(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Bulletin du Musée historique de Mulhouse"

This is a digital copy of a book that was preserved for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book' s long journey from the 
publisher to a library and finally to y ou. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that y ou: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
any where in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at |http : //books . google . corn/ 




. I , beqi;e.st 

" I îrxiVTtRSlTY c.r MICHIGM 
GKNER.\L LIBRARY 



tj 



I 



i « 



r 



nMîirmà 



mr. 



à 



w 
1 

ir 






BULLETIN 



m: 



MUSÉE HISTORIQUE 



DK 



MULHOUSK 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



BULLETIN 



DU 



MUSÉE HISTORIOUE 



DE 



MULHOUSE 



ANNÉE 1876 



MULHOUSE 

Imprimerie Veiave Bader et C* 
1876 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



OU>»A/»AA>i^ 







Le Comité du Musée historique de Mulhouse, en 
adressant à ses souscripteurs son bulletin pour Tannée 
1876, se permet d'exprimer Tespoir que ses efforts 
pour propager le goût de Thistoire locale rencontreront 
quelques encouragements. 

D'autres, avant lui, ont fait remarquer avec raison 

que LA CONNAISSANCE DU PASSÉ EST UNE DES CONDITIONS 
DE l'intelligence DU PRÉSENT ET l'uNE DES FORMES 

DE l'amour du PAYS. C'est à ce dernier titre surtout 
que le Comité croit pouvoir compteç sur l'appui de 
tous ceux qui aiment Mulhouse et qui, pendant une 
partie de leur vie, ont partagé sa bonne et sa mauvaise 
fortune. 



Mulhouse, en Janvier 1876. 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



COMITÉ DU MUSÉE HISTORIQUE 



MM. Frédémc Engel-Dollfus, jjr^siden^. 

Charles Wagker-Sghœn, vice-président et trésorier. 

Emile Gluck, secrétaire, 

AvQXJBTE Stœber, président de la Commission des acquisitions 

et conservateur. 
Armand Weiss-Zuber, pr^sûtenf de la Commission des travaux 

et publications. 
Joseph Coudre. 
Auguste Dollfus. 
Edouard Dollfus. 
Nicolas Ehrsam. 
Frédéric Engel-Gros. 
Karl Franck. 
Daniel Grumler. 
Edouard Hofer-Grosjean. 
Armand Ingold. 
Auguste Klenck. 
Gustave Kœnig. 
Xavier Mossmann. 
Louis Schœnhaupt. 
Georges Stoffel. 



Digitized by VjOOQIC 



LISTE DES SOUSCRIPTEURS 



MM. 

AiGHINGER Th. 

Amann Jacques. 
Arlenspagh J. 
AsT Henri. 
AuDRAN père. 
AuDRAN Eugène. 
Bader s. 
B-ER Fritz. 
Barth Eugène. 
Bauer Benjamin. 
Baumert. 

Baumqartner Henri. 
Baumgaktner Léon. 
Begker A. 
Benner Albert. 
BEiNERTpère. 
Beinert Gustave. 
Berney Etienne. 
Bernheim Corneille. 
Bertelé Charles. 
Bertrand-L-ederigh. 
Besson Edouard. 
Beugniot Edouard. 
BiCKiNG Fritz. 

BlDUNGMEYER JuleS. 

Blœsch Charles. 
Bock Henri. 
Bœhler Aloîise. 
Bœringer Eugène. 
BoHN Charles. 
BoHN Jacques. 



MM. 

BONTEMPS-RlEPFEL. 

Brandt Charles. 
BrandtE. 
Bringkmaiïn Jean. 
Brughet a. 
Brunschwig Jules. 
Brustlein Charles. 
Brustlein Henri. 

BULFFER. 
BURGART-L^a)ERIGH. 

BuRGERT Adolphe. 
BuRGHARDT Arthur. 
BuRQHARDT Jacques. 
BuRNAT Emile. 
Calame Henri. 
Chauffour Ignace. 
Clémann Jacques. 
Clottu Jean. 

COUGHEPIN. 

Coudre Camille. 
Coudre Joseph. 
Danner Jean. 
Dardel Gustave. 
Degermann Jacques. 
DiEMER, notaire. 
Dietz Louis. 
DoLL Edouard. 
DoLLFUS Auguste. 
Dollfus-Dettwiller . 
DoLLFUs Edouard. 
DoLLFUS Edouard, typ. 



Digitized by 



Google 



MM. 

Dollfus-Flach Edouard . 
DoLLFUs Emile (Madame). 
Dou.Fus Eugène. 
DoLLFUS Gustave. 
DoLLFUs Jean. 
DoLLFus Jean fils. 
DoLLFUS Jules. 
DoLLFUs Mathieu. 
Ducommun-Vetter. 
DuMÉNY, brasseur. 
DuROT Adolphe. 
EcK Daniel. 
Egk Jacques. 
Ehlinger Jean. 
Ehrsam Edouard. 
Khrsam Nicolas. 
Engel a. 
Engel Alfred. 
EN(iEL Arthui*. 
Engel-Dollfus Frédéric. 
Engel Eugène . 
Engel-Gros Frédéric. 
Engel Gustave. 
Engelmann God . 
Ernst Adolphe. 

ESGHBACHER J.-J. 

Falck Auguste. 

Fallot Charles. 

Faudel Frédéric. 

Favbe Alfred. 

Favre Eugènf\ 

Favre Gustave. 

Fiechter Jean. 

Fischer D. 

Franck Karl. 

Fret Max. 

Fries E., D' de l'école de tissage 

Fries Jean. 

FuHRo Louis. 



MM. 
Gassmann E. 
Gayeltn Eugène. 
Gerber Auguste. 
Gerspach Léger. 
Gluck Emile. 
Gluck E. fUs. 
Grbim Gustave. 
Grimm Veuve. 
Gros Jules-Gabriel. 
Gruber, notaire. 
Grumler Daniel. 
Grumi.er J.-Georges. 
Guerre. 
GuTH Jules. 
Haas Abraham. 
Haas Alexandre. 
H^KFFELY Henri. 
Haffa Jacques. 
Hanhardt Théodore. 
Hans J. 

Hartmann Jacques. 
Hartmann-Liebach. 
Heilmann Edouard 
Heilmann Jean. 
Heilmann Paul. 
Heilmann-Schϔn J. 
Heixrigh Ferdinand. 
Heller F.-J. 
Heyden. 
Heyer Edouard. 

HmN-SCHŒN. 

Hubner Albert. 
Hugendobler D'*' K . 
Huguenin Edouard. 
HuGUENiN Jules. 
Ingold Armand. 
Jacques Charles. 
Jelensperger, boucher. 
Jelenspergkr Charles. 



Digitized by 



Google 



MM. 

JuNGNiCKEL Charles. 
Kappes. 

Keller Charles. 
Klexgk Auguste. 
Klippel, docteur. 
Klotz Ed. 
Knœrtzer Charles. 
Kœghlix Alfred. 
Kœghlin Auguste. 
Kœculix Camille. 
Kœghlin Charles. 
Kœghlin, docteur. 
Kœghlin-Dollfus Eugène. 
Kœ.ghlin-Dollfus Marie. 
Kœghlin Edouard. 
Kœghlin Edouard . 
Kœghlin Emile. 
Kœghlin Emile. 
Kœghlin Fritz. 
Kœghlin Isaac fils. 
Kœghlin Joseph. 
Kœghlin Jules. 
Kœghlin Léon. 
Kœghlin Nicolas. 
Kœghlin-Sghwartz Alfred. 
Kœnio. 
Kœnig E. 
Kœnio Eugène. 
Kœnig Gustave. 
Kohler Emile. 
KoHLER Eugène. 
Kohleh Mathias. 
KuHLMANN Eugène. 
KuLLMANN J.-Alfred. 
KujXMANN Paul. 
Kullmann-Sandherr. 
De Lacroix Camille. 
De Lacroix Victor. 
L-ederigh Charles père . 



MM. 
L/EDERiGH Jean-Jacques. 
L^derigh-Weber . 
Lalange Auguste. 
Lalange Ernest. 
Landmann-Sghlumberger, M" 
Lanhoffer E . 
Lantz Benoît. 
Lantz Isaac. 
Lantz Lazare. 
Lampert Benjamin . 
Laurent, docteur. 
Lechard e. 
Legay L. 
Lehr Louis. 
Leisy. 
Lesguyer. 
Maisgh Robert. 
Mantz-Blegh. 
Mantz J. 

Mansbendel-Hartmann. 
Marquiset Armand. 
Meunier-Dollfus Charles. 
Meistermann. 
Metzger Albert. 
Meyer Alfred. 
Meyer Emile. 
Meyer Eugène. 
Meyer frères. 
Meyer Henri. 
Meyer Robert. 
Michel Auguste père. 
Michel Aug. fils. 
Michel Fritz. 
MiEG Edouard. 
Mieg-Kœghun Jean. 
MiEG Mathieu. 
Mœhler, notaire. 
MoLL Louis. 
MossMANN Xavier. 



Digitized by 



Google 



MM. 

MuLLER Henri. 
MuLLEU Louis. 

MUNTZ-SCHLUMBERGER, M'''". 

MuTTERER père. 

Neyser Jean. 

NriHARD Xavier. 

Oberlin. 

Obreght Iwan. 

Orto, pasteur. 

Ostier Louis. 

Petit Auguste fils 

Pétry Emile. 

Platen Théophile. 

Pouvourville (De) Gliarles. 

Prêcheur Alexandre. 

Redler F.-J. 

Renner Charles. 

ReyE. 

RiSLER Adolplie. 

Risler Charles. 

RiSTELHUBER P. 

ROSENSTIEHL. 

ROYER. 

Salathé, docteur. 
ScHiEFFER Gustave. 
ScH-EriY Martin. 

SCHEIBEGKER E. 

ScHEiDEGKER Henri. 
ScHEURER Oscar. 
ScHLUMBEROER Jules-Albert. 
Scm^uMBERGER Amédée. 
ScHLUMBERGER Ed.-All)ert. 

SCHLUMBERGER EmeSt, 

ScHLUMBERGER Frédéric 
ScHLTJMBERGER Georges. 
ScHLUMBERGER Jean. 
ScHLmiBERGER Jean fils. 

ScHLUMBERGER JuleS. 

Schlumbekger-Srnt.elin père. 



MM. 

SCHLUMBERGER Théodore. 

SCHMALZER-KŒaiLTN. 

ScHMERBER Camille. 
Schmïdt Rodolphe. 
Schneider Théodore. 
ScHŒN Camille. 
ScHGON Daniel père. 
ScHŒX Daniel fils. 
ScHŒN Fritz. 
ScHŒx J. -Bernard. 
ScHa':N J. de Frédéric. 
Schœnhaupt Louis . 
Sghrott J . 
ScHWARBERG Henri. 
Schvvartz Adolphe. 
Sghwartz Edouard. 
Schwartz Oscar. 
Schweisguth-Coudray. 
Setgeot. 
SiGRisT Jean . 
Spœrlein. 
Spœrry Albert. 
Spœrry Henri. 
Stein Adolphe. 
Steiner-Dollfus Jean. 
Steinlen Vincent. 
Stengel-Sghwartz. 
De Stetten Frédéric. 
Stieffel Emile. 
Stœber Adolphe. 
Stœber Auguste. 
Stœcker Jacques. 
Stoffel Georges. 
Stoll-Gunther a. 
Stromeyer Auguste. 
Tachard Albert. 
Thierry Gustave. 
Thierry-Mieg Auguste. 
TuiERRY-MtKG Charles. 



Digitized by 



Google 



gie ^ 



MM. 
TouRNiEK Charles. 
TouRNiER Wladimir. 
Trautvvein J. 
Triponel, docteiu'. 
Umbdenstock s. 
Von Essex flls. 
Von Essen père. 
Wagkeu Albert. 
Wa(^.ker-Sch(KN (Jhy !'l«^s. 
Wacker Edouard. 
Wagner Auguste. 
Wagner Edouard. 
Walther Oscar. 
Wantz, droguiste. 
Weighant J.-H. 
Weidkneghï Fritz. 
Weinmanx. 
Weiss Armand. 
Weiss-Fries. 
Weiss Jacques. 
Weïss-Sghlumberger . 
Welter Emile. 
Wigk-Spœrlein. 



MM. 

WiLD Eugène. 
WiLLMANx César. 
Wohi.sculegel a. 
WuitTZ Fritz. 
Zetter Edouartl. 
Zettt:r Euiile. 
/etter Henri tils. 
Zengerlin Gustave. 
ZiRGLKR Charles. 
ZiEGLER Emile. 
Z[E(iLER (iaspiird. 
ZiEGLER Martin . 
ZïMMERMANN Michel. 
ZrPKLU's Jean. 
ZiSLix Antoine. 
ZuRER Ernest. 
ZuBER Frédéric père. 
ZuBER Victor. 
ZuNDEL Auguste. 
ZuNDEL Charles. 
ZuNDEL Octave. 
Zi'RCHER Charles. 



Digitized by 



Google 



\ 



DESCRIPTION TOPOGRAPHIQUE 

DU 

VIEUX MULHOUSE 

(Poxir l'intelligence du. plan de 1707) 
par N. Ehrsam 



Mulhouse, ancienne ville libre impériale de la décapole d'Alsace 
et plus tard République alliée à la Confédération suisse, était, jusqu'à 
sa réunion à la France, en 1798, entouré de murs crénelés flanqués 
de tours carrées avec ponts-levis, et protégé extérieurement par un 
rempart de circonvallation appelé vulgairement Zioingdyei une triple 
et quadruple ligne de canaux d'enceinte dérivés de l'Ill. Les bras 
formés par cette rivière aux abords de la ville vers l'ouest du plan, 
derrière la filature Nasgely, et qui se rejoignent vers Test, indiquent 
le périmètre restreint, oviforme, du vieux Mulhouse. 

D'après Schœpflin ', Mulhouse aurait été converti en ville par 
l'empereur Frédéric II ( XIII' siècle) en même temps que Colmar et 
Schlestadt. Comme au moyen-âge on ne concevait pas de ville sans 
murailles *, il faudrait en conclure que notre première fortification 
ne date que de cette époque, ce qui n'est guère admissible. En effet, 
une tradition constante la fait remonter au règne de Frédéric P' dit 
Barberousse, qui, en érigeant notre locahté en ville impériale pen- 
dant le séjour qu'il y fit en 1163, l'aurait en même temps ceinte d'un 
mur et dotée d'une église paroissiale (celle de Saint-Etienne), dont 
il se serait réservé le patronage pour lui et ses successeurs. 

Cette tradition que corrobore l'opinion du savant archidiacre 
mulhousien Laurent Zindel, n'a rien d'uivraisemblable. Il est de 
fait que Frédéric P'a séjourné plusieurs fois à Mulhouse, où sa famille 
avait conservé des alleux. Une charte de cet empereur, découverte 
récemment aux archives de Turin, et dont l'auteur de la présente 

^ Ahatia iUtcêtrata, trad. Ravenèz, V, p. 303. 

' VÉRON-RÊvn.LE, Anciennes juridictions cT Alsace. 



Digitized by VjOOQIC 



— 2- 

noUce doit la communication à M. le professeur D'Hidber de Berne, 
est datée de Mulenhtisen Tan 1186 de Tincamation du Seigneur, la 
4* indiction, le 7 des kalendes de septembre. Quoiqu'ayant trait à 
un intérêt étranger à notre ville, ce titre n'en a pas moins pour 
nous une grande valeur historique, puisqu'il est, à notre connais- 
sance, le seul document local du XII' siècle, le plus ancien de nos 
archives datant seulement de 1236. 

D'un autre côté, en se reportant au style architectonique de 
l'antique église, dont la démolition en 1858, avait mis à joiu* des 
restes incontestables du romano-byzantin tertiaire, appartenant, 
d'après la classification des archéologues, au XII' siècle ', il a été aisé 
de reconnaître que la partie primordiale du monument était con- 
temporaine de son auguste fondateur dont nos ancêtres avaient 
conservé un souvenir reconnaissant ayant sa source dans un grand 
bienfait. Cela explique, jusqu'à un certain point, leur inébranlable 
attachement pour la dynastie des Hohenstaufen, dès avant le règne 
de Frédéric II, et leur politique immuable dans la longue lutte des 
empereurs de la maison de Souabe avec les papes et les évêques de 
Strasbourg et de Bâle. L'église de Saint-Etienne était, il faut bien 
le remarquer, une église-mère, à la tête de laquelle était placé un 
recteur nommé par l'empereur et ayant sous ses ordres un curé 
{plebanus) et vingt chapelains. Elle comptait jusqu'à quatorze autels 
dus à de riches fondations pieuses. 

Une église ainsi organisée et dotée, et dont, dans le principe, le 
patronage appartenait seul au chef de l'empire ', ne laisse aucun doute 
sur son origine traditionnelle, et fait supposer, dans tous les cas, 
une localité d'une certaine importance. En effet, loi^ue s'ouvrit le 
Xin» siècle, Mulhouse était déjà le siège et le centre d'une nom- 
breuse noblesse attirée par la sécurité et les avantages qu offraient 

' V. Archéologie chrétienne^ par l'abbé Bourassé, p. 120. 

* Le rectorat parait avoir été administré par des personnages marquants 
de la noblesse, à en Juger par les deux dont Thistoire nous a conservé le nom : 
£glo£f de Landsperg, chanoine ( Domherr) du chapitre épiscopal princier de 
Spire, et Herrmann de Thierstein, chanoine de celui de Strasbourg II existe 
de ce dernier un écrit de 1297, par lequel il résigne entre les mains du Magis- 
trat de Mulhouse les fonctionô de recteur de Téglise, fonctions qu'il ne tient, 
dit-il, que de l'empereur, en déclarant que ce souverain en est le véritahle et 
unique ^iroiL. Or,dans la jurisprudence canonique on appelait patron celui qui 
avait fondé ou doté une église ou un bénéfice, et qui s'était réservé les droits 
de patronage tant pour lui que pour ses descendants. (Dictionnaire de la con- 
versation, tome XLU, p. 360.) 



Digitized by VjOOQIC 



— 3 — 

les murs et les droits d'une ville affranchie. C'était là une des consé- 
quences de la combourgeoisie des Auisburger^ dont Tadmission 
dans les cités impériales, fut réglementée, dès 1190, par Henri VI, 
en vertu d'une charte datée de Bâle le 16 décembre de ladite 
année.^ 

Sous un régime oligarchique comme celui qui caractérisait la 
première administration connue de Mulhouse, ce nouvel élément 
de population devait tôt ou tard amener une lutte entre les oligar- 
ques et les bourgeois qui voulaient partager ou démocratiser le 
pouvoir local. De là ces troubles et collisions sanglantes aux XIIl*, 
XIV* et XV« siècles, dont, finalement, les plébéiens sortirent vain- 
queurs par l'expulsion des nobles et la suppression de leur curie 
{Edettmtzunft). 

A l'appui des considérations propres à faire ressortir le caractère 
de ville qu'avait évidemment Mulhouse, dès avant le règne de 
Frédéric H, on pourrait citer encore l'élection faite dans nos murs, 
en 1198, d'un empereur d'Allemagne, Philippe de Souabe, élection 
opposée à celle de l'anti-César Otto, duc de Saxe." 

En présence des déchirements auxquels fut en proie l'empire par 
cette rivalité qui divisait les princes-électeurs en deux camps, il 
ne faut pas s'étonner que les partisans de Philippe aient choisi, pour 
y consommer leur acte électoral, une cité impériale de nouvelle 
création, connue par son dévouement à une dynastie, à laquelle elle 
devait à la fois ses premières franchises, son premier rempart et 
peut-être sa première église ; car avant sa transformation urbaine, 
une simple chapelle que l'on croit avoir été celle des Augustins, 
qui existaient ici comme ermites longtemps avant de former un 
ordre régulier, devait sutlire aux besoins religieux de la localité. 

De tout ce qui précède, on peut conclure que l'érection de 
Mulhouse en ville impériale, est antérieure à l'époque assignée par 
Schœpflin, et que la tradition qui la fait remonter à l'empereur 
Barberousse, n'est pas dénuée de fondement. 

Après celte digression qui nous a paru nécessaire pour éclairer 
un point historique resté trop longtemps dans l'obscurité, nous 
allons revenir à notre sujet. 

* Strobel, Vaterlaendische Geschichte des Elsasses, I, p. 437. 

" Petry, p. 50. — Graf, m, p. 54. — Iselin, Hist. Leœicon, m, p. 906 (d'a- 
près la chron. d'Otto de Saint-Biaise, c. 4§, 46). — Laguillb, ffist. d'Alsace, 
I, p. 208. — Lehmann, Chron. spir.^ p. 498. 



Digitized by VjOOQIC 



- 4- 

La plus ancienne mention d'un mur d'enceinte à Mulhouse se 
trouve dans la chronique latine de Godefroid'Ensmingen, écrite en 
1291/ En parlant du soulèvement des Mulhousiens contre la domi- 
nation momentanée de l'évêque de Strasbourg, en 1261, Fauteur dit 
que les insurgés offrirent au comte Rodolphe de Habsbourg de lui 
livrer la ville en en ouvrant nuitamment une des portes (aperire 
unam portam) et de s'emparer du château très fort situé dans 
renceinte de la ville (Castro srw fortissimo quod erat in muro 
civilatis). Il ajoute qu'après un siège de douze semaines, ce château 
fut pris d'assaut et détruit par les Mulhousiens avec l'aide des gens 
du comte. La tour du Diable {Teufdsthurm) et celle de Nessel 
(Nesselthurm) qu'on voit encore au haut de la ville, en sont des 
restes et témoignent, depuis six siècles, de ce premier triomphe de 
la liberté bourgeoise. 

L'enceinte primitive de la ville proprement dite n'était protégée 
que par un seul fossé extérieur appelé Burggraben, parce qu'il était 
dérivé de celui entourant le château-fort (Burg). Sur ce fossé étaient 
établies, de distance en distance, des passerelles à l'usage des 
familles nobles dont les maisons aboutissaient au mur d'enceinte, 
en dehors duquel elles avaient leurs jardins d'agrément. En 1354 le 
Magistrat fit défense aux habitants d'adosser des constructions 
contre ce mur, lequel ayant été jugé insuffisant pour se garantir des 
attaques de l'ennemi, fut renforcé, en 1395, par la construction d'un 
rempart de circonvallation {Zwingd) et l'établissement de deux 
avant-fossés fStadtgràben) A cette occasion on supprima la tolé- 
rance accordée aux nobles d'avoir des portes de conmiunication 
dans le mur de la ville et, dans la même année, l'empereur Wen- 
ceslas rendit à Prague un édit disposant que désormais nul ne 
pourra faire de nouvelles plantations de vignes, d'arbres, de persil 
et autres herbes sur les fossés d'enceinte (Stadigrdben) de Mulhouse, 
à moins qu'il ne prouve qu'il y a été autorisé. C'est aussi de cette 
époque que date la galerie couverte appelée Kingmaver - Gang, 
pratiquée intérieurement sur le mur d enceinte, autour de la ville, 
et qui permettait, en cas d'attaque, de se transporter promptement 
d'un point sur un autre, sans s'exposer aux projectiles de l'ennemi. 
D'ordinaire elle servait de promenade aux habitants, surtout lorsque 
le mauvais temps ne permettait pas de se porter extra-muros; car 
on pouvait, sur cette galerie, faire à pied sec le tour de la ville. 

* Annotée et publiée par J. Libun. Strasbourg, lfcW8. 



Digitized by VjOOQIC 



-5- 
EXTRA-MUROS. 



Après avoir feit Thistorique de renceinte du vieux Mulhouse, 
nous allons nous livrer à une revue rétrospective de ce qu'il y 
avait extrormuros. 

Les portes de la ville étaient au nombre de quatre, savoir : V celle 
de Bâle(Basfer-rAor), appelée anciennement SancWébhards-Thor '; 
2° celle du Miroir (Spiegelrlhor), du nom de la famille Spiegel ', dont on 
a fait une mauvaise traduction française ; 3*^ la porte Jeune {Jungen- 
Thor) », à laquelle s'applique la même observation, attendu qu'elle 
tire son nom de la famille Jung, dont la demeure y touchait; 4' celle 
dite de la porte Haute {Oher-Thor), appelée primitivement Neue- 
Thor (porte Neuve), preuve qu'elle a été établie après les autres. 

Antérieurement il en existait une cinquième, celle de Nessel 
(Nessd'Thor), murée en 1444 lors de la guerre des Armagnacs, et 
rouverte il y a une trentaine d'années. Le nom de cette porte 
comme de la tour qu'elle défendait, vient de la famille noble zur 
Nessel, dont l'habitation y était attenante. * 

Pour arriver à ces portes (dont les tours ont été démolies en 
1810 et 1811)*, il fallait passer par des ponts jetés sur les canaux 
d'enceinte. Le nom et le nombre de ceux-ci variaient suivant l'usage 
auquel ils étaient destinés : les uns servaient à la défense de la 
ville et d'autres à l'alimenta tion d'usines ou de décharge des eaux 
d'inondation. 

La porte de Bale en comptait quatre : 1^ le Trànckbach (le plus 
rapproché de la ville), sur lequel est établi le moulin dit BaselmicfUe *; 

* Dans un titre de 1270 relatif à la vente, aux frères de Tordre Teutonique, 
de la moitié du moulin de la porte de Bâie, il est dit textuellement : « Die 
Miilin halbe die da lit ze der vorgenannten Stadt ze Mûlenhusen, vor dem 
Tor, dem man da sprichet Gkbhardstor, die eh der Bruder halb was (war) 
und noch ist, umb fùnve und vierzig Marcb lœtiges Silbers. > 

* Graf, I, 79. 
» Graf, I, 79. 

* Pêtry, p. 84. 

* Le plan de 1797 donne le dessin de celle qui existait à la porte de BÀle^ 

* U en est déjà fiait mention dans un document latin de 1236, conservée aux 
archives, et ayant pour objet une transaction entre la commune et les frères de 
Tordre Teutonique. Ce moulin s'appelait aussi Saamenmtûile, du nom de son 
propriétaire ou constructeur, Hemnann Saame. Graf, I, p. 79. 



Digitized by VjOOQIC 



- 6- 

2o le MiiteUbach (comblé de nos jours pour rétablissement du marché 
couvert); 3° le Karpfenbach (comblé en 1810), ayant servi de vivier 
à l'usage du Magistrat ; 4° la Sinne (qui a été voûtée dans ces der- 
niers temps). Entre le Mitteïbach et le Karpfenbach se trouvait la 
maison du tir à Tarbalète {Armbrust'Schutzenhaus) S bâtie en 1581 
sur l'emplacement qu'^occupe aujourd'hui Thôtel Romann, à l'angle 
sud duquel a été replacée, comme un souvenir historique, la porte 
sculptée de l'ancien Schutzen?iatts, dont le plan de 1797 donne le 
dessin. Plus loin étaient disséminées quelques rares habitations 
particulières affectées à des exploitations rurales, et dont les pro- 
priétaires avaient obtenu, non sans peine, l'autorisation de bâtir 
hors ville. La plus éloignée qu'on remarque sur le plan de 1797 
(aujourd'hui propriétés Grimm et Montagnon), est le noyau du 
faubourg de Bâle. 

Du côté sud de la rue actuelle des Bonnes-Gens qui en a reçu le 
nom, s'élevait une léproserie {Sondersiechenhaus\ connue vulgaire- 
ment sous la dénomination de GutleutJiaus, avec une chapelle 
dédiée à Sainte-Catherine en 1322 ', et près de laquelle passait un 
petit canal, qu'on appelle encore aujourd'hui Cafharinengraben, 
A une époque antérieure, cet établissement religieux faisait partie 
d'un faubourg qu'il a fallu démolir en 1444 dans l'intérêt de la 
défense de la ville, â cause de l'invasion des Armagnacs qui, à cette 
époque, dévastèrent l'Alsace. A proximité était un pont voûté à trois 
arches, sous lequel passaient les eaux du Gatharinengraben et celles 
d'une mare voisine. Ce pont était établi sur le chemin conduisant 
à Bâle, par le vignoble, d'où le nom de Basdgasse doimé au pro- 



* Les tirs ont joué autrefois un grand rôle dans la vie sociale. Ils étaient 
pour la bourgeoisie ce qu'étaient les tournois pour la noblesse ; à celle-là le 
maniement de Farbaléte ou de l'arquebuse, à celle-ci celui de la lance ou de 
l'épée. Nos chroniques locales parlent longuement de ces réjouissances publi- 
ques, auxquelles participèrent nos ancêtres tant chez eux qu'au dehors; car 
il était d'usage, entre bons voisins ou alliés, de s'y inviter réciproquement. On 
cite notamment le grand tir de Strasbourg de 1576, où figurèrent huit délégués 
de Mulhouse (De ce nombre fut le sixième aïeul de l'auteur de ces lignes, 
Rodolphe Ehrsam, promu plus tard à la dignité consulaire, Bûrçerbuck, p. 95.) 
A leur retour en Suisse, les tireurs zuricois, devenus célèbres par leur fameuse 
bouillie de millet {Hirsébrey) oflFerte à leurs confrères strasbourgeois, furent 
dignement fêtés à Mulhouse. Mieo, II, p. 218. 

" MiEG, I, p. 30. 



Digitized by VjOOQIC 



- 7 — 

longement de la rue du Tivoli^ La route de Bâle actuelle, par le 
pont des Saules ( Weidbriiche), ne date que de 1758 et s'appelait pour 
ce motif der neue Weg. , 

L'emplacement sur lequel on a construit, en 1826, le Nouveau- 
Quartier, qui a transformé le vieux Mulhouse, était un grand jardin 
appartenant à la famille du bourguemestre Hofer. 

A LA PORTE DU MiROiR les cauaux d'enceinte étaient au nombre de 
trois : le Trdnchbach, sur lequel était établi le moulin dont on voit 
les ruines dans la rue des Trois-Rois ; le Karpfenbach, comblé, comme 
nous l'avons dit, en 1810, et la Sinne, Le seul bâtiment extrormuros 
était la Ziegelhiitte *, dont une partie existe encore à l'angle de la 
rue du Manège et de celle du Faubourg du Miroir, au bout de la- 
quelle se trouvait la place d'exercice de la milice bourgeoise (Freir 
Compagnie). Du côté opposé, vers rni, était un vaste champ, auquel 
se rattache une tradition d'après laquelle son propriétaire, une 
personne âgée sans enfemts, s'étant fait recevoir comme pension- 
naire à vie à l'hospice {PfrundJiaus), contre l'abandon de cette même 
propriété, serait venue à mourir dès le lendemain de son entrée 
dans rétablissement hospitalier, après y avoir fait un seul repas 
consistant en une soupe au lait Cette bonne aubaine pour le 
Pfirundhaus, devenu propriétaire à si bon compte d'un grand bien- 
fonds, a valu à ce dernier le nom de Milchsuppenacher, sous lequel 
il est connu encore de nos jours. 

La. porte Jeune avait quatre canaux extérieurs : l"le Trànckbachj 
sur lequel était établi le moulin dit BleUattenmuhle ou Reichhards- 
miMe •; 2* le Wakikeribach avec une scierie et un foulon qui a donné 
le nom â ce cours d'eau, ainsi qu'au moulin ^ qu'il alimentait et â la 
tour • qui se trouvait à proximité ; 3" le DoUergraben, où se trouvait 

^ Basdteeg (ancien chemin de Mulhouse à B&le),par Zimmersheim, Eschents- 
willer, Dietwilier, Schlierbach et Sierentz. (Registre des prébendes de Mulhouse 
de 1562.) Stoffel, Diciionnatre topographique du Haui^Rhinj p. 11. 

« Die Hauptstrasse nach Basei ging ûber die Gutleutbrûcke durch die 
Baselgasse. > Gbaf, IV, p. 179. 

' Cette propriété a été vendue en 1796 comme bien communal, avec la 
servitude d'un puits à Tusage du public. 

' Appelé ainsi du nom de son propriétaire. Graf, I, p. 79. 

* ( WàldienmiMe) acheté par la ville, en 1641, du noble Jacques Christophe 
von Pfirdt (de Ferrette). Mibg, U, p. 29. 

En 1796 cette usine a été comprise dans la vente des biens communaux. 

* Le Walckenthimn servait de prison, notanmient lors de la révolution de 
1587. 



Digitized by VjOOQIC 



-8- 

le Rohr-Schutzenham^ (tir à Tarquebuse), aujourd'hui brasserie 
Danner, et une usine du côté de la Dentsche (barrage), convertie 
plus tard en moulin et de nos jours en fabrique de draps; 4® le 
Froschgràben, dérivé du Steinbdchlein et arrosant la Wàsserung *, 
cette grande étendue de prés entre la rue d'Illzach et 1111. A l'angle 
du quai du Fossé, vers la rue des Orphelins, se trouvait la romaine 
municipale (Stadt-Wagé). 

La. porte Haute comptait quatre canaux d'enceinte : 1® le 
Trànckhach; 2® le Walckenbach, mentionné ci-dessus, et dont un 
embranchement formait le Schleifbachlein, ainsi nommé de l'usine 
des émouleurs qu'il faisait mouvoir: 4^ le Steinbachlein* ou Frosch- 
graJben, qui limitait anciennement un faubourg démoli en 1444, à 
l'instar de celui de la porte de Bâle, pour la défense de la ville dans 
la guerre des Armagnacs. La chapelle Saint-Nicolas qui s'y trouvait, 
fut, à cette occasion, transférée intrormuros, au bout de la rue des 
Trois-Rois, et donna le nom de Kapple au passage entre cette rue 
et celle de Henriette. 



INTRA-MUROS. 



Pour la description rétrospective qui va suivre des trente-huit 
rues que l'on comptait, en 1797, époque à laquelle se rapporte le 
plan publié par le Musée historique, nous avons cru devoir adopter 
l'ordre alphabétique des anciennes dénominations qui y figurent, 
dont nous donnerons, entre parenthèse, la traducticwi française 
telle qu'elle a été introduite lors de la réunion de Mulhouse à la 
France. 

^ Ck)nstruit en 1578 et vendu en 1796 comme bien communal Mma,I, p. 11. 

' Etablie en 1666 et due à Tinitiative du tribun Wolfgang Frédéric Lœscher 
(Ckronologische Auszûge ûber Mûlhausen. p 37), 

' Canal dérivé de la Doller et dont de tout temps les eaux étaient grande- 
ment appréciées par les fabricants de toiles peintes, qui y ont établi leurs 
lavages. 



Digitized by VjOOQIC 



- 9 — 

Axmbrust-Sclilltzenliaus (voir page 6). 

AscIieiiwiiiolLel (impasse des Cendres ou de la Loge). 

Gul-de-sac où anciennement les voisins avaient Thabitude de jeter 
des cendres et des débris de ménage. ^ 

Aug^ustiner-Gasse, actuellement Zeughausgasse (rue de l'Ar- 
senal). 

Le nom allemand primitif de cette rue, une des plus anciennes 
de la ville, lui est venu des frères Augustins, dont l'église, bâtie au 
Xin« siècle, était située à l'angle de la place de la Concorde, sur 
laqueHe ils avaient leur couvent. C'était d'abord une simple chapelle 
à laquelle on avait ajouté plus tard un appendice {atriumy Elle 
passe pour avoir occupé l'emplacement du moulin traditionnel qui 
a été l'origine de Mulhouse, de son nom et de ses armoiries. » Ainsi 
qu'il est dit plus haut, les Augustins paraissent avoir été fixés ici 
longtemps avant de former im ordre régulier. Ds existaient primi- 
tivement comme ermites dans des endroits peu habités, se livrant 
à l'agriculture et à l'exercice de métiers. Vers la fin du XIII* siècle, 
leur établissement de Mulhouse avait tellement prospéré qu'ils en 
établirent, en 1276, une succursale à Bàle.^ 

Après l'introduction de la Réformation à Mulhouse, en 1523, l'église 
des Augustins, reconstruite en 1460 *, fut transformée en halle aux 
blés, et en 1644, en arsenal; de là vient la dénomination actuelle de 
cette rue (Zeughausgasse). 

Plusieurs famiUes nobles y avaient leurs habitations à ime 
époque très reculée, ainsi que nous l'apprennent deux documents 
latins de Tannée 1268, conservés aux archives, et dont l'un a pour 
objet la cession faite aux Augustins, de la coiu* de feu Messire de 

» Graf, I, p. 82. 
" Geaf, L p. 48. 

• Pbtry, p. 47. — N. ËHRSAM, Notice historique sur les armoiries de Mul- 
house^ p. 4. — Graf, I, p. 47. — Db Lasablière, p. 3. 

* Graf, I, p. 115. — Fbchtkr, Basel imiS. Jahrhundert, p 24. — Wurst- 
BisEN, BasL Chron.y p. 137. — Trouoxat, Monuments de Vhistoire de T an- 
cien évêché de Bâle, 

^ Une lettre de l'évôqae suffragant de Bàle, de 1457, fait connaître que Té- 
gljse primitive des Augustins menace ruine, et promet des indulgences à tous 
ceux qui contribueront ft sa réédiûcation. Mieg, I, p. 25. 



Digitized by VjOOQIC 



- 10~ 

Gliers' {aream nobilis viri de Gliers), de celle de Messire Vellinus 
(aream vero Dicti VéUini), de celle de Frédéric {aream Friderici) 
et de celle de Messire de Septe {aream dicti de Septe), 

Il est à remarquer que ces cours (maisons nobles) étaient des 
enclos qui avaient leur entrée principale par la rue de l'Arsenal, et 
qui se prolongeaient, à travers le passage de l'ancien Hôpital, 
jusqu'au S^adffiàc/iZem, appelé anciennement Atigustinerbachlein^ 
parce qu'il longeait ou limitait l'établissement de ces frères religieux. 
L'autre acte latin du Magistrat, portant la date de 1268, octroie aux 
Augustins un droit de passage et la faculté d'étendre leurs ateliers 
jusqu'au milieu de ce petit cours d'eau {ttsqite ad medietatem HvuU). 
Leur jardin y attenant, formé des parcelles provenant des anciennes 
cours nobles, fut vendu en 1779, à raison de 15 sous le pied carré, 
à des particuliers, qui y bâtirent la rangée de maisons qui existe du 
côté gauche du passage en y entrant par la place de la Concorde. 
A droite de celle-ci, en sortant par la porte Haute, se trouvait aussi 
la cour des nobles de Ferrette {von Pfirdty Du côté opposé était, 
depuis la Réformation, une maison pastorale qu'habitait David 
Zwinger lors de la révolution de 1587, dont il nous a laissé une 
relation détaillée, restée inédite.* Ce bâtiment communal, reconstruit 
en 1780, a été vendu en 1798. Il a été remplacé à son tour, dans ces 
derniers temps, par une nouvelle construction appartenant à la 
famille Schœn (magasin de fer). 

Augustiner-Platz ou Spittdplatz (place de la Concorde). 

C'est des Augustins, dont il vient d'être parlé, que cette place 
avait reçu son nom primitif. Après la suppression de leur couvent, 
lors de Tintroduction de la Réformation à Mulhouse, il fut trans- 
formé en 1530, en hôpital. De là vient la dénomination de Spittel- 
platz, qui est encore usitée en allemand. 
' On a lieu de croire qu'à une époque très reculée, alors que l'Ill 

* Le fameux troubadour Gliers qui a brillé au XIII* siècle, était de Mul- 
house et appartenait à cette famille noble. Graf, I, p. 43. 

* Il figure encore sous ce nom sur le plan de Mérian de 1643. 

' On voit leurs armoiries sur les tableaux des bourgmestres dans la 
grande salle de l'Hôtel de ville, sous les dates de 1428 et 1498. 

* € Historische Beschreibung von dem Anfang, Fortgang und Ende der 
hœchst schgedlichen, bûrgerlichen Empœrung des gemeinen Volks zuMûlhau- 
sen, etc., etc., beschrieben durch David Zwinger, Diener der Kirchen, und selbst 
augenscheinlichen Zeugen dièses Trauerspiels. » 



Digitized by VjOOQIC 



- 11 - 

n'entourait pas encore la ville (stcb-urbium), cette rivière la traversait 
en ligne directe, en suivant à peu près le cours actuel du grand 
Stadtbàchlein depuis le point de partage des eaux (derrière la 
filature Naegely) jusqu'à celui de jonction (derrière Tabattoir), en 
passant par la rue des Rabbins, par Tancien hôpital, puis entre la 
rue des Trois-Rois et la place de la Concorde (voisinage du moulin 
traditionnel), entre la rue des Tanneurs et des Boulangers; de là 
entre la place Saint-Etienne et Pimpasse du Marché {Rappolts- 
gdsslein), où il y avait anciennement une poissonnerie (Fischbank) \ 
ensuite par la rue du Sauvage et celle du Moulin, dans la direction 
de Tabattoir. En creusant, soit pour rétablissement de fondations 
de maisons, soit, dans les derniers temps, pour la canalisation du 
gaz et de Peau de la Doller, on a trouvé sur plusieurs des points 
indiqués, enfouis dans un terrain mouvant, des troncs d'arbres, 
pieux et débris de fascinage, qui sont une preuve évidente du par- 
cours primitif de TIll *, tel qu'il vient d'ôtre décrit. 

Le principal ornement de la place de la Concorde, aux XVIP et 
XVni* siècles, était le fameux tilleul historique, qui a valu à la ville 
le surnom de Mûlhausen zur schonen Linde, Cet arbre, planté en 
1626 par Jean Zetter ', était vraiment phénoménal. 11 avait quatre 
étages, dont le supérieur servait d'orchestre au jour de l'an et les 
trois autres de buvette, où les voisins venaient se rafraîchir dans la 
belle saison. Détruit par le feu du ciel, l'édilité en fit disparaître les 
débris en 1743, mais le tilleul survécut encore longtemps... en pein- 
ture sur la façade d'une maison du voisinage.* L'emplacement qu'il 
avait occupé (voir le plan de Mérian) fut converti en marché au 
bois, destination qu'il a conservée jusqu'à ce jour. 

Bœckergasse (rue des Boulangers). 

Elle tire son nom des boulangers dont, anciennement, le métier 

* « Die steineme Bank im Rappoltsgaesslein war wohl eine Fischbank, 
weil die III nahe dabei loff. Da indem gegenûber liegenden Hofe ein Brunnen 
gegraben wurde, fand man 15 Schub tief einen eichenen Rost, ein Geflecht u. 
dgl. » Graf, m, p. 3:?8. — Un règlement municipal de 1449 désigne ladite 
Fischbank comme point de ralliement en cas d'alerte. (Alsatia, par Aug. 
Stœber, 1873 1874, pa^e 263). 

* Graf, I, p. 27. — Petry, p. 47. — G. Mieg, Beitrag zum Andenken an 
die deutsch'protestantische SancUStephanuskirche, p. 15. 

* Bûrgerbuch. p. 391, 392. 

* Un des propriétaires de cette maison, qni vivait au commencement de 
ce siècle, avait Tbabitude, d'ajouter à sa signature les mots : zur Linde. 



Digitized by VjOOQIC 



- 12 - 

y était concentré suivant l'usage du temps. Il y avait l'école publique 
des filles et les hôtelleries du Boeuf et du Cerf (aujourd'hui maison 
Couleru). Celle-ci, donnant par derrière sur la rue des Tanneurs 
(actuellement maison Brunschwig-Pattegay), appartenait, lors de 
la révolution de 1587, au fameux Jacques Finninger, qui a joué 
un des principaux rôles dans ce soulèvement populaire. En 1576 une 
partie des tireurs zuricois, à leur retour du grand tir de Strasbourg, 
furent logés dans cette même hôtellerie, par les soins du Magistrat, 
avec l'hospitalité due à de bons et fidèles confédérés.^ Un passage 
(Durchgang), constituant une servitude pour la maison connue sous 
le nom de « A Phomme de fer, » conduisait à la tribu des vignerons 
{Rébl£utzunft\ établie dans la rue adjacente (SchiUgasse). Le nom 
de la petite ruelle communiquant de la rue des Boulangers à celle 
des Tanneurs (Rosengdsslein) vient de la rose qu'on voit sculptée 
dans l'écusson de la maison du coin (propriété actuelle de M™' veuve 
Mathias Scheidecker-Benner). Anciennement cette ruelle s'appelait 
Kaibengdssiein, à cause des charognes qu'on avait l'habitude d'y 
jeter, à l'instar de ce qui se pratiquait dans une ruelle homonyme 
de la ville haute. 

Barflissergasse ou Wunnebergergasse (rue des Champs- 
Elysées). 

D s'y trouvait anciennement, du côté du mur d'enceinte, les 
cours des familles nobles de Wunnenberger, de Tagolsheim, de 
Finck et de Hohenfiirst.* Le nom de Barfussergasse vient des carmes 
déchaussés {Barfûsser), qui y avaient un couvent et une église 

» MiEG. II, p. 218. 

' Cette propriété appartenait, du temps de Pétry, au bourgmestre Gaspard 
Dollfus. Jacques de HohenfQrst possédait au XV* siècle, dans un bâtiment 
transversal delà rue Mercière, un débit de pain (Brodbank), qu'il exploitait 
ou faisait exploiter en vertu d'un privilège héréditaire, qui parait avoir eu 
quelqu'analogie avec celui du four banal et le droit de mouture. Dans l'origine 
les boulangers ne pouvaient pas vendre de pain, leur métier se bornant à en 
cuire pour les étaux privilégiés. Plus tard, une décision du Sénat, en date du 
5 janvier 1683, leur permit d'en débiter, majâ seulement dans les Brodlauben 
ou étaux ad hoc (^Bûrgermeisterhuch), Lors de l'expulsion des nobles, à la 
suite de la guerre des Armagnacs (1444), le débit de Hohenfûrst fut supprimé 
et avec lui le bâtiment où il s'exerçait. Comme ce gentilhomme dépossédé 
avait encore une maison, qui subit le même sort, au faubourg de B&le, que la 
ville fit démolir dans l'intérêt de sa défense, il demanda à être indemnisé de 
cette double perte, et il en résulta un long procès, vidé au moyen d'une trans- 



Digitized by VjOOQIC 



- 13- 

construite en 1246, et dont le chœur a servi, depuis la Béformation, 
aux cérémonies funèbres à cause du voisinage du cimetière pa- 
roissial, qui fut transféré là en 1559 de la place Saint-Etienne. Ce 
lieu de sépulture fut supprimé en 1805 et remplacé par celui établi 
derrière la Sinne. Dans la même partie de Téglise se faisait aussi le 
service du culte protestant français, introduit à Mulhouse en 1651, 
grâce à la fondation pieuse de Constantin de Rocbine, seigneur de 
Saint-Germain, qui a été enterré dans le chœur avec sa femme.* 
En 1803, Pancienne église des Carmes reçut une nouvelle destina- 
tion ; elle fut consacrée au culte catholique, qui commençait alors 
à prendre racine à Mulhouse. Jusqu'en 1812, époque de l'agrandis- 
sement de cet édifice religieux, on voyait le long du mur, vers 
l'ancien cimetière (aujourd'hui école primaire), une rangée de monu- 
ments funèbres des deux siècles précédents, et dont nos chroniques 
ont conservé les principales inscriptions.' 

Aux hôtels de la noblesse succédèrent, dans la seconde moitié du 
XVin* siècle, ceux de l'iadustrie : La cour de Lorraine {Lothringer- 
hof) la cour des Chaînes {Kettenhof)^ le Schlœssle et le Lœwenfels 
en sont des exemples dans la rue des Champs-Elysées. 

Entre la cour de Lorraine et le cimetière il y avait un chemin 
conduisant à la tour dite Wdlhenfhurm, qui servait de prison, 

action, par rentremise de B&le. Cette môme famille était, pendant 112 ans, 
propriétaire du ch&teau dlllzach. Gaspard de Hohenfûrst, le dernier de sa 
race, est mort en 1613 et a été enterré dans l'église Saint-Etienne de Mulhouse, 
où les ch&telains d'Illzach avaient leur sépulture, dans la chapelle dite lUza- 
cher-Chor. Ses restes, avec son monument funèbre, représentant en relief le 
manoir de famille, ont été transférés, dans ces derniers temps, dans le nouveau 
temple protestant EUsœssisches Samstagsblatt^ 4* année, N^ 10. 

* L'épitaphe qui se trouvait sur leur tombe est ainsi conçue : 

Ci-gissent Constantin de Rocbine, 

Seigneur de Saint-Germain, 
né à Provin, capitaine au service des rois de France 

Henry IV et Louis XIII 
avec sa femme Charlotte des francs, 

lesquels ayant choisi cette ville 
pour leur dernière habitation ont fait prêcher ici 

les premiers la parole de Dieu en langue Françoise 
Tan 1651 et légué une bonne partie de leurs biens 

à ce que le Magistrat avait ordonné 
pour la continuation 

Ils rendirent leurs âmes à Dieu 
Le mari à Tâge de 90 ans Tan 1665 

et la femme Tan 1666. 

' Voir BliBQ, n, p. 323, et Graf, II, p. 95 et suiv. 



Digitized by VjOOQIC 



— 14- 

notamment lors de la révolution de 1587. Derrière cette tour était 
établi le moulin, qui appartenait dans les derniers temps aux héri- 
tiers Kist. Vis-à-vis de Téglise existe une vieille maison appelée 
autrefois Fûrsienberger-Hof (aujourd'hui propriété de M°* veuve 
D'Pétry). Son nom vient du célèbre Stadtschreiber et bourgmestre 
Josué Fûrstenberger, qui y demeurait jusqu'à sa mort arrivée en 
1732.* 

Basierthor (voir page 5 et suiv.). 

Bleilattengaesslein (rue du Moulin). 

Ainsi nommée à cause du moulin dit BleUattenmuhle ou Reich- 
hardtsmûhle, du nom des premiers propriétaires. Une tour à proxi- 
mité de cette usine s'appelait, pour ce motif, Bleilatlenihurm. 

Boll^werk. 

Grand bastion qui défendait la ville au point de jonction des 
canaux d'enceinte près de l'IU inférieure. L'abattoir actuel occupe 
l'emplacement de cet ancien boulevard dont il ne reste plus que la 
tour. 

Burggasse (rue du Bourg). 

Ainsi nommée à cause du Burg (château-fort) qui s'y trouvait et 
qui a été détruit en 1262 par les gens de Rodolphe de Habsbourg 
et les bourgeois de Mulhouse insurgés contre la domination momen- 
tanée de l'évêque de Strasbourg. Il ne reste plus d'autre vestige de 
cette forteresse féodale que les deux tours dites Teufdsthurm et 
Nessdthunn, qui peuvent donner une idée de son ancien périmètre. 
De cette dernière tour il existe au Musée historique une porte de 
caveau couverte d'initiales et d'emblèmes tracés par des prison- 
niers en 1577, 1617, etc. (N° 121 du catalogue). 

Dans les villes assujetties, dans l'origine, à un seigneur laïque 
ou ecclésiastique, le Burg était le siège du pouvoir local exercé par 
un gouverneur. Quand plus tard, à l'époque des Croisades, la liberté 
communale se substitua au pouvoir seigneurial, le faubourg (sulh 
urUum) fut relié à la Cité proprement dite au moyen d'un mur 

' On raconte que sa femme, une Holzbalb de Zurich, atteinte de nostalgie, 
avait l'habitude de monter journellement au grenier de cette maison, qui 
dominait toutes les autres du quartier, et que la malade se sentait soulagée en 
portant ses regards vers la Suisse, son pays natal. Graf, III, p. 174. 



Digitized by VjOOQIC 



- 15- 

d^enceinte, et ses habitants affranchis en reçurent le nom de Citoyens^ 
en allemand Burger, en latin burgenses. 

Sanct-CSlaragasse (rue Sainte-Claire). 

C'est du couvent des Clarisses qui en occupait tout le côté droit 
(en y entrant par le haut de la ville) que cette rue a tiré sa dénomi- 
nation. De cette riche abbaye, établie ici en 1250, et dans laquelle 
on n'admettait, dans l'origine, que des dames nobles, dépendait ane 
chapelle dédiée à Notre-Dame : U. L. (unser lieben) Frauen-Kapélle ' 
On y comptait quatre autels desservis par autant de chapelains 
spéciaux; ils étaient consacrés, l'un à Notre-Dame, un second aux 
Trois-Rois {heiligen Drei Konige), un troisième à Sainte-Barbe et un 
quatrième à Saint-Georges.* En 1465, alors que Gertrude de Miillen- 
heim en était abbesse, le couvent de Sainte-Claire devint la proie 
des flammes; il fut réédifié aussitôt après ce désastre. Supprimé en 
1522, au début de la Réformation, on en fit en 1530 un hôpital et un 
hospice {Pfrundhaus), où l'on admettait à vie, moyennant une 
3omme une fois payée, des personnes âgées ou infirmes sans famille. 
En 1750 la ville y établit une chambre à filer (Spinnstube) pour occu- 
per les enfants abandonnés ou condamnés à des peines correction- 
nelles. Le vaste enclos de l'abbaye donnait sur quatre rues, ainsi 
qu'on le*voit sur le plan de 1797 ; savoir : sur celle qui porte son 
nom, sur celle de l'Hospice, sur celle des Trois-Rois et sur celle des 
Rabbins. Dans la cour qui en dépendait, on voit, sur une pierre 
encastrée dans un bâtiment, un écusson armorié figurant une rose 
et deux initiales D. S. (probablement deo sacrum, par allusion à sa 
consécration) avec le millésime de 1496. C'est à notre connaissance 
la plus ancienne date lapidaire du vieux Mulhouse. La chapelle 
renfermait, entr'autres sépultures, celle du comte Oswald de Thier- 
stein, landvogt d'Autriche en Alsace au XV' siècle, et de son épouse 
Odile, comtesse de Nassau. Cette famille noble avait sa cour dans 
la Grand'rue.* 

Dentsche (quai du Barrage). 

Ce quartier a reçu son nom d'un barrage établi sur le DoUergraben 
à une époque inconnue, et restauré en 1690 et 1710. L'usine qui y a 
existé anciennement, a été transformée successivement en moulin 

^ Le Musée en possède la photographie. 

" MiEO, I, p. 29. 

• Gbap, I, p. 264, 265. 



Digitized by VjOOQIC 



- 16- 

et en fabrique de draps (actuellement établissement Bœringer). À 
rentrée du chemin devenu le quai dit du Barrage, se trouvait la 
fabrique de toiles peintes de M. Hofer (aujourd'hui MM. Schlumber- 
ger flls et C'), plus loin l'exploitation rurale de M. Hartmann-Risler. 
Vis-à-vis, de l'autre côté de l'eau, sur une petite presqu'île formée 
par le Dollergraben, le Walckenbach et le Tranckbach, étaient éta- 
blies les rames du métier des Drapiers (Tuch-Rahmen). 

Deutschehofgasse (rue Guillaume Tell). 

Son nom allemand vient de la cour teutonique qui y fut établie 
au Xm* siècle pour le soulagement des croisés et pèlerins de 
langue aUemande. Il est fait mention, pour la première fois, des 
frères de cet ordre, dans un document local de 1236. La partie anté- 
rieure en a été cédée dès 1775 à M. le I> Hofer, qui y a bâti la maison 
où demeure actuellement la famille de M. le D' Weber. En l780 
M. Jean Vetter s'est rendu acquéreur de celle qui comprend la 
propriété de M. Georges Steinbach, en y élevant la belle maison de 
maître qui s'y trouve encore. De son lot dépendait l'église qu'il a 
convertie en fabrique, après en avoir abattu le chœur. Quant à la 
partie du fond, sur l'emplacement de laquelle est la propriété Franck, 
elle a été aliénée en 1798 en vertu du traité de réunion de Mulhouse 
à la France.^ En entrant dans la cour on voit, encastré dans un petit 
bâtiment, un écusson en pierre portant les armes de l'ordre teuto- 
nique avec l'inscription : B. C. Ph. F. Freiherr von Reitner v. Weyly 
Landcommanihur Anno 1777. 

En 1354 les chevaliers teutoniques d'ici ayant accompagné l'em- 
pereur Charles IV au sacre de Rome, avec trente chevaux, furent 
gratifiés du patronage de l'église SaintrEtienne, qu'ils conservèrent 
jusqu'en 1537, époque à laquelle ils le cédèrent au Magistrat de 
Mulhouse.' 

Au bas de la rue, du côté donnant sur le Tranckbach, dans un 
des bâtiments dépendant de la fabrique de draps de M. Mieg, se 
trouvaient, du temps de Pétry, l'arsenal et la chancellerie {Alte 
Ganzlei), transférée en 1740 à l'hôtel-de- ville ; et tout à côté le maga- 
sin au sel [Salzhavs), qu'on remplaça en 1782 par une nouvelle 
construction mieux appropriée dans l'ancien Ziegelhof, 

Domachergaesslein (voir Schlittiveg). 

^MlEG, I, p. 31. 
" Grap, I, p. 126. 



Digitized by VjOOQIC 



— 17 - 

Dreikœnigsgasse (rue des Trois-Rois). 

Appelée autrefois GranwUler-Gasse, parce que la famille noble de ce 
nom y avait une cour {GranwUler-Hof ), devenue plus tard la pro- 
priété des Waldner de Freundstein, et dont l'appellation a été 
changée, vers la fin du siècle dernier, en celle de Eisenhof par im 
acquéreur enrichi dans le commerce de fer ^ et qui a bâti la maison 
de maître qu'on voit au milieu du jardin. A cette propriété, qui 
appartient aujourd'hui à M. Henri Baumgartner, se rattachent de 
touchants souvenirs de famille que l'aimable et spirituel auteur des 
Elsàssische Lébensbilder a fait revivre, dans un de ses derniers 
ouvrages intitulé : Bie drei goldenen Hochzeiten (les trois noces d'or). 
Le nom actuel de la rue des Trois-Rois vient d'une ancienne 
hôtellerie qui s'y trouvait, et qui, en 1756, fut convertie en fabrique 
de toiles peintes. La grande et belle construction élevée sur cet 
emplacement et occupée autrefois par MM. Dollfus-Mieg et G% est 
d'une époque postérieure. Dans la cour ont voit encore d'anciennes 
bâtisses, qui paraissent dater du XV* siècle et qui dépendaient pro- 
bablement de la chapelle voisine de Saint-Nicolas, existant alors à 
l'angle de la rue et du passage aboutissant à la rue Henriette; d'où 
le nom de Kapple, qui lui est resté. Avant la guerre des Armagnacs 
(1444), cette chapelle était extra-muros à l'extrémité du faubourg 
de la porte Haute qu'on fut obligé de démolir, ainsi que celui de la 
porte de Bâle, pour la défense de la ville. Quoique le droit d'enseigne 
■ Aux Trois-Rois » eût été concédé en 1777 à une maison voisine 
celle où se tenait l'hôtellerie primitive en a néanmoins conservé le 
nom qui paraît en être inséparable. 

Dans la même rue, sur l'emplacement où était, à une époque 
plus reculée, la demeure des familles nobles von Geyler ou Gielen 
et von Eptingen, ainsi que celle des patriciens Wagner ,' se trouve 
l'ancienne cour de Lucelle, dont la tourelle porte encore l'écusson 
abbatial avec une inscription commémorative de son érection. Cette 
inscription est ainsi conçue : 

D. o. M. s. 

DVCTV ET AVSPICII8 REVEDI IN 

CHRO PATRJS AC DOMINI DNI BEATI 

ABBATIS LVCELLENSIS ERIGI BATVI (erlgebatur) 

ANNO DOMINI CI3 13 XCIII (1593). 

' M. Antoine Spœrlin qui, avant de se retirer des affaires, était établi au 
haut de la rue des Boulangers (à rHomme-de-ferJ. 

* Voir le rôle historique des Wagner, dans Graf, I, p. 156 etsuiv. 

3 



Digitized by VjOOQIC 



— 18 - 

En 1798 cet établissement religieux a été, en vertu du traité de 
réunion, déclaré propriété communale et vendue comme telle. 

A une époque antérieure à celle indiquée dans Tinscription lapi- 
daire, la cour de Lucelle était établie à côté de la tour de la porte de 
Bàle, sur l'emplacement qu'occupent aujourd'hui les bâtiments du 
Cercle social et où il y avait, il y a une trentaine d'années, une vieille 
maison dans laquelle on voyait encore des fenêtres ogivales et des 
restes de peintures murales du temps de la fondation de l'abbaye.* 

Dans un bâtiment communal à l'angle de la rue de l'Hôpital, où 
est aujourd'hui la maison de M. Benner, pharmacien, fonctionnait, 
jusqu'en 1798, la machine hydraulique qui alimentait la fontaine de 
la place de la Réunion ( Stockbrunnen), et celle du Pfrundhaus. 

Eseleck (voir WUdennianyisgassé). 

Eselgœsslein (voir Rappoltsgâsslein). 

Finstergsesslein (rue de la Lanterne). 

Ce n'est pas sans motif qu'on a baptisé ainsi cette rue sombre 
et étroite, à l'entrée de laquelle (du côté de la place des Victoires) 
était l'antique hôtellerie de la Couronne, qui jouissait dans le pays 
d'une grande réputation. L'art de Brillât-Savarin parait avoir été 
cultivé de tout temps dans cette maison traditionnelle, dont l'excel- 
lente cuisine a inspiré in domo l'auteur du célèbre Kochbtcch de 
Mulhouse.' 

Fritschmannsgasse (voir Gesetzgasse), 

Frœschenweid (impasse des Tondeurs). 

Rue sans issue et par cela même peu fréquentée. Graf en fait 
dériver le nom d'une grenouillière, qui aurait existé sur son empla- 
cement à une époque reculée, où cette partie de la ville n'était pas 
encore couverte de constructions. * 

Dans l'origine la rue des Tondeurs s'appelait NuffergassBy du 
nom de famille de celui à qui appartenait le sol sur lequel ella a été 
établie ou qui y a bâti la première maison. Un Hans Nuffer était 
bourgmestre en 1482. Une ancienne inscription murale qu'on 
voyait dans l'église Saint-Etienne et qu'on a décalquée lors de la 
démolition de cet édifice en 1858, mentionne im nommé Stephan 



*Graf, I, p 50. 

* M"« Spœrlein, née Baumgartner, veuve du pasteur. 

' A Colmar il existe une rue du môme nom . 



Digitized by VjOOQIC 



— 19 - 

ou Etienne Nuffer, à Toccasion de la fondation d'une lampe à perpé- 
tuité en l'honneur de son saint.^ 

A cette dénomination primitive succéda celle de Sanct-Urbamcs^ 
à cause du puits qui y fut établi sous ce vocable. 

Gsenseplatz (place de la Victoire). 

Appelée antérieurement Rossmarkt (marché aux chevaux). D 
s'y trouvait, de temps immémorial, une auberge Aux deux Clefs, 
dont la maison actuelle des sœurs Benner a conservé le nom; elle 
est comprise dans la série de maisons (du côté gauche en entrant 
en ville), qu'on appelait autrefois Scfiœpfle, espèce d'arcades où plu- 
sieurs marchands avaient leurs étalages. C'était en petit ce qu'est en 
grand la Gewerbslaube de Strasbourg. 

Lors de la cérémonie de la fête de la réunion de Mulhouse à la 
France, c'est sur la place des Victoires que furent reçues les autorités 
françaises et qu'une jeune fille en costume suisse \ symbolisant 
notre petite république, présenta au Commissaire du gouvernement 
français \ sur un plateau en argent, les quatre clefs de la ville, telles 
qu'elles sont conservées au Musée historique.* Il est à présumer 
que le nom de tidnseplaiz vient de Tusage de réunir sur ce point, à 
une époque où Mulhouse était une ville essentiellement agricole, 
les oies que l'on menait paître à la Gurtel7naUe et autres pâturages 
communaux. 

Gerbergasse (rue des Tanneurs). 

Son nom provient des tanneurs qui y exerçaient primitivement 
leur métier, grâce au Stadtbàchlein, dans lequel ils avaient le droit 
de tremper leurs cuirs. Avant de longer les maisons du côté droit, 
ce canal coulait à ciel ouvert au milieu de la rue. Son déplacement 
sur le cours actuel n'a été opéré qu'en 1730.* On avait aussi utilisé 
le Stadtbàchlein pour l'abattoir dépendant de l'ancienne boucherie 
publique. A l'angle de cette rue et de celle du Raisin se trouvait la 
tribu de boulangers (Bdckerzunft), actuellement maison Devillers ; 
il y avait aussi une hôtellerie Zur Holle (à l'Enfer) et un établisse- 

* G. MiEG. Beitrag zum Andenken an die deutsch-protestantische Sanct- 
Stephanuskirche. Mûlhausen 1862, p. 23. 

* M"' Marie Spœrlein. 

' M. Ulrich Metzger, de Colmar. 

* N<> 103 du catalogue. 
'MiEG, I, p. 66. 



Digitized by VjOOQIC 



- 20- 

ment des hsiriQ {Badstî4be).Les Dominicains, arrivés ici au XIII' siècle, 
y avaient une maison donnant sur la rue des Boulangers ; mais ils 
ne parvinrent pas, comme les frères d'autres ordres monastiques, 
à fonder un établissement durable à Mulhouse, qu'ils quittèrent peu 
de temps après. Graf suppose que la maison dont il s'agit, était le 
Hichnerhof^ 

Gerechtigkeitsgasse (voir Schindergassé). 

Gesetzgasse (rue de la Loi). 

Anciennement Fritsch^nannsgasse. du nom de Fritschmann, 
dlUzach, bourgmestre en 1383, qui y avait sa demeure sur l'em- 
placement qu'occupent aujourd'hui la Banque de Mulhouse et la 
maison voisine.* 

Le petit ruisseau qu'on voit sur le plan de 1797 traversant la rue, 
dérivait, comme aujourd'hui, duTrànckbach, dont l'écluse est établie 
dans la Grand'rue. 

La rue de la Loi a été le berceau* de l'industrie des toiles peintes 
à Mulhouse. La première fabrique y fut établie en 1746, vis-à-vis 
de la Banque ', sur im sol grevé d'une rente foncière au profit de 
l'hospice.* Cet établissement primitif qui, à une époque plus rappro- 
chée de nous, a été exploité par MM. Zûndel et Osterriet, occupait 
l'emplacement actuel du pâté de maisons, depuis et y compris la 
propriété Huguenin-Cornetz jusqu'à l'autre côté du Stadtbàchlein, 
près la maison Escherich, à l'entrée du passage de l'ancien Hôpital. 

Les fondateurs étaient : Samuel Kœchlin, Jean-Henri DoUfus et 
Jean-Jacques Schmalzer. 

Grafengasse ou Langegasse (Grand'rue). 

La première de ces dénominations lui vient des membres de la 
haute noblesse qui y avaient originairement leurs cours ou hôtels, 

^ Graf, I, p. 51. 

* Derrière sa cour ce noble avait un grand jardin donnant sur le Kaiben- 
gflBSslein. Un titre de 1475 parle d'une servitude dont cette propriété était 
grevée pour le passage des eaux découlant d'un étang ou vivier, qui existait 
dans les dépendances de la Cîommanderie de Saint -Jean et qui figure encore 
sur ie plan de Mérian de 1642. 

* Statistique de la Société industrieUe. 1881, p. 336. 

* Dans le livre censitaire conservé aux archives de l'Hospice, Tobjet de 
cette rente figure sous la rubrique Augustiner-Léhen* 



Digitized by VjOOQIC 



-21 - 

tels que : les comtes de Thierstein, les nobles d'Illzach, zur Nessel', 
etc. Les premiers avaient leur sépulture dans la chapelle Notre-Dame 
(JJ, L. Frauen Kapdle), dépendant du couvent dps Clarisses, et les 
seconds dans l'église Saint-Etienne, dans une chapelle spéciale por- 
tant leur nom (lUzacher-Chor), Les derniers demeuraient près de la 
porte qui a reçu d'eux la dénomination de Nessdthor. 

Dans le vaste jardin de la Gommanderie de Saint-Jean, longeant 
la Grand'rue (sur l'emplacement où est aujourd'hui la propriété 
Schœn), se trouvait autrefois un étang ou vivier, qui figure sur le 
plan de Mérian de 1642. Il en est fait mention dans un acte de 1475 
constatant la servitude de l'écoulement des eaux à travers le jardin 
voisin du noble Fritschmann d'IUzach, lequel jardin formait la 
dépendance de sa maison donnant sur la rue de la Loi qui portait 
son nom (Fritschmannsgossé). 

Il convient de citer encore, comme ayant existé dans la Grand'rue, 
l'Ecole de commerce, fondée en 1781, par MM. Jean Kœchlin et 
Nicolas Thierry, à l'instar de l'académie militaire qu'avait créée 
Pfeffel à Colmar, Cet établissement d'instruction, le premier en son 
genre qui ait été fondé en Europe *, fonctionnait dans le bâtiment 
actuel du collège, construit ad hoc par les fondateurs. 

Grosheinzergeesslein (voir Ochsengàsslein), 

Gutleuthaus (voir page 6). 

Hafenmarkt (place Lambert). 

Place existant autrefois derrière l'ancienne église Saint-Etienne 
et où fut établi le marché à la poterie après la suppression du cime- 
tière, transféré en 1559 à côté de l'église des Carmes (Barfusser- 
hirche). De ce cimetière dépendait un charnier (Beinhatis) et une 
chapelle dédiée à saint Michel. A côté était un jardinet dont le 
sacristain de l'église Saint-Etienne avait la jouissance. 

' Les chroniques rapportent d'un membre de cette famille noble un fait de 
trahison remontant à 1383. A cette époque Mulhouse était en guerre avec les 
comtes de Marsée en Bourgogne. Ceux-ci, pour surprendre la ville, se mirent 
d'intelligence avec Herrmann zur Nessel, bourgeois rebelle, qui se laissa cor- 
rompre pour percer secrètement une ouverture dans le mur d'enceinte derrière 
sa maison, par où reonemi pût s'introduire nuitamment dans la place. Heu- 
reusement le coup manqua par suite d'une révélation. Le traître fut pris sur 
le fait et décapité le lendemain hors la porte de B&le. Graf, I, p. 140, 141. 

• Bulletin de la Société industrielle. Août 1875, p. 337 et suiv. 



Digitized by VjOOQIC 



- 22- 

Dans la maison à tourelle que Ton voit au fond de cette place, se 
tenait, de temps immémorial, l'école communale des garçons. Avant 
la Réformation, le Leutpriester, curé de Saint-Etienne {plebanus), 
y avait sa demeure. Dans les temps modernes, on établit dans ce 
bâtiment le collège, transféré plus tard dans le local actuel de la 
Grand'rue. 

Derrière l'école était le fameux jardin botanique de Josué Risler, 
(bourgmestre de 1760 à 1778), jardin cité comme une curiosité de 
l'époque.^ 

Dans une maison à l'entrée de cette petite place (propriété actuelle 
de M"*" Dietsch), naquit, le 26 août 1728, Jean-Henri Lambert *, cé- 
lèbre astronome, physicien et mathématicien, auquel ses concitoyens 
élevèrent cent ans après, en face de sa maison natale, un monument 
commémoratif. Depuis lors cette place porte le nom du savant mul- 
housien. Par suite de la reconstruction de l'église Saint-Etienne, son 
monument a été transféré devant l'école de dessin à la porte Haute. 

HugTAraldsgasse (voir Schindergasse), 
Illzachergeesslein (rue d'Illzach). 

Avant la réunion de Mulhouse à la France, ce chemin, encore 
dépourvu de constructions, était bordé de jardins potagers dont l'un 
appartenait à l'hospice (Spital-Oarten) et sur l'emplacement duquel 
se trouvent en partie les nouvelles maisons et les terrains à bâtir de 
M. Jules-Albert Schlumberger. Une inscription murale du commen- 
cement du XVP siècle, découverte dans l'église Saint-Etienne, lors 
de sa démolition, mentionne un jardin in der lUzachgassen, grevé 
d'une rente par la fondation d'une lampe à perpétuité. 

Johanniterhof (cour Saint-Jean). 

La commanderie de Saint-Jean, le plus grand des anciens éta- 
blissements religieux de Mulhouse, occupait un vaste enclos limité 
vers le Nord par la Grand'rue {Grafengasse), vers l'Est par la rue du 
Théâtre (Kaibengasslein), vers le Sud par la rue Sainte-Claire {Claror 
gosse) et vers l'Ouest pas l'impasse des Cendres (Aschemoinkel) dans 
la rue du Bourg. Les chevaliers de cet ordre étaient originairement 
établis aux abords de la place de la Concorde. Après la destruction 
du château-fort (Burg), en 1261, ils transférèrent leur établissement 

' Bûrgerbuch, p. 370. 
« Jbid. p. 217. 



Digitized by VjOOQIC 



-23- 

au haut de la ville, devenu désert, en cédant leur enclos primitif 
aux Augustins, ainsi qu'il résulte de deux manuscrits de 1268, 
conservés aux archives. C'est de cette époque reculée que date la 
chapelle qui existe encore dans la rue Saint-Jean/ On y voit des 
restes de peintures murales qui mériteraient d'être décalqués avant 
qu'ils ne disparaissent entièrement, par suite de la vétusté du bâti- 
ment. Graf donne le texte de quelques inscriptions qu'il a trouvées 
sur des pierres tombales de la chapelle.* Il cite, comme y ayant existé 
autrefois, un monument funèbre représentant en grandeur natu- 
relle un homme avec im cadenas à la bouche et ces mots : t^idhch^en 
und wenig reden (écouter beaucoup et parler peu). A côté de la 
sacristie on remarque un caveau voûté en assez bon état de con- 
servation. 

Ainsi que nous l'avons dit à l'article Grafengasse, il se trouvait 
autrefois, dans le jardin de la commanderie de Saint-Jean, sur 
l'emplacement occupé dans ces derniers temps par le chantier de 
M. Schœn, charpentier, un étang ou vivier dont les eaux s'écoulaient 
au moyen d'ime rigole traversant le Kaibengâsslein et un jardin du 
voisinage, en vertu d'une très ancienne servitude mentionnée dans 
un titre de 1475. 

La cour Saint-Jean, déclarée propriété communale par le traité 
de réunion, a été vendue comme telle en 1798. Graf rapporte que 
l'acquéreur y fit, en 1812, une intéressante trouvaille ■ : c'était un 
coffret scellé dans un mur et contenant un grand nombre de pièces 
de monnaie, qui paraissent y avoir été cachées à l'époque de la 
guerre de Trente ans; Tune d'elles, que l'historien dit avoir vue, 
portait le millésime de 1640. 

Jungenthor (voir page 7). 

Elaibengeesslein (rue du Théâtre). 

Ainsi que l'indique son nom, cette ruelle écartée et peu fréquen- 
tée était, à une époque reculée, le réceptacle de la charogne qu'on 
avait l'habitude d'y jeter, ce qui ne témoigne pas d'une grande 
sollicitude de l'édilité d'alors pour la salubrité publique. Cette incurie 

^ Voir au Musée historique le tableau à Thuile de M. Jacques Eck (N° 163 
du catalogue). 

•Graf, II, p. 111. 
• Graf, III, p. 330. 



Digitized by VjOOQIC 



— 24 — 

était malheureusement commune en Alsace. Aussi ne faut-il pas 
s'étonner de la fréquence des épidémies qui sévissaient dans les villes 
au moyen-âge. Il convient de mentionner ici la découverte faite en 
1778 lors du creusement de Tancienne fabrique d'indiennes qu'on 
voit encore dans le Kaibengàsslein, de deux caveaux dans lesquels 
se trouvaient des urnes renfermant des monnaies. Graf (I, p. 324) 
pense que c'étaient des tombeaux romains. 

Klaragasse (voir Claragasse), 

Kloster (rue du Temple). 

C'était jusqu'il y a une trentaine d'années une impasse s'arrêtant 
au Traenckbach. En creusant les fondations d'une maison dans la 
cour appartenant autrefois à M. Jérémie Meyer, en dernier lieu à 
M. Charles Mieg et C% on a trouvé à une certaine profondeur du sol, 
du côté de la rivière, une monnaie romaine à l'effigie de l'empereur 
Numérien (IIP siècle). Graf, en faisant dans son histoire de Mulhouse * 
la description de cette intéressante trouvaille, y ajoute les commen- 
taires suivants : « Dies îst das einzige sichere, rômische Denkmal 
« von Miilhausen. Es beweist aber auch unwiderleglich das auf 
« unserm Grund und Boden Rômer gewesen sind. Wenn man an 
« besagter Stelle nachgrûbe, so wûrde man unstreitig noch andere 
« Mûnzen und Denkmàler finden. Wahrscheinlich sind hier 
t rômische Soldaten begraben worden. i 

Kramgasse (rue Mercière). 

L'origine de cette rue paraît se rattacher à celle de l'église Saint- 
Etienne. On sait qu'au moyen-âge les marchands, en s'établissant 
dans les villes, tendaient à se grouper autour des grands établisse- 
ments religieux. Or, c'est ce qui, à Mulhouse, a donné naissance à la 
rue Mercière, dont nous trouvons la première mention écrite dans 
un document de 1280 cité par Trouillat * : c'est im acte par lequel 
Conrad Witcho, curé de Michelbach, donne à l'abbaye de Lucelle 
une maison sise à Mulhouse, et la reçoit en emphytéose pour la 
censé annuelle de 5 sols. On y remarque le passage suivant: domum 
meam sitam apud Mulnhicsen in der Kremergassen qtiam jure 
proprieiatis ex successione patenta quiète et pacifice possidebam. 

Au XV' siècle la famille Hohenfûrst exploitait dans cette rue le 

« L p. 23-23. 

■ Monuments de Vhistoire de V ancien éveché de Bâle. H, p. 389. 



Digitized by VjOOQIC 



-26- 

privilége d'une Brodbank, dont nous avons parié à Particle Barfus- 
sergasse. 

Le premier hôtel-de-ville existait sur rem[)lacement du café du 
Commerce ou de la Demi-Lune et y subsista jusqu'en 1431, époque 
à laquelle on en construisit un autre, mieux approprié, sur la place 
Saint-Etienne. Détruit par un incendie en 1551, ce monument fut 
réédifié aussitôt après ce désastre, sur les mêmes fondations et 
dans le même style que le précédent. C'est le palais municipal 
actuel. Nous en parlerons à l'article place Saint-Etienne, p.' 63. 
Primitivement le Conseil de la ville se réunissait à la Curie des 
nobles (EdeUeut-Zunft), dont le siège était dans une maison 
appelée Zum Wurm, située derrière l'hôtel-de-ville actuel. — Outre 
l'hôtellerie Zum haJben Mond (à la Demi-Lune), il y avait dans cette 
rue celles Zur Eiche (au Chêne), Zum Haasen (au Lièvre), Zum 
Mohren (au Maure). 

KuUmannsgœsslein (voir Meizgergàsslein), 

Langegasse (voir Grafengasse), 

Lausbtihl ou Lusbid, 

On nommait ainsi la petite place au point de jonction de la rue 
des Rabbins et de la rue du Bourg, et sur laquelle se tenait un 
marché. Par son étymologie, c'est assurément la plus ancienne 
dénomination topographique de la ville. En effet, la première partie 
du mot (lus) est celtique et signifie butte, tertre ou levée de terre ; 
la seconde partie (biihl ou biel) est tudesque et a absolument la 
môme signification. Ce sont deux substantifs accolés comme on en 
voit beaucoup d'exemples, entr'autres : Mur-bach et Dur-bach, dont 
la traduction littérale est Bach-bach. 

Après l'invasion germanique les Allémans, tout en introduisant 
leur langue, laissèrent subsister les anciennes dénominations topo- 
graphiques, auxquelles ils se bornaient à ajouter la traduction pour 
que vaincus et vainqueurs pussent sy reconnaître. Le mot Laus- ou 
Lusbithl nous paraît pouvoir être rangé dans cette catégorie. Mais 
comment expliquer l'existence, sur le point indiqué, d'un tertre 
élevé à main d'homme? Nous avons dit ailleurs^ que les colonies 
gallo-romaines avaient l'usage d'établir leurs sépultures loin de 

' N. ËHRSAM, Notice historique sur les armoiries de la ville de Mulhouse. 



Google — 



Digitized by VjOOQ 



-26- 

leurs habitations, à l'ombre des forêts sacrées. Or, le territoire de 
Mulhouse, par sa proximité d'Illzach, VUrunci des Celtes, paraît 
avoir servi à cette pratique religieuse, à en juger par les tumvli et 
les objets funéraires trouvés à différentes époques dans notre ban- 
lieue. On pourrait donc admettre avec beaucoup de vraisemblance 
que notre Lœusbûhl était dans Forigine un tumulus (sépulture), dont 
la terre aura été nivelée, lorsqu'on a construit à proximité le château- 
fort (Burg). A l'appui de cette opinion, on peut citer, dans le sens 
de sépulture, le tumtUtcs de Blotzheim, qui s'appelle aussi Laicsbuhl, 
A Illzach il existe une pareille dénomination cadastrale, due 
sans aucun doute à la même origine. Au surplus, il y a, dans notre 
propre banlieue, plusieurs cantons dont les noms sont celtiques ou 
en dérivent, p. ex. en plaine : Mertz-au, Mur-au ou Vr-au (prairies 
arrosées par une rivière), Runtz (amas ou passage d'eau), hei der 
Barren (ruisseau), terres longeant TIU près du cimetière ; sur la 
hauteur : Wanne (colline), Im Flesch (maison rustique sur ime 
hauteur). In der» Ganz, vulgairement Im Gœnzle (colline), Schorren 
(monticule), etc., etc. 

A propos de Latcsbithl, Graf * a sans doute voulu faire une plai- 
santerie, en interprétant le radical celtique lus par le substantif alle- 
mand Laïcs (pou), ce qui lui a fait dire que « le Lausbûhl était un 
endroit élevé, où, par le beau temps, les habitants des ruelles étroites 
du voisinage venaient dépouiller au soleil. » 

Llltzelhof (voir Dreikonigsgassé), 

Metzgergaesslein, anciennement KuMmannsgœsslein (rue des 
Bouchers). 

C'est de la famille patricienne KuUmann qui y habitait primitive- 
ment, que cette rue, ainsi que le ponceau {KuUmannsbruchlein) avait 
pris son premier nom; la dénomination actuelle vient de la boucherie 
publiqpie qui existait, jusqu'il y a une trentaine d'années, au rez-de- 
chaussée de la tribu, dite Metzgerzunft, dont l'emplacement est 
occupé par les nouvelles maisons qu'y ont élevées MM. Emile 
Dollfus et Elle Lantz. Si cette ancienne propriété communale n'a 
pas été aliénée en 1798 comme les autres tribus, c'est parce que les 
étaux qu'y occupaient les bouchers, étaient leur propriété hérédi- 
taire et avaient été déclarés immeubles par destination. Aussi la 

* Graf, I, p. 82. 



Digitized by VjOOQIC 



- 27 - 

ville a-t-elle été obligée de recourir à Texpropriation forcée, lors- 
qu'on a démoli la boucherie pour Télargissement de la rue. — 
L'abattoir qui se trouvait à l'angle de la rue des Tanneurs, avait 
subi le même sort. Il fut construit en 1660 sur un jardinet dépen- 
dant de la tribu des bouchers. Avant cette époque ceux-ci tuaient 
leur bétail dans leurs maisons.* Il y avait dans cette rue une 
auberge à l'enseigne Zum kalten FeU, allusion au métier qu'on y 
exerçait. 

Musbrunnengasse (rue des Bons-Enfants). 

Cette rue s'appelait anciennement Sutengasse, du nom du puits 
traditionnel Sud- ou Sodby^nnen^ qui s'y trouve et dont l'eau a, dit- 
on, la vertu de faire cuire promptement les pois.' La dénomination 
moderne y fait également allusion. 

Nesselthor (voir page 5). 

Nesselthurm (voir page 4). 

Neusteinergasse (voir Ziegdgassé). 

Sanct-Niclauskapelle (voir Drdkdnigsgassé). 

Nuffergasçe (voir Broschenweid). 

Oberthor (voir page 8)- 

Ochsengaesslein (impasse du Bœuf). 

Nom tiré de l'image du bœuf qu'on voyait sur la façade d'une 
maison au fond. Antérieurement ce cul-de-sac s'appelait Groshein- 
zergasse, parce qu'une famille de ce nom y habitait primitivement. 

Pfaffengaesslein (impasse des Halles). 

Les nombreux chapelains qui, avant la Réformation, desservaient 
réglise voisine de Samt-Etienne, avaient leur demeure dans ce cul- 
de-sac *, où il y avait en même temps un PfrundhauSj maison de 



* Graf, m, p. 100. 
' Graf, I, p. 83. 

' A BÂle il existait aussi dans les anciens temps un puits, Sotbrunn6n^ d'où 
une rue porte le nom. Feohtbr, BaseltmXIV. Jahrhundert, p. 74. 

* Graf, p. 81. 



Google — 



Digitized by VjOOQ 



-ae- 

retraite pour les prêtres vieux et infirmes. De là le nom de Ffalfen- 
gœsslein, qui est encore usité en allemand.* 

Pfnindhaus (voir Claragassé). 

Rabbinergaesslein ou Spiegdgœsslein (quai du Miroir). 

Le nom primitif de cette rue fait allusion aux Israélites qui 
Thabitaient à une époque reculée. Plus tard on leur assigna pour 
demeure la rue du Sauvage. — La rangée de maisons qui a été 
abattue dans les derniers temps pour Félargissement du quai du 
Miroir, avait été construite en bloc en 1676. Antérieurement il ne se 
trouvait pas de construction sur ce point, ainsi qu'on le voit sur le 
plan de Mérian. 

Rappoltsgaasslein , vulgairement Eselgœsslein (passage du 
Marché). 

La famille Rappolt ou Roppolt, une des plus riches de Mulhouse 
au XVP siècle, avait sa cour ou demeure dans cette ruelle : de là le 
nom primitif qu'elle portait. Graf rapporte qu'il s'y trouvait, à une 
époque très reculée, une poissonnerie (Fischbank) *, ce qui corrobore 
son opinion que mi passait de ce côté avant de ceindre la ville, 
ainsi que nous l'avons dit page 11. 

Rohrschtitzenhaus (voir page 8). 

Rosengsesslein (voir Bœckergasse), 

Runtz. 

On appelait ainsi une grande étendue de prés entre la porte 
Haute et la porte Jeune, sujets aux inondations périodiques de TIll, 
dont les hautes eaux, suivant toujours la même direction par le 
Schlittweg et la Tiefelochbrucke, se déchargeaient dans la DoUer 
par un ravin construit orf/wx? au faubourg de Colmar. On a remédié 
à ces inondations par l'établissement du grand canal d'écoulement, 
sans lequel les Cités ouvrières n'auraient pas pu être construites sur 
leur emplacement actuel. 



^ Beitrag zum Andenken an diedeutsch-protestantische Sanct-Stephanus- 
Kirche. 

« Graf, IH, p. 338. 



Digitized by VjOOQIC 



Schindergasse (rue de la Justice). 

Appelée primitivement Hugivaltsgasse, du nom du chevalier Hitg 
WcUter zum Thor, dont la cour ou demeure était à rentrée de la 
rue, du côté de la rivière, là où est aujourd'hui la maison Helferich 
(ancienne teinturerie Wagner).' Cette famille noble figure pour la 
première fois dans un titre latin de 1236 sous le nom de de Porta. 
Dans les actes relatifs à Texcommunication de Mulhouse par Tévèque 
de Bàle en 1265 *, elle est désignée sous celui de zvxrme Tor, (allusion 
à sa demeure près la porte de Bâle). Ce n'est que depuis un siècle 
que cette rue a été débaptisée, en prenant im nom qui rappelle la 
demeure du bourreau (Schinder), La traduction française de 1798 
n'a aucun rapport ni avec l'une ni avec l'autre des appellations alle- 
mandes; c'est le cas de beaucoup d'autres rues de la ville. 

Schlittvyeg (rue du Traîneau). 

C'était anciennement la seule voie carrossable entre Mulhouse et 
Domach, et souvent exposée aux inondations, contre lesquelles la 
ville était protégée par un mur de quai établi entre le Steinbaechlein 
et la Tiefelochbrûcke du côté des blanchisseries.* Les piétons allant 
dans ce village ou en venant, se servaient exclusivement du Dor- 
nachergoessïein (aujourd'hui rue Buffon). La grande chaussée actuelle 
qui date à peine de cinquante ans, a été créée dans l'intérêt et avec 
le concours des fabricants, dont les établissements sont situés du 
côté de Domach. 

Schmittgasse (rue des Maréchaux). 

Anciennement grosse HugeHns von Domach-Gasse, du nom de 
cette famille noble qui y avait sa cour ou demeure, vis-à-vis du 
Werkhof (là où est aujourd'hui la maison Hafner). Cette propriété 

* Graf, I, p. 80. MiEG, I, p. 12. 

• BtUletin de la Société pour la conservation des monuments historiques 
d'Alsace. Année 1864, p. 58 et suiv. 

■ Une lithographie deGodefroi Engelmann, dont un exemplaire est conservé 
au Musée historique, représente un épisode de 1790, où, à l'occasion d'une 
crue extraordinaire des eaux de l'Ill, l'artificier André Gluck sauva la vie à 
quatre hommes surpris par les flots et réfugiés sur un arbre, en leur lançant, 
depuis le quai de la porte Haute, au moyen de fusées volantes, des ficelles 
communiquant avec des cordes^ à l'aide desquelles ils purent attirer une nacelle 
de sauvetage, qui les ramena en lieu sûr, aux acclamations de la foule accou- 
xne pour assister à cet émouvant spectacle. 



Digitized by VjOOQIC 



-80- 

passa plus tard aux Zu Rhein, qui en avaient conservé en dernier 
lieu la partie de derrière, du côté de la rue Paille (actuellement 
M. Rodolphe Hirth). Le nom de Schmittgasse vient de la profession 
qui s'y exerçait et dont la tribu (Schmittzunft) était dans la maison 
Victor Paraf, sur la façade de laquelle on en voit encore Técusson. Le 
Werkhof, ainsi que l'indique son appellation, était, comme il Test 
encore aujourd'hui, un chantier communal pour les travaux de la 
ville. Un maître charpentier y était spécialement préposé avec le 
titre de Werkmeister. Du temps de Pétry, ce local servait aussi 
d'arsenal. 

A l'angle formé par cette rue et celle du Sauvage se trouvait le 
Due^nhof {Domhof) du chapitre épiscopal de Bâle, et dont la partie 
antérieure a été cédée en 1778 à un bourgeois qui y a bâti la belle 
maison de maître, aujourd'hui le siège de la Kreisdirection. A une 
époque antérieure il y avait sur cet emplacement, d'abord la 
première hôtellerie du Sauvage, puis le Pfrundhaus et ensuite 
l'hôpital, qui y subsista jusqu'en 1550. 

Schulgasse (rue Henriette). 

Son appellation française serait une énigme, si on ne savait par 
ouï-dire qu'elle fait allusion au premier enfant né sous le nouveau 
régime après la réunion de Mulhouse à la France, en 1798. Le nom 
allemand vient de l'école qui se tenait primitivement dans cette rue, 
dont une maison du coin, vers la place, s'appelait Bubeneck ' (lieu 
de rassemblement des écoliers). Il y avait autrefois les auberges 
Zum Pfauen (au Paon), Zur schwarzen Buthe (à la Verge noire) et 
la tribu des vignerons (Rebleutzunft), dont l'écusson se voit encore 
sur la façade de la maison (aujourd'hui propriété de M. Mansbendel- 
Hartmann). La maison du fond, démolie en 1867, pour le percement 
de la rue des Fleurs, était un Pfarrhaus (demeure pastorale), vendue 
en 1798 comme propriété communale, et de laquelle dépendait la 
poudrière (Pulverthumi), dont un ami de l'histoire locale a fait faire 
une photographie pour sa belle collection de souvenirs du vieux 
Mulhouse. Mentionnons encore dans la rue Henriette une maison 
de bain {Bodstube), Ici, comme dans d'autres villes, ces établisse- 
ments qu'on appelait au moyen-âge baineiy étaient le rendez-vous 
des désœuvrés de tout âge, qui y passaient leur temps à faire la cau- 
sette et à jouer. 

' Graf, I, p. 81. 



Digitized by VjOOQIC 



— 31 - 
Spiegelgeesslein (voir Rabbinergœsslein). 
Spiegelthor (voir page 7). 
Spittelplatz (voir Augustinergasse). 
Steinbeechlein (voir page 8). 
Stephanusplatz (place de la Réunion oa de Thôtel-de-ville). 

C'était le forum du vieux Mulhouse, le centre de la vie politique, 
religieuse et matérielle de cette petite république. Que de souvenirs 
se rattachent à cette place I Parlerons-nous d'abord de l'église Saint- 
Etienne, témoin, à six siècles d'intervalle, du premier et du dernier 
acte de souveraineté de nos ancêtres, ou bien de l'hôtel-de-ville, leur 
Gapitole? Commençons par la maison de Dieu. Ce monument qu'a 
remplacé en 1862 le beau temple actuel, remontait, selon la tradition, 
au règne de l'empereur Frédéric I", c'est-à-dire à l'époque où il a 
érigé Mulhouse en ville libre impériale (1163). Il était d'un style com- 
posé : il y avait du romano- byzantin tertiaire, du romano-gothique, 
gothique orné et flamboyant. Nous renvoyons pour la partie 3rchi- 
tectonique de l'église Saint-Etienne, à l'excellente monographie 
qu'en a faite feu M. Georges Mieg.* 

Ce monument religieux a vu se produire, dans son enceinte 
sacrée, un fait patriotique digne des temps héroïques de Tantiquité. 
En 1474, Mulhouse, entouré des possessions autrichiennes engagées 
à Charles-le-Téméraire, avait résisté bravement aux propositions de 
ce prince de se soumettre à lui. Furieux de cette résistance, le 
farouche Bourguignon menaça la ville de la terrible vengeance qu'il 
avait tirée de Liège et de Dinant. Par un ultimatum daté d'Ensisheim, 
où il était campé, il lui accorda deux jours pour choisir entre sa 
soumission et son existence. On peut se figurer la consternation des 
habitants qui, sans aucun espoir de secours extérieur, en étaient 
réduits à leurs faibles moyens de défense. S'étant réunis dans l'église 
pour délibérer sur le parti à prendre dans ce péril extrême, les bour- 
geois firent ce dont des hommes libres sont seuls capables : mettant 
leur confiance en Dieu et en leur courage, ils résolurent unanime- 
ment de ne pas se soumettre et de se défendre jusqu'à la mort 1... 
On lit dans les chroniques locales qu'une crue subite des eaux de 
rni, qui fit des abords delà ville un lac immense, empêcha l'assaut 

* Beitrag zum Andenhen an die deutsch-protestantisclie Sanct-Stepha" 
nuS'KircIie, Mûlhausen 1863. 



Google .— 



Digitized by VjOOQ 



qui allait être donné. Le duc n'ayant pas de temps à perdre, remit 
sa vengeance à plus tard et alla se faire battre en Suisse.^ 

Ainsi que nous Pavons dit à l'article Hafenmarkty Téglise était 
primitivement entourée d'un cimetière qui fut transféré en 1559 à 
côté du couvent des Carmes déchaussés {Barf'ùsserkloster\ où il est 
resté jusqu'en 1803. 

Plus d'un de nos contemporains d'un certain âge se rappelle, 
pour s'y être livré aux ébats de la jeunesse, le fameux Schreistœgle, 
espèce de chaire en plein vent, adaptée à l'angle de l'église vers la 
rue Henriette, et du haut de laquelle on publiait anciennement, à 
l'issue de l'office divin, les mandements de l'autorité. 

Les échoppes qui entouraient l'église servaient primitivement à 
la vente d'objets de dévotion. Après la Réformation on les loua à de 
petits marchands de la localité. Celle du coin, adossée au chœur, du 
côté de la place, était une concession à perpétuité (Erblehen) au 
profit des descendants du bourgmestre Lucas Liebach.* Dumême 
côté de l'église était le NarrenhœusMn, cellule où l'on enfermait 
anciennement les fous et plus tard certains délinquants. 

Passons maintenant à l'hôtel-de- ville, le monument civil le plus 
intéressant de l'ancien Mulhouse.' Avec son architecture caracté- 
ristique et ses belles peintures murales, il a toujours fixé l'attention 
des étrangers. Montaigne, qui passait ici en 1580, l'appelle dans ses 
relations de voyage un palais magnifique et tout doré. L'hôtel-de-ville 
a été construit en 1552, sur l'emplacement et dans le même style que 
le précédent devenu la proie des flammes dans la nuit du 31 décem- 
bre 1551. Il communique au moyen d'une galerie en pierre avec le 
hintere Rathhaus *, qui date d'une époque antérieure (1510) et où se 
trouve le caveau des archives, à côté duquel était autrefois la chan- 
cellerie. 

Un bâtiment adjacent (ancienne caisse d'épargnes), affecté au 
logement du Stadtschreiber, renfermait les greniers d'abondance et 
le HerrenheUer^ où l'on encavait le vin de la dîme. Sur son empla- 
cement était, à une époque antérieure, une maison appelée Zum 

* Graf, I, p. 255 et suiv. 
» Bûrgerbuch, p. 222. 

* Voir notre monographie intitulée : Notice historique sur rhôtel-de-ville, 
Insérée dans les Curiosités d'Alsace (1'* année, p. 369). 

* Bâti sur l'emplacement de deux vieilles maisons appelées zum grossen und 
zum hlcinen Stem. 



Digitized by VjOOQIC 



Wurm, où se tenait primitivement la curie des nobles {EdeUeut- 
zunft), ainsi que le sénat sous le premier gouvernement oligarchique 
de la cité. Dans une maison plus loin, à côté de celle ayant appartenu 
dans les derniers temps à M. Jean de Frédéric Schœn, était établi le 
corps-de-garde municipal ( Wacht). 

Plus loin, sur le môme alignement, se trouve le Kaufhaus 
(ancienne douane), affecté à cette destination depuis 1559 à 1798. 
Antérieurement ce bâtiment s'appelait zum Parodies. En 1500 il 
appartenait au bourgmestre Werner Wagner, qui le destina au 
logement du desservant de Tautel Saint-Béat, par lui fondé dans 
l'église Saint-Etienne. 

Parmi les maisons particulières qui entourent la place, il y en a 
plusieurs qui offrent un intérêt historique. Celle à tourelle, an- 
ciennement propriété du chroniqueur Mathieu Mieg, et aujourd'hui 
de M. Albert Pétry, servait, au début de la révolution de 1590 ', à 
la séquestration des autorités. Elle appartenait alors à Valentin 
Fries, ex-bourgmestre. Lors de la célébration du pacte fédéral 
en 1515, elle était l'hôtellerie du SohU, où furent logés, en partie, 
les députés des treize cantons suisses. Dans la maison formant 
l'angle de la rue des Boulangers, où est la pharmacie Risler, le 
bourgmestre Ziegler soutint, dans le soulèvement populaire de 1587, 
avec ses fils et dix de leurs amis, un véritable siège contre les 
rebelles qui, malgré sa résistance héroïque, finirent par s'emparer 
de la personne du premier magistrat de la ville. 

Jusqu'à la réunion de Mulhouse à la France, une fontaine monu- 
mentale, connue sous le nom traditionnel de Stockb^unnen, ornait 
la place. Elle était surmontée d'une statue de guerrier en armure 
complète, tenant de la main gauche une hallebarde et de la droite 
un écusson aux armes de la viUe avec le millésime de 1572. Lors du 
changement politique de 1798, elle dut céder sa place à un arbre de 
la liberté. En la démolissant, on fit une espèce d'auto-da-fé des 
bannières municipales et des corporations ', ainsi que des codes de 
Tancien régime,et les débris en furent processionnellement enterrés 
sous le monument immolé pour symboliser la fin d'un état de 
choses qui n'avait plus de raison d'être. 

* Voir riiistoire contemporaine du pasteur Zwinger et la chronique de Mieg, 
qui en donne de nombreux extraits. 

* Une de ces bannières, échappée à la destruction, grâce au tribun Mathieu 
Mieg, est conservée au Musée historique (N<> 213 du catalogue.) 

3 



Digitized by VjOOQIC .— ^ 



- 34 - 

Pendant les tergiversations qui précédèrent l'annexion, les pères 
conscrits de Mulhouse ne furent pas peu surpris, un beau matin 
de Tannée 1793, de voir la fontaine coiffée du bonnet phrygien, 
manifestation attribuée au club du Ramn, qui, en préconisant les 
nouveaux principes nés de la Révolution française, poussait la 
population à unir ses destinées à celle de la grande nation. Cet 
objet à sensation, que l'autorité eut hâte de faire enlever, a été par 
hasard retrouvé aux archives et figure parmi les curiosités du Musée. 

Mentionnons encore comme ayant existé autrefois sur la même 
place : la tribu des tailleurs {Schneiderzunft) \ dont la façade était 
ornée de peintures allégoriques ; les hôtelleries du iiow, de la Croix 
blanche, du Soleil et de VAnge \ où fut établi en 1797 le premier 
café de Mulhouse. En 1576 les tireurs zuricois, bernois et biennois, 
en revenant du grand tir de Strasbourg, furent fêtés ici et logés aux 
frais de la ville, à VAnge et au Cerf.* 

Siisser Winkel (rue Bonbonnière). 

Ruelle écartée dont l'appellation a un sens plus ou moins équi- 
voque. 

Traubengsesslein (rue du Raisin). 

Cette petite rue tire son nom de l'hôtellerie Zur Trœuben, qui y 
existait de temps immémorial, et qui fut convertie en café après la 
réunion de Mulhouse à la PYance. Anciennement on voyait sur la 
façade, du côté de la place de la Concorde, une peinture représen- 
tant Josué et Kaleb portant suspendu à une perche, un raisin d'une 
grandeur prodigieuse, avec cette inscription : 

Wen wîr gleich hier zu Land nicht solche Traubcn tragcn 
So bringen sicherlich auch kleîne Trauben Wein; 
Dies werden Josua und Kaleb selber sagen. 
Wer es nicht glauben wiil kehr in dies Wirthshaiis ein. 

* Propriété actuelle de MM. Lantz frères. 

* Ancienne propriété Zetter, aujourd'hui partagée entre MM. Lentz, Fûr- 
derer-Kohler et héritiers de M. le pasteur Joseph. 

' Voici un passage tiré d'un diarium manuscrit (Tagebuch), dans lequel 
un des hôtes consigna le souvenir de cette réception : « Ufif dem 9. Tag Hoûv- 
monat 1576 auf einem Zug nach Strassburg an einem Schiesset, sind wir gan 
MûUhussen khon, von welchen unsere gethrûwen Zugewandten herUch 
empfangen worden, ouch Unns Gselschaft gleistet und Uns mittihrem Eeren- 
loyn vereeret unnd aller Dingen Gast frey gehalten, ouch Jedem Unnseren 
Spielmann ein Guldithaler vereeret. » (Communiqué par M. Auguste Stœber.) 



Digitized by VjOOQIC 



- 35 - 

On sait que le célèbre Montaigne, passant à Mulhouse en 1580*, 
logea au Raisin, sur Thôte duquel il donne d'intéressants détails 
dans son Journal de voyage. 

Uhrenhof (impasse de THorloge). 

Nommé ainsi à cause de la fabrique d'horlogerie qui y était éta- 
blie dès avant la réunion. 

Sanct-Urbansg^asse (voir Froschenioeid). 

Veltin Bernhardsthurm (voir Teufdsthumi). 

Wagnergasse (voir WUdenmannsga^se). 

Walkenthurm. 

Tour qui flanquait le mur d'enceinte près du moulin qui en 
portait le nom (derrière la cour de Lorraine). Sous l'ancien régime 
elle servait de prison. Lors de la révolution de 1587, bien des bour- 
geois, tant du parti de l'autorité que de celui des rebelles, y furent 
tour à tour incarcérés. Le Walkenthurm, démoli après la réunion, 
a été vendu avec l'usine que la ville avait acquise, en 1641, du noble 
Jacques Christophe von Pfirdt, bourgeois de Mulhouse. 

Weesserung. 

Grande étendue de prairies entre la rue d'Illzach et l'Dl, irriguée 
par les eaux du Steinbâchlein. L'appropriation de ces prairies date 
de 1666. Le mérite en revient au tribun Wolfgang Frédéric Lœscher.' 
En 1720 fut instituée, sous le nom de Mattengericht, une juridiction 
spéciale pour régler les différents entre les riverains.' 

W^asserscheide. 

Ce travail en pierres de taille a été exécuté en 1545 pour le par- 
tage des eaux de l'IU derrière la rue du Bourg, près la Tour du 
diable. 

Wildenmannsgasse (rue du Sauvage). 

C'est d'une hôtellerie établie d'abord à l'angle de la rue des Maré- 
chaux et plus tard au milieu de la rue du Sauvage, que celle-ci a 
reçu le nom qu'elle porte de nos jours. Elle s'appelait primitivement 
Wagnergasse^ à cause des charrons qui y étaient concentrés, et 

* Voyez p. 33. 
•Gbaf, III, p. 101. 

• Burgerbuch, p. 825, 226. 



Google ^ 



Digitized by VjOOQ 



— 36 - 

ensuite Alte Spitalgasse, puisque Fhôpital y existait de 1368 à 1530. 
De cet établissement dépendait une chapelle desservie par un prêtre 
spécial. Dans la propriété actuelle au Sauvage, portant antérieure- 
ment renseigne à F Eléphant, se trouvait la Monnaie, dont il nous 
reste les coins, au nombre de quinze, conservés au Musée historique.* 
Outre l'hôtellerie mentionnée ci-dessus, il y avait encore, dans cette 
rue, celle de la Clodie et celle de Y Ane, au coin de la place des Vic- 
toires. De là le nom de Esel-Eck, sur l'emplacement duquel existait, 
à une époque reculée, la buvette des nobles {Edelleut'THnckstubé). 
La vieille maison entre MM. Hœfifely et Coulera était la tribu des 
agriculteurs {Acherleutzunft). 

Wilhelm-Tellsgasse (voir Deutschehofgasse). 

WunnebergergassG (voir Barfussergasse). 

Zeughausgasse (voir Au^ustinergassey 

Ziegelgasse, anciennement Neuensteinergasse (rue des Bras- 
seurs). 

Le nom primitif de cette rue était celui de la famille noble de 
Neuenstein, qui y demeurait au fond, contre le mur d'enceinte, au 
point de jonction de la rue de la Justice. Les chroniques locales 
rapportent qu'en 1356' un membre de cette famille, qui devait une 
forte somme d'argent à un Israélite, l'attira de guet-apens dans sa 
maison, où, avec l'aide de quatre de ses varlets, il l'emballa dans 
une valise qu'il fit sortir par un trou pratiqué dans le mur, et 
transporter ainsi jusqu'en Bourgogne. Rejointe dans ce pays par le 
sire de Neuenstein, sa victime se racheta moyennant 400 florins et 
la perte de sa créance. Sur la plainte de sa femme, l'autorité de 
Mulhouse fit une enquête sur cet attentat, dont l'auteur fut puni 
par le bannissement à perpétuité et la démolition de sa maison. On 
en fit une tuilerie {Ziegelliof), d'où la rue a reçu son appellation 
actuelle. A côté de là demeurait en 1389 le bourgmestre Ulrich de 
Dornach, duquel on raconte le fait historique suivant : Un chevalier, 
du nom de Martin Malterer, poussé par la vengeance, tenta nuitam- 
ment un coup de main sur la ville. Déjà ses hommes s'apprêtaient 
à escalader le mur d'enceinte du côté de la rue de la Justice, lorsque 
le bourgmestre en fut avisé dans son lit par un témoin officieux. 

"N* 183 du catalogue. 
» Graf, I, p. 131, 132. 



Digitized by VjOOQIC 



- 37 - 

Sans prendre le temps de s'habiller, le chef de l'édilité se jeta en 
chemise sur un cheval et parcourut la ville en appelant la population 
aux armes. L'ennemi, voyant son coup manqué par cette alarme, 
se retira précipitamment, et Mulhouse fut ainsi sauvé d'un péril 
imminent, dont il ne se doutait pas.' 

2âLegelhutte. 

Tuilerie communale bâtie extrOrmuroSy à la porte du Miroir, en 
1768, en remplacement de celle établie au fond de la rue des Bras- 
seurs. Cette propriété (aujourd'hui auberge du Bœvf) a été vendue 
en 1798 avec la servitude d'un puits à l'usage du public. 

ZT^ringel. 

Rempart de circonvallation, cédé en 1798, à tant le pied courant, 
aux propriétaires des maisons aboutissant au mur d'enceinte. 



Nous terminerons cette description topographique par un mot 
sur l'aspect général que présentait l'intérieur de la ville. 

A part ses monuments religieux et son hôtel-de-ville, Mulhouse 
n'avait de caractéristique que ses fabriques qui lui donnaient la vie 
et le mouvement. 

Les maisons, à quelques exceptions près, avaient la même phy- 
sionomie bourgeoise qu'ailleurs : des avant-toits et des étages en 
saillie sur le rez-de-chaussée, des boutiques à fenêtres cintrées avec 
des vitres à losanges ou à panneaux ronds et dont le volet s'ouvrant 
transversalement, se composait de deux pièœs : celle du haut, tenant 
lieu d'auvent et celle du bas, d'étal, pour exposer les articles princi- 
paux qu on y confectionnait ou vendait. Â côté de la porte, un banc 
fixe, sur lequel les gens delà maison avaient l'habitude de se reposer 
le soir dans la bonne saison, en faisant la causette avec les voisins. 
Les habitations de la classe aisée se distinguaient extérieurement 
de celles des autres par un pignon échiqueté, par une tourelle ou 
un hors-d'œuvre en saillie qu'on nommait Erher^ et par des pein- 
tures et inscriptions murales faisant allusion, soit au nom, soit à la 
profession, soit aux principes politiques ou religieux du propriétaire. 

»Graf,I, p. 145, 146. 



Google — 



Digitized by VjOOQ 



- 38 - 

C'est ainsi que Ton voyait sur la façade de Tancienne maisôïi Mieg, 
sur la place, la L^^ew(fe de GuiUaunie Tell; sur celle de l'ancienne 
maison Ehrenzeller (aujourd'hui Brandt, boucher), le Songe de Jacob 
avec l'échelle du ciel ; sur celle de la pharmacie au Soleil, les Qwitre 
saisons; sur celle de la tribu des tailleurs (Schneiderzunft), les 
Quatre vertus cardinales (la Prudence, la Justice, la Force et la 
Tempérance) ; sur celle de la teinturerie Braun, rue de l'Arsenal, ime 
chaudière, symbole du métier, etc., etc, sans parler des enseignes 
d'hôtellerie, qui constituaient des droits attachés à l'immeuble. 
Parmi les inscriptions que rapporte Graf\ nous citerons les sui- 
vantes : 

O Menschen ! traut der Welt doch nicht 
Sic îst wie eine Wîcgc. 
Wcr hcutc Hosîana ! spricht, 
Spricht morgen : Crucifige! 

Au dessous de l'image des trois confédérés suisses : 

Als Demuth weint und Hochmuth lacht 
Da ward der Schweizerbund gemacht. 

Sur une boutique de boulanger, au dessous d'une peinture 
représentant une table avec une balance, on lisait ce dialogue entre 
le maître et l'ouvrier : 

Sieh, Knecht ! 

Wieg rccht, 

Nicht zu Icicht und nicht zu schwer 

So thust du mein Begehr. 

L'usage du pavage des rues paraît n'avoir pas été bien ancien à 
Mulhouse. D'après les chroniques, la première application en fut 
faite en 1544; en 1711 il y avait encore des rues non pavées, et jus- 
qu'en 1734 des puits à roue, découverts ; mais l'édilité municipale 
ne tarda pas à introduire dans cette partie comme dans toutes les 
autres de ses attributions, le perfectionnement amené par le temps; 
témoins les nombreux règlements de police concernant la salubrité 
et la sécurité publiques. 

Lors de la réunion de Mulhouse à la France, on comptait ici 
38 rues, 800 maisons et une population de 6,000 âmes. En 1782, 
d'après une statistique officielle que nous avons sous les yeux, le 
nombre des habitants était de 7,596, répartis de la manière suivante : 

un, p. 331. 



Digitized by VjOOQIC 



NOMS 


lomi 


NOMBRE DE MÉNAGES 


NOMBRE d'habitants || 




-- — « 


.«^ .^«^ 


„,. 




1 — - Il 


DBS 
QUARTIERS 


■alMia 


teirieoli 


knrfNis 
(Ichimt- 


étnifêrt 


teirfNii 


■•■- 

(Schiras- 


étr»f*n 


•iTriws 
et 


Place Saint-Etienne 
(centre de la ville) 


116 


143 


16 


56 


536 


53 


■m 


198 


Ëxtra-muros 


34 
















Porte de Bâle 


153 


178 


52 


87 


709 


195 


373 


197 


Porte du Miroir .. 


148 


172 


58 


99 


700 


291 


453 


265 


Porte Haute .... 


200 


230 


47 


163 


855 


175 


r<n 


301 


Porte Jeune 


140 


165 


49 


81 


643 


180 


310 


191 


791 


883 


222 


489 


3443 


894 


2107 


115iî 






_^ 


— — — ■ 


1» 


' 1 


^1 ' - — Il 








1594 




7596 II 



La diminution que Ton remarque dans le chiffre delà population, 
entre les deux époques ci-dessus, a eu pour cause une crise indus- 
trieUe, par suite des privilèges accordés en 1785 à la Compagnie des 
Indes créée en France, et du blocus douanier que subit la ville de 
1793 à 1798, circonstance qui obligea un certain nombre de familles 
ouvrières étrangères à la localité, de la quitter faute de travail suffisant 
pour vivre. 

Le sort de Mulhouse était déjà lié à celui de son industrie. En la 
sauvant au prix de sa souveraineté, la viUe trouva dans la prospérité 
qui lui était réservée, une compensation digne de son sacrifice 
patriotique. 



Tel était Mulhouse avant sa réunion à la France en 1798. Une 
fois incorporée dans la grande nation, la ville ne tarda pas à franchir 
son ancienne enceinte, dans laquelle elle se sentait trop à l'étroit par 
suite de l'essor rapide et prodigieux de son industrie. Aux tours 
et bastions de l'époque guerrière du moyen-âge, succédèrent les 
obélisques de la paix, c'est-à-dire les hautes cheminées des manu- 
factures, montrant de loin, par les flots de fumée qu'elles 
vomissaient, l'activité professionnelle déployée dans cette nouvelle 
colonie ouvrière. Des quartiers et des faubourgs s'élevèrent comme 
par enchantement autour de la vieille cité, en se peuplant de nou- 
veaux habitants» Avec son accroissement progressif qui, en moins 



Digitized by VjOOQIC 



d'un demi-siècle, avait fait de Mulhouse une grande ville, tout y 
changea : mœurs, habitudes, langue, religion, fortunes, sauf quelque 
chose d'héréditaire, qui survécut et survit encore à cette transfor- 
mation extraordinaire : nous voulons parler du génie inventif qui 
crée, de Ténergie qui soutient et de la persévérance qui couronne 
les œuvres de la nouvelle génération. Cette qualité, elle la tient de 
ses pères. Ceux-ci, par leur affranchissement relativement précoce 
dans l'histoire et leur isolement au milieu d'éléments hétérogènes 
et hostiles, avaient appris à lutter contre les difficultés et à sur- 
monter les obstacles. On est saisi d'admiration, lorsqu'on pense ce 
qu'il leur a fallu de patriotisme pour maintenir intactes leurs 
libertés, à travers les siècles, jusqu'à l'époque peu éloignée de nous, 
où la petite République versa sa souveraineté dans le sein d'une 
sœur (la République française). De là, chez le Mulhousien, cet esprit 
d'indépendance qui le caractérise : de là ce culte des souvenirs dont 
le Musée historique est aujourd'hui le temple. 

Mulhouse, le 20 novembre 1875. 



Digitized by VjOOQIC 



TAfiUÏÏES STHOFTIQUIS ET STHCHBOIIIQIIIS 

DE L'HISTOIRE DE LA RÉPUBLIQUE DE MULHOUSE 

jusqu'à sa rtanion à la Fxanoe en 1798 

par X. MossMANN 



■■ > ' S»Ot r» M il 



Un long préambule ne aérait psis de mise en tête de ces tablettes, et cependant il 
serait malséant de les offrir au public sans un mot d'explication. 

Des travaux de ce genre ne sont ordinairement que le dernier terme, et le plus 
élémentaire, d'une synthèse historique. On se borne à compiler, sans les soumettre 
à un nouvel examen, les récits qui ont cours. Ce n'est pas là la méthode que j'ai 
suivie : les historiens connus de Mulhouse ont tout au plus servi de jalons, et 
presque toujours je suis remonté à leur commune source, aux archives de Mul- 
house, sans lesquelles il n'eût pas été possible de donner à ce simple sommaire le 
degré d'exactitude et de précision qui seul pouvait le faire valoir. La majeure partie 
des faits qui y ont été admis, ont été révisés, je puis le dire, sinon sur les docu- 
ments mêmes que, dans le principe, Graf, Mieg et Pétri avaient mis en œuvre, et 
qu'à bien des égards la critique moderne est en droit d'interpréter différemment, 
du moins sur les transcriptions que j'en ai faites pour le cartulaire manuscrit, où 
tous ces textes seront un jour accessibles au public. Les tablettes bénéficient en 
outre de quelques recherches heureuses que j'ai faites dans les archives d'Alsace et 
de Suisse, et j'ai de plus utilisé les précieux matériaux que la publication officielle 
des récès des anciennes diètes suisses met à la disposition des érudits. 

Quant aux synchronismes que j'ai donnés à ces annales abrégées de Mulhouse, 
ce n'est qu'à l'histoire de la France, de l'Allemagne et de la Suisse que je les ai 
empruntés. Dans le choix des faits, je me suis appliqué à reproduire à la fois ceux 
qui marquent le développement respectif de chacun de ces pays, et ceux qui sont en 
corrélation avec notre propre histoire. Je crois qu'il y a peu de villes en Alsace 
dont le passé se prête aussi bien que celui de Mulhouse, à ces rapprochements, à 
ces excursions dans le domaine de l'histoire générale. 

On peut se représenter le passé de Mulhouse comme formant deux groupes de 
foits distincts : le premier, jusqu'en 1815, comprend les origines de la ville impé- 
riale et ses luttes contre la maison d'Autriche pour le maintien de son indépen- 
dance; l'autre, à partir de 1515, est entièrement consacré aux rapports de la petite 
république avec la Suisse et aux débuts de l'industrie qui, sous le régime français, 
en a &it une métropole du travail en Europe. 



Digitized by VjOOQ 16 



— 2 



TABLETTES SYNOPTIQUES 



RÉGNES ET ÉVÉNEMENTS CONTEMPORAINS 



717 Chilpéric II, roi de Neustrie. 717 Clotaire IV, roi d'Austrasie. 

719 Chilpéric U, roi des Francs. 

720 Thierry IV. 

732 Bataille de Poitiers. 

737 Charles - Martel , duc des 
741 Pépin-le-Bref,roideNeu8trie Francs. 741 Carloman, roi d'Austrasie. 

751 Pépin-le-Bref, roi des Francs. 

768 Charlema^e. 

800 Couronnement à Rome. 
Fondation de l'Empire. 

814 Louis-le-Débonnaire. 
833 Champ du Mensonge. 

840 Charles-le-Chauve , roi de 840 Lothaire. 840 Louis II le Germanique. 

France. 

841 Serments de Strasbourg 

843 Traité de Verdun, par- 
tage de TEmpire. 

855 Lothaire partage ses 
états entre ses fils : le 
second^ Lothaire II, re- 
çoit les pays situés entre 
le Rhône, la Saône, la 
Meuse, TEscaut et le 
Rhin. 

855 Louis II le Germanique. 
870 Partage du royaume de 
Lothaire, entre Louis-le- 
Germanique et Charles- 
le-Chauve: TAlsaceest 
adjugée au premier. 



Digitized by VjOOQIC 



ET SYNGHRONIQUES 



HISTOIRE 



717 , Fondation de Tabbaye de Saint-Etienne de Strasbourg, parmi les possessions de laquelle figure 
î Mulhouse. 



823 



Mulhouse compté parmi les lieux où Tabbaye de Masevaux avait des possessions. 



Digitized by VjOOQIC 



^~ 


4 — 


RÉG?ŒS ET évéNEMENTS CONTEMPORAINS 


877 Louis nie Bègue. 

888 Eudes. 

898 Charles ffl le Simple. 


875 Charles-le-Chauve. 

877 Partage de TAllemagne entre les fils de 

Louis-le^rmanique : Carloman, Louis m 

et Charles ni le Gros. 
888 Arnoul. 

900 Louis IV. 

911 Conrad I«', de la maison de Saxe. 

919 Henri I«' TOiseleur. 


923 Raoul. 

936 Louis m d'Outremer. 


933 Défaite des Huns à Mersebourg. 
936 Otton b'. 


954 Lotnaire. 


955 Défaite des Huns sur les bords du Lecb. 
973 Otton IL 
983 Otton m. 


986 Louis V le Fainéant. 

987 Hugues Capet, chef de la 3« race. 
996 Robert. 


1002 Henri H le Saint. 




1024 Conrad II le Salique, de la maison de Fran- 


1031 Henri !•'. 


conie. 
1039 Henri Hl. 
1056 Henri IV. 


1060 Philippe !«'. 


1077 II sTiumilie devant le pape Grégoire VD, 
à Canossa. 
1106 Henri V. 


1108 Louis VI le Gros. 

1115 Les barons du duché de France se sou- 
mettent à rautorité royale. 


1115 Sa défaite à Welfesholz, par les Saxons. 
1125 Lothaire U. 


1137 Louis VH le Jeune. 


1138 Conrad IH, de la maison de Souabe. 


1150 En répudiant sa femme Eléonore, il perd 
la Guienne. 


1152 Frédéric I«' Barberousse. 


1180 Philippe H Auguste. 

1185 11 réunit à la couronne FAmiénois, le 
Vermandois, le Valois; 


1176 U est défait à Legnano par la ligue 
lombarde. 

1190 Henri VI. 
1197 Philippe. 


1190 L'Artois. 

1202-06 Conquête de la Normandie, de la 
Touraine,de TAnJou, du Maine, du Poitou. 


1208 Otton IV. 
1212 Frédéric U. 


12U Bataille de Bouvines. 




1223 Louis VHI Cœur-de-Lion. 

1224 Acquisition du Languedoc. 
1226 Saint Louis. 


1227 Victoire de Bornhœved sur les Danois 


1242 Bataille de Taillebourg. 





Digitized by 



Google 



5 — 



HISTOIRE. 



1004 



lio3 
1186 



L^évéqiie Werinher de Strasbourg reçoit de Tempereur Henri Tadministration des biens de 
Saint-Etienne, y compris Mulhouse. 



Séjour de l'empereur Frédéric Barberousse à Mulhouse, où les Hohenstaufen avaient conservé 
des biens allodiaux. 

Second séjour de l'empereur Frédéric !«' à Mulhouse. 



I 
i2il I Traité entre l'empereur Frédéric II et Téglise de Strasbourg : à Texception des alleux, cette 
dernière recouvre Mulhouse et ses dépendances. 



Iii8 I Rencontre de Tévêque de Strasbourg Berthold de Teck et du comte Ulric de Ferrette» entre 
Blodelsheim et Hirzfelden : les troupes de TEmpire, y compris le contingent de Mulhouse. 
I commandées par ce dernier, sont défaites. 

i 



Digitized by VjOOQIC 





— 6-. 




RÈGNES ET ÉVÉNEMENTS CONTEMPORAlîfS 




1250 Conrad IV. 




1254 Réforme judiciaire, éta- 


1254 Guillaume de Hollande. 




blissement du parlement 


1256 Richard de Cornouailles. 




1268 Pragmatique sanction. 


1268 Mort de Gonradin. 




établissements de saint 




• 


Louis. 






1270 Philippe UI le Hardi. 


1272 Interrègne. 
1273 Rodolphe I", de la maison 
de Habsbourg 

1276 ConquêtederAntriche. 

1278 Victoire de Marchfeld 

surOttokar,roideBohême 




1285 Philippe IV le Bel. 


1285 Rébellion de Colmar 




Réunion de la Champagne 
à la couronne, par le 
mariage de ce prince 
avec rhéritière du der- 
nier comte. 


contre Rodolphe, qui en 
faitlesiégeets'enempare. 
1292 Adolphe de Nassau. 

1293 SecondsiégedeColmar. 

1298 Albert W. 

1299 Traité de Strasbourg, 
par lequel Albert consti- 
tue en Alsace le douaire 
de sa bru, sœur de Phi- 
li DD^le-Bel 

1308 HenriVU, de la maisdn de 


1291 Commencement de la Confé- 
dération suisse : ligue 
perpétuelle des cantons 
d'Url,deSchwitzetd'Un- 
terwald. 




1308 Les trois cantons expulsent 




Luxembourg. 


les baillis autrichiens.. 




1313 Louis V de la maison de 




13U Cession à la couronne 


Bavière. 




de la juridiction tempo- 






relle du Lyonnais. 






1314 Louis X le Hutin. 




1315 Défaite du duc Léopold 


1316 Philippe V le Long. 
1322CharleslVleBel. 




d'Autriche à Morgarten. 


1322 Bataille de Mûhldorf, 




Traité de Charles4e-Bel avec 


entre Louis de Bavière et 




Léopold-le-Glorieux , duc 


• Frédéric-le-Bel , d'Autri- 




d'Autriche, qui, moyen- 


che, qui lui contestait 




nant diversavantages, no- 


TEmpire. 




tamment rengagement de 






Mulhouse, promet au roi 






de France son concours 






pour lui obtenir la cou- 






ronne im|)ériale. 






1328 Philippe YI. de Valois. 




1328 Alliance de Luceme avec 






les trois cantons. 



Digitized by VjOOQIC 



— 7 — 



HISTOIRE 



Berthold de Teck donne Mulhouse en fief à Tempereur Frédéric ]I. 

Expédition de Mulhouse et de Bàle contre le château de Landser. — Excommunication de 

Frédéric II : Mulhouse fait retour à Téglise de Strasbourg ; construction du château par 

révéque Henri de Stahleck. 
Rodolphe de Habsbourg, landgrave d'Alsace, reçoit la dime de Mulhouse en fief du roi des 

Romains Conrad IV. 

Les bourgeois de Mulhouse ouvrent les portes de la ville à Rodolphe de Habsbourg, et, avec son 
secours, s'emparent du château de Tévéque. 

L'évêque de Bâle met la ville de Mulhouse en interdit, pour la punir de son refus de se sou- 
mettre à réglise de Strasbourg. 



Rodolphe de Habsbourg accorde aux bourgeois de Mulhouse le privilège de posséder des fiefs et de 
n'être pas cités devant des tribunaux étrangers. 



1293 Adolphe de Nassau octroie à Mulhouse son statut municipal, et reçoit, sa vie durant, la possession 
de la ville de Tévêque de Strasbourg. 



Traité entre Henri YH et Tévéque de Strasbourg, qui rend définitifs les droits de TEmpire sur 
Mulhouse. 



Guerre de Mulhouse contre Pierre de Réguisheim, vassal d'Albert-le-Sage, duc d'Autriche, qui 
assiège la ville et rétablit la paix. 



Mulhouse prend part à l'expédition des états de l'Alsace contre le château de Schwanau. 
Mulhouse participe au sié^e de Kaysersberg, qui tenait pour le roi Jean de Bohême contre 
I l'empereur I^ouis de Bavière. 
1338 I Mulhouse adhère, avec les autres villes impériales, à la déclaration des électeurs, qui contes- 
taient à la cour de Rome le droit d'empêcher le roi des Romains, régulièrement élu, de prendre 
possession de l'Empire. 



Digitized by 



Google 



— 8 — 



RÉGNES ET ÉVÉNEMENTS GONTEllPORÀINS 



i3i6 Bataille de Grécy. 

i3i7 Prise de Calais par les 

Anglais. 
1349 Acquisition du Dau- 

phiné. 
1350 Jean le Bon. 



1356 Bataille de Poitiers; 
captivité du roi Jean^, 
entreprise des États- 
généraux contre l'au- 
torité royale. 

1358 Jacquerie. 

1360 Paix de Brétigny. 



1364 Charles V le Sase. 

1367 Reprise sur les Anglais 
de la plupart des 
provinces cédées par 
la paix de Brétigny. 

1378 Chambre du Trésor. 
1380 Charles VI. 



1392 Démence du roi. 



1347 Charies IV. 

1349 Ravages de la peste 
noire. 



1356 Promulgation de la 
Bulle d'or. 



1362 Première invasion des 
Anglais en Alsace, 
sous Arnaud de Cer- 
vole. 

1373 Seconde invasion des 
Anglais, sousEnguer- 
rand de Coucy. 
1378 Wenceslas. 



1400 Robert I«r 



1351 Zurich s'allie à la Confé- 

dération. 

1352 Puis Claris et Zug. 

1353 Berne. 



1386 Bataille deSempach. 
1388 Bataille de Naefels. 



1396 Formation de la Ligue de 
la Maison de Dieu. 



1401 Appenzell admis dans la 
Confédération. 



Digitized by VjOOQIC 



— 9 — 



HISTOIRE 



La concorde rétablie entre les autorités et la commume, par les soins du ^rand-bailli d'Alsace 

Albert de Hohenberg. 
Alliance de Mulhouse avec les sires de Ribaupierre et avec plusieurs villes, pour sauvegarder 

ses devoirs envers TEmpire. 
Alliance de Mulhouse avec les autres états de FAlsace, pour assurer la paix provinciale entre 

les Vosges et la Forêt-Noire. 
Alliance de Mulhouse avec les états de TAlsace et du Brisgau, pour procurer l'avantage commun 

du pays. 
Expulsion des nobles, avec Tappui du prévôt Happon Mûnch ; intervention du grand-bailli Jean de 

Fénétrange, qui punit les bourgeois insurgés. Massacre des Juifs. 

Mulhouse reconnaît le nouveau roi des Romains Charles IV, qui lui procure le rétablisse- 
ment de roffice divin et Tabsout du meurtre des Jui£s. 



Constitution de la Décapole ou confédération des Dix villes impériales d'Alsace, par Tordre de 
Charles IV. 



Alliance des villes impériales, à l'exception de Haguenau et de Mulhouse, pour l'établissement 

d'une justice commune. 
Alliance de Mulhouse avec les états de la province contre les Anglais. 



Expédition des villes de l'Alsace et du Brisgau, contre Jean Erbe ; prise de Herllsheim. 
L'empereur Charles IV maintient, contre le tribunal landgravial de la Haute-Alsace, le privi- 
lège des bourgeois de Mulhouse de n'être pas cités devant les juges étrangers. 



Admission de Mulhouse dans la ligue de Souabe. 



Wenceslas, roi des Romains, dispose, en &veur de Mulhouse, des services féodaux de ses vassaux 

nobles qui y ont leur domicile. 
Guerre entre Thierry von der Weitenmûhle et Bernard de Bebelnheim, qui se disputent la 

prévôté de Mulhouse ; Wenceslas la maintient au second. 
Poursuivi devant le tribunal landgravial, pour une entreprise contre Habsheim, et lassé d'attendre 

la restitution de ses privilèges, que Wenceslas lui avait retirés, Mulhouse traite avec Léopold- 

le-Superbe, duc d'Autriche, qui lui accorde des lettres de protection valables pendant dix ans, 

moyennant un tribut annuel. 
Mulhouse en guerre avec son ancien prévôt Thierry von der Weitenmûhle, devenu grand-bailli 

d'Alsace, lequel avait pris fait et cause pour ses anciens partisans exilés, lui enlève ses chevaux 

à Staffelfelden. 
Fin de la guerre contre Henri de Réguisheim, et contre Barthélémy de Wunnenberg, tous deux 

expulsés de Mulhouse, dont l'exil mt maintenu. 
Mulhouse acquiert la prévôté impériale du roi des Romains Robert, au prix de mille florins d'or 



Digitized by VjOOQIC 



— 10 — 



RÉGNES ET ÉVÉNEMENTS GONTEIAPORAINS 



1415 Bataille d'Azincourt.— 
Henri V, roi d'Angle- 
terre, règne à Paris. 



1422 Traité de Troyes qui 
confirme Tusurpation 
d'Henri V. 
1422 Charles VIL 

1429 Jeanne d'Arc fait lever 

aux Anglais le siège 

d'Orléans. 
1431 Supplice de Jeanne 

d'Arc. 
1436 Le roi de France rentre 

à Paris. 

1438 Etablissement de la 

Pragmatique sanction. 

1439 Praguerie. 



1444 Etablissement de la 
taille, formation d'une i 
armée permanente. 



1449 Reprise de la Norman- 

die et 

1450 de la Guienne sur les 

Anglais. 



1410 Sigismond. 



1414 Concile de Constance. 



1419 Guerre des Hussites. 



1437 Albert U. 



1440 Frédéric HL' 



1447 Concordat avec le pape 
Nicolas V. 

1450 Invention de llmpri- 
merie. 



1453 Erection de l'Autriche 
en archiduché. 



1415 Conquête de rArgovie sur k 
duc Frédéric d'Autriche. 



1424 Formation de la Ligue gris? 



1436 Formation de la Ligue des 
dix Droitures. 



1440 Première guerre civile : dé- 
faite de Zurich à Pfeffikoo 



1442 Alliance de Zurich avec b 

maison d'Autriche. 

1443 Seconde guerre civile : nou- 

velle défaite de Zurich à 
Wiedikon. 

1444 Siège de Zurich. — Inter- 

vention de la France : ba- 
taille de Saint-Jacques. 



1450 Fin de la guerreavec Zurich, 
qui renonce à l'alliance de 
TAutriche. 

1452 Appenzell admis dans ^ 
Confédération.— Premier 
alliance avec la France. 

145i Alliance avec Amédée IX* 
duc de Savoie. 



Digitized by 



Google 



— 11 — 



HISTOIRE 



Engagement du grand-bailliage d'Alsace et du tribut des villes impériales, consenti par le roi des 
Romains Sigismond, en faveur de Louis 111 le Barbu, comte palatin du Rhin. 

L^empereur Sigismond étant en guerre avec le duc Frédéric d'Autriche, à Toccasion de Tévasion 
du pape Jean XXHI, rélecteur palatin Louis IV le Barbu arrive à Mulhouse^ et s'empare du 
cb&teau de Froeningen, fief autrichien, engagé aux nobles de Hatmansdorf. 

Pour mieux se garantir leur privilège de n'être pas cités devant des juges étrangers, Colmar, 
Sélestadt, Kaysersberg et Mulhouse constituent un collège de cinq arbitres, pour connaître des 
difficultés qui surgiraient entre elles. — Guerre avec Jecklin Metziger, d'Epfig, qui s'en prend 
à Mulhouse du dommage que lui avaient fait éprouver le grand-bailli Bernard d'Eberstein et la 
ville d'Obemai. 

L'empereur Sigismond enlève la prévôté à Mulhouse, et l'engage à Amand Offenbure, de BÀle. 

Mulhouse s'engage, avec les autres villes impériales, à ne jamais se laisser séparer de l'Empire. 

L'empereur Sigismond casse la ligue de la Décapole. 

Mulhouse fournit un homme d'armes pour la guerre des Hussites. 

Jean Offenburg engage l'office de la prévôté à la ville, r- Mulhouse participe, avec les autres 
villes de la Haute-Alsace, à une alliance de Strasbourg, de Bàle et des villes du Brisgau, 
pour assurer la paix publique. 



1437 i Mulhouse achète des comtes Louis et Ulric de Wurtemberg, les villages d'Illzach et deModenheim. 

I 

1439 I Mulhouse prend part à l'alliance des états de l'Alsace contre les Armagnacs. 

1440 ' Les nobles de Hatmansdorf cherchent à se venger de Mulhouse, comme responsable de la prise 
de leur château de Frœningen par l'électeur palatin, en 1415. 

Mulhouse assiège le château de Freundstein, où le noble Jean zu Rhein retenait deux bourgeois 

prisonniers. 
Séjour de l'empereur Frédéric lU à Mulhouse. 

Menacé par les Armagnacs, Mulhouse rase ses faubourgs. — Pour punir le noble Jean-Guillaume 
Berwart de leur avoir ouvert ses portes, la ville s'empare du château d'Illzach. — Pour 
déloger les Armagnacs du château de Zillisheim, elle incendie le moulin et le village qui en 
dépendent. — Le greffier André Schad, prisonnier des Armagnacs à Montbéliard. 

En guerre avec Mulhouse^ qui avait accordé les droits de bourgeoisie à un de ses serfs de corps, 
le comte Louis de Helfenstein fait arrêter, par le chevalier Jean de Rechberg, des bourgeois 
qui sont conduits prisonniers à Masevaux 



Guerre avec le noble Albert Hadmansdorffer, qui, pour se venger de l'incendie de Zillisheim, 
arrête le greffier et d'autres bourgeois de Mulhouse, et les conduit prisonniers à Lûtzelstein. 



1457 

1459 



Nouveau rachat de la prévôté des mains des sires de Morimont. 

Les fondés de pouvoirs de Mulhouse arrêtés par la sainte Vehme à Neuenstadt ; le greffier 
Nicolas Rusch, l'un d'eux, s'y fait agréger. 



Digitized by VjOOQIC 



— 12 — 




1461 Louis XI. 



1463 n rachète les villes de 
Picardie des mains du 
duc de Bourgogne. 



1466 Guerre du bien public. 



1467 Mort de Philippe-le- 
Bon, duc de Bour- 
gogne; avènement de 
Charles-le-Téméraire. 



1459 Frédéric Ul se ligue 

avec dix-huit princes 
contre l'électeur pa- 
latin Frédério-le-Vic- 
torieux, 

1460 qui les défait k Pfae- 

dersheim. 



1462 Nouvelle victoire de 
Frédéric-le-Vlctorieux 
sur la ligue ourdie 
contre lui par le pape 
PieU. 



1467 Diète de Nuremberg, 
où pour la première 
fois les états sont 
distribués en collèges 
des électeurs , des 
princes et des villes; 
ils proposent de créer 
une cour de justice 
suprême pour TEm- 
pire. 



1469 L'archiduc Sigismond 
engage les pays anté- 
rieurs de TAutriche 
à Charles-le-Témé- 
raire. 



1460 Conquête de la ThurgOYÎi 



1467 Alliance avec Philippe-ie- 
Bon, duc de Bourgogne. 



Digitized by 



Google 



- 13 



HISTOIRE 



\S0 Le pape Pie II relève Mulhouse et les villes impériales du serment prêté à leur grand-bailli, 
1 rélecteur palatin Frédéric-le-Victorieux, en raison deTappui qu'il donnait à Thierry d'Isenburg, 
compétiteur d'Adolphe de Nassau à Tarchevéché de Mayence. 

161 ' Mulhouse prend part à la guerre de la Décapole contre Jean de Lupfen, seigneur de Haut- 

Landsberg, qui s'était emparé de Tûrkheim. 

162 Le tribunal secret de Neuenstatt est mis au ban du tribunal aulique de Rothweil. 



4fô Mulhouse et les autres villes impériales prennent part à la grande ligue des états du Haut-Rhin 
contre la sainte Yehme. 

466 Herrmann Klée déclare la guerre à Mulhouse^ en raison du salaire que son ancien maître le 
meunier lui retenait. Prenant fait et cause pour lui, le chevalier Pierre de Réguisheim enlève, 
par surprise, quelques bourgeois aux portes de la ville. — Prise du château d'Eguisheim et 
mort de Herrmann Klée. — Alliance de Mulhouse avec Berne et Soleure. — Conrad Kûffer, de 
Bondorf, qui avait été arrêté pendant les hostilités contre Hermann Klée, déclare la guerre à 
Mulhouse, ainsi qu'à ses confédérés de Berne, de Zurich, de Luceme et de Soleure. 

467 I Commencement des hostilités entre la ville et les vassaux autrichiens. Jean de Mon treuil, Jean 
I Meyer de Huningue et Jean de Morimont s'établissent à Habsheim, d'où ils bloquent la ville ; 
I les gens de Thann et des autres bailliages ravagent le Rebberg ; représailles des bourgeois à 
, Sausheim, à Battenheim, à Baldersheim. Suspension des hostilités par un accord entre les 
, cantons suisses et l'archiduc Sigismond k Bftle. 

I 

1468 > Conrad Kûffer continue la guerre pour son propre compte. Arrêté et conduit à Thann, il est 
' relâché sans jugement. — Walther de Hallwyl, aidé des gens du grand-bailli autrichien, 
blesse et fait prisonnier des bourgeois de Mulhouse ; diverses rencontres avec des hommes 
d'armes autrichiens, avec les gens de Rixheim. — Diète de Bâle, qui prescrit de suspendre les 
I hostilités, pour pouvoir négocier de la paix avec l'archiduc Sigismond : Mulhouse refuse 
I d'accepter cet atermoiement. — Pillage du moulin de Modenheira par les vassaux autrichiens; 
I pillage et incendie de Sausheim par les bourgeois de Mulhouse, à Tinsu du magistrat. — 
I L'électeur palatin Frédéric-le-Victorieux refuse de prendre part à la pierre contra Mulhouse, 
i et intervient en sa faveur comme grand-bailli d'Alsace. — 200 Bernois et Soleurois viennent 
I au secours de Mulhouse. — Commencement des hostilités : Rixheim, Brunstadt, Riedisheim, 
I Didenheim pillés et brûlés. — Défaite des troupes de Mulhouse sur l'IU. — Campagne des 
I Suisses dans le Sundgau : prise et incendie de Hesingen, de Blotzheim, de Habsheim, de Brun- 
stadt, de Flachsland, de Zillisheim, de Frœningen, d'Uffholz, de Hirtzenstein, de Schweig- 
hausen, de Biss. — Traité de Waldshut entre le duc Sigismond d'Autriche et les cantons 
confédérés, par lequel ce prince garantit à Mulhouse ses franchises, juridictions, bonnes 
coutumes, industrie et commerce. 

Nonobstant le traité de Waldshut, les vassaux enlèvent une partie du troupeau de Mulhouse, 
brûlent le village d'Illzach, arrachent les vignes, abattent le gibet et écorcent les arbres autour 
dé la ville. — Intervention de l'évéque de Bâle. Jean de Venningen, pour faire observer aux 
deux parties les conditions du récès de Bâle. — Fribourg en Brisgau, Brisach etNeuenburg 
déclarent la guerre à Mulhouse. Avec l'aide des sires de Hattstadt et de Maximin de Ribau- 
pierre, Bernard d'Eptingen reprend également les hostilités. 



Digitized by VjOOQIC 



— 14 — 




1474 Traité avec les cantons 
suisses. 



1477 Conquête de la Bour- 
gogne. 

1479 Bataille de Guinegate, 
contre Tarchiduc Ma- 
ximilien d'Autriche. 
1483 Charles VIII. 

1486 Réunion de la Provence 
à la France. 

1491 Réunion de la Bretagne 
à la France, par le ma- 
riage de Charles YIIl 
avec la duchesse Anne. 

1494 Campagne de Naples. 



1498 Louis XII. 



1470 L'empereur Frédéric ni 

tente de dépouiller 
Frédério-le-Victorieux 
du grand - bailliage 
d'Alsace, en faveur de 
Louis-le-Noir, comte 
de Veldenz, 

1471 que les villes impé- 

riales refusent de re- 
connaître. 



1474 Rachat des domaines 
autrichiens. 



1477 Mariage de Maximilien, 
fils de Frédéric Ul, 
avec Marguerite de 
Bourgogne, qui lui 
apporte en dot les 
états de son père. 



1493 Maximilien br 



1495 Diète de Worms : éta 
blissement de la paix 
publique perpétuelle 
et de la chambre im- 
périale. 



1496 Mort de Tarchiduc Si- 
gismond; Maximilien 
hérite de lui des pays 
antérieurs de l'Au- 
triche. 



1505 Louis XII reçoit par 
procuration à Bague- 
nau, de l'empereur 
Maximilien, l'investi 
ture du duché de Mi- 
lan. 



1474 Alliance perpétuelle M 
cantons confédérés aveÉ 
l'archiduc Sigismond. 

1476 Défaite de Charles-le-Tén» 
raire à Granson et à Mor« 



1481 Rétablissement de la m 
corde entre les canun 
par l'intervention de Ni^^i 
las de Flûe. 



1499 Guerre de Souabe contre 
l'empereur ; traité de Bk\t 
les cantons séparés de ià 
de l'Empire. 

1501 Adjonction de Bàle et (ie 
Schaffhouse à la Confèlr 
ration; ils forment le il' 
et le 12* canton. 



Digitized by 



Google 



15 — 



HISTOIRE 



Pacification du Sundgaa par le grand-bailli bourguignon Pierre de Hagenbach. 



Pour arrêter les poursuites des créanciers de Mulhouse, ruiné par la guerre, Pierre de Hagen- 
bach lui propose de se soumettre à son maître, le duc de Bourgogne, et de lui rétrocéder 
la prévôté de la ville. 

Passage de Gharles-le-Téméraire en Alsace ; il essaie de gagner ou d'intimider Mulhouse. 

Les cantons suisses, les villes impériales d'Alsace et Télecteur palatin procurent à Mulhouse les 
moyens de s'acquitter envers ses créanciers. — Fin de la domination du duc de Bourgogne en 
Alsace. — Procès et condamnation de Pierre de Hagenbach. 



Mulhouse recherche Talliance de la Confédération suisse, pour qu'elle lui aide à payer ses dettes ; 
la diète de Zurich y met pour condition que la ville se reconnaîtra sujette des cantons, et lui 
abandonnera sa prévôté. Rupture des négociations. 



Ouvertures de la régence d'Ensisheim, pour décider Mulhouse à s'unir aux pays antérieurs de 

l'Autriche. 
Députation envoyée par l'empereur Maximilien («' à Mulhouse, pour appuyer ces propositions et 

offrir une pension. 

Pour punir l'électeur palatin Philippe-l'Ingénu de l'appui qu'il prétait à son fils pour se mettre 
en possession des états du duc de Bavière, Maximilien le déclare déchu du grand-bailliage de 
Haguenau, dont il se met en possession. 

Maximilien reprend ses négociations avec Mulhouse pour le traité d'union : conférence du greffier 
Oswald Gamsharst avec les conseillers de l'empereur à Strasbourg. Démarches de Mulhouse 
pour obtenir l'alliance de Bâle. 

Machinations des agents autrichiens à Mulhouse pour soulever les bourgeois contre leurs magis- 
trats, et les gagner aux projets de l'Empire. De l'aveu des cantons confédérés, Mulhouse et Bâle 
concluent, pour vingt ans, une alliance offensive et défensive. 



Google _ 



Digitized by VjOOQ 



— 16 — 



RÉGNES ET ÉVÉNEMENTS CONTEMPORAINS 



1508 Ligue de Cambrai con- 
tre les Vénitiens. 



1509 Bataille d'Aignadel ga- 
gnée par Louis XU. 

151S Bataille de Ravennes. 



1512 En reconnaissance de leun 

services, le pape Jules I 
confère aux Suisses 11 
titre de défenseurs du Saisi 
Siège. 

1513 Appenzell forme le 13« l^ 

ton. 



FIN DE L 



Digitized by 



Google 



— 17 — 



HISTOIRE 



508 



1512 



L513 



1514 



Sur rinterventiOD de la diète de Lucerne, Tempereur Maximilien exempte Mulhouse du paiement 
des nouvelles contributions àTEmpire. 



Mulhouse fournit son contingenta Tarmée des Confédérés, qui se porte au secours du Saint-Siège. 
Prise de Pavie, où Martin Brûstlin, de Mulhouse, monte le premier à l'assaut. — Voyage du 
greffier Oswald Gamsharst à Rome : faveurs accordées à la ville par le pape Jules II. 

Mulhouse prend part à Texpédition des Confédérés dans le Milanais, et à leur campagne dans la 
haute Bourgogne ; son contingent assiste à la bataille de Novare. 

Démarches de Mulhouse pour obtenir Talliance des Douze cantons. La diète de Zurich accueille 
favorablement la demande, et la cour de Rome porte la ville pour 200 florins sur Tétat des 
pensions qu'elle paie aux cantons. 



KEMIÈRE PARTIE 



Digitized by VjOOQIC 



r 



MULHOUSE — IMPRIMERIE VEUVE BADER & C* 



Digitized by VjOOQIC 



aAlîÉI 







Google ^ 



Digitized by VnOOQ 



Digitized by VjOOQIC 



BULLETIN 



DU 



MUSÉE HISTORIQUE 



DE 



MULHOUSE 



Digitized by 



Google ^^ 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



Bulletin du Musée historique de Mulhouse 1877 




. fi -iU uj^ 



ANCIENNE TOUR ( BOLLWERKTHURM ) 
et mur d" enceinte de la Ville 



[nt^ Ch. Deiatre. . Ftrit 



l'itm^MMiUumj» - Bulletin du Mtuée hirtorî^me . iS^. ^71 



Digitized by 



Google 



BULLETIN 



DU 



MUSÉE HISTORIQUE 



DE 



MULHOUSE 



ANNÉE 1877 



MULHOUSE 

Imprimerie Veu.ve Bader et C* 
1877 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



PAGES INÉDITES 

POUR SERVIR A 

THistoire des Pénalités de rancienne République 

DE MULHOUSE 

aux XVP, XVII* et XVIIP siècles 
par M. AuG. Stœber. 



INTRODUCTION HISTORIQUE. 

Dans les quelques feuillets dont nous faisons précéder les soixante- 
quatre jugements rendus en matière criminelle par le Petit-Sénat de 
Mulhouse, aux XVI% XVII« et XVIII« siècles, et qui font l'objet 
spécial de notre publication, nous indiquerons sommairement les 
différentes phases qu'ont traversées les administrations municipale 
et judiciaire de notre ville, a partir de son institution comme telle. 
Quant aux détails et aux preuves justificatives de quelques-unes de 
nos assertions, on les trouvera exposés dans les notes correspon- 
dantes de notre appendice. 

D'après Schœpflin et les auteurs qui l'ont suivi, le plus ancien 
document connu, signalant Mulhouse instituée comme ville, serait 
une transaction par laquelle Berthold, évêque de Strasbourg, cède 
à l'empereur Frédéric II, à titre de fief perpétuel et héréditaire dans 
la ligne masculine : civiiatem Mulhausen avec tous ses droits et 
toutes ses possessions. Ce document est daté de Strasbourg, de la 
neuvième indiction du mois de mars 1236.* 

Mais, grâce à un autre document, découvert récemment dans les 
archives de la Haute-Alsace par M. Stoffel, bibliothécaire de Colmar, 
nous pouvons avancer de cinq ans la première mention authentique 



* V. Note I de rappendiae. 



Digitized by VjOOQIC 



de la civitas ou ville de Mulhouse. Notre ami et collègue nous a per- 
mis d'offrir la primeur de son importante découverte à la Société 
industrielle, à Toccasion du jubilé semi-centenaire de sa fondation ; 
tous les membres de cette savante compagnie et tous les amis de 
notre histoire locale lui en seront reconnaissants. Elle est consignée 
dans un acte de convention du 12 avril 1231 , passé entre Thierry II, 
comte de Montbéliard, et Hugues de Rothenberg, abbé de Murbach. 
Notre appendice en donne les passages les plus essentiels/ 

Vers cette époque, Mulhouse avait à sa tête un prévôt, scultetus 
imperialis, exerçant, au nom de l'empereur, tous les droits de suze- 
raineté tant administratifs que judiciaires. Il lui était adjoint un 
sous-prévôt et douze conseillers choisis parmi les nobles, Adelige, 
et les notables, Achtburger, qui, jusque là avaient été seuls investis 
du pouvoir sous la présidence d'un œmes civitalis. Mais ce gouver- 
nement oligarchique et aristocratique s'affaiblit peu à peu et finit 
par disparaître complètement sous la juste pression de l'élément 
démocratique, qui se développa de plus en plus par la création des 
six tribus ou corporations des métiers, Zunfte, embrassant l'univer- 
salité des citoyens et se rattachant directement à l'organisation 
municipale. 

Les privilèges octroyés à Mulhouse par Rodolphe de Habsboui^ 
(1275) et Adolphe de Nassau (1293) contribuèrent puissamment à 
développer l'autonomie de la ville. Le premier « concéda aux bour- 
« geois le droit de tenir des fiefs et celui de ne pouvoir être con- 
« traints à ester en justice hors de leur \îlle, à moins qu'ils ne 
«soient demandeurs*; » l'autre confirma ce privilège dans un 
article encore plus explicite de sa charte, dont voici la traduction : 
« Nous leur avons aussi accordé le droit qu'aucun bourgeois de 
« Mulhouse ne puisse, pour quelque cause que ce soit, être contraint 
« à ester en justice devant un tribunal autre que celui qui siège 
« sous leur portique à Mulhouse, vnder ir louben ze Mulhusen, à 



* V. Note II. 

• V. Note m. 



Digitized by VjOOQIC 



« moins qu'il ne s'agisse de bien-fonds ressortissant à la juridiction 
t colongère.* » La portée de cet article a été singulièrement étendue 
dans la suite. En effet, non contents de ne relever que du tribunal 
de leur ville, les bourgeois allèrent jusqu'à demander qu'on les 
jugeât devant leurs maisons, exigence que le magistrat finit par 
agréer et réglementer, et qui fut plus d'une fois mise en pratique.* 

La charte d'Adolphe de Nassau, qui esl, comme on l'a dit souvent, 
un véritable code d'administration municipale et de juridiction civile 
et criminelle, statue encore, parmi d'autres privilèges : que le prévôt 
de Mulhouse devait être un bourgeois domicilié dans la ville. En 
1347, Charles IV donna aux membres du Conseil et aux maîtres des 
corporations le droit d'élire eux-mêmes leur bourgmestre* y et, en 1376, 
il affranchit les bourgeois de la juridiction du Landrichter ou juge 
souverain de la Haute-Alsace, privilège important, mais qui, dans 
la suite, ne fut pas toujours respecté par ce fonctionnaire. Aspirant 
de plus en plus à jouir de la plénitude de leur indépendance, carac- 
tère distinctif où ils puisèrent, jusqu'à nos jours, leur force et leur 
prospérité, les bourgeois de Mulhouse réussirent, en 1397, à obtenir 
de Wenceslas, le turbulent et prodigue fils de Charles IV, l'aboUtion 
de la charge de prévôt impérial, à la condition de payer les revenus 
qui y étaient attachés. Enfin, le rachat définitif de ces revenus, 
effectué en 1457, ainsi que l'expulsion des nobles qui l'avait pré- 
cédé en 1445, amenèrent forcément la constitution exclusivement 
démocratique de la République. 

Dans le principe, un seul bourgmestre se trouvait à la tête de 
l'édihté; plus tard, ce nombre fut porté à trois, qui gouvernaient 
alternativement, chacun pendant six mois. Ils présidaient le Sénat 
composé de neuf conseillers et des douze maîtres des tribus.* Le 



* V. Note IV. 
» V. Note V. 

' V. Noie VI. — Nous nous proposons de consacrer plus tard un travail spécla. 
aux bourgmestres de Mulhouse. 

* A la tête de chaque tribu se trouvaient deux maîtres, Zunflmeister, fonctionnant 
alternativement pendant six mois. 



Digitized by VjOOQIC 



- 8 — 

greffier municipal, appelé aussi syndic, Stadtschreiber, qui devait 
être un jurisconsulte gradué, tenait la plume et avait voix consul- 
tative. Mais ses fonctions ne se bornaient pas à dresser les protocoles 
des délibérations du Magistrat ; il dirigeait aussi la chancellerie où 
se rédigeaient les actes civils, les contrats de vente et autres ; tout 
acte fait ailleurs ou par une autre personne que lui était déclaré nul 
et non avenu, et les contrevenants étaient passibles d'amendes. 
(V. RathS'Protoc. du 20 mai 1641 ; cf. 14 mars 1694 et 19 septembre 
1 708) . Le greffier-syndic était , en outre, chargé des missions poUtiques, 
qu'il accomplissait, soit seul et suivi d'un employé subalterne à cheval, 
nommé Ueberreiter, soit en compagnie de l'un des bourgmestres ou du 
prévôt. C'est lui qui prononçait le discours officiel aux fêtes civiles, 
au Schwœrtag et aux réceptions d'étrangers de distinction. Dans 
des questions graves, bien qu'il n'eût que voix consultative, son 
avis devenait le plus souvent prépondérant et décisif. Aussi avait- 
on soin d'appeler au poste de greffier-syndic des hommes recom- 
mandables par leur savoir, leurs lumières et leur honorabilité. Trois 
d'entre eux arrivèrent à la dignité de bourgmestre, ce furent: 
Roman Simon, 1541 ; Jacques-Henric Pétry, 1633-1660, et Josué 
Fûrstenberger, 1699-1732.* 

L'organisation administrative de Mulhouse, telle que nous venons 
de l'esquisser, se maintint jusqu'en 1740, époque où une affaire de 
famille dans les détails de laquelle nous ne pouvons entrer, et que 
l'on trouve exposée chez tous nos historiens mulhousiens, vint ame- 
ner de notables changements. A l'exemple des cantons suisses, leurs 
alliés depuis l'an 1466, les bourgeois créèrent un Grand-Conseil, 
composé des vingt-quatre membres de Tancien Sénat (appelé depuis 
le Petit-Conseil), des trente-six assesseurs des corporations, Sechser, 
et de dix-huit autres assesseurs, Dreier, élus par les corporations ; ce 
qui porta au nombre de soixante-dix-huit membres le plénum des 
deux Conseils. 



» V. Note vn. 



Digitized by VjOOQIC 



-^ 9 -- 

Chacun de ces Conseils avait des attributions distinctes. Nous ne 
nous arrêterons ici qu'à celles qui se rapportent aux juridictions 
civile et criminelle ; quant à l'institution et aux règlements du tri- 
bunal des corporations, Zimftgericht, et des autres tribunaux spé- 
ciaux, nous nous permettons de renvoyer nos lecteurs à la collection 
imprimée des statuts que la bibliothèque du Musée historique possède 
au complet et en plusieurs exemplaires.* 

Le tribunal ordinaire de la ville, Ordinari-Stadtgerichl ou simple- 
ment Stadtgerichty statuait en première instance au civil ; il con- 
naissait de toutes les causes relatives aux dettes, aux successions, 
aux propriétés, aux voies de fait, aux injures ; ces dernières étaient 
jugées par une commission spéciale appelée Scheltgericht. Le Stadt- 
gericht siégeait tous les vendredis, de7 à 11 heures du matin, sauf 
certains jours fériés fixés par le règlement. Ses membres étaient 
élus tous les ans, le mercredi précédant la fête de Saint-Hilaire (14 
janvier). Il se composait, depuis 1740, du sous-prévôt, de celui 
des trois bourgmestres qui, dans le courant de l'année, n'était pas 
en exercice, de deux membres du Petit-Conseil, de trois maîtres des 
corporations des métiers, enfin, de six assesseurs ou échevins, 
GerichtS'Schô/fen, élus par le Petit-Conseil et pris parmi les membres 
du Grand-Conseil ou parmi d'autres bourgeois recommandables par 
leur intelligence et leur expérience. 

Au commencement de chaque séance, tous les juges prêtaient le 
serment de suivre attentivement les débats et de prononcer leur 
sentence en âme et conscience et conformément aux articles du 
code urbain. Les parties pouvaient appeler de la juridiction du 
Stadtgericht à celle du Petit-Conseil et de celle-ci, en dernier lieu, 
au Grand-Conseil. Ces recours existaient également pour les juge- 
ments des tribunaux spéciaux, à l'exception toutefois de ceux du 
tribunal matrimonial. Les parties pouvaient elles-mêmes plaider leur 
cause ou bien la remettre à un avocat, Fursprech, qui devait être 



V. Note VIII. 



Digitized by VjOOQIC 



boui^eois de la ville et asseimenté ; aucun étranger n'était admis 
comme tel. 

Il nous reste maintenant à parler du président du Stadtgericht, 
c'est-à-dire du sous-prévôt, Unterschultlieisz, appelé simplement 
prévôt, Schultheisz ou Schtilz, depuis la suppression de la charge 
du prévôt impérial. Comme nos historiens ne se sont occupés qu'en 
passant de ce personnage important, nous allons, à son sujet, entrer 
dans quelques détails. C'est lui qui présidait et dirigeait les débats 
après avoir fait constater par l'appariteur, Amtsknecht, que les 
membres du tribunal étaient en nombre suffisant pour délibérer et 
que toutes les formalités préalables avaient été remplies. C'est ce 
qu'on nommait « dos Gericht verbanneii ou aufrufen, » (Statutm, 
1^« partie, fol. 4). Le symbole de l'autorité du prévôt était le bâton 
de justice, Schulzenstab, C'est en frappant avec ce bâton sur la 
table du prétoire, que le magistrat ouvrait et levait la séance, et 
imposait silence. Anciennement, ceux qui prêtaient serment met- 
taient la main droite sur ce bâton, pendant qu'ils répétaient la 
formule prescrite. On nommait cet acte « den Ëid staben, » bâtonner 
ou frapper le serment. Le Musée historique c nserve un exemplaire 
de ce bâton symbolique ; c'est « une canne en bois noir garnie de 
clous en argent et surmontée d'une pomme du môme métal, aux 
armes de la ville ; l'autre extrémité se termine par un lion en argent 
massif supportant la roue de Mulhouse. » (Voy. le Catalogue, N^ 105.) 
Mais outre les fonctions dont nous venons de parler, le prévôt en 
remplissait encore plusieurs autres : il tenait le registre des amendes 
que la ville avait à percevoir à divers titres ; il était juge arbitral 
entre les maîtres et les domestiques, ou dans certains litiges qui ne 
ressortissaient pas à la juridiction des tribus ; dans les procès crimi- 
nels, il soutenait l'accusation au nom de la ville, soit seul, soit 
assisté d'un avocat ; muni de son bâton pré votai, il accompagnait 
tous les dimanches au service divin le bourgmestre en exercice ; 
enfin, il était parfois chargé d'autres « commissions honorables » 
(RathS'Protoœll du 14 décembre 1698). Au XVI® siècle son costume 
officiel se composait d'une cuirasse et d'un manteau rouge; il 



Digitized by VjOOQIC 



- il -- 

portait sur la tête un casque de métal brillant et tenait dans la 
main une hallebarde (V. Zwinger, Histoire manuscrite). Au 
XVII® siècle ce costume était aux couleurs de la ville, blanc et rouge ; 
mais ces couleurs étant aussi celles des manteaux que portaient les 
appariteurs, on trouva convenable de les remplacer par l'habit et 
le manteau noirs et le rabbat. En 1733, on lui fit reprendre le cos- 
tume primitif, mais le rouge devait être de nuance écarlate et le 
drap plus fin (Raths-Protoc. du 26 août). En 1765, on revint au 
vêtement noir, par dessus lequel le prévôt devait jeter un manleau 
écarlate, lorsqu'il siégeait au tribunal criminel; dans ce cas, le 
cabasset, Stnrmhaube, dont il avait été coiffé antérieurement, était 
remplacé par un chapeau noir (Raths-Protoc, du 2 décembre). 

Les émoluments fixes du prévôt étaient minimes et variaient 
souvent d'année en année; mais son casuel était important : outre 
les droits à payer par les parties condamnées par lui en sa qualité 
de juge arbitral, il avait l'usufruit d'une partie des fossés de la ville ; 
il percevait l'impôt payable par les juifs, lorsqu'ils entraient en ville, 
Judenzoll; il touchait celui des marchands étrangers qui venaient 
aux foires, et avait sa part aux péages des bestiaux et des ponts, 
Jahrmarkt' Viehr und BruckenzolL Plus tard tous ces droits furent 
remplacés par des indemnités en argent, auxquelles on ajouta encore 
une certaine somme pour son costume officiel (Raths-Protoc. des 2 
décembre 1765, 19 décembre 1770, 20 juin 1771, 5 octobre 1791, 
27 février 1792). 

On reconnaît par ce qui précède toute l'importance des fonctions 
remplies par le prévôt, qui, comme nous l'avons fait remarquer, 
était aussi chargé du rôle d'accusateur devant le tribunal criminel. 
C'est de ce tribunal que nous aurons encore à nous occuper. 
Il prononçait les jugements consignés dans cette publication, 
et dont nous avons essayé de donner une traduction exacte et 
conforme à l'esprit du temps où ils ont été rendus. C'est à titre 
d'étude des mœurs et de la juridiction de nos ancêtres que nous les 
avons extraits des archives et des chroniques manuscrites, et que 
nous osons les offrir à l'indulgence de nos lecteurs. 



Digitized by VjOOQIC 



- lî - 

Au moyen-àge, les jugements se rendaient en public, à ciel 
découvert, sous les arbres, au bord d'un fleuve, sur un pont, sur 
la place publique, et, plus lard seulement, sous le portique ou dans 
Tintérieur des bâtiments publics. Les juges qui, en Alsace, étaient 
ordinairement au nombre de vingt-quatre, étaient choisis parmi les 
membres des Conseils urbains et parfois parmi les autres bourgeois. 
Dans des cas extraordinaires, on appelait même sur les lieux des 
juges étrangers. Ainsi, nous apprenons que dans plusieurs affaires 
criminelles, la ville d'Ensisheim fit siéger à côté de douze juges pris 
dans son sein, douze autres de Thann, d'Altkirch, de Masevaux, 
de Cernay et de Landser (Merkien, Histoire d'Ensisheim, I, 288 à 
289) -, ainsi, à Mulhouse, les chefs et les principaux inculpés dans 
les troubles civils de 1587, furent jugés, le 7 février, sur la place 
Saint-Etienne par vingt-quatre juges choisis parmi les soldats suisses 
qui venaient de vaincre les insurgés ; car les membres du Conseil, 
qui avaient souffert le plus pendant la révolte, étaient les accusateurs 
et ne pouvaient pas être à la fois juges et partie. 

Le tribunal criminel, appelé Malefizgericht, était présidé par un 
des boui^mestres, qui, dans ce cas, tenait le bâton sacramental. Si 
nous avons dit plus haut que le nombre des juges était ordinaire- 
ment de vingt-quatre, constituant celui des membres du Petit-Con- 
seil, il paraît que parfois le nombre des juges présents était infé- 
rieur, car un décret de 1775 porte que « toutes les fois que, dans 
les affaires entraînant la peine capitale, les voix qui prononçaient 
cette peine étaient moindres que quatorze, le nombre des juges 
devait être immédiatement porté à vingt-quatre et que le vote devait 
recommencer.* » 

De même qu'au tribunal civil, le prévôt, l'accusateur public, 
ainsi que l'accusé, pouvaient être assistés d'un avocat assermenté : 
les deux parties adverses pouvaient également choisir les leurs au 
tribunal criminel. 

Les témoins étaient introduits par l'appariteur, Amtsknechly qui 



* V. Note IX. 



Digitized by VjOOQIC 



— 13 — 

se tenait soit derrière le fauteuil du président, soit à là porte du 
prétoire; il remplissait, en quelque sorte, les fonctions de l'huissier 
audiencier de nos jours. 

D'ordinaire les séances étaient publiques, bei offenen Thuren ; 
toutefois, dans certains cas, l'entrée était fermée au public * ; mais 
les portes se rouvraient lorsque le président prononçait la sentence. 
En cas d'acquittement, le magistrat ordonnait la mise en liberté de 
l'inculpé, en ajoutant à haute voix, pour être aussi compris par les 
personnes qui se trouvaient au dehors, que « la considération et 
• l'honneur de l'acquitté étaient déclarés hors de toute atteinte. » 

Arrivé au terme de notre esquisse rapide de la juridiction du vieux 
Mulhouse, il nous reste encore à dire un mot sur la législation suivie 
dans les jugements du Petit-Conseil, érigé en tribunal criminel. 

La République de Mulhouse n'avait pas de code pénal spécial. 
Dans le principe, la coutume et la tradition en tenaient lieu, comme 
cela se pratiquait d'ailleurs en Alsace et dans les pays avoisinants. 
Mais, tout en s'inspirant de la sagesse de leurs ancêtres, les juges 
étaient libres dans l'application des peines ; ils ne relevaient que 
de leur conscience et de la lumière naturelle de leur raison.* Peu à 
peu d'autres éléments surgirent dans la juridiction et contribuèrent 
à la transformer et à lui donner des bases plus solides. 

Vu notre incompétence dans la matière, nous laisserons la parole à un 
jurisconsulte autorisé, au savant auteur des « Anciennes juridictions 
de l'Alsace*, » Véron-Réville, ancien conseiller à la Cour impériale 
de Colmar et plus tard à celle de Bordeaux, où il est mort. Voici 
ce qu'il nous dit : 

« Au XIII® siècle on voit apparaître deux recueils de droit, qui 
ont eu, pour la législation de l'Allemagne, une importance dont les 
effets se font sentir encore de nos jours. Nous voulons parler de ces 
compilations qui, nées et plus particulièrement appliquées, l'une 



' V. Note X. 

• V. Note XI. 

' Colmar 1857. 1 vol* in-8^. 



Digitized by VjOOQIC 



14 - 



dans la partie septentrionale, l'autre dans la partie méridionale de 
l'Empire, sont connues sous les dénominations de Sachsenspiegel, 
Miroir de Saxe, et de Schwabenspiegel, Miroir de Souabe. Bien 
qu'elles n'eussent aucun caractère officiel, leurs dispositions n'en 
devinrent pas moins, en quelque sorte, obligatoires, par cela même 
qu'elles étaient l'expression la plus vraie el la plus pure du droit 
germanique alors en vigueur. » (Pages 13 et 14.) 

• Mais, à dater du milieu du XV® siècle, une transformation com- 
plète s'est opérée dans l'état juridique de l'Allemagne. Plusieurs 
générations de Docteurs ont été formées par les Universités. Pour 
eux, le droit romain, dont ils ont été presque exclusivement nour- 
ris, forme seul, avec les lois et les constitutions impériales, le droit 
œmmun. Quant au droit national non écrit, il n'est plus qu'un droit 
épuivoque, dont l'application ne peut engendrer que confusion et 
arbitraire. Dès lors aussi, l'usage du droit romain devint général 
dans les tribunaux, surtout devant les Justices impériales. Les 
anciens échevins, Schëffen, qui n'étaient plus à la hauteur de la 
science nouvelle, furent, en partie, remplacés par des Jurisconsultes. 
Dans les villes, le Magistrat s'adjoignit, en qualité de greffier ou de 
syndic, un Docteur chargé d'éclairer les délibérations. En un mot, 
lorsque l'empereur Maximilien l^^ instituant, en 1495, la Chambre 
impériale, proclamait solennellement l'autorité du droit romain, la 
révolution juridique était déjà accomplie ; le législateur ne faisait 
que consacrer un état préexistant. » (Pages 19 et 20.) 

Voici maintenant ce que notre auteur nous apprend sur l'appli- 
cation de ces deux législations à la législation particulière de l'Alsace : 

€ Nulle part, la variété des aperçus que nous avons essayé d'es- 
quisser sur l'histoire générale du droit en Allemagne, ne se vérifie 
mieux que dans notre province. VAkace, suivant le dernier état 
des choses, était un pays de droit mixte, régi, tout à la fois, par 
la coutume et par le droit romain. Non pas que ces deux droits 
exerçassent une autorité simultanée et concurrente, et que l'on pût 
indifféremment recourir à l'un ou à l'autre : la coutume avait la 
prééminence, et ce n'était que lorsqu'elle était muette, que le droit 



Digitized by VjOOQIC 



- 45 — 

romain acquérait force de loi et devait être appliqué. » Pages 22 
et 23. 

Les deux législations dont on vient de parler, renfermaient à la 
fois des dispositions relatives aux juridictions civile et crimineUe, 
séparées plus tard et réunies, chacune, dans des codes spéciaux. 

En 1532, Charles-Quint fit publier un code criminel, qui d'ailleurs 
avait déjà été précédé par ceux dits de • Bamberg », en 1507, et de 
• Brandebourg », en 1516, et de deux projets de code élaborés par ordre 
du même empereur dans les années 1521 et 1529. Il est connu sous 
le nom de Peinliche Gerichtsordnung Kaiser KarVs des Funftm^ 
Mis en vigueur dans toutes les provinces de l'Empire, ce code était 
consulté et parfois appliqué en Suisse et spécialement à Mulhouse, 
comme on va le voir dans les pages suivantes, mais avec les 
modifications que la conscience et les lumières des juges trouvaient 
bon d'y apporter, principe que nous avons déjà eu l'occasion de 
constater. 

Les jugements prononcés par le tribunal du Petit-Sénat de Mul- 
house étaient consignés dans les livres des procès-verbaux, Ratlis- 
Protocolle, dont des extraits substantiels, rédigés par le greffier- 
syndic, étaient transcrits dans des recueils connus sous le nom de 
Extraclm- ou Bûrgermeister-Bûcher. Nous en avons pu consulter 
quatre exemplaires, dont un appartient à une famille de Mulhouse, 
un autre, celui du chroniqueur Mathieu Mieg, au Musée historique, 
et les deux autres aux archives de la ville. Ces derniers sont les plus 
complets. Ils commencent vers la fin du XVP siècle et vont jusqu'à 
la fin du XVIII®. L'un est écrit de la main du greffier-syndic Josué 
Hofer, depuis 1748 jusqu'en 1797; il comprend 91 7 pages in-folio. 
L'autre, rédigé pour l'usage particulier du bourgmestre Jean-Henri 
DoUfus, depuis 1778 jusqu'en 1797, compte 1100 pages in-folio. 
Dans l'un et dans l'autre les matières se suivent par ordre alpha- 
bétique. 



* Le jurisconsulte D' II. Zœpfl, professeur à Heîdelberg, vient d'en donner une 
nouvelle édition synoptique. 2« édition, Leipzig et Heîdelberg 1876, in-8^ 



Digitized by VjOOQIC 



— 16 ~ 

JUGEMENTS 
rend. us en matière criminelle 

PAR 

LEPETIT-SÉNAT DE L'ANCIENNE RÉPUBLIQUE DE MULHOUSE 

XVI* siècle. 

1. 

Mauvais traitements exercés sur les parents. — Jean-Jacques 
K., qui avait battu sa mère et provoqué son père à se battre avec 
lui, est condamné à la prison. Après avoir subi sa peine, il deman- 
dera pardon de son crime et jurera de ne pas se venger* ; de ne 
porter d'armes que pour monter la garde ; de ne plus se présenter 
aux noces, aux cabarets, aux loges des portes de la ville *, ni dans 
aucune société autre que celle de la buvette de sa corporation.* 

1582. 

* Texte : « ein Urphed schwôren » ; ce serment par lequel le condamné 
ne s'engageait pas seulement à ne pas se venger, mais, en cas de bannisse- 
ment, à ne plus rentrer dans le pays, était prêté oralement et parfois répété 
par écrit. Voy. Slatuten und Gerichts- Ordnung der Stadt Mùllhausen, 
25 mars 1740, fol. 38 et 39. Art. XXX. Cf. Peinliche Gerkhlsordiiung Kamr 
Karls V (Carolina), par H. Zœpfl, Leipzig et Heidelberg, 2« édition, 1876. 
pp. 92 et 93. — * « Thorstûblein, ♦ — * t Schenke mifder Zmfft. » 

2. 

Troubles et rébeluon contre le magistrat, 1587 et 1588. — 
Trois cent quatre-vingt-cinq bourgeois de Mulhouse, et quinze habi- 
tants d'IUzach, qui avaient pris part à la rébellion, furent condamnés 
à des amendes plus ou moins fortes selon le degré de leur culpabi- 
lité. Les plus coupables furent, en outre, enfermés dans le Walken- 
thurm ou dans les caveaux de l'hôtel de ville. Martin Dummel, 
armurier, natif de Zoffingen, en Suisse, qui, du haut de la Porte 
de Bâle, avait dirigé les pièces de feu sur les assiégeants et en avait 
tué un grand nombre, fut condamné au gibet et exécuté sur la 
place Saint-Etienne. 



Digitized by VjOOQIC 



— 17 — 

Deuxième rébeluon. — Le 17 juin 1590, le tribunal criminel' 
condamna à périr par le glaive vingt-six soldats qui avaient pris j)art 
à la deuxième rébellion et avaient blessé ou tué des bourgeois. 
Parmi eux se trouvaient un seul Mulhousien et quatre Alsaciens ; les 
autres étaient des mercenaires suisses ou allemands. 

Le 26 juin de la môme année, cinq bourgeois, convaincus du 
crime de haute trahison, furent décapités, puis écartelés et leurs 
corps pendus au gibet. 

Le l^"" juillet suivant, six autres bourgeois subirent le même sort, 
ainsi que le sous-prévôt qui avait livré le sceau du Conseil pour 
être apposé à une lettre adressée à Lucerne par les rebelles. D'au- 
tres, trouvés moins coupables, furent emprisonnés ou condamnés à 
des amendes.' 

» « Malefizgerkht. . — * V. Mieg, I, p. 206; 209 ; II, p. 200 et suiv. 

3. 

Suictoe. — La fortune de Geoi^e K., qui s'était donné la mort 
en pays étranger, fut confisquée * ; toutefois on en restitua plus tard 
les deux tiers aux héritiers. 20 janvier 1594 et 28 août 1595. 

^ Les cas où Tautorité supérieure avait le droit de confiscation de la 
fortune d'un suicidé, sont spécifiés dans la Carolina de 1532, chap. GXXXV ; 
— Cf. Der rkhteiiich Qagspiegel, Strasbourg 1538, fol. GXXXim, verso. 



XVn- siècle. 



4. 



Déplacement d'une pierre-borne. — La femme de Clade B. qui 
avait déplacé une pierre-borne dans les vignes, payera 100 florins; 
elle ne pourra pas sortir de la ville pendant un an et est déclarée 
infâme. 21 mai 1613. 



Digitized by VjOOQIC ^_^ 



- 18 — 

5. 

Pour avoir battu sa mère, Jean H. est condamné à être admo- 
nesté à l'église pendant le service divin * ; il payera une amende 
de 1200 florins; en outre, il est déclaré infâme et indigne de porter 
les armes.' 8 août 1625. 

* Texte : « mussie eim stand in derKirctien Ihun • ; plus ordinairement : 
t einen Kirchensland thun. * Le délinquant, accompagné d'un sergent de 
ville, était placé à rentrée de la porte du clocher donnant dans Téglise : 
c'est là qu'il devait écouter les admonestations du pasteur qui le signalait 
à l'assemblée par ses noms et prénoms, et l'exhortait à expier son crime 
et à se corriger. Les parjures et les blasphémateurs étaient obligés de faire 
pénitence devant la chaire, près de laquelle se trouvait, sur le deuxième 
pilier de la nef, à gauche en entrant, une tête sculptée en bois, dite der 
Kopf des GoUeslàslerers. Voy. Graf, U, p. 355 et 356, et Aug. Stceber, 
Alsalia 1875-1876, p. 156. Cette tête se trouve aujourd'hui au Musée his- 
torique; V. Catalogue p. 25, N<> 159. — * « Ehr- und wehrlos. » 

6. 

Suicide. — Les héritiers de Georges B., qui s'est pendu, sont 

condamnés à une amende de 100 écus. 3 août 1637. 

Ce jugement est accompagné de la note suivante, écrite par J.-H. Reber 
l'aîné : « Wegen Caspar K. war der Frefel (l'amende) 5 Pfd. und dem 
Scharfrichter^ Pfd. 26. Aug. 1683. --Samuel P. i60Pfd. 15. Aug. 1714. . 

7. 

Le sieur Th., curé de Zimmersheim, qui s'était réfugié à Mulhouse*, 

fut condamné, malgré l'intercession de l'évêque', à la prison et à 

une amende de 100 florins, pour avoir, pendant son séjour dans 

la ville, béni le mariage de sa cuisinière avec un soldat. 23 août 

1637. 

' A cette époque le Sundgau et une grande partie de la Haute-Âlsace 
étaient, à chaque instant, traversés par des armées étrangères, qui deman- 
daient des provisions et occupaient alternativement les campagnes pendant 
plus ou moins de temps; c'étaient tantôt les Impériaux, tantôt les Français, 
tantôt les troupes de Bernard, duc de Saxe-Weimar. Une foule de villageois 
et avec eux plusieurs ecclésiastiques catholiques vinrent alors demander un 
refuge à Mulhouse ; la ville le leur accorda sous la condition de lui jurer 
obéissance et fidélité et de lui payer une contribution mensuelle. La reli- 
gion catholique n'ayant pas le droit d'y exercer son culte, le curé de 
Zimmersheim se trouvait en contravention et en fut puni. — 'L'évéque 
de Bâle. — Pour les détails, voy. Fùrstenberger, Chron. manscr. Liv. VU! , 
chap. 7 ; Graf, II, 298; Ch. de Lasablière, 444 et suiv. 



Digitized by VjOOQIC 



— 49 — 

8. 

Jean St. fui condamné à la prison pour avoir coupé des bourgeons ' 
sur les bords de la Sinne.^ 7 août 1639. 

* € Knospen. • — " L'usufruit des plantations ainsi que de l'herbe de la 
Sinne et d'autres fossés constituait une partie du traitement de certains fonc- 
tionnaires, tels que : le Baumeister, le Sladtschreiber, etc. Un arrêté du Con- 
seil, daté du 2 mars 1631, porte : « Der Graben zwischen der Baseir und der 
Bleilaltetimilhle, dos Bollwerk genannt, gehôri dem Stadlschreiber . » Voy. 
d'autres arrêtés du 10 avril 1695; du 16 février 1733, etc. dans le Bwger- 
meisier- ou Exlractcnhnch, manscr. in-folio. Archives de la ville. 

9. 

Vols commis dans les champs. — Toute personne jouissant du 
droit de bourgeoisie, convaincue d'avoir volé des fruits dans les 
champs, payera une amende de 4 florins. Les personnes qui sont 
seulement admises à domicile*, subiront la peine de la Trille^ ou 
celle du violon.* Mandement du 25 août 1648. 

* « Hintersassen. • — • Espèce de cage à tournette dans laquelle on 
plaçait les maraudeurs et qu'on faisait tournoyer à l'aide d'une manivelle 
jusqu'à ce qu'ils eussent rendu le corpus delicli. — ' Le violon, die Geige, 
consistait en une planchette qu'on attachait au cou du condamné moyen- 
nant une chaîne ; au milieu étaient pratiqués deux trous pour y faire passer 
les mains ; le condamné était ou exposé pendant quelque temps aux regards 
du public ou promené par la ville, accompagné d'un Stadlknecht. La 
Geige fut abolie en Alsace par un arrêté du Conseil provincial de Brisach, 
rendu le 18 juin 1678. Voy. Ordonnances d'Alsace, Tome I, fol. 56 et 57, 
et Alsaiia, 1875-1876. p. 8i-88. A Strasbourg cette peine était connue 
sous la dénomination < an die Harpfe schtagen. > 

10. 

FlLS CONDAMNÉ POUR AVOIR CALOMNIÉ SON PÈRE. — Daniel E. CSt 

condamné à l'admonestation pendant le service d\\in y Kir chemtand ; 
il payera en outre une amende de 200 livres pour avoir dit que 
son père l'avait battu comme un assassin. 20 septembre 1650. 

11. 

Inceste. — Sur la demande du magistrat de Zurich, Jacques W., 
de Tagschwanden, convaincu d'inceste avec sa bru, fut mis en 



Digitized by VjOOQIC 



- 20 - 

prison dans notre ville et condamné à périr par le glaive. 4 mai 

1653. Tous les frais furent payés par ladite ville de Zurich. 

Cf. FûRSTENBERGER, Chrofi. ffiuscr, Liv. IX, chap. 2. — Conformément 
au Code matrimonial de l'année MU, art. XVII, § 3, Tinceste commis dans 
les conditions de parenté spécifiées ci-dessus, était puni de bannissement à 
perpétuité ; avant de subir sa peine, le coupable était battu de verges. 

12. 

Meurtre. — Le dimanche, 24 juillet 1658, Herman Schl., ori- 
ginaire de Liège, cavalier du régiment Balthasar, en quartier au 
village de Hochstatt, s'était enivré à Tauberge du Raisin; puis, traver- 
sant la place de l'hôpital, il avait lâché ses deux pistolets sur Jacques 
Graff, bourgeois et charron, assis tranquillement devant sa maison, 
et qui moumt quelques heures après par suite de ses blessures. Le 
meurtrier fut arrêté, mis en prison et condamné à mort. L'exécution 
par le glaive eut lieu peu de jours après, malgré les réclamations 
et les menaces des officiers de la compagnie de M. Fraise, à laquelle 
ce cavalier appartenait. 

Cf. FÛRSTENBERGER, Chrou. mnscT. Liv. IX, chap. 3;— M. Mieg, Tomel, 
p. ^0. 

13. 

Injures. — R., de Modenheim, qui avait traité Monsieur le pas- 
teur supérieur Salathé * de misérable et de trouble-ménage, fut mis 
en prison et condamné à une amende de 50 livres. 26 mars 1679. 

* t Herrn Obrisi P faner S. • — Voy. Slatuten und GerichtS'Ordnmg, 
etc. Art. XXXI, § ^. 

14. 

Formules magiques. — Joseph J. sera mis à la question* pour 

avoir appris au domestique de Jean Abt toutes sortes de formules 

et de pratiques magiques très condamnables. Le domestique fut 

condamné aux travaux forcés du Schellenwerk.* 23 avril 1679. 

' Voy. Die Folter in der ehemaligen RepubUk MiUhausen, par F. Otte, 
Atefl/ifl 1856-1857, p. 119-125. ^ ^ * Der Knechl soll an*8 Schellenwerk 
(jeschlafjen werden. » Ceux qui étaient condamnés au ScheUenwerk étaient 
chargés de chaînes ou traînaient des boulets de fer pendant qu'ils exécu- 
taient les travaux publics les plus pénibles sous la surveillance des valets 
de ville ; ils étaient coiffés de chapeaux ou de bonnets garnis de grelot^» 
SiMlen, qui se faisaient entendre à chaque mouvement du corps. 



Digitized by VjOOQIC 



15. 

Vol d'église. — G., bourgeois de la ville, qui avait volé Targenl 
du tronc de l'église Saint-Etienne et commis encore d'autres vols, 
est condamné à périr par le glaive. L'exécution eut lieu le 3 août 

1683. 

G^t ans après cette exécution, le Conseil souverain d'Alsace condamnait 
encore les voleurs d'église à avoir le poing coupé, puis à être brûlés vifs, 
revêtus d'une chemise soufrée ou ardente. Voy. Ordonnances d'Alsace et 
M. DE Neykemànd. Petite Gazette des tribunauv etc. de l'Alsace, 1860, 
fol. S% 83 et 100. 

16. 

Bestialtté. — NN., convaincu du crime de bestialité, est con- 
damné à périr par le glaive ; après l'exécution son corps sera livré 
aux flammes. 18 juillet 1688. 

V. Carolina, chap. CXVI. 

17. 

Les capucins de Landser consultés pour découvrir un voleur. — 
Un vol de plusieurs pièces de drap fut commis avec effraction dans 
le magasin du bourgeois Cl. S. T. Celui-ci envoya un tailleur à 
Landser pour consulter les pères capucins sur l'auteur du vol. La 
nuit suivante, on trouva une partie de la marchandise devant la bou- 
tique de Cl. et une autre dans la rue du Raisin. Cl. fut condamné 
à une amende de 35 livres et le tailleur à la prison. 29 octobre 
1690; 14 mars 1691. 

Le magistrat avait dans plusieurs mandements défendu les pratiques 
superstitieuses et les consultations pour découvrir des vols ou des trésors. 

18. 

Duel. — Deux capitaines français s'étant battus en duel sur le 

territoire de Mulhouse, et l'un d'eux ayant été tué, le major du 

régiment eut à payer à la ville une amende de 100 écus. 11 mars 

1691. 

19. 

Exorcisme. — Pierre Dax est condamné à huit jours de prison, 
qu'il subira au Walkenthurm ; il fera, en outre, amende honorable 
à l'église pendant le service divin, pour avoir fait venir du canton 



Digitized by VjOOQIC 



- 22 - 

de Soleure un exorciste, avec l'aide duquel il espérait trouver un 

trésor caché au Mmchsberg. 25 octobre 1693. 

On trouve sur les chercheurs de trésors au Mûnchsberg des détails fort 
curieux dans la Chronique manuscrite de Fûrstenberger, Liv. X, chap. 8, 
ad. ann. 1693. — De temps immémorial, t seit vralten Zeiten, » le chapitre 
de Bâle, « die hasslerische Hohe Thumslifft, » jouissait à Mulhouse du quart 
de la grande dîme de blé et de vin ; il possédait, en outre, des rentes sur 
des champs et des vignes du Mûnchsberg. Après de longues négociations, 
la ville parvint à racheter ces rentes pour la somme de 8000 florins, le 
10 octobre 1682. Fûrstenberger, 1. c. Liv. X, chap. 3. 

20. 

Rixe entre deux nobles. — Le seigneur de Landenberg et le 

seigneur Schulter s'étant battus à Illzach, le premier fut condamné 

à 2 florins, le second à 6 florins d'amende. Cet argent fut distribué 

aux pauvres, l^'' mars 1694. 

La ville de Mulhouse avait acheté, en U37, des comtes Louis et Ulrich 
de Wirtemberg les villages d'Illzach et de Modenheim avec tous les droits, 
dépendances, etc. Le château resta toutefois séparé du village ; il fut suc- 
cessivement la propriété des nobles dlllzach, des Gerwart, des Knittel, des 
Hirtzbach, des Gielen et des Hohenfùrst; cette dernière famille s'étant 
éteinte en 1613, les nobles de Landenberg firent Tacquisition du château 
qu'ils conservèrent jusqu'en 1797, où il fut acheté par un bourgex)is dlll- 
zach. Notre Musée historique possède une gravure représentant le village, 
réglise et le château. Voy. Catalogue, N^ 172. 

21. 

Infidélité d'un ARcmTECTE de la ville.* — Comme après le décès 

de l'arcbitecte J. W., on constata de nombreuses soustractions par 

lui commises au préjudice delà ville, et qu'au surplus il fut prouvé que, 

dans plusieurs occasions, il avait violé son serment, ses héritiers furent 

condamnés à payer à la ville une indemnité de 207 livres ; en outre, 

son traitement fut confisqué et l'herbe du fossé, dont il avait eu 

la jouissance, fut donnée à l'hôpital. 10 avril 1695. 

* Le Baumeister était chargé des plans et de Fexécution de toutes les 
constructions de la ville et de son enceinte, comme aussi d'en surveiller 
la conservation. Il lui était adjoint un conducteur des travaux, Werkmeister, 
un maitre maçon et deux autres aides. 11 avait à se présenter tous les 
samedis devant le bourgmestre, « er soll jeden Samstag am Brett referiren. > 
pour rendre compte des travaux de la semaine ; il ne pouvait pas dépasser 
de 4 florins les devis Gxés par le Baugerkht sans l'assentiment du Conseil. 
Voy. RathS'Protocoll du 23 juin 1687; du 3 février 1692, etc. 



Digitized by VjOOQIC 



- i3 -. 

22. 
Vol de toile. — George Sch., convaincu d'avoir volé plusieurs 
pièces de toile suspendues le long du fossé, est condamné au carcan S 
à une amende de 50 livres et à tous les frais du procès. 26 juin 

1695. 

' Hdseisen, 



XVnr siècle. 

23. 

Incendiaire. — Anne-Marie K., qui avait mis le feu à une grange, 

à Illzach, fut exécutée par le glaive.* 4 juillet 1703. 

^ Dans d'autres pays les incendiaires furent brûlés vifs. Y. Carolina, 
chap. CXXV. 

24. 

Assassinat et vol. — Un ouvrier tisserand de Saint-Gall, nommé 

Karrer, fut convaincu d'avoir, le 19 octobre 1709, assassiné à coups 

de pierre et de couteau son camarade Meyer et de lui avoir volé 

son argent. Il fut décapité ; puis, attaché sur la roue, il fut exposé 

à l'endroit où il avait commis le crime, c'est-à-dire près d'un fossé 

nommé Entenloch, dans la banlieue d'Illzach. 

FûRSTENBERGER, 1. c. Liv. XI, chap. 3, qui rapporte les détails du crime 
et les contestations que le procès avait suscitées entre le bailli de Landser 
et la ville, ajoute que celle-ci eut à payer tous les frais conformément aux 
articles CCIV et CCXVUI de la Carolina. Voir aussi : Mieg, II, 39, et 
Graf, III, 94. 

25. 

Faux serment. — La famille H. : le père, la mère, le fils et sa 

femme, qui avaient fait un faux serment dans une affaire d'héritage, 

furent condamnés à être admonestés à l'église, en présence de la 

communauté. Le père eut à payer une amende de 100 livres et à 

restituer à ses co-héritiers plus de 200 livres dont il les avait voulu 

spolier. 22 janvier 1721. 

La Carolina, art. GVII. punissait le faux serment prêté devant le juge 
par la perte des deux doigts que le parjure avait levés. 



Digitized by 



Google 



- ?4 - 

26. 

Coups donnés a un franciscain. — Le voiturier M. S., de Mul- 
house, convaincu d'avoir, près de Modenheim, roué de coups un 
franciscain de Roufîach el de l'avoir grièvement blessé, fut condamné 
à envoyer dans cette ville une personne agréée par les pères, pour 
demander pardon en son nom. Il eut, en outre, à subir un empri- 
sonnement de quatorze jours, à payer au couvent une somme de 
80 livres pour être distribués aux pauvres, à payer le médecin et 
les frais du procès, ce qui lui coûta encore près de 100 livres. Enfin, 
défense lui fut faite de fréquenter, pendant six mois, toute société 
honorable. 19 juillet 1723. 

FûRSTENBERGER, Lîv. XI, chap. 14, qui rapporte les détails de cette 
affaire, dit au commencement de son récit : • Es ist mch dièses Jahr dos 
alie Sprichwort erfûlU worden : 

Wer nichts hat zu schaffen 

Der schlage einen Juden oder Pfaffen, 

Es gienge hey Modenheim bey starkem Regenwetier ein Franziskaner von 
Ruffach, der wohl zu MUtag gespeisst und dabey dos trincken nicht vergessetiy 
Namens Polycarpus, fur Michael S. so neben seinem Wagen gienge varbey, 
grûssete ihn, indem zwahr S. gedanckt, aber Regens halben den Huth nicht 
abgezogen, der hiesse ihn einen groben DôlpeL S. gab spizige Antwort, so 
dass es zu Streichen kamme, und der Franziskaner ûbel verwundet sich auf 
MiUhausen fUhren liesse, und klagte es dem Bûrgermeister, welchem gut Recht 
zu halien versprochen wurde, woraufer sich nach Ruffach fûhren liesse. . . » 
Yoy. aussi : Graf, III, 181-182, et Mieg, II, 50 ; ce dernier se trompe en 
rapportant Taffaire à Tannée 1720. 

27. 

Assassinat et vol. — Le garçon boucher Sch. est convaincu 

d'avoir assassiné et volé son camarade St. , d'en avoir coupé le corps 

en pièces qu'il jeta dans la Sinne. Il est condamné à être roué vif *, 

puis étranglé avec une corde ; après l'exécution, son corps restera 

exposé sur la roue au lieu dit Bahnloch^ 27 décembre 1726. 

* Le supplice de la roue dont on fait remonter Finvention à Tempereur 
Commode, et qui n'a été aboli en France qu'en 1789, est Fun des plus atroces 
que rimagination de Phomme ait pu concevoir. Voy. M. de Neyrexand, 
1. c. 1859, fol. 113, où se trouvent les détails de cet horrible supplice. — 
' c Dos Bahnioch ist rechter Hand so man zum Oberlhor hinaus gehet, bey 
• einem Eichbaum, so auf einer Hôhe stehet » Fûrstenberger, Liv. XI, 
chap. 14. 



Digitized by VjOOQIC 



28. 

Vol de raisins. — Frédéric H., convaincu d'avoir coupé dans 

les propriétés de ses voisins des branches de vignes chargées de 

raisins et de les avoir attachées aux ceps de ses propres vignes, est 

condamné à huit jours de prison au Walkenthurm; de plus il lui est 

enjoint de vendre ses vignes dans l'espace de quatre semaines ; le 

vin qu'on y récoltera sera partagé entre lesdits voisins; enfin, le 

condamné ne pourra plus posséder de bien-fonds dans la banlieue 

de la ville. 20 octobre 1728 et 10 février 1729. 

Ce Jugement, quelque dur qu'il puisse paraître de nos jours, est très doux 
en comparaison d*un jugement rendu à Golmar par le Conseil souverain 
d'Alsace dans la deuxième moitié du même siècle : < Deux voleuses de rai- 
« sins ont été condamnées au carcan, au fouet, à la flétrissure et à la détention 
f pendant dix ans dans une maison de force. > V. M. deNeyremànd, I. c, 
1860, fol. 100. 

29. 

Injures contre le bourgmestre. — La femme de Henri Sch. est 

condamnée à porter le Klapperstein * pour avoir proféré des injures 

contre Monsieur le bourgmestre en exercice.* 

* Voy. mon travail sur le Klapperstein, la pierre des mauvaises langues, 
p. 69-144 de VAlsaiia 1875-1876. — * * gegen den regierenden Herm 
Burgermeister. > 

30. 

Injures contre le petit-conseil. — Pour avoir injurié le Petit- 
Conseil et particulièrement plusieurs membres du gouvernement, 
H. L. est condamné à la prison ; il promettra, sous la foi du serment, 
de ne plus jamais troubler la paix publique ni de chercher à se 
venger. 21, 27 février 1732. 

S'étant établi à Dornach, et y ayant recommencé ses hostilités 

contre le magistrat, il fut remis entre les mains de la justice urbaine 

et condamné à la prison à perpétuité. 5, 16 juillet 1732. 

A cette époque les nobles de Ze RMn ou Zu Rhein, bourgeois de Mul- 
house, possédaient Dornach comme fief. 

31. 
Tentative d'empoisonnement d'un mari sur sa femme. — Jean- 
George E. est convaincu d'avoir saupoudré de verirde-gris* un plat 



Digitized by VjOOQIC 



de lentilles dont sa femme devait manger. Bien que celle-ci s'en 
fût abstenue, le coupable fut condamné au carcan, au fouet et banni 
de la ville. 15, 18 février 1736. 

Sur les instances de la famille, le condamné fut gracié par un 
jugement du 18 décembre 1737 et admis comme pensionnaire à 

l'hôpital. 

* Le texte a : Spongrûriy forme ancienne et peu usitée de Grûnspan, 

32. 

Blasphème. — Jean M., d'Illzach, qui a tenu des propos scan- 
daleux contre la Mère-de-Dieu, est condamné à la prison, à six 
semaines de ScheUenwerk, et ensuite à six mois d'arrêts dans sa 
maison; avant de subir sa peine, il sera admonesté à l'église en 
présence de la communauté. 15 mars 1740. Il doit l'admission de 
circonstances atténuantes à son manque d'esprit et à sa profonde 
ignorance, qui lui ont fait proférer des paroles condamnables sans 
y attacher aucune autre mauvaise intention.* 

* Texte : « seine Einfalt, grobe Unwissenheil, ohne andere base Absichlen, » 
— Voy. pour les supplices infligés, en Alsace, aux blasphémateurs, au 
moyen âge et jusqu'en 1789, Alsatia 1875-1876, p. 145-183. 

33. 

Paroles injurieuses contre le roi de frange.* — Pierre St., 

d'Illzach, est condamné à la prison et à une amende de 50 livres 

pour avoir proféré des paroles injurieuses contre sa Majesté le roi 

de France. 17 juillet 1743. 

' Louis XV. 

34. 

Calomnie. — Rosine B. est condamnée à porter le Klapperstein 
et à travailler pendant quatre semaines au Schelknwerk, pour avoir 
faussement accusé le sieur Christophe Schl. de faux en écriture et 
d'avoir, en outre, nié la signature des quittances qu'elle lui avait 
données. 10 novembre 1745. 

35. 

Vol de raisins. — Deux valets de labour, qui avaient volé des 



Digitized by VjOOQIC 



— 27 — 

raisins dans un enclos, furent conduits aux quatre portes par les 

sergents de ville, puis placés dans la Trille^ et bannis à perpétuité. 

12 septembre 1746. 

^ € Inder Trille getriUt. » 

36. 

Injures. — Jacques E. est condamné à huit jours de prison, qu'il 
subira au Walkenthurm; en outre, il portera le Klapperstein^ aux 
quatre portes de la ville, pour avoir traité de parjures les membres 
du tribunal des tutelles qui lui avaient imposé un curateur.' 30 juin 

1749. 

^ Ce n'était que dans des cas exceptionnels que Ton voyait des bourgeois 
condamnés à celle peine. -- * Voy. Siaiulen, etc. Deuxième partie^ art. 1, 
§1, et art. XXXVI, §1-7. 

37. 

Vol de laine/ — Martin St. et sa femme, qui avaient à plusieurs 
reprises volé de la laine à leur maître, furent condamnés à la restitu- 
tion de la marchandise. Le mari, qui avait pris la fuite, fut condamné 
par contumace ; la femme fut exposée sur la banquette de l'hôtel 
de ville, puis conduite, la Geige au cou, aux quatre portes, et 
condamnée à trois mois de travaux publics au Schellenwerk. 
27 août 1749. 

^ Les fabriques de laine dont le nombre flottait entre 60 et 90, existaient 
déjà au XVI« siècle ; elles n'occupaient qu'un nombre très restreint d'ou- 
vriers, car, à celte époque, le magistrat n'autorisait point rétablissement de 
grandes fabriques. V. Raths-Protoc. 8 juin 1569; Mieg, I, 302-303. 

38. 

Exposition d'un enfant. — Elisabeth Fr., d'Eglisau, qui avait 
exposé son enfant naturel dans la guérite hors la Porte du Miroir, 
se réfugia à Zurich, d'où on la renvoya sur la demande du magis- 
trat de Mulhouse. Elle fut conduite aux quatre portes de la ville, 
coiffée de la couronne de paille*, puis bannie à perpétuité. L'enfant 
lui fut rendu. 18 février, 18 mars et 8 avril 1750. 

^ • Strohkranz ». A Colmar les femmes de mauvaise vie portaient des 
chapeaux de paille pointus. 



Digitized by VjOOQIC 



-- 28 - 

39. 

Vie débauchée. — Jean K., convaincu de mener une vie débau- 
chée, est mis au pain et à Teau ; il passera une année dans la salle 
dite Spinnstube, l®"^ avril 1750. 

Condamné plus tard au Schellenwerk, il réussit à prendre la fuite 
et embrassa la religion catholique. Revenu à Mulhouse, il fut mis, 
jusqu'à nouvel ordre, dans la prison de l'hôpital, dite Lederlein^s 
Castell, pour avoir proféré de graves injures contre M. le bourg- 
mestre Hofer. 13 novembre 1751. 

Voy. Statuten, etc. Deuxième Partie, art. XXXVI, § % où il est dit au 
sujet des personnes prodigues et débauchées : t Sie sollen vor E. E. Rath 
gestelltt ihre schandliehe Lebens-Art ihnen o/fentlich vorgehallen werden, und 
wann gie sich nicht besseren, auf kundbare Nachrichl ihres scUimmen Wati- 
dâls, mit der Thûmung, ScheUenwerk, Verweisung, und anderen unUkuhr- 
lichen Straffen, nach Grosse des VerbrechenSy und Gestali der Umsldnden, 
anderen zum Exempel, angesehen werden, i 

40. 

Calomnie. — Anna G. est condamnée à porter le Klapperstein 

pour avoir traité le bourgeois Jean Fr. d'incendiaire*, l'accusant 

faussement d'avoir mis le feu à la maison de M. le maître de poste, 

R. 29 novembre 1752. 

^ < Mordbrenner, » 

41. 

Vol a la foire. — Une femme qui avait volé divers objets à la 
foire, fut condamnée à être exposée au carcan pendant une heure, 
à recevoir six coups de fouet et à être marquée du fer chaud. 
20 septembre 1756. 

42. 

Soustractions frauduleuses. — La surveillante de la salle des 
mendiants à l'hôpitar, convaincue de plusieurs soustractions frau- 
duleuses, portera la Geige aux quatre portes de la ville et travaillera 
pendant quatre semaines au Schellenwerk. 5 janvier 1758. 

^ < Die Betielmuiter im Spital. » 



Digitized by VjOOQIC 



- »- 

43. 

Bigamie. — Jean M., habitant patronnés fut condamné pour 
bigamie à être exposé au carcan pendant une heure, ayant une 
vei^e attachée sur son dos. Il fut ensuite banni à perpétuité de la 
ville. Son crime aurait entraîné la peine capitale*; mais, sa pre- 
mière femme ayant consenti au mariage de son époux avec une 
autre, il obtint le bénéfice des circonstances atténuantes. 25 avril ; 
2 mai 1759. 

* « Schirm9i'erwandt€r. • — * • Ein Mann der bey Lebzeiten semer Frauen 
noch eine andere Frtm nehmen, oder eine Frau, die noch einen andem Mann 
nehmen wvrde, soU noch der HaUz-GerichU-Ordriung Kaysers Caroli V, 
peinlich, dos ist am Leben, oder mit dem Staub-Besen gestrafl werden. > 
Hûlhauser Ehegerichts-Ordnung, art. XVm, § 3. Cf. Carolina, art. CXXI. 

44. 

Vol de cotOx\. — Plusieurs jeunes filles qui avaient volé du coton *, 
furent condamnées à quatoi7;e jours d'emprisonnement au Castell, 
où elles travailleront traînant les boulets ; tous les trois jours elles 
recevront des coups de bâton.* 21 novembre 1759. 

^ On sait que la première fabrique d'indiennes à Mulliouse fut établie en 
1746 par Jacques Schmaizer, Samuel Kœchlin et Jean-Henri DoUfus. Un 
arrêté du Petit-Conseil, daté du !«' juin 1746, dit, entre autres, à ce sujet : 
• Die Uerrn Kôchlin, Schmaizer u. Comp, richtenAnnoi746 eme Indienne- 
Falnik allhier auf^ halten um den AufenthaU ihrer fremden Lente an, der 
ihnen utUer ihrer Caution bewUligt wird. » — « Ihnen als BegUnstiçung noch 
ein Jahr ZoUfreUieit erlheilt, 5, Juli 1747; dieselbe prorogiert bis zum 3. 
October 1748 » — * « /n« Castell und mit der Kuglen zu schaffen condeni- 
niert; solten auch aile 3 Tag abgepriigelt werden, » 

45. 

Vol de vêtements d'enfants. — Une vagabonde étrangère*, qui 
avait enlevé, hors ville, les vêtements à deux petits enfants, fut 
exposée au carcan pendant une heure, battue avec des verges en six 
divers endroits de la ville, marquée du fer rouge et bannie de la 
viUe et de son ressort. 26 juillet 1760. 

* « Eine Landfahrerin. • 



Digitized by VjOOQIC 



-so- 



ie. 



Vol d'indienne puni de mort par strangulation.* 21 novembre 

1760. 

* « MU dem Strang. » 

47. 

Vol domestique. — Une servante, qui avait volé du vin a son 

maître, fut conduite par toute la ville avec la Geige au cou et un 

cruchon suspendu au dos ; puis bannie de la ville et de son ressort. 

17 juin 1761. 

Voy. des condamnations beaucoup plus fortes pour vols domestiques : 
M. DE Neyremand, 1. c. 1860, fol. 82, 99 et 100. 

48. 

Paroles sacrilèges. — Reinhard M., d'IUzach, avait dit à l'au- 
berge qu'il renonçait au ciel en ajoutant des paroles sacrilèges. Pour 
ce fait il fut condamné à deux jours de prison au Walkenthurm, 
puis à la prison à lUzach et, de plus, à être admonesté à l'église en 
présence de la communauté.* 11 novembre 1761. 

* • Einen Kirchensiand thun, » 

49. 

Vol d'habits. — Une femme étrangère avait enlevé dans la mai- 
son de maître Théobald Steinbach, à Illzach, un paquet d'habits de 
plus de 200 livres de valeur; mais le vol fut presqu'immédiatement 
découvert. On arrêta la femme et on la mit à la question * pour lui 
faire dénoncer ses complices. La voleuse fut condamnée à être 
exposée au carcan pendant plusieurs heures, à êlre fustigée en huit 
endroits de la ville et à être bannie. Vu son état de grossesse*, 
on la dispensa de la flétrissure. 13 et 18 juillet 1763. 

' « Die Daumen-Stôck angeîegt, » — * « propter gravididatem, » 

50. 

iNFANTicmE. — Anne-Marie G., de Fortschwihr, près Colmar, 
servante chez un boulanger de la ville, est condamnée à périr par 
le glaive pour avoir tué son enfant. 8 février 1765. 



Digitized by VjOOQIC 



— 31 - 

51. 

Ecrits injurieux. — Jean-George Sch., le jeune, l'auteur de deux 
écrits injurieux contre les autorités suisses*, contre la commission 
des cuirs*, contre M. le bourgmestre Hofer* et le syndic de la ville*, 
fut condamné à demander pardon par écrit. Son libelle fut détruit ; 
il fut, en outre, suspendu pour trois ans de ses fonctions de Dreier^, 
et menacé des peines qui frappent les perturbateurs de la paix 
publique, s'il lui prenait fantaisie de renouveler ses attaques. 23 
janvier et 1«^ février 1768. 

' « 17. G. H. die Schweizer, » — ' Die Ledercommission, appelée aussi 
Lederbureau, fut établie en 1760 par le magistrat et sous sa juridiction, 
pour faciliter l'exportation en France des cuirs fabriqués à Mulhouse et 
soumis à une taxe. Voy. Mieg, I, 317. Le Musée historique possède une 
collection de coins et de marteaux à timbrer les cuirs. Yoy. Catalogue 
No» 197, 198 et 199. — * Jean Hofer. — * Josué Hofer; c'est à lui surtout 
que revient Thonneur d'avoir mené à bonne fin les négociations avec la 
France pour Texporlation des cuirs ; aussi le magistrat Ten récompensa-t-il 
par une gratification en argent et une coupe en vermeil. — * La création 
des Dreier, c'est-à-dire de trois bourgeois par chacune des six tribus, 
comme membres du Grand-Conseil, remonte à Pan 1740. Voy. Graf, HI, 
13i>-139. — Quant aux libelles injurieux, Pasquillen, qui, à cette époque, 
étaient à Tordre du jour, le magistrat avait déjà publié, le 9 décembre 1733, 
le mandement suivant, intéressant à plus d'un titre : 

« ^^'egen dem Uberhand genommenen Pasquillen Ausstreuen, ist folgende 
Ordnung per mandatum auf den Zùnften gemachl worden : 

€ {o Jeder Biirger soU bei Ehr und Eid anzeigen, wenn ihm der Urheber 
und Verfasser der ausgeslreuten Pasquillen bekannt ist, 

c 2° Wer es anzeigt, soll verschwiegen bleiben und iOO Thaler Delohnung 
erhalten. » 

t 3^ Wer kûnftighin eine Pasquille findet, soll sie gkich zerreiszen und 
verbrenneu und niemand etwas davon sagen, sanst soll et fur den Thâter 
gehalten werden, 

« A^ Die Wâchter soUen des Nachis auf dièse Nachtvôgel fleiszig Achtung 
geben und die Verddchtigen gleich anhalten, > 

52. 

Falsification de marteaux a timbrer les cuirs. — Paul Sch., 
employé à la régie des cuirs, a fait fabriquer, de complicité avec 
quelques autres personnes, de faux marteaux à timbrer les cuirs 
d'après un modèle qu'il avait enlevé au bureau. On découvrit plu- 
sieurs de ces marteaux chez le maroquinier* Pierre E., qui fut 



Digitized by VjOOQIC 



— 32 — 

condamné à être banni de la ville; Paul Sch. fut condamné à 
quatorze jours de prison, à trois mois d'arrêts dans sa maison' et à 
la perte de son emploi ; sa mère eut à payer 200 livres en restitu- 
tion et 300 livres d'amende. 10, 15 mars; 19 avril 1773. 

^ Saffianer. — * ^ Im Haus bannidert. > Ceux qui quittaient la maison 
pendant le temps ûxé pour leurs arrêts, avaient à subir une peine plus forte. 
« Le bourgeois N., condamné aux arrêts dans sa maison, ayant pris la 
fuite, est passible d'une amende de 50 liv. stebler. > 15 octobre 4732. 

53. 

Vol d'argent. — Feiszel Kabz, mendiant Israélite, se disant ori- 
ginaire de Seppois*, avait volé à la Halle-aux-blés six louis d'or et 
plusieurs pièces d'argent déposés sur un plat et appartenant au bou- 
cher SchoUer, de Battenheim ; puis il avait jeté le plat derrière les 
sacs. Pris sur le fait, il fut exposé au carcan pendant une heure, 
battu de verges en sept endroits de la ville, puis marqué du fer 
chaud et banni à perpétuité. 14, 15 et 20 mars 1775. 

^ Les villages de Seppois-le-Haut et Seppois-le-Bas sont situés dans la 
vallée de la Largue. 

54. 

Vol et fornication. — Barbe Moos, de Zimmersheim, fut con- 
damnée, pour vol et fornication, à porter la Geige aux quatre portes 
de la ville et à être coiffée de la couronne de paille. 26 mai 1779. 

55. 

Injures, — Chrischona, femme de Nicolas V., de Bùhl, est con- 
damnée à porter le Klapperstein pour s'être rendue coupable de 
graves injures.* 28 février 1781. 

' « àrgerlicher làsterlicher Reden. » 

56. 

Bande DE VOLEURS. — Dans les années 1780 et 1781 de nombreux 
vols furent commis dans les fabriques dindiennes, aux blanchisse- 
ries et dans la maison de réunion des arquebusiers.* Les coupables, 
au nombre de sept, furent punis ainsi qu'il suit : à vingt années 
de travaux forcés ; à être enfermés à perpétuité dans la maison de 



Digitized by VjOOQIC 



— 33 — 

force et à être battus de verges ; à vingt années de prison dans la 
maison de correction et au carcan ; à trois années de travaux au 
Schellenwerk, Un d'entre eux, qui s'était évadé, fut pendu en effigie ; 
un autre, qui avait également pris la fuite, fut arrêté près de la 
tuilerie de Pfastadt et passé par les armes. Il fut enterré aux frais 

du bailli.' 

* RohrbuchsemcMlzen-Haus. hors la Porte-Jeune, aujourd'hui Brasserie 
Danner. — • A cette époque Pfastadt faisait partie du bailliage de Brunn- 
statt. 

57. 

Faux en écriture. — Charles G., jardinier de Sierentz, qui a 
vendu, sur de faux certificats, des plants d'arbres fruitiers, est con- 
damné à la restitution de l'argent de vente, à être exposé au carcan 
avec le Schellenwerk et à avoir une verge attachée au dos. 1 et 5 

juin 1782. 

Yoy. la condamnation d'un huissier faussaire : M. de Neyremand, I. 
c. fol. 82. 

58. 

Vols aux blanchisseries.* — Vers la lin de l'année 1782 et au 
commencement de 1783, de nombreux et importants vols furent 
commis aux blanchisseries de plusieurs fabriques. Les fabricants 
Koechlin, ayant à plusieurs reprises découvert à Belfort des mar- 
chandises provenant de leur maison, déposèrent plainte au parquet 
de cette ville. Deux vendeurs, les nommés Jean Schneider et Jean 
Heklin, de Guewenat, près Masevaux, furent arrêtés et conduits à 
Colmar. Réclamés le 12 et le 21 février 1783 par la ville de Mul- 
house, ex œpite criminis majoris, ils furent livrés avec leurs femmes 
le 5 mars. Antoine Heklin, de Guewenat, et Jean Helg, de Traubach, 
déclarés complices, furent également remis entre les mains de la 
justice urbaine, le 8 et le 12 mars. 

Le 31 mars, le Petit-Conseil, constitué en tribunal criminel, pro- 
nonça les condamnations suivantes : 

Jean Schneider et Antoine Heklin subiront la peine de mort par 
strangulation. Jean Heklin et Jean Helg seront ^conduits avec eux 
à la potence, la corde au cou ; ils seront battus de verges ; le pre- 

3 



Digitized by VjOOQIC 



— 34 — 

mier est condamné aux galères à perpétuité, le second à vingt ans 
de la même peine. Leurs femmes, condamnées comme receleuses, 
seront exposées au carcan et fustigées ; l'une d'entre elles, étant 
enceinte, fut exemptée de ce dernier supplice. 

Les jugements furent exécutés le 4 avril 1783. Les condamnés 
étant de la religion catholique, le magistrat fit venir deux pères 
capucins de Landser, qui restèrent assis à côté d'eux pendant toute 
la durée des débats et les accompagnèrent au lieu de l'exécution.* 

^ Il existait des blanchisseries à Mulhouse dès le commencement du 
XVUI« siècle; à leur sujet, le magistrat publia plusieurs règlements dont 
les originaux sont déposés aux archives. — ■ Le greffier-syndic, Josué 
Hofer, ajoute, à cette occasion, la note suivante : « Dkse Toleranz und 
Begleitmg ût im Lande wohl aufgenommen und die Urlheile gelobl worden. 
Kolmar war sehr zufrieden. » Extracten-Buch H. fol. 262. 

59. 
Vol d'église. — Jacques D., le fossoyeur, est convaincu d'avoir, 
pendant plusieurs années, volé de l'argent dans les troncs de l'église 
française en y introduisant une baguette de baleine enduite de poix ; 
de plus, d'avoir dressé l'un de ses jeunes fils à commettre les mêmes 
soustractions. Il fut exposé au carcan avec la corde au cou, puis 
conduit à la potence.* Ramené en ville, il fut battu de verges en 
neuf endroits de la ville, marqué du fer chaud et envoyé aux galères 
à perpétuité. Pendant que le père était exposé au carcan, le fils 
l'était sur la banquette de l'hôtel de ville ; il fut, en outre, condamné 
à six mois de travaux au Schellenwerk, déclaré à jamais déchu du 
droit de bourgeoisie et banni à perpétuité. L'argent à restituer se 
montait à la somme de 300 livres. 17 et 30 mars; 4 avril 1785. 

* « Er hàtte den Strang verdient. » Note du greffier-syndic. 

60. 

Vagabondage. — Joseph First, étudiant juif % de Halle en Saxe, 
condamné comme vagabond, fut conduit aux quatre portes, puis 
expulsé de la ville. 25 février 1789. 

^ « Eiii Judenstudent, > 



Digitized by VjOOQIC 



— 35 - 

61. 

Vol a la foire. — Catherine Beck, de Pfaffenheim, qui avait 

commis un vol dans un magasin, pendant la foire de Pentecôte, fut 

exposée sur la banquette de Thôtel de ville, conduite avec la Geige 

aux quatre portes et expulsée, après avoir reçu douze coups de 

bâton. 26 mai 1790. 

62. 

CoNDurrE SCANDALEUSE. — Pierre St., le tonnelier, qui avait tenu 
une conduite scandaleuse à lUzach*, fut condamné à huit jours de 
prison et déclaré infâme et indigne de porter les armes pendant une 
année. 13 juin 1792. 

* « Fuhrte skh gar wigestum auf, » 

63. 

Propos inciviques. — Paul M., le père, fut condamné à une 
amende de 600 livres pour avoir tenu des propos inciviques.* 
10 octobre 1793. 

* • Unbiirgerliche Reden. » 

64. 

Propos inconvenants. — Jacques W., le teinturier, qui s'était 
permis de tenir des propos inconvenants * sur le compte du maître 
de la corporation des agriculteurs*, fut suspendu, pour six mois, 
de ses fonctions de Dreier,* 6 novembre 1794. 

* € Ungebûhrliche Reden. » — * « Gegen Herrn Zunflmeister auf der 
Ackerbauztmft. » — » Voy. la note 5 du numéro 51 . 



Google — 



Digitized by VjOOQ 



- 36 - 

APPENDICE. 

Note I, p. 5. 

1^ passage le plus important de Tacte passé entre Frédéric II et i'évêque de 
Strasbourg, est ainsi conçu : 

«... Primo itaque idem episcopus pro parte sua et ecclesise sux una cum 
« communi assensu fratrum suorum totius capituli concessit nobis et mascuHnis 
« heredibus nostris in perpetuum in rectum diUalem Mulhausen cum jure patronatus 
« ejusdem ecciesiae, decimis, censibus, cum advocatia, judicio, nemoribus, agris, 
« piscationibus, pratis, pascuis, terris cultis et incullis et cum omni utilitate appa- 
« rente^ vel latente, nu ne existente et fulura, cum omnibus possessionibus, juribus 
« et pertinentes suis pleno jure et nobis de csetero possidendam. Datum apud 
ff Argentinam mense Martii, nona indictione. >" Schoepflin, Alsalia diplomatica, 
Tom. I, fol. 375. 

Note II, p. 6. 

Le document du 12 avril 1231 se trouve dans le fonds des Fiefs de Murbach, qui 
porte comme suscription : Der Hochwurdigen Sliffl Murbach Vrbar der lehen Mon- 
schafften : gescbrieben 1250. » Nous en devons l'analyse substantielle à Tobligeance 
de notre ami et collègue, M. X. Mossmann. «Par Tacte de convention passé entre 
Thierry III, comte de Montbéliard, et Hugues de' Rothenbourg, abbé de Murbach, 
datée du 12 avril 1231, le premier reconnaît tenir de son suzerain les vassaux de 
Saint-Léger, qui demeurent en deçà de Montbéliard, etc., de tenir le fief en bon 
état, de garder la paix avec Tabbé de Murbach, etc. Si lui» Thierry, ou les siens 
venaient à rompre le serment quMl fait en endommageant les terres de Murbach, et, 
si dans un délai de quinze jours il n'avait pas compensé ses pertes, les sires de 

Granvillars, de , de Granges, de Feklkirch, d'Auxelles, de Belfort et de Roppe 

se porteraient caution pour une somme de 600 marcs, et, en attendant que satisfac- 
tion soit donnée à Tabbé, ils se constitueraient prisonniers dans \^ ville de Mulhouse, » 
Texte du passage relatif à Mulhouse : « juraverint quod se pro sexcentis marcis 
> X obsides darent et redderent in civiiate de Mûlhusen, nec inde exirent nisi de 
« voluntate abbatis, donec dicto abbati super dampno sibi illato vel super sexcentis 
« marcis satisfactum esset conptetenter. » 

Note m, p. 6. 

La charte de Rodolphe de Habsbourg est datée de Bàle, le 5 avril 1275. Voici 
le passage du texte latin auquel nous avons fait allusion dans notre introduction : 
«... Hanc ipsis (civibus) gratiam nichilominus concedentes ut super nulla questione 
<i extra civitatem suam trahi valeant vel trahantur. Si quis contra prsedictos cives 
« aliquam accionem seu persecutionem habuerit, civitatem ipsam intrabit, ibidem 
« quod iustum fuerit recepturus. Si tamen aliquis de prsedictis civibus contra 



Digitized by VjOOQIC 



— 37 — 

c extraneum vel extraneos aliquam habeat questionem, tllius vel illorum quein vel 
« quos convenire voluerit adibit judicem et similiter coram eo recîpiet quod senten- 
« cialiter fuerit ditûnitum. » Archives de la ville de Mulhouse. Une reproduction 
photographique de cette pièce se trouve au Musée historique, ^° 446. 

L'article I des Statuts, GerichtihOrdnung der Siadi Mullhausen, promulgués le ^ 
mars 1740, est tout à fait conforme à Tesprit du texte que nous venons de citer; 
il y est dit : 

« Obsohon nach den gemeinen Rechten unterschiedliche befugte Gerichts-Ort sind, 
« da einer klagen kan, als namlich wo der Beklagte wohnet und seszhafift ist, wo 
« eine Ubelthat oder Frevel begangen worden, wo ein ligend Guth sich beflndet, und 
«c wo einer etwas contrahiret bat; So wird doch allhier die bekannte Rechts-Regul 
« in Acht genommen, dasz des Klâger den Beklagten vor seinem Richter sucben 
€ soUe ; Wann also ein Burger mit dem anderen einen Streit bat, so weiset ihn der 
« Burger-Eyd dahin, dasz er seinen Mit-Burger, um keinerley Sache wegen, und 
« unter keinem Vorwand, fur ein fremd Gericht ziehen oder daselbst rechtlich 
<ï beklagen, sondern allhier allein berechtigen, und sich dessen so gesprocben worden, 
« in aile Weeg begnûgen lassen solle. » 

Note IV, p. 7. 

Texte du passage traduit de la charte d'Adolphe de Nassau : 

« Wir ban ovcb in gegeben daz dekein Burger von Mûlhusen iene sol ze rechte 

« stan vmb deheine sache, wan vnder ir Uwben ze Mûlhusen ane vmbe div gût div 

« dinglifting sint. » 

Traduction littérale en allemand moderne : 

« Wir haben aucb ihnen gegeben dasz kein Burger von Mûlhausen irgendwo soU 
« zu Recht stehn um irgendwelche Sache, als unter ihrer Laube zu Mûlhausen 
« ausser um die Gâter die dingpflicbtig sind, (d. h. unter der Geselzgebung eines 
« Dinghofes stehn.) » 

Nous avons traduit itider ir lovben par « sous leur portique » ; car pour pouvoir 
rendre ces trois mots par « sous la fenêtre de sa maison, » (voy. CuriosU, d'Als, I, 
180), il faudrait: vnder sinre, et que LOVBE signiflât Fenster, ce qu'aucun diction- 
naire n'a encore admis. 

Note V, p. 7. 

A. Dans un règlement municipal manuscrit de Tannée 1552 € Gericht»- und 
Bûrgerordnung » qui se trouve aux archives de la ville, nous lisons le passage 
suivant : 

« Welicher Burger denn anderen zu todt schlacht vnnd uflf dem mordt ergriflfen 
« wûrdt, sein houpt soll man Im abschlagen. Entrundt er Inn sein buse so soU er 
« drey tag dorin fry sein vnnd mag denn Burgermeister vnnd Rbadt vnnd Scbuld- 
« beissen annrueffen vmb ein gericht, das soll man Ime uflf sein begerenn vor seinem 
« hoffe oder huse ann offener strass balten, etc. » 



Digitized by 



Google 



— 38 - 

Voilà donc le droit des bourgeois, qui ont commis un homicide sur d'autres 
bourgeois, officiellement reconnu ; nous le constatons sauf les réserves que nous 
avons faites dans la note précédente. 

L'application de ce droit fut, entre autres, réclamée par les bourgmestres et le 
grefOer de la ville, retenus en prison lors des troubles civils qui ont désolé Mulhouse 
dans les années 1587 et suivantes : 

« Die Hâupter begehren das Malefiz vor ihren Hâusem. Und mein genedig Herren 
« die Bilrgermeister und Stattschreiber das Recht (vermôg bûrgerlicher Befreyung) 
« vor ihren Hâusem zu halten begehren. Ist von den Gueiphen einhelig erkannt 
« worden. Sollen sich allein in ihren Hâusern flnden lassen, etc. » V. David Zwinger, 
Récit des troubles civils, etc., mnscr. IV« Partie. 

Nous devons la communication des deux passages cités dans cette note à Tobli- 
geance de notre honorable collègue, M. Nicolas Ehrsam. Voy. aussi : Alsatia. 
1875-1876, p. 329-331. 

B, Nous croyons avoir sufQsamment établi dans la note précédente que le droit 
acquis aux bourgeois de se faire ju^er devant leurs maisons, ne peut pas se fonder 
sur les mots vnder ir lovben, sous leur portique. Mais la charte d'Adolphe de Nassau 
renferme deux autres passages, qui garantissent de la manière la plus explicite 
rinviolabilité de la personne, ainsi que celle du domicile des bourgeois de Mulhouse, 
lorsqu'il s'agit de poursuites judiciaires. Le premier est ainsi conçu : 

« Der Schultheizse soll dekeinen Burger vahen ane recht gerichte. » 

En allemand moderne : 

« Der Schultheiss soll keinen Burger gefangen nehmen ohne ein rechtes (regel- 
« mâssiges) Gericht. » 

En français : 

« Le prévôt ne doit faire arrêter aucun bourgeois sans jugement régulier. » 

Le deuxième passage dit : 

« Swer da den andem vreuelich heime sûchet swaz der >virt deme tût, daz 
« enbezsert er dem richter noch nieman. » 

En allemand moderne : 

« Wenn Einer einem andern (Burger) freventlich in das Haus dringt und der Herr 
« des Ilauses sich wehrt, so braucht dieser weder dem Richter noch sonst Jemanden 
<f dafûr eine Busze zu entrichten, was er jenem (dem Angreifer) auch angethan 
« batte. » 

En français : 

« Si quelqu'un pénètre violemment dans le domicile d'un autre (bourgeois) et que 
« le maître de la maison se met en défense, celui-ci ne devra aucune compensation 
« ni au juge, ni à toute autre personne, quel que soit l'acte qu'il ait commis sur son 
« agresseur. » 

Note VI, p. 7. 

Le premier bourgmestre, élu dans les conditions que nous avons indiquées dans 
notre texte, fut Hans de Domach, dit Guterolf (iUl-iS^S) . Parmi les 112 Qmsules, 



Digitized by VjOOQIC 



- 39 - 

ses successeurs, la plupart méritèrent le titre d'homenr de Paires Patriœ, qui ûgure 
au bas de leurs portraits. 

Note VII, p, 8. 

À défaut de bourgeois capables de remplir les fonctions de '^grefQer-syndic, le 
Magistrat appelait à ce poste des jurisconsultes étrangers. Ainsi parmi les vingt-sept 
Stadtschreiber figurant sur la liste depuis 1366 jusqu'en 1798, quinze seulement ont 
été mulhousiens ; les douze autres étaient venus de Bâle. de rAllemagne ou de 
quelques villes alsaciennes. 

Note VIII, p. 9. 

Le code de procédure d'après lequel les causes soumises au StacUgerichl étaient 
instruites et jugées a pour titre : «c Der Statuien und Gerichts-Ordnung der Stadl 
MûUhausen Erslerund Zweyter Theil, (Bàle) 1740; le texte contient 116 pages in- 
folio, et la table des matières 8 pp. Une édition révisée par le Grand-Conseil, parut 
en mars 1745, et dans les années 1748 et 1768 le Magistrat publia, en 6 pages in- 
folio, une série d'additions et d'interprétations de ce Code. 

Note IX, p. 12. 

« Es v^ard geordnet, dass wenn in der Umfrag nicht 14 Stimmen zum Tod sind, 
« man jeweilen die Zabi der Richter bis auf 24 schon auf dem Hathhaus erganzen 
« soUe. 1775. » RathS'ProtocoU. 

Note X, p. 13. 

« Ein Maleflz wird auch bisweilen bel verschlossenen Thûren gehalten.» 23. Mârz 
1653. Raths-ProtocolL — « Dem Verhôren der Maleflcanten soll ins kûnfftige 
«niemand beywohnen als die Herrn so dazu gehôren.i 19. November 1760. Raths- 
Protocoll. 

Note XI, p. 13. 

« Nach Wissen und Gewissen; — - nacb Verstândniss und Gutdûnken. » 



■ ! —»- < ■ 



Digitized by 



Google _ 



Digitized by VjOOQIC 



Bulletin du Musée histonque de Mulhouse 1877 




c./n 3u Uéaifd 



LA TOUR DU DIABLE ( TEUFELSTHURM : 



fVbir.Ehrxam-T^ifs — Dtjeriptufn. U>po<ir4tphi,{ue du 
VieuB -MuUmufe. - BtUloùn du Miwee hirtoru/uc t^^t> /• r>V. 



Digitized by 



Google 



Digitized by VjOOQIC 



INVENTAIRE INÉDIT 

d'une 

IMPRIMERIE ET IMAGERIE POPULAIRE DE MULHOUSE 

1557-1559 

publié avec une introdaotion et des notules bibliographiques 
par Jos. Coudre 

a.rcliiviste-pa.iéograplie. 



L'imprimerie n'a été introduite à Mulhouse que vers le milieu du 
XVI« siècle. 

Pierre Schmid et JeaiN Schirenbrand sont les premiers typographes 
qui se soient établis dans notre ville. II ne nous a pas été possible 
de préciser par un document authentique la date de leur installation. 
Toutefois il est certain que les deux associés étaient domiciliés à 
Mulhouse en 4557 : nous avons trouvé aux archives municipales' 
mention d'un prêt d'argent, qui leur a été fait en commun, le 18 
avril 1557, par le prédicateur Martin Wetzel. D'autre part, la minute 
d'un compte, qui existe dans le même dépôt, nous apprend qu'au 
mois d'avril 1559 ils devaient à la ville 20 florins', montant du 
loyer pour detix ans du local qu'ils occupaient dans l'ancien couvent 
des Franciscains déchaussés.* Or, comme ils étaient fort besogneux 
et que la ville avait dû leur faire en deux fois, à la Saint-Jean 1557 et 
Tannée suivante, une avance de 400 florins*, dont ils n'étaient pas 



' Dans un des registres de la série dite Contractenprotocolle, Dans cet acte ils 
sont tous deux qualifiés de hindersass, c'est-à-dire admis à résidence, mais non 
d'imprimeurs, ce qui est assez remarquable et pourrait faire supposer qu'ils n'exer- 
çaient pas encore. 

* Fr. 96. 80, soit au pouvoir actuel de l'argent 290 francs. 

' Sur l'emplacement où se trouvent les b&timents de l'Ecole primaire centrale. 

* 1936 francs, qui représentent aujourd'hui 5808 francs. 



Google _ 



Digitized by VjOOQ 



— 4Î- 



plus en mesure de payer les intérêts échus, on peut, en toute assurance, 
faire remonter leur établissement aux premiers mois de l'an 4557. 
Cependant leur marque, que nous donnons ici en fac-similé, est 
datée seulement de 1558. 

Elle représente une Terpsichore 

en robe courte, tenant d'une main 
un violon et de l'autre deux 
cœurs. Le violon et divers instru- 
ments de musique qui jonchent 
le sol, signifient sans doute les 
chansons et les facéties popu- 
laires, à la reproduction des- 
quelles nos imprimeurs parais- 
sent d'abord s'être adonnés de 
préférence. Quant aux deux 
cœurs, ils symbolisent, à notre 
avis, l'accord parfait des deux 
associés, caractérisé d'une manière moins élégiaque par la devise, 
empruntée d'un vers de Plaute, ut in Velabro olearii, c'est-à-dire, 
nous sommes unis comme l'étaient autrefois ces marchands d'huile, 
qui, dans le quartier de Rome appelé Vélabre, se concertaient pour 
se faire payer leur denrée le plus cher possible. 

Mais pour une cause ou pour une autre, cette entente, si bien 
affirmée, ne fut pas de longue durée. Dès le 24 avril 1559, Schi- 
renbrand se retira, et Schmid, tout en conservant la marque com- 
mune*, continua seul, avec une persévérance digne d'un meilleur 
succès, sa lutte contre la mauvaise fortune. Il redoubla d'activité, 
et, sans renoncer entièrement à la littérature populaire, il aborda 
un genre plus relevé et plus ennuyeux. Il publia de gros traités de 
théologie polémique, des ouvrages de médecine, des relations histo- 
riques, qu'il traduisait lui-même du latin. 




^ Nous sommes même porté à croire que c'est depuis lors seulement que Schmid 
s'est servi de cette marque : du moins, nous ne l'avons trouvée dans aucun des 
volumes édités en commun par les deux associés. 



Digitized by 



Google 



— 43 — 

Ce fut en vain. Il dut céder à son tour, et, après avoir signé, le 
46 mai 1564, une reconnaissance de 641 florins, qu'il restait devoir 
à la ville, il quitta Mulhouse pour Francfort. Par une coïncidence 
remarquable, en cette môme année 1564, un autre imprimeur, 
illustre celui-là par lui-même et par sa famille, Charles Estienne, 
mourait au Châlelet de Paris, aloi-s la prison pour dettes. 

La destinée de Pierre Schmid ne fut guère plu« heureuse. Avec 
le matériel qu'on lui avait laissé emporter, il continua de travailler 
dans sa nouvelle résidence, mais moins, ce semble, comme éditeur 
que comme imprimeur à façon. Du moins, nous avons rencontré 
dans un gros recueil de poésies latines de la Renaissance, intitulé : 
Les trois jardins d'amour, la mention : Imprimé à Francfort-sur-le" 
Mein, aujr frais de Sigismond Feyerabeîid et de Simon Huter, par 
Pierre Fabricius, 1567.* Ce Fabricius n'est autre que notre Schmid, 
qui, suivant la mode du temps, latinisait volontiers son nom et se 
servait indifféremment de ce vocable et de celui de Faber.* 

Cependant, il s'endettait de plus en plus, et ses nombreux créan- 
ciers perdirent .patience. Comme dix ans après son départ, la ville 
n'avait pu qu'à grand'peine se faire payer par lui une centaine de 
florins, elle chargea, le 25 février 1575, le procureur Michel Raab 
[un beau nom de procureur ! ] de poursuivre le remboursement de 



^ Uorti très amoris || amœnissi- || mi, praestantissi- || morum poetarum nostri 
seculi, Il flosculis et plantulis odoriferis iam primum || ab ^gidio Periandro Bruxel. 
Brabant. || consili ... . || Francofurti ad mœmm. per Petrum Fabricmm, || impensis 
Si^mandi Feyrabend et \\ Sinionis Huteri. || 1567, \\ in-8. 

* Cette dernière dénomination a induit en erreur un libraire très-expert de Paris, 
savant bibliographe, qui, la voyant figurer -k la fin du très-rare volume dont le titre 
suit, a, par une méprise bien excusable, donné comme successeur de Schmid un 
certain Pierre Fabry ! (Cf. Catal. Luzarche, tom. I, p. 60.) Nous croyons ne pas 
devoir laisser passer cette occasion de décrire ce livre singulier, fort bien imprimé 
avec les mêmes caractères italiques que Touvrage cité dans la note précédente 

De arbo || re scientise Bo || ni et Mali, ex quo Ada || mus mortem comedit, et adhuc 
hodie II cuncti homines mortem comedunt, || quidnam ea sit, ac quemadmodum ea 
etiam jj hodie cuique, sicut Adamo, vetita sit : et || quemadmodum haec arbor, 
videlicet ser || pentis sapientia, in Adamum plantata, || sit magnus ille deaster, et 
multiceps |j illa belua, cujus fit in Daniele et Apo || calypsi mentio, quam adoret 
«univer || sus mundus. Et rursum quid sit arbor || vitae, contra tptius bominis generi 



Digitized by VjOOQIC 



- u — 

sa créance. Enfin, le 18 avril 1579, — c'est à cette date que s'ar- 
rêtent nos renseignements, — une vieille maison toute délabrée 
que Schmid possédait dans la Tôngesgasse à Francfort, fut vendue 
par autorité de justice et adjugée pour 300 florins au riche libraire 
Sigismond Feyerabend, à qui d'ailleurs elle était hypothéquée pour 
les deux tiers de sa valeur. 

Ainsi la satisfaction d'avoir, pendant sept ans, de 1557 à 1564, 
possédé un établissement typographique, coûtait à Mulhouse, inté- 
rêts compris, environ 1600 florins, soit au pouvoir actuel de l'ar- 
gent, près de 24,000 francs. 

L'expérience faite n'était pas encourageante. Aussi plus d'un 
siècle se passa avant qu'elle fût renouvelée, et celui qui la tenta 
n'eut pas lieu, paraît-il, de s'en féliciter. En 1670, un imprimeur 
de Bâle, Jean-Henri Meyer, avait transféré son officine dans nos 
murs ; mais, trois ou quatre ans après, il était retourné dans sa 
ville natale. 

Ce ne fut qu'en 1797, au mois de décembre, que Jean Risler 
ayant ouvert un nouvel atelier, l'imprimerie fut définitivement éta- 
blie à Mulhouse. 

On le voit, notre histoire typographique comprend au plus douze 
années et il semblerait dès lors qu'elle fût facile à ftiire. Il n'en est 
rien toutefois. La plupart des livres sortis des presses de Schmid, 
Schirenbrand et Meyer sont d'une rareté telle, qu'on en connaît à 
peine un exemplaire ; beaucoup même ont dû périr sans retour. 

Et cependant, une bibliographie mulhousienne ne manquerait 



sa II pientiam, probitatero, atque scientiam. || Augmtino Eleutherio \\ authore. || — 
Item de maiestate et nalura sermonis Dei :||Eo(lem authore (| 1561. j| Pet. 
in-8, 130 pages chiffrées, plus un feuillet pour le titre, et un autre, contenant au 
recto la souscription : Mulhusii, supe- \\ rioris Elsatiœ, per \\ Petrum Fabrum, \\ 1561. \\ 
et au verso la marque de Timprimeur. 

Dans cette fastidieuse rhapsodie, dont le titre peut donner la mesure et le ton, 
Fauteur, Sébastien Franck, de Word, cherche à démontrer que la science humaine 
n'est que vanité, qu'elle ne saurait s'accorder avec la sagesse théologique, et qu'il 
serait insensé de vouloir concilier ces deux choses aussi opposées et incompatibles 
que le jour et la nuit. # 



Digitized by VjOOQIC 



- 45 — 

pas (l'intérêt : non qu'elle compte, nous devons le reconnaître, des 
œuvres de premier ordre, de ces livres qui se recommandent soit 
par le nom de leurs auteurs, soit par une exécution parfaite ; mais 
parce que les volumes édités à Mulhouse, surtout au XVI® siècle, 
sont quasi introuvables — ce qui pour tout homme atteint de l'heu- 
reuse folie des livres est un attrait sans pareil — et aussi parce 
que, à défaut de mérite plus relevé, ils sont la plupart curieux. 

Les deux imprimeurs dont nous avons à nous occuper, Schmid 
surtout, avaient un penchant bien marqué pour les traités singu- 
liers, pour les opinions paradoxales et tout particulièrement pour 
les pamphlets dirigés contre la cour de Rome, pour les productions 
de la libre pensée qui, à en juger par le fait suivant, paraissent 
avoir été secrètement encouragées à Mulhouse par le Gouvernement. 
Peu de temps avant son départ, Schmid avait fait paraître un factum 
intitulé : « Cent mensonges choisis des papistes.* » Cette fois, il 
était allé trop loin ; certaines susceptibilités furent froissées, et le 
Magistrat jugea prudent de demander que l'éditeur fît disparaître sur 
les exemplaires qu'il avait emportés à Francfort le nom de Mulhouse 
comme lieu d'impression, et que, par un acte authentique, il recon- 
nût avoir agi sans autorisation et sans Taveu de la ville. Schmid 
signa la déclaration qu'on exigeait de lui ; mais dans une lettre 
postérieure adressée au Conseil, il dit formellement au sujet de ce 
livre qu'il avait eu la permission de l'imprimer.' 

Au reste, dès son enfance, Schmid avait été fortement imbu des 
idées nouvelles. Il était né dans la ville môme où avait éclaté la 
Réforme, à Wittemberg; et là, avec son père, Jacques Schmid, il 
avait travaillé chez l'imprimeur ordinaire de Luther, Jean LufTt, 
auquel plus tard, quand il fut établi lui-même, il dédia, en des termes 
empreints d'une sincère reconnaissance, sa traduction de trois traités 
latins sur l'élection, le couronnement et l'histoire de l'empereur 



* « Ilundcrt usserwelte papistische Lûgen. » 

* « Wiewol man mîrs erlaubt hal zù trucken. 



Digitized by VjOOQIC 



— 46 — 

Charles-Quint.* A l'école de cet excellent maître, et d'ailleurs guidé 
par son père, Schmid apprit à fond son difficile métier et, c'est une 
justice à lui rendre, il devint un bon imprimeur. Les livres sortis 
de ses presses, bien que destinés à un public peu délicat, sont éta- 
blis avec assez de goût et tirés avec soin. Les caractères dont il se 
servait, et qu'il fondait en grande partie lui-même, sont d'un bon 
type, et tel de ses petits volumes, surtout ceux qui sont composés 
en italiques ou décorés de vignettes sur bois, ne déparerait certes 
pas les tablettes de l'amateur le plus difficile. 

Si nous parlons plus volontiers de Schmid, c'est qu'on peut juger 
de sa valeur d'après des œuvres individuelles, tandis que nous n'a- 
vons aucun renseignement, aucune donnée certaine sur la personne 
de son associé. Nous ne voudrions pas cependant être injuste envers 
Jean Schirenbrand, qui a dû apporter dans l'association sa part de 
travail et de talent, et nous lui attribuerons le mérite d'avoir, 
comme graveur ou comme dessinateur, procuré Yillmtration, ainsi 
qu'on dit aujourd'hui, des livres publiés en commun. Aussi bien, 
il serait difficile d'expliquer autrement pourquoi dans les volumes 
édités par Schmid seul*, après la dissolution de la société, ou ne 
trouve plus aucune figure, alors que près de six cents bois gravés 
ou dessins préparés pour la gravure sont mentionnés dans l'inven- 
taire, qui va faire le sujet de cette étude. 

Lorsque, en avril 1559, l'état peu brillant des affaires provoqua 
la retraite de Schirenbrand, il fallut procéder à une liquidation, afin 
de déterminer la somme qu'il avait à prétendre. On dressa, pour 
parler la langue judiciaire, quoique la chose paraisse s'être passée 
tout à l'amiable, un inventaire contradictoire tant du matériel de 
l'imprimerie que des livres de fonds. 



» Georgii Sabini Brandenburg. || Schône und lusti || ge beschrybung.... || .. Neùw || 
lich aber insteulsch bracht, und inn || druck verferUget, || durch || Pelrum Fabrîcium, 
Wittembergensem H anno M. D.LXI. |1 (A la fin : ) Getrv^kt zû \\ Mûlhusen «m o- 1| 
berenn EUàss \\ dwch Peter \\ Schmid. \\ Cf. Catalogue du Musée historique de 
Mulhouse, où nous avons donné, sous le N<> 634, la description complète de ce volume. 

' Dans ceux du moins que nous avons vus, mais il s'en faut que nous les connais- 
sions tOUSt 



Digitized by VjOOQIC 



— 47 — 

Or, ces pièces, par un heureux hasard, ont été conservées aux 
archives municipales, et nous avons pensé qu'il serait intéressant 
de les mettre en lumière. Elles feront voir ce qu'était au XVI® siècle 
une petite imprimerie de province; donneront des renseignements 
sur le prix des caractères typographiques, du papier et des livres ; 
prouveront qu'il existait dans notre ville un atelier de gravure; 
permettront de fixer la date des volumes et plaquettes publiés par 
les deux associés et qui ne portent jamais d'indication d'année ; 
guideront les recherches de nos collectionneurs et serviront de point 
de départ à une future bibliographie mulhousienne. 

Il est regrettable seulement que cet inventaire ne soit que fort 
peu explicite et que la plupart des articles, surtout les livres, ne 
s'y trouvent mentionnés que d'une façon toute sommaire. Aussi, 
comme nous n'avons eu ni le temps ni les moyens de faire des 
recherches plus approfondies, trop souvent, dans le commentaire 
qui accompagne notre traduction ^ nous avons été réduit à des con- 
jectures, pour lesquelles nous sollicitons l'indulgence du lecteur. 
Au reste, nous ne les donnons expressément que pour ce qu'elles 
valent, et afin de permettre à chacun de se passer de notre travail, 
nous commencerons par transcrire avec une scrupuleuse exactitude 
les documents originaux. 



Digitized by VjOOQIC 



48 " 



Verzeichnuss der Truckery zûn Barfûssern. 

1 . ZuM ERSTEN Gl klein und gross buntzen in stahel. 

2. Item 92 matrices allerley caracter in die lasszedel. 

3. Item das klein Schwabacherlin helt 75 matrices. 

4 . Item die mittel Schwabacherin helt 78 matrices. 

5. Item 13 matrices zûn quadraten. 

6. Item 2 kernen in die Adagia- und 2 kernen in die Testament 

gschrifll;. 

7 . Item 3 centner Testament gschrifft und der zweyen tùtschen 

tittel gschrifften. 

8. Item dritthalb formen lasszedel gschrilft. 

9 . Item fur 29 guldin der grossen Schwabacher gschrifït. 

10. Item ein centner Pariser gschrifft. 

11. Item ein centner mittel adagia. 

42. Item die caracter in die lasszedel gossen. 

13. Item 9 pfund gossner linien. 

14. Item 3 ysin ramen und ein hôitzin. 

15. Item 2 schiff und 12 bretter. 

16. Item ein bschnyd pressen und ein hobel. 

17. Item zwo pressen. 

Nnn volyend die gschnittenen figuren und alpliabel : 

18. Item 3 gschnittene alphabet, tûtsch. 

19. Item ein latinisch alphabet. 

20. Item 15 figuren in die holtzkunst. 

21. Item ein fundamentbùch hat 32 figuren. 

22. Item ein gschribenes NammenbùchUn hat 32 figuren. 

23 . Item die heiligen in Burenlassbrieff. 

24. Item 7 gross und 7 klein Planeten. 

25. Item 12 gross und 12 kleine monat. 



Digitized by VjOOQIC 



- 49 — 

26. Item die figur oder contrafactur der Statt Mûihiisen. 

27. Item die statt Coin und Erdfurt. 

28. Item die 13 Ort einer L. EydgnoschaflFt. 

29. Item 50 figuren zum wàlllichen I^ssbûch mit sampt 8 lysteri 

darzû. 

30. Item 15 figuren in die Zehen al ter. 

31. Item 16 figuren in Marcolfum. 

32. Item 11 figuren in des Joben Spil. 

33 . Item ein grosse figur mit dem Tùfel, Tod, Walt und Engel. 

34 . Item 45 figuren allerley uff Spil und lieder. 

35. Item zwei Lassmànnlin und ein Schergaden. 

36. Item der lantzknecht mit den bloderhosen. 

Nun volgend die gerissnen figuren : 

37. Item 128 figuren in das Nûw Testament. 

38. Item ein lysten die Wyhenàcht, Bschnydung und dry Kûnig 

gerissen. 

39. Item ein lystlin mit den Mathematicis. 

40. Item sunst 2 lystlin uff die kleinen Buren. 

41 . Item ein klein lassmànnlin und Schergaden, 

42. Item 7 Planeten. 



Digitized by VjOOQIC 



— 50 - 



Hanns Schyrenbrands Verzeychnuss des 
Truckerzeugs. 

1 . Zum ersten so ist der Zûg was zùrTruckery gehôrl, als namiich 
klein und gross buntzen in die Lassbrief, ouch von eim 
yeden ein abschiag. 

â. Item die 12 grossen und kleinen Zeichen, als Wider, Stier, 
Zwiling, cet., in matrices oder kupffer. 

3 . Item in die Lasszedel und Testament gschrifft das Apotecker 

gwicht in buntzen und matrices. 

4. Item 2 abschleg von zweyen tiitschen gschrifiten in kupffer. 

5 . Item aile figuren ins nûw Testament gerissen, aber noch nit 

gschnitten. 
() . Item die geburt, die beschnydung und Dry Kûnig uff eim stock 
gerissen, aber ouch noch nit gschnitten. 

7. Item ein lysten mit dryen mathematicis mit jren Inslrumenten, 

als Compass, Quadranten, cet., ouch noch nit gschnitten 

8 . Item uff die kleinen Burenbrieflin zwey lystlin und ein kleines 

lassmànnlin und schergaden ouch nur grissen. 

9. Item die Statt Mûlhusen grissen und geschnitten. 
10. Item die 7 Planeten zvvyfach grissen und gschnitten. 
H . Item die 12 Zeychen zwyfach grissen und gschnitten. 

12. Item die figuren zum Joben, Zehen alteren, Marcolfo. 

13. Item die figuren ins Lossbûch sampt den 8 lysten so darzû 

gehôren. 

14. Item sunst allerley figuren uff die Lieder. 

15. Item zwo gossen tittel gschrifften tùtsch. 

16. Item zû einer pressen tùtsche Lasszedelgschrifft sampt den 

caracteren in lassbrieff. 

1 7 . Item zû einer pressen tùtsche Testamentgschrifft sampt den 

kleinen caracteren und Zeichen in die lasszedel. 



Digitized by VjOOQIC 



— 51 - 

18. Item die gross Schwabacherin vast zû zweyen formen. 

19. Item 2 centner zweyer latinischer gschrifften. 

20. Item zwo pressen und dry ramen. 

Disen Zùg schlechl Peter Schmid selbs um 1000 fl. an, so aeht 
ich es sygind mer dann dry fass mit bùchern hie und zù franckfort, 
welche mer dann 300 fl. wert sind. 



1 . Lossbùch. 332; facit 1 bailen, 1 ryss, 6 buoch. Constat 17 fl. 

2. Canzleysch fiindaraentbûehlin. 131; facit 1 lyss 6 buoch. 

Constat 5 fl. 

3. Von Bedern. 136 ; facit 1 ryss 10 buoch. Constat 4 7, A. 

4. Nammenbùchlin. 118; facit 9 buoch 11 bogen. Constat 2 fl. 

5. Fàgfhùr. 83; facit 1 ryss 8 buoch 4 bogen. Constat 8 */, A- 

6. Rollwagen. 101 ; facit 2 Rys 11 buoch. Constat 12 */, A. 

7. Genesis monachorum. 125; facit 10 buoch. Constat 2 fl. 

8. 2 Risen Lieder. 2 ryss, 

9. Von fressen und sauffen. 32; facit ^ buoch, 8 bogen. Constat 

9fl. 

10. Grienbùchlin. 115; facit 12 buoch. Constat 2*/, A. 

11. Rychmanns spil. 14; facit 1 buoch, 17 bogen. Constat 3 fl. 

12. Bàtthbùchlin. 2 buoch, 10 bogen. 

13. Marcoifus. 16; facit 2 buoch, 6 bogen. Constat 3*/, A. 

14. Reissbûchlin. 6; facit 1 bûch, 11 bogen. Constat 6 fl. 

15. Naboth spil. facit 2 bûch. Constat 5 fl. 

16. Zehen alter. 21 ; facit 3 buoch, 9 bogen. Constat 4 fl. 

17. Biblische figuren. 2 bûch. 

18. Biblische figuren bunden. 5 batz. 

19. 11 Sempacher Schlacht, thun 6 blappert oder 3 batz. 1 kr. 

20. Anderthalben bailen pestilentzbûchlin. 

21 . 8 Risen minder 1 Bûch wyss papyr. 



Digitized by VjOOQIC 



- 52 - 

ht zu Franckftirt : 

I. Lossbùcher. 12 Rysen. 
II. RoUwageii. 3 ballen, 2 bûch. 

III. Von Bedern. 7 Rysen, 18 bûch. 

IV. Sunst allerhand bûcher. 1 ballen. 

Summa 6 ballen, yede zû 15 gulden. 

So dan alhir in der Stat 4 ballen 13 bùch. Yede ballen zù 13 
gulden 3 creutzer. 



Digitized by VjOOQIC 



53 



Inventaire de rimprimerie aux Franciscains 
déchaussés. 

I. 61 Poinçons grands et petits, en acier. 

Les poinçonSy en typographie, sont des tiges d'acier où les lettres 
sont gravées en relief et qui servent à frapper les matriœs, pièces 
de cuivre, dans lesquelles sont fondus les caractères. Cependant les 
poinçons dont il s'agit n'ont pas, d'après l'inventaire B^, représenté 
des lettres proprement dites, mais divers signes conventionnels, en 
usage dans les almanachs que nos imprimeurs fabriquaient en grand. 
(Cf. l'art, suivant.) 

n. 92 Matrices de signes divers pour almanachs. 

Les lasszedel^ que, faute d'un équivalent exact, nous rendons par 
almanachs, étaient destinés à indiquer les époques les plus favorables 
à la saignée, qui a si longtemps été regardée comme un remède et 
un préservatif assuré contre toutes les maladies. Aussi les boutiques 
des barbiers, chargés de cette opération, ne désemplissaient pas de 
gens qui, suivant le cas, se faisaient tirer du sang non-seulement aux 
bras, mais aux jambes, aux pieds, au front, derrière les oreilles, 
partout où une veine s'offrait à la lancette. On ne laissait pas cepen- 
dant d'observer certaines règles ; il y avait des jours fastes et des 
joui's néfastes, consignés sur ces tablettes qui, à la ville comme à la 
campagne, ne manquaient dans aucun ménage. On y apprenait que 
« au premier quartier de la Lune fait bon saigner pour les jeunes 
gens ; au second, pour ceux qui sont parvenus à l'âge de virilité; 



^ Littéralement, tablettes de» saignées, de lass par abréviation pour Blut = ou 
zur Ader lassen. 



Digitized by VjOOQIC 



— 54 - 

ail tiers, pour ceux qui comraencenl à décliner; au dernier, pour 
les vieilles gens. Après 40 ans, il n'est pas bon d'ouvrir la cépha- 
lique, après 50 ans, la médiane, et après 60, l'on ne fera aucune 
incision, sinon quand nécessité le requiert. » 

Une figure y rendait la chose saisissable à tous les esprits : 
c'était un petit homme (lassmànnlin) entouré des douze signes du 
zodiaque, auxquels aboutissaient des lignes qui, rayonnant des 
différentes parties de son corps, marquaient si la saignée, sous 
l'influence de tel ou tel astre, était salutaire ou pernicieuse. 

Mais ces tablettes ne se bornaient pas à réglementer les saignées, 
elles donnaient bien d'autres indications utiles : par elles, on était 
renseigné sur les variations probables du temps ; on apprenait quel 
jour, quelle planète était propice au mariage, à la taille des cheveux 
et des ongles, aux achats et aux ventes, au sevrage des enfants, 
aux bains, en un mot, aux différentes fonctions de la vie privée et 
de la vie sociale. 

Pour mettre ces doctes enseignements de l'astrologue-mathéma- 
ticien à la portée même des plus ignorants, l'imprimeur usait d'une 
série de caractères figuratifs. C'étaient les signes du zodiaque, signes 
gras et signes maigres, les signes et aspects des planètes, les figures 
de la lune et certains de ces hiéroglyphes primitifs, qui se sont 
transmis à travers les âges et qui sont les mêmes dans toutes les 
langues. Des ciseaux, par exemple, une main ouverte, une hache, 
placés sous le Saint du jour, marquaient l'opportunité de couper 
les cheveux, les ongles, le bois. (Cf. A,,.) 

III. Une frappe de PETrr-SCHWABACHER, RENFERMANT 75 MATRICES. 

C'est une sorte d'écriture demi-gothique. Moins pesant que les 
lettres de somme (black-letters), moins anguleux, moins effilé que 
les caractères allemands ordinaires, le Schwabacher — ainsi appelé 
soit de la ville de Schwabach, soit, comme d'aucuns affirment, d'un 
fondeur de ce nom qui en aurait gravé Jes premiers poinçons — 
est arrondi, gras, et se rapproche du caractère romain créé en Italie 



Digitized by VjOOQIC 



- 55 - 

par le Français Nicolas Jenson. C'est de ce type pour ainsi dire 
composite que Schmid se servait de préférence pour ses livres en 
langue vulgaire, de même que pour les ouvrages latins il employait 
l'italique avec une prédilection marquée. Le petit Schwabacher, 
auquel il recourait pour les manchettes ou notes marginales, mesure 
{ V, millimètre dans les lettres moyennes courtes et correspond à 
notre Gaillarde. 

IV. Une frappe de moyen-schwabacher, avec 78 matrices. 

La force de ce caractère équivalait à peu près à celle du Cicéro : 
il a une hauteur de 2 millimètres. 

V. Treize matrices pour cadrats. 

Les cadrats et les cadratins sont des pièces de fonte dont chaque 
corps de caractères est assorti. Plus basses que la lettre et de diffé- 
rentes grandeurs, elles forment avec les espaces le blanc des alinéa, 
des titres et, en général, les blancs qui ne sont pas produits par les 
lettres mêmes. 

VL Deux registres pour les caractères d'adages et deux autres 

POUR LES caractères DE BIBLE. 

Les registres (il faut toujours la paire) sont destinés à recevoir 
la matrice au bout du moule et à la retenir dans une position juste. 
Ils sont mobiles ; on les pousse ou retire jusqu'à ce que la matrice 
soit exactement à la place convenable pour former la lettre dans 
une bonne approche. Naturellement l'existence de ces engins, qui, 
seuls, n'auraient aucune raison d'être, suppose celle des matrices 
correspondantes, bien qu'il n'en soit fait mention ni dans l'un ni 
dans l'autre de nos inventaires. 

Les caractères d'adages sont ceux qu'on appelle communément 



Digitized by VjOOQIC 



italiques, mais que l'on nomme aussi lettres cursiveSy parce que 
leur forme se rapproche de l'écriture adoptée dans la chancellerie 
romaine ; lettres vf^nitiennes, parce que les premiers poinçons en 
furent gravés à Venise vers i i90 ; ou encore lettres aldines, parce 
(|u'Alde-Manuce en fut l'inventeur. Froben, le grand imprimeur 
bâlois, est le premier qui en ait fait usage en-deçà des Alpes, dans 
l'édition qu'il a donnée en 1513 des Adages d'Erasme. De là cette 
dénomination, qui n'est pas restée et ne paraît même avoir jamais 
été usitée ailleurs qu'à Bàle et dans son rayon immédiat. Ne pour- 
rait-on pas inférer de cet indice que nos deux imprimeurs ont tiré 
de cette ville une partie de leurs matrices ou de leurs caractères? 
Aussi bien, leurs caractères romains offrent une ressemblance frap- 
pante avec ceux que Froben a employés par exemple dans une autre 
édition des i4da/7^5, celle de 1526. D'ailleurs, il est certain que Schmid 
était en relations d'affaires avec le savant typographe bâlois Oporin. 

Quant aux caractères de bible, le nom en indique l'origine. Ce 
sont des lettres de type gothique, grandes et nourries, fortes d'en- 
viron 3 millimètres, comme le gros-Parangon ; sans être penchées 
comme les italiques, elles paraissent cependant n'être pas toutes 
d'aplomb ; quelques-unes, surtout les a, les t, les u et les ( sont 
visiblement inclinées comme dans l'écriture. 



VII. Trois cents pesants de caractères de bible et des deux sortes 

DE TITRES ALLEMANDS. 

D'après l'inventaire B^^, il y avait une quantité suffisante de ces 
caractères de bible pour alimenter une presse, c'est-à-dire pour com- 
poser tout au moins une feuille. 

Les deux espèces de lettres pour titres étaient du même type 
gothique pur; elles ne différaient que par la dimension, les unes 
mesurant 8 */, millimètres, les autres 5 millimètres, c'est-à-dire 
correspondant au Double-canon et au Trismégiste. 



Digitized by VjOOQIC 



VIII. Deux formes et demie de caractères d'almanach. 

Une forme comprend toutes les pages d'un côté de la feuille 
imposée dans un châssis. Les caractères dont il s'agit faisaient sans 
doute partie d'une casse spécialement affectée à l'impression des 
calendriers, où se trouvaient disposés, outre les lettres proprement 
dites, les différents signes de convention énumérés plus haut (cf. 4, 
et aussi B, J. Cela est d'autant plus probable que l'imprimeur Jean 
Luffl, chez qui Schmid avait été en apprentissage, passe, à tort ou 
à raison, pour l'inventeur de cette disposition. 

IX. Caractères de gros-schwabacher pour 29 florins.* 

L'inventaire B,, dit qu'il y avait de cette sorte de caractères 
largement pour deux formes (vast zû zweyen formen). Nous n'hé- 
sitons pas à donner au mot vast son sens primordial et non celui 
qui lui est attribué aujourd'hui, puisque c'est dans ce texte que 
Schmid a imprimé plusieurs de ses ouvrages, ce qu'il n'aurait pu 
faire commodément, s'il n'avait pas eu de quoi composer au moins 
une feuille complète. D'une lecture facile, ce caractère nourri mesure 
2 7* millimètres, comme le Gros-romain. Il est digne de remarque 
que les deux autres fontes de Schwabacher, dont cependant nos 
imprimeurs possédaient les matrices, ne sont représentées effective- 
ment dans aucun des inventaires. 

X. Un cent pesant de caractères de paris. 

Cette dénomination ne peut se rapporter qu'à ces lettres rondes 
communément appelées romaines. Elle s'explique par la réputation 
qu'avait alors l'imprimerie parisienne, grâce surtout à l'illustre 
famille des Estienne, dont le chef, Robert I«% avait encore perfec- 
tionné les types si élégants de Geoffroy Tory. Toutefois ce n'est 
sûrement pas de Paris que nos imprimeurs ont th'é cette sorte de 



* 140',36«, au pouvoir actuel de Targent, 421^08<^ 



Digitized by VjOOQIC 



--58- 

caractères, mais bien de Bâle. Nous avons signalé plus haut la par- 
faite similitude de ces lettres, corps de Cicéro, avec le type employé 
par Froben et par ses successeurs. 

XL Un cent pesant de moyen-adages. 

On a vu (i,) l'origine de cette désignation. Ce sont des italiques 
de Cicéro, un peu grêles, mais d'une tournure charmante et dignes 
de ce XVI® siècle, où, suivant un habile critique, l'ouvrier savait 
donner une forme superbe aussi bien à une lettre moulée qu'à la 
grille d'un parc ou à la cheminée d'une grande salle. 

Un cent pesant ou quintal comprend un assortiment d'environ 
20,000 lettres, qui, avec la justification de l'in-S^ ordinaire de nos 
imprimeurs et leur manière de travailler, suffisaient à composer une 
feuille de 16 pages. 

XII. Une fonte de signes pour almanachs. 

Quels étaient au juste ces signes ? Nous n'avons pu les indiquer 
que par analogie (cf. 4J, n'ayant jamais eu la fortune de voir un 
de ces précieux almanachs mulhousiens. 

XIII. Neuf uvres de lignes fondues. 

Il faut entendre par là non les lames pour interlignes, — à cette 
époque elles étaient encore en bois — mais ces réglets qui servent 
pour les filets, dentelles et bordures. 

XIV. Quatre châssis dont trois en fer et un en bois. 

L'inventaire jB,^^ n'en mentionne que trois. On sait que les châs- 
sis sont des cadres avec tringles, dans lesquels les caractères sont 
assemblés en pages. Ils sont en fer; un châssis en bois n'ayant 
pas la solidité nécessaire, serait promptement détérioré. 



Digitized by VjOOQIC 



--59 - 

XV. Deux galées et douze planchettes. 

La galée est une tablette avec rebords en équerre, sur laquelle le 
compositeur met les lignes à mesure qu'il les a composées. 

Les planchettes servent à recevoir les colonnes préparées dans la 
galée. 

XVI. Un coupoiR et un rabot. 

Le œupoir est un instrument servant aux fondeurs pour enlever 
aux corps des caractères certaines aspérités qui nuiraient à l'im- 
pression, et pour les rendre ainsi plus unis et plus propres. Lorsque 
les lettres sont serrées dans le justifieur, partie principale du 
coupoir, on les ébarbe, façonne et polit avec le rabot. 

XVU. Deux presses. 

Puisque nous avons été amené, par la nature même de notre 
sujet, à entrer dans des détails techniques, il ne sera pas hors de 
propos de citer ici, comme terme de comparaison, un passage d'un 
Dictionnaire de bibliologie publié en 1802. 

« Supposons, » dit le savant auteur, Gabriel Peignot, « supposons 
que l'on veuille monter une imprimerie composée de deux presses. 
Il faut pour l'assortiment des caractères et autres objets, 200 livres 
de gros-canon, compris l'italique, 300 livres de petit-canon compris 
l'italique, 400 livres de parangon ou gros-romain, 600 livres de 
saint-augustin, 1000 livres de cicéro, 600 livres de petit-romain, 
300 livres de petit-texte, 100 livres de lettres de deux-points sur 
tous les corps, 36 livres de vignettes, 50 livres de filets doubles, 
simples et anglais, 300 livres d'interlignes, des lettres en bois, 
vignettes, fleurons, culs -de- lampe, des espaces, cadratins, demi- 
cadratins et cadrats, vingt paires de casses, cinq rangs de tréteaux 
garnis de planches, quatorze paires de châssis tant in-folio qu'in-4<^ 
et in-12, douze rametles, bois d'impositions, qui consistent en bois 



Digitized by VjOOQIC 



-- ()J - 

de fond, bois de marge, bois de tète, biseaux, coins, décognoirs 
(on commence à se servir de garnitures en fonte, qui sont préfé- 
rables à celles en bois), composteurs en fer et en bois, galées grandes 
et petites, avec et sans coulisses, deux marbres d'une feuille cha- 
cun, deux presses ordinaires, six frisquettes, marbres de presse, 
peaux de balles, de tympans, etc., etc. 

« Une imprimerie assortie de tous les objets dont nous venons 
de parler, peut coûter huit à neuf mille francs d'établissement. A 
cette somme il en faut ajouter une autre à peu près semblable pour 
mettre en train l'imprimerie. » 

On le voit, bien des choses manquaient à nos imprimeurs, et leur 
outillage était plus que modeste ; mais ils suppléaient par l'activité 
personnelle, par un travail intelligent et soutenu à ce que leurs 
ressources de fabrication avaient d'insuflSsant. 

Su-ivent les fîgiares et alphabets gravés en bois: 
XVIII. Trois alphabets allemands gravés. 

Ce sont de grandes capitales gothiques. Nos imprimeurs, croyons- 
nous, s'en sont servis à deux fins, d'abord comme lettres initiales 
pour orner les tètes de chapitres, ensuite comme modèles pour un 
traité de calligraphie qu'ils ont publié (cf. 4„). De ces trois suites, 
deux seulement nous sont connues : Tune offre des lettres en treillis, 
bsanyées et clievelnes, entourées de capricieuses volutes ; l'autre, de 
dimensions moindres et sans fouillis d'arabesques, est du genre de 
ces majuscules dites lettres torneures, à cause de leur forme ronde 
et tournante. En général, elles sont d'une taille épaisse, peu finie, 
mais elles ne manquent pas d'élégance. 

XIX. Un alphabet latin. 

Il était composé de ces lettres grises, qui, de nos jours, ont été 
justement remises en honneur, et dont au XVI® siècle, le siècle par 



Digitized by VjOOQIC 



— 61 — 

excellence de l'ornementation typographique, des artistes illustres, 
Holbein, Tory, le Petit Bernard, ne dédaignaient pas de dessiner les 
motifs. Celles qu'avaient fait graver Schmid et Schirenbrand étaient 
à fond criblé ou sablé, simples et de bon goût. 

XX. Quinze figures pour la gravure sur bois. 

Par ces mots un peu obscurs nous entendons les bois de différents ' 
modèles dont nos imprimeurs se servaient en guise de fleurons et 
de culs-de-lampe. Les uns consistaient en entrelacs, en paraphes 
compliqués à la mode du temps ; les autres, fort jolis, en rinceau\ 
et volutes ; d'autres, historiés, représentaient soit une tète de ché- 
rubin joufflu, soit des oiseaux se jouant dans des branches fleuries. 

XXI. Les principes de la calligraphie contenant 32 figures. 

Nous ne croyons pas nous tromper en traduisant ainsi Funda- 
mentbuch. Ce terme qui, sans le secours d'un qualiflcatif, est à peu 
près inintelligible, se trouve fort heureusement déterminé dans 
l'inventaire C, par le mot cantzleysch, de chancellerie. L'écriture 
dite de chancellerie, plus grande, plus forte, plus régulière que l'écri- 
ture courante, se distinguait aussi par la profusion des ornements, 
des jambages, des fioritures et par le luxe des initiales. 

Quelles ont pu être ces 32 figures? Dans un traité de calligra- 
phie, publié à Nuremberg en 1549, par Jean Neudœrffer, nous en 
avons compté 33, qui servent à montrer les divers procédés pour 
tailler correctement une plume, la juste position des doigts, de la 
main, du bras, la tbrme et l'inclinaison des lettres, etc. Le traité 
édité à Mulhouse a dû avoir des figures du même genre, et nous 
pensons, toujours par analogie, que nos imprimeurs y avaient fait 
entrer aussi les trois alphabets gravés mentionnés plus haut. 

XXIL Un syllabaire écrtf renfermant 32 figures. 

D'après les données fournies par l'inventaire C^, c'était une pla- 
quette composée tout juste de 32 pages pet. in-8<^. Comme il était 



Digitized by VjOOQIC 



- 62 - 

entièrement écrit, c'est-à-dire gravé, il peut passer pour un véritable 
livret xylographique. Quelle en était la forme, la composition? Y 
voyait-on, à côté des caractères de l'alphabet, les figures tradition- 
nelles de l'àne, du bœuf, etc. ? On ne le saura sans doute jamais, 
y ayant toute apparence qu'aucun exemplaire n'aura échappé à 
cette prompte destruction à laquelle sont fatalement voués tous les 
petits livres de classe. 

XXIII. Les saints pour l'almanach des paysans. 

On a vu (.4,) ce qu'étaient les lasszedel ou lassbrief. Les alma- 
nachs (le plus ancien que l'on connaisse a été imprimé à Nurem- 
berg en 1475) jouissaient dès le XV1« siècle d'une grande vogue, et 
Rabelais lui-même n'a pas dédaigné de publier en 1533 un Almanach 
calculé sur le méridional de la noble cité de Lyon. Il est vrai que le 
bon raillard se moque tout le premier dans sa Pantagrueline pro- 
(jnosticution àes « fols astrologues de Lovain, deNurnberg, deTubinge 
et de Lyon. » La teneur aussi bien que la forme des almanachs 
offraient certaines variantes selon le public auquel ils s'adressaient, 
suivant qu'ils étaient réservés à la ville ou destinés à la campagne. 
Ces derniers renfermaient tout naturellement des conseils pour la 
culture des champs, pour l'élève des bestiaux, des indications pra- 
tiques comme celles-ci : « A la Saint-Benoît prépare tes champs 
d'avoine, à la Saint-Ambroise sème les ognons, à la Saint-Grégoire 
les lentilles, à la Saint-Urbain le lin, à la Saint-Rufin les semailles 
d'automne. — Achète ton beurre à la Saint-Pancrace, fais des sau- 
cisses et mange des oies à la Saint-Martin, à la Saint-Nicolas, rôtis 
des châtaignes et des poires. » C'était en quelque sorte le catéchisme 
du paysan, auquel il suffisait, pour se rappeler à quels travaux il 
avait à vaquer, de voir dans son calendrier la grossière image en 
buste de tel ou tel Saint. 



Digitized by VjOOQIC 



- 63 



XXIV. Les sept planètes, grand et petit modèle. 

Les planètes (Saturne, Jupiter, Mars, le Soleil, Vénus, Mercure 
et la Lune) jouaient un grand rôle dans les almanachs, qui leur 
attribuaient une influence considérable sur la destinée des hommes 
et sur le succès de leurs entreprises. Elles y étaient représentées 
d'une manière plus ou moins grotesque, sous la figure des divinités 
dont elles portent le nom. Ainsi Saturne est un vieux béquillard 
qui s'apprête à dévorer un enfant. Mars un matamore qui brandit 
un large sabre en roulant des yeux furibonds. 

Nos imprimeurs ayant deux suites gravées de ces ligures, de 
grandeurs différentes, il est probable — et cette présomption est 
fortifiée par 4„ A^^ et B, ,g — qu'ils publiaient des almanachs 
dans leurs deux formats habituels, le petit in-4<^ et le petit in-S**. 

XXV. Les douze mois, en grand et en petit. 

Ces vignettes ne devaient pas difl'érer de celles qu'on voit aujour- 
d'hui encore dans bon nombre de calendriers. Placées en tête de 
chaque mois, elles en représentaient la physionomie particulière, 
avec les travaux qui leur étaient propres et les signes du zodiaque 
correspondants. L'inventaire B^^ ne parle même que de ces signes, 
ce qui eût d'autant simplifié les sujets. 

XXVL La vue ou image de la vd.le de Mulhouse. 

Nous ne pensons pas qu'il s'agisse de quelque plan à vol d'oiseau 
comme celui de Mérian, ni même d'une vue proprement dite qui 
aurait été tirée à part. Nous sommes porté à croire, d'après les 
deux articles suivants, que c'était une simple image d'almanach et 
qu'elle figurait soit dans le texte avec une courte description, soit 
plutôt sur le titre, à peu près comme sur la couverture de tel de 
nos calendriers modernes, on voit la cathédrale et une partie de 
Strasbourg. 



Digitized by VjOOQIC 



- 64 



XXVII. Vues des villes de Cologne et d'erfurt. 

La présence de ces deux bois, qui d'abord paraît étrange, s'ex- 
plique si l'on admet que nos imprimeurs, au moyen de certaines 
modifications, notamment au titre, vendaient à des libraires de ces 
deux villes une partie de leurs almanachs. 

XXVIII. Les treize cantons de la confédération helvétique. 

Il a pu en être ainsi des calendriers destinés à la Suisse : le fond 
restait à peu près le même, le titre seul était changé et portait 
comme fleuron les armoiries des confédérés ou quelque autre emblème 
de ce genre. Il se peut que ce même bois ait servi pour la Sempacher 
Schlacht (cf. CJ. 

XXIX. Cinquante figures pour le weltuch lossbuch, avec les 

HUrr PLANCHES ACCESSOIRES. 

Les lossbiicher ou loosbûcher (livres des sorts) qu'il ne faut pas 
confondre avec les almanachs nommés lassbrief, formaient un passe- 
temps de société, qui, à en juger par le nombre des éditions, paraît 
avoir été fort goûté au XVI® siècle, et qui, de nos jours encore, 
trouve des amateurs parmi les gens de la campagne. C'était une 
sorte de livres sibyllins, rédigés sous une forme plus ou moins plai- 
sante. Celui qui avait à les consulter, jetait d'ordinaire trois dés; 
les diverses chances se trouvaient figurées soit dans des cercles 
appelés roues de fortune, soit dans des carrés chiffrés, qui le ren- 
voyaient pour la réponse au passage correspondant du volume. Ce 
jeu est d'origine italienne : du moins le premier livre qu'on con- 
naisse en ce genre a été publié à Vicence vers 1473. II est intitulé 
Délie Sorti et a pour auteur Lorenzo Spirito. Plusieurs fois réim- 
primé dans la langue originale, il a été traduit en français et en 
espagnol, et a donné lieu, en allemand, à de nombreuses imitations. 
Celle dont il est question dans notre inventaire et sur laquelle nous 



Digitized by VjOOQIC 



aurons à revenir (C^), est due à Georges Wickram, de Colmar, un 
de nos bons conteurs alsaciens. 

XXX. Quinze figures pour les zehen alter. 

La moralité ou Fastnachtspiel des Dix âges de ce monde a pour 
auteur le savant imprimeur bàlois Pamphile Gengenbach ; elle a été 
représentée pour la première fois à Bàle en 1515. Elle fut jouée 
aussi à Colmar, en 1531, mais remaniée par Georges Wickram, 
qui l'avait accommodée au goût de ses concitoyens (cf. C^J. C'est ce 
texte nouveau qu'auront suivi nos imprimeurs, qui ont publié plu- 
sieurs ouvrages de Wickram, entre autres son Rolhvagenbuchlein. 

XXXI. Seize figures pour le marcolf. 

Marcolf ou Morolf est un personnage typique de la littérature popu- 
laire. On le met en scène avec le sage roi Salomon, dont il est la 
vivante antithèse et dont il parodie, dans un langage trivial et plein 
de gros sel, les sentences noblement pédantesques. C'est un Tabarin 
allemand donnant la réplique au Maistre. Le dialogue de Salomon 
et de Marcolf, dont la composition remonte au moins au XIII® siècle, 
a été imprimé bien souvent. Nous penchons cependant à croire 
qu'il s'agit ici plutôt d'une farce de carnaval jouée sous le titre de 
MarcolftiSy en 1546, à Lucerne. (Cf. B,,, où il est cité avec deux 
autres Fastndchtspiele, et C^,.) 

XXXII. Onze figures pour le job. 

L'art dramatique fut cultivé avec une heureuse ardeur en Suisse 
pendant tout le XVI® siècle. Dans presque toutes les villes, surtout 
à Bâle, à Berne, à Lucerne et à Zurich, on représentait non pas, 
comme dans les Universités, des pastiches plus ou moins réussis de 
tragédies et de comédies anciennes, mais des pièces naïves, mys- 
tères, moralités ou farces qui, tour à tour, édifiaient, instruisaient. 



Digitized by VjOOQIC 



— «6 — 

égayaient le peuple. Les sujets étaient la plupart tirés de rEcriture 
sainte ; c'étaient les bourgeois qui remplissaient les rôles. C'est ainsi 
que rtiistoire de Job donna naissance à un drame qui fut joué à 
Zurich en 1535, et réimprimé plus tard à Mulhouse. 11 est à noter 
cependant que ce livre ne se trouve pas mentionné dans l'inventaire 
C; l'édition était-eUe épuisée ou n'avaitrclle pas encore paru? 

XXXIII. Une grande figure avec le diable, la mort, le monde 

ET l'ange. 

Elle était faite sans doute pour une de ces feuilles volantes qui 
se vendaient dans les foires pour la plus grande édification du peuple. 
Nous avons vu une planche de l'époque, qui est du même genre. 
Elle représente aussi le diable, la mort et l'ange, avec le jugement 
dernier, l'enfer et le paradis; elle est accompagnée d'une courte 
explication sur ce que les théologiens appellent les quatre fins de 
l'homme. 

XXXIV. QUARANTE-aNQ FIGURES DIVERSES POUR PIÈCES DE THÉÂTRE 

ET CHANSONS, 

Ces feuilles volantes, extrêmement nombreuses au XVI« siècle, 
n'étaient pas toutes, il s'en faut, aussi édifiantes que celle dont nous 
venons de parler. Un grand nombre était consacré à des chansons 
populaires, joyeuses ou satiriques, qui peignaient au vif les mœurs 
et les exploits des reîtres, des moines et autres bons vivants. La 
plupart étaient, comme les Spil, ornées de vignettes. 

Des 45 figures relatées dans cet article, nous en connaissons 
douze, qui appartiennent à la moralité de Lazare et l'Homme riche 
(cf. Cj,). Nous croyons devoir en donner ici une courte description. 

a) Vignette du titre. — Salle à manger largement ouverte, ayant 
vue sur une chaîne de montagnes à pics. Les personnages en cos- 
tumes suisses sont assis autour d'une table carrée, sur des bancs en 
bois. On en voit neuf, dont trois femmes. Un serviteur attend debout, 



DigitJzed by VjOOQIC 



- 67 — 

la cruche en main, qu'on lui demande à boire, tandis qu'un autre, 
en tablier, monte les quatre marches de l'estrade, apportant une 
grande écuelle. — Particularité à noter : six des personnages, ainsi 
que la paroi et les contre-marches sont coloriés en rouge à la presse. 

6) Prologue. — Un héraut coiffé d'un bonnet pointu et mêché 
comme l'étaient ceux des flamines, et portant un bâton surmonté 
d'une fleur de lys, en compagnie d'un seigneur avec un chapeau à 
plume et qui tient à la main un livre ouvert. Dans le fond, une 
ville, probablement Zurich, où la pièce a été représentée ; dans le 
lointain, de hautes montagnes. 

c) Un chambellan au chapeau à plumes, la main gauche sur la 
garde de sa rapière ; aux deux fenêtres d'une cuisine, le maître 
queux et une de ses acolytes armée d'une écumoire. 

d) Intérieur de saUe à manger. — Six personnes sont déjà assises 
à table, on en voit quatre autres qui accourent, pendant que le 
serviteur prépare la boisson. 

e) Le fou avec ses oreilles d'âne terminées par des clochettes, 
suivant le type du Narrenschiff, Il brandit avec force contorsions un 
fouet à lanières. 

f) Salle du festin, avec six convives seulement. Arrive un nou- 
veau personnage, le Freihar tzbûb (lihertin). Il a un chapeau à trois 
plumes, un habit dont les basques sont tailladées en pointes, il tient 
un bâton levé. 

g) La Mort, cette mort terrible et tout ensemble grotesque du 
moyen-âge. Le dessinateur l'a représentée au miUeu d'un paysage 
désolé, décharnée, avec un rictus effroyable, le front ceint de ser- 
pents entrelacés, portant sur l'épaule gauche une civière avec un 
cercueil et tenant de la main droite un sablier surmonté d'un cadran. 

h) Le diable Lucifer. — Il accourt, une griffe levée pour saisir 
le malheureux Riche, l'autre armée d'une fourche. Pour tout vète- 



GooQle .— 



Digitized by VjOOQ 



- 68- 

menl, il n'a qu'un bonnet à mèche, relevé en visière à trois 
pointes. Il a des ailes de chauve-souris, des pieds de coq avec l'ei^ot 
traditionnel, deux mamelles tombantes et une queue en tire-bou- 
chon : un vrai diable enfin ! 

t) Un capitaine des gardes, coiffé d'un chapeau à trois plumes, 
tenant d'une main sa hallebarde, de l'autre le pommeau de sa 
rapière. 

k) Le même personnage, mais le heaume en tète, armé de toutes 
pièces, sur un cheval caparaçonné. 

/) Encore le capitaine. — A pied, un poing sur la hanche, il 
présente de la main gauche à une donzelle un verre à facettes. La 
demoiselle est coiffée d'un chapeau plat à plume ; sa robe est forte- 
ment échancrée, mais sa gorge, couverte d'une colerette montante; 
à sa ceinture est attachée une sacoche, qui lui bat la cheville. Dans 
le fond, un arbre, sur le feuillage duquel se détachent les lettres i T, 
évidemment le monogramme du graveur ou du dessinateur. 

m) Le poète. — Un hvre ouvert à la main, il marche à côté d'un 
vieillard en costume judaïque. Précédé par un petit garçon qui porte 
un bâton de héraut et un écu chargé d'une tète de griffon, il s'a- 
vance vers deux personnages dont l'un a une rob talaire, comme 
un ministre de l'Evangile. Dans le fond s'élèvent de^ montagnes à 
pics. 

XXXV. Deux lassmâennlin et une boutique de barbier. 

En donnant (.4,) l'explication du mot lassmànnlin, nous avons 
dit qu'à côté de leurs fonctions capillaires, les barbiers-chirurgiens, 
comme beaucoup de leurs confrères modernes, saignaient, ventou- 
saient, arrachaient les dents. Une gravure, encore plus ancienne, 
accompagnant des conseils sur les saignées, nous montre un de ces 
honorables praticiens au moment où il approche la lancette du bras 



Digitized by VjOOQIC 



-69- 

d^une femme assise, qui détourne la tête avec un sentiment d'effroi. 
La planche de notre inventaire a dû représenter un sujet analogue. 

XXXVI. Le lansquenet en chausses bouffantes. 

A cette époque, les chausses ou hauts-de-chausses avaient pris 
la forme d'une culotte bouffante, sur laquelle étaient cousues en 
hauteur des bandes d'une autre étoffe. Elles descendaient jusque 
vers le genou et on les bourrait de crin pour les enfler davantage. 
Auparavant, elles étaient déchiquetées, tailladées, avec des coques 
de toile, de taffetas ou de satin, qui passaient à travers les échan- 
cnii'es. 

Sxiiverit les figures dessinées : * 

XXXVIL Cent vingt-huft figures pour le nouveau-testament. 

Cette suite était sans doute destinée à former un recueil du même 
genre, sinon du même mérite, que ceux de Sébald Beham (1530), 
de Holbein (1538), de Brosamer (1551) et plus tard de Jost Amman 
(1561), de Bocksperger et Jost Amman (1564), de Solis (1565), 
de Stimmer (1590), recueils où le texte, très-court d'ailleurs et 
purement explicatif, n'est que l'accessoire, même quand il a, comme 
le dernier, pour auteur un Fischart. Il est douteux que cette suite 
ait été exécutée par nos imprimeurs, mais assurément c'est un 
honneur pour eux d'avoir, avec leurs faibles ressources, osé tenter 
une œuvre si considérable. 



^ Quoique nous ne sachions pas si ces dessins ou esquisses ont été réellement 
gravés, cette partie de Tinventaire ne laisse pas d'avoir son importance. Elle constate 
que les planches décrites jusqu'ici ont été faites à Mulhouse même, et non achetées 
au dehors. 



Digitized by VjOOQIC 



— 70- 



XXX VIII. Une planche dessinée, avec trois sujets : noel, la 

CIRCONCISION, LES ROIS. 

C'étaient probablement, comme les quatre articles suivants, de 
simples vignettes d'almanach (cf. .4,,). 

XXXI X. Un petit bok avec les mathématiciens. 

L'inventaire B^, plus explicite, nous apprend que ces graves 
faiseurs d'almanachs et de pronostications étaient au nombre de 
trois et armés de leurs instruments, tels que compas, quarts de 
cercle, etc. 

XL. Deux autres dessins sur bois polu le PETrr almanach des 

PAYSANS. 

A en juger par leur assortiment de caractères et de vignettes 
propres au genre, nos imprimeurs se sont livrés en grand à la fabri- 
cation des almanachs. Us ont dû en publier de plusieurs sortes, dans 
divers formats, sous des titres différents, de plus ou moins complets, 
de plus ou moins chers, suivant le public auquel ils les destinaient 
(cf. 4,^_„). C'est ainsi que pour les gens de la campagne, ils avaient 
un grand et un petit calendrier ; ce dernier réduit à la plus simple 
expression, à peu près comme l'almanach des Bei^ers, qui a le même 
éditeur que le grand, le fameux, le véritable Liégeois, supputé par 
maitre Mathieu Laensbergh, mathématicien. 

XLI. Un petft lassmjennlin et une boutique de barbier. 

C'est, d'après l'inventaire B,, pour le même abrégé de Xd. pratique 
des paysans que ces deux sujets (cf. ^4, et i4, J auraient été gravés. 



Digitized by VjOOQIC 



-. 71 - 

XLII. Les sept planètes. 

Nos imprimeurs en avaient déjà deux suites complètes, de dimen- 
sions différentes (cf. 4,J. On peut s'étonner, en regard de ces 
preuves multiples du grand nombre d'almanachs qu'ils produisaient, 
que l'inventaire C, où se trouvent consignés les livres en nombre, 
n'en fasse aucune mention. Nos documents, il est vrai, sont du 
24 avril, et à cette époque de l'année, les calendriers devaient être 
ou vendus ou tout-à-fait dépréciés. 



Digitized by VjOOQIC 



-7Î 



INVENTAIRE B/ 

Relevé du matériel appartenant à rimprimerie: 

I. Grands et petits poinçons pour almanachs, avec leurs 

FRAPPES (4j ,). 

II. Matrices ou cuivres des douze signes, tels que le bélier, 

LE taureau, les GÉMEAUX, ETC., EN GRAND ET EN PETIT. 

III. Poinçons et matrices des poids des pharmaciens, tant pour 

LES CARACTÈRES DE BIBLE QUE POUR CEUX D'ALMANACH. 

Poui" exprimer ces poids (livre, once, gros ou drachme, scrupule, 
grain), ainsi que les formules usuelles, les médecins se servent de 
signes conventionnels et de isigles. Nos imprimeurs en avaient un 
double assortiment, de deux grandeurs ; ils employaient l'un ou 
l'autre, suivant que le texte devait être composé en un corps de 
caractères plus ou moins gros. (Cf. 4, J 

IV. Deux frappes en cuivre de deux sortes de caractères 

ALLEMANDS. (A^ J 

V. Une collection complète de figures pour le nouveau-testa- 

ment, DESSINÉES, MAIS NON ENCORE GRAVÉES. (4,^) 

VI. La NATIVITÉ, LA CIRCONCISION ET LES ROIS, DESSINÉS SUR BOIS, 

SANS ÊTRE ENCORE GRAVÉS. (A^^) 



^ Ce deuxième inventaire a été dressé par Tassocié sortant, Jean Schirenbrand. 

Quoiqu'il soit moins complet que le précédent et qu'il renferme peu de renseigne- 

. ments nouveaux, il peut servir à fixer le sens de quelques expressions. Les chiffres 

placés à la suite de chaque article renvoient aux commentaires correspondants de 

Finventaire A, 



Digitized by VjOOQIC 



- 73 - 

VII. Un bois, non gravé encore, représentant les trois mathé- 
maticiens AVEC LEURS INSTRUMENTS, TELS QUE COMPAS, QUARTS 
DE CERCLE, ETC. (4„) 

Vni. Deux petits bois, plus un petit lassm^ennun, et une bou- 
tique DE barbier, le tout POUR LE PETIT ALMANACH DES 
PAYSANS ET SEULEMENT DESSINÉ. (.4^,^ ^^) 

IX. La ville de Mulhouse dessinée et gravée. (i,J 

X. Les sept planètes en double (c'est-à-dire de deux grandeurs), 

dessinées et gravées. (i,J 

XI. Les douze signes célestes, aussi en double, dessinés et 
gravés. (4„) 

XII. Les figures pour job, les dix âges, marcolf. (i„ ,^, „) 

XIII. Les figures pour le livre des sorts, ensemble les huit 

planches accessoires. (4„) 

XIV. Diverses autres figures pour les chansons. (i.J 

XV. Deux fontes de caractères allemands pour titres. (A^) 

XVI. Un corps de caractères allemands d'almanach pour une 
presse, ensemble les signes propres aux calendrdîrs. 

XVII. Un corps de caractères de bible allemands pour une presse, 

PLUS LES petits SIGNES DU ZODIAQUE ET AUTRES USFTÉS DANS 
LES ALMANACHS. (A^ ,) 

XVIII. Un corps de gros-schwabacher pour deux formes au moins. 
XIX. Deux cents pesant de deux sortes de caractères latins. 

(K u) 

XX. Deux presses et trois châssis. (A^^ ^^). — Ce matériel est 
ÉVALUÉ PAR Pierre Schmh) lui-même a mille florins. De mon côté, 
j'estime qu'il y a tant ici qu'a Francfort plus de trois tonnes de 
livres, qui valent passé trois cents florins. 



Digitized by VjOOQIC 



- 74 - 

Comme à cette époque la valeur numéraire du florin était de 
4^84^, et que le pouvoir de l'argent était trois fois plus fort qu'au- 
jourd'hui*, le chiffre auquel, d'un commun accord, les deux asso- 
ciés estimaient leur matériel, se montait à 14,500 francs. C'est 
une somme relativement élevée ; une imprimerie à deux presses 
comme la leur, mais bien mieux assortie, ne coûtait à établir, en 
1802, (cf. A^^) que 9,000 francs environ. Il est vrai que nos impri- 
meurs avaient de plus une fonderie de caractères et une collection 
assez considérable de bois gravés. 



^ Ces données sont puisées dans les Etudes économiques sur V Alsace ancienne et 
moderne, que vient de publier M. Tabbé Hanauer. Nous ne doutons pas que cet excel- 
lent ouvrage, fruit de longues et minutieuses recherches, ne fasse dormais autorité. 
Un autre savant, G. Leber, dit de son côté : < Le pouvoir de l'argent qui s'était 
maintenu, dans le premier quart du XVI« siècle, à Fancien rapport de 6, descend, 
dans le deuxième quart, à 4 ; dans le troisième quart, à 3, et dans le quatrième, y 
compris la fin du règne de Henri IV, au rapport de 2, où il est resté jusqu'à la 
révolution de 1789. » 



Digitized by VjOOQIC 



— 75 — 



INVENTAIRE C. 
Livres et figures en nombre. 

I. LOSSBUCH. 

332 exemplaires; 1 ballot, 1 rame, 6 mains. Prix : 17 florins, (80^28«, soit au 
pouvoir actuel de l'argent 240 fr. 84 c). 

Un ballot se composant de 10 rames, une rame de 20 mains, 
une main de 25 feuilles, il est aisé de déterminer le nombre de 
pages des livres inventoriés. Les indications que nous avons pu 
contrôler sur quelques-uns des volumes mêmes, sont très-exactes 
et permettent, à un ou deux feuillets près, une supputation certaine. 

LeLossbuch (cf. A„ et Cà) devait donc avoir 136 pages pet. in-4°. 
Un exemplaire coûtait 3 Kreutzer (0,24*^), équivalant aujourd'hui à 
0,72*'. Pour un volume orné de plus de 50 gravures, ce n'était 
certes pas cher ; mais comme le papier employé ne revenait qu'à 
0,22« (cf. C„), ce n'était pas un prix disproportionné. Pour les 
ouvrages d'une vente assurée, on compte que, par le fait de l'im- 
pression et des droits aujourd'hui payés aux auteurs, le papier 
acquiert une valeur quadruple. 

Cette édition du Livre des sorts du monde, publiée par Schiren- 
brandetSchmid, semble n'être pas connue des bibliographes. Gœdeke 
cite seulement un tirage postérieur, ne portant plus que le nom de 
Schmid : 

Das weltlîch Lossbuch. Mûlhusen im oberen Elsass durch Peter Schmid, 
1560. In-4».^ 



^ L'édition originale a paru à Strasbourg, elle est intitulée * 

Ein schône unnd fast schimpfliche Kurtzweil, se durch umbtreiben eyner scliei- 
ben Alten und Jungen, mann unnd weiblichen personen : Auch den zûchtigen 
Junckfrawen zû traurîgen Zeitten, vil làcheriger und schimpflîcher Sprûch unnd 
furbildtnûssen (urbringet, den menschen Kurtzweil zu machen^ und die traurîgen 



Digitized by VjOOQIC 



11. Cantzleysgh Fundamentbùghun. 

131 exemplaires; 1 rame, 6 mains. Prix : 5 florins (24^20<'^ soit au pouvoir 

actuel 72^60«). 

Ces Principes de récriture de chancellerie (cf. 4, J formaient une 
plaquette de 40 pages pet. in-4^, avec 32 figures. Un exemplaire 
coûtait 0,55^ de notre monnaie. 

III. Von Bedern. 

136 exemplaires; 1 rame, 10 mains. Prix : 4 % florins (21 ',78* = aujourd'hui 

à 65S34<^). 

Dans son histoire de la ville de Mulhouse (I, 192), Graf cite comme 
ayant été imprimé dans notre vUle un traité de Huckel, composé en 
allemand, De salutaribtis Germaniœ balneis, s. i. 1559. in-8®. Nous 
ne savons jusqu'à quel point cette indication, sans doute prise dans 
l'Epitome de Simler, peut justifier cette attribution d'origine. 

Il existe de la même époque un autre traité de balnéologie, qui 
a pour auteur Georges Pictorius (Maler), médecin-physicien de la 
régence d'Ensisheim : 

^aderhuchlin. — Gantz kurtzer bericht von allerhand einfachten 
und 38 componierten mineralischen teutsches Lands wild bàdem, 
wie man im baden unnd darvor ordnung halten soll, welchen baden 
gût und welchen bôss, von der beder diet und wie man allen 
zôfalen, die sich gmeinlich den badenden zâtragen, begegnen soll 
5. /. anno 1560, pet. in-S^. 



schlaferigen gemuter, widenimb zû lachenden freyden zô bewegen und erwecken. 
Umb kurtzweil an tage gegeben M.D.XXXIX. (A la fin) : Getrucktzu Strassburg. 
Im Jar als man xalt nach Christi unsers kerm geburt M.D.XXXIX, 48 fF. în-fol. 

Un livre du même genre, cité par Gœdeke : 

Der Mannen- Frauwen- Junggesellen- und Jungfern-Cîrkel. Getruckt %t Mûlhusen 
im obemEisasSf durch Peter Schmid., 60 ff. in-4% 

n'est sans doute qu'une réimpression, ou un second tirage, avec changement de titre, 
du Losslmch de Wickram. 



Digitized by VjOOQIC 



- T7 - 

Nous penchons plutôt à croire que c'est de ce dernier opuscule 
qu'il s'agit, d'autant que ce môme Pictorius a fait imprimer à 
Mulhouse deux autres de ses ouvrages (cf. C,^ ,J. La date 1560 
ne fait point obstacle : le Lossbuch (C,) est daté de même, quoiqu'il 
figure aussi dans l'inventaire. Il se peut que Schmid, usant d'un 
artifice souvent employé dans la librairie moderne, ait simplement 
changé le titre, pour rajeunir une édition qui ne s'écoulait pas assez 
vite. Et de fait, il lui restait en 1559, tant à Mulhouse qu'à Franc- 
fort, près de 1100 exemplaires de ce livre des bains, qui était com- 
posé de 88 pages pet. in-8° et coûtait 0,48^^. 

IV. Namenbîjchlin. 

118 exemplaires; 9 mains, il feuilles. Prix : 2 florins (9^68<», au pouvoir 

actuel 29^(U'^). 

Ce syllabaire (cf. i,,) se composait de 32 pages pet. in-8°, pro- 
bablement xylographiques ; il revenait à 0,25*^ l'exemplaire. 

V. Fagfhîjr. 

83 exemplaires; i rame, 8 mains, 4 feuilles. Prix : 8 % florins (41^i4^ au 
pouvoir actuel 123^42°). 

Le Purgatoire est la traduction d'un traité de théologie polémique 
du fameux Bernardin Ochin de Sienne, qui, après avoir été général 
des Capucins, sinon confesseur du Pape, embrassa la Réforme, se 
maria à Genève, se rendit en Allemagne et en Angleterre, séjourna 
à Strasbourg, à Bàle, à Zurich, et chassé de partout, finit en 1564, 
à l'âge de 77 ans, par mourir de la peste, en Moravie. 

Nous sommes heureux de pouvoir donner de ce petit volume une 
description exacte, d'après l'exemplaire appartenant à M. Armand 
Weiss, dont la bibliothèque, composée avec une rare entente et un 
goût parfait, est si riche en livres rares et curieux. 

Dialogus^ Il Das ist, Ein ge || spràch von dem Fâgfeûr : || in 



Digitized by VjOOQIC 



- 78- 

welchem der Bâpstleren torech- 1| tigen und falschen grûnd, das || 
Fâgfeiir zû erhaltcn, wi- || derlegt werdend. || — Beschriben in 
Italianischer spraach von dem || wolgelerten herren Bernhardino 
Ochino II von Senen, yetz aberauf das eyn- || faltigest verteutscht. || 
— Joannis am 5. cap. || Warlich warlich sag ich euch, wàr || meîn 
wort hort, und glaubt dem der || mich gesendt hat, der hat das 
ewig la- Il ben, und kompt nît in das gericht, son- 1| der er ist 
vom tod zum làben hîndurch || getrungen, etc. || — Getruckt %u 
Mûlhusen im oberm || E/sasSy durch Hans Schirehbrand || und Peter Schmid, || 
(Sans date) ; titre rouge et noir ; pet. in-8", de 136 pages, la dernière 
blanche ; sign. A k I par 4 fF. 

Un exemplaire coûtait 1^49° de notre monnaie. Le volume est 
d'une belle exécution ; imprimé en caractères neufs et brillants, il 
n'a qu'un défaut : c'est que les manchettes ou notes marginales sont 
composées dans le même corps de lettres (moyen-Schwabacher) que 
le texte, ce qui ne produit pas un heureux effet. 



VI. ROLLWAGEN. 
101 exemplaires; 2 rames, 11 mains. Prix : 12 % florins (60^,50°, soit 181^50«). 

Le Rollwagen est un recueil de ces contes facétieux et de haut 
goût, dans lesquels excellait le XVI« siècle. Son nom lui vient de 
ces lourds véhicules qui transportaient alors les' marchands à des 
foires, souvent lointaines, comme celle de Francfort. Pour charmer 
les ennuis de la route, les voyageurs d'humeur plus gaie que nous 
ne sommes aujourd'hui, avaient coutume de s'ébaudir en de telles 
gausseries et joyeusetés. L'auteur de cette compilation est Georges 
Wickram, de Colmar, à qui notre excellent maître et ami, M. Au- 
guste Stœber, a consacré une très -intéressante étude.* Un autre 



* JOrg Wickram, Volksschriftsteller und Stifter der ColmarerMeistersângerschule 
im 16. Jahrtiundert, und dessen vorzûgUchste Schriflen. Mulhouse, 1866. 



Digitized by VjOOQIC 



- 79- 

Alsacien, Jacques Frey, de Marmoulier, y ajouta en 1557 une 
seconde partie. 

La première édition a paru en 1555, sans indication de lieu. La 
nôtre, la quatrième en date, est augmentée de neuf contes, qui ne 
sont pas des moins plaisants. Elle a été décrite sur un exemplaire 
de la bibliothèque royale de Berlin par M. Henri Kurz, qui a donné 
ses soins à une élégante réimpression de ce livre. 

Rolhuûgen. \\ Ein neuws bûch || lein, darinn vil gûter schwânck || 
und historien begrifFen werden, se man in || schiflFen und auf den 
Rollwàgen,desgleychenin scher || heusern und badstuben zu lang- 
weyligen zeyten, erze- 1| len mag, sampt einem kurtzen Register. 
Yetz wi- Il derumb von neuwen getruckt, gemee || ret und gebes- 
sert. Il Durch JôrgWickgrammen,Statt- 1| schreyberz&Burckhaim. 
(A la fin) : Getruckt zù Mûlhusen^ im oheren Elsass^ durch Hans Schirehbrand 
und Peter Schmid, (Sans date.) Pet. in-8% de 100 feuillets, les deux 
premiers et les quatre derniers non chiffrés, 96 paginés jusqu'à 192 
(par erreur, la pagination saute de 165 à 170); sign. A — N par 4 ff. 

Le volume, qui coûtait VfiO^ de notre monnaie, renferme trois 
vignettes ; au bas du titre : un long chariot bâché, attelé de quatre 
chevaux, la diligence peu confortable du temps; au verso : trois 
commères bavardant près d'une fontaine, dans un langage singu- 
lièrement expressif, à en juger par la légende ; à la dernière page : 
un homme à tête de chat, avec un bonnet de fou qui lui retombe 
sur les épaules, est assis sur une souche et contemple avec admi- 
ration son image dans un miroir qu'il tient à la main, pendant 
qu'en face de lui, sur un banc, un autre personnage joue de la 
cornemuse. 

— Der ander Teil des Rolhvagens * oder Gartengesellschaft, darinn 
vil frdlichs gesprâchs, schimpfireden, speiwerk und sunst kurz- 
weîlig bossen, von Historien und Fabien gefunden werden, sampt 
einem kurtzen Register. Durch Jacob Freyen, Stattschreybern zû 
Maursmûnster zusamen colligiert und an tag gebracht. (A la fin 



^ H. Nay. Bibliotheca Germanonm erotica. Leipzig, 1875, p. 36. 



Digitized by VjOOQIC 



- 80 - 

de la table) : Getruckt %u Mùlhusen im oberen E/sass, by Hans Schirenhrand 
unnd Peter Schmid. (Sans date.) Petit in-S", aussi de 100 feuillets 
comme la première partie, 5 fF. liminaires, 177 pages chiffrées. 5 ff. 
de table et 1 fF. avec la souscription des imprimeurs. Deux vignettes, 
Tune au titre, l'autre au verso du dernier feuillet, (cf : C b.) 

VII. Genesis monachorum. 
125 exemplaires; 10 mains. Prix : 2 florins (9^68'' = 20S04«). 

La Genèse des moines! On se doute bien que celte plaquette de 
32 pages, pet. in-8^, qui coûtait 0,16^ de notre monnaie, n'était 
pas un panégyrique du clergé régulier. Peut-être était-ce un extrait 
du fameux Alcoran des Cordeliers, dont l'ancien patron de Schmid, 
Hans Lufft, avait donné une édition, en 1542. A coup sûr, c'était 
un ouvrage satirique. 

VIII. LlEDER. 
2 rames (1000 feuilles). 

L'inventaire n'ajoute aucune autre indication sur ces chansons, 
dont la plupart étaient décorées de vignettes (cf. -4, J. 

IX. Von fressen und sauffen. 
32 exemplaires; 8 mains, 8 feuilles. Prix : 6 % florins (3^^46° = 94^38<^). 

Il est peu de vices qui aient donné autant de mal aux moralistes, 
à ceux du XV® et du XVI« siècle surtout, que la goinfrerie et 
Pivrognerie. Sébastien Brant, pour ne citer qu'un des nôtres, les a 
flagellées rudement dans un des chapitres les plus indignés de sa 
Nef des fous (c. 15. Von fullen und prassen). A son tour, un austère 
ministre de l'Evangile, Mathias Erb, le réformateur de Riquewihr 
(né en 1494, mort en 1571), crut devoir faire entendre aux pêcheurs 
endurcis la voix des saints Pères, et il écrivit son traité : 

Von sauffen und fressen, den zweyenn greulichen lasteren, wie die 
durch den heiligen Chrysostomum, Hieronymum und Basilium 



Digitized by VjOOQIC 



— 81 — 

magnum und anderen Vàtteren vor tausend jaren in jren predigen 
sind gestraflft worden, zusanimen gelàsen und verteutscht durch 
Matthyss Erben. •— Psalm CIII — Das Brot sterckt des menschen 
brust, der Weyn macht des menschen hertz frolich — 1559 — 
S ed fines horum transi luis si nocet (A la fin) : Getruckt %u Mûlhusen im 
oberen Elsass durch Hans Schirenbrand und Peter Schmid. Pet. in-&* de 
1C)4 pages. 

Ce petit volume est estimé dans l'inventaire à 2^95*^, valeur 
actuelle de l'argent, ce qui parait cher pour un ouvrage qui ne devait 
pas trouver autant d'amateurs que le Rollwagen ou le Lossbuch. Et 
cependant, deux ou trois mois à peine après sa publication, il ne 
restait plus que 32 exemplaires. Sans doute, la douairière de 
Ribeaupierre, Anne-Alexandrine, née comtesse de Furstenberg, à 
qui le livre est dédié, aura acheté la plus grande partie de 
l'édition, pour la faire distribuer utilement par l'auteur, son 
protégé.* 



' La même année, Mathias Erb publia, à Mulhouse, sur un sujet analogue, mais 
à un point de vue purement hygiénique et culinaire, un court abrégé de VArizney^ 
spiegel du médecin colmarien, Laurent Pries, en laissant de côté, bien entendu, les 
délicieuses anecdotes que contient Toriginal. Cet abrégé, dont le Musée historique de 
Mulhouse possède un exemplaire, grâce à la libéralité de M. Auguste Stœber, est 
intitulé : 

Fon allerUy speysen so || dienstlichen zur menschlicher narung || Durch Doctor 
Laorentium Friesen vor dreyssig Ja- || ren beschriben, zûr bes&erung menschlicher 
gsund- Il heit. Und yetz durch M. Matthyss £r- 1| ben in truck geben. |j Getruckt 
scU Mûlhusen im oberen El- || sass^ durch Peter Schmid, \\ anno M.D.LIX. \\ Pet. în-4<^, 
lo feuillets non numérotés; sign. A — C par 2 fF. Sur le titre, la marque de Schmid. 

Du même Mathias Erb nous connaissons un autre ouvrage imprimé dans notre 
ville, et que nous décrirons d'après un exemplaire appartenant à un amateur mul- 
housien, M . Daniel Grumler. C'est une explication, une glose du cantique de Siméon ; 
la préface signée est une paraphrase des vers de Sénèque cités au titre : 

Nunc dimittis, \\ Das lobgesang || des heiligen Simeons, Luce || am andern, zu trost 
beschrieben, de-j|nen, so hoflhung haben, der Selîg- 1| Iceît, und wartent Gottes 
be- Il rûffiing aussdîsem Ja- 1| merthal. || Seneca. || Nemotam diuos habuît fauentes, || 
Crastinum utposset sibi poUiceri. || Nîemandt im selbs versprechen mag || Dasleben, 
auff Morndrigen tag. || Getruckt scu Mûlhausen im || obem Eisâss, durch Peter \\ 
Schmid. Il 1562. Il Pet. in-8", 70 pages, 14 feuillets non numérotés, 2 fF. blancs, 52 pages, 
sur la dernière : Getruckt xu Mûlhausen im \\ obem Elsàss durch Peter \\ Schmid || ,• 
enfin, un feuillet avec la marque de Timprimeur. 

6 



Digitized by VjOOQIC 



— 82 — 

X. Grienbuchlin. 
115 exemplaires, 12 mains. Prix : 2 % florins (12^10« = 36^30<^). 

Ici nous sommes réduit à une conjecture, et fort embarrassé 
môme de la faire connaître. Qui n'a vu, dans quelque vieille 
estampe, un médecin d'autrefois occupé à regarder attentivement 
le contenu d'une fiole. L'inspection terminée, il sera fixé sur le 
tempérament ou sur la maladie de son patient. Or, ce qu'il examine 
si curieusement, c'est le grien. Dans la moralité de Lazare (A^^ et 
C, J, lorsque le Riche se sent frappé d'une indisposition subite, sa 
femme envoie en toute hâte quérir le médecin. Celui-ci accourt avec 
son serviteur, à qui il a fait emporter à tout hasard de la rhubarbe 
et le wasserglas pour mieux voir dos Grien, En un mot, suivant 
nous, le Grienbûchlin était un traité populaire d'ouronoscopie, que 
nous sommes tenté d'attribuer à ce Pictorius qui a fait imprimer à 
Mulhouse un Pestilentzbuchlin, et très-probablement aussi le Badevr 
bûchlin et le Reissbûchlin (cf. C,^, , , J. Quoi qu'il en soit, c'était 
une plaquette de 42 pages, pet. in-8°, qui coûtait 0,31 */, centimes. 

XL RVCHMANNS SPIL. 

14 exemplaires; 1 main, 17 feuilles. Prix : 3 florins (14^52'', soit au pouvoir 
actuel de Targent 43^56o). 

Nous avons décrit (/Ij J, d'après un exemplaire dont nous devons 
la communication à l'obligeante entremise de M. Engel-Dollfus, les 
figures de ce très-rare et intéressant volume. L'histoire de Thomine 
riche et du pauvre Lazare a été mise en vei's et en drame par plu- 
sieurs auteurs du temps, entre autres par Jacques Frey, de Mar- 
moutier, et par Jacques Ruof, de Zurich. C'est vraisemblablement 
de ce dernier qu'est la Moralité imprimée à Mulhouse, mais repré- 
sentée à Zurich, ainsi que le constate le titre : 

Ein warhaftige || history aus dem heiligen E- 1| vangelia Luce am 
XVL Cap. Von || dem Reychen mann und || armen Lazare || Gespilt 



Digitized by VjOOQIC 



— 83 — 

zû Zurich von einer lob- 1| lichen BurgerschaflFt || . (Au recto du 
dernier feuillet) : Getruckt zù Mùl- \\ husen tm oberen \\ E/sass, by Hans \\ 
Schirenbrand \\ urnid Peter \\ Schmid. \\ ( Sans date.) Titre rouge et noir, 
14 vignettes, dont 2 se répètent. Pet. in-8', de 24 feuillets non 
chiffrés ; sign. A — C. 

Ce joli petit volume coûtait, dans notre monnaie, 3^11^. 

XH. Battubîjchlin. 
i mains, 10 feuilles. 

L'inventaire ne donne aucune autre indication sur ce livre de 
prières. Aussi, sans vouloir du reste rien inférer de ce fait, nous 
ajouterons seulement qu'on a souvent imprimé à cette époque un 
Belbuchlin mit dem Calender und Passional, de Luther. 

XIIL Marcolfus. 
46 exemplaires; 2 mains, 6 feuilles. Prix : 3 'A florins (i6S96« = 50^88<^). 

On a vu (.4,,) que ce volume de 56 pages pet. in-8^, évalué à 
3^^8^ de notre monnaie, était orné de douze vignettes sur bois. 
D'autre part, nous savons que c'était une de ces pièces dramatiques 
qui empruntant leur nom du carnaval. Mais là s'arrêtent nos ren- 
seignements, et nous pouvons simplement émettre la supposition 
que c'était une réimpression de Marcolfus. Ein Fastnachtspil zû 
Lucern gespillt, 1546 (cf. Mone, II, p. 420). 

XIV. Reissbuchlin. 
6 exemplaires; 1 main, il feuilles. Prix : 6 florins (29^Û4<^, au pouvoir actuel, 87^12<^). 

Quel était ce livre ou Gtiide du voyageur? L'indication tout aussi 
sommaire, donnée par le Samstagsblatt de Mulhouse (année 1857, 
p. 32) n'apprend rien à cet égard : Itinerarium pereyrinantium. 
Getruckt zû Mûlhusen im oberen Elsa^^s durch Hans Schirenbrand 
und Peter Schmid (sans date). 



Digitized by VjOOQIC 



— 84 — 

Il est très -probable que c'était une réimpression de l'ouvrage 
suivant de Georges Pictorim. Outre la conformité du titre, il est à 
remarquer que ce médecin d'Ensisheim, dont le nom de famille était 
Maler, a publié à Mulhouse d'autres de ses traités (cf. C, ^^ to)- 

Raissbuchlin, Ordnung wie sich zu halten, so einer raison wîU 
in weite und onerfahme Land . . . Strassburg 1557, in-&*.^ 

Mais pourquoi ce mince volume de 96 pages pet. fn-8*>, simple 
traité d'hygiène du voyageur en pays étrangers, est-il coté 1 florin, 
soit aujourd'hui 14^52^? C'est un prix exagéré, hors de toute pro- 
portion avec celui des autres livres du fonds de nos imprimeurs, et 
que ne justifie pas le petit nombre d'exemplaires qui leur restaient. 

XV. Nabothspil (lisez : NabaUpiL) 
2 mains. Prix : 5 Oorins (24^20° = 72^60<'). 

Il y a dans l'inventaire une confusion évidente de noms. Le 
malheureux Naboth que le roi Achab, à l'instigation de Jézabel, fit 
lapider pour s'en approprier la. vigne, n'est pas un personnage de 
comédie. C'est de Nabal, premier mari de la belle Abigaïl qu'il s'agit, 
comme le prouve de reste le titre suivant, qui nous a été commu- 
niqué par M. Auguste Stœber : 

Nahai Ein schon Christenlich, lustig unn kurtzwylig spil, erst- 

lich durch den Erwurdigen und wollgeleerten Herren Rudolffen 

. Walthern* aus dem ersten bûch Samuelis des 25 cap. gezogen, 

in ein Idtinische Comediam gestelt, nûwlich aber, von einer 



^ Nous avons copié ce titre dans un catalogue officinal de vieux livres; malheu- 
reusement, Fexemplaire décrit était vendu. 

• Rodolphe Walther était ministre de TEvangile à Zurich. Son concitoyen et col- 
lègue, Simler, en énumérant une foule d'ouvrages de ce savant homme, cite : ffabal, 
coraœdia sacra ex 1 Samuelis 25. Tiguri Froschouerus excudit (sine anno). 



Digitized by VjOOQIC 



~ 85 - 

Eerlîchen loblichen jungen Burgerschafft zû SchaflFhusen, auf den 
16. tag howmonats des 1559 jars, Teutsch gespilt und gehalten. || 
Examinir zum ersten dich || Darnach kum und corrigier mich. || 
Getruckt %u Mûihusen im oberen Elsass durch Peter Schmid^ anno 1560. 

Comme on voit, cette comédie a eu deux éditions à Mulhouse, 
ce qui s'explique par le grand succès de ces sortes de représenta- 
tions, en Suisse surtout. De la première, bien que le chiffre ne soit 
pas donné, il ne restait plus, en avril 1559, que 14 exemplaires, 
à en juger par le nombre de pages (56 en moyenne) des trois autres 
pièces du même genre mentionnées dans l'inventaire. Le volume, 
probablement orné de vignettes (cf. i, J, revenait à 5^18° de notre 
monnaie. 

XVI. Zehen Alter. 
21 exemplaires; 3 mains, 9 feuilles. Prix : 4 florins (19^36<^ = aujourd'hui 58f,08<^). 

La comédie des Dix âges du monde (cf. 4, J parut d'abord à Bâle, 
en 1515, sous le titre : 

Die X. alter dyser welt welche sind gespilt worden im |p/ Jor 
uflF der herren fastnacht von etlichen ersamen und geschickten 
burgeren eir loblichen stat Basai (s. 1. e. a.). 16flf. in-4'*. 

Plus tard, Wickram arrangea et rajeunit la pièce de Gengenbach 
et la publia à Strasbourg, sans nom d'auteur : 

Die Zehen aber : nach gemeynem lauff der welt, mit vil schônen 
nevsren historien begriffen. Auss der Bibel gezogen, vast nûtzlich 
zû lesen und zù hôren Und seind dièse Zehen alter, von wort zû 
vs^ort, nach innhalt der matery und anzeygung der figuren von 
newem gespilt, gemert und gebessert worden, Durch eine Ersame 
burgerschafft einer loblichen statt Colmar. . im Jar MDXXXI. (A 
la fin) : Getruckt %u Stras sburg^ hey Jacob Frilichy im Jar MDXXXIIII, 
32 ff. in 8^ 



Digitized by VjOOQIC 



— 86 ~ 

L'édition de Mulhouse, qui n'a pas été décrite, reproduisait sans 
doute ce texte remanié. Elle se composait de 64 pages pet. in-8^, 
renfermait quinze figures et coûtait 2^48''. 

XVII. BlBLISGHE FiGUREN. 
â mains. 

Ces figures de la bible ne faisaient point partie du fonds de nos 
imprimeurs, autrement les bois correspondants seraient mentionnés 
dans l'inventaire. Mais on a vu (i,,) que Schirenbrand et Schraid 
projetaient de publier une collection de ce genre, puisqu'ils avaient 
fait dessiner 128 figures pour le Nouveau-Testament, et il est naturel 
qu'ils aient fourni à leur dessinateur les moyens de s'inspirer des 
modèles alors le plus en vogue. Or, il se trouve que la suite dite de 
Hans Brosainer (Biblische historien kûnstlich fiXrgemalet), qui avait 
paru à Francfort de 1551 à 1553, se compose, d'après la descrip- 
tion de Brunet, de 396 ff. in-8°. D'autre part, 2 mains, soit 50 
feuilles, font dans ce même format exactement 400 feuillets. Ce 
rapprochement nous semble donner beaucoup de vraisemblance à 
l'hypothèse que c'est à l'ouvrage de Brosamer qu'a trait le présent 
article^ 

XVIII. Biblische figuren bunden. 
Prix : 5 batzen (1^70« = 5^10<^). 

La remarque précédente s'applique à ce recueil. Seulement, 
comme ici le nombre des pages n'est pas indiqué, il est impossible 
de savoir s'il s'agit des Biblische historien figt'irlich filrbildet durch 
den wolberûmbten Sebald Beham von Nûrnberg, dont la première 
édition a paru à Francfort en 1530, ou des Historiarum veteris 
Instrumenti icônes (Lyon, 1538-1547), gravées d'après ïlolbein 
par Hans Lutzelburger, ou de quel(|ue autre collection de figiu-es 
bibliques. 

Un point à notçr, c'est que le volume était relié, tandis que tous 



Digitized by VjOOQIC 



— el- 
les autres ouvrages portés sur l'inventaire étaient en feuilles. Ce 
fait prouve que les deux associés n'étaient pas des libraires, dans 
l'acception ordinaire du mot, les livres, à celte époque, étant ven- 
dus reliés, et les reliures généralement faites dans la maison même 
du libraire. Ils étaient imprimeurs-éditeurs. 

XIX. Sempacher Schlacht. 
11 exemplaires. Prix : 6 blappert, soit 3 t)atzen 1 kreutzer (I^IO^" = 3^30''). 

Quelle forme revêtait cette glorification du patriotisme suisse? 
Celle d'une chanson épique ou d'un récit populaire en prose? A en 
juger par le prix (30 centimes l'exemplaire), ce devait être non une 
feuille volante, mais une plaquette d'une quarantaine de pages. 

XX. PESTlLENTZBiJCnLlN. 
Un ballot et demi. 

Telles sont les seules indications fournies par l'inventaire, et, 
pour ce volume encore, nous eussions été réduit à des conjectures 
plus ou moins plausibles, si un de nos amateurs les plus distingués, 
que le souci des grandes affaires n'empêche pas d'aimer les livres 
et de les rechercher avec ardeur, n'avait fort heureusement levé 
toutes nos incertitudes. 

Au XVI® siècle, comme pendant tout le moyen-âge, où les auto- 
rités locales s'inquiétaient fort peu de la salubrité publique, les 
maladies contagieuses étaient très-fréquentes. Comprises sous la 
dénomination générique de peste, mais appelées aussi, suivant leurs 
variétés, fièvre pestilente, caquesangue, coqueluche, suette, trousse- 
galant, bosse, charbon, pourpre, etc., ces épidémies avaient provoqué 
la publication de nombreux traités à l'usage du peuple, dans les- 
quels étaient indiqués les mesures préventives et les remèdes qui 
passaient pour les plus efficaces. Le Pestilentzbikhlin édité à Mul- 
house, est un ouvrage de ce genre ; il a pour auteur le médecin 
attitré de la régence d'Ensisheim, Georges Maler (en latin Pictorius)^ 



Digitized by VjOOQIC 



— 88- 

dont nous avons déjà eu plusieurs fois à mentionner le nom. 
Nous décrivons ce curieux volume sur l'exemplaire appartenant à 
M. Engel-Dollfiis. 

Von der Pestileniz, |1 Notwendiger |1 bericht was die pestilentz || sey 
ob die zû fliehen, und wie sich || yedes stands personenn, reych, 
arm, jung || und ait die nit fliehen konden, damit sy der |1 sucht 
ledig bleyben, halten sollen, unnd ob || einer angrifferi wurd, wie 
er sich durch mit- |1 tel der artzney ledigen moge, sampt an- 1| 
gehenckter ordnung so mit den || beulen und blateren zû gebrau- 
chen. Il Und wie mit den Borpelen unnd || rotsucht^ auch jren 
zûfâlen in allweg sich ze || halten, mit einem nutzlichen régiment 
allen 1| so durch die greûlich kranckheit des unsin- 1| nigen haupt- 
wees, wie ver wenig jaren || an vil orten gewutet, behalïtet || sind, 
an die hand zenemmen. || Ailes durch D. Georgium Picto- j] rium 
der artzney Doctorn, und der Keyser- 1| lichen Regierung Ensisheim 
in ober Elsass || bestellten Physicum zû dem andern || mal, doch 
weytlôufïîger dann vor || mit fleyss beschryben. || (A la fin) : Getruckt 
zû Mûlhusm im \\ oberm Elsass durch Pe- \\ ter Schmid, \\ (Sans date, mais 
1559.) Pet. in-8°de 108 feuillets : le titre, qui est rouge et noir, 
les deux flF. liminaires et le dernier non numérotés; le recto 
du feuillet final est blanc, le verso porte la marque de Timprimeur. 
. Sign. A— O par 4 fF. 

On aura remarqué que ce volume, qui a été imprimé par les deux 
associés, puisqu'il figure dans Tinventaire, ne porte que le nom de 
Schmid. Comme, d'autre part, le titre constate que l'ouvrage parais- 
sait pour la seconde fois, ce rapprochement pourrait faire croire à 
Texistence de deux éditions mulhousiennes.. Il n'en est rien cepen- 
dant. La troisième partie du livre, qui est intitulée : Von dem 
Hauptwee\ a une dédicace à Tabbé de Lucelle, datée du 14 mai 
1553. C'est en cette année, lorsque le mal sévissait avec le plus 
d'intensité, que Pictorius a dû publier son traité, non à Mulhouse, 



^ De la coqueluche. — « Il y a un accident de peste appelé coqueluche, ainsi dit, 
liarce que ceux qui en estoient esprins sentoienl une extrême douleur de teste, et à 
Testomach, aux reins et aux jambes, avec fièvre continue, et souvent avec délire et 
frénésie. » (Ahbroise Paré, XXIV. 30). 



Digitized by VjOOQIC 



— 89 - 

OÙ il n'y avait pas encore d'imprimerie, mais probablement à Stras- 
bourg, où il a fait paraître aussi la première édition de son Reiss- 
biichlin (C,J. Voici, à notre avis, l'explication de cette particularité. 
Lorsque Schirenbrand se retira de l'association, il ne restait pas 
moins de 555 exemplaires de ce volume, et Schmid trouva bon de 
réimprimer la dernière demi-feuille avec son nom seul. Il est facile 
de s'en convaincre par l'inspection du papier, qui est d'une pâte 
différente. Cette même observation peut s'appliquer au Lossbuch et 
au Baderbûchlin, compris également dans l'inventaire (C^ ,), et 
dont on trouve des exemplaires datés de 1560. 

XXI- Hurr rames, moins une main, de papier blanc. 
Prix : 3 florins 10 batzen (17',92s soit aujourd'hui 53',76«). 

Huit rames, c'est peu. Mais nos imprimeurs, on l'a vu, n'étaient 
pas en position d'avoir de grands approvisionnements. Le papier 
dont ils se servaient d'ordinaire, et qu'ils tiraient sûrement de Baie, 
sans être de premier choix, n'était pas mauvais. Il était d'un des 
plus petits formats : ses dimensions n'excédaient pas 284 millimè- 
tres sur 365. Aussi la plupart des volumes édités en commun par 
Schirenbrand et Schmid, ne mesuraient-ils, même avant d'avoir été 
mutilés par le couteau du rogneur : les in-quarto, que 183 milli- 
mètres sur 142 ; les in-octavo, que 142 millimètres de hauteur sur 
une largeur de 91 millimètres. 



Tel était, au moment où les deux associés se séparèrent, le relevé 
par exemplaires des livres de fonds qui leur restaient en magasin 
à Mulhouse. Mais une note additionnelle nous apprend qu'ils en 
avaient encore un plus grand nombre à Francfort, alors le centre 
le plus important de la librairie. « A Francfort » — écrivait, quelques 
années plus tard, avec un enthousiasme sincère, le célèbre impri- 
meur Henri Estienne — « à l'époque des foires, les Muses convoquent 



Digitized by VjOOQIC 



— 90 — 

leurs typographes, leurs libraires ; elles leur commandent d'amener 
avec eux les poètes, les historiens, les philosophes : non pas seule- 
ment ceux qu'enfantèrent autrefois la Grèce et Tltalie, mais ceux 
aussi que produisent chaque jour tous les pays visités par les neuf 
sœurs. A peine sont-ils réunis, vous n'êtes plus dans cette ville qui 
a nom Francfort : vous vous croyez plutôt dans cette autre cité 
jadis florissante et la plus lettrée de toute la Grèce. Car, je vous le 
demande, à voir cette affluence d'écrits si variés et si savants, est- 
il possible de ne pas se croire à Athènes? » Voici cette note : 

Sont à. Francfort : 

a) LossBUCHER. — 12 rames. 

On a vu plus haut (C\) que ce volume « des jeux de fortune et 
rencontres plaisantes » renfermait 136 pages pet. in-4°. A la réserve 
gardée à Mulhouse de 332 exemplaires, il faut donc en ajouter 353, 
ce qui doit représenter à peu près le tiers de l'édition. 

b) RoLLWAGEN. — 3 ballots, 2 mains. 

Cet autre ouvrage de Wickram comprenant 100 feuillets (cf. C,), 
le nombre des exemplaires en dépôt à Francfort se montait à 1204. 
Comme ce recueil de contes était d'un débit facile, la publication 
devait être de date récente et remonter tout au plus à la fin de 
l'année 1558. Toutefois nous pensons que dans ce nombre entrait 
pour moitié la seconde partie du Rollvvagen, qui a pour auteur 
Jacques Frey, et qui compte aussi très-exactement 100 feuillets 
(cf. C..) 

c) VoN Bedern. — 7 rames, 18 mains. 

Ce traité des bains (cf. C^) se composait de 88 pages pet. in-8^. 
Il restait donc à nos imprimeurs 1082 exemplaires, dont 136 à 
Mulhouse et 946 à Francfort. Le tirage de ce livre, qui n'avait rien 
de bien attrayant, n'a pas dû dépasser de beaucoup ce chiffre. 



Digitized by VjOOQIC 



— 91 — 

(l) Livres divers. — 1 ballot. 

Sous ce poste étaient compris les restes des autres publications 
qui figurent dans l'inventaire de Mulhouse pour un stock environ 
deux fois plus fort. 

Total : 6 ballots, chacun a 15 florins (soit ensemble 435^,60° 
= 1306^,80^^). 

De plus, la en ville, 4 ballots, 13 mains ; le ballot a 13 florins 
3 kreutzfr = 55 florins, 5 batzen (267^90^ au pouvoir commer- 
cial actuel 803^70«). 

Ce chiffre s'écarte grandement de celui qu'on obtient en addition- 
nant les prix marqués à la suite de chaque article*. En laissant de 
côté les ouvrages où manque l'un des deux éléments d'appréciation, 
soit le coût, soit le nombre de feuilles, l'on trouve que dans l'inven- 
taire détaillé 418 mains sont évaluées à 396 francs, ce qui donne 
pour le ballot de 200 mains 189^40^ au lieu de 63^1 7« (soit au 
pouvoir actuel de l'argent 568^80', au lieu de 1 89^51 •'). 

Voici comment nous expliquons cette différence : dans sa première 
estimation, à la fin de l'inventaire B, Schirenbrand comptait le 
ballot à un peu plus de 144 francs, c'est-à-dire qu'il voulait le céder 
à son associé avec un rabais de 24 ^o ; mais Schmid n'ayant pas 
accepté cette proposition, il aura fini par consentir une réduction 
des deux tiers sur la valeur marchande des livres. 



En résumé, pendant les deux ans au plus qu'avait duré leur 
association, de 1557 à 1559, nos imprimeurs avaient édité un livre 
de prières, trois écrits de morale et de polémique religieuse, quatre 
ouvrages de médecine ou d'hygiène à l'usage du peuple, un traité 
de calligraphie, un syllabaire, un grand nombre de chansons, quatre 



Digitized by VjOOQIC 



- 92 - 

OU peut-être cinq pièces de théâtre, un volume d'oracles plaisants, 
un recueil de contes et des alinana:3hs de plusieurs sortes. De plus, 
et sans parler des caractères typographiques qu'ils fondaient en 
partie eux-mêmes, ils avaient fait graver les bois d'environ quatre 
cent cinquante vignettes et dessiner cent quarante-cinq nouveaux 
sujets. 

Si l'on considère qu'ils ont eu à lutter contre de nombreuses 
difficultés pécuniaires et contre les lenteurs inséparables de toute 
installation, encore aggravées pour eux par l'extrême modicité de 
leurs ressources, on tiendra en quelque estime ces deux vaillants 
travailleurs, Pierre Schmid et Jean Schirenbrand. 



— — *■'^/vvAAAAAAAAAA/v>-"^ 



Digitized by VjOOQIC 




Digitized by 



Google 



Digitized by VjOOQIC 



- 93 



TABLETTES STNOPTIQDES ET SYNCHBONIPS 

DE L'HISTOIRE DE LA RÉPUBLIQUE DE MULHOUSE 

jusqu'à sa réunion à la France en 1798 

par X. MossMANN 



En publiant dans le Bulletin de 1876 la première partie de ces 
tablettes, j'avais annoncé la seconde comme devant s'étendre 
jusqu'à la réunion de Mulhouse à la France. Des circonstances sur 
lesquelles je ne crois pas nécessaire de m'étendre, ne m'ont permis 
cette année de pousser mon travail que jusqu'en 1617, à la veille 
de la guerre de Trente-Ans. En y regardant de près, cette coupure 
est plus conforme aux faits que si le présent sommaire avait été 
d'une seule haleine jusqu'en 1798. La guerre de Trente-Ans a 
définitivement écarté la maison d'Autriche de l'Alsace, et du même 
coup elle a mis fin à l'histoire politique de Mulhouse. En donnant 
l'Alsace à la France, la paix de Westphalie a fait cesser la lutte 
que Mulhouse soutenait contre les Habsbourg depuis les temps du 
chef de leiu* race ; et grâce à l'alUance suisse à laquelle la maison 
de France attachait un si haut prix, et qui, pendant un siècle et 
demi, lui assura le repos et la prospérité, notre ville put développer 
à son aise les premiers germes de son industrie. Entre 1515 et 
l'année 1617, l'histoire de Mulhouse n'a rien de commun avec 
cette ère de calme et de travail, et c'est là ce qui m'autorise à 
présenter cette partie de ses annales sans la rattacher à la période 
suivante. 



Google ^ 



Digitized by VjOOQ 



TABLETTES SYNOPTIQUES 



RÉGNES ET ÉVÉNEMENTS CONTEMPOIIAINS 



1515 François ^•^ 



1517 Luther prêche contre les 

indulgences 
1519 Charles-Quint. 

1521 Luther comparaît devant la 
diète de Worms 



1525 François l®' fait prison- 
nier à Pavie. Traité de Madrid. 



1529 Traité de Cambrai. 



1533 Prédication de Calvin. 



1526 La Sainte-Ligue, alliance 
contre la puissance de 
Charleïy-Quint en Italie. 



1530 Confession d'Augsbourg. 
Ligue de Smalkalden en- 
tre les états protestants. 



1531 Election de Tarchiduc Fer- 
dinand comme roi des 
Humains. 



1515 Bataille de Marignano'rf 

François I«'", 

1516 Traité de Fribourg; i^i 

peri)éluelle avec la Fraj«.'. 
Alliance de Genève âv 
Fribourg. 



1522 Ulric Zwingli adhère -^ !' 

Réforme. 

1523 El la fait adopter parZ^ 

rich. 
152^ Neuf cantons calholi:> 

réunis à Zug prenneuî»»' 

mesures contre les pr^v^' 

des novateurs. 
1526 Adoption de la Réforro»' [•/" 

Berne. 



1528 Par Saint-Gali. 



1529 Par Schaffhouse et R«^ 
Alliances particulière^* 
cantons protestants et M 
catholiques. Zurich de. Ir 
la guerre à ces deniiiîfl 
la paix de Steinbai: 
suspend les hostiliUN 

1531 De nouveau provoque^ i 
Zurich, les cantons ratli 
liques lui déclan'Ot 
guerre à leur tour. 
remportent la vietoin 



Digitized by 



Google 



T SYNCHRONIQUES 



HISTOIRE 



to I Traité d'alliance avec les Treize cantons; fêles à Mulhouse à Toccasion de l'échange des serments. 

A Marignan, le contingent de Mulhouse, fort de 94 hommes, perd 21 combattants, y compris le 

capitaine Laurent Jordan. 
'i6 Berne fait comprendre Mulhouse dans le traité de paix perpétuelle avec la France. 



i20 



531 



Renouvellement de Talliance avec les Gantons confédérés. 

GonOrmation des privilèges collectifs et particuliers de Mulhouse et des autres villes impériales 

d'Alsace par Tempereur Charles-Quint, à Worms. 
Campagne des Suisses dans le Milanais, au service de François I*"*, avec la participation d'une 

compagnie de Mulhouse commandée par Franz Hagenbach : siège de Milan, prise de Novare, où 

Martin Kulm s'empare d'une enseigne ; siège de Pavie ; défaite de la Bicoque. 
Commencement de la Réforme à Mulhouse ; séjour d'Ulric de Hulten ; protection accordée aux 

promoteurs de l'Evangile renouvelé ; mesures pour le rétablissement des mœurs ; Nicolas 

Prugner, le réformateur de Mulhouse. 
Révolte des Rustauds ; mutinerie de la tribu des maréchaux, qui tente de conniver avec les 

paysans ; après leur défaite, quelques-uns de leurs chefs trouvent asile à Mulhouse. 

Colloque de Baden, avec la participation de Mulhouse, en suite du refus des diètes de Raden et 
de Lucenie de renouveler l'alliance avec les cantons qui ne rentreraient pas dans le giron 
de l'Eglise. Mulhouse ne prête serment qu'à Zurich, à Berne et à Bâle. Mulhouse reçoit deux 
pasteurs de la main de Wblfgang Capilo et d'OEcolampade. Réforme du culte. 

Uri, Unterwald, Fribourg et Soleure mettent Mulhouse en demeure de renoncer aux nouveautés : 
refus. La ville acquiert de l'ordre teutonique la dîme et la collation de la paroisse de Saint- 
Etienne. 

Colloque de Berne, à la suite duquel règlise de Saint-Etienne est dépouillée de ses images. — 
Premières démarches de Mulhouse auprès de Zurich et de Berne pour être admis dans l'union 
protestante. 

Mulhouse adhère à Tunion protestante et fournit son contingent aux troupes qu'elle met en 
campagne. 

Noble attitude de la ville qui, après la paix de Steinhausen, propose de faire remise aux cantons 
catholiques des frais de guerre mis à leur charge, et n'accepte qu'à son corps défendant lesc^nt 
couronnes qui lui avaient été attribuées. 

Battu à Kappel, Zurich somme Mulhouse de se porter à son secours. Départ de 64 hommes des 
corps de métiers avec un canon ; ils sont surpris sur le Gubel, avec les troupes de Zurich, de 
Sainl-Gall, de Schaffhouse, par un corps de confédérés catholiques, qui les mettent en fuite. 
Mulhouse est compris dans le traité de Deinikon, moyennant la remise de l'instrument de son 
alliance séparée avec les cantons protestants et le paiement d'une contribution de guerre de 
400 couronnes. 



Digitized by VjOOQIC 



— 96 — 



RÉGNES ET ÉVÉNEMENTS CONTEMPORAINS 



15U Bataille de Gerisoles. 
1547 Henri II. 

1552 Conquête des Trois-Évêchés 

1557 Bataille de Saint-Quentin. 

1558 Prise de Calais 

1559 Paix de Câteau-Cambrésis. 

François II. 

1560 Conspiration d'Âmboise. 

Charles IX. 

1561 Colloque de Poissy. 

1562 Bataille de Dreux. 



1569 Batailles de Jarnac et de 

Moncontour. 
1572 Massacre de la Saint-Bar- 

thélem\. 
1574 HenH liï. 



1582 Lecalendriergrégorienreçu 
en France. 



1546 Mort de Luther. 

1547 Victoire de Muhlberg sur 

rélecteur de Saxe. 

1548 Promulgation de Tlntérim. 

1556 ÂbdicationdeCharles-Quint 
1358 Ferdinand I«', empereur 



1564 Maximilien II. 



1571 Bataille de Lépante. 



1576 Rodolphe II. 



1580 Publication de la formule 
de cx)ncorde. 



1582 GuebhardTruchsess, arche- 
vêque de Cologne^ change 
de religion et se marie : 
origine de la guerre de 
Cologne. 



Rappel et sur le Coin 
Traité de Deinikon, o 
rétablit la paix eutre h 
Confédérés, en respecta:^ 
la liberté religieuse M 
uns et des autres. 



1548 Grâce aux divisions rein 
gieuses de la Suisse 
troupes de l'Empire se» 
parent de Constance, qv 
faisait partie de la Coq^ 
dération. 



1566 Etablissement de la Cjc* 
fession helvétique. 

1572 Les cantons prolesta/if* 
prennent leurs dispi»»- 
tions, dans la crainte ^ 
la Saint-Barthélémy n^ 
devienne le signal d'es^ 
guerre générale contre h 
protestants. 

1580 Alliance particulière ^ 
cantons catholiques av) 
le pape, le duc de Sax* 
et révéque de Bâie. 



Digitized by 



Google 



- 97 - 



HISTOIRE 



^6 DiflBcultés avec Martin Brûstlin. qui, arguant de suspicion légitime, refuse de se soumettre à la 

juridiction de la ville. Intervention de Bâle ; Brûstlin se rend en exil. 
U A Cerisoles, Valentin Fries, de Mulhouse, s'empare de l'enseigne d'une compagnie de lansquenets 

impériaux. 
47 L'empereur Charles-Quint reconnaît que Mulhouse n'est plus tenu d'assister soit aux diètes de la 

province, soit à celles de l'Empire, ni par conséquent de payer les contributions des états de la 

province et de l'Empire. 



59 



63 



•76 



181 



A la mort de Charles-Quint, Mulhouse demande à être compris dans le renouvellement des privi- 
lèges de la Décapole. 



Confirmation des droits et franchises de Mulhouse par Ferdinand I*'. 

Confirmation des droits et franchises de Mulhouse par Maximilien II. Evasion des prisons 
d'Ensisheim d'un gentilhomme protestant, Jean Festuot, seigneur de Lamilly, de Troyes, qui 
se réfugie à Mulhouse. La ville refuse son extradition à la régence, et le remet en liberté. 

Mulhouse est inculpé par les Cantons confédérés d'avoir envoyé des renforts aux protestants de 
France. 

Premières difficultés avec les héritiers de Jean Finninger, à qui plusieurs bourgeois apparentés 
dans le conseil contestent la propriété d'un bois situé à Dornach. Les juges se rendant suspects 
aux défendeurs, ils font donation du bois litigieux à deux de leurs parents à Bâie, qui deman- 
dent à porter la cause devant le juge du lieu. La ville refuse de reconnaître la donation, et 
rend une sentence, qui est exécutée nonobstant l'opposition de Jean-Sébastien zu Rhein, seigneur 
de Dornach. Intervention de la régence d'Ensisheim. Les frères Finninger refusent de payer 
les dépens de l'instance ; Michel prend son refuge dans la commanderie de Saint-Jean ; Mathias 
et Jacques se retirent de la ville les armes à la main. 

Soutenu par la régence d'Ensisheim, le seigneur de Dornach évoque l'affaire à son tribunal. De 
leur côté, les frères Finninger font appel aux Cantons confédérés. Intervention de Zurich et de 
Bàle qui, pour rétablir la concorde, décident la ville à laisser revenir les Finninger et à 
proposer une transaction à la partie adverse. Refus des demandeurs, qui somment le conseil de 
leur maintenir le bénéfice de la sentence rendue en leur faveur, menaçant, au cas contraire, 
à se faire justice à eux-mêmes. Nouvelle intervention de Zurich et de Bâie ; Zurich blâme la ville 
(le ne pas laisser porter le litige devant le tribunal de Dornach. Sentence arbitrale rendue par les 
intervenants, qui obtiennent des Finninger de se soumettre au premier jugement rendu contre eux. 

Nouvelle contestation de Jacques Finninger au sujet d'un autre bois au ban de Dornach II essaie de 
porter la cause devant le juge du lieu. En plein hiver la ville le jette dans un cul de basse fosse, en 
offrant de le relâcher s'il s'engageait à renoncer à la j uridiction étrangère. Finninger s'y refuse d'abord; 
mais au bout de douze jours, apprenant que sa femme avait été atteinte de la peste, il se soumet, mais 
profite de sa liberté [)0ur quitter la ville. Deux pasteurs sur trois, Jacques Freuler et Jean Steiner, 
et le D' Jean-Osv^ald Schreckenfuchs se déclarent en sa faveur; la ville leur signifie leur congé. 



7 

Digitized by VjOOQIC 



- 98 - 



RÉGNES ET ÉVÉNEMENTS CONTEMPORAINS 



1586 Guerre des Trois-Henri. 



1584 Le calendrier grégorien reçu 
par les élats catholiques. 



1587 Victoire du roi de Navarre 
' à Coutras. 



1586 Ligue d*or pour le ïïïè 
lien de la foi calholi^^ 
en Suisse. 



l.*)87 Scission du canton d'Ap- 
penzell. 



Digitized by 



Google 



- 99 



HISTOIRE 



Intervention de Bâle, qui propose de faire juger l'affaire sur les lieux par le juge des limites. La 
ville s'y refuse, en prétendant que le canton où le bois est situé lui appartenant, elle y a droit 
de juridiction. Sollicitations de Finninger auprès de Soleure, d'où la famille se disait origi- 
naire, et auprès de Lucerne. Le D' Schreckenfuchs et le pasteur Freuler, avec Pappui des 
députés de Soleure, de Zurû'.h et de Bàle. dénoncent le gouvernement de Mulhouse à la diète 
de Baden; la diète enjoint à Mulhouse de se dessaisir de la cause et de la laisser porter devant 
le tribunal du liou. 

Mulhouse se pourvoit contre cette décision ; la diète admet sa justification et blâme la conduite 
indiscrète de Finninger, tout en prenant des dispositions i)our amener un compromis. La ville 
refuse tout accommodement. Soutenus par le D"" Schreckenfuchs, Jacques et Mathias Finninger 
prennent leur reœurs devant les cantons catholiques réunis à Lucerne, qui expriment leurs 
regrets de ce que le conseil ne se soit pas conformé aux intentions de la diète de Baden ; en 
même temps, par une délibération secrète, ils préparent la rupture de leur alliance avec 
Mulhouse. Egalement saisie, la diète de Baden s'oblige à accommoder l'affaire et ordonne une 
enquête. Le conseil proteste contre l'enquête, et fait approuver sa conduite par la bourgeoisie. 
Pour en finir, la diète commet à Bâie le pourvoi des Finninger ; de son côté Mulhouse persiste 
à maintenir Findépendance de sa juridiction. 

Nonobstant les injonctions de la diète et ses propres engagements de ne rien entreprendre contre 
les Finninger pendant la lilispendance, la ville expulse leurs familles. Intervention des cantons 
catholiques et protestants, ainsi que des commissaires de la Confédération, pour faire cesser 
Texil des Finninger. La diète de Baden propose de remettre le jugement de l'affaire à un 
tribunal pris parmi les Confédérés, moitié au choix de la ville, moitié à celui des plaignants. 

Etoiinement de la diète de Soleure en apprenant que les Finninger n'ont encore obtenu ni leur 
rentrée à Mulhouse, ni le jugement qu'ils poursuivent. La ville consent enfin à laisser porter 
l'affaire devant un tribunal impartial. Le D'' Schreckenfuchs, lésé par sa destitution, obtient 
que sa propre cause soit jointe à la plainte des Finninger. Lenteurs affectées de la ville ; les 
cantons catholiques menacent de rompre avec elle. Les Finninger et le D' Schreckenfuchs 
accusent le conseil de celer les dépêches des cantons catholiques, qui décident l'envoi de 
députés chargés d'en donner connaissance à la commune. Revenant sur ses dernières concessions, 
la ville refuse de laisser la diète de Baden constituer un tribunal, et ne lui reconnaît plus que 
la faculté d'agir par voie d'arbitres, en réservant le retour de l'affaire devant sa propre 
juridiction, si le compromis devait ne i:as aboutir. Arrivée à Mulhouse des députés des cantons 
catholiques, accompagnés des Finninger K du b^ Schreckenfuchs ; le conseil refuse de les 
laisser se mettre en rapport avec la bourgeoisie, et fait arrêter les Finninger et Schreckenfuchs ! 
Protestation des députés, qui partent de Mulhouse. A la diète deBiden, les cantons catholiques 
veulent obliger les déput(»s de Mulhouse à répondre de ce nouvel incident. La minorité 
protestante se déclare en faveur de la ville, et s'entremet pour la réconcilier avec les autres 
cantons. Arrivée de députés protestants qui, par voie d'accommodement, font rendre la liberté 
et la faculté de rester à Mulhouse au D»" Schreckenfuchs et aux deux Finninger, le fond du 
litige étant réservé. De leur côté les huit cantons catholiques renvoient Tinstrument de leur 
alliance avec Mulhouse, après en avoir détaché leurs sceaux. Soulèvement de la commune, qui 
met le greffier Osée Schillinger enétiit d'accusation, et envoie des délégués à la diète de Baden 
pour négocier le rétablissement de l'alliance. La bourgeoisie réduit le conseil à déposer le I 
bourgmestre Pierre Ziegler, et à le mettre aux arrêts dans sa maison. A la diète de Baden, les 
cantons catholiques refusent de traiter de nouveau avec Mulhouse. La bourgeoisie se conjure 
pour réformer le gouvernement de la ville. Election par la commune d'un nouveau conseil à la 
place de l'ancien, qu'elle casse. Inutiles efforts de Zurich et de Bâle pour apaiser la rébellion. 

La commune repousse l'intervention des cantons prolestants et, pour obtenir l'arbitrage de la 
Confédération, prend son recours auprès des cantons catholiques. La diète de Lucerne repousse 
ces avances. Sous la menace d'être rendus responsables de la rupture de l'alliance, huit anciens 
conseillers se joignent aux rebelles ; l'un d'eux leur livre l'arsenal. Arrivée à Mulhouse des 
députés des cinq cantons protestants ; la maiorité de la bourgeoisie se réclame de la Confédé- 
ration entière. A la diète de Baden, les huit cantons refusent derechef de délibérer sur les 
affaires de Mulhouse ; les cantons protestants exigent que les deux partis se soumettent à leur 
arbitrage. Les rebelles s'installent à l'hôtel-de-ville, et envoient de nouveaux délégués aux 



Digitized by VjOOQlC 



- iOO — 



RÉGNES ET ÉVÉNEMENTS CONTEMPORAINS 



1588 Assassinat des Guise. 

1589 Assassinat de Henri IlL 

Henri IV, de la maison de 
Bourbon. Victoire d'Ar- 
qués. 



1590 Bataille d'Ivry. 



1593 Abjuration de Henri IV. 

1594 Paris lui ouvre ses portes. 

Bannissement des jésuites. 



1592 Guerre des évoques à Stras- 
bourg. 



1598 Edit de Nantes. Paix de 
Vervins entre la France 
et l'Espagne. 



1598 Alliance des états protes- 
tants à Friedberg. 



Digitized by 



Google 



— 101 — 



HISTOIRE 



cantons catholiques. Mise en accusation du greffier et du bourgmestre Ziefçler. Les cinq cantons 
décident i'envoi d'une nouvelle députation à Mulhouse, et invitent leurs confédérés catholiques 
à y prendre part. Arrivée successive des députés protestants et des députés catholiques. Ces 
derniers, déclinant toute participation au jugement des accusés, la bourgeoisie repousse 
rintervenlion des députés protestants, qui se retirent. A leur retour à Bâle, sur les supplications 
des réfugiés de Mulhouse, ils leur promettent le secours de leurs commettants. Constitution 
du tribunal et mise en jugement des deux bourgmestres Zie^ler et Jean Hartmann, ainsi que 
du greffier Schillinger. Conférence secrète des cinq cantons à Aarau, sur les mesures militaires 
à prendre contre Mulhouse. La bourgeoisie fait appel aux cantons catholiques réunis à Lucerne; 
pour parer aux éventualités, la diète prescrit quelques préparatifs, et lente d'intéresser la 
maison d'Autriche, l'Espagne et la Savoie à la cause des révoltés. Arrivée devant Mulhouse 
des troupes des cinq cantons, qui somment la ville de se rendre. Dernier appel de la bourgeoisie 
aux cantons catholiques. Les assiég:eants donnent l'assaut; combat nocturne dans les rues de 
la ville; défaite des rebelles; punition des coupables; rétablissement de l'ancien conseil. 
Mulhouse reçoit un gouverneur et une garnison, et reconnaît aux cinq cantons un droit de 
protection et de haute juridiction. 

Ecrasée d'amendes et de contributions, la bourgeoisie garde son attitude menaçante. De crainte 
de l'exaspérer davantage, les cinq cantons refusent à la minorité la réparation de son dommage, 
et accordent une réduction des peines pécuniaires imposées aux rebelles. Pour hâter la rentrée 
des amendes, ils prescrivent d'expulser les bourgeois en retard avec leurs femmes et leurs 
enfants. Ils autorisent Mulhouse à remplacer la garnison par un petit corps à sa solde, et 
remettent le bourgmestre, le conseil et la bourgeoisie en possession de la ville et de ses clés. 
Ordonnance des cinq cantons, qui rend plus stricte les obligations des bourgeois. Sur le 
témoignage que la ville leur rend du rétablissement de la concorde, ils consentent au 
licenciement de sa troupe soldée. 

Nouvelle conjuration de Mathias Finninger et du D' Schrekenfuchs avec quelques bourgeois 
exilés, dans le dessein de s'emçarer de la ville. Leurs menées auprès de l'avoyer Pfyffer, de 
Lucerne, qui fait espérer une intervention des cantons catholiques et le renouvellement de 
leur alliance avec Mulhouse. Les conjurés prennent un petit corps de troupes à leur solde. 
Dans la nuit du 13 au U juin, ces mercenaires surprennent la place par la trahison de 
quelques affidés de l'intérieur; ils se rendent maîtres de l'hôtel-de-ville et de l'arsenal, et 
mettent en état d'arrestation tous ceux du magistrat et du conseil qui n'avaient pas pu fuir. 
Le jour venu, les bourgeois de l'ancienne majorité se rassemblent en armes à l'appel des 
vainqueurs ; mais loin de conniver avec eux, ils déjouent l'entreprise, et s'emparent des soldats 
et de leurs complices. Mise en jugement des coupables, exécution capitale de vingt-huit soldats 
et de douze bourgeois, et confiscation de leurs biens. Mulhouse prend une nouvelle garnison. 
Les cinq cantons mettent la régence d'Ensisheim en demeure d'expulser ceux des complices 
qui s'étaient réfugiés sur le territoire autrichien, d'où ils continuaient à fomenter des désordres. 
Intervention des cantons catholiques en faveur des exilés. Les cinq cantons infligent un blâme 
sévère à l'avoyer Pfyffer pour avoir trempé dans le complot. Leur recours auprès des cantons catho- 
liques, pour obtenir qu'ils abandonnent la cause des réfugiés et reprennent leur alliance avec Mul- 
house. Députation envoyée à l'archiduc Ferdinand, qui ordonne l'expulsion des bourgeois rebelles. 

La diète de Baden refuse derechef aux cinq cantons de reprendre TalUance avec Mulhouse. 

Décret du grand conseil, qui confirme la confiscation des biens des complices du dernier attentat, 
et expulse les femmes qui continuaient à fournir aux besoins de leurs maris et à entretenir 
des relations avec eux. 

L'empereur Rodolphe H accorde pour cinq ans un sauf-conduit à Mathias Finninger et à ses consorts. 

Profitant de la rupture des cantons catholiques avec Mulhouse, l'empereur tente de soumettre de 
nouveau la ville aux contributions communes de l'Empire. Les députés de Mulhouse, admis à 
la diète de Baden, sollicitent le renouvellement de l'alliance et l'intervention des Confédérés 
auprès de Rodolphe II. De son côté, l'ambassadeur d'Allemagne demande que Mulhouse soit 
restitué à l'Empire, et replacé sous la protection de la maison d'Autriche, comme membre de la 
Décapole. Les cinq cantons résistent à cette demande, tandis que les cantons catholiques 
déclarent de nouveau se désintéresser des affaires de Mulhouse. Les cinq cantons envoient des 
députés à la cour de Rodolphe, à Prague, pour soutenir les droits de Mulhouse. 



I 



Digitized by 



Google 



- 102 - 



RÈGNES ET ÉVÉNEMENTS CONTEMPORAINS 



1607 Réunion de la Navarre à 
la couronne. 



1601 Renouvellement de Tal- 
liance de Friedberg. 



1603 Ligue des princes protes- 
tants à Heidelberg. 



1606 Troubles religieux de Do- 
nauwerth, qui se soulève, 
et dont le duc de Bavière 
s'empare sur Tordre de 
l'empereur. 

1608 Les protestants renouvel- 
lent leur ligue à Asch- 
hausen. 



1602 Renouvellement de l'al- 
liance avec la France. 



1607 Par une ré^luiion de b 
diète de Badeii. les i-aîi- 
tons renontônt à soUirit r 
dorénavant de l'Empire l» 
confirmation de leurs (n:\ 
chises. 

1609 Troubles au sujet de U 
succession de la mais-<K 
de Julicrs, deClèves el*i 
Berg. La France ei la Hol- 
lande assistent Télei^ur 
de Brandebours et le cumu' 
palatin contre rempeneur 



Digitized by 



Google 



- 103 — 



HISTOIRE 



A la diète réunie à Soleure pour délibérer sur le renouvellement de Tailiance avec la France, 
les cantons catholiqu&s menacent d'abord de se retirer, si les députés de Mulhouse sont admis 
à siéger. Cependant, sur les représentations des cinq autres cantons, reconnaissant qu'ils ne 
sont en droit d'exclure personne du traité, ils consentent à ouïr les instructions de Mulhouse, 
sauf à sa députation à se retirer après la lecture. 

Prenant occasion de ces négociations et avec Fappui des cinq cantons, Mulhouse s'adresse 
deieehef à la diète de Baden, pour rétablir son ancienne position dans la Confédération. Ses 
envoyés font partie de la députation qui renouvelle à Paris les traités avec la France. 

A Toccasion de nouvelles prétentions soulevées par l'Empire contre Mulhouse, les cantons 
protestants insistent auprès de la diète de Baden sur Timporlance qu'il y a pour la Confédéra- 
tion de conserver cette ville dans son alliance, et de ne pas fournir à l'empereur des précédents 
qui pourraient lui servir à revendiquer tout le territoire suisse. En réponse, la diète de 
Lucerne fait remarquer que, jusqu'ici, en dépit des ouvertures qui lui ont été faites, Mulhouse 
n'a pas fait directement aux cantons catholiques des propositions de nature à faciliter un 
rapprochement ; elle estime qu'une offre de rendre libre l'exercice du culte catholique et de 
rappeler les exilés pourrait être prise en considération. 

A la diète de Baden, le^ cinq cantons renouvellent leurs instances en faveur de Mulhouse. Uri 
représente aux cantons catholiques le tort qu'ils feraient à leur foi et à leur honneur, en 
condescendant à cette demande. Depuis l'origine de la Confédération, elle n'a jamais pris 
d'allié en dehors de l'antûen culte, et non-seulement Mulhouse n'en fait pas profession, mais 
il a encore souvent fourni des armes contre les cantons catholiques. Si l'on revenait sur la rupture 
de Talliance, on risquerait d'offenser le pape, l'empereur et tous les princes auxquels on avait 
promis de ne plus s'engager avec Mulhouse, et qui, à l'occasion, pourraient leur retirer leur 
faveur et, de plus, on renforcerait d'une voix les cantons protestants. Quant à la liberté de 
conscience qu'il serait question de rétablir à Mulhouse, elle n'a jamais profité qu'aux novateurs. 
Nouvelles poursuites de l'empereur qui, pour faire reconnaître ses droits sur Mulhouse, 
propose à la Confédération de les soumettre à l'arbitrage de Tévêque de Bâle. Nouvel appel 
des cinq cantons à leurs confédérés catholiques, qui refusent de délibérer avant de connaître 
les dispositions de Mulhouse. Les cinq cantons protestent qu'ils ne laisseront pas porter les 
prétentions de l'Empire devant des juges, dussent-ils, pour protéger leurs alliés, recourir aux 
armes. Informé de cette situation, Henri IV offre ses bons offices auprès de l'empereur. 
Inquiétudes à Mulhouse à l'occasion de l'arrivée de l'archiduc Maximilien dans la haute Alsace, 
où, à la tête de forces importantes, il venait recevoir l'hommage des pays antérieurs Les cinq 
cantons se réunfssent à Aarau, et assurent leur allié de leur secours dans le cas où il serait attaqué. 

Pour compenser la confiscation de leurs biens, Mathîas Finninger et d'autres exilés font saisir 
les propriétés des bourgeois de Mulhouse sous la juridiction de l'Autriche. Intervention des 
cantons catholiques auprès de l'archiduc Maximilien en faveur des premiers. Les cinq cantons, 
au nom desquels, après la prise de Mulhouse, la confiscation avait été prononcée, maintiennent 
Tautorité de la chose jugée et, au cas où la saisie ne serait pas levée, menacent d'user de 
représailles sur les. biens des vassaux autrichiens situés sur le territoire suisse. 

Soutenus par les cantons catholiques, les exilés obtiennent des tribunaux autrichiens de Dornach, 
de Riedisheim, de Pfastadl des sentences qui leur adjugent divers biens appartenant à des bour- 
geois deMulhoHse. La ville en fait ses plaintes aux cinq cantons. L'archiduc Maximilien se justifie 
auprès de la diète de Baden, d'avoir, sur les instances des cantons catholiques, donné suite 
au procès. Les cinq cantons déclarent de leur côté que ce n'est pas à Mulhouse à répondre 
d'un jugement qu'il n'a pas rendu, et affirment que, dans cette affaire, on se préoccupe moins 
de faire rendre justice à des gens justement condamnés, que de fomenter la discorde parmi 
les Confédérés : les cantons catholiques, s'étaient engagés naguère à s'abstenir pour tout ce 
qui concernait Mulhouse, et ils feraient bien de s'en souvenir. Ceux-ci répliquent qu'ils ne 
pouvent refuser leur intercession à personne, quand il s'agit de redresser un tort, et qu'ils 
n'avaient promis de se désintéresser que des affaires de la ville. Les cinq cantons ayant parlé 
de faire inter\'enir le roi de France, les autres s'entendent pour faire auprès de Henri IV une 
démarche en sens contraire, et de plus députent vers la régence d'Ensisheim en faveur des 
exilés. De leur côté les cantons protestants décident de répondre, au lieu et place de leur allié, 
à la citation dont il a été touché. Les envoyés de Mulhouse déclarent que leurs commettants 
sont prêts à tous les sacrifices, plutôt que de rendre aux bandits les biens confisqués. 



Digitized by 



Google 



- 104 



RÈGNES ET ÉVÉNEMENTS CONTEMPORAINS 



1610 Louis Xin. 



1610 Union de Halle entre les 

princes protestants. 
1612 Mathias. 



1617 L'archiduc Ferdinand cou- 
ronné roi de Bobéme. 



FIN PEU 



Digitized by 



Google 



- lôS - 



HISTOIRE 



10 Arrivée dans la haute Alsace de troupes impériales, qui y prennent leurs quartiers d'hiver. Sur 
l'appel de Mulhouse, qui craignait pour sa sûreté, Bâle lui envoie, au nom des cinq cantons, 

' une garnison de cent hommes. Elle apporte le germe d'une épidémie, qui ravage la population. 
115 A la diète de Baden, les cinq cantons proposent d'admettre Mulhouse aux délibérations concer- 
nant les pensions payées par la France, à Falliance de laquelle il participe. Nonobstant le refus 
des autres cantons de discuter cette motion, ils renouvellent encore une fois leurs instances 
pour obtenir de leurs confédérés qu'ils rendent leurs bonnes grâces à cette ville. Les cantons 

> catholiques donnent à comprendre qu'ils pourraient revenir sur leur détermination, si Mul- 

' house admettait de nouveau l'exercice de l'ancien culte. Délibération des cantons protestants, 
qui déclarent cette condition inadmissible. Sur la recommandation de Schwytz qui, de l'aveu 
des autres cantons catholiques, avait accordé sa protection à Mathias Finninger et à ses con- 
sorts, l'empereur donne commission à l'archiduc Léopold de connaître des diflicultés des exilés 

' avec Mulhouse. L'archiduc convoque les parties à KoufTach. Mulhouse comparait assisté des 
députés des cinq cantons, qui maintiennent Tautorité de la chose jugée et refusent de répondre 

I en justice aux plaignants. 
•10 ; Nouveau mandement de l'empereur, qui persiste à faire comparaître Mulhouse devant l'archiduc 

, Léopold. Les cinq cantons prennent des mesures pour défendre leur allié tant auprès de ce 
prince qu'auprès de l'empereur, et sollicitent en sa faveur les bons offices de la France, 
il 7 Préparatifs militaires des cinq cantons à l'occasion des levées qui se faisaient dans la haute 

I Alsace pour le compte de l'Empire, et qui semblaient une menace contre Mulhouse : en cas 

' de danger, ils tiennent un corps de 400 hommes prêt à se joindre aux 400 bourgeois en état 

I de défendre la ville. Nouvel appel au roi de France. 



JXTÊME PAKTIE 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



PRIX PROPOSES 



PAR 



LE COMITÉ D'HISTOIRE ET DE STATISTIQUE 

DB LA 

SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE DE HULHOUSE 



Médaille d'honneur de 1^*^ ou de 2« classe, selon le mérite du travail 

présenté, pour : * 

1 

L'histoire complète d'une des branches principales de l'industrie 
du Haut-Rhin, telles que la filature et le tissage du coton ou de la 
laine, l'impression des étoffes de coton ou de laine, la construction 
des machines, etc. 

Il 

La biographie complète d'un ou de plusieurs des principaux in- 
venteurs ou promoteurs des grandes industries du Haut-Rhin. 

III 

Des recherches statistiques sur la population ouvrière de Mul- 
house, son histoire, sa condition et les moyens de l'améliorer. 

IV 

Déterminer, à laide de renseignements incontestables, les varia- 
lions que le pri\ de la journée de travail a éprouvées depuis un 
siècle dans le département du Haut-Rhin. Mettre en regard le prix 
de l'hectolitre de blé, ainsi que celui des objets de première néces- 
sité pendant la même période. 



' Les auteurs pourront traiter une partie seulement de chaque question, ou 
même fournir simplement des documents utiles à une histoire future. 



Digitized by VjOOQIC 



— 108 — 

V 

Une carte du département du Haut-Rhin à l'époque gallo- 
romaine. 

Indiquer les routes, ainsi que les fragments de routes romaines ; 
les villes, les stations, les castra ; les murailles sur les crêtes des 
Vosges ; les colonnes itinéraires ; les tumuli celtiques ou gallo- 
romains ; les emplacements où l'on a trouvé des armes, des monnaies, 
des briques ou tuiles, ou autres objets importants appartenant à 
l'époque gallo-romaine. 

VI 

Une carte des seigneuries féodales existant dans la haute Alsace 
au commencement du XVII^ siècle. 

VU 

Une carte des établissements industriels du départenient du Haut- 
Rhin en 1789 et en 1870. 

Distinguer par des marques et des couleurs particulières les 
différentes branches d'industrie établies dans le département du 
Haut-Rhin, et leur rayon respectif. 

Les cartes ci-dessus spécifiées devront être exécutées sur l'échelle 
de la t Carte du département du Ras-Rhin, indiquant le tracé 
des voies romaines, etc., par M. le colonel de Morlet. » (Voir la 
l'« livraison du tome IV du Bulletin de la Société pour la cotmr' 
ration des monmnents historiques d'Alsace.) 

Ces différentes cartes devront être accompagnées do notes hislo- 
ri(|ues et justificatives. 

VIII 

Histoire des voies de communication dans le Haut-Rhin (roules, 
canaux, chemins de fer). Examen de leur influence sur la prospérité 
commerciale, industrielle et agricole du département, au point de 
vue soit de l'entrée, soit de la sortie des matières premières, des 
marchandises manufaclurceSj ou dos produits agricoles, etc. 



Digitized by VjOOQIC 



— 109 - 



IX 



Une histoire des voies de communication en Alsace et. de leur 
influence sur le commerce et l'industrie : 

Grandes routes, rivières, canaux, chemins de fer. 

Indication sommaire de quelques-uns des chapitres à traiter : 

Nomenclature, dates, description, coût, parcours, mouvement, 
tonnage. 

Prix du transport à différentes époques ; influence sur le prix 
des produits, et notamment sur celui du combustible. 

Avenir, améliorations à réaliser. 

X 

Etude critique énumérant et appréciant les travaux archéologiques, 
historiques et statistiques faits en Alsace depuis le commencement 
de ce siècle. 

XI 

Evaluer, en monnaies françaises actuelles, les différentes sortes 
de monnaies usitées en Alsace, depuis le XIV^* siècle, et en indiquer 
les rapports avec celles des pays riverains. (On pourra aussi ne 
traiter qu'une époque particulière ou qu'une partie de l'Alsace.) 

XII 

Même travail pour les poids et mesures. 

XIII 

Production de documents authentiques ayant trait à l'existence 
de Tindustrie cotonnière en Alsace, du XIII*' au XVII® siècle. 

XIV 

Guide pratique du touriste dans les Vosges. 

Faire mention des voies de communication, chemins de fer, 
routes, chemins et sentiers ; indiquer les hôtelleries, lieux d'arrêt 
et de gîte, guides et moyens de transport ; citer les points de vue 



Digitized by VjOOQIC 



— ilO - 

pittoresques, les endroits historiques, châteaux, ruines, etc. ; donner 
quelques détails relatifs à la géologie, à la botanique, à l'histoire et 
à l'archéologie. 

Faire suivre ce Guide d'une carte bien claire, donnant autant 
que possible les indications ci-dessus mentionnées, pour des excur- 
sions d'une ou de deux journées, qui auraient pour points de départ 
les principaux centres du département du Haut-Rhin. Prendre comme 
modèle le Guide du touriste par Baedeker. 

Ce Guide devra être écrit en langue française. 

XV 

Une Médaille d'honneuk et 100 francs pour une histoire abrégée de 
la ville de Mulhouse, jusquau moment de sa réunion à la France, 
considérée surtout au point de vue de sa législation, de ses coutumes 
et des mœurs de ses habitante. 
Cette histoire devra être écrite en langue française. 

XVI 

Une Médaille de 1^« ou de 2« classe pour une monographie ou his- 
toire d'une localité quelconque d'Alsace, depuis les temps les plus 
reculés jusqu'à nos jours ; ou pour un travail historique intéres- 
sant, relatif à la totalité ou à une partie de notre province; ou 
pour un ensemble de recherches historiques sur le même objet. 



Digitized by VjOOQIC 



COMITÉ DU MUSÉE HISTORIQUE 



MM. Frédéric Engel-Dollfus, président 

Charles Wacker-Sghœn, vice-président et trésorier. 

Karl Franck, secrétaire. 

Auguste Stœber, président de la Commission des acquisitions, 

et conservateur. 
Armand Weiss-Zuber, président de la Commission des travail 

et publications. 

Joseph Coudre. 

Auguste Dollfus. 

Edouard Dollfus. 

Nicolas Ehrsam. 

Frédéric Engel-Gros. 

Emile Gluck. 

Daniel Grumler. 

Edouard Hofer-Grosjean. 

Armand Ingold. 

Auguste Klenck. 

Gustave Kœnig. 

Xavier Mossmann. 

Louis Sghœnhauit. 

Georges Stoffel. 

Emile Besson, agent du Musée. 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



- 113 - 



LISTE DES SOUSCRIPTEURS 



MM. 

AlCmNGER ïh. 

Amann Jacques. 
Arlenspagh J. 
AsT Henri. 
AuDRAN père. 
AuDRAN Eugène. 
BaberS. 
B^R Fritz. 
Barth Eugène. 
Barth J. 
Bauer Benjamin. 
Baumert Ferdinand. 
Baumgartner Henri. 
Baumgartner Léon. 
Begker a. 
Benner Albert. 
Benner Henri. 
Benner Henri. 
Benner Emile. 
Beinert père. 
Beinert Gustave. 
Belin. 

Bernheim Corneille. 
Bernheim Charles. 
Bertelé Charles. 
Bertrand-Lederigh. 
Besson Emile. 
Beugniot Edouard. 
BiGKiNG Fritz. 
Bidlingmeyer Jules. 
Bock Henri. 



MM. 
Bœhler Aloïse. 
Bœiringer Eugène. 
BoHN Charles. 
Bohn Jacques. 
Bontemps-Rieffel. 
BouRRY Ernest. 
Brandt Charles. 
Brandt Emile. 
Bhingkmann Jean. 
Brughet a. 
Brunsghwig Jules. 
Brustlein Charles. 
Bulffer Joseph-Dominique. 
Burgart-Ljederigh. 
BuRGERT Adolphe . 
Burghardt Arthur. 
BuRGHARDT Jacques. 
BuRNAT Emile. 
BuGHY Adolphe. 
Calame Henri. 
Chauffour Ignace. 
Clémann Jacques. 
Clottu Jean. 
Coughepin. 
Coudre Camille. 
Coudre Joseph. 
Christen Nicolas. 
Dardel Gustave. 
Degermann Jacques. 
Degert Charles. 
DiEMER, notaire. 

8 



Digitized by 



Google 



114 - 



MM. 

DlETSGH-GSELL. 

DiETz Louis. 
DoLL Edouard. 
DoLLFUS Auguste. 
Dollfus-Dettwillbr. 
DoLLFUs Edouard. 
DoLLFUS Edouard, typ. 
DoLLFUS-FiACH Edouard. 
DoLLFUS Emile (Madame). 
DoLLFUS Eugène. 
DoLLFUS Gustave. 
DorxFUS Jean. 
DoLLFUS Jean fils. 
DoLLFUs Josué. 
DoLLFUs Jules. 
DoLLFUS Mathieu. 
Ducommun-Vetter. 
DuMÉNY, brasseur. 
DuROT Adolphe. 
Egk Daniel. 
EcK Jacques. 
Ehlinger Jean. 
Ehrlen Louis. 
Ehrsam Nicolas. 
Engel A. 
Engel Alfred. 
Engel Arthur. 
Enqel-Dollfus Frédéric. 
Engel Eugène. 
Engel-Gros Frédéric. 
Engel Gustave. 
Engel-Royet. 
Engelmann Godefroi . 
Erné Henri. 
Ernst Adolphe. 

ESGHBACHER J.-J. 

Falgk Auguste. 
Fallot Charles. 
Faudel Frédéric. 



MM. 

Favre Alfred. 

Favre Eugène. 

Favre Gustave. 

FiECHTER Jean. 

Fischer D. 

Franck Karl. 

Frey Max. 

Fries, D' de TEcole de tissage. 

Fries Jean. 

FuHRo Louis. 

Gassmann E. 

Gayelin Eugène. 

Geney Auguste. 

Gerber Auguste. 

Gluck Emile. 

Gluck E. fils. 

Gœtz Eugène. 

Grimm Gustave. 

Gros Jules-Gabriel. 

Gruber, notaire. 

Grumler Daniel. 

Grumler J.-Georges. 

Guerre Jules. 

GuTH Jules. 

GuYOT Joseph. 

Haas Abraham. 

Haas Alexandre. 

Heffely Henri. 

H^ffely Henri fils. 

Haffa Jacques. 

Hanhardt Théodore. 

Hans Jean. 

Hartmann Jacques. 

Heilmann Jean. 

Heilmann Paul. 

Heilmann-Sghœn J. 

Heinis Emile. 

Heinrigh Ferdinand. 

Heller F.-J. 



Digitized by 



Google 



il5 - 



MM. 

Heyden Arnold. 
Heyer Edouard. 

HlRN-SCHŒN. 

HuBNER Albert. 

HUGENDOBLER (D"* E.) 

HuGUENiN Jules. 
Ingold Armand. 
Jacques Charles. 

JELEN3PERGER, bOUClier. 

Jelensperger Charles. 
Jung-Kjsuffer Charles 
Keller Charles. 
Klengk Auguste. 
Klein Georges. 
Klippel, docteur. 
Klotz Edouard. 
Knœrtzer Charles. 
Kœchlin CamiUe. 
Kœchlin Charles. 
Kœchlin, docteur, 
Kœghun-Dollfus Eug. 
Kœchltn-Dollfus (Marie). 
Kœchlin Edouard. 
Kœchlin Edouard. 
Kœchlin Emile. 
Kœchlin Emile. 
Kœchlin Fritz. 
Kœchlin Isaac fils. 
Kœchlin Joseph. 
Kœchlin Jules. 
Kœchlin Léon. 
Kœchlin-Schwartz AJf. 
Kœnig. 
Kœnig E. 
Kœnig Eugène. 
Kœnig Gustave. 
KoHLER Emile. 
Kohler Mathias. 
KuHLMANN Eugène. 



MM. 

KuLLMANN J.-Alfred. 

KULLMANN Paul. 

Kullmann-Sandhbrr. 

De Lacroix Camille. 

De Lacroix Victor. 

L^DERicH, Jean-Jacques. 

Lederich-Weber. 

Lalance Auguste. 

Lalance Ernest. 

LandmanN'Schlumberger (M"**). 

Lanhoffer e. 

Lantz Benoît. 

Lantz Isaac. 

Lantz Lazare. 

Lampert Benjamin. 

Laurent, docteur. 

Laurent Auguste. 

Legay Louis. 

Lehr Louis. 

Lescuyer. 

Lloyd Henri. 

Maisch Robert. 

Mantz-Blech. 

Mantz J. 

Mansbendel-Hartmann. 

Marquiset Armand. 

Meunier-Dollfus Charles. 

Meistermann. 

Metzger AJbert 

Mercklen père. 

Meyer Alfred. 

Meyer Emile. 

Meyer frères. 

Meyer Henri. 

Meyer Robert. 

Michel Auguste père. 

Michel Auguste fils. 

Michel Fritz. 

Mieg Edouard. 



Digitized by 



Google 



— 116 — 



MM. 
Mieg-Kœghlin Jean. 
MiEG Mathieu. 
Mœhler, notaire. 
MoLL Louis. 
MossMANN Xavier. 
MuLLER Henri. 
MiiLLER Louis. 
MuLLER Emile. 

MUNTZ-SCHLUMBERGER (M"' 

MuTTERER père. 
Neyser Jean. 
NiTHARD Xavier. 
Oberun Charles. 
Orth, pasteur. 
OsTiER Louis. 
Petit Auguste fils. 
PÉTRYEmile. 
PiATEN Théophile. 
Prêcheur Alexandre. 
poupardin. 
Redler F.-J. 
Rack Iwan. 
Rey Emile. 
RiSLER Adolphe. 
RisLER Charles. 

RiSTELHUBER. 
ROSENSTIEHL. 
ROYET. 

Risler-Chalandre. 
Salathé, docteur. 
Scheffer Gustave. 
ScHjETT Y Martin. 
Schauenberg Rodolphe. 
SgheidegkerE. 
Sgheidegker Henri. 
Sgheurer Oscar. 
Schlumberger Alphonse. 
ScHLUMBERGER Amédée. 
Schlumberger Ed.- Albert. 



MM. 

Schlumberger Ernest. 
Schlumberger Georges. 
ScHLUMBEEiGER Jean. 
Schlumberger Jean fils. 
Schlumberger J.- Albert. 
Schlumberger-Sengelin père. 
Schlumberger Théodore. 
ScHMERBER Camille. 
ScHNEroER Théodore. 
ScHŒN Camille. 
ScHŒN Daniel père. 
ScHŒN Daniel fils. 
ScHCEN Fritz. 
ScHŒN J.-Bemard. 
ScHCEN J. de Frédéric. 

SCHŒNHAUPT LouiS. 
SCHROTT J. 

ScHWARBERG Henri. 
ScHWARTZ Adolphe. 
ScHWARTz Edouard. 
ScHWARTZ Oscar. 
schweisguth-coudray. 
Seigeot. 

SiGRIST. 

Spcbrlein. 

Spœrry Albert. 

Spœrry Henri. 

Stein Adolphe. 

Steinbach J.-Jacques. 

Steinbach Georges. 
t Steiner-Dollfus Jean. 
I Steinlen Vincent. 
i Stengel-Schvvartz. 

Stetten (de) Frédéric. 

Stieffel Emile. 

Stœber Adolphe. 

Stœber Auguste. 

Stœgker Jacques. 

Stoffel Georges. 



Digitized by 



Google 



- 117 - 



MM. 

Stoll-Gunther André. 
Taghard Albert. 
Thierry Gustave. 
Thierry-Mieg Auguste. 
Thierry-Mieg Charles. 
Thierry-Mieg Edouard . 
TouRNiER Charles. 
TouRNiER Wladimir. 
Triponel, docteur 
Umbdenstogk s. 
Wacker Albert. 
Wacker-Sghgen Charles. 
Wacker Edouard. 
Wagner Auguste. 
Wagner Edouard. 
Walther Oscar. 
Wantz Georges. 
Weighant J.-H. 
Weidkneght Fritz . 
Weinmann. 
Weiss Albert. 
Weiss-Fries. 
Weiss Jacques. 
Weiss-Sghlumberger E. 
Weiss-Sghlumberger Math. 
Weiss-Zuber Armand. 
Welter Emile. 



MM. 
Wigk-Spœrlein. 
WiLD Eugène. 
Wilhelm X. 
WiLLMANN César. 
Wohlsghlegel Oscar. 
WuRTz Fritz. 
Zetter Edouard. 
Zetter Emile. 
Zetter Henri fils. 
Zengerlin Gustave. 
Z'berg Jacques. 
ZiEGLER Emile. 
ZiEGLER Gaspard . 

ZiEGLER Jules. 

ZiEGLER Martin. 
Zeyssolff Fréd. fils. 

* ZiMMERMANN Michel. 

ZiPÉLius Jean. 
ZisLiN Antoine. 
ZuBER Ernest. 
ZuBER Frédéric père. 
ZuBER Victor. 
ZuNDEL Auguste. 
ZuNDEL Charles. 
ZuNDEL Octave. 
Zurcher Charles. 



Digitized by 



Google 



RECTIFICATION 



Page 357, N<> 8. — Texte : au lieu de « des bourgeons », lisez : des roseaux. 
On appelle encore aujourd'hui Knospeti une espèce de roseaux dont les feuilles 
servent aux tonneliers pour calfeutrer les tonneaux. 



Digitized by VjOOQIC 



TABLE DES MATIÈRES 



Pages inédites pour servir a l'histoire des pénalités de l'ancienne Répu- 
blique DE Mulhouse, aux XV1«, XVII« et XYHI* siècles, par Auguste Stœber 5 

Inventaire inédit d'une imprimerie et imagerie populaire de Mulhouse, 
4557-1559, par Joseph Coudre ^4 

Tablettes synoptiques et synchroniques de l'histoire de la République de 
Mulhouse jusqu'à sa réunion à la France, 1798, par X. Mossmann 93 

Prix proposés par le comité d histoire et de statistique de la Société indus- 
trielle de Mulhouse 107 

Liste des membres du comité du Musée 111 

Liste des souscripteurs 113 

Rectification 118 



Digitized by VjOOQIC 



MULBOUSR - IHFlIfllERIB VRUVB BADBR à C 



Digitized by VjOOQIC 



BULLETIN 



DU 



MUSÉE HISTORIQUE 



DE 



MULHOUSE 



Digitized by VjOOQIC 



\ Digitizedby Google 



BULLETIN 



DU 



MUSÉE HISTORIOUE 



DE 



MULHOUSE 



ANNÉE 1878 



MULHOUSE 

Imprimerie Veiave Bader et C« 
1878 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 




Digitized by VjOOQIC 







Digitized by VjOOQIC 



NOTICE BIOGRAPHIQUE 

SUR 

M/GH. GÉRARD 

lue au comité du MuséSy dans sa séance du i6 novembre i877 

PAR X.MOSSMANN. 



. Mbssîe][jrs,- 

li y à des hommes qui ne nous ont jamais appartenu et que 
nous ne réclamerons pas nioins comme nôtres. Tel ^est Cb. Gérard, 
dont là mort à été ressentie même parmi ceux qui Ae lé connais- 
saient que par ses écrits. Pour vous entretenir de lui, il m^aurait 
suffi de^ m^inspirer de mon affection et. de mes regrets. L'ai^el 
quie TOUS m'avez fait Thonneur de m^àdresser m'a déterminé à 
bàtèr la. rédaction de la notice que je comptais consacrer à celui 
dont je m'honorerai toujours d'avoir été Tami. Puisse-^t-élle être 
digne:de lui et de vous! 

:GharIes!-Àlexandre-GIaude Gérard est né à Longwy^ le â4 jan- 
vier 4814. Son père était lorrain, sa mère était du Palatihat; il 
tenait donc de deux races que le malheur des temps a rendues 
ennemies, mais qui, en se mêlant, ont souvent procréé des enfants 
dont les facultés sont comme la synthèse des meilleures, qualités 
de leur double souche. Peu après la naissance de Charles, la 
&mille vint s'établir à Sainte-Marie^aux-Mines. C'est donc à juste 
titre qu'il a pu se réclamer de l'Alsace comme d*une seconde 
patrie. 



Digitized by VjOOQIC 



-6- 

Comment fil-il ses études dans une petite ville qui n'avait pas de 
collège? C'est ce que j'ignore. Elles n'étaient évidemment qu'ébau- 
chées quand sa destinée le lança dans la vie réelle. Il a été dans 
le commerce; mais bientôt il découvrit d'autres voies plus en 
rapport avec ses goûts, passa dans le journalisme, toucha aux 
études historiques sous les auspices d'Augustin Thierry. La mort 
d'un frère aîné, qui était secrétaire de la mairie de Sainte-Marie, 
lui ouvrit sa succession et le ramena dans la maison paternelle. 
Au moment où il prenait possession de l'emploi, la ville avait à 
résister aux revendications de ses annexes, qui demandaient à 
être érigées en commune; le nouveau secrétaire rédigea un exposé 
des faits, qui lui mérita tous les suffrages de l'un des maîtres 
du barreau de Colmar, notre éminent confrère M. I. Chauffeur. 

Ce fut là sans doute ce qui décida de la carrière définitive dq 
Ch. Gérard. 11 voulut faire son droit, renonça à ses fonctions et 
vint s'établir à Colmar, où il s'était marié le 29 juillet 1840; 
mais, avant de pâlir sûr le Corpus juris^ il fallait combler les 
lacunes de ses premières études et passer l'examen du bacca- 
lauréat. Tout en s'y préparant, il entreprit à la bibliothèque de 
Colmar des recherches sur la guerre de Trente-Ans en Alsace. 
SU n'en a rien publié, il acquit du moins la certitude qu'on ne 
peut traiter, ni cette période, ni aucune partie de nos annales, 
sans recourir aux sources inédites, sans pénétrer dans nos archives. 

Après avoir soutenu à la Faculté de Strasbourg, le S2 août 
1 845, sa thèse pour la licence, Ch. Gérard revint à Colmar, où il 
se fît recevoir au barreau. Il commençait à s'y faire remarquer, 
quand éclata la révolution de 1848. Comme tous les libéraux 
contemporains, il applaudit à la chute d'un régime qui, à la 
faveur du cens électoral, tenait les meilleurs citoyens à l'écart des 
affidres, au profît des classes dirigeantes dont nous pouvons 
encore apprécier, à leurs œuvres, l'esprit politique et la capacité. 
On lui offrit et il accepta le poste de sous-commissaire du gou- 
vernement provisoire à Altkirch, d'où il fut envoyé plus tard à la 
sous-préfecture de Saverne. 



Digitized by VjOOQIC 



— 7 — 

Il fut révoqué à la suite de Télection du 10 décembre; mais 
ses administrés avaient conservé bon souvenir de l'homme et du 
magistrat et, lors des élections pour l'Assemblée législative, en 
1849, le Bas-Rhin lui confia le mandat de représentant du 
peuple. 

Dans toutes les circonstances où il s'est trouvé, comme avocat, 
comme fonctionnaire, comme député, Gh. Gérard trouvait moyen 
de faire sa part à l'étude. Chez lui, la curiosité — qui est le 
commencement de la sagesse — était constamment en éveil, et 
sa facilité de travail lui a permis d'aborder les sujets les plus 
variés. À Paris, il hanta les bibliothèques et les archives pour le 
moins autant que le palais législatif, et il se fit un butin dont il 
devait tirer bon parti dans la suite. Pour le moment, ces habi- 
tudes studieuses lui valurent sans doute d'être épargné lors du 
coup d'Etat du S décembre. 

Le barreiau était pour lui un refiige toujours ouvert. Il renonça 
à la politique et revint à Golmar, où son cabinet devint bientôt 
l'un des plus importants de la vieille ville parlementaire. Gomme 
toujours, il menait ses recherches de front avec les affaires et, 
dès 1853, il publia un excellent Annuaire du département du 
Haut'Rhin (Golmar, Ve Decker, in-12), précédé d'une notice sur 
les anciens annuaires du département, où l'on reconnaît le tact 
du bibliophile et le savoir de l'homme qui possède son sujet. 

En 1854, Gh. Gérard fit paraître, texte et traduction, en colla- 
boration avec M. Liblin, les Annales et la Chronique des Domi" 
nicains de Colmar (Golmar, Ve Decker, in-8°). Ce précieux 
monument de l'histoire n'avait plus été publié depuis que son pre- 
mier éditeur, Urstisius, l'avait compris dans sa collection de 
Scriptores, et ce fut une grande joie parmi les travailleurs de 
pouvoir enfin consulter ces vieux témoignages dans un volume 
séparé. Dans leur préface, les nouveaux éditeurs faisaient, dès 
cette époque, un pressant appel au public, pour qu'il encourageât 
la publication d'autres chroniques alsaciennes. 
Tout cela, y compris quelques articles de revue, témoignait 



Digitized by VjOOQIC 



-8 — 

d'une, sincère ardeur, allant jusqu'à l'esprit d'entreprise, pour 
l'histoire de notre pays, plutôt que d'un talent vraiment original. 
Ce qui mit tout d'un coup Gh. Gérard hors de pair, ce fUt son 
Ancienne Alsace à table, qui parut dans la Revue £ Alsace^ de 
1853 à 1862, et dont les onze chapitres furent réunis en volume 
sous cette dernière date (Golmar, G. Decker, in-8^). G'était une 
merveilleuse mise en œuvre de matériaux dont Gh. Gérard avait 
seul compris la valeur. Sur ce fond un peu terne, il répandit 
comme une broderie toutes les fantaisies de son esprit, toutes les 
souplesses de son style et de sa plume, et il arriva à produire 
ainsi un livre que, sans compter son mérite comme tableau de 
mœurs, on peut hardiment placer à côté des chefs-d'œuvre connus 
de la littérature épulaire. U ne semblait pas cependant d'abord 
devoir faire son chemin hors de l'Alsace. Son horizon était si 
borné, les recherches si spéciales, que ni l'auteur ni ses amis ne 
s'attendaient à lui voir franchir les frontières de la province. U 
réussit au dehors sans publicité, sans réclame, rien que par le 
plaisir que sa lecture donnait aux amateurs. Au bout de peu 
d'années, l'édition était épuisée, et notre excellent Gérard constata, 
avec un légitime orgueil, que son volume était devenu une rareté 
bibliographique. 

U s'y connaissait. Indépendamment de ses études, il charmait 
ses loisirs en formant une bibliothèque exclusivement consacrée 
à l'histoire d'Alsace. Â cette époque, sauf quelques ouvrages de 
fond dont les hommes d'études se contentaient, ces livres n'avaient 
pas encore pris sur le marché la valeur qu'ils ont aujourd'hui. 
Les ouvrages les plus précieux étaient peu demandés et, grâce à 
ses relations, grâce à des recherches soutenues pendant nombre 
d'années, Gh. Gérard était parvenu à réunir, sinon la plus belle — 
il faut réserver c^ superlatif pour le cabinet de M. I. Ghauffour, 
— du moins l'une des collections les plus complètes qu'un ami 
de notre histoire pouvait rêver. Il la tenait constamment au cou- 
rant, et il dressa pour son usage un catalogue méthodique dont 
tous les connaisseurs ont apprécié l'ingénieuse classification. Plus 



Digitized by VjOOQIC 



- 0- 

tard, quand il eut épuisé à peu près toute ta littérature historique 
de TÂlsace, lui-même se lassa de ces richesses qu'il ne pouvait 
plus accroître; il les vendit à la. bibliothèque royale de Berlin, 
pour pouvoir recommencer la collection sur nouveaux frais et se 
donner la joie de retrouver ses bonnes fortunes d'autrefois. La 
seconde bibliothèque alsatique de Gh. Gérard comprend aujour- 
d'hui 4100 volumes. 

Fidèle au plan qu'il avait conçu lors de la publication des 
Annales de Colmar^ Ch. Gérard fut, avec M. I. ChaufFour, le pro- 
moteur d'un projet de publication de nos chroniques inédites, 
sous les auspices de la Société pour la conservation des 
monuments historiques d'Alsace. Ge fut lui qui dressa l'inventaire 
de ce que nous possédions encore, à cette époque, de documents 
de ce genre. Malheureusement, la Société, qui reçut ce projet tout 
élaboré du sous-comité de Cohnar, ne se reconnut pas la mission 
de pourvoir à la conservation de cette sorte de monuments, les 
plus fragiles de tous — la destruction de la bibliothèque de 
Strasbourg Ta bien démontré, — et, faute d'une subvention qui 
n'aurait fait aucun tort à sa prospérité, l'entreprise fut aban- 
donnée. Plus tard seulement, quand la perte de tant de manu- 
scrits précieux eut singulièrement restreint la tâche, l'œuvre qui 
avait paru trop lourde à une vaste association a été reprise sans 
appui et sans autre encouragement que la bonne volonté du 
public. Aujourd'hui, la collection comprend un certain nombre de 
volumes pleins d'intérêt pour l'histoire de Strasbourg, de Golmar 
et de Guebwiller et se poursuivra, je l'espère, par les soins de 
mes amis, MM. Rod. Reuss et Julien Sée. 

Dans le même lemps où Ch. Gérard s'occupait de ce projet, un 
de ses amis publia séparément, en 1869 et en 1870, ses deux 
études sur la bataille d'Entzheim et sur celle de Tûrckheim, qui 
avaient paru précédemment comme articles de revue. 

La guerre de 1870 fut pour Ch. Gérard une épreuve d'autant 
plus douloureuse qu'il s'était bercé de l'espoir d'une issue toute 
différente. Dès le premier moment, avant qu'on pût faire des 



Digitized by VjOOQIC 



- 10- 

élections, il avait été appelé à siéger parmi les notables à Thôtel- 
de-ville de Colmar. Comme partout ailleurs, dans le naufrage 
général, la commune était restée seule à son poste, et elle dut 
pourvoir à toutes les nécessités de ces cruels moments. On se 
relayait pour que la ville ne fût jamais sans représentant. Gh. 
Gérard prit sa part dans l'accomplissement de ce devoir, toujours 
ferme en apparence, mais le cœur brisé. II ressentait dans toute 
leur amertume ces coups qui, à Frœschwiller, à Strasbourg, à 
Gravelotte, à Sedan, à Metz, décidèrent du sort de TAlsace. 

Quand Tannexion fut un fait accompli et que le retour à un 
régime légal permit de reconstituer le Conseil municipal, le suf- 
frage de ses concitoyens lui confirma le mandat qu'il n'avait tenu 
jusque-là que de la cooptation. Son passage dans l'administration 
communale lui donna lieu de rédiger, au nom du Conseil, un 
mémoire pour demander le maintien de la Cour d'appel à Colmar. 
Le gouvernement fit droit h cette requête et, mieux que cela, en 
réorganisant la justice en Alsace-Lorraine, par la loi du 14 juin 
1871, il s'appropria entièrement les vues de Ch. Gérard. Plus 
tard, le nouvel édile présenta encore un rapport sur le nom des 
rues, que les circonstances donnaient lieu de modifier. L'un et 
l'autre travail ont eu les honneurs de l'impression. 

Ch. Gérard n'était pas communicatif sur Tobjet et la nature de 
ses études. Au milieu des désastres que nous avons traversés, il y 
avait trouvé la consolation qu'elles ne refusent à personne. Quel- 
quefois, dans la conversation, il indiquait sa préférence pour tel 
ou tel sujet, c On en pourrait faire quelque chose >, disait-il. 
C'est à peine si ses intimes y faisaient attention, et surtout ils ne 
se doutaient pas que l'aimable écrivain avait compris ce travail 
dans ses recherches, qu'il avait recueilli d'importants matériaux, 
que son manuscrit était prêt. Cette surprise, Ch. Gérard la leur a 
fait éprouver en publiant son Essai d'une faune historique de 
l'Alsace (Colmar, Eug. Barth, 1871, in-8*') qui, en apparence, 
était si étranger à ses études. Ses amis même n'eurent connais- 
sance de son travail que quand il fut sous presse. C'est un livre 



Digitized by VjOOQIC 



- 11 - 

qui, pour le charme^ peut rivaliser avec Y Ancienne Alsace à table 
et qui renferme des pages dignes de TousseneL 

À ce besoin d'une diversion qui {produisit la Faune, nous 
devons encore un autre livre, auquel Ch. Gérard travaillait depuis 
longtemps sans en faire mystère. Ce sont les Artistes de l'Alsace 
pendant le moyen-âge (Colmar, Eug. Barth, in-8**), dont les deux 
volumes parurent en 1872 et en 1873. C'est une œuvre d'érudi- 
tion, qui a coûté à l'auteur des recherches immenses, mais dont 
certaines hardiesses conjecturales ont d'abord étonné la critique. 
Les Artistes alsaciens resteront comme un livre à consulter, qui 
a sa place marquée dans les bibliothèques et que tous les travail- 
leurs devraient avoir sous la main. 

Après l'annexion de l'Alsace, Ch. Gérard hésita longtemps sur 
le parti qu'il prendrait. Dans le principe, le barreau de Colmar 
avait décidé de rester au poste où les événements l'avaient trouvé. 
Puis les avis se partagèrent^ et M^ Gérard fut du nombre de ceux 
qui prirent le chemin de l'exil. Ce fut un déchirement dont aucun 
de ses amis n'a perdu le souvenir; lui-même en a consigné 
l'impression dans un fragment d'autobiographie sur lequel j'aurai 
à revenir. 

Il retourna dans sa première patrie, en Lorraine, et rouvrit son 
cabinet à Nancy. 

Dans ce milieu si différent, son succès fut prompt. Comme à 
Colmar, il fut bientôt au premier rang. Ainsi que l'a dit son con- 
frère, M. Depéronne, quand il plaidait, c'était un jour de fête au 
palais. On admirait sa science du droit, sa force, son esprit qui 
s'alliait avec une certaine finesse naïve, sa verve qui n'excluait pas 
le calme; avec cela, au plus haut point, le don de bien dire, 
toutes les politesses du langage, toutes les élégances de la parole. 

 ce brillant orateur, à cet écrivain si littéraire, à cet historien 
consommé, lauréat de l'Institut, l'Académie Stanislas s'empressa 
d'ouvrir ses portes. 

Ch. Gérard avait tout ce qu'il fallait pour lui faire honneur. Au 
moment de son admission, la docte compagnie s'occupait plus 



Digitized by VjOOQIC 



- 12- 

particulièrement de l'étude des patois lorrains et, à Tune des pre- 
mières séances auxquelles il assista, le nouvel académicien eut 
occasion de prendre la parole. Ce sujet, comme tant d'autres, lui 
était familier, et il en discourut avec une telle compétence, que 
ses confrères le nommèrent d'emblée rapporteur de la commis- 
sion. 

Il y avait donc un rapport à faire. Ch. Gérard savait ce qu'il y 
avait à dire, mais des semaines et des mois se passèrent sans qu'il 
trouvât le temps de l'écrire. Quand le jour vint de présenter le 
malheureux rapport, rien n'était prêt, rien n'était fait. M. le rap- 
porteur ne se rendit pas moins à la séance avec les matériaux 
qu'il avait entre les mains, s'assit au bureau et rendit compte de 
vive voix de l'état de la question. 

Ses confrères l'écoutèrent religieusement jusqu'au bout. Le 
président se rendit leur interprète, en remerciant M. Gérard de 
l'excellent travail qu'il venait de présenter, et lui en demanda le 
dépôt. 

Mais verba volant. On peut s'imaginer l'étonnement des assis- 
tants quand le peu zélé rapporteur avoua que son rapport n'était 
pas écrit. 

Cédant aux sollicitations de ses amis, Gh. Gérard consentit 
enfin à donner une nouvelle édition de son Alsace à table. Elle 
vient seulement de paraître, en un magnifique volume, imprimé 
à Nancy, chez Berger-Levrault et C^. Sauf quelques coups de 
rabot dans le texte, comme l'auteur s'exprime lui-même, elle ne 
diffère de la première que par une préface, qui peut être consi- 
dérée comme ses adieux à l'Alsace. Quoique vous la connaissiez 
tous, permettez-moi, messieurs, d'en citer cette page : 

t Lorrain de naissance et d'origine, la destinée me prit, à l'âge 
de 2 ans, pour me conduire en Alsace. J'ai commencé à sentir, 
à souffrir, à penser, à vivre véritablement dans ce pays que Dieu 
a si longtemps comblé de tous ses bienfaits, de toutes ses protec- 
tions. Cinquante-six années de mon existence s'y sont écoulées, 
paisibles, heureuses, remplies par l'élude, le travail, le devoir. Mes 



Digitized by VjOOQIC 



- 13- 

enfants y sont nés. Plusieurs fois, dans les jours de crise el de 
tempête, la confiance publique m'a appelé à concourir à Tadmi- 
nistration politique du pays, et le département du Bas«Rhin m'a 
investi de l'honneur suprême du mandat législatif. Gomment ce 
long cyde, qui contient toutes les sensations de Tàme, tous les 
efforts de l'esprit, les jours où l'on a aimé et ceux que la douleur 
a marqués de son empreinte salutaire; qui résume tout le déve- 
loppement d'un être humain, d une créature de Dieu, depuis les 
premiers éveils de l'intelligence et du cœur, si vifs et si avides, 
jusqu'à la maturité méditative qui annonce la moisson prochaine 
de la mort; comment ce long cycle aurait-il pu faire de moi autre 
chose qu'un véritable et fidèle Alsacien? Je le suis encore devenu 
davantage, plus profondément et avec une passion accrue, depuis 
la sombre date qui a bien pu porter les poteaux allemands dans 
les Vosges, mais qui est impuissante à retrancher les cœurs alsa- 
ciens de la patrie française. 

c Quand l'heure de l'inévitable séparation s'annonça, je quittai 
le pays qui m'avait si généreusement adopté. Je n'avais point à 
délibérer sur le choix de celui auquel je demanderais l'hospitalité. 
La raison me l'indiquait, en même temps que mon cœur se tour- 
nait naturellement vers lui. Je rentrai dans le département où je 
suis né. Plus heureux que les autres émigrés, l'exil me ramenait 
à mon berceau; je retrouvais ma petite patrie dans la grande. Le 
bruit et le mouvement des départs ordinaires ne convenaient pas 
à mon esprit attristé, à mon cœur douloureusement attendri. 
J'avais besoin de silence, de recueillement, de solitude. Au lieu 
de suivre la route de fer, tumultueuse et desservie par les uni- 
formes germaniques, je pris mon chemin par une des plus belles 
vallées alsaciennes ; une voiture portait la famille; plusieurs grands 
chars, véritables maisons faites pour les exodes, suivaient avec les 
meubles et avec les tivres. Tout fuyait ensemble, le long du tor- 
rent écumeux gonflé par les pluies d'automne, à l'ombre des 
sapins séculaires, les êtres pensants absorbés par les souvenirs de 
ce qui allait être le passé, les vieux serviteurs inanimés de ce qui 



Digitized by VjOOQIC 



-14- 

avait été une maison joyeuse et vivante, roulant avec indifférence 
derrière les âmes qui souffraient. La traversée par les Vosges 
dura six heures; je les trouvai trop courtes pour goûter à fond 
mon affliction, pour savourer dans toute sa plénitude Tamertume 
sans nom où se noie le cœur d'un homme, d'un père qui emporte 
ses pénates devant l'étranger victorieux. À midi, je touchai le col 
qui sépare la Lorraine de l'Alsace, la France du nouvel empire de 
Guillaume. L'esprit était ferme, mais l'âme succombait. Un der- 
nier regard à travers des larmes brûlantes tomba sur ma pauvre 
Alsace et lui dit adieu 

c Cinq années me séparent déjà des émotions de cette journée. 
Le vieil arbre a triomphé de la transplantation tardive et s'est 
enraciné dans la terre natale. > 

Eh bieni non; notre pauvre Gérard se faisait illusion : le vieil 
arbre ne résista pas à la transplantation et il ne devait prendre 
racine que dans la tombe. 

Peu de semaines après avoir écrit sa préface, Ch. Gérard pro- 
nonça son discours de réception à l'Académie Stanislas. Pour la 
première fois, il se fatigua de parler, et les siens furent frappés de 
l'altération de ses traits. Tout en corrigeant les dernières feuilles 
de Y Ancienne Alsace à table, il dut prendre les soins du médecin. 
Quand son livre fut prêt à paraître et que les exemplaires qu'il 
destinait à ses amis n'attendaient plus, pour leur être remis, que 
leurs noms tracés de sa main, il s'alita, s'affaiblit de plus en 
plus et mourut le 24 août 1877, à l'âge de 63 ans. 

La mort de Ch. Gérard est une grande perte. Il ne s'agit pas 
de ses amis; l'exil le leur avait déjà enlevé, et la mort a plutôt 
abrégé qu'augmenté la distance qui nous séparait de lui. C'est de 
l'Alsace et de nos communes études que je veux parler. Ch. Gérard 
est mort dans toute la plénitude de ses facultés, dans toute la 
maturité de son talent. Il avait amassé de nombreux matériaux, 
auxquels l'ouvrier qui aurait pu les mettre en œuvre fera toujours 
défaut. Et, j'en atteste mes souvenirs, il y avait la substance de 
plus d'un beau volume. Les archives de Colmar en ont eu le dépôt 



Digitized by VjOOQIC 



- 1&- 

pendant la guerre, el œs glanes, recueillies de tous côtés, à Tombre 
des grands rayons de livres, dans la poussière des chartriers, for- 
maient le contenu de plusieurs cartons. Mais existent-elles encore? 
Si, comme j'ai lieu de le craindre, ces notes coUigées pendant 
tant d'années n'ont pas été conservées, nous aurions surtout à 
défdorer la perte des documents qui auraient servi à la continua- 
tion des Artistes alsaciens. 

Une seule chose nous reste de lui : ce sont les matériaux sur 
la topographie du vieux Colmar, qu'il m'a laissés et que je ne 
cesse de compléter; ce travail me reporte aux meilleures heures 
que j'ai passées avec Gh. Gérard, celles où je l'ai possédé seul 
dans mon cabinet des archives, ^t, si je ne puis plus le faire 
parsdtre sous notre double nom, du moins conservera-t-il le sou- 
Tonir de sa précieuse collaboration. 

Ge qu'il nous a donné personnellement de son vivant suffira 
pour le faire vivre dans la mémoire de ses compatriotes alsaciens. 
Il sera aisé, même à ceux qui ne l'ont pas connu, de dégager de 
ses écrits Timage de ce curieux érudit et disert, de cet écrivain si 
littéraire, de cet aimable causeur qui relevait d'un trait si vif la 
mise en œuvre ds ses livres, et qui, au besoin, ne reculait pas 
devant un paradoxe, quand il sentait le besoin de réveiller et 
d'exciter l'esprit de ses lecteurs. 

À ne considérer que la trame de ses écrits, rien n'est moins 
convenu que son style, et cependant il n'y a peut-être pas une 
nuance que le goût le plus pur ne puisse avouer. A cette plume 
si alerte, si facile, si abondante, les clichés, la phrase académique, 
la période soutenue répugnent. Il n'y a nulle part renseigne d'une 
école. L'unique souci de l'écrivain était de rendre sa pensée claire 
et limpide, ondoyante et diverse, telle qu'elle jaillissait de son 
sujet et de son cerveau. 

Gomme lettré, Gh. Gérard tient de sa double origine. Il n'est 
pas, en Alsace, le premier représentant de cette culture mixte, 
croisée d'allemand et de français, qui a produit, d'une part, Jean 
Fischart, Moscherosch, Pfefïel; de l'autre, Ramond de Garbon- 



Digitized by VjOOQIC 



16- 



niëre, Grandidier, Golbéry, Nefilzer. Ce sont là les devanciers de 
Gh, Gérard et, dans le classement, il n'est certainement pas au 
dernier rang. 



Digitized by VjOOQIC 




•*>' 

.^!'/' 



'/c^> 



Digitized by VjOOQIC 



Bulletin, du Musée historique de Mulhouse 1878 




cj^yéT 



fmp j4 Çu-oiUtii 



Digitized by 



Google 



II. 
NOTE 

SUR LA 

DÉCOUVERTE DE SÉPULTURES GALLO-ROMAINES 

A LUTTERBACH 

{prè8 Mulhouse) 



F. Engel-Dollfus. 



Les trouvailles archéologiques sont souvent dues à de singuliers 
hasards. Il a fallu, pour révéler les sépultures gallo-romaines de 
Lutterbach, près Mulhouse, un concours tout particulier de cir- 
constances qui, elles-mêmes, eussent passé inaperçues sans l'in- 
vitation, si bien accueillie, que je fis Tan passé au public de 
visiter le petit Musée archéologique de Dornach. 

Les objets qui furent alors mis sous les yeux des visiteurs très 
nombreux de la ville et des villages voisins, dont un grand nonabre 
appartenaient à la classe ouvrière, frappèrent Tatlention, remirent 
en mémoire des objets analogues, qui avaient été trouvés et 
recueillis dans différentes localités, et je vis bientôt affluer chez 
moi l'assemblage le plus hétérogène, le plus bizarre, le plus 
incroyable de ferraille, de poteries, plus souvent modernes qu'an- 
ciennes ou antiques, qui se pût imaginer! Mais il y avait parmi 
ces débris des poteries rouges ou noires, des fragments de verre, 
entremêlés de matières carbonisées, et ma curiosité de collection- 
neur fut bien vite en éveil. 

On m'apporta d'abord (fig. i) une cruche en terre cuite noire, 

2 



Digitized by VjOOQIC 



- 18 - 

toute couverte de terre glaise; elle est munie d'une anse et servait 
probablement à contenir de l'eau; sa forme est semblable à celle 
de l'urne funéraire du tumulus du Hùnerhubel, que possède 
notre Musée historique (voir Catalogue, p. 3, N° 18). Ce vase avait 
été trouvé au commencement de 1876, à deux ou trois mètres de 
la surface du sol, à l'endroit dit Holzgasseberg (fig. 2), lors- 
qu'on avait creusé des caves pour la brasserie. 

En 1875, on avait déjà découvert au même endroit un squelette 
de très grande taille et, à ses côtés, une carafe en verre assez 
épais, de couleur vert foncé et de forme ronde; le goulot est très 
court (fig. 3). Cette carafe est en si parfait état qu'elle avait 
depuis lors servi de chandelier. On l'a fêlée en voulant la nettoyer, 
mais, à part cela, elle est parfaitement intacte. 

En 1876, en enlevant de grandes masses de terre glaise pour 
la verrerie de Wildenstein, on mit au jour un autre squelette et 
une coupe ornée, en terre cuite rouge, semblable à celle qu'on 
trouve dans la forêt de Wittelsheim et qui est surtout très abon- 
dante à Heiligenberg, dans la vallée de la Bruche (fig. 4). Cette 
coupe est si bien conservée qu'elle fut immédiatement utilisée dans 
un poulailler et convertie en auge pour la pâtée des poussins *. 

Des fouilles nouvelles amenèrent encore de nombreux ossements 
et un crâne, brisés et dispersés depuis, ainsi que quelques pièces 
de petites monnaies de billon, que M. Arthur Engel a déterminées 
(voir la liste ci-après) et qui appartiennent aux IV* et V* siècles 
de l'ère chrétienne. 

On dit qu'en 1838, un squelette et un glaive de grande dimen- 
sion Airent trouvés sur le même emplacement, où de nombreux 
débris de verre et de poteries rouges avaient jusqu'à présent passé 
inaperçus. 

On peut donc affirmer avec certitude l'existence d'une sépulture 



' M. Thiéry, qui a gravé la planche, fait observer que les ornements (fig. A.) da 
vase, fig. 4, se reproduisent sans interruption et en spirale (fig. B), ce qui le porte 
à croire qu'ils étaient exécutés avec on outil en forme de molette d'éperon (fig. G), 
d'environ 23 millimètres de diamètre. 



Digitized by VjOOQIC 



- 19 — 

gallo-romaine au sommet de la colline qui borne le village de 
Lutterbach dans sa parlie nord, depuis la brasserie Boch jusqu'à 
la Holzgasse. 

Le monticule qui al été décapé pour les verreries de Wildenstein 
s'étend à gauche, le long de la route de Richwiller, et il n'est pas 
à douter que, l'attention étant maintenant éveillée, la continuation 
des fouilles que nécessiteront de nouveaux besoins de terre glaise 
pour les verreries, n'amène de nouvelles découvertes et des indi- 
cations plus précises encore sur l'une des dernières étapes (si ce 
n'est la dernière) de l'occupation romaine dans nos contrées . 

Dornach, en 1877. 



Rappelons, à cette occasion, la note suivante, insérée dans le yolome IV, 
p. 391,da Bulletin de la Société indnstrielle,et que nous donnons en abrégé: « En 
1830, au mois d'août, on a trouvé au bord de la route conduisant de notre ville à 
Ringersheim une assez grande quantité de médailles romaines. « de 1000 à 1100. . 
Fouilles faites par une commission de la Société industrielle . . il a été découvert 
des amas très considérables de pavés, de débris de pierres à bâtir (calcaires), de 
pierres de taille (grès siliceux des Vosges) et des briques recourbées en équerre... 
il est permis de supposer que les bâtiments qui ont existé sur cette place (proba- 
bleoMnt une dépendance du bourg romain d'Urunce, que les antiquaires placent 
entre Hlzacb et Ringersheim) n'étaient que de légères constructions... » 



DESCRIPTION DES MONNAIES ROMAINES 
trouvées à Lutterbach, le 29 mars i877. 

L Constantin III, simple soldat, proclamé empereur au V* siè- 
cle. — 1 pièce. DIVVS CONSTANTINVS P F AVG. Son buste 
voilé à droite. 

Rf. Empereur allant à droite, dans un char attelé de trois che- 
vaux et saisissant une main qui sort des nuages. — A Texergue, 
SMANB, la marque du deuxième atelier monétaire d'Antioche, de 
Syrie. — Frappée après sa mort. BR. 

n. Gratien, empereur romain, 375-383, associé à Tempire par son 
père Valentinien I. — 1 pièce. DN GRATIANVS P F AVG. Son 
buste diadème à droite. 



Digitized by VjOOQIC 



-20- 

Rf. GLORIA ROMANORVM. Guerrier debout, tenant le laba- 
rum (étendard au monogramme du Christ, 5^ ) et saisissant par 
les cheveux un captif agenouillé. — A Texergue, la marque de Ta- 
telier monétaire de Siscia, A SISG. — Dans le champ, les lettres 
F, R, A. BR. 

m. Valens, empereur romain, né vers 328, mort en 378, frère 
de Valentinien I. — 4 pièces. D. N. VALENS. P. F AVG. Son 
buste diadème à droite. 

R. SEGVRITAS REIPVBLIGAE. Victoire allant à gauche et 
tenant une couronne et une palme ; dans le champ, une couronne. 
— A Texergue, S M AQ P, marque de Fatelier monétaire d'il/*. 

BR. 

IV. Même tête et môme revers ; mais, à Texergue, LVG PR, 
marque du premier atelier de Lyon. Dans le champ, OF I [officina 
prima). BR. 

V. La même pièce, cassée. BR. 

VI. Même tète. 

Rf. GLORIA ROMANORVM. Type du n'» II, avecSMAQ, marque 
de l'atelier d'Aix. BR, 

VIL Valentinïen, empereur, 364-375. — 4 pièces. D, N. 
VALENTINIANVS P.F. AVG. Son buste diadème à droite. 

Rf. SIGVRITAS {sic) REIPVBLIGAE. Victoire allant à gauche 
et tenant une couronne et une palme. — Marque de Fatelier A'Aix: 
SMS?AQ. BR. 

Vin. Même tête. 

Rf. Le même, avec SEGURITAS. Marque du troisième atelier 
de Siscia, FSISG. Dans le champ, lettres R, R, F. BR. 

IX. Pièce au même type, truste. lien manque la moitié. BR. 

X. Même tète. 

Rf. du n** II. La marque de l'atelier est fruste. Dans le champ, A. 

BR. 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



Ronte de Bâle T-<[ Strasbourg. 



Ban 
-i» Petit -Landau 




^•ndeHonib< 



>UTg. 




3 une 




\ 



■Altdorf 



\ 



\ 



Digitized by VjOOQIC 



m. 

LE CHATEAU DE BITENBEIM 

Notice historique 
PAR G. Stoffel 



Le château de Butenheim est situé à 15 kilomètres environ de 
Mulhouse^ entre Hombourg et Petit-Landau, mais sur le ban de 
cette dernière commune. La première mention qui en est faite 
remonte à l'année 1109, comme nous le verrons plus loin. Il n'en 
reste plus aujourd'hui qu'une motte ou butte qu'on aperçoit de 
loin dans la plaine; quelques grosses pierres de taille à l'un des 
bas côtés de la motte et deux fossés d'enceinte sont les seuls points 
des fortifications qui se voient encore; malheureusement, une 
partie de ces pierres a été enlevée, il y a quelques années, par les 
ouvriers de M. de Maupeou, pour construire une maison de refuge 
à Hombourg. 

Nous donnons ci-contre la copie d'un plan de 1791, conservé aux 
archives de Hombourg et figurant l'état des lieux à cette époque. 

Le château était encore entier vers 1594. Il est dit, dans Y In- 
ventaire raisonné destilreSyactes^ etc. y de la seigneurie de Landser 
som la domination de la maison d'Autriche (Archives départe- 
mentales, C. 758, n° 65), que le chasseur de Louis d'Andlau tua 
un sanglier près de Saint-Martin, vers les Isles du Rhin, et le 
transporta au château de Buetenheim^ Pour ce fait, la Chambre 
d'Ensisheim cita le sieur d'Andlau à comparaître devant elle pour 
se justifier. 



Digitized by VjOOQIC 



-22- 

On prétend même dans le pays qu'il a existé jusqu'à la Révolu- 
lution française, mais dans un état complet de délabrement; on 
a encore entendu dans ces dernières années des vieillards raconter 
avoir vu la charpente de la toiture privée de ses tuiles. Ce ne 
serait pas étonnant, car la branche des d'Andlau de Petit-Landau 
n'habitait plus la province depuis longtemps. 

D'après la situation topographique de ce monument, il est per- 
mis de supposer que c'était un de ces postes d'observation que 
les Romains élevèrent le long du Rhin, pour se garantir de l'inva- 
sion des Barbares. Ce qui donne plus de vraisemblance à cette 
opinion, c'est qu'il forme un angle parfait avec le poste de Burg- 
hof, près de Rumersheim, et le Hubel, près de Battenheim, de 
l'autre côté de la Hart. La station de Burgdorf a déjà été signalée 
(Cestre, Antiquités gallo-romaines du Haut-Rhin^ p. 33) et est 
facilement reconnaissable aux débris de toutes sortes, de prove- 
nance romaine, qui jonchent le sol. Quant au Hubel, dont le nom 
signifie éminence,les fouilles que nous y avons pratiquées en 1866 
ont mis à découvert, à près d'un mètre sous le sol, un fond plan 
de matières vitrifiées d'une longueur de 5 mètres sur une largeur 
de 3 mètres. Ces dimensions sont celles des tours d'observation 
romaines. 

 côté du château deButenheim, se trouvait un village du même 
nom, qui formait une paroisse et avait encore son recteur et son 
vicaire en 1444 (Trouillat, Monuments^ t. V, p. 17). L'emplace- 
ment en est désigné aujourd'hui sous le nom d'Altdorf, au sud 
des ruines. 

Le manoir de Butenheim a donné son nom à une famille noble 
dont les possessions s'étendaient anciennement bien au delà des 
limites de la seigneurie proprement dite, laquelle ne compre- 
nait plus, en 1568, que les villages de NiCfer, Petit-Landau et 
Hombourg. Les sires de Butenheim étaient de race turbulente 
comme les Girsberg, dont ils étaient parents. Ils semblent avoir 
été alliés à la famille de Habsbourg, dont ils portaient le lion dans 
leurs armoiries ; seulement, ce lion était barré d'une fasce, tout 



Digitized by VjOOQIC 



— 23- 

comme celui des Reinach, autres alliés de cette famille^ était 
afiublé d'un capuchon. 

C'est en 1109 qu'apparaît pour la première fois dans l'histoire 
le nom de Butenheim, à propos d'une scène tragique qui se passa 
au ch&teau même de Butenheim. F. Guillimannus {Habsburgiacay 
p. 257) raconte ainsi le fait : 

c Presque vers le même temps, Otho de Habsbourg est arraché 
des choses de ce monde. La discorde s'étant mise entre lui et le 
baron de Butenheim Hesso, les esprits étant surexcités, le comte 
fut tué par le baron dans le château même de Butenheim — in 
ipsa Butenheim arce — Tan du Seigneur 1109, le 6 des ides de 
novembre. D'autres disent qu'il fut égorgé par le baron Hesso 
d'Usenberç, de Brisach. Le corps est enterré à Mûri. • Herrgott 
{GeneaL Habs.^ t. I, p. 140) répète à peu près cette dernière ver- 
sion, d'après les actes du monastère de Mûri, c Le comte Otto, 
dit-il, étant pendant quelques années avoué du couvent de Mûri, 
dans la seconde année de l'avènement de' l'abbé Udalric, le 6 des 
ides de novembre 1111, fiit tué par un certain noble, Hesso de 
Usinberg, dans son château de Butenheim. > 

En 1191, H. de Butenheim était nommé arbitre avec A. de 
Girsberg, V. de Thuringheim, C. Monachus de Basilea, pour exa- 
miner les griefs existant entre l'abbé de Murbach et le comte de 
Ferrette, au sujet du péage dans la vallée de Saint-Âmarin 
(ScHŒPFLiN, Als. dipLj 1. 1, p. 297). 

A cette époque, les Butenheim, s'ils n'étaient pas parents des 
Habsbourg, étaient au moins leurs pairs. La seigneurie de Landser 
était leur domaine, ainsi qu'une partie duBrisgau ; le mundat de 
S#ultzbach leur appartenait. C'est de leur château de Landser 
qu'ils exerçaient leurs ravages sur les bourgeois de Bâle et de 
Mulhouse, lorsque, vers 1240, ils y furent assiégés par ceux-ci et 
réduits à capituler. En 1246, une transaction intervint entre les 
deux parties ; le château fut restitué aux deux frères Jean et Henri 
de Butenheim, à la condition que la moitié appartenant à Otton, 
l'auteur du démêlé, resterait aux cités offensées, sauf rachat par 



Digitized by VjOOQIC 



une amende de quatre cents florins. Rodolphe de Habsbourg, avec 
d'autres seigneurs de rang inférieur, se portèrent garants, moitié 
pour Bâle, moitié pour Mulhouse, de l'exécution de ces conditions 
(le Musée historique possède une reproduction photographique 
de cette charte, dont l'original se trouve aux archives de Mulhouse, 
cf. Catalogue du Musée, n'^ 444). 

En 4260, nous trouvons Otton, chevalier de Butenheim, ven- 
dant à l'abbaye de Lucelle des revenus en grains sur ses alleux 
de Niffer. 

En 1265, Henri de Butenheim est cité dans un acte authen- 
tique. Il est nommé après le comte de Froburg et le baron de 
Bechburg. 

En 1269, Jean et Henri vendirent leur alleu de Landser à 
Notre-Dame de Bàle et le reprirent en fief de l'évêque, en se sou- 
mettant à donner en garantie tous leurs biens situés sur les deux 
rives du Rhin, à deux milles de Bàle. Matthieu de Neuenburg leur 
reproche d'avoir, en 1274, accepté de nouveau ce fief des mains 
du comte de Habsbourg, d'où Ton peut induire qu'ils avaient fait 
une seconde vente à celui-ci, en dépit delà première qu'ils avaient 
déjà faite à Notre-Dame. Voici les expressions de ce chroniqueur : 
€ Comme deux chevaliers de Butenheim reconnurent avoir reçu 
en fief du comte de Habsbourg des biens qu'ils tenaient déjà de 
l'église de Bàle (Notre-Dame), l'évêque (Henri de Neufchâtel) leur 
dit en présence du roi : Vous vous êtes affranchis de la Sainte- 
Vierge et, moi, je vous en relève, vous donnant à tous diables. • 
Il ajoute une phrase que nous reproduisons en latin : < Qtialiter 
po$tea quilibet eorum alteri suam cognovit uxorem, qualiter pas- 
tea Landser régi vendiderint et in rébus et personis perierinty ita 
quod nullus estsuperstes ex eis ». Matthieu, écrit vers 1S50. 

En 1274, les frères Otto, Ludewic et Turinc de Butenheim 

cédèrent à leurs oncles Jean, Otto et Henri deGirsperg le tnendat 

de Soultzbach et la cour de Wihr-au-val qui en dépendait {Als. 

dipl.y t. H, pp. 3-4 et 82. 

En 1280, Ludewic de Butenheim, chevalier, figure avec Henri 



Digitized by VjOOQIC 



-35- 

de Reguisheim comme témoin dans un acte d'inféodation {Als. 
dipL, t. II, p. 22). 

En 1286, Henri, chevalier de Butenheim, et sa femme, Anne, 
vendent leur jardin allodial de Dietwiller. Jean de Butenheim 
figure comme témoin dans lacté. 

En 1290, Herr Olte de Butenheim figure comme témoin avec 
Cunrad de Landsperg et Henri d'Ândlau. 

Schœpflin dit que la famille de Butenheim paraît s'être éteinte 
vers 1337, car, cette année, les nobles de Haus furent investis du 
château de Butenheim, auxquels succédèrent les d'Andlau {Alsace 
illustrée, t. V, pp. 676-677). 

Cette indication peut être exacte pour ce qui concerne l'Alsace ; 
mais il parait que la famille s'est conservée au dehors. Un Johann 
Frige von Butenheim et Bertschin sin Bruder figurent encore en 
1345 dans un urbaire du couvent de Schœnenwerd, en Suisse. 



Digitized by VjOOQIC 



IV. 

MENUS 

d'un dîner et d'un souper 

SERVIS A LA. TRIBU DBS TAILLEURS, LE 28 JUIN 1730, 

par Gaspakd Wbiss, hôtelier aux Trois Rois. 

Traduit de Coriginal alUmand qui se trouve au Musée historique 

par 

Auguste Stœber. 



L 8t. sch. den. 

1*' SERVICE : Potage, bœuf bouilli, légume garni de 
mouton, un plat de Imites frites, un pâté de jeunes 
coqs et de morilles {Morauchm), fait 8 15 — 

2® SERVICE : Trois jeunes dindons, un lièvre, un 
gigot de mouton {Hammelstotzen), six jeunes pigeons, 
six jeunes coqs, fait 11 4 6 

3® SERVICE : Une tarte aux amandes, un plat de 
truites au bleu, un plat d'écrevisses, deux plats de 
pâtisserie dite Schenkelein^ un plat de fraises, un plat 
de cerises, fait 9 — 6 

Souper : Un potage. . /, un jeune lièvre, un plat 
de jeunes coqs fricassés, une salade, un plat d'écre- 
visses, fait 4 15 6 

Total 33 15 6 

L'addition, exprimée en livres stebler, schellings et deniers ou pfen- 
nings, équivalait, en l'an 1730, à 44fr.50 cent. Le nombre des convives 
paraît avoir été de 12, ce qui porterait l'écot de chacun à 3 fr. 70. Le 
vin — cru de Mulhouse — était fourni par les convives. 

Autre temps, autres menus, et surtout autres additions ! 

^ Le texte allemand dit : eine gefiihterU Suppe ; d'après l'avis de deux daines bien 
au fait de l'ancienne cuisine de Mulhouse, ce serait une espèce de julienne, prépa- 
rée avec toutes sortes de légumes. 



Digitized by VjOOQIC 



V. 

NOTICE HISTORIQUE 

SUR LES 

ANCIENNES PIERRES-BORNES BANALES 

DE MULHOUSE 
par N. Ehrsam. 



Avant d'aborder le sujet qui nous occupe, il nous paraît utile 
de le faire précéder de quelques explications historiques. 

On admet généralement que le berceau des sociétés humaines 
a été la famille patriarcale, qui, en s'élargissant, a formé le clan^, 
association de familles apparentées, d'où est sortie la tribu. Fina- 
lement, la réunion d un certain nombre de tribus d'origine com- 
mune a fait la nation. Dans l'état nomade où vécurent les peuples 
primitifs, ils ne connaissaient point de propriété foncière héré- 
ditaire : sans établissement fixe, ils n'avaient d'autres limites 
territoriales que celles essentiellement temporaires, nécessaires au 
partage annuel de la jouissance du sol entre les tribus, qui chan- 
geaient de terre tous les ans*. C'était encore le cas chez les 
Gaulois du temps de Jules César, d'après ce qu'il en rapporte 
dans ses Commentaires*. Tacite dit la même chose des anciens 
Germains d'avant la conquête romaine*. 

^ Il existe encore des traces de cette organisation sociale en Ecosse et en Irlande. 

' Cf. Celtische Àlterthumer zur Erlœuiemng der œlteslen Geschichten und Ver- 
fassung Helvetiens, von G.Walther. Bern, 1783, p. 33. — Maurer, Einleilung 
zur Geschichte der Mark-, Hof-, Dorf- und Stadt-Verfassung . Mûnchen, 1854, 
p. 93. 

• Cap. XXII, lib. VI. 

* De Mot. Germon., Cap. XXVI. 



Digitized by VjOOQIC 



Chez les peuples de rOrient, dont la civilisation a précédé de 
bien des siècles celle des pays occidentaux, le droit de propriété 
paraît avoir été connu dès les temps les plus reculés. Moïse, le 
grand législateur des Juifs, maudit celui cpii change les bornes de 
l'héritage de son prochain*. Lors du jubilé des Israélites, qui se 
célébrait de 50 en 50 ans, toutes les propriétés étaient rendues à 
leurs premiers maîtres ou à leurs héritiers. Les Egyptiens étaient 
obligés, après chaque inondation du Nil, de remettre en place les 
bornes errantes de leurs champs (d'où l'invention de l'arpentage)*. 
Les Grecs, et plus tard les Romains, honoraient le Dieu Terme 
comme le protecteur de la division des terres et comme le ven- 
geur des usurpations. Ce fut en son honneur que Numa Pompi- 
lius institua les fêtes terminales qui se célébraient tous les ans, 
non seulement dans les temples consacrés à ce Dieu, mais encore 
sur les bornes et sur les grands chemins* ( le c Bannritt • et 
les € Flurumgànge •, qui étaient encore en usage en Alsace au 
siècle dernier et dont nous parlerons plus loin, sont évidemment 
un reste de cette pratique du paganisme, qui a laissé bien d'au- 
tres traces dans nos mœurs)*. Le Dieu Terme des Romains fut 
d'abord représenté sous la figure d'une grosse pierre carrée ou 
d'un cube; dans la suite, on éleva la pierre en façon de borne. 
On lui donna une forme humaine, mais sans bras et sans pieds, 
pour exprimer qu'elle ne pouvait être déplacée sous aucun pré- 
texte. 

Les Celtes et les Gaulois, en se fixant d'une manière perma- 
nente au sol, ne tardèrent pas à sentir la nécessité d'établir des 
démarcations durables pour reconnaître et maintenir leurs droits 
respectifs dans leurs rapports de tribu à tribu ou de peuple à 
peuple. Ces limites étaient de deux sortes : les unes, naturelleSj 
telles que mers, fleuves, rivières, lacs, montagnes et forêts ; les 

* LrrTRÉ, Dictionnaire, t. I, p. 376. 

' Bulletin spécial de la Société industrielle de Mulhouse, du II mai 1876, p. 2. 
' Dictionnaire de la Conversation. Paris 1839, tom. LI, p. 14. 
^ Cf. Germanische Emtefeste im heidnischen und christlichen Cultus , von 
D' Hkimo Pfannenbohmid Uanover, 1878, p. 45. 



Digitized by VjOOQIC 



autres, artificielles y telles que fossés, levées de terre, poteaux, 
arbres incisés, pierres brutes et façonnées. Des menhirs isolés, 
après avoir été dépouillés de leur caractère religieux, paraissent 
avoir servi aussi de limites territoriales. Un de ces monolithes, 
existant dans le département de la Haute-Marne et connu vul* 
gairement sous le nom de la haute bome^ porte une inscription 
indiquant les anciennes limites des Leuci, habitants du Barrois\ 

Sur le chemin qui conduit à travers une épaisse forêt de la 
Petite-Pierre à Bitsche, se trouvent deux grandes pierres dressées : 
le Spillstein et le Breitensteiny situées l'une de l'autre à une dis- 
tance de 5 kilomètres; elles servaient de limites entre les Trévires 
et les Tribocques *. 

Sous le régime de la Mark germanique ( Markgenossenschafty 
Cammunita$)y que les peuples de race allemande introduisirent en 
Alsace en s'y établissant lors de la grande invasion du Y* siècle, 
s'organisa, d'après le principe romain, le droit de possession indi- 
viduel {SondereigenYy à côté de celui, plus ancien, de la posses- 
sion collective; chaque membre libre de la Mark {MœrkeVy Cam^ 
marchanus) eut en propre son lot de conquête , comprenant 
l'habitation et le champ cultivé qui l'entourait, plus sa part à la 
possession et à la jouissance des biens communaux dits Alhnend^ 
tels que pâturages, eaux et forêts, désignés dans les anciens textes 
sous la dénomination de : Waséer^ Wurm^ Wald und Waide. 

Pour les terres arables soumises au régime agricole de la Mark, 

* Archéologie chrétienne, par Tabbé Bourassé. Tours. 1842, p. 38. 

' D. Spbgklin. Voy. Atjg. Stœber, Sa^en des Elsaeses, pp. 302 et 303. 

• Mauber, Einleitung zur Geschichte der Mark', Hof-, Dorf» und StadtrV^rfas^ 
sung. MÛQchen, 1854, p. 107 

^ MoME, dans ses Celtische Forschungen, fait dériver À llmend de la racine irique 
muindt qui signifie une fûrêt avec pâturage. De là les formes germanisées : almuin- 
da, almeinda, almunde, Almute, Aime, qui indiquent clairement l'usage public 
auquel était consacré ce genre de propriété, appelée dans le Nord : Almenning 
(Gemeinland). En Angleterre, où les Anglo-Saxons avaient introduit le même régi- 
me, il était connu sous le nom de Folcland (Maxtrer, p. 93). 

La Chronique de Kœnigshoven cite un traité de 1263, fait entre Tévêque de 
Strasbourg et les bourgeois de la ville. Il y est dit : « Sie (les bourgeois) suUent 
och ir AUmenden besezen vnd enisezen one menlichss widerrede nœh iren wiUen, » 



Digitized by VjOOQIC 



-80- 

on pratiquait généralement la culture à trois assolements {Drei- 
feldwirth8chaft)y au moyen de la division en trois soles, sur les- 
quelles on semait successivement des blés, puis de menus grains, 
et qu'on laissait en jachère la troisième année. 

Chacune de ces parties, appelées en allemand Fluren^ Eschen 
ou Zelgerij était subdivisée en autant de lots qu'il y avait de par- 
ticipants à la Mark, afin que personne ne fût privé de récolte 
pendant l'alternat^ (wàhrendder Broche). Cela explique la forme 
étroite et longue qu'ont conservée généralement les parcelles de 
champ. 

Cet usage s'est perpétué en Alsace jusqu'à une époque peu 
éloignée de nous. L'ancien code rural (Feldrecht) de Mulhouse 
le consacre par ses dispositions concernant le régime agraire des 
€ Zelgen >, c'est-à-dire de la culture triennale*. Dans certaines 
contrées, on pratiquait la culture à quatre, cinq et même six 
assolements dans la même < Feldmark > '. 

C'est de la Markgenossenschaft j partie constitutive du Gau 
(pagtis) qu'est sortie la banlieue, par l'association particulière de 
familles d'incolats qui se sont détachés de la Mark avec leurs pro- 
priétés individuelles \ laissant en commun YAllmendy qui, de sa 
nature, était indivisible. Cette association fut le noyau de la plupart 
de nos villes et villages du moyen-âge. Parmi ces localités, il en 
est où l'on trouve encore de nos jours des traces de leurs rapports 
primitifs avec l'ancienne Markgenossenschafty — dans l'indivision 
de certains communaux et dans le droit d usage dans les forêts 
et pâturages ayant appartenu ou appartenant collectivement à 
plusieurs communes. Chose digne de remarque, les localités qui 
ne sont ni d'origine celtique, ni germanique, c'est-à-dire qui se 
sont formées pendant l'occupation romaine, grâce à l'établissement 



^ Mattber, p. 75. 
•S6etl6derarticleV. 

' BfAUBER, p. 74. 

* CosTB, Notice, p. 2. 



Digitized by VjOOQIC 



-SI - 

d'un Castellum^ n'avaient primitivement pas de banlieue S puisque 
les forts dont elles sont issues, construits dans un but exclusive- 
ment stratégique, étaient dépourvus de possessions rurales. Il en 
est de même de celles dont le noyau a été une cour colongère, 
par la raison que le Dinghof^ établi dans l'origine sur le domaine 
privé du propriétaire terrien, ne pouvait pas di\o\r A' Allmend^. 

Le christianisme, en s'introduisant dans notre pays, n'exclut 
pas l'idée sacrée que le paganisme attachait aux signes de démar- 
cation : Ceux limitant les banlieues furent généralement caracté- 
risés par des croix en pierre {Etterkreuze) \ fixant en même temps 
rétendue de la juridiction locale et celle du droit de paix et de 
protection (Markfrieden); quant aux bornes des champs, leur 
nombre ternaire {Dreizahl) symbolisa la trinité. D'anciennes 
peintures représentent Saint-Médard à côté d'une pierre-borne 
portant en guise de sceau l'empreinte de son pied, à l'occasion 
d'une contestation de bornage entre deux nobles \ 

Dans un diplôme du roi Childebert II, fixant la limite de la 
Marche d'Âquilée, qui formait un terrain dépendant de l'abbaye 
de Marmoutier, il est stipulé : usque ad crucem petrinam ' (jus- 
qu'à la croix en pierre). 

Les procès de bornage se vidaient par le jugement de Dieu : 
Ordaliumj Urtella (d'où le terme moderne : UrteU). La Chronique 
de Kœnigshoven, p. 692, cite, sous la rubrique Zwrw/*, Zwr/*, des 
dispositions curieuses tirées des lois allémaniques. 

De même que les pierres-bornes, les arbres incisés servant de 

* BvMelin de la Société pour la conservation des monuments historiques d'Alsace, 
1869, p. 156. 

* L.-Â. BuRCKHABDT, Die HofroBdd von Dinghœfsn am Oher^Rhein. Basel, 
1860, p. 10. 

* Dans certaines contrées, les croix banales s'appelaient aussi Eckterkreuze on 
Achterkreuze, da mot Àcht (mise an ban). — Voy. Silbebmann, Lohalgeschichte 
der Stadt Strasburg. 

* Archeologisches Wc^rterhuch, von Mx^lleb nnd Mothbs. Leipzig nnd Berlin, 
ISrn, p. 666. 

* ScHOSPFLiN-IUvENÉz, Alsatia iUustrata, t. III, p. 306. 



Digitized by VjOOQIC 



délimitation {LochbaumeY étaient sacrés et inviolables'. Il était 
défendu de les ébrancher ou de les dépouiller de leurs feuilles'. 

D'anciennes traditions populaires parlent d'esprits maudits con- 
damnés à errer sur les champs sous la forme de feux-follets pour 
avoir, de leur vivant, déplacé des bornes \ Les lois agraires édic- 
taient des peines horribles contre ceux qui, en labourant, avaient 
sciemment déterré ou déplacé des pierres-bornes : le coupable 
était enterré jusqu'à la ceinture dans le trou qu'avait occupé la 
borne, et, dans cette position, on lui coupait le cou avec une char- 
rue. Il faut se hâter d'ajouter que, s'il était prouvé que le déterre- 
ment de la borne avait eu lieu sans préméditation, on se contentait 
d'ordonner son replacement en présence des voisins'. 

Une pratique barbare chez les anciens Germains comme chez 
d'autres peuples de l'Antiquité, consistait, en cas de querelle grave 
au sujet de limites territoriales, d'enterrer des victimes humaines 
sur les points contestés, où des tertres et des pierres tumulaires 
en conservèrent le souvenir*. 

Le partage des terres {divisio terrarum) et les contestations 
relatives aux bornages étaient dans les attributions judiciaires de 
la Markgenossenschaft \ 

* Le LochbcMm (înotsto arborum) tire son nom du celtique loch, laeh, leaghoê^ 
weU mon die Grenzzeiehen in die Rinde der Bceume ichnitt Monb, CeUieche For- 
schungen. Freibnrg im Breisgau, 1857, p. 305. 

De là aussi le nom de Schnat^ Schnâtgang^ nsité dans certaines contrées dn Nord 
pour la cérémonie de la reconnaissance périodique des bornes (Qbimm, Grenzal- 
terth. , p. 36). Ce que Ton connaît dans nos environs sous le nom vulgaire de : 
Zielbaum, Zielstein et Zielbruimen, représentait un point de délimitation territo- 
riale (ÀUG. Stœbbr, Der Hiinerhubelt ein gaUisches Hiigdgrab bei Rixhemfp. 29). 

* Grimm, Deutsche Rechtsalterthiimer, p. 548, 
» Ibidem, p. 543. 

. * QautM, p. 546. 

' Ibid., p 547. Exemple d'une condamnation à Mulhouse au XVII« siècle, 
pour déplacement d'une pîerre-borne : « La femme de C.B. qui avait déplacé 
une pierre-borne dans les vignes, payera 100 florins d'amende; elle ne pourra 
pas sortir de la ville pendant un an, en outre elle est déclarée infâme ( ehr- 
îos). » Jugement du 21 mai 1631 (Aug. Stœber, Bulletin spécial de la Société 
industrieUe, 1876, p. 355). 

* Grimm, Grenzalterth., p. 73; Pfannbnschmid, p. 42. 
^ BfAURBR, p. 169. 



Digitized by VjOOQIC 



-as- 
Dans les cours colongëres, cette double matière était de la com- 
pétence de l'avoué {Vogt). La rotule du Dinghof de Dettwiller 
(Bas-Rhin) s'exprime ainsi : c L'avoué a aussi quatorze jurés, qui 
doivent placer les pierres-bornes dans le ban et village de Dett- 
vtriller, quand cela est nécessaire ou qu'il le demande. Il a aussi 
le droit de siéger en justice sur la pierre-borne, si on lui porte 
plainte \ > 

La constitution du ban et de la banlieue (deux choses qu'il ne 
faut pas confondre) occupe une place si importante dans notre 
histoire que cela mérite la peine de s'y arrêter. 

Dans l'ancienne langue germanique, fa;^;^ signifiait publication, 
à cor et à cri, d'une permission ou d'une défense d'intérêt public 
(d'où le terme français c la banie >). La circonscription territo- 
riale où se faisait cette formalité et à laquelle elle était appli- 
cable en prit le nom qualificatif de ban. Pour les localités for- 
mées par l'agglomération de familles sorties de la MarUgenossen- 
schafty le droit de permettre ou de défendre une chose touchant 
la nouvelle communauté fut l'origine de l'autonomie locale. C'est 
grâce à cette indépendance rudimentaire que put se maintenir 
l'immunité ou franchise héréditaire dont jouissait l'ancien parti- 
cipant de la Mark, dans sa maison et dans son enclos, où personne 
n'avait le droit de pénétrer contre son gré et où il ne pouvait être 
arrêté, ni pour crime, ni pour délit. Cette liberté exceptionnelle 
explique l'inviolabilité du domicile dans les anciens temps et l'é- 
tonnant privilège qu'avaient notamment les bourgeois de Mulhouse 
de se faire juger devant leur demeure s'ils le demandaient*. 

A mesure que se développa la vie communale, grâce à l'établis- 
sement des foires et marchés, qui distinguaient les bourgs des vil- 
lages, la juridiction locale franchit la sphère étroite où elle s'exerçait 
{Etter\ pour s'étendre à tout le rayon rural formé par YAllmend^ 
lequel, par suite du démembrement de la Mark, fiit annexé à la 

* Véhon-Révillb, Le régime colonger en Alsace. Metz, 1866, p. 23. 
' Cf. N. Ehbsam, Monographie sur les anciennes libertés de Mulhouse, et Aua. 
Stœbbb, ÀUatia, 1876-1877, p. 330. 

3 



Digitized by VjOOQIC 



-34- 

commune ou aux communautés d'habitants qui y avaient des 
droits acquis : de là l'origine de la banlieue {banleuca, Bannmeile). 
De ce moment, ban et banlieue devinrent identiques sous ladéno- 
mination commune de Zwing und Bann\ quoique, dans beaucoup 
d'anciens titres, le ban, en tant que circonscription territoriale, 
figure encore sous le nom de la chose à laquelle il avait succédé, 
par exemple, locus seu marca*, in villa vel marca\ etc. On dit 
encore aujourd'hui, dans le même sens, Stadt und Dorf-Marke , 
Gemarkunçy Markstein. 

Dans la suite des siècles, les limites banales ont subi des modi- 
fications. Gomme le dit très bien M. Goste dans son Exposé pour 
la Carte géographique de F Alsace en il SI, c les banlieues actuel- 
les des communes ne répondent pas, la plupart du temps, aux 
banlieues primitives; bien des villages ont disparu, notamment au 
milieu du XIYe siècle, à la suite de la grande peste qui a causé de 
si cruels ravages en Alsace, et à une époque plus rapprochée, lors 
de la guerre de trente ans, qui a fait un désert de la belle vallée 
du Rhin. Les banlieues actuelles comprennent, outre le territoire 
originaire de la ville ou du village, celui d'un et même quelquefois 
de plusieurs villages détruits, et dont le nom se retrouve presque 
toujours dans les désignations de cantons ruraux des livres ter- 
riers ou de nos livres de section. > 

Pour les environs de Mulhouse, nous citerons comme exemples : 
Riedisheim^ dont la banlieue a été réunie à celle du village détruit 
deLeibersheim; Rixàeim^ qui s'est annexé le territoire d'Esche! tz- 
heim; Illzachy qui ne forme plus qu'une seule et même commune 
avec Modenheim, depuis que cette dernière localité a été incendiée 
au XYe siècle, et enfin Didenheim, dont la banlieue a été aug- 
mentée en partie de celle du village détruit de Dûrrengebwiller. 
Le Kintzingerfeld rappelle l'ancienne localité de Kintzingen {Chin- 
zicha)y qui se trouvait entre Dornach et Didenheim. 

1 HiEUSLBB, Verfassungsgeschichte der Stadt Basel im Mittelalter, p. 21. 
' Diplôme de 786 (Schœpflin). 
• Cod. dipl. pal.fip. 9. 



Digitized by VjOOQIC 



— 35 — 

Nous avons expliqué plus haut l'origine du mot ban dans le 
sens de publication légale. Par extension, il a été appliqué, dans 
la suite, à Tobjet de nombreuses dispositions du droit féodal. Il 
n'est peut-être pas sans intérêt de citer et de commenter les prin- 
cipaux termes qui s'y rapportent ou qui en dérivent : 

Ban de TEmpire. — Proscription sanctionnée par un édit de 
l'empereur. Déchéance d'un vassal d'une ville ou d'un seigneur 
immédiat de l'Empire. 

Ban du Roi. — Par cette expression l'on entendait, soit les règle- 
ments et ordonnances du roi, soit la peine ou l'amende imposée 
au vassal qui violait les ordres que le souverain avait le droit de 
lui donner. 

Ban sacré. — Limite dans laquelle devaient se renfermer les privi- 
lèges d'une église. 

Ban de l'Eglise. — Excommunication prononcée, soit par le pape, 
soit par les évêques. 

Ban et arrière-ban (Hériban). — Service militaire des fiefis et des 
arrière-fiefs. Dans cette acception, le ban était l'appel [fait par 
le suzerain k son vassal direct pour le suivre à la guerre. L'ar- 
rière-ban était la levée ordonnée par ce dernier à son inférieur 
inféodé (Vavasseur). 

Ban du sang. — Office qui conférait le droit de glaive {Bluivogtei). 

Ban des vendanges. — Mesure de police rurale encore usitée de 
nos jours. 

Ban de moisson et de fauchaison. — Permission publique de 
moissonner et de faucher h certaines époques. 

Ban de mariage. — Publication dont tout le monde connaît la 
signification. 

Mettre en ou au ban une ville, un seigneur, etc. — C'était 

confisquer, faire entrer au pouvoir du fisc par un édit public. 
Mettre ban sur une chose. — Acte par lequel les princes la pre- 
naient sous leur protection. 

Garder son ban. — Ne pas revenir aux lieux d'où l'on a été exilé. 

Rompre son ban. — C'est le contraire du précédent D se dit encore 
aujourd'hui de surveillés de la haute police qui sortent sans 
autorisation de la localité qui leur est assignée comme résidence 
obligatoire. 



Digitized by VjOOQIC 



commune ou aux commr 

droits acquis : de là l'orip^' f d'assujétir se 

De ce moment, ban et T ^^^ four, * 

mination commune d ^ ^ertaiD' 

d'anciens titres, le/ * ^^ 






figure encore sou^ ^ f i 

par exemple, /r ( oeigneux 

encore aujour ..s, dont raliéiic 

Gemarkuna x-^ix. 

Dans Ir infamante maintenue dans la pc 

fication **' applicable, soit à temps, soit à vie». 

l^ Qq aont étaient autrefois investis les commandants des 

1 o en Hongrie, en Croatie, en Valachie et en Bulgarie. 

,0 s'est conservée dans la Bosnie et dans la Dalmatie. Cette 
dignité peut être assimilée à celle des anciens mareraves de 
rEmpire. 
j^nière. — Il y avait les bannières des communes», des corpora- 
tions de métiers et des églises paroissiales; celles des seigneurs- 
bannerets, des grands feudataires et de la Couronne. 
Banneret. — Titre et dignité des chevaliers qui avaient le droit de 
lever bannière et de la porter en allant à la guerre. 

On comprend l'importance que dut avoir la fixation des bornes 
banales, sous la rapport des droits et devoirs communaux poli- 
tiques, judiciaires et militaires, à une époque où ces choses 
variaient essentiellement d'une commune à une autre. Une insti- 
tution propre à empêcher les empiétements réciproques de terri- 
toire fut le Bannritt ou Flurumgang, anciennement : Marchgang^ 
Markleita (reconnaissance périodique de la banlieue), dont il a 

^ En vertu d'un jugement rendu à Bàle, en 1410. un noble du nom de Honnan 
de Hirtzbach, écolâtre du chapitre épiscopal, fut banni pour vingt ans h 
Mulhouse, probablement son lieu de bourgeoisie [Verfassungsgeschichte der Stadt 
Basel im JUUtelaltery par André Heusler, p. 286).— Les H irtzbach figurent parmi 
les familles nobles éteintes de Mulhouse (Burgerhuckf p. 421). — Ils tiraient leur 
nom du domaine du Hirtzbach, près Dornach, ancien fief épiscopal de Bàle. 

' On peut voir au Musée historique la fameuse bannière qu'Oswald de Gams- 
barst, député de Mulhouse auprès du pape Iules II, rapporta de Rome en 1512. 



Digitized by VjOOQIC 



- .. ^ ^, Apollinaire. On a lieu de croire 

^ question au c ^ ^ ,. , „. 

^4ron-Réville ' "^^^^ ^"® ^"^ ^^ ' invocation 

, ,. ., ?core dans beaucoup de vil- 

^ux détail il „ , . . , , 

;^ 7 Hagelfirttg, a été greffée 

j -^i*^ païen, transformation 



is n 






r- 



, «^ î'e,qui a duré plus de 
.avinssent. Oh | î d'Autriche à Ensis- 

.oisàquatre jours.. M^h et de Moden- 

A Mulhouse, le Bannritt ^ 1 litigieuses con- 

trouve dans la chronique de Mit, 'lartiaux. Pour 

tenu le 31 mai 1753. Nous en Iradux. "*. P^^^^ ^^ 

• Les autorités, convoquées exofficio, et i. ^^^ sévère 

de 180, qui s'étaient fait inscrire pourprendi^ *^ ^*"^ 

se réunirent, dès 5 heures du matin, sur la placc ousien, 

au son du tambour. Ces derniers se divisèrent en qu^^ '^ ^° 
gnies commandées chacune par un capitaine, deux lieuteu^ 
quatre sous-officiers. Une demi-heure après, la cavalcade, com 
sée en tout de 266 personnes, partit dans l'ordre suivant : ^^ 
grenadiers de la compagnie des célibataires et un sous-offi^u 
ouvrirent la marche; puis vinrent un trompette aux armes de 1^ 
ville, deux sergents de police, un maître forestier (Fommm^er) et 
le constable chargé spécialement de la constatation de chaque 
borne d'après le plan; à la suite, mais seuls, marchèrent le syndic 
(Stadtschreiber) et le président du tribunal d'abornement {Scheid- 
îneyer)j suivis des juges-aborneurs {dos GescJieiâ)^ des membres 
du Conseil et d'officiers détachés, et enfin du gros des compagnies 
bourgeoises. > 

Midi sonné, on arriva au Tannenwald, où une grande tente était 
dressée pour MM. les conseillers, le président et les juges-abor- 
neurs, ainsi que pour les officiers, auxquels on servit un déjeuner. 
Le reste de la cavalcade prit ses rafraîchissements sous l'ombrage 
de la forêt en se dispersant à volonté. Au bout de deux heures 
de halte, on remonta à cheval et, la tournée terminée, on rentra 



Digitized by VjOOQIC 



-36- 
DÉRIVÉS DE BJlS 

Banalité. — Droit qu'avait le seigneur de fief d'assujétir ses vassaux 
à moudre à son moulin, k cuire le pain k son four, à pressurer 
les vendanges à son pressoir, moyennant certaines rétributions. 
Il est remarquable que, dans la plupart des chartes d'aflfran- 
chissement données à des communes d'un certain ordre, les com- 
muniers promettent de rester soumis à la banalité. Il n'était 
guère possible de s'y soustraire, les seigneurs restant maîtres 
des cours d'eau et des exploitations, dont l'aliénation ne se fai- 
sait que rarement et à haut prix. 

Bannissement. — Peine infamante maintenue dans la pénalité 
moderne. Elle était applicable, soit à temps, soit à vie». 

Banat. — Dignité dont étaient autrefois investis les commandants des 
Marches en Hongrie, en Croatie, en Valachie et en Bulgarie. 
Elle s'est conservée dans la Bosnie et dans la Dalmatie. Cette 
dignité peut être assimilée à celle des anciens margraves de 
l'Empire. 

Bannière. — Il y avait les bannières des communes*, des corpora- 
tions de métiers et des églises paroissiales; celles des seigneurs- 
bannerets, des grands feudataires et de la Couronne. 

Banneret. — Titre et dignité des chevaliers qui avaient le droit de 
lever bannière et de la porter en allant à la guerre. 

On comprend rimportance que dut avoir la fixation des bornes 
banales, sous la rapport des droits et devoirs communaux poli- 
tiques, judiciaires et militaires, à une époque où ces choses 
variaient essentiellement d'une commune à une autre. Une insti- 
tution propre à empêcher les empiétements réciproques de terri- 
toire fut le Bannritt ou Flurumgang^ anciennement : MarchganÇj 
Markleita (reconnaissance périodique de la banlieue), dont il a 

^ En verta d'un jugement rendu à Bâle, en 1410. un noble du nom de Hennan 
de Hirtzbach, écolâtre du chapitre épiscopal, fut banni pour vingt ans h 
Mulhouse, probablement son lieu de bourgeoisie (Verfassungsgeschichte der Stadl 
Basél im MittelaUer, par André Heusler, p. 286). — Les H irtzbach figurent parmi 
les familles nobles éteinte» de Mulhouse (Burgerbuch^ p. 421). ^ Ils tiraient leur 
nom du domaine du Hirtzbach, près Dornach, ancien fief épiscopal de Bàle. 

' On peut voir au Musée historique la fameuse bannière qn'Oswald de Gams* 
harst, député de Mulhouse auprès du pape Iules II, rapporta de Rome en 1512. 



Digitized by VjOOQIC 



— 37 — 

été question au commencement de notre étude. L'ouvrage de 
M. Véron-Réville sur le régime colonger en Alsace, nous donne 
de curieux détails sur la manière dont se faisait jadis celte céré- 
monie dans notre province : « Le Magistrat, le Conseil, les 
notables des tribus et leurs enfants y allaient à cheval : on s'ar- 
rêtait à chaque borne ou on en faisait le tour, et un bougard, 
debout sur la pierre, donnait aux enfants un soufflet, pour qu'ils 
s'en souvinssent. On faisait ensuite une grande halte. Cela durait 
trois à quatre jours • . 

A Mulhouse, leBannritt avait le caractère d'une grande fêle. On 
trouve dans la chronique de Mieg une relation détaillée de celui 
tenu le 31 mai 1753. Nous en traduisons les passages principaux : 
€ Les autorités, convoquées exofficiOy et les bourgeois, au nombre 
de 180, qui s'étaient fait inscrire pour prendre part à la solennité, 
se réunirent, dès 5 heures du matin, sur la place Saint-Etienne 
au son du tambour. Ces derniers se divisèrent en quatre compa- 
gnies commandées chacune par un capitaine, deux lieutenants et 
quatre sous-officiers. Une demi-heure après, la cavalcade, compo- 
sée en tout de 266 personnes, partit dans l'ordre suivant : Huit 
grenadiers de la compagnie des célibataires et un sous-of(icier 
ouvrirent la marche; puis vinrent un trompette aux armes de la 
ville, deux sergents de police, un maître forestier {Forstmeister) et 
le constable chargé spécialement de la constatation de chaque 
borne d'après le plan; à la suite, mais seuls, marchèrent le syndic 
{Stadtschreiber) et le président du tribunal d'abomement {Scheid- 
meyer)y suivis des juges-aborneurs {dos Gescheid)^ des membres 
du Conseil et d'officiers détachés, et enfin du gros des compagnies 
bourgeoises. • 

Midi sonné, on arriva au Tannenwald, où une grande tente était 
dressée pour MM. les conseillers, le président et les juges-abor- 
neurs, ainsi que pour les officiers, auxquels on servit un déjeuner. 
Le reste de la cavalcade prit ses rafraîchissements sous l'ombrage 
de la forêt en se dispersant à volonté. Au bout de deux heures 
de halte, on remonta à cheval et, la tournée terminée, on rentra 



Digitized by VjOOQIC 



-38- 

en ville à 5 heures du soir; après un défilé sur la Grande place, on 
rompit les rangs. 

Le procès-verbal de constatation des bornes, dressé à cette occa- 
sion, est conservé aux archives; nous donnerons plus loin une 
copie de ce document, à l'aide duquel on peut reconnaître, sur 
le plan qui l'accompagne, les limites de notre banlieue, telles 
qu'elles existaient. Nous devons la communication de cette pièce 
curieuse, qui date de 1761, à Tobligeance de M. Simonnet, géo- 
mètre-arpenteur, successeur de M. Hofer,dont le père avait exercé 
le même état dès avant la réunion de Mulhouse à la France. 

À Guémar, les limites de la Gemein-Mark^ dont l'usage était 
encore commun au XYIU* siècle entre Guémar, Ribeauvillé, Berg- 
heim, Saint-Hypolite, Ohnenheim, Elsenheim et Orschwiller, 
étaient visitées tous les sept ans par les participants^ 

Quelques auteurs voient dans cette collectivité l'origine du nom 
de Guémar*. En anglo-saxon, une marche commune {Gemein 
Mark) s'appelait Gemerre*. 

Au moyen-âge, le Bannritt avait le caractère d'une procession 
religieuse. On dressait des autels sur les limites banales; on y 
chantait des psaumes, des litanies, des antiennes, en appelant la 
bénédiction divine sur les récoltes. Après la IHéformation, cette 
solennité tomba pendant quelque temps en désuétude dans certains 
pays protestants % puis y fut rétablie dans l'intérêt des droits de 
propriété, en revêtant une iorme purement civile * ; tandis qu'elle 
conserva encore longtemps son caractère sacré dans les contrées 
catholiques, par exemple, au Tyrol et en Autriche. En Bavière, le 
Felderumritt avec le Sanctissimum n'a été aboli qu'en 1803. 

La cérémonie religieuse, telle que nous venons de l'esquisser, 
présente une frappante analogie avec la fête des Rogations, insti- 
tuée par Saint-Mamert au V« siècle, mais dont la pratique remonte 
à une époque plus reculée, au témoignage de Saint-Augustin, de 

^ SOHŒPFLIN-lUyilNÉZ, t. III, p. 314. * Ihid. 
* Baam, Dictiownaire. Leipzig, 1788. 
' Notamment à Mulhouse. PÉTBY,p. 372. 
» Maurbe, p. 226. 



Digitized by VjOOQIC 



Saint-Basile et de Saint-Sidoine Apollinaire. On a lieu de croire 
que cette solennité chrétienne, de même que celle de l'invocation 
contre la grêle (Hagelfeier), usitée encore dans beaucoup de vil- 
lages alsaciens sous le nom vulgaire de Hagel/irtig, a été greffée 
sur une institution préexistante du culte païen, transformation 
dont l'histoire nous montre plus d'un exemple*. 

Au milieu du XVI* siècle, un procès célèbre, qui a duré plus de 
cent ans, surgit entre Mulhouse et la Régence d'Autriche à Ensis- 
heim, à propos des limites des banheues d'Iilzach et de Moden- 
heim, du côté de la Harth. En 1586, les parties litigieuses con- 
vinrent de s'en remettre à la décision d'arbitres impartiaux. Pour 
cela, il importait à Mulhouse de retrouver certains points de 
démarcation ; mais, comme, en présence de la surveillance sévère 
de l'administration forestière archiducale, personne de la ville 
n'osait s'aventurer dans la forêt domaniale, un jeune Mulhousien, 
du nom de Jacques Ziegler (fils de bourgmestre), mû par un 
sentiment de dévouement patriotique, s'offrit d'entreprendre cette 
tâche dangereuse au moyen d un stratagème qui lui réussit à mer- 
veille. D'intelligence avec le vacher banal de Rixheim, il prit, en 
apparence, du service chez lui, sous le déguisement d'un paysan. 
En faisant paître le bétail près de la Harth, Ziegler put, sans 
crainte d'éveiller l'attention de qui que ce fûlt, se livrer tout à son 
aise à la recherche des bornes contestées, dont sa ville natale 
avait intérêt à prouver l'existence. Sa mission terminée, il en ren- 
dit compte au Magistrat de Mulhouse*. Cependant, malgré les 
preuves péremptoires que celui-ci fut, dès ce moment, à même de 
faire valoir, au grand étonnement de la partie adverse, la solution 
de l'affaire fut traînée en longueur par la mauvaise foi et les arti- 
fices de la Régence d'Ënsisheim, qui, peu confiante dans son droit, 
avait fait détruire celles des anciennes pierres-bornes portant 

' Âbbé Martigny, Dictionnaire des antiquités chrétienThes^ p. 370. 
D^ PFANNENSOHMID, Germaniscke Emtefeste im heidnischen und christlichen 
CuUw, pp. 18 et suiv . 
* Graf, t. H, pp. 114 et suiv. 



Digitized by VjOOQIC 



-40- 

encore les armes des précédents seigneurs terriens d'IUzach et de 
Modenheim. Ces armes, représentant un bois de cerf, étaient celles 
des comtes de Wurtemberg, de qui Mulhouse avait acheté ces deux 
villages en 1439*. Il existe aux archives (boîte N* 23) une déci- 
sion de Tannée 1428, fixant les limites banales d'IUzach et de 
Modenheim. 

Ce ne fut qu'en 1682 que ce long procès prit fin, grâce à la 
découverte de deux grandes bornes, qu'un défrichement entrepris 
par ordre du roi, du côté de la Harth, avait mis au jour. Une 
descente sur les lieux se fit le 23 novembre de ladite année, en 
présence des trois bourgmestres et du syndic de Mulhouse, du 
bailli de Landser» du tribunal d'abornement de Rixheim et des 
préposés municipaux d'illzach et de Riedisheim. Elle eut pour 
résultat d'agrandir de quelques centaines de pas la banlieue d'IU- 
zach, ce qui porta ses limites au delà de la grande route (celle 
conduisant à Battenheim)*. 

Parmi les pièces du litige, conservées aux archives de Mulhouse, 
se trouve un plan curieux dressé à l'occasion d'une inspection des 
lieux (Augemchein) faite dès le 22 mai 1567. Les signataires de 
ce document déclarent naïvement avoir opéré à jeun^ depuis 5 
heures du matin jusqu'à 5 heures du soir. « Waren von funf 
Morgens bis fûnf Abends nûchter uf dem Ougenschin* >. 

Le chemin de Rixheim à Mulhouse par la montagne (alors 
l'unique voie de communication entre ces. deux localités) y est 
désigné : c Pfad gon Mulhusen >\ 

Sous l'ancienne République de Mulhouse, l'abornement des 
propriétés était de la compétence d'une institution appelée da$ 
Gescheidy qui jugeait en première instance toutes les contestations 
en cette matière. Sou président portail, comme on l'a vu plus haut, 
le titre de Scheidmeyer et les membres celui de Scheidleute. Le 
mesurage des biens ruraux rentrait, par privilège spécial, dans 

* Cf. Pêtry, pp. 372 el suiy. 

• MiEO, i n, p. 30. 

• Graf, t. IV, p. 179. 

* § 7 de Farticle I de Tancienne GtrkhUùrdnwag de Halhoose. 



Digitized by VjOOQIC 



-41 — 

les attributions de la tribu des vignerons {Rebleutzunft)^ mais, 
lorsque le Gescheid était appelé à aborner des propriétés, il avait 
aussi le droit de les mesurer*. 

L'ancien code rural détermine la superficie r^lementaire assi- 
gnée à chaque espèce de culture. 

A défaut de géomètre-arpenteur attitré, la levée officielle des 
plans était confiée à un constable assermenté. C'est en cette qua- 
lité que Jean Zetter exécuta, en 1661, le tracé général des pierres- 
bornes de la banlieue de Mulhouse. D est à regretter qu'on ne 
retrouve plus ce travail, qui valut à son auteur une récompense 
marquante du Magistrat . Le Musée historique possède deux cro- 
quis faits de la main de ce même constable en 1667; l'un indi- 
quant Tabornement partiel des banlieues de Domach, Nieder- 
morschwiller et Pfastatt; l'autre, le cours du SteinbaBchlein, sous 
le rapport des droits d'irrigation pour les propriétés riveraines. 

Gomme complément de notre étude, nous donnerons, dans un 
appendice, un relevé de décisions tiré du Recueil officiel des 
bourgmestres, ainsi que le procès-verbal de reconnaissance des 
bornes banales, rédigé par le syndic Josué Hofer, à l'occasion du 
Bannritt tenu en 1753. 

Parmi les curiosités historiques que révèle le rapport de notre 
célèbre Stadtschreiber, nous citons les articles suivants : 

N* 21. Pierre-borne suspendue à une chaîne sur la rivière de 
la Doller. 

N** 28. Pierre-borne très ancienne, aux armes des Waldner et 
des d'Andlau, retrouvée au fond du Struetb&chlein (entre Illzach 
et Kingersheim), où elle était restée engloutie pendant nombre 
d'années. 

N** 41. Pierre-borne ronde en forme de colonne, sur le point 
séparatif des banlieues de Wittenheim et d'IUzach. 

N** 42. Pierre-borne aux armes de Sausheim (un cheval) et à 
celles des d'Andlau (une croix de Malte). 

^ Burgerbuch, p. 393. 



Digitized by VjOOQIC 



— 42- 

N"" 44. Uae autre vers Illzach, portant la roue de Mulhouse et 
le millésime de 1555. 

N° 70. Une autre de forme triangulaire, entre Rixheim et 
Modenheim, portant sur un côté la roue de Mulhouse, sur un 
autre l'animal traditionnel de Riedisheim {Riedisheimer-Thier), 
et sur le troisième une couronne de fleurs, armes de Herrwart, 
seigneur justicier {Bannherr) de Rixheim, et une croix représen- 
tant celles du commandeur de Malte, en sa qualité de seigneur 
décimateur {Zehntherr) de la même localité. 

On se demandera peut-être quel est l'animal énigmatique qui 
forme le blason de Riedisheim ? Il paraît que cela intriguait alors 
déjà l'auteur du rapport; car, dans une annotation mise à la suite 
du N^ 72, il déclare que les habitants de l'endroit n'en savent 
rien et que le Riedisheimer-Thier est ainsi appelé, parce que les 
comtes de Thierstein étaient jadis seigneurs de ce village. 

Les recherches que nous avons faites à cet égard donnent la 
clef de l'énigme. D'après la Chronique de Wurstisen (Bâle 1570), 
la famille noble de Thierstein* formait trois branches, dont l'une 
portait dans ses armes un chien. Or, sur une très ancienne pierre- 
borne en partie enfouie, que le hasard nous a fait découvrir sur 
les confins de Riedisheim (derrière la Wanne), on voit, quoiqu'al- 
térée par l'action du temps, une sculpture représentant précisé- 
ment le même animal. D'un autre côté, nous trouvons dans 
Schœpflin-Ravenèz {Ah. dipL, t. IV, p. 96) un passage où il est 
dit que Riedisheim appartenait aux Thierstein dès avant 1495. 
Le rapprochement de cette triple circonstance suffit, pensons- 
nous, pour trancher péremptoirement la question. C'est donc à 
tort que Y Armoriai de la Généralité d'Alsace, publié en 1861 par 
M. Anatole de Barthelmy, ancien sous-préfet deDelforl, donne pour 

^ Les Thierstein étaient possessionnés à Malhoase, où Tan de loars membres, le 
comte Oswald, Landvogt d'Autriche en Alsace, au XV« siècle, avait une sépaltare 
dans la chapelle Sainte-Glaire. Leur hôtel on Hof se trouvait dans la Grand'rue, 
alors appelée Grafengasue. (Voir la Notice sur le vieiuc Mulhouse, par N. Ehrsam, 
dans le Bulletin du Musée historique, année 1876, pp. 73 et 79.) 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



Bulletin du Musée historique de Mulhouse lô 78. 



Plan des Banlieues 
de Mulhouse & (I'Illzagh. 

dressé eu 1761. 




tRinjfr^^fim 



uiyiii^eu uy -v^J V-^'^^^pt L> 




Vn Situ /ttîTi jôutfl! :/-/ 

; ,.,,v4i S^4?'>.-^^>--^0ii!/ O 126 N 



(4 

*• i 

c /■ 

n 126 N,'' 



^ 




Dit/^trutifl 



.i2 



i§ 



V 



/mo. Veuve Sade- é C'f 3 -V^'j'-c- 

uiyiiizuu uy 'n^-j>^v'^>' 



gle 



Digitized by VjOOQIC 



— 43 - 



armes à Riedisheim un cheval au lieu d'un chien, erreur héral- 
dique reproduite, sans doute sur la foi de ce livre, par Tartisle 
qui a peint l'écusson communal de la nouvelle maison commune. 

Mulhouse, en mars 1878. 



BESCHREIBUNG DER BANNSTEINE 

der Stadt Mûlhausen 

Ao 1753 

Weilen die Beschreibung der Bannsteinen von A* 1694 und 
1718 nicht allerdings voUkommen war, und selbige seither einige 
Verànderung erlitten, auch neue Stein gesetzt worden, so ist sel- 
bige verbessert, die Stein auf den Plan numeriert und eine neue 
Beschreibung gemacht worden nach gehaltenem Bannritt vom 
31. Mai 1753. 

unterz. J. Hofer, 

Stadtschreiber. 

1. — ErstUch einer auf der seiten der 111 gegen Dornach, sitzt 
schier an der 111 in Matten, ist viereckig und oben spitz, scheidet 
3 Bàhn, nàmlich den Mûlhauser, Brunstàtter und Dornacher, 
ohne Wappen und Jahrszahl. 

1765, 6. September, Ist wegen diesem Bannstein ein Augen- 
schein und das Màsz genommen worden von den nâchstehenden 
Steinen im Fall er in die 111 fallen sollte. 

1766, 9. October, hat man den stehen lassen, aber 3 neue 
dazwischen gesetzt, 1 gegen Brunstatterstrasz,44Ruthen* 8*/, F., 

' D'après l'ancienne mesure de Mulhouse la Ruthe (perche) avait 12 pieds de 
0«,35, soit 4»,20. 



Digitized by VjOOQIC 



-44 — 

1 gegen den lUberg, 44 Ruthen, und 1 gegen der Stadt und Dor- 
nach, jeden in der Distanz von circa 44 Ruthen. 

2. — Idem 77 Ruthen weiters hin gegen Dornach und etwas 
zwerch gegen der Stadt, einer sitzt schier am Weg der von dem 
alten Brunstàtter Weg aus Dornach gegangen, ohne Zeichen. 

3. — Idem 79 Ruthen weiters hin, einer sitzt bei Matten und 
Runs, ist ein groszer hoher Stein oben rund, hat gegen der Stadt 
ein Mûlhauser Rad, scheidet Dornacher und Mûlhauser Bann. 

4. — Idem 79 Ruthen weiters hin, einer sitzt an einem Acker 
(Pfrundbaus Guth), hat das Mûlhauser Rad gegen der Stadt. 

5. — Idem 73 Ruthen weiters ùber die Gallfinger Strasz hin- 
ùber, einer sitzt auf Ackeren, ohne Zeichen. 

6. — Idem 80 Ruthen weiters hin und links, etwas zwerch, 
einer sitzt auch auf Âckeren in einer Furch, ist ohne Zeichen. 

7. — Idem 107 Ruthen weiters ûber die Dornacher Strasz hin 
einer sitzt auch auf Âckeren, macht ein Triangel, hat gegen der 
Stadt ein Mûlhauser Rad. 

8. — Idem 42 Ruthen rechtshin ûber das Steinbâchlein hin- 
ûber, einer sitzt auf der Pfrundhausz matten, macht auch ein 
Dreiangel,ist viereckhig und hat gegen der Stadt ein Mûlhauser Rad. 

1757, 5. September, ist dieser Stein wieder aufgerichtet worden. 

9. — Idem 48 Ruthen weiters am Steinbâchlein hin, auch einer 
sitzt auf Ackeren in einer Furch, ist ohne Zeichen, macht auch 
ein Dreiangel. 

10. — Idem 41 Ruthen weiters, der Furch rechts hinùber 
gegen dem Forst, einer sitzt zu Anfang eines Grabens auf Ackeren, 
ist ohne Zeichen, macht auch ein Dreiangel. 

1757, 5. September, ist dieser Stein wieder aufgerichtet und 
neu gesetzt worden. 

11. — Idem 31 Ruthen hinaus dem Graben nach, sitzt einer 
am Eckzweiger Graben auf Ackeren, ist ohne Zeichen, macht auch 
ein Dreiangel. 

1757, 5. September, ist wieder aufgerichtet. 

12. — Idem 75 Ruthen rechts hinûber wàrts gegen dem Forst, 



Digitized by VjOOQIC 



-45- 

einer sitzt am oberen Waasen beim Lauterbacher Fuszw^, ist 
ohne Zeichen, macht auch ein Dreiangel. 

43. — Idem 92 Ruthen weiters hinaus, einer ist viereckhig und 
ohne Zeichen, ist abgeschlagen. 

14. — Idem 27 Ruthen weiters hinaus, einer sitzt an einem 
Anwander der ausgestockten Ackeren, ist neu und hat gegen den 
Forst das Mûlhauser Rad. 

45. — Idem 47 Ruthen weiters hinaus einer, A** 1705, wegen 
zu groszer Distanz neu gesetzt, hat gegen dem Forst ein Mûlhau- 
ser Rad mit Jahrzahl 1704. 

46. — Idem 69 7i Ruthen weiters hinaus, einer sitzt in dem 
Gehûrst am Weg zwischen zwei Graben, ist ein groszer viereckig- 
ter weiszer Stein, und hat ein zerschlagen Mûlhauser Rad. 

17. — Idem 24 Ruthen weiters hinaus, einer sitzt in der Stol- 
lenhurstmatten, hat das Mûlhauser Rad und ein Schild mit einer 
Strasz, macht ein Dreiangel und scheidet drei Bann, Mûlhauser, 
Dornacher und Pfastatter. 

18. — Idem 78 7t Ruthen rechts hin, einer sitzt auch in der 
Stollenhurstmatten und hat gemàlte Zeichen. 

Als 1760 der Stein N** 19 durch die DoUeren umgeworfen wor- 
den und verloren gegangen, hat man den 13. Mai 1765, laut 
Procès verbal, zwischen N^ 18 und N** 20 zwei neue Stein gesetzt 
mit der Jahrzahl und dem Mûlhauser Rad, ohngefâr in gleicher 
Distanz, der eine sitzt in Matten der StoUenhurst, der andere in 
Grien, diesmahlen auch dieseits der DoUeren, von NM8 bis an 
den 1^" ist 50 Ruthen, von diesem bis an den 2**" 45 Ruthen und 
von diesem bis N° 20, 61 Ruthen b. sch. 

19. — Idem 83 Ruthen ûber die DoUern hinûber ein neuer 
b. A' 1718 gesetzt worden, weil die vorige Distanz zu grosz war; 
1) ein Mûlhauser Rad; 2) der Zerhinisch Wappen\ 

A"" 1756 im Martio als die DoUern diesem Stein zugefreszen, 
hat man das Màsz dessen Distanz genommen, und nachdem er 
gar ins Wasser gefallen, ist den 5. September 1757 ein neuer 

* Zu Rhivnisehe Wappen. 



Digitized by VjOOQIC 



-46- 

gesetzt worden 43 Ruthen, 9 Schub weiter ins Land, mit dem 
Mûlhauser Rad und der Jahrzahl 4757, als dasz er dato nur 
54 R. 40 von N« 20 stehl. 

20. — Idem 65 Ruthen, 7 Schuh weilers rechts hin einerseits 
am Wald, dieseits der Dolleren, hat auch das Mûlhauser Rad und 
ist À° 4745 neu gesetzt worden. 

NB. Weil dieser Stein A** 4 745 im Wasser gelegen, so hat er von 
N"" 48 und 49 nicht kônnen in gerader Linien gesetzt werden, 
und ist deszwegen bei dahmaiiger Setzung von N"" 20 und 24 
weiter in hiesigen Bann zu stehen kommen. 

24. — Idem 54 Ruthen, 5 Schuh weiters, ein neuer rother Stein, 
oben rund, seit A^ 4745 neu gesetzt worden, sitzt neben der Dolle- 
ren, hat das Mûlhauser Rad und macht ein Dreiangel. 

NB. Dieser Stein hiesz vor dieszem der gehenkte Bannstein^ 
weilen er an Kettenen ûber die DoUeren hieng. A** 4698 aber 
wurde er ans Land gesetzt, 44 Ruthen weiter hinunter. A^ 4748, 
als er in das Wasser gefallen, war er wiederum weiters hierher ge- 
setzt und als ihm solches AM744 nochmahlen begegnet, sodasz der 
Stein verschûttet worden und man ihn nicht mehr fmden kônne, 
so hat man A^ 4745 ein neuen an diesem Ort gesetzt, wobei, wie 
allem Ansehen nach, wegen unserin eigenen falschen Bericht der 
Distanz halber etwas von dem Bann verlohren. 

22. — Idem 64 Ruthen weiters hinaus einer ûber die DoUereu, 
sitzt in Matten, ist A"* 4698 erst gesetzt worden und vorhin keiner 
gewesen, war damahlen ein Stuk von dem alten geschenkten, ist 
aber jetzt ein neuer rother Stein ohne Jahrzahl, hat das Mûlhau- 
ser Rad. 

23. — Idem 74 Ruthen weiters hinaus, einer sitzt in Hàgen, 
Finkenhàuszlein genannt, am Thanner Weg, ist ait, weisz und 
viereckig ohne Zeichen. Hier fangt der Illzacher-Bann an'. 

24. — Idem 97, Ruthen weiters hinaus gegen Sulz, einer sitzt 
in Ackeren in einer Furch, ist viereckig und weisz ohne Zei- 
chen. 

^ Les no' 23 à 74 sont du ban d'Ulzach. 



Digitized by VjOOQIC 



— 47 — 

1757 ist dieser Stein wieder aufgerichtet und neu gesetzt 
ivorden. 

25. — Idem 102 Ruthen weiters liinaus einer sitzt neben dem 
Ilizacher Weg, der nach Pfastadt gehet bei der Leimengruben, ist 
iriereckig und weisz ohne Zeichen. 

26. — Idem 72 Ruthen weiters hinaus, einer sitzt inKilchholz 
Âckeren in einer Furch, ist ein alter, weiszer, viereckiger Stein 
ohne Zeichen. 

27. — Idem 88 7« Ruthen weiters hinaus gegen Sulz, einer 
sitzt in den Âckeren, ist oben rund und weisz, mit der Zahl 1681 
und dem Mûlhauser Rad. 

28. — Idem 73 Ruthen weiter hinaus, ein alter hoher Stein, so 
lange Jahr im Strutbâchlein gelegen, mit dem Waldnerîschen 
Wappen, so drei Yôgel und dem Àndlauischen, so ein Kreuz, 
scheidet vier Rann, nàmlich Mûlhauser, Eingersheim, Richwiler 
und Pfastadt, und ist 1736, den 12. September, ans Land gesetzt 
worden, laut sonderbarer Reschreibung darûber. 

29. — Idem 42 Ruthen zurûck gegen der Stadt, einer mit dem 
Mûlhauser Rad und Andlauischen Kreuz, auch der Jahrzahl 1698, 
steht am Wegder von Ulzach nach Richwiler geht. 

AM757, 6. October und 16. November, sind von N^ 29 bis N^ 36 
die Stein durchgangen, theils aufgerichtet, theils neue Rann und 
auch Liebstein gesetzt worden ; das Mâsz bat auch nicht aller 
Orten eingetroffen. Zwischen N"" 29 und 30 ein Liebstein, 
41 V, Ruthen. 

30. — Idem 88 Ruthen rechts hinûber gegen lllzach, einer 
auf gleiche weisz bezeichnet an besagtem Weg. 

Den 6. October 1757 ist zwischen N** 30 und 31 ein neuer 
Rannstein gesetzt worden mit dem Mûlhauser Rad und der Jahr- 
zahl. Distanz 65 G. 

31. — Idem 130 Ruthen weiters rechtshîn, einer auf gleiche 
weisze bezeichnet angemeldeten Weg, den 16. November 1657, 
zwischen N"" 31 und 32 ein Liebstein in der Distanz von 52 P. 3 H. 

32. — Idem 98 Ruthen weiters rechtshin einer auf gleiche 
weisz bezeichnet an gemeldetem Weg. 



Digitized by VjOOQIC 



-48- 

33. — Idem 70 Ruthen weiters rechtshin gegen Illzach, ein 
neuer rother Stein, oben rund, mit dem Mûlhauser Rad und der 
Jahrzahl 1723. 

Vorgehende 5 Stein, N*» 29 mil 33, hat man ersl den 24. Octo- 
ber 1698 gesetzt, und sind vorher in dieser groszen Weite keine 
gesessen, sondern der Graben so dem Wald nachgeht, hat ver- 
muthlicb die Grenzscheidung gemacht, oder der Bann ist streitig 
gewesen und wie etliche meinen weiters in die Struth gegangen. 

Den 16. November 1757 ist N** 33, so umgefallen war, wieder 
aufgerichtet worden und hat man zwischen N"" 30 und 31 ein 
Liebstein gesetzt in der Distanz von 46 Ruth. 

34. — Idem 96 Ruthen weiters rechtshin, 1757, ein neuer, ein 
kleiner alter mit dem Mûlhauser Rad steht am Weg so von Illzach 
nach Richwiller geht, und SSchritt jenseits dem Illzacher Schloss- 
bàchlein. 

Den 16. November 1757 ist zwischen N"" 34 und 35 ein neuer 
Bannstein mit dem Mûlhauser Rad und der Jahrzahl gesetzt wor- 
den, und zu boden seite zwischen in ein Liebstein. 

35. — Idem 136 Ruthen weitershin, ein weiser alter mit dem 
Mûlhauser Rad ist zu End des Walds, Redlein genannt, nàchst an 
der Landstrasz so von Illzach nach Sultz geht, macht ein Drei- 
angel. 

Den 16. November 1757, anstatt dièses altenein neuer gesetzt, 
mit dem Rad und Jahrzahl. 

36. — Idem circa 80 Ruthen hinaus gegen Kingersheim, ein 
weiser alter mit dem Mûlhauser Rad steht auf Matten Ackeren, 
8 Schritt hierher dem Àegelbâchlein und Graben. 

Den 20. Februar 1757, anstatt N^" 36, ein neuer Stein und zwi- 
schen N"" 35 und 36 ein Liebstein. 

37. — Idem circa 80 Ruthen weiters hinaus, einer sitzl zwi- 
schen den Matten und einem Graben steht daran 1652 samt dem 
Ândlauischen Kreuz und ein Mûlhauser Rad, ist einhoher breiter 
rother Stein, macht ein DreiangeL 

38. — Idem 73 Ruthen und etwas rechts hinûber, einer sitzt 



Digitized by VjOOQIC 



in Matten bei einem Graben, isldreiekkig, steht daran 4665, samt 
dem andlauischen Kreuz und zwei Mûlhauserràder. 

39. •~ Idem 98 Ruthen hinabwàrts, einer sitzt in Aekeren gegen 
den Matten, steht daran 1652, samt dem Mûlhauser Rad und 
andlauischen Kreuz. « 

40. — Idem 69 Ruthen weiters hinab, einer sitzt zwischen 
Âekern und Matten am Raïn, ist rund und macht ein Dreiangel. 

44. — Idem 88 */, Ruthen weiters hinûber, einer ûber dem 
Riedisheimer Weg, sitzt in Aekern, hat das Mûlhauser Rad und 
ist auch rund wie ein Saule, macht ein wenig 4 Dreiangel. 

4760, 28. Mai, ist dieser Stein so umgefallen gewesen und den 
Wiltenheimer und Illzacher Bann scheidet, neu gesetzt worden, 
mit dem Mûlhauser Rad und Jahrzahl. 

42. — Idem 43 Ruthen weiters rechls hinunter, einer sitzt auch 
in Âkeren, ist hoch und dreiekkig, steht daran 4686, samt drei 
Wappen, nâmlich das Mûlhauser Rad, das Sausheimer Ross und 
das andlauische Kreuz, weil er genannte 3 Bann scheidet, macht 
ein Dreiangel. 

43. — Idem 87 */, Ruthen zurûck gegen lUzach, einer sitzt in 
Akeren, ist ein neuer rother Stein und hat das Mûlhauser Rad. 

44. — Idem 86 Ruthen weiters gegen Illzach, einer sitzt auf 
Akeren, ist ein weiszer, schmaler, steht daran 4555, samt dem 
Mûlhauser Rad und ein Schild so ein Strasz hat. 

45. — Idem 62 Ruthen weiters, einer sitzt in Aekeren, steh in 
steich und hat ein Mûlhauser Rad. 

46. — Idem 60 Ruthen weiters ein neuer rother Stein, oben 
rund, mit dem Mûlhauser Rad, 4726, wegen allzuweiter Distanz 
gesetzt worden. 

47. — Idem 60 Ruthen weiters,ein neuer rother Stein und oben 
rund, so aus gleicher Ursach A* 4726 gesetzt worden, hat auf der 
Seite gegen Sausheim einen Falz, aber sonst kein Zeichen. 

48. — Idem 60 Ruthen weiters, einer sitzt fast am Dorf Illzach, 
ist roth und vierekig, ohne Zeichen, macht ein Dreiangel, ist 
umgefallen gewesen, steht aber wieder im Boden. 

4 



Digitized by VjOOQIC 



-50- 

49. — Idem 74 Ruthen weiters, ein rother hoher runder stein 
mit dem Mûlhauser Rad, so A^ 1726 wegen groszer Dislanz dahin 
geselzt worden seie. 

50. — Idem 71 Ruthen weilers gegen die 111, einer sitzt in 
Matten, fast ganz im Bodei^ ist klein und kein Zeichen daran zu 
sehen. 

51. — Idem 38 Ruthen weiters hin, einer sitzt auch in Matten, 
ist bezeichnet mit dem Mûlhauser Rad und Sausheimer Ross, samt 
der Jahrzahl 1663 und hangt. 

52. — Idem 42 Ruthen weiters hin, einer sitzt auch in Matten, 
stehet darauf 1663, samt gemeldete beide Wappen. 

53. — Idem circa 45 Ruthen weiter ûber die 111 hinûber, sitzt 
zwischen der Mûhibach und der 111, stehet das Mûlhauser Rad und 
Sausheimer Ross daran mit 1665. 

NE. Weil die 111 um sich gefressen, ist den 11. Juni 1702 circa 
10 Ruthen weiters gegen den Mûhibach gerukt worden. 

54. — Idem 55*/, Ruthen weiters. 

NE. Hier stehet noch keiner, sondern ist per Error îiuf dem 
Plan gezeichnet worden, also das N* 55 von 53, 111 Ruthen weit 
stehet. 

55. — Idem 55 */, weiter hinauf ûber den Mûhibach hinûber, 
ein neuer rother Stein mit dem Mûlhauser Rad und oben rund. 
A* 1726 gesetzt worden. 

56. — Idem 81 Ruthen weiters gegen der Hardt, ein neuer 
hoher rother Stein, oben rund, mit dem Mûlhauser Rad, wegen 
weiter Distanz A*» 1726 neu gesetzt. 

57. — Idem 81 Ruthen weiters gegen der Hardt, ûber die Saus- 
heimer Strasz hin, einer scheidet ein Anwander, bat das Mûhlen 
Rad und ist ein neuer Stem. 

58. — Idem 70 Ruthen weiters hin, einer sitzt in Akeren, das 
Mûlhauser Rad und das Sausheimer Ross daran. 

59. — Idem 70 7i Ruthen weiters an der Sausheimer Strass, 
ein alter langer weiszer Stein, so A^ 1726 gesetzt worden. 



Digitized by VjOOQIC 



60. — Idem 63 7. Ruthen weiters hin, einer sitzt auch in 
Ackeren, ist ein aller rother viereckiger ohne Zeichen. 

61. — Idem 410 Ruthen weiters einer, welcher wegen gar zu 
groszer Distanz den 14. Juni 1702 geselzt worden ist, vierekig, 
breit und oben rund, bat ein Mûlbauser Rad. 

62. — Idem 110 Ruthen weiters hin gegen der Hardt, sitzt 
einer in den Âckeren, ist ein ^ter weiszer, ohne Zeichen, ganz 
klein und fast zerbrochen. 

63. — Idem 60 Ruthen weiters und ûber die Landstrasze hin, 
einer sitzt beim Endenloch und der Landstrasz, die von Habsheim 
auf Battenheim geht, ist À"" 1693 gesetzt worden, bat das Mûlbau- 
ser Rad und Sausheimer Rosz, macht ein Dreiangel. 

64. — Idem 70 Ruthen hinauf, der Hardt nach, jenseits der 
Landstrasz, einer sitzt in ausgestokten Âkeren, mit gemaltem Zei- 
chen; A° 1693 gesetzt. 

65. — Idem 69 Ruthen weiters hinauf, auch jenseits der Land- 
strasz, an der Hardt, auf ausgestokten Âekern, ist auszenher 
gegen der Hardt rund, und auch Â"* 1693 gesetzt worden, bat 
das Mûlbauser Rad, macht ein Dreiangel. 

66. — Idem 84 Ruthen gegen Rixheim, ûber gemeldte Land- 
strasze hin, einer sitzt fast daran, ist ein breiter weiszer Stein, der 
in die Hardt bineinzeigt, bat das Mûlbauser Rad und das Rixbei- 
mer Scbild darauf, samt der Jabrzabl 1559. 

67. — Idem 90 Ruthen weiters binûber, einer sitzt in Akeren, 
ist weisz, ganz vierekig, steht das Mûlbauser Rad und das Rix- 
heimer Scbild daran. 

68. — Idem 115 Ruthen weiters binûber, einer ist A^ 1669 
gesetzt worden und steht das Mûlbauser Rad daran, ein bober 
rother Stein, oben rund. 

69. — Idem 78 Ruthen weiters hin gegen Rixheim, ein neuer 
rother Stein, oben rund mit dem Mûlbauser Rad, so wegen gros- 
ser Distanz A® 1726 neu gesetzt worden. 

70. — Idem 78 Ruthen weiters hin gegen Rixheim, einer sitzt 
etwa 20 Schritt von dem Weg der von Rixheim auf Modenheim 



Digitized by VjOOQIC 



geht, ist den 11. Juni 1702 gesetzt worden, dreieckig, macht ein 
Dreiangel und scheidet drei Bann, Illzach, Rixheim und Riedes- 
heim, hat auf einer seite das Mûlhauser Rad, auf der andern seite 
das Riedesheimer Thier, auf der drilten seite oben ein Kranz, so 
herrbarliscîh Wappen als Bannherr und 'unten ein Sternen so 
Richheimer Wappen mit einem Kreuz inwendig, H. Comenthur 
als Zahendt Herr bçdeutend. 

71. Idem 91 Ruthen zurûck gegen Modenheim, einer mit der 
Jahrzahl 1663 silzt fast an gemeldter Rixheimer Strasz, sleht 
darauf das Mûlhauser Rad und das Riedesheimer Thier, hat aber 
bei dem Mûlhauser Rad ein Roszeiszen, weil es Illzacher Bann ist 
und die Illzacher ein Roszeiszen fûhren. 

72. — Idem 91 Ruthen weiters hin, einer sitzt am Rheinstràsz- 
lein, fast im Winkel, oben wo die gemeldte Strasz von Rixheim 
nach Modenheim darûber geht, steht darauf 1660, samt dem 
Mûlhauser Rad und dem Riedesheimer Thier, macht ein Dreiangel, 
ist roth und oben rund. 

NB. Was der Riedesheimer Wappen fur ein Thier sei, wissen 
sie nicht, sagen aber er werde darum das Thier genannt, weil die 
Grafen von Thierstein die Herrschaft vor Altem gehabt. 

Herr Mathias Abbt, gewesener Scheidmann, sagt dato als sie 
diesen und nachgehenden Stein A^ 1660 gesetzt, dasz vorher keiner 
dagewesen seie, sondern man es auf gut bedunken genommen, 
man habe aber gesagt, dasz vorher einer weiter gegen den Berg 
gestanden, welcher von dem nachbeschriebenen so am Modenhei- 
mer Weg steht, auf den vorgemeldten gerad gezeigt, es habe aber 
Ihn, Theobald Fellmann, von Riedesheim, verschlagen. 

73. — Idem 84 Ruthen weiters dem gemeldten Rheinstràszlein 
nach, einer steht darauf 1660, samt gemeldten beiden Wappen, 
ist auch roth und oben rund. 

74. — Idem 78 Ruthen weiters hin, einer sitzt an der Riedes- 
heimerstrasz nach Modenheim, geht in Eck, wo das gemeldte 
Rheinstràszlein darûber zieht, ist roth, hat kein Zeichen. 

Hier endet der Illzacher Bann. 



Digitized by VjOOQIC 



-63- 

1765, 21. AprU, ist dieser Stein so im vorig Jahr umgefahren 
worden, laut procès verbal wird aufgerichtet werden. 

75. — Idem 116 Rulhen weiters dem Rheinstràszlein nach, 
einer silzt in einem Ânwander, bat beide Wappen, hângt ein wenig, 
macht ein Dreiangel. 

76. — Idem 44 Ruthen rechts hinûber gegen Riedisheim, einer 
sitzt an einem Ânwander im Winkel, ist ein neuer rother Stein 
und macht ein Dreiangel. 

77. — Idem 62 Rulhen weiters rechts gegen die Stadt, einer 
sitzt auf einem Anwander, macht auch ein Dreiangel, ist oben 
rund. A^ 1717 neu gesetzt worden, mit Jahrzahl 1717. 

78. — Idem 87 Ruthen hinûber gegen Riedesheim, einer sitzt 
zwischen der Landstrasz und dem Fuchsrâin, ist klein, hoch und 
Yierekig, hat das Mûlhauser Rad, macht auch ein Dreiangel. 

79. — Idem 96 Ruthen weiters gegen der Stadt, sitzt in dem 
Rulisheimerstràszlein, steht darauf 1654, wie auch das Mûlhauser 
Rad und Riedesheimer Thier, ist ein groszer Stein, oben rund. 

80. — Idem 75 Ruthen weiters gerad hin, ein groszer weiszer 
Stein, so AM717 neu gesetzt worden, hat das Mûlhauser Rad. 

81. — Idem 64 Ruthen weiters hin, einer sitzt in der Furch 
H. Jacob Blechs Anwander, und Frau Dreikônigwirthin dagegen 
ziehenden Akers, ist ein neuer Stein, macht eîn Dreiangel. 

82. — Idem 46 Rulhen rechts hinûber, einer sitzt am Endr, 
wo sich der Wég von der Wannen und der Gut Leut Brûcke 
zusammen zieht, steht am End der Reben, zeichen das Mûlhauser 
Rad und Riedesheimer Thier saml der Zabi 161 4, macht ein Drei- 
angel von N" 82 bis 92, ist den 14. Juni 1753 gemeszen und das 
Masz bei einige Steinen in etwas différent erfunden worden. 

83. — Idem 76 Ruthen rechts hinûber, einer sitzt amWinzer- 
pfad des Wannengàszlein, hat beide Wappen und Jahrzahl. 

84. — Idem 72 Rulhen rechts hinaufwàrls, ein groszer viere- 
kiger Stein, sitzt hinten am Rhàin, wo zwei Winzerpfad zusammen 
ziehen, hat beide Wappen und Jahrzahl 1654, macht auch ein 
Dreiangel. 



Digitized by VjOOQIC 



— 54 - 

Dieser Stein ist den 44. Juni 4757 wieder aufgerichlet und neu 
gesetzt worden. 

85. — Idem 48 Rulhen weiters zwerch hiD, einer sitzt in der 
Rixergasse, zu Ende des Kronengàszlein, ist ein groszer rother, 
oben rund gehauen, zeichnet mit dem Mûlhauser Rad und Rie- 
desheimer Thier samt der Jahrzahl 4654, auch ein Dreiangel, 
etwas lief im Roden. 

86. — Idem 43 Ruthen rechts hinûber,- einer zuEndt des Win- 
zerpfads, mitten am Weg, ist ein kleiner rother, macht auch ein 
Dreiangel und hangt. 

Dieser Stein, so rollig gelegen, ist den 44. Juni 4753 wieder 
gesetzt und ein neuer rother mit dem Mûlhauser Rad und der 
Jahrzahl 4753 hingethan worden. 

87. — Idem 40 Ruthen rechts hinûber, einer gegen der Basel- 
gasz sitzt in der Mitle des Raïns, am Winzerpfad, ist ein kleiner 
aller, mit einem Falz, macht ein Dreiangel. 

88. — Idem 46 Ruthen weiters hin, einer sitzt auf der linken 
Hand, wenn man in die Stadt geht, zu unterst an der Baselgasse, 
wo die Reben enden, ist roth, oben rund, hat beide Wappen, 
macht ein Dreiangel. 

89. — Idem 45 Ruthen weiters hinûber, einer sitzt in Franz 
Thierrys Wittib Aker, so Reben gewesen, ist ait und klein, sieht 
wie ein Stûk von einem Mûhlenstein, war A® 4676 wieder gefun- 
den und gesetzt, weil er unter einem Nuszbaum vêrwachsen und 
verloren gewesen, wodurch der Bann und der zehenden etwas 
grôszer geworden. 

90. — Idem 82 Ruthen weitershin, einer sitzt am Weg des 
Kamispfadts, ist gelb, hat ein grosz Mûlhauser Rad und Jahrzahl 
von 4543. 

94. — Idem 434 Ruthen gegen dem Tannenwald hin, einer 
sitzt an dem Weg im Wald, ist dûnn, breit und gelb, steht darauf 
das Mûlhauser Rad, und auf der andern seite zwei Lowen samt 
einer Pyramiden und ein Gilgen mit der Zahl 4555. 

9% — Idem 60 Ruthen weiters, einerseits bei gemeldtem Weg, 



Digitized by VjOOQIC 



- 55- 

auf den Akeren, ist dreiekig, hat drei Wappeo, macht ein Drei- 
angel und stehet darauf 1555. 

Dieser Stein ist der il. Juni 1753 wieder aufgerichtet und 
frisch gesetzt worden. 

93. — Idem 69 Ruthen weilers und elwas rechts hin, einer 
sitzt rechts am Weg in Wald, ist roth, steht darauf 1555 unddas 
Mûlhauser Rad. 

94. — Idem 39 Ruthen weiters hin, einer sitzt an dem Weg, is 
oben rund, steht daran 1660 und hat beide Wappen. 

95. — Idem 57 Ruthen weiters hin, einer sitzt am Ràin der 
alten Steingruben, so Wald, ist ein gelber, breiter, dûnner Stein, 
steht darauf das Mûlhauser Rad und auf der anderen seite zwei 
Lôwen samt einer Pyramiden und ein Gilgen mit der Zabi 1555. 

96. — Idem 100 Ruthen weiters hin, einer sitzt unten am Ràin 
der Steingruben, so jetzt Reben und der Ehren oder Zukerberg 
genannt wird, auf den Akeren, ist schmal, klein und roth, steht 
darauf 1555 und das Mûlhauser Rad, macht ein Dreiangel. * 

97. — Idem 76 Ruthen rechts hin, einer welcher, weilen man 
nicht von einem auf den andern sehen kônnen. A"" 1701 neu 
dazwischen gesetzt worden. 

98. — Idem 65 Ruthen weilers gerade hin, einer ùber die Bru- 
bacherstrasz, steht am Widumacker, ist ait und roth, hat das 
Mûlhauser Rad und scheidet 3 Bànn, nâmlich Mûlhausen, Riedis- 
heim und Brunstadt, macht ein Dreiangel. 

99. — Idem 70*/, Ruthen zurûck, einer steht auf dem anderen 
Berg gegen dem Mônchsberg Brunnen gegenûber ohne Zeichen. 

100. — Idem 73*/, Ruthen weiters hin, einer welcher wegen 
groszer Weite A** 1700 darzwischen neu gesetzt worden, hat ein 
Mûhlenrad und die Jahrzahl 1700. 

101. — Idem 59 7, Ruthen eiters gerad hin, ein alter ohne 
Zeichen, steht am Mônchsberg, an Hrn. Zmstr. Caspar Dollfuszen 
Reben. 

102. — Idem 52 Ruthen weiters gerade hin, steht in Ackern 
des Mônchsberg, so jetzt Reben und Hrn. Hans Ulrich Hartmann, 



Digitized by VjOOQIC 



-56- 

dem Metzger, gehôrig, mit der Jahrzahl 1709 und hat ein Mûl- 
hauser Rad. 
NB. Ist A* 1826 ohne Marque erfunden worden. 

103. — Idem 83 Ruthen gerade hin durch die Reben hinunter, 
einer sitzt auf einem Raïn in Hrn. Seckelmeisters Joh. Riszlers 
Reben, sleht darauf 1618 und das Mûlhauser Rad, ist oben rund 
gehauen. 

104. — Idem 45 Ruthen weiters der 111 zu, gerade hin, einer 
sitzt in Reben rechts am Weg des tiefen Grabens; ist oben rund 
gehauen, steht darauf die Zahl 1665, samt dem Mûlhauser Rad 
und auf der anderen Seile das Brunstàtter Roszeisen, macht etwas 
ein Dreiangel. 

105. — Idem 45 Ruthen weiters dem Weg nach, einer sitzt 
linkerhands in Reben, ist viereckig und weisz. 

NB. A'' 1826 ein Stein, oben rund, mit beiden Wappen ge- 
funden. 

106. — Idem 45 Ruthen weiters hin, einer sitzt auch in Reben, 
ist breit, viereckig und weisz. 

107. — Idem 76 Ruthen weiters, einer sitzt an der Landstrasz 
die von Mûlhausen auf Brunstadt geht, ist ein rother, breiter 
Stein, oben rund, hat das Mûlhauser Rad und Brunstadter Rosz- 
eisen. 

108. — Idem und letztlich 55 Ruthen weiters hin, einer so ait, 
liegt neben dem Graben, ist A** 1701 nicht gut befunden worden, 
und steht also keiner mehr bisz zu dem gleich auf der anderen 
Seiten der 111, so N^ 5. 



Digitized by VjOOQIC 



-5V- 

BANNSTEINE 

Extrait du Burgermeisterhuch 



Ein Bannstein gegen Brunstatt gesetzt und den Bannpfad 
erweitert; 14. Mai 1617. 

Aile zwischen Mùlhausen und Riedisheim ; 8. September 
1642. 

Wegen des Pfaffstatter Bannsteins an Hrn. Prâesidenten 
geschrieben; 26. April 1665. 

Der am Kamispfad so verborgen gewesen, wieder gefunden 
vnd enthebt; 13. Merz 1676. 

Zwischen Pfaffstatt, Kôngersheim vnd Wittenheimb funde 
man gut newe zu setzen; 5 Aug. 1649. Missiv. Prot. 

Nach genommenem Augenschein wurden 3 Bannsteine an 
der Hardt beim Entenloch oder Modenheimergeeren gesetzt 
vnd damit der 150jàhrige streit ausgemacht; 23. Nov. 1692. 

Bei den Hauptstraszen soUen Sie an die weg und nicht 
mehr auf die acker gesetzt werden; 27. Octob. 1728. 

Was am letzteren Bannritt wandelbahres observirt wor- 
den, soUe verbessert, und wegen dem im struttbâchlein an 
die benachbarte geschrieben werden; 1. Juni 1736. 15. Aug. 
eod. 

Dieser Stein so seit undenklichen Jahren im struttbâchlein 
gelegen, wurde in gegenwart Herren Mùller's Konigl. Prae- 
toriszuCoUmar als ernennten Commissarîj von dem Herren 
Intendanten, und aller Banns Interessenten in festen Boden 
ans Land gesetzt, 19. Sept. 1736. 

Ao 1753, 31. Mai, ein Bannritt gehalten und den 14. Juni 
zwischen hier und Riedisheim 4 Bannstein wiedergesetzt; 
13, 20, eod. 



Digitized by VjOOQIC 



— 58 — 

ko 1757, im Aug., Oct. und Nov., einige Bannsteine zwi- 
schen Dornach, Pfastatt und Kôngersheim gesetzt. Vide be- 
sonders Bericht darùber in der Laden Bannstein. 

1760. Zwischen IlLzach und Wittenheim. 

NB. Aussteinung des Tannenwalds von E. Gescheid in 
Riedisheim, 26. April 1764. 

31 neue Stein gesetzt und 7 alte enthôbt und wiederum 
gesetzt. Fur jeden Gescheids Mann 1 Gulden 1 Masz Wein 
nebst Brod per Tag. 

1765. Zwischen Pfastatt an der Dolleren und Riedisheim. 

1766, 27. Sept, an der gegen Dornach und Brunstatt. 
1776, 28. Aug., an der Dolleren mit Pfastatt. 

1784, 28. April, der auf der Ober 111 fâllt ein, Ist aber nicht 
im wachsenden Schaden. Mémoire und Plan darûber. 
1786, 12. Sept. Augenschein am Ecken des Glaren Holzes. 
1792, 2 Mai, wird der am Rheinstràszle neu gesetzt. 
1794, 18 Marti, 1 Bannstein im Zuckerberg, 

1 am Tannenwald, 

1 gegen der Baselgasse, 

1 am Eck der Baselgasse. 
1794, 4. Juli, 1 Bannstein am Steinbàchlein, 

1 auf der Ober 111. 
1796, 22. Aprill, 4. Juli. Einige Scheidt und Bannstein auf 
der Ober 111, zwischen Brunstatt und Dornach. 



Digitized by VjOOQIC 



GESCHEID 

Extrait du Burgermeisierbuch 



Im Gescheid soll zum Ersten mahl der auszbleibende die 
Kosten bezahlen vnd zum anderen mahl dennoch fortgefah- 
ren werden; 29. Jan. 1589. 

Clade Brunners Frau, welche Eîn Scheidstein In Reben 
versetzt, ist condemnirt entweder das Malefiz Recht zu be- 
stehen, oder 100 fl. zu erlegen, ein Jahr lang nicht aus der 
Statt zu gehen vnd Ehrlos zu seyn. 21. Mai 1613. 

Ulrich Scherer, von lUzach, war gestraft umb 40 Pfd. 

25. Sept. 1650. 

ScHEro Kosten. — Vom Ersten Stein In der Lange 3 bz. 
vnd vom anderen 2 bz., von 1 anwander oder sech jede Par- 
thei 1 bz., von 1 hinweg zu thun oder zu erheben 2 bz., 
ûberbauen 2 oder 3 Furh 15 ^, Stein auszfahren 10 ^ den 
Scheidleuthen und der Statt 3 Pfd. Wer den Weg ùberehrt 
oder Ein Graben darauf macht 10 ^, und ein freffel, Ein 
Eygen Gescheid kostet 3 Pfd., vom ausmessen und Scheiden 
doppelten Lohn. Scheidordnung 1665. 

Was die Kosten von Wegsteinen seie, ist obiger Ordnung 
angefùhrt. Vid. 16. Marty 1698. 

Einem altershalben auszgedienten scheidman ein vicarius 
gesetzt und soll den halben lohn beziehen. 15. Apr. 1733. 

Einem anderen der schon lang abwesend, ein vicarius 
gesetzt, soll, bis er wiederkommt, den ganzen und darnach 
den halben lohn haben, auch auf den nàchst abgehenden 
succedieren. 7. Mai 1749. 

Injurien gegen E. E. Gescheid wird gestraft. 19. Dez. 1754, 

26. Nov. 1755. 



Digitized by VjOOQIC 



-60 — 

Hrn. Spœrliû, dem Constabler, erlaubt, am Gescheid einen 
vicarium zu nehmen. 19. Dez. 1760. 

Eine neue Scheidordnung Tax gemacht. 4. Marti 1765. 

E. E. Gescheid ist jàhrlich 18 Pfd. fur eine Gratification 
bewilligt. Johannes Gluck, der Bott, soll anstatt den 2 jùng- 
sten Scheidleuten die 2 Heulein tragen, dafûr Pfd. 4. 10 
empfangen. Die Heulein woUen U. G. Hs. machen lassen. 
21. Febr. 1769. 

Dem Hr. Scheidmeyer erlaubt den àltesten Gescheidmann 
fur sich praesidiren zu lassen. 17. Dez. 1772. 

Der Zubott soll anstatt dem Ueberreiter dem Gescheid 
nachgehen. 

Den 6 Gescheidmannern jedem jàhrlich 7i Sester Salz 
pro Gratification bewilligt. 10. Apr. 1782, 1. Apr. 1784. Auf 
1 Sester gesetzt, 27. Dez. 1784. 

Nach 20 Jahren soUen Sie des Wachtgelds frei sein. 
7. Dez. 1785. 

Da der Zubott abgebotten, in Ansehung des Gescheids, 
dem Gescheid ein eigener Gescheidbott zu geben und 1 Rock- 
lein fur 6 Jahre bewilligt. 5., 6. April 1786. 

ScHEmiiANN. — H. Jakob Schlumberger, der Metzger, bit- 
tet wegen einigen Streitigkaiten mit seinen Collegen ab. 
27. Aug., 3. Sept. 1786. 

Johannes Weisz, der Safianer, gegen E. E. Gescheid zur 
Abbitte strafe. 27. April 1796. 



Digitized by VjOOQIC 



VI. 

CAPITULATION MILITAIRE 
pour la levée 

d'une 

COMPAGNIE DE 200 HOMMES DE PIED 

passée entare le capitaine français Stoppa et les députés 
de la ville de Mulhonse 

le 13 octobre 1671 



NOTICE PRÉLIMINAIRE 

PAR 

AnOUSTS ST(SBEB 



Instruit des divisions qui régnaient en Hollande entre les adhé- 
rents de la famille de Nassau, dépouillée en 1650 du stathoudérat, 
et le parti démocratique, représenté par Jean de Witt, grand pen- 
sionnaire des Etats, Louis XTV jugea le moment favorable pour 
porter ses armes dans ce pays. Il préluda à cette expédition par 
la soumission de la Lorraine, dont le duc, Charles IV, avait, à 
plusieurs reprises, combattu contre lui dans les rangs des Impé- 
riaux ou des Espagnols, et qui se montrait favorable aux Hollan- 
dais. Celte soumission avait été obtenue, au mois de septembre 4 670, 
par le maréchal Créqui, et avec une rapidité telle que le malheu- 
reux duc n'échappa que par la fuite aux mains de l'heureux con- 
quérant. 



Digitized by VjOOQIC 



Dès lors, le roi fit hâter les préparatifs pour entrer en cam- 
pagne. Dans le but d'augmenter ses forces autant que possible, 
il ordonna de nombreux enrôlements dans plusieurs cantons de 
la Suisse et envoya aussi à Mulhouse un de ses capitaines, le sieur 
Stoppa, afin de négocier avec le Magistrat de celte ville la forma- 
tion d une compagnie de deux cents hommes de pied. 

La capitulation fut signée par les parties contractantes, le 13 
octobre 1671. Contrairement à l'usage établi, ce document ne 
désigne pas le nom de la localité où il a été rédigé ; en outre, il 
n'indique ni la direction que les troupes auraient à prendre, ni 
l'ennemi qu'elles auraient à combattre. L'article 9e dit d'une 
manière générale : « Le Roy fera fournir et donner à cette 

< compagnie les étapes depuis Mulhausen jusqu'au lieu où elle 

< entrera en garnison, sans qu'il soit pour ce rien compté ou 
« déduit, > Les articles l^r à b^el 10e, où il est question de la 
solde des troupes, sont plus explicites. On y trouve, entre autres, 
que < les capitaines, tant celuy qui sera choisy présentement que 

< ses successeurs, doivent être Bourgeois de la ville de Mulhau- 
c sen >, et que, pour les cent quatre-vingts ou deux cents hommes 
dont sera composée la compagnie, ils toucheront une solde men- 
suelle de six écus de France par homme \ 

Un des articles les plus importants de la capitulation est l'ar- 
ticle 14e, qui stipule de la manière la plus précise que < lesdites 
« troupes ne pourront être employées contre ceux qui font pro- 

< fession de la même religion que la ville de Mulhausen, ny autre- 
c ment que conformément aux termes de l'alliance et des lettres 

< annexes, les soldats de cette levée devront en conséquence jouir 
c et user de tous les autres avantages, concernant l'exercice de 
c la religion et de la justice, comme aussy les malades et autres 
c choses >. 

^ Le pouvoir de Téca de France ayant été de 4fr. 988, entre les années 1652 et 
1671, six écus, solde mensuelle d'an homme, valaient 29 fr. 928, et le capitaine 
touchait, pour cent quatre-vingts ou pour deux cents hommes, 5985 fr. 60, par mois. 
Cf. Abbé HANA.UEB, Eludes économiques sur V Alsace, 



Digitized by VjOOQIC 



Eh bien, malgré cette clause formelle, le grand roi, entré en 
campagne au mois de mai 1672 S ^^t marcher les troupes suisses 
et mulhousiennes contre les Hollandais, leurs coreligionnaires. 
Les plaintes et les protestations élevées [par quelques-uns des 
chefs suisses contre cet étrange procédé furent regardées par les 
commandants comme nulles et non avenues. 

La guerre dura une année entière. Après la prise de Maëstricht, 
le 29 juin 1673, toutes les places fortes, grandes ou petites, 
ouvrirent leurs portes au glorieux vainqueur, qui s'empressa de 
faire frapper en son honneur des médailles où il est représenté 
prenant, en vingt-deux jours, quarante villes. 

Mathieu Mieg {Geschichte der Stadt Mulhausen^ 1. 1, p. 253) 
nous apprend que la compagnie mulhousienne avait été comman- 
dée par le Zunftmestre Wolfgang Frédéric Lœscher, excellent 
officier qui s'était déjà signalé, en 1664, à la tête de cent mous- 
quetaires, lors des dissensions entre les cantons de Zurich et de 
Schwytz*. Il avait pour lieutenant Pierre Zetter, qui, plus tard, 
devint successivement Zunftmestre des vignerons, membre du 
Conseil, Obervogt d'IUzach, et, en 1694, bourgmestre. Le porte- 
drapeau était Conrad Grynàus, de la famille du pasteur Jean-Con- 
rad du même nom*. 



(Le Musée historique doit racquisition de rintéresBant docmnent dont on 
vient de parler, et qne nous donnons ei-après, à la genâroBité de H. Henri 
Emé, de Paris.) 



^ Le qnartier général était à Gharleroi ; c'est vers cette ville qne furent dirigés 
les fantassins mulhousiens. 

' C'est à lui que la ville doit rétablissement de la Wœsserung, hors la Porte* 
Jeune, destinée k régulariser Firrigation des prés situés entre la rue d'nizach et 
DU. Voir : N. Ehrsam, Bulletin du Musée historique, 187e, p. 66. 

' Anciennement Mulhouse avait dans les régiments suisses, au service de France, 
deux compagnies, dont le magistrat avait le droit de nommer les officiers (Nio. 
Ehbsam). 



Digitized by VjOOQIC 



-64 - 



(Original allemand.) 



Abgeredte vnd verglichene Arlicul der Capitulation atif eine 
Compagnie von zwej/hundert Man fuszvolckh, welcheln 
namen Ihr Kbnigl. May est*, in Franckreich Dehro abge- 
ordnetenvnd Bevollmâchtigten Herren Haubtman Stoppa, 
von der S tait Mûlhausenzu werben bewilligtworden. 

1. 

Fur jeden Soldaten soUen Sechs Cronen monatlich bezahlt wer- 
den, jede Crone zu acht vnd fûnfzig franzôsisch Stûber gerechnet. 

2. 

Dièse Compagnie, wan sie effective Einhundert achtzig Man hat, 
soll fur voUkommen, das isl fïir zweyhundert Man bezahlt werden. 

3. 

Vnd wan der Haubtman mehr aïs Einhundert vndt achtzig Man 
hat, soll er von jedem also fûrschiessenden bisz auf zwanzig Man 
gleiche Bezahlung der Sechs Cronen empfachen. 

4. 

Wan aber die Compagnie vnder Einhundert vndt achbzig Man 
starckh ist, wird man Ihme nîcht mehr als von jedem vorhande- 
nen Kopf, die Sechs Cronen zahlen. 

5. 

Dem Haubtman, wan er mit Einhundert vnd achtzig Man ins 
veld gezogen, wan er an denselben schaden vnd abgang erlitten, 
soll zeith vnd weil nach gebeûr vnd billigkeit gegeben werden, 
sein Compagnie widerumb zuergânzen, vnder desz aber dieselbe 
pen vôUigen Sold zu geniessen haben. 



Digitized by VjOOQIC 



65- 



( « Traduit sar roriginal qui est dans le Bureau de Mulhouse. ») 

Mulhausen, du 13 octobre 4671. 

Articles de la Capitulation convenue et accordée au nom 
de sa Majesté le Roy de France par le capitaine Stoppa^ 
chargé de ses ordres et pleins pouvoirs, et le Député de la 
Ville de Mulhausen, pour la levée d'une Compagnie de 
200 hommes de pied. 

ARTICLE PREMIER 

Pour chaque soldat il doit être payé six écus de France par 
mois, chaque écu compté pour cinquante huit sols. 

2e 

Si la Compagnie est composée de cent quatre-vingts hommes 
effectifs, elle sera payée complette, c'est à dire pour deux cents 
hommes. 

3e 

Et si le Capitaine a plus de cent quatre-vingts hommes, il 
recevra pour chacun de ceux qu'il aura, jusqu'à vingt, semblable 
paye de six écus. 

4e 

Mais si la Compagnie est au dessous de cent quatre-vingts hom- 
mes, on ne luy payera six écus que pour chaque homme effectif. 

5e 

Lorsque le Capitaine se sera mis en campagne avec cent quatre- 
vingts hommes, s'il souffre quelque perte ou désertion, il luy sera 
donné un tems convenable suivant la justice, pour rétablir sa 
Compagnie en entier, et pendant ce tems elle jouira de toute sa 
solde. 

5 



Digitized by VjOOQIC 



66 



Der Haubtman soll aile Monath richtig ausbezahlt vnd fur ein 
Jahr zwôlf Monath gerechnet werden. 

7. 

Bey diesem fuss soll dem Haubtman obligen eine gute Com- 
pagnie zuerhalten von guten Officirern vnd Soldaten, vnd den 
Lieutenant, Fendrich vnd vbrige Under OfTicirer sowohl als die 
Soldaten selbs zu versolden. 

8. 

Dem Haubtman werden, die werbung zu verrichten, vier Ihau- 
sendt Francken fûrgeschossen, werden dieselben erst in den sechs 
letzten Monaten des ersten Jahrs abgetheilt wider abzuziechen. 

9. 

Dieser Compagnie wiirderKônigdieEstappesvonMûIhausen aus 
bisz an die orth, dahin sie in Guamison kommen, ertheilen vnd 
geben lassen, ohne dasz etwas darfïir soll angerechnet oder abge- 
zogen werden. 

40. 

Der Haubtman, gleich wie jez zum anfang, also auch die succe- 
direnden, soUen Burger der Statt Mûlhausen seyn. 

H. 

Die gefangenen Soldaten, welche der Haubtman in wehrender 
Verhafftung aus seinem gelt erhaltet, wie auch die zurûckhgeblie- 
benen krancken, wan dehrenhalb beglaubter Schein fûrgewiesen 
werden kan, sollen in der Musterung auch admittirt vnd zahlt 
werden. 

12. 

Wan der Haubtman bevrlaubet wird, mag er seine Soldaten 
mit den fahnen ohngehindert widerumb heimbfïihren. 



Digitized by VjOOQIC 



-67- 

Le Capitaine doit être payé régulièrement tous les mois, et pour 
un an on comptera douze mois. 

7e 

Sur ce pied, le Capitaine sera obligé d'entretenir une bonne 
Compagnie, en officiers et soldats, et de soldoyer le Lieutenant, 
l'Enseigne et les autres officiers subalternes aussy bien que les 
soldats. 

8e 

Il sera avancé au Capitaine, pour faire la levée, quatre mille 
Livres, que l'on retiendra sur la solde des six derniers mois de la 
première année, mois par mois. 

9e 

Le Roy fera fournir et donner à cette Compagnie les étapes 
depuis Mulhausen jusqu'au lieu où elle entrera en garnison, sans 
qu'il soit pour ce rien compté ou déduit. 

10e 

Les Capitaines de cette Compagnie, tant celuy qui sera choisy 
présentement que ses successeurs, doivent être Bourgeois de la 
ville de Mulhausen. 

Ile 

Les soldats prisonniers que le Capitaine entretiendra pendant 
leur prison, et les malades restés en arrière, doivent être passés 
dans les reveûes et payés, lorsque le Capitaine en pourra montrer 
de bons certiflScats. 

42e 

Si le Capitaine est congédié, il pourra emmener ses soldats 
chez luy sans aucun empêchement. 



Digitized by VjOOQIC 



13. 

Es soll auch gegenwertige Capitulation auf den diszmaligen auf- 
bruch allein gerichtet, vnd darbey gemeinth seyn, dasz dieselbe 
ins kûnfïlig zu nachtheil des Pundts, vnd der Beybrieffen in kein 
consequenz gezogen werden môge. 

44. 

Dan jezgedachter Pundt vnd die Beybrieff im vbrigen hiemit 
dergestallen austruckenlich reservirt vnd vorbehaltcn werden, dasz 
das volckh nicht wider der Statt Mûlhausen Religionsgenossen 
vnd anderst nicht, dan nach laut Pundls vnd der Beybrieffen 
gebraûoht werden môgen ; dieser aufbruch vnd desselben vôlcker 
auch sich aller anderen beneficien, das exercitium der Religion vnd 
der Justiz, wie auch die krancken vnd anders betreffend, zuge- 
trôsten vnd zugeniessen haben. 

Dièse in obgeschribenen Ârticuln bestehende Capitulation ist 
von beyden theilen auffrecht redlich vndt vnverbrûchlich zuhallen 
zugesagt vnd versprochen, hierummen so wohl von vorehrenge- 
dachtem herrn Stoppa, als auch von der Statt Mûlhausen herren 
Deputirten, eigenhândig vnderschriben vnd mit allerseits Pitt- 
schafflen verwahrt, 

Ybrige der Statt Mûlhausn angelegenheiten aber in sonderbah- 
rem Mémorial verfasst, Ihme herren Stoppa behàndigt, vndt von 
deme bestens zu recommendiren vbernommen worden. 

So beschehen, den 13. Octobris A° 1671. 

P. Stoppa. Adam Henrigpetri. 

L. S. L. S. 

JOHANES RiSZLER. 

L.S. 



Digitized by VjOOQIC 



i3e 

La présente Capitulation ne doit regarder que cette présente 
levée de troupes, et à l'avenir elle ne pourra tirer à aucune con- 
séquence, au préjudice de Talliance et des lettres annexes. 

14e 

Et d'autant que la susdite alliance et les lettres annexes sont 
au reste réservées et conservées en leur entier par les présentes? 
de manière que lesdites troupes ne pourront être employées contre 
ceux qui font profession de la môme religion que la ville de Mul- 
hausen, ny autrement que conformément aux termes de Talliance 
et des lettres annexes, les soldats de cette levée devront en con- 
séquence jouir et user de tous les autres avantages, concernant 
l'exercice de la religion et de la justice, comme aussy les malades 
et autres choses. 

Cette Capitulation, contenue dans les articles précédents, que 
les deux parties ont dit et promis d'exécuter fidèlement et inviola- 
blement, a été signée de la main propre tant du susdit S^* Stoppa, 
que du S^ Député de la ville de Mulhausen, et munie des cachets 
de part et d'autre. 

Les autres intérêts de la ville de Mulhausen ont été compris 
dans un mémoire particulier, qui a été remis entre les mains dudit 
Sr Stoppa, qui s'est chargé de les recommander de son mieux. 

Fait le 13e octobre 1674. 

P. Stoppa. Adam Henricpetri. 

L. S. • L. S. 

JOHANNES RiSLER. 
L. S. 



Digitized by VjOOQIC 



- 70 - 

VU. 

PRIX DE LA MAIN-D'ŒUVRE A MULHOUSE 

en 1457 



Extrait <Pun Zunftbuch contemporain et communiqué au cotnité 

Shisloire et de statistique de la Société industrielle 

par Nie. Ehrsâm 



LOne der Manne Klojrderen 

Sch.* d.- 

Item einem Meister zum Tag 2 — 

Eim guten knecht der nit ein lerknecht ist, tags — 18 

Von einem Wambetsch 4 — 

Von einem slechten mannss Rock gefûttert 4 — 

Von einem manns Rock vngefttttert 8 — 

Von einem slechten anligenden liprock yngefdtert 2 — 

Von einem gefûterten liprock 3 — 

Von einem geftttterten schûrlûtz 3 — 

Von einem Yngefllterten schûrlûtz 3 — 

Von eim zwyfalten kugelhût — 18 

Von eim einlichen kugelhût 1 — 

Von zweyn gelapten hosen vnd dryen Nesteln 1 — 

Von zweyn gemeinen gantzen hosen — 16 

Von zweyn slechten vngefilterten hosen — 4 

Von zweyn gantzen langen welschen gefûterten hosen 2 — 

Von einer slechten gippen — 18 

Von eim zûgesnyttnen obnan gefûterten gippen 2 — 

Von eim slechten mannssmantel gantz gefilttert 3 — 

Von einem mantel obnan gefilttert 2 — 

Von einem langen pfaffen Rock gantz gefûttert 8 — 

Von eim kurtzen pfaflen Rock gefûtert 5 — 

Von eim einlichen langen Rock 4 — 

Von eim slechten badhemdt mit eim goller 4 — 

* Scbillinfr, dont 20 faisaient 1 livre stebler, c'est-à-dire 26 */• soas tournois 
(d'après la Chronique de Mieg). 
*^ Deniers, dont 12 faisaient 1 schilling, d'après la même chronique. 



Digitized by VjOOQIC 



— 7 — 



VIL 

PRIX DE LA MAIN-D'ŒUVRE A MULHOUSE 

en 1457 



Traduit dPun livre de corporations contemporain^ et communiqué 

au comité d'histoire et de statistique de la Société industrielle 

par Nie. Ehrsam 



Façon des hAbUlements d'homme 

Sch.» <!.•• 

Salaire d'un mattre, par jour 2 — 

» d'un bon ouvrier qui n'est plus en apprentissage — 18 

Façon d'un pourpoint 4 — 

d'une redingote simple, doublée 4 — 

d'une redingote non doublée 3 — 

d'un justaucorps simple non doublé 2 — 

d'un justaucorps doublé 3 -— 

d'une camisole doublée en fourrure de mouton 3 — 

d'une camisole non doublée 3 _ 

d'un chapeau en boule à deux plis — 18 

d'un chapeau en boule à un pli 1 — 

de deux culottes à patte avec trois lacets 1 — 

de deux culottes simples entières ., — 16 

de deux culottes ordinaires non doublées — 04 

de deux culottes longues, welches, doublées 2 — 

» d'une jaquette simple — 18 

» d'une jaquette à la coupe, doublée par le haut 2 — 

» d'un manteau ordinaire, doublé en entier 3 — 

» d'un manteau doublé par le haut 2 — 

» d'une soutane longue, doublée en entier 8 — 

» d'une soutane courte, doublée 5 — 

» d'une houppelande longue 4 — 

» d'un pe^noir ordinaire à collerette 4 — 

* SchUling, dont 20 faisaient 1 livre stebler, c'est-à-dire 26 */> sous tournois 
(d'après la Chronique de fiiieg). 
** Deniers, dont 12 faisaient 1 scbiUing (d'après la même chronique). 



Digitized by VjOOQIC 



-72- 

Die Une von frowen Ueidern 

tem von eim slechten frowen Rock von vier Stûcken vnd sch. d. 

engen Ermeln 6 — 

Von eim frowen Rock von vier oder acht stûcken mit Mttel- 

ermeln oder sust mit grossen Ermeln 7 — 

Von eim slechten frowen mantel 4 — 

Ist er \nden besetzt 5 — 

Von eim kurtzen frowen mentelin — 20 

Von eim frowen schûrlûtz von zehen stttcken g — 

Von eim slechten schûrlûtz 2 — 

Von eim geprissnen schûrlûtz 4 — 

Von eim slechten vnderrock vnd von eim abgeschlagnen 

vnderrock glich als von den schûrlûtzen obstat — — 

Von einer slechten frowen gippen 2 — 

Von einer abgeschlagnen gippen 3 — 

Von einem Arrassmantel 5 — 

Von einem Arrassrock 7 — 

Von einem frowen kittel slecht vnd XX Elen 5 — 

Vnd von eim kittel ob XX Elen é . . . 7 — 

Item wer aber fllrbass klûger werck oder glûtterwerck mit 

snetzloten oder ander glûttrat machen wil, sol ouch dar- 

nach lonen ailes vngevorlich. 
Vnd welcher der ob geschribnen Stûck eins verbrêch so offt 

das beschêhe bessert der Zunft V schilling on gnad. 
Item àenZimerlutenj Murern, Deckem vnd Kuffem, von Sannt 

Gallentag vntz zehen wochen nach winachten, zum tag . . 2 — 

vnd ein knecht 1 — 

= vnd essen vnd trincken = 
vnd damach wider vntz sannt Gallentag ein Meister, tags ... 3 — 

vnd ein knecht — 18 

= ouch essen vnd trincken = 
vssgescheîden den Zimberknechten vnd Kûiferknechten den 

sol man Summer vnd winter Ion geben gUch wie iren 

Meisteren. 

Der Earrer tawe vnnd Ire lOne 

Item von sannt Gallentag bis zehen wochen nach winachten 

von eim karrich vnd eim pferd 5 — 

Item von eim karrich vnd zweyn pferden von sannt Gallentag 

bis zehen wochen nach winachten 6 — 

vnd dannenthin wider bis sannt Gallentag, tags 7 — 



Digitized by VjOOQIC 



-73- 

Façon des habillementB de femme 

Façon d'une robe ordinaire de quatre pièces , h manches sch. d. 

étroites 6 — 

Façon d'une robe de quatre ou huit pièces, à manches à gigot 

ou autres manches larges 7 — 

Façon d'un manteau ordinaire • 4 — 

» d'une robe doublée par le bas 5 — 

» d'un mantelet court — 20 

» d'une camisole en fourrure de mouton de dix pièces . . 3 — 

» d'une camisole commune en fourrure de mouton .... 2 — 

» d'une camisole plissée en fourrure de mouton 4 — 

» d'un cotillon commun et d'un cotillon diminué comme 

pour les camisoles en fourrure spécifiées ci-dessus — — 

Façon d'une jupe ordinaire 2 — 

» d'une jupe diminuée 3 — 

» d'un manteau d'Arras 5 — 

» d'une robe d'Arras 7 — 

» d'un jupon ordinaire de moins de 20 petites aunes 5 — 

» d'un jupon de plus de 20 petites aunes 7 — 

Pour les accessoires et autres ornements, on payera à l'avenir 

en conséquence, le tout par estimation. 
Quiconque contreviendra à une des dispositions ci-dessus 
payera à la tribu ou corporation, pour chaque contra- 
vention, une amende de 5 schillings, sans miséricorde. 

Salaire des charpentiers, maçons, convreurs et tonneliers 
Depuis la Saint-Gall jusqu'à dix semaines après Noël, un 

maître, par jour 2 — 

Un ouvrier ou compagnon 1 — 

= en outre le manger et le boire. = 
Depuis cette dernière époque jusqu'à la Saint-Gall, un maître, 

par jour 3 — 

Un ouvrier — 18 

= en outre le manger et le boire. = 
Par exception, les ouvriers charpentiers et tonneliers auront, 
été comme hiver, le même salaire que leurs maîtres. 

Salaire des charretiers 
Depuis la Saint-Gall jusqu'à dix semaines après Noël, 

pour une charrette avec un cheval, par jour 5 — 

pour une charrette avec deux chevaux, par jour 6 — 



Digitized by VjOOQIC 



t 



- 74- 

Item Yon zweyn karren ynd zweyenpfèrden von sannt gallen- sch. d. 

tag biss zehen WQchen nach winnachten 7 — 

vnd darnach 8 — 

Item Yon zweyn karren vnd dreyen pferden von sannt gallen 

tag biss zehen wochen nach winnachten, tags 8 — 

vnd darnach biss sannt gallentag, tags 10 — 

Vnd wer dis obgeschriben ordnung vberfûre es were mit 
geben oder mit nemen als dick das beschehe, bessert 5 
schilling on gnade, das halb dem Bat vnd das andere halb 
der Zunft darinnen einer ist 

Item von eintzigen ferten zu fûren mit eim wagen vom mer- 
berg, vom forst, vom Vrhow biss zu Ultzich Keppely vnd 

was neher ist, von einer fart 3 — - 

vnd von eim karren mit zweyn pferden, ein fart 2 — 

vnd von eim karren mit eim pferd — 18 

Item der Bdttichen halb im herbst zu fûren sol man zu fOrlon 
geben im berg allenthalben von eimbUttichen einRappen.^ 
vnd was aber hinden abe ist' da sol man von eim bûttiche 
geben — 3 

Des HafTener Ordnimg 

Item einem hafiner vnd einem meister knecht von ôffnen ze 

machen zum tag 3 — 

= vnd essen vnd trincken = 1 — 

vnd einem knaben ob im der hûlffe, tags 

Doch ob der dem denn ein ofifner ye zu ziten ôfen machet, 
selbs einen knecht hette vnd im warten wOlt mag er wol 
tûn, wer das verbrôche bessert der Zunft 5 — 

Von der Weber wegen 
Nachdem man vormals den Weberen von yeglichem wepp' 
tuchs zwen leib brots gegeben hat Ist bekannt dass man 
Inen hinfilr von einem wepp nit me denn einen zettel leib 
brots geben, vnd sy sust by zwen Ion wie vntz her ir 
gewonheit vnd ordnung gewesen ist, bliben soUen, wer 
das verbrôche bessert der zunft 5 — 

* <0 Rappen faisaient i Batz (15 centimes), donc 1 Rappen i */• centime. 

* Sur le versant de l'autre côté du vignoble; de là le nom de Hinterab, qu'a con- 
servé ce canton. 

' Forme ancienne de Gewebe, c'est-à-dire pour la tissure d'une pièce de toile. 



Digitized by VjOOQIC 



— 75 — 

Sch. d. 

Depuis cette dernière époque jusqu'à la Saint-Gall, par jour 7 — 

Pour deux charrettes a\ec deux chevaux, depuis la Saint-Gall 

jusqu'à dix semaines après Noôl 7 — 

Et après cette époque 8 — 

Pour deux charrettes et trois chevaux, depuis la Saint-Oall 

jusqu'à dix semaines après Noël, par jour 8 — 

Et après cette époque jusqu'à la SainIrGaU, par jour 10 — 

Quiconque contreviendra aux dispositions ci-dessus, soit 
comme partie payante, soit comme partie prenante, payera 
sans miséricorde 5 schillings d'amende, dont moitié pour 
le Sénat et moitié pour la tribu à laquelle il est affilié. 

Taxe pour conduire une voiture à un collier, depuis le Mer- 
berg, depuis le Forst, depuis l'Urhau jusqu'au lieu dit : 
lUzich Keppely (petite chappelle d'IUzach) et ce qui en 
est plus rapproché, pour chaque voyage 3 — 

Taxe pour une charrette avec deux chevaux 2 — 

» pour une charrette à un cheval — 18 

Pour le transport des cuveaux aux vendanges, on payera par 
bittig chargé sur le coteau 1 rappenS 

et par bittig chargé sur le versant* do l'autre côté du vignoble — 03 

Règlement concernant les potiers de terre 
Salaire d'un maître et d'un ouvrier pour faire des poêles, par 

jour 3 — 

= en outre le manger et le boire. = 

Salaire d'un apprenti s'il aide, par jour 1 — 

Si celui pour lequel le poêlier fait parfois des poêles a lui- 
même un garçon ou ouvrier et qu'il veuille aider au poê- 
lier, il fera bien; s'il s'y refuse, il payera à la tribu une 
amende de 5 — 

Règlement concernant les tisserands 

Autrefois on accordait aux tisserands, pour chaque tissure' de 
toile, deux miches de pain ; à l'avenir, ils n'en recevront 
plus qu'une pour une tissure d'une seule chaîne, en con- 
servant les deux taxes usitées jusqu'à présent Quiconque 
y contreviendra payera à la tribu une amende de 5 — 

' 10 RappeD faisaient i Batz (i5 centimes), donc 1 Rappen 1 V* centime. 
* Sur le versant de l'autre côté du vignoble; de là le nom de Umterab, qu*a con- 
servé ce canton. 
' Forme ancienne de Gewebe, c'est-à-dire pour la tissure d'une pièce de toile. 



Digitized by VjOOQIC 



-76- 

Axino 1470 

Der Beblûten ordnimg irer Une 
Anno dm m.iin 1 ££ nono mentag von sant Jergen tag ist 
durch Burgermeister Rat vnd zxmBt meistere dis ord- 
nung der Reblûten 15ne erntlwert vnd erkannt worden ze 
halten vntz vff eins Bats enndrung, vnd sol solicher Ion 
angehen zehen wochen nach dem heiligen weinachttag 
vnd beston bîss sant gallentag, vnd sollent aile die so 
vnns in vnnser statt zu versprechenstondsoliches byder 
nachgeschribnen besserung halten als das in allen zûnfi- 
ten vffgeschriben ist sch. d. 

Item ein tag ze snyden . . 2 4 

Item ein tag ze hacken 2 4 

Item ein tag ze gruben 3 — 

Item ein tag nûw held ze flahen oder vfizerichten 3 — 

Item ein tag ze sticken 3 — 

Item ein tag mist ze laden in den Beben 2 — 

Item ein tag zum ersten mal ze rûren 2 — 

Item ein tag zum andern mal ze rûren — 20 

Item einer frowen oder einem knaben ein tag ze binden ze 

biegen oder ze volbanden — 14 

Item ein tag mist ze tragen 1 — 

Item ein tag einer firowen ze hôfften 1 — 

Item ein tag band abzehowen — 20 

Item ein tag mist in der Statt vff karren helfen laden 

= zu nacht essen = und — 20 

Item ein tag Stttd ze machen, ze nacht essen und — 18 

Item vnd soll man nyeman ntttzit ze nachessen geben weder 
fremden noch heimschen, ussgenommen dem Sttldmacher 
vnd dem so in der Statt mist ladet als hie vor stat. Vnd 
wer dise ordnung nit haltet, es sye mit essen geben oder 
daz einer me Ion vordert, gibt oder nimpt, bessert als 
dick das beschicht dem Rat ein pfùndt vnd der zunft 
darinnen er ist 10 schilling on gnade. 



Digitized by VjOOQIC 



— 77 - 

Année 1479 

Règlement du salaire des vig^ieroiis 

L'an du Seigneur 1479, lundi de la Saint-Georges, a été 
renouvelé et arrêté par les Bourgmestre, Sénat et 
Chefe-tribuns le règlement du salaire des vignerons, pour 
être exécuté jusqu'à nouvel ordre : Le salaire commen- 
cera k partir de dix semaines après Noël et durera jus- 
qu'à la Saint-Gall; il sera obligatoire pour tous ceux qui 
contracteront des engagements en notre ville, sous peine 
de l'amende ci-après fixée, conformément à ce qui est 
prescrit dans toutes les tribus, savoir : Sch. d. 

Pour tailler la vigne, par jour 2 4 

Pour piocher, par jour 2 4 

Pour faire les fosses, par jour 3 — 

Pour faire une treille, par jour 3 — 

Pour échalasser, par jour 3 — 

Pour charger du fumier dans les vignes, par jour 2 — 

Pour biner une première fois, par jour 2 — 

Pour biner une seconde fois, par jour — 20 

Pour lier ou plier par une femme ou un jeune garçon,par jour — 14 

Pour porter du fumier, par jour 1 — 

Pour attacher la vigne par une femme, par jour 1 — 

Pour couper des liens, par jour — 20 

Pour aider à charger du fumier sur une charrette en ville, 

= par jour, le souper, = plus — 20 

Pour faire les fagotins de sarments, par jour, le souper, plus — 18 
On ne doit donner à souper à personne, ni à ceux du dehors, 
ni à ceux de la ville, excepté au sarmenteur et à celui 
qui charge du fumier en ville, ainsi qu'il a été dit ci-des- 
sus. Quiconque n'observera pas le présent règlement, 
soit en donnant à manger, soit en demandant, en accep- 
tant ou en prenant un salaire plus élevé, payera, sans 
miséricorde, pour chaque contravention, 1 livre d'amende 
au Sénat et 10 schillings à la tribu dont il fait partie. 



Digitized by VjOOQIC 



VIII. 
LinÉRATURE ALSACIENNE 



RAPPORT 

sur l'Alsace avant 1789, de M. Rrug-Basse, /ai; au nom du 

comité d histoire et de statistique de la Société industrielle 

par X. MossMANN 



Séance du 31 octobre 1877 



Messieurs, 

Dans votre séance du 5 mai dernier, vous m'avez fait rhonneur 
de me demander de vous rendre compte de l'ouvrage de H. Krug- 
Basse, ancien procureur impérial à Colmar, aujourd'hui président 
du tribunal civil de Bergerac : L Alsace avant il89, ou état de 
sei institutions provinciales et locales^ de son régime ecclé- 
siastique^ féodal et économique^ de ses mœurs et de ses coutumes 
sous l'ancienne administration française \ 

Dans les conditions où se trouve aujourd'hui M. Krug-Basse, il 
n'était pas facile de mener à bien la tâche qull a entreprise. Il lui 
aurait fallu toute une bibliothèque ou, mieux encore, il aurait dû 
pouvoir recourir à nos archives, sans lesquelles, pour n'importe quelle 
époque, on ne peut rien produire de complet ni de définitif sur 
l'histoire d'Alsace. Eloigné comme il l'est, il a dû se tirer d'affaire 
au moyen de quelques volumes que tout le monde a sous la main, 

* Parif , Sandoz et Fischbacher; Golmar, E. Barth. 1877, ia-8«, 201 pages. 



Digitized by VjOOQIC 



— 79 — 

et des souvenirs qu'il a gardés de la patrie absente. Heureusement 
que, pour cette période, il existe quelques bons recueils de docu- 
ments originaux : les Arrêts notables du Conseil souverain cC Alsace 
et les Ordonnances d Alsace. Grâce à ce secours, son livre donne 
une idée assez juste de l'état de la province sous le régime français* 
L'auteur traite successivement de la géographie politique et de la 
statistique, de Fadministration supérieure, de celle des villes et des 
communautés d'habitants, de la justice, de l'état militaire, de l'or* 
ganisation ecclésiastique, du régime féodal, de la condition des 
classes élevées et moyennes, de l'instruction publique, de l'état de 
la civilisation, et l'on doit constater qu'il a rempli ce cadre de 
manière à se faire Ure avec intérêt. 

Un reproche qu'il faut lui faire toutefois, c'est d'avoir trop sou- 
vent négligé de citer les sources. Ce n'est que de loin en loin, et 
souvent une fois pour toutes, qu'il renvoie à ses auteurs, et cepen- 
dant, quand il s'agit de faits si complexes, de détails si peu liés 
entr^eux, le lecteur serait bien aise de pouvoir les vérifier à l'occa- 
sion, et, si même il ne s'en donne pas la peine, il serait plus ras- 
suré en voyant les garants du livre au bas des pages. 

On a d'autant plus lieu de se plaindre de cet oubU qu'à l'examen, 
on prend l'auteur en défaut sur plusieurs points. 

En deux endroits, pp. 42 et 135, M. Erug-Basse parle de la 
confiscation qui, dit-il, n'était pas en usage en Alsace; comme il 
ajoute que, dans les autres provinces, elle était en vigueur, on est 
amené à conclure que l'Alsace n'a jamais connu cette aggravation 
de peine. Et cependant il faudrait n'avoir jamais manié de vieux 
dossiers de procédure criminelle pour ignorer que les tribunaux 
l'appliquaient constamment. C'était, avec les amendes, le profit 
du justicier et le grand stimulant de l'action publique. A défaut de 
dossiers de procédure, M. Krug-Basse aurait pu s'assurer, par le 
texte qui lui a fourni son renseignement (Ordonnances d'Alsaeey 
tome I«r, p. 335), que la pratique existait; si elle a été abolie, 
cela tient à la jurisprudence que le Conseil souverain a fait préva- 
loir quand il y avait pourvoi en appel; en]^cela, il n'a nullement 



Digitized by VjOOQIC 



— 80- 

compromis les droits ni les intérêts du roi, puisque, tout à Top- 
posé des anciennes provinces, la justice, à tous les degrés, était 
presque partout restée seigneuriale ou municipale. 

La suppression de la confiscation est donc une réforme dont, à 
bon droit, l'auteur aurait pu faire honneur à la France; par contre, 
il s'est trompé en lui attribuant la première organisation du service 
de la poste. D'après lui, sous le régime allemand, on en ignorait l'u- 
sage, ou du moins n'existait-il qu'une prétendue poste des bouchers 
de Strasbourg, combinée avec leurs achats de bestiaux dans les 
campagnes. Au lieu d'emprunter ce renseignement à je ne sais quel 
commérage pseudo-historique, il aurait mieux fait de recourir au 
récent travail de M. C. Lôper : Zur Geschichle des Verkehrs in Elsass- 
Lothringen (Strassburg, 1873), qui du moins s'appuie sur des 
données positives. Sans doute, anciennement les communications 
n'avaient pas, en Alsace non plus qu'ailleurs, la régularité et ia 
fréquence qu'elles ont eues plus tard. Mais on peut certifier qu'in- 
dépendamment des lignes postales de l'Empire, les états de l'Alsace 
avaient pourvu de bonne heure à l'expédition des dépêches et au 
transport des personnes. Anciennement, toutes les communes impor- 
tantes avaient leurs coureurs assermentés, qui portaient dans une 
botte, souvent en argent, les plis dont on les chargeait ; une fois 
parvenus à leur destination, ils suspendaient, à la porte de leur 
logis, leur boite où le public était admis à déposer les lettres que le 
facteur devait prendre en retour. Plus tard, des relais sur les routes 
principales pourvurent à un service accéléré d'estafettes, et, quant 
aux voyageurs, il suffit de rappeler la patache, le Rollwagen, qui 
se rendait, dès le XY^ siècle, de Golmar à la foire de Strasbouig, 
et qui a fourni son titre à un recueil fréquemment imprimé du 
conteur Georges Wickram. 

Un autre défaut du livre, c'est de ne pas assez s'étendre sur les 
origines de ce dont il parle. Parmi les revenus du grand-bailli d'Al- 
sace qui, autrefois, sous le nom A'advocatus provinctœ, de Landvogt, 
représentait l'autorité impériale, du moins dans les possessions 
immédiates de l'Empire, M. Krug-Basse énumère, p. 75, le Steuer- 



Digitized by VjOOQIC 



—.81 - 

geld que lui payaient les ci-devant villes impériales. Il n'a pas vu 
que c'était l'ancien tribut à l'Empire, la Rekhssteuer. Dans le prin- 
cipe, le grand-bailli le percevait pour le compte du fisc. Mais, quand 
les empereurs de la maison de Luxembourg furent contraints de 
manger leur blé en herbe et, pour battre monnaie, d'engager le 
grand-bailliage à temps ou avec faculté de réméré, le tribut revint 
à l'engagiste ; chaque année, le grand-bailli le touchait pour son 
compte, mais toujours contre une quittance de l'empereur, sans 
laquelle les villes n'auraient pas payé. Quand, en 1558, la maison 
d'Autriche racheta le grand-bailliage des mains de la maison pala- 
tine, l'Empire avait créé, dans l'intervalle, d'autres ressources 
plus abondantes, au moyen de la prestation que ses vassaux lui 
devaient pour le couronnement de l'empereur à Rome, et qui, sous 
le nom de mois romain, était devenu la base de tout son système 
financier; il n'avait plus que peu d'intérêt à rentrer en possession 
de l'insignifiant tribut dit Schirmgeld plutôt que Steuergeld, qui 
resta le prix de la protection qu'en leur quahté de grands-baillis, 
les archiducs devaient aux villes impériales. Sous le régime fran- 
çais, celte redevance, comme le grand-bailliage lui-même, était 
un véritable anachronisme; mais encore eût-il été bon d'en 
donner la signification. 

Ce n'est pas la seule fois qu'à mon avis, l'auteur aurait pu être 
plus explicite; p. 105, il dit d'une manière générale que les sen- 
tences des baillis de la haute Alsace étaient portées en appel devant 
la régence d'Ensisheim, et de là devant la chambre d'Innsbruck. 
Cela n'est vrai que pour la juridiction autrichienne; pour les autres, 
il aurait fallu distinguer. En général, les Etats de l'Alsace n'admet- 
taient pas que leurs sentences fussent frappées d'appel. Dans le 
principe, la justice éminente appartenait aux deux landgraves; 
c'est-à-dire, pour la basse Alsace, aux comtes de Wœrth, plus tard 
aux évoques de Strasbourg; pour la haute Alsace aux Habsbourg. 
Hais l'immunité avait à divers titres exempté des maisons reli<- 
gieuses, des seigneuries, des villes de cette juridiction, et les villes 
surtout mirent tout en œuvre pour l'empêcher de reprendre ses 

6 



Digitized by VjOOQIC 



- 82 — 

droits sur leur territoire. Pour cela, elles eurent leur justice à deux 
degrés et, en s' appuyant sur leurs privilèges de non citandOy de twn 
evocando^ de non app4land0y elles défendirent rigoureusement à 
leurs bourgeois de se pourvoir ailleurs. Elles ne pouvaient donc 
être appelées devant les juges étrangers — c'est ainsi qu'on les 
désignait — que par une action du dehors. Ce ne fut qu'après 
rétablissement de la Chambre impériale, à l'entretien de laquelle 
elles durent contribuer, que les villes perdirent à l'égard de leurs 
justiciables le droit de juger en dernier ressort. Mais, dans la haute 
Alsace, cette observation n'est absolument vraie que pour Colmar; 
car, pour la Reichsvogtei de Kaysersberg, qui comprenait les villes 
impériales de Kaysersberg, de Munster et de Tûrkheim, les appels 
ont été portés de tout temps devant le tribunal du grand-bailli à 
Haguenau. 

Je crois devoir relever encore, page 456, une assertion relative 
aux registres paroissiaux de l'état civil. L'auteur prétend que le 
clergé les tenait en double. Cela me parait douteux. Le clergé 
avait fort à faire de tenir un registre unique, et je puis citer telle 
paroisse, comme celle de Saint-Martin de Colmar, où, pendant 
des années, on n'a inscrit les actes de naissance, de mariage et 
de décès que sur des feuilles volantes, et où il a fallu un arrêt du 
Conseil souverain pour remédier à cet abus. 

A côté de ces négligences, je me permettrai de signaler une 
véritable lacune. Nulle part, M. Krug-Basse n'examine le titre en 
vertu duquel l'ancienne France possédait l'Alsace, le traité de 
Munster, qui a été, jusqu'en 1789, la base du droit public de la 
province, et dont la mise en oubU a été, en 4792, l'un des pré- 
textes de la guerre avec l'Empire. Il fait remarquer, il est vrai, 
que c'est à la paix de Westphalie que l'Alsace dut la liberté de 
conscience et l'égalité des deux cultes devant la loi. Partout où la 
confession d'Augsbourg était établie antérieurement à l'année i&ii, 
régnaient le partage et l'alternative des fonctions. Sous ce régime 
qui, dans les municipalités, faisait une part égale à la majorité et 
à la minorité, l'Alsace a joui d'une paix religieuse profonde, paix 



Digitized by VjOOQIC 



- 88 - 

troublée malheureusement quelquefois, il est vrai, par le prosély- 
tisme officiel de l'Eglise catholique; les autres provinces françaises 
pouvaient néanmoins lui envier ce privilège. 

A un autre point de vue encore, le traité de Munster a produit 
des effets non moins remarquables, dont l'auteur ne semble même 
pas se douter. Hormis les ci-devant possessions autrichiennes, où 
elle réunissait tous les droits de la souveraineté, les §§ 73 et 74 
n'accordaient partout ailleurs à la France que la suprématie ou 
suprême domaine; les seigneuries particulières et les villes impé- 
riales conservèrent la Landeshoheif, expression que M. Krug-Basse 
traduit improprement par souveraineté, au lieu de supériorité ter- 
ritoriale. En distinguant dans la souveraineté, d'une part la supré- 
matie, de l'autre la supériorité territoriale, les négociateurs de la 
paix de Westphalie étaient partis de ce principe que tous ces 
Etats, qu'ils fussent fiefs de l'Empire, arrière-fiefs ou francs-alleux, 
étaient au même titre des émanations et comme des démembre- 
ments de la souveraineté. Ainsi que le faisait remarquer, en 1789, 
l'ancien avocat général Lojson, dans un mémoire manuscrit de 
la bibliothèque si justement célèbre de notre honorable confrère 
M. I. Chauffbur, la maxime : t Nulle terre sans seigneui* » n'a 
jamais été reçue en Alsace et, en droit, la présomption était tou- 
jours en faveur du franc-alleu. Il est superflu de faire ressortir les 
conséquences de cette règle : c'est grâce à elle que l'Alsace a gardé 
l'originalité de sa Constitution jusqu'à la Révolution. 

Ainsi que je l'ai déjà fait remarquer, ces vues d'ensemble, qui 
expliquent le présent par le passé, échappent complètement à 
M. Krug-Basse; de parti pris, il concentre uniquement son attention 
sur l'état de l'Alsace sous l'administration française avant 4789. 

Sans doute, Fauteur ne doit pas compte à la critique de la 
manière dont il a conçu son travail ; mais de tout ce qui précède 
il résulte, à mon avis, que son plan est insuffisant et qu'il aurait 
dû, en même temps qu'il étudiait ce que l'ancienne France avait 
fait de l'Alsace, montrer ce qu'était notre province quand elle la 
reçut des mains de l'Allemagne. 



Digitized by VjOOQIC 



— 84 — 

Avant la Révolution, on peut dire que chacun des établissements 
de l'Alsace portait l'empreinte d'une phase différente de son passé- 
Dans les substructions, c'était le vieux cadre de l'Empire romain, 
avec des traces encore visibles des pagi et du colonat militaire 
constitué au profit des auxiliaires francs et burgondes. Puis venaient, 
par ordre successif, les grands évêchés fondés dans les vieilles cités 
romaines, les antiques abbayes, refuges des missionnaires gallo- 
romains, italiens et irlandais, qui avaient évangélisé le pays, les 
anciennes villœ des Mérovingiens et des Carlovingiens, les comtés, 
les seigneuries féodales démembrés de l'ancien duché d'Alsace, les 
villes impériales émancipées, suit des deux landgraviats de la 
haute et de la basse Alsace, soit des seigneuries ecclésiastiques, 
et artificiellement unies par l'empereur Charles IV pour tenir tête 
aux envahissements des Habsbourg. Tous ces diminutifs d'Etats 
étaient indépendants les uns des autres, quasi souverains ; ils exer- 
çaient le droit de haute, moyenne et basse justice, avaient le droit 
de paix et de guerre, contractaient des alliances entr'eux et même 
avec l'étranger. Ils n'avaient de lien commun que leur qualité de 
parties intégrantes du Saint-Empire. Entr'eux, et sans autre guide 
que les nécessités de leur existence, ils avaient résolu bien des 
problèmes qu'agitent encore les grandes puissances actuelles : 
telles sont, par exemple, les conventions monétaires, les traités 
de commerce et l'arbitrage qui prévenait les guerres. Le pouvoir 
central, simplement viager depuis la chute des Hohenstaufen et 
soumis à l'élection, n'avait qu'une action restreinte et devait se 
faire reconnaître par les vassaux de l'Empire. Quand, pour qualifier 
ce régime, M. Krug-Basse parle de la longue domination alle- 
mande, son expression n'est évidemment pas d'accord avec les 
faits. L'Empire ne reprit un peu d'autorité que lorsqu'il eut fait 
retour à la maison d'Autriche, dans la personne d'Albert II, de 
Frédéric III, de Maximilien I", et qu'à la faveur des divisions 
intestines produites par la Réforme et du rachat du grand- 
bailliage, il put s'immiscer dans les afl'aires intérieures des villes 
impériales. Ce furent les premières manifestations de l'Etat, au 



Digitized by VjOOQIC 



-85- 

sens moderne du mot, et c'est au détriment de la liberté de 
conscience qu'elles se produisirent. 

On comprend que, devant un état de choses pareil, la vieille 
royauté capétienne, réduite à une autorité limitée par des traités 
internationaux, ait refusé de considérer sa nouvelle conquête autre- 
ment que comme une province < d'étranger effectif > . Elle ne se 
rebuta pas, cependant; en même temps qu'elle l'occupait militai- 
rement, elle y établit son administration civile; elle transforma 
peu à peu la régence d'Ensisheim, qui avait été le gouvernement 
des seuls Etats autrichiens, en un véritable parlement, le Conseil 
souverain d'Alsace. 

Une fois la juridiction établie, il s'agissait de l'étendre. En 
traitant avec les uns, en brusquant les autres, Louis XIV réussit 
à se soumettre, selon l'expression du mémoire de M. Loyson, 
toutes les terres libres et souveraines dont la couronne de France 
n'avait reçu, dans le principe, que la suprématie. C'est ainsi que 
le Conseil souverain finit par devenir le tribunal d'appel et la cour 
féodale de l'Alsace entière. 

Bien plus que les intendants, le nouveau parlement fut le grand 
agent politique et l'organe d'assimilation de la France. Il fit pré- 
valoir ses maximes; il réforma l'administration de la justice à 
tous les degrés. Tout en respectant les droits éminents des justi- 
ciers, il mit fin à la participation des justiciables à l'administra- 
tion de la justice. Des juges gradués prirent la place des asses- 
seurs, auxquels la coutume avait jusque-là déféré le jugement des 
causes, tant civiles que criminelles. En leur retirant, au profit des 
juristes, l'interprétation et la sanction des contrats, en laissant 
tomber en désuétude les diètes provinciales, si fréquentes avant 
la guerre de Trente-Ans, la France écarta du coup tous les 
éléments de résistance ; mais, en même temps, elle étouffa dans 
son germe le contrôle que l'opinion aurait dû exercer. L'admi- 
nistration des villes resta ou devint l'apanage d'une caste de pra- 
ticiens; celle des seigneuries passa entre les mains des fonction- 
naires, et les uns et les autres cessèrent d'être responsables de 



Digitized by VjOOQIC 



— 86 - 

leurs actes devant les justiciables et devant les administrés. 
M. Krug-Basse cite quelques-uns des abus que ce régime engendra 
et contre lesquels l'esprit public fut presque toujours sans action. 
Il s'engourdit et ne se réveilla de sa torpeur qu'en 4789. Rien ne 
rendit la Révoultion plus populaire que le renouvellement des muni- 
cipalités et la suppression des vieilles régences seigneuriales; 
l'enthousiasme ne se refroidit que quand le législateur eut le 
malheur d'empiéter sur le domaine de la conscience et de porter 
atteinte à ses droits. 

Voilà, ce me semble, comment l'auteur aurait dû concevoir sou 
plan; comment il aurait pu donner à son travail une véritable 
portée. Mais, pour cela, il lui aurait fallu puiser à des sources qui 
ne sont pas encore dans le domaine public, à toutes ces correspon- 
dances, à tous ces mémoires, à tous ces actes conservés dans les 
archives; là, seulement, il aurait pu apprendre ce qu'était l'Alsace 
en 4648. Son étude n'en a pas moins une véritable valeur; mais, 
je ne crains pas de le dire : à ces œuvres de vulgarisation préma- 
turée, je préférerai toujours la moindre monographie sur une 
époque ou sur une localité déterminée, faite directement sur les 
documents originaux. 



Digitized by VjOOQIC 



— 87 — 

IX 

TABLETTES STKOFTIQDES ET SYIfMIllIlilIES 

DE L HISTOIRE DE LA RÉPUBLIQUE DE MULHOUSE 

jusqu'à sa réunion à la Franee en 1798 

par X. MossMANN 



Le Bulletin du Musée historique publie aujourd'hui la fin de 
ces Tablettes. La première partie, jusqu'en 1545, a mis en reliel 
le rôle politique de la commune, quasi-livrée à elle-même; la 
seconde a montré son absorption dans l'alliance des Treize can- 
tons, sitôt réduits à cinq; dans la troisième, on voit poindre l'ère 
industrielle, où il a été donné à iMulhouse de recouvrer, sous une 
autre forme, tout le cachet personnel qui caractérise ses débuts 
dans l'histoire. 

Cet avant-propos pourrait se borner là, et peut-être même 

l'aurais-je épargné au lecteur s'il ne me fournissait l'occasion 

d'introduire dans ce sommaire deux faits qui m'avaient échappé 

d'abord, et qu'il me parait nécessaire de rétablir à leur date : 

En 1231 : « Première mention de Mulhouse comme ville. • 
En 1330 : < L'empereur Louis de Bavière engage la prévôté de Mulhouse, pour 
300 marcs d'argent, au chevalier Conrad dlllzach et à ses héritiers. » 

A ces additions je me permets de joindre un erratum : Le syn- 
chronisme de 4609, porté par erreur, dans le Bulletin de 4877, 
à la troisième colonne de la page 402 (histoire de Suisse), doit 
être reporté à la seconde (histoire d'Allemagne). 



Digitized by VjOOQIC 



TABLETTKS SYNOPTIQUES 



RÉGNES ET ÉVÉNEMENTS CONTEMPORAINS 



1620 Réunion du Béarn à la cou- 

ronne; édil de restitution 
contre les Réformés. 

1621 Siège de Montauban. 



1624 Alliance des rois de France, 

d'Angleterre et de Dane- 
mark, du duc de Savoie, 
deVenise et de la Hollande. 

1625 Richelieu entre au minis- 

tère. 



1618 Soulèvement de la Bohême, 

où le clergé catholique avait 
tait abattre les temples. 
Ferdinand couronné roi de 
Hongrie. 

1619 Ferdinand II empereur. Les 

révoltés le déposent comme 
roi de Bohême, et élisent à 
sa place Télecteur palatin 
Frédéric V. 

1620 Défaite de Frédéric V à la 

Montagne blanche ; il perd 
la Bohême et ses propres 
états. 

1621 Réaction catholique en Alle- 

magne; ralliance des états 
protestants se dissout; le 
dernier champion du parti, 
Ernest de Nansfeld, se jette 
en Alsace. 

1622 Incursion de son lieutenant 

Oberntraut dans la haute 
Alsace ; il étend ses ravages 
jusque vers Ensisheim. — 
Le duc Christian de Bruns- 
wick et le margrave George- 
Frédéric de Ikide-Dourlach 
prennent parti pour 1 élec- 
teur palatin ; leur défaite 
parTîlIy; prise de Heidel- 
berg. 



1624 Des troupes de Tilly se mon- 

trent en Brisgau et en Al- 
sace. 

1625 Christiern IV, roi de Dane- 

mark, prend les armes 
contre Ferdinand II. 

1626 Défaite des Danois à Lutter. 

1627 Assemblée des états catho- 

liques à Wûrzbourg, pour 



1620 Massacre des protestants 
dans la Yalteline. 



1621 Les Impériaux s'emparent 
du pays des Grisons. 



1622 Soulèvement des Grisons, 
qui chassent les Impériaoi; 
Retour otTensif des impé- 
riaux; leur victoire à 
Aquasana. 



1625 Une armée française, aidée 
des troupes des cantons, 
s'empare de la Yalteline ei 
chasse les Impériaux. 



Digitized by 



Google 



-8d- 



ÎT SYNGHRONIQUES 



iJiSTOIRK 



m 



m 



m 



m 



Bâle avise les autres villes protestantes du mauvais état de défense où se trouve Mulhouse 
on rengage à réformer ses finances et son administration. 



En prévision d'un passage de troupes impériales, les villes protestantes mettent une garnison 
de 300 hommes à Mulhouse. 



Rassemblement de troupes dans le voisinage de Mulhouse : les cantons protestants Taver- 
tissent de faire bonne garde. 



Les villes protestantes soldent derechef 300 hommes pour tenir garnison à Mulhouse. Quelques 
soldats d'Oberntraut, Suisses et Mulhousols, arrivent dans cette ville et commettent 
des excès sur les terres autrichiennes. Le magistrat leur ferme les portes, et quelques-uns 
se font prendre à Illzach par les troupes impériales. Difficultés au sujet d'un bourgeois 
conduit prisonnier à Altkirch. Insolences des soldats.de la garnison à regard des vassaux 
autrichiens. * 



Profitant de la crise monétaire qui sévissait en Allemiagne, Mulhouse frappe monnaie ; emprunt 

fait à Bàle à cet effet. i 

Démarches de Mulhouse pour obtenir^ le cas échéant, le secoijrs de la France et une nouvelle 

garnison de ses confédérés. 

Le grand-conseil soulève des difficultés au sujet de Pemprunt contracté, en 1623, sans son 
aveu. Intervention des quatre villes prolestantes. Pour mettre un terme à la mauvaise 
gestion financière, le grand-conseil institue deux trésoriers, chargés de rendre compte, 
deux fois par an, de la recette et de la dépense. 

Les quatre cantons protestants délibèrent sur la réforme du gouvernement de Mulhouse, dont 
la.mauvaise administration met à leur charge toute la dépense que nécessite la conservation 



Digitized by VjOOQIC 



-90- 



RÉGNBS ET ÉVÉNE1IKNT8 GONTEMPORAINS 



1628 Prise de la Rochelle. 



1629 Ricbeliea premier ministre. 
Louis XIIl entre en Italie 
pour assurer la succession 
du dernier duc de Han- 
loue à son héritier, le duc 
de Nevers. 



1631 Alliance entre la France et 
la Suède. 



rendre la paix à l'Alle- 
magne et parer à l'accrois- 
sement de la puissance im- 
périale. L'exerciceduculte 
{protestant est interdit dans 
es terres héréditaires de 
la maison d'Autriche et 
même dans certaines villes 
impériales, au nombre des- 
quelles se trouve Golmar. 

1628 Entreprises de Ferdinand U 

pour se rendre maître de 
la mer du Nord et de la 
mer Baltique, et pour dé- 
truire, avec Taide d'une 
flotte espagnole, le com- 
meroedelaHollande. Siège 
de Stralsund, que les Sué- 
dois et les Danois obligent 
Wallenstein de lever. 

1629 Traité de Lubeck, qui ré- 

tablit la paix avec le Dane- 
mark. Edit de restitution. 
Concentration de troupes 
en Alsace : les villes impé- 
riales reçoivent garnison. 
Assemblée des princes 
catholiques à Heidelberg : 
message à Tempereur en 
fiiveur du rétablissement 
de la paix. 
1690 Entrée en campagne de Gus- 
tave-Adolphe, que Tempe- 
reur refusait de recon- 
naître comme roi de Suède ; 
il s'empare de la Pomé- 
ranie et du liecklenbourg. 

1631 Prise de Francfort -sul^ 

rOder; Gustave- Adolphe 
chasse les Impériaux du 
Brandebourg.Magdebourg 
tombe au pouvoir de Tilly : 
incendie de cette ville. 
L'électeurdeBrandebourg, 
le landgrave de Hesse- 
Gassel se déclarent pour la 
Suède; menacé par Tilly, 
rélecteur de Saxe suit leur 
exemple. Bataille de Leip- 
zig; les armées suédoises 
se répandent en Allemagne. 

1632 Les Suédois en Alsace: 

Gustave Hom s'empare de 
Benfeld et de Sélestadt; 
Gohnar massacre une partie 
de la garnison impériale 



1628 Une armée impériale in- 
verse la Vattdine pour 
prendre possessioD du 
duché de Hantone. 



1632 Convention de Bade, ql 
règle les questions de n 
liâon dans les baiUbfi 
mixtes et assure la oea 
traUté de la Suisse. 



Digitized by 



Google 



-w- 



HISTOiRK 



de la Tille. Mulhouse est assigné devant la cbambre impériale de Spire : on craint que cette 
procédure ne soit Tayantrcoureur de mesures analogues à celles dont Golmar vient d'être 
victime. Intervention des villes protestantes à Spire; elles recommandent à Mulhouse de 
se mettre en état de défense. 



Continuation des procédures contre Mulhouse, menacé d*étre mit au ban de TEmpire. Mou- 
vements des anciens exilés, qui font foire une saisie à ses dépens. La régence d'Ensisheim 
reftise de lui reconnaître les immunités de Tunion héréditaire. 



L*archevê(iue de Mayence signifie à Mulhouse Tédit de restitution, et le met en demeure de 
rendre les biens ecclésiastiques usurpés depuis 1555 et de renoncer au protestantisme. 
La ville implore Tappui des cantons protestants. La régence d'Ensisheim refusant de laisser 
passer une garnison, les confédérés envoient des commissaires chargés de veiller i la sûreté 
de la ville. Démarches auprès du roi de France en faveur de Mulhouse. Diète de Soleure à 
laquelle Mulhouse est convoqué par Tambassadeur de France; les députés catholiques refu- 
sent de siéger avec ses envoyés. Conférences des cantons protestants, où Ton constate que 
la ville ne peut rien pour sa défense; délibérations pour savoir si Ton continuerait ou non 
à lui servir d'appui ; hésitation de Bàle ; Zurich se prononce pour Taffirmative. L'ambas- 
sadeur de France encourage les cantons protestants à ne pas abandonner leur allié et promet 
l'assistance de son maître. 

La régence d'Ensisheim fait dissuader les cantons protestants, par rintermédlaire des cantons 
catholiques, d'envoyer une garnison à Mulhouse, en témoignant des intentions pacifiques 
de l'empereur, qui retirait ses troupes de l'Alsace. La France leur donne le même avis. 
Nouvelles difficultés suscitées par les ayants droit des anciens exilés; d'accord avec l'am- 
bassade française, les cantons protestants aident la ville à repousser leurs prétentions. 

Mulhouse est requis de payer une contribution mensuelle de 500 florins pour l'entretien de 
l'armée impériale. 



Délibérations des cantons protestants sur les moyens de procurer à Mulhouse une protection plus 
eflicace et moins onéreuse pour eux. Envoi d'une garnison de 200 hommes ; le contingent de 
Berne attaqué par les Soleurois au passage de la Cluse ; danger d'une conflagration générale 
en Suisse; les cantons catholioues s'interposent pour la prévenir. — La cavalerie impériale, 
surprise à Wittenheim, est taillée en pièces par les Suédois. 



Digitized by VjOOQIC 



— 92 — 



RÉGNES ET ÉVÉNEAENTS GONTEUPORAINS 



1633 Création du parlement de 
Metz. Renouvellement de 
ralliance avec la Suède. 
La guerre reprend contre 
la Lorraine. 



4634 Chassé de ses états, le duc 
Charles de Lorraine rejoint 
les armées de TËmpire. 



1635 Alliance avec les Provinces- 
Unies contre TEspagne. 
Bataille d'Àvein. 



et capitule. Mort de Gus- 
tave-Adolphe à la bataille 
de Lûtzen. 

1633 Union de Heilbronn entre 

la Suède et les états pro- 
testants pour la continua- 
tion de la guerre. Progrès 
du duc Bernard de Saxe- 
Weimar dans la haute 
Allemagne. Premier siège 
de Brisach. Approche de 
Tarmée espagnole de Féria, 
qui opère sa jonction avec 
Altringer et passe en Al- 
sace.- Les Suédois se con- 
centrent à Colmar, sous 
les ordres de Horn; les 
Espagnols refusent la ba- 
taille quMl leur offre. Féria 
prend ses quartiers d'hiver 
en Wûrtenberg. Le maré- 
chal de Laforce en Lor- 
raine. Les Suédois défaits 
à Steinau parWallenstein. 

1634 Victoire des Suédois àWatl- 

willer. Assassinat de\Val- 
lenstein. Désastre de Nord- 
lingen. Le duc Bernard de 
Saxe- Weimar, nommé gé- 
néralissime des Suédois, 
entre en campagne avec le 
cardinal de Lavalette. Le 
maréchal de Laforce dans 
le Palatinat. Colmar et 
Sélestadt reçoivent une 
garnison française; Ben- 
feld reste entre les mains 
des Suédois. 

1635 Paix de Prague, qui détache 

la Saxe de TUnion de Heil- 
bronn; à Texception de 
Hesse-Cassel , les autres 
états protestants suivent 
cet exemple. Posté à Br4- 
sach, le duc de Lorraine 
menace la haute Alsace, où 
il s'empare de diverses pla- 
ces.Le duc de Rohan déjoue 
ses projets à la tête d'une 
nouvelle armée française. 
Caumont - Laforce prend 
également Toffensive. Ren- 
forcé par Jean de Werth, 
le duc de Lorraine ravage 
TAlsace et passe dans ses 
états. Entrée en campagne 



1 633 Féria, venant d*ltalie et mi 
forcé de 3000 Soiss^^ de 
cantons primitifs, obi.p 
Gustave Horn à lever h 
siège de Constance. 



1634 Les cantons catholiques r^ 
nouvellent leur alliait 
avec TEsiiaçne. ' 



1635 Le duc de Rohan s>ai(»<r 
de la Valteline. 



Digitized by 



Google 



-«- 



HISTOIRS 



i33 Excès des Suédois à lllzach. Départ de la garnison.— Réquisitions pour la subsistance de l'armée 
espagnole ; Mulhouse, menacé et insulté par les troupes du duc de Féria et d'Àltringer, implore 
de nouveau la protection des cantons protestants et offre même de se rendre leur sujet. Baie 
lui envoie un officier de conflance. 



634 



Les Suédois somment Mulhouse de leur livrer les denrées des possessions aurrichiennes réfugiées 
dans ses murs. Grande mortalité parmi les habitants. Sauvegarde suédoise en ville. Nouvel 
appel aux cantons protestants, qui prennent leur recours auprès de l'ambassadeur de France, 
et commandent derechef à Mulhouse de mieux gérer ses finances. La France offre les fonds 
pour Tentretien d'une garnison de 200 hommes. A son tour, la régence d'Ensisheim met la 
ville en demeure de livrer les propriétés suédoises qui s'y trouvent. 



635 



Mulhouse fournit des blés au duc de Rohan, qui le prend sous la protection de la France. Les 
cantons protestants envoient une nouvelle garnison. 



Digitized by VjOOQIC 



- w- 




4636 Traité avec le landgrave de 



1638 Traité de Hambourg avec 
la Suède. 



1640 Prise de Turin. 

1641 La Gaulogne révoltée se 

donne à la France. Traité 
avec le Portugal. Bataille 
de la Marfée. 



1642 Conquête du Roussillon; 
bataille de Lérida. Mort 
de Richelieu. 



de rélecteur de Saxe contre 
les Suédois, qui le battent 
à Domnitz. 

1636 Le duc de Saxe-Weimar et 

le cardinal de Lavalette 
s'emparent de Saverne. 
Gallas entre en Bourgogne 
à la tête d'une armée im- 
périale. Bernard de Saxe 
Toblige à repasser le Rhin. 
Nouvelle victoire des Sué- 
dois sur les Impériaux et 
les Saxons à Wittstock. 

1637 AvénementdeFerdinandin. 

Gallas prend sa revanche 
sur les Suédois, comman- 
dés par Bannier, jt qui il 
fait lever le siège de Leip- 
zig. Bernard de Saxe- 
Weimar se maintient en 
Alsace. 

1638 Retour offensif de Bannier 

contre les Impériaux et 
les Saxons» qu'il repousse 
ius(^u'en Bohême. Prise de 
Rhemfelden etde Fribourg 
par Bernard de Saxe-Wei- 
mar; siège de Brisach; 
défaite des Impériaux à 
Wittenweyer; chute de 
Brisach. 

1639 Nouvelle défaite des Impé- 

riaux à Ghemnitz. Mort 
du duc de Saxe-Weimar; 
son armée se donne à la 
France. 

1640 Diète de Ratisbonne, qui 

décide la continuation de 
la guerre avec le concours 
des états protestants, aux- 
quels Tempereur accorde 
quelques compensations. 
Siège de Wolfenbuttel par 
les Français joints aux 
troupes de Hesse et de 
Brunswick. Défaite des 
Impériaux qui s'étaient 
portés au secours de la 
place. Préliminaires de 
Hambourg : Munster et 
Osnabrûck désignés comme 
sièges des négociations 
pour la paix générale. 
1642 Nouveaux succès des Sué- 
dois en Silésie, en Mo- 
ravie, en Saxe. Bataille 



Digitized by 



Google 



-95- 



HISTOIRE 



36 



©7 



S39 



jM 



En marche pour la Franche-Comté^ Tarmée de Gallas passe sous les murs de Mulhouse. La ville 
rachète six marcs d'argent sur sa taille restant engagés à Jean-Henri de Landenberg. 



Rentrant en Alsace, le duc de Saxe-Weimar s'adresse à Mulhouse pour avoir des vivres. 



Un cMivoi en route pour Mulhouse est enlevé par le commandant de Thann. Zurich et Berne 
^voient une petite garnison^ que la ville renforce à ses frais. 



Mulhouse se fait mettre en possession de Brunstadt, de Riedisheim et de Pfastadt, comme sûreté 
d'une ancienne créance sur les comtes d'Ortenburg. Le résident de France, Melchior de Flsle, 
tente d*obtenir la cour de Lucelle en échange d'un prêt qu'il avait fait à l'abbaye. 

P&stadt fiût retour k l'évéque de B&le, comme flef de sa mouvance. 



Digitized by VjOOQIC 



RÉGNES ET ÉVâNEWNTS CONTEMPORAINS 



1643 Avènement de Louis XIV ; 
Anne d* Autriche régente, 
Mazariû ministre. Bataille 
de Rocroy. 



1648 Bataille de Lens. Journée 
des barricades; commen- 
cement de la Fronde. 



1650 Mort de Descartes à Stock- 
holm. 

1652 Profitant des troubles de la 
France, les Espagnols rem- 
portent des avantages en 
Catalogne, en Italie et en 
Flandre, où Turenne arrête 
leurs progrès 

1654 Hésitations du comte d'Har- 
court, gouverneur de l'Al- 
sace, entre le parti de la 
cour et celui des princes ; 
Belfort et Thann entre les 
mains de la Fronde. Le 
maréchal de La Ferlé s'em- 
pare des deux places et 
menace Brisach, où d'Har- 



de Leipzig. Victoire de 
Guébriant à Kempten. 

1643 Les Suédois se jettent dans 

le Holstein. Prise de Roth- 
weil, mort de Guébriant. 
Défaite des Weimariens et 
des Français à Duttlingen. 

1644 Alternatives de succès et de 

revers en Saxe, en Misnie, 
en Silésie. Victoire du duc 
d'Enghien sur les Bavarois 
à Fribourg. Les Français 
se rendent maîtres des 
deux rives du Rhin jus- 
qu'à Mayence. Commen- 
cement des négociations 
pour la (Miix à Munster et 
à Osnabrûck. 

1645 Bataille de Jancovitz, qui 

rend les Suédois maîtres 
de la Bohême. L'électeur 
de Saxe traite avec la Suède. 
Défaite de Turenne à Mer- 
gentheim; le duc d'En- 
ehien rétablit les affaires 
de la France par la vic^ 
toire d'Allersheim. 



1648 Défaite des Impériaux par 
les Français et les Suédois 
à Summershausen. Paix 
de Westphaiie entre l'Em- 
pire, la France et la Suède: 
l'Empire et la maison 
d'Autriche cèdent à la 
France leurs droits sur 
l'Alsace. 

1650 Les Espagnols refusent d'é- 
vacuer Frankenthal. 



1653 La diète de Ratisbonnecède 
à l'Espagne Besançon en 
échange de Frankenthal. 



1648 Le bourgmestre RodolfiÉi 
Wettstein de B&le obtieni. 
par la paix de Westi^uLk'. 
la reconnaissance de lis- 
dépendance de la Saiss? ;t 
son exemption des tribu- 
naux de l'Empire. 



1653 Soulèvement des paysans de 
l'EnilihuchcOQtreLacemf 
La révolte gagne les cas- 
tons de Berne, de Sdt-ur*. 
de Bàle. Les pavsans scit 
défaits à Wohlensi^iiv^l 
par les troupes deZnn* x 
à Herzogenbuehsee par 
celles de Berne. Allîaacv 
particulière de Sol^a-t 
avec la France. 

1655 Difficultés entre les cautr.« 
de Schwytz et de Zurkà. 



Digitized by 



Google 



-97 — 



HISTOIRE 



IA7 



I5i 
S53 



$55 



BninsUdt et Riedisheim sont revendiqués par M. de Yignancourt, à qui le roi de France les 

avait donnés. 
Dansletraité de Munster, Mulhouse cesse d*6tre compté comme ville du grand-bailliage de Haguenau. 



Mulhouse est compris, par Tempereur Ferdinand III, dans une confirmation des privilèges de la 
Décapote. 

Menacé par les troupes du duc de Lorraine, qui ravageaient TAlsace, Mulhouse reçoit de nouveau 
de ses confédérés une garnison de 200 hommes. Illzach pillé par un parti de Lorrains. 

Mulhouse met un corps de 100 mousquetaires à la disposition de Lucerne. La régence française 
de Brisach autorise le passade. La diète des Treize cantons comprend le contingent de Mulhouse 
dans les forces dont la Confédération doit pouvoir disposer en cas de danger, et prend note 
du secours que la ville a spontanément offert; Lucerne lui en fait également ses remerciements. 



Mulhouse acquiert des nobles de Landenberg le quart de la dîme à Illzach. 



7 

Digitized by VjOOQIC 



-98 — 



RÈGNES ET ÉVÉNEMENTS CONTEMPORAINS 



court s'était établi. Cehii- 
ci se soumet. 



1658 Bataille des Dunes. 

1659 Traité des Pyrénées, qui 

met fin à la guerre avec 
TËspagne et assure à la 
France h possession de 
l'Alsace. 

1661 Traité de Vincennes avec 

la Lorraine : il rend la 
France maltresse de ses 
communications avec TAl- 
sace. 

1662 Alliance avec la Hollande. 



1664 Canal du Languedoc. 

1665 Louis XIV secourt la Hol- 

lande contre les Anglais. 

1667 Ordonnance civile. Guerre 

avecTEspagne. Campagne 
en Flandre. Paix de Bréda. 

1668 Conquête de la Franche- 

Comté. Triple alliance 
entrerAngleterre,la Suède 
et la Hollande. Paix d'Aix- 
la-Chapelle avec TEs- 
pagne : Louis XIY lui rend 
la Franche-Comté et garde 
ses conquêtes en Flandre. 

1670 Le duc de Lorraine est dé- 

possédé de ses états en 
punition de ses intrigues. 
L'Angleterre rompt avec 
la triple alliance et se rap- 
proche de la France. Or- 
donnance criminelle. 

1671 Louis XIV isole la Hollande 

de la Suède et de TEmpire. 

1672 La France et TAngleterre 

déclarent la guerre à la 
Hollande, qui perd trois 
de ses provinces. 

1673 Turenne arrête l'électeur 
. de Brandebourg et Monte- 

cuculli, qui voulaient por- 
ter secours aux Hollandais 
et tenter une diversion en 
Alsace. Louis XIV se rend 
dans cette province et fait 



1657 Mort de l'empereur Ferdi- 

nand UI. Interrègne. 

1658 Quatre électeurs proposent 

de déférer la couronne im- 
périale à Louis XIV. Elec- 
tion de Léopold. Alliance 
du Rhin, avec la partici- 
pation de la France. 



1663 La diète de l'Empire s'éta- 

blit en permanence à Ra- 
tisbonne. Guerre contre les 
Turcs. 

1664 Victoire de Saint-Gothard 

sur les Turcs. 



1668 Alliance de l'électeur de 
Cologne avec la France. 
Traité de Berlin, par le- 
quel l'électeur de Brande- 
bourg s'oblige envers la 
France à ne pas adhérera 
la triple alliance. 

1670 Alliance secrète de l'élec- 
teur de Bavière avec la 
France. 



1672 Fréd.-Guillaume, le grand- 

électeur, se ligue avec la 
Hollande et détache l'em- 
pereur de la France. 

1673 L'Empire et l'Espagne se 

liguent avec les Hollandais. 
Traité de Saint-Germain, 
par lequel l'électeur de 
Brandebourg renonce à 
son alliance avec les Hol- 
landais. 



Les cantons proiestail 
prennent les armes. Echi 
des troupes de Zurich dl 
vant Rapperschwyl. 
1656 Défaite des Bernois à 
mergen. Les cinq plus ) 
nés cantons sMaterpo 
et rétablissent la paix 



1663 Renouvellemenideralliias 
avec la France. 



1668 Sollicitée par TMipereor 4 
les Provinces-Unies dV < 
der à la triple alliaBce, U 
Suisse refuse de pTfihiff 
parti et s'en tient àhàt 
fense de ses propres fni'C- 
tières. 



Digitized by 



Google 



HISTOIRE 



Zurich fait demander à Mulhouse des officiers pour ses milices. La ville met 100 mousquetaires 
à la disposition de Berne et de Zurich. Bàle lui recommande la neutralité. Le comte d*Har- 
court, comme grand-bailli de Haguenau, réclame et obtient de Mulhouse le paiement de l'ancien 
tribut à TËmpire. 

Mulhouse est compris, pour une compagnie, dans les levées que les cantons protestants autorisent 
la France à faire chez eux. 

Mort du chroniqueur Jacques-Henri Pétri. 

Délibérant à Soleure sur le renouvellement de Talliance avec la France, la diète des Treize can- 
tons refuse de siéger avec les députés de Mulhouse. — Erection du temple français. 



Jean-Gaspard DoUfus représente Mulhouse au renouvellement de Talliance avec la France. L'em- 
pereur requiert la ville de contribuer aux dépenses de la guerre contre les Turcs. 

Mulhouse fournit à Tempereur vingt quintaux de poudre. A la demande de Zurich, en guerre 
avec Schwytz, la ville met sur pied une compagnie de 100 hommes. 

Les cantons catholiques n'admettent Mulhouse à siéger en séance plénière de la diète qu'autant 
que Rothweil, leur allié, y participe également. Les eaux du Steinbaechlein soni; employées à 
rirrigation. 

Préoccupé du danger d'une conflagration générale, Mulhouse reçoit de ses confédérés l'assurance 
qu'ils ne Tabandonneront pas. 



La ville de Mulhouse fournit à Louis XIV une compagnie de 200 hommes de pied, commandés 
par le capitaine Wolfgang-Fré^léric Loescher, le même qui, en 1064, avait commandé les cent 
hommes dans la guerre de Zurich avec Schwytz. 



Effrayé du sort de Golroar, Mulhouse implore derechef Tassistance de ses confédérés. 



Digitized by VjOOQIC 



-100- 



RÉGNES ET ÉVÉNEMENTS CONTEMPORAINS 



démanteler Colmar. La 
France et TEspagne se 
déclarent la guerre. 

1674 Conquête définitive de la 

Franche-Comté. Victoire 
de Turenne à Sinzheim. 
Incendie du Palatinat. Les 
Impériaux en Alsace : 
combat d'Ëntzheim. L'é- 
lecteur de Brandebourg 
rejoint Bournonville et, 
Turenne se retirant en 
Lorraine, tous deux pren- 
nent leurs quartiers d'hiver 
dans ia haute Alsace. Tu- 
renne débouche de Belfort 
et tombe au milieu des 
cantonnements de Tannée 
impériale. — Bataille de 
Senef 

1675 Bataille de Tûrkheim. Les 

Impériaux et les Brandi- 
bourgeois vident TAlsace. 
L'empereur oppose Monte- 
cucuUi à Turenne, qui 
est tué à Sasbach. Monte- 
cuculli assiège Haguenau . 
Condé sauve TAlsace. 

1676 Le maréchal de Luxem- 

bourg, sous Brisach, em- 
pêche le duc de Lorraine 
de franchir le Rhin. 

1677 Défaite du prince d'Orange 

à Cassel. Le duc de Saxe- 
Eisenach en Alsace est 
contraint par Montclar de 
repasser le Rhin. Combat 
de Kochersberg. Prise de 
Fribourg par le maréchal 
de Créquy. 

1678 LouisXIV s'empare deGand 

et dTpres. Campagne de 
Créquy dans le Brisgau ; 
prise de iKebi; incendie 
du pont de Strasbours; 
prise du château de Lich- 
tenl)erg. Paix de Nimègue 
avec la Hollande et l'Es- 
pagne : elle assure à la 
France ses conquêtes en 
Flandre et la conquête de 
la Franche-Comté. 
1680 LouisXlV fait fortifier Sarre- 
louis et Huningue. Cham- 
bres de réunion à Metz et 
à Brisach : la première 



1674 Alliance entre l'Empire, 
l'Espagne, la Hollande et 
l'électeur de Brandebourg 
contre la France. 



1675 Victoire du grand-électeur 
sur les Suédois à Fehr- 
bellin. 



1674 Le grand-électeur et réh 
teur pahitln reooffiinai 
dent aux camons prcn^ 
tants les iotërêis ée 
Hollande ocmtre Louisll 



1678 Le grand-électeur achève la 

conquête de la Poméranie 
sur les Suédois. 

1679 Traité de Nimègue entre 

l'Empire et Louis XIV : en 
échange de Philipsbourg, 
la France garde Fribourg. 
De son côté, le grand-élec- 
teur fait la paix avec la 
France et la Suède. 



1680 Congrès de Francfort pour 
discuter les droits de la 
France sur les terres réu- 
nies. L'archevêché de Mag- 



Digitized by 



Google 



101 - 



BI8T0IRB 



S74 



Mnlhoase reçoit de nouyeau une garnison de ses confédérés. Les généraux brandebourgeois le 
mettent en demeure de livrer les biens de Fennemi réfugiés dans ses murs. Les cantons pro- 
testants interviennent pour faire respecter sa neutralité. Défaite des Impériaux vers le Galgen- 
berg. RéDigié dans le château de Brunstadt, le régiment de Portia capitule. Tnrenne assure 
Mulhouse de son amitié. Etablissement de la poste avec B&Ie. 



1676 



1677 



1678 



Difficultés au sujet de la garnison, à laquelle ni Bàle, ni Schaffhouse ne veulent plus contribuer. 

Mulhouse complimente le maréchal de Luxembours dans son quartier général deRixheira; il 
n*est pas admis à présenter ses hommages, avec les cantons, au nouvel ambassadeur de France 
à Soleure. 

La ville fait complimenter tour à tour le duc de Saxe-Eisenach à Sausheim, Montclar à Ruelisheim. 
Fourniture de pain au premier; le second s'engage à respecter la neutralité de la ville. Diffi- 
cultés au sujet des batteurs d'estrade de la garnison de Rheinfelden. 



Sur les représentations de la ville, la France mahitient, pour les biens situés en territoire français 
et acquis par les bourgeois avant 1630, rimmunité fiscale dont ils avaient Joui précédemment. 
Le marécnal de camp Conrad de Rosen, depuis maréchal de France, acquiert le droit de 
bourgeoisie. 



1680 



Première école française. 



Digitized by VjOOQIC 



-I08-- 



RÂGNES ET ÉVÉNBIIENTS CONTEMPORAINS 



réunit à la couronne de 
France l'ancien domaine 
des Trois-Evêchés ; la se- 
conde les anciennes pos^ 
sessions de TAlsace et le 
comté de Montbéliard. 
1681 Ordonnance de la marine. 
Capitulation de Srasbourg; 
voyage du roi en Alsace. 



1683 Déclaration du clergé tou- 
chant la puissance ecclé- 
siastique. Translation de 
la cour à Versailles. Bom- 
bardement d'Alger. La 
France resserre son al- 
liance avec le roi de Dane- 
mark et avec l'électeur de 
Brandebourg. 

1683 Mort de Golbert. La guerre 
recommence avec l'Es- 
pagne dans les Pays-Bas. 



1684 La guerre est portée en 

Catalogne. Bombardement 
de Gènes. Prise de Luxem- 
bourg. Trôve de Ratis- 
bonne, signée pour vingt 
ans avec FEspagne et 
TEmpire. 

1685 Révocation de Tédit de 

Nantes. 

1686 Mort du grand Condé. 

1687 La France offre à TEmpire 

de convertir la trêve de 
Ratisbonne en une paix 
perpétuelle : cette propo- 
sition est rejetée. 

1688 La France s'empare du Pa- 

latinat.— Révolution d'An- 

Sleterre, où le prince 
'Orange monte sur le 
tr6ne des Stuarts. 

1689 Déclaration de guerre à 

l'Angleterre et au prince 
d'Orange. L'armée fran- 
çaise ravage le Palatinat, 
le Wurtemberg, le mar- 
graviat de Bade; incendie 
de Worms et de Spire. 



debourg est incorporé aux 
états de l'électeur de 
Brandebourg. 



1681 L'emperçur, la Suède veu- 

lent déclarer la guerre à 
la France. Le grand-éleo- 
teur, allié de Louis XIV, y 
met obstacle. Le congrès 
de Francfort est dissous, et 
ses attributions passent à 
la diète de Ratisbonne. 

1682 Confédération de Laxen- 

bourg contre la France : 
la Suède et l'Espagne y 
accèdent. 



1683 Les Turcs déclarent la 

guerre à l'Empire. Siège 
devienne, qu'à la tête des 
Polonais, Jean Sobieski 
contraint le grand-visir de 
lever. 

1684 Le duc de Lorraine est 

obligé de lever le siège 
de Bude. 



1685 Défaite des Turcs à Gran 

et prise de Neubaeusel. 

1686 Ligue d'Augsbourg contre 

la France. Prise de Bude. 

1687 Victoire de Mobacz sur les 

Turcs; conquête de l'Es- 
clavonie. 



1688 Mort du grand-électeur. 

Prise de Belgrade. Pour 
répondre à Imvasion du 
Palatinat, l'Empire déclare 
la guerre à la France. 

1689 Alliance avec la Hollande. 

L'électeur deBrandebourg 
et le duc de Lorraine en- 
trent en campagne contre 
la France. Prise de Wid- 
din sur les Turcs. 



1681 Les Treize cantons font 
complimenter Louis XIV i 
son passage à Ënsisheim 



Digitized by 



Google 



108- 



mSTOIRK 



Î81 Passage des députés confédérés. Le bourgmestre Jean Risler se joint à eux pour complimenter 
Louis XIV. 



S92 Mulhouse acquiert le quart de la dîme du grand-cliapitre de Bftle. 



La France limite rentrée des blés à llulbouse. 



Digitized by VjOOQIC 



— 104 — 



RÉGNES ET ÉVÉNEMENTS œNTElfPORAINS 



1690 Bataille de Fleuras. Vic- 

toire navale sur les flottes 
anglaise et hollandaise. 
Bataille de la Staffarde. 

1691 Prise de Mons. Bombarde- 

ment de Liège et de Bar- 
celone. Mort de Louvois. 

1692 Combat naval de la Hogue. 

Prise de Namur. Bataille 
de Steinkerque. Le Dau- 
phiné est ravagé par le 
duc de Lorraine. 

1693 Prise de Heidelberg.BaUilles 

de Nerwinde et de Mar- 
saille. Bombardement de 
Saint-Malo par les Anglais. 

1694 Bombardement de Dieppe 

et du Havre. 

1695 Bombardement de Bruxel- 

les. Pour rétablir la paix, 
la France offre de rendre 
Strasbourg et Luxem- 
bourg, et de démanteler 
Huningue et Fort-Louis. 

1696 Traité de Turin avec la 

Savoie. —Bombardement 
de r*alais 

1697 Prise de Barcelone. Traité 

de Ryswick : La France 
restitue à TEmpire Kehl 
et Philipsbourg, à la mai- 
son d'Autriche Brisach et 
Fribourg ; elle garde Sras- 
bourff et les terres sises 
en Alsace, ac^ugées à la 
couronne par les chambres 
de réunion. Le duc de 
Lorraine est rétabli dans 
ses états 

1698 Traité de La Haye entre la 

France, TAngleterre et la 
Hollande pour le partage 
de la monarchie espagnole. 

1699 Fondation du Neuf-Bnsach. 



1700 Second traité de partage de 
la monarchie espagnole. 
Mort de Charles II, roi 
d'Espagne : son testament 
en faveur du duc d'Anjou 
rend cet acte caduc. 



1690 Election de l'archiduc Jo- 
seph comme roi des Ro- 
mains. 



1692 Le Hanovre érigé en élec- 
torat sans Taveu des élec- 
teurs. 



1693 Union de Ratisbonne contre 
la création d'un neuvième 
électorat. 



1699 Traité de Garlowitz, qui 

rétablit la paix avec la 
Turquie. Adoption du ca- 
lendrier corrigé par les 
états protestants. 

1700 Nouvelle ligue formée ^ 

Nuremberg contre les 
droits électoraux du Ha- 
novre; elle recherche l'ap; 
pui de la France, qui 
adhère à son opposition.- 
L'empereur proteste contre 
le testament de Charles H 



Digitized by 



Google 



-105- 



HISTOIRB 



692 



Deux capitaines français s'étant ftmttus en duel sur le territoire de Mulhouse, et Tun d'eux ayant 
été tué, le major du régiment paie à la ville une amende de cent écus. 

A la bataille de Steinkerque» la compagnie de Mulhouse qui senrait en France perd ses officiers 
et la moitié de son effectif. 



Rénovation de l'hôtel de ville. 



Digitized by VjOOQIC 



-106-^ 



RÈGNES ET ÉVÉNEMENTS CONTEMPORAINS 



1704 Altiance du Portugal avec 
la France et TEspagne. La 
euerre éclate en Italie, où 
le prince Eugène bat Ga- 
tinat et Yillerol. 



1702 L'année impériale pénètre 

dans la basse Alsace et 
prend Landau. Tentative 
du margrave de Bade pour 
entrerdans la haute Alsace 
mir le territoire de Bftle. 
victoire de Yillars sur les 
Impériaux à Fridlingen. 

1 703 Pour tendre la main à rélec- 

teur de Bavière, Villars 
s'empare de Kehl, le duc 
de Bourgogne de Brisach. 
Tallard reprend Landau. 
Le Portugal accède à Tal- 
liance contre la France. 
Révolte des Gévennes. 



1705 Villars arrête les alliés qui 

menaçaient d'envahir la 
Champagne. Le margrave 
de Bade prend Drusenheim 
et force les lignes de Ha- 
guenau. 

1706 Yillars lait lever le blocus 

de Fort440uis et reprend 
Haguenau. Bataille de Ra- 



et contre l'élévation du 
duc d'An]ou au trtoe 
d'Espagne. Sollicitée par 
Léopold, la diète refuse 
de déclarer la guerre à la 
France. 

1701 L'Allemagne se divise à 

l'occasion de la succession 
du roi d'Espagne : pendant 
que les cercles de Fran- 
conie et de Souabe se dé- 
clarent pour l'empereur, 
les électeurs de Cologne et 
de Bavière s'allient contre 
lui. L'Angleterre et la 
Hollande prennent parti 
pour Léopold. La Prusse 
est érigée en royaume en 
faveur de l'électeur Fré- 
déric m. 

1702 Les cercles du haut et du 

bas Rhin et celui de l'Au- 
triche accèdent à l'alliance 
contre la France. 



1703 L'électeur de Bavière bat 

les Impériaux, qui avaient 
envahi ses états. La rési- 
stance du Tyrol et la défec- 
tion du duc de Savoie 
empêchent l'armée fran- 
çaise en Italie d'opérer sa 
jonction avec l'armée ba- 
varoise. 

1704 Marlborôugh à la tête des 

Anglais et des Hollandais, 
le prince Eugène à la tête 
des ImpériauXyOpèrent leur 

Kiction sur le Danube, 
taille de Hochstett : 
l'électeur de Bavière perd 
ses états, les Français sont 
reietés sur le Rhin. Capi- 
tulation de Landau. 

1705 Mortdel'empereurLéopold, 

avènement de Joseph I*'. 



1706 Les électeurs de Bavière et 
de Cologne mis au ban de 
l'Empire. 



1701 Les cantons 

sauf Appenz^l «t Sain 
Gall, adofiteiit le caloidrie 
réformé* 



Digitized by 



Google 



-107- 



HISTOIRE 



NH Le calendrier réfonné est Introduit à Mulhouse. 



704 



1705 



Etablissement d'un troisième moulin à foulon. 



Dernière admission au droit de bourgeoisie. Etablissement d'une blanchisserie hors la Porte-Haute. 



Digitized by VjOOQIC 



-108- 



RâGMES ET ÉViNBMENTS CONTEMPORAINS 



millies : perte du Brabant. 
Le prince Eugène fait 
lever le siéee de Turin: 
perte de riulie. Louis XIV 
demande en vain la paix 
aux alliés. 

1707 Bataille d'Almanza. Villars 

surprend les lignes de 
Stollhofen et pénètre en 
Allemagne. L'électeur de 
Hanovre Toblige à repasser 
le Rhin. Tessé fait lever 
le siège de Toulon, assiégé 
par le duc de Savoie et 
par le prince Eugène. 

1708 Capitulation de Lille. 

1709 Nouvelles propositions de 

paix : Louis XIV offre de 
renoncer au trône d'Es- 
pagne et de remettre TAl- 
sace sur le pied de la paix 
de Westphalie. L'Alle- 
magne demande TAlsace, 
la Lorraine, les Trois- 
Evéchés et la Franche- 
Comté. Passage du Rhin 
par Mercy : Dubourg le 
bat à Rumersheim et 
Toblige à se retirer de 
TAlsace. 

1710 Congrès de Gertruydenberg 

pour le rétablissement de 
la paix. Bataille de Yilla- 
viciosa. 

1711 Disgr&ce de Marlborough. 

L' Angleterre incline vers 
la paix. 

1712 Congrès d'CJtrecht. Victoire 

de Denain. 



I 



1713 Traité dTtrecht, qui ré- 
tablit la paix, sauf avec 



1711 Mort de Joseph I«'; élection 
de Charles VI, le compé- 
titeur de Philippe V au 
trône d'Espagne. 



1707 La prindpainté de Nerf- 
chÀtel édioit an roi de 
Pru8se.GoiiiiiieDc.- ^lentdK 
troubles du Toggen. KUf. 



1712 SoulèvementdespratesunB 
du Toggenbourg. Zurick 
et Berne prennent {Kutl 
pour les révoltés costic 
rabbé de Saint-Gall. leur 
seigneur, et occupeDlia 
bailliages oommoDs. I> 
cerne et Uri traitent de i) 
paix avec les deux Tilles; 
les autres cantons catho- 
liques la rejettent; leur 
dé&ite à ViUmergen. 0» 
sion du comté de Badefi i 
Zurich et ji Berne. Alliance 
perpétuelle de Berne aT«c 
fa Hollande. 



Digitized by 



Google 



-109- 



HISTOIRE 



707 Etablissement de quatre mégisseries hors la PorteJeune. 



709 Des Impériaux blessés à Rumersheim sont recueillis à Mulhouse. 



711 



712 



Etablissement d'une aiguiserie devant la Porte-Haute. 



A la demande de Zurich et de Berne, Mulhouse met sur pied une compagnie de 100 hommes avec 
12 grenadiers; leur armement comprend la baïonnette. Etablissement du directoire du conh 
merce. 



Digitized by VjOOQIC 



-IW- 



RàGNES ET ÉVÉNEUENTS CONTEMPORAINS 



Fempereur. Yillars s'em- 
pare de Landau et de Fri- 
Dourg. Gonffrèsde Rastadt. 
1714 Edit qui, à défaut des prin- 
ces du sang, appelle les 
princes légitimés à la suc- 
cession du trône. 



1715 Mort de Louis XIV, avène- 

ment de Louis XY» sous 
la régence du duc d'Or- 
léans. Le parlement rétabli 
dans ses droits. 

1716 Etablissement d'une banque 

générale; système de Law. 



1717 Alliance défensive avec l'An- 
gleterre et la Hollande 
contre TEspagne. 



1718 Traité de Londres entre la 

France, l'Empire et la 
Grande - Bretagne , pour 
accommoder les affaires 
d'Italie. La France et F An- 
gleterre déclarent la guerre 
à TEspanie. 

1719 Intervention militaire des 

deux couronnes en Es- 
pagne. 



17i0 Peste à Marseille. Déclara- 
tion du roi en faveur de 
la bulle Unigemtus, 



1725 Traité de Hanovre entre la 
France,laGrande^retagne 
et la Prusse pour leur 
défense commune. 



1 714 Paix de Rastadt et de Baden 

avec la France : Tempereur 
reçoit de la succession de 
Charles H les royaumes de 
Naples et de Sardaigne, 
les Pays-Bas espagnols^ 
les duchés de Milan et de 
Mantoue; sur le Rhin, les 
frontières sont rétablies 
selon les termes du traité 
de Ryswick, dans les Pays- 
Bas conformémentau traité 
dTJtrecbt ; les électeurs de 
Bavière et de Cologne re- 
couvrent leurs états. 

1715 La Prusse et le Hanovre 

déclarent la guerre à la 
Suède. 



1716 Alliance de rempereur avec 

Venise contre les Turcs. 
Bataille de Peterwardin; 
prise de Themeswar. 

1717 Bataille et prisede Belgrade. 

Les Espagnols chassent les 
Impériaux du royaume de 
Sardaigne. 

1718 Paix dePassarowitzavecla 

Porte. Les Espagnols por- 
tent la guerre en Sicile. 



1719 Pragmatique sanction qui, 

à défont de mâles, appelle 
les femmes à la succession 
des éuts héréditaires de la 
maison d'Autriche. Vic- 
toires des Impériaux en 
Sicile. 

1720 Paix de Stockholm entre la 

Suède et la Prusse. 



17S5 Traité de Vienne entre TEm- 
pire et TEspagne. 



1715 AUiance particulière dd 
cantons catholiques et à 
Valais avec la Fnsat 



1717 Etablissement de hbnqd 
de toiles impriffléesiW 
dbkidl àScbafIsheiDetI 
B&le, à instar de M 
de Hollande. 



1723 SuppUcedeDavel.qiiiH 
tenté de soulefer le p!J 
de Vaud contre le g«w 
nemont de Berne. 



Digitized by 



Google 



-111 - 



HISTOIRE 



717 A Toccanon de rarrivée d*ttn nouvel ambassadeur de France à Soleure, la diète des Treize cantons 
refuse aux envoyés de Mulhouse le droit de session, même quand la délibération se rapporte à 
Talliance française ; mais elle les autorise à se Joindre, dans la salle des séances, au cortège 
qui va complimenter l'ambassadeur, afin de leur éviter la mortification d'attendre dans la rue. 



Digitized by 



Google 



-112 




1726 Fixation du louis d'or à 24 
livres, de Técu à 6 livres. 

1729 Traité de Séville entre la 
France, TÂngleterre et 
TEspagne. 



1733 Guerre avec TEmpire à l'oo- 

casion de Télection d*un 
nouveau roi de Pologne. 
Alliance avec la Sardaigne 
etTEspagae. Prise de Kehl 
et de Milan. 

1734 Prise de Trêves et de Phi- 

lipsbourg. 
1736 Rétablissement de la paix ; 
Louis XV obtient pour son 
beau-père, le roi Stanislas, 
les duchâ de Bar et de 
Lorraine. 



1738 Traité de Vienne avec rEm- 
pire. A la demande de 
Gênes, la France intervient 
en Corse. 



1729 Persécution des protestants 
dans le pays de Sald>ourg. 



1731 Second traité de Vienne, 
qui s'étend à TAngleterre 
et à la Hollande. 



1733 Mort ^'Auguste II, roi de 

Pologne et électeur de 
Saxe : une armée impériale 
prend position sur les fron- 
tières de Pologne. 

1734 Essai de réforme monétaire. 



1737 Guerre avec la Turquie. 



1738 Les citoyens de Genève ob 
tiennent le droit de n-ui 
les nouveaux impôts. 



1739 L'Empire fait la paix avec 
la Porte et lui cède Bel- 
grade. 



1739 Coup d'éUt de révlfiieé 
Bàle, qui fait entrer t 
corps franchisa Ponvotn! 
et exécuter les dutU à 
ropposition. 



Digitized by 



Google 



-113- 



HISTOIRE 



Raouissances à Mulhouse à propos de la naissance du dauphin. Invités par l'ambassadeur de 
France aux fêtes qu'il donnait à la même occasion, et aux négociations pour le renouvellement 
de Talliance, les envoyés de Mulhouse ne sont pas admis, pendant Taudience, à s'asseoir avec 
les autres députés. Etablissement d'un nouveau moulin à foulon. 

Construction du barrage d'amenée permanent du Quatelbach. 

Un ressortissant de Mulhouse, condamné à mort pour avoir contrefait les monnaies firançaises, 
retrouve, après dix ans d'absence, sa femme remariée et son bien dissipé. Il revendique l'une 
et l'autre : le tribunal le renvoie à se pourvoir en France de lettres de rémission. — Mort du 
bourgmestre Fûrstenberger, continuateur de la chronique de Pétri. 



La ville déboute le plaipant, qui avait obtenu sa grûce du gouvernement français, de son 
instance en nullité du second mariage de sa femme, mais condamne un parent de cette 
dernière à restituer au premier mari 229 louis. Le perdant se pourvoit en appel devant les 
cantons protestants. Intervention de Zurich, qui se réfère aux précédents de 1587 et de 1588. 

Mulhouse défend son droit de juger en dernier ressort. Délibération du conseil et des sexvirs en 
faveur des privilèges municipaux. Pour couper court à l'appel, les parties transigent à l'amiable. 
Les cantons persistent néanmoins à revendiquer le droit de connaître des pourvois, que les 
ressortissants de Mulhouse introduiraient devant eux contre les sentences du conseil. Le conseil 
consulte la bourgeoisie pour savoir si, comme le serment qu'elle prête lui en laisse la faculté, 
elle entend faire usage du droit d'appel devant les cantons. A l'unanimité, les bourgeois se 
désistent de cette garantie en faveur de l'indépendance de la cité. Saisis de cette résolution, 
Glaris, Bftle et Schaffhouse reconnaissent que le droit d'appel ne s'entend pas des causes civiles; 
Zurich et Berne se réservent de se prononcer ultérieurement. Pour éviter un nouveau recours, 
le conseil se hâte de terminer l'affaire de la restitution des biens du premier mari, que la femme 
séparée s'était fait adjuger ; il la condamne à payer 28,972 livres ; celle-ci à son tour se pour- 
voit devant la ville de Zurich, qui ordonne de surseoir. 

D'accord avec la bourgeoisie qu'il avait consultée, le conseil envoie des députés à Zurich et à 
Berne, tant pour défendre la sentence qu'il avait rendue que pour faire reconnaître la souve- 
raineté de sa justice. L'une et l'autre ville exigent d'abord la révision du procès : après plus 
ample informé, elles confirment à Mulhouse le droit de Juger sans appel entre particuliers. 
Donnant alors suite à la nouvelle procédure, la ville déboute le premier mari de sa demande en 
restitution. Celui-ci se retire à Rixheim, où il fait son abjuration, et tente en vain de faire inter- 
venir le conseil souverain et l'intendant d'Alsace. A la suite de ces incidents, réorganisation 
du grand-conseil, qui est porté à 78 membres, et réforme de la justice et des finances : en 
matière civile, les appels devaient être portés au grand-conseil, qui acquérait de plus. le droit 
de nommer à toutes les fonctions publiques; tous les biens que la ville baillait à ferme devaient 
être mis en adjudication et leur produit affecté à dégrever les contribuables de la taille. Pour 
la première fois, le bourgmestre et le petit-conseil prêtent serment à la l)Ourgeoisie.— Mesures 
de rigueur contre les piétistes. 



8 

Digitized by VjOOQIC 



-114 — 



RÉGNES ET ÊVÉNIHDTrS CONTEMPORAINS 



1741 Alliance de Nymphenbourg 
avec la Bavière et entrée 
en campa^pfie en sa faveur. 
Prise de Prague. 



1742 Siège de Prague défendu 
[>ar les maréchaux de Bro- 
glieetdeBelIe-Isle. 



1743 Ecbec de l'armée française 

à Dettlingen. Les Autri- 
cbiens sont repoussés de 
l'Alsace. 

1744 Succès des Français en 

Flandre. Les Autrichiens 
forcent les lignes de Wis- 
sembourg et s'emparent de 
Haguenau et de Savenie. 
Les progrès du roi de 
Prusse en Bohème obligent 
les Autrichiens à vider 
l'Alsace. Le maréchal de 
Goigny franchit le Rhin et 
prend Fribourg. — Un 
leune officier du génie, 
Lachiche, revenant du 
siège de Fribourg, indique 
le tracé d'un canal de com- 
munication entre le Doubs 
et le Rhin par Lutran et 
Valdieu. 

1745 Campacrne dans les Pays- 

Bas; bataille de Fontenoy. 



1740 Avènement de Frédéric U 

en Prusse. Mort de Tem- 
pereur Charles VI ; extinc- 
tion de la ligne masculine 
des Habsbourg. 

1741 L'archiduchesse Marie-Thé- 

rèse prend possession de 
l'Autriche et se fait cou- 
ronner reine de Hongrie. 
Bataille de MoUwitz; conr 
quête de la Silésie par le 
roi de Prusse. 
l'Mâ L'électeur de Bavière est 
élu empereur sous le nom 
de Chartes VU. Bataille de 
Czaslau. Traité de Berlin, 
par lequel la reine de Hon- 
grie cède la Silésie à la 
Prusse. L'Angleterre, la 
Pologne, le Danemark, la 
Russie et la Hollande se 
déclarent neutres. 

1743 Marie-Thérèseestcouronnée 

reine de Bohême. Victoire 
de Sempachy qui met les 
Autrichiens en possession 
de la Bavière. 

1744 Alliance de l'empereur avec 

la Prusse et la Suède. Se- 
conde guerre de Silésie. 
Le roi de Prusse entre en 
Bohême et s'empare de 
Prague. Chartes de Lor- 
raine revient de l'Alsace, 
se joint aux Saxons et 
repousse Frédéric H. Char- 
les VII recouvre ses états 
héréditaires. 



1745 Union de Varsovie entre 
TAutriche, la Grande-Bre- 
tagne, les Pays-Bas et la 
Saxe. Mort de Charles Vn. 
BaUille de Pfaffenhofen ; 
traité de Fûssen, qui réu- 
blit la i)aix entre l'Autriche 
et la Bavière. Traité de 
Leipzig entre l'Autriche et 
la Saxe contre la Prusse. 
Victoire de Frédéric U à 



Digitized by 



Google 



-115- 



histoihk 



1743 Craignant pour sa sûreté, Mulhouse se recommande aux cantons protestants, qui écrivent en sa 
fiiTenr à GInrIes de Lorraine et au roi d'Angleterre. A la demande de la ville, Zurich «t Berne 
lui envcrfent des représentants et un petit renfort de troupes. Mulhouse sert derechef de place 
de refUge au plat pays. 

1744 Mulhouse foit complimenter Louis XV au siège de Frihourg. 



Digitized by 



Google 





~ 116 - 




RÉGNES ET ÉVÉNEMENTS CONTEMPORAINS 




Hohenfriedberg; nouvelle 






invasion de la Bohême; 






baUilles de Sorr, de Ke»- 






selsdorf. Paix de Dresde 






entre l'Autriche, la Saxe 






et la Prusse. François de 






Lorraine, époux de Marie- 






Thérèse, est élu empereur. 




1746 Prise de Bruxelles, d'An- 


1746 Alliance de l'Autriche et de 




vers, de Mons, de Charle- 


la Russie. Victoires de 




roy. Bataille de Raucoux. 


Plaisance et de Rottofredo. 




Invasion de la Provence. 






1747 Les alliés sont repoussés de 






la Provence. Dans les Pays- 






Bas, la France conserve et 






étend ses avantages. Ba- 






taille de Lawfeld ; prise de 






Berg-op-Zoom. 






1748 Prise de Maëstricht. Traité 






d^Aix-la-Ghapelle. 






1749 Edit qui défend aux gens 






de mainmorte d'acquérir 






et de recevoir des rentes 






et des biens-fonds. 




1749 Ck)nspiraUondeiienzîcootn 






le gouTemeoMnl de Berne 


1753 Exil du parlement, qui 






s'éUit immiscé dans l'af- 






faire du refus des sacre- 






ments. 






1756 Déclaration de guerre de 


1756 TrailédeWestminsterentrc 




l'Angleterre. Prise de Port- 


la Prusse et l'Angleterre, 
Frédéric II envahit la Saxe; 




Mahon sur les Anglais. 




Traité de Versailles avec 


défaite des Autrichiens à 




TAutriche. 


Lowositz; l'armée saxonne 
capitule à Pirna et est in- 
corporée dans l'armée 
prussienne. 






1757 L'Empire déclare la guerre 


1757 Belle conduite iks Soîssfl 




à Frédéric IL Défaite des 


an service de la Fnaot i 




AutrichiensàPrague; leur 


Rossbach. 




victoire àCoUin.LesRusses 






entrent en Prusse et bat- 






tent Frédéric II à Gross- 






jœgerndorf; il prend sa 
revanche à Rossbach et k 










Leuthen. 

Dig 


tizedby Google 



-117- 



HI8T0IRE 



46 Etablissement de la première manufacture de toiles peintes par Samuel Koechlin, Jean-Jacques 
Schmalzer et Jean-Henri Dollfus, sous la raison sociale Kœdilin, Schmalier et G«. 

Mulhouse feit complimenter à Strasbourg la nouvelle daupbine, Marie^osèpbe de Saxe. 



Les biens de Tbôpital et des particuliers situés au dehors sont exemptés de Timpôt du vingtième 

nouvellement établi en France. 
Réjouissances à Mulhouse à Toccasion de la naissance du duc de Bourgogne. 
Etablissement d'une seconde manufocture sous la raison sociale Hartmann et G*. Introduction du 

métier à tisser les rubans. 
Mulhouse renouvelle sa demande pour être admis à siéger à la diète des Treize cantons, dans les 

délibérations qui relèvent de Talliance française. Difficultés avec la France concernant le droit 

d'aubaine. 

Troisième fabrique de toile peinte : Anthès, Feer et G«. Premier règlement concernant les ouvriers 
étrangers employés dans les fabriques. Les cantons catholiques refusent le droit de séance 
réclamé Tannée précédente. La maison Hofer, Risler et G« introduit la filature et le tissage du 
coton. 

Sur la plainte des passementiers, la ville prohibe remploi du métier dans la fabrication des rubans. 

Les fabricants de rubans transfèrent leurs métiers à Riedisheim et à Dornach. Mulhouse autorise 
rétablissement de fabriques de rubans à nizach et à Modenheim. Mécontentement des passe- 
mentiers qui arrachent à la ville de nouvelles mesures restrictives. Une partie de la bourgeoisie 
se prononce pour les passementiers. En Allemagne, les corps de métiers menacent de mettre 
la place de Mulhouse en interdit, si la ville tolère des métiers sur son territoire. Décret qui, 
sous peine d'être déchu des droits de bourgeoisie, défend à tous les ressortissants de fonder 
des fabriques au dehors. Quatrième fabrique de toiles peintes : Hofer, Risler et G*. Règlement 
concernant Timpression des tissus. 



Digitized by VjOOQIC 



U8- 



RÈGNES ET ÉVÉIiniBIEm» GONTEBIPORAINS 



1758 Règlement sur ravancement 
dans Tarmée. 



1759 Oberkampf fonde une fabri- 
que de toile peinte à Jouy. 



1761 Pacte de famille entre la 

France, TEspagne, le roi 
des Deux-Siciles et le duc 
de Parme. 

1762 Préliminaires de Fontaine- 

bleau : la France cède aux 
Anglais le Canada, le S^ 
né^l ; aux Espagnols la 
Louisiane, et restitue à 
rélecteur de Hanovre et 
au landgrave de Hesse les 
places qu'elle leur avait 
enlevées.Supplicede Galas. 

1763 Traité de Versailles entre 

la France, l'Angleterre et 
l'Espagne. Suppression des 
Jésuites. 



1766 Mort du roi Stanislas; la 
France prend possession 
de la Lorraine. 



1768 Cession de la Corse par les 
Génois. 



1758 Défaites des Français à Cre- 

veld, desRusses à Zomdorf, 
des Prussiens à Hochkir- 
chen. 

1759 Les Français sont vain- 

queurs à Bergen, battus 
à Minden. Défaite de Fré- 
déric II à Kunersdorf; 
prise d'un corps prussien 
à Maxen. ^ Etablissement 
de la fabrique de toile 
peinte de Schûle à Âugs- 
bourg. 

1760 Bombardement de Dresde. 

Batailles de Liegnitz et de 
Torgau. 



1762 Paix entre la Prusse et la 
Russie. Bataille de Frey- 
berg. Paix de Huberts- 
bourg. 



1765 Joseph II empereur. 



1761 Fondation de la Sociétés 
vétique. 



1762 Troubles à Genève i Toc 
casion de la condamotUa 
de VEmile ei du Cmin 
social de J.-i. Roussao. 



1763 Troubles à Schwytz à Tco 
casion du senrioe miliuin 
à rétranger. 



1766 Le gouvernement deGaièn 
fait appel à la médiation 
de Berne, de Zarich et de 
la France. La bour^ise 
rejette le projet d'arm- 
gement des médiateurs. 



1768 Transaction entre les puis 
à Genève : il ne sati^t 
pas les natife, umjoofs 
exclus des droits dnis, 
coDunerdaux et pûlitiqu& 



Digitized by 



Google 



-119- 



HISTOIRB 



Cinquième fabrique de toiles peintes : J.-J. Feer et Huguenin. 



A roccasioD d'une taxe sur les cuirs indigènes et d'un droit d'entrée sur les cuirs étrangers, les 
tanneurs de Mulhouse demandent à être traités comme les nationaux. Etablissement d'un bureau 
de perception français à Mulhouse. Institution d'un conseil de prud'hommes. Défense à tout 
bourgeois qui vit de son état de s'intéresser dans une fabrique. Concession d'une prise d'eau 
du Steinbsechlen à tous les fabricants. 



Etablissement d'un cours d'instruction secondaire pour préparer les jeunes gens à l'enseignement 
des universités. 

Sixième fabrique de toiles peintes: Eck, Schwartz et G«. 



Décret qui autorise les fabricants; à donner certaines teintures à leurs tissus. Création d'un corps 
de police permanent de 40 hommes. 

A l'occasion de la nomination d'un nouvel ambassadeur de France en Suisse, le greffier-syndic 
Josué Hofer présente aux cantons catholiques des observations sur le droit de siéger que réclame 
Mulhouse. Etablissement de quatre nouvelles fabriques de toiles peintes : Heilmann, Blech et G« ; 
Thierry l'ainéetCs Feer et C«; Dollfuset Hofer. Taxe des salaires des ouvriers qui travaillent 
à la pièce ; décret qui défend aux fabricants d'accepter des commandites étrangères. 

La majorité des cantons catholiques se déclare en faveur de la demande de Mulhouse, à condition 
que la ville s'engage à ne pas tirer avantage de leur concession pour soulever d'autres prétentions. 
Création de la onzième et de la douzième fabrique de toiles peintes: Francli et C«; Schœn, 
Huguenin, Zuber et C«. Fondation Risler à l'hôpital. 

Mulhouse oifre de délivrer des réversales aux cantons catholiques, pour réduire leur concession 
à des limites infranchissables. 



Seul des cantons catholiques, Uri, qui avait consulté l'assemblée cantonale, et qui lui avait sou- 
mis les motifs qui, en 1S86, avaient fait exclure Mulhouse de l'alliance, persiste à lui refuser 
le droit de séance. Treizième fabrique de toiles peintes : Hartmann et fils. Etablissement d'un 
coche entre Bâie et Strasbourg. 

Essais infructueux de substituer la houille au bois dans la fabrication des briques. 



Digitized by VjOOQIC 



— 120^ 




1771 Parlement Maupeou. Pacte 
de famine. 



1773 Bertrand, ingénieur en chef 

des ponts et chaussées en 
Franche-Comté, reçoit Tor- 
dre de faire les études du 
canal du Rhône-au-Rhin. 

1774 ÂYénement de Louis XVI. 

Turffot contrôleur ffénéral. 
Abolition des corvées, des 
maîtrises et jurandes. 



1776 Chute de Turgot. Rétablis- 

sement de la corvée et des 
jurandes. Entrée de Necker 
au ministère. 

1777 Voyage de l'empereur Jo- 

seph II à Paris. 



1778 La France reconnaît Tindé- 
pendance des Etats-Unis ; 

Suerre d'Amérique. Mort 
e Voltaire et de Rousseau. 



1781 Retraite de Necker. 



1783 Traité de Versailles, par le- 
quel l'Angleterre reconnaît 
rindépendance des Etats- 
Unis, et la France recouvre 
le Sénégal. 



1772 Premier partage de la Po- 
logne. 



1778 Mort de Maximilien-Joseph, 
électeur de Bavière ; Télec- 
teur palatin Charles-Théo- 
dore renonce à sa succes- 
sion en faveur de PAu- 
triche. Frédéric II se pro- 
nonce pour l'héritier pré- 
somptif, leduc Maximilien- 
Joseph de Deux -Ponts. 
Alliance de la Prusse et de 
la Saxe. Les Prussiens en 
Bohème. 
1779 Traité deTeschen, qui attri- 
bue la majeure partie de 
la Bavière à l'électeur pa- 
latin et, par substitution, 
au duc de Deux-Ponts. 



1781 Edit de tolérance de Jo- 
seph n. 



1777 Renouvellement de Ha^ 
liance avec la Franee. i 
l'exclusion de Génère, à^ 
NeufchÀtelet de révèq» 
de B&le. 



1780 Traité particulier de b 

France avec révèqne Jr 
Bàle. 

1781 Soulèvement des natifs i 

Genève. Josué Hofer. d^ 
Mulhouse, préside à Oltcc 
la session de la Soctetf 
helvétlque. 
I78i A Genève, les natlfe renver- 
sent le gouvememeiit h k 
remplacent par une cooh 
mission de sûreté. Inlf^ 
vention de Berne, de li 
France et de la Sardai^. 



Digitized by 



Google 



-121 



HISTOIRE 



9 1 Adoption d'une nouvelle liturgie. 

i I Quatorzième fabrique de toiles peintes : Jelensperger, Kohler et G«. Mulhouse est compris dans 
un traité avec la France, pour Tabolition du droit d'aubaine. Les cantons catholiques décident 
, renvoi d'un mémoire à Uri, pour l'engager à accorder le droit de séance à Mulhouse, 
i ' Suppression de la poste de Bâle. Quinzième fabrique de toiles peintes : Frédéric Gornetz. 

3 I Rébellion à Toccasion d'une contravention de police; une partie de la population se mutine contre 
I le gouvernement. 

I 



L'ordre teutonique aliène une partie de l'hôtel qu'il possédait à Mulhouse. Fondation d'une société 
pour ravancement du goût et des sciences. 

Mulhouse prend part aux délibérations des cantons protestants sur le renouvellement de l'alliance 
avec la France. Son député, le greflBer Josué Hofer, vote avec Berne contre Zurich, pour la 
rendre perpétuelle. Seizième Dabrique de toile peinte : Kohler et Junghaen. 

Dans Taudience que la diète donne au nouvel ambassadeur français, Mulhouse recouvre son droit 
de séance, en dépit de l'opposition d'Uri qui proteste ; ses députés prennent rang entre ceux 
du Valais et de Bienne. Aux termes de la nouvelle alliance, les cantons protestants obtiennent 
le droit de passage pour les troupes qu'ils seraient dans le cas d'envoyer au secours de Mulhouse. 

Mort de Jean-Henri Lambert à Berlin. 



Premiers paratonnerres à Mulhouse. 
Fondation d'une école de commerce. 

Décret pour la réforme des mœuri. 



Digitized by VjOOQIC 



- 122 - 



RÉGNES ET ÉVÉNEMENTS CONTEMPORAINS 



1785 Procès du collier. L'impor- 

tation des toiles fabriquées 
dans les provinces d'é- 
tranger effectif est inter- 
dite, lies étrangers sont 
autorisés à établir des fa- 
briques en France. 

1786 Traité de commerce avec 

TAngleterre : lesdroitssur 
les tissus de coton fixés à 
12V,. Arrêt du conseil qui 
porte au double le droit 
d'entrée des toiles de TAl- 
sace. Démarches des fabri- 
cants alsaciens pour parer 
ce coup. 

1787 Traité de commerce avec 

la Russie. Assemblée des 
noUbles; elle émet le vœu 
que les douanes soient 
reportées à la frontière. 

1788 Retour dȔ Necker au mi- 

nistère. Fondation de nou- 
velles fabriques de toiles 
peintes à Wesserling et à 
Tbann. Les fabricants de 
l'intérieur réclament le 
maintien de la surélévation 
des droits sur les toiles de 
FAlsace. 

1789 Etats généraux : Assemblée 

nationale. Serment du jeu 
de paume. Prise de la 
Bastille. Nuit du Jk août. 
Abolition de la dîme. In- 
surrection des 5 et 6 oc- 
tobre. Division de la France 
en départements. Les pro- 
priétés du clergé déclarées 
biens nationaux. 

1790 Abolition des vœux monas- 

tiques. Constitution civile 
du clergé. Suppression des 
barrières entre les ancien- 
nes provinces; les douanes 
reportées à la frontière. 



1791 Inlriguespour fomenter une 
coalition européenne con- 
tre la France. Fuite de 
Varennes. Le roi accepte 
la constitution. L'Assem- 
blée constituante se dis- 
sout; elle est remplacée 
parr Assemblée législative. 



1786 Mort du grand Frédéric. 
Avènement de Frédéric- 
Guillaume il. 



1787 Alliance de T Autriche avec 
la Russie contre la Porte. 



1788 Soulèvement des Pays-Bas 
autrichiens, qui procla- 
ment leur indépendance. 



1790 Alliance de la Prusse avec 

la Pologne, pour y établir 
rhéréditédu trône. Alliance 
de la Prusse avec TAngle- 
terre, la Hollande et la 
Turquie. Mort de Joseph II; 
avènement de Léopoid II. 
Convention de Reichen. 

1791 Paix de Szistova entre TAu- 

triche et la Turquie. Dé- 
claration de Pillnitz par 
rempereur et par le roi 
de Prusse contre la Révo- 
lution. La diète de Ratis- 
bonne réclame le maintien 
de la féodalité en Alsace 



1785 Le poète PfelTel, deCoInnr, 
préside la session annucik 
de la Société helvétique. 



1790 Soulèvement dans le Bas- 
Valais. 



1791 Agitation dans le pays d^ 
Vaud ; Berne la refrène par 
la terreur. 



Digitized by 



Google 



-133 — 



HISTOIRE 



785 Démarches de Mulhouse pour obtenir la levée de la défense d'introduire ses toiles en France. 



186 Les produits de Mulhouse sont assimilés, quant à la douane française, à ceux de T Alsace. 



787 Décret en vertu duquel nul ne pouvait être admis au droit de manance, sans justifier d'un avoir 
de 300 livres. Emploi des houilles de Ronchamp et de Ghampagney dans les manufactures. 



788 Réorganisation des écoles. 



1789 Mesurés de défense à l'occasion du soulèvement des paysans du Sundgau contre la noblesse et 
les juifs : ces derniers trouvent un refuge à Mulhouse. Tumulte au sujet du règlement d'un 
corps de métiers. 



1790 



1791 



Inquiétudes au sujet des réformes de TAssemblée nationale. Création d'un comité de quarante 
membres, qui s adjoint au grand conseil. Difficultés au sujet de l'approvisionnement du marché. 
Mulhouse sollicite un traité de commerce. Ses députés sont admis à la barre de l'Assemblée 
nationale. 



Les fabricants de l'intérieur s'élèvent contre la prétention de Mulhouse de jouir, au point de vue 
du commerce, des mêmes avantages que les nationaux, tout en restant étranger à la France. 
Le comité diplomatique de l'Assemblée nationale estime que la question doit être réglée non 
par décret, mais par un traité. Consultée pour savoir s'il serait plus avantageux que Mulhouse 
restât étranger à la France, ou s'il y avait lieu de conclure un traité de commerce, la bour- 
geoisie se prononce pour ce dernier parti. Le traité est signé pour vingt ans à Paris, sauf 
ratification. La dissolution de l'assemblée constituante fait traîner l'affaire en longueur. 
L'Assemblée législative en est saisie à son tour. 



Digitized by VjOOQIC 



-124- 



RÊGNES ET ÉVÉNEUENTS CONTEMPORAINS 



Rassemblements d'émigrés 
sur la frontière.— Seconde 
fabrique de toiles peintes 
à Cernay. 

1792 La guerre déclarée au roi 

de Hongrie et de Bohême. 
La France tente d'envahir 
la Belgique. 20 juin, 
10 août. L'ennemi passe la 
frontière. Prise de Longwy. 
de Verdun. Massacres de 
septembre. Campagne dans 
rÂrgonne. Canonnade de 
Valmy. Convention. Pro- 
clamation de la république. 
Victoire de Jemmapes. 

1793 Mort de Louis XVi. La 

guerre civile en Vendée, 
Déclaration de guerre à 
TAngleterre, à la Hollande, 
à TEspagne. Revers de 
Dumouriez en Hollande. 
Levée en masse. Pros- 
cription des Girondins. 
Comité de salut public. 
Constitution de 1793. Les 
Hollandais et les Hanovrois 
sont défaits par Houchard , 
lesÂutrichiens parJourdan 
à Wattignies, les Prussiens 
par Hoche et parPichegru. 
Bataille de Kayserslautern. 
Dugommier reprend Tou- 
lon sur les Anglais. 

1794 Revers des armées républi- 

caines. Défaites du Ca- 
teau-Cambresis, de Lan- 
drecies. Victoires de Tour- 
nay, de Fleuras. 9 ther- 
midor : mort de Robes- 
pierre. — Etablissement 
d'une fabrique de toiles 
peintes à Guebwiller. 

1795 Paix de Bâle avec la Prusse 

et avec l'Espagne. Des(^ente 
de Quiberon. 13 vendé- 
miaire. Constitution de 
l'anlH: directoire. Triple 
alliance de TAutriche, de 
l'Angleterre et de la Russie 
contre la Franœ. 

1796 Campagne de Bonaparte en 

Italie. Victoires de Monte- 
notte. de Millésime, de 
Lodi, de Lonado, de Casti- 
glione, d'Arcole. 



au profit des princes alle^ 
mands possessionnés. 



1792 Alliance de l'Autriche et de 
la Prusse. Manifeste du 
duc de Brunswick. Mort 
de Léopold II : François U 
empereur. Alliance de l'Au- 
triche et de la Sardaigne. 



1793 Second partage de la Po- 
logne. 



1795 Troisième partage de la 
Pologne. 



1792 Révolution à Genève. Ocnt 
pation de TAjoie jur le 
général Cusline ; fondai! la 
de la république nm- 
cienne. 



1793 Réunion de TAjoie i b 
France. Antoine Spxrlia 
de Mulhouse, préside la 
session de la Société tw'r 
vélique. 



1794 Staefa demande à Zuridi b 
restitution de ses lii)ert<?& 



1795 Zurich tire TengeaBCf è 
cette demande. Âffnf 
chissement des va^o 
de Saint-Gail. 



1796 Campagne de Jourdan et de 
Moreau en Allemagne. Dé- 
faite de Jourdan par Tarchi- 
duc Charles. Mort de Mar- 
ceau. Retraite de Moreau. 



Digitized by 



Google 



794 



— 125 — 



HISTOIRE 



'9^ Nouvelles difficultés soulevées par le département du Haut-Rhin. Les députés de Mulhouse exposent 
leurs vœux à la barre de l'Assemblée législative. Articles additionnels au traité, pour assurer 
à la France, entre autres, le droit de faire passer le canal du Rhône au Rhin sur le territoire 
de Mulhouse. Nouvelles lenteurs : après le iO août, les députés demandent eux-mêmes Pajour- 
nement de la ratification. Entre temps le traité est mis sous scellé et déposé aux archives du 
comité diplomatique. Le département du Haut-Rhin entoure Mulhouse d'une ligne de douane. 
La ville envoie à Paris une nouvelle députation, dont les démarches restent stériles. 



793 Création d'un comité d'approvisionnement. Un parti favorable à la réunion à la France fonde un 
club. Reprises des négociations avec la Convention. Le département du Haut-Rhin impose 
Fusage des passeports entre Mulhouse et le voisinage. Ne pouvant faire rentrer ses récoltes 
sur territoire français, la ville achète des blés en Allemagne, mais n'obtient la permission de 
les exporter, qu'à la condition de ne pas les revendre aux Français. Pour fournir du bois aux 
liabitants^ la ville défriche ses forêts. Assistance des cantons protestants. 



1795 



Mulhouse obtient temporairement du comité de salut public des facilités pour ses importations et 
ses exportations. Le département du Haut-Rhin suscite de nouvelles entraves aux relations 
avec Mulhouse. La pénurie des céréales oblige la ville à se charger de la répartition du pain, 
et à défendre la fabrication de la bière. 



Nouveaux achats de blé en Suisse et en Allemagne. Mulhouse envoie derechef des députés à 
Paris, pour obtenir sinon la conclusion du traité de commerce, du moins la prorogation des 
avantages accordés précédemment. 



1 796 i Devant les dispositions du directoire, la ville renonce à demander le maintien du statu quo, mais 
insiste pour obtenir un traité de commerce. Difficultés au sujet des passeports. La ville n'est 
pas autorisée à faire des coupes dans ses forêts en territoire français. Les manants sont admis 
à acheter des maisons. Rébellion à Illzach. Translation de la fabrique de papier peint à Rixheim. 



Google 



Digitized by VjOOQ 



— 126 — 



RÉGNES ET ÉVÉNEMENTS CONTEMPORAINS 


1 797 Paix de Campo-Formio entre 


1797 Frédéric-Guillaume Ul roi 


1797 LaYaltelineréunieàlar» 


la France el rAulriche; 


de Prusse. 


publique Cis-AIpioe. 


partage desétalsde Venise. 






18 fructidor. Congrès de 
RasUdt. Mort de Hoche. 










1798 Campagne d'Egypte. 




1798 Les états de Vaud pr(-.b. 
ment leur indépendr^t 
sous le nom de répabl^j 
lémannlque. Arrivée de 
forces françaises, scids b 
commandement de Br>isi 
et de Schauenburg; \m 
deFribourgeldeSoletin'; 
défaite des Bernois, hftit 
tombe entre les mains*! 
Schauenburg. RésisUyip 
des petits cantons. Reu^ni 
de Genève à la France. F > 






dation de la républifJ 






helvétique. 



Digitized by 



Google 



127 - 



HISTOIRE 



Marche intermittente des négociations. Découragement au sein de la bourgeoisie, à laquelle la 
nécessité de se réunir à la France s'impose de plus en plus. L'entrée au directoire de Barthélémy, 
ambassadeur de France en Suisse, qui s'était toujours montré favorable à Mulhouse, ranime 
un moment Tespoir ; Texil du nouveau directeur, frappé le 18 fructidor, le dissipe. Le direc- 
teur Rewbel pousse à la réunion de Mulhouse à la France, qui ne veut plus admettre d'enclave. 
Rapport au grand conseil et à la bourgeoisie sur les dispositions du gouvernement français. 
Le grand conseil autorise les délégués à traiter de la réunion. Consultés par Mulhouse, les 
cantons protestants s'en remettent à lui de la résolution à prendre. 

Le grand conseil vote la réunion à la France ; la bourgeoisie de Mulhouse, ainsi que les habitants 
d'Ilizach et de Modenheim, adhère à ce vote. Une délégation du grand conseil délibère sur 
l'emploi à faire du patrimoine commun. La bourgeoisie rejette ses propositions, et vote la vente 
et le partage des biens communaux et de l'avoir mobilier et immobilier de la ville. Signature 
du traité à Mulhouse, par le commissaire du directoire, Jean-Ulric Metzger, de Golmar, c[ui 
déclare, au nom de la république, accepter la réunion de Mulhouse à la France. Le traité 
maintient à la ville sa neutralité jusqu'à la paix générale, la propriété de son patrimoine, y joint 
celui des corps de métiers, les biens des ordres teutonique et de Malte, du chapitre d'Ârlesheim 
et de l'abbaye de Lucelle ; sanctionne les aliénations récemment consenties ; fait abandon des 
rentes dont les biens cédés à la ville pourraient être grevés, et que la nation aurait pu reven- 
diquer ; stipule le maintien du tribunal de commerce et de la poste aux lettres existant, la 
création de deux notariats; institue une commission pour la rédaction du cadastre; garantit la 
validité de tous les contrats antérieurs à la réunion. De son côté, Mulhouse renonce à son 
alliance avec les cantons suisses, et charge le gouvernement français de le leur notifier. Le 
conseil des Anciens et celui des Cinq-Cents ratifient le traité. Fête de la réunion. 



Digitized by VjOOQIC 



STATUTS DU MUSÉE HISTORIQUE 

^Voy. Bulletin de la Société industrielle, vol. XLIV, p. 495 et 4%.) 

Le Musée historique de Mulhouse, propriété de la ville de 
Mulhouse, est, par délégation formelle- du Conseil municipal, 
donnée en vertu de la délibération du 20 septembre 1872, 
administré par la Société industrielle, qm a accepté cette 
délégation. 

Toutefois, sur la demande de la Société industrielle, dési- 
reuse de couvrir par là sa responsabilité vis-à-vis de la ville, 
l'administration municipale conserve dans ses attributions la 
nomination des conservateur et conservateur-adjoint du 
Musée. 

La Société industrielle, à son tour, a confié à un comité 
permanent le soin d'organiser, sous sa haute surveillance, 
l'administration du Musée, et a, dans ce but, donné son assen- 
timent au projet suivant de règlement qui lui a été soumis 
par ledit comité. 

STATUTS. 

Article premier. — Il est formé, sous les auspices de la 
ville et de la Société industrielle, un Musée spécialement 
destiné à rassembler et à conserver les monuments de l'his- 
toire religieuse, politique et civile de Mulhouse. 

Art. 2. — Le Musée est la propriété de la ville. 

Art. 3. — Il est placé sous la haute direction de la Société 
industrielle, qui délègue les soins de l'administration à un 
comité permanent, dont les membres seront nommés par 
elle, en nombre provisoirement indéterminé. 

Art. 4. — Le comité constitue lui-même son bureau pour 
une durée de trois ans. 



Google 



Digitized by VjOOQ 



- 129 - 

Le bureau est composé d'un président, d'un vice-président, 
d'un secrétaire, d'un secrétaire-adjoint, d'un trésorier. Le 
bibliothécaire en chef et l'archiviste de la ville, en leur qua- 
lité de conservateurs, en font partie de droit. 

Art. 5. — Le comité a pour mandat d'augmenter les col- 
lections du Musée et d'encourager l'étude de l'histoire locala 
Dans ce but, le comité recueille des souscriptions annuelles 
parmi les personnes reconnues pour leur attachement à 
Mulhouse; fait l'acquisition d'objets, de manuscrits et de 
livres, en provoque le don, fait exécuter des tableaux, dessins, 
gravures, etc., représentant les principaux événements de 
l'histoire locale; pubUe des bulletins périodiques, ainsi que 
des ouvrages inédits ou épuisés. 

Art. 6. — Les souscripteurs dont le concours est nécessaire 
à la prospérité de l'œuvre reçoivent le titre, soit de sou- 
scripteur fondateur, soit de souscripteur ordinaire. Sont dès à 
présent souscripteurs les personnes dont les noms figurent à 
la suite des statuts. L'inscription de nouveaux adhérents sur 
les Ustes n'a lieu que sur la présentation de deux souscrip- 
teurs et après l'avis conforme du comité d'administration. 

Les souscripteurs fondateurs paient une cotisation annuelle 
de 20 fr.; les souscripteurs ordinaires une cotisation de 5 fr. 

Ils reçoivent gratuitement le catalogue du Musée et les 
bulletins périodiques. 

Art. 7. — Un bulletin annuel fait connaître à la municipa- 
lité, à la Société industrielle et aux souscripteurs : 

Le mouvement des recettes et dépenses de l'année; 

Le nom des membres du comité et des souscripteurs; 

La liste des dons offerts au Musée pendant l'année écoulée. 

Il est joint à ce rapport, soit un travail original ayant trait 
à l'histoire de Mulhouse, soit la monographie d'un objet figu- 
rant au Musée. 



Digitized by VjOOQIC 



- 130- 

COMITÉ D'ADMINISTRATION DU MUSÉE HISTORIQUE 

1873-1878 (15 février) 

MM. Frédéric Engel-Dollfus, président 

t Charles Wacker-Schœn, vice-président et trésorier. 

Karl Franck, secrétaire. 

AUGUSTE Stœber^ président de la commission des acquisitions et 

cxmservateiir L 
ARMAND Weiss-Zuber, président de la commission des travaux et 

publications. 
Joseph Coudre, conservateur IL 
Auguste Dollfus. 
Edouard Dollfus. 
Nicolas Ehrsam. 
Frédéric Engel-Gros. 
Emile Gluck. 
Daniel Grumler. 
Edouard Hofer-Grosjean 
Armand Ingold. 
Auguste Klenck. 
Gustave Kœnig. 
Xavier Mossmann. 
Louis Sghcenhaupt. 
Georges Stoffel. 

Emile BeSvSon, agent du Musée. 



Digitized by VjOOQIC 



-181 — 



COMITÉ DADMINI8TRATI0N DU MUSÉE HISTORIQUE 



ReDOUYellement partiel; séance du 15 février 1878 



MM. Frédéric Engel-Dollpus, |?ré«iden^ honoraire. 



Auguste Stœber, président; conservateur L 

Nicolas EHR8A.M, vice-président; président de la commission des 

finances. 
Armand Weiss-Zuber, président de la commission des travaux et 

'publications. 
Joseph Coudre, conservatem' IL 
J.-J. LiEDERiGH, trésorier. 
Mathieu Mieg, secrétaire. 
Auguste Dollfus. 
Edouard Dollfus. 
Frédéric Engel-Gros. 
Karl Franck. 
Emile Qluck. 
Daniel Grumler. 
Edouard Hoper-Grosjean. 
Armand Ingold. 
Auguste Klengk. 
Gustave Kœnig. 
Xavier Mossmann. 
Victor Schlumberoer. 
Louis Schœnhaupt. 
Georges Stoffel . 



Emile Besson, agent du Musée. 



Digitized by VjOOQIC 



LISTE DES SOUSCRIPTEURS 

1877-1878 



AicHiNGER Théophile. 
ÂMANN Jacques. 
Arlenspach Jacques. 
ÂST Henri. 
Audràn Eugène. 
Audrân père. 
Badeb V". 
Bmr Fritz. 
Babth Eugène. 
Barth J. 
Baueb Benjamin. 
Baumert Ferdinand. 
Baumgartner Henri. 
Baumgartner Léon. 
Begker Auguste. 
Beinert Gustave. 
Bbinert père. 
Beun Auguste. 
Bbnner Albert). 
Benner Emile. 
Benner Henri. 
Benner Henri. 
Bernheim Charles. 
Bernheim Corneille. 
BfiRTELÉ Charles. 
Bertrând-Ljederigh Aug. 
Besson Emile. 
Beugniot Edouard. 
BiGBiNa Fritz. 
Bidungmeter Jules. 
Blanghot Charles-Emile. 



MM. 

Bock Henri. 
Bœhler Aloïse. 
Bœringer Eugène. 
Bohn Charles. 
BoHN Jacques. 
Bontemps-Rieffel. 
BouRRY Ernest. 
Brandt Charles. 
Brandt Emile. 
Braun Théodore. 
Bringkmann Jean. 
Bron E.-E.-C. 
Brughbt Charles. 
Brunsghwig Jules. 
Brustlein Charles. 
Brustlein Henri. 
BucHY Adolphe. 
Bulffer Joseph-Dominique. 
Bxtrgart-L^derigh J. 
BuRGERT Adolphe. 
BuRGHARDT Arthur. 
BuRGHARDT Jacquos. 
BuRNAT Emile. 
Calame Heiu'i. 
Chauffour Ignace. 
Chrkten Nicolas. 
Clémann Jacques. 
Clottu Jean. 
CoucHEPiN Charles. 
Coudre Camille. 
Coudre Joseph. 



Digitized by 



Google 



-188- 



MM. 

Dàrdel Gustave. 
Degebmann Jacques. 
Degert Oiarles. 
DiEMER Michel. 

DlBTSCH-GSELL. 

DiETz Louis. 
DoLL Edouard. 
DoLLFUs Auguste. 
Dollfus-Dettwiller. 
DoLLFus Edouard. 
DoLLFUS Edouard, typ. 
DoLLFUS Emile (Madame). 
DoLLFUS Eugène. 
Dollfxjs-Flagh, Ed. 
DoLLFUs Gustave. 
DoLLFXJS Jean. 
DoLLFUS Jean fils. 
DoLLFus Josuë. 
DoLLFUs Jules. 
DoLLFUs Mathieu. 
Ducommun-Vettbr J. 
DuROT Adolphe. 
EcK Daniel. 
Egk Jacques. 
Ehunger Jean. 
Ehrlen Louis. 
Ehrsam Nicolas. 
Endinger Josué. 
Engel Albert. 
Engel Alfred. 
Engel Arthur. 
Engel-Dollfus Frédéric. 
Engel Eugène. 
Engel-Gros Frédéric. 
Engel Gustave. 
Engbl-Royet. 
Engelmann God. 
Erné Henri. 
Ernsv Adolphe. 



MM. 

Eschbagher J.-J. 
Falgk Auguste. 
Fallot Charles. 
Faudel Frédéric. 
Favre Alfred. 
Favre Eugène. 
Favre Gustave. 
Fieghter Daniel 
Fischer D. 
Franck Karl. 
Frey Max. 
Fries Emile. 
Fries Jean. 
Fritz Emile. 
Fuhro Louis. 
Gassmann E. 
Gayelin Eugène. 
Geney Auguste. 
Gbrber Auguste. 
Gluck Emile. 
Gluck Emile fils. 
Gœtz Eugène. 
Grimm Gustave. 
Gros Jules-Gabriel. 
Gruber a. 
Grumler Daniel. 
Grumler Jean-Georges. 
Guerre Jules. 
GuTH Jules. 
GuYOT Joseph. 
Haas Abraham. 
Haas Alexandre. 
H^ffely-Steinbagh h. 
Haffa Jacques. 
Hanhardt Théodore. 
Hans Jean. 
Hartmann Jacques. 
Heilmann Albert. 
I Heilmann Jean. 



Digitized by 



Google 



-134- 



MM. 
Heilmann Paul. 
Heilmann-Schœn J. 
Heinis Emile. 
Heinrigh Ferdinand. 
Heller F.-G. 
Heyden Arnold. 
Heyer Edouard. 

HlRN-SCHŒN. 

Hofer-Grosjean Ed. 
Hoffet Eugène. 
Hubner Albert. 
HuGUENiN Edouard. 
Hugxjenin Jules. 
HuGUENiN Louis. 
Ingold Armand. 
Jacques Charles. 
Jelensperger Charles. 
Jélensperger J. 
Jung-Keuffer Charles. 
Kammerer Th. 
Keller Charles. 
Klein Georges. 
Klenge Auguste. 
Klippel D'. 
Klotz Edouard. 
Eii(ERTZER Charles. 
Eçeghlin Camille. 
Kœghlin Charles. 
Kœghlin D'. 

Kœchlin-Dollfus Eugène. 
Kœghlin-Dollpot Marie. 
Kœghlin Edouard. 
KcEGHUN Edouard. 
Kœchlin Emile. 
Kœghlin Fritz. 
KosGHLiN Isaac fils. 
Kœchun Jacques (Veuve). 
Kœghlin Joseph. 
Kœghlin Jules. 



MM. 

Kœghlin-Klippel E. 
Kœghlin Léon. 
Kœghlin Rodolphe 
Kœghlin-Sghwartz a. 
Kœnig Charles (Veuve). 
Kœnig E. 
Kœnig Eugène. 
Kœnig Gustave. 
KoHLER Emile. 
KoHLER Eugi^ne. 
Kohler Mathias. 
KuHLMANN Eugène. 
KuLLMANN Alfred. 

KULLMANN Auguste fîls. 
KULLMANN Paul. 

Kullmann-Sandhbrr. 
Lagroix (De) Camille. 
Lagroix (De) Victor. 
L^DERiGH Charles père. 
LjEDERiCH Jean fils. 
Ljederigh-Wbber. 
Lalange Auguste. 
Lalange Ernest 
Lampert Benjamin 
Lanhoffer Edouard. 
Lantz Benoit. 
Lantz Isaac. 
Lantz Lazare. 
Laurent Auguste. 
Laurent D». 
Legay Louis. 
Lehr Louis. 
Lesguyer Lucien. 
Llotd Henri. 
Maisgh Robert. 
Mantz-Blegh Jean. 
Mantz Jean. 

Mansbendbl-Hartmann J.-J. 
Marquiset Armand. 



Digitized by 



Google 



— 135 



MM. 

Meistermann Nicolas. 
MERcacLEN F.-P. père. 
Metzger Albert 
Metzger Oscar. 
Meunier-Dollfus Charles. 
Meyer Alfred. 
Meter Emile. 
Meyer frères. 
Meyer Henri. 
Meyer Robert. 
Michel Auguste. 
Michel Fritz. 
Mieq Edouard. 
Mieg-Eœchlin Jean. 
MiEo Mathieu. 
MiEG Mathieu (Veuve). 
Mœhler François. 
MoLL Louis. 
Mossmann Xavier. 
MuLLER Emile. 
MuLLER Henri. 
MuLLER Louis. 

MUNTZ-SCHLDMBERGER (M"*). 

MuTTERER A. père. 
NiEGELY Alfred. 
N-EGELY Charles. 
Neyser Jean. 
NiTHARD Xavier. 
Oberlin Charles. 
Orth Jacques, pasteur. 
OsTiER Louis. 
Petit Auguste. 
Pétry Emile. 
Picard H.-P. 
Platen Théophile. 
Prêcheur Alexandre. 

POUPARDIN. 

Rack Iwan. 
Redler F.-J. 



MM. 

Rey Emile. 
Risler Adolphe. 
Risler-Châlandre. 
Risler Charles. 
Ristelhxjber Paul. 
Royet Claude. 
Schiffer Gustave. 
Sghetty Martin. 
Sghaller V.-S. 
Sghauenberg Rodolphe. 
Sgheidegker E. 
Sgheidecker Henri. 
Scheurer Oscar. 
Sghieb Edouard. 

SCHLUMBERGER AlphOUSe. 

Sghlumberger Amédée. 
ScHLUMBERGER Ed.-Albert. 
Sghlumberger Ernest. 
Sghlumberger Frédéric. 
Sghlumberger Georges. 
Sghlumberger Jean. 
Sghlumberger Jean fils. 
Sghlumberger Jules. 
Sghlumberger J.-Albert. 
Sghlumberger-Sengelin. 
Sghlumberger Théodore. 
SghmalzertKœchlin (¥•). 
ScHMERBER Camille. 
Schneider Théodore. 
ScHŒN Camille. 
Sghœn Daniel fils. 
ScHŒN Daniel père. 
ScHŒN Fritz. 
Sghœn J.-Bemard. 
ScHŒN J. de Frédéric. 
Sghœnhaupt Louis. 
ScHRorr J. 
Sghwarberg Henri. 
Sghwartz Adolphe. 



Digitized by 



Google 



136 — 



MM. 

ScHWARTZ Edouard. 
ScHWARTz Oscar. 
Sghweisguth-Coudray Ch, 

Seigeot s. 

SiEGRIST. 

SiMONET Eugène. 
Spœrlein Auguste. 
Spœrry Albert. 
Spœrry Henri. 
Stein Adolphe. 
Steinbagh Georges. 
Steinbagh J.-Jacques. 
Steiner-Dollfus Jean. 
Steinlen Vincîent. 
Stengel-Sghwartz Al. 
Stetten (De) Frédéric. 
Stieffel Emile. 
Stœber Adolphe. 
Stœber Auguste. 
Ôtœgker Jacques. 
Stoffel Georges. 
Stoll-Gûntber André. 
Taghard Albert. 
Thierry Gustave. 
Thierry-Mieg Auguste. 
Thierry-Mieg Charles. 
TfflERRY-MiEG Edouard. 
TouRNiER Charles. 
TouRNiER Wladimir. 
Umbdenstogk s. 
Wagker Albert. 
Wagker Edouard. 
Wagker-Schœn (Veuve). 
Wagner Auguste. 
Wagner Edouard. 
Walther Oscar. 
Waltz a. 
Wantz Georges. 



MM. 
Weichant J.-H. 
Weidkneght Fritz. 
Weimann Charles. 
Weiss Albert. 
Weiss-Fries. 
Weiss Jacques. 
Weess-Schlcjmberoer E. 
Weiss-Sghlumberger Math. 
Weiss-Zuber Armand. 
Welter Emile. 
Wigk-Spœrlein Charles. 
WiLD Eugène. 
WiLHELM Eugène. 
WiLLMANN César. 

WOHLSGHLEGEL OSCar. 

Wolpf-Thierry (Veuve). 
WuRTz Fritz. 
Z^BERG Jacques. 
Zengerlin Gustave. 
Zetter Edouard. 
Zetter Emile. 
Zetter Henri. 
Zeyssolff Frédéric. 
Ziegler Emile. 
ZiEGLER Gaspard. 
Ziegler Jean. 
Zœgler Jules. 
Ziegler Martin. 

ZiMMERMANN M. 

ZiNDEL Auguste. 
ZiNDEL Octave. 
ZisLiN Antoine. 
ZuBER Ernest. 
ZuBER Frédéric père. 
ZuBER Victor. 
ZuNDEL Charle& 
ZuNDEL Emile (Veuve). 
ZuRGHER Charles. 



Digitized by 



Google 



-137- 



SOCIÉTÉS CORRESPONDANTES 



Société belfortaiiœ d'émulation — Belfort. Président : M. J. Die- 
trich. 

— PHiLOMATiQUE vosGiENinD — Saint-Dié. Président : M. R. 
Bardy. 

— d'émulation de MoNTBÉLLàJEtD — Montbéliard. Président : 
M. B. Favre. 

— POUR LA CONSERVATION DES MONUMENTS HISTORIQUES D'AlSACE. 

Strasbourg. Président : M. le ciianoine A. Straub. 
Alloemeine geschichtforschende Gesellschaft der Schweiz — 

Zurich. Président : Prof. O. von Wyss. 
HisTORiscHE UND ANTIQUARI8CHE Gesellschaft zu Basel. Prâsidcnt : 

Herr Prof. /.-J. BemouUi. 
ScHWEiZERiscHES BuNDESARCHiv — Bern. HciT D' J. Kaiser, Bundes- 

archiv-Director. 



MEMBRES CORRESPONDANTS 



MM. Théod. de Liebenau, Directeur des archives du canton de 
Lucerne. 

LE comte Egb. Fréd. de MOlinen, littérateur, à Berne. 

Maurice de Stûrler, chancelier d'Etat, à Berne. 

J.Brucker, conservateur des archives communales de Strasbourg. 

Dagobert Fischer, maire de Saverne. 

RoD. Reuss, bibliothécaire de la ville de Strasbourg. 

J. RiNGEL, pasteur à Montbéliard. 

Ch. Schmidt, docteur en théologie, ancien professeur de l'Univer- 
sité de Strasbourg. 



Digitized by VjOOQIC 



TABLE DES MATIÈRES 



PagM 

I. Notice biographique sur M. €h. Gérard, lue au comité du Musée. 

dans sa séance du 16 novembre 1877, par X. Mossmann. Avec portrait 5 

II. Note sur la découverte de sépultures gallo-romaines a Luttsr- 
BACH, près Mulhouse, par F. Engel-Dollfus. Avec une planche ...... 17 

Description des monnaies romaines trouvées à Lutterbach, le 29 mars 
1877, par Arthur Engel 19 

ÏII. Le CHATEAU DE BuTENHEiM. Notice hislorîque par G. Sloffel. Avec une 

planche 21 

IV. Menus d'un dinrr et d'un souper servis à la tribu des tailleurs de 
Mulhouse, le 28 juin 1730, par G. Weisz, hôtelier aux Trois-Rois, 
traduits de l'original allemand par Aug. Stœber 25 

V. Notice historique sur les anciennes pierres-bornes banales de 
Mulhouse, par N. Ehrsam. Avec une planche 27 

VI. Capitulation militaire pour la levée d'une compagnie de 200 hommes 
de pied, passée entre le capitaine français Stoppa et les députés de la 
ville de Mulhouse, le 13 octobre 1671. Notice préliminaire par Aug. 
Stœber 61 

VII. Prix de la main-d'œuvre a Mulhouse, en 1457. Extrait d'un Zunft- 
buch contemporain et œmmuniqué au comité d'histoire et de statis- 
tique de la Société industrielle par N. Ehrsam 70 

VIII. Littérature alsacienne. Rapport sur TAlsacs avant 1789, de M. Rrog- 
Basse, fait, au nom du comité d'histoire et de statistique de la Société 

industrielle, par X. Mossmann 78 

IX. Tablettes synoptiques et stnchroniqubs de l'histoire de la Ré- 
publique de Mulhouse Jusqu'à sa réunion à la France, 1798, par 
X. Mossmann 87 

X. Statuts du Musée historique 128 

Comité d'administration du Musée historique, 1873-1878 (15 février) 130 
Comité d'administration du Musée historique. Renouvellement par- 
tiel ; séance du 15 février 1878 131 

Liste des souscripteurs 132 

Sociétés correspondantes 137 

Membres correspondants 137 



Digitized by VjOOQIC 



MDLBODSB ^ IMPRIMBRIB VSCTVS BADKR & C* 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



BULLETIN 



DU 



MUSÉE HISTORIQUE 



DE 

MULHOUSE 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 



BULLETIN 



DU 



MUSÉE HISTORIQUE 



DE 

MULHOUSE 



Digitized by VjOOQIC 



Digitized by VjOOQIC 




Digitized by 



Google 




ne le 29 IVtarH I7i>6, cîf^èclê le 10 Avril l840 . 



Digitized by 



Google 



BULLETIN 



DU 



MUSÉE HISTORIQUE 



DE 



MULHOUSE 



ANNÉE 1879 



MULHOUSE 

Imprimerie Veiave Bader et C* 
1879 



Digitized by V300QIC 



AVIS 

Le Comité d'administration du Musée historique de Mul- 
house laisse aux auteurs des travaux publiés dans le Bulletin 
la responsabilité de leurs assertions. 



Digitized by VjOOQIC 



I. 

RECHERCHES 

BIOGRAPHIQUES ET LITTÉRAIRES 

SDR 

LES ÉTUDIANTS MULHOUSIENS 
immatricnlès à l'université de Bàle 

de 1460 à 1805 

pouvant servir aussi de ôomplément au Livre d'or 
de la bourgeoisie, Bùrgerbuch de Mulhouse, 

PAR 

AUGUSTE STŒBER 



INTRODUCTION 

Par une bulle mémorable, datée de Mantoue, le 8 novembre 
1459, le pape Pie II (Aeneas Sylvius Piccolomini) avait accordé 
à la ville de Bâie l'autorisation de fonder une université. Elle fut 
solennellement inaugurée, le jour de Saint-Ambroise (4 avril) 1460, 
par révêque Jean de Venningen, son premier chancelier. Georges 
d'Andlau, de Tilluslre famille noble de ce nom, en fut le premier 
recteur, et après lui, de 1460 à 1524, dix-neuf autres Alsaciens 
furent successivement appelés à remplir ces honorables fonctions * ; 
en voici les noms avec les années de leur exercice : Gaspard Zu 

* Voy. W. ViscHER, Geschichte der UniversUœl Basel, von der Grûndung 1460 bis 
zur Refomation io29. Basel 1860, in-8<>. 



Digitized by VjOOQIC _ 



— 6 — 

Rhein, de Mulhouse, 1460* ; Jean Crûtzer, de Guebwiiler, 1461; 
Nicolas Belzlin, deBarr,1465; Pierre d'Andlau, 1471 ; Christophe 
d'Utenheim, de Ramstein, 1473'; Adam Brun, d'Epfich, 1474 et 
1483; Jacques Hugo, de Marmoutier, 1477; Bernard Oûglin, 
d'Altkirch, 1478, 1481, '1488 et 1496'; Jean-Ulrich Surgant 
d'Allkirch, 1482, 1487, 1494 et 1501 *; Michel Wildeck, de Mul- 
house, 1489 et 1495'; Jean Sigrist, de Rouffach, 1489*; Jacques 
Carpentarius, de Saint-Hippolyte, 1491 (mort en 1541, doyen du 
chapitre de Colmar; son épitaphe existe encore)^; Jean Stump, 
de Westhausen, 1494'; Théobald Westhofer, de Riquewihr, 1503 
et 1506'; Jean Sellatoris, de Guebwiiler, 1505, 1513, 1518 et 
1521; Werner Schlierbach, de Mulhouse, 1506, 1516, 1518 et 
1524 *^ Jean Gebwiller,de Colmar, 1507, 1515 et 1522; Jacques 
de Gottesheim, 1510**; Wolfgang Capito, de Haguenau, 1517*'. 
En outre, toute une phalange de savants de notre pays vinrent 
occuper des chaires dans les différentes facultés de la nouvelle 
aima mater; parmi eux il s'en trouve plusieurs que nous avons 
déjà nommés comme recteurs; d'autres tiennent une place dis- 
tinguée dans l'histoire littéraire de la fin du XV® et du commen- 
cement du XVI® siècle. Ce furent : les théologiens Jean Crûtzer; 
Jean Geiler de Kaisersberg**, Michel Wildeck, Jean Gebwiller, 

^ La matricule de runiversité, fol. 7, recto, donne les armoiries de G. Zu Rhein 
peintes sur une page in-folio. 
' Armoiries peintes, très originales; grande feuille. Matric. 
> Armoiries p., avec des vers autographes de Sébastien Brant, fol. 77; cf. fol. 98. 

* Armoiries p., petites et grandes, en argent; initiales, id. 
^ Morceau de poésie en son honneur, fol. 78, verso. 

* Armoiries; initiale p. et morceau de poésie. 
^ Belles armoiries p. dans Tinitiale. 

^ Armoiries p. dans l'initiale. 

* Belles initiales avec armoiries. 

*^ Très belle image p. avec les armoiries des Schlierbach de Mulhouse. 

^* Magnifique image avec quatre armoiries p., au milieu desquelles se trouve le 
portrait de Tempereur Henri. 

" Voy. W. ViscHER 1. c. pamm et pp. 322-328. — (Hertzog) Athenœ Rauricœ, 
Basileae 1778, passim et p. 459-462. — Aug. Stoeber, Notes sur ks recteurs de 
runwersUé de BâlCy d'origine alsacienne. Revue d'Alsace i879, pp. 145-167. 

^* Né de parents alsaciens à Schafifhouse. 



Digitized by VjOOQIC 



— 7 — 

Jean Sellatoris, Wolfgang Gapito, Conrad Pdlicanus, de Rouf- 
facb, Paul-Constantin Phrygio, de Schlestadt, le théologien et 
juriste Jean-Ulrich Surgant; — les juristes Georges d'Andlau' 
Pierre d'Andlau, Bernard Oûglin, Sébastien Brant, de Strasbourg, 
Jacques de Gottesheim, de Strasbourg, Jean Textoris, de Mœr* 
nach; — Jérôme Gemuseus, de Mulhouse, médecin et helléniste 
très renommé, Conrad Lycostbènes, de RoufTach, professeur à la 
faculté de philosophie. 

Dès les premières aimées de son existence, nous voyons affluer 
à l'université de Bàle, de toutes les parties de l'Alsace, de nom- 
breux jeunes gens pour se faire immatriculer à la faculté de 
philosophie, appelée aussi faculté des arts libéraux, ArtistenfacuU 
t(zt\ Cette faculté formait le degré inférieur de l'université, par 
lequel il fallait passer pour être admis à l'une des trois facultés 
supérieures : la théologie, le droit et la médecine. Elle recevait 
des élèves très jeunes; ainsi pour n*en citer que trois exemples 
choisis parmi les Mulhousiens : Rodolphe Hofer, né en 1607, 
immatriculé en 1619, n'avait que 12 ans; Tobie Hofer, né en 
1630, immatriculé en 1641, en comptait 11, et Jean-Henri 
DoUfus, né en 1731, immatriculé en 1745, était alors âgé de 
14 ans. Mais, comme ils étaient inscrits sur la matricule de 
l'université, ces enfants comptaient déjà parmi les étudiants, 
Studiosi artium liberalium^ tandis qu'aujourd'hui on les appelle- 
rait c gymnasiastes ou pédagogistes > . Les études dans la faculté 
de philosophie duraient trois années ; après la première, les jeunes 
gens devaient se faire recevoir bacheliers en philosophie, grade 
qui correspondait à l'examen de maturité, Abiturientenexamen^ 
d'aujourd'hui; après la seconde année, ils devenaient maîtres-ès- 
arts, niagistri artium liberalium et obtenaient, par là, le droit 
de concourir à l'élection des recteurs de l'université. Beaucoup 
d'élèves quittaient la faculté de philosophie après y avoir achevé 
leur troisième année, soit pour suivre les cours de lune des 

' La rétribution ordinaire pour Tinscription sur la matricule était de 6 schel- 
liDgs. 



Digitized by VjOOQIC 



— 8 — 

trois autres facultés, à Bàleou ailleurs*, soit pour embrasser une 
autre carrière, s'étant contentés d'avoir fait leurs humanioraj 
comme cela se pratique encore de nos jours. 

Le registre-matricule de l'université de Bâie (livre du recteur)', 
duquel notre collègue, M. A. Ingold, a extrait les noms de tous les 
étudiants alsaciens et auquel je n'emprunte que les mulhousiens, 
est conservé à la Bibliothèque de l'université de Bâle. M. le D' L. 
Sieber, bibliothécaire en chef, a bien voulu coUationner la liste des 
inscriptions et y ajouter de nombreux et précieux renseignements. 
Qu'il agrée ici l'expression de ma plus vive reconnaissance! 

Le registre en question se compose de 4 volumes in-folio : 
L Depuis 1 460 jusqu'en i 567 . 
IL . 1568 — 1654. 
m. . 1654 — 1765. 
IV. > 1765 — 1810. 

Un manuscrit sur parchemin, in-folio, renferme les promotions 
des maîtres ou docteurs, 1* partie; celle des bacheliers, 2* partie; 
c'est la matricule de la faculté de philosophie ou des arts libé- 
raux. Ce volume contient aussi les statuts de la faculté et la liste 
des professeurs admis à faire des cours {Docenten). Les promo- 
tions pour le doctorat, fol. 51-179, ainsi que celles pour le bacca- 
lauréat, fol. 175-350, vont jusqu'en 1748. 

Les qualifications d'origine que se donnent les étudiants ou les 
gradués mulhousiens, sont assez curieuses pour que j'en cite 
quelques-unes : Mulhusinus, Mulhusa-Stmdgauviensis^ Relveto- 
Mulhudnus^ Mulhusino-Helvetus, Mulhusino-Alsatus^ Mylhusio^ 
AlsatuSy Mulhusanus-Hehetus. 

Mes recherches n'ont eu, comme point de départ, que les 
noms et les années de linscription des étudiants mulhousiens 
sur la matricule universitaire; pour leur donner quelque intérêt 

' Les universités qui se trouvent mentionnées sur les listes de proroolion ou sur 
les titres des dissertations sont celles de Paris et d'Erfurt (surtout au XV« et au 
XVI« siècle), de Zurich, Berne, Lausanne, Strasbourg, léna, Leipzig et Marbourg. 

* Quatre volumes in-folio, vélin; avec un grand nombre d'armoiries et de pein- 
tures allégoriques. 



Digitized by VjOOQIC 



— 9 — 

historique et littéraire, j'ai dû consulter nos chroniqueurs et nos 
historiens, le Rûrgerbuchy bon nonnbre de dissertations, d'oraisons 
funèbres et d'autres pièces imprimées , des documents manuscrits, 
des arbres généalogiques, les collections de notre Musée historique 
et plusieurs collections privées. Les renseignements que j'ai deman- 
dés aux familles, m'ont été fournis, presque sans exception, avec 
une bienveillance que je ne saurais assez louer. 

Malgré ces nombreuses ressources, je ne sens que trop combien 
mes indications laissent encore à désirer; mais, quelque impar- 
faites qu'elles soient, elles pourront servir de jalons au futur 
historien d une Mulhusa litterata; en tout cas, j'ose les présen- 
ter, dès maintenant, comme complément du Livre d'or de la 
bourgeoisie, Burgerbuch^ de Mulhouse. 



Explication des abréviations et des signes employés 
dans ce travail. 

Bûrgerb. — Der Stadt Miilhxmsen privïleffirtes Bilrgerbuoh bis zur 

Vereinigung dieser Bepublik mit Frankreich, im Jahre 1798. Her- 

atisgegeben von Nie. Ehrsam. Miilhausen, bei J. P. Bisler, 1850, 

in-8^ 
M. Mieg. — (Math. Mieg). Der Stadt MuHiansen Geschichte Us zum 

Jahr 1816. Miilhausen, 1816-1817, bei Joh. Bisler tt. Comp. 2 vol. 

in-4'. 
Graf. — Oeschichte der Stadt Mulhaiisen und der Dcerfer Illzach und 

Modenheim. Millhaus&n, bei Joh. Bisler u. Comp. 1819-1826, 4 vol. 

in-l6. 
A. L. M. — Artium liberalium magister; maître-ès-arts. 
S. M. C. — Sancti ministerii candidatus, candidat en théologie. 
V. D. M. — Verbi divini minister; ministre de la parole de Dieu. 
D. G. W. — Diener gœttlichen Wortes, ministre de la parole de Dieu. 

L U. L. —- Juns titriusque licefitiatus ; licencié en droit civil et cano- 
nique! 



Digitized by VjOOQIC 



-lo- 
in. — (Dreier), un des 3 membres élus par la majorité des voix de 
chacune des 6 corporations pour faire partie du grand-conseil. 

VI. — (Sechser), un des 6 membres présentés par chaque corpora- 
tion et élus par le grand-conseil dont ils faisaient alors également 
partie. Les III et les VI furent créés, en 1740, lors des dissensions 
qui avaient éclaté entre le magistrat et la bourgeoisie. 

XL. — ( Vierziger), un des 40 bourgeois adjoints au grand-conseil pour 
traiter les affaires de l'état, et particulièrement celles concernant 
les rapports avec la France. Ils furent institués en 1790*. 

*. — L'astérisque placé après le nom d'une personne indique que son 
nom ne figure pas au Burgerbiich^ 

Fam. et — Famille éteinte. 

Fam. et.* — Famille éteinte, non signalée au Biirgerbuch. 

[ ]. — Les millésimes, noms ou articles enclavés dans cette paren- 
thèse, se rapportent à des étudiants qui ont été promus à l'univer- 
sité de Bâle, à un grade supérieur, soit par suite d'examens, soit 
après avoir soutenu leurs thèses, sans avoir passé, à cette univer- 
sité, par la faculté de philosophie. 



> Mieg, I, 42, se trompe en mettant l'iastitution des XL à Tannée 179i; la pre- 
mière réunion du grand conseil et des XL eut lieu le 27 juin i 790. Voy. Graf, IV, 10. 

* Le plus grand nombre d'omissions s'explique par la nature même du Biirger- 
buch, où ne sont inscrits que les hommes mariés devenus bourgeois. Or beaucoup 
de nos étudiants sont ou morts avant Tàge» ou sont restés célibataires, ou bien se 
sont établis dans d'autres localités et ne pouvaient donc pas Ggurer au Livre d'or 
de la bourgeoisie. J'ai signalé, à leur place respective, les omissions non justifiées, 
tant celles des individus que celles des familles. 



Digitized by VjOOQIC 



— 11 — 



SERIE DES ETUDIANTS MULHOUSIENS 

IMMATRICULÉS A l'UNIVERSITÉ DE BALE 

diaprés Fordre chronologique de leur inscription. 



< InventîB ikcile erit addere. JaetoB est 
« ad cetera gradns. » 

1460. — Pierre Hofer*; descendant de Heini (Henri) Imhof, 
qui figure, en 1434, dans un procès, sous le nom de Heini Hofer. 
Bnrgerb.y 174.* — J. J. Len, Allgemeines helvetisches etc. Lexi- 
kon^ tome X, 231, cite comme le plus ancien membre de la 
famille, établi à Mulhouse, Werner Irahof, membre du Conseil, 
vers Tan 1400. Voy. aussi sur la famille Hofer : Supplément zu 
Leu's helv. Lex. von Hohhalh, HI, 164-166. 

— Jean Zipfel; fam. et. Burgerh.^ 421. Un Beatus Zipfel se 
trouvait, en 1587-1588, dans les rangs des rebelles. Mieg, H, 
197. 

1461. — Henri Mûnckh ou Munck; fam. et.* 

— Jean Merck ou Merkche ; fam. et. Bûrgerb., 419. La veuve 
d'un Hans Merkche figure au procès de 1587-1588. Mieg, H, 
192. 

1465. — Michel Wildeck ou Wildegk; fam. et. Bûrgerb., 
420. — Bachelier en philosophie, 1466; A. L. M. (maître-ès-arts), 
1470; Licencié en droit canonique, 1489; docteur et professeur 
en théologie, 1491; chanoine et prédicateur de la cathédrale de 

^ Je dois à Tobligeance de M. Ed. Hofer, de Niedermorschwiller, d'intéressants 
détails sur quelques-ans de ses ancêtres, extraits d'un vieux livre de famille manu- 
scrit. 



Digitized by VjOOQIC 



— 12 — 

Bâle ; prébendier de l'église Saint-Pierre. Il fut 5 fois doyen de 
la faculté des arts-libéraux ou de philosophie; 3 fois de celle de 
théologie et 2 fois recteur de l'université. Voy. Revue d'Alsace, 
1879, pp. 157 et 159. 

1466. — Georges Calcutoris*, Schuster; fam. et.* 

1469. — CosMAS Institoris, Kr^mer; fam. et.*, qui existait 
encore au commencement du XIX« siècle. Graf, II, 16. 

1470. — Michel Bur ; fam. et.* Bachelier en philosophie. 
1473. — Jean Dyemblin; fam. et.* 

1475. — Nicolas Pflûger ou Pflieger; fam. et. Biirgerb.^ 
419. Bachelier en philosophie, 1476; plus tard chapelain à l'église 
Saint-Etienne de Mulhouse, à laquelle il légua 100 livres stebler. 
Voy. Collectanea de l'archidiacre Lat#ei\t Zindel, Eglise de Saint- 
Etienne, XL, ad. ann. 1499; mscr. in^alio. — En 1506, Nicolas 
Pflûger légua à la même église 83 livres stebler, dont les intérêts 
devaient servir à payer une messe annuelle pour le repos de son 
âme. Voy. L. Zindel, 1. c. XLIIX {sic). 

1476. — Etienne Sweblin ou Schweblin; fam. et.* 

1478. — Werner Schlierbach; fam. et. Biïrgerb. 419. Ba- 
chelier en philosophie, 1480; maître-ès-arts, 1485; docteur en 
théologie, 1516. II exerça 4 fois les fonctions de recteur de l'uni- 
versité et mourut vers la fin de l'année 1526. Ses armoiries se 
trouvent dans la Chronique de Bàle de Chr. Wurstisen, Liv. VI, 
fol. 435. Il est enseveli dans le cloître de la cathédrale. Voy. Ton- 
jola, Basilea sepulta, iQ6] , p. 111. — Revue d'Alsace, 1879, 
pp. 160, 161, 163. Pétri, Der Stadt Millh. GescL, 213. — Un 
.\lichel Schlierbach figure, en 1533, comme receveur ou admi- 
nistrateur {Schaffner) de l'église Saint-Etienne. Voy. Collectanea 
de Laur. Zindel, Zeit der Refornialion und spâter; N^ II, 15, mscr. 

* Calcialoris, sous-entendu film ; ce mot doit également être sous-entendu avant 
les noms : Institoris et Cerdoais qui vont suivre; — calci^tor, calceator, latin du 
moyen-àge, cordonnier. Voy. Ducange, Gbssarium inediœ el infimœ Minilalis^ qui 
a aussi cakiamenlorum repeliator. 



Digitized by VjOOQIC 




Digitized by 



Google 




JEAN OSWALD deGAMBSHARDT 

DE MULHOUSE 
Oreffîcr It Envoyé de laRépublifie 
de Mulhouse auprès duftpe Jules II 

en 1512. 
(létr ScJbHf(rnerisch fieldên Such . 
Tà^etlS. BâU. cbeT. i/J/Û/aserîâ2S'J 



Digitized by 



Google 



— 13 — 

1487. — Antoine Cerdonis*, Schuster; lam. et/ 

— , en automne. ~ François Brûstler *. La famille s'appelait, 
anciennement Brustellin ou Brùstellin, aujourd' hui Brùstlein. 
Biirgerb.jiAi. François Brûstlen fut reçu bachelier en philosophie, 
en 1490. 

1492. — Jean-Oswald Gamsharst, de Kentzingen, diocèse de 
Constance, arriva jeune à Mulhouse, où son père devint secrétaire- 
spdic de la ville, en 1486, fonctions qu'il exerça jusqu'à sa 
mort. J.-H. Pétri, qui donne la généalogie de la famille ', l'y met 
en tête et le désigne ainsi : Hanns Ritter von Gambstheim oder 
Gambszkart, Stattschreiber, starb 1503. Une de ses filles était 
religieuse au couvent de Sainte-Claire, Closterfrauiv %ue sanct 
Claren, — Jean-Oswald avait reçu sa première instruction dans une 
école de couvent de Mulhouse; il obtint, en 1494, à Bâle,le grade 
de bachelier en philosophie et passa plus tard une année à l'uni- 
versité de Heidelberg. Dans différentes pièces authentiques il n'est 
parfois désigné que par ses prénoms ; ainsi, dans un Monitorium 
adressé au clergé des évêchés de Bâle et de Strasbourg, daté du 
9 mars 1519, et émané de Laurent Hell, chanoine de Saint- 
Pierre de Strasbourg, il est nommé Jean Oswald ou simple- 
ment OswALD, Stadtschreiber^ et Oswaldus prothonotharitis. 
Voy. Laur. Zindel, Collectanea^ 1. c. Il succéda à son père 
en 1504 et remplit les fonctions de secrétaire de la ville jusqu'en 
1532, année de sa mort. Lors de la visite que Maximilien P*" fit à 
Ensisheim, en 1511, Oswald Gamsharst accompagna le bourg- 
mestre Jean-Ulrich Gerber, pour complimenter l'empereur et lui 
offrir des présents. En 1512, il fut envoyé comme député à Rome, 
afin de remercier le pape, au nom delà ville, pour les titres d'hon- 

* Cerdo, cerdo stUor, Martial, Epigr., savetier. 

' Voy. p. 68 de la première rédaction des Mâlhauser Historien, manuscrit atUo- 
graphe de J. H. Pétri, un volume de ISi pp. in-folio, dont Téditeurde : Ikr Stadt 
Mulhausen Geschichlen, paraît avoir ignoré l'existence et que nous n'avons vu men- 
tionné par aucun de nos historiens. Nous nous proposons d'y revenir à une autre 
occasion. 



Digitized by VjOOQIC 



— 14 — 

neur et les riches présents qu'il avait accordés à Mulhouse après 
la prise de Pavie, due à rintelligente hardiesse de Martin Brùstlein, 
capitaine de la compagnie mulhousienne. Gamsharst fit son voyage 
à cheval, accompagné d'un varlet, nommé Schwarzhans, qui mar- 
chait à pied. Le compte des dépenses, écrit de la main de Gams- 
harst et conservé aux archives, est un des plus curieux documents 
de l'époque. Le toial des frais de voyage et de séjour se monta à 
61 florins bàlois, pour 67 jours, ce qui fait à peu près 4 fr. 60 par 
jour. Jules II octroya à la ville une bannière nouvelle en damas, avec 
la roue de Mulhouse en or et l'image de Saint-Etienne. Gamsharst 
en fit confectionner une à Rome même et la présenta, à son 
retour, au magistrat; elle est conservée au Musée historique. Voy. 
Catalogue, N^ 104. — Le 16 mai 1526 Gamsharst, qui, déjà deux 
années auparavant, avait pris une part active à l'introduction de 
la réforme à Mulhouse, assista au colloque de Baden, en Suisse, 
avec le bourgmestre Achatius Gilgauer et les deux prédicateurs 
Augustin Kraîmer et Jean Glather, que l'influence d'Oecolampade 
finit par gagner complètement aux doctrines évangéliques. 
Gamsharst laissa trois fils, David, Paul et Oswald, et une fille, 
Odile, qui épousa un fils du bourgmestre Gilgauer. — Voy, sur 
Gamsharst, dont nous donnons le portrait d'après le Schwei- 
zerisckes Heldmbuch, JBo^^/, 1625, p. 218 : Pétri-Graf, 233, 
271, 291; — Graf, I, 297-299; iV, 153; Graf, Geschichte der 
Kirchenverbesserung zu Miilhausen^ etc. Strasb. 1818, 13, 15, 
18, 22, 25, 28, 31, 32; Mieg, I, 115-116; II, 116-122; — 
Catal. du Musée histor., p. 51, n« 272. 

4505. — Augustin Institoris, KRiEMER*. Cf. ad ann. 1469; — 
fils du Zunftmestre Nicolas Kraemer, devint chapelain de l'église 
Saint-Etienne, en 1509; prêcha, en 1523, la réforme à Mulhouse 
et assista, comme nous venons de le voir(Jean-08wald), en 1526, 
au colloque de Baden. Pétri-Graf, 271, 272 sq.; 34; IV, 154; 
— Mieg, 1, 132. 



Digitized by VjOOQIC 



— 15 — 

1506. — Gaspard Klebsattel; bachelier en philosophie, 1509; 
fam. et.* — Les Klebsattel, Clebsattel ou Glebsattel, sont 
originaires de Wûrtzbourg. On ignore à quelle époque un membre 
de cette famille a fondé une branche en Alsace. Depuis 1684, 
plusieurs nobles de Clebsattel figurent comme baillis de la 
Seigneurie de Thann où ils comptent encore des descendants; mais 
notre indication de Gaspard Klebsattel, à Tannée 1506, avance 
de plus de 178 ans rétablissement de la famille en Alsace. 
Une autre branche s'établit dans le grand-duché de Bade, où elle 
possédait ou possède encore le château d'Umkirch, entre Vieux- 
Brisach et Fribourg. Une troisième branche tenait leNiederhofde 
Golmar en fief ou en emphytéose du grand chapitre de Constance. 
Le dernier qui en fut investi, François-Célestin de Clebsattel, est 
mort en 1782, laissant huit enfants dont trois fils : Charles-Eugène, 
qui, plus tard, servit dans la marine et deux autres qui émigrèrent. 
(Renseignements dus aux collègues Ingold, Merklen et Mossmann). 

— Michel Slierbagh, neveu de Werner Schlierbaeh. Voy. 
ad ann. 1478. 

1507. — Jean Dûllger ou Tilger, bachelier en philosophie, 
1510. — Jean-Rodolphe Tilger fils était, en 1586 et 1587, secré- 
taire-syndic de la bourgeoisie révoltée. Voy. Mieg, II, 151 et suiv. 
Fam. et. Bûrgerb.j 420. 

1508. — BouRCARD Oler*; fam. et. Bilrgerb. 

1510. — Georges Zu Rhein*, inscrit : Georgius de Rheno 
ex Mulhusen. Voy. sur la famille : Burgerb.^ 413; — E. Lehr, 
r Alsace noble, tome III, %1. 

1513. — Henri HiRSiNG ou Hirsinger ; bachelier eu philosophie, 
1514. Fam. et. Bnrgerb., 418. 

1514. — Nicolas Grosclaus ou Grossklaus; bachelier en 
philosophie, 1516. Fam. et. Burgerb.^ 417. 

1515. — Georges Underwasser ; bachelier en philosophie, 
1522; maître-ès-arts, 1525. Fam. et. Bûrgerb., 420. 



Digitized by VjOOQIC 



— us — 

4519. — Jean Victor; fam. et* 

1522. — Jérôme Gemuseus I, immatriculé, au printemps, sous 
le rectorat du D' Joh. Gebwiler : Jheronimus Gemuseus Basiliensis 
dioces\ II est né, en 1505, à Mulhouse, où son père était sous- 
prévôt {Unterschultheiss), et son frère aîné, Augustin, pasteur de 
réglise Saint-Etienne. La famille portait primitivement le nom de 
Gschmusz; elle est éteinte à Mulhouse. Voy. Biirgerb.^ 417; 
mais il en existe encore des descendants à Bàle. Jérôme fut reçu, 
à Bâle, bachelier en philosophie, en 1524; maître-ès-arts, en 1525, 
et docteur en médecine par la faculté de Turin, en 1533 ; en 1537 
il fut nommé professeur de philosophie à l'université de Bâle. Il 
mourut à Bâle, le 29 janvier* 1544. Son tombeau se trouve 
dans le cloître de la cathédrale. Voy. Tonjola l.c, 27. Une notice 
biographique spéciale, destinée au Bulletin Y du Musée histo- 
rique, donnera de plus amples détails sur notre compatriote, un 
des plus grands savants de son temps ; on y trouvera également 
l'indication des principales sources de mes recherches sur lui. 

1534, au printemps. — Michel Wagner*. Voy. sur la famille : 
Biirgerb.y 359-364. 

1536. — Michel Berisou Berisz*; bachelier en philosophie; 
fam. et. Biirgerb.j 416. Lui et les deux suivants furent les pre- 
miers étudiants mulhousiens, immatriculés à l'université de Bâle 
après la réformation. 

— Léonard Schick ; fam. et.* 

— Nicolas Sartorius, Schneider*; fam. et. au XVI® siècle. 
Une autre famille du même nom s'établit à Mulhouse: son chef 
fut Mathias Schneider, de Gimmeldingen, dans le Palatinat, 
reçu bourgeois en 1680. Bnrgerh.^ 310 et 311. 

1543. — Léonard Stella, Stern*; fam. et. B&rgerb.y 420. 

1547. — David de Gamsharst*, fils de Jean-Oswald. Voy. ad 

> Non le ^ de ce mois, comme l'indique Hertzog, Athenœ Rauricœ, p. 391, et 
d'autres auteurs qui l'ont suivi. 



Digitized by VjOOQIC 



— 17 — 

ann. 1494 et J.-H. Pétri, première rédaction de son histoire de 
Mulhouse, mscr. Liv. III, chap. XIII. 

— Jean Leibenberg; fan), et.* 

1548. — Daniel Biberlinus, Biberlein et plus tard Biber; 
famille très ancienne, aujourd'hui éteinte. Burgerb.y 416. Henne- 
mann Biberlin figure, en 1352, comme témoin dans un acte relatif 
à une redevance du couvent des Carmes déchaussés. Laur. Zindel, 
Collectaneay mscr.; — Theobald Biberlin combattit, en 1529, 
dans les rangs des 100 mousquetaires envoyés par Mulhouse au 
secours de Zurich contre les cantons catholiques. 

1549. - TsXCHJEVS Binderus* ; descendant d'Otton Binder, curé 
de Bœrsch, dans la Basse-Alsace, d*où il fut expulsé, en 1595, à 
cause de ses sympathies pour la réforme. Il se rendit à Mulhouse, 
où il contribua puissamment à l'organisation du culte et à Tamé- 
horation de l'instruction de la jeunesse. Voy. Pétri, Der Stadt 
Miïlkausen Geschic/iten, 272 et suiv. Pétri rapporte à l'année 1523 
l'activité de Binder, erreur relevée par le pasteur Graf, II, 37 et 
suiv., 57; cf. IV, 154. Mieg, 1, 138; fam. et.*, dont les descendants 
habitent aujourd'hui Colmar et Munster. 

— Daniel Wyeland ou Wieland* ; bachelier en philosophie, 
1552; fam. et. à Mulhouse; Biirgerb.^ 420. Il en existe des des- 
cendants à Bàle. 

— Jacques Angélus, Engelin, plus tard Engel. Un Conrad 
Engelin figure dans le Getverfbuch, livre des impôts, de 1 405. 
Biïrgerb., 99. 

1553. — IsAAC Jegerus, J^eger*. Pasteur à l'église Saint- 
Etienne en 1554; Graf, II, 61; IV, 155. Laur. Zindel, Collectanea, 
IV, 14, mscr., le cite déjà en 1553 comme prédicateur. Fam. 
et. Biirgerb., 418. 

— Jean-xMichel Eccius, Eck, d'une des familles les plus an- 
ciennes de Mulhouse, où elle parut déjà en 1352. Burgerb.^ 91 ; 
bachelier en philosophie, 1557; maître-ès-arts, 1560; pasteur, 
1571 ; Graf, II, 64; IV, 155; Bïtrgerb., 92. 



Digitized by VjOOQIC 



— 18 — 

— Jérôme Gemuseus II. 

— PoLYCARPE Gemuseus. 

1557. — Jérôme Gemuseus III. 

1558. — Sébastien Menckel, pasteur de 1570 à 1587. Ayant 
embrassé, en 1586 et 1587, le parti des rebelles, il fut destitué 
et condamné à une amende de 53 livres stebler. Quelques années 
auparavant Menckel, adonné à la boisson, ayant battu sa femme, 
plainte en fut déposée contre lui auprès du bourgmestre ; crai- 
gnant d'être puni, il s'enfuit à Bàle; mais il en revint quelque temps 
après pour demander sa grâce. Elle lui fut accordée principalement 
par suite d'une lettre signée en sa faveur par les pasteurs de Bâle. 
Deux autres membres de la famille, Georges et Simon Menckel, 
figurèrent également parmi les révoltés, Graf, II, 64 à 66, 175 
et passim; IV, 155; — Mieg,I, 138,168, note 60; II, 192, 193; 
— Zwinger, Gesck der btirgerl. Unruhen^ mscr. passim. — 
Fam. et. Burgerh., 419. 

1561. — Martin Vuetzlerus (?), Wintzlerus, Wintzler. 
La famille figure sur la liste des admis à domicile, Schirmsver- 
wandte, Biirgerb, ^ iS9. 

— Bernard Mœrnach ou Mœrnacher, fils de Bernard Mœr- 
nach, lieutenant de la compagnie envoyée par la ville au secours 
des cantons évangéliques, après la bataille de Kappel, en 1531. 
Graf, II, 52. — Fam. et.* 

1562. — Aaron Biberlin*. Voy. 1548. 

1567. — Georges Funarius, Seiler; bachelier en philoso- 
phie, 1569; pasteur, 1573; fam. et. Burgerb,, 420. 

— Jean-Georges Wagner.* Voy. ad ann. 1522. 

1568. — Jean-Jacques Waldner de Freundstein* , Sunt- 
gaiiensis;né en 1554; reçu bourgeois de Mulhouse, en 1584; 
mort le 26 mai 1619. Son tombeau se trouve dans le cloître de 
la cathédrale de Bàle. Voy. Tonjola, 1. c. 64. Directeur de la 
noblesse de la Haute-Alsace ; il possédait tous les fiefs et seigneu- 



Digitized by VjOOQIC 



— 19 — 

ries de sa maison. Voy. Ernest Lehr, l'Alsace noble, III, 181. La 
famille avait, à Mulhouse, deux cours ou maisons, le Granweiler 
Hofy plus lard Eisenhof^ dans la rue des Trois-Rois, et le Wald- 
nerische Hof, entre le Fossé et la place des Maréchaux. Presque 
tous les enfants mâles de cette famille furent baptisés à l'église 
Saint-Etienne et eurent très souvent pour parrains des membres 
du magistrat de la ville. Voy. Aug. Stœber, Cadeaux officiels, etc. 
Mulhouse, 1877, 12-15. Burgerk, 364-368. 

1575. — Rodolphe Tilier* ou Tilger, Dilger; bachelier en 
philosophie, 1579; secrétaire du parti révolté, 1587. Mieg, II, 151 
et suiv., 176, 201. Fam. et. Biirgerb, 420. Voy. ad ann. 1507. 

1577, — Valentin Westerreicher. Fam. et.* 

1582. — Martin Wagner. Burgerb., 362. 

1584. — Jacques WmMER. Fam. et.* 

1588. — JosiAS Jegerus, J^eger. Voy. ad ann. 1553. 

— Jacorus Eblingerus. Fam. et.* 

1596. — Jean Stella, Stern; bachelier en philosophie, 1596; 
1610, pasteur à Illzach. — Voy. ad ann. 1543. 

1611. — Mathias Hofer, I" du nom, né en 1594; bachelier 
en philosophie, 1613; maître-ès-arts, 1615; pasteur à l'église 
Saint-Etienne, 1618; décédé le 1" juillet 1619 aux eaux deGries- 
bach, dans le margraviat de Bade. Graf, II, 100, IV, 156. Bwr- 
gerb.^ 175. 

— Henri Martin I; bachelier en philosophie, 1613; maître- 
ès-arts, 1617; candidat en théologie, \%\%.BHrgerb., 233. 

1619, mars. — Rodolphe Hofer, né en 1607; maître-ès-arts, 
1622, 13 juin; pasteur 1623-1634. Graf, IV, 157; Biirgerb., 175; 
— décédé le 24 octobre 1634. Graf, 11, 100. 

1617 à 1618. — Jean-Michel Meyer*. Voy. sur la famille 

■ Bûrgerb.y 236-242. Les armoiries des Meyer de Mulhouse sont 

les mêmes que celles de la branche de Bàle. Voy. Wurstisen^ 



Digitized by VjOOQIC 



— ^20 — 

Bassler Chronick^ getrucki bey Sébastian Hmricpetrij 1580, fol. 
553. 

4620, mars. — Marquard Mûllerus, Mûller* ; bachelier en 
philosophie^ 1621; maître-ès-arts, 1625. La famille remonte au 
XIII*^ siècle. Burgerb., 249-251. 

— , au mois d'août. — Daniel Hofer I; né en 1605; bachelier 
en philosophie, 1622; pasteur à Téglise Saint-Etienne, 1630-1646; 
en 1647, il fut nommé recteur du gymnase de Schaffhouse, puis 
appelé, la même année, à Heidelberg dans la même qualité. Leu, 
1. c, X, 232; — Graf, IV, 157; Burgerb., 175, qui donne l'année 
1645 comme celle de son entrée en fonctions, au lieu de 1630. 

1621. — Jacques Ritter; maitre-ès-arts, 1625. Fam. él.* 

1624, septembre. — Jean-Henri Dolfuos\ e Gymnasio pro- 
motus; échevin, 1627-1631; un des VI de la corporation des 
vignerons. Burgerb.^ 81. M. Ed. Dollfus, typographe, prépare une 
table généalogique de cette famille, une des plus anciennes et 
des plus distinguées de Mulhouse. 

1625, septembre. — Jean-Werner Gutzweiler. Fam. et.* 
Un Henri Gutzweiler figure sur la liste des admis à domicile, 
Schirmsverwandte. Bilrgerb.^ 429. 

1638, mars. — Mathias Hofer II; né en 1619; c c'était un 

enfant-prodige : à l'âge de 43 semaines, il récitait le Benedmte • 

(M. Ed. Hofer). — Thèse de théologie : De discrimine fidei elec- 

tonim et dœmomiM. Ex dicta B, Apostoii Jacob i^ cap. II ^ v. i9. 

Baie, 1643, 24 pp. in-4^ Catal. du Musée historique, p. 160. — 

Pasteur allemand à Genève, en 1640; il fut appelé, en 1646, 

comme diacre à l'église Saint-Etienne de Mulhouse et devint 

pasteur en 1657; décédé le 7 février 1675. Son oraison funèbre 

fut prononcée par le pasteur J. G. Salathé. Bàle, in ¥. Biirgerb., 

175; Graf, IV, 157; Leu, X, 232; Suppl. IH, 164. - Le Musée 

historique possède de lui six oraisons funèbres, dont quatre sont 

* C'est ainsi ou bien DoUfuss, Dolljusz, que les membres de cette famille écri- 
vaient autrefois leur nom. 



Digitized by VjOOQIC 



— 21 — 

imprimées à Bâle et deux à Mulhouse, en 1671, chez Jean-Henri 
Meyer.* Voy. Catal. du Musée histor., p. 130. 

1640, avril. — Jean-Lvcas Chmielecius, Ciimiletzki *, docteur 
en médecine; médecin delà ville {poHater^ Stadtarzt) de Mulhouse, 
fils du bourgmestre, 1655-1662 (qui avait les mêmes prénoms), 
et frère aîné de Martin Chmielecius. Voy. sur la famille, origi- 
naire de LubUn, en Pologne, don elle vint s'établir, en 1577, 
à Bàle et plus tard à Mulhouse : (/.- W. Herlzog), Athenœ Rau- 
ricœ, etc., 336-337; Graf, II, 106; IV, 151 ; Biirgerb., 67-69. 

1641. — Martin Chmieletzki; bachelier en philosophie, 1643; 
maître-ès-arts, 1645; docteur en médecine à Bâle; un des VI de 
la corporation des boulangers de Mulhouse, 1660-1669; mé- 
decin de la ville, 1662; membre du sénat, 1670; hdiiWi (Vogt) 
dlllzach, 1671-1679; bourgmestre, 1690-1694. Il décéda le 
29 octobre 1694; son oraison funèbre fut prononcée par le pas- 
teur Jean-Philippe Hofer. Bàle, 1694, in-8". Catal. du Musée 
hist., 131. Son épitaphe, ainsi que celle de son père, étaient 
scellées dans le mur du cloître des Carmes déchaussés {Baar- 
fùsserkloster\ Graf, II, 106; elles se trouvent aujourd'hui près 
de la petite porte d'entrée de la nouvelle église allemande, côté 
de la rue de la Lanterne. — Athen, Raur., 337; Biirgerb., 68; 
Graf, IV^ 151; — Mieg, I, 39, cite la famille parmi celles qui 
habitaient Mulhouse encore en 1797. — Un Martin Chmieletzki 
(ut recteur de Tuniversité de Bàle en 1613 et en 1627. Le volume 
II de la matricule de l'université contient en son honneur une 
feuille coloriée avec armoiries et figures allégoriques. Son tom- 
beau se trouve dans le cloître de la cathédrale. Voy. Tonjola, 
1. c, 73. 

' Cet imprimeur bàlois s'était établi à Mulhouse de 1670 à 1674 ; les livres sortis 
de ses presses sont devenus très rares ; le plus remarquable d'entre eux est le livre 
de cuisine, Kochbuch sowol fur GeistUche als auch weltliche grosse und geringe Haus- 
haltungen. . . Durch emen geistlichen Kncheimeister des Gotteshauses Lûlzel beschriben 
und practiciert. Zam andern mal aufgelegt und vermehri. Lautterbach. Mûlliauscn, bey 
Joli. Ueinr'wh Meyer IG72; petit in-8^ [\V6 ff. 3 p — Le Musée historique eu pos- 
sède un exemplaire. Catal. p. 138-139, n** 611. 



Digitized by VjOOQIC 



— 22 — 

— Pierre Textor, Weber, bachelier en philosophie, 1644; 
V. D. M. (ministre de la parole de Dieu); pasteur à lllzach, 1650- 
1673; à Mulhouse, 1673-1689. On a de lui plusieurs oraisons 
funèbres, entre autres celle du bourgmestre Jean-Georges Schœn, 
Bàle, 1675, in-4^ Catal. du Musée hist., 130. Le pasteur J. Ph. 
Hofer prononça celle de P. Weber, Bàle, 1689, in-4**. Bûrgerb.y 
369;Graf, IV, 157. 

— ToBiE Hofer*. D'après le livre de la famille Hofer, il est né 
en 1630 et n'aurait donc eu que 10 ans, lorsqu'il fut immatriculé 
à l'université de Bâle; en 1650, il soutint une thèse : De spiriti- 
bUrS; en 1653 une autre : De ophthalmiaj qui lui valut le grade 
de docteur en médecine, ce qui ne l'empêcha pas de se vouer 
également à la théologie; il devint pasteur à Wachenheim et à 
Seebach, dans le Palatinat, et mourut en 1679, âgé de 49 ans. 
Son diplôme de docteur en médecine sur parchemin est conservé 
au Musée historique. Catal., p. 120, n« 568. Leu, X, 232. 

1643, octobre. — Pierre Iring. Fam. et. Burgerb,, 418; — 
Mieg, II, 321. Il figure parmi les révoltés, en 1586. Mieg, II, 191. 
— Un Michel Iring fut Zunftntestre en 1552, Mieg, II, 305; 
membre du conseil, 1554, iiéd. 302, et bourgmestre, 1567-1568, 
Mieg 1. c. 299; — Graf, IV, 150; — Leu, X, 599, 

— Conrad Erb*. Fnm. et. 

1647, octobre. — Jean-Henri Kisler, bachelier en philosophie; 
devint maître -ès-arts, le 29 juillet 1650. A cette occasion ses amis 
bâlois lui dédièrent un mémoire, dont voici le titre : Gralulationes 
votivœ quœ quum vir juvenis doctissimus prœstantissimtis Dn. 
[Dominus) Johan Henricus Rislerus. Mylhus. Alsatus^ Ph i- 
losophiœ et Artium Liberalium Candidalus, immunitalibus^ pri- 
vilegiis et honoribus doctoralibus solenniter nobilitaretur^ gratu- 
labundi accinuerunt amici, Bâle, 1651,8 pp. in-4''. Voy. Catal. 
du Musée hist., p. 159. S. M. C. Il est mort le 2 novembre 1655. 
Mo^, Stammregister delà famille Risler. Mulhouse, 1850, n^ 14; 
Bûrgerb., 267. 



Digitized by VjOOQIC 



— â;i — 

1649, — Conrad Rithemann ou Rûttemann. Fam. et.* Lau- 
rent Zindel cite, à l'année 1609, comme témoin dans un acte 
public, Hans-Conrad Rûttemann. Collectanea, VIIL 

1650, novembre. — Jacques-Adam Pétri; échevin, 1657; un 
des VI de la corporation des vignerons ; capitaine de la compagnie 
des bourgeois non mariés, 1674; receveur de l'hospice {Pfrund- 
haus), même année. Burgerb., 256. La bibliothèque de la ville de 
Berne conserve un registre généalogique de la famille, rédigé par 
Jacques-Henri Pétri. Leu-Holzhalb, IV, 475. 

1651, mars. — Henri Martin H. C'est probablement le même 
qui devint bachelier en philosophie, en 1653, sous les noms de 
Johannes HeinericuSy Mylhusio-Alsatus (Matric. de promotion) et 
maître-ès-arts, le 12 octobre 1654, Voy. ad ann. 1613. 

1653. — GoDEFROi Engelmann. La famille, originaire de 
Strasbourg, s'établit en 1593 à Mulhouse. Leu VI, 356; le Bitr- 
gerbuch donne Tannée 1595. Bachelier en philosophie, 1655; 
docteur en médecine, 1662 ; membre du sénat, 1685 ; bourgmestre, 
1690-1719; — décédé, le 5 février 1719, à l'âge de 83 ans. Son 
épitaphe se trouvait au cloître des Carmes déchaussés. Il est l'au- 
teur d'une Dissertatio de Choiera^ in-4*' (Collection Ed. Dollfus, 
typogr.). Voy. Graf, H, 109. Biirgerb., 103. 

1654. — Adam-Henri Pétri; secrétaire-syndic de la ville, 
1660-1675. En 1673 il avait été envoyé, avec le bourgmestre 
Jérémie Risler, à Brisach pour complimenter Louis XIV. Bnrgcrb., 
256. 

—, août. — Daniel Hofer II ; né en 1637; échevin, 1683 ; un 
des VI de la corporation des boulangers, 1692; décédé en 1702. 
Burgerb,, 175. 

1655. octobre. — Jean-Henri* Schlumperger ; plus tard la 

famille s'écrivait toujours Sculumberger. Voy. fiâryé?rô., 285-298 ; 

« 

* Jean-Ulrich, d'après Tarbre généalogique de la famille (renseignement dû à 
M. J.-Alberl Schiumberger). 



Digitized by VjOOQIC 



— 24 — 

né en 1640; bachelier en philosophie, 1657; pasteur à Ulzach, 
1673; mort en 1693. 

1660, mars. — Pierre-Hartmann Henrig-Petri. 

— , mars. — Conrad Gysler ou Gisler*. Voy. sur la famille : 
Bûrgerb., 125-127. 

1660, mars. — JosuÉ Fûrstenberger*. Le bisaïeul de Josué» 
Conrad Fûrstenberger, était originaire de Cologne; il devint docteur 
en droit civil et canonique, assesseur à la Chambre impériale de 
Spire et conseiller à Clèves. Son fils Henri était également doc- 
teur utriusque juris. Un des fils de celui-ci, qui portait le même 
prénom que son père, vint s'établir à Mulhouse, au milieu du 
XVP siècle. Il eut pour fils Jacques Fûrstenberger, qui épousa 
Rosine, fille du bourgmestre Philippe Engelmann, et devint tré- 
sorier de la ville et membre du sénat. Ce fut le père de Josué, 
dont les deux frères aînés Philippe-Henri et Jean, s'établirent 
à Bâle, où ils occupèrent plusieurs fonctions honorifiques et 
furent les chefs des deux branches bâioises. Voy. /. Chr. Iselin^ 
Histor. Lexicofij éd. 1726, tome U, fol. 416*. Josué Fûrstenberger 
a laissé des notes autobiographiques auxquelles nous empruntons 
les renseignements suivants. 

Il naquit à Mulhouse le 17 novembre 1646. Ses parents le 
destinèrent à la jurisprudence et l'envoyèrent^ en 1656, à Bàle 
pour y suivre d'abord les classes du gymnase et ensuite les 
cours de l'université. Il fut immatriculé à la faculté de philo- 
sophie, le 16 avril 1661 ; le 18 novembre 1662 il fut reçu bache- 
Her, et le 28 juin 1664 maître-ès-arts. Il fit une première année 
de droit sous la direction du célèbre professeur Simon Dattier, 
passa ensuite 20 mois à Genève pour y apprendre le français et 
une année à Paris, dans le même but. Il rentra à Mulhouse, le 
19 août 1668, après avoir visité, en compagnie de six autres 
étudiants, les principales villes de l'ouest et du midi de la 
France. Son père aurait voulu lui faire terminer ses études à Bàle, 
mais la peste, qui, peu de temps avant le retour de Josué, lui 



Digitized by VjOOQIC 



— 25 - 

avait enlevé un frère, sévissant encore dans cette ville, on l'envoya, 
au mois de mars 1669, à Strasbourg. Il y passa son examen, au 
mois de mai 1671, et fut reçu licencié en droit civil et canonique, 
le 26 août de la même année. Il nous apprend qu'il a soutenu 
une thèse {disputationem inauguralem)^ mais il n'en indique pas 
le titre*. Au mois de septembre, il se rendit à Spire pour y suivre 
pendant six mois les débats judiciaires de la Chambre impériale. 
Il fut de retour à Mulhouse, au mois d'avril 1674, après un 
séjour de près de deux ans qu'il avait fait dans les principales 
villes situées sur les rives du Mein et du Rhin. Le 3 mars 1675, 
il fut nommé greffier-syndic de sa ville natale, en remplacement 
d'Adam Henric-Pétri. Il se maria, le 25 avril 1676, avec Barbe 
Holzhalb, de Zurich, dont il eut dix enfants, qui moururent tous 
avant lui. Après avoir été, pendant vingt-quatre ans, à la tête de 
la chancellerie, il fut nommé bourgmestre, le 21 décembre 1699, 
fonctions dont il resta revêtu jusqu'à sa mort, arrivée le 8 février 
1732'. En sa qualité de greffier-syndic, Fûrstenberger fit partie 
de nombreuses députations auprès de la Confédération suisse, 
auprès des généraux impériaux, des gouverneurs ou intendants 
français. En 1683, il accompagna le bourgmestre Jean Risler à 
Ensisheim, pour complimenter Louis XIV. Fonctionnaire de beau- 
coup de savoir et d'expérience, laborieux et intègre, il fut le digne 
prédécesseur des deux Jean-Henri Keber et de Josué Hofer, ces 
derniers Stadtschreiber de l'ancienne et glorieuse république de 
Mulhouse. 

On doit à Josué Fûrstenberger, entre autres,une collection des 
statuts et règlements du conseil, l'établissement du premier regis- 
tre des décès {Todtenbuch\ en 1679, et un abrégé de l'histoire 
de Mulhouse de Jacques-Henri Pétri, qu'il continua jusqu'en 1723. 
Le Musée historique en possède l'original, qui forme un volume 

* Leu, VII, 462, donne ce titre : Disseriatio de Muliere intercedente, ejmque 
Beneficio, 1671, in4«. 

' Sa maison, située en faœ de Tancienne église catholique, portait le nom de 
Fûrstenberger-Hof; elle appartient aujourd'hui à M'"^ Veuve D' Pétry. 



Digitized by VjOOQIC ^_ 



— 26 — 

d'environ 500 pages in-folio. La préface est datée de Tannée 1685 
et porte la signature de Fûrstenberger. Jean-Henri Reber, le jeune, 
continua l'histoire de Mulhouse jusqu'en 1748, où Josué Hofer 
la reprit jusqu'en 1795. Voy. Catal. du Musée historique, p. 113- 
115. La supériorité de Fûrstenberger sur Pétri me semble incon- 
testable, tant pour la méthode que pour la forme. Fûrstenberger 
supprime avec raison un grand nombre de faits racontés par 
Pétri, et qui n'ont aucun rapport, ni direct ni indirect, avec 
rhistoire de Mulhouse. Ainsi, pour n'en donner qu'un exemple, 
le QO"* chapitre du VII'^ livre renferme un abrégé de l'histoire des 
Français qu'il fait descendre des Francs et ceux-ci des Scythes; 
Pétri donne la généalogie de leurs rois depuis Marckmeyer jusqu'à 
Louis XIII ; il y ajoute encore celle des rois d'Espagne jusqu'à 
Philippe ir. Si, d'un autre côté, le style de Pétri est souvent roide 
et embrouillé, celui de son continuateur a quelque chose de vif 
et d'entraînant, qui rend le récit plus clair et plus intéressant. 
Ce que nos deux historiens ont de commun, c'est le sentiment 
religieux, le culte de la liberté et du patriotisme. La chronique 
de Fûrstenberger, avec les additions de J.-H. Reber et de Josué 
Hofer, mériterait les honneurs de l'impression. L'épitaphe de Josué 
Fûrstenberger se trouvait au cloître des Carmes déchaussés, Graf, 
II, 110. — Le Musée historique possède quatre portraits de Fûr- 
stenberger : n° 274, peinture à l'huile d'après un exemplaire 
dessiné, en 1712, par Liebach et gravé par Slœrklein à Bàle; 
au bas du portrait se trouvent les armoiries du bourgmestre, 
N** 275, gravure sur bois ; n** 745, le portrait cité au n° 274, 
précédant l'oraison funèbre prononcée en l'honneur de Fûrsten- 
berger par le pasteur Mathias Hofer; un portrait à l'huile, gran- 
deur naturelle, dessiné et peint par Liebach, en 1712. La famille 
Fûrstenberger est éteinte à Mulhouse. Biirgerb.^HT. Leu, VII,462. 

1669, juin. — JEAN-PmLiPPE Hofer; né en 1654; bachelier 
en philosophie, 29 novembre 1670; maître-ès-arts, 2 juillet 1672 ; 
pasteur 1675-1706; décédé le 5 juin 1706. Graf, H, 101 ; IV, 157 ; 

* La première rédaction de Pétri ne contenait pas ces hors-d'œuvre. 



Digitized by VjOOQIC 



— 27 — 

Bi'rrgerb,^ 175. — Le Musée historique en possède plusieurs orai- 
sons funèbres, entre autres colle du pasteur Pierre Weber, Bàle, 
1689, in-4°; celle du bourgmestre Jean-Gaspard Dollfus, Bâle,1690, 
in-4"; celle du bourgmestre Mai'tin Chmilecius, Bàle, 1694, in-4°. 
liC Musée historique conserve également de lui une copie de la 
chronique de J.-H. Pétri, qui a pour titre : Mnllhauser Chronica, 
welche ich M. Johann Philipp Ho fer, D. G. W.y mit eigener 
Hand von Hrn. Burgermeister Petry seligen Gedàchtnisses origi- 
nali abgeschriben, und mit anhangendem Register verniehrt habe. 
1685; in-4^ 569 pp. et 24 pp. table. Catal. du Musée histor., 
p. 113, n" 551. Voy. Leu, 1. c, X, 232 et 233, ou se trouvent 
signalés dix oraisons funèbres et un livre de prières, Gebett- 
Bnchlin, a. 1699, in-12. 

1670, septembre. — Daniel Risler, un des VI de la corpo- 
ration des vignerons, 1689; maître de ce corps (Zunftmeister), 
1695; membre du sénat, 1706; trésorier de la ville, 1719. Voy. 
Stammregister de la famille Risler, n«> 16; Biirgerb., 268. 

1679, 12 mars. — Jean-Baptiste Jettius ou Jett. Bachelier 
en philosophie, 1680. Fam. et. Biirgerb. , 418. 

1683, 30 mai. -- Lucas Weber; bacheher en philosophie, 25 
novembre 1684; maître-ès-arts, 27 juin 1686; V. D. M., 1689; 
diacre de Téglise Saint-Etienne, 1689; pasteur à lUzach, 1694. 
— Le Musée historique possède de lui : une oraison funèbre de 
dame Waldner de Freuudstein, épouse de Léopold-François de 
Hagenbach, seigneur de Wittelsheim, etc., Bàle, 1699, in-4'*, et 
celle de Jean-Léopold de Hagenbach, seigneur de Butwiller, etc. 
Bâle,1705, in-4°. Catal., p. 132; Graf, IV, 157, 160; Biirgerb., 
370. 

— 30 mai. — Jean-Conrad Gryn.eus* ; bachelier en philoso- 
phie, 25 novembre 1684; maître-ès-arts, 29 juin 1686; V. D. M. 
et diacre à l'église Saint-Etienne, 1689; pasteur, 1694. H passait 
pour un prédicateur savant et original, auquel on reprochait toute- 
fois le goût des intrigues. Pendant de longues années, il fut en 



Digitized by VjOOQIC 



— 28 — 

guerre ouverte avec le pasteur Salathé, son ancien en place, Obrist- 
pfairer, et lui disputa la préséance en différentes occasions. 
Les deux adversaires allaient même parfois jusqu'à prêcher l'un 
contre l'autre. Dans un de ses discours, Grynaeus gourmanda aussi 
les priseurs et les priseuses de tabac, qui pulvérisaient, pendant 
le service divin, leur tabac à laide d'une petite râpe, instrument 
à la mode, qu'ils avaient coutume de poiler dans leurs pochettes. 
Grynaeus est mort à Mulhouse, en 1745. Il a laissé un grand 
nombre d'oraisons funèbres, entre autres celle du pasteur Jean- 
Ulrich Schlumberger, 23 juin 1693; celle du bourgmestre Gode- 
froi Engelmann, 8 février 1719; celle de Jacques Reber, 25 mars 
1719 (Collection Ed. DoUfus, typogr.). — Graf,III, 78, 79, 81; 
IV, 157. Fam. et. Biirgerb,^ 417. — Le Musée historique con- 
serve sur la généalogie de la famille Grynaeus un manuscrit non 
paginé, de l'année 1597, in-4^, intitulé : Stirps Grynœuniy Burger 
und des Raths zu Mulhamen, La famille était originaire du pays 
de Hohenzollern ; plusieurs de ses membres s'étaient établis, au 
XV* siècle, à Bàle, et brillèrent surtout dans les facultés de théo- 
logie et de médecine. Voy. Athenœ Rauricce^ pp. 29, 69, 75, 
349, 392, 425. — Conrad Grynaeus, le père ou l'oncle du pas- 
teur, a été porte-drapeau de la compagnie mulhousienne enrôlée 
par Louis XIV pour faire la guerre de Hollande 1672-1673. 
Voy. Bulletin III du Musée historique, p. 63. L. Weber et J.-C. 
Grynaeus ont soutenu ensemble leur thèse de philosophie, en 
1686, et celle de théologie, en 1689. La première a pour titre : 
Dissertatio philosophica de Virtute heroica^ in duas sectiones 
distributa, 27 et 29 Martii i686. Basileœ^ typis Joli, Conr. a 
Mechely 16 pp. in-8''. — La seconde est intitulée : Thèses theo- 
logicœ de bonis operibu^ in génère, item de Cultu religioso et 
Sabbat ko in specie. Basileœ typis Jac. Bertschi^ 8 pp. in-4**. 
Voy. Catal. du Musée histor., p. 160. 

1683, 6 septembre. — Jean Hofer I. Le livre de famille lui 
donne les prénoms Jean-Mathias. 11 est né le 27 avril 1669; fit ses 
premières études sous Josué Robert, rector scholarum mulhusina' 



Digitized by VjOOQIC 



— 29 — 

rum\ rector Gymnasii * ; devint bachelier en philosophie à Bâle,en 
1684; admis à la faculté de médecine de cette ville, il suivit avec 
ardeur les cours du célèbre Théodore Zwinger; soutint, en 1688, 
sous la présidence du professeur Harder, une première thèse : De 
Nostalgia, qui obtint un grand succès*, et en 1689, après avoir 
passé son dernier examen, et soutenu sa thèse de hydrope ovarii 
muliebris^ il fut proclamé docteur en médecine. Le Musée histo- 
rique possède le diplôme sur parchemin, avec le sceau de la facul- 
té, renfermé dans une capsule en cuivre. Voy. Catal du Musée 
histor., n° 569. Le Fasdculus dissertatwnum basileensium^ de 
Théodore Zwinger, 1714, in-4'*, renferme de lui un intéressant 
traité intitulé : Pat ho patridalgia seu morbus ex patrm desiderio. 
Voy. Leu-Hoizhalb, III, 165. Il occupa successivement les fonctions 
suivantes : médecin de l'hôpital, 1691 ; un des VI de la corporation 
des boulangers, 1702; maître de la même corporation, 1705; 
membre du sénat, 1710; trésorier de la ville, 1713; bourgmestre, 
1716-1748; médecin de la ville, poliater, 1719; en 1729, il repré- 
senta la ville aux fêtes données par la confédération à Soleure pour 
célébrer la naissance du dauphin. 11 décéda le 26 mars 1752, à 
l'âge de 83 ans. ^o^.Burgerb,^ 176; David Herrliberger, Schwei- 
zeriscker Ehrentempel^ etc. Basel, gedruckt bei Daniel Ecketistein^ 
1748, in-4'*; nouv. éd. Zurich, 1756. Ce recueil contient vingt- 
deux biographies d'hommes célèbres de la Suisse, accompagnées 
de leurs portraits en taille-douce; la dernière est celle de Jean 
Hofcr. Le Musée historique en possède un tirage à part, ainsi que 
deux exemplaires du portrait. Catal., n"' 276 et 1080. — Leu- 
Holzhalb, 111,104-165. 

1683, 6 septembre. — Jean-Henri Reber I; bachelier en phi- 
losophie, 25 novembre 1684; I. U. L. (licencié en droit civil et 



* Origioaire de Neufchâtel ; d'abord pasteur réformé à Sainle-Marie-aux-Mines ; 
de 1679 à 1699 pasteur à Téglise française de Mulhouse, où il remplissait en 
même temps des fo:ictions dans Tinslruction publique. Voy. Graf, UI, 73; IV, 159. 

' Le professeur Jung, de Baie, la cite à la page 80 du recueil : Bascler wissen- 
schaitliche Zeilschrifl, 1824. 



Digitized by VjOOQIC 



— 30 — 

en droit canonique), après avoir soutenu une thèse : Disputatio 
juridica de Venatione, 26 mars 1690, Bàle, chez Jacques Weren- 
fels I, 74 pp. in-4''. Cette thèse est dédiée aux deux bourgmestres 
Jean-Gaspard Dollfus et Jean Risler, au pasteur Jean-Georges 
Salathé, au secrétaire-syndic Josué Fûrstenberger et au médecin 
de la ville, membre du sénat, Godefroi Engelmann, 4699-1728. 
Biirfifrb., 261 ; Graf, IV, 154; Mieg, I, 291-294. 

1684. — Nicolas Dumont*, docteur en médecine et en même 
temps maître d'école. Graf, III, 74. Au commencement du XVIII' 
siècle, son fils, Pierre Dumont, fut maître de poste et membre du 
Grand-Conseil. — Catal. du Musée histor., p. 131. Fam. et. B/ir- 
gerb.^ 417. 

1691, 22 septembre. — Jean Risler est né le 7 juillet 1677. 
Il continua ses études à luniversité de Zurich, où il soutint, le 
2 juin 1697, une thèse de philologie, intitulée : Dissertationum 
pkilologicarum in Epislolam S, Pauli ad Colossenses quarta. 
Tiguriy typis Davidis Gessneri,^6 pp. in-4**; et, le 6 octobre de la 
même année, une seconde thèse pour obtenir le grade de V. D. M. 
Dissert atio theologica qua de Religione communi salut i fera error 
refelUtur. Pars poster ior àpaaxsvaarixT^y qua errantium vetenim 
et recentiornm argumenta ad incudem revocantur. Pro examùie 
theologico coîisequendo^ etc. Tiguri, typ. D. Gessneri^ 32 pp. in-4*». 
Le président de la soutenance était le célèbre J.-H. Heidegger, 
docteur et professeur en théologie. Le Musée historique possède un 
exemplaire de chacune de cesdeuxthèses.Voy. Catal., p. 160. Jean 
Risler devint, en 1698, diacre à l'église Saint-Etienne; il fut pasteur, 
de 1705 à 1720. C'était un prédicateur zélé et original, qui choisis- 
sait souvent des thèses fort singulières pour ses sermons; il fit 
aussi des conférences sur différentes parties de l'ancien et du 
nouveau Testament. D'après le Stammregister^ n° 29, il mourut 
le 11 avril 1720; cette date est inexacte, car d'après le titre de 
l'oraison funèbre prononcée par le pasteur Mathias Hofer, l'en- 
terrement eut lieu le 10 avril. — Bùrgerb.^ 269; Graf, III, 80; 
IV, 158. 



Digitized by VjOOQIC 



- - 31 - 

4694, 43 novembre. — Jean-Michel Franck. La famille Franck 
n'est pas originaire de c Nœrdlingen , pays de Wurtemberg, » 
comme l'indique le Bilrgerlnœh, p. 444, mais de Niertingen ou 
plutôt Nùrtingen, en Wurtemberg. Voici, dans le livre de la 
corporation (Zunftbuch) des bouchers, l'immatriculation qui se 
rapporte au premier Franck, cité par N. Ehrsam : Vff Suntag 
den 14 Mey ann {i5)98 hait die Zunfft vnnd stubenrechi 
kaufft Caspar Franck der Metzger vonn Niertingen Im wyr- 
tenberger land Bilrtig (gebûrtig) vnder dem Zun/ftmeyster Michel 
wyss, vnnd cost die Zunfft vnnd Hubenrecht V Pfd. (5 livres) ht 
uff stundt vnd tag bezalt, Starb den 27 November anno i605, 
(Communication de notre collègue M. Karl Franck). — Ajoutons 
encore que la ville de Nœrdlingen, dont il vient d'être parlé plus 
haut, n'est pas située dans le Wurtemberg, mais dans le cercle 
de la Rézat, en Bavière. — Jean-Michel Franck devint bachelier 
en philosophie, le 47 octobre 4693 ; échevin, 4742 ; un des VI de 
la corporation des agriculteurs, 4744; maître de la corporation, 
4727. Blirgerb., 442. 

4693, 40 octobre. — (Georges) Gabriel Guerreus, Guerre, 
le jeune, d une famille originaire de Saint-Imier, dans le canton 
de Berne; pasteur de l'église française, 4699. Un autre Gabriel 
Guerre, probablement son père, a été pasteur à la même église, 
de 4674 à 4679. Biirgerb., 445; Graf, IV, 459. Après avoir pro- 
noncé un discours de préparation à la communion de Pâques, 
en 4699, Georges-Gabriel quitta brusquement la ville sans qu'on 
ait pu connaître le motif de son départ. Graf, III, 67. * 

4697, 2 juillet. — MAraïAS Hofer III; né en 4685; diacre à 
l'égUse Saint-Etienne, 4707; pasteur àTégUse française, 4740, et 
de 4724 à 4732, pasteur allemand. Biirgerb., 476; Graf, IV, 458. 
Leu, 1. c, X, 233. 

— , 2 juillet. - Jean-Henri Willy I, diacre à l'église Saint- 
Etienne, 4707; pasteur, 4724-4732. Biïrgerb., 380; Graf, IV, 458; 
Mieg, 1, 304. 



Digitized by VjOOQIC 



— 32 — 

1699, 27 novembre. — Jacques Ziegler, d'une des familles les 
plus anciennes et les plus distinguées de Mulhouse. Biirgerb.^ 397- 
402. L'arbre généalogique de la famille, de 1310-1626, se trouve 
à la fin de l'oraison funèbre du bourgmestre Jacques Ziegler 
(mort le 5 mars 1626), prononcée par le pasteur J. Brand- 
mûUer. Baie, 28 pp. in-4^ 

1703, 17 octobre. - Jean-Jacques Schwartz; échevin; B//r- 
gerb,, 321. 

1708, 5 octobre. — Pierre Brucnerus ou Bruckner*. Voy. 
sur la famille : Bàrgerb.^ 59, 60. 

1712, 20 février. — Jean-Henri R.^ber ou Reber II; U. 1. D. 
Il soutint à Bâle, le 5 juin 1726, une thèse ayant pour titre : 
Dissertatio juridica itiauguralis : De contractu chirographario. 
Basileœ, 40 pp. in-4**. Voy. Catal. du Musée histor., p. 158. — 
Secrétaire-syndic de Mulhouse, 1 728-1 748 ; souvent chargé, par la 
ville, d'importantes missions. Le 20 octobre 1744, il accompagna 
le bourgmestre Jean-Henri DoUfus et quatre membres du sénat ' 
au château de Munzingen*, dans le Brisgau, pour complimenter 
Louis XV. Le syndic de Mulhouse adressa au roi, en français, une 
harangue qui fut gracieusement agréée par Sa Majesté. Il fit égale- 
ment partie de la députation envoyée, au mois de janvier 1747, à 
Strasbourg, pour complimenter ladauphine Maria-Josépha,deSaxe. 
La députation (ut reçue, le 28, dans une des salles du Palais. 
J.-H. Reber harangua la princesse en français; restée assise dans 
son fauteuil, elle daigna exprimer sa satisfaction par un gracieux 
mouvement de la tête, sans prononcer une seule parole. J.-H. 
Reber mourut en 1748. — Burgerh., 261; Graf, IV, 154; Mieg, 
I, 291-292, 297-298, 304. 

* Le trésorier J.-M. Hartmaan, Malh. Mieg. Jean Hofer, D*" en médecine, et Jean- 
Georges Dollfus, D"* en médecine. 

' Le château de Munzingen appartenait alors à Georgefr-René, de la famille noble 
strasbourgeoise de Kageneck. Voy. Ern. Lehr, TAlsace noble, H, 264, où il faut 
toutefois lire Louis XV, au lieu de Louis XÏV. 



Digitized by VjOOQIC 



— 33 — 

4742, 8 avril. — Adam-Henri Meyer*. Voy. sur la famille : 
Bilrgerb., 236 à 242. 

— , 24 avril. — Jean- Jacques Zûrcher, né en 4694, mort en 
4747. V. D. M. — Blirgerb,^ 440. On a de lui une élégie en vers 
alexandrins sur la mort du pasteur Jean Risler. Voy. l'Appendice 
deToraison funèbre du pasteur, prononcée le 40 avril 4720. Col- 
mar, pp. 44-45; — Leu-Holzhalb, VI, 464. 

—, 24 mai.— Jean-Georges DoLFUs(5tc); né le 45 août 4 698. 
Docteur en médecine; il soutint, le 44 décembre 4747, à Bâie, 
une thèse sur la Cerasologia medica. Basileœ^ 24 p. in-4'*. Eche- 
vin, 4742; un des VI de la corporation des tailleurs, 4725-4747; 
maître de la corporation, 4754; bailli, Ohervogt, d'IUzach, 4752. 
En 4744, il fil partie de la députation envoyée par la ville au 
château de Munzingen pour comphmenter Louis XV, qui y pré- 
parait le plan du siège de Fribourg. Mieg, I, 294 ; Bnrgerh.^ 84. 
Il mourut le 7 août 4752. Notes mscr. (CoUect. Ed. Dollfus, typ.). 

4746, 42 mai. — Joseph Hofer, Mitlhusinus. Ni le livre de la 
famille, ni le Burgerbuch , ne signalent un Hofer qui ait porté 
le prénom Joseph. 

4747, 6 avril. — Jean-Gaspard Dollfus; né le 20 décembre 
4700. Il devint maître-ès-arts à Bâle,le 40 mai 474 8, après avoir 
soutenu, sous la présidence du D' et prof. Samuel Battier, une 
thèse philosophique : Dissertatio philosophica de studio animi 
veritate et virtute perficiendi maxime necessario . Basileœ^i^ pp. 
in-4". Catal. du Musée histor., p. 460; — Pasteur à Illzach, 4737- 
4785. Le 5 juillet 1752, il sauva la vie à trois habitants de Saus- 
heim, ensevelis sous les décombres d'un puits qui s'était écroulé. 
C'est aussi à lui qu'on doit l'établissement de l'irrigation du Mûh- 
lenfeld, terre très fertile près d'Illzach. Bûrgerb.y 84. Graf, III, 
296; IV, 458, 459, 460; Mieg, I, 340. — Feu Gaspard Dollfus- 
Dettwiller me fit voir, quelques semaines avant sa mort, une char- 
mante silhouette du pasteur, son arrière grand-père; elle le 

3 



Digitized by VjOOQIC 



— 34 — 

représente sur un fond d'or, se tenant debout devant le pasteur 
Adam Mîcder, assis dans un fauteuil antique. 

l"— ] Jean Hofer II; né le 29 août 1697. Il reçut le grade de 
docteur en médecine après avoir soutenu, à Baie, le 10 décembre 
1716, une thèse dont nous ignorons le titre. Le Musée historique 
possède le diplôme sur parchemin avec le sceau de la faculté de 
médecine de Bàle. On a de J. Hofer II une élégie en vers alexan- 
drins sur la mort de Jacques Reber, membre du sénat et trésorier 
de la ville. Voy. l'oraison funèbre de ce dernier, prononcée, le 25 
mars 1719, par le pasteur i.-C. Grynaeus, Bâle in-4''. Appendice 
pp. 92 et 93 (Collection Ed. Dollfus, typogr.). — Jean Hofer fut 
un des VI de la corporation des vignerons, 1723-1734; en 1744, 
il fit partie de la députation envoyée au château de Munzingen 
(voy. ci-dessus 1712, Jean-Georges Dollfus) et, en 1747, de celle 
envoyée à Strasbourg pour complimenter la dauphine Maria-José- 
pha, de Saxe. Mieg, I, 297. En 1748, il fut nommé bourgmestre 
en remplacement de son père, et resta en charge jusqu'en 1781, 
année de sa mort. L'histoire naturelle était l'objet de ses études 
favorites; il en légua le goût à son fils Jean Hofer III, savant 
naturaliste, très estimé en Suisse et en Allemagne (voy. 1727). — 
Jean Hofer, père, était collaborateur des Acta helvetica physico- 
mathematico-botamco-medica. Bàle. Les volumes I, II, III et V 
renferment de lui treize dissertations sur des sujets d'histoire natu- 
relle ou de médecine. La Bibliothèque de la Société d'histoire 
naturelle de Colmar possède dix volumes de la collection de celte 
importante publication, et le vol. I des Nova acta helvetica, 1787. 
(Communication de mon savant ami M. le D' F. Faudel.) — Bàr- 
ijerh., 177; Mieg, I. c; Graf, IV, 152. Catal., p. 120, n° 570. 

1720, 25 novembre. — Jean-Georges Ferr (Feer ou Fehr). 
Un des Vide la corporation des maréchaux-ferrants, 1750; maître 
de la corporation, 1759; membre du sénat, 1763. Burgerb., 109. 
— Les Fehr, de Zurich, ont les mêmes armoiries que ceux de 
Mulhouse. Voy. Conrad Meyer y Zilrcher. Wappenbuch^iliiijÇl.Sb. 



Digitized by VjOOQIC 



— 35 — 

1724,7 juin. — Valentin Friess. V. D. M.; diacre à l'église 
Saint-Etienne; pasteur, 4737. Le Musée historique conserve de 
lui un discours allemand prononcé aux obsèques de Mathias Mieg, 
membre du Conseil et trésorier de la ville de Mulhouse. Bàle 4747, 
36pp.in-4°. Supplément I du Catal., p. 56, n° 993. Rimjerb., 147; 
Graf, IV, 158; Leu VII, 423-424. 

1724, 24 avril. — Pierre Rjsler; D' en médecine. Le 5 mai 
1733, il soutint sa thèse à la faculté de Strasbourg : Dissertatio 
medica inauguralis : De Febre quartana intermittente. Argento- 
rati, 24 pp. in-4^ Catal. du Musée histor., p. 158. — Il fut envoyé, 
en 1739, à Zurich et à Berne, pour représenter la ville au procès 
DoUfus-Hofer. — Un des VI de la corporation des vignerons, 1739- 
1762; échevin, 1742; bibliothécaire de la ville, 1747*; maître 
de la corporation des vignerons, 1763; membre du sénat, 1779; 
trésorier de la ville, 1780. Burgerù., 271; Stammregister, n*' 49; 
Mieg,I, 278;Graf, m, 16. 

1724, 3 juillet. — Michel Thiery*. Voy. sur la famille, origi- 
naire de Monthureux-sur-Saône, Burgert.^ 347-352. 

1726, 13 mars. — Nicolas Willius, Willy; né le 7 mars 
1709; mort le 9 juillet 1779. Reçu docteur en médecine par la 
faculté de Bâle, le 10 juillet 1731. Thèse : Spécimen medicum 
inaugurale sistens stupmdum abdominis tumorem. BasileiR^ typ. 
Joh.Henr. Decker y 44 pp. in-4'', avec une planche en taille-douce, 
in-folio. Le volume I, année 1751, des Acta helvetica renferme de 
lui : Ohservatio /, De abcessu musculorum abdominis in fœmina 

^ On ne lira peul-étre pas sans quelque intérêt le Règlement de la bibliothèque de 
la ville, arrêté dans les séances de la commission ad hoc, le 9 janvier et le là juin 
1747 : 

Bibliothecarius, Ht. Doclor Peter Rissler zum Bibliothecario besteUt mit 
2 Vierlel Weizen Besoldung und eine Commission zu der Oberaulsicht von denen zwey 
œlteslen Hrn. Pfarreren. dem Stadtschreiber, Hrn, Doclor liofer und Hm. DoUfus 
bestelU : P Der Bibliothecarius soll sich aile Montag von 2 bisz 3 Uhr auf der Biblio- 
thek einfinden, und kein Buch lœnger als fur 2 Monath ausleihcn ; 

2^ wohl Sarg zu den BUchern tragen; 

3^ die so defect mit Gulbeflnden der Commission ergœnzt und andere nûtzliche Werke 
ai^eschafft werden {Rathsprotokollf écrit de la main de Jean-Henri Reber, le jeune). 



Digitized by VjOOQIC 



— 36 — 

(jravida^ et lumhrico in -abcessu reperto^ pp. 73-75. — Observa- 
lio 11^ De abcessu mîisculorum abdominis Rustici qiànquagmarii 
persanatOy pp. 76-77. L'académie de chirurgie de Paris le nomma 
membre correspondant. Voy. Leu, 1. c, tome XIX, p. 471, et Leu- 
Holzhalb, VI, 409. Bnrgerb., 381 ; CalaK du Musée histor., p. 156. 

1733, avril. — MAimEU Mieg, né en 1717; I. U. L., père du 
chroniqueur Mathieu Mieg. Dans sa thèse, soutenue devant la 
faculté de droit, à Bâle, le 18 décembre 1737, et intitulée : Dh- 
sertatio inauguralis de Dominio m génère. Basilem^ 48pp-in-4*', 
il se nomme Helvelico-Mulhusinus, Catal. du Musée histor., p. 
59, n" 1008. Voy. Documents imprimés de la famille Mieg in-4% 
p. 4, n^ 16 (archives de la famille Mieg). Il fut successivement : 
échevin, 1784; un des VI de la corporation des agriculteurs, 
1748-1788; maître de corporation, 1789-1796. Son fils xMathieu 
lui succéda dans ces dernières fonctions, en 1796. Bnrgerb.j 
246, 247. Leu, VII, 423-424. Voy. dans le présent Bulletin, 
pp. 65-80, la Notice biographique sur le chroniqueur Mathieu 
Mieg, par son arrière petit-fils M. Mieg-Kroh. 

1734, 7 octobre. — Jean Brunius*, probablement Braun, 
l'aîné, maître d'école et calligraphe distingué. Le Musée historique 
possède de lui un Recueil de pensées, de faits divers, d'extraits 
d'ouvrages, en allemand et en français, mscr. 144 pp. in-8**. 
Catal. p. 127, n*' 591. Voy. sur la famille : Bargerh.^ 56 et suiv. 

1735, 17 mai. — Jacques Graf*. Voy. sur la famille : Biir- 
gerb,, \SSAS6. 

1735^ 12 novembre. — Mathias Hofer IV; né en 1719; V. 
D. M.; diacre à l'église Saint-Etienne; pasteur, 1745. Biirgerb., 
180; Graf, IV, 158. 

1736, 26 avril. — Laurent Zundel. C'est ainsi que ce nom 
est inscrit dans la matricule de Tuniversité deBàle; les descendants 
de cette branche de la famille s'écrivent aujourd'hui Zindel. Les 
Les Zundel ou Zœndel sont originaires de Schaffhouse. Bnrgerb.j 
403; une branche, établie à Zurich, a les mêmes armoiries que 



Digitized by VjOOQIC 



— 37 — 

celle de Mulhouse. Voy. C. Meyer, Kurtze Beschreibung etc. der 
Statt Zurich samt den Wappm^ etc. Zurich, 1674, in-folio, p. 54. 
Laurent Ziindel naquit le 19 octobre 1721, ou, d'après Leu-Holz- 
halb, en 1720, VI, 529; V. D. M. archidiacre de l'église allemande, 
1753; prédicateur distingué. On a de lui un recueil de douze ser- 
mons sur des passages importants de l'Ecriture : Zwœlf Predigten 
ûber wichtige Stellen der A. Schrift ehemals gehaltm von Lorenz 
Zindel. Basel, 1775, 182 pp. petit in-8'\ Catal. du Musée hislor., 
n** 995. Ce recueil, publié par Walther Zindel, est dédié au bourg- 
mestre D' Jean Ilofer. On doit à Laurent Zûndel de nombreuses 
pièces relatives à l'histoire religieuse de Mulhouse, à l'église Saint- 
Etienne, aux couvents, à la cour teutonique et à celle de Saint-Jean. 
Elles se trouvent aux archives de la ville; le Musée historique pos- 
sède un volume manuscrit relié, in-folio, que j'ai fréquemment cité 
dans ce travail sous le titre de Colleclanea\\xn autre est entre les 
mains d'un particulier. Dans son introduction aux pages consa- 
crées à l'église Saint-Etienne, Zûndel rapporte à Frédéric P' 
et à Tannée 1163, l'institution de Mulhouse comme ville impériale, 
erreur adoptée également par un autre auteur mulhousien. Voy. 
Bulletin I du Musée historique, p. 59. Ce n'est qu'en 1231 que 
notre ville figure, pour la première fois, dans un document authen- 
tique, sous le nom de civitas, Voy. Bulletin II, pp. 5 et 6, et Bulle- 
tin spécial publié à l'occasion du 50" anniversaire de la fondation 
de la Société industrielle de Mulhouse, célébré le 11 mai 1876. 
Mulhouse et Paris, 1876, in-8°, p. 344. — Laurent Zûndel mou- 
rut en 1760. Le Musée historique conserve son portrait peint à 
l'huile. Catal., p. 56, n^ 290. — Bi&gerb., 404; Mieg, I, 136 et 
suiv.; Graf, IV, 158. 

1737, 2 mai. — Jean Hofer III ; né en 1720; Docteur en méde- 
cine, 1740; membre du sénat, 1748. Thèse soutenue à la faculté 
de médecine de Bâie pour obtenir le grade de docteur : De ter- 
rore prœternaturali orlo a nimia nervorum acusticorum sensi- 
bilitate^ subsequentibus miris singularibusque symptomatibiis. 
Bàle (1" décembre) 1740, 24 p. in-4°. — Naturaliste distingué, il 



Digitized by VjOOQIC 



— 38 — 

possédait un riche cabinet de minéraux, surtout de pétrifications, 
connu et visité des savants. Il était en correspondance avec un 
grand nombre d'auteurs suisses et allemands, notamment avec 
Jean-Samuël Schrœter, de Weimar, un des plus célèbres minéralo- 
gistes et paléontologues du siècle passé et auteur d'un grand nom- 
bre d'ouvrages ayant principalement trait à la conchyliologie. Le 
Musée historique conserve de lui 5 lettres autographes adressées 
à Jean Hofer en 1780, 1781 et 1782, qui expriment en termes 
élogieux et sympathiques la haute estime que le savant weimarien 
professait pour son collègue de Mulhouse. Je me permets d'en 
recommander la lecture à nos jeunes naturalistes. Jean Hofer 
était également en rapport avec plusieurs journaux consacrés à 
l'histoire naturelle, tels que les Acta helvetica^ vol. I, 1752, et 
IV, et le Journal fur die Liebhaber des Steinreichs und der Kon- 
chyliologie von Schrœter^ Weimar^ 1773, etc., qui contiennent 
de Jean Hofer des travaux très remarquables. Voyez, entre autres, 
la 1'* des lettres de Schrœter, datée du 21 janvier 1780. Gâtai., 
p. 123, no 580; p. 159; Bùrgerb., 177-178. J. Hofer est l'auteur 
d'un : Tentamen lithologicum de Polyporitis et Zoophytis petre- 
factis et d'un Manuale pharmaceuticiim minorum urbium. Basil. 
1780, in-8^ Catal., p. 141, n^ 616. Leu-Holzhalb, IH, 165-166, 
où l'on trouve d'intéressantes notices sur plusieurs autres membres 
de la famille. 

— , 4 septembre. — JosuÉ Hofer; né le 19 octobrel721 ; fils 
de Jean Hofer, maître de la corporation des maréchaux-ferrants 
et membre du sénat, et de Barbe Fûrstenberger. Après avoir 
terminé ses études élémentaires dans sa ville natale, Josué Hofer 
se fit immatriculer, en 1737, à la faculté de philosophie de 
Bàle ; il entra ensuite à la faculté de droit et y passa honorable- 
ment les premiers examens. En 1741, il quitta Bâle pour visi- 
ter plusieurs universités de l'Allemagne, il passa notamment deux 
semestres à l'université de Leipzig, où il continua ses études en 
droit et s'appliqua en même temps au culte des belles-lettres. Le 
célèbre Jean-Christophe Gottsched, l'oracle d'une partie du public 



Digitized by VjOOQIC 



— ;}9 — 

lettré de TAllemagne, professait alors à Leipzig la littérature et 
la philosophie; il présidait aussi une société littéraire à laquelle 
le jeune mulhousien s'empressa de se faire agréger. Le Musée 
historique conserve un discours d'adieu qu'il avait adressé à Ch. 
S. Hoffmann, lors du départ de ce condisciple, en 1742, br. in- 
folio. Lorsque, la même année, Josué Hofer quitta l'université, un 
autre membre de la Société, J. H. Spindler, lui dédia à son tour 
un mémoire intitulé : Ueher den Einfluss der germanischen 
Alterthumer aiif die historische Wissenschaft^ Leipzig, 1742, 12 
pp. in-4°, dont le Musée historique possède également un exem- 
plaire. Pendant son séjour à Leipzig, Josué Hofer fil aussi la 
connaissance du poëte Gellert, qui avait six années de plus que 
lui et qui, par le charme de son talent et par l'aménité de son 
caractère, exerça une salutaire influence sur le jeune et impres- 
sionable étudiant. Ce fut lui qui fit introduire plus tard dans 
les écoles de la ville les poésies religieuses {Geistliche Oden und 
Lieder) de Gellert, si estimées pour leur noble simplicité et 
leur douce piété. 

De retour à Mulhouse, le jeune candidat en droit passa quel- 
ques mois au sein de sa famille, pour revenir, en 1744, à Bâie 
et s'y faire recevoir L U. L., grade qui, à cette époque, équi- 
valait à celui de docteur en droit. 11 soutint avec éclat devant 
la faculté sa thèse : De usit practico serviiutis pœnœ. Basilcm 
1744, 40 pp. in-4'*. En voici la patriotique dédicace qui exprime 
si noblement le programme de toute la vie de Josué Hofer : 
Si patriœ debentur post Deum officia, Patrim dicatum sit spé- 
cimen quod ipsi offert auctor. Voy. Catal. du Musée histor., p. 159. 
— Après quelques mois de séjour à Paris, où il était allé pour 
suivre encore plusieurs cours de jurisprudence et se perfectionner 
dans l'usage de la langue française, Josué Hofer se rendit à Colmar 
dans le but de se faire recevoir auditeur au Conseil souverain d'Al- 
sace, et de se familiariser avec la législation usitée alors en Alsace. 

En 1745, il passa au service de sa ville natale. Nommé d'abord 
commis à la chancellerie de la ville, il succéda, en 1748, à Jean- 



Digitized by VjOOQIC 



— 40 — 

Henri Reber, en qualité de secrétaire-syndic, fonctions qu'il exerça, 
pendant cinquante ans, avec autant d'intelligence et de savoir que 
de dévouement. Il était en correspondance avec les savants, les 
jurisconsultes, les diploniates les plus distingués de son temps, 
qui s'empressaient de le consulter dans des questions difficiles ou 
douteuses. Pendant son exil volontaire à Lutterbach, M. de Saint- 
Germain, que Louis XVI appela, en 1775, au ministère de la guerre, 
s'adressa plus d'une fois à l'éminent syndic de Mulhouse, pour lui 
demander conseil ou pour jouir des agréments de son commerce '. 
Une lettre de Madame de Saint-Germain, conservée au Musée, 
témoigne également de la haute confiance que lui accordait 
cette illustre famille. 

Accompagné de Jérémie Hofer et de Jean Velter, Josué Hofer 
fit, en été 1785, des démarches auprès du gouvernement fran- 
çais pour en obtenir la permission conditionnelle d'introduire 
en France les produits de l'industrie mulhousienne, négocia- 
tions qui durèrent jusqu'en mars 1786. Madame la baronne 
d'Oberkirch, née Waldner de Freundstein, ayant appris le séjour 
de son digne concitoyen à Paris, se rendit auprès de lui pour lui 
demander aide et conseil dans une importante affaire de famille. 
Elle nous l'apprend elle-même dans ses Mémoires (Tome II, pp. 
255-256, 2' édition) : « 9 mars (1786). Je ne suis sortie que sur 
€ le soir pour aller avec le syndic Hofer au Marais, chez M. le 
« premier président*, pour lui parler d'un procès que j'avais contre 
« Madame Munck. M. Hofer, syndic de la république de Mulhouse 
€ et plusieurs fois ambassadeur auprès de la diète helvétique, est 
« le chef et l'âme de ce gouvernement ; c'est un homme fort re- 
« marquable à beaucoup d'égards. Excellent administrateur, habile 
< politique, il a, par ses efforts, fait rentrer Mulhouse dans l'al- 
€ liance des cantons catholiques, et effacé les divisions qui ont 

> Après un violent incendie, qui avait éclaté, le 13 août 1770, à Reiningen, près 
Lutterbach, et qui réduisit en cendres 80 maisons, le ministre de Saint-Germain 
envoya, par Tentremise de Josué (lofer, la somme de 1000 livres à la commune 
incendiée (Archives de la ville de Mulhouse). 

■ Etienne-François d'Aligre. 



Digitized by VjOOQIC 



^ 41 — 

< existé si longtemps \ Il est en outre aimable et obligeant, et 
t m'en donnait la preuve en cette occurence'. » 

Josiié Hofer assista, comme représentant de la ville, aux diètes 
des années 1765, 1767, 1769, 1770 et 1771 ; en 1776 et 1777 
il fit partie des députations envoyées à Soleure pour le renou- 
vellement de l'alliance de la Suisse avec la France. 

Au milieu de ses travaux journaliers à la chancellerie, Josué 
Hofer trouvait encore le temps de s'occuper d'études littéraires et 
d'entretenir une correspondance active avec plusieurs savants dis- 
tingués de son temps. En 1763, il se fit recevoir membre de la 
Société helvétique^ fondée en 1761 à Schinznach, et dont les séan- 
ces annuelles se tinrent plus tard à Olten et à Aarau. Il s'y ren- 
dait aussi souvent que possible, en compagnie de plusieurs de ses 
compatriotes, tels que le pasteur Jean Spœrlin, le licencié Nico- 
las Thierry, le docteur Jean-Jacques Kœchlin, le bourgmestre Jean- 
Henri Dollfus. Elu président pour la session de l'année 1781, il 
prononça un discours chaleureusement applaudi, où il fit ressortir 
le sincère attachement et la fidélité éprouvée que Mulhouse n'avait 
jamais cessé de vouer à la confédération helvétique qui l'avait reçu 
dans son sein *. Le style simple et clair dans lequel ce discours 
est conçu, la noblesse des sentiments, l'ardent patriotisme dont il 
est empreint, ne se manifestent pas moins dans les discours offi- 
ciels, qu'en sa qualité de secrétaire-syndic, il prononçait tous les 
ans lors de la prestation du serment (Schwœrtag). Le Musée his- 
torique conserve notamment ceux des années 1787, 1788, 1789, 
1794 et 1795. 

Parmi les nombreux témoignages que Josué Hofer a laissés de 

* Elles avaient duré 190 ans, de 1587 à 1777. 

* Ce passage est accompagné de la note suivante, rédigée par le comte Léon de 
Montbrison, petit-fils de Madame la baronne d'Oberkirch : « Josué Hofer, né en 17il, 
« syndic depuis 1748, vit avec désespoir la république de Mulhouse déjà enclavée 
« dans le territoire français, en 1795,lui être décidément incorporée en 1798. Il en 
« mourut de chagrin Tannée suivante. » (Erreur! ce fut encore en 1798.) 

* Dans les années 1786, 1787, 1788 et 1789, il fit partie de la commission générale 
de la Société helvétique. Voy. Verhandluugen der helvelischen Gesellschaft in OUen, 
(Bâle) 1786-1797. 1 vol. in-lî. 



Digitized by VjOOQIC _ 



— 42 — 

son talent d'administrateur, de son savoir et de son infatigable acti- 
vité, il faut surtout citer ce précieux inventaire de nos archives 
municipales, qui est encore aujourd'hui le point de départ d<^s 
recherches sur l'histoire politique et l'histoire intime de la petite 
république helvétique; de plus, le récit des principaux événements 
historiques de Mulhouse de 1748 à 4795. Voy. pp. 25et26. Il ré- 
digea en outre un grand nombre de mémoires, de consultations, 
d'actes oftîciels ou privés qui se trouvent encore, soit dans le dépôt 
public, soit au Musée historique, soit entre les mains de particuliers. 
Le Musée historique possède également un exemplaire de sa 
Notice généalogique sur la famille noble de Hagenbach, autrefois 
bourgeois de Mulhouse. Il y mentionne, entre autres, Jean de 
Hagenbach, né en 4404 et mort à Mulhouse en 4524. 

Lors de la réunion de Mulhouse à la France, la bourgeoisie 
vota à son vénérable secrétaire-syndic, la somme de 40,000 livres 
pour le récompenser de ses longs et fidèles services. 

Josué Hofer mourut le 2 juillet 4798, à Tâge de plus de 76 ans'- 
Le pasteur Abel-Théodore-Guillaume Maeder prononça son oraison 
funèbre; elle se trouve aux pages 323-329 de la collection des 
sermons publiés par Maîder, en 4798, à Bàle, 329 p. in-8^.' 

* L'auteur des Chronologische Aaszûge ilber Millhamen, p. 117, se trompe en don- 
nant Tannée 1799 comme celle du décès de Josué Hofer. 

- Predigten von Abel Theodor Wilhelm Mœder, Pfarrer an der Stephanusklrchr 
zu Mûhlhausen. Basel, gedruckt bey Samuel FUck und in Konmission zu Mûlhau- 
sen bey Joh, Mich. Huber und Joh. Hartmann, Buchbindern, 1198, J'ai cité ce 
titre en y ajoutant les noms des relieurs qui avaient le dépôt des sermons du pasteur 
Maeder à Mulhouse, parce qu'il s'y rattache une donnée non encore mentionnée jus- 
qu'à présent, relative à l'histoire de l'imprimerie à Mulhouse; la voici : Jean Michel 
Iluber demanda au magistrat l'autorisation d'établir une imprimerie à Mulhouse, 
autorisation qui lui fut accordée sous de certaines restrictions mil Einschrœnkung, 
Voy. RaihsprotocoU du 3 avril 1777. Fxlract-Bnch (Josué Hofer), fol. 333. Ce pri- 
vilège, demandé déjà le 17 mars de l'année 1777, accordé le 3 avril, comme on vient 
de le voir, fut confirmé par le Conseil en séance du 13 juin de la même année; il fut 
octroyé pour 10 ans pour toutes les pièces imprimées du magistrat, qui nomma à 
cet effet un Conseil de surveillance, FMvact-Buch, fol. 573. 11 ne m'est jamais 
tombé entre les mains quelque imprimé sorti des presses de J. M. Huber, et il doit 
cependant en exister. Au Burgerbuch, p. 167, il figure comme étant libraire et un 
des XL, en 1790. Quant à Jean Hartmann, il n'est qualifié que de relieur, Buckbin- 
der. Voy. Burgerb ,160 



Digitized by VjOOQIC 



— 43 — 

Le Musée historique conserve, outre Tépée de parade (Catal. 
Supplément I, n° 848), plusieurs portraits de Josué Hofer : Une 
gravure sur cuivre par Hûbner, d'après A. Hickel, 1788, n" 278; 
2"* un portrait en profil d'après J.-H. Lips, par J.-A. Holzhalb- 
Zurich, 1781, n** 289, deux exemplaires; 3° un portrail à l'huile, 
grandeur naturelle, n*' 750; celui de sa femme, née Gertrude 
Hofer, lui fait pendant, n° 768. — Voy. sur Josué Hofer, Biirgerb., 
178-180; Mieg, I et H, passim.; Graf, HI et IV, passim.; Leu- 
Holzhalb, HI, 164; Marcvs Lutz, Nekrolog denkwnrdiger Sc/iwei- 
zer ans dem XVIIL Jahrhundert. Aarau, 1812, in-8% pp. 232 
et 233; (Georges Mieg.) Chronologische Anszïige uber Mulhausen^ 
1848, où se trouve le portrait, dessiné par Hickel, reproduit en 
lithographie par G. Engelmann; — (Georges Mieg.) Beitrag zum 
Andenken an die deutsch-protestantische St. Stephanvskirche in 
Mûlhausen^ 1862; les pages 53-61 contiennent le discours que 
Josué Hofer prononça au Schwœrtag de 1788; — la Biographie 
universelle, Paris 1817, tome XX, p. 448, renferme une courte 
notice sur le dernier secrétaire -syndic de la république de Mul- 
house. 

En terminant, j'exprime le vœu qu'une plume compétente nous 
donne un jour une biographie complète de Josué Hofer, un des 
hommes qui ont fait le plus d'honneur à notre cité; ce serait à la 
fois un acte de piété et une œuvre patriotique. 

1738, 3 mai. — Jérémie Risler, né en 1720. — V.D. M., pas- 
teur à Lûbeck, 1741 à 1743; à Saint-Pétersbourg, 1743-1760; 
à Herrenhut, 1761; évêque des h^ères moraves, 1782; établi à 
Neuwied, 1786; plus tard à Bertholsdorf, où il mourut le 23 août 
1811. Il est l'auteur d'une biographie de Spangenberg, évêque des 
frères moraves à Bertholsdorf, dont il fut le successeur : Leben 
August Gottlieb Spangenberg s, Barby, 1794, in-8^, et d'un autre 
ouvrage traitant de l'histoire sainte depuis la création jusqu'à la 
mort de Salomon : Historischer Anszug am den B'ùchern des Al-- 
ten Testaments. Von Erschaffung der Wclt bis zum Tode Mosis. 
U. Vom Einzuge der Israeliten in dos Land Canaan bis zum Tode 



Digitized by VjOOQIC 



— 44 — 

Saloino's. Barby und Leipzig, 4794-4795, 2 vol. in-8°. II y émet, 
entre autres, les deux idées suivantes, qui forment le point de 
départ et le but de son système d'interprétation : « Jésus-Christ 
crucifié doit être recherché et trouvé dans toutes les parties de 
TAncien-Testament. Si Dieu s'est montré aux hommes et leur a 
parlé, c'était chaque fois par la personne du fils. » — Bnrgerb., 
272; Stammregister des Risler, n" 52; Leu-Holzhalb, V, 440. 

4744, 4" juin. — Jean-Henri R^eber III. Le Musée historique 
possède un Certificat de 4767, constatant la bénédiction nuptiale 
donnée à l'église de Sundhofen à Jean-Henri Reber, de Mulhouse, 
chevalier de l'Ordre du mérite militaire et capitaine au régiment 
suisse de Waldner*, et à Marie-Ursule de Gochnat, de Colmar. 
Supplément I du Catalogue, p. 47, n° 943; Bùrgerb., 262. 

1743, 28 octobre. — Adam M.eder. V. D. M. Prédicateur fran- 
çais à Erlangen, à Waldenbourg, dans le comté dlsenbourg, et à 
Hanau où il est mort, en 4797, à l'âge de 69 ans. (C'était le grand- 
père d'Adam Mœder, pasteur et président du Consistoire réformé 
de Strasbourg, mort le 48 novembre 4872.) Note de feu Gas- 
pard DoUfus-Dettwiller. — Bnrgerb., 228. 

— 28 octobre. — Jean-Théobald Mûntz. V. D. M. Pasteur 
à l'église Saint-Etienne, 4757-4768. Bargerb., 252; Graf, 458. 

Son fils Jean-Théobald étudia la philosophie à l'université de 
Zurich et y fut reçu maître-ès-arts, en 4784, après avoir écrit une 
Dissertatio physica : De ilineribus per Helvetiam cutn fructu 
faciendis. Parstertia, Turici, exofficina Gessneriana, 44pp.in-4^. 
Cette dissertation est suivie de 24 thèses sur des questions de phy- 
sique, entre autres sur le ballon aérostatique, inventé, en 4783, 
par les frères Montgolfier de Lyon (n"' 48-24). Sept autres can- 

* Voici ce que noire bon chroni(|iieur Malh. Mieg dit de cette com|>agnie : Ueber 
die Mûlhauser-Kompagnie im Regiinent Waidnenvar Herr kapitœn Reber, ein lustiger 
und auch erfakrener Kfiegsmaim, Komtuandant, Da wurde A, 1771 eine besondere 
Rehruten-Kammei' errkhtei und erkanni, dass ein jeweiliger Hanptmann verbundrn 
seyn soll, einem MUthauser-Bûrger zu den OffizierssleUen den Vorzng zu geben . On 
siit que le magistrat avait le droit de nommer le capitaine de la compagnie. 



Digitized by VjOOQIC 



— 45 — 

didats prirent parla la soutenance, présidée par le savant profes- 
seur Salomon Schinz, les 2 et 3 février 1784. — Dans le courant 
de la même année, J. Th. Mûntz, fils, qui avait mené de front les 
études en philosophie et en théologie, fut reçu candidat en théo- 
logie, V, D. M. Bnrgerb,, 252; Catal. du Musée histor., p. 458. 

i745, 27 décembre. — Jean-Henri Dollfus II; né le 5 mars 
4734*. Docteur en médecine. Sa thèse, soutenue à Bâie, le 4 
décembre 4750, est intitulée: Dissertatio inanguralis medica de 
hœmorrhagiis gravidarnm, quam volente Deo^ ex décréta gratiosœ 
Facultatis medicœ, pro summis in medicina honoribm et privilegiis 
doctoralibus rite capessendis^ ptiblico eruditorum examini subjicit 
J. Henricus Dollfus^ Georgii filiiis^ Mulhusinus^ ad diem 4 
Decernbris il 50. Basileœ 4750, 22 pp. petit in-4^ Catal. du 
Musée histor., p. 440, n° 644. — Echevin, 4759; un des VI de 
la corporation des tailleurs, 4759; maître de la corporation, 4764 ; 
bailli (Obervogt) dlllzach, 4768-4779. En 4770, il fit partie de 
la députation envoyée par la ville à Strasbourg pour compli- 
menter la dauphine Marie- Antoinette. Député à la diète deSoleure 
pour le renouvellement de Talliance de la confédération suisse 
avec la France, aux mois de mai et d'août 4777. A cette occasion 
l'ambassadeur français, M. de Vergennes, lui offrit, au nom du 
roi, une chaîne en or avec le médaillon de Sa Majesté. Le 47 sep- 
tembre 4 780, J.-II. Dollfus assista à Soleure, comme bourgmestre, 
avec le syndic Josué Hofer, à la conférence de légitimation pré- 
sidée par le vicomte de Polignac. Notre chroniqueur M. Mieg 
donne de curieux détails sur cette double ambassade, I, 325-332, 
d'après la relation officielle de Josué Hofer, conservée aux archives. 
J.-H. Dollfus fut nommé bourgmestre, le 34 mars 4778, et resta 
en fonctions jusqu'en 4798, année de la réunion de Mulhouse à 
la France. En 4794, il s'était rendu, pour la dernière fois, à la 
diète, où il fut reçu avec les plus chaudes déclarations d'amitié et 
par les cantons confédérés et par M. de Barthélémy, ambassadeur 

* D'après les notes généalogiques de M. Ed. Dollfus, typogr., il serait né le ^1 
mars. 



Digitized by VjOOQIC 



— 46 — 

de France. Graf, IV, 58. Nonobstant ses nombreuses occupations 
officielles et sa pratique de la médecine, J. -Henri Dollfus trouvait 
encore moyen d'entretenir d'intéressantes relations littéraires avec 
des savants suisses. Entre les annéesi765etl789, nous le voyons 
plusieurs fois assister aux séances de la Société helvétique et figu- 
rer même comme membre de la commission générale de cette 
savante et patriotique compagnie. Philippe-Ferdinand, duc de 
Schleswig-Holstein, qui estimait en lui Thomme d'Etat et le 
médecin distingué, le nomma, en 1769, conseiller intime et 
chevalier de Tordre de Saint-Philippe. Par un document daté du 
5 février 1776, qui existe encore dans la famille, il lui accorda, 
ainsi qu'à ses descendants, des titres de noblesse. J.-H. Dollfus 
mourut le 12 décembre 1804. — Le Musée historique possède la 
planche en cuivre du portrait de J.-H. Dollfus, gravée en 1784 
parHoltzhalb de Zurich. Catal. n- 283^^ et 748. Suppl. I; et 
plusieurs exemplaires du même portrait, n°' 283,283*^", 746, 747, 

— Burgerb., 86-87:; Mieg, I, 325-332; Graf, HI, 228 et suiv.; 
IV, passim. et 152. Notes manuscrites (Collection Ed. Dollfus, 
typogr.). 

1746, 15 juillet. — Jean-Ulrich Vogel, V. D. M.; pasteur 
à l'église Saint-Etienne, 1757-1768. Biirgerb., 358; Graf, IV, 158. 

— La famille Vogel de Zurich a les mêmes armoiries que celle 
de Mulhouse. Voy. Conr. Meyer, Zûrcher. Wappenbuchy 1674, 

pi. 12«. 

1747, 1" juin. — Jean-Jacques Martin, candidat en théo- 
logie et précepteur. Biirgerb.^ 234. (Voy. 1613 et 1651.) 

1748, 10 juin. — Jacques Risler; maître-ès-artsà Baie. Il fit ses 
éludes en médecine à Strasbourg, oii il fut reçu docteur, le 25 jan- 
vier 1754. Thèse : Disserlatio inaiiguralis medico-botanica . De 
ver basco (bouillon blanc; Wollkraut). Argentor., 76 pp. in-4'', avec 
une planche in-folio, dessinée par l'auteur et gravée par Striedbeck, 
de Strasbourg. Les pages 73 à 76 contiennent, selon la mode de 
Tépoque, des vers de félicitation de quatre de ses condisciples : 



Digitized by VjOOQIC 



— 47 — 

P. L. de Chaufepié, de Montpellier; J. U. Toggenburger, de Zurich ; 
J. M. Engelmann, de Friedberg, et J. Kratz, de Strasbourg. — 
Les Acta helvetica renferment de lui une savante étude : Descrip- 
Ho Ca^ti triangularis^ Linn., vol. V, p. 268-274. Leu-Holzhalb, 
V, 140. — Jacques Risler est mort le 19 avril 1770. Stammre- 
gister, n° 43; Catal. du Musée histor., p. 158. Burgerb., 273. 

[4748.] — Jean-Henri Lambert; né le 26 août 1728, à Mul- 
house; mort à Berlin le 25 septembre 1777, comme membre de 
l'Académie royale et membre du conseil supérieur des bâtiments de 
l'état; physicien, mathématicien, astronome et philosophe célè- 
bre. Recommandé par le secrétaire-syndic Jean-Henri Reber à 
Jean-Rodolphe Iselin, professeur et publiciste distingué de Bàle, 
le jeune Lambert passa dans la maison de ce savant les années 
1746 à 1748, en qualité de secrétaire, et collabora à différentes 
publications. Il ne figure pas comme étudiant sur la matricule de 
l'université; mais on sait qu'il suivait assidûment les cours 
de droit de son patron et qu'il s'occupait également de mathéma- 
tiques théoriques et appliquées, ainsi que d'études philosophiques. 
Il en parle lui-même dans une lettre du 6 décembre 1750 adres- 
sée au pasteur Pierre Risler; elle figure au 2'* volume de sa cor- 
respondance savante : J.-H, Lambert' s dmtscher gelehrter Brief- 
wechsel^ herausgegeben von Joh. Bernoulli. Berlin^ 1782-1784, 
5 vol. in.8^ Les volumes II, 1785; III, 1758; IV, 1759; V, 
1760, des Acta helvetica renferment un grand nombre de dis- 
sertations scientifiques de Lambert, écrites en latin. Après sa 
mort, le vol. I, 1787, des Nova acta helvetica, publia encore deux 
dissertations en langue française de notre savant compatriote. 
— Voy. sur Lambert : tous les Dictionnaires biographiques ou 
scientifiques* — /.-//. Lambert* s Leben von Mathias Graf. Bàle, 
1829, in-8^, où se trouve aussi la liste complète des œuvres, pp. 
67-84, et celle de portraits ou bustes de Lambert. — Fr. Burck- 

* Je ne puis m'empêcher de signaler spécialement une étude sur Lambert par 
mon regretté ami, le professeur Chrétien Bartholmess, de Strasbourg, dans le Dic- 
tionnaire des sciences philosophiques d*Ad, Frank, 



Digitized by VjOOQIC 



— 48 — 

hardt, Ueber die physikalischeu Arbeiten der Societas physica 
helvetica, 1761-4787 ; Fesirede. Basel,\S61, pp. 48, 24, etc. Nous 
extrayons de cet intéressant discours le passage suivant, qui se rap- 
porte à l'un des ouvrages capitaux de Lambert, la pyrométrie, et 
qui exprime d'une manière si éclatante la haute estime dont il jouit 
encore de nos jours dans le monde savant : /. Heinrich Lambert^ 
der ausgezeic/mete und liebenswiirdige Millhauser^ hat seine wissen- 
schaftliche Production mit Schriften iïber die Wdrme begonmn und 
beschlosseUy indem seine erste Publikation in den Aklen^ wie seine 
letztey die Pyrometrie^ ivelche wenige Tage vor dem Todedes 
Verfassers dem Drucke iibergeben worden ist^ von der Ausmessung 
der Wdrme handeln. Er hat dièse Arbeit als die Aufgabe seines 
Lebens angesehen. Was sich in der Wârmelehre nach den Beob- 
achtungen seiner Vorganger der Rechnung unterwerfen liess^ 
unterwarf er ihr, erweiterte dos Gebiet der Wârmelehre um ein 
Bedeutendes und f/ihrte dièse Disciptin der grossen Vollkommen- 
heit entgegen^ welche sie bald nachher erlangt hat.... — On sait 
que la petite place derrière Téglise allemande de Mulhouse, où 
se trouve sa maison paternelle, porte le nom de Place Lambert, 
et que son monument s'élève au faubourg de Belfort, devant l'Ecole 
de dessin de la Société industrielle. Le Musée historique possède 
plusieurs portraits ainsi que le buste du savant. Catal. n"*» 296, 
297, 298, 299. Supplément I, n" 760. Tout récemment, le Musée 
historique a reçu, comme don, de M™^ V** Ehrsam, une charmante 
statuette de Lambert exécutée en plâtre par notre célèbre compa- 
triote alsacien Auguste Bartholdy. 

1749,40mai. — Je AN- Jacques RiEBER; né en 1732. V. D. M.; le 
27 juin 1761 il fut nommé professeur de philosophie à l'école fran- 
çaise de Mulhouse, chargé d'enseigner les humaniora^ l'histoire, 
la physique et la logique ; selon le traité passé entre lui et le sénat, 
il pouvait également être appelé à prêcher à l'église française, le 
jour de pénitence {Buss- und Bettag), soit à Mulhouse, soit à 
Illzach ; enfin, il avait la surveillance de la Bibliothèque de la ville. 
Son traitement pour toutes ces diftérentes fonctions, se montait 



Digitized by VjOOQIC 



— 49 — 

à 400 livres; pour deux leçons particulières, par jour, il touchait, 
en outre, 3 livres par élève; ceux toutefois que le magistrat faisait 
instruire à ses frais, ne payaient que 18 batz. (Délibération du Con- 
sistoire, chargé de la surveillance des écoles, et du grand-conseil. 
Projet rédigé par Josué Holer. Archives de la ville). En 1768, 
J.-J. Reber fut nommé pasteur à l'église Saint-Etienne. — On a 
de lui un sermon prononcé, en 1761, à cette église, lors de la 
prestation du serment (Schwœrtag). Bâle, 1762, in-8^ Bûrgerb., 
262;Graf,II, 158. 

1750, 5 mai. — Matthias Kielmann, V. D: M.; né en 1731; 
pasteur à l'église Saint-Etienne, 1753; Bûrgerb., 200; Graf, IV, 
158. Lebenslauf von Matthias Kielmann, gewesenem Diener des 
gœttlichen Wortes, etc., avec la silhouette du pasteur, 35 pp. (s. 1. 
et a.). Catal. du Musée histor., Suppl. I, n« 1003. 

1755, 22 août. — Jean-Jacques Meyer*. Le texte de son im- 
matriculation est ainsi conçu : Joh. Jacob Meyerus Mulhusinus 
et civis Basiliensis jam ante triennium inscriptus in matricula 
philosophica et tune matricules rectoris ex incuria nomen dare 
oblituSy ut legibus academiœ satisfaceret nunc demum immatricvr 
latus est . 

1758, 5 avril. Jean-Henri Spœrlin*; fils aîné de Jean-Michel 
Spœrlin, bourgmestre (1780-1791), et frère des échevins Sébas- 
tien et Antoine et du pasteur Jean Spœrlin, qui tous trois ont si 
bien mérité de la patrie. Il se rendit à Lausanne pour étudier la 
théologie; mais il mourut subitement d'une fièvre chaude. (Ren- 
seignement de M"® Marguerite Spœrlin.) 

1759. — Emanuel Fries. Il fit ses études en médecine à Stras- 
bourg, où il lut reçu docteur; sa thèse a pour titre : Dissertatio 
inauguralis medico-obstetricalis de usu forcipis, in partu quam 
divinis sub auspidis, ex auctoritate gratiosissimœ Facultatis 
medicœ in aima Argentoratensium universitate pro licentia 
summos in msdicina honores et privilégia doctoralia rite atque 

4 



Digitized by VjOOQIC 



— 50 — 

légitime capessendij die 28. Augusti anni y77f , solenni erudi-' 
torum disquisitioni subjiciet Emanuel Pries, Mulhusino-Helvetus. 
Argentor. typis J.-H. Heitz, petit in-4®. 38 pp. (L'exemplaire du 
Musée histor., n° 615, est revêtu d une couverture de papier doré 
et gaufré d'Augsbourg, en grand usage à cette époque.) — Em. 
Fries a été un des III de la corporation des vignerons, 1785; un 
des VI de la même corporation, 1786-1788. Il fut aussi un des 
fondateurs de la c Société pour la propagation du bon goût et 
des belles-lettres de Mulhouse. » Voy. le Livre des procès-verbaux, 
fol. I, et n° 542 du Catal. du Musée historique*. 

1764. — Jean-Gaspard MiEOER, né en 1748; pasteur à l'église 
Saint-Etienne, 1772-1785; pasteur à lUzach, 1785-1798. Son 
médaillon en plâtre se trouve au Musée histor. Catal., n*» 292. — 
Il faisait partie de la c Société pour la propagation du bon goût 
et des belles-lettres de Mulhouse. » Bûrgerb.y^^S; Graf, IV, 146, 
158, 160. 

1765. — Jean-Jacques Brand ou Brandt. V.D. M. et institu- 
teur à l'école supérieure des garçons. Bûrgerb.y 54. La famille 
Brandt de Mulhouse a les mêmes armoiries que celle de Bàle. 
Voy. Wurstisen, Basel. Chronik, fol. 620. 

— 26 juillet. — Rodolphe Abdorf*. La famille se trouve 
indiquée sur la liste des familles anciennes qui existaient encore 
à Mulhouse, en 1797. Mieg, I, 39. 

1767, 10 novembre. — Samuel Braun, le jeune; né en 1746; 
instituteur à l'école des filles. Bâr^f^rô., 57; Graf, IV, 147. — Un 
autre Samuel, sellier, originaire de Geislingen,a été le fondateur de 
la ligne cadette de la famille Braun; il fut reçu dans la corporation 

* Cette Société, qui, le 22 décembre 1780, prit le nom de c Société patriotique > 
(voy. le Livre des procès-verbaux, fol. 200), s'est formée sur la proposition du pas- 
teur Jean Spœrlin, le 21 novembre 1775 (et non pas seulement en 1778, comme 
on le trouve p. 333 du BUrgei'buch), et dura jusqu'au 26 novembre 1789. L'auteur 
du présent travail se propose de donner, au prochain Bulletin, une analyse des tra- 
vaux de cette intéressante et importante association. 



Digitized by VjOOQIC 



— 51 — 

des bouchers, le 23 août 4674. Voy. le Zunftbuch. (Communica- 
tion de M. Karl Franck.) 

1769, 12 septembre. — Jean Dollfus; né le 14 décembre 
1754; docteur en médecine, médecin de la ville {polialevy Stadt- 
physicus). Sa thèse pour le doctorat, soutenue à Bâle, le 12 
octobre 1773, a pour titre : Johannes Dollfuss^ Johannis- 
Hmrici filius^ Johannis-Georgii nepos. Dissertatio inauguralis 
medico'practica de CatalepsL Basile^j typis Joh. Sckweighauseri, 
11 p. in-4^ Il mourut le 4 octobre 1783. Bïmjerb., 89; Catal. 
du Musée histor., p. 156. (Collection Ed. Dollfus, typogr). 

1772, 4 avril. — Jacques Kœchlin. Lafamille est déjà mention- 
née, sous le nom de Singenberg-Kœchliyàdins un document de l'an- 
née 1374; elle habitait alors aux environs de Saint-Gall ; à Zurich, 
il en existait deux branches, dont Tune avait les mêmes armoiries 
que celle de Mulhouse. Voy. C. Meyer, 1. c, planche 27; celles de 
l'autre branche sont toutes différentes. Voy. planche 41. — Jacques 
KœchHn naquit à Mulhouse, le 16 août 1754. Le 19 septembre 
1775, il soutint à Bâle sa thèse pour le doctorat en médecine : 
Jacobus Kœchlinus, Dissertatio inauguralis philosophico-medi- 
ca de Felicitate empiricorum medicastrorum diversa a Felicitate 
veri medici. Basileœ i775, typis Joh. Rodolphi Im-Eof et filii 
16 pp. in-4''. La planche, qui est jointe à la thèse, est gravée 
par le célèbre Bâlois Chr. de Mechel; elle représente un empi- 
rique livré dans son laboratoire à toutes sortes de manipulations, 
tandis que la Mort saisit par derrière le pauvre patient, qui 
attendait vainement sa guérison. D'après J.-J. Holzhalb, le con- 
tinuateur de Leu, l'empirique visé par Jacques Kœchlin, était un 
nommé Michel Lehmann, de Langnau. Voy. Siipploment zum alU 
gem. helvetisch-eidsgen(Bssischen etc. Lexicon, in-4**, Bd. III, 373- 
374. Le Musée historique possède un exemplaire (non catalogué 
définitivement *) de cet opuscule original. — Jacques Kœchhn faisait 

' Le Supplément II du Catalogue du Musée historique, qui est en voie d'impres- 
sion, lui donnera son numéro d'ordre. 



Digitized by VjOOQIC 



— 52 — 

partie de la c Société pour la propagation du bon goûl et des 
belles-lettres, » et de la Société helvétique d'Olten, 1785, qui Ta 
nommé plusieurs fois membre de sa commission générale. — 
Echevin, 1785; un des XL, 1790; député à Paris pour négocier 
un traité de commerce entre la France et la république de Mul- 
house, 1793 et 1794; député de la bourgeoisie de Mulhouse et 
signataire de l'acte de réunion de Tancienne république à ia 
France, 1798. Il est mort le 30 mars 1814. La famille possède 
neuf exemplaires d'un portrait à l'huile du docteur Kœchlin, 
grandeur naturelle, qui le représente en buste, le chapeau-Sou- 
warov sur la tête et la pipe à la bouche; il a été fait par le 
peintre suisse Diogg, duquel il existe un grand nombre de por- 
traits des premières familles de Mulhouse (M. Fritz Kœchlin). Une 
réduction de ce portrait, dessiné par M"® Jaser, et gravé sur cuivre, 
se trouve au Musée historique. Catalogue, p. 59, n*' 300. — Bnr- 
gerb., 206; Mieg, II, 250 et suiv.; Graf, IV, 38, 39, 50 et suiv., 
114, 118. — Un de ses fils, André Kœchlin, mort à Paris à Tâge 
de 86 ans, fut le créateur de la fonderie qui a porté si longtemps 
et si glorieusement son nom. Le seul survivant des fils du doc- 
teur, M. Fritz Kœchlin, jouit, malgré son âge avancé, d'une 
excellente santé; nous l'en félicitons sincèrement et lui souhai- 
tons encore une longue durée ! 

— 16 avril. — Pierre Highard; V. D. M.; reçu, le 22 mai 
1776, membre de la t Société pour la propagation du bon goût et 
des belles-lettres de Mulhouse ; » pasteur à l'église Saint-Etienne, 
1780. — En prévision de la prochaine réunion de Mulhouse à 
la France, il prêcha le jour de Tan 1798 sur le texte du psaume 
69, V. 17 et 18, remettant avec confiance le sort de la patrie entre 
les mains de Dieu. Du 7 avril 1798 au 6 avril 1799, Pierre 
Richard publia la première feuille hebdomadaire : Mûlhatiser 
Wochenschrift. Mulh. J. Risler et C'^ in-4". Après avoir tenu, 
pendant quelque temps, un cabinet de lecture dans la Rue Egalité, 
574, il quitta Mulhouse et devint pasteur à Bipp, dans le canton 



Digitized by VjOOQIC 



— 53 — 

de Berne, où il vivait encore dans les années 20 de notre siècle*. 
Il fut le père de Mathieu Richard, né à Mulhouse le 25 mars 
1793 et mort à Strasbourg comme pasteur réformé et professeur 
à la faculté de théologie. — Catal. du Musée historique, p. 160, 
n- 660. Graf, IV, 97, 146, 158. 

— 1" décembre. — Jean-Chrétien Ehrmann*. 

1773, 20 avril. — Jean Hofer IV, fils du secrétaire-syndic Josué 
Hofer; né en 1756; I. U. L. Thèse pour le doctorat endroit soute- 
nue à Strasbourg, le 21 décembre 1776 : Dissertatio inauguralis 
juridica. De Responsis Prudentum eorumque auctorilate. Ex 
prelo Joh, H. Heitziij Universitatis Typographie 25 pp. in-S"*. La 
thèse est dédiée au bourgmestre D' Jean Hofer. Catal. du Musée 
histor., p. 141, n"* 618 et p. 157. — Substitut au sénat; un des 
VI de la corporation des vignerons, 1792-1798; Bïmjerb., 181. 

1777, 6 octobre. — Jean-Georges Dollfus*. Né le 21 février 
1762. Docteur en médecine. Thèse soutenue devant la faculté de 
médecine de Bàle, le 11 juillet 1781 : Specimm inaugurale bota- 
nico-medicum quod ex décréta gratiosi ordinis medici pro gradu 
doctoris rite obtinendo, ad diem 11 Julii 1781 publiée defendet 
J, Georgius Do l If us, MiUhusinus. Basileœ, typ, JoL Schweig- 
hauser^ 23 pp. petit in-4*. L'auteur traite dans cette thèse des 
vertus médicinales de certaines plantes, telles que: vei^onica^ cicu- 
tay aconitumy etc. — Au mois d'octobre 1781, il fit partie de la 
suite de la duchesse de Wurtemberg et se rendit avec elle à 
Vienne, en Autriche, où il mourut le 1" mars 1782. (Collection 
Ed. Dollfus, lypogr.) 

1778, juin. — Paul Schmerber; né en 1755; membre de la 
commission des écoles, 1788; secrétaire-adjoint de la chancelle- 
rie, 1795-1798; assesseur de la commission sanitaire; membre 
de la commission suisse. Biirgerb., 310; Graf, IV, 140, 141. 

' Renstïignetnenl de M. Gustave Kœnig. Les deux villages d'Ober- et de Nieder- 
Bipp lireut leur nom de Pépiii-le-bref, dont le château, Castrum Pipini. aujourd'hui 
en ruines, était la résidence et formait le centre du Comilatus Pip'menlis, 



Digitized by VjOOQIC 



— 54 — 

4779, 27 avril. — Paul Feer; né en 1759; V. D. M.; archi- 
diacre à Téglise Saint-Elienne, 1784; maître d'école de la l""* 
classe (Voy. 1720). Bargerb., 110; Graf, IV, 146, 158. 

1781, 21 janvier, — Matthias Wettly. V. D. M. En 1796 il 
était aumônier du régiment royal sarde, commandé par M, de 
Stettler. Burgerb., 378; Graf, IV, 147. 

[1781.] — Frédéric Heilmann. Docteur en médecine. Thèse 
soutenue à la faculté de médecine de Bàle, le 6 juillet 1781 : 
Dmertalio inavguralis medica de usu legithno oleosorum in 
varionim morborum medela^ quant gratiosi medicorum ordinis 
consensu pro doctoris gradu statim post actum disputatorium 
rite impetrando, ad diem 6. Julii 1781, publico examini emdi- 
torum submittet Fridericus Heilmann^ Helveto-Mulhusinus. 
Basileœ^ typ. Joh. Schweighauser, 24 pp. in-4^. A la dernière 
page se trouve une très jolie vignette représentant la marque de 
rimprimerie. Catal. du Musée histor., p. 141, n° 617. — Frédéric 
Heilmann était échevin en 1787; un des VI de la corporation des 
vignerons, de 1794-1798; assesseur de la commission sanitaire; 
troisième médecin de la ville; membre du comité suisse, en 1798. 
Bnrgerb.^iei; Graf, IV, 140, 141; Leu-Holzhalb, III, 81; on 
trouve aux pp. 80-83 d'intéressants détails sur la famille 
Heilmann, entre autres sur le célèbre peintre Jean-Gaspaid, né 
à Mulhouse, en 1718 ; mort à Paris le 27 novembre 1760. 

1786, 3 mai. — Pierre Witz. Né le 1*^' mai 1767. Après avoir 
fréquenté les écoles de Mulhouse et passé dix-neuf mois au collège 
de Montbéliard, il fil ses éludes en théologie à Bàle et fut reçu 
candidat V. D. M. De 1786 à 1790, il fut gouverneur des enfants 
du comte de Sellon, à Genève, dont une des filles devint plus tard 
la comtesse de Cavour. De 1790-1798, il était à la fois diacre à 
l'église allemande et maître de la 2« école des garçons; il épousa, 
en 1802, Louise-Charité, fille du pasteur Oberlin, du Ban de la 
Roche; de 1808 à 1815 : pasteur à Bienne, en Suisse, réuni alors 
à la France; en 1815 : prédicateur français et directeur des écoles 



Digitized by VjOOQIC 



— 55 ^ 

à Colmar, où il mourut le 3 mars 1840. Pierre Witz était un excel- 
lent pédagogue; le pasteur Graf se félicitait de l'avoir eu comme 
précepteur. P. Witz a publié plusieurs livres d'instruction primaire 
et secondaire, entre autres une arithmétique élémentaire en deux 
volumes, qui eut deux éditions ; une grammaire allemande-française ; 
un petit livre d'instruction religieuse pour les enfants. Voy. Catal. 
du Musée histor., p . 133, n** 600 ; un catéchisme de santé, etc. (Notes 
communiquées par mon ami M. Eugène Witz, fils de Pierre, pasteur 
à Kosswiller, près Wasselonne, auquel je dois aussi une bonne sil- 
houette de feu son père, que j'ai cédée au Musée historique). — 
Burgerb., 387. — Graf, IV, 98 et 108-115, où est exposé le rôle 
que le diacre Witz joua lors de la réunion de Mulhouse à la France. 
Après avoir, le 4 janvier 1798, protesté contre cette réunion, il 
se soumit franchement au vote de la grande majorité de ses conci- 
toyens. A cette occasion, il adressa, le 6 du même mois, à un de 
ses amis une lettre mémorable, dont voici la fin : t J'ai prononcé, 
en temps et lieu, des paroles que ma conscience me pressait 
d'exprimer; maintenant je me tais, comme je me suis tu avant 
cette époque, et j'abandonne les affaires de l'état à ceux que 
leurs fonctions appellent à les diriger. J'ai été, jusqu'à présent, un 
fidèle citoyen suisse, dorénavant je serai un fidèle citoyen fran- 
çais; mon serment et ma fidélité m'ont toujours été sacrés et ne 
cesseront pas de l'être. Je perdrais plus volontiers mains et pieds, 
et jusqu'à ma tête, que de m'éloigner sciemment du moindre de 
mes devoirs. Si les Français peuvent se servir de ma personne 
dans l'instruction publique, je m y emploierai de bon cœur, car 
l'éducation de la jeunesse a toujours été pour moi une occu- 
pation favorite. S'ils me destituent, je n'en contribuerai pas moins 
au bien public autant que je pourrai. Quoi qu'il arrive, je mettrai 
mon espoir en Dieu et en mon Sauveur, et cet espoir, j'en ai la 
certitude, ne me trahira point. » Voy. Graf, IV, pp. 114, 115; 
Leu-Holzhalb, VI, 437. 

1786, 1'' juin. — Samuel Vogel; il étudia la médecine et 
s'établit plus tard à Riga. 



Digitized by VjOOQIC ^.^ 



— 56 — 

— , juillet. — Jean Vogel. Bôrjft'rft., 359. Il est né en 1775 et 
fut reçu, en 1797, candidat en théologie, Graf, IV, 147. Voy.1746. 
— Il fonda plus tard une pharmacie à Riga, où il jouissait d'une 
haute considération, ainsi que son frère, le docteur en médecine. 

Maître Jean-Henri Munzinger, de Bàle, nous a conservé un 
trait plaisant qui se rapporte au temps où ils firent leurs études 
à l'université de cette ville ; il est consigné dans ses Mémoires ou 
Hauschronik^des années 1764 à 1824, 2 volumes in-folio, qui se 
trouvent à la bibliothèque de l'université (A. G. III. Q.). Le pas- 
sage en question, fol. 59, que M. le D' L. Sieber a bien voulu 
nous communiquer, est ainsi conçu : € Als die Ehrenhelvelik ein 
Ende nahm^ ivurden Lcellenkœnig und dis mekten Basel-- 
stœbe {bei weitem aber nichl allé) loieder hergestellt. . Wie viel 
Baselstœbe an und in œ/fentliclien Gebœuden waren, lœsst sich 
ans folgendem abnehmen. In den SOer Jahren waren zwei Gebrii- 
der Vogel ans Mulhausen^ die allhier studierten, der eine 
war Mediciner^ der andere ein Theology beide miïssige Kœpfe; 
dièse machten sich einmal i paar Wochen ein eigenes Geschœft 
darauSy aile Baselstœbe in der ganzen Stadt zu zœlden; dièses 
wichtige Unternehmen vollendetensie binnen iO Tagen und brach- 
ten deren mehr héraut als Tage im Jahr. Noch immet* muss ich 
lachen, wenn ich daran gedenke^ auf was fnr nœrrische Einfœlle 
der Memch gerathen kann. > Cette étourderiede jeunesse à laquelle 
les deux frères ne se livrèrent probablement que les dies acade- 
micij ne les empêcha pas de faire de bonnes études et de 
devenir plus tard des hommes honorables et utiles à la société. 

— A cette famille appartenait Jean-Ulrich Vogel II*, né 
à Mulhouse, entre 1776 et 1778. Il quitta sa ville natale, en 
1793, fit des voyages en Allemagne et en France et se fixa au 
commencement de ce siècle à Paris, en qualité de maître de 
langues. Il publia, entre autres, une Méthode logique pour expli- 
quer et classer les différentes formes de construction française 
et allemande, et un volume de poésies : Deutsche Gedichte ans 
Paris, von J. U. Vogel, Sprachlehrer allda. Paris 1829, 272 pp., 



Digitized by VjOOQIC 



— 57 - 

petit in-8". Un appendice de ce volume contient une poésie de 
circonstance de 18 pages, célébrant le séjour de Charles X dans 
les départements de l'Est; elle est intitulée : Die Ill-Najade bei 
Miilhausen oder Reise des Kœniys in die œstlichen Departemente. 
Nous laisserons s'évaporer l'encens que le poëte a cru devoir brûler 
aux pieds de Sa Majesté; mais nous constatons volontiers que 
quelques-unes de ces stances de 8 vers sont d'une facture élégante, 
et que la partie lyrique, la danse des Naïades, dénote un talent 
rhythmique très estimable. En 1838, il publia à Mulhouse un autre 
petit recueil de poésies, intitulé : Pœtische Vorlesungen, Ein 
Vorrath fur umere Lesewelt an Iruben Regentagen. Erstes Heftj 
73 pp. in-S"", augmenté plus tard de 7 piiges. II est mort à Mul- 
house, dans un âge très avancé. 

1795, 8 avril. — Samuel Clémann*. Une branche de la famille, 
originaire d'Illzach, vint se fixer à Mulhouse, où Samuel Clémann 
naquit le 25 août 1778. Il fit ses études en théologie à Baie; fut 
nommé, en 1799, pasteur à Illzach; il y mourut le 10 novembre 
1843. Le pasteur Joseph, qui lui succéda comme président du 
Consistoire de Mulhouse, prononça l'oraison funèbre, imprimée à 
Mulhouse chez J. P. Risler, 1843, 12 pp. in-8^ Samuel Clémann 
a publié : Kurze Beschreibung iiber die Reformation von Z). 
Martin Luther^ nebst einem Lobgesang avf die hundertjœhrigc 
Re format ions-Feyer, den 3isten Weinmonat i8i7, verfasst von 
S. ClemanUy Pfarrer in Illzach ^ zum Andenken an die Re forma- 
tion, gemedmet seiner christ lichen Gem^nde^ den 2. November 
iSil. Miilhausen^ gedruckt bei Joh. Rissler und Comf^y 8 pp. 
petit in-8^ — Mieg II, 310; Graf ne l'a pas porté sur la liste des 
pasteurs d'Illzach; Bnrgerb,, 72 (la famille). 

1797, 30 octobre . — Matthias Graf. Né le 6 avril 1782; fils 
de Jean-Henri Graf, échevin, 1781 ; un des III de la corporation 
des vignerons, 1789; un des VI de la même corporation, 1792- 
1798. Biirgerb.^ 135. Destiné par ses parents à l'exercice de la 
médecine, le jeune Matthias se rendit, en 1799, de Bàle à Stras- 
bourg, pour y suivre les cours de l'Ecole centrale du Bas-Rhin 



Digitized by VjOOQIC 



— 58 — 

OÙ enseignaient alors le philologue et antiquaire J.-J. Oberlin et le 
naturaliste Hamoier. Il suivait en môme temps les cours de l'E- 
cole spéciale de médecine, et soutint, le 28 avril 1803, sa thèse 
intitulée : Dissertation sur l'asphyxie. Strasbourg, chez J.-H. 
Heitz, 1803, 55 pp. in-4^ elle est dédiée à son maître et ami 
Pierre Witz et renferme plusieurs cas d'asphyxie très remarqua- 
bles, recueillis au Ban-de-la-Roche. Cette même année, il entra, 
en qualité de précepteur, dans la famille Matthieu de Faviers, 
qui habitait alternativement la ville de Strasbourg et le job châ- 
teau de Kintzheim, près Schlestadt. En 1804, il accompagna la 
famille h Paris et suivit au collège de France le cours de littérature 
latine donné par le célèbre Dupuis, membre de Tlnstitut. De retour 
à Strasbourg, au mois de janvier 1805, le jeune médecin, poussé 
par sa première vocation, entra à l'académie protestante de 
cette ville, pour y suivre les cours de littérature ancienne, de 
philosophie, de mathématiques et de sciences physiques. Puis, il 
passa à l'étude spéciale de la théologie qu'il termina en 1808, à 
la satisfaction de tous ses professeurs, parmi lesquels se trouvaient 
les Blessig, les Haflfner, les Dahler, les Fritz. Dans le certificat 
déhvré au candidat Graf, le 7 juin 1808, ils disent : € Nous le 
comptons parmi nos élèves les plus distingués, qui, débutant d'a- 
bord ici par l'étude des sciences médicales et gradué dans cette 
partie, y joignit après et s'appliqua tout entier aux connaissances 
qui forment un théologien éclairé et vraiment utile au troupeau, 
que la Providence lui confiera un jour. Ces connaissances influant 
en même temps sur son cœur, Tont fait distinguer par la pureté 
de ses mœurs, la douceur de son commerce et son empressement 
à être utile sous tous les rapports. Il fut reçu au nombre des 
membres de notre séminaire théologique et il le présida pendant 
un certain temps. » Comme, à cette époque, il n'existait pas encore, 
à Strasbourg, de chaire de théologie réformée, M. Graf résolut 
d'abord de se rendre à Genève pour s'y faire consacrer Ministre 
du Saint- Evangile; mais la proximité de Bâle où il avait fait ses 
premières études classiques, en 1797, le fit changer d'avis; il y 



Digitized by VjOOQIC 



— 59 — 

suivit encore plusieurs cours, se livra à la prédication, subit son 
dernier examen, le 28 décembre 1808, et fut consacré le 15 jan- 
vier 1809. Quelques semaines après, il fut nommé pasteur de 
l'église consistoriale de Corgéraont, dans l'arrondissement de Delé- 
mont, qui faisait alors partie de l'Empire français; mais, la même 
année, une place étant devenue vacante à l'église de Mulhouse, il 
y fut appelé par le consistoire et l'occupa avec zèle et dévouement, 
pendant trente ans, jusqu'à sa mort, arrivée le 15 décembre 1839. 
Voy. Reden gehalten bel der Beerdiguiig des Hrn. Matthias Graf^ 
Pfarrer der reformirten Kirche^ am iSten Christmonat i839 ^pdiv 
M. Ad.Stœber,alors aumônier au collège et aux écoles prim^res, et 
CF. Major, V. D. M. Mulh. 19 pp. in-8«. — Mathias Graf était 
correspondant de plusieurs sociétés savantes et membre honoraire 
de la Société des antiquaires de France, depuis 1820. Un de ses 
amis, feu J.-B. Kuhlmann, architecte, a prononcé son éloge au 
Cercle littéraire de Colmar le 17 décembre 1846, mscr. de 7*/, 
pp. in-4^ (Collection Ed. Dollfus, typogr., n** 39) ; un autre exem- 
plaire de cette notice, qui présente quelques variantes et quelques 
corrections, se trouve à la Bibliothèque de Colmar, qui conserve 
aussi la copie faite et collationnée par feu Louis Ilugot, d'une 
notice sur le chroniqueur Mathieu Mieg, par J. B. Kuhlmann, 
en forme de lettre adressée au maire de Colmar, le 12 mars 1845. 
— Catal. du Musée histor., p. 157, n« 658; p. 161, n« 661 ; Sup- 
plém. I, p. 57, n«M001 et 1002. 

Pendant plusieurs années, le pasteur Graf réunissait chez lui, 
tous les mercredis, un petit groupe de savants, que la divergence 
des croyances religieuses * n'empêchait pas de trouver sur le ter- 
rain neutre de la science des points de contact où la discussion 
pouvait se produire librement au bénéfice de chacun et où l'estime 
réciproque mettait les cœurs à l'unisson. 

M. Graf était un savant et zélé collectionneur de tout ce qui 

* Un pasteur protestant, un curé, un rabbin, un ancien professeur et un négociant 
lettré constituaient cette réunion, où l'on s'occupait particulièrement d'études de 
philologie classique, y compris l'hébreu. (Renseignement de la famille.) 



Digitized by VjOOQIC 



— 60 — 

se rapporte à sd ville natale, dont il fut le consciencieux historien. 
Le Musée historique doit à la générosité de la famille de nombreux 
et précieux manuscrits, ainsi que des imprimés très rares, dont 
plusieurs sont probablement desunica. C'est M. Graf aussi qui donna 
la première idée de la célébration du centenaire de la naissance 
de l'illustre Mulhousien Jean -Henri Lambert et de l'érection d'un 
monument élevé en son honneur et inauguré le 27 août 1828, en 
présence de l'autorité municipale et d'un grand nombre de savants 
alsaciens, suisses et allemands. Voy. Gedœchtnissfeier von J. H. 
Lambert y etc., beschrieben durch Fr. Clir. Joseph^ Pfarrer, etc., 
MïUhatisen, Joh, Risler und Comp. (1828), avec un portrait 
lithographie de Lambert et une planche représentant le monument. 
72 p. in-8^ L'éloge de Lambert, prononcé par M. Graf, se trouve 
aux pages 17-29. — Parmi ses autres publications, nous signale- 
rons : Nachrichten an die protestantische Gemeinde zu MiU- 
hausen^ nebst einem fortlaufenden Verzeichnisse der sœmmtli- 
chen Geburten^ Heirathen und Todesfœlle der Stadt {M'ûlhausen). 
1810, feuilles volantes, pet. in-8\ Catal. du Musée historique, 
n° 661. — Kirchenlied an dem Imndertjœhrigen Gedœchlniss- 
feste der Kirchenverbesserxing abzusingen, Mûlh. 4 pp. pet. in-8*'. 
Catal. du Musée histor., Suppl. I, p. 57, nMOOl. — Geschichte 
der Reformation in Mùlhausen, im i6. Jahrhundert. Slrassbiirg, 
J. H. Heitz, in-16. Catal. du Musée historique, Suppl. I, p. 57, 
n** 1002. — Geschichte der Kirchenverbesserung zu Mulhausen 
im Etsasse. Eine Nachlesc zur dritten Reformations-Jubelfeger. 
Strassburg, bei G. L Schulcr, 1818, 38 pp. pet. in-8^ — Joh. H. 
Lambert's Leben^ 86 pp. in-8*'; cette brochure est jointe à la 
publication du professeur Dan. Huber, de Bàle, sur la vie et les 
œuvres de Lambert. Bâle 1829, 63 pp. — Geschichte der Stadt 
Mulhausen und der Dœrfer Illzach und Modenheim, im obern 
Elsass. Mulhausen, Joh. Risler und Comp,, 1819-1826, 4 vol. 
pet. in-8°. — Uebersicht von Mulhausen im oberrheinischeti Dépar- 
tement enthaltend histor ische und topographische Notizen uber 
dièse Stadt. Strassburg , J.-H. Heitz, 1827. 16 pp. in-12. — 



Digitized by VjOOQIC 



— M — 

Die Framômch'Reformirte Gemeinde zu Miïlhausen in der Vor- 
zeii^ bey Gelegenheit der Einweihung ihres iieuen Bethauses am 
1(y^^ April i836. Gedruckt bei J. P. Risler in Mulhausen, pet. 
in-S**, 19 pp. — Beitrœgezvr Kenntniss der Geschichte der Synode 
von Dordrechty 1618-1619, avec le portrait du pasteur Wolfgang 
Meyer. Basel, 1825, 211 pp. in-8'*. — Abnoba. Fur Bad^nweilers 
Wohner und Gœste. Mulh. J. P. Risler und 0% 1837, pet. in-12. 
— Steinthœler Gedichte. Mûlh. Joh, Risler und 0% 1820, 47 pp. 
in-24. — M. Graf a été collaborateur assidu de plusieurs publi- 
cations périodiques religieuses et historiques. 

1803, 3 avril. — Matthias Mieg*, fils de Matthias Mieg qui 
s'établit à Bâle. 

1805, 22 mai. — Jean- Jacques Luttringhauser*. La matri- 
cule ajoute à son nom : pictor, Mulhusinvs. Un autre Jean- 
Jacques Luttringhauser est immatriculé à l'université de Bâle, le 
6 juin 1804, sans indication du lieu de son origine. 



Digitized by VjOOQIC 



— 62 



TABLE ALPHABÉTIQUE DES NOMS 
avec les années de l'inscription sur la matricule de ^université 



de Baie, 



Abdorf Rodolphe 1765 

Angélus Jacques 1549 

Beris Michel 1536 

Biberlin Daniel 1548 

Biberlin Aaron 1 562 

Binder Zachéus 1549 

Brandt Jean-Jacques . 1765 

Braun Samuel 1 767 

Brun (Braun) Jean .... 1734 

Bur Michel 1470 

Bruckner Pierre 1 708 

Brunius Jean 1734 

Brûstlin François 1487 

Calciatoris Georges . . . 1466 

Cerdonis Antoine .... 1 487 

Chmilecius Jean Lucas . 1 640 

Chmilelzki Martin .... 1641 

Clemann Samuel 1 795 

Dollfus Jean-Henri I... 1624 

Dollfus Jean-Georges 1 . 1712 

Dollfus Jean-Gasp 1717 

Dollfus Jean-Henri H . 1745 

Dollfus Jean 1769 

Dollfus Jean-Georges H 1777 

Dumont Nicolas 1684 

Dûllger ou Tilger Jean . 1 507 

Dyemblin Jean 1473 

Eblinger Jacobus 1588 

Eccius, Eck Jean-M. . . 1553 



Ehrmann, J.-Chrétien.. 1772 
Engel. Voy. Angélus. 

Engelmann Godefroi . . 1653 

Erb Conrad 1643 

Feer Jean-Georgès 1720 

FeerPaul 1779 

Ferr Voy. Feer. 

Franck Jean-Michel ... 1691 

Fries Valentin 1721 

Fries Emanuel 1759 

Funarius Georges 1567 

Fùrstenberger Josué . . 1661 

Gamsharst Jean Oswald 1492 

Gamsharst David 1547 

Gémuseus Jérôme I . . . 1 522 

Gémuseus Jérôme H . . 1 553 

Gémuseus Polycarpe . . 1553 

Gémuseus Jérôme HI . . 1557 

Graf Jacques 1 734 

Graf Matthias 1797 

Groscldus Nicolas 1514 

Grynaeus Jean-Conrad . . 1 683 

Guerre Georges Gabriel 1693 

Gutzwiller J.-Werner . . .1625 

Gysler Conrad 1660 

Heilmann Frédéric ... 1781 

Hirsing Henri 1513 

Hofer Pierre 1460 

Hofer MathiasI 16H 



Digitized by 



Google 



— 63 — 



Hofer Rodolphe 1618 

Hofer Daniel I 1620 

Hofer Malhias II 1638 

Hofer Tobie 1640 

Hofer Daniel II 1654 

Hofer Jean-Philippe . . 1669 

Hofer Jean I 1683 

Hofer Mathias m 1697 

Hofer Joseph 1716 

Hofer Jean H 1716 

Hofer Mathias IV 1735 

Hofer Josué 1737 

Hofer Jean III 1740 

Hofer Jean IV 1773 

Iring Pierre 1643 

Institoris Cosmas . . .. 1469 
Instiloris Augustin. . . . 1505 
Jegerus, Jœger Isaac . . 1553 

Jegerus Josias 1588 

Jettius, Jett Jean-Bapt. 1679 
Kielmann Mathias .... 1750 

Klebsatlel Gaspard 1 506 

Kœchlin Jacques 1772 

Kraemer. Voy. Instiloris. 
Lambert Jean-Henri. . . 1748 

Leibenberg Jean 1547 

Lultringhauser J.-Jacq. 1805 

Maeder Adam 1743 

Maeder Jean-Gaspard . . 1 764 

Martin Henri I 1613 

Martin Henri II 1651 

Martin Jean-Jacques . . 1747 
Menckel Sébastien .... 1558 
Merck Jean 1461 



Meyer Jean-Michel 


1617 


Meyer Adam-Henri . . . 


1712 


Meyer Jean-Jacques . . . 


1755 


Mieg Mathias I 


1733 


Mieg Mathias II 


1803 


Mœrnach Bernard 


1561 


MûUer Marquard 


1620 


Mùnckh Henri 


1461 


Mûntz Jean- Théobald . . 


1743 


Oler Bourcard 


1508 


Pétri Jacques-Adam . 


1650 


Pétri Adam-Henri . . . 


1654 


(Pétri) Pierre-Hartmann, 


Henric-Petri 


. 1660 


Pflûger Nicolas 


. 1475 


Raeber. Voy. Reber. 




Reber Jean-Henri I . . 


. 1683 


Reber Jean-Henri H . 


. 1712 


Reber Jean-Henri III . 


. 1741 


Reber Jean-Jacques . . 


. 1749 


Richard Pierre 


. 1772 


Risler Jean-Henri . . . 


. 1647 


Risler Daniel 


. 1670 


Risler Jean 


. 1691 


Risler Pierre 


. 1738 


Risler Jérémie 


. 1724 


Risler Jacques 


. 1748 


Rithemann Conrad . . 


. 1649 


Ritter Jacques 


. 1621 


Sartorius Nicolas 


. 1536 


Schick Léonard 


. 1536 


Schlierbach Werner . . 


. 1478 


Schlierbach Michel . . 


. 1506 


Schlumberger J.-Henri 1655 



Digitized by 



Google 



— 64 — 



Schmeiber Paul 1778 

Schneider. Voy. Talialoris. 
Schneider. Voy. Sarlorius. 
Schusler. Voy. Calcialoris. 
Schusler. Voy. Cerdonis. 
Schwartz Jean-Jacques 1703 
Seiler. Voy. Funarius. 
Spœrlin Jean-Henri . . . 1758 

Stella Léonard 1543 

Stella Jean 1595 

Stem. Voy. Stella. 

Sweblin Etienne 1476 

Texlor Pierre 1640 

Thiery Michel 1724 

Tilier Rodolphe 1575 

Underwasser Georges . . 1515 

Victor Jean 1519 

Vogel Jean-Ulrich. I... 1746 

Vogel Jean 1786 

Vogel Samuel 1786 

Vogel Jean-Ulrich II. . . ? 
Vuetzlerus. Voy. Vl^inlzler Mari. 



Wagner Michel 1534 

Wagner Jean-Georges . 1567 

Wagner Martin 1582 

Waldner de Freundstein 

Jean-Jacques 1568 

Weber Lucas 1683 

Weber Pierre. Voy. Texlor. 

Wetlly Matthias 1796 

Weslerreicher Valentin 1577 

Widmer Jacques 1584 

Wieland Daniel 1549 

Wildeck Michel 1465 

Willy Jean-Henri. ... 1697 

Willy Nicolas 1726 

Wintzler Martin 1561 

Wilz Pierre 1786 

Ziegler Jacques 1699 

Zipfel Jean 1460 

Zùndel Laurent 1736 

ZuRhein Georges de . . 1510 
Zùrcher Jean-Jacques . . 1712 



Digitized by 



Google 



Digitized by VjOOQIC 




Maison Mathieu Mieg 

Située sur la Place de la Réunion 

à 

MUIiMOtJSE 

— H^«4t* 

1675 - 1840. 



Digitized by 



Google 



I 
II. ! 



NOTICE BIOGRAPHIQUE 

sur le chroniqueur mulkousien 

MATHIEU MIEG 

PAR 
son arridre-petit-flls 

MATHIEO MIEG-KROH 



1. 

La famille et la maison 

Salvete pénates I 
ffic domus, ha^c palria estt 

VlHG. 

Sur la place Saint-Etienne, en face de Téglise protestante alle- 
mande, se voit encore aujourd'hui une vieille maison, témoin des 
temps passés de la République de Mulhouse. 

Au milieu de sa façade grise, et décorée de peintures murales, 
s'avance une tourelle carrée, au toit gracieux et élevé, comme on 
en rencontre encore fréquemment dans les vieilles villes de la 
Suisse. 

Cette maison, appelée aux trois soleils dans les anciens temps^ 
ne paraît pas avoir été une hôtellerie; mais un lieu de réunion 



Digitized by VjOOQIC 



— 06 — 

des nobles. Son âge ne nous est pas exactement connu, mais il 
est certain qu'elle existait déjà vers la fin du XVP siècle ; en 
1587, lorsque les confédérés suisses vinrent réprimer la première 
révolte des bourgeois de la ville, un de leurs chefs, Louis d*Er- 
lach, y logea pendant quelque temps. Elle était alors la propriété 
de Valentin Pries le jeune, et il est probable que c'est lui qui fît 
surmonter d'un étage le rez-de-chaussée et le premier qu'elle 
possédait primitivement. 

En 1590, lors de la seconde révolte, quelques membres de la 
magistrature y furent enfermés par les bourgeois révoltés. 

Après Valentin Pries, cette maison devint successivement la 
propriété de Louis Witz et de Jean-Henri Engelmann, pharma- 
cien, qui la vendit, en 1675, à Mathieu Mieg, le premier de ce 
nom qui vint s'établir à Mulhouse. Dès lors, elle est restée la 
propriété de la famille Mieg jusqu'en 1840, se transmettant de 
père en fils pendant une période de 165 ans. 

Comment ont vécu les Mieg, tous du nom de Mathieu (ou 
Mathias), qui l'ont habitée, quelle part ils ont prise à l'histoire de 
Tancienne République de Mulhouse, c'est ce que je veux essayer 
de rappeler brièvement dans les lignes qui vont suivre. 

La famille Mieg est originaire de Strasbourg. Son premier chef 
fut Pierre Mieg, qui habitait à Strasbourg une propriété appelée 
Hôtel Marbachj située à côté du pont Saint-Martin. En récom- 
pense des services qu'il avait rendus à lempereur et au Saint- 
Empire, Frédéric III lui confirma ses titres de noblesse, en 1472, 
le vendredi avant la Pentecôte. Pierre Mieg mourut à un âge 
avancé, le 7 janvier 1488; il fut enterré à l'église Saint-Thomas. 
De son mariage avec Ursule de Lohen, il eut six fils, dont deux 
seulement ont eu des héritiers et ont fondé les deux branches de 
la famille Mieg. 

La première, ou branche aînée, resta en Basse-Alsace et s'y 
maintint en haute considération; ses membres parvinrent aux 
premières dignités dans la ville impériale de Strasbourg. Les Mieg 
de la branche ainée eurent, pendant de longues années, la posses- 



Digitized by VjOOQIC 



— 67 — 

sion des villages de Boffzheim et de Wiedernheim ou Witternheim *. 
Ce n'est qu'à la mort de Guillaume-Sébastien Mieg, en 1658, que 
sa fille Susan ne-Elisabeth, épouse de Georges-Louis Bellemont de 
Battincourt, parvint, malgré le fideicommis institué par Sébastien 
Mieg, le 28 septembre 1598, à s'approprier par ruse les biens de 
la famille Mieg. A partir de ce moment ces biens furent perdus 
à tout jamais, malgré les revendications ultérieures de la branche 
cadette. 

La branche cadette, ou des Mathieu, se retira dans le bas Pala- 
tinat et à Heidelberg, et se répandit de là dans d'autres pays * ; 
certains de ses membres revinrent de temps en temps se fixer à 
Strasbourg. Les Mieg de Mulhouse descendent de cette dernière 
branche. Leur premier chef est Mathieu Mieg, fils de Charles Mieg, 
ambassadeur palatin près de l'illustre confédération suisse à Bâle. 
Après avoir fait son apprentissage de tisserand en Allemagne, et 
voyagé pendant quatre années comme ouvrier compagnon, il vint 
à Mulhouse, le 17 avril 1661. Il y travailla encore environ un an 
comme apprenti, puis s'y établit, et épousa, le 8 décembre 1662, 
mademoiselle Barbe Witz. En 1665, il obtint son droit de bour- 
geoisie à Mulhouse; mais ce ne fut qu'une dizaine d'années plus 
tard qu'il acheta la maison de la place Saint-Etienne. Comme 
commerçant, il se fit une position honorable parmi ses concitoyens. 
A part quelques titres honorifiques des corporations, ses fonctions 

* Voy. sur Mueg de Boffzheim (c'est aiasi qu'ils écrivaient leur nom) : B. Hertzog, 
Edelsasser Chronick, Strasb. 1592, fol. 266 et 267, Liv. VI. Ernest lehr, l^Alsace 
noble, lome H, pp. 7i, 263; tome III, pp. 67, 176, 246, 250. Les armoiries de la 
famille se trouvent sur la planche n<* 7 de rA.ppendice. — Voy. sur la famille Mieg: 
J. Ch. IsELiN, Historisch und Geographisch Lexicon. Basel 1726, tome III, fol. 505. 

» Les Mieg qui ont émigré en France vers Tan 1600, descendent de cette branche 
cadette;. Ils changèrent peu à peu leur nom primitif de Mueg, en Miëg, Mieg, Micq 
et Mique. Le dernier des Mieg de France fut Joseph Mique ; les deux fils de sa sœur, 
derniers du sang, Paul-Alphonse Mennessier et Stanisla*-Henri Mennessier, officiers 
distingués dans l'armée française, sont morts glorieusement, l'un à Magenta, l'autre 
à Solférino. pendant la guerre d'Italie. Une autre branche de la famille Mieg s*est 
établie en Suisse et notamment à Bàle, et a produit plusieurs professeurs distingués, 
tels que : Jean-Rodolphe Mieg, profess3ur de médecine (1694-1733). Achille Mieg, 
professeur de médecine, né en 1731 (a vécu encore en 1777). 



Digitized by VjOOQIC 



— es- 
se bornèrent à celle de gardien des clefs de la ville. Il mourut à 
l'âge de 72 ans. 

Son fils Mathieu, issu de son second mariage avec Catherine 
Birr, lui succéda dans son commerce. Par son zèle et son amour 
du travail, Mathieu sut acquérir une jolie fortune et jouit de la 
considération de ses concitoyens qui relevèrent k différentes fonc- 
tions publiques, telles que conseiller, maître de corporation, édile 
et trésorier de la ville. Il mourut, en 1747. à l'âge de 63 ans. 

Le seul fils qui lui resta de son mariage avec Cleopha Vogel, 
fut Mathieu, né en 1717. Il reçut une bonne éducation de ses 
parents, qui, voyant son goût prononcé pour le droit, l'envoyèrent 
successivement à Bâle et à Genève, où il étudia pendant plusieurs 
années la jurisprudence. Il revint ensuite à Bâle, en 1737, pour 
y soutenir sa thèse, à la suite de laquelle il obtint le grade de 
licencié en droit*. Avant son retour à Mulhouse, il étudia encore 
pendant deux ans les lois françaises auprès du Conseil souverain 
d'Alsace à Colmar. 

En 1749, il s'associa avec son père et fut toute sa vie un 
commerçant probe et honnête. Pour ce qui est des fonctions 
publiques, le sort lui fut presque toujours contraire. Il avait espéré 
obtenir la place de syndic-greffier de sa ville natale, mais cette 
dignité échut en partage à Josué Hofer. Un de ses parents rap- 
prochés siégeant déjà au Conseil, la loi l'en exclut. Il fut toutefois ; 
échevin, 1784; un des Vide la corporation des agriculteurs, 
1748-1788, et maître de la corporation des agriculteurs, 1789- 
1796, et pendant de longues années secrétaire du Directoire des 
marchands. Il mourut le 3 août 1796, à l'âge de 79 ans. Ce ftit 
le père du chroniqueur Mathieu Mieg. 

Quelques scènes, empruntées aux dernières années de sa vie, 
nous permettront de nous faire une idée des mœurs de nos ancê- 
tres à la fin du siècle dernier. 

Nous nous transportons en pensée à l'année 1794. A cette 

' Voy. p. 30 du Bullotin. 



Digitized by VjOOQIC 



— m — 

époque, l'intérieur des maisons était fort simple; dans celle de la 
place Saint-Etienne, nous remarquons au premier étage une 
grande pièce avec balcon-fenêtre (Erkerfetisler), qui sert à la fois 
de chambre à demeurer, de salle à manger et de chambre à 
coucher. Un buffet de bois, une table pliante, en sapin, une 
demi-douzaine de chaises antiques, au dossier tourné et au siège 
recouvert de drap vert, deux lits à baldaquins devant lesquels 
pendent de longs rideaux en laine verte, constituent la majeure 
partie de l'ameublement. Nous y trouvons encore le poêle carré 
en fonte orné de scènes bibliques, le four de ménage au-dessus 
duquel est peint le sacrifice d'Isaac ; et, comme objet de luxe, 
un piano et un grand fauteuil à crémaillère en bois poli et recou- 
vert de drap vert. Le messager boiteux, calendrier de l'année, 
pend au mur près de la fenêtre, ainsi qu'une glace au cadre noir 
et un rayon de livres. La même simplicité existe pour les repas ; 
à l'heure du dîner, onze heures, et à celle du souper, sept heures, 
la table en sapin est placée au milieu de la pièce et recouverte 
d'une nappe de lin blanc à raies rouges. La soupière et les assiettes 
sont en étain, une seule sert à chaque convive pendant tout le 
repas. Les légumes sont servis sur des plats en terre, et Teau dans 
des bouteilles de verre vert foncé ou dans des cruches en grès. 
A la place du chef de famille seule se trouve une bouteille de vin 
du crû et un pain blanc cuit chez le boulanger; les autres con- 
vives se contentent de pain de ménage. Quand le repas est servi, 
tous les membres de* la famille s'approchent de la table, puis, 
avant de s'asseoir, l'aïeul découvre son chef argenté et récite à 
haute voix une courte prière que tous les convives répètent à 
voix basse. 

Le dimanche matin, l'aïeul, trop âgé pour pouvoir assister au 
service divin, vient s'asseoir, en robe de chambre, à la grande fenêtre 
de la pièce qu'il habite au premier étage. Il regarde vers la porte 
de l'église et attend : Voici le marguillier, qui suspend au dehors 
la tablette portant le numéro du chant; la sonnerie commence; 
aussitôt le grand-père envoie quelqu'un voir ce que porte ce 



Digitized by 



Google 



gie 



— 70 — 

tableau. Lorsqu'il est renseigné, il prend sur le rayon le psautier 
à quatre voix, met ses lunettes et cherche la page. Il l'a trouvée, 
et attend les derniers coups de cloche et le prélude de l'organiste ; 
dès que la communauté entonne le chant, il accompagne à pleine 
voix et chante avec autant de recueillement que s'il se trouvait à 
l'église même. Pendant le sermon, il prend un livre d'édification, dans 
lequel il lit jusqu'au second chant, auquel il mêle sa voix, comme 
pour le premier. Puis, le service terminé, arrivent ceux de ses 
petits enfants, qu'il a invités à dîner. Ils souhaitent le bonjour à 
leur aïeul; ce dernier les questionne sur le pasteur qui a prêché, 
et sur le texte dont il s'est servi. On cherche ensuite la grande bible, 
ornée de belles gravures sur cuivre; on Touvre au chapitre qui a 
servi de texte au sermon, et l'aîné des enfants en fait la lecture. 
Tel était l'intérieur de bien des maisons à cette époque, où la 
simplicité et la pureté des mœurs, l'économie et le bon arrange- 
ment, permettaient de vivre heureux et tranquille avec de modestes 
revenus. 

2. 
Le chroniqueur Mathieu Mieg 

Mathieu Mieg, fils de Mathieu Mieg, licencié en droit, et de 
demoiselle Elisabeth Reber, naquit à Mulhouse, le 29 mars 1756 
Il entra de bonne heure dans le commerce. A l'âge de treize ans, 
il fut envoyé en apprentissage à Morges, et avait à peine atteint 
sa vingtième année, lorsqu'il fut placé à la tête de l'établissement 
de son père. Mathieu Mieg a été un des fabricants de draps de 
Mulhouse les plus distingués. A la suite de son voyage en Piémont 
et en Italie, en 1780, il ouvrit un débouché nouveau à l'industrie 
drapière de sa ville natale. Il fut l'un des deux délégués que les 
drapiers de Mulhouse envoyèrent à Paris auprès de la convention 
nationale, pour réclamer la levée de la prohibition qui menaçait 
l'existence de leur industrie. Cette mission qui n'était pas sans 



Digitized by VjOOQIC 



— 71 — 

périls, à une époque si troublée, fut accomplie avec succès, et 
Mathieu Mieg reçut à son retour les remercîments et les félicita- 
tions de ses concitoyens. 

A côté de ses occupations commerciales, il sut se créer d'agréa- 
bles distractions. Il était membre des deux sociétés de tir de la 
ville, et faisait partie delà milice bourgeoise, dont il fut plus tard 
nommé lieutenant. La culture des arts, qu'il aimait avec passion, 
fut un de ses délassements favoris. C'est lui qui a décoré de figures 
allégoriques la façade de la maison de la place Saint-Etienne, à 
l'époque où il la fit restaurer en 1799. Les affaires politiques de 
sa ville natale l'intéressaient à un haut degré ; il se rencontrait 
souvent avec le syndic Josué Hofer, avec lequel il s'entretenait de 
l'avenir réservé à Mulhouse. 

A la mort de son père, il devint maître de la corporation des 
agriculteurs et usa de son influence au petit conseil et parmi ses 
concitoyens pour combattre l'idée de la réunion de Mulhouse à 
la France. Il fut l'un des quinze citoyens courageux, qui, par 
sentiment de patriotisme, refusèrent leur adhésion à cette réu- 
nion * . Il craignait la métamorphose complète de sa chère ville 
natale, la disparition du patriotisme, des mœurs simples et pures 
de ses habitants, de leurs principes d'ordre et d'économie, qui 
entraîneraient la ruine de mainte industrie. 

Mathieu Mieg a vécu assez longtemps, pour voir que, si 
certaines de ses tristes prévisions se sont confirmées, ces maux 
inévitables de tout changement de régime, ont été largement 
compensés par les bienfaits que Mulhouse a retirés de son incor- 
poration à la France, par le développement vraiment prodigieux 
qu'ont pris son commerce et son industrie. D'ailleurs, Mathieu 
Mieg en convint plus tard lui-même. Voici ce qu'il dit à la fin de 

^ Lors de la fête de la Réunion, tous les drapeaux et attributs des corporations 
de Tancienne république de Mulhouse furent détruits et enterrés sous l'arbre de la 
liberté élevé par la France ; celui de la corporation des agriculteurs, ainsi que le 
protocole, échappèrent seuls à cette destruction générale, grâce à l'obstination de 
Mathieu Mieg, qui ne voulut pas les livrer, et les ût transporter et cacher dans sa 
maison. Le drapeau a été donné au Musée historique de Mulhouse par son fils, 
feu Georges Mieg. 



Digitized by VjOOQIC 



— 72 -- 

rintroduclion d'une brochure publiée en 1823 : « Depuis la révolte 
de 1590, la plus parfaite harmonie régna dans cette petite Répu- 
blique, ne formant, pour ainsi dire, qu'une même famille, et dont 
le territoire ne s'étendit qu'à une lieue à la ronde. Elle se distin- 
gua surtout à l'époque dangereuse de la révolution française par 
une confiance entière dans son Magistrat, souffrant patiemment 
pendant cinq ans (comme ville enclavée dans l'Alsace) une espèce 
de blocus, par où la fortune du plus grand nombre des habitants 
fut presque entièrement réduite, jusqu'à ce qu'enfin, ne voyant 
presque plus d'espoir à soutenir l'indépendance, il fallut, en 1798, 
se remettre à la protection de la France, comme un moyen indis- 
pensable de faire refleurir l'industrie de cette ville manufactu- 
rière. » 

Après la Réunion, Mathieu Mieg se retira des affaires publiques 
et se consacra uniquement aux siennes. Dans ses moments de 
loisir, il s'occupait de peinture et de la rédaction de la Chronique 
de Mulhouse, qui parut, en 1816 et 1817, en deux volumes in-'4^ 
Cette Chronique, appuyée sur des documents nombreux et authen- 
tiques, comprend l'histoire de la Ville-République de Mulhouse, 
pendant une période de quatorze siècles. Le premier auteur qui 
s'en soit occupé est Jacques-Henri Pétri, 1 erudit syndic, et plus 
tard bourgmestre de Mulhouse (1633-1660), qui la poursuivit jus- 
qu'en 1617. Ses successeurs furent Josué Fûrstenberger, J.-Henri 
Reber et l'éminent jurisconsulte Josué Hofer, qui en délaissa la 
rédaction en 1795*. Mathieu Mieg l'a continuée depuis cette époque 
jusqu'en 181 6, publiée et enrichie de précieux documents, tirés des 
archives de la ville. Les plus importants pour l'histoire contempo- 
raine sont relatifs à la réunion de Mulhouse à la France. Cette Chro- 
nique, ainsi que le dit l'auteur dans sa préface, n'est pointune œuvre 
littéraire, c'est un ensemble de notices consciencieuses et impar- 
tiales utiles à consulter. Elle est écrite dans un genre plutôt gai 
que sérieux; les anecdotes et les mots plaisants y abondent. Les 
observations sur les mœurs du temps sont très caractéristiques ; 

^ Voy. le présent Bulletin, pp. 25 et 26. 



Digitized by VjOOQIC 



— 73 — 

elles renferment parfois de petits grains de malice jetés ça et là, 
avec un air de sans gêne et de bonhomie, qui, loin de blesser, 
font sourire ceux ou celles qu'ils visent. Le lecteur en jugera par 
les passages suivants que je traduis, en abrégé, des pages 32 à 39 
de la première partie de la Chronique : 

t ... Il serait intéressant de décrire la diversité des caractères, 
de la manière devoir et de vivre des habitants de Mulhouse depuis 
600 ans. Si seulement nous avions une reproduction fidèle des 
modes de chaque siècle! Je n'ose pas en faire ici la description, 
quoiqu'une longue série de costumes se présente à ma mémoire, 
et que je voie en imagination l'ancien citoyen de Mulhouse poser 
devant mes yeux. Nous les connaissons hommes forts et coura- 
geux ; nous voyons se retracer sur leurs traits l'héroïsme et la 
sérénité. En temps de guerre, ils marchent armés de cuirasses, 
de hallebardes et de grandes épées. On voit qu'ils se battent pour 
la patrie, qu'ils vont vaincre ou mourir. Pendant trois siècles, 
l'esprit guerrier des Mulhousois trouva fréquemment occasion de 
se montrer; la ville entourée de murs, de fossés et de fortes tours, 
était à même de repousser des assauts; des querelles avec la 
noblesse des environs entretenaient l'usage des armes. Cela dura 
jusqu'en 4466, où eut lieu la première alliance avec les cantons 
suisses de Berne et de Soleure, à l'aide desquels Mulhouse put 
résister à ses ennemis. Cette sécurité grandit encore par la grande 
alliance avec la Suisse entière, en 1515. 

c Depuis 1600, plus de guerres, plus de morionsetde pertui- 
sanes; le costume se fait « civil », tout au plus voit-on encore des 
barbiches à la Henri IV. De 1650 à 1700, le luxe va en augmen- 
tant; de la cour de Louis XIV se répandent partout les modes 
dispendieuses, sur lesquelles le règne de Louis XV renchérit encore. 
Cependant nous ne voyons pas nos pères, d'il y a cent ans, porter 
des costumes d'une grande richesse ; l'habit a de larges manches, 
d'énormes revers et de grands boutons en poil de chèvre; la veste 
descendait jusqu'aux genoux, et exigeait jusquàlViSune de drap; 



Google - 



Digitized by VjOOQ 



— 74 — 

la perruque qui allait jusqu'au dos, était même portée par des 
hommes à peine âgés de trente ans. 

« Mulhouse paraît avoir gardé longtemps ses vieux usages, sa 
religion, ses bonnes mœurs et sa vie simple et parcimonieuse. 
Vers 4750 cependant y pénétra l'esprit mercantile; de simples 
bourgeois passèrent messieurs, leurs fils revenant de voyages loin- 
tains en rapportaient les mœurs du jour; d'autres les imitaient. 
L'argent se gagnait facilement par la fabrication des indiennes; 
mais il s'écoulait tout aussi vite. Depuis lors les besoins et les 
dépenses sont toujours allés en augmentant dans toutes les classes 
de la bourgeoisie. 

€ Nos arrière-neveux aimeront peut-être à apprendre quelle a 
été la manière de nous habiller : je vais le leur dire. Chapeau 
noir rond avec un bord de 3 pouces, qui garantit les yeux du 
soleil et la nuque de la pluie. Pour plus de commodité, on se 
coiffe à l'espagnole ou à la russe de casquettes posées parfois sur 
une oreille. Les cheveux sont coupés ras ; on ne voit presque plus 
de queues; des favoris, estimés d'autant plus beaux qu'ils sont 
plus grands, se portent en côtelettes ou en demi-lune. Le col de 
chemise monte fièrement jusqu'à hauteur de la bouche; une cra- 
vate en mousseline blanche et un beau jabot à mille plis; les 
manchettes, qui, cependant, étaient un vrai ornement des mains, 
ont disparu depuis 30 ans. L'habit en laine est largement découpé 
et ne va que jusqu'aux genoux; d'aucuns le portent encore plus 
raccourci, et d'autres encore, un veston qui ne couvre pas les 
cuisses, mode inventée par les sans-culottes du temps de la Révo- 
lution française. Les boulons sont d'ordinaire de la couleur du 
drap, quelquefois en métal; les gilets, courts et d'étoffes diverses ; 
les pantalons, de drap ou d'autres étoffes de laine, ou s'arrêtent 
aux genoux ou descendent jusqu'aux souliers. Des bottes 
bien cirées ou des souliers, et pour qui aime à s'en servir, une 
canne à pomme ciselée. S'il fait froid ou s'il pleut, on met 
un surtout aux larges manches avec un collet couvrant la 
moitié du corps. Quelques-uns suivent la mode anglaise et se 



Digitized by VjOOQIC 



— 75 — 

contentent d'un spencer ou d'une redingote qui n'a pas de pans. 
Cette description suffira, j'espère, à nos petits-enfants et ils se 
moqueront peut-être de ces modes. 

€ Il n'est que juste de dire que nos ancêtres étaient fort 
adonnés à la boisson. Les nobles avaient leurs lieux de réunion 
à part; les simples bourgeois se réunissaient dans leurs « poêles » 
de tribus pour fumer et jouer aux cartes et aux dés. On payait 
une bagatelle pour le loyer et le chauffage. Pendant Tété les 
épreuves se faisaient dans les maisons de tir, et celui qui ne 
buvait pas son gobelet d'un seul trait, était peu estimé. Partout 
le dieu IJacchus présidait : aux réunions de chant, aux fêtes publi- 
ques et privées. On ne connaissait encore que le vin du crû; mais 
il y a cinquante ans, nos fabricants de cotonnades, qui gagnaient 
de l'argent presque en dormant, nous firent faire connaissance 
avec le Bourgogne et le Champagne. Ils y étanchèrent une soif 
brûlante et revinrent finalement au vin de Zillisheim. Cette mode 
de boire à l'excès a néanmoins diminué et ces messieurs trouvent 
plus de plaisir à prendre une tasse de café ou un verre de punch. 
Le simple bourgeois, au contraire, aime toujours à se rafraîchir 
avec le nectar offert par une foule de cabarets. Ces dépenses, 
quelque petites qu'elles paraissent au moment même, font à la 
fin de Tannée une somme considérable, qui, multipliée par 40 ou 
20, constituerait une bonne épargne pour la vieillesse. La fureur 
du jeu paraît aussi avoir diminué. Par contre le poison lent de 
la loterie fait beaucoup de victimes parmi les habitants de notre 
ville. 

€ Jusqu'à présent nous n'avons peint que le sexe masculin, il 
serait inconvenant de passer sous silence le beau sexe. Sous le 
rapport politique nous pouvons dire, à la louange de nos femmes, 
que dans les siècles antérieurs au nôtre, elles étaient fermement 
attachées aux libertés et à l'indépendance de leur ville natale. 
Pour preuve, voyez leur conduite dans la rét)ellion de 4587. Le 
pasteur Zwinger, témoin oculaire de cette échauffourée, assure 
que les femmes surtout étaient exaspérées contre les magistrats 



Digitized by VjOOQIC 



— 76 — 

qu'on soupçonnait avoir pris part à la dénonciation de l'alliance 
des cantons. A l'assaut, plusieurs même avaient pris les armes, 
et lors de la révolte de 4590, une véritable héroïne' excitait les 
citoyens à prendre les armes, à arrêter les traîtres et à délivrer 
de la prison les membres du magistrat. 

( Il y a vingt ans, la plupart de nos concitoyennes se déclaraient 
pour le maintien de la république et ne se soumettaient qu'avec 
appréhension au nouvel ordre de choses. Tout cela se faisait par 
amour pour la ville natale et dans des intentions pures et bien 
motivées. Autrefois la noblesse se croyait en droit de se distinguer 
de la bourgeoisie par le costume; elle portait des souliers à la 
poulaine; les dames, des robes à longue traîne, des colliers d'or 
et des boucles d'oreilles en brillants. Les femmes de la bour- 
geoisie aisée mettaient, il y a cent ans, le dimanche des robes de 
soie noire, aux noces et autres fêtes, en épaisses étoffes de soie à 
ramages. Ces robes duraient trente ans et plus. La coiffure con- 
sistait en bonnets simples et de différentes formes; en hiver, ils 
étaient en fourrures. Les colliers se composaient de perles ou de 
grenats; les boucles d'oreilles se portaient en or. Les c calottes 
dures » paraissent avoir été créées vers 4730, on dit par une 
pnncesse persane. Faites en carton épais de quelques lignes, poin- 
tues vers le front et les tempes, elles s'adaptaient à la tête au 
moyen de la colle. Celles de dimanche étaient en velours noir 
frappé; aux fêtes elles étaient garnies de galons d'argent ou d'or. 
Nos demoiselles les ont quittées vers 4780. Les cheveux étaient 
poudres. La même princesse — d'autres disent qu'elle était chi- 
noise — inventa aussi les paniers, qui mesuraient en bas cinq 
*^ieds de circonférence de plus qu'aux hanches. C'était sans nu 
ioute joli, et cette mode aurait été conservée, si, par un fort vent, 
le 25 septembre 4749, deux ou trois douzaines de dames de Paris 
n'avaient été précipitées du jardin des Tuileries dans la Seine. — 
Depuis longtemps on soupirait après un nouveau « gonflement », 
lorsqu'il y a vingt-cinq ans, les fausses hanches virent le jour, des 

' Barbe Schœn. 



Digitized by VjOOQIC 



— 77 — 

sacs dilatés par des baleines se portaient autour de la ceinture et 
permettaient au besoin d'emporter le dîner ou le souper, voire 
même de cacher un amant. Les cheveux sur le devant de la tête 
étaient relevés en toupets frisés ou poudrés, ceux de derrière se 
réunissaient en un paquet qu'on appelait un chignon. Le coiffeur 
pouvait, en 45 minutes et quelques secondes, parachever une 
pareille frisure. — Les robes avaient de longues traînes, dont 
étaient fort contents les marchands d'étoffes et les balayeuses des 
rues . On ne saurait nier que ces modes ne fussent bien imaginées 
et ne donnassent un air imposant aux dames ; les messieurs, de 
leur côté, en avaient plus de respect pour elles et se gardaient 
de marcher sur les queues. Mais la maudite versatilité démolit après 
quelques années cette mode gracieuse, et tout le monde deman- 
dait à être mince; on comprima les fausses hanches et finalement 
on ne les remplaça même pas par de grosses poches ; la robe se 
serra de telle sorte qu'une souris n'aurait pu y passer. Quiconque 
n'était pas bien partagé par la nature, avait lair d'une véritable 
silhouette. — Les cheveux subirent à leur tour le contre-coup de 
cette révolution ; on faucha le plus bel ornement d'une tête fémi- 
nine, ou bien on les coupa à la Titus ou à la Garacaila. 

€ Nous avons déjà dit que les dames étaient restées sans poches ; 
mais leur esprit inventif imagina les réticules ou (comme on disait 
et dit encore aujourd'hui :) « ridicules » , espèce de sacs à ouvrages, 
pour y loger leurs petits riens ; ces sacs étaient en même temps un 
moyen de mettre à 1 épreuve la galanterie des messieurs chargés 
de porter le ridicule de la dame qu'ils conduisaient, ce qui leur 
donnait l'air de domestiques. 

€ Vers l'an 1800 on fit venir des pommades de tous les coins 
du monde, pour hâter la pousse des cheveux; lorsqu'ils n avaient 
que trois pouces de long, ils faisaient mauvaise figure et on dut 
les cacher par les gracieux bonnets ou les chapeaux de paille, qui 
ont bien mérité de vivre jusqu'aujourd'hui. Les cheveux étaient tres- 
sés en nattes et réunis sur le sommet de la tête en nid d'oiseau, 
ou pendaient sur le front en boucles, en forme de tire-bouchons. 



Digitized by VjOOQIC 



— 78 — 

« J'ai appris avec regret que les éventails étaient passés de 
mode, car on n'aurait pu imaginer rien de meilleur pour se raf- 
fraîchir; de plus, en s'éventant les dames pouvaient se donner 
un certain maintien et, en cas de besoin, cacher leur mauvaise 
humeur. Prendre l'éventail à une dame, c'était donner lieu à 
d'intéressantes disputes, et je parierais qu'il reparaîtra bientôt. Je 
ne promets pas la même chance aux souliers à talons, qui ont 
été bannis il y a trente ans; nous reviendrons plutôt aux souliers 
à la poulaine. — Les corsets également sont mis de côté depuis 
le même temps, et cela de bon droit; car depuis, le beau sexe 
peut respirer librement. A la vérité, on se refroidissait en se décol- 
letant, mais le châle fut inventé et le cou le plus joli se recou- 
vrit selon une ancienne mode néerlandaise, par des fraises, des 
collerettes, des chemisettes, etc. Je n'ose rien dire des c fichus 
menteurs • d'autrefois; je passerai également sous silence les faux 
mollets des messieurs et des dames; car, où la fin, si l'on voulait 
se laisser aller à la critique. 

< Passer du plaisant au sérieux et esquisser les mœurs de 
notre beau sexe, c'est chose liasardée; cependant je n'en saurais 
dire que du bien. Nos dames prétendent à être louées pour leurs 
vertus, leur bonté, leur amabilité, leur honnêteté. On les cite au 
loin pour leur tournure svelte, leurs traits agréables, leur gracieuse 
légèreté à la danse. Il faut plaindre avec raison tant d'agréables 
jeunes personnes qui coiffent Sainte-Catherine, car nos mes- 
sieurs ont la funeste prétention de rester célibataires. Mais con- 
solez-vous ! bientôt le temps reviendra où le mariage sera regardé 
comme un lien de roses... » 

Mathieu Mieg qui avait conservé la simplicité de mœurs de ses 
ancêtres, attachait un grand prix aux joies de la famille. Pendant 
quarante années, il eut le bonheur de réunir, chaque dimanche 
soir, ses nombreux enfants à sa table. Au Nouvel An avait Heu 
un grand repas, à l'occasion duquel l'aïeul avait coutume de faire 
un petit discours à sa famille réunie; après quoi il remplissait 
de vin vieux la coupe de famille et la faisait circuler à la ronde. 



Digitized by VjOOQIC 



— 79 — 

Mathieu Mieg donnait aussi de temps en temps des fêtes à ses 
petits-enfants. Pendant plusieurs années il les réunissait, vers le 
temps du carnaval, en souvenir de la fête des comptes que 
célébrait autrefois la corporation des agriculteurs (dont il avait été 
maître), lors de la reddition des comptes de Tannée. La journée 
se terminait ordinairement par un joyeux repas. 

Mathieu Mieg compta pour la plus belle partie de son existence 
les vingt dernières années de sa vie, pendant lesquelles il se con- 
sacra presque exclusivement au soulagement de l'humanité souf- 
frante. L'institut des pauvres avait été créé, en 1810, à la suite 
de l'impulsion donnée par le consistoire de l'église réformée de 
Mulhouse; nommé président de ce corps en 1820, il en conserva 
l'administration pendant plus de dix années. Déjà au commence- 
ment de ce siècle, en 1802, alors qu'on provoquait un secours 
des plus efficaces en faveur des pauvres, il publia, à leur profit, 
le récit de son voyage en Italie en 1794*; plus tard, en 1823, il 
fit paraître, également à leur profit, un opuscule intitulé : c Rela- 
tion historique des progrès de l'industrie commerciale de Mulhouse 
et de ses environs*. 

En 1828, lorsque Charles X visita notre ville, Mathieu Mieg 
lui fut présenté comme un des doyens de l'industrie alsacienne 
et comme le plus âgé des membres encore en vie du petit conseil 
exécutif de l'ancienne République de Mulhouse. Il reçut, à cette 
occasion, la décoration de chevalier de la Légion d'honneur. 

Mathieu Mieg a mené une vie constamment active et sobre, 
qui lui a conservé la santé jusqu'à un âge très avancé; ce n'est 
qu'à 81 ans qu'il se ressentit d'une indisposition pour la toute 
première fois. II mourut en 1840, à l'âge de 84 ans. L'oraison 
funèbre a été prononcée, le H avril 1840, par le pasteur Adolphe 
Stœber (imprimée la même année chez J.-P. Risler, 14 p. in-8*'), 

' Tagebiieh einer Reise nach Italien ini Jahr 4794. gedruckl zum Besten dtr 
Armen, S. 1. 180â, 30â p. et 30 pp. appendice, avec eaux-fortes dessinées par lui- 
même. 

* Mulhouse, à la lithographie G. Engelmann, 1823, W-U p. peUt in-4°. 



Digitized by VjOOQIC 



— 80 — 

et un éloge de Mathieu Mieg a été lu par M. Jean-Benjamin Kûhl- 
mann, architecte à Colmar, au cercle littéraire de cette ville. Une 
copie de cette notice, faite et coUationnée par feu M. Louis Hugot, 
archiviste, est déposée à la bibliothèque de Colmar. 

Il existe de Mathieu Mieg un portrait à l'huile peint par son 
fils Jean; un autre portrait par le même le représente assis dans 
sa chambre à demeurer; un portrait peint par Mademoiselle Louise 
Mauduit en 1807; un portrait buste lithographie par Engelmann, 
et un médaillon en albâtre sculpté par Christen, d'Un ter walden, 
en 1809. Mathieu Mieg s'est peint lui-même avec toute sa famille, 
puis en costume de peintre avec son fils Charles, en 1794. 

De ses fils, Tun, Charles Mieg, fut un industriel distingué; un 
autre, Jean Mieg, fut peintre; un troisième, Georges Mieg, lui 
succéda dans le commerce et la fabrication des draps, et hérita 
de ses goûts et de son amour pour l'histoire de sa ville natale. Il 
a écrit et publié, mais dans un genre plus sérieux que son père : 
un extrait chronologique de l'histoire de Mulhouse depuis l'année 
1220 jusqu'à 1848*; un opuscule sur l'histoire de l'église Saint- 
Etienne *. D'autres petites brochures d'un caractère plus intime 
sont restées dans la famille; j'en ai emprunté une grande 
partie des matériaux, qui ont servi à faire ce travail. L'expérience 
de M. Auguste Stœber, qui a bien voulu revoir cette notice et 
m'aider de ses conseils, m'a été d'un grand secours pour la mener 
à bonne fin. 



' Chronologische Àuszugeiiber MiilhauRen, vom JahriiSO bis 4848, Zum Besten 
der Kleinkinderschulen in Druck gegeben. Mûlhawsen, bei J, P. Risler^ 4848. 184 pp. 
în-8°. 

• Beitrag zum Andenken an die St. Slephanuskirche, mil i Abbildung, MUlhau- 
sen, bei /. P. Risler, Î86f, 86 p. in^^ 



Digitized by VjOOQIC 



m. 

REDEVANCES 

DE DOUZE MAISONS DU VIEUX MIULHOUSE 



Extrait du Gensîer» Zinslmch, de la Cour de SainInJean. 1567 

PAR 

AUGUSTE STŒBER 



Eclaircissements pour l'intelugence du texte. (Les chiffi*es 
placés entre parenthèses se rapportent au numéro correspondant 
de chacun des douze articles qui vont suivre.) 

L'enclos de la Cour de &im/-/^a;^, vulgairement nommée Sanct- 
Johannser Hofy embrassait tout le terrain compris entre la Grand'- 
rue, la rue du Théâtre, la rue Sainte-Glaire et l'impasse de la 
Loge, ce qui constituait à peu près la huitième partie de la ville. 
La Cour possédait en outre un grand nombre de maisoos, de jar- 
dinsy etc., situés dans différents quartiers de la ville ou dans sa 
banlieue; elle avait aussi des propriétés dans d'autres localités du 
Sundgau. Nous en trouvons une énumération sommaire dans un 
bail passé, vers la fin du siècle dernier, au nom du commandeur, 
baron de Hompach, par son fondé de pouvoirs F.-G. Keppler. 
D'après cet acte, c le preneur aura la jouissance de la Cour de 
c Saint-Jean avec toutes les constructions qui se trouvent dans 
( son enclos, les jardins, caves, dépendances, champs, prés, vignes, 
c les dîmes de Rixheim et de Ranzwiller, la dîme de Steinbrunn, 
c avec toutes les rentes et redevances en argent, blé, vin, poules, 
c chapons, huile, à Mulhouse, Zimmersheim, Schlierbach, Ranz- 

6 



Google — 



Digitized by VjOOQ 



— 82 — 

c willer, Bernwiller, Aramertswyler, Galfingen, Zillisheim, Frœ- 
( ningen, Didenheino, Pfastatt, Brunnstatt, Niedermorsch willer, 
t Lutterbach, Obermorschwiller, Rixheim et, en général, de tous 
« les droits et revenus dont les Seigneurs commandeurs ont eu 

< et auront la jouissance, selon les documents et titres de pro- 

< priété. > (Pièce inédite, tirée des Archives de la Cour de Saint- 
Jean.) 

(1-12.) Les redevances en argent étaient payables en livres 
{stebler)^ en schellings et en pfennings ou deniers, à la Saint-Jean 
d'été et à Noël. Entre les années 1542 et 1583, la livre stebler 
valait 3^%87; le schelling 0'Sl9; le denier 0^,016. — Voy. (A. 
Hanauer, Etudes économiques sur TAlsace etc. T. I, Les Mon- 
naies, p. 500. Paris et Strasbourg, 1876. 

(2. 7. 12.) Les redevances en nature consistaient en poules^ 
qui étaient aussi les plus ordinaires dans d autres contrées pen- 
dant toute répoque de la féodalité. On les désignait diversement. 
(Voy. MicHELET, Origines du droit français. Paris, 1887, p. 235, 
et J. Grimm, Deutsche Rechtsalterthûmer^ 2* éd. Gœttingen, 1854, 
pp. 375-877). — En 1564, une poule valait 0^,60. — (Voy. A, 
Hanauer, 1. c. T. II, Denrées et salaires, p. 210.) — A Tarlicle 2 
figure un pot Shuite^ denrée dont le prix variait selon la 
qualité et souvent d'année en année. 

(1. 2. 9.) La Cùur de Lucelle^ l'ancienne, der alte Lûtzelhofy 
se trouvait à côté de la porte de Bâie, sur l'emplacement de la 
propriété du grand Cercle. 

(10.) La léproserie ou maison des Bonnes gens, Gutleuthaus^ 
était située au sud de la rue actuelle des Bonnes gens. 

(12.) Le moulin de Bâle, die Baselmûhle, sur la Trànckbach, 
était plus anciennement nommée Samenmuhle. 

(12.) Il ne faut pas confondre la maison dite zum Esely à VAne^ 
attenant autrefois au moulin de Bâle, avec une auberge du même 
nom, située autrefois au coin de la place des Victoires, GànseplatZy 
et qui a laissé son nom au Eseleck. 

(4. 6. 7.) Badstubeny bains publics. Les qualifications de nie* 



Digitized by VjOOQIC 



— 83 — 

dere et obère Badstuben se rapportent à l'orientatioD topographique 
de ces établissements. Outre les deux bains cités par N. Ehrsam 
(Bulletin du Musée historique I, pp. 78 et 88), nous pouvons 
encore signaler : le S. ClarorBady dans la rue du Moulin, Blei- 
lattengàsslein ; le bain de la rue des Carmes déchaussés, Barfus- 
5^^a55e, aujourd'hui rue des Champs-Elysées, exploité, en 1622, 
par Hugues Groszheitz (voy. Rathsprotocoll), et le bain construit 
en 4694 sur la place des Augustins, SpittelplatZy aujourd'hui place 
de la Concorde {Rathsprotocoll). Les baigneurs avaient le droit 
de raser, de saigner et de ventouser {Rathsprotocoll de 4627 et 
de 4759). Hugues Groszheitz avait aussi le privilège d'exploiter le 
• bain de Witlenheim, mais il lui était interdit de demeurer dans ce 
village [Rathsprotocoll du 8 juin 4625). 

(42.) La Hugwaldsgasse s'appelle aujourd'hui Schindergasse, 
en français rue de la Justice. 

(3.) Le Junckher Hantz Ludwig von Schweyckhauszen fut le 
dernier des seigneurs Hack de Schweighausen; il mourut au châ- 
teau de ce nom, canton de Cernay, le 44 janvier 4572. Après sa 
mort, l'archiduc Ferdinand investit de nouveau les Waldner de 
Freundstein des fiefs de Schweighausen, de Hausen et d'Ennvsdller, 
dont ils avaient déjà été investis par Maximilien I". (Voy. A. Wal- 
1er, Notice historique et topographique sur le village de Schweig- 
hausen. Rixheim, 4870, pp. 434-434). 

(44.) Velltin Frie^z; c'est Valentin Friess, l'aîné, membre du 
sénat en 4564, bourgmestre de 4573 à 4578, destitué pour com- 
merce adultère avec la femme du syndic Daniel Wieland, et nommé 
de nouveau bourgmestre parles bourgeois rebelles en février 4587. 
(Voy. Graf, Geschichte von Miilhauseny II, pp. 424 et 459). En 
4587 la maison appartenait à Valentin Friess fils, comme il le 
dit lui-même dans l'inventaire de ses meubles et immeubles dressé 
par ordre du magistrat. Voy. M. Mieg, Mûlh. Gesch., II, pp. 485 
et 488, et p. 66 du présent Bulletin. 



Digitized by VjOOQIC 



— 84 — 



TEXTE ALLEMAND. 



4. 

Hannsz Kramer, der Schnider, zwey pfundt (siebler) acht schi- 
ling vf Johanesz vnnd weinachten von vnd ab seinem hausz vnnd 
gsesz In der Kramgassen 211m Einhom genandt, Einseit Mathisz 
SchaBrtlin, anderseit WolfT hagenbach, Stoszt hînden auf den 
Lûtzelhof. Fol. 5. 

2. 

Die Herren von Lûtzel 3 schiling, acht pfennigs zwey hûner, 
ein mosz Oehl von Irem hoff mit Allem demselben BegrifT vnnd 
Zugehœrdt ahn dem Baselthor^ Anderseit Ludwig Krsemmer dem 
Schuomacher gelegen, Stoszt hinden vf der Stadt Rinckh Mauren. 
Fol. 9. 

3. 

Wilhelm Oetlin Sechs schilling Acht pfennig vf Johanis vnnd 
weinachten glich getheilt von seinem hausz zur Rothen Hennen^ 
einerseit Gunradt Mertz der Kùbler, anderseit Bernhart Schlienger, 
Stoszt hinden vf Junckher Hansz Ludwigs von Schweyckhausen 
Rebgarden. Fol. 13. 

4. 

Severin Stammeler der Bader gibt Aile wuchen zwen schilling 
acht pfennig, thudt durchs Jar sex Pfundt Achzehen schilling acht 
pfenning von vnnd ab der Nideren Badstubben in der Schuolgas* 
sen, Einseit Jergen Langenstein weylandt Hansz Pfeiffers witwen 
gelegen, Stoszt hinden vf die Brodt Beckhen gassen. Fol. 17. 

5. 

Hannsz Huszer der wagner zwen schilling son seinem hausz zur 
Merkatzen in der Alten Spitelgaszen, Einseit Hantzen Gabell, 
anderseit Glauszen Vest dem schnider gelegen^ Stoszt hinden vf 
Lorentz Vlrich. Fol. 18. 



Digitized by VjOOQIC 



— 85 — 



TRADUCTION. 



Jean Krasmer, le tailleur, (doit) deux livres (stebler),huitschel- 
lings payables à la Saint-Jean et à Noël pour une maison et ses 
dépendances située dans la rue Mercière et nommée à la Lkorn^j 
aboutissant, d'un côté, à Mathieu Schaertlin, de l'autre à Wolff 
Hagenbach et par derrière à la cour de Lucelle. Fol 5. 

2. 

Les seigneurs (abbés) de Lucelle : trois schellings, huit deniers, 
deux poules, un pot d'huile, pour leur cour et toutes ses dépen- 
dances situées à la Porte de Bâle, aboutissant, de l'autre côté, à 
Louis Kraeraer, le cordonnier, et par derrière au mur d'enceinte 
de la ville. Fol. 9. 

3. 

Guillaume Oetlin : six schellings, huit deniers, payables par 
moitiés égales à la Saint-Jean et à Noël, pour sa maison nommée : 
à la Poule rouge, aboutissant d'un côté à Conrad Mertz, le tonne- 
lier, de l'autre, à Bernard Schlienger et par derrière à la vigne 
du seigneur Jean Louis de Schweighausen. Fol. 13. 

4 

Severin Stammeler, le baigneur, donne par semaine deux schel- 
lings, huit deniers, ce qui fait, par an, six livres, dix-huit schel- 
lings et huit deniers, pour son établissement dit bain de la ville 
basse j situé dans la rue de l'Ecole, aboutissant, d'un côté, à George 
Langenstein, autrefois à la veuve de Jean Pfeiffer et par derrière 
à la rue des Boulangers. Fol. 47. 

5. 

Jean Huszer, le charron : deux schellings pour sa maison, dite 
au Singe marin, située dans l'ancienne rue de l'Hôpital, aboutis- 
sant, d'un côté à Jean Gabell, de l'autre, à Nicolas Yest, le tail- 
leur, et par derrière, à Laurent Ulrich. Fol, 18. 



Google - 



Digitized by VjOOQ 



— 86 — 

6. 

Michael Hammers witwen zehen schilling vf Johannis vnnd 
weinachten von Irem hausz vnd gesesz in der Brodtbeckhiergaszen, 
Einseit der Nideren Badstuben^ Anderseit Vlrich Grôszlins witwer, 
Stoszt hinden vf Gôrg Langenstein. Foi. 20. 

7. 

Jerg V — Wasser zehen schilling zwey hûner von der Oberen 
Badstuben ann dem alten Spithal Bàchlein gelegen, Einseit, Ander- 
seit Stef&n Frôlich dem wuUen weber, Stoszt hinden vf Hanszen 
Schwaller. Fol. 22. 

8. 

Josz Velter Sechzehen schilling Acht Pfennig vf Johanis vnnd 
weinachten vonn seinem hausz in der Gromgaszen zur feysten 
hennen genandt, einseit Jacob Bruntzen, Anderseit Jacob Wedter 
gelegen, Stoszt hinden vf die fmster gaszen. Fol. 27. 

9. 

Wolf Hagenbach Neûn schilling gleich getheilt vf Johanis vnd 
weinachten vonn seinem hausz vnd gesesz Inn der Kramgaszen 
zum gelben Narren genandt, einseit Hanszen Kràmmer, Anderseit 
Niclaus Welten oder Jacob Rûeben erben gelegen, Stoszt hinden 
vf der herren von Lûtzelhof. Fol. 29. 

40. 

Peter Ziegler, Rebmann, drey schilling von einem Garten bey 
dem Steininen Crûtz wie man zum Gutliit Hausz hinausz geht^ 
Ist ein Eckhgardten zur anderen seiten neben Roman Wagner 
gelegen, stoszt hinden vf die Aeckher Ist Etwan Wolffs zum pfau- 
wm vnnd dem nach Simmon Grôszlinsz geweszen. Fol. 31. 



Digitized by VjOOQIC 



— 87 — 

6. 

La veuve de Michel Hammer : dix schellings, payables à la Saint- 
Jean et à Noël, pour sa maison et ses dépendances situées dans 
la rue des Boulangers, aboutissant, d'un côté, au bain de la ville 
basse^ de l'autre à la veuve d'Ulrich Grœszlin, et par derrière à 
George Langenstein, Fol. 20. 

7. 

George V — Wasser : dix scheHings, deux poules pour son éta- 
blissement dit bain de la ville haute^ situé sur le ruisseau de Tan- 
cien hôpital, d'un côté, de l'autre, aboutissant à Etienne Frœlich, 
le tisseur de laine, et par derrière à Jean Schwaller. Fol. 22. 

8. 

Josse Vetter : seize schellings, huit deniers, payables à la Saint- 
Jean et à Noël, pour sa maison située dans la rue Mercière, nom- 
mée à la Poule grasse, aboutissant, d'un côté, à Jacques Bruntz, 
de l'autre à Jacques Wedter, et (par derrière) à la rw^ sombre. 
Fol. 27. 

9. 

Wolf Hagenbach : neuf schellings, payables par moitiés égales 
à la Saint-Jean et à Noël, pour sa maison et ses dépendances, 
situées dans la rue Mercière et nommée au Fou jaune, aboutis- 
sant, d'un côté, à Jean Kraemmer, de l'autre, à Nicolas Welten 
ou aux héritiers de Jacques Rûeben, et par derrière, à la Cour 
des seigneurs de Lucelle. Fol. 29. 

40. 

Pierre Ziegler, le vigneron : trois scheiïings pour un jardin 
situé près de la croix de pierre, à la sortie de la léproserie ou 
maison des Bonnes gens. C'est un jardin qui fait le coin, aboutis- 
sant de l'autre côté à Roman Wagner, et par derrière, aux champs, 
ayant appartenu à Wolff au Paon et, plus tard, à Simon Grœszlin, 
Fol. 31. 



Digitized by VjOOQIC 



— 88 — 

a. 

Peter Thyser, Ein pfundt Acht schilling vf Johanisz vnnd wei- 
nachten vonn der herberg zum Engel vornen vf dem platz, einseit 
der Appodeckh Slàrnen genandt, Anderseit Margreth Weltherin 
hausz zum Salmen genandt, Stoszt hioden vf Velltin Frieszen. 
Fol. 32. 

Hannsz Steinbachs witwen, Ein schillings Ein hun vonn vnd ab 
Irem hausz vnnd gsesz Inn Hugwaldths gaszen, einseit Pedter 
Krumlin, Anderseit der Basel Miihlen hausz, zum Esel genandt» 
Stoszt hinden vf der Sladt Rinckhmuren. Fol. 33. 



Digitized by VjOOQIC 



— 89 — 

il. 

Pierre Thyser : une livre, huit schellings, payables à la Saint- 
Jean et à Noël pour \ auberge de l'Ange, située sur la place, abou- 
tissant, d'un côté, à la pharmacie de l'Etoile, de Tautre, à la 
maison dite au Saumon, appartenant à Marguerite Welther, et 
par derrière, à Valentin Friesz. Fol. 32. 

12. 

La veuve de Jean Steinbach : un schelling, une poule, pour sa 
maison et ses dépendances, situées dans la rue dite de Hugwald, 
aboutissant, d'un côté, à Pierre Krumlin, de l'autre, à la maison 
moulin de Bâle, dite à F Ane, et par derrière, au mur d'enceinte 
de la ville- Fol. 33. 



Digitized by VjOOQIC 



IV. 
MESURES DE PRÉCAUTION 

PBIBBS 

CONTRE LA PESTE 

par le magistrat de Mulhouse 
dans les années 1667, i720, 1721 et 1722. 



TRADUfT Dl L'OHtGINAL PAk 

AUGUSTE STŒBER 



« Quiconque se sera trouvé dans des endroits suspects d'in- 
fection, n'entrera en ville qu'après 4 semaines révolues. Aucun 
bourgeois ne pourra loger des étrangers sans y être autorisé par 
le magistrat. Ordre est donné d'ôter les tas de fumier dans toutes 
les rues. Arrêté du Sénat ^ du 16 Octobre 1667. » 

t Pendant que la peste régnait à Marseille, en France, on prit 
des mesures sévères contre les voyageurs et les marchandises 
venant de l'étranger. Les voyageurs ne pouvaient entrer en ville 
que par la porte de Bàle ou par la porte-Haute; ils devaient, à 
chacune de ces deux portes, présenter un passeport en règle et un 
certificat de santé. 31 Août 1720. > 

• La ville de Lyon, la Bourgogne, la Savoie, la ville de Genève 
et d'autres localités sont mises au ban. 30 Octobre 1720. > 

c Les marchandises venant de Lyon, même avec de bons passa- 
vants, seront déballées et séjourneront pendant plusieurs semaines 
aux greniers de la maison des lépreux*, hors la porte; elles ne 
pourront entrer en ville qu'après avoir été bien éventées. Arrêtés 
du Sénat, 1" Octobre 1721 et 18 Juin 1722. > 

' GuUetaham. 



Digitized by VjOOQIC 



V. 

U JEUNESSE DE CHARLES GÉRARD 



PAR 



PAUL RISTELHUBER 



M. X. Mossmann dans son affectueuse Notice sur Ch. Gérard, 
a passé rapidement sur la jeunesse de cet auteur alsacien-lorrain. 
Un recueil provenant de la bibliothèque d'un ami de Gérard, feu 
Ad. Lesslin, nous permet d'ajouter quelques traits à une image 
déjà nette et brillante. 

Quand M. Mossmann nous dit que Gérard passa dans le jour- 
nalisme, il nous invite à constater qu'en janvier 1837, à l'âge de 
vingt-trois ans, Gérard collaborait à la Revue du Midi, parais- 
sant à Toulouse, à côté de Norbert Bonafous, de Fr. Ducuing, de 
J. J. Barrau. La première production signée de son nom est une 
nouvelle qui a pour titre : Maître Lesck. Elle est précédée d'une 
longue épigraphe, comme c'était la mode, et commence par une 
ligne de points. Il s'agit d'un garçon charpentier qui devint un 
tameux violoniste et qui, après avoir étranglé un rival, se réfugie 
dans la condition de savetier. Ce qui peut encore nous intéresser 
dans cette nouvelle, ce sont les descriptions où palpite le souvenir 
de la patrie restreinte, de l'Alsace aimée de Gérard : 

c Dans les villes du nord de la France, on remarque encore sur 
les places publiques quelques-unes de ces misérables échoppes où 
les pauvres de la dernière classe et les mendiants font raccommo- 
der, pour quelques sous, leur chaussure trouée; car là-bas les 
hivers sont longs et le pavé des rues reste, pendant des mois 



Digitized by VjOOQIC 



— 92 — 

entiers, enseveli sous la glace et la neige. — Si vous allez à 
Strasbourg, vous trouverez encore de ces cabanes sur la place du 
Temple-Neuf et derrière les Boucheries; souvent elles sont ados- 
sées aux flancs nerveux de quelque vieille et protectrice église, 
comme sur la place Saint-Pierre-le-Vieux. En Allemagne, la 
classe des Altflicker s'est conservée plus nombreuse, chaque petite 
bourgade en a plusieurs établis sur la place ou près de l'église. 
Cependant là, comme chez nous, la civilisation balaie petit à petit 
ces vestiges de l'ancien temps, et si de loin en loin, par quelque 
matin, elle trouve, à l'heure légale du travail, la boutique fermée, 
n'essayez pas de revenir le lendemain pour voir si la baraque 
s'est rouverte; elle n'y sera plus. Si c'est un bien, si c'est un mal, 
je ne sais. Je n'ai jamais vu que ces échoppes fussent tenues par 
des jeunes gens, ni même par des hommes de l'âge mûr; d'or- 
dinaire c'est un pauvre vieillard courbé par la longue tyrannie 
du travail, au teint hâve et jauni par la misère, à l'œil éteint, aux 
mains ridées et grises. 11 est toujours seul et n'a autour de lui ni 
jeune compagnon, ni femme, ni chien. Eh ! mon Dieu ! qu'en 
ferait-il donc? Puisque sa journée ne lui donne que tout juste les 
quelques Groscken nécessaires pour payer le Stadt-ZoU et pour 
faire son souper à la brasserie : deux chopes de bière, un morceau 
de pain, deux sous de fromage et une once de tabac . 

f Je me souviendrai toujours qu'à Strasbourg, un de mes plai- 
sirs d'enfant était d'aller passer des heures entières chez un de 
ces singuliers réparateurs de la chaussure populaire. Le pauvre 
homme m'aimait bien, parce que je parlais hoch-teutsch^ que j'avais 
de longs cheveux blonds et que je portais une veste où étince- 
laient des centaines de boutons. 

t Quand j'arrivais devant son échoppe et que, sous sa petite 
fenêtre, je l'appelais timidement : Meister Frantz! je voyais aussi- 
tôt sortir sa tête jaune et édentée, coiffée d'un bonnet de cuir vert 
d'une forme commune à tous les vieux savetiers, puis il me ten- 
dait ses deux bras tremblants et me hissait sur sa petite croisée, 
afin que je pusse voir chez lui et dans la rue tout à la fois. D'ha- 



Digitized by VjOOQIC 



— 93 — 

bitude il était taciturne et poursuivait en silence ses raccom- 
modages dégoûtants; mais quand il parlait, il se livrait à ce fol 
bavardage particulier aux vieilles gens, quand elles sont seules avec 
les enfants, mélange bizarre des puérilités naïves du premier âge 
et de la rude bonhomie des vieillards. Quelquefois il me racontait 
de ces singulières histoires pour lesquelles je ne trouve pas de 
mot dans notre langue et que, dans les veillées des grands-mères 
allemandes, on appelle Mœrchen. Ce ne sont ni nos contes popu- 
laires empreints de ridicules superstitions et de fausses terreurs, 
ni le génie des contes de Perrault, qui peuvent passer pour de 
véritables épopées auprès des drolatiques histoires dont je parle. 
Ma mère n'aimait pas maître Frantz, aussi me grondait-elle toutes 
les fois qu'elle m'avait aperçu sur sa fenêtre, et quoiqu'elle cher- 
chât à guérir ma manie, en effrayant mon imagination sur le 
compte du vieil artisan, j'y revenais toujours, aimant mieux aller 
respirer les irritantes odeurs de la fumée, de la poix et du vieux 
cuir chez mon pauvre Frantz que de suivre mes petits camarades 
dont les mamans avaient toujours quelques gourmandises à nous 
partager. > 

Franchement, ce tableau n'est-il pas à placer à côté de ceux 
d'Erckmann-Ghatrian et la description des mœurs populaires ne 
remonte-t-elle pas plus haut qu'on le dit d'ordinaire? 

Une seconde nouvelle, le Parapluie perduy nous montre l'au- 
teur essayant de mêler les minuties de Balzac à l'humeur de No- 
dier. Ici encore nous ne voulons retenir que l'introduction : 

c Dans notre civilisation, immense serpent qui se meut fièrement 
au soleil et qui de chacune de ses écailles d'or fait jaillir une traî- 
tresse merveille, connaissez-vous quelque chose de plus probe, de 
plus loyal et de plus débonnaire qu'un parapluie? L'homme a-t-il 
un meilleur et plus véritable ami? Il est tout à la fois un signe 
de conciliation, un symptôme d'ordre et de bonnes mœurs, un 
symbole de pau et de fraternité, un mythe touchant du bonheur 
domestique; il est Temblème auguste de la douceur et de la 
sagesse^ l'image du désintéressemenft et de la félicité, la représen- 



Digitized by VjOOQIC 



— 94 — 

tation enfin de Tidéalisme moral le plu6 perfectionné. Il est aussi 
Tennemi-né de toutes les mauvaises passions, du dérèglement, de 
rinconduite, de la dissipation, de la folie. Mais cette hostilité est 
toute morale, c'est-à-dire que le parapluie n'exerce aucun sévice 
de faits, ni de paroles, contre les types opposée à sa nature. Comme 
le sage il se contente de constater qu'il n'y a rien de commun 
entre eux et lui. . . » 

La tirade se prolonge au-delà de la limite fixée par le goût, 
mais Sainte-Beuve, l'homme au parapluie, y eût trouvé des élé- 
ments ingénieux. 

Gérard aborde maintenant le genre épistolaire. Sous le titre de 
Lettres à Martial^ il s'épanche dans le sein d'un ami, renoue la 
ch£dne des souvenues et laisse le champ libre à la folle du logis : 

c Voilà bientôt quatre ans, mon ami, qu'à la suite d'une enfance 
toute d'étude^ de calme et d'insouciance, nous nous sommes sépa- 
rés pour marcher chacun de notre côté, solitaires et abandonnés 
dans le sentier pierreux de notre avenir. Te rappelles-tu où nous 
nous sommes donné le baiser d'adieu et de joie? Vois-tu encore 
ces belles et riantes charmilles de Grafenstadt (apparemment 
Grafenstaden), ce joli village perdu dans les prairies et sous les 
arbres, et qui mire avec tant de grâces ses maisons blanches dans 
les eaux de TIU? Comme nous étions contents, n'est-ce pas, en 
déjeûnant sous la feuillée de mai, au milieu des douces senteurs 
du chèvre-feuille, parmi le chant des oiseaux, au murmure de 
l'eau qui s'ouvrait discrètement sous le mouvement délicat de 
quelques rames légères, qui passaient au-dessous de nous! Avec 
quel naïf orgueil nous commandions nos fantaisies à la grosse 
hôtesse, qui riait de si bon cœur de notre joie et qui nous prenait 
pour des échappés du collège, nous qui, dès quinze ans, avions 
été rivés à l'abrutissante servitude d'un comptoir ! Avec quel magna- 
nime mépris de nos dix francs, qui composaient toute notre bourse 
à nous deux, nous appelions l'une après l'autre toutes les séduc- 
tions du comfort de la table, le précieux vin du Rhin, si doré, si 
extatique, le café aux généreuses excitations, les fines liqueurs 



Digitized by VjOOQIC 



— 95 — 

vermeilles comme les roses et parfumées comme Tambre, les 
cigares de Brème, si odorants, si suaves à fumer et dont le déli- 
cieux narcotique monte au cerveau, chargé de douces rêveries ! 
La richesse peut-elle avoir les vives jouissances que nous avions 
éprouvées dans notre opulence de quelques heures, et à laquelle 
nous nous laissions aller si insoucieusement et de si bonne foi ? 
Et comment étions-nous donc si heureux, si gais, si confiants, alors 
que nous n'avions rien dans le présent et pas une pensée sur 
l'avenir? Pourquoi ne sentions-nous pas que nous étions pauvres, 
dépaysés au milieu des ignobles labeurs du mercantilisme, sevrés 
des fortifiantes consolations de l'étude, voués comme tous les 
hommes aux rudes souffrances de la destinée humaine, et de plus 
qu'eux privilégiés pour l'infortune à cause de nos natures avides, 
ardentes, insatiables?. . . » 

Le morceau continue sur ce ton d'enthousiasme et cette fois 
nous regrettons d'interrompre la citation, parce que cette ode en 
prose nous parait belle. 

Cependant Gérard n'a pas continuellement le regard fixé sur 
l'Alsace, il s'intéresse aussi à ce qui se passe autour de lui, et 
dans une Chronique, il donne son attention aux monuments de 
Toulouse : 

< C'est un malheur pour une ville riche, laborieuse, intelligente, 
d'être reléguée au milieu d'une plaine dépourvue de carrières et 
de se voir réduite à cuire la terre de ses champs pour bâtir, car 
jamais elle ne pourra se créer une imposante famille de monuments 
historiques, jamais elle n'aura à léguer à l'avenir de grandioses 
conceptions d'art, de majestueux symboles de foi et de puissance... 
Eh bien ! si la pierre manquait autour de l'antique capitale d'un 
royaume, pourquoi n'aurait-on pas couru aux montagnes pour 
l'arracher à leurs flancs, et en bâtir un temple qui se fôt posé 
comme le roi du monde catholique dans le midi? L'enthousiasme 
chrétien n'a-t-il donc pu produire chez nos ancêtres que Tachar- 
nement des guerres de religion ? Savez-vous que le gigantesque 
ensemble de la cathédrale de Strasbourg, qui étonne Tintelligence 



Digitized by VjOOQIC 



— 96 — 

et confond la force humaine, savez-vous qu'il a été tiré pierre 
par pierre d'une carrière qui était à dix lieues de là?^ Aussi la 
mémoire des générations qui ont laissé le Munster après elles, ne 
périra jamais, et ce monument sera le dernier à s'effacer de tous 
ceux que le raoyen-àge a produits; vos églises dormiront déjà 
depuis plusieurs siècles dans leur poussière, lorsque sa première 
pierre tombera. > 

Après cette chronique vient Lœtitiaj second acte d'un drame 
inédit. Le morceau est daté des Basses-Pyrénées, 25 septembre 
i837, et signé du pseudonyme de Jacques Didier. Pourquoi un 
pseudonyme? Son romantisme aurait-il fait peur à Gérard? C'est 
qu'il s'agit d'une châtelaine équivoque et mal famée de la rue 
Yivienne, que se disputent le baron de Servan et le jeune Wilhelm 
et qui veut comme Marion Delorme, 

Expier une vie impure et débauchée. 

Nous ne sommes pas au bout des transformations du talent de 
Gérard. En 1834, Lamennais avait composé les Paroles d'un 
croyaM et fait un pastiche de génie avec des réminiscences de la 
Bible et du langage ecclésiastique. Gérard compose un Carnaval 
parisien : 

€ BabylonelBabylonel qu'as-tu fait de ton Dieu? Et pourquoi te 
prostemes*tu devant les idoles impures que ta main sacrilège a 
tirées de la fange des carrefours, etc. > 

Ce dernier essai a sans doute paru dans une revue parisienne, 
de même que le travail sur YOrigine de l'esclavage, où Gérard 
fournit la preuve de cette assertion de son biographe, < qu'il touche 
aux études historiques sous les auspices d'Augustin Thierry. > 

Hais savez-vous qui Gérard prend à partie dans cette nouvelle 
production ? M. Granier de Gassagnac, auteur de Y Histoire des 
classes bourgeoises et ouvrières : € Je ne sais si on a dit avant 
vous que Fautorité paternelle était la source de l'esclavage. Gela 
pourrait être. Je crois très fort aux sophistes anciens et nou- 

^ Cinq lieues plutôt. 



Digitized by VjOOQIC 



— 97 — 

veaux. Cependant vous semblez si heureux de cette découverte 
qu'il y a quelque bonne grâce à vous laisser Thonneur de cette 
invention glorieuse. Je ne vous la conteste donc point, elle est à 
vous et pour commencer franchement, souffrez que je vous dise, 
au nom des pères, qu'il est impossible de faire une philosophie et 
une politique plus outrageantes que les vôtres », et Gérard s'at- 
tache à prouver que les migrations s'étendant des régions hyper- 
borées, vers les climats attrayants du midi, ont engendré la guerre 
pour conquérir et la servitude pour conserver, mais il va à ren- 
contre des idées actuelles, qui placent l'âge d'or devant et non der- 
rière nous. 

Un dernier essai de Gérard parut dans la Revue du XIX" siècle^ 
il a pour objet Machiavel. Machiavel a été étudié par bien des 
personnages depuis le cardinal Polus jusqu'à M. Nourrisson; 
néanmoins Tétude de Gérard ne nous parait pas mériter l'oubli, 
et le jugement de notre auteur concorde avec les résultats géné- 
ralement admis de la critique, c Machiavel avait à juger un siècle 
pervers et corrompu, une société barbare à son agonie. Il n'idéali- 
sera pas une constitution poétique faite pour des hommes impas- 
sibles, car le fer des épées et des armures étincelle autour de lui, 
le sang coule à flots, l'astuce et le parjure siègent dans les conseils, 
la guerre hurle de tous côtés, le crime et le mal rongent l'Italie. 
Sa mission est de parler dans le bruit des batailles et dans l'hor- 
reur silencieuse des embuscades et des fossés meurtriers. Alors 
ce génie impassible, profond, lucide, pousse hardiment le couteau 
de l'analyse au vif des chairs et taille sans émotion ce grand corps 
de la féodalité qui ne veut point mourir, et ne peut pourtant plus 
vivre, tant il a abusé de son énergie et de ses instincts barbares. 
Il ne bercera pas l'imagination des peuples dans les séduisantes 
conceptions d'un paradis républicain, car il a vu Sforze, le con- 
nétable de Bourbon, Charles-Quint, Gonzalve de Cordoue, Jules II 
Alexandre YI et César Borgia, pénibles réalités qui gouvernaient 
avec le poison, le glaive et la trahison. Il ne dira point les mer- 
veilles des sociétés écloses dans la tète des philosophes, mais il 

7 



Digitized by VjOOQIC 



— 98 — 

dira les rudes leçons semées dans la vie des peuples ; il racontera 
sans drame des drames pleins d'épouvante, il écrira Thistoire vue 
sans prestige, sans poésie. Quand il peindra un homme, il lui 
ôlera d'abord son auréole consacrée, pour être plus libre à le 
mesurer, plus calme à le regarder. Il fera, pour ainsi dire, l'algèbre 
politique des sociétés qui sont mortes et montrera son époque 
condamnée à de si monstrueux moyens de vie, à une si affreuse 
morale de gouvernement, qu'il ne lui restera pas même à crier : 
tuez-la! > 

Nous avons parcouru la série des œuvres de jeunesse de Gérard 
et le dernier mot de cette revue ne laisse pas même à un drama- 
turge à la mode le plein honneur d'un aphorisme qui a rempli 
les feuilles publiques. Gela nous permet de constater, encore mieux 
qu'en commençant, la variété d'aptitudes que possédait Gérard. 
Les pages éparses que nous avons feuilletées en courant laissent 
entrevoir l'avocat, qui saura plaider avec talent les causes les plus 
diverses, le critique d'art que son érudition ne préservera pas des 
jugements hasardés, l'historien moral qui se complaira dans la 
description des fêtes épulaires, enfin elles donnent le spectacle 
d'une jeunesse, spectacle facilement ^enchanteur, parce qu'il est 
fait de beauté, d'amour et de poésie. 



Digitized by VjOOQIC 



VI. 
LA 

CONFRÉRIE DES CHARRONS D'ALSACE 

PAR 

X. MOSSMANN 



Les archives de Colraar doivent à l'un de nos confrères, 
M. André Waltz, qui porte un intérêt si vif et si éclairé 5 tout 
ce qui concerne notre histoire, de s'être enrichies du protocole 
ou registre des séances de la confrérie des charrons d'Alsace ^ 

On sait l'importance qui s'attache à l'histoire des anciennes 
associations ouvrières. C'étaient de véritables puissances, avec 
lesquelles Tautorité publique était obligée de compter. Un de nos 
membres honoraires, M. l'abbé P.-A. Merklen a montré, dans un 
travail qui remonte à quelques années*, les embarras que, de 
1495 à 1513, la confrérie des garçons boulangers avait suscités 
à la ville de Golmar, et qui faillirent, un instant, s'étendre à 
l'Alsace entière. Plus anciennement, en 1399, nous savons que 
la plupart des états et des villes de l'Alsace et du Brisgau avaient 
dû s'allier entre eux, pour résister à une vaste coalition des 
ouvriers cordonniers. Les propres annales de Mulhouse nous 
apprennent qu'au dernier siècle encore, tous les passementiers 
d'Allemagne sont venus à la rescousse, pour empêcher, dans 
cette métropole de l'industrie moderne, l'introduction d'un métier 

^ Registre in-folio en papier de 15i ff. dont 125 remplis. 
' Les Boulangers de Golmar, dans mes Notes et Documents tirés des archives de 
Colmar (Golmar, J.-B. Jung, 1872), in-8o. 



Digitized by VjOOQIC ^^ 



— 100 — 

à tisser les rubans, qui menaçait la passementerie d'une irrésis- 
tible concurrence*. Ces faits montrent suffisamment ce qu'étaient 
les rapports des divers groupes du même métier entre eux. Quoi- 
que, dans le protocole des charrons de l'Alsace, rien ne rappelle 
ces hauts faits des corporations d'autrefois, il nous fait cependant 
bien comprendre ce qu'étaient, dans une ère de décrépitude, ces 
vastes organismes, qui centralisaient les forces et les intérêts des 
classes ouvrières, et dont l'action s'étendait par-dessus les com- 
munes auxquelles les travailleurs étaient agrégés. 

Les charrons établis à c Colmar, Sélestadt, villes et villages 
circonvoisins depuis Bàle jusqu'à Strasbourg et entre les deux 
ponts en Alsace >, formaient à l'instar des tuiliers, des ménétriers, 
des maçons, tailleurs de pierre et charpentiers, une confrérie régie 
par des statuts. Le but de l'institution était de maintenir le bon 
ordre et la police. D'après un arrêt du conseil souverain d'Alsace, 
du !•' septembre 4733, inséré an registre', son règlement lui 
avait été octroyé, le 48 février 1636, par l'empereur Ferdinand II, 
en pleine guerre de Trente-ans ; mais nous allons voir, d'après 
une des clauses qu'un arrêt postérieur de 1740 lui a évidemment 
empruntée, que ce prince n'avait fait que renouveler une charte 
ou des us et coutumes antérieurs. 

Quoique confirmés à nouveau, le 40 janvier 4680, par le con- 
seil souverain, un demi-siècle après ces statuts n'étaient plus 
guère respectés. Il y avait constamment des membres qui les 
enfreignaient ou qui essayaient de s'y soustraire. Tel était entre 
autres Thomas Braun, de Masevaux, qui exerçait le métier sans 
avoir fait de chef-d'œuvre, et que la confrérie avait actionné devant 
les juges de son domicile. Condamné en première instance, Braun 
avait, le 34 janvier 4734, interjeté appel devant le conseil souve- 
rain qui, jugeant par défaut, le 42 juillet 4733, renvoya la 
confrérie à se pourvoir préalablement devant lui pour obtenir 
derechef le renouvellement de sa charte. 

^ llATHiAS Graf, Geschichte der Stadt Mulhausen, tom. lil, pp. % 3 et sq. 
* ffo 15 et sq. 



Digitized by VjOOQIC 



— 101 — 

Les charrons ne pouvaient s'engager dans une instance pareille, 
sans prévoir les frais qu'elle occasionnerait : pour se procurer 
des fonds, ils présentèrent requête au conseil, afin d'être t auto- 
risés à faire une répartition > sur tous les maîtres de la haute et 
basse Alsace, ce qui leur fut accordé par un arrêt du 4*' septembre 
de la même année. 

L'affaire alla plus loin qu'on avait pensé. Au lieu d'une confir- 
mation du conseil souverain, il y eut arrêt du conseil d'état, du 
48 août 4739, suivi de lettres-patentes du roi, du 8 janvier 4740, 
enregistrées au conseil souverain, le 8 février, qui, renouvelant 
les statuts, en fit ressortir le plein effet et rendit à la confrérie 
l'existence légale qu'elle avait perdue*. 

Cette nouvelle édition du règlement le réduit à onze articles, 
que voici par extraits : 

I. Suivant l'ancien usage, les maîtres feront tous les ans choix 
d'un prévôt, dont les fonctions consistent à convoquer, vers la 
Saint-Gall (16 octobre), une assemblée générale alternativement 
à Colmar, à Sélestadt ou à Ensisheim. Cette assemblée sera pré- 
sidée par un magistrat de la ville où elle se réunit, et tous les 
maîtres et compagnons devront s'y rendre à leurs frais. Cependant 
en cas d'empêchement, ils seront en droit de députer un ou deux 
des leurs de chaque endroit. Le premier jour de leur réunion et 
avant toute affaire, tous les membres assisteront à un office divin, 
le tout sous peine de 4 livres d'amende. 

IL Pour connaître des contraventions aux statuts, au bon 
ordre et à la police à maintenir dans leur métier, les maîtres et 
compagnons présents choisiront douze des leurs, d'une conduite 
et d'une réputation irréprochables, qu'ils établiront leurs juges, et 
des sentences desquels on ne pourra appeler que devant le conseil 
souverain d'Alsace. 

IIL Chaque maître ou compagnon prendra un nom particulier 

^ Lettres patentes sur arrêt, portant confirmation des statuts des maîtres cbarrons 
de Colmar et autres villes et villages en Alsace. In-folio. 



Digitized by VjOOQIC 



— 102 — 

du métier, qu'il achètera de la confrérie; le maître paiera 1*/^ flo- 
rin, le compagnon pas plus qu'il ne gagne par semaine, et il 
régalera en outre l'assemblée de quatre pots de vin. 

IV. La confrérie pourra interdire à ses membres de travailler 
du métier : si c'est un maître, aucun compagnon ne travaillera 
plus pour lui ; si un compagnon, aucun maître ne pourra l'em* 
ployer, à moins que le confrère ainsi exclu ne paie un florin au 
prévôt et ne promette de comparoir à la première assemblée. 

V. Tous ceux du métier pourront vendre leur ouvrage aux 
foires, mais non aux marchés hebdomadaires ; en cas d'infraction, 
leur marchandise sera saisie, avec l'autorisation préalable du juge 
du lieu. 

VI. Sous peine de 4 livres d'amende, nul ne pourra acheter 
l'ouvrage d'un autre maître, à moins d'être soi-même pressé de 
travail et de ne pouvoir servir tous ses chalands en même temps 

VIL Les maîtres ne devront avoir qu'un apprenti à la fois, 
sous peine d'une amende de 10 livres; l'apprentissage durait 
deux ans, passé lesquels l'apprenti, devenu compagnon, devait 
voyager deux autres années, toujours sous peine de 40 livres 
d'amende. 

VIII. Pour chaque apprenti qu'ils engagent, les maîtres paieront 
un florin à la confrérie. 

IX. Pour être reçu maître, il faut faire un chef-d'œuvre, consis- 
tant en « un chariot entier, une charrue et ce qui en dépend >, 
lequel est vérifié par quatre experts ; s'il est accepté, le nouveau 
maître paiera 4 florins pour sa promotion ; si non, il reste com- 
pagnon et recommence à voyager pendant six mois, au bout des- 
quels il pourra de nouveau tenter l'épreuve. 

X. Chaque année, les maîtres paieront une cotisation de 1 livre 
tournois. 

Enfin XL il est prescrit de tenir un registre dans lequel sera 
porté tout ce que statueront les assemblées annuelles. 

C'est de la prescription de lart. III, qui rend obligatoire, pour 
tous les membres, l'adoption d'un nom de guerre tiré du métier, 



Digitized by VjOOQIC 



— 103 — 

que Ton peut déduire rantériorité de celte clause à la charte de 
Ferdinand IL L'usage remonte évidemment au temps où, à défaut 
de registres paroissiaux des naissances, des mariages et des décès, 
les noms patronymiques ne se transmettaient pas encore de droit 
aux enfants, et où Tabandon de la profession paternelle, un chan- 
gement de résidence, un sobriquet suffisaient pour les mettre en 
oubli. L'emploi des registres de l'état civil ayant été introduit 
dans les paroisses dans le courant du XVP siècle, le maintien d'un 
nom professionnel pour les charrons, en 1740, n'était plus qu'un 
hommage à la tradition, en même temps qu'une mesure fiscale 
pour améliorer les ressources de la confrérie. La corporation 
des charrons n'était pas la seule soumise à cette loi singulière : 
à en juger par le contrat au moyen duquel la confrérie des maré- 
chaux-ferrants emprunta, en 1515, une somme de quarante flo- 
rins, pour l'achèvement, à Golmar, de la chapelle de Saint-Eloi, 
et où les contractants portent les noms significatifs de StadelysenUy 
de Struszyseny d'Iltelysen, de Machysen^ de Bulzysenfiy de Som- 
meryseny de RUterysenn\ on peut admettre que là également le 
métier avait fourni leurs noms à ceux qui l'exerçaient. 

Pour compléter son organisation, la confrérie se subdivisait en 
inspections, Schau; c'est ce que, dans ses arrêts, le conseil sou- 
verain appelait les boites. Elles furent d'abord au nombre de huit, 
ayant pour centres Golmar, Molsheim, Sélestadt, Thann, Landser, 
Ensisheim, Altkirch et Ferrette, et chacune avait à sa tête un 
préposé, Gebotmeister^ qui était auprès des charrons du ressort 
l'intermédiaire du prévôt et l'encaisseur des cotisations. Lui-même 
était assisté des experts ou inspecteurs, Schaumeistery chargés 
de la vérification et de la réception des chefs-d'œuvre. L'inspection 
avait ses réunions particulières, voire sa juridiction propre, ainsi 
que la suite nous en fournira la preuve. Outre le rôle qu'on la 
voit jouer dans les textes que nous avons sous les yeux, il est 
probable qu'dle prenait part à l'enterrement de ses membres et 
qu'elle fonctionnait comme association de prières et de secours 

' Archives de (Golmar, E. 3 de l'ancien inventaire. 



Digitized by VjOOQIC 



— «04 — 

mutuels* On sait en effet Timportance que les corps de métier du 
moyen-âge attachaient à l'accomplissement de ce double devoir. 
Ces habitudes n'ont pas disparu de nos jours, et Ton peut har- 
diment admettre qu'au dernier siècle, nonobstant le silence des 
statuts, nos charrons ne les avaient nullement répudiées. 

Pour comprendre le fonctionnement de ces divers organes, on 
ne peut se dispenser de parcourir les procès-verbaux des séances, 
qui se sont succédé d'une manière plus ou moins régulière jus- 
qu'en 1791. 

Dès que la confrérie fut pourvue d'une nouvelle existence légale, 
elle se hâta de réunir ses délégués à Colmar, le ^2 mai 1740, 
pour leur donner connaissance de la confirmation des statuts et 
les remettre en vigueur. Un décret du magistral avait désigné, 
comme commissaire, aux termes de l'art. P% George Scharlapaur, 
le doyen des stettmestres, qui présida la réunion, en même temps 
que le prévôt exerçait l'action publique. Tout d'abord, considérant 
que c pour l'institution et le maintien d'un sage gouvernement, 
il ne faut pas seulement des lois fondamentales, mais encore que 
les corps constitutifs de l'Etat doivent être pourvus de règlements 
particuliers, qui aient l'appui de l'autorité suprême et qui soient 
obéis des ressortissants >, la délégation ordonna l'envoi des nou- 
veaux statuts, en français et en allemand, à chacune des huit 
inspections, et désigna le 12 septembre suivant pour tenir à 
Colmar une assemblée plénière. 

Après cela, elle voulut faire acte de juridiction et ouït quelques 
causes, tant à la requête des particuliers qu'à celle du prévôt. La 
première était une affaire d'injures : un charron avait traité un 
de ses confrères de fetzel et de cret ttwh (sic): il est condamné à 
2 livres d'amende. Vient ensuite l'affaire de Thomas Braun, dont 
la rébellion à l'égard du pouvoir judiciaire de la confrérie l'avait 
entraîné à toutes ces démarches : pour n'avoir pas produit le 
chef-d'œuvre, il est condamné à 10 livres, de plus à 96 livres, en 
déduction des frais qu'il avait occasionnés à la corporation. 
Le lendemain, nouvelle séance des délégués. Sur les représen- 



Digitized by VjOOQIC 



— 105 — 

talions du prévôt, il fut décidé que dorénavant l'admission et le 
congé des apprentis seraient déférés, non plus à l'assemblée plé- 
nière, mais à trois maîtres établis dans le ressort où il ferait son 
apprentissage, sauf à eux à rendre compte à la première réunion. 
Le prévôt dénonça ensuite un abus qui s'était introduit, et qui 
consistait à substituer au chef-d'œuvre sa valeur en argent; le 
remède indiqué fut Tapplicaton stricte du nouveau r^lement. 

Pour la réunion générale du IS septembre, le prévôt lança des 
citations, datées du 20 juin, au nom du préposé de chaque inspec- 
tion. Mais cette convocation fit surgir un incident; les charrons 
des trois bailliages de Ferrette, d'Âltkirch et de Landser, prétex- 
tant que les statuts ne mentionnaient pas nominativement leurs 
circonscriptions, soutinrent qu'ils ne leur étaient pas applicables. 
11 fallut derechef présenter requête au conseil souverain qui, par 
arrêt du 20 août, enjoignit aux récalcitrants de se soumettre. 

Cet incident vidé, les charrons arrivèrent au jour dit à Golmar, 
où ils occupèrent l'hôtellerie des Deux-clefs. De là ils se rendirent, 
bannière déployée et musique en tète, à l'église des Dominicains, 
où ils assistèrent à Foffîce prescrit par les statuts. Us n'avaient 
qu^un pas à faire pour aller au Sureau ou poêle des maréchaux, 
qui était contigu au couvent et où ils tinrent leur séance. 

Tout d'abord on renouvela pour un an les pouvoirs du prévôt 
sortant, François-Joseph Schamberger, de Golmar, et l'on fixa au 
11 septembre 1741, soit au premier lundi après la Nativité, la 
prochaine assemblée plénière, qui devait encore une fois se tenir 
à Golmar. Puis on fit choix de douze assesseurs pour constituer 
le tribunal. Avant d'entrer en fonctions, ils prêtaient serment sur 
le bâton de justice^ qui, là comme ailleurs, servait d'insigne au 
prévôt, ainsi que cela résulte notamment du procès-verbal de la 
séance du 15 septembre 1755. Après cela il ne s'agissait plus 
que de trouver le porte-bannière; trois candidats s'en disputaient 
l'honneur : l'un était Laurent Gall, deRosheim, surnommé Trotz 
den meister ; l'autre Jacques Ackermann, de Rockingen en Brisgau» 

^ Durch angekhung an den stab. 



Digitized by VjOOQIC 



— 106 — 

alias Spann das rad; le troisième Xavier Eberlin, d'Einsiedeln, 
qui avait pour nom de guerre Silberrad. On les fit tirer au sort. 
Nous verrons plus loin ce que cela voulait dire : ce fut Jacque$ 
Âckermann qui l'emporta. 

Le soin que Ton met ici à reproduire ces sobriquets montre 
que la confrérie tenait à ne pas les laisser tomber en désuétude, 
et parmi les causes qui furent entendues le lendemain, plusieurs 
concernent précisément des charrons qui n'avaient pas encore de 
nom et qui, par sentence, reçurent tantôt celui de Silberrady 
tantôt celui de Spann das Rad et, à la suite du procès-verbal de 
la séance, se trouve une liste de compagnons qui achètent égale- 
ment leur nom de la confrérie. Le prix varie de 1 livre à 1 Uvre 
16 sous, et outre les sobriquets déjà cités, qui se répètent, on 
trouve encore dans cette nomenclature ceux de Spring ins feld 
et de Schenk das beyl, que leur forme impérative classe avec 
celui de Spann das rad. 

Après cela seulement, le tribunal s'occupa d'affaires sérieuses. 

C'est un charron de Bebelnheim qui s'était permis d'aller faire 
des réparations à Riquewihr et qui est condamné à 4 livres d'a- 
mende. 

C'est un autre charron de Dessenheim, qui parcourait les envi- 
rons pour placer sa marchandise, et que le tribunal renvoie, avec 
son dénonciateur, devant le chef de l'inspection. 

Puis viennent des questions relatives au contrat d'apprentissage. 
Un maître du ressort de Thann s'était chargé d'enseigner son 
métier à un jeune homme qui, sur le prix convenu de 20 livres, 
lui avait payé d abord un à-compte de 12 livres. Ne voulant pas 
lui accorder de délai pour s'acquitter du reste, son patron lui 
avait signifié son congé, en retenant la moitié des 12 livres qu'il 
avait reçues ; mais à la requête du préposé, il fut condamné à 
restituer le tout. 

Nonobstant l'arrêt obtenu contre eux, les charrons des trois 
sections de Ferrette, d'Altkirch et de Landser n'avaient pas com- 
paru. Ils furent condamnés chacun à 4 livres d'amende, et la 



Digitized by VjOOQIC 



— 107 — 

confrérie se pourvut de nouveau contre eux devant le conseil sou- 
verain qui, le 28 septembre 1740, rendit la sentence exécutoire. 
Il n'y avait plus qu'à soumettre les récalcitrants à la loi commune ; 
mais cela ne se fit pas sans de nouveaux tiraillements, dont on 
trouve la trace dans les procës*verbaux de la session de 1741. 

 la faveur des contestations qui avaient si longtemps tenu en 
suspens l'action de la confrérie, les abus s'étaient glissés partout. 
Plusieurs maîtres exerçaient induement leur métier. D'autres refu- 
saient d'acquitter la contribution extraordinaire de 8 livres 10 sous 
votée en suite de l'arrêt du 1*' septembre 1738. Depuis quelque 
temps, le caissier de l'inspection de Ferrette ne rendait plus ses 
comptes. Pour remédier à ce relâchement, le prévôt, dont les 
fonctions étaient ambulatoires à Toccasion, avait réuni les char- 
rons du ressort, le 22 juin, à Thann, le 29 du même mois, à 
Landser. A Thann, il y avait déjà eu quelque velléité de résistan- 
ces; à Landser, un maître de Habsheim manqua de respect au 
prévôt et aux officiers du dehors qui l'avaient accompagné. Le 
charron de Thann, qui avait entrepris sur l'autorité du prévôt, 
fut frappé d'une amende de 2 livres ; celui de Habsheim, dénoncé 
à la fois par le prévôt et par les chefs des districts d'Àltkirch et 
de Golmar, fut condamné, nonobstant l'ivresse qu'il alléguait 
pour sa justification, à faire ses excuses à ceux qu'il avait offensés 
et à payer une triple amende de 4 livres. 

Quoique moins grave que les injures envers les dignitaires, les 
absences étaient un autre manquement qu'on ne pouvait non plus 
tolérer. Sur la plainte du prévôt, neuf maîtres de l'inspection de 
Sélestadt, deux de celle d*Ensisheim, cinq de celle de Landser, 
un de celle de Ferrette, furent condamnés pour ce fait chacun à 
une amende de pareille somme de 4 livres. Cette sévérité, conforme 
aux statuts, n'était pas outrée, si l'on voulait faire prendre au 
sérieux une institution qui, depuis longtemps, semblait ne plus 
exister. Même les officiers n'avaient plus l'air de croire à la 
nécessité de son existence, et l'on avait vu un ancien préposé, 
comptable du district de Sélestadt, refuser de rendre compte de 



Digitized by VjOOQIC 



— 108 — 

sa gestion, et aller jusqu'à traiter ces vieux usages de farce de 
carnavalMl était nécessaire de réagir contre des opinions pareil- 
les; mais pour rendre quelque apparence de vie à cette antique 
organisation, ce qui valut sans doute mieux que les amendes, ce 
fut une augmentation de Tindemnilé allouée aux officiers pour 
leurs fras de déplacement : en considération de la cherté, elle 
fut portée de 2 à 3 livres pour les chefs d'inspections ; quant au 
prévôt, il touchait 4 livres, de même que le greffier de la con- 
frérie, qui, de plus, était défrayé aux repas de corps auxquels 
il assistait. 

Enfin, pour terminer la session, qui dura deux jours, du 12 au 
18 septembre, les préposés reçurent ordre de s'enquérir des 
maîtres qui s'étaient établis dans leur ressort, sans avoir voyagé 
comme compagnons pendant le délai voulu, ou sans avoir fait 
leur chef-d'œuvre ; de plus, défense fut faite aux patrons, sous 
peine de 4 livres d'amende, d'accepter de nouveaux clients, avant 
de s'être assurés qu'ils étaient quittes envers leurs précédents 
fournisseurs. 

En 1742, la confrérie tint ses assises, le 10 septembre, à Séle- 
stadt, où, avec l'autorisation du commandant de place, les char- 
rons firent une entrée solennelle. Le cortège passa devant l'hôtel- 
de- ville et devant le commandement, où, pour faire honneur aux 
autorités, on fit ondoyer la bannière. On se rendit droit à l'hôtel- 
lerie de la Cigogne, de là à l'église paroissiale, où l'on assista à 
un office des morts et à une grand'messe. Puis la confrérie alla 
siéger au poêle des maréchaux, où elle procéda à la constitution 
du tribunal. 

A cette fin, on renouvela et prorogea pour un an les pouvoirs 
du prévôt et des huit chefs d'inspection, et on leur adjoignit quatre 
assesseurs par voie d'élection. 

L'expédition des affaires commença le lendemain, U septembre, 
et prit deux jours. Tout d'abord on porta plainte contre ceux des 
confrères qui n'étaient pas venus, quoique dûment convoqués. Il 

^ SarrenpiMen. 



Digitized by VjOOQIC 



— 409 — 

y avait treize absents, qui furent condamnés chacun à 4 livres 
d'amende, non compris leur écot, montant à 1 livre 14 sols, dont 
l'hôtelier ne voulut pas les tenir quittes. * 

Puis on jugea quelques petites causes d'injures. Ainsi qu'il avait 
éié décidé dans la session précédente, on se montra surtout sévère 
pour l'infraction aux statuts. Les charrons qui exerçaient leur 
métier sans être en règle, qui n'avaient pas acquis de noms, qui 
étaient en retard pour le chef-d'œuvre, furent dénoncés et punis. 
 la requête du prévôt, le tribunal prit également à partie un 
confrère de Thann, qui avait manqué à ses engagements en con- 
gédiant un apprenti au bout de trois mois, et confirma la sentence 
de son inspection qui l'avait précédemment condamné à 14 livres 
d'amende. Du reste, la confrérie poursuivait encore un autre but 
que l'application des nouveaux statuts. Elle cherchait à revenir 
à des dispositions que les lettres-patentes de 1740 avaient passées 
sous silence, mais qu'elle retrouvait dans le diplôme de Tempe* 
reur Ferdinand IL Sur les plaintes qui lui furent faites, et à la 
requête du prévôt, l'assemblée promulgua de nouveau Tarticle qui 
frappait d'une amende d'un florin tout charron qui, dans le but 
d'enlever des clients à un confrère, aurait travaillé au rabais, 
estimant que c'était une manœuvre contraire à l'équité et à l'an-» 
cien usage et qu'elle menait droit à la ruine du métier. 

En 1743, la guerre était déchsdnée. L'armée française, obligée 
de se replier derrière le Rhin, semblait livrer la frontière aux 
Impériaux qui la menacent. Les charrons convoqués d'abord pour 
la nativité de la Vierge, ne parviennent à se réunir que le 21 dé- 
cembre, à Golmar. Vu les circonstances, l'assemblée ne comprend 
que les seuls chefs d'inspection et leurs assesseurs. 

Le tribunal étant constitué comme à l'ordinaire, son premier soin 
fut de condamner à une amende de 4 livres chacun des préposés 
de Thann et d'Âllkirch, qui ne s'étaient pas présentés. Puis on 
procéda au remplacement du prévôt Schamberger, qui était en 
exercice depuis cinq ans et qui, l'année précédente déjà, avait 
demandé à être relevé de ses fonctions. Le stettmestre Scharlapaur, 



Digitized by VjOOQIC 



— 110 — 

commissaire délégué, recueillit les suffrages, et Nicolas Rittimann, 
de Tûrkheim, fut nommé par huit voix sur treize votants. Avant 
de se retirer, l'officier sortant fit apurer ses comptes. Les finances 
de la confrérie n'étaient pas florissantes; les rentrées se faisaient 
difficilement et les créanciers se lassaient d'attendre, particulière- 
ment l'avocat Simottel, qui avait représenté l'association dans les 
nombreuses instances qu'elle avait eu à soutenir devant le conseil 
souverain. L'assemblée recommanda en conséquence aux chefs 
d'inspection de faire plus de diligence pour verser les cotisations 
de leur ressorts respectifs, et en même temps, par mesure d'éco- 
nomie, elle invita le nouveau prévôt à réunir moins souvent la 
confrérie et à s'entendre, dans l'intervalle, avec le commissaire 
délégué pour l'expédition des affaires courantes. 

Se fiant aux pouvoirs qu'elle venait de lui conférer, le nouveau 
prévôt ne réunit plus le corps de métier avant le 21 février 1745. 
Mais le zèle auquel on ne fait pas de fréquents appels, se refroidit 
d'autant plus, et il ne vint que trois chefs de district à Colmar, où 
Ton devait se réunir. N'étant pas en nombre pour constituer le 
tribunal, les membres présents s'ajournèrent au 20 mars, date 
pour laquelle le prévôt lança, séance tenante, de véritables som- 
mations à comparoir. 

Malgré cela, au jour dit, il y eut encore des absents, même 
parmi les chefs d'inspection. Le prévôt Rûttimann en avait déjà 
assez de ses honneurs, et il fut remplacé par François Stœcklin, 
de Guémar. Cependant le rôle était peu chargé, et des causes que 
le tribunal eut à entendre, on peut conclure tout au plus que ces 
vieux rouages n'avaient pas encore repris l'aisance de leurs mou- 
vements. La rentrée des fonds surtout donnait lieu à d'incessantes 
difficultés; ou bien pour les recouvrer, il fallait procéder par voie 
de saisie mobilière, ou bien les comptables, qui en étaient chargés, 
ne recueillaient que des injures. 

La même année, la confrérie se réunit en assemblée générale, 
le 5 octobre, à Ensisheim. Ce fut à l'ancien hôtel delà régence 
qu'elle tint sa première séance, et le préteur royal Jean-Baptiste 



Digitized by VjOOQIC 



— 111 — 

Âbbé en accepta la présidence. En constituant le tribunal, on 
trouva que personne n'était venu de l'inspection de Thann. On 
estima l'office de préposé vacant, et le prévôt fut chargé de se 
rendre sur les lieux, pour pourvoir au remplacement de l'absent 
et lui faire rendre ses comptes. 

Le jour suivant, le tribunal transféra son siège à l'hôtellerie de 
TÂgiieau. La première affaire qui lui fut soumise, concernait les 
quatre charrons d'IUzach, qui bien que travaillant pour le dehors, 
comme ressortissant à un état indépendant, tendaient à se sous- 
traire aux obligations du corps de métier. Sur les conclu- 
sions du prévôt, Jean-George Romann, Jacques Ziegler, Antoine 
Zûrcher et Nicolas Scherrer — c'étaient leurs noms — furent con- 
damnés tous les quatre à payer 4 livres d'amende, leur écot 
liquidé à 2 livres et le montant des cotisations arriérées; en même 
temps on fil écrire au magistrat de Mulhouse, pour le prier de 
tenir la main à la stricte observation des statuts parmi ses ressor- 
tissants. Avant de répondre, Mulhouse prit, sur ce point, l'avis de 
ses charrons, comme il avait déjà fait précédemment, en 1724 et 
en 1729, à l'occasion de démarches semblables, et les maîtres, 
qui trouvaient l'affiliation trop onéreuse, se prononcèrent contre 
le maintien de leurs relations avec la confrérie ^ 

Parmi les autres causes qui furent entendues, nous citerons la 
plainte du chef de l'inspection d'Ensisheim contre un confrère de 
Battenheim, comme venant offrir ses services au chef-lieu du dis- 
trict, et vantant ses charrues comme exigeant une bête de moins 
que celle de ses concurrents. L'accusé nia le fait et demanda une 
enquête, qui lui fut accordée. 

Puis viennent des charrons en grand nombre, établis irréguliè- 
rement, sans avoir passé par toutes les épreuves de rigueur. Ceux 
qui n'avaient ni voyagé comme compagnons, ni produit leur chef- 
d'œuvre, sont condamnés à une double amende, total 14 livres; 
ceux qui étaient simplement en retard pour le chef-d'œuvre, ne 
paient que 4 livres, et les uns et les autres sont prévenus de se 

' B^germisterlmch de Mulhouse (Extraits fournis par M. Aug. Stœber). 



Google 



Digitized by VjOOQ 



— 112 — 

mettre en règle dans un délai de trois mois, sous peine d'être 
déchus du droit d'exercer le métier. 

En 1746, il n'y eut pas d'assemblée générale; le prévôt appela 
à Golmar, pour le 2 mai, le chef de l'inspection de Thann, qui ne 
vint point. Il consigna le fait au registre, et passa outre à la con- 
vocation du tribunal, qui se réunit le 20 juin ; mais pour une cause 
ou une autre, il ne le saisit point de l'acte de désobéissance de son 
subordonné. 

L'année suivante, le prévôt en exercice meurt; le 27 novembre, 
la confrérie nomme à sa place Mathias Rohmer, de Sélestadt, qui 
ne garde ses fonctions que jusqu'au 15 décembre 1748. En con- 
sidération des intérêts engagés devant le conseil souverain, on le 
remplace par Jean-Michel Holzwarth, de Golmar. 

C'est rarement un bon symptôme, quand il faut mêler la justice 
à ses affaires. En dépit des amendes, des répartitions et des coti- 
sations, les finances de la confrérie étaient fort embarrassées. II y 
avait notamment une dette exigible de 1700 livres et pas de fonds 
pour l'acquitter. Ne voulant pas en faire leur affaire, ceux des 
confrères qui s'étaient personnellement engagés, obtinrent un arrêt, 
du 12 juillet 1749, qui la mettait à la charge de tout le métier. 
Plus tard, il est encore question d'une autre dette de 650 livres 
19 sols 5 deniers, qu'il fallut également répartir, à raison de 2 
livres 2 sous par tête, entre les 332 maîtres-charrons dont l'asso- 
ciation se composait. 

Cette situation n'était pas faite pour resserrer des liens dont, 
au sein même de la confrérie, on contestait l'utilité. Les 
chefs qu'elle se donnait, ne répondaient pas à son attente, négli- 
geaient leurs fonctions ou s'en démettaient. Le 15 novembre 1751, 
on dut procéder, à Colmar, à l'élection d'un nouveau prévôt, dont 
l'office semble être tombé en déshérence. Le choix s'arrêta sur 
François-Joseph Schamberger, qui l'avait déjà occupée; mais, 
chose singulière! une partie des maîtres qui avaient pris part à 
l'élection, et l'élu même refusèrent de signer le procès-verbal. 
Dans des dispositions pareilles, il n'y a rien d'étonnant si, pendant 



Digitized by VjOOQIC 



— H3 — 

trois ans, il n'y eut «plus ni assemblée générale, ni session du tri- 
bunal. Cependant, le 4 février 1754, les délégués de sept iHspec- 
tions finirent par se réunir de nouveau à Golmar. La prévôté 
était encore une fois vacante, et on y pourvut en renommant 
Mathias Rohmer, de Sélestadt. Parmi les manquements qui furent 
dénoncés au tribunal, le plus grave était celui des inspecteurs du 
district de Molsheim, qui avaient procédé à la réception de chefs- 
d'œuvre hors de leur ressort. La contravention était passible d'une 
amende de 4 florins; mais comme il y avait contestation, on remit 
l'affaire jusqu'à plus ample informé. 

On releva un autre grief contre le charron de l'abbaye d'Ebers- 
mûnster : il avait formé un apprenti, qui avait ensuite travaillé 
pour des particuliers d'Ebersheim. L'abus était constant et, pour 
y remédier, le tribunal décida de présenter requête au conseil 
souverain. 

Une nouvelle assemblée plénière se réunit, le 4 juin 4754, à 
Sélestadt. Après avoir assisté à l'office divin chez les pères fran- 
ciscains, la confiserie se rendit triomphalement au poêle des maré- 
chaux, où elle trouva le bourgmestre Jean-George Andlauer, 
délégué pour diriger ses séances. On se trouva fort empêché pour 
constituer le tribunal^ personne ne se présentant pour les inspec- 
tions de Thann, d'Altkirch et de Ferrette. D'un autre côté, un 
charron de Dambach récusa l'assesseur du ressort de Sélestadt, 
qui fut remplacé séance tenante. Le lendemain, tous deux figurè- 
rent, l'un comme plaignant, l'autre comme accusé, dans une cause 
de voies de fait. En revenant un dimanche de vérifier un chef- 
d'œuvre dans la vallée de Ville, le chef de la section avait porté 
des coups à son confrère, qui en demanda réparation. Mais il 
fut établi que ce dernier avait été le provocateur, et le tribunal 
mit l'un et l'autre à l'amende de 2 livres. En même temps il fit 
défense de procéder dorénavant à la réception des chefs-d'œuvre, 
les dimanches ou jours fériés. 

Dans l'inspection deLandser, dont les ressortissants avaient eu 
une réunion particulière, le 5 mai précédent, il s'était produit un 

8 



Digitized by VjOOQIC 



— 414 — 

autre scandale. Un maître-charron de HaBsingen s'était permis 
d'apostropher le préposé, que ses confrères s'empressèrent de 
révoquer et de remplacer par celui-là même qui l'avait injurié. De 
là plainte au tribunal qui, en l'absence de l'accusé, le condamne 
par défaut à faire réparation au plaignant, à lui rendre son office 
et à payer une amende de 4 livres. 

Un autre charron de Scherwiller fut dénoncé pour s'être vanté 
d'avoir aidé l'un de ses confrères à terminer son chef-d'œuvre. 
L'imputation était grave; mais l'accusé non plus n'était présent, 
et l'affaire fut renvoyée à une autre session. 

Puis revint la cause des patrons de l'inspection de Molsheim, 
qui s'étaient immiscés dans la réception de chefs-d'œuvre hors de 
leur circonscription. Ils furent condamnés chacun à 4 livres d'a- 
mende et à des dommages-intérêts envers les maîtres qu'ils avaient 
frustrés de leur droit de vérification. 

Dans une réunion restreinte, qui se tint à Colmar, le 9 juin 
1755, à la demande des chefs de district, on autorisa les délégués 
qui se déplaçaient, à imputer leurs frais sur les fonds particuliers 
de leurs inspections respectives. 

 l'assemblée plénière du 15 septembre, la différence des cultes 
fit surgir un incident. L'inspection de Colmar avait procédé récem- 
ment à l'élection des quatre vérificateurs, et il se trouva que le choix 
des votants était tombé exclusivement sur des catholiques. Les 
charrons protestants en firent leurs représentations, et, c dans un 
esprit de paix et de concorde », l'un des élus, Philippe Geiger, de 
Turkheim, eut la sagesse de se démettre de son mandat, qui fut 
transmis à un charron de Munster. 

Depuis le renouvellement des statuts, la confrérie avait repris 
une apparence de vitalité, sur laquelle on pourrait se méprendre. 
Mais il ne faut pas s'exagérer la valeur de ces symptômes, dont 
l'inanité ressort déjà suffisamment des arrêts confirmatifs que les 
charrons obtinrent, le 24 avril 1743 et le 5 juillet 1754^ du conseil 
souverain. Une nouvelle requête, visée dans un arrêt postérieur 

^ la-folio en français el en allemand, de Pimprimerie i -H. Decker. 



Digitized by VjOOQIC 



— 115 — 

du 29 décembre 1755*, est plus explicite encore. D'après ce docu- 
ment, les statuts, quoique confirmés par arrêt du conseil d'état et 
enregistrés, n'étaient néanmoins rien moins qu'exécutés, « soit 
parce que différents juges de la province, au lieu d'y tenir la 
main, en empêchaient même l'exécution, que plusieurs seigneurs 
s'avisaient de s'y opposer, que les boîtes particulières, par une 
affectation marquée, choisissaient pour leurs préposés des gens 
insolvables et des dissipateurs, soit parce que les huissiers et ser- 
gents refusaient de mettre à exécution les jugements rendus par 
le tribunal, ce qui occasionnait un désordre affreux dans la con- 
frérie et donnait lieu à la plupart des maîtres charrons d'éluder 
impunément la teneur des statuts. > Pour remédier à cette situa- 
tion le conseil souverain ordonna que t les statuts fussent exécutés 
suivant leur forme et teneur, et enjoignit aux magistrats et juges 
des lieux de tenir la main à leur exécution >;il établit c en outre 
que les maîtres des boites particulières ne choisiront dorénavant 
pour leurs préposés que des gens capables et solvables, et que 
chaque boite particulière députera annuellement, aux lieu et jour 
fixés, au moins un d'entre leurs maîtres les plus solvables, pour 
apporter et remettre à la boite générale les vingt sols que chaque 
maître lui doit payer annuellement >, c sinon et faute de ce faire, 
il sera permis au prévôt de faire contraindre trois des principaux 
d'entre eux au payement de ladite rétribution. > 

Le 8 mars 1756, le tribunal se réunit à Golmar, pour pourvoir 
à l'exécution de ce nouvel arrêt. Grâce aux pouvoirs plus étendus 
qu'il conférait à la confrérie, on parvint enfin à faire rentrer les 

extauces, montant pour Thann à 204 livres; 

pour Altkirch à 87 > 

pour Ferrette à 90 > 

pour Ensisheim à 33 > 

pour Landser à 3 livres 8 sols. 

417 livres 8 sols» 



Idem. 



Digitized by 



Google 



- 146 — 

Indépendamment de cela, à la réunion restreinte du 9 mai 
1757, les chefs des inspections de Golmar, de Sélestadt, de Hols- 
heim, de Thann, de Ferrette et d'Altkirch prirent jugement contre 
les charrons encore en retard. A cette occasion, le prévôt Rohmer 
obtint sa démission, qu il avait déjà demandée à plusieurs reprises, 
et un ancien titulaire, Schamberger, lui succéda. 

Dans la session du 11 septembre 1758, le tribunal fut saisi 
d'une affaire qui ne rentrait pas dans les cas prévus par les statuts. 

Le chef du district de Ferrette s'était avisé de ne pas convo- 
quer un de ses confrères à une réunion particulière de l'inspection. 
Ce dernier se plaignit de ce procédé ; mais les statuts n'édictant 
aucune peine contre les abus d'autorité, le tribunal se borna à 
blâmer le préposé, en lui enjoignant d'en mieux agir dorénavant 
avec un ressortissant, dont l'honorabilité ne laissait rien à désirer. 

Les moyens d'action que la confrérie tenait de l'arrêt du ^ 
décembre 1755, ont dû nécessairement consolider son existence. 
Les incidents notables deviennent plus rares et les assemblées se 
succèdent à des intervalles de plus en plus éloignés. Depuis le 
!•' septembre 1760, jour où les charrons s'étaient rencontrés à 
Ensisheim, il n'y eut plus qu'une réunion des délégués, le 10 dé- 
cembre 1764, à Colmar, où ils tombèrent d'acicord de convoquer 
une session plénière pour le 2 septembre 1765. L'assemblée fut 
précédée d'un concours entre Irois maîtres-charrons, qui se dis- 
putaient l'honneur de porter la bannière. Il s'agissait de savoir 
lequel des trois terminerait le plus vite une roue; le premier 
arrivé remporterait la victoire. 

Le nom de ces héros du charronnage mérite d'être transmis à 
la postérité; le premier était Jean Helgenstein, de Barr ; le second 
Antoine Mœbel, de Bergheim ; le troisième Jacques Schuler, de 
Sundhofen. Les concurrents se rendirent le 19 août à Colmar, 
où leurs confrères les reçurent à six heures du matin aux Deux- 
Clefs. A sept heures, chacun était à l'œuvre dans un atelier difiê- 
rent, sous les yeux d'un maître qui devait rendre compte de la 
manière dont il satisferait aux conditions du concours. Le premier 



Digitized by VjOOQIC 



— 117 — 

qui vint présenter sa roue, fut Jacques Schuler; il avait mis deux 
heures et demie à la faire. Le second fut Jean Helgenstein, qui 
ne parvint à terminer la sienne qu'en trois heures et demie. Le 
dernier arrivé fut le charron de Bergheim, à qui il fallut quatre 
heures et demie. Séance tenante, Schuler fut nommé porte-drapeau 
et reçut les félicitations de ses confrères. L'emploi était sans doute 
viager; car Schuler porta la bannière en toutes les occasions, 
jusqu'à la dissolution de l'association. 

Procès-verbal fut dressé de ce haut fait, et le rédacteur ajouta 
que, piqué d'émulation, un apprenti, le jeune François- Antoine 
Holzwarth, avait, sans concourir et simplement pour se mesurer 
avec ces maîtres ouvriers, également confectionné une roue en 
quatre heures d'horloge. Ce débutant qui ne craignait pas de se 
frotter à des patrons, et qui gagnait l'un d'eux de vitesse, marié 
en 1775, eut un fils, mort en 1875, dont il me sera permis de 
faire la commémoration. Après des études dont la rapidité et le 
succès donnèrent les plus hautes espérances, Jeau-Baptiste 
Holzwarth fit sa théologie et devint plus tard professeur de phi- 
losophie au collège de Colmar. C'était un savant homme et un 
grand esprit, très curieux d'histoire locale, mais qui, en dehors 
de son cours, s'est appliqué à celer ses dons avec autant de soin 
que d'autres mettent à s'en donner les apparences. Sa mémoire 
restera toujours chère à ses disciples. 

Ce concours pour Thonneur d^^ porter la bannière eut son épi- 
logue. De mauvaises langues prétendirent que les patrons qui, à 
Colmar, avaient prêté leurs ateliers aux concurrents, voulaient être 
payés du bois qu'ils avaient fourni, et même à être indemnisés de 
la perte de leur temps. Ces méchants propos parvinrent jusqu'aux 
oreilles de ceux qu'ils concernaient, et qui en furent justement 
blessés. Le chef de l'inspection en fit ses plaintes à l'assemblée 
générale des 2 et 3 septembre 1765, et les auteurs de la calomnie 
furent condamnés chacun à 4 livres d'amende. 

A la même séance, le chef de l'inspection de Thann fut dénoncé 
avec ses quatre assesseurs, pour avoir dispensé, à prix d'argent, 



Google 



Digitized by VjOOQ 



— 118 — 

un jeune confrère de produire son chef-d'œuvre. Quoicpi'il n'y eût 
au fond que le désir de procurer quelques ressources à la caisse 
particulière de la section, les coupables forent néanmoins con- 
damnés solidairement à une amende de 40 livres et à la restitution 
de l'argent qu'ils avaient induement perçu, avec menace d'une 
peine plus rigoureuse en cas de récidive. Le prévôt avait conclu à 
100 livres d'amende. 

Les autres manquements dont le tribunal eut à connaître dans 
cette session, ne valent pas la peine d'être relevés : c'étaient comme 
toujours des absences non justifiées, ou des offenses, qui souvent 
trahissaient une irritation mal contenue contre une discipline 
surannée. Il fallut sévir et renforcer l'autorité des officiers : dans 
ce but l'assemblée décida que dorénavant le prévôt ferait de droit 
partie du corps des vérificateurs, et qu'il lui serait donné connais- 
sance tant des vacances qui surviendraient, que du résultat des 
élections qui s'ensuivraient. 

Trois ans se passèrent encore, avant que la confrérie se réunit 
de nouveau. Une assemblée générale se tint, le 29 août 1768, à 
Sélestadt, sous la présidence du stettmeslre Kœbelé, et tout s'y 
passa comme à l'ordinaire. Un charron qui s'était enivré à l'occa- 
sion d'une réception de chefs-d'œuvre et qui s'était montré fort 
incongru, fut condamné à une amende de 4 livres, réduite par 
grâce à deux. Cette condamnation fut suivie d'une seconde de 
pareille somme, aux dépens du même, pour avoir traité de faus- 
saires trois confrères qui, pressés par le temps, avaient scellé des 
lettres d'apprentissage d'un sceau détaché d'un vieux diplôme. 
Un autre charron se plaignit d'un maître chez qui son fils avait 
travaillé, et qui lui avait retenu 2 livres, pour l'acquit d'une taxe 
publique, dont les compagnons des métiers n'avaient pas été dis- 
pensés. Un autre patron, obligé de reconnaître la validité de sa 
signature, qu'il prétendait lui avoir été extorquée, déclara renoncer à 
l'exercice de sa profession et ne plus vouloir travailler que pour lui. 
Enfin, à la demande des charrons de la circonscription de Rou- 



Digitized by VjOOQIC 



— 119 — 

gemont et de Belfort, le prévôt Schamberger fut autorisé à l'ériger 
en une inspection à part, détachée de celle de Thann. 

Lors de l'assemblée générale qui suivit, les 31 août et 1®' sep- 
tembre 1772, cette nouvelle inspection, de langue française, était 
organisée et son chef prit part à la réunion. Un patron y fut 
condamné à une amende de 10 livres, pour avoir reçu un apprenti 
déjà engagé chez un de ses confrères; d'autres charrons furent 
poursuivis en recouvrement de taxes perçues lors de la réception 
des chefs-d'œuvre. 

A mesure qu'on approche du moment où ce vieil organisme 
allait disparaître, les réunions deviennent de plus en plus inter- 
mittentes. Après l'assemblée de 1772, on arrive aux 26 et 27 sep- 
tembre 4775, pour trouver une nouvelle session de la confrérie à 
Colmar. A la place du prévôt Schamberger fut promu ce même 
François-Antoine Holzwarth, qui, dix ans auparavant, avait, comme 
simple apprenti, rivalisé avec ses anciens pour la confection 
d'une roue. 

Avec ce nouvel officier, le tribunal entra aussitôt en séance. 
Les contrats d'apprentissage continuaient à donner lieu à des 
difficultés. Un charron est condamné à payer 3 florins, pour avoir 
négligé, contrairement aux statuts, de faire immatriculer trois 
apprentis qu'il avait formés. De son côté, il dénonce deux de ses 
confrères, pour avoir consenti un contrat d'apprentissage dans 
une maison particulière, et non chez le chef ou au siège de l'in- 
spection, et il les fait condamner chacun à 2 livres d'amonde. 

Nous passons outre à la réunion restreinte, qui se tint à Col- 
mar, le 4" septembre 4777, pour arriver à l'assemblée générale 
des 30 et 31 août 1779, à Sélestadt. 

Il s'y produisit une plainte grave contre un charron qui avai 
accusé la maître, chez lequel il avait été en apprentissage, de 
l'avoir incité à voler. Le plaignant n'était autre que le patro 
incriminé lui-même, et le diffamateur ne pouvant ni nier son 
propos, ni s'en justifier, dut à la fois faire réparation et payer 
une amende de 6 livres. 



Digitized by VjOOQIC 



— 120 — 

Un autre patron, qui s'était déjà signalé par Tioconvenance de 
ses propos, fut condamné à une amende de 10 livres, pour avoir 
traité de buben ses confrères de l'inspection de Sélestadt, et un 
charron nouvellement établi, qui la veille avait refusé au prévôt 
Holzwarth de l'aider à charger sur la voiture la caisse, avec les 
fonds et les archives, qu'il s'agissait de transporter à Sélestadt, 
fut mis également à l'amende de 10 livres. 

Avant de se séparer, l'assemblée, voulant témoigner sa satisfac- 
tion au greffier Mosmann, qui avait remplacé, en 1764, le greffier 
Thurmann, décida qu'à sa mort il serait porté sur la liste des 
défunts et qu'il participerait aux prières communes de la confrérie, 
au même titre que tout autre maître charron. C'était une grande 
faveur sans doute, qu'on faisait au plumitif et, grâce au soin qu'il 
a eu de la mentionner, nous apprenons à connaître l'association 
sous un aspect que ni les statuts, ni le registre des séances ne 
nous avaient révélé jusqu'ici. C'est l'un des caractères de ces 
institutions que nous a léguées le moyen-âge, de mettre au même 
rang et de confondre dans la même aspiration les intérêts présents 
et la vie future. 

La confrérie se réunit de nouveau, le 49 août 4782, à Ensis- 
heim, sous la présidence du prévôt royal Wendling. La première 
plainte dont le tribunal fut saisi, émanait de trois charrons de la 
vallée de Munster. Us demandaient pour leur section, l'exclusion 
des bousilleurs, des gâte-métier, et la réduction de la taxe pour 
le chef-d'œuvre à 4 florins, aux termes de l'article IX des statuts. 
Mais sur les explications qu'on leur donna, ils retirèrent spon- 
tanément leur requête, ce qui ne les empêcha point d'être con- 
damnés aux dépens, liquidés à 3 livres 2 sols 6 deniers, pour 
chacun d'eux. 

Dans cette session, un incident mérite d'être noté. Un jeune 
m^dtre s'était oublié, pendant la séance du tribunal, au point de 
vouloir lui dicter une sentence qu'il avait à rendre. Pour lui appren- 
dre à être moins arrogant, on lui infligea une amende de 4 livres. 

Dans la session du 30 août 4784, à Colmar, on dénonça encore 



Digitized by VjOOQIC 



— 121 — 

une de ces contraventions, dans la poursuite desquelles la confré- 
rie se montra toujours si rigoureuse. Le chef d'une inspection 
avait accordé, à prix d'argent, la licence de travailler pour son 
compte à un compagnon qui n'avait pas fourni le chef-d'œuvre : 
le contrevenant fut condamné à 6 livres d'amende, et défense fut 
faite à l'intrus d'exercer son métier, avant de s'être mis en règle 
au regard de la confrérie. 

Grâce aux traces que les procès-verbaux des séances plénières 
ont conservées, nous avons déjà appris à connaître l'organisation 
intérieure des inspections. Elles avaient des réunions périodiques, 
auxquelles les confrères prenaient part sans être convoqués. Un 
membre qui ne s'était pas rendu à l'une de ces assemblées, fixée 
par l'usage à la Saint-Louis, avait été condamné à une amende 
de 30 sous; il interjeta appel et fut relevé de sa peine; mais le 
tribunal lui recommanda de se montrer dorénavant plus exact. 

De même que, par l'arrêt du 29 décembre 4755, le conseil 
souverain avait rendu les chefs de sections personnellement res- 
ponsables du recouvrement des taxes, le tribunal ordonna dans 
la même session qu'ils répondraient aussi de l'exécution des juge- 
ments rendus par lui; il prescrivit de plus au prévôt de se pour- 
voir eu justice, pour procurer aux officiers de la confrérie des 
moyens de contrainte contre les membres qui n'acquitteraient 
point leurs cotisations annuelles. En même temps, prenant en 
considération la motion présentée naguère par les charrons de la 
vallée de Munster, il lui enjoignit de solliciter un nouvel arrêt 
contre les gâte-métier. 

La dernière session dont il soit fait mention, eut lieu le 27 août 
1787, à Sélestadt, sous la présidence de François-Louis Cetti, le 
doyen des bourgmestres de la ville, en qualité de commissaire 
délégué. L'une des causes portées à l'audience, lève un nouveau 
coin du voile qui, sur bien des questions, nous cache l'organisa- 
tion consuétudinaire de la confrérie. Un charron de Sainte-Croix- 
en-plaine s'était refusé de payer à l'inspection de Colmar 24 livres, 
43 sols, 4 deniers, qu'il devait pour son admission, indépendamment 



Digitized by VjOOQIC 



— 122 — 

du chef-d'œuvre i fournir. Cétait un fort denier pour le récipien- 
daire ; mais la taxe était moins élevée ailleurs, et, par mesure 
d'économie, on lui avait proposé de se faire agréger à la section 
d'Ensisheim. Mais il n'en fil rien et, à ce premier tort, il ajouta 
celui de dire des injures à ses confrères. Pour ce dernier manque- 
ment, il fut condamné à faire ses excuses et à payer une amende 
de 4 livres, indépendamment des droits litigieux qui avaient donné 
lieu à l'instance. 

Sauf cette contestation, le reste de la séance n'offre d'autre 
intérêt que la politesse dont le vieux bourgmestre Cetti fut l'objet 
de la part de la confrérie : pour lui faire honneur, elle lui décerna 
le titre de compagnon du corps de métier, avec le nom de guerre : 
Was fragst du damach. 

Le registre se termine par la mention d'une réunion de la boîte 
de Golmar, le 43 juin 4794 : le prévôt Holzwarth y rendit ses 
comptes et reçut son certificat de quitus. La confrérie avait cessé 
d'exister. 

Les procès-verbaux que nous venons d'analyser, nous en font 
connaître les vicissitudes pendant une période de cinquante ans, 
avec un détail qui ne se retrouve pas ailleurs, et cependant il y a 
bien des points sur lesquels la lumière nesl pas complète. 
Ainsi l'on ne voit pas au juste les règles que suivait la corpo- 
ration, quand il s'agissait de la création de nouveaux ateliers et 
de l'établissement de nouveaux patrons. En accorder la licence 
rentrait évidemment dans les attributions de ses officiers, et si 
même l'assemblée plénière n'a jamais eu à se prononcer sur des 
affaires de ce genre, on ne peut douter que, quand il s'agissait 
d'étouffer en germo une concurrence déplaisante, les inspecteurs 
et les vérificateurs placés à la tête des sections ne se faisaient pas 
faute de se servir des armes dont ils disposaient, le droit de 
refuser le chef-d'œuvre et de surélever les taxes d'admission. Turgot 
avait beau abolir les maîtrises et les jurandes : on trouvait bien 
moyen d'atteindre ce qu'on appelait les gâte-métier, les bousilleurs. 
La guerre à la concurrence était trop invétérée, pour cesser sur 



Digitized by VjOOQIC 



— 123 — 

la promulgation d'un édit. Même de nos jours encore, la faculté 
de la limiter est un sujet de tentation pour les corps de métiers, 
et il ne se produit guère de grande commotion politique, sans 
faire surgir la prétention de la faire revivre. 

Aux yeux de la confrérie, c'était là, sans aucun doute, sa seule 
raison d'être dans le courant du dix-huitième siècle, et non les 
antiques formes qui s'étaient conservées, les solennités pompeuses, 
les sobriquets imposés aux membres, les différentes phases et les 
épreuves de leur admission, qui rappellent l'initiation graduée de 
la chevalerie et les d^rés académiques. Pour les charrons du 
dernier siècle, ces vieux usages avaient depuis longtemps perdu 
leur signification. Restaient les prières communes en cas de décès, 
qui avaient alors encore leur prix, et l'assistance fraternelle dont 
ne bénéficiaient guère sans doute que les compagnons en voyage. 

Sous ce dernier rapport seulement, la confrérie répondait à un 
besoin réel. Aussi, dans Tefiondrement général des anciennes 
corporations ouvrières, cette partie de ses obligations a survécu, et 
partout les maîtres ont pris des mesures pour continuer à y faire 
face. 

Dans son ancienne organisation, la seule chose dont on puisse 
regretter la disparition, c'est la juridiction que la confrérie exer- 
çait sur ses membres, ce droit au fielf-government, qui leur donnait 
certainement, plus que de nos jours, l'esprit de corps, l'entente des 
aflaires, le souci de leur dignité et le sentiment de leur responsa- 
bilité. Mais le principe ne s'en est pas complètement perdu, et, 
si même leur compétence ne s'étend plus aux menues contraven- 
tions de droit commun, nos conseils de prud'hommes l'ont recueilH, 
et son application offre même chez eux plus de garanties qu'au- 
trefois; car, tandis que les charrons n'admettaient que des patrons 
dans la composition de leur tribunal comme cour judiciaire, les 
prud'hommes comprennent à la fois des patrons et des ouvriers. 



Digitized by VjOOQIC 



VII. 

PROPRIÉTÉS DES CLARISSES DE MULHOUSE 

A DEINHEIM 



Communiqué par X. M08SMANN 



Le couvent de Sainte-Claire de Mulhouse avait la directe de 
deux champs à Deinheim, ce village dont la ville de Colraar a 
acquis le territoire, en 1319, de Léopold le Glorieux, duc d'Au- 
triche. Les archives de Colrnar possèdent une charte, du samedi 
après la Saint-George (24 avril) 1344, par laquelle l'abbesse et 
la communauté baillent ces immeubles, à titre emphytéotique, à 
dame Junten Jûdin et à son fils Henri, moyennant une rente de 
quatre quartaux, moitié seigle, moitié orge, payables chaque année, 
entre l'Assomption et la Nativité {zwischent dm zwein messen 
vnserre frowen der erren^ vnd der jungeren). Ces deux champs 
étaient situés an der bûnden, lieu dit en avant du Mûnchhof, qui 
appartenait à l'abbaye de Paeris. Comme garantie, les preneurs 
engagent une grande pièce de terre arable, située dans la ban- 
lieue de Colmar, bi Sant Arnoldes burne^ tirant vf den vsseren 
Herweg^ laquelle devait à l'avenir faire partie du même emphy- 
téose que les deux champs. 

Scellée du sceau du prévôt de Colmar, Werlin Kussephenning, 

la charte porte en outre les restes mutilés du sceau du couvent en 

cire blanche. Il est de forme ogivale, d'un très bon style, et Ton 

y voit encore le haut de deux saints personnages sous des arceaux 

gothiques. De la légende il ne reste que le commencement et la 

finfS.CONVENT EM. 

^ der erren c'estrà-dire der ersten. parceque TAssonipUon est la principale fête 
de ia Vierge; plusieurs caiendriers ou autres documents anciens ont aussi: U. F. 
Tag der Eren et der Ehre, 



Digitized by VjOOQIC 



VIII. 

NOTE 
SUR DEUX RELIQUAIRES DE SAINT ANASTASE 

qui ont existé jadis 
EN ALSACE ET EN LORRAINE 

PAR 

a SCHMIDT 



Le prédicateur Geiler de Kaysersberg parle dans plusieurs 
de ses serinons d'un objet qu'il appelle S. Anstets Futterfass. Il 
dit, par exemple, que les femmes c wenn sie sich lang mutzen 
(parer), so seind sie ein wenig hûbscher denn S. Anstets Fut- 
terfassy dos ist ein wenig hûbscher denn der Tûfel^. > Ailleurs 
il s'écrie qu'on a beau orner le corps, il n'en devient pas « hûb- 
scher denn Sant Anstets FutterfasSy schwartz und ungestalt.* > 

Avant d'expliquer ces passages, qui sont évidemment des locu- 
tions proverbiales, je dois dire que saint Anstet a été le nom 
populaire donné en Alsace à saint Anastase, évêque de Terni, qui 
passait pour être un patron des possédés. D'après les auteurs des 
Acta sanctorum\ la biographie de ce personnage est pleine 
d'obscurité ; on ne sait pas même exactement quand il a vécu ; 
suivant les uns ce serait au sixième siècle, suivant d'autres au sep- 
tième. Le martyrologe romain ne le mentionne pour la première 
fois que dans l'édition de 1608. En Alsace il était connu bien 

* BrôsamUn, p. 1, fo59. 

' Emis, fo 82. 

' 17 août. Aug., t. 3, p. 457. 



Digitized by VjOOQIC 



— 126 — 

avant cette date, sans qu'on puisse dire comment son culte est 
venu dans notre province. 

Dès la seconde moitié du quinzième siècle il y avait dans l'é- 
glise du village de Wittersdorf, près d'Altkirch, un autel latéral 
dédié à saint Anastase ^ ; un chapelain spécial était chargé de 
le desservir; le 19 juillet 1511 Jérôme Grantenhofer, Sant An- 
$tet$ Caplan von Wittersdorf^ acheta à Strasbourg le droit de 
bourgeoisie*. On avait l'habitude de conduire à Wittersdorf, pour 
les y faire exorciser, les fous et les gens qu'on croyait possédés du 
diable; on y venait à cet effet de l'Alsace et des contrées voisines. 
Vers 1498, Sébastien, fils de Guillaume de Ribeaupierre, jeune 
homme instruit, mais léger, s'adonna à la passion du jeu ; son 
père l'ayant fait enfermer dans la tour du château de Hoh-Rap- 
poltstein, il perdit la raison ; on le crut possédé et on le trans- 
porta à Wittersdorf pour le soumettre aux exorcismes *. 

M. Stoffel cite, d'après un manuscrit du seizième siècle^, plu- 
sieurs faits analogues : un jour on présenta à saint Ânstet un 
fou, qu'on avait vainement essayé de guérir dans la chapelle du 
pèlerinage de Reinacker près de Marmoutier, dans l'église de 
saint Adolphe à Neuwiller, et dans celle des bénédictins d'Altorf ; 
cette dernière était consacrée à saint Gyriaque, que l'on invoquait 
également contre les démons. Une autre fois on exorcisa à Wit- 
tersdorf une femme du diocèse de Tout ; on la soumit à l'opération 
pendant neuf jours de suite, deux fois par jour. 

Le franciscain Thomas Murner fait allusion au même usage 
dans deux de ses satires; dans l'une il introduit des moines indis- 
ciplinés qui disent à leur abbé : 



' Fouillé, de Tancien évécbé de Bàle, dans les Monuments de rhistoire de œt 
éfécbé. publiés par Trouillat, t. 5, p. i05. 

' Bfirgerlmch, Archives de la ville. 

' Frantz, La Dame de Hungerstein. Guebwiller, 1865, p. 16, d'après Pierre 
d'Audlau. 

* Bernardin Buecbinger, MiracuUrnch wm vnter Ueben Frauen Wolfahrî s» Kitmi^ 
hem,, n* 79 et n* lU. AUaiia, 1876» p. 291. 



Digitized by VjOOQIC 



— 127 — 

Sag an, woUst du uns reformieren, 
Wir wendt (woUen) dich zu Sant Anstett fieren. 
Der gut frum man must schellig (fou) sin*. 

Dans l'autre c'est lui-même qui se propose de conduire des 
fous 

gen Widertzdorf (zu) Sant Anstet*. 

D'après Specklin, cité dans le Glossarium de Scherz, p. 52, les 
reliques de saint Ânasiase auraient été transportées, en 1524, à 
Strasbourg ; cela paraît peu probable, car, dans un livre publié 
en 1579, Fischart parle encore de possédés faisant le pèlerinage 
de saint Anstet*. 

Le même saint Anastase était vénéré aussi en Lorraine. Un 
fait qui semble étrange, c'est que dans cette province il y a un 
endroit qui porte presque le même nom que Wittersdorf et qui a 
possédé un autel du même saint; c'est Widersdorf, en français 
Vergaville, non loin de Dieuze. Mais l'analogie du nom n'est qu'ap- 
parente. Le nom de Wittersdorf du Sundgau est écrit, en 1139, 
Witestorf, en 1188 et plus tard Wittersdorf*; si la forme la plus 
ancienne est la vraie, elle ramène à un certain Wito comme pre- 
mier occupant; en Alsace ce nom n'a pas été rare; dans la pro- 
nonciation populaire Witesdorf a pu devenir facilement Witters- 
dorf. Mais on pourrait supposer aussi que Witesdorf est une erreur 
pour Wittersdorf; dans ce cas, il faudrait songer à un Withar ou , 
Wither, nom également assez commun chez nous ; il se retrouve 
dans le Wittersheim de la Basse-Alsace, écrit au dixième et au 
onzième siècle Witheresheim. Le village lorrain, au contraire, 
pars^t dans une charte de 966 sous la forme de Widirgoldesdorf, 
contracté dans la suite en Widerdorf ; en français cela devint Ver- 
gaville : Wider = Ver, gold = ga, dorf = villa^ ville. Or, dans 
cette localité on fonda, en 966, une abbaye de reUgieuses de l'ordre 
de Saint-Benoit; au commencement du treizième siècle on déposa 

* Narrenbetchivôrung, f» e, 2. 

' Vom lutherischen Narren, f> B. 1. 
' Bienenkorb. S. 1. et a., p. lU. 

* Stoffel, DicUonnaire topographique du BautrRhin, p. 212. 



Google _ 



Digitized by VjOOQ 



— 128 — 

dans l'église de cette maison des reliques de saint Anastase, auquel 
on donna dans le pays le nom de saint Eustaise. Vers la même 
époque on y construisit, sous l'invocation de ce saint, un petit 
hospice pour y loger les fous et les possédés, qu'on amenait là 
pour les conjurer*. 

Ainsi, en Alsace et en Lorraine, deux villages de noms à peu 
près identiques, et chacun avec le culte de saint Anastase. 

Examinons maintenant les passages de Geiler. Le prédicateur 
Gécrit ce qu'il appelle S. Anstets Futterfass comme noir, hideux, 
presque aussi laid que le diable. Jean Adelphus en a conservé, 
parmi les similitudes de Geiler qu'il a recueillies, une description 
plus détaillée*; selon lui, le docteur aurait dit dans un sermon, 
en parlant d'une vieille femme vicieuse : < habet omnes colores 
pulchrœ muHeris^ attamen transpositi mnt; habet rubeum colo-^ 
renhy sed in oculis quem deberet habere in labiis^ croceum in den- 
tibus, quem habere deberet in crinibus, album in crinibus, quem 
d béret habere in dentibus; item habet fad^m sicut theca sancti 
Anastasiij als sant Anstets futervasz. » Nous avons ici l'explication 
souvent cherchée de Futterfass; le moi se décompose en Futter, 
fourreau, étui, et en Fass, boîte, caisse; Futterfass est une boîte 
servant d'étui à quelque chose, ou, comme le traduit Adelphus, 
une theca. Par theca on entendait généralement une châsse dans 
'laquelle on enfermait des reliques. A en juger d'après la compa- 
raison de Geiler rapportée par Adelphus, la theca de saint Ana- 
stase représentait un visage. Or, on sait que fort souvent on don- 
nait aux reliquaires la forme des objets qu'on y conservait; était-ce 
un doigt, l'os d'un bras, un crâne ou un fragment de crâné, la 
theca avait la forme d'un doigt, d'un bras, d'un crâne. On peut 
donc admettre qu'à Wittersdorf on a cru posséder quelque frag- 
ment du crâne de saint Anastase, et qu'on l'avait enfermé dans 
un reliquaire en forme de tête avec un visage. Pour exorciser les 

' Lepage, Les communes de la Meurthe, t. 2, p. 647; Dictionnaire topogmpblqae 
de la Meurthe, p. 50. 
* Margariia facetiarum, 1508, f» F, 1 . 



Digitized by VjOOQIC 



— 129 — 

malades, on leur touchait la tête avec cet objet, comme on le 
faisait à Thann avec les reliques de saint Thiébaut, qui avaient 
également la réputation d'être salutaires en cas de possession ou 
de folie*. 

Quant au saint Anastase lorrain, Conrad Pellicanus de Rouffach 
raconte dans son autobiographie, qu'en 1516, revenant du chapitre 
général des frères mineurs tenu à Rouen, il s'arrêta à Nancy, 
qu'ensuite, avant de rentrer en Alsace par Saverne, il passa par 
Widersdorf et que là il vit c idolum S. Anastasiij horrendo vultu 
etiam dœmonibus,quiillicejiciebantur execrationibtis * > .Dans ce 
passage il n'est fait mention que d'une image, idolum^ du saint 
Pellicanus ne parle pas d'une theca; celle-ci toutefois doit avoir 
existé, on n'aurait pas laissé les reliques sans protection. Je suis 
porté à croire que Yidolum était un reliquaire et que, puisqu'il 
avait un vulttis^ il contenait, lui aussi, des parcelles du crâne du 
saint. Ce qui doit nous frapper le plus, c'est que le vulttis est dit 
horrendttëy exactement comme l'était celui du saint Anastase 
alsacien. 

Comment expliquer cette laideur, qui, en Alsace, était devenue 
proverbiale? S'il ne s'agissait que d'une seule theca, on pourrait 
penser qu'elle a été l'œuvre grossière de quelque menuisier rus- 
tique, qu'elle était maladroitement enduite de couleurs, et que 
celles-ci avaient été brunies par le temps et salies par le fréquent 
attouchement des malades. La laideur ne serait ainsi qu'un acci- 
dent, auquel il ne vaudrait pas la peine de s'arrêter. Mais comme 
les deux images sont décrites comme également hideuses, il faut 
supposer que c'est avec intention qu'on leur avait donné des 
formes repoussantes; on espérait sans doute que plus elles étaient 
horribles à voir, plus elles effrayeraient les démons qu'on se pro- 
posait de conjurer. Les paroles de Pellicanus, horrendo vultu 
etiam dœmonibus, semblent confirmer cette hypothèse, à l'appui 

^ Surgani, ManuaU Curatorum, Bàle, i506, in-4% M21. — Tofmu miracukrum 
S, TheobMh kerausg. van Stoffel. Golmar, 1875, pp. 3« 15, 21, etc. 
* Chroma PeUicani. Bàle, 1877, p 54. 

g 



Digitized by VjOOQIC 



— 130 — 

de laquelle on peut citer encore une des pratiques usitées lors 
des exorcismes : ou peignait sur une feuille de papier une image 
du diable, que Ton brûlait devant le malade * ; on s'imaginait que 
le diable, enfermé dans le corps du malheureux, prendrait la 
fuite en voyant le sort dont on le menaçait. 

Les ouvrages iconographiques ne fournissent aucune donnée 
sur la manière de représenter saint Anastase; il serait intéressant 
de savoir s'il existe encore de ses images et si, dans ce cas, elles 
témoignent en faveur de notre conjecture sur le saint Anstet de 
la Haute- Alsace et le saint Eustaise de la Lorraine. 



^ Hieron. Mengus, Flagellum daemonum, dans \e Maliens maleficarum. Francf. 1600 
t. II, p. 234. 



Digitized by VjOOQIC 



E. 

LES ARMOIRIES 

DES COMTES DE THIERSTEIN 

anciens seigneurs du village de Riedisheim. 



Nous devons à la vérité historique l'insertion d'une rectification 
relative aux armoiries des Comtes de Thierstein. 

M. Maurice de Stûrler, chancelier d'état à Berne et membre 
correspondant du Musée historique de Mulhouse, écrit à ce sujet : 

c Les dernières lignes de Tintéressante notice historique de 

< M. Ehrsam dans le Bulletin III du Musée historique, pp. 42 et 

< 43, m'engagent à présenter une explication un peu divergente 
€ du Riedisheimer Thier. Dans l'ancienne vénerie, et, si je ne me 
« trompe pas, même dans celle d'aujourd'hui, Thier est synonyme 
« de Hirschkuhj biche. Or, depuis leur apparition, au XII* siècle, 
€ jusqu'à leur extinction, en 1529, les comtes de Thierstein 

< avaient dans leur écusson une biche de gueules, juchée sur 

< trois monticules (ou coupeaux de montagne), et non un chien 

< ou un autre animal. > 

Si notre regretté collègue, M. Nicolas Ehrsam, déjà atteint de 
la douloureuse maladie qui devait l'enlever si tôt, avait encore pu 
revoir les textes cités par lui de Wurstisen et de M. Anatole de 
Barthelmy^ il serait lui-même tombé d'accord avec M. de Stûrler. 

En effet, le chroniqueur bàlois Wurstisen attribue à la deuxième 
branche des comtes de Thierstein, comme armoiries, une biche 
juchée sur le casque et posée devant un arbre : Haben auff dem 
Helm ein H in d {ou Hirschkuh) vnder einem Baum stehen 
Baszler Chronik, 1580 (et non 1570), fol. 16, La troisième 



Digitized by VjOOQIC 



— 132 — 

branche de la famille avait également une biche posée dans l'é- 
cusson. Voy. fol. 16 et 37 . 

Quant à l'Armoriai de la généralité d'Alsace, publié en 1860, 
par M. Anatole de Barthelray, ancien sous-préfet de Belfort, il 
donne sur les armoiries de Riedisheim l'indication suivante : 
€ N^ 392. La communauté des habitants du village de Riedisheim ; 
c porte d'argent à une biche de gueules, passante sur une terrasse 
€ de sinople ». Page 373. 

Ajoutons encore que les barons de Besenval ou Besenwald, 
seigneurs de Brunstatt, de Didenheim et de Riedisheim, depuis le 
XVIP siècle, portaient dans leurs armoiries c écartelé au troisième 
c d'or à la biche de gueules, passante sur une terrasse de sinople, 
c qui est de Riedisheim. » Voy. SchœpfUn'RaveneZy tome V, p. 
826; — Ern. Lehr^ Alsace noble, tome II, planche 10*. 



Digitized by VjOOQIC 



X. 

NOTICES NÉCROLOGIQUES 

8UB 

N. EHRSAM, vioe-président du Comité d'administration 
du Mu8ée historique, 

ET 

D. FISCHER, membre oorrespondant, 

PAR 

X. MOSSMANN 



1. Nicolas Ehrsam 

Depuis les jours où le greffier Henri Pétri a écrit sa chronique, 
rhistoire de Mulhouse n'a pas cessé d'avoir de fervents adeptes. 
Le culte des souvenirs s'est transmis d'âge en âge, et M. Ehrsam, 
que le Musée historique a eu le malheur de perdre, le 10 septem- 
bre 4878, a été l'un des derniers représentants de cette école de 
pure tradition. 

Notre confrère était né, à Mulhouse, le 8 juin 4819, dune 
famille qui remonte à la fin du quinzième siècle, et qui a fourni 
deux bourgmestres à la cité. La génération à laquelle il apparte- 
nait, n'avait pas encore vu se développer les beaux établissements 
d'instruction publique, que la ville et la Société industrielle ont 
fondés depuis quarante ans, et son éducation, comme celle de 
nombre de ses contemporains, s'en était ressentie. En 4 834, M. An- 
dré Kœchlin, alors maire de Mulhouse, à qui il avait été recom- 
mandé comme l'un des bons élèves de l'école primaire, le fit entrer 
dans ses bureaux. Le jeune employé n y démentit pas la bonne 



Google — 



Digitized by VjOOQ 



— 134 — 

opinion que ses maîtres avaient conçue de lui et, tout en faisant 
sa tâche journalière, il répara le mieux qu il put ce que ses pre- 
mières études avaient eu de rudimentaire. Il parvint, en peu de 
temps, au poste de chef de bureau, qu'il cumula avec celui d'ar- 
chiviste. 

Chez lui, la curiosité de savoir était grande; malheureusement 
ses devoirs administratifs, qu'il sut concilier avec la direction de 
sa propre maison de commerce, ne lui laissaient pas le loisir de 
se livrer à des recherches approfondies dans le précieux dépôt qui 
lui était confié. Un fond d'archives n'est pas une énigme qu'on 
devine à première vue : généralement le classement est défectueux; 
les pièces ne sont pas groupées de manière à se servir mutuelle- 
ment de commentaire, et pour les plus anciens documents, qui se 
présentent isolés, il est bien difficile de déterminer les circonstan- 
ces qui ont amené leur rédaction. Quand il s'agit de faits, d'intérêts 
et d'usages locaux, les livres sont d'un faible secours : il faut 
procéder à une véritable exégèse, chercher des analogies, compa- 
rer les textes, trouver les applications qu'on en a faites et les 
conséquences qu'on en a tirées, et il arrive parfois que la lumière 
ne se fait sur telle charte du treizième ou du quatorzième siècle, 
que par les plus lointains effets qu'elle a produits, les seuls 
souvent qui aient laissé des traces écrites. Pour un archiviste, il 
est donc indispensable qu'il voie son dépôt de près, qu'il le sou- 
mette à une analyse à laquelle rien n'échappe, s'il veut arriver à 
cette vue synthétique, qui seule lui donne confiance en lui-même et 
le met en état de contrôler les opinions de ceux qui l'ont précédé. 

Nous ne devons donc pas nous étonner si, faute d'avoir soumis 
son esprit à cette discipline, d'avoir aiguisé sa critique, en un mot, 
faute d'avoir revu les sources sur lesquelles Pétri et ses continua- 
teurs ont travaillé, notre regretté confrère n'a pas toujours su se 
soustraire aux opinions qu ils nous ont transmises, aux erreurs où 
ils sont tombés. Sans doute pour l'époque où il a vécu, Pétri 
n'est pas sans mérite. L'esprit public, le patriotisme local se sont 
bien trouvés du corps de souvenir que sa chronique nous a con- 



Digitized by VjOOQIC 



— 135 — 

serve; mais, il m'en coûte de le dire, l'auteur n'a pas toujours eu 
pour la vérité le respect que nous exigeons aujourd'hui de l'histo- 
rien. Il fait l'effet de n'avoir pas compris ce drame séculaire, qui 
s'est joué entre une modeste commune et la puissante maison 
d'Autriche, dont elle était l'enclave, et où, grâce à son bon droit, 
le plus faible a néanmoins fini par prévaloir. Il en est résulté que, 
pour donner à ces annales un intérêt factice dont elles n'avaient 
pas besoin, il y a introduit des éléments peu avouables; il les a 
adultérées de légendes et d'épisodes, qu'une nouvelle étude plus 
approfondie des archives doit faire éliminer. 

Non seulement M. Ehrsam n'a rien fait pour ruiner le crédit 
de ces fausses traditions, mais il lui est arrivé d'y ajouter de nou- 
velles méprises. Telle est l'erreur où il est tombé, en commentant 
le statut municipal octroyé à Mulhouse par le roi des Romains 
Adolphe de Nassau. Les archives lui avaient fourni des exemples 
de procédures criminelles débutant dans la rue, devant la demeure 
des inculpés : tout prouve que ce n'était là qu'une anomalie; mais 
il n'en avait pas moins conclu que les bourgeois jouissaient du 
singulier privilège de répondre de leur fenêtre aux accusations 
dont ils étaient l'objet, et il soutint son opinion à l'aide d un article 
de la charte communale, où le jurisconsulte, d'accord en cela avec 
le philologue, ne pourra jamais voir que le privilège, confirmé aux 
gens de Mulhouse, de non evocandOy ou de n'être pas appelés 
devant un tribunal étranger. Ce droit n'a rien que de parfaitement 
normal : il est fondé sur un principe qu'il importait de mainte- 
nir surtout au regard des landgraves de la haute Alsace, dont la 
juridiction éminente enserrait le territoire de Mulhouse. Si, au 
lieu de forcer le sens de ce texte, M. Ehrsam avait remarqué que 
le même code d'Adolphe de Nassau garantissait, d'une part, aux 
bourgeois l'inviolabilité du domicile et que, de l'autre, il défendait 
toute arrestation préventive qui ne fût précédée d'une sentence 
de mise en accusation, il aurait compris que ces deux articles 
combinés pouvaient à la rigueur amener, dans certains cas, le 
tribunal criminel à se déplacer, pour rendre le prévenu témoin 



Digitized by VjOOQIC 



— 136 — 

de la sentence qui suspendait à son égard les immunités indivi- 
duelles, mais que jamais celle pratique n'a pu être de droit com- 
mun et d'un usage constant. 

M. Ehrsam avait fait paraître le travail dont je parle dans les 
Curiosités d'Alsace^ où l'on trouve de lui d'autres articles encore, 
notamment sur l'hôtel de ville de Mulhouse et sur l'album d'un 
calligraphe de Colmar, lesquels ont été reproduits plus lard sépa- 
rément. Il a fourni également de bonnes notices à YAlsatia de 
M. Aug. Stœber et au Samstagsblatt, qui a rendu si populaire, en 
Alsace, le pseudonyme Friedrich Otte du regretté G. Zelter. La 
majeure partie de ces travaux avait commencé par faire l'objet 
de lectures au coin du feu, dans ces charmantes réunions de la 
Concordia, fondés en 1853, où, longtemps avant les encourage- 
ments qu'elles ont obtenus depuis à Mulhouse, quelques esprits 
d'élite, des hommes de goût, des amis, entretenaient à huis-clos 
le culte des lettres et de l'étude. M. Stœber et M. Zelter ont été 
les grands promoteurs de ces séances, qui se tenaient à tour de 
rôle chez l'un ou chez l'autre des confrères, et qui se sont prolon- 
gées sans interruption jusqu'en 1870. Je ne crois pas me tromper 
en considérant YAlsatia et le Samstagsblatt comme ayant été 
de leur temps les organes de cette association. 

M. Ehrsam se trouva naturellement désigné pour faire partie 
du comité d'histoire et de statistique, créé en 1860 par la Société 
industrielle, comme aussi du Musée historique, qui en est le 
corollaire et le complément. Outre les soins matériels et les dons 
que nos collections lui doivent, le confrère que nous avons perdu, 
a fourni au Bulletin du Musée divers mémoires relatifs à l'histoire 
et à la topographie de Mulhouse. Mais sans contredit, le plus 
important de ses travaux, celui qui conservera le mieux son 
souvenir, c'est le Burgerbuch^ le livre d'or de la bourgeoisie de 
Mulhouse, pubHé en 1850, où chacune de nos anciennes familles 
retrouve ses armes et sa généalogie, comme aussi la part qui lui 
revient dans Thistoire commune de la cité. Par là M. Ehrsam a 
rendu impérissables ces souvenirs de famille, qui constituent 



Digitized by VjOOQIC 



— 137 — 

Théritage immatériel des nouvelles générations, et il en a été 
récompensé par le succès de son livre, qui est aujourd'hui l'un 
des plus rares de notre littérature historique. Il est question de 
le réimprimer, et Ton ne peut qu'applaudir à ce projet; mais il 
ne sera pas inutile d'en revoir le texte ; car une connaissance plus 
approfondie des archives permettrait de combler plus d'une lacune, 
et d'effacer plus d'un point d'interrogation que l'auteur avait laissé 
subsister. 

En résumé, M. Ehrsam a été parmi nous le dernier représen- 
tant de l'ancienne tradition. Sa mémoire avait recueilli une foule 
de souvenirs qui, mieux que les textes, nous reportaient aux 
usages, aux mœurs, aux institutions de la petite république de 
Mulhouse. II avait connu plusieurs des acteurs et des témoins des 
anciens temps ; il en avait gardé le respect, et hommes et choses 
s'étaient estampés dans son imagination avec un relief et une 
netteté de contours, qui vont s'efiaçant de plus en plus, et que 
l'art et les recherches auront bien du mal à retrouver. A ce titre, 
sa mort prématurée — il n'avait que cinquante-neuf ans quand 
il nous a quittés — laisse un vide que nous ne comblerons point. 



2. Dagobert Fischer* 

Le Musée historique a eu le regret de perdre récemment un de 
ses correspondants sur lequel il était le plus en droit de compter. 
Déçu dans cet espoir, il ne reste à son Comité qu'à rappeler les 
titres qui l'avaient déterminé à s'adjoindre le laborieux Dagobert 
Fischer. 

Notre confrère était né à Saveme le 6 janvier 1808. Il appar- 
tenait à une ancienne famille bourgeoise, qui lui fit faire ses 
études au collège de sa ville natale. Il eut pour professeurs un 

^ Pour la rédaction de cette notice, l'auteur s'est aidé de mémoires qui lui ont 
été fournis par M. Fr. Rencker, ancien président du tribunal de Saverne. 



Digitized by VjOOQIC 



— 138 — 

ex-prébendier de Murbach, Fabbé Voltz, et un ex-franciscain de la 
maison de Saverne, François-Joseph Annus. En sortant du collège, 
il se rompit à la pratique des lois et acquit le greffe de la justice 
de paix de Marmoutier. Vers 4848, il se défit de son office et 
revint auprès de sa mère, à Saverne. 

C'est de ce moment que datent ses nombreux travaux d'érudi- 
tion. Jusque-là rien n'avait semblé l'y disposer qu'une excellente 
mémoire. Tous les matins de sept à dix heures et, à moins qu'il 
ne fît quelque promenade, toutes les après-dinées étaient consa- 
crés à l'étude. Il n'est pas impossible de retrouver la méthode qui 
lui a fourni des matériaux si abondants. Sa première occupation 
fut de dépouiller les ouvrages à sa portée; puis, quand il eut 
épuisé la veine des imprimés, il poursuivit ses recherches d'abord 
dans les archives de Saverne, à l'hôtel de ville et au tribunal, dont, 
pour plus de commodité, il mit les fonds en ordre ; dans la suite 
il étendit ses explorations jusque dans les grands dépôts du Bas- 
Rhin et de la Lorraine. Il poussa ce dépouillement au point 
d'y comprendre les moindres souvenirs qui se rattachaient à son 
domaine historique : Saverne et ses environs. En même temps il 
créait, sous l'impulsion du colonel de Morlet, le Musée de Saverne, 
qui a préservé tant de monuments précieux de la dispersion. Ce 
sont là des services considérables et qui méritent un peu d'in- 
dulgence pour la forme, quand, à partir de 1850, Dagoberl Fischer 
commença à publier le fruit de ses veilles. Il écrivait, d'un style 
également négligé, en français et en allemand. Aussi réservé, la 
plume à la main, que dans la conversation, il s'abstenait de tout 
ce qui prêtait à la polémique, de toute idée générale qui aurait 
pu donner leur signification aux faits particuliers. G était peut-être 
un défaut de son esprit, mais aussi une grande qualité; car elle 
lui a fait éviter les conjectures, qui trop souvent déparent les 
recherches d'histoire locale et les rendent impropres à toute espèce 
d'emploi . 

La plupart de ses travaux ont été publiés dans le Bulletin de 
la Société des monuments historiques, dans la Revue d'Alsace, 



Digitized by VjOOQIC 



— 139 — 

dans le Samstagsblatt et dans sa continuation, la Feuille du Sa- 
medi, dans YAlsatia^ dans la Revue de l'Est, etc. Il existe de tous 
ces opuscules des tirages à part; d'autres ont fait l'objet d'éditions 
spéciales; tels sont : Dos alte Zabern (Saverne, 1868, in-8'*); 
Geschichte der Stadt Zabern (Saverne, 1874, in-8°), et ses mono- 
graphies, également en allemand, sur l'ancienne abbaye de Crauf- 
thal, sur Wangenbourg, sur Neuwiller, sur Romanswiller et sur 
Ochsenstein, qui ont paru à Saverne de 1875 à 1878. 

Les événements de 1870 apportèrent un grand trouble dans 
les habitudes de notre érudit. Devant l'invasion, il se réfugia d'a- 
bord à Paris, puis en Bourgogne. Une fois la paix signée, il revint 
dans sa demeure, ancienne maison canonicale bâtie, en 1765, par 
le chapitre de Saverne. Violemment ramené aux réaUtés présentes, 
il accepta, sous le nouveau régime, les fonctions de maire, et ses 
concitoyens ne sont pas éloignés de croire que les nouveaux devoirs 
dont son dévouement s'était chargé, ont contribué à abréger ses 
jours. Il est mort à ce poste d'honneur, le 20 février dernier. 

A tous les titres, Dagobert Fischer mérite d'èlre cité en exem- 
ple. Grâce à lui, nous savons aujourd'hui quels souvenirs se rat- 
tachent à de nombreuses localités, dont plusieurs méritaient de 
figurer dans notre histoire. Il serait à souhaiter que l'Alsace pro- 
duisît beaucoup de chercheurs aussi éclairés et aussi persévérants 
que lui. 



Digitized by VjOOQIC 



— 140 — 



COMITÉ D'ADMINISTRATION DU MUSÉE HISTORIQUE 



MM. Frédéric Engel-Dollfus, président honoraire. 



AUGUSTE Stceber, président 

Xavier Mossmann, ùce-président. 

Joseph Cïoudre, vice-président; conservateur. 

Karl Franck, conservateur. 

Jean-Jacques L^3)ERigh, trésorier* 

Mathieu Mieq-Kroh, secrétaire. 

Edouard Dollfus-Flagh^ secrétaire-adjoint. 

Emile Besson. 

Auguste Dollfus. 

Edouard Dollfus-Sgheidecker. 

Frédéric Engel-Gros. 

Daniel Grumler. 

Edouard Hofer-Grosjean. 

ARMAND InGOLD* 

Auguste Elenck. 
Gustave Kœnig. 
Louis Schœnhaupt. 
Georges Stoffel. 



Auguste Michel, aide-conservateur. 



Digitized by VjOOQIC 



— 141 — 



LISTE DES SOUSCRIPTEURS 

1878-1879 



MM. 

Abt Louis 

AiGHiNQER Théophile. 
Amann Emile. 
ÂMANN Jacques. 
Antony. 

Arlenspagh Jacques. 
ÂST Henri 
ÀUDRÂN Eugène. 
AuDRAN père. 
Bader V\ 
Bmr Fritz. 
Barth Eugène. 
Barth J. 
Bauer Benjamin. 
Baumert Ferdinand. 
Baumgartner Henri. 
Baumgartner Léon. 
Baumgartner Léon V*. 
Bbgker Auguste. 
BEmERT père. 
Beinert Gustave. 
Belin Auguste. 
Benner Albert. 
Benner Charles. 
Benner Edouard. 
Benner Emile. 
Benner Henri. 
Benner Henri. 
Bernheim Charles. 
Bernheim Charles. 
Bernheim Mo&e. 



Bertelé Charles. 
Bertrand (St. Germ.) 
Bertrand-Lsderigh Aug. 
Besson Emile. 
Beugniot Edouard. 
BmuoTHÈQUE de la ville de Col- 

mar. 
BiCKiNG Fritz. 
BmuNGMEYER Jules. 
Bœtsgh Edouard. 
Blum E. 
Bock Henri. 
BŒm^ER Alo&e. 
Bœringer Eugène. 
BoHN Charles. 
BoHN Jacques. 
Bontemps-Rieffel. 
BouRRY Ernest. 
Br^ndly J. 
Brandt Charles. 
Brandt Emile. 
Bbaun AU)ert. 
Braun Théodore. 
Bringkmann Jean. 
Bron E.-E.-C. 
Bbughet a. 
Brunsghwig Jules. 
Brustlein Charles. 
Brustlein Henri. 
BuGHY Adolphe. 
BuLFFER Joseph-Dominique. 



Digitized by 



Google 



— 142 — 



MM. 

BURGART-LiEDERIGH J. 

BuRQERT Adolphe. 

BURGHARDT ArthUT. 

BuRGHARDT Jacques. 
BuRNAT Emile. 
Calame Henri. 
Chauffour Ignace. 
Clottu Jean. 
CouGHEPiN Charles. 
Coudre Camille. 
Coudre Joseph. 
Courvoisier Albert. 
Danner Pierre. 
Dardel Gustave. 
Degermann Jacques. 
Degert Charles. 
DiEMER Michel. 

DiETSCH-GrSELL. 

DoLL Edouard. 
DoLLFUS Adrien. 
DoLLFUS Auguste. 
Dollfus-Dettwiller. 
DoLLFUS Edouard. 
DoLLFUS Emile (Madame). 
DoLLFUs Eugène. 
Dollfus-Flagh, Ed. 
DoLLFUs Gustave. 
Dollfus Jean. 
Dollfus Jean fils. 
Dollfus Josué. 
Dollfus Jules. 
Dollfus Mathieu. 
Dollfus-Sgheidecker Edouard. 
Drumm Oscar. 
Dugommun-Vetter J. 
DuROT Adolphe. 
Egk Daniel. 
EcK Jacques. 
Ehlinger Jean. 



MM. 

Ehrlen Louis. 
Ehrsan Nicolas. 
Endinger Josué. 
Engel Albert. 
Engel Alfred. 
Engel Arthur. 
Engel-Dollfus Frédéric, 
Engel Eugène. 
Engel-Gros Frédéric. 
Engel Gustave. 
Engel-Royet. 
Engelmann God. 
Erné Henri. 
Ernst Adolphe. 
Eschbagher J.-J. 
Falgk Auguste. 
Fallot Charles. 
Faudel Frédéric. 
Favre Alfred. 
Favre Eugène. 
Favre Gustave. 
FiEGHTER Daniel. 
Fischer David. 
Franck Jacques. 
Franck Karl. 
Frey Max. 
Fries Emile. 
Fries Jean. 
Fritz Emile. 
Fuhro Louis. 
Gassmann Eugène. 
Gayelin Eugène. 
Geney Auguste. 
Gerber Auguste. 
Gluck Emile. 
Gluck Emile fils. 
Ggetz Eugène. 
Greuling-Noiresl 
Grimm Gustave. 



Digitized by 



Google 



— 143 — 



MM. 

Gros J- 

Grumler Daniel. 
Grumler Jean-Georges. 
Guerre Jules. 
GuTH Jules. 
GuYOT Joseph. 
Haas Abraham. 
Haas Alexandre. 
iHaas Michel. 
H^ffely-Steinbagh h. 
Haffa Jacques. 
Hanhardt Théodore. 
Hans Joseph. 
Hartmann Jacques. 
Heelmann Albert. 
Heilmann Edouard. 
Heilmann Jean. 
Heilmann Paul. 
Heilmann-Sghœn J. 
Heinis Emile. 
Heinrich Ferdinand. 
Heller F.-G. 
Heyden Arnold. 
Heyer Edouard. 
Hilbert Jean. 

HlRN-SCHŒN. 

Hofer-Grosjean Edou'^rd. 
HoFFET Eugène. 
HuBNER Albert. 
HuBNER Edouard. 
HuGUENiN Edouard. 
HuGUENiN Jules. 
HuGUENiN Louis. 
Ingold Armand. 
Jacques Charles. 
Jelensperger Charles. 
Jélensperger Rodolphe. 
JunxARD Webs Henri. 
Jung-ELsuffer Charles. 



MM. 
JuTEAu Eugène. 
Eammerer Théophile. 
Keller Charles. 
Kestner. 
Klein Georges. 
Klenck Auguste. 
Klippel D'. 
IClotz Edouard. 
Knœrtzer Charles. 
Knœrtzer Jules. 
Kœchlin Camille. 
Kœghlin Charles. 
Kœchlin D*. 

Kœchlin-Dollfus Eugène. 
Kœghlin-Dollfus Marie. 
Kœchlin Edouard. 
Kœchlin Edouard. 
Kœchlin Emile. 
Kœchlin Fritz. 
Kœchlin Isaac fils. 
Kœchlin Jacques (Veuve). 
Kœchlin Joseph. 
Kobchlin Jules. 
Kœchlin-Klippel E. 
Kœchlin Léon. 
Kœxhilin Rodolphe 
Kœchlin-Schwartz a. 
Kœhler Jules. 
Kœnig Emile. 
Kœnig Eugène. 
Kœnig Gustave. 
Kohler Emile. 
KoHLER Eugène. 
Kohler Mathias. 
KuHLMANN Eugène. 
Kullmann Alfred. 

KULLMANN Auguste fils. 

Kullmann Paul. 
Kullmann-Sandherb. 



Digitized by 



Google 



— 144 — 



MM. 
Lacroix (De) Camille 
Lacroix (De) Victor. 
LiEDERicH Charles père. 
LlEderich Jean fils. 
Lederich-Weber. 
Lalance Auguste. 
Lalange Ernest. 
Lampert Benjamin 
Lanhoffer Edouard. 
Lantz Benoît. 
Lantz Isaac. 
Lantz Lazare. 
Laurent Auguste. 
Laurent D*. 
Lbgay Louis. 
Lehr Louis. 
Lesage-Gœtz. 
Lesguyer Lucien. 
Lloyd Henri. 
Maisch Robert. 
Mantz-Blegh Jean. 
Mantz Jean. 

MANSBENDEL-HARlIiftANN J.-J. 

Marquiset Armand. 
Meininger Ernest. 
Meistermann Nicolas. 
Mercklen F.-P. père. 
Metzger Albert. 
Metzger Oscar. 
Meunier-Dollfus Charles. 
Meyer Alfred. 
Meyer Emile. 
Meter frères. 
Meyer Henri. 
Meyer Robert 
Michel Auguste. 
MTfHRT^ Fritz. 
Mma Edouard. 
Misa Charles (Veuve). 



MM. 

Mieg-Kœschlin Jean* 
MiEG Mathieu. 
MiEG Mathieu (Veuve). 
Miquey E. 
Mœhler François. 
MoLL Louis. 
Mossmann Xavier. 
Muller-Benner, 
MuLLER Emile. 
MuLLER Henri fils. 
MuLLER Louis. 
Muntz-Sghldmberger (M**). 
MuTTERER A. père. 
N-EGELY Alfred. 
NiBGELY Charles. 
Neyser Jean. 
NriHARD Xavier. 
Oberlin Charles. 
Orth J., pasteur. 
OsnER Louis. 
Petit Auguste fils. 
Pétry Emile. 
Picard H.-P. 
Platen Théophile. 

POUPARDIN. 

Rack Iwan. 
Rayé Emile. 
Reber-Dollfus. 
Redler F.-J. 
Rey Emile. 
RiSLER Adolphe. 
Risler-Chalandre. 
RiSLER Jean. 
RisLER-ScHCEN Henri. 
Ristelhuber PauL 

ROCHET. 

Royet Claude. 
RûCKERT Julea 
Sgh£ffer Gustave. 



Digitized by 



Google 



— 145 — 



MM. 
ScH^rrTY Martin. 

SCHALLER V.-S. 

ScHAUENBERG Rodolphe. 
Sgheidegker E. 
ScHEEDECKER Henri. 

SCHERR J. 

ScHEURER Oscar. 
ScHiEB Edouard. 

SCHLUMBERGER AlphOnSO. 

ScHLUMBERGER Amédée. 
Sghlumberger Ed.-Âlbert 

SCHLUMBERGER EmeSt. 

Sghlumberger Frédéric. 
Sghlumberger Georges. 
Sghlumberger Jean. 
Sghlumberger Jean fils. 
Sghlumberger Jules. 
Sghlumberger J.-Albert. 
Sghlumberger-Sengelin. 
Sghlumberger Théodore. 
Sghmalzer-Kœghlin (¥•). 
Sghmerber Camille. 
Sghœn Camille. 
Sghœn Daniel fils. 
Sghœn Daniel père. 
Sghœn Fritz. 
Sghœn Gustave. 
Sghœn J.-Bemard. 
Sghœn J. de Frédéric. 
Sghœnhaupt Louis. 
Sghœninger Jean. 
Sghrott j. 
Schumacher Jean. 
Schwarberg Henri. 
ScHWARTZ Adolphe. 
Schwartz Edouard. 
ScHWARTz Oscar, 
Schwekguth-Coudray Ch. 
Seigeot s. 



MM. 

SiEGRIST. 

SiMONET Eugène. 
Spœrlein Auguste. 
Spœrry Albert 
Spœrry Henri. 
Stein Adolphe. 
Steinbagh Georges. 
Steiner-Dollfus Jean. 
Stelner-Sghœn. 
Steinlen Vincent. 
Stengel-Sghwartz Al. 
Stetten (De) Frédéric. 
Stœber Adolphe. 
Stceber Auguste. 
Stœgker Jacques. 
Stoffel Georges. 
Stoll-Gûntber André. 
Taghard Albert. 
Thierry Gustave. 
Thierry-Mieg Auguste. 
Thierry-Mieg Charles. 
Thierry-Mieg Edouard. 
Tournier Charles. 
TouRNiER Wladimir. 
V0GELSA.NG Joseph. 
Wagker Albert. 
Wagker Edouard. 
Wagker-Sghœn (Veuve). 
Wagner Auguste. 
Wagner Edouard. 
Walther-Meunier. 
Walther Oscar. 
Waltz André. 
Wantz Georges. 
Weber-Jacquel. 
Wegelin Gustave. 
Wehrlé-Sonderbgger, 
Weighant J.-H. 
Weimann Charles. 



Digitized by 



Google 



— 146 



MM. 
Weiss Albert 
Weiss-Fries. 
Weiss Jacques. 
Weiss-Schldmbergeb E. 
Weiss-Sghlumberger Math. 
Weïss-Zuber Armand. 
Welter Emile. 
Werner D'. 
Wigk-Spœrlein Charles. 
WiLD Eugène. 
WiLLMANN César. 
Wohlsghleoel Oscar. 
Wolff-Thierry (Veuve). 
Wurtz Fritz, 
Z'bero Jacques. 
Zengerlin Gustave. 
Zetter Edouard. 



MM. 
Zetter Emile. 
Zetter Henri. 
Ziegler Emile. 
ZiEGLER Gaspard. 
Ziegler Jean. 
Zœgler Jules. 

ZlMMERMANN Michel. 

ZiNDEL Henri. 
Zindel Octave. 
ZisLiN Antoine. 
ZuBER Ernest. 
ZuBER Frédéric père. 
ZuBER Victor. 
ZuNDEL Charles. 
ZuNDEL Emile (Veuve). 
ZuRGHER Charles. 



Digitized by 



Google 



— 147 — 
SOCIÉTÉS CORRESPONDANTES 



Société belfortaine d'émulation — Belfort Président : M. J. Die- 
trich. 

— PHiLOMATiQUE vosGiENNE — Saint-Dié. Président : M. H. 
Bardy. 

— d'émulation de Montbéliard — Montbéliard. Président : 
M. jB. Favre. 

— POUR LA conservation DES MONUMENTS HISTORIQUES D'AlSACB. 

Strasbourg. Président : M. le chanoine A. Straub. 
Allgemeine geschichtforschende Gesellschapt der Schweiz — 

Zurich. Président : Herr Prof. (?• von Wyss. 
HiSTORiscHE UND ANTiQUARiscHE Gesellschaft zu Basel. Pràsidcnt : 

Herr D'. L. Sieher. 
ScHWEiZERiscHES BuNDESARCHiY — Bern. Hcrr D' J, Kaiser, Bundes- 

archiv-Director. 
Société industrielle de Mulhouse. Président : M. Augiuste Dollfus 
Société d'histoire naturelle de Colmar. Président : M. Adolj^he 

Him. 



MEMBRES CORRESPONDANTS 



MM. Théod. de Liebenau, Directeur des archives du canton de 
Lucerne. 
le comte Egb. Fréd. de Mûlinen, littérateur, à Berne. 
Maurice de Stûrler, chancelier d'Etat, à Berne. 
J.Brucker, conservateur des archives communales de Strasbourg. 
RoD. Reuss, bibliothécaire de la ville de Strasbourg. 
J. RiNGEL, pasteur à Montbéliard. 

Ch. Schmidt, docteur en théologie, ancien professeur de l'Univer- 
sité de Strasbourg. 
D' L. SiEBER, bibliothécaire en chef de l'université de Bâle. 
l'abbé Merklen, professeur de philosophie au collège libre de 

La Chapelle s. R. 
l'abbé Hanauer, professeur au même collège. 
Arthur Benoit, littérateur, à Berthelming. 
Paul Ristelhuber^ littérateur, à Strasbourg. 



Digitized by VjOOQIC 



TABLK DES MATIÈRES 



Pages 

I. Recherches biographiques et littéraires sur les étudiants mulhou- 
siENS, immatriculés à l'université de Bâle, de 1460 à 1805, pouvant 
servir aussi de complément au Livre d'or de la bourgeoisie, Bûrger- 
buch de Mulhouse, par Auguste Stœber 5 

Introduction 5 

Explication des abréviations et des signes employés dans ce 

travail 9 

Série des étudiants mu Ihousiens immatriculés à l'université de 

Bâle d'après l'ordre chronologique de leur inscription 11 

Table alphabétique des noms avec les années de l'inscription 

sur la matricule de l'université de Bâle 62 

II. Notice biographique sur le chroniqueur mulhousien Mathieu Mieg, 

par son arrière-petit-flls Mathieu Mieg-Kroh 65 

UI. Redevances de douze maisons du vieux Mulhouse. ËxtraitduCensier, 

Zinsbuch, de la Cour de Saint-Jean, 1567, par Auguste Stœber 81 

IV. Mesures de précaution prises contre la peste par le magistrat de 

Mulhouse dans les années 1667, 1720, 1721 et 1722 90 

V. La Jeunesse de Charles Gérard, par Paul Uissteihuber 91 

VI. La Confrérie des charrons d'Alsace, par X. Mossmann 101 

VII. Propriétés des Clarisses de Mulhouse a Deinheim, communiqué par 

X. Mossmann Ii4 

VIII. Note sur deux reliquaires de saint Anastase, qui ont existé jadis 

en Alsace et en Lorraine, par C. Schmidt 125 

IX. Les Armoiries des comtes de Thierstein, anciens seigneurs du village 

de Riedisheim 131 

X. Notices nécrologiques sur N. Eursam, vice-président du Comité d'ad- 
ministration du Musée historique, et D. Fischer, membre correspon- 
dant, par X. Mossmann 133 

1 . Nicolas Ehrsam 133 

2. Dagoberl Fischer 137 

Comité dadministration du Musée historique 110 

Liste des souscripteurs Ul 

Sociétés correspondantes 147 

Membres correspondants 147 



Digitized by VjOOQIC 



? 



^