(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements"

& 



* 



CATALOGUE GENERAL 



DES 



MANUSCRITS 

DES BIBLIOTHÈQUES PUBLIQUES 

D^S DÉPARTEMENTS 

FHHUK SOUS LES AIISPICKS Dl MINISTRE DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE 

TOME V 
\l E TZ — \ E R I) l \ — < : H A R L K V I L L K 




PARIS 



nrpRi\ïi:iiiK nationale 



M DtiCfi LXXI\ 




eu- 



LvV 



>$&% 



Digitized by the Internet Archive 
in 2013 



http://archive.org/details/cataloguegnralde05fran 






r r 



CATALOGUE GENERAL 



DES 



MANUSCRITS 

DES BIBLIOTHÈQUES PUBLIQUES 



DES DEPARTEMENTS 



TOME V 



\ 



c- i 






CATALOGUE GENERAL 



DES 



MANUSCRITS 

DES BIBLIOTHÈQUES PUBLIQUES 

DES DÉPARTEMENTS 

PUBLIÉ SOUS LES AUSPICES DU MINISTRE DE L'INSTRUCTION PURL1Q1 E 

TOME V 
METZ — VERDUN — CHARLEVILLE 





"3*2 



PARIS 

IMPRIMERIE NATIONALE 



M DCCC LXX1X 



AVERTISSEMENT. 



Le tome Velu Catalogue général des manuscrits des bibliothèques 
des départements 1 esl. consacré aux collections des villes de Metz, de 
Verdun et de Charleville. Le nom seul de la première de ces villes 
indique suffisamment que le volume était déjà sous presse avant les 
événements de 1870-1871. 

-La Notice qui suit, et que nous devons à la collaboration de 

M. Prost, fera connaître dans quelles circonstances a été composé le 

Catalogue des manuscrits de Metz, dont la partie principale (Notices 

dus manuscrits 1-750) est l'œuvre de M. Jules Quicherat et date de 

pour la confection de ce cataio^ 

numéros 1 à 7 5o, et le nouveau fond*. , , ro 

' . y hin se compose de 1 58 011- 

L'ancien fonds, constitué le premier, corr ,» A * , , 0/ . . 

r v. ' ..• M. Michelant, en 1860. A 

ces 1 58 numéros sont venus depuis s'ajouter 2 38 manuscrits, moins 

importants, dont le bibliothécaire, M. l'abbé Didiot, a bien voulu 

nous communiquer la description. 

Le Catalogue de la collection de Charleville est le résultat d'une 
mission confiée en 18/12 à M. Jules Quicherat par le Ministre de 
l'instruction publique. 

M. Gaston Raynaud, qui a revu sur les manuscrits mêmes les 
épreuves du Catalogue de Charleville, a dressé les tables par les- 
quelles se termine le présent volume. 

1 La Commission chargée de publier ce Defrémery, Hauréau, Jourdain, Mever , 
Catalogue est ainsi composée : MM. De- Michelant, J. Quicherat .Tliurot, Cocheris , 
tisle, président, Daudrillart, Bellaguet. secrétaire, G. tlaynaud, secrétaire-adjoint. 

MAI». DES BIBI-. V. A 



NOTICE 



SU H 



LA COLLECTION DES MANUSCRITS 

DE LA BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 



Les manuscrits de la bibliothèque de Metz portés au Catalogue géné- 
ral de 1870 sont au nombre de 1 o3 1 , sous 1029 numéros dont 2 nu- 
méros bis 1 . Classés ainsi en une série unique, ces manuscrits appar- 
tiennent en réalité à deux fonds distincts mis à la suite l'un de l'autre 
pour la confection de ce catalogue : ï ancien fonds, comprenant les 
numéros 1 à 760, et le nouveau fonds, les numéros 761 à 102g 2 . 
L'ancien fonds, constitué le premier, comme son nom l'indique, ren- 
ferme des manuscrits grecs, latins et français et un petit nombre en 
langues modernes étrangères, allemande, italienne, portugaise, 
quelques-uns même en langues orientales. Ces manuscrits traitent de 
matières diverses, lettres, sciences, arls et antiquités; le catalogue 
n'en a jamais été publié 3 . Le nouveau fonds, nommé aussi fonds de 

Les deux numéros bis sont C)44 bis et après les nouveaux numéros, 751 à 1020,. 

97/i bis. Depuis la confection et la révision qui leur sont attribués dans ce catalogue, 
du catalogue de 1870, quelques dons et 3 Pendant que durait l'impression du 

acquisitions ont augmenté de 33 articles le catalogue général commencée en 1870, 

nombre des manuscrits de Melz, et en ont M. Victor Jacob, ancien bibliothécaire de 

porté, en 1876, les cotes de 1029 à 1062. la ville de Melz, a publié dans le volume 

Il est bon de dire ici que les manus- de 187^ des Mémoires de la Société d'his- 

crits du nouveau fonds ou fonds historique toire et d'archéologie de la Moselle, un 

portent encore à la bibliothèque de Metz catalogue du fonds ancien des manuscrits 

leurs anciens numéros, 1 à 279, rappelés de Metz. Le catalogue de M. Victor Jacob 

entre deux crochets au catalogue de 5870 repro luit à peu près, sauf quelques modi- 



iv NOTICE 

l'hôtel de ville ou fonds historique, constitué ultérieurement par le 
transport à la bibliothèque <run premier lot de manuscrits emprunté 
aux archives de l'hôtel de ville et complété graduellement par des 
dons et par des acquisitions successives, contient des manuscrits latins 
et français, concernant spécialement l'histoire deMelzetde la province; 
un catalogue de ce fonds a été publié en i 856 par M. Clercx, biblio- 
thécaire de la ville. 

En présence d'un catalogue complet, qui réunit pour la premier» 
lois sous une seule série de numéros 1 les deux fonds que nous venons 
de mentionner, il semble opportun de donner quelques renseigne- 
ments sur la manière dont ils sont constitués, ainsi que sur l'origine et 
sur le caractère des documents qu'ils renferment. Les indications 
relatives à ce triple objet se distribuent naturellement en trois groupes 
distincts; leur exposition formera également trois chapitres dans la 
présente notice : chapitre 1. Formation et classement de la collection; 
chapitre H. Description des fonds originaires qui en ont fourni les élé- 
ments; chapitre III. Description des manuscrits qu'elle contient. 

CHAPITRE I. 

FOKMATION ET CLASSEMENT DE LA. COLLECTION. 

Entrant immédiatement en matière, nous allons exposer d'abord 
tout ce crue nous savons sur la formation des deux fonds qui ont con- 
stitué jusqu'à ce jour la collection des manuscrits de la ville de Metz, 
sur la composition de ces fonds et sur les classements antérieurs dont 
ils ont été déjà l'objet à plusieurs reprises. Ces dernières indications 
seront utiles à ceux surtout qui , ayant consulté à diverses époques les 

iications, le travail de M. J. Quicheratqui général de 1870 des mannscrils de Metz. 
sert de fondement a celui de 1870; mais Ces renvois sont toujours compris entre 
d ne contient que 718 numéros, tandis (les crochets carrés [] exclusivement con- 
que, pour l'ancien fonds, celui-ci en con- sacrés ici à cet emploi, tandis que les ren- 
dent 750. vois d'une autre nature sont tous enfermés 

' La présente notice contient de nom- dans des parenthèses ordinaires (). 
breux renvois à ces numéros du Catalogue 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 

manuscrits de Metz, ou qui, les trouvant aujourd'hui mentionnés dans 
des travaux, pour lesquels ces documents ont été employés précé- 
demment, auraient sans cela quelque peine à retrouver, dans l'arrange- 
ment actuel, les ouvrages qui ont servi à ces études antérieures. A(in 
de faciliter ces recherches souvent si nécessaires aux travailleurs, nous 
joindrons à nos explications sur les classements divers des manuscrits 
de Metz deux tables de concordance qu'on trouvera imprimées à la 
suite de la présente notice et qui mettent en regard les unes des autres, 
la première pour l'ancien fonds, la seconde pour le nouveau fonds ou 
fonds historique, les notations relatives à leurs classilications anciennes 
et celles qui appartiennent à la classification suivie dans le catalogue 
général de 1 870. 

Ancien fonds. — L'ancien fonds des manuscrits de Metz a pour origine 
la réunion d'une partie des documents confisqués, lors de la Révolution , 
sur les maisons religieuses et autres établissements supprimés et sur 
les émigrés. Ces confiscations avaient été opérées en exécution de 
diver-s décrets, dont le premier était celui du 2 novembre 1 789, par 
lequel l'Assemblée Constituante mettait à la disposition de la nation 
les propriétés ecclésiastiques. Un dépôt, destiné à recevoir indistinc- 
tement les imprimés et les manuscrits provenant des bibliothèques 
atteintes par ces mesures, fut en conséquence organisé au chef-lieu 
de chaque département. Le dépôt de Metz reçut les objets de ce genre 
ayant appartenu aux chapitres, abbayes et monastères de la ville et 
des environs, ainsi qu'à l'ordre des avocats du parlement de Metz, et, 
un peu plus tard, quelques autres venant de la résidence ducale de 
Deuv-Ponts. Les établissements religieux supprimés alors ne possé- 
daient vraisemblablement pas tous des manuscrits. Ceux qui en ont 
transmis à la collection actuelle sont : dans la ville de Metz, la Cathé- 
drale, la collégiale de Saint-Sauveur, les abbayes d'hommes de Saint- 
Arnould, de Saint-Clément, de Saint-Symphorien, de Saint-Vincent, 
l'abbaye de femmes de Sainte-Glossinde, les maisons des Jésuites, des 
Célestins, des frères Prêcheurs, des grands Carmes, des Trinitaires, 



VI 



NOTICE 



des Minimes, des Récollets, des Carmes déchaussés, des prêtres de la 
Mission, des religieuses de la Congrégation, des Carmélites, des reli- 
gieuses de la Présentation; et, au dehors de la ville, les abbayes de 
Longeville ou Saint-Martin- de-Glandières, de Villers-Betnach et de 
Tholey, la chartreuse de Rettel, le prieuré de Sainte-Barbe, les Au- 
gustins et les Capucins de Thionville, et les Récollets de Longwy 1 . 

La municipalité de Metz, chargée, en conséquence du décret de 1789, 
de pourvoir à la conservation des livres et des manuscrits confisqués, 
en avait prescrit la réunion à l'hôtel de l'Intendance (Préfecture 
actuelle) et en avait fait faire immédiatement un inventaire ou plutôt 
un état sommaire, déposé, est-il dit dans un document du temps, an 
secrétariat de la commune par un membre de celle-ci, le citoyen 



' Il peut être intéressant de rapprocher 
de ces indications ia liste des établissements 
religieux de la ville de Metz el du dehors 
supprimés en 1790, et dont les archives 
particulières , enlevées en même temps que 
leurs bibliothèques, ont été apportées au 
dépôt des archives départementales où 
elles sont encore aujourd'hui. Ces établis- 
sements sont, pour la ville de Metz : 
l'Evêché, la Cathédrale, les collégiales de 
Saint-Sauveur et de Saint -Pierre-aux- 
Images, de Saint-Thiebault et de Sainte- 
Reinette, les séminaires, les fabriques des 
paroisses , la confrérie des prêtres , la caisse 
de retraite des prêtres, le Collège (repré- 
sentant l'ancienne abbaye de Sainte-Croix 
ou Saini-Eloy), la Charité du bouillon, les 
abbayes de Saint-Arnould, de Saint-Clé- 
ment, de Saint-Symphorien , de Saint- 
Vincent, les chanoines réguliers de Saint- 
Augustin , les Cé'estins , les Jacobins (frères 
Prêcheurs), les Grands Carmes, les che- 
valiers de Saint-Jean (ord. de Malte), les 
Trinitaires, les Antonistes, les Auguslins, 
les Minimes, les Carmes déchaussés, la 
Propagation (hommes), l'abbaye de Sainte- 



Glossinde, le chapitre royal des dames de 
Saint-Louis (anciennes abbayes de Saint- 
Pierre el de Sainte-Marie) , les Madeleines, 
les Clarisses, les Prêcheresses, la Congré- 
gation, la Visitation, les Ursulines, la 
Propagation (femmes), les Carmélites, la 
Présentation , le Refuge et la maison 
de la Doctrine chrétienne; pour le dehors 
de la ville de Metz : la collégiale de 
Mars-la-Tour, les abbayes de Gorze, de 
Saint-Martin-lès-Melz, de Saint- Avold, de 
Longeville ou Saint-Marlin-de-Glandières, 
de Bouzon ville, de Villers-Betnach, de 
Freistroff, de Justemont, de Sainl-Pierre- 
mont, de Rettel, de Teterchem, les prieu- 
rés de Sainte-Barbe et de Rozérieulles, les 
Bénédictines de Saint-Avold, les Récollets 
de Boulay, les religieuses de Bustroff, le 
collège de Longuyon, les Carmes et la 
Congrégation de Longwy, le couvent de 
Saint-Jean-de-Marville, les Bénédictines 
de Montigny, les Augustins, les Capucins, 
les Clarisses et l'hôpital de Thionville, les 
Capucins de Sarrebourg, les Capucins de 
Sarrelouis, et les fabriques de quelques 
paroisses rurales des environs de Metz. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. vu 

Bauzin, ci-devant chanoine de Saint-Sauveur. Cet inventaire est 
aujourd'hui perdu. Un sieur Grisel lut en même temps chargé de fane 
un catalogue détaillé des livres réunis à l'Intendance. Il s'occupa il 
encore en 1 792 de ce travail, qui n'a été, qu'on sache, jamais terminé. 
C'est Grisel qui reçut le iG décembre 1792 les commissaires du dis- 
trict envoyés à l'Intendance pour faire la recherche et opérer la des- 
truction des nobiliaires et autres ouvrages de ce genre qui pouvaient 
s'y trouver. Les inventaires des livres confisqués leur furent présentés, 
dit le procès-verbal relatant cette opération, laquelle parait du reste 
avoir été accomplie avec une certaine modération, de manière à don- 
ner satisfaction aux passions du moment, sans faire pour cela de trop 
grands sacrifices. Nous relatons le fait parce qu'on trouve dans le pro- 
cès-verbal qui s'y rapporte la mention des travaux d'inventaire exécutés 
dans ces premiers temps au dépôt de l'Intendance 1 . Les livres et manus- 
crits restèrent là plusieurs années encore, sous la garde d'un sieur 
Lallemant, jusqu'à la constitution de la bibliothèque formée en exé- 
ution du décret du 20 octobre 1795 (3 brumaire an iv), qui pres- 
crivait l'ouverture d'un établissement de ce genre auprès de l'école 
centrale instituée au chef-lieu de chaque département. M. Duhamel 2 , 
nommé bibliothécaire départemental, fut chargé de l'installation de la 
nouvelle bibliothèque, opération commencée dans le cours de l'année 
1 796 et terminée en 1799 seulement. 

La création de la bibliothèque départementale avait nécessité le 
transport des livres et des manuscrits de l'hôtel de l'Intendance à 

1 Ce procès-verbal, qui existe encore aux genre, le Dictionnaire de la Noblesse , <ie.-> 
archives de la ville, a été reproduit par le traités de blason et le Dictionnaire de Ain- 
général de Boblaye, dans les notes de son reri, qui furent , est-il dit, portés immédia- 
Histoire de l'abbaye de Saint- Arnoiùd (in-8°, tement sur la place de la Loi et brûlés au 
Metz, 1857, p. 1 46). Cette pièce mentionne pied de l'arbre de la Liberté, 
les ouvrages, au nombre de 29, sacrifiés 2 M. Duhamel, né en 173/1, était fris 
dans cette circonstance. Ce sont tous des d'un avocat au parlement, et depuis 1778 
imprimés, parmi lesquels on remarque : membre titulaire de l'ancienne académie 
le Nobiliaire de Lorraine, de dom Pelletier, de Metz (Société royale des sciences et 
les Généalogies des maisons du Cbàtelet, arts), pour laquelle il a composé divers 
de Béthune et quelques autres du même mémoires. 



VIII 



NOTICE 



celui du Gouvernement (Palais de Justice actuel), ce qui avait eu lieu 
graduellement de 1 796 à 1 799. La transformation de la bibliothèque 
départementale en bibliothèque municipale devait bientôt entraîner 
pour eux un nouveau déplacement et leur installation définitive à l'an- 
cienne église des petits Carmes ou Carmes déchaussés (Bibliothèque 
actuelle). Il est impossible que bien des pertes, peut-être même de 
coupables dilapidations, n'aient pas été la conséquence de pareilles 
opérations. 

La loi du 1 e1 ' mai i 802 (11 floréal an x) ayant supprimé les écoles 
centrales auxquelles devaient être bientôt substitués les lycées, un 
arrêté du premier consul du 28 janvier i8o3 (8 pluviôse an xi) mit à 
la disposition et sous la surveillance des municipalités les bibliothèques 
instituées près de ces établissements, sur lesquelles, à la fermeture de 
ceux-ci, les scellés avaient dû être apposés, en exécution d'un arrêté 
du 16 octobre 1802 (2/1 vendémiaire an xi). La constitution de la 
bibliothèque de la ville était la conséquence de ces décisions. Elle ne 
put cependant pas être réalisée immédiatement. La municipalité 
nomma, en juin 180A seulement, un bibliothécaire, M. Jaubert (le 
comte de Jaubert), et en i8o5 un sous-bibliothécaire (aide-bibliothé- 
caire), M. Duhamel, précédemment bibliothécaire du département et 
de l'école centrale. L'appropriation des locaux destinés au nouvel éta- 
blissement ne put commencer qu'en 1806; elle demanda plusieurs 
années, et la bibliothèque de la ville ne fut ouverte au public qu'en 
novembre 1811. Sa création datait de l'arrêté du 28 janvier 1 8o3 
(8 pluviôse an xi) 1 . C'est ainsi que sont entrés dans le domaine de la 



1 Dans la situation faite à la ville de 
Metz par les derniers événements, c'est 
pour nous un devoir de ne négliger aucune 
des traditions aujourd'hui si menacées 
d oubli qui la concernent. Il nous semble 
donc opportun de donner ici un rensei- 
gnement qui n'est consigné nulle part dans 
son ensemble. C'est la liste complète des 
hommes auxquels a été confié depuis l'ori- 



gine le dépôt littéraire et scientifique 
dont il est question dans cette notice. 
Nous avons eu quelque peine à reconsti- 
tuer cette liste malgré le peu d'éloigne- 
ment des faits. Les bibliothécaires de la 
ville de Metz ont été, depuis l'institution 
première de sa bibliothèque jusqu'à au- 
jourd'hui : M. de Jaubert, i8o4-i823; 
M. Holanclre, 182,3-18/io; M. Clercx , 



IX 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 

ville les manuscrits de son ancien fonds, avec un loi considérable de 
livres imprimés, d'où furent tirés, après diverses restitutions aux émi- 
grés rentrés, quelques milliers de volumes pour constituer les deux 
bibliothèques du lycée et de l'évêché. 

Ces indicalions chronologiques ont leur importance, parce que c'est 
antérieurement à cette date du 28 janvier i8o3 que plusieurs pièces 
de grande valeur furent détachées du dépôt de Metz, pendant une 
période où, à partir du i er mai 1802, les livres et manuscrits étaient 
rentrés purement et simplement dans le domaine de l'Etat, par suite 
de la suppression des écoles centrales et de leurs bibliothèques. De 
précieux monuments furent ainsi, au mois de novembre 1802, trans- 
portés, par mesure administrative, du dépôt ci-devant départemental 
de la Moselle à la Bibliothèque nationale, à Paris, où ils sont aujour- 
d'hui. Ces manuscrits, au nombre de 16, provenaient presque tous de 
l'ancien trésor de la cathédrale 1 . C'étaient 1 1 évangéliaires, aussi pré- 
cieux par leur antiquité et le luxe de leur exécution que par la 



i84o-i 863; M. Ad. Malherbe. 1860- 
1 864; M. V. Jacob et M. Lorrain ensemble, 
186/1-1871 ; M. Lorrain seul, de 1871 S 
1878; M. Schuster, précédemment profes- 
seur aux écoles de la ville, bibliothécaire 
actuel depuis le 2 5 janvier 1874. — Les 
sous-bibliothécaires ont été en même temps : 
M. Duhamel, i8o5-i8n; M. Pouilly, 
i8n-i8i3; M. l'abbé Gaudrez, i8i3- 
1821; M. Holandre, 1821-1823; M. Au- 
burtin, 1823-1827; M. Michel, 1827; 
M. Clercx, 1827-18/10; M. Ad. Malherbe, 
i84 i-i863 ; MM. Jacob et Lorrain simul- 
tanément, 1 863-1 864; M. Burtin, sous- 
bibliothécaire actuel depuis le 1 5 novembre 
1872. Il nous sera permis de nommer avec 
les conservateurs des I ivres et des manuscrits 
de la bibliothècpje de Metz deux hommes 
qui, dans un emploi plus modeste, les ont 
assistés avec zèle dans leurs utiles fonctions , 
François Tournois et son fils Auguste 

MAX. DES B1BL. V. 



Tournois, l'un après l'autre gardiens pen- 
dant trois quarts de siècle de nos collections 
scientifiques et littéraires, lesquels, depuis 
l'origine du dépôt, se sont transmis et nous 
ont conservé bien des traditions et des 
souvenirs qui sans eux auraient péri. 

1 La Bibliothèque nationale possède 
encore d'autres manuscrits de la cathé- 
drale de Metz, i5 notamment, parmi 
lesquels les Heures et la Bible de Charles 
le Chauve, donnés en 1675 et 1676 par le 
chapitre au minisire Colbert , qui rendit 
en échange pour les Heures un portrait 
du roi, et pour la Bible un crucifix d'ar 
gent (L. Delisle,Le Cabinet des manuscrits 
de la Bibliothèque imp. , 1. 448). Ce cruci- 
fix est vraisemblablement celui qui, dans 
un inventaire de 1776 du trtsor de la 
cathédrale, est décrit ainsi : «Une grande 
« croix d'argent bien travaillée où sont les 
«armes de M. de Colbert, pezante suivant 

B 



NOTICE 



richesse de leurs couvertures ornées de pièces d'orfèvrerie, d'ivoires 
sculptés et de pierres précieuses, une Bible, deux missels, un livre 
d'heures et une copie ancienne de divers traités de saint Augustin. 
La description détaillée de ces manuscrits avait été conservée par 
M. Duhamel à l'époque de leur transport à Paris; elle a été, d'après 
ses notes, reproduite par M. Clercx, dans la préface de son Catalogue 
du fonds historicn_ie des manuscrits de Metz, imprimé en i856 l . 

Malgré la perte des i 6 volumes transportés à Paris en 1 802 , le fonds 
de manuscrits dévolu à la ville en i8o3 était encore infiniment pré- 



« les anciens inventaires vingt neuf marcs. » 
Tel est le prix pour lequel a été aliénée 
en 1675 par le chapitre de la cathédrale 
de Metz la Bible dé Charles le Chauve. 

1 Les 1 6 manuscrits transportés en 1 802 
de Metz à Paris sont : 1° Evangéîiaire du 
ix c siècle : couverture de velours bleu or- 
née de vermeil et de pierreries, 226 fo- 
lios, i5 pouces sur 10 pouces 7 lignes; 
2 Evangéîiaire du Vin' ou du ix c siècle : cou- 
verture de velours cramoisi, ornée d'ivoire 
sculpté etde fermoirs en vermeil, 263 folios, 
1 1 pouces 9 lignes sur 9 pouces; 3° Evan- 
géîiaire du x° siècle: couverture de velours 
vert, ornée d'ivoire sculpté et de fermoirs de 
vermeil, îgôfolios, 12 pouces sur 8 pouces 
C) lignes; 4° Evangéîiaire du X e siècle : 
couverture de velours jaune , ornée 
d'ivoire sculpté et de fermoirs de vermeil, 
i85 folios, 1 1 pouces 6 lignes sur 6 pouces 
2 lignes; 5° Evungéliaire du xi e siècle : 
couverture de velours bleu , ornée d'ivoire 
sculpté et de fermoirs d'argent, 192 folios , 
1 1 pouces 9 lignes sur 8 pouces 9 lignes; 
6° Evangéîiaire du xi e siècle : couverture 
de velours jaune, avec une garniture mo- 
derne en argent, 182 folios, 11 pouces 
io lignes sur 8 pouces 9 lignes; 7 Evan- 
géîiaire du xii" siècle : couverture de ve- 
lours bleu avec fermoirs en argent , 1 70 fo- 



lios, 12 pouces l\ lignes sur 6 pouces 
9 lignes ; 8° Sacramentaire du ix e siècle , 
avec une liste en vers des évêques de Metz 
jusqu'à Angelram et un catalogue jusqu'à 
Drogo : couverture de velours bleu, ornée 
d'ivoire sculpté et de fermoirs en argent. 
128 folios, 9 pouces 10 lignes sur 7 pouces 
8 lignes; g" Evangéîiaire du xi e siècle : 
couverture de velours violet, ornée d'an- 
neaux d'argent; io° Missel du xvi° siècle . 
couverture de velours cramoisi, ornée de 
plaques et de fermoirs en vermeil, ili2 fo- 
lios, 12 pouces 7 lignes sur 7 pouces 

6 lignes; 1 1° Bible du xi 11 e siècle, avec des 
fermoirs en vermeil; 1 2° Heures du xv e siè- 
cle, ornées de miniatures, in-8"; i3° Médi- 
tations de saint Augustin , etc. du xv c siècle: 
couverture de velours bleu, avec bordure 
et fermoirs en argent, 95 folios, 1 1 pouces 

7 lignes sur 8 pouces 3 lignes; i4° Evan- 
géîiaire An xm e siècle: couverture de cuir, 
avec une plaque de cuivre sculptée, \n-li": 
i5° Evangéîiaire du xi° siècle : couverture 
de velours violet, ornée d'ivoire sculpté: 
16° Evangéîiaire du xi e siècle : couverture 
ornée d'une plaque d'argent fleurdelisée, 
représentant un crucifix. Voir les cotes ac- 
tuelles de ces articles dans Le Cabinet des 
manuscrits, etc., par L. Delisle, II, \k 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. x. 

cieux. Suivant une tradition dont le souvenir s'est transmis oralemcni 
jusqu'à nous, un inventaire détaillé en aurait été fait, antérieurement 
à cette dernière date, par le bibliothécaire du département, M. Duha- 
mel, aidé de dom Maugérard, ancien bénédictin et dernier bibliothé- 
caire de Saint-Arnoidd '. Il serait résulté, dit-on, de ce travail un 
premier catalogue en cartes qui a disparu aujourd'hui, mais qui aurait, 
ajoute-t-on, servi à la rédaction du plus ancien catalogue que nous 
possédions de l'ancien fonds des manuscrits de Metz, rédigé vers 
1 832-1 833 d'après ces cartes, par M. Holandre, successeur de M. de 
Jaubert dans l'emploi de bibliothécaire de la ville. 

Dans le catalogue de M. Holandre, les manuscrits de l'ancien fonds 
étaient classés sous 710 numéros, en différentes sections, d'après la 
nature de leur sujet : théologie, jurisprudence, sciences, lettres, his- 
toire, antiquités, variétés; et chaque article était accompagné d'une 
cote se rapportant à l'arrangement matériel des volumes sur les rayons. 
Cet arrangement , tout à fait indépendant du classement méthodique 
introduit dans le catalogue, était réglé tout simplement d'après les 
formats. Les manuscrits étaient distribués pour cet objet en huit séries, 
depuis les plus grands marqués A, en passant par les moindres sous 
les lettres B, C, D, E, F, G, jusqu'aux plus petits marqués H. Chaque 
volume portait au dos, sur une étiquette, la lettre de la série où il 
était rangé, accompagnée d'un numéro d'ordre spécial à cette série. 
La série A comprenait 34 numéros, la série B 4-1» la série C ^9 , la 
série D 99, la série E i 1 7, la série F 126, la série G 1 2 1 , la série H 
1 3 1 ; les huit séries donnent un chiffre de 7 1 7 numéros, qui, en 
raison de quelques erreurs commises dans la numérotation des séries, 
doit être réduit 8710, nombre réel des articles compris dans le 
catalogue rédigé par M. Holandre. Telle était la constitution de l'an- 

Cest à dom Maugérard qu'est dû le la collection de manuscrits de la ville 

catalogue des manuscrits de la cathédrale [n°822, f. 55], ne permet aucun doute 

de Metz dressé en 1 -65 et parvenu jusqu'à sur la compétence du savant bénédictin en 

nous. Ce travail remarquable, dont une cette matière, 
copie se trouve dans un des recueils de 



\I1 



NOTICE 



cien fonds en 1 832-1 833, lors de la confection de ce catalogue. Les 
changements qui avaient pu affecter antérieurement le fonds des ma- 
nuscrits, depuis sa première formation en 1 789 jusqu'à cette époque, 
échappent à notre appréciation, par suite du manque de renseigne- 
ments, sauf en ce qui concerne les 16 manuscrits transportés à Paris 
en 1802. Nous connaissons au contraire suffisamment et nous pou- 
vons suivre les modifications qu'il a subies ultérieurement. Nous 
allons les indiquer succinctement. 

Quelques manuscrits, entrés dans la collection par suite de dons 
ou d'acquisitions et intercalés dans les anciennes séries A-H, avec des 
notations bis, ter, etc. ou avec des numéros à la suite des anciens, 
portent graduellement le nombre des articles de l'ancien fonds du 
chiffre de 710, qu'il avait dans le catalogue de 1 832-1 833, à celui 
de 726, auquel il était parvenu en 1 84- 1 , lorsque M. J. Quicherat, en 
mission à Metz pour en faire le catalogue, exécute le travail qui a 
servi de fondement à la tardive publication qui est faite aujourd'hui. 
Douze à quinze ans plus tard (1 852 -1 856), l'ancien fonds perd en 
deux fois 4o articles transportés, en raison des matières dont ils 
traitent, dans le nouveau fonds ou fonds historique, où ils figurent 
depuis lors 1 . Cette perte, compensée en partie seulement par quelques 
acquisitions, fait descendre le nombre des articles de l'ancien fonds 
à 686, ramené ensuite à 696, chiffre auquel il était arrêté lorsque, 
en 1864.-1866, M. Jacob, bibliothécaire, substitue à la notation du 
classement en huit séries A-H une série unique de numéros, en suivant 



1 Les 4o manuscrits de l'ancien fonds 
Iransportés en i852 -i856 dans le nouveau 
sont ceux qui dans le premier portaient les 
cotes suivantes dont nous rapprochons, en 
les donnant entre crochets, celles qu'ils 
portent maintenant au Cataloguegénéralde 
1870. Ce sont, dans la série D, les numéros 
70 [971], 81(7913,82 [ 7 85], 83 [782], 
84[777].85[769].8G[768],8 7 [ 7 63], 
88[ 7 64], 94969]- 93[9'3], 9 4[798]. 



9 5[882], 9 6[87 7 ], 97 [.,2/0,100(778], 
101(825], 102 [ g 1 5] , 103(776], io5 
[999], 106(794]; dans la série E, les 
numéros 107 [781], 109(787], 1 i4[85c], 
n5 [842], 116 [816]; dans la série F, 
les numéros g5 [780], 96 [779], 100 
[ 77 5],io3 [84g], 106(970], 112(821]; 
dans la série G, les numéros 76(814], 

97 [77°]'9 8 [77 1 ]»99[77 a ]. lo °[77 3 î- 
101(774], 109(795], no[8i5]. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 



Mil 



du reste l'arrangement matériel des volumes sur les rayons, auquel 
correspondaient les huit séries anciennes. Les manuscrits reçoivent 
alors des étiquettes nouvelles portant les 696 numéros de la série 
unique, avec le rappel à l'encre rouge des marques antérieures 1 . 
Quelques additions font monter plus tard à 760 le nombre de ces 
manuscrits. C'est le chiffre qui figure au nouveau Catalogue, dont les 
articles de l'ancien fonds constituent, jusqu'à ce numéro 760, la pre- 
mière partie. Telle est l'histoire de ce fonds, jusqu'au moment où l'im- 
pression du Catalogue général a été décidée en 1870. 



Nouveau fonds. — Le nouveau fonds, autrement dit fonds de l'hôtel 
de ville ou fonds historique, dont il nous reste à parler, comprend au 
Catalogue général 281 articles, sous 279 numéros, ySi à 1029, dont 
2 n" s bis. Malgré son titre de nouveau fonds, justifié comme on le 
verra par la date de sa constitution, c'est lui qui contient les manus- 
crits le plus anciennement acquis par la ville. Mais ces manuscrits 
étaient restés en dépôt dans ses archives, et ce n'est qu'en 1 835 qu'ils 
en ont été tirés pour être transportés à la bibliothèque et rapprochés 
ainsi de ceux qui y constituaient depuis i8o3 l'ancien fonds. Nous 



1 Lorsque en 1864-1866 M. Jacoh opéra 
le classement des manuscrits de l'ancien 
fonds en une seule série de 696 numéros, 
les huit séries A -H n'étaient plus tout à 
fait telles que M. Holandre les avait trou- 
vées en 1 832-1 833. L'addition de quelques 
articles et la sortie de certains autres, celle 
notamment des ko manuscrits transportés 
en i852-i856 de l'ancien fonds dans le 
nouveau , avaient modifié la composition 
des huit anciennes séries. Celles-ci étaient 
en conséquence constituées ainsi : la série A 
possédait encore ses 34 numéros, et la 
série B ses 4i numéros ; la série C était ré- 
duite de 49 numéros à 47 ; la série D, de 
99 à 85 ; la série E , de 1 1 7 à 1 1 2 ; la série 
F avait encore 125 numéros; la série G, 



au lieu de 1 2 1, en avait 117, dont 4 numé- 
ros bis; la série H s'était élevée de 1 3 1 nu- 
méros à 1 35 , dont 5 numéros bis ou 1er. 
La table I de concordance que nous don- 
nons à la suite de cette notice représente 
la situation modifiée de l'ancien fonds, 
mais avant le détachement des 4o manus- 
crits transportés en i852-i856 dans le 
fonds historique; ce qui donne : pour la 
série A, 34 numéros; pour la série B, 4i; 
pour la série C , 47 ; pour la série D, 1 06 ; 
pour la série E , 117; pour la série F, 1 3 1 ; 
pour la série G, 121, plus 4 articles por- 
tant des numéros bis; pour la série H, 
i3o numéros, plus 5 articles portant des 
numéros bis ou ter. 



xiv NOTICE 

allons dire en peu de mots ce que nous savons des faits qui, avant 
cette translation aussi bien qu'après elle, ont contribué à la formation 
du nouveau fonds. 

Toute réserve faite pour ce que la ville de Metz pouvait posséder 
plus anciennement et antérieurement à nos informations, en fait de 
documents historiques, les premières acquisitions que nous ayons à 
signaler d'objets de ce genre, achetés en son nom, ne remontent pas 
plus haut que le milieu du siècle dernier. 

En 1753, la ville acquiert pour i5o livres, de M. Ruzier, conseiller 
au bailliage, les 3 volumes autographes de la Chronique de Philippe 
de Vigneulles [n os 838-S^o] qui, sortis on ne sait comment du dépôt 
municipal, ont été rachetés pour lui en 18A9, moyennant la somme 
de i,o2 5 francs, à la vente de la bibliothèque de M. le comte Emmery. 

En 1770, la vente de la bibliothèque de M. Descartes, conseiller 
au parlement de Metz, procure à la ville la possession de plusieurs 
manuscrits non spécifiés sur le registre des archives, qui se borne à 
mentionner en bloc leur acquisition. Cette origine est indiquée au 
catalogue de 1870 dans les articles eux-mêmes relatifs à quelques ma- 
nuscrits ayant cette provenance. 

En 1772 et i77^,dom Jean-François, l'un des bénédictins auteurs 
de l'histoire de Metz , vend à la ville divers manuscrits parmi lesquels 
on peut s'étonner, non sans raison , de trouver un Ancien inventaire des 
archives de Metz [n° 923] et le Grand cartulaire de la cité [n° 761]. Ce 
dernier volume, sur parchemin, exécuté presque entièrement au 
xiv c siècle, était du reste depuis longtemps déjà sorti des archives de 
la ville, s'il leur avait jamais appartenu; car, au xtii c siècle, Paul Ferry 
le citait dans ses Observations séculaires comme étant alors en la pos- 
session d'un particulier, M. de Hauconcourt. Au nombre des ouvrages 
vendus à la ville par dom Jean-François se trouvaient également le 
ISécrologe de l'hôpital Saint-Nicolas [n° 935], et une belle copie, estimée 
12 louis, de Y Inventaire des archives de Lorraine, par du Fourny, en 
12 volumes in-folio [n os 975-986]. 

Vers 1802 la ville acquiert des héritiers de M. Guelle, ancien no- 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. xv 

taire à Metz, de nombreux documents, titres et volumes manuscrits, 
provenant de dom Tabouillot, fun des auteurs de l'Histoire de Metz, 
et de M. Dupré de Geneste, secrétaire perpétuel de l'ancienne Acadé- 
mie (Société royale des sciences et arts), qui a fait d'intéressants tra- 
vaux sur nos antiquités, notamment sur la numismatique de Metz et 
des pays voisins. 

Les manuscrits de dom Tabouillot et de Dupré de Geneste réunis 
à ceux précédemment acquis par la ville et encore présents à ce mo- 
ment dans ses archives, y formaient avec eux une section spéciale 
comprenant i 3/t articles, sous le titre de Histoire de Metz et pièces 
relatives, dans l'inventaire de ce dépôt dressé par M. Lemaire, de 1 8 i i 
à 1823. C'est de là que devait sortir ultérieurement une partie nota- 
ble des documents destinés à constituer le nouveau fonds, au ca- 
binet des manuscrits de la bibliothèque l . 

En 1 833 la ville achète aux héritiers de M. le baron Marchant 
quelques manuscrits, parmi lesquels les Mémoires du notaire Ballus 
sur l'Histoire de Metz [n° 9 1 5] , des travaux de Nicolas Dilange sur 
les Coutumes [n° 778] et de Dupré de Geneste sur la Numismatique 
[n os 0,45-0,46], un recueil des Coutumes des Juifs de Metz en 17 ââ [n° 776] 
et une copie du xm c siècle du roman des Quatre fils Aimon [n° 192]. 

Les manuscrits provenant de cette acquisition ne sont plus déposés 
alors aux archives comme ceux précédemment achetés par la ville. Ils 
sont portés directement à la bibliothèque et provisoirement placés 
à la suite de l'ancien fonds. La plupart devaient en être détachés bien- 
tôt, ainsi que quelques autres acquis ultérieurement (i834), pour 
constituer avec 1 o3 articles apportés à cet effet des archives, en 1 835 , 
le premier noyau du nouveau fonds. Nous reviendrons tout à l'heure 



1 La section Histoire de Melz, etc. des mes furent en même temps réunis aux li- 

archives a cédé en deux fois au nouveau vres imprimés de la bibliothèque; 7 arti- 

fonds des manuscrits de la bibliothèque des avaient disparu , de sorte qu'il ne 

îioarticlesstir les i34 qu'elle comprenait, reste plus aux archives que à des i34 arti- 

savoir io3 en 1 835 et 7 en i852-i856; des de son ancienne section Histoire de 

1 3 autres articles qui étaient des impri- Metz et pièces relatives. 



xv. NOTICE 

sur cette opération; nous voulons auparavant épuiser le sujet des ac- 
quisitions successives qui ont concouru à la formation de ce nouveau 
fonds , dont nous venons d'indiquer en passant la création en 1 835. 

En i 83/|, la ville avait acquis des héritiers de M. Teissier, ancien sous- 
préfet de Thionville , mort préfet de l'Aude et auteur de travaux his- 
toriques, plusieurs manuscrits, parmi lesquels il faut signaler surtout 
les précieuses Observations séculaires de Paul Ferry [n os 856-858], col- 
lection inestimable de documents, accompagnée d'excellentes tables 
méthodiques, où puiseront indéfiniment tous ceux qui s'occuperont 
de l'histoire de Metz, comme le font maintenant ceux qui l'étudient 
aujourd'hui. 

En 18/19 enfin, la vente attendue depuis longtemps de l'importante 
bibliothèque laissée par M. le comte Emmery permet à la ville d'en- 
trer en possession d'une notable quantité de manuscrits et de docu- 
ments historiques du plus grand intérêt, qui viennent enrichir le nou- 
veau fonds constitué depuis 1 835, lequel se complète de i8Ô2 à 
i85G par l'adjonction de [\o manuscrits tirés, comme nous l'avons dit, 
de l'ancien fonds pour lui être annexés en raison du caractère spé- 
cialement historique de leur contenu \ et par quelques emprunts nou- 
veaux faits aux archives de la ville. 

Nous venons d'indiquer les principales sources qui ont contribué à 
la formation du nouveau fonds des manuscrits à la bibliothèque de 
Metz. Nous ne pouvons entrer ici dans le détail d'un nombre consi- 
dérable d'acquisitions et donations de moindre importance dont les 
produits sont venus graduellement l'enrichir, depuis l'époque de sa 
constitution, quand ils n'ont pas pris exceptionnellement place dans 
l'ancien fonds. Nous nous contenterons de mentionner les noms des 
donateurs, de M. le comte d'Ourches, des docteurs Fristô , Jacquot 
et Piobert-Leinen, de MM. d'Hannoncelles , Bouvier Dumolart , Victor 
Simon, de Chazelles, Puipied , Durand de Lançon, Michel, conseiller 

Cette provenance est indiquée au Ca- l'origine. Nous avons donné précédem- 
talogue général de 1870, dans les articles ment l'ensemble de ces indications, dans 
relatifs aux manuscrits dont elle explique une note (page xn, note 1). 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. x\u 

à la cour, Berteuil, Chabert, E. Larchey, J. Thilloy, O. Terquem, Du- 
fresne, Rémond, avocat, Ad. Malherbe, Clercx, Simon, professeur, 
Robinet, héritiers Vernier, Chartener, Abel, Soleirol, dont les libéra- 
lités sont réparties entre les deux fonds de nos manuscrits. On peut 
joindre à ces indications le souvenir des ventes Noël de Nancy ( i 858) , 
Leneveux de Metz, de La Roche (i 868), G. Brunet de Bordeaux 
(1872), qui ont procuré aussi d'intéressants documents aux collec- 
tions messines. 

Nous avons dit que le nouveau fonds, auquel appartiennent surtout 
les manuscrits expressément relatifs à l'histoire de Metz et de la pro- 
vince , avait été constitué en 1 835 par le transport à la bibliothèque 
de la plus grande partie des i3A articles formant jusqu'alors, aux 
archives de l'hôtel de ville, la section intitulée Histoire de Metz, etc., 
pour être joints dans le nouveau dépôt à quelques autres ouvrages du 
même genre , acquis peu de temps auparavant des héritiers de M. le 
baron Marchant et de ceux de M. Teissier. Les articles tirés ainsi des 
archives, au nombre de io3, comprenaient, quelques-uns plusieurs 
volumes , d'autres des portefeuilles renfermant un nombre plus ou 
moins considérable de liasses , dans lesquelles étaient distribuées 
des pièces détachées dont quelques-unes avaient une certaine éten- 
due. Chaque volume ayant reçu à la bibliothèque une cote distincte, 
il était résulté de l'opération une augmentation notable des io3 nu- 
méros originaires. Cette augmentation , encore accrue par l'adjonction 
simultanée à ces premiers éléments de quelques articles ayant une 
provenance différente, produit la constitution d'un nouveau fonds de 
1 35 articles, dit alors fonds de l'hôtel de ville, à cause de l'origine du 
plus grand nombre des manuscrits qu'il comprend, et plus tard fonds 
historique, à cause de leur caractère spécial. 

En quelques années, les dons et acquisitions et le démembrement 
de plusieurs portefeuilles provenant de l'hôtel de ville , dont les pièces 
groupées dans un ordre différent contribuent à la formation de nou- 
veaux volumes , font monter les 1 35 numéros du nouveau fonds au 
chiffre de 1 55 qu'il avait atteint en 1 84 1 , quand M. J. Quicherat vient 

M AN. DES B1BL. V. C 



xvm NOTICE 

à Metz, chargé par le Ministre de l'Instruction publique d'y faire le 
catalogue des manuscrits de la ville. 

De 1 84 i à î 852 , le nouveau fonds ou fonds historique subit dans 
sa constitution plusieurs changements. Quelques-uns des î 55 numé- 
ros du classement existant en i84i disparaissent, par suite du dé- 
membrement de certains portefeuilles conservés jusque-là, dont les 
liasses sont encore distribuées dans des volumes formés pour les rece- 
voir. Des articles nouveaux résultent à la fois et de cette opération et 
de l'addition faite, vers i852, de 34 manuscrits sur le nombre de 
!\o finalement transportés, comme nous l'avons annoncé précédem- 
ment, de l'ancien fonds dans le nouveau. D'autres pièces entrent en 
même temps dans ce dernier par suite d'achats et de donations. Pour 
régulariser ces changements, M. Ad. Malherbe, sous-bibliothécaire, 
fait à la date de i852 un nouveau classement du fonds historique, 
dans lequel il ne respecte que jusqu'à un certain point celui que 
M. J. Quicherat avait suivi pour ce fonds dans son travail de 1 84 i . 
Douze articles perdent leurs anciens numéros pour en prendre de 
différents. Des articles nouveaux sont substitués à ceux qui ont dis- 
pans et prennent les numéros laissés vacants par eux; d'autres sont 
intercalés avec des notations bis, 1er, etc., parmi les anciens. Quel- 
ques-uns enfin, qui n'avaient pu être introduits ainsi dans la série, 
sont simplement mis à la suite des i 55 numéros du précédent clas- 
sement. De ce travail résulte un catalogue de 229 numéros dont 
quelques-uns multiples avec les notations bis, ter, etc. 1 . 

Le fonds historique grandissait rapidement. De 1 35 numéros qu'il 
avait à sa création en 1 83 5 , il était parvenu à 1 55 en 1 84 1 et à 229 
en i852. De i8Ô2 à 1 856 , cette augmentation continue, et le nom- 
bre des articles du nouveau fonds s'élève de 229 à 2 56, gagnant 
27 numéros, grâce à quelques dons et acquisitions qui lui en procu- 
rent 1 4, et par suite de l'introduction de 1 3 autres, empruntés encore 
aux archives et à l'ancien fonds. Les archives, qui en avaient déjà 

' Les cotes de ce classement de i852 imprimée à la suite de la présente no- 
figurent dans la table II de concordance tice. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. xix 

livré io3 en i 8 35, en donnent encore 7 dans cette circonstance, ce 
qui porte à 1 1 o le nombre des numéros sortis ainsi de leur section, 
Histoire de Metz, etc. L'ancien fonds, qui en avait donné 34 en 1 85^, 
en donne cette fois 6 encore, ce qui complète le nombre de /|o ma- 
nuscrits transportés finalement:, comme il a été dit, de cet ancien 
fonds clans le nouveau. 

Ces additions , faites en partie au moyen de simples inlercalations 
parmi les numéros de l'ancienne série, avaient singulièrement déve- 
loppé la multiplication des notations bis, 1er, qualer, etc., déjà nom- 
breuses dans le catalogue dressé en i8Ô2 par M. Ad. Malherbe. La 
décision ayant été prise en 1 856 de publier le catalogue spécial du 
Tonds historique, pour satisfaire aux besoins des travailleurs dont les 
études étaient dirigées surtout de ce côté, on résolut de régularise) 
le classement des manuscrits de ce fonds, en supprimant les numéros 
doubles, triples et quadruples qu'il contenait. Cette résolution , avan- 
tageuse à un certain point de vue, avait malheureusement pour con- 
séquence fâcheuse d'apporter une grave modification à la série des 
numéros et d'introduire un trouble considérable dans la classification 
ancienne, en changeant pour le plus grand nombre des manuscrits 
les cotes qu'ils portaient antérieurement; source de confusion à la- 
quelle avait déjà contribué dans une certaine mesure le travail de 
.852. 

Les cotes nouvelles ne devant plus, par suite de cette opération, 
concorder avec les anciennes, le bibliothécaire, M. Clercx, chargé de la 
confection du catalogue qu'on allait publier, fut induit à remanier 
complètement le classement des manuscrits du fonds historique pour 
les présenter dans un ordre méthodique plus régulier, suivant les ma- 
tières qu'ils concernaient. 11 les distribua en onze sections . jurispru- 
dence, histoire, chroniques, etc. ', sans avoir égard à leur classement 
antérieur, et rédigea dans cet ordre nouveau, en s'aidant de notes 

Cette distribution a été conservée, derniers numéros du Catalogue 'général de 

avec les titres des diverses sections établies 1870 [n us 7^1 à 1029]. 

par VI. Clercx, dans l'impression des 279 



nx NOTICE 

transcrites en 18^1, par M. Ad. Malherbe, sur le travail exécuté alors 
par M. J. Quicherat, le catalogue qui a été imprimé en i856 ! . Cette 
publication fut un notable service rendu à tous ceux qui s'occupaient 
de l'histoire de Metz , malgré les graves inconvénients résultant du 
remaniement général dont elle avait été l'occasion dans le classement 
de documents fréquemment consultés depuis nombre d'années, et 
souvent cités dans beaucoup de travaux antérieurs. Pour remédier 
à la confusion et aux embarras que devaient entraîner les change- 
ments opérés ainsi dans un classement qui avait subsisté longtemps 
et dont il était utile de conserver la trace , M. Ad. Malherbe fit alors 
une table de concordance entre les cotes du catalogue imprimé en 
1 856 et celles du catalogue de i852, lequel, avec ses intercalations 
et ses additions, représentait à peu près l'état originaire du fonds 
historique et ses modifications successives depuis 1 83 5 jusqu'à cette 
date de î 85 2 2 . 

Le Catalogue du fonds historique, publié en î 856, contient 258 
articles sous 2 56 numéros dont 2 numéros bis, 19A bis et 2 il\ bis. 
Un des avantages qu'il était permis d'attendre de ce travail était 
de mettre un terme aux remaniements si fréquents jusque-là dans 
la classification et la numérotation des manuscrits du fonds qu'il 
concernait. Cependant, l'impression du Catalogue général de 1870 a 
encore été l'occasion de nouveaux changements dans la distribution 
des cotes. Depuis 1 856, le fonds historique s'était accru de 2 3 arti- 
cles, dont une partie seulement avait pris place à la suite des pre- 
miers, les autres ayant été intercalés avec des notations bis, 1er, etc. 
parmi les anciens. Lorsque, en 1870, fut ordonnée par M. le Ministre 
de l'Instruction publique l'impression du catalogue des manuscrits de 

' Bibliothèque de la ville de Metz. Cata- primée à la suite de la présente notice , et 

logue des manuscrits relatifs à l'histoire de comprenant en outre la concordance entre 

Metz et de la Lorraine , rédigé par M. Clercx , les cotes du catalogue publié en i856, 

conservateur ; in-8°, Metz, i856. qui figurent encore aujourd'hui au dos des 

Nous donnons ce travail , resté inédit, manuscrits du fonds historique, et celles 

de M. Ad. Malherbe, dans la table II, im- du Catalogue général de 1870. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. ni 

Metz dans le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques 
publiques des départements, il fui décidé que, pour ceux de ces do- 
cuments qui composaient le fonds historique, on suivrait le classe- 
ment adopté dans le catalogue publié en 1 856 , mais en faisant ren- 
trer, à la suite des autres, dans la série régulière des numéros, les 
articles intercalés dans ce catalogue, depuis son impression, avec des 
cotes bis, ter, etc. 1 . Il fut arrêté en même temps, chose plus grave, 
que cette série, comprenant dès lors 279 numéros, ferait suite, en 
commençant par le n° yôi, à celle où étaient rangés, sous les cotes 
1 à 75o, les manuscrits de l'ancien fonds, lesquels formaient alors, 
comme nous l'avons dit, une série unique substituée depuis peu aux 
8 séries partielles A-H instituées à l'origine. 

Ainsi s'expliquent les conditions de forme du Catalogue général de 
1870, où les numéros 1 à 760 représentent l'ancien fonds des ma- 
nuscrits de Metz, et les numéros 75 i à 1029 le nouveau fonds ou 
fonds historique, tel qu'il était constitué à la date portée par ce ca- 
talogue. Dans la première partie du catalogue, les cotes [n os 1 -7 5o J 
sont celles qui figurent aujourd'hui au dos des volumes de l'ancien 
fonds, à la bibliothèque de Metz, avec le rappel à l'encre rouge des 
cotes appartenant à l'ancien classement 2 en 8 séries A-H. Dans la 
deuxième partie, les numéros [n os 75i à 1029] sont accompagnés de 
chiffres compris entre deux crochets qui représentent les cotes 
spéciales du nouveau fonds, lesquelles sont portées encore aujour- 
d'hui sur les volumes à la bibliothèque de Metz. Pour ce qui est du 
texte même du Catalogue général, on a reproduit pour la première 



' On négligea d'appliquer cette mesure 
aux 2 numéros 6(5 originairement admis 
dans le catalogue imprimé en i856; de 
sorte que la nouvelle série contenait en- 
core 2 numéros bis, et comprenait en réa- 
lité 281 articles sous 279 numéros. Cette 
incorrection a passé ainsi dans le Catalo- 
gue général de 1870, qui contient en effet 
io3i articles sous 1029 numéros. 



2 Nous donnons clans la table I, impri- 
mée à la suite de la présente notice , la 
concordance des 696 premiers numéros 
de la série unique actuelle avec les cotes 
de l'ancien classement en 8 séries A-H 
telles qu'elles existaient avant le déplace- 
ment des 4o articles transférés en 1802 
et i856 de l'ancien fonds dans le nou- 
veau. 



xxu NOTICE 

partie [n os 1 à 760], correspondant à l'ancien fonds, le travail exécuté 
à Metz en 1 84 1 , par M. J. Quicherat, sauf quelques changements 
commandés surtout par les modifications introduites ultérieurement 
dans la constitution de ce fonds. Pour la deuxième partie [n os 751 à 
1029], comprenant le fonds nouveau ou fonds historique, on a suivi, 
après certaines corrections et avec quelques additions 1 , le catalogue pu- 
blié en 1 856 par M. Clercx. M. Lorrain, bibliothécaire de la ville, avait 
bien voulu se charger de revoir à Metz les épreuves. La mort Ta mal- 
heureusement arrêté, le l\ mars 1873, dans ce travail qui, à partir de 
la feuille 3i, n'a pu être accompli qu'à Paris seulement, circonstance 
peu favorable à une opération qui eût beaucoup gagné à être exécutée 
tout entière en présence des manuscrits eux-mêmes. 

CHAPITRE II. 

DESCRIPTION DES FONDS ORIGINAIRES QUI ONT FOURNI LES ELEMENTS DE LA COLLECTION. 

Dans le chapitre précédent , nous avons fait connaître les deux 
fonds dont la réunion forme la collection actuelle des manuscrits de 
la ville de Metz. Nous avons dit leur origine et raconté leur histoire; 
nous avons expliqué leur classification, en indiquant les modifications 
qu'elle a subies pour arriver à la condition où nous la voyons aujour- 
d'hui. Il nous reste à donner maintenant une idée de l'importance de 
cette collection et de l'intérêt qu'elle présente. Nous croyons utile de 
réunir d'abord ici quelques renseignements sur les collections plus 
anciennes ou fonds originaires qui en ont fourni les éléments. Nous 
voudrions faire connaître , autant que possible, les richesses que conte- 
naient ces vieux dépôts, en signalant celles qui ne se retrouvent plus 
dans la collection actuelle et celles qui au contraire y sont conservées 
encore aujourd'hui. 

Les fonds originaires dont nous voulons parler sont ceux dont il 

' La plus notable de ces additions est des pièces contenues dans le Grand car- 
la table détaillée fournie par M. Lorrain, tulaire de la Cité [n° 75 1 ] . 
alors bibliotbécaire de la ville de Metz, 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. xxm 

a été précédemment question, quand nous avons expliqué la forma- 
tion de la collection que nous étudions ici. Ce sont les collections 
spéciales des établissements religieux de Metz ou des environs, sup- 
primés en 1789, avec celles de l'ancien ordre des avocats au parle- 
ment, dissous vers le même temps, et de la bibliothèque ducale de 
Deux-Ponts apportée à Metz un peu plus tard, en 1 79A, à ce qu'on 
croit. 

Des portions plus ou moins considérables de ces diverses collec- 
tions sont entrées dans l'ancien fonds des manuscrits de la ville. Plus 
tard la section de ses archives intitulée, à l'inventaire de celles-ci, 
Histoire de Metz et pièces relatives, a fourni à la collection actuelle 
le noyau du fonds nouveau ou fonds historique. On peut citer encore 
quelques collections particulières, celle notamment de M. le comte 
Emmery, qui ont contribué à enrichir ce fonds nouveau à diverses 
époques. 

Nous avons déjà nommé, au commencement de cette notice, les éta- 
blissements religieux supprimés en 1789 d'où proviennent, pour ia 
plus grande partie, les manuscrits que possède aujourd'hui le cabi- 
net de la ville. Cette énumération ne comprend pas , nous l'avons 
déjà fait remarquer, la totalité des maisons religieuses qui existaient 
avant 1789 à Metz et aux environs; mais toutes n'avaient probable- 
ment pas alors des manuscrits. Nous ne savons, d'un autre côté, que 
très-imparfaitement ce que possédaient en documents de ce genre 
la plupart de celles qui en étaient pourvues. Il y a lieu de croire, en 
tout cas, que les manuscrits conservés dans ces divers dépôts étaient 
plus nombreux que ceux qui peuvent leur être attribués aujourd'hui 
dans la collection actuelle. 

Nous en avons la certitude, pour ce qui concerne quelques-unes de 
ces collections, sur l'état desquelles nous sommes particulièrement 
renseignés par d'anciens inventaires ou par d'autres moyens de véri- 
fication ; et il nous est permis d'après cela de supposer, avec la pius 
grande vraisemblance, qu'il en est également ainsi des autres. Nous 
savons d'ailleurs, d'une manière générale, que les richesses littérai- 



xxn NOTICE 

res et scientifiques confisquées en 1789 ont subi, par suite de négli- 
gence ou même de dilapidations , désordres inévitables dans les cir- 
constances où les faits se sont accomplis, des pertes qu'on peut consi- 
dérer comme importantes. 

Pertes subies par les fonds originaires. — L'Annuaire messin de 
Véronnais pour i834 contient une notice, qui n'est pas sans inté- 
rêt quoiqu'on puisse y relever peut-être quelques exagérations, 
où il est dit qu'à Metz, après la confiscation de 1789, les livres 
mis à la disposition du domaine public étaient au nombre de 
60,000 volumes, et qu'en 1820, après le prélèvement régulier de 
5,ooo à 6,000 volumes pour former les bibliothèques du séminaire 
(ou de l'évêché) et du lycée, il n'en restait plus à la ville que 2^,000 
au plus; c'est-à-dire que les livres conservés ne représentaient pas 
même la moitié de ceux qui avaient été recueillis. Voilà ce qui est dit 
des imprimés. Quant aux manuscrits associés à leur destinée, il n'en 
est pas question d'une manière spéciale. En leur appliquant la même 
loi de réduction, on trouverait que les 710 numéros reconnus par 
M. Holandre en i832 doivent en représenter environ i,4oo pour 
1789; mais la véritable proportion de leur diminution en nombre, 
depuis cette dernière date, est vraisemblablement moins considéra- 
ble. On peut en juger par ce qui concerne particulièrement deux ou 
trois fonds, sur le compte desquels nous sommes un peu mieux infor- 
més qu'en ce qui regarde les autres. 

Les manuscrits de la cathédrale, entrés pour près du tiers dans la 
composition du fonds de 7 1 o numéros inventoriés en 1 832-1 833, 
étaient, à la veille de la confiscation de 1789, au nombre de 383, 
suivant un catalogue dressé en 1766. Or, nous retrouvons aujourd'hui 
dans la collection de la ville, comme nous l'expliquerons bientôt, 
23 j de ces 383 manuscrits de la cathédrale. De la comparaison de 
ces chiffres, 23 1 et 383, ressort ce fait que depuis 1 766, époque 
voisine de la confiscation , jusqu'à nos jours, le fonds des manuscrits 
de la cathédrale a éprouvé une perle des deux cinquièmes à peu près, 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. xw 

c'est-à-dire d'un peu plus du tiers des articles qu'il comprenait ori- 
ginairement. 

Pour le fonds des manuscrits de Sainl-Arnould, un inventaire de 
1769 porte le nombre de ses articles à 162. Nous en retrouvons aujour- 
d'hui 121. Le rapprochement de ces deux chiiïres fait ressortir, du 
premier au second, une diminution d'un cinquième à peu près, qui 
indique pour ce fonds une perte moitié moindre que celle dont se 
trouve affecté le fonds précédent. 

L'ancien fonds des manuscrits de Saint-Clément, tel qu'il existait à 
la fin du siècle dernier, peut être évalué, comme nous le verrons 
d'après certains indices, à une centaine de numéros. Il nous en reste 70, 
c'est à-dire environ les deux tiers. 

Une perte d'un cinquième à un tiers est, on le voit, celle que l'on 
constate depuis la confiscation, dans trois fonds originaires pour les- 
quels on a des moyens particuliers de vérification. Il est bon de faire 
observer que ces trois fonds contribuent ensemble pour plus de la 
moitié à la constitution du fonds ancien de la collection actuelle. La 
proportion des pertes doit, selon toute probabilité, être à peu près 
la même pour les autres fonds originaires entrés par la même voie, et 
figurant aujourd'hui , après les mêmes vicissitudes , dans le cabinet 
de la ville La diminution subie par eux serait donc tout au plus d'un 
tiers. Ce n'est plus la moitié, comme on aurait pu l'inférer de la note 
de l'Annuaire de i83^> mais c'est beaucoup encore. 

Voilà ce qu'on peut dire d'une manière générale des pertes éprou- 
vées par les fonds originaires qui ont concouru à la formation de la 
collection actuelle des manuscrits de Metz, quant au nombre de ces 
derniers. Mais, au point de vue de l'importance des documents, ces 
pertes sont probablement beaucoup plus graves. En pareil cas, ce ne 
sont pas les pièces les moins précieuses qui disparaissent ordinaire- 
ment. Il a du en être ainsi à Metz, on a lieu de le croire, d'après ce 
qu'on sait de certains manuscrits connus pour avoir appartenu précé- 
demment à notre cathédrale ou à nos grandes abbayes et qui ne nous 
sont point parvenus. Disons cependant tout de siiite que la disparition 



MAN. DES BIBL. V. 



XXVI 



NOTICE 

de quelques-uns des précieux documents possédés autrefois par les 
établissements religieux de Metz est antérieure à la confiscation de 
1789, et quelle est due, par conséquent, à la négligence ou aux 
dilapidations non des hommes de cette époque, mais de leurs devan- 
ciers. Il n'est pas sans intérêt de faire connaître , autant que possible , 
ces richesses qui devraient être aujourd'hui en notre possession et 
qu'ont laissées échapper ou même livrées quelquefois volontairement 
des mains qui auraient dû les garder comme un dépôt sacré. 

On trouve à. ce sujet, dans les catalogues du collège de Clermont 
et de Middlehillqui sont imprimés 1 , de nombreuses indications d'après 
lesquelles on peut se faire une idée de quelques-unes des pertes éprou- 
vées par plusieurs des fonds originaires d'où proviennent nos manus- 
crits, notamment par celui de Saint- Vincent. Il résulte du rapproche- 
ment des informations empruntées à ces deux sources que le collège 
de Clermont possédait 2 1 manuscrits portant la marque de prove- 
nance de l'abbaye de Saint-Vincent , et que 1 5 d'entre eux ont passé 
ultérieurement par la collection de Meerman à celle de Sir Thomas 
Phillipps 2 . Outre ces 21 manuscrits, d'autres encore dont la prove- 



' « Catalogiis manuscriptorum Codicum 
« collegii Claromontani. . . Parisiis, 1764.» 
Volume in-8° de 35o pages, publié à 
l'occasion de la mise en vente de la col- 
lection de manuscrits qu'il décrit. — « Ca- 
« talogus Ubrorum manuscriptorum in bi- 
« bliothecu D. Thomœ Phillipps Bart .A. D. 
« 1831 . — Impressus typis mediomontanis , 
« mense maw, 1831 . «Ce catalogue, imprimé 
à MiddlehiU par fragments successifs à 
partir de 1887, forme un ensemble de 
2 1 a pages in-folio qui contiennent 1 2, 1 23 
numéros. Haenel en a donné, dans son 
recueil de catalogues (i83o), les 2,0,86 
premiers, parmi lesquels les numéros 
1 388 à 2010 qui concernent les manus- 
crits provenant de Meerman et , dans le 
nombre , ceux qui ont appartenu au collège 



de Clermont. Les descriptions de ces ma- 
nuscrits , très-succinctes dans le catalogue 
imprimé à Middleliill, sont plus détaillées 
dans celui de Haenel et plus encore dans 
celui du collège de Clermont. C'est à celui 
ci qu'il faut demander des indications sur 
les anciens manuscrits de Saint-Vincent 
et de Saint-Arnould qui ont pris la direc- 
tion de ces collections plus modernes. 

2 Les i5 articles du catalogue des ma- 
nuscrits du collège de Clermont qui por- 
tent la marque de Saint-Vincent et qui se 
retrouvent dans la collection de Sir Tho- 
mas Phillipps, ont dans ce catalogue les 
numéros 4oi (Phill i65o), l\l\l\ (Pbill. 
i6 7 3), 45i (Phill. i 7 o5), 452 (Phill. 
i65g), 45 Q ; (Phill. i65i), /162 (Phill. 
i655), LSik (Phill. 1662), 466 (Pbill. 



X.XV1I 



SLR LES MANUSCRITS DE METZ. 

nance n'est pas indiquer, parmi ceux du collège de Clermonl, pour- 
raient bien avoir eu la même origine. C'est ce qu'on peut penser des 
manuscrits entre autres portant au catalogue du collège de Clermonl 
numéros 5o6 et 664, dont le premier, du vu e siècle, aujourd'hui 
chez Sir Thomas Phillipps (1711) contient, avec un traité d'Alcuin, 
De divinis ojjiciis et rilibus ecclcsiasticis, une épitaphe en douze vers de 
l'évèque de Metz Théodoric I er , fondateur de l'abbaye de Saint-Vin- 
cent 1 , et le second, du xi c siècle, une Vie de saint Vincent, écrite en 
vers par Prudentius, l'office de ce saint et celui de sainte Lucie, la- 
quelle avait aussi un autel et recevait un culte particulier dans la 
vieille abbaye messine. 

A ne considérer que les 2 1 manuscrits du collège de Clermonl qui 
portaient la marque positive de Saint-Vincent, on voit par le catalo- 
gue de la bibliothèque de ce collège que 4 d'entre eux étaient du 
ix° siècle, 3 du x e , 8 du m', 4 du xn e , 1 du xin c et 1 du xiv c . Deux 
de ces manuscrits des ix c et x e siècles, contenant, le premier des frag- 
ments de saint Martin, de Sulpice Sévère et de Grégoire de Tours 
(Clerm. 669, Phill. 1877), et le second un traité de saint Augustin 
(Clerm. 464, Phill. 1662), existaient certainement à Saint-Vincent 
au xn c siècle, à l'époque où a été rédigée par un religieux de Saint- 
Arnould une note dont nous aurons à parler bientôt; car ils avaient 
été donnés dès le x c siècle à l'abbaye de Saint-Vincent par l'évèque 
Théodoric I er son fondateur, comme l'attestent des suscriptions con- 
servées par eux et relatant ce fait 2 . Si le religieux du xn e siècle 



1706), £69 (Phill. 1678), 470 (Phill. 

1679), 47 1 ( plli11 - l68o )> 6/ » 1 ( Pllil1 - 
i8 9 5), 65 9 (Phill. 1877). 663 (Phill. 
1874), 683 (Phill. 1887). — Les 6 arti- 
cles du catalogue de Clermont qui, ac- 
cusant la même provenance, ne se re- 
trouvent pas dans la collection de Sir 
Thomas Phillipps, portent dans ce catalo- 
gue les numéros £67, 639, 6/19, .662, 
695, 71 



1 Cette épitaphe se trouve reproduite 
dans Pertz, MonumentaGerm. histor. Script. 
t. IV, p. 482. 

8 Le catalogue du collège de Clennont 
dit du premier de ces deux manuscrits 
(n° 659) : « Is codex aureis litteris non- 
« nullis ornatus ac pulcherrime descriplus 
« dono datas alias fuerat monasterio sancli 
« Vincentii Metensis a Deoderico JVIetensi 
«episcopo,» indication empruntée vrai- 

D. 



XXVIII 



NOTICE 



ne parle pas de ces deux manuscrits, c'est que vraisemblablement, sui- 
vant ce qui est dit dans sa note, les ouvrages qu'ils contenaient se 
trouvaient également parmi ceux qu'on possédait alors à .Saint-Arnould , 
cette note ayant pour objet d'énumérer les ouvrages qui manquaient 
à la bibliothèque de cette maison, mais qui se trouvaient dans celles 
de Saint-Symphorien et de Saint-Vincent. Nous avons par grand hasard 
pour l'un des deux manuscrits en question la preuve qu'il était, quant 
à son contenu, précisément dans ce cas. En effet, dans le catalogue 
du collège de Clermont, après le manuscrit donné à Saint-Vincent 
par l'évèque Théodoric 1 er et décrit sous le n°65(), il en est mentionné, 
sous le n° 660, un autre du ix c siècle avec cette double annotation : 
« Ibi continenlur eadem quae in superiori codice opéra. » — « Is co- 
« dex... fuit olim S 1 Arnulfî Metensis. » On voit pourquoi le premier de 
ces deux manuscrits n'a pas été cité par le religieux du xn e siècle parmi 
les livres existant de son temps à Saint-Vincent C'est que les ouvrages 
dont il contenait la copie se trouvaient également alors à Saint-Arnould. 
Il pouvait en être naturellement de même de quelques autres manus- 
crits encore de Saint-Vincent, parmi lesquels il y a sans doute lieu de 
compter celui qui a porté ultérieurement, au collège de Clermont, le 
numéro 464, et qui est indiqué par une suscription comme donné à 
Saint- Vincent par l'évèque Théodoric I er1 . 

Le catalogue des manuscrits du collège de Clermont nous apprend, 



semblablcment à une inscription relevée 
sur te manuscrit. Il dit du second (n°464): 
« In fine legitur : Adalhartus scripsit istum 
« librum. Ac deinde characlere majusculo : 
" Deoclericus, humilis sancte Metlis eccle- 
« sie minister, hune codicein sancto Vin- 
« centio contulit sub jugulo anathematis. » 
1 Le catalogue du collège de Clermont 
mentionne encore, avec une inscription 
analogue, «a domno Deoderico collatus 
« sancto Vincentio Metensi, » un troisième 
manuscrit contenant la traduction par Ru- 
lin de l'histoire d'Eusèbe (n° 6^9); mais 



il assigne en même temps à ce manuscrit 
la date du xi" siècle. Si celle dernière ap- 
préciation est exacte, le manuscrit ne sau- 
rait venir de l'évèque Théodoric I er qui vi- 
vait au X e siècle. Si , au contraire , le manus- 
crit, étant plus ancien qu'il n'est dit, a été 
donné en effet par Théodoric I", c'est en- 
core un ouvrage qui a pu être vu à Saint- 
Vincent au xii e siècle et qui probablement 
existait alors aussi à Saint-Arnould, 
puisque la note du religieux de cette mai- 
son rédigée à cette époque n'en fait pas 
mention. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. xxw 

on le voit, que l'abbaye de Saint-Vincent n'était pas, à Metz, la seule 
qui eût aliéné ou perdu anciennement des manuscrits, et que l'ab- 
baye de Saint-Arnould , entre autres, était dans le même cas. Ce cata- 
logue contient en effet sous les numéros 660 et 520 la description de 
deux ouvrages avec la note : « Olim abbatial S 1 Arnulfi Metensis. » Le 
premier est le manuscrit du ix c siècle dont nous venons de parler 
et qui contenait des fragments de saint Martin, de Sulpice Sévère et 
de Grégoire de Tours; le second est une copie, des xm c et xiv c siè- 
cles, de lettres de différents personnages, d'Ivo Carnotensis principa- 
lement. On peut encore admettre avec toute vraisemblance la même 
origine pour un exemplaire du xn c siècle des Annales Mettenscs composés 
à Saint-Arnould' (Clerm. 685, Pbill. 1 853) et pour un manuscrit, 
également du xn c siècle, des Homélies de Grégoire pape, en tète duquel 
est transcrite une charte de io84, de Pévêque de Metz Heriman, ter- 
minant un différend entre les abbayes de Saint-Arnould et de Saint- 
Vincent (Clerm. 497, Pbill- 1687). 

Nous devons ajouter que la bibliothèque de Sir Thomas Phillipps 
contient encore, avec les manuscrits venant de Meerman et du col- 
lège de Clermonl, d'autres articles provenant nécessairement des 
maisons religieuses de Metz et de ses environs , sans qu'on puisse 
dire comment ils sont sortis de celles-ci, ni par quelle voie ils sont 
arrivés dans le dépôt qui les possède aujourd'hui. 

Tels sont des cartulaires de Sainte-Marie de Metz du xm e siècle 
(Pbill. 76) el de Saint-Symphorien du xiv c (Phill. io456), un cartu- 

1 Ce manuscrit est très-probablement « quelque bibliotbèque de la Société. Au 

celui qu'on regardait à Saint- Ai nould « reste ce n'est pas le seul, dit-on, qu'il se 

comme l'original des célèbres annales et « soit approprié de la sorte. » Voilà proba- 

donl il est dit dans l'Histoire de Metz des blement comment le manuscrit des An- 

Bénédictins (t. I, p. 655) : «Depuis que noies Metteuses a passé de la bibliotbèque 

« l'on a confié au P. Sinnond l'original des de Saint-Arnould dans celle du collège de 

«Annales de Metz pour les rendre publi- Clermont à Paris, et de celle-ci dans la 

«ques, on ne l'a plus trouvé parmi les collection de Meerman , puis dans celle de 

«manuscrits de l'abbaye de Saint-Arnould. Sir Thomas Phillipps où il est aujour- 

« Il y a tout lieu de croire que ce savant d'hui. 
«s'en est emparé, et qu'il l'a remis dans 



xxx NOTICE 

laire du xiv e siècle de Freistrofï (Phill. i32o), des livres censiers, 
du xm c siècle, de l'hôpital Saint-Jean de Metz (Phill. 4368) et de 
l'abbaye de Saint-Pierre (Phill. 436g), d'autres, du xiv e siècle, de 
l'abbaye de Sainte-Glossinde (Phill. 4370), et, du xvi c , de celle de 
Bouzonville (Phill. 6963). 

Nous mentionnerons en outre, à la suite de ces documents et 
comme ayant une origine analogue, un magnifique cartulaire de 
Saint -Arnould exécuté au siècle dernier et richement relié, contenant 
176 titres de l'an 706 à l'an 1761, avec un supplément de )5 ti- 
tres, de 691 à 1210, lequel vient de M. de Chazelles et appartient 
aujourd'hui à M. Chartener à Metz, et dans les mêmes mains un 
exemplaire du commencement du xiv e siècle du recueil connu sous le 
titre de Petit Cartulaire de Saint -Arnould, ayant la même provenance. 

Un certain nombre d'articles possédés maintenant par le cabinet des 
manuscrits de la Bibliothèque nationale à Paris donnent également 
lieu aux. mêmes observations; tels sont des cartulaires et livres censiers 
de la cathédrale de Metz (Cartul. 102, 19/i, 1 16, hodie Lat. 10022, 
10027, Fr. ii846), du chapitre Saint-Sauveur (Cartul. 99, hodie 
Lat. 10029) et de celui de Notre-Dame-la-Pionde (Cartul. 109, hodie 
Lat. 10026), des abbayes de Saint-Vincent (Cartul. 100, 1 i3, 107, 
hodie Lat. 1 0023, 1 1026, Fr. 87 1 1 ), de Sainte-Glossinde, de Saint- 
Pierre et de Sainte-Marie (Cartul. 289, 1 94, hodie Lat. 10024, 1 0027), 
de la maison des Augustins (Cartul. 1 i3, hodie Lat. 1 102 5) et de 
l'église Saint-Martin-en-Curtis (Cartul. 1 i5, hodie Fr. 11 848), sans 
parler des 16 manuscrits, provenant pour la plupart de la cathédrale, 
transportés de Metz à Paris en 1802, non plus que de 1 3 autres avec les 
Heures et la Bible de Charles le Chauve , arrivés antérieurement à notre 
grand dépôt national, en passant par la bibliothèque de Colbert, parti- 
cularités sur lesquelles nous nous sommes expliqué précédemment. 

Nous pouvons citer encore, d'après les éditeurs de la grande col- 
lection de Pertz, Monumenta Germaniœ liistorica, quelques manus- 
crits de Metz trouvés par eux dans divers dépôts et qui ont servi à 
leurs publications, savoir: un manuscrit du x e siècle provenant de 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. kxxi 

Saint-Arnould, aujourd'hui à la Bibliothèque nationale à Paris, après 
avoir passé par celle de Saint-Germain-des-Prés (St.-Germ. i/|io, 
hodie Lat. 18766), auquel ils ont emprunté la vie de Jean, abbé de 
Gorze, ainsi que la vie et la translation du corps de sainte Glossinde 
[Monum. Germ. hist. Script, t. IV, p. 236 et 336); un manuscrit de la 
fin du xi c siècle ou du commencement du xn c , ayant appartenu à l'ab- 
baye de Saint-Symphorien , aujourd'hui à la Bibliothèque nationale à 
Paris (Lat. 529A), après avoir passé par celle de Colbert (Colb. 2609), 
qui contient le livre de Paul diacre, De Episcopis Mcttensibus, un ca- 
talogue précieux des évêques de Metz jusqu'à Adalbero I er , la vie de 
l'évêque de Metz Adalbero II, celle d'Adelphius abbé, celle de sainl 
Komaric, une généalogie des Carolingiens, etc. (Monum. Germ. hisl. 
Script, t. II, p. 260, 3o6, et t. IV, p. 65g); un manuscrit du xn e siècle 
venant de l'abbaye de Saint-Vincent, oîi il était encore, nous dit-on, 
au milieu du siècle dernier, et qui se trouve aujourd'hui à la biblio- 
thèque ducale de Gotha , dans lequel ils ont pris les Annales Meltenses 
brevissimi et les Annales Sancti Vincenlii [Monum. Germ. hist. Script. 
I. III, p. 1 55) ; deux autres manuscrits enfin, dont nous avons déjà 
parlé comme appartenant maintenant à la bibliothèque de Sir Thomas 
Phillipps, où les savants allemands ont pu les consulter, savoir : le ma- 
nuscrit de Saint -Arnould qui contient les Annales Mettenses et celui, 
venant aussi de Metz où il avait probablement appartenu à Saint-Vin- 
cent, qui contient l'épitaphe en vers de l'évêque Théodoric I er , fonda- 
teur de cette dernière abbaye [Monum. Germ. hist. Script, t. I, p. 3i 4, 
et t. IV, p. /182). 

Nous ne pousserons pas plus loin dans cette direction, faute de 
pouvoir le faire d'une manière complète, des investigations qui per- 
mettraient de signaler la présence actuelle de manuscrits provenant 
des maisons religieuses de Metz dans un certain nombre de biblio- 
thèques de la France et de l'étranger. Nous aimons mieux, pour nous 
renseigner sur les richesses de nos anciens dépôts messins, revenir aux 
témoignages directs à l'aide desquels on peut y constater, à diverses 
époques, la présence de manuscrits importants dont beaucoup sont 



xxxi! NOTICE 

aujourd'hui perdus pour nous, sans avoir souvent laissé aucune trace 
permettant de les suivre jusqu'aux lieux où ils peuvent se trouver 
maintenant. 

Anciens catalogues et inventaires. — Le plus ancien renseignement 
positif que nous ayons sur les manuscrits des grandes abbayes de 
Metz nous est fourni par un de ceux que nous a laissés celle de Saint- 
Arnould [n° 22 1], à la fin duquel un religieux de cette maison a noté, 
au xn c siècle 1 , les ouvrages que ne possédait pas la bibliothèque de 
son monastère et qui existaient alors à Saint-Symphorien et à Saint- 
Vincent. 

On trouvera cette curieuse note dans le Catalogue général de 1 870, 
à la suite de la description du manuscrit qui la contient. Elle mentionne 
à Saint-Symphorien 26 ouvrages, et à Saint- Vincent 29, comme n'étant 
pas en même temps à Saint- Arnould , ce qui prouve que ces trois maisons 
possédaient alors des bibliothèques qui, pour le temps , n'étaient pas 
sans une certaine importance. Il en était probablement de même des 
autres grandes abbayes de Metz, ainsi que de la cathédrale, celle-ci 
possédant vraisemblablement déjà une partie des trésors qu'elle a con- 
servés jusqu'à la fin du siècle dernier. Pour ne citer parmi les livres 
mentionnés dans la note du religieux de Saint-Arnould que ceux dont 
l'intérêt est plus spécialement littéraire et historique, nous remar- 
quons dans le nombre, à Saint-Symphorien, un ouvrage de Boëce, 
une Collection des constitutions impériales; à Saint-Vincent, l'Aululaire 



1 Le manuscrit 221 esl rapporté par 
l'auteur du Catalogue général de Metz au 
xi e siècle. Mais la note du religieux de 
Saint-Arnould qui nous occupe ne peut 
être que du xn" siècle seulement. Elle est 
écrite sur le verso du dernier feuillet du 
manuscrit, et le recto de ce feuillet con- 
tient des noies historiques relatives au 
xn e siècle, commençant par ces mots : 
« Anno dominice incarnalionis m c. x. 



« facta est in Lateranensi Ecclesia syno- 
« dus, présidente domino Pascalell papa. » 
Ces notes historiques occupent tout le 
recto et la partie supérieure du verso de 
ce folio. Ce n'est que dans la 2 e moitié de 
ce verso que se trouve la note du religieux 
de Saint-Arnould, d'une écriture autre et, 
ce semble, un peu plus récente encore 
que ce qui précède. Celte note ne peut 
donc être que du xn e siècle. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. wxiu 

de Piaule, les Commentaires de Sergius et de Priscianus, ceux de 
Marins Victorinus sur Cicéron, les écrits d'Hyginus, de Palladius , 
d'Orose et de Végèce. 

Nous sommes donc certains que, dès le xn c siècle, il existait une 
trentaine de manuscrits au moins à Saint-Symphorien, et à peu près 
autant à Saint-Vincent. Nous ne possédons plus cependant de Saint- 
Symphorien qu'un très-petit nombre de manuscrits, dont 5 seulement 
qui portent sa marque ne remontent pas plus haut que le xv c siècle. 
Quant à Saint-Vincent, nous avons avec sa marque i4 ou i5 manus- 
crits, quelques-uns assez anciens, notamment un Orose du ix c siècle 
[n° 187] 1 , celui-là même probablement que visait au xn c siècle la 
note du religieux de Saint-Arnould. 

Nous savons, d'un autre côté, que des aliénations ou des pertes dont 
on ne peut préciser ni les circonstances, ni l'époque, ont fait sortir 
des bibliothèques de ces abbayes un certain nombre de manuscrits 
assez importants. Nous en avons signalé tout à l'heure quelques-uns 
qui se trouvent aujourd'hui en Angleterre , dans la collection de Sir 
Thomas Phillipps, en Allemagne dans la bibliothèque ducale de Gotha, 
à Paris à la Bibliothèque nationale et dans quelques autres lieux. 

Après le témoignage fourni par le religieux de Saint-Arnould sur 
les manuscrits des abbayes de Metz au xn e siècle, nous sommes obli- 
gés de franchir un long espace de temps pour trouver encore des ren- 
seignements du même genre. Meuri^se, au milieu du xvn e siècle, en 
donne quelques-uns dans son Histoire des évêques de Metz, en citant 
certains manuscrits consultés par lui pour ce travail, un entre. autres 
contenant la Vie de saint Clou, à la cathédrale (Meurisse, p. 1 3 5 ) ; un 
second, qui lui a donné les Miracula S'Gorgonii, h Saint-Arnould (Meu- 
risse, p. 1 64); un troisième à Sainl-Vincent, dans lequel il a pris une 
longue pièce de 36 vers en l'honneur de l'évêque Théodoric I er (Meu- 
risse, p. 329). 

Ce manuscrit a été indiqué par inad- la marque « Sancli Vincentii Metensis. » 
vertance au Catalogue général de Metz (Voir plus loin , p. i,v.) 
comme provenant de la cathédrale. Il porte 

MAN. DES BIBL. — V. & 



xxxiv NOTICE 

En 1 70g, les religieux bénédictins auteurs du Voyage littéraire signa- 
lent , comme étant conservés alors à la cathédrale de Metz , un Virgile 
annoté du x e siècle, une Bible du xi c ou du xn e siècle, les grands et les 
petits Prophètes en lettres saxonnes, un très-beau Sacramentaire , des 
Actes des martyrs, de grands Légendaires; à Saint-Vincent, un très-bel 
Evangéliaire à lettres d'or, une Histoire de Paul Orose, le Traité de 
Bède sur la Genèse; à Saint-Arnould, la plupart des ouvrages des 
Pères, notamment ceux de saint Augustin , de saint Jérôme, de saint 
Grégoire, de saint Cyprien, de saint Césaire, le poëme de Juven- 
cus, etc.; à Saint-Symphorien , un missel remarquable; aux Jésuites, 
une Histoire manuscrite des évoques de Metz. 

Ils ne mentionnent pas dans le nombre de ceux qu'ils ont vus à 
Saint-Vincent le manuscrit d'où Meurisse paraît avoir extrait, au 
milieu du siècle précédent, la pièce de 36 vers en l'honneur de 
l'évêque Théodoric I er . Ce remarquable document n'était vraisembla- 
blement plus à Saint-Vincent quand dom Martène et dom Durand 
visitèrent en 1709 la bibliothèque de cette abbaye, qui le possédait 
du temps de Meurisse. Serait-il permis de tirer de là des inductions 
sur l'époque où l'abbaye de Saint-Vincent a perdu quelques-uns de 
ses manuscrits, ceux peut-être qui ont été recueillis par le collège 
de Clermont et qni sont aujourd'hui en Angleterre? Ce serait, d'après 
ces indications, pendant la seconde moitié du xvn e siècle que leur 
disparition de Metz aurait pu avoir lieu. 

En 1791, au lendemain même de la formation des dépôts dépar- 
tementaux, un inventaire sommaire des richesses qu'ils contenaient 
était dressé par la Commission des monuments. Ce travail devait être 
bien incomplet, puisqu'il ne comprenait, pour les manuscrits et impri- 
més signalés dans toute la France , qu'un millier de cartes seulement, 
suivant ce qu'en dit dom Poirier, dans un rapport présenté en 1 7 94 
à la Commission temporaire des arts, qui avait remplacé en 1793 celle 
des monuments. 

Ce dernier rapport mentionne d'après ces indications, coimne 
existant alors à Metz, un Sénèque du IX e siècle provenant de Saint- 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. xxxv 

Arnoukl, un Virgile, un Lucain, un Stacc, un Macrobe, les Tables 
astronomiques d'Alphonse de Castille, des manuscrits à lettres d'or et 
d'argent sur vélin pourpre et sur vélin ordinaire. 

Il serait difficile sans doute de retrouver, dans la collection qui 
existe aujourd'hui à la bibliothèque de Metz, la totalité de ces ri- 
chesses. Cette collection possède cependant en grand nombre des 
Bibles, des évangéliaires, des missels, des légendaires, des traités 
des Pères de l'église, susceptibles de se rapporter à quelques-unes des 
indications dont il vient d'être fait mention. On pourrait surtout rap- 
procher de celles-ci, non sans quelque raison, un Commentaire de 
Serviras sur Virgile, manuscrit du x c siècle venant de Saint-Arnould 
[n° 292]; un Virgile du xv c siècle [n° 299]; un Lucain du xn e siècle, 
provenant de la cathédrale [n° 5 18]; un exemplaire du xv e siècle des 
Tragédies de Sénèque [n° 298] et plusieurs copies des x e , xi c , xiv e et 
xv e siècles des prétendues lettres échangées par ce dernier avec sainl 
Paul [n os 5oo, 3oo, 377, i 83, 190]; un manuscrit du x e siècle du 
traité de Macrobe sur le Songe de Scipion [n° 271]; des manuscrits 
des ix c , x c et xi c siècles de l'Histoire de Paul Orose [n os 187,362, 1 85, 
186], entre autres celui de l'abbaye de Saint-Vincent signalé, comme 
nous l'avons dit tout à l'heure, dès le xn c siècle par le religieux de 
Saint-Arnould, et en 1709 parles auteurs du Voyage littéraire; un 
évangéliaire [n° 77] qui semble être celui-là même que ces derniers 
décrivent comme étant alors aussi à Saint-Vincent ; un exemplaire du 
xi e siècle du poëme de Juvencus sur les Quatre Evangiles [n° 5 19], 
ayant appartenu à Saint-Arnould; des manuscrits des X e , XI e et xiv e siè- 
cles de divers traités de Bède le Vénérable [n os 3g, 3^9, Aoo, i3o, 
2^2, 5 1 , 397], parmi lesquels ne se trouve cependant pas le traité sur 
la Genèse indiqué comme étant en 1709 à Saint-Vincent. La biblio- 
thèque de Metz possède encore le manuscrit du ix e siècle en lettres 
saxonnes des grands et des petits Prophètes [n° 76], signalé aussi 
en 1 709 comme étant alors à la cathédrale, et les Canons de Maître 
Jean de Saxe sur les Tables alphonsines [n° 287]; mais on n'y trouve 
plus ni le Sénèque du IX e siècle, ni le Stace, reconnus en 1791 et 



\\\V) 



NOTICE 



mentionnés en 1 79A par dom Poirier dans son rapport à la Commis- 
sion temporaire des arts. 

Les indications qui précèdent sont précieuses à recueillir malgré 
leur imperfection. Elles ne suffisent pas, il est vrai, pour nous faire 
connaître comme nous le voudrions la composition des dépôts origi- 
naires qui ont précédé la collection actuelle, et pour nous permettre 
de comparer à leur état ancien la situation de celle-ci. Une seule chose 
pourrait donner toute satisfaction à cet égard, ce serait la possession 
d'inventaires exacts de ces anciens dépôts. Ces documents précis nous 
font malheureusement presque complètement défaut. Nous ne possé- 
dons dans ce genre que le catalogue de la bibliothèque de Saint-Clé- 
ment en 1718 avec des additions de dates ultérieures, celui de la 
bibliothèque de Saint -Arnould en 1769, ceux des bibliothèques de 
l'ordre des avocats et delà cathédrale, l'un et l'autre de l'année 1 765, 
l'inventaire du fonds de l'hôtel de ville en 1822, et celui de la col- 
lection Emmery en i846. 

Suivant le catalogue de 1 7 1 8 de l'abbaye de Saint-Clément 1 , cette 
maison possédait à cette date 10 manuscrits seulement, dont aucun 
ne paraît très-ancien, d'après ce qui en est dit. A la suite de la des- 
cription de ces 10 manuscrits, le catalogue de Saint-Clément contient 
la mention de 1 1 autres encore, dans des notes dues à diverses mains 
et rédigées à diverses époques. De cet ensemble de 2 1 manuscrits, 
8 seulement figurent dans la collection actuelle [n os 1 4^8 , 20^, 2 4- 1 , 
32/4, 344 , 4 1 3 , 52 1, 85o]. L'impossibilité d'y retrouver les autres 
pourrait bien venir, pour quelques-uns au moins, de l'insuffisance des 
indications qui les concernent. Ainsi il est impossible de se faire une 
idée exacte de deux in-folio décrits au catalogue de la bibliothèque 
de l'abbaye d'une manière beaucoup trop succincte, en ces termes : 
« Deux chroniques de Metz. » Il n'en est pas de même d'un manuscrit 
intitulé dans ce catalogue : « Atours de la ville de Metz décrits en l'an 
« 1 A06, sur vélin. » Cette indication, suffisamment précise, ne répond 

1 Catalogas librorum bibliothecœ abbatiœ logue fait partie de la collection de manus- 
Sancti démentis Metensis , 1718. Ce cala- crits de la ville [ n °97i]- 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. xxstd 

malheureusement à la condition d'aucun des manuscrits que nous 
possédons aujourd'hui. Elle nous donne l'idée d'un document dont la 
perte est infiniment regrettable. Le premier des 1 1 articles ajoutés 
aux 10 articles primitifs sur le catalogue de 1718 correspondu un 
manuscrit que nous avons encore [n° 20/i], et qui porte la date d'en- 
trée de 1 760 dans la bibliothèque de Saint-Clément; par où l'on voit 
que l'addition de ces 1 1 articles ne remonte pas plus haut que cette 
date. On peut affirmer en même temps qu'elle ne descend pas plus 
bas que celle de 177^, époque probable de l'acquisition faite par 
Saint-Clément d'un certain nombre de manuscrits provenant des Céles- 
tins supprimés alors, acquisition dont le catalogue en question ne fait 
aucune mention. Nous reviendrons ultérieurement sur cet objet. 

D'après l'inventaire de 1 769 de la bibliothèque de Saint-Arnould 1 , 
l'abbaye devait posséder à cette date i5a manuscrits. Cet inventaire, 
dressé par dom Sébastien Dieudonné qui prenait à ce moment les 
fonctions de bibliothécaire de l'abbaye, n'est malheureusement qu'un 
état très-succinct ne mentionnant que le nombre de volumes figurant 
dans diverses catégories, et par lequel nous apprenons seulement que 
les 1 52 manuscrits de Saint-Arnould se décomposaient en 1 02 volumes 
in-folio et 5o plus petits, de formats divers. L'insuffisance de ces 
renseignements est regrettable, car le fonds des manuscrits de Saint- 
Arnould est un des principaux éléments de notre collection actuelle. 
Divers indices, sur lesquels nous aurons à nous expliquer ultérieure- 
ment, permettent cependant de reconnaître dans celle-ci une grande 
partie des manuscrits provenant de Saint-Arnould, 1 2 1 sur le nombre 
de iÔ2 accusé par l'Etat sommaire de 1769. 

Le Catalogue de la bibliothèque de l'ordre des avocats au parlement 
de Metz a été imprimé en 1 765 2 ; mais cette bibliothèque constituée 

Etat de la bibliothèque de Saint-Arnould des avocats du parlement de Metz étublie en 

de Metz, le 21 février de l'année 1769. Ce 1762. A Metz, chez Joseph Collignon, im- 

document appartient à la collection des primeur ordinaire du roi et de nosseigneurs 

manuscrits delà ville [n° go3]. du parlement. A la Bible d'or, m dcc i.xv. 

Catalogue de la bibliothèque de l'ordre In- 4° de 52 pages. Un exemplaire de cet 



xxxvm NOTICE 

en 1762 seulement n'avait pas encore beaucoup de manuscrits à l'é- 
poque de cette publication. La mention en est mêlée dans le cata- 
logue à celle des ouvrages imprimés; et l'on ne saurait dire quel en 
était le nombre exact, parce que les indications insuffisantes données 
dans ce catalogue ne permettent pas de reconnaître la nature de cer- 
tains articles et de décider si tel d'entre eux est un imprimé ou un 
manuscrit. Ceux qui sont formellement qualifiés comme appartenant 
à celte dernière catégorie ne s'élèvent qu'au nombre de 8 seulement, 
tous modernes à ce qu'il semble, et dont nous ne retrouvons aucun 
clans la collection actuelle de la ville de Metz. Lors de la rédaction 
du catalogue de 1765, la bibliothèque de l'ordre des avocats n'avait 
pas encore recueilli ceux de ses manuscrits qu'elle a transmis à la col- 
lection de la ville, les manuscrits notamment qui ont été légués par 
l'avocat Gabriel à ses confrères, et dont nous aurons à dire quelques 
mots un peu plus loin. 

Le Catalogue des manuscrits de la cathédrale, fait en 1 76.5 par dom 
Maugérard, bénédictin de Saint-Arnould 1 , l'emporte de beaucoup, à 
tous égards, sur ceux dont nous venons de parler. On doit s'en féli- 
citer, à cause de la richesse du fonds qu'il concerne, et en raison aussi 
du rôle important qui lui appartient dans la formation de la collection 
actuelle des manuscrits de la ville. Ce catalogue ne comprend pas 
moins de 357 articles, avec un supplément de doubles de 26 numé- 
ros, et près des deux tiers des manuscrits qu'il mentionne sont encore 
entre nos mains. C'est à cette œuvre de dom Maugérard que s'applique 
probablement une note extraite des comptes de l'abbaye de Saint- 
Arnould par son moderne historien, suivant les termes de laquelle les 
chanoines de la cathédrale auraient remis en 1766 à la communauté 
de Saint-Arnould une somme de 48o livres pour le travail fait à leurs 
archives par dom Jean-Baptiste Maugérard 2 . Ce travail, qui devait 

imprimé se trouve à la fin d'un recueil de Metensis, 1765. Ce catalogue est manuscrit, 

pièces qui figure parmi les manuscrits de et il appartient comme les précédents à la 

la ville [n° 908]. collection de la ville [n° 822]. 

' Catalogus bibliothecœ Sancti Stephani 2 Notice historique sur l'ancienne abbaye 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. nxxii 

comprendre Je double catalogue des manuscrits et des imprimés de 
la bibliothèque du chapitre, avait été confié par celui-ci à une commis- 
sion composée de quelques-uns de ses membres, lesquels avaient cru 
ne pouvoir mieux faire, pour remplir convenablement leur mission 
et pour exécuter l'œuvre remise à leurs soins, que de s'adjoindre le 
docte bénédictin qui en est véritablement l'auteur 1 . 

Dans une prélace mise en tète de l'ouvrage, dom Maugérard donne 
quelques indications sur l'importance du fonds de manuscrits dont il 
va commencer la description, et rappelle que l'illustre Montfaucon 
avait inséré en 1789 un catalogue succinct de cette collection dans sa 
Bibliothcca Biblioihecarum (t. II, p. 1376), d'après des notes trans- 
mises par M. Deslandes, chanoine de l'église de Metz, avec lequel 
Montfaucon mentionne encore dom Calmet, comme ayant pris part 
également à cette communication. 

C'est encore un document très-explicite que l'Inventaire du fonds de 
1 hôtel de ville, entré dans la collection des manuscrits de Metz en 1 835. 
Cet inventaire n'est autre chose qu'une section de celui de nos archives 
municipales fait par M. Lemaire de 1811 à 1823. La portion de 
l'inventaire général qui concerne cette section a été exécutée en l'an- 
née 1822. On y trouve la mention de 1 34 articles, sous i3 1 numéros 
dont 3 numéros bis; ces articles se trouvent aujourd'hui pour la plupart 
dans la collection des manuscrits de la ville. 

Le Catalogue des manuscrits de M. le comte Emmery, dressé en 1 840 
par M. le baron de Salis 2 , n'est pas moins satisfaisant pour la précision 

royale de Saint- Arnouîd , par le général de « simoseptingentesimosexagesimo quinlo. 

Boblaye, 1857, p. "]3. «die vero nona mensis Julii. Signaverunt 

' C'est ce qu'exprime l'intitulé du tra- «Saintignon cancellar., Legrand canon, et 

vail : « Calalogum hune libroruru biblio- archid. major, Mamiel syndic, capituli . 

«thecae capituli Ecclesiae Metensis verum «G. Besançon, Du Lau, L'alliât et Nancv. » 

« el accuratum esse testantur canonici in- ' Le cabinet de la ville possède une 

drascripti ad ejus confectionem a dicto copie manuscrite du travail de M. le baron 

« capitulo deputati, studio et opéra domini de Salis, due aux soins de M. Clercx 

«Maugérard religiosi ordinis sancli Bene- [n° 1016]. Il possède en outre un ancien 

«dicli, nbbaliae Sancti Arnulphi Metensis catalogue de la main de M. le comte Em- 

« adjecti. Actum Métis anno Domini mille- mery lui-même [n° 7/iy], mentionnant 



xl NOTICE 

des renseignements qu'il nous fournit. Il contient 88 articles, dont 
il\ ont passé dans le cabinet des manuscrits de la ville de Metz, avec 
quelques autres provenant de la section Archives, comprise dans les 
collections laissées par M. le comte Emmery. 

Manuscrits de la Cathédrale. — Le fonds originaire des manuscrits 
de la cathédrale est de beaucoup la source la plus riche de toutes 
celles qui ont contribué à la formation de la collection actuelle. Il est 
parfaitement connu, grâce à un travad dont nous avons dit quelques 
mots dans les pages qui précèdent. Nous voulons parler du catalogue 
de ce fonds exécuté en 1765 par un savant bénédictin de Saint-Ar- 
nould, dom Maugérard. Ce catalogue comprend 383 articles. 

Dom Maugérard partage les manuscrits de la cathédrale en 
1 4. séries : Codices in sacrario servati (le trésor), i3 manuscrits; 
A, Biblici, 26 manuscrits; B, Liturgici, k 1 manuscrits; C, Ritaales, 
6 manuscrits; D, Patres et Morales, 21 manuscrits; E, Theologi, 
2 G manuscrits sous 2 5 numéros, dont 1 numéro bis; F, Jus canonicum , 
g 3 manuscrits sous 92 numéros, dont 1 numéro bis; G, Jus civile, 26 
manuscrits: H, Sanctorum vitœ et Concionatores , 12 manuscrits; I, His- 
torici, 9 manuscrits; K, Philosophi, Astronomi et Mcdici, 39 manuscrits 
sous 38 numéros dont 1 numéro bis; L, Poetœ et Oratores, il\ manus- 
crits; M, Miscellanei, i/i manuscrits; N, Lexicon, 7 manuscrits. 

Aux 357 manuscrits classés dans ces 1 !\ séries, il faut joindre 
26 articles que dom Maugérard mentionne à la suite de ceux-là, 
comme étant des doubles non portés au catalogue, ce qui élève à 383 
le nombre des manuscrits que possédait en 1765 la bibliothèque de 
la cathédrale. Les 26 manuscrits classés comme doubles sont tous des 
ouvrages de droit civil et de droit canonique. Dom Maugérard en 
donne simplement les titres sans fournir aucun détail sur leur condi- 
tion, leur format ni leur âge. Il est permis de penser que c'étaient, 

ensemble les manuscrits avec les imprimés M. le baron de Salis, pour se rendre 
de sa bibliothèque, et qu'on pourrait con- compte de ce qu'avait pu être à différentes 
sulter en le rapprochant du travail de époques la collection vendue en 18/19. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. xu 

pour la plupart, comme les 119 autres manuscrits du même genre 
catalogués dans les séries F et G, des in-folio exécutés aux xin p , xiv^ 
XV e et XVI e siècles , soit sur papier, soit sur vélin , ces derniers plus nom- 
breux vraisemblablement que les autres, comme on l'observe de ceux 
qu'il décrit. 

Les 357 manuscrits décrits dans le catalogue de 1765 se décom- 
posent en 275 manuscrits sur vélin, ^5 manuscrits sur papier et 7 
dont la matière n'est pas déterminée dans la description qui en est 
donnée. Quant au format, ils comprennent 2 1 5 volumes in-folio, 
82 in-4°, 38 in-8°, in-12 et in-16, et 22 de format indéterminé. Au 
point de vue de leur âge, on y compte 3 manuscrits du vi c siècle, 
1 du vn e , 3 du vm e , 8 du ix e , 1 2 du x e , 7 du xi e , 1 2 du xn e , 2 2 du xm e , 
73 du xiv e , 188 du xv e , 3 du xvi e , 1 du xvm e et 2 4 d'époques indé- 
terminées. 

Ces indications sur la condition des manuscrits de la cathédrale 
et sur leur classement dans le catalogue dressé en 1765 par dom 
Maugérard suffiraient pour donner une idée favorable de celte pré- 
cieuse collection. Nous pouvons cependant, sans dépasser les limites 
imposées à cette notice, en citer encore les articles les plus remar- 
quables. Nous joindrons à leur mention quelques-unes des remarques 
dont ils sont l'objet de la part du savant bénédictin. 

Les manuscrits appartenant aux quatre premières séries [Sacrarium 
et A, B, C) sont ceux que dom Maugérard a le plus étudiés 1 . Il les 
décrit avec de minutieux détails et accompagne leur description d'ob- 
servations intéressantes sur leur contenu et de considérations sur les 
antiquités ecclésiastiques qu'ils peuvent servir à illustrer, indépen- 
damment des particularités paléographiques qu'ils renferment et aux- 
quelles il est toujours très-attentif. Disons en passant que l'examen de 

' La collection de Metz ne possède au- ceux de la série B, Liturgici, les numéros 

cun des manuscrits du trésor {Sacrarium). i3, i4, 43, 33o, 334, 364 , 452, 588; 

Ceux de la série A, Biblici, qui lui sont ceux de la série C, Ritaales, les numéros 

parvenus portent au Catalogue général 47,82,222,335. 
les numéros 1, 2, 7, 8, i56, 2i4, 447; 

H UT. DES BIBL. — V. F 



xlii NOTICE 

quelques-unes des pièces étudiées par lui permet de constater chez le 
savant bénédictin une disposition générale à vieillir un peu les manus- 
crits, d'après leurs caractères paléographiques. 

Dom Maugérard trouve dans ces quatre premières séries d'intéres- 
sants exemplaires d'ouvrages de caractère religieux : Bibles, A 2 [n° 7] 1 , 
l\ [n° 2], 12 [n° 1]; évangéliaires, Sacrarium 1 et 2, A 1,7, B3, h 
[n° 33o]; pontificaux, Sacrarium 3, B 5 [n° 33/4]; lectionnaires , B 1 ; 
missels, B 1 5 [n° i3]; sacramentaires, B 4o [n° 43]; psautiers, B 6 
[n° i4]; cérémoniaux, B 5 [n° 334], G 1 [n° 82]. Ces divers ouvrages 
lui fournissent l'occasion de faire de nombreuses observations sur l'an- 
cienne liturgie, sur celle de l'église de Metz en particulier. 

Un pontifical du trésor, Sacrar. 3, lui semble mériter une élude 
toute spéciale 2 ; il s'étonne de voir que ce précieux document, tout à 
fait digne suivant lui d'être publié, ait échappé jusqu'alors à l'attention 
des écrivains ecclésiastiques. Il signale à la fin de ce manuscrit, daté 
par lui du vui e siècle, une copie de la fameuse liste en vers des pre- 
miers évèques de Metz jusqu'à Angelram, intronisé en 768. Dans des 
évangéliaires des vi c et vn e siècles, Sacrar. 1,2 et A 1, il relève une 
division en chapitres du texte sacré, différente de celle admise parles 
modernes. Un lectionnaire du vu e ou vm e siècle, B 1 , lui parait res- 
sembler en beaucoup de points à un ancien document du même 
genre imprimé par dom Mabillon dans son ouvrage sur la liturgie 
gallicane. Il fait remarquer que, dans ce lectionnaire, l'épître de 
saint Jean pour l'octave de Pâques ne contient pas le verset : « Quo- 
« niam très sunt qui lestimonium dant in ccelo, Pater, Verbum et 
« Spiritus sanctus, et hi très unum sunt » (S. Joan. Ep. I, cap. v, vers. 



1 Les notations données ici , comme crifs de la cathédrale qui sonl conservés 

A a, à, 12, sont celles du catalogue de dans la collection actuelle, 

dom Maugérard. Les numéros qui les ac- ' Ce manuscrit, aujourd'hui à la Biblio- 

rompagnenl quelquefois entre deux cro- thèque nationale à Paris (ms. lai. 9428), 

chets, comme [n° 7], [n° 2], [11° 1], sont est un de ceux qui ont été transportés en 

ceux que portent au Catalogue général de 1802 de Metz dans cette dernière ville. 



Metz quelques-uns de ces anciens manus- 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. xlmi 

7), passage célèbre qui a donné lieu, dit-il, à tant de controverses. Il 
constate la même lacune dans deux Bibles du x c et du xiii c siècle, A /j 
[n° 2], 12 [n° 1]; cbose particulièrement remarquable, ajoute-t-il, dans 
le texte du xm e siècle, car, à l'époque où il a été écrit, le verset en 
question était depuis longtemps admis généralement. Sur une Bible 
du vm e siècle, A 2 [n° 7], et sur un évangéliaire du ix e , A 7, il fait 
observer que, dans le texte de saint Mattbieu, on a raturé le passage 
« ut impleretur quoddictum est per Jeremiam, etc., » qui ne se trouve 
pas dans les manuscrits de la première époque. Dans la même Bible 
du vin e siècle, A 2 [n° 7], il constate la présence du psaume apo- 
cryphe intitulé Psalmus David propric extra numerum , où il est ques- 
tion du combat contre Goliath. Il fait enfin remarquer qu'une Bible, 
A 4 jn° 2], et un psautier, B 6 [n° 1^], du X e siècle, contiennent la 
version de saint Jérôme des psaumes, laquelle n'est pas reçue dans 
l'usage ordinaire, bien qu'admise parmi les livres canoniques. 

Un cérémonial du X e siècle, B 5 [n° 334] 1 ayant appartenu depuis 
trois ou quatre cents ans à la cathédrale de Metz, serait, suivant dom 
Maugérard, digne de toute attention par la singularité des usages qu'il 
mentionne, sans qu'on puisse décider cependant, dit-il, pour quelle 
église il a été fait. Un autre cérémonial moins ancien, écrit au xni e 
siècle et destiné expressément à l'Eglise de Metz, C 1 [n° 82], pré- 
sente, comme le fait remarquer le docte bénédictin, des particula- 
rités intéressantes à plus d'un point de vue pour l'histoire de cette 
Eglise. Il signale enfin, dans un sacramentaire du xiv e siècle, B 4o 
[n° 43], et dans un missel du xv e , B i5 [n° i3], des traces remar- 
quables du baptême par immersion. 

D'autres manuscrits de cette catégorie lui offrent, dans des addi- 
tions postérieures à leur première exécution, des documents intéres- 
sants. 11 en relève plusieurs qui concernent l'histoire de l'évêché de 
Metz, notamment, sur le dernier feuillet d'un évangéliaire du XI e siècle 
que nous n'avons plus, Sacrar. 7, la transcription du serment 
d'obéissance d'un abbé de Salivai à Bertram, évêque de Metz, à la 
fin du xu e siècle. 



xliv NOTICE 

Dans les séries D, E des manuscrits de la cathédrale 1 , l'auteur du 
catalogue de 1765 signale, parmi les écrits des Pères de l'Eglise et 
des théologiens, un exemplaire du xv e siècle du traité de Gerson, De 
arle moriendi, avec un sermon de saint Bernard, De contempla mundi , 
D 1 3; un autre manuscrit du xv e siècle, contenant le célèbre morceau 
du Songe de Scipion par Cicéron , D 1 7 ; une copie du xv e siècle du 
traité de Johannes de Turi ecremata , sur l'autorité du concile uni- 
versel et sur celle du souverain pontife, E 5 [n° io4]; diverses par- 
ties de la Somme de saint Thomas transcrites au XV e siècle, E 4 et 
E 1 3 [n° 2/t4]; un manuscrit des sermons de Jacobus de Voragine, exé- 
cuté par un Toullois pendant une peste de 1 466 , E. 19 [n° o,4]; une 
copie du xv e siècle des Statuts du synode de Toul en i35o,, avec leur 
confirmation en i456, E 20 [n° 1 5o]; des Mélanges de Théologie écrits 
en i484 par Hugo Mathie, chanoine de Metz, personnage dont la 
marque se retrouve sur un certain nombre de manuscrits venant de 
la cathédrale, E 22; une collection du xm e siècle de sermons envieux 
français, auxquels est jointe une lettre synodale de i35o d'Adhémar, 
évêque de Metz, F 3 [n° 2 62]. 

Parmi les ouvrages de droit canonique qui forment la série F dans 
le catalogue de 1765 des manuscrits de la cathédrale 2 , nous remar- 
quons avec dom Maugérard, en première ligne, un manuscrit du xn e 
siècle contenant une collection en 1 2 livres de Canons et de Décré- 
tâmes, F 2 [n° 100], qu'il croit avoir été faite à cette époque pour 
saint Anselme, archevêque de Cantorbéry (i" 1109), mais qui en 
réalité est, comme nous le verrons plus loin, la copie d'un recueil de 

' Les manuscrits de la série D, Patres nonicurn, qui nous sont parvenus portent 

et Morales, qui nous sont parvenus portent au Catalogue général les numéros 18, 19, 

au Catalogue général les numéros 50,89, 23,24, 25, 26, 28, 29, 3o, 3i, 32, 33, 

i54, 198, 238, 2/io, 339, 34 1, 345, 57, 58 , 59, 60 , 6i, 62 , 63, 73, 75, 81, 

449; ceux de la série E, Theologi, les 86, 87, 98, 100, 102, io3, io5, 108, 

numéros 38, 53, 88, 90, 94, io4, i5o, 109, 110, 111, 113,117, 119,122, 157, 

i52, an, 212, 235, 244, 448, 48o, i58, i63, 164, i65, 166,249, 252, 253, 

481,608. 254,262. 

* Les manuscrits de la série F, Jus ca- 



SUR LES MANUSCRITS DK METZ. xlv 

la lin du ix c siècle, composé pour un archevêque de Milan du même 
nom '.Viennent ensuite des manuscrits des xui e et xv e siècles, contenant 
les Décrétâtes de Grégoire IX (libri quinque), F 5, i 5, 22 [n° 67 J. 
28, 83, 84 [n° io5]; des manuscrits des xui e , xiv c et xv c siècles, 
contenant celles de Boniface VIII (liber sextus), F 6, 20 [n° 29], a3 
[n° 62], 26; d'autres des xiv e et xv e siècles, contenant les Clémentines 
de Jean XXII, F 25 [n° 3i], 35, 36 [n° 63], 92. On peut mentionner 
encore des manuscrits des XII e et xiu e siècles de la Somma Raimundi, 
F 85 [n° 254], 86 [n° 252], 88 [n° 253]; un manuscrit du xm e siècle 
de la Summa Monaldi, F 82 [n° 2/19 ]; des manuscrits des xiv e et XV' 
siècles des Summa d'Azo, F 45 [n° 1 8], d'Oldradus, F 60 [n° 26], 68 
[n° 7 5], de Goiïredus deTrano, F 29 [n° 1 09], 5i, 53 [n° 1 10], 56, 
de Johannes de Blanasco, F 52 , de Guillelmus Autissiodorensis, F 5o, 
de Barlliolomeus de Pisis, F 71 [^87], 73 [n° 86]; des copies du 
XIII e , du xiv e et du xv e siècle de divers écrits composés sur le droit 
canonique par Alexander de Villa Dei , F 80; Anton ius de Butrio, 
F 61 [n° 23], 65 [n° 24]; Bartholomeus Biixiensis, F 54 [n° to3]; 
Bernardus Brixiensis, F 33; Durandi, F 8 1 , 21, 27, 3i [n° 33], 38; 
Garcias Hispanus, F 34 [n° 60]; Goffridus, F 81 [n° 1 57];Gosselinus. 
F 42 ;Guido Bononiensis, F 19, 37; Guillelmus de Colle medio, F 87; 
Guillelmus de Mandagoto, F 78, 79 [n° 1 1 3] ; Guillelmus de Monte 
Lauduno, F 43; HenricusBoich, F 10 [n° 59], 12, i3; Innocentius IV 
F 3o; Johannes Andréa, F 9, i4, 17, 55 [n° 108], 63 [n° 73], 64 
[n° 25], M 3 [n° 180]; Johannes de Casso, F 74; Johannes de Fantu- 
ciis, F 58 [n° 32J; Johannes de Imola, F 59 [n° 3o]; Johannes 
Monachus, F 77 [n° ni]; Johannes de Saxonia, F 76 [n° 117]; 
Paulus de Lyazariis, F 39; Petrus de Samsone, F 75 [n° 1 22]; Fran- 
ciscus de Zabarellis, F 67 [n° 58]. 

On trouve enfin dans cette série des manuscrits des xm e , xiv c , xv e 
et xvi e siècles, contenant des ouvrages anonymes sur les mêmes ma- 

Celle rectification est due à Savigny, moyen âye. Nou.s reviendrons plus loin -ur 
qui a vu les manuscrits de Metz et qui en ce qu'il en dit. 
parle dans son Histoire du droit romain au 



xlvi NOTICE 

tières : InstitulionesJuris, F 66; Commcntaria , F 69 ; Glosa et Tractaius, 
F 32 [n° 61], 67; Apparatus, F 46, 47, 48, A9; CV'sus prœcipui, F 90 
[n° 1 65] ; Cas«5 brèves, F 89 [n° i64], G 24; Decisiones, F 70 [n° 98]; 
C.oncordantiœ, F 4, 18, 44; Rubricœ, F 9 1 [n° 1 58]; Tabula, F 4o 
[n° J02]; liepcrtorium, F 62 [n° 19]; Vocabularium, F 4i [n° 166]; 
Tractaius de judiciis, F 72 [n° 1 63] ; et avec ces ouvrages deux exem- 
plaires du xiv e et du xv e siècle des statuts et préceptes De vita et hones- 
fate clcricorum, F 7 et 8 2 ; les Constitutions des conciles de Trêves, de 
12 38, F 83, et de 1 355 , F 3 [n° 262]; celles enfin du concile de 
Bàle, F 1, copie authentique accompagnée du sceau pendant du con- 
cile, au sujet de laquelle dom Maugérard dit dans une note : « Co- 
« dex eximii pretii accurate servandus. » 

Les ouvrages de droit canonique , dont nous venons de parler, dé- 
passaient de beaucoup en nombre, cela se comprend, dans la collec- 
tion de la cathédrale, les ouvrages concernant le droit civil. Ils l'em- 
portaient même à cet égard sur les ouvrages relatifs à la théologie 
et à la liturgie. Parmi les manuscrits traitant du droit civil, qui forment 
au catalogue de 1 765 la série G 1 , on remarque surtout ceux qui con- 
cernaient la législation de Justinien, G 6; des copies des xm e , xiv c et 
xv e siècles des Inslitutes, Fil, 1 6, G 1 [n° 64], 2 [n° 65], 7 [n° 66], 
8, 25; du Code, G 3, 4, i5 [n° 72]; du Digeste, G 9 [^67], 10 [n°68], 
j i [n° 69], 12, 1 4, 16 [n° 70], 23; des Novelles, G 1 3; un manuscrit 
du xv e siècle des Consuetudines fcudorum, G 21 [n° 1 i4]; des manus- 
crits des xiv e et xv e siècles contenant des Gloses, G 5, 17, 20; Prœlec- 
tioncs, F 2 4 [n° 119]; Decisiones, G 19; Consilia, G 26; un manuscrit 
du xiv e siècle du traité de Goffredus Beneventanus, De jure civili, G 18. 

Dans les dernières séries, H, I, K, L, M, N, du Catalogue des manus- 
crits de la cathédrale par D. Maugérard, sont groupés les ouvrages 
de sciences, de lettres et d'histoire 2 ; par exemple , des traités de mé- 

' Les manuscrits de la série G, Jus ci- 2 Les manuscrits de la série H, Sanc- 

vile, qui nous sont parvenus portent au torum vitœ et concionalores , qui nous sont 

Catalogue général les numéros 64, 65, parvenus portent au Catalogue général les 

66,67,68,69,70,72, 11 A- numéros 92, 95, 97, 3o4, 346, 363, 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. u.vn 

decine et de chirurgie, dans des manuscrits du xn c siècle, K. 2, 3 
[n° 509] ,4 [n°2 77]; duxiv siècle, K38, et du xv c siècle, K 8 [^279], 
12, i4 [n° 1 75], i5 [n° 177], 19, 20, 24 [n° 38o], 25, 26 [n° 38 1], 
27 [n°382J, 36 [n° 280], L 10; des écrits d'Avicenne (Ai>ou-Ali el- 
Hosseïn) dans des manuscrits du xv c siècle, K 1 o 1 [n° 2 83], 1 o 2 [n° 101], 
17; des ouvrages sur l'astronomie, sur le calendrier, etc. dans des 
manuscrits du xi c siècle, L 2, et du xv e , K 6 [n° 286], 7 [n° 284], 
9 [n° 2 85], i3 [n° 287], 2 1 [n° 5i 1], 22, L 16; des traités de philo- 
sophie, de métaphysique, de logique, de morale, de rhétorique, de 
grammaire et de physique, dans des manuscrits du xui e siècle, L 5; 
du xiv e , M 12 [n° 385], et du xv e , K 1 1, i6[n° 272], 18, 23, 28, 29, 
3i, 32 [n° 5o8], 34, 37, L 8, i4, i5 [n" 295], 20, 21, 23 [n" 289], 
N 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7. 

Dans les mêmes séries, on trouve un recueil, du xv e siècle, de lettres 
de saint Bernard et de plusieurs personnages, princes, papes, cardi- 
naux, évèques, M 7 [n° 1 82];un autre du même temps, contenant une 
lettre de l'empereur Frédéric au souverain pontife, avec les Vies des 
papes et. des empereurs, M i4; un manuscrit du xn e siècle, peut-être 
original, des Prophéties de sainte Ilildegarde, M 2, « licet in fine 
« mutilus, eximii tamen pretii, » est-il dit dans une note de dom Mau- 
gérard; un recueil du x c ou du XI e siècle contenant, avec la Vie de 
saint Martin par Sulpice Sévère , divers traités de ce saint ou sur ce 
saint, H 1 [n° 3o4]; un martyrologe du xn e siècle, H 4; une copie, 
du xiv c siècle, d'une légende en vers français de sainte Marguerite, 
L 1 7 [n° 545]; un manuscrit du même temps de YHistoria Trojana de 
Darès, Dictis de Crète, etc., compilée par Guido de Columna Mes- 
sanensis en 1287, I 9 [n° 3o2]; des fragments traduits de Platon. 

097, 399; ceux de la sériel, Historici , Poetœ et oratores , les numéros 271, 270, 

les numéros 18/i. i85 , 186, 191, ig3, 289, 2g5, 298, Soi, 377, 5 1 S , 022. 

3o2; ceux de la série K, Philosophi, aslro 5/»5 ; ceux de la série M, Miscellanei , les 

nomi et medici , les numéros 101, 173, numéros 168,169, 180, 181, 182, 190, 

177, 272, 277, 279, 280, 283 284, 234, 297, 38P>, 479- La série i\, Lexi- 

285 , 286, 287, 378, 38o, 38 1, 382, con, ne nous a laissé aucun manuscrit. 
5o6, 5o8, 5og, 5i 1 ; ceux de la série F,, 



umn NOTICE 

dans des manuscrits du xi e siècle, K 1 , et du xiv e siècle, M 3 [n° 1 80]; 
des extraits d'Aristote dans un manuscrit du xv e siècle, K 3o [n° 5o6]. 

Les lettres proprement dites étaient représentées dans l'ancienne 
collection des manuscrits de la cathédrale par un fragment de Cicé- 
ron du XV e siècle [n° A82], par des copies de Salluste (Jugurlha) du xv e 
siècle, L 19 [n° 622]; de Stace (Thébaïde) du xiv e siècle, L 4; de Lu- 
cain [Bell, civil.) du xi e ou du xn e siècle , L 6 [n° 5i 8]; de Sénèque 
(Epistolœ) du xv e siècle, L 1 1, M 6 [n° 190], (Tragœdiœ) du xv e siè- 
cle, L 1 3 [n° 298]; de Flavius Josèphe (Antiquit.judaic.) du xv e siècle, 
I 7 [n° 1 9 1]; de Valère Maxime (Memorabilia) du xiv e ou du xv e siècle, 
L 3 [n° 3oi]; d'Eusèbe (Hisl. ecclesiast.) du x e ou du xi e siècle, I 2 
[n° 1 84-] ? d'Orose (Hisloria) du même temps, I 1 [n° 1 85], 3 [n° 186]; 
de Macrobe (Excerpla ex Saturnal.) du xv e siècle, L 18 [n° 271]; de 
Boëce [De consolatione) du X e ou du XI e siècle, L 1 [n° 377]; de Boccace 
[De casu viror m illuslr m et de mulierib' claris) du xv c siècle , I 6 [n° 1 g3]; 
de N. Oresme [De lalitud e formai™) du xiv e siècle, K 33 [n° 378]; de 
frère vEgidius Romanus ord s S 1 Augustini (De regimine principum) du 
xiv e siècle, L 9 [n° 273]. 

Les indications que nous venons de donner permettent de se faire 
une idée de ce qu'était le fonds originaire des manuscrits conservés à 
la cathédrale de Metz jusqu'à la fin du siècle dernier. Cette belle col- 
lection ne nous est malheureusement point parvenue tout entière. 
Nous savons par exemple que plusieurs des manuscrits gardés dans 
le trésor (Sacrarium), dont aucun n'est plus aujourd'hui entre nos 
mains, figurent dans la série de 16 articles transportés en 1802 à 
Paris et conservés maintenant à la Bibliothèque nationale. La des- 
cription minutieuse que dom Maugérard donne de leurs précieuses 
couvertures, rapprochée des monuments eux-mêmes, en fournirait au 
besoin la preuve. Pour d'autres, mentionnés simplement au catalogue 
de 1 765, sans que nous sachions ce qu'ils sont devenus, nous ne pou- 
vons que constater leur absence sur les rayons de la bibliothèque de 
Metz. Celle-ci ne possède, en effet, qu'une partie de ce que renfermait 
le fonds originaire de la cathédrale. On peut l'affirmer, sans aller 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. wi\ 

jusqu'à une vérification rigoureuse, pour laquelle seraient insuffi- 
santes, en bien des cas, les indications fournies par le catalogue de 
dpm Maugérard. Ces indications sont effectivement conçues parfois 
en termes généraux, comme Opuscula diversa moraha , Traclalas mo- 
rales, Tractatus de physica, Traclalus de medicina, Sermones diversi , 
Poema latinum, etc., lesquels manquent de précision. Les titres de 
Biblia, PsaUcrium, Pontificale, Flomiliœ, donnés aussi quelquefois par lui 
sans plus d'explications, sont à peu près dans le même ras. D'autres 
fois heureusement ses indications sont plus explicites. On peut, grâce 
à celles-ci, constater l'identité qui existe entre un certain nombre des 
manuscrits catalogués en 1 ^65 à la cathédrale et quelques-uns de 
ceux que nous possédons encore. Nous avons signalé cette identité au 
cours de rémunération faite dans les pages précédentes, en donnant 
entre deux crochets les numéros que portent au Catalogue général de 
1 870 les manuscrits de la cathédrale cités par nous d'après dom Mau- 
gérard, et qu'on peut reconnaître parmi ceux qui appartiennent actuel- 
lement à la ville. 

Nous compléterons ces renseignement en disant que l'identité ainsi 
constatée porte sur 1 56 articles 1 . Le catalogue de 1^65 comprenant 
383 manuscrits, il en reste par conséquent 227 dont la trace doit être 
recherchée par d'autres moyens. Nous ne reconnaissons, en effet, sur 
les rayons de la bibliothèque de Metz, d'après les descriptions conte- 
nues dans le catalogue de 1765, aucun des i3 manuscrits du trésor 

1 Les 1 56 manuscrits de la collection 122, i5o, 162, 1 54-. 1 56, 167, 1 58, 1 63. 

actuelle dont on peut constater l'identité 1 64, 1 65, 166, 168, 169, 175, 177, 

avec ceux de la cathédrale, d'après les 180, 181, 182, 1 84, 1 85, 186, 190, 191, 

renseignements fournis par le catalogue 1 g3, 198,211, 212, 2 i4, 222, 234, 235, 

de 1765 , portent au Catalogue général les 208, 24o, 244, 249,202, 253, 254,262, 

numéros : 1, 2, 7, 8, i3, i4, 18, 19, 2 3, 271, 272, 270, 277, 27g, 280, 283, 284, 

24, 25, 26, 28, 29, 3o, 3i, 32, 33, 38, 285, 286, 287, 28g, 2g5, 297, 298, 3oi, 

43, 47, 5o, 53, 5 7 , 58, 59, 60. 61, 62, 3o2, 3o4, 33o, 334, 335, 33g, 34i, 345, 

63, 64, 65, 66, 67, 68, 69, 70, 72, 7 3, 346, 363, 364, 3 77 , 3 7 8, 38o, 38i, 382, 

75, 81, 82, 86, 87, 88, 8g, go, g 2 , g4, 385, 3g 7 , 3gg, 447, 448, 44g, 452, 479, 

g5, g7, g8, 100, 101, 102, io3, io4, io5, 48o, 48 1, 5o6, 5o8, 5og, 5 11, 5 18, 52 2 

108. 109, 1 10, 111, 1 1 3, 11 4, 117, 11g, 545, 588, 608. 

Ni U». des niBr.. — v. G 



l NOTICE 

(Sacrarium). Dans les Biblici, A, nous en retrouvons 7 seulement sur 
les 26 mentionnés au catalogue; dans les Lilurgici, B, 8 sur l\\\ dans 
les Rituales, C, l\ sur 6 ; dans les Paires et morales, D, 1 o sur 2 1 ; dans 
les Theologi, E , 1 6 sur 2 G ; dans les manuscrits concernant le Jus canoni- 
cum , F, 4 8 sur 93 ; dans ceux qui concernent le Jus civile , G , 9 sur 2 6 ; 
dans les Sancloram vitœ et concionalores, H, 8 sur 12; dans les Histo- 
rici, I, 6 sur 9; dans les Philosophi, astionomi, medici, K, 20 sur .'$9; 
dans les Poetœ et ora tores, L, 10 sur 2 4; dans les Miscellanei, M, 
10 sur \I\. Dans la série Lexicon, N, nous ne retrouvons aucun des 
7 manuscrits quelle comprenait. Nous ne reconnaissons non plus 
aucun des 26 manuscrits signalés comme des doubles par dom 
Maugérard. 

Les renseignements fournis par le catalogue de 1 7 65 ne permet- 
tent, on le voit, de retrouver dans la collection actuelle que 1 56 des 
manuscrits possédés avant 1789 par la cathédrale. Des indications 
d'un autre genre donnent heureusement le moyen d'augmenter un peu 
le nombre de ces attributions et de constater la même provenance 
pour quelques autres manuscrits encore de la collection actuelle. 
C'est ce qu'on peut faire d'après certaines marques anciennes de pos- 
session et de classement antérieur, conservées par plusieurs de ces 
volumes. Ce que nous avons dit précédemment de l'insuffisance de 
certaines descriptions de doni Maugérard permet de comprendre qu'on 
puisse signaler ainsi , dans la collection actuelle , des manuscrits qu'on 
ne saurait cependant reconnaître d'après le catalogue exécuté par lui 
en 1765. 

Les marques de possession conservées par quelques manuscrits de 
la cathédrale sont de deux sortes : les unes indiquant positivement 
que le manuscrit a autrefois appartenu à la cathédrale elle-même, 
sous cette forme : « Ex bibliotheca ecclesise cathedralis Mettensis » ou 
toute autre analogue 1 ; les autres montrant qu'il a été entre les mains, 

1 La marque positive de possc>sion par Catalogue général les n" 19, 2^, 27, 82, 
la cathédrale se trouve sur 11 manuscrits 109, 162, 287, 295, 3o4, 46i, 48i. — 
de la collection actuelle, qui portent au Nous devons prévenu une fois pour toutes 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. u 

soit d'un membre du chapitre, soit de quelque autre personnage du 
même genre de qui il a pu venir à la cathédrale, et Ion est fondé à 
penser qu'il en a été souvent ainsi, parce que certains manuscrits portent 
à la fois cette dernière marque de possession et celle de la cathé- 
drale 1 . Six de nos manuscrits sont dans ce cas [n os 19, 24, 162, 
287, 295, 46i]. 

Les membres du chapitre dont nous trouvons les noms sur nos ma- 
nuscrits sont, en suivant Tordre des temps auxquels on sait qu'ils ont 
vécu : Ludovicus, doyen en 1 3 48 ; Jacobus Nicolaij, doyen en i45 1 ; 
Nicolaus Dex, trésorier en 1 466 et 1^77; Hugo Mathie de Halen- 
zeyo 2 , chanoine, doyen et grand chantre en 1 466 et 1 536; Johannes 
Chardalli de Marvilla , chanoine et grand chantre en 1/17/1 et 1 5o 1 ; 
Johannes Herbillonj, chanoine en \l\7k et 1617; Arnulph. Thirieti 
de Clareyo, chanoine en i456 et i5oo ; Dominicus Warini de Bron- 
Nilla, archidiacre de Vie en i486 et 1 488 ; Johannes Natalis (J. Noël), 
chanoine et circator en 1482 et 1 5 1 2 ; Johannes Clerici, chanoine 
en i5oi et 1609; Johannes Halol, chanoine et archidiacre de Sarre- 
bourg puis de Marsa], en 1 5 1 4 et 1 58 1 ; Nicolaus Martigni, chanoine 
et archidiacre de Sarrebourg puis de Marsal, en 1 58 7 et 1 662 3 . Nous 



que les marques de provenance, celles 
d'anciens classements et autres indications 
du même genre dont il est question dans 
cette nolice, ont été relevées non pas 
d'après les renseignements consignés au 
Catalogue de 1870, mais d'après les ma- 
nuscrits eux-mêmes, dans une révision 
générale île ceux-ci faite en vue du présent 
travail. Le catalogue était imprimé quand 
a été exécutée cette révision , dont les ré- 
sultats peuvent être considérés, quand il 
v a lieu, comme fournissant la rectifica- 
tion de quelque s-unes de ses données. 

Celle règle souffre cependant quelques 
exceptions , comme le prouve un de nos 
manuscrits [n° 52 1] qui porte à la fois le 
nom d'Arnulpb. Thirieti, chanoine de la 



cathédrale (i456-i5oo) et celui de l'ab- 
baye de Saint-Clément : « S' Clemcnti.s 
«Metensis, 1761.» avec la marque de 
classement Z 18, qui appartient, comme 
nous le verrons, à cette maison. 

2 Ce Hugo Mathie est probablement 
un parent du personnage que Meurisse 
nomme Jean Mathie, chanoine et chantre 
de la cathédrale, lequel écrivait, dit-il , sur 
l'histoire au milieu du xvi c siècle (Meu- 
risse, Hist. des évêcjues de Metz, p. 9/1). Il 
e\i4e une lettre de Hugo Mathie, doyen 
de la cathédrale, du ik janvier i£S4 
(i486, n. s.), dans les preuves de 1 His- 
toire de Metz par les Bénédictins (t. VI, 
p. 294). 

3 Les noms de Johannes Halot et de 



LU 



NOTICE 



croyons devoir mentionner à la suite de ces noms, qui appartiennent 
à des membres du chapitre de la cathédrale, ceux de deux personnages 
moins connus, qui figurent aussi sur des manuscrits qu'on sait d'après 
d'autres indices avoir appartenu à celle-ci : Jacquin de Lasnerie (ou 
Lafuerie) et Hermann de Bure 1 , ce dernier avec la qualification de 
re/ercndaiius [n° 178] et la date de 1/101 [n° 2Ô] 2 . 

Les marques anciennes de classement propres aux manuscrits de 
la cathédrale consistent en lettres accompagnées de numéros , ceux-ci 
souvent modifiés par des surcharges ou par des additions; notations 
correspondant pour la plupart à celles qui figurent au catalogue de 
ces manuscrits exécuté en 1 7 6 5 par dom Maugérard, dont nous avons 
déjà parlé. Ces marques se trouvent portées sur des étiquettes de pa- 
pier qui contiennent en outre la mention de ce que renferme le vo- 
lume el qui sont collées tantôt sur le dos de celui-ci, tantôt sur le plat 
extérieur de la couverture, quelquefois à ces deux endroits simulta- 
nément. Ces étiquettes très-caractéristiques peuvent, à elles seules, 



Nicolaus Martigni, en raison de l'écarle- 
menl des dates qui s'y rapportent, doivent 
probablement l'un et l'aulre avoir appar- 
tenu ebacun successivement à deux indi- 
vidus différents. 

1 Maure Hermann de Bure, qualifié li- 
cencié en droit canon et civil, bachelier 
en théologie, référendaire de la Cour 
impériale, avocat et clerc résidant en la 
ville de Metz, ligure comme arbitre dans 
un différend entre la Cité et l'abbaye de 
Retlel en i4i2-i4i3 (Histoire de Metz 
par les Bénédictins , preuves , I. IV 7 , p. 686 , 
689). 

2 Les manuscrits sur lesquels figurent 
tous ces noms portent au Catalogue général, 
pourLudovicus, le 11° 10; pour J. Nicolaij, 
les numéros ig, 87; pourN. Dex, les nu- 
méros 161, 193; pour H. Mathie, les nu- 
méros 22, 32, 63, 11 3, 1 58, 159, i64, 



i65, 166, 181, 191, 272, 291, 482 ; pour 
J. Chardalli, les n° s 8, 33, 34. 5o, 5g, 65, 
6g, 75, 98, io4, 119, i54, 211; pour 
J. Herhillonj, les n 01 3, 18, 53, 62, 88, 
io5, 106, 108, 112, 162, 1 63, 182, 1 84, 
ig3, 208, 214, 217, 237,254, 255, 270, 
276, 287, 290, 3o2, 378, 384, 387, 399, 
479, 5o8, 517, 566; pour A. Thirieti , les 
n os 1/1, 89, g5, 12g, 1 56, 23g, 327, 33o, 
348, 3g7, 445, 44g, 457, 5i6, 5i8, 5ai; 
pour D. VVarini, les n 05 24, 2g5; pour 
J. Nalalis, les n° s 56, g2, io3, 116, 137, 
160, 2 38, 244, 3o3, 334, 345,363, 385, 
5o6; pour J. Clerici, le n° 186; pour 
J. Halot, le n" 46 1 ; pour N. Martigni, le 
n° 200; pour J. de Lasnerie (ou Lafuerie), 
les n os 28, 70; pour H. de Bure, les n 01 2 5, 
97, 122, 178, i83, 24o, 285, 286, 38i, 
382, 447- 



1.111 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 

être considérées comme un indice suffisant que les manuscrits où on 
les trouve ont appartenu à la cathédrale 1 . 

La marque de possession soit par la cathédrale elle-même, soil 
par un individu, memhre du chapitre ou autre, de qui les volumes 
peuvent venir, et les étiquettes de papier portant avec des lettres 
et numéros de classement l'indication du contenu du manuscrit, tels 
sont les indices de provenance qui permettent d'attribuer avec une cer- 
taine prohabilité à l'ancienne bibliothèque de la cathédrale quelques- 
uns des manuscrits de la collection actuelle. Ces trois indices sont 
quelquefois réunis sur un même volume. C'est, là une preuve qu'ils 
se prêtent mutuellement de leur signification et de leur valeur 2 . 

Un autre indice encore de provenance de la cathédrale pour les ma- 
nuscrits de Metz serait une couverture de peau cotonneuse de cou- 



1 La collection actuelle contient i53 
manuscrits de la cathédrale possédant cet 
indice Je provenance ((|uelques-uns por- 
tant à la fois les deux étiquettes de pa- 
pier, au dos et sur le plat du volume; 
quelques autres portant une seule étiquette, 
sur le dos du volume; le plus grand 
nombre portant l'étiquette sur le plat de 
la couverture seulement), savoir: a!" 1, 8, 
i4 , 20, 21, 29, 33, 53, 56, 58, 67, 72, 
76, 81, 86, 87, 88, 8g, 90, 92, 94, 95, 
97, 98. 102, io3, io4, 108, 110, 111, 
112, 1 i4, 1 1 5, 118, 123, 129, i5o, i5i, 
i5a, 1 54, 1 56, 157, i58, 160, 164, i65, 
166, 170, 173, 174, 175, 177, 178, 180, 
181, 182, i83, 18/1, i85, 186, 190, 193, 
198, 211,212, 217, 222, 23/), 2 35, 237, 
238, 23g, 24o, 244, 248, 249, 253, 254, 
255, 262, 269, 270, 271, 273, 274, 276, 
277, 279, 280, 284, 285, 286, 287, 289, 
291, 293, 294, 295, 297, 3oi, 3o2, 3o3, 
• )o4, 327, 328, 329, 33o, 334, 335, 33g, 
">4i, 345, 346, 348, 363, 364, 3 77 , 3 7 8, 
079, 38o, 38i, 382, 384, .">8 7 , 3 97 , 3 99 , 
445, 447, 448, /149, 45 2 , 45 7 , 467, 479, 



48o, 5o6, 507, 5o8, 5og, 5i 1, 5 12, 5i6, 
5i 7 , 5i8, 522, 52 7 , 545, 560, 56 7 , 588, 
608, 620, 635. 

2 Deux manuscrits de la collection ac- 
tuelle présentent la réunion des 3 indices 
en question, c'est-à-dire la marque de pos- 
session de la cathédrale, celle d'un mem- 
bre du chapitre, cl l'étiquette caractéristi- 
que. Ils portent au Catalogue général les 
n°' 287 , 295. — Sur quatre manuscrits on 
trouve réunis le premier indice et le se- 
cond, ils portent maintenant les n 01 19, 
24. 162, 46i ; — sur un seul le premier 
indice el le troisième, il porte le n° 3o4: 
— sur soixante et douze le second et le 
troisième indice, ils portent aujourd'hui 
les n ' 8, i4, 33, 53, 56, 87, 88, 89, 92, 
95, 97, 98, io3, io4, jo8, 112, 12g. 
i54, i56, i58, 160, 164, 1 65, 166, 178, 
181, 182, i83, 184, 186, 193, 211, 217. 
237, 238, 239, 2Z10, 244, 254, 255, 270, 
276, 285, 286, 291, 2g3, 3o2, 3o3, 327, 
33o, 334, 345, 348, 363, 3 7 8, 38i, 38 2 , 
384, 387, 397, 399, 443, 447, 449, 43 7 . 
479, 5o6, 5o8, 5i6, 517, 5 18, 566. 



lïv NOTICE 

leur verdàlrc qui est souvent accompagnée , soit du nom d'un ancien 
membre du chapitre [n fS 33o, 334, 348, 378, 38 1], soit de l'étiquette 
caractéristique de papier dont nous venons de parler [n os 21 , 327, 
377, 622]; mais cet indice est moins assuré que les précédents , plu- 
sieurs volumes de la collection actuelle qui le présentent ayant, sans 
qu'il soit permis d'en douter, une autre origine que le fonds de la 
cathédrale. 

Sans nous attacher à ce dernier indice trop peu certain, nous nous 
en tiendrons aux trois précédents, dont on peut constater l'existence sur 
1 ()4 articles de la collection actuelle rattachés parla au fonds originaire 
de la cathédrale. Nous avons reconnu d'un autre côté pour 1 56 articles 
de cette même collection la justification de cette provenance par 
l'accord qu'ils présentent quant à leur contenu avec les indications du 
catalogue de 1765. Ces preuves de deux genres différents existent 
simultanément dans un certain nombre de cas, dans d'autres elles sub- 
sistent isolément; 1 3 1 manuscrits réunissent aux indices que nous avons 
signalés l'accord avec le catalogue de 1765; 63 manuscrits ne présen- 
tent que les indices, et 2 5 l'accord seulement avec le catalogue de 
1765. En somme, 219 manuscrits de la collection actuelle peuvent 
être , par ces diverses raisons, considérés comme provenant du fonds 
originaire de la cathédrale. Ce chiffre de 219 s'élève à 220 par l'ad- 
dition d'un dernier manuscrit qui, sans présenter aucun des carac- 
tères précédemment énumérés, est, par sa nature seule, forcément 
indiqué comme ayant la même provenance; c'est un recueil du xvm e 
siècle de messes à quatre voix, à l'usage de la cathédrale de Metz 
[n° 101 4], qui ne figure pas avec les autres manuscrits de cette 
église dans notre fonds ancien, et qui se trouve dans les derniers nu- 
méros de notre fonds nouveau, sans que nous sachions comment il 
nous a été transmis 1 . 

' Ce manuscrit ne figure pas au cata- jurisprudence, que nous avons encore, 

logue de 1765 des manuscrils de la cathé- F 76 [n° 117]. Le recueil de mess.es en 

drale, où il n'en est mentionné qu'un seul musique était probablement considéré, 

du xvin' siècle, contenant un ouvrage de à cause de son contenu, comme un livre 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. lv 

On est ainsi conduit à reconnaître la provenance de la cathédrale 
pour 220 manuscrits de la collection actuelle dont nous avons donne 
ci-dessus les numéros. L'auteur du Catalogue général de 1870 l'admet 
pour presque tous 1 . Il l'admet en outre pour i3 autres encore chez 
lesquels nous n'avons pas discerné de marque de cette origine , mar- 
que nous sommes disposé à considérer sur son témoignage comme se 
rattachant réellement à celle-ci 2 , sauf en ce qui concerne l'un d'entre 
eux [n° 187], qui n'a pu être attribué que par inadvertance à la ca- 
thédrale, car il porte encore en toutes lettres la marque Sancti Vin- 
centii Metensis. La rectification que nous proposons à son égard a une 
importance toute particulière, parce que ce manuscrit n'est autre 
qu'un exemplaire du ix e siècle de l'Histoire de Paul Orose dont nous 
avons déjà parlé, signalé à Saint-Vincent dès le xn e siècle, et reconnu 
en 1709 par dom Martène dans la même maison, à laquelle il con- 
vient, par conséquent, de ne pas l'enlever aujourd'hui. 

Du reste, le manuscrit ne porterait pas, comme nous le voyons, 
la marque de Saint- Vincent, que nous aurions encore une raison 
péremptoire de le refuser à la cathédrale, par cette considération 
que le catalogue de 176.5 des manuscrits de celte église mentionne 
deux exemplaires seulement de Paul Orose et que tous les deux se 
retrouvent dans la collection actuelle sous les n os 1 85 et 186. Cette 



de chœur plutôt que comme un ouvrage 
de bibliothèque. On peut expliquer par 
là qu'il ne nous soit point parvenu de la 
même manière que ceux de notre ancien 
fonds avec lesquels il ne semble pas avoir 
jamais été classé. 

1 II méconnaît cette provenance pour 
i3 seulement des 22omanusciils auxquels 
nous l'assignons. Or, sur ces 1 3 manus- 
crits, U , qui ont au Catalogue général les 
n°' 3, 18, 161, 200, portent les noms des 
chanoines Herbillonj , N. Dex eî Maiti- 
g y; 5, sous les n ' 2^8, 467, 527, 620, 
635, portent l'étiqu Ile caractéristique de 



la cathédrale; 3, sous les n°* 2, i3, 66, 
justifient leur provenance par leur accord 
avec trois articles A U, B 1 5, G 7 du ca- 
talogue de 1765; et le dernier, sous le 
n° 101 4, justifie la sienne par son contenu 
même. 

2 L'auteur du Catalogue général signale 
notamment sur le n° i3o la marque : « Li- 
« berS. Stephani, » qu'on n'y retrouve plus, 
mais qui a pu disparaître avecune ancienne 
couverture depuis l'époque où il l'y a vue , 
la reliure du volume paraissant avoir été 
renouvelée. 



lvi NOTICE 

réserve faite, nous admettrons sans difficulté la provenance de la ca- 
thédrale pour les 1 2 autres articles auxquels l'auteur du Catalogue 
général l'attribue, quoique nous ne sachions pas précisément pour 
quels motifs 1 . 

Ces i 2 articles, joints aux 220 reconnus par nous, portent à 2 32 le 
nombre des manuscrits de la collection actuelle que Ton peut admettre 
comme lui venant de la cathédrale, et dont 23 1 peuvent se rapporter 
au fonds originaire de 383 articles catalogués dans la bibliothèque de 
cette église en 1765, où ne figure pas le recueil de messes du xvm c 
siècle [n° 101 4]- 

Manuscrits de Saint-Sauveur. — Outre le chapitre de la cathédrale, 
la ville de Metz possédait plusieurs autres collèges de chanoines, 
entre autres celui de Saint-Sauveur qui nous a laissé deux manus- 
crits. Nous n'avons aucun renseignement sur ce que pouvait être la 
bibliothèque de cette collégiale, et nous n'aurions absolument rien à 
en dire si nous ne trouvions sur les rayons du cabinet de la ville un 
volume in-4° écrit sur vélin [n° 696], intitulé : Processionale secundum 
usum insignis ecclesiœ collegiatœ Sancti Salvaforis Metcnsis, i634, où 
l'on voit en outre le commencement d'une suscription, Hic liber 
pertinet adcanonic — , dont le reste a été coupé, puis un second ma- 
nuscrit des xiv e , xv e et xvi e siècles sans marque [n° 44], mais dont la 
provenance se trouve suffisamment établie par ce fait qu'il contient, 
avec un Martyrologe romain, le Nécrologe de l'église de Saint-Sau- 
veur à Metz et une notice ancienne de legs faits à cette collégiale 
aux xv e et xvi e siècles. A la fin de ce dernier volume est une copie 
de la règle édictée en 816 par l'empereur Louis le Débonnaire pour 
les collèges de chanoines. 

Manuscrits de Saint- Arnould. — L'abbaye de Saint-Arnould possé- 

1 Ces 12 manuscrits, attribués ainsi à la rai les n°* (), 12, 55, 71, 99, 120, i3o, 
cathédrale sans que nous puissions en pré- 218, 278, 367, 368, 637. 
ciserles motifs, porlenl au Catalogue gêné- 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. lvii 

dait déjà au xn e siècle des manuscrits, comme le prouve le travail 
fait à cette époque par un de ses religieux el venu jusqu'à nous 
[n° 221], où sont mentionnés les ouvrages qui lui manquaient alors 
et qui se trouvaient à Sainl-Sympliorien et à Saint-Vincent. La bi- 
bliothèque de cette abbaye renfermait en 1769 1 5 2 manuscrits, sui- 
vant l'inventaire malheureusement trop sommaire daté de cette année, 
dont nous avons parlé précédemment. 

L'auteur du Catalogue général des manuscrits de Metz a reconnu 
dans cette collection 1 16 articles auxquels il attribue cette origine. 
Dans le nombre il compte à tort un manuscrit [n° 4<)i] que sa re- 
liure dénote comme provenant des Chartreux de Rettel; en revanche 
il néglige d'y comprendre un autre manuscrit [n° 58 1] qu'il attribue 
à Rettel , et qui est en réalité de Saint-Arnould. Son chiffre de 1 1 6 ar- 
ticles se trouve ainsi maintenu. Ce nombre doit être élevé à 1 2 1 , car il 
convient d'y comprendre 5 manuscrits [n os 8 1 4, 8 1 5, 816, 821, 8^2] 
faisant partie de ceux qui, au nombre de 4o, ont passé, comme nous 
l'avons dit, de l'ancien fonds dans le nouveau de i8Ô2 à 1 856. De 
ces 121 manuscrits, 7 ont appartenu aux Jésuites avant d'arriver à 
Saint-Arnould '. 

La provenance de presque tous ces articles est d'ailleurs justifiée par 
des moyens de vérification analogues à ceux que nous avons employés 
pour établir l'origine des manuscrits de la cathédrale; 99 portent l'indi- 
cation positive qu'ils viennent de Saint-Arnould , suivant une suscription 
de forme variable, dont la plus ancienne paraît être d'après son écri ture du 
xiv e siècle au moins, dans ces termes : Liber sancti Arnulfi[n" 3 9], et dont la 
plus moderne estdu xvm e siècle seulement, ainsi conçue : Sancti Arnul- 
phi 17 6 U [n° 3 1 9p. Presque tous les volumes ainsi marqués (78 sur 99) 

Les 7 manuscrits provenant des Je- logue général les numéros 17, 35, 36, 

suites que nous trouvons aujourd'hui avec 37, 39, 4i< £2, 45, 46,49, 5i, 52,78, 

les marques de l'abbaye de Saint-Arnould, 79, 83, 84, 85, 12 5, 126, 127, 128, 

portent au Catalogue général les numéros i32, i33, i34, 1 35 , 1 36 , i38, 1 39 . 

265,3i 9 , 43o, 43i ,43 2 , 433, 434. '4o, i4i, i4a, i43, i44, i45, 189, 

Les 99 manuscrits pourvus de la 194, 195, 196, 199, 2o5, 209, 2i3, 

marque de Saint-Arnould portent au Cata- 2i5, 216, 219, 221, 223, 224, 226. 

MAN. DES BIBL. — V. H 



LVIII 



NOTICE 

ont une reliure uniforme qui suffirait à elle seule pour établir leur 
provenance. C'est ce qui permet d'attribuer également avec une cer- 
taine probabilité à l'abbaye de Saint-Arnould 19 manuscrits dépour- 
vus de suscription et de toute autre marque, mais revêtus soit com- 
plètement, soit partiellement de cette reliure 1 . Celle-ci est très-simple 
et d'une exécution tout à fait négligée, en basane commune de couleur 
fauve, grossièrement mouchetée ou marbrée, sans fers ni dorures, et 
sans titre au dos des volumes. Elle a dû être donnée aux manuscrits 
de Saint-Arnould à une date assez récente, car elle recouvre deux 
volumes ayant appartenu aux Jésuites, lesquels ne se sont vraisembla- 
blement défaits de leurs livres qu'à une époque voisine de leur dé- 
part de Metz , lequel eut lieu en 1 7(38. 

Ces indices justifient la provenance de Saint-Arnould pour 1 1 8 ma- 
nuscrits, sur le nombre de 121 auxquels on peut, suivant ce qui 
vient d'être dit, l'attribuer. Les 3 manuscrits restants, qui sont dépour- 
vus de ces moyens de vérification, portent les numéros 2 2 5, 2 63, 5oo,. 
Sans connaître les motifs que l'auteur du Catalogue général a eus 
de les classer avec les autres, nous admettons, sur son témoignage, 
ses conclusions à leur égard. Ainsi se trouve fixé au chiffre de 1 2 1 
le nombre des manuscrits de la collection actuelle qu'il y a lieu de 
considérer comme provenant de Saint-Arnould. On n'en compterait 
que î i^ en distinguant des autres les 7 manuscrits ayant appartenu 
aux Jésuites. 

Ces indications permettent de suppléer en partie à l'insuffisance des 



227, 228, 229, 23o, 23i, 202, 233, 
2/I2, 243, 2^5, 265, 282, 288, '292, 
3oo, 3o5, 3o6, 3o8, 3ig, 322, 333, 
33 7 , 338, 34g, 35i, 355, 36 2 , 383, 
J5g5, 3g8, 4oo, 43o, 432, 433, 476, 
489, 494, 5oo, 5 19 , 523, 526, 536, 
652, 653, 654, 669, 686, 816, 821, 
842. Nous n'avons pas hésité à classer 
parmi les articles précédents un manuscrit, 
le Nécrologe de Saint-Arnould [196], dont 



la provenance est, malgré l'absence de 
toute marque , suffisamment établie par 
son caractère. 

1 Les 1 9 manuscrits dont l'unique mar- 
que de provenance est la reliure totale ou 
partielle de Saint-Arnould portent au Ca- 
talogue général les numéros 4o , 12^. 
i4g, 171, 17g, 236, 347, 4o3, 419, 
43i, 434, 484, 5o2, 573, 574, 58o, 
58i, 8i4, 8i5. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. lix 

renseignements fournis par l'inventaire de i 769, qui se borne à citer, sans 
autre mention que celle de leur format, le nombre de ces manuscrits. 

Nous savons par ce document que Saint-Arnould possédait à cette 
date 1 52 manuscrits, dont 102 in-folio et 5o volumes de moindre 
dimension. En retrouvant maintenant sur les rayons de la bibliothè- 
que de Metz 1 2 i de ces articles, nous pouvons nous faire une idée 
de ce qu'était le fonds originaire d'où ils proviennent. 

La première observation que provoque l'examen des volumes qui 
sont maintenant sous nos yeux, c'est que dans les 1 2 1 manuscrits d'au- 
jourd'hui, lesquels représentent les quatre cinquièmes du fonds origi- 
naire de Saint-Arnould, il n'y a plus que 63 in-folio, avec l\6 in-^°et i5 
in-8° ou in-i 6 l , tandis que les 1 52 manuscrits de 1769 comprenaient 
1 02 in-folio. On voit que c'est sur les manuscrits de grand format qu'ont 
porté presque entièrement les pertes éprouvées par le fonds origi- 
naire de Saint-Arnould. On ne peut que déplorer singulièrement ces 
pertes, en considérant combien ce fonds était précieux par l'âge no- 
tamment de ses manuscrits, à en juger par ceux qui nous restent. En 
effet, les 121 manuscrits présents sur nos rayons en comprennent un 
du vm e siècle [n° i3/|], 2 du ix e siècle [n os 209 et 6Ô2], 22 du x e siè- 
cle, 46 du xi e siècle, 2 du xn e siècle, 6 du xm e siècle, 27 des xiv e et 
xv c siècles, et i5 seulement de siècles inférieurs. Au point de vue du 
contenu de ces manuscrits, nous ferons encore quelques observations 
qui compléteront l'idée qu'on peut se faire de ce qu'était originaire- 
ment la précieuse collection à laquelle ils ont jadis appartenu. 

Nous constaterons d'abord, dans le fonds originaire des manuscrits 
de l'abbaye de Saint-Arnould, la rareté des ouvrages de jurisprudence 
et de médecine, si nombreux au contraire, comme nous l'avons vu, à 
la cathédrale. 



1 43 in-4° et i5 in-8° ou in- 16 font ou que l'inventaire fait à cette date porte 

58 manuscrits de petit format. L'inventaire dans les in-folio quelques manuscrits 

de 1769 n'en compte cependant que 5o. classés aujourd'hui parmi les in-quarto, 

Il faut ou que l'abbaye de Saint-Arnould ce qui n'est nullement impossible, 
en ait acquis quelques-uns depuis 1769, 



lx NOTICE 

Nous n'y trouvons aucun écrit sur le droit civil , et il y en a fort 
peu sur le droit canonique. A cette dernière catégorie appartiennent 
cependant une précieuse collection de canons, écrite au xi e siècle 
[n° 2 36] et des copies du même temps des actes du concile d'Aquilée 
en 38 1 [n° a3o], de la lettre de Charlemagne à Baugulfe, abbé, sur 
les devoirs des moines [n° 226], de celle du pape saint Grégoire à Réca- 
rède, roi des Visigoths, et de celle d'Hincmar au roi Charles le Chauve 
au sujet de la précédente [n° 23 1], un exemplaire du XI e siècle enfin 
du Libellus de religione oblalionum Dei adressé à Pépin, roi d'Aquitaine, 
fils de Louis le Débonnaire, par les évoques réunis au concile d'Aix-la- 
Chapelle en 836 [n° 2 2 6]. En fait d'ouvrages de médecine, l'ancienne 
collection de Saint-Arnould ne nous offre que deux articles , un re- 
cueil du xv e siècle de divers traités en latin [n° 282], et un autre du 
même siècle en vieux français [n° 4 19]. 

Les manuscrits conservés à Saint-Arnould étaient en grande majo- 
rité des copies d'ouvrages concernant la religion et les sciences ec- 
clésiastiques. Nous ne trouvons pourtant dans ce qui en reste aucun 
exemplaire de la Bible, mais seulement un recueil du xiv e siècle àH In- 
dices Biblici[n° 4o], et nous n'y voyons qu'un seul évangéliaire , du 
commencement du xi e siècle [n° 35]. Le fonds comprend en revanche 
bon nombre de rituels et de livres de liturgie, missels, bréviaires, 
anliphonaires, leclionnaires [n os 4 1 » 42,45, 46,83, 1 33 , 216, 219, 
333, 337, 338, 5o2, 58o, 58 1], un Diurnale Metense et un Liber 
horarum [n os 573, 5 7 4-], deux manuscrits du xm c siècle particulière- 
ment intéressants pour l'histoire, le Nécrologe de Saint-Arnould 
[n° 1 96] et un vieux cérémonial de cette antique maison [n° 1 32] , un 
recueil de traités de Comput du xi e siècle [n° 221], des livres de mé- 
ditations et de prières en français, du xm e [n° 536], du xv e [n° 669], 
et du xvn e siècle [n° 686], un recueil des privilèges de la congréga- 
tion de Saint-Vannes [n° 2 63], un petit in-8° intitulé Regulœ socieiatis 
Jesu [n° 2 65], qui nous rappelle crue l'abbaye de Saint-Arnould a re- 
cueilli au xvin e siècle quelques manuscrits venant de la maison des 
Jésuites de Metz, des recueils contenant des traités de théologie et de 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 



LXI 



morale religieuse du xm c siècle [n° 3o5] et du xv e siècle [n 03 1/1.9, 
171, 355, 4o3, 4-84]) à leur tête un précieux manuscrit du vin e siècle, 
dont le Catalogue général donne l'analyse détaillée [n° i34], et avec 
eux une collection moderne de mémoires et de pièces sur la bulle 
Unigcnitus [n° 199]. 

Mentionnons enfin, comme la partie principale et de beaucoup la 
plus considérable de l'ancienne collection de Saint-Arnould, avec un 
recueil d'Excerpla [n° 1 2 4], un grand nombre d'ouvrages des Pères de 
l'Eglise et des écrivains ecclésiastiques, de saint Augustin surtout 
[n" s 36, ^9, 5i, 78, i2Ô, 1 36, 1 38, 1 39, i4o, 1 4i, 1 4a, 1 45, 226, 
227, 228, 229, 23o, 23i, 232, 288, 322, 347, 35 1], d'Origène 
[n os 3 1 , 2 2 5, 347], de saint Grégoire [n os 5 1, 52, 85, 126, 127, i43, 
i44, 195, 223, 233], de saint Jérôme [n os 79, 84, 125, 209, 2i5, 
4oo, 47 G], de saint Ambroise [n os 37, 125, 2 3o], de saint Jean 
Chrysostome [n os 17, 49, 5 1, 1 35, 229], de saint Léon [n°5i], de 
saint Basile de Césarée [n° 1 35], de saint Cyprien [n os 1 38, 224, 35 1], 
de saint Fulgence [n os i42, 232], de saint Prospère [n° i45], de saint 
Ephrem [n° 2 2 3], de saint Cassien [n° 2 43], de saint Césaire d'Arles 
[n" 349] 1 de saint Gélase pape [n° 1 45] , de Juvencus [n° 5 1 9] , de Ruf- 
fin [n° 79, i36], du diacre Paschase [n () 489], de Léonce de Naples 
[n° 349], d'Isidore de Séville [n cs 128, i45, 179, 347], c ^ e Bède 
[n os 39, 5i, 242, 349, 4oo], de Rabanus [n os 2 1 3, 35i], d'Alcuin 
[n 05 22 1, 494], d'Eginbard [n° 3o6]. L'écrit de ce dernier est accom- 
pagné d'un dessin à la plume où l'on a prétendu reconnaître le por- 
trait authentique du célèbre ministre de Charlemagne *. Dans la 
même catégorie que les ouvrages précédents, nous rangerons encore 



1 L'auteur du Catalogue général de 
1 870, en disant que ce manuscrit renferme 
un portrait d'Eginbard dessiné à la plume, 
n'entend parler évidemment que d'un por 
trait imaginaire dû à la fantaisie du scribe , 
car il assigne au manuscrit la date du 
xi° siècle. Mais l'opinion qu'on doit y voir 
un portrait véritable du ministre de Char- 



lemagne a été prise au pied de la lettre 
par d'aulres, qui reculent en même temps 
jusqu'au ix' siècle l'exécution du manus- 
crit. Celte opinion a été combattue dans 
une note, insérée au Bulletin de la Société 
d'archéologie de la Moselle, année 1868 
(p. 27-39 et p. 92-96) , dont l'auteur, M. de 
Sailly, a donné un lirage à part avec un pa- 



lxii NOTICE 

la lettre de Hilduinus, abbé de Saint-Denis au ix e siècle, touchant l'ou- 
vrage exécuté par lui sur Tordre de Louis le Débonnaire, où se trouve 
exposée l'opinion que l'apôtre des Parisiens est le même personnage 
que Denys l'Aréopagite converti par saint Paul [n° 396]. 

Les historiens étaient représentés dans la collection des manuscrits 
de Saint-Arnould par des Vitœ sanclorum des ix e , X e et XI e siècles 
[n os i 9 4, 195, 3o6, 398, 5 2 3, 65a, 653, 654], et du xv e [n° 526], 
et par quelques autres pièces peu nombreuses il est vrai, mais dans 
le nombre desquelles il en est qui offrent de l'intérêt. Nous mention- 
nerons en première ligne une copie du X e siècle de quelques fragments 
de Salluste [n° 322], et une liste des papes des sept premiers siècles, 
s'arrêtant à Théodore, intronisé en 6^2, mort en 6^9 [n° 134] 1 . Le 
nombre d'années du pontificat de Théodore laissé en blanc montre 
que la composition de la liste en question appartient au temps même 
de ce pape, ce qui pourrait induire à faire remonter jusqu'au milieu 
du vii e siècle le manuscrit où elle est contenue et que l'auteur du 
Catalogue général de Metz date du viii c siècle seulement. Citons en- 
core, à la suite de ce précieux document, un Orose du X e siècle [n°362], 
un Cassiodore du xi e siècle [n° 189], écrivain dont un autre manus- 
crit du même temps contient le traité De anima [n° 1 38], un Paul 
Diacre enfin, dont un manuscrit de la fin du XI e siècle nous donne le 
Liber de episcopis Mettensibus [n° àtyà] , cartel est le caractère véritable 
du traité mentionné sous le titre de Vita sancii Clemeniis , au numéro à 
de ce recueil, dans le Catalogue de 1 870. Ce texte offre cette particu- 
larité notable, qu'il contient une interpolation de plusieurs pages dans 
la partie de l'œuvre qui regarde saint Clément. Cette addition a une 
certaine importance eu égard à son étendue ; elle en a plus encore 



ragrapbe supplémentaire et un intéressant « ii, dies ij. Linus... etc. » Desinit : « ... Se- 

fac-simile du dessin qui fait l'objet delà «verinus sedit mens, ij, dies iiij. Johannes 

contestation. «sedit ann. 1, mens, viij, dies xviij. Tlieo- 

1 Voici le commencement et la fin de «dorus sed. » A la suite de ce dernier mot 

ce petit traité. Incipit : « Notitia de Episco- vient immédiatement la rubrique du traité 

« pis Romanis. Petrus sedit ann. xv, mens. suivant : « Oratio sci Gregorii. » 



IAI1I 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 

par son contenu, car elle renferme le récit de beaucoup de faits 
étrangers à la légende primitive de saint Clément, telle qu'elle a été 
recueillie au vm° siècle par PaulDiacre J . Le passage interpolé existe 
également dans un manuscrit du même ouvrage à la Bibliothèque na- 
tionale à Paris (Lat. 629/1), lequel a autrefois appartenu à Saint-Sym- 
phorien. On trouve dans cette interpolation une allusion à la levée du 
corps de saint Clément, effectuée par Hériman, évèque de Metz, en 
i 090, ce qui ne permet pas de faire remonter plus haut que la fin du 
xi° siècle ce texte , non plus que le manuscrit où il a été recueilli. 
Nous proposons, en conséquence, d'attribuer comme date à celui-ci la 
fin du xi c siècle, et non le commencement de ce siècle comme il est 
dit dans le Catalogue de 1870 des manuscrits de Metz. 

Les autres œuvres historiques contenues dans ce qui nous reste de 
l'ancien fonds de Saint-Arnould consistent en i3 articles : un petit 
traité sur la fondation de cette maison , dans un manuscrit du xn e siè- 
cle [n° 245], un exemplaire du xv e siècle du recueil connu sous le 
nom de Petit cartulaire de Saint-Arnould [n° 8 1 4-] , avec deux copies du 
xvi° siècle delà traduction de ce recueil en français [n os 81 5, 816], 
et un manuscrit, du xvi c siècle également, du tome I des Chroniques 
de Philippe de Vigneulles [n° 842], deux chroniques vénitiennes du 
xv° siècle [n os 2o5, 319], des traités historiques des xv e , xvi c et xvn e 
siècles en italien [n os 43o, 43 1] et en espagnol [n os 432, 433, 434]. 
A la suite de ces manuscrits intéressant particulièrement l'histoire, 
il faut mentionner encore l'inventaire, dressé au xvm e siècle, des titres 
des abbayes de Saint-Pierre et de Sainte-Marie à Metz [n° 82 1]. 



1 C'est ce texte interpolé du Liber de 
episcopis Mettensibus de Paul Diacre qui a 
été reproduit , non sans quelques inexacti- 
tudes el même avec des lacunes assez con- 
sidérables , par dom Calmet dans les 
preuves de son Histoire de Lorraine (t. I, 
col. 5i-6o, 1" édition). L'interpolation y 
occupe, sans être complète cependant, 
deux colonnes et demie environ. Elle 



va de col. 5a, lig. 4 à col. 54, lig. 58. 
On peut se faire une idée de son impor- 
tance en rapprochant le texte donné par 
dom Calmet de celui du même écrit de 
Paul Diacre publié dans le Corpus liistoriœ 
de Marquard Freber , dans la Bibliotheca 
maximaPatram (t. XIII) et dans les Monu- 
menta Germaniœ historica de Perlz [Script., 
t. II). 



lxiv NOTICE 

Les ouvrages d'un caractère purement littéraire feraient absolu- 
ment défaut dans l'ancien fonds de Saint-Arnould , s'ils n'y étaient 
représentés par deux feuillets, du x e siècle, insérés dans un manuscrit 
du xi e siècle, sur lesquels est transcrit un fragment de la Pharsale 
[n° 1 35], et par un manuscrit du X e siècle d'un prix inestimable, con- 
tenant le Commentaire de Servius sur Virgile [n° 292]. La valeur de 
cet important document est mise en relief par la description détaillée 
qu'en donne le Catalogue général de 1870 et par les exemples qu'il 
cite des variantes offertes par notre manuscrit avec l'édition de Servius 
imprimée par Piobert Estienne. Il faut signaler encore des copies, du 
X e siècle, du Traité sur la grammaire de Smaragdus, abbé de Saint- 
Mihiel, qui vivait au commencement du ix e siècle [n° 292], et du Glos- 
saire d'Aynardus 1 qui écrivait dans la seconde moitié du X e siècle 
[n° 5 00]. 

Mentionnons enfin, pour mémoire et afin de ne rien négliger, un 
manuscrit du xv e siècle contenant : « le Livre des faiz aventureulz de 
« Saturne , Jupiter et Hercules, » à la suite d'un « Traictié. .. des auc- 

r 

« torités de saincte Eglise. . . et dignité... dou sacrement de l'autel.. . « 
[n° Ao3], une grammaire hébraïque du xvn c siècle [n° 383] et un ma- 
nuscrit moderne oriental [n° 3o8] auquel on a cru pouvoir joindre 
le suivant [n° 309], qui présente les mêmes caractères quoiqu'il ne 
porte aucune marque de provenance. 

On peut, d'après les indications qui précèdent, se représenter à 
peu près ce qu'était la collection des manuscrits conservés autrefois à 
l'abbaye de Saint-Arnould. Elle constituait avant tout et presque ex- 
clusivement une bibliothèque ecclésiastique , remarquable principa- 
lement par l'âge de ses manuscrits. Ce que nous en savons maintenant 
est parfaitement d'accord avec le témoignage qui en est rendu par 
dom Martène déclarant , dans le Voyage littéraire (part. II, p. 1 1 2), qu'en 
fait de manuscrits il a vu en 1709, à l'abbaye de Saint-Arnould, « la 
plupart des ouvrages des saints Pères, surtout de saint Augustin, de 

1 II est question de ce manuscrit d Aynardus dans YHistoire littéraire de la France, 
t. VI, p. 58. 



M l\ LES MANUSCRITS DK METZ, lxv 

« sainl Ambroise, de saint Jérôme, de saint Grégoire, de saint Cy- 
« prien , de saint Césaire d'Arles, de Juvencus, etc. » On ne résume- 
rait pas autrement l'impression fournie par ce qui reste aujourd'hui 
de cette vieille collection. * 

Cette observation nous montre que dans ce qui s'en est perdu depuis 
la fin du siècle dernier, il ne devait guère se trouver que des ouvrages 
analogues à ceux que nous possédons; elle nous éclaire ainsi sur la 
nature de ces pertes, sans diminuer nos regrets d'être privés d'une qua- 
rantaine de précieux in-folio appartenant vraisemblablement pour la 
plupart, comme ceux que nous avons encore, au X e et au xi e siècle. 

Indépendamment de ces perles relativement récentes, la collection 
de Saint- Arnould en avait fait plus anciennement déjà, et par suite 
d'aliénations ou de détournements-, d'autres encore dont nous avons 
parlé précédemment. Il était ainsi sorti de la bibliothèque de cette 
abbaye un certain nombre de manuscrits importants, dont l± se retrou- 
vent dans le catalogue de la bibliothèque du collège de Clermont 
publié en i 76^, et 3 dans celui de la collection de Sir Thomas Phillipps 
imprimé en )83y. Nous avons signalé dans ces catalogues 2 manus- 
crits portant la marque de l'abbaye de Saint-Arnould, l'un du ix e siècle, 
contenant des fragments de saint Martin, de Sulpice Sévère et de 
Grégoire de Tours (Clerm. 660), l'autre des xm e et xiv c siècles con- 
tenant des lettres d'ivo Carnotensis et de quelques autres personnages 
(Clerm. 620, Phill. 169/i), et 2 manuscrits sans marque de prove- 
nance, mais avant certainement la même origine, dont l'un portait 
sur ses gardes la transcription d'une charte de l'évêque Hériman qui 
concernait les abbayes de Saint-Arnould et de Saint- Vincent (Clerm. 
A97, Phill. 1687), et dont l'autre contenait les Annales Mellenses dits 
de Saint-Arnould (Clerm. 685), précieux volume qui a passé ainsi 
dans la collection de Sir Thomas Phillipps (Phill. 1 853), où les édi- 
teurs de la grande collection de Perlz ont pu le consulter ( Monum. 
Genn. hisl. Script., t. I, p. 3i4). 

Les mêmes savants signalent encore un manuscrit de Saint-Arnould, 
depuis longtemps sorti de la bibliothèque de celte maison, qui, après 

HAK. DBS UIDl.. — V, I 



lxvi NOTICE 

avoir appartenu à celle de Saint-Germain-des-Prés , est maintenant à 
la Bibliothèque nationale à Paris (S'.-Germ. 1^10, hodie Lat. 18766). 
C'est un manuscrit du x e siècle qui contient la Vie de Jean, abbé de 
Gorze, ainsi que la Vie et la* translation du corps de sainte Glossinde 
[Monum. Germ. hist. Script., t. IV, p. 2 36 et 336) 1 . 

Manuscrits de Saint -Clément. — Dom Martène ne signale en 1 709, 
dans le Voyage littéraire, aucun manuscrit digne d'attention à l'abbaye 
de Saint-Clément. Le catalogue de la bibliothèque de cette maison 
dressé en 1 7 1 8 ne mentionne en effet que 1 o manuscrits, dont aucun 
ne paraît ni très-ancien, ni très-important. Des additions faites, ce 
semble, à partir de 1 760 à ce catalogue, portent à 2 1 le nombre de 
ses articles, auxquels des acquisitions ultérieures qui n'y figurent 
pas en auraient, paraît-il, ajouté plus tard une certaine quantité 
d'autres. 

Les 1 o premiers articles du catalogue de Saint-Clément daté de 
1718 portent sur ce catalogue les marques A, B, C, D, E, F, G, H, 
J, L. Le manuscrit coté A, appartenant au XV e siècle, existe encore dans 
la collection de la ville [n° 32/4]. Il porte l'ancienne marque, Z 1 7, et 
la note Monasterii Sancti démentis 1718, qui semble indiquer la date 
de son entrée dans la bibliothèque de l'abbaye , l'année même de la 
confection du catalogue. Les 9 articles suivants ne nous sont point 
parvenus , celui qui était coté B était l'histoire de l'abbaye composée 
par dom Gorlefroy d'Armène sous la date de 1 65-4- Les 8 autres n'é- 
taient, à ce qu'il semble, que des cahiers d'étude in-4° tout à fait mo- 
dernes, intitulés : Cursus theologicus, Cursus philosophicus , etc., et le 
dernier Philosophia cartesiana a D. Pulchronio Caunarl tradita. Des 
1 1 articles ajoutés ultérieurement et par diverses mains au catalogue 

1 Nous avons dit précédemment que tion par Rutin de l'Histoire d'Eusèbe. Ce 

certaines considérations permettent de serait là encore un manuscrit qui ne nous 

penser que l'abbaye de Saint-Arnould a pu est point parvenu et dont nous ignorons le 

posséder au xn e siècle une copie remon- sort. (Voir ci-dessus, p. xxvm, note 1.) 
tant à ce siècle au moins, île la Iraduc- 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 



LWII 



de 1718, le premier est un écrit du xvm c siècle sur la fortification, la 
Péribologie , lequel nous a été conservé [n° 2o4] et porte la marque 
d'entrée Sancti démentis 1760. Les autres traitent de sujets divers et 
appartiennent à des époques un peu plus anciennes; 7 d'entre eux 
qui nous sont parvenus sont des manuscrits des xv c , xvi e et xvm c siè- 
cles portant les dates d'entrée 1761 et i762[n os i48, 20A, 2/ii,344, 
à 1 3, 52 1, 85o]. 

Le tardif accroissement de la collection de manuscrits de Saint- 
Clément au xvm e siècle nous est révélé par le rapprochement signifi- 
catif du catalogue de 1718 et des manuscrits de cette maison que 
possède aujourd'hui la ville de Metz. Les phases de cet accroissement 
se manifestent de leur côté dans les marques d'origine et les notes 
d'entrée et de classement de quelques-uns de ces documents. En 
effet, sur les rayons de la bibliothèque de Metz, i 2 manuscrits por- 
tent la marque positive Sancti démentis accompagnée sur 1 o d'entre 
eux des millésimes 1718, 1760, 1761, 1762, 1763, représentant 
vraisemblablement des dates d'entrée. Ces 1 2 manuscrits sont en outre., 
à l'exception de trois seulement, nous dirons pourquoi, pourvus d'un 
numéro de classement précédé de la lettre Z, particularité qui per- 
met de considérer la marque Z accompagnée d'un numéro de classe- 
ment comme caractéristique des manuscrits ayant appartenu à l'ab- 
baye de Saint-Clément 1 . On est ainsi autorisé à lui attribuer parmi 
ceux que nous possédons aujourd'hui, outre les 12 articles que nous 
venons de mentionner, 58 autres manuscrits encore qui, sans anno- 
tation plus formelle relative à cette maison, portent celte marque 2 . 



1 Les 12 manuscrits pourvus de l'indica- 
tion Sancti démentis, dont 9 avec la mar- 
que Z accompagnée d'un numéro de clas- 
sement, portent au Catalogue général les 
numéros i46, i48, 204, 241, 307, 324, 
344, 4i3, 52 1, 656, 85o, 971. Le der- 
nier n'a en réalité aucune marque, mais 
>on caractère autorise son adjonction aux 
1 1 autres , c'est le catalogue lui-même . dont 



il est question ci-dessus, de la bibliothèque 
de Saint-Clément en 1718. 

2 Les 58 manuscrits pourvus de la 
marque Z accompagnée d'un numéro de 
classement sans autre indication de prove- 
nance portent au Catalogue général des 
manuscrits de Metz les numéros 25 1, 
266, 325, 365, 369, 372, 376, 455, 
4 7 8, 486, 488, 492, 4g3, 497, 498, 



lxviii NOTICE 

L'attribution à la bibliothèque de Saint-Clément de la marque Z 
accompagnée d'un numéro de classement ne saurait être l'objet du 
moindre doute. Cette marque figure en effet sur tous les manuscrits 
parvenus jusqu'à nous qui sont portés au catalogue de 1 7 1 8 de cette 
bibliothèque, à la seule exception de 2 d'entre eux [n os 20/i, l\ 1 3] dont 
les feuillets de garde sont arrachés et qui ont pu ainsi naturellement 
la perdre. Ajoutons, pour ne rien omettre, que ce catalogue non plus 
n'a pas cette marque [n° 971], sans doute parce qu'il n'avait à rece- 
voir aucun numéro de classement. Quant aux manuscrits non portés 
au catalogue de 1718 que nous attribuons à Saint-Clément par la 
seule raison qu'ils portent la "marque Z accompagnée d'un numéro de 
classement, il en est un notamment auquel il est impossible de ne 
pas reconnaître cette provenance, le nécrologe de l'abbaye elle-même, 
manuscrit du xn e siècle sur lequel nous trouvons la marque Z accom- 
pagnée du numéro 1 [n° 307]. Ce document, d'un caractère tout spé- 
cial et qui n'a jamais dû quitter la maison qu'il concerne, n'était pas 
originairement considéré, paraît-il, comme dépendant de sa biblio- 
thèque, ce qui peut du reste très-bien se comprendre. Il ne figure 
pas en effet au catalogue de cette dernière dressé en 1718. Plus tard 
seulement on aura pensé à l'y ranger avec les autres manuscrits et 
on lui aura donné alors le numéro 1 dans la série Z, constituée sans 
doute à ce moment pour les comprendre tous. 

C'est là un indice, et ce n'est pas le seul qu'on ait, que cette 
série Z et la marque qui la caractérise ont été instituées postérieure- 
ment à la rédaction du catalogue de 1718. Ce catalogue, en effet, 
n'en contient aucune mention. On a, en outre, plus d'une raison de 
penser que la constitution de la série Z ne date que du courant du 
xvm c siècle ; car elle comprend, avec un numéro d'ordre peu avancé, 
le n° l\2 , un manuscrit exécuté à cette époque tardive [n° 656]. On peut 

499, 5o3, 5o4 , 5io, 5 1 3 , 53o, 534. 618, 621, 622, 623, 626, 628, 629, 

56 2 , 564, 565, 568, 5 7 o, 5 7 i, 586, 634, 638, 64o, 6/42, 643, 647. 6 7 5, 

5gi, 5g4, 597, 5g8, 600, 602, 606, 696. 
607. 609, 611, 6i4, 6 1 5 , 616, 617, 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. lxix 

en ou Ire affirmer qu'elle n'est pas antérieure à l'année 1 7<)3 , un ma- 
nuscrit portant cette date d'entrée |n" i/l6] y étant classé avec le nu- 
méro 2, tandis qu'un autre manuscrit, entré en 1 7 1 8 et figurant en tète 
du catalogue rédigé à cette date [n° 3 2 4], y porte le numéro 1 7 et le 
millésime de 1 7 18 '. De 7 autres manuscrits que nous possédons en- 
core parmi ceux qui figurent également à ce catalogue, quatre [n os il\ 1 , 
i/i8, 5 2 1 , Zl\l\\ portent, avec la date d'entrée 1761, la marque Z et 
les numéros 1 5, 1 6, 1 8 , 2 1 ; un autre [n° 85o] porte avec cette marque 
Z le numéro 1 o. Les deux derniers [n os 20/j, L\ 1 3], qui portent la date 
d'entrée 1760, n'ont pas conservé la marque Z, mais doivent proba- 
blement cette perte, comme nous l'avons dit, à celle de leurs feuillets 
de garde. 

La série Z des manuscrits de Saint-Clément ne nous est point 
parvenue intacte; nous n'en avons que 67 articles. L'un d'eux [n°62 8] 
porte la cote 89; c'est la plus élevée parmi celles que nous possé- 
dons; d'où l'on peut inférer que la série entière contenait un nombre 
de manuscrits au moins égal, probablement même un peu supérieur 
à ce cbiifre. Ce nombre pouvait s'élever vraisemblablement à une 
centaine environ. Il y a en effet quelque probabilité qu'une lacune 
finale qu'on peut supposer exister à la suite du numéro 89 n'est pas 
plus considérable que celles qu'on relève jusqu'à ce point clans le cours 
de la série; or, aucune de ces lacunes ne comprend plus de L\. articles, 
et leur ensemble ne dépasse pas le chiffre de 22 numéros. 

A l'époque de sa formation, dans la deuxième moitié duxviir 2 siècle, 
cette série Z devait constituer selon toute apparence une portion dis- 
tincte de la bibliothèque de Saint-Clément, à la suite des imprimés, 
et comprendre la totalité des manuscrits possédés alors, au nombre 
d'une centaine à peu près, croyons-nous, par cette maison. 

Il ressort de ces considérations que la collection des manuscrits de 

Celte date de 1718, qui a de I'impor- proposons au Catalogue général, où le niil- 

tance dans notre discussion, a été vérifiée lésime 1728 a été par erreur substitué 

avec soin sur le manuscrit 32^. Cette vé- dans cet endroit à celui de 1718. 
rilication justifie la correction que nous 



lxx NOTICE 

Saint-Clément, qui ne comprenait au commencement du siècle der- 
nier que les 1 o manuscrits portés primitivement sous les lettres A 
à L au catalogue de 17 1 8, et dont un seul [n° 3 2 4] nous est parvenu 
avec ce catalogue lui-même [^971], en avait acquis ultérieurement, 
à partir notamment de 1760, une centaine, sur lesquels il nous en 
reste 68 qui, joints aux 2 autres, c'est-à-dire à celui coté 32 à et au 
catalogue sous le n° 971, forment l'ensemble des 70 articles que, 
dans la collection actuelle, on peut rapporter à cette origine. Sur ce 
nombre , 36 paraissent venir des Célestins de Metz supprimés en 1 7 7 k , 
35 portant la marque positive de cette maison et un autre conservant 
des indices significatifs de la même provenance. 

Nous pouvons maintenant nous faire une idée de ce qu'était, selon 
toute probabilité, dans son ensemble, à la fin du siècle dernier, la 
collection des manuscrits de Saint-Clément. Nous rapprochons pour 
cela de l'examen des 70 articles qui nous en restent les indications 
déjà données sur quelques-uns de ceux qui nous manquent, d'après le 
catalogue de 1718 et ses additions, document qui se trouve aujourd'hui 
entre nos mains [n° 9 7 1 ] . 

Parmi les 70 manuscrits de la collection de Saint-Clément qui nous 
restent, 1 1 seulement sont sur vélin, 59 sont sur papier. Sous le rap- 
port des formats, 3 sont in-folio, modernes d'ailleurs et sur papier, 
2 1 sont in-4°, 2 3 iu-8° et 2 3 in- 1 6. Sous le rapport de l'âge , un seul ap- 
partient au.xn e siècle , c'est le nécrologe de l'abbaye , un autre appartient 
au xm e et 3 appartiennent au xiv e , 48 sont du xv e siècle, 1 1 du xvi e , 2 
du xvn e et 4. du xvm c . Ces détails purement matériels peuvent déjà 
nous faire reconnaître combien le fonds des manuscrits de Saint- 
Clément était inférieur, vers la fin du siècle dernier, aux précieuses 
collections de la cathédrale et de Saint-Arnould dont nous avons 
parlé précédemment. Ce que nous savons du contenu de ces manus- 
crits ne modifie guère cette appréciation. 

On ne trouve, dans ce qui nous reste des manuscrits de Saint-Clé- 
ment, qu'un seul ouvrage de jurisprudence [n° 2Ôi], un autre pouvant 
se rapporter à la médecine [n° 606], et très-petit est le nombre de 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. lui 

ceux qui dans ce fonds concernent autre chose que des matières re- 
ligieuses el ecclésiastiques. Mentionnons cependant un traité De vir- 
tulibus aliquot plantai uni [n° 606], des Tables du xv e siècle des con- 
jonctions de la lune [n° O07], le Canon du même temps, en vieux 
français, de M lru Jehan Fusoris [n° G 06], des copies duxv e siècle d'ou- 
vrages du grammairien Donatus [n os 6 1 4-643] et du Commentaire 
de Marins Victorinus sur Cicéron [n° 6^2], des traités du même temps 
de grammaire et de rhétorique [n os 638, 64o, 642, 643, 6^7] et un 
Lexicon latino-ijallicum de la même époque [n° 5 1 o]. On pourrait citer 
à la suite de ces écrits les traités tout à fait modernes de philosophie 
et de physique inventoriés au catalogue de 1718 que nous ne retrou- 
vons plus, ainsi que le traité de fortification intitulé Pcribologie, men- 
tionné aussi dans ce catalogue et que nous possédons encore [n° 2o4]- 
L'histoire était représentée dans la collection des manuscrits de Saint- 
Clément par le livre de Godefroy de Viterbe [n° 5 2 i ] , par un Cata- 
logue des papes du xm e siècle [n° 52 1], par deux chroniques de Metz 
mentionnées au catalogue de 1718 et dont l'une est peut-être un 
exemplaire du xvi c siècle de la Chronique rimée qui nous est parvenu 
[n° 85o], par l'Histoire enfin de l'abbaye de Saint-Clément, de dom 
Godefroy d'Armène, cataloguée également en 1718 et qui est perdue 
aujourd'hui 1 . Nous signalerons encore comme objet spécial d'étude, 
dans les manuscrits du xv e siècle qui nous viennent de Saint-Clément, 
quelques traités en vieux français [n os i48, 24i»53o, 534, 600, 606, 
607, 61 1, 64o, 643, 647, 675]. 

La collection des manuscrits de Saint-Clément avait surtout, 



1 La perte de cetle Histoire est regret- 
table. On voudrait croire que l'ouvrage est 
seulement égaré et qu'on le retrouvera un 
jour. Il était connu des Bénédictins auteurs 
de Y Histoire de Metz, lesquels disaient à 
la fin du dernier siècle qu'il était resté 
jusqu'alors inédit, ainsi qu'une Histoire Je 
Saint-Airy de Verdun, par le même auteur. 
(Hist. de Metz, III, 217.) Dom Godefroy 



d'Armène avait prononcé ses vœux en i6a5 
à l'abbaye de Saint-Mibiel. Il mourut en 
1679. I' ^ t£ut n( -' à Metz, fils d'un médecin 
nommé Nicolas d'Armène , mort lui-même 
on i63o, et dont le Nécrologe de Saint- 
Clément, que nous possédons [n°3o7J, 
contient un éloge d'une certaine étendue 
sous la date du 7 des calendes de dé- 
cembre. 



fa\ii NOTICE 

avons-nous dit, le caractère d'une bibliothèque religieuse et ecclésias- 
tique. Nous n'y voyons cependant ni Bible, ni évangéliaire, et nous 
ne trouvons pour y suppléer qu'un Summarium Bibliœ du XV e siècle 
[n° 3 2 A]- Ce qu'elle contenait surtout, c'étaient, après le Nécrologe 
de la maison [n° 307], des martyrologes [n os 307-65G], des livres de 
liturgie, psautiers, bréviaires, livres d'heures [n os 455, 562, 565, 
568, 570, 571, 586, 591, 09^, 597, 598, 600], des livres de dé- 
votion, de prières et méditations [n os 369, 372, 609, 618, Ô23, 696], 
des instructions et des règles pour la vie religieuse [n os 4'3, 606, 
6)6], des sermons [n° 629], un exemplaire du xv e siècle de Ylmitatio 
Christi [n° 617], enfin , en assez grand nombre , des recueils de trai- 
tés théologiques et religieux [n os i46, 266, 376, A78, 486, 488, 
493, 497, 498, Ô2i, 53o, 562, 568, 607, 6i5, 618, 622, 626, 
628, 675], et de nombreux ouvrages des Pères de l'Eglise et des 
écrivains ecclésiastiques : saint Augustin [n os 376, 498, 499, 602, 
6o3, 606, 607, 6 1 4, 634], saint Basile [n os 486, 564], saint Jérôme 
[n° 616], saint Ambroise [n° 3 2 5], saint Anselme [n os i48,6i4], 
saint Bernard [n° 6i4], saint Bonaventure [n os 24 1, 478, 492, 568, 
607], saint Thomas d'Aquin [n os 365, 488, 5o3, 5o4, 61 5], saint 
Pierre de Luxembourg, évêque de Metz [n° 534], Eusèbe [n° i48], 
Cassien [n° 5o4], Isidore de Séville [n° 344], Bède [n° 564], Hugues 
de Saint-Victor [n os 498, 564, 6 1 4], Jean Gerson [n us 266, 53o, 600, 
61 1, 61 7], Piodéric, évêque de Zamora [n os 1 4-8, 24i], Johannes Ga- 
lensis [n° 634], fr- Angélus, de l'ordre des Frères mineurs [n°62i], 
Alexandre de Villa Dei [n° 5 1 3] , M lre Denys de Lemvis ou Zickel, de 
l'ordre des Chartreux [n° 344], û\ Bernardinus de Busti, de l'ordre 
des Frères mineurs [n° 372], fr. Johan de Schonovia, de l'ordre des 
chanoines réguliers [n° 497], Judocus Clichtoveus [n" 564], fr. Fran- 
ciscus Tilelmannus [n° 626], fr. Giraldus Leodiensis [n° 36o], 
Gerardus de Zutphania [n° 602]. 

De même que la collection des manuscrits de Saint-Arnould, celle 
de Saint-Clément constituait avant tout, comme on le voit, une biblio- 
thèque d'un caractère expressément religieux; mais, à la différence de 



SUR LES MANUSCRITS DU METZ. Lxxiq 

la précédente si riche en manuscrits anciens des x c et xi e siècles, 
celle-ci n'était presque exclusivement composée que de copies (\u 
XV e siècle. Cette particularité nous rappellerait au besoin que le fonds 
des manuscrits de Saint-Clément recueilli par la ville de Metz estime 
collection moderne, Formée au xvm e siècle seulement, laquelle n'a 
rien de commun avec l'ancien fonds nécessairement possédé jadis par 
la vieille abbaye, comme ceux que possédaient les autres maisons de 
l'ordre de Saint-Benoît existant à Metz à côté d'elle. Parmi les manus- 
crits relativement modernes qui nous viennent de Saint Clément, une 
chose mérite cependant considération à un certain point de vue, c'est 
le nombre assez considérable de traités en vieux français qu'on y trouve. 
Nous en avons donné ci-dessus les numéros. 

Nous avons dit qu'une notable partie des manuscrits de Saint-Clé- 
ment, lui venait des Célestins de Metz supprimés en 177^. Nous en 
avons signalé 36 qui sont dans ce cas et dont 35 portent la marque 
formelle de cette maison; mais, dans ceux qui n'ont pas cette marque, 
il en est vraisemblablement d'autres encore qui avaient la même ori- 
gine, comme nous l'avons supposé de celui qui complète le nombre 
de 36, lequel est un manuscrit du xv e siècle, signé par frère Jean 
Clericy et contenant deux traités, l'un de frère Anselme, de l'ordre 
des Célestins, l'autre intitulé : Tabula in constituliones Celestinorum 
citramonlanorum [n° 606]. Nous aurons à revenir un peu plus loin sur 
les manuscrits des Célestins de Metz. 

Manuscrits de Saint-Symphoricn. — L'abbaye de Saint-Symphorien 
aussi possédait autrefois une bibliothèque analogue à celles que nous 
pouvons entrevoir à Saint-Arnould et soupçonner à Saint-Clément. Il 
n'y a cependant aujourd'hui dans le cabinet de la ville de Metz que 
cinq manuscrits seulement que nous puissions assigner avec certitude 
à cette abbaye dont ils portent la marque 1 , et nous pensons qu'il ne 
peut guère s'en cacher d'autres dépourvus de cet indice dans le nombre 

Les cinq manuscrits revêtus de la le Catalogue général de 1870 les numéros 
marque de Saint-Symphorien portent dans 3l4, 35o, 4ao, 456, G4/i. 

MA\. DES DIBL. V. 1 



lxxiv NOTICE 

de ceux de la collection actuelle dont l'origine est restée inconnue 
pour nous, parce que les auteurs eux-mêmes du Voyage littéraire ne 
semblent pas en avoir vu beaucoup en 1 709 dans cette maison. Dom 
Martène, en effet, se borne à signaler à Saint-Symphorien un missel 
qui avait attiré son attention par certaines singularités liturgiques l . 
La date de ce missel n'est pas indiquée par lui; il se contente de dire 
que c'est un manuscrit ancien. Un examen minutieux des missels de 
la collection de la ville permettrait peut-être de reconnaître, à l'aide 
des particularités mentionnées par le savant bénédictin qui a étudié 
en 1 709 ce manuscrit, s'il est oui ou non perdu pour nous. Tout ce 
que nous pouvons dire aujourd'hui, c'est qu'il ne se trouve point avec 
ceux, fort peu nombreux du reste, qui portent dans la collection ac- 
tuelle la marque de Saint-Symphorien. Il n'y a parmi eux qu'un 
seul livre de liturgie, c'est un Rituel de l'ordre de Saint-Benoit du 
xv e siècle [n° 4-56]. Des quatre autres manuscrits sur lesquels se 
voit aujourd'hui cette marque, trois sont tout à fait modernes, un 
seul est quelque peu ancien, c'est un manuscrit du xiv e siècle con- 
tenant des écrits de saint Bernard, de saint Bonaventure et de Hugo, 
cardinal de Sainte-Sabine [n° 35o]; les trois autres sont un recueil 
de Traités de la fin du xvn e siècle sur le régime de l'Eglise gallicane 
[n° 3 1 4] et deux ouvrages de rhétorique, dont l'un, du xvn e siècle, 
contient des dialogues de Jean Sturm sur les partitions oratoires de 
Cicéron [n° 644]; le dernier, du xvm e siècle, est un simple cahier 
d'études [n° 420]. 

Il ne nous reste rien, on le voit, de l'ancienne collection des ma- 
nuscrits de l'abbaye de Saint-Symphorien, disparue, nous ne savons 
ni en quel temps ni dans quelles circonstances, mais qui, à une cer- 
taine époque, a été très-certainement l'égale de la grande collection 
de Saint-Arnould. Elle marchait notamment de pair avec celle-ci 
lorsque, au xn e siècle, le religieux de cette dernière abbaye dont nous 
avons déjà parlé dressait la liste des livres qui existaient alors à 

1 Voyage littéraire de deux Religieux bénédictins, etc., part. II, p. n3 et îiZj. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. lxxv 

Saint-Symphorien et à Saint-Vincent, et que ne possédai l pas son 
propre monastère. Cette liste mentionne, comme nous l'avons dit, 
à Saint-Symphorien 26 ouvrages et à Saint-Vincent 29, qui sont dans 
ce cas [n° 221]. Un coup d'œil sur ce qui est dit dans ce document 
de ceux de Saint-Symphorien, tous antérieurs nécessairement au 
xn c siècle, date de la note qui les mentionne, nous donnera une idée 
de ce que pouvait être la hihliothèque dont nous avons à regretter 
la perte. Elle contenait, on l'apprend ainsi , des écrits de saint Jérôme 
[221, 1], de saint Grégoire de Nazianze [221, 8], de saint Ambroise 
[221, 2 , 3] , de saint Athanase [221, 11], de Boëce [221, 21], du 
prêtre Sedulius [221, 4], d'Isidore [221, G], de Notgerus [221, 23, 
20], de Smaragdus, abbé de Saint-Mihiel, contemporain de Charle- 
magne [221, 1 3] ; des traités sur des matières de religion et de morale : 
De ulilitate penUcnlitc [221, 12], De laude caritatis [221, i4], De qua- 
tuor Jundamentis religionis [221, 16], De habilu virginum [221, 9], De 
geslis Salvatoris [221, 5], De itineribus Pétri [221, 7], De Armdphi 
Rcmensis depositionc [221, 17]; des ouvrages concernant les sciences 
profanes: la philosophie [22 1, 1 8, 22 , 26], la rhétorique [221, 2 3], 
la grammaire [221, 19], l'astronomie [221, 10, 2/1], le comput 
[221, 2 5]; un poëme en deux livres, intitulé De viribus herbarum 
[221, 20]; un recueil intitulé De constitutionibus principum [221, i5]. 
Tous ces ouvrages, il ne faut pas perdre de vue cette particularité, 
étaient contenus dans des manuscrits très-anciens, dont la date ne 
pouvait pas être inférieure au xn e siècle, puisqu'ils ont été vus à cette 
époque. Non moins précieux était un autre manuscrit du xi e siècle, 
qui est aujourd'hui à la Bibliothèque nationale de Paris (Lat. 52 9 A), 
après avoir passé par celle de Colbert (Colb. 2609). Ce manuscrit, 
signalé par les édiieurs de la grande collection de Pertz comme ayant 
appartenu jadis à Saint-Symphorien 1 , porte en effet la marque de cette 
abbaye. On y trouve la Vie de l'évêque Adalbero II, celle d'Adelphius, 
abbé, celle de saint Piomaric et quelques autres, ainsi qu'une Généa- 

Pcrtz, Monumenlu Germaniœ historica. Scriptores, t. II, p. 260 et 3o6, et t. IV, 
p. 609. 



lxxvi NOTICE 

logie des Carolingiens; de plus, l'ouvrage de Paul Diacre, Liber de 
episcopis Mettcnsibus , avec la grande interpolation relative à saint Clé- 
ment 1 , et enfin un précieux catalogue des évèques de Metz, Nomma 
episcoporum Metlensium , contenant diverses particularités qui lui sont 
propres, notamment la mention de la longue vacance du siège de 
Metz après l'évêque Angelram, de 791 à 818, dont la Chronique des 
évêques, Gesta episcoporum, ne dit rien. 

La bibliothèque de l'abbaye de Saint-Symphorien ne le cédait 
probablement pas, on le voit, à celles des autres grandes maisons 
bénédictines ses sœurs qui existaient à côté d'elle à Metz. Elle n'est 
plus représentée cependant pour nous que par un recueil de quelques 
traités religieux formé au xiv e siècle, par un rituel du xv e siècle, et 
par trois ouvrages modernes des xvn e et xvm e siècles. 

Manuscrits de Saint-Vincent. — L'abbaye de Saint-Vincent a eu, 
comme celles de Saint- Arnould et de Saint-Symphorien, comme celle 
de Saint-Clément probablement aussi, une précieuse collection de 
manuscrits anciens qui est malheureusement dispersée depuis long- 
temps, et dont quelques rares débris sont seuls parvenus jusqu'à nous. 
La bibliothèque de Metz ne possède aujourd'hui du fonds originaire 
de cette abbaye que i5 manuscrits, dont ik portant sa marque 2 . Le 
quinzième , auquel nous assignons la même origine, bien qu'il ne porte 



1 Nous avons parlé ci-dessus, p. lxiii, 
de cette interpolation, qui se trouve aussi 
dans un manuscrit de Saint-Arnould ap- 
partenant aujourd'hui à la collection de 
Metz [n° htyh]- Le manuscrit de Saint-Ar- 
nould est celui que dom Calmet a suivi 
pour son édition du livre de Paul Diacre 
sur les Evèques de Metz. Pertzle vise indi- 
rectement dans l'édition donnée par lui de 
ce dernier ouvrage, sans savoir qu'il est 
aujourd'hui à la bibliothèque de Metz. L'in- 
terpolation en question, étant étrangère 
à l'œuvre de Paul Diacre , a pu avec raison 



en être écartée par l'éditeur des Monumenta 
Germaniœ historica. On ne saurait approu- 
ver cependant le dédain avec lequel il 
parle de cette addition importante, intro- 
duite très-anciennement dans le texte ori- 
ginal. (Perlz, Monumenta Germaniœ histo- 
rica. Scriptores, t. II, p. 261, note b.) 

2 Les i4 manuscrits de la collection 
actuelle munis de la marque de Saint- 
Vincent portent au Catalogue général de 
1870 les numéros i5, 16, 48, 54, 80, 
187, 25o, 281, 296, 3io, 336, 572, 
593,882. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. iaxvii 

aucun indice de provenance, est. un évangéliaire du xi c siècle, de la 

collection actuelle, exécuté sur vélin, avec luxe, et où chèque évangile 
commence par une page écrite en lettres d'or [n° 77]. L'origine de ce 
magnifique volume est inconnue; mais les conditions de son exécution 
semblent répondre à la description donnée par dom Martène d'un 
riche évangéliaire vu par lui à Saint-Vincent en 170g, et contenant, 
dit-il, « un très-beau texte des évangiles dont les commencements des 
« quatre évangélistés sont écrits en lettres d'or 1 . » On peut s'étonner 
qu'un volume aussi précieux n'ait pas reçu comme les autres la marque 
inscrite sur les manuscrits de l'abbaye. Cela pourrait venir de ce 
que, en raison de son caractère, il eût été considéré à Saint- Vincent 
comme un livre de chœur plutôt que comme un livre de bibliothèque. 

Nous limitons ainsi à 1 5 le nombre des manuscrits qu'on peut 
attribuer à Saint-Vincent dans la collection de la ville de Metz, et il 
n'y a pas lieu, croyons-nous, de penser qu'il en reste beaucoup plus 
ayant, sans qu'on le sache, cette origine, parmi ceux de cette collec- 
tion dont la provenance est inconnue. Dès 1709, en effet, dom Mar- 
tène et dom Durand disent qu'il ne restait alors que très-peu de 
manuscrits à Saint-Vincent. Ils en citent cependant quelques-uns, le 
magnifique évangéliaire entre autres dont il vient d'être question, et, 
avec lui, une Histoire de Paul Orose, copie du IX e siècle, existant 
encore dans la collection actuelle avec la marque de provenance de 
Saint-Vincent 2 [n° 187], et mentionné déjà au xn c siècle dans la note 
ajoutée à un de nos manuscrits [n° 221] dont nous avons parlé plu- 
sieurs fois. Les auteurs du Voyage littéraire signalent également en 1 709 
à Saint-Vincent un traité de Bède sur la Genèse que nous n'avons plus. 

Les 1 5 manuscrits de Saint-Vincent qui sont aujourd'hui entre 
nos mains suffiraient pour donner une idée de l'importance qu'a pu 
avoir la collection de cette abbaye, puisque, parmi ces i5 manuscrits 
dont 9 sont in-folio, il en est 1 du ix e siècle, 2 du x c , 4 du xi e , 2 en- 
suite du xm c , 1 du xiv e , à du xv e , et 1 seulement du xvm e . Aux indi- 

Voyaae littéraire de deux Religieux 2 Voir ci- dessus, page xxxm, note 1. 

bénédictins, etc., part. II, p. 112. et page i.v. 



r.wvm NOTICE 

cations qui ressortent de l'examen de ces i5 articles viennent s'en 
joindre d'autres encore que nous devons à diverses sources d'infor- 
mation sur l'état ancien du fonds des manuscrits de Saint-Vincent. 

Précédemment déjà, nous avons dit quelques mots de ces 
sources d'information, et montré quel secours on peut leur em- 
prunter pour reconstituer, au moins en partie, le fonds originaire 
des manuscrits de la vieille abbaye. Nous avons mentionné en premier 
lieu la liste fournie au xn e siècle, par un moine de Saint-Arnould, de 
29 ouvrages qui se trouvaient alors à Saint-Vincent et qui n'existaient 
pas dans sa propre maison; nous avons indiqué ensuite le catalogue 
de la bibliothèque du collège de Clermont à Paris, où sont décrits 
21 autres manuscrits venant de Saint-Vincent, sur lesquels i5 sont 
aujourd'hui dans la bibliothèque de Sir Thomas Phillipps, après 
avoir passé par celle de Meerman. Nous avons parlé aussi des indica- 
tions fournies par les éditeurs de la grande collection de Pertz, Mo- 
numcnta Germaniœ historica, sur quelques manuscrits de Metz trouvés 
et consultés par eux dans diverses bibliothèques de la France et de 
l'étranger. Nous avons signalé enfin les citations de l'historien Meurisse 
au milieu du xvii e siècle, la relation trop succincte de dom Martène et 
de dom Durand en 1709 dont il vient d'être question, et le rapport 
de dom Poirier en 179/1 à la Commission temporaire des arts. Nous 
nous contenterons de rappeler brièvement ainsi ces sources de rensei- 
gnements en renvoyant, pour ce qu'on y trouve sur les manuscrits 
eux-mêmes, aux explications que nous avons données précédemment 
à leur sujet. Nous allons maintenant grouper les renseignements ob- 
tenus par ces voies diverses, pour les considérer dans leur ensemble. 

En rapprochant les unes des autres les données fournies par ces 
sources d'information sur le fonds originaire des manuscrits de Saint- 
Vincent, on reconstitue un inventaire de près de 70 articles, repré- 
sentant plus du tiers d'une collection qui aurait eu la même importance 
que celle qui existait à la fin du siècle dernier à l'abbaye de Saint- 
Arnould. L'examen de ces articles permet de reconnaître comme ayant 
été en la possession de l'abbaye de Saint-Vincent 53 manuscrits, entre 



V 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. lxxix 

autres, qui n'étaient pas d'une date inférieure au xn e siècle, parmi 
lesquels 5 au moins du ix c siècle et autant du X e . 

Saint-Vincent aurait possédé, d'après ces indications, un évangé- 
liaire enrichi de lettres d'or [n° 77]; des livres de liturgie, psautiers, 
lectionnaires, bréviaires [n os 1 6, 336, 5 93] -, un exemplaire du ix c siècle 
desÉpîtres canoniques de saint Jacques, de saint Pierre, de saint Jean, 
de saint Jude, et de celles de saint Paul (Clerm. 4oi, Phill. i65o); 
des recueils d'homélies des x c et xi c siècles [n os 1 5, 1 4]; une collection 
des Pères [221, 20]; un traité de Maximus, De Ecclesia catholica 
[221, 9]; des écrits de saint Basile [n° 296], de saint Jean Chryso- 
stomè [221, 8] (Clerm. 444, Phill. 1673), de saint Ambroise [221, 2] 
(Clerm. 469, Phill. 1 678), de saint Jérôme [22 1, 1,21] (Clerm. 4o 1 , 
45 1, 452, Phill. )65o, 1705, 1659), de saint Augustin [n° 48] 
(Clerm. 4^9, 462, 464, 466, 469, 470, 471, 467, Phill. i65t, 
1 655 , 1662, 1706, 1678, 1679, ^80), de saint Léon [221, 10], 
de saint Grégoire [u os i5, 80], d'Isidore de Séville [221, 18], de 
Pierre Lombard (Clerm. 462 , Phill. 1 655), du frère prêcheur Robert 
d'OIcoth[n° 296]; le traité de Bède sur les six âges du monde (Clerm. 
64i, Phill- 1895), le traité sur la Genèse vu en 1709 par clom 
Martène; un Liber de pudicitia antérieur au xn c siècle [221, 19]; une 
Régula canonicorum du même temps [221, 11]; le recueil des hymnes 
de Prudence connu sous le titre de Gatemerinon [221, 24]; deux ou- 
vrages que le religieux de Saint-Arnould du xu e siècle mentionne 
sous les dénominations de Cheremon [221, ^etParalipomenon [221,12]; 
des VitœSanctorum des xi c et xiv e siècles (Clerm. 663,662 , Phill. 1874, 
1839); des écrits de saint Martin (Clerm. 659, Phill. 1877); les lettres 
de Stephanus à Fulco sur l'origine de l'âme et sur d'autres questions 
(Clerm. 639). 

On peut en outre signaler, d'après les mêmes autorités, un certain 
nombre d'ouvrages profanes possédés également par l'ancienne abbaye 
de Saint-Vincent: le traité de Flavius Végèce [221, 5], celui de Pal- 
ladius sur l'agriculture [221, 28]; une copie, du xi e siècle, des Com- 
mentaires de Macrobe sur le Songe de Scipion et des Salurnalia 



^y 



lx\x NOTICE 

(Clerm. 695); des traités sur les Quœstiones naturelles et sur les écrits 
d'Aristote De animalibus [n° 296]; un Libellus de naturis bestiarum an- 
térieur au xn c siècle [221,16]; des traités d'Arnaud de Villeneuve et 
de maître Gérard Bierne de Solo sur diverses parties de la médecine 
et sur l'astrologie [n° 281], celui de Barlholomeo de Saxo-ferrato sur 
les armoiries [n° 296], et un Commentaire du xnr" siècle sur le décret 
de Gratien [n° 2Ôo]; un Tractatus moralis Scaccorum [n° 296], un Traité 
du Tabernacle de Moyse [n° 2Ôo]; divers écrits de grammairiens et 
commentateurs : ceux d'Hyginus [221, 1 4] , de Mileto Asianus [221, 
1 5], de Nonnius Marcellus [221, 2o],deMariusVictorinus sur Cicéron 
[22 1, 26], de Sergius, De littera [221, 22], de Priscianus, De accen- 
tibus [221, 23] , de Remy d'Auxerre, écrivain du x c siècle, sur Martia- 
nus Capella (Clerm. 719), d'un anonyme sur la formation du langage 
(Clerm. 695). 

Nous mentionnerons encore ici, comme ayant existé à Saint-Vin- 
cent, des ouvrages d'un caractère purement littéraire : YAulularia de 
Plaute [221, 29], la lettre de Flavianus à Théodose [221, 3], celle 
de Fortùnat à l'évêque Vitalis [221, 27], des fragments de Sidoine 
Apollinaire (Clerm. 669, Phill. 1877), une Historia Grisilidis adressée 
à Boccace [n° 296], deux lettres de Pétrarque [n° 296], deux ouvrages 
en français du xv e siècle, la Vie de saint François en quinze chapitres 
et le Doctrinal des simples gens [n° 3 10]; des ouvrages d'histoire : 
une Notifia Galliœ par un anonyme, dans un manuscrit du commen- 
cement du xn e siècle (Clerm. 63g), une copie du xi c siècle de la ver- 
sion latine de l'Histoire ecclésiastique d'Eusèbe par le prêtre Rufm 
(Clerm. 6^9), la copie du ix e siècle de l'Histoire de Paul Orose [221, 
6] [n° 187], une autre du xn e siècle du même ouvrage (Clerm. 639), 
des fragments de Sulpice Sévère et de Grégoire de Tours (Clerm. 659, 
Phill. 1877), un manuscrit du xi e siècle de l'Histoire des Lombards 
de Paul Diacre (Clerm. 683, Phill. 1887), le traité de Probus De 
ratione temporum [221, i3], celui de Gains [sic] Caesar De narratio- 
nibus temporum [221, l\], la Chronique d'Alpertus [221, 17], les An- 
nales Metteuses brevissimi et les Annales Sancti Vincentii (Pertz, Mon. 



SUlt LES MANUSCRITS DE METZ. lxmi 

Germ. hist. Script. t. II, p. 1 55 ) , une pièce de trente-six vers en l'hon- 
neur de lévèque Théodoric I er (Meurisse, p. 3 2 9), l'épitaphe en 
douze vers du même évoque (Clerm. 5o6-, Phill. 171 1 ), une Vie de 
saint Vincent en vers par Prudentius (Clerm. 664), les Vies des phi- 
losophes depuis Anaxagoras jusqu'à Priscianus [n° 29G], et une copie 
du siècle dernier de l'Histoire de Metz de dom Brocq restée inédite 
[n° 882]. 

Nous ne possédons aujourd'hui qu'une faible partie de ces ouvrages. 
Un des plus précieux, parmi ceux qui nous sont parvenus, est assuré- 
ment le Paul Orose du IX e siècle, indiqué dès le xu c par le religieux de 
Saint-Arnould et reconnu encore au commencement du xvin c par 
dom Martène. 

Le Catalogue des manuscrits du collège de Clermont, dans la des- 
cription qu'il fait des manuscrits de Saint-Vincent passés dans cette 
collection, en mentionne, avons-nous dit, sous les numéros 464 et 
65g (Phill. 1GG2, 1877), deux, du ix c et du x c siècle, que des notes 
signalent comme donnés à l'abbaye par son fondateur, l'évêque de 
Metz Théodoric I er (96/1-983). Dans ce catalogue, il est dit du der- 
nier de ces deux manuscrits : « Dono datus. . . monasterio Sancti Vin- 
ci centii Metensis a Deoderico Metensi episcopo , » renseignement fourni 
probablement par quelque ancienne suscription; de l'autre il est dit 
qu'il portait : « Deodericus humilis sancte Meltis ecclesie munster 
« hune codicem Sancto Vincentio contulit sub jugulo analhematis. » 
Nous trouvons sur un des manuscrits que nous possédons aujourd'hui 
une suscription analogue : «A piœ mémorise Deoderico episcopo, 
« Sancto Vincentio sub vinculo analhematis votiva manu datus; » c'est 
une copie du x c siècle d'un traité de saint Augustin [n° 48]. Un troi- 
sième manuscrit de Clermont (n° 6/19), contenant la Iraduclion par 
ftufin de l'Histoire d'Eusèbe, aurait porté, suivant le même catalogue, 
une suscription analogue aux précédentes : « A domno Deoderico col- 
« latus S" Vincentio Metensi. » Mais le catalogue dit que le manuscrit 
était du xi c siècle. Il faudrait croire qu'il était plus ancien pour ad- 
mettre que les mots « domno Deoderico » désignassent , comme il 

.•un. DBS nir.i. — v. k 



lxxxii NOTICE 

y a quelque raison de le penser, l'évêque Théodoric 1 er qui vivait au 
X e siècle. 

En énumérant, comme nous venons de le faire, les richesses 
reconnues à différentes époques clans la collection des manuscrits de 
Saint-Vincent, nous avons signalé, par des renvois aux numéros du 
Catalogue général de la collection de la ville de Metz, ceux de ces 
manuscrits qui sont venus jusqu'à nous. Le nombre est malheureuse- 
ment bien plus grand, on a pu le constater, de ceux pour lesquels 
cette indication n'accompagne pas celle des sources d'information qui 
nous renseignent sur leur compte. Le caractère des documents qui 
sont clans ce cas est bien fait pour exciter nos regrets; et ces regrets 
ne peuvent qu'être augmentés par la pensée que nous ne connaissons 
même pas toute l'étendue des pertes éprouvées par cet ancien fonds; 
une notable partie du trésor littéraire possédé jadis par l'abbaye de 
Saint-Vincent non-seulement est perdue, mais encore reste à jamais 
inconnue pour nous. 

Manuscrits de Sainte-Glossinde. — Nous n'avons à mentionner comme 
ayant appartenu à l'abbaye de Sainte-Glossinde qu'un manuscrit mo- 
derne, un livre de chant du xvm e siècle [n° 7 1 4]. Nous aurons à parler 
ultérieurement de six manuscrils encore, également modernes, qui 
nous viennent de trois autres maisons de femmes, mais d'ordre 
secondaire. C'est, avec le livre de chant de Sainte-Glossinde, tout ce 
qui peut être signalé, parmi nos manuscrits, comme provenant des 
communautés de femmes qui existaient autrefois à Metz. 

Nous ne laisserons point passer cette observation sans rappeler que 
dans cette ville on comptait, jadis en assez grand nombre les maisons 
du même genre et, à leur tête, trois grandes abbayes féminines de 
l'ordre de Saint-Benoît: Sainte-Glossinde, qui a subsisté jusqu'à la 
fin du siècle dernier; Saint-Pierre et Sainte-Marie, représentées alors 
par le Chapitre royal de Saint-Louis héritier de leurs biens et institué 
dans la seconde moitié du xvm c siècle pour les remplacer. Nous ne 
savons pas d'une manière positive si ces maisons du premier ordre 



SUI\ LES MANUSCRITS DE METZ. lxxxui 

avaient oui ou non des manuscrits au moment de leur suppression. 
Les communautés de femmes n'étaient généralement pas à cette époque 
vouées à l'étude comme les abbayes d'hommes. Mais il n'en avait pas 
été toujours ainsi. Pour ce qui regarde Metz en particulier, nous rap- 
pellerons à ce sujet ce qui est relaté clans la Vie de Jean de Vandières 
louchant les études instituées par lui au x c siècle dans l'abbaye de 
femmes de Saint-Pierre, à Metz : « Studium. . . lectionis divinae cum 
« iisdem ancillis Dei . . . arripuit. . . etc. » Ces études embrassaient, 
dit l'historien contemporain, les lettres sacrées, l'Ancien et le Nouveau 
Testament , les vies des saints, les usages de l'Eglise, la liturgie, et 
jusqu'au comput, avec le droit ecclésiastique et même le droit civil 1 . 
Cette vie studieuse dans une des abbayes de femmes existant à Metz 
au x c siècle donne lieu de penser que ces maisons possédaient alors 
des livres, c'est-à-dire, eu égard au temps, des manuscrits. Elles ont 
dû les perdre pour la plupart, ultérieurement; elles auraient pu 
cependant en posséder encore quelques-uns au moins, à la fin du 
xviii c siècle. Indépendamment du recueil de chant de Sainte-Glos- 
sinde, nous avons, parmi les manuscrits venant des Minimes de Metz, 
un évangéliaire du xv e siècle, qui, avant de leur appartenir, était au 
xvn c encore dans une abbaye de femmes de l'ordre de Saint-Benoit, 
comme le prouve cette annotation qu'il a conservée : « Ex monasterio 
« Monialium B. Marias de Vergavilla. 1628 » [n° 563]. 

Sainte-Glossinde, Saint-Pierre et Sainte-Marie de Metz ont vrai- 
semblablement possédé des manuscrits. Ces abbayes n'en avaient plus 
cependant au siècle dernier. Dom Martèneetdom Durand, qui parlent 
beaucoup de ces trois maisons dans le Voyage littéraire, n'en avaient 
pas vu chez elles en 1 709. Ils avaient, il est vrai, trouvé là des reli- 
gieuses qui, reniant leur caractère de filles de Saint-Benoît et affectant 
celui de chanoinesses, redoutaient singulièrement les observations 
critiques des savants religieux et « ne voulurent jamais, disent-ils, 
« leur rien montrer. » Si ces religieuses dégénérées avaient consenti à 

Vita Johuiinis Gorziensis abbatis, cap. xvnr. — Pertz, Monum. Germ. hist. Script., 
t. IV, p. 342. 



lxxxiv NOTICE 

montrer quelque chose aux deux bénédictins, ceux-ci auraient pu 
voir chez elles des titres compromettants pour leurs prétentions à la 
condition de chanoinesses nobles. Il est douteux qu'ils y eussent vu 
d'anciens manuscrits. Elles ne nous en ont effectivement laissé aucun. 
Nous n'avons d'elles que le recueil moderne de chant de Sainte-Glos- 
sinde. 

Manuscrits des Jésuites. — Nous quittons ici l'examen des grandes 
bibliothèques qui ont existé autrefois à Metz et les souvenirs littéraires 
laissés par la cathédrale, par les chapitres groupés autour d'elle, et 
par les puissantes abbayes de l'ordre de Saint-Benoît qui lui font 
cortège. Nous arrivons aux établissements du second ordre. Ils ne nous 
ont laissé que des manuscrits généralement peu importants et peu 
nombreux; on a tout lieu de croire qu'ils n'en ont jamais été pourvus 
comme avaient pu l'être les établissements plus importants dont nous 
venons de parler. Dom Martcne et dom Durand mentionnent à peine 
ces maisons d'ordre secondaire dans ce qu'ils rapportent de leurs visites 
aux dépôts littéraires existant à Metz au commencement du xvm e siècle. 
Il est dit des Jésuites, dans leur ouvrage 1 , qu'ils ne possédaient en fait 
de manuscrits qu'une Histoire des Evêques de Metz, sur laquelle il n'est 
pas donné plus d'explications, et il n'est après cela question d'aucun 
des autres monastères qui existaient encore à Metz à la même époque. 

Ces maisons modestes n'étaient cependant pis tout à fait dépour- 
vues de livres et de manuscrits, car elles nous en ont laissé quel- 
ques-uns. L'examen de ce qui nous reste de ces documents donne 
grandement lieu de penser néanmoins qu'ils étaient peu nombreux 
dans les couvents qui en possédaient, et qu'ils n'étaient généralement 
pas très-anciens. Le caractère de ceux qui sont venus jusqu'à nous ne 
permet nullement de les mettre en parallèle avec les richesses dont 
étaient dotés, surtout avant de subir les pertes que nous avons consta- 
tées, les grands établissements dont il a été question jusqu'ici. 

Voyage littéraire de deux Religieux bénédictins, elc, pari. II, pag. 127. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. lxxxv 

Neuf des manuscrits compris aujourd'hui dans la collection de la 
ville ont appartenu aux Jésuites, dont ils conservent la marque, Collegii 
Metensis Soc. Jesu calalogo inscriptiis 1 ; mais ils ont dû passer par des 
intermédiaires avant, de nous arriver. En effet, les Jésuites, introduits 
au collège de Metz en 1622, furent contraints de quitter cette maison 
et même d'abandonner la ville en 1768. Ils s'étaient probablement 
déjà défaits auparavant de leur bibliothèque ou d'une partie au moins 
de celle-ci, car nous trouvons à cinq de leurs manuscrits la marque de 
l'abbaye de Saint- Arnould, accompagnée sur les quatre derniers de la 
date d'entrée 176A [n os 26Ô, 819, 43o, 43s , 433]; deux autres qui 
n'ont pas cette marque, mais seulement celle des Jésuites, sont revêtus 
de la reliure caractéristique de la même abbaye [n os 43 1 , 434]- La 
maison de Saint-Arnould a dû acquérir les manuscrits des Jésuites un peu 
avant le départ de Metz de ces derniers. C'est par elle qu'ils nous sont 
parvenus. 11 en est peut-être de même, sans que nous puissions l'affirmer, 
de deux manuscrits encore de notre collection ayant appartenu auv 
Jésuites [n" s 660, 66 1], qui ne portent pas plus que les deux précé- 
dents la marque de l'abbaye de Saint-Arnould, mais qui, n'ayant pas 
reçu la reliure de celle-ci, nous laissent incertains sur la manière dont 
ils noirs ont été transmis. Les 9 manuscrits dont il vient d'être question 
sont tout ce qui nous reste de l'ancienne collection des Jésuites de 
Metz. Ils ne suffisent pas pour nous donner une idée complète de ce 
que pouvait être celle ci. Elle en comprenait d'autres certainement. 



1 Les 9 manuscrits revêtus de la marque 
des Jésuites portent au Catalogue général 
les numéros 265, 3ig, 43o, 43i, 432, 
/|33, 434 , 660, 66 1. Nous comprenons 
dans cette série le numéro 265 qui, en 
réalité, n'a pas la marque des Jésuites, 
mais que doivent leur faire attribuer et son 
contenu , Regulœ Societatis Jesu , et sa pré- 
sence parmi les manuscrits de Saint-Ar- 
nould , d'où nous viennenten grande partie 
les manuscrits des Jésuites que nous possé- 



dons. Peut-être pourrait-on rapporter en- 
core à la même origine, en raison d'une 
particularité qu'il présente, un autre ma- 
nuscrit [n u 58 1] que les conditions de sn 
reliu reclassent avec ceux de Sain t- Arnould; 
c'est un antiplionaire du xv c siècle commen- 
çant par un calendrier dans lequel une 
main du xvn* siècle a introduit la fête de 
saint Ignace et de plus cette mention : 
• Solcmnitas nominis Jesu servatur prima 
«dominica post oct. Epiph. vacante. » 



lxxxvf NOTICE 

puisque doiu Martène avait vu en 1 709 dans cette maison une Histoire 
manuscrite des évêques de Metz que nous ne retrouvons plus aujour- 
d'hui parmi les volumes qui portent leur marque. 

Les 9 manuscrits des Jésuites que nous possédons ne sont pas très- 
anciens : 2 sont du xv c siècle, 3 du xvi°, 2 du xvn c et 2 du xvm c . Nous 
ne savons pas s'il est permis de généraliser, pour l'étendre à la biblio- 
thèque tout entière d'où ils proviennent, le caractère particulier de 
ces ouvrages en si petit nombre, lesquels, indépendamment de celui 
qui contient les règles de la Société [n° -2 65], intéressent surtout la 
controverse religieuse et l'histoire ou la politique. Trois d'entre eux sont 
dans le premier cas; ce sont deux recueils du xviii c siècle de pièces 
relatives aux querelles soulevées en France à l'occasion de la bulle 
Unigenitus [n os 660, 661], et un manuscrit du xv u siècle, contenant un 
ouvrage italien en trente chapitres, intitulé La santa scala celestiale 
[n° 43 1 ]. L'autre manuscrit du XV e siècle contient une chronique vé- 
nitienne en italien, de l'an l\ 2 1 à l'an 1 L\ 1 o [n° 3 1 9]. Les trois manus- 
crits du xvi e siècle sont consacrés à une relation en espagnol des négo- 
ciations qui, de i566ài58o, ont préparé la prise de possession du 
trône de Portugal par Philippe II [n os 432, /J33, /l3/l]. Le huitième 
manuscrit est un ouvrage italien du xvn c siècle, donnant l'histoire 
particulière de tous les cardinaux vivant en l'année 16/I6 [n° 43o]. 
Ce dernier ouvrage serait une œuvre véritable de police inquisito- 
riale, à en juger par son titre : « La giusta stalera de porpora. Ci dove 
« s'intende la vita, nascità, discendenza, possibiltà, adherenza, co- 
« stuini, ricchezze, inclinazioni, cariche, oflicii, nunciature e perché 
« sono stati promossi li cardinali viventi dell'anno 1 6^6. » 

Manuscrits des Céleslins. — La maison des Célestins est de tous les 
couvents de Metz du second ordre celui qui paraît avoir été le mieux 
pourvu en fait de manuscrits. De même que ceux des Jésuites, les ma- 
nuscrits des Célestins ne nous sont parvenus qu'après avoir passé par 
des intermédiaires, la maison à laquelle ils appartenaient ayant été 
supprimée en 1 7 7 A, quinze ou seize ans avant les confiscations qui ont 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. lxxxvh 

Fait tomber dans le domaine public les bibliothèques des autres éta- 
blissements religieux. 

Nous avons précédemment indiqué, en parlant des manuscrits de 
Saint-Clément, par quelle voie une partie de ceux des Célcslins que 
nous possédons sont arrivés entre nos mains. On ne peut au reste 
reconnaître avec certitude comme leur ayant appartenu que 43 volumes 
seulement, qui portent leur marque sous la forme Liber Cclestinorum 
de Métis, ou quelque autre analogue, suscriptions dont récriture varie 
et dénote successivement le xiv c , le xv c et le xvi c siècle 1 . Il ne serait 
pas impossible pour ce fonds, comme pour tous ceux dont nous avons 
recueilli les débris, que parmi ceux de nos manuscrits dont l'origine 
est encore inconnue il s'en trouvât quelques-uns qui dussent s'y 
rapporter encore. Ces fonds originaires ont en effet bien pu contenir 
des volumes qui ne portaient pas de marque de propriété. Nous avons 
constaté qu'il en était ainsi de certains manuscrits de la cathédrale, 
de Saint- Arnould, de Saint-Clément et de Saint- Vincent, dont la 
provenance est justifiée par divers indices et quelquefois par le con- 
tenu même des volumes. 

Cette considération nous engage à attribuer aux Célestins, outre 
les 43 articles qui portent leur marque, 4 manuscrits qui, à défaut 
de cette preuve d'origine, présentent certains caractères susceptibles 
suivant nous d'y suppléer, savoir: un manuscrit du xvi c siècle [n° 453], 
renfermant, avec des écrits de saint Bernard et de J. Gerson, un 
recueil de messes ainsi qualifiées : « Misse feriales secundum ritum 
« fratrum Celestinorum dicende; » un recueil du xv c siècle [n° 606], 
dans lequel se trouvent deux traités : l'un, « De tribus gradibus reli- 
« giosorum, perfratrem Anselmum ordinis Celestinorum compilatus; » 
l'autre, «Tabula in constitutions Celestinorum citra-montanorum, » 



1 Les 43 manuscrits pourvus de la 5o4, 5i3, 53o, 534, 562, 586, 591, 

marque des Célcslins portent au Catalogue 5<j8, 600, 602, 6o3, 607, 611, 6i4 

général les numéros 25i , 257, 258, 266, 616, 618, 623, 62a, 634, 638, 6^0. 

3i5, 323, 325, 36o, 365, 376, 455, 642, 643, 647, 696. 
477, 478, 486, 488, 492, 498, 5o3, 



i.xxxviii NOTICE 

avec un traité de saint Augustin et un écrit en vieux français de 
maître Jehan Fusoris; un second manuscrit du xv c siècle [n° 678], 
contenant un poëme mystique en vers français intitulé Le chapelet 
d'amour divine, qui se termine ainsi : « Escript de la main frère Phelippe 
« humble Celestins, » et une copie de la même époque des œuvres de 
Virgile [n° 299], que l'auteur du Catalogue général des manuscrits 
de Metz suppose provenir des Celestins, sans autre indice de cette ori- 
gine, à ce qu'il semble, qu'une cote d'inventaire parafée, du siècle 
dernier, qu'on remarque aussi sur deux des manuscrits que nous ve- 
nons de citer [n os 453, 678], de même que sur quelques autres 
volumes des Celestins. Ces quatre derniers articles portent de 43 
à 47 le nombre des manuscrits de la collection actuelle auxquels il 
est permis d'attribuer avec une certaine probabilité pour origine la 
bibliothèque des Celestins de Metz. 

L'auteur du Catalogue général des manuscrits de Metz leur en 
assigne beaucoup plus, et leur attribue notamment la plupart de ceux 
qui, au nombre de 67, portent la marque de classement Z qu'il avait 
remarquée sur un grand nombre de manuscrits pourvus en même 
temps de l'indication : Liber Celcstinorum. Il avait conclu de là que 
cette marque appartenait spécialement aux Celestins. C'est une erreur. 
La marque de classement Z est, comme nous l'avons démontré, non 
pas celle des Celestins, mais celle de l'abbaye de Saint-Clément, où 
elle a été appliquée, dans la seconde moitié du xvili siècle, aux manus- 
crits de cette maison. Cette marque Z figure sur des manuscrits de 
la grande abbaye qui n'ont jamais appartenu qu'à elle seule, ou qui 
n'ont au moins jamais pu être en la possession des Celestins, sur le 
Nécrologe de Saint-Clément, par exemple, marqué Z 1 [n° 307], et 
sur un manuscrit du xv c siècle marqué Z 2 [n° i46], rapporté d'Italie 
et donné successivement aux Frères mineurs de Sierck, puis à l'abbaye 
de Saint-Clément, comme il est dit dans une note que porte le volume 
et qui est reproduite au Catalogue général des manuscrits de Metz. 
Ces observations suffisent, croyons-nous, pour justifier notre propo- 
sition. C'est donc à Saint-Clément qu'opparlien!, cela est certain, la 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. lxxxix 

marque de classement Z; si on la trouve sur 36 des ^7 manuscrits 

qui portent la marque ou un indice de provenance des Célestins, 
c'est que la bibliothèque de ces derniers a été vraisemblablement , 
comme tend à le prouver cetle particularité, acquise sinon en tota- 
lité au moins en grande partie, à l'époque de leur suppression (177/1), 
par l'abbaye de Saint-Clément. 

C'est par cetle voie que nous seraient parvenus, nous l'avons déjà 
dit, les 36 manuscrits des Célestins qui portent la marque Z. Quant 
aux 1 1 autres sur lesquels ne se trouve pas cette marque, nous oe 
saurions dire positivement comment ils nous ont été transmis 1 . Pour 
établir que ceux-ci eussent, ainsi que les premiers, passé par Sainl- 
Clément, il faudrait admettre qu'ils ont perdu la marque Z, comme 
nous avons d'ailleurs constaté précédemment que cela avait eu lieu 
pour 2 manuscrits de cette abbaye [n os 20/i, /n 3], 'dont les feuillets 
de garde sont arrachés. Nous avons pu constater, il est vrai, une mu- 
tilation semblable dans quelques manuscrits également des Célestins, 
sur lesquels ne se retrouve pas la marque Z [n os 3 i5, 2 3, 36o, 62Ô}; 
niais il en est aussi parmi eux dont la couverture et les feuillets de 
garde sont intacts et sur lesquels néanmoins on ne trouve aucune trace 
de cette marque. Tels sont notamment ceux qui portent, les numéros 
a.) 7 et 2 58. Il est permis de douter d'après cela que la collection des 
manuscrits des Célestins ait été acquise tout entière par l'abbaye de 
Saint-Clément et que ce soit exclusivement à cette dernière maison 
que nous devions tout ce qui nous en est parvenu. 

Pour ce qui est des conditions originaires de la collection des ma- 
nuscrits des Célestins, on a quelque raison de croire, conformément 
à ce que nous avons dit précédemment de la proportion des pertes 
ordinairement éprouvées par ces anciens fonds, que nous possédons 
les deux tiers au moins des volumes qui la composaient, c'est-à-dire 
qu'elle en comprenait environ 70. Quoi qu'il en soit, nous pouvons. 

1 Les ii manuscrits des Célestins qui 267, 258, 3 1 5 , 323, 36o, £53, £77. 
n'ont pas reçu la marque de classement Z 6o3, G06, 625, 678. 
portent au Catalogue général les numéros 

\r\\. DES BIBIi. — V. I. 



xc NOTICE 

d'après les 47 manuscrits aujourd'hui entre nos mains, sur lesquels 43 
au moins lui ont incontestablement appartenu, nous faire une idée 
du caractère général que présentait dans son ensemble cette collec- 
tion. 

Parmi ces 4 7 manuscrits des Célestins, i5 seulement étaient écrits 
sur vélin, les autres l'étaient sur papier. Sous le rapport du format, un 
seul était in-folio, 1 3 étaient in-4°, 1 9 in-8° et 1 4 in-i 6. Presque tous 
appartenaient au xv e siècle et l'un d'eux au xvi c ; 5 seulement dans le 
nombre étaient plus anciens, un du xm e siècle et 4 du xiv e . 

Ces manuscrits comprenaient, avec une Table des constitutions 
des Célestins [n° 606], quelques livres liturgiques, rituels, bréviai- 
res, etc. [n 03 453, 455, 562, 586, 591, 598, 600]; des livres de 
dévotion, prières, méditations [n" s 618, 623, 696]; c'étaient sur- 
tout des recueils de traités sur des sujets religieux et sur des matières 
ecclésiastiques [n os 257, 2Ô8, 266, 323, 376, 453, 478, 486, 488, 
498, 53o, 562, 6o,3, 606, 607, 616, 618, 62Ô], des ouvrages 
des Pères de l'Eglise et des écrivains ecclésiastiques : saint Jérôme 
[n° 616], saint Augustin [n os 376, 498, 602, 6o3, 606, 607, 
6i4, 634], saint Basile [n° 486], saint Ambroise [n° 3 2 5], saint 
Césaire d'Arles [n° 62 5], saint Anselme [n° 61 4], saint Bernard 
[n 03 453, 477, 6i4, 625], saint Bonaventure [n 03 478, 492, 607, 
62 5], saint Thomas d'Aquin [n os 365, 488, 5o3, 5o4], saint Pierre 
de Luxembourg [n° 534], Cassien jn° 5o4], Isidore d^ Séville [n"477], 
Hugues de Saint-Victor [n os 498, 61 4], J- Gerson [n 03 266, 453, 53o, 
600, 6o3, 611], Johannes Galensis [n° 634], Alexander de Villa Dei 
[n° 5i3], frère Giraldus Leodiensis [n° 36o], Gerardus de Zutphania 
[n° 602]. 

Dans la catégorie des sciences profanes et des lettres, nous remar- 
quons parmi les manuscrits des Célestins : un recueil de droit cano- 
nique [n° 25 1], des traités d'astronomie et de comput [n 03 2 58, 606, 
607], et un manuscrit des œuvres de Virgile [n° 299]. C'est à ce fonds 
des Célestins que l'abbaye de Saint-Clément devait le Commentaire 
de Marius Victorinus sur Cicéron [n° 642], les ouvrages du grammairien 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 



xci 



Donatus [n' s 6i4, 643], des traités du xv c siècle de grammaire et do 
rhétorique [n" s 638, 64 o, 642, 643 , 647], un petit traité Devirtuti- 
bus aliquot plantarum [n° 606], le Canon du x\ c siècle de maître Jehan 
Fusoris [n° 606], et avec lui quelques autres écrits en vieux français 
du XV e siècle, qui peuvent présenter de l'intérêt, au point de vue au 
moins de la philologie [n' s 53o, 534, 600, 606, 607, 611, 64o, 
643, 647]. En tête de ces ouvrages rédigés en français, il faut men- 
tionner deux poëmes, l'un du xiv c siècle intitulé Le livre de pérégrina- 
tion humaine [n° 3 1 5] , l'autre du xv c , Le Chapelet d'amour divine 
[n° 678], qui ne semblent pas avoir appartenu comme les autres à la 
bibliothèque de Saint-Clément. 

Par la nature de leur sujet, la plupart des écrits que nous venons 
d'énumérer ne sont pas sans analogie avec ceux que contenaient les 
fonds originaires de Saint-Arnould, de Saint-Vincent et de Saint- 
Symphorien dont nous avons parlé précédemment. Mais ce qui établit 
une profonde différence entre ces derniers et les manuscrits des Cé- 
lestins, c'est l'âge relativement moderne de ceux-ci. L'ancienneté des 
autres est un de leurs caractères les plus importanls; c'est par là 
surtout que les fonds des grandes abbayes de l'ordre de Saint-Benoît, 
et celui de la cathédrale avec eux, se distinguaient des collections plus 
modestes des monastères du second ordre, parmi lesquels, du reste, 
celui des Célestins paraît avoir tenu le premier rang pour le nomhre 
et l'intérêt des manuscrits qu'il possédait. 

Manuscrits des Frères prêcheurs , des grands Carmes, des T unitaire s , 
des Minimes, des Récollets, des Carmes déchaussés, des prêtres de la Mis- 
sion, des religieuses de la Congrégation , des Carmélites et des religieuses de 
la Présentation. — Les Célestins sont la seule communauté messine 
dn second ordre qui ait, à ce qu'il semble, possédé jusque vers la fin 
du siècle dernier des manuscrits de quelque importance. Les autres 
maisons appartenant à cette catégorie en étaient vraisemblablement 
moins bien pourvues. Dix d'entre elles seulement nous en ont laissé 
quelques-uns. Ce sont celles des Frères prêcheurs, des grands Carmes, 



ncii NOTICE 

des Trinitaires, des Minimes, des Récollcts, des Carmes déchaussés, 
des prêtres de la Mission, des religieuses de la Congrégation, des Car- 
mélites et des religieuses de la Présentation. 11 ne nous reste de tous 
ces établissements que 27 pièces dont la provenance soit signalée par 
des marques positives 1 . Quelques-uns des articles de notre collection 
dont l'origine est inconnue pourraient bien avoir la même provenance 
que ceux-ci; le petit nombre de ces derniers ne permet guère de 
penser d'ailleurs que les maisons d'où ils viennent en aient possédé 
beaucoup. Ces 27 manuscrits, presque tous modernes et générale- 
ment d'un minime intérêt, suffisent pour nous renseigner sur le ca- 
ractère général des collections qu'ils représentent, lesquelles étaient, 
selon toute apparence, peu considérables. 

Sur les 27 manuscrits en question, deux seulement sont sur vélin, 
l'un du xii c siècle ayant appartenu aux grands Carmes, et l'autre du xv l 
aux Trinitaires. Réserve faite pour ces deux manuscrits et pour deux 
autres, du xv c siècle également, venant des Minimes et des Récollets, 
tout le reste appartient au xvn r et au xvm c siècle. Le manuscrit du 
xn e siècle marqué Carmeli Metensis 1723 est un recueil contenant des 
écrits d'Ivo Carnotensis et de Maiolus abbas, des extraits des Pères et 
deux traités, l'un De corpore Doinini, l'autre intitulé Visio cajusdam mi- 
lita in morte [n° 627]. Les trois manuscrits du xv e siècle sont : un bré- 
viaire marqué Domûs sanclœ Trinitatis Metensis [n° 1 1], un évangéliaire 
marqué Au couvent des Pères minimes de Metz [n° 563], et un recueil 
marqué Ex libris Recollect. couvent. Mcttensis et intitulé Quintum volu- 
men, contenant des lettres d'Antonius Panhormita à Oliverius, arche- 
vêque de Naples [n° 3g 1]. Les 23 autres manuscrits, tout modernes, 
écrits aux xvn e et xvm c siècles seulement, sont pour la plupart des 

1 Ces 27 manuscrits portent au Cata- Récollets, le numéro 391; pour les Cannes 

logue général de 1870, pour les Frères déchaussés, les numéros 535, 666, 688, 

prêcheurs, les numéros 264, 35g, 6i3; 8/ig; pour la Mission, les numéros 268, 

pour les grands Carmes, les numéros 275, 407, 682 ; pour la Congrégation, les 

201, 627; pour les Trinitaires, le nu- numéros 4 10, à 17, 685; pour les Carmé- 

méro 11; pour les Minimes, les numéros lites, le numéro 4o8; pour la Présentation. 

/126, 528,563,64i, 65o, 659; pour les les numéros bl\à, 687. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. xcm 

livres de dévotion, contenant des cantiques, des prières, des médit; i- 
lions, des instructions [n" s /io8, /iio, 5»8j 535, 666, 682, 685], 
avec quelques pièces concernant, les querelles entre les jansénistes et 
les molinistes[n°65()], et des traités de théologie [n oa 26/1, 35çj, 6 i 3], 
de philosophie [n' b 268, 275], de rhétorique [n° 6/ji], de droit ro- 
main [n° 201], de chronologie universelle [n° 65o]; des écrits de 
Saint-Martin, 1628-1629 [n os 268, 275], de Lefrançois, 1671 
[n° 65o], du père Turnebule, professeur à l'université de Pont-à- 
Mousson [n° 359], et de D. Morin, 1722 [q° 6/j 1]. On y trouve encore 
des lettres du Père Quesnel [n° 659], deux petits traités de circons- 
tance, l'un sur la procession des Enfants de Metz en i648 [11" /107], 
l'autre pour la défense d'une congrégation des Filles de l'enfance en 
1687 [n° 426], les statuts du noviciat des Carmes de l'Observance 
[n° 688] , le règlement des filles de la Congrégation jn° 4. 1 7] , les cons- 
titutions pour les religieuses de la Présentation à Metz [n os 5/|/i, 687], 
et enfin une copie du xvu° siècle de la Chronique messine rimée 

[,v 84 9 ] ; 

Parmi les 27 manuscrits que nous ont laissés les établissements 
religieux du second ordre qui existaient à Metz, il en est 6 qui ont. 
appartenu à des couvents de femmes, la Congrégation, les Carmélites 
et la Présentation. Nous avons précédemment fait remarquer la pau- 
vreté relative des communautés de femmes en manuscrits. Ceux de 
ces trois humbles maisons sont en effet, avec un livre moderne de 
chant de l'abbaye de Sainte-Glossinde dont nous avons déjà parlé, èl 
quelques documents relatifs à des états de biens, tout ce qui nous 
reste de leur héritage en ce genre. 

Un manuscrit de notre collection provenant de l'hôtel de ville, et 
qui comprend quelques feuillets d'un livre censier, du xiv'' siècle, des 
religieuses dites «les Pucelles de sus lou mur» [n° 819], contient 
une indication piquante qu'il est intéressant de relever à l'appui de 
l'observation que nous venons de faire. On y trouve en effet, au milieu 
d'actes constitutifs de cens qu'il renferme surtout, un accord daté du 
« Vanredi après Sainl-Vollantin, en février» 1 332 ( 1 3 3 3 nouv. st. , 



xciv NOTICE 

par lequel les huit religieuses qui formaient à ce moment la commu- 
nauté s'engagent à laisser à leur chapelain, sa vie durant, « li bre- 
« viaires qui est de lour comuneteit. » Ce bréviaire manuscrit était 
évidemment une rareté dans la maison des « Pucclles de sus lou 
« mur. » 

Nous avons signalé, parmi les établissements religieux de Metz, 
ceux qui nous ont donné des manuscrits. Il peut être utile de faire 
connaître ceux qui existaient encore à la lin du siècle dernier à côté 
de ceux-là et qui n'en ont, que nous sachions, laissé aucun. Ces éta- 
blissements sont, pour les hommes : les collégiales de Saint-Pierre- 
aux-Images ou Je Majeur, de Sainl-Thiébault et de Sainte-Reinette, 
le séminaire de Saint-Simon, le collège royal de Saint-Louis occupé 
par les chanoines réguliers de Saint-Augustin de la congrégation du 
saint Sauveur, la maison des chevaliers de Saint-Jean (ordre de Malte) , 
celles des Antonistes, des Augustins, des Capucins, celle enfin de la 
Propagation (hommes). Pour les femmes, ce sont, avec le Chapitre 
royal de Saint-Louis, héritier des grandes abbayes de Saint-Pierre et 
de Sainte-Marie, la maison des Repenties ou religieuses de la Made- 
leine soumises à la règle de Saint-Augustin, celles de Y Ave Maria ou 
sœurs Coleltes religieuses damianistes de Sainte-Claire, des Clarisses 
religieuses urbanistes de Sainte-Claire, des Prêcheresses, de la Visita- 
tion, des Ursulines, de la Propagation (femmes), du Refuge et de la 
Doctrine chrétienne. 

En disant que ces maisons ne nous ont laissé aucun manuscrit, 
nous devons faire sur ce point toute réserve à leur égard, comme à 
l'égard des autres, pour les pièces qui pourraient en provenir à notre 
insu, parmi les manuscrits de notre collection dont l'origine n'a pu 
être reconnue. Nous sommes en tout cas fondés à croire, par analogie 
avec ce qui est dit ci-dessus, que ces manuscrits ne sauraient être ni 
bien nombreux, ni très-importants. C'est ce que justifiera, en ce qui 
touche ce dernier point surtout, l'examen résumé un peu plus loin 
des articles de notre collection dont la provenance reste pour nous 
finalement inconnue. 



s 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. u\ 

Manuscrits de Sainl-Maiiin-de-Glandières et de Villers-Belnach. — 
Nous avons fait connaître les établissements religieux ayant existé dan. 1 
la ville de Metz qui ont fourni des manuscrits à notre collection. 
Il nous reste à parler de ceux du dehors auxquels nous en devons 
aussi. Ils ne sont pas nombreux et ne nous ont laissé que peu de 
chose; on a lieu de s'en étonner à première vue, quand on pense au 
nombre et à l'importance des maisons religieuses que l'on comptait 
jadis dans le voisinage de Metz. Rappelons, pour ne nommer que les 
principales, les grandes abbayes de l'ordre de Saint-Benoît de Gorte, 
de Saint-Martin-lès-Metz , de Saint-Avold , de Longeville ou Saint- 
Martin-de-Glandières, de Bouzonville, deTholey; celles de l'ordre de 
Cîteaux, de Villers-Betnach, de Freistroff, de Sturzelbronn ; les mai- 
sons de Prémontrés de Sainte-Croix dite aussi Buris ou Saint-Eloy, 
de Wadgasse, de Justemont; les chanoines réguliers de l'ordre de 
Saint-Augustin de Saint-Pierremont; les chartreux de Rettel, les 
collégiales de Fénestrange, de Hombourg, de Mars-la-Tour; les mai- 
sons de Crofthal (religieuses de l'ordre de Cîteaux) et de Telerchem 
(religieuses du tiers ordre de Saint-François). 

Plusieurs de ces maisons n'existaient plus, il est vrai, à la fin du 
xvm c siècle; d'autres ne s'étaient relevées qu'après une ruine tempo- 
raire plus ou moins prolongée. La plupart avaient passé par les vicis- 
situdes les plus compromettantes pour leurs bibliothèques. L'abbaye 
de Gorze, ruinée au xvi e siècle, avait vu ses ruines elles-mêmes rasées 
en 1609; l'abbaye de Saint-Martin-lès-Metz avait été détruite dès le 
xv c siècle; celle de Sainte-Croix l'avait été au xvi° siècle; celle de 
Crofthal avait été supprimée au xvn c siècle. La collégiale de Fénes- 
trange, supprimée également dès i565, n'avait été rélablie qu'en 
1682; celle de Hombourg était réduite à l\. chanoines. L'abbaye de 
Bouzonville, récemment rebâtie, avait été totalement brûlée en 1 683 ; 
celle de Sturzelbronn était en commende. Aucun des grands établis- 
sements religieux de la contrée n'avait su se garder de toute atteinte; 
aucun n'était intact. Un de ceux qui n'avaient pas cessé d'exister, 
Saint-Avold, dont un manuscrit nous est seul parvenu indirectement, 



xcvi NOTICE 

avait, du aliéner, à ce qu'il semble, en totalité ou au moins en partie, 
ce qu'il pouvait en avoir; témoin ce manuscrit unique, lequel nous 
vient de Longeville ou Saint-Martin-de-Glandières avec cette suscrip- 
lion barrée : Monasterii Sancli Naboris ( Saint- Avold), et celle-ci, à la 
suite, pour remplacer la première : Nunc monasterii Sancti Martini de 
Glandcriis [n° 107]. 

En définitive, 4 seulement de ces grandes maisons du dehors 
nous ont fourni des manuscrits. Ce sont, comme nous l'avons dit 
précédemment, Longeville ou Saint-Martin-de-Glandières, Villers- 
Betnach,Tholey etPiettel, et avec celles-là 4 maisons d'ordre secon- 
daire dont l'héritage littéraire a du reste fort peu d'importance : le 
prieuré de Sainte-Barbe, les Augustins et les Capucins de Tbionville 
et les Récollets de Longwy. 

Nous trouvons la marque de l'abbaye de Longeville ou Saint-Mar- 
tin-de-Glandières sur deux des volumes de notre collection. L'un est 
celui qui avait appartenu à Saint-Avold et dont il vient d'être ques- 
tion, où se trouvent des copies du xv c siècle de deux ouvrages de 
droit canonique, VApparatus de Johannes Andréa sur les Clémentines, 
et un traité sur les 5 premiers livres du Décret [n° 107]. L'autre est 
un manuscrit du xviu e siècle contenant des traités de grammaire et 
de littérature hébraïques [n° 64.6]. 

L'unique article de la collection delà ville crue nous puissions rap- 
porter à Villers-Betnach est un manuscrit du xvui c siècle signé : Studio 
et labore Pétri Goudin monachi Villariensis , 1756, contenant une tra- 
duction libre des Hymnes du bréviaire de Citeaux et une paraphrase 
des Psaumes de David [n° 402]. 

• Manuscrits de Tholey. — Nous possédons de l'abbaye de Tholey 
12 manuscrits : 4 seulement portant la marque de celte maison. 
Codex monasterii Sancti Mauricii in Tholeio ou Liber monasterii Thole- 
aiensis, et 8 autres caractérisés par une reliure qui permet de leur assi- 
gner la même origine. Cette reliure porte, frappé sur les deux plats 
de la couverture, un écusson armorié accompagné, en exergue, du 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. xcvn 

nom et du titre d'un abbé du lieu, « Theobcrtus d'Hame abbas in 
« Toleg 1 . » 

Ces 1 2 manuscrits sont tous de format in-4°, sauf quatre seulement 
qui sont in-folio. L'un d'eux est composé d'un mélange de papier et 
de vélin; les onze autres sont écrits sur papier seulement; 3 sont du 
xiv c siècle, 8 du xv c siècle et î du xvn c siècle. Ils contiennent pour la 
plupart, avec un missel [n° 220], des traités purement religieux et 
ecclésiastiques [n os 1/17, i53, 1 55 , 210, 356], des sermons [n" s (j6, 
1 55 , 246], des écrits de saint Jérôme, de saint Jean Chrysoslome, de 
Henricus de Hassia [n° 1 53], de frère Willicim Lugdunensis [n° i A7], 
de Henricus de Brimaria [n° 1 55], des extraits et compositions litté- 
raires [n° 2 56], deux copies du xv c siècle d'ouvrages de droit cano- 
nique [n os 93, 121] et des traités, de la même époque, de chirurgie 
et de médecine, concernant principalement les maladies des yeux, 
par Benevenutus Grapheus , Alcoatus , Lanfrancus Mediolanensis , 
Johannes Ber, Johannes de Herbipolis [n° 176]. 

L'abbaye de Tboley avait certainement possédé des manuscrits 
plus précieux que ceux-là. Au milieu du xvui c siècle encore , dom 
Calmet, dans sa Notice de Lorraine , en signalait deux qui ne nous sont 
point parvenus, et dont l'un aurait été, dit cet auteur, le Psautier 
grec de saint Siméon, reclus de Trêves, mort au x c siècle, et l'autre 
le Commentaire de Smaragde, abbé de Saint-Mihiel au commence- 
ment du ix c siècle , sur la rède de Saint-Benoît 2 . 

Manuscrits de la Chartreuse de Rettel. — La Chartreuse de Rettel 
nous a laissé 68 manuscrits, la plupart sous une reliure uniforme 
qui, pour le plus grand nombre, est le seul indice de cette prove- 
nance; 2 1 d'entre eux seulement portent en même temps la marque 

1 Les 4 manuscrits pourvus de la mar- mérosg3, 96, 121, 1/47, i"i5, 176, 220, 

que de Tholey portent au Catalogue gêné- 2/16. 

rai les numéros i53, 210, a56, 356. Les 2 Dom Calmet, Notice (le Lorraine, t. II, 

8 manuscrits reliés aux armes de l'abbé col. 577. 
Theobertus d'Hame y figurent sous les nu- 

\IAN. DES BIBL. — V. M 



xcvm NOTICE 

positive de cette maison, Iste liber est domus Sancti Sixti in Rulila or- 
dinis Carlhus., ou quelque autre analogue; un seul est marqué Domus 
Carthusiensis [n° 261]. Ces 2 1 manuscrils, à l'exception de 2 ou 3 seu- 
lement, sont revêtus de la reliure caractéristique d'après laquelle 
4 7 autres, qui l'ont reçue également, peuvent, sur cet indice et à 
défaut d'autre marque, être rapportés à la même origine 1 . 

Dans le nombre, il en est 5 qui portent avec cette reliure la marque 
de la Chartreuse de Saint-Alban, près de Trêves : Iste liber est domus 
S 1 Albani ord. Carthus. extra muros Trcv. [n cs 320, 326, 370, 569, 6o4], 
accompagnée, sur l'un d'eux, delà date i 53y [n° 569], et 2 qui por- 
tent les marques des Chartreuses de Bâle et de Mayence : Iste liber 
est fratrum Carlhus. Basil. [n° 371], Iste liber est Curthusiensium prope 
Mogunciam [n° 463]. Ces manuscrits néanmoins nous viennent indu- 
bitablement de la Chartreuse de Rettel, par où ils ont dû passer et où 
ils ont reçu la reliure des livres de cette maison avant d'arriver jusqu'à 
nous; filiation formellement attestée du reste pour l'un d'eux, sur 
lequel on lit : Liber olim fratrum Carthusiensium prope Treverim datas 
domui Rutilensi ab eisdem fratribus [n° 370]. 

On peut, d'après ces 68 articles, se faire une idée de ce qu'était 
la collection des manuscrits de la Chartreuse de Rettel; 35 sont écrits 
sur papier, 3o seulement sur vélin, 3 partie sur papier et partie sur 
vélin; quant au format, ils ne contiennent pas un seul in-folio, mais 
29 in-4°, 26 in-8°, 1 in-12 et 12 in-16. Enfin, 2 de ces manuscrits 
appartiennent au xii c siècle, 3 au xm e siècle , 1 3 au xiv c siècle , 35 
au xv e siècle , 2 au xvi e siècle , 7 au xvn c siècle, 3 au xvm e siècle, et 3 
autres contiennent des fragments mêlés des XI e , xm e , xiv e et XV e siècles. 

1 Les 21 manuscrils pourvus de ta numéros 267, 2go, 320, 32 1, 326 , 342, 

marque de Rettel portent au Catalogue 352, 358, 371, 373, 446 , 45o, 45 1 , 

général les numéros 167, 247, 261, 332, 458, 45g, 46o, 463, 464, 465, 470, 

34o, 353, 354, 35 7 , 36 lt 366, 3 7 o, 472, 473, 475, 483, 485, 491, 4g5, 

3 7 4, 3 7 5, 466, 474, 487, 5i4, 5g5, 5o5, 553, 56o, 56g, 5 7 5, 5 77 , 58g, 

601, 612, 655. Les 47 manuscrits revê- 5g°i 5g2, 6o4, 61g, 624. 63o, 63i. 

tus seulement de la reliure caractéristique 632, 63g, 65 1 , 657, 6g4, 747- 
de Rettel portent au même catalogue les 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. xcix 

Les ouvrages profanes sont très-rares dans cette collection. Nous 
citerons comme tels ceux de Bartholomeus Brixiensis [n° 261], de 
Bartholomeus Pisanus [n° 290], un manuscrit du XIV e siècle intitulé 
Summula de processu judicii [n° 485], des traités de comput et d'algo- 
rithme du xv e siècle [n° 32 6], le Traité de la Sphère de Jean de Sacro- 
bosco [n° 261], un ouvrage de médecine du xvn e siècle [n° (489], une 
copie ancienne, malheureusement incomplète, du xiv c siècle, du livre 
de Garpin sur les Tartares [n° 65 1], un recueil du xvm e siècle de 
documents historiques et de notices sur l'ordre des Chartreux et sur 
la maison de Rettel en particulier [n° 5 i4]. Tout le reste a un carac- 
tère surtout religieux. On y trouve, après une Histoire de saint Hu- 
bert [n° 577], la Vie de saint Jean Climaque [n° 487], celle de saint 
Hugues, évêque de Lincoln [n° 65i], des légendes de saints [n° 371] 
et un martyrologe [n° 667], des évangéliaires [n os 320, 32i, 44-6], 
des livres de liturgie, psautiers, bréviaires, etc. [n os 332, 45o, 458, 
463, 464, 465, 466, 470, 472, 470, 47/1, 475, 575, 589, 590, 
592, 595, 63o], la règle et les statuts des Chartreux [n os 167, 267, 
459], des prières et méditations [n os 5o5, 601, 6o4, 624, 63 1, 
694], des recueils de sermons [n os 247, 354, 366, 370, 374, 375, 
45 i, 46o, 553, 577, 612], des traités sur des sujets de morale et 
de religion[n os 326, 34o, 3Ô2, 357, 358, 373, 483, 485, 487, 495, 
5i4, 56o, 569, 577, 601, 612, 619, 632, 65 1 , 655, 747], deux 
copies du xv e siècle de Ylmilaiio Christi [n os 358, 49 1 ], f ^ es écrits de 
saint Jérôme [n° 354], d'Eusèbe [n° 394], de saint Augustin [n os 34o, 
342, 358, 36i, 6o4, 612], de saint Anselme [n° 34o], de saint 
Grégoire [n° 342], de saint Bernard [n 09 34o, 342, 353, 375, 747], 
de saint Bonaventure [n 03 36 1, 601], de Johannes de Deo [n° 612], 
de J. Gerson [n 09 354, 6o4], de Jean d'Abbeville [n° 247], de Jor- 
danus [n J 36 i], de frère Amandus et de frère Humbertus de l'ordre 
des Prêcheurs [n 09 353, 354], de Richard Hampoil [n° 36 1], de 
Henri de Coestfeld [n° 357], de Pierre Riga [n° 487]. 

On voit, d'après cela, que les manuscrits de la Chartreuse de 
Rettel constituaient une bibliothèque d'un caractère avant tout ecclé- 



c NOTICE 

siastique, riche principalement en ouvrages sur des points de reli- 
gion, et médiocrement pourvue de copies anciennes, puisqu'elle ne 
nous a laissé, dans une suite de 68 articles, que 6 manuscrits anté- 
rieurs au xiv e siècle, savoir : trois petits traités du xi c siècle et un du 
xm e siècle, réunis à d'autres moins anciens dans un in -8° sur vélin 
[n° 65 î], un lectionnaire et un psautier du xn c siècle [n os /i5o, A72], 
des sermons et des gloses sur 1 Evangile de saint Luc et des Ecrits de 
saint Bernard , copies du xm e siècle [n os 2/17, 320, 7/17]. 

Manuscrits de Sainte-Barbe , des Aagustins et des Capucins de Thion- 
ville, et des Récollets de Longwy. — Nous aurons terminé tout ce que 
nous avons à dire des établissements religieux du dehors qui nous 
ont laissé des manuscrits , lorsque nous aurons ajouté à ce qui pré- 
cède quelques mots sur l\ volumes de notre collection qui portent les 
marques du prieuré de Sainte-Barbe, des deux couvents d'Augustins 
et de Capucins de Thionville, et de celui des Récollets de Longwy. 
A part celui de Sainte-Barbe qui est un missel sur vélin du xv e siècle 
[n°33i], les autres sont tout à fait modernes. Celui des Récollets de 
Longwy est un traité du xvn c siècle sur la Trinité [n° A96]; ceux de 
Thionville ont un tout autre caractère : l'un, qui vient du couvent des 
Augustins, est un traité d'art oratoire en latin daté de 1738 [n° 386], 
celui du couvent des Capucins est une histoire des négociations préli- 
minaires conduites par les plénipotentiaires du roi de France pour 
la paix de Munster, au commencement de l'année 16^6 [n° ^28]. 

Manuscrits de la bibliothèque de l'ordre des avocats. — Outre les 
établissements religieux qui ont fourni la plus grande partie de l'an- 
cien fonds de nos manuscrits, nous avons encore mentionné, comme 
ayant contribué à sa formation, deux collections originaires d'un ca- 
ractère tout différent : la bibliothèque de l'ordre des avocats au parle- 
ment de Metz et la bibliothèque ducale de Deux-Ponts. 

La bibliothèque de l'ordre des avocats, instituée en j 762, était de 
création assez récente, lorsque la Piévolution amena sa confiscation 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. ci 

en conséquence de la suppression de Tordre. Nous avons dit précé- 
demment quelques mots d'un catalogue qui en avait été fait en 1 765 
et qui était imprimé. Ce catalogue ne mentionnait que 8 ou 10 ma- 
nuscrits seulement, tous modernes, à ce qu'il semble, et dont aucun 
ne nous est parvenu. Ces manuscrits contenaient une collection de 
discours prononcés dans les assemblées de Tordre, un registre des 
questions traitées dans ses conférences , un recueil d'actes de noto- 
riété donnés par lui, une copie de la Coutume de la Petite-Pierre, 
une autre des Usages observés par les juifs de Metz , une table des 
matières contenues dans un Commentaire sur la Coutume de Metz, 
des factums et mémoires judiciaires, deux volumes enfin dont la 
perte nous semble particulièrement regrettable, intitulés, l'un « In- 
« stitutionum imperialium brevis expositio, » l'autre, « La loi de Beau- 
« mont ou Coutume dite de Beaumont en usage dans quelques vil- 
« lages du Verdunois , du comté de Sedan et du Luxembourg. » Bien 
qu'aucun des 8 ou 10 articles portés au catalogue de 1765 ne soit 
venu jusqu'à nous, la collection des manuscrits de la ville en possède 
cependant 16 qui ont pour origine la bibliothèque de Tordre des avo- 
cats. Ils avaient dû par conséquent y entrer postérieurement à la 
confection de ce catalogue où ils ne figurent pas, tant celte biblio- 
thèque croissait rapidement; 1 1\ d'entre eux au moins étaient un héri- 
tage de l'avocat Gabriel, mort en 1775. 

Les 16 manuscrits de Tordre des avocats aujourd'hui en notre 
possession ont tous passé de notre fonds ancien dans le nouveau ou 
fonds historique. Dans le nombre, 5 seulement sont positivement 
inarqués comme ayant appartenu à Tordre des avocats, l'un donné en 
1767 à la corporation par M c Paillet, procureur au bailliage de Ver- 
dun [n° 795], les quatre autres donnés à ses confrères par l'avocat 
Gabriel [n os 769, 775, 780, 785]. 

Onze manuscrits enfin, qui ne possèdent pas cette marque , ont pour 
indice de provenance le fait qu'ils ont appartenu comme les 4 précé- 
dents à Gabriel. Dix d'entre eux, en effet, sont accompagnés de l'éti- 
quette Ex libris de ce dernier [n 03 763, 768, 770, 771, 772, 773, 



en NOTICE 

77A, 777, 91 3, 970], et le onzième [n° 782] se rattache au môme 
groupe par celte particularité qu'il est revêtu d'une couverture très- 
caractéristique portée également par un de ceux qui ont été donnés 
par Gabriel à la bibliothèque de l'ordre [n° 785] l . 

Ces manuscrits sont modernes et , sauf un seul qui est de la fin du 
xvi c siècle, ils sont tous du xvm e siècle. Tous également traitent de 
sujets de jurisprudence. L'un d'eux est un précieux manuscrit de 
Jean d'Abocourt contenant un projet de rédaction pour la Coutume 
de Metz sous la date de 1578 [n° 763]; un autre est la Coutume de 
Marsal [n° 780]; un troisième, le livre connu sous le titre de Grand 
vendage de Verdun, relatif à la mise en ferme des impositions de la ville 
de Verdun [n° 795]. Tous les autres sont des études, observations, 
travaux divers et recueils de documents sur des questions de droit, 
sur les Coutumes soit de la ville, soit de l'évèché de Metz et sur toutes 
celles du ressort du parlement de Melz, par A. de Ramberviller 
jn° 777], par Gabriel [n os 769, 770, 771, 772, 773, 77A, 77Ô, 777, 
785, g 1 3, 970], par Rulland [n° 782] et par Ancillon [n° 768]. Ces 
manuscrits sont, par leur sujet, tout à fait d'accord avec l'idée qu'il 
est permis de se faire a priori de la collection qui commençait à se 
former à la bibliothèque de l'ordre des avocats au moment de sa 
suppression. 

Manuscrits de la bibliothèque ducale de Deux-Ponts. — La biblio- 
thèque ducale de Deux-Ponts doit encore être comprise dans cette 
revue des fonds originaires qui ont contribué à la formation du ca- 
binet des manuscrits de la ville de Metz. Nous attribuons à cette bi- 
bliothèque 8 volumes caractérisés par une couverture uniforme, cou- 
leur chamois, qu'on retrouve également sur un grand nombre de 

' Les 5 manuscrits pourvus de la mar- comme ayant appartenu à l'ordre des avo- 

que de l'ordre des avocats portent au Ca- cats portent au même Catalogue les nuuaé- 

lalogue général de 1870 les numéros ros 763, 768, 770, 771, 772, 773, 

769, 775, 780, 78D, 795. Les 11 manus- 774, 777, 782, 913, 970. 
crils caractérisés par d'autres indices 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 



cm 



livres imprimés appartenant aujourd'hui à la bibliothèque de Metz 
et ayant ia même origine. 

Ces manuscrits ' sont tous du xviii siècle ; ils contiennent des trai- 
tés modernes de sciences, rédigés en allemand. L'un d'eux est la se- 
conde partie d'un cours d'archéologie, dont le commencement nous 
manque, par le conseiller Heyne [n° 206]; deux autres sont des trai- 
tés d'administration et d'économie rurale par le conseiller Beckmann 
[n os 437, 438]; un quatrième est un traité de tactique [n° 436]; les 
trois derniers contiennent un cours de fortification [n 03 556, 55y, 
558]. Le caractère tout spécial de ces ouvrages suggère la pensée que 
la collection de manuscrits de la bibliothèque ducale de Deux-Ponts 
avait été formée en vue surtout d'un enseignement de connaissances 
pratiques sur les sujets qui pouvaient intéresser les diverses branches 
de l'économie sociale, dans ce petit Etat. 

Manuscrits de l'hôtel de ville de Metz. — Les fonds originaires dont 
il a été question jusqu'ici ont contribué spécialement à la formation 
du fonds ancien dans la collection actuelle. En expliquant comment 
celle-ci s'était constituée, nous avons parlé d'un autre fonds origi- 
naire, celui de l'hôtel de ville, qui lui a fourni en 1 835, i8Ô2 et 
i856 le noyau de son fonds nouveau ou fonds historique. 

Le fonds originaire de l'hôtel de ville formait aux archives muni- 
cipales une section intitulée Histoire de Metz et pièces relatives et com- 
prenait alors 1 34 articles, sous i3i numéros dont 3 numéros bis. 
Dans ces i34 articles avaient été classés i3 volumes ou recueils im- 
primés qui ont été transportés plus tard sur les rayons des imprimés 
à la bibliothèque. Restent 121 articles de manuscrits, en volumes 
ou en portefeuilles, documents assez modernes pour la plus grande 
partie. En effet, un seul remonte au xn c siècle, 4 sont du xiv c siècle, 
3 du xv c siècle, i5 du xvi e siècle; i5 appartiennent au xvn e siècle 



Les 8 manuscrits caractérisés par la talogue général de 1870 les numéros 206, 
(ouverture de Deux-Ponts portent au Ca- 436, 437, 438, 556, 557, 558, qUk- 



civ NOTICE 

et 7 îau xviii c siècle; 1 2 sont des recueils de pièces mélangées des xvi e , 
xvn e et xviii siècles. 

Le manuscrit du xn e siècle est le beau cartulaire en vélin de l'ab- 
baye de Gorze [n° 826]. Les [± manuscrits du xiv e siècle sont le grand 
Cartulaire de la Cité [n° .75 1], des fragments de comptes de recettes 
et dépenses de l'abbaye de Sainte-Marie et du monastère des Grandes- 
Pucelles qui, réunis autrefois à l'hôtel de ville sous un seul numéro, 
forment aujourd'hui 2 volumes [n 03 81 9, 820] , le Nécrologe de l'hô- 
pital Saint-Nicolas [n° 935] et le précieux recueil intitulé Les droits 
des évêques de Metz [n° 796]. Les trois manuscrits du xv e siècle sont 
deux recueils d'Atours [n os ^53, 754] et une de nos chroniques, celle 
des Célestins [n° 833]. 

Peur donner une idée de l'ensemble de ce fonds, nous dirons que 
les 1 2 1 articles manuscrits qu'il renfermait peuvent se distribuer en 
trois classes: la première comprenant des pièces isolées et documents 
en originaux ou en copies, au nombre de l\l\; la seconde, des chro- 
niques et récits contemporains des faits, au nombre de 19 ; la troi- 
sième, des travaux et études d'histoire de seconde main, inventaires, 
mémoires, copies partielles et extraits, au nombre de 58. 

Dans la première classe se trouvaient, avec le Cartulaire de Gorze 
du xn e siècle [n° 826], avec celui de la Cité du xiv e siècle [n° 75 i] et 
avec les deux recueils d'Atours du xv e siècle [n 09 753, 754] que 
nous venons de citer, un second Cartulaire de Gorze, copie du 
xviii siècle, non moins précieux que le premier à cause du grand 
nombre de pièces qu'il renferme [n° 827]; le Cartulaire de l'évêché, 
copie du même temps, comprenant 9 volumes in-fol. [n os 799 à 807]; 
une copie, également du xvm e siècle, du Livre des jugements desMaî- 
tres-Echevins [n° 758], précieux monument de jurisprudence dont 
l'original du xvi e siècle est à la bibliothèque publique de la ville de 
Nancy; un recueil de procédures sur des faits de sorcellerie de la fin 
du xvi e siècle et du commencement du xvn e [n° 759] ; 5 volumes in- 
folio contenant des copies modernes de pièces d'un caractère spé- 
cialement militaire , lettres de défis, lettres d'engagements et de quit- 

l 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cv 

tances tics xiv c , \v c et xvi c siècles [n os 179 à 1 83]. Nous bornons là nos 
citations, ne voulant mentionner que les objet les plus remarquables, 
ce qui suffit pour donner l'idée du fonds que nous décrivons. 

Dans la classe des chroniques , le fonds de l'hôtel de ville conte- 
nait la Chronique des Célestins [n° 833] dont nous avons parlé tout à 
l'heure, une copie du xvn e siècle du premier volume de Philippe de 
Vigneulles [n° 84 1], des copies du même temps de l'œuvre de Jehan 
Aubrion dont l'original est à Vienne [n os 835, 836], onze exem- 
plaires de diverses époques de notre Chronique nmée, desquels il 
ne nous reste plus aujourd'hui que deux seulement [n cs 848, 85 1], 
les autres ayant été aliénés par M. Clercx pour des échanges , la re- 
lation originale du voyage du duc d'Epernon à Metz en 1 583 par le 
graveur Boissard [n° 864], le journal de dom Floret [n° 865] , le ma- 
nuscrit des Annales deBaltus, de 1724 à 1755, avec l'addition de 
quelques pièces jusque 1759, document si intéressant quoique se 
rapportant à une époque relativement moderne [n° 873]. 

Dans la troisième classe enfin, nous signalerons une belle copie 
de l'Inventaire des archives de Lorraine, de du Fourny, en 1 2 vo- 
lumes in folio [n"975 à 986] , les Mémoires des intendants Tuigot et 
de Saint-Contest [n os 995 à 998], les travaux sur notre histoire du 
Père Benoît [n° 876], de dom Brocq [n° 883], de dom Dieudonné 
[n° 96Ô], de dom Jean François et de dom Tabouillot [n os 884 à 900]; 
ceux enlîn de Dupré de Geneste qui a le premier, débrouillé les ques- 
tions relatives à la numismatique messine [n os 9^5 à 95 i]. 

Ce fonds de i 2 1 articles a passé des archives de la ville au cabinet 
des manuscrits de la bibliothèque, à l'exception de 1 1 articles seu- 
lement, savoir: 4 articles restés aux archives avec quelques liasses 
tirées des portefeuilles qu'on leur enlevait, et 7 articles qui ne se sont 
pas retrouvés au dépôt municipal 1 . Il n'est donc entré , en réalité, au 

Les l\ articles du Tonds originaire de donnances des magistrats municipaux de 
1 hôtel de ville restés aux archives sont des 1626 à 1780 (arl. 88); un recueil d'or- 
comptes des revenus de l'abbaye de Gorze donnances des ducs de Lorraine sur les sa- 
en i5i2 (art. 106); 5 portefeuilles d'or- lines au xvn e siècle (art. 111); des pièces 

MAX. DES BIBL. — V. « 



(vi NOTICE 

cabinet des manuscrits de Metz que 1 10 articles du fonds originaire 
des archives de l'hôtel de ville. Quelques-uns de ces 1 i o articles 
comprenant plusieurs tomes qui ont été comptés individuellement, et 
d'autres consistant primitivement en portefeuilles dont les pièces ont 
été distribuées différemment pour former des volumes nouveaux, 
ces opérations ont produit, par le numérotage distinct de chaque 
volume, un ensemble de 1A7 numéros qui représentent dans la col- 
lection actuelle les provenances du fonds originaire emprunté à la 
section Histoire de Metz, etc. des archives de l'hôtel de ville l . 

Le Catalogue de 1870 des manuscrits de Metz indique cette pro- 
venance aux articles qu'elle concerne par la mention, Des archives de 
l'hôtel de ville. Cependant, au lieu d'accompagner seulement 1^7 ar- 
ticles, cette mention en accompagne, en réalité, 1 65, c'est-à-dire 
18 de plus que le nombre signalé ci-dessus. Cela vient de ce que , 
outre les documents appartenant à la section Histoire de Metz et pièces 
relatives, qui forment la plus grande partie de la cession faite au ca- 

relalives au voyage de Louis XV à Melz 767, 788, 792, 79,3, 796, 797, 799, 

en 17M (arl. 87). Quant aux 7 articles 800, 801, 802, 8o3, 8o4, 8o5, 806, 

qui ne se sont pas retrouvés, ce font des 807, 808, 80g, 810, 811, 817, 818, 

fragments et 3 liasses de pièces des xiv\ 819, 820, 822, 823, 824, 826, 827, 

xv*, xvi c et xvn e siècles (art. 18 et 54); une 83o, 832, 833, 835, 836, 837, 84 1, 

copie de la relation du Siège de i552 845, 846, 848, 85 1, 853, 854, 855, 

(arl. 62); des notes pour la rédaction de 85g, 860, 862, 863, 864, 865, 871, 

la coutume (art. 12/1); quelques cahiers 873, 874. 875, 876, 878, 879, 883, 

de dom Tabouillot (art. 1 bis) , et a porte- 884, 885, 886, 887, 888, 889, 890, 

feuilles contenant les travaux de Dupré de 891, 892, 893, 8g4, 895, 896, 897, 

Geneste sur la numismatique de Metz et 898, 899, 900, 901, 902, go3, 904, 

de Lorraine (art. 116 et 120). La perte. 9o5 , 906, 907, 908, 90g, 910, 911, 

infiniment regrettable de ces deux der- 9'4, 918, 91g, 920, g22, g25, g26, 

niers articles a pu être heureusement ré- 9 2 9- 9^o, q3 1 , g32, g33 , g34, 935, 

parée par l'acquisition ultérieure des nu- 9^7 , g48, g4g, g5o, g5i, g53, g55, 

niéros g45 et g46. g56, 957, 969 , g65, 966 , 967, 975, 

1 Les 147 articles provenant de la sec- 976 , 977, 978, 979, 980, 981, g82, 

lion Histoire de Metz des archives de g83, 984, 985, 986, 9S7 , 988, 990, 

l'hôtel de ville portent au Catalogue gêné- 991, gg2, gg4, gg5 , gg6, 997, 998, 

rai de 1870 les numéros 761, 752 , 753, 1001, 1002, ioo5, 1006. 
754, 755, 756, 757, 758, 759, 766, 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cvn 

binet dus manuscrits par les archives, celles ci ont encore abandonné 
au premier quelques articles tirés de leurs autres sections et dont 
le caractère spécial autorisait celte mesure. Les indications qui , 
dans le Catalogue général , assignent à ces 1 8 articles la provenance 
de l'hôtel de ville, sont empruntées au catalogue partiel publié en 
i 85(5 par M. Clercx qui a opéré lui-môme le transport à la biblio- 
thèque des documents pris en î 835, i852 et î 856 aux archives de 
li ville. Ces indications doivent donc faire autorité, et nous les ac- 
cepterons , sauf en ce qui concerne 2 articles qu'une inadvertance a 
pu seule faire admettre parmi les provenances des archives; l'un 
[n° 783] qui vient, cela est certain, du cabinet de M. Emmery, l'autre 
[n° 958] qui comprend en plusieurs volumes une collection de pièces 
modernes commencée en 1 854- ■» continuée journellement depuis lors 
et contenant des documents qui n'ont jamais pu appartenir aux ar- 
chives de la ville. Défalcation faite de ces 2 numéros, les 16 articles 
restant peuvent être considérés, d'après le témoignage de M. Clercx, 
comme provenant en ellet des archives de l'hôtel de ville, quoiqu'ils 
soient étrangers à la section de ces archives intitulée Histoire de 
Metz et pièces relatives, ainsi que le prouve l'inventaire de cette section 
exécuté en 1822 par l'archiviste Lcmaire, où il n'en est pas fait 
mention 1 . L'addition de ces 16 articles aux 1^7 autres signalés 
précédemment élève à 1 63 le nombre de ceux qui dans la Collection 
actuelle proviennent des archives, c'est-à-dire de l'hôtel de ville de 
Metz. 

Un de ces 1 6 articles supplémentaires est un document du commen- 
cement du xv e siècle [n° 9A0], contenant un rôle détaillé de villages 
du pavs messin dressé pour l'assiette d'une contribution; les 1 5 autres 
se partagent à peu près également entre le xvi c , le xvn e et le xvm e siè- 
cle. Ce sont: la minute d'une œuvre littéraire de Philippe de Vi- 
gneulles , rédaction en prose de la Geste de Garin le Lohérain 
[n° 8 4. 7]; une Chronique des Maîtres-Echevins de 1 1 70 à i5oi 

Ces 16 articles portent au Catalogue 8^7, 0,36, 94o, 9^1, 9^2, g43, 944. 
général les numéros 789, 794. 8i3, 828, 962, 973, 974, 989, 1000. 

N. 



cvm NOTICE 

[n° 828]; deux registres de la création des Maîlres-Echevins et des 
Echevins de i6/jo à 1789 [n os 973, 97^]; les procès-verbaux, des 
conférences de Nonieny entre la cité de Melz et le duc de Lorraine en 
i56o [n° 79^]; un Cartulaire de l'hôpital Saint-Nicolas [n° 9-36]; di- 
verses pièces relatives à Metz et à la Lorraine [n os 789, 9^1» 9^2, 
9^3, 9/iA, 9&2, 989, 1000], et enfin une portion d'un recueil où se 
trouvent réunies des histoires des trois abbayes de Saint-Arnould, de 
Saint-Clément 1 et de Saint-Symphorien [n° 81 3]. La totalité des arti- 
cles de la collection actuelle provenant de l'hôtel de ville s'élève en 
définitive, comme on le voit, au nombre de 1 63. 

Manuscrits de la collection du comte Emmery. — Nous venons de 
décrire les fonds originaires auxquels sont dus , pour la plupart , les 
manuscrits réunis dans la collection de la ville de Metz. Un certain 
nombre d'articles provenant de dons et d'acquisitions sont encore 
venus, à différentes époques, se joindre à ceux qui tirent de là 
leur origine pour compléter la collection. Nous avons déjà parlé de 
ces dons et acquisitions dans le chapitre premier de notre notice; 
mais nous n'avons fait alors que les mentionner à leur date. 11 con- 
vient d'ajouter maintenant à ce que nous en avons dit précédemment 
certaines explications sur le caractère des ouvrages qu'ils concer- 
nent. Il nous semble bon de donner cependant auparavant quelques 
renseignements sur une collection particulière, d'une importance 
exceptionnelle , dont le nom vient en première ligne parmi celles qui 
ont fourni matière à ces acquisitions. Il s'agit de la collection du comte 
Emmery. 

Le comte Emmery, ancien député à l'Assemblée nationale en 
1789, sénateur ensuite, puis pair de France, est mort dans un âge 
avancé en 1822. C'était un homme de l'autre siècle, qui s'occupait 

1 Celte Histoire de Sainl-Ciénient par celles de Saint-Arnould et de Saint-Sym- 

dom Jean François sort.il est vrai, d'un phorien, qui s'y trouvent jointes dans le 

des portefeuilles de la section des arclii- recueil actuel [n° 8i3], ne sont pas dans 

ves intitulée Histoire de Metz, etc. ; mais le même cas. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cm 

déjà de recherches historiques avant la révolution. Sa collection avait 
été commencée dès cette époque; indépendamment d'une bibliothè- 
que considérable de livres imprimés, elle comprenait 22 à 23, 000 
pièces d'archives en portefeuille et une centaine de volumes manus- 
crits. Ces documents, relatifs pour la plupart à l'histoire de Metz et de 
la province, ont été mis en venle en 1 8/19 et sont dispersés aujour- 
d'hui. Ce serait là pour nous une raison suffisante d'en parler. Une 
autre raison plus décisive de le faire ici, c'est que près du tiers du 
fonds des manuscrits de cette collection est entré dans le cabinet de la 
ville dont nous nous occupons dans la présente notice. 

Nous possédons sur les manuscrits de la collection Emmery deux 
sources d'informations : l'inventaire général de la bibliothèque de 
M. le comte Emmery, dressé par lui-même, dans lequel les manus- 
crits sont mêlés aux imprimés, et qui est entre nos mains jn° 7/19], 
puis un catalogue spécial de ces manuscrits, fait en iSl\6 par M. le 
baron de Salis au château de Grosyeulx où ils étaient alors déposés, 
catalogue dont nous possédons aussi un extrait fait par les soins de 
M. Clercx [n° 1016]. 

Le catalogue de M. le baron de Salis comprend 88 numéros. La 
collection qu'il concerne était remarquable bien moins par la condi- 
tion, l'ancienneté ou le mérite d'exécution des manuscrits dont elle 
était composée, que parleur sujet. Aucun n'était antérieur au xv c siècle; 
9 d'entre eux seulement étaient de ce siècle même ; 2 1 étaient du 
XVI e siècle, 26 du xvn c siècle, 29 du xvm c siècle, et 3 du xix e siècle. 

Au point de vue des matières qu'ils concernaient , 2 de ces manus- 
crits traitaient de la politique et des négociations; 7 contenaient des 
travaux sur le gouvernement et l'administration; 6 consistaient en 
recueils d'atours, lois et ordonnances; 3 étaient relatifs à l'ancienne 
jurisprudence , au parlement et au bailliage de Metz ; 1 regardait le 
chapitre de la cathédrale; l\ se rapportaient aux finances de la cité, 
5 aux métiers; 2 étaient d'anciens livres censiers, 5 des comptes d'un 
caractère privé, 7 des inventaires de titres, 6 des copies d'ouvrages 
plus spécialement littéraires, G des histoires de seconde main , des 



ex NOTICE 

annales, mémoires et extraits, et 34 des journaux personnels et des 
chroniques. 

Dans le nombre, il faut signaler en première ligne les écrits de 
notre chroniqueur Philippe de Vigneulles et ceux de Paul Ferry, cé- 
lèbre pasteur de l'église protestante de Metz : du premier, une auto- 
biographie très-étendue, ses Chroniques en 3 volumes in-fol. [n os 838 
à 84o], un volume de Contes imités de ceux de Boccace, et une mise 
en prose du vieux poëme de Garin le Lohérain, tous manuscrits au- 
tographes; du second, ses Jeunesses, recueil de poésies latines et 
françaises , un Journal historique et un recueil de Souvenirs de fa- 
mille , un recueil d'actes, un volume de Miscellanea et un autre inti- 
tulé : Observations séculaires ou Collection de chroniques, tome IV, qui 
ne nous est point parvenu , et dont le titre donne lieu de penser que 
ce pouvait être un supplément aux fameuses Observations séculaires 
en 3 volumes in-folio, acquises par la ville en i834 des héritiers 
de M. Teissier. 

Parmi les œuvres littéraires, on peut citer, avec celles qui se ran- 
gent sous les noms de Vigneulles et de Ferry, un curieux Mystère de 
saint Clément, manuscrit du XV e siècle [n° 968], et une composition 
intitulée Doctrinal de noblesse; dans les œuvres historiques et les chro- 
niques enfin, avec les deux ouvrages de Philippe de Vigneulles et ceux 
de Paul Ferry que nous avons mentionnés, la Chronique du roi de 
Bohême du xiv e siècle [n° 83 1], le Journal d'André de Ryneck du 
xv e siècle [n° 834], la Chronique protestante du xvi e siècle [n° 867], 
celle des Minimes [n° 868], la Chronique rimée en plusieurs exem- 
plaires [n° 852], celle dite de Kolb [n° 829], celles de Buffet, de 
J. Le Goulon et de Saint-Aubin [n° 866] du xvi e siècle , de Jean Bau- 
chez [n° 869], de Couët, d'Ancillon [n° 870] du xvn e siècle, les Mé- 
moires de Baltus du xvm c siècle. 

Ces ouvrages, mis en vente en 1 84g, ont passé dans diverses mains; 
la ville de Metz a fait dans cette circonstance l'acquisition de 32 arti- 
cles. Dans le nombre, 24 seulement provenaient du fonds de 88 ma- 
nuscrits catalogués en i846 à Grosyeuk par M. le baron de Salis; 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cju 

les 8 autres sortaient du fonds d'archives appartenant également au 
comte Einmery. Ces 32 articles, dont quelques-uns comprenaient 
plusieurs volumes, figurent dans la colleclion actuelle sous 37 nu- 
méros 1 . 



Le fonds d'archives renfermait, on le voit, non-seulement des ti- 
tres ou pièces détachées, mais encore, et en assez grand nombre, des 
documents plus étendus dont quelques-uns pouvaient former des vo- 
lumes. La dispersion de cette collection, que nous avons eu occasion 
d'étudier de très-près, rend, croyons-nous, opportuns quelques ren- 
seignements sur son compte qui n'ont été consignés nulle paît et qui, 
en donnant une idée de son importance, en fixeront le souvenir. 

La colleclion de pièces d'archives du comte Emmery comprenait, 
d'après un classement général exécuté en i848, 364 cartons, porte- 
feuilles ou volumes, et consistait en 2 2,5oo pièces à peu près, parmi 
lesquelles 65 du xm c siècle, 4o8 du xiv c , 1 ,329 duxv c , 2,218 du xvi e , 
le reste des xvn c , xvin c et xix c siècles. Elle contenait, avec les pièces 
manuscrites qui en formaient la plus grande partie , un certain nom- 
bre de factums ou brochures imprimés. Ses 364 cartons se distri- 
buaient, d'après la nature des documents qu'ils renfermaient, en 1 2 sec- 
tions 2 . 



1 Les i!\ articles provenant du fonds 
des manuscrits du comte Emmery for- 
ment 26 volumes qui portent au Catalogue 
général de Metz les numéros 760, 761, 
762, 786, 829, 83i, 834, 838, 83o, 
84o, 843, 844, 852, 861, 866, 867, 
868, 869, 870, 921, 923, 927, 928, 
968, 972, 9g3. — Les 8 articles prove- 
nant du fonds d'archives du comte Em- 
mery comprennent 1 1 volumes qui por- 
tent au même Catalogue les numéros 7^9, 
783, 78/1, 916, 917, 937, g38, 939. 
95/1, 1017, 1029. — Undes24articlespro- 
venanl des manuscrits du comte Emmery 
ne se retrouve pas aujourd'hui parmi les 



26 volumes qui, dans la collection ac- 
tuelle, correspondent à ce fonds origi- 
naire. Cet article consistait en un inven- 
taire de peu d'importance des titres de la 
ville; il se trouve probablement réuni à 
d'autres documents dans quelqu'un des 
volumes de recueils et mélanges de la col- 
leclion nouvellement constitués. 

2 Ce classement figure dans un inven- 
taire resté en manuscrit entre nos mains. 
On n'en retrouve rien dans les catalogues 
imprimés qui ont été publiés, au moment 
de la vente, par les libraires qui ont dé- 
pecé la collection pour la mettre aux en- 
chères. 



cxn NOTICE 

Section I rc , Melz : 162 cations contenant environ 9,700 pièces, 
dont 54 du xm c siècle, 366 du xiv c siècle, 1,264 du xv c siècle et 
1,828 du xvi c siècle, le reste des xvn e , xvm e et xix e siècles, concer- 
nant : 1 ° les affaires religieuses de la Cité , ses évoques, son clergé , tant 
séculier que régulier, et le protestantisme; 2° les affaires politiques 
et les relations avec les Etats voisins; 3° le gouvernement intérieur de 
la Cité, les magistratures et offices, la justice, les affaires militaires, 
les finances, les métiers, etc.; 4° les familles et les villages du pays 
environnant. 

Section II, Toul : 5 cartons contenant environ 3 00 pièces relatives 
à l'histoire de Toul, parmi lesquelles une seule du xiv e siècle, une 
trentaine des XV e et xvi e siècles, le reste des xvn e , xvm e et xix e siècles. 
Cette section comprenait notamment un exemplaire du xiv e siècle des 
Statata Berirandi, ainsi que deux copies modernes des Annales de 
Demange-Bussy, 1620-1670, et des Mémoires de Jean Dupasquier, 
1618-1 658. 

Section III, Verdun : 1 3 cartons, contenant environ 780 pièces dont 
une du xiv e siècle, 3 du xv e siècle, 5 du xvi e siècle, les autres des 
xvii , xvm e et xix e siècles, concernant l'histoire de Verdun. 

Section IV, Villes diverses de la contrée : 1 1 cartons contenant à 
peu près 660 pièces, l'une du xiv e siècle, une autre du xv e siècle, 
une vingtaine du xvi e siècle, le reste des xvn e et xvm e siècles , concer- 
nant Thionville, Sarrelouis, Trêves, Luxembourg, Longwy, Mouzon, 
Montmédy, Sedan, Vie, Moyenvic, Strasbourg, etc. 

Section V, Lorraine : 33 cartons contenant environ 5, 000 pièces 
relatives à l'histoire de Lorraine, dont une seule du xiv e siècle, 18 
du xv e siècle, environ 3oo du xvi e siècle, le reste des xvn e et xvm e 
siècles. Cette section comprenait notamment une série de 3, 000 pièces 
de correspondance de princes et personnages lorrains du xvn e siècle. 

Section VI, France : 1 1 cartons contenant 600 pièces à peu près , 
dont une quarantaine seulement des xiv e , XV e et xvi e siècles, la plus 
grande partie des xvn e , xvm e et xix e siècles, concernant les affaires de 
France, pendant le xvm e siècle principalement. On y trouvait, entre 



SUR LES MANUSCRITS DE MET/. cxm 

autres choses, la mise au net d'un ouvrage anonyme sur La Fayette et 
la Révolution. 

Section Vil, Paul Ferry : 38 carions contenant environ 2,280 piè- 
ces du xvii° siècle, quelques-unes du xvi c siècle : papiers acquis par 
M. Emmerv des héritiers du célèbre ministre et comprenant : 1" les 
œuvres religieuses de celui-ci , sermons et ouvrages de controverse; 

ses papiers de famille , notamment un grand nombre de pièces de 
correspondance, quelques-unes delà main de Bossuet avec qui Paul 
Ferry avait tenu des conférences religieuses dont le souvenir est 
resté. 

Section VIII, Coaët : 5 cartons contenant environ 3oo pièces des 
xvi c , xvii c et xvin siècles: papiers intéressant la famille de Couët alliée 
à celle de Paul Ferrv, et ayant la même origine que ceux de la sec- 
tion précédente. 

Section IX, Emmerv: 1 8 cartons contenant environ 1,080 pièces 
presque toutes modernes , relatives aux éludes et aux travaux histori- 
ques de AI. le comte Emmery, parmi lesquelles, à titre de preuves, 
1 1 pièces du xm e siècle, 28 du xiv c siècle, 18 du xv e siècle et 3o du 
\\i e siècle. Dans cette section se trouvaient les documents relatifs à 
la publication du Recueil des édits da parlement de Metz dont M. Em- 
mery a donné 5 volumes in-4°, imprimés de 177/ià 1 788. Le tome VI, 
en cours d'exécution au moment où éclatait la Révolution, n'a point 
paru; il n'en reste qu'un exemplaire comprenant seulement les 392 
premières pages, retrouvées en feuilles d'épreuves dans les cartons 
de cette section. Cet exemplaire unique est aujourd'hui dans la bi- 
bliothèque de M. Chartener à Metz. 

Section X, Le Moine : 6 cartons contenant environ 36o pièces du 
xvin siècle , provenant des deux Le Moine, de Toul et. de Moyenvic. 
C'étaient des lettres, des notes et extraits, des travaux de numisma- 
tique et de bibliographie concernant la province. 

Section XI, Mélanges : il\ cartons contenant i,4oo à i,5oo pièces 
des xvii' et XVIII e siècles de caractères divers, des brouillons modernes 
de mains inconnues, des feuilles détachées manuscrites et imprimées , 

M W DES BIUL. V. O 



cxiv NOTICE 

un grand nombre de fa du m s relatifs à des affaires particulières el à 
des procès. 

Section XII, Supplément aux manuscrits: 38 cartons contenant des 
fragments de manuscrits plus ou moins étendus , des portions de chro- 
niques, des éphémérides, des recueils de poésie, de philosophie et 
de mathématiques, des copies d'ouvrages de toute sorle et quelques 
manuscrits complets qu'on n'avait pas retrouvés au moment de la 
confection du catalogue de ceux-ci, en 1 846. 

Manuscrits provenant de divers dons et acquisitions — Les acquisitions 
faites à la vente de la bibliothèque du comte Emmery en i 8/19 sont 
de beaucoup les plus importantes qui soient jamais venues enrichir 
le cabinet des manuscrits de la ville de Metz. Elles ne doivent pas 
faire oublier cependant les acquisitions moins considérables, mais éga- 
lement intéressantes, qui à différentes époques ont contribué, avec les 
libéralités de quelques donateurs , à la formation de notre collection. 
Ces dons et acquisitions sont mentionnés aux articles qui les concernent 
dans le Catalogue général de :87c. Nous ferons observer cependant 
que les manuscrits acquis antérieurement à 1 833, ayant été générale- 
ment déposés aux archives \ se sont trouvés compris dans le fonds de 
l'hôtel de ville avant son transport à la bibliothèque, et sont enlrés 
avec lui en 1 835 dans la collection actuelle, sans que le catalogue in- 
dique le plus souvent pour eux une autre origine et s'explique sur la 
manière dont ils avaient été auparavant acquis par la ville. Nous avons 
donné dans le chapitre premier de cette notice quelques indications 
sur les manuscrits les plus remarquables appartenant à cette caté- 
gorie. 

Les articles entrés dans la collection des manuscrits de Metz par 

' Avant l'année i833, deux manus- chant en celte année même de i833 y 

crits donnés par M. le comte d'Ourdies avaient été également annexés. Les deux 

[n cs 5 et 6] étaient cependant entrés direc- premiers y sont restés, les autres en ont 

temenl dans le fonds ancien des manus- été détachés pour la plupart cl réunis au 

crits à la bibliothèque; et les documents nouveau fonds, 
acquis des héritiers de M. le baron Mar- 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cxv 

voie de dons et acquisitions, indépendamment de ceux qui provien- 
nent du cabinet du comte Emmery, dont nous avons lait une classe 
à port, sont au nombre de 82 '. Ils ont pour la plupart peu d'impor- 
tance, connue le fait entrevoir cette simple observation que, dans le 
nombre, 5 seulement sont exécutés sur vélin, tandis que 77 sont écrits 
sur papier, et que ces 5 manuscrits sur vélin sont seuls antérieurs au 
xvi° siècle. Tous les autres sont modernes : 8 sont du xvn e siècle, 
46 du xviii c siècle et 2 3 du xix e siècle. 

Les 5 manuscrits antérieurs au xvi° siècle sont d'abord un re- 
cueil de feuillets empruntés aux gardes bu tirés des couvertures des 
autres manuscrits de la collection et fournissant des spécimens d'écri- 
tures qui vont du VIII e siècle au XVI e [n° 73a]; un exemplaire du 
xiii c siècle du roman en vers des Quatre fils Aymon , acquis des héri- 
tiers de M. le baron Marchant [n° 192]; quelques feuillets d'un livre 
censier du xi\ e siècle, de l'abbaye Saint-Symphorien, achetés dans 
une vente publique [n° 1027], et enfin une grosse Bible du xv c siècle , 
en 2 volumes in-fol. , donnée par M. le comte d'Ourches [n os 5 et 6]. 

Parmi les autres, il en est fort peu qui soient dignes d'être cités; 
mais, dans le petit nombre de ceux qui méritent attention, il s'en 
trouve qui offrent un sérieux intérêt : d'abord les Observations sécu- 
laires de Paul Ferry qui viennent de M. Teissier [n os 856, 857, 858]; 
puis les Mémoires de Baltus sur l'histoire de Metz, qui avaient appar- 
tenu à M. le baron Marchant [n° 91 5]; un recueil de documents qui 
formait, croit-on, le tome I er d'une collection composée par dom Jean 
François, lequel a la même origine que L'article précédent [n o,i2]. 

Nous signalerons encore, dans la même catégorie, un ouvrage de 
dom Baillct , Antiquilates Arnulfinœ, donné par M. Clercx [n° 812]; les 

1 Ces 82 Articles portent au Catnlogue "]bo, 765, 776, 778, 790, 812, 825, 

général les numéros 5, 6, 192, 207, 856, 857, 858, 872, 880, 881, 912, 

701, 704, 705, 706, 707, 708, 709, 9 15, g44 bis, 945, 9^6, g58, 960, 

710. 713, 715, 716, 717, 718, 71g, 961, 962, 963, 96/i, 974 bis, ioo3 , 

7:^0, 721, 722, 720, 724, 725, 72G, ioo4, 1007, 1008, 1009, 1010, 1011, 

727, 728, 729, 730, 731, 732, 734, 1012, ioi5, 1016, 1018, 1019, 1020, 

735, 73C, 707 738, 739, 740, 741, 1023, ioa5, 1026,1027, 1028. 

o. 



CXVI 



NOTICE 



travaux de numismatique de M. Dupré de Geneste, acquis des héritiers 
de M. le baron Marchant [n os g45, 946, 961]; le Journal de M. de 
Belchamp, 1 72A-1 7^.2 , retrouvé clans l'étude d'un notaire de Metz, 
et qui vient de M. Dufresne [n° 872]; des documents intéressants sur 
les Coutumes de Metz et de Lorraine [n 03 760, 776, 778, 790, 1018, 
1020]; des recueils d'arrêts de la cour souveraine de Lorraine, 
1 700-1 727, provenant de diverses sources [n 03 i02Ô, 1026]; enfin 
une volumineuse collection des travaux du chirurgien Louis, né à 
Metz en 1728 et secrétaire perpétuel de l'Académie royale de chi- 
rurgie à Paris, de i 76/i à 1 792 , don de la famille de Goney [n° 7Ôo]. 
Tels sont les ouvrages qui méritent d'être cités parmi les 82 ar- 
ticles entrés isolément à diverses époques, par dons ou acquisitions, 
dans la collection des manuscrits de la ville de Metz. 

Manuscrits dont la provenance est inconnue. — Nous avons fait con- 
naître, dans les pages qui précèdent, les fonds originaires qui ont fourni 
des manuscrits à la collection actuelle de la ville de Metz; nous avons 
parlé également des dons et acquisitions qui ont contribué aussi à 
l'enrichir. Les renseignements que nous avons réunis sur ce double 
objet rendent compte de l'origine de 879 articles de cette collec- 
tion l . Le nombre total de ses articles étant au catalogue actuel de 



1 Les 87g articles dont l'origine est 
connue se décomposent ainsi : de la ca- 
thédrale en proviennent 232; de la collé- 
giale de Saint-Sauveur 2; de Saint-Arnould 
ii4, défalcation faite de 7 qui venaient 
des Jésuites; de Saint-Clément 34, défal 
cation faite de 36 qui venaient des Céles- 
tins ; de Saint-Symphorien 5 ; de Saint- 
Vincent i5; de Sainte-Glo s sinde 1; des 
Jésuites 9, dont 7 ayant passé par Saint- 
Arnould; des Célestins 47. dont 36 ayant 
passé par Saint-Clément; des Frères prê- 
cheurs 3 ; des grands Carmes 2 ; des Trini- 
taires 1 ; des Minimes 6, des Récollets 1 ; 



des Carmes déchaussés 4 ; des prêtres de la 
Mission 4 ; des religieuses de la Congré- 
gation 3; des Carmélites 1 ; des filles de 
la Présentation 2; de Saint- Martin - de- 
Glandières 2 ; de Villers-Betnach 1 ; de 
Tholey 1 2 ; de la Chartreuse de Rettel 
68; du prieuré de Sainte-Barbe 1 ; des 
Auguslins et des Capucins de Thionville 
2; des Récollets de Longwy 1 ; de la biblio- 
thèque de l'ordre des avocats 16; de la bi- 
bliothèque ducale de Deux-Ponts 8; des 
archives de l'hôtel de ville 1 63 ; île la col- 
lection du comte Emmery 37 ; de divers 
dons et acquisitions 82. 



GXVII 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 

i,o3i (sous 1,029 numéros dont deux numéros bis), il en reste 102 
dont l'origine demeure inconnue. Les manuscrits compris dans ces 
i52 articles ont généralement peu d'importance, à l'exception d'un 
seul, très-précieux, dont il va être question, et de 3 ou 4 autres qui 
peuvent, présenter aussi quelque intérêt 1 . 

De ces i5a manuscrits, i5 sont exécutés sur vélin et 187 sur 
papier. Un seul est assez ancien et appartient au xi c siècle, peut- 
être même à une époque antérieure encore; 2 sont du xm e siècle, 
8 du xiv c , 9 du xv c , 8 du xvi c , 35 du xvn c , 85 du x.vm e et 4 du 
xix c siècle. 

Le manuscrit du xi c siècle 2 [n° 343] est une copie du sacramen- 
laire romain du pape saint Grégoire qui, à la fin du VI e siècle, réforma 
!a liturgie. Cet exemplaire est. dit avoir été transcrit sur l'original lui- 
même, « ex autentico libro bibliothecae cubiculi scriplus. » Le volume, 
destitué de toute marque de provenance, sans feuillets de garde, et 
dont la reliure est formée de deux ais de chêne dépouillés de leur 
couverture, est certainement un des plus précieux de la collection. 
11 ne correspond par son âge à la description donnée par dom Maugé- 
rard d'aucun des sacramentaires de la cathédrale, et devait très-vrai- 
semblablement appartenir à la bibliothèque d'une de nos grandes ab- 
bayes de Bénédictins, à celle de Saint-Arnould peut-être, qui seule a 



1 L< s i52 manuscrits dont l'origine 
est inconnue portent au Catalogue général 
de 1870 les numéros 4, 74, 91, i3i, 
172, 188, 197, 202, 2o3 , 259, 260, 
3 11, 3i2, 3i3, 016, 317, 3i8, 343. 
388, 38 9 , 3go, 392, 3 S 3, 3g4, 396, 
4oi, 4o4, 4o5, 4o6, 4og, 4i 1 , 4i2, 
4i4, 4i5, 4 1 6 , 4i8, 421, £22, 423, 
424, 425, 427, /129, 435, 43g, 44o , 
44-., 4 / i2, 443, 444, 454, 462, 468, 
469, 471, 490, 5oi, 5i5, 52o, 524, 
525, 529, 53 1, 532. 533, 537, 538, 
53 9 , 54o, 54 1, 542, 543, 540, 547, 
548, 549, 55o, 55 1, 552, 554, 555, 



55 9 , 56i, 5 7 6, 5 7 8, 579, 58i, 583, 
584, 585, 58 7 , 5 99 , 6o5, 610, 633, 
636, 645, 648, 64g, 658, 662, 663, 
664, 665, 667, 668, 670, 671, 672, 
673, 674, 676, 677, 679, 680, 681, 
683, 684, 689, 690, 691, 692, 693, 
695, 697, 698, 699, 700, 702, 703, 
711, 712, 703, 742, 743, 745, 746, 
748, 7 64, 779, 781, 787, 791, 798, 
877, 924, 969. 999. ioi3, 1021, 
1022, 1024. 

2 M. de Salis fait remonter ce précieux 
manuscrit jusque vers la lin du ix e siècle. 



cwiii NOTICE 

conservé jusqu'à la fin et nous a transmis en partie l'ancien fonds de 
•>es manuscrits. Les deux manuscrits du xm e siècle sont des bréviaires 
[n" s 468, 469], sans marque de provenance également. 

Les autres manuscrits de la catégorie qui nous occupe ne présen- 
tent presque aucun intérêt au point de vue de leur âge, puisque, 
après 20 d'entre eux qui appartiennent aux xiv e , xv c et xvi e siècles , 
tout le reste c>t moderne, c'est-à-dire des xvn e , xvm c et xix e siècles. 

Ces manuscrits, pour une bonne moitié, ont un caractère purement 
ecclésiastique. On trouve, dans le nombre, 2 évangéliaires [n" s 4 et 
658]; 3 psautiers [n 03 583, 599, 695]; 1 1 livres de liturgie, heures, 
missels, bréviaires, graduels, antiphonaires, indépendamment des 
3 manuscrits des xi° et xm e siècles dont il vient d'être question [n° 3 454, 
46a, 47 1 , 576, 578, 579, 58a, 584, 5?5, 587, 746]; 42 recueils de 
traités religieux [n os 91, î 3 1 , 172, 259, 260, 3 1 1, 392, 4o 1 , 4o4, 
4 06, 4 1 1, 418,490, 501,529, 53 1 , 532, 533, 54 1 , 543, 554, 6o5, 
636, 645, 648, 649, 662, 664. 665, 667, 668, 670, 672, 67/j, 
676, 677, 679, 68 1 , 684, 690, 69 1 , 745] ; 4 de sermons [n os 3 1 2, 
3 1 3, 54o, 683]; 12 de méditations pieuses et de prières [n' ,s 4o5, 
409; 4' 2, 537, 538, 539, 54a, 552, 671, 673, 680, 743], avec 
un abrégé en 2 volumes de Vies des saints jn os 524, 525] et un exem- 
plaire du xv c siècle de Y Imitation [n° 490]. 

Les ouvrages profanes ne sont guère moins nombreux parmi les 
manuscrits dont l'origine demeure pour nous inconnue. Ce sont: des 
traités de rhétorique [n" s 389, 5i5, 546, 547, °63] ; des recueils et 
des compositions littéraires [n os 91, 390, 520, 543, 645, 689, 691, 
697, 698, 699, 70 j] ; des ouvrages de philosophie [n os 172, 388, 
439, 44o, 549, 633, 692] et de médecine [n cs l\l\ 1, 44a, 443, 444]; 
quelques autres relatifs au magnétisme [n° 742], à la physique [n os 3 1 6, 
44°]' à l a mécanique [n°42 1], à l'arithmétique [n° 56 1] , à la biblio- 
graphie [n os 394, 396], à l'architecture [n° 424], à l'art militaire 
[n" s 317, 3 1 8, 422, 423, 435, 55o, 559, 7 1 i]; des ouvrages de ju- 
risprudence civile [n os 74, 202, 2o3, 4 16, 555, 703, 748, 764, 779, 
781, 787, 791, 1021, 1022, 1024] et de droit ecclésiastique 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cxix 

[n" /|i/|, 4 i 5, 543, 610]; deux traités en français, du x.iv° siècle, 
l'un des dix commandements, l'antre des vertus et des vices [n° 665] ; 
des ouvrages relatifs à l'économie politique et à l'administration 
[n os 4^.5, 733, 101 3]; quelques manuscrits d'un caractère plus parti- 
culièrement historique [n" s 188, 3o,3, /127, 55i, Gq3, 711, 877]; 
«les copies de notre Chronique des évèques [n° 798]; une collection 
des lettres du cardinal de Givry jn°o,6ç)]; les Mémoires deTurgotsur 
la Lorraine et les Trois évêchés [n" 999]; un inventaire des archives 
de Metz en 1737 [n° 92/4]; quelques ouvrages de caractères divers, 
comme des Mémoires signés Fontaine sur Porl-Royal [n° 429]; un 
Voyage à Jérusalem et au mont Sinaï en 1771 par M. de Morison, cha- 
noine de Tournai [n° 702] ; des livres en italien [n° 55 1], en espa- 
gnol [n" 548], en allemand [n os 55 2 , 5Gi, 645], en langues orien- 
tales [n os 1 97, 7 1 2]. 

Les principaux noms d'auteurs que nous trouvons attachés à ces 
divers ouvrages sont , après ceux des écrivains ecclésiastiques, de saint 
Augustin [n" 9 9i, 6o5] et de saintGrégoire [n° 343], les noms de maître 
Alanus de Antirufino ■ [n° 5 20], de Philippus Bergamensis [n" 172], 
de Gaston Griaeus [n° 390], du cardinal de Givry [n" 969], de Chas- 
sanion [n° 1 3i], de Turgot [n° 999] , de Vanban [n° 317], d'Orman- 
cey [n° 5 1 5], de Luyton [n° 693], du cardinal de Bérulle [n° 667], de 
Lorey [n° 389], de Lacroix [n° 4oi], de Larcher [n° 546], du che- 
valier de Ried [n" 3 1 6] , du Père Olivier Légipont [n" s 392, 39/1, 
697, 698, 699, 700], du comte de Kewenhùller [n° 435], du capi- 
taine d'Archenholtz et du baron de Bock [n° 711], du chanoine de 
Morison [n" 702], du Père Desgabez [n os 5/19, 692], du Père Benoit 
[n° 8.77], de dom Baillet [n cs 524, 525, 543, 64g, 691] et de dom 
Jobal [n°3i 1]. 

Ajoutées aux notions que nous avons pu donner sur le pins grand 
nombre de nos manuscrits, en parlant des fonds originaires d'où ils 
proviennent, les indications qui précèdent, touchant ceux dont l'ori- 
gine est restée inconnue, achèvent de nous renseigner sur la manière 
dont est composée la collection de la ville de Metz. 



cxx NOTICE 

Résumé des données relatives aux fonds originaires. — L'étude que 
nous venons de faire des fonds originaires dont les éléments ont été 
recueillis dans la collection de la ville de Metz permet de se former 
une idée approximative de la constitution et du caractère propre de 
quelques-uns d'entre eux. En résumé , les œuvres purement litté- 
raires étaient généralement assez rares dans ces fonds primitifs. 
Ceux-ci comprenaient plutôt des ouvrages d'un caractère religieux, 
avec quelques autres concernant la jurisprudence , le droit canonique 
surtout , ou bien ayant un intérêt purement historique. 

Le fonds de la cathédrale, dont nous avons perdu un peu plus du 
tiers, renfermait 383 manuscrits à la fin du siècle dernier. Dans le 
nombre , quelques-uns très-précieux par leur antiquité et par la ri- 
chesse de leur couverture étaient conservés dans le trésor, Sacra- 
riuni, avec les reliques et les joyaux. Ce fonds était abondamment 
pourvu de Bibles et d'évangéliaires très-anciens, de cérémoniaux et 
de livres de liturgie; il possédait en même temps bon nombre d'ou- 
vrages des Pères de l'Eglise et des écrivains ecclésiastiques, mais en 
copies généralement peu anciennes, presque toutes postérieures au 
xiii° siècle, la plupart même du xv c siècle seulement. Ce qui mérite 
surtout d'être signalé parmi les manuscrits de la cathédrale de Metz, 
c'est une remarquable collection d'ouvrages de jurisprudence et de 
médecine, sciences cultivées par-dessus toutes les autres au moyen 
âge. On voit parla quelle direction prenaient les études des membres 
du chapitre de Metz, fréquemment envoyés, les documents en font 
foi, dans les grandes universités de France, d'Allemagne et d'Italie, 
pour s'y instruire. 

A l'abbaye de Saint- Arnould existait, à la fin du xviu e siècle, un 
fonds de i 53 manuscrits dont plus des deux tiers nous sont parvenus. 
Ce fonds possédait, à ce qu'il semble, peu de Bibles ou d'évangéliaires 
et presque pas d'ouvrages de jurisprudence ou de médecine, mais en 
assez grand nombre des livres de liturgie avec les écrits des Pères de 
l'Église et des auteurs ecclésiastiques, dans des copies très-anciennes, 
généralement du xi e siècle, quelques-unes même desvm e . ix e etx c siècles. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cxxi 

L'abbaye de Saint-Clément avait, à la fin du siècle dernier, un 
fonds d'une centaine de manuscrits constitué par des acquisitions 
récentes, dont une bonne part avait été fournie par la biblio- 
thèque des Célestins, supprimés en 177/1- Nous possédons à peu 
près les deux tiers de cette collection. On n'y trouve ni Bibles, ni 
évangéliaires , ni livres de jurisprudence ou de médecine, mais 
presque exclusivement des traités sur des matières religieuses, dans 
des manuscrits pour la plupart du XV e et du xvi c siècle. C'était, comme 
la collection de Saint-Arnould, une bibliothèque purement ecclésias- 
tique; mais elle était fort au-dessous de celle-ci par l'âge relativement 
moderne des copies qui la composaient. Il ne restait rien, dans cette 
maison, d'un premier fonds de manuscrits anciens qu'elle avait dû 
nécessairement posséder comme toutes les grandes abbayes de l'ordre 
de Saint-Benoit et qui devait présenter une certaine analogie avec 
celui dont nous trouvons des restes importants à Saint-Arnould. 

Les abbayes de Saint-Symphorien et de Saint-Vincent avaient pos- 
sédé aussi d'anciens manuscrits du même genre. Nous avons à cet 
égard, en ce qui concerne ces deux maisons, un témoignage positif 
du xu c siècle [n° 221]. Mais il ne leur restait presque plus rien de ces 
anciennes richesses au siècle dernier, et elles ne paraissent pas même 
avoir alors avisé, comme l'abbaye de Saint-Clément, à les remplacer. 

De Saint-Symphorien, nous n'avons que 5 manuscrits, dont 2 sont 
des xiv c et xv c siècles; les 3 autres sont tout à fait modernes. 

De Saint-Vincent, nous avons i5 manuscrits antérieurs pour la 
moitié au xn e siècle, et nous offrant les derniers débris de ce fonds 
ancien que nous venons de mentionner, lequel, au xn e siècle, était 
l'égal, autant qu'il semble, de ceux qui existaient à Saint-Arnould et 
à Saint-Symphorien, probablement aussi à Saint-Clément. Avec ces 
manuscrits très-anciens, dont le contenu est analogue à celui des ma- 
nuscrits de Saint-Arnould, ceux que nous avons encore de Saint- 
Vincent sont des xm e , xiv e et xv r siècles ; l'un d'eux est même du 
xvm c siècle. 

Les grandes abbayes de femmes de l'ordre de Saint-Benoit avaient- 



MA.V DES BIBL. V 



cxxn NOTICE 

elles à Metz des manuscrits? Cela est douteux pour le siècle dernier; 
mais elles avaient dû en posséder plus anciennement. Nous n'en avons 
aujourd'hui aucun de Saint-Pierre ni de Sain te -Marie, et il ne nous est 
parvenu de Sainte-Glossinde qu'un livre de chant tout à fait moderne. 

Nous n'avons aucune donnée sur ce qu'étaient, comme importance , 
les bibliothèques des Bénédictins de Tholey et des Chartreux de Piettel 
qui nous ont transmis, la première 1 2 , la seconde 68 manuscrits. 
Les manuscrits de Tholey sont presque tous du xv e siècle et ne con- 
tiennent guère que des traités religieux , ceux de Piettel sont dans le 
même cas; cependant il s'en trouve, dans le nombre, quelques-uns du 
xiv e siècle, 3 du xm c siècle et 2 du xn e siècle. 

Parmi les maisons du second ordre dont nous avons des manus- 
crits , celle des Célestins est la seule dont il nous en reste un nom- 
bre suffisant pour nous faire une idée de ce que pouvait être sa col- 
lection. Le couvent des Célestins de Metz ne remontait du reste qu'au 
XIV e siècle. Nous avons quelque raison de penser qu'à la fin du 
xvm e siècle il possédait environ 70 manuscrits dont nous avons au- 
jourd'hui à peu près les deux tiers. Ce sont presque tous des manus- 
crits du xv e siècle, qui ne traitent guère que de sujets religieux, avec 
quelques ouvrages anciens de grammaire et de rhétorique. 

Il n'existait vraisemblablement que peu de manuscrits anciens chez 
les Jésuites. Nous en possédons g seulement de cette maison qui a 
subsisté à Metz de 1622 à 1768; 5 d'entre eux sont des xv e et 
xvi° siècles, h des xvn e et xvm e siècles; ce sont presque tous des ou- 
vrages relatifs à la controverse , à l'histoire et à la politique. De si 
rares spécimens suffisent-ils pour faire penser que la bibliothèque 
tout entière d'où ils proviennent ait été composée dans le même 
esprit ? 

D'autres maisons religieuses encore nous ont laissé des manuscrits, 
mais nous ne possédons de chacune d'elles qu'un nombre d'ouvrages 
presque insignifiant, et il nous est impossible de tirer de là aucune 
induction sur ce que pouvaient contenir leurs bibliothèques, sinon 
qu'elles étaient probablement assez pauvres en documents de ce genre. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cxxm 

Indépendamment des établissements religieux, nous en avons si- 
gnalé quelques autres d'un caractère différent, qui ont contribué aussi 
à la formation de la collection des manuscrits de la ville de Metz. 
Nous avons nommé comme tels la bibliothèque ducale de Deux- 
Ponts, celle de l'ordre des avocats au parlement de Metz, les archives 
municipales de l'hôtel de ville et la collection du comte Emmery. Les 
manuscrits de la bibliothèque de Deux-Ponis étaient, à ce qu'il semble, 
tout modernes et consacrés spécialement à des traités pratiques de 
science appliquée. Ceux de l'ordre des avocats, mêlés aux livres im- 
primés dans une bibliothèque de formation récente, étaient modernes 
aussi el peu nombreux, tous relatifs à des sujets de jurisprudence. 
Les manuscrits de l'hôtel de ville formaient une section des archives 
municipales, dans laquelle étaient rangés en 1 34 articles, avec 
quelques imprimés, des manuscrits généralement peu anciens, rela- 
tifs pour la plupart au gouvernement et à l'histoire de la cité ou de 
la province. Le fonds des manuscrits du cabinet de M. le comte Em- 
mery était composé d'ouvrages du même genre et comprenait une 
centaine d'articles, parmi lesquels une notable collection de chroni- 
ques et mémoires des xiv c , xv e , xvi c , xvn e et xvnr siècles. 

Nous n'avons rien à dire ici de quelques autres bibliothèques qui ont 
encore fourni accidentellement des articles à la catégorie des dons et 
acquisitions. Les ouvrages qui ont chez nous cette origine, quand ils 
n'exislaient pas isolément entre les mains des donateurs ou des ven- 
deurs, étaient généralement en petit nombre dans leurs collections, 
toute réserve faite cependant, à cet égard, pour les importants cabi- 
nets de M. le comte d'Ourches et de M. Noël de Nancy, dont le sou- 
venir est fixé par les catalogues des ventes qui en ont été faites et 
que nous nous contenterons de signaler ici. 

En terminant nos observations sur les fonds originaires d'où vien- 
nent les manuscrits de la ville de Metz, nous devons rappeler ce que 
nous avons constaté en parlant de ceux de ces manuscrits dont la pro- 
venance est encore inconnue : c'est que très-peu de ces derniers ont de 
l'importance et que leur attribution à quelqu'un des fonds originaires 



cxxiv NOTICE 

dont nous avons parlé, s'il était jamais possible de l'établir, ne chan- 
gerait pas les conclusions émises, dans les lignes qui précèdent, sur 
le caractère particulier assigné à chacun d'eux. 

CHAPITRE III. 

DESCRIPTION DES MANUSCRITS DE LA COLLECTION. 

Nous avons exposé, dans le chapitre deuxième de cette notice, ce 
qu'on peut savoir des fonds originaires qui ont fourni les éléments 
de la collection actuelle des manuscrits de Metz. Nous avons, autant 
que possible, fait connaître la composition de ces anciens fonds qui 
n'existent plus. Nous avons pu indiquer, jusqu'à un certain point, 
les manuscrits dont ils étaient autrefois composés, en signalant quel- 
ques-uns de ceux qui sont perdus et ceux qui se retrouvent dans la 
collection actuelle. Nous avons joint à ces renseignements des indi- 
cations sur les articles de celle-ci dont l'origine est restée pour 
nous inconnue. On sait maintenant, à peu près, ce que contient cette 
collection. 11 nous semble bon, pour compléter l'idée qu'on peut se 
faire de son importance, de présenter encore quelques observations 
sur les documents qu'elle renferme , en les considérant à certains 
points de vue particuliers pour lesquels il convient de les grouper et 
de les examiner autrement que nous ne l'avons fait jusqu'à présent. 

Caractères palcographiqu.es des manuscrits de Metz. — Au point de 
vue des études paléographiques, les manuscrits de Metz présentent 
un très -grand intérêt. Nous avons entre les mains sur cet objet un 
travail inédit de M. le baron de Salis, auquel il nous a été permis 
d'emprunter quelques données. Une des raisons qui nous portent à le 
faire, c'est qu'elles offrent dans plusieurs cas des différences essen- 
tielles avec les conclusions auxquelles s'est arrêté, sur les questions de 
ce genre, l'auteur du Catalogue imprimé en 1870. Venant d'un homme 
très-compétent, qui a étudié avec beaucoup d'attention les manuscrits 
de notre province, les indications fournies par M. de Salis méritent 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. oxn 

grandement d'être prises en considération, ne fut-ce que comme point 
de départ pour de nouvelles études sur les questions où son avis dif- 
fère de celui qui est consigné dans le Catalogue de 1870 par son 
savant auteur '. 

Suivant M. de Salis, la bibliothèque de Metz posséderait, à ne 
prendre que les manuscrits antérieurs au XIII e siècle : 1 manuscrit du 
Vil siècle [n" 1 3 /| ] ; 4 manuscrits du vin [n rs 7, 76, 2 3 6 traité 2 2 , 65 2 
traité 3]; 2 manuscrits du commencement du ix c [n" s 3a 2, l\ 00 traité 
4]; 11 manuscrits du courant du ix c [n os 3g, 48, 124, i3o, 187,209, 
21 5, 229 traités 5 et 6, 243, 292 , 35 1 en partie]; 6 manuscrits de 
la fin du ix c [n 09 52, 84, 2 25, 236 i rc partie, 3o6, 343]; i5 ma- 
nuscrits du courant du x e [n" s 5 1 traités 3 et 4, 78, i44, »45, 179, 
1 95 traités 2, 3, 4, 5, 2 1 3, 229 traités 1, 2, 3, 4, 271, 288, 349, 
35i en partie, 4oo traité 5, 5 18, 65 2 traités 1 et 7]; 5 manuscrits de 
la fin du x c [n" s i4o, 226, 362, 395, 527]; 11 manuscrits du com- 
mencement du xi c [n 09 54, i85, 227, 228, 242, 245, 377, 398, 
494 3 , "5 19, 5 2 3]; 36 manuscrits du courant du xi c [n 09 2, 37, 49, 
77, 80, 85, 126, 127, i4i, 1 43, i84, 186, 189, 194, 195 traité 1, 
221 4 , 223, 224, 23o, 23i, 232, 233, 3oo, 3o4, 33o traité 2, 334, 
339, 347, 4oo traités 1, 2 , 3, 45 o, 489, 5oo, 65 1 en partie, 652 
traités 2, 4, 5, 6, 8, 653, 654]; 7 manuscrits de la fin du xi e [n C9 i5, 
ôi traités 1,2, i 20 , 1 36 , i3(j, 216, 452]; 11 manuscrits du com- 



1 II esl bon de faire observer que M. de 
Salis avait sous les yeux une copie du tra- 
vail de M. Quicherat en faisant ses obser- 
vations, et que c'est en connaissance de 
cause qu'il s'écarte quelquefois de l'opi- 
nion de ce dernier. 

i Le manuscrit n" 236, indiqué au Ca- 
talogue général de 1 870 sous ce titre , Liber 
canonum, contient en réalité deux recueils 
de canons : le premier, qui comprend 3 li- 
vres; le second, plus ancien, qui ne ren- 
ferme que le second livre seulement d'une 
autre collection, précédédequelques lignes 



finales et de Yexplicitde son livre premier. 

1 Nous avons exposé précédemment les 
considérations qui peuvent induire à pen- 
ser qu'une partie au moins de ce manus- 
crit n° £94, son 4 e traité, n'est que de la 
fin du xi° siècle (ci-dessus, p. lxiii). 

1 Nous avons démontré précédemment 
que le dernier feuillet au moins du ma- 
nuscrit n° 221, lequel a pour nous une 
importance toute particulière à cause de 
l'inventaire de manuscrits qu'il contient, 
ne peut être que du xn e siècle (ci-dessus, 
p. xxxii, note 1). 



cxxvi NOTICE 

mencement du xn e [n os i4, 16, 17, 36, 79, 100, 128, 1 35, 1 38, 
1 4 2, 445]; 1 o manuscrits du courant du xn e [n os 35, 53, 2 i4, 278, 
297, 307 traités 1, 2, 3, 4\ 329, M9, 457, 4.76]; 7 manuscrits 
de la fin du xn° [n" s 4, 67, 68, 320, 472 , 509, 627]. 

L'auteur de ces observations y a joint des renseignements intéres- 
sants sur des fragments très-anciens qui accompagnent, comme feuilles 
de garde, quelques-uns des manuscrits de la collection, et qui pour- 
raient fournir les éléments d'un recueil analogue à celui que contient 
le numéro 732. Il mentionne ainsi un fragment en onciale du VI e siècle 
au numéro 79;des fragments du vm c siècle aux numéros 1 84 et 385; 
du ix e aux numéros i5, 48, 61 , 116, 1 23, i42 , 1 5o, 1 68, 198, 
209, 210, 226, 2 56; du x c aux numéros 129, 212, 3o6, 32 2; 
du xi e aux numéros i32, 1 35 , 23o, 343, 4oo, 419, 498; du xn e 
aux numéros 221, 2Ô2. Il indique également, au numéro 1 38 , une 
page en caractères saxons, avec quelques gloses en langue saxonne; 
aux numéros 5i, 398, 665 enfin, un certain nombre de feuillets 
palimpsestes dignes de fixer l'attention. 

Pièces et morceaux détaches contenus clans les manuscrits de Metz. — 
Aux renseignements que nous venons de donner sur les caractères 
paléographiques des manuscrits de Metz, il nous semble opportun 
d'en joindre quelques autres sur diverses particularités qui distinguent 
un certain nombre d'entre eux. 

Les feuillets de garde ne fournissent pas seulement des spécimens 
d'écritures anciennes, ils peuvent aussi offrir de l'intérêt par la nature 
même et par le sujet des textes qu'ils contiennent. Toute réserve faite 
pour ce que pourra révéler à cet égard l'étude ultérieure des fragments 
que nous avons énumérés tout à l'heure, nous rappellerons d'abord, à 

1 Au Catalogue général, le manuscrit Metensis, comprend deux nécrologes d'é- 

ri" 307 est indiqué comme contenant poques différentes , le premier du xu e siècle 

!\ parties seulement. Il en contient 5 en comme le reste du manuscrit, le second 

réalité, parce que la à" , intitulée dans ce du xm c seulement, 
catalogue Obituarium ecclesiœ S" démentis 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cxwn 

ce titre, un morceau de la Pharsalc, dont nous avons déjà parlé pré- 
cédemment, en le signalant dans un manuscrit de Saint-ArnonM 
[n° i3o].Ce fragment, écrit au X e siècle, ne comprend pas moins de 
<)6 vers, répartis également entre quatre pages au recto et au verso de 
deux feuillets. Il commence ainsi : 

Corpora nec populum latebre cepere feraruai; 

Hic laquco fauces elisaquc gultura [sic) fregit. 

Nous mentionnerons encore un manuscrit, du xin c siècle, de la 
cathédrale [n° 2 5 2], qui porte à l'intérieur de sa couverture deux 
fragments, écrits au xn c siècle, de la Thébaïde de Stace, dont l'un 
contient 5o vers et l'autre 5a. Ajoutons que, si l'on détachait ces deux 
feuillets de la couverture sur laquelle ils sont collés, on doublerait 
vraisemblablement l'étendue des fragments qu'on peut lire aujour- 
d'hui. Ces feuillets sont des morceaux empruntés à un manuscrit 
plus ancien, dépecé pour former la reliure de celui où nous les trou- 
vons. 

Les pièces étrangères à la confection première et au sujet propre 
des manuscrits où on les rencontre accidentellement ne sont pas tou- 
jours des fragments de volumes plus anciens. Ce sont souvent des 
transcriptions faites postérieurement sur les marges, ou sur les parties 
inoccupées de leurs pages. C'est ainsi que se présentent deux fragments 
de Salluste, transcrits sur les feuillets de garde d'un manuscrit de 
Saint-Arnould dont nous avons précédemment fait aussi une brève 
mention [n° 32 2]. Ces passages écrits au x e siècle ne sont pas, comme 
les précédents, des débris d'un livre exécuté antérieurement. Ce ne 
sont pas des portions détachées d'un manuscrit plus étendu, lequel 
aurait contenu le texte entier d'un Salluste complet. Divers indices 
montrent que ce sont des transcriptions faites postérieurement à l'exé- 
cution première du volume qui les contient, sur des pages restées 
blanches de celui-ci. Les deux morceaux semblent d'ailleurs repro- 
duits, le fait est à relever, à titre d'exemples de rhétorique, comme le 
seraient des emprunts faits à une collection de discours, à une sorte 



cxxvi.i NOTICE 

de Conciones. C'est au moins ce qui semble ressortir de la teneur des 
rubriques placées dans notre manuscrit au commencement de ces 
deux pièces : « Rhetorica oratio Catilinae ad conjuratos, » et « Oratio 
« rhetorica Micipsœ ad Jugurtham. » 

Les morceaux transcrits accidentellement dans nos manuscrits 
ont généralement un caractère tout autre que celui du document que 
nous venons de décrire. Ce ne sont pas ordinairement des fragments 
empruntés à l'antiquité, mais des pièces appartenant au moyen âge. 
Pour donner une idée de ce que sont ces documents, nous en cite- 
rons quelques-uns, dans l'ordre des temps auxquels on peut les 
rapporter. 

Au ix c siècle appartiennent quatre pièces liturgiques transcrites dans 
un manuscrit de Saint-Arnould, comprenant divers traités écrits au 
ix c et au x c siècle [n° 35 1] 1 . Deux de ces pièces sont des acclamationes 
rhythmées, en l'honneur de Charlemagne et d'un évêque de Metz, 
que divers indices permettent de reconnaître pour Drogon, son fils, 
élevé à l'épiscopat en 8 2 4- Les deux autres sont des laudes, pièces 
de liturgie qui se chantaient à certaines fêtes, entre la collecte et 
l'épitre, et dont l'usage, datant de la fin du viii c siècle, a subsisté 
jusqu'aux temps modernes dans les églises de France. Ces pièces 
contenaient des vœux et des prières pour le pape et pour le souve- 
rain, le plus souvent aussi pour l'évoque de l'église où elles étaient 
chantées. L'un des deux textes de laudes que nous avons sous les 
yeux laisse en blanc les noms du pape, du prince et del'évèque, 
comme il conviendrait à une pièce transcrite dans un rituel pour être 
complétée et utilisée suivant les circonstances. L'autre texte contient 
des noms qui lui assignent une date. Ces noms sont ceux du pape 
Jean, du roi Louis et de l'évêque Vualon, lesquels ne peuvent être, 
en raison de ce synchronisme, que JeanVIII (872-882), Louis, second 
fils de Louis le Germanique, souverain à Metz ainsi que dans la partie 

1 Le manuscrit 35 1 serait du xi c siècle le milieu du volume se trouvent transcrits 
suivant M. Quiclierat, des ix e et x e siècles et quelques morceaux détachés, parmi Jes- 
de diverses mains suivant M. de Salis. Vers quels les quatre pièces que nous citons ici. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cxxix 

de la Lorraine qui avait appartenu à son père (876-882), et Walon ou 
Wala, évoque de Metz en 876, tué en 882, à Rémich, en se portant 
à la tète des hommes armés de la haute Moselle au-devant des Nor- 
mands. Ce texte de laudes, dont la date se trouve comprise, comme 
on le voit, entre 876 et 882, est un des plus anciens que l'on con- 
naisse. Il présente en outre cette particularité remarquable qu'il est 
composé en grec. Il est d'ailleurs transcrit dans le manuscrit de Saint- 
Arnould avec des caractères latins, ce qui permet de faire des obser- 
vations intéressantes sur la manière dont le grec était prononcé par 
ceux qui l'ont écrit l . 

Nous citerons, comme se rapportant au x c siècle, un monument 
fort différent des précédents. C'est un grand dessin, tracé par une 
main ferme et habile sur une page d'un manuscrit de ce temps qui 
vient de la cathédrale [n° 1 3o]. Ce dessin est aussi remarquable par 
sa composition que par son exécution; il représente le jugement der- 
nier. La scène est dominée par la figure du Christ, très-noblement 
conçue. Le personnage est assis sur un trône, les bras ouverts, comme 
pour accueillir les bienheureux qui s'élèvent vers lui , portés par trois 
vieillards nimbés d'un caractère auguste, pendant que les réprouvés se 
pressent, au bas du tableau, devant la porte fermée du paradis, où on 
les voit enchaînés et tourmentés par les démons. 

Un manuscrit de Saint-Vincent, du xi e siècle [n° i5], contient sur 
une de ses feuilles de garde deux documents très-intéressants. L'un 
est le rôle des droits de cette abbaye dans la curtis de Saint-Julien 
aux portes de Metz, avec l'indication de ce qui doit être attribué à 
Yadvocaius et aux ministeriales de l'abbaye, dans le partage de ces re- 
venus, auplacilum annuale. L'autre est un règlement ecclésiastique dont 
voici les premiers mots : « Si peccaverit abbas, non licet episcopo 
« tollere possessionem monasterii quamvis peccaverit abbas, sed mit- 
« tat eum in aliud monasterium in potestatem alterius abbatis ...» 

Parmi les documents du xn e siècle, nous mentionnerons en pre- 

1 Ces pièces de lilurgie font l'objet d'un ciété nationale des antiquaires de France, 
Iravail inséré dans les Mémoires de la So- année 1876. 

M AN. DES B1BL. — V. O 



cxxx NOTICE 

mière ligne un curieux morceau dont nous avons précédemment 
beaucoup parlé 1 , l'inventaire de ce temps d'une partie des livres de 
Saint-Symphorien et de Saint-Vincent, par un moine de Saint-Arnould, 
à la fin d'un manuscrit de cette abbaye [n° 2 2 1] ; puis, dans une Bible 
delà cathédrale [n° 2], des copies de la même époque contenant, l'une 
un état des possessions du chapitre dans l'intérieur de la ville, 
« Enumeratio domorum et censuum capituli beati Pauli » (saint Paul 
était le patron du chapitre , saint Etienne était celui de la cathédrale), 
l'autre la formule de présentation à l'évêque de Metz de l'abbé de 
Saint-Tron dans le pays de Liège, après son élection par la commu- 
nauté de l'abbaye. Nous signalerons enfin, dans un manuscrit du 
même temps de l'abbaye de Saint-Arnould [n° 85], une pièce de vers 
en l'honneur d'un abbé Raynardus qui vivait en 1 i44 2 - 

Au xni c siècle appartiennent , entre autres , deux documents de carac- 
tères très-différents : d'abord , une curieuse table de comput pour le 
calcul de la fête de Pàque , transcrite à la suite d'un martyrologe de 
l'abbaye de Saint Arnould [n° 196], avec cette épigraphe : « Haec sunt 
« paschales dominicae quae per circulum annorum erunt; s ensuite, sur 
la feuille de garde d'une Bible de la cathédrale [n° 1], une constitution 
édictée par un légat du Saint-Siège , Otto, cardinal-diacre de Saint-Nico- 
las in Carcere , datée de Verdun en 1229, pour contraindre à l'assiduité 
les chanoines de la cathédrale de Metz qui, au nombre de soixante à 
cette époque, étaient à peine représentés, y est-il dit, par six ou sept 
des leurs, présents au chœur. Ce document, encore inédit, offre un cer- 
tain intérêt par les indications qu'il fournit sur les habitudes du baut 
clergé messin. Il montre dans l'attitude de celui-ci un relâchement 
qui s'accorde très-bien avec la marche générale des choses, à une 
époque où les évêques eux-mêmes commençaient à se détacher de la 
cité, celle-ci échappant graduellement à leur domination et constituant 
en même temps dans son sein un régime de plus en plus indépendant. 

Nous rapportons au xiv* siècle deux textes transcrits sur les gardes 

1 Ci -dessus, p. xxvn , xxxn, lxxv " D. Calmet, Histoire de Lon-aine, 2 e éd., 

et Lxxvin. t. VI, préliimin. , col. xn. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cxxxi 

d'un lectionnaire de la cathédrale [n° 329], lesquels contiennent le 
serment des chanoines à leur entrée dans le chapitre et celui de l'évèque 
à la prise de possession de son siège : les premiers devant se déclarer 
nés de parents ingénus et promettre obéissance aux statuts et consti- 
tutions en vigueur; l'évèque jurant de son côté de garder l'évêché, 
l'église et le chapitre, leurs droits, libertés et coutumes, leurs per- 
sonnes et leurs biens. 

Sous la date du xv c siècle, nous citerons une pièce de 59 vers qui 
pourrait bien être plus ancienne que cette date, et que nous trouvons 
dans un manuscrit de celte époque qui nous vient de Saint-Clément 
[n° 24 1 ]• Cette pièce commence ainsi : 

Métis ovans, gaude, manibus plebs autica plaude; 
elle se termine par 

Gaudebunt cives quos ditat mansio dives. 

avec cette conclusion : « Explicit Metensis civitatis titulus. » Cette 
composition renferme un éloge de la ville de Metz, dont elle vante la 
prospérité, et elle rappelle pour le fond, tout en s'en écartant par la 
forme, un morceau analogue comprenant 100 vers, donné par Sige- 
bert deGemblours dans sa Vie de l'évèque Théodoric I er (Pertz, Monum. 
Gcrm. hist. Scriplores, t. IV, p. £77)- 

Sur un autre manuscrit, où notre catalogue indique des exemples 
et maximes à l'usage des religieux [n° 620], une main du xv c siècle a 
écrit les six vers suivants : 

Anna solel dici très concepisse Marias, 

Quas genucre viri Joachim, Cleopbas, Salomeque. 

Has duxere viri Josepb , Alpbeus, Zebedeus. 

Prima peperit CHRISTUM; Jacobum secunda minorem 

Et Joseph justum peperit cura Simone Judani, 

Tertia majorera Jacobum dilectumque Johannem. 

Ces lignes expriment l'opinion reçue alors touchant la parenté du 
Christ et l'origine de la Vierge. Anne, mère de celle-ci, aurait eu trois 
époux et de chacun d'eux une fille nommée Marie; de là l'origine des 



CXXXII 



NOTICE 



personnages qu'on appelait vulgairement les trois Marie. Un jour vint 
où cette opinion parut injurieuse pour l'honneur de la sainte Vierge, 
dont on prétendait rehausser la naissance en niant qu'Anne, sa mère, 
eût été successivement l'épouse de trois hommes différents. Ainsi se 
produisirent la question de la monogamie de sainte Anne et celle des 
trois Marie. Ceux qui soulevaient ces questions au commencement 
du xvi e siècle étaient précisément ces docteurs intempérants qui, en 
abordant témérairement tous les sujets de discussion, ouvraient à ce 
moment la voie aux réformateurs et à l'hérésie. Le Fèvre d'Etaples 
publia (1 517-1 5 19) des écrits fort remarqués de son temps sur les 
trois Marie, pour soutenir l'opinion de la monogamie de sainte Anne. 
Le célèbre Corneille Agrippa, qui était alors à Metz, où il avait été 
appelé pour y exercer un emploi public, embrassa vivement cette opi- 
nion. Il la soutint hautement et avec passion dans cette ville, contre les 
docteurs qui la condamnaient. L'Inquisition se mêla de la querelle et 
souleva contre l'audacieux polémiste la classe populaire, très-facile à 
émouvoir pour des intérêts de ce genre. Agrippa, exposé à toutes les 
violences, menacé même du bûcher, fut obligé d'abandonner la place. 
Il quitta Metz brusquement (1620); mais, en s'éloignant, il laissa der- 
rière lui cette invective fameuse: <> Omnium bonarum litterarum vir- 
r tutumque noverca civitas Metensis, » qu'on a beaucoup répétée, le 
plus souvent sans la comprendre; car il n'y est question ni des belles- 
lettres ni des beaux-arts, comme on l'a quelquefois prétendu 1 . Pour 



1 L'invective d' Agrippa contre la ville 
de Metz est consignée dans une lettre écrite 
par lui à son ami le jurisconsulte Gantiun- 
cula ( A grippœ epist., liv. II, n° 33), où elle 
a été relevée par les critiques. Sous la 
plume d' Agrippa, c'était une espèce de 
formule de mécontentement passionné 
qu'il a également appliquée, dans des 
termes identiques et dans des circonstances 
analogues, à la cour de la régente des 
Pays-Bas : n Omnium bonarum litterarum 
« virlutumque noverca , aula Caesarea » 



(Agrippœ epist. , liv. VI , n" 36 , ad Erasmum) . 
Agrippa exprimait dans ce dernier cas son 
ressentiment de ce que, après l'avoir laissé 
sans protection vis-à-vis des médecins 
d'Anvers , qui lui avaient fait brusquement 
interdire l'exercice de la médecine prati- 
quée par lui sans litres suffisants , et vis-à- 
vis de ses créanciers ensuite, qui l'avaient 
fait mettre en prison à Bruxelles , on refu- 
sait encore de le défendre contre les attaques 
des tbéologiens de Louvain, soulevés par 
la licence de ses écrits. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cxxxm 

Agrippa, les bonnes lettres, c'était la discussion des questions témé- 
raires qui passionnaient alors les esprits; la vertu, c'était la licence 
avec laquelle certains hommes osaient les agiter. 

Il faut s'arrêter dans cette énumération. Des indications d'un autre 
genre peuvent encore être recueillies sur les couvertures et les feuilles 
de garde des manuscrits de Metz. Ce sont, avec les noms de ceux qui 
les ont possédés , des détails souvent curieux sur la provenance de 
ces livres rares et recherchés, sur leur mode d'acquisition et sur leur 
prix , sur les prêts et engagements dont ils ont pu être parfois l'objet. 
Les notes qui fournissent ces renseignements en contiennent sou- 
vent aussi sur l'histoire des personnages qu'elles mentionnent. 

Les plus remarquables dans ce genre sont celles que Nicolas Dex, 
chanoine et trésorier delà cathédrale, a tracées, au milieu duxv c siècle, 
sur la couverture d'un recueil de Décrétales du xm e [n° îOi]. Ce 
sont des espèces de mémoires dont une moitié à peu près est repro- 
duite dans le Catalogue général de 1870, et où le jeune dignitaire 
du chapitre de Metz raconte son séjour d'étudiant à Heidelberg, à 
partir du dimanche de la Passion i/t3i , à Pavie ensuite en 1^38, 
puis à Bologne en i44o. Il était chanoine de la cathédrale depuis 
1^28 et avait été élu trésorier par ses confrères, pendant ses études 
mêmes, en iZi35. Nicolas Dex consacre la suite de ses souvenirs à des 
faits moins personnels. Le voyage d'un de ses frères en Terre Sainte, 
une peste à Metz qui enlève une partie de sa famille avec le tiers de 
la population de la cité, et les guerres qui troublent alors le pays en 
fournissent les données principales. Il termine ainsi : « Anno Domini 
« m ° cccc xxx° vij ° in die beati Martini intravit rex Franciœ Parisiis. » 
Nicolas Dex était accidentellement à Metz à ce moment. Ce qui se 
passait en France occupait beaucoup les esprits des Messins, comme 
on le voit généralement par nos chroniques. De tout temps leur 
attention a été sensiblement dirigée de ce côté. 

Ces notes sur la jeunesse du trésorier de la cathédrale de Metz 
sont bien d'accord avec ce que nous avons dit précédemment du 
genre de vie de bon nombre des chanoines de cette église, pendant 



cxxxiv NOTICE 

les années de leur jeunesse consacrées aux études, dans les univer- 
sités les plus fameuses de France, d'Allemagne et d'Italie. Nicolas 
Dex, comme quelques autres de ses confrères, avait fait dans ses 
voyages des acquisitions de manuscrits. Quelques-uns de ceux-ci ont 
passé à la cathédrale et nous sont parvenus. Ils portent son nom ou 
bien les armes de sa famille avec un signe singulier qui appartenait aussi 
a celle-ci, la ligure d'une guimbarde ou trompe d'Allemagne, reproduite 
en vingt endroits sur les marges et les gardes de ces manuscrits. La 
collection de la ville de Metz possède l\ volumes qui sont dans ce cas : 
une Bible du xiv c siècle [n° 3], qui porte seulement l'écusson des Dex 
avec la guimbarde et le nom de Jean Herbillon, autre chanoine de la 
cathédrale, lequel avait probablement possédé ce livre après Nicolas 
Dex; le recueil de Décrélales qui contient les notes biographiques 
dont nous venons de parler [n° 161], lequel porte le nom de Nicolas 
Dex avec l'image de la guimbarde ; un recueil du xv e siècle, marqué 
des armoiries des Dex et de la guimbarde [n° Ao3], lequel a passé 
par Saint-Àrnould, où sont contenus 3 traités en français, les 2 pre- 
miers sur les doctrines de l'Eglise et sur la messe, le dernier sur la 
mythologie; et enfin une copie du xv e siècle de 2 écrits de Boccace 
[n° 193] sur laquelle se trouve aussi le nom de Nicolas Dex avec les 
mêmes marques, puis celui du chanoine Jean Herbillon qui, à la 
mort du trésorier, avait sans doute acquis le manuscrit, à la fin duquel 
on lit : « Hune librum fecit scribi N. Dex decretorum doctor et the- 
« saurarius Metensis, Parisius, anno dornini millesimo quadringen- 
« tesimo quinquagesimo secundo, tempore estatis, quando seviebat 
« pestis in civitate et patria Metensi... » Ces particularités se joignent 
à d'autres témoignages pour montrer qu'à Melz les lettres profanes 
n'étaient pas, au xv e siècle , étrangères aux esprits cultivés. 

Manuscrits concernant les antiquités religieuses et les sciences ecclésiasti- 
ques, la médecine et la jurisprudence. — Une collection de manuscrits 
comme celle que nous décrivons ici offre nécessairement une ample 
matière aux études sur les antiquités religieuses et sur les sciences 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cxxx\ 

ecclésiastiques. Nous ne nous arrêterons pas à le démontrer. Nous 
n'entreprendrons pas non plus de tracer même une esquisse des tra- 
vaux de ce genre dont ces manuscrits peuvent fournir des éléments. 
Happelons seulement que dom Maugérard a fait à ce sujet, sur les 
manuscrits de la cathédrale , des observations que nous avons indi- 
quées sommairement en parlant de ces derniers. Elles concernent spé- 
cialement la constitution des textes sacrés et la liturgie , celle-ci clans 
les traits surtout qui caractérisaient les anciens usages de l'église de 
Metz. Les Bibles, les évangéliaires, les cérémoniaux lui ont fourni 
pour cet objet de nombreux renseignements dont il n'a vraisembla- 
blement pas épuisé la matière et qui pourraient être le sujet de 
nouvelles études. Notre incompétence personnelle nous interdit de 
toucher à ces matières. 

Nous ne serons pas moins réservé dans ce que nous dirons de ia 
médecine et de la jurisprudence. Sur la première, notre collec- 
tion contient quelques ouvrages que sauront trouver avec l'aide des 
tables, dans le Catalogue général publié en 1870, ceux que ce sujet 
intéresse. Ces ouvrages n'ont probablement pas une grande impor- 
tance comme doctrine, eu égard à l'état actuel de la science, mais 
ils peuvent au moins éclairer l'histoire de celle-ci; c'est probable- 
ment à ce point de vue qu'ils seront consultés, et avec eux certains 
écrits sur l'astrologie, science qui au moyen âge était, conformé- 
ment aux préjugés régnants, étroitement liée à la pratique de la 
médecine. 

Les études de jurisprudence peuvent également trouver dans nos 
manuscrits d'utiles secours. Le droit canonique surtout y est repré- 
senté par des recueils de Décrétaîes, dont quelques-uns sont très-an- 
ciens, et par des traités nombreux que nous avons mentionnés, en 
parlant des fonds originaires d'où proviennent nos manuscrits. Le 
droit civil est moins bien partagé dans la collection de xMetz. Cepen- 
dant les ressources n'y feraient pas totalement défaut pour les études 
qui concernent cet objet. 

Un savant de notre temps dont les travaux embrassent dans leur 



cxxxvi NOTICE 

ensemble le droit civil et le droit ecclésiastique étroitement unis au 
moyen âge, le célèbre Savigny, est venu étudier les manuscrits de 
Metz qui ont trait à la jurisprudence, **et il en signale plusieurs dans 
son Histoire du droit romain au moyen âge. Il cite dans le nombre, pour 
le droit romain, un manuscrit du Digestum novum qui, suivant la di- 
vision usitée jusqu'au xvi c siècle, comprend la fin des Pandectes à 
partir du livre XXXIX (Savigny, Histoire du droit romain, t. III, p. 335, 
note a 1 ); il indique encore deux exemplaires complets d'un recueil 
qui est souvent tronqué dans les manuscrits, le Volumen, renfermant 
les Institutes, les Très libri, c'est-à-dire les livres X, XI et XII du Code, 
les Authentiques ou premier recueil des Novelles et les Usages des jiefs 
(t. III, p. 370, note d). Savigny mentionne également un manuscrit de 
Metz contenant le Commentaire de Bulgarus, qui est du milieu du 
xii c siècle, sur le titre De regulis juris , avec les remarques de Placen- 
tinus qui sont de la fin du même siècle (t. IV, p. 3o); il signale ensuite 
comme une singularité un autre manuscrit de Metz qui , seul de 
ceux qu'on connaît, ne donne pas ensemble la Somme d'Azzo sur 
le Code et celle de Bassianus sur les Authentiques (t. IV, p. 65), 
particularité intéressante, suivant lui, parce que la réunion constante 
de ces deux ouvrages était un des arguments que certains critiques 
faisaient valoir pour les attribuer l'un et l'autre à Azzo. 

Pour le droit canonique, Savigny cite, parmi les exemplaires du 
Décret de Gratien, un manuscrit avec la date de 1 1 o5 attachée à une 
certaine formule, date contestée, dont il défend l'authenticité contre 
des auteurs qui la nient (t. IV, p. 37). 11 s'arrête surtout à un manus- 
crit du commencement du xn° siècle, l'un des plus précieux assu- 
rément de notre collection [n° 100], lequel contient un recueil de 
canons qu'on a cru composé pour saint Anselme, archevêque de Can- 
torbéry (*f* 1 109), à cause de sa dédicace « Magniiico vigiiantissimo 
« pastori ac precellentissimo archipresuli Anselmo ...» On a pensé 

1 Ces indications renvoient à latraduc- M. Ch. Guenoux : Histoire du droit romain 

don française de l'ouvrage de Savigny par au moyen âge, h vol. in-8°, Paris, 1839. 



SUK LES MANUSCRITS DE METZ. cxxxvn 

aussi que cet ouvrage était celui qu'avait signalé dans un manuscrit 
du Vatican dom Mahillon (Acla S. S. 0. S. Bened., t. IX, p. A7 î), sous 
le nom de saint Anselme, évêque de Lucques au xi c siècle, indication 
accueillie par dom Cellier dans son Histoire des auteurs ecclésiastiques 
(t. XX, p. 67 G) et par Durand dans son Histoire du droit canonique 
(part. Il, ch. îv, § t\). 

L'attribution du recueil à l'archevêque de Cantorbéry ou à l'évê- 
que de Lucques serait parfaitement d'accord avec la date du manus- 
crit de Metz ; mais celui-ci n'est qu'une copie d'un manuscrit beau- 
coup plus ancien , suivant Savigny qui connaissait des exemplaires 
de cette collection écrits au x° siècle et même au ix°, et qui voit 
dans cet ouvrage un recueil composé en Italie pour un archevêque 
de Milan du nom d'Anselme , lequel vivait à la fin du ix c siècle. 
Savigny accorde à cette ancienne collection de canons une grande 
importance, à cause des nombreux fragments de droit romain qu'elle 
renferme, et il déclare qu'il l'a étudiée dans le manuscrit de Metz, 
manuscrit complet et fort beau, l'un des meilleurs, dit-il, qu'on 
ait de cet ouvrage, dont il ne mentionne que 5 exemplaires: celui de 
Metz et 4 autres à Bamberg, à Modène, à Verceil et à Paris (t. II, 
p. 1 76, note e). 

Nous ajouterons enfin que Savigny cite encore (t. IV, p. 120, 
note 2 1 ) un manuscrit de Metz contenant, sous le titre de Ordinarius 
Tancredi, un exemplaire de YOrdo judiciarius , traité de procédure 
d'après les principes du droit romain et du droit canon, divisé en 
h livres. C'est une copie, du xiv e siècle seulement, qui a appartenu au 
chanoine Jean Herbillon, dont elle porte le nom, et qui nous vient 
de la cathédrale [n° 1 63]. 

Outre les manuscrits relatifs à la jurisprudence ancienne et au 
droit ecclésiastique , la collection en renferme encore un certain nom- 
bre qui se rapportent au droit du moyen âge et des temps modernes, 
notamment aux institutions et aux usages judiciaires de la ville de 
Metz et des pays environnants. Nous ne pouvons pas nous dispenser 
de les mentionner au moins, en signalant d'une manière toute parti- 



\U\. DES B1BL. 



cxxxvm NOTICE 

culière Le livre des Jugements des Maîtres-Échevins \ du xm e siècle au 
xvi e siècle [n° 7 58]; des Procédures pour faits de sorcellerie, 1676- 
1622 [n° 759]; des recueils anciens des Atours de la cité [n os 761, 
753, 754]; des documents relatifs aux Coutumes de la ville de Metz 
et à celles de l'évêché, à leur préparation ainsi qu'à leur rédaction 
[n os 768, 764, 765, 766, 767], avec des observations et commen- 
taires dont ces coutumes ont été l'objet [n os 768, 769, 770, 771,772, 
773 , 77/i, 775, 777, 778, 1019], et quelques pièces relatives à cer- 
tains faits du même ordre [n° 788]; les Lois et usages des juifs de 
Metz [n 03 7 7 6 , 919, 920, 1018], les Coutumes de quelques villes du 
voisinage : celles de Gorze [n 09 779, 1020], de Thiouville avec un 
commentaire [n° 1021], de Marsal [n° 780], de Sedan et autres 
lieux des domaines du duc de Bouillon [n os 781, 1022]; des docu- 
ments relatifs au parlement de Metz et à ses actes , savoir : un extrait 
de ses Registres secrets de 1 633 à 1 7 Z19 [n° 786]; le Style de ses procé- 
dures [n° 74.8], ses Maximes et coutumes [n° 785], des tables et re- 
cueils de ses édits et arrêts [n 03 783, 787, 1023]; un certain nombre 
de pièces, enfin , concernant les lois et usages de la Lorraine : Ordon- 
nances des ducs [n 03 788, 789, 790, 791, 1024], Arrêts de la Cour 
souveraine [n os 1025, 1026], la Pratique judiciaire selon l'Ordon- 
nance de 1 707 [n° 79 1], et un Essai sur la légitimité du prêt à inté- 
rêts , 1773 [n° 792]. 

Manuscrits concernant les belles-lettres. — La collection de Metz 
comprend un certain nombre de manuscrits présentant de l'intérêt 
au point de vue de leur valeur littéraire. Nous avons mentionné ceux 
qui sont dans ce cas, en parlant des fonds originaires d'où ils pro- 

1 Les jugements sont rangés dans ce sont de 1297, le à° est de i3oo; tous les 

recueil par ordre chronologique; le pre- autres sont des xiv°, xv° et xvi* siècles, 

mier y est daté par erreur de 1209, c'est Le manuscrit de Metz est une copie mo- 

1289 qu'il faut lire ou même 1288 «du derne d'un manuscrit du commencement 

« temps que s r Thiebaut Ly Maire fut Mais- du xvi e siècle qui appartient aujourd'hui 

« tre esclievin. » Les 2 e et 3 e jugements à la bibliothèque de Nancy. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cxxvix 

viennent. Les uns contiennent des œuvres de littérature profane; les 
autres , des écrits des auteurs ecclésiastiques. Nous nous bornerons 
ici à rappeler le souvenir de ces ouvrages pour donner une idée de 
leur ensemble. 

Nous avons signalé ainsi, dans la catégorie des œuvres profanes, un 
Virgile du xv c siècle [n° 299], des fragments de Cicéron du même 
temps [n° 482], un Salluste écrit à la même époque [n° 522], deux 
fragments du x c siècle de cet écrivain [n° 322], des manuscrits du 
xv° siècle de lettres de Sénèque [n° 190] et de ses tragédies [n° 298], 
un Lucain du xn c siècle [n° 5 1 8] et un fragment du x e de son poëme 
[n° 1 35] , deux grands morceaux, écrits au xn e siècle, de la Thé- 
baïde de Stace [n° 2 5 2], un manuscrit du XV e siècle des Memorabilia 
de Valère Maxime [n° 3oi], une copie, également du XV e siècle, de 
Flavius Josèphe [n° 191], des manuscrits de la même époque du 
grammairien Donatus [n os 61 4, 64o, 643], du poêle Claudien 
[n° 647] et du commentateur de Cicéron, Marius Victorinus [n° 642], 
un Cassiodore du xi c siècle [n° 189], un Eusèbe du même temps 
[n° i84], quatre manuscrits dOrose du ix c siècle et du x e siècle 
[n os 1 85, 186, 187, 362], un Macrobe du x c siècle [n° 271], un 
Boëce du xi c siècle [n° 377], un Servius du x c siècle [n° 292], un ou- 
vrage de Paul Diacre 1 du xi e siècle [n° 494], des manuscrits du 
x e siècle de la grammaire de Smaragdus [n° 292] et du glossaire d'Ay- 
nardus [n° 5oo], un vocabulaire du xv e siècle [n° 5 10], une copie du 
même temps de deux ouvrages historiques de Boccace [n° 193]. 

Pour ce qui est des auteurs ecclésiastiques, nous rappellerons 
que leurs écrits formaient l'élément principal des bibliothèques reli- 
gieuses dont la collection de Metz a recueilli l'héritage, et que celle-ci 

Nous rappellerons que celle copie du extraordinaire donné dans ce manuscrit à 

Liber de episcopis Mettensibus de Paul Diacre la partie de l'œuvre de Paul Diacre qui con- 

est le /j e traité contenu dans le manuscrit cerne saint Clément, par une grande inter- 

4q4 et intitulé par inadvertance, au Cata- polation dont nous avons parlé précédem- 

logue général, Vita sancti démentis. Cette ment (ci-dessus, p. lxii). 
erreur vient sans doute du développement 



cxl NOTICE 

contient en grand nombre les ouvrages d'Origène (v. 200), de saint 
Cyprien (f 2 58), de saint Athanase (f 3 7 3), de saint Basile (f 379), 
de saint Grégoire de Nazianze (+ 389), de saint Cassien (+3g5), 
de saint Ambroise (+397), de Juvencus (iv e siècle), de saint Jean 
Chrysostome ( + ^07) , de Ruffin (+ 4i o) , de saint Jérôme (+ £20), 
de saint Augustin (+ 43o), de saint Prospère (+456), de saint 
Léon (+46i), de saint Gélase (+ 496) , du diacre Paschase (v. 498), 
de saint Fulgence (+ 533), de saint Ephrem (+ 546], de saint Cé- 
saire (+583), de saint Grégoire pape (+6o4), de Léonce de 
Naples (v. 617), d'Isidore de Séville (+636), deBède(+ 7 35),d'Al- 
cuin (+ 8o4), d'Éginhard (+ 827), de Raban (+ 856), de saint An- 
selme (+ 1 109) , d'Ives de Chartres (+ 1 1 i5), de Hugues de Saint- 
Victor (v. 1 i4o), de saint Bernard (+ 1 1 53), de saint Bonaventure 
(+ 1274), de saint Thomas d'Aquin (+ 1274), de Jean Gerson 
(+ i42 9 ). 

Nous allons retrouver Jean Gerson en parlant des écrits en vieux 
français que contiennent nos manuscrits. Mais il a écrit aussi en latin. 
Noire collection possède des copies de plusieurs de ses ouvrages dans 
cette langue , notamment du plus fameux parmi ceux qu'on lui attri- 
bue, Ylmitatio Christi, dont elle possède 3 manuscrits du xv e siècle 
[n os 358,491, 617]. 

Manuscrits contenant des écrits en français , antérieurs au xvi e siècle. — 
Nous venons de nommer, à propos de J. Gerson, les ouvrages écrits en 
vieux français. Nous croyons utile de signaler à l'attention des travail- 
leurs qui étudient la littérature du moyen âge et la philologie, les 
textes français qui, dans notre collection, sont antérieurs au xvi e siècle, 
ou qui du moins ne descendent pas plus basque ses premières années. 

Quelques-uns de ces textes appartiennent au xm e siècle. Ce sont : 
une copie du roman des Quatre fils Aymon 1 [n° 192 — «Baron oez 

1 Le poëuae ou roman des Quatre fils Champagne antérieurs au xvi e siècle. — 
Aymon a été imprimé en 1861 dans le Voir Paulin Paris, Les manuscrits français 
tome XVIII de la collection des poètes de de la Bibliothèque du roi , t. VI, p. 38, 101, 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cxli 

m canchon de grand nobililé, elc. »(i3,i20 vers)]; une collection de 
sermons laquelle porte la date de 1287 1 [n° 262, 3° — « Deus 

«qui diligenlibus Nostres sires parla à ses apostres si com nos 

« reconte l'anangile de vie, etc. »]; des Instructions morales et reli- 
gieuses [n° 536, i°, tronqué au commencement — «... com li pau- 
« mi ers cestant plus en haut, etc. »]; des Méditations, prières en vers 
et chansons dévotes, quelques-unes avec notation musicale en interligne 
[n° 536 , 2" — « Dame Sainte-Marie, etc. 2 »] ; le Traité des quatre âges, 
en prose [n° 536, 3° — « Nostrc sires Diex qui tout seit , etc. »]; un 
petit censier transcrit à la suite du nécrologe de Saint-Clément, dans 
lequel les désignations en français de personnes et de lieux se mêlent 
au texte latin [n° 307, fol. 37 v°, 38, 39]; deux fragments, l'un d'un 
traité religieux, l'autre d'un sermon, dans un Recueil [n° 732, p. 35 
et p. 3o. — « Que ne se communie une fois l'an. . . etc. »]. 

Les textes français du xiv e siècle sont : le Livre de pérégrination hu- 
maine, en vers 3 [n° 3 1 5 — « A ceaulz de ceste région, etc. »]; la Lé- 
gende de sainte Marguerite, en vers [n° 545 — « Après la saincte pas- 

\.\l\, 122, i44< — Pour cet ouvrage, M. Bonunrtlot, à qui nous devons la corn- 
et pour lous ceux qui sont mentionnés ici munication d'une table détaillée des pièces 
comme lui, nous reproduisons, avec le rliylbmées qu'il contient. Ces pièces occu- 
numéro du manuscrit qui le contient dans pent dans le manuscrit les fol. 127 v° à 
la collection de Metz, les premiers mois de 171 v°, parmi lesquels on constate plu- 
la copie qu'il en donne. sieurs lacunes dont il n'est pas possible 
1 Le recueil contenant des sermons pour d'apprécier exactement l'étendue. Les 
chaque dimanche et jour de fête a été fini pièces relevées sont au nombre de 36 et 
d'écrire le 5 juillet 1287. Le dernier folio comprennent ensemble environ 1,800 vers, 
du manuscrit porle au verso la transcrip- Quelques-unes en renferment jusqu'à 108, 
lion d'une pièce de vers, « A mai très ebière 1 1 5 , 117, 260 et même 370. D'autres 
«et doulce amie,» dans laquelle un rap- n'en comptent que 6 à 8 seulement. Plu- 
prochement poétique contient la menlio. sieurs de ces pièces sont, comme il est dit 
de « l'iawe de Muselle, » ce qui semble in- ci-dessus, accompagnées d'une notation 
iliquer une origine messine pour la com- musicale. 

position. 3 Voir ce qui est dit de cet ouvrage par 

Le manuscrit 536, lequel par suite Paulin Paris dans ses Manuscrits fran- 

d une transposition figure au Catalogue de gais, etc., t. III, p. 23g et a43; I. VI, 

1870 sous le n° !)35, a été l'objet d'une p. 35o et 373. 
étude toute particulière de la part de 



cxlii NOTICE 

« sion » (688 vers)]; Y Horloge de Sapience [n° 198, 3° — « Salomon 
« en son livre de Sapience , etc. » ] ; des Chroniques abrégées finissant 
en i33o [n° 137, 3° — «La cause de faire ceste compilation fu la 
« grant instance d'un grant baron de France, etc. »>]; le Livre des bonnes 
mœurs [n° 137, l\° — «Tous orguilleux se veullent à Dieu compa- 
« rer, etc. »]; un Traité des dix commandements [n° 665, i° — « Lou 
«premiers comandemans ke Deus comandaie , etc.»]; le Traité des 
vertus et des vices 1 [n° 665, 2 — « Mes sires sains Jehans dist on livre 
« de sa révélation, etc. »]; les lettres de saint Pierre de Luxembourg, 
évêque de Metz en i384-i386 [n° 534, 4° — « Quant je regarde 
« quelle vie j'ay menée, etc. »]; le Grand cartulaire de la cité de Metz, 
écrit en 1372 [n° 751 — « Cornant com doit faire lou maistre esche- 
« ving, etc. »]; le Livre des droits des évêques de Metz [n° 796, 3° — 
« Ce sunt li drois monsseigneur de Mes, etc. »]; le Nécrologe de l'hôpi- 
tal Saint-Nicolas de Metz, dans quelques-unes de ses parties [n° y35 — 
« Nous prierons premiers que noslre sire, etc. »]; Un Livre des recettes 
et dépenses de l'abbaye Sainte-Marie à Metz [n° 820 — « Ceu est li re- 
« cepte des bleis de toute ceste anée par m. ccc et xxxi, etc. »]; un 
Livre censier de l'abbaye Saint-Symphorien de Metz [n° 1027 — « Ci sunt 
« les rantes ke S. Syphoriens at à Moyeuure, etc. »]; un Livre censier 
des pucelles de sur le mur à Metz [n° 8 1 9 — « Ce sont les cence de 
« lauteit des pucelles de sus lou mur con doit à noiel et à la S. Jehan 
« au chaipelain, etc. »]. 

Parmi les textes français du xv c siècle, un certain nombre ne con- 
tiennent que des ouvrages purement religieux : les Evangiles mis en 
français [n° 198, i° — « Li livres de la généracion, etc. »] ; l'Exposi- 
tion de la Passion, mélange de latin et de français [n° i5o, 1 " — le 
commencement manque]; un Récit de la Passion- [n° 262, 4° — 

' Voir ce qui est dit de cet ouvrage et nuscrit 262 a été omise par inadvertance 

du précédent par Paulin Paris dans ses dans le Catalogue de 1870. Elle est écrite 

Manuscrits français, etc., t. III, p. 388; sur papier, le reste du manuscrit est sur 

t. VII, p. 290, 292, 29/i, 298, 299, 5ââ. parchemin. 

2 La mention de cette d e partie du ma- 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 



CXLIIi 



« EnJhelm je vis adonques Jhesum seoir sur l'asnum et les enfans des 
« Ebreus crians Ozarma, etc. »] ; les Légendes de plusieurs saints [n° 1 98, 
2 — « Ou nom du père et du filz et du saint Esprit, amen. Nous 
« commensons à saint Andrieu , etc. »] ; la Vie de saint François [n° 3 1 o, 
2 — "La graice deu nostre saluour, etc.»]; la Passion de saint 
Georges, en vers 1 [n° 600, 3° — « De saint George le cheualier prou. 
» Pour le grant profit et pour le prou , etc., » pièce de 67 vers]; une 
Explication de la messe [n° 600, <4° — « Quant on sone la messe se 
« deueiz scauoirque ce sont les messaigiers Jhu Crist., etc. »]; un Traité 
de la messe, mélange de prose et de vers [n° 4o3, i° — « Audire mis- 
« sam cum deuotione . . . . Sainct Grégoire dit que oir messe, etc. »]; 
un autre Traité de la messe [n° 4o3, 2° — « Sainct Pol dit que l'ori- 
« son, etc. »]; les Prérogatives de la messe' 2 [n° 675, 1 o° — « La cele- 
« bracion de la messe est renouocion et remembrance, etc. ■]; Ques- 
tion sur la communion [n° 534, 5° — «La demande se il est boin de 
« souvent rechevoir le cors nostre Seigneur, etc. »] ; Une bonne confes- 
sion [n° 64o, 3° — « Je me confesse à Dieu et à la benoite vierge 
« Marie, etc. »] ; Y Examen de la conscience [n° 676, 3° — « Quiseveult 
« mettre de lestât de péchiez en lestât de grâce et de salutz, etc. »]; 
De la manière de connaître péchiez véniel et péchiez mortel [n° 675, 5° — 
« Cy sensuit une exemple généralz par lequelle on peut cognois- 



1 L'analyse du manuscrit 600, qui con- 
tient 7 parties, doit être rectifiée au Cata- 
logue de 1870 comme il suit : 1° Prières 
latines et françaises, en prose et en vers, 
avec quelques autres pièces ; 2° les Heures 
de la Vierge, en vers français, à l'usage 
de Paris; 3° la Passion de saint Georges, 
en vers; 4° l'Explication de la messe; 
")° Prières et méditations , en français, en 
prose et en vers ; 6° La générale teneur de la 
foi catholique, par Jean Gerson; 7 Prières 
et méditations , en français, en prose et en 
vers. 

' L'analyse du manuscrit 675, qui con- 



tient 10 parties, doit être rectifiée au Cata- 
logue de 1870 commeil suit : i"Le doctrinal 
des povres simples gens ; 2° La générale te- 
neur de la foi catholique; 3° L'examen de la 
conscience; h° La science de bien morir; 
5° Une exemple générale pour cognoistre 
péchiez véniel ou mortel; 6° Les enseigne- 
ments de divers docteurs et deSalomon à son 
fils; 7 L'exemple d'un riche homme à qui est 
advis qu'il était mort ; 8° Ung petit ditiez 
sur la Passion; 0/ Une disputation entre 
l'âme dévote et Nostre Seigneur; 1 0° Des 
prérogatives de la messe. 



cxliv NOTICE 

« tre, etc.»]; La science de bien morir [n° 675, 4° — «Si les vrays 
« amys d'un malade font grande diligence envers luy, etc.»]; Les 
heures de la Vierge, en vers français, à l'usage de Paris [n° 600, 2 — 
« De toy et de ta vierge mère Dieu entens en mon adiutoire, etc. »]; 
Ung petit ditiez sur la Passion, en vers [n° 675, 8° — «Je te salue 
« vierge pucelle, De celle ioye que tu receupt, etc. »] ; des Prières et 
méditations, en prose et en vers [n° 600, i°, 5°, 7 — « Je te salue glo- 
« rieuse vierge Marie et espouse, etc. » — •< Très doulz Dieu je vous 
« cri mercy, etc. » — «Sire Deu tout poissans peire, etc.. . . »]; 
un Recueil de prières en latin et en français, en prose et en vers [n° 696, 
il manque les premiers feuillets]; « Les demandes que Ton faict à ung 
« anffans quant il veult prendre l'habit de religion à Saint-Arnould 1 » 
[n° 5o2, 4°]; un recueil de 5 traités pieux [n° 669 — « Je te prie... »]. 
D'autres textes du xv c siècle sont consacrés à des traités de mo- 
rale, soit religieuse, soit philosophique. Nous citerons à leur tête 
Le miroir de la vie liumaine fait par Rodorique hespaiqnol évesque de Za- 
7iiorensis' 2 [n° 24 1 , n° — « Cy commence le livre intitulé . . . etc. »]; 
puis cinq ouvrages de Jean Gerson : La générale teneur de la foi catho- 
lique 3 [n os Goo, 6° et 676, 2 — « Gloire soit à Dieu en cui nom 
« pour le salut des âmes, etc. »]; La montagne de contemplation [n° 53o, 
i° — « Aucun se pourront donner merueille pourquoy, etc. »]; La 
montagne de méditation contemplative [n° 53o, 2 — «La première 
« chose que cil ou celle doit faire qui wet monter deliurement, etc. »]; 



1 L'analyse du manuscrit 5o2 , qui con- 
tient 5 parties, doii être rectifiée au Cata- 
logue de 1870 comme il suit : 1° Ordo 
ad faciendum monachum; 2° Oraiio dicenda 
aide missarum celebrationem , suivie d'autres 
pièces pour chaque partie de la messe; 
3° Ordo ad clericum faciendum; LC Les de- 
mandes que l'on faict à ung anffans, etc.; 
5° L'office des morts. 

2 Ce traité est la traduction française du 
Spéculum vilœ liumanœ composé en latin 
par Rodéric, évèque de Zamora. Cette tra- 



duction a été imprimée à Lyon en 1^77. 
Le traité contenu dans le manuscrit de 
Metz est une copie de l'imprimé de 1^177 
exécutée en i<483 par Jean Perrini, mi- 
nistre de la Trinité de Metz, cpii fit égale- 
ment un peu plus tard, en 1^96 , une copie 
de l'ouvrage latin original, laquelle nous 
est parvenue aussi dans un manuscrit pro- 
venant de Saint-Clément [n° i48, 5°]. 

3 Voir les notes ci-dessus, touchant le 
contenu des manuscrits 600 et 675. 



SUR LÉS MANUSCRITS DE METZ. 



CXLV 



Sermon sur les morts, en prose [n° 53o, 3° — « Pansée saincle el salu- 
.1 taire est pour les mors oraison faire , etc. >]; Sermon sur la Passion, 
en prose 1 [n° 453, 3° — «A Dieu sen va et à mort amère Jhesus 
« voyant sa doulce mère. Certes ainsi est (Je nostre dueil uoirement 
« débitons nous bien auoir tousiours remembrance, etc. »]. 

Mentionnons maintenant les écrits du xv c siècle du même genre que 
les précédents dont les auteurs sont inconnus; et d'abord un Traité 
des tentations, mêlé dans un de nos manuscrits à des ouvrages latins 
de Jean Gerson et qui pourrait bien être de lui également [n" G î î, fi 

— « Pour nous humilier desoubz la main de Dieu, etc. »]; le Doctrinal 
des povres simples gens [n os 3 î o, i°, el 676, i° — « Cest présent livre 
a en fransois est de tres'grant proufit, etc. »]; les Enseignements de di- 
vers docteurs et de Salomon à son fils 2 [n os 534, 2 , et 675, 6°. — « Biaux 
« filz comance à Dieu servir, etc. »]; le Doctrinal, en vers 3 [n°4i9,3" 

— « Seignours or entendes (pie Diex vous béneie, etc."]; Sermons 
sur les vices et les vertus, traduction d'un ouvrage latin intitulé Dicta 
salutis [n° i48, i° — « Cest cy la parolle que lescripture annonscent, 
« etc. »]; Le chasteau périlleux de l'âme [n° 534, i°, il manque le commen- 
cement. — L'ouvrage est accompagné d'une pièce de vers : « Pour la 
«fatigue de ce liure, etc.»]; Le jardin amoureux de l'âme dévote 11 
[n°534, 3° — « A labaye de déuote religion fondée en ce mondain 

désert, etc.» — L'ouvrage est accompagné d'une pièce de vers : 



' Nous joignons cet opuscule de J. Ger- 
son aux précédents, bien qu'il se trouve, 
non pas comme eux dans un manuscrit du 
w siècle, mais clans un manuscrit du 
xvi* siècle seulement. 

1 Voir la note ci-dessus, louchant le 
contenu du manuscrit 67.S, et celle ci- 
après sur le contenu du manuscrit 534. 

L'analyse du manuscrit /u 9 , qui con- 
tient 5 parties, doit être rectifiée au Cata- 
logue de 1870 comme il suit : 1° Colla- 
(tonfaicte à Paris entre les maistres en médi- 
cyne; 1° Uns livres de médechines qui est 

HAX. DE!- BIBL. V. 



pourjitubles à toute gentz, en vers; 3° Le 
doctrinal, en vers ; l\° Traité des herbes mé- 
dicinales; 5° Recettes et prescriptions médi- 
cales. 

4 L'indication de ce traité est omise au 
Catalogue de 1870 dans l'analyse du ma- 
nuscrit 534 qu'il faut rétablir ainsi : i° Le 
chasteau périlleux de l'âme; 2° Les enseigne- 
ments de divers docteurs et de Salomon à son 
fils ; 3" Le jardin amoureux de l'âme dévote; 
à" Les lettres de saint Pierre de Luxem- 
bourg; 5° Question sur la communion. 



cxlvi NOTICE 

« Pour la couronne amoureuse gagnier, etc. »]; Une dispulation entre 
l'âme dévote et Nostre Seigneur 1 [n° 675, 9 — Déuole matière à folz 
« gens. — Sire Dieu, dit l'âme, je diz que par droit, etc. »];Le chappelet 
d'amour divine [n° 678 — « La saincte escripture souuent a comparé les 
« vertus de l'àine aux fleurz des arbres , etc. »]; un Recueil de pièces di- 
verses, en prose et en vers [n° 855 — « Sen suyuant aucunes cronic- 
" ques extraictes d'aucuns ancians registres et aultres enseigne- 
« mens, etc. »]; une traduction française, du xv e siècle, accompagnant 
un traité intitulé : « De raptu anime Tundali et ejus visione > [n° 607, 
5°,]. 

Quelques pièces du xv c siècle ont un caractère particulièrement 
littéraire, scientifique ou historique : une Ballade transcrite à la suite 
d'un psautier latin [n° 571 — « Il n'est danger que de villain, N'or- 
« guel que de poure enrichy, Ne sy seur chemin que le plain, etc. » 
(28 vers)]; L'exemple d'un riche homme à qui est advis qu'il était mort, 
sorte d'apologue en vers 2 [n° 675, 7 — « Or entendez por Dieu Sei- 
gneur, Que Dieu vous doint ioye et honneur, Je vous diray une 
« merueille, Oncque noyt la pareille, etc. » (environ 700 vers)]; Le 
mystère de saint Clément, composition dramatique en vers 3 [n° 968 — - 
« Cy commence la vie, etc. ]; Le livre desfaiz avcntureulz de Saturne, 
Jupiter et Hercules [n° <4o3, 3° — « Tous les filz de Noë espars par 
« les climaz régnez et estranges habitations, etc. »]; un Petit traité de 
la grammaire latine [n° 643, 6° — < On doit encommancier son latin 
« par une de ces vi manières, etc. »]; Principia quœdam grammatical ium 
in vulgari [n° 6^7, 3° — « Pour avoir queilque introduction de con- 
« gruité latine, etc. »]; Tabula astralabii sive canon à magistro Johanne 
Fusoris[n° 606, 2 — « Honorable chose et moultàprisier aux princes 
« et seigneurs, etc. »]; Collation faicte à Paris entre les maistres en 
médicyne, etc. [n° 4 19, i.° — «Premièrement est assauoir que de- 

' Voir )a note ci-dessus, touchant le blié par M. Abel d'après le manuscrit de 

contenu du manuscrit 675. la bibliothèque de Metz. Un volume in-4°-, 

" Idem. Metz, 1861. 
3 Le Mystère de saint Clément a été pu- 



SUR LES MANUSCRITS DE MET/ cxltii 

a dens ung jour naturel que contient xxiiij heures sont forméez touttes 

■ maladies, etc.»]; Chi endroit se commcnche uns livres de médechi- 
nes, etc., traité en vers précédé d'une préface en prose [n 4io,, a 
— «Il est escript u quart livre de Viaticus et de Ysaac, etc. — Cil 
« traitiés n'est mie de songes. Ne de fables ne de menchongnes, etc. »]; 
Traité des herbes médicinales [n° 4 1 9 , k° — «Pour ce que pluisours 
« hierbes nécessaires et proufitables, etc. »]; Recettes et prescrip- 
tions médicales [n° 4 19, 5° — «Nota: yauwe d'une hierbe apiellée 
«le seel nostre dame se fait ainsy. Pren chieste hierbe, etc.»] 1 ; 
la Chronique des empereurs et rois de Bohême, mélange de prose et 
de vers [n° 83 1 — « Si après trouueres et sont pluxeurs coroniques 

parlons de l'emperrour Hanrcy cuien de Lucembourg et de sa des- 
xandue , etc. »]; la Chronique des Célestins de Metz [n° 833 — «Et 
« aprez cen que le dis Bertran vit et apercent la conuersation et la 
< bonc deaolion tant dez ij premiers frères que d'aultrez qui furent 
n enuoiez de France, etc. »] ; le Journal d'André de Ryneck [n° 834 — 
« Sensuient la substance des lettres que monss r le marquis de Bauden 

■ escript, etc. »]; le Rôle d'une contribution jetée sur les villages des sei- 
gneurs messins en iàOU [n° 9/10 — « En cest pappiet sont escriptez lez 
« villes appartenant à ciaulz de Mes que s'appartiennet à taillier selonc 
« le huchement, etc. »]; le Rôle d'un emprunt contracté par la ville de 
Metz en iUUh [n° 928 — « En cest pauppiet sont escripz les noms de 
« ciaulx que prestont à la cité , etc. »]; le Registre des trésoriers à Metz, 
à partir de iU07 [n° 927 — « Ce sont lez mallelote encomansant le 
« xxviij e jour de feurier par iiij c et vii, etc. »]; un Inventaire des ar- 
chives de Metz, dressé vers le milieu du xv e siècle [n° 921 — «Cest 
« la manière et comment que les lettres que sont en l'airche au grant 
« moustier sont mize et ordenée en laie, etc. »]. 

Nous empiéterons quelque peu sur le commencement du xvi' 
siècle pour mentionner encore quelques pièces en français qui appar- 
tiennent à ses premières années, savoir : la Chronique messine rimée 

Voir la note ci-dessus, touchant le contenu du manuscrit à 19. 



cxt.vin NOTICE 

[n os 848, 85o — « Dieu soil à mon commencement et la Vierge se- 
« conclement, etc. »]; la Chronique de Philippe de Vigneulles [n° 838 — 
«Au nom de Dieu le père, le tout puissant fabricateur de tout !e 
o monde, etc. »]; le Roman deGarin le Lohérain, mis en prose par Phi- 
lippe de Vigneulles [n° 8^7 — « Les choses anciennement aduenues 
« semble à aulcunes personnes bien estrainges, etc. »]; un Etat de l'ar- 
tillerie de la ville de Metz en 1508 [n° 934 — « Cy après ensuyuent les 
< artilleries estans tant par les portes comme par les tours des mes- 
« tiers, renouuellées et visitées le xj e jour d'auril l'an mil cinq cens et 
huict »]. 

Manuscrits concernant l'histoire. — Nous venons de passer en revue 
plusieurs catégories de manuscrits consacrés à divers sujets et intéres- 
sant spécialement certaines études. Il nous reste à parler de ceux qui 
regardent l'histoire, celle de Metz en particulier. Défalcation faite 
des documents qui concernent la Cité elle-même et les pays environ- 
nants, les autres sont peu nombreux. Nous avons nommé précédem- 
ment la plupart de ces derniers, en parlant des fonds originaires d'où 
ils proviennent, nous nous contenterons ici de les rappeler par leurs 
titres, en ajoutant sur quelques-uns seulement des renseignements 
qui peuvent être utiles et que nous n'avions pas donnés précédem- 
ment. 

Indépendamment des historiens de l'antiquité et des temps moyens, 
de Sallusle [n° 522], de Valère Maxime [n° 3oi], de Flavius Josèphe 
[n° 191], d'Eusèbe [n° 18/1], d'Orose [n os 180, 186, 187, 362], de 
Cassiodore [n° 189], nous pouvons citer un exemplaire de Godefroy 
de Viterbe, accompagné d'un catalogue des papes du xm c siècle, dans 
un manuscrit du XV e qui nous vient de Saint-Clément [n° 52 1]; deux 
chroniques en dialecte vénitien, commençant en 4.21, et allant, l'une 
jusqu'en 1^10 [n° 319], l'autre jusqu'en i434, continuée ensuite 
jusqu'en 1 44o [n° 206], dans des manuscrits du xv r siècle qui viennent 
de Saint-Arnould et dont le premier avait appartenu antérieurement 
aux Jésuites; une Histoire des négociations qui ont préparé, de 1 566 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cxlm 

à i58o, la prise de possession du trône de Portugal par Philippe II, 
relation détaillée écrite en espagnol et occupant trois volumes in-folio, 
manuscrits du temps, qui nous viennent également des Jésuites en 
passant par la bibliothèque de Saint-Arnould [n M 432, 433, 434] ; 
une Notice en italien sur les cardinaux qui composaient le Sacré Collège 
en i 646 , manuscrit du xvir" siècle, qui a aussi appartenu succes- 
sivementaux Jésuites, puis à l'abbaye de Saint-Arnould avant d'arriver 
jusqu'à nous [n° 43o]; une Histoire des négociations préliminaires 
conduites par les plénipotentiaires du roi de France pour la paix de 
Munster, au commencement de l'année î 646 , manuscrit du xvm p siècle 
qui appartenait à la maison des Capucins de Thionville [n° 428]; un 
travail historique sur l'ordre des Chartreux en général et sur l'abbaye 
de Rettel en particulier, de 1 43 2 à 1 769, manuscrit du siècle dernier 
qui vient de cette maison [n° 5i4]; un recueil, dont l'origine est in- 
connue, formé au xvm e siècle par le U. P. Olivier Légipont, et conte- 
nant des documents et des notices historiques sur l'Eglise de Cologne 
[n° 392]'; une petite histoire anonyme des princes de la maison 
d'Autricbe jusqu'à Charles VI, manuscrit du siècle dernier dont l'ori- 
gine est également inconnue [n° 393]. 

Nous rappellerons encore, pour finir, comme rentrant par leur 

' La colleclion des manuscrits de Metz archiep"' eoloniens'", auctore Bodife Bon- 
renferme encore une copie de la Biblio- tiens. 1753, itupr.; 2 Pandeclae cœnobior'". 
graphie bénédictine d'Olivier Légipont O. S. Bened. in Anglia, etc. 1768, ms.; 
[n°39^], et quatre volumes de Mélanges 3°Coloniens.Ecclesia3diplomataaban.3i3 
réunis par le même auteur et contenant ad an. 1 705, ms.; k° Henrici III 108/t, Fri- 
des lettres, des dissertations et des opus- derici régis 1 1 53 , Elizabethae S. S. Mâcha 
cules de tout genre [n 01 697, 698, 699, beor. Colon, abbatissae circa 12/io, cartae. 
700]. Quant au Recueil de notices et de mss.; 5° Program. in causa aéra' vulgaris 
documents historiques sur l'Eglise de lu rida ta; Ecclcsiœ Colon. auct' e Neller 17 55- 
Cologne, les uns manuscrits, les autres 1 766, impr.; 6° Sacra; metropol. Coloniens. 
imprimés, mentionné ci-dessus sous le nu- anliquitaleselpraerogativa;, aucl. Pi. P.Oli- 
méro 392 , l'importance de quelques-unes verio Legipontio, impr.; 7°Fastorum abba- 
de'ses parties nous engage à en donner ici lia- S. Martini majoris Colonise exegesis bis- 
une description plus détaillée que celle qui torica usque ad an. 1 7/1 1 , aucl. P.. P. Olive- 
est fournie par le Catalogue. Ce recueil rio Legipontio, ms.; 8° Fragmenta, 9 fol. 
contient: 1° Origines praecipuorum jurium ms. 



cl NOTICE 

caractère dans la catégorie des documents historiques, un traité des 
Armoiries, de Bartholomeo de Saxo-Ferrato , dans un manuscrit du 
xv p siècle qui vient de Saint- Vincent [n° 296], et une copie malheu- 
reusement incomplète du xiv e siècle du livre de Carpin sur les Tar- 
tares , dans un recueil qui vient de la Chartreuse de Rettel [n° 65 1 ] 

Histoire de Metz. — Nous n'avons à citer, comme on vient de le 
voir, parmi les manuscrits de Metz, que bien peu d'ouvrages concer- 
nant l'histoire de l'antiquité ou celle des pays étrangers. La collection 
est naturellement plus riche en documents relatifs à l'histoire de la 
Cité elle-même et des contrées environnantes. Un simple aperçu de 
toutes les notions que nos manuscrits contiennent sur ce sujet dépas- 
serait de beaucoup les limites dans lesquelles notre travail doit se ren- 
fermer. Nous nous contenterons de mentionner sur ce point quelques 
particularités dignes d'attention dans les documents que nous avons 
sous les yeux. 

Nécrologes et cérémoniaux. — Si l'on veut se rappeler ce que nous 
avons dit, au commencement de cette notice, du caractère propre de 
chacun des deux fonds entre lesquels étaient partagés jusqu'à ce jour 
nos manuscrits, le fonds ancien [n os 1 à 7Ôo] et le fonds nouveau 
[n ,s ^ 5 1 à 1029], placés bout à bout dans le Catalogue de 1870, on 
comprendra que c'est dans le dernier surtout que doivent se rencon- 
trer les manuscrits les plus intéressants poui notre histoire. Les notions 
qui se rapportent à cet objet spécial ne font pourtant pas absolument 
défaut dans les manuscrits du fonds ancien; on les y trouve surtout 
dans les additions introduites accidentellement au milieu des traités 
qu'ils contiennent, ou transcrites sur leurs feuilles de garde et sur 
les plats intérieurs de leur couverture. Nous avons essayé précé- 
demment de donner une idée de ce que sont ces documents, sans 
avoir épuisé à beaucoup près le sujet. Ce sont des noms d'anciens 
possesseurs, des notes relatives à leur histoire et à celle des ma- 
nuscrits eux-mêmes, des chartes, des annotations de tout genre. 



CLI 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 

Voilà quel genre de renseignements surtout les manuscrits du fonds 
ancien peuvent fournir pour l'histoire de Metz et de la contrée. 

Parmi les manuscrits de cet ancien fonds il en est cependant qui, 
par leur sujet même, rentrent dans la catégorie des documents his- 
toriques proprement dits. Tels sont les nécrologcs et les cérémoniaux. 

Nous possédons en fait d'ouvrages de ce genre le nécrologe de 
Saint-Clément du xn c siècle [n° 307] 1 , celui de Saint-Arnould du XIII e 
[n° 196], celui de la collégiale Saint-Sauveur du xiv c [n° 44], celui 
de l'hôpital Saint-Nicolas de la même époque [n" o,35] 2 ; nous nom- 
mons ce dernier avec les autres, quoiqu'il n'appartienne pas comme 
eux au fonds ancien, mais au nouveau. Ces documents, de date quel- 
quefois assez reculée, comme celui de Saint-Clément par exemple, en 
reproduisent généralement d'autres plus anciens encore, et renferment 
en même temps des indications d'époques ultérieures. On y trouve 
nommés, avec la mention du jour de leur mort, un grand nombre 
de nos évèques, des ducs de Lorraine, des personnages considérables 
de la ville et de la province. 

Le nécroJoge de Saint-Arnould [n" 196] rappelle naturellement les 
grands bienfaiteurs de cette illustre maison : « Carolus magnus impe- 
■ rator, Hildegardis regina, Ludovicuspius, Carolus calvus, Arnulphus 
« imperator, Zemdeboldus [sic), Pipinus dux, » plusieurs abbés, no- 
tamment Nicholaus Cassamus (Nicolas Cassan), qui accompagna, au 
commencement du xv c siècle, l'évèque Conrad Bayer de Boppard au 



' Le nécrologe tle Saint-Clément, qui 
forme la quatrième partie du manuscrit 
307, suivant le Catalogue général de 1870, 
offre celte particularité qu'il est double, 
c'est à-dire qu'il contient en .réalité deux 
nccrologes, à peu près du même temps, le 
second cependant un peu moins ancien que 
le premier, ils ne sont pas la copie l'un 
de l'autre et ne possèdent que quelques 
notations communes. Leur attribution ne 
permet d'ailleurs aucun doute. Tous deux 
portent dans les mêmes lermes la commé- 



moration de Fingenius qui a gouverné 
l'abbaye à la fin du x c siècle : 1 vin Id. 
« octob. ob. Fingenius .... abbas bujus 
« loci. » 

' A la fin du siècle dernier, on possédai! 
en outre à Metz un nécrologe de l'abbaye 
de Saint-Vincent et trois autres nécrologes 
des monastères de Sainte-Claire, de la Mag 
deleine et des Céleslins, dont un de nos 
bénédictins , dom Dicudonné , nous a laissé 
des extrails ou des mentions [n°o,o3, fol. 
2^5, 267, 278, et nNjoo,, fol. 2/15]. 



clii NOTICE 

concile de Constance et qui était probablement parent, peut-être fils, 
de ce Colignon Cassamus mort en 1396, honoré d'une sépulture à la 
cathédrale, et dont la curieuse épitaphe, encore subsistante, porte 
qu'il fut « menestreis à l'empereire Chairle de Behaingne et as boins 
« rois decpengue Dan Allefonce rois de Castelle celi qui gaingnait 
« lai grant bataille de Tariffe et que gaingnait Argezilie. » 

Les nécrologes de Saint-Clément [n° 307] et de Saint-Sauveur 
[n° kt\\ mentionnent des individus souvent qualifiés miles, apparte- 
nant aux vieilles familles depuis longtemps éteintes qui figurent dans 
les plus anciens documents relatifs aux paraiges messins, les Port- 
Saillis, les Porte-Muselle, les Malebouche, les Makerel, les Moielan, 
les Rabowant. 

Le nécrologe de Saint-Sauveur [n° l\li\ nous donne, entre autres 
particularités, un exemple à relever des modifications de formes su- 
bies par les noms propres : « Dominus Nicholaus dictus Ottins filius 
» Ottoms civis Metensis. » Ce même nccrologe de Saint-Sauveur four- 
nit un renseignement , qu'on ne trouve que là , sur la structure en forme 
de dôme de la vieille église de ce nom; et il attache une date pré- 
cise à la destruction de ce vénérable édifice, démoli au milieu du 
xvi c siècle parce que, disait-on, ses hautes voûtes pouvaient porter 
de l'artillerie et servir à battre la citadelle que le roi faisait construire 
alors à Metz. On y lit en effet: « vin Ici. Martis 1 565 , D. Jo. Bruan 
« Rupensis, canonicus hujus ecclesiœ et S 1 Theobaldi, perculsus in- 
« gentis deauratae crucis lapsu e pinaculo templi s 1 Salvatoris (ejus erat 
" appendix exiguatemplum istud 1 ), hemispherici sublimis atque ampli 
«a D. Wallone episcopo Mettensi ante annos septingentos conditi, 
« quod sub Carolo IX Galliarum rege diruebatur, quia arci regiœ 
« videbatur obstare, rehnquens ille multis magnum sui desiderium, 
« repentina morte animam efïïavit. » 

Le vieux nécrologe de Saint-Clément [n° 307] renferme aussi plu- 

1 Ceci montre qu'on laissait alors à la simple appendice auprès de l'église plus 
vieille collégiale une église plus petite, qui grande terminée en dôme hémisphérique, 
auparavant ne figurait que comme un détruite en 1 565. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. cliij 

sieurs noies modernes, parmi lesquelles une longue et pompeuse 
épilaphe en l'honneur d'un médecin de l'abbaye mort en iG3o, 
« honorabilis dominus Nicolaus d'Armène charissimus medicus hujus 
i domus. . . etc., » dont le nom rappelle celui du religieux bénédictin 
dom Godefroy d'Armène, son fils, auteur d'une Histoire de l'abbaye 
de Saint-Clément datée de i65/|, qui figure sur le catalogue de la 
bibliothèque de cette maison en 1 7 1 8 et que nous n'avons plus. Le 
nécrologe de Saint-Clément contient encore cette indication relative- 
ment moderne, que nous relevons en passant parce qu'on n'irait pro- 
bablement pas la chercher dans ce lieu : « L'abbé de S 1 Clément donne 
« à Rome pour ses annates 2 33 ducatz » (écriture du xvn° siècle). 

Avec les nécrologes, nous avons mentionné les cérémoniaux. Nous 
en possédons deux fort anciens: celui de la cathédrale [n° 82] et celui 
de l'abbaye de Saint-Arnould [n° 1 32]. L'un et l'autre sont des manus- 
crits du xm c siècle: mais celui de la cathédrale n'est que la trans- 
cription d'un texte antérieur et remontant au commencement du 
xn e siècle, peut-être même au xi c , comme semble l'indiquer cette 
particularité qu'il ne mentionne jamais, avec les autres collégiales, 
celle de Notre-Dame la Ronde, instituée en 1 i3o. Le texte originaire 
serait d'un autre côté postérieur à 1070, date de l'institution des 
Chanoines de Saint-Sauveur, dont il est souvent question dans les 
cérémonies que décrit le document. L'origine de celui-ci doit se rap- 
porter, d'après cela, soit à la fin du xi c siècle, soit au commencement 
du xn c . La détermination de cette date, ne fût-ce que d'une manière 
approximative, a quelque importance, à cause de la nature des indica- 
tions contenues dans le document qu'elle concerne. 

Nous ne parlerons pas ici de ce qu'on trouve dans nos vieux céré- 
moniaux touchant la liturgie et les usages purement religieux, malgré 
l'intérêt que présentent les questions de cet ordre; nous dirons seu- 
lement quelques mots de certains renseignements d'un autre genre 
qu'ils lournissent également et sur lesquels on ne possède que de 
très-rares témoignages historiques, ce qui donne un prix tout parti- 
culier à ceux-ci. Nous voulons parler de quelques indications topo- 

MAN. DES B1I5L. V. T 



CUV 



NOTICE 

graphiques sur l'état des lieux autour de la cathédrale et dans diverses 
parties de la ville. Ces notions, qu'on ne penserait peut-être guère à 
chercher dans des documents de ce genre, ressortent de la descrip- 
tion des cérémonies et surtout des itinéraires de processions qu'on 
trouve dans ces textes anciens. 

L'édifice dont il est question dans le cérémonial de la cathédrale 
est. celui qui a précédé l'imposant monument qui existe aujourd'hui, 
celui dont le chœur aurait été construit, prétend-on, au vm e siècle 
par Chrodegand et la nef commencée au xi c par l'évêque Théodoric II. 
Cette église était heaucoup moins considérante que la cathédrale ac- 
tuelle dont elle n'occupait que pour une partie seulement l'empla- 
cement. C'était pourtant déjà la grande église « Major ecclesia, Majus 
« monasterium, le Grand moutier. » Le vieux document nous montre 
ce vénérahle sanctuaire flanqué du côté du levant par son cloître auquel 
a succédé la place d'armes actuelle, et de l'autre côté par les larges 
degrés du haut desquels l'édifice dominait vers le couchant la place de 
Chambres 1 « Gradus in thalamis. » Le cérémonial signale le portail 
principal au pied de la tour, « Ostium quod est juxta ostium turris, » et 
la ceinture d'églises secondaires qui se serraient autour de la basilique 
du côté du sud et du levant , le couchant et le nord se trouvant dégarnis à 
cause de la déclivité de la colline. Il nomme Sainl-Pierre-le-Majeur 
(Saint-Pierre-aux-Images) et Saint-Pierre-le-Vieux séparés par les 
écoles « eant ad S m Petrum majorera ... (et) per ante scholas ad S m Pe- 
« trum seniorem, » Saint-Paul, Saint-Jean qui près du portail était 



1 Le nom singulier de la place de 
Chambres a beaucoup occupé ceux qui 
ont travaillé sur les anliquil.es de Metz. 
Son interprétation latine, dans nos céré- 
moniaux des xn e et xm° siècles « Thalami, 
«in Thalamis, ad Thalamos,» mérite de 
fixer l'attention. Il peut être utile de rap- 
procher de ces indications le passage sui- 
vant du cérémonial de la cathédrale [n°82], 
relatif à une procession dans laquelle les 



chanoines de cette église se rendaient à 
celle de Saint-Laurent, près de Saint-Ar- 
nould : « Cantata missa , cantatur meridies, 
« poslea eunt domini parvi el magni (cano 
a nici) in Thalamiim']\ixla ecclesiam (S'Lau- 
« renlii) et ibi datur eis panis cum vino et 
icum piris ab illo cujus est ecclesia. Dein 
• reverlilur in ecclesiam S' Laurentii et 
« accepta cruce exeunt. » 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. u.v 

vraisemblablement l'ancien baptistère épiscopal, Sainte-Marie située 
auprès de la tour, de telle sorte que , pour arriver du dehors au portail , 
on passait entre cette dernière église et celle de Saint-Pierre « et débet 
■ intrare in majorem ecclesiam per illud hostium quod est inter eccle- 
a siam S ac Mariae et ecclesiam S' Pétri (majoris). » Ces indications cor- 
respondent à un état des lieux entièrement différent de celui qui 
existe aujourd'hui. 

Non moins intéressants sont les renseignements que le cérémonial de 
la fin du xi c siècle donne touchant la topographie de la ville elle-même 
et l'enceinte de celle-ci, modelée encore à cette date sur celle que dé- 
crivent les textes légendaires. C'est en effet vers les xm c et xiv e siècles 
seulement que l'enceinte, embrassant pour la première fois les fau- 
bourgs qui s'étaient formés autour d'elle, prit les dimensions qu'elle 
a conservées jusqu'à l'époque du siège de i 552 et qui n'ont guère 
été modifiées depuis lors que par quelques adjonctions vers le midi 
entre la Seille et la Moselle, et surtout au couchant au delà du grand 
bras de celle-ci. Au xn c siècle, Metz était resserré dans une enceinte 
beaucoup moindre, qui ressemblait tout à fait à celle que font con- 
naître les descriptions légendaires de la ville primitive et les fouilles 
par lesquelles, à différentes époques, ont été mis à découvert les 
restes de la muraille qui lui correspond. Les lignes de cette enceinte 
sont précisément celles que suit, d'après le cérémonial de la cathé- 
drale, l'ilinéraire d'une procession qui devait se faire autour de la 
ville le jour de la Saint-Marc, la procession des Grandes Litanies ou des 
noires croix, « cruces nigrœ, » instituée à Rome, à l'occasion d'une 
peste, par le pape saint Grégoire, à la fin du vi e siècle. Celte proces- 
sion commençait hors des murs, du côté du levant, près de l'église 
Saint-Simplice, à la place des Changes 1 , non loin de la porte et du 

C'est dans ce lieu, aux Changes «in une des sources de la prospérité de celle 

u concambiis» (aujourd'hui place Saint- ville. Les Messins étaient riches; ils étaient 

Louis), que se trouvaient les labiés eu dès lors les prêteurs naturels des seigneurs 

(taux des changeurs, dont l'industrie, très- généralement besoigneux de la contrée, 

développée à Metz, était au moyen âge Les gages livrés par ceux ci étaient parfois 

T 



CLVI 



NOTICE 



pont de Seille, « in concambiis juxta pontem Saliae. » Elle traversait le 
faubourg, dit le Neufbourg, qui avait alors une enceinte et des portes 
particulières, puis elle parcourait la région dite des Basiliques, « ad 
« Basilicas, » située au sud de la ville, où s'élevaient en grand nombre 
les sanctuaires les plus vénérables et, au milieu d'eux, les grandes 
abbayes de Saint-Clément, de Saint-Arnould et de Saint-Symphorien. 
Le bras oriental de la Moselle limitant la ville du côté du couchant 
et la muraille baignant sur différents points dans ses eaux, la proces- 
sion devait rentrer dans la ville pour suivre au dedans de son enceinte 
la rive droite du fleuve; mais elle en sortait au point où l'enceinte 
elle-même se détachait de celle-ci et gravissait, au dehors, la colline 
escarpée au haut de laquelle se dressait l'église de Saint-Ségolène, qui 
se trouvait à cette époque hors des murs. Le cortège descendait en- 
suite le long de ceux-ci, toujours au dehors de la ville, jusqu'à la 
porte de Seille n porta Saliae » (Port-saillis), devant laquelle la pro- 
cession finissait, près du point où elle avait commencé. 

Le cérémonial de Saint-Arnould complète à cet égard les rensei- 
gnements que fournit celui de la cathédrale. Plus moderne que l'autre 
d'un siècle, appartenant à un temps où l'enceinte avait déjà commencé 
à s'étendre, il nous fournit une espèce de commentaire des indi- 
cations antérieures. La procession, telle qu'il la décrit, suivant tou- 
jours l'itinéraire consacré par l'usage, ne finit plus, comme à la 
fin du XI e siècle, devant la porte de Seille, mais au lieu, est-il dit 



de riches domaines qui, trop souvent et 
trop facilement au gré de ces débiteurs peu 
scrupuleux, devenaient la possession de 
leurs créanciers. De là bien des querelles 
et des guerres soutenues par la Cité contre 
ses voisins. Ces obligations et leurs consé- 
quences sont notamment la cause des 
principaux griefs arliculés par les princes, 
ie roi de Bohême comte de Luxembourg, 
l'archevêque de Trêves, le comte de Bar 
el le duc de Lorraine, ligués en i32<d 
contre la ville de Metz. Ils demandaient 



que : « Tous et quelconques héritaiges de 
« fieilz et tous les fiedz que ceulx de Metz 
« ont acquestés sans la vollenlé et con- 

« sentement desdils seigneurs leur 

« soient rendus par ceulx de Metz; 

« que Irsdits seigneurs fassent quictes de 
« touttes debtes et de touttes plesgeries et 
« renderies que cilz de Metz leur ; ourroienl 
» demander qu'ilz fussent tenus à eulx , dès 
« cest jour en arrière, etc. » (Chronique de 
Praillon , dans les Chroniques de Metz 
publ. par Huguenin en : 838 , p. 56-5y.) 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. clvii 

alors, où cette porte était jadis, « ad locum ubi quondam fuit porta 
« Saliae. » 

Les processions des Petites Litanies instituées, disait-on, au v c siècle 
par saint Mamert, évêque de Vienne, à la suite d'un tremblement de 
terre, et qui avaient lieu pendant les trois jours des Rogations, avant 
la fête de l'Ascension, nous font connaître, d'après les deux cérémo- 
niaux de la cathédrale et de Saint-Arnould, les environs de la ville; 
car ces processions devaient parcourir la campagne, et, du côté du 
midi, elles allaient jusqu'au pont de Moulins où elles passaient la 
Moselle, à plus d'une lieue en amont de la ville, pour s'élever ensuite 
jusqu'à l'oratoire de Saint-Quentin, sur la côte qui domine du côté 
du couchant toute la vallée. Ces renseignements sont confirmés dans 
tous leurs détails par les indications que fournit à cet égard un autre 
manuscrit de notre collection, un lectionnaire du xm e siècle de la 
cathédrale [n° 329], qui marque aussi les diverses stations de ces 
itinéraires, en prescrivant ce qu'on devait chantera chacune d'elles, 
et en se rendant de l'une à l'autre. 

Les cérémoniaux de la cathédrale et de Saint-Arnould contiennent 
bien d'autres renseignements intéressants que nous ne pouvons pas 
même indiquer, n'ayant reproduit ceux qui précèdent que pour mon- 
trer quel genre d'intérêt ces documents peuvent avoir. Signalons 
cependant encore ce que dit celui de la cathédrale du rôle dévolu 
dans certaines circonstances aux hommes qui demeuraient sur le 
domaine de la cathédrale, au village de Woipy, tout près de la ville, 
A la bénédiction des palmes, qui était faite traditionnellement par 
l'évèque sur la Croée Saint-Arnould, «in medio campo Croade , ad 
« campum qui jacet inter Sanctum Symphorianum et Sanctum Arnul- 
» phum et dicitur campus Sancti Arnulphi 1 , » c'étaient les officiers de 
la communauté de Woipy, « officiales de Wapej, » qui érigeaient la 

Celle cérémonie rappelle évident- Apôtres, plus tard de Saint-Arnould. 

ment le souvenir de l'époque où les pre- comme nous l'avons montré ailleurs 

miers évoques de Metz avaient leur siège {Études sur l'histoire de Metz. — Les lé- 

à la basilique de Saint-Jean ou des Saints (jendes, p. 269 et 023). 



cLvin NOTICE 

croix et ce que nous appellerions aujourd'hui le reposoir, « palliis 
« sericis retropendentibus et tapetis ante ipsam crucem prostratis. » 
Aux trois processions des Petites Litanies ou des Rogations, les 
paysans du même lieu portaient les grandes bannières de la cathédrale 
et le dragon de Saint-Clément, connu à Metz sous le nom populaire 
de Graouly (Greulich?). « Rustici de Guapeio debent ferre ante pro- 
« cessionem majora vexilla ; . . . vexillum autem illud in cujus summi- 
<< tate fertur caput Draconis, débet ferri, in hiis duobus diebus pri- 
« mis, ante alia vexilla; in tertia autem die fertur post alia. » 

Cartulaires et inventaires de pièces. — Nous nous sommes arrêté 
quelque peu aux observations qui précèdent, à cause de la singularité 
des faits qu'elles concernent et parce que, en raison de cette singula- 
rité et de leur caractère spécial , ces faits .sont de ceux qu'on ne cherche 
pas ordinairement dans les manuscrits consacrés à la liturgie et au 
règlement des cérémonies religieuses, comme le sont les documents 
que nous venons d'examiner. Voulant donner une idée des particu- 
larités qui distinguent la collection des manuscrits de Metz, ce sont 
surtout les indications de ce genre qu'il nous semble bon de signaler. 

Nous serons plus bref dans ce qui nous reste à dire de certains 
manuscrits de notre collection auxquels on ira plus naturellement 
demander des notions historiques. Nous voulons parler des cartulaires, 
des chroniques, des recueils ou collections de pièces et des travaux 
élaborés par divers auteurs. Nous avons eu déjà occasion de nommer 
quelques-uns de ces documents dans les parties précédentes de notre 
travail; nous réunirons ici, pour donner une idée de leur ensemble, 
toutes les indications qui les concernent. 

Pour les cartulaires, nous citerons en première ligne les deux car- 
tulaires de Gorze : celui du XII e siècle [n° 826], précieux par son anti- 
quité, et celui du xvm e [n° 827], important à cause du nombre plus 
considérable des pièces dont il contient la transcription; le cartulaire 
de l'évêché de Metz, copie du xvin e siècle également, en 9 volumes 
in-folio [n 09 799-807]; le grand cartulaire de la cité de Metz, magni- 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. eux 

fique copie de ses atours ou lois et règlements, exécutée au xiv c siècle 
In" 75i]; le carlulaire de l'Iiôpilal Saint-Nicolas, copie de la fin du 
xvi c siècle [n° o,36]; deux recueils d'atours du xv c siècle [n os 753, 
754]; un recueil du xvn c siècle de règlements sur les métiers, édictés 
aux \iv c , xv° et xvi 1 ' siècles [n° 766]; trois collections de copies du 
xviu c siècle de documents du même genre, concernant spécialement 
les cordonniers, les pelletiers et les drapiers [n 09 760, 761, 762]. 

11 faut nommer, à la suite de ces cartulaires, les inventaires qui, à 
défaut des pièces elles-mêmes, ont souvent une grande importance : un 
inventaire, du xv e siècle, des titres de la ville de Metz [n°92 1]; un autre 
de 1 663 [n os o,22, 91/1 ,pag. 60 1-6/1 o]; un troisième de 1737 [n os (j2/i, 
9 il\., pag. 64i-652]; un inventaire, incomplet malheureusement, des 
titres existant aux archives des abbayes et monastères des Trois- 
Evèchés en 1629 [n° 825]; des inventaires, du xvm e siècle, des titres 
appartenant aux abbayes de Sainte-Glossinde [n° 8 1 8] , de Saint-Pierre 
et de Sainte-Marie [n° 82 1], à Metz; un inventaire du xvn c siècle des 
pièces produites pour établir les droits du roi sur les Trois-Evêchés 
[n° 905, fol. 1 63-2 20]; un recueil de divers inventaires des xvn c et 
xviii siècles [n° 923]; une magnifique copie du xvnr 2 , en 1 2 volumes 
in-folio, du grand inventaire des titres de Lorraine, où se trouvent 
analysés tant de documents qui intéressent l'histoire de la Cité et des 
provinces voisines [n os 975 à 986], œuvre considérable exécutée par 
Du Fourny, en 1697-1698, pendant que les archives de Lorraine 
étaient à la citadelle de Metz, précieux travail dont les minutes sont à 
Paris, aux Archives nationales (section histor. 12368), et dont on 
connaît plusieurs copies, indépendamment de celle de la bibliothèque 
de Metz; des Tables chronologiques partielles et des Extraits de cet 
inventaire [n os 926-926]; et enfin un inventaire moderne des archives 
municipales de Thionville [n° 974. bis]. 

(^ironiques, journaux cl mémoires. — Avec les chroniques, nous 
rangeons les journaux particuliers et les mémoires. Nous citerons en 
tète le Liber episcoporum Mettensium, de Paul Diacre, dont nous avons 



clx NOTICE 

une copie de la fin du xi e siècle [n° àyli], qui figure au présent cata- 
logue sous le titre de Vita S il démentis, à cause d'une importante in- 
terpolation concernant ce saint évêque, introduite dans ce manuscrit, 
et sur laquelle nous nous sommes expliqué en parlant du fonds origi- 
naire de Saint-Arnould '. Mentionnons maintenant la suite de ces inté- 
ressants documents, en les classant à peu près suivant les dates proba- 
bles de leur composition. 

La Chronique des évêques de Metz, — Gesta episcoporum Mettensium , — 
ouvrage écrit d'abord en latin, traduit de bonne heure en français, 
et comprenant huit parties distinctes rédigées successivement et, selon 
toute apparence, aux dates à peu près où chacune d'elles s'arrête, 
1162, 1212, 1260, 1296, i32^, 1 384. , i/i84, 1 54-8. Il existe de 
cette chronique, publiée plusieurs fois mais pas encore complètement 2 , 
un grand nombre de copies. La bibliothèque de Metz en possède 7, 
li du texte latin et 3 du texte français : le texte latin, parties I à VI, 
dans un manuscrit du xiv e siècle [n° 796] et dans deux transcriptions 
du xviu c [n os 797 et 798, 2 ], les parties I à V dans un manuscrit du 
xvi c [n° 901, fol. 62 à 72]; le texte français, parties I à VI et une por- 
tion de la partie VII, dans deux manuscrits du xvi e siècle, dont l'un 
avec une addition du xvn e relative au cardinal de Givry [n os 798, i° et 
855, fol. 212-232], les parties I à VIII dans un autre manuscrit du 
xvi e siècle également [n° 901, fol. 73 à io4]- 

La Chronique des maîtres-échevins , de 1 1 70 à 1 5o6, avec une addi- 
tion au commencement remontant à io3o, et une continuation 
jusqu'en 1727. Cette chronique a pour point de départ un vieux 

1 Ci-dessus, p. lxii et lxih. 1. 1, Preuves); les parties I, II, III, IV par 

2 Des huit parties de la Chronique des G. Waitz, dansla grande Collectionde Pertz 
évêques, Gesta episcoporum Metlensium, (MonumentaGerm.hist. Script , t. X, in-fol,, 
telles qu'elles sont indiquées ci-dessus, i852); les parties IV et V par les bénédic- 
cinq seulement ont été publiées : les par- tins auteurs de l'Histoire de Metz (His- 
ties I, II, III par d'Achery (Spicil, in-fol., toire de Metz, in-4°, t. III, Preuves, 177!)). 
1723, t. II) etpardom Calmet, qui a sup- Les parties VI, Vil, VIII sont encore iné- 
primé les deux premiers tiers de la partie I dites. 

(Hist. de Lorraine, in-fol., 1728 et 17^5, 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. clxi 

document dont on ignore la date originaire, complété ultérieurement 
par des additions successives dans des copies des xv c et xvi c siècles 
[n° a 828, 829 et 855, 20 , 21 ]. 

La Chronique des empereurs et rois de Bohême comtes de Luxembourg, 
de 1 3oo à i/|.3/|, manuscrit du xv c siècle, partie en vers, partie en 
prose [n° 83 1], dont la portion la plus curieuse peut-être est le récit 
de la guerre de i3a/i, soutenue par la cité de Metz contre le roi 
Jean de Bohême comte de Luxembourg, l'archevêque de Trêves, 
le duc de Lorraine et le comte de Bar; composition de plus de 
2,000 vers qui commence ainsi : «Pour escheveir mirancolie. . . » 
La collection de la ville de Metz possède de ce document, outre le 
manuscrit du xv e siècle, une belle copie du xvm c [n°832]. Le poëme 
de la guerre de 1 3 2 4 a été publié en 1875 par MM. de Bouteillier 
et Bonnardot. 

Lz Chronique du doyen de Saint-Thiébaut, de 1200 à i/j.63, dont 
nous n'avons à Metz qu'une copie moderne faite sur le manuscrit de 
la Bibliothèque impériale de Vienne [n° 1008]. Cette chronique a été 
publiée par dom Calmet dans les Preuves de son Histoire de Lorraine 
(i r " édit , t. Il, Preuves, col 169; 2 e édit., t. V, Preuves, col. 1). 

La Chronique des Céîeslins,de 1 3y 1 à 1^69, manuscrit du XV e siècle, 
tout entier de la même main [n° 833]. Cette copie, mutilée au com- 
mencement et à la fin, paraît être une mise au net au moins partielle 
du document que les bénédictins auteurs de l'Histoire de Metz citent 
dans leur préface (p. ix), sous le titre de Grande chronique des Célestins, 
et qu'ils attribuent à Nicole de Luttange, prieur des Célestins de Metz. 
La Grande chronique des Célestins qu'ils visent ainsi n'existe plus, et 
nous ne la connaissons que par des descriptions, par celle notamment 
accompagnée de quelques extraits qui est due à dom Jean François 
et qui est conservée dans un recueil intitulé Miscellanea Mettensia, 
Tom. Il, autrefois à Senones, aujourd'hui à Epinal 1 . Nicole de Luttange, 

Ce recueil, appartenant à la biblio- commencement de l'article qui concerne le 
thèque d'Epinal, est analysé dans le Cata- numéro 82^. 
logue général des manuscrits de Metz, au 

M\N. DES B1BL. — V. U 



CLXU 



NOTICE 



reçu au monastère des Célestins de Metz en 1896, avait certainement 
travaillé, il le dit lui-même, à la Grande chronique; mais il n'en 
était pas Tunique auteur, car elle allait de 1 366 à i52Ô, et l'original 
que décrit dom Jean François était de plusieurs mains. On y trouvait, 
suivant lui, certaines particularités compromettantes « et, ajoute-t-il, 
« ces détails ont paru odieux et déshonorants pour l'ordre à un père 
« céleslin qui a brûlé la chronique entière en 1771. » La Grande chro- 
nique des Célestins avait été vue par dom Calmet, qui en parle dans 
la note placée en tête de la Chronique du doyen de Saint-Thiébaut, 
parmi les Preuves de son Histoire de Lorraine; elle avait également 
passé sous les yeux de dom Dieudonné et de dom Brocq, auteurs de 
travaux sur notre histoire. Les descriptions qu'on en a par ceux qui 
l'ont vue présentent quelques variantes ', mais toutes s'accordent à 
démontrer qu'elle différait, en quelques points au moins, de celle 
que nous avons aujourd'hui entre les mains, ce qui est d'accord avec 
le fait énoncé par dom Jean François, qu'elle a été détruite en 1771. 
Le manuscrit de Metz [n° 833] est une copie du xv e siècle qui en 
représente seulement une partie. 

La Chronique de Jean Aubrion, de i/i6/t à i5oi. La bibliothèque 
de Metz n'en possède que deux copies incomplètes (de 1^77 à i5oi) 
du xviii c siècle [n os 835, 836]. Cette chronique a été publiée en 1857, 
d'après le manuscrit original qui est à la Bibliothèque impériale de 
Vienne, par M. Lorédan Larchey, avec un supplément de i5oi 



1 Dom Calmet se borne à mentionner, 
sans la décrire, la Grande chronique des 
Célestins brûlée en 1771- Suivant dom 
Jean François, elle était de plusieurs 
mains, de la fin du xiv° siècle, du xv" et 
du xvi*, et contenait : i" les droils de 
l'Empereur à Melz, que dom Calmet lui a 
empruntés [fjist. de Lorraine, Preuves, i" 
éd., II, 2 5g; 2 e éd.,V, i3o); 2° une liste des 
maîtres -échevins jusqu'en x3g5; 3° une 
chronique de i36G à i525 de trois mains 
différentes, de i3G6 à i/i65, de 1 465 à 



i5i7,dei5i7à i525. Suivant dom Brocq, 
la chronique allait jusqu'en i55o. Suivant 
dom Dieudonné, elle était, dans le manus- 
crit, accompagnée d'un nécrologe des Cé- 
lestins commençant en 1372. Suivant les 
bénédictins auteurs de l'Histoire de Metz 
(T. I,préf.,p. ix), elle contenait : l'un traité 
des droits que l'empereur avait à Metz; 
2 une liste des maîtres-échevins; 3° une 
chronique ou journal de i3g6 à j 4 3 9 ; 
k" un recueil d'anecdotes de différentes 
mains jusqu'en 1 525. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. clxiii 

à loi 2, dû à Pierre Aubrion, cousin de Jean, el contenu dans le 
même manuscrit. 

La Chronique de Philippe de Vigneulles, depuis les origines jusqu'en 
1Ô25. La bibliothèque de Metz possède, avec deux exemplaires des 
xvi e et xvn c siècles du tome [ de cette chronique [n os 84 1, 842], les trois 
volumes autographes de l'auteur, lesquels datent du commencement du 
xvi c siècle [n €9 838,839, 84o]. Ce précieux manuscrit , sorti d'abord de 
la famille de l'écrivain, mort vers 1 5 r^ 7 , y était rentré plus tard, comme 
en lémoigne la note suivante écrite alors sur chacun des volumes : 
« Les présentes croniques ont été retirés des mains de Monsieur de 
« Marescot par la diligence de Philippe de Vigneulle amant estant à 
« Paris le 1 2 e mars 1 6 2 4- » Ce Philippe de Vigneulle, arrière-petit-lils 
du chroniqueur, était beau-frère du ministre protestant Paul Ferry. 
Les trois volumes passèrent entre les mains de celui-ci; ils portent 
des notes de son écriture. La famille de Vigneulles, devenue riche, 
avait été anoblie, au commencement du xvn e siècle, par le duc de 
Lorraine. C'est sans doute à sa vanité qu'il faut attribuer la mutila- 
tion, dans notre manuscrit, de certains passages où l'ancêtre parlait 
avec simplicité de son humble et rustique origine. Après Philippe de 
Vigneulles l'aman et Paul Ferry, on perd de vue l'exemplaire original 
des chroniques. Au milieu du xvm c siècle, il était à Berlin, où il avait 
été porté sans doute par quelqu'un des membres émigrés de la famille 
protestante du célèbre ministre. Une note de Baltus, jointe à l'extrait 
qu'il en fit un peu plus lard el que nous possédons [n° 84-5], indique 
que M. Ruzier, conseiller au bailliage de Metz, l'ayant fait revenir 
alors, le vendit à la ville vers l'année 1753, pour la somme de 
i5o livres. Sorti ensuite, on ne sait comment , des archives de celle- 
ci où il avait été déposé, il reparut en 1849 dans une vente publique, 
où la ville de Metz en fit une seconde fois l'acquisition pour le prix 
de 1 ,32 francs'. 

Cette chronique, la plus célèbre et l'une des plus importantes de 
celles qui concernent l'histoire de Metz, est encore inédile. M. Hu- 
Voyoz le manuscrit 912 de la colleclion de Metz, pages 100 et 200. 



clxiv NOTICE 

guenin aîné en avait fait, il y a quarante ans, d'après l'exemplaire qui 
est à la bibliothèque d'Epi nal, une copie presque complète, en même 
temps qu'une autre de la grande chronique dite de Praillon (de 1 3a3 à 
1 4-97), dont l'exemplaire unique est dans le même dépôt. Les deux 
copies ont été laissées par M. Huguenin à son frère, mort lui-même 
aujourd'hui. Ce grand travail avait été fait en vue d'une publication. 
Des exigences d'éditeur, auxquelles M. Huguenin crut devoir céder, 
l'amenèrenl à supprimer la plus grande partie de la chronique de 
Vigneulles et à en fondre le reste avec celle de Praillon, en y intro- 
duisant encore quelques fragments empruntés à d'autres documents 
du même genre. Ainsi fut produit le livre intitulé Les chroniques de la 
ville de Metz, imprimé en i838, et qu'on pourrait avec une parfaite 
convenance appeler « La Chronique de Huguenin. » Une révision 
minutieuse qui a été faite de son texte, en le rapprochant des ori- 
ginaux, a prouvé du reste l'exactitude scrupuleuse avec laquelle 
l'auteur moderne a emprunté' aux anciens toutes les parties de son 
œuvre 1 ; on peut donc consulter celle-ci avec toute confiance, en ce 
qui concerne au moins l'exactitude des faits. Mais le consciencieux 
compilateur a dû, pour obéir également aux exigences qui lui 
avaient fait mutiler les œuvres originales, en modifier encore l'ortho- 
graphe. On voit que son travail, malgré un certain mérite, malgré 
son incontestable utilité, ne saurait dispenser de la publication inté- 
grale de nos grandes chroniques, à laquelle il ne peut que suppléer 
provisoirement et jusqu'à un certain point. 

La Chronique rimêe, dont l'auteur est inconnu et qui a été continuée 
par différentes mains jusqu'au siècle dernier, est un document dont 
il existe un très-grand nombre de copies ; mais aucune de celles qu'on 
connaît jusqu'à présent n'est antérieure au xvi e siècle, quoique cer- 
taines parties de la chronique soient, on a quelque raison de le croire, 
plus anciennes. 

1 Cette révision a permis d'ébblir une courir des diverses parties de l'œuvre de 
table de concordance encore inédile, à Huguenin aux' documents originaux cor- 
i'aide de laquelle on peut facilement re- respondanls. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. clxv 

La collection des manuscrits de Metz contient dix de ces copies : 
quatre du xvi e siècle, allant jusqu'en 1 49 i [n° 85o], jusqu'en i5a5 
avec une continuation en prose finissant à 1609 [n° 867], jusqu'en 
1 55 1 avec une continuation en prose atteignant i65o [n° 868, 
loi. 1 36 à 2 36], et jusqu'en 1 578 [n° 848]; trois du xvii c siècle, allant 
jusqu'en 1670 avec une continuation en prose finissant à 1673 
[n° 85 1], jusqu'en 1 583 [n° 8/19], et jusqu'en 1 635 avec une conti- 
nuation en prose s'arrêtant à i65o [n° 869]; trois du xvm u siècle, al- 
lant jusqu'en i5io [n" 102 8], jusqu'en 1 52 5 [n° 901, fol. 1 o4 à 1 55] , 
et jusqu'en i52Ô avec une continuation en prose jusqu'en 1751 
[n° 8 5 2]. Le texte de la Chronique rimée nécessiterait un travail rigoureux 
de révision, tous ses manuscrits présentant des variantes considérables. 

Cette chronique est rédigée en quatrains d'une exécution très-mé- 
diocre, et l'on peut y distinguer deux parties tout à fait différentes : 
la première, qui est presque exclusivement un recueil de légendes, 
depuis la fondation de là ville jusque vers le commencement du 
xm c siècle , comprenant un peu plus de 5oo quatrains ; c'est celle qui 
est le plus uniformément reproduite dans les manuscrits; la deuxième, 
ayant plutôt le caractère d'annales historiques, depuis le com- 
mencement à peu près du xm c siècle jusqu'au xvm c , avec des points 
d'arrêt correspondant aux dates de terminaison successives de sa ré- 
daction, dont la principale parait être 1 52 5. Nous possédons une 
analyse en prose de cette chronique jusqu'en 1A89, due à un ano- 
nyme du siècle dernier [n° 853]. La Chronique rimée a été publiée 
plusieurs fois, mais en partie seulement et d'une manière très-défec- 
tueuse, d'abord par la veuve Bouchard, à Metz, 1 698 , puis par dom 
Calmet [Histoire de Lorraine, i re édit., 1728, t. II, Preuves, col. 121; 
2 e édit., 17^8, t. 111, Preuves, col. 281), de nos jours enfin, par 
M. Chabert qui , en i856, a donné simplement une reproduction de 
l'édition de 1698 devenue très-rare, et contenant surtout la première 
partie, c'est-à-dire la portion légendaire de la chronique, dédaignée 
par dom Calmet. 

Telles sont les principales chroniques messines dont les manus- 



clxvi NOTICE 

crits existent dans la collection de la ville de Metz. On nous pardon 
nera les détails que nous avons fournis sur leur compte, en considéra- 
tion de l'importance de ces documents. Nous serons plus bref dans 
l'énumération qu'il nous reste à faire d'un certùn nombre de compo- 
sitions du même genre, d'époque plus récente. 

Une Chronique anonyme, de i 32 4 à 1 52 4, manuscrit du xvn e siècle 
[n°8 7 i]. 

La Chronique de la venue ei entrée de l'empereur Charles- Quint à 
Metz en i54o, dont nous avons un exemplaire du temps [n° 906, 
fol. 60 à 70] et deux copies du xvm c siècle [n° 912, fol. 3g à 4 1 , et 
n° 91/I, fol. 166 à i8£]. Ce document a été publié par M. Huguenin, 
qui l'a fait entrer en 1 838 dans ses Chroniques de la ville de Metz, 
pages 8A0-860. 

Une Relation de ce qui s'est passé à Metz dans le temps qu'on y a in- 
troduit le protestantisme en i542, copie du temps [n° 788, fol. 60 
à 65; cf. n° 91 7, 6° et 7 ]. 

La Relation de la réception de Ms r de la Valetle, duc d'Epernon, 
à Metz et à Marsal en 1 583 , manuscrit original, texte et dessins, de 
la main du célèbre graveur Boissard 1 [n° 864]- 

'Cette particularité intéressante a été a quesaultre grand seigneurs. En rapportant 

tout récemment reconnue par M. V" Jacob, «la présente, la dite somme des d" douze 

ancien bibliothécaire de Metz. La démons- » escus vous sera allouée en despense à la 

(ration du fait résulte du rapprochement « reddition de voz comptes. Faict à Metz 

significatif du manuscrit de la ville et d'une « le nj e jour de feburier i584- Travault le 

quittance de la main de Boissard, décou- «maior. Praillon. — Je soubsigné ay receu 

verte aux archives de Metz par leur con- « du dit seigneur Receveur les ditz douze 

servateur actuel, M. Jacquin. Le document «escus qu'il a pleut aus dits seigneurs me 

se rapporte à l'ouvrage lui-même dont il est « donné. Le 4 martii M. d. lxxxiiii. J. Bois 

ici question ; il est ainsi conçu : « Monsieur a sard. » (Arch ves de Metz, portef. 8i3; olim 

«le Recepveur délivrez au s r Boissart la C. 38, pièce 532.) On sait que Boissard. 

«somme de douze escus que luy avons or- originaire de Besançon, réfugié à Metz 

« donné pour avoir faict ung petit livre sur pour cause de religion , passa la dernière 

» l'entrée de monseigneur le duc Despernon partie de sa vie dans celle vdle, y publia 

« en ceste ville ; duquel on se pouroit de plusieurs de ses ouvrages et y mourut en 

«beaucoup servir à quelques aullres en- 1602. 
«trées, fust du roy Monseigneur ou quel- 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. qlxvii 

Le Journal de Buffet , ministre protestant, de i58o à 1 588 , copie 
moderne [n° 1009]. 

Le Journal de Jean de Saint-Aubin , médecin et protestant calviniste, 
de lÔgo à 109/1, manuscrit original [n° 806]. 

La Chronique de Claude Phélcppin, de i4i8 à i6o3, dont nous 
avons deux copies du xvn c et du xvm c siècle [n" 855, fol. 309 à 3 1 1 ; 
n° 905, fol. 353 à 355], publiée par dom Calmet (Histoire de Lor- 
raine, 2 e édit., t. V, Preuves, col. 1 18). 

Les Annales dites de La Hyère, précieuse compilation du xvn c siècle , 
de Tan 5o à l'an 1609, dont l'original est à la bibliothèque d'Epinal 
et dont nous avons une copie du xvm c siècle [n° 837]. 

La Chronique protestante, de i54.o à 1609, dont nous avons un 
exemplaire du xvn e siècle [n° 867], à la suite d'une copie du xvi e 
siècle de la Chronique rimée. 

Le Livre des maitres-échevins , de 1 170 à i63o, avec une continua- 
tion jusqu'en 1 772, manuscrit des xvn c et xvni c siècles [n° 83o]. 

Le Journal de dom Florct, religieux bénédictin de Saint-Arnould, 
de 1 587 à 1 638, copie du xvm c siècle [n° 865]. 

La Chronique de Jean Bauchez , greffier du village de Plappeville, 
de 1 635 à i65o, manuscrit du temps [n° 869], commençant par une 
copie de la Chronique rimée. La Chronique de Jean Bauchez a été pu- 
bliée, en 1868, par MM. Abel et de Bouteiller. 

La Chronique des Minimes, de i64oà i65o, manuscrit du temps 
[n°868] , commençant par une copie du xvi c siècle de la Chronique rimée. 

La Chronique d'Ancillon, de î 656 à i683 , dont nous avons deux 
copies du temps [n 13 870, 87 1, a ]. Cette chronique a été publiée en 
2 petits volumes in-i 6, 1860 et 1866, par M. Chabert. 

Une Chronique anonyme, de l'an io3o à 1727, copie du xvui e siècle 
[n° 901, fol. 1 56 à 191]. 

Le Journal du chevalier de Belchamp , de 1724 à 17A2, manuscrit 
autographe [n° 872]. 

Les Annales de Metz, de Philippe Marchand, jusqu'en 1701, ma- 
nuscrit original [n° 875; cf. n° 912, fol. 3i]. 



clxviii NOTICE 

Les Annales de B ait us , de i 72/i à 1 7 55, dont nous avons deux copies 
du xvm e siècle [n os 873, 87A], et. qui ont été imprimées en 1789. 
Le Journal du camp de Monligny, en 1788 [n° o,44 bis]. 

Recueils originaux. — Nous voudrions signaler encore, dans la col- 
lection que nous étudions, quelques manuscrits concernant l'histoire 
de Metz qui ne se rangent pas dans les deux catégories, des cartu- 
laires et des chroniques, dont il vient d'être question. Ce sont des 
pièces particulières, des mémoires, des notices; documents de carac- 
tères très-variés qui se présentent le plus souvent en recueils. 

Ces recueils sont parfois des collections modernes, formées en vue 
de constituer des volumes; d'autres ont une origine ancienne et pos- 
sèdent un caractère propre qui mérite une attention spéciale. Tels 
sont notamment les manuscrits connus sous les dénominations de 
Petit cartulaire de Saint- Arnould, de Livre des droits des évêques de Metz 
et de Journal d'André de Ryneck, titres qui ne donnent pas une idée 
exacte de ce qu'ils sont, mais qu'il faut conserver parce qu'ils ont été 
consacrés par l'usage. Tel est aussi le grand recueil des Observations 
séculaires de Paul Ferry. 

Le Petit cartulaire de Saint- Arnould , dont la bibliothèque de Metz pos- 
sède le texte latin original dans un manuscrit du xv c siècle [n° 8 \l\] et 
des traductions françaises dans des manuscrits du xvi e [n os 81 5, 
816, 817], n'est pas à proprement parler un cartulaire, quoiqu'il con- 
tienne quelques chartes. C'est un recueil de documents propres à 
honorer la mémoire de ceux qui avaient fondé et enrichi la célèbre 
abbaye de Saint-Arnouîd. Il comprend des légendes de saints, des 
notices, des épitaphes, avec une histoire des 2 e , 3 e et l\ e abbés de 
Saint- Arnould, une liste des 46 premiers évêques de Metz, 53 chartes 
de différentes époques, depuis le vm e siècle jusqu'au commencement 
du xm e , etc. 1 Ce sont sans doute ces chartes qui ont fait donner 

1 L'importance de ce recueil nous en- Petit cartulaire de Saint-Arnould forment 
gage à donner un aperçu de ce qu'il ren- 3o groupes ou articles distincts : 1° pre- 
ferme. Les matières contenues dans le mière légende de saint Patient; 1 ° notice 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 



CLXIX 



à l'ensemble du recueil le titre assez inexact sous lequel il est connu. 
Dom Calniet en a imprimé des fragments dans son Histoire de Lorraine 
(t. I, Preuves, i re éd., col. 71; 2 e éd. , col. 87); il a donné aussi dans 
ses Preuves (passim) quelques chartes empruntées à la même source; 
on en trouve également dans les Preuves de YHistoire de Melz par les 
Bénédictins. 

Le Livre des droits des évêques de Melz est un manuscrit du xiv e siècle 
[n° 796], qui contient divers articles dont le détail est donné au Ca- 
talogue général des manuscrits de Metz. Il renferme notamment le 
plus ancien exemplaire que nous possédions de la Chronique des 
évêques de Metz (texte latin) dont nous avons parlé précédemment, et 
la copie de trois des plus curieux documents de notre histoire : le 
fameux record des Droits de l'empereur et de l'évêque à Metz, celui qui 
est intitulé Etablissement de la commune paix de Metz, et celui des 
Droits de la Vouerie de Montiany. Ces trois pièces, rédigées en français 
et non datées, remontent incontestablement aux premières années 



sur les évèques de Metz depuis saint Pa- 
tient jusqu'à Théodoric I er ; 3" liste des 
évêques de Melz, de saint Clément à Adal- 
bero I"; U° notice sur l'église de Saint Ar- 
nould résidence des premiers évêques de 
Metz ; 5° seconde légende de saint Patient; 
6° légende de saint Jean, apôtre; 7 notice 
sur l'église de Saint-Jean, fondée à Metz par 
saint Patient; 8° légende de saint Autor 
et de saint Livier; g° notice sur la sépul- 
ture du duc Hervis à Saint- Arnould; 
10° bulle du pape Grégoire pour Saint- 
Arnould; 11° translation des reliques de 
saint Arnould; 12° vie de saint Clou; 
1 3" vie de sainte Glossinde ; 1 1\° six chartes 
des ducs Pépin, Drogo, Arnould et autres 
pour Saint Arnould ; 1 5° notice sur le duc 
Pépin et sa descendance jusqu'au roi 
Louis; 16° notice sur Cbarlemagne et Hil- 
degarde ensevelis à Saint Arnould ; 17° vie 

MAI*. DES B1BL. V. 



de saint Amalaire ; 18° vie de saint Re- 
demptius; 19° onze chartes de 783 à 
1088, pour Saint-Arnould ; 20" épitaphes 
carolingiennes de Saint-Arnould; 21 no- 
tice sur l'empereur Louis et son frère 
Drogo archevêque de Melz; 22° charte de 
9^1 établissant les moines à Saint-Ar- 
nould; 23° six chartes, de 9/19 à 969 ; 
ik° notice sur la sépulture du comte Ar- 
nould; 25° translation des reliques de 
saint Clou àLaye; 26" vingt-sept chartes, 
de 952 à 1221; 27 charte d'Arbertus , 
1 er abbé après la substitution des moines 
aux chanoines à Saint-Arnould; 28° his- 
toire des 2 e , 3 e et W abbés de Saint-Ar- 
nould; 29° épitaphes de lempereur Louis 
et de Drogo archevêque son frère; 3o° des- 
cription des autels et des reliques de l'ab- 
baye de Saint-Arnould. 



c.lxx NOTICE 

du xm c siècle. On ne possède de la dernière que la copie du xiv c 
siècle, contenue dans le manuscrit dont il est ici question. On a de 
la seconde, outre diverses copies, le titre original lui-même con- 
servé aux archives de la ville avec trois sceaux, dont un du roi Fré- 
déric II, qui permet de dater le document des derniers jours de 
i 2 i k ou des premiers jours de i 2 î 5, époque où ce prince a fait séjour 
à Metz. De la première enfin, la plus importante peut-être, celle 
qui a probablement fait donner au recueil tout entier le nom qu'il 
porte, on n'a que des copies dont celle-ci est la plus ancienne. Le 
texte n'en est malheureusement pas très-bon. Il n'est pas beaucoup 
meilleur dans la copie du xv° siècle d'un Vidimus de i486 1 , qui re- 
présente , d'après certains indices d'une signification certaine , un texte 
plus ancien que celui de notre manuscrit du xiv e siècle, non plus que 
dans quelques autres copies anciennes appartenant à la collection de la 
ville de Metz, où elles figurent dans deux Recueils d'atours du \\ c 
siècle [n os 753, 7 54], dans le Journal d'André de Ryneck [n os 8 3 4, 
j o°] et dans la Chronique de Philippe de Vigneulles [n os 838 et 91 4, 
p. 108] 2 . Ces trois records ont été imprimés, mais toujours d'une 
manière plus ou moins défectueuse, d'abord par les Bénédictins auteurs 
deY Histoire de Metz[Hisl. deMctz, Preuves, t. III, 1 775, p. 1 77, et t. VI, 
1 790, p. 3o6j, puis par M. Huguenin d'après Philippe de Vigneulles 
[Chroniques de la ville de Metz, 1 838, p. 10), par M. Abel [Mémoires 
de V Académie de Met:, 1859-1860, p. 32 5), et enfin par M. KlipiTcl 
[Metz, cité épiscopale et impériale, 1867, p. 38 1). 



1 Celle copie, jadis dans la collection 
du comle Emmery, appartient aujourd'hui 
à M. Aug. Prost. C'est le texte qui a été 
imprimé, non sans quelques inexactitudes, 
il : reste, par les Bénédictins, dans les 
preuves de leur Histoire de Metz, t. VI, 
p. 3o6. 

~ L'important document des Droits de 
l'empereur et de l'évêqae à Metz ne se trouve 
pas, chose assez extraordinaire, parmi les 



transcriptions réunies par Paul Ferry dans 
ses Observations séculaires. Celui-ci se con- 
tente d'en donner une analyse qu'il classe, 
sans fondement, il faut le dire, dans le 
xi e siècle (n° 23o), d'après un texte con- 
tenu, dit-il, dans son Recueil d'atours en 
papier, fol. 1. Ce Recueil d'atours, chargé de 
notes de la main de Paul Ferry, est un de 
ceux que possède aujourd'hui la biblio- 
thèque de Metz (n° 754). 



SUR LES MANUSCRITS l)K METZ. 



(.I.WI 



Le Journal d'André de Byiteoh est un recueil du w' siècle [n° 83 A], 
qui appartenait originairement à ce personnage, l'un des membres 
des Paraiges messins à cette époque 1 ; de là le nom singulier qu'il 
porte et que ne justifie nullement son contenu. Il renferme surtout 
une suite de pièces relatives au grave différend qui a existé entre les 
chanoines de la cathédrale et la Cité de 1/162 à 1/167 (Huguenin, 
Chroniijue , p. 297 à 307), documents qui se trouvent également 
dans un autre recueil de la collection [n° 855, 23", 26 bis et 32"] 2 . 
Le prétendu journal d'André de Ryneck contient, en outre, des 
fragments d'un intéressant formulaire de procédure du xv c siècle et 
quelques autres pièces , notamment une copie du record des Droits 
de l'empereur et de l'évêque , dont nous venons de parler. 



1 Le manuscrit 834 est marqué, au bas 
de sa première page, du nom el des armes 
d'André de Ryneck; il porte en outre sur 
son feuillet de gan!e les suscriplinns sui- 
vantes tracées par deux mains différentes 
du xv' siècle : 1" « Cest liure est à s g ' An- 
« dré de Ryneck chl r ; » 2° « Cesl liure est à 
« Piere Thomassin soudieulx de la sielez 
« de Mets. » Ce Thomassin était un des 
soldoyeurs ou hommes d'armes alors aux 
gages de la ville de Metz, et son nom serait 
cerlaiiiemcnl resté inconnu pour nous sans 
la circonstance qui le fait ainsi sortir del'ou 
bli. Quant à André de Ryneck chevalier, 
c'est un personnage qui, après avoir été 
deux lois maitre-échevin en i46g et en 
i4q5, se trouve mêlé à toutes les affaires 
de la cité à la lin du xv e siècle et au com- 
mencement du xvi\ Jl vivait encore, 
chargé d'années, en i52det mourut à peu 
de temps de là sans laisser à Mt Iz d'héri- 
tier de son nom. Il avait des livres, car 
outre celui dont il est ici question, nous 
en connaissons encore un autre qui lui a 
aussi appartenu, lequel est aujourd'hui 



à la Bibliothèque impériale de Vienne 
( Hist. prof., n" 3336) , et contient un grand 
armoriai, un ancien traité de blason et 
une chronique. Sa première page porte 
l'écusson armorié du chevalier messin 
avec la date de 1^3 el cette inscription : 
« Ce sont les armes de mesire André de 
a Rvneck chl' et est ce live ycy à ly. » Le 
père d'André de Ryneck chevalier était 
un étranger, Goetz Voué de Ryneck, qui 
avait épousé à Metz, vers le milieu du 
xv e siècle, une femme de paraige. Leur fils 
devait à la condition de sa mère, suivant 
les usages delà cité, le droit dont il avait 
usé de prendre rang dans le patriciat 
messin. 

2 L'article 26 bis a été omis par inad- 
vertance dans l'analyse du manuscrit 855 
au Catalogue général de 1870. Cet article 
doit être ainsi conçu : 26° bis (loi. 225 
verso) « Sy après «ensuit le fait des Bul- 
«lez, etc...,» portion du recueil dit Jour- 
nal d'André de Ryneck, dont les autres 
parties sont dans le même manuscrit, aux 
numéros 2 3" et 32°. 



clxxii NOTICE 

Les Observations séculaires de Paul Ferry consistent en 3 volumes 
in-folio, dont les deux premiers contiennent des copies et des extraits 
distribués par siècle, depuis le I er de notre ère jusqu'au xvi e , avec 
le commencement du xvn e , et dont le troisième est occupé par des 
tables méthodiques dans lesquelles, au moyen de renvois, les notions 
fournies par ces copies et ces extraits sont classées aux points de vue 
les plus divers, de manière à former sur chaque objet le canevas 
d'un travail complet auquel il ne manque plus que la rédaction. 

Les deux premiers volumes sont formés de la réunion de 1 6 ca- 
hiers correspondant chacun à un siècle , dans lesquels l'auteur rap- 
portait, au fur et à mesure de ses lectures, de ses recherches et de ses 
travaux, les copies de documents, les extraits et les analyses qu'il re- 
cueillait, sans autre soin que de les placer avec un simple numéro 
d'ordre à la suite les uns des autres dans le cahier du siècle auquel 
chacun de ces articles appartenait. Cette disposition permet de re- 
trouver facilement ces divers morceaux à l'aide d'un indice dans lequel 
le numéro d'ordre est joint à celui du siècle. C'est ainsi que l'auteur 
y renvoie dans les tables de son troisième volume. 

On voit par ces explications que les deux premiers volumes de 
l'ouvrage de Paul Ferry, lesquels forment la partie la plus étendue 
de ses Obsewations séculaires, constituent une véritable collection de 
documents, collection très-précieuse, car l'auteur a eu à sa disposition, 
au commencement du xvn e siècle , bien des sources de renseigne- 
ments qui sont perdues aujourd'hui. On peut se faire une idée de ce 
qu'étaient ces sources, grâce au soin avec lequel Paul Ferry indique 
toujours le caractère et l'origine des documents qu'il analyse ou qu'il 
transcrit. Pour les premiers siècles, du I er au xn e inclusivement, il ne 
donne guère que des extraits de divers ouvrages d'histoire générale ou 
particulière, avec quelques passages empruntés à Meurisse [Histoire 
des évêques de Metz), à Wassebourg [Les antiquités de la Gaule Bel- 
gique), à la Chronique des évêques de Metz, à notre Chronique rimêe, 
à celle d'Ennery et â celle de Philippe de Vigneulles. Mais pour les 
siècles suivants, du xm e au xvi e avec le commencement du xvn c , ce 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 



CI.WIM 



recueil contient, en copies ou en extraits, nombre de documents ori- 
ginaux puisés dans les dépôts publics et dans des collections particu- 
lières déjà formées à celte époque. 

Dans la collection de M. Praillon, lieutenant-général au bailliage, 
passée à sa mort entre les mains de M. Kolb de Wartemberg, ami de 
Paul Ferry, celui-ci trouve les grandes Chroniques de Metz, dites de 
Praillon, qui sont aujourd'hui à la bibliothèque d'Epinal, une Chro- 
nique des évèques, une Chronique des maîtres- échevins , un livre 
contenant « les lettres scellées de la volte au grand moutier » (archives 
de la ville), un Recueil d'atours, un exemplaire de Garin le Lohérain 
qui venait de la famille de Heu et dont le chancelier Séguier fit plus 
tard l'acquisition, enfin ce qu'il appelle les Mémoires du sieur Praillon. 

Dans la collection de Simon La Hyère,Paul Ferry trouve, avec un 
Extrait du Trésor des chartes de la cité, les Mémoires de ce La Hyère, 
ses Additions à la Chronique de Philippe de Vigneulles et à celle des 
maîtres-échevins , enfin de précieux recueils contenant à la fois des 
pièces originales et des copies, dispersées aujourd'hui depuis long- 
temps; collection considérable, si l'on en juge par les numéros d'ordre, 
souvent assez élevés (par exemple 3i52, ^099), sous lesquels Paul 
Ferry cite les emprunts qu'il lui fait. 

La collection du sieur Craye avocat, donne à Paul Ferry des mé- 
moires, un Recueil relié contenant des chroniques et des documents 
de diverse nature 1 , une Chronique sur l'an 1 553 , une Collection d'an- 
ciens jugements recueillis en 1^71 par Philippe Dex. 

La collection de M. de Hauconcourt , ancien secrétaire de la cité, 
fournit, pour les Observations séculaires, un grand nombre de papiers 



1 Le Recueil du sieur Craye , avocat , tombé 
de nos jours, après des vicissitudes incon- 
nues, entre les mains d'un libraire, avait 
été dépecé pnr lui pour former plusieurs 
fascicules et mis ainsi en vente en i852. Ses 
diverses parties , acquises séparément , ont 
pu être par grand basard réunies ultérieu- 
rement et figurent aujourd'hui dans la col- 



lection de M. Aug. Prost. Ce recueil , 
composé de copies des xv e et xvi e siècles, 
est cité souvent dans les Preuves de l'His 
toire de Metz par les Bénédictins, qui lui 
font des emprunts sans l'avoir eu cepen- 
dant entre leurs mains. C'est dans les 
Observations séculaires de Paul Ferry qu ils 
prennent ce qu'ils en donnent. 



lxxiv NOTICE 

que les fonctions de son possesseur avaient fait passer entre ses 
mains; un Cahier des droits de la cité; un livre écrit par Gérard 
Tannaire, ancien secrétaire de la ville; enfin, le Grand cartulaire de 
la cité, sur parchemin, celui-là même que la bibliothèque de Metz 
possède aujourd'hui [n° 761]. 

Paul Ferry cite encore, comme lui ayant procuré les documents 
qu'ai a transcrits, les vieilles Arches des amans et celles de l'ancienne 
famille de Heu. Il mentionne également, au même titre, un vieux 
Piôle des amans , des Comptes de la ville au xv e siècle , le Livre des 
atours et le Nécrologe de l'hôpital Saint-Nicolas; le premier registre 
des baptêmes de l'église réformée de Metz, de 1 56 1 à 1 566 ; les 
Mémoires et recueils du président de Batilly; les Mémoires de Jehan 
Girard, dit de Saint-Mihiel, arpenteur-juré de la ville; les Extraits 
du sieur Pied, secrétaire-greffier de l'hôtel de ville; les Titres du 
coffre des chapeliers, ceux communiqués par M. Gauvain de la part 
de M. Ernest de Montigny; d'autres appartenant à M. Ferriet, aman, 
a M. de Saussure; un sac de pièces relatives à l'abbaye de Gorze; 
la Chronique rimée, la Vie de Philippe de Vigneulles et sa Chro- 
nique, celle de Duclos concernant le milieu du xvi e siècle, un cahier 
de jugements de la main de M. Dubois. 

Avec toutes ces sources, l'auteur consulte enfin et mentionne ses 
propres collections et ses écrits antérieurs. Parmi ces derniers, ceux 
qu'il nomme sa Chronologie , son Long recueil, ses Mélanges, son Ex- 
trait du Trésor de la ville, celui des papiers Je M. de Hauconcourt; 
dans ses collections, ce qu'il appelle ses Liasses, contenant un grand 
nombre de pièces originales des xni e , xiv e , xv e et xvi c siècles, les Ti- 
tres de feu son père, ses Titres sur Coing, les Papiers de Mont, les 
Lettres de M. Berneggher, secrétaire de Strasbourg , qui lui avait 
adressé des documents puisés aux archives de cette ville et relatifs à 
l'histoire de la réformation à Metz pendant le xvi c siècle. Le curieux 
compilateur indique également, comme lui appartenant, un Piecueil 
d'atours sur papier, une Chronique de Metz allant jusqu'en 1Ô23, un 
cahier d'Observations sur les Ordonnances de 1 564, un cahier sur 



S{]\\ LES MANUSCRITS DE METZ. auua 

lliisloire de la guerre au xvi' siècle, un cahier venant de M. Duvivier 
sur les années 1 55 1-1 5Ô2 , des Mémoires écrits en i 555 contre le 
cardinal de Lénoncourt, un fragment de Chroniques de i53i , les 
Chroniques d'Ennery. Telles sont les sources consultées par Paul 
Ferry . 

On voit par là ce qu'est le recueil des documents réunis dans les 
Observations séculaires qu'il nous a laissées. 

Collections de pièces. — Après les quatre recueils dont nous venons 
de parler et qui méritaient une attention particulière, les autres sont 
desimpies collections de pièces formées plus ou moins arbitrairement 
à différentes époques, quelques-unes de nos jours même, pour 
constituer des volumes reliés et que nous nous contenterons de men- 
tionner ainsi, en renvoyant pour leur contenu aux labiés et analyses 
qui en sont données dans le Catalogue général sous les numéros qui 
les désignent [n 03 788 , 822 , 823 , 824 , 854, 855 , 904, o,o5 , 906, 
907, 908, 911, 912, 91 3, 914 ■ 916, 917, 918, 919, 966, 990, 
101 1 ]. 

Documents spéciaux. — Pour compléter l'énumération des manus- 
crits de la collection relatifs à l'histoire de Metz, il faudrait encore 
en faire connaître un certain nombre que nous ne pouvons qu'indi- 
quer ici d'une manière succincte, en les classant d'après les sujets 
qu'ils concernent. 

Sur les faits politiques : les Procès-verbaux des conférences de No- 
meny entre la ville de Metz et la Lorraine en i56o [n 03 793, 794]; 
la Collection des lettres et mémoires du cardinal de Givry, évêque 
de Metz au commencement du xvn e siècle [n 03 969, 901, fol. 239]. 

Sur l'administration et le régime intérieur de la Cité et sur la situa- 
tion des familles : l'« Estât des authoritez des Maistre Eschevin, Con- 
« seillers et Treizes, » au commencement du xvit° siècle [^972]; les 
« Registres de la création des Maistres Eschevins et Conseillers Esche- 
« vins de 1 64o à 1789» [n 03 973, 9 7 4] ; le Dénombrement du dépar- 



clxxvi NOTICE 

tement de Metz en 1 696 [n° 94 1]; un Mémoire anonyme sur les Trois- 
Evêchés et le département de Metz vers 1775 [n° 997]; un Etat des 
logements de la ville en 1727 [n os g43, 944]; l'Administration de 
l'hôpital Saint-Nicolas, de 1222 à i652 [n os 937, 9 38, 939]; celle 
de l'Institut de la charité maternelle, de 1811 à 1825 [n° 101 3]; 
des Documents relatifs à l'état des familles [n os g55 à 962]; un Ex- 
trait des actes de décès de l'année 1 636 [n° 942]; l'Armoriai et les 
généalogies de Jehan iVlonez « artiste et varlet de chambre de l'empe- 
« reur Charles V » [n° 960]. 

Sur les faits d'ordre religieux ou ecclésiastique : des Documents 
relatifs au pouillé du diocèse de Metz [n 09 808, 809, 810]; des Livres 
censiers du xiv e siècle, de Saint-Symphorien [n° 1027] et de la maison 
des « pucelles de sus lou mur» [n° 819]; un Journal de recettes et 
dépenses de l'abbaye de Sainte-Marie à la même époque, 1 33 1-1 345 
[n° 820]; des Mémoires sur la destruction des maisons religieuses et 
la translation des communautés en de nouveaux lieux, à la suite du 
siège de i552 et de la construction de la citadelle en i56o [n 03 863, 
9 i4, p. 3 97 ]. 

Sur les choses militaires : une Collection de lettres de défi adres- 
sées à la Cité au xv c siècle, copies du siècle dernier de pièces origi- 
nales conservées dans les archives de la ville [n° 929]; deux collections 
analogues de lettres d'engagements militaires contractés pour le ser- 
vice de la Cité auxxiv e et xv e siècles [n° 93o] et de quittances militaires 
des xiv e , xv° et xvi e siècles [n os 93 1, 932, 933]; un Inventaire origi- 
nal de l'artillerie de la Cité en i5o8 [n° 9341; un autre de l'année 
i53o [n° 914, p. 279]; des Documents sur les fortifications de Metz, 
Verdun et Thionville aux xvm° et xix c siècles [n° 101 5]; un Etat des 
cartes et plans laissés par le duc de Belle-Isle, gouverneur des Trois- 
Evêchés [n° 1000]. 

Sur les finances : un Rôle original des villages du pays pour l'as- 
siette d'une contribution levée en i4o4 [n° g4o]; les Comptes d'un 
emprunt contracté par la ville en i444 [n os 928, 902, fol. 1 32]; le Re- 
gistre privé des trésoriers, de 1 407 à 1 54o [n° 927]; le Livre du ven- 



SIH\ LES MANUSCRITS DE METZ. cuivii 

da»e des maltôles au xvi c siècle, en deux expéditions, contenant le 
o * 

formulaire de la mise en adjudication annuelle de ces impôts dans la 
cité [n 05 y5G, 757]; un Compte particulier des aumônes distribuées 
aux pauvres de l'Église réformée de Metz en 1669 [n° 1007]. 

Travaux et compositions historiques. — Outre les nombreux docu 
ments historiques conservés en originaux ou en copies, dans la collée 
tion des manuscrits de Metz, celle-ci contient encore des travaux éla- 
borés sur l'histoire et les institutions de cette ville à diverses époques. 
Nous ne pouvons nous dispenser d'en présenter ici un tableau succinct 
en donnant, sous le nom des auteurs, la brève indication de ce qu'ils 
nous ont laissé. 

Paul Ferry, qui vivait dans la première partie du xvn c siècle et 
dont nous avons les Observations séculaires [n os 856, 857, 858] décrites 
précédemment 1 , et un volume de Mélanges « Miscellanea » [n°86i]. 

Turgot, intendant de la généralité de Metz, Toul et Verdun, de 
1696 à 1700, dont nous avons les Mémoires datés de 1699 sur ^ es 
pays qu'il administrait [n" s 998, 999; 824, p. 283; 1 01 2]. 

Saint-Contest, intendant des Trois-Evèchés en 1700, qui a donné 
des Mémoires sur cette province [n os 995, 996]. 

Dom Baillet, qui a écrit les Antiquitates Arnuljinœ [n° 812]. 



1 Les Observations séculaires de Paul 
Ft'rry, dont nous avons parlé plus haut, ne 
seraient qu'un recueil de pièces si elles se 
bornaient aux deux premiers volumes qui 
contiennent les copies et extraits de docu- 
ments recueillis par l'auteur. Ce que nous 
en avons dit montre que le tome III, con- 
sacré à une œuvre de tabulalion, est en réa- 
lité un travail de composition complètement 
élaboré et qui, dans ces conditions, prend 
légitimement un des premiers rangs parmi 
nos ouvrages historiques les plus estima- 
bles. Il faudrait, pour en donner l'idée, 
pouvoir citer quelques-uns des articles ré- 

MAN. DES BIBI,. V. 



sultant de cette ingénieuse tabulation, dont 
chacun présente, dans un arrangement par- 
faitement ordonné , l'ensemble des notions 
qui concernent le sujet auquel il s'appli- 
que : institutions, usages, offices, magis- 
tratures, familles, lieux, guerres, traités, 
négociations, etc. Un de ces articles, un 
de ceux par exemple qui traitent du Maî- 
tre-Echevin, des Echevins ou des Trezes, 
suffirait pour montrer de quel secours 
l'œuvre de Patd Ferry peut être pour tous 
ceux qui s'occupent à un point de vue 
quelconque de l'histoire de Melz et des 
instituions de cette ville. 



clxxviii NOTICE 

Joseph Ancillon , auteur de la Chronique dont nous avons parlé 
précédemment [n 03 870, 871], et de qui nous avons encore deux re- 
cueils d'Arrêts [n os 783, 78/i], et des Observations sur nos coutumes 
[n° 768]. 

Pillement de Russange, doyen de l'université de Pont-à-Mousson , 
signalé comme l'auteur d'un mémoire daté de 1 705 que nous possé- 
dons , sur les Trois-Evèchés , la Lorraine et le département de Metz 

[ Q ° 993]- 

Rulland , qui nous a laissé des Dissertations de droit et des Com- 
mentaires sur la coutume de Metz [n° 782]. 

Gabriel, avocat renommé du parlement de Metz, de qui nous 
avons des œuvres mêlées de littérature et de jurisprudence [n° 970], 
des Piemarques sur quelques parties de nos coutumes [n 03 769, 775], 
des travaux sur la jurisprudence du parlement de Metz [n 03 770, 771, 
772, 773, 77 4, 785], et un Recueil de pièces historiques, l'un de 
ceux que nous avons signalés précédemment [n° 9 1 3]. 

Le Père Benoit Picard et dom Brocq, auteurs de deux Histoires de 
Metz restées inédites [n 03 876, 877, 878, 879, 880, 881, 882, 
883]. 

Ballus, à qui l'on doit des Extraits delà Chronique de Vigneulles 
[n° 845], des Annales de 1724 à 1 7Ô5 [n° 873], et des Mémoires 
sur l'histoire de Metz [n° 91 5]. 

Dom Pierre des Crochets, auteur d'une Histoire de l'abbaye de Saint- 
Arnould[n° 81 3, 1 ]. 

Dom Dieudonné, qui nous a laissé des Mémoires sur les monu- 
ments et les maisons religieuses de Metz [n 03 903, 909, 910], et un 
précieux Recueil des épitaphes des églises de cette ville, relevées en 
1 770 [n° 965]. 

Dom Jean François, collaborateur de dom Tabouillot dans les tra- 
vaux préparatoires de la grande Histoire de Metz qui a été imprimée 
à la fin du siècle dernier, auteur pour son compte de deux Histoires 
particulières, restées inédites, des abbayes de Saint-Clément et de 
Saint-Symphorien [n 09 81 3, 2 et 3°], et du Vocabulaire austrasien 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. glbxh 

publié en 1775, dont nous possédons la minute [n° 896]. Il avait 
formé en outre une collection de pièces qui a passe presque tout en- 
tière de l'abbaye de Senones à la bibliothèque d'Epinal, mais dont 
celle de Metz possède cependant deux volumes [n° 9 8 2 4, 912]. 

Dom Tabouillot, auteur principal de l'Histoire de Metz publiée de 
1 769 à 1 775 (t. 1, II, III, i rc partie), avec des Preuves imprimées de 
1775 à 1 790 (t. III, 2 e partie, IV, Y, VI), grand travail auquel dom 
Jean François a participé, comme nous venons de le dire, et dont 
nous avons les minutes [n 03 884, 885, 888, 889, 890, 891], avec 
quatre volumes du Complément et d'un Supplément des Preuves non 
encore imprimés [n os 892, 893, 89/i, 895], et quelques autres docu- 
ments relatifs à cette publication [n os 896, 897, 898]. Nous possédons 
aussi de dom Tabouillot des Mémoires particuliers, mêlés de trans- 
criptions et d'extraits, sur diverses parties de notre histoire [n os 887, 
899, 900, 901, 902], travaux accessoires de l'œuvre principale qu'il 
a su mener à fin et de laquelle il avait même préparé une nouvelle 
édition, dont nous avons la copie datée de 1787 [n cs 886, 887]. Nous 
devons aussi à dom Tabouillot quelques-uns de nos Recueils de pièces 
historiques [n os 854, 907, 908]. 

Dom Maugérard, à qui l'on doit l'excellent Catalogue des manus- 
crits de la cathédrale de Metz en j 765, avec une notice sur les plus 
précieux d'entre eux [n° 822], un Mémoire sur le prieuré de Chiny 
[n° 907] et une Dissertation sur l'intégrité du texte des Evangiles 
[n° 822]. Il n'a jamais été dit que dom Maugérard eût concouru avec 
dom Tabouillot et dom Jean François à la composition de l'Histoire 
de Metz publiée par ces derniers. Il faut cependant admettre qu'il a 
pu, dans une certaine mesure, venir en aide à ses deux confrères 
pour l'exécution de cette œuvre importante, si l'on en croit ce qu'il 
dit lui-même dans une note écrite de sa main sur le tome I d'un 
exemplaire de cette Histoire , conservé aujourd'hui à la Bibliothèque 
nationale à Paris. Cette note est ainsi conçue : « Présenté à Ms r le 
« duc de la Vrillière , ministre et secrétaire d'Etal, etc., par son très 
«humble et très obeiss 1 serviteur D. Maugérard l'un des autheurs. » 



clxxx NOTICE 

Dupré de Geneste, secrétaire perpétuel de l'ancienne Académie de 
Metz, dont nous possédons, en manuscrit, les travaux sur la numis- 
matique [n os 945, 946, 947, 9^8, 9^9, 950, 95 1], avec des Recueils 
de sceaux, d'armoiries et d'épitaphes [n 03 961, 967], et une Collec- 
tion de pièces historiques [n° 990]. 

Gardeur Lebrun, auteur de Mémoires, imprimés en 1773, sur la 
navigation des rivières dans la province des Trois-Evêchcs, dont nous 
avons la copie originale [n° 994], ^t d'un travail, daté de 1771, sur 
l'aqueduc romain qui amenait à Metz les eaux de Gorze [n° 966]. 

M. le comte Emmery, l'intelligent possesseur de la grande collec- 
tion de manuscrits et de pièces historiques dont un certain nombre 
enrichissent la collection de la ville de Metz, comme nous l'avons dit 
précédemment, possesseur également d'une bibliothèque considéra- 
ble dont il avait dressé un catalogue conservé parmi les manuscrits de 
la ville [n° 749]- Nous avons aussi plusieurs mémoires écrits par lui 
en 1 772 sur des questions de commerce [n os 908, p. 61; 916, 7 ], et 
des travaux accompagnés de documents sur différents poinls de notre 
histoire [n os 916, 917], particulièrement sur les vieilles familles de 
Metz et sur la topographie ancienne de la cité [n os 9Ô4, 1017, 
1029]. 

M. Adolphe Malherbe, à qui l'on doit, sous le titre modeste de 
Maitres-échevins de Metz, Recueil de sceaux et d'armoiries , de véritables 
annales dans lesquelles il a réuni et classé, il y a trente ans, un grand 
nombre d'indications empruntées à des sources diverses qu'il serait 
quelquefois difficile de retrouver [n 03 963, 964]- 

Manuscrits concernant l'histoire de Lorraine et celle des pays voisins. — 
L'étroite liaison qui existe entre l'histoire de Metz et celle des pays 
voisins nous a fait placer dans les énumérations précédentes bien des 
ouvrages qui intéressent ceux-ci en même temps que la ville de Metz. 
Notre collection de manuscrits en contient également quelques-uns 
(jui concernent exclusivement ces divers pays et que nous voulons au 
moins nommer : 



SUK LES MANUSCRITS DE METZ. 



CI.XXXI 



Pour la Lorraine : l'État du duché en i5o,3 par Thierry Alix [n° 988]; 
un pouillé du xvm c siècle, Poleum Lotharingiœ [n° 987]; un Etat de la 
prévôté de Bouzonville en 17/(2 [n° ioo4]; un Epilome historique 
des faits les plus remarquables de 1601 à 1676 [^989]; une Histoire 
du duc Charles V [n° 992]; un Recueil de documents [n° 990]. ' 

Pour Verdun : le Livre du grand vendage concernant l'adjudica- 
tion annuelle des impositions de Verdun [n° 795]; une copie ma- 
nuscrite de l'Histoire de Verdun par Roussel, imprimée sans nom 
d'auteur en 1 7^5 [n° 1001]. 

Pour Thionville, le Luxembourg et pays adjacents : un Inventaire 
des archives de Thionville [n° 97/i bis] dont nous avons déjà parlé; 
une copie moderne de la Chronique des Augustins de cette ville, jus- 
qu'à l'an 1773 [n° ioo3]; un Recueil de documents sur le Luxem- 
bourg et sur le Clermontois [n° 1002]. 

Pour l'Alsace : les Mémoires sur ce pays par M. de la Grange , in- 
tendant de la province en 1697^° 1006], et un Piecueil de documents 
[n° ioo5]. 

Résumé et conclusion. — Dans les pages qui précèdent, nous avons 
essayé de donner, à des points de vue divers, une idée de ce qu'est la 
collection des manuscrits de la ville de Metz 1 . 



' Le Catalogue de 1870 des manuscrits 
de Mclz, à la publication duquel se rat- 
lache la composition de la présente Notice, 
comprend îo'.ig numéros. Depuis sa con- 
lèction jusqu'à la date du 3i août 1876, 
le fonds des manuscrits de Metz s'est en- 
richi, comme nous lavons dit précédem- 
ment, de 33 nouveaux article*. En voici 
1 inventaire sommaire : 

Y" 1030-1031. Pièces relatives à la franc-ma- 
çonnerie, xiv e siècle, papier, in-4'\ 
1032. Rapport du docteur Williaume sur 
l'ouvrage de M. Carron du Viilards 



traitant des maladies des yeux, 1 843, 
papier, in-4". 
V 1033. Dictionnaire de patois lorrain, par 
Lecouteux, xix c siècle, papier, in-4". 

1034. Rhétorique de M. Mongin, xix' siè- 

cle, papier, in-8". 

1035. Cours de droit romain et de droit 

français, xix" siècle, papier, in-4". 

1030. Cahiers d'étude à l'usage des élève> 
de la marine d'Angleterre (en an- 
glais), commencement du xix" siè- 
cle, papier, in-4". 

1037. Recettes de médecine (en allemand) , 
xvi* siècle ou commencement du 
\vu°, papier, in-/i'\ 



CLXXX1I 



NOTICE 



Dans un premier chapitre, nous avons expliqué la formation et le 
classement de la collection (p. iv), en faisant l'histoire des deux fonds 
qui la composaient jusqu'à présent, Y ancien fonds (p. v) et le nouveau 
fonds ou fonds historique (p. xm). 

Dans le second chapitre , nous avons étudié ce qui concerne les fonds 
originaires qui ont fourni les éléments de la collection (p. xxn); nous avons 
signalé les pertes subies par ces fonds originaires (p. xxiv), nous avons 
fait connaître les anciens catalogues et inventaires qui se rapportent à 



N M 1038. 
1039. 

1040- 

1043. 
1044- 



1051. 



1052. 



1053. 



1054. 



1055. 



1050. 



Receltes de médecine (en français) , 
xix c siècle, papier, in-8°. 

Cours de physiologie rédigé par le 
docteur Robert-Leinen , 1 8 1 5, pa- 
pier, in-4°. 

1042. Cours de pathologie rédigé par 
le docteur Robert-Leinen, 1 8 1 5, 
3 vol. , papier, in-4°. 

Cours de médecine légale rédigé par 
le docteur Robert-Leinen , i8i5, pa- 
pier, in-4°. 

1 050. Observations sur les coutumes 
et usages du ressort du parlement 
de Metz, xvm e siècle, 7 vol., pa- 
pier, in-4°. 

Olïîcium sancta; Annœ dicatum Ma- 
ria; Esther comitissae Rranceduni, 
xix e siècle, parchemin, petit in-16. 

Des libertés de l'Eglise gallicane, 
commencement du XVII e siècle, pa- 
pier, in-folio. 

Tableau des assemblées primaires 
du département de la Moselle, lin 
du xvm e siècle, papier, in-4°. 

Histoire de Metz depuis l'an du 
monde 2 55g jusqu'à l'an de grâce 
i5oo, 1771, papier, in-/i°. 

Travaux sur le calendrier et notes 
diverses par M. Dupré de Geneste, 
fin du xvm e siècle, papier, formats 
divers. 

Recueil de chartes, actes d'amans, 
actes de notaires , rôles de cens pour 



les abbayes de Saint- Arnould , de 
Saint-Vincent et de Saint-Clément, 
pièces de procédure, lettres missi- 
ves, etc., 26 liasses contenant 107 
pièces ou fragments de pièces, du 
xm e siècle au xvm e , parchemin et 
papier, formats divers. 
IN 05 1057. Mélanges (arithmétique, botanique, 
rhétorique, archéologie), avec une 
feuille contenant l'impression de 3o 
figures, quelques-unes en double, 
d'un ancien jeu de cartes, où le va- 
let de pique est accompagné de l'écu 
aux armes de Lorraine et porte le 
nom de Raudouin; papier, formats 
divers. 

1058. Cursus philosophicus , logica et 

ethica, auctore R. P. SimonetS. Jes. 
celeberrimo in academia Mussipon- 
tana professorc ,1699, papier, in-4°. 

1059. Prœceptiones rhetorica;, sans date, 

papier, in-4°. 

1060. Rhetorica ex praeceptis Aristotelis, 

Tullii et Quinliliani conflata, Pari- 
siis , 1711-1712, aC. Lorrain aucta , 
i844, papier, in-4°. 

1061. Compte de Michel Hestault l'aisné, 

premier eschevin de l'église de Val- 
lières près Metz, 1674, 2 feuilles, 
papier, in-folio. 

1062. Mémoire sur les Iroquois de Sault- 

Saint-Louis (Canada), par M. Bur- 
tin, 1875, papier, in-folio. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. u.xxxui 

leur ancien état (p. xxxn). Nous avons ensuite donné quelques indi- 
cations sur les collections de manuscrits possédées jadis, à Metz, par 
la cathédrale (p. xl), le chapitre de Saint-Sauveur (p. lvi), les abbayes 
de Saint-Arnould (p. lvi), de Saint-Clément (p. lxvi), de Saint-Sym- 
phorien (p. lxxiii), de Saint-Vincent (p. lxxvi), de Sainle-Glossinde 
(p. lxxxii), les maisons des Jésuites (p. lxxxiv), des Céleslins(p. lxxxvi), 
des frères Prêcheurs, grands Carmes, Trinilaires, Minimes, Récollets, 
Carmes déchaussés, prêtres de la Mission, religieuses de la Congrégation , 
Carmélites et religieuses de la Présentation (p. xci); hors de Metz, par 
les abbayes de Saint-Martin-de-Glandières et de Villers-Bctnach (p. xcv), 
de Tholey (p. xevi), la chartreuse de Retlel (p. xcvn), le prieuré de 
Sainte-Barbe, les Auguslins et les Capucins de Thionville, les Récollets 
de Longuy (p. c); ailleurs, par la bibliothèque de Yordre des avo- 
cats au parlement de Metz (p. c), par la bibliothèque ducale de 
Deux- Ponts (p. en), par les archives de Yhôtel de ville de Metz 
(p. cm), et par M. le comte Emmeiy (p. cvm). Nous avons dit 
quelques mots ensuite des manuscrits provenant de divers dons et acqui- 
sitions (p. exiv), de ceux enfin de la collection actuelle qui sont 
encore pour nous de provenance inconnue (p. cxvi); après quoi, nous 
avons présenté un tableau d'ensemble des données relatives aux fonds 
originaires (p. cxx). 

Le chapitre troisième contient une description des manuscrits de la 
collection, telle qu'elle existe aujourd'hui (p. cxxiv), avec des observa- 
tions sur les caractères paléographiques des manuscrits de Metz (p. cxxiv) , 
sur les pièces et morceaux détachés contenus dans ces manuscrits 
(p. cxxvi), sur les manuscrits concernant spécialement les antiquités 
religieuses et les sciences ecclésiastiques , la médecine et la jurisprudence 
(p. cxxxiv), les belles-lettres (p. cxxxvm), sur ceux qui contiennent des 
écrits en français antérieurs au xvi e siècle (p. cxl), sur ceux enfin qui 
concernent Yhistoire (p. cxlviii), et plus spécialement Yhistoire de Metz 
(p. cl), nécrologes et cérémoniaux (p. cl), carlulaires et inventaires 
de pièces (p. clviii), chroniques , journaux et mémoires (p. eux), recueils 
originaux (p. clxviii), collections de pièces (p. clxxv), documents spé- 



clxxxiv NOTICE 

ciaux (p. clxxv), travaux et compositions historiques (p. clxxvii), et sur 
les manuscrits qui intéressent particulièrement l'histoire de la Lorraine 
et celle des pays voisins (p. clxxx). 

Ces indications peuvent, ainsi groupées, être utiles dans certains 
cas, mais elles ne sauraient remplacer dans d'autres les informations 
détaillées que peut seul procurer l'examen du catalogue lui-même 
nouvellement offert au public, et des tables qui l'accompagnent. C'est 
là que les hommes d'étude trouveront les renseignements précis né- 
cessaires à leurs travaux. La présente Notice, en signalant d'avance à 
leur attention quelques particularités que l'inspection des documents 
eux-mêmes permet seule de reconnaître, aura peut-être le mérite 
de leur épargner, pour ce qui concerne spécialement cet objet, des 
recherches qui demandent toujours un peu de temps et de soins. 

Il est un point entre autres sur lequel notre travail pourra éviter 
aux chercheurs des investigations qui ne sont pas sans quelque diffi- 
culté, si nous en jugeons par ce qu'il nous en a coûté de peine à 
nous-mème pour les faire : nous voulons parler des indications rela- 
tives à la constitution ancienne des fonds originaires d'où proviennent 
les manuscrits de la collection actuelle. Les informations de ce genre 
peuvent avoir parfois leur utilité. Ce sont celles dont l'acquisition 
nous a demandé le plus d'attention et le plus de temps. Nous ne re- 
gretterons pas la peine que nous ont donnée nos recherches sur cet 
objet, si nous avons pu remettre ainsi en lumière quelques notions 
perdues dans une obscurité où l'éloignement des faits et l'insuffi- 
sance des renseignements ne permettent que difficilement de les re- 
connaître. 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 



CLXXXV 



I. — MANUSCRITS DE L'ANCIEN FONDS. 



TABLE DE CONCORDANCE ENTRE LES COTES DE L'ANCIEN CLASSEMENT 
ET CELLES DU CLASSEMENT ACTUEL. 





CLASSEMENT 


CLVSSEMKNT 


CLASSEMENT 


CLASSEMENT 


CLASSEMENT 




MOU*. 


ACTUEL. 


ANCIEN. 


ACTDIL. 


ANCIEN. 


ACTUEL. 


ANCIEN. ACTUEL. 


ANCIEN. 


ACTOEL. 
II 7 




A i 


, 


A3o 


3o 


H 2 5 


59 


Ci3 


88 


C4a 




2 


2 


3i 


3i 


26 


60 


i4 


«9. 


43 


ll8 




3 


3 


32 


32 


27 


6l 


■ 5 


9° 


44 


"9 




4 


4 


33 


33 


28 


62 


16 


9' 


45 


1 20 




5 


6 


34 


34 


2 9 


63 


'7 


9 2 


46 


1 2 1 




6 


8 


B 1 


35 


3o 


64 


18 


93 


4 7 


1 22 




7 


7 


2 


36 


3. 


65 


•9 


94 


D 1 


123 




8 


9 


3 


37 


32 


66 


20 


95 


2 


1 24 




9 


10 


4 


38 


33 


67 


2 1 


96 


3 


1 25 




10 


1 1 


5 


39 


34 


68 


22 


97 


4 


126 




i i 


i3 


6 


4o 


35 


69 


23 


98 


5 


127 




1 2 


1 2 


7 


4. 


36 


70 


• 24 


99 


6 


128 




i3 


i4 


8 


42 


3 7 


7' 


25 


100 


7 


129 




i4 


5 


9 


43 


38 


72 


26 


1 01 


7 b " 


702 




i5 


i5 


10 


44 


39 


73 


27 


102 


8 


i3o 




16 


16 


1 1 


45 


4o 


7 4 


28 


io3 


9 


i3i 




'7 


«7 


1 2 


46 


4i 


75 


2 9 


io4 


10 


l32 




18 


18 


i3 


47 


C 1 


76 


3o 


io5 


j 1 


)33 




'9 


'9 


i4 


48 


2 


77 


3i 


106 


1 2 


i34 




20 


20 


i5 


h 


3 


78 


32 


107 


i3 


■ 35 




2 I 


21 


16 


5o 


4 


79 


33 


108 


■ 4 


i36 




22 


22 


>7 


5. 


5 


80 


34 


109 


i5 


,3 7 




23 


23 


18 


52 


6 


81 


35 


1 10 


16 


i38 




24 


24 


'9 


53 


7 


82 


36 


1 1 1 


'7 


i3g 




25 


25 


20 


54 


8 


83 


3 7 


1 12 


18 


i4o 




26 


26 


2 1 


55 


9 


84 


38 


n3 


l 9 


• 4i 




2 7 


2 7 


22 


56 


10 


85 « 


39 


'■■4 


20 


i4a 




28 


28 


23 


57 


1 1 


86 


4o 


11S 


2 1 


■ 43 




2 9 


2 9 


24 


58 


1 2 


87 


4. 


116 


22 


i44 



MAI». DES BIBI. 



CLXXXVI 



NOTfCE 



CLASSEMENT 


CLASSEMENT 


CLASSEMENT 


CLASSEMENT 


CLASSEMENT 


ANCIEN. 


ACTUEL. 


ANCIEN. 


ACTUEL. 


ANCIEN. 


ACTUEL. 


ANCIEN. 


ACTUEL. 


ANCIEN. 


ACTUEL. 


D 2 3 


i45 


D5 7 


l 79 


D 9 1 


9 6 9 


Él9 


226 


E53 


260 


24 


i46 


58 


180 


9 2 


2o4 


20 


227 


54 


26l 


25 


147 


59 


181 


93 


gi3 


2 1 


228 


55 


262 


26 


i48 


60 


182 


94 


798 


22 


229 


56 


2 63 


2 7 


149 


61 


i83 


95 


882 


23 


23o 


57 


264 


28 


1 5o 


62 


184 


96 


877 


24 


23l 


58 


265 


2 9 


t5i 


63 


i85 


97 


92/1 


25 


232 


59 


266 


3o 


1 52 


64 


186 


98 


2o5 


26 


2 33 


60 


267 


3i 


i53 


65 


,«7 


99 


206 


27 


234 


61 


268 


32 


i54 


66 


188 


100 


778 


28 


235 


62 


269 


33 


i55 


67 


•«9 


101 


825 


2 9 


236 


63 


270 


34 


i56 


68 


•9° 


102 


gi5 


3o 


237 


64 


27 1 


35 


iS 7 


69 


'9 1 


io3 


776 


3i 


2 38 


65 


272 


36 


i58 


70 


97 1 


104 


207 


32 


2 3g 


66 


273 


3? 


.5 9 


7 1 


192 


io5 


999 


33 


240 


67 


274 


38 


1ÔO 


7 2 


193 


106 


79^ 


34 


24 1 


68 


275 


3 9 • 


161 


73 


, 9 4- 


E 1 


208 


35 


242 


69 


276 


4o 


162 


7 4 


. 9 5 


2 


209 


36 


243 


70 


277 


ii 


• 63 


75 


.96 


3 


210 


37 


244 


7 1 


278 


42 


i64 


76 


»97 


4 


21 1 


38 


245 


72 


2 79 


43 


i65 


77 


198 


5 


212 


39 


246 


73 


280 


44 


166 


78 


«99 


6 


2l3 


4o 


247 


7 4 


281 


45 


.67 


79 


200 


7 


2l4 


ti 


248 


75 


282 


46 


168 


80 


201 


8 


2l5 


42 


249 


76 


2 83 


4 7 


169 


81 


79» 


9 


2 l6 


43 


2ÔO 


77 


284 


48 


170 


82 


7 85 


10 


2 17 


44 


s6i 


78 


285 


*g 


171 


83 


782 


1 1 


2l8 


45 


252 


79 


286 


5o 


172 


84 


777 


1 2 


219 


46 


253 


80 


287 


5i 


. 7 3 


85 


7 6 9 


i3 


220 


4 7 


254 


81 


288 


52 


174 


86 


768 


.4 


22 1 


48 


255 


82 


289 


53 


i 7 5 


87 


763 


i5 


222 


49 


256 


83 


290 


54 


.76 


88 


7 64 


16 


223 


5o 


257 


84 


291 


55 


177 


89 


202 


■7 


224 


5i 


258 


85 


292 


56 


178 


9° 


203 


18 


225 


52 


25g 


86 


2 9 3 



.SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 



CLXXXVII 



CUS5BHEHT 


1 1 LS3BMEXT 


CLASSEMENT 


CLASSEMENT 


CLASSEMI.N 1 




ANCIBN. 


ACTDI:l . 


VMIIEN. 


ACTUBL. 


ANCIEN. 


ACTUEL. 


ancien. 


ACTUEL. 


ANCIEN. 


AC1 OKI . 




E8 7 


2 9/4 


F 4 


3 2 3 


F 38 


35 7 


F 72 


3 9 ' 


F 106 


97° 




88 


2 9 5 


5 


3 2 4 


39 


358 


73 


3 9 2 


107 


42 1 




89 


296 


6 


3 2 5 


4o 


35 9 


7 4 


3 9 3 


108 


422 




9° 


2 97 


7 


3s6 


4i 


36o 


75 


3g4 


.09 


423 




9' 


298 


8 


327 


42 


36i 


76 


3 9 5 


1 10 


4 2à 




9 2 


2 99 


9 


328 


43 


36 2 


77 


3g6 


... 


425 




93 


3oo 


10 


329 


44 


363 


78 


3 97 


1 1 2 


82 1 




9* 


3oi 


1 1 


33o 


45 


364 


79 


3 9 8 


n3 


426 




95 


302 


12 


33i 


46 


365 


80 


3 99 


1.4 


427 




96 


3o3 


i3 


33 2 


47 


366 


81 


4oo 


1 

n5 


428 




97 


3o4 


là 


333 


48 


36 7 


82 


4oi 


116 


4ag 




98 


3o5 


,5 


334 


49 


368 


83 


402 


117 


43o 




99 


3o6 


16 


335 


5o 


36g 


84 


4o3 


118 


43. 




100 


3o 7 


•7 


336 


5i 


370 


85 


4o4 


»»9 


43j 




101 


3o8 


18 


33 7 


52 


i V 


86 


4o5 


120 


433 




102 


3og 


'9 


338 


53 


372 


«7 


4o6 


1 2 1 


434 




io3 


3io 


20 


33 9 


54 


3 7 3 


88 


407 


122 


435 




io4 


3n 


2 1 


34o 


55 


3 7 4 


89 


4 08 


123 


436 




io5 


3i 2 


22 


34i 


56 


3 7 5 


9° 


4og 


.24 


43 7 




106 


3i3 


23 


34a 


57 


3 7 6 


9 1 


4io 


,25 


438 




107 


781 


24 


343 


58 


3 77 


9 2 


4n 


126 


43g 




108 


3a 


25 


344 


59 


3 7 8 


93 


4i 2 


127 


44o 




109 


787 


26 


345 


60 


3 79 


9à 


4.3 


.28 


44. 




1 1 


3i5 


2 7 


346 


61 


38o 


95 


780 


129 


442 




1 1 1 


3i6 


28 


34 7 


62 


38i 


96 


779 


i3o 


443 




1 1 2 


3.7 


'9 


348 


63 


3; S 2 


97 


4.4 


i3i 


444 




n3 


3i8 


3o 


34 9 


64 


383 


98 


4.5 


G . 


445 




n/i 


85o 


3. 


35o 


65 


384 


99 


ii 6 


1 


446 




n5 


8A2 


32 


35. 


66 


385 


100 


775 


3 


44 7 




116 


816 


33 


352 


67 


386 


101 


417 


- 4 


448 




117 


3ig 


34 


353 


68 


38 7 


102 


4i8 


5 


' 44 9 




F 1 


320 


35 


354 


69 


388 


io3 


84g 


6 


45o 




2 


32 1 


36 


355 


70 


38g 


io4 


4. g 


7 


45. 




3 


322 


37 


356 


7' 


3go 


io5 


420 


8 


45 2 





cLxxxvm 



NOTICE 



CLASSEMENT 


CLASSEMENT 


CLASSEMENT 


CLASSE 

ANCIEN. 


MENT 

ACTUEL. 


CLASSE 

ANCIEN. 


MENT 

ACTUEL. 


ANCIEN. 


ACTUEL. 


ANCIEN. 


ACTUEL. 


ANCIEV. 


ACTUEL. 


G 9 


453 


G 4o 


48 7 


G 7 3 


52 1 


G 107 


54 9 


Hi 9 b " 


58i 


10 


454 


4i 


488 


là 


522 


108 


55o 


20 


58 2 


i i 


455 


42 


48 9 


75 


523 


109 


79 5 


2 1 


583 


1 2 


4 56 


43 


490 


76 


8x4 


1 10 


8i5 


22 


584 


i3 


45 7 


44 


491 


77 


5 2 4 


1 1 1 


55i 


23 


585 


.4 


458 


45 


492 


78 


5 2 5 


1 1 2 


552 


24 


586 


■ 5 


45 9 


46 


4g3 


79 


5 2 6 


n3 


553 


25 


58 7 


16 


46o 


4 7 


494 


80 


527 


n4 


554 


26 


588 


■7 


46 1 


48 


4 9 5 


81 


528 


n5 


555 


27 


58 9 


18 


462 


49 


496 


82 


529 


116 


556 


28 


5go 


'9 


463 


5o 


^97 


83 


53o 


117 


55 7 


29 


5gi 


20 


464 


5i 


498 


84 


53i 


118 


558 


3o 


592 


20 b " 


465 


52 


499 


85 


53 2 


'19 


55 9 


3o bi> 


5 9 3 


i i 


466 


53 


5oo 


86 


533 


1 20 


56o 


3i 


5 9 4 


22 


46 7 


54 


5oi 


87 


534 


1 2 1 


56i 


3i bis 


5 9 5 


23 


468 


55 


502 


88 


535 


H 1 


562 


3i ter 


5 9 6 


24 


46 9 


56 


5o3 


89 


536 


2 


563 


32 


5 97 


2 5 


470 


57 


5o4 


90 


53 7 


3 


564 


33 


5 9 8 


2 5 hi ' 


471 


58 


5o5 


9 1 


538 


4 


565 


34 


599 


26 


472 


59 


5o6 


9 2 


53 9 


5 


566 


35 


600 


2 7 


4 7 3 


60 


507 


93 


54o 


6 


56 7 


36 


601 


28 


474 


61 


5o8 


94 


54 1 


7 


568 


37 


602 


«fil" 


4 7 5 


62 


5og 


95 


542 


8 


56g 


38 


6o3 


2 9 


4 7 6 


63 


5 10 


96 


543 


9 


570 


39 


6o4 


3o 


477 


64 


5n 


97 


770 


10 


5 7 i 


4o 


6o5 


3i 


4 7 8 


65 


5i 2 


98 


771 


1 1 


572 


4i 


606 


32 


^79 


66 


5i3 


99 


772 


1 2 


5 7 3 


42 


607 


33 


48o 


67 


5i4 


100 


77 3 


■ 3 


5 7 4 


43 


608 


34 


48i 


68 


5i5 


101 


774 


i4 


5 7 5 


44 


609 


35 


482 


69 


5i6 


102 


544 


i5 


5 7 6 


45 


610 


36 


483 


70 


5i 7 


io3 


545 


16 


5 77 


46 


611 


37 


484 


70- 


5i8 


104 


546 


'7 


5 7 8 


4 7 


612 


38 


485 


7 1 


5i 9 


io5 


54 7 


18 


579 


48 


6i3 


39 


486 


72 


520 


106 


548 


■9 


58o 


*9 


6i4 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 



CLXWIV 



CLASSEMENT 


CLASSEMENT 


CLASSEMENT 


CLASSE 
iiam. 


MENT 

ACTUEL. 


CLASSE 

ANCIEN. 


MENT 

ACTUEL. 


A ICI El. ACTDKL. 


ANCIEN. 


ACTUEL. 


tnnii 


ACTUEL. 


H5o 


6i5 


H 67 


63 2 


H 84 


64 9 


H 100 


666 


H. . 7 


683 


5, 


616 


68 


633 


85 


65o 


101 


667 


118 


684 


52 


61 7 


69 


634 


85 bi ' 


65i 


102 


668 


"9 


685 


53 


618 


7° 


635 


86 


652 


io3 


669 


1 20 


686 


5 i 


6>9 


7' 


636 


87 


653 


io4 


670 


12 1 


687 


55 


620 


72 


63 7 


88 


654 


io5 


671 


1 22 


688 


56 


621 


73 


638 


89 


655 


106 


672 


1 23 


689 


5 7 


622 


74 


63 9 


9° 


656 


107 


6 7 3 


124 


690 


58 


623 


75 


64o 


9» 


65 7 


108 


67 4 


1 25 


691 


59 


624 


76 


64 1 


9 2 


658 


109 


6 7 5 


126 


692 


6o 


625 


77 


642 


93 


65g 


1 10 


676 


127 


6g3 


6i 


626 


78 


643 


94 


660 


1 1 1 


677 


128 


694 


62 


627 


79 


644 


95 


661 


1 1 2 


678 


129 


6 9 5 


63 


628 


80 


645 


96 


662 


u3 


6 79 


i3o 


696 


64 


629 


81 


646 


97 


663 


1 1 4 


680 






65 


63o 


82 


647 


98 


664 


n5 


681 






66 


63i 


83 


648 


99 


665 


116 


682 







cxc 



NOTICE 



II. - MANUSCRITS DU NOUVEAU FONDS OU FONDS HISTORIQUE. 



TABLE DE CONCORDANCE ENTRE LES COTES DES CLASSEMENTS DE l852 ET DE l856 
ET CELLES DU CLASSEMENT ACTUEL. 



eu 

DE l85s. 


SSEMENT 


CL 
de i85a. 


iSSEMENT 


CL 

de 18O2. 


\SSEMENT 


CL 

DE l852. 


ASSEMENT 


de 1 856. 


ACTUEL. 


de 1836. 


ACTDEL. 


de i856. 


ACTUEL. 


DE l856. 


ACTUEL. 


, 


1 


7 5. 


27 


86 


836 


54 


i38 


888 


79 


247 


997 


2 


2 


752 


. 28 


85 


835 


55 


,3 9 


889 


80 


245 


99 5 


3 


6 


7 56 


2 9 


87 


83 7 


56 


i4o 


890 


81 


io5 


855 


4 


7 


7 5 7 


3o 


1 01 


85i 


57 


i4i 


89. 


82 


246 


99 6 


5 


5 


7 55 


3i 


jo3 


853 


58 


142 


892 


83 


7 4 


824 


6 


3 


7 53 


32 


98- 


848 


59 


.43 


8 9 3 


84 


164 


9.4 


7 


4 


7 54 


11 


99 


84 g 


60 


.44 


894 


85 


2 15 


9 65 


8 


16 


766 


11 


99 b " 


1028 


61 


,45 


8 9 5 


86 


216 


966 


9 


l 7 


767 


33 


104 


854 


62 


.46 


896 


86 bis 


2 17 


9 6 7 


ÎO 


8 


7 58 


34 


106 


856 


63 


.4 7 


8 97 


87 


2.3 


963 


1 1 


9 


7 5 9 


35 


107 


85 7 


64 


.48 


898 


88 


2.4 


9 64 


1 2 


ki 


79 2 


36 


108 


858 


65 


.49 


899 


89 


/; 


11 


i3 


'79 


9 2 9 


37 


109 


85 9 


66 


.5o 


900 


9° 


.66 


916 


i4 


180 


9 3o 


38 


. 10 


860 


67 


.5. 


901 


9' 


.67 


9*7 


i5 


181 


9 3. 


39 


i 9 4- 


9 44 bis 


68 


i5-a 


902 


9 2 


.68 


9.8 


16 


182 


g32 


4o 


1 1 2 


862 


69 


.53 


9° 3 


93 


2o5 


9 55 


«7 


i83 


9 33 


4i 


n4 


864 


6 9 bis 


.54 


9 o4 


94 


206 


9 56 


a 


i84 


9 34 


42 


24l 


99 1 


69'" 


.55 


9 o5 


94* 


207 


9 5 7 


18 


80 


83o 


43 


n5 


865 


69'" 1 " 


.56 


906 


9 4 l " 


208 


9 58 


>9 


43 


79 3 


44 


126 


876 


70 


.5 7 


9°7 


94""'" 


209 


9 5 9 


19- 


44 


79* 


45 


128 


878 


7' 


.58 


908 


95 


169 


9'9 


20 


46 


79 6 


46 


129 


879 


72 


■5 9 


9°9 


96 


.70 


920 


2 1 


4 7 


797 


4 7 


i3.o 


880 


73 


160 


910 


97 


. 7 3 


923 


22 


97 


84 7 


48 


i3i 


881 


7 4 


161 


9" 


98 


. 7 5 


9 25 


23 


82 


832 


49 


i33 


883 


u 


162 


9.2 


99 


.76 


926 


24 


95 


845 


5o 


i34 


884 


75 


125 


8 7 5 


100 


76 


826 


25 


9 1 


84 1 


5i 


i35 


885 


76 


123 


8 7 3 


101 


77 


827 


2 5 bîs 


9 2 


842 


5 2 


i36 


886 


77 


124 


8 7 4 


u 


78 


828 


26 


96 


846 


53 


i3 7 


887 


78 


i.3 


863 


102 


*9 


799 



SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 



(JXCI 



CI ASSKMI.M 


CLASSEMENT 


CLASSEMENT 


CLASSEMENT 


DE 1 8jJ . 


m 1 16. 




DE 18 .13. 


oe .856. 


ACIl El.. 


n 1 B5i . 


M io\>(>. 


ACTUEL. 


DE l85a. 


DE 18.Î6. 


ACTUEL. 


io3 


5o 


800 


1 26 


a3o 


980 


>4t 


255 


ioo5 


.63 


48 


798 


loi 


5i 


801 


127 


23. 


98l 


.42 


252 


1002 


.64 


2 10 


960 


io5 


52 


802 


128 


232 


982 


// 


253 


ioo3 


u65 


i63 


gi3 


IOf) 


53 


8o3 


.29 


233 


9 83 


// 


2 53 bu 


97^" 


.66 


100 


85o 


107 


54 


8o4 


i3o 


234 


9 84 


.43 


24o 


99° 


.67 


12 1 


87. 


108 


55 


8o5 


i3i 


235 


9 85 


.44 


244 


99à 


.68 


.71 


921 


109 


56 


806 


l32 


2 36 


986 


.45 


ig5 


9 45 


.69 


178 


928 


1 10 


5? 


807 


i33 


237 


9 8 7 


.46 


.96 


9 46 


170 


102 


85 2 


1 1 1 


7 2 


6:>. ■! 


i34 


238 


988 


.47 


'97 


9*7 


i 7 . 


222 


97 2 


1 1 g 


73 


8?3 


,35 


»3g 


989 


i48 


198 


9 4 8 


1/ 


223 


97 3 


1 1 3 


59 


809 


i36 


25o 


IOOO 


149 


'99 


9^9 


11 


224 


974 


..i 


60 


810 


i3 7 


'9' 


94 1 


.5o 


200 


g5o 


11 


2 24 W ' 


11 ■ 


n5 


03 


8i3 


i38 


24"! 


99 2 


.5i 


201 


9 5 ' 


172 


1 1 1 


861 


1 iii 


58 


808 


i3g 


25 1 


1001 


1 Ô2 


202 


952 


. 7 3 


1 20 


870 


117 


62 


812 


.4o 


256 


1006 


.53 


203 


g53 


174 


79 


829 


118 


83 


833 


11 


2 5 7 


1007 


.54 


64 


81 4 


, 7 5 


93 


843 


"9 


68 


818 


11 


258 


1008 


i55 


204 


954 


«76 


9'' 


844 


11 


69 


8.9 


" 


209 


1009 


« 


2o4 b " 


.029 


'77 


"7 


867 


h 


6 9 * 


1027 




260 


1010 


.56 


l32 


882 


178 


84 


834 


a 


70 


820 


;i 


261 


1011 


.5, 


127 


877 


'79 


.16 


866 


1 20 


i85 


9 35 


II 


262 


101 2 


.58 


.65 


9.5 


180 


8. 


83. 


1 2 1 


225 


97 5 


li 


2 63 


toi3 


«5 9 . 


248 


998 


181 


118 


868 


1 22 


226 


976 


II 


261 


ioi4 


u 


249 


999 


182 


"9 


869 


1 23 


227 


977 


>■ 


265 


ioi5 


160 


172 


922 


.83 


88 


838 


124 


228 


978 


II 


266 


1016 


.6. 


174 


924 


.84 


89 


83g 


125 


229 


979 


V 


267 


1017 


.62 


67 


8.7 


.85 


9° 


84o 


' Le n" aa4 bit du Calalc 


gue de 1 856 se rapportait à 


un article qui n'existe plus dans la collection actuelle des 


manuscrits Je la bibliothèqu 


1 de Metz, et qui coinpreuai 


eu b!oc 3a volumes iu-folîo des Registres de h Battcttc 


(rôles do perception d'un iir 


pôt sur les imitations ) , de i 


379 à 1760. La véritable place de ces documents est aux 


archives fa la riJla, d'où ils 


vaient cle tirés cl où ils ont ( 


té reportes. L'article n'existant plus dans la collection, il 


n'y avait aucune raison pour i 


itroduîre dans le Cataloguedc i 


870 uo n 9;4 bis afin d'y représenter lo n° aaA bit de i85G. 


Le n° 974 bit figure pourtant 


daos ce Catalogue, où il se ti 


ouve applique, on ne sait pourquoi, à un article qui dans 


le Catalogue de 1806 était co 


npris dans celui coté n° a53 c 


qui avait reçu ensuite, (Sans 1rs additions à ce Catalogue, 


le n° 953 bis. Voilà comment 


il se fait que le Catalogue de ] 


870 possède encore deux numéros bit ( 9 \ 4 bit et 97/1 615), 


quoiqu'il no renferme plus ou 


'un seul des deux articles qui 


lortaicnt également des numéros 615 ( 19^ bis et aa4 bis) au 


Catalogue 


il» 18Ô6. 


Voir ci-v 


lessus , p. ] 


x et p. xx 


I , note 1 


■ ) 













CXCil 



NOTICE SUR LES MANUSCRITS DE METZ. 



CLA 

DE 1 .S 5 :( . 


SSEMENT 


CLASSEMENT 


eu 

DE 18Ô2. 


iSSEMEN 
de 1 S 56. 


r 

ACTUEL. 


CLASSEMENT 

DE lS5a. DE l856. ACTUEL. 


DE i856. 


4CTDEL. 


DE i85q. 


de i856. 


ACTUEL. 


l86 


35 


7 85 


// 


26"' 





209 


189 


9 3 9 


2l8 


6l 


811 


187 


i4 


7 64 


199 


36 


786 


II 


190 


940 


219 


ig3 


9 43 


;/ 


i5 


7 65 


200 


33 


7 83 


2 10 


22 1 


97 1 


// 


ig4 


944 


188 


l 9 


7 6 9 


201 


34 


784 


2 1 1 


75 


825 


220 


243 


99 3 


189 


18 


768 


// 


34 bis 


1023 


2 1 2 


7 1 


821 


22 1 


ÎO 


760 


190 


i3 


7 63 


202 


37 


787 


2 l3 


66 


816 


222 


1 1 


761 


'9 l 


20 


770 


2o3 


38 


788 


2l4 


65 


8i5 


223 


1 2 


762 


192 


2 1 


771 


// 


39 


789 


2 1 5 


2 9 


779 


224 


177 


9 2 7 


ig3 


22 


772 


204 


4i 


79' 


// 


29- 


1020 


225 


2l8 


968 


194 


23 


77 3 


205 


4o 


79° 


II 


3o 


780 


226 


219 


969 


195 

11 


24 

25 


774 
77 5 


II 

II 


4o- 

4o ler 


1024 


II 


9 bis 

3o 
3, 


102 1 

781 


// 
227 


220 

254 


97° 
ioo4 


'9 6 


27 


777 


II 


4oi uater 


1025 


r 


3i b1 ' 


1022 


228 


45 


79 5 


'97 


28 


778 


II 


4 o ^»ti . 


1026 


II 


32 


782 


229 


192 


942 


11 


2 8 b " 


1019 


206 


186 


936 


2 l6 


21 1 


961 








.98 


26 


776 


207 


1 87 


9 3 7 


II 


2 1 2 


962 








11 


26 b " 


1018 


208 


188 


938 


2 17 


1 22 


872 









MANUSCRITS 



DE 



LA BIBLIOTHÈQUE 

DE METZ. 



M \V I)! s II I lï I \ . 



MANUSCRITS 



DE 



LA BIBLIOTHÈQUE 

DE METZ. 



PREMIERE PARTIE. 



N° 1. In-folio maximo sur vélin. - BibJiornm pars maxitna se- 
cunduin orclinem lectionum digesta per annum. — Com- 
mencement du XIII e SIÈCLE. 

Provenant de la cathédrale de Metz. - D. Maugerard, religieux bénédictin 
de Saint-Arnoul, a consacré une notice assez étendue à ce manuscrit, dans le 
catalogue des manuscrits de la cathédrale de Metz rédigé par ses soins en 1765 
(voy. ci-après, Supplément, n° 1 1 1). Il a remarqué que dans la seconde épître 
de saint Jean il manque le verset : « Très sunt qui testimoniuni danl , etc. » Sur 
le verso du premier feuillet est une transcription contemporaine d'une cons- 
titution du cardinal légat Otto, donnée à Verdun le 8 des kalendes de fé- 
vrier 1229, pour astreindre les chanoines de Metz à assister aux offices du matin 
et régler les bénéfices de la résidence relativement à tous les membres du cha- 
pitre. 

2. In-folio sur vélin. (3 volumes.) - Pars Veteris Testamenti. 

XI e SIÈCLE. 

Sans marque de provenance, écrit sur deux colonnes, tracé à la pointe. 



h CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

I er volume. Il commence par l'inscription en capitales par lignes alternées 
noires et rouges : « Incipit epislola sancti Hieronimi ad Paulinum presbite- 
« rum de omnibus divinis historié libris. » 

II e volume. A la fin du livre de Ruth , sur un espace laissé en blanc, ont 
été transcrites au xm e siècle des lettres du monastère de Saint-Tron à B. évêque 
de Metz, par lesquelles cette communauté annonce au prélat le choix qu'elle 
aura bientôt à faire d'un nouvel abbé, par suite de la résignation du supérieur 
actuel, nommé Nicolas : « Karissimo domino et palri suo B. venerabili Met- 
« tensi episcopo, pusillus grex ecclesie Sancti Trudonis, fidèle servicium et de- 
<> votum munus orationum, etc. » Suit une autre lettre par laquelle le chapitre 
de Liège recommande à l'évêque de Metz le nouvel abbé de Saint-Tron: 
« B. Dei gratia venerabili Metlensi episcopo, A. Leodiensis ecclesie majoris 
« prepositus , S. d ecanus , archidiaconus totusque conventus , salutem in Domino, 
« cum devotis orationibus. Discretionis vestre démentie domnum Cristianum , 
» latorem pi-esentium , quem ecclesia Sancti Trudonis in spiritualem patrem sibi 
« elegit, transmittimus, etc. » 

III e volume. Après le livre de Job, sur un espace laissé en blanc, a été 
transcrite en cursive du xm c siècle une liste des propriétés du chapitre de la 
cathédrale, sises dans l'enceinte de Metz : ■< Hee sunt domus Sancti Pauli : 
« Bertrannus Lietaldus dédit nobis unam domum ad portam Salie in Canbio. 
« Willelmus sircator, aliam illi conlinuam. Ricardus Deodatus cognominatus, 
« aliam ibidem in macello. Albero, aliam sub porta Salie, in qua Adam manet, 
« et ante eandem domum habemus tria fuma continua. Infra curiam de Ran- 
« siere habemus tredecim domos. Warnerus Porceis dédit unam domum in 
« statione quam Ulrico Tristan locavirnus, etc. » 

N° 3. In-folio sur vélin. - Biblia sacra. — xiv e siècle. 

Sans marque de provenance. - Reliure moderne de Simier. Écrit sur deux 
colonnes, exécution italienne. Sur la première page est peint un écu fascé, de 
dix pièces d'hermine et de gueules, avec une guimbarde pour emblème, armoi- 
ries d'un maître échevin de Metz, d'Esch. A la fin est la table interprétative des 
noms hébraïques. Signé sur le dernier feuillet : « Jo. Herbilloni. » 

4. In-folio sur vélin. — Actusapostolorum , Ëpistolœcanonicaeet 
Epistolae Pauli, graece.— Incipit : IIp d %ets twv dyiwv dito- 
(rlô'kfjùv. Tov (jlsv Tzpànov Xôyov èTvoirjcrd^v izepi 'ZsdvTWV. 
— Dosinil : Xaptç (jlstoi xxdvim) iifjiwv. d^v. — xiv e siècle. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 5 

Sans marque de provenances - Reliure moderne de Simier. Ecn'i à longues 
lignes. Sur la première page était une note d'une écriture assez moderne, dont 
il ne reste plus que ces mois: «Codex ms.cumomni custodia servandus, coin- 
« pàratus. ... « le reste a été gratté. 

N° 5. In-folio épais sur vélin.- Pars prior Veteris Tcstamenti. — 



Donné par M. le comte d'Ourches. 

Marque sur la i' c garde : « Codex monasterii gloriose virginis Marie in Evertz- 
«clusen, etc. » Magnifique exemplaire, sur deux colonnes, avec vignettes et 
dans un état parfait de conservation. Le volume se; termine avec le deuxième 
livre d'Esdras. 

(). In-folio sur vélin.- Veteris Testamenti pars posterior. — 

XV e SIÈCLE. 

Donné à la bibliothèque par M. le comte d'Ourches. - Magnifique exem- 
plaire d'une conservation parfaite et recouvert d'une reliure ancienne avec fer- 
moirs et garnitures de cuivre. Ecrit sur deux colonnes. Sur le premier feuillet : 
( lodex monasterii gloriose Virginis Marie in Evertzclusen , ordinis canonicorum 
« regularium , Treverensis diocesis. » Se termine avec le second livre des Ma- 
chabées. 

7. In-folio maximo sur vélin. - Bihliorum sacrorum pars 
maxima. — Commencement du ix e siècle. 

De la cathédrale de Metz.— Ecriture mérovingienne renouvelée, sur deux 
colonnes. Sur la première page, après le prologue de saint Jérôme on lil cette 
inscription tracée au minium : « Explicit prologus. Incipit Masloth hoc est para 
•< bole sive quod vulgo dicitur proverbia Salomonis. » Suivent : L'EccIésiaste. - 
Le Cantique des cantiques. - Le livre delà Sagesse - L'Ecclésiastique, sous 
le titre de Liber Hiesu fili Sirach. — Judith. - Job. - Daniel. Le verset de ce 
prophète commençant par les mots : «El erat vir Iiabitans in Babylone,» est 
précédé de cette rubrique : « Hue usque Danihel in Hebraeo voluminelegimus. 
« Cetera quae sequuntur usque ad finemlibri de Theodotionis editione translata 
» sunt. «-Les Paralipomènes.— Esdras , avec cette annotation en capitales : « Hue 
« usque reffertur quod in commentario scriptum fuerit, exin Xeemiae hisloria 
« texitur, ■ laquelle précède le verset : « Nonnulli autem de principibus familia- 



6 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« rum dederunt in opus. » Et à la fin, on lit la rubrique « Explicit liber Ezrae 
« sive verba Neemiae. » - Estber. - Les Machabées , dont le second livre se ter- 
mine par cette rubrique : «Explicit liber Machabeorum, liber secundus Asco 
« ypa.6ias. » — Le canon des Evangiles, disposé sous des arceaux dans le style by- 
zantin. — Les quatre Evangélistes. — Les Epîtres de saint Paul. — Les Actes des 
apôtres. - Une partie de l'Apocalypse. 

N° 8. In-folio sur vélin. - Libri sapientiales cum glossa. — 

XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. — Ecrit sur deux et trois colonnes selon l'exigence 
du commentaire. Le texte en caractère plus gros. Signé sur le plat inférieur : 
.Jo. Challe, cantor ecclesie Metensis. » 

9. In-folio sur vélin. - Pétri Lombardi Sententiae. — 



De la cathédrale de Metz. — Ecrit sur deux colonnes; exécution italienne. 
Sur le dernier feuillet de garde, en cursive du xrv c siècle : « Iste liber fuit apor- 
« tatus de Massilia per dominum P. Labrunia, ij unciis, xiiij den. argenti. ...» 

10. In-folio sur vélin. -Missale Metensis ecclesiœ. — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Ecrit sur deux colonnes. Le Te igilur a été en 
levé. Sur un feuillet qui précède la fin, on lit, de la même écriture que le 
reste du volume : «Explicit oratio sancti Ambrosii que dicitur ante Missam. 
« Orate pro Henrico paupere clerico, qui complcvit hune librum anno Do- 
« mini m.ccc.xl.viij , in crastino festi beati Martini hyemalis, pro domino Lu- 
dovico, decano Metensis ecclesie. » 

11. In-folio carré sur vélin. -Breviarium, ab adventu Domini 
usque ad festum Michaelis archangeli. — xv e siècle. 

Marqué sur le i cr feuillet : « domus Sanctœ Trinitatis Metensis. » Longues 
lignes. Manque la fin. 

12. In-folio épais sur vélin. - Missale. — xv e siècle. 

Sans marque de provenance. — Deux colonnes. — Au feuillet marqué eviij. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 7 

la secrète pour le roi est accompagnée de cette addition marginale écrite à la 
lin du xv c siècle : «Et famulum tuum Carolum regem omnemque exercitiiiu 
« ejus ah omni adversitate custodi. » 

N° 13. In-folio carré sur vélin. - Pontificale Ecclesiœ Metensis. - 

Incipit : « super servos tuos misericordiam tuam. » - 

Desinit : « Hic finitur consecratio. » — xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Longues lignes, grosses lettres de forme. Quel- 
ques feuillets manquent au commencement. 

14. In-folio carré sur vélin. - Psalteriuin cum glossâ. — 



De la cathédrale de Metz. - Marqué en gothique A. T. M. Tracé à la pointe, 
la glose encadrant le texte. Sur le recto du i cr feuillet, un dessin allégorique à 
la plume représentant David entouré de plusieurs personnages dénommés : 
«Humidum, ver, aer, sanguis. >> Sur le verso du même feuillet la glose com- 
mence par les mots « Quid sit Psalterium. Psalterium, ut Hieronimus ait, in 
« modum delte littere. » Et le texte : « Psalterium Romae dudum positus emenda- 
« ram. » Après ce morceau, qui est la préface de saint Jérôme, suivent des orai- 
sons pour préparer à la lecture du psautier, lequel commence par cette inscrip- 
tion : «In Domine Domini, incipit Psalterium a sancto Hieronimo de hehreo in 
« latinum translatum. » Sur les derniers feuillets sont écrits de la même main , 
le Magnificat, le Symbole de saint Athanase sous la rubrique « fides catholica , » 
le Symbole des apôtres, le Te Deum, enfin des oraisons pour les offices quo- 
tidiens. 

15. In-folio carré sur vélin. - S. Gregorii Homiiise super Eze- 
chiel. — xi e siècle. 

Marqué sur la i rc garde : « Sancti Vincentii Metensis congregationissanctorum 
« VitonietHydulphi. «-Ecrit sur deux colonnes. Le titre en capitales sur le verso 
du second feuillet: «In hoc codice continentur omeliae XXII Gregorii, papae, 
« in Ezechiele propheta, dicte in patriarchio Lateranensi, in basilica quas appel- 
« latur aurea. » Au-dessus sont écrits ces vers : 

Quisque libens libris aures prebere videris , 
Islum preennetis voto complectere mentis. 



CATALOGUE DES MANUSCRITS 

Quem Ueus ipse sua dignatus scribere dextra 

Non evponendum sed ut est misit référendum 

Gregorio papa?, solus qui dignus in orbe 

Promeruit Pelri cathedra residere beati, 

Utque Petrus fuit ljic fidei fervore probaius; 

Civçs angelicos credentes efficit Anglos, 

Quos velut ignotos mundus dai ab orbe reinolo-, . 

Quos non Romanus princeps deterruit ulJus, 

Christo Gregorius dat per pia verba beatus, 

Nos quibus adjungat quocutn Cbristus bene régnai. 

i-a première rubrique du second livre est ainsi conçue: « Incipil onielia 
« prima secuncUe partis in libro Hieziechielis decentissime per inspirationem 
« Spiritus Sancti a beato Gregorio urbis Romœ venerabili pontifice œdita. » 

Sur le i cr feuillet de garde sont des notes d'accensement écrites au xn c siècle : 
« Curtis S. Juliani débet persolvere c solidos et xv, obolo minus, a festivitate 
« sancti Remigii usque in festum S. Juliani, etc. » 

N° 16. In-loiio carré sur vélin.- Lectiones super Epistolis et Evan- 
geliis dominicis. — Incipit : « Dominica de adventu Domini. 
« Lectio epistolas b. P. apostoli ad Romanos. Scientes quia 
« liora est jam nos de somno surgere. » - Desinit : « feria Vï 
«in parasceven. Passio Domini nostri Ihesu Christi. » — 

XI e SIÈCLE. 

Sans marque de provenance. - Ecrit sur deux colonnes. La première page es1 
occupée ])ar une peinture allégorique, grossièrement exécutée , dont voici l'ex. 
plication : « Vita sine doctrina facit inutilem, doctrina sine moribus arrogantem. » 
Sur la dernière , une mappemonde , où l'orbis vêtus tout entier est disposé dans 
un seul hémisphère, les quatre points cardinaux partageant le grand cercle 
qui serait pour nous l'équateur. A la fin du lectionnaire on lit : 

F rater Gerbertus solo cognomine dictus 

Hune librum scripsit, ut patrisjussio sanexit. 

Omnipotens Dominus sibi reddat propitiatus. 

Istic Albricus meriti virtute decanus 

Enituit major prœ cunctis auxiiiator: 

Ipse volumen idem decorans perduxit ad unguem. 

Tedricus pariter adjutor constitit aller : 

Nam partem scripsit, et eodem carminé compsit. 

Gratia cœlestis mercedem ponat et istis. 

Hic quicumque iegis ne dicere qua»so graveris : 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 9 

\ ivanl actores, pereanl perlempora Pures. 
Tum .si quiil scriplo viciatum comp< ris iilo. 
Abicito fumum, lac cl clarescere \erum. 
Certa tibi sil spes, tua nunquam prasmia perdes. 

N° 17. In-folio carré sur vélin. - Incipiunt Omeliœ sancti Johan 
nis, cpiscopi Constantinopolitani, diversae seu libri , ici esl 
prima de superscriptionepsalmiquinquagesimi. — XI e siècle. 

Marqué « Liber Sancti Arnulphi Metensis. «-Ecrit sur deux colonnes, tracé à 
la pointe. Ce volume renferme quarante-deux homélies ou traités de S. Jean 
Chrysostome. Le dernier «de Reparatione lapsi. » La table des chapitres qui 
suit le litre, rapporté ci-dessus, est suivie elle-même de cette rubrique en ca- 
pitales : « Expliciunl capitula. Incipit liber Johannis Crisostomi de psnlmo L. < 

18. In-folio sur vélin. - Summa de casibus Decretalium. - 
Incipit: « Rex pacificus. Premissa salutatione sic pone. » - 
Desinif : «Nota régulas hujus tituli notabiliter notandas. » 

— XIV e SIÈCLE. 

Sans marque de provenance. —Sans titres. — Ecrit sur deux colonnes. Mar- 
qué à la fin : « Jo. Herbilloni l » en gothique. 

19. In-folio maximo sur papier. -Piepertorium juris canonici 
secundum ordinem alphabeti digestum. — Incipit : « Hec dic- 
«tio A interdum incîudit, ut c. de nupt. a caligato et de 
« advo. » - Desinit : « Zoillus, similiter, ut c. de her. in sti. 
« cum proponas. Deo gracias. Amen. » — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz.— Ecrit sur deux colonnes, sans titres ni rubriques. 
On lit sur le dedans de la couverture, en cursive du xv c siècle : « Istud reperto- 
« rium est ecclesie Metensis, légat u m per quondam d. Johannem Nicolai, deca- 
« num ipsius ecclesie, et inichi Hugoni Malhie, canonico ejusdem ecclesie, per 
«dominos decanum et capitulum usque ad eorum beneplacitum mutualutn. 
« Ita fateor ego Hugo Malhie prefalus. Teste manu propria. « 

1 On trouve sur le pouillé de l'église de Metz Jean Herbilogn) . chanoine de la cathédrale de 
Metz de 1 ^7^-1 5 1 7. 

vw 1>ES didl. — v. 2 



10 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 20. Grand in-folio sur vélin. -Incipit discordantium canonum 

concordia cum glossa. — Incipit : « Quoniam novis superve- 

« nientibus causis. » - Desinit : « Explicit Decretum Deo gra- 

. « cias. Amen.Finito libroreddatur gratia Ghristo.Qui scripsit 

« scribat, semper cum Domino vivat. Amen. » — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. -Signé en cursive du xv" siècle : « Pro domino de- 
« cano Virdunensi. » Écrit sur deux colonnes. Exécution italienne. 

2 ] . In-folio sur vélin. - Incipit concordia discordantium cano- 
num, cum apparatu.— Incipit: « Quoniam novis supervenien- 
« tibus causis. »— Desinit: « Explicit apparatus Decreti. Finito 
«libro, sit laus et gloria Christo. Benedictus Deus, amen. » 

XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. — Deux colonnes et la glose dans les marges. Exé- 
cution italienne. A la suite du Décret est le tableau, richement colorié, de 
Joannes Anclreœ sur les affinités légales. Deux feuillets ajoutés postérieurement 
présentent, à la fin du volume, une table analytique du Décret sous ce titre : 
« Summa composita super causis decretorum per donmum Paulum de Liaza- 
« riis, decretorum doctorem. » Le texte commence : « Secunda pars hujus libri 
« dicitur Cause, eo quod distincta est per causas xxxvi. « 

22. In-folio maximo carré sur papier. — Reportatorium domini 
Bonifacii super primo libro Decretalium. - Incipit : « Hec 
« enim est essencie imitas et personarum trinitas, a qua om- 
et nés legum promulgaciones pendere jubentur. » - Desinit : 
« Et bic finis Reportatorii super primo libro. » — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Marqué sur la dernière garde : « H. Mathie me 
« possidet. » Voy. au sujet de ce Mathias le numéro 19 du présent catalogue. 

23. In-folio magno sur papier. - Lectura domini Antonii de 
Butrio super prima parte secundi Decretalium. - Incipit : 
«Expedit[is] preparatoriis judiciorum, ad judicia venia- 
« mus. » — xv e siècle. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. Il 

Marqué «llio liber est ecclesie Metensis. » Deux colonnes. Manque la fin. 
L'ouvrage est interrompu au paragraphe: « Si adversarius. » 

N° 24. Grand in-folio sur papier. - Lectura d. Antonii de Bulrio 
super secunda parte secundi libri Decretalium. - Incipit : 

« — C. ti. L.neque irapub , de jur. I. fi. »- Dcsinit : « K\- 

« plicit lectura famosissimi ac egregii juris utriusque doctoris 
« domni Anthonii de Butrio super secundo libro Decreta- 
« lium, cujus anima requiescal in pace. Amen, u — xv c siècle. 

Marqué en gothique : « Iste liber pertinet ecclesie Metensi. D. VVarini. Ita 
« est. » — Deux colonnes. Ce volume fait suite au précédent. 

25. Grand in-folio carré sur vélin et papier. — Novellœ Jo- 
bannis Andréa; super V Decretalium, pars posterior. —Fin 

du XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. — Sur deux colonnes. Exécution très-grossière. 
Marque sur la dernière garde : « Guillermus de Buff. vendidil Hivano de Bure 
« hune lihruin anno Domini m.cccc.i. » On lit à la fui du troisième livre : « Ex- 
« plicil liber tercius novelle Jo. Andrée. Fredericus. » 

26. In-folio carré sur papier. - (Recueil.) - i° Incipiunt Ques- 
tiones composite per dominum Oldradum de Laude, legum 
professorem in curiaRomana. -Incipit: «An in restitutione 
«que petitur fieri de beneficio probatio tituli requiratur. » 
- 2° Incipiunt Notabiliasingularia domini Mathei de Mathe- 
silanis de Bononia, utriusque juris doctoris.- Incipit :« Nota 
« quod in causis brevioribus si judex sit tabellio, etc.» — 
3° Sequuntur quedam allegationes domini Antonii de Cafa- 
rellisde Roma, utriusque juris doctoris.- Incipit: « Pater re- 
« verende, cui dubium est quia laudum quod de marito io- 
« quar. »— Desinit : « In principioff.de jure fisci, ita déclarât 
« Bartholflus. >< - l\° Tabula conciliorum eximii legum docto- 



12 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

ris domini Oldradi, sub titulisDecrelalium, rcdacta per ma- 
gistrum Johannem Sanageti , eliam legum doctorem et in 
curia Romana causarum procuratorem sedente Paulo II. — 
Incipit : « De constitutionibas. Constitutio ecclesie habet quod 
« vacante. » -5°Lectura tri.um librorumCodicis. — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Ecrit sur deux colonnes. Ecriture italienne de la 
renaissance. - i° Contient deux cent soixante-quatre questions. La dernière est 
suivie de cette épigraphe : « Explicit Sunima domini Oldradi de Laude, legum 
« doctoris, per me Petrum Garvandi, clericum Bituricensem , anno salutis 14.70, 
« die vero quinta mensis aprilis, sedente Paulo secundo, pontificntus sui anno 
« sexto, Deo gratias, Rome. »— 2°Se compose de deux cents remarques, termi- 
nées par la souscription du même copiste Pierre Garvand. — 4° Contient cinq 
feuillets. - 5° Impression incunable, signée à la fin en caractères gothiques: 
« Sixtus Kiessinger. » 

]N 27. In-folio magno sur vélin. - Henricus Bohic super III, IV 
et V Decretalium.- Incipit: « Clerici arma. Si queritur utrum 
« et quando et in quibus personis licitum sit armis uti. » — 

XIV e SIÈCLE. 

Marqué sur la première page : « Pertinet ecclesie Metensi. » Deux colonnes. 
Ecriture cursive. Une miniature au commencement, qui représente la consé- 
cration. On lit sur la dernière page : «Explicit totum opus Henrici Bohic, fini- 
« tum per manus Johannis Fabri, Cameracensis dyocesis, de villa que dicitur 
« Terremonde, anno Domini mccc. nonagesimo sexto, in crastinum beati Ju- 
« liani. » (Voy. le n° 59.) 

28. In-folio sur vélin. - (Recueil.) - i° Sextus liber Decreta- 
lium, cum apparatu Johannis Monachi. - 2 Apparatus 
domni Dyni super titulis libri se\ti. - Incipit : « Premissis 
« casibus singularibus et eorum determinatione. »— 3° Libel- 
lus a magistro Guiilermo de Mandagoto, archidiacono Nc- 
mausensi, compositus, super electionibus faciendis et eorum 
processibus ordinandis.- Incipit : « Venerabdi viro et discre- 
« tione, scientia et moribus multipliciter radianti, magistro 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 13 

« suo karisimo dom. Bercngario Fredoli, succentori ecclesie 
« Biterrensis, etc. » — 4° Magister Laurencius de Summotis 
super certis formis electionum.-Incipit: « Decretum electio- 
« nis sive procedatur per forinam scrutinii vel compromissi 
« vel per divinam inspirationem, et instructiones qualiter 
« predicte electiones debeant celebrari. » — xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Signé en gothique : Jaquin Dclafuerie. Deux co- 
lonnes. Exécution italienne. — i° Manque le frontispice. La glose est répandue 
sur les marges et se termine ainsi : » Explicit apparatusVI libri Decretalium a 
» domno Johanne Monacho composilus in caria Romana. Qui scripsil carmen 
« sit benedictus. Amen. » — 2° On lit à la fin : i Explicit apparatus domini Dini 
« docloris legum , anno Domini mcgci. Ac prior de Abuseyo hoc scripsit Ananie, 
« et finivit in festo sancti Mauricii et sociorum ejus. » — 3° Précédé d'une table 
analytique sous cette rubrique : « Summaria institutio de hiis que in hoc opus- 
« culo continentur. » Accompagné d'un commentaire de l'auteur lui-même. 
commençant : « Venerabili, etc. Cum illius non sim auctoritalis qua meis scrip 
« tis fides deheat adhiberi, nisi quatenus viribus et rationibns probabilibus ro- 
« borantur, libellumistum,ne quis ambigat juxta doctrinam in eo traclitam pro- 
«cedere, cum fuerit electio vel poslulacio facienda, decrevi sub quo potui 
« compendio apparandum, inducens ad probanda in eo contenta concordantias 
« diversorum jurium et glosarum , et addens aliqua que in textu brevitalis causa 
«< inserere pretermisi. » — \° On lit à la fin : « Perfecta fuit ista Summa a ma- 
« gistro Laurencio de Summotis, subdiacono domini pape , canonico Cist. mense 
« Junii , anno domini millesimo ducentesimo liiii. » 

N° 29. In-folio maximo sur vélin. - i° Incipit lectura domini Jo- 
hannis Andrée, doctoris doctorum Bononiensium, super ar- 
bore de consanguinitate et affinitate.- 2° Sextus Decretalium 
cum apparatu. — Commencement du xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Deux colonnes. La glose sur les marges. Exécu- 
tion italienne. — i° Accompagné du Stemma ou arbor ajfinilatis richement 
colorié. 

30. Grand in-folio sur papier. -Apparatus Johannis de Imola 
super Clementinis. - Incipit : «De rescriptis. Abbates. Glo. 



14 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« sumat et dividit. » — Desinit : « et sic est finis hujus operis 
«Clementinarum. Laus Christo. Pax vivis et requies de- 
« functis. Amen. » — xv c siècle. 

De la cathédrale de Melz. — Deux colonnes. Écriture négligée. On lit sur le 
dernier feuillet : « Completum est oppus (sic) domni Johannis de Ymola super 
« libro Clementinarum. » 

N° 31. In-folio sur vélin. - (Recueil.) i° Incipiunt Constitutiones 
iacte per sanctissimum papam Johannem XXII. - i° Inci- 
pit Apparatus domni Josselini de Cassanhis super conslitu- 
tionibus Johanninis. — Incipit : « Ueverentissimo in Christo 
« patri domino suo Arnaldo, Dei gracia Sancti Eustachii dya- 
« cono cardinali. « - 3° Constitutiones Gregorii X. — Incipit : 
«Gregorius, etc. dilectis filiis universitati magistrorum et 
« scolarium Bononiensium, etc. Cum nuper in generali con- 
« cilio Lugdunensi » . . .cum apparatu incipiente : « In no- 
« mine Domini. Amen. Quoniam natura rerum. » - l\° Inci- 
piunt Constitutiones Nicholai pape, cum apparatu magistri 
Garsie. - 5° Incipiunt Constitutiones Alexandri pape IV. Inci- 
pit : «Cum per illam clausulam. » - 6° Fragmentum lec- 
ture super titulis Decretalium. — Incipit : « In c. tit. super 1. 
« exceptiones. Si queras quando exceptiones sint propo- 
« nende. » — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Sur deux colonnes. Exécution italienne, à" Se 
termine par cette inscription : « Expliciunt glose magistri Garsie super decisione 
« Nicholai pape que incipit Cupientes. » — 6° Sans commencement ni fin. 

32. Gros et grand in-folio sur papier. - Lectura Johannis de 
Fantutiis super tertia parte Decreli.— Incipit : « Quidam deri- 
« eus, etc. Hic intitulaturXI causa que continuatur. » - Desi- 
nit : « Jo. de ar. Valentinia vij. v. Et sic finitur. Laudetur 
« Deus et pia mater ejus. » — xv e siècle. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 15 

De la cathédrale de Metz. - Sur l'intérieur de la couverlure, en cursive du 
\v° siècle : « Hic liber est magistri Nicholai Tohavti, ila est M. Francisci. i El à 
côté de cette note, qui acte raturée : « H. Mathie me possidet. » —Ecrit sur deux 
colonnes. Exécution italienne. On lit sur la dernière page : « Et sic est finis 
« lecture domini Jo. de Fantutiis, dccretorum doctoris, super tertia parle De 
« creti, scriplum Rome per me Petrum Garvandi de Magduno, clericum, Bilu 
« ricensis diocesis, de anno 1/171, die 19 maii, pontificatus d. Pauli pape II 
« anno septimo. » 

N° 33. Grand in-folio sur vélin. - (Recueil.) - i° Incipit Reperto- 
rium magistri Guillclmi Duranti. - Incipit : «Reverendo in 
« Christo patri ac domino Ma theo. »- i° Casus in quibusjus 
civile et jus canonicum discordant. - Incipit : « Laboribus 
« humana creatura subjecta. » - Desinil : « c. duo et ij. q. vj. 
« Ad Romanam. » — 3°Incipit Summaintroductoria super olïi- 
cio advocationis in foro ecclesiastico, a Bovavincta judice et 
juris canonici professore composita. -Incipit : « Cum advo- 
« cationis ofïicium utile viteque hominum lex snadeat. »— De- 
sinit : « Ipsius brevitatis auxilio fretus. » — 4° Incipiunt trac- 
tatuspositionum cum exceptionibus, reversionibus et earum 
natura, compositus a domino Raufredo.- Incipit: « Cum fre- 
« quenset cotidianus sit bodie in judiciis positionum usus. » 

XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. -Signé en gothique : « Jo. Chardalle, cantor eccle- 
« sie Melensis, »etsur le dedans de la couverture : « Repertorium magistri Guil- 
« lermi Durandi super Decretalibus, comparalum apud spectahilem virum 
« d.Remigium de Meliorivallc, reciorem parrochialis ecclesie de Esseyo, Tul- 
« lensis diocesis. » -Ecrit sur deux colonnes. Exécution italienne.- i°se termine 
ainsi : 

Que pridem plura sunl sparsini tradita jura , 

Hec nunc scriptura f'acili monstrai tibi cura. 

Explicit Repertorium magisfri GuUlermi Duranti. 

3° Finit par la rubrique: «Explicit Su mraa Bovavincta de A ricio. Deo gracias.» 

34. Grand in-folio sur papier. - Juris canonici Repertorium 



16 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

secundum ordinem aiphabeti digestum. - Incipit : « Açjere an 
« possit quis utdeclaretur. » - Desinit : « Uœori. Utrum debean- 
« tur alimenta heredibusviriviromortuo, etc. » — xv e siècle. 

Delà cathédrale de Metz. -Signé: « Jo. Chardalli cantor. » Sur deux colonnes, 
exécution italienne. 

N° 35. Petit in-folio sur vélin. — Quatuor Evangelistae. — Com- 
mencement du XI e SIÈCLE. 

Marqué : « Liber isle est Sancti Arnulphi. » — Longues lignes, exécution de 
luxe; titres, inscriptions en capitales. Peintures dans le style byzantin , mais 
les unes inachevées, les aulres gâtées. Le volume finit avec l'évangile selon 
S. Jean. 

36. Petit in-folio sur vélin. - Beati Augustini in Genesiin ad 
litteram quœstionum libri XII. — xi e siècle. 

De Saint-Arnoul. - Longues lignes; tracé à la pointe. 

37. Petit in-folio carré sur vélin. - In nomine Sancte Trini- 
talis incipit Expositio de psalmo centesimo octavo decimo 
sancti Ambrosii, Mediolanensis urbis episcopi. — xi e siècle. 

Marqué dès l'origine : « Liber Sancti Arnulfi, Metensis urbis episcopi; aufe- 
« renti sit anathema. » Ecrit sur deux colonnes. Tracé à la pointe. Sur les deux 
derniers feuillets, de la même écriture que le reste : « Revelatio quam sanctus 
« Ambrosius vidit de corporibus sanctorum Gervasii et Protasii. David pro 
« pheta inquodam psalmo itadicil, etc. »A la fin, d'une main contemporaine : 

Juro per hos digitos penneque loquatia rostra 
Quod , si non fueris formosum in corpore libri , 
Cum scrobe merdoso fur\ o jactaberis antro. 
Probatio incausti an bonum sit. 

Sur le premier feuillet de garde : « Iq Christi nomine. Incipit revelatio ec- 
« ciesiœ sancti Micliaelis archangelii, in monte qui dicitur Tumba, etc. » Au 
verso, une lettre philosophique, commençant ainsi : » Preceptori suo A. W. 
« peccator, fugere a facie arcus. Considérant! mihi studia cupiditatesque moi- 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 17 

« talium, tanla ammiratio tantusque stupor effunditur ut cum satyrico exrla- 
« mare compcllar : 

O curas hominum! o quantum est in rébus inane, elc. » 

Cette lettre, qui est adressée par Walon, abbé de Saint- Arnoul , à Alestan do 
Liège, se trouve imprimée dans les Analcctes de Mabillon, p. 458. 

N° 38. Petit in-folio sur vélin. - Summa fratris Johannis Scoli 
Minoritae super quarto Sententiarum.— Incipit : « Samarita- 
nus ille piissimus spoliatum videns. » — xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Deux colonnes. L'ouvrage est divisé en deux 
parties. A la fia de la première, on lit : «Plus non complevit de ordinationc 
« quarti magister Jo. Scotus. Quod sequilur de iij a resurrectionis in hoc libro 
« est de reportalione. » A la fin du volume est une table qui se termine ainsi : 
« Explicit tabula continens articulos questionum etsententiam earum de quarto 
« libro Sententiarum edito a fralre Johanne Scoto, bone memorie, sacre theo- 
« logie doctori (sic) , ordinis fratrum Minorum. » 

39. Petit in-folio carré sur vélin.- Incipit Expositio Bedae in 
Luca. — x e siècle. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulfi ; si quis abslulerit analhema sit. » -Longues 
lignes. Le commentaire de Bède est précédé de la lettre de l'évêque Acca : 
» Reverentissimo in Christo fralri et consacerdoti Be:la (sic) presbytero, Acca 
« perpetuam in Domino salutem. Sœpe quidem sanctse tuas fraternitati, etc. » 
Avec la réponse de Bède : « Domino beatissimo et nimium desiderantissimo 
« Acca episcopo, Beda humilis presbiter, in Domino salutem œterno. Mira vere 
« est et vera mire. » A la fin de l'ouvrage : « Explicit liber Bedae in Lucam. Deo 
« gratias, amen. Paxlegentibus, sanitas audientibus, caritas communicantibus. 
« Beda Dei atleta rogo vivas perennem. » Feuillets de garde : le premier est un 
fragment d'un traité de dialectique, dont l'écriture est du x c siècle. On y lit ce 
commencement de chapitre : « Expl. commentai', lib. I, Incip. II. Videtur aulem 
« neque genus neque species simpliciter dici. Queri in expositionum principiis 
« solet cur unumquodque cœteris in disputationis ordine praeponatur, etc. » 
Suit un demi-feuillet de parchemin sur lequel est écrite une courte légende 
dont voici la plus grande partie : « Fertur relatione majorum quia, cum 
« beato.Iohanni aposlolo avis que perdix vocatur viva et sana a quodam oblata 
«fuisset, cœpil eam leni manu demulcendo tractare. Quod quidam adolesccn- 

KAH. DES EIBL. — V. 3 



18 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« tium videns, ad coevos suos ridendo dixit : Videte quomodo ille senex cuni 
« avicula sicut puer ludit. Beatus vero apostolus per spirituni ista cognoscens, 
« vocavit ad se juvenem , interrogans quid manu teneret. Cui juvenis : Arcum, 
« inquid. Et beatus Johannes : Quod habet ofïicium? Et juvenis: Sagiltamus, 
« inquid , inde bestias siveaves vel alia quœque. Et beatus Johannes : Quomodo 
«inquid, vel quo online? Et juvenis, curvato arcu, tenlendit [sic) illum et ten- 
« sum in manu tenuit. Sed cuni beatus Johannes nihil ei subsecutus loquendo 
« fuit, post aliquod spacium juvenis arcum distendit. Cui beatus Johannes : 
« Cur, inquid, arcum distendisti? Ad quem juvenis: Quia si diutius tensus 
« teneretur, infirmius tela jactaret. Et ad hœc s. apostolus : Sic et humana 

■< fragilitas si semper in rigore dationis persistât et suœ fragilitati non 

« condescendat , minus necessario valida contemplationis penna sublevatur; 
«quod pia provisione conditoris et salvatoris nostri agitur, ut, per collatam 
«gratiam, crescamus in profectu virtutum et per infirmitatis nostrae recogni- 

« tionem, discamus humilitatis custodire virtutem, etc., etc Quo 

«facto et sermone audientibus magnam instructionis œdificationem , et pras- 
« sentibus contulit et sequentibus se reliquid. »Sur la dernière feuille : •> Posl- 
« quam fidem Christi rex Hludowicus recepil, et haplismi gratiam, per beatum 
« Remigium, cum omni gente Francorum, consecutus est, plurimas possessiones per 
« diversas provincias eidein sancto Remigio tam ipse quam Franci polcnlcs dederunl , 
« quas ipse per diversas œcclesias tradidit, ne Franci eum rerum temporalium cu- 
« pidum esse et ob id ad cristianitatem eos vocasse putarent , et fidem Christi ac 
« sanclum sacerdocium vilipendèrent. De quibus rébus in orientalibus Franciœ par- 
« tibus , peientibus traditoribus , porlionem quandam episcopio Remensi adjunxit; et 
« de bis quœ in Remensi provincia illi fuerant traditae, non modicam parlem 
« ecclesiae Sanctae Mariœ in castro Laudunensi Clavati Remensis parrochias, 
« ubi nutritus fuerat, tradidit; ibique Genebaldum, virum carne nobilem, et 
«tam in scripluris sanclis quam et in sascularibus litteris eruditum, qui, re- 
« licta uxore, nepte scilicet ipsius beati Remigii, vitam religiosam expetierat, 
« episcopum ordinavit et parrochiam ipsius comitalus Laudunensis prefato 
« castro subjecit. » Ce récit, qui occupe deux pages, n'est pas terminé. C'est la 
légende de saint Genebaud par Hincmar, imprimée clans les Acta sanclorum 
des Bollandistes {Mens. sept. t. H, p. 538), moins les sept premières lignes, 
soulignées ci-dessus, ce qui en rendait le commencement difficile à comprendre. 
Il est assez singulier que ni les manuscrits consultés par Surius, ni ceux dont 
les Bollandistes disent s'être servis depuis, n'aient présenté le début d'Hinc- 
mar tel qu'il est consigné dans le manuscrit de Metz. 



JN° 40. Petit in-folio sur vélin. - Indices biblici, ut videtur, ad 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 19 

usumpraedicatorum.- Incipit: « Abbati Gcn. septimo. Abbas 
« Gen. xliij. » - Desinit : « Médium mare. » — xiv c siècle. 

De Saint- Arnoul. — Sur trois et cinq colonnes. 

N° 41. Petit in-folio sur vélin. - Missale ecclesiaî S. Arnulphi 
Metensis. — Commencement du xiv e siècle. 

Marqué : « Monaslerii S. Arnulphi Metensis. » - Deux colonnes. Sur le pre- 
mier feuillet de garde : « L'an i583 furent faictes plusieurs processions par la 
« France par le pays de Lorraine et par les citoyens catholiques de la ville de 
« Metz et pays messin, pour appaiser l'ire de nostre seigneur Jésus-Christ, et 
« pour luy crier et demander pardon et miséricorde de noz faultes et péchez; 
« pour aussy luy prier par sa divine bonté, qu'il luy pleust vouloir rappeler et 
« rammener les hérétiques et infidelz à la foy et au gyron de nostre mère 

«sainte église catholique, elc ausquelles processions tant la plus 

» grant part estoient habillez de blanc, aucuns pourtans en leurs mains des 
« croix, les autres des imaiges avec chappelelz, les uns des torches, les autres 
•< des cierges, et en aucunes processions y avoit le mystère et semblance de la 
« passion Nostre Seigneur, des patriarches, prophètes, evangelistes etapostres 
• aussy, etc. , etc » 

42. Pelit in-folio carré sur vélin. - Missale ecclesiœ S. Ar- 
nulphi Metensis. — xiv e siècle- 

De S. Arnoul. - Deux colonnes. On lit à la fin la rubrique : « Iste liber 

factus est ad usum monachorum Sancti Arnulphi, et fecit eum scribi domnus 

« JolTridus dictus Wvttier, ejusdem monasterii monachus, suis expensis, et fuit 

« finitus anno Domini m. ccc. xxiiii, feria sexta ante dominicam qua cantatui 

« Letare. » 

43. Petit in-folio sur vélin. - Pontificale Metense. — Com- 
mencement du XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Gros caractère de forme; à longues lignes. 
Magnifique exécution, avec vignettes, encadrements et miniatures dans les ini- 
tiales. Dans plusieurs endroits du volume sont peintes les armes de Regnaull 
de Bar, évèque de Metz de i3o3 à i3i6 • à savoir l'écude Bar, avec une crosse 
d'argent mise en bande, et celui de Cbâtillon-Tocy, que ce prélat portait du 



20 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

chef de sa mère. La reliure est du temps, en bois couvert de veau gauffré avec 
des fermoirs en soie. 



N° kk. Petit in-folio carré sur vélin. - (Recueil.) — i° Notitia ali- 
quot lundationum factarum in ecclesia S. Salvatoris Meten- 
sis. — 2° Liber obituum ejusdem ecclesiae. — 3° Martyro- 
logium romanum. — 4° In nomine Patris et Filii et Spiritus 
Sancti incipit prologus in vitam canonicorum. — Incipit : 
« Cum christianissimusacgloriosissimus Luduicus, superno 
« mnnere victor Augustus, anno incarnationis Domini nostri 

« Jhesu Christi dccgxvi, etc Aquisgrani palatio. » - 

5° Incipit Officium pro fidelibus defunctis. — xiv e siècle. 

Delà collégiale de Saint-Sauveur de Metz.- Longues lignes; les deux derniers 
ouvrages sur deux colonnes. - i° De diverses écritures. Le premier legs com- 
mence ainsi: «Anno Domini millesimo quadringentesimo nonagesimo quarto, 
« venerabilis quondam magister Nicolaus Albi, presbyter Metensis, canonicus 
« Sancti Symeonis, S. Salvatoris , S. Donatiani , S. Pauli ecclesiarum Treveren- 

« sis, Metensis, Brugensis.Leodiensis collegiatarurn, etc Suum condidit les- 

« tamentum Rome, etc. , etc. » D'autres legs sont rapportés en français : « Pour la 
« messe de Nostre Dame lou sabmedi. Li sire NicoleDruwin, nostre concbanoine, 
« ait doneit à l'église de céans, pour Deu el pour proier pour l'ame de luy, de 
« son père et de sa mère et de ses amis et de bienfaiteurs iiij xx 1b. de messin , 
« etc., etc. » - 2° Le premier article est ainsi conçu : « Kal. Januarii. Circumci- 
« sio Domini nostri Ihesu Christi. Obiit Adelbero prepositusS. Salvatoris. Obiit 
« d. Petrus, quondam decanus, qui dédit nobis xnsolidos dividendes presen- 
« tibus et accipiendosapud Sanrey. » - 3° Accompagné de quelques obits écrits 
en marge aux xiv e et xv c siècles. 

45, Petitin-folio sur vélin. -Breviarium ad usum monachorum 
S. Arnulphi Metensis. — xiv e siècle. 

Marqué : « Liber S. Arnulfi. » - Deux colonnes. Sur le dernier feuillet celte 
rubrique : « Iste liber factus est ad usum monachorum Sancti Arnulphi, et fuit 
« perfectus anno Domini millesimo ccc. xxmi, in crastino S. Johannis Baptiste, 
« a Johanne dicto Wessubere, clerico, de Homburdi. Et fecit fieri ipsum librum 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 21 

« donmus. Johanncs dictas Fal . . .ek, monachus hujus loci. Orale pro eo. No 
« raen scriptoris bcnedicatur in omnibus lioris. Amen. » 

N° 46. Petit in-folio épais sur vélin. — , Breviariuin ecclesia' 
S. Arnulphi Metensis. — xiv c siècle. 

De Saint-Arnoul. — Sur deux colonnes, plain-chant. A la fin cetle rubrique : 
« Frater Johannes, filius Berlranni Façon, cognominatus de Sancta Cruce, 
«monachus Sancti Arnul fi Metensis, fecit scribi istum libruiti ad usum mo- 
« nacborum predicte ecclesie Sancti Arnulphi, suis sumptibus et expensis, a 
< Jobanne scriptore de Sancto Clémente, et fuit finitus anno Domini m.ccc 
« vicesimo septimo, in crastino exaltationis Sancte Crucis. » 

47. Petit in-folio sur vélin. — In Christi nomine incipit liber 
ordinis ponlificalis, editus per Guillelmum Duranti Specu- 
latorem, bone et clarissime memorie, episcopum Mimaten- 
sein. — xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. -Deux colonnes. Exécution italienne. Manquent 
les premiers feuillets; mais la rubrique initiale est consignée dans la table. 
L'ouvrage forme trois parties; voici les intitulés des deux dernières: «Incipit 
« secunda pars in qua ponuntur consecrationes etbenedictiones aliarum rerum 
« lam sacrarumquam prophanarum. — Incipit tercia pars in qua quedam eccle- 
« siastica officia inseruntur. » 

48. Petit in-folio sur vélin. — Augustini de verbo iËvangilii 
secundum Matheum. — x e siècle. 

De l'abbaye de S. Vincent de Metz. - Longues lignes. En haut de la qua- 
trième et cinquième page, en écriture du xi e siècle: « A pire memorias Deode 
« rico episcopo (Metensi) sancto Vincentio sub vinculo anathemalis votiva manu 
« datus. » L'ouvrage se compose de soixante-quatre homélies. Ce Deoderic était 
évèque de Metz de 960 à 98/1. Il avait rapporté d'Italie, où il avait accompagné 
l'Empereur Othon II , une foule d'objets précieux dont il enrichit l'abbaye de 
Saint-Vincent. 

49. In-folio carré sur vélin. - i° In nomine Dei sununi inci- 
piuntcapitila [sic) de verbis Domini in evangelio dicta domni 



22 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Augustini. - 2° Incipit liber sancti Johannis Crisostomi de 
rluobus temporibus. — 3° Incipit sermo Johannis Chriso- 
slomi de pœnitenlia. — xi e siècle. 

Marqué : « Liber Sancli Arnulfi ; si quis eum abstuleril anathema sit. » - Écrit 
sur deux colonnes. Sur la première garde est tracé un « slemma affinitatis. » 
- i° Renferme 64 homélies. - 2° Le litre qui est rapporté ci-dessus est une 
surcharge peinte au vermillon. 11 y avait primitivement : « Liber Sancti Lau- 

<• renlii » Le reste n'a pas laissé assez de traces pour qu'on puisse le 

lire. 

N° 50. Petit in-folio sur papier. — (Recueil.) -i° Meditationes divi 
Augustini, episcopi Hipponensis.-2°Soliloquia.-3°Ejusdem 
Manuale de verbo Dei. — 4° Ejusdem Enchyridion ad Lau- 
rentium. — 5° Ejusdem de fide ad Petrum liber. -6° Solem- 
nis divi Augustini super inhesitabili gloriosissime virginis 
Marie Jhesu Christi, redemptoris nostri, genetricis piissime 
in anima et corpore assumptione resolutio. - 7 Ejusdem 
liber de divinatione demonum. - 8° Ejusdem liber de vera et 
falsa penitentia. — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Signé : « Jo. Chardalle, cantor ecclesie Metensis. > 
Longues lignes. Ecriture italienne renouvelée. 

51. Petit in-folio carré sur vélin. -(Recueil.) - i° Omelia de 
muliere cbananea.- Incipit: « Multi quidem confligunt venti 
« saeviuntque. » — 2 Aliqnot canones. — Incipit : « Si quis ex 
« egritudine vel a medicis sectus est, vel a barbaris castratus, 
« iste permaneat in clero. » - 3° Sermo beati Augustini epi- 
scopi in natale sancti Vincentii martyris.— 4° Homiliœ Orige- 
nis,Beda3, Johannis Chrysostomi, S. Gregorii,S. Leonis,etc. 
de evangeliis dominicis et festis Sanctorum. — xi e siècle. 

Marqué : « Liber S. Arnulphi. » — Tracé à la pointe. Cahiers de diverses 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 23 

grandeurs. - i° Longues lignes. On lit à la fin ces deux vers de la même main 
que le reste : 

Sepc lupus quidam per pascua lata vagantes 
Arripuil mutas opilionis oves. 

V Sur deux colonnes. — Manquent le commencement et la fin. 

N° 52. Petit in-folio carré survélin. — B. Gregorii papœ Explanatio 
super Ezechiele propheta. — - x c siècle. 

Marqué : « Iste liber est S. Arnulphi Melcnsis. » - Deux colonnes. Sur la 
première page, un dessin à la plume, représentant saint Grégoire. Deux par- 
ties : la première composée de 12 homélies; la seconde de 9. 

53. Petit in-folio sur vélin. - Pétri Lombardi Senlentiarum 
libri IV. — Commencement du xiv c siècle. 

Delà cathédrale de Metz. -Signé : « Jo. Herbilloin. » Deux colonnes. Sans in- 
dication d'auteur. A la fin du premier livre, on lit cette rubrique : « Explicit 
« liber primus de misterio Trinitatis. Incipit secundus de rerum creatione et 
« formatione corporalium et spiritualium et aliis pluribus eis pertinentibus. 

54. Petit in-folio carré sur vélin. - Homiliœ per anni decur- 
sum legendae.- Incipit: « ... tes in sollempnitate sua qui dor- 
« mivit pro salute nostra. » - Desinit : « jam non furet ur sed 
« recédât ab » — x c siècle. 

Marqué : « S. Vincentii Metensis. » - Deux colonnes. 

55. In-folio sur vélin. - Gregorii papas IX Decretales cum 
glossa. — XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes. La glose sur les marges. Exécu- 
tion italienne. 

56. In-folio sur vélin. - Gregorii papœ IX Decretales cum 
apparatu. — xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes, le commentaire sur les marges. 



24 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Exécution italienne. Sur le dernier feuillet : « Emptus fuit hic liber a quodam 
« homine de Ponte, vocato Adam, et alio quodam dicto Lorent, avunculo domni 
«Cristofori, vicarii ecclesie nostre Metensis, présente venerabili viro domno 
« JohannePliilippi, ejusdem ecclesie canonico, die xxj Januarii, anno Domini 
« 1Z190. » 

N° 57. In-folio sur vélin. - Gregorii papae IX Décrétâtes , cuni 
apparatu. 

De la cathédrale de Metz. - Marqué : « H. Mathie me possidet. » Et sur le de- 
dans du couvert supérieur : « Hugonis sunt hee Decretales, empte a Guillelmo 
« Mesardi , sub anno D. m. ccccli , die xxij mensis Augusti , pontilicatus d. nostri 
« domni Nicolai divina providentia pape Vanno V, Rome. » 

58. Grand in-folio sur papier. - Francisci de Zambarellis 
Commentarius super libro II Decretalium. — Incipit : « De 
« ieslibus et attestatiombus. Permisit (stc) de probacionibus in 
« génère; sequitur de speciebus. » - Desinit: « Explicit com- 
« mentarius super secundo Decretalium secundum dominum 
« Franciscum de Zambarellis 1 4 1 3 , xvm Februarii, (ad) re- 
« verendissimum in Christo patrem et dominum cardinalem 
« Florentinum j. c. » — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz.— Marqué : « H. Mathie me possidet. » Deux colonnes. 
Écriture italienne renouvelée. Sur la dernière garde : « 1 44 1-> die 20 Octobris, 
« domnus Nicolaus de Neapoli conduxit Parisius hune librum. » 

59. Grand in-folio sur vélin.- Incipiunt Distinctiones M. Hen- 
rici Boich super V libros Decretalium. — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Marqué : « Jo. Chardalli. » Deux colonnes. Ecri- 
ture cursive. Ce volume ne forme que la première partie de l'ouvrage. La 
seconde est décrite ci-dessus sous le n° 27. 

60. Grand in-folio sur vélin.— (Recueil.) — i n M. Bernardi Com- 
postellani Summa Decretalium. - i° Glose Decretalium 
domni Gregorii X, édite per domnum Garsiam Yspanum , 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 25 

clecretorum doclorem.-Incipit:« Alrno ac beatissimo patri et 
« domino rcvercndissimo. » - Desinil : a alii incendiarii sunl 
» excommunicandi, xxiiij. q. ult. Pessimam. » - 3° Keporta- 
tiones super secundo libro Decrelalium.-Incipit : « De jura- 
« mento calnmpnie scil. veritate sicut dicenius de symonia 
« vitanda aut convincenda. » - Desinit : « glosa nichil nota- 
« tur. Explicit liber secundus. » — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Melz. - Deux colonnes. 1 et 2 sont écrits d'une main 
italienne. 

N° 61 . Grand in-folio, plaquette sur vélin.— (Recueil.)— 1° Lectura 
domniDyni de regulisjuris super sextoDecretalium. -Incipit: 
« Premissis casibussingularibuset eorum determinatione. »- 
2 In nomine Domini nostri. Amen.Incipitlectura super titulo 
de actionibus, compilata per sapientissimum et eloquentis- 
simum virum domnum Jacob u m de Butrigariis, quem leguni 
doctorem excellentissimum orbis prédicat universus.— Inci- 
pit : « Ad evidentiorem intellecturn materie. » - 3° Ofïicium 
pro subitanea morte avertenda.- 1\° Ad honorem summe uni- 
tatisetindividueTrinitatis,Patris et Filii etSpiritus sancti,et 
adstabilitatem universe Ecclesieetutilitatemaudientium. In- 
cipit commentum arboris consanguinitatis per compendiuni 
visilicatum (51c) et per jura probatum a magistro Jo. de Deo 
\spano,perxviij régulas déclara tum causa brevitatis,sedtam 
veraciter quam fideliter super operis imperfectione veniain 
postulante a letoribus (sic).— Incipit:<« Arborconstructa prius 
« utraque régula structa. »- 5° Incipit Arbor consanguinitatis 
magistri Ro(berti). - Incipit : « Quia tractare intendimus de 
« consanguinitate. « -Desinit : « cum proavo vero nequaquam. 
« Explicit Arbor consanguinitatis et afïinitatis. » — xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Marqué des armes de Thierry de Bopparl, 

UAN. DES BIBL. — V. /| 



26 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

évêque de Metz de i36/; à 1 38 Zi, sur le premier feuillet. Deux colonnes. Exé- 
cution italienne. - i° Se termine ainsi : 

Si quis forle cupit juris consultais haberi, 
Continue! stuclium , velit a quocumque doceri, 
Invigilel; nec vincat eum tortura laboris, 
Forcior insurgat cunctisque potentior horis. 

Et finila fuit hec ieclura in M. ccc. xxxvim, incliclione VII, x septembris. 
Si vis esse bonus, sume laboris bonus. 

2° Tient sur une seule page. - 3° Une seule page avec cette rubrique : « Hoc 
< est officium missarum pro morte subitanea, quod domnus papa Clemens 
«sextus fecit et constituât in collegio cum omnibus cardinalibus, et concessit 
«omnibus, ipsas missas audientibus, ducentos sexaginta dies indulgentie. Et 
« omnes audientes portare debent unam candelam accensam per quinque dies 
« continuos subséquentes, et sic eis subitanea non nocebit mors; et hoc proba- 
« tum fuit in Avinione et in partibus circumstantibus et vicinis. Hoc autem or- 
« dinatum fuit sub a. m. ccc. xlviij. » — l\° Composé de deux parties, la seconde 
sous cette rubrique : « Ad bonorem, etc. Incipit commenluin Arboris amoitatis 
« post compendium versificalum et previum (sic) probatum a M. Jo. de Deo 
« compositum, per viiij régulas declaratum, super operis imperfectione venia 
« postula ta. » 

N° 62. In-folio sur vélin. -(Recueil. )- i° Liber sextus Decretalium 
cum apparatu. - 2° Clementinœ constitutiones cum apparatu 
Johannis Andreae. — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metzr-Marqué « Jo. Herbilloin , » et décoré en plusieurs 
endroits d'un écu fascé de dix pièces d'hermine et de gueules. Ecrit sur deux 
colonnes. Exécution italienne. Portait cette souscription qui a été en partie ef- 
facée : « Iste liber. . . (parr)ochie Sancti Cristofori de Alesto et de Cost. . . . 

« millesimo trecentesimo xxxm Finito libro sit laus et gloria 

« Christo. Amen. » 

63. In-folio sur vélin. - Incipiunt Constitutiones démentis 
papeV, cum apparatu Jo. Andreae. — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Marqué : « H. Malhie me possidet. >> Deux colonnes. 
Exécution italienne. 

64. In-folio sur vélin. -(Recueil.)- i°In nomine DominiNoslri 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 27 

Jhesu Ghristi. Incipit liber ïnslitutionum d. Justiniani, cum 
glossa, etc.- 2° Incipiunt Consuetudines feudorum, et primo 
de hiis qui feaduni dare possunt. — \iv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Sur deux colonnes. Écriture très-négligée. 

N° 65. Grand in-folio sur vélin. - (Recueil.) - i° D. Justiniani 
lnstituliones juris civilis, cam apparatu. - 2° In nomine 
Domini Noslri Jhesu Ghristi. Incipit liber domini Justiniani 
sacratissimi principis Autenticorum, cum apparatu Accursii. 
- 3> Codicis libri X, XI et XII, cum glossis Accursii.- 4° In- 
cipiunt Consuetudines feudorum, et primo de hiis qui feu- 
dum dare possunt, et qualiter acquiratur, cum apparatu. - 
Incipit : « Incipiunt , quidam habent aliter. » — xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Signé : «Jo. Chardalli canlor. » Deux colonnes. 
I.a glose sur les marges. Exécution italienne. - i° Le commentaire es1 celui 
!" \ri inse. - 2° Se termine ainsi : « Explicit liber auctenticorum. » 

Hoc opus egregium, cpio juris summa tenetur, 
Undicjuc compositis partibus et titulis 

.\\ inclus (sic), clcmens, victor, pins alque liclelis, 
Totum, adore Deo, bene conficis, optime princeps, 

Humani generis, Justiniane, decus; 

Civibus l'ityiium lumen in orbe mis. 

Puis suit la rubrique : « Codicis domini Justiniani repetite prelectionis explicit 
» liber IX. Incipit X, de jure fisci , » qui renferme une erreur du copiste; cars'il est 
\rai que le dixième livre du Code commence en cet endroit, il ne Test pas que 
le neuvième y finisse; puisque, comme cela est écrit à l'encre noire, c'est la 
neuvième collation des Novelles qui vient d'être achevée. - 4° On lit à la fin : 
« Explicit constitutio Frederici que décima collatio nuncupatnr. » 

66. Grand in-folio sur vélin.- (Recueil.) - i° D. Justiniani 
Institutiones j. c. cum glossa.- 2° Codicis libri X, XI et XII, 
cum apparatu Accursii.- 3° Liber authenticorum, cum ap- 
paratu Accursii. - 4° Incipiunt Consuetudines feudorum, 
cum apparatu. — Commencement du XIV e siècle. 



28 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Sans marque de provenance. Recouvert à neuf en parchemin blanc, et éti- 
queté sur le clos Inslitutiones Justiniani. — Deux colonnes. Exécution italienne. 
- i° Manque le commencement. La première rubrique est «De jure gentium 
«et civili. » A la fin est un tableau richement colorié ei accompagné de gloses, 
sous la rubrique : « Materia omnium actionum. » - '2° Commence parla ru- 
brique : « Explicit liber IX. Incipit X de jure fisci. » — 3° A la fin on lit : « Ex- 
« plicit liber auctenticorum. Deo gratias. » 

Explicit, expliiiat, semper scribere erat. 
Finito libro , merda sit barba magistro. 

Ces vers sont de la main du copiste. 

N° 67. In-folio sur vélin. - Digestorum pars dicta Digestum 
Novum. Explicit lib. XXXVIII. Incipit lib. XXXVIIII. Cum 
glossis incipientibus circa operis novi nuntiationem. — 
Fin du xm e siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Deux colonnes. Exécution italienne. Signé à la 
fin : « Th. dei gracia Trevirensis archiepiscopus. » Dans l'intérieur sont 
cousues deux missives, sur papier, dont voici Tune, qui est suscrite : « Memo- 
« riale pro magistro Joh. — Venerabilis magister et pater honorande, Supplico 
« humiliteretinstanter, quatenus, si quas formas imperialium aut regaliumpro- 
«cessuum, statutorum, edictorum, sententiarum, diffinicionum, aut decreto- 
«rum, vel singularium privilegiorum , aut concessorum, ac eciam convencio- 
« nalium libellorum, excepcionum, triplicacionum, actorum vel aliorum nego- 
« ciorum quorumcunque judicialium aut extrajudicialium, raras et nobiles, per 
« vos conceptas, vel forsan aliunde habitas, Métis (?) reperieritis vel investigare 
« poteritis, in causis civilibus, criminalibus, realil)us, personalibus vel mixtis, 
« ecclesiasticis aut prophanis, ad ordinacionem, separacionem aut decisionem 
« licium pertinentes, vel alias quomodolibet utiles, prout vestra pericia novit, 
« michi easdem copiari facere et transmittere dignemini, meis sumptibus et ex- 
« pensis, facientes, ut plenissime confido, ac per hoc ultra priora bénéficia me 
« reddentes perpetuis temporibus obligatum vestre eximie dominacioni, quam 
« altissimus in semitis suis dirigat et deffendat. Vester humilis Joh. Vener. » 

Au dos, de la même main : « Johannes Jagal, prothonotarius domini » 

Et au-dessous : « Electio régis Ungarie in regem Romanorum fuit facta anno 
« Domini millesimo ccccx, die sabbati que fuit in vigilia Mathei, X hora ante 
« meridiem. » Dans l'autre missive, ce même Joh. Vener s'intitule docteur en 
l'un et l'autre droit, et sujet de l'évêque de Spire. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 29 

N° 68. In-folio sur vélin. - Digestorum pars dicta Infortiatum : 
liber XXV, cum apparatu. — Fin du xm c siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Sans couverture. Deux colonnes. Exécution 
italienne. Partie de l'exemplaire auquel appartenait le numéro précédent. On lit 
sur le second feuillet de garde, qui est couvert de gloses : «M. ce. Ixviij,die 
« xxj. Julii, mutavi nie cum familia meaad standum in domo Guillelmi Calige 
« Palii, et debeo dare pro pensione dicte domus in anno libras V Januensiuni. 
«Pater meus venit ad standum mecum, die tercia exeunte Junio, a. m. 
« ce. Ixx. Frater meus vendidit Camergium. Habuit do eo libras clxv. Emit 
« médium locum salis in quo dédit 1b. xlvij. — M. cclxviij, die xxiij Julii, solvi 
« Guillelmo Calige Palii pro pensione domus anni presentis. » 

69. In-folio sur vélin. - Digestorum libri XXIV priores seu 
Digestum vêtus, cum glossa. — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Signé « Jo. Ghardalli. » Deux colonnes. Exécu- 
tion italienne. 

70. In-folio sur vélin. - Digestum Vêtus cum apparatu. — 

XIII e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Signé « Jaquin de la Fuerie. » Et sur la pre- 
mière page : « Iste liber est XXV librarum paris. » Deux colonnes. 

Exécution italienne. Sur les gardes sont plusieurs fois répétés ces deux \pv^ 
écrits au xv c siècle : 

Ceulz qui (îreni vendre Nouroil 
Ont mis le pais en effroil. 

71. In-folio sur vélin. - Gecellini de Cassanhis Apparatus in 
Decretales. — xiv e siècle. 

Delà cathédrale de Metz.- Deux colonnes, exécution italienne. Pour feuillet 
de garde, un jugement en matière de bénéfice, publié dans les diocèses de 
Metz et de Toul , et rendu par Regnaultd'Anglure, licencié en décrets, doyen 
de la collégiale de Clisson, en Bretagne, délégué du pape, le 16 juillet i/|(ii. 

72. Grand in-folio sur vélin. -Codicis libri IX priores.- Incipil : 



30 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« In nomine, etc. Incipit a Domino Jhesu Christo, ut semper 
« consuevit. » - Desinit : « Explicit liber nonus Codicis clomini 
« Justiniani sacratissimi principis. » — Fin du xm e siècle. 

De la cathédrale de Melz.-Deux colonnes, miniatures, exécution italienne. 
Signé : « Johannes de Avenay , » sur la première garde. A la fin : « Liber novus 
« Codicis valet xx lib. » Sur le feuillet où commence le livre V, un écu parti, au 
premier chargé de trois cotices en bandes, au second chargé d'un pal diapré 
et de deux clefs en pal. 

N° 73. Gros in-folio sur papier et vélin entremêlés. — Addiciones 
Jo. Andrée super Spcculo. - Incipit : « Ego Johannes Andrée 
« hujus Speculi speculacionem assurnens. » - Desinit : «Ex- 
« pliciunt Addiciones domni Jobannis Andrée super toto 
« Speculo juris. » — Fin du xiv° siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Ecriture demi-cursive. Deux colonnes. Sur le 
dernier feuillet de garde, la copie d'une constitution d'Urbain V, sous ce titre : 
« Constitutio Urbani pape quinti contra banientes clericos. »— Et à la fin : « Hec 
« constitutio fuit publicata in consistorio civitatis Melensis, et ejus copia appor- 
» tata anno Domini rn.ccc.lx.xij , in crastino Mathei apostoli. » 

74. Gros et grand in-folio sur papier. - Bartholdi (?) Appa- 
% ratus super Institutionibus. - Incipit prœfatio : « Homo 

« natus de muliere. » Incipit apparatus : « In nomine Domini. 
« Quidquid agimus, debemus in nomine Domini incipere. » 
— Fin du xiv e siècle. 

Sans marque de provenance et sans couverture. - Deux colonnes. Écriture 
demi-cursive. — Manque la fin du IV e livre. 

75. Grand in-folio sur papier. - Incipiunt Questiones compo- 
site per dominum Oldraclum de Laude, legum professorem 
in curia Romana. An in restitutione cpie petitur fieri de be- 
neficio , probatio tituli recpiiratur. Prima questio. -Incipit : 
« In nomine Domini. xAmen. In causa Eboracensi. » - Desinit : 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 3J 

« Explicit Summa domini Olclradi deLaude.Deo gralias. »- 

XV e SIÈCLE. 

Do la cathédrale de Metz. Signé : « Jo. Chardalli , cantor. » — Deux colonnes. 
Écriture italienne renouvelée. A la fin de la 264° et dernière question, sous 
l'expliciL: « Laus Deo, 1/169, die 1 3marcii,hora xxii, Roma, per mcClaudiuin 
■« de Xamreor. » 

N° 76. Grand in-4° sur vélin. - Propbetae minores et majores 
cum praefationiLus H-ieronymi. — ix e siècle. 

Sans marque de provenance. - Deux colonnes. Ecriture' saxonne. Les pro- 
phètes y sont rangés dans Tordre suivant : Osée, — Johel , - Amos, — Jonas, - 
Michée , — Naum , — Abacuc , — Sophonias , - Aggée , — Zacharie , — Malachias . — 
Isaïe, - Jérémie, - Ezéchiel, - Daniel. 

77. In-/i° carré sur vélin. - Quatuor Evangelistœ cum praefa- 
tionibus Hieronymi et canone Ensebii. — xi e siècle, com- 
mencement. 

Sans marque de provenance. Longues lignes. Riche exemplaire, exécuté avec 
plus de luxe que de goût. Commence sur le verso du premier feuillet par cette 
inscription en capitales peintes en or : « Incipitprologussancli Hieronimi presbi- 
» teri in evangelium Mathei. » La page suivante est écrite en or, ainsi que cha- 
cune de celles sur lesquelles commence un évangéliste. A la fin est une lahlc 
sous ce titre : « Incipit capilulare lectiouum evangelii per circulum anni. » 

78. Petit in-folio carré sur vélin. - Sancti Auguslini Explana- 
tio super Psalmis a ci. ad ultimum. — x c siècle. 

Marqué : « Liher S. Arnulphi. » - Deux colonnes, sans titres ni rubriques. 

79. Petit in-folio carré.- (Recueil.) - i° Incipit tractatus 
sancti Jeronimi super Epistola Pauli ad Galathas. — 2 Inci- 
pit tractatus sancti Jeronimi super Epistola ad Effesios. - 
3° Incipit tractatus (ejusdem) in Epistolam ad Titum. - 
4° Incipit tractatus ejusdem in Epistolam ad Philemonem. - 



32 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

5° Prologus Rufini super Epistolam ad Romanos (cum ejus- 
clem tractatu super ipsa Epistola). — xi e siècle, commen- 
cement. 

Marqué : « Iste liber est S. Arnulphi. » -Deux colonnes. - Tous les traités de 
S. Jérôme sont précédés de ses préfaces sur les épîtres de l'apôtre commentées 
par lui. 

N° 80. Petit in-folio carré. — Pars secunda Moralium B. Gregorii 
super Job. — Commencement du xi e siècle. 

Marqué : « Sancli Vincentii Metensis. » - Longues lignes. - Sur le verso du 
dernier feuillet, une hymne notée dans le système antique : 

Ymnus de sancto Nicholao. 
Adest dies sanctissima 
Virtutum sacra splendida, 
Qua Nicholaus sanctissimus 
Locatur in celestibus. 

81. Petit in-folio sur vélin. - Incipit Summa magistri Guil- 
lelmi Autisiodorensis.-Incipit : « Fides est substancia rerum 
« sperandarum. » -Desinit : « Explicit Summa M. Guillermi, 
« Autisiodorensis episcopi, de quatuor libris Sententiarum. » 

XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes. 

82. Petit in-folio sur vélin. — Incipit liber de Ordinatione et 
ofïicio tocius anni in ecclesia Metensi. — Incipit : «Notum 
« sit omnibus adventum Domini celebrare volentibus. » - 
Desinit : « Propter defectum missarum dominicalium, quibus 
« indigemus sœpe ante adventum Domini. » — xm e siècle. 

De la cathédrale de Melz. - Sur deux colonnes. A la fin , en cursive du xrv e siè- 
cle : « Iste liber per circatorem Metensem fuit datus rnagistro fabrice, et credo 
« quod ab inicio fuit de ecclesia Metensi. » -Sur la première garde, en écriture 
moderne : " Ceremonialeantiquum insignis ecclesiae Metensis, depositum in ar 
« chivis prsefatae ecclesiae per me, Dominicum Mahu, tempore quo confeci in- 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 33 

« ventariuni générale archiviarum pradictarum annoDomini 17 4 G. Orale pro 
« eo. • Au-dessus : « Malgré les recherches faittes en 176/1, que ce livre a été 
« déposé à la bibliothèque, l'on ne peut assurer dans quel temps ce cérémonial 
« a été fait. Le caractère annonce le xnr" siècle. Cependant bien des choses de- 
« nottent que ce n'est qu'une copie, et qu'il doit être du xi r au moins, ou du 
« commencement du xn c . L'on pouroit croire qu'il est du terns que le chapitre 
« vivoit encore en commun. » 

N° 83. Petit in-folio sur vélin. - Antiphonarium ecclesiae Sancti 
Arnulii Metensis. — Commencement du xm c siècle. 

Marqué : >< Liber S. Arnulphi. » - Longues lignes; musique notée. 

84. Petit in-folio carré sur vélin. - Incipit Breviarium sancti 
Hieronimi pnesbiteri super psalterio. — x. e siècle. 

Marqué au bas de la première page : « Expositio Jheronimi super tolum 

■ psalterium David. Liber Sancti Arnulphi «-Deux colonnes. Le texte des 

psaumes écrit en capitales et au vermillon. 

85. Petit in-folio carré sur vélin. - Incipit liber VI Moralium. . . 
Job per contemplationem beati Gregorii pape, pars secunda. 
— Commencement du xi e siècle. 

Marqué : «Liber Sancti Arnoudi. » - Deux colonnes. Sur le verso du der- 
nier feuillet, une pièce de vers presque contemporaine du manuscrit; mais 
l'humidité en a dévoré le commencement : 

defertur ad aedem 

. . monacborum reclor el abba 

. . . is sparsi . . . onis per climala mundi. 
. . .paler Arnulfus requiescit corpore sanctus, 
. . . Metlensis , prope mœnia deforis urbis, 
. . sibi parte tenet spirantes auster odores 
. . .spécimen referens ubi digne cacumen 

senam sacrât domus aita catervam , 

Cum petit undenas unus de more kalendas 
Sole sub occiduo vel csdit vesper Olimpo , 
Post tridiuimqne Dei speclantur gaudia nali. 
Hoc quoque perleclo verborum callicilato, 
MAX. DES BIBL. — V. .1 



34 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Veslroruni fratrum Chrisli stib lege piorum 
Plangcre tlidicimus vos iamentabile funus, 
Ex quis Raynardus unus de nomme dictus 
Aller et Jterius renovavit funere planctus; 
Pro quibos œterno petilis dare carmina Christo; 
Quod fieri dignum nos ducimus et perfectum , 
Is simul adjunctis relinel quos carlula cunctis, 
Hancque vicem nostris deposcimus apte rependi, 
Vel quos forle sua jam iinquere contigit infima [sic) , 
Aut quos fluctivagae collidunl flamina vita\ 
Pondéra quo carnis mereamur concita solvi, 
Ac simul angelicis conjungi perpete'turmis. 

C'est évidemment un fragment de rouleau mortuaire. 

N° 86. Grand in-quarto sur papier.- (Recueil.)- i° Pisanella sive 
Summa casuum conscientiae Bartholomaei Pisani. - Incipit : 
«Quoniam ut ait Gregorius. » - 2° Alia Summula ad usum 
confessorum. - Incipit : «Quoniam omni confitenti neces- 
« sarium est.» - Desinit : « Explicit Bonum opus generalis 
« confessionis. » — xv° siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Sur deux colonnes. i° Se termine ainsi : « Ex- 
« plicit Somma de casibus consciencie, sccundam compilacionem fratris Bar- 
« tholomei de Pisis, ordinis Predicalorum. Consummatum fuit hoc opus in 
« civitate Pisana, anno Domini millesimo tricentesiiho tricesimo octavo. » 

87. In-quarto sur papier. - Summa de casibus f. Bartholo- 
mœi Pisani. - Incipit : «Quoniam ut ait Gregorius.» — 
Commencement du xv° siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Marqué sur la i re page : « Cestui livre appar- 
« tient à messire Symon de Chastelze. » Et sur la dernière : « Dominica qiu 
< fuit vicesima tercia mensis januarii,anni m.cccclviii, fuit michi Jo. Nicolay, 
« decano Metensi, decrelorum doclori, donatus iste liber, donacione perpétua 
« ac pura et simplice inter vivos, per nobilem virum dominum Symon om de 
« Castro, militem. Et hec donacio fuit facta in recompensacionem nonnullo- 
« rum serviciorum et consiliorum in diversis causis et negociis ipsius domini 
"Symonis, militis, per me impensorum. In cujus rei testimonium, etc. etc 
« Jo. Nicolay. » 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 35 

N° 88. Grand in-quarto sur vélin. - Raymundi Summa casuum. 
- Incipit : « Quoniam, ut ait Jeronimus, secunda post nau- 
« fragium tabula. » — XIV e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Signé : « Jo. Herbilloin. » Manque la fin. 

89. In-quarto sur papier. - (Recueil.) - i° Liber de Consola- 
tione tbeologioe. - Incipit : « Primo ergo ut de biis que op- 
«ponunlur mundane feiicitati. » - Desinit : «contra omnes 
« antiqui hostis insidias actingi. Explicit lioc opus. » - 2° Se- 
quitur Sermob. Jeronimi ad fratres suoslacrimantes, quem 
fecit dum laboraret in extremis. - 3° Aliquot decisiones, 
ut videtur, concilii Basileensis. - Incipit : « ccclxxxi. Si 

mandatur alicui provideri de aiiquo bénéficie » - Desinit: 
« cccci.x. Si impetrans acceptât beneficium. » — xv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Marqué en gothique A. T. M. Deux colonnes. 
Ecriture cursive. i° Précédé d'une courte chronique où sont relatés quelques 
faits qui concernent l'histoire ecclésiastique, depuis l'institution des Carmes, 
rapportée au prophète Elic, jusqu'à la mort de Clément V. La première 
rubrique du traité est ainsi conçue : « Incipit primus liber qui continet conso- 
laciones super carenciarn mundane felicitatis et prosperitatis ac fortune. 
« necnon super infelicitate et adversilate ac infortuniis hujus incolatus. » - 
3° Cahier détaché, tiré d'un autre manuscrit et écrit d'une main italienne. 

90. Petit in-folio sur vélin. - Summa Raymundi (de casibus 
Decretalium, cum glossis). — Commencement du xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Deux colonnes. Grandes marges et les gloses 

autour du texte. Sur la dernière garde, en écriture du xiv c siècle : « Hocquod se- 

• quilur docet modum et artem legendi in libris juris et potissime juris cano- 

« nici. » C'est la clef des abréviations usitées pour les citations des livres de 

droit. Au-dessous : « Versus ad sciendum x precepta : 

Umim crede Doutn , ne. jures vana per ipsurri , 
Sabbata sanctifiées, et venerare patres; 

Ne sis occisor, l'ur, mecus, teslis iniquus; 
Allerius sponsam ne pete remve suam. 



36 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

i\° 91. In-quarto sur vélin. - (Recueil.) - i° Incipit Liber florum 
de rébus divinis qui vocalur Elucidarius. - Incipit pro- 
logus : « Rogatus a condiscipulis suis quasdam questiuncu- 
« las enodare. » - Desinit : « Et videas bona Jherusalem om- 
« nibus diebus vite tue. Amen. Explicit textus florum. « — 
2° De Gloria paradisi versiculi. — Incipit : « Domus terrestris 
( est corruptibilis. Domus funeris est lacrimabilis. Domus 
« celestis considerabilis. » - 3° Summa penitentie. — Desinit : 
« Et precipio tibi quod de cetero talia vel similia non com- 
« mittas. » - k° Aliquot Sententiae excerplae e propbetis. - 
5° Incipit Summa de baptismo et ejus eiïectu, et de abis 
sacramentis et casibus baptismi. — Incipit : « Notandum est 
« quod baptismus potest. » — 6° Incipit Officium tocius sa- 
cramenti, vel Spéculum Ecclesie, quod idem est. —Incipit : 
« Dicit enim apostolus. » - 7 Sermo sancti Augustini epi~ 
scopi. - Incipit : « Fratres estote fidèles. » - 8° Doctrina de 
Orationedominica. - Incipit : « Volumus vobis, fratres karis- 
«simi, parvam admonitionem. » — 9 Dialogns de Ofïiciis 
divinis. - Incipit : « Q 11 are Septuagesima celebratur querit 
« discipulus ad magistrum. » — i o° Sermo incipiens : « Nostis, 
«fratres karissimi, qualiter subinlrans viscera » — Com- 
mencement du XIV e SIÈCLE. 

Sans marque de provenance. — Deux colonnes. Miniatures. Sur le verso de 
la i ,e page, on lit cette rubrique, de la même main que le reste du volume : 
« Legenti in hoclibro illa sententia occurrat : Botrum carpe; spinam cave, ne 
« autem si grave (?) esse errores discernere causetur; ubi aliquid a veritate vel 
« sensu deviet timetur, litleram desuper in margine notalam inveniet, non ta- 
>■ men aliquid catholice fidei contrarium vel heresi ascribatur hic et esse pu- 
» tetur; liber enim iste inmultis utilis est, et ad multas laicorumvel litteratorum 
« hominum questiones respondendas , sensus apperit. » A la fin , en écriture cur- 
sive du xiv c siècle : « Bénéficia et parrochie pertinentes ad collacionem cano- 
« nicorum percipiencium apud Chalondreium, et primo : Chalondreyum, Mon- 
<■■ landons, Leceyum, Bona curia, etc. etc. » Signé : « Jo. Albertini. » - 2 Deux 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 37 

pages accompagnées d'une miniature symbolique. — 3° Le commencement a 
été arraché. Le litre est donné par Vexplicit. — [\° On lit à la fin : « Explieil 
•< Summa de viciis et virtutibus. » — 5° A la fin : « Explicit Summa domini 1 1 ; i - 
« gonis cardinalis, que dicitur Spéculum Ecclesie. » 

\" 92. In-quarto sur papier. - Sernioncs de tempore. - Incipit : 
« Maria Magdalena et Maria Jacobi, etc. Circa litteralem pre- 
>< sentis evangelii. » — xv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes. Cursive négligée. Sur la der 
nière page : « Explicit anno Domini 1 ^ 6 4 , feria 3 ante diem galle (?) desquo 
« laussit Deo in secula seculorum. Amen. » 

93. In-quarto sur papier. - Distinctiones super Jure cano- 
nico. — xv e siècle. 

Sur la reliure un écusson doré avec celte légende : Tlieoberl cVHamc abbas 
in Tole.cj. Étiqueté sur le clos : Sermones dominicales Bartholo. Ecriture cursive 
très-négligée, tantôt à longues lignes, tantôt sur deux colonnes. Sans commen- 
cement ni fin. Ce sont des cahiers d'un cours de droit canon. 

94. In-quarto sur papier. - Incipiunt Sermones dominicales 
fratris Jacobi de Voragine, ordinis fratrum Predicatorum , 
arebiepiscopi Januensis, super Evangelia percirculum anni. 
- Incipit prœfatio : « Humane labilis vite decursus. » — 

XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes. Sur la i re page, une tête im- 
périale gouachée dans un médaillon, avec cette légende sur une lemnisque 
qui l'environne : Si. Guillcrmi Johannis Mali Capiiis. Exécutiou italienne. 

95. In-quarto carré sur vélin. - Incipiunt Sermones magistri 
Johannis de Abbatis villa super Epistolisct Evangeliis tocius 
anni. - Incipit : « Dominica prima in adventu Domini. 
« Cum sacrosancta mater Ecclosia. » — Fin du xm e siècle. 

De la cathédrale de Metz. Marqué A. T. VI. - Deux colonnes. Manque 
la fin. 



38 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

I\° 96. In-quarto carré sur papier. -(Recueil.)- i° Sermones do- 
minicales fratris Nicoîai de Haquevilla. - Incipit : « Dicite 
« filie Syon. >> - i° Alii Sermones dominicales. - Incipit : 
« Cum processus iste. » — Fin du xiv c siècle. 

Marqué sur la reliure : Thcoberl d'Haine abbas in Toleg. « Ecriture très- 
négligée. i° On lit à la fin : « Expliciunt Sermones fratris Nycholai de Hake- 
« villa, ordinis fralrum Minorum , valde boni. » 

97. In-quarto sur papier. - (Recueil.) - i° Sermones de Heb- 
domade sancta. - Incipit : « Dolebunt sicut doleri soient. « - 
2° Sermo contra quamdam supersticionem que de novo in 
aliquibus orta est, videlicet contra flagellarios qui anno 
Dom. î 3 4^9 in principio junii venerunt ad Renum. - In- 
cipit : « Scito quod in novissimis diebus. » - 3° Sermo in 
annunciacione gloriosa coram papa, per Jo. primarium 
Boemie, me présente, anno (m . ccc .)l. - Incipit : « Sol ortus 
« est et humiles. »- l\° Quidam ex Sermonibus domini Ber- 
trandi de Turre. - Incipit : « Hodie filius régis mortuus est. » 

- 5 a Incipit prologus in expositionem Pater noster. - In- 
cipit : « Inter omnia que fragililas bumana. >> - Et postea : 
« Prima peticio. Pater nosier, etc. Qui dicit « Pater» *captat 
« benivolentiam. » - 6° Sermo magislri Gracia Dei de peni- 
tencia. - Incipit : « Gonvertimini et agite penitentiam. » - 
7° Tractatus de hiis que meditari possumus, per hec que 
tacta sunt ante incarnacioncm Domini, compositus per Car- 
thusiensem (?) — Incipit : « Fundamentum aliud nemo po- 
« test ponere. » - 8° Arbor viciorum cum fi-liabus. — Incipit : 
« Arbor sum fortis nam fructus perfero mortis. » - g Ora- 
tiones de dolore et compassione b. Virginis Marie ab An- 
selmo composite. - Incipit : « Venite, exultemus Domino. » 

- î o° Sermo de sancto Laurencio, domini de Turre, cujus 



BIBLIOTHÈQUE DK METZ. 39 

sunt pi ures alii. - 1 i° Sermo domini abbatis de Sancto Ba- 
vone, Tornacensis dyocesis, factus in die Penthecostcs coram 
papa Innocencio anno 1 353. «Dédit dona bominibus. » - 
12° Collatio facta per sanctissimum palrem ac dominum 
nostrum Clementem papam VI, quando fecit processus 
contra interfectores Andrée, régis Sicilie, die prima mensis 
februarii, pontificatus sui anno quarto. - Incipit : « Vox san- 
«guinis fratris lui Abel. » - i3° Sermo (ejusdem) in die 
Cinerum, pontificatus sui anno iij. - Incipit : « Ipse me re- 
« preliendo. » - î 4° Collatio facta per dominum Clementem 
papam quando constituit Ludovicum de Yspania principe m 
Insularum Fortunatarum. - Incipit : « Te laciam principem 
«super gentem magnam. » - i5° De sancto Johannc ewan- 
gelista per d. papam Clementem VI. - Incipit : « Testimo- 
« nium perhibuit. » — 1 6° Sermo magistri Francisci factus 
coram papa Johanne. - Incipit : « Menioriam fecit mirabi- 
« liuin suorum. » — xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Signé : « Iste liber est Hermani de Bure, » en 
gothique. Sur une fiche en papier, qui est dans le volume, on lit : <« Iste liber 
«fuit dom. Rodulphi Josce, decani Moguntini. » Ecriture demi-cursive assez 
soignée. Longues lignes. 2° A la suite de ce sermon est rapporté un mani- 
feste des flagellants, sous ce titre : « Infrascripte sunt copie litterarum quas 
« secum duxerunt flagellantes. » Voici le commencement de cette pièce : « No- 
• verinl universi présentes lilteras inspecturi quod, propter generalem mortali- 
■ talcm que nunc est, incipiendo ah Apulia usque in Siciliam, et de Sicilia 

usque inCiprum, de Gipro in Tusciam, de Tuscia in Oardonum, de Car- 
" dono inTridenlum , deTridento in Januam,dc Janua in Romain , et dcRoma 
-usque inPaduam, et in omnibus district i bus diclorum regnorum et terra- 

rum,intus et extra, vix remansittertia persona, et jam pervenit eadem mor- 
- tablas usque inBoemiam et Austriam, et omnes morieulcs usque ad terciam 
« diem tantum inlirmati decumbunt, etc. etc. Hec est ambassiata Domini 
« Nostri Jhesu Christi que de celo venit in terrain, super altare sancti Pétri in 
« Jherusalem, scripta in tabula marmorea, luce inestimabili coruscante, que 
i dum per angelum super altare posita fuisset, omnis ibidem presens populus ex- 



40 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« pavit et super faciès suas in terrain cecidit damans Kyrie Eleison ! Ambassata 
« dicta Domini Nostri sonat in hecverba : Filii hominum, vos vidistis ea que 
« duduin precepi vobis, etc. etc. » Suit une dissertation contre les flagellants, 
dont il manque le commencement, et qui est ainsi souscrite : « Hec frater qui- 
■< dam simplex ordinis Predicatorum de provincia Theutonie. » Ce très-court 
traité est intercalé, on ne sait comment, au milieu d'une indulgence accordée 
par le pape Clément VI le i5 des kal. de sept, l'an vin de son pontificat. Enfin 
viennent deux pages sous cet intitulé : « Carmen seu dictamen contra flagella- 
« tores, » dont voici le début : << Cum mandatum quoddam de novo ortura sit 
« quod vulgares pénitentes sive flagellatores corporasua diversimode cruciantes. 
« nescio qua instigacione, etc. etc. Quadam nocte in extasi jacens, et quedam 
« sacra eloquia in animo revolvens, attendi diitam flagellationem sacris cano- 
" nibus omnino esse contrariam, etc. etc. » - 1 5° On lit à la fin : « Sermo factus 
« per sanctissimum patrem ac dominum nostrum clomnum Clementem papam 
« sextum, die beali Johannis ewangelistc, pontificatus sui anno quarto. » 

N° 98. Grand in-quarto sur papier. — Decisiones juris canonici. 

- Incipit : « Primo quod monacho habenti administratio- 
« nem seu prioratum. » - Desinit : » Utrum minor seu infe- 
« rior a papa valeat committere causam de consensu par- 
« tiuii). » — XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Marqué : « Jo. Chardelli cantor. » - Deux colonnes. 
Ecriture renouvelée italienne. Sans titres ni rubriques. Sur la tranche, écri- 
ture contemporaine du manuscrit : Dec. antique. 

99. In-folio sur vélin. — In nomine Patris et Filii et Spiritus 
Sancti Domini Nostri Jhesu Cbristi. Incipit libellus de Or- 
dine judiciorum, compositus a domino Ronfredo Beneven- 
tano, juris civilis professore, in quo opère continetur qua- 
liter concipiantur libelli et fiant confessiones, et de natura 
cujuslibet actionis, poterunt hic studentes invenire. Incipit 
prohemium. « Si considerarem ingenium ....»- Desinit : 
«FF. de acquirenda possess. 1. Quamvis. Explicit libellus. » 

— xiv n SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes. Exécution italienne. 



BIBLIOTHÈQUE DE MET/. 'il 

N° 100. Gros in-folio sur vélin. - Collectio canonum vetustissima , 
jubente b. Anselmo, arcbiepiscopo Cantuariensi, compi- 
lata. — Commencement du xn c siècle. 

De la cathédrale de Metz. Marqué : « H. Mathie me possidet. » - Deux co- 
lonnes. Tracé à la pointe. Rubriques. Le volume commence par une épître 
dédicatoire : « Magnifîco vigilantissimo pastori ac precellentissimo archipresuli 
« Anselmo, ego mini ma gregisipsius oviculaelpeculiaris quodammodo vernula , 
« pontificale decus et inenarrabile meritum votis sedulis imprecor. Laudabilis 
« providentiœ vestnepreferendum, inclitepastor, acumen, etecclesiaslicis utili- 
« tatibus provide acsollerter prospiciens, etad communem gregissibi commissi 
i profeclum interius semper exteriusque decertans, meam quoque parvitatem 

• inter reliquos suorum famulorum praemonere frequentius et ad potiora stu- 
« dia incilare non abnuit, prsecipiens omnimodis et injungens ut sacrorum in- 
« stituta canonum quœcumque, ab ipsis Christianae (idei primordiis, sancla; 
« atque calholicœ œcclesiœ magistri, apostoli videlicet atque apostolici viri, ad 

• posteritatis instructionem scriptis indidere suis, coadunandi et coaptandi in 
« unam foimulam pro modulo ingenioli mei qualenicumque diligentiam habe- 
-■ rem. Ego vero imperîtiae, exiguitalis atque inbecili+atis nieœ admodum con- 

scius, opus tam arduum nulla prorsus lemeritate aggrediendum nulla audatia 
■ prœsumendum ducerem, nisi vestri compelleret censura mandati, praesertim 
« cum in hoc ipso robustiores perspicatioresque viros, tam grœcos quamque et 
« latinos, certum sit desudasse. Nam in altero autem Cresccnius quidam, ejus 

dem operis imitator, ecclesiasticarum sanctionum quandam videtnr fecisse 
« concordiam , michique magnopere cavendum ne forte ad idem resartiendo aut 
« compilatorum aut derogatorum denotelur infamia. Ut ergo veslraB praecep- 
« tioni, quœ me supra modum cogit, vestroque ardentissimo amori aliquatenus 
« satisfacere valeam , post divinum praesidium, vestrœ michi ante omnia pa- 
' ternae benedictionis adesse precor suffragium , quatenus inter alios vestrae do- 

• minationisalumnos, et si non de proprio,sallem de alieno labore, vestro pro- 

• videntissimo juditio, non penitus appaream immunis. Adexequendum igilm 
« meseexiguitatis opusculum, proulbonorum opifex Dominus conferre dignatus 
« fuerit incrementum, universas palernorum canonum, conciliorum atque de- 
« cretalium paginas in duodecim partes, instar apostolici stemmatis, censui 
« dislinguendas , ila dumtaxat ut sua singulis parti bus congruenlia capitula 
n prœnotentur, quœ propositae causœ velud quidam veracissimi testes evidens 
« testimonium prœferant, atque avido leciori patulum inveniendi quod desi- 
« derat aditum ostendant. Quem peto moleste non ferai si de unaquaque re 
« quid singuli magistrorum senserint non improvide subiciam, quandoquidem 

MAN. DES BIBI.. — V. 6 



42 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

■ rata magis atque inconvulsa videtur sententia plurimorum judicum auctori- 
« tate subnixa. - Prima itaque pars hujus quod Deo juvante aggredior operis 
« continet de primatu et dignitate Romane sedis aliorumque primatuum pa- 
« triarcharum , archiepiscoporum atque metropolitanorum. - Secunda pars con- 
« tinet de honore competenti etdiverso negotio episcoporum et corepiscoporum. 
« — Tertia pars continet de sinodo celebranda et vocatione ad sinodurn, de ac- 
» cusatoribus et accusationibus, de testibus et testimoniis, de expoliatis injuste, 
« de judicibus et juditiis ecclesiasticis vel secularibus. — Quarta pars continet 
« de congruenti dignitate et diverso negotio presbyterorum et diaconorum seu 
« reliquorum ordinum ecclesiasticorum. — Quinta pars continet de clericorum 
« inslitutione ac nutrimento vel qualitate vitae. — Sexta pars continet de propo- 
« sito monachorum et professione sanctinionialium ac viduarum. - Septima 
« pars continet de laicis imperatoribus scilicet principibus et reliquis sanctis 
« ordinibus. - Octava pars continet de norma fidei christianse et gratia Cbristi 
» ac divinorum mandatorum excusatione. — Nona pars continet de sacramento 
« baptismatis et baptizandis ac baptizatis. — Décima pars continet de lemplo- 
« rum divinorum institutione et cultu ac prediis, de sacrificiis, oblationibus ac 
« decimis. — Undecima pars continet de sollempnitate pascbali et reliquis fes- 
« tivitatibus ac feriis. - Duodecimapars continet de bereticis, scismaticis, Judeis 
« atque Paganis. » — Cette collection de canons est très-connue, quoiqu'elle n'ait 
jamais été imprimée. Les correcteurs romains l'ont souvent alléguée dans leurs 
annotations au Décret de Gratien, et ils l'ont toujours attribuée à saint An- 
selme, archevêque de Lucques, d'après l'autorité d'un manuscrit du Vatican. 
Mabillon , qui avait une copie de ce manuscrit, en a rapporté les rubriques 
dans ses annotations à la vie de saint Anselme ( Vitm SS. ord. S. Bened. saec. vi, 
pars ii, p. 471). et l'on voit par ces citations que, dans l'exemplaire romain, 
l'ouvrage est divisé en treize livres, au lieu de douze que présente seulement le 
ms. de Metz. Le XI1P livre, qui se trouve encore dans d'autres manuscrits, 
renferme des constitutions de papes qui ont vécu longtemps après Anselme, 
ce qui fait que certains critiques ont révoqué en doute l'attribution faite à ce 
personnage par les correcteurs romains. D'après le manuscrit de Metz, il de- 
vient évident que ce XIIP livre est une addition postérieure, et que le recueil, 
composé primitivement de douze livres, n'est pas l'ouvrage d'Anselme, mais 
qu'il a été composé, d'après les ordres de cet archevêque, par l'un des clercs 
de son église. (Voy. sur cette question Durand, Histoire du droit canonique, 
p. 208, et dom Cellier, Histoire des auteurs ecclésiastiques, t. XX, p. 676.) 

N° 101. In-folio sur vélin. - Incipit liber canonis tertius Abho- 
bali Abvisceni de particularibus egritudinibus omnibus que 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 43 

accidunt morbis hominibus a capite usque ad pedes, xx et 
duas continens fen. id est distinctiones et 1. et iiij tractatus. 
- Incipit : « InquitG. intno in creando capud non est cere- 
« brum. » (Et complète- libro III :) « Incipit liber V canonis 
«demedicina, etestantidotarinm Avisceni. » — Commence- 
ment du XIV e siècle. 

De la cathédrale de Met/.. Signé : « J. Dachons. » - Deux colonnes. A la lin 
du livre III e : <> Expletus est tractatus secundus de doloribus horum membro- 
« mm, et cum ipsius complemento completur fen. xxij , et cuni ejus comple- 
« mento completur liber (ertius de curatione egritudinum accidentiuni uni- 
« cuique membro a vertice capitis usque ad pedes canonis relati Abhohali 
» Alhasen Abvicerni. Quem sequitur liber IV de rébus particularibus, quepro- 
> prie dicende sunt egritudines, que non appropriantur membro, et de decora- 
» tione. Completus est liber IH US . » Malgré cette annonce, le IV e livre ne se 
trouve pas dans le manuscrit. A la fin du V e , on lit : « Completus est V"' liber 
«canonis, qui est antidotarius, secundum verbum senis régis Abohali Hascn, 
« hoc est filiillali Abviceni , et ejus complemento completur liber totus. Confectio 
« trociscorum de Karabe de libro Awieti filii Ysaac, et sic completus est liber 
« totus Abviceni medici de medicinali sciencia. » Suivent quelques recettes, qui 
occupent un peu plus d'une colonne; après quoi : « Explicit liber V us . Deo gra- 
« cias. » Suit un glossaire des termes arabes, sous cette rubrique : « Incipiunt 
« sinonima libri Aviceni, » commençant : « Alfachim , id estmedicus; » finissant : 
Zegi, id est atramentum. Expliciunt expositiones nominum arabicorum se- 
« cundum librum Avisceni. Incipiunt expositiones secundum Arabicum et se- 
« cundum Almasorem. » Cette nouvelle table commence : « Aced, genus absin- 
« thii subalbidi;» finit : » f.elem, id est mercurialis. Expliciunt expositiones 
• secundum Arabicos et secundum Almasorem. ■> 

N° 102. In-folio sur vélin. -(Recueil. )- i°Concordantia tilulorum 
totius juris civilis. - Incipit : « De iniciis vel circuitibus 
« eorumque effectu. » - 2° Questiones domni Hugonis, de 
jure canonico. - Incipit : « Quidam babens uxorem condenp- 
« natam. » - 3° Incipiunt Questiones Bartbolomei supra jus 
canonicum. - Incipit : « Ad bonorem omnipotentis Dei et 
«ecclesie Romane.» - 4° Incipiunt Questiones de facto a 

6. 



'44 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

domno Roffredo Bonevenlano, juris civilis professore, com- 
posite, de facto sunt n. et cotidiane. - Incipit : « Cum essem 
« Aricii ibique in cathedra residerem. » - 5° Incipiunt Ques- 
tiones quasi insolubiles domni Hugolini. - Incipit : « Pone 
« enim servum tuum.» — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes. Diverses écritures italiennes. 
Sur le premier feuillet de garde, écriture du temps : Brocardica juris, titre qui 
semble se rapporter au premier ouvrage. 

N° 103. Petit in-folio sur vélin. - (Recueil.)- i° Incipiunt Ques- 
tiones dominicales rnagistri Bartholomei Brixiensis. — In- 
cipit : « Ad honorera omnipotentis Dei. » - i° Constituciones 
Guillelmi Duranti.- Incipit : «Ad honorera sancte et indi- 
« vidueTrinitatis, etc. etc. NosGuillermns solaDei paciencia 
« Mimalensis, etc. » -Desinit : « Addendi et minuendi in pre- 
« missis quicquid quotiens et quando viderimus expedire. 
« Expliciunt instructiones et constituciones. » - 3° Compen- 
dium Decreti . - Incipit : « In prima parte agitur de justicia 
« naturali. » — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Met/. Marqué, en cursive du xv e siècle : « Natalis, cir- 
« cator ecclesie Metensis. » — Ecrit sur deux colonnes. 

104. Gros in-folio sur papier. — Johannis de Turre Cremata 
tractatus de potestate ecclesiae. - Incipit prologus : « In îec- 
< tulum Salomonis ambiunt sexaginta . ... « — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Jo. Chardalli cantor. » - Deux colonnes. 
Écriture italienne renouvelée. Dans la première initiale, un portrait gouache 
du cardinal Torquemada. A la fin du volume : « Compilatum autem est hoc 
« opusper dominum Johannem de Turre Cremata, sancte Romane Ecclesie tituli 
«Sancte Marie in Transtibrim prespiterura cardinalem Sancti Sixti vulgariler 
« nuncupatum , et finitum in urbe anno Domini millesimo quadringentesimo 
» quinquagesimo tertio, in mense octobri, anno pontificatus sanctissimi domini 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 45 

* uostri pape Nicolai quînti anno septimo, cujus sapientie et auctoritatis juditio 

• omnia dicta in hoc opère corrigenda submittuntur. Deo gratias, » 

N° 105. In-folio carré sur vélin. — Gregorii papae IX Decretalium 
libri quinque. — Fin du xm c siècle. 

De la cathédrale de Melz. Signé : « Jo. Herbilioin. » - Deux colonnes. Pas de 
commentaires. 

1 06. In-folio sur vélin. - Décrétâtes Gregorii papas IX. — Fin 

du XIII e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Marqué : « Jo. Herbilioin. « - Deux colonnes. 
Grandes marges. La fin du premier livre et le second tout entier sont glosés 
en cursive du temps. Sur l'intérieur de la couverture, en cursive du xin c siècle : 

Ego Anselmus prestavi Clarino super Décrétâtes istas xi.vi sol. luronensiuui 

die sancle Jenovefe. » 

107. Petit in-folio sur papier. - (Recueil.) - i° Apparatus 
Jo. Andréas super Clementinis. - 2° Casus summarii quin- 
que librorum Decretalium. — xv° siècle. 

Marqué : « (olim) Monasterii Sancti Naboris, nunc monasterii Sancti Mar- 
« Uni de Glanderiis. » Signé à la fin, de la main du rubricateur : « Johannes 
« Longavilla. » — Longues lignes. Ecriture très-négligée. 

108. In-folio sur vélin.- Sextus Decretalium, cum apparatu 
Joliannis Andréas. — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Jo. Herbilioin. » - Deux colonnes. La 
glose sur les marges. Exécution italienne. Sur le recto du dernier feuillet : 
« Explicit apparatus domini Johannis Andrée. Deo gracias. Sequitur moderacio 
« constitucionis édite contra principes que habetur Extra, e. li. c, Clericis lai- 
« cos, de emunitate ecclesiarum. » Commençant : « Veuerabilibus Ira tri bus ar- 
« chiepiscopis et episcopis, etc. e!r. » 

109. In-folio sur vélin. — Incipit Summa super litulis De- 
cretalium, composita a magistro Gofrido de Trano, domini 



46 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

papœ subdiacono et capellano. - Incipit : « Glosarum diver- 
« sitas intelligentiam textus. » - Desinit : « Explicit Summa 
« magistri Goffridi de Trano. » — Commencement du 

XIV e SIÈCLE. 

Marqué : « Ad ecclesiam Metensem. » Et sur le plat inférieur: « i5o8. Hune 
• librum ego primicerius Metensis a bibliotheca ecclesie Metensis, ut ei stude- 
« rem, recepi , et ei restituendum. «-Deux colonnes. Belles marges. Vexplicit est 
précédé de ce vers : 

Gloria sit Christo, de cujus munere sisto. 

N° 110. In-folio sur vé]in. - Incipit Summa domni Goffredi de 
Trano super titulis Decretalium. — xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Deux colonnes. Ecriture italienne. 

111. In-quarto sur vélin. - Incipit Apparatus sexti libri De- 
cretalium [a Johanne Monachi digestus].- Incipit : « In no- 
« mine Dei. Amen. Secundum prophetam scire est. » - De- 
sinit : « Explicit Apparatus sexti libri Decretalium , factus a 
«domino Johanne Monachi, sacrosancte Romane ecclesie 
« cardinali. » — Fin du xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes. 

112. In-folio sur vélin. - Apparatus Guillelmi de Monte Lau- 
duno super Extravagantibus. - Incipit praefatio : « Magnifiée 
«bonitatis mireque pietatis viro domino Johanni, inclitis- 
« simo infanti, illustrissimi principis domini régis Aragonie 
« filio , ejusque cancellario, Guillelmus de Monte Lau- 
«duno, etc.» — Fin du xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Jo. Herbilloin. » - Deux colonnes. Exé- 
cution espagnole, très-négligée. 

I 13. In-quarto sur vélin. - Incipit Libellus electionum editus 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. kl 

a magistro Guillelmo de Mandagoto, arclndiacono Neumau- 
sensi, cum ipsius Guillelmi apparatu incipicnte : « Vene- 
« rabili, etc. Cum alius non sim auctoritalis. » — Commen- 
cement du XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « H. Mathie me possidet. » - Deux colonnes. 
La glose sur les marges. 

Y" 1 14. In-quarto carré sur papier. - Incipiunt Consuetudines 
feudorum, Et primo de hiis qui feudum dare possunt. — 

XV e SIÈCLE. 
De la cathédrale de Metz. - Longues lignes. Écriture courante. Sans gloses. 

115. In-folio sur vélin. - Codicis Justiniani libri IX priores. 

XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes. Exécution italienne. Signé en 

cursive du x\° siècle : «Iste codex est Joh de Virduno, alias de Sancto 

« Michaele. » 

116. In-folio mince sur vélin.- (Recueil.) - i° Lecturadomni 
Dini super titulo de Regulis juris. — Incipit : « Premissis ca- 
« sibus singularibus et eorum determinacione. » - 2° Lectura 
super libro Authenticorum. - Incipit : « Liber iste quem, 
« donante Domino, lecturi sumus dudum liber Novelîarum 
« dicebatur. » — xiv e siècle! 

De la cathédrale de Metz. Signé : •< Natalis. » - Deux colonnes. Écriture ita- 
lienne. Sur le dernier feuillet de garde : « Anno Domini m. cccc. primo, die 
«lune post festum hiemale b. Aniani, Matheus Phelope vendidit istum 
< librumetunum Digestum vêtus, procedens per signa, quos idem Matheus ad 
« se spectare asserebat, precio quinque scutorum auri.in mei presencia solu- 
« torum. Chastris. » 

117. Petit in-folio sur vélin. - Incipit Tabula juris fratiïs 
Johannis de Saxo nia, ordinis Minorum.- Incipit prœfatio : 



48 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« Quoniam ut, dist. XII, q. ij. devotissima. » - Tabula au- 
tem : « Abbas. Circa hoc vocabulum. » — Fin du xm e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes. A la fin du volume : « Explicil 
« tabula juris. Deo gracias : 

Perficitur liber, vinum mihi prebe, magister; 
Si bene perfeci , tu bene redde mihi. 

« Hic liher scriptus fuit a Radulpho Londoniensi,anglicoclerico, annoDomini 
M. ce. nonagesimo sexto, die veneris postQuasimodogeniti, qui benedictus sit 
" a manu Christi. Amen. •> 

N° 118. In-folio sur vélin. - Berengarii cardinalis Inventorium 
Speculi judicialis ex ordinealphabetico digestun'i. - Incipit: 
« Quia inusitata est lectio Speculi juditialis, etc. etc. Nos Be- 
« rengarius, tituli SS. Nerei et Acliillei presbiter cardinalis 
«quondam et episcopus Veritercensis (sic). » — - xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes. Exécution italienne. L'ouvrage 
commence au mot « Aaron » et finit par « Ghristus. » 

119. In-quarto sur papier. - Codicis Justiniani libri IX. — 

XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Marqué : « Jo. Chardalli. » — Deux colonnes. Ecri- 
ture italienne renouvelée. Sur les premiers feuillets, une transcription de la 
constitution impériale : « Ad reprimendum. » 

120. Petit in-folio sur papier. - Decisiones Rotac curiae Ro- 
manae, a Willelmo Horbocb, auditore in dicta curia, col- 
lectae. - Incipit : « De appellatione. Prima est que attemp- 
« ta ta appellatione. » — xv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. Intitulé sur la tranche : Decisiones nove. — Deux 

colonnes. Exécution italienne et très-soignée. Peintures sur la i rc page. Voici 

a préface de l'ouvrage : « In nomine Domini. Amen. Anno Nativitatis ejusdem 

« millesimo tricentesimo septuagesimo sexto, diemercurii vicesima mensis ja- 

« nuarii, ponlificatus domini Gregorii pape undecimi anno sexto, de mandato, 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. /|0 

« voluntatc et unanimi conscnsu omnium dominorum meorum causaruin 
« coauditorum sacri palacii apostolici pro nunc in rota sedentium, videlicet : 
■ Roberti de Straclon, etc. elc. Ego Willelmus , inter dominos meos Uorboch 
«AlamanuB, decretorum doctor minimus et inter dominos meos auditores 
« predictos minimus, conclusiones seu detenninaciones aut decisiones infra- 
« scriptas quorum[dam] dubiorum, etc. etc. ad perpetuam rei meinoriam, cepi 
« colligere et scribere, conlinuando sub correctione et emendatione omnium 
« dominorum meorum predictorum et aliorum supervenientium melius scien- 
« lium. • 

N° 121. In-quarto sur papier. — (Recueil.) — i° Decisiones juris 
canonici. - Incipit : « De attemptalis. Attemplata appellacione 
« a difïinitiva. » - 2° Decisiones colleclse a M. Willelmo Hor- 
boch, auditore Rotœ curiae Romanae. - Incipit : « In nomine 
« Domini. Amen. Anno ejusdem m. ccc lxvi. » — xv e siècle. 

Marqué sur la reliure : « Theobert d'Hame.abbas in Toleg. «-Longues lignes. 
Cursive. 

122. Petit in-folio sur vélin. — (Recueil.) — i° Incipiunt Dis- 
tinctiones magistri P. de Sampsone super Decretalibus. — 
Incipit : « Gregorius, etc. Notât hic B. quod papa dividit li- 
« bruni istum in quinque partes. » — Desinit expleto commen- 
tario capitulo : «De regulis juris. » - 2° Incipit Breviarium 
sive Margarita a magistro B. composita, ad omnes materias 
juris canonici inveniendas. - Incipit : «Verborum super- 
« fluitate penitus resecata. » - 3° Hic incipiunt Casus legum 
allegatarum super qualibet Degretali [sic) per ordinem. - 
Incipit : «Pone, quedam mulier nolebat lugere maritum 

a SUUm. » XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Hermanni de Buire. « - Deux colonnes. 
Exécution italienne. i° A la lin, en cursive du xiv c siècle : 

Hoc opus explevi modice quia nocte quievi : 
Nunc precium posco quia dignum me fore posco. 

- 3° Divisé en cinq livres, comme les Décrétales. 

MAN. DES B1BL. — V. n 



50 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 123. Petitin-folio sur vélin.- Pars VeterisTeslamenti cumprœ- 
fationibus S. Hieronymi. — Commencement du xm c siècle. 

De la cathédrale de Metz. - En haut du verso du folio 3, en écriture du 
xiii" siècle : « Si quis inveniet, Nicholao reddere débet. » Deux colonnes. Ren- 
ferme les livres de Moïse, Josué, les Juges, Ruth, les Rois. 

124. Petit in-folio sur vélin. - Expositiones et alia excerpta e 
sanctis Patribus super Veteri ac Novo Testamento. — Incipit : 
« Hœc Issidorus in libris de veteri et novo, de numéro et 
« nominibus librorum Sacrœ Scripturae ait. » — x e siècle. 

De Saint-Arnoul. — Longues lignes. Sur la 2 P page, on lit la rubrique : « In- 
« cipit prœfatio asancto Hieronimo composita, omnibus divinreScriptura libris 
« commonis; » et à la page suivante : « In Dei nomine, pauca de obscuris verbis 
« quae in libro continentur Geneseos incipiunt. Genesis juxta fidem historias 
« descripsit fabricant munli, etc. » Toutes ces expositions, qui sont fort courtes, 
sont rubriquées suivant la même formule : « In Dei nomine, pauca de obscuris 
« verbis quœ in libro continentur Numeri incipiunt. » Plus loin : « Incipil liber 
« primus quaeslionum Augustini super Matthcum, » ouvrage qui n'est transcrit 
que par extraits. Suivent d'autres extraits de S. Augustin, de S. Ambroise et 
de S. Jérôme, ayant trait à l'interprétation des Evangiles. Le second livre de 
l'exposition de S. Augustin sur l'évangile de saint Luc y est presque en entier. 
Suivent quelques-unes des préfaces de Jérôme sur les livres saints. Les deux 
derniers feuillets, tracés en écriture saxonique, sont placés sous ce titre : 
« f In Dei nomine incipit interpretatio paucorum de evangelio sermonum. » 

125. Petit in-folio sur vélin. - (Piecueil.) - i° In nomine Do- 
mini. Incipit Expositio sancti Augustini super Apocalipsin. 

- 2° Incipit Gommentarium sancti Ieronimi in Apocalipsin. 

- 3° Incipit liber sancti Augustini de Ordine rerum. - In- 
cipit : « Ordinem rerum, Zenobi. » - 4° Incipit libellus 
sancti Augustini episcopi de Penitentia. - 5° Item ejusdem 
de Utilitate agendœ penitentiae. - 6° Incipit liber sancti 
Ambrosii episcopi de Cohoftatione pœnitentiœ. — xi e siècle. 

De S. Arnoul. Marqué : « Iste liber est Sancti Arnulphi Metensis. »- Longues 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 5J 

lignes, Sur h; l" feuillet : « Collucet complus his floribus iste libellus. » Suil le 
détail des ouvrages contenus dans le volume. 

N° 126. Petit in-folio carré sur vélin. - incipit liber undecimus 
Moralium Job, pars tercia. — xi c siècle. 

De S. Arnoul. Marqué : « Liber Sancli Ainul fi ; si quis abslulerit, anathema 
« sit maranalha, id est pereat in secundo advenlu Domini. »— Longues lignes. 
S us Vexplicit, de la même main que le reste : 

Cimcli vivantes vestros hic discite mores, 
("œlitus all.itum vobis hune crédite librum, 
Qui melius nobis dal nos cognoscere nobis. 
Hic non dicentis résonant sed verba docentis. 
Quarc spernantur mundi qnœcunque videntur; 
Gaudia justoram quaerantur babenda per evum. 

127. Petit in-folio carré sur vélin. — Incipit liber XVII, pars 
quarta Moralium Gregorii in Job. -Desinit : « Explicit quarta 
«pars Moralium in Job.» — xi c siècle. 

Marqué : « Liber Sain ti Arnulpbi. » - Longues lignes. Appartient au même 
exemplaire que le ms. 126. A la fin, deux feuillets de parchemin, qui con- 
tiennent la notice d'une association de prières contractée entre les chanoines de 
Laonet les moines de Saint-Remi de Reims: « Annoilaquepost sacrum salutiferoj 
« Verbi Dei incarnationis misterium d cccc xxviiii, indictione 11, ep. vu, vu. id. 
«jun. feria 1, memorabiles jam sa?pedicti monachi in unum conventum con 
'«globati, dum quasdam sententias ex pleniludine divinarum scripturarum, 
« quasi suavissimos flores ex quodam gratissimo et amenissimo agro, fideliter 
« decerperenl, salubrilcrque super bis gralulabundi disputarent omni fidutias 

« affecta experiet (?) , venerabiles sanctœ congregationis fratres Lnuduni 

» degentes, présentes pariter et absentes, ut. . . . societas fidesque sacrae reli- 

« gionis (juae inter illos religioso fœderis glutino sanciebatur, ele incon- 

« vulsa perpétua stabilitate perseveret, etc. etc » 

I 28. Petit in-folio sur vélin. - Isidori Hispalensis Expositiones 
super libris Moisis, Josuc, Judicibiis et libris Regum.- In- 
cipit : « Prefacio Isidori. Historia sacrae legis. » — xi e siècle. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulpbi. »- Longues lignes. Sur le dernier feuillet, 
en écriture du xn e siècle : ■ In istis quaternis vij veteribus qui secunlur conti- 

7- 



52 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« netur commentum Rabani super Genesim. » Mais cette partie du manuscrit 
a été enlevée. 

N° 129. Petit in-folio sur vélin. - Incipit Hystoria scolastica 
Pétri Comestoris. — xm e siècle. 

De la cathédrale de Metz. Marqué en gothique : « A. T. M. «-Deux colonnes. 
On lit à la fin:» Ego, Arnulphus Thierici.deClareyo, Tullensis diocesis, pres- 
« biter et canonicus majoris ecclesie Metensis , emi hune librum a Richardo ne- 
■ potemagistriRoberti deFordella, quondam decani Sancti Salvatoris Metensis, 
« anno Domini m. cccc. Ivj, die xxiij. mensis augusti. » 

130. Petit in-folio sur vélin. - (Recueil.) -,i° Excerpta e com- 
mentario veteri super libris Regum. —Incipit : «Incipiunt 
« pauca de prefatione librorum Regum. Rex quomodo voca- 
« tur in tribus linguis, Malchos in ebreo, Basilion in greco, 
« Rex in latino, etc. » — 2° De Templo Salomonis tractatus 
Bedae presbiteri. - 3° Brèves expositiones super libris sa- 
pientialibus. « Parabulae [sic) Salomonis. Salomon quippe 
« qui interpretatur pacificus. » — x e siècle. 

De la cathédrale de Metz. Marqué dès l'origine : « Liber S. Stephani. » Lon- 
gues lignes. — 2° Suivi d'un dessin allégorique exécuté à la plume avec assez 
de soin. — 3° Terminé par deux homélies, dont l'une intitulée : « Admonitio 
« sancti Bonilacii episcopi de abrenunliatione in baptismo. » 

131. Petit in-folio épais, surpapier. -Annotationes in aliquot 
Bibliorum Sacrorum Veteris et Novi Testamenti loca, prœ- 
sertim in ea quae difïiciliora videntur, authore Joanne Chas- 
sanione Monasteroliensi. — xvn e siècle. 

Sans marque. - L'ouvrage est dédié à Frédéric, comte palatin, duc de Ba- 
vière. 

1 32. Petit in-folio sur vélin. - Incipit liber de Ordinacione et 
olîicio tocius anni, que debent legi vel cantari in ecclesia 
Sancti Arnulphi. - Incipit : « Quoniam ecclesiastici ordinis 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 53 

« usus vicio quidem oblivionis per singulos 1ère annos 
« transmutamus. » — xm c SIÈCLE. 

De Saint-Arnoul. Marqué : « Ccremoniale vêtus abbatial regalis Sancti Ar- 
« Dulfi Metensis. » Divisé en deux, parties. La seconde commence par cette ru- 
brique : > Finito olïiciode tcmporibus, incipit tractatus de ordinatione et ofïi- 
« cio sanctorum. » 

N° 133. In-4° sur vélin. - Missale ecclesise Sancti Arnulfi Me- 
tensis. — XIV e SIÈCLE. 

De Saint-Arnoul. Longues lignes. A la fin cette rubrique: « Frater Johannes, 
« monacbus Sancti Arnulpbi Metensis, filiusBertranni dicti Façon, cognomi- 
« natus deSancta Cruce, fecit fieri et scribi istum librum a Johanne scriptore 
« nato de Hoinborch, et fuit (initus anno Domini m.ccc.xxi. in vigilia omnium 
« Sanctorum. Finito libro sit laus et gloi ia Cbris'.o. ■ 

134. Petit in-folio sur vélin. - (Recueil.) - i° Très sermones 
sancti Effrem. - 2° Dicta sancti Isitlori. Oratio. - Incipit : 
« Queso te, anima, obsecro le, deprœcor te, imploro te. »- 
3° Epistola sancti Cesarii episcopi ad monachos. - 4° Sancti 
Augustini de Concordia.— Incipit: « Dies sancti quos agimus. » 
— 5° Libri Vcteris ac Novi Testamenti juxta prioruni Iradi- 
tionem. — Incipit: «In principio videlicet quinque libri 
«Moysi, Genesis, Exodus, Leviticus, Numerus. » - 6° In- 
cipit Degradalis sancti Gelasi papae, cum L episcopis 
vhïseruditissimis, de catholicis scripturis, qui sunt vel non 
recipiendi. - Incipit : « Post prophetias evangelicas atque 
« apostolicas scripturas. » - 7 Item Notitia librorum apocri- 
phorum qui non recipiuntur. - Incipit : « Synodus Arimi- 
« nensium. » - 8° Incipiunt sententias Isidori Spanensis 
episcopi ex libri Defercntiarum. - Incipit : « ïnter Deum et 
« Dominum. »-9°Incipiunt sententias sancti Gregorii de libro 
Pastorale. - 1 o° Excerpta ex homiliis ejusdem Gregorii super 



54 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Ezechiel. - n° Ex libro dialogorum sancti Gregorii papae. 

— 1 2° De Vêtus Testamentum (sic}. - Incipit : « Principium 
« latine dicitur, Genesis grece, bresith hebraice. » - 1 3° Expo- 
sitio super singulas litteras. - Incipit : « Li Itéra quidest? Eli— 
« m en tu m vocis articula ti. «-Desinit : « Quomodo vices esse 
« conplet ut principes Zabulon et principes Neptalim. » - 
î 4° In Christi nomine incipiunt giosae. - Incipit : «Adonai, 
« Deus. Agius, sanctus. Alléluia, laudate Doininum. » - De- 
sinit : «Robore, virtute, fortitudine; Rogitat, sepius. . . . » — 
i5° Chronicon abbreviatum ab initio mundi usque ad mor- 
tem Valentiniani III. - Incipit (dempto uno folio) : « Hebrei 
« simul cum Jacobin iËgypto fecerunt cxv. Trecesimo anno 
« repromissionis natus est Moyses. » - Desinit : « Valentinia- 
« nus subito a sanguine eruptionis, quod greçi proloxia vo- 
it cantur Brivione, moritur, postquem Gratianus sumpsit 
« imperium. » - i 6° De Série annorum sancti Hieronimi vel 
sancti Eusebii. -Incipit : « Primo die Deus condidit lucem. » 

- î 7 Notitia de episcopis Piomanis. - Incipit- : « Petrus sedit 
« annis xv. » — vm siècle. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulphi. » - Longues lignes. Ecriture romaine rus- 
tique. Se termine par cette inscription en capitales alternées par lignes rouges 
et bleues : « Explicit liber de diversis voluminibus. Deo gratias. Contulimus 
«ut potuiinus volunlariae; bene si bene tui, si aliter nostri est meriti, orate 
« pro scriptoris , si Deum abeas adjutorem. » - i° Manque le commencement. 
Les premiers mots de la première page sont : « At illa audiens actus suos 
« egredi pertimescit; (folio k, recto) Item de penitentia sancti Efl'rem. » - 
î 4° Vingt feuillets écrits tantôt à longues lignes, tantôt sur trois colonnes. On y 
remarque surtout l'interprétation des noms hébraïques. — i6° Se termine 
ainsi, après une liste des empereurs qui s'arrête à Héraclius : «Fiunl ab 
« Adam usque ad Eraclio anni v m cxi.vmi ; ab Adam usque diluvio anni 
« n m ccxLii (etc.. . .); a Constantino et Rufo usque ad anno primo regni Sigi- 
« berti rege Francorum explentur anni clvi, et fiunt anni ab Adam usque ad 
« anno primo regni Sigiberti v m Dcccxv. Nulla est dubitatio de ista discriptione, 
« quia de chronica beati Hiermimi et Eusebii Cesariensis episcopi adsumpta 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 55 

est usque ad passioneuo Domini Nostri Ihesu Christi. Item a passione Domini 
« \\ Paschalis Victurîi usque in tempore isto inventes veritalem. » - 17 Se 
termine ainsi : « Honorais seclit annis xn, mens, xn, (lies xvn. Severinus 
«sedit mensibus ij, dies iiij. Johanuis scdit anno 1, mens, vin , dîes xvm, 
« Theodorus sedil. » — i3° Expositio super singulas lilteras : « Littera quid est? 
« elimenlum vocis arlicidati. Eliiiieutum quid est? conceptio sensui. Sensus 
« quid est? gloriatio, cogitatio cogita tionis, quia explanatus per vocem vox 
«est aille verbum, aut verbum anle vocem; vox est ante verbum, quia ante- 
« quant aer lingua verberetur antea vox in sonum erumpitur. Vox tribus 
« modis consideranda est, duobus Itoc est condila et incondita, et tertium ex 
« tinnitu vel pulsu. Tribus modis recte loquilur arte lectionis usnm. De littera 
« diximus tribus modis consideranda est : figura, nomen, polestate; figura 
« pertinet ad oculos, nomen ad aures, potestas ad cogitationem. Oratio solvitui 
« in vcrba, verba solvuntur in syllabiis, syllabe in lilttris, littere non habent a 
« quo solvantur. Littera enim aput Ebrcos dicitur sephis, sicut in Veteri Testa- 
« mento dicitur Careat sepbis, id est civitas litterarum; aput Gregos dicitur 
« gramma, que aput Latinos littera sonal; nam aput pbilosopbos dicitur littera , 
« aut ptumus nuncupatur, id est minutissima scintilla foces aut favilla radii 
« solis; littera dicitur quasi legi et itéra, quia legentibus iler prœbet. A vocalis 
« est.Quibusvirguliscomparatur? Ex tribus nominibus.alephin ebreica.ingreca 
« alfa, in latina A, quia dicitur primus de itominibus homo Adam; et in animo 
«et in angelo, qui fuit ante secula, dum anima? create fuerint a Deo vivo. 
« Duplicilas ejus quid significat? Duo testamenta. Tribus virgulis sunt de 
« quibus congregatus A quid signiGcat? Typum Trinitatis ostendit. Quandrt 
« congregatus A quid significat? Typum unius Dei ostendit, quia très persone 
« unius Deus legitur. A adverbium numeri couplet. » 

N° 135. Petit in-folio sur vélin.- (Kecneil.) - i° Dialogus Basilii, 
Cesariensis episcopi, fratris Gregorii Nazanzeni et Johannis 
Constantinopolitani. — Incipit : « Michi quidem multi fue- 
« runt amici certi. » — 2° Incipiunt Omeliae beati Johannis 
Oris aurei, de eo quod scriptum est in psalmo vu 11. — 

XI e SIÈCLE. 

Marqué : « Iste liber est Sancti Arnulpbi. » Longues lignes. Sur le recto du 
premier feuillet, en écriture contemporaine du manuscrit : 

Qui peragras plures , ut sis prudens , regiones , 
Et bene perpandis quorum facundia pluris 



56 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Conslat doctorum cum celsa lande bonorum, 

Da fidei mentem verum non inficienlem. 

A Domino quanvis detur sapientia cunctis, 

Plus tamen bine gaudet sibi quisque fidelis adberet; 

Quare nostrates quod sufficiat sapientes 

Non coedunt Grecis , quos gloria vexât inanis , 

Sint licet inter eos quos laudamus bene doctos. 

Nos docet ergo Pelrus, fidei radiée probatus, 

Claviger et celi , factus quoque dux paradisi, 

Ut caput est orbis Roma totius berilis; 

Sic retinet magnum summo pro munere Petrum ; 

Utque sibi gentes vincendo subdidit omnes, 

Hujus doctrine sic omnia îradit babere. 

Huic succedentes terras veneranlur in omnes 

Quorum judicio paretur ubique perito; 

Hinc est Gregorius qui nondum papa vocatus 

Pro fidei causa subiit cerlamina mulla. 

Post base electus et tanto culmine dignus, 

Libros insignes mox composuit super omnes 

Doctores, vitam qui sufficiant ad bonestam , 

De quibus est unus Pastoralis vocitatus , 

Qui collatus buic palma prefeftur honoris. 

Ergo primo ne médium , medio ne discrepet imum , 

A Domino quamvis detur sapientia cunctis, 

Dignior bac tamen est sibi qui vicinior béret. 

Deux feuillets de parchemin, ajoutés à la fin, contiennent un fragment de 
la Pharsale, en écriture du x c siècle : 

Corpora nec populum iatebrœ ccepere ferarum ; 
Hic laqueo fauces elisaque guttura fregit; 
Etc. 

N° 136. In-4° sur vélin. - (Recueil.) - i° Incipit Allercatio sancti 
Augustini contra Felicianum. — 2° Incipit sancti Augustini 
de Trinitate ad Felicianum.- 3° Incipit liber sancti Augus- 
tini de Diversis interrogationibus et diversis ejus responsis. 
-Incipit : « Licet multi et probatissimi viri diverso quidem 
« stilo. »-/i° Incipit dicta ejusdem de Fide catholica. -5° Incipit 
liber sancti Augustini de Symbolo. - 6° Incipit ejus de Qua- 
tuor virtutibus caritatis. - 7 Incipit liber ejusdem de Cantico 
novo. - Incipit: «Omnisqui baptismum Cbristi desiderat. » 
- 8° Incipit liber ejusdem de Quarta feria. - Incipit : «Cœ- 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 57 

« lesti gratiœ. » — 9 Incipit sancli Augustini de Cataclismo. 

- Incipit : « Quoniam in proximo est. » - ] o° Incipit de Tcm- 
pore barbarico ejusdem liber. - Incipit : « Adnionet Do- 
« minus Deus noster. » — 11 Sermo cujusdam, in vinculis 
sancti Pétri legendus. - Incipit : « In diebus illis misit IJe- 
« rodes. » - 1 1° Lectiones in Parasceve legend;c.-i3° Sermo 
in die sancto Paschae. - Incipit : « Resurrectionis dominicae 
« veneranda sollemnitas. » - i/j° Sermo de Nalivitate sancti 
Johannis Baptistae. - Incipit : « Natalem sancti Jobannis, 
« fratres karissimi » - 1 5° Incipit Expositio Rufini in Sym- 
bolum, cujus laus est in katalogo virorum illustrium. - 
iG° Incipiunt Sermonesdiversorum Patrum. -Incipit : « Ma- 
il gnum et ammirabile. » — xi e siècle. 

Marqué dès l'origine : « Liber Sancti Arnulfi. » - Longues lignes. 

N° 137. In-4° sur papier. - (Recueil.) - i°Sermones sancti Au- 
uustini de Verbis Domini secundum Mattbaeum. — i° Chro- 
nica Martiniana.- Incipit : «Quoniam scire tempora ponti- 
« ficum Romanorum ac imperatorum, etc. .. Ego frater Mar- 
« tinus, domini pape penitenciarius et cappellanus, etc.. » 

- Desinit : «De Affrica processerat in Syciliam veniens est 
« deffunctus. » - 3° Ci commence lez Cronicques abregies, 
dou commencement dou monde jusques au temps pape 
Jehan XXII e , extraictes de bible, des ystoires scolastiques 
et des croniques Vincent.- Incipit prologtis : « La cause de 
« faire ceste compilation fu la grant instance d'un grant 
« baron de France, li quelz, corne il eust désir de savoir en 
« queu temps avoient estey li prophète Nostre Seigneur et 
« philosophes des païens. » - 4° « Le livre des bonnes meurs. - 
Incipit : «Tous orguilleux se veullentà Dieu comparer. » — 

XIV e SIÈCLE. 

'l\v lits BIBL. — V. 8 



58 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

De la cathédrale de Metz. Signé : «Natalis, circalor ecclesie Metensis. »- 
Deux colonnes. - 3° Finit h l'an i33o. - 4° Divisé en cinq livres. 

N° 138. In-quarto sur vélin.- (Recueil.) — i°Incipit Prologus in 
librum Retractationum sancti Augustini episcopi, etc. -2°In- 
cipit liber sancti Augustini episcopi de Vera religione. - 
3° Incipit liber ejusdem de Moribus sanctae Ecclesiae catho- 
licae. — l\° Incipit liber ejusdem de Opère monachorum. - 
5° Sermo beati Augustini episcopi de Patientia. - 6° Incipit 
Cœna Johannis cujusdam, ad Johannem sanctae Romanae 
sedis pontificem , excerpta a Cœna Cypriani , Gartaginensis 
episcopi, quam subtili ingenio composuit de instrumentis 
Veteris Novique Testamenti. - 7 Incipit liber Aurelii Augus- 
tini, Ypponensis episcopi, de Beata vita. - 8° Incipit liber 
magni Aurelii Cassiodori senatoris de Anima. - 9 Incipit 
liber sancti Cypriani martyrisde Duodecim abusivis saeculi. 

XI e SIÈCLE. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulfi. •• - Longues lignes. — 2° Précédé de ces 
vers : 

Horrida falsorum veteres cultura Deorum 
Lusit et obscuris involvit corda tenebris, 
Dum sua gentiles cumularunt munera plèbes 
Diemoniis , sacro divinœ laudis honore, 
Ac variis portenta colunt erroribus acti ■ 
Annumerando Deos , devexo tramite, plures. 
Hoc tamen hoc pleno cœlesti laude libello , 
Augustine, doces quod sit sine limite verus 
Unus et ipse Deus, flexa cervice colendus , 
Dum pietatis opus placidis expressa loquelis 
Mentibus in nostris fudisti munera lucis. 
Ergo liber vera? divini nominis iste 
Relligionis habet titulurn per saecula fixum. 
Hune quicumque legit stabili vel mente recondit, 
Conferet optatam regni sine fine coronam. 

6° 1 1 A vers. Voici le prologue : 

qui cupitis Saltantem Me Johannem cernere, 

Nunc cantantem auditote , Jocantem attendito. 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 



59 



Satyra ludam accurrens 
Quo codri (indatui ventus, 
Riserat qunm Cyprianua 
Thalamum logice seplem 
Sub pampineis vinetis, 
\ etera novis commiscens , 
llaur lamlal papa lînmanu.s, 
Quando venit coronatus 
Ul Silenus cum asollo, 
Quo sacerdotalis usus 
Hanc exibeat convivis 
tu miiaculis gavisus, 
Quando victor roronatus , 
Ut imperialis jocus 
Video ridere certet 
Ut cachinus dissolvatur, 
Sed prins pedo crepabit 
Qiiam regat lingua condensas, 
Ad cœnam venite cuncti 
Rptlioris et papa? clari, 
Quant sopliista verax lusit 
Non satyricis commentis, 



El le texle : 



Quidam nomineJohel rex 
In Ghana qui Gables 



Divino sub plasmatr; 
\ 09 amici plaudite, 

Post felicem mineum. 
Qui dotavit artibus , 
Sub racemis mollibus, 
Scriba prudentissimus. 
In albis pascalibus, 
Scola- prior cornibus, 
Decisus canlantibus , 
Designet misterium. 
Imperator Karolus , 
Prodigua in vestibua, 
Triumpbatis gentibus , 
Jnstruat exercitum; 
Quam scurra Crescentius, 
Torquratur rictibus, 
Tussiondo vetulufl 
Balbus in nominibus. 
Cypriani martyria , 
Lybica? Cartaginis , 
Divinis miraculis, 
Non comœdia: fabulis. 



Orientis maximas 
Faciebat nuptias, etc. etc. 



Voyez, au n° 557 du catalogue d'Arras, un poëme analogue à celui-là, dont Tau 
leur, nommé Azelin, se recommande dans sa préface de l'exemple de Johann.es 

S al lit ans. 



l\° 139. In-quarto sur vélin. -(Recueil.) i° Incipit liber sancti Au- 
gustini Unde malum. - Incipit : « Die mihi qua?so te. » - 
2° Incipit liber sancli Augustini de Libero arbitrio. - 3° In- 
cipit liber sancti Augustini de Genesi contra Manicheos - 
4° Incipit liber ejusdem de Fide et symbole — 5° Incipit 
Conflictus ejusdem cum Maximino, Arrianorum episcopo. - 
Incipit : « Cum Augustinuset Maximinus Ippone regio unum 
« in locum convenissent. » - 6° Item Rcsponsio Augustini 
Aurelii contra Maximinum Arrianum. - Incipit : «Dispu- 



60 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« tationi Maximini Arrianorum episcopi. »- 7 Collatio ejus- 
rlem et Pascentii Arriani et Laurentii vicarii. — xi e siècle. 

Marqué dès l'origine : « Liber Sancti Arnulphi. » — Longues lignes. — 5° Se 
termine par cette souscription : « Explicit. Maximinus episcopus subscripsi, et 
« subscriptio. Et post conlationeni presentium Augustinus ita dictavit : Auxilio 
« principum me loqui dixisti, non secundum timorem Dei, etc. etc » 

N° 140. In-quarto sur vélin.- Sancti Augustini Iractatus de Doc- 
trina christiana. - Incipit : « Praefatio Augustini de doctrina 
« christiana. » — x e siècle. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulpbi. » — Longues lignes. 

141. Petit in-folio sur vélin.- (Recueil.) - i° Incipit liber sancti 
Augustini episcopi contra Manicheos de duabus animabus. 
- 2 Incipit Interrogatio Apollonii philosophi et responsio 
Zachei. — Incipit praefatio : « Aspernenda potius videtur 
« quam refellenda. » — Incipit opus : « Apollonius dixit : 
« Zachee, te mihi et his qui adsunt oportunitas praestitit ut 
« quœ olim abusive praeloquebamur. » - Desinit : « Calicem 
« salularis accipiam et nomen Domini invocabo. » — 3° Con- 
fliclus Augustini et Fortunati. - Incipit : «Egojam errorem 
« pulo. »-4° Sermo in natali sancti Mathiœ. — Incipit : « Cum 
« preclari beati Mathie apostoli. » — xi e siècle. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulphi. «-Longues lignes. - Sur le recto du pre- 
mier feuillet : 

Quae sint introrsum quœrens hic dispice sursum : 

Suit le détail des ouvrages contenus dans le volume, en écriture du xi e siècle. - 
Au commencement, pour feuillets de garde :« Incipit passio sancti Barnabe apo- 
« stoli. Johannes qui et Marcus, etc. » — 2° L'ouvrage est divisé en trois livres. 

1 42. Petit in-folio sur vélin. - (Recueil.) - i° Incipit Epistola 
sancti Fulgentii, episcopi Cartaginensis, ad Donatum, de 
Fide sanctae Trinitatis. - 2 Incipit liber ejusdem adPetrum, 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. (il 

de Régula verse fidei, missus. - 3° Incipit Altercatio sancti 
Auguslini calholici opiscopi et Maximini heretici.— l\° Incipit 
Altercatio sancti Augustini contra Feliciannm hereticum. - 
5° Incipit liber sancti Augustini de diversis interrogationibus 
et responsis ejus.-6°Tractatus ejusdem de Fide et symbole 
- 7 Incipit Expositio ejusdem de Genesi contra Manicbeos. 
-8°Excerpta e concilio Toletano. -Incipit: «V. capit. xlviiij : 
«Clerici qui monacborum propositum ceperunt. » - 9 In- 
cipit Epistola sancti Augustini ad Januarium. — xi e siècle. 

Marqué dès l'origine : « Liber Sancti Arnulphi. » - Longues lignes. 

N° 143. Petit in-folio sur vélin. - Dialogi Gregorii papae. - In- 
cipit : « ruit eumque ex amore nimio. »-Desinit : « Expii- 

« cit liber Dialogorum quartus. » — xi e siècle. 

Marqué: «Liber Sancti Arnulphi. »- Longues lignes. Le commencement du 
manuscrit manque. 

144. Petit in-folio carré sur vélin. -Homiliarium totum e con- 
cionibus sancti Gregorii conflatum. — x e siècle. 

De Saint Arnoul.— Longues lignes. — Au milieu du volume se trouve ce 
titre : « Explicit homelia xx. De libro primo. Incipiunt capi(tu)la homeliarum 
« ejusdem lectionum euvangelicarum numéro xx. « 

145. Petit in-folio carré sur vélin. - (Recueil.) -1 "Incipit liber 
prooemiorum sancti Ysidori episcopi.- Incipit : « Plenitudo 
« Novi Veterisque Testamenti. » - 2 Incipit Vita vel obitus 
sanctorum qui in Domino precesserunt. — Incipit praefatio : 
« Quorumdam sanctorum nobilissimorumque virorum ortus 
«velgesta cum genealogiis suis. «-Incipit tractatus: «Adam 
« protboplaustus et colonus paradisi. » - Desinit : « Titus 
« Pauli discipulus, etc — ibique in pace defunctus estadque 
« sepultus. » - 3° Sancti Isidori Interpretationes biblicœ. - 



62 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

incipit : « Domino sancto ac reverentissimo fratri Horosio 

«Hisidorus, etc Adam figura m Christi gestavit. » - 4° In 

nomine Sanctae Trinitatis, incipit liber Officiorum sancti Isi- 
dori. - 5° In Christi nomine, incipit liber Soliloquiorum 
sancti Isidori. - 6° Definilio ecclesiasticorum dogmatum. - 
Incipit : « Credimus unum esse Deum. » - 7 Incipit Gradale 
de recipiendis libris sive non recipiendis auctoribus, qui 
scriptus est a Gelasio papa, cum septuaginta eruditissimis 
episcopis, in sede apostolica urbis Rome. — Incipit : « Post 
« propheticas et evangelicas adque apostolicas scripturas. » 

- 8° Item noticia librorum apocriforum (pie non recipiun- 
tur. — Incipit : « Ariminense senodum a Constantio Caesare. » 

— 9 Opusculum de Arte grammatica. —Incipit : « Vocales lit- 
« tere sunt quinque a.e.i.o.u. » - io° Incipit liber Ippome- 
nesticon sancti Augustini episcopi contra Pelagianos et Cae- 
lestianos libri quinque. - Incipit : « Adversarii catholicae 
« fidei. »— 1 1° Incipiunt Adsertiones calumniatorum de post 
obitum sanctae memoriœ Agustini, quibus singulis respon- 
det(ur) a Prospero.- Incipit : « Doctrinam sanctae memoriae 
« Agustini. » - 1 2 Incipit ejusdem Prosperi liber de Laude 
sanctorum. — Incipit : « Superiori libro rationem contem- 
« plativœ vitae. » - 1 3° Sentcntiae aliquot excerptae e sancto 
Cypriano.- i4° Incipiunt capitula deVita activa et contem- 
plativa religiosi Prosperi. - Incipit : « Quid intcr vita con- 
« templativa et activa distat. . . etc. Incipit prœfatio religiosis- 
« smi viri Prosperi. Diu multum querere. » — x e siècle. 

Marqué dès l'origine: « Liber Sancti Arnulfi. Si quis ei ahstulerit, maledictus 
« sit. » - Deux colonnes. - 2 L'ouvrage est compost' de quatre-vingt-six chapi- 
tres ou paragraphes, dans chacun desquels est mentionné un des patriarches, 
prophètes ou apôtres, depuis Adam jusqu'à Tite. - G L'ouvrage est en cin- 
quante-deux chapitres : le premier Defide; le dernier De id qualiter ad imagi- 
nent Dei anima sit creata. - 9 Après une courte exposition sur la nature des 



BIBLIOTHÈQUE DE MET/. 03 

lettres commence un chapitre intitulé De Orthographia, dont voici les premières 
lignes : « Ara per a non per h scribendum. Aurit, hoc estaquam levai, sine h. 

Uaurit, idest bibit, per h. ./Estatemperaet t> scribendum. Alit sine/j. /Estas pei 
«aete. /Esus qui est cibus per a et e. /Edis per a et e. Ad adspiratio, quod vero 
« signilicat, per a et t scribendum. Ad praepositio casus adcusalivi per a et d; ad 

dfio cum tribuitur amicum vado. Assiduus, assecutus, pei duas s. Accumulalus 
« per duas ce. Aggeus per duas gg scribendum. Apparet quod videtur, apparet et 
« quod absequitur. Adponi vero per a et d, quia ad praeposilio verbo conjuncta 
« est. Aminonuit per duas mm. Admirandum perd. Annuit per duas nn. Aniiiin- 
« tiatus per duas nn. Ademptus per m et p. Auctio, quod est vendicio, per dip- 
« tongo scribendum. Cedo, quod concedo, sine œ. Caedes per a et e. Caeluin per a 
« et e. Caesarics per a et e. Cementarius per e. Chère , quod est ave , per e. Celeritas 
« per e. Commentarium per duas mm. Conpetit per n. Clangor per c. Celebs per 6 , 
« undeeteelebum dicimus. Corre sine h scribendum. Cymbalum, c\mbia, per y. 
« Corax per c. Commessatio per e scribendum. Ceta , quod est marea belua , per e. 
« Commertiuii) per duas mm. Glanculum per duas ce scribendum. Cum invocarem 
« adspiratio, prœpositio ablativi casus, perc; si vero adverbium fuerit, per </; di- 
« cimus enim lego, etc. etc. >• - En tout six colonnes. — Puis une autre rubrique : 
« Item orthographia. » — Et le texte : « Religio ideo dicitur quod animas religet 
« ad cultum divinum. Scripsi propterea per p et 5 scribitur, quia apud Grecosp 
<■ et s una littera est quam vocant psi. » — Deux colonnes. — 12° Cet ouvrage 
semble être le second chapitre d'un ouvrage qui, dans le manuscrit, com- 
mence sans rubrique : « Quamvis ergo ad omnes objectiones seu quaerula3 im- 
« peritiœ, etc. » — A la fin on' lit : « Explicit liber II. Incipiunt capitula de libro 
« tertio, I. Quantum a viris virtutibus virtutem simili tudinis distent, etc. » — Ce 
troisième livre est terminé par l'inscription suivante : «Explicit liber tertius 

• féliciter. Cumgratia, pax, fides, caritas prœcium non habent. Deum time et 
« mandata ejus custodies amen. » - i3° Une page. Le verso en blanc, avec ces 
mots dessus : « Parcarum optima Clotho jam nere desiit , Lachesis vero in 
■ torquendo laborare amplius non cupit, sevissima ambarum krcponos articulos 

in condilum solam imperii tui sententiam expectat, ut fila contra Heus! ritin- 
« pat. » — Suit un autre feuillet laissé en blanc, sur lequel on trouve tracé de 
la même époque que le manuscrit : « M* aSe\(pt, pu non equa vos o~e ets ti\v 
« (ÇtXaxyv xai aujov et to %pv<TOTptx\;vov fortuna fovet. ptj SiXtiao-ezat , Qù.qlv- 
« 6 poire fiaaiAev. Nam et me pavTrjv xat ovtportoXov esse liquido patet. \Se\- 
« oepTOS xopts xovp7ti$ pLa.xpocnia.Bris yovvSoTtKj'lrjs %ptiaip.GS pctyjnv y^pi\(j iiio- 
« tcltcl adeo STiptôrj, otzos ■aporoxapaêos fieri mereretur. Vopctvos Se tov olvtov 
« $o($ov axoiJcàv eSeù taaev aÇoSpa. OpOpovSe (3a6eos exurgens eveipe enrev, aOXte 

• xai TaÀ£7rops, ep.ia.pyov, pii <po£ov. Yi^e-nKio-aovio Se zravres ixept iov pvpavov 



64 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

<> TûtVTa txxovaavTes. As X. v. yaptiv Trçs zsaocos princip . . . ordinav . . . Trçs yevve- 
" <reos §£ avjQv t) aXtOeia. aijrtj sirjv. » 

N° 146. In-quarto sur papier. - (Recueil.) - i° Expositio brevis 
praeceptorum fidei christianœ. - Incipit : « Religio munda 
« et immaculata apud Deum hec est. n - i° Liber quartus Sen- 
tentiarum cum summa. — xv e siècle. 

Marqué : « Z. 2. Sancti Clementis. » Avec cette notice sur le premier feuillet 
de garde : « Ce manuscrit a été tiré de la bibliothèque des frères Mineurs de 
« Sierch, et a été donné à Saint-Clément par M. Collinge, aumônier d'Anhalt. 
« On dit que c'est l'original de Suarez , écrit de sa propre main. Il est venu aux 
« PP. Recollets d u grand-père du sieur Collinge , colonel d'un régiment de France , 
« qui a recueilli ledit manuscrit lors du pillage d'une ville d'ithalie. » L'opinion 
exprimée dans cette note ne mérite pas d'être réfutée; car le manuscrit est 
antérieur de cent cinquante ans au moins à la naissance de Suarez, et même à 
l'institution des Jésuites. 

147. In-quarto sur papier. - Incipit Summa virtutum venera- 
bïlis fratris Wilhelmi Lugdunensis, ordinis Predicatorum. - 
Incipit : « Cum circa utilia studere. » — xiv e siècle. 

Marqué sur la reliure: « Theobertd'Hame, abbas inToleg. «-Deux colonnes. 
Très-bien conservé. 

148. In-quarto carré sur papier. - (Recueil.) - i° Incipit Dieta 
salutis, sive Sermones in gallico super vitiis et virtutibus. — 
Incipit : «Hec est via, ambulate in ea, etc. C'est cy la pa- 
« rolle que l'escripture ennonscent; la parolle de Dieu doit 
« adrecier à ly ignorant qui vuet de la voie d'enfer retraire. » 
- 2° Incipit prefaciuncula versificata in quasdam motivas me- 
ditaciones ex Sacre Scripture et sanctorum sentenciis com- 
pilata, presertim ex sentenciis beati Augustini, b. Bernardi 
Clare Vallis et venerabilis Ancelmi , que scripte sunt ad quen- 
dam monachum anacboritam. - Incipit : « Residentem (?) 
«in cella cupit hostis vincere, bella armaque tranquilla 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 65 

« parât, ut sibi ritbmica » - 3° Beati Anselmi liber Cur 

Deus liomo. - 4° Exempla, sententiae et versiculi ad aedi- 
ficationem monachorum. — 5° Ad sanctissimum et bcatissi- 
muni dominum Paul una sccundum pontificem maximum 
liber incipit dictus Spéculum humane vite , quia in eo 
cuncti mortales, in quovis luerint statu vel ofïicio spirituali 
aut temporali, speculabuntur ejus artis et vite prospéra et 
adversa, ac recte vivendi documenta, a Rodcrico Zamorensi 
et postea Galagaritano hispano ejusdem sanctitatis, in castro 
suo Sancti Angeli castellano. - 6° Adoracio b. Jberonimi de 
Christi corpore, scripta per Eusebium ad Damasum, Por- 
luensem episcopum. — - xv e siècle. 

Marqué : « Sancti démentis 1761. » Longues lignes. i° A la fin : « Explicit 
«Diela salulis in gallico; peractum est per memetipsum fratrem Johannem 
■ Perrini istud opusculum 26 mensis may anno Doinini î /; c j 2 . » - 2 Cette 
préface contient i3 vers. La première partie de l'ouvrage est désignée par la 
rubrique : « Incipit prima pars compunctionis exoptativa. » A la fin : « Per 
«fratrem Johannem Perrini, domus Sancte Tiinilatis Metensis coadjutorem, 
« raptum cursorie, anno intranle etatis sue L°. » — 5° A la fin : • Finit féliciter 
• liber excellentissimus Spéculum humane vite nuncupatus, scriptus per manus 
« fratris Joh. Perrini, domus S. Trin. Met. ministri, anno Domini m.cccc.iiij". 
«xvi, die vero xv mensis aprilis, anno vero sue adminislracionis primo, eta- 
« tis sue anno lij°. p 

N° 149. In-quarto sur papier. - (Recueil.) - i° Liber dictus Elu- 
cidarium. — Incipit : « Sepius rogatus a condiscipulis. » - 
i° Summa de vitiis et virtutibus. -Incipit : «Incipit Summa 
« de baptismo et ejus elîectu et de aliis sacramentis et casi- 
« bus baptismi. » — 3° Dialogus de Sacris ecclesiae. — Incipit : 
« Quare Septuagesima celebratur? » - k° Incipit Summa peni- 
tencie, in qua continentur ea que instituuntur ad cognos- 
cendum peccata et quomodo confiteamur. — Incipit : « Sine 
« gratia gratum. » - 5° Excerptœ ex prophetis Sententiae. - 



M AN. DES BIBL. 



66 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

6°Incipit Officium totius sacramenti, vel Spéculum Ecclesie, 
quod idem est, ab Llugone cardinale compositum. - Incipit : 
« Dirit enim apostolus. » - 7 Incipit Liber creaturarum sive 
dehomine, compositus a reverendo magistro Raymundo Se- 
bende, in artibus et in medicina et in sacra pagina cgregio 
professore, régente in aima universitate Tbolosana. -Incipit : 
« Ad laudem et gloriam altissime Trinitatis. » — xv e siècle. 

De Saint-Arnoul. — Deux colonnes. Ecriture italienne renouvelée. 1° A la 
fin : « Johannes Dich hune librum scripsit m.cxcc.xlj, qui cum Christo vivere 
« possil. » — 7 Man'que la fin. 

N° J 50. In-quarto sur papier. - (Recueil ) - i° Lxpositio pas- 
sionis D. N. Jesu Christi. — 2 Spéculum Ecclesiae abbre- 
viatum. - Incipit : «Quia animarum cura ad viros eccle- 
« siasticos pertinens. » - 3° Hugonis de Sancto Victore 
Sacramentalc. - Incipit : «Lucifer princeps tenebrarum. » 
- 4° Sequitur liber de Foro consciencie. - Incipit : « Librum 
« michi scribat ipse. » — 5° Incipit liber de Tribus dietis pa- 
radisi. — Incipit : « Ibimus viam trium dierum. » - 6° Inci- 
pit Spéculum ecclesie Hugonis de Sancto Victore. — Incipit : 
« Dicit apostolus. » - 7 Multa bona extracta de multis bonis 
libris. - Incipit : « Salvos nos fac, Domine. » - 8° Statuta a 
Rerlrando de Turre, episcopo Tullensi, édita anno Domini 



De la cathédrale de Metz. — Marqué sur la première page : « Guillelmus 
« Johannis Mali Capitis » autour d'un médaillon gouache. En tête du volume est 
une brochure imprimée sous cet intitulé : « Dominici Bollani , artium et phi- 
« losophie doctoris, fi lii magnifici domini Candiani, in questionem de concep 
>' tione gloriosissime Virginis Marie prohemium. » El à la fin de cet ouvrage 
est écrit en cursive gothique : 

Bis sexcentenis cetitenus et octuagenu.s 
Insuper octavus currebal temporis annus, 
Quo, matrem vite dehonestantes, Jacobite 
Turbabanl publiée studium tunr Parisiense. 



BIBLIOTHEQUE DE METZ 67 

i° Manque le commencement. Les premiers mois sont : « Videle si est doloi 
«similis sicut dolor meus, etc.» Cette exposition est faite sur un texte fran- 
çais, dont on trouve des fragments de distance en dislance, \oici la première 
citation : 

Oncquea créature ne l'ut remplie 
De si grandes dolours come Marie : 
Car auiourd'ui <'lle perl le fruicl 
Où dit' avait tout son déduit. 

N° 1 51 . In-quarto sur papier. — Corpus logicae in quo continen- 

tur : i° Isngoge Porphyrii ad categorias Aristolelis. - r >.° Li- 

ber predicamentorum Aristotelis. — 3° Liber periermenias. 

- l\° Liber priorum. - 5° Liber posteriorum, - 6° Liber 

topicorum. - 7 Liber elenchorum. — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz.- Livre d'école, écriture très -négligée. A la lin des 
Praedicamenta, on lit: « Expl cit liber predicamentorum Aristotilis, scriptus per 

■ me Johannem Ery, Quitus die Sabati hora prima et prima Februarii, an no 
« Domini mil°.cccc.lxxj , in vigilia purificacionis genitricis Dei Marie. » 

152. in-quarto sur papier. - (Recueil.) - i° Incipit libellus 
de Doctrinà proficiendi ad honorem el gloriam cruçifixi. - 
Incipit : « Suscipe vivendi doctrinam proficiendi. » - 2 Ex- 
positiones et correctiones vocabulorum libri qui appellatur 
Mamotrectus tam biblie quam aliorum plurimorum libro- 
ium. — 3° Incipit Summa tbeologice veritalis. - Incipit pro- 
logus : « Veritatis tbeologice sublimitas. » - 4° Modus bene 
moriendi. - Incipit : « Quamvis secundum propbetam. » - 
5" De Coloribus quibus utitur ecclesia in ornamentis. - 
ri" De Arte bene moriendi libellus valde elïicax. - Incipit : 
« Cum de presentis exilii miseria. » - 7 Spéculum peccato- 
ris, a beato Gregorio papa compilatum. -Incipit : « Quonian; 
« carissimi in via. » - 8° Sequilur tractatus super tribus Eu- 
vangeliicanticis,editus a reverendissimo in Christo pâtre do- 
mino Petro cardinali Cameracensi. - Incipit : « Summe Tri- 



9- 



68 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« nitatis auxilio. » - 9 Tractatns de duodecim honoribus 
beatissimi Joseph, a domino P. cardinali Cameracensi editus. 

- io° Excerpta e S. Bernardo et Alano Insulensi. — 

XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. — Deux colonnes. - i° Une page de préceptes en 
vers, suivie d'une exposition sous ce titre : « Quod semper homo débet bene 
* facere, etiam si sit extra carilatem , et de utilitatibus bonorum qui fuerint in 
« peccalo mortali. » - 2° Manque la première page et par conséquent le pro- 
logue annoncé dans la table des matières : « prologus autoris in Mamotrectum. » 
L'ouvrage forme deux livres. Le premier traite des livres saints; le second, de 
la grammaire, des vies des Saints et des cérémonies du culte. Le dernier cha- 
pitre est intitulé : « Super declaracione régule fratrum Minorum. » 

N° 153. In-quarto carré sur papier. - (Recueil.) - i°Incipit Spé- 
culum anime magistri Heinrici de Hassia. — Incipit : « Anima 
«mea, novi quod.».— 2 Incipit Epistola S. Jlieronimi ad 
Elyodorum. - 3° Proverbia antiquorum patrum. — Incipit : 
«In potentem cito cadit invidia. » - 4° Incipit Sermo beati 
Johannis Crisostomi de Penitencia. - 5° Leclura super libro 
Sapientiœ. « Liber Sapiencie aput Hebreos nusquam est 
« unum. » — xv e siècle. 

Marqué : « Codex monasterii'Sancti Mauricii in Thologïo. » — Longues lignes. 
— 5° Volumineux commentaire dont manque la fin. Il en reste 18 chapitres, 
entre lesquels sont distribuées 97 leçons. 

Î54. In-quarto sur papier. — Incipit lieber [sic) cujus finis est 
amare sciencias et virilités, Sopliilogium vocatus, editus a 
fratre Jacobo Magni, ordinis Heremitarum Beati Augustini. 

- Incipit : « Illustrissimi principis régis Francorum devotis- 
« simo confessori domno Michaeli, etc. episcopo Autissiodo- 
« rensi, etc. » — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Jo. Chardalli, cantor ecclesie Metensis. » 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 69 

- Longues lignes. A la (in : « Explicit liber qui Sophilogium appellalur, anno 
« Domini millesimo quadringentesimo sexagesiino quarto. » 

N° 155. In-quarto sur papier. - (Recueil.) - i° Sermones de 
Evangeliis Doininicalibus, cum prologo. — Incipit : « Jorda- 
« nus ripas alvei sui , etc. . . lntendens ergo, Christo duce, 
«etc. . . ad exponendum sequencias Evangeliorum domini- 
« calium, prout leguntur in ecclesia, stilum arripere, etc . . . » 
- 2° Expositio preceptorum Henrici de Bri maria, doctoris 
eximii ordinis Heremitarum. - Incipit : « Audi, Israhel, pre- 
« cepta Dornini. » - 3° Liber de Consolatione theologiœ. - 
Incipit prologus : «Quoniam, secundum Apostolum, que- 
n cumque scripta sunt. » — xv e siècle. 

Marqué sur la reliure : « Theoberl cTHanie abbas in Toleg. » — 1° Divisé en deux 
livres. A la fin du dernier on lit : « Expliciunt Poslille lu'emales Jordani, per 
« inanus Seyinonis de Damnie scripte et complète anno Domini m.cccc.xlv, 
» feria tercia post Jacobi apostoli [sic], hora quasi prima, de quarum comple- 
■ cione Detis sit benedictus, qui régnât in evum trinus et unus. » Suivent quatre 
autres sermons, à la fin desquels on lit cette rubrique : « Expl. quatuor Evan- 
«gelia,scil. de sancto Stepbano, de sancto Johanne, de Innocentibus et de vi- 
« gilia Epyphanie, ex poslillis Alberti de Padua. » — 3° Divisé en cinquante-deux 
livres ou consolations, la première sous ce titre : « Primus liber continet con- 
« solacionum remédia oportuna contra lurbativa hominis que opponuntur 
« mundane felicitati. » 

156. Petit in-folio sur papier. - (Recueil.) - i° Postille fratris 
Nicolai de Lyra super quatuor Evangeliis. - Incipit: «Qua- 
« tuor faciès uni. » - 2° Textus Evangeliorum cum prœfatio- 
nibus Hieronyrai. — Fin du xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. Marqué en gothique A. T. M. - Deux colonnes, 
écriture très-négligée. — i° A la fin du premier commentaire, qui est celui sur 
saint Matthieu, on lit : « Explicit Postilla super Matheum, édita a fratre Ny- 
« cholao de Lyra, ordinis fratrum Minorum, sacre théologie doctore. » 

157. In-quarto sur vélin. - (Recueil.) - i° Incipit libellus 



70 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Raniredi de jure canonico. — Incipit : «Super actionibus 
«omnibus compositi. » - 2° Su m ma super titulis Décréta- 
Hum. - Incipit: « Formavit Deus hominem ad ymaginem. » 

— 3° Summa Reimundi dematrimoniis.- Incipit : « Quoniam 
«fréquenter in Joro penitentiali. » — Fin du xm c , siècle. 

De la cathédrale de Melz. — Deux colonnes. Ecriture très-fine. — i° A la fin 
du traité et de la même écriture : « Hugo de Virulich. » Suivent, d'une main 
contemporaine, quelques questions de droit débattues entre deux interlocuteurs, 
dont l'un est dénommé Acior et l'autre Reus. Six colonnes. 

N° 158. In-quarto épais sur papier. - Distinctiones super rubri- 
cis juris canonici. - Incipit : « Rubrica de Usuris. Circa 
« ipsam rubricam premitte quod usura est lucrum. » — 

XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « H. Mathie me possidet. » - Longues 
lignes. Cahiers d'un cours de droit canon. 

159. In-quarto carré sur papier. — Summa casuum a fratre 
Bartbolomaeo Pisano digesta secundum ordinem alphabeti. 

- Incipit : « Quoniam, ut ait Gregorius, etc. . . . ideo a pluri- 
«bus nostri Predicatorum ordinis fratribus, etc. . . requi- 
« situs ut opus conderem in quo de casibus, etc. . . » — 

XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « 11. Mathie. » Et au-dessous : « Pisanella : 
«precio v ducatorum est michi impignoralus hic liber per Desiderium Mala- 
« zerii. » — Deux colonnes. Écriture ilalienne. 

160. In-quarto sur papier. - Summa casuum a fratre Bartbo- 
lomaeo, etc. — XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Natalis, » et de la main du copiste : « Ja- 
« cobus de Palude. » - Longues lignes. Écriture cursive. A la fin de l'ouvrage : 
« Explicit Summa de casibus consciencie secundum compilacionem fratris Bar- 
<• iholini de Pisis, ordinis Predicatorum. Dco gratias. « 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 7 1 

N° 161. In-quarto sur vélin. - Gregorii IX Decretalos, cuni Ap- 
paratu incipienle : « In hujus lihri principio quinque sunt 
« prccipue prenolanda. » — Fin du xin c siècle. 

Sans marque de provenance. Signe : « Iste liber pertinet Nirolao Dex. » - 
Deux colonnes. La glose dans les marges. Sur le dedans de la couverture, plu - 
sieurs notes relatives à la biographie de Nicole Dex, qui était d'une famille 
consulaire de Metz : « Anno Domini m.ccccxxxi, dominica Judica, inlravi lle- 
» delbergam, in qua perseveravi quatuor annis continue et complète, et equi- 
» tavi cum domina Brabantie, alias de Lucenburgo, que tune equilabat ad Sigis- 
« munduuj imperatorem. -Anno Domini m.gcccxxxvi, diesexla decembris.etc. 

recessi de Métis ad euudum ad Hedelbergam, in (jua veni in die lune sequenti, 

domicellus Jacobus de Benestord' me duxit usque ad Luteram. — Anno 

"Domini m.cccc.xxxvii., xv. die octobris, recessi de Hedelberga descendendo 

t\enum ad Coloniam, ad quainveni ipso die bb. Symoniset Jude aposlolorum . 
«et de eadem recessi die vu. septembris. Anno Domini u.cccc.xxwin, oclava 
«die octobris, etc. intravi Papyam. Anno domini m ccccxl, die oclava apri- 
«lis, etc. exivi Papiam, et in octava die sequenti intravi Bononiam , et in lune 
« sequenti exivi Bononia ad eundum Florenciam, ad quam inlravi diemercurii 
« sequenti, in qua eciam tune erat Eugenius papa cum sua curia seu consilio, 
« ubi recepi pecunias meas, quas pater meus predictus tradiderat domno Ja- 
« cobo Bodulphi de Ponte, decano Tulensi , tune clcrico collegii cardinalium, 
« et pecuniis meis receptis recessi a Florencia die lune sequenti, et reveni iterum 
«Bononiam causa studii, quam intravi die mercurii sequenti. Anno domini 
« M.cccc.xxw, circa festum nativ. Dom. fuit mihi colaia thesauraria Metensis a 
« dominis meis capitnlaribus , et prius fueram canonicus benc septem annis, 
«qui etiani mihi contulerunt prebendam. Anno Domini m.ccccxxxix., Fili- 
« pus Dex 1 , frater meus junior, recessit a me de Papia in die mercurii ante 
«dominicain Letare, ad eundum ad terrain sanctam, et duxit sectun Col- 
» lignon Bechay, et me, adfuerunt in Papia per vi dies; et revertebatur, Deo 
« fa vente, sanus et incolumis, cum famulo suo, iterum juxta me in Papia die 
« veneris xvm. februarii (m.ccccxl.), ita quod vix deficiunt 3 hebdomade 
« quin fuit per annum absens; sed dixit quod non solum l'ecit viagium, sed 
«eciam lïiit in pluribus aliis terris, puta in Alexandria, (Jandia, etc. et in 
« reversione fuit mecuin in Papia vm diebus, et in octava sequenti recessit a 
« Papia, et conduxi ipsum usque ad Mediolanum, etc. etc. « 

' Maître échevin de Melz en i '161 et 1 470. 



72 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 3 62. Petit in-quarto sur papier et vélin entremêlés- i°Summae 
Decretalium. — Incipit, dempto folio î. volum. : minier cele- 
« ras. Ex disjunctive narratur. » - Desinit : «Indignum. Pro 
« spiritualibus homagium non prestatur. Et sic finis. » - 
2° Distinctiones super Decretalibus. — Incipit : « Probacio 
« signorum, sigilloruin et notariorum. » — Desinit : « In divi- 
« sione hereditatis, etc. » — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Jo. Herbilloin et Aegidius Urbain , can- 
« tor Melensis. » - Longues lignes. Ecriture renouvelée italienne. Au commen- 
cement une table sous cette rubrique : «Tabula rubricarum primi libri sum- 
« maruin Decretalium « 

163. Petit in-quarto sur vélin. - (Recueil.) - i° Incipit Ordi- 
narius Tancreti. — Incipit : « Assiduis postulationibus me, 
o socii mei karissimi , jamdudum inducere studuistis. » 
- 2° Rubricœ totius juris civilis. - Incipit : « Incipit 
« liber 1. veteris Digesti de justicia et jure. » - 3° Apparatus 
super duobus libris prioribus Decretalium. - Incipit : 
« Rex pacifiais. Premissa salutatione. » — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Jo. Herbilloin et Aath. de Vico. » — Deux 
colonnes. - 2° Neuf pages sur trois colonnes. A la fin : « Expliciunt rubrice 
« omnium librorum legum. » - Voici les premières lignes de l'ouvrage de 
Tancré : «Incipit Ordinarius Tancreti. Assiduis postulationibus me, socii mei 
« karissimi, jamdudum inducere studuistis ut ordinis judiciarii lihellum, quo 
« actor ad agendum, reus ad defendendum et judex ad causam examinandam 
« et dilfiniendam instruivaleant, vestre componerem caritati. Desideriis autem 
« ves.tris satisfacere cupiens, rem michi arduam, sed vobis et ceteris fruc- 
« tuosam, agrediar, quam primo Ricardus Anglicus, ad instar cujusdam corri- 
« pilationis, leges etcanones sub certis paragraphis inducendo, et pro utraque 
« parte etsingulis articulis allegando, tractavit. Postmodum Pillius Modicensis , 
« legista et doctor egregius civili ordine, paucos tamen canones inducendo, ad 
« modum summe scribendo perfecit, quem pro sui sapiencia et doctrina in plu- 
« ribus imitari dispono, in hiis precipse casibus quibus secundum jus civile 
« est in foro ecclesiastico procedendum , et ubi leges saci is canonibus non repu- 
«gnant; in ceteris vero sacros canones secularibus legibus preferendo , quod 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 73 

« poscitis second uni statuta canonum adiuiplere curabo. Invocato ergo Domine 
• . Doniini Nostri Ihesu Cbristi, eju.sque suflragio postulato, ad premissum 
« tractatum accedo. » 

N° 164. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Casus brèves 
Décrétai iu m. - Incipit : «De conslitnlionibus. Canonum sta- 
« tuta. » - -2°Lectura doinni Jo. Andrée super Arborem (afïi- 
nitatis). - 3° Casus brèves super Sexto Decretaliuin. - 
[\° Summa rubricarum totius juris canonici et civilis. — 

XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Signé : * Hugo Mathie de Halerisaye, » et de la 
même main, sur le premier feuillet de garde : « Anno a Nalivitate Domini 
« m. cccc. lxxxiv, die v. julii, habuit Rarolus Dei gracia Francorum rex introi- 
» tum Parisius, benignissimeque receptus est ab populo de civitate, tam scola- 
« ribus iu universitate existentibus quam burgensibus, cepilque idem rex pos- 
« sessionem universe sue terre. » - Longues lignes. Ecriture négligée cursive, 
de plusieurs mains. 

165. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Incipiunt Ca- 
sus summarii quinque librorum Decretalium. - Incipit : 
« Quia gaudent brevitate moderni. » - 2° Summa super Sexto 
Decretalium. — Incipit : « Bonifacins episcopus. In hoc prohe- 
« mio seu presenti epistola. » - 3° Incipiunt casus Clementi- 
narum. - Incipit : «Johannes, etc. Primo salutat doctores. » - 
4° Hic incipit Decretum abbreviatum. - Incipit : « Circa ma- 
« teriam Decreti, quod a magistro Graciano monacho anno 
« a Nativitate Domini millesimo centesimo lj° est composi- 
«tum.» - 5° Incipit tractatus de Arbitris et arbitratoribus 
Bartholi, legum doctoris. - 6° Sequuntur certe Auctoritates 
juris civilis secundum ordinem alphabeti. - Incipit : « Ars 
« est de infinitis. » — xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. Signé : * H. Mathie me possidet. » - Longues 
lignes. Ecriture demi-cursive. 



MAN. DKS BIBI.. V. 



74 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° î 66. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Modus legendi 
libros juris canonici. - Incipit : « Illi qui ignorant raodum 
«legendi. » - i° Sequuntur Diffiniciones librorum Decreta- 
lium. - 3° Versus super Decreto. - Incipit : « Prima quid 
« humanum jus divinumque vocatur. » - l\° Incipiunt Decla- 
raciones vocabulorum librorum Decretalium, saltem de ti- 
tulis. Et primo primi libri. - Incipit : «Constitucio est jus 
« humanum. » - 5° Tractatuîus de Ordine judiciorum. -In- 
cipit: « Antequam diceturdej:>rocessu judicii. » — xv e siècle. 

De la cathédrale de Melz. Signé : « Hugo Mathie. » - Ecriture cursive très- 
négligée; livre d'école. 

167. Petit in-quarto sur vélin. — Incipit prima parsConsuetu- 
dinum ordinis Carthusiensis, de divinoofïïcio uno eodemque 
modo ab omnibus celebrando, etc. etc. Primum capit. hanc 
liabet continenliam ut divinum offitium per omnes domos 
uno ritu celebretur. - Desinit : « Explicit tertia pars nova- 
« rum constitucionum ordinis Carthusiensis. » — xv e siècle. 

Marqué : « Volumen istud spectat ad fratres Carlhusienses in villa Rutile 
« domniSancti Sixti martyris, quibus servetur incorruptum. «-Longues lignes. 
Grosse écriture de forme. L' explicit est suivi de cette dale, également au ver- 
millon : « Anno Domini millesimo quadringentesimo septuagesimo quarto, in 
« vigilia sancle Margarete patrone nostre. Deo gratias. » 

168. Petit in-quarto sur vélin. (Recueil.) - i u Summa de vi- 
tiis. - 2° Incipit Summa introductoria super officio advoca- 
cionis in foro ecclesiastico a Bonavincta Judice. - Incipit : 
« Cum advocacionis officium utile. » - 3° Hic incipiunt Dic- 
lamina magistri Guidonis, que celesti oraculo édita sunt, 
om.ni materia suavitatis odorem exil)ent(ia) litteratis. - Inci- 
pit : « De fdio ad parentes. Reverendis parentibus. » - 4° Ali - 
quot sermones de festis sanctorum. — xiv e siècle. 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 75 

De la cathédrale de Metz. — Diverses écritures. — i° Manque le commence- 
ment. Finit au chapitre De Luxuria, par ces mots : « liée débet dicere pecca- 
« lor. » - 3° A la lin : « Hic liber est scriptus, qui scripsit sit henedictus. Explicil 
■ Summa magistri Guidonis Cape.» Suivent quelques formules épistolaires 
écrites en cursive. — /i° Sans commencement ni fin. La première rubrique : 
« De conversione beau Pauli apostoli. Ipso anno quo passus est, etc. » 

j\° 109. Petit in-quaiio sur vélin. - i° Bulla Pauli papae data 
anno m. cccc. lxvii. quarto nouas februarii, de pace inter 
principes Cliristianos ineunda. - 2° Tractatalus de Regulis 
sapientiae et doctrina?. - Incipit : « Ut ad scienciam per 
« grammaticam que scire possimus. » - 3° Tracta tul us gram- 
maticœ. - Incipit : « Nota quod verbum est pars oracionis 
« declinabilis. » - 4° Alanus de Parabolis. - Incipit : «A 
«phcbo phebe lumen capit, a sapiente. » - 5° Carmen dic- 
tum Vetula, faho adscriptum Ovidio. — incipit : « Rustica de- 
« flenti parvo furaverat olim. » — 6° Carmen dictum Peniteas. 
- Incipit : «Peniteas cito peccator cum sit miserator. » - 
7°Ovidius de Remedio amoris. - 8° Carmen de Tobia. - In- 
cipit : «Ex agro veteri virtutum semina morum. » — 9 Mo- 
nosticha de quibusvis rébus, cum glossis latino-gallicis. - 
io° Modus vacandi et acceptandi bénéficia. - 1 1° lncipiunt 
quedam capitula de libro omnium rerum. Et primo tractât 
de carne. — xv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Diverses écritures. - 3° Les verbes y sont ac- 
compagnés de leur interprétation en français : « Emo, is, i, emptum, pour 
«achaler; vendo, is, vendidi , venditum, pour vendre, etc. » Signé à la fin : 
« J. Doliatoris. » - 5° Sur l'auteur du poème de Vetula, voy. Cocheris, La Vieille 
ou les dernières amours d'Ovide. Paris, i85o,; petit in-octavo. - 6° A la fin : 
« Explicit peniteas. » 6 pages. - 8° On lit ces vers dans le prologue : 

Ut sacra Jheronimi tradil translacio prosam , 

Qualicunque métro Vindociiiensis arat. 
Ecclesie Turonensis apex , ovium specutator 

Et spéculum, presul Barlholomee, fave. 



76 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

- 9 Commence ainsi : «Olla, patella, tripes, coclear, lanx, fuscina, cratris. 
« Nominativo hec olla, olle, gallice buire. Hec patella, le, gall. paelle. Hic. et hec 
« et hoc tripes est omne illud quod habet très pedes. Hoc coclear, aris, gall. 
« cuillier. Hec lanx, lancis , est quedam magna scutella, unde : Cui lanx longinca 
« sunt il 1 i dampna propinqua. Hec fussina, hec croclescina [sic] vel lignipe- 
«dium, çall. cramaille de bos, vel smocitrostoriurn. Hec cratris vel craticula, 
« gall. greis; allatorium gallice rotier. » 1 1 pages; mais l'interprétation des mots 
en français n'est pas poursuivie jusqu'à la fin. Le dernier vers : 

Allux, articulas, catx, talus, crus, tuba, pollex. 
Au-dessous : « Explicit Alexander Nequam. » 

N° 170. Petit in-folio sur vélin. - Incipit Tractatus moralis de 
virtutibus. — Incipit : « Cum circa utilia studere debeamus. » 

— XIV e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes. La dernière rubrique : « De pa- 
« tien lia persecutionum. » 

171. In-folio sur papier. — Tractatus de viliis et virtutibus. — 
Incipit : « cleo narrant. Vide ergo ne hoc salubriter. » 

- Desinit : « Ordo est parium dispariumque rerum sua 
« cuique loco tribuens disposicio, etc. » — xv e siècle. 

De Saint-Arnoul. - Longues lignes. Ecriture italienne réformée. Manquent 
le commencement et la fin. 

172. In-folio sur papier. (Recueil.) - i° Incipit Spéculum re- 
giminis super Ethicam Catbonis, Philippi Bergamensis. - 
Incipit : « Omne quodcunque facitis in verbo aut opère, om- 
« nia in nomine Domini. » - i° Tabula hystoriarum Biblie 
distincta per alpbabetum. - Incipit : « Abstinencia est meriti 
« augmentativa. » - Desinit : a Z élus indiscretus est qui pro- 
« cedit, etc. » — xv e siècle. 

Sans marque ni indication de provenance. - i° Sur papier. Longues lignes. 
L'ouvrage commence par une longue table analytique des matières contenues 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 77 

dans le Spéculum. Suit une dédicace de Philippe de Bergame à François de 
Carare, gouverneur de Padoue, - 2° Sur vélin; écriture plus ancienne que 
celle du précédent ouvrage. 

N° 173. In-folio sur papier. (Recueil.) - i° Liber qui intitulatur 
Expositio Gerakli de Solo super nonum Almasoris. - Inci- 
pit : « Volens Deus projeter immensitatem sue bonitatis. » - 
2° Antidotarius magistri Arnaldi de Villa Nova. - Incipit : 
« Lamentabatur Ypocrates eo quod. » - 3° Incipit libellus 
regiminis Arnaldi de Confortatione visus, secundum sex res 
non notabiles. - Incipit : « Quoniam natura multipliciter 
subjecta est. » — 4° Incipit libellus de conferentibus et no- 
centibus principibus membris corporis Aînaldi de Villa 
Nova. - Incipit : « Et est sciendum breviter quod lac. » - 
5° Incipit tabula magistri Alnaldi de Villa Nova. -Incipit : 
« Cum Ypocras more sapientis. » — 6° Libellus de conversa- 
tione medicorum. - Incipit : « Venerabilis magister videns 
« necessitatem et desiderium practicorum. » — 7 Epistola 
missa domino régi Francorum per magistrum Alnaldum de 
Villa Nova. — Incipit : « Cum ad locum unde ilumina exeunt. » 
- 8° ïractatus de redargutione illorum qui repreliendunt 
Garturiensem super administratione carnium, in mortis ar- 
ticulo, editus per magistrum Alnardum de Villa Nova. - In- 
cipit : « Adversum me loquebantur. » - 9 Epistola missa 
fratribus Predicatoribus qui sunt Parisius per m. Arnal- 
dum , etc. — Incipit : « Salus et pax vobis. » — 1 o° Ejusdem 
Epistola fratribus Predicatoribus Montis Pessulani. - Inci- 
pit : « Artificis eterni magnalia. » — 1 1° Ejusdem Epistola fra- 
tribus Minoribus Montis Pessulani. - Incipit : « Quamvis re- 
« rum opifex. » - 12 Ejusdem Epistola conventui Sancti 
Victoris. - Incipit : « Splendor immaculate religionis. » — 

XIV e SIÈCLE. 



78 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

De la cathédrale de Metz.- Deux colonnes. Ecriture cursive. - i° Se termine 
ainsi : «Et finitur liber iste qui intitulatur expositio, etc. Finitus est scriplus 
« die xxix. mensis aprilis, anno M. ccc. nonagesinio 2. » - 8° « Explicit tracta 
« tus, etc. Finilus die penultima novembris anni nonagesimi quarti. » 

N° 174. Petit in-folio sur vélin. (Recueil.) — i° Commentarius 
super Prognosticis Hippocratis. — Incipit : « Nova iranslatio 
« in Proaostica. Omnis qui medicine artis studio. » - Incipit 
Commentarius : « Manifestum est quod Ypocrates non uti- 
« tur. » — 2 Incipiunt Aphorismi Ypocratis cum commento 
Galieni. - Incipit : « Prefatio domni Constantin i Affricani 
« montis Cassianensis ad Glaucionem discipulum suum. » — 
3° Commentarius super regimine aculorum. — Incipit : 
«Non solum cum scripserunt rememoratores .... » (cum 
duplici translatione libri Hippocratici). — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Deux colonnes. 

175. Petit in-folio sur vélin. — Tiactatus de arte medica. - In- 
cipit : « De divisione medicine. Medicine divisio multiplex 

« est secundum medicos. » - Desinit : «Quod oporteat intel- 
«ligi, unde salus vel mors inf possit. » — xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Deux colonnes. L'ouvrage est divisé en dix 
livres. A la fin : « Deo gratias. Amen. Finito libro sit laus et gloria Christo. » 

176. In-folio sur papier. (Recueil.) - i° Incipit Ars probatis- 
sima de cura oculorum, composita a Benevenuto Grapheo 
de Iherusalem. — Incipit : «Adjutores omnes audiant. » — 
2 Tertius tractatus Alcoati de Egritudinibus oculorum. - 
Incipit : « Nuperius viso primo tractatu. » - 3° Incipit Com- 
pendium Lainfranci Mediolanensis de cyrurgia. - Incipit : 
«Intendens, venerabilis amice Bernarde, componere li- 
«brum. » - 4° Practica cyrurgie magistri Jobannis Beris. — 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 79 

Incipit : « Primo ad conficiendum unguenta et emplastra. » 

- 5° Incipit Cyrurgiamagistri Johannis deHcrbipoli, quam 
dédit mihi et manu propria scripsit in Treveri anno, etc. 
octuagesimo primo. -Incipit : « Instrumenta. Der eyn recliter 
« Wundt-Artzet. » - 6° Hy fenckt aen der yrste Tractaet und 
lielt zvva Doctrinen. Doclrina prima van Anathomen d. eyn- 
veldich leder und helt V. Capittel. - Incipit : « Galienus 
spricht ym xviij Boech de Utilitate particulari. » — xv c siècle. 

De l'abbaye de Tholey. - Deux colonnes. 

N° 177. In-folio sur vélin. (Recueil.) - i° Incipiunt Ysagoge 
Johannisii Alexandrini ad Tegni Galiani. - Incipit : « Médi- 
te cina in duas partes, in theoricam et practicam. » - 

2° Incipit. liber urinarum Theophili. - Incipit : « De urina- 
« rum doctrina negocium. » — 3° Liber Pbilareti de pulsi- 
hus. - Incipit : « Intencionem habemus in presenti conscrip- 
« tione. » - 4° Reccapitulaciones amphorismorum incipiunt. 

- Incipit : « Vita brevis ars longa. » - 5° Commentarius su- 
per Arte parva Galieni. — Incipit : « Intendimus edere sermo- 
« nem exponentem id quod clausum est de sermone G. in 
« libro suo qui nominatur ars parva. » - 6° Apborismi Hip- 
pocratis cum apparatu Galieni. - Incipit : «G. Plurimi in- 
« terpretes hujus libri. » - 7 Tractatus secundus expositio- 
nis Galieni in libro Ypocratis de prognosticatione. - Incipit : 
« Y. Ydrops quidem qui sit, etc. etc. G. In principio quidem 
« hujus libri dixit. » - 8° Incipit tractatus tertius libri expo- 
sicionis G. super librum prognoslicorum Ypocratis. - Inci- 
pit : «Y. In febribus, etc. etc. G. Vos jam acquisivistis, etc. » 

- XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - En mauvais ctat. Écriture italienne sur deux 
colonnes. - i° A la fin : « Explicit liber Johannicii de theorica. Amen. » - 



80 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

k° Deux pages écrites sur quatre colonnes. - 6°, 7 et 8° forment un seul 
corps d'ouvrage, mais qui n'a pas de titre général au commencement. La ru- 
brique initiale du huitième traité est corrigée par ïexplicil, ainsi conçu : « Fi- 
nitur liber de dieta acutarum egritudinum. » 

N° 178. In-folio sur papier de coton. (Recueil.) - i° Tractatus 
de arte medica. - Desinit : « Cum de ejus proprietate sic ad 
« exteriora moneri. Explicit. » - i° Incipit liber G. de Ma- 
ralmo [sic) translatus a Nicholao de Regio. - Incipit : « Ma- 
il ralmus est viventis corporis. » - 3° Incipit liber de virtu- 
tibus cibariorum. Dicit G. quod corpora hominum. - 
4° Liber G. de inequali discrasia, translatus a Nicholao de 
Regio de greco in latinum. — 5° Tractatus de virlutibus et 
usu plantarum. — Incipit : « Circa instans negocium de sim- 
« plicibus medicinis. » — 6° Tractatus Galieni de Crisi. — In- 
cipit : « Ego non intendo. >> - 7 Regimen conservande sani- 
tatis, factum a magistro Arnaldo de Nova Villa. — 8° Carmen 
de medicina. — Incipit : « Nil capiti facias aries cum luna re- 
« fulget Lunari nimias et balnea tutius intres. » - 9 Liber 
sive practica, qui est editus per Bernardum de Concordio 
magistrum in medicina in studio Montis Pessulani et ab 
eodem intitulatus est Lilium medicine. - Incipit : « Operatio 
« medicine in tribus consistit. » — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes. Ecriture cursive très-line. - 
3° «Explicit liber G. de virtutibus, etc. translatus per magistrum Ancrasum 
« Pystoiensem apud Bononiam anno Domini m. ce. Deo gracias. » 

179. In-lolio carré sur vélin. — Isidori Hispalensis liber Ety- 
mologiarum. - Incipit, dempto capite voluminis : « Dactili- 
« cum sic et alia a suis pedibus. » (Lib. I, cap. xxiv). — 

X e SIÈCLE. 

De Saint-Arnoul. - Magnifique exemplaire , écrit à longues lignes. Le der- 
nier cahier du manuscrit a été attaché au commencement de l'ouvrage par une 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 81 

inadvertance du relieur. L'ouvrage se termine par cette souscription latine, 
que le copiste a tracée en caractères grecs : «Yrx X&pvy. AAËptxos e6 Exxa 
ivacrepvvT tfiispi' xvt XeytO, wpai ■xspw AprivyOpico xpinlœps, xt Ssvfx tv cofjLviëyç 
(xënaO aSivQwpeyL. » 

N° 180. In-folio sur papier et sur vélin. (Recueil.) - i° Liber 
dictas peccatorurn consola tio, ad modum processus civilis 
inter sanctos et deemones deducti. - 2° Ordo judiciarius 
domini Johannis Andrée. - Incipit : «Antequam dicam de 
• « processu indien. » - 3° Disputatio Salomonis et Marcolfi. 
- Incipit : « Cum sederet rex Salomon super solium David, 
« patris sui, vidit quemdam turpissimum hominem, nomine 

« Marcolfum , venientem de partibus » - Desinit : 

« S. Qui despicit parum non meretur habere multum. M. 
« Canisdespectus sine cena vaditpausari. n — [\° Incipit Vita, 
origo et obitus apostolorum et prophetarum quorumdam in 
sexta etate mundi. - Incipit : « Zachaiïas et Elizabeth inter- 
« pretantur. » — 5° Incipiunt Nomina prophetarum omnium, 
et interpretatio nominum eorum , et vita, et mores, et tem- 
pora, et genus, et acta uniuscujusque prophète secundum 
Ysidorum et Jeronimum. — 6° Causa generis humani de- 
iensa per beatam Virginem contra procura torem nequicie 
infernalis. - Incipit: «Nostis, fratres karissimi. » — 7 Liber 
Thimei Platonis. - Incipit : « Socrates in exortationibus suis 
« virtutem laudans. « — xv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Longues lignes. Belle écriture italienne. Grandes 
lettres en miniature. - i° Manque le premier feuillet. Voici la première ru- 
brique qu'on trouve au folio iij recto : « Universitas inferni constituit Belial 
« in procuratorem et sindicum. » L'avant-dernière : « Sentencia arbitrorum (Oc- 
« taviani, Ysaias, Aristotelis et Jeremia;). » La dernière : • Commendatio hujus 
« libri et data ejusdem una cum etate compilatoris. » Voici cette date : « Daluin 
• Adverse prope Neapolim, die penultima mensis Octobris, sexte indictionis, 
« anno Domini millesimo ccc m0 octuagesimo secundo, pontilicatus sanctissimi 
« in Christo patris et domini domini Urbani pape sexti anno v, et elatis mee 

MAN. DES BIBL. — V. il 



82 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« anno xxiij", que etas in homine seinper peccatrix habetur, etc. etc. Opusculum 
« istud inter eosdem (peccatores) nominetur Peccatorum consolatio, etc. » - 
« 6° A la fin : « ExpUcil liber qui Advocata nuncupatur. » 

N° 181. Petit in-folio épais sur papier. - F. Philippi Bergamen- 
sis Spéculum regiminis in Ethica Catonis. - Incipit : « Illus- 
« tris industrie ac grandis benivolentie speculo Francisco 
« novelligenito excelsi et magnifici dominimei singularissimi 
« Francisci de Cararia, Padue, etc. incliti gubernatoris et 
« ducis. » — XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « H. Matbie me possidel. » - Ecriture en cur- 
sive, à la fin du volume : « Finitus fuit et scriptus anno Doniini m. cccc. Ixxij, 
« ex scilicel libro ecclesie Virdunensis, sed corrigendus esset in pluribus, quia 
o et exemplar et exemplatum minus correcta sunt. » 

182. Petit in-folio sur papier. - Sancti Bernardi Epistolae. - 
Incipit : « Satis et plusquam satis sustinui, dilectissime fili 
« Roberte. » — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Jo. Herbilloin. » 

183. Petil in-folio mince sur vélin. -Incipiunt Epistole Senece 
ad Paulum. — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Liber Hermanni de Bure. » — Deux co- 
lonnes. Ecriture italienne. A la fin : «Expliciunt Epistole magne Senece ad 
« Lucillium numéro octoginta octo. Scriptor qui scripsit cum Christo vivere 
« possit. » 

184. Petit in-folio sur véliu. - Incipit Historia œcclesiastica 
Eusebii Cœsariensis, de greco in latinum a Rufino conversa. 

XI e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Jo. Herbilloin. » - Sur une seule ligne. 
Écriture serrée; très-beau manuscrit. Sur le recto du premier feuillet : 

In niultis libris qui nondum cognita queris, 
Hune tibi translatuni de greco suscipe libruni , 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 83 

Qui dans prctcriUc cognosccrc lemporc vila;, 

Sub brevitale refert qnod mundus in ordine defert. 

Est. . . . Kuscbius in frontem codicis bujiis, 

Qui, quamvis sauctus non est, per cuncta peritus 

Est ut ad indiciutn collalio facta librorum. 

Qua de re grecis non est conferrc latinis : 

Si minor est iilis major sapicntia nostris. 

Qua de rc grecis non est conferre latinis : 

Quod semper verum constat crebroquc probatum, 

Dum fidei verœ pugnas nituntur taire, 

Scd merilo rccidunt, quia non subsistere ])ossunt. 

A la fin du volume : «Qui hune libruni seripsit habeat per intercessionein 
■ S. Arnullî delictorum veniam. Ego Berlandus hunclaborem sumpsi, el peregi 
•i adjuvante Domino Nostro Jhesu Christo. Amen. » 

N° 185. Petit in-folio sur vélin. - Pauli Orosii Historia. — 

XI e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Longues lignes. Minuscule fine et soignée. Sur 
la i re page, au-dessus du titre rapporté ci-dessus, la rubrique : « Hec sententia 
« in septimo libro inserenda est ad istud signum +• » Suivent douze lignes de 
texte, commençant:» Annoaburbe conditamillesimocentesimo sexto decimo. » 
Sur les trois derniers feuillets, sont écrites, de la même main que le reste du 
volume, de courtes notices sur divers animaux mentionnés dans l'Ecriture 
sainte. La première est sur le lion, et commence ainsi : «Jacob, benedicens 
« filium suum Judam, dixit : Catulus Leonis Juda lilius de germine meo, quis 
« suscilabit eum ? etc. etc. » Plus loin : « De nalura unicornis. Est animal quod 
« grece monoceros, latine vero unicornis dicilur. Phisiologi dicunt unicornem 
« hanc habere naturam. Est enim pusillum animal hedo simile, acerimum 
« ninns habens unum cornu in capitis medio, etc. etc. » 

186. Petit in-folio épais. - Pauli Orosii Historia. — Fin du 

XI e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Jo. Clerici. » - Longues lignes. Grosse 
minuscule. 

187. In-folio sur vélin. (Recueil.) - i° « Haec insunt in hoc 
« codice Historiarum Pauli Orosii presbiteri adversum Paga- 
« nos libri numéro septem. Lege féliciter. Incipit nunc liber 



8/i CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« de divisione et situ locorum. » - 2° Incipit Histoiïa belli 
Trojani, Dareti Phrygio adscripta. - 3° Narratio de /Ënea 
et Antenore (necnon) de reditu Grecorum a Troia. — 

IX e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Longues lignes. Ecriture Caroline fine et régu- 
lière. Manuscrit très-précieux. — 2° Présente des variantes perpétuelles avec le 
texte de l'édition de Basle, i55(). - 3° Extraits des livres Vet VI de Dictys de 

Crète. 

N° 1 88. (n-folio sur papier. - Historia imiversalis, ab orbe creato 
usque ad mortem Ludovici XIV. — xviii c siècle. 

Sans marque de provenance. — Ce registre semble être l'ouvrage d'un Alle- 
mand. Il y est parlé de Trêves avec beaucoup de développements, et l'ouvrage 
se termine par une furieuse invective contre Louis XIV. 

189. Petit in-folio sur vélin. - Cassiodori Historia tripartita. 
— Commencement du xi e siècle. 

IV Saint-Arnoul. - Longues lignes. Sur le recto du folio 1 : 

Ecctesix matris qui nosse pericula quœris, 

Virtutcsque quibus provehit hanc Dominus, 
Iste docere liber poterit te sufficienter, 

Lectio si studium det tibi continuum. 
Humani generis postquam vix desiit hostis 

Sterncre quos potuit, perdere sed timuit, 
Corrupit mentes fidei non robur babentes, 

Ut sic pax orbi nulla queat fieri , 
Duni se perferri cupiunt super omnia slulti, 

Et quos devitaut ut fatuos reputant; 
Contra quos bumiles fidei sermone potentes 

Verbis et factis praevaluere satis. 
Hic docet ut codex gemino pro dogmate duplex, 

Altéra pars cujus dutn ruil in baralrum, 
Altéra se cœlum letissima tollit in altum , 

Quo gaudent variis , dante Deo, meritis. 

Componunt librum très prudentes velut istum : 
Sic très persona 1 Deus un\;s creditur esse; 
De quo sermonem quicumque loquetur inaneni, 
Sit baratri consors patriœ cœlestis et exsors. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 85 

N° 190. Petit in-folio sur papier. (Recueil.) - i° Epistola Uni- 
versitatis studii Parisiensis ad patres Basilea? congregatos. 

- 2° Epistolae Senecae ad Paulum et Lucillium. - 3° Libel- 
lus dictus Epistola pacis. - Incipit : « Univcrsis navicule 
u Pétri gubernacula inter undosi maris procellas regenti- 
« bus. n - 4° Epistola Universitatis (studii Parisiensis) régi 
(Carolo VI) presentata (ad unionem Ecclesiae prosequen- 
dam) : « Christianissimo ac religionis orthodoxe zelantis- 
« simo principi. » - 5° Ejusdem Universitatis Epistolae diue 
cœtuicardinaliumscriptœanno Domini m. ccc. nonagesimo 
quinto. - 6° Appellatio major interposita per fratrem Bo- 
nam (Gratiam?) contra omnes errores domini Johannisxxij. 

- Incipit : « In Christi nomine. Anno , etc. millesimo tre- 

« centesimo secundo, in civitate Monacensi, in domo 

« Fratrum Minorum, ibi religiosus vir frater Bona Gratia 
« de Pergamo, ordinis Fratrum Minorum, etc.» - 7 Dis- 
tinctiones quedam (super Sacra Scriptura), compilate per 
fratrem Bindum, fratrum. Heremitarum Sancti Augustini. - 
Incipit : « Abstinencia est meriti augmentativa. » - Desinit : 
a Zelus indiscretus est, etc. » - 8° Oracio funerea in exequiis 
reverendissimi patris d. cardinalis Veneciarum antiquioris, 
in Urbe apud S. Mariam Majorem habita per f. Andream 
de Constantinopoli, ordinis Predicatorum, anno Domini 
m. cccc. xxviii, x. die mensis januarii. - Incipit: « Francis- 
«cus Sabinensis episcopus, reverendissimi patres.» 

XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Diverses écritures. - 3° Libelle du temps du 
concile de Constance. A la fin : 

Clemens Urbano litem quia moverit, ergo 
Explicit erranlem codai vasurus in orbem. 
Concilii placeat nominetur epistola pacis, 
Si facit aut terror, toq>or vel devins error. 



86 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Ut taceant lingue , mundum transcuire, libelle; 
Sisnia veta taie , pete concilium générale. 
Clama, non metue montes transire per altos, 
Per silvas et aquas, valles laceras, méritas (?) 
Non defers merces, sed veri portitor es tu, 
Et si displiceas, veri quia nuncius , ex quo 
Assem vix valet esse tuum , quid si laceraris ? 

- 5° Suivies d'un petit mémoire, sous ce titre : « Via consilii generalis, sive liât 
« per prelatos sive per missos de consensu amborum, universali consenciente 
« ecclesia, in illos tamquam in consilium générale habet motiva que secuntur. » 

N° 191. Grand in-folio carré sur pajuer et vélin. - F. Josephi 
Antiquitates Judaicae. — Incipit : « Hieronimus in cathalogo 
«virortim illustrium hec de Josepho. » — Commencement 

du XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « H. Mathie me possidet. » - Exécution de 
luxe. Écriture italienne renouvelée, sur une seule ligne. Le frontispice décoré 
des armes de Conrart Bayer de Boppart, évêque de Metz en i /U8. Le volume 
se termine au chapitre : « Quemadmodum, Ierosolimam Sossio et Herode obsi- 
« dentibus, Antygonus interierit. » 

192. Petit in-folio sur vélin. - Roman des Quatre fils Aymon. 



Acquis à la vente de feu M. le baron Marchand, en décembre l833. - Sur 
deux colonnes; 4o vers par colonne; 82 feuillets. Commence ainsi : 

Baron, oez canclion de grant nobilité. 

Tote est de voire estoire, sans point de fauseté. 

Onques mellor n'oisles despuis que Dex fu n^s. 

A Saint Denis en France, que Dex a tant amé, 

Le trove-on el rolle o l'autre autorité : 

Si com Karles de France, li fors rois coronés, 

Guerroia le duc Buef d'Aigremont l'oneré, 

Et Girart .j. son frère, qui tant ot de fierté, 

Et Doon de Nantuel, le vassal aduré, 

Et Aymon de Dordone o le gregnon meslé. 

Cil iiij furent frëre et d'un père engenré. 

Il n'ot si vaillans bornes en la crestienté. 

Karles les baï mult et vers euls fu irés-, 

Puis fist li rois ocirre à .1. jor de Noël 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 87 

Le duc Buef d'Aigremont, que il avoil mande, 
Kl conduit karllemaine fu li dus déviés, 
Puis en fu grans la guerre et la mortalités, 
Et tans bons chevaliers ocis et afolés. 
Renaus li fiex Aymon , qui tant fu redotés , 
Ocist puis Bertolai d'un escequier ovré , 
.1. nevou Karllemaine, à Paris la cité. 
La terre en fu destruite et li paîs gastés, 
Et tante bone dame perdi son avoé, 
Et tans enfes pctis en fu dcsirclés , 
Et ceus en poverté et à honte livrés; 
Et puis en fu Raignaus li vassax malmenés , 
Entre lui et ses frères caciés fors de! raigné; 
Puis guerroicrent Karle lor anemi mortel , 
Et si li firent mult de grant iniquité, 
Ensi com vos orrois, se jo sui escotés. 



Voici le dernier couplet : 

Or s'entorne Maugis, si aqueut son voiaige; 

Si laisa Montauban, où estoit son lignaige. 

Il a tant cevalcié par plains et par boscage 

Que il vint à Dordone, tôt droit à .1. passage. 

Iluec passa le bies en une lée barge, 

Puis remonta Maugis d'autre part le rivage. 

Si s'en vait l'ambléure pensant sor son aufage . 

Et s'en entra el bois contreval li rivage. 

Dusqu'a none chevalche très parmi le boscage. 

Lors a gardé sor désire, vit ,i. vies hermitage , 

Par de lés une roche, qui fu del tans d'aage. 

Ilueques ot .i. pré et terre gaegnage. 

Droit au pié de la porte, pardevant le parage, 

Ot une fontenele à .i. petit rivage. 

Maugis vait celé part, si entre ens el maisnage; 

La maison a cherquié, qui ot petit corsage. 

Il vint en la chapele, qui ert et povre et gaste ; 

N'i a trové nului ; si dist en son corage 

Que iluec penra-il des or son herbregage, 

Damledeu servira en trestot son aage. 

N° 193. Petit in-folio sur vélin. (Recueil.) - i u lncipit liber de 
Casibus virorum illustrium venerabilis poète Johannis de 
Certaldo. - lncipit : « Exquirenti michi. » - 2° lncipit liber 
Bocacii de Mulieribus claris. — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz.. Signé : « Jo. Herbilloin. •- Sur la première garde: 



88 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« Et perlinet domino N. Dex, clecretoruin doctori et thesaurario Metensi, quod 
« quideni volumen émit D. Jo. Herbilloin , canonicus Metensis, posl ejusdeni 
« decessum. »— i°Ala fin : « Joh. Boccacii de Cartaldo [sic) de Casibus virorum 
« illustrium nonus et ultimus liber explicit féliciter, Deo gracias, expensis do- 
« mini Nicolai Dex, thesaurarii Metensis, Parisius, annoDomini m. cccc. lu., pro 
« antiqua scriptura unum francum, et pro nova xim. sol. parisienses. » - 2 A 
la fin : <■ Hune libruin fecit scribi N. Dex, decrelorum doctor et thesaurarius 
« Metensis, Parisius, annoDomini millesimo quadringentesimo quinquagesimo 
« secundo, tempore estatis, quando seviebat pestis in civitate et palria Metensi : 
« folium pro x denariis paris. P. Landreville. » 

N° 194. Petit in-folio sur vélin. - Vitee sanctorum patrum de 
deserto. - Incipit : « ïncipit prologus in vita sancti Pachomi. 
« Domino venerando et in Christo quoque magnificentis- 
« simo Dyonisius Exiguus. » — Desinit : « Bonorum omnium 
« perfectorum vita beatissimi et sanctissimi Abraham expli- 
« cit. Amen. » — Fin du xi c siècle. 

De Saint-Arnoul. - Longues lignes. Le premier feuillet est occupé par un 
prologue, dont le commencement a été enlevé. 

195. Petit in-folio sur vélin. (Recueil.) - i° Vita sancti Gre- 
gorii. - Incipit: « Gregorius, génère Romanus, arte philoso- 
« plms. n-2° Incipit Vita gloriosissimi et segregii, confessons 
Christi, Johannis. Deo gratias. - Incipit prœfacio: a Praecel- 
« lentissima sanctorum prosequentes exempla. » - 3° Incipit 
Vita sancti Samsonis, Christi confessons, que caelebratur 
V. kal. Aug. — Incipit prologus : a Religiosorum actuum me- 
« moracio. » - 4° Incipit Vita sanctae Walburgis. - Incipit : 
■« Postquam Deo cara Anglorum natio. » - 5° Incipit Passio 
sancti Valentini episcopi. — x e et xi e siècles. 

De Saint-Arnoul. - Longues lignes, de diverses écritures. Les marges dé- 
vorées par les rats, et le texte entamé à la fin du volume. - 2 D'une écriture 
beaucoup plus ancienne que le premier ouvrage. Commence par celte ins- 



BIBL10TIJKQUE.de METZ. 89 

cription, en capitales disposées par lignes alternativement rouges et noires 
imprimée clans les Bollandistcs, 28 janvier) : 

ANNOTERTIO P. EGNI DOMNI CLOTARII REGIS 
EX 1VSSV IPSIVS PRINCIPIS VEL GENITRICIS SVA E 
PRAECELSA DOMNA BALTECHILDIS REGINAE 
CVM AD VRBEM CABILLONENSEM NONI MENSIS 
SECVNDVM EBDOMADA IONAS ABBAS DISC1PLINIS 
BEATI COLVMBANI ÉRVDITVS PER MONASTERIVM 
SANCTI IOHANNIS QVOD VOCATVR REOMAVS PRETERIENS 
PAVCIS DIEBVS IN1BI PRO LABORE ITINERIS QVIEVISSET 
EVICTVS PRECIBVS DOMNI HVNN/E ABBATIS FRATRVMQVE 
IPSIVS COENOBII VT QV^E PER DISCIPVLOS MEMO 
RATI CONFESSORIS CHRISTI VEL POSTEROS EORVM VERA 
CITER COMPERTA ERANT CONSCRIBERET TANDEM 
ARTICVLVM SCRIBENDI ITA CONVERTIT INCIPIT PRAEFAT. 

Après la légende, est cette rubrique : « Hymnum ad Vespeias, » et l'hymne : 

Sacra dies infunditui 
Johannis viri inclili 
Triumphis, signis, mcritis, 
Confessorum precipui. 
Hic probus ah infanlia 
Deserti petit abdita. 
Anguum virosum perimit 
Et principatur monacbis, 
Etc. etc. 

Suit l'oflice de S. Jean THermite. Et ensuite : « litcipit translalio corpons glono- 
« sissimi Johannis confessons Chrisli. Post primariam Johannis beatissimi sepul- 
» tiiram, etc. >< — 5° Rongé au point qu'il n'en reste presque plus rien. 

N° 196. Gros in-folio sur vélin. (Recueil.) - i° In nomine Do- 
mini Nostri Jhesu Christi. Incipit Martyrologium per circu- 
lum anni secundum usum et consuetudinem ecclesie Sancti 
Arnulphi Mettensis. - 2 Régula sancti Benedicti. - 3° Li- 
ber obituum ejusdem ecclesiœ S. Arnulphi. - Incipit : « Kal. 
« Januarii obicrunt domnus Willermus pie memorie abbas. 
« Lodoicus villicus de Vigei, qui dédit sancto Arnulpbox sol. 
Girardus. Warnerius. Letus. Ripaldus. Tefredus. Albcrtus. 
« Humbertus. Grimbaldus, etc. etc. iiij nou. Jan. Robertns, 

\l\\. DES liIBL. V. ) ? 



90 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« venerabilis episcopus Metensis, hujusloci restructor, etc. » 
— Fin du xm c siècle. 

De Sainl-Arnoul. — Longues lignes. Calendrier. Miniatures. Crosse écriture 
de forme. - i° La rubrique rapportée ci-dessus est suivie de ces trois vers : 

Principium Jani sanctit tropicus Capricornus 
Primum nunc Jani vocitatum nominc mensem; 
Inde sacratus rat, recolat que Testa canemus. 

- 2° Tout au commencement, une table des chapitres, précédée de cette ru- 
brique : « lncipiunt capitula Régule sanctissimi Benedicti, abbatis, de ordine 
« monachorum, numéro octoginta quinque, que capitula frater Hanricus (sic) 
« collegit in unum, ut facilius possint inveniri que in régula beati Benedicti 
« lequirenda sunt. Hic liber est de cenobio Sancti Arnulphi Metensis. Laus sit 
«scriptori; pax, vita salusque priori. » 

N° 197. In-folio sur papier. - Liber sacrificii lingua syriaca se- 
cunclum usum ecclesiae Maronitarum. - Incipit : 

L-Jo-o JU-ia^So LsJoj»? JLsîSo 
Sans marque de provenance. — Exécution moderne. 

198. Gros in-folio sur papier. (Recueil.) - i° S'ensuient lez 
Ewangilles de saint Luc, ewangeliste. - Commence : « L-i 
« livres de la generacion. » - 2° Légende des saints. - Com- 
mence : «Ou nom du Père et du Filz et du saint Esprit. 
«Amen. Nous commensons à saint Andrieu. Saint Andrieu 
« fust frère, etc. » — 3° Cy commence ung très dévot traic- 
tié qui est dit Ho[r\locje de Sapience. — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Longues lignes. Ecriture cursive. — 2° Se ter- 
mine par des préceptes en vers : 

Qui veull en Paradis aller 
Ainsi on puet la voie trouver : 
Doubter Dieu souverainement, 
Et ly amer parfaitement. 
Etc. etc. 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 91 

- 3° A la (in : « Cy finit et est acomplis le livre et la doctrine de Sapience, 
■ qui est intitulé et nomé Horloge de Sapience, qui fut fait et composé de frère 

• Jehan, de l'ordre des Prescheurs, de la nacion d'AlIemaingne, du pays de 

• Souaubhe. Amen. Cest livre translaté de latin en rommanl (par) un frère de la 
« nation de Lorraine, de Tordre des frères Menours du couvent du Neuf Chas- 
i tel, docteur en saincte théologie, et fut faite et acomplie ceste translation Tan 
« degraice mil iij c lxxx et ix, le xxviij" jour du mois d'apvril. Sy prie à chacune 
«• personne qui par dévotion le liroit qu'il die pour l'a me dudit translateur une 
i fois Pater noster et une fois Ave Maria. » 

N° 199. In-folio sur papier. - Mémoires, lettres originales et au- 
tres pièces sur la bulle Unigcniius. — xvin c siècle. 

Marqué : « Conlulit monasterio Sancti Arnulphi dominus Fumée, insignis 
« ecclesiœ Metensis canonicus, anno 17^8. » — Cahiers de diverses écritures, 
quelques-uns imprimés, reliés ensemble. 

200. Registre in-folio en papier. - Traité apologétique sur 
l'Ecriture Sainte. — xvn e siècle. 

Marqué : « Nicolaus Maiïigni, consil. et elemos. reg. canonicus et archidia- 
« conus de Marsallo, officialis et vicarius generalis. » 

201. Un volume in-folio sur papier. - Abrégé du Droict ou 
Jurisprudence romaine à ce qui est de nostre usage. — 
1660. 

Sur le premier feuillet : « Je donne aux r. p. Carmes anciens de Metz le pré- 
« sent livre après ma mort : Brenot. » 

202. In-folio sur papier. - Procès-verbal de la conférence 
d'entre MM. les commissaires du Roy et MM. les députez du 
Parlement pour l'examen des articles proposez pour la com- 
position de l'ordonnance et instruction criminelle de 1670. 

— xvii e siècle. 

Sans marque. - Expédition de chancellerie. 



92 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 203. In-folio sur papier. - Procès-verbal de la conférence 
d'entre Messieurs les commissaires du Roy et Messieurs les 
commissaires du Parlement, députez pour l'examen des 
articles proposés pour la composition de l'ordonnance du 
mois d'avril 1667. — xvn e siècle. 

Sans marque. — Expédition de chancellerie. 

204. In-folio sur papier. - La Péribologie ou manière de for- 
tifier les places, donnée par Vuilhaume Dilichius. — 

XVIII e SIÈCLE. 
Marqué : « S. Clementis Metensis, 1760. » 

205. Grand in-folio carré sur papier. — Chronica Venetiarum 
(Italice scripta).- Incipit : « Noi vederemo corne Atilla, fla- 
« gelium Dei, pagan crudelissimo, naque et per che modo el 
« venne al mondo. » — Desinit (in anno 1 kk 1) • i( Notta que a di 
« 2 7 Zugno, che fo luni, da matina el nostro serenissimo doge 
« Misier Francesco Foschari refuda un altra volta el dogado, 
« et per li conseglieri non lu azetado la su refudacion, el dito 
« doge stete di 3 che non volge andar a la bancha ma. ...» 
— Fin du xiv e siècle. 

De Sainl-Arnoul. - Ecriture italienne renouvelée. Le commencement et la 
fin du manuscrit sont d'une autre main et plus négligés que le reste. 

206. In-folio sur papier. — Vorlesung ùber die Archaeologie 
von Herrn Hofrath Heyne. Zweyter Theil. - Incipit : « Von 
« antiken Statuen. » — Fin du xvm e siècle. 

De la bibliothèque de Deux-Ponts. -Cursive allemande très-soignée. Manque 
la première partie. 

207. Iiegistre in-folio sur papier. (Recueil de franc-maçonne- 
rie.) - i° Convent général tenu à Williemsbad en 1782. - 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 93 

2° Code sérierai des règlemens de l'ordre des chevaliers bien- 
faisans tle la cité sainte, arrêté au convent national des 
Gaules, tenu en novembre j 7 78 , tel qu'il a été rédigé à 
Lyon. 

Acheté à la vente de M. le baron Marchant. 

i\ 208. Petit in-folio sur vélin. - Biblia sacra, cum praefationibus 
Hieronymi et interpretationibus hebraicis. — Commence- 
ment du XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Jo. Herbilloin. » - Deux colonnes. Ecri- 
ture fine et élégante. Miniatures dans les initiales. 

209. Petit in-folio sur vélin. - Commentarius Hieronymi super 
Matthœum. — ix c siècle. 

Marqué dès l'origine : « Ister liber est Sancti Arnulphi. » - Longues lignes. 

210. In-folio sur papier. (Recueil.) - i° Dialogus inter Pau- 
lum et Saulum. -Incipit : « Scrutamini Scripturas. •■> - 2 In- 
cipiunt Conslitutiones pape Benedicti XII. Ad monacbos be- 
nedictinos. - Desinit : « Datum Avinione, XII. kal. Junii, 
«pontificatus nostri anno secundo. » — xv e siècle. 

Marqué : « Codex monasterii S. Mauricii in Tholeia. Quem si quis abstulerit, 
« anathema sit. » — Diverses écritures. - i° A la fin, on lit : « Dyalogus qui 
« scrutinium (?) Scripturarum Dei, compositus per reverendum palrem domi- 
« num Paulum de Sancta Maria, sacre théologie professorem eximium et Bur- 
« gensem episcopum, et finivit eum postquam complevit addiciones super 
• Nicolaum de Lyra, anno Domini m.cccc.xxxiij , etatis vero sue anno octuage- 
« simo primo. Rescriptus per nie Philippum Sarbruckensem, anno Domini 
» m.cccc.xlv. sexta feria post Kyliani. " 

211. Petit in-folio carré et épais sur vélin. - Questiones Mo- 
nachi super quatuor libris Sententiarum. - Incipit: « Circa 
« prologum primi libri Sententiarum quero primo. » - De- 



94 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

sinit : « Et sic finitur liber quartus Sentenciarum. Amen. » 

XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Jo. Ghardalli. » - Sur le premier feuillet, 
un emblème , dans lequel se voit un écu d'azur portant en cœur une tète bronzée 
de lion, posée de face. — L ouvrage est composé de cent quatre-vingt-quatre 
questions disposées dans une table, à la fin de laquelle on lit : « Iste est nume- 
« rus questionum speculatissimi Monachi iu presenti opère. » 

N° 212. Petit in-folio sur vélin. - Pétri Lombardi Sententiarum 
libri très priores. — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. -Deux colonnes. 

213. Petit in-folio carré sur vélin. - Commentarium Piabani 
super Genesi et Deuteronomio. — x c siècle. 

Marqué dès l'origine : « Liber Sancti Arnulphi. » — Longues lignes. La trans- 
cription du commentaire sur le Dcutéronome est inachevée. 

214. Petit in-folio allongé sur vélin.- Evangelium Mattbaei, 
cum expositione Hieronymi. — xn c siècle. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Jo. Herbilloin. » - Longues lignes. Le 
commentaire clans les marges, en caractère plus petit. 

215. Petit in-folio sur vélin. (Recueil.) - i° Definitiones ver- 
borum. — i° Incipit liber Questionum hebraicarum beati 
Hieronimi. — 3° Incipit liber ejusdem de distantiis locorum. 

- 4° Ejusdem liber interpretationum bebraicarum. - 5° In- 
terpraetatio bebraicarum litterarum alfabeti. - Incipit : 
« Aleph, mille vel doctrina. Betli, domus. » - 6° Nomina re- 
rum locorumque et situs eorum de Actibus apostolorum. - 
Incipit : « Acbeldema, ager sanguinis, qui bodieque mons- 
»' tratur in Elia. » - 7 Questiones hebreorum in Paralypo- 
menon. - Incipit : « Filii Saul Jonatban. » - 8° Expositio 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 95 

qiuedam bibJica. - Incipit : « Fuit vir unus de Àramathaim 
« Soppliim de monte Efraim. » — x e siècle. 

Marqué : « Sancti Arnulphi. « -Longues lignes. Au commencement, deux 
feuillets d'une écriture plus moderne, sous cette rubrique : ■ Hieronimus ad 
■ Paulam de alphabeto Hebrcorum. »- 1° Trois feuilles d'extraits sous diverse; 
rubriques. La première est ainsi conçue : « DeGnitiones Mar. Tull. Ciceronis. 
» Hec omnia propler se solum ut nibil adjungatur cmolumenti petenda sunt. » 
Suit le texte: « Virtus est animi habitus naturœ modo rationi [sic) consenlaneus. 
« Ab bac primumgeneratur simplex bonestas; simplicis vero honestatis quatuor 
« partes sunt, etc. etc. » Suit la rubrique : « Ambr. Macro. Tbeodos. de diver- 
« sitate somniorum et nominibns. » Et le texte : «Omnium quae videre siti 
<■ dormientes. » Une dernière rubrique est ainsi conçue : « Beati Gregorii papae 
« de Modis somniorum. » - 5° Une page au verso de laquelle sont écrits d'une 
écriture un peu plus moderne : 

.Sillaba quem quadruplex, quein tune tria grammaia signant, 

Nomen ab ofllcio déclarant bis tria ctijus 

Perfecto numéro propriis ex parlibus aclo, 

Oflicio presul, Deodricus nomine dicte, 

Unus in esse suo trinus qui creditur esse, 

Presul honeste, tibi duplicis det munus honesti; 

Quantus bonor cleri, tu, cleri gloria quanta. 

Qui decoris tibi commissi clarum decus estas. 

Me referente sciel Francorum regia cortis. 

« Omen bonestum approbat utile, non omen utile honestum: atqui honestum 
^ cum utili concedo Gallico Guadulfo. Igitur quoquomodo utile Germanico B. 
« presul infirmus hic videtur modus, nam si quoquomodo est ntilis, utcumque 
« potest esse inutilis, esto, etc. etc. » 

N° 216. Petit in-folio sur vélin. - Lectionarium. - Incipit : « Do- 
it minica prima in adventu Domini. Lectio epistole beati 
« Pauli apostoli ad Romanos, etc. etc. » — xn e siècle. 

Marqué : « Liber S. Arnulphi. » - Longues lignes. 

217. Petit in-folio sur papier. (Recueil.) - i° Tractatus de 
Ilymnis etsequentiis quœ decantanturin Ecclesia. -Incipit : 
« Inicia corporis et anime naturalia nulla sapiencia derelin- 



96 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« quantur. Caucius cavendum, et est finis hujus libri. Deo 
« gracias. » - 2° Senlentiae undequaquam collecta?. — Fin 

du XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Jo. Herbilloin. * - Ecriture demi-cursive. 
Deux colonnes. - 2° On lit à la fin : « Expliciunt A uctoritates philosophie mo- 
« ralis, scripte sub anno Domini 1398, et finite feria l\ ante dominicain qua 
« cantatur Letare Jherusalem, hora nona vel quasi. » 

N° 218. Petit in-folio sur vélin. - Breviarium ecclesia? Metensis. 

XIII e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Longues lignes. En mauvais état. Sans reliure. 

219. Petit in-folio sur vélin. - Missale ecclesiœ Sancti Arnul- 
phi Metensis. — xiv e siècle. 

De Saint-Arnoul. - Deux colonnes. Grosse écriture de forme. 

220. Petit in-folio papier et vélin. - Missale eeeleske Sancti 
Mauricii Tholegiensis. — xv c siècle. 

Marqué sur la reliure : Theobert d'Hame abbas in Toley. - Deux colonnes. - 
Ecriture cursive très-grossière. 

221. Petit in-folio sur vélin. (Recueil.) - i° Alcuini liber olli- 
ciorum divinorum. — Incipit: « Cur nativitas Domini celebra- 
« tur sacratissima hujus diei nativitas. » - 2 Régula abeceda- 
rii ad inveniendum Quadragesimam, Pascha, Pentecosten 
et ebdomadas, cum diebus a nativitate Christi usque ad Ad- 
ventuin. - 3° Electiones rerum agendarum aut evitandaruni 
secundum decursum lunae. — Incipit : « Luna in omnibus 
« rébus utilis est homini. » - l\° Tabula computalis Dionysii. 

— XI e siècle. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulphi. »- Longues lignes. - i° Intitulé en cursive 
du xv c siècle : « Liber Amalarii episcopi de officiis ecclesiasticis et de ordinibus 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 97 

u scu gradibns clericorum. » Ce qui a provoque cette note écrite au bas de la 
deuxième page, clans le siècle dernier : « Hoc opus manuscriptum de olïiciis divi- 
« nis non est Ainalarii Forlunati episcopi Trevirensis neque Amalarii Fortunati 
« diaconi ecclesiaî Melensis, sed Albini Flacci Alcuini celeberrimi. » - 2° Dix 
Feuillets de tableaux. — 3° Une page qui se termine par ces mots : « Cavcant vero 
« quique ne propter consultumlunae in demptionesanguinis dies.Tgyptiacos ne 
« glegant preterire. » En haut du feuillet, d'une main plus moderne : « Nullus 
« christianus ista credat. » — à A la fin sont ajoutés quelques extraits de con- 
ciles, et ce catalogue écrit au xi c siècle : « Libri apud Sanclum Symphorianum 
« qui apud nos non sunt. Tracta lus Ieronirui super Epislolas Pauli. Anibrosii 
« tractatus in Luca. Ejusdem libellus de fuga seculi. Sedulius Scottus in Ma- 
• tbcum (?). Gesla Salvatoris. Ysidorus de Scematibus. démentis liber de Itine- 
« ribus Pétri. Appollogeticus Gregorii Nazanzeni. Liber de habitu virginum. Li- 
« ber scintillarum. Liber S. Athanasii de sermonibus in prccipuis festivitatibus. 
» Liber de utilitate penitentias. Liber Smaracdi. Libellus de laude carilatis. Liber 
« de Constitutionibus principum qui ita incipit : Utilitatem populi noslri. Liber 
« de iiij. fundamcntis rel'gionis. Depositio Arnulfi Remensis. Glosas vincrant (?) 
« super parles. Altercatioduorum puerorum super grammatica. De viribus erba 
« rum libri duo metrice compositi. Commenta Boecii in periermeniis. Libellus 
« de disputatione quis sit dyaleclicus. Excerplum Notgeri de retorica. De aslro- 
« nomia libri duo. Compotus Notgeri. Pars quedam de phylosophia. -Hi sunt 
« apud Sanctum Vincentium. Cronica Jeronimi. Ambrosius de pœnitencia. C. 
» Flavianus ad Theodosium imperatorem, de concilio in Nicea facto. Gaius 
« César de narrationibus temporum. Flavius Vigecius. Orosius de temporibus 
- et situ locoruui. Cberemon. Johannes Crisostomus. Maximus in gecclesia ca- 
« tholica. Sermones Leonis. Régula canonicorum. Paralypomenon. Probus de 
« ratione temporum. Hyginus. Mileto Asianus. Libellus de natuiis bestiai uni. 
t Historia Alperli. Tractatus Ysidori super Genesim. Liber de Pudicicia. Colla- 
« tiones patrum. Jeronimus ad Ctesipbontem. Commentum Sergii de litlera, 
«et Priscianus de accentibus. Catemerinon. Nonius Marcellus. Commentum 
« Marii Viclorini super relhoricam Tullii Ciceronis. Fortunatus ad Vitalem 
« episcopum. Palladius de agricultura. Aulularia Plauli. » 

N° 222. Petit in-folio carré sur papier. -Pontificale, — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes. Ecriture renouvelée du xv c siècle. 
Transcription inachevée. 

223. Petit in-folio sur vélin. (Recueil.) - i° Incipiunt Monita 

M.\N. DES DIBL. — V. l3 



98 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

sancti Effrem ad monachos. - 2° Sermones. - Incipit : « Pius 
« et misericors Doniinus, fratres karissimi. » - 3° Incipit trac- 
tatus de Adam. - Incipit: « Cum Deus omnium opifex 
«rerum. » - 4° Excerptum de Moralibus b. Gregorii pape. 
- 5° Homilias de festis : « Incipit omelia de Pascha. fra- 
« très dilectissimi, presentem diem venerari debemus. » — 

XI e SIÈCLE. 

Marqué dès l'origine : « Liber Saucti Arnulphi. » - Longues lignes. — 2° Quel- 
ques-uns ont des titres : « Ammonicio ut malum ebrietatis totis viribus cavea- 
« lui*. Incipil ammonicio contra ebrietatem malam, etc. etc. » 

N° 224. Petit in-folio sur vélin. - S. Cypriani Tractatus et epi- 
stolae. - Incipit : « Bene admones, frater carissime Donate. » 

XI e SIÈCLE. 

Marqué dès l'origine : « Liber Sancti Arnulfi. » - Longues lignes. La der- 
nière rubrique est : « Incipit Cypriani de laude martirii. » Sur le recto du pre- 
mier feuillet, en écriture contemporaine du manuscrit : 

Vivendo sancte cœio qui quaeris inesse, 

Hic tibi pra: manibus codex sit semper babeudus , 

Qui , nomen magni dum fronte gerit Cipriani , 

Ostendit magnas fidei praeconia nostrœ : 

Qui Domini miles, quot duxit ad astra fidèles. 

Ampiior effectus monstrat spatio paradisus. 

Hic veniam culpis dignatur poscere nostris; 

Consortes cœli meritis concédât baberi ; 

Quod confirmetur per amen scripto quod habetur. 

225. Petit in-folio carré sur vélin, (Recueil.) - i°Eusebi Hie- 
ronimi ad Piiparium presbiterum contra Vigilantium. - 
2° Origenis Adamantini liber periarcliôn. — x e siècle. 

De Saint- Arnoul, mais ayant appartenu d'abord à une autre maison dont 
le nom a été soigneusement gratté. - Longues lignes; d'une parfaite conserva- 
tion. - 2° Précédé de la notice de S. Jérôme sur saint Pamphyle et du livre 
apologétique composé par le même Pamphyle en faveur d'Origène. Le volume 
se termine par cette inscription en capitales : « Expl. liber III 1. in nomine Pa- 
« tris et Filii etSpiritus sancti. Qui legis, mémento mei, cum veneris in regno 
« Dei , quod paratum est sanctis ab origine mundi. » 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 99 

N° 226. In-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° Incipit tractatus 
sancti Augustini de X. cordis. - 2 Aurclii Augustiiii epi- 
scopi de natura et origine animae ad Renatum liber primus. 
- 3° Incipit Expositio missae. - l\° Epistola démentis papae 
de Sacramentis ecclesiasticis. - Incipit : « Clemens Jacoho 
« carissimo. Quoniam sicut a Petro accepimus. « - 5° Inci- 
pit libellusde Religione oblationum Dei directus Pipino régi 
Francorum. - Incipit : ulnclito caelestique gracia regio mu- 
« nere insigniter sublimato, domino régi Pipino nobilissimo 
« etper immensum a Deo conservandum, cœtus venerabilium 
« praesulum et sequentis ordinis religiosorum sacerdotum 
« apud Aquasgrani, jussn salutiferoetordine providentissimo 
a piissimi et orthodoxi genitoris vestri domini nostri Ludo- 
« vici Cœsariseximii. »-Desinit:« SanctaetindividuaTrinitas 
« te, bone rex, ad profectum et exaltationem atque defensio- 
« nem sancta? suce Ecclesiœ per immensum conservet et post 
« hujus lacrimabilem convallem, sanctorum regum consor- 
« tem efficiat. Amen.» — 6° Epistola Karoli imperatoris. - 
Incipit : « Karolus gratia Dei rex Francorum et Langobartlo- 
« rum ac patritius Romanorum, Baugulfo abbati et omni 
« congrégation i. » - Desinil : « Et nullus monachus foris 
« monasterio juditiaria teneat nec per mallos et publica 
« placita pergat. Legens valeat. » — xi e siècle. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulphi. » — Longues lignes. - 5° Divisé en trois 
livres. Le premier renferme 38 chapitres, le second 3i, le troisième 27. 

227. Petit in-folio sur vélin. (Recueil.) - i° S. Augustini libri 
IV de Doctrina cbristiana. — 2 Aurelii Augustinii incipit 
liber contra Faustum Maniclieum de Veteri Testamento. — 
Commencement du xi e siècle. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulphi. 1 - Longues lignes. Sur le recto du pre- 

i3. 



100 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

mier feuillet, en écriture de la fin du xi c siècle : « Color itaquc pro quo dtpre- 
« catus estis ita conficitur. Vadunt itaque homines de Scotia qui magistri sunt 
« per montes colligent.es lapides quos ferro radunt, et molent usquc ad fari- 
« nam, et mittunt ad solem donec bene siccum est; post baec accipiunt duas 
« mulieres aut très, et faciunt eas abstinere très dies a carne et vino, et sicera 
« etaqua, et non cotnedunt nisi panem et butirum , et obtimum lac bibunt. Post 
n iij dies vero accipiunt magnum vas, et faciunt eas mingere in illud vas.quan- 
« tu m sufiicit, et mittunt pulverem intus, et faciunt tabulas de eodem pulvere, 
«quasi deatramento, et involvunt eas in pellibus caprinis, et ponunt in cir- 
« cuitu magnum focum et sepe volvuntur, et plenani cocleariam de eadem urina 
« mittunt super unamquamque tabulam, ut pellis non rumpatur, et postea 
« magistri mittunt plénum cacabum de il lis tabulis;et ita quidquidvolunt tan- 
« gunt (sic) aut pallium sive pannum. Et ille color distemperatur cum vino 
« sicut incaustum. » Au-dessous, d'une main contemporaine : 

Infra quid lateat praesens descriptio monstrat. 

Suit le détail des ouvrages contenus dans le volume. 

N° 228. Petit in-folio sur vélin. (Recueil.) - i° Incipitliber sancti 
Augustini episcopi ad Paulam de videndo Deo. — i° Incipil 
liber ejusdem ad Italicam de Visione Dei. — 3° Commonito- 
rium (ejusdem) sancto fratri Fortunatiano. - k° (Augustinus 
de Misericordia et sermone Domini in monte). - 5° Incipit 
liber S. Augustini ep. ad Eutropium et Paulum episcopos 
de perfectione justitiae hominis. - 6° Incipil epistola Hilarii 
ad S. Auguslinum episcopum. - 7 Incipit liber sancti Au- 
gustini contra quinque bereses. - 8° Aliquot sermones su- 
per evangeliis doininicalibus. — xi c siècle. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulpbi. » Et dans la marge du premier feuillet : 
Arguât Arnulfus raptorem codicis hujus. 

Longues lignes. 

229. In-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° Incipit liber Aurelii 
Augustini de Fide et operibus. - 2 Incipit Reconciliatio vio- 
latae ecclesiae. - Incipit : « Primum veniat episcopus. » - 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 101 

3° Incipit liber sancti Augustini episcopi ad Paulinum No- 
lensem ep. de Cura pro morluis gerenda. - l\° Incipil trac- 
tatus b. Augustini de Conlinentia. - 5° Incipit sancti Johan- 
nis, episcopi Constantinopolitani, de cordis compunctione. 
- 6° Incipit ejusdem de Reparatione lapsi. — xi c siècle. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulphi. » - Longues lignes. - 2° Office écril crime 
main plus moderne. - 5" et G Fragments d'an magnifique manuscrit du 
ix' siècle. 

N° 230. In-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° Senno beati Augus- 
tin! de igné purgatorio. - i° Incipit liber sancti Ambrosii 
ad Gratianum imperatorem, de Spirilu sancto. - 3° Incipit 
beati Ambrosii tractatus de Incarnalione. - 4° Incipit liber 
beati Ambrosii de Fide. - 5° Item Gesla episcoporum habita 
Aquilcia adversus hereticos arrianos. - Incipit : « Concilium 
« quod convenit Aquileiae dileclissimis episcopis provintiae 
« Yiennensium et JNarbonensium. » — xi c siècle. 

Marqué : ■ Liber Sancti Arnulphi. » - Longues lignes. Le premier feuillet 
de garde est un fragment de la Pharsale, présentant la fin du premier livre avec 
le commencement du second. Un argument se trouve en tète de ce dernier. 

231. Petit in-folio sur vélin. (Recueil.) - i° Incipit liber Exor- 
tationis beati Augustini ad quendam comitem karissimum 
sibi. - 2° Epistola Hincmari ad Karolum regem de epistola 
quam Gregorius misit Recharedo régi Wisigothorum. - In- 
cipit : « Domino Karolo, etc. Mitto vobis sicut jussistis epi- 
« stolam beati Gregorii. » — 3° Epistola Gregorii papa? Recha- 
redo régi Wisigothorum, cum explanatione ejusdem Hinc- 
mari. - lx° Sermo saucti Augustini episcopi habitus in regione 
in basilica Sancti Pétri Cartagine. - Incipit : « Decorem do- 
« mus Domini. » — xi e siècle. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulphi. ■ - Longues lignes. 



102 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 232. Petit in-folio sur vélin. (Recueil. )-i° Incipit liber sancti 
Fulgentii episcopi de sancta et individua Trinitate. - 
2° Epistola ejusdem Fulgentii ad Petruni de Fide sanctae 
Trinitatis. - 3° Incipit liber sancti Augustini de Natura et 
gratia. - 4° Incipit epistola sancti Augustini episcopi adVa- 
lentinum monacbum. - 5° Incipit liber sancli Augustini ad 
Valenti n uni monachum de Gratia et libero arbitrio. - 6° Li- 
ber ejusdem ad eumdem de Correptione et gratia. — 7 Liber 
ejusdem ad Felicem de Fide sancle Trinitatis. — 8° Epi- 
stola Prosperi ad Augustinum. — 9 Incipit Epistola sancti 
Hilarii ad sanctum Augustinum. - io° Incipit liber sancti 
Augustini de Predestinatione Sanctorum ad Prosperum et 
Hilarium. — xi° siècle. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulphi. » — Longues lignes. -Sur ie dernier feuil- 
let, en écriture du temps, plusieurs épilaphes tirées sans doute du monastère 
de Saint-Arnoul. Voici la première : 

Publica res plangat , dolor hase loca ma\imus anga! . 

Erumpant lacrimas, lux cecidit patriœ, 
Viribus athlelae succinctus et arle propheta? 

Ariho sanctus homo est velut umbra modo; 
Consilium regum, spes regni, régula legum, 

Veraque relligio clauditur hoc tumulo. 
Per fidei campum verbi bonus egit aratrum, 

Fecit et irriguum dupliciter populum. 
Heu! quoliens flebunt quia lex et jura silebunt, 

Tempora nostra patrem non babilura parem, 
Gloria pastorum , solator Christe laborum , 

Hune quoque glorifica in regione pia. 

233. In-quarto sur vélin.- Incipit Liber pastoralis sancti Gre- 
gorii papae. — xi e siècle. 

Marqué : « Monasterii Sancti Arnulphi. » — Longues lignes. 

234. In-quarto sur papier. ( Recueil.)- 1° Ysidorus de Summo 
bono. - 2 Admonicio de Anime profectu. — Incipit : « Tue 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 103 

« non immcmor peticionis. » - 3° Incipit liber Soliloquio- 
rum sancti Ysidori Hyspalensis. - l\° Incipit liber de Con- 
flictu viciorum atque virtutum. - 5° Incipit Enchiridion 
beati Sixti episcopi martiris, cum prœfatione Rnfini.-6° Hee 
est Gronica de constructione Rome, tam summorum ponti- 
licum quam imperatorum Roinanorum, de multis cronicis 
compilata a fratre Martino Polono. - 7 Ammonicio sancti 
Angustini episcopi, per quem (sic) ostenditnr quia bonum 
sit lectionem divinam légère et quantum mali sit ab illa vel 
ejns inquisicione desistere. — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. 

N° 235. In-quarto sur papier. (Recueil.) i° Sequitur Parvum bo- 
num in quo est fons vite, editum a fratre Bonaventura, doc- 
tore eximio ordinis Minorum. - 2 Hic sequitur Liber sti- 
muli divini amoris, compositus a reverendissimo domino 
Bonaventura, cardinali sacre Romane ecclesie, ordinis Cor- 
digerornm. - Incipit : « Liber iste qui Stimulus amoris. » - 
3° Incipiunt Meditationes beati Bernardi abbatis. - l\° Ejus- 
dem tractatus de bona conscienlia. - 5° Incipit liber qui 
dicitur Ymago hominis, et dyalogus inter animam et bo- 
minem. - Incipit : « Flecto genua mea ad patrem. » - 
6° Incipit Hugonis [de Sancto Victore] tractatus qui vocatur 
Spéculum misse. - 7 Incipit liber florum collectus et con- 
tinuatus de diversis libris summi et incomparabilis doctoris 
Augustini. - 8° Tractatus de Penitencia. - Incipil : « Peni- 
« tenciam agite. » — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. Marqué : « S. Guillermi. Johaïus Mali Capitis. » - 
Deux colonnes. Ecriture cursive. 

236. In-quarto carré sur vélin. - Liber canonum. — Com- 
mencement du XI e siècle. 



104 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

De Saint-Arnoul. Longues lignes. Sur la première page : » Constitutio me- 

« MORATA DE SACERDOTUM PURGATIONE EX CAPITULARIBUS DOMNI KaROLI CAP. XXXIII. 

« Omnibus vobis visu aut audilu, etc. »— Sur le deuxième feuillet : « In nomine 

• Do.MINI NOSTRI IHESU ChRISTI INCIP1T ORDO DE CELEBRANDO CONCILIO. Hora cliei 

« prima an te solis ortum ejiciuntur omnes. » — Sur le troisième feuillet : « In- 

« CIPIT DE UTILITATE POENITENTI.'E ET QfOMODO CREDENDUM SI T DE REMISSIONE PEC- 
« CATORUM PER POENITENTIAM , CUM PR/EFATIONE OPERIS SUBSEQUENTIS. ExceptO bap- 

« tismatis munere, etc. » — Vient ensuite la table des canons contenus dans la 
collection. L'ouvrage est divisé en trois livres. La première rubrique est : 
« Quod nulli sit ultima pœnitentia deneganda ex epistola papas Ca?lestini ad 
« episcopos Galliarum. » - La dernière : « De epistola formata. » 

N° 237. Petit in-folio sur papier. -F. Bartliolomaei Pisani Summa 
Casuum. — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. Marqué : « Jo. Herbilloin. » Ecriture cursive 
négligée, sur deux colonnes. A la fin : « Completum fuit hoc opus in civitate 
« Pysana per fratrem Bartholomeum de Sancto Concordio, ordinis fratrum 
rrPredicatorum, doctorem decretorum, anno Domini mcccxxxviij, die septima 
« mensis septembris, tempore sanctissimi in Christo patris ac domini domini 
« Benedicti pape xiij. Predictus autem Bartholomeus, compositor hujus libri, 
« obiil anno Domini m.ccc.xlvij, die 2 mensis Julii, cujus anima requiescat 
<■■ in eo qui sine fine vivit et régnât in secula seculorum amen. Scriptus est 
« liber iste per Henricum Monsdorff et finitus anno Domini m.ccccxxxviii, in 
« festo sanctorum martirum Ebdon et Sennes. Jo. de Bergha pastor ecclesiae 
« parochialis in Bemich, est possessor hujus libri. » 

238. Petit in-folio sur papier. -F. Johannis Gobii, ordinis Prae- 
dicatornm, Scala cœli. - Jncipit : « Venerahili ac karissimo 
« fratri domino Iiugoni de Coluberiis, sancte Aquensis ec- 
« clesie preposito, etc.» - Desinit : «Et ibi suspensus est. 
« Explicit liber exemplorum. » — xv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. Marqué : « Natalis. » - Deux colonnes. Ecriture 
cursive. 

239. In-quarto sur vélin.- Pars Historiée scbolasticae M. Pétri 
Comestoris. Incipit : « De commendatione Jobannis Hircani. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 105 

« Mortuo Simone qui ultimus quinque. » - Desinil : « De 
« ascensione Domini. Die autem ascensionis, etc.» — 

XIII e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Melz. Marqué : « A. T. M. » - Signé sur la garde : « Ro- 
« bertus de Ferdella. » - Deux colonnes. Ecriture très-négligée. 

N° 240. In-quarto sur vélin et papier. (Recueil.) i° Incipiunt Mo- 
ralitates magistri fratris Roberti Holkot de beata Vîrgine. - 
Incipit: « Tlicotlosius de vita Àlixandri. »— 2° Incipiunt Yma- 
gines Fulgencii. - Incipit : « Refert Fulgencius de ornatu 
« orbis. » - 3° Incipiunt Enigmata Aristotilis moralizata bene 
et pulclire per H. —Incipit : « De preceptis et enigmatibus 
«Pictagore, itaque pitagorata sunt ista precepta fugienda 
«omnibus. » - 4° Incipiunt Declamaciones Senece magistri 
Nicholai Trivet. — Incipit : «In civitate Atlieniensi fuit con- 
« stituta talis lex. Cecus de publico mille denarios accipiat 
« spiritualem civitas paradisi statuit. » - 5° Tabula hysto- 
riarum biblie distincta per alphabetum. - Incipit : « Absti- 
« nencia est meriti augmentativa. » — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. Signé : « Iste liber est Hermanni de Bure. » - 
Longues lignes. Cursive. 

241. In-quarto carré sur papier. (Recueil.) - i° Incipit liber 
intitulatus Ymaginis Vite a magistro Bonaventura. - i° In- 
cipit Devotissima jubilacio B. Bernardi abbatis de boc dul- 
cissimo nomine Ihesu. — Incipit : « Jhesu dulcis memoria. » 
- 3°Secuntur Gradus superbie secundum eundem Bernar- 
dum. - l\° Incipit Parvum Bonum fratris Bonaventure. - 
5° Liber de Corona aurea B. Marie Virginis a quodam Car- 
tbusiano editus. - Incipit : « Corona aurea super caput 
« ejus expressa. » - 6° Tractatus de Lloris canonicis. - Incipit : 
« Quoniam dyabolus tenebrarum princeps. » - 7 De Aucto- 

MAN. DES BIBL. — V. I /| 



106 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

ritate concilii generalis excerpta. Incipit : «De occasione 
« capituli. » - 8° Tractatus de Habitu mulierum. - Incipit : 
« Reverendi patres episcopi. «-9° Metensis civitatis laus me- 
trica. - io° Incipit Solacium ludi scachorum, scilicet regi- 
minis de moribus hominum et ofïiciorum virorum nobilium, 
quorum si qui formas mente impresserint, bellum ipsum et 
ludi virtutem corde poterunt faciliter obtinere. - Incipit : 
« Inter omnia mala signa in homine. » - 11 Incipit trac- 
tatus de Professione monachorum. - Incipit : « Tractatus 
« iste qui est de professione.» — 12 Cy comance le livre 
intitulé le Miroir de vie humaine, fait par Rodorique, Hespai- 
gnol, evesque de Zamorensis, ou quel toute créature hu- 
mane mortelle, en quelque estât quelle soit establie, ou en 
office spirituel ou temporel, pourra veoir de cbascune art et 
manière de vivre les prosperitez et adversitez, etc. lequel 
livre a esté translaté de latin en fransois par frère Julien, 
docteur en théologie, du couvent dez frèrez sainct Augustin 
à Lyon, en l'an mille cccclxxvij. — xv e siècle. 

Marqué: « Sancti démentis, 1761. «-Longues lignes. — 6° A la fin: « Explicit 
« tractatus bonus et utilis de horis canonicis débite dicendis , edilus a peritissimo 
« viro domino magistro Arnuldo de Palacio, primam matutinalem lectionem 
« juris canonici Parisius legente, ejusdemque juris canonici merito professore, 
« finitus per me. Amen. » - 7 A la fin : « Explicit hoc totum; frater Jo. Per- 
« rini. » - 9 Apologie dévote. Commence : 

Métis ovans, gaude, manibus plebs aulica plaude, 
Urbs populosa satis cum mercibus utilitatis; 
Gaude repleta bonis terre celeberrima donis , elc. 

io° «Explicit libellus utilitatis et solacii, qui intitulatur de Moribus homi- 
« num et officiis nobilium super ludo scachorum, quem composuit frater Ja- 
« cobus de Cessulis, ordinis Predicalorum. Laus sit Christo. Amen. Per me 
« F. I. P. Féliciter scripsit, vinum detur editori. » - 1 1° « Explicit tractatus de 
« professione monachorum fratris Cuillermi de Peraut. Benedictus Deus qui 
« fecit celum. Pro scriptoris venia, precoi\ die : Pater Ave Maria. » - 1 2° A la 
« fin : « Cy fimst ce présent livre intitulé le Miroir de la vie humaine, impressé 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 107 

« à Lyon sur le Rosne par Bartholomieu Buyer, cytoieQ dudit Lyon, le huy- 
« tiesme jour du nioys de juillet Tan mil quatre cens septante et sept. Anno 
« Domini m.cccc octuagesimo tertio, in mensis junii die t\ ; explicit hoc opus- 
« culum per manus fratris Johannis Perrini rapt uni ab exemplari de latino in 
« gallicum sagaciter transformatum. » 

N° 242. Petit in-folio carré sur papier. - lncipit Expositio Bedœ 
presbiteri de Tabernaculo et vasis ejus ac vestibus sacerdo- 
tuni libri très. — xi c siècle. 

Marqué : « Monasterii Sancti Arnulphi Metensis. » — Longues lignes. 

243. Petit in-folio étroit sur vélin. -Beati Cassiani de Instruc- 
tione monachorum libri XII. — x e siècle. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulphi. » - Longues lignes. Sur le verso du pre- 
mier feuillet : « In hoc volumine continentur beati Cassiani de Instructione 
<• monachorum libri xi j , et Staluta vel régulai patrum, et admonitiones sancti 
« Basilii ad monachos. Item ejusdem Basilii epistola consolatoria de eo quod 
« justis et peccatoribus prosit corporalis afflictio. » — De tous ces ouvrages, le 
premier est le seul qui subsiste; encore n'est-il pas complet. 

244. Petit in-folio sur papier et vélin. — lncipit Secunda pars 
secunde partis secunde Summe eximii et sanctissimi doclo- 
ris beati Thome de Aquino, ordinis Predicatorum. — 

XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. Marqué : « Natalis. « - Deux colonnes. Ecriture 
négligée. 

245. In-folio sur vélin, format très-étroit et tout en hauteur. 
(Recueil.) — 1° Varia de historia et fundatione ecclesiae Sancti 
Vrnulphi Metensis. - 2° Régula vivendi ad usum mulieris 
christianae.- lncipit : « Dudum quidem, domina imperatrix, 
« tibi petere placuit ut ex Scripturis colligerem luculentos 
« brevesque sermones. »-3° lncipit libellus Anselmi (?) de 
Scripturis et verbis patrum collectus, ad eorum presertim 



108 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

utilitatem qui contemplativae vitae amatores sunt. Deus rni- 
sereatur nostri. - Incipit : « Summa Trinitas virtus una. » - 
4° Orationes multae et preces ad Deum et Sanctos. — 5° No- 
titia reliquiarum in monasterio Sancti Arnulfi Metensis 
sœculo xii ineunte conservatarum. — Commencement du 



Marqué : « Monasterii Sancti Arnulphi Metensis. » — Longues lignes. - 
i° Deux relations, dont la première incomplète, toutes deux écrites au 
xii siècle et de deux écritures différentes. La première commence ainsi : 

Qui rectœ fidei leclor testaris haberi , 
Subter descriptis faveat devotio mentis; 
Quod propter corpus dens nobis sufïicit cjus 
Quem frafrem Domini mater dat Virgo vocari; 
Herberlus testis datus est divinilus istis. 

« Operae precium est noticiae posterorum intimare miraculumquodin consecra- 
« tione hujus ecclesiae dominus dignatus est declarare, etc. » — Le second récit 
commence ainsi : 

Quod bonus omnis amet praesens descriptio praefert. 

« Fere post. passionem Domini c° et ij°, cum adhuc rudis populus Cbristianorum 
« pullularet per orbem terrarum, quartus Mettensis urbis sanctus autistes no 
« mine Patiens, etc. » — 2° A la fin est cette rubrique : « Ego Johannes, ultimus 
« servorum Cbristi , et qui mecum sunt fratres, beatitudinem tuam salutamus in 
« Christo, pia mater pauperum et nobile tlecus vicluarum. Vale. Conservet te in 
» voluntate sua semper omnipotensTrinitas. »— 4° Ces prières sont presque toutes 
sous une rubrique. En voici quelques exemples. D'abord la première : « Inci- 
« piunt Preces ardentis desiderii ut fidelis anima solum Cbristum possit amare 
« quia bonus et malus amor non se simul in uno capiunt pectore, sicut scrip- 
« luin est : Nemo potest duobus dominis servire. » —Vient ensuite cette autre : 
« Hic peccatrix anima gemil nimis et dolet, videns lerram sine aqua, et idcirco 
« pro desiderio lacrimarum devotas preces fundit ad Deum, etc. etc. Incipit 
« oratio décora compilala per contemplationem vel medilatio tbeorica. » -Tout 
cela semble appartenir à saint Anselme. A la fin des prières, on lit un office 
sous cette rubrique : « Missa pro monachis in die professionis eorum. » Puis au 
delà de la notice n° 5 recommencent des prières : « ad sanctam Mariam, ad 
« sauctum Benedictum. » — 5° Cette notice occupe six pages et date du même 
temps que le manuscrit. Elle commence par ces mots." In principalialtari quod 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 109 

• esl consecratum in honorem sancti Johannis evangelistaj XII apostolorum con- 
« tiaentur hse reliquiae. » 

N° 246. Petit in-folio épais sur papier. (Recueil.) - i° Sermones 
super evangeliis dominicalibus.— Incipil : « Ecce rex tuas ve- 
« ait, etc. Egregius doctor noster sanctus Thomas de Aquino 
« dicit. » — 2° Alii Sermones de sanctis cum prologo. — In- 
cipit : « Laudate Dominnm in sanctis ejas, etc. Rogatus utposl 
« lecturam sermon uni Discipuli de tempore aliquam lectu- 
« ram facerem de sanctis per circulum anni. » — 3° Promptua- 
rium Discipuli de miraculis beatae Mariae Virginis. - Inci- 
pit : «Ad Dei omnipotentis laudem, cum sepe recitantur 
'! sanctorum miracula, etc — intendo e\ diversis libris col- 
« ligere opusculum quod nominari débet Promptuarium 
«Discipuli de miraculis béate Marie Virginis, etc.» — 

XV e SIÈCLE. 

De l'abbaye de Tholey. - Deux colonnes; cursive. - 3° On lil à la lin : 
« Explicit Promptuarium , etc. anno Domini rn.cccc.lx. » 

247. In-quarto sur vélin. -Sermones magistri Johannis de Ab- 
batis Villa. - ïncipit : « Cum sacrosancta mater ecclesia. » — 
Fin du xm e siècle. 

Marqué: « Iste liber est domus Sancti Sixti iu Rutila, ordinisCartbusiensis.— 
Deux colonnes. 

248. In-quarto sur papier. (Recueil.) - i° ïncipit Summula de 
casibus. - ïncipit : « Turpe est ignorare que omnibus conve- 
« niunt. » - 2° Manuate sacerdotum. - ïncipit: « Quia sacer- 
« dotis officium circa tria principia versantur. » - Desinît : 
« Taies factat sacerdotes nostris temporibus quales descripti 
« sunt. «-3° Libellus adinstructionem conlessorum. -ïncipit : 
«Qais, (juid, ubi, auantum, auociens, auos, qaomodo, aaando , 



110 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« (Juilibet observât anime medtcamwa dando. In istis metris tan- 
« guntur circumstancie confessionis. » — k° Incipit tractatus 
de Matrimonio. - Incipit : « Item sponsalia dicuntur. » - 
5° Opusculum tripartitum de preceptis decallogi, de con- 
fessione et de arte moriendi, per eximium sacre théologie 
professoreni mag. Johannem de Gersona, etc. - 6° Tracta- 
tus Dominici Vollaiii, artium et philosophiœ professons, de 
Conceptione beatae Mariae Virginis.- Incipit : « Gloriosissimo 
«principi et domino, domino Nicolao Marcello, serenissimo 
« Veneciarum duci. » — xv c siècle. 

Sans marque de provenance. - Diverses écritures. — i° On lit à la fin : 

« Et sic est finis Raimundi per me sub anno Domini \l\l\ 1, hora 2, in pro- 

« festo Jo. » — 2° A la fin : «Finitum est hoc opusculum Exffordie, anno Do- 
« mini m. (cccc.) Ix, quinta feria post festum Agathe. » 

N° 249. In-quarto épais sur vélin. - Surama Monaldi de jure 
canonico, tractatus expediens militas materias secundum 
ordinem alphabeti. - Incipit : « Quoniam ignorans ignora- 
« bitur. » — Fin du xm e siècle. 

De la cathédrale de Metz. -Deux colonnes, vignettes, exécution élégante. 
Au commencement, une table sous cette rubrique : « Secuntur rubrice hujus 
« libri fratris Monaldi de jure canonico. » 

250. In-quarto sur vélin. — i° Gommentarius super Decreto 
Gratiani. -Incipit prologus : «Quoniam in omnibus rébus 
« animadvertitur id esse perfectum. » — Incipit Commenta- 
rius : « Humanum genus , etc. Ordinaturus décréta ipsa altius 
« ingreditur. » - 2° Tractatus de Tabernaculo Moisis. - In- 
cipit : «Auxiliante gratia Domini nostri Jhesu Christi, de 
« tabernaculi constructione locuturi. » — Commencement du 

XIII e SIÈCLE. 
Marqué : « Sancli Vincentii Metensis. »— Longues lignes. Pas de titres. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 111 

N° 251 . In-quarto sur papier. — Summa Decretalium composita 
a Henrico. - Incipit : « Sicut dicit lex de veteri lege (jure) 
« enucleando, omnium habere memoriam et penitus nus- 
« quain peccare divinitatis magis est quam moralitatis. » — 

• XV e SIÈCLE. 

Marqué : « Celestinorum de Métis. » - On lit à la fin : «Et sic finitur liber 
« iste scriptus per JohannemDoi in , commoranteni Parisius in collegio Marchie , 
« anno Doinini niillesimo cccclxiii, septima décima mensis octobris. In nomine 
« Domini amen. Deus laudetur. « 

252. In-quarto sur vélin. (Recueil.) - i" Summa Rainmndi 
super casibus Decretalium. - Incipit : « Quoniam ut ait Jero- 
« nimus. » - 2° Incipit Summa matrimonii. — Incipit : » Quo- 
« niam fréquenter in foro penitentiali. » — xm e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes. - i° On lit à la fin cette ru- 
brique : « Explicil Summa Reymundi. Deo gratias. » - 2° Forme dans quelques 
exemplaires le quatrième livre de la Somme de Raimond. 

253. Petit in-octavo épais sur vélin. - Incipit Summa de ca- 
sibus Raymundi, cum apparalu. — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz.— Une colonne, la glose dans les marges. Plusieurs 
feuillets brûlés dans le milieu du volume. 

254. In-octavo sur vélin. - i° Raymundi Summa de casibus. - 
2° Expositio Wilhelmi super Summa. — Fin du xm e siÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes. Signé : « Jo. Herbilloin. » 

255. In-octavo sur vélin. - Incipit Summa de casibus Ray- 
mundi, cum expositione Willelmi. — Commencement du 

XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Signé : « Jo. Herbilloin. » - Le commentaire sur 
le flanc du texte. La Summa de matrimonio est ajoutée à la fin comme consti- 
tuant le quatrième livre de l'ouvrage. 



112 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 256. In-quarto sur papier. (Recueil. )-i° Summulade Summa 
Raymuncli, metrice composita, cum expositione. - 2° Excerp- 
tiones ex innumeris pêne libris factœ. — xrv c siècle. 

Marqué : « Codex monasterii Sancti Mauritii. » - Diverses écritures négli- 
gées. — i° Commence ainsi : 

Summula de Summa Raymuncli prodiit isla; 
Non ex subtili, sed vili scribimus islam. 
Eloquio placet hoc sociis, quia magna studendi 
Cura sibi non est, modus hiis valet ergo loquendi. 
Inter doctores hune nolimus (sic) ire libellum 
Parvis et rudibus quem traximus esse legendum. 

Le commentaire, dont il manque !e commencement, développe mot par mot 
la pensée du versificateur. -2° Ce sont des extraits dévots à l'usage d'un reli- 
gieux. 

257. Petit in-octavo sur vélin. - Incipit Summa de casibus 
abreviata, cum apparatu et glosa. - Incipit : « Symonia est 
« studiosa voluptas emendi. » -Incipit apparatus : « Sludiosa, 
« id est ad actum exteriorem progressiva. » — Commence- 
ment du XIV e SIÈCLE. 

Marqué : « Celestinorum Metensium. G. 91. » - Deux colonnes. 

258. In-seize sur vélin. (Recueil.) - i° Formulas excommuni- 
cationis et orationis. - 2 Incipit liber penitencialis qui Cor- 
rector vocatur et medicus, qui correctiones corporum et 
animarum medicinas pleniter continet, et docet unum- 
quemque sacerdotem et simplicem quomodo vel qualtter 
unicuique succurrere valeat ordinato vel sine ordine, pau- 
peri, diviti, puero, juveni, seni, decrepito, sano, infirmo, 
in omni etate, in utroque sexu ; quo tempore presbiteri ple- 
bium can[on]ica auctoritate discordantes ad pacem et de- 
linquentes ad penitenciam compellere debeant. Ex peniten- 
ciali Romano. — 3° Brèves expositiones super Pater noster, 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 113 

Credo et Alléluia. -4° Spéculum ecclesiac.-Incipit : « Dicit 
« apostolus ad Ephesios. » — 5° Carmen de Algorismo.-6° Item 
de Compotu. — xm e siècle. 

Marqué : « Celestinorum de Métis. »— i° La première rubrique est: » Excom- 
municatio Leonis pape. » — 5° Commence par ces vers : 

liée algorismua ara presens dicitur in qua 
Talions [ndorum Eruimur bis quinque Gguris, 

o . 9 . 8 . 7 . 6 . 5 . \ . 3 . a . i 
Prima que signât unum, duo vero seennda , etc 

Manque un feuillet à la fin. —6° Commence ainsi : 

Auxiliante Dco paro tempora scribere métro, 
Solis vcl lune vario distincta tenore, 
Nomina que veteres posuerunl online recto, 
Adjungens documenta scolis audita modernis. 

Le poëine est suivi d'une exposition en prose. 

N° 259. In-octavo sur papier. - Casuum ad conscientiam perti- 
nentium brevis et accurata explicatio. — xvn° siècle. 

Sans marque de provenance. - Cahier d'un élève en théologie. 

260. Petit in-quarto sur papier.- In posteriores secundae Se- 
cunda? cl. Thomrc quaestiones de justitia ca?terisque virtu- 
tibus cardinalibus Commentarii. — XVII e SIÈCLE. 

Sans marque de provenance. - Cahier de théologie. 

261. Petit in-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° Incipit prologus 
in libro Questionum magistri Barlholomei Brixiensis. - In- 
cipit : « Ad honorem omnipotentis Dei et ecclesie Romane. » 

- 2° Tractatus Johannis de Sacro Bosco de Sphaera. - Inci- 
pit : « Tractatum de sphera quatuor capitulis distinguimus. > 

- 3° Auctoritates excerptœ ex libris moralibus Aristotelis. - 
4° Ars dictaminis seu formulas epistolares. - Incipit : « Re- 
« verendo ac diligendo patri suo H. in tali loco H. scolarum 



MAI*. DES BIBI. 



114 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« studens. » - 5° Traclatus de Arte grammatica. - Incipit : 
« Ad majorera artis grammatice cognitionem providendura 
« est quid sit grammatica. » - 6° Sermones de lempore. - 
Incipit : « Johannes quidam baptisavit, etc. » — Commence- 
ment du XIV e SIÈCLE. 

Marqué : ■■ Domus Garthusiensis. » - Diverses écritures sur deux colonnes. 

N° 262. In-quarto minime sur vélin. (Recueil.)- i° Ista sunt Sta- 
tu ta salubria provincialis concilii Treverensis édita solemni- 
ter perreverendum in Christo patrem ac dominum Balduy- 
num , Dei gracia sancte Treverensis ecclesie archiepiscopum, 
anno Domini m.ccc.x, xxvm die raensis aprilis.- 2° Prsecep- 
tum Edemarii, Metensis episcopi, de regimine ecclesiarum 
sua? diœcesis, datum anno mccclvi, die vu julii. — 3° Ser- 
mons en français. — xm e et xiv e siècles. 

De la cathédrale de Metz. -Diverses écritures.- 3° Le premier commence 
sous la rubrique : « Dominica VI post dominicain in qua cantatur de Trini- 
« tate. <• — Sur ce texte : «Amen dico vobis, nisi habundaverit justicia ves- 
Ktra, etc. » — « Nostre Sires parla à ses apostres, si coin nos reconte Tavangile 
< de uie, et si lor dit que, se lor sanlez ne sormontoit 1a santez as scribes et as 
« Pliarisées, que il n'anteroient mie ou règne del ciel. » — Le dernier de ces ser- 
mons est sur la fête de saint Thomas. On lit à la fin : « Anno Domini m. ce. 
« octogesimo quinto, mense julii. » 

263. Petit in-quarto sur papier. — Privilégia congregationi 
SS. Vitonis et Hydulphi concessa. — xvn e siècle. 

Te Saint-Arnoul. Cette copie moderne ne contient que les privilèges ecclé- 
siastiques de la congrégation de Saint- Vannes. 

264. Petit in quarto sur papier. - Excursus super Summam 
sancti Thomae. — xvn c siècle. 

Marqué : « Frères prêcheurs de Metz. » 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 115 

N° 265. Petit in-oclavo sur papier. - Regulae Societatis Jesu. — 

Wll'' SIÈCLE. 
Marqué : «Ex libris Sancti Arnulphi. * 

266. Petit in-octavo sur papier et vélin. (Recueil.)— 1° Régula 
sancti Benedicti. - 2° Nonnulla praecepta ad Inslitulionem 
monacborum. - 3° Considerationes quas religiosus débet 
considerare per semitas sue consciencie, a cancellario Jo- 
hanne Gerson. - 4° Abbreviatum super Régula sancti Au- 
gustini. — 5° Notabilia et extracta ex Vitis patrum et diversis 
Iractatibus doctorum. - 6° Epistole Magni Turci ad omnes 
principes mundi. — xv e siècle. 

Marqué :«Istudvolumen est conventus Bcate Marie Celestinorum de Métis. » 
- Diverses écritures très-négligées. — 6° Ces lettres sont précédées d'une pré- 
face sous cette rubrique : « Laudimi (Landivii?) equitis Jherosolimitani ad 
« Francinum Beltrandum in epistolas prefacio. » — Ce recueil se compose de 
quatre-vingt-trois lettres, toutes fort courtes, adressées, les unes par Maho- 
met II aux princes d'Orient, villes grecques ou souverains d'Italie, les autres 
écrites à Mahomet par les mêmes princes ou villes. 

267. Petit in-octavo sur papier. - Nova collectio statutorum 
ordinis Cartusieusis, ea quœ in antiquis et novis stalutis ac 
tertia compilatione dispersa et confusa babebantur simul 
ordinate disposila coniplectens. — Fin du xvi° siècle. 

Sans marque de provenance. - Ce volume ne forme que la seconde partie 
du recueil. 

268. Petit in-folio sur papier. - In universam Arislotelis tuni 
logicam tu m etbicam Commentarii, auctore D. D. a Sancto 
Martino, licentiato Sorbonico, in regia Navarra. 1628. — 

XVII e SIÈCLE. 

Marque : « Ea libris congregationis Missionis domus Metensis. » 

1 j 



116 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 269. Petit in-folio carré sur vélin. (Recueil.) - i° Incipit liber 
priorum. - Incipit : « Primum oportet clicere. » - i° Incipit 
liber posteriorum analeticorum. - Incipit : « Omnis doctrina 
« et omnis disciplina. » - 3° Liber praedicamentorum Aristo- 
telis.-4° Incipit primus liber topicorum Arislotelis. - 5° In- 
cipit liber elencorum. — Fin du xm e siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Marqué : « Memoriale fratris Heinrici de Co- 
« lonia pro pecunia super primum Durandi. » 

270. Petit in-folio carré sur papier. - Liber de Individuorum 
superiorum significacionibus, quem composuit excellentis- 
simus philosophus Albumazar Geafar, filius Mahone Awalchi. 

— XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Signé : « Jo. Herbilloin. » Et par le copiste : 
« Scriptus per me D. Arboris. » 

271. In-folio carré et mince sur vélin. -Macrobi us in Somnio 
Scipionis. -Incipit : « Inter Platon is et Ciceronis libros quos 
« de Republica. » — Desinit : « Macrobii Ambrosii v. c. et inl. 
« commenta ex Cicérone in Sonnium Scipionis explicuerun t. 
'< Féliciter. » — x e siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Longues lignes , avec des gloses marginales peu 
nombreuses et d'un auteur chrétien, mais instruit, et à qui la langue grecque 
était familière. Sur le verso du /io e feuillet est une mappemonde enluminée. 
Sur le dernier feuillet, une nomenclature succincte des constellations célestes, 
qui commence ainsi : «Duo sunt extremi vertices mundi quos appellant polos 
« septemtrionis et austri, quorum alter a nobis seinper videtur, alter vero num- 
« quam. » 

272. Petit in-folio sur vélin et papier. - Incipit Prohemium in 
libro de Proprietatibus rerum fratris Bartbolomei Anglici, 
ordinis fratrum Minorum. - Incipit : « Cum proprietates 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 117 

« rerum. » - Desinil : « Explicit tractatus de Proprietatibus. 
« Deo gracias. » — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Sur le dernier feuillet : ■ Hune librum michi 
■ Desiderio Natalis, circatori et canonico Metensi, legavit oiagister Johannes 
« Clerici, ejusdeni Metensis ecclesie quondam canonicus. Anima ejus requiescat 
« in pace. » - Et d'une autre main : « Postmodum ego Hugo Matliie istum li- 
a brum habui a dicto d. Desiderio, pro quo tradidi sibi Summam vitioruin, 
« quam ipse postmodum portavit secum dum professus fuit ordinem Mino- 
«rum de observanlia apud Brieyum, ubi statim defunctus fuit anno Domini 
« rn.cccc.lxxxiij". » 

N° 273. Petit in-folio carré sur vélin. - lncipit liber de Regimine 
principum, editus a fratre Egidio Romano, ordinis Sancti 
Augustini. — xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. -Deux colonnes. Encre pale. 

274. Petit in-folio sur papier. - lncipit tractatus de Viciis. — 

XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. -Marqué : « Guillermi Johannis Mali Capitis. » - 
Ecriture cursive sur deux colonnes. 

275. Petit in-folio épais sur papier. - In universam Aristo- 
telis physicam et metaphysicam Commentant , auctore d. d. 
a Sancto Martino, licentiato Sorbonico in regia Navarra. 

1629. — XVII e SIÈCLE. 
Marqué : « Ex libris congregationis Missionis domus Metensis. » 

276. In-quarto sur vélin. -Incipiunt capitula libri qui dicitur 
Universale bonum de apibus, scilicet, de prelatis et subditis, 
in libro qui dicitur Bonum universale, inter cetera, loquitur 
auctorita dicens. -lncipit prologus : « Reverendo in Christo 
« patri fratri Humberto , magistro ordinis Predicatorum. » — 
Commencement du xiv e siècle. 



118 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

De la cathédrale de Metz. —Signé : « Jo. Herbilloin. a —Longues lignes; gros 
caractère. 

N° 277. Petit in-folio carré sur papier. (Recueil.) - i°Coinpen~ 
dium deepidemia, compilatum Parisius per magistros facul- 
tatis medicorum, ad instanciam et mandatum illustrissimi 
principis et dominiserenissimi doraiui Philippi Francorum 
régis, anno Domini m ccc.xlv. - 2° Incipit liber octo tracta- 
tuum M. Magni Mediolanensis.— Incipit : « Tractatus primus 
« de aqua, et est summa prima de aquis. » — 3° De ordine 
ciborum libellus. - Incipit : « Quoniam multi et specialiter 
« nobiles. » - 4° Tractatus de epydemia, compositus a ma- 
gistro Magnino, - Incipit: «Inutile (Simile?) est opus stel- 
« larum in hoc mundo. »— 5° Tractatulus Johannis de Casso 
de cura oculorum. - Incipit : « Quoniam nullus labor sic in 
« animo delectationern gignit. » — xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. Deux colonnes, cursive négligée. — i° Trois 
feuillets; manque le commencement de l'ouvrage. — 5° Se termine ainsi : 
« Expiicil brevis tractatus edilus per me Johannem de Casso ad spectatissimum 
" dominumThomamdeCorsinis, legumdocloremdeFlorencia,annom.ccc.xlvj , 
« in mensejulii. » 

278. Petit in-folio sur vélin. - Alexandri Iatrosophistae de 
morbis dignoscendis et sanandis libri III. -Incipit (dempta 
prœfatione) : « Incipit texlus ejusdem de allopicia. Contingit bec 
« dupliciter passio. » — Desinit : « Explicit liber Alexandri 
« medici Iatrosophistae, translatus a Johanne episcopo, cui 
« benedicat Deus. » — Commencement du xm e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes ; grosse minuscule. 

279. Petit in-folio carré sur vélin. - Galieni ars parva? - In- 
cipit : « Cum tocius sentencie generalitas très principales 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 119 

« parles liabcat.» - Desinit (expleto iibro X, capitulo prae- 
notalo) : « De significatione qua salus vel mors in fi r mi possit 
« previderi. » — XIV e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes. Encre pâle. 

N° 280. Petit in-folio sur vélin. (Recueil.) - i° Apparatus super 
tractatu Joliannioii (?) de origine morborum. - Incipit : 
« (hic est causa, quod magni excessus sive recédant secun- 
« duni plus sive secundum minus a temperamento abso- 
« luto. » - 2° Tractatus de anotomia. - Incipit : « Necessarium 
«est cbyrurgico secatori scire anathomiam. » - 3° Nicolai 
antidotarius. - Incipit: « Ego Nicolaus, rogatus a quibusdam 
« in praclica medicine studere volentibus. » - 4° Commen- 
tum super anlidotario Nicolai a magistro Johanne de Sancto 
\mando. — Incipit : « Operatio medicine in tribus consistit. » 

XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes; cursive. - i° La transcription 
de l'ouvrage est inachevée. 

281. Petit in-folio sur vélin et papier. (Recueil.) - i° In no- 
mine Domini. Amen. Incipit expositio édita a magistro Ge- 
rardo Bierne, alias de Solo, in medicina eximio doctore, 
super nono libro Raser qui dicitur Almansor misso ad regem 
Amansorem. — Incipit : « Locus qui speculatoribas dignior est 
« locus altus. Ista proposicio est scripta ab Avicenna. » - 2° lu 
nomine, etc. Incipit libellus de retardanda senectute, ma- 
gistri Arnaldi de Villa Nova. -Incipit : « Domine Raymunde, 
«quia ex nobilissima stirjDe. » - 3° Incipit compendium as- 
tronomie, magistri Arnaldi, ad utilitatem medicorum. - 
Incipit : « Circa signa utilia. » — xv e siècle. 

Marqué : « Sancti Vincentii Metensis. »- i° Daté à la fin, de la main du co- 



120 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

piste : «Principium 22 Marcii 1^18; finis 5 Aprilis sequenlis. » - 2 Suivi de 
quelques prescriptions tirées des autres ouvrages d'Arnaud de Villeneuve. - 
3° Précédé de six tables astronomiques. 

N° 282. Petit in-folio carré sur papier. (Recueil.) - i° M. Gas- 
pari cle Sarnana sertum papale de venenis. — Incipit : « Exul- 
« tent et letentur jam divina consortia. » - i° Incipit libellus 
de preservacione ab epidimia magistri Magnini de Magnis 
de Mediolano. - Incipit : « Simile est opus stellarum in hoc 
« mundo. » - 3° Incipit tractatus de epidimia compositus 
per Bernardum de Gordonio. - Incipit : « Homo est rex et 
«princeps. » - 4° Tractatus ejusdem M. B. de Gordonio de 
sterilitate mulierum. - Incipit : « Temperamentum com- 
« plexionis est causa fecunditatis. » - 5° Incipit regimen 
contra difficultatem concepcionis, compositum per magis- 
trum Johannem Patarani medicum. - Incipit : « Fructus 
« arlis nostre légitime approbatus. » - 6° De quatuor com- 
plexionibus. — Incipit : « Complexionis varietas sequitur. » - 
7 Liber affbrismorum Ypocratis Choy. - 8° Incipiunt glose 
afforismorum Ypocratis. - Incipit : « Vita brevis, etc. Criso- 
« ranus dicit istam scienciam. » - 9 Incipit liber Epydi- 
miarum Ypocratis. - io° Mirabile antidotarium magistri 
Bartholomei de Montagna. — Incipit : « De unguentis. Un- 
« guentnm de corticibus castanearum. » — xv e siècle. 

Marqué : « Sancti Arnulphi. » Auparavant : « Ce presanl livre appartient à 
« moy, Jacques de Naurolles, chirurgien de Dansy. » - Le premier cahier du 
volume commence par un feuillet de parchemin. Longues lignes, écriture ita- 
lienne renouvelée. - i° L'auteur se nomme dans sa préface, et à la fin de l'ou- 
vrage on lit : « Explicit sertum papale de venenis. » - 2 A la fin : « Explicit 
« libellus de preservacione, etc. compilatus per magistrum Magninum de Ma- 
« gnis de Mediolano, philosophie, phisice et arcium professore, anno Domini 
» 1 36 1, in quo continetur quomodo homo et cetera inferiora celestibus corpo- 
« ribus sunt subdila. » 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 121 

N° 283. Petit in-folio carré et très-épais sur vélin. - Incipit liber 
canonis tercius Ablioliali Abuisceni de particularibus egri- 
tudinibus queaccidunt in membris hominis, a capite usque 
ad pedcs, manifestis et occultis, viginti duas continens feu. 
id est distinctiones, quibus complectuntur quinquaginta 
quatuor tractatus. — xv e siècle. 

De la cathédrale de Melz. - Cursive négligée. 

284. In-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Incipit algorismus 
de integris et minuciis. - Incipit : « Omnia que a primeva re- 
« rum origine processerunt. » - 2° Tractatus de spera Johan- 
nis de Sacro Bosco.— Incipit : « Tractatum de spera quatuor ca- 
« pitulis distinguimus. » - 3° Hic incipit thcoria planetarum, 
et primo de sole. - Incipit : « Circulus ecenlricus vel egresse 
h cuspidis. » — l\° Incipit alia theorica planetarum. - Incipit : 
« Cuilibet planetarum assignatur triplex locns. •> - 5° Capi- 
lulum de ventis et de eorum natura et loco regionum et de 
proprietate ipsorum. - Incipit : «Ventorum quatuor sunt 
« regiones principales. » - 6° Incipit (tractatus) de quadrante. 
- Incipit : « Géométrie due sunt species vel partes. » - 7 Com- 
posicio chylindri cum sua arte. - Incipit : « Investigantibus 
« chylindri composicionem. » — 8° Johannis de Sacro Bosco 
Compotus. - Incipit : « Compotus est sciencia considerans 
« tempora. » — Commencement du xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - 5° A la fin du traité : « Licet autem dictuni sit 
« sufficienter de ventis prosayce, nunc placet nobis predicta metrice recitare, 
« de quibus taies dantur versus : 

Quatuor a quadro consurgunt limite venti; 
Hinc quoque sex gemini dexlra levaque ligantur, 
Etc. etc. 

Vingt-deux vers. — 8° A la fin, sont ces vers : 

M. Christi bis ce. quarto deno quater anno 
De Sacro Bosco discrevit tempora ramus 

MAX. Dl.S lilBL. V. |t) 



122 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Gracia cui nomen dcdcrat divina Johannes , 
Annuat hic \obis hujus sic carpere fruclum 
Ecclesia Christi quod nos hinc fructificemus. 
Invide qui laceras que prosunt carmiaa contis 

Atténuas que non attenuare vales; 
Sed licet in tantis sua commoda subtrahis ista , 

Serpit per plures pagina lecta viros. 

N° 285. Petit in-folio carré sur vélin. (Recueil.) - Incipit trac- 
tatus M. Jobannis de Mûris de sole et luna et eorum con- 
junctionibus. - Incipit : « Patefit ex Ptholomei disciplinis. » 

- 2° Incipit sermo de electionibus curationis morborum se- 
cunduin astronomos. - Incipit : « Quoniam electiones lau- 
« dabiles sunt salubres. » - 3° Tabula? astronomicae M. Johan- 
nis de Mnris. - l\° Tabula? latitudinum planetarnm. - 
5° Tractatulus de planetis. - Incipit : « Septem sunt pla- 
« nete que dicunlur sydera erratica. » — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. -Marqué : « Liber est Hermanni de Bure. «-Deux 
colonnes; exécution soignée. - i° Au nom de Jo. de Maris, un renvoi avec cette 
note écrite auxv c siècle : « Falsum, et quidam dicunt quia fuit cujusdam mo- 
« nacbi Bexensis. » — 3° A la fin, la rubrique : « Expliciunt tabule Johannis de 
« Mûris, per magistrumNicolaum de Àngos, m. cccc.vj, xn. diemensis Januarii, 
« bene correcte secundum originale. » - k° A la suite, un cahier de papier où 
ont été écrites postérieurement des tables de conjonctions pour les années ilxolx, 
ido6, 1A08 et i/i.09, puis des pronostics intitulés : « Narraciones fratris Pétri 
« Cotin de dispositione temporali. » 

286. Petit in-folio carré sur vélin et papier. (Recueil.) - i° Pto- 
lomei, astrorum peritissimi,Centilogii liber. — Incipit: « Dixit 
« Ptbolomeus : jam scripsi tibi. » — 2 Tabula motus astrorum , 
cum tractatulo. - Incipit : « Postquam. . . de motibus celes- 
« tibus aliquam certitudinem. » - 3° De tbeorica lune et 
vi planetarum. - Incipit : « Centro vero epicicli exeunte. » 

- 4° Tabula? et canones tabularum magistri Hermanni de 
Saxonia. - Incipit : « Anno Christi 1 36 1 completo, ad me- 
« ridiem 10 diei. » — xiv e siècle. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 123 

De la cathédrale de Metz. -Signé : « Herman de Bure. «-Plusieurs écritures 
très-négligées. - i° A la fin : « Scriptus Parisius anno Christi i343, îG kal. Au- 
«gusti, hora vespertina. Amen. » 

i\° 287. Grand in-quarto épais sur papier. (Recueil.) - i° Ca- 
nones magistri Joliannis de Saxonia super tabulas Alfoncii. 
- Incipit : « Tempus est mensura motus. » - 2° Canones ta- 
bularum magistri Hermanni de Saxonia. - 3° Incipiunt 
tabule de motibus stellarum, etc. quas composuit magister 
HermannusStilus, Saxo, de Nocbem, pro allem. (?) operacio- 
nnm tabularum Alphoncii etaliorum aslronomorum seu phi- 
losopborum , et hoc ad meridianum Parisiensem anno Christi 
1 349. - 4° Tables astronomiques, avec une explication en 
français. - 5° Tabula? perpétuâtes, cum canone. — Incipit : 
« Omnis utriusque sexus armonia. » - 6° Hic est liber ma- 
gnus, scilicet completus, quem Alyaben et Ahel filius, sum- 
mus astrologus, composuit de judiciis astrologie, quem 
Hyhuda filius Amesce, precepto domini A. Romanorum et 
Castelle Dei gracia régis illustris, transtulit de arabico in 
maternum, videlicet ispanicum ydioma, et quem Egidius 
de Tebaldis Perinenssis, aule imperialis notarius, una cum 
Petro et d. regia ipsius aule prothonotario, transtulit in lati- 
num. - Incipit : « Dicit Haly filius Aber Ahel. » - 7 Incipit 
breviloquium magistri Bartholomei, nacionePerinensis, Bo- 
nonie compilatum et consummatum per prudentes viros, de 
lructu artis tocius astronomie, ad preces et honorent domini 
Thedisii de Fusto, anno Domini m. ducentesimo octuage- 
simo sexto. - Incipit : « Scribit philosophus in 1. libro me- 
« taphysice. » - 8° Tractatus astronomicus. - Incipit : « Se- 
« cundus post conditorem orbis moderator sol. » - Desinit : 
«Anno ii 38, 3 kal. Octobris. Explicit fatidica Zeel ben 
« Bixer Caldei. Hermanni translatio. VI. Astronomie liber. » 

.6. 



124 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

- 9 Incipiunt collecta ex libro Aomar Tiberiadis. - 1 o° Coni- 
pillatio Leoupoldi ducatus Austrie filius [sic) in astrologia. 

- Incipit : «... rosus Deus et sublimis qui omnia verbo 
« creavit. » — xiv° et xv e siècles. 

Delà cathédrale de Metz. -Signé : « Jo. Herbilloin. «-Plusieurs écritures très- 
négligées. - 4° Du xv c siècle. - 5° A la fin : « Expliciunt canones tabularum per- 
« maneacium : 

Jsta Johaimes equat , cepit Firminus et implel, 
Lux gaudel , reprobat livor, arnicas habet. 

N° 288. In-quarto sur vélin. - Incipit liber primus dialogorum 
Aurelii Augustini cum Licentio de Musica. — x e siècle. 

Marqué dès Torigine : « Liber Sancti Arnulfi. «-Longues lignes. A la fin est 
un glossaire explicatif des mots grecs employés par saint Augustin. Sous Vex- 
plicit, en écriture du xi e siècle : 

qui transitis secus optima quiritis 

Hac spectate domo quis Nicholaus bomo. 
lu domibus pulcris memores estote sepulcris. 

289. In-quarto sur papier. - Bartbolomaei Pisani Summa ca- 
suum. — Incipit : «Quoniam, ut ait Gregorius super Eze- 
« chielem. » — xv e siècle. 

Sans marque de provenance. - Intitulé sur le dos : « Sermones aut. ignoti. » 

290. Petit in-folio carré sur papier. - Commentarii gramma- 
tici. - Incipit : « Quoniam ignorancie nubile-. In prima parte 
« nostre lectionis actor iste tangit causam que movit ipsam 
« materiani scribendam. » - Desinît : « Si proprie atendas. Lit- 
« lera nostra ad litteram, etc. » — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Marqué : « Iste liber est domino Johanni de 
« Ytalia, cappellanus Sancte Marie Rotonde; » et postérieurement : « Cest livre 
-> est de maistre Cbreslien. maistre dou gran motier, mais il me doit xn. sous 
« que je liait preste sus lou jour de Saint-Luc pour xim s. etxvm. d. «-Ecriture 
cursive très-négligée, sur deux colonnes. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 125 

N° 291. In-quarto carré sur papier. - Berengarii Spéculum ab- 
breviatum. - Incipit : « Quia inusitata est lectio Speculi judi- 
« cialis. » — xv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Belle écriture italienne renouvelée, sur deux co- 
lonnes. Sur la dernière page : « H. Mathie me scribi fecit anno jubilei m.cccc. 
I l\\v. » 

292. Grand in-quarto épais sur vélin. (Recueil.) - i° Tracta- 
tus incerli auctoris de grammatica. - 2° M. Servii Honorati 
commentarii super Georgicis et /Enéide. — x e siècle. , 

Marqué:» Liber S. Arnulphi. «-Longues lignes; écriture nette et régulière. - 
i° Manque le commencement. Sur le verso du folio i, qui est déchiré, on lit : 
« III. Conparativus gradus generis est semper communis, ut hic et hœc jus- 
" tior, etc. » Au verso du folio i : « Incipit tractatus de génère, i. De difinitione 
>• generum. n. De allcrius generis in sono et in alterius in intelleclu. ni. De 
« alterius in singularitate, alterius in pluralitate, etc. etc. De difinicione gene- 
« rum. Gênera principalia duo sunt que proprie sola tantum vocantur, mascu- 
« lini et feminini, etc. etc.» Cet ouvrage occupe 46 feuillets dune écriture 
très-fine. Il se termine au traité sur 1 interjection, chapitre De fi (jura inter- 
jectionis, par les mots : «ex integro et corrupto, ut pater mi, currus Israël et 
« auriga ejus; conponunlur ex pluribus, ut : eia tu eia, fac tu fac v et similia. » Ce 
traité de grammaire est l'ouvrage de Smaragdus , abbé de Saint-Mihiel, dont la 
Bibliothèque Nationale possède deux exemplaires manuscrits. Il est inédit, sauf 
un curieux chapitre sur la composition des noms barbares, que Mabillon a im- 
primé dans ses Analectes. A la suite, sont quelques formules épislolaires, dont 
voici les protocoles: « Nobilissimaaeditoprosapia illusl ri praîsuli, servi et ora tores 
« vestri de pago Salninse et Nedinse et Rosolinse, in Chrislo orationem, etc. etc. 
• Domino venerabili H. congregatio Sancti Martini in Chrislo orationem, etc. » 
Ces transcriptions, contemporaines du manuscrit, mais d'une autre main, 
occupent deux demi-pages. - 2° Commence par ces mots : «Nam, ut supra 
» diximus, nomina numinibus ex officiis constat imposita, verbi causa ut ab 
« occasione Deus occator dicatur, a sarritione sarritor, a stercoratione ster- 
« culinus, etc. » commentaire qui se rapporte aux premiers vers des Géorgiques. 
Le commentaire sur les Géorgiques n'est pas complet. Celui de l'Enéide com- 
mence par les mots : « Memorern Junonis ob iram : constat multa in auctoribus 
■ inveniri, etc. » Il se termine dans le XII e livre par les mois : « Pervolat, per 



126 



CATALOGUE DES MANUSCRITS. 



« magnas aedes volât, nam more suo verbo dédit detractam nomini prœpositio- 
« nem. Vacuis magnis ut vacua atria lustrât sau. . . Nec conferri. . . » 

Voici la collation des premières pages faite sur l'édition de Robert Estienne. 
Les mots en romain indiquent les variantes. 











GEORGIC. 






P. 56, 


,1. i4. 


occasione. 




P. 5 7; 


, ait. 


ignaros miseratus rusticos juva ut 


— 


t. i5. 


sterculinus. 








mecum ignaros intellcgas. 






adulât augustum. 




P. 58 


( marq. 


55) , 1. 1. etiam ego. 


P. 57, 


t. 1. 


sed veritati. 




— 


1.5. 


majores artium enm aulem. 


— 


1.2. 


emeruit. 




-- 


1. 12. 


est Dis pater. 


— 


1.3. 


per numen. 




— 


1. i4. 


initio - prima parte. 


— 


1.4. 


rem (au lieu de ad 


rem ) . 


— 


1. i5. 


qui ipsorum temporum. 


— 


1.5. 


possumus tamen pro post. 


— 


1. 18. 


sub casum hiemis i. u. s. 


— 


1.6. 


daturos - potest et 


mox. 


— 


1.34. 


gelidum (gelu tum). 


— 


1. i5. 


Thyle. 




— 


L3 7 . 


econtra [contra). 


— 


1. .7. 


( La ligne manque) 




— 


uli. 


respondit. 


— 


1.21. 


nuptiarum - coemebant. 


p. 59, 


1.6. 


ac prias inmensumyèrro. 


— 


1. 25. 


nolunt. 




— 


ibid. 


veractum. 


— 


1. 33. 


Hœ quinque. 




— 


Lu. 


temperie velfrigore. 


— 


1.42. 


gratiam luam 




— 


1. 20. 


meliores in India. 


— 


1.47. 


allegorice. 




— 


ibid. 


Hoc est (juod ait. 


" 


1. 54. 


Ennœa dupes. 




.«NEIDOS, 1. 







P. 173, 1. 3. nec ad eorum cxernplum. 

— 1. 10. pnjpter vulneratum. 

— 1. i5. usque ad FuZfizrnuni denique ipse 

dixit veteresque latini ideo 
quia scit esse etiam novos id 
est a fundis usque ad Vultur- 
num Latium aulem. 

— 1. 2 1. non deduclio a persona sed ad lo- 

cum. Tamen. 

— 1.3i. incertum est utrum abreuse Al- 

binlx filio. 

— ibid. de qua re etiam Livius Habitat 

— 1.35. et in v. libro ut priscos docuit. 

— 1. 37. in montibus est posita. 

— 1. 3g. Lucanus tamen ipsum ordinem 

vertit. 

— ult. Dicemus enim quo te lœser. 

P. 17/1, 1. 10. De Troja sustulit et hic ostendit. 

— 1.2 2. antiqui per efexegesin diccre. 

— 1.2 3. et hos Tyro constat venisse. 



P. 174,1. 3i. contra populum romanum Juno 
fertur. 

— i. 32. ne in rebns fabulosis. 

— 1. 37. Junonem in a/10 loco testatur. 
P. 175, I. 8. genlium loco arum et reliqua. 

— 1. 16. olim quandoque et tria. 

— 1. 17. ut olim arbos nam adi. p. q. g. 1. 

prœsens. 

— 1.24. scribit aliafda deducit. 

— ibid. et diclœ sunt parese. 

— 1. 3a. anliquis ad Junonem referas. 

— 1. 34. ex persona potœ intellege. 

— ibid. sic ipse in alio loco miratur. 

— 1. 3g. significalionem nominum dat. 
P. 176, 1. 6. in plurali numéro masculini. 

— 1. 8. Repos tum autem sincope est. 

— 1. 10. quod etiam Maro fecit nam que 

et. 

— ]. 11. et eorum exemplis aliis. 

— 1. i4. licet multi séparent. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 127 

N° 293. Grand in-quarto sur papier. - Vocabularius dictus Ab- 
bas niger. -Incipit : « A littera, sicut dicit Ysidorus in primo 
« libro ethimologiarum, in omnibus linguis est prior. » - De- 
sinit: « Zuckura, fit per decoccionem, sicut sal de aqua, etc. » 

— XV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Signé : « Jo. Herbilloin. » Voici le titre de cet 
ouvrage, qui renferme l'interprétation de plusieurs mots en vieil allemand : 
« Incipiunt rarorum vocabulorum exposiciones ex dictis Ysidori, Papie, Hugui- 
« cionis.Britonis, Luciani, necnon aliorum grammalicorum, studiose cxcerple 
« et in hancsummulam a quodam abbate nigri ordinis compendiose tradite, ac 
• per quemdani scholarem plures (per litteras?) interposite. Ergo liber iste 
« Niger abbas nuncupatur, et taies exposiciones vocabulorum, ut facilius inve- 
« niantur, secundum alpbabeti ordinem ponuntur. » 

294. Petit in-folio carré sur papier. - Laurentii Valise elegan- 
tiœ latini sermonis. - Incipit : « Cum sepe mecum nostro- 
« mm majorum res gestas aliorumque vel regum vel popu- 
« lorum. » - Desinit : « masculini potius generis, ut tallio, 
«stellio, gurgulio, et bec suïïiciant. » — xv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Longues lignes; écriture renouvelée italienne; 
très-belle exécution. 

295. Petit in-folio carré sur papier. - Incipit directorium sive 
compendium accentus multum utile. — Incipit : « Ut lector 
« in mensa vel in choro ad bonorem Dei absque sui ipsius 
i confusione. » — xv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Le traité est suivi d'un vocabulaire où se trou- 
vent les mots marqués de leur accent. Ce vocabulaire, écrit sur quatre co- 
lonnes, est précédé de la rubrique : « Sequitur nunc consequcnler cornpen- 
« dium accentus exemplare secundum ordinem alphabeti. ■> A la fin du volume : 
« D. Warini scripsif. » 

296. Petit in-folio carré sur papier. (Recueil.) - i° Moralis 
tractatus scacorum. - Incipit liber secundus : « De forma 



128 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« régis, etc. Rex sic formam accepit a principio. » - 2° Incipit 
hystoria Grisilidis ad Johannem Boccatium de Florencia. - 
3° Libellus Basilii, translatus per Leonardum Arretinum de 
greco in latinum. - 4° Francisci Petrarche, poêle laureati, 
epistola compendiosa, qualis esse debeat rector patrie. - 
5° Bartholi de Saxo Ferrato tractatus de insigniis et armis.- 
6° F. Petrarchae epistola de his quatuor quae necessaria 
suinmis bellorum praodicat Cicero. - 7 Yitae philosopho- 
rum, quorum primus Anaxagoras, postremus Priscianus. - 
8° Incipiunt moralitates M. Roberti de Olcoth, ordinis fra- 
trum Predicatorum. — Incipit : « Theodosius de vita Alexan- 
« dri. » — 9 Incipit liber de problematibus seu naturalibus 
questionibus cum solutionibus suis. « Prima cjuestio. Quare 
« omne animal sit grassibile. » - io° Incipiunt auctoritates 
Aristotelis de animalibus. — xv e siècle. 

Marqué : « Ex monasterio S. Vincenlii Metensis, x66o. «-Ecriture italienne 
renouvelée, d'une belle exécution, mais le volume est tout mutilé. — i° Manque 
le commencement. On lit à la fin : « Explicit liber moralis scachorum domini 
« Johannis de Bu, alias de Melis, quem scripsit Métis anno Domini i45i. » - 
9 A la fin : « Explicit tractatulus de naturalibus questionibus animalium , scrip- 
« lus per me Jo. Francisci de Métis, alias de Bu, anno D. 1 458. » - io° Daté 
i464. 

N° 297. In-folio sur vélin. (Recueil.) - i° Incipit epistola beati 
Iheronimi de nominibus pedum. Ermorii [sic). — i° Isidori 
Hispalensis liber Etymologiarum. - 3° Ortus, vita et obitus 
Alexandri magni, régis Macedonum.— Incipit : « iEgypti sa- 
« pientes sali génère divino primi feruntur. » - k° Incipit 
epistola Alexandri régis magni Macedonis, ad magistrum 
suum Aristotelem matremque suam atque sororem, de situ 
Indiae et itinerum et variis generibus bestiarum et serpen- 
tium. - 5° Incipit ejusdem ad Dindimi régis Bracmanorum 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 129 

de philosophia conlatio. - Incipit : « Sepius ad aures meas 
« lando pervenit rationem vile noslre. » — xii e siècle. 

De la cathédrale de Metz. -Très-beau volume écrit à longues lignes.- i° La 
rubrique rapportée ci-dessus est flanquée du titre suivant, introduit dans le 
texte et de la main même du copiste : «Incipiunt inventicula de pedibus no- 
« bis necessaria. »- 2° Complet; précédé de la correspondance d'Isidore et de 
Branlion; terminé par une petite table analytique sous cette rubrique : «Ut 
« valeas quae requins cilo in hoc corpore invenire, ad hœc tibi, lector, pagina 
« monslrat de quihus rébus in singulis libris conditor hujus coclicis disputa- 
« vit. » - 5° Divisé par les rubriques suivantes : «Prima lesponsio Dindimi 
« régis contra Alexandrum regem magnum. Hesponsio Alexandri. Responsio 
« Dindimi. Responsio Alexandri régis gloriosi. » A la lin : 

Armipotentis Alexandri hic conscripta tenentur 

Ortus cl occasus necnon et pneiia sasva, 

Per mare, per terras, quae quondam cesserai ipse, 

Ipse manu valida, qui nulli parcere novit, 

Omnia quin potius igni ferroque peremit , 

Ac penc per totum bellorum incendia inuodum 

Miscuil, atque omnes exeelsas subruit urbes; 

Qui marc qui terrain quique acra terruit ipsum . 

Classibus et populis, jaculis pariterque sagiltis, 

Vis quoque quem ferri bominumve potenlia nunquam 

Vincere prevaluit, vino pariterque veneno 

Victus et extinctus Herebi penetralia scandit. 

Voici la première et la dernière page de la Vie d'Alexandre. 

«ORTUS, VITA ET OBITUS ALEXANDRI MAGNI, REGIS MACEDONUM. 

« /Egypti sapientes sati génère divino primi feruntur, permensique sunt ler- 
« ram ingenii pervicatia et ambitum cœli slellarum numéro adsecuti. Quorum 
« omnium Neclanabus prudentissimus fuisse comprobatur: quippe quia quod 
■• alii armis ille ipse ore poluisse convincitur. Denique mundalia elementa ei 
« parebant adeo ut si metus bellicus illi immineret, non exercitum non machi- 
• namenta martia moveret, quin potius ingressus aulae regiae sécréta, ibi se 

■ solitarium abdebat, invecta secum pelvi quam, dum ex fonte liquidissimo 
« implerel, ex cera imitabatur navigii simililudinem efhgiesque hominum 

ibi collocabat : quac omnia cum supernatare cepissent, mox moveri ac vivere 

■ visebantur. Adhibebat etiam et virgulam ex ligno hebeni et precantamina 
« loquebatur quibus vocaret deos superos inferosque, sicque laborabat pelvi 
« naviculam submergi. Ex quo fiebat ut simul cum submersione illius cerœ et 

M\\. DES BIBL. V. 17 



30 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

•• cereis insessoribus etiam omnes hostes, si qui adesse prenuntiabantur, pelagu 
« mergerentur. Ilaque multo lempore regno hac securitate potitus est. Quo- 
« dam igitur tempore nuntiatum est ei multas adversus eum génies una 
■I conspiralione atque eadem voluntate consurrexisse, scilicet lndos, Arabes, 
« Fenicesque, Partbos et Assyrios, neenon et Sertas, Alanos, Osidoracontas, 
« Seres atque Acaucones hyberos, agriofagos Eunomitas et quecunque sunl 
<• Orientis !)arbare gentes. Quibus ille auditis plausum dans manibus magno 
risu (lissolulus est. Igitur ad consuete artis confugit periciam, et more solilo 
« adhibuit sibi pelvim atque alia omnia instrumenta quibus intellexit se vin- 
«cendum atque ab bostibus capiendum nisi fuge consulei'el. Mox aulem raso 
« capite et barba collectisque omnibus queque sibi eranl preciosarnm opum, 
« appulit Macédonien, ibique amictus vesle linea astrologum se professus esl : 

• vini pericie sue cum magna admirations commendabat. Ergo Nectenabus jam 

• longe celebracior apud Macedonas erat, adeo ut etiam fama illius nec Olim- 
» piadam quidem reginam laleret. Enimvero Pbilippus tune bello forte aberat, 
» cepitque regina consulere periciam viri; qui ut ad cam ingressus est, non 

eam domine appellatione dignatus est, qui se quondam dominum fuisse me- 
« minisset, moxque ejus pulcritudinem admiratus, amore illius captus est. 
« Cum ergo jussus sedisset, ait regina ad eum : Tune, iuquit, es Nectenabus 
" ille matbeseos sciens? Die ergo quauam usus pericia adeo veri amicus cluis 
«Ad id respondit : Multifida quidem est, o regina, bec noslra valicinandi 
> scientia, neque est in tempore uno omnium meminisse, nam et interprètes 

somniorum et astrici , quibus omnis divinandi ratio referatur, multaque prêter 
« hec quibus uti ad presenlias solemus. His dictis, cum acrius in vultum regine 
« inlueretur, Olympias ait : Quid ita defigeris, o propbeta? At ille : Recordor, 
«inquil, oraculi illius quod apud Egyptum a diis acceperam, quod oporteret 

me regina? vera predicere. Quare consule super bis quœ cupis. Et cum verbo 

promit tabulas quas hujus periciœ docti penatem nominant, auro enim 

et ebore variatum precium cum sui operis admiratione contenderat. Tune 
«promit etiam vu stellas et boroscopum pariter quibus singulis sui metalli 

species inerat: Jovem quippe viseres ereo lapide nuncupalum, solem cris- 
« tallo, lunam adamante, Marlemdici sub iapidibns bematite, Mercurium sma 

ragdo, Venus aulem saphyrina erat, Saturnus in opbile, ai vero horoscopus 
« ligdinus erat. Exinde mirans Olimpias mirabilem stellarum varietatem et 

propius sessilans : O, inquit, intuere lu, quœso, meam et Pbilippi congruen- 
» tiam. Nam multa fama est quia si ex hoste rediens affuerit, abjecta me, velit 
« in alteram transmigrari. Quin Nectenabus statim suam adbibct constellatio- 
« nem, exploralurus ea qu* regina petiverat. » 
i3 pages de cette dimension. 



BIBLIOTHÈQUE DK VIKTZ. 131 

I /ouvrage se termine ainsi : 

« Occasio igitur i 1 lins mortis hœc luit : Mater cjns scripserat ad euro de si- 

« multatibus Antipatris et Diviuopatris, premonuitque iusidias corum caven- 
das. At illc statu i t de Macedonia ad sese venire, alio in loco ejus sobrogato. 
l'nde Antipater irains,in ipso itinexe veneno efficacissimo atque pqtenlissimo 

«elaborato, per miuistrum régi destinavit hauriendum. Quo ille hauslo , mo\ 
lectuto datur intellcxitquc se moriturum. Ordinatis itaque rébus dispositis- 
que principibus ac ducibus suis prout sibi libuit, spirilum emisit. Cumque 
de sepullura illias jurgia orireolur, quippe Macedonibus in sua eum trans- 
h irecupientibus, et Persis e contra resistealibus, tandem Jovis oraculum con- 

■ sulentes, responsum acceperunt apud Egiptum eum sepeliri oporlere, non in 
Memphis, verum quam ipse sibi edificaverat urbem. Efgo honoriûcentissimc 
il>i ei erecla est sepultura. Yixit autem anuis xxxij. Imperio politus annis xij 
roudiditque urbes xii, quas ouines suo de noinine Alexandrias nuncupavil, 
Alexandriam quae condita est sub noinine Bucefali equi, Alexandriam mon- 
tuosam, Alexanclriam apud Porum, Alexaudriam in Scithia, Alexandriam 
Babilonis, Alexandriam apud Massagelas , Alexandriam apud Egiptum, 
Alexandriam apud Origala, Alexandriam apud Granicum, Alexandriam apud 
Troadem, Alexandriam apud Tigriden fluvium, Alexandriam apud Scan- 
luni. Insigni\il ergo muros earum primorum quinquç grecorum elemenlo- 
runi caracteribns, uti legeretur in eis : Alexander rex genus Jovis fuit. A. P. 
T. I. <I>. Et quem orbis univeisus snperare non poluit, vino et veneno supe- 
ralus atquc extiuclus. •• 

N° 298. In-quarto très-épais sur papier. - Senecœ tragœdiae. — 
Fin du xv ( ' siècle. 

De la calbédrale de Melz. - Signé : « Loisy. »- Ecriture cursive négligée. 

299. In-quarto épais sur papier. -Virgilii Bucolica, Georgica 
et iEneis. — - xv e siècle. 

Des Célestins de Metz (?). - Livre d'école. - On lit à la fin des Géorgiques : 
« Explicit liber Georgicorum , patralus per nianum Jobannis de Joudongue. 
« anno Domini m.cccc. tV, x\'' prima mensis Maii, Parisius, in collegio Navarre. « 

ô'OO. In-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° Sequuntur epistolae 
Senecae ad Paulum apostolum et Pauli ad Senecam. - 



132 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

2° Epytaphyum Senecae. - Incipit : « Cura, labor, meritum. » 
- 3° Secuntur dehinc epistole morales Lucii Annei Senece 
ad Lucilium (numéro lxxxviii). — xi e siècle. 

Marqué : «Liber Sancti Arnulfi. »- Longues lignes; belle exécution. Sur le 
. verso du dernier feuillet, des vers en l'honneur de saint Paul. Voici les pre- 
miers : 

Qui discuiyisti per cuncta volumina munJi, 
Que pro diversis sortita vocabuia causis, 
Ingenio magnos sic ostendere magistros, 
Ut qua claruerunt famam non perdere possint, 
Etc. etc. 

N° 301. Petit in-folio carré sur vélin. - Valerii Maximi clictorum 
et factorum memorabilium lihri decem. — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Ecriture italienne renouvelée; longues lignes; 
très-belle exécution. 

302. Petit in-folio sur vélin. - Historia belli Trojani ex Darete 
Phrygio, Dicty Gretensi et aliis, auctore Guidone de Co- 
lumna. — Fin du xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Signé ; « Jo. Herbilloin,» et marqué d'une 
guimbarde, qui indique la possession antérieure de Nicolas Desch.-Cursive ita- 
lienne à longues lignes. Manque le commencement de l'ouvrage. On trouve au 
verso du premier feuillet la rubrique : « Qualiter Peleus rex Jasonein exorat 
«'ut ad aureum velleris questum se conférât. » Suit un discours commençant 
ainsi : « Satis quidem glorior, Icare nepos, de dominio regni Thesalie, etc. » A la 
fin est un épilogue, dans lequel Guido de Columpna Messana se déclare l'au- 
teur de cette compilation et dit l'avoir entreprise sous les auspices de Matteo 
di Porto, archevêque de Salerne, et terminée en 1287. Sur les deux derniers 
feuillets est transcrite la lettre de saint Bernard à Raimond : « Gratioso militi 
« et felici Raymundo, domino castri Ambrosii,Bernardus, in senium deductus, 
« salutem. Doceri petis a nobis de cura et modo rei familiaris ulilius guber- 
« nande, etc. etc. » On trouve encore à la fin du volume d'autres transcriptions 
du xv e siècle. Ce sont des épitaphes et d'autres petites pièces de vers re- 
cueillies en Italie. Voici la première : 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 133 

Epitapbium Cesaris imperatoris circumcirca ([uamdam pomam aurcam posilain in .-.uiiimitate 
unius columpne marmorec in urbe posila, et iiitus dictam pomam est corpus ejus inrinera- 
tum , et liée verba : 

Vase sub boc modico clauditur orbis berus : 
Imperator César Flavius Justininianus, Allamanicus 
Gboticus, Germanicus, Affricanus, 
Pius, felix, inclitus ac triumpbator 
Semper auguslus. 

Suivent les épitaphes en vers hexamètres, d'Auguste César : 

In Macedum eampis ultus jam Cesaris nmbras; 

de Scipion l'Africain : 

Scipio sum juvenis consul qui Cactus in ACros , 

de Jean Boccace . 

Hic sub mole jacent cineres ac ossa Jobaunis ; 

etc. etc. Sur le feuillet suivant, une épigramme composée par un Florentin 
sur les armoiries du duc de Milan : 

Curtenet inCantem coluber crudelius ore, 
Queni nec dimittit nec mandit Caucibus illum ? 

avec une réponse faite sur le même thème par Antoine de Lucino, secrétaire 
du duc : 

InCantem miscrum coluber raptaverat ore. 

Illustris miles comitis de gentibus olim , , 

Expugnans colubrnm, puerum deCendit in armis, 

Etc. etc. 

N° 303. In-quarto sur papier. - Legendae sanctorum Bartho- 
lomœi Januensis. — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Signé : « Natalis. » Incomplet. S'arrête à la fête 
de Pâques. 

304. In-quarto carré sur vélin. - Liber conscriptus in hono- 
rem sancti Martini. — xi e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Marqué dès le xm e siècle : « Iste liber est Sancti 
« Stephani Metensis ecclesie. "-Longues lignes. Exécution somptueuse. Têtes de 
livres encadrées et peintes en or et en blanc sur fond de pourpre. Initiales en 
or dans le style roman. Une note écrite au xvi c siècle sur le second feuillet du 



I.Vi CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

volume apprend qu'il a été écrit par la main d'une femme, et a conservé ces 
vers tracés-autreiois sur la dernière page, qui manque aujourd'hui : 

Hic finem tango, ncc plus su/loris adibo, 
Perspicis hœc quisquis devoto corde preceris. 
Scriptrici requiem, Deus, annue sumrae perenem. 
Quivis dicat amen qui conspicit hic quoque finem. 

Voici les pièces contenues dans le volume : « Incipit liber sancli Martini epi- 
« scopi de Trinitate. — Prœfatio Sulpicii Severi ad Desiderium de vita domni 

Martini episcopi. - (Ejusdmi vita sancti Martini.) - Incipit epistola Severi ad 
« Eusebium tum presbiterum postea episcopum.- Item alia ejusdem ad Aure- 

liuindiaconem. — (Item ejusdem) ad socrum suam Bassulam , qualiler sanclus 
- Martinus de hoc mundo recesserit. - Incipit de transitu sancli Martini. Mar- 
« tinus ùjilur obilum suum longe ante prescivit, etc. —Incipit epistola de transitu 
i sancti Martini episcopi : Archadii vero el Honorii secundo imperii anno, etc. - 
<• Item sermo beati Ambrosii episcopi de transitu sancti Martini. Eo nanique 
• lempore, beatus Ambrosius , cujus hodie flores eloquii per lolain ecclesiam redo- 
« lent, etc. - Item alius sermo quando corpus ejus translatum luit. Opère prc- 

tiurn est etiam illud. - (Dialogus Severi de virtutibus sancti Martini.) - (Car- 
« mina antiquitus descripta in basilica Turonensi.) - Incipit vita sancli Briccii 

episcopi. » 

j\" 305. Petit in-folio sur parchemin. (Recueil.) - i° Incipit pas- 
sio béate Katherine virginis. — Incipit : «Tradunt annales 
« hystorie. » - i° Incipiunt sermones diversorum patrum. - 
3° Incipit liber magistri Hugonis de Sancto Victore de 
claustro anime. - l\° Epistola Willelmi Signiacensis ad 
Cartusienses Montis Dei. — Incipit : « Dominis et fratribus B. 
« priori et H. W. sabbatum delicatum. » - 5° Incipit epistola 
beati Bernardi ad fratres de Monte Dei. — xui° siècle. 

De Saint-Arnoul. - Longues lignes; grosse écriture de forme. — !\° et 5° écrits 
en caractères plus fins sur deux colonnes. C'est par erreur que la lettre aux 
moines du Mont-Dieu est attribuée à saint Bernard. Cet ouvrage est de Guii 
laume de Signy, ex-abbé de Saint-Thierry. 

306. Petit in-folio carré sur vélin. - Eginhardi liber de trans- 
latione SS. Marcellini et Pétri. - Incipit : « "jh Verts veri 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 135 

Dl.l CUI.T0R1BUS ET IflESC ClIRISTl DOMINI NOSTR1 SANCTO- 
« RUMQT7E EJUS NON FICTIS AMATORIBUS, ElNUARDUS PECCATOR. 

« Qui vitas et facta'justorum, etc. » — xi c siècle. 

Marqué dès l'origine : <> Liber Sancli Arnulli. » - Longues ligues; grosse mi 
uuscule. Le texte partagé en autant d'alinéas qu'il y a de phrases. A la suite 
de la relation, sont les vers rhytbmés qui l'accompagnent ordinairement : 

I'. rat quidam exorcisla Romaa Petrus Domine, etc. etc.;» tous partagés en 
leux après la huitième syllabe. Ce morceau est séparé du reste de l'ouvrage 
par un Feuillet blanc, sur lequel est dessiné à la plume le portrait d'Eginhard. 
Sur les deux derniers feuillets est transcrit, d'une écriture un peu plus mo- 
derne, le martyre de saint Pierre et de saint Marcellin : « Benignitas saiva- 

loris noslii martirum perseverantia comprobata, etc. » 

ï\° 307. In-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° Martyrologiuni Ko- 
Daanuiûw— 2° In nomine sanctœ Trinitatis. Incipit régula 
sancti Benedicti. - 3° Lectiones in capitulo per circulum 
anni in diebus festis. - 4° Obituarium ecclesiae Sancti dé- 
mentis Metensis. — xn c siècle. 

De Saint-Clément de Metz. - Longues lignes; grosse écriture. - :>.' Précédé 
de ces vers peints au vermillon : 

Monstrat iter monachis Benedicli régula patris, 

Monstrat ut ad palriam perveniant policam, 
Monstrat et ecclesic famulari canonis aile, 

Monstrat et allitonum concelebrare modum. 

- 3° A l'usage de Saint-Clément. - 'i° Document précieux à cause de son an- 
tiquité. 11 commence ainsi : «Kal. Januar. obierunt Vuylelmus abbas et sac. 

Beraldus monachus Sancti démentis, Sophia laica et Dodo monachus et sac. 
Sancti Pétri Chaziacensis , etc. etc. » Plus loin, d'une écriture un peu plus 
récente que le reste : « iiij. id. April. Balduinus rex Iherosolimitanus. » 

308. In-octavo sur papier. - Kitâb Chahidy. - Incipit : 

bly>_j g} o>J^=*- (•*** (^«VfcLi CjUj I OsJÛ 

De Saint Arnoul. - Marqué: « llegalis abbatiœ S. Arnulpbi Metensis. 1709. » 

- Ecriture diwani moderne. Deux colonnes; encadrements à la plume enrichis 



136 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

de filets dorés. Ce doit être le Loghati-Chahidy ou Tohféï-Chahidy, petit voca- 
bulaire turc-persan en vers, dont les manuscrits ne sont pas rares. 

N° 309. In-octavo sur papier. - Kitâb ahouâl (?) tadjouyd el Korân. 

De Saint-Arnoul. — Ecriture moderne. Longues lignes. Ouvrage qui traite 
vraisemblablement de la récitation du Coran. 

310. In-quarto carré sur papier. (Recueil.) - i° Le doctrinal 
des simples gens. - Incipit : « Cest présent livre en fransois 
« est de très grant proufil, etc. . . et lait fait escripre, etc. . . 
« Monseigneur Guy de Roye, archevesque de Rains, pour le 
« salut, etc. . . des symples gens layes. » — i° C'est li prologue 
sur la vie sainct Fransois. — Incipit : « La grâce deu nostre 
« Salvour. » — xv e siècle. 

Marqué : « Sancti Vincenlii Metensis. »- i° A la fin : « Cest présent livre fuit 
« escript et parfais par coppie par la main d'un appelleiz Jehan Bertran, clerc, 
« demourant en Jeurue, près de l'esglise de Saincte Creux, le cinquisme jour 
« dou moiz d'octambre l'an mil quatre cens et trente; priez pour lui.» - 
2° La Vie de saint François a pour rubrique : «Toute la vie saint Fransois, 
«dès l'ancomancement jusques à la fin, est contenue en quinze chappitres. « 

311. In-quarto sur papier. — Instructions moralles sur touttes 
les épîtres et évangiles des dimanches de l'année et tous les 
jours de carême. — 1703. 

Sans marque de provenance. — L'ouvrage est précédé d'une préface signée : 
« D. Jobal. » Doni François Jobal était d'une famille parlementaire de Metz, 
bénédictin de la réforme de Saint-Vannes, prieur de Saint-Arnoul. En 1709, 
il reçut dans cette maison dom Martène, qui fait un grand éloge de son amé- 
nité, dans son Voyage littéraire, 2 e partie, p. 110. Voici le catalogue de ses 
écrits, dressé par les auteurs de YHùtoire de Metz, t. III, p. 278 : «Il a com- 
« posé différenls ouvrages, entre autres : un Commentaire littéral sur les 
« Psaumes, en latin; Réflexions sur les épîlres et évangiles de l'année; Exhor- 
« talions spirituelles pour les dimanches et fêtes de l'année. Ils sont restés ma 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 137 

iiuscrits, quoique dignes de la presse. Le dernier surtout est plein d'une 
• éloquence mâle et pathétique, et fait d'autant plus d'honneur à D. Jobal 
que, comme un autre Bernard, il prononçait ces discours à sa commu- 
nauté.» Dom Jobal mourut prieur de Saint -Vincent, le ?8 janvier 1723. 

N° 312. Registre in-quarlo sur papier.- Scrmones. — xvm c siècle. 

Sans nom d'auteur ni marque de provenance. 

313. Registre petit in-folio sur papier. - Instructions et ser- 
mons. XVIII e SIÈCLE. 

Sans nom d'auteur ni marque de provenance. 

314. In-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Traitté de l'au- 
thorité de l'Eglise gallicane contre les entreprises des ma- 
gistrats prophanes, les erreurs, les équivoques, l'ignorance 
et les faussetez des écrivains fiscaux. - Incipit : « J'entre- 
« prends une chose difficile et périlleuse, voulant traiter de 
« la jurisdiction de l'Eglise de France. » - i° Traitté de l'au- 
thorité du roy dans l'administration de l'Église gallicane. - 
Préface : « L'Eglise se peut considérer en deux manières, ou 
« comme un corps politique. » — Fin du xvn e siècle. 

Marqué : «Ex monasterio S. Simphoriani Metensis. » 

315. Petit in-folio sur papier et vélin. - Le livre de Peregri- 
nacion humaine. - Commençant : 

A ceaulz de ceste région 
Qui point n'i ont de mansion, 



Une vision veul noncier 

Qui en dormant m'avint l'autner. 



— Fin du xiv e siècle. 

Marqué : « Liber Celestinorum de Métis. »-Deux colonnes; miniatures gros- 

\I\N. DES ntDL. V. 18 



138 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

sières. A la fin du volume : « Explicit la perregrinacion humaine, compilée par 
« révérend frère en Jhesus Crist frère Guillaume de Guyonville, de l'ordre des 
« Bernardins , ou dyocèse de Sanliz , en l'an de grâce Ihesu Crist mil. ccc. xxxi. » 

N° 316. Grand in-quarto carré sur papier. — La phisique néces- 
saire, ou noctions de phisique expérimentales, par M. de 
Breçon, chevalier de Ried. — xvin e siècle. 

Ouvrage accompagné de dessins au lavis et composé pour le prince hérédi- 
taire de Nassau Saarbrùk. 

317. Petit in-folio sur papier. - Traitté de l'attaque des places, 
par M. le maréchal de Vauban. — xvm e siècle. 

Timbré : « District de Metz. » 

318. Petit in-folio sur papier. - Cours militaire à l'usage des 
officiers d'infanterie et de cavalerie, contenant tout ce qu'un 
officier doit sçavoir, depuis les éléments des mathématiques 
jusqu'aux connaissances les plus étendues d'un général d'ar- 
mée. Tome second. — xvm e siècle. 

Sans nom d'auteur. Marqué du timbre du district de Metz. 

319. Grand in-quarto carré sur papier. - E qui comença la 
cronicha de tuta la provencia de la nobel citade clamada 
Venexia, etc. - Incipit : « Como fo commençado Veniexia. Co- 
« rando i ani del nostro segnor misier Yhesu cccc xxi vene 
« in Agulia e in Choncordio et in Altini uno re clamado 
« Atila. » - Desinit : « Fo ladita rota de Latana a di x. agosto 
« m. cccc. x. Che fono quel pessimo tempo in Veniexia 
« chommo avanti o dito laquai nuova fo de gran dano a la 
« chomunitad de Veniexa. El quai dano fono da duc. cxx m in 
« fuxo. » — XV e SIÈCLE. 

Marqué :« Sancti Arnulfi. 1764. « — Deux colonnes; écriture italienne renou- 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 139 

\elée. Sur le premier feuillet, une table des doges sous ce titre : « Qui desoto 
« notero luti doxi et maistri di chavalieri ehe no stadi in Veniexia. » Le dernier 
nom écrit est » Thoma Mocenigo. » A la fin du volume, après la chronique : 
« Queste sono algune chaxiade de Veniexia zioe le chaxade di Zentilomini i 
" quai vano a i consii, e donde le vene, et de che parte et de che condizion el 
« chommo fo el so origene et chi fo edifichadori de algune gliexie che eno per 
« Veniexia. Prima Partiziparii, i quai, etc. etc. » Ces notions remplissent onze 
colonnes. La dernière famille rapportée est celle des Diexollii. Sur les trois 
derniers feuillets est une petite chronique en latin, dont voici les premiers 
mots : « Chronicha beatissimi Simeonis prophète, quomodo et qualiter trans- 
« meatum fuit ejus corpus de Gonstantinopolitana civitate et perductum mare 
« Adriaticum ad illam civitatem que vocalur Venecia, etc. » 

N° 320. Petit in-quarto sur vélin. - Evangelium Lucae cura glos- 
sis. - Incipit : « Lucas ewangelista fuit natione et Antio- 
« censis. » — xm e siècle. 

Marqué : « Iste liber est domus S. Albani ordinis Carthusiensis extra muros 
« Trevirenses. » - Le texte sur une colonne; les gloses en marge. 

321. Petit in-quarto sur papier. - Quatuor evangelistœ. — 

XV e SIÈCLE. 
Sans marque de provenance. — Longues lignes. 

322. Petit in-quarto carré sur vélin. - Liber quaestionum 
sancti Agustini veteris et novi Testamenti, quaestiones nu- 
méro CXXVII (complectens). — x e siècle. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulfi. » Au commencement, deux feuillets sur les- 
quels on lit le discours de Catilina aux conjurés, extrait de Salluste et écrit 
au x e siècle. 

323. Petit in-quarto sur papier. - Brevis expositio extrada de 
explanationibus gloriosi doctoris Jeronimi super Ysaiam. — 
XV e siècle. 

Marqué : « Istud volumen est conventus Béate Marie Celestinorum de Métis. » 



140 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Daté à la fin : « 1 446. » Manque le premier feuillet. Le titre est donné par 
ïexplicit. 

N° 324. Petit in-quarto sur papier. - Incipit summarium biblie. 
Incipit : « Sanctus Iheronimus scribit Paulino presbitero se 
« illius munuscula et litteras per manus fratris Ambrosii 
« habuisse. » — xv e siècle. 

Marqué primitivement : «Ex libris Pétri Stephani Jacquemin a Sancto Vic- 
« tore pastoris Métis, » et depuis : « Monaslerii Sancti Clementis. 1728. » 

325. Petit in-quarto sur papier. — In nomine sancle et indi- 
vidue Trinitatis. Incipit expositio sanctissimi Ambrosii, Me- 
diolanensis episcopi, in psalmo CXVIII qui dicitur Beati 
immaculati. — xv e siècle. 

Des Céleslins de Melz. - A la fin : « Explicit expositio, etc. scripta 1^70. » 

326. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Expositio su- 
per Psalmos. - 2° Ars computi. — Incipit : «Quia ars com- 
« putistica diversorum autorum multis libris prolixitatibus 
« et obscurilatibus sit involuta. » - 3° Tractatus de algo- 
rismo. - Incipit : « Ornnia que a primeva rerum origine pro- 
« cesserunt racione numeri formata sunt. » - l\° Commen- 
tarius super ecloga Theoduli. - Incipit : « Circa inicium 
«hujus libri sciendum est quod ejus quatuor sunt cause. » 



Marqué dès l'origine : « Iste liber est domus Sancti Albani prope Treverim. » 
- Longues lignes; écriture négligée. 

327. Petit in-quarto sur vélin. - Interpretationes biblicae. - 
Incipit prologus : « Difficiles studeo partes quas biblia gestat 
«Pandere, sed nequeo latebras nisi qui manifestât Auxi- 
« liante Deo. » — Incipiunt interpretationes : «A, sicut dicit 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 141 

« Ysidorus in I libro Ethim. » — Commencement du 

XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Marqué : « A. T. M. » et sur le premier feuillet 
de garde, sur lequel est écrit le Pater noster en grec : « Pro iiij florenis. » A la 
fin de l'ouvrage : 

Hic ego doctorum compogi scripta sacrorum , 
Floribus autorum loca certa notanda librorum , 
In série quorum textus patet hic positorum. 
Previe cunctorum consummatorque bonorum, 
Lux occultorum , via vcri , dux dubiorum , 
Sit, (ibi celorum rcx, gloria, culmen bonorum. 
Qui completorum das lue mihi meta laborum. 
Egis (?) egenorum numéro quia dego minorum , 
Te precor, ipsorum comitem me fac meritorum, 
Sorte beatorum quod sim velud unus eorum. 
Qui scripsit, scripta manus ejus sit benedicta. 

N° 328. Petit in-quarto épais sur vélin. - M. Pétri Comestoris 
historia scolastica. — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Les premiers feuillets du volume sont presque 
détruits par l'humidité. Daté sur la dernière page, de la main du copiste : 
« Anno Domini m. ccc. Ixxij. penultima die mensis Maii; » et au-dessous : « Ego 
« Reynerus de Gervigny recognosco me vendidisse illum librum Johanni Al- 
«lardi, preceptori in Marvilla, anno Domini cccc sexagesimo, Dominica infra 
«octavam Corporis Christi; approbo manu propria. » 

329. Petit in-quarto sur vélin. - Lectionarium ecclesiœ Me- 
tensis. — Commencement du xiii siècle. 

De la cathédrale de Metz. — En fort mauvais état; incomplet. Sur le pre- 
mier feuillet, sont transcrites les formules sacramentelles des chanoines et 
des évêques de Metz à leur réception. 

330. In-quarto épais sur vélin. (Recueil.) - i° Missale Me- 
tense. - 2° Lectionarium. — xiv e et xi e siècles. 

De la cathédrale de Metz. - Marqué : « A. T. M. » Ce sont deux livres qui 
ont été reliés en un volume pour l'usage du chœur. 



142 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 331. Petit in-quarto sur vélin. - Missale. — xv e siècle. 

Marqué : « Ce présent livre appartient à l'église de Saincte Barbe. i520. » 

332. In-quarto sur vélin. - Diurnale Cartusiense. — xiv e siècle. 

On lit sur le dernier feuillet : « Frater Anthonius Meilghen, de monasterio 
« Cyslic, ordinis Carthusiensis, in Ruttila in domo Sancti Sixti pape II martiris. 
« Orate pro eo. » 

333. Gros in-quarto sur vélin. — Breviarium ecclesiae Sancti 
Arnulphi Metensis. — Commencement du xiv e siècle. 

Marqué : « Monasterii regalis Sancti Arnulphi Metensis. » 

334. In-quarto sur vélin. - Pontificale. — Fin du xi e siècle. 

De la cathédrale de Metz. -On lit sur le dernier feuillet, en écriture cursive 
du xv c siècle : « Redemptus est hic liber precio unius franci per me Johannem 
< Natalis, circatorem ecclesie Metensis, expositus publiée venditioni per factores 
« reverendi patris domini Jacobi deYvodio, ordinis Sancti Augustini, suffra- 
« ganei Metensis. » 

335. Petit in-quarto sur vélin. - Benedictiones pontificales 
per circulum anni. — Fin du xm e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Très-grosse écriture; dix lignes à la page. 

336. Petit in-quarto sur vélin. - Psalterium. — Fin du 
XIII e siècle. 

Marqué : «Sancti Vincentii Metensis.» - Longues lignes; grandes lettres 
peintes en or et en miniature. 

337. In-quarto très-épais sur vélin. - Missale cum breviario, 
ad usum ecclesiae Sancti Arnulphi Metensis. — Commen- 
cement du xiv e siècle. 

De Saint-Arnoul. - Les deux parties du bréviaire écrites sur deux colonnes; 
l'ordinaire de la messe, sur une seule lignr. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. U3 

N° 338. Petit in-quarto carré sur vélin. - Diurnalc Sancti Ar- 
nulphi. — xm c siècle. 

Marqué : 'Liber S. Arnulphi. » - Longues lignes; en très-mauvais état et 
d'une grossière exécution. 

339. Petit in-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° Sermo sancti 
Johannis Chrysostomi de Psalmo l et penitentia David. - 
2° Liber sancti Augustini de lxxxviii hseresibus, postulante 
diacono Quod-vult-Deus compositus. - 3° Plurima excerpta 
e libris sanctorum Augustini, Ambrosii, Gregorii, etc. — 
Fin du xi e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Longues lignes. 

340. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Soliloquia 
sancti Augustini. - 2° Incipiunt quidam flores beati An- 
celmi Cantuariensis. - 3° Incipiunt sermones sancti Augus- 
tini ad fratres de heremo. - 4° Oratio b. Bernardi abbatis 
de passione Cbristi. - 5° Ejusdem liber de colloquio Sy- 
monis Pétri et Jbesu. - 6° Incipit formula honeste vite b. 
Bernardi abbatis. - 7 Apologia beati Bernardi abbatis. - 
8° Ejusdem sermo exhortatorius ad milites Templi. - o/Plu- 
res extractiones e libris ejusdem Bernardi. - io° Incipit me- 
ditacio vel contemplacio b. Anselmi de Maria virgine. — 

XV e SIÈCLE. 

Marqué : « Domus S. Sixti in Rutila ordinis Carthusiensis. "-7 Ecrit sur 
vélin. 

341. Petit in-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° Incipiunt in- 
structions beati Augustini. - Incipit : « Pro certo sciatis 
« omnes, nullus libellus cicius nos ducet ad célestes tbesau- 
« ros. » - 2 Incipit ordo breviarii qui per totum annum duci- 
tur et per singulos menses distinguitur. - Incipit prologus : 



144 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« Quoniam ccclesiastici ordinis usus vicio quiclem oblivionis 
« per singulos fere annos transmutatus. » — Commence- 
ment du XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. — 2° A la fin, même écriture que le reste du vo- 
lume : « Explicit ordo qui per totum annum agitur. Obitus Hugonis Moardi. 

Nunc fies, sed tarde, quoniam legis ista, Moarde; 
Deceptum scis te, tumulus tuus est liber iste. 

N° 342. Petit in-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° S. Gregorii dia- 
logi. - 2° S. Bernardi tractatus de precepto et dispensa- 
tione, de duodecim gradibus humilitatis, de apertione cor- 
ci is, de gratia et libero arbitrio, de fuga pueri et reductione 
ejus, de confessione. — 3° Incipit liber beati Augustini epi- 
scopi de vera innocentia. — xv e siècle. 

Des Chartreux de Saint-Sixte de Rettel. 

343. Petit in-quarto carré sur vélin. — In nomine Domini in- 
cipit liber sacramentorum de circulo anniexpositus, a sancto 
Gregorio papa Romano editus, ex autentico libro biblio- 
thecœ cubiculi scriptus, qualiter missa romana celebratur. 

— XI e SIÈCLE. 

Sans marque de provenance. - Longues lignes. Le titre rapporté ci-dessus 
est écrit sur le verso du premier feuillet en capitales disposées par lignes alter- 
nativement rouges et noires. 

344. Petit in-quarlo carré sur papier. (Recueil.) - i° InChristi 
nomine incipit liber primus sancti Ysidori, Hyspalensis epi- 
scopi, de summo bono. — 2° Spéculum conversionis pecca- 
torum magistri Dyonisii de Lemvis, alias Zickel, ordinis 
Cartusiensis, incipit féliciter. - Incipit : « Convertere ad Do- 
« minum Deum tuum. » — Fin du xv e siècle. 

Marqué : « S. Clemenlis. 1761. » - i° A la fin : « Finit liber tercius et ultimus 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 145 

« de summo bono sancti Ysiclori, Hyspalensis episcopi, scriptus per inanus l'ra- 
« tris Johannis Perrini, domus Sancte Trinilatis Metensis coadjutoris, anno in- 
» trante etaiis suc 1°, die vero iij° mcnsis Augusti. » - 2° Porte la même sous- 
cription que l'ouvrage précédent, et de plus est de l'an î/igô. - A la fin du 
volume a été cousue une impression gothique sans date portant la marque; de 
Philippe Pigouchet. Ce sont les méditations de saint Bonaventure sur la vie 
du Christ. 

N° 345. Petit in-quarto sur papier. - Guidonis de Monte Rocherii 
Manipulus curatorum. - Incipit : « Reverendo in Christo 
« patri ac domino, domino Raymundo, divina providencia 
« sancte Valenciensis sedis episcopo, etc. Guido de Monte 
« Rocherii, etc. » — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Marqué : <• Natalis. » 

346. In-quarto sur vélin. (Recueil.).- i° Incipit liber solilo- 
quiorum sancti Ysidori, Hispalensis archiepiscopi. -2° In- 
cipit liber de conflictu viciorum atque virtutum. - Incipit : 
« Apostolica vox clamât per orbem. » - 3° Incipit enchiri- 
dion beati Sixti, episcopi, martiris. - 4° Sermones de festis 
anni et sanctorum. - Incipit : « De adventu Domini. Ecce 
« nomen Domini venit de longincjuo. Ista verba sunt Ysaye pro- 
« phete. » - Desinit de sancto Thoma : « Per sanctam cru- 
« cem, ubi idem Dominus noster fuit crucifixus, ut non no- 
« ceatis fines hujus. » — xm e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Longues lignes; grosse écriture allemande, nette 
et élégante. - i° Précédé des préfaces d'Isidore. - 2° Précédé de la préface de 
Rufin : « Scio quia sicut grex, etc. » 

347. In-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° Pars librorum S. Isi- 
dori Hispalensis de omciis divinis in ecclesia. - 2° Tractatus 
dp disciplina. - Incipit : « Si alicubi est disciplina nec esse 
« nisi in eo quod vivit potest. » - 3° Augustinus de quantitate 

MAN. DES BIBL. — V. 19 



1/46 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

anime. — Incipit : « Quoniam video te habundare otio. » — 
4° Aurelii Augustini liber de magistro. — 5° Incipiunt que- 
stiones Orosii et responsiones Augustini episcopi. - Incipit : 
« Licet multi ac probatissimi viri diverso quidem stilo sed 
« non diversa fide. » — 6° Incipit liber sancti Augustini de 
natura boni. — 7 Incipit régula sancti Augustini ad servos 
Dei. - 8° Liber sancti Augustini de predestinatione divina. 



l o 



P 1 



"— 9 Planctus Origenis. — Incipit : « In afïlictione et dolore 
« animi incipio loqui ad eos qui cogunt me extra afferentem 
« ordinem efferata mente sedere super tribunal Christi cum 
« suis. » XI e SIÈCLE. 

De Saint-Arnoul.- Longues lignes. - 2° De saint Augustin?- 9 Incomplet. 

N° 348. Petit in-quarto sur papier. (Piecueil.) - i° S. Isidori li- 
bri de ofïiciis ecclesiasticis. - i° Orationes devotae super 
Psalterio. — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Marqué : « A. T. M. » 

349. Petit in-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° Incipiunt orne- 
liae sancti Cœsarii, Arelatensis episcopi, ad monachos Liri- 
nenses. - 2 Incipit enarratio Leontii, episcopi Neapoleos 
Cyprornm insulas, de vita et actionc sancti patris nostri 
Johannis, episcopi Alexandrini. - Incipit praef. : « Cogitante 
« ac clin sollicileque. » - 3° Incipit excerptum ex dictis beati 
Isidori ad institutionem bonae vitae specialiter pertinens. - 
Incipit : « dilecte fili, dilige lacrimas. b - 4° Incipit opus- 
culum Bedae presbiteri de locis sanctis. — x e siècle. 

Marqué : « Iste liber est Sancti Arnulphi. » - Longues lignes. - D'après une 
table écrite d'une main plus moderne en tête du volume, on voit que ce ma- 
nuscrit était terminé autrefois par une généalogie de saint Arnoul, laquelle a 
été enlevée. - 2° Se termine par cette rubrique : « Expliciunt acta sancti Johan- 
« nis Heleymonis , quœ quidem pmetermissa fuerant a Jolianne atque Sophronio, 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 147 

« viris illustribus , qui ejus vitam conscripserunt , sed postmodum Leoncius , epi- 
» scopus Neapoleos Cyprorum insulae, ea studiose subplevit, cujus narrationes 
« sanctissimus ac ter beatus Nicolaus papa, ad multorum aedificationem, Anas- 
« tasio peccatori interprai'tari prœcepit. » - 3° A la fin, de la même main (pie 
le texte : «Praecanti Thezelino vel scribenti Reginberto vita salusque sitis. » 

N° 350. Petit in-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° Meditationes 
sancti Bonaventurae. — Incipit : <• Qualiter dcbemus eoccitan 
«ad compaciendum. Ad compaciendum Domino. » — 2° Inci- 
pit devota meditatio passionis Christi per septem horas 
diei, secundum quod die Veneris sancta passus est, édita 

secundum modum sancti Bernardi - Desinit : « Solem 

«justicie, in quo sponsum cum sponsa prospicies unum 
« eundemque dominum glorie. Qui vivit et régnât, etc. 
« Expliciunt meditationes beati Bernardi. » — 3° Incipit liber 
ejusdem Bernardi de conscienlia. - [\° Liber dictus Imago 
vitae. - Incipit, dempto prologo : « Incipit tractatus et est opus 
« mirabile. Die queso, o homo. » — 5° Incipit Hugonis trac- 
tatus, tit. S. Sabine presbiteri cardinalis, qui vocatur Spécu- 
lum misse. - Incipit : « Dicit apostolus ad Ephesios. » — Fin 

du XIV e SIÈCLE. 

Marqué : « Monasterii Sancti Simphoriani Metensis. » - Longues lignes. Vi- 
gnettes. Miniatures dans les initiales. — i° A la fin, cette rubrique : « Expliciunt 
« meditationes cujusdam simplicis cordati et pauperculi discalciati et contem|> 
« tibilis denudati sapientissimorum rudicissimi (sic) clericorum infimi mino- 
« rum minimi fratris Bonaventure. » - 5° Manque la fin. 

351. Petit in-quarto carré. (Recueil.) - i° Codex Rabani de 
sacramentis divinis et sacris ordinibus. - Incipit : « Rliaba- 
« nus servus Christi Tbiotmaro. » - 2° Incipit exposilio ora- 
tionis dominicœ, a sancto Augustino composita. - 3° Cypriani 
martyris de oratione Dominica. - 4° Incipit expositio Sim- 
boli. - Incipit : « Summa totius fidei catbolicœ recensentes. » 



148 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

'— 5° Incipiunt ad introitum et communionem autentici 
paclus. - 6° Collectio canonum e decretis summorum pon- 
tificum. - 7° Incipiunt eglogae de ordine Romano et de 
quattuor orationibus episcoporum sive populi in missa. - 
Incipit : «Capitula sequentis opusculi prsenotamus, ut si 
« forte quis ignarus exstans de ignobilitate hujus operis ad- 
« grediensque illud quasi dignum, ac postea reperiens vile, 
« ne penitentia ductus dicat apud semetipsum vel apud suos 
« asstantes : si cognovissem rusticitatem hujus operis, nulla- 
« tenus in eo laborem oculorum meorum impenderem, etc. » 
— Commencement du xi e siècle. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulfi pontificis. » -Longues lignes.- 5° Vingt feuil- 
lets sur trois colonnes, contenant des antiennes. Au-dessous de la rubrique 
rapportée ci-dessus, commence la première colonne : « A. Rorate cœli. A. Susce- 
■ pimus Deus. A. Gaudeamus omnes. » - 6° Voici quelques-unes des rubriques 
sons lesquelles sont rapportées ces décrétales : «Ex decretis Alexandri papas 
« qui fuit quintus post Petrum ... Ex epistola Sixti papae secunda universis 
• ecclesiis directa, qui fuit sextus post Petrum ... In decretalibus Igini papas de 
i metropolitanis episcopis, qui fuit decimus post Petrum . . . Ex periocha V. Ni- 
cholai papae praesentis Adriani papae praedecessoris , Michaheli Grecorum im- 
« peratori directa. » — 7 Divisé en quinze chapitres. Le premier intitulé est : 
« De romano ordine et de statione in ecclaesia; » le dernier : « De benedictione 
« post communionem. » 

N° 352. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Tractatulus 
de humilitate. - Incipit : « Humilitas quippe. » - i° Sequi- 
tur opus de caritate. - Incipit : « Amator meus, amor meus, 
« amantissimo. » — xv e siècle. 

Sans marque de provenance. — i° A la fin : « Explicit materia de humilitate 
« anno 1 ^ 7 2 . » — 2 A la fin : « Explicit opus de caritate. » 

.353. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Incipit prolo- 
gus qui in titillât ur Horologium sapiencie fratris Amandi, 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 149 

ordinis Predicatorum. - Incipit : « Sentile de Domino in 
« bonitate. » - 2° Incipit sermo nuncupatus Spéculum pec- 
catoris. - Incipit : «Quoniam, karissimi, in via hujus se- 
«culi. » - 3° Incipit tractatus de miseria humana. - 4° In- 
cipiunt meditationes beati Bernhardi abbatis. — xv e siècle. 

Marqué : • Istc liber est clomus Sancli Sixli in Rutila, ordinis Cartus. • - i° A 
la fin : « Explicit liber qui dicitur Horologium divine sapiencie, scriptus a fratre 
« Johanne Apothec. monacho domus Rutelensis prope Sirck, ordinis Carthu- 
« siensis. Orate pro eo in caritate. Et hic liber est domus ejusdeni. » 

N° 354. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Sermones 
quinque de conceptione beataeVirginis. - Incipit : « Orietur 
« Stella ex Jacob. » - i° Tractatulus de remediis contra pu- 
sillanimitatem, scrupulositatem, deceptorias inimici conso- 
lation es, per magistrum Jo. Gerson, etc. — 3° Incipit epistola 
fratris Humberti, quinti magistri ordinis Predicatorum, 
quam scripsit de tribus substancialibus ordinis. - Incipit : 
". Filiis gracie et colieredibus glorie. » - 4° Incipit epistola 
b. Eusebii ad sanctum Damasum de morte S. Jeronimi. - 
5° Incipit régula vivendi in monasteriis, édita a sancto Jero- 
nimo et missa ad Eustochium. — xv c siècle. 

Des chartreux de Saint-Sixte de Rettel. — Entremêlé de quelques cahiers 
imprimés en gothique; l'un sous ce titre : «Diit ist eyn voerredde in diit buch 
«von sant Martins leben. » 

355. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) — i° Incipit trac- 
tatus M. Johannis de Turre Cremata, nacionis Hyspanie, or- 
dinis Predicatorum, de sacramento corporis et sanguinis. - 
Incipit : «Quarumdam religiosarum personarum. n - 2° De 
interdicto ecclesiaslico instructio brevis. - 3° Tractatulus 
de contemplatione sacramenti corporis. - Incipit : « Ad ho- 
« norem gloriose et individue Trinitatis. » - /\° Reverendis- 



150 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

simi patris d. Nicolai, cardinalis S. Pétri ad Vincula, Brixien- 
sis episcopi, liber de visione Dei. - Incipit : « Pandam nunc 
« que vobis. » - 5° Ejusdem dyalogus de pace fidei. - Incipil : 
« Fuit ex hiis que apud Constantinopolim. » - 6° Beatissimo 
pape Nicolao quinto, Nicolaus, cardinalis tit. S. Pétri ad Vin- 
cula, de complementis mathematicis. — Incipit : « Tanta est 
« potestas. » — 7° Ejusdem liber de tbeologicis complementis. 
- Incipit : « Scripseram proxime de mathematicis comple- 
« mentis. » — 8° Contra communionem de utraque specie; 
ejusdem praeceptum adversus Bohemos. - Incipit : « Nico- 
«laus, miseratione divina tituli S. Pétri, etc. » - 9 Incipil 
tractatus bonus de modis cognoscendi Deum. — Incipit : 
«Triplici, pater révérende, exeunte gaudio. » - io° Incipit 
liber Dyonisy de misticatheologia, cum commentario abbatis 
Vercellensis. - Incipit : « Trinilas supersiibstantialis. Duplici 
« modo ad Dei cognitionem. » — 1 1° Tractatus magistri Johan- 
nis Gerson, cancellariiParisiensis, de cognitione castitatis. - 
12° Incipit hystoria festi Visitacionis béate Marie virginis, 
édita in sacro Basiliensi concilio, in quo et ipsum festum 
celebrari per universam ecclesiam de novo institutum est. 
Et ipsa hystoria approbata et canonizata est anno Domini 
millesimo cccc. quadragesimo, etc. - Incipit : « In splendo- 
« ribus sanctorum refulget Maria, cujus utero geritur Chris- 
« tus sacerdos in eternum. Evouae. » — xv e siècle. 

Marqué : « Sancii Arnulphi Metensis. 1763. » - Longues lignes; écriture cur- 
sive.- i° A la fin : « Explicit tractatulus presens factus Basilee, studio M. Jo. de 
« Turre Cremata , nacionis Hispanie , orcl. Prœcl. anno Domini m cccc xxxvj . » 

N° 356. Petit in-quarto sur papier. - Quœstiones theologica?. - 
Incipit : « Quid catechismus contineat. » — xvn e siècle. 

Marqué : « Liber monasterii Tholegiensis. » - Ecriture allemande. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 15) 

N° 357. Petit in-quarto sur papier. - Tractatus de venerabili sa- 
cramento altaris magistri Heynrici Coestfeldie, prioris or- 
dinis Cartbusiensis. — xv c siècle. 

Des Chartreux de Rettel. - Ce manuscrit, dont il manque le commence- 
ment et la fin, est attaché à la suite de quelques petits traités de Gerson im- 
primés, sans date, en gothique. L'intitulé est donné par une note écrite sur le 
premier feuillet de garde. 

358. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Incipit trac- 
tatus optimus de interna Christi locutione ad animas fidèles. 

- Incipit : « Audiam quid loquatur. » - 2° Sequitur tracta- 
tulus B. Augustini de tribus habitaculis. - 3° Tractatus de 
interna conversacione.-4° Incipit notabilis tractatus de imi- 
tatione Jbesu Christi et contemptu omnium vanitatum hujus 
mundi. - Incipit : « Qui sequitur me. » - 5° Tractatus dé- 
volus de devota Christi susceptione in sacra communione. 

- Incipit : « Venite ad me. » — Fin du xv e siècle. 

Des Chartreux de Rettel. 

359. Petit in-quarto sur papier. - Tractatus de Deo creatore, 
R. P. Georgii Turnebuli, Societatis Jesu presbiteri, sa- 
crae theologioe in Mussipontana academia professons. — 

XVII e SIÈCLE. 

Marqué : « A la hibliothèque des Jacobins de Metz. » - Cours de théologie 
sur la Somme de saint Thomas. 

360. Petit in-quarto sur vélin et papier. - Opus fratris Giraldi 
Leodiensis de doctrina cordis. - Incipit : « Preparate corda 
« vestra. » — xv e siècle. 

Marqué : « Liber Celestinorum Melensium. » 

361. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Incipit trac- 



152 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

tatus de incendio amoris Richardi Hampoil, heremite in 
Anglia. - Incipit : « Admirabar amplius quam enuncio. » - 
2° Occupacio devotorum, sivede quatuor exerciciis spiritua- 
libus, Bonaventurae. — Incipit : «0 anima mea, dirige ra- 
«dium.» - 3° Sermo beati Augustini episcopi de legendo 
sacram scripturam. — 4° Passionarium Jordani. — Incipit : 
« Inspice et fac secundum exemplar. » - 5° Sententiœ excerptae 
e Hbris SS. Augustini et Bernardi. — Fin du xv e siècle. 

Des Chartreux de Rettel. - Marqué : « Iste liber pertinet ad domum 
« S. Sixti, etc. » 

N° 362. In-quarto carré sur vélin. — Pauli Orosii historia regno- 
rum. — x e siècle. 

Marqué de la main même du copiste : « Liber Sancti Arnulfî ; si quis lrauda- 
« verit, sit sub jugulo anathematis. Fiat. Fiat. Maledictio Christi veniat super 
« illum qui libellum istum abstulerit. Amen. » - Longues lignes. - Commence 
parla notice de Gennade sur Paul Orose, intitulée : « Incipit argumentum, » et 
le texte : « Horosius presbyter, Hispani generis, vir eloquens. » Plus bas : « Incipit 
« prologus Horosii ad Augustinum magistrum suum ; » et au verso du folio à ■ 
« Incipit Pauli Horosii presbiteri adversum Paganos liber primus. » Sur la der- 
- nière page : «Pauli Horosii presbiteri adversum Paganos libri numéro vu feli 
« citer expliciunt. Amen. » 

363. Petit in-quarto sur papier et parchemin entremêlés. - 
M. Pauli de Venetiis opus quadragesimale. - Incipit : « Cum 
«jejunatis, noîite facere sicut ypocrita. » — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Signé : » Natalis. » - Sur la tranche : « Sermones 
« Quadragesime. » A la fin de l'ouvrage et du volume : « Explicit opus quadra- 
« gesimale magistri Pauli de Veneciis, ordinis ff. Heremitarum Sancti Augustini, 
« scriptum per Johannem Tilman, Leodiensis dyocesis, pro tune moram tra- 
« hentem Londonis anno Dom. i/i.71, die vero 17 Marcii. « 

364. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Liber Alber- 
tani Brixiensis de amore Dei et proximi. - Incipit: « In ini- 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 153 

« cio et medio ac fine inei tractatus. » - 2 Expositio passio- 
nis Domini latine facta super gallico carminé, i. Videte si 
est dolor similis. « Oncques créature ne lut remplie. » - 
3° Hymni glossati. — Incipit : « Himnus est laus Dei cum can- 
« tico. » — 4° Tractatus de ymagine Salvatoris que est in sacro 
palacio Lateranensi, in Sancta Sanctorum, in quo mulieres 
non intrant nec intrare debent sub majori pena excommuni- 
cacionis. - Incipit : « Scientes ergo apostoli futuros esse. » - 
5° Nonnullae litterae indulgeutiarum. — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Marqué au vermillon : «Spes, » devise qui ac- 
compagne ordinairement la signature « Jo. Mali Capitis. » - Ecriture cursive. - 
i° A la fin : « Explicit liber de amore et dilectione Dei et proximi et aliarum re- 
« rum et de forma vite, quem Albertanus, causidicus Brixiensis, de ora Sancte 
« Agatte, compilavit. Finilo libro referamus gratias Christo; scriptum per manus 
« domini Gerardi Brogoncie sub anno Domini m. cccc. Ixxix, die vero xxvu Fe- 
« bruarii. » - 3° Marqué en tète : <> Liber iste dicitur liber himnorum. » Et à la 
lin : « Expliciunt himny amen; scripti Dioni per manus Gerardini doy. de 
« Sancto Deodato, anno Domini millesimo cccc. viij , in vigilia decolacionis 
" B. Johannis. » - 5° Quelques-unes imprimées; elles sont de Paul II et 
d'Adolphe, archevêque de Mayence. A la suite est un petit mémoire en cur- 
sive du xv e siècle, intitulé : « Becollectorium materiarum predicatarum per me 
« fratrem Nicolaum Botarii , ordinis Sancti Augustini , in opido Sancti Deodati. » 

N° 365. Petit in-quarto sur papier. - Compendium théologie 
beati Thome de Aquino. - Incipit : « Veritatis theologice 
« sublimitas. » — xv c siècle. 

Marqué : « Liber Celestinorum de Métis. » -A la suite a été cousue une im- 
pression sans date intitulée : « Consolacio théologie compilata a magistro 
« Johanne de Tambaco. » 

366. Petit in-quarto sur papier. - Sermones dominicales ab 
adventu Domini. Incipit : « Erunt shjna in sole et in îuna, etc. 
« Sciendum quod in Sacra Scriptura. » — xv c siècle. 

Des Chartreux de Bettel. 

M V\. DES BIDI.. — V. 20 



154 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 367. Petit in-quarto sur vélin. - Sermones fratris Nicholay de 
Byart. — Desinit : « Omnium iniquitatum quas operatus est 
« non meditabor, » — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - En très-mauvais état. Couvert d'une simple 
feuille de parchemin. Le commencement enlevé. Le nom de l'auteur est donné 
par Ye.xfilicit. 

368. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) — i° Jacobi de Vo- 
ragine sermones. — Incipit : « Prologus Jacobi de Foragïlne 
« sermonum dominicalium. Humane labilis vite decursus. » - 
2° Incipit exposicio dominice oracionis magistri Heinrici 
de Hassia. - 3° Tractatus de modis et finibus vite humane. 
— Incipit : « Quia secundum diversos modos diversi. » - 
4° Conclusiones xiv super expediendis peccatoribus in casi- 
bus contractuum cmptorum et venditorum. - Incipit : « Ut 
« in foro anime, ubi spectator est Deus, salubrius valeascon- 
« sulere, queris a me quomodo debeas homines expedire 
« in casibus contractuum emptorum et venditorum. » — 
XV e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Marqué : « Idem librum eciam pro xn solidis. » 
- 2° A la fin : « Explicit exposicio, etc. anno Domini 1 ^ 32 , in die béate Cecilie 
" virg. et mart. de nocte post horam quartam in Bdenheim. » - 3° Divisé en 
trois livres : le premier, « De potestatibus animae; » le second, « De vita ycono- 
« mica; » le troisième, «De vita pollicita. » — 4° Composé par un Allemand. 
On y lit un peu après le début : « Verbi gracia hic in Heidelberga est con- 
« suetudo dare xx florenos pro uno, et estimatur quod in isto fantum valeant 
« xx floreni venditi i floreno perpetuis temporibus quantum mihi et successo- 
« ribus meis valet unus florenus. « 

369. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Pomerium 
sermonum de beata Virgine. - Incipit : «Quoniam, ut ait 
« beatissimus ille Gregorius. » — 2° Incipit liber ad laudem 



'S 



ncipi 



béate et gioriose virginis Marie contra apocrypha editus et 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 155 

contextus a Petro Damasceno. - 3° Sermones beati Leonis 
pape. — Commencement du xvi e siècle. 

De Saint-Clément. - Marqué : « Z. 33. » 

N° 370. Petit in-quarto sur papier. - Sermones de tempore et 
extractiones devotae. — xiv e siècle. 

Marqué : « Liber olim fratrum Carthusiensium prope Treverim dalus domui 
« Rutilensi ab eisdem fratribus. » - Ce volume est écrit de diverses mains, sans 
ordre et pour l'usage particulier du religieux qui l'a formé. Il commence par 
deux sermons en latin , dont le premier est incomplet. Viennent ensuite d'autres 
sermons en allemand. Viennent ensuite, après divers extraits de saint Augus- 
tin et d'Innocent III, d'autres sermons, dont l'un est ainsi souscrit : « Explicil 
« sermo de corpore Christi magistri Francisci, aclus et completus per Ludol- 
[ihum clcricum de Dusborgh, in Romana curia, etc. anno Domini m. ccc. 
> xxxiij. feria tercia post Marci ewangeliste. » 

371. Petit in-quarto sur vélin. - Legenda Sanctorum. - In- 
cipit prologus : « Universum presenlis vite tempus a pleris- 
« que in quatuor tempora est distinctum. » - Ipsum opus : 
■ De sanclo Andréa apostolo. Oculi peraguntur sancti Andrée. » 
— Fin du xiv e siècle. 

Marqué : • Iste liber est fratrum Carthusiensium monachorum Basilee. 
— Longues lignes. 

372. Petit in-quarto sur papier. - Incipit registrum sermo- 
num de excellentiis gloriose virginis Marie, quod Mariale 
appellatur, atque editum per fratrem Bernardinum de Busti, 
ordinis Minorum, quod quidem devotissimum opus quasi 
ponens in capite ipsius benedicte virginis coronam stella- 
rum xn, de qua loquitur Apocalypsis, in duodecim dividi- 
tur partes principales, quarum singule particulari nomine 
appellantur Jésus Maria Johannes. — xvi e siècle. 

De Saint-Clément. - Marqué : « Z. 32.» — Deux colonnes. — Manque la fin. 



156 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 373. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Tractatus de 
missa et sacramento altaris. - i° Tractatus de septem sacra- 
mentis. - Incipit : « Quouiam me sepius rogasti, Petre. » — 

XV e SIÈCLE. 

Des Chartreux de Rettel. — i° Ce traité est d'un docteur allemand, comme 
l'indiquent les premières lignes de la préface : « Venerabiles patres et domini, 
« cogitante me crebrius ac diligenti indagine in diebus multis et noctibus in 
« armario mentis mee revolvente quid laboris quidve utilitatis pro felici incre- 
« mento novelle prelatationis illustrium principum ac dominorum marchio- 
« num Missenensium, videlicet aime nostre universitatis Lipsensis, facere pos- 
« sum et exb ibère, etc. etc. » 

374. Petit in-quarto sur vélin. - Sermones hyemales Cœservel- 
die prioris. — Incipit : « Sermo primus in sollempnitate om- 
« nium sanctorum de duplici sanctorum beatitudine, meri- 
« toria scilicet et proemiatoria. Beati pauperes spiritus, etc. 
« Patres acfratresdilectissimi, hodie ut novit caritas vestra. » 

XV e SIÈCLE. 

Marqué : « Iste liber est dormis S. Sixti in Rutila. » - A la fin : « Expliciunt 
sermones hyemales Cœserveldie prioris Hollandie , ordinis Chartusiensis , scripti 
« per Johannem Schuman, in Lutzenburgo, anno Domini m. cccc. Ixx. , in die 
« sancti Silvestris, circa horam îionam de mane. » 

375. In-octavo sur vélin. (Recueil.) - i° Sermones hyemales. 

— Incipit : « Jherusalem (jiierimns, etc. Quanto res que perdi- 
« tnr est preciosior. » - 2° Incipiunt medilationes Bernardi 
de contemptu mundi. - 3° De septem peccatis mortalibus 
ex compendio théologie. - 4° Sermones et excerptiones piae. 

— XIV e SIÈCLE. 

Des Chartreux de Rettel. - Diverses écritures. 

376. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Incipit solilo- 
quium cujusdam regularis a cordis mulliplicitate ad nnum 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 157 

summum bonum se continue colligentis. - Incipit : « In spi- 
« ritu humilitatis in animo contrito. »> - 2° Incipiunt sermo- 
nes beati Augustini ad fratres de heremo. — xv e siècle. 

Marqué : « Celestinorum Metensium. ■> - i° A la lin, tic la. même écriture : 
» Explicit soliloquiam, etc. Deo gratias. » Suivent dos préceptes à l'usage des 
religieux, terminés par cette souscription : « Expliciunt régule utilissime vo- 

■ lentihus in Christo proficere. » Puis des extraits de saint Bonaventure, finis- 
sant par ces mots : « Amen. Explicit liber iste. Ein goet salich iaer moet ic 

■ hebben, amen. Dat moet waer siin. Orate pro me peccalore si placet. » Suif 
une impression sans date : « Opusculum quod Spéculum aureum anime pec- 
« catricis inscribitur. » - 2° Suivis de divers autres sermons. 

\" 377. In-quarto carré sur vélin. - Anicii Manilii Severini Boe- 
cii, ex cons. ord. patrie, philosophice consolationis incipit 
liber primus. - Incipit : « Carmina qui quondam, etc.» 
- Desinit : « Anicii Manlii Severini Boecii v. c. et inl. ex 
« cons. ord. ex mag. off. atque patrie, philosopliicae conso- 
« lacionis liber quintus finit féliciter. » — Commencement 

du XI e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. — Longues lignes; télés de livres en capitales. Le 
litre rapporté plus haut se trouve seulement sur le verso du folio 12. L'ou- 
vrage est précédé de plusieurs notices préliminaires, dont voici l'indication : 
i° Incipiunt gênera metrorum in libro Boecii, quem domnus Lupus, ut facilius 

'• STUDIOSUS LECTOR ACCIPERE P0TUI5SET,IN LUCEM PRODUXIT : Quilique liblOS 

« philosopliicae' consolationis insignis auctor Boecius XWII varielatibus carmi- 
« num respersit, ut opus his gracius fieret et qui musiese suavitatis dulcedincm 
1 contigissent. Dequibus, quoniam inter doctos quaeri etiam âblel , non mediocri 
« comperta mihi diligencia studiosis quibusque paucis aperui. Primum itaque 
< genus carminis elegiacum est, etc. etc. » (6 pages en tout.) — 2 « Incipit intro- 
« duccio carminis Anicii Manlii Severini Boetii : Tempore Teoderici régis, in- 
« signis auctor Boecius claruit, etc.» (5 pages de commentaires sur les noms 
de Boèce et sur les circonstances dans lesquelles il composa son ouvrage. Ces 
commentaires sont d'un auteur très-postérieur et mal informé.) - 3° <• Senica 
« Lucillo suo salitem : Epistola tua per plures questiunculas \agata est, etc. » 
- 'i « Glosse de iNicio hujus i.ibri : Astilisse sibi supra visa est millier, id est 



158 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« sapiencia , transcendens , etc. » ( 3 pages , dont 2 sont transcrites ci-après. ) 
Suivent ces vers : 

Ut la?tus ponti spumantis navita limphas 
Munere congaudet summi transnasse tonantis , 
Sic sacro calamo scriptor sulcante libellos. 
Ut gaudere solet fessus jam nauta iabore, 

Desiderata diu littora nota videns, 
Haut aliter scriptor optato fine libelli 

Exultât viso lassus et ipse quidem. 

« Anius proprium nomen régis insulae Delos, unde Anicius figuratum no- 
men.Mannius praenomen vel propterea dictus quod mane sit natus, ut Lucius 
et quod luce partus sit. Ex Mannio Manilius dirivatur nomen. Alii legunt 
Manlii, sed melius Mallii : non enim terminatur praecedens sillaba in N, in- 
choante sequente ab L. Mallius dictus est a malleo propter fortitudinem ; 
Malleus autem appeiiatur, quod moliia et calida cedat. Multi quoque Romani 
Mallii nominati sunt, sicut ille qui Gallos ex arce urbis depuiit. Severus, 
unde Severinus tractum nomen. hotidos graece, latine adjutor; unde Boetius 
dirivatur. V. c. hoc est viri clarissimi. Et illustris : in senatu romano primus 
ordo illustrium, secundus spectabilium, tercius clarissimorum erat. Ordina- 
rius, qui per ordinem militât, nec adhuc consecutus est aliquem gradum ho- 
noris. Idem et gregarius, id est humilis miles. Rursum ordinarii dicuntur qui 
in praelio primos ordines ducunt. Patricius, secundus a rege dictus, quod sit 
pater civium. Memnius imitator, Quirinus hastatus, Aurelius dictus ab Aurélia 
familia; dicitur autem Aurélia ex Sabinis orta ab aureo elio, id est specioso 
sole cui sacrificabat lege festum Pompeium. Exutus ergo Boetius dignitatibus, 
proscriptione dampnatus, Campania .d. fere passuum millibus ex urbe reli- 
gatus exilio, punito idem Symmacho patricio, viro totius pietatis specimine. 
Cui perfidus Tbeodericus non tam similem inusserat quod reus majestatis 
una cum Boetio fuisset, \el sensisset; ger,erum autem ejus clarissimum atque 
catholicum Boetium, quem paulo ad hoc tantum sustulerat impio ense, que- 
madmodum socerum breviavit Symmachus, patricius, consul ordinarius, vir 
philosophus, qui antiqui Catonis fuit novellus imitator, sed virtutes veterum 
sanctissima religione transcendit. Dixit sententiam pro aleo (?) Titus in senatu 
parentesque suos imitatus historiamque roman am VH libris edidit. Galli 
Senones tenuere Romam, et cum in eo esset ut capitulum caperent, ubi erat 
templum Jovis, voce anseris excitati sunt Romani, isto Manilio praeeunte, qui 
inihit singulare certamen Virodomaro et eum occidit atque torquem auream 
ejus cum signis abstulit. Unde poeta : 

Aspice torquatum referentem signa Camillum. 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 159 

« De hujus familia fuit Boecius. Anicii Fal)ii ccc. crant dicti a crebris victoriis, 
"de una familia, qui apud Cremeram vicum Apulegiae omnes in bello occisi 
« sunt, uno tantum supcrstite qui iterum dîgnilatem roman am restauravit. Pri- 
i mura Anicii duo fuerunl, id est Decius pater et Decius filius, qui se devo- 
« verunt morti pro defensione rei publiée, et ab illis Romani Anicii dicuntur, 
■ id est invicti. » 

N° 378. In-quarto sur vélin. - Tractatus de lalitudinibus forma- 
rura a magistro Nicholao Orcsme. — Fin du xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Signé : « Jo. Herbilloin. » - Longues lignes; écri- 
ture cursive; vignettes; exécution soignée. 

379. In-quarto sur vélin. (Recueil.) - 1° Incipit Viaticus qui 
fuit translatais a C. (Constantino), monaco Cassinensi. - In- 
cipit : « Quoniam quidem ut in rethoricis. . . » etpostea : « De 
« allopitia. Gapillus ex fumo grosso. »— 2° Incipiunt glose ma- 
gistri Gerarcli super libro Viatici Constantini. - Incipit : 
« Cum omne elementum et ex elementis. » - 3° Incipit liber 
de oculis, a magistro P. Hyspano editus. - Incipit : « In no- 
« mine summi opificis a quo omnes. » - 4° Incipiunt signa 
Ricardi. - Incipit : « Finis medicine duntaxat. » - 5° Trac- 
tatulus de arte medica. — Incipit : « Cogitanti mihi sepe de 
« simplicis medicine virtutibus. » — xm e siècle. 

De la cathédrale de Metz. -Cahiers de diverses écritures, mais toutes d'une 
finesse extrême. 

380. In-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° Incipiunt glose super 
librum Johannicii. - Incipit : «Cum quelibet doctrinalis 
«scientia. » - 2° Tractatus de re medica. - Incipit : « ïuicio 
«hujus libri diffiniri morbum oportet, ut intencio hujus 
« particule cognoscatur. » - 3° Incipit liber de simplici me- 
dicina, qui Albigepb vocatur, translatus a magistro Gerardo 



160 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Cremonensi de arabico in latinum. — Incipit : « Ex antiquo- 
« rum libris hune aggregavi librum. » — xm e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Diverses écritures fines et négligées. — i° A la 
fin : « Theobaldus de Extallanta clericus scripsit. Dextram scriptoris benedic, 
«Deus, omnibus horis. Amen. >* 

N° 381. In-quarto earré sur vélin. (Recueil.) - i° Incipit liber 
qui vocatur Lilium medicum, editus a inagistro Gerardo de 
Gordonio. - Incipit : « Interrogatus a quodam Socrates. » - 
2° Johannis Messue de consolatione rnedicinarum. - Incipit : 
« In nomine Dei misericordis. » - 3° Incipit liber Hebe- 
mezue de simplicibus medicinis.- Incipit: « Lufi serpentaria 
« planta est que dicitur collum draconis. » - 4° Liber gra- 
duum Ebemesue. - Incipit : « Absinthium tam in primo 
« gradu. » — xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Signé : « Hermann de Bure. » - Deux colonnes; 
diverses écritures. 

382. Jn-quarto carré sur vélin. - Viaticus, ex translatione 
Constantini, monachi Cassinensis. - Incipit : « Quoniam qui- 
« dem, ut in rethoricis Tullius. » — Desinit : « Explicit liber 
« Viaticus. » — Commencement du xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Signé : « Herman de Bure. » - Longues lignes. 

383. In-quarto sur papier. - Danielis Chamieri Delpbinatis 
grammatica bebrœa. 

Marqué : « S. Arnulphi Metensis. 1763. » - Sur la première page : « Descri- 
« bebat Petrus Bachelleus anno m dc xv. » 

384. In-quarto sur vélin. - Doctrinale Alexandri de Villa Dei 
cum expositione. - Incipit textus : « Scribere clericulis paro 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 161 

« doctrinale novellis, etc. » - ïncipit apparatus : « Sicut dicit 
« Platoin Thimeo suo : nicliil estortum sub sole cujus causa 
« légitima. » — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Signé : « Jo. Herbilloio. » - Deux colonnes. 

i\" .'585. In-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° ïncipit Enchiridion 
Galfredi de Virio Sal. . ïncipit : «Ad mare ne videai 
« lalices differre, camino Igniculum densis, vel frondes ad- 
« dere silvis. » - 2° Carmen Johannis de Gerlandia de mys- 
teriis ecclesiae. - Ïncipit : « Anglia quae lulget, quo gaudenl 
«praesule claro Londonis, etc. etc. » - 3° ïncipit vita Pylati 
correcta. - ïncipit : « Si veluti quondam scriptor vel scripta 
«placèrent In nova dicendi multi velud ante studerent. » - 
4° Magistri Johannis glossœ versificatae ex Papia. - ïncipit : 
« Commoda dicemus sed in hiis non metra lenemus, Sensum 
«non metrum si postulat hoc documentum. » - Desinit : 
« Assit ab S jungit geminando C vocat accis. » — xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Marqué : « Natalis circator. » — i° A la fin , on lit : 
< Expliciunt synoninia compilata a magistro Radulpho. » - 3° Précédé d'une 
préface en prose : « ïncipit quidam prologus de pena et origine el excidio 
Pylati. » 

386. In-quarto sur papier. - Artis oratorio? sive eloquentiae 
institutiones ex lectionibus rhetoris Petit. iy38. 

Marqué : « Ex communi bibliotheca Augustinianorum Theonisvillanensiuni. 
» i 776. » 

387. In-quarto sur vélin. - M. Tullii Ciceronis liber de in- 
ventione. - ïncipit : « Sepe et multum hoc mecum cogitavi 
«bonine an mali plus attulerit. » - Desinit : « Diligentia 
« consequemur exercitationis. Explicit. » — Commencement 

du XII e SIÈCLE. 



MAN. DES r.ir.L. 



162 CATALOGUE DES MANUSCRITS. " 

De la cathédra'e de Metz. - Signé : « Jo. Herbilloin » - Longues lignes. Écri- 
ture fine et élégante. Lettres romanes en miniature. 

N° 388. In-quarto sur papier. - Annotationes scholasticae in auc- 
tores latinos. 

Cahier de collège du xvn e siècle. 

1589. In-quarto sur papier. — Institutiones rhetoricae, a cl. d. 
Petro Lorey, Parisiis. — xvn e siècle. 

390. In-quarto sur papier. - Tragœdiae graece et latine com- 
posite a Gastone Griaeo, alumno collegii Becodiani annis 
î 566 et 1 567. 

Les tragédies latines sont : Eraslus, Virginia, Pygmalion J'urens, Philargyria. 
Les grecques . KOâ^icxs fxavioiStis , Ho\v(p6vTïjs , Oùpa.vla. 

391. In-quarto sur papier. — Antonii Panhormitae quintum 
epistoiarum volumen ad Oliverium archiepiscopum Neapo- 
litanum. — Incipit : «Quintum hoc epistoiarum volumen. >< 
— Fin du xv e siècle. 

Marqué : « Ex libris R. P. Recollect. conventus Metensis. » 

392. In-quarto sur papier. - Pandectœ cœnobiorum ordinis 
S. Benedicti in Anglia olim extantium a primordiis usque 
ad eorum dissolutionem, per Rogerum Dodsworth et Guil. 
Dugdale pridem accuratius desciiptœ, nunc alphabetica no- 
minum série in compendium relatœ studio et labore R. P. 
Oliverii Legipontii, ordinis S. Benedicti. — 1758. 

393. Petit cahier in-quarto sur papier. - Austria? pirincipum 
historia in compendium redacta et usque ad Carolum VI 
imperatorem perducta. 

Sans marque. 



HIHLIOTIIKQUE DE METZ. 163 

N° 394. In-quarto sur papier. - Bibliograplme bénédictins ap- 
paratus ichnographicus, in quo virorum ex ordine divi Be- 
nedicti doctrina ri scriptis illnstrium qui inde a primo 
illitis exordio per xin sajcula sub quavis congregatione tlo- 
ruerunt nomina, œtas, patria elementari série repraesenta- 
tur, indicatis subinde fontibus e quibus uberiora haurire 
liceat, accurante R. P. Oliverio Legipontio. 

395. In-quarto carré sur vélin. (Recueil.) - i° Epistola Mil- 
duini abbatis indigni ad cunctos sanctae catholicae matris 
aecclesiœ filios et fidèles, pandens quomodo invcnire quis- 
que scire desiderans valeat, in epistola ad christianissimum 
imperatorem domnum Hludowicum exinde di recta, unde et 
qualiter sumpta sunt ea que in corpus unius textus, secun- 
dum jussionem ipsius, redegerat ex Grecorum et Latinorum 
historiis de notitiaexcellentissimi Dyonisii martyris, patroni 
atque nostri peculiaris provisoris. - Incipit : «Hilduinus 
« humilis Cbristi servus, etc. » - 2° Incipit textus vitae, ac- 
luum ac obitus beati Remigii episcopi. - 3° Incipit régula 
sancti Basilii Capadoci episcopi. — 4° Doctrina sancti Basilii 
ad monacbos. - Incipit : « Audi, fili mi, monitionem patris 
« tui. » - 5° Incipit passio sancti Gengulfi, egregii martiris. 
- Incipit : « Laudes bumanœ vanitatis. » — Fin du X e siècle. 

Marqué : « Liber S. Arnulf hi. « — Longues lignes. — i° Commence sur le recto 
du folio i par cetle inscription : «Epistola piissimi Augusti domni Chlotlowici 

ad Hilcluinum, venerabilem abbatem monasterii sanctissimorum martyrum 
" Dyonisii sociorumque ejus de colligendis in corpus unius textus his quœ in 

Grecorum et Latinorum historiis ad pretiosissimi martyris noticiam Dyonisii 

passim scripla reppereral. »- 2° Précédé de la lettre d Hincmar à Charles le 

bauve. 

1)96. In-quarto sur papier. - Additioues ad Compendiôses 



164 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Gelehrten Lexicon von Christian Gottlieb Jôcher 



XVIII e SIECLE. 



N° 397. In-quarto épais sur vélin. (Recueil.) - i° Incipit vita 
cum transitu beati Agerici, Virdunensis episcopi. - 2° In- 
cipit vita domniMartialis, episcopi et confessons. — 3° Incipit 
passio B. Barbare virginis. - 4° Incipit passio béate Affre, 
Christi martyris. - 5° Incipiunt quedam de vita et mira- 
culis B. Andrée. - 6° Quedam de miraculis B. Johannis 
apostoli. - 7° Miracula béate Brigide. - 8° Conversio sancti 
Cipriani. - 9 Item confessio vel penitentia ejusdem. - 
io°- Item passio ipsius Cypriani et Justine. — 11 Passio 
sancti Sebastiani cum aliis martyribus. - 12 Item sermo de 
Nativitate sancte Marie.- i3° Passio S. Pancratii.- 1 k° Vita 
sancti Huberti, Leodiensis episcopi, et translatio ipsius. - 
j 5° Passio sanctorum martyrum Victoris et Corone. - 
1 6° Vita sancti Arnulphi martyris.- 1 7 Sermones de sancto 
Stephano protbomartyre et de sancto Johanne evangelista. 
- 18 Item sermones très de nativitate Domini nostri Jbesu 
Christi. - 19 Item sermones très de purificationo sancte 
Marie. - 20 Expositio venerabilis Bede presbiteri super 
apocalipsin sancti Johannis evangeliste. - Incipit : « Exiil 
« ab humano dum pellitur, etc. » — Commencement du 

XIV e SIÈCLE. 
Do la cathédrale de Metz. - Marqué : « A. T. M. » 

398. In-quarto sur vélin. - Vitae Sanctorum. — xi c siècle. 

Marqué : « Liber S, Arnulphi. » - Longues lignes; diverses écritures. Voici les 

légendes dont ce volume est composé : « Vita beali Symeonis confessons. — In- 

« cipit vita S. Nicolai episcopi. - Passio sancti Malhei apostoli. -Vita et conver- 

satio sanctae Mariœ Magdalenae. - Vita sancti Malchi, a sancto Jeronimo com- 

<> posita. « 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 105 

N° 399. In-quarto épais sur vélin. - Legenda aurea Jacobi .la- 
nuensis. — xiv c siècle. 

De la cathédrale de Mclz. - Signé : « Jo. Herbilloin. » - Deux colonnes. 

400. In-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° Passio sanctorum 
Viti, Modesti et Grescentioc martyrutn. - Incipit : « In pro- 
u vincia Litia sub tempore Diocliliani. > - 2° Incipit epistola 
8. Ieronimi ad Tesiphontem. - Incipit : « Falso putas sed 
« amanter. » - 3° Liber sancti Jeronimi presb. contra Pela- 
gium hereticum sub dialogo Attici et Cretoboli figuraliter. 
- 4° Bedae tractatus de templo Salomonis. - Incipit : « Do- 
« mus Dei quam aedificavit rex Salomon. » - 5° Incipit liber 
Bede presbiteri in librum Regum quern iecit ad quendam 
religiosum Notbelinum. - Incipit : « Quod ait propheta ad 
« Heli. » — x c siècle. 

Marqué dès l'origine : « Liber Sancti Arnulfi. » - Longues lignes. - 'i° Pré- 
cédé de la dédicace de Bède à Tévêque Acca. 

401. In-quarto sur papier. - Pharmacie spirituelle, remplie 
de remèdes contre toute sorte de foiblesses et langueurs 
desprit, etc. par le R. P. D. Théodore de Lacroix, béné- 
dictin de la congrégation de Saint-Vannes. — i632. 

'i02. In-quarto sur papier. - Traduction libre des hymnes du 
bréviaire de l'ordre de Citeaux, (avec) la paraphrase de 
quelques Psaumes de David dans le sens spirituel, etc. — 
\vm e SIÈCLE. 

Signé : « Studio et labore Pétri Goudin, monachi Villariensis. 1706. » 

403. In-quarto sur papier. (Recueil.) - i° En cest traiclié qui 
s'ensuit sont contenues aucunes auctorités des iiij docteurs 



166 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

et des iiij ewangelistes et plusours aultrez auctorités de 
saincte Esglise, de la vertu et dignité de la messe et dou sa- 
crement de l'autel , et est ainsi ordonné de roman et de latin, 
à la prière et à la requeste d'aucune bonne personne. - 
2° Livre des faiz aventureulz de Saturne, Jupiter et Her- 
cules. — Incipit : « Tous les filz de Noe espars par les climaz, 
« régnez et estranges habitations. » — xv c siècle. 

De Saint-Arnoul. - Marqué aux armes des Desch. 

N° 404. In-quarto sur papier. — Règles tirées de la sainte Écri- 
ture pour servir de conduite à des personnes qui aspirent 
à la perfection du christianisme. — xvn c siècle. 

405. In-quarto sur papier. - Méditations très-dévotes pour 
s'entretenir avec Notre-Seigneur, etc. 

Copie d'un livre imprimé à Paris en 1691. 

406. Registre en papier in-quarto. - Extraits dévots par une 
religieuse. — xvm e siècle. 

407. In-quarto sur papier. - La célèbre procession des en- 
fants de la ville de Metz, faite en l'honneur du très-saint 
Sacrement et en action de grâce de leur première commu- 
nion, présentée à Messieurs les Pasteurs, Curés, Mission- 
naires, etc. — 1 648. 

Marqué : «Ex libris Congreg. domus Missionis Melensis. » 

408. In-quarto sur papier. - Recueil de plusieurs cantiques 
spirituels composez par les religieuses carmélites de Metz 
et de quelques autres des monastères du mesme ordre. Faict 
à Metz, au monastère des religieuses carmélites, le 22 e joui 
de mars 16^2. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 107 

N° 409. In-quarto sur papier. - Méditations pour s'entretenir 
avec Nostre-Seigneur, etc. 

Copie d'un livre imprime à Paris en 1691. 

410. Registre in-quarto en papier. - Méditation de huit jours 
pour la fête de saint Augustin. ■ — xviii siècle. 

Marqué . « A l'usage de sœur Marie-Geneviève. » 

411. In-quarto sur papier. - Explication de l'office divin 
et de quelques-uns des mistères qui y sont contenus. — 

XVIII e SIÈCLE. 

412. In-quarto sur papier. - Méditations dévotes. — 

XVIII e SIÈCLE. 

Recueil à l'usage d'une religieuse. 

'iJ3. In-quarto sur papier. - Instructions en forme de novi- 
ciat sur tous les sujets convenables dès l'entrée de l'essay 
jusqu'à la sortie du noviciat. — xvnT siècle. 

Marqué : «S. démentis Metensis. 1760. • 

414. In-quarto sur papier. - Matières des jugemens ecclé- 
siastiques. XVIII e SIÈCLE. 

Marqué du timbre du district de Metz. 

415. Grand in-quarto sur papier. - De la juridiction de 
l'église gallicane contre les entreprises des magistrats pro 
phanes et les erreurs, les œquivoques, l'ignorance et fans- 
setez des escrivains fiscaux. - Commence : «J'entreprends 
« une chose très-difficile, » 



168 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 416. In-quarto sur papier. - Cours de jurisprudence pénale. 

XVIII e SIÈCLE. 

Timbré du district de Metz. 

417. In-quarto sur papier. - Estât, règlement et statut des 
religieuses et autres filles de la congrégation de la vierge 
Marie, receues et approuvées parN. S. P. Paul V, etc. etc. — 

XVIII e SIÈCLE. 

418. In-quarto sur papier. - Réfection sur la règle de saint 
Augustin par le sieur B'*\ prestre, directeur des religieuses 
Urselines de T**\ — xvm e siècle. 

419. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Collation faicte 
à Paris entre les maistres en medicyne et aultres grans 
clercs contre fespidymie et aultres diverses maladiez et 
pestilences. - 2° Chi endroit se commenche uns livres de 
medechines qui est pourfitables à toute gentz. — Incipit : 
« Il estescript u quart livre deViaticus et de Ysaac que qui 
« voelt garder continuement santé de corps. » - 3° Traité des 
simples commençant : « Pour ce quepluisours hierbes neces- 
« saires et proufitables à pluisours maladies. » — xv c siècle. 

De Saint-Arnoul. - 2° La préface seule est en prose. L'ouvrage, qui est en 
vers, commence ainsi : 

Cil traitiés n'est mie de songes, 
Ne de fables ne de menchongnes , 
Ainseis est fait de vérités 
Qui ensient les auctorités 
D'Ypocras et de Galyen , 
Etc. etc. 

420. In-quarto sur papier. - Cahier de rhétorique entre- 
mêlé de textes grecs, imprimés. — xvm e siècle. 

Marqué : « S. Symphoriani Met. 1 769. » 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. J(i9 

N° 421. In-quarto sur papier. - Traitté de mécanique. — 



XVIII e SIECLE. 

Timbré : « District de Metz. >> 



422. In-quarto sur papier. - États, ordres du jour, instruc- 
tions concernant ce qui s'est passé au camp formé à Beau- 
caire en 1753. 



Timbré : « District de Metz. » 



423. In-quarto sur papier. - Eiemens de géométrie appliqués 



a l'usage de la guerre. — xvin c siècle. 

Timbré : « District de Metz. » 



424. In-quarto sur papier. - Seconde partie d'un traité d'ar- 
chitecture ayant pour premier chapitre : « Origine de la dis- 
« tribution, servant d'introduction à cette partie de l'archi- 
« tecture. » — xvm c siècle. 

Timbré : « District de Metz. » 

425. In-quarto sur papier. - Réfutation du compte rendu au 
roi par M. Necker, directeur général des finances, au mois 
de janvier 1781. 

426. In-quarto sur papier. — L'innocence opprimée par la ca- 
lomnie, ou l'histoire de la congrégation des filles de l'en- 
fance de N. S. J. C, et de quelle manière on a surpris la 
religion du roi très-chrétien pour porter Sa Majesté à la 
détruire par un arrest de son conseil, etc. 1687. 

Marqué : «Ex bibliotheca Minimorum Metensium. » 

427. In-quarto sur papier. - Journal contenant la relation 

VIN. DES D1UL. V. 22 



170 CATALOGUE DES MANUSCRITS 

véritable et fidelle du voyage du roy et de Son Eminence 
pour le traité du mariage de S. M. et de la paix générale. 
1669. - Incipit : «Comme il n'est point de malheur égal à 
» celuy de la guerre. » 

N° 428. In-quarto sur papier. - Négociations préliminaires con- 
duites par les plénipotentiaires de France pour la paix de 
Munster, du 6 janvier au 3i mai 1 6-46. — xvm e siècle. 

Provenant des Capucins de Thionville. — Marqué des armes de François 
Blouët de Camilly, évêque de Toul. 

429. In-quarto épais sur papier. - Mémoire de M. Fontaine 
su)- MM. de Port-Roial. — xvm e siècle. 

Sons marque de provenance. - Deux tomes en un volume. — Imprimes eu 
1 736. 

430. In-quarto sur papier. - La giusta statera de porpora; ci 
dove s' intende la vita, nascita, discendenza, possibiltà, ad- 
herenza, costumi, ricchezze, inclination!, cariebe, officii, 
nuntiature, e perche sono stati promossi ii cardinali viventi 
dell' anno 1 646. — xvn e siècle. 

Marqué : «S. Arnulphi 1764,» et auparavant : ■> Collegii Metensis Societatis 
« Jesu. » La dédicace est datée de Rome, i3 mai l646, el signée N. N. 

431. In-quarto sur papier. — Qui se comenza el libro che fe 
Meser sancto Hieronymo di capituli de la sancta Celestiale, 
et sono capiloli trenta. - Incipit : « Frati carissimi, cbi 
« havesse volunta de la gloria de li justi. » — xv e siècle. 

De Saint-Arnoul. - Signé primitivement : « Iste liber est meus : Imerius de 
« Pisse; » puis : « Questo libro si è di mi Zaccharia dalle Vecchia; » puis : « Col- 
•< legii Met. Societatis Jesu. » - Longues lignes; écriture italienne renouvelée. - 
Sur les derniers feuillets a été transcrit, de la même main que le reste: 
Vuigare Bernardi super Cantica Canticorum. 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 171 

Salamone in li soi Proverbi, in lo capilolo primo, parla a l'anima in persooa 
« de Dio, et dise, etc. etc. » 

N° 432. In-folio sur papier. - Libro I de la embaxada sobre com- 
poner las cosas del sefior don Antonio con el cardinal. V istas 
de los Reyes en Guadalupe y principio sobre la succes- 
sion de Portugal (desde t 566) hasta fin del anno 1678. — 

XVI e SIÈCLE. 

De Saint- Arnoul; auparavant au collège des Jésuites. - Belle écriture de 
chancellerie. 

433. In-folio sur papier. - Libro 111 de la embaxada sobre la 
succession de Portugal, desde 26 de Agosto 1 579 , hasla (in 
de Enero i58o. — xvi° siècle. 

Suite du recueil précédent; même provenance. - Le second \olume ne se 
■ li ouve pas. 

434. In-folio épais sur papier. - Libro IV de la embaxada 
sobre la succession de Portugal desde primero de Febrero 
i58o, hasta Su Magestad entrar en Portugal. 

Voir les deux numéros précédents. 

43!). In-quarto sur papier. - Observations Puncten so ich 
graf von Kevenhilier. — xvm e siècle. 

Sans marque de provenance. — Sur le premier feuillet : « Den mir von llu 
Kayserlichen Majestât alleignadigtt anvertrauten Dragoner Régiment h iermil 
utrschreibe auch von selben acurate sollen gehalten werden. » A la (in 
Scripsit Fridericus Ech. Fourier. » 

'i3() In-quarto sur papier. - Taktik. Gœltingen. — 17 83. 

Ce traité est accompagné de dessins au lavis. - Cursive allemande. 

437. In-quarto sur papier. - Policen und Cameral-wissen- 



172 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

schaft nach eigenen Satzen vorgetragen vom H. Hofr. Beck- 
mann. — xvni e siècle. 

Sans marque de provenance. - Cursive allemande. 

N° 438. In-quarto sur papier. - Landwirthschaft vorgetragen 
vom H. Hofr. Beckmann, nach seinem Lehrbuch. 

Même écriture que le numéro précédent. 

439. In-quarto sur papier. - Philosophia universa. Pars 
prima, continens logicam, ethicam, metapliisicam. — 
\vm e SIÈCLE. 

De la môme main que le titre : « Hanc primam partem dictavit R. P. Ge- 
«rard; scripsit vero auditor ejus Hubertus Marchand, annis Domini 17/lt) et 
' 17^7- " 

440. In-quarto sur papier. - Philosophia universa. Phisica 
generalis et particularis recentior. — - xvm e siècle. 

Sur le premier feuillet : « A R. Pâtre Vaucher édita, scnpta ab ejus auditore 
« Huberto Marchand, in collegio Metensi, annis 1 7/17 et 17/18. » 

441. Grand in-quarto carré. - Collegium casuale sive de- 
scriptiones morborum ex Alberto Covpero, Hermanno Cou- 
vingio, Hermanno Boerhaave et aliis. — xvm e siècle. 

442. In-quarto épais. - Tractatus pathologico-practicus. — 

XVIII e SIÈCLE. 
Cours de médecine mis au net par un étudiant allemand. 

443. Petit in-quarto sur papier. - Formulare juxta divisio- 
nem materiae medicae adornatum. — xviif siècle. 

Même écriture que les deux numéros précédents. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 173 

Y ^44. Petit in-quarto sur papier. - De materia medica. — 



XVIII e SIECLE. 



Voyez les trois numéros précédents. 

445. Petit in-quarto sur vélin. Quatuor evangelistuj, cuni 
praefationibus Hieronymi et canonibus Eusebii. — Com- 
mencement du xn c SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz - Signé : « A. T. M. » - Longues lignes; grosse 
minuscule. 

446. Petit in-quarto sur papier. - Quatuor evangelistae, cuni 
praefationibus Hieronymi. — xv e siècle. 

Sans marque de provenance. — Précédé de la concordance des évangélistes 
par Nicolas de Lire. Daté à la fin : « Anno i479- 3 die Mardi. » 

447. Petit in-quarto carré sur vélin. - Apocalypsis cum 
giossa. - Incipit : « Deus ostendit Christo, Cbristus autem 
« Jolianni. » — Commencement du xin e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Signé : « Iste liber est Hermanni de Bure. » - 
Le texte sur une colonne; les gioses en marge. 

448. Petit in-quarto carré sur vélin. - Hugonis expositio su- 
per libro Sententiarum. -Incipit: « Dicit Ecclesiasticus xxvm. 
« Unguentarius faciet pigmenta. » - Desinit : « Qui se fuisse 
« miserum ignorât. Explicit opus fratris Hugonis super Sen- 
« tentias. » — Fin du xni e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Deux colonnes; écriture très-fine. 

449. Petit in-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° Canticum Salo- 
monis in laudibus ecclesiœ cum expositione. - Incipit : « Con- 
« tcmplator celestium, etc. Sapientissimus regum Salomon. » 
- 2° Excerpta ex libris S. Gregorii et aliorum. - 3° Incipit 



174 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

formula vilœ honestae. - Incipit : « Quatuor virtutum spe- 
« cies. » — l\° Incipiunt Canlica Canticorum, subjecta exposi- 
tione quœ incipit : « Osculetur me osculo oris sui. Salomon in 
« spiritu Dei composuit lmnc libellum. » - 5° Tractatus de 
inquietudine cordis. - Incipit : « Cum sederem aliquando in 
« conventu l'ratrum. » — Commencement du xm c siècle. 

De la cathédrale de Metz. -Marqué : « A. T. M. » -Tracé à la pointe. Longues 
lignes. 

N° 450. Petit in-quarto sur vélin. - Lectionarium pro festivis die- 
bus a vigilia Nativitatis dominiez usque ad nativitatem 
sancti Marcellini papa?. — Fin du xn c siècle. 

Sans marque. - Longues lignes; grosse écriture. 

451. Petit in-quarto sur papier. - Sermones super evangeliis 
et epistolis. — Incipit : « Cum appropincfiiasset Ihesns lherosoli- 
« mis, etc. Tempus quod hodie incipit. » — xv c siècle. 

Sans marque. - Ecriture cursive. 

452. Petit in-quarto allongé sur vélin. - Gradale Metensis ec- 
ciesiae. — Commencement du xn e siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Le texte est accompagné de musique sans por- 
tées, qui, dans la première partie du volume, est tracée entre les lignes, et 
dans la seconde, sur les marges. 

453. In-octavo sur papier. (Recueil.) - i° Sequuntur misse 
leriales secundum ritum fratrum Celestinorum dicende. - 
2° Exposicio beati Bernartli, abbatis Clarevallis, super psal- 
mum Qui habitat. - 3° S'ensuyt la passion Nostre Seigneur 
JhesuCrist, preschée par maistre Jehan Gerson, chanchelier 
de Paris. — Commencement du xvi e siècle. 

Sans marque de provenance. - Signé par le scribe : « Benoist. » 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 175 

Y 454. Petit in-quarto sur papier. - Gradale. - Incipit : «In 
« Purificatione béate Marie virginis sub dislributione cereo- 
« rum, etc. » — xvi c siècle. 

Sans marque de provenance. - A l'usage d'une congrégation monastique. 

455. In-octavo sur vélin. - Passionarium et rituale ad usum 
Cœlestinorum. — xv c siècle. 

Marqué : « Gelestinorum de Métis. » 

456. Petit in-quarto carré. - Rituale benedictinum. - Incipit : 
< Gelebrata majore missa, sonetur signum magnum, etc. » 



Marqué : « Sancti Simphoriani. » - Gros caractère. Le dernier cahier, inti- 
tule : Ordo ad moniales faciendas , est du commencement du xm e siècle. 

457. Petit in-quarto. - Diurnale Metense. — xm e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Marqué : ■ A. T. M. » - En mauvais état. - 
Longues lignes. 

458. In-octavo sur vélin. - Diurnale Cartusiense. — xv° siècle. 

De la Cliartreuse de Rettel. - Deux colonnes, et à la fin longues lignes. 

459. Petit in-quarto carré sur vélin. - Statuta Cartusiensia. - 
Incipit : « Incipiunt capitula prime partis consuetudinum 
« ordinis Carthusie, » et in capit. primo : « Primum capitu- 
« lum banc habet continenciam ut divinnm ofïiciurn pet 
« omnes domos. » — xiv e siècle. 

De la Chartreuse de Retlel. - Longues lignes. 

460. In-octavo sur papier. - Sermones super epistolis et evan- 
geliis dominicalibus. - Incipit prologus : « Rogatus a qui- 
«busdam meis sociis ut ewangelia dominicalia et festorum 



176 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« ab Adventu. » Et postea : « Cum appropincjuasset. Islud ewan 
« gelium habetur Matliei. » — xv e siècle. 

Des Chartreux de Rettel. - On lit à la fin : « Anno Domini m. cccc. . . . anno 
" finitus et completus est iste liber. Laus tibi sit, Christe, quoniam liber ex- 
« plicitiste. Per manus Johannis Leufierswillen Nés. han. Jo. verte : scriptorem 
« noscis aperte. » 

N° 461. In-octavo sur vélin. - Breviarium Metense. — Commen- 
cement du XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Signé : « Jo. Halot, archidiaconus de Marsallo 
« et canonicus in ecclesia Metensi, dono dédit eidem ecclesiae îb-jd. - Deux 
colonnes. Exécution élégante; quelques miniatures dans les initiales. 

462. In-octavo sur papier. - Breviarium. — xv e siècle. 

Sans marque de provenance. - Ecrit en cursive. 

463. In-octavo sur vélin. - Breviarium Cartusiense. — 



De Rettel. - Marqué dès l'origine : -< Iste liber est Cartusiensium prope Mo- 
« gunciam. » 

464. In-octavo sur vélin. - Breviarium. — xiv° siècle. 

Sans marque de provenance. - Deux colonnes. Précédé du calendrier avec 
une exposition intitulée : « Canon super kalendarium magistri Pétri de Dacia. ■ 

465. Petit in-quarto sur vélin. - Breviarium Cartusiense. — 
Commencement du xiv L siècle. 

Des Chartreux de Rettel. - Longues lignes. 

466. In-octavo sur vélin. - Incipit psalterium secundum or- 
dinem Carthusiensem. — Commencement du xv e siècle. 

Marqué : « Cartusia Rutila. » - LoDgues lignes. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 177 

N° 467. In-octavo carré sur vélin. - Expositio Breviarii. - ïncipit : 
« Notandum est quod adventus Domini qnandoquc habet 
«viginti et octo dies. » — xiv° siècle. 

Sans marque. - Deux colonnes; écriture très-négligée. 

468. Jn-octavo très-épais sur vélin. - Breviarium Metensis ec- 
clesiœ iute<:rum. — Fin du XIII e siècle. 

o 
Sans marque de provenance. - Précédé d'un fragment de missel. 

469. Petit in-quarto carré sur vélin. - Breviarium Metense. 

— Commencement du xm c siècle. 

Sans marque. - Longues lignes. 

470. In-octavo sur vélin. - Horse diurne. — xv' siècle. 

Signé sur le premier feuillet : « Gonthicr l'aîné de Troyes. >. - Longues lignes; 
vignettes; miniatures; encadrements. 

471. In-octavo sur vélin. - Missale Cartusiense. — XV e siècle. 

De Retlel. - Longues lignes. Le Te igitar d'une écriture plus grosse que tout 
le reste. 

472. In-octavo sur vélin. - Psalterium. — xn c siècle. 

Sans marque. - Longues lignes; grosse écriture. Au commencement du vo- 
lume a été ajouté un calendrier écrit au xiv f siècle. 

473. Petit in-quarto sur vélin. - Psalterium. — xv c siècle. 

>>ans mai que. 

474. In-octavo sur vélin. - Psalterium cum lioris diurnalibus. 

— XV e SIÈCLE. 

Sans marque. - A la fin du psautier, on lit celte rubrique : « In sequentibus 

MAI». DF.S BIBI . — Y 2 3 



178 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« continentur omnia que ad persolvendas in cella omnes horas, prêter de Domi- 
« nica, frequentanti ecclesiam sunt necessaria. » 

N° 475. In-octavo sur vélin. - Benedictiones per anni circulum. 
— Incipit : « Benedictiones in matutinis. » — xv e siècle. 

Sans marque. - Longues lignes; gros caractère de forme. 

476. In-octavo épais sur vélin. - Expositio Hieronymi super 
prophetis minoribus. - Incipit : « Si in explanationibus ora- 
« nium prophetarum. » - Desinit : « Explicit expositio in 
« Malachia propbeta. » — xi e siècle. 

De Saint- Arnoul. - Écriture très-fine et très-régulière, sur une seule ligne. 

477. In-octavo sur vélin. (Recueil.) - i° Liber Isidori de 
summo bono. - 2° Epistola beati Bernardi ad Eugenium 
papam. — xv e siècle. 

Marqué : « Celestinorum de Métis. » - Longues lignes. - i° Manque le premier 
feuillet; le titre est donné par Yexplicit. - 2° Manque le commencement. On 

lit à la fin : «Explicit epistola, etc. . . . Scripta per manum D anno 

« Domini 1/40,3, 12 Maii, in civitate Metensi. » 

478. In-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Postilia Boneven- 
ture in Ecclesiasten. - 2 Postilia super libruin Sapiencie. - 
Incipit : « Fili concupiscens sapientiam serva. » — xv e stècle. 

Marqué : «Celestinorum de Métis." - 1' A la fin : «Scripta anno Domini 
« m. cccc. xlvj. secunda die post Pascha. D. » - 2° Daté à la fin : « 1 /i43. » 

479. In-octavo sur vélin. (Recueil.) - i° Tractât us incipiens : 
« Sacramentummultis modisdisseritur. Uno modo sic: sacra- 
« mentum est sacre rei signum. » -Desinit: « propterea autem 
« sensus dicitur major quemadmodum ad sensum liominis, 
« quia magis est sensibilis sensui. » - 2 Incipit tractatus de 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 179 

miseria liominis, editus a Lothario, dyacono cardinaîi, qui 

postea Innocentius III appellatur. - 3° Excerptiones f'actae e 
libro exemplorum Guillermi Magistri. - 4° Incipit quomodo 
TytusctVespasianus vindicaverunt Dominum Ihcsum Chris- 
t ii ni. — Incipit : « In diebus imperii Tyberii Cesaris tetrarcba 
«Judée Poncio Pylato. »- 5° Incipit Viridarium consolatio- 
nis. - Incipit : « Quoniam, ut apostolus Pelrus ait, Spiritu 
« Sancto aiïati. » - 6° Expositio super Deuleronomio. - In- 
cipit : « Scribam eis multipliées leges me as. Osée. Scilicet omni- 
« potens creator omnium ac omnium sapiens gubernator. » 

— Commencement du xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Signé : « Jo. Herbilloin. » - Diverses écritures. 
- 3° Commence par cette rubrique : •• Verba ista abstracta sunt de exempjis 
«Guillermi magistri Jacobi de Vicercialo (Yilriaco?). » — f>° A la fin : « Expli 
« cit Viridarium consolacionis de viciis et virlutibus et quibusdem aliis. Deo 
« gracias. » 

N° 480. In-octavo sur papier. (Recueil.) - t° Guidonis de Monte 
Rocberii manipulus curatorum. — Incipit : « Reverendo in 
« Christo, etc. Guydo de Monte Piocherii, etc.» - 2° Infôr- 
matio de horis canonicis dicendis. — Incipit : « Septies in 
« die laudes dixi. » — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Ecriture cursive. 

481. Petit in-quarto très-épais sur vélin. (Recueil.) - i° In- 
cipit manuale collectum breviter de summa confessorum. 

- Incipit prologus : « Cum summa confessorum penitencia- 
« rios specialiter dirigens. » - 2° Incipit tractatus de instruc- 
cione confessorum. - Incipit : « Simpliciores et minus ex- 
« pertos confessores. » — xiv c siècle. 

Marqué : « Ecclesie Metensis. » -Deux colonnes ; très-belle exécution italienne. 
Vignettes, encadrements. 

>3. 



180 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 482. Petit in-quarto sur jDapier. (Recueil.) - i° Sequitur bre- 
vis tractatulus per modum Donati pro novellis clericulis in 
dominica oratione instruendis. - Incipit : « Partes dominice 
o orationis quot sunt? Novem. » — i° Super decem preceptis 
Domini et que sint dotes nostre. - 3° Incipinnt canones 
penitenciales extracti a co'rpore juris per venerabilem pa- 
trem illuminatum Johannem de Capistrano, ordinis Mino- 
rum. - 4° Repetitio F. de Zambarellis, cardinalis Florentini, 
de boris canonicis dicendis. - 5° Libellus D. Johannis de 
Turre Cremata, contra certos herelicos noviter impugnantes 
paupertatem Christi. - Incipit : « Quis dabit oculis meis 
« fontem lacrimarum. » — 6° Mafei Vegii Laudensis discep- 
tatio inter terrain , solem et auram incipit féliciter. -7 M. T. 
Ciceronis de somnio Scipionis, adjectis aliquot excerptis e 
Macrobio. - 8° Tractatus fratris Humberti super facto ge- 
necbiarum et sortilegarum. - Incipit : «In nomine sancte 
« et individue Trinitatis, etc. Quia innotescit quod virorum 
« plurium piorum minus frequentata relatione quedam im- 
« mânes oppressiones. » — xv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Signé : « H. Mathie me possidet. » -Au commen- 
cement du volume est attachée une impression sans date du Dialogue de la 
conscience. — 6° Daté à la fin : « 18 Decembris 1/160, in Castro Sancti Angeli. » 
- 8° On lit à la fin : « Anno Domini 1A70 fuit presentatus presens tractatulus 
< per me fratrem Humbertum de Costa, edilorem ejusdem, magnifico magno 
» consilio regio Francorum Turonis, ad finem ut posset sub proleclione regia 
« declarari, manifestari et communicari, quod quidem consilium regium ante 
« omnia presentari fecit ad visitandum venerabili facultati théologie Parisiensi, 
« scribens in hac forma : 

" Très chiers et especiaulx amis, Frère Hurnbert de Costa, docteur en theo- 
« logie, religieux, de Tordre de Noslre-Dame des Carmes, a présenté au conseil 
« certain petit traictié, par luy fait, touchant les abus qui se comettent en ce 
■ royalme ou fait de nostre saincte foy catholicque, requérant provision de le 
« povoir faire entretenir et exécuter; ce que avons différé luy oltroyer jusques 
« à ce que ledit traictié soit premièrement veu et examiné par gens en ce con- 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 181 

« gnoissans. Et à coste cause le vous envolons par ledit religieux, afin que le 
\i es, et ce qu'il vous en semblera nous en faictes savoir par ledit religieux 
ou autre, pour au surplus luy pourveoir sur sa requeste ainsy qu'il appar- 
tendra. Très chiers et especiaulz amis, le Saint Esperit soit garde de vous. 

» Escrit à Tours, ou conseil du roy, le ilf jour de novembre. » - Et au dos est 

écrit : • A nos très chiers et especiaulx amis le doyen et maistre de l'Univer- 

« site de Paris en la faculté de théologie. » 

Suit l'approbation de la faculté de théologie en date du 2 janvier 1^70 

(1^71); puis une lettre de deux pages, intitulée : « Excusatio fratris Humberti 

«de Costa ad eos qui dicebant per eum scandalum oriri in populo ex pre- 

« dictis positionibus. » 

Cet ouvrage n'est pas mentionné dans la Bibliothèque des écrivains de 

l'ordre des Carmes. 

IV 683. In-octavo sur papier. (Recueil.) - i° Incipit tractatus in 
summam de viciis per capittula secundum ordinetn. - In- 
cipit : « Obmissis ordinacionibus et sufïicientibus parcium 
« capittuïis. »> - 2 Incipit tractatus de virtutibus. - Incipit : 
m Obmissis ordinacionibus et sufncienciis parcium. » — 

\v e SIÈCLE. 
Sans marque. 

h$li. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Stella cleri- 
corum. — Incipit : « Quasi Stella matutina in medio nebule. 1» 
- 2° Hic incipiunt quedam conclusiones publiée predicate 
per quemdam venerabilem magistrum nuncupatum M. Ge- 
rardum le Grant coram populo in civitate d'Utresch, sub 
presbiteris concubinariis. - 3° Liber Floretus. - Incipit : 
« Iste liber extracttis de pluribus qui vocitatur recte Flore- 
« tus. » - l\° Extractiones e libris Bernardi, Anselmi, etc. etc. 

- 5° Lumen curatorum. - Incipit : « Pelre, quoniam me se- 

- pissime rogasti postquam sacerdocii, etc. » - 6° Commen- 
tum Penitenciarii. - Incipit : « Peniteas cito peccator cnm sit 
< miserator. Iste liber ctijus. » — xv e siècle. 



182 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

De Saint-Arnoul. — Diverses écritures. - 5° A la fin : « Explicit lumen curalo 
« rum, scriptum per manus Nicasii de Atrio, anno Domini 1 443, secl comple- 
« tum seu finilum ultinia die mensis Februarii diclo anno. » 

N" 485. Jn-octavo sur vélin. (Recueil.) - i° Compendium de 
summa virlutum. — Incipit : « Omissis capitulis et distinc- 
« tionibus. » — 2° Doctiïna de viliis incipit. - Incipit : « Omis- 
« sis ordinacionibus et sufficienciis parcium. » — 3° Sum- 
mula de processu judicii. — Incipit : « Antequam dicatur de 
« processu judicii, notandum est quid sit. » — XIV e siècle. 

Sans marque. — Intitulé au dos : «Diurnale. » — Deux colonnes; le dernier 
traité sur une seule ligne. 

486. Petit in-octavo sur papier. (Recueil.) - i° Dialogus su- 
per summa confessorum. — Incipit : « Abstinencia, sive jeju- 
«i nium. Basilius de institucione monachorum. Inlerrogacio. 
« Si quis supra vires. » - 2° Incipit tractatus de tribulacione. 

- Incipit : « Da nobis, Domine, auxilium de tribulatione. » 

- 3° Scala ascensionis monachorum abbatis Johannis Ray- 
thii abbreviata. — Incipit : « Sancti Johannis scolastici, Cli- 
« maci appellati, librum ex triginta gradibus. » — xv c siècle. 

Marqué : « Celestinorum de Métis. » 

487. Petit in-octavo sur papier et vélin. (Recueil.) - i° Ex- 
cerpta ex Climaco sive scala Johannis Raythii. - Incipit : 
« De fuga mnndi et abrenunciacione terrenorum gradus pri- 
« mus. »- 2° Sequiturvita Johannis Clymaci,sub compendio 
édita a Daniele, humili monacho Raythii. - Incipit : «Que 
» nempe ut sic loquar. » - 3° Hic incipit Aurora Pétri Riga;. 

- Incipit : « Primo facta die duo. » — xv e siècle. 

Marqué : « Domus S. Sixti de Rutila. » 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 183 

N° /188. Petit in-octavo sur papier. (Recueil.) - i° Compendium 
theologiae. - lncipit : « Veritatis theologise sublimitas eu m. 
« sit. » - 2° Summa de articulis fidei et ecclesie sacrainentis, 
édita a fratre Thoma de Aquino. — xv c siècle. 

Marqué : « Celestinorum Metensium, ex dono I). Gerardi Janardi, canonici 
i S. Salvatoris Metensis. « 

489. In-octavo carré sur vélin. (Recueil.) - i° lncipit liber 
Paschasii , diaconi urbis Rome, de Spiritu Sancto. — lncipit : 
« Fides catholica in universum nnindum. « - 2 Liber Pas- 
chasii Radberti de eucharistia. — xi e siècle. 

Marqué dès l'origine : « Liber Sancti Àrnulfi episcopi. » - Longues lignes. 

/i90. In-seize sur papier. (Recueil.) - i° De Imitatione Ihesu 
Cristi et conlemptu inanitatnm mundi. - 2 lncipit dyalo- 
gus sive colloquium Domini nostri Jhesu et monaclii. - ln- 
cipit : « Verbuin michi ad te, o princeps celi. » - 3° Excerp- 
tiones ad nsum alicujus monaclii. — ■ xv <: siècle. 

Sans marque. 

491. In-seize sur papier. - Tractatus aureus perutilis de per- 
lée ta imitatione Cliristi et vero mundi contemptu. - lncipit: 
« Qui sequitur me. » — Fin du xv e siècle. 

De Saint-Arnoul. - A la fin du IV e livre : « Esplicit tractatus aureus de per- 
« fecta imitatione Christi. Scriploris anima et omnium fidelium defunctorum 
« requiescant in pace. » 

'i92. In-seize sur papier. (Recueil.) - i° Bonaventura de ar- 
bore crucis. - lncipit : « lncipit prologus in libro de vita et 
« conversacione Cliristi, quem fecit Bonaventura. Cliristo 
-« crucifixus sum cruci verus Dei cultor. » - ->." Excerptiones 
ad usuin alicujus monaclii. — xv c siècle. 

Marqué : 1 Celestinorum de Métis. » 



184 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 493. In-octavo sur papier. (Recueil.) - i° Quid est catechis- 
mus, catechista et catechumenus. - 2° De peccatis. — 3° Ex- 
positio canonis quo in peragendo missse sacrificio Romana 
nunc utitur ecclesia an. m.d.lxxxvi. — xvi e siècle. 

Des Célestins de Metz. 

494. Petit in-octavo sur vélin. (Recueil.) - i° Tractatus Ai- 
bini Alcuini de sancla Trinitate. - i° Sermo de assump- 
tione sanctae Mariae. — Incipit : « Cum aliquid pro a more 
« creatoris. » - 3° Sermo in nativitate sancti Arnulfi episcopi. 
- Incipit : « Quia ad anniversariam ac sacrosanctam sollemp- 
« nitatem beatissimi patris. » - 4° Incipit vita sancti Clemen- 
tis, episcopi et confessons Mettensis ecclesie, quod est viiii. 
kal. Decemb. — Incipit : « Postquam peractis omnibus. » - 
5° Passio sancti Benigni martyris. - Incipit : « Tempore illo 
« vir almificus Benignus. » - 6° Tractatus vetustissimus nni- 
sicœ. - Incipit : « Qnoniam pauci sunt qui majorum et dif- 
« ficiliorum memoriam operum pleniter absque libris jdos- 
« sunt retinere, quarundam exceptiones artium manualibus 
« habentur idcirco libellis, ne totius expertes jocunditatis 
« minus imperiti sint vel saltim rébus necessariis. Qua- 
« propter scripturus aliquid de musicœ artis institutione, 
« pauca de tonorum divisionibus vel différentes quae fre- 
« quenter fieri soient, ut decens et conveniens sit concinen- 
« lia, sicut a majoribus tradite sunt.» — Commencement 

du XI e SIÈCLE. 

Marqué : « Liber Sancti Arnulphi. » - Longues lignes. - 6" Composé de 
'2i feuillets. Voici la copie du reste de la préface, et celle de la conclusion 
de l'auteur : 

« Ul decens et conveniens sit concinenlia, sicut a majoribus tradite sunt, et 
'• ut ipsa armonic* disciplina? nos instruit experientia, distinctis ordinibus in- 
« serere curavimus. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 185 

« Oportet jgitur scire peritum caotorem quod non omnis tonorum codso 
« nantia in quibusdam aotiphonis facile cognoscilur; sunl nanque quaedam 
« antiphonœ quas nothas et non légitimas appel lamus, quae ah uno tono inci- 
« piunt, alterius in mcdio, et in tertio fimunlur : sed ut evidenter ratio clares- 

Mon rcno Vftdo 

« cat, nonnidlas exempli gralia hoc in loco inseruimus : Anlc me non est. Ex 

j.ini O mors cro 

« Egiplo vocavi. Ad le Domine levavi. Hae praedictse a septiruo tono incipiunt 
«et quaxlam in primo, aliae in quarto liniunlur tono; similiter antiphonae : 
«\e reminiscaris, Tulit ergo, a terlio tono incipiunt, sed quarte finiuntur. 
«Item Quare detraxistis, et multa (juidem a tertio incipiunt, sed sexto finiun- 
« tur, etc. etc. » (22 petits feuillets.) 

Finit : « Hajc autem ex multis pauca peislrinximus, ne musicis ac perilis 
« canloribus de nostra imperitia risum preheremus; nequaquam autem haec 
« legenda cuiquam stulto proponimus vel ad talia discenda ejus animum pro- 
« vocamus : frustra enim lyra asino canitur, sed quem scimus egregium per- 
■ fectumque cantorem esse,cum hujus excellenti prudentia el cum aliis perilis 
« canloribus nostra sit sermocinatio et disputationis ratio, hujus epistolae verba 
« oobis lantum et perpaucis aliis inusicis, si quando ea legitis, conloquantur; 
" ceteros vero ita submovemus ut qui capere inlelleclu nequiverint, ad ea etiam 
•< legenda videanlur indigni. Ceterum ne aliquid intaclum quod ad susceptum 
« negotium pertinet preterisse videamur, illud in calce ponimus quod supra 
■< in loco suo, si mémorise non defuisset, oportuerat eommemorare. 

« Queritur autem [a non]nullis quid significent 111a verba per qune tonorum 
sonoritatem in naturali musica discernimus, id est, none noeane, et noeas et 
« noeoane, et bis similia, et ulrum interpretari eorum sensus possil? Ad quod 
■1 respondendum quod omnino uullam recipiunt interprelationem; neque enim 
« quicquani significant, sed ad hoc lantum a Grecis sunt reperta, ut per eorum 
« di versos ac dissimiles sonos tonorum admiranda varietas aure simul et menle 
« possel comprehendi; sed jam prolixUs sermo finem prestolatur. » 

N° 495. In-octavo sur papier. - De ascensione mentis in Deum; 
cui subjiciuntur plurimae excerptiones e libris piis. — 

XVII e SIÈCLE. 
Sans marque. 

496. In-octavo sur papier. - In nomine sanctissimae Trinita- 
tis, etc. Incipit tractatus de divino, stupendo ac ineffabili 

M\N. DES BIBL. V. î/| 



186 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

ejusdem sacrosanctae Trinitatis mysterio. — Commence- 
ment du xvn c siècle. 

Marqué : « Ex lihris Conv. Longvieensis ff. Minorum Recollectorum. » 

]\ ]0 497 . Petit in-octavo allongé sur papier. (Recueil.) - i° Trac- 
tatulus de effusione cordis. — Incipit : « Hortatur nos psal- 
« mita. » - 2° Libellus de contemplatione. - Incipit : « No- 
« tandum quod sex sunt potentie anime. » - 3° Epis toi œ 
venerabilis patris fratris Joliannis de Schonovia,ordinis ca- 
nonicorum regularium, in domo Gruendael quondam prio- 
ns, quas scripsit nepoti suo Symoni, et Nicolao novitio in 
monasterio Vallis Amoris. - 4° Excerptiones e libro qui in- 
titulatur Imago vite. — xvi e siècle. 

Des Célestins de Metz. 

498. In-octavo carré sur papier et vélin. (Recueil.) - i° Liber 
dictus Stimulus amoris Domini nostri. - Incipit: « Liber iste 
« qui Stimulus amoris in dulcissimum. » - 2° Incipit Spécu- 
lum anime, cditum a beato Augustino. - 3° Incipit Spécu- 
lum pcccatorum, a beato Augustino editum. — Incipit : 
«Quoniam karissimi in vita hujus vite. » - l\° Excerptiones 
e Climaco. -5° Incipit Soliloquium Hugonis de Sancto Vie- 
tore rie arra anime. — - xv e siècle. 

Marqué : « Celeslinoruni de Métis. » 

499. In-seize sur papier. - Incipit liber de spiritu et anima, 
qui secundum quosdam inscribitur Augustino, secundum 
vero alios non sibi inscribitur, et hoc secundum doctores. - 
Incipit : « Quoniam dictum est miebi. » — xvi c siècle. 

Des Célestins de Metz. - A la fin : « Istud volumen scripsit frater Doininicus 
« Pical Olearii ipso anno probalionis ejus 1 5 A 8 . » 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. I<S7 

V 500. In-octavo sur vélin. (Recueil.) - i° Eulogium Hubaldi 
de calvis. - Incipit : « Hœc est causa carminis. Carmina con- 
« vitii cerritus carpere calvos Conatus cccini; celebrentur 
«carminé calvi. » - 2° Epistolae Senecœ ad S. Pau lu m et 
Paulî ad Senecam. - 3° Glossœ Aynardi. - t\° Incipit ratio 
quorundam xn poetarum de un temporibus anni. - Incipit: 
« Hasilus. Vere sinum tellus aperit florescjuc ministrat. » - 
5° Q. Aurelii Symmachi epistolœ. - 6° Incipit Alexandri 
magni Macedonis epithomœ rerum gestarum liber I. - 
7° Incipit epistola régis Alexandri Macedonis ad magistrum 
suum Aristotilem, de situ [ndiae et itinerum vastitate. - In- 
cipit : « Semper memor tui. » — Fin du x c siècle. 

De Saint-Arnoul. — longues lignes. Le livre a été mal relié, de sorte que les 
ouvrages dénommés ci -dessus sont confondus les uns dans les autres. - 
i° Commence par la préface de saint Jérôme sous cette rubrique : « Verba 
« domni Iheronimi presbiteri que posuit in calalogo sanciorum virorum illus- 
« trium, capit. xn, de Lucio Annio Seneca. » - i° Voici le préambule : « Inci- 
• pit glosarum ordine elementoruin agregatum ab Aynardo, anno ab incarna- 
« tione Domini dcccc lxviii, indict. xn, imperio magni Otlonis, sepulchro di- 
«judicatum Apri, Leucborum quinli pontificis, ad suplementuni inibi degen- 
« tiuin pusionum. Obsecro ne ab aliquo posterorum destruatur, ne incurrat 
«vindictam Domini noslramque imprecationem. Ltenti quo (sic) sit venia, et 
« lollenti anathema Tenareis erebi cum Zabuli sotiis. 

Apoferela graece, latine sculella lata, — amfitapa sunt lapetia, - alogia est 

« obsonium, - arieto murum perculio, - airideo est prospero, — antemna , gai - 

« basus, - argumentosus, ingeniosus vel strenuus, - artemon vélum navis, - 

« archimagirus est princeps coccorum, etc. - acredo est acor, — abrogans est 

humilis, - arrogans est superbus, etc. - adoptulus dicitur electus, etc. - 

aqualiculus est stomachus, etc. — abduicoicas, respuo, — adeicocis, afligo, etc. 

- apostfragis, mala imago sigilli, etc. - armamentarium est ubî bilica arma 
ponuntur, etc. - ambro, helluo vel tardarius, etc. - areda est rigà orto- 
rum, etc. - argia est via in mari, etc. - aequorandum est navigandum, etc. 

■ - antes vel antie sunt capilli a fronle pendentes, etc. - ambasilla est vent. etc. 

- acilum, distorlum os habens, etc. - austra est rota putei, etc. - ambur- 
bium, sacrificium, etc. - armigati, adunati, ab armigo, id est aduno, etc. 



188 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« — avo est parvum lignum in fundo navis, - ajugum profundum, earens 
<jugo, etc. - âmes, métis, est furca, - anibi, servi, etc. - Batlramentum est 
« subtile ficmentum, -barrus, ob magnitudinem vocatur elefans, inde Barrus 
« mons, etc. — bargina est pcregrina, etc. - badanola, lectus qui fertur in iti- 
« nere, — baben est ornamentuni, etc. — batdim est femoralia, etc. - Callicolo 
« est soia pedum, etc.— camputa est baculus episcoporum.'etc.-Grafio, onis, 
«■ est advocatus vel causidicus, — gaii dicuntur mares, gaiae feminee. -Greci ha- 
« bent pronuntiationem in palato, Hebrei in gutture, Latini in labiis, etc. » 

Ce glossaire se termine ainsi : « Zarda est alicnatus, — zelotipus est suspi- 
" tiosus vel in omnibus timens, — zos, \ita. Ha: littere pro quinque vocalibus 
« more avitorum adhuc ponuntur :pro a, b; pro e,f; pro i, k; pro o, p; pro v , \; 
« sic enim in libris eorum invenimus. Inveniuntur etiam quedam consonanles 
i more ainardico pro ipsis vocalibus appositœ : « pro a, d; pro e, g; pro i, t; 
'■ pro o, r; pro u, z. Et quisquis hœc legerit sciât nos non causa tumoris haec 
« dicere, sed auctorilatem habere. » 

- 4° Ce sont les argumentateurs de Virgile; imprimés dans l'Anthologie de 
Pierre Burmann. On lit . à la suite une pièce d'Alcuin, qui se retrouve à la 
Bibliothèque nationale dans le manuscrit latin 8674 , et dont il a été question 
en i 865 à l'Académie des Inscriptions (Comptes rendus, nouvelle série, I, 333). 

Est mihi servili Scripulus ditionc subactus, 
Qui me cotidie slatutam pascit ad horam. 
Ule siniscalcus, vere botarius ille, 
Hic cocus, liic pistor, necnon stabularius iile, 
Ule lavander adest eliamque f'ocarius iile; 
Et si forte semel vadit per competa semel , 
Nescio quid cause est ad me repedare récusât. 
Ut reor, imponunt [m]angoues vincula sévi , 
Jncluduntque meum tenebroso in carcere servuiu , 
Neque est qui redinict servum de carcere nigro. 
Sic vadunt cuncti fugientes omnibus lioris ; 
Sic malus acra famés exaclor dispulit illos ; 
Sic minuet servus nec sic sibi sat habet illa. 
Quapropter maneas Segnis, sauctissime presul, 
Utquc lui tecum possint consistere servi, 
Atque domus numéro proprias implerc sacrato, 
Nec te spes revocet sub dulcia régna Suranx : 
Quicquid ibi polus remanet vel quicquid edendum , 
Omnia seva famés nosmet consumere cogit. 
Te set Igona suis jam piscibus atque Sigona 
Te pascant, satiant et tota Senonia ab annis, 
Et si cornutus veniet ad fercula vcrvex, 
Illum sacra prius benedicat bucca parentis; 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 189 

Tune alii atque alii multonia membre pcraulam 
Discerpcnt, rapiant, sacroenm carminé taudis. 
Sis memor Albini calidus caminalor ad ignem 
Dum sedeas talus Samuel , per seela valeto. 

• Incipiunt versus probe Scotti Sedulii ad llartgariuni, venerabilem pontificem 
< Lcodicensem, pâtribus niultonibus : 

Gloria nostra redit clenicntia luxque screna, 

Cuncti taleimir, gloiia noslra redit. 
Cedite vos ténèbre, frontis nubecula cedat, 

Dum jubar est pressens, cedite vos ténèbre; 
Dafnia adest amœnus, paslor bonus atcpie beatus , 

Titire, plaude manu : Daims amœnus adest. 
Etc. etc. 

- 5° On lit à la fin (qui se trouve sur la dernière page du volume) la rubrique : 
« Quinti Aurelii Symmaehi v. c. Relaliones explicite féliciter. » Ce recueil ren- 
ferme presque toutes les lettres contenues dans le X e livre des éditions impri- 
mées. - G° Voici le commencement de cet ouvrage : « Magnus Alexander rex 
«Macedoniœ, postquam onine imperium Asiac ad se redigisse credidit, neque 
« id quod Dario vivo ostenderet ausus esset , postea patefecit voluntatem , deinde 
« corporis sui custodes mullos instituit. Itemque Darii fratrem Oxyatrem in- 

• stituil deditque ei diadema et tunicam, etc. » 

N° 501. Petit in-octavo sur papier. - Examen catholicum orcli- 
nandorum usque ad magnum sacerdotium. — xvm e siècle. 

502. Petit in-octavo sur vélin. (Recueil.) - i° Ordo ad facien- 
dum monachum. - i° Ordo ad clericum faciendum. - 3° Les 
demandes que l'on faict à ung anlTans quant il veult prendre 
l'habit de religion à Saint-Arnould. — xv c siècle. 

De SaintArnoul. — Longues lignes; diverses écritures. 

503. In-seize épais sur papier. - Lucipit compendium veritatis 
théologie S. Thomse Aquinatis. — ■ xv e siècle. 

Marqué : « Celestinorum de Métis. » 

504. In-seize épais sur papier. (Recueil.) - i° Incipit brevis 



190 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

compilatio théologie édita a fratre Thoma de Aquino, ordinis 
fratrum Predicatorum, ad fratre m Rainaldum. - 2° Inci- 
pit tractatus de rationibus fid'ei, editus a fratre Thoma. - 
3° J. Cassiani collationum liber ultimus. - [\° Quœstiones 
theologica?. — xv e siècle. 

Marqué : « Celestinorum de Métis. » - Diverses écritures cursive.s. 

N v 505. In-seize épais sur papier. - Enchiridion pi arum medita- 
tionum in oinnes Dominicas, sanctorum festa, secundum 
kalendarium sacri ordinis Carthusiensis. — xvn e siècle. 

De Rettel (?). 

506. In-quarto sur papier. — Magni Aristotelis ethicorum liber 
primus féliciter incipit et sequitur. — xv e siècle. 

De la cathédrale de Melz. -Signé : « Natalis. » -Ecriture italienne renouvelée. 

507. In-quarto épais sur vélin. — Incipit prohemium in libro 
de proprietatibus rerum fratris Bartholomei Anglici, ordi- 
nis Fratrum Minorum. — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Deux colonnes; bel exemplaire. 

508. Petit in-quarto carré sur vélin. (Logica.) - i° Ysagoge 
Porphirii in predicamenta Aristotilis. — Incipit : « Gum sit 
« necessarium. » - i° Incipit liber predicamentorum. - 
Incipit : « Equivoca dicuntur quorum solum nomen. » — 
3° Incipit liber peryarmenias. - k° Liber divisionum. - 
Incipit : « Cum magnos studiosis fructus afferat dividendi 
«scientia. » - 5° Hic incipit liber topbicorum Boecii. 



De la cathédrale de Melz. - Signé : « Jo. Herbilloin, » et dans l'intérieur du 
volume : « Liber Gilbeiti Porretani. » Livre d'école. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 191 

Y' T)09. In-quarto allongé sur vélin. - Passionarium Galeni. - 
Incipit : « Incipit liber primus. Ceplialea est dolor capitis 
« qui multum tempus tenet. » - Dcsinit capit. xix, libri sep- 
timi : « Et pedum manumque summitates blando more diu- 
« tissime. Explicit. » — Fin du xn e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Longues lignes. Bel exemplaire. 

510. Petit in-quarto sur papier. - Lexicon Latino-Gallicum. - 
Incipit : « La première lettre de a, 6, c. A, preposicion, in gal- 
« lico du. Aaron, propre nom d'omme. Ab, pieposicion dé- 
fi servant a l'ablatif. Abactus, a, um, ebassé. Abuiita, la suer 
«de l'ael, etc. etc.» - Desinit : «Zozimls, a, um, vivable. 
«Zucara, /E, sucre, une espice. Zios vel Zius dicilur qui- 
« dam mensis, scilicet mayus. » — xv c siècle. 

Sans marque. - On lit à la fin : « Vocabularius brevidicus, exponens diclio- 
« nés rerum multarum; exaratus féliciter Parisius, in vico Sancti Jacobi, per 
« Anthonium Cayllant. « 

511. Petit in-quarto carré sur vélin. - Graecismus Eberbardi 
Betbuniensis, cura expositione. — xiv e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Les vers sur une colonne, la glose dans les deux 
marges. Exemplaire d'école. 

512. Petit in-quarto carré. - Distinctiones super sacra scrip- 
tura secundum ordinem alpbabeti digestœ. - Incipit pro- 
logus : .( Difliciles studeo partes quas biblia gestat; » et ipsum 
glossarium : « A littera, sicut dicit Ysidorus. » -Desinit : « Zo- 
« robabcl apud Hebreos ex tribus integris nominibus, etc.» 
— XIV e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Ecriture fine et élégante; sur deux colonnes jus- 
qu'au i3 e feuillet, le reste à longues lignes. Exécution italienne. — C'est le 
dictionnaire qui dans beaucoup de manuscrits est intitulé : » Summa Britonis. » 



192 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 513. Petit in-quarto sur papier. - Doctrinale Alexandri de 
Villa Dei cum glossa. — xiv e siècle. 

Marqué : « Celestinorum Metcnsium. • - Ecriture cursive négligée. 

514. In-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Exemplaria epi- 
stolarum monasticarum diversa diversis accomodata sœpe 
usu venientia. - 2° Quœstiunculœ olim hic Rutilae visitato- 
ribus propositae et solutœ. — Incipit : « Quid intelligatur apud 
h nos secundum statuta per notabilem diversionem a recto 
« itinere, aut quœnam dici possit mora inordinata ? » - 3° Sé- 
ries priorum domus Sancti Sixti in Rutila ab anno i432 
(usque ad annum 1759). - 4° Excerpta quœdam ex chartis 
capituli generalis (Cartusiensium) pro domo Rutila, ex qui- 
bus judicari vel conjici potest de statu, ipsius in temporibus 
diversis. - Incipit : «Anno i/ii5 habetur. » - 5° Séries et 
origo domorum ordinis Cartbusiensis provinciae Carthusiœ. 



De Rcttel. 

515. In-quarto sur papier. - Brevis et accurata synopsis 
eorum quœ ad partes oràtorias assequendas videntur per- 
tinere, a' magistro Francisco Ormancey, artium magistro 
necnon apud Marchianas rhetorica3 professore meritissimo, 
accurate excerpta anno Domini 1 645. 

Marqué sur le plat : « Thiersan. Caprasian. » 

516. Petit in-quarto sur vélin. - Liber Galfridi Anglici. - In- 
cipit : 

» 

Papa stupor rnundi, si dixero papa nocenti, 
Acephalum nomen tribuam tibi; si capud addam, 
Ilo&tis ero metri. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 193 

- Desinit : 

Scd licet oninis apex... crescat honoris lionorc, 
Crcscorc non poteris quantum de jure mereris. 

— XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Marqué : « A. T. M. » - Les premiers vers sont 
accompagnés d'un commentaire, qui commence ainsi : « In principio hujus libri 
« videodum est quid tractetur in hoc opère, etc.. maleria hujus libri, etc.. 
«ex quinque parlibus relhorice constat principaliter, etc.. » A la fin de l'ou- 
vrage : « Explicit poetarium. 

Omnibus in factis peragendis sive peractis 
Dcbct proponi Dcus bumane ralioni. 

Et à côte, d'une autre main : a Liber M. Gaufridi Anglici explicit. » 

\° 517. Petit in-quarto sur vélin. - Eberhardi Bethuniensis Grœ- 
cismus. — XIV e SIÈCLE. 

De la cathédrale de Metz. - Signé : « Jo. Herbilloin. » 

518. Petit in-quarto allongé sur vélin. - A. Lucani bellorum 
civilium libri X. — xn e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Marqué : « A. T. M. » - Notes marginales écrites 
aux xm e et xiv c siècles. Tout en haut du premier feuillet, au-dessus du premier 
vers de la Pharsale, est l'épitaphe de Lucain : « Corduba me genuit, etc. » 

519. Petit in-quarto sur vélin. - Incipit liber Juvenci presbi- 
teri quatuor evangeliorum. - Incipit : «Incipit prœfacio libri 
«primi. Matheus instituit virtutum tramite mores. » — Com- 
mencement du XI e SIÈCLE. 

De Saint-Arnoul. - Longues lignes. A la fin sont écrits en petites capitales 
i'cs trois vers : 

Expliciunt libri quatuor evangeliorum 
Sueti Aquilini sive Juvenci sive legentes 
Nostra tectores clare perspicite scripta. 

Dom Martène a signalé ce manuscrit dans le Voyage littéraire des Bénédictins , 
p. 110. 

KAR. DES BIItL. — V. }'.-> 



194 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 520. Petit in-quarto sur papier. - Anticlaudianus magistri 
Aiani de Antirufino. - Desinit : « Supplantare novas saltem 
« post fata silebit. » — xv e siècle. 

Sans couverture; manque le commencement. Le titre est donné par Yex- 
plicit, au-dessous duquel on lit : « Scripsit magister Nycholaus de Vichereyo, in 
« sacris legibus licentiatus, in decretis bachalarius, ac ecclesie Virdunensis ca- 
« nonicus, die quarla mensis Jullii anno Domini i/|5/i. » 

521. Petit in-quarto sur papier. (Piecueil.) - i° Liber Gotfri- 
dus, sive Godfridi Viterbiensis historiœ sacras et profanas. - 
Incipit : « Summo et universali pape Urbano tercio, etc... 
« Godfridus Viterbiensis sacerdos. » - 2° Incipit Spéculum 
sacerdotum et ecclesie. - Incipit : « Templum Domini fac- 
« tum est quod estis vos. » — 3° Excerpta ex libro moralium 
de regimine dominorum, qui alio nomine dicitur Secretum 
secretorum , editus ab Aristotile ad Alexandrum , quem trans- 
tulit Philrppus domino Gwydoni, Tripolitano episcopo, de 
arabico in latinum. - !\° Kathalogus paparum post tempus 
Frederici primi (usque ad annum m. ce. Ixxxvij). — 5° Plu- 
rima excerpta ex opère Gotfridi Viterbiensis. — xv e siècle. 

Marqué : « S. Clementis Melensis. 1761. » Signé : « A. T. M. » et selon toute 
apparence ayant appartenu d'abord à la calbédrale de Metz. — i° La transcrip- 
tion de l'ouvrage n'est conduite que jusqu'à la trabison de Judas. Elle est con- 
tinuée à la fin du volume, mais seulement par extraits. Le dernier de ces 
extraits est intitulé : « De Karolo secundo imperatore. Karolus imperator secun- 
« dus imperavit anno uno et mensibus. . . Hujus tempore Sarraceni perdide- 
« runt Siciliam, etc. » - !\° Semble être une continuation à Godefroi de Vilerbe. 
— Sur ce manuscrit, voyez les Scriplores de Pertz, XXII, 17. 

522. Petit in-quarto sur papier. - G. Sallustii Grispi Catilina 
et bellum Jugurthinum. — xv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Livre d'école très-grossièrement écrit. A la fin : 
« Finitus Parisius, anno Domini m°cccc° lxj°, die 2° mensis May. » 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 195 

Y' 523. Petit in-quarto sur vélin. (Recueil.) - i° Incipit vita bea- 
tissimi Eusebii. - Incipit : «Que Deo adjutore. » - 2° Vita 
S. Coluinbani. - Incipit prologus : « Dominis eximiis, etc. . . 
« Jouas, peccator, etc. » - 3° Item vita sancti Coluinbani ab- 
batis, generis Scotici, qui in Britannia requiescit. -Incipit : 
« Sanctus Golumbanus, de nobilissima Scottorum ortus 
« progenie. » - 4° Incipit inventio capitis Praecursoris. - In- 
cipit : «Quidam monacbi de Oriente profecti. » - 5° Vita 
sancti Maximini, Trevirorum episcopi. - Incipit : « Maximi- 
« nus, urbis Aquitanice Pictavorum indigena. » - 6° Vita 
sancti Goaris confessons. - Incipit : « In diebus Childiberti 
«régis.» - 7 Passio sanctorum martyrum Claudii, Nico- 
strati, Symphroniani, Castorii et Simplicii.- 8° Passio sancti 
Tbeodori martyris. - Incipit : « Temporibus suis Maximia- 
« nus. » - 9 Incipit passio sancti Mennœ martyris. - Incipit : 
« Anno secundo imperii sui. » - io° Passio sancte Felicitatis 
cum septem filiis suis. - ii° Passio SS. Calisti et Cale- 
podii martyrum. - 12 Passio S. Pauli apostoli. - i3° Pas- 
sio sancti Genesii martyris.— i4° Passio sanctorum Gorgonii 
et Dorothei martyrum. — Incipit: « Salvatoris omnipotentia. » 

- î 5° Passio sancti Gorgonii incipit alia, eodem sensu sed 
non eisdem verbis. - Incipit : « Sanctse Gorziensis aecclesiœ 
« venerabili abbati Immoni, et cuncto monacborum cœnobio 
« sibi commisso, Milo episcopus. » - i6° Vita sancti Agerici 
pontificis. - Incipit : « Igitur sanctus ac venerabilis pater. » 

- 17 Versus Fortunati ad Agericum episcopum. - Incipit : 
Irbs Virduna brevi. 1 - 1 8° Vita sancta? Brigide virginis. 

- 1 9" Vita sancte Scolastice. — xi e siècle. 

De Saint-Arnou!. - Longues lignes. 

524. Petit in-quarto sur papier. - Abrégé des vies des saints 



196 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

de l'ordre de Saint-Benoît, disposées pour tous les jours de 
l'année en faveur de ceux qui font profession de sa règle 
ou qui vivent selon son esprit d'ans les engagements du 
siècle. — xvm e siècle. 

Sans marque. - Première partie d'un ouvrage dédié à M me Louise-Adélaïde 
d'Orléans, et composé par D. Pierre Baillet. 

N° 525. Petit in-quarto sur papier. - Second volume de l'ou- 
vrage précédent. 

526. Petit in-quarto sur papier. - Liber de commendatione 
sanctae Matris Angelae de Fulgino, defunctœ anno m.ccc.ix. 

- ïncipit : « Inflammatura mundane sapientie aliter terrene. » 

— XV e SIÈCLE. 

De Saint-Arnoul. - Gursive italienne. 

527. Petit in-quarto carré sur vélin. (Recueil.) - i° ïncipit 
vita beatissimi Clodulfi, episcopi et confessons. - ïncipit : 
« Beati Clodulfi Mettensis urbis pontificis gloriosi. » - 2° Pas- 
sio sancti Gorgonii martiris. — ïncipit : a Magnum summo- 
« père studium in perquirendis. » — xi c siècle. 

Sans marque de provenance. 

528. In-octavo sur papier. - Explication spirituelle des livres 
du Cantique des Cantiques et de Job selon l'esprit de saint 
Grégoire le Grand. — xvm e siècle. 

Marqué : « Ex bibliotheca Minimorum Metensiuni. » Sur la première page : 
« A Metz, commencé en 1770 et fini en 1771. Cet ouvrage est du R. P. Ni- 
« colas Matthieu, ancien provincial dans l'ordre des Minimes, mort à Metz le 
« k octobre 1772- » 

529. Petit in-quarto sur papier. - Réflexions sur les évangiles 
selon saint Mathieu et saint Marc. — xvm e siècle. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 197 

Y 530. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) - 1" Cy commence 
le livre de la montaigne de contemplation. - Incipit : « Au- 
■i cuns se pourront donner merveille pourquoy de matière 
« haulte comme est parler de vie contemplative je veuil 
« escripre en françoys plus que en latin. » - 2° Autre traite- 
sur la contemplation commençant : « La première chose que 
« cil ou celle doit faire qui vuet monter delivrement en la 
« montaigne de meditacion contemplative. » - 3° Sermon 
sur la prière commençant : « Sancta et salubris est cogitacio,etc. 
« Pensée saincle et salutaire est pour les mors oroison faire. » 

— XV e SIÈCLE. 

Marqué : • Celestinorum de Melis. » - i° A la fin on lit : « Ce présent Iratye 
» de contemplacion al composé maistre Jehan de Jarson, chancelier de Nosfre- 
» Dame de Paris et maistre en théologie. » 

531, 532, 533. Trois volumes in-quarto sur papier. - Veritez 
catholiques qu'un chrétien doit croire et mettre en pratique. 

— Fin du xvii e siècle. 

Les trois volumes sont sans marque et écrits de la même main. 

534. Petit in-quarto sur papier. (Recueil.) -i° Le chasteau 
périlleux de l'ame. - i° S'ensuient lez paraboles que Salo- 
raons fist à son filz. - Commence : « Biaulx filz, conmance à 
«Dieu servir.» - 3° Ensuient plusieurs belles espitres en- 
dossez en ung traitier, envoies par saint Pierre de Lucen- 
bourch à sa suer, esquelles yl parle dez trois journéez de 
pénitence et de lieues d'icelles. - Commence : «Quant je 
« regarde quelle vie j'av menée. » - 4° Traité sur la commu- 
nion, commençant : « La demande se il est boin de souvent 
« rechevoir le cors Nostre Seignieur. » — xv e siècle. 

Marqué : « Cest livre apertient auz frères Celestins de Mets. » - i° Manque 



198 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

le commencement. A la fin : « Explicit le cbastiau pirileux, escript de la main 
« F. N. Lupy, à l'aide de Jhesus et de Marie. » 

N° 535. In-octavo sur vélin. - Recueil de méditations dévotes, 
d'instructions et de prières à Jésus et à la Vierge. — Fin 

du XIII e SIÈCLE. 

De Saint-Arnoul. - Manquent le commencement et la fin du volume. La 
première rubrique subsistante est celle-ci : « Ci commence li senefiance com- 
« ment on doit penser à la messe. » Dans le milieu du volume sont des chan- 
sons dévotes écrites tout d'une ligne, quelques-unes avec la musique notée. 
Voici un couplet de l'une de ces chansons : 

Quant li noviaus tens repaire 
Qui vers trait à la saison , 
Que cil oisiions sauvage 
Perdent Jor chant et lor son, 
De Jhesu ferai chanson , 
Qui est li vergiers d'amours , 
Où tuit li délit ce sont. 
Etc. etc. 

Apres ces chansons, la prose recommence en ces termes, sans titre ni ru- 
brique : « Cil qui fist ces! livre avoit Ixx ans quant il l'escrit, et en ce lonc es 
« pace de vie que Diex li ol donnée avoit-il essaie et usei le pooir et la menière 
« des iiij tens d'aage d'omme; et est assavoir enfance, jovent, moieu âge et viel- 
« lece, etc. . . et pour ce vieul parler et conteir des iiij tens d'aages devant dis; 
« mais tout avant pria humlemenl la glorieuse vierge Marie que elle sa douce 
« miséricorde prist son chier fil nostre signor Jhesu Crist que il de sa grâce 
« Pavoiast et ensignast à ce monstrer et deviser resnablement, etc. etc. » 

536. Petit in-quarto sur papier. - Abrégé dune retraite don- 
née par le R. P. De Gonnelieu, de la compagnie de Jésus. — 

XVIII e SIÈCLE. 
Marqué : « Ex bibliot. Carm. exe. Me. » 

537. Petit in-quarto sur papier. - Retraite de dix jours. - 
Commence : « Premier jour. De la fin de l'homme. Où étiez- 
« vous il y a cent ans? » — xvm e siècle. 

Sur le premier feuillet de garde : « Recueil de D. Pierre Baillet. » 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 199 

N° 538. Registre en papier petit in-quarto. - Méditations dé- 
votes. XVIII e SIÈCLE. 

539. Petit in-quarto sur papier. - Instructions et méditations 
dévotes. — xvii e siècle. 

Précédé d'une dédicace. Signé : «F. F.V. • et suscrit : « A mes très effec- 
« tionnées et vertueuses sœurs en Jésus Crist, salut et bénédiction. » 

540. In-octavo sur papier. - Sermons et panégyriques pour 
les fêtes des Saints. — xvm e siècle. 

541. In-octavo sur papier. - Quelques discours sur les mis- 
tères de la vie, passion, resurection et assension de N. S. 
Jésus Christ. — xvn e siècle. 

542. In-octavo sur papier. - Copie d'instructions, prières et 
règles de conduite à l'usage d'une religieuse. — xvm e siècle. 

543. Registre petit in-quarto en papier. - Recueil d'extraits 
sur diverses matières ecclésiastiques, et principalement sur 
les démêlés soulevés par la.bulle Unigenitus. — xvm e siècle. 

Ce qu'il y a de plus remarquable dans ce volume est une épître en vers de 
I). Pierre Baillet à un curé des environs de l'abbaye de Monstierender dalée de 
l'an 1720. Elle commence ainsi : 

Zcst! Pierrot dessus son Pégase 
A son gogo bredouille et jase , 
Et prétend sur sujets divers 
Caracolant faire cent vers, 
Ouy, cent vers , sans en rien rabattre 
Et plus, si je voulais m' ébattre; 
Mais sans plus loin les yeux jetter, 
Je veux à cent vers m'am-ter ; 
Quatre encor feroient la douzaine 
Mais celuy cy fait la dizaine. 
Remy, mon cher, au petit pas. 
Lis les, mais ne les compte pas, 



200 CATALOGUE DES MANUSCRITS 

Car je pourrois bien me méprendre, 
El compte juste ne pas rendre ; 
Pégase pourroit culbuter 
Pierrot, s'il vouloit les compter. 
Bête ! dans ce beau préambule 
Je tombe le né sur la bulle, 
Sur la bulle Uniyenitus, 
Par qui les Pères sont tondus, 
Par qui la foy devient obscure, 
Contre qui la France murmure, 
Etc. etc. 

N° 544. In-octavo sur papier. - Constitutions pour la direction 
et conduite du monastère de la Présentation Nostre Dame 
du Tiers Ordre de Saint-François establi en la ville de 
Metz. — Fin du xvn e siècle. 

Sur la première garde : « A l'usage de sœur Marguerite de Saint-Charle de 
« la Porte. Constitution des religieuses de la Présentation, quand, à la deffaite 
«de leur monastère, il en est venu chez nous au nombre de cinq. C'est afin 
« d'en conserver la mémoire. » 

545. Petit in-quarto sur vélin. - Légende en vers de sainte 
Marguerite. — Fin du xiv c siècle. 

De la cathédrale de Metz. — Grosse écriture. Le poëme commence ainsi : 

Après la saincte passion 
Jbesus Crist à l'ascension, 
Quant il fut ou ciel monté , 
Furent aucuns de grant bonté , 
De moines et de religions, 
Après les predicacions 
Des apostres et des martirs , 
Etc. etc. 

Une pucelle petite, 
Qui avoit à nom Marguerite, 
Oit parler de Ibesu Crist 
El de la mort que il souffrist, 
Etc. elc. 

546. Registre en papier petit in-quarto. - Abrégé de rhéto- 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 201 

rique française, dictée par M. Larcher, professeur d'élo- 
quence au collège Royal de l'Université de Nancy l'an de 

grâce i 770. 

N° 547. Petit in-octavo carré sur papier. - Introduction à l'élo- 
quence de la chaire. — xvm siècle. 

Précédé de quelques préceptes de rhétorique sous ce litre : «Regulae ele- 
«gantiarum ex manuali grammaticorum excerptoe. » 

548. In-octavo sur papier. - Phrases françoises expliquées on 
espagnol, tirées du dictionnaire d'Oudin. — xvm siècle. 

549. In-octavo épais sur papier. - Le premier supplément de 
la philosophie de M. Descartes, où l'on découvre les défauts 
de sa Méthode et le fond des démonstrations de l'immorta- 
lité de l'âme, de l'existence de Dieu et de plusieurs autres 
vérités, par le R. P. D. Robert Desgabes, relligieux béné- 
dictin de la congrégation de Saint -Vanne. 

550. In-octavo sur papier. - Observations sur la disposition 
d'un bataillon rangé à six de hauteur. — xvm e siècle. 

551. In-octavo sur papier. (Recueil.) - i° Essatta notitia délie 
nobili famiglie romane antiche et moderne. - Commit). : 
« Per appagare la curiosità de cavallieri forastieri. » — 2 Note 
sopra i caratteri délie più illustri persone del reame di 
Francia, durante la vecchiezza di Luigi XIV. - 3° Nomi, 
cognomi, etc. degli eminenti signori Cardinali essistenti in 
Roma li 26 Juglio 1706. - k° Prognostica epigrammata ex 
nomine ominosa de cardinalibus ad papatum aspirantibus 
post obitum Innocentii XI. - Incipit : « Cibo. Non omnes pla- 
« cuere cibi quos Flandria coxit, etc. » - 5° Cardinales vivi 

■UN. DES «ICI.. V. 26 



201 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

post obitum Benedicti XIII, functi 21 Febr. 1780. — 

XVIII e SIÈCLE. 

Signé au crayon : « Jacomo Grilloni. » 

N° 552. Petit in-quarto sur papier. - Méditations dévotes en alle- 
mand. — XVIII e SIÈCLE. 

553. Petit in-quarto épais sur papier. - Sermon es de festis 
sanctorum , a fratre Jacobo Newkirchen , Cartusiensi, germa- 
nice praedicati. — xvn e siècle. 

La préface est ainsi adressée : « Der geisllichen und andechtigen Jungfrawen 
« Sybillen Newkirchen, professer) des Kloster zu sanct Mauritius binnen Colin, 
« tneiner vilgeliebten Schwcster, zeitliche und ewige Wolfart durch Jesum 
« Christum unsern Heilandt. » Elle est signée : « Frater Jacobus Newkirchen 
« Cartheuser. » 

554. In-quarto sur papier. - Rosa? purpureae, id est conciones 
de passione Domini (germanice). — xvn e siècle. 

Sur la première page : « Dixit Fr. Franciscus Thomas Wadegotiœ. 1690. » 

555. Petit in-quarto épais sur papier. - Collegii practici pro- 
iegomena de variis circa praxin et processum juris scripto- 
ribus et de eorum notitia. — xvm e siècle. 

556. 557, 558. Trois volumes in-quarto sur papier. - Forti- 
fication. — XVIII e siècle. 

Traité en allemand accompagné de dessins au lavis. 

559. In-quarto sur papier. - Grûndtliciie undt eigentliclie 
Besclneibung vieler kùnstlicher Feuer-Wercken sampt 
einem Sattengrundt und Bericbt wie man mit grossenn 
Stûcken gewiss sebiessen, etc. 161 3. 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. ^03 

Y 500. In-octavo sur papier. - Bie begynnet cler Spiegel der 
Volkomenîieit. — xv e siècle. 

A Ja fin : « Anno Domini i48o, régnante Domino noslro Jhesu Deo in se- 
« cula benediclo, conscriptum est hoc Spéculum perfectioois. » 

561. In-quarlo carré sur papier. - Arithmetica (en allemand). 

XVIII e SIÈCLE. 

562. In-seize sur papier. - i u Biblia abbreviala per nietra. - 
Incipit prœfalio : « Tota biblia dividitur in duas partes; » et 
carmen : « Astra polum junctam lerram Genesisque patres 
o dat. » - '2° Excerpta e sancto Bernard o et aliis. -3° Horn; 
diurnae. — xv c siècle. 

Marqué : « Celestinorum de Métis. » 

563. In-seize sur papier. - Quatuor evangelistae, cum prœla- 
tionibus Hieronymi. — xv° siècle. 

Marqué primitivement : «Au convent des pères minimes de Met/.," et 
ensuite : « Ex monasterio monialium B. Mariée de Vergavilla. 1628. » 

564. In-seize allongé sur papier. (Recueil.) - i° Expositio ve- 
nerabilis Bede presbiteri super canticum Marie. - 2 Basi- 
lius de institutione vite religiosorum. - 3° Hugo de Sancto 
\ ictore de institutione novitiorum. - 4° Judoci Glichtovei 
libellas de laade monastice religionis. — xvi e siècle. 

Des Célestins de Melz. 

565. In-seize sur papier. - Psalterium. — \v e siècle. 

Des Célestins de Metz. — Cursive négligée. 

566. Petit in-octavo sur vélin. - Sermones super evangeliis 
et epistolis dominicalibus. - Incipit : « Flora est jam nos de 



20fi CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

<• sumjmo surgere, etc. Hoc tempus dicitur tempus Adventus. » 

— Fin du xin e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Signé : « Jo. Herbilloin. » -Deux colonnes; écri- 
ture très-fine. L'ouvrage est précédé de trois feuillets remplis sous cette ru- 
brique : « Confessio septem peccatorum morlalium. » 

N° 567. In-seize sur vélin. (Recueil.) - i° Summa de (tempore 
et de) sanctis abreviata. - Incipit : « Dominica prima in Ad- 
« ventu. Veniet desideratis cunctis gentibus. » - 2° Liber qui 
dicitur Abstinencia. - Incipit : « Quoniain fréquenter plus 
« movent exempta quam verba. » — Commencement du 

XIV e SIÈCLE. 
De la cathédrale de Metz. — Signé : « G. Tavardi » 

568. In-octavo carré sur papier. (Recueil.) - i° Horse diurnae. 

— 2° De implorando suffragia sanctorum cum aliquali glo- 
ria eorum in brevi. - 3° Egregius liber de confessione, a 
fratre Bonaventura editus. - Incipit : « Quoniam lundamen- 
« tutn. » — XV e SIÈCLE. 

Des Céleslins de Metz. 

569. In-seize sur papier. - Liber qui dicitur salus et salvatio 
animae dévote dicentis : amen, amen. — xvi e siècle. 

Des Chartreux de llettel. — Sur le premier feuillet : « Contenta hujus libri 
« sunt excerpta seu descripta ex libro Cubelli curialis capitanei et castellani 
« civitatis et castri Nucerie Christianoruin, pro parte sanctissiini in Christo pa- 
< Iris et domini domini Urbani papeVI,quem idem Cubellus composuit et 
« exfloravit a diversis scripturis et libris sanctorum, etc. Praesens libellus est 
« domus S. Albani martyris prope Treverim, ordinis Carihusiensis. « 

570. In-seize sur papier. - Horœ diurnai 1 . — xv e siècle. 

Des Céleslins de Metz. 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 205 

N° 571. In-seize sur papier. - Incipit psaiterium béate virginis 
Marie. — xv c siècle. 

Des Céleslins de Metz. 

572. In-seize sur vélin. - Breviarium. — xv e siècle. 

Marqué : « S. Vincentii Mctensis. » - Longues lignes. 

573. In-seize épais sur vélin. — Diurnale Metense. — 

XIV e SIÈCLE. 
De Saint-Arnoul. - Longues lignes. 

574. Petit in-seize sur vélin. - Liber horarum. — xv° siècle. 

De Saint-Arnoul. - Ecriture élégante et assez grosse, dix-huit lettre? à la 
ligne. 

575. Petit in-octavo sur vélin. - Diurnale Cartusiense. — 
xiv' SIÈCLE. 

De Rettcl. - Longues lignes; écriture fine et soignée. 

576. In-seize sur papier. — Hore béate Marie secundum usum 
Sancti Vitoni Virdunensis. — xvi e siècle. 

Signé : «Didier Asselin. >. - Écriture bâtarde très-négligée. 

577. Petit in-octavo carré, d'abord en parchemin, puis en pa- 
pier. (Recueil.) - i° Sermones de tempore. - Incipit : « Cum 
« appropincjiiasset Jhesus , etc. Ewangelium istud in très partes 
« dividittir. » - i° Plurimaï instructiones et auctoritates ad 
usum monachorum. - 3° Historia sanctissimi Huperti, epi- 
scopi Tungerensis. - Incipit : « Hupertus, nobili exortus pro- 
« sapia. » — xiv c et xv e siècles. 

De Rettel (■)). - Les deux dernières pages du volume sont occupées par des 
notes relatives à l'église de Trêves pendant les années i5i8, i5ig et 1020. 



206 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 578, Petit in-octavo carré sur vélin. - Parvum antiphonarium. 

- Incipit : « Dominica in Ramis palmarum, dum rami dis- 
<« tribu untur iste due antifone alternatim dicantur, etc.» 

XV e SIÈCLE. 

579. Petit in-octavo carré sur vélin. - Antiphonarium. 

XVI e SIÈCLE. 

Sans marque. - Reliure antique très-bien conservée, en veau blanc, avec 
fermoirs en cuivre. 

580. In-octavo sur vélin. - Antiphonarium et collectarium ec- 
clesiae Sancti Arnulphi Metensis. — xiv c siècle. 

De Saint-Arnoul. 

581 . In-octavo épais sur vélin. (Recueil.) - i° Antiphonarium. 

- 2° Lectionarium. — xv c siècle. 

Des Chartreux de Rettel. 

582. In octavo très-épais sur vélin. - Breviarium. — xiv siècle. 

La première partie est d'une écriture un peu plus moderne. Deux colonnes 

583. In-octavo épais sur vélin. - Psalterium cum parte bre- 
viarii. — xiv e siècle. 

Longues lignes. 

584. In-octavo sur vélin. - Ordinarium missœ pro tempore, 
cum communi Sanctorum. — xiv c siècle. 

Sans marque de provenance. - Sur deux colonnes. 

585. In-octavo sur vélin. - Diurnale. — xiv e siècle 

Deux colonnes. Manquent la fin et le commencement. 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 207 

V 58(5. In-seize sur vélin. (Recueil.) - i° Proprium lemporis. - 
2° Incipiunt hore béate Marie virginis. - 3° Incipit pro- 
prium Sanclorum. - 4° Incipit commune Sanctorum. 

XV e SIÈCLE. 

Marqué : « Celeslinorutn de Métis. - - Longues lignes; écriture fine, exécu- 
tion élégante. Sans couverture. 

5S7. In-seize sur papier. - Hone diurnse. — xv c siècle. 

588. In-seize plus épais que large, sur vélin. - Breviarium. 

— XV e SIÈCLE. 
Provenant de la cathédrale de Metz. - Deux colonnes; sans reliure. 

589. In-seize sur vélin. - Psalteiïum. — xv e siècle. 

Longues lignes; grosse écriture négligée. 

590. In-seize sur vélin. - Diurnale. — xiv e siècle. 

Longues lignes. 

591. In-seize sur papier. - Breviarium. — xv c siècle. 

Marqué : « Celestinorum de Métis. » 

592. In-octavo sur vélin.- Psalteiïum. — Fin du xiii° siècle. 

Longues lignes. 

593. Petit in-octavo carré sur vélin. - Psalteiïum. — 

XIV e SIÈCLE. 

Marqué : « S. Vincenlii Metensis. » Signé : « Claudius Bernardus. religieux 
"de Saint-Vincent. Anno Domini 1611.» 

594. In-seize épais sur vélin. - Psalteiïum cum horis diurnjs. 

XIII e et XIV e SIÈCLES. 

Des Céleslins de Metz. 



208 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

JN" 595. In-octavo sur vélin. - Psaiterium cum notis musicis. — 

XV e SIÈCLE. 
Marqué : « Cartusîa Rnttila possidel lïbrum. » 

596. Petit in-quarto sur vélin. - Processionale secundum 
im in 
i634. 



usum insignis ecclesia: collegiatae S. Salvatoris Metensis. 



597. Petit in-octavo sur vélin et papier. - Horae divers* et 
orationes. — Fin du xiv c siècle. 

Des Céiestins de Metz. 

598. In-seize sur papier. - Horse Christi et beatse Virginis. — 

XV e SIÈCLE. 
Marqué : « Celestinorurn de Mefis. « - Longues lignes; grosse écriture. 

599. In-seize sur papier. (Recueil.) - i° Hic incipit psaite- 
rium pro defunctis. - i° Hic incipiunt quindecim gradus 
de beataVirgine pro defunctis. - 3° Hic incipit Horologium 
de passione et de vita Domini nostri Jhesu Christi, quod 
composuit magister Bertholdus. - Incipit : « Quoniam secun- 
« dum beatum Gregorium. » — xv c siècle. 

Marqué dès l'origine : « Iste liber pertinet domno Wilhelmo Scheneck de 
« Ilockenhusen, quod pio. . . manu propria. » 

600. In-octavo sur papier. (Recueil.) - i° Cy commencent 
les heures de la vierge Marie, en françoys, à l'usaige de 
Paris. - 2° Prières et oraisons pendant la messe. — 3° Ténor 
fidei, a Cancellario (Jo. Gerson) compilatus. - Incipit : 
« Gloire soit à Dieu en cui nom. » — xv c siècle. 

Marqué : « Fratrum Celestinorum Melensium. » 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 209 

V 601. In-octavo sur papier. (Recueil.) - i° Oraliones pêne in- 
numeraî cum psalterio beatae Virginis. - 2° Bonaventure 
Centiloquium.- ïncipit: « Ecce descripsi eam tibi. » - 3° Ex- 
positiones biblicae super libris Regum , Paralipomenon , etc. 

- ïncipit : « Biblii erant quidam de Bibles civitate Phenicea. » 

- Fin du xiv c siècle. 

Marqué : « Carlhusie in Rutila. «—Ecriture Irès-finc et très-régulière, la plu 
part du temps sur deux colonnes. 

602. In-octavo sur papier. (Recueil.) - i° Summaria brevis- 
que exposicio materie distinction is atquc capitulorum libri 
sancti, devoti et eloquentissimi viri Joliannis Cbrysostomi, 
Constantinopolitani episcopi, de cordis compunctione. - 
2° Augustinus de contricione cordis. - 3° ïncipit tractatulus 
devotus de reformacione virium anime domini Gerardi de 
Zutpbania. - ïncipit : « Homo quidam descendit de Hieru- 
« salem in Hiericho. » — xv e siècle. 

Marqué : « Celestinorum de Métis. » Signé par le copiste : «Franciscus, » et 
daté : « ldo5. » 

603. Petit in-octavo sur vélin. (Recueil.) - i° ïncipit tractatus 
B. Augustini de spiritu et anima. - ?.° Epistola domni Can- 
cellarii (Gerson) ad quemdam fratrem ordinis Cartusiensis. 

- ïncipit : « Si quis vult post me venîre. » - 3° Gentilogium 
elegiacum de meditatione crucis a domino Cancellario. - 
ïncipit : « Exaltavit, ais, bumiles, o Virgo beata. » - k° De 
passione Virginis glose. - 5° Orationes et extractiones de- 
votœ. - 6° ïncipit prologus in libro de conscientia edito ad 
quemdam religiosum et litteratum virum de ordine Cysler- 
ciensium. -ïncipit : « Petis a me, dilecte, quod supra me. » - 
7 Hora2 Virginis. — xv e siècle. 

Marque : « Celestinorum de Métis. « - Diverses écritures. 

■i w des niBL. — v. 27 



210 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 604. In-seize sur j)apier. (Recueil.) - i° Traclatus Augustini 
super epistola Johannis. -2° Incipit tractatus de arte au- 
diendi confessionesven. mag. Johannis de Gersona. — Incipit: 
«Etsi virtus quam assuefacio. » - 3° Ejusdem incipit tracta- 
tus de remediis contra accidium peccandi. - Incipit : « Habet 
« lioc proprium ars quelibet. » - l\° Item ejusdem de celi- 
batu clericorum. - Incipit : « Dyalogus apologeticus pro ce- 
« libatu ecclesiasticorum. » - 5° De sancto Jheronimo me- 
ditationes. - Incipit : « Saluto te ex infimo cordis. » — 

XV e SIÈCLE. 

Marqué primitivement : « Domus Sancti Albani Treverensis, ordinis Carlhu- 
« siensis, » et plus tard ; « Iste liber datus est fratribus ordinis Carlbusiensis in 
« Ruttila prope Sirck. » 

605. In-octavo sur papier. - Excerpta ex libris D. Aurelii Au- 
gustini de Civitate Dei. — Fin du xvi e siècle. 

606. In-octavo carré sur papier. (Recueil.) - i° Incipit soli- 
loquium beati Augustini, doctoris eximii, de desiderio co- 
gnoscendi et videndi Deum. — 2° Sequitur tabula astralabii 
sive canon a magistro Johanne Fusoris. — Incipit : « Hono- 
« rable chose et moult à prisier aux princes et seigneurs 
«après leurs diverses occupations temporeles, etc.. Très 
« noble et excellant prince monseigneur Pierre de Navarre, 
o filz du roy et conte de Mortaigne, après ses occupacions 
« temporeles, s'esbat volentiers et prent ces occupacions, etc. 
«Je Jehan Fuzoris, etc..» - 3° Tractatus de instruccione 
pie vivendi et superna meditandi. - Incipit : « Qnoniam in 
« felici capeione Domini sum reclusus. » — k° De tribus gra- 
dibus religiosorum , per fratrem Anselmum, ordinis Celesti- 
norum , compilatus. - Incipit: « Nunciatio, dictatio, duc- 
« tio, etc. . . hec verba inscribuntur in itinerario mentis iture 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 211 

« in Deum fratris de Bonaventura. » - 5° Incipit tabula in 
constituciones Celestinorum citramontanorum. - Incipit : 
« Primum capitulum ponit quod provinciale capitulum se- 
« mel in triennio. » - 6° Notulae de virtutibus aliquot plan- 
tarum. - 7 Canones evangeliorum versilicati. - Incipit : 
«A générât, B magos vocat, Egiptum petit, exit. » — 

XV e SIÈCLE. 

Des Célcstins de Melz. - Diverses écritures cursives. 1°— A la fin est écrit au 
vermillon : « Scripsit fraler J. Clericy. » 

N° 607. In-octavo sur papier. (Recueil.) - i° Incipit liber fra- 
tris Bonaventure, ordinis Fratrum Minorum et cardinalis de 
triplici via. - 2 De expositione tertii libri Adamanti(ni) Ori- 
genis in Cantica canticorum. - 3° Incipit liber de agone 
cbristiano (Augustini). — 4° De raptu anime Tundali et ejus 
visione. - Incipit : «Marchus G. abbalisse. Anno Domini 
« m. c. xlix. qui fuit annus secundus expeditionis Ierosoli- 
« morum. » - 5° Sequitur eadem visio in gallico sermone. - 
6° Inslructiones, excerpta et orationes ad usum monacho- 
rum. - 7 Tabulas conjunctionum lune secundum numéros 
aureos. — xv e siècle. 

Marqué : « Celestinorum de Métis. » 

608. In-octavo sur vélin. (Recueil.) - i° Spéculum ecclesie 
vel liber de sacramentis. - Incipit : « De sacramentis eccle- 
« siasticis ut tractarem. » - i° De quibusdam notabilibus 
queslionibus. — Incipit : « Quare Septuagesima celebratur? 
« Ideo ut quemadmodum Dei populus, etc. » — xm e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Longues lignes. 

609. Petit in-octavo sur papier. - Utilis et devota collectio de 



212 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

sacrosancto Eucharistie sacramento, compilata ex diversis 
sanctorum doctorum sententiis. — Fin du xvi e siècle. • 

N° 610. Petit in-octavo sur papier. - Casus juris canonici et ex- 
cerptiones factae ex constitutionibus apostolicis ad usum 
cujusdam presbyteri. — xvn e siècle. 

611. Grand in-octavo sur vélin. (Recueil.) - i° Tractatus 
Jo. Gerson. - Incipit : « Qui esurientes implet bonis. » - 
2° Sequitur multiplex consideratio de modo conlessionis et 
absolutionis sacramentalis ab eodem cancellario. - 3° Se- 
quitur distinctio magistralis de modo excommunicationum 
et irregularitatum et absolutionis ab eodem. - 4° Sequun- 
tur questiones quarum responsio data est a domino Can- 
cellario Parisiensi. — Incipit : « Queritur utrum quis. » - 
5° De claratio compendiosa quod veritates sunt de neces- 
sitate salutis credende, etc. anno Domini m. cccc. decimo 
sexto. - Incipit : « Primas gradus. Primus gradus veritatum 
« credendarum. » - 6° Sequitur tractatus de diversis tempta- 
tionibus in gallico. - Incipit : « Pour nous humilier desoubz 
«la main de Dieu. » — xv e siècle. 

Marqué : « Celestinorum de Métis. » -Longues lignes; écriture gothique très- 
régulière. 

612. In-octavo carré sur vélin. (Piecueil.) - i° Incipit liber pe- 
nitenciarius et immortalis a magistro Johanne de Deo edi- 
tus, et Veteri et Novo Testamento et jure canonico fideliter 
comprobatus, in quo subcumbit falsitas et veritas elucescit, 
qui per septem libellos et per lxxv titulos est distinctus, 
super operis imperfectione venia postulata. - 2° Sermo- 
nes aliquot. - 3° Incipit liber supputacionum vel supplica- 
cionum beati Augustini de divinis scripturis, collectus ad 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 213 

eorum presertim utilitatem qui vite contemplative sunt 
amatores. - 4° Nonnulla miracula b. Virginis versificata. - 
Incipit : « Virgofuit quedam, metrice quam plenius edam. » 
- 5° Quiedam officia de sanctis. — xiv c et xv c siècles. 

Marqué : « Liber Carlhusiensium propc Siick. » - Diverses écritures.- 2° Il 
en est un dans le nombre qui porte cette souscription : « Explicit sermo factus 
«a fratre Francisco Minorum in communionc animarum. » Il commence sur 
le thème : « Dominus mortificat et vivificat. » xiv c siècle. - k° Se compose de 
g feuillets. - 5° Les rubriques sont en allemand. En voici une : « Hyc geyt ayn 
«die hyslorie van sent Barbaren ; zo irst sint dit dey antiphonan up dey Sel- 
« men zu der Vesperen vorine vinds du dey misse van uns heren Licbams 
» dache over dat dirde Blat. » 

V' 613. In-octavo sur papier. - Theologia moralis seu juris con- 
scientiae disciplina. — xvn e siècle. 

Marqué : « De la bibliothèque des Frères prêcheurs de Metz. » 

614. Petit in-octavo sur papier. (Recueil.) - i° Consolacio 
Hugonis contra temptaciones. - Incipit : « Quinque septene 
s sunt ut in Sacra Scriptura. » — 2° Incipit libellus conscien- 
cie. - Incipit : « Qui creatoris sui. » - 3° Sermo vel ejuistola 
B. Augustini. - Incipit : « In via hac positi, Ira très. » - l\° In- 
cipit liber exhortacionum beati Anselmi ad contemptum 
temporalium et desiderium eternorum. - 5° Donatus ethy- 
moloysatus. - Incipit : «Partes oracionis quot sunt? Octo. 
« Que ? Cognicio substancie. » - 6° Devota exposiciuncula 
super psalmum Judica me. - 7 Spéculum peccatoris. - 
8° Meditaciones beati Bernardi. — xv c siècle. 

Marqué : « Celestinorum Metensium. » - Diverses écritures. - 6° A la hn : 
• Explicit, etc. a domino Petro, cardinali Cameracensi, apostolice sedis legato. 
■ Datum Basilic, à Junii, anno Domini m. cccc. xiiii . » - 7 Manque le com- 
mencement. Le titre est donné par Vexplicit. 



214 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 615. In-octavo allongé sur papier. (Recueil.) - i° Summa 
summae virtutum et vitiorum per figuras. - Incipit : « De 
«fide. Fides générât. » - i° Quaternarius S. Thome de 
Acquino. — xvi e siècle. 

616. In-seize sur papier. (Recueil.) - i° Liber de conversa- 
tione monachorum. - Incipit : « Hoc est remedium ejusque 
« viciorum temptamentis exestuat. » — i° Incipit vita sancti 
Pauli, primi heremite, a beato Jheronimo edicta. - 3° Ré- 
gula sancti Benedicti. — xv e siècle. 

Marqué : « Celestinorum de Métis. » - i° A la fin : 

Explicil iste liber, scriptor sit crimine liber; 
Scriplor scripsisset melius si potuisset : 

Si ni ponatur 

Et cho addatur 

Et laus associatur, p 

Qui me scripsit sic nominatur. 

« Iste liber fuit finitus et completus in 3 die niensis Octobris, anno millesimo 
« quadringentesimo octuagesimo 3°. » 

617. In-seize sur papier. (Recueil.) - i° Liber de Imitatione 
J. C. - 2° Incipit tractatus de meditacione cordis magistri 
Johannis Gerson. — xv e siècle. 

Des Célestins de Metz. — i° Manque le commencement. Le premier et le 
second livre sont confondus en un seul et terminés par cette souscription : « Ex- 
« plicit primus et secundus liber de imitatione Jhesu Christi et contemptu om- 
« nium vanitatum mundi; incipit tercius de interna locutione ad animam fide- 
« lem, scilicet audias quid loquilur. » A la fin du IV e on lit : «Explicil liber 
« quartus et ultimus de sacramento altaris fratris Thome de Kempis de imita- 
« cione Christi et de contemptu mundi, devotum et utile opusculum finit 
« féliciter. » 

618. In-seize sur papier. - Incipit meditacio in rithmo de vita 
et beatissima passione Domini nostri Jhesu Christi.- Incipit : 
«Jhesu Christi céleri miseracione, Et Marie Virginis inter- 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 215 

«cessione, Sperans quod hic mcditans ex intencione. » — 

XV e SIÈCLE. 
Marqué : « Celestinorum Metensium. » 

J\° 019. In-seize sur papier. - Communia de passione, eucha- 
ristia, nativitate et adventu Domini. — xvn c siècle. 

620. In-seize sur papier. (Recueil.) - i° Exempla (ad usum) 
boni religiosi. - 2° Incipiunt auctoritates per di versa capi- 
tula sententiarum collecte. — xiv e siècle. 

Des Célestins de Metz. - Diverses écritures très-négligées. Quelques feuillets 
sur parchemin. Extraits et maximes pour des religieux. 

621. In-seize sur papier. - Questiones fratris Angeli, viri cia- 
rissimi, ordinis Minorum, pro utilitate omnium laudabiliter 
vivere cupientium, maxime confessorum, pro interrogacio- 
nibus in confessione fiendis. - Incipit : « Diligens inquisitor 
« et subtilis investigator. » — xv e siècle. 

Des Célestins de Metz. - A la fin du traité sont quelques vers sous la ru- 
brique de Decreium melrifœalum : 

Colline versus quid vult distinctio brevis, 
Ut videat quisque divinum jus hominumque, 
Etc. etc. 

622. In-octavo sur papier. - Florilegium e Scriptura sacra et 
sanctis Patribus. — xvn e siècle. 

623. In-octavo sur vélin et papier entremêlés. - Meditationes, 
orationes et excerptiones ad usum monachorum. - Incipit: 
« Vincencius in Speculo hystoriali : Deus quinque modis."> 
— Fin du xiv e siècle. 

Marqué : • Celestinorum de Métis. » 



216 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 624. In-octavo sur papier. (Recueil.) - 1" Orationes ante et 
post communionem. - 2° Oratio B. Ambrosii de totali vita et 
passione Domini. - 3° Hugo de Sancto Victore, de modo 
orandi Deum. — Commencement du xvi e siècle. 

Le manuscrit est entremêlé de quelques impressions gothiques; Tune, entre 
autres, de l'Imitation de Jésus-Christ, sous le nom de Gerson, l'an i5i7, chez 
Jean Petit. 

625. In-seize sur vélin. (Piecueil.) - i° Incipit Itinerarium 
mentis in Deum Bonaventure. -2° Incipit epistola B. Ber- 
nardi abbatis ad Robertum nepotem suum. — 3° Sermones 
beati Cesarii , Arelatensis episcopi , ad monachos. - 4° Se- 
quuntur alique instructiones utiles pro prelatis et religiosis, 
extracte de expositione venerabilis patris Humberti, de or- 
dine Predicàtorum , super régula beati Augustini. — Com- 
mencement du xv c SIÈCLE. 

Marqué : « Celestinorum de Métis. » 

626. In-seize carré sur papier. (Recueil.) - i° Tractatus de 
expositione mysteriorum misse. - Incipit : « Ante diem fes- 
« tum Pasche. » - 2° Sacri canonis misse duplex expositio. 

- 3° Tractatus sanctarum meditationum, in distinctiones 
septem juxta numerum dierum bebdomade divisus, pro 
cordis in Deo stabilitione, per F. Franciscum Tilelmannum. 

- Incipit : « Usque adeo est mens liumana instabilis. » - 
l\° Sermo Vincentii de misteriis misse representantibus vi- 
tam Christi. - Incipit : « Quodcunque dixerit vobis facite. » 

- XVI e SIÈCLE. 

Des Célestins de Metz. -2° La rubrique ajoute : « Altéra, viri vetustate, reli- 
« gione et eruditione venerabilis, Odonis, quondam ecclesie Cameracensis epi- 
«scopi, quatuor divisa distinctionibus; altéra, fratris Francisci Tihelmanni , 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 217 

« posl singulas distincliones expositionis prioris propter simplkiores quosque 
■ vclut io supplemenlum adjecta. » 

N° 627. Petit in-seize sur vélin. (Recueil.)- i° Incipit liber doinni 
Ivonis, Karnotensiscpiscopi, de S[acramen(is].- -2° Excerpta 
ex Augustino, Yvone, Jo. Cassiano, Gregorio, elc. de can- 
tate et pœnitentia. - 3° Relatio Maioli abbatis de duobus 
ducibus. - Incipit : « Rem refero vobis, fratres. » - l\° Visio 
cujusdam militis in morte. - Incipit : « Fuit quidam in pro- 
« vincia Merciorum. » - 5° Item de corpore Domini. - Inci- 
pit : « Quidam presbyter fuit religiosus valde. » — Fin du 

XII e SIÈCLE. 
Ecriture fine et nette. Longues lignes. 

628. Petit in-seize sur vélin. - Sacne theologia? compendium. 

XVII e SIÈCLE. 

Des Célestins de Metz. 

629. In-seize carré sur papier. - Sermones de tempore. - In- 
cipit : « Dicite filie Syon. » — xvi e siècle. 

Des Célestins de Melz. 

630. In-seize sur papier. - Breviarium. — xvn e siècle. 

De Rettel. 

631. In-seize carré sur papier. - Orationarium in vita Jesu 
Christi. - Incipit : « Quoniam incarnatio, nativitas, conver- 
ti sacio in mundo. » — xv e siècle. 

De Rettel. - Se termine par cette rubrique : « Explicit oracionarium de suf- 

« Iragiis sanctorum et gloria ipsorum , et per consequens totum hoc opusculum 

■ quod dicitur oracionarium in vita Domini nostri Jhesu Christi et de suiïra- 

«giis sanctorum et gloria regni Dei, cui sit laus, salus et gloria, fortitudo, 

\irtus et pietas, decus, honor et imperium, benedictio, sapiencia et claritas : 

HAN. UES BIBI.. — V. 28 



218 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« jubilacio, ymnus et graciarum accio in secula seculorum. Amen. Orate pro 
« scriptore. » 

N° 632. In-seize sur papier. (Recueil.) - i° Incipit tractatus de 
quatuor instinctibus, scilicet divino, angelico, diabolico et 
naturali. - Incipit : « Semen cecidit in bonam terram. » - 
2° Incipit paradisus anime, compilatus per magistrum Al- 
bertum. - Incipit : « Sunt quedam vicia que fréquenter. »> - 
3° Excerpta pêne innumera ex Ludolpho et aliis ad usum 
reiigiosorum. — xv e siècle. 
De Rettel. 

633. In-quarto sur papier. - Gommentarius in Aristotelis Or- 
ganum. — xvii e siècle. 

Cahiers de philosophie. Sans reliure. 

634. In-octavo carré sur papier. (Recueil.) - i° Prologus in 
itinerario de vita reiigiosa fratris Johannis Galensis, de or- 
dine fratrum Minorum. - Incipit prologus : « Numquid nosti 
« ordinem celi; » et ipsum itinerarium, cap. î : « In primis 
« ergo videndum est. » - 2° Incipit dyalogus de instructione 
anime, editus a magistro Ada de Sancto Victore, tractatulus 
inultum utilis pro monachis. — Incipit : « Dominis suis ve- 
«nerandis, etc. Galtero priori et universis fra tribus in ec- 
« clesia Sancti Andrée institutis, etc. » - 3° Orationes et 
praecepta pro monachis. - 4° Tractatus sancti Augustini 
qui dicitur Visitacio infirmi. — xv e siècle. 

Marqué : « Celestinorum de Métis. » 

635. In-quarto sur papier. - Epitome de acceptionibus voeu m . 
— XVII e siècle. 

Cahiers d'un cours de philosophie, signés postérieurement : « Georgig. 
« Kylburg. » 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 219 

N° 636. Grand in-octavo sur papier. - Disputationes super uni- 
versa thcologia. — xvn c siècle. 

Sans marque de provenance. — Sur le premier feuillet de garde est écrit : 
«Opéra et studio D. Francisci Egan, sacrae theologiœ lectoris, necnon hujus 
« conventus quondam superioris. » 

637. Grand in-oclavo sur vélin. - Pétri Lombardi Sententia- 
rum libri quatuor. — Fin du xm e siècle. 

De la cathédrale de Metz. - Ecriture excessivement fine et très-élégante, sur 
deux colonnes. Exécution italienne. 

638. In-seize carré sur papier. (Recueil.) - i° Compotus (ver- 
sificatus) , cum glosa et expositione. - Incipit expositio : « Lux 
« orta est justo; » et ipsum carmen : « Compotus est talis pro- 
« prie dictus manualis. » - i° Notulae super quatuor conju- 
gationibus verborum. - Incipit : «Nota quod prima conju- 
« gatio habet are in infinitivo. » - 3° Régule générales ad 
usum puerorum. — Incipit : « Adjectivum et substantivum 
« debent convenire in tribus. » - 4° Liber dictus Regimen, 
seu de concordia verborum. - Incipit : « Gloriari promeruit 
« sciencia. » - 5° Colores rbetorice sive expositio scbematum. 
- 6° Tractatulus de re metrica. - Incipit : « Literarum quin- 
« que sunt vocales. » - 7 Tractatus modi significandi (ver- 
sificatus), cum glosa. - Incipit : «Ut flos grammatice pin- 
« gatur more minoris. » - 8° Tractatus de arte dialectica. - 
Incipit : « Dyalectica est ars arcium. » — xv c siècle. 

Marqué : « Celestinorum Metensium. «-Diverses écritures assez négligées. - 
4* A la fin : « Explicit regimen compilatum ex pluribus doctoribus, editum a 
- minimo magistrorum, datum a magistro Petro Ernaudi. » -8° Entremêlé de 
quelques feuillets de parchemin. 

639. In-seize sur papier. - Liber medicinalium, qui nuncu- 

28. 



220 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

paripotestFJos medicinae, quia exeo quilibel colligere habet 
quœlibet salutis bumanae necessaria, collectus multo sudore 
atque labore per fratrem Anthonium Marlaeum, Colonien- 
sem, ordinis Carthusiensis. — xvn e siècle. 

De Rettel. - Cursive allemande très-soignée. L'ouvrage consiste en un re- 
cueil de recettes pour toutes les maladies. 

N° 640. In-seize carré sur papier et vélin. (Recueil.) - i° Cora- 
pendium artis grammaticae. - Incipit : « Nota quod duplex 
« est verbum. s — 2° Item aliud per interrogationes et res- 
ponsiones. - Incipit : «Partes oracionis quot sunt? Octo. 
«Que? Nomen, pronomen, verbum, etc. » - Desinit : «Nos 
« incipimus latinum nostrum per verbum inpersonale, 
« quando galicum materie (?) per on vel per il, ut dicendo on 
«chante la messe, cantatur missam; il faut estudier, oportet 
« studere. » — 3° Cy s'ensuit une bonne confession. - Incipit : 
« Benedicite pater, etc. Je me confesse à Dieu et à la benoîte 



« Virge Marie. » — xv e siècle. 



Marqué : « Celestinorum de Métis. ». - 2° Le dernier paragraphe ci-dessus rap- 
porté est le seul où se trouvent mêlés des mots français. Cet ouvrage est Y Ars 
parva, de Donat, auquel ont été ajoutées quelques règles de syntaxe. 

641. Grand in-octavo sur papier. - Ars rhetborica, quatuor 
dialogis explanata et accuratissime emendala D, Morin, rhe- 
thoricae professore in collegio Mazarinœo. Parisiis, 1722. 

Marqué : « Ex bibliotheca Minimorum Metensium, litt. K, n. 81. » 

642. In-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Commentariorum 
libri duo Marii Victorini in rbetoricen Tullii Ciceronis. - 
Incipit : « Omnis quicunque incipit." - 2 Tractatus dia- 
lectica?. - Incipit : « Dialectica est ars artium, scientia scien- 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 221 

» liarum. » - 3° Tractatus logicae. - Incipil : « Ab eo quod 
« res est vel non est, oralio dicitur esse vera vel falsa. « - 
4° Quaestiones super libro Periermenias. - Incipit : « Utrum 
« de enunciatione sit sciencia. » - 5° Item super primo ana- 
lecticorum. - Incipit : « Circa primum librum analeticorum 
i< movetur questio. Queritur utrum sillogismus demonstra- 
« tivus sit. » — XV e SIÈCLE. 

Marqué : » Celestinorum de Métis. » - Ecritures diverses. 

Y' 643. In-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Donatus sive partes 
oralionis.- Incipit: •< Partes orationis quot sunt? Octo. Que? 
«Nomen, pronomen, etc. » - 2° Glossa super Donato. - In- 
cipit : « Partes oralionis quot, etc. Iste est tractatus magistri 
« Donati qui prima divisione. » - 3° Ista est prima editio 
Donati, grammatici urbis Romane, cum glossa incipiente : 
« Per hoc dicitur prima edicio denotatur. » -- 4° Régulas ques- 
tionum (grammaticarum), compositœ a magistro Petro. -In- 
cipit : « Magister. Que pars? Nomen. Quare? Quia significat 
« substanciam cum qualitate. » — Desinit : « Et sic de partibus 
« oracionis sufficiat. » - 5° Libellus de formatione verborum. 
- Incipit : « Prima presentis persona temporis indicativi. » - 
6° Petit traité de grammaire latine. - Incipit : « On doit 
« encommancier son latin par une de cez vi manières, si n'y 
« ait empêchement de construction , c'est assavoir par lou 
«nominatif, par lou génitif, par le datif, par l'accusatif, 
« par lou vocatif et par l'ablatif, can on singulier comme on 
«plurey. » - 7 Tractatus logicae. - Incipit : « Oratio est vox 
« significativa. » - 8° Tractatus suppositionum. - 9 Index 
verborum latinorum secundum ordinem alphabeti. - In- 
cipit : «Accepto, avi, atum, id est grate accipio, activnm. 
« Accidior, atus sum, etc. » — xv c siècle. 



222 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Marqué : « Celestinorum de Métis. » - Diverses écritures très-négligées. - 
6° Quatre feuillets. On lit à la fin : « Expliciunt principia composita et cetera. » 
- 7 Manque le commencement. On lit à la fin : « Explicit tractatus de sup- 
« positicionibus, ampliacionibus et appellacionibus. Iste supposiciones sunt 
« Johannis de Sancto Butone, et scripsit eas Hugo pro 6 denariis meten- 
« sibns. » 

N° 644. Petit in-quarto sur papier. - Joannis Sturmii in parti- 
tiones oratorias Giceronis dialogi. — xvn c siècle. 

Marqué : « Sancti Symphoriani Metensis. » 

645. In-octavo sur papier. - Enchiridium versuum. — 

XVIII e SIÈCLE. 

Recueil de maximes pieuses et de vers allemands et latins sur des sujets 
religieux. 

646. In-octavo sur papier. (Recueil.) - i° Hymnodia sacra. 
- 2° Conjugationum ebraicarum synopsis. — 3° Radiées 
linguœ sanctaa (scil. Hebraicae), rithmicis versibus. — 

XVIII e SIÈCLE. 

Marqué : « Sancti Martini de Glanderiis. » Signé à la fin : « Scribebat fr. Ru- 
« pertus Reginaldus. » 

647. Petit in-octavo carré sur papier. (Recueil.) - i° Liber 
Floretus. « Nomine Floretus liber incipit atque facetus. » - 
2° Tractatulus metricus de confessione. — Incipit : « Peniteas 
« cito cum sit miserator. » - 3° Principia quedam gramma- 
ticalium in vulgari. - Incipit : « Pour avoir queilque intro- 
« duction de congruité latine en commun parlé, est assavoir 
«premièrement que c'est appos et suppos, substantis et ad- 
« jectis, relatis et antécédent. » - 4° Vocabularius parvus. - 
Incipit : « Abacis. Abax. Abagarus. Abatis. »- Desinit : « Zin- 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 223 

«cala. Zincalamum. Zodoara. Jhesus Maria.» - 5° Gete 
comedia. — Incipit : «Grecorum studia nimium diuque se- 
■ cutus Ampbitrion aberat et sibi Geta cornes, d - Desinit : 
«Birria Geta hominem se fore quseque placent. » - 6° Ver- 
sus de Trojano excidio. - Incipit : « Pergama flere volo; fata 
« Danais data solo. » - 7 Versus Glaudiani de raptu Pro- 
serpinae. — 8° Secuntur invective quas fingit quidam de 
duobus hostiariis régis Henrici, quorum unus vocabatur Pi- 
rio, alter Tubonus; nain sibi sepius accessum ad regem 
negaverant. Et primo introducit Pirionem se jactantem. - 
Incipit : « A cena régis dum Pirio nocte rediret Ebrius, hec 
« socio ridiculosa refert. » — 9 Versus et extractiones ad 
vitam religiosam spectantes. - io° Modi distinctionum, sci- 
licet formalitates Scoti. - Incipit : « Septem sunt modi di- 
« stinctionum. » - 1 1° Tractatus de consequenciis. - Incipit : 
« Tractaturum de consequenciis pro juvenum directione. » 
- 12° Compendium fidei metricum cum expositione. - In- 
cipit : « Ante aliud jure fidei tu objecta require. Fidei qui non 
« assentit. » - 1 3° Theologia abbreviata. - Incipit : « In prin- 
« cipio intelligendum est quod sacra doctrina. » - i4° Qu sé- 
ria m expositio quantitatis verborum. - Incipit : « Panclere 
«proposai paucis, etc. Iste est prologus hujus sequentis opus- 
« culi quod non immerito dici potest Longibrevium. » — 



Marqué : « Celestinorum de Métis. Auctores minores. «-Diverses écritures. - 
3° Occupe seulement quatre feuillets. - 8° Se termine par ces deux vers de 
la réponse de Tubonus à Pirrio : .. 

Hec tibi, corve loquax, respondi garrula cornix ; 
Si tua vox croacras, et mea quequet habet. 

Et au-dessous : «Vos valete et plaudite. Calliopius recensui. » - io° A la lin . 
■ Expliciunt formalitates Scoti scripte per Johannem Dorin de Métis. • - 
1 1° Signé également : « J. Dorin. » 



224 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 648. In-octavo sur papier. - Recueil d'extraits dévots à l'usage 
d'un religieux. — xvm e siècle. 

Sans marque. 

649. In-quarto sur papier. (Recueil.) - i° Excerpta e scrip- 
toribus ecclesiasticis, tum antiquis tum recentibus. - 2° Le- 
çons sur la charité. - 3° Le tombeau de Jésus-Christ ou 
l'histoire de sa sépulture mise en forme de catéchisme. — 
xvm e SIÈCLE. 

Sur Ja première garde est écrit : «Recueil de D. Pierre Baillet. i 

650. In-seize sur papier. - Chronologica historia universa ab 
orbe condito ad Christum natum authore Joanne le Fran- 
çois, bacchalaureo theologo, necnon eloquentiae professore 
in Harcurio Lut. Paris, anno Domini m. dc lxxi. 

Marqué : « Minimorum Metensium. » 

651. In-octavo sur vélin. (Recueil.) - i° Incipit legenda 
beati Hugonis, episcopi Lincolniensis. - Incipit : « lllustris 
«sobolis clarissimi genitoris. » - 2° Tractatus vetustissimi 
pars posterior. - Incipit : « Superiore quidem libello per- 
« strinximus breviter de consolatione mortalitatis, de spe 
« resurrectionis; nunc planius ac validius de hisdem pro- 
« peramus dicere. » - 3° Nonnullse expositiones de verbis 
« sacrae Scripturœ. » - Incipit : « Ab eo quod scriptum est in 
« Ysaia propheta : Cantate Domino canticum novum. Cantate, etc. 
« Vita innovata, correcta anima, spiritu fervens. » - â° Ex- 
positio orationis Dominicœ. - Incipit : « Annua vobis Domi- 
« nica oratio ex pontificali doctrina. » - 5° Incipit Revelacio 
quedam facta ad quemdam monachum nigri ordinis de pé- 
nis inferni et gaudiis ceh, anno videlicet Dominice Incar- 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 225 

nacionis m. c. xcvj facta in Anglia. - Incipit : >< Lsu nolissi- 
« mum habetur quod diem sole post tenel)ras noctium. » - 
6° Excerpta e libro moralitatum per exempla. - 7 Incipit 
tracta tus Johannis de Piano Carpini de moribus et de bel lis 
Tartarorum. - Incipit : « Omnibus Christi fidelibus ad quos 
« presens scriptum pervenerit, frater Jobannes, etc.» - 
8° Ordo missœ et ejus significatio. - Incipit : « Dicit aposto- 
« lus ad Epbcsios : Induite vos arinatura Dei, ut possitis 
« stare adversus insidias dyaboli. Hec armatura est vestis 
« sacerdotalis. » -9 Hic incipit Summa sacerdotis, quam qui- 
libet sacerdos dicere débet in principio misse. - Incipit : 
« Summe sacerdos et vere pontifex, qui te obtulisti Dec 
« Patri. » — xï : , xm e et xiv c siècles. 

De la Chartreuse de Retlel. - 1° Ecriture du xin c siècle. Se termine par les 
miracles de saint Hugues : « Expliciunt miracula beati Hugonis. » Et de la 
même main : « Nota quod prefata miracula magis succincte sunt hic quam in 
« originalibus exarata. » — 2 , 3° et 4° Ecriture très-fine et très-régulière du 
\i e siècle. — 5° et 6° Entremêlés de feuillets de papier; cursive du xiv c siècle. 
- 7 Incomplet. S'arrête dans le chapitre intitulé : « Nomina principum Tar- 
tarorum. > — 8° On lit à la fin : « Ëxplicit ordo misse et ejus significalum 
« anno Domini millesimo ce. Ixx. tercio, Symphoriani et Thymothei. « - 
9 Quatre pages en grosse écriture gothique de la fin du xin" siècle. 

lV ()52. Petit in-quarto sur vélin. - Vitae Sanctorum et quaedam 
alia. — ix e et xi e siècles. 

Marqué : « Ex monaslerio S. Arnulphi. »- Pour feuillet de garde, un fragment 
d'écriture saxonique du ix c siècle, qui semble avoir appartenu à quelque traité 
de dialectique. Le manuscrit tout entier est écrit à longues lignes. Voici de 
quelles légendes il se compose : 

i° Vila sancti Audoeni archiepiscopi. xi e siècle. - 2" Passio sancti Mucii 
presbiteri, qui passus est in Amphibuli civitale sub Laodicio et Maximo die 
iij. id. Maii. xi c siècle. - 3° Incipit vita virtutibus insignis venerabilis ^Ermen- 
landi, abbatis atque conditoris monasterii quod nuncupatur Antrum provioliae 
-NamiKticaj, Ligeris amne undique vallatum. Écriture du ix c siècle. Le pro- 

\l \V Ut.s [ilIH.. \ . 29 



226 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

logue commence par ces mots : « Cum sacrosancla mater ecclesia eminentium 
« patrum quos preveniente gratia divinœ largilatis, etc. etc. » - !x° Martyrium 
sancti describitur hic Kyliani. Écriture du xi e siècle. Commence : « Beatus 
« Kylianus, Scoltorum génère, nobilibus ortus parentibus, etc. etc. » - 5° De 
anticristo quomodo nasci debeat. xi p siècle; même main que le précédent ou- 
vrage. Commence ainsi: «Heriberto, Coloniensi episcopo, Albwinus, suorum 
« omnium servorum ultimus, gratiam et pacem sempiternam. Ex quo, domine 
« pater, misericordiae vestrœ gratiam promerui, etc. etc. » Remplit l\. pages et 
demie.- 6° « Incipit vila vel passio (xi millium) sanctarum Virginum. Régnante 
« Domino noslro Jhesu Chrislo, cum post passionem, resurrectionem et ascen- 
« sionem, etc. etc. «-7° Ordo officii missae. « Primum in ordine missae antiphona 
« ad introitum canitur. Antiphona enim grœce, latine vox reciproca interpre- 
« tatur. »- 8° Traclatulus de parlu Virginis. Cet ouvrage commence par la ru- 
brique suivante, tracée en petites capitales : « Venerabili matrone Christi una 
«cum sacris virginibus, p. r. monachorum omnium peripsema, questionem 
« carissimae de partu beatœ Maria? Virginis, mihi nuper allatam, mihi persolvere 
«decrevi, quoniam vos eam plurimum amare non ambigo, ut ex hoc sciatis 
-quantum vos diligam, longe diu a puero vester alumnus, multo jam senio 
« confectns. » 

N° 653. In-octavo sur vélin. - Passiones et vita} sanctorum. — 



iMarqué dès l'origine : « Liber Sancti Arnulfi. «—Longues lignes. Les premiers 
et les derniers feuillets ont été tellement endommagés, qu'il serait impossible 
de discerner ce qu'ils contiennent. Les premières pièces lisibles sont : Mira- 
cula sancti Apri episcopi. — Passio sancti Cornelii papa3. — Passio sancti Cy- 
priani episcopi - Dedicatio ecclesiœ Sancti Michaelis in occiduis partibus, in 
monte qui dicitur Tumba. - Passio sancti Benigni. — Item SS. Simplicis et 
Feliciani 

654. In-quarto carré sur vélin. - SS. Odonis et Venantii vitœ. 

— XI e SIÈCLE. 

Marqué dès l'origine : « Liber S. Arnulfi. « - Longues lignes. - Le commen- 
cement de la vie de saint Eudes a été enlevé. Elle se termine par ces mots : 
« Quasi ex tritura areœ crebris verborum ictibus tunsis sequestratum a vitio- 
« rum paleis frumentum conferre ad dominicum horreum. » — La légende de 
saint Venance commence par ces mots : « Igitur sanctus Vpnantius Byturigi 
« terrilorii incola fuit. « 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 227 

N° 655. In-oclavo sur papier. - Collectanea ad usum alicujus 
religiosi. — xvn e siècle. 

De Reltel. — On lit sur le verso du premier feuillet : » Carthusiae Rulilanae 
« colleclus et conscriptus a devoto ac religioso pâtre Jacobo Nevirkirclier, ejus- 
« dem domus professo; requiescat in pace, sepullus Ruremundae, uhi hune et 
« plures alios ejusdem libros inveniens F. Jo. Naumer Rutilam remisil ad do 
• mura sua? professionis. » 

656. In-octavo sur papier. - Martyrologium romanum. — 

XVIII e SIÈCLE. 

Marqué : « S. démentis. iy63. » 

657. In-octavo sur papier. - Martyrologium ad usuin Garthu- 
siensium. — xvm e siècle. 

De Reltel. 

658. Petit in-quarto sur papier. - Les Evangiles en français 
et les Psaumes en latin. — xvn e siècle. 

Marqué : « A /lo. » Sans indication de provenance. 

659. Petit in-quarto sur papier. - Lettres du père Quesnel, 
l'Onguent pour la brûlure, et autres pièces concernant les 
différends survenus entre les Molinistes et les Jansénistes. 



Marqué : •> Minimorum Metensium. » 

660. Petit in-quarto sur papier. - Lettres des évêques, cha- 
pitres et autres corps" ou membres du clergé de France, 
relativement à la bulle Unujenhus. — xvm' siècle. 

Marqué : « Collegii Melensis Societatis Jesu. » - Plusieurs de ces lettres "sont 
d'un ecclésiastique de Metz. 

'■.' 



228 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 661. Petit in-quarto sur papier. - Autres pièces sur la bulle 
Uniqenilus. — xviii c siècle. 

Marqué comme le précédent. Presque tout le volume est occupé par un 
traité sous ce titre : « Réfutation du premier entretien ou dialogue entre un 
« docteur jésuite de Pont-à-Mousson et un abbé appellant de Strasbourg sur les 
« absolutions données par les appellans de la constitution Unigenilus au con- 
<• cile général. » 

662. In-octavo sur papier. - Petit traité sur les travaux de 
sainte Thérèse et sur l'estime qu'en doivent avoir les filles 
qui s'engagent dans son ordre. — xvn e siècle. 

Ecrit par une religieuse. 

663. In-octavo sur papier. - Repertorium ad usum alicujus 
prsedicatoris. — xvn e siècle. 

Recueil d'extraits ou plutôt d'indications avec renvois aux sources, écrit 
d'une écriture presque imperceptible, tant elle est fine. 

664. In-octavo sur papier. - Instruction sur la grâce, par 
demandes et par réponses. — xviii u siècle. 

665. Petit in-quarto sur vélin. - Traité des vertus et des vices. 
- Commencement : « Mes sires sains Jehanz dist, ou livre 
«de sa revelacion qui est appelleis Appocalipse, que il vit 
u une beste qui issoit de la mer mervillousement desguisiée 
« et trop espoantable. » - Fin : « Mais ci finerai ma maitière, 
« à la glore Nostre Seigneur, à cui en soit toute honour, qui 
« nous moinst en sa compaignie lai où est pardurable vie. 
< Amen. » — Commencement du xiv e siècle. 

Sans marque. — Deux colonnes. Les cinq premiers feuillets écrits de la 
même main que le traité et séparés de lui seulement par la rubrique : « Ci co- 
« mance li vij pachies mortus. » Ces cinq feuillets contiennent une exposition 
des dix commandements sous cette rubrique : «Ici comance les x comande- 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 229 

« mens de la loy. Li premiers commanclemnns est tielz. » Suit le texte . « Lou 
a premiers comandemant ke Deus comandait c'est cestui. » Le traité des vertus 
et des vices porte ces mots à la suite de la conclusion rapportée ci-dessus : 
• Cest livre compilait et fist . i . frères de l'ordre des Proichours, à la requaiste 
« dou roi de France Phylippe, en l'an de l'incarnation Nostre Signour mil 
» ii cens et sexante et deixeimes. Deo gratias. Et benois soit li dous nons de 
« Nostre Signour Jhesu Crist, nunc et in eternum et ultra. Amen. » 

N° 666. In-octavo sur papier. - Recueil de prières et d'instruc- 
tions sur la messe à l'usage d'un religieux. — xvn c siècle. 

Des Carmes de Metz. 

667. In-octavo sur papier. - Elévation intérieure de nostre 
bienheureux père monseigneur le cardinal de Bertille à 
Jesus-Christ nostre Seigneur sur Testât de ses soufrances, 
de sa mort et sépulture, avec la retraite pour la sepmaine 
sainte. — xvn e siècle. 

Sur la couverture : « Il faut laisser ce livre au Calvaire. » 

668. In-trente-deux sur papier. - Méditations à la sainte 
Vierge. — xvn c siècle. 

669. In-seize épais sur vélin. (Recueil.) - i° Obsecro en ro- 
mant. - Incipit : « Je te prie, très-doulce vierge Marie. » - 
2° Les heures de Rostre Dame à l'usage de Metz. - 3° Les 
vu Psaulmes. - [\° Vigïllez dos mors. - 5° Cy encommance 
les xv Joie Nostre Damme. - Incipit : « Doulce dame de mi- 
« sericorde, meire de pitié. » — xv c siècle. 

De Saint-Arnoul. - Grosse écriture gothique. Longues lignes. 

670. Petit in-octavo carré sur papier. - Instructions spiri- 
tuelles rédigées par une religieuse. — xvn e siècle. 

Grande écriture bâtarde du temps. 



230 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 671. In-octavo sur papier. - Méditations et prières. — 



XVIII e SIECLE. 



672. In-octavo sur papier. - Exercices spirituels pour une 
retraite de dix jours. — xviii c siècle. 

673. In-octavo sur papier. - Prières pour la journée d'une 
religieuse. — xvm e siècle. 

Etiqueté sur le dos : « Cœur de Jésus. » 

674. In-octavo sur papier. - Conduitte d'une âme qui dezire 
véritablement se sauver. — xvm e siècle. 

675. In-octavo carré sur papier. (Recueil.) - i° Le doctrinal/, 
des povres simples gens. S'ensuit dévote matière. - Incipit : 
« Cest présent livre en françoys extrait est de moult grant 
«prouffict. » - 2° Les enseignemens et doctrines que Salo- 
mon donnât à son filz et à nous tous. - Incipit : « Biau filz, 
« commence à Dieu servir, et com plus le serviraz mieux te 
« plairat. » — 3° De humilitez. — Incipit : «La personne se 
« doit tenir en humble sentement. » — 4° S'ensuit dévote ma- 
tière commant ung riche homme, en son dormant, luy fut 
adviz qu'ilz estoit mort et son ame dampnée, cornant lame 
arguyoit au corps et le corps à lame. - 5° Une disputacion 
entre l'ame dévote et Nostre Seigneur, dévote matière à folz 
gens. - Incipit : « Sire Dieu, dit l'ame, je diz que par droit 
« vous debvez avoir de moy mercy. » — 6° Cy commance 
ung très devotz traictiez des prérogatives qu'atz l'office de 
la saincte Messe, et des parties et cerimonyes d'ycelle, et 
commant on si doit préparer et avoir en contemplacion 
par devottes prières et meditacions. — Incipit : « Le prologue. 
« Devottes créatures, pour vous plus inflammer à devocion 
« et pour oyr la messe plus volentiers. » — xv e siècle. 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 231 

Des Célestins de Metz. - 4° Ecrit en vers. Voici le début : 

Or entendez pour Dieu, seigneurs, 
Que Dieu vous doient joyc et honneur! 
Je vous diray une merveille : 
Oncquc n'oysl(es) la pareille. 
Ne de si estrange matière 
Ne oystes la manière. 
Etc. etc. 

A la (in : « Explicit la vision du riche qu'ilz luy semblait qu'ilz estoit mois 
« et dampnez en enfer. Semblables vision lict-on en la vie de S. Philbert 

• l'hermite. » Suivi d'une autre petite pièce qui commence ainsi : « Cy com- 
mence ung ditiez notable selonc les hystoires du mistère de nostre redemp 

• tion. Et premier de Tannunciation Gabriel. 

Je te salue. Vierge pucelle, 
De celle joyc que tu receupt 
Quant à toy vint l'angle Gabriel 
Et t'apourlat ce doulx salut. 

N° 67(3. In-octavo sur papier. - Explication de l'oraison domini- 
cale. XVIII e SIÈCLE. 

677. In-octavo sur papier. - Méditations et exercices à l'usage 
d'un religieux. — xvin c siècle. 

678. Petit in-octavo sur vélin. - Le chapelet d'amour divine. - 
ïncipit : « Cy commence le prologue sur la composicion et 
«ordonnance du chappelet d'amour divine. La saincte Es- 
«cripture souvent a.comparé les vertus de l'âme aux (leurs 
« des arbres. » — xv c siècle. 

Des Célestins de Metz. - Le volume se termine ainsi : 

Et par ce moien icy fine 
Le chapelet d'amour divine, 
Escript de la main frère Phelippe, humble célestins. 

679. In-octavo sur papier. - Instructions sur l'olïice divin. 

— XVIII SIÈCLE. 



232 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 680. In-octavo sur papier. - Méditations et extraits à l'usage 
d'un religieux. — xvm e siècle. 

681. In-octavo sur papier. - Instructions spirituelles pour 
une maison religieuse. — xvn c siècle. 

682. In-octavo sur papier. - Instructions pour les fêtes du 
temps et des saints. — xvn e siècle. 

Marqué : « Ex libris congregationis domus et seminarii Metensis. » 

683. In-octavo sur papier. - Sermons pour le Carême. — 
XVIII e siècle. 

684. In-seize sur papier. — Rédactions sur les devoirs des re- 
ligieux, XVIII e SIÈCLE. 

685. In-trente-deux sur papier. - Recueil d'oraisons et de 
méditations pour aider les apprentifves de la congrégation 
Nostre Dame. — xvm e siècle. 

On lit. à ia fin : « A l'usage de sœur Anne Drouot. » 

686. Petit in-quarto carré sur papier. - Exercices spirituels 
propres à despouiller les religieux de toute vaine affectation 
et l'eslever à Dieu par voye de modification et vertu et très 
utiles aux âmes qui vivent religieusement en la vie sécu- 
lière, d'autant qu'ilz enseignent la saincte et tant nécessaire 
cognoissance et accusation et hayne de soy mesme, pour 
devenir solidement vertueux, par le R. P. Dom Sans de 
Sainte-Catherine, supérieur général de la congrégation de 
Nostre Daine de Feuillens. - Incipit : « L'entendement estant 
« en l'homme ce que la grande roue est en l'horloge. » — 

XVII e SIÈCLE. 
Marqué : « Monasterii S. Arnulphi. » 



BIBLIOTHÈQUE DE MET/. 233 

\ 687. In-octavo sur papier. - Constitutions pour la direction 
du monastère de la Présentation de Notre-Dame du tiers 
ordre de Saint-François étably en la ville de Metz. — 

KV1II SIÈCLE. 

688. In-seize sur papier. - Les statuts et constitutions du no- 
viciat des frères religieux carmes de l'Observance, — 

XVIII e SIÈCLE. 

Des Carmes de Metz. 

689. In-octavo sur papier. - Joseph ou l'Esclave fidèle, poëme. 

XVIII e SIÈCLE. 

C'est la copie d'un ouvrage imprimé à Turin en 1679. 

690. In-seize oblong sur papier. - Eglogues sacrées, dont l'ar- 
gument est tiré du Cantique des cantiques. — xvu e siècle. 

La première églogue commence ainsi : 

Incomparable objecl tic mes chastes désirs, 
Médecin de mes maux , source de mes plaisirs, 
Etc. etc. 

691. In-seize mince sur papier. - Lettre d'un religieux à son 
supérieur sur les Sibyles, par le père Baillet. — xvm e siècle. 

Sur la première garde : « De D. Pierre Baillet. » Cette épître commence 
ainsi : 

Zest! ne mange pas tant d'avoine 
Mais, Pégase, à l'ombre d'un moine 
Parcoure le sacré vallon 
Où se plaisoil tant Apollon , 
Etc. etc. 

Se termine : 

Partant tandem , mon cber prieur, 
Pierrot est bien ton serviteur. 

3 octobre 1730 
KAN. HE? BIBL. — \ 3o 



234 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 692. In-octavo carré sur papier. - Supplément à la philo- 
sophie de M. Descartes, par D. Robert Desgabez. — 

XVIII e SIÈCLE. 

693. Petit in-quarto carré sur papier. — Les vies des hommes 
illustres tant grecs que romains, tirées d'Amyot, par Claude 
Luyton. — 1 648. 

Signé d'une main plus moderne : « Georges des Aulnois. » Orné de dessins 
à la plume. 

694. In-seize sur papier. - Gebelthuch. — xvn e siècle. 

De Rettel. - Cursive allemande. 

695. In-seize sur vélin. - Psalterium. — xv e siècle. 

Du cabinet de M. le comte Wlgrin Taillefer. - Longues lignes, grandes let- 
tres or et azur; exécution élégante; une miniature au frontispice. 

696. In-seize sur papier. - Orationarium. — xv e siècle. 

Marqué : « Celestinorum de Métis. » Recueil de prières en latin et en fran- 
çais, principalement à la Vierge. Manquent les premiers et les derniers 
feuillets. 

697. In-folio sur papier. - Analecta Oliveiïana, sive miscel- 
lanea P. Oliverii Legipontis opuscula, epistolae, disserta - 
tiones, schediasmata, collectanea, adversaria, variaque ex- 
cerpta, ab eodem simul compacta. 

Volumen I, continens ejus idiobiographiam, etepistolas, 
aliaque minuta ad annum mdccl. 

698. Volumen II, continens ipsius idiobiographiam, systema 
societatis litterariœ germano-benedictinae, epistolas et reli- 
qua, ab anno jubilaeo ad mdcclv. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 235 

IN 699. Voiumen III, complectens ipsius et virorum illustrium 
ad eundem epistolas, aliaque minuta opuscula, ab anno 
\inccLV ad mdcclviii. 

700. Voiumen 1111, complectens opuscula, tum typis vul- 
gata, cum etiam nonnulla manuscripla. Eburi Moravorum 
an. 1751. 

La Bibliothèque des écrivains de Vordre de Saint-Benoit, par D. François, 
vol. II, donne le catalogue des nombreux écrits, tant imprimés que manus- 
crits, de Legipont. 

701. In-folio sur papier. - Historiae Marianae mcc ex Gum- 
penbergo s. i. sacerdote conscriptae,et a me indigno farnulo 
beatœ semper virginis Mariae Arnoldo Depre, professo Car- 
tusiano in Prùel prope Ratisbonam, descriptae hoc anno 
1715. 

Vente Lorette, 1 855. 

702. In-folio sur papier. - Copie du livre intitulé : Voyages 
du mont Sinaï et de Jérusalem, dont l'original a été dédié 
à Louis le Grand, roi de France, par M. de Morison, cha- 
noine de Tournai; la présente copie dédiée à messire de 
Bossern, baron de Schiffred, etc. par sieur Guilhaume 
Vivelle, l'année 1771. 

A Sarrelouis, le 3 janvier 1771. 

703. Petit in-folio sur papier. - Commentarius super quibus- 
dam titulis Digesti. — Fin du xvi e siècle. 

Très-mauvaise écriture. Incomplet du commencement et de la fin. 

704-705. In-folio sur papier. (2 volumes.) - Supplément au 
Dictionnaire des jardiniers, qui comprend tous les genres 

3o. 



230 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

et toutes les espèces de plantes non détaillées dans le dic- 
tionnaire de Miller, avec leurs descriptions puisées dans les 
meilleurs autheurs ou prises sur les plantes elles-mêmes, 
et l'indication de leurs cultures; par M. de Chazelles, che- 
valier, conseiller du roi en ses conseils, président à mor- 
tier du parlement de Metz, membre et ancien directeur de 
l'Académie royale des sciences et arts de la même ville. - 
1787. . 

Don de M. Joseph de Chazelles; testament de décemhre i863. 

N° 706, 707, 708. In-quarto sur papier. (3 volumes,) -Arbres, 
arbrisseaux, plantes, fleurs et fruits peints par le P* de 
Chazelles, pour être joints au Dictionnaire des jardi- 
niers, et Supplément qui en donne la description. A Metz, 
1796. 

Don de M. Joseph de Chazelles; testament de décemhre i 863. 

709, 710. In-quarto sur papier. (2 volumes.) - Traité des 
arbres fruitiers, contenant leur figure, leur description, 
leur culture, etc. Extrait du traité de M. Duhamel du Mon- 
ceau, par le président de Chazelles, en 1798, à Metz. 

Don de M. Joseph de Chazelles; testament de décembre 1 863. - Le peintre 
adresse ce petit ouvrage à sa chère fille Fouquet. (Ce titre est imprimé.) Les 
peintures à l'aquarelle que renferme cet ouvrage sont exécutées avec autant de 
finesse que de talent. 

711. In-folio sur papier. - Histoire de la guerre de Sept ans, 
commencée en 1756, terminée en 1763, par M. d'Archen- 
holtz, ci-devant capitaine au service de la Prusse. Traduit 
de l'allemand par M. le baron de Bock. — xvin e siècle. 

Manuscrit autographe du baron de Bock. Cet ouvrage, qui est divisé en 
deux parties, a été imprimé à Metz, en 1789, par C. Lamort; 2 vol. iu-12. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 17,1 

N° 712. In-quarto sur papier fin. - Le premier livre du Koran 

Texte arabe. Écriture récente et très-soignée. 

713. In-quarto sur papier. - Declarationes sacri concilii Tri- 
dentini. — Commencement du xvm e siècle. 

Vente Lorette, i865. - Marqué «à Nicolas pro r général de TÉvesché de 
• Metz, à Vie, 1728, » et « ad monasterium S" Arnulphi Metensis i 762. ■ 

714. In-quarto sur papier. - Livre de chant particulier à 
l'usage de l'abbaye royale de Sainle-Glossinde de la ville de 
Metz; mis en ordre et composé par M. Guillaume Haslé, 
prêtre, licencié en droit, prevost et chanoine de Saint- 
Pierre-aux-Images de Sainte-Glossinde. 

Dédié à très-illustre et révérende dame madame Marguerite Eleonor Hot- 
mail, abbesse de ladite abbaye. Le titre et la dédicace sont imprimés. Au bas 
du titre, on lit : « A Metz, chez la veuve de Brice Antoine, imprimeur du roy, 
«et de monseigneur l'Evêque, sur la place d'Armes, au Signe de la Croix. 
« m. dccxxxiv. » Mi-plain-chant, mi-musique ordinaire. A la fin, une table des 
différents morceaux : 3 messes, 2 Magnificat, 16 motets, 4 Domine salvum. 
7 Sub tuum, 22 antiennes. 

715. In-quarto sur papier. - Traité théologique musulman. 
De la chasse et du gibier au point de vue religieux. 

Acheté à Oran, et donné par M. Terquem. - Manuscrit arabe; très-belle 
écriture du siècle dernier. 

716. Formats divers. - Ecrits de M. de Gorcy sur divers points 
de médecine; correspondance, etc. 

Don de M. A. Malherbe. - Ecriture du siècle, de plusieurs mains. 

717. In-quarto. - Relation du combat de Navarin, livré le 
2 o octobre 1827. 

Don de M. Soleirol, 1859. - Deux plans, dont un manuscrit. 



238 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 718. In-quarto sur papier. - Notes sur la monnaie française, 
de Louis XIV à l'empereur Napoléon III, recueillies par 
M. Ad. Malherbe, conservateur de la bibliothèque de Metz. 

Don de M. Malherbe. 

719-730. In-octavo sur papier. (12 volumes.) - Catalogue 
méthodique et annoté d'une grande bibliothèque, peut- 
être celle de Dupré de Geneste. — xviii 6 siècle. 

719. Théologie. 

720. Histoire. 

721. Histoire ecclésiastique. 

722. Histoire romaine. 

723. Histoire de Fiance. 

724. Mélanges historiques. 

725. Histoire étrangère. 

726. Blason, antiquités. 

727. Histoire littéraire. Bibliographie. 

728. Bibliographie. Biographie. 

729. « Catalogue des livres qui sont en double dans ma bibliothèque. » 

730. Collection des petites républiques, imprimées par les Elzeviers Jans- 

son, Blaeu, Jean Maire, etc. 

Don de M. F. M. Chabert. 

731. In-octavo sur papier. - Notice historique et critique des 
ouvrages de Nicolas Edme Restif de Labretône, à Nanci, 
1812. 

Don de M. Chabert. 

732. Formats divers. - Spécimens d'anciennes écritures. — 
Du vm e au XVI e SIÈCLE. 

(Page 1.) Fragment d'une encyclique relative à la détermination et à la cé- 
lébration de la fête de Pâques. Cette encyclique est postérieure à la décision 
de l'empereur Théodose, dont elle parle. — Latin. Ecriture réglée du vm e siècle. 
Titre rouge. (2 feuillets in-4°.) 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 239 

(Page 3.) Fragment d'un ancien missel : l'Evangile selon saint Jean. - Lalin. 
Écriture du commencement du ix° siècle. (1 feuillet in-4°, écrit d'un seul côté.) 

(Page 4-) Fragment de l'Ancien Testament : Ézéchias ouvre et fait purifier 
le temple, que son père avait fermé et souillé. (IV, Rois, 18.) - Latin. Ecri- 
ture réglée du commencement du ix c siècle. (î feuillet petit in-folio.) 

(Page 5.) Fragments d'homélies. A la fin du feuillet 5 : « Explicit omelia 

xx; incipit ejusdem xxi. » Ces homélies traitent de sujets divers, notamment 

(feuillet g) de la résurrection et des objections faites contre ce dogme. - Latin. 

Ecriture réglée du commencement du ix" siècle. (6 feuillets in-folio à deux 

colonnes.) 

(Page il.) Fragments d'homélies, notamment sur l'avarice. — Latin. Ecri- 
ture du commencement du ix e siècle. (2 feuillets petit in-folio.) 

(Page i3.) Fragment d'un ancien missel. - Écriture saxonne du IX e siècle. 
Latin. Initiales enluminées, titres en rouge. (2 feuillets à deux colonnes, petil 
in-8°.) 

(Page i5.) Fragment de mélanges religieux : Evangiles avec passages notés 
pour l'intonation; Ancien Testament : le Songe de Nabuchodonosor. - Latin. 
Ecriture du x c siècle; initiales rouges; musique. (1 feuillet in-4°.) 

(Page 16.) Fragment d'une homélie : Récit d'un miracle arrivé dans les 
environs de Préneste à l'occasion d'une pauvre h Ile paralytique du nom de 
Romula. - Latin. Ecriture du xi c siècle; titre rouge. (1 feuillet in-4° à deux 
colonnes.) 

(Page 17.) Fragment d'un ancien missel. Prières pour diverses personnes 
et diverses circonstances : « Pro amico. Pro amico in tribulatione posito. Pro 
« femina viva. Pro mortalitate hominum. Pro bis qui a demonio vexantur. » - 
Latin. Ecriture du xi c siècle; initiales en rouge. (1 feuillet et demi in-4°.) 

(Pages 19, 21.) Semblable fragment : «Pro abbate defuncto. Pro pluribus 
« episcopis, etc. » Quelques versets sont notés pour l'intonation. (2 feuillets et 
demi in-4°.) 

(Page 23.) Fragment de l'Ancien Testament : Histoire du prophète Élie, 
avec paraphrase marginale, peut-être celle de saint Ambroise. (III, Rois, 19.) 
— Latin. Ecriture du xi e siècle (le texte en plus grosse écriture que la glose); 
initiales rouges et bleues. (2 feuillets in-folio réglés à 3 colonnes.) 

(Pages 25, 26.) Fragment des psaumes de David. - Latin. Ecriture du 
xi° siècle. La première lettre de chaque ligne ou verset, qui devait probable- 
ment être enluminée, manque. (4 feuillets in-8° réglés.) 

(Page 29.) Fragment d'un ancien missel. Prières pour diverses fêtes de 
l'année : « De festo sancti Johannis Baptistae. In sancto Laurentio. In Assump- 
« tione sanctae Mariae virginis. In Nalivitate beatae Mariae virginis. In festo 



240 . CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

" sancli Michaelis. ..» — Latin. Écriture du xi e siècle; initiales rouges. (2 feuil- 
lets petit in-folio h 2 colonnes.) 

(Page 3i.) Fragment d'un ancien missel. Vers la fin du deuxième feuillet, 
on lit : « Incipit ordo missarum matutinalium secundum consuetudinem 

«Sandi Sepulchri vel domus hospitalis Sancti Johannis Jerosolimitani » 

- Latin. Ecriture du xn c siècle; titres en rouge; initiales calligraphiées. (2 feuil- 
lets in-folio à 2 colonnes.) 

(Page 33.) Fragment de mélanges religieux. Ancien Testament : Commen- 
cement de l'histoire de Daniel. Réflexions pieuses, prières et divers passages 
notés. - Latin. Ecriture du xn c siècle; initiales rouges et enluminées. (2 feuil- 
lets in-folio à 2 colonnes.) 

(Page 35.) Fragment de dissertations théologiques sur divers sujets : «Que 
«ne se communie une fois l'an, il pèche mortement. Contre sous que ren- 
« chienl en pechies après lou communier. Contre sous que ont propre en re- 
« ligion. Comment proprieteit fait moult de mal en religion. Etc. etc. » - La- 
tin. Ecriture du xm e siècle; initiales ornées; titres en rouge. (1 feuillet et demi 
in-folio à 2 colonnes.) 

(Page 37.) Fragment d'un sermon ou d'une homélie sur le schisme et sur 
les interprétations nouvelles et dangereuses données aux Ecritures. - Latin. 
Ecriture du xm c siècle. (1 feuillet in-4°.) 

Pag. 38.) Fragment de l'Ancien Testament : Siège et sac de Jérusalem par 
Nahuchodonosor, sous le règne de Sédécias. (IV, Rois, 25.) — Latin. Ecriture 
du xm e siècle. (1 feuillet in-8°.) 

(Pag. 3g.) Fragment d'une homélie ou d'un sermon contre l'orgueil mo- 
nastique. Sur le recto du premier feuillet se trouve le curieux récit d'une ten 
talion suivie d'abjuration. -Français. Ecriture du xm e siècle. (2 feuillets in-£° 
à 2 colonnes.) 

(Page kl.) Fragment d'un ancien missel. — Latin. Ecriture du xiv° siècle; 
miniatures sur fond d'or; initiales ornementées. Musique. (1 feuillet in-folio à 
2 colonnes.) 

(Page /12.) Fragment de méditations religieuses : « Explicit Itinerarium vite 
« eterne, quod scripsit frater Jo. Hennequin in monasterio de Mets. » - Latin. 
Ecriture du xv c siècle; une partie du titre en rouge. (1 feuillet in-12.) 

(Pag. 43.) Fragment d'une musique religieuse ; « In vigil. sancti Au- 
« dree, etc. »- Latin. Ecriture du xvi° siècle. Lettre majuscule V, dans laquelle 
est représenté saint André devant sa croix. Miniature sur fond d'or. Lettres or- 
nementées. Ornements marginaux. (1 feuillet in-folio.) 

En tout /t3 feuiljets paginés au recto. 

Recueil formé avec des pièces trouvées clans d'anciennes reliures. 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 241 

N° 733. In-quarto sur papier. - Domaine de Cliâtean-Regnault. 
Pieds terriers, comptes, etc. pour Tannée 1 63 1 . — Copie 

du XVIII e SIÈCLE. 

Marqué à : « Perin , conseiller à la Cour royale de Metz. » Sur une des feuilles 
de garde, on lit : «Cette copie a été collalionnée à l'original en parchemin; 
« ainsi elle est exempte de fautes, si ce n'est de celles qui pouroient résulter 
« de l'illisibilité de certains mots. » 

734-738. In-octavo sur papier. (5 volumes.) - Impressions 
de théâtre. Notes, sur plusieurs artistes célèbres et sur un 
grand nombre de pièces, recueillies par M. A. Soleirol, de 
i84i à i848. 

Don de M. Justin Soleirol, i863. 

739. In-octavo sur papier. - Notice sur les premières distri- 
butions des rôles dans les pièces de Molière, par M. A. So- 
leirol. 

Don de M. J. Soleirol. - Ecriture du siècle. M. A. Soleirol, ancien chef de 
bataillon du génie, est auteur d'un livre qui a pour titre : Molière et su 
iruupe (Paris, Renou, i858, broch. in-8° de i3i pages). La notice sus-indi- 
qciée a servi à la composition de cet ouvrage. 

740-741. In-octavo sur papier. (2 volumes.) - Catalogue des 
gravures de la collection de M. A. Soleirol sur le thécître. 

Don de M. J. Soleirol. - Écriture du siècle. 

742. In-douze sur papier. - Catalogue d'un nombre considé- 
rable d'ouvrages sur le magnétisme. 

Ecriture récente. 

743. Petit in-octavo sur papier. - Prières et méditations re- 
ligieuses. 

Texte moitié en allemand, moitié en français. 

M\>. DES B1BL. — V. 3l 



242 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

N° 744. Petit in-octavo sur papier. - Géométrie. — xvin c siècle. 

Vient de la bibliothèque de Deux-Ponts. - Le titre seul est en français; le 
surplus est en allemand. - Ecriture très-nette et fort lisible. 

745. In-douze sur papier. - Geistlichen Sendbrief (Epîtres 
spirituelles). — xviif siècle. 

Texte allemand. 

746. Petit in-octavo carré sur vélin. - Antiphonarium. — - 
Fin du xvi e siècle. 

Incomplet du commencement. Les feuillets k et 5 sont d'une écriture beau- 
coup plus récente et en papier. Ils ont été intercalés dans le manuscrit pour y 
combler une lacune. 

747. In-douze carré sur ve'lin. - Opuscula varia S. Bernardi. 
— XIII e siècle. 

Ecriture du xm e siècle, à lignes très-serrées; tracé à l'encre rouge avec une 
grande finesse. Le recto du premier feuillet est occupé par un index alphabé- 
tique contemporain du manuscrit. Cet index n'a pas été terminé. Bonne con- 
servation. Relié comme tous les manuscrits provenant de la Chartreuse de 
Rettel. 

i° Incipit epistola beati Bernardi, abbatis Clarevallensis, missa ad fratres 
de Monte Dei (de vita solitaria). 

2° Incipiunt meditationes beati Bernardi de contemptu mundi. 

3° Incipit tractatus beati Bernardi de conscientia. 

4° Incipit tractatus de apertione cordis. 

5° Incipit Iractatus beati Bernardi abbatis de gradibus humilitatis. 

6° Incipit tractatus beati [Bernardi] de vitae ordine et morum instilutione. 

7° Incipit tractatus de fuga pueri et reductione. 
■ 8° Incipit prologus in libellum de triplici via Syon in contemplatione. 

748. In-quarto sur papier. - Style du Parlement de Metz. — 

XVIII e SIÈCLE. 

C'est une des nombreuses copies, à l'usage des études de procureur, d'un 
ouvrage qui a été imprimé plusieurs fois à Metz. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 243 

N° 7A9. In-quarto sur papier. -Catalogue de la bibliothèque de 
M. le comte Emmery. 

Écriture du siècle. - Manuscrit autographe de M. Emmery. 

750. Dissertations médicales, consultations, correspondance 
et écrits divers sur la médecine et la chirurgie provenant 
des papiers du docteur Louis. — xvni c siècle. 

Don de la famille de M. de Goney. - Trois carions renfermant des pièces 
de différents formats, la plupart écrites par le docteur Louis. 



244 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 



DEUXIEME PARTIE. 



SUR L'HISTOIRE DE METZ, DE LORRAINE 
ET DES TROIS-ÉVÊCHÉS. 



JURISPRUDENCE MESSINE ET LORRAINE. 

N° 751 [1] l . In-folio sur vélin de 2 5 e sur 29. - « Cartulaire de 
« la ville et cité de Metz sous les Empereurs, autrement Re- 
« cueil des chartes, privilèges et loix constitutives de la 
« République messine. » Au-dessous de ce titre, d'écriture 
moderne, on lit : « A Dom Jean François, » et plus bas, dans 
un encadrement calligraphié : «Ecriture de i3y2 quant 
« au gros de l'ouvrage, mais plus ancienne quant aux huit 
«premiers feuillets. Voyez la fin de la table, où l'écrivain 
« a omis les trois ccc. » — xiv e , xv e et xvi e siècles. 

Provenant des archives de l'hôtel de ville. — Réglé. — Reliure en maroquin 
rouge. Encadrements dorés sur les plats. Sur le dos on lit : « Cartul. de Metz 
« sous les Emper. » Gardes en papier peigne. 

Le manuscrit se compose de io4 folios paginés à chaque recto, à l'encre 
rouge et en chiffres romains et gothiques jusqu'au fol. 9^, à l'encre noire et 
en chiffres arabes et modernes depuis ce folio jusqu'à la fin. 

Ecritures de différentes mains. i° L'écriture du premier cahier, dont parle 
Perrotin, s'arrête visiblement au verso du fol. 8. 2° La transcription de Per- 
rotin se continue jusqu'au bas du fol. 70 (dans ces deux premières parties les 



1 Les numéros mis entre crochets représentent l'ancien numérotage du fonds historique des ma- 
nuscrits de la hihliothèque de Metz. 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 245 

titres sont en rouge). 3° L'écriture est continuée jusque sur le recto du fol. 90 
par une main contemporaine de celles qui ont tracé les deux sections qui pré- 
cèdent. Les litres ici sont en noir. Ils sont répétés en rouge soit en marge, 
soit au-dessus du titre lui-même. Ces diverses copies sont en écriture du 
xi\° siècle. /i° A partir du fol. 90, au verso, l'écriture date du xv° siècle. La 
dernière pièce est du xvi° siècle. Longues lignes. 

La première lettre du titre de la table, celle du recueil et celle de la trans- 
cription de Perrotin sont calligraphiées avec art et beaucoup de soin. Les ini- 
tiales des atours dans le manuscrit sont alternativement rouges ou bleues. 

Le recueil débute par une table. Cette table, disposée sur deux colonnes, 
occupe 2 folios non paginés. Voici son titre : « La rebriche de cestui livre se 
«contient tout en ceste table que si s'ensieut. Primo. » Au recto du fol. 2 de 
la table, on lit, à la fin de la i rc colonne : « Et je Jessons Perrotins de Couvin, 
« qui ait fait et escrit lez atours qui en cest livre sont mis et ordeneis par la 
« manière qui s'enxieut, prieis pour li. Qui furent fineis et asseuis le jour saint 
« Lorent martir, l'an lxxii. Mais il ne fist miez le premier cohier dou livre des- 
« susdit. » Suivant en cela une coutume répandue au xrv e siècle, l'écrivain a 
supprimé l'indication du siècle dans la date qu'il donne. Jusque-là les diffé- 
rents articles de cette table commencent par des signes bleus et rouges indi- 
catifs des alinéas. Les renvois sont en chiffres romains rouges. A la suite de la 
mention de Perrotin , l'écriture de la table change, elle est plus moderne (xv c et 
xvi° siècles) et d'une encre uniforme. Cette dernière partie est incomplète. 

Fol. 1 recto. « Cornant com doit faire lou maistre escheving (i3oo). » 

Fol. î verso. «Lettres dez courdeliers que ne pueent estre mainbours 
«(i358).» 

Fol. 3 recto. « Atours cornent com se doit traire d'un pairages (1367). » 

Fol. à recto. • Li lettre des fourains sus coi on font c solz de damaigez 
« (i3oo). » 

Fol. 4 verso. « Cornant com doit ajorner à meis et à la maixon (i326). » 

Fol. 5 recto. « Li lettre com ne puet riens leueir (louer) sus lez degreiz de 
« chambre (i3o5). » 

Ibid. « Cornant que li amans ne doient penre nulz crans à l'avesque Renaît 
» ne à cez freires de dattes (debte) prestées (i3o8). » 

Fol. 5 verso. « Des cloien que ne pueent estre fuers de maimburnie 
« (i3yo). » 

Fol. 6 recto, a Cornant li bouchiers doit remettre lour sayn (1239). » 

Ibid. Lettrez dou passaige des Allemans (i366). 

Fol. 6 verso. « Con ne puet fiancier femme se par l'acord des amin non 
• (1291).» 



240 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Fol. 7 recto. « De l'argent des ij pars de lai ville (128/i). » 
Fol. 7 verso. «L'atour des drepz con ne puet pluix guerdeir (1371). » 
Fol. 8 verso. « Cornant com puet racheteir cens à chiece deu (i3o3). » 
Fol. 9 verso. « De ceulx qui ne volrient prenre leur bannissement et qui 
« le brixeroit (1 295). » 

Ibid. «Cornant que li hons se puel faire panre son banement lui meisme 
» quant il est bannis (i358). » 

Fol. 10 recto. «La lettre dou maistre eschevinggne (i322). » 
Fol. il recto. « Li lettre des molins combien on doit panre de motures 
« (i328).» 

Fol. 1 1 verso. « Cornant con ne se puet alieir à arcevesquez ne à evesquez 
< ne à duc ne à contes (1297). » 

Fol. 12 recto. «Des contes (i326).» 

Fol. 12 verso. « Atours con ne doit niant donneir as nosses (i353). » 
Fol. i3 reclo. « Des rendaiges con ne puet demandeir pardevant les trezes 
« et des eschevins ( 1 3 1 5 ) . » 

Fol. i3 verso. « Atour con ne puet tenir boule (12 44 )• • 
Entre le fol. 1 3 et le fol. i4 se trouve intercalée une loi ou disposition re- 
lative à la revendication d'héritage. Cette loi débute ainsi : « Qui qui onques 
« feroit adjorneir homme ne femme par devant lez treses et reclameroil 
« el demanderoil heritaige dont il dist com len feyst tort et cilz ou celle, 
« qui etc. etc. » Voici la un : « Ceu fuit fais le premier mairdi cfaiviïlz quant 
« il ot à milliaire m. ccc et xvi ans. » 
Fol. i4 recto. «Des mairiez (i25o). » 
Fol. i4 verso. « Atours de monoie par xxxix (1 33g). » 
Fol. i5 recto. « Com ne puet panir dame (i3o4). » 

Ibid. « Cornant li sires Ademars evesques de Mes ne puet raicheteir la 
« vouerie de Mes (i345 « .) 

Fol. i5 verso. « Dez bloquelz et dez fagos ( 1 357). » 
Fol. 16 recto. « L'acort de la clostre dou grant moustier (i3i5). » 
Fol. 17 recto. « Cornant com doit demeneir 1 homme à meis et à la maison 
«quant on ne km puet trouveir en Mes (1370). » 

Fol. 18 recto. « Atours des trois eschus et des adjourneis (i3Ô2). » 

Fol. 19 recto. « Cest li lettre cornant com doit raier les golz (1 338). » 

Fol. 20 verso. « Lettrez des vignours (i355). » 

Fol. 22 recto. «Lettrez des maistres dez changes (i358). » 

Fol. 2 3 recto. « Exurement de ceaulx que amonient vins (i3oo). » 

Fol. 2/1 recto. «Dou pavour (i3i5).» 

Fol. 20 recto. «Trezes prudomes sus les trezes (i3i2). » 



Foi. 2 G recto. 
.(i356.)» 

Fol. 2 fi verso. 
Fol. 27 recto. 
Fol. 27 verso. 
« doient demcneii 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 247 

Fxurement des marchans qui vanront acheleir leinnes 



Li lettre de la monnoie ( 1 3 3 'i ) . » 

Des wardes et clez fiez (i358). » 

Des wagieres que cil de Mes praneut cornant qu'il s'en 

i3i5).» 

Ibid. « De ceulx qui uxent fuer de lor ordre (i3o4j- 

Fol. 28 verso. « De ceulx qui non pueent uxir de l'ordre (i322 

Fol. 29 verso. « Item (i332). » 

Fol. 3o recto. "C'est li lettre dou changeour de la ville (i3j(i 

Fol. 3i recto. « C'est li lettre cornant com ont défiait lou grant 'maistre et 
« (|ue jauiaix n'en puel nulz avoir (i336). » 

Fol. 3i verso. « Li lettre dez contes (i326). >> 

Fol. 32 recto. 1 Li lettre dez ewars (i324). » 

Fol. 33 verso. « Atours dez muniers (i35o). » 

Fol. 35 verso. « Atours dez mestiers (i366). » 

Fol. 37 recto. «Cornant cou doit recevoir 1 homme qui doit estre bourjois 
de Mes (1317). » 

Fol. 37 verso. « Des prudomes (i3i3). » 

Fol. 38 recto. « Des dous maistres com l'ait en l'ospilal (i3i/i 1, » 

Fol. 4o recto. -■ Lettre des pavours (i3o3). » 

Fol. 4i recto. «Dou respit avant lez xv jors que cis que [seraient] pris 
dez ténors doient avoir (i358). » 

Fol. /12 recto. « Li lectre dou pois de la ville ( 1 3 4 1 ) . » 

Fol. 42 verso. « Con ne puet tenir boule après cloche sonant 120 > . 

Ibid. « Li maiours et li doiens ne pueent niant panre on marchiet de Mes 
• ^i3oi). ■• 

Ibid. «Lettres cornant que li maiours ne li doiens ne pueent mettre autre 
pour oulz et ne se puent départir de la ville lor année ( 1 3 /l o ) . » 

Fol. 43 recto. « Atours de la ville jugies et establis par lou sigo. Huez (ios 
maistre escheving cornant com puet vandre son eritaige et cornant con se doit 
' maintenir des champs de batailles et d'autres plusours pains (121 5). » 

Fol. 43 verso. « Cornant com doit ajorneir à meis et à la maison f 1 32C > 

Fol. 44 recto. «Dez pardezours (i3i/|). » 

Fol. /i5 verso. « Cornant com axeuret 1 homme viii jours (1 3o6 . > 

Fol. 46 recto. «Cornant com font lou maistre escheving par lou princier 
et par lez'abbcis ( 1 3 x 6 ) . « 

Fol. k~] verso. « Des dous pars de la ville (i3o/i). » 

Fol. 48 recto. « Dou pois de la ville et dez balances (i3o(> . 



248 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Fol. 48 verso. « Cornant que li mutiers ce doient demeneir au feu (i32o). ■■< 
Fol. 49 recto. « Des dous pars de la ville (et qui parle des trésoriers) 

. (i3i3). » 

Fol. 5o recto. «De ceulx qui ne pueent porteir conteis et d'autre choses 

« (1 254). » 

Fol. 52 recto. « Landefrite. Cornant li paraigesy doient estre partis (i346). » 
Fol. 53 reclo. « C'est li atours dez heritaiges con ne puet plaidier mais que 

« devant la laie justice (i3o5). » 

Fol. 54 recto. « Lettre cornant con ne puet refuseir lez sacremens à ceulx 

« qui sont confesseis à lor cureis (1.337). " 

lbid. «De ceaulx de nos citains qui tienent ou tenront waigierez contre fo- 

« rains. Cornant qu'il les doient avoir à teil pour faire raison cil prenoient 

« niant clou nostre, ou en s'en panroit à la waigiere (i35o). » 

Fol. 55 recto. « Lettre de Sainte Creux pour lez chandelieres de cyre 

" (i36o). » 

Fol. 55 verso. « Dez bans con doit chessier des l'un anal plais jusc'as autres 

« (i3io).» 

Fol. 56 verso. « Dou cours dez cordelières (i3io). » 

lbid. « Atours qui ferroit homme devant lou grant moustier (i3io). » 

Fol. 57 recto. «Cornant li maistre escheving se doit donneir lou premier 

« eschevignage (i3i3).» 

Fol. 58 recto. « A ceulx qui vendent heritaiges parmi aucuns cens qu'il 

« doient con puet raicheteir et on non puet racheteir. Cornant il doient estres 

« punis (i3Ô7). » 

Fol. 58 verso. « Atours des wastelliers et des boulengiers (i335). » 

Fol. 5 g recto. « De ceulx qui panroient waigierez , s'on lez destruoit con nés 

« en repanroit de riens (1220). » 

Fol. 59 verso. « Cornant on ne doit remettre xeux (1247). » 

lbid. « Atours dou fumeroit dou champausaille (1268). » 

lbid. « Cornant con ne doit donneir nulz poyssons l'evesque des deniers de 

« la ville (1260). » 

lbid. «Des doiens (1260). » 

Fol. 60 recto. «Dou maistre escheving dit pour droit (1 245). » 

lbid. « Cornant cilz de Toulz doient estanchier lor deymes ce li os estoit 

« devant Mes (1 257). » 

lbid. « Li lettre que li peire (et li filz) ne li dui filz ne pueent estre amans 

«d'une peroche (1260). » 

lbid. « Cornant que cilz des chambres l'emprour doient estre quittez dez 

« tonneurs (i3o3). » 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 249 

Fol. 60 verso. «Dez mutiers qui ne pucenl habcrgier homme qui viengne 
« querre vins (12/ii). » 

Ibid. «Cornant li paraige Saint Martin doit avoir la mairie (i252). » 

Ibid. « Dez mutiers (1298). « 

Fol. 61 recto. « Lettrcz delà cimetière de Sainte Creux devant Mes ( 1 3 49)- » 

Ibid. « Cornant con ne puet mettre main à homme d'arme (i3o6). » 

Fol. Ci verso. « Alour de Tavve con ne puet poixier (i33i). » 

Ibid. « De ceaulx con ne puet arresleir (1221). » 

Fol. G 2 recto. « D'anjueleir femme (i.3o6). » (Loi somptuaire.) 

Ibid. « Cornant lez mairies se portent (i2Ô6). » 

Fol. G2 verso. «Don tier et des dous pars de la ville ( 1 2 44)- » 

Fol. G3 recto. «Con ne se puet rambre por prise (1274). » 

Ibid. « Con ne doit houteir feu sens congier de justice (i3o2). » 

Fol. 63 verso. « Li trezes pour ceulx de S 1 Pierre (129/1). » 

Fol. 64 recto. «Pour la robes lou clers lez trezes et lez valas lez trezes 

■ (i3o6). » 

Fol. 64 verso. « Exurement de ceaulx qui font lez draps (i322). » 

Ibid. « De forains prcslair sans lou consol de Mes (1288). » 

Fol. 65 recto. « Qui prant pan et non met à justice (1279). » 

Fol. 65 verso. « Li lettrez dez amans (i3o4). » 

Fol. 66 verso. «Item allia (i3o6).» 

Fol. 67 recto. «De faicort dez paraigcz (i25o). » 

Fol. 67 verso. « Li lettre dez aunours (i322). » 

Fol. 68 verso. « Des quarrons (recherches) dez biens de fuers yssus (i326). » 

Fol. 69 recto. « Exuremens de ceulx qui amoinent x pois de îcnne ou plus 

« (l302). » 

Fol. 69 verso. « Li lettre clou raport dez vignes de planlierez ( 1 34 1)- » 
Fol. 70 verso. « Dez ij freires ou li peires et li filz ne pueent estre trese en- 
samble ( 1 3 5 4 j • » 
Fol. 71 recto. • Atour comment que nulz officiers ne doient rien prenre 
» fors que les treses que pueent prenre leurs wastelz et bachet (1.373). » 

Fol. 72 recto. « Atour comment lez treses doient faire serment la vigille 

■ Chandeleur et qui parollet du fait dez vii de la guerre (i373). » 

Fol. 72 verso. «Des exuremens des fourains que lez treses et les sepi 

■ donnent. » 

Ibid. « Le serment que lez treses nouvelz doient faire à fevesque. » 
Fol. 73 verso. Traité entre le duc de Bar et la Cité (1.370). 
Fol. 74 recto. « Atour des meix et maisons (i382). » 
Fol. 76 recto. « Atour de la bullette par iii c lxxix. » 

MAK. DES DIBL. V. $2 



250 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Fol. 77 recto. » Atour de la bullette par mil iii c et iiii xs ans. » 

Fol. 77 verso. « Atour des parsons faire (1387). » 

Fol. 79 recto. « Atour des plaidiours (1892). » 

Fol. 80 recto. « Atour de waldrinowe (1392). » 

Fol. 81 recto. « Atour comment on doit faire lez officier et eslire par ser- 
« ment (1389). » 

Fol. 81 verso. « Atour des chaptelz (i3g/i). » 

Fol. 82 verso. « Atour dez lettres à xirier fuer d'arche (i3g4). » 

Fol. 83 recto. « Atour des convenancez (1396). » 

Fol. 84 recto. « Littere majestatis régie super banno (1399). » 

Fol. 85 recto. Traduction de cette lettre. 

Fol. 8G recto. « LitterernajestatisregiesuperducatuLucemburgensi (1399). » 

Fol. 86 verso. Traduction de celte lettre. 

Fol. 87 recto. « Li premiers estaublissement des amans (1 197). » 

Fol. 87 verso. « La confirmacion de l'establissement des amans (1199).» 

Ibid. « Des muniers (i35o). » 

Fol. 90 recto. B. justicier de la cour de Wenccslas, roi des Romains, fait 
mettre en liberté des habitants de Metz qui avaient été arrêtés (i3g9). 

Fol. 90 verso. « Atour des chainges (1421). » 

Fol. 91 recto. « Atour du maistre eschavignage fait par xiiii c et x,l ans. » 

Fol. gi verso. « Atour du maistre eschavignage par xiii c et Ivi ans. » 

Fol. g2 verso. « Atour que lez plaidiours ne clerc aient nulz dons destaiez 
■ et que on ne facet nulz estai sans cause soubz poine de xx livrez (i443). » 

Fol. g3 reclo. « Atour de la bullette par xiiii et vi. » 

Fol. 96 verso. « Atour des estrangiers et de ceulx qui ont forteresses et forte 
« maisons (1/161). » 

Fol. 97 verso. Atour sur le même sujet. Une note qui se trouve à la fin 
indique que cet atour, qui porte la date du 2 août i434, a été abrogé et rem- 
placé par le précédent. 

Fol. 98 verso.. « Atour condit fatour ss r Thiebal Bataille (1397). » 

Fol. 101 recto. Acte de réception d'un clerc des Treize (i3g3). 

Fol. 102 recto. «Le contremand de la neif de Thionville (1477)- • 

Ibid. «La revocacion dud. contrement (1477). " 

Ibid. « Le serment que tout estraingiers doient faire eulx sejournans cer- 
« lenne espace de temps. » (Une note indique que la formalité du serment 
déféré aux étrangers fut ordonnée à l'occasion du séjour à Metz de M. le bà 
tard de Calabre et de ses gens.) 

Fol. io3 recto. Etablissement des amans (1197). 

Fol. io3 verso. Confirmation de cet établissement (1198). 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 251 

Kol. io3 verso. Disposition relative aux actions à introduire contre les 
étrangers (i32i). 

Fol. îo/j recto. Ordonnance de 1^29 sur la justice. 

Au \erso du dernier feuillet, ayant servi de couverture au manuscrit avant 
sa reliure, se trouvent mentionnées : « Les marches contre les seigneurs. » Au- 
dessous sont énumérés : « Les Weis. » 

N° 752 [2]. In-folio sur papier de 32 e sur 20. - Analyse du ma- 
nuscrit précédent. — Titre moderne sur le 1" folio non 
paginé : Analise du grand cartulaire de la cité de Metz, à 
Dom Jean François. — 1 7q3. 

Des archives de l'hôtel de ville. — Ecriture du xvnr" siècle. Reliure en maro- 
quin rouge; ornements dorés sur les plats. Titre : «Cart. de Metz. » Doré sur 
tranche. 

Ce manuscrit se compose de deux parties. La première est le résumé syn- 
thétique des matières renfermées dans le manuscrit précédent et renvoie à la 
seconde partie, qui est l'analyse, en suivant l'ordre du recueil, des pièces de 
ce même manuscrit. 

La première partie, paginée au crayon, se compose de -2 à pages. Elle est 
intitulée : « Table. » Les pages notées sont celles de l'extrait. 

La seconde partie se compose de 117 pages, numérotées à l'encre. Elle est 
intitulée : « Extrait du Cartulaire de la ville de Metz. » 

753-754 [3-4]. In-quarto sur papier de 28 e sur 21. (2 vo- 
lumes) — Atours en matière de police et de finances et 
jugements rendus par le Maître-Echevin et les Treize de la 
cité de Metz sous les Empereurs. — xv e siècle. 

Des archives de l'hôtel de ville. -Marqué à : « Dom Jean François. » -Reliure 
en veau rouge. - Le premier volume contient 187 pages, le deuxième 121. 

Le premier volume, qui est annoté sur les marges de la main de Paul 
Ferry, commence par : « La tauble de cestuit livre où sont plusseurs des or- 
• denance de la citeit formant 6 pages. 

Vient ensuite : « Ce sont ly droit Monss r l'evesque. » 

11 se termine par : « Comment un homme et une femme se départent par- 
« devant M" lesTrezes, san la court (iA52). » Anciennes copies du greffe de 
l'hôtel de ville de Metz. 

32. 



252 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

A la fin de ce volume, ont été attachées les pièces originales suivantes : 

i° Lettres du duc de Lorraine à la cité de Metz, en i4qi, relatives à la 
conspiration de Jean de Landremont; 

2° « S'ensuit la depposicion et confession de Jean de Landremont, touchant 
« l'entreprise par lui conspirée à l'encontre de la citeit de Mets, sur l'exament 
» et interrogacion de Messieurs de la justice de la dicte citeit, par la manière 
« cy après declairée; » 

3° Le testament de Pierre Baudoche (citoyen messin de famille patri- 
cienne) , du 17 juillet i5o5. - 12 pages. 

Le deuxième volume commence par : « Alour faisant mention comment les 
« amans furent premièrement fait en Metz, l'an mil c. iiij xx xvij. » 

Il se termine par la pièce intitulée : « Ceu est li mainiere et li estaublisse- 
« ment de la paix de Metz. » 

La première pièce est reproduite une deuxième fois à la fin du volume. 

Anciennes copies du greffe de l'hôtel de ville. 

N° 755 [5]. In-folio sur papier de 32 e sur 22. - Copies d'atours 
et spécialement de règlements concernant les corps de mé- 
tiers de Metz. — Commencement du xvn e siècle. 

Des archives de l'hôtel de ville. - Marqué à : « Dom Jean François. » - Relié 
en veau. - 096 pages. 
1 Le volume commence par une table alphabétique des corps de métiers de 

la cité de Metz. 

Le premier alour est ainsi intitulé : « Atour ou Régime et gouvernement des 
« sieurs moynes et religieux de Saint Vincent, » daté du 2 avril i3o/i. 

Le dernier est relatif aux règlements et ordonnances pour les paveurs de la 
cité, du 2 5 avril i/iil\. 

Expédition de greffe concernant les règlements des corps de métiers, pen- 
dant les xiv e , xv e et xvi° siècles. 

756 [6]. In-folio sur vélin de 37 e sur 26. - Règlements rela- 
tifs aux maltôtes et à la bullelte. (On appelait mallôte un 
impôt prélevé sur la vente de certaines marchandises. La 
bullette était le droit payé à chaque mutation immobilière. 
Mention du payement de ce droit était faite sur le contrat 
auquel on attachait 1 empreinte du sceau ou bulle de l'ad- 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 253 

ministration. La bullette, on le voit, correspond à l'enre- 
gistrement.) XV e SIÈCLE. 

Des archives de l'hôtel de ville. - Relié en veau. - 78 pages. 

Les règlements fiscaux contenus dans ce volume ont été dressés en 1/106, 
comme l'indique l'atour d'institution de ladite bullette, transcrit à la fin du 
volume et daté du 17 octobre 1/106 (imprimé dans le recueil des édits enre- 
gistrés au parlement de Metz, par M. Emmery, avocat, t. I, p. 63-06). A la 
page 36, se trouve un autre atour de la bullette du 23 février 1 525 , transcrit 
postérieurement. 

Volume d'une exécution somptueuse, écriture cursive lleurie, ornée de let- 
tres initiales en miniature. Le I er feuillet est occupé par une miniature re- 
présentant un ange vêtu en diacre, portant l'écusson des armes de Metz, mi- 
parti d'argent et de sable. Le volume est couvert d'une très-ancienne reliure 
en veau blond, avec plaques et fermoirs en cuivre, sur lesquels sont gravées 
les armes de la cité. L'impôt de la maltôte et celui de la bullette se prélevaient 
encore en 1717, époque à laquelle M. Georgin de Mardigny, procureur du roi 
à Metz, fit imprimer ce manuscrit, sous le titre de : « Atours et sentences des 
« maltôtes de la ville et cité de Metz» (Metz, chez Jean Collignon, 1717, 
in-4°). 

N° 757 [7]. ïn-folio sur vélin de 37 e sur 25. - Règlements rela- 
tifs aux maltôtes et a la bullette. — xv e siècle. 

Des archives de l'hôtel de ville. — Relié en veau rouge. - 79 feuillets. 

Ce volume est le double du précédent, écrit par la même main, avec les 
mêmes ornements; il n'en diffère que par la miniature et les lettres initiales, 
qui sont coloriées différemment. 

Sur la i re garde est écrit : • Loix de finances à Metz, sous les Empereurs, 
« volume précieux recouvré en 1 770, par Dom Jean François. » Sur la dernière 
garde est écrit : «Thomas Mondergot, qu'on di Griffain, à présent clercs des 
« trésoriers, en l'an mil v c et liij ans. » 

758 [8]. In-iolio sur papier de 33 e sur 21.- Jugements des 
Maîtres-Echevins de Metz. Copiés par Dom François Robert 
(religieux bénédictin de Saint-Arnould en 1779). - Titre 
intérieur: « Cy après sont escriptz plusieurs Jugemens en 



254 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« brief et premier du temps ly sire Thiebault ly maire fuit 
« Maistre-Eschevin de Metz par m ce et ix ans. » — 1 779. 

Des archives de l'hôtel de ville. - Marqué à : « Dom Tabouillot. » - Relié en 
veau. - 602 pages. 

Le dernier jugement est du sire Richard de Raigecourt, en i546. 

Le volume se termine par une table analytique. 

L'original de ce manuscrit est à la bibliothèque de la ville de Nancy. 

N° 759 [9]» In-folio sur papier de 33 e sur 2 .1. - Procès pour sor- 
cellerie et Jugements rendus par les justices de Metz, Piap- 
peville, Anlilly, Woippy, Vallières, Vezon, Saint-Jure, Ta- 
langes et Vie, pendant les années 1676, 1 588, i5g4, 1095, 
1602 et 1622, avec les informations, dépositions des té- 
moins et condamnations. — xvi c et xvn e siècles. 

Des archives de l'hôtel de ville. - Demi-reliure. — Écritures de différentes 
mains.- 427 pages. — Le volume commence par une table des matières. 

A la suite : « Hisloire et information sur la fontaine prétendue miraculeuse 
« de Host, et de quelques faits analogues qui se sont passés, en i 799, dans l'ar- 
« rondissenient de Sarreguemines, et une information contre un possédé du 
« démon. » 

Recueil des pièces authentiques formé par M. Clercx, conservateur de la 
bibliothèque. 

760. [10]. In-folio sur papier de 33 e sur ai. — Registre conte- 
nant les Statuts et Ordonnances du corps de métier des 
cordonniers de l'année i382 à 1761, copié sur les pièces 
originales déposées aux archives de l'hôtel de ville. 

Du cabinet de M. Emmery. - Cartonné. - 696 pages. 

761 [11]. In-folio sur papier de 34 e sur ai. — Registre conte- 
nant les Statuts, Ordonnances et Atours pour le corps des 
pelletiers, de l'année 1392 à l'jkk, copié en partie sur les 
pièces originales étant aux archives de l'hôtel de ville de 
Metz. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 255 

Du cabinet de M. Emmery.- Cartonné. -Belle copie du milieu du xvin' siècle. 
- 448 pages. 

N° 702 [12]. In-quarto sur papier de 23 e sur 18. - Registre con- 
tenant les Atours, Ordonnances et Statuts du corps des dra- 
piers de Metz, depuis l'année i33o juscju'en 1769. — 

1769. 

Du cabinet de M. Emmery. - Cartonné. - 58 1 pages. 

La première pièce est datée de l'an i33o; c'est un accord du maître des 
foulons, de ses jurés et de ses compagnons. 

Seconde pièce : » Alour des retondours de drepz, 28 janvier 1/112. » 

Le recueil s'arrête en 1769, mais il est suivi d'un Supplément commençant 
au 10 janvier 1/1 36 (atour des layniers), et s'arrête en 1572. 

763 [i3]. In-folio sur papier de 3o c sur 20. - Projet de ré- 
daction des Coutumes de la ville et cité de Metz par Jean 
d'Abocourt, en 1578. — xvr e siècle. 

Ancien fonds de la bibliothèque. D. 88.- Donné à la bibliothèque de l'ordre 
des avocats par M. Gabriel. - Relié en parchemin. - 383 pages. 

Le volume commence par la table des titres des cahiers et la préface. 

Premier titre : « De la puissance du magistrat de Metz. » 

Dernier titre : « Des forestiers et messiers. » 

Les quatorze premiers feuillets ont été suppléés d'après le manuscrit suivant. 

Sur la feuille du litre, les armes de M. Gabriel, d'azur au Pégase ailé d'ar- 
gent, avec la devise : « Per plana cito inter ardua tendere reefi. » 

Henri III avait chargé Jean d'Abocourt, jurisconsulte messin, de rédiger les 
coutumes de Metz. Le travail terminé et présenté aux trois ordres ne fut pas 
adopté pour des motifs restés inconnus. 

764 [i4]. In-folio sur papier de 3i c sur 2 1. - Projet de ré- 
daction des Coutumes de la ville et cité de Metz. — 
1612. 

Ancien fonds de la biblioibèque. D. 87. -Relié en parchemin. -297 feuillets. 

Double avec le précédent. 

Au verso de ia couverture, la signature : « Durand con or ; » sur le recto de 



256 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

la feuille de garde, une table indiquant le commencement de chacun des 
cahiers; au-dessous, la signature « Maguin, » plus bas celle de « Durand. » 

Au recto du feuillet suivant, l'écu de la ville de Metz dans une double cou- 
ronne; au-dessous : « Livre. contenant. six . cayers.des.coutumes.de. Metz. » 
Plus bas, les armes de Maguin, avec cette indication : « Maguin, maître-échevin 
« de i6o3 à 1611.» La lettre majuscule du mot «Livre» est ornementée et 
exécutée avec beaucoup d'habileté. 

N° 765 [i5]. In-quarto sur papier de 21 e sur 16. - Coustumes 
générales de la ville de Metz et pays Messin, rédigées en- 
suite du résultat de lestât tenu le 12 novembre 1602, et 
imprimées de l'ordonnance de Messieurs du grand Conseil. 
(A Metz, par Abraham Fabert le Jeune, l'an 1 6 1 3 . ) — 
i6i3. 

Don de M. Simon, professeur au lycée. — Cartonné. — 88 pages. 

Lorsque Fabert père fit paraître les Coutumes générales de Metz, il était 
maître-échevin; par une réserve qui appartenait au temps où il vivait, et que 
l'opinion publique n'exigerait plus aujourd'hui, il ne voulut pas se montrer à 
la fois et premier magistrat et imprimeur stipendié de la cité : le nom de son 
second fils fut placé sur le frontispice. (C'est ce second fils qui, depuis, a été 
maréchal de France.) (Teissier, Bibliographie messine.) 

Cette explication donnée par Teissier a été combattue par M. Abel (article 
J. d'Abocourt, Nouvelle Biographie de la Moselle), en démontrant que, le 
26 juin 1610, le maître-échevin Fabert avait obtenu pour son fils des lettres 
patentes de la survivance du brevet d'imprimeur-juré, quoique le futur maré- 
chal n'eût alors que treize ans. 

766 [16]. In-folio très-mince sur papier de 37 e sur 23. - Les 
Coutumes générales de la ville et cité de Metz et paiis Mes- 
sin, copiées en 1627, sur l'original, par Maugué, avec une 
table des titres des coutumes. — xvin c siècle. 

Des archives de l'hôtel de ville. - Cartonné. - 108 pages. 

767 [17]. In-folio sur papier. - i° Ordonnance de 1 564 sur 
le règlement des cens, rentes foncières, etc. — 2 Projet de 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 257 

rédaction des coutumes. - 3° Commentaire sur une partie 
de ces mêmes coutumes. 

Des archives de l'hôtel de ville. - Marqué à la hihliolhèque des avocats. 

i° « 20 mai i564> Ordonnances conlenans le reiglement de la poursuite 
«des censés, layes à censés, renies foncières, droictures et dehtes, en la ville 
« de Metz et pais Messin. » 

In-folio sur papier. Pagination moderne à l'encre rouge, au recto seulement. 
Les quatre premiers feuillets sont tres-endommagés. Ecriture du xvi c siècle. 
- 46 pages. 

Minute originale, à ce que semblent indiquer les ratures, de cette Ordon- 
nance qui a été imprimée, à Metz, en i565, dans le recueil intitulé : Ordon- 
nances de la ville et cité de Metz et pais Messin : i° pour la justice et la po- 
lice; 2° pour les renies et layées à censé; 3° pour les pauvres. (O. 5o/i.) 

2° Copie d'une partie des observations de J. Ancillon, avocat au Parle- 
ment, sur la Coutume de Metz. Cette copie commence à la page 2 5 de l'ori- 
ginal (voy. le manuscrit suivant, 708) et s'arrête au titre V : «De la différence 
« des biens. » (P. 128, id.) — Suivi d'une table des principales expressions du 
droit. 

In-folio sur papier. Pagination moderne à l'encre rouge fort défectueuse. 
La table n'est pas paginée. Ecriture du xvm c siècle. — 5o pages. 

3° Fragment du projet de rédaction des Coutumes de Jean d'Abocourt. 
Copie. 

In-folio sur papier. Pagination moderne à l'encre rouge. Ecritures de deux 
mains, du xviii siècle. Cartonnage. - 78 pages. 

Ce recueil contient la table et l'introduction (non paginées), le premier 
cahier et une partie du second de l'original (voy. le ms. 763). Il s'arrête au 
commencement du titre : « Des acquests faits constant le mariage. . . » La fin 
de ce titre et de l'ouvrage manque. (Dans le 1 er titre du 2 e cahier : «Des 
« émancipations, etc. » il y a quelques dilférences avec l'original.) 

N° 768 [18]. In-folio sur papier de 33 e sur 2 1.- i° Observations 
sur la Coutume de la ville et pays Messin, par M. Joseph 
Ancillon, advocat en parlement.- i° Suite des Observations 
sur les Coutumes générales de la ville de Metz et pays 
Messin, par M. Joseph Ancillon, ancien avocat en parle- 
ment. — XVIII e SIÈCLE. 

MAX. DES BIBL. V. 33 



258 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Ancien fonds de la bibliothèque. D. 86. - Vient de la bibliothèque de l'ordre 
des avocats. La première partie, qui contient /i45 pages, est d'une écriture 
différente de la deuxième; celle-ci contient jbo pages. — Relié en veau. - 
1 îgô pages. 

Ancillon (Joseph), célèbre avocat au parlement de Metz , «homme de let- 
tres, bon théologien et le meilleur jurisconsulte de la province, était le frère 
de David Ancillon. Il naquit à Metz, au mois de novembre 1629, et mourut 
le 4 novembre 1719, à Berlin, où l'avait conduit la révocation de redit de 
Nantes. (Biographie du département.) 

N° 769 [19]. In-folio sur papier de 33 e sur 22. - Remarques sur 
les cinq premiers titres de la Coutume de Metz, tirées des 
meilleurs auteurs qui ont travaillé sur ces coutumes, par 
M. Gabriel, avocat. (Le commentaire s'arrête à l'art, vm du 
titre V de la Coutume.) — 1720. 

Ancien fonds de la bibliothèque. D. 85. -Donné à la bibliothèque de l'ordre 
des avocats par M. Gabriel. -Manuscrit autographe commencé le 8 févrieri720. 
- Cartonné. — 3/i/t pages. 

Gabriel (Claude-Louis) , ancien doyen et bâtonnier de l'ordre des avocats 
de cette ville, était fils d'un trésorier de France. Reçu avocat en 17 1 A, n'ayant 
que seize ans et demi, il plaida sa première cause le jour même de son instal- 
lation, eut un succès brillant, et devint en un petit nombre d'années l'oracle 
du barreau de Metz. Gabriel mourut le i3 mars 1770, à l'âge de soixante- 
dix-huit ans, après une vie laborieuse, consacrée à l'étude des lois et des cou- 
tumes de sa province. Il avait légué par testament une partie de ses ouvrages 
de jurisprudence et ses manuscrits à la bibliothèque de l'ordre des avocats. 
(Biographie du déparlement.) 

770-774 [20-24]- In-quarto sur papier de 19 e sur i 5. (5 vo- 
lumes.) - Observations détachées sur les coutumes et les 
usages anciens et modernes du ressort du Parlement de 
Metz, par M. Gabriel, doyen et ancien bâtonnier de l'ordre 
des avocats au Parlement de Metz. — 1763. 

Ancien fonds de la bibliothèque. G. 97. -Donné à la bibliothèque de l'ordre 
des avocats par M. Gabriel. - Beliure en veau. - Manuscrit autographe aux 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 259 

armes de Gabriel.- Manquent le quatrième el le septième volume. (Voy. Cata- 
logue de la bibliothèque de l'ordre des avocats du Parlement de Metz, p. C6.) 
Les cinq premiers volumes de cette importante compilation ont été im- 
primés à bouillon, en 1787 el 1788 (2 vol. in-A")- 

\" 775 [25]. In-quarto sur papier de 2 i c sur 18. - Extrait d'un 
mémoire de M. Clerot, sur les avantages des gens mariés 
en Normandie. - Extrait succinct d'une dissertation sur le 
papier et le parchemin timbré, par M. Boucher d'Argis. - 
Ancien contrat de relèvement dans la 1 coutume de Metz, 
qui peut servir à l'intelligence de différents articles du 
titre IV de cette Coutume. — Donation d'une seigneurie 
vouée, qui peut servir à faire connaître la nature de ces 
seigneuries dans la Coutume de Metz, par M. Gabriel. — 

XVIII e SIÈCLE. 

Ancien fonds de la bibliothèque. F. 100. - Donné à la bibliothèque de 
Tordre des avocats par M. Gabriel. - Cartonné. - Manuscrit autographe de 
Gabriel. - k 2 pages. 

776 [26]. In-folio sur papier. -Recueil de coutumes, usages et 
règlements observés par les juifs de Metz. — xviii siècle. 

Ancien fonds de la bibliothèque. D. io3. - Vient du cabinet de M. Mar- 
chant. - Paginé. - Ecriture du xviii siècle. — Cartonné. 

Le volume débute par la « Table des titres contenus dans ce recueil. » 

Viennent ensuite : 

i° «Lettres patentes du Roy portant que par les chefs de la communauté 
"des juifs de Metz, il sera fait un recueil en langue françoise des coutumes 
« et usages qu'ils observent, etc. » Ces lettres portent la date du 20 août 17^2. 
Imprimé. In-quarto de 8 pages. 

2° « Copie de la lettre écrite à M. le Chancelier par M. le premier Président 
« du Parlement de Metz le 10 mai ijMi. » En exécution des lettres patentes ci- 
dessus indiquées, les juifs de Metz avaient déposé au greffe du Parlement, le 
il mars 1743 , le recueil de leurs coutumes et usages. C'est l'envoi de ce re- 
cueil modifié, et mis en accord avec les lois et la civilisation du jour, qui fait 
l'objet de la lettre du premier Président. Ce magistrat indique que ce travail 

33. 



260 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

de révision et cVépuration a été fait par lui. par le procureur général et par 
les commissaires du Parlement; il ne parle pas du travail de M. Lançon, dont 
il va être question. C'étaient évidemment des travaux différents, dont le se- 
cond seul imprimé (après la mort de son auteur) ne tarda pas à obtenir force 
de loi dans les contestations entre juifs portées devant les tribunaux. 

3° (Pages 2 à 35.) « Coutumes et usages observés par les juifs de Metz, ex- 
« traits du cahier par eux représenté le 1 1 mars 17/13 en exécution des lettres- 
« patentes du 20 août précédent. « [Par M. Lançon , chevalier, conseiller d'hon- 
neur au Parlement de Metz el maître échevin de la même ville.] Ce manuscrit 
autographe de l'auteur a été imprimé en 1786 à Metz, par la veuve Antoine 
et fils, sous le titre : « Coutumes et usages observés par les juifs de Metz. » Cet 
opuscule fait suite au «Recueil des loix, coutumes et usages observés par les 
« juifs de Metz » rédigé et translaté en français en exécution des lettres- 
patentes du 20 août 17/12, etc. In-octavo, sorti à la même date des mêmes 
presses. 

Il" (Page 36.) « Règlements el lettres patentes en faveur des juifs. » 

5° (Page 92.) «Contrats de mariage, teslamenls. » 

6° (Page 102.) ^Traduction du premier almanach cpie les juifs de Metz 
« ont fait imprimer. » 

7 (Page 109.) « Monnaies et mesures des Hébreux. » 

8° (Page 110.) «Extrait de la dissertation de Dom Calmet sur la police et 
« manière d'administrer la justice. » 

9 (Page îii.) « Dénombrement des juifs. » 

io° (Page 112.) «Mémoire sur la question agitée de la part de Monsieur 
«Lançon, conseiller au Parlement de Metz, au sujet d'un testament qui au- 
« rait été fait par un juif, portant une clause pénale contre celui de ses enfants 
« qui contreviendrait à son testament : que cet enfant soit réduit à son légi- 
« time. Et sur la demande : en combien doit être fixé ce même légitime. » 

1 1° (Page 1 13.) « Extrait du codicille fait le [\ décembre 1737 par Isac Spir 
« Levy, juif, banquier à Metz. » 

12° (Page 1 1 /|.) » Sauf-conduit accordé par le roi des Deux-Sicilcs à la na 
« tion juive pour qu'elle puisse venir trafiquer et établir son asile dans ce 
« royaume. » Imprimé; petit in-folio de 12 pages. 

1 3° (Page 120.) • Autre projet du titre I er des usages juifs. » 

Toutes ces pièces manuscrites, à part le mémoire p. 1 20, sont de l'écriture 
de M. Lançon. 

N° 777 [27]. In-folio sur papier de 3i c sur 20. - Anciens écrits 
sur les Coutumes de Metz et de l'évêché. — xvm e siècle. 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 261 

\nnVn fonds de la bibliothèque. I). 84. - Relié en veau. - '12") pages. 

Manuscrit autographe de M. Gabriel, portant sur le plat du volume : « Donne 
« à la bibliothèque de l'ordre des avocats. » 

La première partie contient les anciennes coutumes de Tévêché de Metz, 
(elles qu'elles s'observaient avant la rédaction qui en a été faite, en 1601, avec 
des annotations, par M. Alphonse de Rambervillcrs, lieutenant général du 
bailliage de l'évèché de Metz, à Vie. Cette première partie comprend 85 pages, 
avec la table des matières. 

La seconde partie contient des notes sur les trois premiers titres de la Cou- 
tume de Metz, avec des observations, tant sur ces notes que sur le texte de la 
Coutume. 317 pages de texte, et 23 pour la table des matières. 

N° 778 [28]. Registre in-folio sur papier de 34 e sur 22. - Cou- 
tumes générales de l'évèché de Metz, avec les municipales 
des châtellenies de Rambervillers, Baccarat et Moyen 
(Moyen, ancien château fort des évêques de Metz, entre 
Lunéville et Rambervillers). Le tout accompagné d'un Com- 
mentaire sur les principaux articles. — xvm c siècle. 

Ancien fonds de la bibliothèque. - Relié. - 218 pages. 

Ces Coutumes ont été rédigées en 160 i, par Alphonse de Rambervillers el 
les autres députés de l'évèché de Metz. 

D'après les notes manuscrites de M. Lançon, ancien maître échevin de 
Metz, dont on voit les armoiries sur la première page de ce volume, ce ma- 
nuscrit est tout entier de la main de M. Dilange. 

Alphonse de Rambervillers, lieutenant général de l'évèché de Metz, docteur 
eu droit canon et civil, mourut à Vie, en i623; il possédait un très-riche mé- 
daillier et un cabinet d'antiquités précieuses qui ont été dispersées à sa mort. 

779 [29]. In-quarto sur papier de 22 e sur 12. - Coustumes 
générales de la terre et seigneurie de Gorze, rédigées et 
mises en escrit du commandement de M gr Charles de Lor- 
raine, abbé et seigneur souverain de ladite terre de Gorze, 
par Mathieu ftegnault,Gorzain, docteur en droit, lieutenant 
général au gouvernement de la terre de Gorze, et grand 
gruyer en icelle, 1 684. — xvn e siècle. 



262 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Ancien fonds de la bibliothèque. F. 96. - Relié en veau. — 1 18 pages. 

Celte Coutume a été imprimée dans le Grand Coutumier de France. 

Mathieu Regnaulcl , né à Gorze, bachelier en Sorbonne, docteur en droit, 
professeur d'éloquence à Angers, a écrit plusieurs ouvrages, entre autres des 
odes et un poëme grec sur saint Lezin, un panégyrique sur le même saint, et 
un discours sur la rentrée des classes, le trois des uones de décembre 1610. 

N° 780 [3o]. In-quarto sur papier de 20 e sur i4- - Chartes et 
Coutumes qu'il a plu à Son Altesse Royale de Lorraine 
agréer, homologuer et confirmer aux bourgeois et habitants 
des ville et prévôté de Marsal. — Fin du xvm e siècle. 

Ancien fonds de la bibliothèque. F. o5. —Donné à la bibliothèque des avo- 
cats par M. Gabriel. - Cartonné. — Ecriture de greffe. — 22 feuillets. 

781 [3i]. In-folio sur papier de 27 e sur 18. - Les Coutumes 
générales du Siège royal et présidial de la ville de Sedan 
en 326 articles. Sedan dépendait autrefois du Parlement 
de Metz. — Fin du xvn e siècle. 

Ancien fonds de la bibliothèque. E. 107. - Relié en veau. - 3g6 pages. 

782 [32]. In-folio sur papier de 33 e sur 21. - Collection de 
droit par M. Rulland, avocat à Metz. — xvm e siècle. 

Ancien fonds de la bibliothèque. D. 83. - Cartonné. - Cahiers en papier 
de différentes grandeurs; écritures de plusieurs mains. 

Ce volume, qui vient de la bibliothèque de l'ordre des avocats, contient un 
recueil de notes, de plaidoyers, de consultations, de dissertations sur des ques- 
tions de droit et des commentaires sur la Coutume de Metz. 

Claude Rulland est né à Metz, en 1673? il fut l'une des gloires du barreau 
messin. Il a contribué, en 1761, à la fondation de la bibliothèque des avocats. 

783 [33]. In-folio sur papier de 28 e sur 1 8. - Recueil de 
plusieurs arrests notables rendus au Parlement de Metz, 
depuis l'an 1 656 jusqu'en 1 685, par M. Joseph Ancillon, 
advocat ez Parlement; avec un recueil de plusieurs sen- 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 263 

tences notables données au bailliage de Metz. - Par le 
môme : Quelques-unes des causes notables que j'ay plai- 
dées, avec les arrests rendus sur icelles. - Quelques procès 
sur des questions notables où j'ay escrit avec les arrests 
rendus sur iceux. — Fin du xvn c siècle. 

Des archives de l'hôtel de ville. - Relié en parchemin. - Manuscrit auto- 
graphe; petite écriture fine et serrée. - 626 pages. 

N° 784 [34]. In-quarto très-épais de 21 e sur 17. - Recueil d'ar- 
rêts et questions de droit, tirés du recueil de M. Joseph An- 
cillon et d'autres manuscrits. — xvm e siècle. 

Du cahinet de M. Etnmery. - Relié en parchemin.- Ecriture de différentes 
mains. - iÔ2i pages. 

Commence par : « Les seigneurs d'Ovvgny et de Précy, exempts des menues 
« dixm.es, » du 20 juillet i64o. 

El Finit au 8 juin i685 : « En la cause de Messire François du Hautoy . . . 

785 [35]. In-folio sur papier de 34 e sur 21. - Les Maximes 
des Coutumes du ressort du Parlement de Metz, recueillies 
dans leur ordre naturel et conférées l'une à l'autre. - Ques- 
tions qui ont été agitées sur les Coutumes du ressort. Ex- 
traits de factums. - Notes succinctes de consultations sur 
des points de droit coutumier. - Tables des décisions con- 
tenues clans les ordonnances de Lorraine, qui peuvent être 
de quelque usage au Parlement de Metz, par M. Gabriel. 



Ancien fonds de la bihliothèque. D. 82. - Donné à la bibliothèque de l'ordre 
des avocats par M. Gabriel.- Cartonné. - Manuscrit autographe. - 182 pages. 

Le volume commence par : « Remarques sur le droit coutumier que j'ay fait 
■ en lisant les Capitulaires de Raluze, tome I er . » (Gabriel.) 

786 [36]. In-folio sur papier de 32 e sur 21.- Extraits des re- 



264 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

gistres secrets de la cour du Parlement de Metz, du 26 août 
] 633 au 1 1 janvier 17/19- — Fin du xvm e siècle. 

Du cabinet de M. Emmery. — Relié en parchemin. — 6o3 pages. 

Le volume commence par le Genuit ou Etat de tous les membres du Parle- 
ment depuis i633 jusqu'en 1770, qui occupe i5 feuillets. 

Le roi Louis XIII établit une cour de Parlement à Metz, par édit donné à 
Saint-Germain-en-Laye, au mois de janvier i633, lequel fut publié et registre, 
de l'ordonnance des commissaires députés par Sa Majesté pour rétablissement 
dudit Parlement, le 26 août i633. 

N° 787 [37]. Grand, in-quarto sur papier de 28 e sur 19. -Table 
alphabétique des Edits, Déclarations du Roy, Arrêts du 
Conseil, Lettres-Patentes, Lettres de cachet, Traitez de paix 
ou d'alliance, etc. registrez au Parlement de Metz depuis 
sa création jusqu'à présent. — Ensemble de plusieurs arrêts 
de la même compagnie, portant règlement entre les offi- 
ciers pour leurs fonctions ou pour l'administration de la 
justice dans le ressort. — xvm c siècle. 

Ancien fonds de la bibliothèque. E. 109. - Commençant en l'année 1 633 
et finissant en l'année 1740. Appartenant à Brice Antoine, imprimeur du 
Roy. A été imprimé à Metz, en 1740. — Relié en veau. — i53 pages. 

788 [38]. In-folio sur papier de 35 e sur 22. - Recueil de 
pièces sur la jurisprudence et l'histoire de Metz et de Lor- 
raine. 

Des archives de l'hôtel de ville. - Demi-reliure. -Ecritures de différentes 
époques. — 33a pages. 

Page 1. « Ascensemens faits par les seigneurs de Marange de biens situés 
« audit lieu, de i353 à 1696. » Belle copie de M. Dupré de Geneste. 

Page 27. « Style des procédures tant civiles que criminelles, en la ville de 
« Metz et pays messin , avant l'établissement des juges royaux. » 

Page 43. « Recueil d'édits, arrêts du conseil et lettres patentes concernant 
« l'hôtel de ville, et y déposés de 1699 à 178/1. » 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 265 

Page 66. «Serment que les sieurs XIII de la justice de Metz font à leur 
« création an Roi, lequel est à présent leur souverain seigneur. » 

Page 119. « Relation de ce qui s'est passé à Metz dans le temps qu'on y a 
• introduit le protestantisme, avant 1 352. » 

Page 129. « Déclaration des biens confisqués sur Gédéon le Bachellé, reli- 
« gionnaiiv. » 

Page i43. • Extraits des registres des conduits du bailliage de Nancy, pour 
« l'aide de deux Ilorins d'or accordés au roi René. » 

Page i46. « Traités et concordats avec la Lorraine pour les droits de transit, 
« baut-conduit et issues foraines. » 

Page 193. «Remontrances de la Chambre des comptes de Lorraine sur la 

< Domination d'un juif à la place de receveur des finances, en 1710. » 

Page îgô. «Traité entre le roi et le duc de Lorraine touchant la ville de 
« Marsal, i3 décembre 1601. » 

Page 196. « Ordonnance de Son Allesse sur le fait de la chasse et port d'ar- 
quebuses, 1621. » 

Page 201. « Extrait des édits et ordonnances des ducs de Lorraine sur la 
» cliasse, 1608. » 

Page 2o3. « Ordonnance du duc de Lorraine sur la chasse, en 1608. » 

Page 2o5. « Règlement pour les Gruyers de Son Altesse, en 1628. » 

Page 207. « Procès-verbal de la prise de possession des villes et citadelles 
«de Stenay et de Duo, 1 634. " 

Page i!\b. «Ordonnance du duc Charles de Lorraine contre plusieurs de 
« ses sujets qui prenaient le titre de conseillers au parlement de Metz, i634. » 

Page 246.. «Règlement donné par le sieur Morel, conseiller du roi, pour 
« la taxe des impôts, en 1659. » 

Page 248. " Ordonnances du duc Charles de Lorraine au sujet des forêts des 
« communautés, en i664. >» 

Page 25o. « Ordonnance du duc de Lorraine pour le prix du sel, en 1664. » 

Page25i. « Ordonnance du duc Charles de Lorraine au sujet des forêts, 

< en 1664. » 

Page 264. « Règlement sur les impôts de Lorraine, en i665. » 

Page 272. « Ordonnance pour les contributions du duché de Luxembourg, 
« en 1667 et 1678. » 

Page 274. " Ordonnance de Lorraine sur le droit du troupeau à part, en 
. 1668.1 

Page 275. «Ordonnance de Lorraine qui défend aux juges d'accorder per- 
« mission de prendre possession des abbayes, prélatures, etc. en 1668. » 

Page 276. « Ordonnances sur les forêts, en 1672. •> 

UAN DL> BIBL. V. 34 



266 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Page 277. «Ordonnance du roi qui défend à tous ses sujets d'avoir cotn- 
« merce avec les Espagnols, et ordre de leur coure sus, en 1673. » 

Cage 279. « Contributions du Luxembourg, en 1G73. » 

Page 280. « Dénombrement du Luxembourg, en 1673 , ordonné à M. Pon- 
» tian. » 

Page 283. "Ordonnance du Roi sur les passe-ports, en 1673, et sur les 
« tarifs et le commerce, en 1675. » 

Page 284. «Ordonnance en forme de sauve-garde pour les habitants de 
« Luxembourg, en 1673. » 

Page 286. «Défense de M. Charuel, intendant, relative aux contributions, 
« en 1678. ° 

Page 288. «Déclaration de la paix faite entre le roi de France et le duc 
<■ Léopold de Lorraine, le 2 4 septembre 1684. » 

Page 289. « Déclaration des droits et revenus du domaine du roi en la pré- 
« voté de Sarrebourg et autres lieux. » 

Page 327. «Ordonnances politiques des terres souveraines de Chàteau- 
« Regnault et dépendances, en 1 586, imprimées à Charleville en 1729. >< 

N° 789 [39]. In-folio sur papier de 34 e sur 22. -Anciennes lois 
et ordonnances de la Lorraine. - Recueil de lettres d'états, 
de partages et d'apanages, de traités, accords, transports, 
édits, ordonnances et règlements relatifs à l'administration 
du duché de Lorraine. — 1669. 

Des archives de l'hôtel de ville. - Cartonné. — 2 43 pages. 
La première pièce est : « Lettres des estatz tenus à Nancy, au mois d'aoust 
« i 569, par Henry, duc de Calabre. » 

790 [4o]. In-folio sur papier de 38 e sur 2 5. - Recueil des an- 
ciennes ordonnances et des principales coutumes de Lor- 
raine. — 1716. 

Du cabinet de M. Dufresne. - Relié en veau. - io64 pages. 

Ce volume se divise en deux parties : 

La première comprend le droit coutumier de la Lorraine, avec une table 
des matières. — 485 pages. 

La seconde comprend les ordonnances de Lorraine avec les arrêts, tant du 
Conseil d'Etat de la Cour souveraine que de la Chambre des comptes. 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 267 

Le volume commence par vingt-huit armoiries, dessinées à la plume, clés 
ducs de Lorraine, avec leurs alliances, depuis Gérard d'Alsace jusqu'à Léopold. 

N° 791 [4 1]. In-folio sur papier de 34 e sur 22. - La pratique ju- 
diciaire de Lorraine, suivant l'ordonnance de S. A. R. Léo- 
pold, de l'année 1 707. — Commencement du xviii siècle. 

Ancien fonds de la bibliothèque. D. 81. - Cartonné. - Grosse écriture du 
commencement du xviii siècle. - 7 1 2 pages. 

Ce volume est divisé en vingt-six titres : 

Titre I er : «De l'instruction de la procédure civile, des ajournements et as- 
« signations. » 

Titre XXVI : « De la forme de procéder. » 

Manquent les dernières pages. 

792 [4^]. In-quarto sur papier de 21 e sur 16. - Essai sur 
la légitimité du prêt à intérêt en Lorraine, par M. François 
Léopold Vosgien, avocat à la cour de Lorraine en 1773. — . 
1770. 

Des archives de l'hôtel de ville. - Relié en veau. - 83 pages. 

793-794 [43-44]- In-folio sur papier de 35 e sur 20. (2 vo- 
lumes.) - Procès-verbaux des conférences tenues en la ville 
de Nomeny, par le sieur Anthoine de Senneton, président 
à Metz, commissaire député par le Roy pour la ville de 
Metz, et le sieur Thierry de la Motte, lieutenant général de 
Bar, député par Monseigneur le duc de Lorraine pour ses 
duchez de Lorraine et de Bar, pour raison de plusieurs 
dilférents à cause des villages de Corny, Jouy, Louvigny, 
Marly, Saulny, Coligny, Pange, Mont, Pournoy-îa-Chétive, 
Ban-Saint-Martin et Frémecourt, faict en l'année i56o. — 



Des archives de l'hôtel de ville. - Cartonnés. - Ecriture de chancellerie. 

34. 



268 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Sur les dernières pages a été transcrit le traité de i6o4, passé entre le duc 
de Lorraine et la communauté de Metz. 

En i56o, il s'était élevé des différends entre la Lorraine et le pays messin 
sur les droits de régale et de souveraineté réciproquement prétendus sur les 
villages cités. Les procureurs généraux de Lorraine inquiétaient les Messins 
sur le droit de forfuyance exigé par la coutume du Barrois, au bailliage de 
Saint-Mihiel, soutenant qu'ils ne pouvaient acquérir, succéder, ni posséder en 
aucune sorte dans le Barrois, sans la permission du duc, sous peine de confis- 
cation. Les Messins prétendaient au contraire être exempts de toutes sujétions 
de la coutume du Barrois, suivant les anciens traités faits entre eux et les ducs 
de Bar, notamment celui de Tan i525. Les procureurs de Lorraine voulaient 
en outre jouir des droits de bourgeoisie, d'entre-court et de démarche sur 
les ville de Metz et pays messin, ce que ces derniers leur contestaient absolu- 
menl. 

Pour terminer ces différends, il y eut à Nomeny une assemblée de commis- 
saires. Après avoir examiné les titres des parties, on convint à l'amiable que 
Pange, Mont, Colligny, Corny, Saulny et Frémécourt demeureraient en toute 
souveraineté aux ducs de Lorraine, et que les sieur Maître-Échevin , Trois Etats 
et communauté de Metz posséderaient en tous droits de régale, fiefs et juridic- 
tion, Louvigny, Jouj, Marly, Pournoy-la-Chétive, Cuvry, Ban-Sain t-Martin- 
lès-Metz, avec tout ce qui en dépend à Sainte-Buffine, Vigneulles et Moulin. 

N° 795 [45]. In-quarto de 20 e sur i5. - Livre des impositions 
de la cité de Verdun, communément appelé le Grand Ven- 
daeje. 

Ancien fonds de la bibliothèque. G. îog.-Belié en parchemin. - Ecriture 
de chancellerie. — 17/1 pages. 

« Cy après s'ensuit l'ordonnance du vendage des impositions de la cité de 
« Verdun pour un an commençant au premier jour du mois de mars prochai- 
« nement venant, de laquelle ordonnance notre Saint Père le Pape, Monsieur 
* l'Evèque de Verdun , nos seigneurs gardiens, les maisons des malades, les trois 
« ordres mendians et le corps de la cité de Verdun de toutes choses qui se 
« feront pour le profit commun exceptés, hors mis, et tout sans mal engin. » 

Sur la dernière feuille : « Fait à Metz, le 19 juillet 1732. Signé de Creil. « 

M. de Creil a été intendant de la province des Trois-Evêchés de 1720 à 
175^ 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 269 

HISTOIRE DE L'ÉVÈCIIÉ DE METZ, DES ARBAYES ET MONASTÈRES. 

N° 796 [46]. In-folio sur vélin de 33 e sur i[\. - Recueil intitulé 
sur le dos du volume : « Droits des évoques de Metz. » — 



Des archives de l'hôtel de ville. — Belle écriture du xiv° siècle, sur deux 
colonnes; initiales en hleu et en rouge; reliure ancienne en veau fauve, filets 
dorés. Sur le plat du volume est écrit en lettres d'or : « Livre des drois moss. 
«de Mes.; » il y avait deux agrafes d'argent, dont il ne reste plus que les deux 
talons, qui sont d'un travail fort élégant. — 1 32 pages. 

i° « Ista sunt staluta salubria provincialia concilii Treverensis, édita solem- 
« niter, per reverendum patrem in Christo et dominum, dominum Balduy- 
« num, Dei gralia, sanctae Treverensis ecclesiac archiepiscopum . . . An no Do- 
« mini MCCCX, xxvm Aprilis. » 

Les canons sont au nombre de cent quarante-six, dont voici le premier . 
« Contra incendiarios. » 

Ils ont été imprimés en partie dans l'histoire de Trêves par Huntheim, 
mais avec variantes et suppressions. 

La bibliothèque de Metz possède un manuscrit du commencement du 
xm e siècle qui contient ces mêmes statuts (E. 55, aujourd'hui n° 262). 

2° Page 54- « Incipiunt cronica episcoporum Metensium. » Incip. : « Métis 
« est civitas antiqua in Galliarum provincia. . . » 

Celte chronique a été imprimée en partie par Dom Luc d'Achcry, dans le 
Spicilége, puis par Dom Calmet, dans les Preuves de l'Histoire de Lorraine, et 
par les Bénédictins, dans leur Histoire de Metz. 

Après l'évêque Jacques, qui est le dernier dans le texte de Dom Calmet, on Ht 
dans notre manuscrit, col. i re , p. 87 : « Nota quod a principio libri usque ad Stc 
« phanumepiscopum,qui creatusest episcopus MetensisannoDominiMCXX, in 
« annis videtur defectus. Nescio si tanto tempore episcopatus vacaverit, quia scri- 
« bitor quod post mortem episcopi Hermanni per aliqua tempora vacabal, etc. » 

3° Page loi. «Ce sunt li drois monsseigneur de Mes. - Li drois de l'im- 
« perour, li droiture de monoie de Mes. » 

4° Page 110. « Ceu est li establissement de la commune pax de Mes. » 

L'original de cette charte, écrite sur parchemin entre les années 1212 et 
1 220, est conservé aux archives de la ville (Carton 88, jadis 58). 

5° Page 1 iA\ « C'est li constitution de faire lou maistre-eschaving. » 

C'est la traduction de la charte de l'évêque Bertran, par laquelle il rend 



270 * CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

annuelles, en 1179, les fonctions du maître échevin; la rédaction originale en 
latin est dans Y Histoire des évêques de Melz, par Meurîsse, évêque de Madaure, 
suffragant de Henri de Bourbon, p. li.2Q. 

6° Page 117. «Ci-après contient en queile manière li xiij de Mes feront 
« lou sairement de maintenir et wardeir ce que ci après est escript. » 

7 Page 119. « Carmen rhythmicum de Maria Virgine. » 

Vers en forme d'acrostiche à la louange de la Vierge Marie. Les initiales 
forment les mots » Bertramus episcopus Thefelicensis me fecit » (Bertrand, 
évêque in partibus de Teflis, lequel était suffragant de ThcodoricV, qui siégeait 
de i365 à i383). A la fin, on lit la rubrique : « Die lato r pro mercede petit 
« unum ave, cujus nomen habes per litteras capitales. » Et à côté, d'une écri- 
ture plus récente : « Est sepullus in choro fratrum predicatorum Metensium 
" (depuis i552, Saint-Arnould) , anno MCCC Ixxvij, die Januarii, cui successif 
« in suffraganiatu fraler Andréas, episcopus Gabulensis. » 

Dom Calmet et les auteurs de l'Histoire de Metz (t. II, p. 582) marquent, 
par erreur, sa mort en 1387, et disent qu'il fut enterré dans l'église des Frères 
prêcheurs de Coblentz, où l'on verrait son épilaphe. 

8° Page 121. « Les droits de la vowerie de Montigny. » 

9 Page 126. « Le serment que les Treze font à leur création à un seigneur 
« evesque de Metz, seigneur spirituel et temporel de ladicte ville et cité, et 
« prince régalien du Sainct-Empire. » 

io° Page 128. « C'est le serment qu'un maistre-eschevio de la cité de Metz 
« faict à un seigneur evesque dudict Metz, prince régalien du Sainct-Empire, 
« seigneur spirituel et temporel en ladicte cité. » 

Ces numéros 9 et 10 sont des additions faites à la fin du xvi° siècle et à une 
époque où les évêques prétendaient avoir un droit sur le temporel de la cité de 
Metz. 

ii° Feuillet sur lequel est peint en miniature, sur fond d'or, un Christ 
crucifié, ayant à ses côtés la Vierge et saint Jean ; aux angles, les représentations 
allégoriques des quatre évangélistes. Au verso de ce feuillet : « Inicium sancti 
« evangelii secundum Johannem. » 

D'après Dom Maugérard, bénédictin de Saint-Arnould en 1764, c'est sur ce 
Christ que le maître échevin prêtait serment à l'évêque. 

Le feuillet sur lequel le Christ est peint ne faisait pas partie du manuscrit; 
il est beaucoup plus court, d'un parchemin plus jaune, et a été collé bien après 
la reliure; il paraît provenir d'un ancien missel. 

1 2 « Le serment de féaulté que font les vassaulx de l'évesché de Metz à 
« leur seigneur evesque. » En regard, la version de ce serment en langue alle- 
mande. 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 271 

Les sept premiers feuillets de ce manuscrit sont en blanc, niais tout rayés 
et préparés, sans cloute, à recevoir le titre et la préface ou une introduction. 

D'après Dom Maugérard, ce manuscrit était autrefois dans la bibliothèque 
de l'évéché; il a passé ensuite dans celle de M. Besser, conseiller au Par- 
lement. (Voy. ms. 798.) 

N° 797 [^7]. In-folio sur papier. - Chronique de i'Evêché et 
droits des Evêques de Metz. — 1764. 

Des archives de l'hôtel de ville. - Marqué à M. Dupré de Geneste. - Car- 
tonné. - 109 pages. 

Très-belle copie par M. Dupré de Genesle, secrétaire perpétuel de l'Aca- 
démie royale de Metz, du beau manuscrit intitulé : « Livre des Drois moss. de 
«Mes.» (Ci-dessus, n° 796.) 

Notice sur ce manuscrit adressée à M. Dupré de Geneste, par Dom Mau- 
gérard , religieux bénédictin, secrétaire de l'évéché, savant bibliographe, mort 
à Metz, le 1 3 juillet i8i5, à l'âge de quatre-vingt-deux ans. 

798 [48]. In-folio sur papier de 39 e sur ib. - (Recueil.) - 
Chronique des Evêques de Metz. — xvi e et xvn c siècles. 

Ancien fonds de la bibliothèque. D. 9/». - Cartonné. 

1° Chronique des Evêques de Metz, commençant par ces mots : «Metz esl 
«une cité ancienne en la province de Galles, assise. . . » et finissant par : 
« Conrard Bayer fut le soixante-dix-septième évesque de Metz. . . » 

Ecriture du commencement du xvr 5 siècle. — 65 pages. 

2° Chronique des Evêques de Metz, copiée sur le manuscrit du commen- 
cement du xvi° siècle, intitulé : « Séries episcoporum Metensium, » qui se con- 
serve au secrétariat de l'évéché, lequel ne paraît être qu'un translat abrégé 
" d'un autre manuscrit du milieu du xiv° siècle, intitulé : « Livre des drois moss. 
■de Mes,» lequel se voit (en 1 7 () d ) dans la bibliothèque de M. Besser père, 
« conseiller au Parlement. » 

Manuscrit de 106 pages in-foiio. Henrico Maria; Dupré de Geneste, 1764. 

3° « Catalogus episcoporum Metensium, secundum rituale Metense, edi- 
« tionis 1713. » 

Manuscrit in-folio de 10 pages, par M. Dupré de Geneste. 

'i° « Déclaration des griefs, dommaiges et empêchemens que les treize, jus- 
« ticiers et gouverneurs de la cité de Metz, ont fais on temps passé aux sei- 
« gneurs évesques de Mets. » 



272 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

In-folio de 10 feuillets; écriture du xv c siècle. 

Par les faits qui y sont rapportés, il paraît cpie ce mémoire a été dressé au 
commencement de l'épiscopat de Henri de Lorraine, c'est-à-dire vers l'an î/JS/i 
ou 1 Zj S 5 . 

Ces manuscrits viennent du cabinet de M. Dupré de Geneste. 

N° 799-807 [49-57] . In-folio sur papier de 34 e sur 22 e . (9 vo- 
lumes.) - Cartulaire de l'Evêché de Metz. — xvm e siècle. 

Des archives de l'hôtel de ville. - Cartonnés. - Ecritures de diverses mains. 

Ce recueil de copies de pièces a servi aux Bénédictins pour leur Histoire 
de Metz; il est ainsi distribué : 

Tome I er . Titres de l'Evêché concernant le temporel, depuis l'an 1176 jus- 
qu'à i4o8. 

Tome II. Copie d'un ancien Cartulaire, qui était ainsi intitulé : « i er vol. 
«des titres, documens, letlrages estans au thrésor de l'Evesché de Metz, re- 
« digez et mis en ordre par M. Aubertin, seigneur de la Grange, Raville, Pul- 
« leguy et Ceintrey en partie, conseiller d'Estat de Charles, cardinal de Lor- 
raine, evesque de Metz, etc. — Commencé à transcrire par moy Nicolas, 
■ Nicolas de Charmes, clerc de la chancellerie, le i5 février i6o3. — Titres de 
« 1 307 à 1399. » 

Tome III. Pièces extraites des anciens Cartulaires de l'Evêché de Metz in- 
titulés : « Raoul de Coucy et Conrard H, fol. clix, de l'an i/joo à 1428. » 

Tome IV. Pièces extraites du Cartulaire de l'Evêché intitulé : « Raoul de 
" Coucy, Conrard II, Gérard de Rélanges, de 1/129 à i/J5o. » 

Tome V. Pièces extraites du Cartulaire intitulé : «Conrard II, Raoul de 
« Coucy, Gérard de Rélanges, Georges de Bade et Henri de Lorraine, sur les 
« fiefs, de l'an i45i à il\6/i. » 

Tome VI. Pièces extraites du Cartulaire de l'Evêché intitulé : « Georges de 
"Bade et Henri de Lorraine, sur les fiefs, de l'an i/i65 à 1/177. " 

Tome VII. Pièces extraites du Cartulaire de l'Evêché intitulé : « Georges de 
«Bade et Henri de Lorraine, de i/i88 à i5oo. » 

Tome VIII. i° Notice de diverses reprises faites sous les évêques de Metz, 
Raoul de Coucy, Conrad Bayer de Boppart, et Henri de Lorraine. - 2° Suite 
des titres, par ordre chronologique, tirés du Cartulaire de l'Evêché de Metz, 
de i5oi à i5g5. 

Tome IX. i° Copies, de diverses pièces tirées des archives de l'abbaye de 
Saint-Symphorien , du chapitre de Saint-Tliiébault, de l'abbaye de Saint- 
Mathias près de Trêves, du Trésor des Chartes de Lorraine, de l'an 1201 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 273 

à 12 Go. - 2° Copie du Cartulaire de PEvêché de Metz intitulé : « Georges de 
« Bade et Henri de Lorraine, de i45o à 1/191. » - 3° Cartulaire de l'Evêché 
intitulé : « Henri de Lorraine, reprises sur les salines de Marsal, de Moyen - 
« Vie, de Vie, de i/i85 à i5oo. » — Copies de Dom Robert, vers 1770. 

N° 808 [58]. In-folio sur papier de 34 e sur 22. - (Recueil.) - 
Pouillé général et raisonné du diocèse de Metz. — 1760. 

Des archives de l'hôtel de ville. - Marqué à DomTahouillot. — Relié en veau. 
— Écritures de différentes mains. - 663 pages. 

Ce recueil contient les pièces suivantes : 

Notice sur l'Evêché de Metz, sur les chapitres, prieurés et couvents du 
diocèse. 

Liste chronologique des doyens, princiers, grands chantres, chanceliers, 
trésoriers, archidiacres de la cathédrale, de Marsal, de Sarrebourg et de Vie. 

Liste des cures et annexes avec la preuve des droits de leurs collateurs. 

Dénombrement des chapitres avec le nom des patrons, le tout appuyé sur 
des preuves justificatives. 

Le volume se termine par une table alphabétique des noms des lieux cités 
dans l'ouvrage. 



*8' 



809-810 [59-60]. Deux portefeuilles in-folio. - Pouillé gé- 
néral et raisonné du diocèse de Metz. 

Des archives de l'hôtel de ville. - Marqué à Dom Tabouillot. - Recueil de 
copies de pièces de différentes mains. 

Le premier portefeuille contient les pièces qui ont servi à la rédaction du 
volume précédent : 

i° Pouillé de la Cathédrale ou «Séries omnium dignitatum Capituli ad 
< collalionem venerabilium dominorum Primicerii, Decani et Capituli Me- 
■ tensis. » 

Copie authentique ainsi souscrite : « Presens copia extracta fuit a suo ori- 
« ginali sana et intégra, cuin quo concordat de verbo ad verbum , per me nota- 
« riumapostolicum, Métis residentem, infra scriptum , die 28Sept. anni 1612. » 

2° Pouillé du diocèse de Metz, des chapitres, abbayes, prieurés et couvents 
du diocèse. 

3° Liste chronologique des abbés de Saiut-Arnould depuis l'an 0,4 1 jus- 
qu'en 1775, des abbés de Pontiffroy, de Saint-Symphorien, de Saint-Vincent, 
de Saint-Clément. 

MA». DKS DIUL. — V. 35 



274 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

/i° Liste chronologique des abbesses de Sainlc-Giossinde depuis 6o4. Celle 
des abbesses de Freistroff. 

5° Dénombrement des chapelles bénéficiâtes avec les noms des patrons, le 
tout appuyé de preuves justificatives. 

6° Plaidoyer de M. Dominique Masse, prêtre curé de Dieuze, contre Jean 
Mayence, curé de Saint-Nicolas-de-Port, et les chanoines de la primatiale de 
Nancy. (Imprimé à Nancy en 1752; kk pages in-folio.) 

7 Mémoire pour N. Louich, prêtre, contre Sébastien Mourot, abbé de 
Saint-Avoid. (Imprimé.) 

8° Recueil de demandes en érection de cures. 

Le second portefeuille est un recueil de copies de pièces extraites de plu- 
sieurs maisons religieuses, abbayes et communautés du diocèse de Metz. Au- 
cune de ces pièces n'est antérieure au xiv e siècle. 

A la fin du portefeuille, une table des matières. > 

N° 811 [61]. In-quarto très-mince sur papier de 1 9 e sur i5. - 
Séries dignitatum et cauonicoruin Ecciesiœ Metensis ab 
anno iàh6, usque ad 1788. — xvm e siècle. 

Des archives de l'hôtel de ville. — Relié en parchemin. — 5i pages. 

Ce pouillé s'arrêtait primitivement à l'année 176G. 

Il a été continué par une autre personne jusqu'en 1788. 

A l'aide de documents historiques tirés, soit des anciennes épitaphes de la 
cathédrale, soit des bans de tréfonds et autres écrits, il serait possible de faire 
remonter la liste des dignitaires de la cathédrale à une époque plus reculée. 

8.12 [62]. In-folio sur papier de 3i c sur 21. - Antiquitatum 
ArnuJfinarum libri très, opéra et studio Dom. Pétri Baillet, 
monaclii ordinis S. BenedictL congregationis sanctorum 
Vitoni et Hydulphi. — 1780. 

Donné par M. Clercx. - Relié en veau. - 67^ pages. 

Cet ouvrage a coûté à Dom Baillet des recherches immenses; c'est un livre 
précieux, que l'on consultera pour les chartes inédites qu'il renferme. 

Huit lettres de Walon, abbé de Saint-Arnould, mort en io63, ont été con- 
servées dans cet ouvrage d'après un manuscrit de la bibliothèque de Saint- 
Arnould, aujourd'hui perdu. 

Le volume contient des dessins de monogrammes, de sceaux et d'armoiries 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 275 

des abbés ; un plan des anciens bâtiments de l'abbaye; un plan du tombeau 
de M. Bénigne Cbasot, abbé de Saint-Arnould, mort en 1728; un plan repré- 
sentant le terrain où était, avant i552, l'ancienne abbaye, hors des murs de 
Mclz. 

Dom Pierre Baillet, bénédictin de la congrégation de. Saint-Vanne de 
Verdun, né à Sedan le 27 novembre 1698, a composé l'histoire de plusieurs 
monastères de la congrégation, comme de l'abbaye de Montier-en-Der, de 
Saint-Vanne, de Saint-Airy de Verdun, de Bcaulieu en Argonne et de Saint- 
Arnould de Metz; il a écrit en latin, et rapporte les pièces justificatives selon 
l'ordre des temps. 

Ce manuscrit précieux a été donné en 1 835 à M. Clercx, par M. le baron 
d'Hannoncelles, ancien premier président à la Cour royale de Metz; M. Clercx 
en a fait hommage à la bibliothèque. 

N° 813 [63]. Portefeuille in-folio. - Histoire des Abbayes de 
Metz. 

Des archives de l'hôtel de ville. — Ce portefeuille contient les pièces sui- 
vantes : 

r° Histoire de l'abbaye royale de Saint-Arnould de Metz, par Dom Pierre 
Des Crochets. Celte histoire est conduite jusqu'en iG48, et se termine par une 
Notice historique sur l'origine de la congrégation de Saint- Vanne.— 1 16 pages. 

Dom Pierre des Crochets, bénédictin réformé de la congrégation de Saint- 
Vanne, était né à Verdun; sorti d'une famille noble, il fit profession à Saint- 
Epvre-lès-Toul, le 20 juin 162/i, et mourut à Saint-Arnould de Metz, le 
là juin 1672. Ce religieux, très-versé clans la connaissance des anciens titres, 
a composé, en iG5/i, d'une manière étendue, les histoires des abbayes 
d'hommes de l'ordre de Saint-Benoît qui étaient clans la ville de Metz : Saint- 
Arnould, Saint-Vincent, Saint-Symphorien, Saint-Clément et Saint-Martin; 
toutes ces histoires sont restées manuscrites. 

2° Histoire succincte de la célèbre abbaye de Saint-Clément de Metz, jus- 
qu'en 1760, par Dom Jean François, prieur de l'abbaye en îjGli. - Manus- 
crit de 12 feuillets. 

3° Histoire de l'insigne abbaye de Saint- Symphoricn de Metz, jusqu'en 
17C8, par Dom Jean François. - Manuscrit de 3o feuillets. 

/i° «Examinatio leslium pro parte venerabilis et religiosi viri fratris Do- 
« minici Maniayre, in causa monasterii Sancti Arnulphi Metensis. >< La cause 
est ainsi déterminée par une note d'écriture plus récente : « Causa monas- 
« terii Sancti Arnulphi, inter Johannem de Lotharingia (i5o5-i55o) et Domi- 

35. 



276 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« nicum Maniayre (i5 î^-i 528) , quocl dictum monasterium comprehendatur 
« sub concordatis Germanicis. » 

Copie de la chancellerie romaine du commencement du xvi e siècle. 



m 



N° 814 [6/i]. In-quarto sur vélin de 21 e sur i5. - Parvu 
Gartularium monasterii Sancti Arnulphi Metensis. — 

XV e SIÈCLE. 

Ancien fonds de la bibliothèque. G. 76. - Relié en veau. - Écriture cuisive 
sur une seule ligne. Titres et initiales en rouge. — i38 pages. 

Au commencement, la rubrique : « Adsit principio sancta Maria meo. » 

« Incipit tractatus sive relatio gestorum quorumdam imperatorum, regum, 
« principum, ducum, marchionum, comitum, episcoporum, archiepiscopo- 
«rum, abbatum , qui de génère beati Arnulpbi processerunt, nec non et alia- 
» rum multarurn utriusque sexus religiosarum pei'sonarum, quo modo et qua- 
« liter banc ecclesiam scilicet Sancti Arnulphi fundaverunt, eteam suis elemo- 
« sinis et fundis ditaverunt et privilegiis honoraverunt; quorum quedam ex 
- diversis libris extraximus, quedam vero relatione predecessorum nostrorum 
« didicimus, quedam in cartis invenimus. » 

Puis commence une préface de celui qui a rédigé la compilation, commen- 
rant par ces mots : « Quoniam quidem eorum memoriam summatim attingere 
« cupimus ...» 

Voici quelques titres des chapitres : 

i° « De prima consecratione ecclesie. » 

2° «De tempore sancti Patientis, usque ad tempus sancti Arnulphi. * 

3° « Nomina episcoporum et archiepiscoporum Metensium usque ad Adel- 
« berouem. » 

4° « Carta de Nugàredo villa (No.rroy), quam Pipinus, Anchisi régis Olius, 
« et uxor ejus Plectrudis, sancto Arnulpho Mclensi dederunt. » (Charte fausse.) 

5° « Hec est carta Drogonis, ducis BurgunJiorum, et uxoris sue. » (Charte 
fausse.) 

6° « Carta Adelberonis, Metensis episcopi, de terra Sancti Arnulphi in Calvo- 
« montinse » (Chaumontois). 

Le Cartulaire se termine, à la page 126, par un inventaire des reliques con- 
servées à Saint- Arnould, commençant par ces mots : « Principale altare conse- 
« cratum est in honore sancti Johannis evangeliste et sanctorum Pétri et Pauli 
« et omnium apostolorum et evangelistarum. » 

Des parties de ce recueil ont été imprimées dans l'Histoire de Lorraine de 
Dom Calmct, tome I er , Preuves, colonnes xcij-xcviij. 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 277 

Trithème attribue celte compilation à un moine nommé Adalhcrt, écolâlre 
de Saint-Vincent, né en Belgique, de parents nobles. Adalhcrt composa plu- 
sieurs ouvrages, au nombre desquels Trithème cite, lettre 78, une chronique 
contenant la suite de tous les évoques de Met/, jusqu'à Adalberon I er . Un assez 
long détail de la mission de saint Patient, les faits les plus intéressants qui ont 
en lieu depuis la vie de ce saint jusqu'à saint Arnould, l'exposé de la fonda- 
lion de l'abbaye, les principaux privilèges que les rois et les empereurs lui 
ont accordés, les épilaphes des princes et princesses qui y furent inhumés : 
tout cela semble indiquer qu'Adalberl est l'auteur de ce volume et qu'il a été 
profès de Saint-Arnould. 

Ce volume, qui vient de l'abbaye de Saint-Arnould, est la copie d'un ma- 
nuscrit du xiv° siècle, qui était dans la bibliothèque du même monastère et 
qui a passé dans celle de M. Joseph de Chazclles, ensuite dans celle de 
M. Chartener. 

N° 815 [65]. In-quarto sur papier do 20 e sur i5. - Cartnlaire de 
l'abbaye de Saint-Arnould. — xvi e siècle. 

Ancien fonds de la bibliothèque. G. 1 10. - Relié en veau. —Titre comme le 
volume précédent. — 2 h"] pages. 

On lit à la fin : « Hoc presens opus fecit dominus Odetus Grave, curator de 
« Rexonvillo, anno ab incarnatione Domini millesimo quingentesimo sexage- 
« simo primo, die vero duodecimo mensis Junii. » 

Cette souscription doit s'appliquer à la copie et non à la composition de i'ou- 
wage, le Cartulaire latin , manuscrit sur vélin, sur lequel il a été transcrit étant 
au moins clu xv c siècle. 

816 [66]. In-quarto carré sur papier de 28 e sur 22. — Tra- 
duction du Cartulaire de Saint-Arnould. — xvi e siècle. 

Ancien fonds de la bibliothèque. E. 1 16. — Couvert en parchemin. -Écriture 
bâtarde assez soignée. — 1 48 pages. 

« Cy commence le traicté ou relation des gestes d'aucuns empereurs, ro\s. 
«princes, ducs, marchis, comtes, evesques, archevesques, abbés; par quelle 
« manière et comment ilz ont fondez l'église de Saint Arnould et l'ont enrichie 
«de leurs aulmosnes et héritages, et honnorez de privilèges desquelz aucuns 
«avons exlraitz de divers livres et par relation de nos prédécesseurs, aucuns 
1 avons trouvez es chartres. » 

L'ouvrage traite des antiquités de Saint-Arnould; on y trouve la traduction 



278 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

des plus anciennes chartes concédées à ce monastère, — le récit de la fondation 
de Saint-Arnould, - un catalogue des évêques de Metz depuis saint Clément 
jusqu'à Adalberon, - une vie assez longue de saint Patient, mais qui n'est pas 
achevée, - une relation détaillée de l'irruption des Huns, — la vie de saint 
Livier, - la translation et les miracles de saint Arnouid , — la vie de saint Clou , 
- la translation de sainte Glossinde, — les donations faites à cette église par les 
empereurs, par les rois et par plusieurs personnes de distinction, - plusieurs 
épitaphes, — les vies de ses quatre premiers abbés, — la description des cha- 
pelles et des reliques qui étaient dans l'ancienne église de cette abbaye hors des 
murs de la ville. 

C'est une traduction du Cartnlaire latin (n 08 814, 815). A la fin, deux 
procès-verbaux de la remise de l'anneau de saint Arnouid au coustre de la 
cathédrale, pour le déposer, suivant l'usage, sur l'autel de la cathédrale, avec 
promesse de le reporter aussitôt après la grand'messe à l'abbaye de Saint- 
Arnould, 1571 et 1673. 

Sur le premier feuillet, les armoiries de Dom Juville, abbé de Saint-Arnould 
en i552. Porte écartelé : au premier et quatrième d'azur à une étoile d'or; au 
deuxième et troisième de gueules à une roue d'argent, l'écu posé sur une 
crosse abbatiale. 

Dom Juville était abbé lors de la destruction de son monastère. A l'approche 
des troupes de Charles-Quint, il protesta de tout son pouvoir contre cette 
ruiné, et fit transporter, en présence du duc de Guise, les ossements de 
Louis le Débonnaire et de la reine Hildegarde dans l'église des frères prê- 
cheurs, située dans l'intérieur de la ville. 

N° 817 [67]. Livre-registre très-étroit sur papier de 28 e sur 10.- 
( Recueil.) - Eglises et autels de la ville de Metz et traduc- 
tion du Cartulaire de Saint-Arnould. — î 5/i6. 

Des archives de l'hôtel de ville. — Couvert en peau blanche gaufrée. — Mau- 
vaise petite écriture de 1 5 4 6 . — 186 pages. 

Sur la première page est écrit : « Ce présent livre appartient à Claude Sal- 
« zair, à présent serviteur à Monsieur le Cardinal; ibg3 « (Charles II de Lor- 
raine, évoque de Metz). 

i ° « Tcy sont les chapelles et autelz des églises de la ville et citez de Metz 
« avec les collations d'icelles, rédigées par escript, en l'an j 546. » 

2° Page 67. Traduction du Cartulaire de l'abbaye de Saint-Arnould, com- 
mençant par ces mots : « Cy commence le traicté ou relation de gestes d'au- 
« cuns empereurs. » (Voy. le ms. 810.) 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 270 

3° Pag. 173. « Extraictz du pied de terre appartenant au monastère de 

- Saint-Arnould ; xvi e siècle. » 

Y' 818 [68]. In-quarto sur papier de 26 e sur 20. - Inventaire 
des titres de l'abbaye de Sainte-Glossindo. — xvm e siècle. 

Des archives de l'hôtel de ville.- Marqué à DomTabouillot. - Relié en veau. 

- 120 pages. 

Le volume commence par une Dissertation sur un titre de Tan 869, qui 
donne le litre d'abbesse de Sainte-GIossinde à la reine Tielberge (sœur de l'abbé 
Humberl, duc de la plus grande partie de la Bourgogne, femme répudiée du 
roi de Lorraine, Lothaire, en 869, enterrée à Sainte-GIossinde). 

Vient ensuite un Inventaire des titres de Sainte-Giossinde, commençant par 
une ebarte de Louis le Débonnaire, du 7 des calendes de décembre, l'an 821. 
la vingt-huitième année de son règne, pour ordonner la restitution des biens 
usurpés à l'abbaye, avec les noms des lieux à restituer. La dernière pièce est 
une copie d'une lettre de cachet de Louis XIV, en 1700, pour dispenser les 
dames qui veulent entrer à l'abbaye de Sainte-GIossinde de faire des preuves 
de noblesse. 

L'Inventaire est suivi de la traduction des chartes les plus anciennes, par 
Dom Tabouillot, qui a inséré ces traductions dans les Preuves de son Histoire 
de Metz, en déclarant n'avoir pu obtenir des dames de Sainte-GIossinde la 
communication des titres originaux. 

A la page 84 se trouve un Inventaire des reliques et ornements de la sa- 
cristie, fait par l'ordonnance de MM. de Royer et de Bossuet, chanoines de la 
cathédrale, le 26 juillet t664. 

Le volume se termine, à la page 117, par l'ordre et cérémonies qui s'obser 
vaient anciennement pour la réception des demoiselles qui se faisaient reli- 



819 [69]. In-quarto sur vélin de 24 e sur 17 1/2. - Se sont 
les censé de l'auteit des Pucelles de sus lou mur que doit à 
Noiel et à lai Saint Jehan au chaipelain don dit auteit, qui 
ke chaipelains an soit et li doit on porteir an son osteit à 
Mes ou em bonrs de Mes. — xiv e siècle. 

Relié en veau.- Belle et grosse écriture ronde de i3o8 à i344.-i7 feuillets. 
Ce polyptyque contient des copies d'actes dont les originaux étaient dans les 



280 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

arches des amans de Metz; il a été formé avec des feuilles détachées prove- 
nant des archives de l'hôtel de ville de Metz. 

N° 820 [70]. In-quarto sur vélin de 20 e sur i5. - Fragments 
d'un registre-journal de la recette et la dépense de l'abbaye 
de Sainte-Marie, de Metz, du temps de dame Perette Groi- 
gnat, abbesse dudit lieu. — De 1 33 1 à i345. 

Des archives de l'hôtel de ville. -Relié en veau.— Très-helle écriture; quelques 
feuillets rongés à la fin. Le cahier de l'année 1 333 n'est pas de la même main. 
- g3 feuillets. 

Volume très- intéressant, propre à faire connaître le prix des denrées et la 
valeur des terres à cette époque. On y trouve aussi des indications précises sur 
l'année de la construction des églises de plusieurs villages dépendant de l'ab- 
baye de Sainte-Marie. — Voyez Archives des Missions, 3 e série, I, 261. 

Ce volume, dont les feuillets étaient épars, a été mis en ordre par M. Clercx. 

821 [71]. In-quarto sur papier de 22 e sur 17. - Abbayes de 
Saint-Pierre et de Sainte-Marie. - Inventaire des titres et 
autres documents qui servent à prouver que les abbayes de 
Saint-Pierre et de Sainte-Marie, de la ville de Metz, sont 
fondées pour des religieuses de l'ordre de Saint-Benoît, et. 
que l'abbaye de Saint-Symphorien, de la même ville et du 
même ordre, a droit de juridiction spirituelle sur l'une et 
sur l'autre. — xvm e siècle. 

Ancien fonds de la bibliothèque. F. 1 12. — Marqué à Saint-Arnould. - Car- 
tonné. — 29/i pages. 

Ce mémoire a été imprimé, ainsi que les réponses, en 1701. 

Il est de Dom Ambroise Mangin, de Metz, qui fit profession à Saint -Vanne 
de Verdun, le 26 août 1660, et mourut à Saint-Arnould, le 1G août 1 7 1 4; il 
s'est distingué par son zèle à soutenir la dignité de son ordre par ses écrits et 
par la manière dont il a rempli les charges et les emplois de sa congrégation. 
Étant prieur de Saint-Symphorien de Metz, choqué des prétentions des 
dames des abbayes de Saint-Pierre et de Sainte-Marie de Metz, qui, de leur 
autorité, avaient supprimé leur qualité de religieuses bénédictines, et avaient 
pris le titre de ebanoinesses séculières, Dom Ambroise Mangin s'opposa avec 



BIBLIOTHEQUE DE METZ. 28) 

vigueur aux bulles des clames M'° Duhamel et Ch lc Méchatin , nommées par le 
roi, en 1701, abbesses de ces deux maisons; il soutint cette démarche par des 
procurations envoyées en cour de Rome, et par ce gros factum où il déduit 
les raisons de son opposition. Il y montre que, depuis leur fondation jusqu'à 
nos jours, c'est-à-dire jusqu'en 1GG0, elles avaient toujours pris la qualité de 
religieuses bénédictines, et que ce n'est que depuis cinq ou six ans qu'elles 
ont l'ail effacer les épitaphes de leurs devancières, où il était expressément 
marqué qu'elles étaient de l'ordre de Saint-Benoit. 

N° 822 [72]. In-folio sur papier de 35 e sur 22. (Recueil.) - Mé- 
moires historiques sur la cathédrale de Melz, sa fondation, 
son trésor, sa bibliothèque, son chapitre et ses dignitaires. 
--- XVIII e SIÈCLE. 

Demi-reliure. - Ecritures de différentes mains. - 35o, feuillets. 

Fol. 1. «Fondation de la catbédrale et des églises, tant debors que dedans 
« la ville et cité de Metz. >■ (Mémoire autograpbe de M. Dupré de Geneste.) 

Fol. 19. «Les cbapelles et autels des églises de Metz et collateurs d'icclles. 
«rédigées et renouvellées en 15/18.» (Mémoire autographe de Dom Jean 
François.) 

Fol. 27. «Inventaire des reliques, joyaux, livres et argenterie de l'église 
«cathédrale de Metz, du 10 août 1775.» (Manuscrit de M. Dupré de Ge- 
neste. ) 

Fol. 4i. «Notice sur les manuscrits de l'église cathédrale de Saint Etienne 
« de Metz, et catalogue général de tous les manuscrits. » (Manuscrit de M. Dupré 
de Geneste.) 

Fol. 11 3. «Dissertation sur les avantages qui résultent pour la religion, 
«contre l'opinion des incrédules, de pouvoir constater l'intégrité des Evangiles, 
«par D. M.» (Dom Maugérard, bénédictin de Saint-Arnould). (Gopic de 
M. Dupré de Geneste.) 

loi. 117. «Liste de tous les dignitaires et chanoines de la cathédrale, de 
«puis i43o jusqu'en 1770 (tiré d'un manuscrit rédigé par M. de Mamiel). < 

Fol. 106. «Notice sur les collégiales de Saint-Sauveur et de Saint-Thié- 
■ bault et sur le chapitre de Saint-Pierre-aux-Images. » 

Fol. i5o. «Mandement du chapitre, le siège épiscopal vacant par la mort 
« de M. l'évêque d'Aubusson de la Feuillade, pour la nomination des vicaires 
«généraux, le 2 mai 1697.» (Imprimé.) 

Fol. i(io. «Difficultés entre M. de Saint-Simon, évêque de Melz, et le Par- 

MAN. DES BIBL. — V. 36 



282 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

« lement, à l'occasion de la procession de la Fêle-Dieu, en 1759.» (Extrait 
des registres du Parlement.) 

Fol. 16/1. « Requête présentée au Conseil, en cassation d'arrêt, par le cha- 
«pilre, contre le Parlement de Metz, à l'occasion des difficultés survenues 
« pendant la procession de la Fête-Dieu en 1759. » 

Fol. 1 83. «Difficultés entre le doyen du chapitre, M. de Chamisot, et 
« M. l'évêque de Saint-Simon , en 1736. » 

Fol. 189. «Mémoire pour le chapitre contre M. l'évêque de Metz, après 
« l'avis donné par l'évêque de Meaux. » (Imprimé.) 

Fol. 193. «Mémoire sur l'anoblissement du chapitre de la cathédrale, en 
« 1782. » 

Fol. 201. «Mémoires, observations, remontrances, lettres patentes et déli- 
« bération des trois ordres sur l'anoblissement du chapitre, en 1782 et 1783. » 

Fol. 271. «Recueil de pièces.» 

Fol. 272. «Donation faite au chapitre de la cathédrale, par M. Colombet, 
«en 1679, d'une somme de 5,4oo livres pour l'entretien des prêtres et offi- 
« ciers de la cathédrale. » 

Fol. 274. «Sentence des requêtes du palais de Paris, qui ordonne que le 
« doyen de l'église cathédrale sera tenu d'obtenir institution de l'évêque avant 
« de prendre possession, 1718. » 

Fol. 277. «Transaction entre le chapitre et les héritiers du sieur Slodtz, 
« sculpteur à Paris, chargé de réparer le chœur de la cathédrale en 1762. » 

Fol. 281. «Prise de possession de M. de la Richardie, princier en 1762. » 

Fol. 285. «Prise de possession de M. de la Pioche, en 1762, et sa nomi- 
« nation à l'archidiaconé de Sarrebourg, en 1768. » 

Fol. 291. «Preuves de noblesse faites en 1782, par M. Crévon de Méri- 
« court, pour son admission au chapitre. » 

Fol. 293. « Mémoire sur la légitimité des dîmes en 1785. » 

Fol. 295. «Déclaration des droits, biens, revenus et charges de la prin- 
« ceriede Metz, conformément aux décrets de l'Assemblée nationale, en 1790. » 

Fol. 3oi. « Extrait d'un mémoire sur la manière de gagner et de payer les 
«gros fruits des canonicats et des prébendes de l'église de Metz, du mois de 
«mai 1775. » (Autographe de M. Dupré de Geneste.) 

Fol. 3i3. « Mémoire sur l'administration des maisons canoniales et projet 
« de règlement. » 

Fol. 3 2 l\. « Requête du chapitre au roy en 1688, à l'occasion de la maison 
«de la Haute-Pierre» (aujourd'hui le Palais de Justice). 

Fol. 328. « Extrait des registres du Conseil d'Etat, en l688, pour ordonner 
« le payement de la maison de la Haute-Pierre au chapitre. » 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 283 

I ni. 3/i4. ■ Mémoire pour les chapitres de Melz, Toul et Verdun contre le 
o sieur Collin , indultaire; 178/4.» (Imprimé.) 

Fol. 354. «Lettres patentes sur brevet, portant règlement par rapport aux 
« preuves qu'il faudra faire pour êlre admis dans le chapitre, et concession 
« d'une décoration en faveur de ses membres, en 1777. » 

« Plan de la cathédrale en 1 791, avec le projet de la transformer en paroisse 
« épiscopale, par M. Gardeur-Lebrun, architecte de la ville. » 

«Mise en location de la cathédrale le !\ floréal an m (23 avril 1795). » Pla- 
card imprimé. (Don de M. Robinet, février 1867.) 

N° 823 [73]. In-folio sur papier de 35 e sur 2 5. (Recueil.) - Mé- 
moires historiques sur les abbayes de Metz, sur son clergé 
et les droits de ses évêques. — xvm e siècle. 

Demi -reliure. - Ecritures de différentes mains et pièces imprimées. - 
277 feuillets. 

Fol. 61. « Mémoire à consulter au sujet de l'abbaye de Sainte-Croix ou 
« Saint-Éloy, de Metz, contre le collège des Jésuites (vers 1626). » 

Fol. 73. «Opposition des magistrats de Melz contre l'établissement des Jé- 
« suites à Metz, en 1Ô2Ô. » (Extrait des registres de l'hôtel de ville.) 

Fol. 75. «Mémoire pour les collèges et séminaires de Metz, en 1591. » 

Fol. 77. «Procès-verbal de ce qui s'est passé pour les affaires de l'abbaye 
« de Saint-Eloy de Metz, faict par nous soubsignez officiai général de la court 
« de Melz, à l'instance et requeste des sieurs du clergé de Metz, et du sieur 
« maitre-échevin et catholiques du tiers estât, le 21 septembre 1691. » (Pièce 
authentique avec signatures de Foès, chanoine et officiai de la cour de Melz, 
de Sartorius, échevin, etc.) 

Fol. 83. « Ordonnance du roi pour l'union de l'abbaye du Pontiffroy à 
« celle du Pelil-Clairvaux, en 17/42. » (Placard imprimé.) 

Fol. 84. «Règlement sur la discipline des religieux bénédictins, vers 
« i55o. « (Pièce en latin.) 

Fol. 88. « Plaintes de l'administrateur perpétuel de l'évêché de Metz , sous 
« l'épiscopat du cardinal de Lorraine, au sujet des entreprises faites sur sa juri- 
« diction spirituelle en i548. » (Pièce avec signature.) 

Fol. 90. «Copies de deux lettres écrites en 1609 par les magistrats de 
« Metz au cardinal de Givry, évêque de Metz , à l'occasion de la demande qu'il 
■• avait faite à la cité de reprendre de lui en iief. » 

Fol. 92. «Copie de l'acte par lequel les religieux de Saint-Arnould sou- 

' 36. 



284 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

^■mettent leurs personnes et leurs biens à la domination du roi, à condition 
« qu'ils conserveront leurs droits et privilèges; 28 septembre 1 6 1 4- » 

Fol. 96. «Extraits des registres du Conseil d'Estat touchant les appels; 
« 1 1 octobre 1621. » 

Fol. 97. « Extrait des rôles des contributions extraordinaires levées sur les 
« sujets de l'évêché de Metz, ez années 1598, 1602, i6o4, i6i4, 1618, 162 3 
« et 1627, pour faire paroistre qu'on y a toujours compris sans difficulté ceux 
■ d'Aubecourl-Ia-Petite. » (Tiré des archives de l'hôtel de ville.) 1 

Fol. 98. « Mémoire sur l'état de la ville de Metz et les droits de ses évêques 
« avant l'heureux retour des Trois-Evêchés sous la domination de nos rois. » 
(Par M. de Lançon, en 1737; imprimé.] — i4 pages. 

Fol. 106. « Droits de 1 evêché de Metz sous la protection du roy de France 
« depuis i5Ô2. » 

Fol. 120. « Arrêt du Conseil d'Etat du 3o mars 17/11, qui défend au Par- 
1 lement de publier des écrits injurieux contre M gr de Saint-Simon, évêque de 
« Metz. » (Imprimé.) 

Fol. 122. «Copie du testament de M gr de Coislin, évêque de Metz, du 
" i er mai 1701. » (Manuscrit autographe de M. de Lançon.) 

Fol. 126. «Bordereau du sieur de Ribouville, arrêté le 2G mars 1735, 
« pour l'exécution du testament de M gr de Coislin. » (Manuscrit autographe de 
M. de Lançon.) 

Fol. 128. «Précis pour les Trois-Ordres de la ville de Metz contre le Su- 
« périeur du petit séminaire de la même ville, en 1749.° (Mémoire im- 
primé.) 

Fol. i36. «Mémoire à consulter pour Mesdames les chanoinesses de l'ab- 
« buye de Saint-Louis. » (Il est relatif aux statuts.) 

Fol. î/io. «Second mémoire sur les règlements proposés au chapitre de 
>. Saint-Louis. » 

Fol. 1 /iG . «Obligations des chanoines de Sainte-Glossinde de chanter la 
« messe toutes les fois que les dames le souhaitent, et y faire présence les l'êtes 
« ci-après. » 

Fol. 1/18. « Mémoire de l'abbaye de Saint-Pierre pour l'admission des bour- 
« geois de Metz . » 

Fol. 176. «Mémoire pour les dames abbesses et chanoinesses de Saint- 
« Pierre et de Sainte-Marie contre M. l'évêque de Metz; 1740. » (Imprimé.) 

Fol. 160. «Second mémoire pour les dames abbesses et chanoinesses.» 
(Imprimé.) 

Fol. 193. « Deux mémoires pour les chanoines et chapitre de l'église collé 
« giale de Saint-Thiébault, contre M. l'évêque. » (Imprimés en 17/i/L) 



BIBLIOTHÈQUE DE METZ. 285 

Fol. 208. «Mémoire pour M. le marquis du Châtelet et consorts, contre 
\ls r de Saint-Simon, évêque de Metz. » (Imprimé en 17/10.) 

Fol. s3j. «Dissertation historique sur la qualité de prince de Metz que 
« M gr de Saint-Simon a prise dans quelques actes, par un conseiller au Parle- 
« ment de Metz. » (M. de Lançon.) 

Fol. 237. « Mémoire imprimé pour le clergé de Metz contre ceux de la 
« religion prétendue réformée. » C'est un mémoire historique de ce qui s'est 
passé à Metz au sujet des protestants. 

Fol. 239. «Billet d'enterrement de M' 1 l'évéque de Saint-Simon, mort en 
« 17 Go. » 

Fol. 24o. « Kpitaphe de Martin Meurissc, suffragant de l'évéque de Metz, 
« gravée sur une croix de plomb. » 

Fol. 24 1. «Remontrances des jésuites de Metz au roi et à M. de Schom- 
« berg, gouverneur de Metz, en i638, et copie des lettres du roi à ce sujet. » 

Fol. 2^7. «Requête adressée aux Trois-Ordres par les Pères jésuites de 
Metz en 1703. » 

Fol. 249- «Raisons du recteur des jésuites de Metz pour monstrer que le 
« prétendu plan de la maison des Ursulines n'est pas celuy sur lequel les par- 
lies ont contracté. « (Imprimé en 1649.) 

Fol. 260. «Dissertations sur une thèse de Meurisse, suffragant de Metz. » 

Fol. 266. «Procès-verbal de la translation des saints corps et saintes re- 
« liques de sainte Orande et de sa sainte compagne, en l'église de la ville de 
« Bérus, en Lorraine, diocèse de Metz, le 1 7 septembre 1719, laite avec toute 
«la solennité possible, présenté à M gr de Coislin, évêque de Metz.» (Pièce 
authentique sur parchemin timbré.) 

Fol. 270. « Note sur le livre de Meurisse, évêque de Madame, par M. Des- 
« cartes. » 

Fol. 272. « E pitre à M. de Lançon, maitre-échevin de Metz, par M. Des- 
« cartes. » 

Fol. 273. « Note sur l'entrée de l'évéque Guillaume à Verdun, par M. Des- 
1 caries. » 

Fol. 276. « Note de M. Dupré de Geneste sur la plante nommée Polegius. » 

N° 824 [74 . In-folio sur papier de 33 e sur 22. - Miscellanea 
Metensia. Tome III. — xvm e siècle. 

Des archives de l'hôtel de ville.- Cartonné.- Écriture de différentes mains. 
- 3g3 feuillets. - On lit à l'intérieur: « Monasterii Sancti Pétri Senonensis. 
« ordinis Sancti Benedicli, catalogo inscriplus anno 1771, n° 3. » 



286 CATALOGUE DES MANUSCRITS. 

Ce volume faisait partie d'une collection formée par Dom Jean-François, 
laquelle comprenait six tomes, savoir: 

T. I. Aujourd'hui perdu, à moins que ce ne soit le n° 912 [162] du présent 
catalogue. 

T. II. (Bibliothèque d'Epinal.) « Extraits et fragments de chroniques et de 
«journaux. » En voici le détail, tel qu'il a été relevé par M. A. Prost : 

1. >< Extrait de la chronique des évêques de Metz. » 

2. « Extrait de la chronique des Minimes. » 

3. «Journal de H. Lefèvre, curé de Saint-Livier. » (Suite de la chronique 
des Minimes.) 

4. « Notes sur les évêques de Metz. » 

5. « Annales de i324 à 1 5 2 4 . » 

6. «Chronique des Célestins (i366-i524). Extrait de la chronique des 
«Célestins, qui a été brûlée en 1771. " (Différente du n° 833 [83]; voir la 
note à ce numéro dans le présent Catalogue.) 

7. " Chronique rimée des Célestins. » 

8. « Extrait du journal de Dom Floret (1587-1 638). » 

9. « Journal du s r Duclos (1619-1625). » 

10. «Extrait du journal de J. Bauchet (i638-i64i). >• 

11. «Journal de dix ans (i64o-i65o), par un Minime.» 

12. « Journal (d'Ancillort?) (i656-i685). » 

i3. « Extrait du journal de Maillette du Buy (i663-i6g4)- » 

T. III. (Bibliothèque de Metz, ms. 824 [7/1].) 

T. IV, V, VI. (Bibliothèque d'Epinal.) «Notes et pièces diverses. » 

Voici les articles contenus dans le tome III, c'est-à-dire dans le manus- 
crit 824 : 

Fol. 1. «Liste géné