien sincère de prouver à S. M. son amour 
et son dévouement (1) ». 

A cette lettre le ministre répondit : « Qu'il approuvait la 
formation dans le département de TOrne, d'une garde d'hon- 
neur à cheval, suivant le désir de plusieurs propriétaires du 
département ». 

Le dimanche, 30 Avril 1809, en vertu de cette autorisation, 
les propriétaires désignés furent convoqués et réunis, sous 
•la présidence du préfet, pour élire leurs officiers et choisir 
leur uniformes. 

Poulain Martené de Saint-Pater fut nommé capitaine (2) ; 
Thiboust de Touvoie, lieutenant (3) ; Sarrande de la 
Charpenterie, sous-lieutenant (4) ; de Bonneval, maréchal 
'des logis chef ; Doisnel et Droullin de Tanques, maréchaux 
des logis ; de Saint-Sauveur, de Villiers d'Heloup, Robil- 
lard de Brevaux et de Mésenge, brigadiers. 

L'uniforme devait être le suivant (5) : habit, parement, 
toUet, doublure vert foncé, revers et passepoils roses aux 
retroussés et aux poches (en long) ; bouto^s ronds et blancs (6) 
épaulettes, contr'épaulettes, dragonne, aiguillettes en argent; 
gilet de casimir blanc ; pantalon collant vert foncé, orné 
sur le devant de chaque cuisse d'un trèfle en galon d'argent 
et sur le côté d'un galon de même ; demi-bottes bordées 
d'un galon d'argent avec glands en argent ; chapeau demi- 
claque, ganses et floches en argent ; cocarde tricolore ; 
plumet blanc de 48 cent, et pour les officiers de 58 cent. ; 
schabraque vert foncé bordé d'un galon en argent avec 
glands et deux aigles en argent aux angles de la schabraque ; 
fourniment blanc orné d'un galon brodé en argent en plein 
sur les bords du cuir, celui-ci passé au vernis. Sabre de cava- 

(1) Arch, de COrnr, lettre du 2îi mars. 

(2) Il avait été avant 1790 capitaine de dragons. 
■ (3) Il avait été page du duc de PcLtliièvre. 

(4) 11 avait été avant 1790 officier d'artillerie. 

(5) Journal du département de l'Orne du 7 mai 1809 complété et rcctiflé 
par les notes de M. Defontaine. « * 

(6) Comme ceux des hussards actuels. . . 



LES GARDES d' HONNEUR DU DÉPARTEMENT DE l'ORNE 335 

itsÎB légère. Les officiers portaient, la banderole de giberne 
•et le ceinturon en maroquin vert galonné d'argent (1). 

Pour arrêter la haute fantaisie de cet uniforme, le préfet 
dut» peu à près, sur l'invitation de général, rappeler dans 
une lettre, adressée, le 2 Août, à M. de Saint Pater a que les 
officiers» sous-officiers, soldats et cavaliers de la garde d'hon- 
neur ne doivent porter que les épaulettes de leur grade, 
<:omme dans la garde nationale (2) » Pressé de compléter 
et d'achever l'organisation, il écrivit à M. de Saint-Pater, 
le 24 Juillet : 

« Je vois avec plaisir que la garde d'honneur que vous 
commandez se dispose définitivement à s'habiller et à s'équi- 
per et vraisemblablement à se monter. J'approuve le léger 
changement qu'elle a fait à son uniforme... Je vous prie 
d'activer, autant qu'il sera en vous, l'entière organisation 
•et l'instruction militaire de la dite compagnie ». 

Puis, le 9 Août : 

« Je crois que la réunion de la compagnie des gardes 
d'honneur doit avoir lieu au plus tard le 15 Septembre* 
D'ici cette époque, ceux de ces messieurs les gardes qui 
n'ont pas encore de chevaux auront le temps de s'en pro- 
enrer ». 

EInfin, après cette dernière recommandation, le préfet 
triomphant put envoyer au Ministre de l'Intérieur le rapport 

suivant : 

< 21 Août 1809. 
« Monseigneur, 

« La garde d'honneur à cheval de moa département, 
organisée définitivement et sur le point d'être complètement 
équipée, va se rassembler dans les premiers jours du mois 
de Septembre prochain. Cette compagnie qui montre: les 
plus favorables dispositions et qui est composée de jeunes 

(1) Communication de M. Defontaine. L'uniforme du trompette était 
Tin verse de celui des gardes quant à la couleur de l'habit, des rêvera et: du 
pantalon. (Lettre du préfet au ministre du IS mai 1S09}. Arch^ de VOrne. 

(2) Arch. de VOrne. 



336 LES GARDES D* HONNEUR DU DÉPARTEMENT DE l/ORNE 

gens appartenant aux meilleures familles du pays n'attend 
plus que son guidon pour faire broder le tablier de son trom- 
pette. Je leur ai promis que je leur remettrai, au nom du 
département, le guidon, auquel ils attachent un grand prix 
et qu'ils regardent, avec raison, comme une faveur signalée 
et qui me semble leur être due, d'autant plus que dans les 
autres départements, un tel présent a été fait aux gardes 
d'honneur... 

« J'ajouterai que récemment appelés par M. le général 
sénateur commandant la 14e division, à se tenir prêts à 
marcher contre les Anglais dans le cas où les 200 voiles 
sorties de la rade des Dunes et signalées comme se dirigeant 
vers l'Ouest, tenteraient à débarquer sur nos côtes, ces 
jeunes gens ont témoigné beaucoup d'empressement et de 
bonne volonté. 

« Je vous prierais de m'autoriser le plus tôt qu'il vous 
sera possible à faire broder ce guidon pour la garde d'honneur 
à cheval de mon département (1) ». 

Le 10 Octobre le ministre de l'Intérieur autorisa le préfet 
à faire broder le guidon (2). 

L'année 1809 se passa comme la précédente, sans que 
Napoléon vînt visiter les départements de l'Ouest. Au commen- 
cement de 1810, il fut de nouveau question d'un voyage 
dans cette partie de la France. Le Préfet de l'Orne voulant 
parachever son œuvre, écrivit aux Sous-Préfets, à la date 
du 26 Mars 1810, pour leur faire connaître « que par 
arrêté du 14 Mars 1810, il a nommé commandant en chef 
de la garde d'honneur du département de l'Orne, Monsieur 



(1) Arch. de VOrne, 

(2) Lettre dn 16 octobre 1809. 

Ce guidon fut-il Jamais brodé ? Eu annonçant à M. de Broglie sa nomi- 
nation de commandant le préfet ajoutait en effet, dans une lettre du 
30 mars 1810, « qu'il attendait le mois de Juin pour le recevoir à la tête de 
la compagnie et profiter de l'occasion pour remettre à la garde d'honneur 
le guidon brodé pour elle ». Le 19 juin, nouvelle lettre remettant la convo- 
cation à deux mois. 

En outre toutes les recherches pour trouver trace de ce guidon sont 
restées infructueuses. Les personnes les plus érudites, les plus compé- 
tentes sur tout ce qui concerne ces questions et spécialement les gardes 
d'honneur, qui ont bien voulu m'aiaer dans ces recherches, n'ont rencontré 
nulle part la description ou même la mention de ce guidon. 



LKS GAKDES d'hoNNEUK DU DÊPAKTKMENT DE L'ORNE 337 

Amédée de Broglie, qui a accepté (1) », et que « depuis Torga- 
nisation de la garde d* honneur à cheval, il se proposait de 
former une compagnie à pied, prise sur les principales villes du 
département, et qui fera conjointement avec la garde à cheval, 
son service auprès de S. M. lorsqu'elle daignera visiter le 
département de TOrne (2) ». 

Ce projet n'eut pas de suite, sans doute à cause des diffi- 
cultés rencontrées dans l'organisation de la compagnie à 
cheval, dont le contrôle était le suivant au 17 Août 1810 (3). 

De Broglie (Amédée) (4), commandant en chef, 36 ans ; 
Poulain de Martené de Saint-Pater (5), capitaine, 42 ans ; 
Thiboust de Touvoie, lieutenant, 32 ans ; Sarande La Char- 
penterie, sous-lieutenant, 39 ans ; de Bonneval (Charles- 
René), maréchal des logis chef, 34 ans ; Doisnel (François), 
29 ans, et DrouUin de Tanques, 43 ans, maréchaux des 
logis ; de Saint-Sauveur, 28 ans, Villiers de Heloup (René), 
Robillard de Brevaux, 39 ans, de Mésenge (Alexandre) (6), 
21 ans, brigadiers ; Davesgo d'Ouilly (Jean - François). 
27 ans, Dumesnil (Louis-Dominique), 31 ans, Quillel de 
Fontaine (Jean-Louis) (7), 28 ans, Thomas des Chesnes 
(Louis) (8), 30 ans, Cottereau (Julien), 28 ans, Chateau- 
thierry du Breuii (Nicolas), 32 ans, Marescot (Gabriel) (9), 
29 ans, Jorré Morinière (Jean-Baptiste), 32 ans, Mesenge 
Martel (Marie-Auguste), 22 ans. Malassis Cussonnière 



(1) Cette nomination fut approuvée le 24 avril 1810 par le ministre. 
{Arch. de l'Orne, R.) 

(2) Arch. de VOrne, R. 
• (3) Arch. de VOrne. 

(4) 11 éUit avant 1790 officier de cavalerie. 

(5) Il était fils de Thomas-René Poulain, écuyer, sieur de Martené, et de 
Jacqueline Turpio. 

(6) Né à Alençon le 8 septembre 1787, fils de Claude-Lonis de Mesenge, 
chevalier, seigneur de Martel, et de Marie- Henriette Goujon de la Binar- 
diére. 

(7) Né à Alençon le 17 septembre 1781, fils de Jean-Gabriel Qaillel de 
Fontaine, conseiller du roi, avocat au baUlage et siège présidial, et de 
Marie-Françoisc-Louise Paillard de Cheliay. 

(8) Né à Alençon le 24 avril 1779, fils de Guillaume-Mathieu Thomas, 
sieur des Chesnes, conseiller du roi, et de Geneviève-Adélaïde Brossin. 

(9) Né à Alençon le 24 mars 1780, fils de Gabriel-Louis Marescot, con- 
seiller du roi, et de Marie-Louise -Pélagie Duchesne 



338 LES GAHDES D' HONNEUR DV DÉPARTEMENT DE L*ORNB 

(Marie- Joseph) (1), 31 ans, PhiJippe Saint-Nicol»- 
(Pierre-Charies (2), 21 ans, Champrel (Nicolas) (3), 37 an», 
Guedon Beauchène (Narcisse), 30 ans, Chagrin de Bnille- 
mail, 23 ans, Lamondière, Chateauthierry, 23 ans, Choisne 
de Trinqueville (Gabriel), 22 ans, Colombel, 30 ans, 
de Corday de Renouard, 28 ans, Delonlay, 27 ans, Des- 
rotours (Charies), 30 ans, Dubuisson-Desseaux, 38 ans, 
Montreuil de Clavie, 24 ans, du Moulin la Bretèche, 
22 ans, Godechal, 25 ans, Hellouin de Cenival (Alexandre) (4) 

35 ans, Lahaye d'Ommoy, 24 ans, Perrier La Genevrayc, 

24 ans, Angot de Fiers, 31 ans, Ruault du Plessis» 

25 ans, Trippier-Frainais, 26 ans, Saint-Aignan la Bour- 
dinière, 27 ans. Ballot, 34 ans, Bonnet de Bellou (Achille), 

36 ans, Chartier-Desrieux, Laùivay-Cohardon, 27 an», 
Dubreuil Saint-Hilaire (Théodore), 19 ans, Guerouj;t_la 
Gûhière (André), 26 ans, Mesenge (Auguste), 25 ans, Per- 
rochel Morain ville, Servy, 29 ans, Villeieau La vallée, 
28 ans, et Bourget, 22 ans, gardes. 

Du reste il en fut de 1810, comme des années précédentes, 
Enfin, dans les derniers jours du mois de Mai 1811, l'Empe- 
reur et l'Impératrice quittèrent Saint-Cloud, pour visiter 
une partie de la Normandie, en commençant par Caen. 
Le 22 mai, à midi, L. M. venant de Rambouillet arrivèrent 
à Chandai, où étaient réunies les principales autorités ainsi 
que les gardes d'honneur à cheval du département. Après 
la harangue du Préfet, les voitures se remirent en marche 
précédées des gardes d'honneur. Après plusieurs arrêts : 
au château de Tubceuf, appartenant au comte de Lilliers, 
chambellan de l'Empereur; à Laigle ; à Sainte-Gaubmge- 
sur-Rille ; au haras du Pin ; à Argentan ; l'Empereur et 
l'Impératrice quittèrent le département de l'Orne à six 



(1) Né à Alençon le 12 octobre 1778, fils de François-Charles Malassis de 
la €us80Rnière, avocat, et de Eléonore-Liicrèce-Michelle Hourde-Launay: 

(2) H était fils de Antoine Philippe de Saint-Nicolas, chevalier de Saint- 
Louis, et de Marie-Claude-Jacqueline Coste de Vaugourdon. 

(3) Né à Alençon le 11 avril 1771, fils de Etienne-François Neveu, sieur de 
Champrel, écnyer, trésorier de France, et de Thérèse-Catherine des Doufts. 

(4) Né à Alençon le 6 août 1776, fils de Alexandre- François-Charles 
Hellouin -^e Cenival, et de Jean ne- Elisabeth Roré. 



LES GARDES d' HONNEUR DU DÉPARTEMENT DE l'ORNE ^âft* 

heures du soir à Maison-Rouge, dans la commune d'Occa-» 
giies (1). 

La semaine suivante, à leur retour, les souverains partirent 
de Saint-Lô le 31 mai, arrivèrent à sept heures du soir à 
Alenjon, sous Tescorte des gardes d'honneur qui les condui- 
sirent à la Préfecture disposée pour les recevoir. Le lendemain, 
l^f Juin, les réceptions et les visites prirent la matinée et une 
partie de raprès-midi. A quatre heures» l'Empereur à cheval 
et l'Impératrice en voiture, accompagnés de leur escorte, 
parcoururent les principaux, quartiers dé la ville. 

Le 2 Juin, à neuf heures du matin, le cortège impérial 
quitta la ville, et passant par Saint-Julien-sur^Sarthe et 
Mortagne se dirigea sur Chartres. A la limite du département» 
prit fin le service des gardes d'honneur, dont le commandant,. 
M. de Broglie, reçut de l'Empereur une bague ornée de son 
chiffre en diamants (2), 

Cette période d'une semaine constitue les états de services 
de la gaçde d'honneur sédentaire du département de l'Orne. 



II 



Si jusqu'en 1813 les gardes d'honneur n'avaient été que 
des troupes de parade, il n'en fut pas de même après la cam- 
pagne de Russie, au cours de laquelle, presque toute la cava- 
lerie de l'armée avait disparu, quand par le senatus-consulte 
du 3 Avril 1813, Napoléon créa quatre régiments de gardes 
d'honneur. Le contingent du département de l'Orne devait 
contribuer à la formation du l^r régiment organisé à Versailles 
le l*' Mai 1813 et placé sous le commandement du général 
de division comte de PuUy. 

Le Préfet, chargé de l'exécution du décret, fit établir à la 
hâte les listes prescrites, car dès le 2 Juillet 1813, le Ministre 
de l'Intérieur lui faisait connaître que le contingent devait 
être entièrement prêt à partir du 15 au 2Û Juillet. Si certains 
jeunes gens avaient pu être séduits par les brillants uniformes* 

(1) Journal du département de VOrne du 26 mai 1811. 

(2) Journal du département de VOrne du 9 juin l?il. 



340 LES GARDES D'HONNEUK DU DÉPARTEMENT DE l'ORNE 

couverts de riches broderies, rien de ce genre ne pouvait 
alors les tenter, car le nouvel uniforme imposé aux gardes 
d'honneur, était à peu près celui de simple hussard, d'un 
drap un peu plus fin, avec le harnachement de la cavalerie 
légère (1). 

Malgré l'espoir du Préfet .de voir « qu'un grand nombre 
de jeunes gens n'attendraient pas à être désignés, pour donner 
à S. M. une preuve de leur dévouement pour son service, 
de leur attachement pour sa personne (2) ». sur les cent 
gardes qu'eut à fournir le département de l'Orne, il n'y en 
eut que quarante et un à s'inscrire volontairement. Les autres 
portés d'ofTice sur les listes invoquaient les motifs de dispense 
les plus divers. Incorporés de Juillet en Octobre, ils furent 
dirigés d'Alençon sur Versailles en détachements successifs. 

Le 21 juin, 23 ; le 5 juillet, 18 ; le 8 juillet, 13 ; le 
24 juillet, 27 ; le 5 août, 7 ; le 21 août, 9 ; le 26 sep- 
tembre, 2 ; le 10 octobre, 1. Total 100, dont 41 volon- 
taires et 59 désignés. ^ 



(1) Pelisse vert foncé, doublée de flaiieUe blanche, bordure des bords et 
du collet, boudin et tour de manches en peau noire ; gants olives et 
tresses blanches ; le fond du dnlman vert foncé doublé de toile à la partie 
supérieure et de peau rouge à la partie inférieure avec collet et parements 
écarlates ; tresse du collet des fausses poches et des parements de la même 
couleur que ceUe de la pelisse. Culotte hongroise en drap rouge avec tresses 
blanches ; boutons blancs ; ceinture cramoisie avec garnitures blanches, 
schako rouge. (Décret impérial du 5 avril 1813.) 

(2) Mémorial administratif du département de VOrne, n» 266, 10 avril 
1813. 



LES GAliDES D'HONNKUU DU DKPAHTEMENT DE l'ORNE 341 



LISTE DES JEUNES GENS (1) 

faisant partie du contingent des Gardes d'honneur du 
département de VOrne et incorporés dans le i" régi- 
ment des Gardes d'Honneur à Versailles. 
(Juin-Octobre i8i3.) 

1. Anthoine-Tocville (Jacques-Jules), né le \^^ Mai 
1793, à Argentan, fils de Jean- Jacques, et de Marie- Jeanne 
Troui-Loisel. Son père, sous-inspecteur des forêts, a 3.000 1. 
de rente. Famille très considérée. Volontaire ; incorporé 
à la 14^ compagnie. 

2. Barbot-Desfosses (Cyrille), né le 9 Juillet 1793, à 
Alençon, fils de François-Juste et de Victoire Desfosses. 
Son père est propriétaire et négociant. Son aïeul maternel 
était chevalier de Saint-Louis, commandant la capitainie du 
Nord, au cap Français. Son oncle paternel était président du 
tribunal. Il appartenait à une famille honnête et consi- 
dérée : 2.000 1. de rente. Volontaire ; incorporé à la 7® com- 
pagnie. 

3. Barville (Louis), né le 15 Décembre 1792, à Alençon, 
fils de Etienne et de Louise de Mésenge. Son père ex-noble 
était avant la révolution ofiicier dans le régiment de la Sarre 
et a été membre du conseil général du département a 8.000 1. 
de rente. Désigné et incorporé dans la 6® compagnie. 

4. Bessin (Jacques-André), né le 29 Octobre 1792, à Glos, 
fils de Jacques et de Elisabeth Le Comte. Son père a 1.000 
livres de rente. Un de ses frères, membre de la Légion 
d'honneur, capitaine au 19« régiment de ligne, un autre 
sert dans l'artillerie. Cette famille jouit d'une certaine consi- 
dération. Volontaire ; incorporé à la 5® compagnie. 

5. BicHAiN (Auguste), né le 24 Juin 1790, à Passais, fils 
de Pierre et de Louise Ramard. Sa mère veuve a 1.000 1. 

(1) L'orthographe des noms est teUe qu'eUe est sur les registres de la 
préfecture. A la suite de chaque nom se trouve la mention : c Le jeune 
homme a de l'éducation, de bonnes mœurs et Jouit de la considération 
compatible avec son âge ». 



342 LES GARDES D* HONNEUR DU DÉPARTEMENT DE l'ORNE 

de rente, et sept enfants dont deux sont au service de la 
grande armée. Famille considérée. Volontaire ; incorporé à 
la 9« compagnie. 

6. BoissENouLT (Michel-Toussaint), né le 1^ Février 1793, 
à Carnette, fils de Michel-Etienne, et de Marguerite Lbguay. 
Orphelin a 400 1. de rente, appartient à une famille honorée 
et considérée. Volontaire ; incorporé à la 5® compagnie. 

7: BouLAY (Prosper-Isaac-Martin), né le 10 Novembre 1796, 
fils de Jean, et de Victoire Berenger. Son père négociant à 
Alençon a douze enfants dont deux vélites dans les grena- 
diers et chasseurs de la garde impériale ont été tués l'un 
à la bataille d'Austerlitz, l'autre dans un combat de cette 
campagne. Famille très considérée a 2.000 1. de rente. Dési- 
gné ; incorporé à la 9® compagnie. 

8. Bourlet-Saint-Aubin (Charles-Marie-Antoine), né le 
6 Juillet 1788, à Versailles, fils d'Antoine-Simon, ex-noble, 
et de Esther-Thérèse Prévost. Appartient à une famille 
très considérée. Orphelin a 8.000 1. de rente. Désigné ; incor- 
poré à la 16® compagnie. 

9. Brossard (François-Léopold), né le 2 Novembre 1791, 
à Argentan, fils de François et de Marie Guyon de Vauloger. 
D'une famille noble, son père officier de gendarmerie, mort 
en activité de service, a laissé peu de fortune : 1.500 1. de rente 
à sa veuve et 800 1. de rente au jeune homme. Volontaire ; 
incorporé à la 4® compagnie. 

10. Chalmel (Louis), né le 30 Juin 1791, à la Ferté-Macé, 
fils de Louis-François, et de Françoise Turbout. Son père 
est décédé. Sa mère a 1.000 1. de rente. Son oncle décédé 
avait été membre du conseil général. Cette famille appartient 
à la très bonne bourgeoisie. Volontaire ; incorporé à la 12® 
compagnie. 

11. Chalmel-Lacour (Armand-Constant), né le 30 Bru- 
maire, an IV, à la Ferté-Macé, fils de Alexandre-Fortuné, 
et de Marie-Madeleine-Jacqueline Faneau. Famille honnête 
et considérée, a LOOO 1. de rente. Proche parent du docteur 
Bouttey, membre du corps législatif. Volontaire ; incorporé 
à la 15® compagnie. 



LES GAHOES d'HONNKUK DU DÉPARTEMENT DE L*ORNE 34^ 

12. Changehel (Pierre- Auguste), né le 16 Juillet 1793, 
à Tinchebray, fib de Gilles et de Renée Calais. Son père, 
négociant et président du tribunal de commerce de Domfront, 
a 5.000 1. de rente, indépendamment de son commerce qui 
est très étendu. Famille considérée et influente dans le pays. 
Désigné ; incorporé à la 11® compagnie. 

13. Charpentier (Emile), né le 5 novembre 1794, à Bellême» 
fils de Jacques-Louis, et de Elisabeth Penier. Son père 
a 6.000 1. de rente en propriétés territoriales. Famille consi- 
dérée dant le pays et bien alliée. Désigné, incorporé à la 
9® compagnie. 

14. Chateauthierry (Auguste-Marie), né le 22 Mars, 

1791, à_Saint-Lége r_^urTSsilhe, fils de François- Auguste, 
ex-noble, et de Jeanne-Françoise de G ueroul t. Famille 
ex-noble bien considérée et bien alliée. Orphelin, a 1.000 1. 
de rente. Désigné, incorporé à la 9® compagnie. 

15. Chateauthierry la Dépenserie (Éléonore-^ierre- 
'Claude), né le 20 Pluviôse an IV, à Alençon, fils de Pierre- 
Jacques-René, ex-noble, et de Marie-Eléonore-Rosalie 
Bercher. Son père, décédé, était oflicier de Dragons, à la 
Révolution. Sa mère avait une fortune médiocre : 1.000 1. 
de rente. Famille considérée. Volontaire, incorporé à la 
9« compagnie. 

16. Cheradamme (Bernard- Jacques-Marie), né le 20 Mai 
1786, à Carrouges, fils de Etienne- Jacques, et de Elisabeth 
PiLET. Son père était avant la révolution juge au baillage 
de Carrouges et de Lignères. Il est actuellement avocat à 
à Carrouges et vit très honorablement ainsi que sa famille, 
avec 2.000 1. de rente. Son fils a 4001. de rente lui venant de 
sa mère. Volontaire, et incorporé à la 10® compagnie. 

17. Chesneau DE LA Drouerie (AchUlc), né le 27 Juillet 

1792. à Alençon, fils de Marin-René, et de Eugénie-Renée 
DE ViLLiERS. Son père, ex-noble a 12.000 1. de rente. Son 
grand'père était receveur général des tailles, à Atençon. 
Famille très considérée et alliée aux plus anciennes maisons 
du pays. Désigné et incorporé à la 6^ compagnie. 

18. Chevrel DES Landes (Frédéric-François), né le 



344 LES GAHDKS D* HONNEUR DU DÉPARTEMENT DE l/OHNK 

22 Mars 1795, à Colombiers, fils de Thomas, et de Julie 
DuPARC. A perdu son père. Son grand'père était conseiller 
du roi, en Télection d'Alençon. Sa mère a 3.000 1. de rente. 
Famille considérée à Alençon. Volontaire, incorporé à la 
9® compagnie. 

19. Choisne DE Tricville (Gabriel), né le 12 Janvier 1789, 
à Neuville-sur-Touques, fils de Frédéric-Auguste, et de 
Hélène-Félicité de Malvoue. Son père, ex-noble, a 40.000 1. 
de rente, est un des plus riches propriétaires du département. 
Famille considérée et bien alliée. On lui a contesté jadis sa 
noblesse, mais d'après des renseignements parvenus depuis, 
sa noblesse a été reconnue et prouvée. Il était garde d'honneur 
du département. Désigné et incorporé à la 9« compagnie. 

20. Clouet (Jean-Thomas), né le 19 Juin 1794, à Alençon, 
fils de Jean-Michel, et de Justine-Félicité Foucqueron. 
Son père, mort, était notaire à Alençon ; son oncle maternel 
également notaire à Alençon, appartient à une ancienne 
bourgeoisie, a 300 1. de rente. Volontaire, incorporé à la 
11« compagnie. 

21. Darde (Louis-Sever), né le 25 Août 1794, à Longny, 
fils d'Antoine, et de Marie-Thérèse Gensey. Appartient à 
une famille honnête. Son oncle est capitaine. Orphelin, il a 
1.000 1. de rente. Famille considérée. Désigné, incorporé !à 
la 16® compagnie. 

22. Defoulongne (Jacques), né le 27 Septembre 1790, 
fils de Jacques, et de Victoire-Adélaïde Duberne. Avant la 
révolution, son père était garde du corps du roi et un de ses 
oncles, officier de cavalerie. Famille ex-noble est ancienne 
et alliée aux meilleures maisons du pays, a 3.000 1. de rente. 
Désigné, incorporé à la 17 ^compagnie. 

23. Delangle (Fortuné-Armand), né le 14 Octobre 1794, 
fils de Fortuné-François-Pierre-Claude, et de Louise Joubert. 
Son père, juge d'instruction au tribunal de Mortagne. Son 
grand'père paternel est conseiller à la cour impériale de 
Caen. Cette famille ayant 4.000 1. de rente appartient depuis 
un grande nombre d'années à la magistrature. Désigné, 
incorporé à la 17® compagnie. 



LKS GAKDKS I) ' HONNEUK DU DKPAHTKMKNT DE l\)RNE 345 

24. Deneuville (Nicolas), né le 15 Avril 1794, à Beauvoir, 
fils de Rolland, ex-noble, et de Marie de Guillot. La fortune 
de son père est très bornée. Cette famille est considérée dans 
le pays et très ancienne. Désigné, incorporé à la 7® com- 
pagnie. 

25. Desfrançois Pontchalon (Charles-François-Théo- 
pliile), né le 10 octobre 1792), à Valframbert, fils de 
Charles-Ambroise, ex-noble, et de Zélie Leroy de Grand- 
mont. Sa mère appartenait à une famille très distinguée. 
Orphelin, a 700 1. le rente. Désigné, incorporé à la 9« 
compagnie. 

26. Deshayes (Michel), né le 15 Avril 1793, à Vimoutiers, 
fils de Jean Michel, et de Marie-Rosalie Lachenaye de 
Vaux. Son père a 15.000 1. de rente en propriétés territo- 
riales, indépendamment d'un mobilier assez considérable. 
Sa famille considérée appartient à une ancienne bourgoisie. 
Désigné, incorporé à la 9^ compagnie. 

27. Desvaux-Lamotte (Gui-Théodore), né en 1793, à 
Cahan, fils de Gui, ancien juge de paix et de Jeanne Fres- 
NA1S. Son père était avant la révolution juge de Condé-sur- 
Noireau, de la Carneille et juge d'élection. Il a 1.000 1. de 
rente. Famille considérée. Le jeune homme était étudiant 
en médecine. Volontaire, incorporé à la 16® compagnie. 

28. DoisNEL, (François) né le 31 Janvier 1780, fils de 
René-François, ex-noble. Orphelin, a 12.000 1. de rente, 
maréchal des logis de la garde d'honneur du département. 
Sa famille est très considérée. Son père était chevalier de 
Saint-Louis, capitaine de Dragons, dans le régiment de 
Noailles. Le père et le fils avaient émic^ré. Désigné, incor- 
poré à la 2® compagnie. 

29. DoRNANT (Marie-Jacques-Joseph), né le 8 Décembre 
1786 à Alençon, fils de Marie-Henri, ex-noble, et de Margue- 
rite Cebert. Sa famille qui est très Considérée est alliée 
aux meilleures maisons du pays. Un de ses frères est officier 
de cavalerie. Désigné, incorporé dans la 15« compagnie. 

30. Druet-Desvaux (Louis) né le 23 novembre 1793, 
à Alençon, fils de Jean-Jacques, et de Madeleine Demées. 



846 LES GARDES D'HONNEUH DU DÉPARTEMENT DE l'ORNE 

■ 

Son père était membre du conseil général, inspecteur fores- 
tier, a 10.000 1. de rente. Très considéré dans le département 
Désigné, incorporé à la 6^ compagnie. 

31. Dubreuil de Saint-Hilaire (Jacques-René-Théo- 
dore), né le 28 Février 1790, à Saint-Hilaire, fils de Jacques- 
Louis-Robert, ex-noble, et de Marie Le Frère de Maisons. 
Famille ayant 20.0001. de rente en terre. Et garde d'honneur 
du département. Désigné, incorporé à la 9« compgnie. 

32. Dubur-Dolendon (Victor-Charles-Marie), né le 
10 Janvier 1794, à Essey, fils de Charles-François, et de 
Marie-Charlotte Deshayes. Famille considérée. Désigné, 
incorporé à la 5® compagnie. 

33. Dumont (Etienne), né en Août 1793, à Canap ville, 
fils de Guillaume, et de Françoise- Anne Godet. Son père 
propriétaire a 1.500 L de rente. Appartient à une famille 
de la bourgeoisie estimée et considérée. Volontaire, incor- 
poré à la 9« compagnie. 

34. Dumont (Jean-Baptiste), frère du précédent, né le 
21 mars 1794, à Montsecret. Désigné, incorporé à la 9^^ 
compagnie. 

35. DuMOucHET (Pierre-Charles), né le 9 Mars 1796, à Glos, 
fils de Pierre-Charles-Marie, ex-noble, et de Catherine- 
Françoise-Suzanne de Vattereau. Ex-noble, orphelin, a 
4.000 1. de rente. Ses oncles, chevaliers de Saint-Louis, étaient 
Y^oloiifels d'infanterie avant la révolution. Son grand*père 
maternel était capitaine des Grenadiers royaux. Volon- 
taire, incorporé à la 9^ compagnie. 

36. Dumoulin de la Bretêche (Alexandre), né le 12 Jan- 
vier 1789, à Argentan, fils de Nicolas, ex-noble, et de Camille 
Le Couturier. Ex-noble a 15.000 1. de rente, ex-garde d'hon- 
neur du département. Son père était chevalier de Saint- 
Louis et ofiicier de cavalerie. C'est une des anciennes famUles 
du département et très considérée. Désigné et incorporé à 
la 9® compagnie. 

37. DuNEuoERMAiN (Charles-Christophe)» né le 31 Décem- 
bre 1793, à Saint-Aubin-d'Appenai, fils de Charles-Jacques» 



LES GARDES DHONNErU DU DÉPARTEMENT DE l/ORNE 347 

€t de Marie-Louise Bigot. Son père a 2.400 1. de rente. 
Famille jouissant d'une certaine considération. Volontaire, 
incorporé à la 12® compagnie. 

38. DupoNT-DuROCHER (Frédéric), né le 27 Floréal an II, 
à la Ferté-Macé, fils de René, et de Marie-Jeanne Chamaillar. 
Appartient à une famille honnête et considérée, ayant 1.500 1. 
de rente. Volontaire, inscrit à la 7® compagnie. 

39. Eudes (Philippe-Victor), né le 24 Octobre 1786, à 
Saint-Denis-de-Briouze, fils de François-Étienne-Victor, et 
de Aimée Dlbourg. Ex-noble, orphelin, a 1.500 1. de rente, 
appartient à une famille considérée. Désigné, incorporé à 
la 20® compagnie. 

40. EvETTE (Armand-Charles), né le 10 Janvier 1790, 
à ÉchaufFour, fils de Pierre-François, et de Françoise-Cathe- 
rine Leudes. Famille considérée. Le père a été administra- 
teur du département et a 1.200 1. de rente. Désigné, incor- 
poré à la 5® compagnie. 

41. Ferrey (Louis), né le 26 Janvier 1791, au Sap, fils de 
Louis et de Catherine Beauvais. Son père a 3.500 1. de rente. 
Famille jouissant d'une certaine considération. Désigné, 
incorporé à la 5^ compagnie. 

42. FoNTENAY (César), né le 10 Octobre 1795, à Blois, 
fils de Jean-François, ex-noble, et de Jeanne Petrot. Son 
père, mort, a laissé peu de fortune à sa veuve : 1.200 f. de 
rente. Famille considérée, un de ses oncles était garde du corps. 
Désigné, incorporé à la 9« compagnie. 

43. FossARD (François-Joseph), né le 4 Mars 1796, à 
Longni, fils de Jean-Baptiste-Édouard, et de Marie-Rosalie 
Bence. Son père, juge de paix du canton de Longni, jouit 
de Festime publique, n'a pas une grande fortune : 1.600 1. 
de rente. Famille considérée. Volontaire, incorporé à la 
4« compagnie. 

44. Gallimée (Liber-Théodore), né le 10 Mars 1795, 
fils de Claude-Nicolas, et de Dominique Marie Linguet. Il 
était aspirant à l'école polytechinnique. Son père a été 
officier d'infanterie, et est actuellement avocat et jouit d'une 



348 LES GARDES D* HONNEUR DU DÉPARTEMENT DE l/ORNE 

certaine considération, il a 1.200 1. de rente. Volontaire, 
incorporé à la 9® compagnie. 

45. Garmer Besnardière (Thomas-Auguste), né le 
20 Octobre 1787, à Chanu, fils de Jean-Baptiste, et de Jeanne- 
Julie James. Son père, jadis notaire, a 4.000 1. de rente. 
Cette famille appartient à une bonne bourgeoisie. Désigné, 
incorporé à la 12** compagnie."^ 

46. Gauche la Lande (Auguste), né le 6 Frimaire an III, 
à Ménilglaise, fils de Jacques-François, et de Perrine-Thérèse 
Le François. Son père a 1.500 1. de rente, ancien officier 
d'infanterie. Famille jouissant d'une certaine considération. 
Volontaire, incorporé à la 5^ compagnie. 

47. Gauquelin des Paillères (Eugène-Valérie), fils de 
Philippe, et de Marie-Madeleine-Françoise Gaillard, né 
le 27 Septembre 1796, à Echalon. Son père a 6.000 1. de rente. 
Famille considérée et appartenant à l'ancienne borgeoisie. 
Désigné, et incorporé à la 9® compagnie. 

48. Gautier (François-Marie), né le 15 Août 1795, à 
Essey, fils de François-René-Charles, et de Marie Gelée., 
Son père a 1.000 1. de rente. Famille de bonne bourgeoisie. 
Volontaire, incorporé à le 12® compagnie. 

49. Gknl' (François), né le 8 Vendemiare an V, à Àvoisnes, 
fils de Luc, et de Juliette-Catherine Morel. D'une famille 
honorable et considérée. Orphelin, a 600 1. de rente. Volon- 
taire, incorporé à la 5® compagnie. 

50. Gérard des Rivières (Jacob-Lazarre-Charles), né 
le 2 Septembre 1793, à Carrouges, fils de Jacob, et de Marie- 
Louise LoGEARD. Son père, ex-membre du corps législatif,, 
membre du collège électoral, a 1.200 1. de rente. Famille 
considérée. Volontaire, incorporé à la 9® compagnie. 

51. Godard Boulay (Louis), né le 13 Février 1793, à 
Sées, fils de Pierre-Christophe, et de Marie Bobo-Preval. 
Son père a 5.000 1. de rente. Famille de riches négociants- de 
Sées, considérée et comptant plusieurs fonctionnaires. 
Désigné, incorporé à la 9^ compagnie. 

52. Goulard (Jacques-Marie), né le 1®^ Novembre 1796i 



LES GARDES d' HONNEUR Dl' DÉPARTEMENT DE l/ORNE 349 

à £ânes, fils de Jacques, et de Marie-Angélique Foyer. 
Famille de bonne bourgeoisie ayant 1.000 1. de rente. Proche 
parent de M. Oudineau Favrie, officier retraité, décoré de la 
Légion d'honneur, et de M. Guérin, riche propriétaire du 
département. Volontaire, incorporé à la 16® compagnie. 

53. GuiBÉ (Prosper), né le 23 Nivôse an IV, à Alençon, 
fils de Thomas, et de Marie-Françoise-Thérèse Leroux. 
Son père était un des premiers négociants d' Alençon, a 
8.000 1. de rente. Famille considérée. Désigné, incorporé à 
la 16® compagnie. 

54. GuiLLOCHiN LA Pelonnière (Pierre-François-Floreutin), 
né le 21 Octobre 1793, à Brisard, fils de Pierre-François-Joseph 
et de Marie-Madeleine-Apoline, Bacon des Rives. Son père, 
notaire à 1.000 1. de rente. Famille de bonne bourgeoisie. 
Alliée à plusieurs fonctionnaires. Volontaire, incorporé à 
la 15® compagnie. 

55. Hue (Erasme), né le 19 Août 1793, à Bellême, fils de 
Yves, et de Julienne Pierre. Son père négociant, proche 
parent du général Coin commandant en second Tartillerie 
de la garde impériale. Cette Famille a 2.400 1. de rente et elle 
est depuis un grand nombre d'années dans la classe des bons 
commerçants. Le jeune homme a de sa mère 1.200 1. de rente. 
Volontaire, incorporé à la 11® compagnie. 

56. JoRRÉ LA Rochelle (Pierre), né le 31 Juillet 1784, 
à Nantilly, fils de Pierre-Antoine, et de Marie Dubois. 
Famille considérée ayant 2.000 1. de rente. Son grand'père 
avait été capitaine de hussards. Il est néanmoins incertain 
si cette famille était noble, mais du moins, elle est très consi- 
dérée et bien alliée. Désigné, incorporé à la 20® com- 
pagnie. 

57. JuAS Passonnais (Arsène), né le 5 Messidor an IIL 
à Vaucé, fils de Jean, et de Louise Mauguy. Orphelin» a 
1.200 1. de rente, d'une famille considérée d'ancienne bour- 
geoisie. Volontaire, incorporé à la 9® compagnie. 

58. Labbé (Jacques-Alexandre), né le 14 Juillet 1790, 
à Échaufïour, fils de Pierre-Jacques, et de Marie-Félicité 



li'À) LES GARDKS D'hOXNKUH DU DKPAHÏEMKNT DE LOHNE 

DE Pin A Y. Son père a 1.200 1. de rente, d'une famille consi- 
dérée. Volontaire, incorporé à la 9^ compagnie. 

59. Laigre Tournerie (François-Simon), né le 2 Mars 
1788, à Passais, fils de François, et d'Angélique Le Bossé 
Laitonnière. Son père mort avait 1.200 1. de rente. Son 
grand'père maternel était garde du corps de Louis XV. 
Famille considérée appartenant à la plus ancienne bour- 
geoisie. Désigné, incorporé à la 9® compagnie. 

60. Langlois Bonelière (Hippolyte-Jean-Baptiste), né 
le 19 Novembre 1791, à Saint-Marc, fils de Étienne-Siméon, 
<?t de Marie Boutry. Son père a 2.000 1. de rente. Famille 
de bonne bourgeoisie. Désigné, incorporé à la 15^ com- 
pagnie. 

61. La Rol'vraye (Charles-Léonor), né le 10 Juillet 1788, 
à Touquettes, fils de Jean-Vincent, ex-noble, et de Marie- 
Louise Montchevrel. Son père a 8.000 1. de rente, et était 
^vant la révolution gendarme de Lunéville. Volontaire, 
incorporé à la 6® compagnie. 

62. Laveille Descours (Jean-Charles-Théodore), né le 
21 Décembre 1793, à Longny, fils de François, et de Marie 
Thibout. Son père négociant, juge du tribunal de commerce 
a 3.000 1.' de rente. Famille très considérée. Désigné, incor- 
poré à la 9^ compagnie. 

63. Lebeuf (Louis-Martin), né le 26 Mai 1792, à ^..aigle, 
fils de François, et de Félicité Flissière. Son père mort était 
notaire à Laigle. Sa mère est remariée à M. de Corboyer, 
ancien ofiicier de dragons, de famille noble, chef actuel de la 
6© cohorte de la garde nationale. Le jeune homme a 1.500 1. 
de rente à lui et est cousin de M. Desmousseaux, préfet 
de l'Escaut. Désigné, incorporé à la 19® compagnie. 

64. Le Boi yer Saint-Gervais (Bernard), né le 10 Juillet 
1788, à Mortagne, fils de Pierre-Nicolas, ex-noble, et de 
Louise L e Tessier de la Bersière. Son père, ex-noble, 
était chevallier de Saint-Louis et mousquetaire noir. Il 

• a été pendant près de quatorze ans maire de Mortagne, 
ayant une fortune de 3.500 1. Le jeune homme a à lui 
1.000 fr. de r^nte. Désigné, incorporé à la 13® compagnie. 



^-^S GARDKS D HONNErR Dl' DKPAKTEMENT DE l/OHNE 351 
65. 



17Q — '^ Cellier (Nicolas-Armand), né le 21 Décembre 

^ ' ^ Longny, fils d'Auguste et de Marie Thibout. Sou 

P . '^Cîeveur des domaines à Longny a 7.000 l. de rente. 

. *^ jouissant d'une certaine considération. Désigné, 

^~^^^Té à la 20® compagnie. 

. r^ «--^EHANTiER (Charles-Victor), né le 16 Août 1790, 

j *^ ailles, fils de Louis- Jean-Charles, ex-noble, et de Anne- 

^^^ ^^ -Charlotte DorEzv. Son père a 1.200 1. de rente, a 
^^j.^^^-X-de du corps sous Louis XV. Famille ex-noble consi- 
mo^ ^^ ^^^^ ^^^^ alliée. Désigné, incorperé à la 9« com- 

au^Y:^" ^E Hérissé (Paul), né le 26 Janvier 1794, au Ménil- 
tietr^^^ 'ï'c, fils de Antoine, et de Aimée Quenault. Appar- 
per^^^ à une famille considérée. Il a 2.000 1. de rente, ayant 
^ son père. Désigné, incorporé à la 5« compagnie. 

^^. Lemaire (Georges), né le 13 Février 1794, à Alençon, 
fils de François-Jean, et de Anne-Angélique-Rosalie Caiget. 
La famille ayant 3.000 1. de rente est une des plus anciennes 
d'Alençon très bien alliée et compte plusieurs anciens magis- 
trats. Son grand'père était trésorier de France à Alençon. 
Volontaire, incorporé à la 9® compagnie. 

69. Lemoine (Jacques-Adrien-Antoine), né le 13 Janvier 
1792, à Mortagne , fils de Marie- Jean- Jacques, et de Marie 
Fresnel. Famille très considérée avant 4.000 1. de rente. 
Le jeune homme a 800 fr. de rente. Désigné, incorporé à 
la 5^ compagnie. 

70. Levain (René- Jérôme), né le 23 Mai 1790, à Sées, 
fils de René, et de Marie-Anne de la Haye. Son père qui a 
été garde du corps de Louis XVI est actuellement receveur 
des droits réunis, il a 600 f. de rente. Un des frères du jeune 
homme est sous-iieutenant au 5^ dragons. Famille considérée. 
Volontaire, incorporé à la 9*^ compagnie. 

71. LiARD la Bouquetière (Salomon), né le 14 juillet 
à Mesnil-Herné, fils de Henri, et de Marie-Françoise Launay. 
Il a 1.500 fr. de rente. Sa mère veuve a 2.400 1. de rente. 
Il y a dans cette famille plusieurs fonct'cnnaires. Famille 



352 LKS GAHDKS d'hONNEUU DV DÉPARTEMENT 1>E i/ORaXE 

de bonne bourgeoissie. Désigné, incorporé à la 20® com- 
pagnie. 

72. Loisel-Precourt (Isidore-Sébastien), né le 6 Octobre 
1788 à Gacé, fils de Gilies-Isidore-Auguste, et de Marie 
Lallemand. Son père, avocat à Gacé a 1.200 fr. de rente. 
Très bonne famille alliée à plusieurs fonctionnaires. Dési- 
gné, incorporé à la 15® compagnie. 

73. Magné-la-londe (Jean-Alexis-Boniface), né le 
14 Mars 1791, à Falandre, fils de Charles-Alexandre, et de 
Marie Leveque. Son père a 3.000 1. de rente. Famille consi- 
dérée. Désigné, incorporé à la 5® compagnie. 

74. Malitourne (Armand-Jean-François), né le 20 Fé- 
vrier 1788, à Alençon, fils de Pierre- Jean, et de f. Marie- 
Victoire Gelai. Son père a 12.00 f. de rente, était avant la 
Révolution procureur au présidial d'Alençon. Son oncle est 
conseiller de préfecture. Un de ses frères est membre de la 
Légion d'Honneur, a servi dans la Garde Impériale ; y est 
entré comme velite. Famille très honorable et très estimée à 
Alençon. Volontaire, incorporé à la 20® compagnie. 

75. Marivain (Guillaume-Auguste), né le 25 Décembre 
1795, à Beauchêne, fils de Guillaume, et de Marguerite 
Lemaitre. Son père a 3.000 1. de rente, négociant. Famille 
appartenant à la bonne bourgeoisie. Volontaire, incorporé 
à la 15^ compagnie. 

76. MÉSENGE (Marie-Louis-Auguste), né le 28 Septembre 
1786, à Boessé, fils de René-Louis- François et de Louise 
DE LoiSEL. Appartient à une excellente famille ex-noble. 
Son père, qui était garde du coqjs avant la Révolution, 
jouit de^iûJJOO 1. de rente et cette famille jouit de la plus 
grande considération. Il était brigadier de la garde d'honneur 
du département. Désigné, incorporé à la 7« compagnie. 

77. Mesenge-Martel (Marie-Louis-Auguste), né le 8 Sep- 
tembre 1787, à Alençon, fils de Claude-Louis, ex-noble et de 
Marie-Henriette Goujon. Son père, ex-noble, jouit de 
15.000 1. de rente. Famille alliée aux plus anciennes mai- 
sons du pays. Très conâdéré. Il était un des gardes d'hon- 
neur du département. Désigné, incorporé à la 15® compagnie. 



LES GARDES d'HONNEUH DV DÉPARTEMENT DE lV)RNE 353 

78. MoLORÉ DE Fresneaux (Antoine-Henri-René), né le 
19 Avril 1788, à Séez, fils de François-René, ancien officier 
d'infanterie, ex-noble et de Charlotte-Sophie Got. Son père, 
ex-noble, a 3.000 1. de rente, d'une, ancienne maison du 
département. Famille très considérée. Désigné, incorporé à 
la 6® compagnie. 

79. Mouchard-Bonmartel, né le 11 Août 1792, à Ar- 
gentan, fils de Antoine-Pascal et de Marie Desnouettes. 
Son père, avocat à Argentan, a 2.000 1. de rente. Famille 
considérée. Désigné, incorporé à la 20« compagnie. 

80. Neveu, né le 14 Juillet 1796, à Medan, fils de Jean- 
Jacques et de Jacqueline Bigot. Son père a 8.000 1. de rente. 
Famille considérée. Désigné, incorporé à la 9« compagnie. 

81. Paillard de Chenay (Pierre-Toussaint), né le 
5 Février 1789, à Alençon, fils d'Antoine, et de Marie Margue- 
rite Decaux. Père décédé, sa mère a 8.000 1. de rente. Famille 
considérée et très bien alliée. Désigné, incorporé à la 20® 
compagnie. 

82. Pamard (Antoine-André), né le 8 Octobre 1796, à 
Pontlieu, fils de Antoine et de Anne Trahan. Son père a 
1.000 1. de rente en terre. Famille de bonne bourgeoisie. 
Plusieurs de ses parents sont officiers. Sa mère est de famille 
noble. Volontaire, incorporé à la 12« compagnie. 

83. Pernelle (Louis-François), né le 5 Juillet 1784, 
à Vimoutiers, fils de Michel et de Marguerite Vallet. Son 
père négociant a 1.000 1. de rente. Cousin germain du capi- 
taine de la compagnie de réserve du département de TOrae 
qui est lui-même de bonne famille. Celle du jeune homme est 
considérée et de la classe de l'ancienne bourgeoisie et dans 
celle des bons négociants à laquelle elle appartient. Volon- 
taire, incorporé à la 9® compagnie. 

64. Perrier de la Genevraie (Marie-Louis-Achille), 
né le 6 Août 1787, à la Genevraye, fils de Charles-Guillaume» 
•et de Marie-Madeleine-Marguerite, Gueroust de Freville. 
Son père ex-noble, était avant la révolution ca|^itaine de 
Dragons. Sa mère a 4.000 1. de sente. Il a fait parîie de la 



354 LES GARDES D* HONNEUR DU DÉPARTEMENT DE l/ORNE 

garde d'honneur du département et jouit personnellement 
de 6.000 1. de rente, depuis la mort de son père. Désigné, 
incorporé à la 18® compagnie. 

85. Philippe de Saint-Nicolas (René-Charles), né le 
11 Janvier 1789, à Alençon, fils de f. Antoine-René, et de 
Charlotte-Rose Vaugourdon. Son père, ex-noble, était 
avant la révolution capitaine au régiment Dauphin cavalerie, 
chevalier de Saint-Louis. Sa mère a 8.000 1. de rente. Famille 
très considérée et alliée aux meilleures maisons du pays. 
Il a fait partie des gardes d'honneur du département et a 
500 1. de rente. Désigné, incorporé à la 20® compagnie. 

86. PiCHON (Victor-Saint-Alban), né le 24 Juillet 1788„ 
à Sées, fils de Pierre-Charles, et de Anne-Renée Marchand. 
Appartient à une des plus anciennes familles bougeoises du 
pays, considérée et bien alliée, ayant 2.400 1. de rente. Le 
jeune homme a 1.200 1. de rente. Désigné, incorporé à la 
20® compagnie. 

87. Piques des Demaines (Armand-Honoré), né le 
28 Octobre 1791, à Tinchebray, fils de f. Philippe, et de Jeanne 
Charlotte Poulain. Son père ancien négociant est mort 
président du tribunal de commerce de Tinchebray, Sa rnère 
a 4.000 1. de rente. Désigné, incorporé à la 15^ compa- 
gnie. 

88. PouLLAiN DU JoNCERAY (Louis), né le 20 Mars 1795,. 
à Argentan, fils de Marie-Louis, et de Marguerite Rebtard. 
Appartient à une bonne famille. Son père et son grand- 
père étaient maîtres particuliers des eaux et forêts avant la 
révolution. Ils jouissaient autrefois d'une assez jolie fortune, 
mais qui a été beaucoup réduite par les effets du papier mon- 
naie. On remarque parmi ses parents M. Leraarchant autrefois- 
major au 4^ régiment de Cuirassiers, aujourd'hui chevalier de 
l'empire, officier de la Légion d'honneur, colonel de la 23^ bri- 
gade de gendarmerie. Volontaire, incorporé à la 11® com^ 
pagnie. 

89. Poulet-Malassis (Jean-Zacharie-Auguste), né le 
19 Septembre 1794, à Alençon, fils de Auguste, et de Sophie 

lassis. Son père est sous-inspecteur des forêts ; son gr? nd- 



'KS GA«I>KS d'HONNKLK DU DKPAUTKMKNT I>K l/OKNK 355 

^^^^ membre du conseil municipal d'Alençon. Famille jouis- 
^^^ d'une certaine considération; a 1.200 1. de rente. 
^'Oiitaire, incorporé à la 7^ compagnie. 

^0, Primois (Jean-Parfait), né le 10 ventôse an II, n j^^aig lp. 

^ cfe Jean-Parfait, et de Marie-Julie Dijardin. Son père 

^^^ jadis négociant. Sa famille est très distinguée dans le 

^<>|ïîaierce de la ville de Laigle ; a 7.000 1. de rente. Dési- 

o ^» incorporé à la 9^ compagnie. 

• I^i^orvÈRE LA PoMMERiE (André-Marccl), né le 25 Mars 
'• ^ A^rgentan, fils de André-Marie, et de Elisabeth Bour- 
GiXE- Soix père a 1.200 1. de rente, avocat à Argentan. Famille 
considéra ç. Volontaire, incorporé à la 9« compagnie. 

^^" ^-VGAiNE (Benoît-Léonor), né le 30 Juin 1793, à 
Mp^. ^R 3>^ , fils de Léonard, et de Marie-Victoire Esnault. 
Son pèr*^^ est mort, sa mère a 1.500 1. de rente et jouit d'une 
cet ^in^ considération. Désigné, incorporé à la 9« com- 
pagnie^ 

^^- l^AMBURE (Louis-Melchior), né le 28 Avril 1787, à 

E-^» tVls de' François-Claude-Michel, et de Agnès Lanel. 

^ père était capitaine des vétérans. Il est mort en activité 

d ^^rv'ice. Un de ses frères est membre de la Légion d'honneur. 

c P^t.siine au 14^ de ligne. Famille originaire du département 

^ ^ ^*tlure. On la dit fort honnête; a 300 1. de rente. Volon- 

^^^, incorporé à la 5^ compagnie. 

^4. Raveton (Jean-Maurice), né le 25 Janvier 1790, ù 
^^ufay, fils de Charles-Félix-Zacharie, ex-noble, et de 

^licite Le Hantier. Famille considérée; a 600 1. de rente. 

*^èsigné, incorporé à la 9<^ compagnie. 

95. Roussel -Mezerville ( François -Zacharie), né le 
18 Mai 1788, à ÈchaufTour, fils de Jean-Gaspard, ex-noble, 
et de Félicité de Raveton. Orphelin a 600 1. de rente. Famille 
considérée. Désigné, incorporé à la 9^ compagnie. 

96. Saint -Agn AN (Auguste -François -Pierre), né le 
4 Août 1786, à la Ferrière-au-Doyen, fils de René- Jacques- 
Pierre, et de Marie-Madeleine-Julie du Boiillonnet. Famille 
ex-noble, une des plus anciennes du déparTement et des 



356 LES GARDES d' HONNEUR DU DÉPARTEMENT DE l/ORNE 

mieux alliées. MM. de Saint-Agnan sont trois frères : l'aîné 
capitaine de Dragons, aide de camp, en activité : le plus jeune 
est garde d'honneur au 1«' régiment et c'est le second qni 
vient de partir pour la même destination. Cette famille jouit 
de la plus grande considération : a 2.400 1. de rente. Le jeune 
homme a 800 1. de rente. Le père est mort. La mère vit. Avant 
la révolution elle avait sept frères et tous les sept étaient 
chevaliers de Saint-Louis. Volontaire, incorporé à la 20® 
compagnie. 

97. Saint-Agnan (Henri-Pierre), né le 26 Juin 1796, à 
la Perrière, fils de René-Jacques, ex-noble, et de Marie- 
Madeleine-Julie DE BouiLLONNET. Appartient à une des 
plus anciennes familles du département et des mieux alliées 
ayant 2400 1. de rente. Le jeune homme a 800 1. de rente à 
hii, il a un frère capitaine de Dragons, aide de camp à la 
grande armée. Désigné, incorporé à la 9^ compagnie. 

98. Segouin (Henri), né le 4 Mail784, à Ecouché, fils de 
Jacques et de Henriette de Maubert. Son père est gendarme 
à cheval et a plus de 2.400 1. de rente en terres et est d'une 
famille honnête. Sa mère est de famille noble et alliée à plu- 
sieurs des principales Maisons du pays. Deux des frères du 
jeune homme sont officiers à la grande armée. Volontaire, 
incorporé à la 6^ compagnie. 

99. Veniard (Julien-Théodore), né le 11 Juin 1796, à Vire, 
fils de Jean-François et de Louise Le Bailly. Famille ayant 
1.200 1. de rente, appartenant à une très bonne bourgeoisie. 
Volontaire, incorporé à la 11® compagnie. 

100. Vivier (Stanislas), né le 21 Septembre 1794, à Vimou- 
tiers, fils de Jean-Eustache et de Catherine-Louise Floriel, 
Le père est magistrat. Famille très considérée, ayant 
4.000 1. de rente et fait partie des plus anciennes familles 
bourgeoises du dcpartem^^nt. Désigné, incorporé à la 9® com- 
pagnie. 

Dès le 26 Juillet, plusieurs gardes du contingent du départe- 
ment de l'Orne partirent pour Mayence (1). Les autres les 

(1) Lettre du général commandant le l"*^ régiment au préfet de TOrne. 
.{Arch. de VOme, R.) 



LES GARDES d'hONNEUU DU DÉPARTEMENT DE l'oRNE 357 

suivirent de près, car le 1®' régiment en entier rejoignit l'armée 
par détachements qui quittèrent Versailles entre le 19 Juin 
€t le 3 Novembre 1813. 

« Formés à la fin de l'Empire, suivant les expressions de 
M. Defontaine, les états de services des gardes d'honneur 
furent courts, mais s'ils n'assistèrent qu'à la campagne 
d'Allemagne, en 1813, et à celle de 1814, en France, on ne 
peut avoir qu'une opinion sur leur courage : ils furent au- 
dessus de tout éloge. » (1). 

O^ DE SOUANCÉ. 



(1) Le^ Gardes tVlionneiir du Calvados, par M. Defontaine, p. 120. 

Le 17 décembre 1813, les gardes furent pour la plupart versés dans les 
régiments d'éclaireurs. 

11 n'y a pas lieu de faire le récit des opérations dans lesquelles figurèrent 
les gardes d'honneur pendant les campagnes de 1813 et 1814. Cette question 
a été traitée dans les ouvrages militaires et on peut à ce su>et coneilher 
«ntr'autres : Les Gardes d'honneur du fJalvados, par M. Defontaine ; les 
Mémoires du comte de St^g'ur ; y os Gloires militaires, par Dick de Lonlay ; 
le Journal du maréchal de Castellane, 



NOTICE HISTORIQUE 

SUR LE 

COLLÈGE DE BUEIL 

A ANGERS 

Fondé par Grégoire LANGLOIS, Evêque de Séez, 

pour des Etudiants en Droit. 

( I 404 - I 867 ) 



Le but de la présente publication n'est pas de donner 
l'histoire complète d'un collège de province. Il y aura, de 
ci de là, plus d'un détail omis et peut-être même des fnits 
importants. 

Nous voulons seulement réunir et coordonner quelques 
pièces, la plupart inédites et toutes peu connues, afin 
d'offrir aux intéressés un chapitre substantiel de l'histoire 
de l'enseignement en France au moyen âge. 

Elles ne seront peut-être pas inutiles : M. S. Homniey 

I dans sa récente Histoire générale du diocèse de Sées (t. IlL 

• 1900, p. 230) trouve moyen de consacrer quatre lignes à ce 

collège et d'y commettre deux grosses erreurs. Célestin Port 

est à peine plus exact (1). 

I. — Le Fondateur et son testament 

Le collège dont nous parlons était à Angers. Il eut pour 
fondateur Grégoire Langlois. Natif de la Baroche-sous- 
Lucé (2). Ce Grégoire Langlois, un des précurseurs de 

(1) Diclionna're df Mainv-rt- Loire. Il plrce la londutioii en 14C4 (t. I,. 
p. 78), et plus loin en 1407 (t. I, p. ô'M). 

(2) Aujourd'hui dans le canton de .luvigny-suus-Andaine, urrondissemenL 
de Domfrunl (Orne). Dasochia de Lncero en latin. 



NOTICK HISTOKIQUK SLR LE COLLÈGE DE BL'EIL 359 

rhumanisme en France, était un homme d'un talent remar- 
quable. Il fut d'abord archidiacre du Passais en Normandie, 
au diocèse du Mans, puis évêque de Sées. Il avait été précé- 
demment chantre de rétjHse du Mans et officiai de Rouen. 
Il succéda sur le trône épiscopal au dominicain Guillaume 
de Rances (ou de Villeray) en 1379. Il mourut en 1404. 
Il fut enterré dans sa cathédrale. Son inscription tombale 
que rapporte le Gallia christiana (tom. XI. p. 697) est ainsi 
conçue • 

Perpétuée memoriœ R. in Chrisio pairis Gregorii Angli 
Sagiorum episcopi, collegii Sagiensis in Schola Parisiensi et 
Bueillensi in Andegavensi /undatoris bene meriti cujus obitus 
în diem III eidus maii (1) incidit anno Saliitis hominum 
M.CCCCIV. 

Par son testament, il fonda et dota de ses biens deux 
collège, l'un à Paris, qui prit le nom de collège de Sées, et se 
trouvait rue de la Harpe et des Maçons, vis à vis la petite 
porte de l'église Saint-Côme et derrière les Cordehers, sur la 
paroisse Saint-Sévérin (2), l'autre à Angers et qui reçut le 
nom de Bueil. 

(1) Cest-à-dire le 13 mai. D'après ArcU. \at. KK, 1084, p. 24, (îréjjoire 
Laiiglois assista à l'assemblée de Paris (cf. Nocl Valois : ta France et te 
_grand schisme, II, 376-397) où le roi Charles \'l avait convoqué les plus 
savants prélats dans le but d'éteindre la division de rKglise catholique. 
11 ne prit point part au concile de Constance quoi qu'on en ait dit, puis- 
qu'il était mort auparavant. 

(2) Sur ce collège de Sées fondé en 1427 (ii. st. 1428) on consultera avec 
fruit VUistoire de la ville de Paris, de Félibien et Lobineau, Paris, 1725, 
tom II, p. 808 et V, 689. — Alhenae Xormannorum, de H. Martin, éd. Bou- 
rilune et Genty, tom II, p. 776. — Du Boula}*, Historia nniversitalis Paris, 
t. V, p. 382-384. — Choppin, De sacra potitia, lib. III, tit. 5, n. 17. - Le 
Pouilié de Savary. — Aux Archives Nationales H 3, 2555 ; M. 191 ((^ocheris 
indique à tort M. 192) ; MM. 435 à 437 ; S. 65()1 à 656(9 et les registres S' 
6567 à * 6575. — Le texte des statuts, plus longs que ceux de Bueil est dans 
M. 191. — Le collège dut être ramené à la vie dès 1458 (acte de Charles VII 
du 6 septembre 1455), puis au xviii* siècle par l'évêque de Sées Lallemand. 
— En 1710 on modifia les statuts (MM. 437, fol. 27-29) - En 17701e collège 
fut réuni à Louis le Crand 'et ne compta plus que quatre boursiers 
^H. 2555). — Savary donne les noms des boursiers sagl^ns. D'après 
MM. 437, René-Nicolas Dufriche Desgenettes, né à Notre-Dame d'Alençon 
te 27 août 1725, y fut reçu le 8 avril 1750 et y demeura Jusqu'en 1756. D'après 
M. 191 Fran^'ois-Nicolas Dufriche Desgenettes fit au collège une année de 
physique à partir du 6 octobre 1780. 

La maison devait être sous le vocable de rAnnonciation, mais en fait 
«Ile était dédiée à saints Gcrvais et Julien, comme le dit Lebeuf, p. 414. 
Le contrat d'achat de la maison, cour et jardin achetés par Jean Bellard 



360 NOTICE HISTORIQUE SUH LE COLLÈGE DE BUEIL 

C'est de ce dernier seul que nous nous occuperons. 

L'évêque Langlois fut-il uni à la fondation angevine par 
le^souvenir des études qu'il y aurait faites lui-même en la 
capitale d'Anjou ? M. de L. Lens, dans son premier tome de 
V Université d* Angers (Angers, 1880. in-8. p. 282) dit que ce 
prélat y auraU peut-êtie été élève. Dans le tome III (p. 495- 
520^ des Statuts, privilèges des Universités françaises de 
Marcel Fournier, on relève au XIV® siècle nombre de clercs 
ou laïques du diocèse du Mans qui fréquentaient les écoles 
d'Anaers. Je ne pnis rien affirmer de positif en ce qui concerne 
le fondateur du collège de Bneil (t) Grégoire Langlois. 

Son testament lui-même nous a été conservé, en copie 
contemporaine. Nous en possédons un long fragment dans 
l'acte de fondation de 1424 qui sera cité plus bas (2), puis 
dans le préambule des statuts du collège de Sées à Paris (3), 
enfin dans VHistoria universitatis parisiensis de Du Boulay 
(tom. V. p. 384). Le texte intégral est aux archives nationales 
de Paris (M. 191). Voici le passage qui nous intéresse : 

Item cum alias ego disposuerim et meae intentionis extiterii 
et adhuc existât, fimdare et ordinare Parisius et Andegauis 



à M' Ueuoult Laviellc, licencié es luis et chanoine de Senlis et à sa soeur 
est du 22 juillet 1407. L*enclos était de la censive de l'Hôpital du Temple à 
ParixS (MM. 435). — Une très complète description et quatre plans du ^ 
collê|{e en l'année 1764 sont dans H 3 2555. 

L'abbé Ph. Barret a publié dans le Bulletin de la Société Archéolo^iqae 
de VOrne (t. XIV, 1895, p. 151) un article sur le collège situé à Sées où il 
donne quelques notes sur le collège de Sées sis à Paris et sur celui de 
Bueil. Voir aussi une note (I) de M. L. Duval, même Bulletin, IL 332. 

(1) Voici d'après le même livre du même Fournier (tome 1) quelques 
noms d'étudiants du diocèse de Sées à Angers : 

En 1378 : Pierre Chenau, prêtre, èco'ier en dr. can. (p. 499). — André 
Osmond, clerc, lie. en loi et bac. en dr. can. (p. 502). — Guillaume 
Haudri, clerc, lie. in utroque j. à Angers et en décret à Paris (p. 502). — 
Guillaume Paris (p. 502). — Micliel Conùtis, diacre, bac. en lois, en 
2' année, après avoir étudié pendant deux ans le dr. can. à Paris (p. 503). 
— Richard /te Turre, sous-diacre, bac. en lois (p. 507). — Ysambert 
Baiirot, étudiant en loi (p. 510). — André de Dueto, prêtre, lie. en loi. — 
Guillaume Haye, prêtre, bac. en lois. — Jean ChaumolU le jeune, clerc,, 
bac. eu lois. — Guillaume Carniru, clerc, maître es arts et bac. en décret. 
— > Jean ChauveiU, cLerc, bac. en 1. (p. 523). 

En 1393 : Nicolas Tracet, prêtre, étudiant en dr. can., en 2" année. — 
Guillaume Landri, prêtre, étudiant en dr. can., en 2' année. — Guillaume 
Renart, clerc, et. en dr. civ., en 2' année (p. 519). 

(2) Arch. \at.. Parts, S. 6383. 

(3) Arch. AVf., M. 191. Statuts fol. 2 v et 3 r. 



NOTICE HISTORIQrE SUR LE COLLÈGE DE BUEFL 361 

certum numerum Sholarîum prout executoribus meis visum 
fuerit expediens, quœ super hoc onere volo et ordino qiiod ipsi 
Scholarts dum et quoiiesve fundati et ordinati extiterint, habeani 
talent quaniiiatem seu portionem librorum meorum tam juris 
canonici quam civtiis, sicuti Execiifores met duxerint statuendum^ 
et ordinandum ac îpsis visum fuerit expedîens pro salute animœ 
mex et benefactorum meorum,.. Et pro collegio Andegavensi 
manerium seu domum quandam vocaiam de Bueil in vi^'o 
Sauueresse situatam certasque in parochiis de Farmenteriis et 
de Marigné décimas pro donatione ejusdem de bonis dictœ 
executionis acquisiverint (1) 

Puis révêque donnait le reste de ses biens aux pauvres (2), 
il nommait ses exécuteurs testamentaires, dilectissimos meos 
et amicos meos, uidelicet magistrum Robertum Brisoul et 
Johannem Belardi canonicos Cenoman. Johannem Anglici 
nepotem meum, magistrum Johannem Béton, Johannem 
Anglici, dominos Johannem Renart et Johannem Charpentier 
presbiteros, servitores et familiares meos et eorum quemlibet. 
Quibus omnibus et singulis supplico ut diciam executionem 
meam velint adimplere, defendere fideliter et tueri, et si non 
omnes possint ad hoc intendere,volo quod très illorum possint 
adimplere, augere seu detrahere ad eorum conscientias, dicto 
M. Joanne Anglici semper vocato... Actum et datum in épis- 

copali manerio Sagien anno domini millesimo quadringen- 

tesimo quarto indictione duodecima mensis autem maii (3). 

L'indication du jour n'existe malheureusement plus sur 
parchemin qui semble comme lavé à cet endroit. Du Boulay 
offre la même lacune. Une note insérée sur la charte au 
xviii© siècle donne ce chiffre qui manque aujourd'hui : 
13 Mai. Mais n'est-ce pas là simplement l'indication du jour 



(1) Du Boulay : Historia Univers. Farvs, t. V, p. 383 et 384. et Arch. Nat., 
M . 191. 

« 

(2) Residuum vero honorum omnium meorum, si quid sit executîone 
mea compléta et reparationibus meis Jacti» seu finanieia pro eis facta, si 
qua debeatur, super quo attentis attemlendis et hits que reperivi tempore 
nieo rejfero me honorum virorum arhitrio, do et lego per manus executo- 
rnm meorum injra nominandorum pauperihus ecclesie et pnellis mari" 
tÀUidis et aliis piis locis prout viderit expediens erof^andum, saper quibus 
eflrum conscientias onero... . 

(3) Arch.Nat., M. 191. 



362 NOTICE HISTOKigUK SUR LE COLLÈGE DE BL'EIL 

du décès ? Cette date est en elTet donnée comme le jour de 
la mort par M. Chevalier (bio-bibliographie), par le Gallia 
-christiana, par rinscription funéraire, par les statuts de 1424, 
par Tobit célébré à Bueil. On ne peut donc fixer qu'ap- 
proximativement le jour où Grégoire Langlois signa son 
testament par lequel il fondait les deux collèges de Sées (1). 

II. — Exécution des dernières volontés de 

Grégoire Langlqis 

Le testament fut recoiinu par les notaires apostoliques 
•et impériaux : Jean Renard, Thibaut Songe et Nicolas 
Trasset, prêtres. Quelques jours plus tard, le 17 Mai, on 
inventoriait les biens du défunt (2). 

Pour fonder le collège d'Angers, les exécuteurs de la volonté 
de révêque Langlois achetèrent donc, des deniers du prélat, 
deux dîmes de blé, vin et autres revenus, sises Tune à la 
paroisse de Fromentières et l'autre en celle de Marigné en 
Anjou (3), plusThôtelde Bueil (ou Bué), situé rue de la Roë, 
alors dite Sauveresse, « entre l'hôtel et jardin de l'abbé de la 
Roë d'une part et d'autre part de l'hostel, court et jardin 
de la Jaille et à une maison et établi appartenant à la femme 
et hoirs de Guillaume du Pron (4) m. Le contrat de l'acquêt de 
la maison de Bueil est du 7 Avril 1410, avant Pâques (1411, 
n. st.) et celui de la dîme de Marigné est du 24 Janvier 1420 
(1421 n. st.). On ne peut pas dire que les héritiers se hâtaient 
dans l'exécution des ultimes volontés de l'évêque de Sées. 

Que l'on veuille- bien toutefois se rappeler que sévissait 

(1) M. Fournier, l.cs Statuts, I, 377, fixe à tort le décès au 3 mai. D*aprés 
Marin l^ruuverre (ms. ae la collection de M. Dumaine). Grégoire Langlois 
aurait été ensépulturé non à la cathédrale mais à rabba\'e de Saint-André 
•de-Gouflern. 

(*i) Arch. .V«^, M. 191. Cet inventaire très curieux est en double expé- 
<litioD. 11 mériterait d'être publié. Une copie en a Jadis été exécutée pour 
les archives de l'évéché de Sées. 

(3) Ces deux communes (cf. Angot, Dict. Mayenne, II, 231 et 780), sont 
<ians le canton de Chateau-Gonthier. Cette double dîme fut achetée 4.500 
livres. La rente était fournie par les curés de ces localités. Hibl. Angers, 
ins. 1259 (1030). 

(4) VitaMathœi Menagii par Gilles Ménage. Paris, 1674, p. 52. L'hôtel de 
la Jaille devint plus tard celui de Mélinais. Cf. Péan de la TuiUeri^ 
(éd. r. Port). 



NOTICK HlSTORIQUh SUR hK COLLHGE DE Hl'KIL *MVA 

alors la guerre de Cent-Ans, la désolation des églises de France. 
Charles VIII monta sur le trône en 1 122, ayant pour compéti- 
teur heureux Henri VI d'Angleterre, L'année suivante le 
roi de Bourges accordait au collège de Bueil le droit d'entrer 
en paisible possession des biens achetés en Anjou, et défen- 
dait à quiconque, notamment au seigneur de Ruillé et à 
Tabaye de Saint-Serge qui élevaient des prétentions contraires, 
de les inquiéter en quelque sujet que ce soit. 

On trouvera cette pièce importante de Charles VII à 
l'appendice (1). 

Ce mandement royal nous montre que la lenteur des éxécu- 
teurs testamentaires n'était pas si coupable qu'on eût pu le 
croire. Ils avaient des circonstances atténuantes. 

En conséquence de l'acte du roi, ils donnèrent aussitôt 
procuration à Jean Belard (2), à Jean Langlois, écuyer, 
seigneur de Cohon et à Maître Jean Langlois (3), par devant 
l'abbé de Toussaint Guillaume et de Jean Eschivart, à 
Angers, le 20 Mars suivant. Et le « transport » fut exécuté 
à condition a que iceulx maistre et autres escoliers dudit 
collège et leurs successeurs ne pourront vendre, aliéner, 
eschanger ou engager en quelque manière que ce soit ou 
puisse estre à personnes quelconques lesd. choses ainsi à 
eulx baillées et transportées comme dit ». 

(1) Arch, Xat., Paris. S. 6383. Il était intéressant de savoir si cet acte du 
roi de Bourges se trouvait dans le trésor des Chartres. Le registre des 
Arch. Nat.fJJf 172, qui renferme les actes des années 1422*1424 ne contient 
que des diplômes émanant de Charles VI et d'Henri VI d'Angleterre. Rien 
non plus dans les Monuments historiques de Tardif, ni dans les Ordon- 
nances des rois de France. Au surplus, notre acte de Charles VII étant un 
mandement et non une lettre à grand sceau, n'avait point à être enregistrée. 

(2) Jean Bélard fut évêque de Fréjus de 1422 à 1449 (?) Cf. Alhaués : 
Galiia christ, novissima, tom I (1899) p. 378-379. Il n*est pourtant point 
mentionné avec ce titre dans cette pièce. En 1407, 1408 il apparaît comme 
avocat au Parlement. Arch. Xat., S. 6555 et 6566 A. 

(3) Jean Langlois, un des neveux de Tévêque de Sées, fut maître es-ails, 
bachelier in introqiie jure (cf. B. Hauréau : Hist. litt. du, Maine, t. VII, 
p. 2-5, et Arch, Nat., KK, 1084, p. 242 et M. 191). D'apris l'abbé Esnault 
(KK. 1084, p. 243), il fonda le collège de Sées à Paris le 27 février 1427 
(a. st.). Il fut pour ce motif chargé de procuration de M. Jean Charpentier, 
curé de Marigné et de Jean Renart, curé de Boitron. se? coexécuteurs. 
D'après l'acte de fondation de 1427 il était natif-de la Basochiade Lucexo; 
il y est dit rector parochialis S. Seneredi prope Montent Securum. C'est 
ce titre que l'ahbé Esnault a traduit par v< curé de S. Sénéré (S. Céneré), 
près de Moutseur » (Montsùrs dans la Mayenne). Cf. Arch, Nat., S. 6383. 
Du iiouUv a do mal transcrire en niettaot cari<m^m S. BerttrtU dans l'acte 
de 1424. 



.%4 NOTICK HISTOHKjL't; SLU LE COLLÊGt DE Bl'EIL 

Les exécuteurs testamentaires se réservèrent le droit de 
loger à l'hôtel de Bueil et donnèrent les pièces d'acquisition 
à « Maistre Michel de Valoignes, maistre dudit collège et à 
Georges Seniays, Colin Guy et Pierre de Médavi tous à 
présent escoliers dudit collège ». Lesquels jurèrent de les 
*^arder, observer et laisser à leurs successeurs. 

Cet acte constitutif du collège est daté d'Angers, du 

dimanche 20 Août 1421. Il fut conclu en présence de M^ Raoul 

Le Mintier, docteur régent en l'Université d'Angers et 

A^ Etienne Langlois, licencié es loys. L'original en est aux 

irchives nationales à Paris (S. 6383). 

Ce fut,, dit Hiret, Yvonet Hudebourg, secrétaire et notaire 
(le Yolande d'Anjou (belle-mère de Charles VII) qui écrivit 
cette charte (1). J'en doute absolument et je tiens l'affirmation 
pour entièrement fausse. Ce qu'écrivit Hudebourg, le secré- 
taire et notaire d'Angers ce fut le texte des statuts dont nous 
parlerons bientôt. 

Dans un manucscrit de la fin du xviii^ siècle (2), on prétend 
que ce fut cette même princesse, Yolande d'Anjou, qui donna 
la maison de Bueil « à la charge d'un denier » et l'on ajoute 
qu'on paie maintenant (c'est-à-dire vers 1785) un sol de rente. 
Je ne crois pas non plus cette assertion fondée : elle est en 
opposition avec les documents qui précédent. Et Pierre 
Rangeard qui à la fin du xviii® siècle vit les titres de propriété, 
iiifirme que l'hôtel fut bel et bien acheté de « Jean sire de- 
Bueil et de Chateau-fremont », pour la somme de quatre 
cents livres (3). 

Le vrai est sûrement que l'hôtel se trouvait sur le fief 
d'Anjou et que la princesse Yolande le libéra de toute rede- 
vance au nom de Louis III d'Anjou par ses lettres du 18 juillet 
1420. Elle le fît, nous dit le même Rangeard (i. p. 446).. 
^gratuitement eu considération « de Jehan Beslard » son 
conseiller, lors doyen du Mans, un des exécuteurs testamen- 
taires et pour reconnaître, ainsi qu'elle s'exprime dans ses 

(1) D'après ms. (>16 icnt. Lemarchand), p. ;{23 de la Bibl. d'Angers. 
Harthélciiiy Koger le répète après lui au .wir sièelc [Histoire dWnJou^ 
p. 80«S, et iiibl. d'Angers, ms. 876 (cat. Lemarchand), ainsi que Péan de la 
Tuillcrie /éd. Porti. 

(2) Angers, ms. 1259 ilOaOt. 

(3) Histoire de iTniKU'rsitê dWn^ers, éd. Lemarchand, tome I, p. 435. 



NOTICE HISTOHIQl'E SUR LE COLLÈGE DE BIEIL 365 

lettres, les bons services qu'il avait rendus à défunt Monsei- 
gneur le roi de Sicile et duc d'Anjou et rendoit même lors., 
s'en allant au service du roy de Sicile en son royaume de 
Sicile, combien que, poursuit-elle, il n'ait été payé aucune 
finance ; néanmoins lesdittes lettres doivent valoir, attendu 
que les services mentionnez en icelle sont très considérables 
et doivent équipoller la finance ». (I) 

Heureux temps que celui où l'on payait ses impôts en 
loyaux services ! 

Ces lettres furent vérifiées à la chambre des comptes 
d'Anjou à Angers le 9 Septembre 1423 (2). 

Le collège de Bueil était sous le double vocable de Saint- 
Julien et de la Conception de Notre-Dame (3). 

11 est inutile de dire ici, ce qu'était cette famille de Bueil, 
dont le nom s'attache à notre collège. Elle tirait son nom de 
l'apanage de Boglio, au fond d'une vallée des Alpes. Un 
Jean de Bueil avait combattu les An-^lais en Anjou. Quinze 
de Bueïl, dit-on, moururent en 1415, à Azincourt. En 1416, 
il ne restait que des orphelins en bas âge. Les deux aînés 
donnèrent naissance aux Bueil-Sancerre, de Touraine, et aux 
Bueil-Fontaines d'Anjou, d'où sortit Racan. Leur oncle était 
Hardouin de Bueïl, évcque d'Angers. On lui a fausesment 
attribué la fondation du collège qui porta son nom (4). 

IIL — Les statuts du collège 

Le 7 Novembre 1424, on publia les règlements du collège, 
en cinquante-trois articles. Ils forment la pièce principale 
de l'histoire de la fondation du Bueil. Nous devons, en consé- 
quence les étudier par le menu. 



(1) p. Rangeard : Ilist. de CUniv. (C Angers, l 446. 
i2) Rangeard. I, 44(). 

(3) Pouillé de Savary. 

(4) Cf. L. Amollit : Honorât do Uiieil seigneur de Hacan, 1901 et Arijou 
historiqinr, iuillct 1901, p. 92. — Carré de Russerole : Dictionnaire d^Indre- 
et-Loire, Tours, 1H78, tome I. p. 4:>()-4G6. Bueil est dans la commune de 
Ncuvy-lc-Roy, arrondissi nu-nt de Tours. — Gallia christiana, l. II, p. 139. 
— Le Petii-Rucil était de la paroisse Saint- Sarason, cominuiie d'AufÇers. 
Ménage dans la Vitn Matthœi Menagii étudie Tétymologie du mot Bueil, 
p. 51. 



366 NOTICK HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 

Le texte s'en trouve aujourd'hui deux fois dans le manuscrit 
1259 (1030) de la bibliothèque d'Angers, fol. 37 et fol. 94, 
copies du xviii® siècle. Il a été imprimé par Lemarchand 
dans son édition de V Histoire de V Université d* Angers de 
Pierre Rangeard, 1877, tom. II, p. 307-329 et par Marcel 
Fournier Les statuts, privilèges des Universités françaises, 
n^ 467 du tome I, p. 377-385, d'après Rangeard. Suivant le» 
archives municipales d'Angers (série II), ces règlements se 
trouvaient dans le tome VII du Cartulaire perdu. C'est peut- 
être là que P. Rangeard les avait trouvés. On les lira dans 
l'appendice. 

Ils débutent ainsi dans le vidimus qui les enregistre : 

« A tous ceux que ces présentes lettres voirront, à la garde 
des sceaux établis aux causes et contrats de la ville d'Angers 
et du ressort pour très excellente et puissante princesse, la 
reine de Jérusalem et de Sicile, duchesse d'Anjou, comptesse 
de Provence et du Mainne, salut. Savoir, faisons que par 
devant Yvonet Hudebourg, secrétaire et notaire de la dite 
dame et tabellion juré de ladite cour, honorables et discrets 
Jean Langiois esquier seigneur de Cohon, nepveu d'homme 
de bonne mémoire, feu Grégoire Langiois» jadis evesque de 
Séez et maistre Jean Langiois, prestre, coexécuteurs du 
testament ou dernière volonté du dit feu evesque tant audit 
nom que comme procureurs de R. père en Dieu Jean Beslard 
evesque deFréjus, en Provence, coexécuteurdudit feu evesque, 
si comme il est apparu audit notaire par procuration signée 
de graingneur scel establi aux contrats de lacdite cour, 
donné le vingtième jour de Mars, l'an mil quatre cents 
et deux sur le fait et gouvernement du collège par eux fondé 
à Angers par ledit feu évêque de Sèes, ont fait les statuts 
et ordonnance dont le teneur est telle.., 

Cette teneur, en voici le résumé : 

Le collège se composera de huit membres : un principal ou 
maître, un chapelain et six boursiers. Le maître et trois des 
écoliers seront pris dans le doyenné de Passais, et les autres 
dans le diocèse de Sées. Chaque semaine, le principal recevra 
huit sols» le chapelain six, et chaque éodlier ciaq (art. I). 



NOTICE HISTOHIOUK SUH LE COLLÈGE DE BUEIL 367 

Pour être nommé boursier, il faut avoir quinze ans révolus, 

connaître suffisamment ses grammaticalia (1), être enfant 

légitime et capable d'étudier le droit civil et canonique (art. V). 

Chaque écolier promettra d'observer les statuts et de ne pas 

révéler les secrets du collège (art. VI). 

Il sera tenu de se faire recevoir bachelier au commencement 
de sa cinquième année de séjour et licencié au commencement 
de la sixième (art. X). 

Chaque vendredi, un des écoliers, sauf le chapelain, sera 
interrogé en public sur une matière de droit, sous la prési- 
dence du principal (art. XI). 

Que tous les membres du collège soient de mœurs douces 
et vivent en bon accord (art. XIII et XVII). 

Qu'ils parlent latin (art. XVIII). 

En cas de discussion, le principal ou l'écolâtre jugera ce 
différent (art. XIX et XX). 

Qu'ils ne fréquentent pas les lupanars (art. XXI) et ne 
s'abandonnent pas à des jeux défendus (art. XXII) ; qu'ils 
habitent une chambre au collège et non en ville (art. XXIII- 
XXV). 

Toute absence de trois mois, injustifiée, entraînera la 
privation de la bourse (art. XXVI). 

Un écolier sera chargé chaque semaine, à tour de rôle, 
des emplois de réfectorier et de portier (art. XXVII). 

On mangera à dix heures et à six heures (art. XXVIII). 

On fera en temps opportun la provision de vin, bois, sel, 
pois, fèves, verjus, lard (art. XXXII). 

Le principal dressera l'inventaire de la maison chaque 
année (art. XXXVIII). 

Il y aura^une bibliothèque (art. XL et XLI). 
% Deux coffres (arcaé) seront destinés à la conservation de 
la lingerie, de l'argent et des archives (art. XLII). 

Il y aura un chapelain, prêtre de bonnes vie et mœurs, 
capable d'étudier le droit canonique. Il acquittera trois messes 
par semaine auxquelles les boursiers assisteront (art. XLIV). 

Chaque année, le 13 Mai, on célébrera l'obit^du fondateur 
(art.LXLVI). 

(1) La grammaire, la rhétorique, la dialectique ftrMumJ. 



368 NOTICE HISTORIQUE SIU LE COLLÈGE DE BUEIL 

On choisira chaque année, parmi les membres, un procureur 
pour traiter les affaires du collège (art. XLVII et XLVIII). 

Un domestique sera attaché à la maison (art. XLIX). 

Il y aura fraternelle union entre le collège et celui de 
Paris (art. L). 

Le maître ou principal sera licencié en droit civil ou cano- 
nique, ou du moins bachelier et tendant à la licence. Il admi- 
nistrera le collège, présidera les exercices, tiendra Targeat» 
rendra ses comptes aux boursiers une fois Tan (art. LI). 

Le prologue de ces statuts indiquait les deux personnages 
qui avaient le droit de nomination dans le collège : TEvêque 
de Sées et TArchidiacre de Passais (1). Voici la finale qui 
les clôturaient : 

« Lesquels statuts et ordonnances cy-dessus divisés et 
déclarés ont été signés de nos sings manuels du dit notaire 
et des dits Jean Langlois, coéxécuteurs et procureurs des 
susdits, et pour approbation et confirmation d'iceux y avons 
mis et apposé le graingeur scel établi aux causes et contrat 
de notre dite cour. Ce fut fait et donné à Angers le septième 
jour de Novembre Tan de grâce mil q^uatre cent vingt 'quatre. 
(Signé) J. Hudebourg, Langlois et Anglici, et scellé en double 
queue cire jaune (2) ». 

IV. Le COLLÈGE AU XVI^ ET XVIl® SIÈCLE, 

Les comptes 

Les faits de la vie du collège de Bueil ne nous sont que 
médiocrement connus. 

D'après les archives municipales d*Angers (série II. Résu- 
mé de livres perdus), un procés-verbal fut dressé, le 31 Décem- 
bre 1597, par MM. les députés de l'hôtel de Ville et de l'Uni- 
versité en présence de MM. les procureurs et avocats du roi 
de .la sénéchaussée, tendant à faire transférer les écoles de 



(1) On trouvera ki liste des coUateurs, les évéques de Sées dans le 
Gallia christiana, tome XI, ou dans Gams, ou dans VArt de i>èrijier les 
dates de Mas-Latrie ; et les archidiacres du Passais dans A. Angot. 
Dictionnaire de la Mayenne, tome III, p. 235 et Arch. xVaf., MM, 437. 

(2) Rangeard : Hist, de VUnîv, d* Angers, M, 330 et Fournier, I. c. 



NOTltE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE HUEIL i369 

droit dans le collège de Bueil, par les raisons et motifs référés 
dans ledit procès-verbal. 

Malheureusement, ces motifs nous sont inconnus. M. de 
Lens mentionne bien pour les écoles de droit, située chaussée 
Saint-Pierre, Tincommodité de Téglise du voisinage de ce 
nom et particulièrement du bruit de ses cloches qui trou- 
blaient les leçons des professeurs (1). Mais n'y pouvons-nous 
pas voir aussi la prospérité du collège lui-même ? 

Le principal et les boursiers de Bueil consentirent à la 
transaction vers 1598, «c pourvu que ks fondateurs et les 
coUateurs dudit collège y voulussent consentir. » 

Le 9 Juin 1600, MM. de THôtel de Ville résolurent donc 
que le procureur général de l'Université ou un autre député 
de cette compagnie se transporterait devers ces fondateurs 
du collège de Bueil pour les engager à agréer cette transaction 
et y souscrire par écrit et donner enfin procuration au principal 
et aux boursiers dans le but de donner à rente le jardin 
dépendant du collège (2). 

L'affaire de la transaction ne dut pas avoir de suite, car 
nous voyons les boursiers de Bueil aller toujours au dehors 
de chez eux pour leurs cours. On se contenta, pour le moment, 
de céder le collège à l'un des membres de l'Université qui en 
fut plusieurs années le principal (3) Jean Ledevin. 

Divers comptes originaux sont encore conservés à la biblio- 
thèque municipale d'Angers dans le manuscrit 1259 (1030). 
Ce sont ceux des années 1605, 1606, 1607, 1642, 1700-1709. 

En 1605, M« Jean Ledevin, docteur de l'Université d'Angers 
et principal a reçu 340 1. de ladîmede Fromentière, 301. de la 
ferme de la Clouserie du Petit-Bueïl, 39 1. pour différents 
louages de celliers, caves, greniers dans le collège (15 1. de 
M. du Brossay), 130 1. environ de divers créanciers hypothé- 
caires (41. de M. de Vaux — 7 1. 5 s. de la veuve Urceau, demeu- 
Tant à Brissac — 22 1. 10 s. du curé de Marigné — 12 1. 10 s. 
de Claude de Briant, sieur de Brey et de la Grenonière, etc. 

Il a dépensé : pour les bourses : 62 1. 24 s. par semaine — 



(1) L. de Lens : Université dWnsfers^ p. 283. 

(2) Arch. Man. Angers, IL 

(3) L. de Leiis : Cnhersité d* Angers, p. 283. 



370 NOTICK HISTOHigUK SUR I.E COLLÈGE DE Bl'EIL 

18 S. par semaine pour le chapelain. Le chapitre de sa^minse 
extraordinaire » vaut peut-être la peine d'être cité tout au 
lonig. 

« Le dixième de fébvrier mil six cent cinq j'ay fait terrasser 
la chambre de Thomin boursier, pour les matièrçs et la peine 
des terrassiers, j*ay paie quarante solz, pour ce XL s. t. 

« Le douzième dudict mois j'ay faict carreler le foier de 
ma chambre. Pour le carreau, chau et sable, paie au care- 
leur XII s. t. 

« Le quinzième de fébvrier, j'ay faict blanchir le linge de 
la chapelle. Pour ce III s. t. 

« Le quinzième de mois de mars, j*ay faict tailler le voilier 
du collège, j'ay paie au jardinier qui tailla ledict voi- 
lier III s. t. 

« Pour le desjeuner et disner du dict jardinier, demandé 
luy estre alloué IIII s. t. 

« Le vingtième du dict mois de Mars j'ay fait curer le 
puis au collège par deux portes faix auquels j'ay paie vingt et 
cinq solz pour ce XXV s, 

« Pour une grosse de la constitution de rente de Monsieur 
Briant, sieur de Brez, pour la mettre en l'arche. Item pour 
une aultre grosse de constitution de rente de sire Jehan 
Desnos, marchand ; pour les deux grosses paie à Monsieur 
Molort, notaire, dix huit solz. Pour ce XVIII s. 

Les feriez de Pasques j'ay paie le sonage a messieurs les 
curés de Sainct-Maurille II s. 

Le vingtième d'apvril, j'ay faict faire deux pochons 
(burettes) et deux serviettes d'une aube usée. Paie à la lingére 
quatre solz six deniers IIII s. 6 d. 

Le vingt quatrième jour du dict mois d'apvril j'ay faict 
achapter deux cierges pour la chapelle IX s. 

Le mesme jour j'ay paie à' Monsieur Chevalier, chapelain 
du collège, un cierge qu'il disoit avoir employé pour la cha- 
pelle IIII s. 

Et sur la fin du dict mois d'apvril j'ay faict écheniller les 
arbres du collège. Pour le desjeuner et disner du jardinier 
qui échenilla les dicts arbres paie III s. VI d. 

Le treizième de may j'ay paie l'obit à six boursiers (suivent 
les noms), à chacun diceux quinze solz, le tout revenant à 



NOTich Hisioiugri-: si h im collkgk dk biieil 371 

quatre livres diz solz. Pour ce II II 1. 10 s. 

Pour le dict obit paie à Monsieur le Cliapelain vinq et 
cinq solz. Pour ce XXV s. 

Paie à Mre. Jehan Baugé qui aida à dire Tobit, huit solz. 
Pour ce VIII s. 

Pour mon obit, trente solz. Pour ce XXX s. (1) 

Au mois de Juin le collège a faict faire une chasuble et 
ung garniment d'autel d'aultres vieilles chasubles. Paie pour 
la dicte chasuble et garniment d'icelle, plus pour le garni- 
ment de l'autel VI. 

Le quinzième de Juillet, j'ay rendu à Mre Jehan Bauge, 
demeurant au collège, dix solz pour avoir achapté une chêne 
de fert avec un bras, pour le puis du collège.. .. X s. 

Le mesme jour j'ay faict çichapter trois brasses de corde 
pour le puis du dict collège. Pour ce III s. 

Sur la fin du dict mois de Juillet, j'ay faict achapter une 
ceniture aube pour la chapelle. Pour ce VII s. VI d. 

Le vingt sixième de Septembre, je m'en allay à Sablé et de 
là à Fromentières pour estre paie de Delanne (le fermier de 
la dîme). Pour la dépense de moi et de mon serviteur depuis 
Fromentières jusques Angers et nous cousta vingt solz. 
Pour ce XX s. 

Pour le louage du cheval XII s. 

Estant à Fromentières, le sieur Delanne, fermier, se chargea 
des réparations. Pour la minute et copie de la prinse des 
réparations de la grange, des cuves et pressoirs, paie à 
Mre Robert le Masson dix solz. Pour ce X s. 

Le quatorzième jour d'Octobre, j'ay faict achapter deux 
cierges pour la chapelle. Pour ce IX s. 

Le dixième de Novembre j'ai faict achapter une lampe 
pour moi qui demeurera au collège. Pour ce.. XXV s. 

Le vingt cinquième de Novembre j'ay baillé au clerc de 
Monsieur de Sainct-Melainne vingt solz, tant pour ses peines 
et vacations que pour les quotes qu'il avait déboursées pour 
les prés du collège. Pour ce XX s. 

Le quinzième de Décembre j'ay faict carreler toutes les 
chambres de la salle basse et salle haulte du collège. Pour le 

(1) Mêmes mentions plus bas, à la date du 14 octobre pour l'oblt de 
deflunct M. Maillard, jadis principal du collège. .ï'omettrpî ers dernières. 



372 NOTICE HISTORIQUE SUK LE COLLÈGE DE BUEIL 

carré, chau et sable, et trois journées que emploia le careleur 
iuy ai baillé trois livres. Pour ce III 1. 

Le seizième jour du mois dict de Décembre le sieur de 
Vaux m'avoit faict adjourner pour lui paier les rentes et 
charges que lui doit la clouserie de Bueil ; pour avoir insinué 
aux héritiers du défunct Heaume et à La Roche Lescot, 
fermiers de la dicte clouserie, qui estoient tenus de paier 
les dictes charges selon leur bail. Pour les dictes insinuations 
paie huict solz. Pour ce VIII s. 

Le vingt quatrième du dict mois de Décembre j'ay faict 
achapter deux cierges pour la chapelle. Pour ce. . IX s. 

a J'ay rendu à Monsieur Chevalier, chapelain du collège, 
vingt et un solz qu'il avoit déboursé pour avoir faict faire 
ung courii (1) à une fenêtre de sa chambre et ung crampon 
plus une broche. Pour ce XXI s. 

« J'ay paie à Monsieur Chevalier, chapelain du dict 
collège quinze solz pour avoir dict tous les dimanches du 
caresme l'absolution. Pour ce XV s. 

Payé au clousier de Bueil soixante et quinze proins, à ung 
carolus le proin (2), qu'il a faict aux vignes de la clouserie, 
en l'année mil six centz cinq, selon le rapport du ferihier de la 
dicte clouserie. Pour ce III 1. 

J'ay paie à six boursiers... sept solz six deniers pour achapter 
de la paille à mettre en leurs lictz, le tout revenant à quarante 
et cinq solz. Pour ce XLV s* 

J'ay baillé à Monsieur le Chevalier, chapelain du collège, 
pour avoir de la paille dix solz. Pour ce! X -s. 

Pour avoir achapté de la paille pour mettre en mon lict 
et AU lict de mon serviteur XV s. 

Pour le port des lettres envoiées à Nantes, Chasteaugontier, 
Fromentières, Marigné, Brissac, Jarzé, Challonge (3), Sainct- 
Laurent-des-Mortiers où sont deus les fermes et rente hypo- 
thécaires, requiers m'estre alloué XXX s. 

« Pour avoir faict nettoier le collège, porter les bouries 



(Ij Verrou, cf. Dictionnaire de Godcfro}', v. Corroil. 

(2) Cf. Dict, de Godefroy, v. provain. 

(3) Le débiteur de cette localité était M. Clianinard. sieur du Challoqge. 
Cf. Angot, Dict, Mayenne, I, 498, v. Chalonge (le). 



NOTICE HISTORigiE SUH LE COLLÈCrE DE BUEIL 373 

îtant du collège que des chambres du dict collège, requiers 
im'estre alloué XXX s. 

« Pour mon sel, vinaigre et vernis de Tannée mil six centz 
cinq ^ XL 

« Pour le sel, vinaigre, vernis de Monsieur Chevalier, 
•chapelain du collège, pour la dicte année. . . . VII 1. XVI s. 

« Pour le 5el, vinaigre, vernis de Mre François Thomin 
Iboursier (1) VI 1. 

« Pour la peinne de mon serviteur qui a fermé et ouvert la 
porte du collège tout le long de Tannée mil six centz cinq, 
irequers luy estre alloué Ill 1. 

« Pour la procure, peinne et vacation du principal lequel 
rauroit tout le long de Tannée géré et administré les affaires 
I du collège, conduict les procès, sollicité le paiement des fermes 
«et rentes hypothéquaires, icelles receuez, baillé acquiitz, 
requiers luy estre alloué XX l. 

« Pour la vacation du comptable (2), lequel auroit mis ses 
pièces par ordre, dressé le présent compte par quatre jours 
entiers, et pour Tescripture de la grosse et copie du présent 
compte, requiers luy estre alloué XXX s. 

« Pour le git et le calcul. » 

La recette totale s'élevait à 531 1. 13 s. et la dépense à 
467 l. 13 s. 6 d. Le chapelain et les six boursiers approuvèrent 
le compte le 22 Janvier 1606 (3). 

V. Le COLLÈGE AU XVIII® SIÈCLE. Le PRINCIPAL J. B» 

Durand 

Les autres comptes ressemblent à celui qui précédent, à patt 
•quelques variantes. Celui de 1642 fait mention d'un procès 
avec le curé de Fromentières, Julien Pellard, du Mans. 

En 1702, procès à Paris intenté au collège par Moïse de 



(1) Cette mention est répétée pour les cinq autres boursiers. Je romcts 
ici. 

(2) Marie Blouin. 

(3) L'administration du collège fit dans les premiers temps des bénéfices 
puisqu'elle acheta, postérieurement à sa fondation, la cLoserie du Petit- 
BueU. Bibl. Angers, ms. 1259 (1030), fol. 101 v«. 



374 NOTICE HISTOKIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 

la Robinière, « homme de chicane et de ruine qui ne fait 
procédure audit collège que pour avoir quelque déffaut sur 
luy, n'ayant ledict collège aucune affaire à demesler avec luy 
que sache le constable «. 

Même date, on se plaint que MM. de la Faculté des Arts et 
spécialement les Pères de l'Oratoire usurpent les droits du 
principal du collège de Bueil qui sont d'interroger, examiner 
et faire lesdits maîtres en la dite faculté des arts conjointement 
avec le dit doyen et autres principaux du collège et d'en par- 
tager également avec eux les profits et revenus, selon la 
possession dans laquelle il a trouvé son collège en y entrant 
et en lesdites pièces qu'il en a produit en pleine université. 

En 1703, il y a pour 1022 1. de réparations exécutées surtout 
à la Chapelle, plus 700 1. pour un clocher bâti « sur la tour 
du grand degré où mettre la cloche pour sonner la messe et 
avertir les boursiciers à l'heure de la retraitte, et pour distin- 
guer le collège des maisons laïques » ; plus 80 1. de tables ou 
bancs dans la grande étude et 400 1. d'ornements pour la 
chapelle. 

Le 8 Avril 1698 on décide que les vignes du Petit-Bueil 
ne rapportant plus seront converties en terre labourable 
(ms. 1259 (1030). En 1706 et 1707. la dîme de Fromentières 

» 

est abandonnée. Le fermier ne veut même pas la reprendre 
« pour rien » et elle n'est pas relouée. L'hiver de 1709 est 
proche. 

Et je crois que cette crise pécuniaire eut de l'influence 
sur la vie du coilèiie. Déjà l'observance des statuts était fort 
relâchée. Dans sa visite à la maison de Bueïl, visite dont le 
procès-verbal est de 5 Mai 1679 (1), Jacques de Boismotté (2), 
licencié en droit canonique, chanoine du Mans et archidiacre 
du Passais, constate que le principal n'a pas rendu ses comptes 
aux boursiers de 1626 à 1675. Non pas que ce soit pour cause 



(1) Ce procès-verbal fut dressé en présence de messire Pierre Bureau, 
docteur en Sorbonne de la Faculté de théologie, doyen et curé de la Trinité 
de Laval. Cf. Angot, Dict. Mayenne, I. 460. 

(2) Jacques de Boismotté était du Passais. .4. Angot fDict Mayenne), 
ledit mort en avril 1701 (t. I, p. 310), puis en 1699 (t. III, p. 233). La bonne 
date ne peut pas être la seconde, car cet archidiacre accorde encore le 
12 mars 1701 une bourse à son neveu Jacques de B. au collège de Sées. 
Arch, Xnt,, MHt, 437. 



NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 375 

de mauvaise a'îministration ! La caisse s'enrichit ! On a la 
somme suffisante pour acheter 100 ou 120 1. de rente ! 

Le visiteur décrète donc que l'on majorera le revenu de 
tous les membres, sauf en cas d'absence. 

Il les oblige aussi à coucher dans leurs chambres, à assister 
aux offices le dimanche et les fêtes, ce qui laisse à penser que 
des abus se commettaient de ces côtés. 

Et l'on en trouve, en effet, plus tard les traces dans un 
mémoire (1) de S^ Durand, principal du collège depuis 1700 et 
rédigé en 1709. La maison, dit-il, n'a pas de chapelain ; les 
boursiers ont trouvé des levons à donner et résident au dehors; 
ils n'ont pas couché au collège en 1700, 1701 et 1702 ; puis ils 
vont non seulement au droit, mais à la médecine, à la théologie, 
aux arts ; on admet en dehors des boursiers des écoliers 
jusqu'au nombre de vingt et trente. 

Ce Durand ne parait pas lui-même à l'abri de tout soupçon. 
Les trois boursiers de Sées lui reprochent ses malversations. 
C'est lui qui admet les pensionnaires étrangers (2). C'est lui 
qui a établi un jeu de billard dans la chambre des réunions, 
c'est lui qui a fait dresser un parterre inutile dans la cour, 
c'est lui qui a fait « dans la salle d'en bas une grande 
salle de parade de tapisserye de haute lisse, laquelle estoit 
destinée pour îes répétitions desdits bourciers, et pour ce, fait 
destruire la chaire qui y estoit posée, arraché et supprimé 
plusieurs anciens livres de conséquence qui tenoient avec des 
chaînes de fer à la muraille » ; c'est lui qui a « fait ériger un 
clocher en l'air, fait fondre l'ancienne cloche qui estoit posée 
sur l'appartement des bourciers et dont le son estoit suffi- 
sant », c'est lui qui a commandé la pose d'un portail neuf. 

Le principal Durand faisait valoir la modicité des revenus (3),. 
les frais de réparations... On ne sait pas l'issue de la discussion 
que dut sans doute terminer dans sa visite le délégué de 
Mgr d' Aquin, évêque de Sées, François Babin (4), docteur 

(1) BihL Angers, ms. 1259 (1030), f. 116 v<>. 

(2) Thorode, ms. d'Angers, 879, p. 491, parle du collège de Bueil où l'on 
tient un pensionnat sans enseignement public. Le principal qui l'habite 
envoie ses pensionnaires au collège d'Anjou (fin xviii* siècle). 

(3) Thorode (1. c.) constate la supériorité des dépenses sur les revenus du 
collège (fin xviii* siècle). 

(4) Cf. L. de Lens : Université d'Angers, p. 81-83 et C. Port : Diction- 
juârede Maine-H^idH/ret v. fiftbin. 



376 NOTICK HISTOKigUE SUK LE COLLÈGE DE BUEIL 

en théologie et chancelier de l'Université, en vertu d'une 
commission du 1^* Août 1709 (1), commission qui dut être 
renouvelée le 24 Octobre 1713, pour le curé de Saint-Pierre 
de Sées (2). 

On songea à ramener de 1763 à 1774 le collège de Séea à 
ses anciens règlements. Les coUateurs étaient les premiersr 
à enfreindre leurs statuts ; ils choississaient leurs boursiers 
ailleurs qu'en la faculté de droit, et Ton avait vu pour principal 
un docteur en médecine, un en théologie et plusieurs maîtres 
es arts (3). Des négociations furent donc entamées entre 
l'Université et l'évêché de Sées. Une commission fut délivrée 
le 24 Octobre 1771 pour M. Barrât, docteur en théologie et 
chanoine de l'église royale de Saint-Martin d'Angers. 

En 1784, les boursiers guidés par cet ecclésiastique, alora 
professeur de théologie « se repentirent du siècle d'indépendance 
dans lequel nous vivons, dit une Observation de l'époque (4), 
et forcèrent le principal nommé M« Martin d'assigner à chacun 
l'appartement qu'il devait avoir dans la maison afin qu'il 
en fit ce que bon lui semblerait, et de payer lui seul auparavant 
les réparations locatives qui depuis longtemps étoient prises 
sur la masse commune. En outre, ils ne voulurent point signer 
ses comptes, parce que sans aucun acte légitime, le principal 
exigeait le sol pour livre dans la gestion des affaires et qu'il 
prcnoit, outre les rétributions ordinaires, 18 1. pour la cire, 
le pain et le vin. Il vit donc ses honteuses gratifications raiées 
de dessus ses comptes. îi y consentît, croyant en être quitte 
pour ceia. Mais non, à peine eut-il signé qu'on ^ui redemanda 

(1) PouHlr de Savary. — Bibl. Angers, ms. 1259 (1030), fol. 94. — Etiules 
Franciscaines, tome VIII (1902), p. b^-ô3A. 

(2) Ponillc de Savait'. Le même Pouillé mentionne aussi, au 3 juillet 
1733, une commissio vicarii f^encraVis (Sagiensis) pro maf^isiro Florcntio 

Viffcr cnnonico cnthcilr. Ecdcsiœ Andc^accnsis. 

(3) D'après !.. de Lens : rniccrsitc rVAm^crs^ p. 283 et 284. Je n*ai pu 
trouver la source de ces aftirmatioiis, mais l'auteur méi'ite créance, jusqu'à 
plus ample informé, l'n article WIT' d'une ordonnance de Louis XiV 
toucliant les collèges de droit et enregistré au Parlement le 31 août li»82, 
ordonnait que les places de boursiers ne soient pourvues que par ceux qui 
ont droit d'y nommer et présenter, et que ces patrons le fassent sitôt la 
place vide, ms. 1259 (lO;^). fol. 101. 

(4) Bibl. Angers, ms. (1230), fol. 43. Le 8 novembre 1780, les agents géné- 
raux du clergé avaient adressé aux évéques une très curieuse circulaire 
pour connaître l'état des collèges et en promouvoir la réforme. Arch. .Va/., 
G 8 • 2h[l. 



NOTICK HISTOIUOI'E SIR LE COLLÈGE DE BUEIL 377 

le sol pour livres de tout le revenu du collège qu'il avait perçu 
depuis trente-deux ans qu'il était principal (1)». 

La base de cette nouvelle réclamation n'était pas aisée 
à fixer: les biens avaient changé de valeur, les boursiers 
n'avaient pas le droit de s'approprier cette somme. Mais ils 
avaient nommé procureur un des leurs, et le principal fut 
contraint à se démettre de tous ses pri\ ilèges, à se retirer et 
à se contenter d'une pension de 500 1. par an pour le restant 
de ses jours. 

En 1784, un rapport sur la situation fut présenté au p^ési^ 
dent Roland, par Reboul je crois (2). 

VI. — Listes des Principaux, Chapelains et Boursiers 

Qu'il serait agréable pour Thistorien et fructueux pour le 
philosophe de savoir non seulement la vie extérieure d'un 
collège sous Tancien régime, mais encore de connaître à fond 
la vie intérieure, son mouvement intellectuel ! En ce qui 
concerne la maison de Bueil, nos regret.s sont entiers à ce point 
de vue. Nous ne savons rien des travaux juridiques des 
étudiants sagiens et manceaux. Ils suivaient les cours ordi- 
naires de l'Université. Ls ne paraissent pas avoir écrit ou 
publié quelque livre particulier. 

Les noms des maîtres ou principaux ne se rencontrent plus. 
Dans le manuscrit 1259 (1030) de la bibhothèque d'Angers, 
nous n'avons relevé que les suivants : 

1421. Maître Michel de Valoignes. Arch. Xat. Paris, S. 
6383. 

Avant 1605. M^ Maillard. Son obit était au 14 Octobre. 

1605. Jean Ledevin. D'une famille de Sablé dont parlent 
Célestin Port et A. Angot dans 'eurs dictionnaires. 

1642. Siméon Pottier, licencié en droit. Ms. 1259 (1030) 
fol. 70. Il fut prinicipal pendant près de soixante ans. Il 
décéda en 1699. A sa mort il fit un legs au collège de Bueil de 

(1) Hibl. Angers, ms. 12r)S) (1030'. f. 43 et s. 

(2) Arch. .Vrt/.,M.101. 



378 NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 

1.000 1. Cf. A. Angot, DM. Mayenne, tom. II, p. 338. Au 
collège de Sèes, à Paris, on trouve un Simon Pottier, bour- 
sier en 1678, en même temps qu'un Robert Onfray. 

1700-1709. Jean-Baptiste Durand. C'est très probablement 
le boursier manceau de ce même nom, de la fin du xvii® s* 
li exerça tout seu: les fonctions de principal, de chapelain et 
de procureur. 

1784. M® Martin. La place de principal dut vaquer après lui. 
On fit au collège des réparations considérables et le traite- 
ment de ce fonctionnaire fut affecté à la liquidation de ces 
frais. Archives d'Anjou de Marchegay, tom. I, p. 96. 

Voici d'après le Pouillé du chanoine Savary (1) rédigé vers 
1760, la liste des chapelains connus. Le jour indiqué corres- 
pond à la date de la collation : 

Etienne Le Saisy. 

Albin Le Tessier, succède au précédent qui résigne sa charge 
6 Septembre 1503. 

Pierre Le Tessier. 27 Octobre 1504. 

Paschase Le Tessier, par résignation du précédent. 

Jacques Michel, permute avec le précédent pour la paroisse 
d'Occagnes. 30 Septembre 1526. 

Ursicin Hugot. Il ne prît peut-être pas possession de la 
chapellenie, à cause de « sa longue absence » il fut remplacé par : 

Jean Le Frère. 24 Mars 1528. 

Jean Hugot. 

Paul Graindorge, par permutation avec le précédent le 
li Décembre 1542. 

Jamet Louvet. Résigne sa charge et a pour successeur. 

Jean Dufresne, alias Pitard, 22 Mars 1552. 

Marin Frulet, 8 Décembre 1571. 

Philippe Le François. Résigne sa charge et a pour succes- 
seur : 

Thomas Enard. 22 Août 1595. 

Jean Thibault. 3 Novembre 1596. 

André Louvel. 16 Septembre 1598. 

(1) Je cite ce Pouillé d'après la copie ms. appartenant à la Société Archéo- 
logique de l'Orne. Je n'ai pu voir le texte lui-même qui est à Tévêché de 
Sées. 



NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 379 

Jacques Chevalier, prêtre. 25 Mai 1601. Son nom est dans 
les comptes de 1605. Ms. 1259 (1030). 

Jacques Lemoine, prêtre. 11 Juin 1612. C'est lui sans 
doute qui posséda la première bourse le 16 Janvier 1699. 
Absent et gratifié d'un autre bénéfice incompatible, il eut 
pour successeur : 

Mathurin Louveau. 18 Janvier 1616. 

Antoine Chartrain, sous-diacre. 27 Septembre 1618. 

Noël Chevalier, meurt en charge, a pour successeur : 

Louis Anquetin, prêtre du diocèse de Sées, 8 Février 1638. 

Bertrand Germond. 17 Mars 1638. On trouve son nom 
dans les comptes de 1642. Ms. 1259 (1030). 

Michel Blondel, prêtre de la paroisse Saint-Gervais de 
Sées. Résigne sa charge. 

Jean Plessys, diacre, de la ville de Sées. 31 Août 1647. 

Jérôme Plessys. Résigne sa charge. 

Charles Morin, prêtre du diocèse de Sées. 24 Juin 1666. 
Cette collatio fut plutôt une commissio ad deseruiendem donec 
a domino Epîscopo provideatur. Elle ne devint définitive 
que le 27 Mars 1667 après le décès de Jér. Plessys. Charles 
Morin mourut en charge en 1667. Ms. 1259 (1030). 

Jacques Boudet, sous-diacre. 10 Décembre 1677. Il ne 
prit point possession de son poste. 

Nicolas Morin, prêtre, 25 Octobre 1679, après la desertio 
du précédent. 

Gilles Boisgontier, prêtre du diocèse du Mans ; 28 Avril 
1684. Il ne posséda qu'une commissio ad deserviendum capellam 
coUegii Buellensis et percipiendos ejus frucius quamdiu vaca- 
veriL II était boursier en 1679. 

Alexandre Sennegon. On le trouve chapelain en 1694, 
1697. Il a pour successeur : 

Nicolas Louvel, prêtre du diocèse de Sées. 25 Octobre 1698. 

Durand, Jean-Baptiste, principal, fait les fonctions de 
chapelain. 

Gabriel Vautier, prêtre de la ville de Sées, 2 Novembre 1721. 

Michel Monnier, prêtre du diocèse de Sées, 1^^ Octobre 1738. 

Lemore. On le trouve en 1790, exerçant depuis plusieurs 
années. (Arch. dép. Maine-et-Loire. Q. 2471). 

Le principal était nommé par l'archidiacre du Passais 

29 



380 NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 

et le chapelain par Tévêque de Sées. La même source qui 
nous a conservé les noms des chapelains nous a donné ceux 
des titulaires des trois bourses relevant de ce prélat. 



PREMIÈRE BOURSE (1) 

19 Septembre 1486. — Pierre Pillois, clerc, résigne en 
Décembre. 

28 Décembre 1486. — Pierre Fontenaye. 

18 Septembre 1498. Jean Goulet. 

13 Avril 1510. — René Moinet. 

13 Avril 1513. — Jean de la Rosière. 

13 Mai 1517. — Charles Brousset. 

23 Août 1517. — Guillaume Brosset. 
4 Novembre 1517. — Jean Moinet. 

25 Novembre 1523. — Philippe de Saint-Aignan. 

24 Décembre 1537. — Préel. 

24 Novembre 1544. — Mathurin Séquet. 

30 Décembre 1549. — Gaufridus Fretay. 

20 Août 1556. — Jacques du Houlay. 
4 Mai 1558. — Martin du Mesnil. 

16 Septembre 1558. — Denis Le Frère. 
20 Août 1560. — Guillaume Le Frère. 

26 Juin 1561. — François Pif faut (Fiffault ?;. Résigne 
en 1563. 

24 Août 1563. — Pierre Lesage. Résigne en 1565. 

6 Octobre 1565. — Pierre Brossart. « Déserte » le collège. 
3 Novembre 1572. — Jean Sallet. Démissionne en 1577. 

2 Octobre 1577. — Jacques Graindorge. Déserte le collège. 

12 Juin 1584. — René Masson. 

1 Février 1593. — Gabriel Paulmier. Démissionne en 1594. 

31 Janvier 1594. — Gilles Paulmier. 

7 Mai 1597. — François Scot des Noës. Démissionne en 1599 
16 Janvier 1599. — Jacques Lemoine. 

10 Janvier 1601. — Thomas Fillon. 

(1) Pouillé de Savary. Original p. 735. D'après des notes prises par 
M. J.-B.-N. BUn. 



NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 381 

29 Août 1603. — Marin Lemoine. 

17 Novembre 1607. — Marin Laveille, après décès du 
précédent. 

19 Mai 1615. — Antoine Chartrain, après résignation du 
précédent. 

20 Avril 1619. — Thomas Hays, après résignation du 
précédent. 

4 Janvier 1626. — Jean Cliesnel, après résignation du 
précédent. 
3 Juillet 1632. — Marin Contay, diacre de la ville de Sées. 

15 Août 1636. — Grégoire Hourdebourg. Est diacre et 
bachelier en théologie en 1642. 

16 Juin 1646. — Jacques Bernard, clerc de la ville de Sées. 

6 Février 1664. — Nicolas Morin, sous-diacre, de Percy 
(Manche). 

23 Octobre 1672. — Alexandre Louvel. 
11 Décembre 1677. — Nicolas Hommey, après la démission 
de Jacques Boudet. 

29 Novembre 1684. — Louis Vautier, clerc de la ville de 
Sées. 

1^^ Septembre 1695. — Antoine Ermeneut, de la paroisse 
de Saint-Gervais de Sées. Sa réception n'eut lieu que le 
13 Novembre. Ms. 1259 (1030) fol. 87. Je crois que c'est 
cet A. Ermeneut qui succède à Paris, le 19 Décembre 1701, 
à Jacques Despierres, de Damigny, boursier depuis 1698, 
au collège sagien de la rue de la Harpe. 

16 Août 1707. — René Galiais (ou Gallain). Il reçoit deux 
bourses à la fois. 

7 octobre 1714. — Emmanuel Le Coq. 

28 Septembre 1719. — François Le Monnier, clerc du 
diocèse de Sées. 

2 novembre 1727. — Michel Monnier. 

1er Octobre 1738. — Antoine de Saint-Lambert, clerc 
du diocèse de Sées. 

18 Septembre 1744. — Jacques-Philippe Prodhomme, clerc. 

8 Décembre 1747. — Jean- Jacques Masnier, sous-diacre. 

30 Octobre 1748. — Antoine-Claude Olivier, clerc. 

25 Octobre 1752. — François Roger, clerc de la paroisse 
de Bray, près Mortrée. 



382 NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 

16 Août 1757. — Charles-François de Leschamps, clerc, 
Il devint missionnaire diocésain et mourut en exil. 

17 Janvier 1761. — Jérôme-René Levain, clerc de Sées, 
après démission du précédent. Voir plus bas, 3® bourse. II 
alla en exil au moment de la Révolution, cf. J. B. N. Blin, 
Les martyrs de la RévoL III. 60. 

28 Septembre 1761. — Jean-Pierre Leprince. Cette colla- 
tion ne fut pas suivie d'effet. 

12 Octobre 1770. — Frédéric Dugas, sous-diacre, d'Alençon 
Après démission de J. R. Levain. 

17 Août 1773. — Frédéric Gelée, « per expleta studia 
Frederici Dugas. » M. J. B. N. Blin (Les martyrs, III. 216 et 
I. LXXVII) signale un Charles Gelée, né en 1759, qui se 
fit capucin et prit le nom du P. Césaire de Mortrée. 

14 Novembre 1780. — Auguste Dangereux. 



DEUXIÈME BOURSE 

16 Janvier 1491. — René Mallard. 

23 Juillet 1503. — Pierre Petronil. 

19 Septembre 1507. — Michel Busnel de Saint-Aignan. 

8 Octobre 1512. — Denis Busnel, alias de Saint-Aignan. 
2 Octobre 1516. — Gabriel Letessier. 

28 mars 1522. — Antoine LeTessier. 

23 Septembre 1522. — Mathieu Brunet. 

26 Janvier 1536. — Jean Billard, alias du Merie. Au collège 
de Sées, à Paris, on trouve deux Le Merle, Louis et Jacques, 
comme boursiers en 1689. Ils étaient de la paroisse de Saint- 
Gervais de Sées. Arc. nat. MM. 437. Cf. BulL Soc, Arch, de 
rOrne. t, XIII (1894) p. 455 et tom. XXII (1903) p. 272. 
art. de Ch. Vérel. 

5 Août 1541. — Jean Erart. 

14 Octobre 1553. — Jean Moignet. 

9 Décembre 1553. — Vincent Fretté. 

11 Octobre 1555. — ' Gaufridus de Groignault. 

31 Août 1558. — Jean Collet. 

'6 Octobre 1563. — François Piffault, après la résignation 



NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 383 

de Martin du Mesnil nommé en 1558 à la première bourse. 
Ce François Piffault paraît bien être le même que celui 
qui bénéficia de la première bourse de 1561 à 1563. Il partit 
en 1566. 

8 Janvier 1566. — François Fretté. Il déserte. 

7 Décembre 1571. — Denis Sagot. Il résigne. 
13 Mars 1573. — Antoine Blondeau. 

13 Mai 1582. — Daniel du Bu. 

23 Mai 1585. — Christophe Hommey. 

15 Février 1588. — Claude de Fontaines. 
10 Mars 1593. — Philippe Le François. 

19 Février 1600. — Thomas de Corday. Au collège de 
Paris, le 21 Juillet 1704, est reçu comme boursier un Louis de 
Corday Glatigny, de Saint-Gervais des Sablons. MM. 437. 
Cf. les articles de A. Dallet et de A. Chollet dans les tomes XI 
(1892) et XX (1901) du Bull, de la Soc. arch, de l'Orne. 

8 Janvier 1605. — Robert du Toc. (Il signalait Le Toc.) 

5 Mai 1609. -^ François Blondeau. 

16 Mai 1612. — Gilles Pierre. 

18 Octobre 1612. — Guillaume Berthre. 

27 Septembre 1616. — Nicolas le Mitrier. 

3 Janvier 1625. — Jérôme Guillaume, mort en 1626 

20 Septembre 1626. — Paul Louvet. 

26 Janvier 1632. — Nicolas de la Marre, clerc de Sées. 

26 Avril 1635. — Nicolas Blondel, clerc de Sées. 

14 Octobre 1641. — Paul Ferreul, clerc de Sées. 
10 Juin 1657. — Charles Lepy. 

3 Octobre 1641. — Jacques de Vaudemont, clerc. 

6 Mars 1678. — François Baratte, clerc de Sées. 

26 Octobre 1682. — François Amesland, clerc, de Sées. 
? — Jacques Blanchard, écuyer. Ms. 1259 

(1030) fol. 85. 

31 Mai 1694. - : Robert Roger, clerc, de Sées. Il fut reçu 
le 8 Novembre suivant. On le trouve diacre en 1697. 
Cf. Soc. arch. de VOrne t. XIV, p. 157. 

21 Janvier 1699. — Jérôme Montier, clerc, de Sées. 

28 Novembre 1711. — François Le Pelletier, clerc, de Sées. 
Il reçoit la collation d*une des deux bourses de René Gallais 
(1^® Bourse). 



2M %(frU,fi Hi%10HfQi:h %VH L£ collège de BtEJL 

'51 (ff'i/phrt 1716, -- Charte» Bertin, clerc du d. de Sées. 
'/l 0^ tobre I71Î*, - Jacques Tartarin» clerc du d. de Sées. 
2ÎI Oci/fbre 1722, - Jacques Hommey, clerc, de Sees. 
21 llécernbre 1732, Philippe Kattier, clerc du d. de Sces. 
5 Avril 17rW, Jean Marette, du d. de Sées. 

3 Octobre 1714, François Boullev. 

2^1 Octobre I7?K;, Charles-François Flommelle. 
24 Octobre 1754, Jean-André Ilays le Camus, 
11 Janvier 1756, - Pierre Masnier, clerc. Au collège de 
S^j'Mf k Paris^ est reçu comme boursier un Christophe Manier, 
de Lorilay-r Abbaye/ le 29 Novembre 1704. puis un François 
Manier* du même pays, le 13 Décembre 1706. Ce dernier ne fut 
toutefois réellement reçu que le 18 Septembre 1709. Arch. 
nat, MM. 437, 

28 Septembre 1761. - Jean-Baptiste- Alexandre Girard. 
Il était de Carrouf(c<i. Il fut chanoine à la cathédrale de Sées, 
exilé en Allemagne et curé de Carrouges après le Concordat. 

30 Octobre 1768. - - Jean-Joseph Le Maréchal. 

29 Septembre 1772. - - F'rançois- Jacques du Haussay, 
clerc du d. de Sée», démissionne en 1778. li fut reçu curé de 
VnudclogeH ((calvados) et s'exila à la Révolution. 

4 Octobre 1778. - Pierre-Nicolas-François Plet, clerc, de 
In paroisse de Saint-Pierre de Sées. 



TROISIÈME BOURSE (1) 

31 Mnrs 1495. Léonard de Saint-Denis. 
31 Août 1!)04. Jean Belhomme. 

14 Février 1506. - Nicolas Cochon. 
28 NoviMîibrc 151 L - Jean Fouinet. Il meurt. 
'20 Décembre 151 L - Gervais Fouinet. 
18 Septembre 1514. Jean Mallard. 

22 Février 1515. Denis Le Court. 
21 Janvier 1518. - Nicolas Crestc. 
28 Juillet 1522. - Mnthurin Romet. 
8 Décembre 1533. • Etienne Fallu. 

^t) l^mim de S«viiry. Original p. 7a(i. 



NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 385 

7 Septembre 1539. — Pierre Dufay. 

3 Décembre 1543. — Mathieu Dolivet. 

30 Mars 1547. — Michel Renouart. 

15 Décembre 1549. — Pierre de Groignaux. 

21 Décembre 1552. — Pierre Fousteau. 

14 Janvier 1555. — Charles Guéroult. 

5 Mai 1558. — Charles de Valée. 

26 Avril 1559. — Nicolas Brunet. 

2 Octobre 1577. — Adrien Gauquelin. Il succède au démis- 
sionnaire Edmond Salies. 

29 Septembre 1585. — Jean Thibault. 

23 Février 1592. — Abraham du Bu. D'après le pouillé de 
Savary, il avait reçu le 10 Juin 1587 collation d'une bourse 
au collège de Sées à Paris. Dans le même Pouillé^ je trouve 
le nom d'un Louis de Bu, titulaire d'une bourse au même 
collège parisien, du 9 Novembre 1603 au 15 Janvier 1605. 

19 Juillet 1594. — René Enard. 

2 Novembre 1594. — Paul Guichard. 

6 Mai 1596. — Jean de Haynault, de la ville de Sées. 
D'une famille sagienne. D'après un document, par malheur très 
mutilé, et aujourd'hui possédé par Mlle Marie Haynault 
de Canteloup, des privilèges furent accordés par Charles- 
Quint vers 1551, à Gervais de Haynault, nostro et sac. Ro^ 
Imperii fideli dilecto Gervasio de Haynault seu ab Hannonia 
nato in dixcesi Sagiensi in Normannia, Cf.La Chesnaye Desbois. 
Dict. de la noblesse, v. Hainault. 

20 Avril 1597. — Michel Drugeon. 

20 Décembre 1600. — Jacques Brisard. 

29 Janvier 1603. — Pierre Fossey. Il cède au suivant. 

11 Septembre 1604. — Etienne Bourdin (ou Bordin). 

3 Janvier 1617. — Pierre Saisy. 

5 Septembre 1619. — Gabriel Anquetin, qui succède à 
Charles Saisy, résignataire. 

2 Avril 1622. — Thomas Gorren. 

24 Septembre 1627. — Nicolas Billard. 

6 Novembre 1632. — Paul Billard. 

11 Juin 1635. — Marin Robichon, de la paroisse d'Essay. 
15 Octobre 1637. — André Fresnel, de la paroisse de 
saint-Pierre de Sées. 



386 NOTICE HISTORIQUE SUK LE COLLÈGE DE BUEIL 

3 Mars 1644. — Laurent Sohier, clerc, de la paroisse de 
Fleuré (Orne). 

2 Décembre 1645. — Jacques Sohier, clerc, de la même 
paroisse. 

28 Avril 1663. — Jérôme Ameliant, clerc, de la ville de Sées. 

12 Mai 1679. — Thomas Besnard, acolyihe, de la ville de 
Sées. 

17 Avril 1794. — François Clérambault, écoUer, de la 
ville de Sées. Il prit possession par procureur le l®"" Juillet 1694; 
mais tombé malade, il ne vint à Angers que le 21 Avril 1695, 
par exception il fut payé depuis Juillet 1694. (Ms. 1259, 
1030). fol. 86. 

1©' Décembre 1711. — François Mérambert, clerc, du 
diocèse de Sées. 

2 Décembre 1712. — Pierre Pichon, acolythe, du dioc. de 
Sées. 

4 Octobre 1719. — Jacques Franconnet, clerc, du d. de 
Sées. Un Jacques Franconnet, de la ville de Sées, est reçu 
boursier au collège de la ville de Paris le 4 Nov. 1719. MM. 437. 

18 Septembre 1721. — Louis Fromenger, acolythe, du 
diocèse de Sées. 

25 Avril 1731 (?). — François Dujardin, prêtre du diocèse 
de Sées. 

7 Novembre 1736. — François Savary, clerc, de la Ferrière- 
Béchet. 

13 Juillet 1743. — Claude Branchard, clerc, du d. de Sées. 
30 Octobre 1748. — Jean-Guillaume Guérot, acolythe. 
1er Février 1751. — Louis-Pierre Quéru, clerc, de Mortagne. 
9 Juin 1756. — Jacques- André Savary, laïque. Plus tard 

curé de Tanques, près Argentan (Orne). 

3 Janvier 1766. — Jérôme-René Levain. Il jouissait de la 
première bourse depuis le 17 Janvier 1761. Cela lui en fit deux. 
Voir plus haut. 

30' Octobre 1768. — Jean Masson, clerc. Plus tard curé 
de Guibray, à Falaise (Calvados). Cf. J. B. N. Blin Les martyrs 
de la Rév, dans le d. de Sées^ tome III, p. 60. 

21 Octobre 1774. — Nicolas Lahaye, clerc, per expleta 
studia Joannis Masson, Plus tard vicaire de Forges, près 
Alençon. 



NOTICE HISTORIQUK SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 387 

? Godéchal... Peut-être celui dont parle J. B. N. Blin Les 
martyrs de la Rév. dans le dioc, de Sées. III. 216. et I. 
LXXVIII. 

28 Septembre — Jean-Baptiste-François Provost 

clerc per dimissionem Godéchal. Provost fut chanoine de la 
cathédrale et mourut caché pendant la Révolution. 

Si presque tous les noms des étudiants sagiens nous sont 
parvenus, il n'en est pas de même de ceux du Passais. 

D'après l'acte de fondation de 1424, trois boursiers s'y 
trouvaient à cette date : Georges Semays, Colin Guy et Pierre 
de Médavi. 

Dans les divers comptes (1), je relève encore : 

En 1605 Jean Chesneau, François Thomin et Robert Bou- 
grain ; en 1642 Guillaume Pottier, René Coignard, Michel 
Rattier; en 1664 Marin Legentil (fol. 78); en 1679, trois 
étudiants en philosophie et en théologie, Gilles Boisgontier, 
clerc, Pierre Chantepie et Jean Claude Le Verrier ; cette 
année 1664, il n'y a pas de sagiens résidants ; en 1694 Jean 
Dodard et Gougeon, tous manceaux. 

Le 12 Novembre 1695, Jean-Baptiste Durand, écolier, du 
doyenné de Passais, est reçu et succède comme boursier à 
Jean Boisgontier. 

En 1697, un autre manceau : Jean Dodard. 

Le 13 Juin de la même année est reçu comme boursier : 
Charles-René Dodard, écolier du diocèse du Mans, présenté 
par l'archidiacre de Passais, le 10 mai 1697. 

Pocquet de Livonnière (Bibl. Angers, ms. 1067, p. 303), 
cite enfin un François Rebous, docteur en philosophie et en 
théologie, né en 1620 dan» le diocèse de Séez et qui fut bour- 
sier de Bueil, probablement. 

(A suwre.) P. UBALD d'ALENÇON. 



(1) BibL Angers, ms. 1259 (1030), fol. 85. 



;io 



BIBLIOGRAPHIE 



Documents généalogiques 
d'après les Registres des Paroisses d'Alençon 

(1592-1790) 
publiés par le Comte de SOUANCÉ (1) 

Notre distingué confrère M. le comte de Souancé vient de 
rendre un grand service à notre histoire locale. Avec une 
patience de bénédictin, il a dépouillé tous les anciens 
registres paroissiaux d'Alençon, et les registres protestants. 
Il y a relevé avec un soin minutieux les actes concernant le 
clergé, la noblesse, l'armée, la magistrature et la haute bour- 
geoisie, les a classés et a fait de ce relevé méthodique un 
gros volume de 486 pages. 

Les travailleurs Ornais seront très reconnaissants à M. de 
Souancé de cet immense labeur qui leur évitera bien des 
recherches pénibles et assurera la conservation de docu- 
ments précieux pour l'histoire d'Alençon et de toute notre 
région. 

Si cet ouvrage n'est pas et ne peut pas être d'une lecture 
courante, il constitue pour les érudits un répertoire d'un haut 
intérêt. M. de Souancé n'a pas voulu dresser de généalogies, 
il s'est borné à ranger, par lettres alphabétiques, tous les 
actes qu'il a rencontrés. Une préface et un avertissement très 
clairs servent d'introduction au volume qui fait honneur aux 
presses de Vlmprimerie Alençonnaîse, 

Il est impossible d'analyser un tel recueil qui contient des 
milliers d'actes et se recommande par son excellente méthode 
On y trouve les renseignements les plus curieux et il constitue 
vraiment le livre d'or de l'ancienne société d'Alençon. 

(1) Un fort volame in-8* raisin de IV, 4S6 pages. — Paris, Honoré Cham* 
pion, libraire, 5, quai Malaquais, 190S* 



BIBLIOGRAPHIE 389 

Sa place est marquée dans toute bibliothèque Ornaise, 
car M. de Souancé a mis utilement en pratique le conseil : 
CoUigite fragmenta ne pereanl. 

Vicomte du MOTEY.. 



Un dernier mot sur le Collège de Longny 

Dans le tome XXIV du bulletin de la Société Historique 
et Archéologique de VOrne, M. Tabbé Godet a publié une 
savante étude sur le collège de Longny. Une partie des 
documents dont il s'est servi venait du Chartrier du Château 
de Persay (1) ; c'est à la même source que j'ai trouvé les 
éléments de la présente note. 

Un des bienfaiteurs de ce collège était Pierre de Bailleul, 
seigneur de Persay (d'hermines à la croix de gueules), qui 
épousa à la fin du xvii® siècle Marie de Puisaye {d'azur à 
deux lions léopardés d'or). M. et M^^ de Bailleul chargèrent 
leurs héritiers de continuer à payer une rente de cent 
livres tournois. 

Par suite des partages du 17 Vendémiaire an X, entre les 
trois enfants de Robert de Loubert, seigneur de Martainville 
(petits enfants de Pierre de Bailleuil), et de Françoise de 
Rély (d'or à trois chevrons d'azur), Marie-Charlotte de Loubert, 
épouse du baron de Beausse, chevalier de Saint-Louis, ancien 
capitaine d'infanterie, fut chargée de la rente due au collège 
de Longny. 

Comme le collège cessa d'exister à la Révolution, la 
Nation s'empara de cette rente et la transféra à l'hospice 
civil de Domfront par acte du premier vendémiaire an Xll. 

M. de Beausse, qui habitait alors à Feillet (commune du 
Mage), se fit autoriser, par le Conseil de Préfecture de l'Orne 
dans sa séance du 20 mars 1812, à rembourser cette rente 
à l'hospice civil de Domfront. 

(1) Commune de Moulicent (Orne). 



39() BIBLIOGRAPHIE 

Ce remboursement mit fin à cette rente que les seigneurs 
de Persay acquittaient depuis deux siècles. 

R. B. 



Ex-libris de Turgot, évêque de Sées. 

En 1885, le comte de Contades publiait dans le Bulletin 
de la Société Historique et Archéologique de VOrne une inté- 
ressante notice sur un ex-libris de Dominique Barnabe 
Turgot, évêque de Sées. 

I/ex-libris dont il s'est occupé est daté de 1717 et mesure 
77 % et demi de hauteur sur 59 % de largeur (dimen- 
sions prises sur le filet d'encadrement). M. de Contades ne 
savait pas qu'il en existait un autre daté de 1716 qui fait 
partie de ma modeste collection. Le dessin des deux vignettes 
est à peu près le même, c'est-à-dire que le cartouche et les 
ornements qui accompagnent les armoiries sont à peu près 
semblables. Celui de 1716 est plus grand, car il mesure 94 ^ 
de hauteur sur 75 % de largeur. Je suis donc disposé à croire 
que trouvant cette marque trop grande pour les volumes 
de petite dimension. Monseigneur Turgot aura fait faire 
celle de 1717. 

Outre mes études sur les ex-libris, tout ce qui touche aux 
Turgot m'intéresse d'autant plus que grâce à la généalogie 
dressée par mon cousin, M. G. le Hardy, nous descendons 
lui et moi de la Dame des Tourailles qui restera célèbre par 
ses vingt-deux garçons et par la charmante poésie de M. Gus- 
tave Le Vavasseur. 

En effet, Michel de Brébisson, écuycr, sieur de la Couture, 
épousa en 1657, demoiselle Anne de la Ville, fille de Robert 
de la Ville, écuyer, sieur de la Roche, et de demoiselle Louise 
Turgot. Je n'insisterai pas sur le degré de parenté, mon but 
était seulement de faire connaître l'ex-libris de 1716. 

R. DE BRÉBLSSON. 



Le Géraut : A. DUMOtCHKL 



PROCES-VERBAUX 



Séance du 30 Mai 1908 



Présidence de M. TOUR NOUER, Président 



Le samedi, 30 Mai 1908, à deux heures du soir, la Société 
Historique et Archéologique de TOrne a tenu séance dans la 
salle de sa bibliothèque en la Maison d'Ozé. 

Étaient présents : M™® la Baronne de Sainte-Preuve ; 
MM, E>EscouTURES, Tabbé Desvaux, Louis Duval, Gilbert, 
Leboucheb, le Vicomte du Motey, Parmentier, Le Roy- 
Write, Paul Romet, Tabbé Richer, Tomeret, Tournouer. 

Se sont fait excuser : MM. de Brébisson, Chollet, Tabfeé 
Desmonts, Tabbé Dumaine, Gobillot, Tabbé Letacq, 
Lebourdais, de Margêre, Tabbé Méliand, Tabbé Mesnil, 

PORIQUET, SaNDRET. 

;\j[me de Lavererie, MM. Pichon,. Chareyroa, Hubert, 
Tabbé Bidard, Louis Deshayes, présentés en dernière séance 
sont admis comme membres de la société. A cette occasion, 
MM. Chareyron, Deshayes et Hubert ont envoyé des lettres 
de remerciements dont il est donné lecture. Celle de M. 
Hubert est acompagnée du don de plusieurs ouvrages pour 
notre bibliothèque. 

Pluisieurs nouveaux candidats sollicitent^leur admission. 
Ce sont M. Patrie, chef de gare à Fresnay-sur-Sarthe, présenté 
par MM. Triger et Paul Harel. 

M. Alfred Lemaitre, aneien. notaire (Paris 14^)v villa d'Alé- 
sia;^ 27, etàVire, 5, ru€ Notre-Dame), présenté par MM. Duval 
et Touxnoûer. 

31 



392 PROCÈS-VERBAUX 

M. Joseph Guillaume, professeur à la Faculté Catholique 
de Lille (Paris, 54, ^avenue de Breteuil), présenté par MM. le 
baron des Rotours et Tournouer. 

M"^6 Louis de Fromont (Alençon, 53, rue du Jeudi), pré- 
sentée par M™6 la baronne de Sainte-Preuve et M. l'abbé 
Desvaux. 

M. Ledonné-Girardière, directeur du Crédit Foncier, 
à Alençon, par MM. Louis Duval et Tabbé Richer. 

M. Lebourdais, notaire au Pin-la-Garenne, par MM. le 
docteur Levassort et Tournouer. 

M. Le Roy-White, présenté par MM. Tournouer et des 
Rotours, qui veut bien inviter les excursionnistes de la Société 
à visiter^son château de Rabodanges. 

M. le Président donne lecture de lettres de MM. le sénateur 
Poriquet et Guillaume adressant des félicitations pour la 
rédaction et l'illustration du bulletin contenant le récit de 
la dernière excursion. A cette occasion, il donne de nouveaux 
détails sur l'organisation et l'itinéraire de celle qui est 
préparée pour le mois d'août prochain. 

M. Paul Remet signale dans l'exposition théâtrale organisée 
à Paris aux arts décoratifs, une aquarelle de M. Lamy, sur 
le Foyer de l'Opéra, avec le portrait de Lautour-Mézeray, 
y Homme au Camélia. 

M. le Président présente trois manuscrits de travaux des- 
tinés au bulletin : de M. l'abbé Mesnil, sur l'histoire de la 
Forêt d'Ecouves; — de M. le vicomte du Broc, sur les livres 
d'Heures au Moyen-Age et au xvi® siècle ; — de M. Lemaitre 
sur le Manoir de Vaugeois et ses seigneurs. 

Il nous entretient du monument qui doit être érigé à^Saint- 
Cénery, en l'honneur de Paul Saïn, le peintre qui a popularisé 
dans le monde des arts ce coin délicieux du pays Alençonnais 
qu'on a baptisé du nom de Suisse Normande. L'honneur de 
cette initiative et sa réalisation sont dues entièrement à notre 
érudit compatriote, M. Léon Boutry et à M. Mary-Renard, 
l'élève de M. Paul Saïn. Communication est faite ensuite de 



PROCÈS-VERBAUX 393 

la liste de nos compatriotes dont les œuvres ont figuré au 
Salon des artistes Français. Cette liste sera insérée au Bulletin. 

M. de Gasté prie la société d'adresser à l'administration 
forestière les requêtes suivantes : \^ établir dans la forêt 
d'Ecouves, à gauche en descendant vers Sées, à 400 mètres 
environ en dessous du carrefour de la Branloire, au premier 
tournant, dans le taillis le long de la route, un terre-plein 
débarrassé de cinquante mètres carrés environ pour permettre 
au touriste d'admirer le magnifique panorama qui s'étend 
du château de Blanche-Lande à Champ-Haut, au-dessus du 
Merlerault, en passant par les hauteurs d'Argentan, du Pin et 
de Cisav. 

2P Faire le même terre-plein, à peu près au même endroit, 
mais à droite, de façon à admirer un autre panorama qui 
s'étend de Champ-Haut à Perseigne, passant par les hauteurs 
de la Gennevraye, Brullemail, MouUns-la-Marche, Tourouvre, 
Longny, Mortagne, Bellême et Perseigne. 

3^ Respecter pour toujours le double groupe de sapins 
situé sur les hauteurs du Bouillon, près du carrefour des 
Verreries. On aperçoit ce groupe de la moitié Nord-Est du 
département, des hauteurs de Vimoutiers, Chambois, du 
Haras-du-Pin, de Champ-Haut, MouUns-la-Marche, Tou- 
rouvre, etc., etc. 

M. Becker, ingénieur en chef, auquel la lettre de M. de 
Gasté avait été communiquée, a répondu de façon très favo- 
rable. C'est ce qui engage encore davantage la Société à lui 
transmettre le vœu que la demande exprimée par M. de 
Gasté soit prise en considération et réalisée par l'administra- 
tion des Eaux et Forêts. 



!. Charles Vérel prie « de vouloir bien délibérer sur l'utilité 
et l'intérêt que présenterait la publication au bulletin d'un 
inventaire des manuscrits conservés dans les dépôts publics 
et surtout dans les collections particulières. En cas de décès 
des propriétaires de ces documents, la Société pourrait par- 
fois essayer de recouvrer ces pièces ou tout au moins veiller, 
dans la mesure du possible, à leur conservation. •> 

Les ruines de l'abbaye de Saint-Evroult, qui avaient été 



394 PROCÈS-VERBAUX 

nises en vente le 15 Mai, n'ont pas été adjugées. M. Grimbert, 
notaire à la Ferté-Fresnel, annonce qu'un prix de 45.000 francs 
est demandé pour la vente de tout l'ensemble de la propriété. 

H. Tabbé Desvaux demande si la Société n'estimera pas 
qu'il y aurait quelques mesures à prendre pour assurer le 
respect et la conservation des restes grandioses d'un lieu 
vénérable entre tous par ses souvenirs religieux, historiques, 
artistiques et littéraires. N'en pourrait-on obtenir le classe- 
ment, ne fut-ce qu'au point de vue pittoresque et de la pro- 
tection des sites ? 

M. Tabbé Desvaux signale dans le domaine du château de 
Lonray, au lieu dit les Grouas, l'existence en grand nombre 
de fragments d'aqueducs romains, mentionnés par M. de la 
Sicotière dans l'Orne Archéologique, Quelques-uns de ces 
fragments très bien caractérisés ne sont pas de dimensions 
telles qu'on ne puisse les^ transporter- N'en pourrait-on pas 
solliciter quelques échantillons pour le musée extérieur de 
notre Société ? 

Le R. P. Ubald d'Alençon répond ainsi à une demande de 
renseignements précédemment faite sur dom Bougis de Sées: 
« Une très instructive notice se trouve dans VHistoire du 
diocèse de Sées, de l'abbé Esnault, aux arcliives nationales 
(K K, 1084 pages 794 et 795). L'auteur fait naître dom 
Bougis en 1630. Des lettres de dom Bougis sont à la biblio- 
thèque nationaleaums.fr. 19678. Voir aussi VAthena Norman- 
noriun du P. François Martin, édition Genty et Bourrienne, 
page 487 (bibl. Epernay, ms. 24 ; — bibliot. Tours, ms. 
1.394-1.475 à 1.748 ; — bibliot. nat. f. latin 13:206 et sui- 
vants — et 13.622). 

M. René Gobillot n'a rien trouvé à Châlons sur l'existence 
de Toustain, l'acquéreur insolvable et le dévastateur de la 
Chartreuse du Val-Dieu, au temps de la première confisca- 
tion des biens d'Eglise. 

M. l'abbé Desvaux croit pouvoir afRrmer que cependant 
il ne peut rester de doute sur le pays de cet homme néfaste. 
Tous les documents officiels conservés aux archives dépar- 



PROCÈS -VERBAUX 395 

tementslles indiquent Châlons-sur-Marne, comme le pays 
et la résidence de Toustain, et presque toutes ses lettres 
sont datées de cette ville. 

H. le comte de Charencey nous annonce l'envoi des Bulle- 
tins de la Société Philologique. 

M. Leboucher nous met au courant de l'accueil fait par le 
conseil Municipal d'Alençon à la demande d'une restaura- 
tion de la tombe du célèbre général espagnol, le curé Mérino. 
Il a été chargé de préparer une notice pour faire connaître 
à ses icollègues le degré et le genre d'illustration de Mérino, 
qui motiveraient cette demande. A cette occasion, M. Tomeret 
donne quelques détails sur le grand pattiote qu'il a connu 
dans son enfance, alors qu'il était venu habiter porte à porte 
avec le général Bonnet, son grand. adversaire d'autrefois sur 
les champs de bataille, dans la lutte héroïque pour l'indépen- 
dance de l'Espagne. 

Pour répondre à un vœu plusieurs fois réitéré par M. l'abbé 
Desvaux, et présenté au Conseil Municipal par notre Société, 
MM. -Leboucher, Lheureux et Thouin ont été nommés membres 
d'une commission chargée de rélever et de conserver tout ce 
qu'il reste d'intéressant dans les bâtiments de l'ancien 
Présidial d'Alençon qui doiveat être prochainement démolis 
pour faire place au nouvel hôtel des Postes. 

M. le Président annonce que notre collègue M. le marquis 
de Saint-Pierre a donné sa démission de président de l'union 
Bas-Normande et Percheronne à Paris, et qu'il a été remplacé 
en cette qualité par. M. le prince Louis de Broglie. Il signale à 
notre attention le remarquable rapport lu à la dernière 
séance par notre secrétaire général, M. le baron des Rotours. 

Enfin M. Descoutures nous rappelle la mise en vente du 
château de Rànes, de son mobilier, dans lequel figure, nous, 
dit-il, une superbe galerie de tableaux de famille, que la plu- 
part d'entre nous avaient visitée en 1903, pendant une 
excursion de la Société en ces quartiers. Nous n'y pouvons 
rien, mais satisfaction nous est donnée de savoir que les 
acquéreurs, MM. Bernard et Richard de Lille sauront assurer 



396 PROCÈS-VERBAUX 

la conservation de cette demeure particulièrement intéres- 
sante pour notre histoire locale. 

La séance est levée à 4 heures et demie. 

Le secrétaire-adjoint : 
L*Abbé A. DESVAUX. 



ŒUVRES & ARTISTES ORNAIS 

qui ont iiguré cette année au 

SALON DES ARTISTES FRANÇAIS 



PEINTURE 

BRISARD (Fernand), né à Hauterive. — Première poupée. 

DUBREUIL (Mme Marie), née à Domfront. — Un bretteur. 

FILIPPI (M^^ Marie-Madeleine), née à Juvigny-sous- 
Andaines. — Quais de Bordeaux le soir. 

HUREL (Suzanne M"«), née à Mortagne. — Paris le matin ; 
la Crémière, 

LÉANDRE (Charles-Lucien), né à Champsecret. — Por- 
trait de Afne G... 

LE FEBVRE (Georges-J.-J.), né à Bas-Hamel, Berjou. — 
Gentilhommière normande. 

LEMEUNIER (Basile), né à Antoigny. — Portraits de 
M. et de M""* M... 

PIERREY (Maurice), né à Alger. — Jésus au Jardin des 
Oliviers, peinture décorative pour l'église de la Haute- 
Chapelle. 

RENARD (Mary), né à Alençon. — Derniers rayons, automne 
à Saint-Cénery. 



PROCÈS-VERBAUX 397 

DESSIN 

BROUX (SiLAs), né à Roubaix. — Tour de Vancien bureau 
des finances à Alençon, aquarelle. 

ARCHITECTURE 

AMIARD (Louis-Georges), 'né à Fiers. — Château de Fiers. 

BROUX (SiLAs). — Vieilles maisons, rue de la Juiverie, à 
Alençon. 

HÉDIN (Amédée), né à Aknçon. — Abbaye de Saint-Pons, 
près Nice, aquarelle ; La rue de VEglise à Villefranche- 
sur-Mer, aquarelle. 

GRAVURE 

DORNOIS (Albert), né à Sévigné. — Une gravure : La côte 
de Trouville (eau forte). 

LÉANDRE (Charles-Lucien), né à Champsecret. — Une 
lithographie : Portrait de femme ; Six lithographies : 
Portraits d'Anglada et de Waleffe ; Une communiante ; 
Profil de jeune fille ; Pour un bénéfice ; Tête d'étude, 

LESECQ (Julien), né à Fiers. — Une gravure sur bois : 
Moutons rentrant à la bergerie, d'après Ch. Jacque. 

ART DÉCORATIF 

HERVÉ-MATHÉ (M^e Berthe-Marie), née à Mesnil- 
Hubert. — Projet de vase céramique, décor au grand feu ; 
Projet d*éventail, dentelle moderne à Taiguille, point 
d' Alençon. 

PESNÉ (Alexandre-Auguste), né à Argentan. — Une 
vitrine contenant un panneau en cire : les Arts et les 
Sciences. 

SALON DE LA SOCIÉTÉ NATIONALE 

DES BEAUX-ARTS 

PRINS (Pierre). — Le Pont de Saint-Evroult, soir, dessin 
au crayon noir et de couleur. 



398 PROCÈ&«tVERBAlJX 

RANSON (Paul). — Forêt d'Ecouves. dessin au crayon noir 
et de couleur, dessous de bois. 

ART DECORATIF 

Coït on point d' Alençon, dessiné .par M^^® Debès, exécuté par 
les ouvrières de M. A. Lescure. 

Voile, point d'Alençon, dessiné par E. Lefebure «t par M'^ 
DeUlUer. 

VolanU en point d'Alençon, dessiné par M. Rapp. 

Bande, en point d'Alençon, dessinée par Georges Martin* 



LES LIVUES D'HEURES 



AU MOYEN -AGE ET AU XVP SIÈCLE 



I 



Les livres d'Heures ressuscitent à nos yeux toute une époque; 
ils restent les témoignages d'un art, le souvenir d'un luxe 
qui ~f ut l'apanage des privilégiés du rang, alors que l'imprimerie 
n'avait pas mis encore à la portée de tous ce que les manuscrits 
devaient au talent des calligraphes et au pinceau des artistes. 

Qui n'a tenu entre ses mains un de ces psautiers, de ces 
missels, de ces volumes vénérables, gardés avec un soin jaloux 
au foyer familial, ou confiés au dépôt de nos bibliothèques 
publiques ? On admire en eux l'éclat d'un coloris respecté 
par le temps, la finesse et la variété des figures retraçant des 
scènes dont la précision supplée au peu d'espace que leur 
réservent les feuilles de parchemin qui composent ces œuvres, 
fruit d'un long et patient labeur. 

Dans les siècles où le sentiment religieux inspirait tous les 
actes de la vie, les premiers livres furent des livres de prières, 
d'un usage restreint et empruntant un nouveau prix à leur 
décoration. Ils étaient la possession presqu' exclusive des rois 
et des reines, des princes et des princesses, des seigneurs et 
dames de haut lignage auxquels on les destinait. 

Le peuple illettré pouvait égrener entre ses doigts les cha- 
pelets aux grains rustiques, dans les églises d'où montaient 
vers le ciel ses ardentes prières ; mais aux races royales, 
à la noblesse dont les châteaux couronnaient les hauteurs, 
appartenaient ces Heures au vélin chargé de capricieuses 
dorures, rappelant par les armoiries et les emblèmes héral- 
diques des origines illustres. 

Le talent des miniaturistes du xiv« siècle s'exerce de mille 



400 LES LIVRES d'heures 

manières sur les marges, ornées de fleurs et parfois de figures 
burlesques. L'imagination et la fantaisie s'y donnent un 
libre cours avec Tesprit satirique et gaulois. Le clergé n'est pas 
toujours épargné par l'artiste railleur, représentant des 
animaux à têtes mitrées, des renards vêtus en moines, et 
souvent même des sujets peu convenables dont ne s'offus- 
quait pas la dévotion de nos aïeux. 

Les compositions du xv® siècle ont volontiers un caractère 
tragique. C'est l'époque des danses macabres, des allégories 
funèbres, des leçons de morale, données par des figures grima- 
çantes qui viennent illustrer les vigiles des morts. 

Les livres d'Heures, manifestation de la piété, furent l'éclo- 
sion d'un art, d'une école française, apparue pour la première 
fois au XIV® siècle, et qui, malgré les influences étrangères 
qu'elle subit tout d'abord, n'en a pas moins imprimé à ses 
oeuvres un caractère national. 

Un prince qui connut à la fois la gloire des armes et celle 
des lettres, et dont le goût éclairé fit un illustre protecteur 
des arts, a résumé en ces lignes l'histoire des manuscrits 
justement admirés de nos jours : 

« Que ce soit à une main italienne ou à des réminiscences 
d'Italie que nous soyons redevables de quelques-unes de ces 
belles peintures, il est impossible de ne pas reconnaître dans 
« nos très riches Heures » un ensemble essentiellement 
français, le chef d'œuvre d'une grande école, d'un art dont nous 
pourrions suivre ici même le développement dans de brillants 
spécimens. Nous le voyons à son début, rude encore, déjà 
puissant au temps de Bouvines, dans le psautier d'Inger- 
burge de Danemarck. Ce qui précède est byzantin et Caro- 
lingien. Alors vers 1200, l'art du miniaturiste français 
paraît se confondre avec le verrier. Il s'adoucit, s'épure 
un siècle plus tard, dans les grisailles du bréviaire de Jeanne 
d'Evreux, atteint son apogée avec Pol de Limbourg et ses 
associés ; se transforme sans déchoir, moins idéal, moins noble 
'encore, sous le pinceau de Jean Fouquet, dans les heures 
d'Estienne Chevalier ; reparaît élégant, harmonieux, pro- 
saïque, souvent animé, dans la Guerre Gallique et les 
Troades, subissant l'influence des Clouet, des Corneille de 
Lyon, toujours français, même sous la signature de Godefroy 



LES LIVRES d'heures 401 

le Batave ou de Nicolo deir Abbate, et confondu dans 
l'école de Fontainebleau. Les derniers manuscrits français 
sont r œuvre de Jarry, froid, conventionnel, mais correct, 
majestueux, comme le grand Roi, son contemporain. (1) » 

Aux XI ve et xve siècles, le texte des livres d'Heures est 
soumis presque toujours à une classification uniforme. Il 
se compose de onze parties distinctes : le calendrier, les 
extraits des quatre évangélistes, des oraisons, les Heures 
de la Vierge, les Heures de la Croix, les Heures du Saint- 
Esprit, les psaumes de la pénitence, les litanies, les vigiles 
des morts, les quinze joies de Notre-Dame et les suffrages des 
Saints. Au xvi® siècle, on y ajouta les Heures de la Trinité, 
des oraisons variées, et dans la seconde moitié de cette 
période, le livre se grossit de morceaux divers qui en forment 
l'appendice. 

L'invention de l'imprimerie propagea le livre d'Heures, 
mais en modifiant son aspect. Aux miniatures succédèrent 
les vignettes ; le burin du graveur remplaça le pinceau de 
l'artiste. L'éclat des enluminures auquel les yeux s'étaient 
habitués, faisant défaut, on lui substitua l'ornementation 
imprimée, prête à recevoir la couleur que souvent l'on se plut 
à y ajouter. Le vélin continua d'être en usage pour ces volumes 
qui restèrent un objet de luxe. 

En 1481, parurent les premières Heures gravées. Jean du 
Pré, imprimeur français, est le créateur du livre illustré à 
Paris, en attendant les imitations qui ne tardèrent pas à 
se succéder en province. Elles s'imprimèrent pour chaque 
diocèse et se multiplièrent entre les mains des fidèles. 

Des libraires acquirent un reûom en éditant ces livres, 
interprètes du sentiment religieux. Parmi eux se distinguent 
Simon Vostre (1487-1520), Thielman Kerver (1497-1522), 
Gillet et Germain Hardouyn (1497-1538), Mentionnons encore 
Antoine Vérard, Geoffroy Tory, à la fois dessinateur, impri- 
meur, libraire, et qui ayant dû à l'Italie son éducation artis- 
tique, se montra supérieur par les arabesques de style Renais- 
sance qu'offrent ses premières œuvres, éditées en 1543, par 
Simon de Colines. 

(1) Duc d'AuMALE, Chantilly, le cabinet des livres. Manuscrits, 2 vol. 
ln-4°, Paris, 1900 I, 71. 



402 LES LH'RES d'HEURES 

Sous le règne de Charles VIII, la faveur qu'obtinrent les 
livres d'Heures s'affirme par soixante quinze éditions, en 
l'espace de vingt ans ; elle augmente encore sous Louis XII. 
Mais en devenant, grâce à l'imprimerie, le partage d'un plus 
grand nombre, les Heures perdaient la valeur du manuscrit, 
le cachet personnel qui en faisait le mérite et l'originalité. 

Au tempes de François !«' et d'Henri II, la gravure sur bois 
est un art qui prête son concours à ces œuvres que produit 
la France, et dont les imitations se répandent tardivement à 
l'étranger. 

Au XVII® siècle arrive la décadence du genre. Les Heures 
ne ^ont plus que de petits volumes, contenant des offices 
et des prières illustrés de façons diverses, précieux encore 
si Petitot leur confère par «es miniatures une valeur artis- 
tique. Cochin les orne à son tour au xviii® siècle, époque 
d'incrédulité où les livres pieux sont de moins en moins en 
faveur. Conservées comme des joyaux de famille, à l'abri des 
regards du public elles semblaient vouées à l'indifférence, à 
l'oubli, lorsque sous Loui^-Philippe, la hthographie les remit 
en honneur par des reproductions' destinées à servir de 
livres de mariage aux princes et aux princesses de la famille 
royale. 

Le livre d'Heures d'Anne de 'Bretagne, publié en 1859- 
par la librairie Curmer, et tiré à 850 exemplaires, a permis 
d'étudier le célèbre manuscrit (1) dont les 480 pages 
renferment 40 miniatures de prix, et où l'ornementation 
présente un caractère original par la multiplicité des plantes 
figurées dans les marges. 

La phototypie a vulgarisé, de nos jours, des œuvres qu'un 
petit nombre d'amateurs avait été admis à contempler. 
De récentes expositions ont attiré aussi sur elles l'intérêt du 
public, en mettant en lumière des collections privées. 

Le duc d'Aumale avait rassemblé de splendides livres 
d'Heures parmi les merveilles qu'il accumula dans la demeure 
des Condé dont la réédification éternisera sa mémoire. La 
bibliothèque de Chantilly renferme le bréviaire de Jeanne 
d'EvreuXy reine de France, œuvre du xiv^^ siècle, remarquable 

(1) Il est conservé à la bibliothèque Nationale. 



LES LIVRES d'heures 403 

par la calligraphie et les enluminures des pages où les lis de 
France se mêlent aux, chaînes de Navarre, et qu'illustrent 
114 petits tableaux, peints en grisaille sur fonds d'or et de 
couleur. Le bréviaire de Madame de Beaujeu, fille de Louis XI 
et régente du royaume après la mort de son père, est écrit 
sur un vélin de la seconde moitié du xv^ siècle. Des miniatures 
en décorent les lettres initiales. 

Au nombre des livres manuscrits dont le prince devint le 
possesseur, et qu'il voulut lui-même inventorier (1), avec 
d'intéressants commentaires, il faut citer les très riches Heures 
du duc de Berry qui jouissent d'une juste célébrité, et qu'on 
peut connaître par des reproductions. Le nom de leur premier 
titulaire tient une place importante dans l'histoire de l'art. 

Jean de France, duc de Berry, troisième fils du roi Jean II 
et de Bonne de Luxembourg (1340-1416), otage livré à l'An- 
gleterre par le traité de Brétigny, a droit à la reconnaissante 
admiration des archéologues, car il fit construire à Paris 
la Sainte Chapelle et le palais dont s'enorgueillit la ville de 
Bourges. Le prince artiste aimait les lettres : tout en bâtissant 
ses châteaux, il collectionnait des manuscrits. Six d?entr« 
eux sont à Chantilly : d-'autres ont pris place dans plusieurs 
de nos bibliothèques publiques. 

Les très riches Heures, composées pour lui, sont un in-folio 
de 206 feuilles de très beau vélin que décore une profusion 
de lettres, enluminées de fleurons, de figures et d'emblèmes. 
De nombreuses miniatures, la plupart contemporaines du 
duc de Berry, sont les premiers chefs d'oeuvre du. genre et 
représentent des scènes de la vie du prince. On y voit le 
Louvre de Charles V, « le logis du Roi », devenu le palais de 
justice. Pendant quatre siècles, ce manuscrit ne quitta pas 
les environs de la Savoie et du Montferrat. Des mains^ de 
Spinola,. le célèbre capitaine et banquier, il passa aux Serra 
dont l'héritier le vendit pour 19.000 francs au duc d'Aumale. 

Les Heures d'Eslienne Chevalier dont le prince fit aussi 
l'acquisition, en 1891, furent exécutées, vers 1455, pour le 
personnage de ce nom qui était trésorier de France. Le 



(1) Ce catalogue conimenci^ par lui, en 1831, a été publié après sa mort, 
avec l'Introduction qu'il lui destinait. 



404 LES LIVRES d'heures 

texte en a disparu ; mais les quarante minitiatures qu'on 
y a découpées et qui subsistent tout entières, sont l'œuvre 
de Jean Foucquet, un des maîtres de Tépoque. Dignes d'entrer 
dans le « santuario » du musée Condé, elles ont été reproduites 
en 1897, dans un beau volume qui les met à la portée du public- 
Un autre livre réclame l'attention par sa valeur artistique 
et le nom de son premier possesseur ; ce sont des Heures du 
connétable de Montmorency, le fondateur du château de 
Chantilly, celui dont la figure imposante se dresse fièrement 
sur son cheval de bronze, attirant de loin le regard du visiteur. 
Un des hommes les plus illustres de sa glorieuse race, il 
joignait à sa rudesse guerrière le goût des arts et des lettres. 
L'auteur d'un volume manuscrit qui lui est dédié (1), 
Nicolas Viole, aumônier du Roi, le félicite, dans sa dédicace, 
a de faire construire et bâtir une librairie très sumptueuse, 
en sa maison et château de Chantilly », et il vante « son grand 
et louable vouloir pour les bonnes lettres. » 

C'est pour complaire à ce grand seigneur artiste que furent 
composées les Heures qui méritaient de figurer dans ce « cabinet 
des livres », dont la collection, commencée par le Connétable, 
a été augmenté avec tant de science et de goût par son royal 
successeur. Ces Heures manuscrites, un des plus remarquables 
spécimens de l'art français, au xvi® siècle, renferment 118 feuil 
lets de beau parchemin et quatorze peintures, exécutées pr: 
différentes mains, qu'on peut citer parmi les modèles du genre. 
Les bordures se distinguent par le talent et la richesse qui 
ont présidé à leur décoration (2). 

Un premier frontispice est orné des armes des Montmo- 
rency, reconnaissables aux alérions d'azur dont le nombre 
d'abord fixé à quatre, fut porté à seize par Philippe Auguste, 
sur le champ de bataille de Bouvines, en souvenir de la part, 
prise à cette victoire par Mathieu H de Montmorency. 
Sur le second frontispice apparaît l'épée de connétable, 
avec la devise de sa maison : Aplanos (3). 

(1) Traité d'aulciins escripvains et autheurs ecclésiastiques par sainct Jérôme 
traduction de Nicolas Viole. Manuscrit in-8° de 32 feuillets. 

(2) ^L Lcopold Delisle a publié une savante analyse de ces Heures dans 
deux articles accompagnés de nombreuses phototypies. Revue de Vart 
ancien et moderne, vu, 321-334 et 393-404. 

(3) Du mot urec : sans varier. 



LES LIVRES d'heures 405 

Le texte latin contient les Heures de Notre-Dame, Tofflce 
des Morts, les sept psaumes de la pénitence et diverses orai- 
sons dont quelques-unes semblent plutôt des menaces contre 
les ennemis et les rivaux du connétable, alors disgracié. 

Elles reflètent le caractère de celui que Brantôme a peint 
avec l'originalité de son style et de son esprit : 

« Le premier gentilhomme et baron chrétien de la France 
ce qui lui redonde à un très grand honneur : aussi a-t-il 
sceu bien en soy entretenir ce christianisme tant qu'il a duré 
et n'en a jamais dcsrogé, ne manquant à ses dévotions n'y 
à ses prières, car tous les matins, il ne failloit de dire et entre- 
tenir ses patenostres, fust qu'il ne bougeast du logis, ou 
fust qu'il montât à cheval, allast par les champs, aux armées : 
parmy lesquelles on disoit qu'il falloit se garder des pate- 
nostres de M. le Connétable, car en les disant et les marmottant, 
lorsque les occasions se présentaient comme force desbor- 
dements et desordres y arrivent maintenant, il disoit : allez 
moy pendre un tel ; attachez cestuy-là à cet arbre ; faictes 
passer cestuy-là par les picques tout ast'heure, ou les harque- 
buses, tout devant moy; taillez moi en pièces tous ces marauds 
qui ont voulu tenir ce clocher contre le Roy ; bruslez-moy 
ce village ; bouttez-moy le feu partout à un quart de lieue 
à la ronde. 

« Et ainsi tels semblables mots de justice et poUice de 
guerre proférait-il selon ses occurances, sans se desbaucher 
nullement de ses paters, jusqu'à ce qu'il les ait parachevez, 
pensant faire une grand'erreur s'il les eust retenus à dire 
à un'autre heure, tant il y estoit consciencieux (1). » 

On voit que même en priant Dieu, le connétable restait 
c( le terrible rabroueur » dont parle d'Aubigné. L'oraison qu'il 
adresse à saint Christophe, — patron de sa chapelle de Chan- 
tilly, — prouve qu'il se souvenait des offenses, en feuilletant 
ses Heures dont un cartouche fixe la date à 1549. Les minia- 
tures de ce livre se distinguent des manuscrits plus anciens 
par le choix des sujets empruntés à l'Ancien Testament, 

(1) Les grands capitaines français. Voir : Un grand seigneur du xvi» siècle 
par Ferdinand de Lasteyriet de l'Institut. Gazette des Beaux- Arts, Avril et 
Août 1879, et Anne, duc de Montmorency, connétable et pair de France, par 
Francis Décrue, Paris, 1889, in-S^. 



406 LES LIVRES U*HEURES 

tandis qu'au Moyen-Age elles représentaient des scènes de 
la vie de la sainte Vierge et des Saints, et rappelaient la 
Passion de Notre-Seigneur. 

Comment ce manuscrit cessa-t-il d'appartenir à la Maison 
de Montmorency ? On l'ignore. Sa trace se perd depuis le 
xvi« siècle jusqu'en 1726. Le chevalier de Mouy auquel il 
appartenait alors, l'offrit à Marie Lecksinska, et cette princesse 
le donna au financier Pâris-Duverney d'où il passa dans la 
maison de Cléron d'Haussonville, et tout récemment, le comte 
d'Haussonville en a cédé la possession au Musée Condé. Il est 
revenu ainsi, après une longue absence, au lieu même qu'habita 
son illustre destinataire. 



II 



Les œuvres précieuses que conserve la royale demeure, 
devenue, grâce à un don magnifique, la propriété de l'Institut, 
ne sont pas les seules offertes à la curiosité artistique. La biblio- 
thèque nationale de Paris dont les richesses sont si libérale- 
ment mises à la disposition des travailleurs, renferme parmi 
ses manuscrits beaucoup de livres d'Heures. Celui d'Henri II, 
exécuté à la même époque et par les mêmes artistes que ceux 
des Heures du Connétable de Montmorencv, est orné de dix- 
sept belles miniatures. Les armes de France, placées sur le 
frontispice, se retrouvent dans les fleurs de lis dont les lettres 
initiales sont fréquemment enluminées. Sur une des pages du 
volume on lit « les oraisons que ont accoutusmé de dire les 
roys de France quant ils veulent toucher les malades des 
escrouelles. » 

Collection d'une valeur inestimable. Les Heures du Roi 
René y rivalisent avec de curieux missels, d'antiques psau- 
tiers. En les parcourant, on croit voir apparaître les figures 
que reflètent ces feuilles, évocatrices d'un autre âge, et qu'on 
touche avec respect, dans le grand silence de ces salles d'étude 
où expirent les tumultueuses agitations de la capitale. 

Je m'arrêterai ici sur un de ces manuscrits qui se rattache 
à la Normandie. Les Heures de la famille Ângo, dites « Heures 
des Enfants » parce que des groupes d'enfants nus s'y suc- 



LES LIVRES d'hEUBES * 407 

cèdent» presque à chaque page, et ne forment pas moins de 
160 groupes épars^ présentent 956 compositions de tout 
genre, où Ton compte 4.000 figures. Cette œuvre fut exécutée 
en 1514, à Rouen, selon toute apparence. La famille Ango est 
d'origine inconnue ; mais nous apprenons par le livre lui-même 
qu'il fut commencé à l'occasion de la naissance et du baptême 
de Marie Ango (28 juillet 1514). L'ornementation en est 
remarquable par la finesse et la variété des peintures qui 
forment les encadrements. 

Marie Ango à laquelle furent destinées ces- Heures, épousa 
Nicolas Le Sueur, ainsi que le constate un des feuillets blancs 
du livre relié dans le courant du xvi^ siècle. Les naissances 
d'enfants et de petits enfants viennent plus tard s'inscrire 
sur d'autres pages, réservées d'avance au mémorial des 
événements de famille. Les Heures devenaient ainsi des livres 
de raison, et l'on y suivait la trace des générations qui s'en 
transmettaient l'héritage. 

Que de vicissitudes ont traversées la plupart de ces manufi- 
crits, les uns restant sous le ciel qui les vit naître, d'autres 
quittant leur pays d'origine pour passer dans des mains 
étrangères ! C'est ainsi que les Heures de Blanche de France, 
duxîhesse d'Orléans (1), précieuses par leurs décorationsv se 
trauvent, on ne sait par suite de quelles circonstances^ 
en Allemagne, chez le prince de Stolberg-Wernigerode. Elles 
lurent communiquées par lui à M. Léopold Delisle qui les a 
révélées au public, dans une longue et intéressante analyse (2). 

Lîne destinée singulière était réservée aux Heures du 
maréchal de Boucicaut (3). On ignore si elles le suivirent en 
Angleterre, dans sa captivité. Ce que l'on sait, c'est que 
tombées plus tard en la possession d'Aymar comte de Poitiers, 
elles échurent par héritage à la célèbre Diane de Poitiers, 
duchesse de Valentinois. 

A la mort d'Henri II, Catherine de Médicis fit plus que 
disgracier sa rivale ; elle confisqua ses biens et ses objets 

(1) Fille de Charles le Bel, roi de France, mariée en 1345, à Philippe 
duc d'Orléans et comte de Valois, fils de Philippe VI de Valois» roi de. France. 

(2) Bibliothèque de VécoLe des Charles, LXV I, 489. 

(3) Jean le Meiiigre,si]« de Boucioaut, nôsn 1364, fait prlgimnlerà Aein^ 
court et conduit en Angleterre o(k il moun%l en 1421. 

32 



408 ' LES LIVRES d'heures 

d*art. Le livre d* Heures de Boucicaut dut passer ainsi dans 
sa bibliothèque qu'Henri IV, successeur des Valois, recueillit, 
en la sauvant des créanciers dont elle allait devenir la proie. 
Le Roi en fit don à Henriette d'Entragues, marquise de 
Verneuil. Le volume était décidément voué aux favorites, 
et Ton ne peut s'empêcher de sourire, en lisant sur une 
des pages blanches, décorées des armes de la marquise, 
les lignes que traça la main d*un inconnu pour mentionner, 
le 5 Novembre 1601, la naissance d'un fils qu'elle eut d'Henri IV 
et que l'on désigne sous la qualification de « petit Monsieur ». 
C'était Gaston -Henri de Bourbon, plus tard évêque de 
Metz. Dix-huit mois plus tard, le Roi lui-même prend la 
plume et relate la naissance de sa fille naturelle, Mlle de 
Verneuil (1), sur le feuillet du livre dont l'usage cessait d'être 
édifiant. 

Les Heures de Boucicaut devaient courir encore d'autres 
aventures. A la mort de Gaston-Henri duc de Verneuil qui 
laissait beaucoup de dettes, le précieux manuscrit fut vendu 
et s'en alla en Angleterre où, grâce à l'acquisition qu'en fit,' 
en 1887, un amateur. M. de Villeneuve, il revint en France. 
Il y a été l'objet d'une luxueuse publication (2), et son origine 
a été confirmée par plusieurs miniatures représentant des 
scènes de la vie de Boucicaut dont les armes avaient été 
recouvertes par l'écusson d'Aymar de Poitiers. Ainsi le livre 
de prières du héros a repris sa place dans la patrie qu'illus- 
trèrent ses exploits. 



III 



Nous nous sommes attardés au milieu des Heures manus- 
crites. Ce sont les plus intéressantes au point de vue d'un art 
dont nous venons de suivre les manifestations. Les Heures 
imprimées méritent aussi cependant l'attention, lorsque 



(1) Depuis duchesse de Vernon. 

(2) Notice sur un manuscrit du xiv« siècle. Les Heures du Maréchal de 
Boucicaut Société des bibliophiles français. 1889, gr. in-4o. ^et ouvrage 
reproduit dix splendides miniatures du manuscrit original. 



LES LIVRES d'heures 409 

remontant aux premières époques de l'invention de Timprime- 
rie, elles prennent place parmi les « incunables (1). » 

La bibliothèque nationale possède un grand nombre de 
ces ouvrages, communiqués à la réserve, table spéciale que 
les lecteurs occupent sous les yeux d'un surveillant. Heures 
en français et en latin, en vers et en prose, composées à Tusage 
de Rome, de Paris et de différents diocèses, forment une 
collection connue par les catalogues dont les indications 
guident le travailleur dans le labyrinthe où il risquerait de 
s'égarer. 

L'un de ces catalogues (2) me révéla l'existence à Ver- 
sailles (3) d'un livre d'Heures du diocèse de Sées, imprimé 
en 1553. Peu de jours après, j'étais dans la ville du grand Roi, 
et je feuilletais le volume qui rattache à notre province 
l'étude générale présentée ici. 

C'est un in-8« de 160 feuillets, en 21 cahiers, de caractères 
gothiques, recouvert d'une ancienne reliure en veau, et dont 
je transcris tout d'abord le titre : 

Heures à l'usage de Sées, historiées tout au long avec plusieurs 

suffrages et oraisons nouvellement imprimées à Rouen, 

On les vend à Rouen par la veufve de Jehan Mallard, 

tenant son ouvroir au Portail des libraires, la 

plus prochaine de Véglise. 

La marque du « pot cassé » qui apparaît sur une des pages 
du livre, est celle du libraire Tory dont le matériel appartint 
après lui à Jacques Kerver, autre libraire fort connu alors. 
Ce matériel dut passer ensuite, du moins en partie, dans 
l'atelier de Jehan Mallard, et c'est la veuve de celui-ci qu'on 
voit figurer sur l'intitulé de ces Heures. La date de leur publi- 
cation, se trouve fixée par le millésime de l'almanach : 1553- 
1566. 

Les divisions correspondent à celles qu'on adoptait géné- 
ralement dans ces livres de prières. Au début, une petite 

(1) On appelle ainsi les livres les plus anciens. 

(2) Lacombe. Livres d'Heures imprimés aux xv« et xvi« siècles, Pr.ris* 
1907, in-S'». 

(3) Bibliothèque de la ville. F. a. ob. 110. 



4Î0 LES LIVRES I>'HEURES 

pièce en vers : les jours moralises, donnant à chaque jour de 
la semaine une attribution chrétienne, puia contme intro- 
duction : la manière de bien vivre dévotement et saluiairement 
pwur chacun jour, pour hommes et femmes de moyen estais 
composée par Jehan Quentin, docteur en théologie. 

En quoi consiste cette méthode ? L'auteur va nous le 
dire. 

« Premièrement, levez-vous entour six heures du matin 
en tout temps, et en vous levant, faictes ce qui s*ensuyt. 
Merciez le créateur du repos que vous a donné la nuyct. » 

« Quand vous serez tout appareillé, dictes en vostre hostel, 
si bon vous semble, matines et prime. Allez à Téglise avant 
que vous faciez autre œuvre temporelle... Si par occupation 
raisonnable, vous ne pouvez estre si longuement en Téglise,. 
rendez seulement grâce à Dieu de ses biens. » 

Notre docteur en théologie énumère les f>ensées qu'on doit 
avoir à l'église, et nous enseigne des sujets de méditation, 
trop longs pour trouver place ici. 

Le testament du pèlerin qui vient ensuite, renferme « cinq 
requestes à Dieu » auxquelles succèdent les commandements 
de Dieu, les oraisons du matin, les évangiles, les Heures de 
la Passion, les matines de Notre-Dame, puis les Heures de la 
Croix, les psaumes, des oraisons diverses, les psaumes de la 
pénitence, les litanies des saints et les vigiles des morts. 

Les oraisons, dans le style et l'esprit du temps, sont les 
unes en latin, d'autres en français. Notons les « XV oraisons à 
saincte Brigide » (Brigitte) les « cinq oraisons dévotes des 
cinq playes de Nostre Seigneur à dire devant le crucifix. » 

Le « chapelet de Jésus et de Marie » se compose de vers 
alternant avec les Ave Maria. Chaque mois de Tannée est le 
sujet d'une oraison spéciale. Eu tournant les pages du volume, 
nous y trouverons les Heures de la Trinité, du saint "Sacre- 
ment de l'autel, de la Conception, de sainte Barbe et de tous 
les saints. 

Pour le soir, la confession générale « que ung chascun bon 
chrestien doibt dire tous les jours et principalement le jour de 
Pâques devant que recevoir son seigneur et créateur. » 

De nombreuses gravures ornent le texte et des quatrains 
en expliquent le sujet. Les Vigiles de% Morts donflient lieu à 



LES LIVRES BHEUKES 411 

des scènes macabres. L'une d'elles représente Tenterrement 
d'un chanoine, commenté par ces vers : 

Un chanoine mort de Paris, 
Ainsi qu'on faisait son service, 
RespoDclît au clueur par ses diets 
Que damné estoit pour son vice. 

Ailleurs se rencontrant des sentences comme celle-ci : 

Si tu Teu'X vivre sarment, 

Ottroy à ta langue silence, 

Ht ne désire largement 

Des biens fors que pour ta substance. 

Les versets du Stabat sont entremêlés de vers qui en sont 
la paraphrase. Les mêmes oraisons se retrouvent assez sou- 
vent reproduites par les livres de l'époque. Les Heures de 
Sées avaient peut-être emprunté les vers qu'on va lire aux 
Heures de la f amille^Ango dont il a été question précédemment : 

MANIÈRE DE S0Y COMMANDER A LA VIERGE MARIE 

Noble Mère du Rédempteur, 
Fontaine de toute liesse, 
Jamais lie peut avoir douleur 
Celuy qui envers vous s'adresse, 
Et pourtant, dame, à celle fin 
Du tout à vous je m'abandontiie 
Que tous mes péchés â Ja ifin 
Vo6tre fûz Jésus ni£ pa^doniiit. 

Cette autre ordis4>n à la sainte Vierge, — que je transcris 
d'après le livre de Sécz, — existe dans les Heures de Thielmaa 
Kerver d'une date plus ancienne : 



L . 



Glorieuse Vierge Marie, 
A toy me rends et si te prie 
Que too plaisir me soit ayder 
En tout ce que j'auray mestier. 
Garde mon corps de maladie 
Et tiens mon âme en ta baillie. 
Fay moy vivfe toujours en paix 
El me defTens du sort mauvais. 
Qu'il iwe me icice chose £aire 
Qui à ton Fils puisse -desplak^e, 



412 LES LIVRES d'heures 

Et si te prie. Vierge honorée. 
Que je passe jour et nu3'tée 
Sans point pécher niortelleiiient 
Fit sans mourir villainement. 
Donne mo}' telle rcpentance, 
Vierge, par ta digne puissance, 
Que j'aye vraye contrition 
Et en la fin confession. 
Et quant mon dernier jour sera 
Que l'àme du corps partira, 
Vueille la en ta garde prendre 
Et de Tennemy la déffendre. 
Qu'il ne lui face villennie. 
Je te supplie, Vierge Marie 
Que la présente à ton cher Filz, 
En la gloire de paradis, 
Afin que de moy te remembre 
I^ doulx salut je te vueil rendre 
Que Gabriel Tange apporta, 
En disant : Ave Maria. 

Si grande et si universelle était la piété de la France chré- 
tienne envers la Mère de Dieu qu'on ne s'étonnera pas de 
voir se multiplier alors les prières qui lui doivent de gracieuses 
inspirations. 

Citons encore, parmi tant d'autres, cette « oraison de Notre- 
Dame fort dévote » : 

A toy. royne de haut paraige, 
Dame du ciel et de la terre. 
Me viens complaindre de Toutraigc 
De Tennemy qui me faict guerre. 
Las I chière Dame, secours moy, 
Car je ne scay d'où confort querre, * 
Vierge, si je ne Tay de toy... 

Humblement je te fais prière. 

Mère de nostre Rédempteur, 

Que ta bonne grâce acquière 

Par t'amour et par ta doulceur. 

Tu es le chastel fort et seur 

Où tous pécheurs se viennent rendre; 

Je te supplye, oy ma clameur. 

Et en mon faict vueilles entendre... 

Par ta grant bonté souveraine. 
Tu est le russel et fontaine 



LES UVKES d'hEUUES 413 

Qui lavez toute aine pollue. 

Purge la de tache villeinc 

Pour estre à Dieu nette rendue (1). 

La même, foi profonde et ingénue, a dicté les vers suivants : 

Dame qui de vostre doulx laict 
Allaiclasses le créateur, 
Prenez en gré le chapelet 
De vostre pauvre serviteur. 
Vous suppliant du fond du cœur 
Que lu}' vueilliez impétrer grâce 
Vers vostre filz, vray rédempteur, 
Tant qu'à la fin pardon luy face (2). 

S'il existe des dévotions universelles comme celle dont nous 
venons de rappeler les formes ingénieuses et touchantes, il 
y en a aussi de particulières à différents diocèses où des saints 
et des saintes sont l'objet d'un culte spécial. Sainte Gene- 
viève, libératrice et patronne de Paris, a naturellement sa 
place sur les pages des livres d'Heures imprimés dans la capi- 
tale (3). Ailleurs, on a rimé des oraisons en l'honneur de sainte 
Barbe (4), de saint Ântoiiie de Padoue (5), dont le pouvoir 
est décrit dans ces vers : 

Il recouvre toutes choses perdues. 
Toutes bestes sont par luy deffendues, 
Et bien souvent procès à tort menez 
A vraye justice et bon droit amenez. 

Là ne se borne pas son intervention ; il préserve de toute 
calamité, de la lèpre, de mainte infirmité. « Il donne remède 
à mort subite ». En mer, il arrête la foudre et la tempête. 

A tous périls il est remerc'iable, ^ 

Et aux pécheurs d'un amour pardonnable. 

La diversité des oraisons, le mélange de la prose et des vers 
distinguent ces livres d'Heures, si différents de nos parois- 

(1) Heures de Thielman Kerver (1.525). 

(2) Heures de CoutanceSy (1525). 

(3) Heures à l'usage de Paris. (1565). 

(4) Heures à C usage de Lis (eux. (1525). 

(5) Heures à l'usage de Rouen vers 1584. 



414 LES LÎVRES d'heures 

siens d'aujourd'hui, et leur caractère parfois un peu jovial, 
mêle le sourire à la dévotion. Il règne dans ces pages un 
sentiment de piété profonde et non pas austère. L'esprit 
chrétien s'y allie à la belle humeur. 

Après tant de prières, semées d'avis spirituels, il est utile 
d'apprendre, en les résumant, les moyens les plus sûrs d'aller 
au ciel. Ils nous sont indiqués dans une pièce de vers intitulée : 
La Voye de Paradis, 

Qui veult en paradis aller 
En peult icy la voye trouver. 
Honorer Dieu souverainement 
Et l'aymer .parfaitement. 
Obédience sans murmure, 
Pacience contre injure. 
Humilité qui n'est pas faincte ; 
Pauvreté sans nulle contrainte ; 
Pureté de cueur et de corps; 
Estre aux pauvres miséricors. 
(Confession bien ordonnée 
Est de Dieu enluminée. 
Souvent' fréquenter ofaison 
De cueur en grand' dévotion. 
Toujours parler de vérité 
¥A de cueur debonnaireté. 
Avoir la volonté en hault 
Et souvent plorer son deffaut 
A son prochain toute amitié. 
D'autruy mechef avoir pitié, 
Sobriété et atrempance (1). 
Penser de Jésus la substance 
Et regarder les bénéfices 
De Sacrement en tous délices. 
En chacun jour penser souvent 
A louer Dieu dévotement. 
Et maintenir paix et concorde, 
Ayant pour tous miséricorde. 
Ce sont là les traicts et la voye 
Qui l'homme en paradis envove (2). 



(1) Modération. 

(2) Heures à l'usage de Bourges (1586). 



LES LIVRES d'heures 415 



IV 



Nous n'avons pas tout dit sur les livres d'Heures ; mais 
ceux dont nous venons d'entrevoir les richesses ou de feuilleter 
les pages, nous les ont fait connaître dans leur ensemble, en 
nous montrant de quelle façon, en quels termes priaient nos 
aïeux. Le vieux langage ajoute à leurs oraisons une grâce 
naïve et familière, et les expressions d'un autre âge ont, de 
nos jours, une saveur, une originalité pleines d'attrait. 

De ces vélins aux ors vieillis, aux figures d'un art délicat, 
aux enluminures fantastiques, s'échappent les élans de l'âme 
vers Dieu, vers la Vierge que la Che\ralerie revendiquait 
pour elle-même, en l'appelant « Notre-Dame ». 

Elle est intéressante -et curieuse la transmission des manus- 
crits que leur origine rattache à des noms glorieux, à des 
races illustres. Leurs destinées furent étranges et diverses, à 
travers les siècles qu'ils ont traversés victorieusement. 

Depuis longtemps, la mort a couché sous les pierres tom- 
bales ceux dont les lèvres murmurèrent de pieuses invocations 
dans l'oratoire du château féodal et qui s^agenouillaient dans 
les antiques cathédrales, monuments élevés par le génie des 
siècles de foi. 

Les Heures occupent une place dans l'Histoire religieuse 
et dans celle de l'art. Elles sont précieuses à plus d'un titre. 
Les familles qui en ont recueilli l'héritage, les conservent 
comme des reliques du passé, et parmi ces feuillets, chargés 
d'ans et de prières, on retrouve quelque chose de l'esprit et 
du cœur de l'ancienne France. 

H. i>E BROC. 



BIBliIOGI^IlpHlE du DfPIlItî^lVlKN^ de l'OI^^E 



pendant Tannée 1908 



ADIGARD (P.). Débats parlementaires. Sessions ordinaire 
et extraordinaire de 1907. 

Parle : discuss. d'une propos, de loi relative au régime des aliénés, 54, 
64, 100, 105, 106, 111, 131. - Discuss. du budget de mn, modifié par le 
Sénat, 213. — Discuss. des interpellations relatives aux fraudes sur les 
vins et à l'organisation de la magistrature, 491. — Discuss. du budget de 
1908 (Intérieur), 1975 ; (Agriculture), 2270 ; (Postes et télégraphes), 2455; 
(Colonies), 2788. — Discussion du proj. de loi tendant à modifier la loi de 
séparation des Eglises et de l'Etat, 2978. 2979, son amend., 2980 ; parle, 
2983, 2984, son amend., 2985. (Journal Officiel), 

AlençoD. Loi approuvant la Convention conclue entre TEtat 
et la ville d'Alençon pour la construction d'un Hôtel des 
Postes et des Télégraphes. (Journal Officiel, 1907, p. 2961). 

Alençon. V. Beaudouin H., Le Cacheux, Totet et Samaran. 

— Garé de Saint-Léonard, V. Nécrologie. 

— Découverte de deuji squelettes. (Journal d'AIençoiv 
21, 24, 26 septembre, l*"" et 31 octobre, 5 novembre 1907. 

— Documents historiques. V. Mourlot. 

— Duché. V. Du val (Fréd.). 

— Gouverneur. V. Surville. 

— Sénatorerie. V. Rotours (des). 

— Une Famille d' Alençon. V. Souancé. 

— Lycée d' Alençon. Prospectus. Vues du Lycée. (Alençon, 
A. Herpin, 1907, in-8°). 

— Lycée d' Alençon. Distribution solennelle des prix, 
présidée par M. Boutet de Monvel, trésorier payeur général 
de l.Orne, assisté de M. Mourlot, inspecteur d'Académie et de 
M. Tarot, proviseur du Lycée. Samedi 27 juillet. Rappel des 



. biblioguaphif: de i/orne 417 

prix d'honneur. Vues du Lycée. (Alençon, A. Herpin, 1907, 
in-8»). 

Anonyme. — Les évêques du canton de Juiùg^ny, (Sem. cath. 
du dioc. de Séez, 29 mars 07, p. 222-225). 

Argentan. V. Boscher, Le Boulanger et Le Cacheux. 

— Obsen^ations des administrateurs du district sur la 
demande des cultivateurs de pouvoir acheter ^o étalons du 
haras du Pin parmi les 8o qui doivent être, 12 octobre 1791. 
(Procès-verbaux du Comité d'Agriculture et du Commerce, 
t. II, p. 371. 

— Pétition du s^ Anceaume, d'Argentan, pour demande f 
une loi sur les cours d'eau. 4 janvier 1792. (Ibid., 495). 

— Une révolution au Collège d'A. Souvenirs d'un insurgé, 
par E.-C. de B. (Journal de l'Orne, 22 juin 1907). 

— La Légende du point d'Argehtan, par Tout-Paris. 
(Ibid., 27 avril 1907). 

ARNAUD (M°* J.). Extraits de la Correspondance et des 
autres écrits de Madame /. Arnaud, née Jeanne Duhazé. 
(La Chapelle-Montligeon, 1907, 77 p. in-16. 

ASPREMONT (G. d'). V. Broc (V** de). 

Athte. Hist, de V église protestante. V. Macé. 

Ange (Pays d'). Mémoire imprimé adressé par la municipalité 
de Pont-l'Evêque sur les Moyens d* augmenter la richesse du 
Pays d'Auge, 

— Pétition de la Vallée d'Auge pour demander que la 
route qui va s'ouvrir traverse le bourg de Dozulé. 19 décembre 
1791. (Procès-verbaux du Comité d'Agriculture et du 
Commerce, t. Il, p. 65 à 483. 

B. (E.-C. de). Une révolution au Collège d'Argentan. 
Souvenirs d'un insurgé. (Journal de TOrne. 22 juin 1907). 

BALLOT (Th.-Fr.-N.). Silhouettes Bellêmnises par M. H. Tour- 
nouer. (Bull, de la Soc. hist. et arch. de l'Orne, janv. 1907, 
p. 135-137). Portrait. 



418 BIBLIOGRAPMIf DE l'OAN£ 

BANVILLE (V^' de). Discours prononcé à rinauguratton de 
l'hospice de Tinchebray le 15 septembre. (Croix de l'Orne, 
22 septembre). 

BARDEL (Hgr). Discours prononcé le ^8 novembre à La 
Séance solennelle de rentrée de Tlnstitut Catholique de Paris. 
(Bulletin du denier de Tlnstitut Catholique de Paris, janvier 
1907, p. 4-9). 

— Lettre pastorale au clergé et aux fidèles de son diocèse 
sur THistoire religieuse de ces dernières années. (Sem. cath. 
du dioc. de Séez, 15 tév. 07, p. 98-109). 

— Lettre pastorale i>our prescrire les quêtes nécessaires au 
denier du culte. (Id., 8 mars, p. 166-180). 

BARON (Auguste). Notions géographiques et historiques sur 
la Commune de la Ferrière-uu- Doyen (suite). (Bull, de la 
Soc. hist. et arch. de l'Orne, avril 07, p. 243-261 ; juillet 07, 
p. 322-350 ; octobre 07,' p. 425-438). 

BARRET (l'abbé). Le siège de Belesme par saint Louis (suite 
et fin). (Bull, de la Soc. perch. d'hist. et d'arch, avril 07, 
p. 65-81 ; juillet, p. 101-116). 

Basse-Normandie (La). Etude de Géographie régionale, 
V. Félice (R. de). 

Bazoches-sur-Hoëne. Discours. V. Ludre-Frolois. 

Beauchéne. Recherches hist. V. Surville. 

BEAUDOUIN (Henri). Un Martyr de Septembre iyg2 dans 
l'Orne, Le capucin Valframbert dWlençon. (Bull, de la Soc. 
hist. et arch. de TOrne, octobre 07, p. 439-464). 

BEAURETAiRE (Ddmond). La recherche de Vhôtel ie la 
Providence oii Charlotte Corday descendit à Paris, (IvUer- 
médiaire des Chercheurs et Curieux, 30 août 07). 

Beauvain, 1791-anT\^. Documents éeonomiqwes. V. Mourlot. 

BOËCSHEKEL (de), ingénieur en clief des mines à Roinen. 
Rapports sur Tapplicaiion des lois régLementant le tnrvail 
en 1906, p. 365-366. (Paris, imp. nat., 19©7). 



BIBLIOGRAPHIE DE l'ORNE 4fl^ 

BECKER. Compte^rendu des observations météorologiques 
effectuées en 1906 dans le département de TOrne (avec 
tableaux graphiques). (Alençon, Imprimerie Herpin, 1907, 
in-8^ 11 p. 

Bellème (district de). V. Broc (le V'*^ de) ; Duval (L.). 

— Château. V. Barrel. 

— Institutions charitables, V. Desvaux. 

— Juge de paix. V. Bernard. 

— Silhouettes. V. Tournoûer. 

Berd'huîs. Comice agricole. V. Tournoûer. 

BERTHEREAU (Fr. A. et dom G. Fr.). Silhouettes Belle/noises, 
par M. H. Tournoûer. (Bull, de la Soc. hist. etarch. de l'Orne, 
janv. 1907, p. 13M;^3). 

BESNARD (Ludovic-Armand), juge de paix de Bellème. 
Nécrologie. (Le Perche et Journal de TOrne, 9 mars 1907), 
par Rodon. 

Bibliographie du Département de TOrne pendant Tannée 1906, 
par MM. Louis Duval, abbé Letacq. H. Tournoiier. (Bull, de 
la Soc. hist. et arch. de l'Orne, juillet 07, p. 307-387). 

BLIARD (Pierre). C^ne condamnation à mort en iyy4* 
L'abbé CrouHlère de Sées, rue Baratte. (Eludes. Revue fondée 
en 1856 par les Pères de la Compagnie de Jésus, 5 avril 1907, 
p. 84-100). 

Bonsmoulins. V. Le Cacheux. 

BOSCHER. La Légende du point d Argentan, Représentée à 
rOpéra-Comique. 

BOSCHET (Paul-Théodore), maire d'Argentan. Sa Mort. 
Ses Obsèques. Les Discours (^MM. Antoine, archiprètre ; 
G. de Linière, prétet ; Fleury, sénateur ; Demaire, Godefroy, 
Blancliet. (Journal d' Alençon, 28, 30 mars, 2 avril 1907 ; 
Journal de TOrne, 30 mars, id.). Portrait. 

BOUCICAUT (Aristide). Silhouettes Bellèmoises, par M. H. 
Tournoiier. (Bull, de la Soc. hist. et arch. de FCtene, 
j»nv. 1907, p. 140^143). Portrait. 



420 BIBLIOGRAPHIE DH l'ORNE 

BOnGLIER-DESFONTAINES (Ernest-Antoine), avocat. Dis- 
cours sur sa tombe, par M* Hommey. (Journal de l'Orne, 
27 avril 1907. 

BOURDON (Léonard), dit LÉOPARD. Arrestation de Léonard 
Bourdon et son remplacement par Crouzet dans la direction 
des élèves de la I*atrie (Institut des Jeunes Français) ; 12 et 
13 germinal an III. (Extrait du Moniteur). 

— Lettre de la citoyenne Bourdon au Comité d'Instruction 
publique au sujet des enfants de l'Institut des Jeunes Fran- 
çais, 2 floréal. — Rapport du citoyen Plaichard, député delà 
Mayenne, sur le rétablissement de TEcoIe Bourdon. 

— Son rôle dans la Journée du 5 prairial. (Procès- verbaux 
du Comité d'Instruction publique de la Convention nationale, 
t. VI, p. 27, 29, 30, 31, 32, 122, 129, 203, 217, 231, 233). 

— Section du Roule, 20 germinal an III. Protestation de 
Marc-Antoine Bourdon contre ceux qui prétendent que le 13 
il s*est joint à ceux qui voulaient sauver son frère. 

— Inventaire des registres des sections de Paris. (Corres- 
pondance hist. et arch., janv.-fév. 1907, p. 24). 

BOUTRT (Léon). Bibliographie. La première Chanson, poésie 
par Georges Laisney. 

— Les ennemis des Plantes fourragères, par E. Lemée. 

— Variétés. Au temps jadis, 

(Journal d'Alençon, 8, 12 juin 1907 ; 21 octobre 1907. 

BRÉBISSON (René de). M. Auguste Canivet, (Bull, de la 
Soc. hist. et arch. de l'Orne, janv. 07, p. 182-197). 

— Les Cèdres du Liban, (Id., avril 07, p. 299-304). 
- Carabillon (Id., octobre 07, p. 497-512). 

— M, Canivet, Conseiller général de V Orne, (Annuaire de 
l'Association normande, 1907, p. 667-669). 

Bretoncelles. Comice agricole, V. Marchand. 

BRIMONT (Vicomte de). Le X VI* siècle et les Guerres de la 
Réforme en Berry. (Paris, Picard, 2 vol. in-8°, 15 déc. 1905). 



BIBLIOGRAPHIE DE l'ORNE 421 

BRISARD (Alfred), peintre. Nécrologie. (Bull, de la Soc. 
hist. et arch. de l'Orne, avril 1907, p. 369 

BROC (Vicomte de). J/owo/o^wes. (Bellême, G. Levayer, 1907, 
26 p. in-8°). 

— Une Étude percheronne, monologue. (Bull, de la Soc. 
hist. et arch. de l*Orne, janvier 0', p. 170-172). 

— Quelques épisodes de la Révolution dans le district de 
Bellême. (Le Bellêmois, 12 déc. 1907). 

BruUemail. V. Le Cacheux. 

BRT DE LA CLER&ERIE (&i'les). Silhouettes Bellêmoises, 
par M. H. Tournoùer. (Bull, de la Soc. hist. et arch. de l'Orne, 
janv. 07, p. 129-131). 

C. (A.). Notes historiques sur la Verrerie de Bellevue, à 
Tourouvre, (Croix du Perche, 9, 16. 30 décembre 1906; 
6 janvier ; 10, 24 février 1907. 

CACHET (D'). Débats parlementaires. Sessions ordinaire et 
extraordinaire de 1907. 

Parle : discuss. du budget de 1907. modifié par le Sénat, 199. — Discuss* 
du proj. de loi tendant à prévenir le mouillage devS vins et l'abus du 
sucrage, 1494. — Discuss. du budget de 19o8 (Légion d'honneur), 2383 ; 
(Travaux publics), 24ft4, 2495 ; (Chemins de fer de l'Etat), 2.514 ; (Guerre , 
2763. — Discuss. du projet de loi tendant à modifier la loi de séparation 
des Eglises et de l'Etat, 2549. {Journal Officiel). 

Caen. SJnatorerie. V. Rotours (des). 

CANIVET (Auguste). Nécrologie, (Bull, de la Soc. hist. et 
arch. de TOrne, janv. 1907, p. 132, 156 et 366). V. Brébisson. 

Carabillon. V. Brébisson (de). 

Carrouges, xv* siècle. V. Le Cacheux. 

— 1791-an II. Documents économiques. V. Mourlot. 

Ceaucé (Le Curé de). V. Maupetit. 

Ceton. Revendications économiques et sociales des Assem- 
blées primaires de juillet iyg3, par Rifleterre. 

— Commission de recherche et de publication des Docu- 
ments relatifs à la vie économique de la Révolution. Bulletin 
trimestriel, année 1906, n*» 4. (Paris, Imp. nat. 1907, p. 346). 



422 BIBLIOGRAPHIE DE L'ORNE 

CHABAULT (Charles), professeur au Lj'cée Buffon. Le 
triomphe d* Aphrodite, (Pans, Mériceni, préface de M. N.-M. 
Bernardin, illustrations par Pouzargues. Compte-rendu dans 
l'Association amicale de TOrne). 

CHALLEMEL (W.). A Pandore, poésie. ^Bull. de TUnion bas- 
norm. et perch., mars-avril 07, p. 32). 

U Archéologue et le Paysan. (Bull, de la Soc. perch, 
d'hist. et d'arch., juillet 07, p. 126-129). 

Chambois. V. Le Cacheux. 

Champhaut. Id. 

Chanu. V. Nécrologie, 

Chapelle-Moche (La). V. Mesnil. 

CHARDON (Henri-Charles). Nécrologie, (Bull, de la Soc. 
hist. et arch. de TOrne, avril 1907, p. 307-308;. 

CHARENCEY (C**^ de). Histoire de la Grande-Trappe (suite). 
{Documents sur la prov, du Perche, janvier 07, p. 617-632; 
avril 07, p. 633-648 ; juillet 07, p. 649-661 ; octobre 07, p. 665- 
680). 

— Discours prononcé au (ioniice agricole de Tourouvre 
tenu h Saint-Maurice-les-Charencey le 15 septembre. (Bon- 
homme Percheron, 22 septembre). 

— Choi,x d'Étymologies françaises et Argotiques, (Bull, de 
la Soc. hist. et arch. de l'Orne, octobre 1997, p. 485-496). 

CHaumont. V. Le Cacheux. 

CHAUVEL (Henri), ancien bâtonnier de l'Ordre des avocats 
près le Tribunal de Caen, né et mort à Vimoutiers. Nécrologie. 
Obsèques, (Journal de TOrne, 21 mars 1907), 

Chaux (La). V. Maupetit. 

CHEMIN (C). En forêt, par Paul Harel. Compte-rendu. 
(Revue de Cherl>ourg et de Basse-Normandie, 15 juin 07» 
p. 317-320). 

CBEMIEVIÉRES-POINTBL (la Marquise de). Nécrologie. 
(Aall. de la Soc. hist et arch. de l'Orne, avril 19d7, p. 309. 



BIBLIOGRAPHIE J>£ l'ORNE 428 

CHÉRADAIHE (André), aé à Eeouclié, lauréat de T Académie 
des Sciences morales et politiques. U Enerve française, 1907« 

GHOLLET (A.). La Cochère, (Bull, de la Soc. hist. et arch. 
de rOrne, juillet 07, p. 394-415). 

CLODZOT (Henri). Histoire et Météorologie. (Paris, Imp. 
nat., 1807. Tirage à part du Bulletin historique et philo- 
logique, 1906, 23 p.). Contient une analyse du Méinoîré 
intitulé Phénomènes météorologiques et Variations atmos- 
phériques observés en Normandie, par Louis Duval. (Alençon, 
1903, p. 160). 

Cochére (La). V. Chollet. 

CO£HET, inspecteur primaire à Argentan. L'ancien régime 
et la Ré\foluiion, Conférence faite à Saint-Evroult-Notre- 
Dame-du-Bois. (Compte-rendu dans le Journal de l'Orne, 
11 mars 19Cr7). 

— Charlotte Corday, Conférence faite à Écouché par le 
même, le 10 mars 1907. 

Ccdonanl. Une excursion dans le Perche. (Bull, de la Soc. 
hist. et arch. de TOrne, janv. 1907. p. 16). 

Condé-sur-Sarthe. Documents économiques de 1788 à 
l'an IV. V. Mourlot. 

Congé (réuni à Valframhert). Documents économiques, 
1788^an IV. V. Mourlot. 

OORDAT (Charlotte de). Lenôtre (G.). Paris révolutionnaire, 
(Paris, Perrin, 1906, 395 p.). V. Beaurepaire, Cochet, M (G.), 
Maingot, Manouvrier. Monlorgueil et Pontavice. 

Gonlimer. Mémoire historique sur la paroisse de Coulimer, 
par un ancien habitant (suite). (Documents sur la prov. du 
Perche, janvier 07, p. 89-96; avril 07, p. 97-104; juillet 07, 
p. 105-120; octobre 07, p. lâl-136). 

— Documents sur la province du Perche. 

Courbe (La). V. Mousset. 

Courboyer. Manoir. Excursion dans le Perche. (Bulletin de 

33 



424 BIBLIOGRAPHIE DE l'OHNE 

la Soc. hist. et arch. de TOrne, janv. 1907. Plans. Plioto- 
gravures, p. 17-18. 

Courthioust. Excursion dans le Perche. (Bulletin de la 
Soc. hist. et arch. de rOrne, janvier 1907, 14-16. Plioto- 
gravures. 

CRESTE (Georges). Rapport financier. (Bull, de la Soc. 
perch. d'hist. et d'arch., janvier U)07, p. 21-27). 

— Chronique. (Id., janvier, p. 40-44; avril, p. 97-100; 
juillet, p. 144-14(); octobre, p. 190-193). 

— Soui'enirs d'invasion (1815). (Bull, de la Soc. perch. 
d'hist. et d'arch., avril 07, p. 51-04. 

DADPELEY (Gustave). Nécrologie. (Bull, dé la Soc. hist. et 
arch. de TOrne, janv. et avril 1907, p. 197-201 et 307. 

DAVOUST. Femme divorcée d'Amelh de Chàteauthierry, 
propriétaire de la terre de Fonlaineriant, près Sées, réclame 
un piano à elle appartenant à prendre dans les dépôts de la 
Répul)lique, 28 fructidor an III. (Procès-verbaux du Comité 
d'Instruction publique, t. VI, p. (^81). V. Archives de l'Orne. 
Indemnité des émigrés, art. Chàteauthierry. 

DE BROISE (Eug.-M.). Nécrologie. (Bull, de la Soc. hist. et 
arch. de l'Orne, janv. 1907, p. 201-204). 

DELMAS (J.-F.-B.). Lettre à Le Carpentier, représentant 
dans la Manche et TOrne, au nom du Comité de Salut public, 
7 vendem. an III. (Recueil des actes du Comité de Salut 
public avec la Correspondance des représentants en mission, 
t. XVII, p. 121). 

DES JARDINS. Marie-Catherine-IIortense, dame de Villedieu. 

— Un Curé de France, 15 févr. 1907. 

DESVAUX (l'abbé). Les institutions charitables de Bellesme 
au temps passé. (Bull, de la Soc. hist. et arch. de l'Orne, 
janvier 07, p. 159-169). 

— Chronique Ornaise. (Id., avril 07, p. ii05-311). 
Domfront. V. Le Cacheux et Nécrologie, 



BIBLIOGRAPHIE DE L'ORNE 425 

Pétition des municipalités du canton du Teilleul (Manche) 
sur la direction de la nouvelle route de Paris à Brest par 
Doinfront et Pontorson. 23 juillet 1792. (Procès-verbaux du 
Comité d'agriculture, p. 593). 

DORNOIS (Albert). Réunion des Mobiles dWrgenian et 
Montrée, Rapport du sergent-major. (Faits militaires relatifs 
aux deux cantons. Journal de l'Orne, 3 août 1907 ; Journal 
d'Alençon, 12 septembre UM)7. 

DUCHEMIN (Pierre), rédacteur du Journal de Rouen. 
Le Département de lEure avant la Révolution, t. I. (Rouen, 
Lastringant, libraire. UK)7, in-H*', 055 p. 

— La maîtrise des Fen^ons^ à Glos-la-Ferrière, p. 533. 
(Notice sur la Société d'agriculture d'Alençon, Bureau de 
Bernay. p. 605-611). 

— Invention d'une machine pour le battage du blé par un 
nommé Vivien, de Laigle. p. 59). 

DDCROCQ. En foret , poésies de Paul Harel. Compte-rendu. 
(Revue du Clergé trançais, 15 avril 1907, p. 267). 

DUMAINE (l'abbé). Nécrologie, M, l'abbé Ph, Barret. 
(Bull, de la Soc. hist. et arch. de TOrne, octobre 07, p. 513- 
516). 

-— Tourouvre et ses souvenirs. (Le Réveil de Tourouvre, 
12, 19, 26 mai, 2, 9, 16. 23. 30 juin. 21, 28 juillet, 18. 25 août, 
1, 8, 15 septembre, 6, 20 octobre, 10. 17, 24 novembre, 
l*"^ décembre 07). 

DD HESNIL (Les). Une Famille Alençonnaise, par le Comte 
de Souancé. (Bull, de la Soc. hist. et arch. de TOrne, 
p. 262-276. Tirage à part, Alençon, Imprimerie Alençonnaise, 
1907, in-8°, 17 p.). 

DUVAL (Frédéric). Une école de foi et d'énergie : Le Patro- 
nage de Montrouge. (Jeunes gens de France. Reims, Action 
Populaire et Paris, LecofFre, in-8^ de 366 p.). 

Inventaire des Documents pour servir à Vhistoire du duché 
d* Alençon, conservés dans les Archives anglaises : Normann 
Rolls et Additonned charters (suite). (Bulletin de la Société 



426 BIBLIOGRAPHIE DE L*ORNE 

historique et archéologique de TOrne, t. XXVI, p. 351-366 
et p. 464-484). 

— U Arbre, de Soël. (Bulletin de l'Union Bas-Nonnande et 
Percheronne. Janvier-février 19()7, p. 1 et 2). 

— Notre Vente de Charité, (Ibid., mars-avril 19()7, p.* 25 
et .26). 

— La Matinée du 12 Mai, (Ibid., mai-juin 1907, p. 47-50). 

— Trois mois de grève. (La Vie Nouvelle, 28 juillet 1707). 

— Les colonies de i^acances, (Annales de la Jeunesse 
Catholique du 16 avril 1907, p. 258-260). 

— La Jeunesse Catholique du canton de Passais à Saint- 
Mars'd'Egrenne, (Réveil de Fiers du 6 oct. 1907). 

— Mirnlieau trahi par Briand, (Croix de l'Orne du 
10 nov. 1907). 

— Le Despotisme de la Loi. (Peuple Français du 10 déc. 
1907). 

— Bibliographie. Compte -rendu sous ce titre : Un Manuel 
d'action sociale, du livre de Greorges Maze-Sencier L'amélio- 
ration du sort des traiHiilleurs. Paris. Roger et Chernoviz, 
1906, XII et 342 p. pet. in-4«. (Réveil de Fiers). 

Compte-rendu du livre de Léon Gauthier : Les Lombards 
dans les deux Bourgognes. Paris, Champion, UK)7. (Revue 
des Questions historiques, p. 314 et 315). 

— Congrès. Observation ^ discussion et vœux. (Annales de 
la Jeunesse Catholique de février 1907, p. 39 et juin 1SK)7, 
p. 193. ; Correspondance diocésaine des patronages de gar- 
çons, 11HK>, p. 33 et 1907, p. 38 et suivantes ; Compte-rendu du 
Ifl*^ Congrès diocésain de Paris, p. 3()9-^^71). 

DUVAL (Louis). L'origine du nom de la commune du Pas- 
Saint'Lhomer. (Rapport sur Torthographe des noms de 
communes du département de TOrne, présenté à TAcadéniie 
des Inscriptions et Bel les- Lettres, par M. Antoine Thomas, 
membre de l'Institut, professeur de philologie à la Sorbonne, 
rapport inséré dans la Revue généraled'Administration, 1904, 
I, t^"> et II, 30 et 150. (Revue générale d'Administration, 
avril 1907, p. 390-401). 



BIBLIOGRAPHfE DE L*ORNE 427 

— Les beurres de Mortagne. (Bull, de la Soc. perch. d'hist. 
et d'arch., avril 07, p. 82-88). 

— La réoiweriure des églises en Van III, dans le district de 
Bellênie. (Bull, de la Soc. perch. d'his^t. et d'arch., 15 octobre 
1907, p. 147-165. Tirage à part, Bellènie G. Levayer, 1907, 

23 p. in-8«). 

— Bibliographie, La Crémation et les Rites funéraires du 
Cambodge, par Adhémard Leclère. — Dictionnaire biogra- 
phique de l'Orne. — La Surprise d'Arras tentée par Henri IV, 
par A. Guesnon. — Histoire du Kàmpot et de la rébellion de 
cette province en 1883-86, par Adh. Leclère. (Bull, de la Soc. 
hist. et arch. de TOrne, octobre 07, p. 520-526). 

— Le Consistoire de Joué-du-Plain, 

— A propos des fêtes de Jeanne d'Arc. (Journal de TOrne, 
5 janvier, 16 mars, 11 mai 1907). 

— Signale une erreur qui s*est glissée dans la reproduction 
du sceau du prieuré de Saint-Cyr de Friardel, à la p. 320 du 
Bulletin de la Société, année 1906. (Bulletin de la Société 
nationale des Antiquaires de France, 3* trimestl-e 1907, p..290). 

— La Panthéonisation de Zola et les lois républicaines, 
(Journal de TOrne, 4 avril 1908). 

— La Panthéonisation de Zola, à propos de Barra et 
Viala, (Ibid., 11 avril). 

Eohaullour. V. Le Cacheux. 

Bxme». V. Le Cacheux. 

— Cavalcade (Entrée de Louis XI). (Journal de l'Orne, 

24 août 1907). 

FARCYXP. de). Les ex-libris manceanx antérieurs au XIX^ 
siècle : Le Bouver ; Chausson de Courtilloles et Chausson 
du Saussay ; Le Bouyer de Saint-Gervais et Le Boyer 
de Monthoudon ; de Tascher ; Le Veneur. (Bulletin de la 
Commission Imt. et arch. de la Mayenne, t. XXIII, 1907). 

FÂUQUET (Georges). La Célébration du Culte de la Baison 
dans le Perche, (Bull, de la Soc. perch. d'hist. et d'arch.,. 
avril 07, p. 89-92). 



428 BIBLIOGRAPHIE DE L'ORNE 

Feings. Son clocher, V. Sorniii. 

FÉLICE (Raoul de), professeur au Lycée de Chartres. La 
Basse-Normandie, Etude de géographie régionale. (Paris et 
Cahors,imp.-lyp. A. Constant, 1907, 596p. in-8° avec planches). 

FÉRET (Ch.-Th.). Du bidet au Pégase, Poétesses normandes. 
Chroniques en vers et en prose. Portraits. (Paris, Eugène 
Ry, 1907, in-8°). W Cosnard de Séez, M'"»^ de Villedieu 
(Horlense Desjardins), Charlotte de Corday dWrmont, 
M™* Schalk de la Faverie, Charlotte Pitou. 

Ferriére-au-Doyen (La). V. Baron. 

Ferrière-aux-Etangs (La). Mémoire des habitants du bourg 
de la Ferrière-aux-Etangs et autres paroisses du district de 
Doinfront sur la nécessité d'une route qui puisse communi- 
quer d'Alençon aux ports de Granville et Cherbourg, et 
autres, parce que le chemin est très mauvais. Renvoyé au 
département de l'Orne. (Procès-verbaux du Comité d'agri- 
culture et de commerce, t. II, p. 91. 

Ferrière-Béchet (La). V. Germain-Lacour. 

Ferté-Frênel (La). V. Le Cacheux. 

— Lettre du Conseil général de la commune de Fresnel(2), 
canton de Glos-la-Ferrière, district de Laigle, relative à la 
contribution foncière due pour les chênes et arbres épars 
dans un bois taillis, divisé en douze coupes et âgés de 30 à 
100 ans, 2 janvier 1792. (Procès-verbaux du Comité d'agri- 
culture, t. II, p. 49). 

Feugerets (Les). Château. Excursion dans le Perche, (Bull, 
de la Soc. hist. et arch. de TOrne, janv. 1907, p. 66-69. 
Lettre ornée). 

Fiers. Un Octroi en i ^5g. V. Surville. 

FLEURT (Paul). Débats parlementaires. Sessions ordinaire 
et extraordinaire de 1907. Sénat. 

Parle : discuss. du budget de 1908 (Agriculture), 1302. (Jçurnal Ofliciel). 

— Circulaire aux électeurs du canton de Moulins-la- 



BIBLIOGRAPHIE DE l'ORNE 429 

Marche, 14 juillet 1907. (Reproduite dans Je Journal d'Alen- 
çon. 20 juillet 1907). 

Fontenai-les-Louvets. 1792-an III. Documents économiques» 
V. Mourlot. 

Forges. Documents économiques, 1788-an IV. V. Mourlot. 

FOURMT (Jean-Itenis). 18 thermidor an III. Président du 
Comité des Finances. Arrêté pris par le Comité d'Instruction 
publique, de concert avec le Comité des Finances qui autorise 
la Commission des Travaux publics à ordonnancer la somme 
de 674.471 livres au profit du sieur Cagnon pour le payement 
des terrains, bâtiments, sis Section des Plants dont la 
réunion au Muséum d'histoire naturelle a été ordonnée par 
le décret du 24 frimaire an III, (Procès- verbaux du Comité de 
la Convention nationale, t. VI, p. 503-509). 

FODRNIER (Lucien). Coup dœil rétrospectif, La ville de 
Mortagne a-t-elle eu sa prison de Saint-Lazare ? (Bonhomme 
Percheron, 6 janvier 1907). 

— Une battue dans le Perche sous le Directoire. (Id., 
27 janvier). 

— Pourquoi le Moult des MalletSy que le métier dégoûtait, 
ne put apprendre celui de boulanger, (Id., 24 fév. 07). 

— UInvasion allemande au Perche, (Documents sur la 
prov. du Perche, janvier, avril, juillet 07). 

— A propos de l'arrestation de Claude Delangle. (Bonh. 
Percher., 23 juin 07). 

— Documents divers, (Documents sur la prov. du Perche, 
janv., avril, juillet, octobre). 

— A tort et à travers, (Bull, de la Soc. perch. d*hist. et 
d'arch., juillet 07, p. 130-143). 

— Une Fête officielle à Saint- Aubin-sur- Iton sous la 
Révolution. (Bonhomme Percheron, 13 oct. 07). 

FRÉMINE (Charles). Les Pommiers, (La Chanson de Paris, 
1903 ; Association amicale de l'Orne, n*» 52, octobre 1907). 

Fresnes. V. Nécrologie. 



430 BIBLIOGRAPHIE DE l'ORNE 

FRÉTILLE (de). Lallr et Bussr aux Indes, açrih iy58- 
mars i^6i, (Revue des Questions historiques, 1^^ janvier 07^ 
p. 138-184). 

6acé. V. Le Cacheux. 

Gandëlain. 1796-an III. Documents économiques. V. Mourlot. 

GÉNISBIB'D (Jean-Victor-Joseph), représentant en mission 
dans rOrne et la Sarthe. Lettre au Comité de Salut public. 
Aiençon, 9 brumaire an III (relative au général de brigade 
Bonvoust. (Aulanl. Recueil des actes du Comité de Salut 
public, t. XVH.. Pari», Impr. nat. 1906, p. 094-695). 

— Lettre h la Convention nationale, 12 brumaire an ITI, 
(relative à l'évêque constitutionnel Le Fessier et à un individu 
de Mortagne détenu comme frénétique). 

27 octobre 1794 (relative à Hébert, p. 649). 
7 et 8 brumaii^ an III. Disette, p. 666 et 6»3. 

— Représentants en mission. Mission de Géni»sieu dan» 
rOrne et la Sarthe. Décret de la Convention nationale du 
18 vendémiaire an IIIs 19 octobre 1794. (Aulard. Recueil des 
actes du Comité de Salut public, t. XVII. Paris, Impr. nat:, 
1S06, p. 328). 

GERMAIW-LACODR (J.). Le Ministre et les Etoiles, sonnet* 
^e Correspondant, 10 janvier 07, p. 187 ; Semaine cath. du 
dioc. de Sées, 18 janvier, p. 43 ; Bull, de TUnion has-norm. efc 
perch., janvier-février 07,. p. 5). 

— La Roche au Diable, (Bull, de l'Union bas-norm. e* 
perch., mars-avril 07, p. 34). 

— Vingt-cinquième anniversaire de la Société hist. et arok^ 
de VOrne. (Journal d'Alençon, 27 août 1907). 

&ÉVELOT ^J.-F.). Souvenir d'anlan, (Fiers, Folloppe, 1907, 
in»^°, 58 p. Portrait et reproduction du monument en photo- 
gravure). 

GÉBjARD-DESRIVIËRES, demeurant rue du Faubourg-Pois- 
sonnière, n° 1497 ou 1498, propriétaire d'une partie du jardia 
provenant du citoyen Boutin, réservé à la nation et renfer- 
mant des plantes rares. Accusé d'avoir tiré un coup de fusil 



BIBLIOGRAPHIE DE L'ORNE 4dl< 

sur le citoyen Camus, jardinier chargé de l'entretien de ce* 
jardin national. (Procès-verbaux du Comité d'inst. publ. de* 
laConv. nat., t. VI, p. 615). 

Glapion. V. Savary. 

GOBLET (Raoul), missionnaire apostolique dans le Haut- 
Congo Français. Correspondance. Journal de voyage. De 
Loango à Brazzaville. (Le Semeur de Saint-Jean-de-la-Forêt 
et de Saint-Aubin-des-Grois, juillet 19()7, p. 45-47). 

GOEUROT (Jehan). Silhouettes Bellèmoises, par M. H. Tour^ 
nouer. (Bulletin de la Soc. hist. et arch- de l'Orne, ja«v. 1907, 
p. 126-128). 

GODBPROY (Charles), avocat. Discours à rAssocialion dts 
anciens élèves du Collège d'Argentan. V. Discours prononcé 
sur sa tombe par M. Guillocliim. (Journal de TOrne, 26 mai 
1907, 20 juillet 1907). 

— La Lyre malgache. (Journal de TOrne, 16 février 1907). 

GODET (l'abbé). Mémoire historique sur le Pas-Saùit-Uiômer 
(suite). (Documents sur la prov. du Perche, janvier 07, p. 137- 
152; avril 07, p. 15:3-168; octobre 07, p. 169-172). 

— Le druidisme au pays de Rémalard et la légende de la 
Vierge. (Bull, de la Soc. perch. d'hist. et d'arch., juillet 07, 
p. 117-125). 

GOEU, professeur d'Anglais au Collège d*Argentan. Discours 
à la distribution des prix. (Journal de TOrne, 3 août 1907). 

GOHERFONTAINE. Abbaye. V. Maricourt (le baron de). 

GOUGET (E.). Noce. Le chanvre et le lin au temps passé. 
(Bull, de la Soc. perch. d'hist. et d'arch., 15 octobre 1907, 
p. 174-178). 

GOUGEON (l'abbé Louis), curé des Tourailles. Nécrologie. 
(Bull, de la Soc. hist. et arch. de l'Orne, avril 1907, p. 309). 

GiffiHST (l'abbé LouiB'Michel). Nécrologie. (BulL de la Soc. 
hist. et arch. de l'Orne, avril L9Û7, p. 306). 

GROSSE-DDPERRON (M.), vice-président de la Commission 



432 BIBLIOGRAPHIE DE L'ORNE 

historiqueel archéologique de la Mayenne. Vient de consacrer 
un livre au duché de Mayenne. 

GUERCHAIS (Fabbé). Le Centre du Houlme, par M. Tabbé 
Gourdel. Compte-rendu. (Bull, de la Soc. hist. et arch. de 
l'Orne, janvier 07, p. 205-207). 

Guerquesalles. V. Le Cacheux. 

GUILLOCHIM, maire d'Argentan. Discours aux distributions 
des prix du Collège et de l'Ecole de garçons. (Souvenirs 
historiques). 

— Discours sur la tombe de M. Ch. Godefroy, 20 juillet. 
(Journal de l'Orne, 3 août 1907). 

6DITT0N (R.). Du droit successoral dans les coutumes du 
Grand* Perche. (Paris, Giard et Brière, in-8°, 187 p.). 

Haras. Plan présenté par M. Chauvelier, 30 nov. 1791. 
(Procès-verbaux du Comité d'agriculture, t. II, p. 468). 

Harcourt. Une belle page de son histoire, V. Rotours. 

HARDY (Pierre). Xécrologie: Henri Wains. (Journal d'Alen- 
çon, 3 octobre 1907). 

HÂREL (Paul). L*Éi>êché désert, poésie aux Évèques de 
France. (Le Jaune, 12 janvier 07; Le Soleil, 13 janvier; 
Semaine cath. du dioc. de Séez, 18 janvier, p. 44; Bulletin de 
l'Union bas-norm. et perch., janv.-fév. 07, p. 5). 

— Discours prononcé au banquet des publicistes chrétiens 
le 7 février. (Indépendant de l'Orne, 14 février 07). 

— La cheminée du prieuré, poésie. (Bull, de la Soc. hist. et 
arch. de l'Orne, janvier 07, p. 173). 

— Turquetin et la petite rose» (Id., p. 176-179). 

— A Biétry, poésie. (Le Soleil, 30 juin 07 ; Le Jaune, 
6 juillet). 

- La mort du Cerf, poésie. (Journal d'Alençon, 17 sep- 
tembre 07). 

— Le Buste, poésie. (Journal d'Alençon, 17 septembre). 

— La plainte du Lièvre, poésie. (Indépendant de l'Orne, 
5 décembre 07). 



BIBLIOGRAPHIE DE l'ORNE 433 

Haute-Chapelle (La). V. Le Cacheux. 

HÉBERT. Club des Cordeliers. Séance du 15 juillet 1792. 
Présidence de Hébert : est un des commissaires chargés de 
rédiger une adresse à l'Assemblée nationale pour lui deman- 
der qu'elle décrète qu'il y a lieu à une Convention nationale. 
— 17 frimaire an II. Arrêté qui déclare que Hébert a toujours 
la confiance de la Société. — 22 nivôse. Sa rétractation de 
Taccusation qu'il a portée contre Marat d avoir reçu du 
ministre de la Guerre un abonnement à son journal. — 
22 ventôse. Se défend d*avoir dénoncé Robespierre. (Inven- 
taire des registres des sections de Pciris, conservés à la 
Bibliothèque V. Cousin. La Correspondance hist. et arch., 
janv.-févr. 1907, p. 10 et 11). 

Héloup. Documents économiques. V. Mourlot. 

HELVÉTIUS. Le 20 brumaire an III. Le Comité de l'Instruc- 
tion publique arrête que le citoyen Massieu, un de ses 
membres, sera chargé de prendre les mesures convenables 
pour procurer à la Nation les divers manuscrits de J.-J. 
Rousseau, Le Mière, Mably, Helvétius, etc. (Procès-verbaux 
du Comité d'instr. publ. de la Conv. nat., t. V, p. 208 et t. VI, 
p. 943). 

HOMMET, avocat à Argentan. Discours sur la tombe de 
Bouglier-Desfontaines. (Journal de l'Orne, 27 avril 1907). 

Houlme (Le Centre du). Compte-rendu. V. Guerchais. 
— La Persécution religieuse, V. Romain. 

HUSNOT (T.), maire de Cahan. L École de Ségrie-Fontaine 
(Orne), Un maire, un architecte communal, un architecte 
départemental, un procureur, un préfet. Juin et Septembre 
1907. (Caen, V^« A. Domin, 1907, 2 in-8« de 7 et 4 p.). 

JANNAUX (Edmond), gardien de TArc de Triomphe en 1871. 
Nécrologie. (Bull, de la Soc. hist. et arch. de l'Orne, avril 
1907, p. 109-110). 

JARACZENSKI, inspecteur divisionnaire de travail de la 
6* circonscription dont fait partie le département de TOrne. 



434 BfBLIOGRAPHIE DE l'ORNE 

Rapport. (Rapport sur Tapplication des lois réglementant le 
travail en 1906. Paris. Impr. nal., 1907, p. 141-170). 

JOLY (Henri). Le Vénérable Père Eudes (i6or-i6Soy 
(Paris, Gabalda, 1907, 206 p. in-8*>). 

Joué-du-Plain (Le Consistoire de). V. Du val (Louis). 

Juvigny-sous-Andaine. V. Anonyme. 

L. (L.-H.). Jacques III de Matignon et la Noblesse nor- 
mande. (Journal de Monaco, 3 décembre 1907). 

LABB£ (D**). Débats parlementaires. Sessions ordinaire et 
extraordinaire de 1907. Sénat. 

Parle : Discuss. du budget de 1908 (Instruction publique). Journal offi- 
ciel, p. 1289, 12\U. (Agriculture), p. i:i23. 

LACHËVRE (Frédéric). Bibliographie des recueils collectifs 
de poésies, publiés de 1597 à 1700. (Paiis, H. Leclère, 1901- 
1906). Compte-rendu par le baron Jules Angot des Rotours. 
(Bulletin de la Soc. liist. et arch. de TOrne, avril 19()7; 
p. 312-313. 

Laigle. V. Le Cacheux. 

28 thei'midor an III. Rapport sur les dépenses d'établisse-- 
ment de la Bibliothèque du district de Laigle. Remis à la 
deuxième section. (Procès-verbaux du Comité d'Instruction 
publique de la Conv. nat., t. VI, p. 546). 

— Pétition des administrateurs du département de 
rOrne qui exposent ([ue bientôt la manufacture d'épingles 
n'existera plus si promptement on ne s'occupe de lui procurer 
les matières premières dont elle manque. 22 août 1791, 
(Procès-verbaux du Comité d'agr. et de commerce, t. Il, p. .*W7. 
Autres documents indiqués, F^^, 1321-1322, 1713 à Tan VI, 
Ibid.). 

— Xombre des prêtres constitutionnels et des réfractnires 
dans le district. (Le clergé constitutionnel et' le clergé réfrac- 
taire en 1791, d'après M. Sciout, par P. Sagnac; La Révolution- 
Française, 14 déc. 1907, p. 504, 505). 

LAIR (Jules), membre de rAcadémie des inscriptions. 



BIBLIOGRAI>HlE DE L*ORNE 436 

Nécrologie, (Bull, de la Soc. hist. et arch. de TOrne, 
avril 1907, p. 310-311). 

LA JONQUIËRE (le marquis de), chet d'escadron d'artillerie. 
Nécrologie. (Bull, de la Soc. hist. el arch. de l'Orne, 
avril 1907, p. 309). 

Lande-Patri (La). V. Harel et Nobis. 

L ANGLAIS (6.), professeur d'agriculture. Pays d'herbages» 
pays de labourage. Simples constatations. (Bulletin naensuel 
du Syndicat des Agriculteurs de l'Orne, 20 février 1908, 
p. 13-15). 

Larcliamp. W Le Cacheux. 

Larré. 1788-an III. Documents économiques. V. MourloL 

JiE BLOND (Gaspard), né à Caen, mort à Laigle le 17 juin 
1809, chargé par arrêté du 25 pluviôse an II de la correspon- 
dance de la Commission des arts. 

Le 6 floréal au III, le citoyen Le Blond, commissaire pour 
la recherche des objets de sciences et arts dans la Belgique, 
remet au Comité dlnstruclion publique des volumes précieux 
et des pierres gravées. Le 8, il annonce l'arrivée prochaine de 
quarante-cinq caisses de sciences et arts et l'invite pour qu'ils 
soient remis le plus promptement possible dans les dépôts 
qui leur sont destinés. (Procès-verbaux du Comité d'Instruc- 
tion publique de laConv. nat, t. VI, p. 131, 189, 828, XXXVII). 

LE BOULANGER (l'abbé J.), aumônier des Bénédictines d'Ar- 
gentan. Dentelle d'Argentan. (Journal de l'Orne, 6 juillet 07). 

— Discours prononcé à la cérémonie de clôture de l'ensei- 
gnement chez les Bénédictines d'Argentan. (Sem. cath. du 
dioc. de Séez, 26 juillet 07, p. 480). 

Lis CACHEUX (Paul). Actes de la Cheimllerie de Henri F/, 
concernant la Normandie sous la domination anglaise 
(1422-143 3). t. L 

Alençon. p. 107,224; Argentan, 222, 24(); Bonsmoultns, 218 
Brulleinâil, .220; Carrouges, 151, 158, 16^^; Chaniboi*», .273 
Champhaut, 211 ; Chaumont, 142 ; Domfront, 215, 310 



43(5 BIBLIOGRAPHIE DE L*ORXE 

Echaunoun 197 ; Exmes, 53, 218, 273; Ferté-Frènel (La), 120 
Gacé, 244, 202 ; Guerquesallcs, 116 ; Haute-Chapelle (La), 390 
Laigle, ()2 ; Larchanip. 4S4; Mortagne, 83 ; Saint-Evroul, 333 
Saint-Martin-rAigiiiIlon,47; Sées, 143; Ventes-de-Bourse (Les), 
303. 

LE MARDELEY. Discours prononcé à l'inauguration de 
riiospice de Tinchehray le 15 septenibr»^». (Croix de TOrne, 
22 septembre 07). 

LA MARTELLIÈRE (Pierre de). Silhouettes IMIênioises, 
par M. H. Tournoïier. (Bulletin de la Soc. hist. et arch. de 
l'Orne, janv. 1907, p. 129-130). 

LEROUX (Fréd.-Eti3ime), sculpteur. Xécrolo^fie. (Bulletin de 
la Soc. hist. et arch. de l'Orne, avril 1907, p. 308-309). 

LETACQ (l'abbé). Procès-i^erbaux des séances de la Société 
historique de VOrne, (P»^ Bull., p. 1-5; 2*" Bull., p. 209 215; 
3^ Bull., p. 315 320). 

— Inventaire des plantes phanérogames et cryptogames 
çasculaires croissant spontanément ou cultivées en grand dans 
le département de VOrne, 2*' fasciscule. (Rouen, impr. Lecerf, 
1907, in-8% 04 p. Extrait du Bulletin dt la Société des Amis 
des Sciences naturelles de Rouen). 

— Xotes biologiques sur le Vison, (Bulletin de la Société 
des Amis des Sciences naturelles de Rouen, séance du 
4juillet UX)7). 

— Xotes sur les plantes anciennement cultivées dans le 
département de VOrne. (Bull, de la Soc. d'Horticulture de 
rOrne, l*»- semestre 1907, p. :J8). 

— Nouvelles observations sur les Roses des environs 
dWlençon, (Ihid., p. 48 ; article reproduit in- extenso dans le 
Journal des Roses, Grisy-Suisnes, Seine-et-Marne, 1907, 
octobre, p. 160 ; novembre, p. 174). 

— Xotes historiques sur la culture de la Rose au Moyen- 
Age en Normandie, (Ibid., p. 44). 

— Deux lettres inédites de Pierre-André Latreille, membre 
de rinstitut, professeur au Muséum d'Histoire naturelle. 
(Ibid., p. 59). 



BIBLIOr.RAPHIË DE l/ORNE 437 

— Extrait de V Essai sur V Histoire et les Antiquités de 
Domfront, par Caillebotte, concernant deux chênes de Tan- 
cienne lorèt du Passais. {Ibid., 2^" semestre 1907, p. 95). 

— L* Hirondelle; le Martinet, le Gobe-Mouches et VEngoule- 
i^eni. (Alnianach de l'Orne 1908, p. 67). 

— Rats, Souris, Mulots. Campagnols, (Alnianach de 
l'Indépendant de TOrne 1^.K)8. p. 113). 

LEVASSORT (D^. Le siège de Rémalard (loy-), (Bull, de 
la Soc. perch. d'hist. et darch., janv. 07, p. 14-20). 

LINIÈRE (Georges F. de), préfet de l'Orne. Discours aux 
obsèques de P.-Th. Boschet, maire d'Argentan. (Journal 
d'Alençon, 28, .50 mars, 2 avril \{)i)l ; Journal de l'Orne, 
30 mars 1907). 

Livaie. 1792-an IL Documents économiques. V. Mourlot. 

LOISEÂU (Fabbé F.). Missionnaires originaires du diocèse 
de Séez, (Sem. cath, du diocèse de Séez, 1*'" février 07, p. 72 ; 
1" mars, p. 143; 29 mars, p. 209; 23 août, p. 548; 18 oct., 
p. 670; l"nov., p. 701 ; 15 nov., p. 737; 13 déc, p. 800; 
20 déc, p. 813 ; 27 déc, p. 832). 

Longuenoé. 1792-an II. Documents économiques, V. Mourlot. 

Lormarin, Manoir. Excursion dans le Perche. Photogra- 
phies. (Bulletin de la Soc. hist. et arch. de l'Orne, janv. 1907^ 
p. 27-33). 

Lubiniére (La). Manoir. E,xcursion dans le Perche, (Id.). 

LUDRE-FROLOIS (Marquis de). D/scours prononcé au Comice 
agricole de Bazoches-sur- Hoëne, tenu à Courgeoust le 
22 septembre. (Bonhomme Percheron, 29 septembre). 

M. (C). Un décor historique. Le dernier mot sur la maison 
de Charlotte Cordaj'. (L'Eclair, 6 avril 07). 

MACÉ (l'abbé), curé d'Athis. Discours prononcé aux 
obsèques de M. l'abbé Gougeon, curé des Tourailles. (Le Val- 
Marie, fév.-mars 07). 

— Histoire de V église protestante d'Athis, recueillie à 



438 BIBLIOGRAPHIE DE l'ORNE 

Sainte-Honorine-)a-Chardonne et à la Gautraye. (Montligeon, 
in^°, VII-231 p. et ^av.). 

MAGNE (Emile). Femmes galantes du X VU'' siècle : Madame 
de Villedieu (Hortense des Jardins, 1632-1692). (Paris, Mer- 
cure de France, 1ÎK)7, in-18, 436 p.). 

Comptes-rendus par Louis Coquelin dans la Re.\iie des 
Questions historiques, P** oct. 1907, p. 4i49 ; par P. B. dans la 
Revue d'Histoire littéraire de la France, juillet-septembre 
1907, p. 569. 

MAIN60T (Hippolyte). ^4 travers nos Musées : Charlotte 
Cordaj\ par Paul Baudry, musée de Nantes. (Courrier 
politique, l*''^ avril 07). 

MANODVRIER (DO- Le crâne de Charlotte Corday. (Intei-mé- 
diaire des Chercheurs et Curieux, 30 août 07 ; L*Eclair, 25 août). 

Man6 (le). Evèché et presbytères du diocèse. V. Triger. 

MARCHANS (D.). Discours prononcé au Comice agricole de 
Regmalard, tenu à Bretoncelles le 1*' septembre. (Le Nogen-' 
tais, 8 sejvtembre ; Echo de l'Orne, 12 septetpbre). 

MARICOURT (Baron de) et A. Driart. Une Abbaye de 
Filles au A'TT//*^ s. ; Gomerfontaine. Passages relatifs à trois 
abbesses de Gomeriontaine qui intéressent notre région : 
Judith, Madeleine et Marguerite de Rouxel de Médavy. 
(Revue des Questions historiques, 1" avril 1907, p. 450). 

MARTIN (Th.^Henri), correspondant de TAcad. des Sciences 
morales et ])olit. Silhouettes Bellêmoises, par M. H. Tour- 
noiier. (Bulletin de la Soc. hist. et arch. de TOrne, janv. 1907, 
p. 139-140). 

MASSARD (Jean). Ibid. Portrait. 

MADPETIT (Michfil-Rcné), député de la Sarthe, né à Alençon. 
Lettres, i^8g-i ^gj, (Bulletin de la Commission hist. et 
arch. de la Mayenne, t. XXIII, p. 91-92. M. de la Chaux, le 
curé deCéaucé (Thomas-Julien Jardin), curé constitutionnel). 

MAUVIEL. V. Verlaine. 



BIRLIOGRAPHIK DE l'ORNE • 439 

MADRY (Lucien). En forêt, par Paul Harel, compte-rendu^ 
(Revue Bleue, 22 juin 1907, p. 795). 

Ménil-Scelleur (Le). 1790-1791. Documents économiques, 
V. Mourlot. 

MIRBEAU (Octave). Rôle de V Académie Goncourt, par Jules 
Bois. (La Revue hebdomadaire, 21 déc. 1907). 

MESNIL (l'abbé). La Chapelle-Moche, Ses curés et ses 
prêtres à V époque de la Révolution (suite). (Sem. cath. du 
dioc. de Scez, 11 janvier 07, p. 80; l^*" février, p. 75; 3 mai, 
p. 288; 10 mai, p. 306; 17 mai, p. 323; 31 mai, p. 356; 
7 juin, p. 368; 30 août, p. 5(w ; 25 oct., p. 689; 6 déc, p. 783. 
— A part. Sées, Paul Leguernay, id., in-8'', 39 p.). 

Messei. V. Nécrologie, 

MONANTEUIL (Jean-Jacques-François), peintre d'histoire, né 
à Mortagne le 11 juillet 1785, élève de Girodet, mort en 18()0. 
Lettre de Girodei-Trioson à Monanteuil (S. d.), (Correspon- 
dance, historique et archéologique, septembre-octobre 1907, 
p. 282). Relative à l'achat d'un de ses tableaux par la Société 
des Beaux-Arts, rue Bergère, dont M. d'Est était secrétaire. 
Monanteuil était élève de Girodet-Trioson, mort en 1824. 

MONTORGUEIL (Georges). Le crâne de Charlotte Corday et 
M. Lombroso. (L'Eclair, 18 août 07). 

Montimer, château. Excursion dans le Perche, (Bull, de la 
Soc. hist. et arch. de l'Orne, janv. 1907, p. 80. Photogr.). 

Mortagne. V. Génissieu et Le Cacheux. 

— Reurres de. V. Duval (L.). 

— Coup d'œil rétrospectif sur, V. Fournier (L.). 

— Tort considérable que les troubles des Colonies font au 
commerce des Toiles, Demande de la confirmation du décret 
du 12 octobre 1790, relatif à l'état des personnes non affran- 
chies. (Procès-verbaux du Comité d'agriculture et de 
commerce, 4 mai 1791, t. II, p. 223). 

— Hôtel de Mortagne où sont déposés tous les modèles des 

34 



440 BIBLIOGKAPHIE DE l'ORNE 

mécaniques propres à perfectionner les arts et principalement 
les manufactures. (Id.. p. 117). 

Mortrée. Réunion des Mobiles d\\rgentan'Mortréei8^o-^i, 
Rapport d'Alfred Dornois. sergent-major. Faits militaires 
relatifs aux deux cantons. (Journal de TOrne, 3 août 11)07 ; 
Journal d\\lençon, 12 sept. 1907). 

MOTEY (Vicomte du). Le Grand Séminaire de Séez. (Indé- 
pendant de l'Orne. 26 fév. 07). 

Motte-Fouquet (La). 1790-an III. Documents économiques. 
V. Mourlot. 

MODRLOT (Félix), inspecteur d'Académie de l'Orne. Recueil 
des documents d'ordre économique contenus dans les ref^istres 
de délibérations des municipalités du district d'Alençon, 
lySS-an IV, t. I. (Alençon, veuve Félix Guy et C'*, 1907). 

1« Alençon, articles 1-1053, p. 1-365 ; 2° Condé-sur- 
Sarthe, art. 1060-1173, p. 366-408; 3° Congé, art. 1174- 
1222, p. 409-422 ; 4° Forges, art. 1223-1336, p. 421-441 ; 
5" Gandelain, art. 1337-1403, p. 441-457 ; 6*^ Héloup, 
art. 1404-1456, p. 456-474 ; 7" Larré, art. 1457-1508. p. 474-486 ; 
8° La Roche-Mabile, art. 1509-1605, p. 487-507; 9« Pacé, 
art. 1616-1733. p. 507-539. ; 'lO" Saint-Denis-sur-Sarthon, art. 
1734-18(51, p. 539-572 ; 11« Semallé, art. 1862-1935, p. 572-588 ; 
12« Valframbert, art. 1936-2089, p. 589-635. 

Canton de Car/Bouges : 1° Carrouges, art. 2090-2177, p. 636- 
668; 2°Beauvain, art. 2178-2265, p. (5(>8-688; 3« Fontenai-les- 
Louvets, art. 2266-2290, i). 688-694 ; 4« Livaie, art. 2291-2307, 
p. 695-699; 5° Longuenoë. art. 2308-2415, p. 699-725 ; 6^ Ménil- 
Scelleur (Le), art. 2416-2425, p. 725-730 ; 7" Motte-Fouquet (La), 
art. 2426-2469, p. 730-742 ; 8° Saint-Patrice-du-Désert. art. 
2460-2541, p. 742-762. 

Sur les 25 communes que renfermait la ville et canton rural d'Alençon 
en 1790, moins de la moitié, douze seulement, figurent dans les analyses 
données par M. Mourlot. 

— 18 communes seulement sur 48 que renfermaient les cantons d'Alen- 
çon et de Carrouges sont représentées dans ce Recueil. Manquent pour 
Alençon: Cerise, Colombiers, Cuissai, Damigni. Kerrière-Bochard « La), 
Froust(Le), LacelleiLai, Lonrai, Mieuxcé, Hadon, Saint-Céneri-lc-(iérei, 
Saint-Germain-du-Corbéis, Saint-Nicolas-des-Hois. 



BIBLIOGRAPHIE DE l'ORNE ^A1 

— Préside le Comité départemental d'hist. économ. de la 
Révolution le 27 juillet 1906. (Commission de recherche et de 
publication des documents relatifs à la vie économique de la 
Révolution. Bulletin trimestriel n" 4. Impr. nat., 1907, p. 427). 

MOUSSET (V.). Les bords de l'Orne à la Courbe. (Associa- 
tion Normande, n^ 52, oct. 1907). 

Nécrologie. Mère Saint- Joseph, supérieure de Thospice de 
Vimoutiers. (Sem. cath. du dioc. de Séez, 11 janvier 07, p. 25). 

— M. l'abbé Clérice, anc. curé-doyen de Saint-Léonard 
d'Alençoh. (Id., 15 lév., p. 112 et 22 fév., p. 126). 

— M. l'abbé Gougeon, curé des Tourailles. (Id., 22 fév. 
p. 128). 

— Le R. P. Gabriel (Félix) Germain. (Id., 8 mars, p. 158). 

— M, Vabbé François Maillard. (Id., 22 mars 07, p. 192). 

— M. Dehaize (1840-1880). (Id.. 29 mars, p. 225), 

— M. Vabbé Amiard, archiprêtre de Domfront. (Id., 26 avril, 
p. 277). 

— M. Vabbé Durand, vicaire à Chanu (Sem. cath., 17 mai, 
p. 320). 

— M. Auguste Buffard, ancien maire de Tinchebray. 
(Id.. p. 322). 

— M. Vabbé Roger, curé de Fresnes. (Id, 27 sept., p. 629). 

— M. Vabbé Leveillé, curé-doyen de Messey. (Id., 25 oct., 
p. 686). 

— Pauline Jariel. (Id., 8 nov., p. 719). 

— Le R. P. Edouard Epinette, de la Congrégation du 
Saint-Esprit. (Id., 15 nov., p. 736). 

NÉEL DE CRISTOT (Louis-François), évèque de Séez. Xotice 
sur le canton de Tilly-sur-Seulles (ch. X. Cristot), par 
M. P. de Longuemare. (Annuaire de l'Association normande, 
1907, p. 198-199). 

NOBIS (Charles). UAndouille du Prieuré (de la Lande-Patry). 
(Donifrjnt, Henri Stein, 1907, 5 p. in-ri). 



442 BIBLIOGRAPHIE DE l'ORNE 

Nocé. Comice cantonaL V. Tournoùer. 

Nogent-le-Rolrou. Excursion dans le Perche, (Bull, de la 
Soc. hist. et arch. de TOriie, janv. UK)7, p. 45-60. Photogr.). 

Nonant-le-Pin. Histoire. V. Vérel. 

La municipalité demande à être autorisée à faire la publi- 
cation des foires et marchés dont elle est déjà en possession, 
29 août 1791. Autorisation accordée 2 sept. id. (Procès- 
verbaux du Comité d'agriculture et de commerce, t. II, 
p. 395 et 399). 

OLIVIER (l'abbé H.), à Bazoches-en-Houlme. Lichens d* Eu- 
rope. Enumération, stations et distribution géographique 
avec clef dichotomique des genres et des espèces, 1*^'" fascicule. 
(Cherbourg, Impr. Em. Lemaoult, 1907, in-8", 191 p.). Extrait 
des Mémoires de la Société des Sciences naturelles et mathé- 
matiques de Cherbourg. 

ORIOT (Alfred), membre du Conseil général et président de 
la Société d'agriculture de TOrne. Rapport, 18 avril H)07. 
(Bulletin de la Société d'agriculture de l'Orne, n" 7). 

Orne. Etat des Ecoles primaires : 12 brumaire an 111. 

District d'Alençon : Quelques écoles ; Argentan, id. ; 
Bellème, id. ; DomlVont, id. ; Mortagne, id. ; Laigle. 45 écoles 
sur 104 communes. (Procès- verbaux du Comité d'instruction 
publique de la Conv. nal., t. VI, p. 905). 

— Prix d'encouragement léclamé par le dé[)artement de 
rOrne pour les services rendus par le s*" Guerrier, fermier du 
prieuré de Saint-Martin-du-Vieux-Bellême, à l'agriculture, 
2 mai 1791. (Procès-verbaux du Comité d'agriculture et de 
commerce, t. II, p. 209). 

— Lettre des administrateurs du département au Comité, 
25 nov. 1791. (Ibid., p. 405). 

— Pour demander le partage des biens communaux, 
21 mai 1792, p. 372. 

— Dictionnaire biographique et Album de l'Orne, (Paris, 
E. Flammarion, 826 p. in-8" avec portraits). 



BIBLIOGRAPHIE DE L'oRxNE 443 

OZENNE Emile, chirurgien de Saint-Lazare. De la trans- 
missibiUté des maladies contagieuses et infectieuses par les 
animaux d'appartement, chiens^ chats, oiseaux. Conférence à 
rUnion des Femmes de France le 27 février 1907. (L'Union 
«des Femmes de France, nov. HK)7). 

Pacé. 1788-an IV. Documents économiques. V. Mourlol. 
Pas-Saint-l'Homer (te). V. Diival (Louis) ; Godet (l'abbé). 

Perche. V. Broc (le V»"^ de). 

— (Battue dans le), sous le Directoire. V. Fournier (L.). 

— Culte de la Raison, V. Fauquet (G.). 

— Invasion Allemande. V. Fournier (L.). 

— (Coutume du). V. Guitton. 

— Xoies. V. Peschot. 

— Excursion arcliéolog, V. Richer et Tournoùer. 

Perrière (La). Excursion dans le Perche. (Bull, de la Soc. 
hist. et arch. de l'Orne, janv. 1907, p. 77-79. Photogr.). 

PESCHOT (rabbé). Notés percheronnes. (Bull, de la Soc. 
perch. d'hist. et d'arch., avril 07, p. 93-96). 

PIARRON DE M0NTDÉ8IR, négociant à Paris. Pétition rela- 
tive aux graines de lin et de colza pour Timportation, 
16 mars 1792. — Saisie de 256 pièces d'eau-de-vie, 18 juin id. 

(Procès-verbaux du Comité du commerce, t. II, p. 722-784). 

Pin (Le). Conservation du Haras, demandée par le départe- 
ment de l'Orne, .2 juillet 1791. — Autorisation de vendre aux 
cultivateurs du département 40 chevaux sur les 80 qui 
composent le haras. (Procès-verbaux du Comité d'agriculture 
et de commerce, t. II, p. 337-338). 

— Remise faite à M. Gobillar des Lettres et Mémoires 
concernant le Haras du Pin, 18 nov. 1791. (Ibid., p. 458). 

— Renvoi d'une Lettre de la Section des Haras, 25 nov. 
1791, p. 465. (Procès-verbaux du Comité d'agriculture de 
l'Ass. législative. V. Arch. nat. R^ 432 et Arch. dép. de 
l'Orne, c. 97-101). 



444 BIBLIOGRAPHIE DE l'ORNE 

— Lettre du ministre de rintérieur et délibération du 
du département pour demander la conservation du Haras, 
18 avril 1792. (Ibid., p. 560). 

— Lettre du maire de la Cochère et pétition de la commune 
d'Argentan pour demander que le domaine du Pin soit vendu 
et en attendant régi par la direction du district d'Argentan, 
4 mai 1792. (Ibid., îp. 566). 

— Rapport de M. Rivery sur l'établissement d'un haras 
dans rOrné. 16 mai 1792, p. 570. 

PONTAVICE (Vicomtesse du). Une justicière : Charlotte 
Corday. (Le Monde Moderne, mai 1907, p. 119-123). 

POULET-MALASSIS. Lettres de Gh, Baudelaire, des 16 mai 
1858 et 15 décembre 1859. 

— Lettres inédites à Félicien Raps, (Mercure de France, 
V' et 15 janvier 1907, p. 596-598). 

PRENTOUT (Henri), professeur à la Faculté des lettres de 
Caen. Les tableaux de i y go, en réponse à V enquête du Comité 
de mendicité. Calvados. (La Révolution française, novembre 
1907. Tirage à part). Contient des notes empruntées aux 
documents donnés par M. Lasne en appendice à son Mémoire 
sur l'assistance publique dans l'Orne pendant la Révolution 
présenté à la Faculté des lettres de Caen pour le diplôme 
d'études supérieures d'Histoire. V. Bibliogr. du département 
de l'Orne pendant l'année 1906. 

Préaux. Excursion dans le Perche. (Bull, de la Soc. hist. et 
arch. de l'Orne, janv, 1907, p. 33-35). 

PRIEUR de la Marne (le Conventionnel), en mission dans 
rOuest d'après des documents inédits par M. P. Bliard. 
(Paris, Emile Paul 1906, in-8°. Compte-rendu par L. Levy- 
Schneider dans la Révolution Française, mars, mai et 
juin 1907, p. 269, 449 et 568). 

Prieur de la Marne (Pierre-Louis) et Prieur de la Côte dOr 
(Claude-Antoine) furent envoyés en mission à l'armée des 
côtes de Cherbourg, avec Romme et Laurent Le Cointre, par 
décret du 30 avril 1793. — Mais Prieur de la Côte d'Or avait 
été envoyé en mission dans les départements maritimes 



BIBLIOGRAPHIE DE l/ORNE 445 

depuis Lorient jusqu'à Dunkerque avec Defennon et Roche- 
gude, par décret du 22 janvier 1791). (V. Archives de l'Orne, 
L. 258). 

PRINGAULT (Louis). Nécrologie, (Bull, de la Soc. hist. et 
arch. de TOrne, avril 1907, p. 30(>-307). 

REDON (J.), juge de paix de Mortagne. Nécrologie. L.-A. 
Besnard. 

Rémalard. Comice agricole, V. Marchand. 

— (Le druidisme au pays de). W Godet. 

— (Le Siège de). V. Levassort. 

René Delanoë (Louis Duval). Pour la liberté du culte, 
(Journal de l'Orne, 9 lévrier 1907). 

RICHER (abbé). Excursion archéologique dans le Perche, 
en collaboration avec M. Tournoùer. (Bull, de la Soc. hist. et 
arch. de TOrne, janvier 07, p. 9-86). 

Roche-au-Diable (La), commune de la Ferrière-Béchet. 
V. Germain-Lacour. 

Roche-Habile (La). 1793-an II. Documents économiques. 
V. Mourlot. 

ROMAIN (J.). Les leçons du passé. La marche de la persé- 
cution religieuse dans les paroisses du Houlme, à propos d'un 
ouvrage récent. (Croix de rOrne, 6 janvier 1907). 

ROTOURS (Baron Jules Angot des). Chronique du Mouvement 
social. Pays de langue anglaise. (La Réforme sociale, 16 jan- 
vier 07, p. 190). 

— Une belle page de V histoire d'Harcourt, (Bull, de l'Union 
bas-norm. et perch., janvier-février 07, p. 7). 

— Soleil de février, poésie (Le Correspondant, 25 février 07, 
p. 802; Bull, de l'Union bas-norm. et perch., mars-avril 07, 
p. 31). 

Rapport annuel sur les travaux de la Société. (Bull, de la 
Soc. hist. et arch. de l'Orne, janvier 07, p. 146-158). 



446 BIBLIOGRAPHIE DE L^ORNE 

— A Pierre Corneille, poésie. (Bull, de la Soc. hisl. et 
arch. de l'Orne, janvier 07, p. 180). 

— Bibliographie des recueils collecUls de poésies, publ. de 
1597 à 1700 par M. F. Lachèvre. Compte-rendu. (Id., avril 07, 
p. 312). 

— La Sénaiorerie de Caen, (Bull, de l'Union bas-norni. et 
percheronne, nov.-déc. 07, p. 113-120). 

— Bibliographie : Ai'"*' de Villedieu, par E. Magne. 

— La géographie botanique de la Bretagne, parEni. Gade- 
ceau. (Bull, de la Soc. hist. et arch. de l'Orne, octobre 07, 
p. 517-520). 

Saint-Aignan-sur-Erre. Excursion dans le Perche, (Bulletin 
de la Soc. hist. et arch. de l'Orne, janv. 1907, p. 39-45. 

Saint- Antonin-de-Sommaire , près Rugles. Mémoire du 
s'" Calepin, administrateur du district de Verneuil, paroisse 
de Saint-Antonin, près Rugles, qui demande la concession à 
perpétuité d'un marais contenant 100 arpents, département 
de Loir-et-Cher. (Procès-verbaux du Comité d'agriculture et 
de co.nmerce, II, 130. 

Saint-Aubin-sur-Iton. Une Fête officielle sous la Révolution. 
V. Fournier (L.). 

Sainlé-Barbe-en-Auje. V. Deville. 

Saint-Cyr-la Rosière. Excursion dans le Perche. (Bulletin de 
la Soc. hist. et arch. de l'Orne, janv. 1907, p. 66. Photogr.). 

Saint-Evroul. V. Le Cacheux. 

Saint-Denis-sur-Sarthon. 1788-1789. Documents économiques. 
V. Mourlot. 

Sainte-Gauburge-de-la-Coudre. Prieuré. Excursion dans le 
Perche, (Bull, de la Soc. hist. et arch. de l'Orne, janv. 1907, 
Photogr.). 

Saint-Hilaire-des-Noyers. Château. V. Tournoïieret P. Harel. 

Sainte-Honorine-la-Chardonue. V. Macé. 



BIBLIOGRAPHIE DE L*ORNE 447 

Saint-Martin-du-Vieux-Bellême. Prieuré Excursion dans le 
Perche. (Bull, de la Soc. hist. et arch. de l'Orne, janv. 1907, 
p. 72-76. Phologr.). 

— Encouragements i\ donner à un établissement de. chevaux 
de race anglaise créé par le s^ Guerrier, fermier du prieuré, 
2, 27 mai 1791. (Procès-verbaux du Comité d'agriculture et de 
commerce, t. II, p. 223, 2(56). 

— Présentation au Comité par MM. Guerrier, l'un de 
chevaux de race anglaise nés dans le Perche, l'autre de béliers 
de race anglaise nés en Picardie. Présentation au procès- 
verbal, 16 sept. 1791, (Ibid., p. 426). 

• 

Saint-Martin-rAiguillon. V. Le Cacheux. 

Saint-Ouen-de-la-Cour. Excursion dans le Perche. (Bull, de 
la Soc. hist. et arch. de l'Orne, janv. 1ÎM)7, p. 10-15. 

Saint-Patrice-du-Désert. 1791-anIH. Documents économiques. 
V. Mourlot. 

Sainte-Scolasse. V. Savarv. 

SAMARAN (Ch.). La Maison d'Armagnac au XV« siècle. 
Mémoires et documents publiés par la Société de l'Ecole des 
Chartes, t. VII. (Paris, A. Picard, 1907. Alençon, Argentan). 

SAUVAGE (M.-R.-Norbert). La Chronique de Sainte- Barbe- 
en- Auge. Sainte-Barbe-en-Auge faisait partie du diocèse de 
Sées avant la Révolution. 

SAVART (Georges). Glapion. (Bull, de la Soc hist. et arch. 
de rOrne, avril 07, p. 277-298. A part, Sainte-Scolasse (Orn-), 
Glapion. Alençon, Imprimerie Alençonnaise, 1907, in-8°, 
27 p. Photogravures représentant l'intérieur de l'Eglise de 
Sainte-Scolasse et un reliquaire de Sainte-Scholastique. 
Armoiries. 

SCHALCK DE LA FAVERIE (M-"*^ Félicité-Louise Louvel). 
M"^e Schalck de la Faverie (F. L.) et M. Schalck de la Faverie 
{A. B.). Extrait du Dictionnaire biographique de l'Orne. 
(Paris, E. Flammarion, 1907, in-8**, 210 p., 2 portraits). 

SÉCHÉ (Jules). Madame de Villedieu. Une aventurière de 
lettres au XV 11^ siècle. (Mercure de France, 15 févr.). 



448 BIBLIOGRAPHIE DK LORNE 

Sées. Le Grand Séminaire, V. Motey (du). Le Cacheux et 
Verlaine. 

Ségrie-Fontaine. V. Husnot. 

Semallé. 1788-aii IH. Documents économiques. V. Mourlot. 

SORNIN (rabbé A.). Julien Tison, curé de Feings. (Le Clocher 
de Feiiigs, avril-mai 07, p. 13; mai-juin, p. 9; juillet, p. 10 ; 
août et septembre, p. 13. 

— -4 quoi servent les riches? poésie. (Le Clocher de Feings, 
juillet 07, p. 8). 

— Grand* Mère, poésie. (Id., août et sept., p. 12). 

SOUANCÉ (Comte de). M. Gustave Daupeley, (Bull, de la 
Soc. hist. et arch. de TOrne, janvier 07. p. 197-201). 

— Une Famille alençonnaise. Les Du MesniL (Id., avril 07, 
p. 262-276). 

SDRVILLE (A.). Un octroi à Fiers en. 1759. (Fiers, Imp. 
Folloppe, 1907, 4 p. in-8^ 

— Recherches historiques sur Beauchêne. (La Chapelle- 
Montligeon, 1907, 40 p. in-1:;^. 

— Charles de Ganreault, du Mont, gouverneur d'Alençon 
{1620-1621). (Bull, de la Soc. hist. et arch. de t'Orne, 
juillet 07, p. 388-393). 

TERTD (Comte de). Discours prononcé au Comice agricole 
deTcurouvre tenu à Saint-Maurice-les-Charencey le 15 sep- 
tembre. (Echo de TOrne, 19 septembre). 

THÉOBALD (H). Un poète aubergiste : Paul HareL (Le Clo- 
cher provençal, mai 07). 

Tinchebrai. V. Voisin. Association des élèves de Sainte- 
Marie ; V. Banville fie Vicomte de). 

— Le Mardeley. V. Sécrologie, 

TOMERET (H.). M. de Broise. (Bull, de la Soc. hist. et arch. 
de rOrne, janvier 07, p. 201-204). 

TOTET (Alfred). Lettre à Arvers sur Alençon. 2 août 1837). 
(Mercure de France, 15 juillet 190(î, p. 174-176)). 



BIBLIOGRAPHIE DE L*OHNE 449 

Tourailles (Les). Sécrologie, V. Macé et Vimard. 

TOURNOUER (Henri). Silhouettes Bellêmoises. (Le Bellêinois, 
3, 10, 17, 24, 31 janvier et 7, 14 février 07. Bull, de la Soc. hist. 
et arch. de l'Orne, janvier 07, p. 123-145). 

— Compte-rendu des travaux de la Soc, perch, d'hist, et 
d'arch, (1900-1906). (Bull, de la Soc. perch. d'hist. et d'arch., 
janvier UK)7, p. 28-36 et à part, Bellènie, G. Levayer, 1907, 
11 p. in-8°). 

— Silhouettes Bellêmoises. Charles Pitou. (Le Bellèniois, 
7 mars 07. Bull, de l'Union bas-norm. et perch., mars-avril 07, 
p. 26-30). 

— Excursion archéologique dans le Perche, en collaboration 
avec M. Tabbé Richer. (Bull, de la Soc. hist. et arch. de 
rOrne, janvier 07, p. 9-86). 

— Saint-Hilaire-desSoyers. (Bull, de la Soc. hist. et arch. 
de l'Orne, janv. 07, p. 89-122 et à part, Alençon, 1907, 71 p. in-8°.) 

— Discours prononcé au Comice agricole de Noce, tenu à 
Berd*huis le 8 septembre. (Journal de Nogent, 12 septembre ; 
Le Bellèmois, 12 septembre ; Le Nogentais, 15 septembre ; 
Bonhomme Percheron, 15 septembre). 

Tourouvre. V. Charencey (le Comte de) ; Dumaine, vie. gén. 

— La Verrerie de Bellevue. V. C. (A.). 

— Comice. Tertu (Comte de). 

Tout-Paris. La légende du Point d' Argentan. (Journal de 
rOrne, 27 j^vril 1907). 

Trappe (La). V. Charencey (le Comte de). 

TRI6ER (Robert). LEvêché du Mans; les Presbytères de la 
Sarthe. Notes et documents. (Le Mans, 1907, 27 p. in-8*'. 

TURGEON (Charles). Vieille fille, poésie. (Bull, de la Soc. 
perch. d'hist. et d'arch., janv. 07, p. 37). 

UBALD d'Alençon (R. P.). 

En 1906 : 

1. Souvenirs inédits de Dubois de la Loire-Inférieure. 
(Revue de Bretagne, 1906, p. 21-36.) 



450 BIBLIOGRAPHIE DE l'ORNE 



2. Uabbaye royale de Longchamp et sa bibliothèque au 
XV^ siècle. (Etudes Franciscaines, février 19()6). 

3. Chronique bibliographique. (Action Franciscaine, janvier 
1906 et juillet 1906). 

4. Les Œuvres du P. Basile au Mans. (Action Franciscaine, 
mars 1906). 

5. Bulletin d'Histoire Franciscaine. Publications Hollan- 
daises. (Etudes Franciscaines, avril 1906). 

6. Le Père Timothée de la Flèche, évêque de Béryte, et les 
affaires ecclésiastiques de son temps (1703-1730). (Annales 
Fléclîoises. mai-juin 1906 et Etudes Franciscaines, août 1906). 

7. Bulletin d'Histoire Franciscaine. (Etudes Franciscaines, 
juillet et octobre 1906). 

8. Le Cardinal de Richelieu et les Capucins de Chalons-sur- 
Marne. (Id., juillet). 

9. Le Couronnement de N. D. de Paix à Paris. (Annales 
Franciscaines, octobre 11K)6). 

10. Prières et poésies du moyen-âge en Vhonneur de Saint- 
François d'Assise. (Etudes Franciscaines, octobre 1906). 

11. Bulletin d'Histoire. (Id., novembre 1906). 
En 1907 : 

1. Les Franciscains de Berthancourt et de Bethléem à 
Mézières et à Charleville. (Revue hist. ardennaise, mars- 
avril 1907, p. 68-96. Tirage à part, chez Picard, Paris, in-8*» 

de 31 p.). 

2. Notice nécrologique sur le P. Benoît-Joseph. (Annales 
Franciscaines, février, mars, avril. Tirage à part in-8° de 
16 p. Paris, Mersch. 

3. Bulletin d'Histoire. (Etudes Francise, mars 1907). 

4. Le P. Séverin Girault mort aux Carmes en 1792. (Etudes 
Francis., mai et juillet. Tir. àpartde44p., Paris, Poussielgue). 

5. Reginald Balfour. (Annales Francise, septembre). 

6. Bulletin d'Histoire Franciscaine. (Etudes Francise, juin). 

7. Lettres inédites de Lamennais à propos de l'édition des 
Lettres d'Atticus. (Etudes P>ancisc., août et Revue de Bretagne, 
septembre). 

8. Bulletin bibliographique. (Action Franciscaine, octobre). 

9. Vie inédite de S. François d'Assise, texte du XIII^ siècle. 
(Etudes Francise, octobre). 



BIBLIOGRAPHIE DE l'oRNE 461 

10. The Conthings of St Francis. (London, Burns et Dater, 
19()7, iii-16 d. XVIM48 p.). 

11. Jean Bernadotte. (Intermédiaire du 30 octobre 1907). 

12. Bulletin d* Histoire Franciscaine. (Etudes Franciscaines, 
décend)re). 

Valframbert. Documents économiques. 1792-anIV. V. Mourlot. 

VANDIER (M.-Ed.-B.). Silhouettes Bellêmoises, par M. H. Tour- 
noi'ier (Bulletin de la Soc. hist. et arch. de TOrne, janv. 1907, 
p. 137-139. Portrait). 

VAUGEOIS. 6 thermidor an III. Le citoyen Blondin, auteur 
d'un précis de la langue française, demande au Comité 
d'Instruction puJ)lique par l'organe des représentants du 
peuple Vaugeois, Potlier. Chauvin et Bohan que sa méthode 
soit adoptée. Renvoyé au Jury des livres élémentaires. 
(Procès-verl)aux du Comité d'inslruclion publique de la 
Convention nationale, t. VI. p. 453. 

Ventes-de-Bourse (Les). V. Le Cacheux. 

VÉREL(Ch.). Sonant-le-Pin (suite et (in). (Bull, de la Soc. 
hist. et arch. de l'Orne, avril 07, p. 217-242. Tirage à part). 

VERLAINE Cécile (Mauviel E., vicaire de Saint-Bômer-les- 
Forges). Miniatures. Sonnets impressionnistes sur la cathédrale 
de Séez. (Flers-de-l'Orne. Imprimerie E. Jehan, in-cS'^ oblong, 
sans pagination). 

VIEL DE BOISJOLIN. Compris dans la troisième classe des 
savants, artistes et hommes de lettres qui ont droit aux 
récompenses nationales : l.ôOO livres (10-10 truclidor an III). 
(Procès-verbaux du Comité d'instruction publique de la 
Conv. nat., t. VI, p. 553 et 031). 

VIGNERAL (le Comte Christian de), directeur de l'Associa- 
tion normande. Portrait. (Annuaire de l'Association nor- 
mande, UK)7, p. 639-(;54). 

VILLEDIEÏÏ (M'"* de). V. Desjardins. 

VIMARD (Achille). Discours prononcé aux obsèques de 



452 BIBLIOGRAPHIE DE l'oRNE 

M. l'abbé Gougeon, curé des Tourailles. (Croix de TOrne, 
10 février 07 ; Le Val-Marie, fév.-mars 07). 

Vimouliers (Hospice de). V. Nécrologie. 

VOISIN (Rév. Père). Discours prononcé à l'Association 
amicale des anciens élèves de Sainte-Marie de Tinchebrav. 
(Croix de rOrne, 15 septembre). 

WAINS (Henri). Nécrologie, par P. Hardy- Obsèques, (Journal 
d'Alençon, 8 et 10 octobre 1907. 

L. DUVAL et H. TOURNOUER. 



NOTICE HISTORIQUE 

SUR LE 

COLLÈGE DE BUEIL 

A ANGERS 

Fondé par Grégoire LANGLOIS, Évèque de Sécz, 

pour des Etudiants en Droit. 

( I 404 - I 867 ) 



VII. — Le cardinal Mathieu Cginterel 

Le plus célèbre de tous les élèves du collège de Bueil, c*est 
à coup sûr Mathieu Cointerel (Contarellus) qui devint car- 
dinal. 

Ciaconi (1), Pocquet de Livonnière (2), Célestin Port (3) 
après Ménage (4) ont écrit son histoire curieuse. Je n'ai 
qu'à la rappeler brièvement ici, et à dire comment « cet 
artisan de sa fortune », fils d'Hilaire Cointerel et d'Yvonne 
(Guyonna) Vivan, né en L509, ou 1519, alla étudier le droit 
à Angers. Est-ce un écart de jeunesse, un scandale amoureux, 
qui l'obligea de quitter cette ville et de gagner Rome où il 
vécut du travail de sa plume ? On le dit, mais c'est peu croya- 
ble. Sa famille, mieux renseignée mais plus intéressée à la 
solution du problème, prétendait au contraire qu'un jour 
il rencontra un prince étranger devant l'église de Saint- 
Maurice avec plusieurs personnes de sa suite fort appliquées 
à considérer la beauté du clocher. Le jeune homme les aborda, 

(1) Vitœ t't res fceslfr Pontificnm^ éd. 1630, col. 17()3. 

(2) Bibl. Angers, ms. 1067, fol. «1 ot ms. 1068 (cat. Lcmarchand). 

(3) DU't. Maine-et-Loire, 1, 72."î-726. 

(4) Vita Pétri .Erodii, p. 211. Voir aussi à la bibliothèque d'Angers le 
ms. de Hcrtlîc, n" 896 (cat. Lemarchand), tome II, fol. 90.' 



454 NOTICE HISTORIQUE SUR LK COLLÈGE DE BUEIL 

devint leur cicérone, leur fit visiter les attractions de la ville, 
tant et si bien qu'il entra dans les bonnes grâces de ce prince 
et partit avec lui en Italie jusqu'à Venise. Là, il entre comme 
précepteur dans la famille de Bovi, puis tombe malade, 
est soigné par le médecin Boncompagno frère du professeur 
de droit de Bologne lequel fut plus tard pape sous le nom 
de Grégoire XIII. Ce fut l'origine de sa fortune. Il devint 
référendaire de l'une et de l'autre signature, secrétaire des 
brefs. Il fut choisi par Pie V pour être le conseiller de son neveu 
Michel Bonetti, dit le cardinal Alexandrin, envoyé en léga- 
tion en France, en Espagne et en Portugal. Il fut enfin dataire, 
puis cardinal en 1583. « Ce fut sa grande habileté dans la 
jurisprudence, aussi bien que son intégrité, qui lui procura 
ces dignités ! >• aflirme Pocquet de Livonniére (1). 

Le fait d'avoir été distingué par un personnage comme saint 
Pie V, d'avoir compté parmi ses amis des hommes comme 
René Choppin et le Tasse, n'est pas pour amoindrir restime 
due au cardinal Cointerel. 

Il mourut le 27 novembre 1585 (2). 11 laissait une pension 
viagère de 300 écus à sa nièce Madeleine Cointerel. Il donnait 
son bien (3) à Virgilio Crescentio, gentilhomme romain, 
chargé de servir la rente à sa nièce. Il fut enterré dans la 
chapelle Saint Mathieu qu'il avait fait construire à ses frais 
(de bonis sibi a deo coUatis) dans l'église de Saint Louis des 
Français. Il avait jadis donné dix mille écus d'or pour bâtir 
le frontispice de ce temple national, et une même somme aux 
jésuites pour leur église du Gesu. Vu inventaire de 1618, 
malheureusement ignoré de Monseigneur d'Armaillacq, nous 
a conservé le souvenir des largesses faites par ce même car- 
dinal au même temple de Saint Louis des Français (1). 



(1) Bibl. Angers, ms. 1067, fol. 81. Cf. iMoroiii, Dictionnaire, t. XVII, 
p. 51. 

(2) Son anniversaire était fixé au 27 novembre. Cf. d'Armaillacq, L'égUse 
nat. de Saint-Louis des Français, p. 189. 

(3) Suivant Pocquet de Livonniére, qui a tort, il légua son bien à 
l'hôpital de la Trinité des Pèlerins. Ménage dit pourtant avec clarté que ce 
don fut Hœuvre de François C, neveu du cardinal. 

(4) Hall. Soc, Ag-r. Sarthe, t. XI, p. 536-538. — X. Barbier de Montault, 
Notice sur Vétat de l'Eglise nationale de Saint-Louis des Fr., Poitiers, 
1855, p. 15. 



NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 45Ô 

Son portrait, inséré avec une notice dans la « Chronologie 
collée», se trouve en outre à la bibliothèque nationale de 
Paris, aux Estampes, dans la collection N 2. Cette seconde 
pièce, la seule intéressante, fut gravée par F. Stu^rhelt, 
en buste, de trois quarts à gauche, dans un cartouche ovale. 
Elle a été reproduite dans le Répertoire Archéologique d'Anjou 
en 1861 d*après le cuivre original actuellement au musée 
d'Angers, Pocquet de Livonnière cite aussi un portrait 
reproduit dans un livre de « Henriet j. consul et expert ». 

Un tableau à Thuile, du xvi^ siècle, se trouvait encore 
au xviii^ siècle au Mans, ch«z un chanoine (1). 

L'inscription du tombeau de Cointerel est publiée dans la 
Vita Peiri .Erodii de Ménage (p. 218), dans Ciaconi (ûiiœ et 
res gesiae pontificum^ éd. 1630, col. 1763), dans le Répertoire 
archéologique de V Anjou, 1861, p. 142, et dans le Bulletin de 
la Société d'Agriculture de la Sarthe, t. xi (1867-1868) p, 536. 
Voici ce texte d'après une copie qu'a bien voulu prendre 
pour ce travail Mgr Guthlin, le recteur actuel de Saint-Louis- 
des Français : 

D. O. M. 

MATTAEO. CONTARELLO 

TfT. S. STEPHANI 

S.R.E. PRESB. GARD. 

ÏTVIVS. SACELLI. FVNDATORI 

VIRGILIVS. CRCSCENTfVS 

EX TEST. H AERES POS . 

M. D. XC (2) 

Son éloge funèbre fut prononcé en latin par le P. François 
Rémond, jésuite dijonnais, et imprimé eil 1586. (Sommer- 
vogel, BibL de la C»* de Jésus^ t. vi, col. 1652). Ménage en 
en a composé un qui fut imprimé tout d'abord dans la Vita 

(1) Rép^. arch. Anjou^ 1861, art» de V. Godard-Faultrier La Commune de 
Morannes. 

(2) Cf. Revue des Sociéléa savantes, 1889, tome IX, p». 268-^67. Ménage' 
dDiMie à tort la date de : mi»lxxxvi, et Pocquet de Livonnière] celle de 
1585. La pierre ronde portant cette épitaphe existe toujours dans le pavé de 
la chapelle Saint-Matthieu. Mgr d'Armaillaoq dans sa- notice (p. 150-154) ne 
la reproduit point. Th. Gauvin, Essai sar l'Armoriai du dioc, da Mans, 
p. 67, blasonne inexactement les armes de notre cardinal* 

35 



456 NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 

Peiri Mrodii (1675) p. 211-219, puis dans la seconde partie 
de V Histoire de Sablé, p. 66 et s. 

Cointerel, dit Pocquet de Livonnière (1. c.) « fit un recueil 
de toutes les minutes de dispenses accordées par Grég. 13, 
en des occasions importantes. Le card. d*Ossat loue beaucoup 
ce travail (dans une lettre au maréchal de Villeroi), et sans 
doute qu'il a bien servi à Pirrhus Corradus. » Godard-F'aul- 
trier (1) qui Ta cherché n'a pu savoir ce qu'était devenu ce 
recueil qui est resté sans doute dans les archives d'une des 
congrégations romaines. 

Le nom de Cointerel n'est cité ni dans la brochure de Torrigio 
(De em. Cardinalibus scriptoribus) de 1641, ni dans VHisioire 
littéraire du Maine de B. Hauréau. 

Une double question doit être posée ici. De quel pays au 
juste était natif Cointerel? Fut-il vraiment étudiant ou bour- 
sier au collège de Bueil ? 

Les uns le font Manceau et le disent de Sablé (Sarthe) ; 
d'autres, au contraire, comme Claude Ménard dans son 
Histoire d'Anjou et Frizon dans son Gallia purpurata, comme 
Girault de Saint-Fargeau, Célestin Port placent le lieu de sa 
naissance à Morannes (canton de Durtal en Maine-et-Loire), 
c'est-à-dire en Anjou. Les raisons sur lesquelles s'appuyent 
les deux opinions ne sont pas absolument convaincantes. 
Qu'il y ait eu des Cointerel (Conterel, Contrel, Contarel, Coin- 
treau) à Morannes ou dans le pays de Sablé, il ne s'en suit 
pas nécessairement que le cardinal du xvi® siècle soit natif 
de Morannes ou de Sablé. 

D'autre part, ces renseignements ont pourtant quelque 
valeur. Nous savons par Ménage que notre personnage était 
apparenté aux Cointerel du Maine. Sa mère était de Poillé 
(canton de Brûlon) ; un de ses frères habita Solesmes ; son 
neveu François était manceau. D'après les Insinuations ecclé- 
siastiques du Mans relevées par le savant abbé A. Angot, 
Mathieu Cointerel était prieur de Huillé, en Anjou, mais 
son frère Jean, sa belle-sœur Jeanne habitaient Poillé et 
une de ses nièces était de Solesmes (2). Le P. Rémond dit 

(1) Cf. liêpertoire arch. Anjou, 1861, p. 136-144. — Le Paige, Dictionnaire 
du Maine, v. Sablé, tome II, p. 481-482. 

(2) llevae hist, drch. Maine, tome XVII (1897). p. 285-287. A. Foucault 



NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 457 

que son panégyrisé était du Maine. On l'a repris pour cette 
afTirmation ; mais n'est-ce pas lui qui a raison contre 
Célestin Port, puisqu'il est le plus autorisé à émettre un juste 
avis ? Le Père Hilarion de Coste, dans sa vie du Père 
Mersenne, le dit manceau. Ménage, qui a vu tous les papiers 
de famille de Mathieu Cointerel, le dit de Sablé. Le calen- 
drier des bienfaiteurs de Saint-Louis-des-Français l'appelle 
Cenomanensis (1) ainsi qu'une bulle de Grégoire XIII à lui 
adressée le 24 Décembre 1574 (2). Lui-même se regardait 
comme manceau et à la Daterie signait Matthœus cenomanus, 
ainsi qu'en a bien voulu m'en assurer M. Léonce Célier qui a 
étudié spécialement ce rouage de l'administration pontifi- 
cale. Enfin dans les actes consistoriaux des archives du 
Vatican, à la date du 12 Décembre 1583, où il fut créé 
cardinal, on parle de lui en ces termes : Matthœus Cantarellus 
Cenomanensis, Datarius Papœ et canonicus S. Pétri de 
Urbe(3), 

Il paraît donc bien prouvé que Cointerel fut pour le moins 
originaire du diocèse du Mans. 

Suivant L. de Lens, et Célestin Port lui-même, le cardinal 
Cointerel fut dans sa jeunesse élève de Bueil. Or pour être de 
Bueil, il fallait venir du diocèse de Sées ou du Passais, qui 
était normand et manceau (4). Cointerel n'étant pas Normand 
devait donc être du Maine. Et cela s'accorde très bien avec 
l'opinion de Pocquet de Livonnière qui fait de lui un étudiant 
en droit, et avec ce que l'on sait de la compétence de notre 

dans son Hist. de Poillé ne dit rien du sujet qui nous intéresse. {Rev. 
hist. arch. Maine, 1899). 

(1-2) Bulletin delaSarthe, t. XI, p. 533-536. La bulle du pape concède 

des indulgences à la chapelle Saint- Matthieu, in ea capella quam dilectus 

filins Matthœus Contarellus cenonianus Datarius et prœlatus noster dômes- 

ticas... Cf. d'Armaillacq, L* Egalise nationale de Saint- Louis des Fr., Rome, 

1894, p. 189. 

(3) Renseignement fourni par notre savant confrère et ami le Père 
Edouard d'Âlençon. Cf. d'Armaillacq, 1. c, p. 15. Cet auteur le fait « natif 
du Mans t, La difficulté sur le pays d'origine de Cointerel s'explique : 
Morannes (du pays d'Anjou et du diocèse d'Angers) est à quelques kilo- 
mètres au sud de Sablé, et Poillé à'peu de distance au nord de cette même 
localité. Sablé et Poillé étaient, comme à présent, du Maine et du diocèse 
du Mans. 

(4) Le Passais se partage aujourd'hui entre l'Orne, la Mayenne et la 
Sarthe. Cf. H. Le Paverais, Les Origines du Passai», dans Bull. Soc. 
Arcfi, Orne, t. VII (1888), p. 53-62. 



458 NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEJL 

personnage en matière juridique, les élèves de Bueil étant, 
eux aussi, des étudiants en droit. 

Le même Pocquet de Livomuère (1), toutefois, peu consé- 
quent avec lui-même, nous affirme que Cointerel étudiait chez 
un sien oncle maternel, chanoine de Saint-Màurille, et ailleurs 
prétend que c'était chez un avocat d'Angers, son parent. 
S'il eût mieux suivi le texte de Ménage, il eût été plus précis 
et moins fautif, et il eût affirmé avec son devancier que « la 
tradition de la ville d'Angers et celle du collège de Bué » 
était que « Mathieu Cointerel avoit esté boursier de ce 
collège )) (2). Et c'est sans doute ce que veulent dire Ciaconi 
{loc. cit. col. 1763) quand il prétend que Cointerel étudia in 
gymnasium Angerii, et Frizon quand il affirme que grandior 
in gymnasium Andegavense missus est. 

Somme toute, la question du pays où Cointerel prit nais- 
sance ne semble pas encore absolument tranchée. Nous 
pencherions plutôt, cependant, et à rencontre de l'opinion 
commune, du côté de ceux qui le regardent comme natif de 
Sablé ou de Poillé et nous le tenons sûrement pour originaire 
du Maine et pour élève de Bueil. Enfin, bien que membre 
de ce collège, il ne paraît point venir du Passais. 

VIII. L'ÉTUDIANT DE SÊES ET ReNÉE CoRBEAU 

Il ne nous reste plus, pour terminer l'histoire anecdotique 
du collège de Bueil, qu'à signaler un fait un peu singulier, 
voire même assez piquant et gai. 

Voici comment, avec tout le charme d'une simplicité 
enfantine, le narre un véridique contemporain, Jean Peleus(3). 
Je cite ce très grave auteur parce cfue son récit est la base 
des racontars postérieurs. 

« Un jeune gentilhomme escholier estudiant à Angers, 
natif de la ville de Sées, en Normandie, s'accoste d'une jeune 
fille aagée de vingt ans ou environ, nommée Renée Corbeaui, 

(1) BihL Angers, ms. 1067 (cat. Lemarchand) p. 81 et saiv. Ce manascrft 
a été pubHé dans la Revue de VAnjoii^ en 1862. 

(2) Ménage, Vita Pétri .Erodii, p. 212. 

(3) Les Œiwres de M' Julien Heletvty advocat en ParlemenU Paris, 163&» 
in-fol. Questions iHustres, p. 248-249. Peleus était d'Â4igers. 



NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 499 

fille d'un habitant d'Angers, laquelle belle et d€ bonne grâce, 
et encore plus advisée, voyant que le jeune homme estoit 
cspris de son amour, tira de lui promesse de mariage» 
moyennant laquelle ils couchèrent ensemble à la desrobée, 
et devint grosse et enceinte. Ce que la mère d'elle ayant 
descouvert et déclaré au père, les pauvres gens bien affligez 
prennent résolution avec la fille que le lendemain ils feraient 
contenance de s'en aller à dix lieues de là, et que cependant 
elle donnerait assignation à son amy de la venir trouver 
pour jouyr de leurs amours, ce qui est fait. Le père et la mère 
de la fille partent, l'assignation est donnée par la fille au jeune 
homme qui ne manque pas de s'y trouver. Le père et la mère 
de la fille retournent sur l'advis qu'on leur donne de ce qui 
se passe en la maison, entrent dans la chambre de leur fille 
assistez de notaire et tesmoins, prennent l'amoureux sur le 
fait, lequel se voyant descouvert, recognoist de bonne foy 
que la fille estoit sa femme, qu'il lui avoit promis mariage, 
qu'il estoit prest d'en passer le contract. Après l'avoir passé, 
il part d'Angers pour s'en aller trouver son père, lequel ne 
peut jamais trouver bon ce mariage, pour l'empeschement 
duquel le fils se met in sacris et prend les ordres, soit que cela 
vint de luy, soit qu'il vint de son père. » 

Cependant le père de la fille ne l'entend pas de cette oreille ; 
il fait informer à Angers de ce rapt, et décréter de prise de 
corps contre le ravisseur. Le jeune homme perd sa cause à 
l'audience et par arrêt du président de Villeray, il est con- 
damné à la pendaison « si mieux il n'aymoit épouser la fille ». 
Comment faire ? Il n'est pas assez calme pour réfléchir. 

On le mène à la chapelle, il se confesse, le voilà entre les 
mains de l'exécuteur de la haute justice, le gibet est préparé 
« quand cette pauvre jeune femme pleine d'amour, de cou- 
rage et de pitié, et encore plus garnie de prudence et de juge- 
ment, passe à travers les huissiers en la Chambre où la Cour 
estoit assemblée, se jette aux pieds d'icelle, et luy fait une 
belle et sage remontrance pour accuser (lisez : excuser) le 
jeune homme, s'accusant elle mesme « et confessant que 
l'entrée qu'elle lui avait donnée en ses bonnes grâces « estoit 
cause de ses malheurs ». Si la Cour voulait le faire mourir, 
qu'on l'envoyât aussi au gibet « estant bien raisonnable 



460 NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 

qu*elle luy tint compagnie au supplice puisqu'elle avoit 
commis le forfait avec luy ». Il fallait avoir, continuait-elle 
« compassion d'une folle jeunesse aveuglée d'indiscrétion 
et d'amour » ; il y avait « moyen de sauver le jeune homme, 
de satisfaire à la justice et de contenter son père et sa mère 
offensez ». Le légat du Pape allait arriver. On lui demande- 
rait l'absolution et la démission de relever l'empêchement 
posé par la cléricature (1). 

Ce discours fut dit de très bonne grâce, la coupable pleurait, 
et la Cour fut émue. Elle ordonna donc qu'avant de procéder 
à l'exécution de l'arrêt, le condamné se pourvoirait. Mais 
quand le Légat, Alexandre Octavien dé Médicis (plus tard 
Léon XI en 1605) fut arrivé et qu'il eut entendu la cause 
et conféré avec les docteurs et prélats ses compagnons, il 
trouva le fait si étrange qu'il jugea le coupable ne mériter 
aucune miséricorde. « Le dernier remède fut de supplier le 
roi (Henri IV) d'intercéder... vers monsieur le Légat lequel 
en fin se laissa gaigner aux prières de sa Majesté, pleine de 
clémence et de bonté, et délivra la dispense, moyennant 
laquelle le pauvre condamné opta le mariage qui fut solen- 
nisé en face d'église, et depuis il emmena sa femme en sa 
maison à Sées, où l'on dit qu'ils vivent maintenant en grande 
concorde et amitié !... » 

Julien Peleus termine son récit par ces paroles : « J'ay voulu 
donner ceste histoire à la postérité tant pour l'instruire de 
ce qui s'est passé de mon temps au Palais que pour recom- 
mander la rare vertu d'une si brave femme, qui peut bien 
estre parangonnée aux plus illustres du passé et me réjouis 
grandement de ce que la ville où j'ay pris ma naissance 
porte des femmes de si grande vertu ! (2). » 

L'avis de Peleus n'est-il pas toujours bon et déplairait-il 
à quelque lecteur ? Il ne faudrait pour nous qu'ajouter ici 
un seul détail : celui qui prouverait que l'étudiant de Sées, 
l'anonyme basochien, l'ami de Renée Corbeau, était bien 



(1) J. Peleus dit que l'étudiant de Sées était in aacria. Le cas vaudrait 
d'être bien examiné et prouvé. 

(2) Œuvres, p. 249. Cf. Pocquet de Livonniére, Les lUiiatrett de l'Anjou^ 
(éd. du ms. 1067), tome 11, coL 1145. — Bruneau de Tartifume dans le ms. 
870, p. 506 de la bibl. d'Angers, et C. Port, Dictionnaire, tome l, p. 743-744. 



NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 461 

membre du collège de Bueil. Nous avouons n'avoir jamais 
trouvé cette preuve ; mais jamais non plus nous n'avons fait 
le vœu de n'écrire que des histoires ennuyeuses et pour ce 
motif le lecteur bienveillant me pardonnera d'avoir fait 
pour son délassement doucement fléchir les régies d'une 
critique sévère. 

IX. — Le PENSIONNAT DU COLLEGE DE BuEIL. — Le 
MAITRE TrIOCHE. PROGRAMMES ET PROSPECTUS 

Il n'est pas étonnant qu'après des histoires pareilles, 
les boursiers contractent l'habitude de ne plus coucher au 
collège et se contentent de recevoir par an 100 livres du 
principal qui garde le reste (1). La maison de Bueil fut conver- 
tie dès le début du xviii^ siècle en pensionnat. 

S'il en faut croire les divers fascicules de VAlmanach d'An- 
jou de la fin du xviii® siècle, deux nations (celle d'Anjou et 
de Normandie) ont encore à cette époque deux bourses à 
Bueil. Nous ne sommes plus aux six d'antan, sans compter 
les postes de chapelain et de principal. Autre changement : 
« Il y a dans ce collège une pension pour les écoliers qui 
veulent aller à celui des prêtres de l'Oratoire » (Collège 
Neuf ou d'Anjou, aujourd'hui la Mairie). 

Le 23 Août 1776, un sieur Trioche publiait dans les Affiches 
d'Angers l'annonce qui suit : 

« Le sieur Trioche, l'aîné (2), maître de grammaire latine 
et française, nouvellement admis par MM. de l'Université 
d'Angers pour l'éducation de la jeunesse, donne avis aux parents 
qu'il se chargera, avec l'attention la plus scrupuleuse, des 
enfants qu'on fera l'honneur de confier à ses soins, pour leur 
enseigner les principes de la langue latine, unis à ceux de 
la langue française, conformément à un nouveau plan, qu'il 
a présenté et qui a été approuvé' par MM. de l'Université. 
Il se propose de faire part au public de ce nouveau plan, 
dès qu'il aura trouvé une maison commode pour l'exécution 

(1) Arch. mun. Angers, BB, 119, f. 17. — Thorode, ms. 879, p. 492. La 
notice de Thorode, en ce qui concerne Bueil, n'a pas été publiée par l'abbé 
Emile Longin. 

(2) Robert Trioche, pédagogue, cf. Angers, ms. 1259 (1030), f. 159. 



462 NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 

entière. Comme un des points principaux de ce plan est 
d'exercer les élèves non seulement à écrire, mais encore à 
à parler correctement les deux langues, le sieur Trioche 
prendra avec les parents les arrangements qu'ils croiront 
convenables pour garder chez lui les enfants même pendant 
les heures destinées à la récréation afin d'être à portée de 
veiller sur les mœurs autant que sur la pureté du langage. 
Il se chargera de faire entrer les enfants au collège dès qu'il 
les en jugera convenables, comme aussi de faire des répéti- 
tions à ceux qui y seront entrés. » 

Ce Trioche nous intéresse. Il avait à cette date 23 Août 

1777 — sa classe ouverte « vers le milieu de la rue Baudrière, 
au-dessus du parfumeur «.Le mois suivant, il occupe la maison 
qui dépend de la chapelle Saint-Sébastien sise à l'entrée 
du faubourg Bressigny. Le 18 Août 1780 il est « nouvelle- 
ment pourvu de l'office de premier huissier audiencier au 
siège des traites foraines. » En janvier 1783, le 3, il annonce 
un cours de géographie chez lui, rue de la Croix-Blanche. 
Aux vacances de 1784, il est installé au collège de Bueil. 
Son programme vaut la peine d'être cité. Ce n'est à vrai dire 
qu'une annonce insérée dans les Affiches d'Angers du 13 
Août 1784, mais que de réflexions ne suggèrent-elle pas ? 
Elle a pour titre : « Cours d'éducation nouvellement établi 
au collège de Bueil. » 

La voici : 

« Ce n'est pas sans douleur que, dans la capitale de l'Anjou, 
ville d'Université, d'Académie, ville en un mot où l'on se 
fait gloire de réunir les arts agréables aux arts utiles ; ce 
n'est pas, dis-je, sans douleur qu'on voit les parents forcés 
d'expatrier leurs enfants et de mettre en des mains étrangères 
le soin d'une éducation dont ils pourraient eux-mêmes aider 
le succès s'ils trouvaient sous leurs yeux une institution 
capable de répondre à leurs vues. 

« Qu'il s'établisse à Angers une institution de cette espèce 
et tout y gagnera. La ville ne verra point porter à un sol 
étranger une consommation avantageuse à laquelle elle 
avait droit de prétendre et le collège ne se verra pas privé 
des. sujets qui, par leur naissance, semblaient destinés à 
lui faire honneur. 



NOTICE HWTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 463 

« D'après ces réflexions sérieuses, et encouragé par plu- 
sieurs personnes de ia plus haute considération, M. Trioche 
vient de se charger du collège de Bueil, rue de la Roë, où il 
se propose d'établir un cours d'éducation, à l'instar de l'Aca- 
démie de Liège. Il ne se dissimule point la hardiesse de son 
entreprise et il se flatte néanmoins qu'avec le secours des 
meilleurs maîtres de la ville qu'il saura s'attacher, il pourra 
mériter la confiance de MM. les parents. 

« Conditions : La pension est de 440 livres, dont la moitié 
se paie d'avance, comme il est d'usage dans les pensions. 
.Pour ce prix on fournit le logement, la nourriture, le feu, 
la lumière, le linge de table, les leçons de français et de latin. 
En entrant on paie un louis d'or pour différents objets ou 
faux frais. 

« Pour la commodité des parents, on se chargera, outre la 
pension, de fournir le blanchissage, les leçons de danse» 
les livres, le papier, les plumes et encre, pour la somme de 
540 livres. 

« Les enfants seront peignés soigneusement tous les jours, 
et comme il est intéressant que les mêmes peignes et autres 
instruments de toilette ne servent pas à tous les enfants, 
MM. les parents sont priés de fournir en entrant deux peignoirs, 
une boîte de toilette qui renfermera deux peignes, une éponge 
et une boîte à poudre et à pommade. On fournira la poudre 
et la pommade pour la somme de 10 livres par an. 

« On aura grand soin d'entretenir les enfants dans la plus 
grande propreté et chacun aura à part son essuie-main 
et son linge (fournis par la maison). 

« La dépense pour les maîtres particuliers de dessin ,de 
langues, de mathématiques, de musique et d'armes sera 
au compte des parents. 

« On recevra les jeunes gens depuis l'âge de six jusqu'à 
quatorze ans. 

« Les enfants ne sortiront jamais sans être accompagnés, 
et ceux qui seront en état d'aller au collège y seront conduits 
par un des maîtres conformément au règlement de l'Uni- 
versité. 

c( MM. les parents sont priés de donner en entrant un 
habit uniforme ; savoir : un habit prune-monsieur, avec un 



464 NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 

grand collet bleu-ciel, doublure et veste bleu-ciel, et culotte 
noire ; les boutons plaqués se trouveront à la pension. 

« La religion étant la base de l'éducation, il est inutile 
d'assurer à MM. les parents qu'on veillera avec l'attention 
la plus scrupuleuse à ce que les enfants en remplissent tous 
les devoirs. 

« Règlement de la maison. Le lever sonnera à 6 heures 
en été et à 7 heures en hiver. Une demi-heure après, on s'assem- 
blera dans la chapelle pour y faire la prière en commun. Après 
la prière, on donnera le déjeûner qui ne durera qu'une demi- 
heure ; on n'y mangera pas le pain sec, comme c'est l'usage, 
parce qu'on n'aura pas de dessert aux autres repas. A 8 heures, 
on entrera à l'étude jusqu'à 8 heures et demie pour se préparer 
à la classe qui commencera alors et finira à 10 h. i/^- ^ ^0 h. 14» 
commencera l'étude pour faire le devoir de la classe. A 11 h. 1^ 
jusqu'à midi, la récréation et l'instant des leçons particu- 
lières. A midi, on sonnera le dîner. La table des enfants sera 
la même que celle des maîtres, qui mangeront avec eux. 

a A Ih. y^on entrera à l'étude pour se préparer à la classe 
qui commencera à 2 heures. A 3 h. V2, la récréation et la 
collation jusqu'à 4 h. V^- A 5 h. ï/^, la récréation et les maîtres 
particuliers jusqu'au souper à 7 heures. A 8 heures la prière 
en commun dans la chapelle et le coucher. 

« Les jours de promenade seront le dimanche après vêpres, 
et le jeudi. En cas de mauvais temps ces jours-là, on profi- 
tera du premier beau temps dans la semaine. 

« Comme M. Trioche veut toujours continuer à faire lui- 
même sa classe, soir et matin, aidé de deux sous-maîtres au 
plus, il a l'honneur de prévenir qu'il ne se chargera pas de 
plus de 30 ou 35 pensionnaires. 

« On ne diminuera rien des frais de la pension pour les 
absences ou vacances, de quelque durée qu'elles soient. 

« On ouvre les classes le 1^^" Novembre et les vacances 
commencent au 1®' Octobre. Les parents sont maîtres de 
laisser les enfants pendant les vacances. 

« Si les enfants sont malades, ils trouveront dans la maison 
qui est fort aérée, tous les secours qu'on peut désirer, et MM. 
les parents seront chargés des frais. 

« Tous les articles ci-dessus énoncés seront exécutés 



NOTICE HISTOHIQUE SUH LE COLLÈGE DE BUEIL 465 

SOUS les yeux de rUuiversité qui veut bien se charger de veilJer 
à leur exécution. » 

En novembre 1785, M. Trioche annonce pour le lundi 
25 l'ouverture du cours de géographie. « Il donnera, à l'ordi- 
naire, par les démonstrations de la sphère et les différentes 
opérations qu'on peut faire sur le globe terrestre, il donnera 
la solution des différents problèmes qu'offrent à résoudre 
la variété des saisons, des climats et le cours des différentes 
planètes. Chaque leçon sera terminée par l'exposition de divi- 
sions principales des parties différentes du monde. Le cours 
commencera à 11 heures précises. Le prix est de 6 livres 
par mois pour les externes et de 3 livres pour les pensionnaires 
du collège de Bueil. Tout le monde sera admis sans distinction 
d'âge ni de sexe. (1) » 

X. — Le PROCIREUR Lemore. — Ruines et disparition 

Je doute fort du succès de toute cette pompeuse réclame. 
Le collège de Bueil qui n'avait jamais vu des jours de grande 
prospérité, ne les connut pas plus à la fin du xviii® siècle 
que dans les âges antérieurs. Dès le 28 Juillet 1786, la maison 
était de nouveau à louer. Au mois de Septembre suivant, 
le procureur, l'abbé Lemore, cherchait toujours à rendre fruc- 
tueux ce capital. A la Saint-Jean de 1787, le notaire Lechalas 
n'avait pas encore trouvé d'issue à cette regrettable situation. 
La maison « servant ci-devant de collège, composée de diffé- 
rents appartements, caves, écuries et autres commodités, 
cour et jardin, propre à y établir une manufacture et à y 
faire un commerce étendu, » la maison était vide. Elle ne fut 
enfin habitée qu'au mois d'Août 1788 par le chevalier de 
Jassaud, commissaire des guerres divisionnaires (2). 

L'auteur de V Observation sur le collège de Bueil (ms. 1259 
1030. fol. 43, déjà cité et qui signe : p. j. h.) se demande com- 
ment MM. de la faculté de droit ont ensuite laissé convertir 



(1) C«s documents, ou prospectus, tirés des Affiches d'Angers, ont été 
publiés plus au long par F. Uzureau dans sa brochure L'Enseignement 
secondaire en Anjou, Angers, Germain et Gi*assin, 19U3, in-8. Extrait des 
Mémoires de la Soc, nation, d'agrivulttire,,. dWngers. 

(2) Uzureau, ibid., p. 51. 



466 NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 

le collège « en une boutique de carrossiers. Je ne sais pas^ 
comment, continue-t-il, la chapelle qui en petit est assez 
belle n'est point devenue une remise ou une écurie. Cela 
7)ourra se faire, on ne peut pas tout réformer à la fois ». 

L'ironie est amère ! 

Le triste de l'affaire, c'est que les rentes étaient toujours 
touchées par des boursiers qui les employaient on ne sait 
à quel usage. 

La place du chapelain avait vacante depuis de longues 
années. L'article ii des statuts prévoyait lui-même qu'en 
cas d'insuffisance des revenus du collège, cette charge pour- 
rait être supprimée. Le sieur Lemore, devenu procureur du 
collège et ensuite chanoine de Saint-Martin, plus fin que 
ses confrères, se fit donner tous les titres de la maison, les 
garda par devers lui, malgré un article des statuts (le xlii®) 
qui veut qu'ils soient déposés dans un coffre fermant à trois 
ou quatre clefs. Dans ces titres, il remarqua cellui qui établis- 
sait le bénéfice de la chapelle. Il demanda alors à son évêque 
la permission d'en jouir, et sur le refus qu'il éprouva, il porta 
l'affaire à Rome et s'installa dès lors chapelain du collège 
de Bueil et perçut les revenus à la charge d'acquitter trois 
messes par semaine. 

« Depuis longtemps, écrit l'anonyme « p. j. h. » on n'en 
dit plus que deux ; je crois qu'il serait bon de demander quel 
est l'évêque qui en a fait la réduction. Je conseille très fort 
à M. le Curé de Saint-Maurille de veiller à l'acquit de ces 
messes (1). » 

A la Révolution, le procureur Lemore dont nous venons 
de citer le nom, à deux reprises, cherche à sauver le bien 
confié à sa vigilance. Il écrit le 22 Décembre 1790 à « Messieurs 
du département de Maine-et-Loire » : 

« Messieurs, les boursiers du collège de Bueil fondé en la 
ville et université d'Angers ont l'honneur de vous exposer 
que depuis six semaines ils réclament en vain auprès du 
district d'Angers leur maison collégiale mise en vente quoi- 
qu'elle soit évidemment dans le cas d'exception prononcée 
par la loi en faveur de ce genre d'établissement. 

(1) Bibl. Angers, ms. 1259 (1030). 



NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 467 

« Les motifs d'opposition qu'ils ont présentés au district 
portent sur les mêmes raisons qu'ils vont vous déduire avec 
la plus grande confiance en votre justice... » 

Suit l'exposé de la fondation, dans le but de montrer qu'il 
s'agit d'un bien laïc et de Province, et non d'un bien ecclé- 
siastique. 

« La maison de Bueil, continue Lemore, est toujours 
collège puisque les boursiers qui en sont propriétaires, sont 
en.exercice à l'Université suivant le mode d'exercice prescrit 
par leurs statuts ; elle est fond de charité et d'éducation 
puisque le revenu sert à payer la pension alimentaire des 
pauvres étudiants ; elle est maison hospitalière et de refuge 
puisque les boursiers s'y retirent et c'est ainsi qu'elle est 
nommée dans plusieurs arrêts du Parlement, lettres de nos 
rois et dans un acte authentique en datte de 1420 oà 
Jolan, reine de Sicile, duchesse d'Anjou, après avoir accordé 
grand nombre de privilèges au collège de Bueil, ajoute : 
«Amortissons en tant qu'en nous est les hôtel de Bueil, jardins 
et autres appartenances quelconques d'icelui, tout ainsi 
comme se comporte, sans que jamais parmi nous, nos succes- 
seurs en ayant cause, il puisse ne doive être mis hors des 
mains des dits exécuteurs maître, ny écoliers, ny autres, ayant 
cause du dit collège. » 

« Au collège de Bueil ce 22 Décembre 1790. 

LEMORE 

Procureur du collège 
de Bueil (1) 

Le directoire ne prit pas la requête en considération. Il 
n'avait pas vendu le collège et il ne le vendrait que sur des 
ordres exprès. Quant aux saisines et opposition dont l'expo- 
sant demandait la main levée, on ne devait l'accordw qu'après 
que la Nation serait entièrement payée des sommes déboursées 
par elle pour les élèves du dit collège, sommes qui montaient 
à 3027 1. 19 s. 10 d. (2). 

(1) Arch. dép. Maine-et-Loire, Q, 247L 

(2) Arclî. Maine-et-Loire, Q, 247L 



468 NOTICE HlSTOKigUE SIR LE COLLÈGE DE BUEIL 

Le 9 juin 1791, le Directoire obligeait le procureur Lemore 
à fournir sous trois jours le tableau des élèves et de rendre 
compte de sa gestion tous les ans au conseil général de la 
commune d'Angers (1). 

D'où je tire cette conclusion : c'est que même en 1791» 
Bueil avait toujours quelques bénéficiers cfe se^ bourses. 
Mais les étudiants ne résidaient plus au collège. Ils n'y avaient 
pas résidé durant tout le xviiie siècle. 

Bientôt c'est l'ultime fin. L'immeuble est vendu au citoyen 
Jean-Pierre Petit, sellier, pour 20.100 1., le 5 Février 1793. 
En voici la description d'alors : « Composé au rez-de-chaussée 
d'un porche d'entrée, trois boutiques à cheminée donnant 
sur la rue, un escalier de dégagement à l'angle de la cour, 
une tour de pierre à l'angle opposé où est un autre escalier, 
trois pièces à feu en retour sur ladite cour... De l'autre côté 
de la même cour une chapelle avec un vestibule au devant 
où est un escalier de pierre, une cuisine, un bûcher et une 
décharge au derrière, un petit salon et une écurie au bout... » 

L'estimation avait monté à 18.000 1. (2). 

La vente à Jean Petit ne fut peut-être pas suivie d'effet. 
On lit ces paroles dans un rapport du maire Pilastre, le 
6 Juillet 1795 : 

Cet étf^blissement possède : 1° une maison spacieuse sise 
dans la ville d'Angers affermée à plusieurs particuliers 1.500 1. 
2P une closerie appelée le petit Bueil sise paroisse de Saint- 
Samson de cette ville, affermée 120 livres ; 3^ une dîme, 
paroisse de Fromentières qui était affermée 1.200 livres. 
Total : 3.820 livres (3). » 

La chapelle construite au xv^ siècle, n'a été démolie qu'en 
1865-1867. C'était, nous dit Célestin Port (4) qui l'a vue 
encore debout, l'édifice primitif à plan carré (6°^60 de côtés)» 
avec voûtes d'arrêtés prismatiques, portant à la clef Tècusson 
du fondateur. Sur la façade s'ouvrait un oculus en forme de 
rose élégante. 

Cette clef de voûte est au musée d'antiquités Saint-Jean, 

(1) Arch. Maine-et-Loire, Q, 2471. 

(2) Arch. dép. Maine-et-Loire, Q 2471. 

(3) Archives d'Anjou de Marcliegay, 1843. tome I. 

(4) Dictionnaire de Maine-et-Loire (1878), tome I, p. 78. 



NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 469 

à Angers. Elle porte sur la catalogue le n^' 2.300. Elle est en 
calcaire blanc et mesure 0.75 de diamètre. Elle est ornée 
d'un écu chargé de trois pommes de pin posées deux et un, 
et d'une rose en abîme. 

Le même musée, sous le n^ 453, renferme une pierre de 
tuf portant deux blasons avec crosses en dedans, mitres et 
branches d'olivier, deux étoiles en chef, et dans le champ 
une main tenant un cœur. Ces armes se rapportent à l'un des 
frères de Pierre Donadieu de Puycharic dont la statue porte 
le même Stemma (Musée Saint-Jean, n^ 2.346). Elles viennent 
comme la clef de voûte précédente, du collège de Bueil. 

Ce sont les seuls vestiges matériels qui demeurent de 
l'œuvre de l'évêque de Sées, Grégoire Langlois, avec les 
documents des archives nationales de Paris et ceux de la 
bibliothèque d'Angers. Habeni sua fata collegia I 

P. UBALD d'ALENÇON. 



470 NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 



APPENDICE 



Mandement de Charles VIL i8 Janvier i^aS fo. st) 
(Arch. Nat., S. 63153. Copie de 1424. Parch.) 

Charles par la grâce de Dieu roy de France, à tous les justiciers 
el officiers de notre royaulme ou à leurs lieuxtenantz, salut. 
L'humble supplication de nos amez les exécuteurs ou ordennance 
de derraine voulenté de feu Grégoire jadis evesque et Sees avons 
receue contenant qoe comme pour adco m plisse nient dud. testa- 
ment ils aient institué onleané et establi en la viJJ^ et université 
d*Angiers un collège de certain nombre d'escoliers pour illecqueç 
estudier et profïiter et aussi dire certain nombre de messes par 
chacune sepmaine, tant pour le remède et salot de Tâme dud. feu 
evesque et des autres trespassés, à la dottation et fondation duquel 
collège 5'ceiilx exécuteurs ayent despriecza achaté du père de notre 
amé et téal chambellan le sire de Montenay la grant disme de 
Fromentière en Anjou pour lors à lui appartenant, et en faisant 
led. contrat s'estoit obligié led. vendeur d'acquiter les dilz acha- 
teurs et leur aians cause de foy et hommage, de ventes, rachaz et 
indempnitez et de tous autres charges et de nous quelxconques, 
sauf des anciennes rentes et devoirs, en luv faisant et à ses hoirs 
et aians cause certain devoir annuel, el pour tenir et adcomplir les 
chefs dessusdiz s obligea pour lors led. vendeur, comme plus à 
plain peut apparoir par lettres autentiques faittes et passées en 
notre chastelet de Paris, et il soit ainsi que en la cour de Chas- 
teaugontier par aucun temps es demandes du procureur de lad. 
cour on ait fait demande ausd. exécuteurs de ioy et hommage, 
rentes, rachatz, indempnité et autres droiz, et depuis cela bonne 
recognaissance de ce rendue et renvoiée à la court du seigneur de 
Ruillé, duquel on dit ladicle disme estre tenue et mouvant sanz 
moyen; sur quoy ledit sire de Montenay ait pour eulx prins Taveu, 
charge, garantie et deffense, laquelle cause est en voie de durer 
longuement. Par quoy lesditz exécuteurs qui ont très grand deslr 
et voulenté de faire leur devoir et acquitter leurs unies en l'exécu- 
tion dud. testament et mesmement au regard de la dqttation dudit 
collège, auquel ils ont enlencion de céder, bailler et transporter 
lad. disme, ce qu'ilz ne peuvent bonnement faire, obstant led. 
procès et aussi aucun autre procès qu'ils ont par devant Pierre 
Ginot commis à Angiers en rotfice de lieutenant de seneschal 
et aussi comme conservateur des privilèges de noire fille l'Uni- 
versité d'Angiers, à rencontre de Tabbé et convent de saint 



NOTICE HISTOHigUE SUR LE COLLÈGE DE Bl'EIL 471 

Cierge près de lad. ville d*Angiers et tant conjointement que 
diviseenient led. procès à cause desditz privilèges depuis nagaires 
dévolu en la court de Parlement par appel fait par lesd. exécu- 
teurs ou leur procureur et sur lequel appel n'a encores point 
esté procédé, sauf ycelui relevé et l'autre procès de devant led. 
lieutenant comme commissaire sur ce de notre très chiere et très 
aimée mère la royne de Sicile duchesse d'Anjou appointé en droit 
par devant luy, lexquelx religieux leur font demande de certains 
devoirs ou charges à cause de lad. disme, et aussi pour ce que la 
coutume et usage dud. pais, comme on dit, on ne peut faire trans- 
port d'aucunes terres ou héritages qui sont en litige, ne aussi des 
procès et causes meuz et pendans à cause desd. terres ou droiz 
d'icelles pour doubte d'encourir vice de litige. Par quoi led. collège 
est en voie de demourer sanz dotte ou iondacion, qui seroit contre 
la voulenté dudit feu evesque et à la très grant charge desdiz exé- 
cuteurs qui pour l'acquisition de lad. disme ont paie une très 
grosse somme de deniers et en leur très grand grief, et aussi pour 
ce que préjudice et dommage si comme ils dienl, requerans sur ce 
notre grâce leur estre impartie ; pour quoy nous inclinant à leur 
supplication, et mesmement que ce touche grandement la chose 
publique et aussi notre dite fille l'Université et que d'une chose 
seroit que led. collège et les escoliers qui desia y sont demourassent 
ainsi deflbndez et icculx supplians, de notre grâce especial avons 
donné et octroie, donnons et octroyons congié et licence de céder 
et transporter par euix, ou leurs procureurs à ce suffisamment 
fondé, lad. disme de fromentiere aud. collège et ausd. escoliers qui 
dès a présent y sont et y seront ou temps avenir, sans pour 
occasion de ce encourir en aucun inconvénient, paine ou vice de 
litige. Non obstant les procès dessusd. et lad. coutume de non 
pouvoir transporter chose litigieuse ou quelconque autre coutume 
qui seroit ou pourroil estre contraire aud. transport. Nous voulons 
icelui transport ainsi fait estre bon et vallable et demourer en sa 
force et vertu et sans ce que pour raison d'icelui led. seigneur de 
Ruillé ne autre leur puisse donner aucun destourbis ouempesche- 
ment, voulant ainsi que lesd. escoliers ou leur procureur fussent 
fondé à démener lesd. procez et tous autres touchant lad. disme 
ou lieu desdiz exécuteurs. Si vous mandons estroitement enjoi- 
gnons, en commettant, se mestier est, et à chacun de vous si 
comme à lui appartiendra, que de notre présente grâce vous 
souffrez et laissez joir et user plainement et paisiblement lesd. 
supplians. Car ainsi nous plaist il estre fait et à iceux supplians 
l'avons octroie et octroions de notre dicte grâce especial par ces 
présentes. Non obstant quelxconques lettres subreptices impétrées 
ou à impétrer au contraire. Donné à Bourges le xviij jour de 
janvier l'an de grâce mil quatre cent vingt et trois, et de notre 
règne le second. Ainsi signé par le Roy a la Relacion du Conseil. 

G. du Breil. 

36 



472 NOTICE HISTOIUOUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 

STATUTS DU COLLÈGE DE BUEIL 
(BibL d'An^erfi, nis. i^5g (io3o), f. 3j et q4) 

Universis presentia statiita seii ordinationes inspecturis sit 
notum quod ciini bone memorie doiiiinus Gregorius Anglicus qiion 
dam episcopus Sagicnsis de basochia de Luceio diecesis Cenoma- 
nensis oriundiis, per multa tempora anle ejus obitum colloquendo 
cum suis ofliciariis et familiaribus ac aiuicis et propinquis de 
génère, de bonis sibi a Deo collatis super fundatione unius coUegii 
Parisiis et unius Andegavis, in quibus coUocarentur pauperes 
scohires partini de diecesi Sagiensi, maxime de locis in quibus 
episcopus sagiensis est dominus temporalis, si idonei reperirentur, 
alioquin de toto diocesi ; et partim de decanatu de Passayo Ceno- 
manensis diocesis, in casu quo idideni sufficientes essent qui 
peterent, alioquin de toto archidiaconatu de Passayo, illos tamen 
de suo génère pracferendos undecunique suflicientes essent qui 
peterent, alioquin de toto archidiaconatu de Passayo, illos tamen 
de suo génère prcterendos undecumque sufficientes reperirentur 
qui peterent, plura verba protulisset, et in ejus ultima voluntate 
predictorum non oblitus, tamen pauca propter metum seu dubiura 
oneris reparationum ecclesie Sagiensis et maneriorum domino 
episcopo spectantium qu» sequumtur expressit verba : 

« Item cum alias sic disposuerim et meo intentionis extiterit et 
adhuc existât fundare et ordinare Parisiis et Andegavis certum 
numerum scolarium, prout execuloribus meis visum tuerit expe- 
diens, quos super hoc onerari volo et ordino quod ipsi scholares 
duni et quando fundati et ordinati extiterint, habeant talem quan- 
titatem seu portionem librorum meorum tam portionem librorum 
meorum tam juris canonici quam juris civilis sicut ipsi executores 
mei duxerint ordinandum et statuendum ac ipsis visum fuerit 
expediens pro salute anime mee ac benefactorum mearum. » 

Et in fine prœdicte ultime voluntatis constituit executores in 
forma quae sequitur : 

« Executores vere meos facio, nomino, eligo, et ordino dilectissi- 
mos meos notos et amicos meos, videlicet magistrum meum Rober- 
tum Brisoul et Joannem Beslard canonicum cenomanensem et 
Joannem Anglicum, dominos Joannem Besnard et Joannem Char- 
pentier presbiteros, servitores et familiares meos, et eorum quem- 
libet. Quibus omnibus et singulis supplico ut dictam executionem 
meani velint adimplere, deffendere fideliteret tueri, et si non omnes 
possent ad hoc intendere, quod très illorum possint hoc implere, 
augere seu detrahere ad eorum conscientiam, dicto Magistro 
Joanne Anglici semper vocato ut supra ». 

Et dictis Brisoul et Resnard onus recusantibus, alii quinque 
assument in tractu temporis ad premissa peragenda terram de 
Blandaville cum juribus suis ac perlinentiis in parrochia de 



NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 473 

Chevanes (1) in castellania de Château Loudun et aliis parochiis 
-circuni vicinis, et quoddain manerium seu domiim in vico cytarae (2) 
parisiensis situm prope ecclesiam parochialem sanctorum Cosnie 
et Damiani, et ex altéra parte vici etiam doinum Capelli rubei, et 
alleram domuni ex altéra parte jungcntem in cenciva hospitaliorum 
pro collegio parisiensi ; et pro coUegio andegavensi manerium seu 
domum quamdam vocatam de Bueil in vico Sauveresse certasque 
in parochiis de Fromentieres et de Marigné décimas pro dotatione 
«jusdem quas de bonis dicte executionis acquisierint, et ut placuit 
domino Roberto Brisoul sublato dudum de medio et magistro 
Joanne Beslard ad episcopalem Forojuliensem in Provincia dignita- 
tem assumpto et ibidem agente atque domino Joanne Carpentario 
pro nunc occupato ; Nos Joannes Ânglici nepos prefati domini 
testatoris et Joannes Anglici presbiter executores ut pretertur, 
nominibus prediclis et eliam tanquam procuratorcs constituti pro 
dicto reverendo pâtre episcopo Forojuliensi executore ad transfe- 
rendum dictum manerium seu domum de Bueil cum predictis 
decimis ad dotationem magistri, capellani et scolarium, procurato- 
res ad facicnda statuta et scolarium ordinationes, ad regulandum 
magistrum, capellanum et scolarium collegii de Bueil Andegavi pro 
temporibus futuris successive instituendos, et pro nunc jam insti- 
tutos, que omnia unusquisque tenebitur jurare, inviolabiliter 
observare in ejus institutione in eodem collegio ac etiam successu 
temporis quandocumque fueril requisitus, etiam ad reservandum 
nobis potestalem, quoad vixerimus, augendi vel minuendi, aut 
alias reformandi statuta seu ordinationes sequentes. 

I 

Nos igitur nominibus quibus supra, nomine Domini nostri Jesu 
Christi primitus invocato, insequendo domini fundatoris volunta- 
tem quantum possumus, statuimus et ordinamus quod in collegio 
Andegavis fundato erunt octo persone, unus principalis ac magis- 
ter, alius capellanus et sex alii scolares quorum quatuor, scilicet 
magister et très bursasii erunt de decanatu de Passayo in diocesi 
Cenomancnsi, si ibidem reperiantur sufficientes et adhuc ceteris 
paribus preferantur illi de Basochia unde dominus fundator extitit 
oriundus ; alioquin undecumquc sumantur in archidiaconatu de 
Passayo, et quatuor alii, scilicet capellanus et 1res alii scolares, 
erunt de diocesi Sagiensi, presertim de civitate et aliis in quibus 
dominus episcopus sagiensis est dominus temporalis, si idonei 
reperiantur, alioquin de quacumque parte diocesis anledicti, 
exceptis tamen consanguineis dicti domini fundatoris qui unde- 
cumque fuerint de natione Çenomanie ant Normanie poterunt ibi 

(1) BibL Angers, ms. 1259 HOSO), foL 94 vo : Chevriers. 

(2) Hue de la Harpe. 



474 NOTICK HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 

locum habcre et aliis preferri, habebunlque bursas singulis septi- 
manis présentes, magistcr scilicet octo solidos turonenses, capel- 
lanus sex solidos turonenses, et quilibetalioruni scolarium quinque 
solidos turonenses bone monete, marcha argenti valenteoctolibros 
vel circa. 

II 

Verumtamen ut duret et non pereat coHegium, ordinamus quod 
in casu sterilitatis fructuuiii aut alio infoi*tunio aut incursu arma- 
torum aut alio inipedimeiilo quo non valeant décime antedictc ad 
solutionem bursarum modo predicto et ad sustenta tionem repara- 
tionuni doniorum, capelle. etaliarCim necessitatum collegii quod 
burse etiam eodeni modo omnium diminuantur, dempto capellano 
qui titulo oneroso possidet et magistro cujus solum burse iisque ad 
quinque solidos poterunt in casu predicto diminui et alii se absen- 
tabunt durante hujus modi sterilitateantimpedimentotantummodo, 
bursas suas non amittentes, sed, terlilitate redeunte, ad eas libère 
redibunt, eas percei)turi in futurum. 

III 

Item statuimus et ordinamus quod post obilum noslrorum trium 
executorum prenominalorum, scilicet domini episcopi Forojulien- 
sis, Joannis Anglici nepotis dicli fundatoris. et Joannis Anglici 
presbiteri. executorum ut supra, et non ante, collatio bursarum 
illarum de decanatu et archidiaconatu de Passayo modo pnedicto 
ad archidiaconum dicti loci de Passayo pertineat et aliarum de 
diocesi sagiensi ad dominum episcopum sagiensem et eorum suc- 
cessores in eisdem dignitalibus, nostristamen statutis in suo robore 
duraturis. 

IV 

Item quod nullus (Fe novo recipiatur, aut jam receptus amplius 
percipial bursas qui in patrimonio seu benelîciis. communibus 
annis habeat importatis ultra quadraginta libras reditus, exceptis 
tamen magistro et capellano qui bursas dimitterc non cogantur. 

V 

item statuimus quod in collegio predicto nullus recipiatur nisi 
sufficienter fuerit in grammaticalibus eruditus, bone tndolis» 
honesle vite et conversationis, etatis légitime, scilicet quindecim 
annorum ad minus, et de legitimo matrimonio procreatus, habi- 
lisque et idoneus ad jura civilia ant canonica audienda, talisque 
repertus per magistrum coUegii qui presentibus aliis de collegio 
ipsum examinabit in sua receptione quoad scientiam, et de aliis 
quantum poterit se informabit, et ultra triginta solidos pro jucundo 
adventu in collegio non compellatur solvere, et sub eadem summa 



NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 475 

socii cuni niagistro secundum. persone statum valebunt nioderare 
taliter quod iiuUus gravetur. 

VI 

Item statuimus quod quilibet in sua receptione ac ctiain post, 
quoties requisitus fuerit per principalem, juret statuta collegii 
inviolabiliter obscrvare, utilitatem, commoduin et honorem. ejus- 
dcm procurare, ad quemcumque statum devenerit, et pro posse 
augmentare, magistro seu principali reverantiam et honorem 
exhibere, in licitis honestisque obedire, ac sécréta collegii neniini 
extrâneo revelare, bonaque ipsius collegii non alienare, eorunidem 
alienationi non consentirez se et sua presentia ad hoc obligare. 

VII 

Item statuimus quod quilibet de novo receptus infra nientem a sua 
receptione solvere teneatur collegio duas mappas novas bone tele 
et suilîcientis longitudinis, quelîbet quatuor ulnarum, et competen- 
tis latitudinis, quarum una ad minus sit operata ; et pro qualibet 
mappa duas longerias ejusdem latitudinis et operis ; et super hoc 
non fiât gratia nisi usque ad mensem adhuc cum cautione jura- 
toria ; post quem mensem transactum ei substrahantur burse quo 
usque solverit. 

VIII 

Item statuimus quod quilibet scolaris habeat infra mensem a 
tenipore sue receptionis libros quibus tune legetur ordinarie, et 
extraordinarie, in primo anno, et sic in secundo ; in tertio vero 
totùni cursum juris in quo studebit et ipsos habeat tanquam suos 
quandiu in dicto collegio remanebit. 

IX 

Item statuimus quod quilibet scolaris leclionem doctoralem de 
mane et extraordinariam audiat, sub pena privationis dimidîe 
burse, nisi fuerit impeditus légitime, et per principalem seu magis- 
trura approbatum impedimentum ac pro justo reputatum ; et si 
assuescat sepe deficere in dictis lectionibus omnino privetur. 

X 

Item, et quod quilibet scolaris teneatur in principio anni quinti 
post suani receptionem gradum baccalaureatus recipere, et gradum 
licentie in principio anni sexti post baccalaureatum acquisituni in. 
collegio vel alibi, et post licentiam receptam in altero jurium. 
terapore supradicto, in reliquo teneatur acquirere licentiam circa 
principium anni quinti immédiate subsequentis sub pena privatio- 
nis bursarum ; post quos gradus adeptos vaceni burse istius sic. 



476 NOTICE HISTORigUK SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 

graduatijpost très menses a tempore licentie ultime, et alteri con- 
ferantur, exceptis tamen magistro et capellano quoad amissionem 
seii perditionem bursaruni post adeptionem predictoruni graduum. 

XI 

' Item staluimus quod unus de scolaribus, dempto tamen capel- 
lano, maxime postquam aiidiverit per duos annos, suo ordine 
teneatur rcspondere semel inhebodmada, scilicet die yeneris, hora 
competenti post prandium, de una lege, decretali, vel questione, 
presentibus omnibus scolaribus dicte domus qui présentes esse et 
contra respondentem ordine debito arguere tenebuntur, sub amis- 
sione unius burse, prin^^ipali eorum seu magistro audiente hoc et 
dirigente ; et [si fuerit dicta dies impedita, sequenti vel aitera de 
precedentibus hujus modi hebdomadc fiant ejusmodi disputatio- 
nés ;'et tenebitur respondens afïigere suas conclusiones in valvis 
aule in die precedenti ; nullus tamen de predictis scolaribus plus- 
quam semel in mense invitus respondere cogatur. 

XII 

Item, quod dicti scolares maxime baccalaurei in actibus publicis 
universitatis, videlicet et receptionibus et aliis disputationibus 
arguant, si locum habere poterint. 

XIII 

Item, omnes de collegio sic amiciabiliter vivant quod unus alte- 
rum non dementiatur, sub pena quator denariorum, nec dicat 
opprobria aut verba injuriosa sub pena denariorum sex, vel alia 
pena majori juxta qualitatem et quantitatem injurie ; nec alius 
aliuni percutiat injuriose sub pena ^missionis bursarum ; nec 
iamulum sub pena amissionis unius burse, ant privationis totalis 
secundum casus exigentiam. 

XIV 

Item nullus verba inhonesta maxime in locis publicis collegii 
proférât neque cantet, vel tam alte loquatur aut aliquid inutile 
faciet quod per hoc studium impediat sociorum sub pena duorum 
denariorum pro qualibet vice. 

XV 

Item, quod nulla facta divisione dieceseum ant nationum pre- 
dicti scolares sic con vivant sicut fratres ejusdem diecesis ac 
nationis, nec uni de una natione faciant deliberationem soli contra 
alios, nullaque sit differentia in camerarum assignatione per ma- 
gistrum, quin unus de una natione possit manere cum alio de 
altéra natione ; qui autem hujusmodi divisionem fecerit, pena pri- 



NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 477 

vationis puniatur. Non graduati autera déferre tenebuntur gradua- 
tis ; et inter non gradiiatos poslerius recepli prioribus, in niensa, 
sede, gratiis. deliberatione et ceteris quibus contigerit temporibus 
congregari, salvis tanien semper in omnibus prioritatibus magistri 
et capellani post ipsuni. 

XVI 

Item quod nullus arma de die aut nocle portet per villam, aut 
brigam seu rixam faciat, nec se associet cum scolaribus, aut aliis 
quibuscumque talia perpetrantibus sub pena privationis. 

XVI I 

Item, omnes déférant et maxime per villam vestes honestas, non 
nimia brevitate, aut longitudine notandas, sub pena arbitraria. 

XVIII 

Item omnes de domo ad invicem loquantur latine et precipue in 
locis communibus, scilicet aula, capella, et alibi ubi conveniunt in 
collegio, nisi adsint extranei propter quos oporteat aliter loqui sub 
pena unius denarii pro oratione perfecta, in aliis vero locis loquan- 
tur latine quantum erit possibile. 

XIX 

Item, si contingat contentionem oriri inter scolares in domo, 
maxime, terminetur contentio per principalem cui in hoc tene- 
buntur obedire, cum con^ilio ceterorum, nuUum processum super 
hoc coram quovisjudlce faciendo, sub pena privationis durante 
tali litigatione sive processu ; et si contingat contentionem oriri, 
principali eorum hoc ignorante, tenebuntur ceteri qui hoc noverint 
in casu quod infra diem naturalem ad invicem concordati non 
fuerint, ad notitiam principalis deducere. 

XX 

Item si contingat aliquam contentionem oriri inter principalem 
et aliquem seu aliquos de scolaribus, tenebuntur dictus principalis 
et secum contendentes se submittere dicto et ordinationi doctorum 
nationum Cenomanie et Normanie actu regcntium, si qui sint, et 
in casu discordie dictorum. Dominus scolasticus ipsos concordabit, 
cujusdictioni obedire tenebuntur. sub pena substractionis bursa- 
rum parti nolenti, quamdiu sic steterit ; et hoc post obitum nos- 
trorum trium executorum prenomintorum, quia terminationem 
hujusmodi disco;*diarum nobis et unicuique nostrorum, quoad 
vixerimus retinemus ; ubi tamen super hoc ad nos, aut aliquem 
nostrum in brevi et faciliter possit esse accessus aut ad nostraiT> 
notitiam pervenire. 



478 NOTICE HISTORIQt'E SLR LE COLLEGE DE Bl'EIL 

XXI 

Item omnes a lujianari ettavcroLs abstineant. nuilusque mulieres, 
cuiusqœ conditionls existant, ad domuni noctu adducat, aut 
de die, nisi in tali sr)cietate et taies sint quod constet principali 
iiide nullam malam suspicîoneni orituram, sub pena privationis. 

XXH 

Item nul lus vacet ludo taxillorum aut aliis ludis inhonestis seu 
prohibitis, nec ludis permissis ut palme et aliorum iudonim» 
maxime in locis communibus. et in sallis non iudat vel alibi non 
minus continuet si quod studium suum impediat sub pena priva- 
tionis burse, et si post monitionem competentem per principalem 
factam non destiterit, omnino privetur. Juvenes autem, scilicet non 
graduati, hic vel alibi domum non exeant sine licentia magistri, 
nisi causa lectionis, prepositure, aut alterius necessitatis rationa- 
bilis sub px'na quatuor denarionim. 

XXIII 

Item tempore estât i s a festo Pasche usque ad festum beati Dio- 
nisiî, porta claudatur cum barra in hora nona de sero ; et alia 
parie anni in septima hora ; post cujus clausionem principalis 
habeat in sua caméra claves; et si quis post hujusmodi clausionem 
exiverit domo, sit perpetuo privatus. Unusquisque autem de 
collegio habeat clavem parvi ostii in dicta porta constitutif quod 
teneatur semper clauderc, dum et qoando domum intraverit aut 
exiverit sub pena uniusdenarii. 

XXIV 

Item quod nullus jaceat extra domum in villa, vel extra, nisi 
causa ralionabili quam tenebitur manifestare magistro si possit, et 
ab eo licentiam accipere ; si autem in contrarium fecerit. pro una 
vice privetur dimidia bursa, pro secunda vice bursa intégra ; et si 
assuescat vel continuet, privetur omnino. Ad principalem autem 
spectabit huiusmodi delinquentes revelare eollatoribus bursarura 
citius quam commode fleri poterit, in casa quo delictum commis* 
sum taie fueril ex quo sequi debeat privalio ; intérim poterit prin- 
cipalis hujus modi delinquentibus bursas substrahere. 

XXV 

Item quod quilibet teneatur licentiam petere a magistro si velit 
ire extra villam per aliquantum tempus, cui magister non recuset 
licentiam impertiri causa rationabili coram ipso allegata ; hic 
tamen honcste recédât quod débita in collegio solvat, et restituât 



NOTICE HISTORIQtE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 479 

■sih'i tradita in custodiani per mngistrum, aut propter hoc sufficien- 
tem cautionem emittat. 

XXVI 

Item, quod nullu^ possit se absentare a collegio ultra très inenses 
sub pena privationis nisi de licentia niagistri; quam quideni licen.- 
tlaiii non inipertietur magister nisi ejusdem petentis evidens fuerit 
utilitas, aut urgens nécessitas, puta in prosecutione benefîcii, aut 
alterius boni quod magistro pateat evidenter. 

XXVII 

Item, quod quilibet de dicto collegio in suo ordine sit prepositus 
per unam hebdomadam integrani, incipienleni die sabbati, et 
habeat claves dispense et arce ibidem existentis, durante ejus 
prepositura ; qui fideliter et sollicite querat cibos et parare faciat 
secimduni temporis exigentiam et coraniunem. vivendi modum 
rnoduni scolariuni, non secundum placitumautaiTectum proprium; 
qui etiam suniet famuluni ad paranduni, si opus fuerit, et ser- 
vienduni in prandio et in cena ; qui etiam de receptis per ipsum 
et cibariis quesitis et pretio distincte, per singulos dies preposi- 
ture sue habeat in seripturis reddere rationem, et relîqua in die 
subbati proxime sequenti post prandium ; et si quid fuerit expen- 
sum ultra bursas. hoc teneatur quilibet pro parte sua restituere 
ipsi preposito, et in casu reservationis ad requestam ipsius prîe- 
positure; poterit retinerc de bursis futuris débitons magister usque 
ad summam preposito debitam. 

XXVIII 

Item tempore eatatis, sciiicet a festo pasche usque ad festum 
beati Dionisii, pulsetur per prepositum pro prandio hora décima, 
et pro cena hora sexta, sic tamen quod sine candela cenetur, et in 
tempore hyemali, sciiicet a dicto festo sancti Dionisii usque ad* 
carampyrium (1) pulsetur pro prandio in décima, et pro cena hora 
quinta ; diebus autem jejjiiniorum preceplorum ab Ecclesia fiât 
prandium hora débita^ nec in illis cenabitur in aul^, nec alibi 
expensis communitatis. Caveat autem prepositus quod omnia in 
dictis horis parata sint et bene dispcsita sub pena arbitraria 
mense commun! applicanda, per niagistrum et socios arbitranda 
secundum casus exigentiam. 

XXIX 

Item nullus adducat extraneum ad prandium ant ceram sociorum 
nisi sit persona honesta, et nisi ei provideat aut prius sciât a pre- 

(1) Carniprivium. Rangeard.. 



480 NOTICE HISTORIQUE SUK LE COLLÈGE DE BIEIL 

posito an satis pro sociis et dicto extraneo ; quo comperto et scito 
habeat solvere pro rata. 



Item, quod biirse absentiuiii aut delinquentium non accrescant 
presentibus, sed thcsauro collegii reserventur ; et aliter in niulctis 
seu pénis aliis peciinariis observabitur, que niense communi appli- 
rabuntur et exigentur per singulos prepositos in suis preposituris 
fideliter et diligenter, sub pena solutionis earumdeni penarum ; 
ubi auteni essent récusantes solvere ipsi preposilo, certificatus 
magister sullicienter super hoc per ipsum preposituni, sumniam 
debitani per ipsosde bursis eorum solvat. 

XXXI 

Item nuUus prandeat aut cenet in caméra sua sub'pena amis- 
sionis portionis pro illa hora, sed omnes simul convenianl in aula, 
nisi causa infirmitatis aut alia causa societatis honestc alicujus 
extranei aut plurium (1). 

XXXIl 

Item, quod congruo tempore fiant munitiones seu garnitiones 
viclualium et necessariorum quorumcumque, puta. vinoruni, ligno- 
rum, salis, pisorum, fabarum, verjuli et lardi ; et quod quilibet ad- 
hibeat juxta dispositionem principalis cuni consilio et assotiatione 
duorum vel trium antiquorum et notabilium de coUegio in emp- 
tione eorumdem cum ipso, et contribuet quilibet pro rata ad hoc 
si opus fuerit ; et redigantur in scriptis per magistrum ; et habeat 
magister custodiam dictarum munitionum, et onus dispensandi 
singulis preposituris requisitus super hoc hora competenti ; et 
vinum a preposito exponatur ad dicam (sic) et non aliter sub pena 
privationis bursarum et expulsionis omnium quorumcumque a 
collegio per magistrum ; et tenebitur quilibet quotidie dicare cum 
famulo vinum expensatum per ipsum eadem die, et in fine cujus- 
libct pippe statuere quod apparebit per dicam suam exposuisse 
cum parte detrimenti communis viginti pintarum pro qualibet 
pippa et aliis supervenientibus infortuniis pro parte sua, sub 
pena substractionis bursarum ex tune ; computabit etiam magister 
cum aliis de collegio de aliis munitionibus ter vel quater in anno 
satisfaciendo tam collegio quam sociis, si quid eis debeatur. 

XXXIIl 

Item, ordinamus quod quadraginta libre turonenses, quas nunc 
tradimus, in dictis munitionibus impleantur, ad periculum tamen 

(1) Au fol. 97 v« ces deux articles .30« et 31« sont intervertis, de même 
dans Kangeard, II, p. 319, et Fournier. p. 381-382. 



NOTICE HISTOHIQIE SVIX LE COLLÈGE DE BUEIL 481 

eorum pro qiiibus fient, et singiilis annis per magistrum, a quolibet 
de collegio bursario et a seipso pro rata sine detrimento recupe- 
rentur ; et in casu recusationis de solvendo fiât detentio bursarum 
usque ad satisfactioneni plenariam. Ubi autem non sufficerit dicta 
summa, contribuât quilibet pro parte sua substractioni bursarum. 

XXXIV 

Item nuUus adducat extraneum ad jacendum in domo nisi de 
licentia magistri petita et obtenta. 

XXXV 

Item si contingat aliquos extraneos et hospites in domo recipi, ' 
hoc fiât cum assensu magistri et ceterorum de collegio, et non 
recipiantur nisi scolares bone vite et honeste conversationis^ 
volentes proficere in altero jurium, qui eisdem regulis et statuti» 
quoad modum vivendi adstringantur quibus bursarii sub pena 
expulsionis a domo in continenti, et qui in sua receptione jurent 
non revelare sécréta collegii, imo servare honorem et utilitatem 
ejusdem pro posse, et sic hospitentur ; et quod duo possint esse 
in eadem caméra, et solvere quilibet per annum quatuor libras 
turonenses bone monete thesauro collegii applicandas pro conduc- 
tione dicte camere, ustencilium, communibus et famulo, et ultra 
hoc solvere pro manutenentia dictorum ustencilium more bursa- 
riorum quinque solidos per annum, et contribuere pro rata in 
munitionibus faciendis ; numerus autem hujusmodi hospitum 
nunquam numerum bursariorum excédât. 

XXXVl 

Item nullus vasa stannea collegii ant alia quecumque ipsi collegio 
pertinentia portet in villam, quoad vasa et cetera tradita famulo in 
custodiam, nisi hoc nuntietur ipsi famulo, et de aliis nisi de licen- 
tia magistri. 

XXXVII 

Item, nullus lectum, lecticam, rotam ant alia ipsi col'iegio perti- 
nentia et posita in qualibet caméra audeat portare extra domum, 
neque transferre de caméra in cameram sine licentia magistri^ 
imo quilibet teneatur reddere que erunt sibi assignata et ea in 
communi reparatione propriis expensis manu tenere (1). 

XXXVIII 

Item, et de omnibus ustencilibus collegii, singulis annis in 
carimpirio fiât inventarium et visitatio per magistrum et notabi- 

(1) Ces deux articles 36 et 37 sont intervertis au fol. 9S« 



482 NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 

liores de coUegio ; et si quid fuerit perditum, queratur diligenter 

quod si non possit inveniri, solvat ille in cujus custodia erat ; si 

quid autem fuerit consumptum, deleatur a precedenti inventario ; 

si quid vero de novo fuerit emptum aut datum, illud de novo 
scribatur. 

XXXIX 

Item, quilibet de collegio, sive bursarius sive hospes, teneatur 
singulis annis in dicto termino carimpirii quinquesolidos tuponen- 
ses pro manutenentia et reparatione dictorum ustencilium ; et si 
quid ultra prêter hoc fuerit necessarium, illud suppléât collegium. 

xxxx 

Item, in collegio sit una libraria in qtia libri diebite disponantur, 
in pulpitis incatenentur cum catenis termantibus ad seram, cujus 
sere claves reponaiitur in arca thesauri, et de ipsd libraria quilibet 
bursarius habeat clavem, nec intret extraneus nisi notus, et adhuc 
in presentia continua alicujus bursarii. 

XXXXI 

Item, de libris repositis in dicta libraria sepissime fiat visitatio 
per magistrum et alios de collegio ne quid inibi depereat, et sal- 
tem semel in anno circa finem studii liât inventorium de dictis 
libris ; ubi autem esset abundantia librorum ultra necessitatem 
perfectionis dicte librarie, quoad minus duos cursus utriusque 
juris, de minoribus possint tradi per magistrum bursariis indigen- 
tibus cautione tamen sufficienti ab iisdem prehabita et de redden- 
dis dictis libris et de manutenentia eorumdem. 

XXXXII 

Item in collegio sint due arce communes reposite in capellavel 
in loco securiori collegii et in una reponatur sub inventario 
mappe, longerie et cetera linteamine ipsius collegii signata signo 
ejusdem. In alia vero arca reponantur in una parte littere, papiri 
et inventaria rerum pertinentium ipsi collegio et in reliqua parte 
pecunie cum papiro in qua scribentur unde venerint hujusraodl 
pecunie quando reponentur et etiam causa propter quam in ibi 
assumentur, declarando cum hoc tempus repetitîonis et assumptio- 
nis dictorum pecimiarum ; et arca in qua erunt linteaminii clauda- 
tur cum duabus clavibus, quarum una habebit magister et aliam 
capellanus ; et alia arca cum quatuor clavibus quarum duas 
habebunt scilicet magister et antiquior de natione cenomanie et 
reliquas duas capellanus et antlquior bursarius de diecesi sagieur 
si ; ubi autem quis predictorum esset profecturus extra villam, 
dimittat clavçm suani non habenti antiquiori post Ipsum de sua 



NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 483 

natione ; quoad vixcriinus tainen aiit unus nosirum sufficil nobis 
quod in hujusniodi arca thesauri sint solum due claves quarum 
unaiii habeamus et reliquani magisler colle gii. 

XXXXIII 

Item, ne oporleal sepe venire ad diclam arcam thesauri pote'rit 
niagister una vice presentibus aliis habentibus claves capere pecu- 
nias pro bursis et aliis necessitatibus collegii usque ad summam 
que apparenter possit suificere pro duobus aut tribus niensibus. 
Sic tamen seniper se habeat ipse niagister in suniendo dictas pecu- 
nias quod tali die et anno talem sumniani accepisse sub signo suo 
se recognoscat et inscribat in papyro in dicta arca reposito ad hoc 
deputato. 

XXXXIIII 

Item, statuimus quod in collegio sit capellanus prcsbiter bone 
vite et honeste conversationis, fundatus sufficienter in grammati- 
libus ad débite exequendum suum officium et ad audiendum jus 
canonicum et gradus in eodem acquirendos per tempus aliis assi- 
gnatuni, qui qualibet hebdomada scilicet dominica die et aliis 
diebus festis, maxime autem diebus mcrcuriiet veneris si commode 
possit fieri, aut aliis diebus per i])sum magistrum scolaribus notifi- 
candis die precedenti in exitu prandii vel cenè, très missas hora 
prima dicere teneatur in collegio ; quarum una ad minus sit de 
defunctis et specialiter pro domino l'undatore, nisi hoc magnum 
festum impedierit. Et in qualibet missa liât specialis oratio Deus 
qui i rite r apostol iras, pro domino fundatore et cum aliis orationi- 
bus misse, nisi solenmitas festi impedierit et inter offertorium et 
proxinuini lotionem manuum dicat cum aliis de collegio psalmum 
De profundis cum orationibus Deiisqiii inter apostolicos ei Miserere 
qnesumus et Fidelium et Pater Jioster. Quibus missis interesse 
teneantur et venire ante epistolam finitam omnes bursarii cessante 
legilimo impedimento lectionis sue aut alio rationabili impedi- 
mento, sub pena duorum denariorum pro fundatore erogandorum 
pauperibus per magistrum et in ipsis missis privatim et singula- 
riter, ac etiam alibi ubi locus et opportunitas adfuerit, dicti bursa- 
rii, in recognitione bonorum que habent in collegio pro domino 
fundatoris, devotas preces fundant altissimo. Dicto autem capel- 
lano serviat ultimus receptus in bursarium, excepto tamen magis* 
tro ; qui quidem ultimus receptus ter missas pulset diebus domini- 
cis et magnis solemnitatibus et ultimuni pulsum faciat ad volunta- 
tem ipsiuscapellani, légat epistolam et dicat versus dum cantabitur 
ad notam in dictis magnis solemnitatibus, ceteraque in predictis 
necessaria servitia ipsi capellano subministret. In absentia autem 
dicti capellani provideat niagister missas dici de stipendiis seu de 
bursis ad hoc ordinatis. 



484 NOTICE HISTOIUQL'E SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 

xxxxv 

Item, quod omni die per capellanum aiit per magistrum seu 
antiquiorem in absentia ipsius capellani dicatur ante prandiuni 
aut cenam Benediciie et post gratie solite cuin psalmis ])e profun- 
dis et orationibus Dens qui inter apostolicos et Miserere quesumiis 
et Fidelium etc. quibus omnes présentes de collegio cessante legi- 
timo impediinento, intéresse teneantiir sub pena unius denari' 
crogandi pro fundatore per niagistruni. 

XXXXVÏ 

Item, quia décima tertia maii, anno millesimo quadringentesimo 
quarto, obiit dominus fundator collegii, ordinamus quod singulis 
annis tali die fiat in collegio servitium solemne defunctorum ad 
notam, scilicet vigilia die précèdent! post prandium in secunda 
hora et missa in ipsa dia hora prima, ubi omnes bursarii teneantur 
interesse sub pena amissionis unius burssc, lectionés légère et 
cantare juxta ordinationem principalis ; et in hac die habebunt 
dicti bursarii ultra bursas septiniane viginti solidos pro pitantia ; 
ubi aute;ti dicta dies foret impedita propter festuni solemne, ad 
aliam diem ejusdem septiniane transférât magister hujusmodi 
servitium ceteris notifîcando. 

XXXXVÏÏ 

Item, quia ubi percipitur emolumentum, non débet onus recu- 
sari, statuimus quod quilibet in ordine suo, dum ad hoc sufflciens 
fuerit per annum exerceat officium procuratoris ad causas et 
negotia collegii, in casu quod ipsum collegium super aliqua re 
sibi competenti litem pareretur vel quod décime ipsius non com- 
mode possent tradi ad flrmam, imo quod eas in manu collegii ser- 
vare oporteat. Qui quidem procurator in assumptione hujusmodi 
oflicii jurabit in causa vel in causis ipsius collegii cum onini dili- 
gentia sollicite et fîdeliter procedere cum consilio notabilioruni de 
collegio décimas ipsius collegii cum omni diligentia procurare, 
blada ipsarum et vina ad utilitatem et commodum ipsius collegii 
pro posse venditioni exponere, bonuni et justum comptum de 
receptis et missis in dictarum pecuniarum collectione reddere in 
scriptis aliis de collegio in festo sancti Andrée, et quod ad receptas 
et missias pro causis et processibus in fine assumplionis dicti 
officii, vel sepius si videatur saniori parti collegii expediens. Ubi 
autem ad ambo predicta simul facienda non sufiiceret unus, vel ad 
dictam collectionem decimarum tantum teneantur ceteri de colle- 
gio juxta ordinationem notabilioruni collegii onus subire in altero 
predictorum, vel in utroque, et associare dictum procuratorem, 
ipsum juvare ; et inter ceteros maxiiiie cogatur is qui immédiate 
post procurator esse débet ut suum discat exercere officium. 



NOTICl-: HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 485 

XXXXVIII 

Item, ne oporteat sepiuspassare procurationeni ad predicta pera- 
genda et ne etiam in passassione sepissime detrimentiim patiatur 
collegiuni, et non sit penuria procurationis in collegio, fiat procu- 
ratorium in quo magister et ceteri de collegio se invicem et alios 
extraneos ad hoc idoneos in diversis curiis et regionibus procura- 
tores constituant, super quo fiant due procurationes de eadeni 
data quaruni unam habeat exercens oflicium procurationis, et alia 
reservetur in collegio in altéra arcaruni que valeat recuperari si 
nécessitas recurrat. 

IL 

Item, queratur famulus collegii per magistrum cum assensu 
aliorum qui serviat collegio, ut moris est. et non impediatur per 
magistrum aut alium a servitio communitatis ; qui servabit usten- 
silia coquine et aule et alia sibi in custodiam tradita ; et de hoc 
comptum reddet magistro quoties sibi placuerit, et habebit in 
collegio pro stipendiis sex libras turonenses et non ultra. 

L 

Item ut servetur perpétua fraternitas inter presens coUegium et 
colïegium parisiense et scolareseorumdem qui abeodem lundatore 
processerunt, statuimus et ordinamus quod si ultra caméras ipsis 
bursariis assignatas in utroque istorum coUegiorum fuerit caméra 
vacans, quod scolares bursarii venientes de uno horum coUegio- 
rum ad aliud causa studii aut aliter, et maxime si presens collegium 
haberet processum Parisiis, quod ipsi possint gratis hospitari et 
tractari dulciter cum omni favore ; et adhuc si non esset caméra 
vacans quod saltem ad aliquantum tempus quousque perfecerint 
ad quod venerint vel repererint hospitium alibi, hospitari tolerenlur. 

LI 

Item, ad tuitionem omnium nostrum statutorum presentiuni et 
futurorum, si que fecerimus, sit magister seu principalis in collegio 
bene moriginatus et scientie suificientis, qui in altero jurium 
maxime jure civili sit licentiatus, aut saltem baccalaureus tendcns 
ad licentiam, talisque repertus in sua receptione in collegio isto in 
presentia aliorum per dominos doctores régentes ambarum natio- 
num aut per unum si unicus fuerit ; qui quidem magister associa- 
tus altero bursariorum de diocesi Sagiensi vadat tempore congruo 
ad afiirmandum décimas ipsi collegio pertinentes, consilio tamen 
maturo prehabito in hoc et ceteris arduis agendis pro collegio 
cum aliis bursariis eiusdem ; quique domos collegii et cetera 
eidem pertinentia cum ustensibilis et rébus quibuscumque eius- 
dem in bona reparatione et competenti teneri provideat de bonis 



486 NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 

collegii ; qui etiaiii celeros bursarios collegii scientia et moribus 
informet et instruat, et si ipsi proiiciant sepius coraperiatur inqiii- 
rendo ab eis de lectione eorum ord inaria et extraordinaria. leclure 
baccalariorum aliquando assistendo eosque visitaiido per caméras 
cum capellano quem vocet ad scienduni si scolastice et coUegia- 
liter vivant juxta nostra statiita et si res ipsis tradite in cameris sub 
inventario per ipsuni magislruni continue sint aut depereant ; qui 
etiaui cetera quecumque tangentia et ejus officiuni in preceden- 
tibus statutis rcposita adiniplere teneatur, et in omnibus et per 
omnia honorem et utilitatem ipsius collegii in se et ceteris scolari- 
bus totis viribus procurct, tradetque singulisseptimanis die veneris 
ant sabbati de mane preposito tuturo bursas pro presentibus, 
saltem pro duobus diebus dimidiam bursam et pro quatuor diebus 
bursani integram ; et in receptione cujuslibet juxta predicta facial 
solvere mappas et longerias et easinventoriabilin papyro collegii.; 
et quod superabundabit ultra necessitatem quotidianam donius in 
arca reponat. presentibus aliis de collegio, reddatque sua compta 
et rationeni et reliqua de receptis et missis factis peripsum quoties 
voluerinms nobis tribus aut alleri nostrum seu per nos deputatis 
quoad vixerimus, et post abituni nostrum omnium ceteris bursariis 
de collegio saltem semel in anno circa nativitatem domini. quibus 
duplum suorum comptorum tradere tenebitur sic per sufliciens 
tempus unius septimane ante computationem, quod ipsa exposita 
per eos mature inspici valeant et calculari ; post quorum inspec- 
tionem procédant ad computandum ad invicem de omnibus de 
collegio presentibus saltem quoad existenles in villam, et deduc- 
tionc facta in scriptis de receptis et missis, cui debebitur flirt 
restitutio, et signentur hujusmodi compta per capellanum et 
ceteros de collegio ; quibus signatis reponatur duplum hujusmodi 
comptorum in arca thesauri cum pccuniis si collegio debeantur. 

LU 

Item, voluimus et statuimus quod si quis ut dominus episcopus 
sagiensis aut dominus archidiaconus de Passayo Cenomanensis 
diecesis aut alius quicunque dominus ecclesiasticus vcl lenipora- 
lis ad consimile opus pie affectus velit fundare de eisdem civilati- 
bus et patriis duos vel très scolaresdediocesi Sagiensi, eliam duos 
vel très de archidiaconatu predicto vel undaquaque de diocesi 
Cenonianensi et non plures ; quod ad hoc recipiantur in présent! 
collegio, sic quod ante omnia provideant pro quolibet «colari repo- 
nando viginti quinque libros turonenses, marcha argenti valante 
septem vel octo francos et non plura. mortificatas et taliter situatas 
quod non sit defectus in ejusdem summe solutione, habita super 
hoc cautione possibili ; de quibus viginti quinque libris sumentur 
burse scolasticorum noviter iundatorum, et residuum applicabitur 
thesauro collegii ; qui ctiam presentia statuta tenebuntur jurare et 



NOTICE HISTORIQUE SUR LE COLLÈGE DE BUEIL 487 

observare sub eisdem pénis qiiibus alii jam fundati, veniatque 
collatio ad collatores per nos institutos post obitum fundantium 
valeant fundari et recipi illi très de una nationum, aliis non eque 
fundatis. In deliberationibus tamen coUegii voces novlter fundato- 
rum scolarium de una natione aliis non eque augmentantibus 
numerum non facient (1) neque parteni pro qua fuerint meliorare 
poterunt. 

LUI 

Item nos duo prenominati executores et tanquam procuratores 
tertii, ut supra dictum est, retinemus nobis tribus quoad vixeri- 
mus aut duo bus nostrum superviventibus, potestatem augendi seu 
detrahendi presentibus nostris statutis et futuris, si que fecerimus, 
et unicuique nostrum superviventi autoritatem interpretandi eadem 
statuta jam per nos facta vel in posterum facienda. 



(1) Ms aagmentantiuiii... faciet. 



37 



LES DERNIERS jlOURS 



DU 



f^m^î u ^ fEi^fE-pcs 



En quelques pages d'un style concis et élégant le regretté 
comte de Contades a reconstitué et fait revivre sous nos 
yeux, avec Timage oubliée du Prieuré de la Ferté-Macé, 
les portraits de ses derniers prieurs. Jules Appert et Wilfrid 
Challemel ont étudié plus à fond les origines de ce monu- 
ment qui date vraisemblablement de la fin du xi® siècle et 
qui porte les caractères de Tarchitecture romane. A son tour, 
M. le Doyen a considéré comme un des devoirs de sa charge 
de s'enquérir de ceux qui Tont précédé dans cette église 
vénérable, heureusement toujours debout, et dont les, Fertois 
sont justement fiers et il s'est dignement acquitté de la tâche 
qu'il s'était imposée (1). Dans ces deux ouvrages, les médail- 
lons des prieurs et des curés sont rangés en lignes symétriques 
chacun avec sa notice en style lapidaire. Les curieux 
veulent encore davantage et, sous le personnage officiel, ils 
cherchent à découvrir le caractère de l'homme. 



I 

I 

I 

En ce qui concerne l'avant-dernier prieur, nous sommes 

servis à souhait et il nous est arrivé sur lui, de Paris, de Lyon, 

de Rouen, une provision de documents d'une abondance rare. 

Antoine Lacroix ou de la Croix, écuyer, né à Lyon le 6 dé - 



{!) La Ferié'Macé et ses Curés ou Recueil de notes intéressant l'histoire de 
cette ville. Dédié à ses paroissiens, par l'abbé A. Macé, chanoine honoraire, 
curé-doyen de la Ferté-Macé, 1901 (sans nom d'imprimeur), format album. 
— Tirage à part des articles parus dans l'Echo de la Ferté-Macé, 



DERNIERS JOURS DU PRIEURÉ DE LA FERTÉ-MACÉ 489 

cembre 1708, appartenait à une famille dans laquelle, à ce 
qu'il paraît, en vertu de je ne sais quel privilège, les bénéfices 
ecclésiastiques étaient comme héréditaires. C'est ainsi qu'à 
l'âge de quinze ans et n'étant encore que clerc tonsuré, il 
fut pourvu par son parent, Léonard de la Croix, abbé de 
Saint-Julien de Tours (2), de la simple commande du prieuré 
de la Ferté-Macé, qui dépendait de cette abbaye. Le revenu 
de ce bénéfice s'élevait alors à 2.794 livres ; les charges à 
418 livres, y compris la somme modique de trente livres que 
le prieur commendataire payait au curé pour faire le service 
divin dans l'église prieurale, devenue paroissiale, après que 
les moines de Saint-.Julien eurent cessé de la desservir. La 
chapelle de Saint-Denis, près de laquelle était le presbytère, 
ne pouvait être considérée que comme une simple succursale. 

Si les actes de l'abbé de la Croix, comme prieur de la Ferté- 
Macé tiennent peu de place, en revanche sa biographie ne 
manque pas d'intérêt. Elle nous donne une idée assez favorable 
de ce que pouvait être à cette époque un abbé commendataire, 
c'est-à-dire pourvu avec surabondance de pensions ecclésias- 
tiques, sans charge d'nmes. Aussi les compliments et les éloges 
ne lui ont-ils pas fait défaut pendant sa vie et après sa mort. 
C'est ce qui nous procure l'avantage de n'avoir que la peine 
d'y puiser largement pour le faire connaître. Voici oomment 
le dépeint l'un des plus qualifiés de ses panégyristes, 
Dambourney, secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences, 
Belles-Lettres et Arts de Rouen : 

« M. Lacroix, dit-il, fut un des hommes les plus instruits 
et les plus aimables de son temps. Né avec une constitution 
délicate, il trouva des ressources précieuses dans la sobriété 
et un exercice raisonnable, dans la gaieté et les doux 
épanchements d'un caractère vif et franc. Jamais son âme 
active ne sut mieux se délasser d'un travail que par un autre. 
Sa maison était le temple de la paix, comme celui des sciences 
et des beaux-arts. Une bibliothèque nombreuse et choisie, 
d'excellents tableaux, des statues de grands maîtres et les 
meilleures estampes annonçaient son goût ». 

(2) Le roi n'eut la nomination du prieur commendataire de la Ferté que 
depuis la réunion de Fabbaye de Saint- Julien au collège des Jésuites de 
Tours en 1735. Le curé de la Ferté était dans le même cas. 



490 DERNIERS JOURS DU PRIEURÉ DE LA FERTÉ-MACÉ 

L'abbé de la Croix parcourut brillamment la carrière 
des dignités ecclésiastiques. Elevé à la prêtrise, il se fit rece- 
voir docteur en théologie, en l'Université de Paris, comme 
membre de la Société royale de Navarre. Il fut nommé 
chanoine, obéancier et baron du chapitre de Saint-Just-de- 
Lyon (1), officiai primatial, vicaire général du diocèse et 
enfin abbé commendataire de Saint-Rambert-en-Bugey, en 
1775. 

La charge importante de trésorier de France, au bureau 
des finances de la généralité de Lyon qu'il avait achetée, 
contribua, en outre, à augmenter ses revenus, tout en lui 
procurant des relations agréables. Un de ses confrères, au 
bureau des finances de Lyon, l'accompagna dans le voyage 
qu'il fit en Italie, vers 1739, à un âge où il était à même de 
profiter du fruit de ses observations. Il s'y lia avec un des 
trois frères Slodtz, probablement René-Michel, qui fut envoyé 
à Rome par l'Académie de peinture et de sculpture, en 
qualité de pensionnaire. Il y rencontra également le célèbre 
Soufflot qui préludait, par l'étude des monuments de l'Italie, 
aux grands travaux d'architecture qu'il a exécutés à Lyon et 
à Paris. 

Une anecdote assez piquante nous révèle qu'alors le docte 
abbé portait perruque. Or voici ce qui lui arriva, d'après 
Dambournay : « Etant à Rome, il désira célébrer dans la 
basilique de Saint-Pierre, mais il portail perruque. Le sacris- 
tain exigea qu'il la quittât et il célébra en enfant de chœur. » 

On sait, en effet, que dans les peintures de ce temps-là 
les enfants de chœur sont représentés la tête complètement 
rasée. Quant aux perruques, elles n'étaient pas tolérées à Rome, 
dans les cérémonies officielles. On cite même le refus d'au- 
dience opposé parles officiers de la cour pontificale au chargé 
d'affaires de Louis XIV, M. Doppeville, parce qu'il avait la 
tête couverte d'une perruque (2). 

En France même, les ecclésiastiques porteurs de perruques 



(1) La dignité de grand obéancier ou obédientiaire était le premier de 
cette église. Le titulaire était l'orateur né du clergé de Lyon et, en cette 
qualité, chargé de porter la parole à l'entrée des rois, des papes et de leurs 
légats. 

(2) Histoire des modes frcuiçaises, p. 276. 



DERNIERS JOURS DU PRIEURÉ DE LA PERTÉ-MACÉ 491 

furent longtemps exposés à toutes sortes de censures. 
En 1675, l'archevêque de Rheims interdisait aux chanoines 
en perruques d'approcher de l'autel principal de TEglise 
cathédrale, mais leur permettait de célébrer aux autres 
autels (1). 

L'abbé de la Croix, dans son voyage en Italie, ne se borna 
pas à étudier les chefs-d'œuvre qu'on y admire. Il étendit le 
cercle de ses recherches sur le domaine scientifique. C'est à 
la suite d'une excursion dans l'Italie méridionale qu'il dut 
rédiger ses Observations sur le Vésuve et sur les volcans, qiii 
portent la date de 1739 (2). 

Ces observations le conduisirent à composer, la même 
année, un Mémoire sur les tremblements de terre (3). 

On connaît aussi de lui des Observations sur Cayenne et 
la Guyane, 1766 (4). 

Il paraît s'être occupé d'astronomie, car on cite de lui 
des Réflexions préliminaires sur la lune, 1754 (5). 

On lui doit encore, comme contributions aux sciences 
économiques, un recueil de pièces statistiques sur la popu- 
lation de Lyon, portant la date de l'année 1768 (6). 

La médecine elle-même, ou tout au moins la diétique, 
ne fut pas étrangère à ses études, car il existe un mémoire 
de lui intitulé : Du régime de santé des gens adonnés à l'étude, 
portant la date de 1753 (7). 

On doit rapporter enfin à la philosophie son Mémoire sur 
les causes des opinions et des erreurs des hommes, daté de 
1754 et 1765 (8). 

Par le nombre et la variété de ces travaux, on est autorisé 
à croire que dans le recueil manuscrit des mémoires de 
l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon dont 



(1) Histoire des modes françaises, p. 280. 

. (2) Manuscrit du palais des Arts du Lyon (Catalogue Général T XXX, 
pages 108, n» 74. 

(3) Ibid, n» 228, p. 113. 

(4) Ibid, page 108. 

(5) Ibid., p. 103. 

(6) Ibid., no 307, p. 142. 

(7) Ibid, no 229, p. 114. 

(8) Ibid, no 144, p. 76. 



492 DERNIERS JOURS DU PRIEURÉ DE LA FERTÉ-MACÉ 

il était membre (1) et dans les mémoires de la Société d'agri- 
culture de Lyon, on aurait chance de rencontrer quelques 
autres mémoires dûs à ses recherches. 

C'est ici le lieu de parler des établissements relatifs aux 
sciences et aux arts dont il dota sa ville natale, de sa maison 
de campagne, près de Lyon et de donner quelques détails 
sur son genre de vie. 

On doit en partie à M. La Croix, dit Dambourney, l'éta- 
blissement à Lyon d'une École gratuite de dessin, celui d'une 
Bibliothèque, d'un Jardin botanique, d'un Cours de chimie 
et d'un Cabinet d'histoire naturelle. 

(( Sa maison de campagne, sans décoration fastueuse, 
présentait toutes les commodités que l'on peut désirer : 
ses bosquets dessinés avec élégance, offraient des vases, 
des statues agréables, des inscriptions spirituelles. C'est là 
que, tous les ans, il tenait ce qu'il appelait ses Etats (2). 11 y 
rassemblait, tour à tour, les personnes qu'il voyait à la ville, 
et la loi qu'il s'était imposée de ne recevoir que sur invitation 
le mettait dans le cas de ne réunir que des hommes qui se 
connaissaient entre eux, et qui, tous ensemble pouvaient penser 
tout haut. 

« Dans une ville de passage comme Lyon, il fut souvent 
obligé de haranguer, à la tête de son chapitre, des voyageurs 
de premier ordre, et son éloquence naturelle le servit toujours 
heureusement. Une de ces circonstances lui procura l'amitié 
du cardinal de la Rochefoucault, qui, pendant son séjour à 
Lyon, se plaisait à venir se délasser chez lui du cérémonial 
et de la représentation ». 

Dominique de la Rochefoucault, nommé archevêque d'Albi 
en 1737, abbé général de l'ordre de Cluny, en 1757, présida 
en 1759, l'Assemblée du clergé de France, où il eut le plaisir de 



(1) Bibliographie des travaux historiques et archéologiques public parles 
sociétés Savantes de France, par R. de I.asteyrie, T. 11, p. 586. 

(2) « La bibliothèque de M. Tabbé Lacroix, baron obéancier de Saint- 
Just, dit l'abbé Eupilly, est nombreuse et bien composée. On y voit des 
recueils considérables d'estampes sur difTérens sujets : le cabinet qui les 
renferme est embelli par des tableaux, des marbres, des bronzes et autres 
pièces curieuses >. 

{Dictionnaire historique et politique des Gaules et de la France, t, IV, art. 
Lion^ p. 257. 



DERNIERS JOURS DU PRIEURÉ DE LA FERTÉ-MACÉ 493 

rencontrer de nouveau l'abbé de la Croix qui y remplit les 
fonctions de député du diocèse de Lyon. Monseigneur de la 
Rochefoucault ayant été nommé alors archevêque de Rouen, 
Tabbé de la Croix fit le voyage de Rouen pour lui rendre 
visite. L'Académie des sciences, belles-lettres et arts de cette 
ville s'empressa de Tinscrire au nombre de ses membres et le 
pria d'établir une correspondance suivie avec celle de Lyon. 

Le secrétaire général de cette Académie, d'Ambourney, 
fut à même de l'apprécier et après sa mort de prononcer 
son éloge. 

« M. la Croix, dit-il, avait le talent de faire des vers de 
société fort agréables, mais il les a tenus renfermés dans son 
portefeuille. 

« Nous avons appris avec douleur, la perte de cet ami des 
Beaux-Arts qui fit toujours servir à l'intérêt de la société 
les fruits de ses longues études et le goût délicat et sûr qu'il 
avait reçu de la nature (1). » 

II 

Au milieu de ces travaux multiples, on comprend que 
l'abbé de la Croix ait un peu perdu de vue son prieuré, 
auquel pourtant il déclarait, en 1731 « qu'il y a un membre 
de fief noble nommélefief de More, dont le chef est assis en la 
paroisse de la Ferté-Macé, auquel y a domaine fieffé et non 
fieffé, justice et juridiction, à cour et usage, hommes, homma- 
ges, rentes en deniers, reliefs, treizièmes et autres droits 
et devoirs seigneuriaux, tels qu'à fief noble appartiennent ; 
et consiste le domaine non fieffé en un manoir seigneurial, 
composé de deux salles, chambres et greniers dessus, avec 
jardin à porée, cour ; et est le tout assis au bourg du dit 
lieu de la Ferté-Macé, contenant ensemble une journée de 
terre environ, jouxte d'un costé l'église et cimetière du dit 
lieu, d'autre côté, la rue aux Riaux, d'un bout les fossés et 
d'autre bout JuUien Barré ou ses représentants. » (2) 

(1) Précis analytique des travaux de l'Académie de Rouen, T. V, p. 328. 

(2) La déclaration du revenu du temporel du prieuré de la Ferté-Macé, 
membre dépendant de l'abbaye de Saint- Julien-de-Tours fut faite au Roi 
par Antoine de la Croix, le 28 Avril 1731. Ce document intéressant a été 



494 DERNIERS JOURS DU PRIEURÉ DE LA FERTÉ-MACÉ 

Un rapport qui fut adressé, le 18 décembre 1772, à l'inten- 
dant de la généralité d'Alençon Antoine -Jean -Baptiste 
Jullien, par Thomas de Launay, exempt de la maréchaussée, 
vint ramener Tattention de Tabbé de la Croix sur le temporel 
de son bénéfice de la Ferté ou à l'exemple de ses prédéces- 
seurs il n'avait jamais mis les pieds. L'abandon, hélas I 
était complet. Les murs étaient encore solides, mais les deux 
salles du bas, les deux chambres et le grenier n'étaient plus 
utilisés que pour servir à loger du bois et du foin. L'un des 
deux jardins attenant à la maison prieurale, était clos d'une 
simple haie. 

L'idée vint alors à l'exempt de la Ferté de proposer 
d'utiliser l'ancien prieuré, qui, disait-il, « était un bien appar- 
tenant au roi », en une bonne et solide geôle pour le logement 
des prisonniers, vagabonds, soldats indisciplinés et autres qui 
donnaient tant à faire à la maréchaussée. 

Voici un extrait de ce curieux rapport : 

« Monseigneur, 

« Relativement à vos ordres, sitôt mon arrivée à la Ferté- 
Macé (1), je suis occupé de ce qui a rapport à la prison, la 
mauvaise maison qui en sert jusqu'à présent ne pouvant 
absolument, tant par sa petitesse, son manque de solidité 
que par sa situation, subsister pour cet usage. Elle consiste 
en une espèce de salle basse, de dix-huit pieds carrés, donnant 
sur une petite rue de traverse, mal muraillée en devant 
jusqu'à six pieds seulement et une chambre dessus, de même 
grandeur que la salle, mais dont les murs ne sont que blocage 
ou terrassis, qui sert de logement au geôlier. La salle seule 

* 

publié par M. Wilfrid Challemel, dans sa remarquable étude intitulée La 
Ferté'Macé en 1745. La place du Marché, parue dans le Journal de la FerU-^ 
Maté, 12« année, n» 39 et suivants et reproduite dans la curieuse plaquette 
imprimée par M. W. Challemel, in-16o. M. le comte de Contades l'a insérée 
en entier dans TAnnuaire pour le canton de la Ferté-Macé, p. 29-33. La 
Fcrté-Mâcé, Veuve A. Bouquerel 1883, in.l6«. 

(1) Il semble que Thomas de Launay était depuis peu de temps à la Ferté. 
Son nom nous apparaît pour la première fois dans un procès-verbal de 
capture d'un cavaUer du régiment de Condé, coupable des crimes de rapt 
et d'adultère, surpris en ilagrant délit à 11 heures du soir, le 8 Décembre 
1772, à l'hôtel du Lion d'or, place du Marché (Archives de l'Orne, Série B. 
Maréchaussée). 



DERNIERS JOUHS DU PRIEURÉ DE LA FERTÉ-MACÉ 405 

sert de prison. A cet effet, elle a été retranchée en trois partie», 
sçavoir, une dans le fond, qui sert de cachot et le reste en 
deux parties, dont l'une sert d'entrée et l'autre de prison 
pour le civil. Chacune de ces pièces n'a pas plus de six pieds 
en carré. Il n'y a ni cour, ni guichets, ni chapelle, enfin 
aucunes nécessités indispensables pour une prison, et le 
défaut de solidité met dans l'impossibilité d'y pouvoir tenir 
en sûreté le moindre prisonnier. 

« Le Roy pourroit se servir pour cet objet d'un emplace- 
ment commode qui lui appartient. Il y a dans ce bourg les 
restes d'un bâtiment joignant l'église qui a servi de demeure 
autrefois à des Bénédictins, qui fait actuellement partie 
du prieuré de la Ferté-Macé, à la nomination de sa Majesté, 
le prieur n'en fait aucun usage, laisse même tomber le tout 
en ruine, regardant ce bâtiment et ce qui en dépend comme 
lui étant plus onéreux que profitable. A peu de frais, sa 
Majesté peut s'y procurer une prison solide et commode en 
ce que les prisonniers, au moyen d'un grillage à l'église, 
entendroient la messe. On pourroit encore y tirer une 
audience, chambre de conseil et greffe (1) ». 

L'intendant de la généralité s'empressa d'informer de cette 

(1) Archives de l'Orne, C. 13. Auditoire et prison de la Ferté-Macé 
(1772-1777, 11 pièces. 

Un rapport bien postérieur à cette date, il est vrai, mais rédigé par un 
fonctionnaire digne de toute conAance, M. Lesage, receveur de l'enregistre- 
ment à la Ferté-Macé (4 floral an XIII), nous donne de ce bâtiment une 
idée bien différente : 

« L'Abbaye en question, réclamée, avec le jardin et dépendances, par le 
conseil de la commune, n'est point l'ancienne Abbaye qui a été démolie avant 
la Révolution. C'est une nouvelle bâtisse que devaient faire faire les héritiers 
de l'avant-dernier prieur qui ne purent s'arranger pour les réparations 
avec le dernier. La Révolution a empêché que cette maison n'ait été finie. 
Ce sont quatre murs mal couverts, avec deux mauvaises planchers sur les 
salles. On peut y pratiquer une cuisine, une salle, deux chambres et deux 
cabinets. Les croisées n'ont jamais été placées : il n'y a de bon que les murs 
et la charpente. Ce bâtiment a environ quinze mètres de longueur sur sept 
de largeur. Aucune autre espèce de logement n'en dépend, mais seulement 
deux petites portions de terrain, l'une au-devant de la maison, servant 
de chemin, et l'autre au bout, vers le nord, contenant chacune viron huit 
mètres de largeur sur neuf à dix de longueur. 

t Le jardin ne contient que vingt et un mètres de largeur sur viron vingt- 
six de longueur au midi : il est couvert par un mur qui endommage le 
côté le plus considérable, parce qu'il est en fausse équerre. Le loyer se 
monte à 55 fr. 50 et ce jardin est loué fort cher. II est situé à viron trois 
mètres de la maison qui le domine et ne convient qu'à elle, c — Archives de 
rOme, série G. • 



496 DERNIERS JOURS DU PRIEU